Droit et Liberté n°178 - janvier 1959

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°178 (282) de janvier 1959
    • Grâce à l'action des antiracistes alertés par le M.R.A.P., Xavier Vallat en échec page1
    • Un virus à nouveau menaçant par Louis Martin-Chauffier page1
    • Deux films nouveaux sur l'antisémitisme et le racisme: "moi et le colonel" et "la chaîne" par Louis Mouscron eet Yves Jamiaque page1
    • Le système par oncle Tom page 2
    • Afrique: le vieux modèle (Congo Belge) page2
    • Etats-Unis: un test (Little Rock) page2
    • De l'antisémitisme à la pornographie (film le troisième sexe de Volt Harlan) page3
    • Vous dites? "Droit et Liberté" répond aux mensonges racistes par Roger Maria: épinglons le "journal du parlement"; les anthropophages. page3
    • Actes de vandalisme contre trois synagogues parisiennes page5
    • Quand les murs du métro crient la haine 'graffitis racistes) page5
    • "Droit et liberté" vous présente le dossier de l'affaire Nieland et de l'antisémitisme en Allemagne Occidentale page7
    • Livres: la vie algérienne: l'Algérie des colonels de A.P. Lentin page7
    • Art africain et racisme (à propos d'une récente exposition au musée de l'Homme) par Jean Suret-Canale page8


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N° 178 (282) ' 50 FRANCS 31 JANVIER 1958 ~ .. C])an~ ce numéUl.: • Ce que vous voulu savoir sur l' AFFAIRE NIELAND et J'antisémitisme en Allemagne Occidentale. (page 7) Grâce des à l'action 1 antira cistes XAVIER · VALLAT • Une réunion fasciste près de Paris. Actes de vandalisme contre troÏl synagogues parisiennes. (page centrale) le a lertés M'. R. par A: EN ECHEC 1 • • Art africain et racisme, par Jean SURET-CANALE. L'ex-Commissaire aux q~estions juives n'a 'pu finir la tournée de prop::Igande qu'il prétendait faire' dans le Midi • (page 8) • Voua dites ? , " A VIER' VALLA T EN PROVENCE ». Sous ce, titre alléchaut, l'hebdomadaire Aspects de France annonçait début '1\, .ia,nviér, une sér~e de ~éunions"qu~ son d~recteur, l'~x:~( commissaire aux ~es!ions juives» du gouverne~ent de , , " ' , V ICpy~ ,entendaIt tenir daqs plusum.rs villes du MIdI. Au cours de ces reUDlons organisées par « La Restaura, tion. Na~ional~,_ centre de propa~ande royaliste et d'actt01l française », Xavier Vallat devait traiter le sujet suivant par Roger MARIA. (page 3) ( Vers l avemr. vers la Monarchte ». '., 1 ':::1 : ,"' "" il':' .. " , Graâce à la vigilance et à la promp- 1949), que Xavier Vallait veut pren- I-~~----------_____ 11 mai 2010 à 12:11 (UTC)11 mai 2010 à 12:11 (UTC)192.168.254.42" te' intervention du M.R.A.P., ce beau dre la parole en public. Mais, bien projet a fait fiasco. Les antiracistes, souvent, il lui fallut rengainer ses ,les ré.publicains se sont mobilisés, et harangues, aussi bien à Paris (Où il le ministre vichyste a trouvé vrai- prétendait faire l'é_oge de Maurras à ment.., à qui parler, la salle Pleyel) qu'à Lille, Nancy ou Grenoble; et, depuis un certain , « Notre heure arrive... » temps, il se taisait. Ce n'est pas la première fois, de- ' puis sa libération conditionneI:e (fin Estima-t-il mamtenant la situation plus propice ? Ce:a ne fait pas de doute : il suffit de lire ses articles pour s'en convaincre. « Pourquoi dissimulerai- je, t:crivait-il récemment, que le scrutin du 23 novembre 1958 provoque chez moi une jubi.ation intense ? ». Et l'un de ses compères, Louis Olivier de Roux, ajoutait, ' dans Aspects de , la France également : « De nouveaux 13 mai seront peut-être nécessaire$,' ,du moins avons-nous beaucoup de ,Qon ,4 tirer de Cfflui de cette année ... Maintenant que , -e -buldozer est passé, notre heure ar1live, où nous po~iions agir sur les orientations futures, ' Aucune exclusive ne nous entrave pour faire pénétrer' 'dans, la cire mote ,de l'opi1/-ion les ,doctrines expér: i~~rit'ées de 'l Action ' Française », .. " Donc;' la tournée prévue par Xavier Vallat devait durer pIus ,d'une semaine (du 10 au 18 janvier), Et, qui plus est" 1:1 se targùait de parler dans plusiéüts bâtiments officiEils , : salles de lllairies, et théâtres municipaux, - L'intervention du M.R.A.P. ID ElU J X IF IIiLIMI S SUR L'ANTISEMITISME INIOlUJVIEAUX ET LE RACISME • Deux films traitant de l'antisémitisme et du racisme: « Moi et le Colonel» et « La. Chaîne », viennent de sortir sur les écrans parisiens. Sur l'un et l'autre, les avzs sont quelque peu partagés, Nous publions ici un article sévère de l'auteur dramatique Yves Jamiaque, membre du Bureau National du M.R.A.P., sur « La Chaîne », et un article favorable à « Moi et le Colonel» de notre collaborateur Louis MOUSCRON, accompagné des points de vue de' divers ciritiques. , Nous espérons que nos lecteurs, comme nous l'indiquons en page 7. vOu. dront bien, eux aussi, nous faire connaître leur avis, MOI ET LE ,COLONEL P EUT-ETRE parce que je m'attendais au pire, j'ai été surpris , agréablement. - Je connaissais, en gros, le sujet; Et traiter en badi:.. nant de la guerre et de l'antiséinitisma, j'estimais cela bien téméraire, et de fort mauvais goût, pour ne pas dire sacrilège. Eh bien! je le reconnais ,volontiers: quelques minutes ont suffi à dissiper mes appréhensions, j'étais charmé, conquis: « Moi et le Colonel» est ' une réussite, Donc, en juin 1940, le comte Tardousz- Boleslaw Prokoszny, colonel de l'armée polonaise (Curd Jurgens) et le juif Samuel Jacobowsky (Danny Kaye) se voient contraints par les circonstances, en dépit d'une criante incompatibilité d'humeur, à fuir en- Louis MOUSCRON. LA CHAINE TOUT d'abord, je me dois 'de pré, venir nos amis : je vais les décevoir autant que j'ai été déçu. Sans doute parmi eux, nombreux sont ceux qui ont déjà vu ce film', Certains l'ont sans doute aimé. ; Je le r&. Notre Mouvement alerta donc aussitôt ses amis de Provence, les antiracistes de toutes appartenances, les anciens déportés, les Résistants, Il s'adressa d'autre part aux préfets des Bouches-du-Rhône, du vaueluse, du Var et des Alpes-Maritime," et aux Xavier Vallat sous l'occupation, (Suite page centrale.)" (Suite page 6.) "192.168.254.42 11 mai 2010 à 12:11 (UTC)"'11 mai 2010 à 12:11 (UTC)~....,...192.168.254.42.:.-192.168.254.42 11 mai 2010 à 12:11 (UTC).:r-11 mai 2010 à 12:11 (UTC)~.I"192.168.254.42':'-11 mai 2010 à 12:11 (UTC)~~-~~-- UN . VIRUS A . NOUVEAU MENAtANT , " , ,:L'éminent écrivain c ,tholique Louis J , MARTIN-C:HAUFFIER a bien voulu étrira pour « Droit et Liberté Il l'article ci-dessous. Notre journal, dont les colonnes sont ouvertes à tous les antiracistes, ' sans distinction d'opi- '", 1 nions, se ~éi~uit de cette vigoureuse ~ ,- ·.( ~.é~~"ci."jpn de la montée raci~te en .. ',1 • j:'~~!1ë:e et du vibrant appel à l'union qui s'ensuit, appel qui, nous eh sommes certains" sera entendu dans les , , ~jF~Ux. les plus divers. ... \, ; .'" " ;'!. ' '", 0 ' N pouvait 'PE!l')ser, On voulait croire que les effrayants massacres de " juifs par Hitler, dans tous les pays d'E\Jrope, mais surtout en Allemagne et en : P o l"'~"' e . auraient éclairé lès racistes les plus bornés sur leurs propres - sehtiments, qu'Ils n'auraient plus osé avouer, même en foreur for intérieur ---- c'est-à-dire reconnaÎ re pour leur - ,une réaction dont ils avaient pu voir à quelles horreurs et à quelle abjection " criminelle elle pouvait abaisser l'homme disposant d'une force assez 'cruelle et puissante pour exaucer leurs voeux secrets. Demeurer raciste et antisémite après avoir contemplé les méfaits , du racisme et connu le martyre du ghetto de Varsovie, la « mé~hode Il ,des chambres à gaz et, à Par;s même, la rafle mortelle du Vel' d'Hiv, c'était approuver le génOCide implacable, s'en faire complice après coup, souhaiter qu'il fût poursuivi, regretter que, tant qu'à faire, Hitler ne fût Jas allé jusqu'au bout, ' TRE,IZE ANS ONT pASSE ... J'avais cru, il y a treize ~ns, q~e les excès mêmes du ' racisme, devenu doctrine impérialis ~ e et prétendant à un justification idéologjque, aura ient dégoûté ma intes personnes 'qui « n'aimaient pas les, juifs Il mais ne leur voulaient pas ' trop de mal et assez capaoles de raison pàur m~~).Jfer, en même temps que l'horreur, 'l'âbs\Jfdité de ce déguisement pseudo-scientifique des plus ,bas inst:ncts. « Non, je n'ai pas vou'u cela Il, diraient-elles avec effroi devant tant de féroci't~, mêlee_ de ,taC)t " d'hypocrisie. ' C'était faire pèli de ~a's de la contagion, C'était aussi oublier que nombre de Français - dont les écrits restent - avaient applaud'i' ai.{ massacre, encensé la doctrine, flatté les bourreaux, s'étaient, à l'occasion, faits délateurs et pourvoyeurs. Hitlériens au premier ' OLl ,au second 'degré" : s~rviteurs par Louis MARTIN-CHAUFFIER. directs des nazis ou employés de Vichy, ces hommes de haine n'ont pas ' désarmé. Ils se sont tus, un moment, quand le risque était grand. S'ils parlent maintenant, c'est que, assurés de le pouvoir fa;re sans malencontre,ils ne le sont pas moins d'être entendus, et de réveiller chez certains, dDnt la fTlauvaise conscience est enfin ass6upie, des sentiments que la hon ~e n'étouffe , plus et qui peuvent se dohner -libre cours : le temps, qui efface vite, ne les relie plus dans l'esprit aux atroces conséquences que Hitler en avalent tirées, en les réalisant. Ori peut redevenir antisémite sans vouloir massacrer les juifs. Mais par un chemil1emen ~ plus ou moins rapide, on passera de la parole haineuse à la brimade, de la brimade aux persécutions, des persécutions au massacre. En proclamant le juif ennemi sourno:s, implacable, tenace et rusé du genre humain, en faisant' du mythe de la « juiverie internationale » I~ principalé force à abattre, Hitler a donné aux antisémites diffus le principe, le prétexte, l'excuse, l'autorité qu'un complexe personnel' d'lnférior:té était mal suffisant à a~seoir. Valables ' en tous lieux, puisque le juif 'eSt l'enneini dé toùs. Et qui permettent toutes les atrocités puisqu'il est l'esprit mêMe du mal, contre lequel tous les moyens sont bons ... Pour , que la persécution soit officielle, il faut que règne un rég :'me fasciste. Xéno- ' phobie, r'a,cTsme - et, 'au Dremier chef, antisémitisme - font partie de sa définition ,en même temps qu'ils forment, fau~e de mieux, la substance de son principe, fondé sur l'imposture, l'arbi-~a:re et la tyrannie. Pour que la ,perseèQtion, sans être officielle, soit réelle 00'" menace de l'être, il faut _que, sous un gouvernement faible et incertain d'e sa durée, des élémen~s fascistes importants se ,sentent assez assurés de leur impunité pour proclamer leurs intentions, voire pour passer aux actes'. LE DANCER S'EST PRECISE Où en sommes-nous aujourd'hui en France? " y a ~e.ptmoi~, la menace du fascisme, , (Suite page centrale.) Une'!scène de « La Chaine II gretté, c'ar leur satisfaction est bàsée sur un malentendu, Voilà: , ,d, Je viens à l'instant de voir « La Chaîne ». C'est dire que je sors nu cinéma,: et que je me précipite à. ma table de travail pour écrire cet article. Car ,si j'attendais à. demain, je crois 'qu'il serait trop tard. Déjà. maintenant, une heure après la vision de ce film, les visages des deux héros Ii'estompent dans ma mémoire, ':lt je suis tot~lement incapable de ré- Yves l,JAMJ,AQUE. (Suite page 6.) (J U I~~ Hffi P.\ H81~-~r-Iu LE «Jeune Nation ...... vieille rengaine. Celle qui' avait cours sous la IVe. consistait pour ces messi~urs. à rendre les juifs responsables des difficultés du pays. Aussi furent-ils au premier rang pour crier: «De Gaulle au pouvoir. mort aux juifs!» Et ils contribuèrent pour leur part à la liquidation de ce qu'ils appelaient «le système» et à son remplacement par ce qu'ils baptisèrent «le renouveau ». Mais ce renouveau apparaissant de plus en plus comme un renouvellement et même une aggravation des anciennes difficultés. ils commencent à écrire sur les murs que de Gaulle et les juifs c'est la même chose. De plus antisémites qu'eux pourraient leur reprocher d'avoir été dupes. voire même complices. Mais leur attitude est profondément logique. Car ils ne font que perpétuer (impunément) le système qui consiste à désigner les juifs comme boucs émissaires aux mécontents. Ajoutons que ce système. aux yeux des honnêtes gens (qui sont le plus grand nombre) ne saurait avoir. depuis Goebbels. le prestige du " re !l"'1 V "'~U ». Oncle TOM. w~..:.-11 mai 2010 à 12:11 (UTC)192.168.254.42 11 mai 2010 à 12:11 (UTC).;-192.168.254.42 11 mai 2010 à 12:11 (UTC).:.-~~ ........... ~~ ...... ___ ~ , ainsi. dans « Le Monde », les con- A f R 1 QUe 192.168.254.42ti~ns théoriques des colons bel- ~Le vieux modè:e « On veut envisager des agronomes ou des ingénieurs noirs, mais pas des docteurs en droit. Il faut travail er à L~s sanglants événements du Congo l'avènement non pas de « blancs », be.ge attirent brusqueI?~nt :attenti~:m mais de « noirs meil eurs », de trasur la tragique conditIOn des nOIrS vailleurs honnêtes et compétents, de dans cette « colonie modèle ». où bons maris, de pères de familles exemtriomphait. jusqu'à ces dernières .se; plaires. Cela exigerait plusieurs génemaines. un paternalisme blanc énge rations. en système. « Aussi, l'Etat·Providence et :'Em- Vidée fondamentale en est que les , , ployeur-Providence veillent, 'avec fa ' noirs .durement exploités. peuvent àco 'laboration des missions catholiques, la rigueur retirer quelques avantages au bien·être matériel ,et moral de l'aumatériels - savamment dosés - de tochtone ( ... J. ,l.l est: logé .par son emleur travail. mais qu'Ls ne doivent en 'ployeur ou bénéfi cie d'une indemnité aucune façon accéder à la c~l~ure. à et de prêts à 'a construction consentis l'émancipation morale et pol1tlque. par les pouvoirs pub ics. Il est nourri Un ancien attaché de presse au ca- scientifiquément. On le distrait sagebinet du gouverneur général du Con- ment ( ... ). Son repos est assuré par le go belge. M. Jean Labrique. définit couvre-feu des cités dans les'welles il ~$~~y ';. ..: -r::' s ":l. .. ~~/ ..~ I (, ,~ I~".I~ (, ":~. ".: '('! 'l , ,",, , ",:", , ... , , Athènes • LE CAPITAINE MAX MERTEN. . ,ancien conseiller du commandement nazi en Grèce. sous l'occupation. spécialement responsable de la déportation de 42.000 juifs de Salo· nique. comparaîtra en Justice le n février. Cette décision a été priSt! par le gouvernement à la suite de la vigoureuse protestation des communautés juives de Grèce contre le projet. qui avait été rendu public. de confier son jugement aux tribunaux de l'Allemagne 00- cidentale. Hollywood • LE FIL M tiré du «Journal d'Anne Frank .. vient d'être achevé dans les studios de la Twentieth Century·Fox. Le rôle de la jeune fille ' est tenu par MiUie Perkins. vit, et où la présence de l'Européen n'est pas tolérée la nuit. La formule de son bonheur est étudiée par des laommes de sc;ence, app iquée par des hommes d'affaires avertis, qui s'emploient à lui éviter les erreurs de conduite ( ... ). Les films qu'il est autorisé à voir ont été soumis à une commission de censure particulière ( ... ). Il ne peut se déplace1i d'une région à l'autre sans autorisation de l'administration ni sans certificat médical ( .... ) . Il est l'objet de lois spécia es, justiciable de tribuanux spéciaux, passib'e de peines particulières ( ... ). Il bénéficie d'un tarif réduit dans les réunions sportives ou les manifestations artistiques auxquelles il est spécialement autorisé à assister ( ... J. « Quant à l'Européen Qui débarque au Congo belge ,il se sent, se croit, s'arroge d'office une action éducatrice ». « Rivarol » ne trouvait pas de mots assez flatteurs pour faire l'éloge du colonialisme belge. Il décrivait na4 guère ainsi le régime du travail : « L'indigène est tenu à l'écart du blanc... 1: existe des syndicats indigènes remarquablement organisés. Seulement ces syndicats sont dirigés par des b'ancs et leurs adhérents prêtent serment de ne jamais se mettre en grève ... » Riches ou pauvre; L'application pratique de ces théories ? Nous venons d'en avoir un exemple à Léopoldville. la capitale où. sur 400.000 habitants. on compte 50.UOO chômeurs et sans abri. Une réunion du parti A,B.A.K.O. ayant été interdite de violentes bagarres ont eu lieu. La po_ice et l'armée belge ont tiré sur la foule. On évalue les morts africains à plus de 200. La répression a été féroce. avec les méthodes deJi:l. expérimentées de longue date dam un terntOlre où. jusqu au mois dernier. la peine du fouet était légalement autorisée à l'égard des noirs. à l'armée et dans ~es prisons. Mais il apparaît aujourd'hui que de telles méthodes. paternalisme et terreur mêlés. qui révèlent un mépris urofond de l'homme noir, sont de plus êll plus vouees à l'échec. Les maîtres du Congo eux-mêmes en viennent à prononcer le mot indépendance. En fait les peuples d ' Afr que sont en train 'de dépasser le stade où es mots suffisent à les satisfaire. Un mouvement irrésistible s'est emparé du continent noir. qui exprime , aVec, une force croissante ses aspirations à la dignité. au bien·être. ,à la liberté. La conférence pan·africaine d'Accra. ouis'est déroulée en décembre. et où 200 millions d'Africains étaient représentés a montré avec éclat la résolution. la cohésion. la , puissance tranquLle de ce mouvement. Et le président de la conférence a résumé dans un mot d'ordre frappant ce que pensaient tous les délégués : . « Riches ou pauvres, les Africams sont décidés à se gouverner euxmêmes D. ETATS-UNIS ~ Un test A Little Rock. le problème scolaire reste sans solution. Les quatre lycées étant fermes sur ordre du gouverneur Faubus celui-ci a décidé d'organiser quatre' écoles privé~s. qui. echapp.eraient à la loi sur l'mtégratlon. MalS la souscription ouverte _ cet effet n'a rapporté que 150.000 dollars, au lieu des l,.K.IO.OUO nécessaires. Une seule école a été ouverte. réservée aux classes supérieures. et 300 étudiants seulement la fréquentent. La plupart des jeunes gens de la ville sont donc partis étudier dans les Etats voisins. où l'intégration scolaire connait. pacifiquement, un ~ébut d·application. Quelques-uns swvent des cours à la télévision et beaucoup (plus d'un millier). livrés à eux-mêmes. attendent dans les rues ou sur les terrains de sport « que la situation s'éclaircisse Il. Dans ces conditions. l'opinion publique en vient. de plus en plus. à acepter l'idée d'une intégration par-tielle. qui permettrait la réouverture des écoles. Le 10 janvier. 13e juge fédéral a ordonné une nouvelle fois au Conseil des Ecoles de Little Rock de « poursuivre dans .a limite de ses pouvoirs officiels » la mise en application d'un programme d'intégration des écoles de la ville. Dans l'ensemble du Sud. le même problème est également posé : suivant l'exemp.e de Faubus. le gouverneur de l'Alabama, M. Patterson. vient de déclarer nue « si les noirs continuent à demander la fin de la ségrégation raciale, les éco es de l'Etat seront fermées et ne seront veut-être plus jamais ouvertes, ni de mon vivant, ni de votre vivant »; dans le Mississipi., le Sénat a adopté à son tour une loi autorisant la fermeture de toute ècole d3 l'Etat sous le coup d'un ordre d'intégration de la part des autorites fédérales : à Norfolk (Virginie). où les t:coles sont fermées comme à Little Rock. un référendum a été organisé donnant 12.658 pour la segrégation et 8.781 Dour l'intégration. A toutes ces mesures officiel:es s'ajoute la propagande active des 01'ganisations racistes (et antisémites,) qui n'hesitent pas à recourir à d,e graves attentats pour intimider la population noire. , Mais Little Rock demeure un svm( Suite page 3.~ Le carnet de D. l Francis lourdain Peintre. écrivain, publiciste, Francis JOURDAIN. qui vient de mourir. laissera. outre son oeuvre. si profonde et si vivante. le souvenir exemplaire d'un homme de coeur attaché à tout ce qui est juste et noble. d'un militant toujours sur la brêche. Nous ne faisions jamais en vain appeil à lui pour un article, un meeting, une pétition. une démarche. Malgré son graû âge. ses tâches innombrables, ses travaus., il n'hésitait pas à payet' de sa personne à toute occasion. «Droit et Liberté .. s'honore d'avoir p. bUé pendant de longs mois sa rubriqqe régulière «Soit dit en passant ...... Sa dernière lettre au M.RA.P. fot pOOl' s'excuser de ne pouvoir venir à not,. gala de décembre dernier. Francis Jourdain était membre du Jury du Prix de la Fraternité, fondé par notre Mouvement. ••• Moscou • LE CELEBRE chanteur noir Paul Robeson poursuit en U.R.S.S. une tournée triomphale. Au cours d'un concert à Moscou. il a chanté. entre autres. deux chansons yiddish. nos t """"""""""192.168.254.42 ectetlrS ~ - - - -.- ---~.......-- Une foule nombreuse a participé aux obsèques de Francis Jourdain. Le M.R.A.P,. était représenté par une délégation composée de Charles Palant, M' Georges Sarotte et Albert Lévy. New-York • QUARANTE publications spécialisées dans l'excitation au racisme et à l'antisémitisme paraissent actuellement aux Etats-Unis. et leur tirage total s'élève à un million d·exemplaires. révèle le New York Herald Tribune. Paris • LA TROISl~!~IE SAISON du Théâtre des Nations sera inaugurée cette année le 20 mars. 18 pays. avec 22 troupes y prendront part, totalisant 120 représentations, dont 45 dramatiques, 25 lyriques, 25 chorégraphiques et 25 de marionnettes. Varsovie • LE CONSEIL MUNICIPAL a voté une subvention de 120.000 zlotys pour rénover le monument à .la mémoire des combattants du Ghetto de Varsovie. Selon les plans adoptés. le monument lui-même sera entouré d'un jardin. Vienne • LE CONSEIL MONDIAL DE LA PAIX a décidé d'organiser dans tous les pays. au cours de l'année 1959. des manifestations ' commémoratives. à l'occasion du 100' anniversaire de la naissance du grand écrivain yiddisch Schalom Aleichem. Washington • UN PROJET Dt.: LOI permettant une répression sévère contre les organisateurs d'attentats racistes. tels qU'il s'en est produit récemment dans des écoles ou des synagogues. a été déposé par 46 sé· nateurs républicains et démocrates. Un projet semblable a été déposé à la Chambre des Représentants. La légende de Pétain Si « Droit et Liberté » a justement relevé dans son dernier numéro .'fnàécence d'une image de Pétain sur l'écran de la Télévision, je me dois ae rectifier la contre·vérité qui en fait le héros de Verdun dans l imagene d'Epinal. Contrairement à la légende aont il a su s'auréoler, Pétain fut un capitulard sans honneur. Défaitiste, il « alarme tout le monde» (Maréchal Joffre - Mémoires 11, p. 222) et « envisage un repli» (Poincaré - Au service de la France - 1933, tome X, p. 88). Redoutant l'offensive ae Foch (Poincaré - idem, p. 168) il préconise - déjà - l'évacuation de Paris, cherche à nous isoler de nos alliés pour négocier avec l'Al 'emagne : « les Allemands battront les Anglais en rase campagne. préchait-tl.. après quoi ils nous battront aussi » (Poincaré - idem, p. 88, 193, 205 et 295). Nous n'avons pas la mémoire courte pour oublier qu'avant sa tranison de 1940, Pétain ne dut sa fausse gloire qu'à une bravoure de salon et à une stratégie de comp7oteur. Et devant la 'égende dont les anciens collabos font un culte, t. faut se souvenir des mensonges qui nous ont fait tant de mal ... Raph FEIGELSON Que de peine ... Souhaitant de tout coeur la fraternité universelle, c'est très volontiers que je m'inscris comme amie du M.R.A.P. Mats je ne suis qu'une petite employée au petit salaire. La radio, le cinéma, ont diminué les distances, le monde maintenant paraît bien plus petit. Des re.ations commercia'es s'étab issent de plus en plus entre les peuples ... Les hommes ont de 'Olus en plus l'impression ou'ils ont beso.in les, uns des .autres-. .. Espé, rons qu'ils seront assez sages pour fraterniser dans le respect de leur diversité ,dans le respect de a liberté, de la dignité de la personne humaine ... Que de peine les humains se donnent pour se faire du mal, et que de belles choses que de bonheurs Us pourraient créer s'ils utilisaient pour le bien ces richesses que sont l'intelligence, l'instruction, l'adresse, le talent. L. CADORET, Nantes. Si ce n'est votre journal... J'ai vraiment l'honneur de vous écrire pour vous demander mon abonnement à votre honorable journal. Je félicite vivement les rédacteurs de ce journal du bon travail ou'ils accomplissent et leur souhaite « bonne chance ». Voyez-vous, Messieurs, ici, en Algérie, si ce n'est votre journal, nous n'avons connaÏ$sance de rien de ce qui se passe en Métropole et surtout à Parts ... H. G., Constantine. Anniversaire C'est avec joie que nous présentons n06 félicitations et nos voeux à notre ami Isaac KRYSTAL, à l'occasion de son 70' anniversaire. Dirigeant de l'Union de& Sociétés Mutualistes Juives. il apporte au M.R.A.P. depuis sa fondation le soutien de son autorité et de son dévouement. Nous souhaitons le voir longtemps encore poursuivre le combat. qui est celui de toute sa vie. pour la justice et la fr9:ternité. MARIAGE M. et Mme AIZENKAIT, nos dévoués amis de Clermont-Ferrand. nous annoncent le mariage de leur fille, Georgette. avec M. Emile LEVIN. Nous leur exprimons nos félicitations et nos voeux tee meilleurs. NAISSANCE Nous sommes heureux d'annoncer t. naissance de la petite Nadine, fille de nOl8 amis le Dr. et Mme CYNA. Nos félicItations et tous nos voeux. ~ROBES. MANTEAUX. JUPES. VESTES, TAILLEURS Prêb à porter au pm de gros Sur mesure et avec essayages 1111' demande 27, rue MIMCIS Tailleur pour Dames du Faubourg-Montmartre· Paris-9" Tél. : PRO. 01-20 Métro: Montmartre - Autobus: 20, 39, 74 etc .•. L'e. meilleur accueil sera réservé aux porteurs de cette ~annonce' / QUE ? (Suite de la page le) bole, un test-clé. , Et si les positions .de Faubus semblent s'affaiblir quel- Combattants et Prisonniers de Guerre. . l, Q U A~'M\ 11)" Devant l'émotion de l'opinion publique , ' le gouvernement s'est saisi de la question. , ILE ~I.R.A.IP. RIECOIIT ... , que peu, on ne peut pas dire encore ,qu'i. ait perdu la partie.

~ Pour un baiser

Deux enfants noirs de 8 à 10 ans ont été incarcérés dans une maison de correction à Monroe (Caroline du Nord) à la fin 4u mois de décembre. Leur crime ? Ils ont embrassé des fillettes blanches de 6 à 7 ans, leurs compagnes -de jeux. Il a rappelé que les films tournés en Allemagne ou en Autriche sous le nazisme, étaient interdits en, Israël, de même que les films plus récents qui tendraient à montrer les nazis sous une lumière favorable. D'autre part, le ministre de l'Intérieur a demandé aux distributeurs et aux propriétaires de salles de mieux tenir compte à l'avenir des sentiments d'une large partie de la population. On a peine a imaginer possible un r a~ [ncore Bonn 1... dsme aussi sourcilleux, aussi stupide, de la part des juges américains. Mais les faits sont là, et c'est bien le cas de dire .que parfois la réalité dépasse la fiction. • DES PLAINTES ont été déposées, -,lne amoiance amicale, n'excluant nuldans l'Etat de Hesse, contre deux juges lement l'esprit de combattivité, régnait à siègeant dans les tribunaux chargés des , la réception Que le M.R.A.P. a donnée, Arrêtés le 29 octobre, les deux « couréparations aux juifs vict imes du nazisme. le 20 janvier, à l'Hô:'el Moderne. pables » ont comparu le 4 novembre devant le tribunal pour enfants de Champton Priee. Ils ont été condamnés à rester en maison de correction jusqu'à l'âge de 21 ans. L'un d'eux, Spaeth, faisait preuve d 'une Autour du président Léon LYON-CAEN, partialité flagrante à l'encontre des juifs. Qui retraça le r:che bi 'an d'ac ~ iv i té du L'autre, Bauer, faisait des déclarations Mouvement pour l'année écoulée, s'étaient pro-nazies et chantait dans son bureau des rassemblés les membres du Conseil Natiochansons antisémites. Ils ont été mutés nal, de nom':reux militan ts et amis, des Une pétition de l'Association Nationale dans d'autres services. délégués de Sociétés et d'organ isations, Qui pour l'Emancipation des Gens de Couleur (N.A.A.C.P.) souligne que cette condamnation est illégale d'autant plus qu'on n'a pas laissé aux deux enfants le droit d'être défendus par un avocat, qu'ils n'ont pas été confrontés avec leurs accusateurs et qu'aucun témoin n 'était présent à l'audience. • UN NOUVEAU GROUPE NEO-NA- tenaient à exprimer leur attachemen~ au ZI, la « Fédération des Etudiants NatIo- M.R.A.P. et leur volonté de soutenir tounaux », vient de se constituer à Berlin- jours plus activement son action. Ouest. Il a tenu récemment une réunion Notre secréta ire général, Charles PApublique où ont été lancé des slogans ant!- LANt, :nsista sur le danger ac ~uel des sémites . m~"' ';es antisémites et racistes, et I"nça un • DES CROIX GAMMEES ont été vibrant appel à la vigilance et à l'union. Nombreux dans l'assistance furen t ceux Le président de la N.A.A .. P. a demandé par télégramme au président Eisenhower .. quand les noirs peuvent espérer voir appliquer la Constitution, qui proclame que tous les citoyens jouissent des mêmes droits civiques.» peintes à Dusseldorf sur les portes de la Qui, répondant à la formule : « A chlque nouvelle synagogue et du monument aux Moune de Rivel au milieu de_ _I'_ a_S_si_s_tance_ ', antiraciste, la Carte d'Ami du M.R.A.P._ , victimes du nazisme. re :'irèrent sur place la Carte 1959, pour ,DE L'ANTISEHITISlIIE L'affaire doit venir prochaInement en appel. Ji Lil POIIl\'OG"flPHIE HIER ET . . Des photos c suggestives » s'étalent devant les deux cinémas qui donnent, depuis quelques jours, à Paris, le film "Le troisième sexe », que les critiques s'accordent à considérer comme un ignoble navet. rapport de cause à effet» entre la propagande antisémite faite par le film et les massacres de juifs. AUJOURD'HUI ~ Films allemands en Israël Il faut savoir que ce film est ,l'oeuvre de Veit Halan, le réalisateur du «Juil Süss • nazi, qui fait ainsi sa rentrée en France. -Voilà pourquoi, sans changer de registre, et faisant toujours appel aux instincts les plus bas, Veit Harlan a pu poursuivre ses activités, et passer tout naturellement de l'antisémitisme à la pornographie. Le nombre de films allemands projetés dans les cinémas israéliens s'étant accru considérablement dans la dernière période, des manifestations de protestation ont eu lieu à Tel-Aviv et à Jérusalem. Ces manifestations largement approufteS par les spectateurs étaient dirigées par un comité groupant des représentants de l'Organisation des Partisans des Ghettos, les Anciens Déportés, les Anciens Jugé à Hambourg en 1949, Veit Harlan fut acquitté, « faute de preuves ». Tout en reconnaissant qu'il avait réalisé « le Juif Süss .. volontairement, « avec une ardeur passionnée », et que, dans un cas précis au moins la projection de ce film avait provoqué directement la torture de juifs dans un camp de concentration, le tribunal a estimé qu'il n'y avait fi pas de L'entrée et la projection des films en France est strictement réglementée. On peut s'étonner de la mesure prise en faveur du « Troisième sexe », mesure qui ressemble à une réhabilitation du réalisateur, alors qu'il nous est interdit de voir des films excellents comme « L'Affaire Dreyfus» ou « Les Sentiers de la Gloire ». Est-ce ahisi que l'on compte assurer lê " rayonnement » de l~ culture? VOUS DITES ? «Droit et Liberté» [ r'épond • aux mensonges racistes Epinglon. « Le Journal du Parlement ) ~ la télévision, un soir de décembre, Henri Jeanson, qui eut de l'esprit, règla un vieux compte avec Françoise Giroud, l'attaquant grossièremènt à propos de ses origines. La co-directrice de L'Express riposta dans les colonnes de Paris-Ptesse avec la yigueur méprisante qui con· venait, pal' une formule qui fit le tour de Paris. Jeanson répondit à ces amabilités qu'il avait provo· quées, pal' un nouveau petit seau d'ordures qu'il déversa dans une feuille confidentielle, Le Journal du Parlement. Il rabâcha, comme au-tant d'insultes ' dans son esprit, que Françoise Giroud était née Gourdeji, en Suisse, que ses parents étaient d'origine turque et que son dernier mari lui avait donné son vrai nom actuel: EliacheU. Et voici son écoeurante conclusion à propos des billets hebdomadaires de Françoise Glroud dans L'Exp: ress ~ , « Il est très intéressant d 'avoir, grâce à elle, le point de vue politique turco-sulsence des milieux d'affaires « indépendants» fait écho à des propos de ce genre. C'est ainsi que, en septembre dernier, un nommé René Saive, connu pour traduire 'la pensée (sic) d,e Roger Duchet, l'un des chefs de file des groupes ultras, se livra à une singulière attaque pOlémique contre le député radical mendésiste Léon Hovnanian, mettant en cause ses origines armemennes, dans l'esprit xénophobe habituel aux journalistes fascistes. 01', c'est vraiment faire preuve d'un certain culot, quand on sait que le directeur du Journal du Parlement, Maurice Berlow, n'est pas davantage de c vieille souche» ( selon l'expression consacrée) que le Dr Hovnanian, dont nous sommes heureux de rappeler qu'il est, pour le M.R.A.P., un ami actif et courageux. Le. anthropophage. Lu dans le journal fasciste Il Salut pUblic de l'Algérie franÇaise II. du 30 décembre, gent et de nuancé, qui a fait uil ' remarquable effort d'analyse pour comprendre la si. gnification à la fois magique ~t populaire de , la musique ,nègre, quelqu'un qui a médité avec sang·froid SUI' l'extrême rareté, dès le XI Xe siècle, des cas de cannibalisme « rituel » en Afrique noire, quelqu'un à qui Debussy a certainement tait confidence qu'il tenait pour barbare et sans intérêt l'art musical des civilisations autres que des bords de Loire, quelqu'un qui a étudié le rôle et le sort des« bons missionnaires » en pays «païens» à fond (dans les dessins de l'Almanach Vermot), quelqu'un qui a une conception bien personnelle du bon usage de la langue française et à qui nous conseillons de prendre des leçons auprès de cet illustre «anthropophage» qu'est le poète sénégalais Léopold Sedar Senghor, agrégé de grammaite. ' ce signe de «décadence» Mais pourquoi n'écrirais-je parmi tant d'autres à impu- pas le terrible souvenir qui ter aux «métèques»: vient me hanter l'esprit? se. " (( La musique s'inspire des Le 10 avril 1945, les Forces De l'esprit bien parisien, tam-tams des anthropopha- alliées approchaient de Haça' Non: une saleté xéno- ges africains et la magie de novre. Notre camp de conphobe et antisémite qui ne ces sons baroques et décon- centration de Stoëcken, dans peut qu'entretenir les préju- certants, oblige les Européens les faubourgs de la 'grande gés racistes dans l'opinion de la famille de Mozart, de ville défoncée par les bommoyenne, qui ne connaît de Beethoven et de Debussy, à bes, avait été vidé de nos Jeanson que sa réputation dodeliner du chef, à agiter camarades« valides» jetés de dialoguiste brillant et fa- frénétiquement leurs derriè- sur les routes en longs coneile de films. res, à trémousser nerveuse- vols piétinants et douloureux.

  • ment en roulant des yeux Je faisais partie d'un grou-

Mais ne lâc·h~ns pas cette égaréS, et à entrer en tran- pe d'une centaine de morlaffaire sans en avoir extrait ses comme certains nègres le bonds complètement nus tenUe PQiaon: nous indiquons font avant de manger le bon abandonnés dans un baraque c'est dans Le Journa\ missionnaire mis à la bro- quement du camp, paree du Parlement. que Jeanson che. Il qu'intransportables. L'artila trouvé une poubelle' pour Et c'est signé Fernand Pi· le rie grondait sans arrêt, ses détrit1aa de faux esprit. gnateL Un nom à retenir: toute proche; dans une de- Car ce n'est' pas la première on voit que l'on se trouve mi-heure, les survivants alfois' que ce. journal d'intlu- , devant ' quelqu'un d'inteUi- laient être délivrés. Lorsque 11 mai 2010 à 12:11 (UTC)11 mai 2010 à 12:11 (UTC)11 mai 2010 à 12:11 (UTC)11 mai 2010 à 12:11 (UTC)11 mai 2010 à 12:11 (UTC)192.168.254.42- .' . trois , SS, . mitraillette au poing chassèrent à coups de pied ,les : infirmes et grands malades que nous étions, nous poussant 'en toute hâte vers la voie ferrée. Là U" ' ti~i~, 'bondé de loques humaines comme nous, attendait. ,Dans un ,orage de vocifêratiiÏl~, de coups de schlague , et, ~'aboiements de chiens, o,n, ne nous fit pas monter dans le train, on nous y jeta, (lisez bien), SUR les premiers occupants des wagons, des , morts, des ma- • lades hallucinés de fièvre, tous affamés, couverts de déjections. Les portes furent , refermées. Et lorsque, trois jours plus tard, ce train de cauchemar, d'où s'élëvait 'un long gémissement collectif, parvint au lieu fixê, ori ouvrit les portes, et les quelques· uns qui, parmi nous, n'étaient ni morts ni fous, ceux qui avaient encore quelque rayon de lucidité dans l'esprit, un sur trois ou quatre peut-être, ceux qui àvaient éu la forr,e ou la chance de sauver non pas seulement leur vie, mais leur qualité d'homme, ceuxlà constatèrent entre eux, après bien des hésitations,' que certains cadavres portaient des marques qui ne trompaient pas: oui, des malheureux avaient mangé de la chair humaine. Nous étions tous de race blanche. Et qu'est-ce que prouve ce souvenir d'enfer? Rien, exactement rien, du point de vue de la race; mais d'un autre point de "..ne, quelque chose que tout homme qui a le coeur ohaud et la tête froide comprend de lui-même. Mais pas les racistes. Roger MARIA. eux-mêmes et pour leurs connaissances. Les sociétés. Varsovie-Ochota et Siedlec ava'ent tenu à verser dès ce soir-là, pour le M.R.A.P., un acompte de 50000 francs chacune, La société « Les Enfants de Lublin » doubla son don habituel. La soirée se termina dans la loie, avec Moune de Rivel, dont le tour de chant, plein d'entrain e ~ de verve, enthousiasma l'auditoire . Chacun avait pris des forces nouvelles Dour les luttes d'aujourd'hui et de demain, Qui ex:gent l'appui de tous. A chaque antiraciste la [alte d'Ami! Donateur. Voici la liste des donateurs qui ont d'ores et déjà souscrit pour 1959 : Abrachkof : 2.000; Berger: 3.000; Bloch: 5.000; Dr. Elbaz : 5.000; Gluzman: 10.000; Hirsch: 5.000; Dr. Hurstin : 5.000; Liberman: 1.000 ; Perelman : 1.000; Rappoport : 5.000 ; Rauchman : 1.000; Samant: 5.000; Scarloui: 10.000; Schmaus : 1.000; Timsit : 500; André : 1.500 ; Arthur: 1.000; Avram : 500; Bleier : 500 ; Blotnik : 1.000; Blum: 500; Brisac: 1.000 ; Broer: 1.000; Burztyn : 2.000; Burtinovic : 1.000; Chauchard : 500 ; Cherzbaum: 2.000; Cohen : 1.000; Cohen Marcel : 500; Cie Gle des Transports : 10.000; Daltroff: 5.000; Danziger : 1.000; Dajez: 5.000; Decourdemanche : 500; Dreyfus: 5.000; Edouard : 1.000 ; Jakubovitz : 5.000; Fresco : 1.000 ; Mlle Goldenberg' : 1.000; Goldstein, 1.000; Gothelf: 1.000; Guy Charles : 500 ; Mme F . Halphen : 15.000; Jacobson : 5.000; Jagodzinskl : 2.000 ; Jan· kelewicz : 1.000 ; Roger Kahn : 5.000 Charles Katz: 1.000 ; Kapler: 1.000 ; Kramkimel: 1.000 ; Krawiec : 500; Krepicki : 2.000 ; Dr. Lévy: 500; Lewkowicz : 1.000; Lob : 1.000; Lobelson : 2.000; Marx : 1.000; Victor Moutal: 1.000; Narewski: 1.000; Pechman : 1.000; Rotbard : 10.000; Dr. Schwartz : 1.000; Segal: 2.000; Socamic: 2.000 ; Dr. Spire-Weill : 1.000 ; Storch: 3.000 ; Strygler: 5.000; Studi : 2.000; Tancerman : 5.000; Tenenbaum: 1.000; Général Tubert : 1.000; Dr. Weil-Warlin : 1.000; Welikow: 5.000 ; Weyl : 5.000; Zelgman: 500; Zekri : 1.000; S'altiel: 1.000; Deleuze : 1.000 ; Benveniste: 20.000 ; Weill : 500; Jachimovltch : 10.000; Sandenfis : 10.000; Weiller : 1.COO; Lévy-Job : 5.000; Kagan: 500; Schiff: 2.500. Société, Amicale Prévoyante : 10.000; Fidélité à la France : 8.000; Enfants de Lublin : 10.000; Siedlec: 50.000 (acompte); Vilnois : 5.000; Varsovie-Ochota : 50.000 (acompte). qJOU3 qui oo.uiez c6.m6allte le t-Q'Cié$m e el l' an.! iéJém ilirtme Faites connaÎtre autour de vous -Droit et Liberté • {,) Les .a ntiracistes, unis, .font échec a" (Suite de la page 1.) maires de toutes les localités où étaient annoncées les conférences de Xavier Vallat. c(NoUS'1;rt,fj'01/.S "l'h'bnneur CI/attirer ' .votre haute attention, " écrivait .le M.R.A.P., ' dans sa lettre aux maires, sur une , manifestation antirépublica~ ne organisée ces prochains jours dans votre ville, et où se propose de prendre la parole l'ancien commissaire aux questions juives du gouvernement de Vichy, Xavier Va:lat... . cc L'ex-ministre de Pétain qui avait bénéficié en 1949 d'une iibération conditionnelle, n'a cessé, depuis, de dév.elopper ' dans la presse à laquelle il col.labore, les thèmes d'un antisémitisiné viru~ent et d'une hostüité tenace aux institutions républicaines. (C Dans de nombreux foyers fran,. çais, le, souvenir douloureux demeure, " d'hommes, de femmes, et .d'enfants li, tirés à l'extermination par suIte des mesures mises en oeuvre, sous l'occupation, par le, Commissariat aux questions juives. . , ,« ,!'1ussi" ,l'annonce de cette manifes~ .tatipn a.t-elle suscité une vive émot4m parmi l~s survivants des persécutions racistes ainsi que' dans tous les miïeux résistants et républicains. « Nous espérons que vous voudrez bien, Monsieur le Maire, décider à l'égard Î:le , ce , qui serait une insulte à la: mémoire de tant de , martyrs et un, défi a~x , traditions les plus protondes de' notre pays, la mesure d'in,. terdiction qui s'impose, . comme ce fut Une ' "réunion FAS,CISTE près de Paris Les 20 et 21 décembre dernier, à Herblay (Seine-et-Oise), au siè~e du YachtClub, les représentants de plusieurs groupes fascistes se sont réunis. L'initiative de ce rassemblement avait été prise par le « Chef » C:harles Luca (neveu de Déat) qui dirige le « Mouve- . filent Populaire Français ». Cette organisation, on s'en souvient, a été créée à la fin du mois de juin dernier, pour remplacer la « Phalange Française », dissoute le '14 mai. le cas dans diverses autres villes: dans les mêmes circonstances. « Nous vous prions de croire, .. et~ ... » "A ~i~ri~e-Provence Cet appel a été largement entendu, et une fois de plus, l'idéal antiraciste a triomphé, conformément aux généreuses traditions de ce pays. Une fois de plus, le peuple français a montré qu'il n'oubliait pas les rui- ' nes et les deuils de l'occupation, les crimes commis contre les juifs et contre la France vaincue. Il a marqué son mépris total, ·son hostilité irréductible à celui qui, après avoir mis sur pied la cc légion des combattants », embryon de la Milice, prit en main l'organisation des persécutions antisémites, élabora et appliqua le sinistre « statut des juifs », prélude à la déportation et aux fours crématoires, pour se consacrer ensuite à la rédaction de la Constitution pétainiste, et finir comme propagandiste n° 1 de Radio-Vichy, comme remplaçant de Philippe Hen- . riot, exécuté par la Résistance, jusqu'aux derniers jours de l'occupation. Dès le premier jour de sa tournée provençale, les ennuis commencèrent pour Xavier Vallat. Le maire de Sa:on-de-Provènce ayant décidé d'interdire sa manifestation pUblique, il dut la transformer in extremis en une réunion privée sur convocations, ce qui en limitait radicalement la portée. « Dans ces conditions, nous écrit le maire de Salon, il m'est impossible d'utiliser les pouvoirs de la loi au 30 juin 1881 comme j'aurais pu le faire ,en cas de réunion publique, et je dois, bien malgré moi, toLérer une réunion privée du Mouvement de la Restauration Nationale, puisque le gouvernement n'a pas interdit cette association ». A Marseille Il en a été de même dans plusieurs autres localités, où sous forme de « réunions privées )l, Xavier Vallat n'est parvenu à rassembler, au total que quelques dizaines de vichystes i.m. pénitents. A Marseille, par contre, l'attitude des pouvoirs publics a soulevé une vive indignation dans les milieux républicains. . Il ne s'agissait ' as d'une réunion privée, puisqu'un journal l'annonçait, ainsi que des affiches jaunes apposées dans la ville, jaunes comme celles' que le même Xavier Vallat faisait placer, pendant l'occupation, sur la devanture des magasins appartenant à des israélites. Parmi les autres groupes représentés fi~ urait évidemment « Jeune Nation », qui vient de constituer une filiale, le « Parti Nationaliste », 162, faubourg Saint-Denis: ses . affiches, nombreuses sur les murs de Paris, portent aussi l'insigne de la « croix gallique » (une croix dans un cercle). Selon certaines informations, plusieurs parlementaires étaient é~alement présents au conciliabule d'Herblay.~Ori aimerait COIIOr, malgré les protestations du M.R.A.P. ,de l'Union des Juifs pour la Résistl ,nce et l'Entr'aide, du Grand . ,Rabbin, du Président du Consisto~re . l~ra~lite, et de nombl,"euses 'autres 9jiilllj]j]:::Vlil' personnalités, le maiXe, ' M. "'Defferre,' : ne crut pas devoir interdil'è la ma.. . nifestation, comme il en · avait pour~ tant.le pouvoir. Des forces dé police ,furent même dépêché'es pour' protéger l'an,tisémite.numéro 1 de Vichy. « C'est un' scandale inqùalijiabte, déclare l'U.J.R.E. dans un communiqué, qu'une telle manifestation ait été tolérée à quelques jours de la commémoration par les jutts de Marseille du douloureux anniversaire de la ralle du 2;; janvier 1943, au cours de laquelle 1.00 juifs habitant notre ville fu- 1i 1;:.\.:::':.,.:::::;:':::;.:::::".:, J rrieennts ..d. éportés vers les camps h.itLé- Ejll!!lilliIËJillililIlllili2&pillllilllillli1illJ . cc Les juifs marseillais considèrent li: avec une vive indignation que la man- Une affichette qui .en: dit 'long j" • n'aÎtre leu~s noms et leur apparten;llnce. P,récisons. que des participants portaient ' la· chemise kaki, dei bottes ' et· le. baudrier ,noir, comme: ,,,ux ,plus beauxjou ... · deJ'hit- (, Iérisflle. ,Sur. les mllrs , se t,ouvalent .d'ail-, 1 leurs, entre a!'tres siosafts, ~j!,lùi.;.ci · : «"Ulle , seule doctri,ne, UII seul combat: 1& lIationa.l. suétud~ dont les pouvoirs publics ont fait preuve à l'égard de Xavier Vallat et de ses partisans constitue une · atteinte à la mémoire de leurs morts et à la sécurité ete leurs personnes. » Dé même, il faut noter, avec regret, que les maires d'Arles; Aix-en-Provence et Saint-Maximin ont cru devoir faire preuve de c,tolérance» à l'égard d'un tel apôtre de . l'iIltolérance. socialisme. » Ik: \\ : '

,.' il , semble enfin que , q"elques', délégués ·A TouloD et Saint-Raphaël

" ét~rigers assistaiellt à cette ';r,encoJltre, en Heureusement, cet exemple ne fut particulier ceux de la Phalange espagnole, pas suivi. Et jour après jour, la tourdes fascistes italiens, ainsi que le général née de propagande de Xavier Vallat S.S. Ramke et le dirigeant des nuis an- prit l'aspect d'une déroute complète. glais, Os_Id MoslëY. " '. '. A Toulon ,la d~légl;ition qui se ren. Les différentlgroupes jontp;is ' notam- dit auprès du maire était conduite ment la décision de coord'èiftnei le~rs 'ef_ par Mme 'Ma,rc-Baron, chevalier de forh;"en France même et"'.u; le plan ';inter- i la Légion d'honneur, dont le mari national. )1 a.,.~ait été, dj~idé d'organiser est mort;des suites de la déportation. à Paris, au mois de juin prochain, un con- Le maire décida aussitôt l'interdiccrès fascist~ international. ). ", tion. .,. • . , Les antiracistes, comme toùs les répu- Entre temps, ' 'd'ailleurs, le prol?riéblicains de ce. pays, apprendront avec indi- taire du café où devait avoir lieu la

gnatron -ces faits qui ne peuvent pa'. êt,e conférence avait fait ':connaitre . son '

ignorés des pouvoirs publics. La question ' intention de refuser sa· salle lorsqu'il' se· pose ' de, savoir dans quelles conditions '" sut à gui elle était destinée. une ·telle' réunion â pu être organisée et, :' Là encore, donc, Xavier Vallat., ors'il est vrai qùe des délégués d'autres pa1s '. ganisa Wle réunion privée pour quelétaient présents, comment; ils ont pu eri- , ques fidèle$, et c'est une école relitrer' en France et s'y ,livrer . à de telles /, gieuse, l'externat SainWoseph, qui luj. activités. . .donna asile, , Nous ."e , saurions admettre ,que notr~ ',1, .Deux jours après, sà réunion prépays dévienne un lieu de rassemblement ;" vue à Saint-Raphaêl 'était également. pour la racaille flsciste iqternatioi1~I.e. :, interdite, parce que cc susceptible de " Nous ne saurions admettre .".,1es., élé- .... provoqué,. des ' émeutes et par consé. ments racistes complotent i~~unément. / quebnlit .. t!-.e p,P1JfJJrq~ttre la tranq1ftllité Des sandiot'ls r$évères s'imposent. ., pu que . . » ....,· . J • . :","-" .'_'~' .J:. "-"~.L'Op~.,. . : ') La~ll~ ri~ate' - ;gations. à , la M~i~ie et 'à" I~ '#.réfeC- ·des Alpes-Maritime .. i"; , ture , . " ,' . « Nous 'vous informons' què les dé- ' " L~ 16 janVier, ~u cours d~ 1~ réuportés et internés :de Cannes so~t dé- nion de la Carte, de Volontaire de !:idés à s'oppos.er à toute prise de pa- la Résistance, le Dr Waldé, de .,-ole de la 'part de ' l'ancien ministre rA.N.A.C.R., souleva la question, et de Pétain dans notre ville et dans la toutes les associations d'anciens comrégiQn. • battants de la RésiStance 'décidèrent « VOltS comprendrez notre émotion · "d'intervenir ·le', lendemain auprès des et notre colère du fait que nombreux ' .' pouvoirs publies. ,\ ,. ",: so~tceuxd'entre nous qui ont été Parmi ,les résolutioril ,publiée'i,"dans victimes des agisséfments du dit Xa- l~ 'presse pour deman;ler l'int~rdicvier Vallat et ont été consumés dans 'tlon, nous relevons entre autrès. celles fours crématoires nazis. le de la F.N.D.I,R.P. des Alpes 'Maricc Nous eSpérons que vous interd~ ' ,times, rappelant qu'à Nice, pEm,dant rez, de votre côté, la tenue de cette l'occupation les partisans ' de '2tavier réunio.n .... » ,' '. :, . Vallat C( criaient dans les tues «mort C'est · par cette lettre au maire de aux juifs » et 'bTisaient lt:,s vt,t'fines Cannes, envoyée par ,M. H. Gazzano, de commerçants, créant ainsi leS con-conseiller municipal ,président local dit ions favorables aux pro~rom.es, à de la l"édération Nationale des Dé- ' l'instar de ' Htt:er et de Mt/,sso,rp,i ». portés ,et Internés Résistants et· Pa- Celles aUSSi de toutes les orgânisatriotes (F.N.D.I.R.P.), qu'a débuté la tions de combattants ~UFAC, À;1;l.AC, campagne ,de . protestation , dans les . F .N.C,R) et un appel "du parti l ~adi-

. i , .,.;1

", 1 • 9·1-S~ stauratioll· .N.ationale E paOP~GANDB ROY,ALISTE ET D'ACTION FRANCAISE :t, , 10. 'rue Croix-des-Jetits-Cbam'ps, Paris 0-) ecrétaire Général • Pierre ,JUHEl! -- C.C.P. Paris 4552-93 XAVIER · VALtAl. EN PROVENCE '.1 ' L'UNION ROYALISTE PROVENCALE organise du 10 au 18 janvier une série de réunions en Provence. Xavier VALLAT, codirecteur d', C ,.\speets de la France », traitera le sujet suivant : c Vera l'Avenir, vers la Mon~bie ». ' ·U: l' Ces réunions a1ll'Ont lieu : SAMEDI li JANVIER, SALON-DE-PROVENCE, & 15 b. SI, talle cta Spon.BIIt. AVIGNON, à 21 h', 30, fête des Rois, café c Lou Mlstrou », place de l'Hofloce. ' .. DIMANCHE 11 JANVIER: AIU..E$, 115 b. 30, tête dee Rois, festa1U'allt 'l'bént (1- ilace), rue du Forum (pr~ place du :fO~m). MONTQJX, 1 21 b,~ café, dII COmmerce, rue de l'Ancienne: :Matrie. ' . ' " MARDI 13 JANVIER :' MARS~, '~ . ui h.. 30; talle dll Ceret. cie Frall~e, 9, rue Saint-Sulfren. - , . . ' ;, MERCREDI 14 JANVIJOE : HYERES, à 17 h. 30, salle da Vieu TliUtre-M cipal. TOULON, à' 20 h. '45, s~ne du café, de l'Amirauté, ' 9,' boul. de S bourr. , , " EUPI15 .JANvIER: SAINT-MAXIMI~. · à 17 'h. 30, salle ' de la Malrl " EN-PROVENCE, à '21 h.; Théàtre l\1uniciP,Al. DREDI 16 .JANVIER: SAINT-RAPHAEL, à ,18 b., salle' de la ~ " I 17 JANVIER; CANNES, à 18 h., salle des Mutilés, r 18 JANVIER: NICE, à 10 b., salle CarJonia, . Tout' un programme ... Alpes Maritimes, aprèS que la presse cal et Radical Socialiste où nous 11- etlt publié le communiqué du M.R . sons: cc Pour éviter tout scan4a,le, A.P. surtout en présence des tounstes Peu après,' la manifestation de Xa- étrangers, qui ne comprendraient ,pas vier Vallat était interdite à Cannes, que sous la préSidence du Premier comme elle allait l'être également à Résistant de France des réststa1/.ts Grasse, puis à Nice. fussent mis dans la pénible obltga.. Dans cE)tte dernière ville, pendant 'tion de faire taire un de ceuxqufont trois joup, les prises de positions se fait condamner à mort par COU&Vsont multipliées, ainsi que . les délé- mance le " général de Gaulle et ' qui .:.-~.,..:--~----:-192.168.254.42 11 mai 2010 à 12:11 (UTC)....:t"~::-~-!-~192.168.254.42.I ,~~""""" UN 'VIRUS ·A 'N • ., " , Il \ 1 r (Suite de la, page/l.) sous sa forme la plus ' brütale a été grave et instante. Peu s'en , fallut que la subversion ne fut foudroyante 'et sans limite, l'Etat n'étant· plus ' qu'une , coquille vide, 'l'auto- ' rité un mot creux, le pouvoir un ' objet de dérision. Je pense - et d'autres bons Français, sur ce point, pensent autrement que moi - que le Général de Gaulle était le seul recours. Il m'importe assez ,peu que les factieux aient contribué à l'événement q\.li le mit au pouvoir, sans comprendre que, en l'appelant de leurs voeux d'ailleurs ,iri,- . sincères, ils travaillaient à dresser r la bilr:' rière qui .. arrêterait leur ruée. Même si quelques-uns d'entre eux se sont glissés entre les, barreaux, le pire a été évit~ dé " la seule façon possible. La barrière t'iendrat- elle? Je l'espère. Mals ni les fureurs, ni les appétits ne sont apaisés pour autant. le chef de l'Etat n'est ni ' fasciste, ni t:aciste, Il a. tous les pouvoirs. Le gouver ~ nement sera ce qu'il en fera / Quant à cette Assemblée déséquilibrée, bien malin" qui peut dire ce qu' il en sortira. Du moins tient-on pour assuré 'que, pendant quelques mois, elle ne bronchera pas, l'obéis~ sance, même rageuse, étant l'expression de .. sa ' fidélité même .apparente. la force de là . loj pourrait donc, sans même avoir 'à s'6prouver, désarticuler les mouvements qui, ici, nous inquiètent. Il suffit que le veuille celui . qui 'applique la loi, ·et, pour l'instant" la fait. . Ne me 'pencl-ùint auioo.rd'hui que sur le racisme, . il faut bien .reconnaître q~~ .. de- ' ~. ." , . ~ y puis 1es événements de rnai~ le danger (s'est précisé, A la . faveur de la carenc:e:' des pouvoirs ,èt d'ur:'e politique stupide q4ë je tiens en' outre, _ pour franchement ci'iminelle, ont proliféré, en Algérie et ·en' Fr~nce, des' mouvements dont le racisme est ~ la fois un objectif et, un moyen de ', pr~agande. A défaut du· grand nombre, lIs:.ont l'agitation, le mensonge facile, l'audace :que p,ermet la faiblesse de:; autres, les ·(essoJtces , matérielles, la I-)aine enfin - le, plus ~tif '. des ferm!!nts . .' Ce ne' sont encore 'que ides at.tagues ~ppradiques, une préparation a\;.ant l'offensive, des articles dans cert~in~ j~rnaùx héritiers de Vichy, des affich~ :~ placçrds, de$ phrases insérées dans 'des dis' cours, ql!elques voies , de fait asse:;,,! r~res et ' Iïmitées - d1J moins, en France même. 'Le thème ,es,t.cfi!lui dont Maurras et ,Hitler accouplé~faisaie~t toute le'ur phllosoPh\e : « Gens de bien, bons , Françal.S . (ou" b~s ,A\11f:!mands), , le juif es~ votre enne",!, : v~re rongeur, votre sangsue . . 1.1 vous. minera, vdus , avilira, s'engraissera de vos dépouille.!h~ ~r vous jeter, soumis, sous la botte cfe tJlosc~u. Réagissez, pendant qu'il en est temps encore » . .' " 1 . ! . " . ~ .. ,,; '~1.:!' ~.( UNE « NEUTIt'ALiTE BIENVEILLAN'TE(. ~ L Mais qu'ai-je ' à fa ire.' d'inventer? ' Lisez

plutôt ce tract, .Iargemerit dtffiJse, 'le ,28

.septembre, dans les 4· et '10· arl'ondissements de ' Paris '~ , ; « Musulmans et Français,' pour reélevenlr « amis; sachez que' le lI' juif J) est Votre , unI•S ,; font échec a" XA·YIER YALLAT A[TE~ s villes; es. ire, ,et,c ... » ce t entendu, antiraciste aux génés. le français as les rui- '" pation, les ifs et contotal, 'son celui qui, a « légion de la Misation des élabora et tatut des rtation et r se consade la Consir comme' adio-Vichy, 'lippe Hen- , tance, jusccupation. sa tournée mencèrent maire de écidé d'inublique, il mis en une ations, ce t la portée. ous écrit le impossible la loi au pu le failique, et je o'érer une ent de la puisque le erdit cette s plusieurs forme de vier Vallat r, au total . chystes im. ne réunion l'annonçait, es apposées mme celles' llat faisait ion, sur la ppartenant tations du , Juifs pour ' e, du Grand Consistoire uses ' autres . "' Defferre,' dire la ma, avait pour~ es de pOlie'e ur protéger Vichy. 'nqùaliJiable, n communiation ait été e la comméMarseille du de la rafle rs de laqueltre ville fu- ' camps ""Uéconsidèrent que la mans publics ont Xavier Valonstitue une , leurs morts personnes. » , avec regret, ix-en-Provent cru devoir ce» à l'égard érance. aphaël mple ne fut jour, la touravier Vallat te complète. qui se renait conduite chevalier de ont le mari déportation. Ot l'interdic- , le prol?rié-' avoir lieu la nnaître 1 son - salle 10rsqu'U' ée. er Vallat orée pour quele école reUoseph, qui hU réunion préit également, usceptible de " et par consé. Ia tranq~i,l lité . ", " ) ( 1 .', • ,1:. ; ... . ' . {~ La , ~Ile riposte - gations. à, la Mairie et 'à " la '#,réfecdes Alpes-Maritimes I~:~,.ture. J, ' ' 1:' « Nous 'vous informorts' que les dé- Le 16 janVier, ~u courS dé i~ réuportés et internés ~de Cannes so~t dé- nion de la Carte, de Volontaire de ~idés à s'opposer à toute prise de pa- la Résistance, le Dr Waldé, de l'ole de la 'part de ' l'ancien ministre l'A.N.A.C.R., souleva la question, et de Pétain dans notre ville et dans la toutes les associations d'anciens comrégiqn. ' ' battants de la RésiStance 'décidèrent « Vous, comprendrez notre émotion ",d'intervenir ·le', lendemàin auprès des et notre colère du fait que nombreux ' l' pouvoirs publics. ' ,I " ", son,t ceux d'entre nous qui ont été Parmi ,les résolution/ publiées"dans vïctimes des agiss~ments du , dit Xa- ' l~ 'presse pour demanq,er .1'int~rdicvier Vallat et ont été consumés dans , -tion, nous relevons entre autres, celles fours crématoires nazis. le de la F.N.D.I.R.P, des Alpes 'Mari- « Nous espérons que vous interdi- ' ,times, rappelant qu'à Nice, pen,dant rez, de votre côté, la tenue de cette l'occupation les partisans' de ~a.vier réunio.n ... »" ,Vallat « criaient dans les tues «.'mort C'est par .cette lettre au maire de aux juifs » et 'bTisaient le, vt,t!rtnes Cannes, envoyée par ,M. H. ,Gazzano, de commerçants, créant ai71si Id con- , conseill,er municipal ,président local ditions favorables aux pro~rom.es, à de la Fédération ,Nationale des ' Dé- 1 l'instar de ' Hit:er et de Mussolfrz.i ». portés, ,et ,Internés Résistants et Pa- Celles aUSSi de toutes les orgânisa.triotes (F.N.D.l.R.P.), qu'a débuté la tions de combattants (UFAC, ARAC, campagJ}f;! ,de ,protestation dans les F.N,C.R.) et un appeV"du' Parti :ftadi- " • ';1 ; i .,' .: '1 9,-,l-S~ E' PROPAGANDB ROYALISTE ÈT D'ACTION FRANCAISE::: ' 10. 'ru~ Croix-des-Petits-Cbamp!I, Paris 0-' eeretaire Général • Pierre ,JUHEl; ;:.;. C.C.P. Paris 4552-93 XAVIER VALtAl EN PROVENCE L'UNION ROYALISTE PROVENÇALE Mganlse du 10 au 18 janvier une série de ~unions en Provence. Xavier VALLAT, codirecteur d', C .Aspects de la France », traitera le sujet suivant : c Vers l'Avenir, vers la, Monal'Ohie ». Ces réunions a11l'Ont lieit : SAMEDI le JANVIER, SALON-DE-PROVENCE, & 15 h. se, salle 411 Sport-BIt. AVIGNON, à 21 h. 30, fête des Rois, café « Lou Mistrou .. , place de l'Horlore. , , DIMANCHE 11 JANVIER: ABLE$, A 15 h. 30, fête des Roi" rest.urau' ThéYot .~ l, .. H: , (1- Illa,e), rue du Forum (pr~ place dll fo~m). MONTlll1X, A 21 h.,café: du COmmerce, rue de l'Ancienne' 'Matrie. ' , , " MARDI 13 .JANVIER :' MARSEILLE, '. '18 h_ 30; salle AJu Cercle cle l'rIIB'le, 9, rue Saint-Suffren. ' ' , ' , , " ;, , MERCREDI 14 JANYIF.R : HYERFS, à 17 h_ 30, salle da Vieux Théâtre-M cipal. TOULON, à' 20 h. '(S, s~Ue du café, de l'Amirauté, " , ' bouJ. de S bour&,_ , , EU PI IS .JANVIER: SAINT-MAXIMIN. ' à 17 'h. 30, salle' de la Main EN-PROVENCE, à '21 h.; Théàtre 'J\'lunicip'&l. ' DREDI 16 .JANVIER: SAINT-RAPHAEL, à . 18 h., salle' de la ,::) 17 JANVIER: CANNES, à 18 h., salle des Mutilés, r 18 JANVIER: NICE, à 10 h ., salle CarloDia, i, ont fait ou laissé assassiner dans les camps de la mort ' tcmt de patriotes français, nous avons l'honneur de vous demander de vouloir bien interdire comme contraire à l'ordre public la conférence que doit donner à Nice le sieur Xavier Vallat » ... Citons enfin la déclaration adoptée par des avocats du Barreau ' de Nice, et portant les signatures de M" Castelli, Dana-Picard, Joselet, Santucci (officiers de la Résistance); Sfar, Muscat (chevalier de la Légion d'honneur, victime des naziS), Fonzes, Garibaldi, Seiigmann (vice-président de la Ligue des Droits de l'Homme), Floureusse, Lingueglia, Bonnetty, Barovero, Caruchet, qui représentent les tendances les plus divers ès çle l'opinion républicaine. C'est M. Lépine, 'premier adjoint, qui annonça, le 17 janvier à une délégation du Parti Com:mumste Français, la décision prise par le maire, M. Médecin, d'interdire ' la manifestation de Xavier Vallat, ahnonc,ée pour le lendemain. ' ,,:,. .. Le même jour le Préfet des Alpes Maritimes adressait aUM.R.A.P. une lettre d'où nous 'extra~ons ces' lignes : « L'interdiction de' , éette' reumon entre dans les.;JJouv~îrS: de po~iç~ , du Maire et je n'aurais pu 'me SU.bstltuer à ce Magistrat 1\1unicipal 'ciu'ai,Jrèsune mise en demetl,. e, si ' les, argume1f.ts mis en avant, pàr les aiYférêntes As-, sociations de Résistance nav'ai~ntpas été retenus par la " Mtifticip'alite: . ' « Après un :échangé,i devue,s :âvec M. le Maire dê'Niée, 'j'éii'eté 1iéürèux de constater notre accord sur la suite à réserver à la . de,1Jtqnd~ Jl~i192.168.254.42rdÏftion formulée. M. le 'Matre de Ntce a donc pris un arrêté interdisant cette réunion. Je puis ainsi vous donne71 tous apaisements », , 1 « Qu'il se taise ! ." Les conclusions de cette affaire ont été tirées dans un bel article, publié le 18 janvier -par « Le Patriote de Nice )l, où nous lisons 'notamment : main et, au petit 10ur, la chasse à l'homme : le travailleur sortant dé la bouche du métro, le vieitlard ou le malade dans leur lit, la femme aui chauffait la décoction d'orge, L enfant qui s'apprêtait à partir à l'école. Ce monde chargé pêle-mêle à coups de crosse, le fracas des moteurs couvrant les gémisssements des femmes et les sanglots des enfants. « Cette Saint-Barthélemy, répétée à l'échelle d'un pays et dans la durée d'une occupation qui fut de quatre ans, s'accomplissait en trois étapes : concentration dans un local assez vaste, expédition en wagon à bestiaux et, enfin, la déportation vers la chambre à gaz. « Or, quelque niveau d'impitoyable perfection qu'ait atteint la haine nazie, quelle que soit l'ampleur des moyens employés, ces massacres collectifs ne pouvaient être réaLises qu'à partir d'un travail préalable, patient, administratif, organisé; i T fallait des recensements, des listes d'adresses; il fallait « marquer » les futures victimes, exactement comme le vacher texan marque les betes au sceau du maître. " « Ce travail administratif fut accompli par un organisme qui s'appelai, t ·le ; « 'haut commissariat aux Aj: ' faires .juives )l. Le haut-cOmmtSsaire de G,e haut commissariat était M. Xavier . V (lllat... « ... Qui 'prétend nous faire aujou.r, d'hUi un tour d'horizon po:itique. Qu'il nous pardonne de juger ce tour d'horizon inopportun et de le prier sans' : ta moindre aménité a'allerse

, jatre çen,téndre aille1,Lrs. »

Ailleul;',S ? N OJ,lS vouIons croire que -ce' rlë ' sera pas davantage possible, et que 'partout, les antiz:acistes réagiront avec 1~ même , vigueur qu'à Nice! Rue S~Laz'are ' les vi t'res ' brisée 1 ;

....

Quand les Il1Ü~$ ' d « Donc, un M. Xavier Va:Zat ' com~ CRIENT LA 'BAI tait, ce matin,' prendre publiquement la parole à Nice (,,:), 'Son nom n'est Dans les couloirs de, hombreuses Mlle K ., écril pas. de ceux que l'Histoire a fixés au stations de métro, les graffiti racis- raIe, les antirc premier plan, ni même , au second: tes et antisémites prolifèrent, sur les, . raient ' admet gui n'a pas eu '20 ans il' y a vingt ans murs et sur les afficheS. C'est le cas. . 'soient' engagÉ peut l'ignorer; une notice biographi- par exemple, à Michel Bizot. ditions, alors que en trois lignes suffirait à le situer. Indignée de ces inscriptions «( Mort- antisémites q Encore serait-ce trois lignes de trop, aux juifs », « juifs race maudite », ches et donn puisque l'amnistie, qui inclut juridi- etc ... ) une jeune fille, Mlle K., qui image contrai quement l'idée de pardon et d'oub.i, fut déportée comme juive à Bergen- , traditions de les a théoriquement effacées. Vierge Belsen à l'âge de six ans, protesta, nité.» comme une page blanche, M. Vallat il y a quelques mois, auprès du chef de , « Aussi eSj est en droit de se chauffer au soleil, station. M.R.A.P., que privément, comme tout un chacun &Ur En vain. tervenir pour la promenade, sans attirer l'atte7lt{ Aussi décida-t-elle d'enlever elle- à l'action en.!) tion de personne. ' même les inscriptions qui lui rappe- prendre des Tout' un programme... « Or, voici qu'une affichette 1aune laient de si cruels souvenirs. Ce qui cher que les l nous impose insolemment son nom. lui valut d'être interpellée par un soui~.lées par Alpes Maritimes, aprèS que la presse cal et Radical Socialiste où nous 11- Il n'est donc pas indifférent de agent de la R.A.T.P. Un constat fut tions ... » e11t publié le communiqué du M.R. A.P. sons : « Pour éviter tout scandale, crayonner en quelques lignes l'esquisse établi ,et Mlle K. fut so~ée, pour A la suite surtout en présence des touristes d'un temps qui fut celui de sa plus « détérioration d'affiches », de payer l'affaire de N. étrangers, qui ne comprendraient ,pas grande gloire. , une amende forfaitaire de 2.000 Nous 'ne po Peu après,' la manifestation de Xa.- « Imaginez, dans une grande vme, francs, sous peine de poursuites en citer. vier Vallat était interdite à Cannes, que sous la préSidence du Premier Paris, par exemple, l'investissement correctionnelle. Nous espél comme elle allait l'être également à Résistant de France des résistants nocturne d'un arrondissement entier: Aussitôt, le M.R.A.P. a adressé à la énergiques sel Grasse, puis à Nice. fussent mis dans la pénible obUga- forces policières et uniformes à croix direction de ' la R.A.T.P. une lettre la R.A.T.P. po Dans cE;lttedemière ville, pendant ' tion de faire ta~re un de ceu:c qufont gammée, barrages en, armes, patrouil- · protestant contre cette procédure. ' sitôt toutes trois jOu"rs, les prises de positions se fait condamner à mort par c'*,. les, camions par files atten4ant si- « Nous voulons croire que vous surtout pour sont multipliées, ainsi que , les délé- ,mance le ' 'général de Gaulle ,et ' qui lencieusement leur chargement nu- comprendrèz le Téflexe ; légitime de préhender leu ,"~"""".:J&.,:JJa11 mai 2010 à 12:11 (UTC)":-.....:"'""~....c"'"~--","""""11 mai 2010 à 12:11 (UTC)~,,,,""'-::....o"Î cPo.11 mai 2010 à 12:11 (UTC)11 mai 2010 à 12:11 (UTC)~~"""':-~~"".,,:Ja~~"""""~""':--':-192.168.254.42-:---~-I i UNyIRUS 'A 'lNIOUVEAU MENAC ": Y (Suite de la, page/l_) puis 1es événements de mai,. le danger 's'est sous sa forme la plus ' brutale a eté grave précisé. A la faveur de la carenc:e ' des et instante. Peu s'en , fal'lut que la subver- pouvoirs ,et d'Ur:1e politique stupide q~ je sion ne fut foudroyante 'et sans limite, l'Etat tiens tir outre, pour franchement ci'imin'étant plus qu'une ,coquille vide. l'auto- ' nelle. ont proliféré, en Algérie et ,en' Fr~nce, rité un mot creux, le pouvoir un ' objet de des' mouvements dont le racisme e!;t ~ la dérision. Je pense - et d'autres bons Fran- fois un objec;tif et, un moyen de ,prl:ipaçais, sur ce point. pensent autrement Que gande. A 'défaut du· grand nombre,ils;',ont moi - que le Général de Gaulle était le l'agitation, lemenso'nge facile, l'audace 'que seul recours. Il m'importe assez ,peu que les p,ermet fa faiblesse de:; autres, les '~essoJ~ces factieux aient contribué à l'événement ql,li ~ ~atérielles, la J,aine enfin - le. plus. ~tif le mit au pouvoir. sans comprendre Que. ', des ferments ~,- Ce ne' sont encore 'que ides en l'appelant de leurs voeux d'ailleurs ,iri-, àt.taques ~ppradiQucs, une préparaticm aV'.ant sincères, ils, "travaillaient à dré~ser , la bilr:': l'offènsiv,e, des a.rticles dans cert~i~, jOurrière qui, arrêterait leur ruée. Même si ' ' na,ùx héritiers de Vichy, des affich~ ;~ quelques-uns d'entre eux se sont glissés placards, des phrases insérées dans ·des disentre les, barreaux, le pire a été évitè dé 'cours, Ql!elques yoies " de fait asse;.~ r~:res la seule façon possible. La barrière tiendra- et ' limitées - du moins, en France même. t-elle? Je l'espère. Mals ni les fureurs. ni 'Le thème ' est celui dont Maurras et ,Hitler les appétits n,e sont apaisés pour autant. acco~plé~ , faisaie~t tou,te leUr Philosoih:ei': Le chef de l'Etat n'est ni fasciste, ni « Gilns de bien, bons , Françai,S , (ou;, b s raciste. Il a, tous les pouvoirs. Le gouver- Allemands), le juif est votre ennemi, .. v re nement sera ce qu'il en fera. 'Quant à cette rongeur, :votre sangsue: 1.1 vous minera, v()us Assemblée déséquilibrée. bien malin' qui ' avilira, s'engraissera de vos dépouillé§,t)~r peut dire ce qu'il en sortira. Du m'oins vous jeter, soumis, sous la botte de Mosc~u. tient-on pour assuré 'que, pendant Quel- Réagissez, pendant qu'il en est ten'lps ques mois, elle ne bronchera pas, l'obéis~ encore»,,'" " ,l' "" \.:r, ~; sance, même rageuse, étant l'expression de .. sa fidélité même !3Pparente. La force de la ' UNE ({ NEUTR'ALITE BIENVEILLAN'n(. lo.i pourrait donc, sans même avoir ,à s"prouver, désartlculer les mouvements qui, ici, nous inquiètent. Il suffit que le veuille celui . qui applique la ,loi" et, pour l'ins.- ,tant'I la fait. ,; " , ' Ne me 'penchant aujol,lrd'hui que sur le racisme" il faut bie.n ,reconnaître Que,' de-' " j l Mais qu'ai-je ' à faire .' d'inventer? Lls'ez ~ plutôt ce tract, ,Iargemen't dfffiJsé. 'le ;Z8 ,sept~mbré; dans les 4" et 'tO· adclIidissements de 'Paris',: ,', .,' "'~' « Musulmans et Français," pour redevenir li amis,' sachez l:!ue' le «' juif Il est 'Votre «ennemi. Qu'il soit anglais, français, améIl ricain, cet apatride «communiste» tra « vaille contre votre destin, vous divise au «jourd'hui avec votre argent. pour régner « demain. Alors, votez oui, la main dans Il la main». Une provocation si grossière ne devrait susciter que le dédain. Or, elle porte. parce qu'elle résume tou"S les slogans qui « flattent » les bas instincts : le juif est .patrlde le juif est communiste,' le juif est diviseur, le juif est rapace, tout étranger est juif (rappelez-vous « l'enjuivé Roosevelt» qui revenait sans cesse dans les propos de Hitler, rapportés par Martin Bormann). Il en faut daval1tage, certe., pgur tran.former les Français en auteurs de pogromes. Et nous èn sommes loin. Mais c' est assez PQur s'assurer ,la neu.tral'té bienveillante de beaucoup de gens, le jour où les bandes ' du 13 mai issues de la « révolution nationale ': li de'" Pétain, mal consolées de la défaite,'" ilnpatientes de la revanche, passeraient à l'action. L'antisémitisme devient un brevet de patriotisme bon marché pour ceux qui, ' "à l'heure du danger, vendaient ' la patrie à l'Occupant, au meilleur prix. Boni1è : affaire, au demeurant pour les Tixier-Vignancour 'et les Xavier Vall;!.t, qui 'continuent de' pro&pérer et de PQursuivre une ea-I'i'ièrè qui ' 'leur 'a si bien réussi. .,1;' ,,..: ,' , ' • " En pleine criée " de rl;Eïi;\' un: tract du « Comité de Salu.t , publi~ ' de la Préfectllre de police» reprodui.t dam ,"If! "pr.esse , s~élevait contre les agissements « du juif Jules Moch, mlnistre de la Oél'TlQÇratie SQviétique » (!) A ce moment, M. Jules Moch était ministre de l'intérieur. . Cr~ation à " Lyon d'un « mouvement antisémite. fi'ànçais ., ~. Tracts violemrylent anti.liémlt~s~, dirigés contre M. MendesFrance, e.t répandus au mQlnent du congrès radical. A Marieille, « Vigililnce » organe du « Comité pour l'indépendance nationale » dirigé par le général RIMEBRUNEAU et le docteur MOREAU, attaque furieusement ({ cette racaille de métèques, d' mtellectuels décadents de trafiquants sans scrupules et d' invertis qui grouille et complote sur le sol sacré ». A Paris, enfin, début de passage aux actes : dans le passage des Chantiers (12 ème arrondissement) ,au cours de la nuit du 25 au 26 septembre, un incendie a été provoqué danS l'atelier d' un art~n juif, par du papier imbibé d'essence, lancé à travers une ,vitre ca Siée. L'AFFAIRE DE TOUS Ce' ri~ sont là que' quelqueS' exemples p",rmi ,des dizaines d'autres. Coups 'de sonde, grossiers essais pour tenter de creer uri 'état d'esprit, par les moyens les plus vulgaires - ceux qui, pour ces gens-là.' sont lé plus efficaces. Nur besoin de rai-' sonnement spécieux, nulle recherche de preuvés, même fausses : l'affirmatidn bruta le, l' insulte la plus basse, la calomnie toute nue.' -;... ~ espère ,qu'il pé _bien dire que . soit pour ceu, n'est pas si m. souvent d'enter de salon que plus exigeants, 1er porter la te mais leurs déc péremptoires E les tracts des h te pourtant un forment tribu, s'agglomèrent, les carrières lib pourrait éprou~ les pauvres in carrière par le ces. Or; ceux membres ponti testan ts, cathc seraient rien : pouvoirs famili br ... bles alliancl leUr conférai en se se prévaloir Il n'y a pas VIrus 1!st là, e1 dénoncer ne SI les progrès. 'C' aussi des pOUVI 'duisaient pas , pare, seraient me ' lont été 1 Lou ( i _XA· ·.Y_IER_YALL_A_T ACTES DE VANDALISME ont fait ou laissé assassiner dans les camps de la mort · t~1it. de patriotes français, nous avons : l'honneur de vous dema,nder de vouloir bien interdire comme contraire à l'ordre public la conférence que doit donner à Nice le sieur Xavier Vallat·».'-. Citons enfin la déclaration adoptée par des avocats du Barreau ' de Nice, et portant les signatures de M" Cas' telli, Dana-Picard, Joselet, Santucci (officiers de la Résistance) ; Sfar, Muscat (chevalier de la Légion d'honneur, victime des nazis), Fonzes, Garibaldi, Seiigmann ( vice-président de la Ligue des Droits de l'Homme), 1 Floureusse, Lingueglia, Bonnetty, Ba- I rovero, Caruchet, qui représen. tent les • tenda~ces les plus diverses de l'opinion républicaine. ' C'est M. Lépine, 'premier adjoint, qui annonça, le 17 janvier à une d,élégation du Parti CommuIÛste Français, la décision prise par le maire, M. Médecin, d'interdire ' la manifestation de Xavier Valla t, annonc.ée pour le lendemain.' ('" . " ' " Le même jour , le Préfet d.es Alp,es Maritimes adressait aUM.R.A.P. une lettre d'où nousextray.on.s, ce~ li'We's .: « L'interdiction de ; cette reumon entre dans les:;pouv~~rs de p6liçè ; du Maire et je n'àurais p1t'Lme substituer à ce Magistrat-'/f1unidpal'(iU'aprèsune mise en demeu" e, si , les. arjjumer"ts mis en avant , par lèsitinérêntesAs~ sociations de Ré~istanèë1i!av'ai~izit ,pas été retenus par ' la ··Mtiiticiiialité. ' . « Après unédhangê\ de vues 'avec ·M. le Maire dê~Niéê, : ,'ai'été ' 'liewreux de constater notre accord sur la suite à réserver à la Jlemq.nd~ Jl"i~te,r~trtion '. formulée. M. le 'Matre de Ntce a donc pris un arrêté interdisant cette réunion. Je puis ainsi vous donnerr tous apaisements ». ' .' « Qu'il aetaiae D Les conclusions de cette affaire ont été tirées dans un bel article,publié le 18 janvier par « Le ' Patriote de Nice », où nous lisons 'notamment: « Donc, un M.Xavier Va:lat 'comr; tait, ce matin, prendre publiquement .la parole à Nièe ( .. ;):' Son nom n'est pas de ceux que l'Histoire Ci' fixés au premier plan, ni même . au second : qui n'a pas euiO ans il1i a vingt ans " peut l'ignorer; une ' notiee biographi- ~que en trois lignes suffirait à le situer. Encore serait-ce trois lignes de trop, puisque l'amnistie, qui inclut juriài- 1 quement l'idée de pardon et d'oub.i, 1 les a théoriquement . effacées. Vierge comme une page blanche, M. Vallat r' , est en droit de se chauffer au soleil, privément, comme tout un chacun sur la promenade, sans attirer l'atteni tion de personne. . « Or, voici qu'une affichette jaune nous impose insolemment son nom. Il n'est donc pas indifférent de crayonner en quelques lignes l'esquisse d'un temps qui fut celui de sa plus grande gloire. . « Imaginez, dans une grande VItte, Paris, par exemple, l'investissement nocturne d'un arrondissement entier: forces policières et uniformes à croix gammée, barrages en, armes, P/ltrouil- . les, camions par fUes attenl%ant silencieusement leur chargement hu.-, main et, au petit 1our, la chasse à l'homme : le travailleur sortant de la bouche du métro, le vieiLlard ou le malade dans leur lit, la femme qui chauffait la décoction d'orge, l enfant qui s'apprêtait à partir à l'école. Ce monde chargé pêle-mêle à coups de crosse, le fracas des moteurs couvrant les gémisssements des femmes et les sanglots des enfants. « Cette Saint-Barthélemy, répétée à l'échelle d'un pays et dans la durée d'une occupation qui fut de quatre ans, s'accomplissait en trois étapes : concentration dans un local assez vaste, expédition en wagon à bestiaux et, enfin, la déportation vers la chambre à gaz . ({ Or, quelque niveau d'impitoyable perfection qu'ait atteint la haine nazie, quelle que soit l'ampleur deS moyens employés, ces massacres collectifs ne pouvaient être réalises qu'à partir d'un travail préalable, patir!nt, administratif, organisé; i ' fallait des recensements, des listes d'adresses; il fallait « marquér » les futures victimes, exactement · comme le vacher .. texan marque les bêtes au sceau du maître. . « .. Ce travail administratif fut accompli . par un · organisme qui s'appelai. tle',« 'haut commissariat aux Ar ' faires ,juives ». Le haut-commtssaire de Ge' haut commissariat était M. Xar · vier ,y~llat ... ({ ... Qui ,prétend nous faire aujour; . d'hu~ un tour d'horizon po:itique. Qu'il nous pardonne de juger ce tour d'horizon inopportun et de le prier sans'; ta moindre aménité a'aLLer se

jaire r ente1idre aille1,trs. » ,

Ail1~u~,s ? Nous voulons croire qüe ~ce', rlë sera pas davantage possible, et que 'partout, les antiracistes réagiront avec 'la même , viguetlr qu'à Nice! ".' eONTRE TROIS S'YNAGOG:U'ES ~ . . - . PARISIENNE·S Rue st,,:Lazare(à,' , gi\\lc~e) ' et ,ru192.168.254.42f!ault ;(~n l\1\U~ à. droite) du paI!iet terl!place les vitres brisées. Rue ,Cadet (en ,bail , ap(o~~e), l'mslgne de Jeune NatIon à coté de , ' :', t.' l~ , pl,aJ.U~ . cassée en deux. ' ) Quand les mU~$ .... du':)' m,êtro CRIENT ' LA ,BAINE ."~ .• "-'~ Des " actè~ de~ vandalisme particulièrement odieux ont été commis, ' dans la nuit . de , lIIoël, 'contre pJusieurs synagogues parisiennes. , A ,la synagogue de la. rue ' Buffault, de.ux vitraux ronds de l'oratoire ·et plusieu;s car, reaux des 'fenêtres du gardien ont été . brises, ,en dépit des grilles. de, protllction. ' Dans les couloirs ' de, hombreuses stations de métro, les graffitiracistes et antisémites prolüèrent, sur les, murs et sur les affichllS. C'est le cas, ' par exemple, à Michel Bizot. Indignée de ces inscriptions «( Mort, aux juifs », « juifs race maudite », etc .. . une jeune fille, Mlle K., qui fut déportée comme juive à Bergen- . Belsen à l'âge de six ans, protesta, il y a quelques mois, auprès du chef de . station. En vain. Aussi décida-t-elle d'enlever ellemême les inscriptions qui lui rappelaient de si cruels souvenirs. Ce qui lui valut d'être interpellée par un agent de la R.A.T.P. Un constat fut établi ,et Mlle K. fut sommée, pour « détérioration d'affiches »,' de payer une amende forfaitaire de 2.000 francs, sous peine ' de p-oursuites en correctionnelle. . Aussitôt, le M.R.A.P. a adressé à la direction de ' la R.A.T.P. une lettre protestant contre cette procédure. ' « Nous voulons croire que vous comprendréz le réflexe ' lé(litime ~ Mlle K., écrit-il ... . D'une . fiû;on ' générale, les antiraciste de r;!e .pay$ 'ne sau. raient ' admettre que des .•. poursuites . soient' engagees dans de ,. te les conditions, alors que ce sont les graffiti Gntisémites qui ,détériorent lès affiches et donnent de notre pays une image' contraire li ses ' plus constantes traditions de tolérance et de fraternité. » « Aussi espérons..n;ous, conclut ' let M.R.A.P., que vous voudrez bien intervenir pour qu'il soit mis un terme à l'action engagée contre Mlle K., et prendre des dispositions pour empêcher que les affiches du métro soient soui~lées par de semblables inscriptions ... » A la suite de ' cette intervention, l'affaire de Mlle K ... a été classée. . Nous ne pouvons que nous en féliciter. . . ' . Nous espérons que des · mesures énergiques seront prises désormais à la R.A.T.P. pour faire disparaitre aussitôt toutes inSCriptions racistes et surtout pour faire surveiller et appréhender leurs auteurs. A ' la synagogue de la rue Saint-Lazare ce' sont les vitres de la grande' porte; frappées à travers les motifs en fer fo,gé, qui ont volé en éclats. " Enfin, à' la synagogue de la rue Cadet, la pl;lque de marbre indiquant l'entrée 1 été cassée en deux. ' . ( Ces destructions ne 'peuvent ' :avoir été' faites, de toute évidence, qu!avec un Instrument très solide. On a trouvé pr.ès de la synagogue de la rue Saint-Luue une barre de fer qui peut avoir servi à un tel lisage. Le Consistoire israélite a JloJté ,plainte. et une enquête aurait été ouverte. Signalons, à toutes fins utiles, q .. e 'Ies ' insignes de « Jeune Nation Il sont dessinés en grand ,,!ombre dans le quartier où ces faits se sont produits, et qu'il l'en trouve un sur la · porte même de la synagogue de la ,ue Cadet... . Nostalgie de Vichy Le 'diinanche21 décel)'lbre au 'soir, les spectateurs du Théâtre de BeU~vQ1e, V6-_, , nus là pour se distraire ont étira" fU~~;':; en guise d'ouverture, d'entendre une dia- " .. OUVE'AU M'EN' . . . A', ".,,"ç,. AN'·" ,r ...p ,;.. tr.iPhoéu ra.njtui~stéimfiietre .l'obli,ga'U on -où il se trou- --- - .. ' . ' .. '. . .' . : ' . '. ", ,., ' '. ':" :. vaU . dé fermer peu après son théâtre, le , .' ".' .:.' ' :'. .' i ,.,. ';', .:. ';' :;,' '. v,.: ." ;- ".. - '. :~~!:~: f;!if!i:~~\e~~!n:e::!e:': , ses déboires. ' . « ennemi. Qu'il soit anglais, français, amé « ricain, cet apatride « communiste» tra « vaille contre votre destin, vous divise au.• jourd'hui avec votre argent, pour régner «demain. Alors, votez oui· la main dans « la main ». Une provocation si grossière ne devrait susciter que le dédain. Or; elle porte, parce qu'elle résume tOI,lS les slogans qui «flattent li) les bas instincts : le juif est apetrlde le juif est communiste; le juif est diviseur, le juif est rapace, tout étranger est juif (rappelez-vous « l'enjuivé Roosevelt» qui revenait sans cesse dans les propos de Hitler, rapportés par Martin Bormann). Il en faut daval'ltage, certei, pgur traniformer les Français en auteurs de pogromes. Et nous èn sommes loin. Mais , c'est a5Sez pgur . s'a5Surer . .la neutralité bienveillante de beaucOûp de gens, le , jour Qù les bandes ' du 13 mai issues de la « révolution nationale ' li de'" Pétain, mal 1 consolées de la défaite;" ' ÜnDatientes de la revanche, passeraient à l'action. L'antisémitisme devient Un brevet de. patriotisme bon marché pour ceux qui, "à l'heure du danger, vendaient ! la . pat~ie à l'oCo;upant, au meilleur prix. Bonné : affaire, au de-. meurant pour les Tixier-yignàncouret les Xavier Vallil!, qui 'cQhtinùent de prOipérer et de PQursuivre uneca'riière qûi ' 'teùr c~t' si bien réussi. " ,L" 'J' .-.'- . ". . En pleine crlie ' de rYiai,~ un: tract . du « Comité de Salut ' publio; · de la Préfeo;ture de police » reproduit da~ AfI . .presse . s~élevait contre les agissements « du juif Jules Moch, ministre de la DémQÇratie SQviétique » (!) A ce moment, M. Jules Moch etait ministre de l'intérieur. ' Création à " Lyon d'un « mouvement antisémit~, français .: . • . Trac!5 violemrylent antiliém4és~ dirigés contre M. MendesFrance, et ' répandU5 au moment du congrès radio;al. A Marieille, « Vigil,mo;e » organe du « Comité pour l'indépendance nationale II dirigé par le général RIMEBRUNEAU et le dQcteur MOREAU, attaque furieusement « cette racaille de. métèques, d'intellectuels décadents de trafiquants sans scrupules et d'invertis qui grouille . et complot4il sur le sol sacré ». A Paris, enfin, début de passage aux actes : dans le passage des Chantiers (12 ème arrondissement) au cOurs de la nuit du 25 au 26 septembre, un incend,ie a ét.é provoqué dans l'atelier d'un artisan juif, par du papier ' imbibé d' e5Sençe, lancé à travers une , vitre casiée. \ L'AFFAIRE DE TOUS Cê n~' sont là que' Quelques-- exemples . parmi .des dizaines d'autres. Coups 'de sonde, . grossiers essais pour tenter de ' creer un " ét~t d',esprit, Dar les moyens les plus vulgaires - ceux qui, pour ces gens-Ià,sOnt le plus efficaces. Nul' besoin de rai- ' sonnement spécieux, nulle recherche de preuves, même fausses : l'affirmatidn brutale, l'insulte la plus basse, la calomnie ~, ',.:,,, Plusieurs témohis nous ont fâit part de - ' . i ~ "', '-, ",./ ' " ses prop.os· grossiers et odieux.: , -- :' toute nue. A- roH~ ' de répéter le faux, : on ewère .qu'il passera pour vrai. Et il , faut Deux d'en~re eux, dont une déporiée. ,bien dire que le calcul, si méprisant, qu'il se considérant comme tnsult~, ont décidé soit pour ceux qu'on veut endQCtriner, de · porter plainte devant le juge 'de paix n'est pas si maladroit. Il m'est arrivé bien du 20' , arrondissem~~t. souvent d'entendre pérorer des antisé,mites Lc··M.R.A.P., soucieux de ne.,pas ·laiaaer de salon que leur formation ferait croire passer sans une sanction exemplaire de plus exigeants. Ils n'ont nuUe enVTe .:d'al- tels propos qui évoquent les jours sombres ter porter la torche dans lei magasi.ns juifs, de 1'0ç;upation, s'est joint aux poursuites. mais leurs déclarations sont aussi creuses, péremptoires et privées d'arguments que les tracts des hommes de mains. Il 's'y ajoute pourtant une note comique. « I,es juifs forment tribu, se soutiennent, se pOussent, s'agglomèrent, envahissent en rangs pressés les carrières libérales, les affaires, » etc. On pourrait éprouver quelque compassion pour les pauvres individualistes obligés de faire carrière par leurs seules et propres ressources. Or; ceux qui parlent ainsi sont les membres pontifiants d'autres tribus" protestants, catholiques, agnostiques, qui ne seraient rien si deux lU trois siècles de pouvoirs familiaux bien assis et d'innombrc. bles alliances savamment calculées ne leur conféraient la seule qualité dont puisse se prévaloir leur réussite héréditaire .. Il n'y a pas encore contagion. Màls .Ie virus list· là, et Id menacé) prisco'rps" La dénoncer ne , suffit pas; il ' faut en prévenir les progrès. 'C'est l'affaire de .. tous. Celle aussi ' des pouvoirs ,publics qui, s'ils ne , re~ 'duisaient pas cette. s)Jbversion . qui se pré~ pare, seraient les premi,er~ · émp6rtés, coir!- me 'l'ont été leurs devànciers. ,L' Louis MARTIN-CHAUFFIER. .. , ... Un correspondant nous signale qu'au d~ but de janvier, une énQrme croix gammée et l'inscription « mort aux jUifs» ont été peintes., sur un mur en plein centre de Bobigny, localité de la banlieue parisienne . . . La population a unanimement exprimé son indignation et la police, alertée, a fait effacer ces inscriptions au bout de vingtquatre heures. . . *~. ' ~ .':.: .Dans le 20' arrondissement, a été dif- . . fusé, l'autre semaine, un tract rQnéotypé portant la mention « juif» sur· une· étoilé " à six bra~ches et pour seul texte : JI La , . , ' valise ou le . cercueil »... A Nanterre, un co*m *m e,.r çant no" u.'s s~gtta· le qu'il dé~!uvre plusieurs fois Par semai-Jle un tas dé d~tritus déposé la n).lit ;devant sa boÜtique. Dernièrement, · l'~c.ription « juif» .àvait été CQllée"'sUr Sa ,porte.'. . . . . :; L~M.R.~.P. est;,lptèrvenu ', aupres du , commissaire pour qu'une surveillance soit exercée, -.t , , . ..J Y 1 . . :

LU •

MOI· ET LE COLONEL (Suite de la page 1) semble de Paris à Hendaye pour éChapper aux forces naZies qUl déferlent sur la. France. Ils sont accom· pagnés par l'ordonnance (Akim Tamirof!) et !'amie française (Nicole Maurey) du colonel, et c est leurs pérégrinations rocambo esques, à· la li· mite de la farce et du drame, que met en scène Peter Glenville, sur le fond mouvant de l'exode et de l'invasion. Quand se terminera cette épreuve (et le film) Jacobowsky, par sa présence d'esprit, sa loyaute, sa gentillesse, son héroïsme aussi, aura mis à la raison, et même transformé en une sympathie naissante :'antisémitisme viscéral du colonel Prokoszny. Mais n'allez pas imaginer surtout qu'il s'agit d'un film à thèse, dans le SEm-; rour3nt du .mot. No" c'e"t, une comédie, une vraie, dont le rytbme ne faiblit à aucun moment. On ne saurait d !re, par exemple, que .:"aco , bowsky cherche à convaincre son compagnon de voyage que son atti· tude est absurde. Pas du tout : il ne fait qu'exister, sans rien renier de lui·même ni jouer les dignités offen· sées, préoccupé seu.ement de trouver les moyens d'en sortir ensemble, par toutes les astuces possibles, compte tenu de ce que chacun peut apporter à la sauvegarde commune. La tentation pouvait être grande, on le comprend, d'idéaliser ou de caricaturer ce personnage. Danny Kaye s'en est admirablement gardé, et il convIent de rendre hommage à sa création, toute en nuances. Jacobowsky est débrouillard? Opti. miste, plutôt, persuadé qu'en chaque situation, « il y a toujours deux possibLités » et que, par conséquent, il n'est pas de situation désespérée. Et réaliste, capable de profiter aux mieux des circonstances, qu'il s'agisse de se procurer .(honnêtement) la RoUs Royce de Rotschild, de transformer de la vodka' en essence ou de se faire héberger dans un beau château historique

« Si je n'étais pas réaliste,

je ne serais pas vivant à l'heure qu'il est », dit·iJ ,en substance. C'est à l'école des pers~cutions" qu'il a ainsi appris à faire !a~e; Et acquis le besoin de la fraternité. Comme l~ .co:onel-comte T. B. Prokoszny doit à son milieu héréditaire son sens étriqué' de « l'honneur », sa raideur d'attitude et de pensée, son mépris haineux pour les juifs. Ce pers,onpage, par contre, est nettement, lourdement caricaturé. Plu. tôt que de condamner avec solennité l'antisémitisme, ou ,d'en , mO,ntrer:es effets dramatiques, on ,a voulu le faire sanctionn~r par le ,l'ire dE!s spectateurs, proqédé , aui ne manqt!e certes pas d'efficacité. :. " , .' Quant à 'la: toilé , de fonds histori. que - les, gens en, fùite , sur .les. rou. tes, l'armée allemande en marche .les bombant;!ments, la gestapo -- 'ellé est réalisée sur le mode documentaire, sans fautes de goût ni par rapport à la . réalité, ni par rapport · au sujet du f1 m. Vnei séule anomalie : les ex. térieurs tournes en hiver (on voit 'notamment ,les ,arbr,es dépollillés) pour reconstitUer d,es scènes qui se dérou· lent au m,dis' de .iu:n: '1;. i Mais passons!... Concernant le fond, s'il est un reproche à faire à ce film, c'est, malgré tout, la schématisation, difficilement évitable d'ail· leurs. Il faut bien constater que ni l'antisémite ni le juif ne sont pleinement typiques. L'outrance même du caractère du colonel peut empêcher d'authentiques antisémites de se reconnaître en lui. Et comment recon· Curd JurgelUl et Nioole Maure1 naître en Jacobowsky le type du juif ? Comment concevoir, d 'ailleurs, un quelconque type de juif, alors qu'être de confession ou d origine israélite n'implique en soi ni signe distinctif, ni trait de caractère particulier, ni appartenance à un mLieu social détermine. (On pourrait fort bien imaginer un Jacobowsky tout aussi sym· pathique, mais avec un tempérament contraire, par exemple aussi rêveur que celUi du film est réaliste - et apportant les mêmes explications à son comportement. Ou encore un~ histoire semblable, opposant des caractères semblables, mais sans que les personnages , ne soient ni juif ni an· tisémite, etc ... , etc ... ). Pourtant, même si eUe n'atteint pas à la 'généra.isation parfaite et de. meure au niveau d~ l'anecdote, cette histoire d'un juif et d'un antisémite est bien contée, riche d'enseignements, et je l'est· me, telle quelle, d'une grande portée antiraciste. Abordant sous une forme , facile-ment accessible les problèmes qui nous tiennent à coeur; «, MoL,et le Colonel », en raison même de son , caractère « commercial », amènera des millions de personnes a · réfléchir sur les persécutions ' anti~émi tes, sur la condition des juifs, sur la di~nité de toqs les hommes et leur solidarité dans le ma 'heur, sur l'absurdité, en~ fin, des préjugés racistes. N'est-ce pas assez pour, que ce film mérite notre sympath e et ·quP. nous lui souhaitions une :ongue et , vaste carrière? • ENTE.NDU lA . CH!\oe~1 (Suite de. la page 1) une part, si m1D1me soit-elle, du prolater ici, ne serait·ce que trois phrases blème racial, et ce pour une raison d'un dialogue pourtant abondant. fondamentale : on nous propose ici Je le dis tout net, et d'autant plus deux êtres déchus, coexistants dans que nous sommes un journal de com- une communauté de misère; deux bat, « La Chaîne », c'est de l'anti. êtres que la même souffrance finit racisme à bon marché. Avec ce film, par accorder; deux êtres cimentés

es Etats·Unis s'en tirent à bon comp. par une même cruelle destinée, et

te. Autrement dit : Voilà de quoi sa- le « suspense » psychologique est le tisfaire les bonnes consciences, sans suivant: parviendront·ils à s'enten· faire la moindre pe'ne au gouverneur dre? Faubus. C'est peut· être habile, mais je ne marche pas (le public non plus, Mais bien entendu qu'ils y parvienà ce ou'il m'a semblé), et je refuse de dront, ne serait·ce qu'en s'appuyant . d fl sur un égal dégoût de l'humanité 1 VOIr ans ce 1 m, une arme qui puis- Seulement la vérité, le vrai problèmé se en auoi que ce soit servir dans la est tout autre dans les Etats segrélutte antiraciste. gationnistes. Là·bas, une ligne de dé- B'en sûr, la situation était tentan. marcation (colour line) sépare le te pour un réalisateur : « Deux pri. « bon grain de l'ivraie », le blanc sonniers de droit commun, un noir repu du noir affamé, celui qui va et un banc, reliés aux poignets par dans le bus et celui qui va à pied, une chaîne, parviennent à s'évader, celui qui lynche et celui qui crève. Ils ont donc ,par la force des choses, Dans:e film, on réunit par une à se supporter mutuellement. Les dif. chaîne le noir et le blanc; mais en ficultés de l'aventure, les complica. réalité les noirs sont attachés entre tions qui entravent leur tentative, et eux, et les blancs sont libres. Et tout qu'ils vivent ensemble métamorpho- le problème est précisément là! Si sent lentement l'hostilité que :es deux les sudistes bancs devaient vivre la héros éprouvent l'un envers l'autre même oppression que celle des noirs, en une sorte de « fraternisation ». plus aucune question ne se poserait. Le racisme, c'est le scandale de la En nremie.r lieu, tout dans ce film coexistence inhuma'ne du maUre et est affadi par un souci constant de de l'esclave, non celle de deux escla-morale et une volonté si nette de ne ves entre eux. Quant à l'antiracisme, choquer personne (et l'on se demande c'est la volonté d'une coexistence pa-qui) qu'on a l'impression de glisser à cifique et libre de tous les hommes Chaque pas sur des pavés humides entre eux, et ce, non dans la misère, de bonnes intentions. mais dans le plus grand bonheur p~ Le blanc et le noir se haïssent, mais sible. pas trop ! une haine de bon ton, par· Voilà en quoi « La Chaîne D fausse faitement supportable aux coeurs le probième. sensibles des dames patronesses gar· diennes des vertus de la bannière Je ne sais, après tout, si les auteurs étoilée. Ensuite ces deux condamnés du fi:m ont voulu faire oeuvre d'antide droit commun sont juste assez racisme, ou tout simplement oeuvre coupables pour mériter la sentence commerciale; mais puisque la presse, qui s'est abattue sur eux, mais pas au sujet de ce film, a élevé le débat plus! Ils auraient pu tuer ... mais la sur le plan qui nous intéresse; je me providence aidant, ils ne l'ont pas sens contraint d'en discuter. Et j'irai fait. Ce qui permet de :eur réserver même jusqu'au bout 'de ma pensée : à la fois la sympathie du public, du· le fait que la presse ait vu dans ce rant le film, tout en justifiant leur film une arme de lutte antiraciste récupération par la police avant le prouve que de. te:les oeuvres sont mot « fin D. dangereuses dans la mesure où elles édulcorent la virulence d'un des plus On voit encore une jeune dame grands fléaUX du mo~de. américaine proclamer sa vo'onté cie sauver le b:anc, tandis qu'elle dirige Je hais l'oeuvr~ rassurante; or « La le noir vers une mort certaine. Mais, Chaîne» e'st une oeuvre rassurante Dieu soit loué! ceci nullement par en ce sens qu'elle est un baume sur ostracisme racial. Non! 'au contraire l'abcès, alors que c'est du l?calpel que par violent amour, pour le blanc, na- nous avons besoin. turellement. . « Ce noir te fera tout de su'te rep~' . Après « ta Chaine », nous en somrer », hurle·t-e le en substance, « et . mes encore à attendre ce qui tarde à ce serait dommage ! ~oi et m()i , nous venir: le ' (i J'accuse » américain qui nous aimons tant! » écartèlera 'la méduse de « Little Rock i) sur la place publique du mon- Il y' a enfin le bon policier,' pour de eh une 'dlssect'on écoeurante peut-" 'qui « la chasse à l'homme n'est pas être," mais ' néces·saire. une chasse au lapin li et qui esfl prêt à perdre plutôt · sa . 'place 'que Ce jour·là, l'act'on n'aura pas bed'envoyer des chiens 'féroces 'aux soin; nour reten'r l'intérêt, d'être dou-: trousses des fuyards. Pour : tout dire blée ' d'un suspense policier. Elle par-un genre· de pol'ciel"' à · sainctifier," lera' d'elle-même, et nous serons les comme il est bien connu qu'on ' en premiers à applaudir, persuadés que voit tant au F.B'.I. : nous sommes, qu'une nation qui hurle II, • Mais voici le plus ! grave : ,cette: « fraternisation » ressortissant à ce 1 point pu « cas d'exception »" ne peut absolument pas prétendre' aborder la vérité sur le mal qui le ronge est une nation qui commence à guérir. « La Chaîne » est ,encore loin d'être ce:a. ET, ~\ '.V'\, '\ 'O'USI, QU'EIN PEN!SlD'Z- VOUS ? .. Le point .. ç1e, vue de notre collaborateur titre que son antisémitisme) le film n'en sez bien, ces gens qui ont toujours te une «Il est ,impossible de faire un film plu! Louis Mouscron qui voit dans le film aurait pas été sensiblement altéré. histoire juive ,., une te histoire écossaise ,., fi. '. plus nuancé, plus émouvant aussi sur II: Moi et l~,: Oqlpp.el. Il une utile contribu- " En résumé, sans aller jusqu'à penser, une« histoire corse ,., une te histoire ita· le comportement réciproque d'un israélite tion à la cause antiraciste n'est pas par· comme mon confrère Cla~de Mauriac (Fi. Henne,. Ii raconter. Il est assez rare qu'ils et d'Un autre homme «antisémite par tagé par tous .. les', critiques cinématogra· garo litté,raire ,. du 24/ 1/59) que « ce film s'intéressent à l'homme, à la vérité, à la habitude,. comme le dit si joliment la phiques. est une forme subtile et particulièrement dignité de la personne humaine. présentation de «Moi et le Colonel,.. De même, Ja p~esse ,a génér.alement ex- nocive d'antisémitisme Il je suis perSuadé «M. Peter Glenville, à l'occasion de Moi primé, en partant de semblables préoccu- qu~il n'apporte rien de positif dans la lutte et le Colonel a décidé de nous conter une pations, un ·point ,de vue 'oppQsé à celui contre le racisme. il se situe à cei égard, «histoire juive •. ( .... ) d'Yves Jamiaql;le 'sur « La. Cha,ine Il. dans une sorte de « neutralité bienveil· « Je m'interroge honnêtement. Comment Le film «.Moi, et le ,colonel» étant sorti lante,. ce qui est, étant donné la gravité ' plusieurs de mes confrères critiques ont· plus tôt, nous "~vons PU rassembler quel· du problème, d'un intérêt douteux. ,. ils pu ,ne pas sentir ce que ce film préques points de vue, que nous publions sentait de gênant après, par exemple, ci-dessous : CLAUDE MAURIAC Auschwitz. Je crains que beaucoup de , JEANDElt, . Claude Mauriac, dans l'il,lticle c~té par mauvaises consciences n'y aient trouvé M. Jeander, critique à (~Libération» à Jeander, précisait : quelque apaisement en voyant que le Juif qui nous avons dem!j.ndé ,son avis, nous ..... Si. le sujet manque de délicatesse, est représenté comme irréductible tru· fait parvenir l'appréciation suivante: la façon dont il est traité ménage jusque queur, commerçant, lâche ... etc. Si j'étais « Je pense que la question du racisme dans l'humour notre susceptibilité ( ... ). Juif, je cracherais sur ce genre de tentas'accommode m'al d'être traitée en comédie Il n'en reste pas moins que Moi et le Co- tives. voire, comme c'est PresQpe .. oas, en vau· lonel nous laisse une impression de gêne : «Finalement, je prétends que ce film deville. '" racisme ~ .1l,tllOde - PJlisquec'est que ses auteurs ont une façon d'y de Juifs est une abusive autocritique ... ,. ex?de il y a .. - 'ne ~,'!f" des 'fIujets co- défendre les juifs qui est une forme submlques. . , . tUe et· particulièrement nocive d'antisémi· « De plus, l'a e du Colonel est tisme: celle, bien intentionnée et même un antisémitisme ,.frilltioDnel. Le co- pas hypocrite (ce qui est pire que tout), lonel est allergique- aux juifs comme jl de ceux qui, faisant des efforts de gentil· pourrai' l'être à la· soupe aux poireaux 011 lésse pour se donner bonne conscience, à la .... \\tw;e ~e Picasso. . , n'en considèrent pas moins avec un con· • E .. rialité, la question du racisme nr$C descendant et imbécile sentiment de su· traitée • aucun moment dans le film. Il périorité et une confuse hostilité la race D'y a pas l'ombre d'une discussion «sur d'Israël. ,. le fond •• u ;persqnnage de S.L. Jacobow' ûi est un débrouillard qui réussit à ga· mer l'amitié .. du colonel. ,v,arce qu'il est simplement débrouillard. C', Si ,J ac8lJewski s'étaU appelé Dupont et avait été Pari. llien, débrQuillard, ·et antimiliw~ste par uemple (ce qui aurait pu justUier l'anti.. 'hie du c.Ioael à son ~. ~D même HENRY MAGNAN D'un· article d'IJenry Magnan, paru dans ' " Com1!at ,., 'nous extrayons .également ce . passl/.ge significatif : « ... Une telle façon de fixer les tempéraments à travers les latitudes ~ le don de m'irriter, m'apparaissant c,ommc la première. forme du racisme. Vous les ~JlDais- D'AUTRES POINTS DE VUE ... Par contre, «L'Express .. , sous la slJ!la. ture de Michèle Manceaux et Denisf yp,.- cent, écrit: ' « Que ce sujet scabreux qui devra.t por· ter à tout, sauf à rire, puisse enchanter tous les spectateurs, quelle que soit la sensibilité particulière de . leur épiderme, c'est un tj)ur de forc~. ;,;. , « Bien eûr, c'est du"' 'théâ,tre plutôt que dq cinéma, mais du méilleur.,. « L'Humanité.iJ;limanche,. voit dans ce même film. ~ • « Un drame traité avec le SOurire, un un sourife fin, intelligent, et qui porte à tous coups. ,. « France-Soir,. estime que : FAITES-NOUS CONNAITRE 'vOTRE AVIS SUR CES DEUX FILMS Et vous, amis lecteurs, que pensez.vous de ces deux films : «La Chaîne,. et « Moi et le Colonel ".? ~ous seriops heureux de le savoir et de publier votre avis dans notre proChain numéro. Ne manquez pas de nous le faire corr rraître. . Et faites partiCiper vos amis à cette enquête! DROIT ET LIBERTE 15, Fg Montmartre· Paris (9') 'J'éI.: PRO. 82-78 Tarif des abonnements FRANCE: Utl an: 500 francs PAYS ETRANGERS Un an : 700 francs. Abonnement de soutien: 1.000 Ir. Tarif spécial_ ,.ur . la Belgique. Compte Ch. J:iôllt.: 607().98 Paris Pour les changj!ments d'adresse envoyer 40 fr. et la .4ernière bande. ~. gérant ;' C~. OVEZAREK "Droit et Libe:rté" Le dossier de l'affaire NIELAN!U vous présente l '1 et de l'antisémitisme en Allemagne occidentale Une affaire particulièrement grave, r évélée début janvier, par M. Max Brauer, bourgmestre de Hambourg, vient de faire éclater le scandale de l'antisémitisme renaissant en Allemagne occidentale. Grâce aux documents, inédits en France, que plusieurs correspon· dants nou ont adressés, nous sommes en m esure d'apporter à nos lect eurs les informations les p lus détaillées sur cette affaire et ses rép er cu ssions. Voici : Au printemps de 1957. parut à Hambourg. sous la signature de Friedrich Nieland. une brochure intitulée : « Combien de guerres mondiales les peuples devront·ils encore perdre?» Adressée à tous les minist~ell et à tous parlementaires de la République Fédérale Allemande. elle fit l'objet d'un bref débat au Bundestag. à Bonn .au cours de la séance du 4 avril 1957, Comme de nombreux députés s'élevaient contre son contenu. le ministre de l·Intérieur. répondant aux interventions, déclara que cette affaire était ' de la seule , compétence du Procureur de Hambourg., qui devait engager des poursuites. C'est le résultat (négatif) de cette proçédure. arrivée à son terme le 6 janvier 1959. qui a provoqué la protestation reten~ issa nte du bourgmestre de Hambourg. M. ~ax Brauer. QUI EST RESPONSABLE DES FOURS CREMATOIRES? En quoi consiste donc cette brochure ? li s'agit d'un virulent pamphlet antisémite. comme aucun nazi n'a encore osé en publier, depuis la fin de la guerre. L·auteur. Friedrich Nieland. un négoci'ant en bois de 62 ans. poussant au paroxysme la « logique» (si l'on peut dire) du racisme. a tenu le raisonnement suivant : puisque les juifs sont r,esponsables de tous les crimes commis dans le monde. pourquoi ne le seraient-ils pas également de leur propre extermination? C'est cette thèse (paradoxale) qui sert de point de départ à sa diatribe. .. Le mensonge selon lequel six millions de juifs auraient été exterminés par les Allemands. sous Hitler. est absolument éhonté,.. écrit-il .... «II suffit de réfléchir un instant pour démasquer ces accusations diaboliques. Toute cette entreprise d'extermination a été organisée par la jui. verie Internationale, qui en avait besoin, et qui s'est servie à cet effet d'Hitler luimême .... Et il insiste: .. Croyez-vous que les Allemands au· raient été capables de tels meurtres massifs à l'égard des juifs, si des spécialistes d'origine juive ne les avaient pas Initiés? Jamais aucun Allemand n'aurait pu avoir l'idée d'un tel massacre; seul un juif peut avoir conçu de telles idées, et un juif qui connaissait les intérêts de la juiverie •• (page 33.) .. PLUS AUCUN JUIF .... On serait tenté de crier « au fou ». Mais ces élucubrations visent un objectif bien t déterminé. D·abord. ôter aux nazis toute responsabilité et au peuple allemand toute mauvaise conscience. au sujet des crimes antisémites. Et puis, « faire passer» plus facilement l'appel à des « mesures de protection » contre les juifs. qui constitue l'essentiel de la brochure. Se référant aux « Protocoles des Sages de Sion» et aux: écrits du raciste suédois Einar ' Abérg. «ce pionnier de la vérité JO (page 36), Nieland affirme que la' même « juiverie internationale » essaie maintenant de' «fomenter une troisième guerre mondiale » et projette « l'extermination de la race blanche,. (sic). ' «C'est une' honte de la civilisation, enchaîne- t-il, que de ne pas mettre un terme à, C~lI,. a ~is seme nts diaboliques.,. Et il, s~écr~e, : «Les Allema'nds ne sont pas obligés de tolérer encore de telles abominations. «Il y a une cho~e dont je suis certain, c'est ' qu'aucun juif ne doit plus occuper aucune position importante, que ce soit au gouyernement, dans les partis politiques. dans 'ia finance ou ailleurs ... ,. (p. 32) UN E'l'RANGE DISTINGUO Tel est le texte scandaleux qui émut le Parlement de Bonn et le Procureur de Hambourg au printemps de 1957. Une information fut ouverte contre Friedrich Nieland et son éditeur. Adolphe Heimberg. à la demande du Parquet, pour "propagation d'un écrit dangereux pour la sûreté de l'Etat et offense publique envers des citoyens juifs.,. Mais il fallut plus de 19 mois pour qu'un jugement fût prononcé par la Première chambre correctionnelle du Tribunal civil de Hambourg (le 26 novembre 1958). Encore ce jugement acquitte-t-il Nieland et Heimberg. avec des attendus qui constituent un véritable chef-d'oeuvre d'hypocrisie. Toute l'argumentation des magistrats se base, en effet. sur un distinguo vraiment étrange : la brochure attaquerait seulement « la juiverie internationale» et pas « le peuple juif ». Par conséquent, expliquent- ils doctement, les prévenus n'ont pas voulu s'en prendre « aux juifs en général II, et donc la preuve du délit n'est pas établie. De plus. se faisant lui-même avocat, et dissertant de la brochure comme s'il s'agissait d'un important ouvrage philosophique. le Tribunal se demande .. si cet écrit LA VIE ALGERIENNE Alors que depuis plus de 4 ans, de pacification en dernier quart d'heure, les espoirs d'une amitié franco-algérienne s'abîmaient dans le fossé que creuse la répression, la divine surprise du 13 mai a fait découvrir aux mangeurs de bicots. la réalité d'un adversaire à part entière. Avant l'on contestait son existence, depuis on la supnrime dans la mystification. C'est ce paroxysme d'une guerre qui n'ose pas dire son nom qu'A. P. LENTIN fixe au jour le jour dans une série de scènes et de portraits publiés dans la collection « Petite Bibliothèoue Républicaine ». « L'Algérie des Colonels » rapporte les débordements méditerranéens et la fébrile activité de coulisse - le coté cour - alors oue le public d'ici ne connait le drame que par le programme officiel - le côté jardin - décrit par les journalistes dans l~ ton et les communiqués ministériels. L'auteur nous communique sa réprobation pour les braillards du Forum qui, en 1940 a. Alger a. l'époque où l'auteur était gaulliste, ne chantaient pas la « Marche Lorraine )) mais « Maréchal nous voilà )). Et sur la spontanéité de la fraternisation, 11 donne le ton: « Eh l'arabe, la putain de la race, tu vas crier Algérie française non ? » Derrière le rideau de l'intégration, apparaît le mépris raciste dans les sourires entendus des interlocuteurs ou dans leurs réparties cyniques. Les thèmes du 13 mai. oui ont fait les " grandes heures d'une presse qui découvrait avec délice l'apparition d'une province française au sein de l'Unité nationale - la République unie et in· divisible sous la bannière sudiste 1 - s'effondrent devant les détails apportés par ce témoin qui parle « en observateur attentif des événements ». Il ne servirait a rien de résumer cette plaquette. Chaque page est une révé.ation qui apporte un fait, relate une circonstance et donne un climat. Ou'on en juge par cette conversation entre l'auteur et un membre du Comité de Salut Public d'Oran qui explique

« Je lutte aussi contre l'antisémitisme. Remarquez que la majorité du Comité, elle, n'est pas antisémite. Même que le 13 mai un manitou a té· léphoné au Président du Consistoire israélite, M. Smadja, et lui a dit : « Monsieur le Président, vous ne pour· riez pas nous désigner deux ou trots de vos coréligtonnatres pour le Comité de Salut Public? Ça serait bon pour nous. » - Qu'a.t-il répondu, le PréSident? - Il a répondu : « Nous sommes tct en Communauté religteuse et le Consistoire vous donnera une réponse favorable Si l'Archevêque fait de mê· me. )) - Qu'a-t·il dit alors le grand ma· nttou ? - Il a raccroché en disant : « Pu· tain de juifs! )) Tout de même on avait fait un effort. Je vous l'ai dit, la majorité du Comité de Salut pu. blic, el'e, n'est pas antisémite. )) L'ignorez-vous ? Il n'y a pas d·anti· sémites en Algérie. Il n'y a pas la guerre 'et tout va pour le mieux dans meU:eur des mondes. Et en attendant la fin du dernier quart d'heure, vous aurez le temps de lire ce livre ... R. F . a été suffisamment réfiéchi et construit, et si les conséquences qU'en t irent les prévenus sont logiques ». En conclusion. il décide : « Le Tribunal , refuse l'ouverture des débats. « Les prévenus Nieland et Heimberg sont mis hors de cause. « Les frais de procédure seront supportés par le Trésor public.,. CE QUI S'EST PASSE NAGUERE ... Le 18 décembre. le Parquet général de Hambourg. faisant appel de cette décision. souligna de nouveau le caractère intolérable des écrits de Nieland. « Cette' brochure, indique notamment l·appel. est rédigée dans le style de la vieille propagande antisémite. au Dr. Nahum Goldmann, président dU Congrès Juif Mondial, que « le gouvernement fédéral fera tout son possible po~ empêcher la répétition d'incidents anUse mites en Allemagne occidentale,.. ' 1 PAROLES ET ACTES Que faut-il penser de telles promesses ~ qui ne sont pas les premières de ce genre,? Constatons d'abord qu'elles reflètent l'emotion causée en Allemagne et dans le monde par les incidents antisémites multipliés ces derniers temps outre-Rhin. . Elles éta:ent, pour ainsi dire. une néceSsité. Quelques semaines plus tôt, fin décembre, le chancelier Adenauer prononçait. des paroles bien différentes. " L'antisémitisme n'est plus un problème en Allemagnc Gccl- De bonnes paroles .... .. Les prétendues .. preuves. que le prévenu Nieland' apporte pour étayer ses reproches contre les juifs sont caractéristiques de la propagande mensongère anti· sémite. .. La décision par laquelle le Tribunal civil refuse d'ouvrir les débats et met les prévenus hors de cause méconnaît malhello reusement le but de cet ouvrage •• Evoquant enfin les excitations à la haine et aux discriminations qui terminent la brochure. le Procureur conclut : .. Ces injures sont d'autant plus regrettables que nous avons encore à l'esprit ce qui s'est passé naguère; c'est pourquoi elles exigent une condamnation pénale.» Et voici. dans toute sa brièveté. le jugement rendu le 6 janvier 1959 par la Première chambre de la Cour d'Appei : .. L'appel du procureur général cODtre la décision du Tribunal civil de Hambourg du 26 novembre 1958 est rejeté. .. La Chambre de la Cour d'Appei s'approprie les motifs du jugement attaqué. .. Les dépens SODt supportés par le Trésor public •• LE SCANDALE ECLATE..o Ces quelques lignes sans réplique fermaient définitivement la voie à une condamnation quelconque de Nieland. Il ne restait plus qu'à provoquer un scandale et à placer ouvertement le pouvoirs publics devant leurs responsabilités. C'est ce qU'a fait le bourgmestre de Hambourg. Aussitôt prononcé le jugement de la Cour d·Appel. il s'est rendu auprès du chancelier Adenauer pour lui demander son intervention. Puis il a convoqué une conférence de presse pour exposer toute l'affaire. Le 10 janvier, la presque totalité des journaux allemands ont dénoncé en première page. la mansuétude inadmissible dont Nieland bénéficia. Et il ne fait pas de doute que l'opinion publique. dans son immense majorité, partage leur indignation. Le ministère de la Justice a fait savoir qu'il envisageait de saisir le Tribunal Constitutionnel, tandis que. sur plainte du Conseil Général des Juifs d'Allemagne et du Consistoire, la 14' chambre du Tri· bunal correctionnel de Hambourg interdisait. à titre provisoire. la diffusion de la brochure et des diffamations injurieuses qu'elle contient. Les frais de procédure, cette fols-ci, sont à la charge de Nieland et de son complice. Et un débat s'est déroulé, le 22 janvier, au Bundestag. sur la recrudescence de l'antisémitisme, dont l'affaire Nieland n'est qu'une manifestation. Le chancelier Adenauer. répondant à l'attente de l'opinion. a déclaré : .. Le gouvernement condamne et déplore ces actes et menées antisémites. Ils représentent une profonde injustice à l'égard des citoyens allemands d'origine juive et doivent être condamnés avec d'autant plus de sévérité que le peuple allemand est tenu à cet égard de se rappeler Je passé •• Quelques jours après il affirmait encore dentale II. déclarait-il dans une interview: Après les révélations de M. Max Bra,uer, la première prise de position du parti chrétien-démocrate (celui du Dr. Adenauer). plutôt que de mettre en cause les jugements de Hambourg. consista à déclarer (le 12 janvier) que « la décision du Tribunal de Hambourg n'avait été comprise nulle part en Allemagne,. ! Tout le monde avait trop bien compris, au contraire. Et tout le monde comprend aujourd'hui que les paroles, si encour&: geantes et si souvent répétées soient elles, ne suffiront pas à mettre fin aux menées antisémites. Ce sont des actes qu'il faut. LE PROBLEME DE LA JUSTICE L'affaire Nieland pose, entre autres graves problèmes (plusieurs députés l'ont souligné à Bonn) celui de la Justice en Allemagne occidentale. Le président de la 1ft chambre correctionnelle qui refusa. le 26 novembre. d'inculper Nieland. est le Dr Bndde. qui exerça des fonctions de répression sous Hitler, et écrivit. par exemple, en 1935. un article sur la «nécessité» de défendre «la pure race allemande II. Ce n'est pas la première fois depuis la fin de la guerre qu'il évite des poursuites à des criminels racistes. Après les révélations sur l'affaire Nieland. le Dr. Budde a changé de poste. On pl'écise à Bonn que ce n'est pas à la suite d'une sanction prise contre lui, mai .. à sa demande. Faut-il donc croire que c'est lui qui a entendu protester contre les critiques dont il était l'objet? Quant au Dr. Herr, préSident de la Cour d'Appel qui a confirmé la décision du Dr. Budde, II a fait carrière dans les « tribunaux spéciaux» hitlériens. Il est. lui aussi. l'un des 600 juges nazis en exercice aujourd'hui en Allemagne 0Ccidentale, après avoir participé activement à l'entreprise hitlérienne d'extermination des juifs et des antifascistes. UN TRISTE SYMBOLE Une question se pose : comment le Dr_ Adenauer espère-t-il faire disparaItre J'antisémitisme S'U maintient en place lu juges nazis. donne de hauts commandements aux généraux nazis, autorise 1a reconstitution de partis, et de groupements nazis, tolère la publication de journaux et de livres nazis. s'entoure enfin au gouvernement et dans les services administratifs de collaborateurs nazis? Un fait .d·une amère ironie. soullgne toute la gravité de cette question : Lorsque le bourgmestre de Hambourg ', est allé à Bonn, l'autre jour. porter l'affaire Nieland à la connaissanée du chancelier. celui-ci avait à ses côtés son prin- , clpal adjoint. le secrétaire d'Etat Hans ; Globke. qui partiCipa à l·entretien. Or l ' c'est Globke. en 1935, qui présenta au;" congrès nazi de Nuremberg le projet de i loi « sur la citoyenneté et la pureté de la : race allemande» qui allait servir de base ' à toutes les discriminations, à toutes 188 persécutions. à tous lu crimes commis contre les juifs. ~!~~_'--_ Y ~.------~~------~--------------------------------------------------_.--.---_. ..... " ... , -? .' J '. lÀ I~ T A,IF R~ CA IIINI lET RACIISIMIIE

1 \ '

-",192.168.254.42.:""'"",:,-11 mai 2010 à 12:11 (UTC)~""':---~"""~",~~......:"""11 mai 2010 à 12:11 (UTC)~","~~-::r--.....:::--..,...~.."..11 mai 2010 à 12:11 (UTC)..,..~ ... ~..,.....,...~~..,.....,.....,.....,,....,.. .....:""'""wt:?"' , "i Jean SURET-CANALE, qui a bien (cA p~l'JpOâ d~unl!, cécl!nll!. ~~po.JililQn l ~ ~6f1lf1le ) voulu écrire. pour notre journal l'ar- · ticle ci-contre, vient d'apporter à la l connaissaiuie de l'Afrique une con· .1 tributiondont se rejouiront tous les au QIluâ,él!, dl!, 1 hommes épris de vraie culture et q'ui ' , le sônftoùjours détournés des falsi· " fic.atio~. que les marchands de colomalisnié ont si généreusement ré! . pandues pendant des lustres. Son ouvrage « Afrique Noire» est one somme. En une saisissante et géniale synthèse, il donne des terri· toires africains sous contrôle fran· çais, un tableau dont la variété et la richesse de documentation sont d'autant plus étonnantes qu'il sait allier la cla~té ·.et-Ia précision à une remarquable brièveté. O NZE sculptures - sept bronzes et quatre terres cuites - prove- . ", " nant de fouilles récentes effectuées à Hé (Nigeria du Sud) viennent d~appotter au public parisien « la. révélation d'un art africain qui n'a . rien de commun avec l'art nègre » (1). On ·connaît le mot de Picasso

« L'art nègre ? Connais pas ».

Bien que n'étant: ni critique d'art, ni esthéticien, je serais tenté de le re- , prendre . . Non qu'il s'agisse de ·nier le caractère original, la spécificité nationale des apports. artistiques négroafricains

je serais bien le dernier à

Solidement charpenté, le livre, verser dans cette . aberration fort à après une magistrale autant qu'in- la,. mode, qui consiste à isoler les oeudispensable étude géographique, de· vres artistiques de , leur contexte hisvient un résumé de sociologie, mais ' ,torique et social pour n'en considéun rés.umé qui, s'appuyant sur les ~ .,; : r~~ ,gue la forme, à faire des valeurs ~éC9uvfr~~. et 4onnées 'l~' ;plus ré-"-. ~\'~~è$thét1q,ues -de, prétendues valeurs centes, et utilisant avec pertinence « éternelles », "'désincarnées, demeules méthodes du matérialisme histo· rant identiques à elles-mêmes par derique, bouleverse sans effort les là l'espace et le temps. Mais sans théories et les erreurs les plus pero suivre sur ce terrain M. André Malsistantes, celles qui, sous un faux raux, il reste bien évident que l'homappareil scientifique, visent à pero me, . si divers qu'il puisse avoir été à pétuer l'imbécillité raciste et les travers les ,âges et. les continents, préjugés. reste l'homme : il a un certain nombre de caractéristiques communes qui Il n'est nul besoin d'être nn « émi· 1 le distinguent de l'animal, et l'aptinent .. ethnologue pour parvenir à tude à la création artistique est de s'assimiler quelques notions sérieu· celles.là. Ce n'est point, je pense, ses et convenables sur les questions tomber dans l'abstraction que de croitouchant les caractères et l'évo· re à l'unité profonde de l'humanité :

-. lution des races africaines, et les j'ajouterai même que cette unite pro-

1 vulgariser. fonde, et, à mon sens amplement dé- L'analyse historique est plus re· montrée, condamne précisément le ramarquable encore que ce qui l'a pré- cisme, et sans apnel. . Pour le raciscédé, et SuretoCanale, en la matière, me, il y a plusieurs espèces d'homest orfèvre. mes, irréductibles .. les unes aux auAvec lui, nous allons de la préhistoire africaine jusqu'aux conquêtes « civilisatrices,. de la fin du jlix. neuvième siècle. . ,Il rassemble, s!Ir le Moyen.Age i,': africain, des éléments qui, jusqu'ici; '

 : :éiaient éparpilléS, ou même fai.

J! saient défaut. ·Pour nombre de lec. ,,' '. teurs apparaîtra désormais incontes. · table ce que peu' 'de' gens savaient ' encore, ce que ' d'autres seule.p:nlint '.: 'f, devinaient: la .tralte' des , lIIiolrs:à ': partir' du quintiême siè!lle;',a doqnê ' . un' coup motter à' i' Afrique, ë't arrêté '. . ': net l'essor de' civiiisations qui; s\i~ " " beaucoup de' points', étaient aussI . '.' avancées que ' ilillIeslIe l'Europé' ôééi: ":" ,.' dentale à la mê'rne époiiu~, sur biep', J '. . : :.d,'autres, les dépassaient." ' " . ,,,' 1 ,. Les. pages .qu'écrit l'auteur sur'JIJ l ' ttalte et l'esèlavage ne manquent . ','. p'a~ .d'éloquence., Elles feront bon'ne " flgU.re dans des ", Morceaux choisis,.,

.. ', EÜ'es . ont ' 'eri ' outre le mérite 'de ' . 
:

, bien·" montrer ' ce que sont devedUs '), les Etats africains à l'époque même· .. · où la ' fameuse traite bat son plein .' tres : et, comJn~ . '~ ., me propose de le démontrer, cette conception est loin d'avoir été déracinée, mêrite chez . ' d'éx'ci~llénts esprits qui se ve,ulent résol~ meItt . ~.ntlrac~~tes . .. Le racisme et· l' ( art nèg~ë » :' Revenons à notre exposition. t'exis: tencèett Afrique Noire 'd'Un art d'inspiration réaliste, d'allure« classique ,»; ·à 1'0nnosé de la stylisation con· sidérée comme typique de '1' «art nègré' · »; est connue' dèpuis fort lon'g. témps. ' Mais dès le début, 'cet iart réaliste fut considéré"cdmme étranger 'à l~Africjue, : mis 'en :quelque sarte entre parenthèsés. Et; au fond; oh 'n'aguère ';dépassé auj6UTd!h'u~" bé" stad~ . c ~or$qii~' l'on deco~;y#( ',à )afip ~ù ~l~ç~e ,:d~r~ie,~ .' Je:s;. ,pt.o,n~e.s) gu , .~.éJl~j.' d ' fut , 1?,le~ ;,entenq~ : ,f:lu:~lJ" s'~gu~S!l~~ . d:p;,l,tv;r~~ 'd'l:psp'~r,a,tiQn,·~~tr.\l!-ljl..f~~9:3:in~ . P.W~i:J,«~, ~~apQge~. p~.,pe,taFt ,!,? slt.ualt aU' 'XV" Siècle, on. eu't tot f~it d'y voix: l~" JPl:'iIj.. de~ ;: Po~tt1~iüs ; s.friqÏl q'un ~rr'a11;r~ :, d~.' } ~ : ~~p.alS~.ançEl ita~~e~m e~;;\ré~!!-J:)~ t,es(, P41r192.168.254.42,~:,; ,: ;: . . ... La décoùverte de l'art d'Hé, ·...:... :en·· f .Enfin, la conquête coloni'~le .· e~( ,'. core beaucoup plus classique que ce- I.évoquée ici en un raccoùrciirtem. lui du Bé;nin, qui :,p';eI;l; ,eSH j .q1.J;e : l'écho · (17'-18' siècl,es.); . ,: "

ij

' . plaçable. Les horl'eurs de la ." pé'hé. .-, affaibli -..: ne permettait plus d'en tration T t 1 . 'th d ' rester ,à ces hypothèses. Les terres a .eniploy.é epsa Cpl alrq ulees» peu is\ seasn cmese « lci iveis. ",. cuites'· "et" bronze's '. . '(' OU "P' :ius .è xa~t'e'- l lisatrices» à.l'époque des monopoles '" mentlait6ns) 'd'Hé,' cÙUléS' à hi' cire 1 sont stigmatisées, comme il se doit. ' perdUe ,sont en' effet "chi"XIII" sièc'e Si le ton de· Suret-Canale devient . et 'p'tobablement ' ant~rietirs pour Cer':' parfois celui du pamphlet, les don. ' tains: ' 'Donc, 'plus ' de ' :Portugais, pi!.

1 •. nées ,historiques n 'e~ .fessortent pas ' ri'Italiens de la Renàissance ai' InvO-
. ,moins avec vigueur et,précision. lq'ùéet:rt.:i;~m"e· C?o mment j'dbnc'·'·! ré's,o'u .'d ',r .e. '

1r mlTlgeilsIteràels,e t , tértèusd, ein llIlj,,uf'ééssl;tI· .m(C·é Ae, frcieqtutee , Mais. au, . fait,. . pourq'"u,O', I; .! l~énigme ? 1 'Noiré lI: Elle vient en" 'son heure" P!;l.rce que pour l'en,semble des , sal ' comtnè . le fait r~ma~'«'I~er Jean vants européens, il y avait un ; postu- 'Dresch dans sa préface. C'est un . lat .r.aciste implicite" Qu\ ne se .disoutil de iÏombat entre les mains des cutait pas, qui n'était même pas à aniiracistes ctde tous 'ceux 'qui oeu. vrai dire conscient : il éta~t ,bien en- ·'Vrtrtt·'Pjlul'.ù,ne société,;frate.r.,elle. tendu que les nègre/i; ces sauvages, ~i ' EUe fli.i'thonneur à son auteur. ces l;Jarbares, ces (1 grand~ en.fants »; . ,' ; " " , .'. . . ne. l'Quva~ent;. par~l .. D~:·~êmes " aYQh· . ';; 'Léonard SAINVILLE. créé des formes artistiqut.s du même , . ordre que ceîes de , la .. G:rèce du V' siècle. Il fallait donc que cela fût .; ]ffittJ~~g;;~yeff~ ·J~,~.'-L · 1_.:J ,/. t :I.: ;,. . . ~ "~.' )U;' " ' :. .. Lic;ence de Voyage .N°423 ' '. ,: i \: venu d'ailleurs.. · Et là dessus, l'imagination allait bo~ train. Pour l'ethnologue a:lemand:Frobenius, qui révéla l'art d'Hé à la veille de la première gUerre mondiale, elle atteignit le déliré... Cela venait des Etrusques, en ~ SUr::~-CAN~LE. _1 passant par l'Atlantide de Platon ... Pour d'autres qui 'se croyaient plus sag3s, l'Egypte fut appelée à la rescousse. Et on rechercha, à travers les savanes, depuis le HalltrNil jusqu'à la « f:mêtre» du Bénin, les routes qui avaient conduit les « influences » méditerranéennes aux rives du Golfe de Guinée. On en est encore là. Et le plus grave est que les spécialistes européens ont réussi à rallier à leurs vues des Africains dont la bonne volonté antiraciste ne fait pas de doute. , . ! ; ~ • '{, ,'i '.' : :,'. ,,, , .. ' « origines » nubiennes; que:ques similitudes dans l'organisation sociale, la découverte de quelques objets du même style que ceux de l'Egypte byzantine, ont fait attribuer au royaume chrétien de Nubie ( vers le VI' siècle et jusque vers le VIII') le rôle de civilisateur de l'Afrique Noire. Par lui, la civilisation négro-africaine prolongerait celle de l'Egypte antique. J'ai · essayé ailleurs (2) de montrer la fragilité de cette hypothèse, qui à mon S3ns trouve sa source dans le postulat raciste de l'incapacité africaine à avoir créé elle-même sa propre civilisation, surtout dans ses formes les plus hautes. Qu'il y ait eu des rapports entre la Nubie chrétienne et l'Afrique Occidentale, c'est fort possible et même probable. Qu'on cherche à donner une origine égyptienne ou nubienne à l'art d'Hé, . ~'est aller contre la p:us élémentaire vraisemblance. Car les artistes byzantins QU L'une des sculptures d'Ifé 03' siècle). ! D'aucuns vont peut-être s'en cho- d'inspiration byzantine de la vallée quer : à mon avis 1'« art nègre», du Nil étaient, au VI' siècle, fort inaussi bien chez ceux qui y voient un capables de créer quoi que ce soit !( ar!t jntérieur ,» que chez ceux qui qui ressemblât à l'art d'Hé auprès le port~nt aux nues, . est une inven- duquel ils auraient eu plutôt à prentioll' Jiû . raCisme, avoué ou implicite. dre des leçons. A cela s'ajoute la déVqyo, ns en effet la démarçhe de ceux couverte récente, en Nigeria septenqUi .. ~'exaltent : cet art, nous dit-on, trionale, des terres cuites de la « civi:;; er!tit supérieur parce que plus près lisation de Nok» datées du premier d~ l'él!J,n cürect et spontané qu,i fait millénaire avant notre ère; differenl'oeuvre. q'art; donc parce que (ceci tes certes de celles d'Hé, elles marest 'sous-entendu) c'est · un art de quent· cependant une orientation vers « sauvages », et que notre art classi- l'expression réaliste qui porte à voir que 'de' f( civUisés» est, lui, un' produit en elles,bien plUS que dans les oeuabâtardI. ' . ,'. , . vres :de l'ar~ nubien, une étape dans ~ Vous ne . voulez pas . l'avou,e;r, mais l'évolution qui a conduit aux bronzes c'ef;)t ,ce que vous pensez, papégyristes'" d'Hé. . de ~ 'l'«artnègre »! ' J'entends d'ici' Pour moi il ne: fàit 'aucun doute que le concërt :de protestations· iu~. je vais l'art d'Hé n'a ' besoin p01.1rêtre expli. susciter , ! . Inlbécile ! . .cuistre , ! '. Vous ' qué d'aucune .« influence » extérieu~ n'Y" 'çQmiirenez tien. Mais 'a~ors , ~pciur. ' .. re : il est un prodtiitélabdré sur pla:;_ "~ " :; .,;: ' :SiuQ{jRSEN.'·FRANCËET A'VETRANGER' '{,Ji: ,. , {', ~ \ ' CIRCUITS EN AUTOCAR quoi :.:e , ghettÇl arti:;;tique et in,telleQ" ,. ce du génie africain, 'capable de s'ext'u~ l' :~dan:;;l~Quel vous préteridez en- . primer dans. des formes dite~ l( 'clas-' . fe~~er la r~èe ' noire ? La m,usique. · sique$) aussi · bien que dans les forle ,ryth,me,.la sculpture styli~e qui 1,3$ .'., mes clEi ce qu'il €st convenù d'appeler' reflèté . et tes èOmp~~te, i y()ilà', v~tre . ~, l'c(;' 'ar~ nègre'. ». C'est l'hypothèse là l;t, helfr,eu.x . mortels ., ge, raceIloueJ pluS:sunpleet la~ plus satisfaisante :( M~is ' l'art réaliste, là ' sCience, d~fense s'obstiner à :la . refuser pour y ' stibstid'y "tc;lUche;r : s'il .vou~plaît ! ç'est ·) à tuer'tce que ·J : :Richard-Molard appe- ,. notre:,fardeau à nous aU,tres, . b~ancs; , lai:t avec .raison (à propos 'de Frobé- .' malheu:r~ux·. que , :n0t1s sommes) . nius) des '.« 'élucubrations fantasti; 'TOUS BILLEtS : FER"~AIR - MER LOCATION mEATRES 78. , rû~ia Fai~tte . '; .. ,. "" " ,. . PAR 1 S :. IX' , Enb·ê~. : 't8, rue Bieu~ '~ ,;';'; :. " • • • j , • .,. .' • • • ~ ~ ; Métro : Cadet· ré!.: 'p.~o, 96-U . . TM. 68~i.3 '.~,Huit 'j·ours-gratuits. en 'Israël ' . ,: .',' '. 'pO\lr le prÏlc d'un ~iÎJ~t 'd'ayion 'ou de b"teau ~~'; ,._ _. .............. _~. ...;.... . . _ ......- -....._ ..c:1~~:,;-:":'...o-----::..,. .. .,.192.168.254.42.,..~-4!"192.168.254.42:... ,...: ~ 1: .:: '.:.: (",,:.,; .. :'., "'. '",: ': :" (, . ,,' . - L' ".,' d'If ' .. ques ':'»;, c'est rester ' consciemment ou , . art ... t?" .,.' non prisonnier du postulat raciste. estun prdduit ilugénie africàin ; . :Ji:j; c'est justèment peut-être parce . ','" .~ ' _ ..... que l'art d'Hé ' apporte aux préjugés . Et: ' l'~rt, d'Ifé là-dedans ?.on , çon- " racistes un démenti éclatant, que l'on tinU3 à. . le mettre entre parentbès~. . veut à tout prix y voir une « énig, ' Ou à l'expliquer par dés «. influen- ' me" )," " "" ces» egyptiennes, nUbilmnes, . asia-: - - ' - '- . tiques. qal' il reste ' entend\! qu~cela (1 ) C'est le titre de l'articlè dtÎ vient de l'extérieur. . , , cht:9niqueur ·artistique de « Carre- Ce ri"est, pas. ici le ll~u .él'en·gag~r ,un· :, fou;r, ». l ". débar~rétuditi6n . . L'hypothèse .'i!o ; la',· (2) Dans . mon livre sur l'Afrique mOc:lr en.' ce moment ~stc~l~!t des ; !Noi;re. " " ~; , ';'; _, :~,';i'~ :,.'~ ':~;~;I,O):'d '31' .:i·:.ïrJj'·~ :;. :'~:,:j:"~ '.:'.' j·r·:~;-'. l'.1 .;'; " t·1. ;, qf{(j : j, ; ll' 'j

Notes

<references />