Droit et Liberté n°238 - décembre 1964

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • 238 de décembre 1964
    • Ce que "Minute ne dit pas; prescription: le fantômes à croix gammées; Concile; Congo page1
    • Un coup de manchette par Oncle Tom page2'
    • Enfant du monde mon frère! une belle exposition de livres à l'institut pédagogique national
    • Monsieur Dupont et Madame X par Raymond Pedrot 'allocution d'inauguration de l'exposition)
    • Ce que Minute ne dit pas par Nicole de Boisanger-dutreil
    • Les fantômes à croix gammée par Jacques Delarue
    • L'année Lincoln par Pierre Paraf
    • Après le vote par le concile de la déclaration sur les juifs et les religions non chrétiennes: les réactions de Jacob Kaplan, Ernest Kahane, Pax Christi, pasteur Marc Boegner, Olivier Clement, les cadis musulmans d'Israël, l'abbé pierre, Rabbin André Zaoui, Albert Grant, Mme Suzanne Collette-Kahn
    • Une lettre de Maurice Vaussard et la mise au point d'A. Schwarz-Bart
    • Le prix Goncourt et le racisme (l'état sauvage de georges Conchon
      • Un entretien avec Max-Pol Fouchet par Albert Levy
      • Georges Conchon nous dit recueilli par B. Sonnier-Salabert
    • "Andorra" l'histoire étrange du jeune Andri pièce de Max Frisch interview recueilli par M. Kagan
    • Supplément: le drame Congolais par Jules Chomé

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

CE QUE E NE DIT PAS xX • « MINUTE » CONTINUE a éta· .~\ 15 DECEMBRE 1964 . 15 JANVIER 1965 N° 238 Un franc X 1er un racisme scandaleux contre ~ ~ les travailleurs algériens vivant ~ ~ en France ... Comment vivent ces ~ X hommes insultés et calomniés, .\ X leurs souffrances, leur labeur s i ~ ~ utile à notre économie - la vê· ~ ~ rité que cache « Minute » -, il ~ X faut que chacun en soit informé. ,\ X Vous lirez et ferez lire l'article ~ ~ de NICOLE DE BOISANGER· ~ PRESCRIPTION Les fantômes à croix gammées • • • 8 MAI : CETTE DATE Qui fut, en 1945, celle de la victoire des peuples libres, sera-t-elle, vingt ans après, pour les criminels hitlériens, le point de départ d'une nouvelle carrière? Ils sont des dizaines de milliers qui se cachent et attendent. Ils n'ont rien oublié, rien renié. Ils ont la nostalgie de leurs exploits sanglants. Ils préparent leur revanche ... Dans l'article que nous nublions page 5, JACQUES DELARUE, spécialiste de l'histoire du naz isme, montre la gravité cie la mesure prévue en leur faveur par le gouvernement cie Bonn. Il DES INSCRIPTIONS HITLERIENNES sur la synagogue de Neuilly. Des tracts racistes répandus parmi les lycéens et étudiants. De jeunes Africains, cleS" militants de l'U.N.E.F. agressés à Grenoble, à Lyon, à Paris... Les agitateurs néo-nazis, forts cI'une persistante impunité, poursuivent leurs menées en France - dans l'attente des renforts qu'ils espèrent cie la orescription. (Voir page 4.) CONCILE • • Ce qU'ils pensent du schéma sur les juifs . • APRE UN DEBAT ANIME, qui avait lui-même suscité passions et. pOlémiques à travers le -monde, le Concile oecuménique a adopté, le 20 novembre, le schéma sur les juifs, inclus dans une Déclaration sur l'attitude de l'Eglise envers les religions non chrétiennes. D'émi· nentes personnalités de tendances très diverses, nous font part des réflexions que leur inspire cet important événement: MM. J ACOB ,KAPLAN, Grand-Rabbin de France ; le pasteur MARC BOEGNER, de l'Académie Fra'nçaise ; le secrétariat national de Pax Christi ; MM. OLIVIER CLEMENT, du Centre d'Etudes Orthodoxes de Paris ; ERNEST KAHANE, secrétaire général de l'Union Rationaliste ; l'abbé PIERRE ; Mme SUZANNE COLLETTE·KAHN, secrétaire générale de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme ; MM, ALFRED GRANT, secrétaire général de l'Union des Sociétés Mu· tualistes J uives ; le rabbin ANDRE ZAOUI. Avec ces prises de positions on pourra lire la déclaration des Cadis musulmans d'Israël, ainsi qu'une lettre de M. MAURICE VAUSSARD et une mise au point de l'écr ivain ANDRE SCHWARZ·BART. (Page centrale et page 14).

CONGO • • Un document • Une fois encore, le sang a coulé au Congo ex-belge. A en croire un certain nombre de journaux et d'émissions , il s'agirait d'un conflit essentiellement racial , et l'on assiste à maintes tentatives d'alimenter les préjugés, les haines contre les Africains, par une présentation partielle et partiale des faits . " Droit et Liberté » verse au dossier congolais. sous forme d'u,:! supplément encarté dans ce journal, une étude approfondie de M' Jules CHOME. Ce document sera d'ici quelques jours édité en brochure, que l'on pourra se procurer à nos bureaux, 30, rue des Jeûneurs, Paris-II' (C,C,P. 6070-98 Paris) . L'exemplaire : 2 F. • « ON PEUT ENTREVOIR LE TEMPS où la peau sombre, où les yeux bridés tle condamneront -lilus à l'esclava.ge, où l'on ne risquera, plus jamais d'entendre les pas de la Gestapo. résonner dans l,es escaliers PO lO' arracher les soeurs d'Aline Frank aux espoirs de lel/IYs dix-sept ans ... » écrit P ierre P ARAF erl conclusion de la préface de son liv re « Le racisme dans le monde ... » P uisse l'année 1965 rapprocher de façon décisive ce temps dont rêvent tous les gens cie coeur, et que les' antiracistes s'emploieront plus que jamais à préparer! On lira en nage centrale les voeux form ulés et l'appel lancé pour une action féconcle par le président du .:\I.R.A.P. clans son écli torial : L'ANNEE LINCOLN. ,. ~) X DUTREll que nous publions en ~) X page 4. ~ X X ~. ........./ /.. .../ ........../ //// / / ........./ /.. ........, ... .\ LE GONCOURT et le • racisme • Le livre de GEORGES CON· CRON, qui vient d'obtenir le Prix Goncourt, suscite un cer· tain mala ise. L'auteur se dé· clare foncièrement antiraciste et dit avoir voulu dénoncer à la fo is le J'aci lme des blancs et celui des noirs. Parmi les criti· ques qU'il a suscitées, celles de MAX·POL FOUCHET, à la t élévision, ont été les plus fel'mes. Nous nous sommes entre· tenus avec l'un et l'autre ... (Page 13.) t. ,.


.-- 2

I3-XI. - A Rockville (Maryland), un groupe de citoyens obtient la révision du procès de deux noirs condamnés à mort pour viol d'une blanche. 16-XI. - Nouveau procès scandaleux à Johannesburg (Afrique du Sud) : M' Abram Fischer, le défenseUT de Nelson Mandela, et 13 autres personnes sont inculpés en raison de leur activité contre l 'apartheid. • Ouverture à Vienne du procès de rex-capitaine S.S. Franz Novak, proche collaborateur d'Eichmann, accusé d'assassinats multiples. 17-XI. - Pour la première fois en Alahama, deux noirs intentent un procès à un restaurateur blanc qui avait refusé de les servir. • M. Wilson annonce aux Communes son intention d'imposer un embargo sur les ventes d'armes à l'Afrique du Sud. ,. Bagarres au Quartier Latin où la vitrine de la librairie des étudiants communistes est défoncée par des étudiants fascistes. 19-XI. - Le Comité sur l'apartheid aux Nations-Unies demande à la France de ne pas livrer d'armes à l'Afrique du Sud. 20-XI. - Au Concile, ADOPTION DU SC'HEiliA SUR LES JUIF'S et les religions non chrétiennes, qui ne sera proclamé que l'année prochaine. • Bruxelles et Washington menacent de parachuter des troupes au CongO, en vue de ramener les Européens se trouvant à Stanleyville. tl-XI. - Une manifestation bouddhiste violemment réprimée à Sa'igon : la police charge la foule ; des dizaines de personnes sont blessées. 23-XI. - Négociations à Nairobi (capitale du Kenya) sur les prisonniers européens de Stanleyville. ,. La tête de Martin normann, l'ancien secrétaire d'Hitler, qui vit· en Amérique du Sud, est mise à prix 100.000 marks par le procureur général du Land de Hesse (Allemagne). • La R.D.A. publie une nouvelle Jiste de 122 juristes de Bonn qui sont d'anciens membres des tribunaux na: zis. 24-XI. - Mille parachutistes belges transportés par de, avions américains s'emparent de Stanleyville Où ils sont rejoints par les troupes de Tschombé, et procèdent à l'évacuation des Européens. 25-XI. - La Jordanie interdit l'accès des lieux saints aux prélats qui ont voté la déclaration sur les juifs, tandis que les leaders musulmans d'Israël approuvent le texte du Concile. • Agressi.on fasciste au Quartier Latin, à Paris, contre des élèves ingénieUTs. 26-XI. - Les paras belges investissent Paulis à 500 km. au nord de Stanleyville

les mercenaires et les .gendarmes

katangais font régner la terreur dans les régions ainsi occupées. 29-XI. ~ A Washington, les représentants de diverses organisations américaines manifestent pour la paix au SudVietnam. 30-XI. - Ma'nifestation à Paris contre la présence de Tschombé aux cris de : « Liberté au Congo ; T,3chombé assassin_ » • Nouvel accord commercial entre la Rhodésie et l'Afrique du Sud. l-XII_ - Ouverture de la dix-neuvième session de l'assemblée générale des Nations Unies qui élit par acclamations son président : M . Alex Quaison-SacIey, représenta:nt permanent du Ghana. 2-XII. - Le pape arrive à Bombay, après une courte escale à Beyrouth. !-XII. - Inculpé de conspiration et de sabotage, Bertram Hirson, universitaire, Hugh Lewin et Raymond Eisens· tein, journalistes, sont condamnés à de lourdes peines de prison par le tribunal de Prétoria (Afrique du Sud). '-XII. - L'abbé Boyer et Mme Hanff qui avaient enlevé les enfants de M. Kovacs pour les élever dans la religion catholique sont condamnés à des peines de prison avec sursis. • Vingt-et-un blancs, membres du Ku Klux Klan sont arrêtés dans le Mississipi, pour avoir partiCipé au meurtre de trois jeunes militants antiracistes en juin dernier. Parmi ces criminels

le shérif de Philadelphia.

~-XII. - La Cour Suprême des EtatsUnis déclare inconstitutionnelle une loi de Floride interdisant la co-habitation raciale. • La direction de l'université de l'Alabama interdit un concert que Louis Amstrong devait donner le 17 février sur « campus » de l'établissement. Il-XII. - Les 21 criminels racistes accusés, dans le Mississipi, du meurtre de trois militants intégrationnistes SONT TOUS REMIS EN LIBERTE par le, autorités judiciaires locales qui décident d'abandonner les poursuites. . l2-XII. - Vingt-quatre juges, procureurs, avocats et un accusé du procès des bourreaux d'Auschwitz quittent Stuttgart pour une enquête sur les lieux du camp en Pologne. 13-XII. - A Montgomery (Alabama), attentat à la bombe contre une église noire de la ville. Trois racistes sont arrêtés. JUSTICE • Un heureux dénouement LEI l décembre dernier, une grave affaire qe ~arcle d'enfant, trouvait apres diX ans de procedure, sa. conclusion en Cour d'appel : la petite Catherine Huriaud-Hochberg, âgée de 12 ans, était définitivement confiée à sa mère Mme Hochberg-, laquelle s'était vu retirer son enfant à la suite d'un jugement aux attendus racistes que tout le monde connaît. Les grançles lignes de cette douloureuse affaire avaient été largement reproduites dans toute la presse, et nous l'avons relatée dans le dernier numéro de « Droit et Liberté », On se souvient que, lorsqu'en 1954, Mme Hochberg, d'origine juive, demanda le divorce d'avec M. Huriaud, catholique, elle obtint la garde juridique de la petite Catherine âgée alors dc 2 ans, mais n'ayant pas la possibilité matérielle de l'élever, elle la confia provisoirement aux grands-parents paternels. En 1957, c'est le scandale. Un jugement inique où il est question de « métissage », de différence raciale et autres termes familiers à la terminologie hitlérienne, enlève la garde de l'enfant à Mme Hochberg. L'arrêté de 1958, s'il infirme la formulation raciste du premier, en confirmait l'esprit, faisant état de « l'inadaptation » de Mme Hochberg aux conditions d'une existence régulière, par suite des souffrances subies pendant la guerre. Le jugement du II décembre rendu par la . première _chambre supplémentaire_ d'appel reconsidère l'ensemble de l'affaire en analysant objectivement les divers arguments. . Parlant du transfert de la garde juridique en 1957, aux grands-parents qui en avaient la garde de fait, la cour d'appel considère que « le Tribunal s'était notamment fondé sur des motifs inadmissibles, inconciliables avec l'ordre public français ... » D'autre part la cour reconnaît comme non valable aujourd'hui l'appréciation selon laquelle Mme Hochberg n'était pas en T()~8 « pleinentent réadaptée m~x conditions d'existence stable, paisible et régulière ». Pendant les six années écoulées on a pu juger de ses qualités de pédagogue dans l'exercice PASSE.T.IL 9• Un coup de manchette 1 UN certain dimanche de décembre, un enfant disparaît, dans un village de l'Aude. Fait-divers, atroce, banal, hélas fréquent ! Passion dc la presse, inquiétude pUblique. Qu'est devenu le petit Raymond Sanchez, huit a·ns ? Un vague témoin fait une non moins vague déclaration spontanée à la gendarmerie. Il a vu un petit garçon affecté de strabisme, au mileu d'un groupe de gitans, dans une gare locale. Or le petit Sançhez est d'origine gitane, et il louche. Sc, par'Cnts sont séparés. Et son père est en prison, pour une quel· conque peccadille. Rien n'est clair, dans cette affaire et, a priori, on peut rechercher tout ce qui cloche_.. '. . Mais « Paris-Jour Il du 2 décembre, règle la questiop ' par une énorme manchette: « RAYMOND (8 ANS) A ETE ENLEVE PAR DES GITANS ». Tous les kiosques ont affiché « Paris·Jour », des millions de personnes, qui ne lisent pas ce journal ont pQurtant lu ce titre. A la fin de la semaine, la vérité était connue : le petit Raymond s'était accidentellement noyé en tombant dans un puits. « Pari,,-Jour » en fit huit lignes en page intérieure. Sans commentaire et sans regrets. Oubliés, les Gitans ? Pas du tout. Par un coup de manchette, on avait renouvelé la calomnie du « gitan voleur d'en. fants ». M. Del Duca se porte bien, merci ! C'est le directeur de « ParisJour » et Je grand maître de la presse DU COEUR ... • - de sa profession : « il y a donc lieu de retenir qu',en dépit des événement~ tragiques qui ont profondément p ertl~rb c son adolescence (toute sa proche famille a péri en déportation), elle est remarquablement adaptée att milieu français ... » La Cour considère que « si, comme Huriaud l'affirme, Mme Hochberg a des conceptions agnostiques et pr~fesse un dédain de la « morale bourgemse », une telle attitude n'est nullement en SOt répréhensible qu'il apparaît que Mme Hochberg est ... parfaitement apte à se voir confier la qardede sa fille; qu'il est d'ailleurs normal qu'une fillette, notamment à l'âge délicat où est parvenue Catherine, vive auprès de sa mère dont la présence, la sollicitude et la tendresse sont irremplaçables... » Le jugement insiste sur la nécessité d'éviter tout traumatisme à l'enfant en l'arrachant trop brutalement au milieu dont elle avait l'habitude, mais fait confiance à Mme Hochberg sur ce point et sur le problème de l'éducation religieuse

on sait que Mme Huriaud

(la grand'mpre) avait fait baptiser Catherine et lui avait fait faire sa première communion en cachette de sa mère. Mme Hochberg, pour qui les dix ans de cauchemar sont le prolongement des souffrances subies pendant la guerre, aime trop sa petite fille pour ne pas Oncle TOM. - - être consciente de la lourde tâche qUi lui incombe. Nous nous réjouissons avec elle de cet heureux dénouement. HIER ET AUJOURD'HUI • Après vingt ans L· ES journaux du sud-est ont relaté récemment l'extraordinaire aventure de M. Benjamin Rozenberg, de Dijon qui, après 40 ans, de séparatiQ.n vient de retrouver son frere, seul survIvant avec lui d'une famille polonaise victime des massacres nazis de Tarnow. M. Rozenberg avait quitté Tarnow en 1Q~O, pour rejoindre ,,!n de, ses frères établi à Metz. Il appnt tres vite le français et s'installa en Côte-.d'Or où il dirigea un atelier de confection. Il garda le contact avec Tarnow et sa famille, jusqu'en, 19~9, . l'année o~ commencèrent le.s deportatlOns massives de juifs vers les camps de la. mort. IJ ap·prit alors que toute sa famille restee en Pologne avait été ~xterminée et que son frère de Metz avait été déporté avec sa femme à Auschwitz. Leurs deux enfants Que M. Rozenberg- recueillit, avaient échappé par miracle à la Gestapo, en escaladant un mur haut de dix mètres. Si OO-Uj ft(1.ule-z p,aj,6..e't le 'iétteillcm de ».-O-ël Après la guerre, M. Rozenberg partit à Tarnow, dans l'espoir de retrouve'· quelques traces de sa famille. Sa ville natale était complètement- détruite et les ving-cinq mille juifs qui y vivaient, tous tués. ""'!k':""'" · ). •• t~··· ·~"'""_"':"'-T" . ...... dat1,6 une am6.iance de jcûe et de jJtate'tnilé 'tetene-z dèj, à p'téjent ft(1.j, pfacej, pO-u't le loe KANO BAl de nU•i t DE L'UNION DES ENGAGES VOLONTAIRES ET ANCIENS COMBATTANTS JUIFS De retour en France, il continua les recherches et apprit par hasard qu'un fils d'une de ses soeurs ainsi qu'un de ses frères étaient probablement vivants. Et en effet, après dix-huit ans de rt:,cherches, il retrouva ce neveu, en Isra~l et par hasard rencontra une femme, VQIsine de ses parents à Tarnow. Celle-ci lui conseilla de rechercher une personne vivant p.n I~,.aël Clue son frère avait aidé à quitter Tarnow. * Suite page 3. , __ 22 juin 2010 à 12:42 (UTC)Charles:::,"..c-_ I DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeftneurs - Paris (Jtt Tél.: OUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: , 1 1 I.e 24 décembre 1964 Un an : 10 francs Abonnement de soutien : 20 franes ETRANGER de 22 heures à l'aube Dans les salons du Palais d'Orsay (Quai Anatole-France Paris) YOSKA NEMETH avec son orchestre tzigane JERICHO et JACK ARY, orchestre de jazz et là grande vedette de la chanson RIKA ZARAI animeront cette soirée. Entrée : ·15 francs. Réservation des tables pour le souper d'Eau - Paris-Xe - NOR. 49-26. 5.8, rue du .Château. Un an : 18 francs Compte Ch. Post.: 6070-98 Pana Pour les chaniementll d'adresse 8Doo voyer 1 franc et la dernière ba.nde. EN BELGIQUE : On peut se procurer Droit et Liberté, ou s'abonner, au siège des Amis de Droit et Liberté, 43, avenue de Berchem Sa.int-Agathe, Bruxelles 8 - Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'Hôteldes ·Monnaies, Bruxelles 6. Versements au C.C.P. 723895 de Léon GRINER, 9, Square RobertPequeur, Bruxelles-7. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 P'B. Abonnement de sout1eo : lIiO PB. "~.:-22 juin 2010 à 12:42 (UTC)~.,:-~.c-~_ Journal composé et ImpriW ~ par des ouvriers syndiQUés R P .E .C. - ChAtea.urowr La Directrice de publication : S. BIANCHI 3----_ qUE SE PASSE-T-IL ? Enfant du monde (Suite de la page 2) Grâce au président de l'ex-communauté israélite de Tarnow, le docteu1" Chomet, il obtint l'adresse de cette personne, Françoise Weiss, qui vivait à Ramat- Gan, dans la banlieue de Tel-Aviv. Françoise Weiss savait qu'à son retour de déportation, le frère de Benjamin Rozenberg-, était parti au Canad::t, à Toronto d'où il lui avait écrit en 1948 en lui donnant son adresse. Effectivement, Benjamin Rozenberg-, quelque temps après, reçut une réponse de son frère, qui de son côté aussi, n'avait jamais cessé de le rechercher. U.S.A. • Une entrave légale LES vingt et un racistes, tous membres du Ku-Klux-Klan, parmi lesquels le shérif du comté de Neshoba et son aajoint : Lavv,ch';c Rainey et Cecil Price, arrêtés pour le meurtre des trois militants intégrationnistes assassinés le 21 juin près de Philadelphia, ont été remis en liberte par le commissaire fédéral de Meridian (Mississipi). La libération des accusés, vivement applaudie par un nombreux public, a été obtenue par la défense en dépit d'une confession écrite de l'un d'eux, Horace Doyle Bermette, et recueillie par un a,g;eill du F.B.I., orig-inaire d'Atlanta (Géorg-ie), M. Henry Rask. Mlle Esther Carter, commissaire fédéral chargée d'examiner les dossiers, transmis par le bureau fédéral d'enquête et par le ministère fédéral de la Justice, a refusé de connaître le détail de ces aveux, affirmant que ceux-ci n'étaient qu' « 1tn ramassis de on-dit et de renseignements de seconde main » qui ne ~uvaient être utilisés contre le signataIre. Un porte-parole du ministre de la Justice a déclaré, commentant la décision de Mlle Carter : « QU'ft1t commissaire du gouvernement refuse ... d'accepter de. la p~rt ,d'un.fon,ctionnair,e chargé de veûler a l apphcatwn de la loi, un rapport sur des avoeu% signés est tout à fait sans précédent, » ' , NOS PEINES Notre ami, le critique d'art George Besson, membre du Comité de Presse de la Vente Exposition, organisée par le M.R.A.P. en juin der'nier, a eu la douleur de perdre sa femme AnneAdèle Besson, le jour où s'ouvrait au Louvre l'exposition de sa colection personnelle de tableaux dont il avait fait don à deux musée, de province. Dans cette pénible épreuve, que George Besson et sa famille trouvent ici l'expression de notre amicale sympathie. NOS JOIES Le 22 novembre, M. Léon Lyon-Caen, président d'honneur du M.R.A.P., et Madame, avaient la joie de fêter leurs noces de diamant. Nous exprimons à M. et Mme Léon Lyon·Caen nos affectueuses félicitations et nos voeux le, meilleurs pour euxmême} et leur famille.

  • Trois dévoués amis du M.R.A.P., militants

de l'Union des Sociétés Mutualistes Juives de France ont célébré ces dernières semaines, leurs 60 ans : MM. Bernard Dutkiewiez, Bernard Pilcer, et Elie Solnicky. Nous Jeur exprimons nos cordiales félicitations et nos voeux les meilleurs.

  • Le Grand Prix des Sciences mathé- .

matiques et physiques de l'Académie des Sciences a été attribué à M. Laurent Schwartz, pour l'ensemble de ses travaux, et en particulier pour sa théorie des distributions. A ce grand savant, qui honore de son précieux soutien l'action du M.R. A.P., nous exprimons nos trru vives félicitations.

  • Nos félicitations également à M. Michel

Droit, membre du Comité d'Honneur du M.R.A.P., qui, pour son roman « Le retour » (Ed. Julliard), s'est vu décernel' le Prix du Roman de l'Académie Française. Mais maintenant il y a un précédent et une semblable conclusion risque d'être apportée à toute affai re de meurtre de noirs par des blancs jugée dans les Etats du Sud. mon f re' re ., .... En effe t, selon la Constitution des Etats-Uni s, le F.B.L (ou bureau d'enqu. ête fédéral) ne peut engager de poursUites pour meurtre. C'est un délit qui relève des autorités judiciaires des différents Etats et dans le cas précis cie Une belle exposition de livres à l'Institut Pédagogique National celles du Mississipi. ' ENF.A I~T J?U MONDE, MON .!RERE », tel ~st le thème choisi par la « ~e~eratlOn. des OE~vres Lalqu.es de la Sem.e pour la sixième exposltIon de ltvres qu elle orgamse sous la dtrection de M. A. Ravé, du 4 décembre 1964 au 31 janvier 1965, à l'Institut Pédagogique National. L'affaire sera donc transmise maintenant ,à,un Grand Tury fédéral qui pourra declder a nouveau des arrestations mais seulement pour « violation de~ droits civiques ». Il est fortement à craindre que cette particula rité du Droit américain n'entraîne de véritables abus. Ne serait-il pas ?lécessaire de revoi r le problème depUiS la base, plutôt que de lais'ser les racistes imposer leur loi aux noirs alors que, l.a maje~re partie de la population amenca1l1e VIent de ratifier le vote sur les Droits civiques en élisant Lyndon Johson à la présidence des U.S.A. ? MOYEN-ORIENT • Rencontres ... IL viel}t .de se créer à Londres une assocIatIOn dont le but est de promouvoir l'amitié entre Juifs et Arabes en Israël et dans le Moyen-Orient. Elle se nomme « Association pour la Coopération et la Réconciliation JudéoArabe » et a été formée par la réunion de deux comités déjà existants : les Amis Britanniques de « New Outlook » (revue indépendante publiée en IS'I'aël qui discute l.ibrement des problèmes du Moyen-Orient) et les Amis Britanniques du Collège Judéo-Arabe de Givat Haviva, créé il y a dix-huit mois en Israël. La nouvelle association cherchera parallèlement à améliorer la situation des Arabes en Israël, à définir une solution au problème deS' réfugiés arabes et combattra les préjue;és et les haine~ afin de favoriser la paix. PRESSE Quelque trois cent-cinquante ouvrages réunis sur la base d'une liste établie par N atha Caputo sont présentés de façon artistique et distrayante aux visiteurs par l'équipe des techniciens de l'Institut animée par M. Langlois. Lors de l'inauguration de l'exposi tion, M. Pédrot, maire du V· arrondis'sement et président de la Fédération des OEuvres laïques de la Seine devait déclarer d'ailleurs : « On a donné une âme à ce m!i m!rait Pl! être ltne simple énumération. » Classés par continents dans différentes salles, les livres présentés couvrent un large éventail d'âg-es. Des éléments concrets - un ranch, des photos - évoquent les particulal-ités architecturales, géographiques, historiques de chaque continent, permettant de fixer celles-ci dans la mémoire de l'enfant . Dans une ses;onde partie, l'exposition insiste sur l'activité dans le domaine pédagogique de différentes associations dont le but est de promouvoir l'amitié et la fraternité entre les hommes et de développer cet -esprit chez les enfants. Un panneau entier est consacré au c.L.E.P.R. (Centre de Liaison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux) et à son bulletin « Education à la Fraternité ». Il faut signaler que dans le dernier numéro de la revue des OEuvres laïques de la Seine, consacré à l'exposition, des articles résument les origines, la création et les objectifs du C.L.E.P.R_ ainsi que ceux du M.R.A.P. L'exposition présente encore une particularité originale : des cours de lecture sont aménap'és, qui permettent de feuilleter les ouvrages. L'éducation de l'enfant dans le sens de la tolérance et de la compréhension internationale et interraciale est un élé- • U ne voix s'est tue LE 6.297" numéro du quoticlien parisien « Libération » est sorti le vendredi 27 novembre. C'était le dernier, après 2~ ans d'existence. En février 1941, parâissait pour la première fois un petit journal sous le titre de « Libération ». Imprimé clandestinement à ClermontFerrand, il était rédigé par Emmanuel d'Astier, le professeur Cavaillès et le journaliste Rochon, auxquels viendront s'adjoindre Louis Martin-Chauffier, Maurice 01v iII on, Raymond et Lucie Aubrac. En aoÎlt 194~, « Libération » s'imprime à Lyon, et est diffusé sur tout le territoire. Le 21 aoÎlt 1944, le journal paraît pour la première fois au grand jour, penclant les combats de la libération de Paris. Ce g-rand journal issu cie la Résistance n'est plus. Des difficultés financières énormes, inhérentes aux conditions d'existence de la presse franc;aise ont provoqué sa suspension : un quotidien ne peut tenir par ses propres - - - - - - moyenS' sans des recettes de publicité au moins ég-ales à ses recettes de vente. « Libération » s'était créé un style, une place orip'inale clans la lutte pour le progrès et pour la paix. Il se voulait le trait d'union de toutes les forces démocratiques et avait oeuvré à la réalisation cie cette tâche. Dans' la bataille contre le racisme sous toutes ses formes, « Libération » ne manquait jamais de proclamer bien haut la vérité et la justice. Sans considération de tendances, c'est l'ensemble cie " nresse franc;aise qui se trouve atteinte par fa fin de notre confrère, car les mêmes problèmes, les mêmes difficultés pèsent aujourd'hui sur la vie ou la liberté de l'ensemble des journaux. En leur nom, la Fédération de la Presse vient de protester contre le projet d'instaurer la publicité commerciale à la Télévision, oui aurait pour conséquence de rendre nlus précaire encore la stabilité de la presse écrite, et par conséquent- son indépendance et sa qualité. L'UNION DES ENGAGES VOLONTAIRES ET ANCIENS COMBATTANTS JUIFS 58, rue du Château-d' Eau - PARIS-l0· 1 1 a fondé une Maison de Repos et de Convalescence « les lauriers Roses » à LEVENS (Alpes-Maritimes) Cet établissement ultra -moderne est agréé par la Sécurité Sociale et par le Ministère des Anciens Combattants pour les bénéficiaires de l'or icle 115 et fonctionnera à partir du 20 janvier 1965. Pour tous renseignements et inscript'ons, s'adresser au siège de l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs, 58, rue du Château-d'Eau à Paris- l0·, de 14 h. à 18 h. - - - - - - ment 'majeur de la lutte contre la xénophobie et le racisme .. C'est ce que lors de l'inauguration, ont souligné M: Pé· drot (dont nous reproduisons ici une partie de l'allocution), et M. l'Inspecteur Général Voisin, directeur général des Services 'd'Enseignement de la Seine. . Ç'est dit-e tout l'intérêt de cette expoSItIon, tant polir les enseignants que pour les parents désireux de donner à leurs enfant. des lectures développant le sens de l'humain. Il faut aller la voir. Monsieur Dupont et Madame X M. Raymond Pédrot, président de la Fédération de la Seine des OEu· vres Laïques, a bien voulu nous communiquer l'allocution qu'il a pro· noncée pour l'inauguration de l'ex· position « Enfant du monde mon frère D". Nous en reproduis~ns cidess? us un extrait, où il souligne la portee de cette belle réalisation IL faudrait bien qu'un jour, enfin, les barrières raciales tombassent

le racisme, « cancer de

notre temps ", a-t-on dit ; j'aUais, quant à moi, dire qu'il semble éter· nel, hélas! Et pourtant l'enfant n'est pas raciste, nous le savons tous et je peux en porter, si vous le per'! lettez, un témoignage très particuher dans cet arrondissement qui est un des carrefours du monde, Comment , s~ fait·il donc que, devenus hommes, parfois ils s'entredéchirent parce que leurs « races " diffèpor Raymond PEDROT Président de la Fédération des OEuvres Laïques de la Seine r,:nt ? Certes, pas en France, bien sur, pas chez nous ! les Français ne sont pas racistes, c'est vrai (ils ne sont pas non plus « conservate~ rs ", personne n'oserait se prévalOir de cette étiquette) ; disons que nos compatriotes ne sont pas « racistes militants ". Autorisez-moi deux courtes anecdotes, vraies malheureusement

1) M. Dupont rencontre M. Durand

« J 'ai rencontré la petite Du·

val avant-hier ; elle m'a présenté son fiancé, nous avons bavardé agréablement ; au fait comment s'appelle-t·iI, ce jeune homme ? Il se nomme Goldenbaum, répond M. Durand. - Goldenbaum, ah, tiens ... il semble d'ailleurs très bien ". (Fin de citation.) 2) Une ancienne relation, personne très évoluée, intelligente et sympathique, me confiait récemment au retour d'un voyage aux Etats·Unis : « Voyez-vous, je ne suis pas raciste, vous me connaissez (c'est vrai qu'elle n'est pas raciste et c'est vrai que je la connais) mais tous ces noirs, à Washington, c'est trou· blant ". Evidemment, M. Dupont comme M.me X... ont été horrifiés par les genocides organisés par les nazis comme ils le sont par toutes les fu: reurs déchaînées en ce moment, de par le monde, par tous les « apartheid ". Alors, pourquoi, ce « racis. me latent ", cette xénophobie en contrepoint? Nous ne prétendons pas résoudre ici le problème mais nous avons voulu apporter notre pierre à l'édifice que tant d'hommes de bonne volonté se proposent de construire pour y enfermer enfin toutes les haines et toutes les stupidités raciales. 4 • Inscriptions, tracts, agressions les néo-nazis s'agitent! DES croix gammées et des inscriptions anti-juives ont été peintes, dans h nuit du 10 au 11 décembre sur l èS murs de la synagogue de Neuilly, à l'angle des rues Anselle et J.Dulud. Les néo-nazis entendent-ils rencuveler leurs exploits de No;!l 1960 et de janvier le61 ? Un tel acte montre qu'ils n 'ont pas rénoncé aux campagnes par lesquelles i.ls affirment ouver tement leur allégeance à l'idéologie et aux méthc:des hitlériennes. L'émotion est grande à Neuilly, et le député-maire, M. Achille Peretti, a fa'it sur une chaine privée de radio, des déclarati.ons condamnant ces menées . Les inscriptions ont été aussitôt effacées, mais, à ce jour, on ne sait rien des mesures prises ou envisagées par les pouvoirs publics pour mettre hors d'étl:'t de nuire les coupables et empêcher la répétition de , pareilles provoca· tions.

Les groupes racistes que citait notre CE QUE dernier numéro continuent de s'agiter, s ,;rtout dans les milieux étudiants. A Grenoble, la Fédération des Etudiants Nationalistes, prenant prétexte des événements du Congo, a diffusé un tract débcl'c1ant de haine contre les noirs . Une quaranta'ine de nervis se réclamant de cette organisation, ont sauvagement attaqué, à la sortie du r estaurant universitaire, trois étudiants africains. Dénonçant ce lâche attentat, l'Association des Etudiants d'Afrique Noire à Grenoble souligne qu'elle n'a pas de préoccupation raciale quand elle maniJeste sa solidarité avec le peuple congolais et déclare « que les morts de Stanleyville, blancs et noirs, sont les innocentes victimes des tr'oupes d'intervention belges, ct qu'il faut chercher ailleurs - et non en Afrique - les vrais coupables. » « La bonne entente, ajoute-t-elle, qui a toujoun régné entre la population grenobloise et nous Ile devrait pas être Au kicsque à journaux près de mon immeuble, l'hebdomadaire Minute a l lichail, ii y a quelque temps, en lettres provocantes les mots: « Assez d::: cl'lmes d'Algériens! » Sous ce gros titre, une photographie plutÔl mal choisie montrait, non pas des tueurs aux visages agressifs ou grimaçants, mais des hommes à l'air Jas qui semblaient revenir d'un labeur épuisant. A quelques pas de là, une équipe d'ouvriers réparait la chaussée . Deux d'entre eux échangèrent quelques mots en arabe . Je me demandai quelle impression ils avaient ressentie s 'ils avaient lu le titre insultant de Minute. Cette question parmi beaucoup d'autres, je l'ai posée à M. Hannoun qui dirige l'hebdomadaire algérien AI Djzaïri. " m'a répondu avec une sereine dignité : « Ceux qui ont la chance de devenir des intellectuels n'éprouvent que du mépris. Le travailleur algérien, lui, se sent atteint dans son honneur. » Semaine après semaine , Minute s'acharne à déformer la conscience française en lui imposant un portrait terrifiant des Algériens. 1\ s 'agirait, - on pense à la sombre époque de Chicago - , d'une invasion massive de gangsters et de voyous qui déferlent sur la France, armés de leurs couteaux et de leurs Beretta. On parle d'une « nouvelle armée des bas-fonds " qui se terrerait à l'abri des policiers dans ses bidonvilles. Calmement, patiemment, M. Hannoun fait un sort aux calomnies de Minute, et, à travers ses mots apparaît une tout autre image des Algériens vivant en France. STATISTIQUES ET REALITE Nous parlons d'abord du thème de la criminalité. Toute communauté a ses dél inquants. A travers la presse à sensation, Minute épluche et cite tous les délits commis par des Algériens. On pourrait fa ire le même travail pour les Corses et les Marseillais et donner l'impression d'un péril méridional menaçant toute la France. Ces attaques ne datent pas d'hier. M. Hannoun me donne un exemple tiré des années 52-53 qui illustre à quel point des campagnes racistes avaient influencé les Français. Deux enfants au Bois de Boulogne jouent avec un pistolet. Par accident l'un tue l'autre. Son réflexe immédiat est de dire : « C'est un Nord-Africain qui l'a fait. " P4R Nicole de BOISANGER-DUTREIL Et l'Algérien? Es t-il affecté par l'injuste méfiance qui pèse sur lui ? Oui , cela s'ajoute à ses autres angoisses d'exilé en terre étrangère , souvent séparé de sa famille, en butte à des tracasseries admi · nistratives, à son anxiété d'homme qui parle une langue différente et qui, essayant péniblement de réclamer un papier dans une mairie, se fait bousculer par des employés, agacés de ne pas le comprendre. Au moment de l'affaire Laget, assassinat de la femme et de la fille d'un célèbre restaurateur des Ternes, le communauté algérienne s'alarma quand des soupçons sans fondements se portèrent sur un « basané ». L'ECONOMIE FRANÇAISE A BESOIN D'EUX Parfois aussi on entend dire avec une sorte de terreur : « Et puis ces NordAfricains, il y en a partout. " Dans son numéro du 20 novembre dernier, Minute titre : « L'invasion algérienne. - Ça recommence. - Bientôt ils seront un million! » A Marseille, ce serait l'affolement, les bateaux « quittant à vide notre grand port méditerranéen et revenant chargés de 70 à 90 % de musulmans ». De nouveau, - comme il plane au-dessus de la calomnie haineuse! - M. Hannoun met les choses au point. Les chiffres optima de l'immigration algérienne ont été atteints pendant la guerre, quand la population fuyait les persécutions et les centres de regroupement. Au moment de l'indépendance, il y eut un reflux vers l'A lgémise en cause par des énergumènes irresponsables et foncièrement hostiles à la coapération entre les peuples. » Agressions encore â Paris et à Lyon, contre des militants de l'U.N.E.F . Au Qua.rtier Latin, l'Union des Etudiants Juifs de France signale dans un commtiniqué, que les jeunes trublions de la' F.E.N. ont manifesté à plusieurs rer- ri.ses' aux cris de « Purifiez l'Université ! » ,( Les métèques à la porte ». Le 19 novembre, lors du rassemblement organisé à la Mutualité par Tixier-Vignancour, de très nombreux étudiants se sont mobilisés pour s'opposer aux manifestations éventuelles des fascistES qui avaient, quelques jours plus tôt, brisé la vitrine d'une librairie. Cn peut s'étonner de ce que la police ait cru devoir ma'lmener et arrêter un certain nombre de ces étudiants, tandis que les partisans de Tixier-Vignancour défilaient en hurlant leurs slogans. Les comités d'étudiants et de lycéens du M.R.A.P. ont édité un tract s'élevant contre les violences des racistes. « Cette agitation néo-nazie, que la loi républicaine devrait empêcher, affirment- ils, est contraire aux traditions démocratiques et humanistes de l'Université française. Il s'agit de relents d'un passé douloureux, que les étudiants, les lycéen,;, dans leur immense majorité, réprouvent_ » Le 15 décembre, des lycéens ont distribué ce tract devant le Lycée Lamartine. L'un de nos jeunes amis a été arrêté et maintenu longuement au poste de police.

  • Il Y a là bien des faits inquiétants.

Tous les antiracistes, tous les démocrates doivent, aujourd'hui plus que jamais, s'unir et agir résolument. Il faut que cessent les campagnes et les violences des racistes. Pas de ça chez nous! E NE DIT PAS rie ; mais le pays avait été dévasté par la guerre et par les destructions systématiques de l'O.A.S. ; 132 ans de colonialis· më le laissaient avec peu ou pas d'industries, une campagne à l'abandon dans les régions pauvres, des hôpitaux et des écoles en nombre dérisoire. Le besoin de tra vailler à l'étranger s'est fait sentir, et il y a eu un reflux de travailleurs vers la France. Les départs et les retours se sont compensés. Actuellement, où on note une augmentation sensible de toutes les émigrations, celle d'Algérie s'est stabilisée à un chiffre qui se situe entre 450 et 550.000 personnes. Le bureau de placement de l'Amicale Générale des Travailleurs Algériens en France se trouve en présence de moins de demandes d'emplois que l'année dernière . Mais alors que les Espagnols arrivent en famille, Minute a la cruauté de reprocher aux Algériens d'avoir fait venir en septembre - chiffres à vérifier - 6.353 « fatmas et gosses ». Ne pourrait-on pas parler de « femmes et d'enfants » ? JI y a actuellement 30.000 Algériennes en France. C'est fort peu pour plus de 400.000 travaiiieurs. Sous le prétexte que les fa milles sont nombreuses, Minute leur refu serait volontiers le bénéfice des allocations familiales. Ne versent-ils pas à la Sécurité Sociale les mêmes cotisations que les Français? N'est-il pas scandaleux que les travailleurs algériens, pères de trois enfants à charge vivant en Algérie, ne touchent qu'un tiers des allocations familiales? Et s'ils les touchent, c'est qU'ils ont un métier. Le gouvernement français ne les accueille pas par charité, mais parce qu'en fait ils lui sont indispensables. 92 % d'entre eux sont à l'oeuvre et font les plus dures besognes dans le bâtiment et les travaux publics, dans la métallurgie, dans les industries chimiques, dans le textile , dans les mines ... L'économiste Alfred Sau · vy estime que si la France veut augmenter sa prospérité, elle doit intensifier l'immigration pendant qu'il en est encore temps. Notre ami Hannoun me cite aussi la conclusion d'une enquête entreprise par l'Association Nantaise d'Echanges avec l'Algérie : si les Algériens quittaient la France, la construction péricliterait dans une proportion des trois quarts. Ces H.L.M. dont les Français manquent eux aussi, ce sont des Algériens qui les construisent avec eux. Nous voici loin de l'image du clochard étranger, miteux et chapardeur, venu manger le pain des Français. Nous avons besoin des Algériens. Alors, plutôt que de les accuser d'habiter des coupegorges, soyons gênés de ne pas pouvoir offrir à des ouvriers et à des intellectuels des habitations décentes. LE DRAME DU LOGEMENT Où le travailleur algérien parvient-il à se loger? Pour avoir un foyer confortable, il lui faudrait l'acheter ou payer une forte reprise. Il n'en a pas les moyens. Un ouvrier de chez Renault a exprimé son admiration pour ses camarades algériens parce que « leur fric, ils l'envoient à la famille, et ici, ceinture ! " Les H.L.M. de loyers modestes sont pleins. Alors, c'est l'hôtel et pas tous les hôtels. Il en est où l'on refuse les Algériens, il en est aussi où le patron les exploite et leur fait payer cher une chambre minuscule où on s'entasse à plusieurs. Et à défaut d'hôtel, on est bien contraint de poser quelques planches et de camper dans la boue du bidonville. Sous le carton et la tôle ondulée, on retrouve l'entassement réprouvé par Minute. Mais le plus souvent on se serre un peu plus dans son misérable logement par solidarité envers le parent ou l'ami qui n'a pas de toit. Dès qu'une municipalité fait un effort pour les reloger, les Algériens ne boudent pas l'offre. A Gennevilliers où un morceau de terrain leur a été octroyé, ils vont se construire des maisons en dur. A Nanterre a eu lieu, dimanche dernier, la destruction symbolique d'un morceau de bidonville. Minute continue d'exploiter ce réflexe. Par une singulière coïncidence, dans la semaine où parut l'article sur les « crimes algériens ", il n'y eut pas un seul délit commis par des Nord-Africains, alors que les gangs marsei llais n'étaient pas restés inactifs. « Notre pleine et ardente approbation » ... Par ailleurs le gouvernement algérien a voté des crédits pour améliorer l'habitat des émigrés et l'Amicale Générale des Travailleurs Algériens en France a acheté 14 foyers dont les loyers sont calculés au plus bas prix; ils sont gérés par l'ensemble des locataires. Plus de propriétaire abusif et les bénéfices, s'il y en a, sont consacrés à l'amélioration du foyer. c A Lyon, me dit M. Hannoun, un foyer a un s e rvice de less ive, un restaurant intérieur, des loisirs organisés_ » Ainsi les ouvriers ne seront plus après l'usine, condamnés à s'asseoir au café ou dans des chambres d'hôtel insalubres. Reste que dans l'ordre d'urgence les municipalités logent d'abord les Français, et c'est pour l'immigré une chance de moins de trouver une demeure dans de grandes vi lles surpeuplées. JI y a aussi les chiffres. Reproduisant une statistique des services de la préfecture de police, Minute attribue entre autres aux Algériens plus de 46 % des vols avec violence et plus de 62 % des vols à la tire. Une enquête faite par France-Algérie, à la demande de l'Amicale Générale des Travailleurs Algériens en France révèle une tout autre vérité. Les statistiques de la police englobent l'ensemble des im· migrants d'Algérie, parmi lesquels 30 à 40.000 harkis et 800.000 pieds-noirs. « Et puis, me dit M. Hannoun avec un sourire, à nous on ne passe rie n. Sera compté pour délit, le vol d'une pomme à l'étalage , alors que les fautes mineures ne figurent pas aux pourcentages de la criminali té francai. se. En fait, la proportion des délits véritables est plus faible dans la communauté algérienne que dans la communauté française_ » Mais le réflexe raciste joue chez ceux qui ne connaissent pas les Algériens; ceux-mêmes qui en connaissent et qui les trouvent sympathiques s'en étonnent naïvement: « Ah oui, Ahmed, c'est un Algérien, mais je l'aime beaucoup. » Cela revient à penser: « Chacun son Algé· rien. " Et l'on se souvient du slogan antiaémite de sinistre mémoire : « Chacun son juif. "

  • Quelques membres des

Fraternités Evangéliques de la Mission Populaire, parmi lesquels plusieurs pasteurs, nous ont écrit pour nous faire part de leur indignation au sujet de, campagnes diffamatoires menées par « Minute » contre les Algériens, ct nous exprimer leur soutien total. Une telle prise de position représente pour nous le plus précieux des encouragements. Nous souhaitons que se multiplient, dans tous les milieux le l protestations de cette sorte, qui amène. l'Ont ces messieurs de « Minute » sinon à plus d'humanité, du moins à quelque prudence. DES « POTES '» ... Au terme d'une conversation où m'apparaissent, et toutes les difficultés des Algériens, et leur courage, M. Hannoun me parle d'un reportage entrepris par son hebdomadaire à l'usine Renault. Je lis ce reportage qui donnera aux antiracistes un grand espoir. Nulle différence entre les ouvriers algériens et françaiS ; ils se considèrent comme des " potes ", des camarades de travail. Et M. Chopard, chef du service social chez Renault, déclare : « Nous faisons le maximum pour les Algériens. Pourquoi ? Parce qu'ils sont Coura· geux et travailleurs. Et nous avons be- ' soin d'eux. " Son voeu, dit-il encore, serait « de voir les relations s'améliorer et la compréhens ion totale s'établir entre les deux peuples_ » C'est le voeu de tous les antiracistes. Mais pourquoi faut-il que des voix discordantes, pleines de fiel et de mensonges, cherchent à saboter l'oeuvre commune entreprise par les Algériens et par les Français de bonne foi? Les fantômes à [rOil gammée l E Co~it.é International des ~xpert~ de « l'Union Internationale de la Resistance et de la Deportation » (1) a t,enu sa quatrième réunion annuelle à Anvers, du 17 au 20 novembre. Deux grands problèmes étaient inscrits à Son progr,nmme de ItraV'ail : la prescription des crimes de guerre et les inquiétantes résurgences du nazisme constatées un peu partout dans le monde. En fait, ces deux problèmes sont étroitement liés, la prescription des crimes de guerre étant considérée par les nazis non repentis comme la première étape d'une prochaine réhabilitation des nazis, puis du nazisme lui-même. Un crime que le Code n'avait pons prévu ... On sait que dans la plupart des pays d'Europe Occidentale l'action publique s'éteint au bout d'un délai qui varie, selon les pays, de vingt à trente années, ce qui signifie qu'au bout de ce délai l'auteur d'un crime peut être découvert, peut même proclamer publiquement sa culpabilité, sans qu'il soit pOSSible d'exercer contre lui des poursuites judiciaires, l'impunité lui étant désormais acquise. Sans entrer dans les détails juridiques tels que la distinction entre la prescription de l'action et la prescription de la peine, il faut considérer que les raisons qui ont prévalu dans l'esprit des législateurs sont d'intérêt social. Les législateurs successifs qui ont inscrit la prescription dans nos différents codes ont considéré que passé un certain nombre d'années, généralement vingt ans, le crime qui avait troublé l'ordre public, remué les consciences, causé de l'indignation, inquiété le public, dont le sens de la .iustice réclamait alors vengeance, était oublié et qu'un châtiment aussi tardif, loin de servir l'ordre public, né ferait au contraire que le troubler à nouveau. Des difficultés matérielles rendraient aussi presque impossible l'application d'une saine justice : plaignants et témoins morts ou M_ Jacques Delarue, qui fut arrêté sous l'occupation en raison de ses activités dans la Résistance, consa,cre aujourd'hui tout son temps à l'étude du nazisme et de ses séquelles. Son livre « Histoire de la Ge,tapo » a connu un succès considérable_ II est ou doit être traduit dans 11 pays différents_ M. Jacques Delarue, qui prépare un nouveau livre sur l'occupation a participé récemment à la réunion du Comité d' experts de l'Union Internationale de la Résistance et de la, Déportation, qui a eu lieu à Anvers, pour étudier les activites de l'internationale néonazie. disparus, défaillances de mémoires rendant la preuve de la culpabilité hasardeuse, etc. En quoi toutes ces raisons, dont la valeur ne saurait échapper dans les cas de crimes habituels, classiques, ordinaires, • normaux» pourrait-on dire, peuvent-elles s'appliquer aux crimes de guerre ? Le comité des Experts a estimé, à l'unanimité, qu'il n'existait aucun point commun entre la criminalité ordinaire, celle pour laquelle les règles de la prescription ont été élaborées, et la notion toute nouvelle de crime de guerre, qui n'est apparue que près de cent quarante ans après l'élaboration du Code d'Instruction Criminelle français (1809) . Existe-t-il une commune mesure entre le mari ou l'amant jaloux qui dans un accès de colère tue la femme qu'il aime et les auteurs réfléchis du crime de génocide, méticuleusement élaboré et froidement exécuté, faisant plusieurs millions de victimes ? Qui oserait de bonne foi prétendre que les mêmes règles peuvent et doivent s'appliquer à des faits aussi différents? Au fond du Lac Noir ... Mais, à ces considérations morales doi vent s'ajouter des considérations d'ordre matériel, très importantes. Dans la répression des crimes ordinaires les institutions par Jacques DELA RUE judiciaires jouent normalement, justice et police travaillant dès la découverte du crime sans rencontrer d'autres obstacles que les facteurs humains habituels : mensonge, crainte, mauvaise foi, etc. Il en fut tout autrement en ce qui concernent les crimes de guerre, commis par des hommes tout puissants, soit dans leUi' propre pays, soit dans des territoires soumis à leur domination totale, ayant tous pouvoirs pour faire disparaître toutes les preuves de leurs actions et ayant dispose de tout le temps nécessaire pour le faire. Ce n'est, dans les cas les plus favorables, qu'avec plUSieurs années de retard que les enquêtes purent être commencées. Encore, les éléments permettant d'identifier les auteurs de ces crimes manquaient-ils presque toujours. Ces éléments, les preuves de ces crimes, se trouvaient dans les archives nazies. La découverte de pièces ou de dossiers précis permit tout à la fois de con· naître à coup sûr les auteurs des crimes et d'apporter la preuve indiscutable de leur culpabilité. Les poursuites furent donc entravées, impossibles, tant que les documents utiles échappaient aux recherches. Des considérations politiques s'ajoutèrent à ces difficultés. En Allemagne de l'Ouest, c'est seulement en 1956 que com· mencèrent les poursuites, ce qui reporte· rait le délai normal de prescription, en bonne justice, à 1977. Or, si aucune décision nouvelle n'intervient au Bundestag, la prescription sera appliquée en Allemagne Fédérale le 9 mai 1965, date de cessation des hostilités. Cette date elle-même est arbitraire : combien de déportés, qui sont bien des victimes des sévices et des atrocités nazies, sont· ils morts au cours des années qui suivirent ? Combien meurent encore chaque année, qui sont bien, malgré le temps écoulé, des victimes des mêmes hommes et des mêmes procédés? Ce que nous savons aussi, c'est que de nouveaux documents, de nouvelles preuves, sont périodiquement mis au jour ; c'est que les gigantesques archives nazies sont bien loin d'être entièrement exploi· tées et même dépouillées, le dédale ad· ministratif, volontaire, du monde « brun » en rendant souvent le déchiffrage difficile. L'exemple le plus récent est la découverte en Tchécoslovaquie d'énormes archi· ves de la SS et de services poliCiers immergées dans des caisses aU fond du Lac ' Noir. Et il est bien certain ' que d'autres faits, d'autres noms, seront encore décou· verts. . Ainsi, si la prescription jouait te 9 mai prochain, on pourrait découvrir les preuves les plus accablantes contre les nazis assez habiles pour avoir échappé jusqu'alors aux recherches, il ne serait plus pOSSible de lets poursuivre. Ces révélations tomberaient-elles dans l'indifférence générale? Qui oserait le prétendre? Le temps n'a pas effacé des mé· moires les crimes d'un régime qui a couvert l'Europe de sang, à commencer par son propre pays. Et cela est heureux. Il ne s'agit pas d'esprit de vengeance, de goût de la revanche, bien au contraire. Les Allemands honnêtes et conscients ne peuvent souhaiter construire un édifice neuf et solide sur l'hypocrisie, sur l'oubli du passé. Il faut l'assumer pleinement pour faire place nette. Le vieux cri de mort .•. Car les nazis n'ont pas désarmé, n'ont rien renié de leurs principes de haine et de mort. En Belgique, le cas Degrelle est Dernière minute: les députés français unanimes contre la prescription L es 471 députés français ont adopté, le 16 décembre, à l'l.\nanimité une proposition de loi ainsi conçue : « Le, crimes contre l'humanité, tels qu'ils sont définis par la résolution des Nations Unies du 13 février 1946, prenant acte de la définition des crimes contre l 'humanité tclle qu'elle figure dans la charte du tribunal international du 8 août 1945, sont imprescriptibles par leur nature. » Sont intervenus successivement, pour présenter ce texte : MM. Paul Coste· Floret , RUlYmond Schmittlein, Mme Marie·Claude Vaillant-Couturier. Ce vote f ait suite à ceux qui sont déjà intervenus dans le même sens en Pologne, en Belgique, en U .R.S.S. , en Hongrie, en République Démocratique Allemande. Il constitue une r aison de plus pour l es représentants de la France d'intervenir auprès des autorités de Bonn pour qu'une même disposition soit appliquée en République Fédérale Allemande. C'est ce que nous demandons, avec tous l es Français qui n 'ont pas oublié ... exemplaire et justifie la sage mesure adop· tée par le parlement belge qui a prorogé de dix années le délai de prescription . Degrelle n'avait-il pas fait savoir, par ses représentqnts d'abord, puis directement au cours d'une conférence de presse donnée à Madrid en juillet dernier, qu'il acceptait de rentrer en Belgique pour y être jugé, mais qu'il exigeait que le Palais des Sports de Bruxelles soit tout d'abord mis à sa disposition pendant une semaine afin qu'il puisse exposer sa défense et ses théories politiques. Après quoi, son procès devrait être entièrement télévisé et radiodiffusé. Enfin, il serait autorisé à se présenter aux prochaines élections législatives. En Allemagne, si la prescription s'appliquait le 9 mai prochain, on verrait immé· diatement surgir quelques milliers de fantômes à croix gammées. Des milliers d'hommes, réputés morts, et ayant par conséquent échappé à toutes poursuites, vivent sous de fausses identités et n'attendent que cette date pour reparaître au grand jour. Ouand il fut découvert. Eich· mann était considéré comme mort. Heinrich Müller, chef du service central de la Gestapo avait sa tombe à Berlin. Il est pourtant bien vivant en Albanie. Il en est de même pour Bormann, caché en Amérique du Sud. Et il y a ainsi, à travers le monde, des milliers de faux morts. La Centrale des crimes de guerre à Ludwigsburg n'a, depuis sa création, examiné que 30.000 cas sur lesquels 12.846 ont fait l'objet d'actes d'accusation. Cent cinquantecinq inculpés ont été condamnés pour meurtre et deux cent quarante-huit pour homicide. Où sont les autres criminels ? Verrons-nous aux élections de septembre 1965, en Allemagne, des candidats an· ciens SS faire leur campagne électorale avec des brassards à croix gammées, en exaltant le souvenir des glorieuses campagnes passées ? Lira·t-on dans les magazines à sensation des récits horrifiants vendus à prix d'or par d'anciens bourreaux désormais sûrs de l'impunité ? Qui les en empêcherait désormais? Que l'on ne se récrie pas comme devant une énormité: n'importe quel homme averti et de bonne foi peut citer immédiatement cinquante titres de journaux ou de magazines, autant de maisons d'éditions, prêts, à travers le monde, à se disputer cette copie « sensationnelle n . • Et, quand de nouvelles archives seront découvertes, quels chantages, quelles manoeuvres politiques, permettront-elles ? Encore, toutes ces considérations faciles ne font ou'effleurer le problème. A CETTE « GLOIRE » DONT ILS CONSERVENT LA NOSTALGIE. L'arrivée de la Wehrmacht à Vichy en 1942. travers le monde, des dizaines de grou· pes néo-nazis sont nés depuis quelques années, d'autres adeptes se cherchent. Quels formidables catalyseurs seront pour eux les vieilles « gloires » du nazisme, désormais libres de prendre leur tête et de pousser à nouveau le vieux cri de mort! Nos juristes, si attachés à la lettre des textes qU'ils paraissent en oublier l'esprit (la protection de l'homme et de la société, c'est-à·dire d'une certaine image de l'homme et d'une certaine forme de société. héritées des Grecs) pensent-ils vraiment que les prochains bénéficiaires de la prescription sont des humanistes? Les croientils vraiment repentis, disparus, et en tout cas inoffensifs ? Leur désillusion risque d'être grande. Mais alors, une nouvelle fois, il sera trop tard . (1) L'U.I.R.D. groupe 60 associations appartenant à douze pays : Belgique, France, Grand-Duché du Luxembourg, Pays-Bas, Danemark, Allemagne Fédérale, Autriche, Grèce, Italie, Israël, Norvège et Suisse. ~IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII~ ~ Si la prescription des ~ crùmes de guerre était .- proclamée à Bonn en mai -


prochain (comme le prévoit le gouvernement ouestallemand) 'les ~{vieillesgloires )} du nazisme, res- - - surgissant de l'ombre,- p~'endraient la tête du grand complot néo-nazi ... POUR EMPECHER ~ cette situation scandaleuse ê - le M.R.A.P. organise une - ~ ~ ASSEMBLEE ~ ~ D'INfORMATION i § - MERCREDI 13 JANVIER





- 
 

à Place à 20 h. 30 l'Hôtel Moderne de la République à Paris Sous la présidence de Charles PALANl secrétaire génér,gl du M.R.A.P. PRENDRONT LA PAROLE le Bâtonnier Paul ARRIGHI membre de l'Institut et Jean SCHAPIRA secrétaire national du M.R.A.P.

VENEZ NOMBREUX 3- ;j'IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII~

2lu p~lu~~ mau(J.ai~~ goût Pornographie et mauvais goût sont l es deux mamelles de l'inspiration pOUl" les rédacteurs de « Hara,Kiri », et l'on se demande ce qui l'emporte chez eux de la bêtise ou de la perversité. Pa, de quoi être fiers ! Un commerçant de la rue de la Pcmpe s'en est aperçu - mais un peu tard ! - à ses dépens. Ayant commandé un placard publicité, il eut la désa· gréable surprise de trouver le nom de sa firme associé grossièrement à celui de Hitler à l'occasion d'un article (si l'on peut appeler ça un article) sur le nazi',;me, d'un « humour » plus que douteux. Cette affaire a causé un tort considérable à ce commerçant, qui, victime des persécutions nazies, ayant perdu plusieurs membres de sa famille dans les camps de concèntl"a,tion, s'est trouvé cité, malgré lui, au milieu d'ignobles élucubrations. Soutenu par le M.R.A.P., il a intenté une action judiciaire. L'année LINCOLN C 'EST une aimable tradition pour le Président du M.R.A.P. que d'offrir au seuil de l'an nouveau ses voeux aux lecteurs de Droit et Liberté, aux anciens militants que la foi lucide, le dévouement maintiennent en vigoureuse jeunesse, aux jeunes camarades qui viennent à leurs côtés prendre place au combat. Je n'y manquerai pas avant d'esquisser à grands traits un bilan du passé, de résumer l'essentiel de notre programme de l'avenir. 1964 a été marqué par de multiples événements concernant directement ou indirectement la cause fraternelle à laquelle nous nous sommes dédiés. Aux Etats-Unis, le pire a été évité lorsque le peuple américain, à une forte majorité, s'est prononcée pour la modération, . la sagesse en la personne du Président Lyndon B. Johnson et a écarté le racisme, le mac-carthysme qu'incarnait et qu'en tout cas n'avait pas désavoué B. Goldwater. Certes, il demeure alarmant que près de 38 %, par fidélité formelle au Parti républicain ou par complaisance à l'égard à ses doctrines, se soient encore prononcés pour le candidat vaincu. En France, une porportion même trois ou quatre fois inférieure, en faveur du prétendant ex-vichyssois que vous savez, nous causerait de grandes et légitimes inquiétudes. Mais ne bouclons pas le scrutin américain. Jamais le bloc antifasciste ne s'est manifesté avec autant de force. La Loi sur les droits civiques des noirs a été enfin votée. L'ombre du grand Président J. F. Kennedy peut être satisfaite. Victoire légale qui ne sera réelle que dans la mesure où les autorités administratives et judiciaires veilleront à la stricte application de la Loi, PAR Pierre PARAF Président du M.R.A.P. Nulle amélioration en Union Sud-Africaine, l'un des bastions cie cette contre-révolution raciste dont nous éprouvons en une grande partie du continent noir la puissance et les périls. Oppression, ségrégation dans les pays encore colonisés. En beaucoup d'autres, désordres, violences dues à la fois à la faible maturité politique de ces pays et aux intrigues des anciens colonisateurs. Après avoir brisé les vieilles structures sociales et morales de ces peuples insuffisamment évolués, mais qui avaient eux aussi un long et glorieux passé, après leur avoir imposé pendant des décennies la loi de la force, comment s'étonner de ces déplo' rables sursauts de barbarie dont des blancs et noirs innocents sont victimes ? Pour le M.R.A.P., c'est toujours et partout le droit de l'humanité qui prime. Nous ne prenons notre parti de la mort d'aucun homme. Tout doit être fait pour sauver ces otages qui paient injustement les intrigues de potentats que de grands intérêts politiques ou économiques ont pris pour instruments. Mais il y aurait hypocrisie à faire le silence sur les victimes « rebelles » plus nombreuses sans doute et qui n'importent guère aux artisans de la répression. 11 y aurait iniquité sous prétexte de tenir, entre les uns et les autres, la balance égale, à taire les responsabilités initiales des racistes blancs dont l'égoïsme et l'aveuglement ont créé, en des tribus encore primitives, un racisme noir. En Af rique, comme dans tous les continents, notre position ne peut être que celle de l'égalité raciale, par la négociation, dans la compréhension et l'amitié. Nos inquiétudes sur le comportement de certains éléments du monde arabe ne sont malheureusement pas apaisées, Je n'aborderai pas ici la question politique de leurs relations avec Israël. Il suffira de répéter que nous avons toujours souhaité une juste solution du problème des minorités et des réfugiés dans un climat de conciliation, mais que nous jugeons inadmis· sible la prétention, tant de fois exprimée au milieu du silence de grands pays qui auraient dû s'en indigner, de détruire un Etat conquis au prix de tant de sacrifices et dont aucun démocrate du monde ne laisserait mettre la vie en péril. Le monde socialiste lui-même n'est pas à l'abri des diffi· cuités que nous avons pour mission de détecter et d'aider à résoudre. Les vestiges du vieil antisémitisme ne sont pas entièrement extirpés. • Nous appellerons à le combattre dans l'objectivité qui exclut t outE: arrière-pensée malveillante, dans la multiplication des contacts humains qui lèvent les rideaux de l'isolement. En maints domaines, des signes favorables attestent la stabiiité de régimes parvenus à un cycle nouveau de leur destin. D'une telle détente, la minorité juive devrait bénéficier, y gagner toutes facilités d'épanouir sa culture, sa spiritualité en un univers qui après des siècles d'oppression, de discrimination raciale a proclamé, comme notre Révolution française, l'égalité de tous les citoyens et décrété l'antisémitisme hors la loi. ON me permettra de passer maintenant au plan international au plan spirituel et au plan national où s'exerce notre activité quotidienne. Le Concile, dans sa dernière session qu'on a coutume de nommer Vatican Il, a adopté en l'intégrant dans un chapitre commun à toutes les Eglises, le passage sur les Juifs qui rejette le dogme du déïcide. Réparation que l'on eût souhaitée entourée de plus de solen· nité, de plus de précision aussi, mais qui n'en est pas moins appréciable. A toutes les instances de la catholicité d'en tirer toutes les conséquences. Nous' enregistrons avec satisfaction ce premier résultat. Nous exprimons notre gratitude aux fervents antiracistes de la catholicité qui, de l'humble vicaire au cardinal, ont dressé le barrage contre un antisémitisme encore tenace. Nous savons que pOUl' eux, ce n'est point assez de laver le peuple juif du nom de déïcide. Un vrai chrétien a su reconnaître une parenté plus directe entrE:! Jésus et la famille juive à laquelle doit tant son message et qui à son tour, à travers les siècles, a si souvent revécu son martyre. En France, dans notre France des Droits de l'Homme, le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, continue de se préoccuper gravement du sort des travailleurs étran· gers contre lesquels s'exercent des discriminations raciales de fait, sinon de droit. Etudiants. noirs qui se heurtent pour trouver un logement à des refus tenant à leur couleur, t ravailleurs africains, algériens, entassés en des taudis, isolés du reste de la population qu'ils redoutent et qui les redoutent. Portugais constituant désormais une immigration importante et dont la ' venue a fait en France l'objet de trafics humiliants, gitans pour lesquels certaines améliorations ont été obtenues, mais qui mènent encore une vie * Suite page 15. APRES LE VOTE PAR LE CONCILE DI DECLARATION SUR LES JUIFS ET LES RELIGIONS NON-CHRETIEN~ Après le vote par le Concile de la Déclaration sur « l'attitude de l'Eglise envers le~ religions. chrétiennes ", nous avons demandé à diverses personnalités éminentes, représentant les dIverses reh ainsi que la pensée rationaliste, de nous faire connaître leur point de vue sur cet événement. Nou hlion5 ci-dessous et en page 14 les réponses qui nous sont parvenues. M. Jacob KAPLAN Grand-Rabbin de France' «Des paroles humaines et émouvantes}) ... TOUT homme de bonne foi ne peut que se réjouir du texte s'Ur les juifs tel qu'il a été approuvé par le Concile Vatican II. .Une déc!~l:ation suy les juifs qui n'aurait nas rejeté explicitement l'~cc~s~tlO.n de delclde ~uralt été édulcorée au point qu'elle aurait perdu toute slgï11ftcatlOn. P~lUr af~lrm~r que Jésus était juif, que sa mère ~tait. juive, que les ~pôtres étalent JUIfs, II n'était pas bes'oin de mettre à contnbutlOn tout un ConCile rassemblant plus de deux mille hauts dignitaires de l';Eglise. Une telle affirmation n'~pporte rien. de nouveau aux chrétiens qui savent depuis longtemps ~ guoi. s:en temr sur ce sUjet. On connaît la belle parole de MontesqUIeu : « La reltglOn ju~ve est un, vieux tronc qui a oroduit deux branches qui ont couvert toute la terre, je veux dll'e le mahométisme et le christianisme. ». Mais pour faire justice de la meurtrière imputation et de s?n. corollaire non moins néfaste : la orétendue malédiction pesant sur le Deuple JUIf; pour tenter de déraciner l'antisémitisme l'eligieux inculqué à l'âme chrétienne depuis près de deux mille ans il ne fallait rien moins en èffet qu'un Concile se prononçant avec la plus grande' solennité. Garder le silence sur c~ point, c'eüt été. pour 'yatican II donner à penser, comme l'a fait remaraue: .clatrel~1ent le . Carchna!. ~lenart, que le Concile ne "oulait pas « laver le peuple JUIf de 1 accusatIOn de delclde ». C'est finalement en fa"eur d'un acte de réparation et de j ustice que s'est exprimée l'opinion générale des P~res con~iliaires. Leurs orat~urs .. ont prononcé à cette occasion des paroles humames et emouvantes dont le juda!sme leur salt infiniment gré. M. Ernest KAHANE Secrétaire général de l'Union Rationaliste « Contre tous ghettos » les V OUS me faites l'honneur de me demander une déclaration sur le texte adopté le 20 novembre 1964 par. le Concile OEc~mé~i(JI~e: Même ~l ce texte était adopte defl111ttvement, Je vous réclamerais le droit de ne pas me reJ ouir intégralement, pour les deu.\: raisons que voici : D'abord la rupture avec une longue et criminelle attitude d'inj ustice, la reconnaissance tardive du droit d'exister aux héritiers des juifs d'il_ y a deux mille ans ne s'accompagne meme pas de la recherche des responsabilités, ni de la condamnation des responsables. Les juifs ne sont pas coupables de déïcide, nous le savons bien, mais quels sont les coupables de l'interminable martyre des juifs? D'autre part et surtout, ce document concerne les rapports de l'Eglise « avec les religions non chrétiennes », et c'e~t en leur faveur aue se trouve proclamee la nécessité d'une liberté religieuse. dont il n'est dit nulle part qu'elle est la totale liberté de conscience revendiquée par tout humanisme digne de ce nom. Toutes sortes de rumeurs aidant, on est bien obligé de se demander dans quelle mesure la liberté religieuse l:in~i proposée n'est pas une mesure dest1l1ee au regroupement spiritualiste face à l'envahissement de l'esprit moderne par le rationalisme scientifique. Cette attitude « charitable» n'émanerait pas d'un amour généralisé, mais d'une hostilité plus déterminée que jamais, et dont les l'acines économiques et sociales seraient aussi apparentes dans l'oecuménisme tout neuf qu'elles l'étaient - et le sont encore. car il est loin d'avoir cédé - dans l'exclusivisme catholique traditionnel. qu'on en fait, je n'ai perdu aucune de mes raisons essentielles de m'opposer à toute espèce de ghetto, et de lutter pour la liberté de conscience, et pour un humanisme qui soit le lieu commun de tous les hommes de bonne volonté. De Rome , a Bombay Au,sitôt après la fin de la 3- session du Concile, le pape Paul VI s'est rendu à Bombay (photo ci-dessous) où il a lancé un appel à la paix mondiale. PAX CHRISTI : «L'antisémiti: • • une Inlun faite à Dieu LE Secrétariat National tion Française du ~ PAX CHRISTI, int( sa position à l'égard du prol en raison de l'évidente rela la bonne entente des races ( tions et la paix du monde, qui suit. Sans vouloir anticil vote définitif du Concile de ' relatif au chapitre sur les juif ma sur l'oecuménisme. on pel ainsi la doctrine traditionnelle se sur la question : 1 0 D 'une facon absolument l'Eglise catholique, universell, finition, refuse de voir clans renees raciales tin motif quel di scrimination affectant les d dignité de la personne hum telle égalité a sa source d'a l'unité du plan divin qui con les hommes dans la même dig me participants' de la même na par Dieu, ensuite dans l'univ( salut apporté par le Christ ( « n'y a-t-il plus de distinction ( et Grecs; tous ont le même S Saint-Paul, Rom. 10, 12). C'I le Pape Jean XXIII a résur « Il ne peut donc exister d'êtr supérieurs à d'autres par 11 nature tous sont d'égale noblE ne trouve-t-on pas de justifie discrim inations raciales » ( terris n° 89 et "1,) . 2 0 L'Eglise reconnaît de 1 g-n ité particulière du peuple l'hi stoire religieuse de l'huma pie élu par Dieu, il reste celui le salut a été apporté, dans 1: de } ésus-Chri st. Le christiani effet issu du judaïsme en UJ spirituelle, nui n'en demeure réelle malgré la rupture hisl tre les deux religions: c'e Pie XI reconnaissait en disanl chrétiens, sommes spirituel; sémites. » Le fait que l'E~ dère comme inspirés par Die de l'Ancien Testament montn portance qu'elie accorde à c

l ° Par conséquent l'Eg:

toute forme de l'antisémitis! injure faite à Dieu, en nia! S'alité du salut et la dignité sonne humaine. Certes, il n'e moins que bien des chrétier vent. eu dans le oassé une' a damnable envers les juifs; t errements n'ont jamais été l'autorité cle l'Eglise qui, en problème juif clans une décl, ciliaire veut montrer l'import attache aux \'aleurs religiet daïsme clans l'esnrit d'un vé log-ue oecuménique. Ceci étant, je n'ai guère plus de raisons d'être sati sfait à titre personnel qu'au titre théorique. Certes. je vois s'entr'ouvrir le ghetto dans lequel on voulait m'enfermer. parce que mes grands-parents étaient censés avoi l' cultivé la religion juive. Mais je vois se dessiner celui dans lequel je sel'ai parqué avec mes frères les plus proches, ceux qui refusent toute espèce de religion, Ghetto pour ghetto, bien sùr, je préfère ce dernier. Mais avec cette décision du Concile et les commentaires Il avait fait halte à Beyrouth pour souligner que la Déclaratio juifs ne constituait pas de la part de l'Eglise un actc politique dirigé Etats arabes. LE VOTE PAR LE CONCILE DE LA ECLARATION SUR LES JUIFS

S RELIGIONS NON-CHRETIENNES

s le vote par le Concile de la Déclaration sur « l'attitude de l'Eglise envers les reliaions non, ", nOlfs av;ms ~emandé à dive~ses personnalités éminentes, r eprésentant les diversec;, religions 1 pensee ratIOnalIste, de nous faIre connaî tre leur p oint de vue sur cet événement. Nous pu: ssous el en page 14 les réponses qui nous son t parvenues. M. Jacob KAPLAN Grand-Rabbin de France' «Des paroles humaines et émouvantes» ... e de bonne foi ne peut que se reJouir du texte sur les j uifs été approuvé par le Concile Vatican II. Une déclaration su r i n'aurait nas rej eté explicitement l'accusation de déicide aurait point qu'elle aurait perdu toute signification. Pour affi rmer uif, que sa mère était juive, que les apôtres étaient j ui fs, il de mettre à contribution tout un Concile rassemblant plus de dignitaires de l' ~gl ise. Une telle affirmation n'apporte rien de

iens qui savent depuis longtemps à quoi s'en tenir sur ce suj et.

! parole de Montesquieu : « La religion j uive est un vieux t!"Onc ( branches qui ont couvert toute la ter re, je veux dire le mahost ianisme. ». ,re justice de la meurtrière imputation et de son co rollaire non 1 orétendue malédiction pesant sur le oeuple juif; pour tenter sémitisme l·eligieux inculqué à l'âme chr éti enne depuis près de ne fa llait rien moins en effet qu'un Concile se prononçant ayec

nnité. Garder le silence sur ce point, c'eüt été pour Vatican II

comme l'a fa it remarauer clairement le Cardinal Liéna rt, que ai t pas « laver le peuple juif de J'accusation de déicide )). nt en fayeur d'un acte de réparation et de j ustice que s·est générale des Pères conciliaires. Leurs orateurs ont prononcé ,es paroles humaines et émom·antes dont le j udaïsme leur sait Ernest KAHANE léra l de l'Union Rationaliste Ire tous les ttos » !s l'honneur de me ! déclaration sur le e 20 novembre 1964 uménique. Même si é définitivement, je droit de ne pas me nt, pour les deu_\: re avec une longue e d'injustice, la re! du droit d'exi ster luifs d'il y a deux Ipagne même pas de !sponsabilités, ni de ,s responsables. Les oupables de déïcide, mais quels sont les ninable martyre des urtout, ce document

s de l'Egli se « avec

Irétiennes )), et c'est se trouve p!"Oclamée lerté relig ieuse. dont 1ft qu'elle est la to, science r evendiquée ! digne de ce nom. rumeurs aidant, on se demander dans Ie rté rel ig ieuse ainsi une mesure destinée spiritualiste face à l'esprit moderne par ~lti f i que. Cette atti n'émanerait pas d'un mais d'une hostilité ! iamais, et dont les 1 et sociales seraient 15 l'oecuménisme tout nt - et le sont end'avoir cédé - clans Ilique t rad itionnel. qu'on en fait, je n'ai perclu aucune de mes raisons essentielles cie m'opposer à toute espèce de ghetto, et de lutter pour la liberté de conscience, et pour un humanisme qui soit le lieu commun de tous les hommes de bonne volonté. De Rome à Bombay Au"sitôt après la f in dc la 3' session du Concilc, le papc Paul VI s'est rendu li, Bombay (photo. ci-dessous) où il a lancé un appel à la paix mondiale. PAX CHRISTI : « l 'antisémitisme • • une Inlure faite à Dieu» .•• LE Secréta riat National de la Sect ion Française du Mouvement PAX CHRISTI, interrogé sur sa position à l'égard du problème juif, en raison de l'évidente relation entre la bonne entente des races et des nations et la paix du monde, déclare ce qui suit. Sans vouloir anticiper sur le vote définitif du Concile de Yatican II relatif au chapitre sur les j uifs du schéma sur l'oecuménisme. on peut résumer ainsi la doctr ine traditionnelle de l'Eglise sur la quest ion 1° D·une facon absolument générale, l'Eglise catholique, universelle par déf inition. refuse de yoir dam· les différ~ nc,,:s r acia lcs un motif quelconque de dlSCrl111l11atlOn affectant les droits et la dignité de la personne humaine: une telle égalité a sa source d'abord dans l'unité du plan divin qui constitue tous les homm~s dans la même dignité, COI11- me parttClpants' de la même natu re créée par Dieu, ensuite dans l'universalité du salut apporté par le Chr ist ( aussi bien n'y a-t-il plus de distinction entre Juifs et Grecs; tous ont le même Seigneur » Saint-Paul, Rom. 10, 12). C'est ce q u~ le Pape Jean XXIII a r ésumé ainsi : « Il ne peut donc exister d·être humains supérieUl-s à d'autres par nature; par nature tous sont d'égale noblesoe. Aussi n ~ trouve-t-on pas de justi fication aux C!JsCfl l11 l11atlons raciales » (Pacem in terris n° 89 et ,, ~.). 2° L'Egli s-e reconnaît de plus la di' 1nité 'particuliè re du peupl e juif dans 1 hl s~olre reltgleus.c de l'humanité; peupl e elu par Dieu, Il reste celui par lequel le salut a été apporté, dans la personne de .J ésus-Chri st. Le chri stiani sme est en effet issu du judaïsme en une filiat ion spirituelle, nui n'en demeure pas moins réelle malgré la rupture hi storique entre les deux relig ions; c'est ce que Pie XI reconnaissait en di sant : « Nous chréti ens, sommes spirituellement de~ sémites. » Le fait que l'Eglise considèl- e comme in spirés par Dieu les livres de l'Ancien Testament montre bien l'importance qu'elie accorde à cette vérité. 3° Par conséquent l'Eglise l-ej ette toute forme de l'anti sémitisme comme injure faite à Dieu, en niant 'l'univer salité du salut ct la dignité de la person. ne humal11e. Certes, il n'en reste pas m0111S que bien des chrétiens ont souvent eu dans le oassé une attitude condamnable enver s -les juifs; mais de tels errements n'ont jamais été le fait de l'autorité ~le l'Eglise qui. en traitant du PTobleme Juif dans une décl a ration conct! l all-e veut montrer l'importance qu'elle att!lche aux valeurs religieuses clu j uclill sme dans l'esnrit d'un véritable dialogue oecuménique. li guère plus de raiit à titre personnel ue. Certes. je vois etto dans lequel on . parce que mes !nt censés avoir cul ve. Mais je vois se lcquel je sera i pa res les plus proches, oute espèce cie relig- hetto, bien sùr, je Mais avec cette déet les commentaires Il avait fait halte à Beyrouth pour souligner que la Déclaration sur les juifs ne constituait pas de la part de l'Eglise un acte politique dirigé contre les Etats arabes. Le texte adopté Nous donnons ci-dessous de larges extraits du texte adopté par le Concile oecuménique le 20 novembre dernier, par 1.657 voix contre 99 et 242 r éserves, à propos « de l'attitude de l'Eglise envers les religions nonchrétiennes ». 1. - PREAMBULE ( ... ) Tous les peuples forment une scule communauté, ont unc même origine, puisque Dieu a. fait habiter tout le genre humain sur la terre ; ils ont une mêmc fin dernière, Dieu, dont la providence, les témoignages de bonté, lcs desscin, de salut s'étendent à tous, jusqu'à ce que les élus soient réunis dans la Cité Saintc, que la gloire de Dieu illuminera, et où tous les peuples marcheront dans sa lumière ( ... ) Il. - L'HINDOUISME ET LE BOUDDHISME ( .. . ) Dans l'hindouisme, les hommes scrutent le mystère divin et l'expriment par la fécondité inépui:sable des mythes et par les efforts très poussés de la philosophie ; ils cherchent une libération des a.ngoisses de notre condition par les formes de la vie ascé· tique, par unc méditation profonde et aussi par un refuge cn Dieu, avec amOUl· et confiancc_ « Dans le bouddhisme, la radicale in: 3ufCisance de ce monde changeant est reco.nnue et on enseigne la voie par laquclle les hommes, avec dévouement et confiance, en se renonçant et en se purifiant des choses transitoires, peu. vent se libérer et atteindre un état de rcpos permanen t_ « Ainsi les autres religions qu!on trouve dc par le monde rendent compte de diverses façons de l'inquiétude du coeur des homme:, en proposant des voies, c'cst-à-dit·e des doctrines et des règles de vie, et aussi des rites sacrés. « L' Eglise {!atholique ne rejette rien de ce qui cst vrai ct saint dans ces religions_ Elle annonce san, cesse le (;nrist qui est « la voic, la. vérité et la vic )), et dans lequel Dieu s'est r éconcilié toutcs choses ( .. _) III. - LES MUSULMANS « L'Eglise considère aussi avec res· pect les musulmans qui adorent le Dieu vivant et subsistant, tout-puissant créateur du ciel et de la terre, dont les décrets sont parfois cachés, mais auxquels on doit se soumettre de toute son âme, comme Abraham s'est soumis à. Dieu, Abraham à qui la foi musulmane sc r éfère volontiers ( ... ) « Si, au cours des siècles, de nom· breuses dissenssions et inimitiés se lont manifestées entrc chrétiens et musulmans, le Concile exhorte les uns et les autres pour que, oubliant le pa.ssé, ils s' efforcênt sincèrement à nne compréhension mutuelle et pour qu'ils gardent et fassent progre~ser ensemble pour tous les hommes la jüstice sociale, les biens moraux et aussi la paix et la liberté. IV. - LES JUIFS « Scrutant le mystèrc de l'Eglise, le Concile rappelle le lien qui lie le peu· pie du Nouveau Testament et la descendance d'Abraham. En effet, l'Eglise du Christ reconnaît volonticrs que l'origine de sa foi et de son élection se trouve chez les patriarches, Moïse et les prophètes_ Elle confesse que tous les fidèles du Christ, fil d'Abraham selon la Foi (Gal. 111-7) sont compris dans la vocation de ce patriarche et que le salut de l'Eglise est mystique· ment présignifié dans la sorüe du peuple élu de la terre des servitudes. C'est pourquoi l'Eglise ne peut pas oublier qu'elle a reçu la révélation de l'Ancien Testament de ce peuple avec lequel Le pasteur Marc BOEGNER de l'Académie Française : « Un commun et persévérant effort» I NVITE à ass ister à la troisième sessiol1 du Concile du Vatican, j 'ai écouté avec la plus' grande attention les nombreuses interventions auxquelles a donné lieu le proj et de Déclaration sur les j uifs. J'avoue qu'au terme de ce débat, et devant les réactions pa rfo is violentes auxauelles il a donné lieù, je n'espérais pas (lue le Concile finirait par se décla rer favorable à un texte r épondant pleinement aux exigences de l'amour chrétien. Je communie à la reconnaissance et à la JOie de tous' ceux, chrétiens et juifs, qui saluent, dans la Décla ration adoptée, l'aube d'un temps où, non seulement les Eglises chrétiennes seront unanimes à rejeter tout antisémitisme de leur eneignement, mais où elles s'uniront dans un commun et p e r ~évéran t effort pour combattre chez leurs fidèles l'anti sémitisme latent que nous constatons trop souvent encore. « Il n'y a olus ni J uif ni Grec », di sa it l'Apôtre Pa ul. Ceci doit être une vérité vécue dans l'Egli se, mais aussi dans le monde et il appartient aux chréti ens de vivre cette vérité dans l'amoUl-. M. Olivier CLEMENT du Centre d' Etudes Orthodoxes de Paris « l' assassinet quotidien de l'amour» EN tant que chrétien de confess ion orthodoxe, je me réjouis très profondément de la déclaration sur les j uifs pa r le second Concile du Vatican. Ce texte tout entier me paraît d'une grande justesse, d'une grande perti nence hi storique et théorique. Peut-être aurais-je sou h a~t é qu'il füt plus encore théologique - pa rlant du j udaïsme plutôt que des j uifs, et rappelant d'une manière plus vigoureuse (plutôt (l ue d'édu1corel- implicitement certains textes év~ n e:éli q u es) que le peuple j ui f, dans la perspective chr ét ienne, a été simplement (mais totalement), au moment de la P assion du Christ, un * Suite page 14. Les Cadis musulmans «Une déclaration co Le Concile oecuménique a promulgui sur les juifs qui dégage la responsabilité , Dans ce schéma, il est en outre dit ( r eusement contre la haine envers les ju subies dans le passé et qu'ils endurent en En ce qui concerne les musulmans, . connu de nombreux cas de lutte ha ineuse oecuménique appelle non seulement à l'ou commune en vue de la compréhension r é de la justice sociale. Nous accueillons par notre bénédici éprouvant un profond regret devant l'oPP du Moyen-Orient face au dégagement d cruci fix ion de J ésus. Il semble certain que ces hommes d Coran ·qui est le livre de Dieu et qui réft selon laquelle les juifs ont crucifié Jésus n'a été ni assassiné ni même crucifié, Il l'a été à sa place, tandis que lui, le Mes il est écrit dans la sourate « Les Fem111G Un des olus éminents commentatet Bichaoui, béni de Dieu. explique ainsi appris le complot tramé clans· le but d, « Qui de vous veut prendre mon aspect Paradis? » Alors l'un de ses disciples s( as·pect, et lorsque ce disciple est sorti il a Il apparaît donc que le schéma ne c cont raire. Il est vérité et il reprend les p à ce document historique, les f)euples p et que la paix et la quiétude régneront ( au Proche-Orient. » Les Cadis musulmans d' Israël .- Chel dent de la Cour d'appd 'musulmane; CI R égion centrale: Cheik AMINE KASS Cheik H USSNI EL ZOUABI, cadi de J LAr,22 juin 2010 à 12:42 (UTC)Charles-22 juin 2010 à 12:42 (UTC)-~-~-22 juin 2010 à 12:42 (UTC)~- Le texte adopté le 20 novembre ES nonpu- ~ous dom;o?s ci-dessous de larges extraits du texte adopté par le ConcIle oecumemque le 20 novembre dernier, par 1.657 voix contre 99 et 242 réserves, à propos « de l'attitude de l'Eglise envers les religions nonchrétiennes ». 1. - PREAMBULE 1 ( ... ) Tous les peuples forment une seule communauté, ont unc même origine, puisque Dieu a, fait habiter tout le genre humain sur la terre ; ils ont unc même fin dernière, Dieu, dont la providence, les témoignages de bonté, les dessein, de salut s'étendent à tous, jusqu'à ce que les élus soient réunis dans la Cité Sainte, que la gloit'e de Dieu illuminera, et où tous les peuples marcheront dans sa lumière ( ... ) Il. - L'HINDOUISME ET LE BOUDDHISME ( ... ) Dans l'hindouisme, les hommes scrutent le mystère divin et l'expri- 1 ment par la fécondité inépuisable des mythes et par les efforts très poussés 1 de la philosophie ; ils chcrchent une libération des angoisses de notre con· dition par les formes de la vie ascé· tique, par une méditation profonde et aussi par un refuge en Dieu, avec amOUt' ct confiance. « Dans le bouddhisme, la radicale in.

3Uffisance de ce monde changeant est

1 reconnue et on enseigne la voie par la,quclle les hommes, avec dévouement et confiance, en se renonçant et en se purifiant des choses transitoires, peu. vent se libéroer et atteindre un état de repos permanent. « Ainsi les a utres religions qu' on trouve de par le monde rendent compte de diverses façons de l'inquiétude du coeur des homme, en proposant des voies, c'est·à·dit·e des doctrines et des règles de vie, et aussi des rites sacrés. « L'Eglise catholique ne rejette rien de ce qui est vrai et saint dans ces religions. Elle annonce san, cesse le t;nrist qui est « la voie, la vérité et la vic », et dans lequel Dieu s'est récon· cilié toutes choses ( ... ) III. - LES MUSULMANS « L'Eglise considère aussi avec res. pect les musulmans qui adorent le Dieu vivant et subsistant, tout.puissant créateur du ciel et de la terre, dont les décrets sont parfois cachés, mais aux. quels on doit se soumettre de toute son âme, comme Abraham s'est soumis à Dieu, Abraham à qui la foi musulmane sc réfèr,e volontiers ( ... ) « Si, au cours des siècles, de nom· breuses dissenssions et inimitiés se sont manifestées entre chrétiens et musulmans, le Concile exhorte les uns et les autres pour que, oubliant le pa.ssé, ils s'cfforcent sincèrement à une compréhension mutuelle et pour qu'ils gardent et fassent progre,!ser ensemble pour tous les hommes la justice sociale, les biens moraux et aussi la paix et la liberté. IV. - LES JUIFS « Scru tant le mystère de l'Eglise, le Concile rappelle le lien qui lie le peu· pIe du Nouveau Testament et la des· cendance d'Abraham. En effet, l'Eglise du Christ reconnaît volontiers que l'ori· gine de sa foi et de son élection se trouve chez les patriarches, Moïse et les prophètes. Elle confesse que tous les fi dèles du Christ, fil d'Abraham se· Ion la Foi (Gal. 111.7) sont compris dans la vocation de ce patriarche et que le salut de l'Eglise est mystique· ment présignifié dans la sortie du peu· pIe élu de la terre des servitudes. C'est pourquoi l'Eglise ne peut pas oublier qu'elle a reçu la révélation de l'Ancien Testament de ce peuple avec lequel Dieu , par L'la miséricorde ineffable, a daigné faire l'antique alliance. Elle ne peut pas oublier qu'elle se nourrit de la racine du bon olivier sur lequel sont greffés les rameaux des oliviers sau. vages des gentils (Rom. XI, 17.24). L'Eglise croit en effet que le Christ, notre paix, a réconcilié les juifs et les gentils par sa croix, et a fait un seul peuple avcc le, deux (Eph. II, 14.16). « L'Eglise a aussi toujours sous les yeux les paroles de l'apôtre Paul sur son ascendance : « A qui appartiennent l'adoption filiale, la gloire, les allian· ces, la législation, le culte, les promes· ses et aus3i les patriarches, et de qui le Christ est sorti selon la chair » (Rom. XI, 4.5), le Christ, fils de la Vierge Marie. « Elle se rappelle que les apôtres sont nés du peuple juil, eux qui sont les fondements et les colonnes de l'Eglise, et elle L'le rappelle aussi plusieurs de ces premiers disciples qui annoncèrent au monde l'Evangile du Christ. « Bien que les juifs en grande partie n'aient pas accepté l'Evangile, cependant, selon le témoignage de l'apôtre, à cause de leurs pères (Rom. XI, 28.29) ils restent encore très chers à Dieu, dont les dons et l'appel sont sans re· pentance. Avec les prophètes et les mê· mes apôtres, l'Eglise attend le jour, connu de Dieu seul, où tous les peuples invoqueront le Seigneur d'une seule voix et le serviront d' un commun ac· cord (Sophonie 3·9, Isaïe LXVI·23, Psaume 65·4 ; Rom. XI, 11·32). « Comme le patrimoine spirituel com· mun aux chrétiens et aux juifs reste grand, le Concile veut encourager et recommander Une connaissance et une estime mutu,elles entre eux, qui naî· tront surtout d'études bibliques et théo· logiques, ainsi que de dialogues frater· nels. En outre, le Concile, se so!!venant de ce patrimoine commun, réprouve sévèrement les injures partout infligées par les hommes. Il déplore et condamne la haine et le. persécutions contre les juifs perpétrées soit dans le passé, soit de notre temps. « Que tous aient donc soin de ne rien enseigner dans les catéchismes ou la prédication de la parole de Dieu qui puisse faire naître dans le coeur des fidèles la haine ou le mépris envers les juifs ; que jamais le peuple juif ne 1 soit présenté comme une race réprouvée ou maudite, ou coupable de déicide. Ce qui a été fait dans la passion du Christ ne peut nullement être imputé à tout le peuple alors existant et cncore moins au peuple d'aujoUl·d'hui. De plus, l'Eglise a toujours tenu et tient que le Christ s'est soumb volontairement à la passion et à la mort à cause des péchés de tous les hommes en vertu de son immense amour. L'Eglise, dans sa prédication, doit donc annoncer la croix du Christ comme un signe de l'amour universel de Dieu et la Gource de toute grâce. V. - AUCUNE DISCRIMINATION « Nous ne pouvons pas , invoquer ~ Dieu, père de tous, si nous renonçons t à nous conduire fraternellement envers certains hommes créés à l'image de Dieu. La rela.tion de l'homme à Dieu 1 père et la relation de l'homme à ses frèrcs sont tellement liées que celui qui n'aime pas ne connaît pas Dieu (1 Jean-IV·8 ; II Jean IX·11 ; Luc X·25.37). Il n'y a donc a ucun fondement à toute théorie ou comportement qui introdui. ,sent une discrimination entre homme et homme, entre race et race, quant à la dignité humaine et quant aux droits qui en découlent. « Il est donc nécessaire que tous les hommes et surtout les chréti.ens s'abs. tiennent de toute discrimination ou de toute vexation à cause de la race de quelque , homme que ce soit, de sa couleur, de sa condition ou de sa reli· gion. » Le pasteur Marc BOEGNER Une lettre de Maurice VAUSSARD de l'Académie Française et la mise au point d'A. SC HW ARI-BART « Un commun et persévérant effort» LA déclaration d JAn d r é Schwarz-Bart ait sujet des débats du Concile parue dans notre dernier numéro nous a val~ t la lettre s1tivante de l'éminent écrivain et jOttrnaliste catholique Maurice Vaussard .- I NVITE à assister à la troisleme sessioQ du Concile du Vatican, j 'ai écouté avec la plus grande attention les nombreuses interventions auxquelles a donné lieu le projet de Déclaration sur les juifs. J'avoue qu'au terme de ce débat, et clevant les réactions parfois violentes auxauelles il a clonné lieu, je n'espérais pas que le Concile finirait par se déclarer favo rable à un texte répondant pleinement aux exigences de l'amour chrétien. « J'ai toujours soutenu votre action contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, mais permettez-moi de regretter (lue dans yotre dernier numéro vous sembliez donner la même importance à l'action de mon ami Jacques Madaule, président de l'Amitié JudéoChrétienne, dont vous rapportez avec raison l'émouvant discours de la Sorbonne commémorant Edmond Fleg et Jules Isaac (j'y assistais) et la protestation rageuse, en auelques lignes, d'André Schwarz-Bart, contre cles délibérations du Concile Vatican II qu'il juge sans les comprendre ni les bien connaître et qui, même si le rejet cie l'accu- Je communie à la reconnaissance et à la JOie cie tous ceux, chrétiens et juifs, qui saluent, clans la Déclaration adoptée, l'aube d'un temps où', non seulement les Eglises chrétiennes seront unanimes à rejeter tout antisémitisme cie leur eneignement, mais où elles s'uniront dans un commun et per~évérant effort pour combattre chez leurs fidèles l'antisémitisme latent que nous constatons trop souvent encore. « Il n'y a olus ni Juif ni Grec », disait l'Apôtre Paul. Ceci cloit être une vérité vécue dans l'Eglise. mais aussi dans le moncle et il appal-tient aux chrétiens de vivre cette vérité dans l'amour. M. Olivier CLEMENT du Centre d' Etudes O rthodoxes de Paris « l'assassinat quotidien de l'amour» ENtant que chrétien de confession orthodo;oe, je me réjouis très profondément cie la déclaration sur les juifs par le second Concile du Vatican. Ce texte tout entier me paraît d'une grande justes'se, d'une grande pertinence historique et théorique. Peut-être aurais-je so uha ~t é qu'il fût plus encore théologiq ue - pa rlant du juclaïsme plutôt que cles juifs, et rappelant d'une manière plus vigoureuse (plutôt oue d'édulcorer implicitement certains textes évangéliques) que le peuple j ui f, dans la 'perspective chrétienne, a été simplement (mais totalement), au moment cie la Passion du Christ, un * Suite page 14. Les Cadis musulmans d'Israël . «Une déclaration conforme', au (oron» Le Concile oecumel11que a promullué, nar une écrasante majorité, le schéma sur les juifs qui dégage la responsabilité du peuple juif de la orucifixion cie J ésus. Dans ce schéma, il est en outre dit que le Concile oecuménique s'élève vigoureusement contre la ha ine envers les juifs et contre les persécutions qu'ils ont subies dans le passé et qu'ils endurent encore cie nos jours. En ce qui concerne les musulmans, il est dit clans ce schéma que le passé a connu de nombreux cas de lutte haineuse entI-e chrétiens' et musulmans. Le Concile oecuménique appelle non seulement à l'oubli cie ce passé. mais aussi à une action commune en vue cie la compréhension récioroque des peuples et cie la préservation cie la justice sociale. Nous accueillons par notre bénédiction cette déclaration historique tout en éprouvant un profoncl regret devant l'oppos ition manifestée par certains dirigeants clu Moyen-Orient face au dégagement de la responsabilité du peuple juif de la crucifixion cie J ésus. Il semble certain que ces hommes cI'Etat éminents ont oublié les paroles du Coran -qui est le livre cie Dieu et qui r éfute catétoriquement cette fausse accusation selon laquelle les juifs ont crucifié J ésus car il y est clit cl airement que le Messie n'a été ni assassiné ni même crucifié, mais qu'une personne lui ayant ress'emblé l'a été à sa place, tandis que lui , le Messie, est monté vivant dans le ciel comme il est écrit dans la S'ourate « Les Femmes », verset 1'16 du Coran_ Un cles plus éminents commentateUl-S du Coran, le Cadi Nasser E l Din Bichaoui, béni cie Dieu, explique ai nsi le verset : « Dès lors que le Messie a appris le complot tramé dans' le but de l'assassinel-, il a dit à ses disciples : « Qui de vous veut prendre mon aspect, être assassiné et crucifié et accéder au Paradis? » Alors l'un de ses disciples se levil- et le Dieu lui a clonné son propre as-pect, et lorsq ue ce clisciple est so rti ,il a été pris pour Jésus et crucifi é, » Il apparaît donc que le schéma ne contreclit pas les dires clu Coran. Bien au contraire_ Il est vérité et il reprend les paroles de Dieu. Nous espérons que, grâce à ce clocument historique, les ryeuples pounont se rapprocher les uns des autres et que la paix et la quiétude régneront dans notre moncle et plus particulièrement au Proche-Orient. )) Les Cad'is mttsulmans d'Israël .- Cheik T AHR HAMAD, cadi de Jaffa, président de la Cour d'app,el 1n1tsulnzane; Cheik AMINE EL HABACH, cadi de la Région centrale; Cheik AMINE KASSEM Madlaj, cadi de Saint-Jean-d'AcreCheik H USSNI EL ZOUABI, cadi de Na:::areth. ' sation de « déïcide )) n'avait pas été voté - et il l'a été - representeraient un progrès immense, impensable il y a seulement clix ans de la part de l'Eglise catholique, sur un proche et surtout un lointain passé. « Certes, la sensibilité cI'un homme qui a autant souffert qu'André SchwarzBart peut-être exacerbée ; mais quand on Se laisse emporter comme il vient de le faire à un excès de langage vraiment regrettable, l'intervention amicale d'un clirecteur ou d'un rédacteur en chef permettrait, me semble-t-il, de remettre les choses au point avant de les imprimer, en s'adress-ant à l'auteur lui-même. Qu'il lise le numéro clu « Monde :1 en date de ce jour et tous ses articles consacrés au Concile : je pense qu'il en tirerait des conclusions beaucoup mOInS amères. « Veuillez agréer, Monsieur le Directeur, l'expression cie mes sentiments dîstingué~. » Précisons que, dans notre dernier nltméro, comme dans celuici, nous avons voulu à propos du Schéma sur les jnifs, comme nous le faisons sur tOttS les problèmes importants qui concernent la 11Jtte antiraciste, -donner la possibiUté de s'exprimer à des opinions diverses, voire divergentes ... La déclaration d' And r é Schwar:::-Bart, soulignons-le d'autre part, a été écrite ,et publiée avant l'ado ption du Schéma sur les iuifs. Un jottrnal dit soir l'ayant présentée comme une condamnation de ce Schéma, l'auteur d1t « Dernier des htstes » a rendit pltbliqne Itne mise ait point où il affirme : « Les sentiments qu'exprimait ma déclaration concernaient seulement l'étrang- e période où il était question de « vexations » ju ives et non pas de « persécutions », comme il est dit dans le SC,hén?a actueL Je rapp~lle aussi, pour memOire, le chmat angoissant que suscitaient certaines pressions, dont toutes ne provenaient pas cie l'extérieur. Allions-nous vivre encore sous le signe dt; cléïcid~, au t~rme de ce tmgique debat qUI mettait en cause jusqu'à l'aven ir de nos enfants ? ... Nous avions tout 1 ieu de le craindre. « C'est l'honneur du Concile d'avoir su résister à tous les courants' contraires et d'adopter aujourd'hui un texte dont la clarté. la générosité et la hauteur cie vues répondent entièrement au voeu cie tous les hommes cie bonne volonté. -» l' i~ 12 LE GALA DU 22 NOVEMBRE Une magnifique soirée A VEC les années, le gala du ,~l.R.A.P. s'~lf}ïr111e de plu~ en, plus comme un 5-ynonyme de sucees et de qualtte. CeluI de 1964 n aura par failli à sa réDutation, démontrée une fOIS de plus par UI1 record d'affluence. , . C'est Georges DE CAc'NES qui presenta et anl111a le sl?ectacle, avec la simpl icité. là gentillesse ('u'on lui connaît. alclé dans sa tache par son chien EIDER. Quatre joyeux fantaisist~s, LE~ BRETELL' S placèrent d'entree la SOIrée sous' le signe de la b~nne humeu!". Accompagnée de ses mUSICIens, Lydta EW ANDE, au corps soupl~, à la voix chaude et prenante, sut expnmer deva!lt une salle attentive, l'Afrique en devel1lr. NOS PHOTOS (de haut en bas) Se succédèrent ensuite. sur un rythme accéléré, Jean-Claude DARN AL, dont les refrains courent sur toutes les bouches, Jean V ALTON et ses remarquables imitations, Anne SYLVESTRE chez qui poésie et chanson ne font qu'un, les MACHUCAMBOS qui nous offrirent un aperçu trop bl'ef du folklore sud-américain. • Georges de Caunes et sQn ' fidèle Eider - qui étaît aussi de la fête. • Une vue de la salle : il fallut refuser du monde ... • Dans le hall de Pleyel, il l'entr'acte. • Au bar : Renée Lebas, Jean Sablon et Gr'égoire La deuxième vartie fut tout aussi éclectique avec la danseuse israélienne Hana MEGOURI-COHEN, entourée cie ballets dont la fraîcheur fut appréciée

Robert ROCCA, tout en finesse.

et enfin la grande chanteuse franc.oanglaise Pétilla CLARK clont le bno, l'entrain et le charme remportèrent l'adhésion du public. A,lan. A l'entr'acte, Charles P ALANT, secrétaire général du M.R.A.P. avait prononcé l'allocution traditionnelle. Il commença par remercier les personnalités présentes clans la salle, les artistes qui avaient accepté cI.e pr~ter leur concours et tous eeux qUI avalent oeuvré à l'organisation cie cette brillante soirée, faisant applauclir tout particulièrement notre amie Anne BERANGER. Il devait ensuite souligner les progrès cie la mison, aux Etats-Unis, avec la ringlante défaite infligée à Golclwater, en Angleterre où « le gOlwernement travailliste décide l'embargo sur tO'ntes les armes à destination de l'Etat raciste de l'A frique dt~ Sud », à Rome, avec l'adoption par le Concile du .schéma sur les juifs. « Victoire de la raison JJ, s'exclamat- il avec force « c'est le voeu de tous les antiraciste~ de tous les partisans de la paix, viqilants aux incidents qwi se reno1!velle/l't au Moyen-Orient ... , à Chypre ... , au Sud-Viet-nal/l, ait CO/lgo ( ... ) ». . Il s'insurgea contre le projet de prescription des crimes naZis qui serait « tm inqualifiable outrage à la mémoire des victimes dt~ na:::isme ... » « POttl' que la raison triomphe, continua Charles Palant, ïl appartient aux antiracistes de dénoncer en France, les infâmes gr,!!.!jJagnes de presse menées contre les fravaillettrs algériens ... Pour que la raison l'emporte, il faltt exiger des pouvoirs publics que soit mis fin à l'intolérable festival néo-fasciste, que ... Tixier-VignancOltr poursuit à travers tout le PW:,s. » Il devait conclure en appelant à l'union cie tous les antiracistes, cie tous les démocrates de notre pay's, « pour que vienne vite et pou'r toujours, le monde fratemel exalté pa'r Pierre Parai dans son livre « Le 1'Qcisl1le dans le monde ». LES PfRSONN4LITES De nombreuses personnalités entouraient le presi· dent Pierre PARAF et Mme Mathilde PARAF, parmi lesquelles : Les ambassadeurs ou représentants diplomatiques des pays suivants: ALGERIE, COTE D'IVOIRE, HON· GRIE, KENYA, REPUBLIQUE MALGACHE, MALI, MAURITANIE, SENEGAL, TCHECOSLOVAQUIE, V.R,S.S. ; MM. Jean AUBURTIN, membre et wncien prési. dent du Conseil Municipal de Paris ; Roger CARCAS· SONNE, sénateur ; Robert BALLANGER et Charles de CHAMBRUN, députés; M' André BLUMEL, prési· dent·fondateur du M.R.A.P. ; Mme Suzanne COL· LETTE.KAHN, secrétaire générale de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme ; MM. Henri FAURE, président de la Ligue de l'Enseignement ; Jacques MADAULE, président de l'Amitié JudéoChrétienne

M' Etienne NOUVEAU, vice·président

de l'U.F.A.C. ; MM. les professeurs Charles·André JULIEN et André KASTLER ; MM. les pasteurs Pierre DU CROS, président du Christianisme Social, et André DUMAS ; le R.P. GHYS ; MM. Jean CASSOU, conservateur en chef du Musée d'Art Moderne ; Gabriel DUSSURGET, directeur artistique de l'Opéra; le peintre André HAMBOURG ; les artistes Renée LEBAS, Grégoire ASLAN, Pascale ROBERTS, Jean SABLON, Claire MOTTE, danseuseétoile à l'Opéra ; le cinéaste J.·L. RANKOVITCH les écrivains Albert MEMMI et Jacques NANTET ; l' éditeur J .·L. PIDOUX·PAYOT ; les critiques d'art Guy DORNAND et Chil ARONSON ; MM. Charles LE.OERMAN, président de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide; ROSENBLUM, président de l'Union des Sociétés Mutualistes Juives de France, et Alfred GRANT, secréta'ire général ; BERCOVICI, préSident de l'Association des Anciens Combattants Juifs 1914·1918 ; Li BLUM, secrétaire· général de l'Union des Engagés Volontaires et An· ciens Combattants Juifs 1939·1945 ; STAMFATER, président de la Fédération des Artisans et Façonniers; MM. HANNOUN, de l'Amicale des Algériens en France ; Claude·Roland SOUCHET, secrétaire géné· rai de lru Jeune République ; M. Adolphe ESPIARD ; les r eprésentants du P .S.U., de Pax Christi, du C.R.I.F., de la J eunesse Ouvrière Chrétienne, de l'Union des Etudiants Communistes ; de Travail et Culture, de la Fédération des Villes Jumelées, Guy CIJ.ALON, secrétaire gén éral du Comité d'Action du Spectacle. La presse était représen tée par des journalistes de Combat, Libération, Le Dauphiné Libéré, Paris-Jour, l'Union Fr'ançaisc d'Information, l'Agence Dalmas, La Presse Nouvelle, l'O.R.T.F., l'O.C.O.R.A., rémoi· gnage Chrétien, l' Expres 1, Paris·Match, La Vie Afri· caine, La Tribune des Nations, El Mondo, The Jewish Chroniclc, Radio.Luxembourg ct Radio..Monte·Carlo. Beaucoup d'autres personnalités, dans l'impossi· bi.lité d'être présentes, avaient fait parvenir des ex· cuses ou des messages. BONS DE SOUTIEN: VOICI DES CADEAUX (peut-être) POUR VOUS Voici les résultats du tirage des Bons de Soutien du M.R.A.P., qui a eu lieu le 22 novembre, au Gala de la salle Pleyel : UN BON D'ACHAT DE 5.000 FRANCS (500.000 ANCIENS FRANCS) au BAZAR DE L'HOTEL DE VILLE: N° 29.887. UNE CAMERA PAILLARD ET UN PROJECTEUR ZEISS: N° 91.101. UN TELEVISEUR SCHNEIDER: N° 33.130 - N° 110.073. UN MAGNETOPHONE: N° 57.331. UNE SEMAINE AUX SPORTS D'HIVER N° 86.490. UN COMBINE RADIO·ELECTROPHONE : N° 82.890. UN FAUTEUIL STEINER: N°' 16.111 • 152 . 19.151. UN TRANSISTOR : N°' 106.688 . 137.640. UN APPAREIL PHOTO avec étui de cuir : N° 86.371 . UNE PAIRE DE JUMELLES DE THEATRE : N°' 107.505· 137.522. UN MATELAS PNEUMATIQUE : N° 103.819. UN BRIQUET SILVER MATCH : N°' 39.287 . 70.093 . 84.246· 104.562. UN BON DE 50 FRANCS POUR SERVICE HAUTE· COIFFURE (Léonardo) : N°' 8.795 . 28.800 . 39.286 65.246 . 67.730 . 68.001 . 68.255 . 69.495 . 74.920 77.596 . 80.206 . 83.880 . 86.206 . 98.056 . 105.626 . 108.082 . 136.955. UN CARDIGAN TlMWEAR : N ° 106.707, UN CORSAGE TIMWEAR : N" 132.384. UN CORSAGE EN SOIE: N°' 102.777 . 139.305. UN SAC A MAIN: N° 8.121. UNE PAIRE DE CHAUSSURES DAME : N" 38.300. UN SHORT DAME: N° 59.880. DEUX PIECES BONNE:rERIE ENFANT : N°' 126.500 130.205. TROIS BOUTEILLES DE CHAMPAGNE: N" 137.841. UN LIVRE D'ART: N°' 12.237 • 85.686 . 86.197 . 88.592 . 115.805 . 127.690 . 128.631 . 130.560. ALBUM ZOLA (Pleïade) : N° 109.148. UN EXEMPLAIRE DEDICACE DU LIVRE DE PIERRE PARAF « LE RACISME DANS LE MONDE» : N°' 13.368· 45.770·68.545·88.516·97.575·106.959·115.238·126.931 128.598·130.187. DEUX LIVRES : N°' 12.972 . 20.601 . 21.324 . 58.817 . 60.907· 62.714· 63.477· 85.880· 89.376· 89.381· 92.920· 98.060· 102.872 . 103.162 . 104.476 . 106.516 . 110.054 . 114.777 . 126.228 . 127.563 . 129.722 . 130.756 • 132.144·137.221 ·137.520. UN LIVRE POUR ENFANTS: N°' 49 . 1.272 . 4.920 . 10.040 11.693· 49.711· 57.067· 60.671· 67.542 · 72.910· 69.671· 7'3.531· 80.642· 85.265· 85.684. 86.315 · 106.242 . 107.901 . 115.761 . 115.950 . 129.888 . 129.904 . 130.070 . 130.810. UN LIVRE: N"' 175 . 12.443 . 19.155 . 19.981 . 26.331 . 37.740· 38.533· 49.732· 65.093· 66.639· 70.824· 72.768· 74.315· 76.639· 86.312· 88.515· 88.555 · 104.776 . 105.701 . 106.438 . 106.882 . 106.885 . 107.416 . 113.534 . 115.758 · 127.621 . 128.558· 128.720· 129.725 . 137.504 . 138.484 . 140.904. UN DISQUE 45 TOURS: N°' 7.450 . 7.506 . 8.642 . 8.643 12.519· 13.691· 14.964 · 15.708· 15.886· 16.956 · 20.060· 20.717. 27.962· 33.357· 35.841· 38.540· 45.672· 58.446· 60.306· 63.242· 66.866· 67.316· 70.409· 72.055· 73.137· 73.771· 74.032· 79,934· 8"1.441· 88.543· 90.315· 91.707· 93.592· 100.140 . 101.015 . 103.121 . 104.170 . 105.578 . 105.700 . 106.468 • 106.516 . 107.077 . 107.504 . 107.665 • 107.926 . 107.928 . 110.033 . 113.075 . 113.199 . 114.498· 114.885 • 115.173· 115.410· 115.839 " 115.985 . 125.796· 127.119 . 127.150 . 127.582 . 131.2';8 . 131.301 . 132.540 . 134.320 • 138.067 • 140.005·140.164 ' 140.522. UN STYLO: N" 221 • 262 . 7.509 . 8.115 . 9.041 . 9.443 . 11,164. 11.493· 12.204· 13.240· 17.543· 18.081· 25.307· 29.051· 29.202· 31.096· 32.150· 33.547· 3R.279· 38.454· 40.158· 41.124' 48.188· 48.466· 57.530· 58.191· 59.860· 59.976 · 60.374· 62.569· 65.092· 65.094· 65.887· 66.292· 66.601· 69,212· 69.216· 73.397· 77.256· 78.398· 78.476· 78.490· 83.021· 83.687· 85.515 ' 89.192· 89.747· 94.540· 101.936· 102.780 . 105.002 . 105.691 . 105.876 . 105.941 . 106.250· 113.798· 129.804 • 130.160· 130.219 . 130.551 . 132.991 . 133.072 . 137.024 • 137.639 . 139.017 • 140.957. UN STYLO A BILLE (Luxe) : N°' 8.437 . 14.918 . 15.070 . 32.970' 34.112· 40.238· 41.156· 56.886· 60.102· 69.716· 73.360· 74,222· 76.130· 84.132· 106.635 . 115.815 • 129.644 . 130.159 • 132.550 . 137.530. UN ALBUM DE TIMBRES: N°' 24.285 • 91.627 . 130.271. UN REPERTOIRE: N° 56.511.

Tous les numéros se terminant par 30 gagnent un abonnement d~un an. (Au cas où le gagnant serait déjà abonné, il pourra en faire bénéficier un tiers.) 1 RETRAIT DES LOTS Les gagnants sont priés de réclamer leurs lots, en échange de leurs billets, au siège du M.R.A.P., 30, rue des Jeuneurs, Paris·II'. Les lots non réclamés d'ici le 31 mars 1964 (in· clus) demeureront acquis au Mouvement. \:1 Le Prix Goncourt et le racisme Un entretien avec Max-Pol FOUCHET Georges CONCHON nous dit ... VOUDRIEZ-VOUS, Max-Pol Fou- _ chet, préciser, pour nos lecteurs, votre point de vue sur « L'état sauvage ». Max-Pol FOUCHET. - M. Georges Conchon fait preuve d'un talent de conteur qui, certes, ne s'embarrasse pas de préjugés ni de subtilité , . Je ne pense pas que son intention fut d'écrir-e un roman difficile! Il a écrit un livre pour g'rand public ct ce livre sera lu par un grand public, d'autant qU'il a obtenu le Prix Goncourt. J e crois que le danger que présente cc livre, c'est que, volontairement ou involontain;mcnt, il laisse le Iccteur sur l'impl'cssion qu' il y a un racisme noir qui , sans doute, e l t la conséquence directc du racisme blanc, mais qui est plus violent et plus « sauvag'e ll. Je suis recollnaissant, bien entcndu, il M. Georges Conchon, de nous permettre d'appcler le racisme « état sau- Jfax-Pol FOlJHET (Photo O.R.T.F.) vage II car c'est ainsi que je veux comprendre son titre ! « L'état sauvage ll, effectivEment, c'c ,t la violence raciste, ma.is l'auteur, ici cncorc, nous conduit à l'ambiguïté ; à sa lecture, c'est la violence qui sommeille en nous qui parait « état sauvage ll, et non spécifiquement la violence ~·ac iste. Je ne puis pas m'empêcher d'être tloublé par l'ambiguïté d'un livre qui mGntre le racisme des noirs sans expliquer jamais ses raison , . Les gens parIent du racisme africain à l'égard des blancs d'autant plus qu'i1s sont sensibilisés par les événements actuels du Cor.go. Ce livre e'Ût-iI paru plus tôt ou plus tard , et non pas au moment même de la cri lc congolaise, le danger eût été certainement moindre_ Les gens v(]mt tout de suite établir le rapport aVLC les événements congolais qui nous ont été contés avec un luxe de détails exceptionnel dans la grande presse. Mais la grande presse, bien entendu, n'a. montré qu'un aspect du problème, c'est-àdire la violence africaine, la « barbarie " , « l'état sauvage II de, Simbas, massacrant les otages européens, mais ClIn s'est pr-esque t!lujours gardé de montrer ce qui se faisait du côté blanc, ce que les mercenaires, le mot en dit long pourtant, faisaient de leur côté. JI y a là dcux violcnce , qui s'affrontent, c'est vrai. Mais c'est la violence africaine que l'on montre toujours, et à la télévision, par exemple, c'est la conduitc des noirs qui est :-eprésentée, et non pas, impartialement, ce qui s'est passé dés deux côtés. Car il est à · rappeler que le gouverfIleml:nt congolais de M. Tshombé agit avec l'aide de pui :sances étrangères, qui sont représentées sur place non seulement par du matériel, mais aussi par des instrucieurs et des « Affreux II qui trouvent là une sorte de revanche aux guerres wloniales qu'ils ont perdues récemment. - Il me semble que dans son livre, Con ehon n'a pas suffisamment montré les aspects politiques de la situation dans ee pays imaginaire. Aujourd'hui, quand il y a, en Afrique, des h eurts entre hommes politiques, ou entre blancs ct noirs, c'est bien davantage pour des raisons pOlitiques ou économiqu es que pour des raisons raciales. Cela n' apparaît pas dans le livre ... Max-Pol FOUCHET. - Je suis tout à fait d'accord avec ce que vous venez dc dire et, en effet, l'élision volontaire - 6n ne peut pas penser qu'elle est involontaire - de la politique, est une des Le livre de GEORGES C.ONCHON « L'état sauvage », qui vient d'obtenir le Prix Goncourt, a suscité des appréciations fort diverses. Les critiques les plus sévères - que la plupart des antiracistes approuvent - ont été formulées par MAX-POL FOUCHET au cours d'une récente émission télévisée. Notre rédacteur en chef, Albert Lévy, s'est entretenu à ce sujet avec Max-Pol Fouchet dont nous publions ci -dessous les propos, en même temps qu'une interview accordée, avant l'attribution du Prix Goncourt, par Georges Conchon à notre collaborateur Bernard Sannier-Salabert. choses qui me gênent et qui me font penser que ce livre est un peu trop habile. Je ne veux pas douter de l'antiracisme de M. Conchon, mais, ',i M. ConchGn a voulu écr'ire un livre parfaitement atltiraciste, je suis désolé de le dire, il a raté son livre. Si son projet €tait autrc, on ne saurait tl'Op lui reprocher d'avoir joué avec un sujet aussi grave, de s'en être servi. - Il faut constater que les journaux racistes ont pu utiliser ce roman à l'appui des thèses qu'ils défendent habituellsment. Même s 'il y a là un certain abus, c'est un phénomène inquiétant ... Max-Pol FOUCHET. - Dans les lettres que j'ai reçues à la suite de mon intervention à la télévision , quelquesunes donna ient raison à M. Conchon, Irais de quelle façon! En disant : « . Cet homme est un grand Français ». Je suis tOljours iitquiet lonque je lis cette expression ({ grand Fra.nçais ", car je sais hêlas ce qu'ellc cache ou plutôt ce qu'elle révèle ! Si j'avais pu douter de l'impression que j'avais ressentie à sa lecture et que j'ai essayé d'exprimer avec le plus d'honnèteté et de franchise, ce courrier justement m'empêcherait de douter aujourd'hui. II e , t certain que nombre de ces lettres (pas toutes et pas la majorité, tant s'en faut !) font écho à un GeGrg'es Conchon qui n'est peut-être pas ie vrai, mais à un Conchon que les gens peuvent se permettre de créer : l'homme qui a écrit pour eux le livre dénonciateur de la décolonisation. Toutes ces lettres font pr'ofession de foi d'un " cartiérÏ3me II qui n 'est pas seulement économique, mais racial. Pourquoi donner de l'argent à des g'ens qui sont des « sauvages » ? C'est aussi cela le racisme. La question capitale que pose égaIement le livre, c'est de savoir si nous pouvons supporter qu'une femme blanche couche avec un noir. Cela, en effet, c'e ,t le fond du problème racial pour beaucoup. Je suis père d'une petite fille. J'essaie de me mettre dans la peau du père que je serai lor'squ'elle aura l'àge de se marier ou d'avoir un amant. Si elle me disait « Demain j'épouse un noir, ou un jaune, ou un israélite ll, je lui dirais : « C'est une affaire qui t 'est strictement personnelle. Si tu l'aimes, c'est parfait, fais ta vie avec cet homme ll. J 'e,père que je serai encore, lorsqu'elle aura 20 ans, l'homme qui dit cela aujourd'hui. C"est la pierre de touche. Beaucoup de ceux qui se disent antiracistes sont antir'acistes jusqu'à cette éventualité non comprise. Cela, c'est grave. Dans le livre de M. Conchon, le problème se trouve posé lorsque le héros (Avit) arrive à Fort-Jaeul. Lorsqu'il apprend que !la femme n ' e ,t plus avec son amant iilanc mais qu'elle est maintenant avec un ministre africain, c'està- dire avec un noir, c'est à ce momentlà qu'il dit : « Je me sens raciste, je suis raciste ll, sans aucune résistance intellectuelle. Le lecteur' peut ainsi penser qu'il y a naturellement un moment où l'antiraci.1me est irrecevable, prend fin, e'est quand une femme blanche se trouve dans les bras d'un homme noir. - Il semble que le côté inquiétant de « L'état sauvage » ait échappé à un certain nombre de critiques pourtant bien intentionnés. Comment expliquezvous cela ? Max-Pol FOUCHET. Un certain nombre de critiques ne se sont pas aperçus de ce point de vue parce qu'ils ont été emportés par le sujet du Iivr-e, pin les péripétie. parce qu'on peut être r econnaissant à quelqu'un, à l'époque où les romans ne racontent plus « d' histoire ll, d'en racontel' une. Je pense à mon ami Jean-Louis Bory par exemple qui, dans « L'EXPRESS », a écrit une note enthousiaste. Bory est parfaitement antiracbte, mais je ne comprends pas qu'il n 'ait pas éprouvé de gêne. (Suite page 14) ,Les lignes qui vont suivre ont d'autant plus de valeur, de sincérité, d'intérêt, qu'elles r elatent un entretien que j'ai eu avec Georges Conchon, dans les tous premiers jours de novembre, au Sénat, bien avant que le Goncourt s'en vienne sanetionner son der'nier ouvrage. Dès la parution de « L'état sauvag ·e » il m'avait semblé intéressant de m'entretenir avec son auteur de la portée sociale d'un livre qui, après tout, n'est publié que sous l'étiquette de « roman ». Bien avant que les spéciali,tes, suivant leurs opinions politiques ou leurs convictions personnelles, a ient tenté de s'approprier le « mesliage II de ce livre, voici les propos que m'a tenus Georges Conchon pour les leeteurs de « Droit et Liberté II GEORGES CONCHON vient de publier chez Albin Miéhel un roman particulièrement violent sur le racisme en Afrique équatoriale « l'état sauvage ». La position de rapporteur analytique au Sénat n'empêche point cet écrivain d'être un auteur « engagé» Qui fait entendre sa voix pour dire (lue la guerre est un fléau ... et c'est « Les H onne1!YS de la G1terre » (Prix Fénéon I9S6), ou que la g uerre d'Espagne fut une des pires... et ce fut « La Corrida de la Victoire » (Prix des Libraires I960). Le suj et de « l'état sauvage » dépasse. de loin, le cadre du roman : Un jeune fonctionnaire de l'U.N.E. S.C.O., que sa femme a quitté, retrouvc celle-ci, vivant avec un ministre noir du jeune gouvernement équatorial qu'il visite professionnellement. A ntiraciste de coeur et presque par profession, le héros se trouve tout d'abord devant la société blanche de FortJacul qui le guette, espérant un geste de folie qui calmera son ressentiment sauvage d'être obligée de vivre sous la loi des nègres. Ceci serait déjà un excellent sujet mais Georges Conchon, en le développant, met ce jeune homme devant une découverte également pénible : ce gouyernement noir l'expul se, car il est le gêneur - cal- il existe, a ussi, un racisme anti-blanc. Ainsi r ésumé on se rend compte de l'importance de ce livre et c'est pour m'en entretenir avec son auteur que j 'ai, il y a quelques jours, franchi les hautes portes du Sénat pour fai r e subir à Georges Conchon le supplice de la question. - Georges Conchon, votre position dans cette maison ne va-t-elle point fai re naî tre dans l'es-prit de vos lecteurs l'idée d'une sorte de caution morale pour l'ouv rage que vous venez d'achever et le présenter ainsi comme le _ reflet d'une façon de penser plus ou moins offic ielle ? ... - Absolument vas. Il n'est que la consta tation d'un état de fait qui me désespère. La cohabita tion de deux groupes ethniques différents est toujours très difficile et aboutit - pour un a ntiraciste d'essence, comme je le suis - à des résultats désespérants -à constater. J'ai conscience d'avoir écrit un livre qui me fera sans doute des amis mais, certainement aussi des ennemis. - Déjà, dans la presse spéc'ialisée, prenons par exemple « Rivarol », la critique de votre roman a Bonné un nouveau prétexte à emboucher les longues trompettes du racisme et, par le contexte même de l'article et son optique particulière, laiss'e dans l'esprit du leCteur que c'est là un roman raciste ... - Alors Que c'est tout le contraire. Il pose, ent r.e autres l'un des problèmes qui peuvent intéresser le plus le public aujourd'hui

je ne suis pas raciste mais ...

je ne venais pas d'un bon oeil que ma fi lle épouse un noir. - Autre question votre roman " a-t-il

pourquoi dans

si peu de noir.o « adultes », si je peux dire - C'est que dans cette partie de l'Afrique, que je connais, la puissance colonisatrice a maintenu les gens de ce pays dans un état intellectuel effrayant, C'est ce que ie dis dans le roman : « Je vous donne trois bacheliers, faites-moi une république » ... Peinture du racisme chez les blancS' qui s'obstinent à demeurer là-bas et qui ont la nostalgie de la colonisation ; t émoignage sur un certain racisme noir vis-à-vis clu blanc, dont la présence dans des conditions assez exceptionnelles, va cristalli ser la violence, l'état sauvage se retrouve clans les deux communautés ... - Quelles solutions préconisez-vous pour tenter d'aboli r les exactions commises au nom du racisme ? - Je vais vous faire une réponse ambiguë. Dans le cas particulier dont Georges CONCHON nous parlons' il faudrait que les noirs cessent de considérer l'Europe comme le :nodèle cie tout et d'imiter les colonisateurs, et replongent clans Je fond national noir pour y puiser leurs valeurs. Cette civilisation européenne telle que nous la subissons ici, n'est pas faite pour eux, pour leurs coûtumes. - Nous reposons donc le clouble problème des jeunes Républiq ues noires, celui de la survie. qui est un problème de fraternité entre les nations', et celui de mise en place cles in stitutions qu i leur est propre. Ecrit dans un style personnel, plein cI'imaO'es et de dialogues percutants, « l'état sa'uvage » qui est au ssi une très belle histoire d'amour, connaîtra, peut-être à cause de cela, un succès qui clénassera de loin celui que 1'011 réserve a ux liv res sur le racisme. Expression d'une indéniable hostilité à tout racisme. quel qu'il soit, ce roman suscitera pourtant, en raison de sa forme et de sa conception même, cles débats passionnés - et fructueux - parmi les antiracistes. c'est CI.ÜPu , EN VENTE dans toutes les bonnel Maisons de Literie et d'Ameublement et les grands Magasinl. i


14

Après le vote du (joncile ( Suite de la ) page centrale L'Abbé PIERRE.· Mme Suzanne COLLETTE-KAHN « Un acte de vérité Vice-Présidente de la Ligue Française et Secrétaire générale de la Fédération internationale des Droits de l'Homme et de courage » «. Il reste beaucoup à faire » LE 20 novembre dernier, le Concile oecuménique réuni à Rome a enfin voté le texte deDuis 10ngtemDs attendu Qui définit la position de l'Eglise catholique vis-à-vis des religions non chrétiennes. Que dit ce texte ? FAUT-IL, pour désig-ner ce texte, Qui n'a pas fini de soulever des réactions passionnées, oarler de Déclaration du Concile « sur les problèmes juifs? » .. Il déclare tout d'abord que l'Eglise Catholique « ne rejette rien de ce qui est vrai dans la religion bouddhiste J) qu'elle considère avec respect les musulmans « qui adorent le Dieu vivant, tout puissant créateur du ciel et de la terre J) - et qui, s'ils ne reconnaissent pas J ésus, « se réfèrent souvent au prophète Abraham et vénèrent Marie, en sa qualité de mère du prophète J ésus ». Ne serait-il pas beaucoup plus profon- normale, de toutes les sortes de Vtcttmes dément exact de parler de déclaration de ce que l'on peut appeler « le pêché (humblement faite, car elle comporte la des racismes prétendus religieux ? J) reconnaissance des péchés des chrétiens Il faut des déclarations de vérité_ comme des autres humains) sur l'univer- Et puis des actes de vérité. salité de la fraternité humaine et l 'uni- Travaillons maintenant ensemble à versalité de l'égarement humain, et l 'uni- ceux-ci. versalité de la vocation humaine à la sanctification rendue surnaturellement possible par la valeur du sacrifice volontairement offert de Jésus, fils de Marie, Incarnation du Verbe de l'Eternel, Unique Perfection et Plénitude d'Amour ? ,Ce texte veut replacer les réalités religieuses, de ce que l'on appelle, au long des siècles, les problèmes juifs, à leur' place à l'intérieur du . drame humain total. Tout texte est incomplet et imparfait. Tout texte peut être sollicité par les passions. Tel qu'il est, celui-ci est à la fois un acte de Vérité et de Courage_ Courage, non seulement de se recon· naitre soi aussi, pécheur parmi tous les autre;, mais courage également, en témoignant pour le maximum possible de vérité, de consentir au risque de fâcher d'autres frères pourtant autant aimés. Lorsque l'on a commencé d'oser un pas de plus vers la vérité et le courage, quasi nécessairement l'on s'est exposé à des coups nouveaux, et la vérité insatiable appelle à d'autres pas encore. Espérons, tous, et unissons nos sincérités et nos prières pour que, d'une part, sous les coups nous gardiOns la sérénité qui témoigne de la joie de la vérité, et pour que, d'autre part, face aux exigences de cette vérité, nous continuions d'ouvrir nos yeux, notre intelligence et notre amour, pour comprendre et vouloir les actes à venir, à accomplir. Le plus prochain de ces actes nécessaires ne sera-t-il pas, pour les croyants de toute race, de se reconnaître le ~evoir de prendre constamment, en esprtt de réparation poUir l'humanité entière, .la charge, au-delà des politiques de nattonalités, de la remise en condition de vie Albert GRANT Le Rabbin André ZAOUI . « Un tournant lumineux » COMME l'aurait fait Jules Isaac, s'il avait vécu, nous nous félicitons de la Déclaration courageuse d~ Vatican II sur.le~ juifs e~ no?s espérons !Iu'elle sera définitivement adoptee d'ms I~ .Co~StltutlOn de 1 Eghse. C~tt~ I?eclaration marque un tournant lumineux dans l, hIstOIre ?es r~pport~ du chnstJan~sme e~ général avec les juifs. Elle pourra creer le necessalre chmat de confIance a l'intérieur du monde des croyants de l'Occident, et dans ce cas, servir d'exemple à toute l'humanité pour le rapprochement et l'amitié entre toutes les religions de l'Occident comme de l'Orient. C'est aussi un exemple pour nous, Juifs, Qui avons besoin de mettre en pratique la maxime de Billel : « Aime la paix, poursuis la paix, aime les créatures et rapproche-les de la Loi divine» (Avoth l, 12). Nous espérons enfin Que lors d'un prochain Concile, la réforme profonde de la théologie, déjà amorcée, am~n~ra les Père~ conc!liaires à un aut;e a~te de courage : reconnaître Q~e les JUIfs sont deP?I~ touJ~urs le peup~e d IS,rael.. En effet, ce Qui est anachronlOue est non p~s les Hl1fs, n;als la, c0!1ceptlOn the?loglQue qui ne semble pas encore les reconnaltre comme etant 1 U1l1Que et vraI peuple vivant d'Israël, des temps bibliques à nos iours.· Peuple des Prophètes, auquel d'ailleurs peuvent se joindre d'autres nations Qui formeront ensemble dans les temps messianiques. le Peuple de Dieu (Isaïe II, 2-4 ; Michée IV, 1-3 ; Zacharie II, IS, VIII, 2S.) M. Olivier

  • Suite de la page centrale.

« théâtre d'humanité » - comme le condensé de la condition humaine, de ma propre condition dirait un chrétien conscient. Ainsi aurait été rendue impossible la réaction des chrétiens - orthodoxes, catholiques ou monophysites - Qui vivent dans les pays arabes. Pour souligner le caractère limité de cette réaction, je voudrais rappeler Que presque toutes les Eg-lises nrthodoxes ont ratifié, à la troisième Assemblée du Conseil OEcuménique des Eglises, réunie CLEMENT en 1962 à la Nouvelle-Delhi, une déclaration dont voici l'essentiel : « L'Assemblée exhorte ses Eglises membres à résister de toutes leurs forces à toute forme d'antisémitisme. Dans l'enseignement religieux chrétien, les événements historiques Qui ont conduit à la Crucifixion ne devraient pas être présentés de manière à faire assumer aux juifs d'aujourd'hui des responsabilités Qui incombent à notre humanité tout entière et non à une seule race ou communauté. Des juifs ont été les premiers à accepter Jésus, et des iuifs ne sont pas les seuls à ne Das le reconnaître encore. » Secrétaire général de l'Union des Sociétés Mutualistes Juives de France : « Une ère nouvelle » Ces textes convergents me paraissent extirper les racines (pseuclo-) chrétiennes cie l'antisémitisme. L'assassinat - par chacun de nous, et d'abord par moi - du Dieu fait homme par amour, l'assassinat Quotidien de l'amour est une révélation si écrasante Que la chrétienté historique n'a pu la porter. Elle a cherché alors un bouc-émissaire et fait subir aux juifs - au moment où elle s'enlisait partiellement dans les tentations de la puissance - le destin même de « l'homme cie douleurs ». Ainsi, comme l'écrivait Berdiaev, « les chrétien~ se sont interposés entre le Christ et les juifs, dissimulant à ceux-ci l'ima- IL est indéniable Qu'à la suite du récent vote de la session du Concile OEcuménique, une voie nouvelle est en train de s'ouvrir dans les relations entre les peuples à travers la trouée effectuée dans le mur séculaire des attitudes hostiles du catholIcisme envers les juifs. faveur de l'amitié envers les juifs et contre la haine antij uive, et Que les catéchismes enseignent l'ég-alité entre chrétiens et juifs au lieu du mépris d'antan. Alors, on peut espérer Qu'une ère nouvelle apparaîtra dans le moncle où l'excitation d'un peuple contre un autre, préparant les guerres, pourra céder la place à la reconnaissance de l'égalité Qui perpétuera la Daix. ge authentique du Sauveur ». La pénitence nécessaire des chrétiens, leur souffrance enfin commune avec celle cles juifs dans certains pays de l'Est prouvent Que nous sommes entrés dans une nouvelle époque de l'histoire spirituelle des hommes, où « la lueur du four crématoire d'Auschwitz... se confond avec une autre lueur, celle de 1 la Croix » (J. Isaac). Faisant allusion aux « dissentions et inimitiés » - (les croisades du MoyenAge par exemple ?) - qui se sont manifestées au cours des siècles entre chrétiens et musulmans, le Concile exhorte les uns et les autres à oublier le passé, à s'efforcer de se comprendre mutuellement, afin de « faire progresser ensemble, pour tous les hommes, la justice sociale, les biens moraux, et aussi la paix et la liberté ». Puis vient, dans le texte, la déclaration concernant les juifs : déclaration attendue avec une curiosité particulière en raiSOn des atrocités commises contre eux par l'hitlérisme ; vis à vis desquelles la plus haute autorité de l'Eglise Catholique d'alors, le Pape Pie XII, a gardé un silence pour le moins étrange ...

  • Que l'on soit chrétien ou non chrétien,

croyant ou incroyant, ce texte du Concile amène le lecteur à faire quelques réflexions, et ne va pas sans provoquer chez lui quelques réactions ... La première qui lui vienne à l'esprit est celle-ci : « Mieux vaut tard que jamais! » A-t-il, en effet, fallu près de 2000 ans à l'Eglise catholique pour découvrir les liens historiques existant entre la religion juive et la religion chrétienne ? Lui a-t-il fallu tant de siècles pour se rendre compte qu'il était monstrueusement injuste d'accuser tous les adeptes de la religion juive qui se sont succèdé à travers les âges, de la mort présumée du Christ ? Et si, comme on veut le croire - les dignitaires de l'Eglise catholique ont depuis fort longtemps reconnu l'existence de ces liens historiques et la monstruosité de cette injustice : qu'ont-ils fait pour que les fidèles en prennent également conscience ? - Qu'ont-ils fait, a'1 C'lurs des siècles, pour empêcher et condamner les persécutions de tous genres que les juifs ont subies dans le passé : un passé qui hélas s'est prolongé jusqu'à nos jours, et que l'Eglise préfère visiblement oublier ? .. Certes on ne peut que se féliciter de ses bonnes intentions présentes, on ne peut toutefois se défendre d'une certaine inquiétude en constatant que ce texte prudent et modéré - n'a pas réuni l'unanimité du Concile, qu'il a été voté par 1657 voix contre 99 et 242 réserves, que le vote n'est que provisoire et ne deviendra définitif que l'an prochain, après un nouvel examen du Concile. Et même l'on demeure confondu en apprenant que le vote de ce texte a suscité de vives réactions hostiles parmi les Chrétiens du Moyen-Orient (sans parler de l'hostilité ouverte des Arabes obéissant à des mobiles purement politiques). On en conclut que l'Eglise a encore beaucoup à faire pour imprégner certains de ses fidèles du véritable esprit chrétien. VIENT DE PARAITRE : Jean BOULIER, ancien professeur à la Faculté libre de Droit de Paris : « lE CONCilE VATICAN Il - UNE EXPLICATION ». Une étude ronéotypée de 56 pages Simple interligne, tirage limité. Prix: 9 Frs franco. C.C.P. les Editions du Monde Réel, Paris n° 10.865.02 (ou chèque bancaire) , 15, rue Montmartre, Paris-1 ". En effet, l'encouragement de Vatican II à une estime mutuelle entre chrétiens et juifs, pour remplacer la réprobation rui avait cours naguère envers ces derniers, traités de « race maudite » qui aurait été « déïcide », est en mesure de bouleverser à l'avenir les comportements néfastes du passé, illustrés par l'Inquisition. Nous ne saurions oublier aue, sur cette base religieuse s'est greffé l'antisémitisme politique, Qui a abouti au p'énocicle nazi. Un entretien avec Max-Pol FOUCHET Déciclément, les six millions cie VICtimes juives innocentes pesaient lourdement dans l'examen de conscience conciliaire. Si, dorénavant, les recommandations du 20 novembre dernier de la plus haute autorité catholique entrent dans la pratique Quotidienne de l'Eglise, on pourra dire Que l"antisémitisme perdra son soutien populaire, ce Qui est décisif pour l'avenir. Il est à vrévoir. dans la nouvelle conjoncture, Que des orêches soient 111"OnOncés du haut des chaires des Eglises en

  • Suite de la pogge 13.

Heureusement, d'autres critiques, sur· tout M. Georges Balandier, ont fait le point. Georges Balandier a été très sé· vère lorsqu'il a dit qu'on se trouvait devant un « Ubu africaniste ». Juge. ment presque sans appel si l'on songe que M. Balandier e,t l'un des meilleurs africanistes, lui. On n 'écrit pas un livre à la légère sur les jeunes Etats d'Afriqué au moment où ils tentent de se donner une ligne politique, de se constituer en . Etat, parce qu'il faut attendre que ces gens aient appris ce que nous, nous ne leur avons pa', appris (et qu'il faudrait parfois nous a.pprendre !) Si le Congo a été le théâtre des scènes de violence et de massacres que nous savons, c'est parce que la puissance de tutelle de la Belgique a refusé, pendant tout son mandat, une promotion humaine aux populations congolaise ,. Si, aujourd'hui se récolte la. tempête, il faut nous en prendre à nous-mêmes. C'est un peu plus vrai, un peu plus utile, que de montrer une égalité de sottise entre des colonialistes qui ne veulent pas cesser d'être colonialistes et de, noirs qui ont pris tous les défauts des blancs . A la télévision, je n'ai pas « attaqué» M. Conchon et son livre. J'ai tenté de faire un examen de critique et de citoyen. Le critique littéraire avait le droit d'exprimer par la parole ce qu'il pensait de la valeur littéraire de cet ouvrage, et le citoyen avait le droit d'exprimer son inquiétude publiquement. Que ce s)it par la pal·ole ou par l'écrit, c'est là le devoir le plus élémentaire d'un criti.que. Il n'y a, de ce point de vue, nulle différence entre une critique écrite et une critique parlée. Quant à la puissance de diffusion de la T.V., elle ne pouvait rivaliser en l'oceurence avec celle de la presse qui, dans sa quasi totalité, entretenait ·,es lecteurs du Prix Goncourt 1964, lui assurant ainsi une audience incomparable. unE IIYIPORTAnTE REunion ou conSEil nATionAL DU mIR.A.p. LA lutte pour empêcher la prescription des crimes nazis fu~, tout au long de la journée, au centre des travaux du Conseil National du M.R.A.P., lors de sa réunion du dimanche 13 dé· cembre dans la grande salle de la Ligue de l'Enseignement, il Paris. Après l'exposé de Mc Jean Schapira" un débat prolongé a eu L/ année Lincoln

  • Suite de la page centrale.

de réprouvées dan~ leurs ghettos errants, frères antillais, dont quelles que soient nos conceptions politiques sur leur futur sta· tut, la situation sociale et morale, encore indigne d'eux et de la métropole, nous concerne personnellement, le M.R.A.P. a été créé pour vous défendre, pour vous aimer, dans votre intérêt comme dans l'intérêt et l'honneur de la France. CE bref rappel de la réalité qui nous étreint en 1965 serait incomplet si l'on n'évoquait en terminant la menace d'une prescription accordée en Allemagne aux criminels nazis pour le vingtième anniversaire de la fin des hostilités. C'est une des tâches urgentes du M.R.A.P. que de soulever l'opinion avec l'appui de toutes les organisations de la Résis· tance contre une mesure qui serait une offense aux morts, un défi aux survivants. Nul doute qu'au sein de l'Allemagne fédérale elle·même, de nombreux honnêtes gens mesurent l'immoralité d'un tel projet. L'attitude du gouvernement de Bonn à l'égard des ' anciens nazis serait un des plus sûrs moyens d'apprécier sa loyauté. Tolèrera·t·on que les pires criminels puissent repren· dre leurs activités sans crainte, sinon sans remords, récupèrent leurs biens, leur influence, afin de pouvoir, le moment venu, renouveler leurs forfaits? _ Un mot d'ordre s'impose'à tous ceux qui ne veulent pas revoir ,de nouveaux Aaschiwtz : Pas de prescription pour les crimes nazis ! 1965 EST placée pour nous sous le signe du grand Président Abraham Lincoln, assassiné il y a cent ans, parce qu'il avait défendu l'égalité des noirs et sous le signe de la victoire précédée par la libération des camps de la mort. L'année nouvelle doit permettre au M.R.A.P., qui a obtenu en 1964 des résultats si encourageants, d'étendre son action en pro· londeur, d'y associer plus intimement ses militants et son Con· seil National, qui est leur émanation directe à cette action. Le M.R.A.P. doit utiliser de la manière la plus moderne, la .dont il peut être appelé à disposer : la presse, le film, le livre, plus efficace, les moyens d'informations dont il dispose et ceux le colloque ou la conférence·débat, la radio, la télévision. Grande tâche à laquelle en toute confiance nous convions la jeunesse. Tâche qui est à l'échelle de notre temps, à l'échelle de sa volonté libératrice. Cet article, qui devait être, lorsque j'en écrivais les premiè· 'res lignes, une simple carte de voeux affectueux de bonheur personnel et familial, s'étendant à notre Mouvement tout entier, est aussi l'affirmation de cette volonté. Pierre PARAF. lieu, marqué par les interventions de Mo. Yves JOuffa, H. G. Philip, Sarotte et Imerglik, ainsi que Mme G. Ascoli, M. Aelion, Mme Dudicq (au nom de la délégation belge), René Guyard, Henri Citl'inot. Sur la base de cette discussion, une commission a mis au point la résolution ç ..te nous reproduisons ci-contre, adoptée à l'unanimité, et qu'il a été décidé de faire parvenir au gouvernement français, et aux élus: députés, sénateurs, conseillers généraux, conseillers municipaux. Les comités du M.R.A.P. et l'ensemble de nos amis sont invités à soumettre ce texte aux candidats, lors de la prochaine campagne électorale, en leur demandant de faire connaître leur position. Des démarches seront aussi faites directement auprès des autorités de Bonn, et des initiatives prises, sur le plan national et local, en vue de coordonner les efforts de tous ceux qui s'opposent à la prescription.

  • Après Pierre Paraf, qui présidait la séance du matin, c'est Mme

Gebelin, secrétaire du comité du Gard, qui assura la direction etes débats. Le rapport d'Albert Lévy sur la préparation de la prochaine Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, fut suivi des interventions de M' Georges Sarotte, Albert Gradztein (Club Amitié), Emmanuel N'Gassa, Jacques LedeTman, le professeur Marc-André Bloch, Mmes Ascoli, Andrée Wins (Lille), ,Jacqueline Marchand, Marie-Magdeleine Carbet, Aelion, Léon Griner (Belgique), Henri Krziwkosky, M. Dudicq (Belgique), M' Catherine Ammar, Charles Ovezarek, Guy Perrin. La Journée Nationale de 1965 sera placée sous le double signe du centenaire de l'assassinat de Lincoln 05 avril) et du 20' anniversaire de la fin de la guerre (8 mai) . Le débat a surtout porté sur les moyens propres à faire participer activement à ses travaux le plus grand nombre d'antiracistes. A cet effet, seront créées des commissions dont certaines prolongeront et élargiront l'activité de celles qui fonctionnent dès maintenant au M.R.A.P. : commission culturelle, commission juridique, comité d'action Gontre la prescription, commission des enseignants et éducateurs, comité -d'organisation (comité de la région pariSienne et départementaux), comité de gestion. Sont proposées également des commissions traitant de divers problèmes particulieTs : lutte contre l'apartheid en Afrique du Sud, Moyen-Orient, racisme anti-algérier. en France, racisme à l'égard des peuples africains, défense des gitans. D'ORES ET DEJA TOUS LES AMIS DU M.R.A.P. ET LECTEURS DE « DROIT ET LIBERTE " SONT INVITES A S'INSCRIRE, SELON LEUR COMPETENCE OU LEUR GOUT, DANS CES DIFFERENTES COMMISSIONS, QUI DOIVENT COMMENCER A FONCTIONNER AUSSITOT QUE POSSIBLE, AVANT LA JOURNEE NATIONALE.

  • Dernier débat, ouvert par un exposé de Louise Kanar : comment

améliorer la propagande du M.R.A.P. ? Interventions de Joseph Creitz, Albert Gradztein, Denise Decourdemanche_ Tous les moyens à notre disposition ont évé abordés: presse, expositions, livres, conférences, radio et télévision, cinéma, théâtre. Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P., tira successivement, les conclusions de chacun des débats. A l'issue de la journée, le président Pierre Paraf remercia cl:laleureusement les participants pour leur travail sérieux et prometteur. -- _. .. ------------------------------------~

DIX sur DISQUE

lA GRANDE 's NUIT UR un lit de clinique, quelque part en Suisse, une jeune fem· me vient de prendre une nouvelle conscience de l'Amitié et du Souvenir. Cette jeune femme c'est Mich~line Maure!. Micheline Maurel, matricule 22.410 du vingt-deux millième convoi qui, en août 1943, quitta le fort de Romainville pour le camp de Ravensbrück. Vou avez, nous avons presque tous, lu son remarquable livre de souvenir : « Un camp très ordinaire » ... PrIX des critiques 1957. Ce témoignage indiscutable a inspiré à F rançois Mauriac, dans sa préface, ces lignes prémoni toi res : « ... Au coeur de sa misère, Micheline

Maurel n'avait pas perdu l'espérance ...

Peut-être aujourd'hui a-t-elle plus de peine à ne pas perdre coeur. » Et voici que, vingt années après, les « Futurs souvenirs » qu'elle écrivit à Ravensbrück, par l'extraordinaire pouvoir que donne la fo i et la persévérance, sont devenus, grâce a Jany Sylvaire (qui fut sa compagne à Neubrandenbourg) le plus l-emarquable témoignage de ces heures, dans ce qu'il a de plus impérissable : le microsillon. COMPAGNES de camp, reprises chacune par leur activité après guerre, elles n'oublient point. Quand Jany Sylvaire eut l'occasion à la radio de dire quelques-uns des poèmes de son amie, déjà Derçait l'idée de les réunir, de lancer l'écho de ces témoignages dans un monde à l'oubli faci le ... Car sur les 150.000 femmes, dont JO.ooo Françaises qui passèrent par Ravensbrück, 92_000 y moururent. Etai tce trop Deu pour qu'on s'en souvienne? Vingt ans après, voici que sort chez Barclay un superbe album-disque : « Lil grande nuit ». Jany Sylvaire et Renée Galharet y ont apporté tout leur talent, toute leur émotion, servie en cela par un technicien remarquable : Pierre Rosenwald, qui a su créer cette présence, cette authenticité complice qu'est une prise de son tellement nuancée nu'elle sait faire oublier ses prouesses techniques. Et ces vers, qui ne furent au début qu'un prétexte à refuser l'abattement moral - cette paralysie de l'esprit qui suit les grandes faiblesses - ces' poèmes de celle qui était, là-bas, comllle l'écrivain public d'un groupe de femmes engourdies par les privations et les tortUl- es, revivent pour nous, POUl- toutes les générations à venir. pour une certaine jeunesse ;\ussi (lui tremble aux risClues que court un Joss Randall de feu 'l1eton télévisé et que les parents, souvent, oublient d'éduquer sur ceux qu'encoururent les' victimes de La Grande NHit. Illustrés Dar Jean-Claude Trambouze, dits par Silvia Monfort, Emmanuel Riva, Catherine Sellers et Jany Sylvaire, ces textes, dans l'éclai rage musical d'une paltition de Joseph Kosma, dirigée par Serge Baudo, nous restituent l'état d'esprit des déportées, sans outrance, comme « à vif », « La Grande Nuit » pourrait n'être qu'un di s'oue parfait à tous égards, choix du texte et présentation; ce sera, j'en suis persuadé, un témoignage inoubl iable, un gage mémorable d'une grande fra ternité que le temps ne pourra détruire. Merci, Micheline Maure!. Bernard SANNIER-SALABERT. (Le di sque « La Grande Nuit », vendu au prix cie 27 F, peut être C0111- mandé au M.R.A.P., w, rue des JeüIle~ rs, 'paris. (2'). Ajouter 2 F .so pour frais d envOl, c.c.P. 60-70-98 Pari s.) 15 Pas de prescription pour les crimes nazis! L e Conseil National du Mou. vement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (MRAP), réuni à Paris le 13 décembre 1964,

ouligne l'extrême gravité de la

décision prise par les autorités ouest-allemandes de déclarer acquise, le 8 mai prochain, la pres· cription des poursuites contre les crimes perpétrés par les nazis de 1933 à 1945. Car le nazisme n'est pas mort. Vingt ans aprè3 la capitulation du 3' Reich, des organisations na· tionales et internationales se réclamcnt et s'inspirent toujours de l'idéologie raciste hitlérienne. Il serait intolérable de permettre à des milliers de criminels, en les soustrayant légalement à toute poursuite, de rejoindre ouvertement ces organilations et de les renforcer, en hommes et en moyens financiers. La prescription, si elle devenait une réalité, serait un défi, non seulement aux accords interalliés, mais encore au droit pénal international tel que l'ont défini les Nations Unies en 1946, 1947 et 1948. Elle mettrait à néant l'un des résultats essentiels de la vic· toire de, peuples sur le nazisme: la recherche et le châtiment des criminels hitlériens. Les règles or. dinaires sont inapplicables à des crimes dont l'ampleur est sans préCédent dans l'histoire et qui ne sont pas prescriptibles. Le Conseil National invite tou, les antiracistes sans distinction, les anciens internés et déportés, les anciens résistants, les anciens combattants, toutes le., victimes du nazisme, à s'unir et à coor· donner leurs actions pour empê. cher la situation scandaleuse qui se prépare. Il appelle les comités et les militants du M.R.A.P. à redoubler d'efforts pour faire mieux con. naïtre à l'opinion publique les dangers de la prescription et mul. tiplier le:; démarches auprès des autorités compétentes. Il demande à tous les élus et au gouvernement français d'in· tervenir fermement auprès du gou· vernement de la R.F.A. et de r.appeler celui·ci au respect du droit international inscrit dans sa propre Constitution. L'année du 20- anniversaire de la libération des camps, où des millions d'ëtres humains furent exterminés, ne peut être celle de la preJcription des crimes nazis. ~ IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII111111111111UI'ê

LA VIE DU

M. R. A. P.


~""IIIIIIII"I"II""""IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIflll"~ • Le président PIERRE PARAF signera son livre « Le racisme doens le monde », le 19 décembre à Bruxelles (Librairie du M onde Entier), le 15 janvier à Paris, dans le 16' (1, rue Mesni l) , le 23 janvier dans le S' (à la Librairie, 73, boulevard SaintMichel, dans le cadre du Mois du livre antiraciste organisé par le Comité Etudiant du M .R.A.P.). Il fera une conférence le 27 ja'nvier, aW Club Amitié. • Le professeur MARC - ANDRE BLOCH, membre du Conseil National du M .R.A.P. a présenté, le film « Samson » au cinéma A.B.C., à Caen, le 17 novembre. • Des conférences ont été faites devant des groupes de jeunes par ROGER MARIA, à Rueil-Malmaison, le 4 décem· bre, et ALBERT LEVY, à Saint-Maur, le 12 décembre. • CHARLES PALANT, secrétaire gé. néral du M .R .A.P., a pris récemment la parole devoent deux sociétés mutualistes juives .' les Amis de Przytyck et Secours aux Amis. • Le film « Le procès de Julie Richards » (one potato, two potato) sera présenté à Strasbourg, le 19 janvier, aUi cinéma A.B.C., au cours d'un gala patro· né par le M.R.A.P. • Le comité du M.R.A.P. de Champigny (Seine) organise un vin d'honneur pour la remise d~s cartes, le dimanche 10 janvier, à 11 heures, à la mairie, ea présence de CHARLES PALANT. • Une conférence sur le racisme et l'antisémitisme sera faite par JEAN SCHAPIRA, le 12 j anvier, au Lycée de Sain t-Germain-en-Laye. juif sans l'être - « Organiser la culture » tel était le mot d'ordre de Maïakovski, repris maintenant par Gabriel Garrand, le brillant directeur du Théâtre de la commune d'Aubervilliers, premier théâtre dont la troupe est permanente, ce qui lui confère dès le départ un certain caractère d'originalité. L 'inauguration du nouveau t h éatr~ d 'Aubervilliers aura lieu le 24 janvier en matinée avec la première d' « Andorra » de Max Frisch ; cette représentation a ura lieu sous le patronage du M.R.A.P . Pourquoi le M.R.A.P . prend-il tant d 'intér êt à la r éalisation de cette pièce ? On le comprendra a ux r éponses que Gabriel Garrand, malgré ses multiples Gabriel Garrand, directeur du Théâtre de la. Commune d' Aubervilliers et metteur en (;cène d' « Andorra » activités a bien voulu faire aux quest ions que n ou s lui avons posées. Naissance d'un théâtre Une pièce cla'Ïre, ch aude, sympathique, des murs color és , des affiches, des photos, plusieurs tables en combrées de textes, de projets, de maquettes, des livres partout ; une atmosphère de travail et de camaraderie : c'est, dans une vieille maison de la rue Saint-Mart in . la « retraite » de Gabriel Garrand. - Gabriel Ga-rr and, avec le théâtre de la Commune d'Auber villier s, c' est u ne expérience tout à fait nouvelle que vous tentez là ? Pourquoi avoir choisi 1 DIMANCHE 24 JANVIER à 15 heures Grande première de ANDORRA sous le patronage du M. R. A. P. au Théâtre de la Commune à Aubervilliers (1) Places à 9 F 00 et 15 F 00 Location au M.R.A.P. 30, rue des Jeûneurs PARIS (II') (GUT. 09·57) C.C.P. 18·825·85 Paris (1) Parking assuré. Autobus 65 partant de la gare d'Austerlitz ft ftn ft ft ft e" Auber villiers, juste aux portes de Paris ? - C'est le résultat des réflexions communes à beaucoup d'entre nous, ani· mateurs théâtraux qui nous insurg-eons contre une conception traditionnelle et classique qui met le théâtre à la dis· pO.,ition d' une élite seulement. En 1960, 30 à 40.000 personnes, toue jours les mêmes, ont fréquenté les théâ· tres parisiens ; une certaine décentra· lisation en Province a permis de tou· cher de nouvelles couches encore res· treintes di! la population. En dehors de cela, c'est le no mans' land, un vide culturel. J'étais obsédé par ce pro.blème, lors· que je devins, il y a quatre ans, l'ani· mateur d'une jeune équipe comprenant environ soixantp. personnes. Nous nous sommes installés à Aubervilliers avec le désir de nous implanter auprès d'une municipalité ouvrière et dans un lieu où jamais il n 'avait été question de théâtre. C'est ainsi qu'est né, tout d'abord, le Festi.val annuel d'Aubervilliers. - Et maintenant, vous allez franchir une autre étape ... - En effet, pendant que nous faisions ce travail de sensibilisation du public, des subventions étaient accordées par la commllne pour la construction d'un théâ· tre ultra·moderne à Aubervilliers. 'Conçu par l'architecte René Allio, le décorateur de Planchon, qui a travaillé avec Laurence Olivier et qui e.,t maintenant au Théâtre de Fra:nce, ce nouveau bâtiment nous permettra de nous installer de façon permanente. Des individus et un problème - Donc le 24 janvier, vous inaugurez officiellemen t le théâtre avec la pre· mière d 'une pièce de Max Frisch « An· dorra ». Voulez-vous n ous dire qui est Max FriSCh ? et pourquoi avoir choisi Andorra ? - II sc trouve qu'a l'heure actuelle, les deux auteurs les plus célèbres du théâtre de langue allemande sont deux Suisses ; Durenmatt ·et Max Frisch. Max Frisch est pratiquemcnt inconnu en Franee sauf par un montag-e « Bider· mann et les Incendiaires », réalisé pal' Jean.Marie Serraut au théâtre Lutèce, il y a environ quatre ans. Max Frisch est né vers 1911. Il a d'abord été journaliste mais surtout un architecte de très g-rande renommée. Son oeuvre dra· matique a attiré l'attention des criti· ques ; elle s'étoffe d'année en année et ':e rattache, je crois, à tout un courant du théâtre contemporain, malheureuse. ment trop négligé par les auteurs fran· çais. « Pourquoi notre choix? Je considère « Andorra » comme étant tout d'abord du théâtr'e contemporain dans la mesure où celui-ci doit être profondément enga· gé pal' ses thèmes, son lang-age, ses préoccupations, dans notre époque. Le Théâtre de la Commune d'Aubervilliers a comme ambition première d'org-aniser un cycle de créations contemporaines et de ne pas, constamment, se réfugier dans le passé. A travers les pièces que nous avons montées jusqu'ici, nous avons eu un souci ; essayer de rendre compte d'une chronique collective des hommes, c'est· à·dire de montrer constamment les homo mes en train de faire leur histoire. {( Pas comme les a'utres » ••• - pouvez·vous, sans la défiorer, car je sais que le dénouement est inattendu, nous brosser: les grandes lignes de la pièce ? - « Andorra » est un pays imagi. naire qui se prend pour le berceau de la justice et de la liberté. Dans ce petit Etat, vit Andri, le héros de la pièce, un jeune garçon âgé de vingt ans dont l'ambition est de devenir menuisier et d'épouser Earbeline, la fille de l'insU· ·tuteur·, .3on père adoptif. Andri passe pour être un enfant juif recueilli par le maître d'école lors d'un voyage au pays voisin où les « Casaques Noires » se livraient à de sang-lants pogromes, Le racisme latent, larvé, des habitants d'Andorra se cristallise sur Andri lors· Que la: menace d'une invasion de, « Ca· saques Noires » se précise et on voit alors la per·sonna.lité d'Andri qui ne voulait être qu'un garçon comme les autres, se transformer. s'altérer et fina. lement se façonner à l'image que les tout en Andorriens lui imposent. Andri se défend mais finira par accepter sa con· dition !W juif et le., attributs tradition· n els qu'on y rattache ... Mais, coup de théâtre; la venue d'une dame étrang-ère nous révèle la vérité ; Andri, l'enfant juif, recueilli par pitié .. . - N'en dites pas plus : cette révélation démontre, d ' une f açon très originale, le caractère absurde et artificiel de l'a ttitude des Andor riens à l'égard ct-' Andri. - J'ajouterai seulement qu'Andri s'identifie, à la. fin de la pièce, à tous les juifs, à tous les persécutés ct mour'ra pOUl' avoir voulu a"sumer jusqu'au bout le destin irréversible qU'on lui a fabri· qUé de toutes pièccs. Le symbolisme caricatural de la piècc trouvc son apog-ée dans une dcs dernières scèncs, doulou· reuse, atroce, par ses références aux mascarades nazies. - Ne croyez-vous pas que Max Frisch a; dépassé le problème de l' a ntisémitisme pour aborder celui du ch auvinisme outra.ncier, du nationalisme réa ctionna ire, de la responsa bilité,. de la r elativité de la liberté ? _ Il faut voir dans « Andorra » une l'étant dramatiséc â l'extrême ; au contraire, clic a la simplicité des hi , toires les plus belles, les plus. évidentes, mais ce sont les prolong-cmcnts dans le public qni sont à considérer. C'est une des oeuvres les plus importantes de notre époque. Elle e jt actuellement en train de faire le tour du monde. En :\I1e· magne, il y a eu comme 1.500 à 1.800 représentations en 57 villes différentes ; en I sraël, en Scandinavie, dans les dé· mocraties populaircs, elle a un succès énorme. Elle va êtl'e créée à Londres d'ici peu ainsi qu'en Amérique du Sud. l'al' contrc, elle n 'a tenu que cinq jours à Broadway ; il est vrai qu' Arturo V i n 'a pu y être joué que huit JOUI·S. Kous. allons donc en faire la créa tion fran· çaise. - Je pense qu'on peut y voir une leçon pour le présent et un avert isse· ment pour l'avenir. - Je vous l'épondr'ai en citant simplement Max Frisch. Voici ce qu'il écrivait dans le programme de la pièce lors de sa création en Allemag-ne en 1961. « L'image que l'aryen sc fait du juif, le blane du noh', le Français de l'Alg-é· rien. le Suissc de l'ouvrier italien. toute Uenis Manuel (André), Pierre Meyrall d (le menuisier) et Pierre Vielherscaze (l'apprenti) au cours d'une répétition. « Deven ir menuisier, ce n 'est pas si Simple, quand on n 'a pas ça da·ns le sang, et d'où est-cè que tu aurais ça dans le sang? » (Photo Elie K agan.) piêce à plusieurs niveaux il y a. d'abord le problèmc du juif, ma is il ne s'agit pas seulement de cela. En fait , H y a des problèmes de r elation entre h ommes qui cristalli.,ent sur un juif ce qu'ils sont eux·mêmes. Le cupide traite le juif de cupide. Le grossier, le lubri· que expriment leuI's tares à propos du juif ; il en est de même pour l'ambitieux qui a ttribue ses échecs aux juifs. Nous sommes dans un sy"tème drama· turgique extraordinaire nous a.vons d'abord le juif en relation avec les anti· sémites, le juif n'étant juif que parce qu' il est désig-né commc tel. Puis, dé· passant le cas du juif, Max Frisch pose le problème de tout le racisme, c' est·à· dirc le problème de celui qui n'e,t pas admis dans unc collectivité, dans une ethnie, qui est désigné. La simplicité d'une belle histoire Ceci dit, il ne s'agit pas d'une oeuvr'e image du prochain prive l'autre de sa liberté, en fait une victime, à la limite. elle le tue. » ~ Avan t de nous séparer, pouvezvous nous parler t rès rapideme:lt de la troupe. - C'c ,t André Acquart qui r éalise les costumes et les décors ; Joseph Kosma la musique. La t r oupe se compose d'u ne vingtaine d' interprètes avec Den is }la· nuel qui a créé un Saint Just t rès rema rqué à la TV ; Nathalie l\enal, Rohert BaziI, des tra nsfug-es du théâ tre de la Gité de Villeu rbanne, Jacques AI· rie, Pierre Meyrand, Jean·Pierre Dou· gnae, Françoise Bertin, Claude Mercu· 00, etc ... - - Merci G abriel Garr aë1d. Rendezvous le 24 ja nvier . - Interview recueillie par Marguerite KAGAN. ft _ u • !I,o.Uft lU"" cadeaux de fin d'année .... UN MAGNIFIQUE ALBUM . ( Hommage~, aux combattants martyrs du ghetto de Varsovie Dessins de Maurice Mendjisky Textes de Paul Eluard et Vercors ATTENTION. En raison du succès remporté par cette oeuvre, le M.R.A.P. a 'la possibilité, désormais de l,a diffuser au prix de 100 FRANCS .au lieu de 150 francs. (Les acheteurs ay,ant déjà effectué leur paiement bénéficieront donc d'un crédit de 50 francs1. Hâtez-vous de passer vos commandes a'u M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs. (C.C.P. 17.813-001.

w:r ft "

n __ ---- SUPPLEMENT A ~ Droit et Liberté» n° 238 Le drame congolais Une étude de Jules CHOMÊ Les graves evencments qui se sont déroulés au Congo ex-belge en novembre-décembre 1964, ont suscité d'abondants commentaires dans le monde. Le. faits, comme il arrive toujours en de semblables drames, sont multiples, complexes. Ils furent éclairés sous une lumière différente, souvent déformés, parfois ignorés, selon les tendances ou les objectifs des commentateur.:;. Et il ne fait pas de doute qu'un certain nombre d'articles, d'émissions, ont contribué à alimenter, à cette occasion, la propagande, les préjugés et les haines racistes. En publiant, sous forme de supplément à « Droit et Liberté » l'étude que nous a fait parvenir M· Jule. Chomé, c'est un document important que nous versons au dossier congol!is. Juriste de renommée mondial ~, Jules Chorné suit depuis de longues a nnées, cn défenseur d~ Droit et en homme de progrès, la situation en Afrique, plus particulièrement au Congo. Ses articles dans la revue « Remarques Congolai3es et Africaines» qu'il anime, à Bruxelles, font autorité. Cette étude représente un effort de synthèse et de compréhension qui n'avait pas encore été réalisé sur un tel sujet. Et même ceux de nos lecteurs qui ne partageront pas les vues personnelles et le. conclusions de l'auteur, trouveront certainement matière à d'utiles réflexions dans la documentation abondante qu'il présente, avec un soin et un sérieux que nul ne sa,urait contester. LA REDACTION DE « DROIT ET LIBERTE ». du référendum. L'illégalité de l'ordonnance du président Kasavubu était donc évidente. Le jour même où M. Kasavubu fait ce coup de force, les députés Bocheley-Davidson et Yumbu sont arrêtés à nouveau et emprisonnés. Les chefs des principaux partis nationalistes constituent, dès le lendemain, 30 septembre 1963, à Léopoldville, le Conseil National de Libération (C.N.L.) qui, dans son manifeste, publié le 3 octobre, dénonce l'illégalité des mesures prises par le président Kasavubu, s'engage à poursuivre « la décolonisatiân totale effective du Congo dominé par la coalition des puissances étrangères » et exige la formation d'un « gouvernement de salut public » chargé d'organiser, dans les quatre mois, des élections législatives. M. Kasavubu, inquiet de ce mouvement, va proclamer l'état d 'exception dans la capitale et, le 23 octobre, publier un arrêté suspendant les activités des partis lumumbistes et de leurs mouvements de jeunesse. Il ne restera plus aux dirigeants du C.N.L. qu'à passer le fleuve et à s'installer à Brazzaville. LA REVOLUTION EST DECLENCHEE Pierre Mulele, ancien ministre de l'Education Nationale du gouvernement Lumumba, député du P.S.A. d'Antoine Gizenga, qui a organisé la première armée de partisans dans la province du Kwilu, voit, dès le 25 octobre, sa tête mise à prix. Une prime de 500 000 francs est offerte à qui l'arrêtera et le livrera. En même temps que Pierre Mulele libère l'équivalent de deux provinces belges, Gaston Soumialot, dans l'Est du Gongo, s'installle clandestinement dans la région d'Uvira, d'où partiront les grandes offensives de juillet 1964. C'est, on le voit, nier toute réalité que de considérer le mouvement qui va se développper dans le Congo presque tout entier, comme la simple expression de lutttes tribales, anarchiques. Le mouvement a reçu son impulsion des partis lumumbistes, majoritaires sur le plan parlementaire et à qui toute opposition vient d'être interdite. Mais il a de profondes racines dans le mécontentement du peuple congolais, qui a le sentiment que l'indépendance, dont il attendait, quatre ans plus tôt, mille avantages; lui a été volée par une classe de profiteurs noirs, étroitement soumise à la fois à d'anciennes influences coloniales et à l'influence de plus en plus prépondérante des EtatsUnis. L'opposition au gouvernement est générale. Le grand hebdomadaire réactionnaire « Pourquoi Pas? » écrit, le 31 juillet 1964, sous la signature de Philipppe Toussaint : « C'est une révolution à quoi nous assistons dans l'Est du Congo, à une sorte de jacquerie de gens excédés par la misère, par l'attitude abominable de l'A.N.e. qui a pillé, violé, tué ... -J'ignore encore qui est au juste M . Soumialot, mais, sans préjudice de sa personnalité et 4 TOUT le monde sait qu'aux élections de mai 1960, les seules qui aient eu lieu jusqu'ici au Congo, les partis nationalistes avaient emporté une importante majorité. Le gouvernement de Patrice Lumumba fut d'une légalité indiscutable. Il bénéficia jusqu'au bout de la confiance du Parlement. C'est même parce que celui-ci, toutes Chambres réunies, lui accorda les pleins pouvoirs, que le préSident Kasavubu, sous l'inspiration de ses conseillers belges et américains, pria le colonel Mobutu, « l'homme fort » de la Central Intelligence Agency (C.I.A.) (1), de fermer le Parlement. Notre propos n'est pas de rappeler ici le processus d'arrestations arbitraires,' de crimes, de corruption qui fut engendré par cette décision inconstitutionnelle. A Lovanium, le 2 août 1961, les parlementaires nationalistes votèrent pour le gouvernement Adoula parce qu'il comprenait aux postes-clés des leaders, les Lumumbistes, M. Antoine Gizenga, notamment, à la vice-présidence; M. Christophe Gbenyé à l'Intérieur, etc ... , et aussi parce que M. Adoula avait repris à son compte les objectifs de Patrice Lumumba : l'unité du pays, le neutralisme, le panafricanisme. ·En 1963, après divers remaniements, qui ne furent jamais l'Objet d'un vote de confiance des Chambres, M. Cyrille Adoula était parvenu à évincer de son gouvernement tous les éléments lumumbistes (M. Antoine Gizenga était détenu sans jugement dans l'île de Bula-Bemba, depuis janvier 1962) et à leur substituer des politiCiens appartenant à des partis qui avaient été écrasés aux élections de 1960. RAIDISSEMENT DU PARLEMENT Le Parlement prit conscience de ce qu'il avait été dupé et de ce que s'était installée à Léopoldville une vraie dictature, coiffant le gouvernement Adoula lui-même, dictature soutenant le préSident Kasavubu et soutenue par lui, et qui comprenait les hommes dits du « groupe de Binza » - (du nom du camp militaire situé aux portes de Léopoldville, où ils avaient établi leu,rs résidences, sous la protection des para-commandos) : notamment Mobutu, le chef de l'armée, auteur du putsch qui avait conduit à l'arrestation et à l'élimination physique de Patrice Lumumba, et Nendaka, le chef de la Sûreté, responsable de l'assassinat de nombreux leaders mulelistes. L'influence américaine à Léopoldville était de plus en plus envahisssante. M. Cyrille Adoula ne faisait plus un pas sans son conseiller américain. On pouvait difficilement le rencontrer en dehors de l'ambassadeur des Etats-Unis. A telle enseigne que Moïse Tshombé, lorsqu'il tentera au cours de son exil madrilène de se faire remettre en selle par (1) « C.I.A. » The inside Story, par Andrew Tully, New-York, 1963, pp. 219 à 229. 2 de ses vues politiques, il est certain que le mouvement dont il est devenu le dirigeant, fut spontané et justifié au départ. » Aux pillages et aux débordements de l'armée du général Mobutu (A.N.C.), le peuple oppose l'attitude des partisans qui, à ce moment tout au moins, obéissent à un code très strict imposé par Mulele et Soumialot, et dont nous reprOduisons ici les huit commandements

« 1° Donnez le respect à tous les hommes, même les hommes vilains ; « 2 Achetez les objets des villageOis en toute honnêteté et sans vol (4) ; « 3° Remettez les objets empruntés, à temps et sans difficultés ; « 4° Payez les objets que vous avez détruits et de bon coeur; « 5° Ne frappez pas et n'injuriez pas autrui (d'autres personnes) ; « 6° Ne_ détruisez pas et aussi ne piétinez pas (ne marchez pas sur) les champs des villageois; « 7° Respectez les femmes et ne vous amusez pas avec elles comme vous le voulez. « 8° Ne faites pas souffrir ceux que vous arrêtez pendant les combats (ne faites pas souffrir les détenus de guerre). Ne confisquez pas et ne prenez pas leur bien (objets personnels, par exemple : anneaux, argent, montre et tous les autres objets). » D'autres préceptes mulélistes disaient, notamment: « Toute la force des partisans est entre les mains des villageois... Les partisans doivent aider les villageois pour tout ce dont ils souffrent... Il faut enseigner et conseiller tous les villageois. » Il était donc normal que la révolution soit soutenue par le peuple tout entier. Le colonel chargé par le général Mobutu de défendre Stanleyville, ayant abandonné cette position, presque sans combattre, dira à Frédéric François, de la Radio-Télévision Belge : « Toute la population était lumumbiste. Toute la population était contre l 'armée. » La plupart des envoyés spéciaux de la presse occidentale qui ont suivi l'action militaire ayant abouti à la prise de Stanleyville, ont été obligés de constater que, même après le provisoire recul des forces insurgées, les populations restent, dans l'ensemble, fidèles aux chefs révolutionnaire et haïssent plus que jamais ceux qu'elles considèrent comme les traitres de Léopoldville, les avions américains qui tuent en leur nom et l'armée que son actuelle répression rend plus odieuse encore. L'ILLEGALITE DU GOUVERNEMENT TSHOMBE Le président Kasavubu allait pousser jusqu'au bout l'illégalité qu'il avait commise par son ordon- (4) Une autre règle dit : Ne confisquez aucun objet des villageois, pas même une aiguille, pas même du fil. 5 7------ les nationalistes, jouera, avec sa duplicité coutumière, et sa légendaire absence de scrupules, la carte antiaméricaine, allant jusqu'à déclarer au préSident Modibo Keita : « Nul plus que moi ne réalise le danger que représente la politique amencaine au Congo, qui cherche à faire de notre pays un second Vietnam. « Soyez assuré que je n'épargnerai aucun effort pour mettre un terme à l'intervention politico-militaire des Américains. » (2). Le 25 septembre 1963, le Sénat congolais yote une résolution exigeant la libération, dans les vingt-quatre heures, de M. Antoine Gizenga. Et les deux principaux partis lumumbistes : le M.N.C.L. (Mouvement National Congolais Lumumba), et le P.S.A. (Parti Solidaire Africain) appuient par des manifestations de rue l'exigence du Sénat. La Sûreté de M. Nendaka arrêtera sept députés de ces partis, dont : MM. Christophe Gbenyé, Thomas Mukwidi, Gabriel Yumbu, Bocheley-Davidson, qui joueront tous un rôle dans le mouvement révolutionnaire qui est, à ce moment, sur le pOint de prendre naissance. Cette fois-ci, ils seront libérés le jour même. LE PRESIDENT KASAVUBU S'INSTALL,E DANS L'ILLEGALITE Sentant que l'opposition parlementaire, longtemps réduite au silence par la terreur ou la corruption, menace le gouvernement Adoula, troisième mouture, qui ne bénéficie plus d'aucun apPUI, ni aux Chambres, ni dans le peuple, M. Kasavubu, comme il l'avait fait en 1960, pour priver Patrice Lumumba de l'appui massif que lui accordaient députés et sénateurs, allait faire un nouveau coup àe force. Le 29 septembre, il signait l'ordonnance 226, qui clôturait la session du Parlement et chargeait une commission extra-parlementaire d 'établir un projet de Constitution qui serait soumis à un référendum. C'était là, de la part du Chef de l'Etat, une qUadruple violation de la Loi Fondamentale. Celle-ci stipulait, en effet, que la Constitution devait être l'oeuvre des Chambres législatives. (Art. 98 et suivants). Elle exigeait que les Chambres restent réunies pendant au moins cent jours, jusqu'à l'élaboration complète de la Constitution (3) et interdisait expressément au Chef de l'Etat de les dissoudre sans l'accord de l'une d'elles au moins, acquis aux deux tiers des membres présents. ( Article 71). Enfin, la Loi Fondamentale excluait la procédure (2) « Jeune Afrique », du 27 juillet 1964. Un mois plus tard, il allait demander et obtenir des EtatsUnis, une aide militaire infiniment plus considérable que celle qui avait été accordée à M. Adoula. (3) Articles 69 et suivants. La sesssion n'avait été ouverte que le 2 août 1~63. 3 nance du 29 septembre 1963. Il fit préparer à Luluabourg, un projet de Constitution, non par les députés et sénateurs qu'il avait mis en congé, mais par un quarteron d'hommes irresponsables choisis et désignés par lui en l'absence de toute élection. Cette Constitution, élaborée en violation de la Loi Fondamentale, M. Kasavubu la fit avaliser par un référendum, illégal lui-même. Ce référendum était, dès l'abord, sans signification ni valeur puisque toute une partie du pays était occupée par les forces révolutionnaires, les principaux leaders lwnumbistes étaient soit au combat, soit en exil, soit en prison, et aucune campagne contre le référendum n'avait été autorisée, les partis politiques qui y étaient opposés étant d'ailleurs interdits. Les partisans du coup de force pouvaient voter Les opérations terrestres. Les cadavres jonchent la route de , mercenaires. (Photo parue · dans la revue ouest·allemande « Stern H.) 6 8 aussi souvent qu'ils le voulaient, puisqu'aucune liste électorale n'avait été établie et qu'on pouvait voter n'importe où. Certaines personnes ont voté jusqu'à dix fois ... Un de nos correspondants katangais nous écrivait ({ Voici comment ce fameux référendum s'était déroulé au Katanga oriental : ({ 'Contrairement aux pri'ncipes d'un vrai référendum, la popUlation évilloise n'avait pas la liberté de vote. Elle était obligée, mais alors obligée de dire oui à la comédie de Luluabourg : ({ 1° On lui a tout d'abord défendu de mener une campagne contre le projet de Constitution, sous peine de courir des risques très graves allant jusqu'à l'emprisonnement. Ceci a été annoncé officiellement à la radio inter·provinciale, par M. Kapwasa Antoine, président du Comité Régional du Référendum. ({ 2" On lui a donné, lorsqu'elle se prés~ntait au bureau de vote, installé en plein air (le principe : le vote est secret, on le foule aux pieds) le bulletin portant mention ({ oui» et on l'obligeait à le déposer dans une caisse, et, comme deuxième . opération, On lui présentait le bulletin « non» qu'il devait déchirer et tout ceci sous l'oeil d'un soldat ou d'un policier, armé jusqu'aux dents. » Malgré ce procédé, il n'y eut, en faveur de cette illégale Constitution, que deux millions de « oui » - à diviser d'ailleurs par deux ou trois, si l'on tient compte des partisans ayant voté pluSieurs fois, sur quatorze millions de Congolais. C'est en s'appuyant sur cette ({ Constitution », que M. Kasavubu désigna Moïse Tshombé en qualité de Premier Ministre. Tshombé ne s'est jamais présenté devant les Chambres, ni devant les Chambres élues congédiées par M. Kasavubu, ni devant les nouvelles Chambres prévues par la ({ Constitution» illégale de M. Kasavubu. Il est donc évident que Moïse Tshombé ne représente strictement rien d'autre que lui-même et le président Kasavubu. Son gouvernement est absolument illégal. M. P.-H. Spaak, - qui a pourtant pris le parti de le soutenir, - a lui-même reconnu l'illégalité du processus qui a abouti à sa formation. Cette illégalité foncière, immédiatement dénoncée par les leaders lumumbistes, allait être aggravée par la présence, aux côtés de Tshombé, le responsable de la sécession katangaise, - ce crime majeur commis contre le Congo, - d'un GOdefroy Munongo, que l'opinion internationale tient pour l'un des assas· sins directs de Patrice Lumumba, et d'un Albert Kalonji - le responsable des abominables massacres de Bakwanga au cours desquels périrent, dans l'horribles conditions, onze des leaders les plus aimés du parti de Patrice Lumumba. 7 taire mis à la disposition du gouvernement pour lui permettre d'opposer un coup d'arrêt à la rébellion dont l'extension devient tragique. » Puis ce sont des avions de chasse équipés, pour la guerre de guerilla, de mitrailleuses et de ro· quettes. Ils seront servis par des pilotes cubains anti·castristes, engagés sous contrat, à l'intervention de la C.I.A. Six T.-28 seront livrés dans les premiers jours. Onze transports H.-221 doivent recevoir, suivant les accords Spaak-Harriman, des équipages belges. Ils sont destinés au transport des troupes et des munitions et à fournir aux colonnes de répression, l'appui logistique nécessaire. Quatre géants C.-130, avec leurs équipages américains, Des hélicoptères qui seront pilotés par des Belges. Enfin, des B,-26-K. - avions de reconnaissance à long rayon d'action - sont amenés à Léo, dès le 18 août. Toute cette armada est destinée à combattre les forces populaires qui ne disposent pas d'un seul avion ni d'un seul canon anti-aérien et qui n'ont, en fait d'armes automatiques, à ce moment, que celles qu'elles ont pu récupérer sur les soldats de l'A.N.C. Dês qu'ils sont assurés de pouvoir bénéficier de cette écrasante couverture aérienne, les merce· naires, dont une centaine se trouvait déjà au ({ stand by », à Johannesbourg (12), vont affluer au service de Tshombé - Belges en grande majorité, Sud-Africains ensuite, Anglais, Allemands, dont certains portent ostensiblement la croix de fer gagnée au service d'Hitler. Venus de tous les racismes, de tous les fascismes, ils vont - pour de l'argent et apparemment sans grands risques - casser du nègre, ({ se faire la main » pour les combats que l'Afrique sous domination blanche devra, tôt ou tard, mener contre l'Afrique indépendante. Cette intervention américano-belge, - les EtatsUnis pour le matériel, la Belgique pour les hommes - sur laquelle nous reviendrons plus loin - devait évidemment avoir les effets que Washington en attendait. Elle a provisoirement enrayé la progression des armées populaires. Elle a empêché la prise de Bukavu, occupée déjà aux trois quarts par les hommes de Soumialot. Elle va préparer la reconquête des villes dont le C.N.L. s'est emparé. Un éditorial de « La Libre Belgique » dissipe, à cet égard, toute équivoque (13). « Sans les avions « T,·28 » qui ont bloqué la progression rebelle sur la route de Sha- (12) J . K. dans « La Libre Belgique » du 3 août 1964. (3) Dans « La Libre Belgique » àes 14, 15 et 16 août 1964. 10 1 NTENSI FICATION DE LA LUTTE REVOLUTIONNAIRE La prise du pOUVOir par Tshombé allait accélérer le rythme des victoires des insurgés. Le l e,' juillet 1964, on annonçait la chute de Kabal0 et de Kongolo. Kindu était menacée. Le 18 juillet, Kasongo tombait aux mains des forces populaires. Le 21, c'était Baudouinville. Le 25, Kindu et Kahma. Le 30, Kaboogo. Le 31 juillet, alors que les insurgés investissaient le Kivu, le nord de la province du Kasai, la province Orientale et atteignaient même la province de l'Equateur, une nouvelle menace se précisait, visant, cette fois, la capitale elle-même. BOlobo, Kwamouth, Mushié étaient occupés. Les avant-gardes de l'armée populaire étaient à 100 kilomètres de Léopoldville. Des Belges qui ont été en contact avec ces hommes, les décrivent « remarquablement dis cipltnés et organisés ». (5). Banningville est menacée. Un journaliste belge qui rencontre le généralissime de l'A.N.C., écrit (6) : « Le général MobUtu, aussi bien, était effondré quand je l'ai vu. ({ Il se rend compte enfin ... » (7). « Le Monde» titre (8) : « M. Tshombé n'est plus soutenu que par quelques villes dont la fidélité reste d'ailleurs problématique. » Les insurgés sont aux portes de Kamina et me- (5) « Le Soir », du 31 juillet 1964. (6) « Pourquoi Pas? », du 31 juillet 1964. (7) Un article de l'hebdomadaire de Léopoldville « Présence Congolaise », du 1er août 1964, indique clairement l'étendue de la liquéfaction de l'A.N.C. : « Avant le retrait des troupes onusiennes du Congo, le général Mobutu n'avait cessé d'affirmer avec force, à ceux qui voulaient l'entendre, que ses troupes étaient capables d'intervenir à tous moments et en toutes circonstances là où des troubles seraient signalés. «Que voit-on maintenant? Les troupes de l'A.N.C., comme des petits boyscouts, fuient devant les rebelles, abandonnant dans la plupart des cas, armes et munitions. « Conunent peut-on comprendre que nos troupes, dont l'entretien coûte énormément cher au pays (le budget ordinaire de l'armée nationale congolaise s'élève à 10 milliards de francs congolais par an) et qui possèdent aprèS tout un armement moderne, puissent battre en retraite ou se laisser prendre comme des mouches par ces rebelles armés, dans la plupart des cas, de machettes, de f!.èches et d'autres armes primitives? ». (8) Le 1er août 1964. 8 Les premiers Belges rapatries par avion arrivent à Bruxelles. (A.F.P.) bunda et sans la présënce de deux techniciens américains arrivés le même jour et juste à temps pour aider le colonel Mulamba à réorganiser la résistance, il est absolument certain que Bukavu serait tombée le lendemain. » LA SITUATION DES CIVILS BLANCS AVANT L'I NTERVENTION MILITAIRE BELGE Il nous faut, à présent, revenir en arrière pour examiner quelle était, à l'époque de leurs victoires, l'attitude des autorités révolutionnaires à l'égard des blancs qui vivaient dans les territoires reconquis. Certes, l'état de guerre civile est, par essence inconfortable. Il devait llécessairement entraîner pour tout le monde, même pour ceux qui n'y étaient pas impliqués, toutes sortes de privations, de vexations, de malentendus, de risques aussi. Mais il est incontestable qu'avant l'intervention militaire américano-belge, le comportement des chefs 11 nacent directement la base où s'affairent depuis quelques semaines les officiers belges du colonel De Cock (9). Bukavu est investie, le 4 août, le même jour, on évacue les femmes et les enfants européens de Stanleyville. Le 6 août, Stanleyville elle-même tombe. L'A'CCOrw SPAAK-HARRIMAN D'INTERVENTION MILITAIRE L'heure est considérée comme grave par Washington. M. Averell Harriman, envoyé spécial du président Johnson, débarque à Bruxelles et va s'enfermer avec M. P.-H. Spaak pendant de longues heures. Il reprochera au ministre belge, la trop grande réserve de son gouvernement à l'égard de Tshombé et lui fera part de l'intention des Américains d'envoyer à Tshombé une aide massive en aviation et matériel lourd. « Cependant, le grand obstacle d'une aide effective des Etats-Unis, serait d'ordre linguistique. Pour reprendre en main les débris de l'armée congolaise, il faudrait des experts militaires américai'ns parlant français. » (10). Comme les Etats-Unis ne disposent pas de tels experts, c'est sur la Belgique que le Département d'Etat compte pour lui en fournir. M. Spaak acceptera donc de faire jouer à des militaires belges le rôle de techniciens au service des forces américaines. Au même moment, l'ambassadeur de Belgique à Léopoldville est rappelé en consultation. Il rencontre, en dehors des ministres belges des Affaires Etrangères et de la Défense Nationale, les représentants des sociétés belges ayant de gros intérêts au Congo. Des pressions de toutes sortes sont exercées sur les membres du gouvernement belge qui hésiteraient encore à intensifier l'aide militaire à Tshombé. M. Mennen Williams, secrétaire d'Etat adjoint, se rend à Léopoldville, le 12 août, pour régler sur place, avec Tshombé et Mobutu, les derniers détails. Et, dès le lendemain, les quatre premiers avions de transport C.-130, destinés au transport des troupes, débarquent à l'aérodrome de Léopoldville, cinquante parachutistes américains. C'est le début d'un pont aérien qui va amener en masse, au service du gouvernement illégal de Tshombé, des engins blindés, des camions, des Jeeps, des « instructeurs ». « D'énormes camions de transport, écrit Robert D., dans « La Libre Belgique» (11), débarquent 'à Léo un puissant matériel mili- (9) La presse, des 1er et 2 août 1964. (10) « Le Monde », 8 août 1964. (11) Des 14, 15 et 16 août 1964. 9 de l'insurrection était, à l'égard des blancs, des Belges en particulier, rien moins qu'hostile. - . « Ce n 'est pas contre les Européens que nous luttons, déclare Gaston Soumialot à Philippe Toussaint, de « Pourquoi Pas? » (14), mais contre un régime fasciste et pourri. » Déjà, au moins de juin, un incident auquel avait été mêlé l'envoyé spécial de « La Libre Belgique » avait été particulièrement significatif (15). J. K. avait pris rendez-vous avec Soumialot, dans la brousse, aux eIlVirons d'Uvira. Or, il s'était présenté au barrage de contrôle, en compagnie d'un journaliste américain. Et il avait été refoulé. Les Américains, déjà à ce moment, n'étaient plus supportés par les populations ralliées à la révolution, parce que les premiers T.-28 livrés par WaShington, avant l'aide massive du mois d'août, mitraillaient, bombardaient de « roquettes » des civils sans défense. Et, lorsque, quelques jours plus tare!, revenant seul sans son Américain, J. K. rencontra Gaston Soumialot, celui-ci s'excusa avec courtoisie « Quand je vous avais fixé rendez-vous, l 'autre jour, je ne pouvais pas savoir que, ce jour·là, des avions américains' bombarderaient une population et provoqueraient cet énervement des combattants. « C'est le gouvernement américain que nous accusons de vouloir nous écraser sous les bombes, alors que nous luttons avec des bâtons et des sagaies. SANS LES AMERICAINS NOUS SERIONS DEJA A STANLEYVILLE, car tout le peuple est avec 'nous (16) . Depuis des années, nous luttons pacifiquement, mais le régime a tué la démocratie. cc Le Parlement a été fermé, 53 parlementaires ont été assassinés. Nous sommes des adeptes de la non-violence. Si nous combattons, c'est que nous sommes en état de légitime défense. Car, à vraiment choisir, nous préfèrerions l'ancien colonialisme au régime des Américains ( ... ). « NOUS NE VOULONS AUCUN MAL AUX EUROPEENS ( .. .). « Mais ce sont des blancs qui nous bombardent et la masse peut confondre. » Ces bombardements américains, d'abord niés par le Département d'Etat, puis avoués par son porte- (14) Du 14 août 1964. (15) « La Libre Belgique », du 18 juin 1964. (16) Philippe Toussaint allait, deux mois plus tard, confirmer les dires du chef insurgé. Dans « Pourquoi Pas? », du 14 août 1964, il écrira : « M. Soumialot prétend que le peuple est avec lui. Je crois que c'est vrai dans la mesure où ce peuple a réagi aux abominations de l'A.N.C. qui, lorsqu'elle reprit Albertville, tira sur tout le monde, femmes, enfants, vieillards. » 12 ,--~ parole à l'ambassade des Etats-Unis à Léo, M. Richard Philips (17), faisaient de nombreuses victimes. Après le bombardement de Kabalo, « le président Soumialot a protesté contre cette attaque provoquée par des pilotes américains. Il a dit de retenir la colère des soldats s'ils ren· contraient sur leur chemin des civils apparte· nant à la même nationalité que ceux qui nous ont attaqués, en particulier des Améri· cains. » (18). M. Soumialot lancera alors un avertissement (19) que l'on n'aurait pas dû négliger : « J'ai toujours promis la sécurité aux habitants de mes régions, les Européens y compris, mais je n'ai pas manqué de souligner que JE NE GARANTIS PAS LA SECURITE DES BLANCS DONT LES GOUVERNEMENTS INTERVlENNENT DANS L'AGRESSION lancée par la clique de Kasavubu contre le peuple congolais. » 1 Au lendemain de la prise de Stanleyville et à la 1 veille de l'accord Spaak-Harriman, J. K. pouvait écrire (20) : « Les rebelles, jusqu'ici, se sont montrés soucieux de garder les blancs avec eux, ils les ont épargnés. « Mais si le gouvernement central engage des mercenaires, les choses ne changeront-elles pas? » . Ayant eu connaissance de la réunion SpaakHarriman, « le général Olenga annonce qu'il avait appris que la Belgique et les Etats-Unis avaient décidé de donner au Congo une aide militaire accrue_ « Il a déclaré, à ce sujet, que, dans ce cas, il ne donnait aucune garantie pOur les citoyens belges et américa~'ns résidant dans les régions occupées par son armée. » (21). Le gouvernement belge avait été clairement averti par les autorités révolutionnaires, des risques qu'il (17) M. Philips avait, en effet, reconnu (voir la presse du 18 juin 1964) « que, quelques pilotes civils américains sous contrat avec le gouvernement congolais, avaient effectué, au cours de ces derniers jours, des sorties à bord de T.-28 dans l'Est du Congo. Il a ajouté que d'autres pilotes comptent effectuer également des missions similaires. - (Le T.-28 a été, rappelons-le, utilisé avec succès dans les guerillas du Sud-Est asiatique. Il est équipé de mitrailleuses et de bombes) ». (18) « Le Peuple » et « Le Drapeau Rouge », du 27 juillet 1964, et « Le Soir », du 28 juillet. (19) « La Libre Belgique », du 28 juillet 1964. (20) « La Libre Belgique », du 20 août 1964. (21) La presse, du 13 août 1964. 13 ticipation à des opérations offensives, tels que bombardements et mitraillage. » Après les accords Spaak-Harriman, ce sont des Belges qui piloteront tous les avions de transport livrés par les Américains. Conduire les troupes à pied d'oeuvre, leur apporter leur armement, leurs munitions, c'est, sans aucun doute, faire la guerre. Ce sont des Belges qui piloteront les avions de reconnaissance à long rayon d'action. Renseigner sur les déplacements et les activités de l'ennemi, c'est aussi, incontestablement faire la guerre. Ce sont des Belges qui piloteront les hélicoptères. Rechercher, dans la brousse, les groupes d'insurgés, aider les mercenaires à les retrouver et à les réduire, c'est faire la guerre. Le colonel Vande Walle, ancien chef de la sûreté coloniale belge à Léopoldville et ancien consul de Belgique dans le Katanga de la sécession, partisan acharné de Moïse Tshombé, est envoyé au Congo pour établir, avec un groupe de cent-vingt à centcinquante officiers belges, les plans de l'offensive contre Stanleyville, en régler toutes les phases, veiller aux approvisionnements, etc ... On sait, par la presse, par la radio et par la télévision, quel fut le rôle de ce colonel belge dans la bataille pour Stanleyville. Au fur et à mesure que les langues se délieront et que chacun vantera ses exploits, on saura quelle était la conception qu'ils avaient - sur le terrain - du rôle « non opérationnel » qui leur a été officiellement imparti. Mais, même s'ils s'y étaient cantonnés, il n'est personne de sensé qui ferait une différence entre l'officier participant au combat et celui qui, après avoir préparé la bataille, ne tirerait pas lui-même un coup de révolver, mais indiquerait aux autres les coups à tirer, les positions à prendre, les manoeuvres à accomplir. A ces militaires belges officiellement envoyés dans les rangs de Tshombé par le gouvernement belge, s'ajoutent, évidemment, les innombrables mercenaires belges, pour la plupart anciens « affreux » du Katanga, menant le combat contre les noirs avec cette hargne ou ce mépris qui les caractérisaient déjà dans leurs expéditions contre les jeunesses de la Balubakat. L'un d'entre eux, le lieutenant Mazy, vient d'avoir les honneurs d'un reportage photographique du grand magazine allemand « Quick » (27). Il collectionne les crânes des « rebelles » et explique complaisamment au journaliste qui en a le coeur soulevé, qu'il tue les nègres d'une certaine manière qui laisse leur crâne intact. Qu'il laisse traîner alors leurs têtes huit jours dans la brousse, qu'il va les rechercher ensuite et les fait bouillir dans un seau. Il faut le voir, la cigarette aux lèvres, présenter avec fierté le résultat de ces opérations. Qu'il s'agisse de mercenaires sadiques ou du colo- (27) Dans le n° 49, portant la date du 6 décembre 1964, pages 58 et 59. 16 - faisait courir à ses ressortissants en s'engageant plus avant dans la guerre civile aux côtés de Tshombé. AVERTISSEMENTS BELGES A M. P.-H. SPAAK Au surplus, M. P .-H. Spaak n'avait pas manqué d'avertissements en Belgique même. De la droite à la gauche, des hommes av.aient crié « casse-cou ». La « Revue Nouvelle » de juillet 1964, proche des milieux où évolue le Premier Ministre Théo Lefèvre, sous la plume de Charles-Ferdinand Nothomb, dirigeant des Jeunesses Catholiques, avait écrit ces phrases lourdes de sens, que son parent, le consul belge à Stanleyville, M. Patrick Nothomb, aura eu, quelques mois plus tard, l'occasion de méditer « Il était déjà dangereux, il y a un an, de laisser partir quelques conseillers militaires pour l 'entraînement de l'A.N.C. Il se vérifie qu'il est toujours dangereux de mettre un doigt dans l'engrenage. En laissant partir des pilotes et des techniciens de la force aérienne, peu importe leur nombre, 'notre pays y met quelques doigts de plus. « Il n 'est pas besoin de préCiser ce que peut représenter cet engrenage en quelques années (22) : des Belges compromis dans des actions de répreSSion, même si elles sont justifiées, DES REPRESAILLES, MEME ISODEES, CONTRE DES RESSORTISSANTS BELGES; UNE AIDE ACCRUE POUR DEGAGER CERTAINS BELGES MENACES et l'on recommence l'inutile aventure. LES BELGES DU CONGO N'ONT VRAIMENT PLUS BESOIN DE CETTE EPREUVE ET LA BELGIQUE NON PLUS. « Pire, ce geste dangereux est totalement inutile. » Le jour même de l'arrivée de M. Harriman à Bruxelles, « Le Drapeau Rouge» écrivait, avec beaucoup de lucidité (23) « La seule garantie de sécurité de nos 40 000 compatriotes qui se trotment au Congo - et c'est là un but qu'il ne faut pas perdre de vue un instant - est la nonintervention belge, la neutralité vis-à-vis des deux camps. « Ce qui implique le rapatriement immédiat de tous les militaires belges avant qu'il ne soit trop tard. Il UNE TERRIBLE RESPONSABILITE M. P.-H. Spaak et son gouvernement savaient donc (22) M. C.-F. Nothomb était optimiste. Ce n'est pas en quelques années, mais en quelques semaines, que sa prédiction s'est réalisée. (23) « Le Drapeau Rouge », du 7 août 1964, sous la signature de François Bailly. 14 nel Vande Walle, de la part des patriotes qu'ils traquaient, tuaient ou faisaient tuer, il serait vain d'espérer des nuances : c'étaient des Belges. LA FATALE DEGRADATION DE LA SITUATION DES CIVILS BELGES Il était normal, hélas, et attendu, que la situation se dégrade pour les civils belges. Du moment que la Belgique devenait aux yeux des forces insurgées une puissante belligérante, ses ressortissants allaient être suspectés, arrêtés, mis en résidence surveillée, emprisonnés. Ce procédé est sans doute déplorable - mais il est pratiqué par des nations qui se piquent d'être civilisées depuis vingt siècles. Le gouvernement belge de 1940, pour ne donner qu'un exemple, n'a-t-il pas, dès le début des hostilité avec l'Allemagne, arrêté, emprisonné tous les civils allemands résidant en Belgique sans faire de distinction entre ceux qui y vivaient depuis de longues années et les autres, sans épargner bien souvent ceux-là même qui, précisément, avaient fui le régime nazi ! Et ces Allemands, le gouvernement belge ne les a-t-il pas, au moment où il a quitté le sol national, traînés derrière lui dans son exode, jusque dans des camps de concentration du Midi de la France ? Ne dit-on pas d'ailleurs qu'il ne put empêcher qu'on en massacrât quelques-uns sur les routes de l'exode ? Ce souvenir devrait verser quelqu'humilité au coeur d'une homme comme M. P.-H. Spaak qui était déjà ministre en 1940. Que certains civils belges aient été maltraités au Congo ne semble pas discutable. Nul plUS que nous ne le regrette. Mais il ne nous viendrait pas à l'idée d'en rendre M. Gbenyé personnellement plus responsable que ne devait l'être M. P.-H. Spaak des malheurs arrivés sur une route de France à l'un 1 des Allemands qu'il avait fait arrêter ... Dans une guerre, et dans une guerre civile moins encore que dans une autre, il est impossible de contrôler tout ce qui se fait à tous les échelons. A cette suspicion, à cette hostilité que l'intervention militaire belge devait nécessairement valoir aux malheureux civils belges, allait s'ajouter une autre considération que M. Gaston Sournia lot a très clairement exposée (28) : « Pour en venir à la question que vous me posez à propos des Européens : à Uvira, une société nous demande de laisser aller wne trentaine d'Européens à Bujumbura, afin qu'ils aillent chercher des médicaments, la paie des ouvriers je ne sais plus ... « Ils sont partis pour ne plus revenir. OR, LE LENDEMAIN DE LEUR DEPART, IL Y AVAIT UN BOMBARDEMENT AMERICAIN, (28) Dans l'interview de Philippe Toussaint. « Pourquoi Pas ? J) du 15 août 1964. 17 -- 9 à quoi s'en tenir. L'ambassadeur de Belgique à LéopOldville, dans un télex du 14 juillet, (24) avait, lui aussi, attiré l'attention de son Ministre, en même temps que celle de Tshombé, sur le danger de réactions anti-belges que provoquerait l'intervention d'officiers belges dans les opérations. Dès lors, en nous plaçant au seul point de vue de la sauvegarde des Belges vivant au Congo, dans les zones exposées à l'action des forces insurgées, - point de vue que nous nous refusons, quant à nous, à isoler de son contexte congolais et de son contexte international - en nous plaçant, par hypothèse à ce seul point de vue, et ici nous pesons nos mots, - si M. P.-H. Spaak et le gouvernement belge avaient l'intention d'i'ntervenir militairement aUl profit de Tshombé, ils avaient pour impérieux devoir d'évacuer au préalable (25), tous les ressortissants belges des zones menacées par l'avance des armées révolutionnaires. M. P.-H. Spaak n'avait pas le droit d'exposer ses compatriotes à des périlS qu'il connaissait parfaitement et dont il savait qu'ils se présenteraient ~névi- 1. tablement. D'aucuns se demandent déjà si l'on n'a pas laissé sciemment des blancs dans ces régions du Congo pour se donner plus tard l'occasion d'y intervenir plus directement encore. Même si cette supposition parait monstrueuse, c'est elle sans doute qui s'inscrira dans l'histoire de cette phase de la lutte du peuple congolais pour sa libération. L'I NTERVENTION BELGO-AMERICAINE · A ce moment, la Belgique a déjà au Congo de nombreux techniciens militaires, aux côtés du « général » Mobutu, dans les camps d'instruction, à la base de Kamina que le colonel De Cock doit remet· tre sur pied avec l'aide d'un staff d'officiers belges. Ce sont des aviateurs belges qui assurent le pilotage et l'entretien des avions militaires congolais. A peine Premier Ministre, Tshombé exige : « que soit mis à sa disposition le personnel nécessaire pour la mise en service d'wn.e dizaine d'avions de transport du type C.-47 (Dakota) et d'un nombre à peu près équivalent d'hélicoptères des types H.-21 et S.-55 ». (26). Et M. P .-H. Spaak d'accèder à cette demande « Car l'assistance sollicitée est d'ordre technique. Elle ine prévoit que l'accomplissement de missions de transport ou d'évacuation. Elle exclut tout commandement sur des forces congolaises en opération ainsi que toute par- (24) ReprOduit dans « Remarques Congolaises et Africaines » du 22 septembre 1964. (25) Rien n'eût été plus facile. Par exemple, l'aérodrome de Stanleyville est resté ouvert encore pendant les premiers jours du mois d'août. (26) « Le Peuple» du 13 juillet 1964. 15 PAR AVIONS A UVIRA. ALORS, CELA NOUS A OBLIGES A REVENIR SUR NOS POSITIONS DE LAISSER PARTIR LES BLANCS - LORSQU'ILS S'EN VONT, C'EST POUR QU'ON NOUS BOMBARDE! » Le méme processus se reproduisit à Albertville lorsque les chefs de l'insurrection eurent accédé à une requête de la Croix-Rouge. Sans un avion de chasse, sans un canon de défense antiaérienne, les positions populaires subissaient, sans riposte, les attaques aériennes en piqué, les bombardements en rase-mottes. On peut, tout en le déplorant, comprendre le calcul de ces chefs qui, se considérant comme victimes d'une agression belgo-américaine, espéraient que la présence auprès d'eux de civils belges et américains contraindrait leurs agresseurs il. la prudence et à la modération. Lorsque Tshombé et Munongo, au moment de la seconde opération de l'ONU contre leur sécession, firent interdire par leurs gendarmes aux Européens d'Elisabethville, les routes de la fuite en Rhodésie, ils avaient moins d'excuses. Les civils à qui ils im- , posaient de rester exposés aux mêmes risques de 1 bombardement qu'eux n'appartenaient pas à la puissance attaquante. Le gouvernement belge n'a pas protèsté pourtant à l'époque contre cette solidarisation forcée de milliers de Belges qui. vivaient à Elisabethville avec le gouvernement Tshombé. Et la presse belge s'est bien gardée de toute indignation lorsqu'il s'agissait de Tshombé. La situation déjà très pénible des civils belges depuis les premières réalisations de l'accord SpaakHarriman va se dégrader encore lorsque le colonel Vande Walle déclenchera l'offensive contre Stanleyville. Un Belge qUi a vécu l'expérience de Stanleyville, M. François de Beauffort vient de publier (29) un 1 témoignage particulièrement significatif. Après avoir souligné que les seuls Européens qui avaient perdu la vie dans la prise de Stanleyville par les insurgés avaient été victimes « de balles perdues ou d'actes de banditisme isolés », après avoir montré que le général Olenga avait assuré le pouvoir « dans un ordre relatif, ne manifestant aucune tendance xénophobe Il et que le gouvernement de M. Gbenyé avait lui-même tenté « de mettre de l'ordre dans le chaos et qu'aucune discrimination à l'égard des étrangers ne se fait sentir Il, M. de Beauffort écrit : « Mais l'euphorie des Européens ne dura pas longtemps. Bientôt, en effet, les troupes de l'armée congOlaise reprennent l'offensive grâce à l'arrivée dans leurs rangs de « conseillers » militaires belges et de mercenaires et grâce aussi à l'appui des avions de combat (29) Dans l'hebdomadaire d'extrême-droite « Le Phare-Dimanche» du 6 décembre 1964. 18 10------------------------------------------------------------------------------------------------------------- américains que pilotent des cubains anti-castristes. » « Par représailles les menaces contre les civils belges et américains de Stanleyville commencent alors à se préciser. » « Le 27 octobre, presque tous nos compatriotes sont arrêtés et concentrés à l'Hôtel des Chutes. » « La situation va empirer à mesure que les troupes de l'ANC se rapprochent de Stamleyville. » LES MENACES DE MORT QUE L'ON NE PREND PAS AU SERIEUX ET CELLES QU'ON PREND AU SERIEUX Les civils belges étaient-ils, pour autant, menacés de mort à cette époque ? Nul ne pourrait aujourd'hui le déterminer avec certitude dans l'état actuel de notre information, jusqu'ici parfaitement unilatérale. Il serait en tout cas surprenant que l'on ait pris tout à coup au sérieux des menaces verbales, alors qu'on n'en avait tenu aucun compte jusque-là. Nous serions curieux de savoir pourquoi M. P .-H. Spaak n'a pas dépêché des parachutistes à Uvira après le pathétique appel de l'évêque de cette ville et de ses compagnons de captivité (30) : « Au nom de Dieu et de l'humanité, nous, soussignés Européens, c'est-à-dire, six civils, douze pères, neuf soeurs et moi-même, déjà en détention et maltraités, supplions les autorités compétentes américaines et belges de cesser immédiatement toUit bombardement des régions d'Uvira. A chaque bombardement des otages seront exécutés. ICeci entre en vigueur à partir de ce 27 août. » « Signé : Mgr. Damilo Catarji, l 'évêque d'Uvira. » Cet appel était au moins aussi alarmant que celui que lanceront plus tard les consuls belge et américain de Stanleyville. Et l'on a fait écho, à cette époque, à d'épouvantables menaces proférées par des chefs révolutionnaires, telle celle-ci, attribuée au colonel Bidalira (31) : (30) Dépêche reproduite par l'agence « France Presse » et publiée notamment dans « Le Peuple » du 28 aoüt 1964 et « Le Soir » du 29 août 1964. (31) « Le Peuple» du 29-30 août 1964. Dans un proche aveIÎir on apprendra sans doute qu'il s'agit là, comme pour les « menaces », les « ordres », les « télégrammes » vantés en novembre 1964, de faux grossiers établis par les services de propagande de Tshombé. Il serait bien imprudent, en tout cas, d'accorder actuellement une valeur historique quelconque à des documents aussi surprenants. 19 Il est trop tôt aujourd'hui pour porter un jugement définitü et d'ensemble - mais il n'est pas trop tôt pour souligner combien les considérations du M. Lefèvre de 1960 eussent dü peser sur les décisions du Premier Ministre Lefèvre de 1964. Force est de constater que, dans toutes les villes reprises aux insurgés par les mercenaires, il n'y avait eu, malgré les menaces et les mauvais traitements, aucun massacre de blancs, et, qu'hélas, les soixante morts de Stanleyville et les morts de Paulis ont tous été abattus après le largage des parachutistes sur Stanleyville. Cela est terrible pour ceux qui ont pris cette décision, même si elle n'a été inspirée que par des buts humanitaires. Comme est terrible aussi le fait qu'après ce « geste spectaCulaire », aux conséquences si « redoutables », et alors que les autres blancs « disséminés » dans le pays devaient se trouver plus que jamais exposés aux dangers auxquels on disait vouloir les arracher. M. P.-H. Spaak allait confesser son impuissance à leur venir en aide. Sur le plan strictement humanitaire où l'on a prétendu se placer, cette impuissance est la preuve de la tragique légèreté de la décision qui a été prise. Si l'on avait dû, par la suite, apprendre que tous ces malheureux blancs étaient morts, c'eût été l'opération aéropqrtée qui les aurait indirectement tués. Et si, comme nous l'espérons de toutes nos forces, ces blancs disséminés en brousse conservaient, malgré le largage des parachutistes et les violences des mercenaires, la vie sauve, il y aurait de fortes présomptions pour que, sans l'intervention du 24 novembre, l'on n'ait pas eu à déplorer les morts de Stanleyville et de Paulis. Sous quelqu'aspect qu'on la considère, cette opération devait nécessairement faire plus de mal que de bien. y AVAIT-IL D'AUTRES SOLUTIONS? Allons plus loin encore. Imaginons enfin que cette opération ait été utile et nécessaire. Fallait-il y recourir ? N'y avait-il pobt d'autre solution ? Les autorités de Stanleyville ne se sont pas dérobées à des pourparlers amiables. Le monde entier a le sentiment que Belges et Américains n'ont consenti à ouvrir une négOCiation que pour mieux camoufler les préparatüs de leur intervention (34). Lorsque M. P.-H. Spaak a rejeté avec dédain les suggestions qui lui étaient faites, il a manifestement joué avec les mots et escamoté les réalités. « On exige, a-t-il dit, un cessez le feu et la Belgique n'est pas en mesure d'ordonner un cessez-lefeu . II (34) L'on peut lire, à ce sujet, les révélations de Simon Malley dans « Jeune Afrique II du 6 décembre 1964. 22 « Si on bombarde encore Uvira, je ferai manger un Américain chaque jour par mes troupes. II Si M. P.-H. Spaak ne s'est pas, à ce moment, inquièté du sort des civils d'Uvira, est-ce parce qu'il a considéré ces menaces comme d'inoffensives rodomontades ? I! n'aurait pas eu tort puisqu'on a continué à bombarder Uvira et qu'ensuite les mercenaires se sont emparés de cette ville sans qu'on y ait tué un seul des civils prétenduement menacés et sans qu'on ait mangé un seul Américain. Mais alors, pourquoi s'est-il tout à coup inquiété du sort des civils de Stanleyville au point d'envoyer là-bas des paracommandos, alors que les dangers n'étaient pas apparemment pires ni les menaces plus effrayantes qu'à Uvira ? 1 Une hypothèse que déjà l'on formule est qu'à Uvira il n'y avait pas, en dépit du colonel Bidalira, un Américain, alors qu'il y en avait à Stanleyville, et un, spécialement, dont la vie était incontestablement en danger puisqu'il avait été condamné à mort. L'on sait déjà que la vie d'un blanc en Afrique vaut, aux yeux de certains, bien plus que celle de quelques centaines de noirs. Serait-il vrai qu'à présent, la vie d'un seul Américain vaudrait plus que celle d'une trentaine d'Européens ? Cette version trouvera quelque crédit dans le fait que l'opération des paracommandos sur Stanleyville a été décidée au retour de M. P .-H. Spaak de Washington. Certains en verront, en outre, une confirmation dans le fait qu'après Stan et Paulis, l'opération sauvetage a été abandonnée. L'on dit déjà que c'est parce qu'il n'y avait plus d'Américains à sauver ... Une autre hypothèse qui ' expliquerait que l'on ait manifesté pour les blancs de Stanleyville des craintes que l'on n'avait pas éprouvées pour ceux d'Uvira, ce serait le fait que Stanleyville, la citadelle des lumumbistes, était un dur morceau, même pour les mercenaires du Sud-Africain Hoare et pour l'armada du colonel Vande Walle et qu'il fallait bien leur rendre le service de leur ouvrir de l'intérieur les portes de la ville. Cette hypothèse, il y a beaucoup de chances qu'elle soit formulée sous une forme moins réservée par les Chefs d'Etat d'Afrique et du Tiers Monde et qu'elle passe, elle aussi, dans l'Histoire. Qu'Américains et Belges associés aient voulu couronner leur intervention en faisant tomber le bastion de la lutte révolutionnaire, paraîtra à beaucoup une évidence, même si M. P.-H. Spaak doit s'en indigner. Que cette intervention ait été nécessaire pour assurer la prise de Stanleyville paraîtra d'autant plus vraisemblable que le monde entier a - après et malgré le déferlement des paracommandos belges sur la ville et l'entrée facilitée des colonnes blindées du colonel Vande Walle - assisté à la f,,-rouche résistance des forces popUlaires qui, quinze jours plus tard, s'accrochaient encore à des quartiers de la ville. 20 Il était évident pourtant, qu'Américains et Belges, sans pOUVOir théoriquement au moins, décrêter un cessez le feu, avaient la possibilité de contraindre immédiatement Tshombé et ses mercenaires à l'accepter. Il leur suffisait de retirer à l'offensive en cours leur assistance militaire pour que sa continuation devÏint automatiquement impossible. Privés de leur couverture aérienne, de leur commandement lOgistique, et de leurs transports, les mercenaires eussent été Obligés d'interrompre leur avance. Et le cessez-le-feu fût devenu pour eux la meilleure solution. Au surplus, si le gouvernement belge n'avait pu obtenir l'accord du gouvernement américain, rien ne pouvait l'empêcher d'opérer, lui, le retrait immédiat de tous ses militaires engagés dans l'offensive. Cette décision aurait eu le même effet qu'un retrait conjoint puisque les avions et hélicoptères américains, sans leurs pilotes belges devenaient, dans l'immédiat, inutilisables. Ce retrait, même unilatéral aurait, nous pouvons l'affirmer, entrainé automatiquement la libération de tous les civils belges aux mains des insurgés. LA SEULE SOLUTION PACIFIQUE ET DEMOCRATIQUE POSSIBLE Nous voudrions, par cette longue analyse, avoir aidé quelque peu à la démystification du prOblème du Congo. Sans doute le manque de préparation des Congolais - imputable d'ailleurs à leurs colonisateurs - a-t-il, lors de l'indépendance brusquée de 1960, joué un rôle dans la crise. Sans doute aussi la fièvre des combats, le souvenir des massacres subis sans défense, l'excitation collective, peuvent-ils conduire, parfois, des bandes échappant au contrôle des chefs révolutionnaires, à d'odieux excés. E:1core faut-il faire, dans les. récits souvent orienlés de la presse occidentale, la part de la propa- - gande et dans les documents produits : ordres, télégrammes, etc... la part des faux dont les officines àe Tshombé se sont fait une spécialité depuis le temps de la sécession katangaise. Il ne faut jamais perdre de vue que les cruautés commises par les soldats de Tshombé et Mobutu dépassent en nombre et ·en horreur tout ce que l'on peut reprocher, non à l'armée des partisans, mais à des éléments incontrôlés et anarchiques qui semblent s'agiter à la frar.ge des forces populaires. La presse occidentale sévère aux uns est toute indulgence pour les autres. Par exemple : si l'on pe~t lire partout l'émotion justifiée que provoquent les assassinats de missionnaires et de religieuses, nous n'avons pas lu un mot jusqu'ici de l'exécution par l'ANC - entrant dans Stanleyville sur les pas des parachutistes belges et des mercenaires - du curé congolais de la paroisse du Christ-Roi, l'abbé Othon Bulombi, dont le seul crime consistait dans ses convictions natio- 23 LE DROIT D'INTERVENTION EXISTE-T-IL ? Nous n'avons pas entendu, jusqu'ici, en dehors d'affirmations catégoriques, une démonstration convaincante de ce droit. Si un tel droit existe et si l'Etat qui veut l'exercer est maître de considérer que ses ressortissants sont en danger, le monde risque de devenir une foire d'empoigne. U Thant avait raison d'inviter la Belgique - si ses craintes étaient réelles, - à. recourir au Conseil de Sécurité qui eût pu prendre immédiatement toutes les mesures urgentes que l'on aurait jugées opportunes. Se rendre justice à soi-même conduit - l'Histoire l'a toujours appris, - à une cascade de violences dont nul ne peut présager la fin. Mais, si l'on va plus loin, et si l'on admet, par hypothèse, le droit de l'Etat à une telle action directe, il semble évident qu'il ne puisse, en tous cas, l'exercer lorsque c'est lui-même qui aura provoqué les périls auxquels ses ressortissants se trouvent exposés. Le moins q~e l'on puisse dire e1)t que le droit d'intervenir était des plus contestable. L'INTERVENTION ETAIT-ELLE SOUHAITABLE DANS L'INTERET MEME DES CIVILS QU'ELLE PRETENDAIT VOULOIR SAUVER? Si l'on aborde alors le plan de l'opportunité, il est permis de rappeler à M. Théo Lefèvre, Premier Ministre, ce que déclarait M. Théo Lefèvre, député et président du P.S.C., en juillet 1960 au moment où certaine presse et de puissants groupes de pression poussaient le gouvernement Eyskens à intervenir militairement au Congo en faveur des Belges exposés aux excès de la mutinerie de la F.P. M. Théo Lefèvre disait alors très sagement (32) : « D'aucuns réclament des mesures spectaculaires qui, SI ELLES PROFIT AIENT A DES GROUPES DE BLANCS DES GRANDS CENTRES POURRAIENT AUSSI NUIRE GRAVEMENT AUX POPULATIONS BLANCHES DISSEMINEES DANS LE PAYS. II Et encore : « C'EST TRES GENTIL DE DIRE QU'IL FAUT LANCER DES PARACHUTISTES SUR LE CONGO, MAIS A-T-ON PENSE AUX BLANCS QUI SE TROUVENT DISSEMINES DANS LA BROUSSE? Il ne faut pas se laisser entraîner dans des attitudes qui susciteraient une série de conséquences qu'on ne peut prévoir. II (33). (32) « La, Cité ll, du 11 juillet 1960. (33) « Le Soir II du 13 juillet 1960. 21 nalistes. L'assassinat de ce saint prêtre qui remplit depuis avant l'indépendance et jusqu'à ce qu'il fut fusillé sans jugement, sa charge paroissiale, n'a, semble-t-il, suscité aucun regret dans l'opinion occidentale. Déduire d'excés isolés, - dont les peuples dits civilisés ont, hélas, eux aussi, dans un passé récent donné des exemples davantage officialisés - que le peuple congolais n'est pas capable de se gouverner lui-même, c'est manifestement céder à une sorte de racisme. Bien plus qu'à une prétendue inaptitude du peuple congolais à se trouver des chefs capables de le conduire vers l'ordre et le progrès, c'est aux constantes menées du néo-colonialisme occidental - et tout spécialement américano-belge, qu'il faut imputer le chaos dans lequel ce pays est tombé. La sécession katangaise, l'élimination de Patrice Lumumba, la longue détention et le nouvel emprisonnement d'Antoine Gizenga, la constante corruption des milieux politiques, et, aujourd'hui les manoeuvres accomplies et les violences commises pour imposer Tshombé au peuple congOlaiS, tous ces crimes sont imputables au néo- colonialisme. Les néo-colonialistes provoquent et aggravent sans cesse le désordre pour pOUVOir ensuite cyniquement le dénoncer, tout en en profitant pour continuer une surexploitation des richesses du pays. La seule solution démocratique pacifique possible consiste à permettre au peuple congolais, qui n'a plus été consulté depuis mai 19fp, de se choisir librement ses représentants. On lui laissera ainsi faire, pour la première fois, l'expérience loyale d'une indépendance dont il a été frustré dix jours après l'avoir officiellement obtenue. En retirant tout de suite leur assistance militaire à Tshombé, qui en fait un si cruel et si criminel usage, la Belgique et les Etats-Unis cesseraient de jouer un rôle qui paraît odieux à l'Afrique et au Tiers-Monde. I! faut qu'on renonce à vouloir imposer au Congo et à l'Afrique les Tshombé, les Munongo, les Kalonji, assassins de leurs frères, traitres à leur pays et à l'Afrique. En retirant tout appui militaire à Tshombé, l'on évitera la « vietnamisation » du Congo. Enfin, en prenant sans retard cette mesure, On cesserait de mettre en péril la paix en Afrique et dans le monde. En effet, si, comme il faut s'y attendre, à l'intervention blego-américaine aux côtés de Tshombé, répond bientôt une intervention africaine aux côté des forces populaires, nul ne sait où s'arrêtera cet affrontement ... Le retrait de l'assistance militaire au gouvernement illégal de Léopoldville aurait très probablement pour résultat l'effacement de Tshombé qui n'est rien sans cette aide. L'on pourrait alors enfin recourir à ces élections libres et contrôlées par l'OUA qui constitue vraiment la seule solution honnête et pacifique de l'abominable drame congolais. 24 1

Notes

<references />