Droit et Liberté n°233 - juin 1964

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°233 de juin 1964
    • Bannir le racisme: tel fut le souci de la XVe journée nationale page1
    • Après l'odieux verdict de Pretoria: vives réactions dans le monde (Afrique du sud) page2
    • Tracts anti-apartheid à Roland-Garros: six militantsq du MRAP arrêtés page2
    • Journée nationale, les interventions de: Jean Schapira, Colette Guillaumin, Charles Lederman, Pr Otto Klineberg, Pr Paul-Henri Maucorps, Dr Le Guillant,Marie Magdeleine Carbet, M. Hannoun, Mme David, Armand Loca, Isi Blum, Alfred Grant, M. Nazarian, Pierre Paraf, Paul Arrighi, Jacques Duclos, Charles de Chambrun, M. A. Boulay, André Tollet, Hervé Kerien, Julien Aubart, Jean Pihan, Marc-André Bloch, M. Laure, Georges Dumont
    • Un retentissement universel: M René Maheu (UNESCO), M. Ralph Bunche (ONU), M. Y.L. Levine, M. Dialo Telli, M. Walter Eytan
    • Charles Palant: "Et maintenant, à l'action"
    • Saint-Claude: Algériens s'abstenir par Nicole de Boisanger-Dutreil
    • Palais Galiera: les artistes contre le racisme (expo-vente au profit du MRAP)

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

1 • i IS JUIN- N° 233 Un franc lS JUILLET 1964 NUMERO SPECIAL / BANNIR LE RA 1 ME Dans l' immense salle de conférences ... ... une foule diverse, attentive ... ... et enthousiaste. • SAINT-CLAUDE Voir en page 15 l'article de Nicole de Boisanger-Dutreil. • AFRIQUE DU SUD Protestations en France et dans le monde contre le verdict de Prétoria (p. 2) • NEO .. NAZISME Une conférence du MRAP attaquée- à Mâcon (p. 15) • LES ARTISTES CONTRE LE RACISME Exposition-Vente les 29 et 30 juin au Palais Galliera (p. 16) • QUI DEMEURE EN FRANCE UNE REALITE PREOCCUPANTE. Tel lot le souei de la XVE JOURNEE NATIONALE organisée par le M.R.A.P.

  • De multiples mesures

envisagées pour appliquer dans notre pays les recommandations des Nations Unies

Une jeunesse nombreuse et active ... .. 2 13-Y. - Inculpé de complicité dans l'assassinat de 2.000 juifs soviétiques, le commissaire de la brigade des moeurs de Berlin-Ouest, Hans Sommerfeld. eSL mis en état d'arrestation. 14-V. - A Cambridge (Maryland), les Noirs manifestent pour protester contre le passage dans la ville du gouverneur ségregationniste de l'Alabama, George Wallace . • MASSACRER LES JUIFS ETAIT « UN ACTE DE GUERRE» pour les juges de Dü~seldorf qui ~ quittent F'ritz Fischer et Fntz Puis, deux anciens officiers de la Wehrmacht, accusés du meurtrc de 40 juifs. l7-V. - Dans 200 villes des Etats-Unis, les Noirs manifestcnt contre la ségrégation pour le X· anniversaire de l'arrêt de la Cour Suprême condamnant la ségrégation scolaire. 19.V. - Le gouverneur raciste de l'Alabama, George Wallace battu aux élections primaires du Maryland. 22-V. - Peines de prison pour les parcnts d'enfants naturels : cette loi d'inspiration raciste a été votée au MisSlssipi où 95 % des naissances illégitimes concernent la population noire de 1',Etat. 23-V. - Albert Luthuli, prix Nobel de la Paix maintenu en residence forcée et dont la condamnation arrivait à son terme, restera encore 5 ans isolé du monde, par décision du gouvernement raciste d'Afrique du Sud. 25-V. - En Guyane britannique, deux morts et vingt-neuf blessés au cours d'incidents raciaux cntre Noirs et ln· diens. 26-V. - Nouveaux incidents raciaux il. Cambridge (Maryland) : plusieurs blessés parmi les manifestants noirs d blancs. 27-V. - Mort du premier ministre de l'Inde, Jllwaharlal Nehru. 28-V. - A Jackson (Mississipi), le ehef du parti socialiste de l'Inde se voit intcrdirc l'accès d'un rcstaurant « réservé aux Blancs ». 30-V. - A Canton (Mississipi), un étudiant indien fr'appé par des racistes. 31·V. - A Sainte-Augustine (Floride), des Blancs racistes blessent deux photographes qui assuraient le reportage d'une manifestation en faveur des droits des Noirs. 1-VI. - « 58 cnfants sont morts de faim », reconnaît un porte-parole de l'hôpital de Salisbury (Rhodésie du Sud). 2-VI. - Le sémltcUl' Goldwater, Icader de l'aile uItra,réactionnaire du parti républi-cain, remporte lcs élections ( primaires » de Californie. 3·VI. - Le journal viennois « Die Presse » annonce que le Parquct dc Vienne a suspendu la procédure ouverte contre le policier accusé d'avoir arrêté Anne Frank. • Le général nazi Von Choltitz en « visite » à Paris. 4-VI. - A Buenos-Aires, trcnte nazis commémorent dans la. maison même où il habitait, LE PREMIER ANNIVERSAIRE DE LA MORT D'EICHMANN. • Le général allemand Ernst Ferber, ancicn officier de la Wehrmacht, est placé à la tête du nouvel état-major stratégique de l'O.T.A.N. 5-VI. - « Isra,ël est prêt à conclure un pacte de non.agression avec ses voisins arabes », déclare le premier ministre israélien, M. Lévi EShkol, à New-York. • A Atlanta (Géorgie), l'Eglise méthodiste condamne la ségrégation ra· ciale. • L'Union postale universelle adopte une résolution éthiopienne, appuyée par la plupart des pays africains, demandant l'expulsion de l'Afrique du Sud. '-VI. - En Afrique du Sud, 431 professeurs dc 4 universités dénoncent la loi permettant la détention de 90 jours sans inculpation. 9-VI. - A Tuscaloosa (Alabama), 32 manifestants noirs ct 4 policiers blessés ; 80 arrestations, à la suite d'une manifestation intégrationniste. • A Sainte-Augustine (Floride), DES SEGREGATIONNISTES AT' t'A ~U"' l~T UJ:S llLANCS qui manifcstaicnt aux côtés des noirs en faveur de l'égalité raciale. • La France, la Grande·Bretagne ct les Etats-Unis s'abstiennent lors du vote au Conseil de Sécurité d'un projet de résolution condamnant le gouvernement sud-africain et de,mandant de mettre fin au prOCès de Pré' oria. Il-VI. - 'l'rois leaders intégrationnistes - dont le pasteur Martin Luther King -- sont arrêtés en Floride et en Alabama. 12-VI. NELSON MANDELA, PRESIDENT DE L'A.N.e. ET SES SEPT COMPAGNONS _ clont un Blanc et un Indien -SONT CONDAMNES A LA PRISON A VIE : tel est le verdict tie la Cour Suprême de Prétoria. 14-VI. - A Johannesburg (Afrique du Sud), une bombe explose devant un bureau de poste : c'est le premier attent. at depUis la fin du « procès de RiVOllla )} . Après ·l'odieux verdict de Préloria • • Vives réactions dans le monde contre le racisme sud-africain A u terme d'un procès de huit Illois, huit dirigeants sud-africains de la lutte antiraciste, reconnus coupables, sont condamnés à la prison à vie par le tribunal de Prétoria, en Afrique du Sud. Le « procès de Rivonia » .- ainsi appelé parce que l'arrestation des inculpés eut lieu à la fenne de Lillies-Leaf, à Rivonia (banlieue de Johannesburg) - s'ouvrit le C) octobre I96.1. Successivement onze, puis neuf accusés eurent à r épondre de conspiration, de sabotage et de menées subversi\'es contre l'Etat, aux termes des dispositions de la loi sur la répression du communisme (Repression of Communism Act) et de la loi sur la répression cIu :,abotage (Sabotage Act). Les huit accusés reconnus coupables le II juin sont : Nelson Mandela, ancien vice-président du Congrès National Africain (A.N.e.) ; Walter Sisulu, ex-secrétaire général de l'A.N.e. ; Dennis Goldberg, ancien membre du Congrès des Démocrates ; Raymond Mhla- Mandela (au ccntre) dont le mari, Nelson Mandela, ancien vice-président de l'A.N.C., a été condamné par le tribunal de Prétoria à la prison à vie, sort du palais de justice après le verdict. Le poing fermé, elle fait le salut dc l'A.N.C. TRACTS ANTI- APARTHEID A ROLAND-GARROS Six militants du MRAP arrêtés Ce jour-là, à Prétoria, huit hommes courageux qui avaient lutté pour la liberté de leur peuple. huit patriotes étaient condamnés à la prison à vie. Ce même jour, se déroulait à Paris, au stade Roland-Garros, les rencontres de Coupe Davis entre la France et l'Afrique du Sud. dont les représentants avaient été sélectionnés , selon les critères de l'apartheid. Se faisant l'interprète de l'émotion des antiracistes françaiS, le M.R.A.P. décidait de matérialiser sa protestation. Des tracts furent imprimés qui s'élevaient contre le verdict de Prétoria, et attiraient l'attention sur les méfaits du racisme dans le domaine sportif, d'après les documents de l'O.N.U . et du Comité International Olympique. Malgré le déplOiement considérable des forces de police, concentrées à RolandGarros, des volées de ces tracts furent lancées, le 12 juin , parmi les spectateurs dans l'intervalle des jeux. La police joua son rôle: six militants du M.R.A.P. furent arrêtés et détenus plus de cinq heures au commissariat de la rue de la Pompe. Ii s'agit de : Albert Lévy, rédacteur en chef de « Droit et Liberté ", Julien Aubart, trésorier du M.R.A.P., Joseph Creitz, Sosna, membrés du Conseil National, Hervé Kérien, animateur des co · mités antifascistes des lycées. Le photographe Elie Kagan, qui se livrait à son travail professionnel, fut également appréhendé. De nombreuses interventions demandant la libération immédiate de ces mili tants parvinrent au poste de police, tandis que les messages de sympathie affluaient au M.R.A.P. li va de soi que cette action n'avait pas pour objectif de troubler le match , . mais d'attirer l'attention sur le drame qui se joue actuellement en Afrique du Sud et d'exprimer la solidarité des antiracistes françaiS avec les victimes de l'apartheid. La presse et la radio ont largement fait écho à cette initiative. Cesse r tout soutien à l'Af rique du Sud Le M.R.A.P. a. d'autre part, adressé à la presse le communiqué suivant: « Le jugement rendu par le tribunal de Prétoria, condamnant à la prison à vie 8 dirigeants de la lutte antiraciste en Afrique du Sud, confirme la volonté du gouvernement sud-africain de renforcer son odieuse politique d'apartheid et d'accentuer sa dictature. « La répression ne saurait, en Afrique du Sud comme ailleurs, mettre fin . à la lutte d'un peuple qui aspire à l'égalité, au respect de ses droits, à sa dignité. De telles mesures, au contraire, risquent de précipiter le processus tragique des troubles et des violences. « Le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.) ex· prime sa solidarité fraternelle aux condamnés de Prétoria et à tous ceux qui, en Afrique du Sud et dans le monde, luttent contre l'apartheid. « Renouvelant son appel. le M.R.A.P. souhaite que le gouvernement français, conformément aux traditions humanistes et démocratiques de notre peuple, demande solennellement la libération des condamnés de Prétoria et leur offre le droit d'asile. Il demande que des mesures soient prises pour mettre fin, du côté français, à toute aide économique et militaire et à toute collaboration avec les autorités racistes d'Afrique du Sud. » Le Comité anti-apartheid et le Comité de Li aison contre l'apartheid en Afrique du Sud, qui groupe diverses organisations et partis et bénéficie du soutien des Eglises, ont également protesté contre le honteux verdict de Prétoria. ba, Elias Motsoaledi et Andrew Mlangeni, tous trois anciens militants de l'A.N.e.; Ahmed Kathrada, secrétaire général du Congrès Indien au Transvaal. Le neuvième, Lionel Bernstein, architecte, ancien membre du parti communiste, a été acquitté pour être aussitôt... arrêté de nouveau par la police ; il comparaîtra devant le tribunal de Johannesburg pour infraction aux règlements sur l'interdiction de séjour. Le fait que le gouvernement fasciste d'Afrique du Sud ait dû renoncer à faire prononcer la peine de mort est un premier résultat positif découlant de la lutte pour la liberté menée en Afrique du Sud et de la vaste campagne internationale contre l'apartheïcl : (fans le monde entier, en effet, des protestations s'élèvent qui condamnent la politique de ségt-égation raciale du gouvernement de l'Afrique su Sud, où treize millions d'Africains sont privés de leurs droits les -plus élémentai res. Sitôt que le vet-dict fut connu à Prétoria. des manifestations de femmes africaines se sont déroulées devant le Pa- 1ais de Justice. Plusieurs milliers de racistes ont également manifesté, pour de- 111ander la mise à mort des condamnés. De multiples réactions furent enregistrées dans' le monde émanant aussi bien de personnalités que d'organisations hostiles à l'apartheid . Devant le Conseil de sécurité des Nations- Un ies. le délégué du Maroc a donné l ecture d'un message d'Albert Luthuli. l eader nationaliste sud-africain. prix Nobel de la Paix. et actuellement assigné à résidence. M. Luthuli déclare notamment que la condamnation des accusés « (, Ilterre dans les geôles odieuses et dég1' Odantes de l'Afrique du Sud les espoirs de coopératl:on mciale. et Cl-ée !tH vide qui l1e pourra. être comblé que par la haine ct les conflits raciawt' ». Tl ajoute que le gouvernement sud-africain, ayant -légalisé l'arbitraire et l'oppression. « nul tle smtrait reprocher à des hommes coura. qen% et iustes de rechercher la justice par la viol,ence ». Toujours devant le Conseil de Sécurité. les représentants de la Norvège, de 'Madagascar. de l'Indonésie. de la Tunisie. du Pakistan et de l'U.R.S.S. ont réclamé des sanctions économiques con' tre l'Afrique du Sud. Pendant ce temps. des manifestations se déroulaient à Londres devant l'ambass'ade d'Afrique du Sud. et à Trafalgar Square. Dans le monde entier, de nombreuses protcstations sc sont élcvées contre la cruauté cie la sentence, contre le régime inhumain de la ség-ré~a tion qui se poursuit jusaue rlans' la détention : en effet. Dennis Guldherg-. seul hlanc parmi les concla1l1nés. n'a pas été incarcéré à l'Ile de Robben, camp ré sen'~ :m x prison,1iers africain s, mais conduit dans une « prison pOllr blancs n. DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (%., Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 10 francs Abonnement de soutien : 20 francs EI'RANGER Un an : 18 francs Compte Ch. Post.: 6070-98 Pa.r1a Pour les changements d'adresse envoyer 1 franc et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer Droit et Liberté, ou s'abonner, au siège des Amis de Droit et Liberté, 43, avenue de Berchem Saint-Agathe, Bruxelles 8 - Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'Hôteldes- Monnaies, Bruxelles 6. .Versements au C.C.P. 723895 de Léon GRINER, 9, Square Robertpequeur, BrUxelles-7. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 PB. Abonnement de soutien : 150 PB. Journol compos6 et Imprfm6 par des ouvriers syndiquft S.P.E.C. '- ChAteauroIu Gérante : 8. BIANCHI. 3------ LA

 :. : : . .:' :

. : .

"

. .: :: ~: ~.

 : : ';

. :: ';:: :' : : : '.' 24 MAI 1964 Parmi les participants ... DiverSéS personnalités diplomatiques ont honoré de leur présence la XV' Journée Nationale: S.E. Monsieur Rakoto RATSIMA MANGA, ambassadeur de la République Malgache. M. Josué de CASTRO, ancien ambassadeur du Brésil, président fondateur de l'Association Mondiale de lutte contre la Faim. MM. MANASSERIAN, premier secrétaire de l'ambassade de l'U.R.S.S.; A. GONTCHAROUK, membre de la dé· légation soviétique à l'U.N.E.S.C.O.; BOGACHEV, consul de l'U.R.S.S. M. Ahmed MOSTEFAOUI, délégué permanent de la République Algérienne à l'U.N.E.S.C.O. M. Mathieu OUATOULA, représentant S.E. l'ambassadeur de la République du Congo. M. Shlomo NAHMIAS, consul d'Israël. M. Pal MEDVEGY, représentant S.E. l'ambassadeur de Hongrie. M. D. IRVINE, du Département de l'Education, représentait M. René MAHEU, directeur général de l'UNESCO. A la tribune, auprès de M. Pierre PARAF, président du M.R.A.P., ou dans la salle, parmi les nombreux invités, étaient également présents: M. le bâtonnier Paul ARRIGHI, membre de l'Institut. MM. Charles de CHAM BRUN, député; Jacques DU· CLOS, sénateur; le Dr Georges DUMONT, représentant le Grand Orient de France. Le R.P. Jacques GHYS, l'abbé Jean PIHAN; M. GALL1ENNE, chef du cabinet de M. le Directeur de la Mosquée de Paris; le pasteur Francis BOSC, de la présidence du Mouvement de la Paix. MM. Otto KLINEBERG, professeur à l'Université Columbia (New-York) ; Alfred KASTlER, membre de l'Institut, professeur à la Sorbonne; H.P. KLOTZ, professeur à la Faculté de Médecine; LE GUILLANT, médecin-chef de l'Hôpital Psychiâtrique de Villejuif; V. JANKELEVITCH, professeur à la Sorbonne; Marc·André BLOCH, professeur à la Faculté des Lettres de Caen; Paul MAUCORPS. Serge JONAS; Pierre BOITEAU, professeurs à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes; André HOMONT, maître assistant à la Faculté · de Droit de Paris; Jean BOULIER, ancien professeur à la Faculté Libre de Droit de Paris; Albert PFRIMMER, ancien chargé de cours à la Sorbonne; Mlle Colette GUILLAUMIN, attachée de recherches au C.N.R.S.; M. JEANNE, proviseur du Lycée de Courbevoie. M" GOUTET, avocat à la Cour de Cassation; Rolande ATTULY, Victor BRINDAMOUR, Odet DENYS, Armand DYMENSZTAJN, Henri GARIDOU, Maurice IMERGLlK, Yves JOUFFA, président de l'Association des Anciens Internés et Déportés de Drancy; Charles LEDERMAN, président de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entr'aide; Marcel MANVILLE, Jacqueline PLACIDI· MONNET, Georges SAROTTE, Jean SCHAPIRA - avocats à la Cour d'Appel de Paris.

Mme Julien BENDA. Les écrivains Albert MEMMI, Yves JAMIAOUE, Marie· Magdeleine CARBET, Nicole de BOISANGER, Léonard SAINVILLE, Claude PARIS. Le comédien Edmond TAMIZ. Les docteurs Jean DALSACE, BERCOVICI, Henri CYNA, Louisette HIRSCH, Lucien KARHAUSEN, Albert LABOR' DE, LE GUICHARD, Marc MOUCHIN, Y. NIZARD, REN· NERT, ZUCMAN. De Belgique étaient venus MM.SUSSKIND, président du Cercle Culturel et Sportif Juif et Léon GRINER, animateur des Amis de « Droit et Liberté » . De multiples associations avaient envoyé leurs représentants

. M. Pierre COUTEAU, secrétaire général de la Ligue des Droits de l'Hcmme. M. Octave CHANLOT, secrétaire général de la Ligue Internationale contre le racisme et l'antisémitisme. MM. André TOLLET, membre du Bureau de l'Union Départementale C.G.T. de la Seine, représentant la Confédération Générale du Travail; LETONTURIER, secrétaire général du Syndicat Nationai de l'Enseignement Secondaire (section académique de la Seine). Mme Mathilde GABRIEL·PERI, préSidente de l'Association Nationale des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance française; le Dr WELLERS, vice-président de l'Union Nationale des Anciens Déportés et Internés et leurs familles; Mmes Marie-Louise KAHN et Jacque· line GRUNBERG, représentant l'Amicale d'Auschwitz. M. Albert OUZOULlAS, conseiller municipal de Paris, représentant l'Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance. MM. le Dr DANOWSKI et Isi BLUM, président et secrétaire général de l'Union des Volontaires et Anciens Combattants Juifs; Albert YOUDlNE, secrétaire général et Charles STEINMAN, secrétaire de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entr'aide. M. Alfred GRANT, secrétaire général de l'Union des Sociétés Mutualistes Juives de France. M. Ralph FEIGELSON, secrétaire général de l'Amicale des Juifs Anciens Résistants; Mme GOLGEVIT, représen· tant l'Association des Anciens Déportés Juifs de France; M. GOLEFF, représentant l'Union des Etudiants Juifs de France. MM. HANNOUN, représentant l'Amicale des Algériens en France et en Europe; Ben el MABROUK, représentant l'Amicale des Travailleurs Algériens; BENHAMOUD, représentant l'·Amicale de la Jeunesse Algérienne. MM. Raymond MONTRESOR et Armand LOCA, représentant l'Association Générale des Travailleurs Antillais et Guyanais. Mme DAVID, secrétaire générale des Etudes Tziganes : S.A. Vaida VOEVOD III, président et M. Leula ROUDA, membre du Comité directeur de la Communauté Mondiale Gitane. M. Jacques NAZARIAN, vice-président du Centre d'Ehldes Arméniennes. Mme Monique CAZEAUX, présidente du Cercle FranceAfrique; M. Maxime FARBER, représentant l'Association d'Amitié et de Solidarité Franco-Algérienne. Mmes Catherine VALABREGUE, vice-présidente du Mouvement Français pour le Planning Familial ; Suzanne PFRIMMER, représentant l'Union des Femmes Françaises. MM. STAMFATER, président de la Fédération des l;\rtisans et Façonniers; Jacques LEDERMAN, secrétaire du syndicat des Cuirs et Peaux. MM. CESARI, représentant la Fédératidn de la Seine des OEuvres Laïques; Pierre GOUET, président du club « Les Gars du Monde ,.; Nicole ROSENBAUM, présidente du Club Amitié; René DRUCKER, représentant les Eciaireurs de France. Parmi les autres groupements dont des délégués étaient présents, signalons : l'Union Nationale des Etudiants de France (U.N.E.F.l ; la Fédération Nationale des Déportés et Internés de la Résistance (F.N.D.I.R.P.) ; le Cartel des Ecoles Normales Supérieures; le Centre de Liaison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux (C.L.E.P.R.); le Christianisme Social; le Mouvement « Dror ", le Centre Communautaire de la Jeunesse Juive; les Femmes Pionnières; le Syndicat National des Industries de la Fourrure; la Fédération des Sous-OHiciers de Réserve Républicains. De tous les Les personnalités suivantes ont adressé à la Journée Nationale des messages de sympathie: M. Vincent AURIOL, ancien président de la République. M. René MAHEU, directeur général de l'U.N.E.S.C.O. M. Henri LAUGIER, ancien secrétaire général-adjoint aux Nations-Unies. M. le général CATROUX, grand chancelier de la Légion d'Honneur. M. Léon LYON·CAEN, premier président honoraire de la Cour de Cassation, président d'honneur du M.R.A.P. MM. Georges DUHAMEL, le pasteur Marc BOEGNER, Wladimir d'ORMESSON, de l'Académie Française. Mme la princesse BIBESCO, de l'Académie Royale de Belgique. Julien CAIN, membre de l'Institut, administrateur gé· néral de la Bibliothèque Nationale.

M. Jean PAUL-BONCOUR, ancien président du Conseil ; Mme Jacqueline THOME·PATENOTRE, député; MM. Paul BASTID, membre de l'Institut; Diomède CATROUX, député; Daniel MAYER, président de la Ligue des Droits de l'Homme; Pierre METAYER, sénateur; Marius MOU· TET, sénateur; Edmond MICHELET, André PHILIP, Jean PIERRE·BLOCH - anciens ministres. • M. Emile ROCHE, président du Conseil Economique et Social. MM. Raoul BAYOU, Pierre COMTE·OFFENBACH, Gérard DElIAUNE, Paul DURAFFOUR, Pierre MAROUAND GAI· RARD, Achille PERETTI, maire de Neuilly; Louis ESCAN· DE, maire de Mâcon; Gabriel PERONNET, Arsène BOU· LAY, Jean ROYER, maire de Tours; Maurice NILES, mai· re de Drancy; Pierre GODEFROY, Roger JULIEN, J.·P. PALEWSKI, Arthur RICHARDS, Maurice SCHNEBELEN, René TOMASINI - députés ; Mme Suzanne CREMIEUX, sénateur. Mgr LALANDE, président de Pax Christi; MM. Jacob KAPLAN, Grand Rabbin de France; le pasteur Charles WESTPHAL, président de la Fédération Protestante de France; l'abbé PIERRE, le Révérend Père FLEURY, le pasteur Henri ROSER, l'ingénieur général Louis KAHN, président du Consistoire Israélite de France. M. l'Amiral MUSELlER, ancien chef des Forces Françai· ses Navales Libres. MM. le gouverneur général DELAVIGNETTE, mem· bre de l'Académie des Sciences d'outre-mer; le général LE CORGUILLE. M. Jean MAZARD, conseiller à la Cour de Cassation. M' André BOISSARIE, ancien procureur général. MM. Georges DARDEL, président du Conseil Général de la Seine, maire de Puteaux; Auguste GILLOT, conseil· ~II/iiiiiiiiiii/iiii/iiiii i iii ii iiiii/II I! II/ii//i/iii111111/111 1 11/llillllllllllllllllllllllll.':; , L Y a~)ait' fm,Lle, le dimallche, 24 ma~, ail palals de 1 U.N.E.S.C.O., ou se derou- _ lait la xv" .Tournée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. _ La liste des personnalités présentes, des messages reçus de France et de l'étran- _ gel' (l) suffit à faire apparaître l'éclat et le § retentissement de cette traditionnelle l'en- : - contre, ainsi que l'union toujours plus am- ~ - pIe réalisée à l'appel du M.R.A.P. ~ _ Dans la grande salle de conférences, se trouvaient, mêlées aux Parisiens, plusieurs délégations importantes de province, ve- - nues de Lille, de Lyon, de Strasbourg, de

Nîmes, d,e Saint-Quentil/, de Rouen, de Clermont-

Ferrand, etc. Les jeunes étaient parti: culièrement nombreux et actifs. Sans distinction d'origines, d'opinions politiques, de confessions, tous les partici- - pants ont écouté les exposés des rapporteurs, les interventions, les témoignage~ avec une égale attention, qui ne faiblit pas : _ d'un bout à l'autre de ces assises laborieu ses. Ouvriers ou professeurs, commerçants _ ou artisans, juristes, médecins ou étudiants, ~ tous ont, d'un commun élan, exprimé leur volonté de poursuivre ensem.ble un combat efficace pour bannir de notre pays ces .dis criminations, ces préjugés, ces hames qu'inspire le racisme, et dont ils ont dressé le bilan. Ce fut une Journée utile, riche en promesses pour l'avenir. (1) Voir les messages de l'étranger en page 12. WlIIIIIIIIIIII"I"11111111111111111111111111111111111111111111/11111111111111111111111111111111ê, horizons ... 1er général de la Seine, maire de Saint-Denis; Fernand LEFORT, conseiller général de la Seine, maire de SaintOuen; Robert LEVOL, conseiller général de la Seine, maire du Plessis-Robinson ; OUATREMAIRE, maire de Noisyle- Sec; Mme Louise CADORET, maire-adjoint de Gennevilliers. MM. les Professeurs Pasteur VALLERY·RADOT, Laurent SCHWARTZ, Jacques BEROUE, Marcel COHEN, Piero re GEORGES, Ernest LABROUSSE, André HAURIOU, Ro. bert WAITZ, Pierre WERTHEIMER. M. André BERTRAND, directeur du Département des Sciences Sociales de l'U.N.E.S.C.O. M. P.H. CHOMBART DE LAUWE, Mme ISAMBERT.JA· MATI, maîtres de recherches au C.N.R.S.; Mme Marie· José CHOMBART DE LAUWE. Mlle LA FAY, chargée de mission nu Ministère de la Population. Mmes Francisque GAY, Yves FARGE, Marguerite Jean· Richard BLOCH.

MM. Jean CASSOU, Conservateur en Chef du Musée d'Art Moderne; Bernard H. ZEHRFUSS, architecte en chef des Bâtiments civils et palais nationaux. MM. Jacques CHABANNES, président de la Société des Gens de Lettres; le compositeur Darius MILHAUD; les écrivains Anne PHILIPE, Claude AVELINE, Pierre de BOISDEFFRE, Jean COUE, Maurice DRUON, Jacques NAN· TET, Emmanuel ROBLES, Armand LANOUX, André SPIRE. Mme Clara CANDIANI, productrice à la R.T.F. Les cinéastes Léonide MOGUY et Maurice DELBEZ. Les peintres Jean PICART LEDOUX, Suzanne ROGER et André FOUGERON. Les chanteurs Rika ZARAI et Jeanl FERRAT. M' Philippe RHEIMS, commissaire-priseur. La Confédération Française des Travailleurs Chrétiens. M.Georges LAURE, secrétaire général de la Fédération de l'Education Nationale. M. Henri FAURE, président de la Ligue Française de l'Enseignement. Mme Marie·Elisa NORDMANN-COHEN, présidente de l'Amicale d'Auschwitz. M. René CERF-FERRIERE, vice-président de l'Associa· tion Nationale des Anciens Combattants de la Résistance. Mme Madeleine REBERIOUX, secrétaire du Syndicat National de l'Enseignement Supérieur. Mme H. CARON, secrétaire générale de l'Union Fémi· nine Civique et Sociale. B. BERCOVICI, président des Volontaires Juifs Anciens Combattants 1914-18. M. Armand KAPLAN, secrétaire général du Congrès Juif Mondial. M. L. PEYSSARD, président du Comité National d'Information et d'Action Sociale pour les « gens du voyage ".


4

êllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllUU~ ~ ~ LA JOURNËE NATIONALE Jean :SCHAPIRA 1 • • vain membre du Bureau National du M.R.A.P., qui ouvre la Journée Na· tionale. Il présente brièvement la Déclaration des Nations Unies sur ~_:_ l 'élimination de toutes les formes Les mythes racistes en 1964 de racisme, votée à l 'unanimité le - 20 novembre dernier par l'assem· blée générale de l'O.N.U. Etudier la situation en France à partir des analyses et des sugges· tions contenues dans ce texte, tel est le but de la Journée Nationa· le . Pour commencer, trois orateurs, Mlle Colette GUILLAUMIN, atta· chée de recherches au C.N.R.S. ; - M' Charles LEDERMAN, président de l 'U.J.R.E. et M' Jean SCHAPIRA, l'un des secrétaires nationaux du M.R.A.P., examinent différentes formes et manifestations du racis· me, des plus subtiles aux plus vi· rulentes. - mU1l111111111 111111111111111111 1111111 11111i 11 11 11 111111111111111 111r.: CHARGE d'analyser les thèmes actue ls de la propagande raciste en Fronce, Me Jean Schapira, secrétaire national du M.R.A.P., en évoque tout d'abord l'évolution depuis la fin de la guerre ; recons titution après 1945 de l' internationale néo nazie de style hitlérien, « fondée sur le mythe de la supériorité germanique et souhaitant une Europe nettoyée des juif »; régression vers 1962, en France, du « ra cisme hitlérien pur » et ct influence d'un racisme nouveau : la défense des Blancs contre les continents d'outre-mer ", avec pOur résultat la création, en France, de l'O.A.S., noyau actif aidé par les ra - Mlle Colette GUILLAUMIN En lisant la presse quotidienne ... TRAVAILLANT depuis plusieurs années à rechercher le racisme dans la presse quotidienne, Mlle Colette Guillaumin , sociologue, s'efforce de définir la presse : Il Si on tente de la définir d'après ses récepteurs, c'est-à-dire ses lecteurs, elle est un véhi· cule : elle permet de recevoir et elle fixe un certain nombre de messages ... Mais si on la définit d'après son o,rigine, c'esl-à-dire à partir des groupes financiers ou d'opinions qui lu produisent, elle devi,ent alors un instrume~t de transmission et même un instrument (j'imposition de certaines valeurs, de certaines Opinions déterminées étroitement par l'orientation du groupe qui prOduit celte presse. " Il Mais, poursuit Mlle Guillaumin, le phé· nomène presse n'est pas aussi simple. Il est plus fructueux et plus réaliste de voir la presse comme un médiateur, de la considérer comme un mode de relation... Ce médiateur, elle l'est, parce qu'elle est fixa tion et transmission du langage. » Un racisme latent nié par la conscience et qui est passé à un plan caché, inconscient, et même souvent le rapport n'est pas aussi direct. On se trouve en face d'une manifestation marginale d'un système de pensée qui implique le racisme. » « Le racisme est donc un système continu qui s'insère à tous les degrés de pensée. Il n'est pas un « noyau isolable » qu'on peut cerner. Il est partout : il n'JI a donc pas de bonne conscience possible » ... cistes de Be lgique, d' All emagne, de Sui sse, d' Italie et d' Espagne. Les efforts des « théoriciens » « En 1964, dit Me Schapira, deux fa cteurs conditionnent la mythologie raciste en France : premièrement, le processus de décolonisation ... « ... Deuxièmement, le caractère mondial des problèmes du racisme : les événements d'Afrique du Sud, de l'Angola au du Sud des Etats-Unis débardant du cadre national, c'est l'opinion mondiale qui s'en empare. » Ce cond it ion nement historique et pal itique marque nécessoirement les thèmes de 10 propogande raciste qui vont se carcc téri ser par la « prolifération d'oeuvres ayant la prétention de justifier le racisme sur le plan théorique et par la hiérachisation du racisme » . « Aujourd'hui, déclore l'o rateur, une espèce d' intelligenzia raciste, qui cherche à pénétrer les milieux intellectuels et surtout la jeunesse, s'ottaèhe, dans la presse spécialisée, à « faire de la doctrine ». « Bien entendu, cette presse nie être raciste. Pourtant, elle préconise la « sépa -· ration » dans les pays où se pose le problème d'une minorité ethnique, prenant exemple sur les Bantoustans en Afrique du Sud. « Les racistes, pour ces gens, sont ceux d'en face, ceux' que nous appelons les ant iracistes, et l'un de leurs arguments consiste à dire : « Nous ne sommes pas des « racistes, c'est vous qui l'êtes, dans la « mesure où vous créez un racisme anti « blanc des noirs et des jaunes. .. Quantités et qualités Conce rnant la « hiérarc hisation du racisme », Me Schapira di stingue, parmi les « théoriciens » actuels, ceux qui mettent l 'accent sur la « défense de la civilisation occide ntale » por l'ensemble des Blancs, ct ceux qui créent parmi les Bl ancs une échelle des voleurs, selon les vieilles for mules à peine renouve lées. 'Pour les premiers, il s'agit de foire face à des masses non-blanches : « Masse jaune (c' est le fameux péril jaune), masse noire et masse arabe. » Ils présentent le monde de l'avenir « comme un véritable déferlement vers les zones blanches des cantinents nouvellement indépendants ... « Ils ont abandonné le vieux mythe de la supériorité germanique. Les Latins, les Ibères, les Germains, les Scandinaves sont priés de se grouper. Ils courent un danger unique. Dans ce racisme là, les juifs ont leur place parmi les Blancs, et l'on nous dit : « Les juifs, ce sont des sémites, c' est « vrai, mais, après tout, ce sont des Blancs « comme nous. » Les différences de structures sociales, e ll e-mêmes, n'entrent pas en rigne de compte ; Mr Schapira c ite un article de Bardèche, dans « Défense de l'Occident -, selon lequel ; « L'Union Soviétique, blanche comme nous, doit faire front commun avec nous. C'est l' interprétation qui est donnée par toute cette presse du conflit idéologique auquel naus a ssistans actuellement. ,. Cependant, ce « racisme à prépondé rance quantitative Jt,. coexiste avec un « 1"0- cisme à prépondérance qualitative JO. C'est dans le cadre de celui-ci que se situe l' anti'sémitisme. A l'intérieur du monde blanc, les « théoriciens » de ce racisme « refusent la « corruption juive _, et on en arrive nécessairement aux doctrines, sinan de génacide nazi, du moins de la ségrégation JO. Ainsi, Bordèche se prononce pour un « sionisme à l'intérieur JO de notre pays, c'est-à- dire, en bon français, paur des camps, des zones où les juifs, « carps étrangers _, ne seront pas mêlés au reste de la nation •. Ce racisme a ntijuif est souvent inavoué, et masqué sous des considérations « antiploutocratiques ». Analyser, expliquer, désomorcer ces mythes, telle est la tâche du M.R.A.P., et « cette tâche, concl'ut Me Schapira, si elle est nécessaire auprès de tous, c'est auprès de la jeunesse qu'elle est la prus indispensoble ». Si le langage est un moyen d'information , c'est aussi « le ."eflet d'une culture et le véhicule de cette culture » qu'il faut entf'ndre au sens étymologique et SOCiologique, c'est-à·dire comme « l'ensemble de ce qui forme une société depuis les techniques de pensée jusqu'aux techniques du corps en passant par le langage et toutes les habitudes sociales ». Me Charles LEDERMAN Une agitation La presse, qui est langage écrit et par là, médiateur de la cUlt).tr!:l, exprime et fixe cette culture et porte en elle-même le racisme dans la mesure olt il est constituant de cette culture. On va se trouver alors en face de niveaux différents d'expression du racisme : « d'abord un racisme militant et ouvert qui ne semble pas exister dans la presse quotidienne : il n'y est jamais un but » ; ensuite, un racisme occasionnel dont, pratiquement, la presse entière est atteinte : « A une fréquence différente, suivant les quotidiens, avec une forme d'expression qui peut varier, il s'agit d'un racisme qui est déclenché par les situations conflictuelles ou par les événements inattendus. Il ne pré· sente pas de cohérence doctrinale, il éclate par éclairs, sous la pression extérieure des événements. Il n'est pas inutile de ,rappeler que ce racisme occasionnel et manifesté devient de plUS en plus rare. L'évolution de ces vingt dernières années, l'évolution objective des rapports entre puissances, la découverte des génocides nazis à la fin de la dernière guerre l'accession à l'indépen· dance des peuple; qui avaient été colonisés ont créé une mauvaise conscience et cette mauvaise conscience a modifié peu à peu les e.rpl'essions du ,racisme sans le supprimer. » « C'est donc un racisme latent, explique Mlle Guillaumin, qui se rencontre dans la presse quotidienne actuelle ». Résurgences ... « Ce ne sera pas dans les professions de foi ni dans les informations qu'on trouve· ra le racisme mais au niveau des signes, des mots choisis pour exprimer une ,réalité, et au niveau de la syntaxe, dans l'ordre des mots, leur présentation, l'ordre de la phrase, dans les précautions oratoires employées ... » « En général, il ne s'agit pas d'une dissimulation volontaire d'un racisme connu et conscient : il s'agit plutôt d'une ,résurgence sous une forme voilée d'un racisme qui est Me CHARLES LED E RMAN, avocat à la Cour, commence en soulignant qu'en F ra nce sont édités à des milliers d'exempla ires et vendus librement au k iosque, des journa ux « qui prônent délibérément le racisme ». « Ils s'appellent, pal' exemple, « L'Europe Réelle », indique l'orateur, et se disent - je cite - « périodique de combat pour un nouvel OI'dre européen », avec comme mot d'ordre : « dé fense de la race ». I ls s'appellent « Le Viking» et s,e disent « organe de combat des Vikings de France, section française de l'Internationale nordique prolétarienne » dont le drapeau est frappé d'une croix gammée à peine déguisée, et le mot d' o.rdre clame: « Aryens de tous pays, ttntSsez- vous ». « Le Vikin.q » exalte - je cite - « l'homme nordique, la volonté faite race qui tend à la toute-puissanc,e biologique » et déclare - fe cite - « que la colonisation de la terre par la race la plus capable est le sujet de la gu,erre ». Des périodiques comme « Minute », « Rivarol », « Aspects de la France », « Défense de l'Occident », « EltrOpe Action », « Charivari », et d'autres enpermanente core; des liv res comme les r ééditions de Gobineau sont a uss i les a rmes de cette danger euse propagande qui entretient et exacerbe les préjugés existants dans l'opinion : « séquelles de l' oecapation hitlérienne, des vieilles traditions antisémites, du régime colonial et de la guerre d'A lgérie ». . Ces publications, pou r tant, ne font Jamais l 'objet de poursuites pour racisme. « Elle se rattachent souvent, montre Me L ederman, à des organisations fascistes (Parti National-Socialiste Prolétarien, Restauration Nationale, U.D.C.A., Amis d'Edouard Drumont, Fédération des Etudiants Nationalistes) qui ont toutes soutem, plus on moins ouvertement l'O.A.S. et qui continuent d'en exalter l'action » par différ ents moyens : g raff iti sur les murs, réu nion s, a ttentats, agressions. Les « amis de Drumont » Certaines de ces organ isations sont tout à fait légales et donc « protégées par la loi française » .. Ainsi, « la Socité des Amis d'Edouard Drumont », charqée de réPandre l'enseignement dIt fond'ateur de « La Libre Parole ». grOltpe entre mttr,es Maurice Bardèche. directeur de la revue « Défense de l'Occident » et l'tm des dirigeants de l'I nternational. e néo-na:::ie, Henri Coston, directeur de « Lectures Françaises », qui fut SOltS ['occupation Propagandiste nazi, Georqes Gaudv. d' « Aspects de la France »; Xavier Vallat. ex-commissaire aux questions il/ives. B.eau de Loménie, de « Fraternité Française » et Dominique Venner de « Jeune Nation ». Tous ces et • • ImpunIe messiem's sont effectivement tli,qHes d'être les disciples dtt penseur de la « Libl'e Parole », de la « France Juive », de cet homme qui, le lendemain de la mort de Z ola, titrait dans son journal « Fait divers natltraliste : Zola asphyxié. » « Mais, poursuit Me Lederman, ces publications et ces groupes n'agissent pas ·isolément. Ils se rattachent à une véritable internationa/,e néo-nazie qtti fédère d'après ce que nous savons ISO à 200 organisations et qui se manifeste de l'Europe Occidentale à l'Amérique et du Moyen-Orient à l'Australie. » E t il cite en part icul ier l'o rganisat ion S.S. de Skozeny, le Mouvement social italien, le Mouvement néo-fasciste de Mosley, le Mouvement social européen, c réé à Malmoë en 19SI, la Jeune Légion Européenne, dont le siège est à Bruxelles, l'Union mondiale des nationaux -socialistes, dont les deux « führers » sont l'Anglais Colin Jordan et l'Américain Rockwell, etc ... C'est cette internationale néo-nazie qui a organisé l'évasion d'un criminel S.S. depuis la R.F.A. j usq u'en Egypte. C'est elle qui organîse des manifestations c1'anciens S.S. et orchestre des' campagnes 1'acistes dans le moncle. Des mesu res s'imposent qui sont convenues, souligne Me Leclerman, dans l'article Q de la Déclaration cie l'O.N:U. adoptée le 20 novembre 1961. « Si le qouvernement français s'en inspirait, conclut-il. nous pourrions entre autre faire adopter dans notre .pays ltne lé.oislation qui se trouve d'ailleltrs établie dans les Propositions de lois élaborées par le, M.R.A.P. »

J/i1111111111I111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIê

~ ~ LA JOURNEE NATIO. NA,.L E !_ MALADIE étrange que le racisme: les hommes qui en sont 11i11II1I1II11I11I1I11I11I1I1I1I1I1I1I!:l:' atteints font, de ce fait, souffrir d'autres hommes. Pour ces derniers il en résul]te souvent des drames cruels: le génocide brise les âmes - avant de détrui:e les corps ... Avoir pleinement conscience de ce que représente le Le docteur LE GUILLANT racisme - pour celui qui le pratique et pour celui qui le subit - cJes~ mieux com- ~ prendre la nécessité de le combattre. Un prof'esseu,r ~e psy~hologle, M. Otto KLINEBERG, et un psychiâtre, le Dr LE GUILLANT, etudient brillam'!'ent les d~ux ~ faces de ce mal. Un autre chercheur, le sociologue P.-H. MAU CORPS, tire de premiers ~ enseignements de l'enquête réalisée, l'an dernier, par le· M. R. A. P. ~ Un ~IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII1!11111I1111111!11111111111!1 1 1 1!' 111!1I11111!11111111!1I1111I11111I1111!1I11!11111!1!11111II1I11II1I11I1I11I1I11111111111111111111! lllli~ Le professeur Otto KLINEBERG : Les préjugés raciaux PROFESSEUR de psychologie à l'Univ~ rsité Columbia de New·York, M. otto Klineberg s'attache tout d'abord à apporter une définition du « préjugé ». « Le préjugé représente un pré·jugement, un jugement que l'on fait d'avance sur quelqu'un sans attendre de faire sa con· naissance, sous prétexte qu'il appartient à un groupe ethnique. )1 Facteurs économiques ... Puis l'orateur analyse les origines des préjugés : cc D'abord, il y a une explication, dit-il, que l'on continue à discuter mais qui ne me semble pas valable : elle consiste à présenter le préjugé com· me le résultat d'une agressivité innée dans la nature humaine et qui rend le préjugé nécessaire et universel. Or, le préjugé ne se montre pas parmi les petits enfants. )1 De plus le degré du préjugé contre les Noirs, par exemple, varie suivant la lati· tude, il n'est pas le même « disons à Johanesburg et à Rio de Janeiro )). Si le préjugé n'a pas ce caractère d'innéité, il est certain que l'enfant l'apprend « de ses parents, de ses institu· teurs, des moyens de communication de masse, des manuels scolaires très souvent et des institutions comme la ségrégation qui lui enseignent que les autres sont différents de nous. )) Poursuivant l'analyse du préjugé, M. Otto Klineberg montre qu'il est lié à un facteur économique : « le préjugé peut être dû au désir de gagner, de pré· server quelque chose, très souvent un avantage économique, en maintenant les autres dans une position d'infériorité. On peut s'emparer de leurs terres, de leur argent, de leur or, mais toujours en donnant une « bonne raison )), même souvent une raison a.pparemment morale, ou, dans certains cas, religieuse : on a parlé du fardeau de l'homme blanc, en anglais « the white man's burden )) ; en français, on a parlé de « mission civili· sa.trice )). On exploite certains groupes parce qu' « ils ont besoin de nous, qu'ils nous sont inférieurs ou qu'ils sont mé· chants )). ... et frustrations Le professeur Klineberg ajoute qu'il se greffe Sur le facteur économique, un fac· teur psycho-économique, qui explique corn· ment le préjugé se développe moins chez les personnes satisfaites de leur situa· tion que chez les mécontents. « ••• En outre il y a des individus, qui à cause de leur expérience, peut-être de leur enfance ou de leurs frustrations dans la vie, ont plus tendance à montrer des préjugés que les autres. )) A partir d'expériences faites aux EtatsUnis, « on a découvert qu'il y avait une convergence, une homogénéité dans les préjugés raciaux : ceux qui acceptent cer· tains groupes ethniques ont tendance à accepter les autres ; ceux qui rejettent certains groupes ethniques ont tendance à rejeter les autres )) ... Une action multiple « Finalement, conclut M. Otto Klineberg, il faut regarder le préjugé comme étant dû à plusieurs facteurs. C'est un complexe muIti.dimensionnel. Pour cette raison, le traitement des préjugés doit être également multidimensionnel. n faut combattre à la fois les préjugés et la discrimination, parce que le préjugé" mène à la discrimination et inversement, la discrimination produit le préjugé. C'est un cercle vicieux qu'il faut couper en plusieurs points simultanés. )) Le professeur Paul-Henri MAUCORPS . Premiers enseignements de t'enquête du M.R.A.P. L'AN dernier, à l'occasion de la précédente Journée Nationale, le M.R.A.P. avait lancé une enquête sur !e racisme en France. L'analyse des résultats, portant sur 200 réponses, a été assurée por une équipe de chercheurs scientifiques, animée conjointement par l'écrivoin Albert Memmi, professeur à l'Ecole des Hautes Etudes, et M. Paul Maucorps, Maître de Recherches au C.N.R.S. Elle fero l'objet d'une publication, cet outomne. Ces 200 personnes, explique M. Moucorps, proviennent '" de toutes les régions de France, avec une légère prédominance pour Paris et la Seine ., elles représentent trois catégories sociales : '" professions libérales, étudiants et lycéens, corps enseignant - le prolétariat agricole et indu~triel étant pratiquement absent des re· ponses D. Les ôges vorient de 14 à 89 ans; la mojorité se situant entre 15 et 55 ons. Les thèmes proposés étoient les suivonts

1. Actuolité du racisme; 2 . F-ormes et monifestotions du rocisme (que M. Maucorps quolifie comme étant « insidieuses, lorvées, violentes, brutales ») ; 3. Causes du roci sme et couses de l'ontisémitisme ( Deux phénomènes qui ont des racines communes, mois de profondes et très larges différences J»; 4 . Action contre le raci sme. la première fois ... « Il est évident, dit M. Mauco rps, que l'échantillon n'est pas représentatif de tous les sujets qui ont répondu. Il n'est pas représentatif de la nation française dans 50n ensemble et peut-être même pas des adhérents, des membres du M.R.A.P. " Cependant, je fais tout de suite une réserve à ma critique. C'est la première fois dans l'histoire des questionnaires d'intérêt, d'aptitude, d'opinion, que l'on . jette un coup de sonde sur ces problèmes em· brassés dans une telle diversité et dans une totalité aussi diverse. ,. M. Moucorps formule encore quelqu~s observations sur le procédé employé : un questionnaire écrit est moins direct qu'une enquête sur ploce et offre oux répondants 10 tentation de déborder du cadre des questions. Il donne ensuite quelques indicotions sur la réalisotion de l'ouvroge qui se prépore sur 10 bose de l'enquête. Il ouro 200 pages et « sera précédé d'une introduction indiquant les intentions de ce questionnaire, les critiques, ainsi qu'un essai d'Albert Memmi, sur la nation du racisme, envisagée sous un angle scientifique ». L'exposé des réponses a été éloboré grôce à 10 méthode de l'analyse du contenu et sera illustré de tobleaux, de chiffres ovec pourcentoges. Une entreprise de gl\Ond intérêt .•• « Quel est l'intérêt et l'originalité de cette entreprise? demande M. Moucorps, qui répond en deux points : « Le M.R.A.P. a su, avec les quatre thèmes qu'il a soiintense drame IL n'est pas fa cile d'ex poser un pro~ blème aussi complexe que celu, des incidences du racisme sur la santé mentale », commence le Docteur Le Guillant, médecin-chef de l'hôpital psychiatrique de Villejuif. La difficulté de les faire apparaître a empêché de~ études systématiques sur ce sujet: et SI elles existent, ces études restent très peu connues ou très parcellaires. Rejetés par la Société .•• « Cependant, poursuit l'orateur, je crois que la psychiatrie peut vous apporter quelque chose dans ce domaine:. D'abord, Le trouble mental réalise touj0t4rS des sortes d'analyses et de grossissements. Il faut, pour qu'on atteigne au trouble mental, que des sQuffrances morales éprouvées aient ttne intensité particulière, qUie le drame humain, au sens où l'entendait Politzer, ait une intensité particulière et qu'il atteigne l'individu très profondément. Enfin, peut·être .qagnonsnous souvent la confiance et la confidence du malade et pouvons-nous pénétrer plus profondément en lui-même ... J'ajouterai que le malade mental a été un des premiers objets de la ségré.qation, de la réjection, de l'aliénation au sens philosoPhique de cette expression, d'une sorte de racisme qfti a cherché ses justifications dans des concePtions sur l'hérédité ou la dégénérescence.... Une part importante de notre pratique vise à combattre ces préjugés, à resocialiser, à désaliéner, à réintégrer les malades dans la coUectivité qui les a rejetés ou dont ils se sont écartés. :. Le Docteur Guillant montre par des chiffres récents que les groupes visés par le racisme, ou simplement les déracinés sont plus sujets que les autres aux troubles mentaux. Sur 100.000 malades internés dans la Seine, on compte 261 hommes et 237 femmes nés dans ce département; 281 hommes et 297 femmes originaires de gneusement distingués pour les diversifier ensuite à l'intérieur, cerner a réalité du racisme, tout en évitant deux écueils... : les sujets n'ont jamais été mis en position fausse comme lors d'un référendum, où il faut dire oui ou non, alors qu'an ne sait pas très bien quelle est la question posée » ••• et ce livre n'est pas, en conséquence, un assemblage d'études de caraco tère théorique. « Le deuxième point, poursuit M. Maucorps, qui nous semble intéressant et ori. ginal dans l'initiative du M.R.A.P., est qu'e" réalité ce livre, qui n'est pas fait par des spécialistes, qui a été fait par les 200 répondants, est devenu ce que i'appellerai, si vous me pardonrrez son caractère analogique, une espèce de 'bréviaire de l'antiraciste. Autrement dit, en chacun de nous sommeille un raciste qui s'ignare, les répondants ne se sant pas fait faute de le dire dans leurs réponses, et nous, nous en profitons pour montrer, pour dénuder les aspects sournois, insidieux du radsme. « Nul doute, conclut-il, que ce travail est appelé à rendre les plus grands services aux enseignants, aux jou'rnalistes, aux hommes politiques, à toutes les personnes enfin appelées, par leurs fonctions et leur situation, à aborder ce terrible problème. » humain prov ince, auxq uels il faut a jouter :)27 hommes et :~88 femmes ' nés en Bretagne (région d'origine de l'oratem ) . Quant aux internés étrangers leur nombre s'élève à 470 h~mes et 455 femmes'

et les « FranBis d'outre-mer »

(essentiellement noirs et Algériens) à 947 hommes et 68r femrnes. P our ces derni ers, le chiffre est donc trois fois plus' élevé que pour les orig-inaires de la Seine. Le Docteur Le Guillant souligne que, pendant la guerre d'Algérie, le taux des Algériens musulmans atteints de maladies mentales s'est accru. « Il m'a semblé .cependant, ajoutet- il, bien qu'aucune étude n'ait été faite là-dessus, que ceux qui étaient pro F.L.N. étaient plus indemnes que ceu).," qui étaient pris entre leur ·identification muFrançais, leur soumission et leur rh'olte. » Prenant le cas d'une malade, le Docteur Le Guillant démontre combien il est difficile à un « transplanté » d'assumer ses contradictions internes, mélange d'opposition et d'identification à un nouveau milieu qui, trop souvent, le rejette. Une telle situation prévaut dans les rapports entre c le colonisé et le colonisateur

. - mais aussi, . très souvent,

précise l'orateur, dans certaines formes de « racisme social ». Il indique, en particulier, que la condition domestique. est fréquemment génératrice de troubles mentaux. A l'extrême, des réactions semblables peuvent affecter « les jeunes, quelqfte peft opprimés par les adultes ». l'individu et son groupe Abordant le problème sous un autre angle, le Docteur Le GuiIIant poursuit : c A côté de déterminations socio-économiques, qui sont évidemment fondamentales, on ne peut pas comprendre la virulence du racisme sans faire, appel à des mécanismes individuels; parmi ceuxci, le besoin d'appartenance à un groupe (d'où les particularismes, les chauvinismes et les nationalismes) formé au tout premier âge de la v~e et dont l'individu garde longtemps la nostalgie, me paraît très important. ) « Naturellement, cet en-groupe., comme on dit en lan.qage psycho-sociologi( JUie, a des visages concrets, un langage, des usa.qes, des coutumes, des valeurs et des règles, des croyances, un lieu, un décor, auxquels ce besoin d'apparte1tance au groupe est étroitement conditionné. Lorsque cette appartenance à un groupe, la cohésion de celui-ci sont menacées par la pénétration d'mtires univ ers , par la culturation, l'intégration à d'autres coJlectivités, et surtout par le rejet, naissent les frustations, l'inc.?rtitude, les contradictions. Et cette an.qoisse, dont .le vous disais qu'elle était la mère des trOl~bles mentaux. D'où les réactions de défense et d'attaque visant à atténuer cette solitude, à rétablir la sécurité, le bien-être que donnait le groupe primitif_ Ces nostalgies, c'est airt.$i que l'on dési.qnait autrefois les troubles mentaux , survenant chez les transplantés où « l'autre » devient tin ennemi, et cette aliénation, sont des cattses très fréq1tentes des troubles mentaux ou, tout simplement, de l'anxiété et de malaises divers. »

  • Le Docteur Le Guillant conclut en indiquant

que deux sortes de solutions sont possibles : l'une qui consiste à constituer des groupes fermés sur euxmêmes et qui apporte un apaisement momentané, mais qui, tôt ou tard, engendre de nouveaux conflits. cc L' aftire solution, la. seule véritable à mon s,ens, difficile mais réellement prospective, est celle qui, tout en conservant l'a pport pro pre à chaque .qroupe, tend à faire des « esperanto » sociaux, natiollanx et culturoels. S eule solution li long te rme· des rascismes, seule voie vers la paix et la fraternité. » 6 'marie-Magdeleine CARBET LA JOURNËE NATIONALE « Chargés de de la tous les pêchés MARIE-MAGDELEINE CARBET, membre du Bureau National du M.R.A.P., dons son interveniton, fera l'historique de la condition des « parias », exposera leur situation actuelle en Fronce et à l'étranger, et enf;n posera le problème des réalisations à venir. Antillaise d'origine, elle s'efforcera de parler « salis ac rimonie, mois non pas, hélas! sons subjectivité, sons passion, et j'ai grand' peur, d it-elle, qu' une partie de l'assistance, je veux parle r des ex-colonisés, qui sont dons la salle, ne soit vra iment la seule capable de me suivre tout à fait. Au reste de l'a ssistance, je vois demander un effort particu lier de sympathie, dons le sens ètymologique de ce mot ». terre ... » parents d'enfants naturels: « C'est la seule fa çon d'endiguer la marée noire qui nous menace » , telle est la franche explication du rapporteur de ce projet. • cc Où en sommes-nous en Fra nce ? », demande Mme Corbet. ({ Nous devons ét endre notre propagande par tous les moyens : films, specta cles, litté rature antirociste, obtenir le concours de la presse, de la radio, de la télévision. » A propos de ce dernier moyen, « pourquoi, note l'oratrice, notre idéal à nous, antiracistes, n'obtiendrait- il pas aussi sa place à la t é lévis ion fran ça ise, comme les a ssociations re ligieuses ? » Foire pression sur l'opinion publique afin d'obtenir le vote des lois de protection, tel est l'objectif immédiat en Fronce. RETROUVER L' INNOCENCE ••• aux regards d'autrui; un être qui fe ra it tout, jusqu'à se renier soi -même, pour év iter pare il supplice à ceux qui l'aiment, aux enfants qui noissent de lui. » Terminant son bouleversant plaidoyer, Mme Corbet souligne : « Là est le crime premier du premier qui, pour justifie r privilèges et obus scandaleux, inventa de déclarer son f rère un animal d' espèce inférieure et là aussi la mena ce sur ceux: q~i refusent de se rendre aux raisons de la science, de l' équité, de la prudence, qui renoncent à retrouver, avec la justice et la fra ternité, l' innocence enfin. » M. HANNOUN: '.11111111111111111111111111 11111111111111111111111111111IIIIIIIIIIIIIIII!: ~ ~ - PARIAS : le mot n'est pas trop fort pour exprimer le

sort de ces êtres humains

qui, victimes de discriminations à la fois raciales et sociales, non seu· _ lement subissent de quotidiennes et douloureuses humiliations, mais en· core sont privés du bien·être le plus _ élémentaire, des facilités, des droits sans lesquels ils ne sauraient amé· - Iiorer leur condition. - - - - - - - - Ou'on ne dise pas: cela n'existe pas chez nous. Au cours de la Journée Nationale, a retenti le cri des hommes à la peau noire, des Algériens, des Gitans. Des juifs hantés par le cauchemar de 6 millions de morts, ont dit leur inquiétude et leur volonté d'agir face aux menées du néo-nazisme. Le souvenir des massacres d'Arméniens, lui aussi , fut évoqué - témoignage de ce qu'il en coûte de laisser faire les bourreaux et d'oublier leurs crimes. .fI111 1 11 1 1 1 11 1 11 ! 1 1 11 1 1 1 1 1 1111 1111 11 1111 1 11111 1I 11 1 1I11I1I1IIBIIiII I I~ Mme Corbet pose tout de suite les couses économiques du racisme cor, expliquet- elle, « La notion de race est relativement tardive don ... l'histoire. .. c'est avec l'avènement du c.talisme, et l'épanouissement du colonialisme qu'elle est rée llement entrée dons l'histoire » , entraînant l'esclavage des indigènes et l'enrichissement des colons. DES FAMILLES ECARTELEES ... Et a ujourd'hui, le racisme recule grâce aux progrès de la science qu i démontre qu'il est une e rreur. " n'a pou rta nt pas désarmé. « Il ne suffit pas de comprendre, il fout descendre dons l'arène, s'écrie Mme Corbet, il fout lutter. contre soi et contre les outres » . Cor, « c'est l'attitude du blanc qui fait le nègre là où il n'y avait tout d'abord qu'un homme et seulement un hom· me, un nègre qui, s'il est né colonisé, descendant d'esclave, est depuis des ons, des décodes, depuis des siècles, une victime tellement éprouvée, tellement dépersonnalisée, déracinée, coupée de son climat, de sa religion, de ses moeurs, de ses ancêtres, de SOI"! frère, de ses fils, une victime maintenue ou niveau du sol por chaînes, carcans, par la misère, la faim, l'ignorance et le mépris; un animal à ce point expulsé de lui-même qu'il se croit, qu'il se soit coupable de respirer, coupable d'être, coupable d'être couleur de nuit, coupable d'être pauvre, démuni et sole et rebutant et couvert de toute l'infâmie, chargé de tous les péchés de la terre; un être qui serait tenté de s' extirper de sa peau pour se soustraire "Quand le mensonge et la haine tuent ... " « Ainsi, en Afrique du Sud, on peut légalement écarteler des familles parce que les gens n'ont pas exactement la même pigmentation de peau. Aux' Etats-Unis, la gomme des manifestations de la ségrégation est infinie : elle va depuis l'interdiction de se désaltérer à la fontaine publique jusqu'à l'octroi d'une corde au bout d'une branche, de quelques projectiles dans la carcasse, d'une charge d'explosifs dans la maison », et d'une peine de prison pour les Dam les couloirs entre deux séances. (A gauche, Marie-Magdeleine CARBET J. APRES avoir salué la Journée Nationale a u nom de l'Amicale des Algér iens en France et en Europe, M. Hannoun rappelle les raisons de sa présence ; l'attachement du peuple algérien « à la défense de l'intégrité et dc la dignité de l'homme, à la lntte contre toutes les formes de racisme, de colo· nialisme ou de néo-colonialisme. » « Mais, enchaîne-t-i1, il est d' autrCl'ô raisons, quotid!en,nes, JocaJJes. Chaque' jour, en effet, alors même que la guerre d' Algérie a pris fin depuis plus de deux ans, nos frères émigrés sont victimes de menées racistes. A Nice, c'est l'Algérien qu'on écrase volontairement en plein jour. A Cagnes, c'est l'Algérien qui paie de sa vie le fait dc danser avec une Européenne. A Denain, Valenciennes, Roubaix, etc., c'est la conjonction entre des harkis et certains policiers nostalgiques d'une époque que le peuple algérien veut oublier, conjonction dirigée contre nos compatriotes qu'on provoque, qu'on assassine, qu'on ra.fle, qu'on fouille. ({ A Marseille et ailleur,s, ce sont des pOliciers racistes qui apposent sur les cartes d'identité de nos compatriotes un cachet qui n'est pas sans rappeler certains procédés de triste mémoire. Dans certains journaux, c'est le mensonge odieux et délibéré, c'est l'appel à la haine de l'Algérien, c'est la grande manchette dénonçant l'assassin au teint basané, avant même que les enquêteurs se prononcent et alors même que dans la plupart des cas le Nord-Africain accusé se révèle innocent. » M. Hannoun fait appel à la solidarité de tous pour que cesse cette pénible situation car, conclut-il, « pour vaincre Je racisme aux multiples visages, il n'existe pas d'autre solution que l'union de tous. » Un message de l'AGYA L'Amicale Générale des Travailleurs Algériens en France a adressé un message à la XV· Journée Nationale, dans lequel elle fait état ({ des discriminations, des vexations, des rebuffades et même des raids sanglants qui ne cessent de s'exercer contre les Algériens, victimes, par ailleurs, d'une violente campagne de presse ». Car, « pour beaucoup, lit-on dans ce message, il est encore difficile d'admettre que les pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique Latine, existent par eux-mêmes, qu'ils :ne sont pas seulement des sources de matière première et de main-d'oeuvre à bon marché ». Mme Dauid: "Les 6i1ans SDnI des hommes el des· Cilouens " LA secrétai rc des Etudes Tsiganes, Mme David, fait le point de la situation actuelle des Gitans en France, examinant « en q1toi ceux-ci, tels qu'ils sont, relè'vellt bien des mesures de protection préconisées par la déclaration des Nations-Ul1ies sllr l'élimination de toutes les forllles de- discrimination raciale. » Originai res d'Orient, les Gitans ont apporté en Europe le goût des voyages. Aujourd'hui, partiellement fL'Cés ou c01llplétement sédentaires, ils g-ardent un certain style de "ie qui attire la curiosité et souvent l'hostilité des « gadgés » (non-gitans), hostilité qui a pu aller jusqu'~ l'extermination des Gitans par les nazIs. L'attitude hostile des autorités locales qui interdisent le stationnement des nomades clans la C01llmune empêche « la scolarisa/ioll, les SOillS aux malades ou l'exéclI/ioll des forli/alités admillistratives nécessaires ». « liTais ql/(' de • .'icllllellt ces réactions ilulivid ueU es lorsqu'el/es sont amplifiées et propagées par les moyens modernes de l'inforll/a/ioll' » s'écr ie Mme David qui cite de" cas di\'ers où des l-agots rapportés par la presse ont provoqué des drames. En France que fait-on pour ces citoyens qui font leur service militaire, paient leur patente et leurs impôts, remplissant ainsi tous leurs devoirs de Français? Une circulaire récente essaie d'améliorer les lois de 1912 et 1926 qui visaient surtout à soumettre les nomades à une, surveillance étroite, empêchant ainsi leur évolution normale et leur intégration dans la communauté française. Cette même circulaire annonce notamment « que l'action quotidienne des ser· vices de police à l'égard des pf!.rsonnes d'origine nomade, qu'elles soient séïIentarisé, es de fraîche date OH continuent à voyager, ne smwait se baser sur le plan de la répression pure mais doit, plus qlte par le passé, être conçue comme impliquant également ttne notion d'aide et d,e conseil ». En 1949, était créée l'Association des Etudes Tsiganes pour encourager les initiatives visant à améliorer la situation de tous les tsi~anes. Il n'y a pas d'unité tsigane, d'où la complexité des mesures à promouvoir ; « terrains de stationnement dotés d'ttn équipement socio-culturel pour les familles itinérantes, logements pour tels groupes sédentarisés, cours pré et postcolaires, . formation professionnelle, équipement sanitaire, etc ... » « En 1960, ajoute Mme David, fut créé le Comité National d'Action et d'Information sociales pour les gens dl~ voya. qe, qui établit 1tne liaison entre le~ organism, es et les personnes s'intéressant aux Gitans. L'action du Comité National, soucieux d'assnrer la prol1wtion des tsiganes dans le respect des d'roits de chacun, nomades et sédentaires, se situe dans une perspective ess.entiellement francaise qui, insensiblement, s'oriente vers une action da1ls tl1l cadre européen. » En 196.1, une personne chargée spfcialement du relogement des Gitans et de l'équipement des terrains fut nommée auprès du Ministère de la Santé Publique et cie la Population. Il est prévu de former des assistantes sociales qui rechercheront la meilleure adaptation de leur action aux familles gitanes. Mais il reste fort i faire. « L'oPinion se forme, déclare Mme David, .qrâce aux émissions de radio ~t de télévision, aux films, aux reporta.qes dans les .10ltrl1au.1:, aux conférences » et il faut souhaiter, grâce à ces efforts et ceux à venir, que « disparaîtront rapidement ces actions l'acistes, ces 111esnres discriminatoires intolérables que déclenche sOtwent le stJ'le de vie originale de nos amis gitans et tsiganes, poss.esselH's d'une culture, de talents et d'ulle merveilleuse richesse affecti~'e. » M. Armand LOCA • • « Nous, les IIt...l uus, les Antillais, originaires C:C: 1"IIIIIIII d'un pays dit « département d'outre-mer », nous souffrons de formes multiples, souvent camouflées, du racisme », déclare M. Armand Loca, représentant l'Amicale Générale des Travailleurs Antillais et Guyanais. Nous avons été profondément marqués dês notre plus tendre enfance par la discrimination raciale, explique-t-il. En Guadeloupe, en Martinique, en Guyane et en Réunion, le brassage de toutes les races offre malheureusement un terrain favorable pour ceux dont la devise est « diviser pour régner » et cette méthode est utilisée chez nous_ C'est ainsi que l'on nous apprend au catéchisme que le bon Dieu est blanc et que le diable est noir_ On voit dans une même famille les parents sous l'influence de ces préjugés, marquer une préférence pour les enfants dont la couleur de la peau se rapproche le plus de celle attribuée au toutpuissant, si bien qu'une véritable ségrégation s'instaure entre frères et soeurs_ A Pointe-à-Pitre, par exemple, dans une école religieuse, on n'accepte les enfants qu'à partir d'une certaine couleur de peau_ li M. Loca insiste sur la survivance des préjugés, le caractère discriminatoire de l'application des lois sociales en Guadedoupe, Martinique et Guyane, sur la po- Ci-dessus : Un des doyens du M.R.A.P. Henri Krziwkosky, interviewé dans les couloi. rs de l'U.N.E.S.C.O., avant la séance de l 'après-midi. .ci-dessous : L'écrivain Léonard Sainville à la tribune. au début de la séance du matin. 7 L~ JOURNËE 'NATIONALE M. Alfred GRANT •• Antillais ... » litiquf de dépeuplement . l'immigration organisée et compensée par la venue de C.R.S. ou de r epHés d'Afrique du Nord. La situation des Antil~ais immigrés n 'est malheureusement guère meilleure : discriminations dans le trava il, le logement ; racisme dans la vie quotidienne sans aucun recours : « La situation de l'immigré antillais est donc particulièrement critique : il est considéré en fait comme étranger bien que juridiquement français. » " Notre organisation, l'Amicale Générale des Travailleurs Antillais et Guyanais, conclut M. Loca, a décidé, non seulement de soutenir, mais d'apporter son adhésion au grand Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix_ Tous ensemble, formons la grande famil· le de la compréhension universelle, pour la pa.ix et l'amitié entre les hommes de bonne volonté. » M. Isi BLUM Une impunité qui n'a que trop duré ... » M: ALFRED GRANT, secrétaire général de l'Union des Sociétés Mutualistes Juives de France, apporte tout d'abord les salutations et le témoignage de la solidarité de son organisation à la XV" J ournée Nationale. Puis il fait part de quelques-unes des réflexions que lui ont inspirées certains des rapports, et en particulier celui du bâtonnier Arrighi concernant la nécessité d'une légi slation antiraciste. Au nom des sociétés qu' il représente, il souhaite que le M.R.A.P. accroisse « les démarches, le's délégations auprès des .qroupes Parlementaires, 1ttilise t01tS les moyens d'infor·mation afin qu'il soit mis fin à l'imp1mité dont iouissent les propagateurs de la haine raciale ». • • Cai' il ne faut pas minimi5'er le danger que représentent des livres comme « Les Volontaires » de Saint-Loup, ou des journaux comme « Riva rol », « Le Viking », etc... « Lès écrits hitlérien,' ont abouti au génocide », rappelle M. Gra nt, qui évoque avec émotion l'inauguration du monument cie Treblinka, à laquelle il vient d'assister. ({ Quinze années... et la ~uite» Montrant la nocivité cI'une brochure comme « Le judaïsme sans farci », M. Grant rappelle qu' « 1tne loi condamnant le racisme comme cr·ime contre la société n'est pas tout : il y a lieu de v eiller sur l'application d'une teUe loi ». RAPPELANT l'aide et la sympathie témoignées par l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs, au M.R.A.P. naissant, il y a 15 ans, M. Isi Blum, secrétaire général de cette organisation déclare notamment : " Nous avons contribué à la création du M.R.A.P. car, pour nous, chaque coup porté contre le racisme et l'antisémitisme éloigne le spectre de la guerre et chaque victoire sur la voie de la paix crée un climat étouffant pour le racisme et l'antisémitisme ". Il insiste particulièrement sur le danger de la renaissance du nazisme : « Les LA PRESSE anciens combattants juifs qui ne veulent pas oublier les massacres nazis de la der· nière guerre et qui, à chaque occasion, exaltent l'héroïsme des combattants et le calvaire des martyrs se rangent toujours aux côtés de tous les patriotes, de tous les antiracistes afin de contribuer au combat pour la fraternité entre les hommes et l'amitié entm les peuples, pour la justice, pour la liberté ... " M. Isi Blu m termine son intervention en souhaitant « que dans un proche avenir, peut·être avant son XX' anniversaire, le M.R.A.P., soit amené à convoquer un congrès extraordinaire pour dresser l'acte de décès du racisme et de l'antisémitisme, pour se féliciter de la détente, de l'entente et de la fraternité enfin établies sur notre planète et pour proclamer solen· nellement, l'autodissolution du Mouvement, le M.R.A.P., mission accomplie n'ayant plus de raison d'être ". « Cela est possible, conclut-il, si nous tous, nous nous mettons au travail avec encore plus d'ardeur, pour mener en commun l'action du M.R.A.P. Commentant la résolution cie l'O .N .U. relative au raci sme. il insiste sur le problème cie la tolérance : « La toléranc.e, décla r e- t-il , ex irle le respec t des particular ism es. la rec01lnaissance des traits ethniqu es. des trad'it ions cult1weUes, en wn mot des caractéritiques créées par l' histoire, qui ont subi certes' des change1llents, mais souvent SO ItS la contrainte. » Avant cie conclure SUI' l'espoir « d'un monde de paix et de fraternité » . M. Grant souhaite « l'é tablissement de relations de bon voisilla{fe entre les pays arabes et l'E tat d' I sraël (fui 7/11 fêter son 16" anniversclire ». M. NAZARIAN .• , « Le devoir de ne pas oublier» G« ENOCIDE : ce mot ... prend tout son sens et tout son poidS lorsque l 'on parle des Al'méniens », commence M. Jacques Nazarian, vice-président du Centre d'Etudes Arméniennes, qui rappelle qu'en 1915, deux millions d'Arméniens furent massacrés par les Turcs. Cependant, poursuit-il, « notre propos n'est pas de parler des morts, mais de défendre les vivants en dénonçant, en démasquant toutes les formes du racisme, que ce de.rnier soit r elatif à la couleur de la peau Olt à tout autre caractè:re ethnique, racial, moral ou r eligieux. II ET LA JOURNEE NATIONALE Il faut rester vigilants, châtier les criminels, pour éviter qu'un autre führer ne déclare comme Hitler le faisait le 22 août 1939 : cc Notre fo:rce doit résider dans notre rapidité et notre brutalité. J'ai donné l'ordre à des unités spéciales de S.S. de se rendre Sltr le front polonais et de tuer sans pitié, hommes, femmes et enfants. Qui donc parle encore aujourd'hui de l'extermination des Arméniens ? II La presse quotidienne et hebdomadaire a largement fait écho aux manifestations qui ont marqué le XV' anniversaire du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix : la gala du 26 avril, au Théâtre National du Palais de Chaillot, puis la Journée Nationale du 24 mai . Citons en particulier les articles de Pierre Paraf, Jean Schapira et Charles Palant, parus à la veille de la Journée Nationale, respectivement dans" Combat ", " Libération " et l' " Humanité ", les comptes rendus de nos assises donnés par la quasi-tota lité des journaux parisiens; le grand article sur le M.R.A.P., publié par" Pax Christi " ; les communiqués divers pas s és notamment par " Tribune Socia liste ", " Témoignage Chrétien ", " L'Express ", " Le Figaro Litté ra ire ", etc. Tous nos amis se fél icite ront de cet appui apporté à la cause ant irac iste. Le M.R.A .P. exp rime ses remerciements à tous les journa listes qui ont ai ns i informé l'o pinion de son action . L'opuscule raciste et fasciste qui s'intitule « Europe Action » a, lui aussi, consacré un copieux article ù notre Journée Nationale. On se doute qu'il s'agit d'un grossie)' amalgame de contre-vérités, exhalant la haine de tout ce qui touche à la défense des valeurs humaines. Le succès et le retentissement d'une grande manifestation dédiée à la fraternité ; l 'accord réalisé entre démocrates de tendances diverses en vue de poursuivre l'action nécessaire de salub,rité publique contre la pègre raciste, voilà qui met hors d'eux les nostalgiques de l'hitlérisme et de l'O.A.S. Ils se sentent visés et c'est tant mieux. De semblables attaques viennent périodiquement nous confirmer que nous sommes dans la bonne voie. cc Ainsi, pou.r avoir, donné une prime au crime, conclut M. Nazarian, en reconnaissant l'annexion de territoires auparavant vidés de leurs habitants naturels, les nat ions dites civilisées ont laissé germe)' les semences de racisme dont l'épanouissement a valu aux Polonais, aux Fr ançais, et sut'tout aux juifs, le traitement que l'on sait. Jl 1 A NOS LECTEURS En raison dit compte rendtt de la Journée Nationale, ce numéro de « Droit et Liberté » se trouve amputé de ses rubriques mensuelles et de nombreuses informations n'ont pas pu êtr.e publiées. Nous espérons toutefois que nos lecteurs prendront connaissance avec 1:ntérêt des travaux de la Journée Nationale, et qu'ils am'ont à COEur en antiracistes conséquents, de faire mieu_~ connaître autour d'eux notre M Oltvement et notre journal à l'aide de ce numéro particulièrement riche et signi - ~~ . Le prochain numéro, celui de juillet, retrouvera sa forme IlObitnelle. le président Pierre PARAF· «Une tâche • Immense , a l'échelle de l'humanité » TEMOIN attentif et combattant de toutes les luttes antiracistes, Pierre Poraf, président du M.R.A.P.,· évoque à grands traits, à t ravers sa propre expé rience, l'histoire du racisme depuis un demi - s ièc le, a vant d'en tracer le panorama dans le monde d'aujourd' hu i. Les sources de la haine L'affaire Dreyfus donna libre cours à l'antisémitisme religieux et politique. « Cinquante ans après, constate l'orateur, le premier, sous l'influence d'une, révision profonde des préjugés de l'Eglise à l'égard d'Israël, à laquelle des Mouvements co'/'/!1IIe le nôtre, où jttifs et chrétiens fraternisent, ne sont pas étrangers, est partolll en recuL Le mensonge dn peuple déicide est abandonné ... « Mais l'antisémitisme politique, lui, est loin d'avoir disparu ... Il n'a cessé d'être inspiré par des motifs essentiellement économiques, ,encore valables aujourd' htti : jalousie à l'égard de cellû qui doit travailler plus pour pouvoir subsister en terre étrangère, désir de s'approprier de,s biens et d'enrichir personnellement les chefs des nonveaux régimes des dépo'uilles des victimes: et surtout, volonté de détourner sur des minorités sans défense les .fustes colères des peuples qtti auraient explosé contr,e leurs propres gouvernements ... » Et Pierre Paraf rappelle successivement les pogromes, les violences, le numérus clausus, les zones de résidence, « tolérés et or.qanisés par l'empire des tsars » à l'encontre des juifs de l'Est ; puis « les massacres de la terreur blanche qui suivit la révolution d'octobre»; enfin le nazisme qui « d'un faisceau de violences et de corruptiOtlS a fait tin système », et qui, « avec les t01'ches des criminels, a embrasé l'Europe ». A propos du racisme colonial, « dont longtemps, à lIotre honte, la conscience semblait plus aisément s'accommoder », l'orateur déclare : « S,es mobiles étaient quelque peu différents. Mais ses méfaits, bien que corrigés par d'incontestables apports sur le plan de l' hy.qiène, et, dans une mesure insuffisante, de l'instruction, n'en furent pas moins grands. « Sur des continents entiers, des richesses du sol et du sous-sol, que la misère, l'ignorance avaient empêché d'exploiter, étaient accaparées par des nouveattx venus. Les cultures nationaLes étouffées. Les populations n'étaient soustraites à l'esclavage des tyrans locaux q1M pOttr être soumises à lm esclava.qe déguisé de maîtres de l'e,xtérieur. E t ceux-ci ne découvraient les vertus des colonisés qu'mt 'moment des pltts grands périls, pour les lancer dans des guerres où leurs intérêts ne se trouvaient pas concernés. « Au racisme national et économique s'ajoutait alors le racisme de peau ... C'est lui, sa cupidité, son inhumanité qui a été l'un des plus grands obstacles de la communauté fraternelle que n'ont cessé de souhaiter les meilleurs esprits européens. » Ne pas attendre ... Qu'en est-il aujourd'hui? « La fin dn nazisme, la fin du colonialisme devraient 10.qique111ent porter au racisme des coups mortels », affirme Pierre Paraf. Mais il souligne que la division des vainqueurs a encouragé la renaissance du racisme hitlérien et que si les préjugés à l'encontre des peuples de couleur ont reculé, ils n'ont pas disparu, comme le montre la chronique Quotidienne. « Il est, poursuit-il, deux points névralgiques du monde où. le racisme antinoir sévit de manière spectaculaire, les Etats-Unis et l'Union Sud-Africaine. Nulle assimilation dans notre esprit entre les deux gouvernements, même si les oppresseurs sont étroitement apparentés. « En abordant le problème noir américain, le M.R.A.F. 11e manquera jamais de s'incliner devant la glorieuse mémoire d,e J.-P. Kenned'V. assassiné à Dallas au moment même où il venait de défendre l'é.r;alité des !loirs. « Mais les descendants des cotonniers que la guerre de Sécession a vaincus, les sucriers et Les pétroliers n'ont rien appris, rien oublié. » Après avoir décrit les muIt:iples aspects des discriminations raciales aux U.S.A., Pierre Paraf ajoute : « Cependant, la ségrégation recule. On a l'impression d'assister aux derniers sursauts d'oPPresseurs encore solides, mais dont la défaite est inscrite dans l'histoire,. L'essentiel est de ne plus trop attendre, de -devancer par une justice rapide la menace de lendemains sanglants, le dan.qer d'un contreracisme ... :. P uis il aborde la situation des Noirs en Afrique du Sud, « bien plus dangereuse et plus révoltante encore pour la conscience internationale, parce qu'elle est légalisée, stabilisée. » « I ci, déclare-t -il, le racisme est institutionnel. La ségrégation s'applique à tous les domaines, sous toutes les formes avec une rigueur imPitoyable et ridicule ... Il s'agit de maintenir s o~ le joug une main-d' oeuvre indispensable à l'exploitation du sol et du sous-sol, au profit des grandes firmes sttd-africaines ou internationales ... « Aux victimes les plus abandonnées de ce vieux colonialisme, nous exprimons ici notre sympathie indignée, notre solidarité fraternelle. » Dénoncer partout le mal. •• « Mais, poursuit l'orateur, hors du néo-nazisme, hors du colonialisme, le racisme demeure encore et nous connaissons trop la profondeur du mal pour en être surpris. Notre devoir est de Le dénoncer sous tous les régimes et sur tOtts les points de la terre ... « Le M.R.A .P. a réagi, voici quelques setnaines, avec la vigueur même que lui dictaient ses sentiments amicaux pour l'Union des R épubliques Soviétiques, où le racisme est proclamé hors la loi, en dénonçant une brochure" « Le juâaïsme sans fard », qui a été ultérieurement désavouée. Cette scandaleuse publication ne doit plus être qu'un tnauvais souvenir. « Nul ne saurait prétendre, au reste, que dans l'ancien empire des stars, l'antisémisme soit extirpé. Nul ne pourrait, sans manquer à ses dev oirs, témoigner la moindre tolérance aux actes ou aux préjugés racistes qui lui seraient signalés. Pas plus que tomber dans le piège de, ceux qui chercheraient en ces séquelles d'antisémitisme, l'occasion de réveiller ou de créer de funestes divisions ... ::. « Le 1'aciszne de certains pays du Proche-Orient, dit -il encore, dont nous avons salué l'indéPendanÇf!. eût un racisme plus national que reli.qieux, Il étend peu à peu son hostilité de l'Etat d'I sraël au judaïsme tout entier. Des anciens nazis y jouent, parmi les conseillers de la Républiq!te Arabe Unie, un rôle dangereux pOtW la paix et provocant pour la morale internationale, « C'est un des traits du racisme que tous les éléments s'y interfèrent, que partout les nationalismes réveillés tendent à l'exaspérer. Si l'observateur doit faire équitablement le déPart entre le chauvinisme et l' hostilité proprement raciale, le militant n'en éprouve pas moins d'inquiétude devant certains appels à l'extermination nationale, et doit réagir, app1tyé sur le concours de tous les peuples, avec la même éner.qie. » Signalant les heurts qui opposent, « dans notre monde en perpétuelle mutation. Turcs et Grecs à Chypre, Indiens et Pakistanais, Ethiopiens et Somaliens », Pierre Paraf poursuit : « La mission de notre Mouvement contre le racisme, qui est aussi 'un Mouvement pour la Paix, est d'appeler partout Ott sang-froid, à la négociation. (SUITE PAGE 13.) Le Bâtonnier Paul ARRIGHI : «La France se do une législation al S 'IL est « aussi beine ne flfeest , ruapnp porrotsb ldèems es occruiéctiéasl ehtu qmuai,i nàe sm eonnt raev ies,l lceos nqduitei olna nvei l chacun d'entre nous dans le monde, c'est bien le problème du racisn commence le bâtonnier Paul Arrigh i, qui rappelle le postulat du racisme: SI riorité d'une race par rapport aux autres, ce qui a conduit aux pires des criI au génocide. Le B.â tonnier Paul ARRIGHI arrive dans la salle de conférences, accompagné de ) sieurs membres de la commission juridique du M.R.A.P . (On reconnait, de gauche à dro M" J ean Schapira, J ean Nadd, Armand Dymensztajn, Henri Garidou, Marcel Ma nvil " Tous les démocrates, vous tous par conséquent ici, affirme l'orateur, sont convaincus que, le racisme, ce n'est jamais que l'expres· sion d'un système de pensée qui est fondamentalement irrationDel, qu'il est dénué de toute base scientifique et qu'il va à l'encontre de ce qui est une de nos raisons de vi. vre : l'humanisme. » Des principes à l'action Et pourtant, en 1964, il existe encore un pays, l'Afrique du Sud. où le racisme est une règle de droit. Dans la majorité des pays, le principe de l'égalité des races est inscrit dans la Constitution. Si, jusqu'à une période récente les principes antiracistes relevaient essenti ellement du domaine philosophique. « ils sont devenus maintenant universels, constate l'orateur, et constituent un acquis définitif du droit des gens. Mais les principes restent presque tou· jours lettre morte tant qu'une législation ap· propriée n'est pas intervenue. » " Ainsi, aux Etats·Unis, explique M' Arrighi , qui s'ennorgueillissent, et ils ont raison, d'avoir été avec la France parmi les tout pre· miers, à promouvoir les droits de l'Homme, qui de nous ne frémit pas quand il constate que la loi contre la ségrégation reste le plus grand et le plus tragique des problèmes ? ,. En France, il est vrai que les manifesta· tions de racisme et d'antisémitisme sont spo· radiques. " Mais elles sont encore trop fréquentes

n'yen aurait·iI qu'une de temps à

autre que nous devrions protester et nous élever très haut. » " Je dis, s'écrie le bâtonni er Arrighi , qu'une véritable législation antiraciste est nécessaire parce qu'être antiraciste, ce n'est pas seule· ment avoir bonne conscience, ce n'est pas seulement faire oeuvre de bons sentiments, c'est défendre le droit à la vie, je dis bien le droit à la vie et à la liberté de tout être humain; c'est défendre également les sociétés elles·mêmes contre les dangers qui les menacent ... » Une nécessité urgente C( J'ai honte à penser qu'il faut encore agir pour que des lois défendant et sanctionnant le droit de chaque individu au respect de sa propre dignité, soient promulguées. " Car c'est une erreur de jugement que de penser que " les moeurs font la loi ". Si les lois ne servaient à rien C( pourquoi donc les racistes des Etats·Unis veulent·ils s 'oppo· ser à leur vote et à leur promulgation ? " C( ' Une législation antiraciste doit non sel ment proclamer un principe, mais sanction le racisme de fait, poursuit l'orateur. Le d a un rôle coercitif qui est essentiel. Tout dividu qui saura qu'il risque une peine hl tera - parce que les racistes ne sont forcément courageux - à se faire le pre gandiste du racisme. ,. Le décret Marchandeau, promulgué en l let 1939, suspendu sous Vichy, et remis vigueur à la libération , réprime uniquem l'outrage et l'injure adressés à un grolJ Mais " il ne s'attaque pas au mal lui·mêml sa portée est limitée car " l'initiative poursuites appartient aux autorités ". D'où la nécessité urgente du vote Parlement concernant les propositions de anti racistes élaborées par le M.R.A.P. et cueillies favorabl ement par un ensemble parlementaires, des communistes aux U.t Le sens de notre vie C( Ces propositions répondent point point à l'article 9 de la Déclaration sur l' mination de toutes les formes de discrimi tion raciale, adoptée à l'unanimité, le 20 vembre 1963, par l'Assemblée Générale Nations Unies, souligne l'orateur qui ajout Mme Rolande ATTUJ s, à j - rs ers ela le ue !{C nit le nt as ls ir, ut, ufiS », nt urn. Le Bâtonnier Paul ARRIGHI : «La France se doit d'adopter une législation antiraciste » S 'IL est en eff et, un « aussi bien les rappporrotsb ldèems es ocrcuiéctiéasl ehtu qmuaii, nàe sm oennt raev ies,l lceos nqduitei olna nve ieto duet chacun d'entre nous dans le monde, c'est bien le problème du racisme ». commence le bâtonnier Paul Arrighi, qui rappelle le postulat du racisme : supériorité d'une race par rapport aux autres, ce qui a conduit aux pires des crimes, au génocide. « Je me permets de vous rappeler pour que vous puissiez dire à tous ceux qui protesteraient contre cette proposition de 101, tous ceux qui auraient des idées différentes des nôtres, que ce n'est pas seulement la France, que c'est le monde entier à l'unanimité (l'Espagne comprise) qui a proclamé la lutte contre le racisme. " « Alors, conclut le bâtonnier Arrighi , ne croyez-vous pas que la France de la Déclara· tion des Droits de l'Homme doit être le - premier pays à mettre en application .Ies recommandations de l'Assemblée des Nations Unies ? Nous sommes en période de pleine mutation et le sens de notre vie, auquel je faisais allusion tout à l'heure, ce doit être que plus tard, un jour, quand on prononcera devant nos enfants le mot racisme, ils répondent

« Racisme ? Connais pas ".

Vue de la tribune pendant l'exposé du professeu droite, à côté du président Pierre Pl Le Bâ tonnier Paul ARRIGHI arrive dans la salle de conférences, accompagné de plusieurs membres de la commission juridique du M.R.A.P . (On reconnaît, de gauche à droite, M" J ean Schapira, J ean Nadd, Armand Dymensztajn, Henri Garidou, Marcel ManvilIe). « Tous les démocrates, vous tous par conséquent ici, affirme l'orateur, sont convaincus que, le racisme, ce n'est jamais que l'expression d'un système de pensée qui est fondamentalement irrationDel, qu'il est dénué de toute base scientifique et qu'il va à l'encontre de ce qui est une de nos raisons de vi. vre : l'humanisme. » Des principes à l'action Et pourtant, en 1964, il existe encore un pays, l 'Afrique du Sud, où le racisme est une règle de droit. Dans la majorité des pays, le principe de l'égalité des races est inscrit dans la Constitution. Si, jusqu'à une période récente les principes antiracistes relevaient essentiellement du domaine philosophique, " ils sont devenus maintenant universels, constate l'orateur, et constituent un acquis définitif du droit des gens. Mais les principes restent presque toujours lettre morte tant qu'une législation ap· propriée n'est pas intervenue. " "Ainsi, aux Etats·Unis, explique M' Arrighi , qui s'ennorgueillissent, et ils ont raison, d'avoir été avec la France parmi les tout pre· miers, à promouvoir les droits de l'Homme, qui de nous ne frémit pas quand il constate que la loi contre la ségrégation reste le plus grand et le plus tragique des problèmes ? » En France, il est vrai que les manifestations de racisme et d'antisémitisme sont sporadiques. " Mais elles sont encore trop fréquentes

n'yen aurait-il qu'une de temps à

autre que nous devrions protester et nous élever très haut_ » « Je dis, s'écrie le bâtonnier Arrighi , qu'une véritable législation antiraciste est nécessaire parce qu'être antiraciste, ce n'est pas seulement avoir bonne conscience, ce n'est pas seulement faire oeuvre de bons sentiments, c'est défendre le droit à la vie, je dis bien le droit à la vie et à la liberté de tout être humain; c'est défendre également les sociétés elles-mêmes contre les dangers qui les menacent ... » Une nécessité urgente « J'ai honte à penser qu'il faut encore agir pour que des lois défendant et sanctionnant le droit de chaque individu au respect de sa propre dignité, soient promulguées. » « Une législation antiraciste doit non seule· ment proclamer un principe, mais sanctionner le racisme de fait, poursuit l'orateur. le droit a un rôle coercitif qui est essentiel. Tout individu qui saura qu'il risque une peine hésitera - parce que les racistes ne sont pas forcément courageux - à se faire le propagandiste du racisme. " Le décret Marchandeau, promulgué en juillet 1939, suspendu sous Vichy, et remis en vigueur à la Libération, réprime uniquement l 'outrage et l'injure adressés à un groupe. Mais" il ne s'attaque pas au mal lui-même -, sa portée est limitée car « l'initiative des poursuites appartient aux autorités ,,_ D'où la nécessité urgente du vote du Parlement concernant les propositions de lois antiracistes élaborées par le M.R.A.P. et accueillies favorablement par un ensemble de parlementaires, des communistes aux U.N.R. Le sens de notre vie « Ces propositions répondent point par point à l'article 9 de la Déclaration sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, adoptée à l'unanimité, le 20 novembre 1963, par l'Assemblée Générale des Nations Unies, souligne l'orateur qui ajoute : M. Jacques DUCLOS •• c:c: Comme on arrache la mauvaise herbe ... » SALUANT la Journée Nationale au nom du Parti Communiste Français, M. Jacques Duclos, sénateur, souligne l'appui apporté par le groupe communiste de l'Assemblée Nationale aux prODOS'itions de lois du M.R.A.P. « tendant fi réPrimer la provocation à la haine raciale et à rendre plus efficace la législation sur la réPression de menées racistes et antisémites ». Car si le racisme n'a plus les forme~ virulentes d'une époque récente, il ne demeure pas moins une réalité en F rance. Une somnolente quiétude M. Jacques Duclos évoque alors les campagnes racistes et antisémites d'une certaine presse. Les tenants de l'O.A.S. et « les réactionnaires qui auraient applaudi en d'autres temps aux thèses nazies de la supériorité des aryens », alimentent la haine contre les Algériens, les Gitans, les Noirs, !ps J uifs. « Dans notre pays, poursuit M. Jacques Duclos, qui fut celui de la Déclaration des Droits de l'H omme, t01ttes les tn flnifestations de discrimination raciste doivent être combattues, il faut les arracher comme on arrache les mauvaises herbes. Une, journée comme celle-ci est utile, elle permet de rappeler utilement la réalité de la persistance du mal et contribue à préserver d'une somnolente quiétude favora ble au développement de ce mal. » L'orateur rappelle qu'en France, dam: certains établissements publics, on r efuse de servir les Noirs, les Algériens, victime~ dé ià de la chasse au faciès durant la ~erre d'Algérie. Les nostalgiques du passé ..• S'il n'est pas aussi faci le qu'il y a vingt ans de défendre les thèses racistes, malheureusement certains individus essaient de faire revivre cette époque. Et l'o rateur évoque avec indignation le « pèlerinage » que les S.S. voulaient faire en Normandie. « Laisser de tels pèlerins accomplir leur voyage sans protester équivaudrait en qtlelque sorte à les encoura.qer à recommencer. » Un autre facteur intervient, poursuit M. Jacques Duclos, c'est « l'e ffondrement dtl système colonialiste et l'accession à l'indépendance des Peuples soumis naguère à la domination colonialiste. Les nostalgiques du colonialisme ont tendance à considérer ces peuples comme des peuples mineurs, des peuples inférieurs et de là à tomber dans un comportement discriminatoire à l'encontre des hommes appartenant à ces peuples, il n'y a qu'un pas. l Soulignant la dure condition des travailleurs immigrés, surexploités, mal logés, il déclare : « De teUes condihons d'existence infli.qécs li des hommes 'l/ienus chez nous p01lr '\1 travailler et .'\1 créer des richesses sont de nature à provoquer des réflexes de discrimination plus ou moins colorés de racisme dans la population environnante. » Et il parle de la nécessité de la solidarité ouvrière : « La lutte contre le racisme, dit-il, n'est pas à mener seulement sur le plan des conceptions hnmaines. elle comporte aussi certaines implications .~ociales qtt'on ne sau.rait négli.qer. » « Le Parti Communiste Français, ajoutetoi!, est pleinement solidaire de vos efforts. Nous sommes avec vous dans le combat contre toutes les manifestations de racisme, quelles qu'elles soient, quel que soit le lieu où elles se prodtlÏsent. l Car c'est une erreur de jugement que de penser que « les moeurs font la loi ». Si les lois ne servaient à rien « pourquoi donc les racistes des Etats-Unis veulent-ils s'opposer à leur vote et à leur promulgation ? n Mme Rolande ATTULY, qui présida la séance du matin. « Que notre peau soit blanche, noire,

iaune, que, nous soyons bruns ou blonds,

nous sommes des hommes, conclut M. Jacques Duclos. C'est de nous tous qu'est faite l'Immanité pour laqt~elle nous rêvons et nous voulons un avenir de paix, de bonheur, de fraternité, un avenir où, selon le, mot d'un des hommes qui ont le plus fortement marqué notre époque de leur empreinte, il y aura pour tous du pain et a1tssi des roses. l f é t J j t l l 1 1 1 1 'adopter ciste » « Je me permets de vous rappeler pour que vous puissiez dire à tous ceux qui protesteraient contre cette proposition de 101, tous ceux qui auraient des idées différentes des nôtres, que ce n'est pas seulement la France, que c'est le monde entier à l'unanimité (l'Espagne comprise) qui a proclamé la lutte contre le racisme. " LA JOURNËE NATIONALE ~ 1lllllllllllIlIlllilllII! 11111111111111,"11111111 LllLlII1111I11 Il 11111 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII~ ~ A ! - l'issue de la précédente Journée Nationale, en_~ - mai 1963, deux propositions de lois, visant à ~ - combattre l'une la provocation au racisme, l'au- ê tre les discriminations raciales, étaient adressées à tous

les députés. Le M.R.A.P. reçut de nombreuses approba- 
:

~llllnllllllllllllllllllllllll\l~

lions, et trois groupes de parlementai- § res, représentant les grands courants S . politiques déposaient bientôt ces tex- § tes sur le bureau de l'Assemblée Na- §i_ tionale. §j Un an après, le Bâtonnier Paul Arri. § ghi vient dire combien il est urgent que § cette législation soit enfin adoptée, il d'autant plus que les Nations Unies, dans leur Déclaration du 20 novembre dernier recommande à chaque pays d'agir dans ce sens. Tour à tour, M. Charles de Chambrun, député du Centre Démocratique, et M. Jacques Duclos, sénateur communiste, confirment leur soutien et celui de - leurs amis à l'initiative du M.R.A.P., comme le fait dans une lettre, M. Ar. sène Boulay, l'un des députés socialis. tes qui a déposé les propositions de loi. De nombreux députés et sénateurs 3$ de toutes tendances avaient, d'autre « Alors, conclut le bâtonnier Arrighi . ne croyez-vous pas que la France de la Dé~ara. tion des Droits de l'Homme doit être le premier pays à mettre en application .Ies recommandations de l'Assemblée des Nations Unies ? Nous sommes en période de pleine mutation et le sens de notre vie, auquel je faisais allusion tout à l'heure, ce doit être que plus tard, un jour, quand on prononcera devant nos enfants le mot racisme, ils répon· dent : « Racisme ? Connais pas ". Vue de la tribune pendant l'exposé du professeur Otto KLINEBERG. Au premier plan, à droite, à eôté du président Pierre PARAF, M. Josué de CASTRO. § part, envoyé des messages de sympa- 1 thie à la Journée Nationale. ~IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII11111/111111111111111/111/11, M. Jacques DUCLOS •• «Comme on arrache la mauvaise. herbe ... » SALUANT la Journée Nationale all n0111 du Parti Communiste Français, M. Jacques Duclos, sénateur, soul ig- ne l'appui apporté par le groupe communiste de l'Assemblée Nationale aux prODOsitions de lois du M.R.A.P. « tendant à réprimer la provocation à la haine raciale et à rendre plus efficace la lé.qislation sur la répression de menées racistes et antisémites Il. Car si le racisme n'a plus les forme!' virulentes d'une époque récente, il ne demeure pas moins une réalité en France. Une somnolente quiétude M. Jacques Duclos évoque alors les campagnes racistes et antisémites d'une certaine presse. Les tenants de l'O.A.S. et « les réactionna, ires qui auraient applaudi en d'autres temps aux thèses nazies de la supériorité des aryens », alimentent la haine contre les Algériens, les Gitans, les Noirs, !ps Juifs. « Dans notre pays, poursuit M. Jacques Duclos, qui fut celui de la Déclaratio.n des Droits de l'Homme, toutes les ffl.flmfestations de discr·imination raciste doivent être combattues, il faut les arracher comme on arrache les mauvaises herbes. Une, journée comme celle-ci est utile. elle permet de rappeler failement la réalité de la persistance du rnal et contribue à préserver d'une somnolente quiétude favorable au développement de ce mal. ' L'orateur rappelle qu'en France, dan~ certains établissements publics, on refuse cie servir les Noirs, les AIg-ériens, victime~ déià de la chasse au faciès durant la guerre d'AIg-érie. présida la séanee du matin. Les nostalgiques du passé ... S'il n'est pas aussi facile qu'il y a vingt ans de défendre les thèses racistes, malheureusement certains individus essaient de faire revivre cette époque. Et l'orateur évoque avec indignation le « pèlerinage » que les S.S. voulaient faire en Normandie. « Laisser de tels pèlerins accomplir lettr voyage sans protester équivaudrait en quelque sorte à les encoura.qer à recommencer. » Un autre facteur intervient, poursuit M. Jacques Duclos, c'est « l'effondrement du système colonialiste et l'accession à l'indépendance des Peuples soumis naguère à la domination colonialiste. Les nostalgiques du colonialisme ont tendance à considérer ces peuples comme des p.euples mineurs, des peuples inférieurs et de là à tomber dans ftn comportement discriminatoire à l'encontre des hommes appartenant à ces peuples, il 1~'y a qu'ttn pas. » Soulignant la dure condition des travailleurs immigrés, surexploités, mal logés, il déclare : « De telles conditwns d'existence infligées à des hommes ven1{S chez nottS pour .1' travailler et :v créer des richesses sont de 1wture à provoquer des réflexes de discrimination plus ott moins colorés de ,.acis7Ile dans la population environnante. » Et il parle de la nécessité de la solidarité ouvrière : « La lutte contre le racisme, dit-il, n'est pas à mener seulement sur le plan des conceptions h1f11!aines. elle comporte aussi certaines implications sociales qtt' on ne saurait négliger. » « Le Parti Commu1/iste Français, ajoutet- il, est pleinement solidaire de vos efforts. Nous sommes avec vous dans le combat contre toutes les manifestations de, racisme, quelles qu'elles soient, quel que soit le lieu 011 elles se prodttisent. » « Que notre peatt soit blanche, noire, iaune, que, nous soyons bruns ou blonds, nous sommes des hommes, conclut M . .T acques Duclos. C'est de nous tous qu'est faite l'httmanité pour laqtwlle nous rêvons et n01{S voulons un avenir de paix, de bonheur, de fraternité, un avenir où, selon le, mot d'un des hommes qui ont le plus fortement marqué notre époque de letw empreint,e, il y aura pour tous du pain et aussi des roses. » M. Charles de CHAMBRUN : « Je crois beaucoup aux trompettes de Jéricho)) C« 'EST la deuxième fois que j'assiste à la Journée du M.R.A.F., et l'année dernière j'ai fait, ici, une découverte, déclare M. Charles de Chambrun, député. j'ai constaté avec stupéfaction que la France n'avait pas de léaislation destinée à réPrimer les actes de, racisme. « Le M.R.A.P., à cette éPoque, avait fait élaborer par des juristes des projets de loi et il avait demandé à des parlementaires de toutes opinions politiques de s'ltnir et de les déposer. M alheurettSement, bien que jeune parlementaire, j'avais déjà constaté que les projets déPosés par les parlementaires actuellement, s'ils n'avaient pas l'accord préalnble dH .qouz·ernement, risquaient de ,.ester lettre morte. « En conséquence, j'ai posé, par la voie de la procédure de la question écrite, une question à' M. le Garde des Sceaux, dans laquelle je l'ui demandais s'il ne jugerait pas !ûile de faire étudier par ses services des te_'l:tes lé.qislatifs destinés à réPrimer les actes de discrimination et de racisme. M. le Garde des Sceaux m'a répond1{ qtt'à sa connaissance ces actes n'e_'ristaient pas, et qu'il He voyait pas la nécessité d'une t,elle législa-' tion. Je suis revenu à la charge. J'avais demandé à nos amis du M.R.A.P. de m'établir une série de coupures de presse relatant différents actes d.~ racisme et de discrimination raciale. Nous avons préparé ce - dossier; ie l'ai envové au Ministère de la Justice et le dossier s'est perdu! 1) Comment arriver à vail)cre « oe préfu. qé » des services du Ministère de la Justice? M. de Cham brun formule alors une propositian qu'ît soumét à l'assistance : « J.e crois qu'il serait nécessaire d'accu. muler les dossiers de façon à ce qu'ils M. A. BOULA Y : devie//1/ent irréfutables, il faut que tOttt le monde y participe. Comment pouvez-vous y participer.~ Il est peu (f entre nous qui, au conrs d'une anuée, ne sont pas témoins directs ou indirects d'un acte de discrimination raciale ou d'une manifestation de racisme caractérisé. Je vous sug.qère d'être en quelque sorte des témoins et, chaque fois qu'ml fel act,e sera porté à votre connaissance, de le communiquer au M.R.A.P. de façon à ce que nous établissions ftn dossier complet. « Pour que ce dossier soit véritablement probant, il faudrait, chaque fois où cela est possible, que ces actes soit constatés par huissier. C'est un effort~ mais il vaut la peine de le tenter. « J'espère fJ1te, le M.R.A.P., à qui le n'en ai pas encore parlé, s'associe à c,ette proposition et ainsi, à l'aide des dossiers que 'Vous nous aure::: aidés à constituer, peut-être Pourrons-nous faire entendre raison au Ministère de la Justice ... Je crois beaucoup au.'!:. trompettes de J éricho... ~ « Courre celle lèure morale ... » M. Arsène Boulay, député du Puy-deDôme, a adressé, avant la Journée Nationale, le message suivant au comité du M.R.A.P. de Clermont-Ferrand: « J'ai le regret de vous confirmer l'im possibilité dans laquelle je me trouve Reportage photographique TROIS-MARDYKS de participer au rassemblemefLt natio. nal de dimanche prochain 24 courant, étant retenu ce jour-là dans ma circonscription par plusieurs engagements antérieurs. · . « Soyez cependant assuré, ainsi que vos amis du M.R.A.P., de ma solidarité et de celle de tous mes amis socialistes dans la lutte courageuse que vous menez contre la lèpre morale que constitue le racisme et veuillez trouver ici l'expression de mes sentiments bien dé. voués. » Le président Pierre PARAF · «Une tâche • Im!"Sfraire a l' ~ OUX intérêts AVAILLEURS Ef'.V T .,LANT au nom de la Confédération ~ Géné rale du Travail , M. André Toll et. secrétaire de l'Union Départementale des Syndicats de la Seine, souligne que le racisme ({ est par nature contraire à l'intérêt des travailleurs : il est source de division. Il est donc aussi, de ce fait un auxiliaire de la misère ", et de la concurrence professionnelle qu 'il risque d'attiser entre travailleurs français et trava illeurs immigrés. {( La C.G.T., ajoute M. Tol h~t, lutte con· tre les discriminations dans le travail, dans le salaire, dans le logement, dans les conditions d'existence en général. Elle lutte contre les conditions dégradantes qui elles-mêmes aggravent encore la ségréga· tion souhaitée par les racistes ". L'orateur rappelle que pour combattre le racisme antialgérien , la C.G.T. organise une conférence avec l'A.G.T.A., qu 'elle La C.F.T.C. • • « Nous' nous multiplie les cours d'alphabétisation et que ses efforts .s'orientent aussi vers l'immigrat ion plus récente des ' Noirs. Pour conclure, M. André Tollet apporte le soutien complet de la C.G .T. à l'action du M.R.A.P., car ({ il est dans la nature du mouvement syndical d'être par tradition internationaliste et fraternel, donc antiraciste ". , . • re/oulssons des efforts entrepris » La Confédération Française des Travailleurs Chrétiens (C.F.T.C.) a envoyé au M.R.A.P., sous la signature de M. Laurent Lucas, la lettre suivante à la veille de la veille de la Journée Nationale: « Nous avons bien ,reçu votre invitation à prendre part, le dimanche 24 mai, à la 15' Journée Nationale contre le racisme. organisée par votre Mouvement. Nous vous informons que nous ne pourrons participe." à votre manifestation. Notre attitude ne doit évidemment pas I!tre interprétée comme un désavoeu du but que poursuit votre association en organisant une telle réunion. V'ous n'ignorez pas, en effet, la conception fondamentalement antiraciste de notre organisation .. conception que nous traduisons journellement dans des gestes concrets sur tous les terrains où s'exerce notre action syndicale. Aussi nous réjouissons-nous des efforts entrepris, de quelque nature qu'ils soient, pour lutter contre le racisme sous toutes ses formes. Nous vous prions d'agréer , Monsieur le Président, l'assu.rance de notre considération distinguée. /1 • • le Julien AU BART • • Trésorier du M.R.A.P . pour développer NOTRE ACTION VOILA 15 ans révolus que le M.R.A.P. exprime , par le dynamisme de son action. par le dévouement de ses militants, par la notoriété des Français éminents qui lui apportent leur concours et par le soutien que lui accorde l'opinion publique, la plus large, la conscience antiraciste de notre pays. Voilà 15 ans maintenant que l'action du M.R.A.P. s 'esi répandue partout en France, par centaines se sont poursuivies ses manifestations à Pa ris et dans de très nombreuses villes de province. Mille et une fois , le M.R.A.P. est intervenu auprès des pouvoirs publics ou privés. De nombreux procès ont été engagés par lui ; certains ont été gagnés, tous ont été l'occasion d'alerter l'opinion, de soulever les masses contre l'antisémitisme. le racisme. Mille et une foi s , les murs de France ont été recouverts de nos affich es. Toutes les grandes villes ont vibré de nos meetings puissants. Dans les cours d'usines ou dans les facultés, dans les salles de café, dans les cinémas, dans les foyers de jeunes ou sur le pavé de Paris ; à Lille et à Marseille, à Toulouse et à Lyon, à Strasbourg et à Rouen, à Nancy et à Nîmes, partout dans la capitale, en banlieue, en province, à notre appel , les meilleurs fils et les meilleures filles du peuple de France ont condamné et combattu le racisme et l'antisémitisme en quelque lieu qu'ils se soient manifestés, qu 'elles qu 'en aient été les victimes. Dans la très belle oeuvre de Vercors que le Prix de la Fraternité, fondé par le M.R.A.P. , a justement couronnée, « ZOO ", la dernière réplique dit : « L'homme n'est pas dans l'homme , il faut l'y faire éclore !. .. » Nous qui combattons le racisme et l'antisémitisme, nous luttons pour fai re éclore l'homme dans l'homme, pour faire jaillir l'homme de sa vieille coquille d'ignorance et de préjugés, pour que l'homme partout devienne le frère de l'homme. A ce combat, les dirigeants, les militants du IV1.R.A .P. consacrent leur temps, leurs forces . A l'absence de moyens appropriés, les uns et les aut res tentent de suppléer par un surc roît d'efforts et de sacrifices . Après l'exposé du Dr Le Guill éOnt sur les incidences du racisme sur la santé me ntale, ne devrais-je pas vous faire un exposé sur les te rribles incidences de l'indi gence de nos caisses sur le développement de l'action contre le racisme ? Vous qui êtes là et dont la présence témoigne pour beaucoup d'entre vous d'une fid élité qui date de 15 ans , vous qui êtes là et dont la présence porte la promesse des succès de l'aveni r, sachez - mais vous le savez - que l'action suppose aussi les moyens de l'act ion. - Souscrire et fa ire souscrire, Prendre sa cart e du M.R.A.P. et en placer de nombreuses, Prendre des Bons de Sout ien et les diffuser largement, S'abonner à « DROIT ET LIBERTE " et faire s'abonner de nombreux amis, Prendre soi-même et susciter autour de soi toutes les initi atives pour donner au M.R.A.P. les moyens indi spensables à la poursuite et au développement de son combat, Voi là qU! nous semble être le premier devoi r de tout antiraciste conscient. La lutte contre le racisme et l'antisémitisme s uppose Ufle absolue confiance dans les hommes, dans tous les hommes. La nôtre est inépuis able qui s 'appuie sur la certitude que la fratern ité triomphe ra. Aidez-nous, aujourd 'hui et demain , à e n hâte r le triomphe. La mission du trésorier du M.R.A.P., à cette tribune, était de vous le demander. Pui s se-t-elle être aussi celle de vous reme rcier de l'avoir tout à fait compris. , « Hervé KERIEN Les lycéens face aux l11enees c'est C'EST peut-être l'aboutissement C:C: de quinze années d'action cons· tantc d'un Mouvement · tcl que le M.R.A.P. qui pcrmet à des jeunes nés à peu près cn mêmc temps quc lui dc s'organiser, de lutter pour les mêmes idéaux de liberté, de fraternité, établis- , . neo-naz.es » sant en quelque sorte un nouveau gage de vigueur pour l'avenir )), déclare Je jeune Hervé Kerien, représentant des comités antiracistes des lycées de Pari~ . Ils affirment, par sa voix, leur adhésion totale à la résolution de l'O.N.U. sur le racisme et leur solidarité avec tous les jeunes qui souffrent des discriminations aux Antilles, en Afrique du Sud, aux Etats-Unis. Le jeune orateur souligne que dans leur action, les lycéens antiraci'stes ont subi souvent les attaques des jeùnes nervis fascistes, car, déclare-t-il, « l'antisémitisme et le racisme subsistent ehez les jeunes, développés par certaines seandaleuses campagnes de presse dont les mots d'ordre sont repris par des groupements tels que la « Fédération des Etudiants Nationalistes II (F.E.N. ), les jeunes de Poujade, ou la « Restauration Nationale ll . « Nous nous sommes d'ailleurs élevés, poursuit Hervé Kerien, contI'e l'action ct l'existence de tels comités dans une vi. g'oul'euse protestation adressée au Ministère intéressé, et signée des représentan ts de 22 lycées et cinq facultés de Paris. )) Hervé Kerien r end alors hommage « à la conscience morale )) de ses camarades et à « l'aide précieuse de certains professeurs dans l'organisation des comités antiracistes )) qui: gagnent actuellement en province. Il rappelle les Objectifs à venir des comités antiraCIstes des lycées : « renforcer leur potentiel d'action par l'organisation de conférences et la projection de films; créer un bulletin de liaison qui soit un organe de réflexion et de combat

travaillel' plus étroitemer.t avec les

professeurs afin d'extirper toutes les formes de ra cisme et d'antisémitisme sous· jaeentes dans le milieu lycéen )). EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de literie et d'Ameublement et les grands Magasins, IO------------------------------------------------------------------~-------------------------------------- 111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111Il li L'ACTION contre le racisme 1 est une longue patience. ~ Elle requiert une vigilance ~ de tous les instants. Plusieurs ora. teurs viennent dire leur effort quoti. ~ dien, dans leur domaine propre, pour ê§ mener à bien cette action qui fait ~ E partie intégrante des luttes syndica. ~ ë les et de tout combat démocrati· :: E que. ~ § Au nom du M.R.A.P., dont le dyna- ~

misme a fait la principale force an- ~

~ tiraciste en France, Julien Aubart :: - montre la nécessité d'accroître nos ~ 1 ressources matérielles pour rempor· ~ ter de nouveaux succès. ê§ mllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllill1I11111111111~ M. André TOllET (C.G.T.) : Le • racisme est contraire aux intérêts DES TRAVAILLEURS PARLANT au nom de la Confédération Générale du Travail, M. André Tollet, secrétaire de l'Union Départementale des Syndicats de la Seine, souligne que le racisme « est par nature contraire à l'intérêt des travailleurs : il est source de division. " est donc aussi, de ce fait un auxiliaire de la misère ", et de la concurrence professionnelle qu'il risque d'attiser entre travailleurs français et travailleurs immigrés. « La C.G.T., ajoute M. TolI~t, lutte con· tre les discriminations dans le travail, dans le salaire, dans le logement, dans les conditions d'existence en général. Elle lutte contre les conditions dégradantes qui elles-mêmes aggravent encore la ségrégation souhaitée par les racistes ". L'orateur rappelle que pour combattre le racisme antialgérien, la C.G.T. organise une conférence avec l'A.G .T.A., qu'elle La C.F.T.C. · « Nous nous multiplie les cours d'alphabétisation et que ses efforts .s'orientent aussi vers l'immigration plus récente des ' Noirs . Pour conclure, M. André Tollet apporte le soutien complet de la C.G.T. à l'action du M.R.A.P., car « il est dans la nature du mouvement syndical d'être par tradition internationaliste et fraternel, donc antiraciste ". , . • reloulssqns des efforts entrepris » La Confédération Française des Travailleurs Chrétiens (C.F.T.C. ) a envoyé au M.R.A.P., sous la signature de M. Laurent Lucas, la lettre suivante à la veille de la veille de la Journée Nationale: « Nous avons bien ,reçu votre invitation à prendre part, le dimanche 24 mai, à la 15' Journée Nationale contre le racisme, organisée par votre Mouvement. Nous vous informons que nous ne pourrons .participe,r à votre manifestation. Notre attitude ne doit évidemment pas être interprétée comme un désavoeu du but que poursuit votre association en organisant une telle réunion. Vous n'ignorez pas, en effet, la conception fondamentalement antiraciste de notre organisation ; conception que nous traduisons journellement dans des gestes conc .... ets sur tous les terrains où s'exerce notre action syndicale. Aussi nous réjouissons-nous des efforts entrepris, de quelque nature qu'ils soient, pour lutter contre le racisme sous toutes ses formes. Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président, l 'assu.rance de notre considération distinguée. » Hervé KERIEN LA JOURNEE NATIONALE Julien AU BART • • Trésorier du M.R.A.P. ,Pour développer NOTRE ACTION VOILA 15 ans révolus que le M.R.A.P. exprime, par le dynamisme de son action, par le dévouement de ses militants, par la notoriété des Français éminents qui lui apportent leur concours et par le soutien que lui accorde l'opinion publique, la plus large, la conscience antiraciste de notre pays. Voilà 15 ~ms maintenant que l'action du M.R.A.P. s'est répandue partout en France, par centaines se sont poursuivies ses manifestations à Paris et dans de très nombreuses villes de province. Mille et une fois, le M.R.A.P. est intervenu auprès des pouvoirs publies ou privés. De nombreux procès ont été engagés par lui ; certains ont été gagnés, tous ont été l'occasion d'alerter l'opinion, de soulever les masses çontre l'a ntisémitisme, le racisme. Mille et une fois, les murs de France ont été recouverts de nos affiches. Toutes les grandes villes ont vibré de nos meetings puissants. Dans les cours d'usines ou dans les facultés, dans les salles de café, dans les cinémas, dans les foyers de jeunes ou sur le pavé de Paris ; à Lille et à Marseille, à Toulouse et à Lyon, à Strasbourg et à Rouen, à Nancy et à Nîmes, partout dans la capitale, en banlieue, en province, à notre appel, les meilleurs fils et les meilleures tilles du peuple de France ont condamné et combattu le racisme et l'antisémitisme en quelque lieu qu'ils se soient manifestés, qu'elles qu'en aient été les victimes . Dans la très belle oeuvre de Vercors que le Prix de la Fraternité, fondé par le M.R.A.P., a justement couronnée, « ZOO ", la dernière réplique dit: « L'homme n'est pas dans l'homme, il faut l'y faire éclore !. .. » Nous qui combattons le racisme et l'antisémitisme, nous luttons pour faire éclore l'homme dans l'homme, pour faire jaillir l'homme de sa vieille coqUi lle d'ignorance et de préjugés, pour que l'homme partout devienne le frère de l'homme. A ce combat, les dirigeants, les militants du l'v1.R.A .P. consacrent leur temps, leurs forces . A l'absence cie moyens appropriés, les uns et les autres tentent de suppléer par un surcroît d'efforts et de sacrifices. . Après l'exposé du Dr Le Guill~nt sur les incidences du racisme sur la santé mentale, ne devrais-je pas vous faire un exposé sur les terribles incidences de l'indigence de nos caisses sur le développement de l'action contre le rac, i,s me? Vous oui êtes là et dont la présence témoigne pour beaucoup d'entre vous d'une fidélité qui date de 15 ans, vous qui êtes là et dont la présence porte la promesse des succès de l'avenir, sachez -- mais vous le savez -- que l'action suppose aussi les moyens de l'action. -- Souscrire et faire souscrire, Prendre sa carte du M.R.A.P. et en placer de nombreuses, Prendre des Bons de Soutien et les diffuser largement, S'8bonner à « DROIT ET LIBERTE " et faire s'abonner de nombreux amis, -- Prendre soi-même et susciter autour de soi toutes les initiatives pour donner au M.R.A.P. les moyens indispensables à la poursuite et au développement de son combat, Voilà qU! nous semble être le premier devoir de tout antiraciste conscient. La lutte contre le racisme et l'antisémitisme suppose une absolue confiance dans les hommes, dans tous les hommes. La nôtre est inépuisable qui s 'appuie sur la certitude que la fraternité triomphera. Aidez-nous , aujourd'hui et demain , à en hâter le triomphe. La mission du trésorier du M.R.A.P., à cette tribune, était de vous le demander. Puisse-t-elle être aussi celle de vous remercier de l'avoir tout à fait compris. , « Les lycéens face aux l11enees c'est C'EST peut-être l'aboutissement C:C: de quinze années d'action cons· tante d'un Mouvement tel que le M.R.A.P. qui permet à des jeunes nés à peu près en même temps que lui de s'organiser, dc luttcr pOur les mêmes idéaux de Iibcrté, de fraternité, établis- , . neo-naz.es » sant en quelque sorte un nouveau gage de vigueur pour l'avenir », déclare le jeune Hervé Kerien, représentant des comités antiracistes des lycées de Pari~ . Ils affirment, par sa voix, leur adhésion totale à la résolution de l'O.N.U. sur le racisme et leur solidarité avec tous les jeunes qui souffrent des discriminations aux Antilles, en Afrique du Sud, aux Etats-Unis. Le jeune orateur souligne que dans leur action, les lycéens antiracistes ont subi souvent les attaques des jeunes nervis fascistes, car, déclare-toi!, « l'antisémitisme et le racisme subsistent chez les jeunes, développés par certaines seandaleuses camp·agnes de presse dont les mots d'ordre sont rcpris par des gl'oupements tels que la « Fédéra.tion des Etudiants Nationalistes » (F.E.N.), les jeunes de Poujade, ou la « Restauration Nationalc ». « Nous nous sommes d'ailleurs élevés, poursuit Hervé Keri'en, conb'e l'action ct l'existencc de tels comités dans une vig'oul'euse protestation adressée an Ministère intéressé, et signée des représentants de 22 lycées et cinq facuItés de Paris. » Hervé Kerien rend alors hommage « à la conscience morale » de ses camarades et à « l'aide précieuse de certains professeurs dans l'organisation des comités antimcistes » qui: gagnent actuellement en province. Il rappelle les Objectifs à venir des comités antiraCIstes des lycées : « renforcer leur potentiel d'action par l'organisation de conférences et la projection de films ; eréer un bulletin de liaison qui soit un organe de réflexion et de combat; travailler plus étroitement avec les professeurs a.fin d'extirper toutcs les formes de racisme et d'antisémitisme sousjacentcs dans le milieu lycéen ». CÜWte , EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de literie et d'Ameublement et les grands Magasins. ./ Il LA JOURNEE NATIONALE L'abbé Pihan à la tribune. A droite, Mme Nicole de Boisanger 11111!111111111111111111111111 1 111111111111Iillllllll1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111IIIIIIIIII~ ~ EDUQUER la jeunesse dans un esprit de fraternité humaine est sans doute l'un des moyens - les plus efficaces pour bannir le racisme dans le monde de demain. La Déclaration de l'O.N.U. souligne l'importance de cette tâche, qui n'exclut pas l'action dans d'autres domaines. Les efforts dans ce sens se poursuivent en France même. En 1960, sur l'initiative du M.R.A.P., fut créé, à l'issue d'un colloque à la Sorbonne, le Centre de Liaison des Educateurs _ contre les Préjugés Raciaux (C.L.E.P.R.) présidé par l'inspecteur général René Clozier et dont les deux vice·présidents prennent la parole à la Journée Nationa.le : le professeur Marc André Bloch sur les problèmes de l'éducation civique, l'abbé Jean Pihan sur le rôle des groupements culturels et les organisations de jeunesse. L'intérêt porté par les éducateurs et enseignants à l'action pédagogique contre le racisme est attesté par le message de M. Georges Lauré, secrétaire général de la Fédération de l'Edu_ cation Nationale et par le colloque tenu récem ment à Nîmes. § ifllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll.llllllllllllllllllllllll1111111111111!1111111I1I11I1I1I11111111I11111111111111111111 11 11111111111111111111111flllllll lll llllI~ Le professeur Marc-André Bloch: «Recherche d'une pédagogie M. Marc-André Bloch , professeur à la faculté des Lettres de Caen, vice-président du Centre de antiraciste » L'abbé Jean PIHAN · Liaison des Educateurs contre les Pré· jugés Raciaux CC.L.E.P .R.), r elève l'article 8 de la Déclaration des Nations Unies, article concernant le sujet même qu'il doit traiter : « Toutes mesures effectives seront prises immédiatement dans les domaines de l'enseignement ct de l'éducation en vue d'éliminer la discrimina, tion ct les pr'éjugés raciaux et de favoriser la compréhension, la tolérance et l'amitié entre les groupes raciaux et de diffuser les buts et les principes de la Charte dcs Nations Unies et de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. )) « Créer un climat fraternel )} C'EST au rôle des organisations culturelles et plus particulièrement des mouvements de jeunesse que M. l'Abbé Jean Pihan, consacre son intervention . . « Les organisations C1/lt1lrelles et les mouvements de .felmes constituent oeiljourd'hui un élément des plus importants quant à l' éducation... Cette importance provient de leur caractère libre, sfontané

c'est un « volontar'iat », on n'est

pas contraint d'e1ûrer dans Wle organisation de .fellnesse, .. Elle provieJ/t allssi de leut caractère int,ernational et même universel : les organisations culturelles et les lJ/Ollvements de ieunesse tendent à se rencontr,er 011 1Ilêine à se fédérer avec les orgallisatiolls qui pour.mlvent le même b1lt daHs d'autres r,ays. » Les droits de l'enfant L'abbé Pihan insiste alors sur l'in~ fluence des organisations cie jeuness'e dans la r éclaction de la Déclaration fIes Droits cie l'Enfant proclamée le 20 noyembre 19's9, par l'O,N.U., et ajoute que « les organisations de ,ieunesse en France sont loin d'avoir été étrangères à la modification de la loi de 1949, S1tr la rresse destiné.e à la iellnesse, 1m des rares éléments de législation antiraciste que nOLIs ayons en France, modification a iOlltée après COllp, et Qui vise à interdire tout élément 1'édactioll11el tendant à développer ou à entretenir des rréiuqés ethniques. » . Aussi, « sans tellir compte des frontières, des races, de la coulenr, lie la 1'eligion )), les mouve11lents de jeunesse s 'efforcent de développer parmi leurs membres un esprit antimciste qui se traduira par « l'acClfeil des étran(rers ail sein d'nne colouie de vacances, 'par des camps j'nternatiollaux OH des livres d'el1~ fants, etc ... » Si, dès l'ftge le plus jcune. on cl'ée un climat fraternel, « il sera rlllS facile ensuite, expl iqne l'abbé Pihan, de Infter cont"e ce Qui te1ldrait à détmire ce climat. Car l'wfallt aillsi conditionné à la fraternité, sem sCl1lldalisé de, voir les adultes s'oProser à cet état d'esprit, qui, pour lui, est absolument 1/aturel. Au premier temps de cette éducation tout nu moins, il ne nOLIs paraît ras flécessaire d'insister plus spécialeme11t sur les Noirs, les Arabes, les Asiatiq1les, el/core moins sur les JlIifs ... « Car la lutte colltre le racisme on 7' antisémitisme n'est QlI'lW cas porticI/lier. un pel! plus délicat on com{fexe de la luttc contre l'es/wit dc clocher, de caste, col/tre le lIatiollalisJ/lc 011 le chau' vinisme. 011 tout si'll1pZcmel/t contre cette pro pel/sion facile des e1lfmûs à la moquerie, l'uvers 1)11i ll'est l'as exactement comme CI/X. )j OEcuménisme et antiracisme Un certain nombre de mouvements de jeunesse sont influencés par cles confessions religieuses. Mais un gros progrès a été fait au sein de ces confessions clans le sens cie la tolérance et cie la lutte contre le racisme. Rappelant à ce sujet (( l'action si nette du Pape Jean XXIII», l'abbé Pihan ajoute : « Il serait difficile cl des chrétiens de rrogresser dans le sel/s de l'oecuménisme, sans proqresser en même temps dans le sens de fan ti- 1'acisme ». Il reste cependant un progrès à accomplir

si les mouvements de jeunesse

et les organisations culturelles font un excellent travail interne dans le sens souhaité, il s'erait nécessai re l u'ils parti, Ç ipent davantage au travail mené en commun par les organismes spécialisés comme le M.R.A.P. ou le Centre de Liai son cJes Eclucateurs contre les Préjugés Raciaux (C.L.E.P.R.) où « depuis des allllées des qens de bonne volonté, Qui SOllt séparés sans doute sur bien des {fans , s'entendent admirablement pour cette tâche de l'éducation à la fraternité. La réussite est assez rare et l'enieu est assez exaltant pour tenter d'at{- 1 l'es b01l/1I!s volontés. » « Je crois, conclut l'abbé Pihan. « avec Teilhard de Chardin, que la loi de la fraternité universelle, la loi d'amonr qni a été proclamée nll ,ionr sur la terre d'Israël, est à l'univers des esprits. ce que la loi de gravitation est à rmâvers des corps. En travaillant à établir cette fraternité, nous travaillons dans le sells de l'histoire et nOlts hâtons l'évolution normale de l'mtivers. » Un colloque UN colloque, organisé par la section du M.R.A.P . du Gard, et dont rerla compte M. J ean·Claude Rèynaud, a abordé certains des problèmes étudiés durant la Journée Nationale, en parti. culier, le racisme chez les enfants, le rôle de l'information enfantine, l'importance des manuels scolaires dans l'éducation antiracÎ'ste. A la question : « Les enfants sont-ils racistes ? la réponse fut unanime : «( II n'y a pas de réactions racistes chez les tout petits, tandis que chez les ado. lesccnts de 10 à 16 ans, un individu de couleur, lorsqu'il est isolé, est plus faci. Ce paragraphe lui apparaît comme étant très important, mais insuffisant « dans la mesure où il paraît méconnaître les immenses difficultés d'une péda. gogie antiraciste ct supposer que Id. SImple dlttuslOn, tut-eJI.e accompagnée des commentaires les plus éloquents, de documents juridiques d'ailleurs rédigés dans une langue très abstraite et audessus de la portée des ,enfants, pour· rait avoir la vertu dc chasser de leur esprit les préjugés raciaux. )) C'est donc le très grave problème d'une pédagol$ie antiraciste qu~ pose M. Bloch. Le C.L.E.P,R. et son bulletin, « Education à la Fraternité )), se sont engagés dans cette recherche, s'efforçant de « faire partager à tout le corps enseignant le sentiment de l'importance ct de l'urgence de la tâchc à entreprendre. ) L'idée directrice du Centre reste la reVISlOn des programmes actuels de l'Instruction CIVIque. Ainsi, preCIse l 'orateur, cc nous avons préparé et Ion. guement discuté les termes d'un questionnaire que nous espérons diffuser ' lc plus largemcnt possible dans J'université. )) Ce questionnaire aborde les questions suivantes : 10 L'Instruction civique, telle qu'elle ligure au programrqe officiel de nos établissements scolaires, est·elle eft'ectivement, est-clle sérieusement enseignée dans ces établissements ? cc 20 'Ces programmes actuels vous paraissent.ils fournir un cadre utilisable aux fins d'une 'éducation qui viserait à former des enfants étrangers aux pressions et préjugés raciaux et fra,ternels à tous les hommes ? « S'ils sont utilisables et suffisants, quelles sont les méthodes [1.' 1;lD1!l!Qy::.r pOHr !~ur f!J.irç porter tous leurs frù::S 1 I( S'ils sont utilisables mais insuffisants, cOliIment faut-il les compléter ? « S' ils sont inutilisables, par quoi faut-il les remplacer ? )) Les réponses à ce questionnaire, que M. M.A. Bloch, souhaite nombreuses, permettront, après dépouillement, la mise au point d'un programme précis ct'action. La prise en considération et la r éalisation de ce programme, malgré des difficultés certaines, seront un grand pas vers une pédagogie antiraciste - telle est la conclusion de M. M.-A. Bloch. M. LAURE, (Fédération de l'Education Nationale) « Un instrument utile pour les professeurs et instituteurs)) M. Georges Lauré , secrétaire général de la Fédération de l'Education Nationale a adressé au M,R.A,P., une lettre où, après s'être excusé de ne pOUVOir participer à la Journée Nationale, il ajoute : « L'ordre du jour de vos travaux, q'ue vous avez bien voulu me communiquer, intéresse tout particulièrement les Enseignants et nous apprécions vos efforts tenaces pour combattre le racisme partout où il se manifeste, aussi bien lorsqu'il s'exprime de façon insidieuse que lorsqu'il est la doctrine officielle d'un quelconque régime_ « Nous vous saurions gré de la com· munication que vous pourriez nous faire de quelques·uns des rapports qui seront présentés au cours de vos débats, car je ne doute pas qu'ils puissent être un instrument utile pour nos collègues professeurs et instituteurs dans la mission qui est la leur, de faire auprès des enfants ce que vous faites si obstinément pour les hommes. » d/ enseignants , a NÎmes lement a,ccepté que lorsqu'il se trouve en groupe. Des exemples montrent que les jaunes sont plus facilcment intégrés que les noirs, pa rce que - affirment-ils ils sont plus intelligents. )) Le problème du cartiérisme intellectuel ou la coopération avec les jeunes Etats africains a été ensuite évoqué. Il faut reconnaîtr"e les évidents gaspillages de fonds, la politique économi-que contestable de quelques Etats ; il est paru alors nécessaire d'éviter de généraliser et de r ectifier les déviations racistes consistant à déclarer que les peuples sont incapables de se gouverner ou que l'ancienne métropole était et est la seule apte à civiliser. Les débats se sont ensuite orientés vel'S les manuels scolaires, dans lesquels les textes historiques mettant en cause l'hitlérisme, seraient expurgés par les éditeurs. Le rôle de l'UNESCO devrait porter principalement sur la rédaction des livres scolaires d'Histoire, dans le but de donner aux enfants des textes qui peuvent susciter des sentiments Cl'amitié. Le colloque a insisté sur la vigilance constante! qui s'impose dans l'enseignement pout que les élèves soient éduqués dans le respect de l'autre. 12 LA JOURNEE NATIONALE MESSAGES REC, US M. Ralph J. BUNCHE, sous-secrétaire de l'Organisation des Nations-Unies. D. Dialo TELLI, ambassadeur de Guinée, président du Comité spécial des Nations Unies chargé d'étudier la politique d'apartheir du gouvernement de la République Sud-Africaine. Ambassadeurs en Fronce MM. le baron JASPAR, ambassadeur de Belgique en France ; Juxon SHAKO, ambassadeur du Kenya; Walter EYTAN, ambassadeur d'Israël; Rolf ANDERSEN, ambassadeur de Norvège; le baron Adolph BENTICK, ambassadeur des Pays-Bas; Jan DRUTO, ambassadeur de Pologne; Gabriel d'ARBOUSSIER, ambassadeur du Sénégal; Sergueï VINOGRADOV, ambassadeur de l'U .R.S.S. Délégués permanents aux Notions-Unies MM. Assouan USHER, délégué permanent de la Côte d'Ivoire à l'Organisation des Nations Unies; Louis IGNACIA-PINTO, délégué permanent du Dahomey; Alex QUAISON-SACKEY, délégué permanent du Ghana; Karoly CSATORDAY, délégué permanent de la Hongrie; Dr I.A. SAJJAD, délégué permanent de l'Inde; L.N. PALAR, délégué permanent de l'Indonésie; E.R. RICHARDSON, délégué permanent de la Jamaïque; B. LEWANDOWSKI, délégué permanent de la Pologne; Michel GALLIN DOUATHE, délégué permanent de la République Centrafricaine; Guaroa VELASQUEZ, dé· légué permanent de la République Dominicaine ; Louis RAKOTOMALALA, délégué permanent de la République Malgache; Antonio ALVAREZ VIDAURRE, délégué permanent du Salvador; Orhan ERALP, délégué permanent de la Turquie. Juan MARINELLO, au nom de la délégation de Cuba à l'U.N.E.S.C.O. République Fédérale Allemande L'Association Culturelle Juive de Düsseldorf. Dr J.-C. ROSSAINT, président de l'Association des Victimes du Régime Nazi. République Démocratique Allemande Le Profenseur W. FRIEDRICH, président du Conseil de la Paix. M. Harald HAUSER, écrivain. Le Comité allemand pour la Défense des Droits de l'Homme. Australie M. E. PLATZ, secrétaire général du Comité Juif de lutte contre le Fascisme et l'Antisémitisme. Bulgarie Le Comité Bulgare de la Paix. Dr Jossiph ASTROUKOV, président de l'Organisation Juive de Bulgarie. Canada L'Institut Canadien de Recherches pour la Paix. Cuba M. José R. TUDELA, secrétaire de l'Université de La Havane. Etats-Unis M. H.L. SHAPIRO, président du Département d'Anthropologie eu Museum Américain d'Histoire Naturelle. Ghana Dr R.P. BAFFOUR, vice-président de l'Université de Science et de Technologie Kwame N'Krumah. Gronde-Bretagne M. Fenner BROCKWAY, membre de la Chambre des Communes. L'Institut des Relations Raciales. Le Comité Britannique de la Paix. Italie M. Georgio LA PIRA, maire de Florence. Dr Sergio PIPERNO, président de l'Union des Communautés Israélites. M. Umberto TERRACCINI, sénateur. Madagascar Le Comité de Solidarité de Madagascar. Mexique Dr Juan COMAS, professeur à la Faculté des Sciences de Mexico. Pologne Le Comité polonais de la Paix. Sénégal M. N. RIGONAUX, président de l'Union Internationale des Métis. Tchécoslovaquie M. J. HUSEK, président de la Fédération des Combattants Antifascistes. M. Jan MUKAROVSKY, président du Comité Tchécoslovaque des Partisans de la Paix. M. Frantisek EHRMAN, président du Conseil des Communautés Juives de Bohême et Moravie. Tunisie M. A. ABDESSELEM, prorecteur de l'Université de Tunis. U.R.S.S. M. I.L. LEVI NE, grand Rabbin de Moscou. Yougoslavie La Fédération des Communautés Juives. Un retentissement universel ~IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII~

l'ANTIRACISME ne con_

naît pas de frontières. Comme chaque année, de nombreux messages de per- sonnalités et de groupements - de toutes tendances sont parvenus au M.R.A.P. du monde entier, à l'occasion de la Journée Nationale, témoignant du retentissement universel de no· tre action. Etant donné l'ordre - du jour de ces assises, portant sur la Déclaration des Nations Unies relative au racisme, un certain nombre de délégués à l'D.N.U. avaient également exprimé leur sympathie pour cet- - te importante initiative. La place nous manque pour _ reproduire la totalité de ces té- moignages exaltants, dont on trouvera ici la liste complète. _ ~1I111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111I11ff. M. Ralph BUNCHE Sous·secrétaire S.E. l'ambassadeur de la République Malgache, M. Rakoto Ratsima Manga, s'entretient avec le professeur Pierre BoHeau, qui fut directeur du Parc Zoologique de Tananarive. de IO'rganisation des Nations Unies «Que les de bonne hommes volonté M. René MAHEU, directeur général de l'U.N.E.S.C.O. intensifient efforts ... » leurs « A l'occasion de la Journée nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, je tiens à réaffirmer mon profond attachement pour les nobles «M es v~ux les plus idéaux qui inspirent cette manifestation. chaleureux ... » « La suppression du racisme et de toutes les autres fOlmes de discrimination et de domination, condition essentielle pour le maintien de la paix parmi les hommes et entre les pays, est à la base même de l'Organisation des Nations Unies qui, dès sa fondation, n'a cessé de tendre ses efforts à la réalisation de cet objectif. D'importants progrès ont été réalisés à cet ' égard, mais malheureusement beaucoup reste encore à faire. Il est bon que les hommes de bonne volonté, de toutes les parties du monde, proclament une fois de 'plus leur détermination de poursuivre et d'intensifier leurs efforts dans ce sens. » «Au moment où l'Assemblée Générale des Nations Unies vient d'adopter à l'unanimité, une déclaration sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, il me paraît plus que jamais indispensable de faire appel, comme les Nations U nies nous y invitent, à taus ceux qui se préoccupent légitimement de la survivance tenace et néfaste des préjugés raciaux. « L'U.N.E.S.C.O., comme vous le savez, a depuis plusieurs années, dans le domaine de sa compétence, entrepris un vaste effort en prenant l'initiative d'une convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement. En outre, elle a mis à la disposition du public, des éléments d'information objectifs sur les préjugés raciaux, grôce à une série d'études de caractère scientifique entreprises par les personnalités les plus comPétentes. « En alertant l'opinion publique et en l'éclairant, votre organisation contribue au développement de la coopération internationale par le respect des droits de l'homme. Je vous adresse donc mes voeux les plus chaleureux pour le succès de vos travaux. » M. Yehuda Leib LEVINE Rabbin de Moscou Directeur du Séminaire « Tous ceux qui luttent pour ~ a pa i x et la fraternité ... » « Qu'il me soit permis d'exprimer, avec tout mon coeur, mes félicitations et meil· leurs voeux à tous ceux qui consacrent leurs forces à exalter la valeur de l'homo me, quelles que soient son origine et sa race. « Qu'il me soit permis d'adresser mes prières à Dieu pour qu'il aide et éclaire tous ceux qui luttent pour la paix et la fraternité dans le monde et pour rendre leurs droits à ceux qui souffrent de leur origine et de leur race ou parce qu'ils sont las descendants d'Abraham, Isaac et Jacob. « Que Dieu vous bénisse, vous tous qui êtes toujours prêts à défendre les victimes du racisme et de l'antisémitisme, en quelque lieu que ce soit. Il Que Dieu vous aide ! Restez fermes ! « Avec mes voeux de paix et de justice. » M. Diain Ambassadeur de Guinée TELLI Président du Comité Spécial des Nations Unics chargé d'étudier la politique d'apartheid du gouvernement de la. République Sud-Africaine « Une contribution à la lutte contre l'apartheid •.. » « Les objectifs de votre organisation sont sans doute ceux de tous les peuples du monde, et c'est pour ·cette raison que je formule l'espoir que la réussite de cette journée contribuera à faire progresser la lutte anti· raciste et à promouvoir les idéaux de paix qu'aucun homme et qu'aucune organisation ne saurait renier. « Au cours de cette journée, vous aurez j'rès certainement à vous pencher sur la situation explosive qui prévaut en Afrique du Sud du fait de la poursuite et de l'intensification de la politique d'apartheilf que les racistes de Prétoria ont élevée au rang de doctrine d'Etat et de politique officielle de Gouvernement, érigeant ainsi le seul exemple actuel au monde de système gouvernemental reposant sur une doctrine de supé· riorité raciale. « Si la déclaration des Nations Unies sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale a fait expressément mention de l'apartheid, c'est essentiellement en raison de la nature particulière de cette forme odieuse de racisme par laquelle une minorité qui bafoue toutes les normes politiques et morales universellement admises, opprime la grande majorité du peuple Sud·Africain. « Nous attendons de la journée que vous organisez à Paris, qu'elle contribue efficacement à la réalisation de l'objectü fondamental des Nations Unies, qui demeure l'abandon de la politique d'apartheid en Afrique du Sud. » M. Walter EVIAN, Embassadeur d'Israël à Paris « Mon admiration pOUl l' oeuvle de volle Mouvement» Je suis absolument navré de ne pouvoir participer à la ISe Journée Nationale organisée par votre Mouvement. J'ai depuis fort longtemps fixé une visite officielle en Bretagne du 20 au 25 mai, eu le 24 je serai dans le Finistère. C'est pourquoi je ne puis, \ mon vif regret, que vous exprimer ainsi mOI1 admiration pour l'oeuvre que votre Mouvement accomplit dans la lutte contre le racisme, ainsi que mes' vceux les meilleurs pour le succès' Ge la Journée Nationale du 24 mai. ~


.-----------------------------------------------------13---------

Une vue de la tribune décorée avec les affiches de la Journée Nationale. Au premier plan, on reconnaît, de gauche à droite : MM. C'hal-Ies de Chambrun, Léonard Sainville, Schein (de Strasbourg), Jacques Duclos, Charles Palant, M' Rolande Attuly, Ic ]lrésident Pierre Paraf, M Jean Schapira, Albert Lévy, rédacteur (;n chef de « Droit et Liberté n, Mme Marie-lUagdeleine Carbet. Le docteur Georges DUMONT 1 1I1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111! LEGISLATION antiraciste, ac·

tion pédagogique des ensei- ::

~ gnants et éducateurs, lutte ~ § quotidienne des organisations démo· §

cratiques et groupements culturels 
contre les discriminations ' et les :::

~ préjugés : suivant point par point ~

la Déclaration de l'O.N.U., la Jour·   née Nationale a envisagé déjà diver· 

ses méthodes pour faire reculer le racisme. Dernier rapporteur, le Dr Georges Dumont souligne le rôle essentiel des « grands moyens d'in· formation » à propos desquels le Grand Orient de France, qu'il repré· - sente, vient de tenir un important colloque. Son intervention témoigne à son tour de l'esprit de tolérance amicale et de coopération qui a marqué l'ensemble des travaux de la Journée. ~IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII1IIIIIIIIIIIIIIFr La communaute des nations "Par l'image et par le, verbe ... " contre le racisme A u n0111 du Grand Orient de France, le Docteur Georges Dumont rend hommage aux travaux de la IS· Journée Nationale, soulignant que la lutte co~tre le racisme concerne non seulement les victimes directes de ce fléau, mais tous les hommes libres. Avant-propos de René CASSIN Membre et ancien président de la Commission des Droits de l 'Homme des Nations Unies Ce document, réunissant les textes de l'O.N.V. relatifs au racisme, contient en particulier la Déclaration du 20 novembre 1963 qui a. servi de base aux travaux de la Journée Nationale. Le demander au M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris.2' , en envoyant 2 F en timbre·poste. Après ce bref préambule, l'orateur examine le rôle des grands moyens d'information clans la lutte contre le raciste et l'antisémitisme, insistant sur la complexité de J'inÏormation, sa pénétration sa perversité lorsque la qualité ne croît pas dans les mêmes proportions que son volume - « on peut alors parler de désinformation ~ et de falsification de l'information « par exemple, dans l'usage pseudo-scientifique que l'on a fait de la notion de l'ace », dit le Docteur Dumont. Presse, télévision, théâtre , Quels sont les moyen~ d'jl!fonnatio~1? Ils sont immenses et trcs divers. LaiSsant de côté l'influence de la presse, parce que déià abordée au cours d~ la journée, le Docteur Dumont soultgne l'importance de la radio et surtout de la télévision, car « l'image qui vient pénétrer dans le foyer, l'image qui vient chercher l'homme chez lui, a une résonnance et une possibilité d'assimilation que n'a nul a'utre moyen d'exepression. 1111[ al/tre moyen de diffusion de la peI/sée ». Mettant l'accent sur les' conséquences politiques d'un tel pouvoir, le Docteur Dumont déclare qu' « il faut lutter pour qllen soit assuré le contrôle démocratique ». Outre le cinéma, le théâtre représente lui aussi un moyen d'expression extrêmement important susceptible d'aider à la promotion et au développement de la société. « Le théâtre est un lieu de communion particulière où intervient le génie de l'mtleur, la valetw des idées qu'il présente, le talent des acte1trS mais mtssi, comme le disait si pertinemment .Touvet . le talent des spectateurs » permettant l'éveil de la conscience des individus. D'où la nécessitè de « promouvoir U1! théâtre présentant, eu égard aux obiectifs qui sont les nôtres, précise le Docteur Dumont, des oeuvres teTles que la pièce de Bertold Brecht,« Arturo Vi », qui démystifie le nazisme ... et qu.i offre à la génération montante l'image même du nazisme. » Choix et critique Il convient, note encOl'e l'orateur, d'encourager la multiplication des « maisons de la culture » et de ce qui se greffe autour du mouvement théâtral : expositions de peinture, diffusion cie la bonne littérature, etc ... Le Docteur Dumont donne ensuite A l'échelle de l'humanité (SUITE DE LA PAGE 8) Aucull de ces conflits n'est insoluble. L' histoire nous apprend qu'aux prétendues haines héréditaires, des ententes. des alliances ont vite fait de succédel'. Ainsi ne croyons-nous pas outrepasser l.es bornes de notre pacifique combat en préCoHisanl, entre israéliens et Arabes, une négociation d'ensemble, respectant l'égalité ci'L'ique des minorités, assurant la garantie des frolltières à tous les pays du' Proche-Oriellt, et naturellement le droit de vivre de la vat7lanTe-naFioll israélie u/lc, dont /ll/l antiraciste digne de ce nom ne peut admettre qn'il soit COl1- testé. » La connaissance, l'amitié ... Après avoir souligné que « Hotre pr,emier devoir est de détecter et de combattre le racisme en France », qu'il vise les juifs, les noirs, les Algériens, les gitans ou les travailleurs immigrés, le Le salut de président du M.R.A.P. · conclut : « Le combat antiraciste est dur. Il n'est imnais fini. Il est difficile parce que s'y mèlent des facteurs politiques et nationaux, des facteurs psycholo.qiques, parce q!t'on a créé la différence en créant le préjugé. parce que la persécution raciale aboutit à imposer au 'Visage du p,ersécltté nn masqloe conforme à la vision dn persécuteur. Le persécnté a pel~r et il fait peur. « Seules la connaissance, l'amitié, peuvent faire lever les rideaux, abolir les frontières ... « Le M.R.A.P. s'efforce, avec des moyens qui grâce à vous doivent être de plt~s en plllS puissants ,de combattre les racismes anciens et n01weau;r par le Droit. par l'Education, par la mobilisation des consciences .par celle d,e ces élites intellectuelles et de ces masses 01~v~ ières qui sont la force, qui sont l'aven1r ... « Nous mesurons ici la grandeur de cette tâche à l'échelle de l'humanité. la L.I~C.A. APPORTANT les salutations de la Ligue In ternationale contre le Racisme P.t l'AntisémiUsme (L.I.C.A ,), son secrétaire général, M. Octave Chanlot, rappelle les Objectifs communs du M.R.A.P . et de la L.I.C.A., qui doivent « rechercher par tous les moyens à améliorer et à resserrer les liens fraternels qui n'auraient ,jamais dû manquer de les unir » . Mais nous sentons que. chaque Jour, l'homme prend conscience de l'injustice raciale qu'il était, pendant des millénaires, habitl/é à commettre 01/ résigné à souffrir. « lit ~Iotre action ll/cide IIOI/S eIlCOI/m .qe à aller plus avant. » lecture aux participants de quelques passages du texte établi à l'issue du Colloque organisé par le Grand Orient de France sur le rôle de l'information. Ce texte déclare notamment : « L'information est devenue un instrument puissant qui peut être mis a1' service de la culture et de la libérafion de [' homme ou ait contraire être utilisé à la mise en condition des esprits. Les {Jatwoirs publics et les puissances financières qui, settls, en fait pour l'essentiel, ont accès à ces moyens techniques, ont ainsi w possibilité de les mettre au service de leur propagande et de leurs intérêts. Dans ces conditions et sans préjuger des profondes réformes de structures Hécessaires, il est indispensable que le public soit à même d'exercer ttn choix et d'opérer une critique dans les domaines politique, social, économique et culturel. Il s'ensuit que la formation du ju.qement est une des tâches essentielles des responsables de l'information et des éducat, eurs... » Il réaffirme en conséquence « l'ttrgence de la démocratisation de l'information sous toutes ses formes et à tous les tliveauJ,' ». « 1 (! suis ççnvainc1{, conçlut le Doçteur Dumol1t, qu~ atM société bealtCOUp plus fratemelle à laquelle vous aspiréS cotntn~ nat/s, cette société qui verra disparaître à tout .famais le racisme, l'antisémitisme et tqute les formes de discri'minations, exige pour sa réalisation ml combat difficile. Et les grands movens de diffusion de la pensée seront dans 110tre combat ftn élément essentiel. » M. Chanlot lit ensuite le message de son président, M. Bernard Lecache, qui écrit notamment : « La L.I.C.A. souhaite que cette Journée Nationale obtienne le plus grand succès et qu'elle apporte une aide efficace à la lutte que tous les antiracistes dignes de ce nom ne cessent de mener en France et à travers le monde pour la défense de la dignité humaine contre l'intolérance et contre la haine. La Ligue Internationale contre le Racisme et l'Antisémitisme est persuadée que votre Mouvement et vos délégués sauront flétrir, où qu'ils sc manifestent, tous les l"acismes. » A midi, un déjeuner amical a eu lieu au re5taurant de l'U.N.E.S.C.O. Le président, Pierre Paraf, salua et remercia, en quelques mots, les convives au nom du M.R.A.P. l ,


14

~IIIIIIIJII I IIIIII II I IIIIIIIIII III I III IIIIIIII IIIIIIIIII III III IIIIIIIII I IIIIIIIIIIIIIIIIIIII I I IIIII I IIIIIIII.!:; , LA JOURNÊE NATIONALE ~ L A Journée Nationale s'achève, comme - Charles PALANT elle s'est déroulée d'un bout à l'au- ~IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII~ tre, sous le signe de l'unanimité .

maintenant - - Préporée dons le courant de l'après-m id i par une large commission que présidait Me Georges Sarotte, la résolution finale reçoit l'approbation chaleureuse de tous les participants. Comme le souligne Charles Palant dans un bref commenta ire, ·il s'agit maintenant de 'donner vie à ce texte, Ce sera la tâche du nouveau Conseil National du M,R.AP., élu pour un an, dont la première réunion aura 1 ieu le 10 juin. Ce sera la tâche aussi de tous les antiracistes, sans distinction, VOTRE TACHE. Ce qui suppose en premier lieu à l'action ! » de faire connaître autour de vous les travaux fructueux de cette grande Journée, de diffuser partout le riche document qu'est ce journal ... C'EST Charles PALAN T, secrétaire général du M.R.A.P., Qui clôture, brièvement, la Journée Nationale. ,« Il faut sOlûigner, déclare-t-il, que toutes les interventions entendltes de/mis ce matin, ont été prononcées par des femmes et des hommes qui, sur bien des plans, ne professent nullement ni {es mêmes idées politiques, ni les mêmes conceptions philosophiques, ni les mêmes croyances religieuses. Elles ont été prononcées dans la plus entière liberté. Il faut encore souligner que, quelque fût t'orateur, rien n'a été dit qui puiss,e violer la conscience de qui que ce soit Ge trouvant dans la salle et c'est là, je crois, le signe marquant, le plus important de cette ] ournée NationaLe. C'est le signe de ce débat d'auiourd'htti, mais c'est aussi le signe de toute l'action du M.R.A.P. qui se déroule. dePltis 'maintenant 15 ans · et qui a fait de notre M OJwement (me grande organisation nationale, dérnocratique, qui a le droit de prétendre qu'elle tradltit dans l'action et dans le combat quotid,ien la conscience antiraciste au pays tout entie?'. » L'orateur rappelle la Déclaration des Nations-Unies sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale que chaque Nation membre de l'O.N.U. a le devoir désormais d'appl iquer. « C' est le M.R.A.P. et lui seul, affirme-t-il, qui pouvait prendr!! en charge (['éditer ce texte en France, de le faire connaïtre, d'J,gir pour que soient rapidement tradltites dans la réalité des faits les décisions adoptées à l'Assemblée des Nations- Unies par l'u.nanimité des peuples civilisés qui en font partie. " Charles Palant rend hommage aux nombreux rapporteurs qui ont tous su, « à partir des considérations qui leur sont propres et dans le domaine .mr lèquel ils étaient invités à parler, nller dans le même s,ens " tous ont S1t conclure dans le sens d'un appel à l'action ». Car, précise-t-il, « le désir d'agir contre le racisme est grand chez lm nombre considérable de nos citoyens... et plus partiwlièrement dans la jeunesse ». Charles Palant propose aux particillants le nouveau Conseil National du M.R.A.P., élu comme chaque :mnée lors de la Journée Nationale et qui comporte ISo membres. Enfin. le secrétaire général du M.R. A.P. donne lecture de la résolution final~ qui est approuvée à l'unanimité. « Et maintenant, conclut-il, à l'action! » ~IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII111111111111111111111111111111111111111111111111111111IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII~ BANNIR LE Ri\tJISME , • LES participants à la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, réunis le 24 mai 1964 au Palais de l'U.N.E.S.C.O. à Paris, soulignent avec satisfaction et gratitude l'immense portée de la Déclaration des Nations- Unies sur l'élimination de toutes les formes de discrimi· nation raciale, dont ils ont étudié attentivement les analyses et les conclusions. Ils se félicitent des travaux poursuivis actuellement à l'O.N.U. pour que soit adoptée à la prochaine assemblée gë· né,rale, une Convention qui reprenne les recommandations contenues dans ce texte et engage les Etats signataires. Av ANT examiné la situation en France à la lumière de la Déclaration des Nations-Unies. les participants à la Journée Nationale constatent que le problème du racisme demeure, dans notre pays, une réalité préoccupante. La diffusion des doctrines de supériorité raciale, les excitations au mépris et à la haine contre les juifs, les noirs, les Algériens, les Gitans sont l'objectif avoué de maintes publications , répandues impunément par des organisations dont le programme comporte l'application de mesUres discriminatoires à l'égard de ces divers groupes. Les préjugés raciaux, entretenus par certains organes de presse, suscitent fréquemment des actes hostiles, voire des heurts violents entre citoyens ou habitants d'origines différentes. Des campagnes alarmistes tendent à mystifier l'opinion au sujet de prétendus « périls " Jaune, noir ou arabe ... Ils demandent aux autorités compétentes, dans la perspec· tive d'une réforme de l'enseignement, de réviser programmes et manuels scolaires pour mieux les adapter aux exigences de l'éducation antiraciste. Conscients de l'ampleur de la tâche, les participants à la Journée Nationale demandent aux pouvoirs publics de mettre régulièrement au service de la lutte contre les préjugés raciaux, les moyens d'information dont ils disposent, radio et télévision notamment, en organisant à cet effet des émissions appropriées, scolaires ou non, avec le concours des porteparole de l'opinion antiraciste. Ils font appel aux groupements culturels et démocratiques pour que les excitations à la haine soient contrecarrées dans la France entière, par une entreprise généralisée de démystification et d'amitié : conférences, expositions, débats, projec· tions, diffusion de livres et de journaux antiracistes, rencontres, échanges, voyages, etc. Ils réclament des mesures qui mettent fin aux discriminations frappant certains groupes pour que leur soient assurée.s, Des actes de discrimination sont souvent pratiqués contre des Africains, des Algériens ou des Antillais, dans des établissements publics (cafés, restaurants, hôtels, etc ... ), sur le plan de l'embauche et du travail, dans l'application des lois sociales. Certaines brimades et mesures arbitraires datant de la guerre d'Algérie n'ont pas été abandonnées. ' La, commission des résolqtions p endant ses travaux. (A droite , Mo Georges Sarotte). En proie à des conditions économiques particulièrement cruelles, victimes de la xénophobie, certains groupes d'immigrés dont le travail est nécessaire à la France, sont l'objet d'une ségrégation de fait. LES participants à la Journée Nationale soulignent l'importance du courant antiraciste en France, et la multiplicité des initiatives prises dans les milieux les plus divers pour favoriser la compréhension entre les hommes et l'amitié entre les peuples. Cependant, ils estiment devoir attirer l'attention de l'opinion publique et de ses représentants sur la né· cessité d'une grande vigilance et de mesures vigoureuses conformes aux recommandations de l'O.N.U., votées à l'unanimité, pour extirper le racisme dont les diverses manifestat: OIlS constituent autant d'atteintes aux traditions humanistes de notre peuple et à l'idéal républicain. Ils insistent pour que soient enfin discutées et adoptées les deux propositions de loi contre les discriminations et la diffamation racistes élaborées par le M.R.A.P. et qui ont été déposées au Parlement par trois groupes de députés appar· tenant aux principaux ,courants politiques. Dans l'immédiat, ils souhaitent que les pouvoirs publics prennent les décisions qui s'imposent pour interdire les publi. cations et les groupements qui se livrent à la propagande raciste. Saluant les e~forts accomplis par de nombreux enseignants et éducateurs pour former la jeunesse dans un esprit de fraternité humaine, ils émettent le voeu que soient encouragées et multipliées les expériences pédagogiques répondant à cette préoccupation. dans le respect de leurs aspirations, des conditions plus dignes de travail et d'existence. CONVAINCUS, ainsi que l'affirme la Déclaration des Nations- Unies, « que toute doctrine fondée sur la différenciation entre les races ou sur la supériorité raciale est scientifiquement fausse, moralement condamnable et socialement injuste et dangereuse, et que rien ne saurait ju stifier la discrimination raciale ni en théorie ni en pratique ,. ; Convaincus également « que toutes les formes de discrimination raciale, outre qu'elles constituent une violation des droits fondamentaux de l'homme, sont de nature à compromettre les relations amicales entre les peuples, la coopération entre les nations et la paix et la sécurité internationales » ; Convaincus enfin " que la discrimination raciale nuit nOIl seu !ement à ceux qui en sont l'objet, mais encore à ceux qui la pratiquent» ; Les participants à la Journée Nationale condamnent le ra· cisme et l'antisémitisme sous quelque forme, en quelque lieu et sous quelque régime qu'ils se manifestent dans le monde. ils saluent tous les antiracistes qui luttent pour l'égalité des droits et le respect de la dignité humaine. Ils appellent les Français de bonne volonté à unir leurs efforts, par delà leurs divergences politiques et philosophiques pour agir d'une ardeur commune contre le racisme et l'antisémitisme et faire triompher la démocratie, la justice et la paix. (Cette résolution a été adoptée à l'unanimité à la fin de la Journée Nationale.) Pour Joséphine Baker et ses enfants Les « Milandes », le domaine périgourdin où Joséphine Baker élève ses onze enfants, va-t-il disparaître? C'est au lendemain de la Libération, que Joséphine Baker, qui n'a· vait pas d'enfants, eut l'idée d'en adopter. Voulant unir toutes les races, la grande artiste a choisi ses on· ze enfants dans plusieurs pays du monde. Elle a acheté, pour les élever, le château des Milan des qu'elle a organisé en centre touristique. Elle installa deux hôtels, deux restau· rants, une piscir.e sur la Dordogne, un parc d'attractions, un théâtre. Mais elle a vu trop grand : les Milandes sont trop loin de Paris, à l'écart des grandes voies de circulation et reçoivent peu de visiteurs. Il y a des millions de dettes. Premier cri d'alarme, l'an dernier: les créanciers exigent la vente du château. Joséphine fait une tournée à NewYork, remonte sur scène à Paris. Cela ne suffit pas puisque, le 9 juin dernier, les huissiers devaient procéder à la vente des meubles. L'appel angoissé de Joséphine Baker éveilla la solidarité agissante de milliers de personnes : les chèques affluent, des familles, des amis se cotisent. Le monde du spectacle vient, lui aussi, au secours de la chanteuse noire : 15 millions sont recueillis, après l'appel de Brigitte Bardot à la télévision. Le village des « Milandes » sera peut-être sauvé. L'entreprise commerciale a fait faillite. Mais il faut que l'oeuvre généreuse et humaine que s'est fixée Joséphine Baker, puisse se poursuivre: l'éducation de ces onze enfants d'origines différentes, c'est le symbole même d'une société sans discriminations raciales. Il faut aider cette grande militante antiraciste qu'est Joséphine Baker à préserver ce coin de paradis dans un monde où le racisme sévit avec tant de rigueur. (Dons reçus soit au Comptoir National d'Escompte de Paris, agence de Bordeaux, C.c.P. 547, avec au dos, la mention « Pour Joséphine Baker » ; soit au compte CARPA 65 068, Comptoir National d'Escompte de Paris.) 15 SAINT-CLAUDE: atg;é~,,'a&ktWt T ROIS piscines d'un bleu hollywoodien sont groupées dans une verte' vallée. Réalisation d'un Citizen Kane pour des invités triés sur, levolet ? Eh non .Il s'agit d'un ensemble baptisé « Centre Nautique du Martinet» qui pourrait s'appeler plus simplement les bains publics d~ SaintClaude. Quelle ville ne s'enorgueillirait pas d'offrir à sa population une baignade aussi luxueuse ? Oui, mais voilà : peut-on parler de bains publics. Ici aussi, les nageurs sont triés sur le volet; ici, le hâle tant prisé chez les sportifs devient signe distinctif, objet de méfiance. Gare aux bronzés ! Un quotidien du soir a titré en grosses 1ettre~ : « La piscine de Saint-Claude est interdite aux Algériens. » La vérité est pire; elle se camoufle sous un masque hypocrite. La vérité tient dans trois lignes des règlements de l'établissement : « Ressortissattts algériens. - Les ressortiSSatlts algériens /le SOllt admis au « Dentre Nmttique » qu.e sur présentatiol1 préalable ml secrétariat de la mairie ,d'Wl cel,tificat médical, garaNt de, leur bonne santé, et de lez/1' carte d'identité. » Remplaçons le mot Algérien par celui d'étranger, et la grotesque discrimination ferait ri re aux éclats. Qu'ib' paraîtraient 'Chauvins de leur petite pro\'ince les SallcJaudiens! Mais le Suédois à la peau rose comme le voyou britannique ou français, casseur de matériel. n'a pas :l montrer patte blanche pour plonger dans l'e;Ju bleue. 11 est de grands Algériens blonds, il est de petits Français basanés. Au guichet de la piscine, à qui réclamera-t-on lNi~:le I~NGER-DUTREIL son certificat? Interrogé par Libération, le guichetier répond : « Je les reconl1ai s, je les sens. )) Moi pas'. « Et les Marocains? » me demande mon fils. « Et si moi j'étais naturalisé Algérien? )) Il est clair cie peau et de cheveux. Tout Algérien qu'il serait. le laisserait-on entre!' sClns papiers? Possible. Il s'agit bien de racisme, cie ségrégation, de chasse au faciès. Admettons le pire. Admettons que se présente au guichet une bande d'AlgéTiens typés par lvi Ïfwte comme le .T uif Errant à barbe blanche. oeil hagard et pieds plats, une bande de clochards véTolés. Il y a les douches ohligatoire ~. Et puis les bains ,de Saint-Cbu,k :ont éfluipés d'installations modèles pour purifier l'eau. Faut-il, pour faire plaisir aux obsédés des gefl11es. ('xiger dans toute la France et cie tOIlS le~ 'dQgers des piscines un certificat médical. Ce serait très incommode. mais plus juste. D'ailleurs quelles' que soient les personl1es visée~ tout règlement est ridicule : on a autal;t, sinon plus de chances d'attraper lin 111icrobe dan,; la rue, au café, au ciném,l qu'en un lieu public où tout l'st pré\'u pour l'anéantir. Au café, dehors, au cinéma? Nos racistes ne sont pas privés de sauter Ù b conclu ~ ioll qu';[ toute réquisition sur la voie publique, un Algérien devra pré~ l'nter S011 certi ricat. ET quels sont-ils, ces Algériens qui pollueraient l'eau de Saint-Claude? Ils sont un peu plus de deux cents, souvent mariés à des Françaises; beaucoup d'entre eux habitent la région depuis dix ans; ils travaillent pour la plupart en usine ou s'ils émargent ;\. la Sécurité Sociale, ils sont suivis médicalement. Il n'est pas même prouvé qu'un seul d'entre eux ait échappé au contrôle illécl ical. Le plus inquiétant dans cette affaire, c'est que les instigateurs de la mesure, en tête le maire M.R.P., M. Taillon, ne sont pas des na;;: i s', des racistes conscients. Attaqué dans un tract où se côtoient les signatures catholiques et coml11unistes. le maire se justifier par une affichette

« Seuls les Algériens séjournant

en France sans contrôle médical... » Voilà que se complique encore l'impos, ibk tr;Jyai l de détection du guichetier : comment clistinguer sur la mine qui a ou n'a pas subi un contrôle médical? Soit dit en passant que les yagaboncls. certains arti sans et membres cie profession libérale, cie nationalité françai se, échappent à ce contrôle. Un cie mes amis. pa ~' plus nazi (lue le maire cie Saint-Claude. :,nais inrecté lui aussi et à son insu 1u 111 al raciste'. me dit : « Les Algériens sont les seuls ét1"anger~' à ne pas subi r un contrôle médical sévère. » Et les Belges. les St1isses, admis en France sur présentation d'une carte d'identité vieille rie dix :ll1S? JI faudra réclamer un nou\'eau çontrôle d'un nouveau faciès illusoire si J'on veut res'pecter l'équité. On yérifiera les papiers cles blonds et des bruns. Qui pourra encore franchir le seuil de la pi scine? L'AFFAIRE de Saint-Claude est un cas vovant, mais ce n'est, hélas. pa, lin cas isolé. De tous côtés parviennent des témoignages d'injustices commises envers les Algériens. A leur arrivée, ils ont beaucoup de Une lettre du M.R.A.P. Dès qu'cnt été connues lcs mesuras discriminatoires pratiquées à St-Claude, le M.R.A.P. a ]":mdu publique une pro· testation. Il a, d'autre part, adressé à M. Jaillon, député-maire dc cette ville, la lettre suivante : Monsieur le Député·Maire, Lcs dispositions édietécs par la Muni· eipalité dc St-Claude concernant la fré· quentation pal' les ressortissants algériens du Centrc Nantique du Mal·tinet, ont -uscité dans notre Mouvement une vive émotion ct vous n'ignorez pas les nombreuses protestations qui se sont élevées un peu partout cn France. d'autres mcsures de disCl"imination d dc ségrégation partiCUlièrement néfastes. Nous voulons croire, Monsieur le Député-Mair'e, que, tenant compte de l'émotion qui s'est cxprimée, y compris dans votre ville, le Conseil Municipal de Saint-Claudc à qui nous vous !oerions obligés de faire connaître notre présent appel - mettra fin à ces dispo· sitions inconcevables dans notrc pays. Espérant quc vous ne vcrrez dans notre déularchc quc le désir de servir les idéaux républicains auxquels demeure att.:lchée l'immense majorité des Français, nous vous prions d'agréer, Monsieur le Député.Maire, l'assurancc de notre considération distinguée. VIlU de SAINT ~ClAUOE Nautique du te CENTRE NAUTIOUEdu W\RTINfT est Olwen au public [) compter du Dimanche l"f Mai :1964, {Maque jc)ur dt, H} heures à 19 heures, L'heure de h~mlt~(Un' pourra èrre ferardé{~ lU (ours des mols de Juin et hJilleL L{~ \/esthl!l"t' t.~5t gratuit et ohIi9atOlt(~, L~s bassim sont pI3t't'S $OOS fa dîre{~fol'l t~t la stlrve!l!allce d'un maltrC' "'3gel:Jr~Sauv('tCllr . Tadf$.", Adultes ct l.Jdol~soefm ayam 15 ailS révolus ; L'W fr,~ Enfants de 7 a!i~ révolus .~ moins de 15 an$ rév(}!t/s : l Fr, ~ Enfants .avant moins de -; ans tfvf,.)Ius , Gratuit. - Droit de sfMlon· , t'lcr'flenr dt~s véhkules sur !e I}arc du ümtre Nautique: 1 Ft, Cart(: 3 tarif réduit. la farte à t~tff rt'duit, d'un ptix de JO Fr" dbtnbut;, exdU:I\'~rlwm ~wr le 5eudMMt de la Mulrltt, donn4.1 dmit ,) d import;mre; rédw:'J!Oll$ !cs K~ur~ non Mriès ; eUe compone ,in omain nombre de tkkd~ qui $ünten(othts j l'entrée et H ~'q pü",.;,iblc d'N1 {cquérir ph.lSienr! j hl fol$, lts ptr%~MtOE intèressêt:'~; ~üm imdt(~e$ tt r~t ifer (eS tartes au plus tôt ;;l!J Seaéw· rîatde la Mllirie {Ivm:attx fcrm&s k sâmtltH apré! mkHet le lùndl mad~. Ruvéttè.· tH bUVt;ttë (!q ~~x plvitee par un débitant de lâ !(Jcalirè, Le service don être CClrnpti~ dans !e~ prix des CO{l!omma· tions et ,ft;S d('rniers ne doîvent pa ... être su~)tdel1!"Y a U~tlX pmtlqués par k Gamd «dé J'un6rlt(jln. Matériel de I~lag-e. - le~ baÎgneufs peuvem se procurer a .1 la buvette du matèrît~l de phl9C en location. T AR!FS : Chaises ct j cnaisc'·!ongw:'$ • 0 50 Fr. Parawli. . 1 Fr, I,}rw com;igl1e de '} Fr, e~l J exigée, .•. , .. ,.......- .. ,.-" , ., .. ,._~ .. " .• ,. ........... _---... · .... --.w •. ~" .. _.,._., l _ /,~,/;:;:'~tissant~ lUSericns, - Lt.;' ressortissants atgérfe~'~\l ( ne sont admis au Cefltr~,. Nautique q,u~ SUr p~ésentatiol1 . préalaule SI .,. 'l! aù SecréfarlM df.~ la M~lne d'un certificat médICal, garallt de leur / 1\,:, bonne !i.anté. d de let~'-_::~ d,~t_Ü_é~.~.,"~-c_~~, __ "",".-/' f ~"'""""' """""'" ~ .... ___ .. ;~ ... ... ",n peine cl trouver du travail, et, s'ils connai~' sent mal le français, ils sont la proie des négriers. A Marseille, 4 à :;00 occasionnels sont embauchés aux docks pour trois jours par semaine. A Clermont- Ferrand, un diplômé F.P.A. avec la mention bien doi t s'embaucher comme manoeuvre dans le bâtiment. Le salaire ml11!mum horaire augmente au bout de trois mois de travail; la maind'oeuvre algérienne, considérée comme un réservoir, est licenciée avant l'augmentation pour faire des économies. Les cotisations des salariés sont les mêmes que les' nôtres, mais les prestations sont plus faibles. L'ass urance~maladie ne couvre pas le travailleur s'il se trouve en Algérie. n ors leur vie professionnelle, ib sont en butte à toutes S·Ol·tes de brimades. H.éce1l111lent, en revenant du travail. U11 g-rO llpe d'ouvriers algériens a été cerné par la police eq arrivant à une porte de Pari s. On les a fou illés un à un. mains en l'air. Deux d'entre eux S'ur lesquels les policiers ont trouvé des couteaux d'un modèle courant ont passé la nuit au poste. Dans le 13' arrondissement. un ouvrier algérien, appréhendé vers huit heuj . , res du soir, s'est vu demancter ce qu'il faisait là, alors qu'il finissait son travail à six heures et habitait Charenton. A Limoges, un ouvrier algérien a été emmené loin de la ville et passé à tabac parce qu'il avait consommé clans un ,afé déclaré « francais ». Chez eux, lès Algériens trouvent-ils enfin la paix et le repos? Chez soi, deux 1110tS qu'ignorent tous ceux qui, embauchés au jour le jour et sans contrat, sont obligés cie devenir des nomades. Et peut-on appeler foyer un taudis cie bidonville sans eau ni électricité ? Et les chambres d'hôtel où non seulement on loge à cinq, mais' encore on pratique le « .~ x 8 ». Jusqu'à présent, il leur restait les distractions clominicales; la piscine par la chaleur est l'une des plus plaisantes. l\Iais voici qu'à Saint-Claude. on règlemente leur clroit au bain. Un cameraman cie la Télévision américaine est :tllé sur place filmer toute l'a(fai re. Les Américains ont trop l'expérience de la' ségrég- ation pour s'y tromper. Après SaintClaude, ne nous diront-ils pas qu'avant cie donner des leçons d'antiracisme à l'étranger, il serait temps cie balayer devant notre propre porte. De tclJes dispositions en effet, en dépit de toutes les justifications invoquées, présentent un caractère discriminatoire qui contredit la 'Constitution ct la loi et heurte les lointaines traditions d'hospitalité ct de fraternité, chères à notre peuple. On ne peut s'empêcher de penser que si la Municipalité avait été inspirée exclusivement par des })réoccupations d'hygiène, elle aurait formulé la même exigence à l'égard dc tous les baigneurs évcntuels et non pas cnvers une catégorie seulement. Qu'il nous soit permis d'ailleurs, d'ajouter que l'établissement d'un certificat de « bonnc santé )) paraît assez difficile il- conccvoir tant du I)oint de vue médical quc du point de vue légal : outre quc la formulation ct l'in. terprétation de ces ccrtificats pourraient être sujcttes à caution, vous n'êtes sans doute pas sans savoir que le secret professionnel interdit au médecin de révéler à tout autrc qu'à son client le con· tenu de son diagnostic. MACON et PARIS: Les néo-nazis attaquent En fait, tout se passe comme si l'on avait voulu aboutir à écarter puremerlt et simplement du Centre Nautique les Algériens dont le dur labeur est pourtant des plus utiles au développcment économique de votre région et de notre pays tout entier. Et cet excmple malencontrcux pourrait très rapidcment servir de point dc départ et de justification à LE 29 mai, lc M.R.A.P. était invité à faire une confér'cnce à Mâcon, oit, un mois plus tôt, dcs « étu· diants nationalistes ») venus de Lyon (leur organisation, la Fédéra,tion dcs Etudiants Nationalistcs, est suffisamment organiséc pour opérel' des déplacements dans les villes oit elle n'a pas de sections), avait procédé à une distribution de tracts racistcs. Le jour de la conférence, une assistance très nombreuse, composée en majeur'e partic d'étudiants ct d'étudiantes des deux lYCées et des écoles normales de Mâcon, était venue entendre Madeleine Rebérioux, maître·assistante à la Sorbonne, membre du Bureau NatIonal du M.R.A.P., parler sur le thème : « Racisme d'hier et d'aujourd'hui )). Dix minutes environ après le début de son cxposé, la salle était littéralcment bombardée de pétards dont les explo. sions se succédaient â une cadence accéléree, L'auditoire réagit avec sang-froid, mais il fallut évacuer la salle. Une jeune fillc fut br'ûlée au picd et dut être hospitalisee, d'autres spcetateurs eurent leurs vêtements endommagés. A l'issue d'une vive bagarre, les agres· seurs furent arrêtés · ct conduits au corn· missariat : c'étaient des étudiants fas· cistes venus encore une fois de Lyo») , ct aidés de quelques éléments mâcon· nais. La eonfér'cncc reprit ensuite, suivie d'un excellent débat. Les participants priscnt la résolution de constituer des comités antiracistes pour faire éehec aux menécs des « étudiants nationalistes. )) Autre affaire : l'agression du cinéma « Le Savoie )), oit sc déroulait le 2 juin, un récital dc « Chansons pour ]a paix )), organisé par le Comité d'Action du Speetaclc. La soirée était eommencéc depuis unc demi-heure, lorsqu'une vingtaine d'individus se sont présentés dans le hall, ont sauvagement attagué avec dcs barres de fer et des crochets de boucher, les trois personnes qui s'y trouvaient, brisé les vitrines, lancé des goupilles de grenades, volé une somme de 150 francs dans le tir'oir-caisse ct dérobé des archives du Comité organisateur_ L'organisation du commando, sa discillline, son intervention silencieuse sous la direction d'un chef, tout laisse supposer qu'il s'agissait de jeunes fascistes, d'autant plus qu'à deux reprises, des menaces avaient été cnvoyées aux orga. nisateun Une conférence du M.R.A.P., un gala pour la paix, telles sont les cibles idéales des groupes faseistcs. Laisser impunis de tels agissements, c'est encourager les forces subversives ct racistes. Conscients de ce danger, les participants de la XV, Journée Nationale ont demandé dans la résolution finale « que les Pouvoirs publics prennent les déci· sions qui s'imposent pour interdire les publications et les groupements qui ~e livrent à la propagande raciste. » 16 ______________________________________________________________________________________________________ ---------- Palais Galliéra Les artistes CONTRE LE RACISME • • 29-30 JUin 1964 Qu atre.vingt·dix.sept oeu vres (ta,bleaux, sculpt ures, des· sins, gouaches, estampes) figurent au catalogue de la grande exposition·vente qui aura lieu au Palais Galliéra, les 29 et 30 juin, au profit du M.R.A.P. Ces oeuvres portent les signatures des représentants les plus éminents de l'art contemporain. ·Ceux-ci (ou, pour ceux qui ne sont plus, leur famille) ont tenu par leur don généreux à témoigner de leur sympathie pour la cause de la fraternité humaine, inlassablemen t défendue par le M~R.A.P. Le vernissage aura lieu le lundi 29, à 21 heures ; la vente aux enchères se déroulera le mardi 30, à 21 heures, après l'exposition (de 10 heures à 18 heures). BOURDELLE Ma sque de jeune f il le au ma caron Abidine • Agostini . Y. Alde • Andréou • BeHias • Berthommé· Saint·André • Blond· Bourdelle· Bourgeois • Brauner • Brayer • Briandeau • A. Caillaud • R. Caillaux • Canjura • Carzou • César - E. Dermit • Chagall • Chana Orloff • Charlot· Clavé Collomb • Constant . Dauchot Debré Despierre Ernst Estève • Forissier • Gen Paul George.in • Giacometti • Gilioli Graui Sala· Gromaire· Guerrier - Hambourg • Heuzé • Hilaire • Iya (Lady Abdy) • Jullien • Lancelot·Ney • Lapoujade • S. Delaunay • Léger - Lorjou! • Lurçat· H. Madelin. Marchand· Marquet. Matisse· S. Mendjisky • Menguy • Mentor - Messagier. M. Miailhe • Miro · Y. Mottet · Muhl • Oudot • Pailes • Palmeiro • Papart • Parturier • Picart Le Doux Picasso Pichette Pignon • Pissaro . Poliakoff • Pons • Pougny • Pressmane • Raffy le Persan . Roche • S. Roger • Rouault · Saint·Saens • Seb ire • Ségal • Sicard • Szenes • Survage • S. Tourte · Vasarel y . Verdi· Vi'e.ira Da Silva· Vinay· Wakhevitch • De Waroquier • Winsberg . Wogensky • Worms · Yankel • Zadkine - Zao·Wou·Ki. J. PICART LE DOUX Profonde urs MIRO Femmes et oi seaux o'" ~ ~t/5· lb~. ~ 1 ........ MARQUET Nu PICASSO : Buste de femme

Notes

<references />