Droit et Liberté n°00005 - 1er mai 1948

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Carte de la Palestine (Moyen-Orient) page1
    • Mon point de vue par Julius Streicher page2
    • Les étonnements de la quinzaine (chronique) page2
    • De l'épopée tragique du ghetto de Varsovie aux combats libérateurs de Palestine par Roger Maria (Moyen-Orient) page2
    • L'Angleterre mobilise les états arabes et les jettent dans la bataille contre la Palestine (Moyen-Orient) page3
    • Tous les démocrates français exigent l'application de la décision de l'ONU page3
    • La marche sur l'ancien ghetto de Rome a dégénéré en débâcle par Alberto Samuel page3
    • Sur le front de Palestine (Moyen-Orient) page4
    • Le général de brigade anglais Glubb Pacha prendra-t-il le commandement des forces arabes en Palestine (Moyen-Orient) page4
    • La bataille de Haïfa page4
    • La Haganah explique son attaque page4
    • Les syndicats d'Afrique du Sud s'élèvent contre une loi raciale page4
    • D'autres peuples souffrent et luttent: dans les cyclades, l'ilôt de la mort page4
    • Philippe le long fait un pogrome en se mariant et la banque Elias devient propriété de l'Eglise par Joseph Millnerpage5
    • La Pologne célèbre la mémoire des insurgés du ghetto de Varsovie page5
    • Les maudits par Joseph André Bass page5
    • Comme il y a trois ans, mai commande notre destin par 76264 page6,7:
      • 1945 le printemps a refleuri
      • 1948 l'état juif va naître
    • Le Pétain respectueux par Charles Lederman page8
    • Héros de la Commune, Léo Frankel décréta les premières nationalisations par Marcel Cerf page8
    • Chronique économique: l'union européenne est-elle viable? par Roger Maria page8
    • Valentin Feldman, philosophe héroïque par M. Goldine page9
    • La chronique des films par Felix Rodrigo: crimes et châtiments à l'américaine page9
    • Renouveau de l'art abstrait par Henri Schinezer page9
    • 800 enfants ont participé à la magnifiquematinée de la commission centrale de l'enfance page10
    • La ballade du jeune juif par Rudolf Leonhard page11
    • L'âge des vêtements trop courts par Max Loeb page11
    • La misère nouveau numérus clausus par R. Feigelson page11
    • L'inondation par Roger Moszkowicz page11
    • Une nouvelle de J.L. Peretz: et plus haut peut-être page12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

,. ----~-------------------------------- ORQtT ET LIBERTE Droit et Liberté LE CRAND IlEDDDMADAlRE DE LA nE JUW'€ ...... q.., ... • 0 • • .. M .. .. o o t $ . t.êge ... d& • Vitlige JI.f 0 ,,,l'lJe Arabe - Voies hrrêes - Routes "., .. Points culm,"OIInts. hauttur en ~etffi w_ PTE Plan de partage rzzz.J Etat Juif Etat Arabe E V ' .. ., .. , ~ , TURQUIE Ihffifte,.,es RCP. LlBANJ 'SE • • projetl ,15 mai 1948. _ N° 6-11-, 15 MA/1948

1 R A fi o • I$p.~" s , , - par JuliusSTREICHER Sw.: kil 1 Ah 1 pour ceux qui •• vent ,'e" Mnir, qUa 1 •• libert •• a cJ..c du hon_ N'cat-ca pu. Fr.n. Ko,n.d 1 Tu H..;. men,br. du P.rti N ... i depvi. 1932: lu "I.i. officier IVpérieur dal," Je. S.A.; el. cM ... ta So ... he n ••• Ie. le. lJAOO h.· b;I •• b da Schw.billlCh·Gm\WWI étaient una .. ime. à .. ...."..0_ .ait... co .. m. I.e meilleur m.ire •• ti..aI_.oci.li.t .. qai ait ;amaia aclmi .. i.t'" leur "me... A ••• i, •• .. t·il. JMI' h".iI. à ~ .... ni(cr ter publiqua.me.t I ... r aUache_ Olt 1 .p"" .".ir, dur ... t t ..... _ ..... da h_te, .upporti qu· •• Juif .h. nom de C.i.ch t'.it ...... pIi,oci à la têt. da la m .... ôcipa· .. té, il. "; .. ,, ..... t da .. i.ir J. pr.' .... i ... occ •• io. q .. ; Ie .. r .it d .. do ....... d. pou ...... " ... ,,", toi .. co .... bal ".tio".hoc;.li.,.. Le p.o,",.1 Luciu. CJ.a,. .,. ... t ( .... to. le, ré,le. d. .. dé..,....r._ lie " .-t-il indiq",é) .utori." ka électio ... d .... t. "m., t •• c_- cito,.e ... , à 1. q .... i-u .... ;mité. t'ont réêl .. m,ire 1 T .. e ..... 10 ... la "' ...... eri., da".nt u.. • ...... .. te. d·ord ...... ur. JMlr 1. M;· lita.,. Polic .. , d. I.i .... p .... t .. r à 1. 'oule ... thou.i.ot. qui t·.ccl.· ..... t. le •• ul "'rment qui rut di' ,_ d·.Ue et d .. toi , cOlllui de meUre à mort •• u .. itÔ! q_ PO.' .ihle, le Juil C"i,ch ! El qu.nd cd"'-c;' trembl ... t pour ... n i,noble c.", ... ., "'mile, ., .. t J· ... c ... ,..bl. c ... daur de le pl.;ndr. à la Komm.nd.ntur •• mê· ric.i ... , q ... nd il é",it 1. prê- 1",,';0 .. d .. t .. dénoncer co"' ..... ••• i. il lui fui rêpondu qu'on n .. po .. ".;t rie.. pour .... i : C.r la "illa de Sch •• M.ch-Gm .... d .".it e.prim" •• "olo .. ti • dimocr. tiquement .. t librement ••.• Alo .... "i .. la Ilbert. ! N· ... t-c. p.u, Lo .. i. M.d.li .. 1 N· .. t·.,. JMI., Amir.1 Lac.~? Vo .... ua.i, "ou •• "e. eompri. qll';1 .. 0 .. , f.I1.;t d';. m.intc".nt profiter •• 1.1 mi.u. cM nO. ; .. térit. comm .. n., d. la liberti (d. !te. tr.hirl que "Ou. offr .. "t " ... • démocr.t ...... Et c ... ·HI ..... rinterdiction t.rdi ... de "olre •• - ..... i.tion qui diminuer. 1 ... IIC· eN «J.I ... t, que "0u' • ..e. déjà ... mpOrt •• , .. i q"i compromettra .pour l' ... enir 1. portée de votre i .. iti.li"e 1 Ah 1 cheu .mi. , nou ... prou' .. i ..... pour "01.11 la. plu, ,r.n. da, inq .. iitud.. louqu.e, .1.1 c.u ... de not ... repli Itr.té,ique de 1944, nol.ol dûme. "OIM .b.n· dOllner .ux dan.e ... du coup d .. forc. judéo·communo·l.ulliate 1 Ma .. "0'" ."el l U. tapi. d.n. la clandestinil" d .. "o1 ... Ac.d.mi. Fr."1;.;,e, I.i ... r p ..... r le. _ .".i. ;0.. ... 1 .ujo .. rd·hui. e .. • fi .. , "0'" poli ..... reprend.... le camb.t. Si. en •• it.nl le, .reloh d. 1. pil;" et en ento ..... nl de. hym' _ à 1. d.mocntia "..... pa ... _ne. à obtenir 1. lib';r.tion de .. ob.e loyal .Ilii, le mu"chal Pét.in, "ou •• u ..... bien mérité du Rech 1 E. toute. circo.ul.nce., Ile r_bU .. j.m.i. : .i, to ... e .... m· ble, ._ •• "on, profiler d. lellr Iihe .... et d. leur d.mocr.tie, bientôt .. 0 ... pou.ron. à nOU ..... u crier à Ir." .... le monda: HEIL 'HITLER 1 p.c.t;. J .'F. DOMINIQUE. Droit et Liberté Rédaction et admimstrat.ion H, Rue de Paradis, 14 Par-b X· T'IN hon,: PR 0 v.ne. , 0,47 te-4I C.C P, Parlll 00'7~8 Tant d'abonnement. 3 mols ... ,.... 100 in e mols ,. p' , • ,. 200 frs 1 an .......... 400 lu Et.ran,er : Tant double. Le aérant.: Ch. OVEZAREK Caméléons Ge qui tlillérencie • P.rolu Fr ... • çai __ • de • Gri..,-oi .... ou d e • Je .ai. JMlrtoul " c'est "ue l' hebdol1l:1' d:lire de M. André Mutter ne fait pas d·antisémitl!me. II le dil el le r~pèole. Xénophobr, 1111 10UI petit peu. Mais antisémite, pas du lout 1 La preu"e T • P.rok. Fr ... ç.i- ,e-. • publie dan·'! son numéro du 23 avril t94S l'entrefilo::t suivant: « Dans l'afbire des "o;tures Ope'. 10'!l iuculr":'s s':!rpellent Marian, Sachian et S:lInucl Abratllov;tch. .. Dans l'a ffaire tle l'escrOl+uerie à l'Union nationale drs .!:IUllianl.., lïnc ulpê a nom MicMI Adamo.. rtch. .. Un dr nos IKtelW!l "OU~ «rit pour noU$ sis:n,,~r :01l'5i les affairu Jacques Aaron. Su!!,e I",;,' it:,". E"a RO!'iOI:mblulIl, Kmei".,la, \Ve;nn:b. Weinrcd. Zwcig, Bcll.k. t\o rscllk· nrwsky. Lelano, t\uppent : ht!iloirH de lrafiC3 di...,rs el m:!rsolllinavn en 10US grnres.. • Qu'r-st-ce que cela ~iJJnif;e ? Ct;la ~glJirie qu'on rpinllk cet" t:lins noms. (t,,'on cn in\'ente d'auIrH .•. P:.r • !louci d'i nformation _, nat\lrellement. ~ ~I!r DROIT fT LIBERTE « Craul.Propaganda • I):II\.~ ce mrme numéro., • P ...... let Fr.llç.iae •• rapporle qur le

oIlTll
!1 alllll:.;, • Manchetter Guardia

... ,ï.ulilllW:, 1}1rce que; .. A Dcir\' aS('Ill, prt:s de Jérusa· Irm, Ir! Juifs de la Bagana ont aS$a~iné el hurribJo.:..m:nt muriloé 254 h:tbililnta. .Iollt 25 femmes en· ceillte~, 50 mèrd de f"mi/Ie et (i(I jrun« fillrs. !filler a fait école et d"it bit;n rire dans !!Jn Walhalla. _ J~n dfel, Hitll'r a fail école. ri le rida!'te .. r de • P .... Je. F","~i_ • J'Qle fidèle à la dr .. ise de • Mei. .c • ..,pl • : • Meniez. mrntn JlTO!!i : il rIl re$tera Iotl;eur~ quelque chow. Ph,~ Irancl al le men~ungr, plus jl _ '6Irra . • Compétences La conférrnce c1rs Dix·Sept l'rost cltKe u :ntlre,li 16 avril, après :1I\'oir mis en P""CI: les diffén:nls organis- 1110::5 charl~'$ des contacts cntre ,\1. tlollman et I,·~ 8ouvl"mrmCnis des paYIJ .Iu plom Mar~lm li . LI'"'Ç nazis ,'('ni faire techni'lut'S. Puemler rt Kopf doi· parlie de comil';s M. lIennan Puro,ler est un ';du· cau:ur. Il élait ch:ltllé de L, forma· timl n:llionale-socialiste de:s 501..1:1111 alJema",l~ el, commr tcl, fort apprKié de ".." chris. M. Kor,f, lui, est un .~dalisle renom ... é de 1:, spolilltion des Juill qu'il pr"tiqua Mit une 8rantlr khc:lk: en Pologne. Sont·ce !le' talentl de .poliilteur qui 0111 séduit le Dt!!lIarlenn:nt d 'Elat ? Compétenc.es (8uite) - Qui est'ce qui sait IIliliser ln compétt:nce~ ? - C'eS( It: Grand Muphti cie .urUMlIe"" 'lui tient burrllu. de recrUlement oll\'rrt~ ~ tOUt let a .. en· lurius hors·la·loi . - Qui est-Ct; qui a de la sliite dans ks id';es ? - Ce sçnl Ir, IIncirns 55. qll~ .. 'ayanl pu ache .. rr en Europe la IlIlIe ~mtre le pruple jui~ vÏoo:nnrnt la poursui"n: ~"r le front pal~inien. 11$ IOnt plus de cinq cr'll.., a5AAl' sins ,,:llellta qui 0111 fait leu", pre:uyes il Alischwil1, Treblinka. QrlldoLir rt aUlres lir .... Tout in,liqués \Jur for~r let .1' mal 1948. - N- 5-73 • • cadrrs de la lorce • intrrnationale _ que M. Truman \·oudr. . it en~o~r en 1~IIIc..t;ne pour • r él:!blir ror drr •. Rideau de fer (devant l'anti. sémitisme américain) Ge n'l'St pas tous les jours qu'Ho'· 1""00(1 sort une oeu.·re anlirac iste. Pin'up et gan.llstrn sont autremrnt renta hies que Juifs rt Nqrl'$ 1 M:lrquon~ donc d'une pierre", o "a..'\ ~ .• ~o " " .• hlanthe le eoup que porte aus théorir! de la while .upremae,. le .. ou...,all rilm de M. Elia Ka~an, le Mur ; .. "ioible. Ce M"r i •• i.ible nut briSf'r 1e$ l:.:trrières de races t:I, après Cr ... - fi ... , Ilénonce ranlisimilj~me IIUI Etatl-Unis. Commentaire du chroniqueur ci· nimlilognphique d'un ~urnal de PM"is Ifui. pourtant. dur:!il se demander le • pourquoi Jo des choses: .... Car "" Juif. ..... t, c.mme •• Le .. it, lrès .... Ihe .. ..-x .us Etato- U.... : fi,.."", ... "o ...... ·U ,. a ... cI.br; doe .... If oi. il. •• ....t .... ..dmi ••. Te"II ... 11 Et d':lpporler unt: killue au mllr - trn ~i .. ible - (lue cerlains "Ièvrnt tlc"ant ce qui se p"'!\5e the" M. Trunmn. P"" 9l0fleJt .M.tvtia \N\N\._""",\\""", .. ",,~ DE l'ÉPOPÉE TRAGIQIIE DII GHETTO DE VARSOVIE AlIX tOMBATS LIB~RATEIIRS DE PALESTINE Dans ce monde d'après-guerre déchiré par une crise qui se présente sous le double aspect d'tJne déchéance rageuse Icelle de la vieille société capitaliste) et d'un enfantement difficile (celui du socialisme), le drame palestinien êclate comme une fièvre. La température monte. Les passions et les intérêts secouent les consciences et arment les poings. Des hommes meurent en Terre Sain1'e et le contenu de leurs actes (dévouements ou agressions) s'inscrjt comme,un témoignage de sang à la face du 20" siècle. On peut di"", que le front, à Jr ...... I .. m. e.t de" ... t chllqua rn.i ... n at d.n. ch.q ... r .. .,. Je p"e:nds cent: brève indication duns un report"gt: pAru le 2 avril • lans Le Journ.1 .1 .. Jé ...... lem, or. IInne juif de I"njoiue fnl"~'ni~t: poIrn;'· HHnt ell Pal':5tine. • Cha'ille lI1ai~u" ... chaque rlle Il. Cotl\nle il y a cinot an". ,\ V"r~o"ie. Pierre Loewrl, I:.n .. L·Ordr. tllI 20

n ril, é\'OIjue le xlorieu" lIOu,·.,nir

du .IIht'"1I0 insursé : P.ndant qu.r ... te·de .. x jo ...... ho ... .....,.., femme., .nl.nu, '.11 •••. tre. arme. que qllelque. bo .. t.illu e .. pl ... ;" .... t q .... lque. Ir .... de. 1 • • br;quëe. par eux, tin ... nt .n ichec Je. troupe. de troi. ,.nér.ux S.s. El qu.nd •• pre. le si ... m.i ... " par .... ;.on. de ct; .... iII.nta, il na ""'.la plua que troi. comb.U.nt., c' .. t d.n. le. pl;. , l'un du dr.pe.u polon.i •• l' .ut,,,,, d .. dr.pe.u roUie, le lroi.;èma d .. chi.le de prié .... juif, qu'il ••• jetèrent d .... le. n.m ...... Mein kampf et la suite « Trois sméolltx S.S ..... ChI!.. cun son comh:.t, chacun !I.'1 tradi· lion. Si les Jujf .. dc 1~"Ie-.lim: $nnt fid"I" .. "" wu.enir des N,cri/ics .lu )!heUo de: \"at'!lO,it;. c·e~I ·A·dire " InUI .. la Ré~ illt"nce .. uropc\o::nne:, les bourreau" des rmtriote~ de tous k'S P"}'S continuent leur '~UHe de bur· b:,rr~ pri.il~.Ii'i~. Temo;n cett" " ..... velle publiée par le D.Uy Huald du :.!J , ... ril : Un .ncien chef d ... S:S~ 1. coloncl .. 1I .. m.nd K.rl Eit;hen.u, a ';t" c.ptur" par le. Juifs .u cou ... de 1. b .. I.;IIe. E;ch .. n.. .".it 1. ch ..... de l'cntr.Înement dc:c. lroupe •• r.· he. d. P.lealin. ct '.i .• ;t p.rt" da l'ét.t_rn.jor du .... O"P"' d'.rm';"'s du nord d", Il P.le.lin •. Témoin enCOTt: cclle pr«:i~ion "rnant C()lIlpJ.éter l'information que nou~ :I~on.'i donnée d:ms notre dernier numêro sur t' .. mti el t\aoukj~ fanloche an)!lu'ha"i (rh oui ! ... ). que M. Pi~rrc: t'abre. dll". C .. ....dour du 21 a"ril, d6.ignr co",' mt: ... ... Ie dôocipLe et compaf .. on d·.,.iI, à Berli ... d .. Gr-.l M .. hi de Jé"... • •• lem, dont il eal .ujollrd'h .. i Je br •• droil . Ge tni ... e journa l confirme que Glubb Pach ... général de hrigade .nxl:,i~. comm .. ntle rn chef la I~ Sioll ftr:.be de Tralls;Ord:mir • Un gt'and re.ponsable dénoncé par un homme libre Dr'flnt celte COIllI,I;cité 'u,,~te, Irl homme,! libr('~ r~agissc:nt. \'0;1:1 comment Henry " 'all:lce s'II'r;mc ~ur !lev; ... 1: .... Adion du 20 :" ril. d:",1 un article (lui porte le titrt: : • Trum.n .nt;mite • , En Ii •• nt 1. di.cou... d. Iktoi" • ur .... mi. ar.be. - le ... i,ne"'" 'éo.:l.u .. d .. Moy .... -Orienl _ con· cu ...... mm ... t ."ec Je. hi.loin:. q .. olidien n... de •• n,l.n" m .... c~. d'i.r .. élile., je ma ... uwe n.i. du peuple pe .... clll .. que j'.".;. "u à l'oe ...... e. bi.ti ••• nt U"e 10 ...... de "ôe nou .... lI. en P.I .. lin., et 1. penoée qua cat homm .... perm .. ttait de parler, comm. il )' .. I.il .i .o .... ent, .u nom de la t;i .. ili ... tion occid .. n· tale ...... .Ionn.il 1. Irio ... n. Ou;. B", in. mini~I,·t; • ,.ociali~tt: • de lïIllJ":ri"li,me anti~émile d" la Cit.· .lc 1 .... ",lrt'$ .• olre criminelle hypl"lCri ... ir .t ... nne 1" fri~1l .. drS 1ll;lIion~ d'hommes Iibre1l '1 tn,,'rrs le monde. Derrière la façade Derrièrr le~ rnmt"ir~ brÎt:,"ni' lues, le~ ro;tekts arllhes dé"orés d' :llnbition~ ~uerriCres. ,Ierrit'Te les n,erce:n:.i,e~ fi"':l!i~';, de tOUIU nalillo" lit"'s. derriüe ce monde ,i~i· hie ftui !l'a)!ite ri qui tua~~lcre. on .. oil 't: proli1"r lt~i pujjl:~anCt:5 rhll" tlu mondr m"dern". Cest ce qui 1I111):lf.il IIt·th·lllent dans celte conclu~ ion de l'O:\d;lorial du M--.le du 24 alril, le jour de la prise de Ham" : Un f.it ... 1 certain : le roi de T ....... jord.nia .. ·.,;ra qu· ..... ccord .toCC le, .uto";I'" britanniq ...... D.... '- me ...... où l'innuence de W .. hinlton .ur le Forei,n Offic .. e.1 .flic.ca. le S .. te D ..... rt ..... nt M troll"e dOflc .nco..... .....I,r" 10llle. ... hé.itation.. •• .....1 de dicter

"direcleme"t r.ni!ude ft la

T ...... jord.ni.,. C'ut ce Ilu·,·""I;(IUr rhl. cOtllplt-. lement Edith Bricon .1:1II~ l. Tribu .... d.,. N.tion. tlu 23 III ril : En jo .. ant 1. c.rt. d .. l'anlisioni •• me. l'Allllet..-re n •• ' . .. ur •• upré • de. Ar.be. « .. 'un .impl. lur.i., car l'An.;;rique. pe .. à peu ..... ubd;tua à elle c ..... n'. '.eteur de di .. elfppe .... ent du Moyen'Orient, ... ec to .. t r.".nta,e que 1 .. ; con!"r •••• u~ rior;lé maléri.II •. Et on peut pri" o;r que le momant n· .. t plu. Ir';. éloi, .. i où le. ;. ... be ••• "e", Ion co .. co ..... , la d .. b.rr .... ront d •• Anll.i., ex.ctement COmm. ils _ ... nt ....... ;. d lIx pOur ch ..... r 1 ... Franç.i. d. S,.rie .u I .. nde .... in d. 1. Libération. M.i •. pour pénit .... r le monde .... be qui ... t encora po .. r elle. terra inco,nila 'f l'Amérique • encore be.oin du courtier brio t.nnique q.·un ... "pé";e .. c. d. 1 ...... • te ... n..... • f .. mili.r;'" ."ec to .. . le. tOUri et détov... du Mo,. •• • Or ..... t . Un jeu .inistre 1":1 polili(jllr an~I()·:lm';ricaine en P:oIl"dne "'1 P';~ ~etllcmcnt cri- 1IIine:lle, elle ~~l "h~ul'tle; rlle Il pv .. r r.:,."It"t .10:: fn\" .. ri~er , let; in· Iri.l!ur~ belli6~t ..'1 i clui ri'llu"nt de conduire "elle wlle hn'llante du mOntle :lU f,;h ,w~: il ~llffit de m .. s .. - rer ce )lrVtl'." Ir un j,.,urn:.li,le :ITa· hl'. ,1:.0$ le juurn,,1 P.I •• I;n .. , de Jn fb. p,our ~'rn n'nllre "ompte : Nou. detoon. e.ploiter ju",u'"", bout l'.,,r ... ation de 1. .;lu.l;on

nlernation.le. La pooit;on Ilr .. I •• ique

d .. JMlY' .r.be., d .. mima qu .. leur p';trol... .onl de. a ... umenh pu; ... n" en I ... ellr de notre c.u ••. Ce .\Ic:nre d e prOHlClltion il la )!urrre se rctrou ve ("Onfl:Hllmrlll dans tOtlle IIne p.1rtie de la prr~~e ail ;cnlce: des f\:O(bu1 arabr, Le dilemme palestinien ,-" Juif, de PHlr~linr soni rnscrr':'" "an~ un ré~l'"lIlI de prohlt,mell complnrs. Il,. trll'rUli IUttnrl il ~"r est difficile le tromer dll", Ions It'S C:l~ la IiI/ne ju~tr. Lu tumel de ralt~rnali'r pri",ordi .. k il 1:, • quelle il, unt il rrJl'Ondre 5C: trou- 1 """,1 ré.~u",is par le D .... r, ~umal juil ,le .l, .. salem, du 2 a..ril : II f.ut .'en te .. ir à 1. proc:l.m .. lioll de I·Et.1 j .. if. Celte proclama' I;on prêlenlt;, bien cntend ... da multiplt;, d.nllerl : connit •• "eC le Ilou .. ernt;n.ent brit.nn;que, p'" 10,.1 •• pour 1 ... Et." .r.be. d'en' "oyer leur •• nnée. en P.leotine, ri:. i.l.nce .m"ric.;nt;, et fin .. te ... f!ftt rlll ... d. reconn.iso .. nc .. par l'O.N. U. Ce lont là de. d .. n, eu ...... 1 •• M.;. le manque d'initi.ti.a n· ... t pa, moin. d.n.ereux_ Si noua ... procl.monl pu rEt.t juif ct .i .. ous .. ·.J; •• on. pa. conl.rmé ....... t à 1. déci. ion adoptée, .. 0 ... ri,quon. d'affronler de. d.n."," ;nt;;" rieuro en P.le.tine mèm .. et d .... 1. Di •• ,..... •. Le dilem ........ t donc le .ui"ant : o. biell nou. lutt.n. j ....... ·.u hout m.I • • ;; 1·.llr .... lion d... condition. ;nle .. nation.te., .... bi .. n 110 •• cellon. la lutle et .jo ..... no ... la déci.ioll à dH tempo mei'" leur •. LeI tempo. meilleur. I.e chrmin 'In; condnit à Ik$ ., !rmpS ", .. illeur: • pa~"f' ;n';vi'ablrmo:: nt p'dt 1" Inur. Au trrme de 1'l-I'H·uvr. la l'IaiK rt·tfOuore rsl pos~ ihle. Di'! aujounl"hu;, Il's ~ignes crrlain$ d'une cnt~nte ulterieure rntre IrllVHmel1r~ juifs ct arabeN frHIlfK'nl le~ ohse ... ·a teurs qui n" ~e t,issc"t pa~ an,uRlo::r rar les "'pp..rrncrs. Hrnry \\'"lIace l'st Un .le cru" (lui Olll "U juste. ~ur placc. ninsi qur .on "rtide: tI'Aclion, dé;:1 ciltl phL~ haul. en témoigne: r.i pu' parf.ilen.ent me ...... dre compte qu'au n; .... u du .. iII.,e, Juif •• 1 Ar.H ... i"ent en bonne in. t.lIi,ence I.nt qu·on. ne Ie .. r in ... f- Ila pa •• d .. l'e&t;;ricllr, 1,," po; ..... . d. 1. h.;n. el de b. d;.corde. Oui. il faut créer les condilion!\ int~rirurC'!l ri r"t~rieurrs. qui pla. crront. "u nhrau du \;lIalle Il, bcr "IIX rb lité ... de; J "j!s et d~ Arahel qui décoU\rÎront fr:,terndleOle" t. t'nron, quïl~ ne sont pa'l d" ennrm is et que les raison~ Ilu'ils fK'IlH",t a .... ir de lutter et de (om' Irnirr etl!ICmhle ~t "Iu~ !ortel! que J.t,.. Illolir~ .Ie: h"jne et de gurrr .. CI"; kur SOnt artif;cidle:Ol"nt im~. 1 , ! " ... m.r IIMI _ N" 5-11 DROIT El" UeatTf , , mobilise les Etats arabes et les jette dans la bataille contre la Les fon:n ",;lit1;~es. que Ses A .. ~.-A-...éric"". 1'1~ • jeter CGfttre les I"ifs de P .. lestin., (om,...-... , .. , 10.000 ho .. . po,,~ " Egrpte. 20.000 po"~ 1.1 Tu .. ,jorda"i., 30.000 ho ..... " po,,", "Ir". L~ contribution .de ,'AMlti. Sêoudit. "'m pu eooc_ ,...êcisê: •. C~ d3"t, il nt probable qu'elle .e~;II (:0"""0 1pril lu con.-c"",tion, e"See. p,u 1. déolelation du Comité ptllitique de 1. Ligue A"be. En p.ésenu de (et: me.ueu. la H'I .. n;th et lJo,,,, .. ie .... ent de ';Iner .... ,"ccrd d· .... ité cf.utiOOl. T ...... , que 1.. b.l1.ill. b;t déi~ ,.,11' en Palestin. mêoone, un porte-,. .. rol. du fon:;," ottice nO craint pn d'êc .. rte. b possibilité d'l'ne pt'Oc: h"j ... action Conc:eotée des .... ys d. ,,, Li,Uoe A .... be. Tous les démocrates français EXIGENT L'APPLICATION de la décision de l'O. N. U. L'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entr'Aide a pris t'initiative de s'adresser à de nombreuses personnalités françaises pour leur demander de signer la déclaration ci-dessous dénonçant la violation des décisions internationales. Emus par la remise en question de la déc ision de l'Assemblée Générale de l'O.N.U, du 29 novembre 1947 - décision portant sur la création de deux Etats indépendants, juif et arabe, en Palestine - nous nous adressons li l'Assemblée de l'O,N.U. du 16 avril pour lui demander de faire honneur aux engagements pris. Nous considérons que la mise en application immediate du plan de partage est possible sans effusion de sang. En la retardant on porte une atteinte dangereuse au prestige des Nations-Unies et li la cause de la paix. Contester le ~an de p.1rtage serait également prendre une lourde responsabilité dans les massacres qui se préparent. Ceux qui ont payé un si lourd tribut à la dernière guerre méritent le soutien de tous les homme. de progrès pOUr la réalisation d 'un Etat juif indépendant en Palestine. Prr:mjtre 1i5'e de 5;g~t/Jirt!$ : M, ~'Abbé BOULIER, pl"Olesseur de Droit dea Gens l lflstitut ' Catholique.. M, ~urlce THOREZ, d~pu~ , lttlclen vÎoe-presideflt du Conseil. M, Jacques IBERT, compositeur, N.'. Je~ MINJOZ. député, llIIcien miflistreN~ Charles VILDRAC, ~c rivaifl M RACAMOND, gecrét:lire de la C G.T. M, Jacques DUCLOS, député de Paris. M. TERSEN. agrégé de l'Université, M. André PHILIP, d ~ puté , ancien mÎfliS!rG. M. Léopold SENGHOR, député du Sétlég&l. M. Pieue HERVE, député. M, Jean BABY. al:,régé d'histoire, chargé de cours l l'IflStilul d'Ettlde6 poIiliques. M A, LEROY, secrétaire Mtiona; de l'Unlon d~ lia 1euoesse Ré.- public~;fle de Fr~nce, M, Roger OESORI'I,·IERES, cher d'orchestre, M. O.niel H .... AS. administrateur de " La Bal8ill~ SociaÏ'iiie ... M. Stanisla$ FUMET, homme de lettres M , Jean GU ICNEBERT. cooOeiller municipal de PIW'I!i. M. Charles KOECHLIN, compositeur. M. VIGNE, secrétaire f:énéral des " .... mis des P,T,P p, .. M. !'lierre LE BRUN, ~rét8i re gén~ral de 'a C.G,T. M, GCQI'gt!i PILLEMENT, écrivaifl . M Loui" CHERONNET, éi:riwaia. M, E.-j. FIN BERT, krivaMl Mme WILFRED-MONOD, yeuvo du Pasteur N.ONOD. M, Ren8ud de. JOUVENEL, éi:ri..-In, M. Eml~o BURE. dlrecleur de " L'Ordre .. !je Parle M. Waldem8r GEORGES, N. Louis PARROT, jouM91t6le. M, LWn MOUSSINAC. ~c riv"ÏI\. Mm", "lice BRISSET, cOflijCillère de b. République. M, DESIRAT. secrétllÏl'I:I du Secours Popul.i.re Français. M. DUGHENE, secrét.irc national Ile l'A R,A,C, M JUSf;n GODART, .... cien ministre. M, AMné CESAIRE, député de 1. MIiNinque. M. Rellé LALOU. écrivain. M Louis MARIN, député. M . LWn BARSACQ, M, Alexandre KA.'.\ENKA. artiste pointr&. Mme Elisabelh MAGNJeN, M. TRILLAT, directeur du COO.gerutoire de Lyoo. N... le Docteur WERTHEIMER, profeIJSeU!' • ~a Facutté de Ly(Wl. M, Gaston MONNERVILLE, président du Coo9Oi1 de la R6publJ.. que, M, le R -P, CHAILLET, présoident du CO.S.O, R, M P,erre LOEWEL, homme de leUres M. MAURICE, secrétalre de la P'tidération nalloo,le ouvrière Oes cuirs et peault. M. Joseph KESSEL, écrl • ....,. M, A, NOVARRO, aVOCat l Lyot! , M Raymnna GUYOT, d6puté de PMi&. M Marc SANGNIER, d6puté de Paris. M. Mlurice KRIEGEL-VALRIMONT. dépUlé. M Jean CREN.ILLON, melleur en scène. M. Auguste LECoeUR, député, .nclen IiOUS-6eCrélalre d'elat, M. Yves FARGE, ancien min istre M Joseph BILUET, IKlcien directeur génér.~ leS Beaux-ANS. Mme M!tdt)ietne BRAUN, dépUle- M, Mll1'C'el VILLARD, conge111er de ,. Républlq~, président de la Commission de 1. Justice M A. FOUGERON, artiale peinlre., Pru Nalional 1 ... 6, M. 10 Dr DALSACe, N~ Afldré DELFERRIERE meltour en onde8, Mme Mathilde PERI, dépull! M. le Pr, Jacques NICOLLE, du Coi1~g& de Franco. M A. SAUCER, !oumal iste, Même dans les milieux de la ct Ligue Arabe Il on dénonce Abdullah comme agent anglais o ..... u. _ La ptOpaS;tlOn du Roi Alx\.lUKo de Transj:w-damf' d'occupe!" la Palesline f"il l'obter des commentaires de la pre\se de Dama~ . .: Ce comjlot anglo- r~ .. n5oj:w-d:Jmen, écri t notamm .. nt .: Bara(b _, consti tue en faIt une réoccupation de la Pal e~ l,"e par le~ troup.es du génl .. al Glubb, donc par les B"t~ l'V1i - ques. _ ' Le même journ"l, qui est te porteparole du Dr Soubhi Abou -Ghanllné, leader des T ranSjordanlMS libres, s'étood sur le suiet et conclut li .: la nécessité d'e.o:clure la _ Transi:w-danie de la ligue Arabe, faute de quoi .: toutes le-; manifestations edérieures ne changeront rien il celle vénté, » .: AI Faynaa _ rCj:)l'Odult, par aIl leurs, une information de source $OViétique, selon laquelle le t,a,té anglo-transtordan'Ilfl pOssëde plu$ I!'urs anncles dont l'une prévo, t Il l'agrand,ssement de I~ Transjor_ danle pat l'annelion de la Paleslme arabe ",ns. que d'une parhe de la Palestine juive. _ Dne ollemlve anglaise conlre les Juils Les B.it3l1niq...e, Ollt bi' uvo; • qu'ils n~ tolérer"en' P,II b prise d. JaH.. par tM 'uit. et fullt de. préparation$ ... ililai.e" Déj.i, dn appareils de la R,A,F. onl atUqotê le. nou.elles position' juiwn de Baty" .... L. Haganah a décréle la ... obiIJulion of ... fe ..... es. (Lire nos Informations en p, 4 .) QUAND LES FEMMES JUIVES RIDICULISENT LES FASCISTES La marche sur l'ancien flhetto de Rome A DÉGÉNÉRÉ EN DÉBACLE m U'ESPERAIENT, à ttoi. jouta; de. é lections, les provocateurs du c Mouve. ment Soci.lltalien :. en organi_nt un raid contre le quartie r juif do Rome ? Déjouer la vigilance du peuple romain et 5Cmer le dësordt& pal' une manoeuvre clanique de divetsion. Une foi. d e plua, le. objectif. politiques de J'anti.é mitisme apparaiasent clail'emenL Mais les apprentis pogromis te!! trouvèrent à qui parler. Grâce à la décisive riposte des Juifs et de leurs c.ompatriotes, la Marche sur le ghetto de Rome a dégénéré en débâcle! LE CONDAMNE A MORT SE PORTE BIEN Le M.S.I. se coml)ose essentiellement de que 1 que 5 bandes de nervis qui, pour la plupart, ont fait leurs premières armes au temps du fascia. Bas 5 e psychologie d'aventuriers, cynisme, goût du sang, haine raciale, tout les apparente aux S.A. et aux groupes de guerre civile, dans la tradition prétorienne. Au reste, ils n'hésitent pas euxmêmes à se proclamer ouvertement fasciste". Quiconque analyse un peu la polltlque de l'ancien lecteu r de la bibliothèque du Vatican ne saurait s'étonner de l'existence oWclelle d'un M,S .I , La démocratie occidentale Ignore les mots d'ordre de Saint-Just. C'est un criminel responsable de la mort de plusleut'll déportés ou partisans. qui joue les petita Uuce â. la tête de cette ligue,. Alors Que l'aglf,s... tlon d'un Ola[1nlnl a pu parilttre, parfois, simplement ridicule. Oeorg-Io Almlranto reste. su r toute la ligne, un personnage sinistre. Au moment de la Ilbêratlon, Il avait oeé con· damné à, mort, Mals le parti des Indulgent..'1 veillait : la peine fut bientôt commuée en trente ans de prison , Je veux dire Qu'Almlrante ne tarda pas à êltre rendu à la circulation. Il d evlnt le dlreeleur d'une feuille antisémite - un PilOri Italien, actapté a. u x conditions de j'h6u're _ et posJ. sa candldature au Parlement, CESAR ION DE CARNAVAL Un ami démG--chrétlen sLncère et désabuSé me disait récemment

c Il but reconnattre

Que les fascistes se sentent de nouveau chez nous comme des poJ.ssons dans l'eau , ~ Cela est si vrai Que, sOr de la protecUon des poUciers de M. Scelba qui excellent. à c maintenir l'ordre ~ - Almlcante a trouvé tout naturel d'entreprendre un tour d'Italie électoral agrémenté de détllés eJt, de retraites aux nambeaux du plus pur style mussoUnien, Almlrante n'a pas perdU les leçons du César de Carna,.al dont Il est le dlsclttle , Mals ses eXb.lbltions, qui n'avalent même pas l'excuse du grotesque, ne furent guère appréelées par les travallleurs du Front Démocratique, Prod1g1euse me n t ALMIRANTE, LE PETIT DUCE chahuté, sifflé. hué. en des mee· tlngs que la Ioule t ransformait en contre-manllesbltlons antifascistes, U manqua, plusieurs fols, être mis â. mal, et, en tin de compte, le c Mouvement SOcial It.allen ., malgré une propagande tapageuse Unancée par des torees occultes. parvint avec beaucoup de peine à recueilUr deux sièges dans toute l'Italie. PRECEDENTS HISTORIQUES Almlrante avait ét,.é parUculIère me~ serulible à la défaite qu'II venait de subir Il Venise ot'! des Julrs. avec d'autres démocrates. l'avalent contraint â. s'en tulr sans demander son reste. Il décida de vellger par des représailles contre les .Juifs de Rome ce qu'U considérait comme un affront personnel, et de tenter. du même coup. une opération poUUque qui lui permettrait. à la veute du scrutin. de consoUder dans la capitale des posItions QU'U croyait très fortes. Il était If' heures du soir. le 14 avrU, lorsque plus de deux cents gangsters. armés de matraques et de COIlDS de poing américains, délJoucb.èrent, en criant: Co Mort aux Juits ! •. au coin de la rue Lon,.ataveTe, dans l'ancien ghetto de Rome, non loin de la synagogue, Un tel spectacle. en ce ql.lar· Uer de la ville ot'! les enfants d'Israël se &ont établis Il y a plus de d eux roUie ans, n'étaIt certes pas entièrement n ouveau En 1944. les SB. et la palice fasciSte étalent déjl venuil prooé(Ier Ici à des raflcs masslves, Au même end roit, en l'année ... 387, sous le règne de l'empereur Maxime. un pogrome detourna. la colére du peuple oontre les traditionnels boucs émLssaires. Mals les brutes du M,S,L ne connal8Sent pas l'histoire romaLne. Et d'al11eurs la connaltraient- Ils qu'US ne sentiraient pas tout ce qu'JI y a de dégradant pour des contemporains du XX, s iècle à revenir aux méthodes de l'arutlque barbarie ! CASSEROLES VENCERESSES Les hommes qui habitent le quartier juif n'étalent pas lA. au moment où cette agreSSion de liches se -Produisit. lia se trouvaient, comme d 'habitude à pareille heure, dans les envIrons en traIn de prendre l'air, déambulant à travers les rues, ou assis aux terrasses des cafès. C'est donc d'abord aux femmes que les fascistes eurent affaire, Le premier mouvement de panique pa8Sé. les femmes, qui avalent vu un bandit malmener un gosse pOrtant le calot rouge du Fron~ Démocratique. répondirent aux assaillants avec une fo rce décuplèe par la rage. Les unes. postées aux fenêtres. leur lançaient Sur la tête dee casseroles et des ustensiles de cuIsine: les autres, en bas, leur Slgnlrtalent â. coups de piMa. de poings ou d'ongles, QU'U", n'étalent pas lell bienvenus. Désorientés par cette rélil ... tance, les fasclste~ IiQrth:ent leurs armes et envoyèrent plus ieurs déw.chements occuper. en ordre de bataUie. les -posItion. 9tratkglques de l'ancien ghetto, PITEUSE DEBACLE Cependant, les hommes, alertés, accouraient Il toute .,ltesae avec leurs camarades non- julta et, sals\s.sant ,des chaises, de& planches, et tout ce qui pouyaa servIr de proJectile. se mett.alent en devoir de relXlUsser l'ennMll, DanlO la bagarre, Carlo Levi, qui défendait ses enfanu, fut grièvement ble~ et les vandales réussi rent à profaner le monument êlevé à la mémoire des Juifs de Rome a88!lSSlné& par lcs Hitlériens Mals finalement. l'ennem i recula Bloqué dans une étroite ruelle, Il reçut un déluq:e d'engins hétéroclites et d'ordures mé nagères dont \1 gardera sans doute à Jamais le souvenir peu glorieux, Les poubelles avaient fait merveille, BatLant défLnlttvement en retralt.e, les fuyards furent pris en chasse par les Ju lts et leun camarades jusqu'au moment où. du côté de la. Piazza Argentlna. des coups de sifflet se fi rent entendre ; c'éLalt la police spéciale de M . Scelba qui venait c rétabli r l'ordre ~ . sauvant alnsl, in extrern~~. les fasclstelô d'une salut&tre et totale correct ion. Mals Almlrante était v!IJncu. • DROIT fT lIBER'rE II~: 1IHIIII~_liOIIIINIIIIIIUIIIU!IIIE ~!H!~ . 4 ~t;t;u ~/t4 SIJR lE FRONT DE PAlESTINE •• .. Les syndicats d'Afrique du Sud Le mardi 27 avril, à l'aube, la guerre a été déclarée par Abdullah, (oi de Trans· jordanie, aux Juifs de Palestine. L'armée transjordanienne a franchi la frontière palestinienne et occupé Jéricho. Il est hors de doute que la déclaration de guerre a été faite sur l'ordre de l'Angleterre. En effet, un accord récemment signé et liant la Transjordanie Ji la Grande-Bretagne interdit l'intervention de la « Légion Arabe» sans permission préaJable de l'Angleterre. Le jour même de son intervention, l'armée d'Abdullah. reçu 180 nouveaux tanks angla is. s'élèvent contre une loi raciale Apres 1ft publica tion rlu projet de loi tendant il la siparation de~ svndicilts indi):,'ènes, des syndic~ts groupant les travailleurs europfens, le Conlicil des profes'lions et syndic"ls d'Afrique tlu Sud a envoyé une circulaJre à ses organisations pour leur diflllandcr leur ~vis sur la question, La quasi totalité des syndicats appelle la CenlrRlc N"tlona1e À rejeter t.'C projet tle loi ct À organiser une campagne contre une manoeuvre qui vise à etablir des discriminatioos préjudiciables IIl1'1t travallleur!l, Cclle JTave déc;i"ion a.'.il ..olé pri:ldée de rilllen·enlion anllaise INTERVENTION ANGLAISE tlanos la b.taille dt Jaffa, Au lendemain de la batAille lA Grsnd Q\UINÎer G,fnrral .Ies Iorces .. r:obel " ili 1. n8111 1'"" • A m· d' II"'lla, l' Ir".." -'lIlI, tl';',,;I\·oll1l ......... r la • t. • • 1 IIUltunah, l 'eI.t jeté à l'a5Sll llt de Syndicat de. Joailliers nt. . n, clI ,)illlle ck 11 Tran~rclanie, oir 1 An";""le,.,." a ~ po .. ,totm~ " et Orlè",u. • tus lÛ,,,". TOII~ l'tI f:t""fs araMs adMrant il. la 1_.'J J!I't: &rit aoeet)t" (e J .. na. I.el k:orCft brilannlque" 50nl . "". bd l'-h inler".,I1",,!; contre I"Irgt)1I1I penJant HONGRIE Un nouVc.u manuel Kol.i,e .,ierrt d'être édité Cf! Hongrie, Daru le tadr~ de l'imtructlOn civique. il traite du problème de l'antisémi. tisme. Ce manuel est l'oeuvre de M, Bol:., .ou~.:~crétaire d'Et.t aUl Culte. et i, l'Inslruclion Publique, Il est :k.liné à Iullcr contre IC$ MIr. vivancc. de l',,,ntisémili~me el du r&- .. rtici .... r au. ~r.l .on. IOUII le comm"" ement aU rui A Il HO , ou , , - ~~ 1 bb P h que la Il,,,,rn.1IOIl lnobt: bombard .. it Nor.e Comi.é demande qu'une I~ . IOlutOon énc.,iquc p.ot_nl conlre 1. projet d. 101 IOit en .... y"" ." l'Ili. nioU. du T ..... il, et ~ue le ConN;1 d.,. proreeaion, el d,.. Syndic.1I d'Affi,!"" d" Sud ui(ll! le .et .. it de ce P'orec d" loi. I)ms prici~';'n .. ml du JI';'nrra' oIIl1,hti, G Il ae Il , '" ", .. t. .. ,,~ .:k T.+A,.i ... Un accorel a ~Ir ~i,.;"'; ;:. Amman entre ln "rl1lffllihnnlli~e, Iran~ D .. "s 1 .. !IOir(-e de lundi, on linjorda " ienn~, Iyrienrte et irakie ... ,e, scion lrq .. oel ~I~ OInTironl Jrt)is non~"';1 officiellement;' l)amas tue Jroots .J'alta.tue cuntre III PIlIt51ine et y e"-qeront 4O,fOO IIIJIJ.n, la Tn,n~ionl:inie "'·lIit dklrrro:~ la --.:..--.:..----------~-~..:----------"J ,item IIU • .Iuils et que son armée '""lOil OCCII,,,; J';richo. Le général de brigade anglais J.-B. GLUBB Pacha prendra-t-il le commandement des forces arabes en Palestine? Aprh la ôNHile de Faw7.l.eI.Kaoukdjl li Michnlllr.lbcnlck, le g~né ra l iniki('n ISlIIilil SlIfoud est a rrive (lu Caire ft Jérll .. alt~m pour prell{lre, sClIlble-t-il, le COllllllanlemcnt dcs fotce'S Hr:IIJCs cn l)1l1esline. M:.;s c'est le roi (le Transjordanie, Abdullah, li. la tllte de la LClo:ion " r ~ht·. q\li diri~enl le G.Q.r,. Cette lé.::ion e:olt conlmanrlh PHr le gl'-néral anglSlill Glubb Pllcha et encadrée par Ile nombreux orricier!l britanniquc!I. 1..11. Ugton IIrllbe oomprl-lll une brigade motorisée, de l'infanterie et lrs unités de mt!haristes. En liairot\ av~ le rôle croissant de la Ugion ArAbe dans l'oUensive contre les Juifs de Pale'!line, le porte_parole de l 'I\J:'enl': Juive & ri&'18ré : c t'Ang~crre est mainluant praU. 1ucmellt eot,re dans la guerre conttt les ,lvils. :. 1..10 ,,,';lIIe jollr, ra dt.!llXi.,me di,i' oçioll mOlori~ irakie,uH'. forte tle 12.ootI hommes t.!1 accompagn.;e d'une cimtm.nlaille d'a,io n~ de chll~~ • ):ury • a quiur BHsdad pour Atnmon, LE COUVERNEMENT PROVISOIRE JUIF EN PALESTINE Voici 1" cnm~ilion du GOII\·er· nenlcut jll"o';soire juif: D.yid Ben Caurion : prt'Illier mi' ni~trt' CI miui~tre .Ie la f),;(ense, Ma.h. SheNok : Afllli~ élnur lIèrt!. Elie •• r K.pl.n : Finlnct'fl. h •• e Crumbaum : In;ri"ur. Dr Friu B.rn,t.ill : Cornmet~ et Imlu'ltrie, Merdee".; Benler : AJ;riculture, E ... h Zi.)in, ' Population. R.obbi. Fi.hm •• : ReliXion. R .. bbi. Le ... ill : Sanl':. FéliI R_.blutb : JIIS1tce. Me,h. Sh.pi,.. , hnnli,:raIÎOn, OuM! R.m •• 1 P.T.T, Fédèration de. Travailleurs du Textile Ce projet de loi Nt .éactiann.;'e "

onotiluc
""e .. tto.q"" d!.ecle cant.e

1. mou"em"nl Iyndical .ueI,,'ricain. Fédération dea Travailleurs de l'induatrie chimique Le P'O}et de loi ut eonl .. i,,, l 10011 k. prinCIpe. d" .)'"die.li.m" et ,,'ul e"".in"mcnl pa. confo.m" 'UI ,~. .,autian •• cfOpl~c. l d'innomb .. blet conlé.encc. du Conteil d.,. Prof",. lion. "t S)'nd;ut. d'Af.ique du Sud. turne. POLOGNE Le département de la JU$tice de Pologne annonce qu'il", ordonné une enquête spéciale sur les fonc. tionnaires de 1. poIJce juive qui .vai"nt servi dam le ghetto de V:r.r_ iIOvie pendant l'occupfltion Illem1\n • de, pour ~voir s'il n'v avait pas eu de col laborateurs parmi eu~. NOUVELLES BRÈVES V" e centrale ilcctrique, oppor/enant conjointem(!n/ à 16 T chiC(I.JlorJoquie el à 10 P%ine /.hl lITe bôlie IUT /e$ licux du camp J'AulChUJilr, /ouor" d PhiloJdphie OIfganiSotion 1U1~, 14 et doru ,'cllltrcl t)i/le, "Fredond Le.fue !I. ac, Elatl.Uni •. Dmu i1 n'c"t qucs/ion pour le le COUfMJt du mois de moment que Je r oJ· mou, le B04Idier Je mi,,;on Je 2(X) "ncioDomJ Rou! e den· Ti,tes. • _______ - ___ ... __ - ___ ... ______ ... __ - On ne ~it JlIII ... nc.ore quel por- ..-_- ------- --- ------ Ide uille sera "uribll1l il M. Behar Shitrit. - Jacques Norman. membrc Dflli!émit. d" p.lement FiJêrtJ/, d demandé ou l'Oaueme· menl rooodien cl' ~er· Jire au Conddo une compOl/ne Je~linée à !ownir Jes ormCI et Je3 munifion$ aux juif$ Je Pofutinc, oo."i du Elot,.Vnil en - Le ~ouoe"lfment Pa/utm.e 3;.000 uni· s/OVdqtle iii JicMi J'oc· tél Je JOn, et 25 am· corder en~ 1.000 ct buTaneel. Trente.cinq 2.()(x} po.ueporb à 'n novrJellu dmbulancu juifs Jé$irtlnt imif(tet LA BA'1i' AnlLl.E IOIE IHIAOIFA ~ UN ANCIEN COLONEL SS It:fVtIt extUiies JafII en Pd/t.!dine,

CAPTURE A HAIFA

un trè3 proche d~nir, - Des 1 j g ne, - Mu Archibo!J J'(loiolion enfre l'Inde, SiloerrrllJn, qui reoienl LonJre$ et New- Yor~ Jt.! la GUl/one hollon- refusent Je riseroer des J(I;.1e, (1 Jédori que, ploce, oux pa"O~rs controirement à r.e qui juif,. 11///; Ttmloires ill,JCués ~,. IfS Ir.bes A" terme d'un •• iole"te b.teille .... fal'Ce" .rmée. JU'.e. ... ant em". ..... de H.ïf • . C'e.1 .p ..... Un li .. de mortie .. eflec:h'. il. partir du :.i ..~ .~. . r;e;~ition 'ortifiée qui domine 1. ..i lle, qu'.lIu o .. t pén.- A ..... t l'eU.q_ jui .... Mo, troupeo br.ilannique. oie H.it .... Ie .. t •••• cui di ...... poi.l. d. la .. m., notam~nl le poil. d. polie. d .. Mo"t C ... m.l, .in.i ~ le ,....1. ccnt .. aI d. poilee d.no 1. ..iIIe b ...... où . ' .... it j.utelle. .. Jé.aiGn .r.b.,. La Haganah explique son attaque Un port~· p;rrolt dt rltat major ft la U.Xaliah /01 dk"'ré .... pt". K ' • Lo ........ ·i\ d ... i_! ,. .. id_! Clue J"" ..... lem .lit it ... coupée d. rer "' ...... r ct .. tau. 1eo c_ .. ai ... e-__ 1 de T.I A"i" éteie.t immobili. ... par le, . tta.ot_ ole. Arabe.., k eonmand ... t de la H.,an.h • dlcidé ...." opé ... ti ... ct.. ,r.nde "n' ~ ... PO"" .M,.pr la ..... l.e, De. tt ... ont étê ... c .... eu"t ... ici .. iJI .. ", .... be. de C.,tel. Je.b.b, Boillri" A...... Ch ....... , Ser.f.". .D.ieIli.r dMe eRJ.aa.m...,khb, .H • . . lda .t COtIt,.. .. ~ Le colonel allemand Karl ~ Eh:henau, ancien "olonel des ~ 55, a été capluré pM la Ha. ~ ~ana au cour!! de la babille ~ de Haïfa, Eichenau avait III ~ char/le de l'entraînement des $ troupes arabes de Palest ine ~ el faisait f1artie de l'état.ma.

i:;o~ du groupc d'armées du

~ nord de III Palestine, - Vn bureau oient ri' l'tte oUrJert a Nt.!w· y or~ pour Tl!cueit/ir J 1 3Onl! d Ju plosma .,rrnlEuin de3/inlis aux rombo/ lfmls jui/3 de Pale~_ tine. Des bureou" ,i_ miloiru oonl bien/5t ooait lU at:fIoneé of {i- - Les dulorills brio ciellemenl, le Surinom fdnniqut.!s ont refusé le n'offre pa., la poesibi· fiisa J'entrée en p~ liti a 30.000 Juif., rie IN/me Olt Correl,OOnoenir ,'b éloblir. Mol· • Jont Je Franc.Tireur. 11,1 /' oecord signé le M. Fronr;ois-jedn Ar· 20 ooril 1947 ovec une morin. D'ilutres peuples soullrenl el lullent ... ESPAG:-lE - ,I/algrl 1" pro· Irs("t;on U1lalllllre dt l'umt'fTs li vi 1 r si, Franco tripart 1 t /!folèldrs '1udirt _ l'lgll Jill1UIS dt • Jo P"S01l Modè· le • dt Bortelont, - Il l'QUa/ord, drux f,utrtilleros o"t hé coplurh et jusi/. Us sanl luge ment, Il ~ r ~ s l'exüutton, /u OUlot/lh ont rt· jusl dt rttldre lell'S ,orps IJTlX I01llillts fI/If Its ,ic/llmaitNt. })ORTUGAL - QUQfanll.'1ua. ITt ",ililolf!s ')tlJi. ,diu/u tmt Ut ."i· Us li LiJbtHUIt, Cu .,ÜQtiMJ tlt ,oliet • '."1 'QI été ",oti" ltJ, 0 " PHil 101111- 10;1 fll'llits O1It eu luu le 10Idt",." ~'_t visi/l lie l'.",. btIJs/Jd,lI, lits V.S. A. d'J Il d"/D/' S.,ltJ .. r. Dans les Cyclades: L'ILOT DE LI\ MORT De l"IOlIn'lles précisÏQn~ pa rviennent cha'lue jour sur l 'infamie d~ ITaitt.!ments que le goover. nemellt tl 'Athènes fait suLir aux patrivtcs qui romhent entre. ses m.'lins, C.'t'SI ain,i que ct'tle semaine, qltelqucs infor. matlOlIS Ollt é té données concernant le ~n ÙCS I)atriotes dél'()rté~ dans lei ilt's ; l'un d'entre eUlt:, éVllclé Pll! mlrarle , a raroll té la vie qu'il A. menée durant. t rois nloi! ! el il i.nd iq\Ie, qu'à sOIn avis, le régime Ile de\·:I!t pas elre différent tlllllS les aut'l"t.!s lieux rie déportatiOlL . Situé au milieu des C~'dades, l'Ilot dans la')lIei II fut em·oye ~Ir aVOIr v~é contre la royaut~ au oours des dernIères • ~lectlO!lS démocratiques" porte le surnom de « l'ilot de la mort t , 11 ml r ~te bien cette renommée: deux cenll!l détenus y \·~vellt dans. de~ conditions inimaginalAes j ils ne d,~po;;ent d aucun logement et dorment en tOUIt.!1 saIsons à la belle Itoile. Les délnlus sont soumis à 'ln jeune quasi. permanent, Aucune inual. latioo 'Ianitaire n'est n;Hureliement prévue· et les d-éporlés malades meurent sans soins, Leu; corps HI ensuit~ jeté à la mer, sans que leuu compa . gnons pulnent leur rendre le moindre hommage funèbre. Vinnt daos une sc:mblable alTl"106phère, de nombrai:' déportés deVIennent fOUI ie luicidmt 01.1 I~ntenl de ~'él·ader à la nage: oo'devine le lIOrt qlli les ut~l)d." !" Ih.lsieun repri~, on a signalé che.z ettt.aln., pTl"'Or"lmer5, particulihemenl .. Ha. mé's, ùes tentathes de nécrophagie. U ,S .• -\. QuotOIl(t.lr(IÎJ juils O"t;illoirts tlt Pol01:ne el tlt Tdé· eOSlm'R'Iu;e St SOHt '1'u.r lIotrlirr hur ex·

"llÎolI. MOlil
ils Ollt

relusé dt sigllet UII 11/o"iltslt ;'osMe à le .. , patrie. - Dom l'Elot Je Vùg;"lie, 011 signait J.luX tIOUVt(IIIX Iy,,· tll01:ts dt citOytNS IIOirS, CHINE Triton! Ko; eNd d lit léilu Pfiûd,,, t dt 1. Hépu. b1it}lIe "'moùl, Le ~ur ie 1011 tltttitm, JtU tI e s t1;lJiJjo"s~ flli lDlHf'OlttlJ III lriJUpel rtllÎt,,1 millJ ,,, ibnlt par lts Il' /JI é ts J#ltHIcrll/i. i}UlS, A IInitU, il " Il,;f /11111/" Its g;"I' fI"X tltu"'IIJ. - 5 rHILlrrt Lt LONG fait un pogrome en se mariant et la , , banque Elias devient propriété de l'Eglise I L r a quelques années. Tristan Bernard - qui 'lit le jour dans la même rue que l'auteur des Feui1tes d'Automne - s'amusa il répondre en vers (de sonnet) à un interrogatoire d ' identité: circOOSlançe. étaient constitués {J'Qi' le pouvoir ro~'al et un corps de dij.!"nitaircs d~ l'Ej.!lise. Lorsque Phi.1ippe le Bel decréta J'ex_ pulsion des J uifs de France, Etias dama sur tous 1(.'5 tons qu'il p:tn'iendr:lit à Okhir le roi. On sait en fait ce qu'il arriva. Quant aux di~nilaires de ],E~li"C oui étaient de gros pos_ sedants, ils voyaiellt en Elias lin concurrent redoutable. Ils élabo_ A Besançon, ville horlogère et militaire, - Le siècle étant plus vieux de sOixante-quatre ans - Je naquis. Père, mèf-e, aïeuls et mères-grands Avaient vu pousser là leur âme héréditaire. Avant... je ne sais pas. C'est la nuit, le mystère ... Avant... Que se passaA-il avant? Dans la nuit du moyen âge, les aicul( du poète eurent peul.t:trc affaire - qui sait? - à Philiple V le Long (le Bel était !;on père). Cadeau royal Le XIV- siècle avait seize ans lorsque ce terrible monarque épousa Jeanne de nour/o:"~lle il Bcs3llçon. Sinistre mnriaj.!t pour les Juir" de la Frl'lnche_Comté! Il restera comme l'une des dates les plu.. désaj.!réables de leur histoire. A l'oçcasion de leurs noces Philippe et Jeanne se devaiellt de donner de ~rande5 rfjouissances AU peuple bisontin. Le cadeau fut royal, san:i qu'ils en fllssent pour un sou de Il.'ur p0- che : tous le§. sujets ch rétiens de Sa Majesté reçurent la per~ mission de faire un ..• raid anti. juif. Les hérauts syant annoncé 1:t joyeu~e nouvelle, les _meilleurs.. des fidèle!\ sujet!! ne se le firent pas dire deux fois. Les maisonN Juives, prises d·assaut. furent pillées de food en comhle et leurs 1000ataires - une dou:.a;ne de familles en tout - jetés il la '"- Fin de urrière Quatre ans plus tard, en 1320, le ~ouvcrnement communal rap. petle les snoliés qui avaient dil quitter la \',!·e. Mais c'est pour leur donner l'ordre de sc ras· sembler dans une petite CIlrrière sur l'emplacement de l'acluelle rue de Richebourg. La vic n'y est pas rose, ni l'impôt léj.!er. L'hiver, les ju;ts par Joseph MRLNER doivent quiller les lieux. ct. .. fi rt,rCllt toute une straté~ie pour Dieu vat! Tout nouveau vl.'nu lui casser les reills el s'enrichir qui veut élire domkile il Besan- de se!l dépouilles. ÇOti doit a..:quitter un droit d'en· trée assez considérahle. Ote-toi de là Ainsi. dès le début. le déve. que je m 'y me .... loppement de la commummté e'\: Il fallait un prétexte, n fut compromis. Elle périclite et. vite trouvé : Elias ct ses combient6t, di!lparatt. pères n'avaient_ils pas eu l'auA partir de 1410. les Juifs dace de construire leurs maisons n'entreront pa! dans la carriè!'e impie!! dans le voisinage d'un de Besançon quand leurs atn'!'s temple du Seij.!neur ? Un tribu_ n'y seront plus. Ju!Squ'a la Ro!-- nal ecdesiastiqJ.le se saisit de volution de 89, ils seront. ~n l'aHaire et la mena tambour effet, interdits de séjour dans bAttant. Du jour au lendemain, cette ville pendant la plus Cré~u"'!OC retrouva pauvre corngrande partie de l'année. me Job: Elias, avec d'autres Un « Rothschild» féodal busÎnes!!men médiévaux, avait été condamné ft la confiscation Plu! RU nord, li. Ve"Oul, capi. de tOU!! ses biens. tille de la Franehe_Comté et Si, VOliS promenant lin jour à grand centre de la finance de traven Vesoul, vous pa. ... sel!! l'époque. les acth'ité" envahis. devant la Chapelle de la Cha. santes d'une sorle de Roth!lChild rité. sache:. qu'il s'aj.!it d'UM féodal. Héliot (ali1ls Elias 1) va- ancienne "iIln partÎC'\11ière d'Elia! lent quelques déboires à la. transformée en édifice religieux masse des Juifs indij.!ènes. par de charitables hauts prélats C'est une curieuse fig-ure que de l'an 1318. celle de ce banquier qui devint le L'on s'arr:!n~ea, bien enten_ cerveau d'une olig:lrchie locale du , pour englober tou" les JuHs dont les personnagC$ les plus rt'!· vésuliens dans le diS('r~dit qui présent:!tifs avaient nom: Mo_ frappait le banquier dépossédé. rel, Joseph, Simonot et Lionot. Sans ?lvoir reçu le moindre Du Yemen à Victor Huco mandat, Elias prétendait repre- Trente ans après - il y a de senter ses coréligionnaires au· rela t'xactement six ;iècles au_ prè; des pouvoir ... publics et se jourd'hui _ toule la COlnmu~ vanbit de son influence. nauté juive de Vesoul fut jetée Les pouvoirs publics, en III en prison à 1:1 faveur d'un scan. _______________ :-________ :-_____ , dale anal~ue. Comme le" déte- , , ,. nus s · ~"adaicnt, on tripla l·cf· LA POLOGNE CELEBRE LA MEMOIRE fec-tif des f;!ardiens. La municipalité rcfu;l\ d'en. • '." d, no,,,·,,ux CC"';,, d'n' l 'a(lmin;~tration pénitentiaire et des insurgés du Ghetto de Varsovie ~:n;o~,~:~ Pl.~"';~~;' d:t,~~; bourreaux. Les cérémonies commémorath'cs du soulh'ement du gbetto de Varsovie -e sont déroulées le 21 aHii de\'ant des mi\liefli de l'olonais et de Juih. les communautés juives de Pologne avaient en\'(\\'é trois mille délép: ués, celles de l' ét ranger étaient représentée!! par dt:ux cents dél~gu~s. l.a communauté juive de FralH;;e avait enl'ové une délegatlOli unportante, comprenant, entre autres A. Rayski, B, Adam, l. Gordon et Grinberg. le' Goul'ernement polonais était représenté par ~ Premier nlioi stre. M. Josef C}'r.1.nkiewiu, le ministre 'de la JU!ltice. M. Henrvk S ~ iiltkow s ki , et lit. Wladi~lilw lJ:uannwski, mini.st re d'Etat. . M. SwiatowM.:i. qUI e. pris la parole au nom du gouvemement et du peuple polonais. a rendu un vibrant hommaRe aux combattants héroTques du ghetto de Vartovie. Rappelant la part prise par les memb.es du gouvernement eux-mêmes, tels le premier ministre, M. Cyrllntiewicz et son auistant M. Comulh, IIUX combats livrés pour "der le!! inwrgés. il a conclu : « Le fOurJeme~ nt polOf'Klis (lpportera son aide (III' peuple juif Jans SI1 lulle pour la li· Iu,té . • M. Adolpfle Berman, anctet. ftarti. an et Président du Comité Central des Juif, de Pologne. qui pré~idllt 111; cérémonie, a répondu au discour~ de M. Swiatowsti. Los p:utisans Antr!- Ctâiefm1l;Il et Chli\:!!; Groum.n ont fait le réeit de la bataille du ghetto devant une USlstance au premier rllofl' de !aquelle se tenaient les combaUanb Qui ont survécu et les partisam juifs qui ont lutté dans le!! rangs polonais et IOviétiques. Nous avons visité le ft Musée du martyre juif )1 qUi vient d'être ouvert à "Institut historique juif. Des objets de toutes sottes. de~ photographies et des documents racontent la tragédie des Juifs IOUJ l'occupation .lIemande. Dans une aalerie. on peut voit les ~vres de cinqu.nte peintres iuifs unssinés par les Hitlériens. Ailleurs. ont été réunis les livres qu'on a pu sauver de li! destruction de 75 bibliot~ques iuives. Des manife!tations ont ~a lement eu lieu dans plusieurs aulrel villel de Pologne, entre autres à Wro-daw et à Cracovie. eependant que la radio polonaii\e diffusait de. proarammes spéciaux à la mémoire de, in'lII"gés. Qu'étaient 1('; victimeS? De petits colporteurs. ou de petits commerçants. selon une tradition ancestrale qui allait se per_ péhwr jusqu'à l'époque mo_ derne. Outre les per;k'ut;ons in;pi~ rées par le Haut C1er~é f..-lodal, deux cho~es en Fra nch('-Comte font pen;er à Torquemada ... A la bibliotheque de Besançon. il exi"te un vieulC manus_ crit (Ir la Rible , orn~ d'i\1ustra_ tions admirables. Ce documt'nt vient de loin: du Velllen où il a éte e('rit en H!l2, l'année de l'expul"ion de~ Tuifs d·E~pagne. Et ("est prk-isément un c~Ièbre enfant de Resançon. Victor Hu ~o, - on se rapflt"lIe au;;i qu'i! prpsida le comité françait'! de ~ours Ml,\; victimes des po_ ~rotnes tsari;te!l - qui a le mil.'ulC fustigl l'anti..emÎtisme féodal dans une oeuvre qui porte le nom du ~rand Inquisiteur esp.'l~rl(ll. La Libération de septembre 91 Dans Torquemada de Victor Hugo, Moise Bt'n Habih deman_ de au roi rI'[;pagne de mettre fin à l'Inquisition: ... Les bêtes dans les bois sont favec leurs femclles Les nids donnent heureux sous fies braacbes blottis On laisse eo paix la biche allai. r ter ses petits Permettez-nous de vivre, aussi, fnous, dans nos caves Sous nos pauvres toits. presque rau bagne et presque esclaves Mais auprès des cercueils de nos f pères 1 Daignez 1 La Révolution Française lit bien mil"ux que de daigner dans je ne sa i, quel aoeh de pitié. Ce n'e~t pas le droit de pleu_ rer auprè'l des cl.'rcueils. mais IIne magnifique raison de vivre qu'eHe donna aux Juifs de la Fran\:he-Comté. Conscients de faire oeuvre positive et de servir la cause de l'unite nationale, l~ compagnoos de l'abbé Grég.9ire et de Robespierre détruisirent .. tout jamais le jou~ féodal. POur les petits coiportC1.lr!l- et les petits commerçants de V&sonI et de Besançon, plus que pour leurs frères du Comtat Ve. nai ssin ou de l'Aquitline déFI t:n partie .tmanripés, septembre !n fut vraiment une li~ration. Il n'y avait plus dh lors de parias en Franche-Comté. Ils étaient devenUS des ci~ tovens français. Et sous la III' République, fid~le li. la tradition ja'OOine, Moïse Lev\', sénateur_maire de Ve'ioul, représenta ses cont.: i ~ toyens à la satisfaction de t~H' le$ dénlocrates. "tAUDrrs CHAQUE jo .. r apporte .. ne .. o .. nUe ....... cl. 'r.i',... i ... p'" ..i., d'e .. éc .. te .. u d. ha. _ be5Ocoea .t de la.vte ....... .- d. Hitle ... b ....... , d' ...... i ..... 1.,. ... CH& fr .. wU d. peinea q .. i .ont .... " ; ... .. It" po .. r ce .... q .. ·a. o.t .... .,. .. " 1. -~. Q_I ....... m. cl. e,oe .. r .. '.p ........... jourd'la .. i un. Ï'M~ -Si ... de ... ttt \ln tel ouoli de. P"O .... UO. 501" .... "llem ... t f .. il ... M.i. .,.,la ......f fi ••; t ....., on ...0 .. 1. . corru. ." ttr. "-De _ .... q ..... ie .. 1. piti •. La mi_ ". tommeil, d ...... t ri .. dic ... to.. populaî .... d •• Comit. d'ho ......... po .... 1. libêr.tioo d. Petai. " .. ;., .. t d .. don.er lie .. " .... e .0 ..... lle m.nife.tati ... ; • ..rite .... COIn;t .... tiooal popr 1. dêf_" d ... D ..... ill d. l'Homme, la rOipar.tion .. t r.m.... li ••. La pré.id •• ta d. ce Comité elt M.... Hélè ... d. S .. w. .. ..et, ... d .... dép .. tê P.R..L. EU. ,,'a pa •• ue.d .. l'.aoée IHI po .. r pr.tiq .. er • 10 répa .. ation .t l'am.i.li •• , PARMI ... ph .. orill.nte. inter'l'e .. tio ... d .... ce ...... cito ... • : le ca. Ro.kat""", C .. de .... i" ... oRic .... fta:l; ' c_niller à 1. Cour d_1 d·Eue ..... nt 1. , .. " .. re, • rempli, peRd.nt rocc .. pat ..... en .. cm'" à P.ri .. le. fondio .... de j"Ce .. la ."Cl,oa V d .. 1 r'b"... 1 militaire altem .. nd ·d .. Gro .. ·P ... i.: cette -.ection êt.;t .péci. l"m" .. t ch"'Cée de 1. répreuioo eo .. tr. le. militao'" d. la Réoi.t.nce Fr .... çoite et le. comhat~ ... t •• lIiêL D .. .0 .. propre ... e .. , il • pr .. nooc. et f.it ."Kut"r ZI1 co .. - d.mn.tion. à mort· doat un l;"r. de (emme., 1110 .... tr.v.". forc •• à perpêt .. itê, 400 à l',,mpri .. ,, .. ,,m,, .. t 0 .. à 1. réch •.• io ... Il • participê à d· ... t .... parodie. de ..... ee. da jtutic.a où furent cond.mnê. t.ot d. 0 ... e.m .... de. d" combat; il • f.it dêport .. r de. mill"'" d" patriote •. C'e.t 1 .. ; qui •• ... t occ .. pé de •• If ... irtl. d .. llên ..... 1 de L".tr.io, du ,ênêral Frère et du douie .. d" Je.n Mo .. tin, premier pt-iai· de nt d .. Coo ..i I ... tion.1 de 1.. . R" i.t.nce.. Le 23 j .. in lN3, Mm" d. Suuo .... et f .. t .rrêt'" et intero" à la pri.on .lIemand" de Fre. ne •. Le 30 décembre de la même .... née, eUe f .. t libêr" p .... Ro.kothen qui .... it in.tr .. it .on .U.ire. ct " Ile e.t re.te. à P .... i., .. "n domicile. ju.-qu'à la libér.tlo" .0'" 1 .... r .. eill.n .... d" 10 police de .écunté .lIun.nde (S.D.). Ro.koth .... "at f .. it pri.onn;"'r à P.ri .... moment de 1. Libi:-r. tion .t diricé ... r le dêpôt d". pri .. nn;"'r. do Ilucrr . .. 0 Z2Z, • .. Fort do No;.y·le Sec:. On oe pou ... it I.iuer .. n tel pe ... on".ce p."er les féte. de Noël et du Jo .. r cI.e rAn en ""pti_ité. Mme de S .. z.nnet • obtenu q .. 'iI .oit I.i ..... .e. bon •• oin. d .. ZS d'cembr .. 1945 ... 2 janvier 1946. P end.nt ceUe période, bien choyé p.r celle qu'il .... it libé ...... et q .. i ed d .... en .. " .on ;nl .... ole protectrice. U .est promené .... tout .. liberté d.n. P.ri •. Grâc" a .... m .. ltiple. inter .. e .. tion. de 1. prèside .. te du • Comité natio ... 1 po .. r 1. défen •• du Droit. d" l'Homme, 1 .. rép.r .. tion. et l'.mni.t;e ". il .. étê libéré le 16 j.n .. ;er 1946 et c.l .lIé à Baden ·B.de ... capitale d .. la ...... e franç .. i_ d'occupation, po .. r ,. ....mplir le. fonction. de_ con.eiller j .. ridiqu. du co" .. ern.ment militaire 'r.nç.i ••• ou. l'oeil palernel d·And,·ie .... . nci .. n iatco' d.nt de police de V.ic.hy pour 1. rêCion d .. M.r.eille, .ct_lle' ment. comm. de bien ent.ndu, d;r.ete .. r d. 1. polic. fr ... çai ... "n Allemacne, c ....... 1ier de multiple. je"" !do .. bte. 0" tnp .... ?J. Mme de Su",.n .. et conlin .. e à readre .. ;.ite à B.den·B.de.. " li.ookoth"n. ell. effectue, ... ec d. h ... b londi ..... naire. Ir.nç." d·occ .. patioo, d ... to .. rnée. en .uto ... ec Ro.koth"ft. q .. ·.Ue ..... cnmm.nde. "n to .. le. cil'Con.t:. ... ce., comm . . .. n lao ... m. d 'bon.... u .. ct cio de .. oir à q .. i 1. Fr.nce (et cert.ioeme .. t a,",-.i l'Alle' m.c ... ) do;t .. ne Cr.nd. re-c:o ..... i ... nce '. Voilà. cet .. défe .... de. droit. d .. l'homme, 1 .. rêpo. ... tion et r.mni.tie " q ... "'d.m. Mm. de Suuonnet "t le. m.mb .... de .on Comité. Il, .. eule .. t, .. oh ... e .. emplo le pro ..... , .b.oudre. l'emeU ... d ••• le ..... bien. e4: po-omo ... oir ."" b ... t •• Ioaction. la. .... i •• t le ..... cemplic ... d. Vichy. No ... n. le permeU ........ pas. C ....... ui 'Ont mon. po .. r q .. e .. i .. e la France, tO'l' .. ni. d.n. I.e .. r .acnFice, qvelle. q .......... t 1 ............ inea, Ie...n opi ........ et Je ..... eroy .... c ..... '_t I.i .... à pe .... nne Je m.nd.t d. p.rdon_ ... Piti. l' O .. i, q_ manie ..... t_ ........ i •• comme.cent. V ... ,&ance ! N ..... La j ... tiee ... Rit. Jo.eph-Aodré BASS. (1) Voir . Droit el LiiK-rté • du I$-].. 1 .... et t5-4 . .., • DROIT rr Ll8ERTE 1 Comme il Y a trois ans, MAI COMMANDE NOTRE DESTIN! D D 2 Mai - Libération des camps 4 Mai - Prise de Berlin La conviction et l'accent parigot d'un des Français de Dora calme les inquiétudes et nos c~nar.\ l.I'S, rassurées, vont s'étendre près des barbf:lés, oreille contre terre, pour entendre la canonnade qUI se laproche. 8 Mai - Victoiresurlefascisme 1·· MAI DE VICTOIRE LE Pf\.lNTEt'IPS A REfLEU'\.1 LEI.' mal, le moral est bon, la journée scra fertile en évé~lllents, nous en sommes· sÛ rcs. DepUIS hier soir, les dernières femmes de Ravensbruck sont avec nous. A MALCHOW, nous ne sommes plus que fJuelques lllllllers de surVivantes de J'évacuatIOn cl' AuschwItz. D'aulres soni restées à Ravensbruck, certames sont parties en transport pour LeIpzig. Les reverrons-nous Jamais ? Nous, nous allons être libres, bientôt, sÎ ... nous ne mourrons pas ùe faim avant. Le 20 aVril 1945. au retour du travail, une sur· priM: nous attend. Dès l'entrée au camp. nos ca- 1I1araclec; nous d.sent : '1 Aujourd'huI, il y a de la soupe blanche. Evidemment, pour ,'anmversalre de 111tler ! Il Not re groupe - une vmgtame de F rançai-;es, de Belges ct de Grecques qui crcusent des canalisations près d'une usine camouflée - a droit au ra· Par 76.264 ~~ biol. Pour la premihc fois depuis le 18 janvier, depuis l'évacuation, nOIl'i avons droit à autre cho!: iC qu'aux cent grammes de pain moio;i ct ;\ l'eau t iède. Et, chance supplémentai re, aujourd'hui, Il n'y a pas d'appel. Alerte! Des aviolls américains su l'volent de jour noire région pour aller bombar~ ler 1lambourg. A l'Est, des bruits lie canonnade, Le front rllsse n'est pas loin. La libération est proche, chacune de nous le sait. LES HOMMES AVEC NOUS DANS le camp, " le cirque n continue. Plus personrx: llC sort en kommando et pourtant ks coups pleuvent " parce que nous ne voulons pas travailler )1. Les appels s'éternisent: revanche des SS qUi ont peur. Le régllne de l'eau claIre et du pain moisi continue

J'u~ des nôtres est battue à mort pour aVOir

volé des :rutabagas. Un SOir, à l'appel, un ordre: Il Blocks l, 2, 3. 4, 5, vous avez un quart d'hcure pour déménagu aux blocks 10 et Il. Jnterdictlon de circuler au ùel;\ de la Lagerstrassc Il. Nous traînons nos hardes, nos couvertures, pour nous entasser dan') une b'l.I"l(ple obscure, où les kapos et les drOits CO II1~ IIl1ms occupent Jes meilleurs lits, ceux d'cn-haut. M;us ce n 'eht pas grave, parce que quelque chOi'ie d ' in0111 vient d'arriver. Des hommes sont dan ... le camp, dans les blocks lue nous veuon'i de quitter. PannÎ eux ùes Français! Les interdictions, les sentinelles, les coups de er~, rien n'y fait: ils sont à peine 1;\ depUIS un quart d'heure, que nous Jeur parlons. Nous apprenons (IU'il existait quelque part dans une AlIellla(:llC il la géographie mcert.l1ne un tunnel où des hommes. des déportés., vivaient et travaI llaient sans jamais voir le soleil. Nous apprenons (llIC des camps entiers sont deW!nus des usines tle guerre, nOliS (lui avons réUSSI à ne jamais travailler pour la guerre, ùlrectement, du mOl11s. Mais en mê,llC temps que ces hommes, la confiance et la liberté ;Ollt entrées dans le camp. I1s Vi~rHl('lH marchanl drpuIC: IrOI; «emilin(i. dt' Ir-"'· verser la mOItIé de l'Allemagne. Et de Dora à notre Ix:tlt camp du Mecklembourg, partout ils ont vu la défaite, la démoralisation et la ré~lgnatiol1 des Allemands. Ils nous donnent des nouvelles, nouo; font part lie leur expéneme, de leur art de dép«er les carcases de chevaux, de veler les patates dans les silos. L'ESPERANCE A L'ACCENT PARICOT I L y a longtemps que nous, les Françai-;es de Ma1chow, avons perdu l'espoir de voir arriver les canllons de la CrOix-Rouge suédoise. Ils étalellt venus une première fOlS emmener vers Lubeck et la Suède un groupe de J)olonalSCS " aryennes Il et jUives. Ils devaient re· 'Velllr le SOIr même. Huit jours se sont déjà pao;~. Nous ne gueltons plus la route. Des ltaliennes, des Ukr~Hniennes, des Yougosla_ \les. Les Fril.1lçalSCS sont en Suède depuis trois jours. Martha Desrurncaux est sauvée. Le camp est devenu un campement dc bohémien'). On démoht toutes les portes en bois, les planches, tout ce qUI peut servir à faire du feu, et tout le monde fait de ];1 CUIsine. Que sont devenus l'ordre, la diSCipline et la " propreté Il chen aux na7is ! Ces dames 55. bottées et en U1l1formes, mais impUissantes déjà, mspectent Je camp. la Danh. en tête, et froncent leur nez délicat d'ex~ prostituées. Les hommes, depUIS le matin, sont prêts au d~ part et à l'évaSion. JI est question d'évacuer. Eux, en tous cas, Iront plus loin. Nous attendon~ Un groupe de femmes belges, très décidées, attaque la BlOtkammer où s'entasse le pain qui mol-. A Reoms. '" 1oow ...... 11 ",,"..Ne", Nous assiégeons le Revier pOlIT procurer à nos s~l. Les senlmelles tirent: 2 morts, 17 blessées. amis j' rant;ais du charbon contre la dysentene et Mais une heure plus lard: les fameuses bandes de papier pour panser leurs " AIJt:s FlalfBOUlI, Bt:lgell, llollelldie,e,." I"IT~ pieJs bles4s. J'ai la chan~ de parler queiques Il BU j .. 11/ '). mots de porona l!) et Il m'est plus facile qu'à d'au- Il est emq heures du soir. Les portes du camp tr~ d'obtenir un service des " mfirmières li pelo- ~'ol1vrent. Le premier groupe de trois cents est nalSC"l. dfjà sur la roule, mUlll de biscuits rt de quclqUC$ " Salut la Frana, bonjour la F rance 1 Il boîtes de cono;erves qUI v~TH':nt de ·Fral)ce. C'("Sl ains i que nous nous reconnaissons à l'appd et que les méd icaments arrivent aux dèsfinatall~ . Lei. nouvdles les plus invraisemblables conlinuent de circuler. L'une de nous aurait entendu J'OI)tr:lllfo;herin dire au Lagerftlehrer que l'În'iur_ rection a éclaté à Berlin. La Kapo de la CU isine tient de bonne ;Otirce que les Anglo - Améncains ont rompu toules relatiOlls a ve c J'U.R.S.S. Le poslen du mirador~ st nous annonce sur un ton goguenard qu'une divis ion blindée soviétique a été anéantie. Dans Je ca rn p, ça discute ferme. - Puisque je te diS qu'ils sont en tout cas foutus. A UII jour près, on va être hbres. S'agit de tCll1r. P('ndDnt quo! /,ONtr!l'urm"D,m'ltf'h'II, WII1$!!l , in5p1!ctf'U' glnbal du ("Dm"$, ~ mariDIl lin 1942, il signDit rltnlJOl De cf'nlQi"d df' milIIolU d'hommf!lf, '0111'.5 .., ,."fQn'lf a IQ mor'. Cf'ttf' photo " ~tI 5tHÛII dQns !fOn j"Or_ 'f'(lIuflll! por 111$ d~pOrt~s QU _"n' DI! If'ur 1,l/haIWn. W .. iu .. ~,~ pendu. LE CHANT DISAIT VRAI LES trou pes allemandes au repos nOU5 regardent passer. Cent tnètres plus loin. autre rencor.\re : les travallleu'iCs c.ivlles russes du camp voislIl nous S()uh.utent la liberté à leur façon: elles nous lancent des JUpes, des corsages fa!lés pour que nous puissions qUille!" nos robes à rayures. Dans le cid, les aVions font la ronde, mais 5ur terre la callOll!lade s'est tue. Nous marchons vmgt-quatre heures. Les civils allemands nous regardent, s'approchent et nous demandent: " Que faut -il faire ;, présent? )J Les SS ont peur, se tal-;enl ou dIsent parfois (6 irome, Cl c'est là notre victOIre) : " 11 faut tenir. Nous avons o rdre ùe vous condui re jusqu'aux hgnes américaines Il. Nous fl(' $Cntons pas la fatigue. Eux "oOnt décomposés: les Rus;cs sont à 7 km. dernère nouS. Vlngt-qualre h('ure ... de marche dans un no man's land et brusquement la libc' rté, tandIS Jue se fiut la jonctlol'l des armées alhée,. Le 2 ma; 1945, nous dJalltons, parce que c'est arnvé : " MaiS un JOur de notre Le prl1ltrmp; refkmira ; Llb('rté, Jibt-rté chfne, Je d1l'lI : Tu es à mOÎ 11. voe lo! joncloo" dll& Allie. EN ce troi::-it:me annivcrs:.lire ùe 1,1 gr:1nùe victoire sur le fasci!oolllc, :'1 l'heure oÎ.i l'on évo:!ue 1t.'S journées rn~mlrahles tic la jonction ùes ;Innoes alliécs., ùe la libér.ltion tles c.:Ullp!-' ùe mort, de la chul e ùe Berlin d tle la déh.Îcle dc..-.; hordes nazies, les re/o:ard .. i..Ie tous Ic..'"!. I)(:Uplc.. .... tle tou!' I~ hl)mm~ Jont le coeur bat quand souffrent les OllpriIllés.. sc tournent avec :lIlJ,::oÎs....e Vt:TS la Plllc..'"!.tine solllglant.e. Terre Il1"'OIllÎM! et terre refusée. Terre conquise I):lr le travail anknt el )l;lr le combat aux côté... . d'une hUIll ;\1)it~ 'lui défend'lit ses libertf .... mais terre enchaînée Il.lr Ic..~ Coml);lgnics Je I~tro le ct leurs valet!'. Une force élran;..:ère :IU:\. populations qui habitent 1;1 l.oClTC dite Snintt;, mai.., pour eux Terre nourricihe, ICh 1)I)~M!!ooM!urs ùes rtchesM!S clu Illont.le Qui nH:~connai~..ent b l)Cines et les jo~ ;1U!,.... . i hien des Juifs (lUe des Arahe!', nwbili-,ent Ic..'"!-, uns et Ic..-s jcltent clans une tuerie fr:llricide, dès que lc... .. autres Jlrennc..'flt conscience de leur valeur ù'hommes libres et veu l..,)t secouer le jOli.\.:. I LS sont ru~s, ils sont puissants, il.., conrmisM.:nt 1':lrt de diviser 1)()U:r rt,.::ner. M;lis ce jeu :lhol1)inanle ne leur réus.sir: l p'IS toujours. Il y ;1 ùu nouveau ùans Ic monde. Lcs peuples ne se SQnt 1Y.IS battus en va in contrc le f:"lscisme : ils ()nt appris ;', lutter Qu.mcl leur C:lUSC est juste. 1 ... .. ;"", li,'Il hrit:lllnique d tous les renards !1 ~ service . l ' .. LL. ..r , -. - , -~ -. • partiront sous les hu&-s. L'époque ùes I_'l\'vrencc est révolue. Nul Il '~t plus Jupe tic l'hYI)llCri ... ic tic ceux (/ui cachent Icurs tôrches irnbibt!es de létrole SQus kllr m,mteau de tar1uH(:s. QUAND les Palestiniens seront m:IÎtres de leur (lest in, le monùe ne vivra plu! sou., la menace ù'une nouvelle guerre ven;1I1t du Müyen-Orient. Et celte men.tee senl (".:'Irtée Iaree que les Juifs, si ~prouvés, ne rCIlI)1lceront ni :1 leurs droits ni :1 leurs libertés. Une nouvelle conscience se fraye égalemcnt le chemin 1):lTlui JI..'S pcuples :mlbes. J)(.~ c;llholitIUCs., des r:lclit.:;mx, des socj;llihtes, des communi .. tc-s ont eXllrimé leur unanimité Mir ce point: l'O.N.U. l)Cut ,Ippliquer le ,,1:111 dt, partaj(c. et en l'aJlpliqu;l1lt. interdire la 1-Iuerre. Mais, IluiMllle 1';accl)rù intervenu contrecarr;lit ses JClM:im., le gouvernement américain fait volte-f;lce. DEVANT ce mépris ùu droit 'des PCl1lllcs. tlevant cette viol'llion des décihions internation'Iles. les , 'iclimes se ùrcM.enl : 16:itime défcnse. Bommes et femmes ~)1lt déciùés ;i ft'jeter !'cM:lav:l,::e, Comme il y :1 trois ,lUS, snm. l'occupai ion hitlérienne. Ils savent, (Ille renoncer :" hl lutte leur coÎiter'lil plus cher: ils Ile cédcront ni ;\ l'inlimitlaliQIl ni ;lU ch.mt.lge, Que le Mluvenir Je mai 1915 fortifie les combattanTs pOlir la lilx-rlé cle 1948! AW .. bh ... T. ~,",i ... d,..ir el le fié • ., ... M;, ' ,k Abdubh tbn H".~i " pau."" _" .e._ te. troupes ft la Lécôo" Arabe D D 15 Mai - Fin du mandat britannique eETAT JUIF VA NAITRE ••• pour la lois l'unité dilns le co seril le gilge de Iii VICTOIRE ••• • l Le Pélüln respeclneux L E Comité pour la Liberation de P étain a été enfin Invité â meUre un terme à son activité légale • . On a fini par s'émouvoir parce qu'à tUlel"!! tout le pays les rhistants et les patriotes, les familles des dépOP tés, des suppliciés, des fusilles, 11.'5 Français qui D'ont jamais trahi la France, se sont , dan.i un immense mouvenNmt. unis pour crier leur indignation et dire leur volonté de voir cesser &e défi sacrilège jeté au,; morts et l'outrage fait li la Patrie. N~u s .,ions, affaire. nous aussi, notre mot à dire dans cetto N(Hts avions déjà fait entendu: notre voix quand, au cours du pro:h du c Maréchal » l'un de ses défenseu rJ l'RYait dépeillt çomme une sorte de « protecteur» des ptr. séclltés : le Pétain respectueux des Juifs ..• Nous avions rappelé alors l 'accord, dès 1940 dMné par Pétain, à la livraison des rHugiés juifs en France, tes 120,000 di:portês juifs de F ran ce, les camps de zono sud pour ne pArier que de ceux-là, dépendant sans conteste directement de Pétain _ les journées infernales d'août 1942, les c agents upteurs:t placés sous les ordres du Maréchal et à qui il était recommandé c de ne pas discuter a,'ec les Juifs qu'ils au lent pour n1issiou d 'arrête r :t, e: d'emmener tous les enfa llts et de ne pas les confier aux vois ins qui les demand aient », mais c de remettre les mnimaux aux concierges :t, les instructions données aux agents de son Gouvernement de c signaler par télégramme les personnes qui, par leur attitude, entraveraient ou cherche_ raieut à. entraver le rassemblement des Israélites afio que puisse être proposé sans délai leur internement adillini stnfif à M, le Chel du GOII\'Crl1cment :t. Et l'individu ainsi désigné avait nom Laval. Et il mar .. ch ait « la main dans la nll,io :t nec PHa.io : c'cst ce det'_ nier qui l'anit dit, Il nous appartenait de rappeler ce que nous avlon s. déli dit. Non seulement pa rce qu 'aujourd 'hui, nommélnent, le responsable majeur, ~ Cher, était encore en jeu, Mais parce qu'en réalité tout cela etait le prélude à une actioo de grande envergure. PUain eu Yole de IiMration, Pétain libéri, c'était l'am· nistle accordee do droit i. t od's ses ministres - à supposer qu' il en reste encorl' un sl.!ul en prison - à tous ses ulla_ b.rateurs, à tOttS sos fidèles, à tous ses bomml's de main, c'était la libertë rendlt6 à tous les trait,,", petits et grands, de reprendre légalement leur sale besogne, Contre le gri do tous ln vendeurs d 'ÎndulgOllce, de f(llls les dispensateurs de pitie. le Peuple de France al' l'. pas ~rlDls , Chanes LEDERMAN, i..!.. . A. .... .. .., ..!., l'i m....iu.o . ,•. E.... . ,_ _2. . n r!,,!,!., A DAon ET LI6EA. T' 1110S lE U U0M*"M_-_U-_N-_E .. décréta les premières nationa li sations L ES limites de notre article Stlr les Juif, et la Commune Itt l'lOUS avaient J)ermil que d'évoquer le nom de Uo Frân~eI, Ce Juil hongrMs reste pourlant l'une des per_ ton,,!, lités les .,tut malquantes de 71 el de l'hi~re du mouvement ouvrier dan. la IOCOOde moitié du XIX' siècle . On a ditcuté " oppo:rtunité des mesures lOCiales priSCl en une pér;ode de lutle à outrall(;e, mais on a GUblié que si les combattants ont déployé une lellc énergie , c'était prédsémenl pour défendre Ics cun· quêtes toeialCl lé.litées par la Commur\e, MEMBRE DU COMITE CENTRAL OE LA COMMUNE Fil. d'un médecin. Uo F rinket naquit à Bude, en Hongrie, le 28 février 1844, Incorporé en 1864 dans l'armée pru-"ienne. fOn gami500 à Kënigswïrtz, il fit la connaislall(;e de Bebel et de Jacobi détenus dans la fortere15C' pour leUrl écrit. révolutionnaires, Ces militants le convertirent au KlCialisme, et il adhéra à la Première Internationale, ApI'ès un voyage à Lond-cs, il est nommé membre du Conseil central rie l' .o:iaiion, Pourwivi par la justice allemande, if se réfug;e Cfl France où il exerce 500 métier d'o.'!!rier bijoutier, Délégué auprès des aections parisiCflne5 de J'Intemationale en 1 &67, il e5t, .vec Richard, le fondateur de la .e:lion lyonnaise, Républicain intransig: eant, " devient un det advet'Mircs let plus rétolus du despotisme de Napoléon le Petit, Pendant le sièse de P ari. por les P russiens, il appartient au f:h0 bataillon de la Garde Nationale, commandé par Avri.l, c'e\t un ~ orateurs les plu. applaudit du Club de la Reine-Blanche, li participe altx tentative5 d'insurrection du 31 octobre 1870 et du 22 janvier 1871 OÙ il !!It blem à l'éraule, Nommé membre du Comité Centra, sa valeur !'itnp05e eomme chef de la Commission du travail el de l'échange ..,rè.le 18 mars 1871, Elu membre de la Commune pv le X III' arrondiJ.5ement. il ell maintenu clan. tes fonctions, bien qu' élranllCr, en raiton de lOCI pa* réY~lltIionnaire el de ton dévouement à la cause démocrattque, • EN LIAISON AVEC MARX Dè. le 6 . nil , il fAit mettre un local du mln'ttère des T ravaux publics à la di~sition des ch. mbres .yndicale. ouniè'res, Tenant à ~mell re aUI: main . de. PARIS t m donner aux syndic.at. un rôle dirigeant chin. la vie économique du pay •• Jusqu'.u 4 mai, il cootrôle le terVice des chemins de fer, C" est lui qui charge Elisabeth Dimitriefl de corulitutf let. chamMes r syndicales féminine., Pendant toute la durée de la Commur\e. il fCltet'a en liaiK'I!J eoostante avec Man:, auquel il écrit entre autres : ft Je terail tr~s heurenx si vous coo5et'ltÎez à m'aider en quelque façon de YOl con~i1., ur l piésent, je sui, .eu!. pour ainsi dire, et je porte aeul la responNbililé de toutes les réformes que j. veux faire accepter au département de. tr.val.lX pu-o blic •. » AU SERVICE DES TRAVAILLEURS 5?u. ton impulsion plusieur. déueb tont votés : remplacement de. bureaux de ptacement privés par de5 services officiel. danl le, mairies : suppreuion du travail de nuit des Mlvriers boulangen; piojet de liquidalion du Mont.de-Piété; prorogation des échéances des effeh commerciaux; suppceuioo de. retenues et amende. lur les lalaire" En compagnie d'Evette et de Lazare Uvy. il org:anix la défen~ des travailleur, exploité. par let entreprises passant det marché, avec la Communf!. En mai , il constitue une oommi"ion supéf'ieure de comptabilité chargée de vénfier les comptes de toutCl les délégation., et dnnande la condamnation par un conseil de guerre des flX'lctionnaires et fGUtnif,SeUf't ~r.ble. de concuuion, 1 réclame avec insistanee la journée de travail do huit heures. mais malheureusement n'est pal auin par l'en&effible de la Commune, Enfin. et c'est le d«ret le plus important de F rinkd el de la Commune en aénéral, il est décidé que les ateliers fermé. par leurs propriétai res ,.-:root remis aUI: mains de. ouvrie rs qui seront chargé. de leur exploitation, Un .r.rojet de con!titulion de cel toCiétét c~ativet an. une fédération eH él .. boé. Dan, le même esprit, F riinkel appuie le .)'nd'lCat des métallos qui nomme deux délégués ayant mandat de supprimer l' e~ p'oita l ion de l'homme par 1'1.o"lI,..e. La Commune l8onisaote, il reprend Il ptace p.!Inni ICI combaUanb et te hat avec hérot~ à la Bastille, Grièvement blessé. à la burteade dt. Faubourg Saint.Antoine le 25 mai , il est lOCourU par l'in trépide princesse Dimitrie ff, Ayant réuui à se déro~ aux poursuites de. , bires verillillais, il ,'exile en Angleterre pu;, retourne en Hongrie, " Que ceux qui ont faim viennent et mangent" Iravaillenr. eux _ même. 1. nouvelle organiNtion du travail, il fera tou. let efforts pout Il avait été condamné à mort pour Il a"",sinat et incendie It. Mais le gOl.lYemement hongroi" qui n'était pourtant guère libéral , re full !Ion extradition, les bourreaux Yet'~iIIAil ne pouvant élablir en aucullc meture la culpabilité du contumax, Marcel CERF, Le:s vieilles traditions, mème millénaire:s, ne se perdent pu, et, lorsqu 'elles peuvent s 'adapter allx conditions nlluvelln . elles sc ChlUJtClit de prestige aux yeux des profanes et des illcrédules eux-mêmes, 11 v a J,UOO ans, c'était la sortie d'Egyptc, la libération d'un peuple opprim é, Aujourd'hui, une nouvelle luite pour l 'Indépendance et la liberté du mème peupk PREPARATIFS DE FETE Le quartier Saint-Paul, cenlre du judaisme traditionaliste,

t\-ec se" petite! ruelles et ses

boutiqUe! où Ste d.!tache le nlOt • Ka-.cher II, en couleurs criar_ cJ(:o'l, vit de cette int ensite fébrite de ... veilles de f~te, La rue des Ro.lsiers, de m~!lle que la rue Pa_ v~e, ne de'iemplisscnt pu, us femmes procèdent aux derniers Bchats, Lourdement c ha rgées de pll'lurts de Pain Azym, elles marchent d'un pa,', ICllt, s'a.rrêtent devant les étalage,;, : • Vous !lvel du raifCM1 ? .. , P3: ris manque d'herbes am~- Tes, cette annee, ct lc::s ména_ gèn'; orthodoxes en sont fort contrl\riées, 11 faudra trouver un ersatz. Les préoccupations des hommes sont d'un ordre bicn différent, On vieflt d'apprendre la pri~e de Haifa par la Haganah, Des groupes se [ornlent un peu partout, au milieu de la t'haussée. Journal en main, on suppute les c1l11nce:i de la nouvelle armée juive, Devant la petite uoutique de Roeinsky 'Frères, la queue a disparu, Les retardata.ire~ socOQüoenl, mais le • pain de mi~ , ne manque pae, A r 15 francs le ki· 10, avec tickets, VQUS en trouvez à. volonté ! SCENARIO IMMUABLE La nuit est venue. Et main_ tenant, " Que ceux: qui ont faim, viennent et mangent ., Les plus déshérit6 ont pu assister à la cérémonie du " SetIer. ct manger à leur faim , Le benjamin a posé les quatre quest ions d'usage: " l)ourquoi cette nuit? Il, Le elle! de famiBe, plPin d'a s~urance, a ré_ pondu: "Nous élions esclaves", Depuis 3,000 ans, mêmes questions, mêmes réponS(!s. On a pn:paré un verre de vin pour le pro"hi'te Elie el l'on a ouvert la porte, Mais le proph ~ te n'appa. rolt pas. Tout au moins aul' yeux des simples mortels, Le récit continue: Les dix plaies d'Eg-ypIC .. , I.a force de Dieu .. , Enrin la libération, En tout ças, c'est \lne x:casion de se réuni r, de se retrouver en famille, Tard d :U1S la iOirée, Ull j'le\1 grisé par les quatre ver· res rituels d 'un vin qui, pour ne pas êtr~ de premier choix, n'en est pu moins piquant, on rentJre se oouchu, M~me cérémonie le lendemain 50ir avec les dix plaies et le pro.. phète qui n'apparatt toujours pa'J, C'est la tradition qui le veut, Plus tard, !:lns doute, le benjamin demandera ~ncore : " Pourquoi ~ltc nuit ? ... , Et le chef ùe famille répondra : " Un jour, la volte.fa('e ... Abdul_ lah .. , mais la Haganah .. , Il, Abin ADLER. Chronique , . economlque ~' ESI . f~~f UIAB~f 1 O RCANISER l'Europe, réaliser le. Etats-Unis d'Eu· rope, l'il e5t un rêve qui parcourt toute la civilisation dite occidentale depuis dei siècles, c'est bien celui-là. De nOI jours, en cette après-guerre qui. n'elt pas la paix:, le problème semble 6e poler concrèt"'" me nt, la solution parait posaible à brève échéance Au"i, nous proposons - nous d'examiner brièvement l'aspect économique de l' Union européenne, écllrtant volontairement le domaine politique et mililaire qui n'enregistre, en définitive, que les con ~· quences des rapporh éoonomiqu~, A cel égard, il nous faut con ... tater lout de .uite que l'on se lrouve en fa il devant une tentative d'union occidentale comprenant l'Anale. terre, 1. France, Benelux. l'Italie d la Rhur, en$l'lll'lbie auquel viendraient éventuellement .' adtoindre l'Espagne el le Portugal, ma;s Cl'ttainement pas les pays scandinaves, Cette un;on limitée est·dle viable ~ Par exemple, que vaut Ur\e éventuelle union douanière fr.nc~ilalienne ~ On nous acamIera que 1. condition d' une telle UlOCiation implique ail moins que les économies des deux pay. con,idérés toÎent complémentaires el non concurrentes. Or, l'Italie el la France .e trOllvent dan. le. plus mauvailCS conditions pour QIlo rvenir à un accord, En effet, 1e5 deul: pays ont l'un et l'autre une sidérurgie qui a beuain du ooke de la Ruhr. non moins néce ... saire d'aille\Jrl à la p'oductioo alle_ mande ; ,'indu~rie automobile italienne coocurreoce dirccteRIent l'induatrte correspondante bançaite : même situation pour leti entrepri\CI du bâtiment, des le~tiles artificiels, etc", L' Italie pourrait nous foumÎr de la main-d'oeuvre ~ Le chômage qui commence à l'étendre en France noul ohlige à ne plus favori$l'lr l"im. migration de travailleurs étrangtn, Benelux el le s-rGUpe scandinave tont e.portateurs l'un el l'autre de produit. industriels et importateun de matière5 premières et de denrw alimentaires, Ils te concurrencent donc, D'aulre part. une union douanière F rance·Benelux pose le problème de la concurrence entre le. poru francais, Dunkerque notam_ ment, el Anvers et Rotterdam, On sait que la politique actuelle de la diplomatie belso - hollandaise l. l'égard de l'Allemagne est commandée par le lOOCi de voiJ rapidement renailre l'économie rhétl.ane de façon à alimenter Cfl tralie. let deux grand, ports, actuellemeat concurrencés par Hambourg. La Ruhr ne peut que .e dével~ ))Cf au détriment de notre: sidérur~e et de celle de la Crande-Breta' ile. On olnerve ainsi combien le plan inclus dan. les fameux accord. tarifaires de Cenève ne résout aucun prcMème économique, Roger MARIA, • i • , - - \ • • • -- " ... mal 19t8. No' 5-13 DROIT ET LIBERTE , VAlENTiN FElDMAN de l'Arl abslrail, .. Philosophe héro"tque Par Henri S(8INEZER VAI.ENTIN FELDMAN efit le nom glorieux d'un hé.1"05 de lA RésÎsta l"lCil:, ,Ce jeune philoc:ophe juif né. en Russie . • etc fusillé par lu nAzis le 27 juillet 1942 au Mont Vwlé. nen, Il a laissé ft ses camarndes t.Ie «lIule survivants un message qu'il grirfonna de sn mains el\chatnhs : • Ma mort est la plus belle réussite de ma vie •• A ~ camarak-- et voisin ~ cellule. Jacques Papy, il A écrit: • Un jour, peut-!tre, ma mère viendra vous voir, Voulez-yous lui donner llion mon Doris 60401l00l' et si possible quelques Autres li vres de ma bibliothèque ? Dites_lui q~ je veux qu'die ~rouYe lbns '-',Cs souvenirs la force de vivre. Tant qu'die vivrn, Je ne me sentirAi p.'l!'l tout li fait mort. le !uryiyrai dans sa. pen. s~e. C'est ma derniere volonté. Je denl.nde il ma mère de la resptCter, • Et la mère, Mme Esther Feldman, respectant la volonté. de son ril~, vit m;,lgré. sa propre yolo·nté.. Et son fils revit en elle, nOIl seu lement dans ~a pensée, mal; dans tout son etre, Le recueil de poèmes que Mme Esther Feldman a CQn;acré à la mémqire le 'Ion fils est c h:lTg~ d 'une fon::e extmordinaire. Toute la vic de Valentin Feldman v e.'lt ,1voquée : enfant, ado_ l e~cent, jeune étudinnt pllu vre milis enthouo;iaste, riche d'idees et enfin philosophe martyr, ' • Valentin Feldman est né à Saint. PéteuOourl en 1909. connu inllpte .u service Irmé - il • une maladie de coeur - il part comme eng.gé volont.ire. Puis c'e!t III débâcle. En 1922, iI."ive" Paris el entre au lycée Hemi IV. II ~rle mal le frl!.ilçais. Mais, surmontant tous ICI obst.clel, il rempoTle en 1927 le premier prix de philo.lOphie au con_ cours g@nér.1. Dès 1940, p-ofesseur à Dieppe, il est agent de li.ison du P.rti communiste el chargé du transport et de 1. diffusÎoa der. tr.ch. A 1. Sorbonne, c'elt un étudiant blillanl. II devient re diKiple f"'Ofi de Victor Ba-Kh, et c'est IUr 1. de-mandi! de celui-:i que le jeune Valentin F eldman le remplace en chllire. Révoqué comme Juif en 19-;1. il te coru"cre tout entÎct, corp. et âme, i 1. lutte ~Iandesline. A Rouen , il r&fige des journaux, organise l'aide aux détenu. ma.i. ne se contente ~a de celte Ktivit! d fait bien plu5 qu' 011 ne lui demande. Valentin Feldman eat h.nté par l'idée qu'il ne court pas .ssez de rÎ5QlJCS Il voudrait être chargé de miuions plu. dangeteuses, plus dif· ficiles, non pas pour @tre .u premier rang, mais surtout paru qu'il eatime être moins elpo!é que !CI c.mara_ d~. Etudi.nt pauvre et studieux. il donne pour vivre des I~OIIs parti_ CUlierCf, conip de, devoirs et troove encore le temp! d'enseigner à tllre gratuit aux cours de l'aS5OCi •• tioll philotec.hnique. C'est le jeune F eldman qui Iradui ~i t l'oeuvre de l'écrivain sovié_ tique Lupol sur Diderot, ainsi gue l'Cl"uvre admirable de Nicolas Os. trov~k i. El l'oder fui trempé. En 1935, il est nommé professeur au c(lllèl!e de Fécamp. Un soir d'hiver, pris d.ns un guet-apens tendu à un autre par lin traître de la Cestapo, il e!t arrêté et inCllrcéré à la prison de BonneEn 193), la guerre éclate. Re- Nouvelle à Rouen. co ~ ~ T Ir lA. CC 1 - II. lE A ID 1 R E C'est lacile à dire : c Eh bien ! Il n'est [pas le seul! it C'est l acile à dire: c Eh bien! Il Y a toujours eu des révolutionnaires. ~ Essayez de vous mettr~ à leur place Ne serait-ce que pour une petite heure. Mais pas une heure de liberté, une heur~ de prison, ~e chaînes, de marche à la mort - une chanson Sur les lèvres ... une chanson qui parle de la joie de vivre ... pour les autres, Je pense souvent: ceux qui disent: c c'est facile ... ~ devral'ent rêver qu'ils sont des révolutionnaires, qu'ils SOnt en prison et marchent à la mort. Je voudrais bien savoir s'Us chanteraient? Suis-je mécha.nte ? C'est possible. Je vou~ drais devenir meilleure. - Alors, de quoi s'agit-il ? ~ le n'en sais rien, peut-être Je savez-vous? J'ai devant moi une photo Une ~tite fille, son père et S8 mère: Les parents portent des décorations : la guerre de 1941-1945. Et la petite [ille ? C'est une enlant de sept à huit lins. Je- la vois jouer à la poupée dans labri ~ndant les alertes .. , « Mil t.nte, ma tante. -j'entends Sa voi:r Ir.khe et enlantine - comme les parents SOnt fiers d'elle. c Âvec maman nous .vons lIidl à délendre Mosc()u. VOus savez, ma tante, que je su,'s 18 fille de papa, de maman, et la cousine de votre YOItia 1 ~ '-_________ P'" UlIt.,. aelJnuu& A LORS Jue tant d'expo!'\i. tion!t plcturll.les ne se si. gnalent que par le ur pluti. tude, il est 1t.~(:'Onfort~nt ~ reo. contrer, sur .YKl chemin, lino! oeuvre originale et plcine de pronlesses. C'est le cas de J'expooUlor Htlman, il la Galerie Bre te;,u. Bien que plongeant d~ solifle!; rac-;nes dans le monde objeo.-t.if, l' inspiration d'Hehnan ne s'ar~ 'rète pas à l'aspect physique Ors choses; elle est hant~ par du rèves autrement Ambitieux. Ce que Hdman entend traduire &ur la toile, c'~st l'écho de la. vie lIffectiye ~ux prises avec ~~ problèmes ~ la vie réelle. Ainsi donc, l'oeuyre d 'Hetman, loin tle se retrancher dans le splendide isolement caractéristique Ik: l'Art pur, auquel elle emprunlÇ: sa tenninologie plo'lStique, .!le veu t au contraire in timement mi!1ée au monde vi.,.ilnt. C'est ce souci l.'OIl;tAnt de garder k: contact avec la réalite extéricure qui lui confère sa sonorité hu. maine si p:lrIiculière. Hetman, il n'est p:.s inutile de le signaJ.er, e5t un homme jeune, Si le grand publk ne prononce pas cncore son OOnt, c'eSt que cet artiste, à l'encontre de tant d'autres, s'entoure YO_ lont.airernent d'une zone de silence. Il 8ubit en philowphe les Înterrogatoiret de la Cestapo. Il s~rte sto1q1/ement les ooup!. En pleine po~ion de ses foroes, il répond à ,es bourreau" avec. la fierté et 1. di. gnil! d'un homme digne de ce nom. Pendant six mois, il est enfermé au ~rel. Milis le hbm ne regrette rien. Il ne se plaint pas. Le 18 juil. let. il est ju«é fi Fremes, Au procès. il fotee r.dmir.tion de tous. Le 27 juill-et 1942, Valentin F eldm..n e5 auassioé ;\lU Mont V._ lérten. M. COLDINE. Ceci clit, la peinture d'Helman ne se prhe pas facilemcnt au jeu dc"\ étiquettes Clithétiquec;. Car, si par sa forme elle s p_ parente Il la jcune écolc ;jbs_ traite, elle s'en écHrte ",'Ir son csprit. En cffet, l'Art tlit abs. trai t n'cst trop sOUlcnt quc jeu gratuit et ne peut avoir "onHlle propos que celu i d'éveiller J'emotion par des :jrtifices de forme. Alors que la p.:inUire d'Hc1man ne fait qu 'user de 1 '~'Critu re tlb"traile pour affirmer un contenu positif. C'cst 11. une différence fondamentale qu'i l est neces'iaire de 'ôQuligner. Car elle étllblit nettement le côté progreso; iFte de l'oeuvre d'I·lelrr"m , en (;lce de l'Art pur qui n'e""t que const ruction, souvent agréa_ hie certes, Ill~is vide th: signi_ fICation hum;line. Sur le plan de la réatio;ation pla;tique, J'art d"lelman nOllS ~lpparalt comme une entreprise a,u?, ,~ss ibil ités :)[pressive'! "IuaSI- l l llIlllt~es. ~llutrc de IIWlyells techn iques renouvelés, le pt:intre est en mCi'iure de traduire sur la toile le'! impondera blcs de 1.'1 vie .4ubjective. Mtis comme nous le lai'isions entendre plus haut, la peintllre d'Helman n'est pas le fruit d ' un~ intelligence repliée sur el1e-meme, Elle est, au cen. traire, ]'.;;oouti"'iement formel d'un problème donné. Dans la toile intitulét; • MwOlces .. c'est :Ill drame qui awte la ~iété moderne que l'Artrste A apporlé une solution plflstique, La chronique des films par Charles!':_~~9~ ~~ GRIME ET GHRTIMENT R L'RMERIGHINE NAZIS, prenez garde! N·allez pas en Amé· rlque. Vous y seriez traqués. J e ne crots pas Qu'Orson Welles ait voulu dIre ça dans Le Crhnlne/. Il est trop intelIlgent. Et li salt très bien qu'on a autre chose à traquer dans son pays. Pourtant, ce c Deuxième Bureau » américain qui recherche fébrilement FraIlz Klndler, une sorte de Himmler anonyme, peut faire UluSlOn ... La fréQuence des effets, les jeux d'ombres, les trépl1Jnements savan~ de la camera _ le tout accompagné d'une musique ad hoc _ ne manqueront pas de plaire à quelqueg esprits partieuJlérement excités. Mals le spectaU!ur normalement constttué n 'a pas besoin de t.ant d'acrobaties hysténques }XIur s'émouvoir. Vraiment. un peu trop nerveux. un peu troP or:Ilinal, le c bébé volca.ruque it de Hollywood 1

  • Od est Franz Kindler ?

Le .. Deuxième Bureau» américain est SUl' les den~. Edward Robinson casse sa pipe en appre_ nant que Melnlke, ancien bras droit du Criminel. a touché la terre amértcalne. - L:.UaSe:l: Iller ... Melnlke, qui n'est plus lâché d'un pas, nous amèn~ dans une petite ville du Connecticut. Franz Klndlf'r 9C cache sous l'Identité de M. Rankln, professeur de collège. Il va se m:lrier avee la fllle d'un honorable Juge et sem_ ble avoir oublié le passé. L'histoire est Urée J)Clr les cheveux, mals le r éalisateur de c Citizen Kane » talt l'Impossible pour la r endre acceptable. Un bon point., en passant. : à un moment. on pron()l)c~ le llom de Karl Marx sans le rld1cuIlJJer, Edward Robinson Qul a perdu la p1s~ de Melnlke que Franz K1ndler a ètmnlJè et. en~ Lcrre. sursaute dans son Ut : - Seul un nazi peut renleT Karl Marx perce Qu'II est. JuU 1 Les soupçons de Robinson ae ~c1aent. n n 'ajoute pas a ce propoe Que RUia le! trusts amérlca.1na peuvent refuJJer la P&lest.!ne aux Juifs t catuJe du pétrole. Mals oec1 Mt. une &U'tft histoire.

  • Volel encore une échelle dont l'impresSion_

nante 50naueur ferait rever cerUJns upJran\a au .. Parad1s ». Voici une eourte proJeetJ4:ln de .. l'unlvera concenka\.klnn&lre it, Toujours bellucoup de tenmon, mals peu d'émotion vra1~ nJem protonde, Dé~ldément, on met une sorte de plaisir maladif à !lOUs agacer par des voltiges, des recherches, extrêmement }XIussécs, de plans, une vlrtu06lté souvent gratuite. Edward G, Robinson, si remarquable, paraH pOurtant moins sOr que d'habitude. Loretta Young est par trop crispée. Orson Welles a un jeu plus fulgurant que convaincant. c CItizen Kane », c Les Amber_ sons ~ , .. La Dame de ShanghaI it: ouI. une très . forte per:oonnalhé, voire un génie du cmt'ma. Seulement nous souhaiterions qu'Orson Welles taE-Se preuve d'un peu plus de calme et cesse de wujours vouloir nous en meLtre plein la vue. Et cependant ! Lea scènes de la fin, qul d'nllIeurlS ne sont pas sans avoir quelque pa.ren~ avec celles d'un Frit.z Lang, vous coupent le souUle ... La Vie en rose P AUVRE prof. Turlot t SI sympa, si timide. Il aime Colette, la jolie fme de 80n principal. Hélas! elle ne l'aime pas, , Et, lui, de réver.. Pour s'apercevOfr flnalemene Qu'il y a loin du rève a la réalUé, et songer au suicide, JAl vi(! elt rose? Par antiphrase. Pour le prof Turlot. eHe es ~ plutOt en noir. Trois potaches moqueurs, des jeunes tnconscients de la gravité de leurs actes, Jul lall!_ SC! n~ croi re Que Colette est prolomlénl.CJlt amoureuse de luI. L'Age Ingrat, C'est Jeune et ça ne salt pas. Tant pl.!l pour le prof Turlot 1 Le film reHe alerte et frais. sl Je dlalocue est un peu c Jeansonne ~. Fln~sse de 1'00- senaUon, rlchease du det.alJ. charme, esprit, bOn 100t, III français : beaucoup de quallUs sont réuniS dans cette réalisation de Jean FaUTeZ tl'(:s bien secondé par le scénariste René Wheele r. Peut..-ètre n'a-t..-ou pas suHLsamment. poussé J'humanlt.e de l'Int.rlcue, encore qu'II soit asu dJUieUe de dire eertalnes choota trop c tendancieuses » )}Qr les temP3 qui courent. CoIeLte Mara est. .. croQuer. Loula Sajou n'a PEut-étre Jamais JOué avec un naturel aU6lll emouvant. François Perrier a oouJOUtS la joue molle, mals le geste sympathique. A voir 1 • JO ------------------------------------ DROIT Er LIBERTE 1- m.z 1~8 . - N- 5-n (a Campagne du Lancement de .. DROIT & LIBERTÉ" A la date du 29 Avril 1948 : 1.822 nouveaux abonnés 800 enfants ont participé à la magnifique Matinée de la Commission centrale d'Enfance Souscriptions: 920. 000 francs CAMPACNE D'AOONNEMENTS LISTE N° 3 Salnl·Quentin ............... . U. J. 1( . E. la- ........... . M. Jucht ................•••• Valenciennes ............... . Indi viduels ............ , . .. . . U. J. 1( ... ;. IS" ........... . tJ . 1. 1(. E. 19" .......... .. U. J. 1(. E. 9t .......... .. U. 1. It . ~;. 5· .......... .. ll. J. 1. E. Ck:rmont_Ferrand D' Dvorill .................• c. C. Jo:. ••••••••••••••••••• • Maison Enfanh M(lnlreuil .. Il . J. H. E. 14" .......... .. ~tarlieil1e ... .. .............. .. Ll vry,C;ul/!;ln __ ...... . ...... .. PérlglU!ux .... ............. .. Meh: .. ...................... . Toul ou~ ...... . ............. . 10" S.L .......•.... .. ...... . Mme IJ.atresco ............. . Nice ................••.. . .•• u. J. H. K 20 ... . ...... .. AvIgnon .................... .. tJ. J. R. E. 3" ...... , .... . 2 5 2 3 78 3 3 1 3 ,1 7 ~ 18 3 34 2 3 1 "1 5 7 1 21I U sle pr&édenle ............ 1.525 3- li ste . .•.•.......••... ... 211 1 .736 Sl'c//on ~ d l'honneur: Périgueux et Marseille. Actlvi.t;!{ d l'honneur: M. Pion. tek de Pé.llo!eux quI a collecté à lui seul 25 abonnements. Heme rcie· ments. SOUSCRIPTION Liste a.rêtl.. ... le 2G avril Collu.té par procho"er : I~rochover . .........•• l...lIsk ................ . Mibl/!çleln ........... . 7.lotl.tv~ki ......... _ ... Kichter ........... . . . 1.000 r.oo 500 1.000 1.000 L·AC11VITF. DIS CERCJ.FS DES AMIS DE • I)I~OIT ET LIIU: RTI~ '" I.e n ayr,1 s'eot ,.,nue à Mar! OCine, cI' l" M. l:Jou"rd Coh"n,' b réunio" C6n ~titul;v e de rAm;c~ le man,dl1",w d" • Droit et Liberté '. AJ.rè~ la co,,~lilo t it.n du Cnmité d;r(-ch:nr, il !' été ,,,"oc,:dé i, un er:,men du jour",, 1. Be n61l ,hn·II .... ·~ su.C"e ,ti(.,,~ l'ni été f,,"lllutl:t"~. Un comité de réd:lcli(, .. a é té dé,i~"é Io(· ... r réd;~t:r u"e ruhrillllC CO " ~:l cn:c à la vie lucale. 1." iuur",,1 !OC fcno ,"' d(."y"i,· de d .",ncr i. HOS I"i,; ... '" I.tll.~ 1,,!)CC l,lace 1»O!Ioto; Me. AIIU: A LA l'AI.ES11NE COMltA'n'ANl li 1.. .... io;ulli 21 !'vril, Il eu lieu 11 lit S)' /t"'loCue. n. r ue F6 .. dlOl")', une r~uni(.n de!! J"if.~ du XV· Itl'l'(",di ~~e", e ,,' (lui ont lori~ l 'e"~,,ue""1 rie vl"'flir en (, itle It ,,~ CI"nlo .• UlOnh dc:: l'a le;ti,,e. Il, on' ve'; une !!(He de 1G 000 fran c,. U" Ct.mité dirN: teu.· de Il 1"" ·:101",,,e .. III été é lu. La ré...:.luti .. " ~ltiV1U,l e a été IOrlO,'· : RESOLUTION' l..eo Juif. du XV", ....... n;& le H - 4-411, .6.." .... nt le ... r •• Iut ch . leure .. " ." peupl .. ju if en I .. tte .,,, P.leali .... et l' ... u .... nt de le .. r ."onp.thie e .. t;~. Il. prote.tent conlre 1.. déci,;on du Co ... e il de Sëc .... it .. d .. l'O.N' .U. de _ . n .. :u .... 1. di,,,u .. ;on .u" ta Pa- 1"'line. c .. qui yiae ... nnule .. le vote du Z9 noyemb"e IHI .u .. l'EI.I juil en Pllluline. Lea Juil. d .. XV" .d ...... enl un appel .. 10'" le. Juif. pou .. ae ..... embl.r dan. un v •• te m .... ... ement de ... I;da .. ilé el d·.ction. .fin d '.id ... nna fr· ....... qui comb. ttent pour nol..., indépend.n· ce et leur f.ire .enl;r qu ·il. n .. ...,nt JNU 1IoeI.I1. d.n. la lutte.. Il. dem.ndent Ilu Comilé centr.l de 1. H ...... h qui .roupe du di:uin.... d·".,...ni •• lion. j""vea, d .. ré""'r ..... """"';-lanta, .r. .. d'.,ny; oap.. I·.dio.. COmmu •• qui .·impoM da mobili.... Je. pl-... I .... e& "..._ ;";YetI pour I·.ide .ua comb.ttant. héroi_ que., pour obtenir 1 .... ictoi .... et j·in.lau ... tio. d· .... EI.t lib .... al ".dépend.nt • • P .. ~.ti .... Safran ........... .. .. Wagman ........... . . Collecté plr U. J. Il. E. Toulouse ; Crinfogel .... ..... ..• Adam Fridman .•.. .• Mendelo"i c~ ........ ,. Kamelltarn .... . ..... . PTisans ............. . Lihe""ln ........•..• Cold(,n:ner ......... .. CoUeeté par U. J. R. E. ManoeiUe ; Weinreb ............ . Anzel Max ......... .. Rabinovitch .......•.• "Hmi ............... . Collecté par U. J. R. E. Nancy : Kobryner ........... . Schneidleder .........• '{rvf ............... .. Dunce ............... . Fio;enbach .......... .. Finkel ............... . lIepoer ...... . .....• • I_iJ»zyc ............. . Zyzec ............... . Cu.l"eCki .............. . Chano"Îa ........... . Secl;(Ml de Monlceau·le'\.Milles. à I"occuion du mari;H!e famille Pflaste. Mme Wen ............. . Sei:tion XIX~ Fabien, ~'ari ~ . ................ .. F"rydman de Toulouse •• Don anonyme ... ...... . St:ctioll de Strasbourg .. I~oze m"m ............ .. Spumberll! ... ..........• MebmedO;,ff. de Marse ille Mme S~ .. der ...........• Resnikolf .............. . Anonyme du XVIII· .. .. Cruber ...... .. ... _ .... .. 4 .000 1 .000 1 .000 5.000 5.000 500 200 200 1.000 200 2.000 500 3.D 300 600 1.000 MO 1.000 1 .000 3DO 1 .000 1.000 7 .100 LOO GOO 1.000 500 4 .000 GOO 50 4:'0 ,,0 mtssioo Centrale de " Enfance et des Patroll.«ges de l' U J .R.E. En hala : la chOrale. Au mlltell : un sketch exécuté par les c grandS Jo. En bas : W!-e danSe jOlklariqlu. David .......... _ ..... . .. Mme Blum ............ . M. Nutkoricz ......... . Mme Batresco ........ .. Orenstein. de Touloue .• Tranmis par la C.e.E. : Lenllil .... ... ........ .. 1.400 7DD 100 200 200 1 .200 LOO 200 ,no !()O 100 100 Déj,] d:\/l! toute 1" France nOs ment au grand air de la monlllg,IC, !lm;'! col1ecletll fiévrcu,ement pour de la mer ou de la campagne. permettre à nos pd;b de jouir de Nous compton$ sur 1" gén~"$;,é quelqu~ ICfllllines de repos. de jo~e et le délOu~n;en l de 1"""'5 pou 'l'Iire !.'!;lIIe et cie AOUrrÎlure at rrdante. ces V dcorn:e.t 48 plus beUes que Szwinnsl.:l _ ...... .. . . Nou, pd-parons activement l'inl- toules les pt'écédentes. lallation de nOJ colonies d'H oue- 1I .". J PI!:NH~:NT AUX VA('AN('F:S gor, de T"roos. de Monl-$OU'I'V"u- })Io:S ~;r..~'AN'I'R IH; ~'U811,t ... :a Skornik ........... ... . Don anon yme ....... . ~oo dray et de llO' ville, de province 1':'1' Dr;I·OI~TI:R ... !i2 .850 Toulr)U~. Metz. Nancy, Str - Luit; " .. l Léon Na(Ml. de GenèW! (SuI~seJ .. ........... . Campalloe d 'avril ...... . Tobl de b. 1 .... li sle .. 866.100 bout!;. etc., dans l~ueUes 2.500 I,;n,-G!trglln (1" 'erll(n, ('nt, col- 9 18.950 enfanb pourront ,'ébattre joyeuse- lt'ete) er.,ow ü.; Mme Hla u8te, n, ~:::24 novembre 2009 à 10:33 (UTC)Charles;~~J II!" (~olleeltl) Périgucur (tOll:t.2't8e0) :t;r.0.0;0 Oflro. :0;, , "M'8 rI i,, lteioe. (roIlOl'le) \.1.000 fr.; M. Ma- U.J.RE. CENTRE CULTUREL rek (don) 2.000 fr. ; Li .... yGI .. jtM 14, rue de Paradi8, Paris (l()'» _ (2" veraelilont) collt«:w 20.000 Ir. ; E MM. Oonlon .. • .. ·m:~ (eolledo re"oillC CONCERT ANNU L DE LA CHORALE L"" M. 7. 1. 1: de Mont'I'uil) 1:;0.000 POPULAIR.E JUIVE !.'1I0"1I/· M. HIl~~",")I ,. rie ) ,un#o:.'lle, ,).000 r. ; M. 1"J'91.(' 1II (don ) ".000 Au progra.mme : CHAN1'S CHORAl. en Ydd"ich et Uébreux f.an~~; M. Ih.i!lllin ~k i, d~ licea,u: Acoom1)agnement : Orchestre fi. c"rdelii (doo ), 2.000 fr. SOlistelj : JudUh Marttkll, canbkioc Tolla! de la Ji. le : IU.ISO fr. Lily ~kllloe, hILrpisl.o. Samedi 16 mai 1948, à 20 h. 30, • la SalJe Cneau 45-47, rue de la Bc-éUe {Métro MlromeMl10 Imnta.tkms d rettrer : 14. rue de ParacUs. &lUment B. 4.' étal1e DE 10· L'Ul'l' ON ANNIVERSAIRE DES SOCIÉTÉS JUIVES L'UnJon des Sociétés Juives de France a célébré le 17 a.vrll"60n 10- ann iversaire. A cette occasion . elle a donné une sol.ree Il la Mal~n de la ChImie. au cou rs de laquelle a été présenté un progrllmme d'un haut Intérêt artistique et cultu rel et qui a permLs. par ailleurS. d'apprécier l'heu reuse évolution de cette organisation. Dans son dlscouril d'ouverture, le ' président, M. Poznanskl. s'est fait 1·lnterprèt.e du sentiment de soltdarlté qui He â. l'Union des milliers rte Juifs et de Juives groupés en prés de clnquanle sociétés. Le seCrétaire générai de L'Union. M. Alfred Grant. un des pionniers de l'organisation . nous en a conté l'hIsOOlre. et décrit l'activité . La première réalIsation unitaire fut, en 1934. le dtspensalre. PuiS. les efforts se conjuguèrent dans l'intérêt de la cu lture. puLs pour port-er secours aux Juifs victimes du nazisme. C'e~ en 1938 que fut créée ru S.JF. après l'éChec de tous les efflrts pour créer une organisation unique. L'Unlon nouvellement c~ volt. s'ouvrtr un large chamtt d'actlvlté : aide aux Julra allemands chassés, ouverture d 'une IIOUpe populaire de 5.000 replUl par semaine. lutte contre l'aotlsémIttsme et le racl8me. SOul'oe:: UDEltlon, l'organl&att.ton - prête. EUe sauve des mllUers d'en fanU!. Ses cadres sont en place. Après la g uetre. c'est le travail de roconstrucUon : reconstitu tion des sociétés et de leur Union. reche rche des enfants dlapersé8. création de homes d·enfants. accueil des sunlvants des camps. organls!lltion des recherches et d'un service d'aide jurtdlque. mIse sur pied de la Caisse de Prêt. réinstallat ion du dispensaire du 14. rue de ParadIS. lutte poUr la dé fense des Juifs Immigrés. lutte contre le racisme et l'antlsémltJ.sme; Cl,lmllagne';i contre le crime de rEJ[o(h.l.':f et pour la Haganah. Le congrès de rU.S.J.F. aura lieu les 8 et 9 mal. Nul doute que les BocIC:tés n'y réaWrment leur volonté de persévérer dans la voie construtcive où les conduit l'Unlon L~ ENFANTS DES DEPDRTES ET FUSILLES DE LA MA'SDH DE LIVRY· CARCAN lIOIlt beurwx de 'tOua lDrit.er. ,i""" Ilue tOtre l'amUie et 'l'0OI lI.oDl.W. à la. 2e KERMESSE _n.l~ pM e1I-.z: te DIMANCNE • MA' 1941 d. t4 M_ ... Mlilluit dlJl"I.I ""'" m4bott 11. A~,,"," du Colontll-f".abkon {LI VAY_CARCAN) lA p,o~, •• '",e el lu .t1rKUon. ""."t ellt/t,e_ent u«"th p,IIr le. enh"' • .

1" Ar •. (rD!1«Ul) 2.000 fr .. M.

Aj,enloerJ( (don .eu,il l 'Ill. M. Yf6n. el) JO.ooO Ir. ; 2(} IlellcyiU1" ( 1" ,erllen 'I'nt) 50.000 fr. ; M. n.ajer «(Io~ 11'1.000 fr. j Line (eDlll.'('ll'-) S.Ua Ir . 1'o;,tAI de 1. l'lite ... 81.:135 fr. A I·_!"n dei 'i1Inçaill .... cM MUe Sam Ren6e et dll M. L6en Aber, II a 6M ClIIUee", en ht"tlU r de nll1re mal"n d'e"f.: tnts de d6porlé. ,. __ me d. ".!GO 'ranes. NM meille ur, "CBUX ete borI· h ..... r IlUli fMiIMS rlanoM. U .... A .E •• MarM'tlle. UNE AMBULANCE POUR LA HAGANAH L'A§soCÎation des Anciel'" Internés et lIéporth Juih a décidé d'entrepren . dre, cn liDiso" avec la Se. maine Nationale pOur la Ha~an. . une tampa~ne parmi les déport!!! et leurs familles cn vue d'offrir tl nl,! ambulance à 111 H agana. Elle invite tous les in_ ternés et dt':portél à rdL rer /lU sièJte de l' Â'I 'I()ciatitm (9, rue Guy- l'atin. Pari" (10'), le matcrÎel sttécial émis 3. cette occasion . l.F:çONS Of: FRANÇAIS lIT OF: LITTERATURE FRANÇAISE pour étrangers et. enfants : répétitions. preparation aux examens, par profeaseur licencIé. PrIx modéréa. Ecriee au JOUrnal. n" 7815. Dimanche après-midi, 25 avrU. ,'e$t déroulée à la Salle Pleuei une m.agujfique ftte enfantine. Plusieurs mUliers de perS01t.n.u ont am,laudi les danses. les sketche3. et les choeurs des enfants deS maisons de la Com .... TM!~ Il" 8 M. Tll.uhellkil.oet (don 20' Belleyit· le) IO.OfA(l fr. ; Lond«11 (rion) 10.01'11'1 (nlnrM ~ J9" ~'a."ien (eotlll('"le), 2;1.1 00 (r.ne __ Tillai rie la li~te... "3.100 fr . 'l'olAI 1,~&1e"t ... 305.615 fr. Tot .. d g~ Dêo',,1 ...... • La Secli(Ml des Juifs Algériens du 1 So .. ooI lecté la somme de 9.580 francs. d(Mlt 5.000 francs pour b HaJ,!anah et 4.850 frilll CS pour nos enfants. N6US i!I~(Ml1 le plaL ~ir de remercier vivement nos amis du IS". • La Commission Centr(lle de l'Enfante cherche pour ses colonl e~ de "acances des moniteors 5p(M'lif~ et des éducaleurs ou éducatrices. S·;tdreuer au ServIce des Co!( Mlies de Vacance~ , 14. rue de Paradis. hâtiment B. 3" éURe, les mardis. mercredis el vendre_ dis, de 14 l 18 heures. • Nous n(MlS le pl(llslr de TerntI" cillr nos d~vou és amis. M. R()5tnhHt et Mme Bfilunsteln, qui (Mlt collecté la somme de 5 .260 fr_cs au cours de 1 .. fête de III Socl!!té de Secou~ Muhteb de l'Amicale Russe quI a eu lieu le dImanche 4 avril. Nos condoléances à M. FOURMANSKI. Secrétaire général de l'A ssociation des Anciens Déportés et Inter_ nés Juifs. frappé cruellemen1 par la mort de son frère, tombé en héros sur le front de Palestine . La RédactÎon de « Droit et Liberté ». UNE CEREMONIE POUR COMMEMORER LE SOUVENIR DE TRUGOBOF Le d,mKIC1"e 2 mai. dans l'aprèS-ffild" aura "eu .1 LivryGargan une cérémonie à la memoire de Maurice Trugobof. Trugobof, mon JI '1 a dau.: an~ Ivl le 5eCri:taore el l'animolleUf" de la comm.s;.H)fl de l'enfance. II a déployé une grande ~lJvJfé pOUr" sauve" les enfants d.sper~ç qui onl perdu leurs parents. C'esl lui le fo.-cbleUf" de 1 .. ma'!;OII de U... ry_Garg"n. Le Co ... ité de Li ... .,...c.. ......... - • .lOf' mal 1918. _ ,.,. S.73 DROIT ET LIBERTE " .ea 6aflade du ~une Juif L'AGE DES VÊTEMENTS TROP COURTS La • , mlSere nouveallU_ ___- ' .J1 par Rudolph L~ONHARD De ..... d ......... ch.mb..e brune d thlan'" '- rieI_u .. aont ti ..... c,," le. 'I.lets. L. cJr..mbre _t plu, 'troile 4U' •• e ten". Il _1 tl.ebeut. Ckho .. , iJ ••• 1 •. Il ec.al. IH pa. "'.urter le. pavé,. ..................................................... T_j •• n. d ..... "t, heilU, à ,·ie ......... d ...... q ... 1-. milic •• enle.,é IOn frère • t •• jo ..... ,.. .. cbé, .u.nt d. t~ ..... tte ... 4e,...M qli'il. ont, le .oi .. et nlr 1. """te. • rr.ch" .. I· • .,eurl., à 1-. v.nd· .... ère ~U. qui, lui. I· • .,.it cho,.ë .... t.nte .-ai de la l'«u .. re .,i,ille ét.it ln;q_ auide' .1 ........ ë, 1_;0"'" de .. nt la ~nt. de la porte, el loul pa .. lout cri le l..nte depoNa que _" pè,.., • cédë - d .... le ."icid.. Debo"t et .u • ...-.. ela, debo"t 10";0. .... D_ pal Joint.l", ...... onn ent d.no •• pea\L Dea pa. .pproc"'ent. De. yoi .. d.n. 1. e."", .-. pal d.n. l'eaulie ... E.t·c:e tOn tO\ll' 1 E"'ee ."jou .. d'hui pour lui 1 La Ge.t.po ., ,So .. to" .. à tui. déjà? E •• ·c •• "jo"nI· ..... i 1 Il lremb"'. un eond.mn'. "n fou, Un ao....d. De. pu quj montent, monlent d.n. le p"it. .le re.ceUer ; et .ombr.nt d.n. 1. nuit Adolescence: du latin Holescere. croître, dit le La. rousse. L'adolescence est l'âge où l'on grandit le plus. L'adolescence commence en général vers 12 ans pour les filles, 13 ou 14 ans pour les garçons, et se termine vers 18 à 20 ans. Ces limites ne sont pas absolues. Période révolutionnaire au m0- ral cornille au pOY8ique, l'adok. scence ~t faile de contradictions. Elle efa le champ d'ulle lutte douloureuse et de !ous les instants el1tre l'enfant qui disparaît et' l'aduhe qui se forme. Le bel b]uilibu physique et mental de J'enfance est rompw . On abandonne les poupoes et les miles. S'il rencontre une flaque d 'eau. l'enfant, dit-on, se fait une joie de mardler dedans. L'adolescent et l'adulte l'évitenl La votx mue. Le OOfpS peu à ~u change de ttature. La dérruu· che s'a-llonge, devient plus élastique, les ca ractères tielluds se précisent, les formes s'accusenl. Des pieds il la tête cerveau. dont le poids avait triplé durant la première année de vie, atteint !OIl poids maximum entre 14 et :KI ailS, Le poids du corps. qui augmentait de 1 à 2 lr:,gs par an avanL l'adolesce: nce, s'aceloit de 4 à 5 kgs par an de u à J6 »lS. Me~urées au dynamomètre. 1 .. force musculaire triple entre 14 et 18 ans, et la vigueur du poignet double de '14 à Il ans. Notons toutefois qu'un garçon de 18 an. F06sède environ ùeux fois plus de force physique qu'ulle jeune fille du même âge. La crise phys}que de l'adol~. cenee nOCesslte, pour se terminer heureu'lement, une Il()tlrriture abondante et riche, lllle vie 5aine, s:ms effort e:ugéré, la pr~tique de la cu \ture physique et du sport. Max LOES. numérus clausus Les étudiants julCs. comme tous les étudiants., lancent de nos jours un • S.O.S. Jo désespéré. Nous avons éVOQué leur situation li y a qutlQUes semaines. Nous VOUlons aujourd'hui l'e:r:amfner plus en détail. Les bOurses d·Etat et celles dIstribuées par l'Union des Etudiants Juifs de France sont insuffisantes en nombre et en valeur. Pour aider un peu plus nos étudlanta. l'U.E.J.F. vient de lancer une campagne fmancU ·re. CeJa ré&oudra·t-Il les problème! dlrrlclle6 de la nourriture. du logement. des livres chers et rares. des droits unlverslt.a1res tccp onéreux? Certainement pas. • Drtrlt et Liberté , commence une grande enQuête sur les étudiants. Que oeux·cI oous écrivent. Qu'Ils nous fassent part de Jeun dIfficultés et de leurs espoirs. Que les anciens nous expliquent au prix de quels efforts il! ont abOutI. Que ceux qUI n'(nt pu continuer nous disent comment Ils oot été obU,és d'abandonner leurs études . Èt pour commencer, je citerai trois cas QU'U m'a ét«! donné de connaltre. X ... est étudiant en médecine. n a 24 00$. ses parents sont de.por t.és. Il a combatfu les Allemands au maquis et pendant un an et il pè.e .u .. luj'même r ... nd et 10.nI. demi, Il a dO InteTTOtnpre ses études. Il e6t en La ;roiss:mce physÎlue ùe l'ado_ lescent se Jéroule "-elCHl lin proces_ sus irrégulier. A cinq ans, l'en· fant ét:lit dt!ux fois plus grand qu'à sa nai:..~:mce. Puis l'élan a diminué, avec un minimum \'ers dix an~. Et \·oilà • • c r.~ CHue an~ pour les filles, douze ans pour les garÇQfU. une rC I)li:e uru"Iue CI rapide. ('ertains granli~c:ent en uue st\l\e e: violente crise avec fiè. \'TI';, maux de tête. f.lIigue: d'au· Ire; en plu~ieurs crises; d'autres de façon continue. r---------------------.., 4e année et prépare le concours d'externat. Ses moyens d'exlstence oe bornent à sa bourse d'Etat : 6.000 francs par mols. .......................... " ..................... - L. re .... I.e .. : le .. ;t0J... ; le Ice." de ao .... Iut 1 Et tOn .ff.ire Au dealanl de .\\a: pAr.il conclue. En 1,.', " .. eac.b ... " ro"le de marche en ..... rc ... e. Pu li ritole que ça. Q"e h.; "'r.·I ...... f.;re '1 Ce'l Un ;..,..u qu'il tient - je,..u de "i.e - écrin de libert'. La ch.mbre fume, fovr infern.l. Cette cat'. Le aerin. l':' .. " lai. Et mont., monte l' ...... i ... r •• cla".ri.I •. Et monta donc 1. raI:"'. Mourir pour _-i .. ! H.telant, hérlo"', drellé : ,d.e.,b_oluIt. e:n core. m.i. autrement debolrt.- m.i •• "". ,t en a •• nt pet'Ochë. Sernl .... On fr.Pl". Un êrout de.outt.n!. Le t..d'une porte b .. i ....... C ... I.po ! • El Je coup qui pert. Un e~ 10"nI qui .·.K.iaw, humide, .t .emt. M.i. IOn coeu .. le dilcnd. P uent"ur d' ...... in : •• nr, lueur, rr.iue. M.i. I·.ir e'l .... nd. Et briaéc Une I.ille I! e.t deho ..... Du la ..... vient le vent. Il eal debout. L. lune Cil ,ur Je Iqu.rc. Il court au I.r .... Son mouçhoi .. , .010 .... ;re. Le etel MI un dr.peau. Pour lui 1 ... ph.,," tOUM'Cnt. C ... rand payl. c'eat .on lit. Vi ... nt. il cd. Un hom,ne qui "rît ! Il tou ..... e .u I",r,e. L. terre c'est •• ,p"'è.., ..... inten.nt. Vi.,.nt 1 Doublement il Yit. Un hOnlme. qui .,it. S .. nr de défi. Libre! F.i ..... et ne pu 'e I"iller f.i ..... So ....... , "u I ...... e. tr,,"'! it d •• ,. ce cri. Me plu. ;am.i. "' t.rrer ni te t.ire 1 EAU n'at~lgnlt la der- ------ En tout cas, les diver, frag. ments du corp~ s'alloogent sép:t. rément. D'abord les jam~.~, puis le UOIle. La crois~ance des oe est si I.oms'lue parfois que la peau suit moinS vile dans la région des jointures. Souvent mains et pieds 5·al1oo. ~el1t plus vite flue bras et jambes. Le nel. g:ros~it généralement plu~ vite que le reste du \'i~nge. Seul le l'ni ne re'!te d'un \'olume à peu près ('on~tnllt, car l'cnfJllt avait tille Itle disproportiCH1n('(' par rap. port :lU reste du rorp~. El t:lndi~ I]ue les \'t:lemel1ts lIOnt toujours trop !XMlrts. le chareau _ si les jeUl'\('S ell portaient - pourrait i:tre utili!o.é plusieun années. Le volume du nur dOtlble de 12 à 16 ans. Le foie, lui aw;,i, alteiru ;QI1 \'olume maximum. Le -'-"- _ nlère marche du perron Qu'à SIX heures du soir. La journée S'étalt bien passée en !tOmme. On s1nterpel. ... -- --------------------------- --- --- lal.t d'une fenêtre à l'autre et on se disait Qu'après \.Out. Il sufflralt de bien cuire les pommes de U:'!rre restées à la cave pour s'en servir. Vers sept heures. Il se créa un fort. courant au milieu de la rue. Le bruit se répandit que le canal débordait, Il étaIt trop tard pour évacuer la clt.é ouvrière. On racontait des scènes affreuses

des enfants 1!!OIes avaient

pleuré sans qu'on puisse les se· courir, puis s'étalent tus. Mals dans la plupart des cas, les habitants dont la porte résistait au courant avalent eu le temps de crever le plafond pour se réfugier à l'étage supérieur. Bientôt l'angoisse du crépuscule échpsant celle de l'eau. on se mit à compter les bOu&,les. n m'en restait trois. Je décidai de mettre à l'abri certains objets du rez·de·chaussée, moins par prévoyance que par déSoeuvrement. Je transpor· tai au .!eul étage de la maison mes livres. Quelques bibelots. la "alsseUe de porcelaine. puis les cha18es et la petite table, en prenant soin d~ ne J)6l! ëVe:\lJer • Jacques. Souffrant. Il ne s'étalt pas levé le matin, et J'étals heureux d'avoir pres de mol ce frère adoptif. J'épongeals son front quand le gosse ouvrit ses yeux que vernissait la fièvre. Il avait peur et se souleva à demi pour m'embrasser. Pour le cal· mer, J'allumai la dernière bOu.! tle. j~ U toit, la petIte vl1Je au"( r lumignons rellétés sem blalt une Venise Idéale. ma.1l! morte. Il tallait beaucoup d'Imagination pour faire, de oos poutres charrlëes, de romantiques gondoles, et la crainte QU'elles se ruent sur la maison Isolée, telles des béliers enfonçant les murailles. décourageait toute Idéalisation. Je tentais de raffermir mon esprit et je sentis dans mon corps de l'mgt ans. une éner&,le nouvelle, Insoupçonnée. Je revis ce tempS perdu où Je disais, non sana doute cruel. ni poèmes de.sespérés. ma nostalgie d'une autre existence, Mals ce Jour-là, au milieu de ce cataclysme. surgissait en mOI le déSir Impérlewc de vlv~, par Roger MOSlKOWII1 non plus ImnlOrt.e1 peru-.pur. mals homme parmi les hommes. Mes premiers vers seraient les der. nlers. Je compris, dès lors. le sens de l'Inondation. D'abOrd. prévenir Jacques. Il pleurait. la tete dans l'oreiller. De &on lit. Il avait entendu l'eau monter. Il s'aglssalt de faire vite. J'aidai l'enfant à se lever. mals, courageux, 11 voulut s'habiller &eul. Le voir si pAle et grelottant stimulait ma propre volonté d'en sortir. Je vidai une armoire et tentai de la mettre il flot en la polJ~ant à travers l'étrolte fenêtre. Mals trop ner_ veux, Je .... Issal se renverser mon embarcation Improvisée Qui coula.. Aux lueurIJ de l'aube naissante. je distinguai, voguant sur la rive droite, un berceau d'osier, emportant un bébé sage comme une pouPée. Je cr:lal pour alerter les hab~tants d'oo face. mals en vain. Plu! rien à faire d'allleunl: une simple planche à repaS6er suffit à. ren. verSeT le moise. Impuissant, je refoulai mes larmes jusqu·au. coeur. • JACQUES. derrière mol. se taisait. Il vint m'aider à rassembler, pms à Uer avec les draps les boh·p.- rIes du lit. Cela peut semble:grotesque. mals le seul espoir de s'échapper était lul-même rldi. cule. L'eau affleurait au plancher et blentOt souleva le Lapis. Ma trarufonnatlon Int.érleure était si enIJere Que Je n'evoqual à aucun moment l'Odyssée, ni l'Arche de Noé. Bien des malheurs dont nous tOmes t.émoln.! nous serrèrent le eoeur : celui d'un chat qui. d'un grenier à niveau d'eau. sauta d'un bond prodlaleux pour nous rejoindre et lie noya: celUI d'un gosse affamé, criant et pleurant. et à Qui on ne pouvait apporter 10 moindre ,outte de lait. Il., Y ... fait également sa méde-cine. Il a 28 ans. Déporté, Il est revenu Infirme. Il a faIt troIs années de médecine en Pologne. Il a Séjourhéhult mols à l'hOpl_ tal oû Il a préparé les examens de 2 année qu'lI a passés brl1- lamment en session spéciale tî1 a obtenu 9 sur 10 en anatomie}. Il vit d'une subvention mensuelle de l'O.S.E. (4.000 fr,) . 11118 2.000 fr. Que lui attribue l'U.E. J.F. Z.... étudiant tunJslen de 21 ans, prépare le dlplOme d'arehltect.€ E.S.A. Il est seul. Il a perdu une année d'études pendant la &,uerre en Tunisie et Il lui reste .encore deux année.! d'études avant de terminer. Il n'a pour vivre qu,'une bourse de ]'U.E.J.F. de 4.000 frs par mols. 51 à Paris, l'U.E.J.F. distribue environ ISO bourses, plus de 500 demandes n'ont pu étre satisfaites. Faire connaltre leurs ditllc,'!tés et leurs SQuffrances. mal:!, aussi leurs efforts et leur rôle afin Que des mesures sér1eu~ soient prises en leur faveur. telle est la tâche Que nOliS nous as- ~lgnollS. R . FEIGEI..SON. OMMENT et OÙ j'attel. gnls la terre renne. Je ne saurais plus le dlre._ c L·eau. sans monter davantage. s'est blentOt reUrée . Elle lalssatt moins de dégAt.s qU'on aurait pu le craindre. Le che! du Service de NavIgation qui, f~ute de dynamite. 'ne put faire sauter les dlgUe6 du C8llal en amont de la vUle. fut déplacé. Si les habitants se consolent en soulignant le caractère ex· ceptlonnel de la catastrophe. 118 ne cessent de discuter de l'lnjuste répartition dèS secours alloues. C'est du moins ce Que m'ccrlt au Centre Départemental de Secours un aimable vol. Sin. Il ajoute c De nombreux étrangers viennent de loin POur visiter les dommages de notre ville. On les chasserait d'un gesl.e. si J'on pouvait, comme des mouches. Mais Ils versent une obole. Votre maison est partIculièrement l'objet de leur curl06lté .,. Mon correspondant m'assure au bas de sa letLre. de sa sympathie pour Jacque:;. Invité à froJonger 80n séjour au .saDatoMum. DImanche. Quand je retrouverai JaCQues, je lui parlerai de la l'le. 12 ----------------------------------------- DROIT ET LIBERTE ,1"' mJI 1948. - ~ S-1J UNE NOUVELLE DE J. ... L. PEJ\ETZ Et plus haut· peut-être . •• •.;'J~a pl'rO{'hC du Jour du Pardon.,cha- ~ . !lltC rllatm, li. l'h('ure df's prières, le - 1 J. fa'lM'oK ItnblJi de !'."érnirov dispa.- _ ~ ~ l'Ol R!HtIL : pas moyen cie relrouver .~ .. sa trace! 11 n'était nulle part: ni à la synagogue, ni ou BC'lh-lIarnid.'a!:'lth, encore hicn moins eJj(·)'. lui. Sa maison élai~ ollverle à. loul vrnant; cntroa qui vOlllait : qui, ('Il ('flei, ,r;lit voicI' le !l,IIl»i? Br'cf, dans sa chamlH'c pas 'un M.'c vivan t 1 t Ol. est le l'lal)IJi , Où voul(,7.-VOtiS qu'il floiU Au cicl, sans doute?' AVllnt le Grand l ' o.r(lol1, un r\ilhlli n 'a-t.-il ras d(' ~ I(lS d'affllÎrf'S ft l-é~I('r avec Di eu '1 lA's JuiTs. ont b('~(lin de llot de cho~('-s 1 O'arf.!',nL pour vivre, clt' paix, df.' sanl~, (J(\ hons mariages. lis vrulrn1 t'Irr hons rL pirux, mais leurs péchés sont ~rî)ncl ~, Satan, de S!':!-l n1illirrs d'yrux voil le monr1r (J'un houL li. l'î)u~re ; rien ne lui 'écharpe; il î)r('u;r 1'1 (I~nonrr", \:t qui prrndra la défensG d (~ Juifs, si ('e n't'st 1(' nflhLi'! Ain'!i p('n'l:'lil'nl 1(1 ntH'lt,~, ~Iai'l void qu'arrive lm Juir Iithuanirn, un UII"{IIc. l':l il riL! VOIl!i snvrz hi('n ('c· (lue C'f'st (fur Ir'l f,illl'(tk~: iI!i \r',lilrnl à fil I('g't'rp l('~ livrrs dr la I(ahulr, milis, pal' (',onlrr, il'l ;onl fard'l de " allllud (-L (le rOIlHlH'nlairr'l, I,;t 1(' 1.iuNI1. sr m('l à d('!l1llnlrrr, li (I i'l('ult'r' : gr'l argllmrnls mf'Uent 1(1 fHIi'It's 11011 tI'rllx-m(l!T1I's l 'l'C'xl('$ en main, il pl'flllV(' (flir J\!(ü,.,C\ lui-mtmf' n'o pu monlrr au rirl dt'; ~on vivant, rL C'!u'il a MIS obligé de sc tenir il cllX e(ludérs {lll-!('S.,OtlS du dei!.., Or, ('omnwnL r('ponclre 11. lin I~itwar. '! - Mais où rst le Bahbi, alors '1' - Cela me ,'cg1Irdt': 'l' r(-pnnd le Ulwal(. F.t il hausse les épau lrs, Mais, à l'in;lanl m(omc il s(' propMe (c'cst bien un vrai Litwak) de dN:ouvrir la chose, LR soir mt-lnr,'lout do suit(': après la pri~re du soir, 1' I ,,,!ua l, Je j!lrsse dans la ch;lmhrc du Halrbi, 'le r-OUdlf' SOll5 son lit cl aU.f'nd. Il a ré-~ohl d(': Ilflsser loul, la nuiL 111, pour savoir co 'lUI' le l\ahlJi fait le matin, Il l'lu'w'r d':-\ pl'ièrrs du Pardon. l'n (ll1lrr, à ga plll(,(" se s('rail p('ut-Hr(' ('ndormi et aurait manl1ue son coup; mai!; un Ulwak Lrollvr, mov('n I{I '1(': lirf'r d'Ilrrail'e : il ré('ita de ml(lmoir'(' ÛHlt tIn traité clu Talmud 1 .1(' n~ me snllvi('ns plus 'Ii r'élaH erlui des Jours Ouvl'ahles ou celUI lrs S('I'm('n!.s, A l'ouh(':, il f'olf'nc! le v('illrur qui appelle les ndèl('s AlIX rrj{'r('I;. r tC nahhi ne dort pllls lf'Plds un hon mom('nl. JI }' a unCl It('UI'(' C'!lIe Ulw(llc l'enlclI1(1 soupirer e! gémir '1l1 r son Iil, r.(':ux ql'; ont C'nlC'lHIIi g(lmir hl nahbi de Né-,mil'ov sav(tIlL rOlohil'n ('!HH'Un de s('s gémissenH'n Ls ('xprimlit d'flfflidinn pour ICl sort, 1(' tout 1!-II'[l[oI, ('(Hnlri('n d" doull'ur L .. Votr(' ('wllr se g('rl't'nul rr. 1'('111.'11(11'(' l Mai!'l un I ,illl'alr a lin ('oeur dt' pirrl'c: ('.-Iui-d ('nlrn(\ I('g A'émi::-;('Olpnt...", ct r(' I;b' ('(l\lrh(- ! 1.1' Hohli lus:i r('s\.(' ('(lII('h(', : mais le "allhl, Dil'tl lui IInnne longue vie! cst couch~ sur le lit ('\ It' l.ilwak tl('~S("'S, P'U; I; Ir U/'I'a/. ('nlt'nrl ~rinrrr I(!s lit!': dans loute l a. Il)ai ~nn, .. II l'nlrn(/ If'i! Imhilanls g(' Icvrr, murnWl'I'r 1101' pl'ii'r(' .. , {ln 'j'hl1llll','tl' 11\ on~I('", .. Dc ~ pnl'l('!1 !;'ouvrf-nL rt ~(': rdl'rl1l(,ul." Enfin, I'S g{'lls par'l('ln1. .. C'est (/(' nouvf'~'U If' ~alme e' l'olo'lf"lIrité; '1('111 le r1air de lun(' fl\'nHre entre )rg volcl~, .. l'ar ,la suilf', If' Ut!l!(/" a avoué qUI', r('sté seul ov('(' 1(' lIahhi. il a.vait étt pris d~ ll'rrrur, I)r$ fl'I!':son; 1(' pnrrnl1raif'nl; il s{'nlait aux lrmpe9 (/NI pir(l\('IIWn\,s {\'aiguill{'s, 1-:n rrrrt, ("é tai t plulÔl grave r Eke scul avec le n l'hhi à l'epoque I('S prières du Pardon, Il l'aubc 1., MalS un Uf'Il(!I, ('st cntNe : il tr"mble comme une f(,llillr, mais il resle, ":nf111, 1( !talJhi, I)i('ll lui donne longue vic! se lève ... Toul d'ahord, il f!lit c(' qur tout Juif loit raire .. , Puis il ouvr(' l'armoirl' à vN('menls 'd ('n sort un p[lqu('l... Il 1(' I(of,lil, et que voit 1(' Ufw,,"-? I)('s !tnhi\s r!(' l'ay~an : une hloll'lt' ('\ un pantalon de toile, un panll':'sus rossit'r, ries hott!'s, une grande cas/pu'He av('c 11 larg m('nl(lnnière de CUir fi,éf' l'Rr c!('s I1'I1I\nn; Ùl' mêLaI.._ \.(', 11'111\11 'Ilt!r,:-;'1(' ('f': \'f'krnf'nl.c:-Iù ... lit' la. l'lId\(', lI!- sa hIO\l!lf' I)('nd un lJouL de grlls _ e cordr ... l'n vrai pnYSl!n ! 1,(': Hab!; :'01'1: le JAlwftl, le suiL. Avant de qlliltf'f la m:lison, le nahhi pnsse à la cuisine, sc Jlt'nrhf', pr('11(1 une hache rangee sous un lit, la po.!;se dans Srt ceinture et sort. J ,-L, Peretz (1857-1915) est considéré comme J'uh des meilleurs écrivains juifs. Avec Shalom Aleihem et MendeI~ Moher Sepharim. il a jeté les bases de la jeune littérature en langue yddich qui a pris par la suite un grand essor, Ce fut, dès le d~but, une littérature proFondément Popula,"re, Sous la plume d'un Peretz, cette langue, si longtemps et si injustement décriée, traitée de jargon insi_ pide par les snobs, s'est révélée pleine de suc et de vitalité. L'oeuvre littéraire de Peretz est vaste et diverse. Peretz, qui était un chercheur infatigable, c cent fois sur le métier remettait son ouvrage :t. Esprit avancé, il a su discerner dans le hassidisme, mouvt!' mt"nt religieux orthodoxe qu'il combattit sur le plan poIitiqut" et social. tout ce qu'il y avait dt" beau t"t d'humaIn, Le conte qut" nous pr~sentons aujourd'hui à nos Jectt"urs .i J'occasion du J3" anniversairt" de la mort du grand écrivain est tiré des c Contes hassidiques • de Peretz. '---------------------- TA' f.itwa" tl'{'nl\lle, nahlri, mais il ne quitte pas le Uans Irs nl1i\s noirt1 r' .... g-nr le silence anljoissilnl (/(':-:; jOli l';; dt' pl'ii-l'f'~ du l'a"lnn, On erlll'nd ]lar'fOi!! la voix d'tlu lid .... I(1 qui prit' dans qLlelquc mais(lO, (,t ('rH' ]ll'it,1'1' s'('lôv(' dll 'Ion coeur cO lllme lIll ('l'i.,, Ou ("('iil Ull gérni'ls('fIl('IÜ de rnalale qui s'(kllapl'(l d{~ llIl'Iq(1(1 f('ll'trp". J.(', Habbi glissc fUI'LivI'rT1PIlI, If', I(lng' Il's murs, dan'i l'omhre d(IS mniWmL. 1't'l Ur) fanh)I1l(', il passe d'lJJle maison li l'all~r(', le I ,;frll(rlr a\ll'è~ lui ... );;\ le Utwalr. cnl('nd le~ lJaU('m('nls tle son coeur p ""-"~ ~ur snn lns, r('mcL !'la hathe dans sa cern Lure, sorL du hOls d sc dlrrgc vers la vll1(', Dans \lnc prlit(': nlt'lIe, il s'arrNe df'vant une pauvl'r nwifion (/("Iahréc, ('t il frappe à la Cenèli'o, Qui ('st là 1 d('rn,ln(\e une voix: errrayee de I::l. !TI[lison, ' I.e J,ilII'fllr 1'er.onnalL une voix de fl'mme une voix c\fl f('mll\(' malade, ' - C'('st moi 1 répond le nallJi en palois pay'lnn, - Qui (/ moi '1 1 dNnam:lc la voix:. l'a 1(' Ilahhi l'é-polHI enco1'e, en ukrainieJl : - C'{'!-Il moi, Vassile, - QUI'I Va'l;1te' I,:t que v'llx-ltl, Vassile T -:- .l 'ai du "oi~, dit le pré-Lendu Vassi le, j'ai clu " .OiS ft v('n(\re \ 'l'l'ès IJon m,lrché t Presque pour rlf'll ! l,a. sans aHt"ndl'e la rél)One de la Juive, il entre da"s la m,uson, - nu hni'l rr. vf'ndr('? 1~t ('omnl('n~ puis-je ,'(\clrelrr 1 .Ir n'ai P;IS d',lrg('nt, je sUIS une pauvre veuve 1 ~ ;:] "'\' ~ - ,1(' lp. 1(' IlI iss(' I'ai tI r,n"dil! r{opond 1(' pré- -_ -.......~ I.'ndu VJl .... l.ilr. Gela ne-te' coû l('fa' en tout que , trO l8 kopl'ks! , -Ot'r 1f1 prrndrais-jr,? g{ornil la pauvre Juiv~, ~ ~ ___ J,(' I1 ALJhi lui dit d'tin, ai r cI ~ reproche: , ,~~ Pauvr(' (rlnrnl'! VOIS: lu cs une pauvr'e JUive ......... m~la.dCl, ('t moi jr· l," ('l'cie li (' r~(lit ~e palluel (le " "- ~ '--:.: 1001'1, J(' 1(' falq ('(lnftn1('(' : ('L lOI, qUI [lS tin lJicti ., - 'Ii rujfl~ant, si J.,:'I'aIHI, lu n'a'! pas confiAnce en , 1 ~~ Li lui .. , 'l'u n'os pli'; a.1~'·Z cil- fni jlOl1r 'foire qu'il 1'('nv('rra un jour Irni'l mi~"raj,1r.'l k(lpt'Ics pour pay'r ('f'j qu('lql1l'!'I htkhrs? - EL qui m'allulOc'ra mnn f'\1 ? g'f'int la v('(lvr ; ~ fli-je la forr!' (!c' mr Irvrl'? Mnn fi l:; travaille l (lin \ ~ d':-Je vflis le 1';lIIt111)('I', dit 1" HalJ!.i. Denia de Gleb. rn mt-rne \r mps tuf' I('s pas pcsallLs du n.abhi, rnai~ Il ('onlinuc à le suivl·c. Rienlùt, il se Lrouvc hors (i(' la. vill(', ;ur les talons du Ilai)bi ... PIU:S (ir la ville'; !'l'é\('Il,1 \1n hoi;, \ ~ Hnhhi-IIi(,lI lui dnnne lon);ue vie 1 y ,!It'nltrr, fait ('n('Me une ln'ntcrine dc pas ('1 s'orrNe rlt'\,111\ un p('tll arlll'(', Et le /,ill/'f/le (':-:;1 saisi (j'(:ttlll1H'nlrnt IMgqu'il voit le Haf,hi prendrt' ga hache eL en frapp('r l'arlJre. Il voit h' Babhl rnl!'ne';r ('L cognr['; l'arhrr grince rt gémit, ('nfin il s'ilIJat; 11.1 Bahbi en fait des 1)['lr.Ill'-l; puis il fi-nd Irs gro;;sr'l hûches pour en fnirr (Ir!; p('liltI, 1\ t'fi fait un laS', le lie av('c la corde qu'il il dans sa poche, jette l.Out le paquet Et, lnut ('In Illrl!anl le hfli~ dflns le poNr, le Ilahhi ,l:'(-mil ct di~ le pr('lllÎ('r vf'rs('\ Ms prièr'es du l'anl(ln .. , Pui ~, (I\land Il fi. flllumé 1(' f"\I, l't C'!u(' le hnis !'l'(1t l1li~ ft hnT1I'I' t:,lÎr llll'nl, il dit, d'une voix plus (' 1I /OUé', Ir clf'uxil\lllr v('r;;f'l ... Il il (hL If' Ir(li .. i .... rne V'rset quand le leu euL hit'n pris ('ll1u'il ('ut hai:~é le tahlier .. , L fo~ U'lIIftl, qui a étf témnin de Cf'S r hoses es~ r('slé lln fit!(ole dll Ballhi dt': ~émirov ... l':t, plus lard, qlland Uil fidèlt': racon tilit qu(' 10 fnmrl1x n ah!)(, Il l'('poquc deg pricl'es (\11 l'ord (ln. lIlontaiL r haqur maLin jusqu'au ciel, 10 ULwal. ne l'lail l'luS, lIIais il ajoulait tout doucement: - Et plus ht\t1t, )lellL~lre L, Abonnez-vous a• "DROIT ET LIBERTÉ" 14, rue de Paradis c. c. P. Paris 6070-98 " .

Notes

<references />

Format JPEG