Droit et Liberté n°160 - décembre 1956

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°160 (264) de Decembre 1958
    • Complot raciste: Droit et Liberté ouvre l'enquête par Albert Levy page1
    • Les J.O. de Melbourne ont contribué à détruire un mythe: le chronomètre ne connaît pas de races par Claude Parmentier page1
    • Informations alarmantes sur le sort des juifs en Egypte page2
    • 50 ans après la réhabilitation de Dreyfus: Le sénateur Roger Carcassonne: "Voici le nom du troisième traître" page2
    • S'unir et vaincre, réponse à la L.I.C.A. par Charles Palant
    • Complot raciste page4,5 (dossier aussi présenté en supplement de D et L)
      • Au premier rang des incendiaires, les commandos de Poujade
      • Xavier Vallat récidive
      • Un nouveau bréviaire de l'antisémitisme
      • Leur presse
      • Les groupes de choc poujadistes s'organisent pour le "grand rendez-vous"
      • "La race" comme explication de tout
      • 4éme arrdt: un tract infâme de "Jeune Nation"
      • Montreuil: échec à la haine
      • Un devoir: l'union par P. Dreyfus-Schmidt
    • Hongrie: la terreur antijuive a sévi pendant plusieurs jours page7
    • Yehudi Menuhin condamne le racisme en Afrique du Sud page7
    • Des enfants du camp de Theresien nous adressent un message d'outre-crematoire page7
    • Théâtre: un drame poignant: "les lépreux" de Anna Langlus présenté par Roger Herman page8


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

 Ia COMPLOT ·RACISTE :1~

N° 160 (264) 20 DECEMBRE 1956 30 FRANCS ou re I·enquê e DROIT ET LIBERTE ouvre l'enquête. veillante - c'est le moins qu'on puisse dire - Les antiracistes, pour leur part, demandent Les organisations et les hommes dont des pouvoirs publics et par la division des forces avec force que les ennemis de la République, qui §! nous dénonçons inlassablement le complot républicaines, que certains ont aggravée, comme sont aussi les ennemis des Droits de l'Homme, § raciste et antirépublicain, ont fait preuve, ces à plaisir. sorent d'urgence mis hors d'état de nuire. Que dernières semaines, d'une activité et d'une vio- Le danger est réel. soient saisis les livres et poursuivis les journaux presse, déjà virulente, hausse le ton. vrir le dossier de ce complot, dont nous présen- soient châtiés les hommes qui appellent ouverlence sans précédent depuis la Libération. Leur C'est pourquoi nous croyons nécessaire d'ou- excitant à la haine raciste et antisémite. Que ê_- A la faveur d'une confusion savamment entre- tons quelques pièces en pages 4, 5 et 6. tement au renversement du « système ~ républitenue, exploitant habilement l'émotion publique Quelles que soient nos préoccupations d'ordre cain. Que soit sanctionnée vigoureusement la et le climat de guerre, les nostalgiques de Vichy international, il serait périlleux de sous-estimer reconstitution, camouflée ou non, des ligues disont pu accomplir ce qu'ils n'espéraient plus: l'agitation factieuse, antisémite et raciste. D'au- soutes à la Libération. descendre dans la rue, hurler leur haine, atta- tant plus que cette agitation est irrémédiable- Il y va de la sécurité des citoyens, de l'avenir quer des antifascistes, briser, saccager, incen- ment liée à la tension internationale, l'une atti- de la France et de la paix. dier. sant l'autre et réciproquement - nous venons Ce qu'il faut _ nous ne craignons pas de le Ils ont pu - c'est leur rêve de toujours - d'en faire une nouvelle fois l'expérience. répéter _ pour aboutir à de telles mesures, ~_ tromper et entraîner derrière eux des gens de Les faits que nous rassemblons aujourd'hui, c'est l'union, l'union agissante de tous les antibonne foi, en jouant les patriotes, les défenseurs et dont nous publierons le complément dans nos racistes, de tous les républicains. de la liberté. prochains numéros, suffisent à justifier une Leurs grandes manoeuvres, on ne saurait le action énergique de la part des antiracistes et L'union, voilà la clé d'un avenir meilleur. ~ nier, ont été favorisées par la neutralité bien- aussi, soulignons-le, des pouvoirs publics. Albert LEVY. _

III 1111111111111111111111111111111111111111111111111111111 Il Il 1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 111111111 11111 llllIIlIllllUllIlI lU 11111111I111111111I1111111I1111111111111111I1111111111111111111 Il 11111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 1111 1111 III 1111 Il If.

BanJUl ' Au seuil de 1957, Il est bon de regarde.r en arrière, alors surtout que l'année qui s'achève a été pleine de grands événements. Nous ne voulons pas dresser le catalogue de nos multiples et fécondes activités. Nous nous bornerons seulement, au moment des souhaits, à nous livrer à quelques réflexions. En Janvier 19158, naissait l'espoir d'un renouveau. Les antiracistes que nous sommes se félicitaient - et c'était notre droit légitime - de l'apparition d'une large majorité républicaine susceptible de réaliser une politique de paix. Notre Mouvement, dès le début de l'année, fit partout entendre sa grande volx. Nous avons condamné le racisme qu'envenime la ogue.rre d'Algérie, les rafles au faciès ... Nous avons dénoncé, avec vigueur, toute la presse antlsé- DANS CE NUMÉRO • S'UNIR ET VAINCRE (Réponse à la L.I.C.A.), par Charles P ALANT, secrétaire général du M.R.A.P. (page 3.) • AFF AIRE DREYFUS : QUI ETAIT LE «TROISIEME TRAITRE »? par le sénateur Roger CARCASSONNE. (Page 2.) • NOUVELLES ALARMANTES SUR LE SORT DES JUIFS D'EGYPTfd. (Page 2.) • UN DEVOIR : L'UNION, p a r Pierre DREYFUS - SCHMIDT, député de Belfort. (Page 5.) mite et ses -porte-paroles les plus agressifS, Tlxler-Vlgnancour, Poujade et autres Xavier Vallat. Nous nous sommes dressés contre le réarmement des bourreaux nazis. Des progrès sensibles ont été réalisés dans l'union des antiracistes, et Il nous faut l'appeler, en nous en félicitant, le meeting du 9 mars contre les menées fac- tieuses, organisé en commun par le M.R.A.P. et la L.I.C.A. " est certain qu'aujourd'hui, devant la recrudescence du mal, le front antiraciste doit être puissamment renforcé. Au cours de l'année qui s'achève, nous avons également montré un autre aspect de notre combat: le Prix de la Fratel'nlté, la S' Journée Nationale contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, sont également deux Jalons particulièrement Importants de notre activité au service de la fraternité humaine. MAIS l'année 1958 a été marquée par de grands et douloureux événements qui auraient pu entralner le monde dans la catastrophe. Notre Mouvement, nous ne le dirons Jamais assez, n'a pas à trancher tous les grands problèmes ·politlques. De notre diversité d'opinions naît la fo.rce de notre action antiraciste. Par delà nos options divergentes, nous avons trouvé un dénominateur commun: le combat pour Que l'homme soit le frbre de l'homme sans aucune distinction. SI nous n'avons pas le droit, sans risquer de périr, de dépasser le cadre de notre compétenée, Il nous appartient, en tant que partisans de la paix entre les peuples, de nous pencher sur tout ce qui peut agg raver les dangers de guerre. Nous savons d'ex.pérlence que la guerre avive le racisme, tout comme le fascisme vit de la haine entre les races. C'est pourquoi noul souhaitons de toutes nOI forces que la paix 80lt sauvegardée, que dans un monde réconcilié leI hommes 8e donnent la main pour former la grande chaIne de la solidarité humaine et vivre dans une parfaite harmonie. C'est, à l'orée de l'année nouvelle, le voeu ardent que notre Mouvement formule pOUl" tOUI lei hommes de la twre. DL. Les J.O. de Melbourne ont cOr)tribué à détruire un mythe Le chronomèlre ne connail pas da races Depuis un certain nombre d'années, la tradition ou la légende voulaient que les Etats-Unis doivent leur supériorité athlétique principalemen aux noirs de Louisiane, de Californie Ou d'un qllelconque Etat américain. Les résultats des Jeux de Melbourne - comme ceux de Londres en 1948 ou d'Helsinki en 1952 - ont fortement contribué à infirmer cette Claude PARMENTIER. (Suite page 7.' MIMUUN et ZAfut'~ 0 l'enuoIR"m .. nt, 0 "".".ou,ne. 2 Dans le climat de guerre et de haine qui persiste au Moyen-Orient Informations alarmantes sur le sort des juifs d'Egypte DES informations alarmantes parviennent, actuellement, d'Egypte, concernant les mesures prises à l'égard des Français, des Anglais et des Juifs. Ces informations, il est vrai, sont souvent contradictoires, mais un certain nombre de faits établis requièrent notre attention et notre vigilance. Nous nous proposons ici d'examiner, dans ses origines et ses développements, cette pénible affaire, qui a suscité dans les milieux les plus divers, particulièrement dans les communautés juives, une prOfonde émotion. Les juifs d'Egypte D'après le journal anglais Jewisn Cnronicle, lés Juifs vivant en Egypte se répartissent comme suit: 20.000 apatrides, 3.000 Anglais, 10.000 Français, 5.000 de nationalités diverses (Grecs,- Italiens, etc ... ) et 5.000 de nationalité égyptienne . . Les relations entre la communauté juive et l'ensemble du peuple égyptien étaient jusqu'à ces derniers temps satisfaisantes. Les étrangers, en général, bénéficiaIent .d'une situation privilégiée. Il ressort de divers reportages que les juifs égyptiens ont approuvé, en particulier, la nationalisation de la Compagnie du Canal de 'Suez, mesure quI a réalisé l'unanimité nationale. Toù~efois, dans la dernière période, il est évident que la situation s'est détériorée, puisque le Grand Rabbin d'Egypte, Haim . Nahoum, a été amené à démissionner de son poste pour pro ·tester contre les mesures priSes à l'égard de ses coreligionnaires. Que s'est-il donc passé? Les mesures d' « égypüanisation » A la faveur de la situation créée par la guerre, le gouvernement Nasser a pris des mesures accélérées d'« égyptianisation». D'importantes firmes britanniques et françaises ont été mises sous séquestre, et certains de leurs propriétaires expulsés du pays. Alors que la nationalisation de la Compagnie de Suez prévoyaU l'indemnisation des actionnaires, il semble que, dans les cas récents, aucun dédommagement n'a été prévu, du moins pour l'immédiat. Il est vrai qu'un nouveau problème est posé: celui des des- tructions causées par les forces militaires qui ont envahi l'Egypte, destructions- particulièrement graves à Port-Saïd. Ainsi, la mainmise égyptienne sur les entreprises franco-anglaises pourrait apparaitre comme la recherche 4e gages pour obtenir des répara- · tions. Il est certain que des Juifs de nationalité française, britannique. ou même apatrides, ont été frappés par ces dispositions draconiennes. Parmi les expulsés, qui sont actuellement, semble-t-il, au nombre de plus de mille, il ne se trouve toutefois pas de juifs de nationalité égyptienne. Pourtant, la fermeture des grandes entreprises industrielles et commerciales a entrainé la Ji.. cenciement de milliers d'employés européens. D'autre part, les écoles françaises ayant été fermées (pour quelques jours), de nombreux professeurs ont dû quitter l'Egypte. Ainsi, la panique aidant, s'est créée une situation dramatique. De nombreux citoyens français et anglais, parmi lesquelS une certaine proportion de juifs, ont quitté ou cherchent à quitter l'Egypte, où ils ont perdu leur gagne-pain. Ajoutons que les autorités égyPtiennes ont fait preuve à leur égard d'une attitude particulièrement inhumaine. Les Européens qui partent ne peuvent emporter qu'une somme très réduite et doivent laisser sur place tous leurs biens. Cette mesure est catastrophique pour les gens modestes, les professeurs, les employés, etc. Il est profondément injuste que les décisions prises, même si elles constituent une riposte à la politique franco-britannique, frappent des hommes et des femmes qui ne portent aucune responsabilité dans cette politique, des familles innocentes qui se trouvent du jour au lendemain sans situation, obligées d'émigrer. De tels procédés ne peuvent que susciter la protestation des gens de coeur. Les démentis Les Juifs sont-ils frappés en tant que tels? Les autorités égyptiennes ont multiplié, ces dernières semaines, les déclarations et les démentis, affirmant qu'aucune mesure spéciale n'était prise contre les Juifs égyptiens, considérés comme des citoyens égaux aux autres. Un certain nombre de Juifs ont été arrêtés et emprisonnéS: 400, indique le Monde, 3.000 selon d'autres sources. Le gouvernemeIft · égyptien explique ces mesures par des raisons de sécurité; elles seraient motivées par la guerre israélo- égyptienne et frapperaient des personnes qui ne cachaient pas leur sympathie pour Israël. D'autre part, le préSident du Comité américain pour la Sécurité et la Justice au Moyen-Orient, M. Alfred Lilienthal, a déclaré, après enquête, qu'il n'avait trouvé « aucune trace de l'existence d'un antisémitisme hitlérien dans le traitement des juifs égyptiens et apatrides par le gouvernement égyptien ». (Le Monde, 8 décembre.) Des informations alarmantes Mais il est d'autres indications plus inquiétantes. Bien qu'aucun décret général n'ait été pris, les juifs seraient éliminés individuellement de certaines entreprises égyptiennes. D'autre part, certains juifs de nationalité égyptienne auraient vu arbitrairement leurs biens mis sous séquestre. Enfin, le statut des juifs naturalisés égyptiens serait remis en question, aprèS examen de chaque cas individuel, selon la date de la naturalisation. La porte est ainsi ouverte à l'arbitraire, à l'intimidation, et l'on comprend la crainte, le désarroi qui ont pu s'emparer des juifs d'Egypte, qu'ils soient étrangers, apatrides, ou même égyptiens. Il est certain que de telles dispositions, si elles se révèlent exactes, dépassent les limites de

l'{( égyptianisation» ~onomique

et qu'elles desservent les intérêts mêmes de l'Egypte. Autant la nationalisation de la Compagnie de Suez peut se justifier du pOint de vue national, social et juridique, autant nous paraissent intolérables les discriminations, la xénophObie systématique, les expulsions hâtives, l'arbitraire. Une politique de paix! COnstatons cependant, une nouvelle fois, que la violence appelle la violence et que la situation créée par l'intervention francoanglo- israélienne en Egypte ne pouvait pas faciliter le règlement ,satisfaisant des prOblèmes en suspens. On a vu, dans des cas semblables, dès lors qu'ont lieu des négociations pacifiques, apparattre des solutions sauvegardant les intérêts, économiques ou auires, des parties en présence. En réclamant avec force la cessation des mesures antijuives en "Egypte, en nous élevant contre toutes les violations des Droits de l'Homme, nous souhaitons donc qu'après cette période si troublée, tous les peuples du Moyen-Orient, dans le cadre de la paix retrouvée, se voient assurer bientôt le respect de tous leurs droits, l'égalité, la souveraineté, l'amitié mutuelle. DROIT ET LIBERTE 50 ans après la réhabilitation de Dreyfus Le sénaleur Roger CARCASSONNE: Il Voici le nom du 3e traitre tt ••• ON salt que le « JOURNAL DE MAURICE PALEOLOQUE », paru r.ecemment (Plon éditeur), apportait un certain nombre d'éléments Intéressants sur l'Affaire DreyfUS. Reconnaissant dès avant sa réhabilitation l'Innocence du capitaine Dreyfus, Paléologue écrivait que des renseignements avalent été effectivement transmis à l'ambassade d'Allemagne (ce dont on accusait Dreyfus) par trois personnages: le commandant Esterhazy, un certain Maurice weil, et enfin « un officier de très haut grade qui, après avoir occupé, duran t plusieurs années, des fonctions importantes au ministère de la Guerre, exerce aujourd'hui un commandement de troupe ». (Cela fut éc"rit en janvier 1899.) Quel était donc ce troisième homme? C'est la question qu'a posée un sénateu.r, M. Carcassonne, au ministre des Affaires étrangères. A la séance du 11 décembre, ·M. Minjoz, au nom de M. Pineau, a fait une réponse assez étrange, qui rappelle celle d'un magistrat au procès de Zola: « La question ne sera pas posée ». Cinquante ans après la réhabilitation de Dreyfus, M. Mlnjoz déclare: « En avançant un ou plusieurs noms pouvant répondre aux renseignements donnés dans l'ouvrage en question, le ministre des Affaires étrangères estime qu'il risquerait de donner naissance à de regrettables controverses » ... M. Carcassonne s'est étonné de cette position et a ... révélé lulmême le nom du « troisième homme ». Mals laIssons plutôt la parole au sénateur des Bouches-du-Rhône, qui a bien voulu nous autoriser à reproduire son Intervention ... ({ Le peu de monde en séance aujourd'hui, souligne tout d'abord M. Carcassonne, me prouve surabondamment que les passions suscitées par l'affaire Dreyfus sont tout à fait apaisées. C'est pourquoi je me suis permis, avec tranquillité, de poser cette question à Monsieur le Ministre des Affaires étrangères, 11 y a déjà plus d'un an, alors que la France ne connaissait pas les tourments actuels ... ({ J'ai posé la question - j'ai commis ce grand crime - à Monsieur le Ministre des Affaires étrangères qui me dit aujourd'hui: ({ Vous vous êtes trompé! ({ D'abord, je ne suis pas qualifié, ({ moi, ministre des Affaires étran({ gères, pour répondre à une ques « tian semblable, ensuite je pour- ({ rais me tromper». . Après a.voir montré que ce problème relève biur de la compétence du ministère des Affaires étrangères, M. Carcassonne (léclare que, son initiative ayant été rendue publique par la presse, 11 a reçu un grand nombre de lettres ({ s'étonnant qu'un parlementaire appartenant à la commission sénatoriale des Affaires étrangères ne connaisse ·'Pas le nom du traitre ». ({ Il est, paraît-11, très connu, indique M. Carcassonne. Il a été publié dans un livre que je vous apporte. C'est peut-être la · première fois, dans notre vie pallementaire, qu'à la question posée par un sénateur ce soit le sénateur lui-même qui vienne apporter la réponse ». (Rires et applaudissements.) Et il précise: « En effet, 11 y a eu, à l'Elysée, un commandant qui s'appelait le commandant Legrand-Girarde. Celui-ci est resté à l'Elysée de janvier 1897 à juillet 1900 attàché à la maison militaire du Président de la République. C'était un antisémite farouche, un anti-dreyfusard notoire. Tout ce qui pouvait toucher l'armée était condamné par lui, car il estimait que la primauté du pouvoir militaire devait être nettement établie. Tout ce qui était civil ne comptait pas beaucoup pour lui. ({ Quand il parle d'un anti-dreyfusard, il dit: Il s'agit d'un des nôtres. Quand, après la mort de Félix Faure, qu'il qualifie de c~rétienne, je ne sais pas pourquoi (Sourires), il annonce la venue du président Loubet, il dit: ({ Ce doit être un des nôtres, car « il a voté la loi de dessaisisse « ment ». ({ Cependant, aprèS avoir quitté l'Elysée et z;evenant à Paris, il est Obligé de nous faire une déclaration dans ses carnets qui rappelle la source même, celle de Paléologue. Il écrit, le 27 janvier 1904, soit dix ans après le commencement de l'affaire: ({ Aux affaires étrangères, où ({ l'on est persuadé de l'innocence ({ de Dreyfus, on dit que trois ({ coupables existent: l'un est ({ Weil, cet individu véreux dont « Saussier s'est servi - et qu'il « couvrait de sa protection. Les ({ autres seraient Lauth et le gé({ néral Rau. Ceci dépasse tout ce ({ qu'on peut imaginer comme « chose fantastique; c'est du haut « délire, ou alors . .- » ({ C'est encore par les Affaires étrangères que le commandant Legrand-Girarde nous indique le nom du troisième traître qui est le général Rau. Mes correspondants se sont étonnés que je n'aie pas eu connaissance de ce livre plus tôt car il a paru en 1954, Monsieur le Ministre, je crois que la référence que je vous indique est bonne et utile. Vous pourrez la communiquer à votre COllègue des Affaires étrangères et lui demander de ma part qu'il donne ordre à ses services de faire des vérifications comme je les ai faites moi-même, pour savoir si le général Rau était bien au ministère de la Guerre entre 1886 et 1896. Les actes de trahison ont commencé bien avant que Dreyfus fasse un stage au ministère de la Guerre en 1886 et se sont terminés alors que Dreyfus était déjà à l'Ile du Diable depuis le début de 1895. J'ai ainsi répondU à la question que je vous Qi posée. « Le général - car le commandant Legrand-Girarde est naturellement devenu général, cela se fait beaucoup dans l'armée! (Sourires.) - a-t-il dit totalement la. vérité? Je ne peux pas le garantir, car, dans ses pronostics et dans ses affirmations, il a commis certaines erreurs... ». Et M . Carcassonne conclut: « Ne voyez dans mon geste, mes chers collègues, que le désir d'éclairer un pOint d'histoire. Appartenant à une famille qui était très liée à celle du capitaine Dreyfus et qui a souffert, comme elle, d'avoir vu accuser de trahison un homme absolument innocent et de grande valeur, j'ai été quand même heureux si, du haut de cette tribune, j'ai pu apporter à Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et à ses services quelques renseignements sur cette affaire qui ne passionne plus personne. » (ApplaUdissements sur un très grand nombre de bancs.) pout ie8 éttenne8: OFFREZ A VOS ENFANTS DES LIVRES ANTIRACISTES En ce mois de décembre, les mamans courent les magasins. Il est un domaine où elles se trouvent parf·ois embarrassées: le choix d'un bon livre pour leur garçon ou leur fille. Nous voulons aujourd'hui leur conseiller quelques livres pour tous les âges, choisis pour leur esprit antiraciste: ils aideront leurs enfaIlts à connaître et aimer leurs petits c!}marades de tous les pays du monde. Pour les petits S.-C. Bryant: LE PETIT NEGRE EPAMINONDAS. Coll. « Belles histoires, belles images », Na_ than (3 à 6 ans). Joli conte à répétitions mettant en scène un petit noir faisant des bêtises ... comme tous les enfants du monde. Fines illustrations en couleur, LES FRERES LU, Gantes de Chine. La Farandole (6 à 9 ans). Jolis contes populaires. Chez Bourrelier, la collection « Les enfants de la terre » (6 à 9 ans), récits très vivants et illusLrés de belles images, donnant bien l'idée de la vie des enfants des pays décrits: MANGAZOU LE PYGMEE, de J.-M. Quilcher. AMO LE PEAU - ROUGE, de J.-M. Guilcher et A. Pec. JEAN DE HOLLANDE, de P. François et J.-M. Guilcher. Chez Nathan, la collection « Les enfants du monde» (5 à 10 ans), court texte avec de magnifiques photos: PARANA LE PETIT INDIEN, de Darbois et Mazière (d·ocuments pris sur le vif par l'expédition Tumuc-Humac, dans la forêt de Guyane). . AGOSSOU LE PETIT AFRICAIN, de D. Darbols (belle histoire d'un petit noir). TEIVA, ENFANT DES ILES (vie d'un petit enfant des mers du Sud) . . Pour les plus grands P. Jammes: L'ILE AUX QUATRE FAMILLES. Hier et Aujourd'hui (8 à 12 ans). Les membres de ces familles se distinguent par la couleur de leur peau : blanche, noire, jaune, rouge, mais se sentent tous égaux. Andrée CLAIR: MOUIDAINA, OU DEUX ENFANTS AU COEUR DE L'AFRIQUE. Bourrelier (7 à 11 ans). La belle amitié de la petite Française et du petit noir, et la vie réelle en A.E.F. P. Freu·chen: IVIK LE PETIT ESQUIMAU. Istra (7 à 11 ans). Ce récit aide à faire connaltre le mode de vie des enfants esquimaux. J. Madeleine: UN JOUR DE MA VIE. Idéal-Bibliothèque (9 à 13 ans). 16 r écits d'enfants de différents pays du globe qui racontent leur vie une journée de mai 1954. H. Wast: ALEGRE. Bourrelier (8 à ~2 ans). Triste histoire du peUt esclave d'Afrique transplanté en Amérique du Sud. Son amitié avec une fillette blanche. L. Lenskl: LE VOYAGE DE JUDY. Rageot, coll. Heures Joyeuses (4 à 12 ans). Une peute fille et sa famille d'émigrants aux Etats-Unis voyagent de ferme en ferme de la Floride au Maryland à la recherche de travail. A. Tchoumatchenko : L'HOMME DE LA LUNE. La Farandole (9 à 13 ans). Histoire véritable d'un savant explorateur qui se Ile d'amitié avec les Papous de Nouvelle- Guinée. Beecher-Stowe: LA CASE DE L'ONCLE TOM. Hachette (11 à 16 ans). Le premier et célèbre livre pour enfants dénonçant l'esclavage et l'exploitation des noirs en Amérique. L. Rennl : TRINI. La F'arandole (au-dessus de 14 ans). Ce roman historique écrit par un grand écrivain allemand relate la vie d'un jeune Indien du Mexique à travers des aventures passionnantes. H. Fast: HAYM SALOMON. La Farandole (au-dessus de 14 ans). Récit historique également, par le célèbre écrivain américain; a pour cadre la guerre d'indépendance des Etats -Unis. Christiane COHEN. S·ONIR ET VAINCRE EN approuvant, le 16 octobre dernier, sur rapport du Bureau national, des propositions concrètes d'action commune avec la L.I.C.A., le Comité d'Action du M.R. A.P. a affirmé sa fidélité à la mission dont il fut investi, au mois de juin, par la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme, et pour la paix. Ces propositions Invitent la L.I.C. A. et le M.R.A.P. à lancer un appel commun à l'opinion publique française afin de souligner PAR Charles PALANT Secrétaire Général du M.R.A.P. la nocivité et' la gravité des campagnes racistes et antisémites \elles qu'elles se développent actuellement. Elles tendent, en outre, à faire approuver un tel appel par des personnalités et des groupements les plus divers, et représentatifs de tous les courants de la pensée française; cet appel étant destiné à être diffusé dans tous les milieux et dans toute la France. Parallèlement, nos deux organisations Interviendraient auprès des pouvoirs publics pour deman_ der que soit mis un frein aux campagnes et aux manifestations racistes et antisémites et que leurs auteurs soient poursuivis avec toute la rigueur de la 101. " s'agit là d'une base de discussion, et il va de sol que nous sommes prêts à examiner toutes modifications susceptibles de rendre ces projets plus efficaces. ••• \, Nous faisions ces propositions à l'heure où Poujade promettait de {( monter à Pal'is avec cinq cent mille hommes» tandis que Tlxier-Vlgnancour écrivait que, avec cinquante mille nervis bien décidés, la République pourrait être balayée, et arors que des armes étalent découvertes chez un député poujadiste. Ces propositions portent en elles l'espérance de milliers d'antiracistes qui, déjà, avaient salué avec confiance les premiers pas vers un front antiraciste uni, alors que, le 9 mars dernier, la L.I.C.A. et le M.R.A.P. organisaient en commun fe grand meeting au cours duquel Paris signifiait un cinglant « Non à Poujade l. Nos proposltfons d'action commune tiennent comp.te des résultats fructueux de démarches effeotuées ensemble par la L.I.C.A. et le M.R.A.P. auprès des gràndes organisations démocratiques, trlème, de loin la ,plus Importante, et que nous nous proposons de réfuter ensemble.

    • .

PREMIEREMENT, la L.I.C.A. affirme qu'elle « n'entend pas se séparer des organisations démocratiques de France et faire cavalier seul avec le· M.R. A.. ». L'expérience a prouvé - et le meeting du 9 mars a permis de vérifier -- que l'action commune du M.R.A.P. et de la L.I.C.A. détermine un courant de sympathie et de solidarité active dans TOUS les milieux politiques qui s'unissent alors sur le· plan de la LUT'rE CONTRE LE RACISME. Les propositions du M.R.A.P., bien loin de tendre à Isoler nos deux organisations des diverses formations républicaines, visent précisément à favoriser la rencontre, l'action commune, de tous les courants antiracistes, sans discri_ mination, sans exclusive. C'est méconnaître systématique_ ment notre point de vue que de prétendre le contraire. .*. EN second lieu, la L.I"C.A. entend Justifier son refus de lutter en commun contre le racisme et l'antisémitisme EN FRANCE, en arguant de l'attitude du M.R.A.P. par rapport aux douloureux événements de Hongrie. « Avec tous les gens de coeur, avec tous les hommes de progrès et de paix, nous souhaitons un rapide retour au calme en Hongrie, dans le respect de la démocratie, de la Charte èès NationsUnies, du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, des principes de l'indépendance nationale et de la non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats. » Ainsi définissions-nous, dans « Droit et Liberté », la position du M.R.A.P. face à ces événements. En expl'Imant notre angoisse devant les pogromes fomentés par les fascistes, nous nous Inclinions devant les victimes du drame hongrois. Est-II besoin d'ajouter que cette position est le fruit d'un m.utuel effort de compréhension de la part d'hommes appartenant à un Mouvement dont le rayonnement et l'efficacité résident dans la grande diversité d'opinions de (Réponse à la L.I.C.A.) ses militants comme de ses dirigeants. C'est l'affaire de la L.I.C.A. de se déterminer comme elle l'entend par rapport aux grands événements de notre temps. On nous permettra toutefois de trou'ver préférable à 'ce monolithisme politique la multiplicité des tendances qui coexistent au M.R.A.P., où des hommes de conceptions très différentes, voire opposées, se rencontrent fraternellement pou"r mener ensemble, réSOlument, un combat bien déterminé: le combat antiraciste. Nous sommes non seulement étonnés, mais sincèrement peinés de lire dans le « Droit de Vivre » du 1 er décem. bre 1956 que· la manifestation des incendiaires fascistes, qui, le 7 novem.bre, succéda au rassemblement de l'Etoile, « fut spontanée» et « qu'on se trompe quand on voit dans la majorité de cette foule jeune ... une l'ésurrection des hordes fascistes ». Pour le « Droit de Vivre », ce fut là un « réveil », et d'ajouter que « pour la première fois depuis une décade, les lycées et les facultés sont littéralement « descendus » en bloc dans la rue ». On ne saurait injurier plus gravement la jeunesse et notamment celle des lycées et des facu'ltés qui, ces derniers mols, est tant de fols descendue dans la rue, à Montpellier comme à Toulouse, à Grenoble et dans Paris, pour faire pièce aux trublions fascis\es de Poujade et de· Tlxler-Vlgnancour. ••• LA L.I.C.A., enfin, entend tourner le dos à l'unité d'action antiraciste en raison des événements du Moyen-Orient. Dans ce domaine, fidèle à lulmêm~, le M.R.A.P. a refusé de céder aux .passlons et' aux faux dilemmes, de verser dans la con,. fusion extrême entretenue à la 1 faveur de certaines collusions, pour le moins surprenantes. " n'a cessé de défendre les véritables intérêts de la France, qui sont aussi ceux du peuple d'Israël, dont l'existence même est liée au sort de la paix. « Les antiracistes, qui connaissent la guerre, son cortège de ruines, de larmes et de sang, le poids des haines qu'elle engendre et attise, ont ressenti avec émotion le déclenchement des hostilités israél.(),. égyptiennes, bientôt suivi de l'interventron française et anglaise », disait la résolution du M.R.A.P. rendue publique le 31 octobre. La tournure dramatique prise par les événements au MoyenOrient montre combien nos aifpréhensions étaient justifiées. Nous ne pouvons aujourd'hui que renouveler le voeu que la né90- clation, prenant le pas su'r la violence, permette d'aboutir à une paix réelle et durable, basée sur la Justice, sur le respect des droits de tous les peuples, assurant à tous sécurité et souveraineté. Par ailleurs, les antiracistes doivent demeurer vigilants devant les rumeurs alarmantes relatives aux mesures qu'appliquerait Nasser à l'encontre des juifs en Egypte. ••• LA vraie raison de l'opposition des divergences dA la L.I. C.A. à l'unité d'action des antlr'acistes ne réside~t-elle pas plutôt dans une sous-estimation du danger raciste et antlsémlt~1 Nous avons déjà cité l'app..,é ... ciation du « Droit de Vivre» sur les émeutiers fascistes de novembre. Dans le précédent numéro, l'organe de la L.I.C.A. relègue à , la dernière page ce qui, en France, a trait aux menées antisémites et racistes, dans un unique et bref article Intitulé « Pourquoi le Mouvement Poujade est en déclin » ( sic ). Silence sur les tracts antisém.ltes répandus dans le 4 · arrondissement. Silence sur les provocateurs racistes à Montreuil et ailleurs. Silence SUI' les jusqu'auboutistes racistes de la guerre en Algérie. Silence aussi sur l'attitude slnguilèreme,nt négative du gouvernement français devant la décision prise à Bonn de réintégrer les S.S. dans la nouvelle Wehrmacht. Cette sous-estimation nous paraît extrêmement grav". .*. Nous prêtons plus de clairvoyance à nos amis de la L.I.C.A.: c'est pourquoi nous demeuroJ's persuadés que l'unité d'action des antiracistes s'imposera, car il faudra bien qu"ensemble nous finissions par triompher du ·raclsme et de l'antisémitisme. S'unir et vaincre, c'est ce à quoi le M.R.A.P. continuera de consacrer ses force·s. syndicales et politiques, si large-'------------------------------------------___ _ ment représentées au meeting du 9 mars, à la Mutualité,. Ces propositions d'action commune, tout en assurant aux deux organisations une parfaite Indépendance et la liberté la plus complète de poursuivre leur action propre selon les méthodes, les moyens et la vocation respective de chacu'ne d'elles, répondent aux aspirations de militants de plus en plus nombreux. à la L.I. C.A. comme au M.R.A.P., qui savent que, l'unité d'action aidant, Il peut être mis fin à l'audace grandissante des ligues de nervis racistes et antisémites. .** Eclatant succès du gala du M.R.A.P. LES amis du M.R.A.P., en , foule, avaient envahi la salle Pleyel, le dimanche 18 novembre, pour le gala antiraciste organisé par notre Mouvement. Cette brillante soirée fut digne des traditions établies depuis plU!sieurs années. A l'heure où l'on se retrouve, que ce soit à l'entr'acte ou à la .sortie, le public exprimait sa satisfaction, et l'on entendit même d'ire à maintes reprises que ce spectade, dans son ensemble, dépassait en qua~ lité les pr·éoédent.s. le pUlblic aurait vu volontiers se prolonger. Bref, une excellente soirée. Qu'il nous soit permis de re ·nouveler ici les remerciement.s qu'au nom du MIR.A.P. notre ami Saint-Cyr, membre du Bureau national, adressa, dans son allocution, aux artisans de ce succès: aux artistes qui apportèrent si gentiment le concours de leur talent à la cautSe antiraciste; au grand peintre GROMAINE, Prix Guguenheim 1956, dont un magnifique dessin illustrait le programme; aux personnalités qui voulurent bien, à cette occasion,marquer leur sympathie au M.R.A.P.; aux militants enfin, aux nombreux militants, jeu:nes et vieux, qui, en ven~an t les billets, en diffwsant les programmes, en assurant le parfait déroulement de la soirée, firent preuve de leur habituel et inlassable dévouement. Cette réussite, déjà, laisse bien augurer du gala de l'année prochaine!... . • Le carnet de D. L. Justin GODART n'est plus Tous les antiracistes auront appris avec émotion le décès subit de notre éminent ami Justin GODART. Docteur en droit, avocat, ancien député et ministre, courageux I1ésistant, Justin Godard était aimé et respecté dans les milieux les plus divers. On ne faisait jamais en vain appel à lui. Il suffisait qu'une cause soit humaine pour qu'il en prît aussitôt la défense. Ancien président du Mouvement National Contre le Racisme (M.N. C.R.), Justin Godard, en Mpit de ses 85 ans, resta jusqu'au dernier jour un actif combattant a"Iltiraciste. Il n'est pas d'action Importante du M.R.A.P. il laquelle il ne se soit associé. L'autre semaine encore, à l'occasion de notre gala, il nous écrivait de sa main ce petit mot amical: « Je suis désolé de ne pouvol'r assister au gala antiraciste de dimanche prochain. En 'disant au public mes excuses, dites aussi mon solide attachement au Mouvement contre le Racisme, l'AntlsémWsme et pour la Paix. » . Nous ne sommes pas prêts d'oublier son dynamisme, sa dignité, sa brûlante foi républicaine, l'am{)ur fraternel qu'il portait aux victimes du racisme et de l'oppression, la générositél toujours vibrante de son coeur. Le M.R.A.P. et '1 Droit et Liberté » adressent 11 sa famille l'expression de leur douloureuse sympathie. .*. Me de MORO-GIAFFERI Figure quasi-légendaire du bàrreau parisien, Mo V. de MOROGIAFFERI n'est plus. Nombreux sont les admirateurs et les amis qui conserveront le souvenir ému de cet homme si combattif, si éloquent et dont le nom reste lié à tant d'affaires célèbres. C'est à d'innombrables ocêasions que Me de MORO-GIAFFERI, à la barre ou sur les tribunes, défendit de toute son ardeur la justice. L'an dernièr, nous avions applaudi sa plaidoirie, après celle de notre ami Manvme, lors du procès raciste intenté à l'étudiant africain Lamine Traoré. Il y a quelques années, M' de MORO-GIAFFERI avait pris la parole à l'une des Journées N'ationales organisées par notre Mouvement. Que sa famille trouve ici les sincères condoLéances du M.R. A.P. et de son journal, auquel Il avait également collaboré. CES propositions d'action commune, Immédiatement réansables, ont été transmises à la L.I.C.A. le lendemain même de la session de notre Comité d'action. A l'issue d'un entretien qui groupait, pour la L.I.C.A., Bernard Lecache, son président, et M. Delbos, membre du Comité Central, et, pQu'r le M.R.A.P., Albert Lévy et Charles Ovezarek, membres du Bureau National, Il fut décidé de se revoir à la fin du mols d'octobre. Il serait vain d'épiloguer sur le charme prenant et la gouaille émouvante de Jacqueline FRANCOIS, la maîtrise admirable de la cantatrice israélienne Hanna AHRONI, toute passion et doucewr, l'irrésistible et sain comique de POIRET et SERRA UL T, l'humour de Pierre DUDAN, la grâce de Rose AVRIL, le talent si sympathique d'Henri DECKER, compositeur et interprète, les belles voix de Roland GERBEAU, de Bachir TOURE et de Frank MELVILLE. Les person na 1 ités

  • ••

LA L.I.C.A. vient de faire connaître sa réponse à nos offres d'action commune. Elle oppose une fin de non-recevoir à nos propositions et Invoque trois raisons qui, nous semble-t-II, peuvent bien en masquer une qua- Tous, présentés avec brio pa'r Arlette PETENS, obtinrent un vif succès, et l'on ne peut faire à ce spectacle qu'un reproche: sa trop grande richesse, qui obligea, en raison des exigences horaires, à écourter plus d'un numéro, que Diverses personnalités étaient présentes au gala, auprès de notre président et de Mme LYONCAEN. Citons notamment: MM. FONLUPT-ESPERABER, conseiller d'Etat; Jacques HADAMARD, membre de l'Institut; André HAURIOU, professeur à la Faculté de Droit; Mme Maria RABATE, député de Paris; le pfbfesse ur WEILL-HALLE, de l'Académie de Médecine; Mme Maxa NORDAU, artiste-peintre; MM. ALDES, représentant la Fédération des Officiers de Réserve Républicains; Paul ELIEZ, secrétaire général de la Fédération radicale" du 6' secteur; ~HAULIERE, secré·taire de la Féd ~ration de Paris du Parti Communiste Français; Pierre AVRIL, président des Etudiants Radicaux. D'autres personnalités, ' n'ayant, pu être présentes, ont tenu à s'associer par une lettre ou un message à cette soirée du M.R. A.P. : MM. Francisque GAY, ancIen président du Conseil; Georges HUISMAN, c-onsciller d'Etat; Mme Francine LEFEBVRE, MM. Laurent CASANOVA, Pierre COT, députés; MM. Léo HAMON, .Jean PERI DIER, Henry TORRES, sénateurs; M. le consul d'Israël; MM. Evry SCHATZMAN, Marcel PRENANT, Pierre VILAR, professeurs à la Sorbonne; MM. CERFFERRIERE, ancien président du groupe de la Résistance à l'Assemblée Consultative; le général TUBERT, ancien maire d'Alger; le général LE CORGUILLE, les écrivains Pierre PARAF et André SPIRE; MM. Armand MEGGLE, président du Centre d'Expansion Française; Adolphe ESPIARD, ancien directeur au ministère des Anciens Combattants; les artistes .JOSéphine BAKE~ et Jo BOUILLON. D. ·L. ouvre le dossier du complot Au premier rang des incendiaires les commandos de Poulade de «Jeune Nation )) et de 1'« Action Française ")) Plusieurs témoins nous l'ont formellement confirmé: les cris répétés de « 1\1orts aux juifs » ont retenti dans les rues de Paris, notamment autour du carrefour Chateaudun, pendant les manifesta Lions du 7 novembre. Que les groupements factieux, antisémites et racistes aient été, à Paris comme en province, à la tête des agressions perpétrées contre les sièges d'organisations, de syndicats, de journaux, cela ne fait aucun doute aujourd'hui. Exploitant de façon éhontée l'émotion qui r ésultait des événements de Hongrie, les h·ommes de main de Poujade, de TixierVignancour et de Biaggt, les fidèles de Rivarol et d'Aspects d,e la France, à la faveur de l' étrange indulgence des pouvoirs publics, ont pu se livrer à des opérations d'une violence sans précédent depuis la Libéralion. Sciemment, ils ont tenté de faire renaître l'atmosphère de février 1934. Les incendiaires, ce sont eux, et ils s'en vantent. • C'est-à-dire » met les poinh sur les i. Voici la revue C'est-à-dire, qui ne cache pas sa sympathie pour Tixier-Vignancour et publie la prose vichyste d'un Albert Paraz. Rendant compte des manifestations, elle écrit qu'il y avait « quatre cents Jeunes poujadistes à l'heuré de l'incendie », carrefour Chateaudun, et que l'incendie fut « allumé ... par des anciens d'Indochine, adhérents au Mouvement « Jeune Nation ». taire de la «Restauration Nationale », avait souligné « que le pacte passé avec le pav,é de Paris a été renouvelé, qu'il vaut jusqu'à la victoire ». La joie sadique de « Rivarol » A ces citations, tirées d'Aspects de la France (14-12-56), ajoutons le récit publié par RIvarol du 15 novembre. . RivarOl - indique la présence, en tête du cortège, des étudiants d'« Action Française» « et, bien entendu, les rivarollens » ... L'auteur du compte rendu signale que, dans son groupe, se trl'uve ' « l'inévitable inspecteur de police en civil, qui nous escorte en tirant sur sa jambe . raide, avec un grand sourire ... Nous lui faisons même l'amitié, poursuit-Il, de le porter à notre tête », et une pancarte avec l'inscription « Liberté p.our la Hongrie » lui est confiée. Avec une joie sadique, Rlva- 1'01 décrit ce qu'il qualifie luimême « une atmosphère 6 fèvrler », carrefour Chateaudun et sur les boulevards. Vitrines brisées, immeubles incendi és, échafaudages démolis, boutiques saccagées, portes forc ées, dO I,iciles violés, tels sont les expwits des prétendus « défenseurs de la liberté ». Au carrefour Chateaudun, un café a été littéralement mis à sac. Boulevard Poissonnière, dans un appartement envahi par les fascistes, qui tentaient d'OCCUper les toits, un enfant, de frayeur, a perdu la parole ... Et Rivarol s'extasie: ci DepuIs le temps que nous avions envie de voIr ça! » ... Parmi les animateurs des opéles dédégués du Mou'vement de mettre leurs adhérents et ceux des Unions parallèles ·en état d'alerte et de faire des réserves d'essence nécessaires )1) 1 S'Ils avaient la possibilité de nettre à exécution leurs des- 5eins, nul doute que les groupes de choc, après cette répétition générale, ne se cont!'nteraient

Jas de distribuer des trar.ts antisémites

et de crier « Mort aux Juifs », mai~ pourraient se livrer également à des violences racistes. Ils croient avoir le vent en poupe, ils pensent le moment venu de frapper un grand coup. La risposte nécessaire Dès le lendemain de leur manifestation, de multiples organisations, parmi lesquelles la LIgue des Droits de l'Homme et le Syndicat AutonQme Jes Institu_ teurs, condamnaient vigoureusement les menées factiéuses. Plus de 50.000 manifestants, ouvriers et étudiants, participèrent à Paris, le 8 n.ovembre, aux contre-manifestations antifascistes, contre lesquelles fut mobilisée celle même police, si bienveillante la veille. Trois travail_ leurs, Albert FERRAND et François LE QUENNEC, de la C.G.T., et Daniel BEAUCOURT, de F.O., ont payé de leur vie leur opposition au fascisme. En p.rovlnce également la rIposte républicaine a été Immédiate. Le danger reste grand. Les groupes factieux et leurs chefs, antisémites et racistes notoires, ne se tiennent 'pas pour battus. Leur échec dépend de l'action de tous les démocrates, de nos efforts, de notre union. Avant qu'Il ne soit trop tard, antiracistes, républicains, quelles que soient nos dlvergenceg sur d'autres problèmes, unis_ sons-nous, agissons, pour 1a'lre barrage au fascisme et au racisme 1 7 noveDibre 1956 6 février 1934 Les groupes de. choc poujadistes I L n'est pas l'antisémitisll' liser à ses de tout bois. D{ il ne craint pas arguments les pl res : l'essentiel, cheminement de d'aboutir à la Ainsi, ce comr treuil, partant d'Egypte et se chercher les vér: bilités, .prétend sont cause de sucre. C'est, pOl démarche clasl aux antisémites bouc émissaire Diviser pc XaVlier Valla subtil. De fait gueT! e décI en chi te corresponda et coïncidait 2 qu'ils défenden sémites ont apl vier Vallat eSI explique en ce son profonde dans 4: Aspect! du 30 novembl « lsraël joue au milieu du rôle d'un abcès que les fils de 1 se querelleront la maîtresse d ils ne seront dent une ca ilS jeurs ... A con ment, que l'DI gesse de ne ,. miscer dans CI frères ennemi! C'est la vieil ser pour régne cien Commissa juives. On con glement pacif des problèmes n'ait pas Sa tél Sans doute , prime-toi! cial ,ct' a'Ultres pense dire. Ma.is qu' pasl Son su amour pour 4: s'orgQ Ainsi, ce sont les mêmes mains qui diffusent dans Paris les tracts antisémites de « Jeune Nation» (dont nous donnons d'autre part quelques extraits) et qui brandissent les torches Incendiaires. pour le «grand rendez-vous '» Le gr·oupe « Jeune Nation ~, rappelons-le, est dirigé par un certain Jacques Sidos, ancien chef de la Milice sous l'occupation, lié à Tixier-Vignancour et à Dides. Les séides de Vallat Aux groupes de choc de « Jeune Nation» et de Poujade, s'ajoutent ceux de 1'« Action Française» reconstituée. Le 9 décembre a eu lieu, à la porte de Versailles, un banquet organisé par Aspects de la France, sous la présidence de Xavier Valla t, ex-commissaire aux questi-ons juives du gouvernement de Vichy. Plusieurs discours furent prononcés

insultes grossières contre

le régime républicain, exaltation de 1'« Action Française », excitations antisémites. L'un des orateurs, Georges Calzant, an- Au banquet cl' • Aspech de 10 Franc. -. rations, ont été reconnus, en .outre, des membres des organisations suivantes: Groupement de Sauvegarde de l'Union Française, Volontaires de l'Union Française, Front des Combattants, Service de Vigilance et d'Action Patriotique, Paix et Libert'é. Les grandes manoeuvres Ces grandes m~J]I'J'U\"'es des fascistes donnent une IMc de ce 'lUI' Dourralt êtl'~ le « ~ '?n1ezvous - de Paris » pré pal f par Poujade. Celul-d n ',\cl'ivait-1l pas, le 30 octobre, J. ses « présidents départementaux: « Des év.énements d'une exceptionnelle gravité !sont Imminents (sic). Ordre est donné à tous RENDANT compte du congrès p.oujadlste qui s'est tenu au début de novembre à Saint-Céré, Fraternité Française donne un aperçu des décisions prises, et cela suffit à confirmer le caractère fasciste du « mouvement Poujade •. Le congrès a mis sur rled une véritable organisa tion de guerre civile, contrôlée par la « commission natIonale d'action • que préside de député invalidé Lamalle (c'est à ce titre que Lamalle dirige le « service d'ordre » poujadiste). Le dispositif comprend, sur le plan national, un « Comité permanent d'action ~ agissant «en relation étroite avec le VicePrésident National à la Vigilance i et « avec le Président National ~ (Poujade), ainsi qu'un « Comité permanent restreint ... en relation directe avec les Présidents dépa·rtementaux et des Unions parallèles d'une part, et avec la Vigilance et le Service d'ordre, d'autre part », enfin 4: un responsable cantonal à l'Action chargé d'établir la liaison avec la base ~. Le territoire français est découpé en « zones d'action r~glcinales », chacune d'elles étant « dlcecte-ment rattach'èoe au service de l'action à Salnt-Céré ou à Paris ». Il est précisé que « le service d'ordre, dans les manifestations, doit 'êt-re renforcé ~. La Commission «demande également aux départements de prévoir des - zones d'action par arrondissements » et, dans ces zones, « un système de relais avec éclatement en étoile, entre le responsable départemental et les cantons, et entre les cantons et les communes, sans employer le téléphone ou le tèlègraphe ». Le rapport prevoit également la « division du département par zones d'action en vue d'opérations locales ». Le rendez-vous de Paris Concernant le « rendez-vous de Paris », la Gommission d'Action « pense que la date la plus favorable serait comprise entre le 8 el le 30 novembre. Elle conçoit cependant que des événements politiques puissent amener le Président national à fixer une autre date, et laisse celu'lci seul juge quant à la ~ate définitive ». Pour aller à ce « rendezcien chef des « Camelots du 1----------------------------------------------------------------------------------------------------------____________ roy », salua, présents dans la salle, « quelques-uns des blessés du carrefour Chateaudun ». Un autre orateur, L.-O. de Roux, exprima en ces termes sa satisfaction: « Que n'avez-vous subi, anciens ligueurs et camelots? ... Sans Jamais cesser de croire et de vous dévouer, n'avez-vous été tentés, certains Jours, de désespérer? Mais vous Voyez ' qu'e vous aviez raison de tenir. Ça repart. Nous nous sommes déjà retrouvés l'autre soir ... et nous avons retrouvé le vivifiant contact avec le pavé. ». La veille, au cours de la joûrnée d'étude des cadres de la Restauration nationale, organisée également par Xavier. Vallat et les siens, Pierre Juhel, secré- 48 arrondt : Un tract infâme de Il Jeune Nation" Sous le titre « Israël, roi de France », l'organisation JEUNE NATION, qui s'est illustrée dans les manifestations fascistes dlll début de novembre, affiche et diffuse dans le 4- arrondissement un tract antisémite qui soulève l'indignation de la population. Le prétexte en est l'inauguration du Mémorial du Martyr juif inconnu, qualifié, avec un cynisme inOUÏ, de « monument à la gloire de la domination juive sur le globe . Dans IUIll style digne de Goebbels, ce tract poursuit: c Ce mémorial rappellera aux Français qu'ils ne sont plus libres et indépendants, que l'D.N.V. est juive, que la presse, le cinéma, la radio nationale sont aux mains des juifs ... :. Six millions de juifs exterminés par les nazis, sur la b-ase des mêmes slogans haineux et mensongers, ne suffisent pas aux nervis de « jeune Nation , qui réclament encore des mesUlres antijuives dans leur appel: c Avec ou sans leurs martyrs, avec ou sans leurs bagages, ceux qui exploitent le poys depuis si longtemps, qui n'ont pas payé d'impôts pendant de nombreuses années (sic) seront éjectés du sol national. :. On ne sait si c'est le ridicule ou l'odieux qui l'emporte dans ces élucubrations criminelles, râbâchages éculés mais qUIÎ ont déjà coûté tant de sang à la Franoe et au monde. La section du M.R.A.P. du 4- avait déjà, il y a un an, attiré l'attention des pouvoirs publics sur les activités des groupements antisémites dans cet arrondissement. Il faut croire que l'on n'a pas pris les mesures nécessai res: aujourd'hui les ra~ cistes, qui sont aussi les ennemis de la République, font preuve d'une agressivité accrue. Il faut donc des sanctions énergiques. Le groupement « jeune Nation doit être interdit. Il appartient à tous les antiracistes, unis, d'exiger et d'imposer! avec le respect de I.a loi, le chatiment exemplaire des coupables. vous », les mo~ sont ainsi fixés « -- Voltu~ motos et vélos. « -- Cars 1 contact p-réalabl, des transporteu « -- S.N.C.F. comme moyen condalre, et p peso » « La Commll de la partlclpatll tracteurs, en 1 psychologique. Elle précise de p'révoir de t1 ce vivres ~. Elle prévoit ( matériel de ceu ter à Paris par 1 éternels « pant Enfin, aborda la discipline, • d'Action dema avec la Vlgllan châtier Inexor quelque poste ( qui, ayant pris lIt-é et ne pouv: l'assumer, ref. missionner ». Tant sur le . local, « une li: être établie a de façon que 1 puisse assurel les décisions f Ce disposiUJ cette organlsat choc, la prépa dez-vous de P que Poujade s de renversel 1 cain que de d 1• er du complot r1 aciste antisémite el a 7 noveDibre 1956 ~ Xavier VAllAI rétidive Un nouveau b I L n'est pas de situation que l'antisémitisme ne tente d'utiliser à ses fins. Il fait feu de tout bois. Défi au, bon sens, il ne craint pas de recourir aux arguments !-es plus contradictoires

l'essentiel, quel que soit le

cheminement de la pensée, est d'aboutir à la haine des juifs. Ainsi, ce commerçant de Montreuil, partant de la guerre d'Egypte et se gardant de rechercher les véritables responsabilités, prétend que « les juifs» sont cause de la pénurie du sucre. C'est, pourrait-on dire, l,a démarche classique, natulrelle, aux antisémites, frappant leur bouc émissaire habituel. Diviser pour régner XaVlÎer Vallat, lui, est plus subtil. De fait, parce que la guene déclenchée contre l'Egypte correspondait à leurs voeulX et coïncidait avec les intérêts qu'ils défendent, certains antisémites ont applaudi Israël. Xavier Vallat est de ceux-là. Il explique en ces termes la raison profonde de son attitude, dans c: Aspects de la France ;) du 30 novembre: « Israël joue, pour l'Occident, au milieu du monde arabe, le rôle d'un abcès de fixation. Tant que les fils de la serve,nte, Agar, se querelleront avec les fils de la maîtresse de maison, Sarah, ils ne seront pas pour l'Occident une cause de soucis majeurs... A condition, naturellement, que l'Occident ait la sagesse de ne pas pamître s'immiscer dans ces bagarres entre frères ennemis... :1 C'est la vieille formule: d!viser pour régner, qu'illustre l'ancien Commissaire aux Questions Juives. On comprend que le règlement pacifique et déf,initif des problèmes du Moyen-Orient n'ait pas sa faveur ... Sans doute Xavier Vallat exprime- t-il clairement ce que ,d'a'urtres pensent et n'osent pas dire. Ma,is qu'on ne s'y trompe pas 1 Son subit (et fielleux) amour pour 4: la nouvelle Sion :1 de choc poujadistes s'organisent «grand rendez-vous» directe avec lea Prédépa'rtementaux et des parallèles d'une part, et Vigilance et le Service d'autre part », enfin responsable cantonal à n chargé d'établir la lIalla base ». territoire français est déen « zones d'action r~es », chacune d'elles étant .e,ecte'mlent ",attach,è~ au serl'action à Salnt-Céré ou Il est précisé que d'ordre, dans les ns, doit 'êt-re ren-

1.

Commission «demande aux départements de . zones d'action par » et, dans ces de relais en étoile, entre nr.nAhIIA départemental et les cantons, et entre les cantons et les communes, sans employer le téléphone ou le télég'raphe ». Le rapport prevoit également la « division du département par zones d'action en vue d'opérations locales ». Le rendez-vous de Paris Concernant le « rendez-vous de Paris », la Gommlssion d'Action « pense que la date la plus favorable serait comprise entre le 8 el le 30 novembre. Elle conçoit cependant que des événements politiques puissent amener le Président national à fixer une autre date, et laisse celu'lci seul Juge quant à la ~ate définitive ». Pour aller à ce « rendeze de Il Je'une Notion" avec ou sans leurs baga: eux qui exploitent le pc.oys s si longtemps, qui n'ont oayé d'impôts pendant de reuses années (sic) seront 's du sol national. ;) ne sait si c'est le ridicule odieux qui l'emporte da~s ,ucubrations criminelles, raIges éculés mais qua ont coûté tant de sang à la

e et au monde.

section du M.R.A.P. du 4- déjà, il y a un an, attiré ltion des pouvoirs publics sur les activités des groupements antisémites dans cet arrondissement. Il faut croire que l'on n'a pas pris les mesures nécessaires: aujourd'hui les ra" cistes, qui sont aussi les ennemis de la République, font preuve d'une agressivité accrue. Il faut donc des sanctions énergiques. Le groupement « Jeune Nation doit être interdit. Il appartient à tous les antiracistes, unis, d'exiger et d'imposer, avec le respect de l,a loi, le châtiment exemplaire des çoupables. vous », les moyens de transport son t ainsi fixés : « - Voitures particulières, motos et vélos. « - Cars et camions avec contact préalable des dirigeantS des transporteurs. « - S.N.C.F. : à n'utiliser que comme moyen de transport secondaire, et par petits groupes. » « La Commission se félicite de la participation nombreuse de tracteurs, en ralaon de l'effet psychologique. YJ' Elle précise « qu'il est bon de p'révoir de trois à cinq Jours ce vivres ». Elle prévoit « le financement matériel de ceux qui vont rrnlnter à Paris par ceux qui sont les éternels « pantouflards YJ. Enfin, abordant la question de la discipline, « la Commission d'Action demande, en liaison avec la Vigilance, l'honneur de châtier Inexorablement, et à quelque poste qu'ils soient, ceux qui, ayant pris une responsabllIt- é et ne pouvant ou ne voulant l'assumer, refuse'ralent de démissionner YJ. Tant sur le plan national que local, « une liaison étroite doit être établie avec la Vigilance, de façon que le Service d'ordre puisse assurer Immédiatement les décisions prlses ». Ce dispositif quasi militaire, celte organisation de groupes de choc, la préparatiln du « rendez- vous de Paris » confirment que Poujade se préoccupe plus de renversel le régime républicain que de défendre les com- (Suite page 6.) (c'est le titre de son article) ne le fait pas renoncer à l'antisémit, isme. Bien au contraire, il y voit surtout l'occasion de rénover l'un de ses vieux thèmes favoris ... Un nouveau « statut des juifs» Pour expliquer, sous l'occupation, les mesures antijuives, Xav, ier Vallat déclarait que les juifs, quelle que soit leur origine, étaient et resteraient toujours des «étrangers» en ,France, étaient inassimilables. D'où le recensement, le statut spécial, le tampon sur les cartes d'identité - prélude aux camps de concentration et aux chambres à gaz. Aujourd'hui, dans le même esprit, il propose qu'en France les juifs (de religion ou d'origine) adoptent tous « la nationalité israélienne ». Tous deviendraient ainsi, sans conteste, des étrangers, et l'action des antisémites s'en trouverait bien facilitée. C'est ce qu'il expli4ue àan,; son langage cauteleux, en rééditant ses calomnies familières: « Du fait de leur statut d'étrc.nger (les juifs) ne seraient plus tentés de jouer à l'intérieur des autres peuples ce rôle envahissant qui, pqr réaction d'autodéfense, engendre l'antisémitisme. » On reconnaît là les slogans hitlériens, crûment étalés pour justifier de nouvelles discriminations, un nouveau « statut des juifs » ... Vraiment, Xavier Vallat croit que les Français ont la mémoire courte. Avant guerre et sous Pétain, il prétendait aussi que tout irait mieux sij les juffs étaient élminés de la vie nationale. Notre peuple, au prix d'une dure expérience, a pu avoir la confirmation que l'antisémitisme, lié à la guerre, n'est que l'un des aspects du fascisme, source de souffrances, de ruines et de deuils pour le pays tout entier. Non, nous n'avons pas oublié! Et la loi? Mais Xavier Vallat ne renonce pas. 11 n'a rien renié. Il rêve de voir' rétablies les mesu'res malencontreusement supprimées par la Libération. A l'entendre, c'est à lui que l'histoire donne raison. N'ose-t-i1 pas affirmer que le cardinal Saliège, qui précisément dénonça l'antisémitisme de Vichy, estimait c: inatfaqua- (Suite page 6.) de /'antisémitj DES millions de morts, des souffrances indicibles, des ruines, des familles entières anéanties, tout cela ne suffit pas aux antisémites. Leur conscience n'est guère troublée. Ils en veulent encore et toujours. Ils four, bissent à nouveau leurs armes et préparent les listes noires de leurs prochaines victimes. Déjà les journaux racistes et antisémites pullulent, mais il manquait un bréviaire de l'antisémitisme. C'est chose faite. Sous le pseudonyme de « Gyges », la « Librairie Française », diri'gée par Mme G. Coston, épouse du Directeur de La Libre Parole, qui fut un des plus virulents journaux antisémites de l'avant-guerre, à l'égal du Pilori et de L'Action Française, vend !J. LEUR PRESSE LIES entre eux, liés à la presse de l'occupation par lel'rs collaborateurs aussi bien que par leur idéologie, voici q.Jelques-uns des journaux qui mènent compagne contre la République et qui, à cd effet, recourent plus ou mOinS fréquemment au raci :me et à l'ontisÉ:mitisme: ({ FRATERNITE FRANÇAISE }) « La tribune de Pierre POUJADE » (hebdomadaire). Est animâ par Serge JSANNERET, ancien dirigeant de l'Union Corporative des Instituteurs, organisme d' c Action Françoise », ancien collaborateur du u Matin ,. puis du « Cri du Peuple " sous l'occupation. Il déclare aujourd'hui qu'il menait alors le double-jeu. En tout cos, • Je SlI'is Partout » (de Cousteau et Rebatet) indiquait, le 28 mors 1941, avec satisfaction, que Serge Jeanneret « n'a pas hésité à démasquer les démocrate. populaires gaullistes (sic) qui se sant infiltrés partout dans les cadres vichyssois de l'enseignement -. Nous relevons également dans la feuille poujadiste la signature de ' Jacques DITTE, ancien rédacteur en chef de « L'Ami du Peuple », collaborateur sous l'occupation de « La France au Travail », organe destiné à foire pénétrer l ' idéologie nazie dons la cI~se ouvrière. (Suite page 6.) 'II depuis quelques semaines un livre odieux intitulé « Les Israélites dans la Société française ». L'histoire réécrite Sous prétexte d'apporter sa contribution à l'étude de la pseudO « question juive », l'auteur ressassse les pires propos antisémites et cite avec une délectation évidente les écrits de Drumont, fondateur de La Libre PflTole. de Coston et de nombre d'autres antisémites. Un nouveau bréviaire de Il La ràCe comme explication PEU soucieux (ou incapables) de comprendre les leçons de l' Histoire, les racistes, les antisémites ne trouvent, pour interpréter les événements contemporains ou anciens, qu'une seule et même explication, toujours ressassée: les différences, les conflits re races. Tel parti a un dirigeant juif? Voilà qui explique, selon eux, sa position sur l'Algérie. La politique de la Libye ne convient pas à « Rivarol »? Parmi les délégués de PO.N.U. qui ont voté pour la création de cet Etat, il y avait celui de Haïti, qui est noir (et quelques autres, mais n'en parlons pas) ... Le racisme, entreprise ignoble d'abêtissement, tend à substituer des prises de position passionnelles à l'exercice de la raison, voire du Simple bon sens. Nous en avons eu, ces derniers temps, des exemples particulièrement flagrants ... Haine, mensonge et barbarie Exposer les données réelles de la guerre d'Algérie serait trop difficile ... ou trop simple. Mieux vaut donc susciter la haine et le mépris à l'égard des Algériens, et même, pourquoi pas? de tous les Arabes, de l'Islam tout entier. « Rivarol », héritier de la barbarie hitlérienne, s'en prend donc à « la barbar ie de l'Islam » (8 novembre), « L'Ordre Français », organe de Pierre Debray et de Xavier vallat, au « fanatisme religieux toujours latent chez le musulman », à « l'impuissance politique de l'Islam ». DIGNE émule de Poujade, sans doute, un épicier de Montreuil a cru, l'autre semaine, que le moment était venu d'exhaler au grand jour sa haine antijuive. La population et le M.R.A.P. lU! ont montré qu'il se trompait et qu'il avait 15 ans de retard. Cet épicier, 204, rue EtienneMarcel, avait donc affiché - c'est bien le mot - son antisémitisme devant sa boutique en traçant sur deux tableaux noirs cette inscription: {( Ce sont les juifs qui ont déclenché la guerre. C'est à Pour « Rivarol » encore (13 décembre), « les peuplades disparates » établies de Gabès à Agadir, {( ne firent preuve, à aucun moment de leur histoire, de la moindre tendance constructive, l'anarchie est l'élément de leur vie »... « Les vertus de leur Tace » sont inexistantes, « contrairement à ce que proclame l'imagination hallucinée de leurs leaders », etc., etc ... e" cause d'eux qu'il n'y a pas de sucre. Ils stockent tous les produits de consommation. » « Les juifS », considérés comme un tout, sans différenciation, y compris l'Etat et le gouvernement d'Israël, « les juifs», tous les juifS, responsables de tout ce qui va mal: la falsification est, pourrait-on dire, classique. C'est grâce à de tels slogans qu'Hitler a pu multiplier ses crimes, que tant d'innr)rents ont

éri. Trop de sang a coulé, la

France a trop souffert pour que semblable èffi, chez nous, reste longtemps sans riposte. r\ aciste, antisémite et anti épublic •l n ier VAllAI rétidive situation que ne tente d'utins. Il fait feu i aU! bon sens, e re:ouri r aux s contradictoiuel que soit le la pensée, est aine des juifs. erçant de Monde la guerre ardant de rebles responsae « les juifs» la pénurie du rait-on dire, la ue, natulrelle , frappant leur habituel. r régner lui, est plus parce que la contre l'Egypà leurs voeulX ec les intérêts certains antiudi Israël. Xade ceux-là. Il termes la raie son attitude, de la France ~ pour l'Occident, onde arabe, le e fixation, Tant servc.,nte, Agar, avec les fils de maison, Sarah, as pour l'Decide soucis maition, naturelleident ait la sas pamître s'imb'agarres entre . ~ formule: drviqu'illustre l'ane aux Questions rend que le rèue et déf,i nitif u Moyen-Orient eur ... avier Vallat exement ce que t et n'osent pas n ne s'y trompe it (et fielleux) nouvelle Sion ~ isent os de transport s particulières. camions avec des dirigeantS (c'est le titre de son article) ne le fait pas renoncer à l'antisémit. isme. Bien au contraire, il y voit surtout l'occasion de rénover l'un de ses vieux thèmes favoris ... Un nouveau « statut des juifs » Pour expliquer, sous l'occupation, les mesures antijuives, Xav, ier Vallat déclarait que les juifs, quelle que soit leur origine, étaient et resteraient toujours des 4: étrangers» en IFrance, étaient inassimilables. D'où le re:ensement, le statut spécial, le tampon sur les cartes d'identité - prélude aux camps de concentration et aux chambres à gaz. Aujourd'hui, dans le même esprit, il propose qu'en France les juifs (de religion ou d'origine) adoptent toulS « la nationalité israélienne ». Tous devi endraient ainsi, sans conteste, des étrangers. et l'action des antisémites s'en trouverait bien facilitée. C'est ce qu'il expli4ue àan,; son langage cauteleux, en rééditant ses calomnies familières: « Du fait de leur statut d'étrc:onger (les juifs) ne seraient plus tentés de jouer à l'intérieur des autres peuples ce rôle envahissant qui, pa.r réaction d'alltodéfense, engendre l'antisémitisme. » On reconnaît là les slogans hitlériens, crûment étalés pour justifier de nouvelles discriminations, un nouveau « statut des juifs » ... Vraiment, Xavier Vallat croit que les Français ont la mémoire courte. Avant guerre et sous Pétain, il prétendait aussi que tout irait mieux sij les jttffs étaient élminés de la vie nationale. Notre peuple, au prix d'une dure expérience, a pu avoir la confirmation que l'antisémitisme, lié à la guerre, n'est que l'un des aspects du iascisme, source de souffrances, de ruines et de deuils pour le pays tout entier. Non, nous n'avons pas oublié! Et la loi? Mais Xavier Vallat ne renonce pas. Il n'a rien renié. Il rêve de voir' rétablies les mesU'res malencontreusement supprimées par la Libération. A l'entendre, c'est à lui que l'histoire donne raison. N'ose-t-il pas affirmer que le cardinal Saliège, qui précisément dénonça l'antisémitisme de Vichy, estimait « inatfaqua- (Suite page 6.) Un nouveau bréviaire de l'antisémitisme DES millions de morts, des souffrances indicibles, des ruines, des familles entières anéanties, tout cela ne suffit pas aux an tisémi tes. Leur conscience n'est guère troublée. Ils en veulent encore et toujours. Ils four. bis~ent à nouveau leurs armes et préparent les listes noires de leurs prochaines victimes. Déjà les journaux racistes et antisémites pullulent, mais il manquait un bréviaire de l'antisémitisme. C'est chose faite. Sous le pseudonyme de « Gyges », la « Librairie Française », dirigée par Mme G. Coston, épouse du Directeur de La L ibre Parole, qui fut un des plus virulents journaux antisémites de l'avant-guerre, à l'égal du Pilori et de L'Action Française, vend ~ . LEUR PRESSE LIES entre eux. liés à la presse de l'occupation par leu,rs collaborateurs aussi bien que par leur idéologie, voici q..Jelques-uns des journaux qui mènent compagne contre la République et qui, à c~t effet, recourent plus ou mOins fréquemment au raci ~ me et à l'antis&mitisme : « FRATERNITE FRI\NÇAISE » « La tribune de Pierre POUJADE » (hebdomadaire). Est anima par Serge JI:1ANNERET, ancien dirigeant de l'Union Corporative des Instituteurs, organisme d' c Action Française ., ancien collaborateur du " Matin .. puis du « Cri du Peuple » sous l'occupation. Il déclare aujourd'hui qu'il menait alors le double-jeu. En tout cas, « Je SlIls Partout » (de Cousteau et Rebatet) indiquait. le 28 mars 1941, avec satisfaction, que Serge Jeonneret « n'a pas hésité à démasquer les démocrate. populaires gaullistes (sie) qui se sont infiltrés partout dans les cadres vichyssois de l'enseignement -. Nous relevons également dans la feui Ile poujadiste la signature de Jacques DITTE, ancien rédacteur en chef de « L'Ami du Peuple », collaborateur sous l'occupation de « La France au Travail D, organe destiné à faire pénétrer l'idéologie nazie dans la cJo;se ouvrière. (Suite page 6.) 'II depuis quelques semaines un livre odieux intitulé ({ Les Israélites dans la Société française ». L'histoire réécrite Sous prétexte d'apporter sa contribution à l'étude de la pseudO « question juive », l'auteur ressassse les pires propos antisémites et cite avec une délectation évidente les écrits de Drumont, fondateur de La Libre Pflrole. de Coston et de nombre d'autres antisémites. « Gyges » réécrit l'histoire de France à sa manière et veut faire accroire et prouver que la tradition française c'est l'antisémitisme. Tout son livre tend à démontrer que les Juifs forment un corps étranger à la nation française, d'où viennent tous les maux dont a souffert notre pays. Autrefois, les Juifs étaient soumis à la rouelle. Saint Louis aurait même invité « ses sUJets (Suite page 6.) Un nouveau bréviaire de la haine antisémite. à n'utiliser que e transport ser petits grou- Il La ràCe comme explication de TOUT sion se félicite n nombreuse de !son de l'effet qu'il est bon ois à cinq Jours le financement qui vont moneux qui sont les uflards ». t la question de la Commission de, en liaison e, l'honneur de blement, et à 'ils soient, ceux une responsablt ou ne voulant e'ralent de délan national que son étroite doit ec la Vigilance, Service d'ordre Immédiatement Ises ». quasi mllltaire, o de groupes de ati{)n du « renris l confirment préoccupe plus régime républltendre les com- Suite page 6.) PEU soucieux (ou incapables) de comprendre les leçons de l'Histoire, les racistes. les antisémites ne trouvent, pour interpréter les événements contemporains ou anciens, qu'une seule et même explication, toujours ressassée: les différences, les conflits re races. Tel parti a un dirigeant juif? Voilà qui explique, selon eux, sa position sur l'Algérie. La politique de la Libye ne convient pas à « Rivarol »? Parmi les délégués de l'O.N.U. qui ont voté pour la création de cet Etat, il y avait celui de Haïti, qui est noir (et quelques autres, mais n'en parlons pas) ... Le racisme, entreprise ignoble d'abêtissement, tend à substituer des prises de position passionnelles à l'exercice de la raison, voire du simple bon sens. Nous en avons eu. ces derniers temps, des exemples particulièrement flagrants ... Haine, mensonge et barbarie Exposer les données réelles de la guerre d'Algérie serait trop difficile ... ou trop simple. Mieux vaut donc susciter la haine et le mépriS à l'égard des Algériens, et même, pourquoi pas? de tous les Arabes, de l'Islam tout entier. « Rivarol », héritier de la barbarie hitlérienne, s'en prend donc à « la barbarie de l 'Islam » (8 novembre), « L 'Ordre Français », organe de Pierre Debray et de Xavier Vallat, au « fanatisme religieux toujours latent chez le musulman », à « l 'impuissance politique de l'Islam ». DIGNE émule de Poujade, sans doute, un épicier de Montreuil a cru, l'autre semaine, que le moment était venu d'exhaler au grand jour sa haine antijuive. La population et le M.R.A.P. lU! ont montré qu'il se trompait et qu'il avait 15 ans de r etard. Cet épicier, 204, rue EtienneMarcel, avait donc affiché - c'est bien le mot - son antisémitisme devant sa boutique en traçant sur deux tableaux noirs cette inscription: « Ce sont les juifs qui ont déclenché la guerre. C'est à Pour « Rivarol » encore (13 décembre), « les peuplades disparates » établies de Gabès à Agadir, « ne firent preuve, à aucun moment de leur histoire, de la moindre tendance constructive, l'anarchie est l'élément de leur vie » ... « Les vertus de leur race » sont inexistantes, « contrairement à ce que proclame l'imagination hallucinée de leurs leaders », etc., etc ... Est-il nécessaire d'évoquer, pour mémoire, la grandeur des civilisations musulmanes, l'âge d'or espagnol, les apports de la science, de la philosophie arabes à l'Occident ? ... ({ L'Ordre Français » n'en affirme pas moins: « Les hommes que nous affrontons possé- Louis MOUSCRON. (Suite page 6.) • • échec à cause d'eux qu'il n'y a pas de sucre. Ils stock.ent tous les produits de consommation. » « Les Juifs », considérés comme un tout, sans différenciation, y compris l'Etat et le gouvernement d'Israël, « les juifs», tous les Juifs, responsables de tout ce qui va mal: la falsification est, pourrait-on dire, classique. C'est grâce à de tels slogans qu'Hitler a pu multiplier ses crimes, que tant d'innr)('ents ont

Jéri. Trop de sang a coulé, la

France a trop souffert pour que semblable d?!i, chez nous, reste longtemps 8ans riposte. Des amis de notre Mouvement, passant par là, intervinrent ,.ussitôt et Obligèrent le commerçant à lentrer sa marchandise raciste. malgré ses protestations. Mais, un peu plus tard, l'épicier devait récidiver. Une dél'!-· gatioll plus large se rendit alors chez lui. ..... Mais nous sommes en RE· publlque. dit-il. Chacun peut hir:! ce qu'il " 'O'jt Nos amis lUi. .ircnt comprefidl c que le reg' m '~ r épublicai.l. pré, ~' sément. 11 .+( Tdit l'excitation à la ha'ne entre les ct· Un devoir: L'UNION LE monde est encore mal remis des secousses qui viennent de l'ébranler, et l'angoisse demeu're. Nous avons frôlé la guerre, une guer're que, en Europe surtout, nous n'avons aucun moyen de soutenir, ni offensivement, ni défensivement. Seuls ce'ux qui nous ont, avec une rare Inconscience, lancé dans cette incroyable aventure s'obstinent à ne vouloir reconnaître ni leur échec ni leur erreu·r. Nos compatriotes, à la fols bouleversés par le drame hongrOis et séduits par une expédition punitive qu'on leur disait facile, et qu'on leur faisait apparaître comme un moyen sûr de mettre fin à la guerre d'Afrique du Nord, ont soudain réalisé, en même temps que les circonstances 'dramatiques de son Interruption brutale. l'effroyable péril de l'affaire égy'ptienne. C'est l'heure trouble où se font les coups d'Etat et où nait la guerre. Quelles que soient les positions prises par les uns et les autres sur les événements de Hongrie, nous avons le droit de dénoncer l'exploitation qui en est faite pour ,réduire à l'Impuissance les forces républicaines à une heure où le régime et la Paix sont en Jeu. Malgré la présence de quelques hommes naïfs et de bonne foi, la manifestation quasi officielle des Champs-Elysées portait en elle l'émeute fasciste qui a suivi. Ceux qui Jadis ont applaudi à l'assassinat de la Rllpublique es'pagnole et au bombardement de Guernica versent sur le sort des insurgés hongrois des larmes de crocodile et n'y volent qu'un prétexte à leur anticommunisme. M. Tixler-VIgnancour et M. Dldes, l'un propagandiste, l'autre policier du gouvernement de Vichy, apparaissent mal qualifiés pour parIer au nom de la Liberté. Leur but ne fait aucun doute: c'est un nouveau 6 février! On en retrouvait l'atmosphère, l'autre soir, dans Paris. Va-t-on continuer à les laisser faire? A défaut du gouvernement, l'opinion répUblicaine va-t-elle réagir? Va-t-elle permettre aux « collabos » de croire venue pour eux l'heure de la revanche? Vat- elle permettre surtout que se poursuive cette entreprise de guerre civile et de guerre mondiale? SI graves que soient les dIssensions entre républicains, si nécesllalres que paraissent pOur l'avenir les explications que certains attendent et les redressements que tous souhaitent, tout cela est moins grave et moins urgent que le double péril qui nous menace tous: le fascisme et la guerre. Notre devoir commun est certes d'affirmer et de prouver notre indépendance, mais aussi et surtout de rappeler que, pour défendre la Liberté et la Paix, il n'est de salut que dans l'union. P. DREYFUS-SCHMIDT, Député de Belfort. a a • e te.y. 1.S. Et, meilJ.":" d'un appel 1'. h' police, li d'IC faire disp" , r aitre définiti"t!lr, .nt cette f'lls ses 'anneaux provocateurs. 11 faut soul'ç,u.' i' que, pepdant la discussion , de nombreux hab .;unts du ,'Juartier s'étaieût ra~:;emblés, qu, p-'iJrJr.J.aient fer. Inel"ent leur or·po~ition à l'antisémitisme. En cette p3ri, 'ie i 'Ù les grt)L'.cem'mts raci.' ·v~~ relèvent 1l !~te , ce bel e .. ,'.'1lple d'actiol1.

 
rlJmpte et Tl'", JU~ inspirera

fans aucun d':utt- 'od!; nos mi, l ' Lants et am;s. et fera réfl9- chir les pêchet.:l's (D eau trouble. • 8 DROI'l: ET LIBERTE Le ~onlplot ra~lsle et Il D·I s-mol· ton LA presse spécialisée dans l'antisémitisme a fait preuve, ces dernières semaines, d'une audace renouvelée. Selon les procédés chers à Xavier Vallat, elle s'efforce de démontrer « l'invasion » des juifs dans la vie française, pour justifier des mesures discriminatoires: il suffit d'isoler et de rapprocher quelques noms à consonnance juive... et de généraliser. Ainsi, Aspects de la France (12 octobre) s'en prend à la « radio enjuivée» et signale qüe « l'invasion » atteint la télévision. Et de citer deux noms de producteurs... pour faire la « démonstration ». Mais Chevrotine, organe de Léon Dupont, ex-collaborateur de Poujade, bat tous les records. A longueur de colonne, cette feuille infâme s'en prend aux « métèques de tous poils, qui sont devenus français par la grâce d'un papier timbré et qui occupent aujourd'hui les avenues du pouvoir, accaparent les places, contrôlent les affaires » et aux « descendants de Moïse » qui « s'infiltrent un peu partout, en Orient et ailleurs ». Ainsi, les antisémites veulent faire juger les hommes d'après leur nom, leur origine, et non d'aprèS leur valeur ... En alimentant ce préjugé odieux, ils visent, en fait, à des objectifs politiques bien déterminés. Les fascistes s'efforcent ainsi de créer un climat où il suffit de désigner un ou deux dirigeants d'origine juive pour cataloguer et discréditer un parti, Il nom ••• une idée, une organisation, le régime républicain lui-même: C'est ce que fait, ouvertement, ({ Défense de l'Occident ». Pour la revue de Bardèche (décembre 1956), le Front Populaire, c'est tout simplement « l'instauration d'une technocratie autoritaire à direction juive » ... Cela dispense, évidemment, d'autres explications. Et la campagne générale contre « le système » trouve ici une justification originale: « Instruments des juifs et du grand capitalisme, intoxiqul! s d'autre part par l'idéologie marxiste, nos régimes actuels sont incapables d'assumer la défense de l'Europe ».. . écrit Bardèche. Douze ans après la Libération, les mêmes slogans, les mêmes mots... N'est-il pas temps que les antiracistes, tous les antiracistes, agissent, unis, pour en finir avec ça? « Défense de l'Occident » (novembre 1956) va, lui, jusqu'à cinq noms pour « démontrer» l'emprise des juifs sur l'économie. Pour attaquer Jean Cocteau, Vigilance 17 novembre) souligne qu'il a collaboré à un ouvrage « avec Cohen et Abraham » ... Selon Vigilance égabment, une entreprise « n'est pas française » du moment qu'elle est dirigée par un nommé Lévy, et un dessin est répréhensible parce que ·son auteur est « un vieux Gaulois nommé Mittelberg ». Xavier VAllAT ' récidive LEUR PRESSE (Suite de la page 5) Le doriotiste Claude JE.ANTET écritil encore dans K Fraternité FrO!nçal. se »? Son pseudonyme EDUALC (Claude à l'envers) a disparu depuis quelques mois. Il ne serait autre que Michel ROHART, dont les articles sont volontiers antisémites et toujours antirépublicains. « RIVAROL» C'est dans cet hebdomadaire que TlXIER-VIGNANCOUR publie le plus souvent sa prose. (Suite de la page 5) bles » ses « vues sur le problème juif »! (Aspects, 14 décembre.) L'excitation à la haine et aux discriminations contre une catégorie de citoyens est contraire à la loi, contr,aire à la consti. tution de la République. Xavier Vallat viole la loi et la Constitution, et il le sait. Qu'attendent donc les pouvoirs publics pour lui clouer le bec? .*. Xavier Vallat fait école. En « actualisant » le thème du juif « étranger », il donne des arguments aux autres professionnels de l'antisémitisme. Dans Rivarol (13 décembre), son compère Albert Paraz lui fait écho, écrivant que le Sinaï est « le seul endloit où les juif~ so;ent chez eux ». Quant à Pierre Boutang, transfuge d'Aspects de la France, tOUlt en approuv,ant, dans La Nation Française, la guerre israélo- égyptienne, pour des raisons « nationales» dit-il, il souligne que l'antisémitisme se justifie par les mêmes raisons. « Les antisémites, écrit-il, savent que le nationalisme est la source, la raison de leur antisémitisme. » (5 décembre) ... « Drumont était antisémite parce que ['or juif avilissait et pourrissait la patrie, lm livrait à l'ennemi. » (28 novembre) Etrange .ami,tié pour le peuple d'Israël! anllsénlite (suile) Un bréviaire de (Suite de la page 5) à ... enfoncer l'épée dans le ventre du juif aussi loin qu'elle pourra entrer plutôt que de discuter avec lui », rapporte avec complaisance « Gyges » dans son premier chapitre. Savez-vous qui rendit fou le roi Charles VI? L'auteur, à la fin du même chapitre, nous laisse le soin de le deviner: « Le 17 septembre 1384, il! (Charles VI) signait un ordre d'expulsion, définitif cette fois: les juifs furent bannis à perpétuité du royaume, et il leur fut interdit d'y séjourner, sous peine de mort. A quelque temps de là, le souverain devenait fou ... » Les points de suspension sont de l'auteur! Faux et mensonges Suggérer ne suffit pas; les faux les plus odieux sont pré- I ~ sentés comme de véritables documents authentiques, ainsi la prétendue lettre adressée par le « prince des Juifs de· Constantinople » en 1849 au rabbin d'Arles: « Vous vous plaignez qu'ils (les chrétiens) attentent contre vos vies, faites vos enfants médecins et apothicaires, qui leur feront perdre la leur sans crainte de punition. » (2" chapitre.) f La Révolution française de 1789 devient tlne conspiration « judéo-maçonnique ». Ce fut le slogan des collabos pendant l'occupation. Il serait possible de citer longuement cet ouvrage des plus haineux. Nous aurons d'ailleurs l'occasion d'y revenir, car il n'est pas possible de le passer sous silence ou de le mettre simplement {( à l'index », en trois ou quatre lignes. Nous devons dénoncer ce livre, dont la duplicité n'a d'égale que son cynisme. La méthode employée l'antisémitisme est habile, mais déjà maintes fois dénoncée. Des procédés connus L'auteur cite, par exemple, des auteurs juifs ou des ouvrages d'organisations juives; il en tire quelques phrases qui, détachées de leur contexte et insérées dans le sien, renforcent encore son caractère antisémite. Pour prouver la « mainmise» des juifs pendant une époque donnée, le vieux procédé d~ l'éhumération des noms est souvent mis en avant. L'auteur cite ainsi, pour la p'ériode de 1924 à 1934, une dizaine de noms d'artistes, d'écrivains, de producteurs de films, et il apparaît ainsi qu'il n'y a que des Juifs. Même procédé pour la Résistance. L'auteur reconnaît que les Juifs y ont été très nombreux, mais pour lui c'est un grief supplémentaire; ce sont eux, semble-t-il dire, qui ont entraîné le reste de la population; ce sont eux qui ont été les « tueurs », les plus grands saboteurs, alors que le reste des Français se serait contenté d'une résistance plus passive. Bien sûr, Laval et Pétain ne furent pas antisémites, et les antisémites le sont, non pas parce qu'ils croient « à la supériorité d'une race sur tlne autre, mais parce qu'ils reprochent aux israélites de se prétendre une race supérieure ». Un défi intolérable Après 94 pages de semblables élucubrations, « Gyyges » donne un répertoire onomastique de ,Près de 4.000 noms et un répertoire de 2.000 noms de « personnalités juives occupant une certaine position sociale ». Ces cieux répertoires s'étendent sur 137 pages! Le pilier de l'entreprise est C.-A. COUSTEAU, condamné à mort après la Libération et qui, bénéficiant de diverses grâces et lois d'amnistie, a pu reprendre ainsi la tâche commencée comme rédacteur ou ft Cri du Peuple » de Doriot, rédacteur en chef adjoint de • Paris-soir » puis animateur de « Je Suis Partout ». race" comme explication Ainsi, après avoir excité au racisme, « Gyges» désigne nommément aux nervis de Rivarol et de Jeune Nation ceux qui demain pourraient être frappés de discrimination, en attend9:nt mieux ... Joignant le geste à la parole, Cou~teau fit le coup de feu avec la Milice contre les maquis de Bretagn.e. En 1943 il écrivit un livre dont le titre est tout un programme: • L'Amérique juive ». Les livres qu'il écrit aujourd'hui sont édités por la • librairie Française _, maison dirigée par l'antisémite Henry Coston. A « Rivarol _ collaborent également Robert POULElT (encore un condamné à mort qui se porte bien); Jean MADIRAN Ossian MATHIEU, Albert PARAZ, disciple et ami de Ferdinand Céline. « ASPECTS DE LA FRANCE » ET LA PRESSE MAURRASSIENNE Xavier VALLAT, ancien commissaire aux Questions Juives de Pétain, puis successeur de Philippe Henriot ou micro de Radio-Paris, a pris, à la tête de cet hebdomadaire, la succession de Charles Mourras. Outre les rescapés de « L1Acfion Françahe -, citons, parmi ses collaborateurs, Pierre d'ESPEZEL, de « Je Suis PartOilt ». Autres publications mourrassiennes: • ft LES LlBE,RTES FRANÇAISES », dont le dernier numéro ~ublie, sous la signature de Xavier Vallot, un éloge de JeOln Luchaire, l'ami d'Otto Abetz. Mensuel. • ft L'ORDRE FRANÇAIS _, • revue économique d'opinion », qui parait depuis mars. Rédacteur en chef : Pierre DE BRAY. Mensuel. • « AMITIES FRANÇAISES UNIVEIRSITAIRES _, de.tiné aux êtudiants, particulièrement violent dans ses articles antirépublicains. Mensuel. « LA NATION FRANÇAISE » Se réclame également de Maurras. Hebdomadaire fondé et dirigé par Pierre BOUTANG, antisémite virulent et collaborateur forcené, ancien rédacteur en chef d' • Aspects ckI la France _. ••• Ces faits peuvent donner une idée de la gravité du danger et de l'effort à accomplir pour mener le combat antiraciste, inséparable de la défense et de la diffusion de • Droit et Liberté D. (A SUIVRE.) (Suite de la page 5) dent une histoire, une tradition incomparables aux nôtres ». Cela ne suffit-il pas? Faites donner l'antisémitisme! Et « L'Ordre Français» d'expliquer que les premiers démêlés de la France avec l'Algérie eurent pour cause une « opération louche » menée par « deux juifs ». Et d'affirmer que « les idées nationalistes sont contraires à la tradition de l'Islam » ... « Le nationalisme turc, par exemple, prit naissance de la société Union et ProgrèS, subventionnée par des Israélites et profondémènt noyautée par la franc-maçonnerie ». Voilà d'où nous vient tout le mal! Derrière le nationalisme r.rabe, il yale jOif. Il fallait. y penser! Et sûr, comme « Aspects de la France » (9 novembre), que les peuples d'Islam, quels qu'ils soient, « s'inclineront, à la musulmane, devant les fatalités de la force », « L 'Ordre Français » préconise le recours aux méthodes de Bugeaud; « Ses colonnes entreprirent de fondre à l'improviste sur les villages et les campements, détruisant les récoltes, emportant le bétail, portant partout la flamme et le fer » ... Etrange façon de combattre la barbarie!. .. K Les avez-vous regardés? » Même racisme, évidemment, à propos de l'Egypte. Si, au vu des résultats, Poulade, « Rivarol » et quelques autres, démagogiquement, se désolidarisent aujourd'hui de l'expédition de Suez, ils n'en furent pas moins les premiers à demander, depuis des mois, que la flotte française soit « envoyée devant Alexandrie ». Pour « Rivarol », par exemple U3 décembre), « l'expédition d'Egypte n'était pas condamnable dans son principe », et Poujade estime que « le gouvernement n'a pas été capable de choisir la bon moment ni d'uti~ liser le bon motif ». Lui, affirme- t-il «( Fraternité Française », 8 décembre), « aurait réglé cette petite histoire en deux temps et trois mouvements » ... Et son journal, avec beaucoup d'autres, insulte les peuples arabes. « Les Nouveaux Jours» (30 novembre), écrit, par exemple, tout crûment que « les intellectuels yéménites ou séOudiens sont de pauvres minus irresponsables», tandis que « La Nation Française» (28 novembre), prêche contre « les barbares », « la révolte aristocratique des peuples des Croisades » ... Les votes de l'O.N.U. pour le retrait des troupes d'Egypte sont expliqués, bien sûr, sous l'angle raciste. Citant le « New York Herald », Pierre Boutang affirme, dans « La Nation Française » (28 novembre), que « les Etats-Unis ont voté contre leur propre race ». De même « Aspects de la France » (7 décembre) écrit que les « coloured men» l'ont emporté à l'O.N.U. et appelle les Etats-Unis à défendre enfin « les droits des pauvres blancs »! « Fraternité -Française » dit les choses plus brutalement : « Avez-vous un peu regardé la gueUle des représentants de ces Etats arabes avec qui vous votez à l'O.N .. U. ? .. », demande la feuille poujadiste uer décembre) dans une « Lettre à mes c'opains d'Amérique ». C'est ce qu'on appelle: juger les gens sur la mine. Tous les peuples de couleur C'est, en réalité, à tous les hommes de couleur que s'en prend la presse de haine. « Nouveau Régime» (5 octobre), parlant du congrès mondial des écrivains et artistes noirs, le juge en deux mots: congrès de « l'obscurantisme noir ». « Rivarol » (6 décembre). dans un article intitulé: « Se méfier du cobra Nehru », prophétise « la colonisation de l'Europe, la grande invasion asiatique, la reprise de la vieille ruée des Mongols ». « Ecoutez, s'écrie Pierre Dominique, le bruit que fait le rassemblement des foules asiates pullulant sur la moitié de la courbure du glObe ». Pour qui sonne le glas? Ce qui inquiète les racistes, c'est que des peuples réputéS inférieurs, tenus dans la dépendance et l'oppression pour le profit de quelques poignées de privilégiés, expriment aujourd'hui avec force leurs aspirations à l'égalité, à la souveraineté, à la liberté. L'émancipation des hommes de couleur est à l'ordre du jour. De nouveaux Etats sont nés, montrant que les Noirs, les Jaunes, les Arabes peuvent, comme les Européens, jouer un rôle important dans le monde. Et les racistes se sentent condamnés par le courant de l'histo: re. Pierre Dominique exprime leur désarroi: « De temps en temps, écrit-il, nous voyons avec un petit frisson éclater au ciel noir de nos destinées quelque signe avantcoureur de la catastrophe. Le principal et le plus terrible est le développement que prend, sous nos yeux épouvantés, la démocratie internationale qui, quand elle sera dans son plein, battra à grandes vagues sonores les murs de la civilisation ... « Ah! le beau « courant de l'hi stOIre », avec sa bordure de coups de pieds au derrière » ... On ne le lui fait pas dire. Et les rédacteurs d' « Aspects de la France » trouveront dans ces lignes la réponse à leur question amère (7 décembre): « Pour qui sonne le glas? » ... Voilà, s'il le fallait, une preuve qu'en dépit de difficultés, de soubresauts, de reculs provisoires, l'humanité avance, que le racisme voit se rétrécir son champ d'action. Raison de plus, antiracistes, pour renforcer notre propre action! Il leur fournit les adresses des organisations et sociétés juives, ainsi que celles des journaux et organisations antiracistes. Il publie les noms et adresses person- ' nelles des préSidents des communautés juives de province. Les antiracistes ne sauraient tolérer une semblable provocation, un tel défi aux véritables traditions de notre pays. A cette menace, à peine déguisée, contre la sécurité ële toute une catégorie de citoyens, doit répondre l'union de tous les antiracistes, pour imposer l'interdiction de telles pUblications. A. D. Groupes de choc poujadistes (Suite de la page 5) merçants ct artisans. Son «mouvement » rappelle à s'y méprendre les ligues factieuses d'avant guerre, les Croix de Feu, les J eunesses Patriotes. etc ... L'esprit dans lequel se prépare « le grand rendez-vous » est indiqué également par les « direc tives » que publie Lamalle dans Fraternité Française. On peut lire, par (exemple (20 octObre), cet appel: « Il nous faut du monde pou,r que notre organisa~ion soit I~ ,peccable ... « 1. Venir à Paris à not'ra convocation et pouvoir y rester plusieurs JOl-rs. « 2. Participer au service d'ordre et aux différentes mesures de sécurité et d'organisation. » La feuille poujadiste publie-, d'autre part, un télégramme envoyé par son comité d'Apt (Vau_ cluse) : « Montée sur Paris attendue par tous. Gens ne se déplaceront pas pour discours. ,. Une question se pose : que font les pouvoirs publics p.our contrecarrer cette entreprise ouvertement dirigée contre la République? DROIT ET LIBEftTE Nouvelles informations sur les événements de Hongrie LA TERREUR ANTI)UIVE a , . sevI pendant plusieurs • fours DES informations nouvelles viennent peu à peu éclairer les divers aspects du drame hongrois, à propos duquel le M.R. A.P., mouvement groupant des antiracistes de toutes tendances, a exposé sa position dans le dernier numéro de Droie et Liberté. Il se confirme ainsi que, contre la volonté - nous n'en doutons pas - de la masse des travailleurs et des étudiants, une véritable terreur, marquée par d'horribles crimes antijuifs, régna en Hongrie à la fin d'octobre et au début de novembre, avant l'arrivée au pouvoir du gouvernement Kadar, qui fit appel à l'appui des forces soviétiques. Nous publions ci-dessous, par exemple, le fac-simile d'une dépêche de l'agence « Nouvelles Juives Mondiales » indiquant le massacre de 400 juifs et l'inscription de slogans antisémites sur les murs oe Budapest. 400 JUIFS TUÉS AU COURS DE RECENTS POGROMS EN HONGRIE Haifa, 17 Décem~re (NJM P-C) La. pl~part des .97 réfug.i,és juifs de ~ongrie qui sont arrives en Israel la semalne dernlere sont des Jeunes gens. Ils ont déclaré que, dès les premiers j ours de l' insurrec· tion, la propagande anti-juive avait repris en Hongrie. A Budapest, des inscriptions sur les murs disaient: ,. Tuez les Juifs" ou bien: "Ne crains plus Auschwitz, Isaac. nous chargerons de toi ici" ! Selon les réfugiés, près de 400 Juifs ont été tués au cours de pogroms en certaines petites villes de Hongrie. Yehudi Menuhin condamne le racisme en Afriq ue du Sud Le célèbre violoniste Yehudi MX!nuhin vien.t de donner une série de concerts en Afrique du Sud, à Johannesburg. En raison des lois raciales, les gens de couleur ne pouvéllient y assist~r. Aussi l'artiste fit-il organiser dans la plus vaste salle de la ville, et avec des prix d'entrée plus que modiques, un concert uniquement réservé au public noir. Son succès fut indescriptible. A la fin des ovations, Menuhin déclara, au milieu de l'émotion générale: « La musique américaine doit énormément de reconnaissance aux gens d'Afrique. C'est pourquoi je vous prie de ne pas considérer ce concert comme une grâce que je vous fais, mais comme une modeste preuve de la gratitude que je vous dois. » AUTOUR DE VOUS FAITES CONNAITRE DROIT ET LIBERTE 1 ABONNEZ FAITES ABONNER VOS AMIS URGENT Ami du M.R.A.P. cherche ~tlte chambre location ou sous-location. Téléphonez au Journal. TAI. 48-11. Dans son numéro du 2 novembre, le journal conservàteur anglais Jewish Chronicle écrivait, dans son éditorial: « Les réfugiés juifs qui ont pu s'échapper des régions atteintes par l'insurrection ont fui, par crainte d'une renaissance de l'antisémitisme. » Et il précise: « Des éléments troubles semblent être à pied d'oeuvre pour susciter la haine contre les juifs. On rapporte qu'un certain nombre d'officiers hongrois, ayant dû quitter le pays en raison de leur collaboration avec les nazis et leurs activités antijuives pendant lu cuerre, sont de re!our. C'est lu 1Jrésence de ces éléments et leu: antisémiti·,me que les juifs ont de bonnes raifOns de crafn~ dl' J. Il.' se S~Ul, :';II'.UJ.' qu'après la chute du 7 ég. me soviétique de Bela Kun, cu lendemain de la première g;ulre mondiale, il y a eu une e.tpiOslCln d'antisémitisme fomentée par les nationalistes réactionnaires hongrois... » c,~ sont les mêmes préoccupations que Le Populaire exprimait le même jour à Paris, qui constatait: « Il se dessine en Hongrie tm mouvement vers la droite, qui ne manque pns d'inquiéter les éléments démocratiques du pays ... Prenons gardll que ne renai.';e, dans la lLonql ie libérée du joug sovietique, un nl,ut'el horthysme. » En fait. les éléments fascistes dont beaucoup affluaient de l'~tran~er, en ces journées tragiques

o"-1el'ent un l'Ole de plus en

plus important jusque dans l'entourage du gouvernement Na~y. L'envoyé spécial du Monde, M. Thomas SChreiber, revenant, le 12 novembre, sur les événements de la semaim' précédente, indique que « M. Imre Nagy était débordé par l'agitation de certaines personnalités politiques appartenant au régime Horthy». Des t(Jmoignages de réfugiés juifS. interviewes par le Jew'ish Chronicle, confirment les menées antisémites des « Croix Fléchées». De graves attaques contre les juifs cnt eu lieu dans les camps de réfugiéS à Vienne, et le gouvernement ~utrichien a dû lancer un avertissement déclarant ' qu'il ne saurait tolérer l'antisémitisme. Le corrtspondant du New York Post, Seymour Freidin, note, le !l novembre: « On rI entendu des discours antisémites, mercredi soir, dans plusieurs quartiers de Budapest, ponctués par les cris enflammés de « mort aux juifs ». J'ai appris hier que des chirurgiens d'au moins deux hôpitaux, qui travaillaient sans arrêt pendant les combats, ont été obligés de partir parce que, étant juifs, ils avaient été l'objet d'attaques antisémites. » Citons enfin le correspondant de L'Express (16 novembre), qui, relatant des scènes de l'insurrection, déclare: « J'ai vu l'exécution d'un prétendu sous-officier ete la police politique, et j'ai en-' tendu la foule déchaînée hurler G:es injures contre ce « sale juif, « qui a enfin payé pour sa race « maudite. » Quelle que soit l'opinion qu'il prOfesse sur les événements de Hongrie, aucun antiraciste ne peut rester indifférent à ces faits, qui sont partie iJ;~égrante d'un drame bouleversant. C'est pourquoi nous avons cru devoir les porter à la connaissance de nos lecteurs. Un mythe •• la supériorité (Suite de la page 1) thèse simpliste, due surtout a'ulX explois d'un seul homme: Jesse Owens. Les Jeux de 1936 à Berlin devaient consacrer la supériorité de la « race aryenne »... du moins était-ce l'espoir secret des dirigeants nazis. Un homme se chargea, à lui seul, d'infliger à Hitler un affront que celui-ci n'a même pas cherché à dissimuler, lorsqu'il dut féliciter Jesse Owens, un athlète du plus beau noir, pour quatre médailles d'or. La théorie nazie de la ({ race des seigneurs » était battue en brèche mais, en contre-partie, \la légende du « superman )} nOir était née. Jesse Owens était un merveilleux athlète. Recordman du' monde du 100 m. en 10" 2/ 10, vainqueur du 200 m., du saut en longueur et du relais 4 X 100 m., li faisait partie d'une lignée de « phénomènes )} comme on peut n'en rencontrer qu'un seul par iénération. Pourtant, envoyé spécial du Président ' Eisenhower à. Melbourne, Owens a assisté dans l'ombre d'une tribune, pendant les derniers Jeux Olympiques, aux victoires de Bobby Morrow aux 100 mètres, aux 200 m. et ... au relais 4 X 100 m.! Un peu triste de voir ses records olympiques et son record du monde du relais pulvérisés par ce merveilleux athlète blanc du Texas, Owens a déclaré: « Morrow est le roi du sprint: il m'aurait battu à Berlin! ». Athlètes noirs, blancs et rouges « dans un mouchoir » ... Cet aveu - et surtout les victoires de Morrow - sont signiIicatifs. Le sprint n'est l'apanage ni des hommes de couleur, ni des blancs. En fait, le 100 m. vit trois blancs (deux Américains: Mor~ row et Baker; un Australien : Hogan) décrocher les médailles d'or, d'argent et de bronze. Aux 200 m., les médailles revinrent à deux blancs (toujours Morrow et Baker) et au noir américain Andy Stanfield, ancien champion olympique. En général, les athlètes « de couleur » étaient relégués aux dernières places. La suprématie de « race» dans les sprints n'avait pas compté devant celle, indiscutée, d'une nation : les Etats-Unis. Les athlètes noirs, de quelque pays qu'ils soient, présentent souvent des qualités de détente et de vitesse supérieurs à celles des athlètes blancs, mais ce n'est pas, il s'en faut de beaucoup, une règle générale. Charles Dumas (noir américain) a bien remporté le saut en hauteur, mais le saut en longueur a été gagné par Grégory Bell, autre Américain mais « peau rouge ». Le recordman du monde de cette dernière discipline, le Hollandais Visser, n'était pas présent aux Jeux. Quant aux deux: vainqueurs « de couhmr », ils furent bien près d'être battus, le premier par un Australien, Porter, le second par un Américain, Bennett. De même, il serait faux de dlre que les athlètes noirs, s'ils possèdent la vitesse et la détente, n'ont pas la résistance des blancs sur les courses de longue distance et les épreuves épuisantes. Sur 10.000 et 5.000 m., où triompha Vladlmir 7 Des enfants du camp de Theresien nous adressent UN MESSAGE D'OUTRE·CREMATOIRE DE 1941 à 1945, quinze. mille enfants ont passé - onl vécu et, par milliers, sont morts - dans un des plus sinistres camps de concentration nazis, celU! de Theresienstadt. En présentant aujourd'hui au public parisien une exposition du Musée juif- d'Etoet de Prague, qui a réuni un choix de dessins exécutés par des enfants, tous âgés de moins de douze ans, qui furent internés dans ce camp, le Comité du Musée d'Art Juif (1) contribue à perpétuer la mémoire des millions de juifs exterminés par le fascisme allemand; et, par cet échange culturel, à unir dans un même esprit de lutte des gens d'horizons politiques peut-être différents mais sincèrement hostiles au renouvellement de telles horreurs. Les dessins d'enfants que les visiteurs peuvent voir - c'vec .le recu,eillement qu'on imagirlf - forment en ce sens non seulement un témoignage bouleversant, mais !.ln réquisitoire implacable, ainsi qu'il a été rappelé au cours de l'inauguration de celie exposl".tion. Cependant, que ces visiteurs ne soient pas surpris s'ils ne trouvent retracés que dans quelques dessins seulement l'atmosphère douloureuse et tragique du camp. La plupart, en effel, reflètent surtout une étonnante joie de vivre: le soleil et le ciel bleu, des paysages sereins, des intérieurs calmes; en un mot, une grande paix habite ces dessins naïfs ou savants. De charmantes frimousses, brll~ nes ou blondes, se sont penchées sur des feuilles blanches ou des morceaux de papier, de petites mains tremblantes y ont tracé, au crayon ou au pinceau, le tendre souvenir de jeux, l'expression de la douceur du foyer perdu, de la chal eu., affectueuse d'une maman ou d'un père que des yeux ccndides, émerveillés · et apeurés Ile reverront plus jamais. Et cette joie prend alors tout son sens profond: elle demeure, face à la barbarie et au règne de la mort monstrueuse, l'accusation poignante d'enfants innocents contre l'atrocité des bourreaux. Au moment même où Prague se prépcI/'e à ériger dans la synagogue Pinkas un mémorial destiné à honorer la mémoire de ses 77.292 juifs martyrs, il est significatif qu'à Paris se tienne une telle exposition qui, signalons- en également l'intérêt, grou' pe aussi quelques-uns des trésors de l'art folklorique juif de tchécoslovaquie. Ainsi se perpétue à travers le monde le souvenir des millions de simples gens de toutes nations et de toutes croyances, dont la mort exige de nous, non seulement .une pieuse pensée, mais une Qction ferme et unie pour que plus jamais des dessins d'enfants ne nous parviennent de l'enfer des camps de concentration. R. M. (1) L'Exposition restera ouverte jusqu'au 31 décembre 1956, les mardis, jeudis et dimanches, de 15 à 18 heures 02, rue des Saules, Pç,ris-18'). LUNDI 31 DËCEMBRE 1956 LE PLUS GRAND IIIIIIB 1l111111L 1 1IIlI,ID 1IIIIIe (J 1IIIIIIlllllr organisé par la Société "LES AMIS DE RADOM" dans la plus belle salle LE PALAIS D'ORSA y (Métro Solférino) '* Deux orchestres '* BUFFET RESTAURANT '* TOMBOLA raciale en sports Kutz, aucun noir américain n'a fait bonne figure. Les blancs non plus! Les deux décathloniens noirs Campbell et Johnson pourraient battre toute l'équipe de' France! Le décathlon est peut-être l'épreuve la plus ({ inhumaine » des Jeux, avec le marathon. Deux athlètes noirs y ont triomphé: Milton Cambell et Rafer Johnston. Disputer 10 épreuves en 48 heures. n'est pas à la portée du premier venu, surtout lorsqu'il faut courir le 100 m. aux alentours de 10" 4/10, le 110 m. haies en moins de 14", sauter plus de 7 mètres en longueur, 1 m. 90 en hauteur, 3 m. 80 à la perche, lancer le pOids au delà des 16 mètres, etc... Cette débauche d'efforts demande une résistance exceptionnelle et les exploits de Cambell et de Johnson qui, à eux deux, pourraient battre les athlètes de l'équipe de France au grand complet, travaillant chacun dans sa spécialité, prouvent que les noirs n'ont pas uniquement des qualités de détente ou de vitesse. D'ailleurs, le Soviétique Kuznetsof s'est classé troisième de cette épreuve et il est sensiblement l'égal des deux « grandS » de Melbourne. Il n'y a donc aucune règle générale. De même, le marathon a été gagné par Mimoun, alors que Zatopek faisait figure de favori. La question de race n'est pas entrée en ligne de compte. Mimoun était, tout Simplement, mieux préparé que son rival tchécoslovaque. Ses origines nord-africai~ nes ne sont pour rien dans sa victoire. L'athlétisme est un sport ouvert à toutes les races. Certains athlètes, par leur origine ou leur formation, sont plus doués que d'autres pour certaines disciplines qui répondent mieux à leur tempérament, sans que pour cela la question raciale intervienne comme un élément déterminant. Les disciplines olympiques non strictement athlétiques, comme la natation, la lutte, l'escrime, etc., confirment que les origines ethniques n'apportent pas par ellesmêmes la suprématie sportive. • '"EllrilE: Un drame poignant Il S LEPR X" CHAQUE fois qu'un auteur dramatique veut se renouveler, il plonge dans le lointain passé, y cherchant des personnages et des situations qui lUli permettent d'exprimer ses vues sur le monde d'aujourd'hui. JI faut beaucoup de courage pour modeler une oeuvre dans la graphie, non plus, en tout cas, d'une oeuvre due à l'imagination pure. La plupart des personnages ont vécu et les événements évoqués ont pris place dans l'histoire de la seconde guerre mondiale. L'ori ginalité résidt: ici dans la construction de l'oeuvre qui, avec toutes ses fa'iblesses (il Une scène des u Lépreux ». fraiche argile d'un passé qui fait encore, par toutes les fibres de notre être, partie du présent. La guerre est l'inspiratrice majeUlre, mais certains des problèmes qu'elle a posées méritent que le théâtre les éclaire en leur rendant un semblant de vie. C'est ce qu'a tenté Anna Langfüs en écrivant « Les Lépreux ). Il ne s'agit pas d'une autobio- Au Ciné"Club n AM ITl Ë II Après la période des vacances, le Ciné-Club antiraciste « Amitié » a repris ses activités, et dès la première séance, le 26 octobre, Il projetait le film magnifique de Louis Daquin, Maitre aprl's Dieu, reprenant ainsi sa tradition de montrer du cinéma dénonçant le racisme et exaltant J'amitié entre les hommes. De nombreux amis vinrent nous apporter leur soutien et. ainsi, grâce à la présentation de M. Vauthler, un Intéressant débat s'Instaura sur la tragédie héroTque de ces Juifs chassés par les nazis, embarqués sur un bateau et qu'aucun pays ne voulait laisser débarquer et vivre. Après ce brillant début, le clnéclub organisa, le 29 novembre, une soirée qui reçut de tou.s nlS amis un accueil chaleureux, avec le film Deux h ec tares de terre, de Birmal Roy, présenté et commenté par M. Roger Maria. s'agit d'une première pièce) contient un appel pathétique à la raison et à la justice. Cette pièce, a dit Anna Langfüs, « n'est ni un réquisitoire, ni un témoignage :., elle est mieux que cela, elle est le reflet fidèle de ce qu'elle a vu et véCUt parmi les juifs de Pologne, impitoyablement traqués, humiliés, torturés, assassinés par les ·nazis. . Le récit est peut-être, par instants, trop « intérieur , mais aussi fallait-il une rare audace pour porter à la scène la tragédie de cette mère juive et de ses enfants, ballotés dans la tourmente qui emporte irrésistiblement leurs corps et leur esprit. C'est le Théâtre d'AU'jourd'hui qui nous présente «Les Lépreux . Sacha Pitoëff s'est attaqué, en montant cette oeuvre, à un genre nouveau pour lui. Il y a réussi bien au-delà de ce que ses faibles moyens pouvaient permettre d'escompter. Il a dû surmonter bien des difficultés et n'a eUt que trois semaines pour mener sa tâche à bien. 11 a réalisé une rare performance, aidé en cela .par une compagnie homogène, parmi laquelle nous citerons particulièrement les noms de Marie Mergey, Carmen Pitoëff, Henri ette Marion ... « Les Lépreux » tiendront-ils la scène aussi longtemps? Le seul espoir est qu'un théâ!tre ait le courage de reprendre cette oeuvre inattendue, déconcertante parfois, mais profondément humaine. Roger HERMAN. DROIT ET LIBERTI! sous IVEZ , • LE début de not·re grande enquête sur J'aggravation du danger du racisme et de l'antisémitisme en France sera pour tous un sujet de sérleus'e méditation. Pour tous ce sera la volonté de dresser un barrage Infranchissable aux porteurs de l'Idéologie nazie. · Il faudra dénoncer ce mal, ce mal qui se complait dans J'ombre à ses débuts, qui se développe à la faveur de la division de l'opinion démocratique. - L'effort devra être à la mesure -II faut s'en persuader - des efforts gigantesques dépl,oyés par les racistes et antisémites grâce à la confusion politique' engendrée ces dernières semaines. L'enjeu est 6·érleux. Nous savons bien ce que slgnlfle'rait un succès des racistes. Outre la menace qui pèserait sur certaines catégories de citoyens, ce serait un coup très dClr porté à la démocratie et, qu'on le veuille ou non, un coup terrible au maintien de la paix. Le M.R.A.P. a une tâche d'honneur, mais combien lou·rde - d'autant moins lourde pourtant que nous saurons tous en prendre une part. CETTE PART SERA IMMEDIATEMENT UNE CONTRIBUTION FINANCIERE. Malgré la crise croissante, à cause d'elle, Il faudra se montrer vigilant e.t actif. C'est pourquoi nous avons lancé la GRANDE CAMPAGNE DE SOUSCRIPTION qui rencontr&1'a, nous en sommes sClrs, l'écho le piUS favorable chez tous les antiracistes, chez tous les républicains. Que les listes de souscription circulent vite et rentrent aussi vite, même Incomplètes! Il nous faut imprimer des tracts, des brochures, payer des salles de réunion à Paris et en province. Il nous faut payer par milliers des affiches, des timbres pour les convocations. Il nous faut voir g,rand pour museler la poignée de racistes et d'antisémites. C'est à eux qu'il faut porter un coup définitif. SOUSCRIVEZ! FAITES SOUSCRIRE AUTOUR DE VOUS! Charles OVEZAREK. CAMPAGNE NATIONALE CONTRE LE RACISME ET L'ANTlSÉMITISM E • Les ligues factieuses se multiplient et s'agitent, organisent des groupes de choc. • Au grand jour leurs publical'ions de haine excitent à r antisémisme, au racisme et à la guerre. ANTIRACISTES! Tous unis pour exiger la dissolution des ligues factieuses et l'interdiction de la propagande de haine! SOUSCRIVEZ! NOM ET ADRESSE SOMME A découper et à adresser au M.R.A.P., 91, Faubourg Saint-Denis, Paris (10"). Les versements peuvent être faits soit par mandat au M.R.A.P., soit par chèque bancaire ou chèque postal, à « Droit et Liberté» (C. C. P. 6070-98). Les prem•i ers vers menls Donateurs Marek : 1.000; Tcharek : 1.000; Flakser : 1.000 ; Diamant : 3.000; Bura : 2.000; Lugerner : 500; Tepper

500; Elbaz : 5.000; Melechovitch
2.000; Erves : 1.000; Kanapa :

5.000; Jac : 5.000; Sterdiniac: 1.000; Tancerman : 5.000; Safron : 3.000; Dr BLASS : 1.000; Sack : 1.000; Tenenhau.

10.000; Somen : 5.000;

Kouqui : 2.000; Goldbcrg : 10.000; Maison Dorée : 3.000; Marmor : 10.000; Dr Hunwald : 5.000; Clapert : 3.000; Lévy Frères : 10.000; Bergier : 2.500; Dr Blotnik : 1.000; Dr Davidavi";

4.000; Dr Francis Lazard :

5.000 ; Aronoviez : 1.500; Off : 1.000; Sarnak : 5.000; Sachs : 1.000; Jakubowicz

5.000; Anonyme : 15.000;

Mme Magrey : 500; Mme Belfer : 1.000; An'nyme : 10.000; A. Meggie : 1.000; Gorintin : 5.000; Didier Szmul : 10.000; Cot : 2.000; Benveniste : 20.000; Mme M.-L. Kahn : 1,000; général Tubcrt : 500; Igla : 15.000. Sociétés Varsovle-Ochota : 50.000; AmIcale Russe : 5.000; Amicale Prévoyante : 10.000; Chmelnik : 5.000; Amicale de Montreuil : 10.000; Radomsk : 10.000. 1 DROIT ET LIBERTÉ 91, Fbg St-DeniS - pan'-lO Tél. : TAI. 48-11 et 45-26 Tarif des Abonnements Un an : 300 Irancl P A YS ETH ANr.J:RS Un an : 430 Iran.,. ABONNEMENT DE SOt:TlEN 1.000 Irone. TARIF SPECIAL POUR LA BELGfQLE Compte Ch. Post. : 6070-98 Pari. Ponr 1.. changement. d'adr ... e eoveyer 20 frane. el la dernière Au cours des deux séances, nous avons pu voir avec Joie que nos amis nouveaux et anciens suivaient avec beaucoup d'Intérêt nos programmes. Ils apprendront sans doute avec satisfaction que I)OUS programmons pour le 18 décembre le magistral film mexicain « Racines » et que nous projetterons à nos prochaines séances des grands films tels que « La colline 24 ne répond plus», « Trois Femmes », « Hallell,lya », « la Dernière Etape », etc. Livres et brochures antiracistes Collectes boode Le ,érant : Ch. OVEZAREi: Nous appelons les antiracistes à venir nombreux au Ciné-Club . « Amitié », afin que soient toujours plus . riches et plus fructueux nos débats, afin que s'affirme toujours et plus haut, par le film et Dar la parole, la dénonciation des préjugés et des haines racistes, pour que triomphe l'amitié entre les hommes. Albe,rt BOROWSKI. Vous pouvez vous procurer au M.R.A.P. : • VICTOR SCHOELCHER, par L'éonard Sainville. (Fasquelle, éditeurs). Le volume: 300 fr. • SI TOUS LES GARS DU MONDE, par Jacques Rémy. (Ed. Robert Laffont). Ce roman est à l'origine du film de ChristianJaque, qui a obtenu le Prix de la Fraternité 1956. Le volume : 480 fr. • L'ABBE GREGOIRE, numéro spécial d' « Europe ». Textes de Pierre Abraham, P. GrunebaumBallin, pasteur E. La Gravière, François Galy, R. Attuly, Jacques Madaule, André Spire, Gérard Lyon-Caen, René Jeanty, X. Palmas, D. R. Bergman, M. E. Lévy. M. E. Ferdinand Brun-ot, Henriette Pslcharl, Marcel Cornu, Pierre Paraf, Jean Baumier. Le numéro: 390 fr. • POURQUOI M. EINSTEIN NE PEUT PAS DORMIR TRANQUILLE. Un passionnant document sur la renaissance de l'antisémitisme en Allemagne occ1- dentale, édité par le Comité de l'Unité Allemande. La brochure illustrée de 80 pages: 100 !r.

Envoi sur demande. Paiement soit par mandat au M.R.A.P., soit par chèque postal à « Droit et Liberté », 91, Faubourg SaintDenis, Paris (10e ). G.. C. P. 6070-98). G. Saporta : 2.000; Section de Montre .. :! : 20.000; SectiOin de Montluçon: 6.000; Section de Saint-Quentin 20.000. ET VOUS ? .. S.I.P.N .• 14. Rua de ParadiJ - : - PARIS (X') -: - Tral). eICk. par de. OUI) • .",.àiq,," 31 Décembre: LA NUIT DE L'HERMINE Comme chaque année, le Syndicat National des 1 ndustries de la Fourrure organise, le 31 décembre prochain, au Grand Hôtel, 12, boulevard des Capucines, son révelllon traditionnel « LA NUIT DE L'HERMINE », sous le patronage du Bol d'Air des Gamin. de Paris. Fête de l'él égance parisienne mais aussi de la solidarité envers l'enfance malheureuse de notre capitale, la « Nuit de l'Hermine » est également la fête de la fourrure, de ses artisans renommés. Une présentation de modèles, animée par de charmants mannequins, démontrera la qualité exceptionnelle de leur travail. Au programme: Les Gors d'la Voisine, Ol:vier Jeonès, Janine Wolf, du Châtelet; Jean BGrredon. Spectacle et -.Qal animés par Maurice Flarian. On dansera de 22 heures à l'aube, avec la gronde formatiorl Ja Charrier. Bar. Buffet. Soupers. SupplémeQt au n" 160 (décembre 1956) de .-: Droit et Liberté », or,ane du Mouvement contre le Racisme, l'Antiaé· miti,me et pour la Paix. COMPLOT RACISTE •• ou re DROIT ET LIBERTE ouvre l'enquête. Les organisations et les hommes dont nous dénonçons inlassablement le complot raciste et antirépublicain, ont fait preuve, ces dernières semaines, d'une activité et d'une violence sans précédent depuis la Libération. Leur presse, déjà virulente, hausse le ton. A la faveur d·'une confusion savamment entretenue, exploitant habilement l'émotion publique et le climat de guerre, les nostalgiques de Vichy ont pu accomplir ce qu'ils n'espéraient plus : descendre dans la rue, hurler leur haine, attaquer des antifascistes, briser, saccager, incendier. Ils ont pu - c'est leur rêve de toujours - tromper et entraîner derrière eux des gens de bonne foi, en jouant les patriotes, les défenseurs de la liberté. Leurs grandes manoeuvres, on ne saurait le nier, ont été favorisées par la neutralité bienveillante - c'est Je moins qu'on puisse dire - des pouvoirs publics et par la division des forces républicaines, que certains ont aggravée, comme à plaisir. Le danger est réel. C'est pourquoi nous croyons nécessaire d'ouvrir le dossier de ce complot, dont nous présentons ici quelques pièces. Quelles que soient nos préoccupations d'ordre international, il serait périlleux de sous-estimer l'agitation factieuse, antisémite et raciste. D'autant plus que cette agitation est irrémédiablement liée à la tension internationale, l'une attisant l'autre et réciproquement - nous venons d'en faire une nouvelle fois l'expérience. Les faits que nous rassemblons aujourd'hui, et dont nous publierons le complément dans nos prochains numéros, suffisent à justifier une action énergique de la part des antiracistes et aussi, soulignons-le, des pouvoirs publics. Les antiracistes, pour leur part, demandent avec force que les ennemis de la République, qui . l'enquête sont aussi les ennemis des Droits de l'Homme, soient d'urgence mis hors d'état de nuire. Que soient saisis les livres et poursuivis les journaux excitant à la haine raciste et antisémite. Que soient châtiés les hommes qui appellent ouvertement au renversement du c système :. républicain. Que soit sanctionnée vigoureusement la reconstitution, camouflée ou non, des ligues dissoutes à la Libération. Antiracistes, Il y va de la sécurité des citoyens, de l'avenir de la France et de la paix. Ce qu'il faut - nous ne craignons pas de le répéter - pour aboutir à de telles mesures, c'est l'union, l'union agissante de tous les antiracistes, de tous les républicains. L'union, voilà la clé d'un avenir meilleur. Albert LEVY. républicains, Aprè! avoir lu ces documents, vous aurez, nous en sommes certains, la volonté de !outenir plus activement le combat du M.R.A.P. contre le racisme et l'antisémiti! me, pour la défen!e de la République et de la paix. • FAITES CIRCULER autour de VOU! ce numéro !pécial de « Droit et Liberté li. • DEMANDEZ-NOUS d'autres exemplaire! de ce numéro pour les qdre!!er à VO! ami! et connai!sances. (Pas!er les commandes à « Droit et Liberté )J, 91, Faubourg SaintDenis, Paris (10'). Téléphone : TAI. 48-11 et 45-26.) • Si cela VOU! est plu! facile, ENVOYEZ-NOUS des listes d'adreues, auxquelles nous ferons parvenir nou!-mêmes ces document!. • ABONNEZ-VOUS, FAITES ABONNER vos amis à « Droit et Liberté » (un an : 300 francs) qui publiera la !uite de la présente enquête. • ORGANISEZ avec vos amis des réunions publiques et privées, en y invitant les membres de la direction du M.R.A.P., pour faire connaître notre action. Et, pour nous permettre d'étendre cette action, de publier d'autres documents, d'éditer des affiches, des tracts, des brochures, .de multiplier les réunions et manifestations, en vue de faire échec au racisme et à ['antisémitisme menaçants, SOUSCRIVEZ, FAITES SOUSCRIRE en faveur du M.R.A.P. (Adressez les fonds, soit par mandat au M.R.A.P., soit par chèque bancaire ou postal, à « Droit et Liberté », 91, Faubourg Saint· Denis, Paris, C. C. P. 6070-98).

" " 'ouvre le dossier -du complot

Au premier rang des incendiaires les commandos de Poujade de « Jeune Nation )) et de 1'« Action Française )) Plusieurs témoins nous l'ont formellement confirmé: les cris répétés de « Morts aux juifs » ont retenti dans les rues de Paris, notamment autour du carrefour Chateaudun, pendant les manifestations du 7 novembre. Que les groupements factieux, antisémites et racistes aient été, à Paris comme en province, à la tête des agressions perpétrées contre les sièges d'organisations, de syndicats, de journaux, cela ns fait aucun doute aujourd'hui. Exploitant de façon éhontée l'émotion qui résultait des événements de Hongrie, les hommes de main de Poujade, ' de TixierVignancour et de Biaggt, les fidèles de Rivarol et d'AspeGts de la France, à la faveur de l' étrange indulgence des pouvoirs publics, ont pu se livrer à des opérations d'une violence sans précédent depuis la Libération. Sciemment, ils ont tenté de faire renaître l'atmosphère de février 1934. Les incendiaires, ce sont eux, et Ils s'en vantent. « C'm-à-dire .. met les points sur les i. Voici la revue C'est-à-dire, qui ne cache pas sa sympathie pour Tixier-Vignancour et publie la prose vichyste d'un Albert Paraz. Rendant compte des manifestations, elle écrit qu'il y avait « quatre cents Jeunes pOUjadistes à l'heure de l'incendie ~, carrefour Chateaudun, et que l'incendie fut « allu'mé .•• par des anciens d'Indochine, adhérents au Mouvement « .. eune Nation ». taire de la «Restauration Nationale », avait souligné li que le pacte passé avec le pavél dë Paris a été renouvelé, q'u'jJ vaut jusqu'à la victoire ». La joie sadique de « Rivarol » A ces citations, tirées d'As..; pects de la France (14-12-56), ajoutons le récit publié par RIvarol du 15 novembre. RlvaMlI indique la présence, en tête du cortège, des étudiants d'« Action Française» « et, bien entendu, les rivarollens » ... L'auteur du compte rendu signale que, dans son groupe, se trouve « l'Inévitable inspecteur de police en civil, qui nous escorte en tirant sur sa jambe raide, avec un g'rand sourire ... Nous lui faisons même l'amitié, poursuit-il, de le porter à notre tête », et une - pancarte avec l'inscription « Liberté p.our la Hongrie » lui est confiée. Avec une joie sadique, Rlva- 1'01 décrit ce qu'il qualifie luimême « une atmosphère 8 février », carrefour Chateaudun et sur les boulevards. Vitrines brisées, immeubles incendiés, échafaudages démolis, boutiques saccagées, portes forcées, dorlicUes violés, tels sont les expwits des prétendus « défenseurs de la liberté ». Au carrefour Chateaudun, un café a été littéralement mis à sac. Boulevard Poissonnière, dans un appartement envahi par les fascistes, qui tentaient d'occu[Jer les toits, un enfant, de frayeur, a perdu la parole ... Et Rivarol s'extasie: « Depuis le temps que nous avions envie de voir ça! » ... Parmi les animateurs des opéles dédégués du Mouvement de mettre leurs adhérents et ceux des Unions parallèles en état d'alerte et de faire des réserves d'essence nécessaires»! . S'ils avaient la possibilité de nettre à exécution leur! desE eins, nul doute que les groupes !e choc, après cette répétition générale, ne se contenteraient pas de distribuer des tracts antisémites et de crie, « Mort aux Juifs », mai~ pourraient: se livrer également à des violences racistes. Ils croient avoir le vent en poupe, ils pensent le moment venu de frapper un grand coup. La risposte nécessaire Dès le lendemain de leur manifestation, de multiples organisations; parmi lesquelles la LIgue des Droits de l'Homme et le Syndicat Autonome des Institu_ teurs, condamnaient vigoureusement les menées factieuses. Plus de 50.000 manifestants, ouvriers et étudiants, participèrent à Paris, le 8 n.ovembre, 1l.ux contre-manifestations antifascistes, contre lesquelles fut mobilisée cette même police, si bienveillante la veille. Trois travaiL leurs, Albert FERRAND et François LE QUENNEC, de la C.G.T., et Daniel BEAUCOURT, de F.O., ont payé de leur vie leur opposition au fascisme. En p,rovlnce également la riposte républicaine a été immédiate. Le danger reste grand. Les groupes factieux et leu rs chefs, antisémites et racistes noloires, ne se tiennent pas pour battus. Leur échec dépend de l'action de tous les démocrates, de nos efforts, de notre union. Avant qu'il ne soit trop tard, an tiracistes, r épublicains, qu-elles que soient no~ divergences sur d'autres problèmes, unis_ sons-nous, agissons, pour fa:lre barrage au fascisme et au racismel 7 noveDibre 19 li 6 6 février 1934 Les groupes de choc poujadistes I L n'est p. l'antisémi liser à ~ de tout bois il ne craint arguments li res : l'essen! cheminemenj d'aboutir à Ainsi, ce ( tl'euil, part: rl'Egypte et chercher les bilités, préte sont cause sucre. C'est, démarche 1 aux antisérr bouc émissl. Diviser Xavùer V subtil. De guerre déele te correS/pol et coïncidai qu'ils défen sémites ont vier Vallat explique e" son profon( dans « Asp du 30 novel « Israël jl au milieu 1 rôle d'un ab que les fils 1 se quereller la maîtressl ils ne serol dent une Ci jeurs ... A j ment, que 1 gesse de ni miscer dans frères enne C'est la v ser pour rél cien Commi' Juives. On glement 'Pa des problèl1l n'ait pas sa Sans dou prime-t-il d'a'Ultres Jcr dire. Ma,is pas! Son amour pour s'org Ainsi, ce sont les mêmes mains qui diffusent dans Paris les tracts antisémites de « Jeune Nation» (dont nous donnons d'autre part quelques extraits) et qui brandissent les torc11es incendiaires. pour le « grand rendez-vous » Le gr-oupe « Jeune Nation », rappelons-le, est dirigé par un certain Jacques Sidos, ancien chef de la Milice sous l'occupation, lié à Tlxier-Vignancour et à Dldes. Les séides de Vallat Aux groupes de choc de « Jeune Nation» et de Poujade, s'ajoutent ceux de 1'1 Action Française» reconstituée. Le 9 décembre a eu lieu, à la porte de Versailles, un banquet organisé par Aspects âe la F'rance, sous la présidence de Xavier Valla t, ex-commissaire aux questl.ons juives du gouvernement de Vichy. Au banquet d' « Aspects de 10 France -. rations, ont été reconnus, en .o utre, des membres des organisations suivantes: Groupement de Sauvegarde de l'Union Française, Volontaires de l'Urrion Française, Front des Combattants, Service de Vigilance et d'Action Patriotique, Paix et Liberté. Les grandes manoeuvres Ces grandes TNI1fl'U\'I-es des fascistes donnent une Idée de ce _ quI' pourrait êtl'·' le ~ ~ ~ ndezvous de Paris » prépare par Poujade. Celui-~I Il 'p.cl'ivalt-1l pas, le 30 octobre, à ses « présidents départementaux: « Des éVé'nements d'une exceptionnelle gravité- IsQnt Immlnents (sic). Ordre est donné à tous R EN'DAN'r compte du congrès p.oujadiste qui s'est tenu au début de novembre à Saint-Céré, Fraternité Française donne un aperçu des déoisions prises, et cela suffit à confirmar le caractère fasciste du « mouvement Poujade ». Le congrès a mis sur rled une véritable organisa tion de guerre civile, contrôlée par la « commission nationale d'action » que préside de député invalidé Lamalle (c'est à ce titre que Lamalle dirige le « service d'ordre » poujadiste). Le dispositif comprend, sur le pla-n national, un « Comité permanent d'action » agissant «en relation étroite avec le VicePrésident National à la Vigilance » et « avec le Président National » -(Poujade), ainsi qu'un « Comité permanent restreint ... en relation directe avec les Présidents dépa'l'tementaux et des Unions parallèles d'une part, et avec la Vigilance et le Service d'ordre, d'autre part », enfin «un responsable cantonal à l'Action chargé d'établir la liaison avec la balle ». Le territoire français est découpé en fil zones d'actIon régionales », chacune d'elles étant « directement "attachléle au service de l'action à Salnt-Céré ou à Paris ». Il est précisé que « le service d'ordre, dans les manifestations, doit litre renforcé ». La Commission «demande également aux départements de prévoir des zones d'action pllll' arrondissements » et, dans ces zones, « un système de relais avec éclatement en étoile, entre le responsable départemental et les cantons, et entre les cantons et les oommunes, sans _employer le téléphone ou le télég-raphe ». Le rapport pre-voit également la « division du département par zones d'action en vue d'opérations locales ». Le rendez-vous de Paris Concernant le « rendez-vous de Paris JI, la Commission d'Action « pense que la date la plus favorable serait comprise entre le 8 et le 80 novembre. Elle conçoit cependant que des événements politiques puissent amener le Président national à fixer une autre date, et laisse celuici seul juge quant à la date définitive ». Pour aller à ce « rendez- -Plusieurs discours furent prononcés

insultes grossières contr8

le régime républicain, exaltation de 1'1 Action Française JI, excitations antisémites. L'un des orateurs, Georges Calzan t, anrcoieyn »,c hseafl uad,e sp r«éCseanmtesl od~asn s dlua '------------------------------------------------------------------.---------------------------------------------------- salle, fil quelques-uns des bleSsés du carrefour Chateaudun JI. Un autre orateur, L.-O. de Roux, exprima en ces termes sa satisfaction: « Que n'avez-vous subi, anciens ligueurs et camelots? ... Sans Jamais cesser de crol're et de vous dévouer, n'avez-vous été tentés, certains jours, de dé ... sespérer? Mais vous voyez que vous aviez raison de tenir. Ça repart.. Nous nous sommes déjà retrouvés l'au~re soir ... et nous avons retrouvé le vivifiant contact avec le pavé. » La veille, au cours de la joûrnée d'étude des cadres de la Restauration na\lonale, organisée également par Xavier Vallat et les siens, Pierre JUllel, sec ré- Sous le titre « Israël, roi de France », l'organisation JEUNE NATION, qui s'est illustrée dans les manifestations fascistes dUl début de novembre, affiche et diffuse dans le 4' arrondissement un tract antisémi1e. qui soulève l'indignation de la population. Le prétexte en est l'inauguration du Mémorial du Martyr juif inconnu, qualifié, avec ,un èynisme inoui, de « monument à la gloire de la domination juive sur le globe ;,. Un tract infôme de Il Jeune Notion" Dans IUln style digne de Goebbels, ce ,tract poursuit: « Ce mémorial rappellera aux Français qu'ils ne sont plus libres et indépendants, que l'O.N.u. est juive, que la presse, le cinéma, la radio nationale sont aux mains des juifs ... » Six millions de juifs exterminés par les nazis, sur la base des mêmes slogans haineux et mensongers, ne suffisent pas aux nervis de « jeune Nation », qui réclament encore des mesU! l"es antijuives dans leur appel: « A vec ou sans leurs martyrs, avec ou sans leurs bagages, ceux qui exploitent le pmys depuis si longtemps, qui n'ont pas payé d'impôts pendant de nombreuses années (sic) seront éjectés du sol national. :. On ne sait si c'est le ridicule ou l'odieux qui l'emporte dans ces élucubrations criminelles, rabâchages éculés mais qUIÎ ont déjà coûté tant de sang à la France et au monde. La section du M.R.A.P. du 4- avait déjà, il Y a un an, attiré l'attention des pouvoirs publics sur les activités des groupements antisémites dans cet arrondissement. Il faut croire que l'on n'a pas pris les mesures nécessaires: aujourd'hui les racistes, qui sont aussi les ennemis de la République, font preuve d'une agressivité accrue. Il faut donc des sanctions énerg:iques. Le groupemènt « Jeune Nation » doit être interdit. Il appartient à tous les antiracistes, unis, d'exiger et d'imposer, avec le respect de la loi, le châtiment exemplaire des coupables. vous », les m sont ainsi flx « -- Voltmotos et véh « -;- Cars contact préall des transport «-- S.N.C.1 comme moyel oondalre, et peso » « La Coml de la partlcipi tracteurs, en psychologlq ut Elle préclsl de prévoir de ce vivres ». Elle prévoit matériel de CI ter à Paris pa éternels « pa Enfin, abor( la discipline, d'Action den aveo la Vigili chAtier Inexe quelque poste qui, ayant pr lité et ne pO\JI l'assumer, rE missionner ». Tant sur le local, « u'ne être établie de façon que puisse assur les décisions Ce dlsposi cette organiSE choc, la préI dez-vous de que Poujade de renverser cain que de (SI sS•l er du complot raciste, ,antisémite et- 7 noveDibre 19 fi 6 !J XavicrYAllAI récidivc' !J Un" -nouveau 6 février 1934 I L n'est Ipas de situation que l'antisémitisme ne tente d'uti~ liser à ses fins. Il fait feu de tout bois. Défi a'UI bon sens, ' ·il ne craint pas de recourir aux arguments les plus contradictoires

l'essentiel, quel que soit le

cheminement de la pensée, est d'aboutir à la haine des juifs. Ainsi, ce commerçant de Montreuil, partant de la guerre d'Egypte et se gardant de rechercher les véritables responsa- , bilités, ,prétend que « les juifs» sont cause de la pénurie du sucre. C'est, pourrait-on dire, 'la démarche classique, natulrelle aux antisémites, frappant leur bouc émiss'lire habituel. Diviser pour régner Xavùer Vallat, lui, est plus subtil. De fait, parce que la guerre déclenchée contre l'Egypte correspondait à leurs veeulX et coïncidait avec les intérêts qu'ils défendel)t, certains 'antisémites ont applaudi Israël. Xavier Vallat est de ceux-là. Il explique en ces termes la raison profonde de son attitude, dans « Aspects de la France :. du 30 novembre: « Israël joue, pour l'Occident, au milieu du monde arabe, le rôle d'un abcès de fixation. Tant que les fils de la servoente, Agar, se querelleront avec les fils de la maîtresse de maison, Sarah, ils ne seront pas pour l'Occident une cause de soucis majeurs... A condition, naturellement, que l'Occident ait la sagesse de ne pas paroeître s'immiscer dans ces bagarres entre frères ennemis... » C'est la vieille formule: diviser pour régner, qu'illustre l'ancien Commissaire aux Questions Juives. On ~omprend que le règlement pacifique et déf,initif des problèmes du Moyen-Orient n'ait pas sa faveur ... Sans doufe Xavier Vallat exprime- t-il clairement ce que d'aUJtres .pensent et n'osent pas dire. Mais qu'on ne s'y trompe pas! Son subit (et fielleux) amour pour « la nouvelle Sion» upes de choc poujadistes s'organisent our le c:c: grand rendez-vous» naun ~ ... en relation directe avec les Présidents dépa'rtementaux et des Unions parallèles d'une part, et avec la Vlgilanoe et le Service d'ordre, d'autre part », enfin «un responsable cantonal à l'Action chargé d'établir la liaison avec la balle ». Le territoire français est découpé en « zones d'action régionales

1, chacune d'elles étant

« directement rattachéle au service de l'action à Salnt-céré ou à Paris :1. Il est précisé que « le servloe d'ordre, dans les manifestations, doit ~we renforcé 1. La Commission «demande également aux départements de prévoir des zones d'action par arrondissements » et, dans ces zones, « un système de l'el ais avec éclatement en étoile, entre le responsable départemental et les cantons, et entre les cantons et les communes, sans employer le téléphone ou le télég·raphe :1. Le rapport pI'e.voit également la « division du département par zones d'aotion en vue d'opérations localell ». Le rendez-vous de Paris Concernant le « rendez-vous de Paris 1, la Commission d'Action « pense que la date la plus favorable serait oomprlse entre le 8 et le 80 novembre. Elle oonçolt cependant que des événements politiques puissent amener le Président national à fixer une autre date, et laisse celu'lcl seul Juge quant à la date définitive 1. Pour aller à ce « rendezfôme de Il Jeune Nation" tyrs, avec ou sans leurs bagages, ceux qui exploitent le p~ys depuis si longtemps, qui n'ont pas payé d'impôts pendant de nombreuses années (sic) seront éjectés du sol national. ;) On ne sait si c'est le ridicule ou l'odieux qui l'emporte dans ces élucubrations crjmineIIes, rabâchages éculés mais qUJi ont déjà coûté tant de sang à la Fra'nce et au monde. La section du M.R.A.P. du 4- avait déjà, il Y a un an, attiré l'attention des pouvoirs publics sur les activités des groupements antisémites dans cet arrondissement. Il faut croire que l'on n'a pas pris les mesures nécessaires: aujourd'hui les racistes, qui sont aussi les ennemis de la République, font preuve d'une agressiv.ité accrue. Il faut donc des sanctions énergiques. Le groupement « Jeune Nation :. doit être interdit. Il appartient à tous les antiracistes, unis, d'exiger et d'imposer, avec le respect de la loi, le châtiment exemplaire des coupables. vous », les moyens de transport sont ainsi fixés: « - Voitures particulières, motos et vélos. « -;- Cars et camions avec contaot préalable des dirigeantS des transporteurs. « - S.N.C.F. : à n'utiliser que oomme moyen de transport seoondalre, et par petits groupes. » li La Commission se félicite de la participation nombreuse de traoteurs, en raison de l'effet psyohologlque. » Elle précise « qu'li est bon de ,prévoir de trois' cinq jours ce vivres ». Elle prévoit « le financement matériel de ceux qui vont monter à Paris par ceux qui sont les éternels « pantouflards JI. Enfin, abordant la question de la discipline, « la Commission d'Aotlon demande, en liaison avec la Vlgllanoe, l'honneur de ohâtler Inexorablement, et • quelque poste qu'ils soient, oeux qui, ayant pris une responsablIIth et ne pouvant ou ne voulant l'assumer, refuseraient de démissionner ». Tant sur le plan national que local, «U'M liaison étroite doit être établie avec la Vlgllanoe, de façon que le Service d'ordre puisse assurer Immédiatement les décisions pc-Ises JI. Ce dispositif quasi militaire, cette organisation de groupes de choc, la préparation du « rendez- vous de Paris 1 confirment que Poujade se ~réoccupe plus de renverser le régime républicain que de défendre les com- (Suite en page 4.) (c'est le titre, de son article) ne le fait pas renoncer à l'anti- ' sémif.isme. Bien' au contraire, H. y voit surtout l'occasion de ré- . nover l'un de ses vieux thèmès favoris ... ' Un nouveau « statiJt des' ;uih ::! . Pour expliquer, sous l'occupation, les mesùres antiiuives, Xa- . v,ier Vallat déclarait que les juifs, quelle que soit Jeur origine, étaient et 'testeraient toujouts des «étrangers ';10 en IFrance, étaient ,i'nassimilables. D'où le recensement" le statut spécial, le tampon sur les cartes d'identité - prélude aux camps de concentration et aux chambres à gaz. Aujourd'hui, dans le même esprit, il propose qu'en France les juifs (de 'religion ou d'origine) adoptent tOUIS « lia nationalité israélienne ». Tous deviendraient . ainsi, sans conteste, des étrangers, et l'actIon des antisémites s'en trouverait bien facilitée. C'est ce 'qu'il explique dan:; son langage cauteleux, en rééditant ses calomnies familières: « Du fait de leur statut d'étroenger (les juifs) ne seraient plus tentés de jouer à l'intérieur des autres peuples ce rôle envahissant qui, par réaction d'autodéfense, engendre l'antisémitisme. » On reconnaît là les slogans hitlériens, crûment étalés pou.r justifier de nouveIIes discriminations, un nouveau « statut des juifs » ... Vraiment, Xavier Vallat croit que les Français ont la mémoire courte. Avant guerre et sous Pétain, il prétendait aussi que tout irait mieux sj les jtJ1is étaient élminés de là vie nationale. Notre peuple, au prix .d'une dure expérience, a pu avoir la confirmation que l'antisémitisme, lié à la guerre, n'est que l'un des aspects du fascisme, source de souffrances, de ruines et de deuils pour le pays tout entier. Non, nous n'avons pas oublié! Et la loi? Mais Xavier Vallat ne renonce pas. Il n'a rien renié. Il rêve de voir rétablies les mesulres malencontreusement supprimées par la Libération. A l'entendre, c'est à lui que l'histoire donne ra'ison. N'ose-t-il pas affirmer que le cardinal Saliège, qui précisément dénonça l'antisémitisme de Vichy, estimait « inattaqua- (Suite en page 4.) de . DES millions de morts, des -souffrances indicibles, des ruines, des· familles entières anéanties, tout cela ne suffit pas aux antisémites. '. Leur conscience n'est guè-' re troublée. Ils en' veulent encore et toujours. Ils fourbissent à nouveau leurs armes et · préparent les listes noires de leurs prochaines victimes. . Déjà les journaux racistes et ~ntisémiteli pullulent, mais il manquait un bréviaire de l'antisémitisme. C'est chose faite. Sous le pseudonyme de « Gyges », la « Librairie Française », dirigée par Mme G. Coston, épouse du Directeur de La Libre Parole, qui fut un des plus virulents journaux antisémites de l'avant-guerre, à l'égal du Pilori et de 1/ Action Françaisé, vend !I LEUR PRESSE LIES entre eux, liés à la presse de l'occupation par lews collaborateurs aussi bien que par leur idéologie, voici quelques-uns des journaux qui mènent campagne contre 10 République et qui, à c~t l'ffet, recourent plus ou moins fréquemment au raci sn1e et à l'antisémitisme: « FRATERNITE FRANÇAISE » « La tribune de Pierre POUJADE • (hebdomadaire). Est animé par Serge JeANNERET, ancien dirigeant de l'Union Corporative des Instituteurs, organisme d' c Action Française », ancien collaborateur du .. Matift • puis du .. Cri du Peuple " sous l'occupation. Il déclare aujourd'hui qu'il menait alors le double-jeu. En tout cas, .. Je , Suis Partout .. (de Cousteau et Rebatet) indiquait, le 28 mars 1941, avec satisfaction, que Serge Jeanneret c n'a pas hésité à démasqueJ' les démocrates populaires gaullistes (sic) qui se sont infiltrés portout dans les cadres vichyssois de l'enseignement ". Nous relevons également dans la feuille poujadiste la signature de Jacques DITTE, ancien rédacteur en ' , chef de .. L'Ami du Peuple _, collaborateur sous l'occupation de c La France au Travail _, organe destiné à faire pénétrer l'idéologie nazie dans la classe ouvrière. (Suite en page 4.) Il depuiS quelq~es semaines 1 vre odieux intitulé « Les lites dans la Société frança L'hiStoire réécrit~ Sous prétexte d'apport! contribution à l'étude c pseudO « question juive », teur ressassse . lés pires p antisémites et cite avëc ùt lectation évidente les écri Drumont, fondateur de La Parole; dé .Coston et 'de , bre d'autres antisémites. Un nouveau brl! Il La race comme explicotil PEU soucieu,x (ou incapables) de comprendre les leçons de l' Histoire, les racistes. les antisémites ne trouvènt, pour interpréter les événements contemporains ou anciens, qu'une seule et même explication, toujours ressassée: les différences, les conflits re races. Tel parti a un dirigeant juif? Voilà qui explique, selon eux, sa position sur l'Algérie. La politique de la Libye ne convient pas à « Rivarol »? Parmi les délégués de l'O.N.U. qui ont voté pour la création ·de cet Etat, il y avait celui de Haïti, qui est noir (et quelques autres, mais n'en parlons pas) ... Le racisme, entreprise ignoble d'abêtissement, tend à substi~ uer des prises de position passionnelles à l'exercice de la raison, voire du simple bon sens. Nous en avons eu, ces derniers temps, des exemples particulièrement flagrants ... Haine, mensonge et barbarie Exposer les données réelles de la guerre d'Algérie serait trop difficile... ou trop Simple. Mieux vaut donc susciter la haine et le mépriS à l'égard des Algériens, et même, pourquoi pas? de tous les Arabes, de l'Islam tout entier. « Rivarol », héritier de la barbarie hitlérienne, s'en prend donc à « la barbarie de l'Islam » (8 novembre), « L'Ordre Français », organe de Pierre Debray et de Xavier Vallat, au « fanatisme religieux toujours latent chez: le musulman », à « l'impuissance politique de Z' Islam ». DIGNE émule de Poujade, sans doute, un épicier de Montreuil a cru, l'autre . semaine, que le moment était venu d'exhaler au grand jour sa haine antijuive. La population et le M.R.A.P. IUl ont montré qu'il se trompait et qu'il avait 15 ans de retard. Cet épicier, 204, rue EtienneMarcel, avait donc affiché - c'est bien le mot - son a.ntisémitisme devant sa boutique en traçant sur deux tableaux noirs cette inSCription: « Ce sont les juifs qui ont déclenché la guerre. C'est d Pour « Rivarol » encorl décembre), « les peuplade~ para tes » établies de Gat Agadir, « ne firent preUl aucun moment de leur hisi de la moindre tendance tructive, l'anarchie est l'élé de leur vie » ... « Les vert! leur race » sont inexist « contrairement à ce que clame l'imagination halltA de leurs leaders », etc., et cause d'eux qu'il n'y a 1 sucre. Ils stockent tous le duits de consommation. » « Les juifs », considérél me un tout, sans diffél tian, y compriS l'Etat et 1 vernement d'Israël, « les : tous les Juifs, responsab tout ce qui va mal: la cation est, pourrait-on dirE sique. C'est grâce à de tels s qu'Hitler a pu multiplil crimes, que tant d'iIDlorer péri. Trop de sang a COl France a trop souffert po semblable dHl, chez nous longtemps sans riposte. raciste, :antisémite antirépilblicain avierVAtLAl récidive !J :nouveau brév:ia-ire" Un devoir·:

,L'UNION s de situation que

tisme ne tente d'uti':' es fins. Il fait feu Défi a'w bon sens, · as de recourir aux s plus contradictoi' el, quel que soit le ~ de la pensée, est la haine des juifs. mmerçant de Mon- " nt de la guerte 1 se gardant de reIvéritables responsa-" I1d que « les juifs» 1 de la pénurie du pourrait-on dire, 'la lassique, natwrelle ites, frappant leur ire habituel. , pour régner ~llat, lui, est plus lait, parce que la chée centre l'Egypdait à leurs veeUlx t avec les intérêts (ient, certains 'antiIlapPlaudi Israël. Xaest de ceux-là. Il ces termes la raile de son attitude, ects de la France :. rbre : ~ue, pour l'Occident, fU monde arabe, le cès de fixation. Tant rIe la servoente, Agar, ent avec les fils de r de maison, Sarah, ~t pas pour l'Occir; Illse de soucis ma- ~OnditiOn, naturelleOccident ait la sapas parr~ître s'imces bagarres entre is... ~ 'eille formule: diviner, qu'illustre ransaire aux Questions 6mprend que le rèifique et déf,initif es du Moyen-Orient faveur ... e- Xavier Vallat exlairement ce que sent et n'osent pas u'on ne s'y trompe subit (et fielleux) « la nouvelle Sion» a1 n•i sent ~yens de transport lés: ~res particulières. s. e\ camions aveo ble des dirigeantS urs. F. : à n'utiliser que \ de t.ransport se- ~par petlt.s grouission se féllcl\e t.lon nombreuse de 1 raison de l'effet • » b « qu'il est. bon 1 trois à cinq Jours ~« le f1nancemen\ ux qui vont. monceux qui son\ les touflards ». ant la question de « la Commission lande, en liaison ~nce, l'honneur de rablement.. et. à qu'ils soient., ceux 8 une responsabl~ ant ou ne voulant. l,useraient. de dé- 1 plan national que ~alson étroite doit. vec la Vigilance, le Service d'ordre r Immédiatement. 1 !M'lses ». hf quasi militaire, IUon de groupei! de ~araU.on du « renParis » confirment se préoccupe plus Ile régime répubIiIdéfendre les comrite en page 4.) (c'est le titre. de son article) ne . le fait pas renoncer à l'anti- · sémit,isme. Bien" au contraire, dl, y voit surtout l'occasion de rénover l'ùnde ses vieux thèmès favoris ... " Un nouveau « statut des" juifs l . Pour expliquer, sous l'occupa-' tion, les mesures antituives, Xa'- . v,ier Vallat déclarait que les juif s,quelle que· soit Jeur origine, étaient et r.esteraient tou' jours des · « étrangers» en IFrance, étaient ,i'nassimilables. D'où le recensement, . le statut spécial, le tampon sur les cartes d'identité - prélude a'ux camps de concentration et aux chambres à gaz. Aujourd'hui, dans le même esprit, il propose qu'en France les juifs (de religion ou d'origine) adoptent tous « ,la nationalité israélienne ». Tous deviendraient . ainsi, sans conteste, des étrangers, et l'actIon des antisémites s'en trouverait bien facilitée. C'est ce "qu'il explique àanil son langage cauteleux, en rééditant ses calomnies familières: « Du fait de leur statut d'étrMger (les · juifs) ne seraient plus tentés de jouer à l'intérieur des autres peuples ce rôle envahissant qui, par réaction d'autodéfense, engendre l'antisémitisme. » On reconnaît là les slogans hitlériens, crûment étalés pOUl' justifier de nouvelles discriminations, un nouveau « statut des juifs » ... Vraiment, Xavier Vallat croit que les Français ont la mémoire courte. Avant guerre et sous Pétain, il prétendait aussi que tout irait mieux 9j les jtMs étaient élminés de là vie nati'onale. Notre peuple, au prix d'une dure expérience, a pu avoir la confirmation que l'antisémitisme, lié. à la guerre, n'est que l'un des aspects du fasëisme, source de souffrances, de ruines et de deuils pour le pays tout entier. Non, nous n'avons pas oublié! Et la loi? Mais Xavier Vallat ne renonce pas. Il n'a rien renié. 11 rêve de voir rétablies les mesures maleneontreusement supprimées par la Libération. A l'entendre, c'est à lui que l'histoire donne ra'ison. N'ose-t-il pas affirmer que le cardinal Saliège, qui précisément dénonça l'antisémitisme de Vichy, estimait « inattaqua- (Suite en page 4.) de I~antisé'mitistne 'DES millions . de morts, des 'souffrances indi- . cibles, des ruines, des familles entières anéanties, tout cela ne suffit pas aux antisémites. . Leur conscience n'est guè~ re troublée. Ils en' veulent encore et toujours. lis fourbissent" à nouveau leurs armes et · préparent les listes noires de · leurs prochaines victimes. . Déjà les journaux racistes et ~ntisémite& pullulent, " mais il manquait un bréviaire de l'antisémitisme. C'est chose faite. Sous le pseudonyme de « Gy~ ges », la « Librairie Française », dirigée par Mme G. Coston, épouse du Directeur de La Libre Parole, qui fut un des plus virulents journaux antisémites de l'avant-guerre, à l'égal du Pilori et de 1/ Action Française, vend !I LEUR PRESSE LIES entre eux, liés à la presse de l'occupation par le ... rs collaborateurs aussi bien que par leur idéologie, voici qU!lques-uns des journaux qui mènent campagne contre la République et qui, à c"t effet, recourent plus ou moins fréquemment ou racis.me et à l'antisémitisme: « FRATERNITE FRANÇAISE » « La tribune de Pierre POUJADE • (hebdomadaire). Est anim.') par Serge JI!ANNERET, ancien dirigeant de l'Union Corporative des Instituteurs, organisme d' c Action Françoise '», ancien collaborateur du « Matin " puis du « Cri du Peuple » sous l'occupation. Il déclare aujoUrd'hui qu'il menait alors le double-jeu. En tout cas, " Je Suis Partout .. (de COU6teau et Re- ' batet) indiquait, le 28 mars 1941, avec satisfaction, que Serge Jeanneret " n'a pas hésité à démasque!' les démlcrates populoires gaullistes (sic) qui se sont infiltrés portout dans les cadres vichyssois de l'enseignement ". Nous relevons également dans la feuille poujadiste la signature de Jacques DITTE, ancien rédadeur en " ~ chef de .. L'Ami du Peuple _, collaborateur sous l'occupation de « La France au TravClii ", organe destiné à foire pénétrer l'idéologie nazie dons la c10sse ouvrière. (Suite en page 4.) Il depuiS quelq~es semaines un livre odieux intitulé « Les Israélites dans la S.ociété française ». L'histoire réé.crite soùs prétexte d'apporter· sa contribution à l'étude de " la pseudo « question Juive », l'auteur ressassse .les pires prôpos . antisémites et cite. avëc ùne délectation évidente les "écrits de . Drumont, fondateur de La .Libre Parole,' de .Coston et ·de "·nombre d'autres antisémites. ({ Gyges » réécrit l'histoire de France à sa man~ère et veut faire accroire et prouver que ·la .tradition française c'est l'antisémitisme. "Tout son livre · tend à démontrer ,que leS juifs . forment un corps étranger à la nation française, d'où viennent tous les maux dont a souffert notre pays. , Autrefois," les juifs étaient Soumis à la rouelle. Saint Louis aurait même invité ({ ses sujets (Suitè èn page 4.) Un nouveau bréviaire de la haine antisémite. .·L lE . monde est encore mal re, mis des secousses qui vlen- . " nen\ de · l'ébranler, et. l'angoisse d~meu!'e. Nous avons frôlé la. guerre, une guerre que, en Europe SUI' ·t.oilt, nous n'avons aucun moyen de sout.en"lr, ni offenslvenMn\, · ni défensivement.. Seuls ceu'x qui nous ont., avec une rare Inconscience, lancé dans cet.te Incroya.ble aven~ure s'obst.lnen\ à ne .vouloir !recorinaî\re ni leur écheo .1.1 leur erreur. Nos compat.rlotes, à la fols" '. bouleversés par, le drame hongrOis et séduits par une expédition punitive qu'on leur disait. . facile, et qu'on leur faisait. apparaître comme un moyen sO·r de mettre fin à la guerre d'Afrlqu'e du Nord, ont soudain réalisé, en même temps que les circonstances dramatiques de son Interruption brutale. l'eUroyable péril de l'affail'e égy'ptienne. C'est l'heure t.rouble où se font. les coups d'Etat. et. où nalt.. la guerre. Quelles que soient les positions prises par les uns et les autres sur les événements de Hongrie, nous avons le droit. de dénoncer l'exploitation qui en est faite pour réduire à l'Impuissance les forces répu'bllcalnes à une heure où le régime et la Paix sont. en Jeu. Malgré la présence de quelques hommes naïfs et. de bonne foi, la manifestat.lon quasi officielle des Champs-Elysées portait en elle l'éJmeute fasciste qui a suivi. Ceux qui Jadis ont applaudi à l'assassinat de la Rëpublique es'pagnole et au bombardement de Guernica versent. sur le sort des insurgés hongrois des larmes de crocodile et n'y volent qu'un prétexte à leur anticommunisme. M. Tlxler-Vignancour et M. Dldes, l'un propagandiste, l'aut.re pOlicier du gouvernement de VIChy, apparai~ ent mal qualifiés pour parIer au nom de la Libert.é. Leur but ne fait aucun dout.e: c'est. un nouveau 6 février! On en retrouvait l'atmosphère, l'au,t.re soir, dans Paris. Va-t.-on continuer à les laisser faire? A défaut du gouvernement, l'opinion républicaine va-t.-elle réagir? Va-t.-elle- P!!rmett.re aux « collabos » de oroire venue pour eux l'heure de la revanche? Vat- elle pe,rmet.t.re surtout que se poursuive cette entreprise de guerre civile et. de guerre mondiale? Il La race comme explication de TOUT SI graves que soient. les dissensions entre républicains, si nécessaires que paraissent. pà"ur l'avenir les expllcat.lons que certains at.tendent et les redresse.. ments que \ous souhaitent, t.out cela est. moins grave et moins urgent que le double péril qui nous menace tous: le fascisme P et. la guerre. EU soucieu.x (ou incapables) de comprendre les leçons de l' Histoire, les racistes, les antisémites ne trouvènt, pour interpréter les événements contemporains ou anciens, qu'une seule et même explication, toujours ressassée: les différences, les conflits re races. Tel parti a un· dirigeant juif? Voilà qui explique, selon eux, sa position sur l'Algérie. La politique de la Libye ne convient pas à « Rivarol »? Parmi les délégués de l'O.N.U. qui ont voté pour la création ·de cet Etat, il y avait celui de Haïti, qui est noir (et quelques autres, mais n'en parlons pas) ... Le racisme, entreprise ignoble d'abêtissement, tend à substituer des prises de position pâssionnelles à l'exercice de la raison, voire du simple bon sens. Nous en avons eu, ces derniers temps, des exemples particulièrement flagrants ... Haine, mensonge et barbarie Exposer les données réelles de la guerre d'Algérie serait trop difficile... ou trop simple. Mieux vaut donc susciter la haine et le mépriS i\ l'égard des Algériens, et même, pourquoi pas? de tous les Arabes, de l'Islam tout entier. « Rivarol », héritier de la barbarie hitlérienne, s'en prend donc à « la barbarie de l'Islam » (8 novembre), « L'Ordre Français », organe de Pierre Debray et de Xavier Vallat, au « fanatisme religieux toujours latent che2 le musulman », à « l'impuissance politique de l'Islam ». DIGNE émule de Poujade, sans doute, un épicier de Montreuil a cru, l'autre ,semaine, que le moment était venu d'exhaler au grand jour sa haine antijuive. La population et le M.R.A.P. lu! ont montré qu'il se trompait et qu'il avait 15 ans de retard. Cet épicier, 204, rue EtienneMarcel, avait donc affiché - c'est bien le mot - son antisémitisme devant sa boutique en traçant sur deux tableaux noirs ~tte inscription: « Ce sont les juifs qui ont déclenché la guerre. C'est à Pour {( Rivarol » encore 13 décembre), « les peuplades disparates » établies de Gabès à Agadir, « ne firent preuve, à aucun moment de leur histoire, de la moindre tendance constructive, l'anarchie est l'élément de leur vie »... « Les vertus de leur race » sont inexistantes, « contrairement à ce que proclame l'imagination hallucinée de leurs leaders », etc., etc ... Est-il nécessaire d'évoquer, pour mémoire, la grandeur des civilisations musulmanes, l'âge d'or espagnol, les apports de la science, de la philosophie arabes à l'Occident? ... « L'Ordre Français » n'en affirme pas moins: {( Les hommes que nous affrontons possè- Louis MOUSCRON. (Suite en page 4.) Not.re devoir commun est. certes d'affirmer e~ de prouver not. re Indépendance, mals aussi et. su'rtou\ de rappeler que, pour défendre la Liberté e\ la Paix, Il n'est de salut. que dans l'union. P. DREYFUS-SCHMIDT, Député de Belfort.. échec à la ·haine cause d'eux qu'il n'y a pas de sucre. Ils stockent tous les produits de consommation. » « Les juifs », considérés comme un tout, sans différenciation, y compriS l'Etat et le gouvernement d'Israël, {( les juifs», tous les Juifs, responsables de tout ce qui va mal: la falsffication est, pourrait-on dire, classique. C'est grâce à de tels slogans qu'Hitler a pu multiplier ses crimes, que tant d'innocents ont péri. Trop de sang a coulé, ia France a trop souffert pour que semblable défi, chez nous, rest~ longtemps Irons riposte. Des amis de notre Mouvement, passant par là, intervinrent aussitôt et obligèrent le commerçant à rentrer sa marchandise raciste, malgré Bés protestations. Mais, un peu plUS tard, l'épicier devait récidiver. · Une dél~·· gation plus large se rendit alor,g chez lui. . - Mais nous sommes en REpublique, dit-il. Chacun peut f:,ire ce qu'il '·'l:it. Nos amis lUi" 'Irent compreadre que le rég m~ républicaia. prér.:sément. tr,tcrdit l'excitation à la ha'ne E'lltre les ct· tCoY·'l,S. Et, me;,lac~ d'un appètl à la police, il dnt taire dispa. raitre dénniti~em::.nt cette NiB ses ! .. anneaux pro~·ocateurs. 11 faut SOUI'f\llP.. que, pendant la discussion, de nombreux habItants du quartier s'étaie1l8 ralsemblés, QUI exprImaient fer! Dement leur or.po~ition à l'an_ tisémitisme. En cette p érÎl ,de (:ù les grlll!nements raci~1.n~ relèvent la tête, ce bel e.cc!llple d'action

rompte et r,'III ,iue inspirera

fans aucun dt;ut{' tous nos mlJ'tants et amls. . et fera Nfie. chir les ~hel:ts tn eau trouble.

Notes

<references />