Droit et Liberté n°392 - juin 1980

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°392 de Juin 1980
    • Editorial: une image à peine grossie par Albert Levy
    • Immigration
      • Sous les lois, les hommes par Jean-Louis Sagot-Duvauroux
      • Par milliers contre les lois racistes
      • Plus de droits pour une meilleure intégration par Jacques Barou
      • Université: la vérole c'est le racisme
      • Guide pratique des lois racistes
      • 80 000 réunionnais en France: la pompe à main-d'oeuvre par Jacques Bigot
    • U.S.A. Miami la colère par Robert Pac
    • Namibie: des armes françaises contre la résistance interview de Sam Nujoma président de la SWAPO recueilli par Racine Maiga
    • La loi de 72 ne s'applique plus en Martinique par entretien avec Me Mainville recueilli par Jean-Louis Sagot-Duvauroux
    • Une nouvelle brochure antisémite en U.R.S.S.
    • Le pape s'est adressé aux travailleurs français et immigrés
    • Action: le MRAP à l'O.N.U.
    • Le fils ainé des Rosenberg reçu par le MRAP

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

sur les lois anti-immigrés maillots de bain Is PA RIS piedssensibles les chausseurs du confort et de lëlégance Choix unique en chevreau en sports et en bottes (,8r ) 5, rue du Louvre (Métro Louvre) (98 ) Gare Saint-Lazare - 81. rue Saint-luare (MO St-lazare - Trinité) (68 ) Rive gauche - 85, rue de Sèvlils (Métro Sèvres-Babvlone) (108 ) Gare de l'Est - 53, Bd de Strasbourg (Métro ChAteau d'Eau) Magasins ouverts tous les lundis. L-______________________ ___ 2 Case réservée aux Ets. S. au sommai• re • spécial immigration. sous les lois les hommes ........ p. 6 par jean-louis sagot-duvauroux plus de droits pour une meilleure intégration ............ p. 9 par jacques barou université: la vérole c'est le racisme . .-............. p. 12 guide pratique des lois ......... p. 15 80.000 réunionnais en france : la pompe à main-d'oeuvre p. 19 par jacques bigot • point chaud. u.s.a. : miami-la-colère par robert pac namibie : des armes françaises p. 20 contre la résistance ........... p. 22 une interview de sam nujoma .sur le vif. la loi de 72 ne s'applique plus en martinique ............ p. 24 un entretien avec me. manville le pape s'est adressé aux travailleurs français et immigrés .................. , p. 25 droit et liberté mensuel 120 rue saint-denis, 75002 paris - téléphone 23309.57 - C.C .p. 9239-81 paris directeur de la publication rédacteur en chef albert lévy Jean -louIs sagot -duvauroux comité de rédaction Jean -pierre glovenco jean-pierre barrizien, mireille carrère, delphine deporte, philippe jarreau, patrick kamenka, félix lambert, racine maïga, marc mangln, stephane mayreste, robert pac, yves person, théo saint-jean, abdelahak sen na, pierre-andré taguieff, yves thoraval, jean-yves treiber, pierre vidal, slimane zéghidour. abonnements un an 60 F soutien 120 F é tranger 90 F. pubhclte C)U siege du Journal . • courrier· où sont les sioux d'antan? A la bibliothèque de Bron (banlieue de Lyon) j'ai eu l'occasion de lire le numéro de droit et liberté consacré au cinéma et je tiens à vous en féliciter. C'est un sujet qui m'intéresse particulièrement, bien que la plupart des films que vous citez me soient inconnus. Je m'étais rendue à Bron pour rencontrer. successivement, huit classes de CM2 et parler avec les enfants de mon livre " Sur les bords de la Nodaway » qui parle de l'esclavage aux Etats -Unis au siècle dernier (je constate d'ailleurs que vous n'avez jamais soufflé mot de ce livre antiraciste). Je_constate que les enfants de dix ans - du moins, ceux que j'ai vus ces jours derniers - ne sont pas du tout racistes. Les mots " nègres » ou " bougnouls » les choquent profondément et même, dans l'une des classes. le maÎtre à dû expliquer ce qu 'est le racisme. Pour eux, c 'est uniquement les juifs dans les chambres à gaz (ils ne sont d'ailleurs pas absolument certains que cela ait eu lieu " pour de vrai »). Les enfants arabes se sentent lyonnais et sont vus par les autres commes des Lyonnais (si ça pouvait durer 1), sauf un garçon tunisien très fier d'être tunisien et ne voulant absolument pas devenir Lyonnais. Je vous parle des deux écoles du quartier modeste de Bron. Dans le quartier chic, les parents ne veulent pas que leurs enfants aillent en classe avec des " bicots » et des " nègres » qui sont " bien gentils » mais " sales et paresseux ». Tous les enfants regrettent énormément que les Indiens soient actuellement des gens civilisés! ils aiment les sauvages à demi nus. Quand on parle des réserves, ils se scandalisent. mais ça ne les empêche nullement de déplorer la disparition des Sioux cruels! Suzanne MALAVAL 78 Versailles macarons racistes et sexistes Je souhaite vous s(gnaler un fait qui mérite à mon sens d'être relevé afin de constituer les éléments d'une intervention relevant de la militance de votre association. J'·,i pu constater le dimanche 13 avril dernier sur l'autoroute du Sud sur l'aire St Rambert d 'Albon (Chanas) que des macarons " plaisanteries » étaient en vente à la boutique-relais de l'endroit. Ces autocollants portaient des sentences et maximes de type raciste et sexiste. Je crains que ce type d'affichettes n'existe dans différents lieux de vente en France. En espérant que vous aurez l'occasion, à partir d'éléments complémentaires qui risquent de vous être signalés, de réunir un dossier d'intervention sur cette forme d'humour bien particulier. Guy PINEAU Paris" e droit et liberté. nO 392 • juin 1980 l'humanité en a parlé Suite à l'article " Vie sauve pour James . Mangé » l'auteur de cet article précise que les quotidiens n 'en parlent pas ou très peu. Pour mO/~ l'objectivité n'étant pas synonyme de neutralité, je précise aux lecteurs de droit et liberté que " l'Humanité " du mardi 20 novembre. soit quelques jours après le procès, place le cas de James Mangé à la une par un article titré: " Menacé de pendaison » et où est rappelé rappel du mrap. De nouveau, un article, la veille et le jour de la manifestation. Le lendemain, compterendu de la manifestation et photo. Je m'arrêterai là car de nombreuses fois encore dans " L'Humanité », il fut rappelé le cas de James Mangé, que ce soit au travers d'articles généraux sur l'Afrique du Sud ou lors d'interviews comme celle d'Alex Moumbaris. Je termine en précisant que le dessin d'Ernest Pignon-Ernest a également fait la " une» il n'y a pas si longtemps. Bernard THOMIN 91 . Pussay je hais la haine Je n'ai aucune haine de race, nous sommes tous de la race humaine. Vous êtes né au sud, moi au nord, mais n 'avons-nous pas un coeur semblable, une famille à qui l'on tient, et ne souffrons-nous pas autant si les nôtres disparaissent) . Les frontières ont été faites par la mali? des hommes, mais les gens de coeur ne se trouvent pas forcément tous réunis derrière la même, comme on veut nous le faire croire. Ce n 'est pas la nationalité qui fait la bonté ou la méchanceté des personnes, la nationalité n'est qu'un état de choses, la bonté est un fait et l'on ne peut confondre les deux. J'ai horreur de ces luttes stupides et cruelles qui font tant de malheureux. Pour tout dire, je hais la haine. Mme RUIZ 93. Aubervilliers pour la victoire en namibie Voilà plusieurs années que je lis droit et liberté par le canal de la SWAPO. J'apprécie l'importance de votre lutte pour la cause de l'homme noir. Si vous en aviez le pouvoir, le colonialisme disparaÎtrait. Le système de " travail sous contrat » a transformé les Namibiens en travailleurs migrants permanents dans leur propre pays. C'est contre ce système que la SWAPO poursuivra la lutte armée en Namibie jusqu'à la victoire totale. La SWAPO ne succombera pas aux pressions diplomatiques ni aux chantages orchestrés dans les cercles occidentaux qui ne cessent de fournir à l'Afrique du Sud l'armement sophistiqué avec lequel le peuple namibien innocent est massacré. La communauté internationale doit condamner énergiquement le régime d'apartheid d'Afrique du Sud pour ces actes de brutalité et de genocide et augmenter le soutien tant matériel que moral et diplomatique pour aider la SWAPO et le peuple namibien dans leur lutte juste contre la répression. Mamadou BASSE Dakar difficile à digérer Alors que nous nous promenions, mon amie et mO/~ dans Fontainebleau, notre regard fut attiré par la vitrine d'une pâtisserie proposant entre autres spécialités un gâteau enrobé de chocolat, portant l'étiquette " Bamboula ». Nous sommes intervenus auprès du patron et de la patronne, leur indiquant que cette appellation qui reprend une insulte courante nous semblait pouvoir inciter au racisme. Ce à quoi ils répliquèrent en guise d'introduction que " bien sûr, vous êtes étudiants! " .. . Ils ajoutèrent que " depuis quinze ans ils appelaient ce gâteau de ce nom " et que pour preuve de leur nonracismè " ils avaient des clients noirs! ". Comme si les Noirs ne devaient jamais manger ni pain ni gateaux ! Et comme si le fait que nous sommes jeunes et d'apparence estudiantine donnait moins de poids à notre remarque 1 Ils ont bien sûr ricané en nous voyant partir. Ce n'est évidemment qu'un petit fait affreusement banal. Mais nous voulions vous le signaler. Gilles MAUPU Paris 3e une belle époque! Je me permets de vous écrire afin de vous informer d'un événement qui m 'a beaucoup choquée et qui s 'est produit samedi dernier. En effet. comme chaque week -end, et depuis plusieurs années. je vais danser à la " Belle Epoque ,,; ce samed/~ j'étais avec mon ami qui est étudiant et de nationalité libyenne. Depuis plusieurs mois que nous y allons et jusqu 'à ce jour, aucun incident ne s 'était produit (ni aucune réfle xion n 'avait été faite). Ce samedi, le " gorille " du dancing a cru bon de faire des réflexions désobligeantes à mon am/~ quant à moi qui suis de nationalité française, il s 'est permis de me tutoyer alors que je ne le connais pas et a pris la liberté de m 'interdire rentrée de cet établissement car j'y venais toujours en compagnie d'amis du c.A. V. I.L.A. M., donc étrangers. voire même arabes. __ - 3 4 '('OJ":) 0nCdlJL M~' 'lia-\-~ o..\.:,{lY\~'r/~ h~rlÀ- J &~\-~ ~ · · · , 0- Nom ________ Prénom _______ _ Adresse _ ________________________________ ____________________________ Té 1 ________ _ Nom __________ Prénom ___ ____ _ Adresse _________________ ___ _______________ Tél ______ _ Nom _______ ~ Prénom ________ _ Nom ____________________________________ _ Adresse _________________ _ Adresse _ ________________________________ _____________ Tél _________ _ __ ______________________ Tél ____ _ hL f\;O"\..UJ ~ cJ..% ~ ~~ "an fVY'.o.J..!j r OJ:) J. 'OlL~f, 0vtNtr~ ~ ~ ~iJ€.../r'(l~ ~ ~cfV'I\ WY\rf\oJ..'rNL ~~\-&Charlese' Nom Prénom Nom Prénom Adresse Adresse Tél Tél Nom Prénom Nom Prénom Adresse · Adresse Tél Tél Nom Prénom Nom Prénom Adresse Adresse Tél Tél eX /';)~ ~ ",,-'~ ~ cA' ~ ~~{'OJ:JI ~ ~ o--'-JeA Q.u. NV\f"\0-{'-, ~ VO"\J..C) ~ M ... (A renvoyer à droit et liberté - 120 rue Saint-Denis 75002 Paris - CCP 9239-81 Paris. Si vous désirez régler votre carte d'adhérent au mrap pour 1980 (prix indicatif 60 F), faites-le à la même adresse, mrap CCP 14-825-85 Paris). :). Ce n 'est pas la première fois qu'un tel incident, qui porte atteinte à la liberté d'action de chacun (on est libre de choisir ses amis, se produit à la « Belle Epoque » . Melle Sandrine G. 03. Vichy pour james mangé, 24 ans Là·bas, Dans l'horreur à fric De l'horrible Afrique Australe, Ils vont encore pendre un homme, Et vous vous demandez, Gens bien intentionnés, Mais un peu hésitants : « Ce Noir, n'est·il pas un peu rouge? » «Ou bien : « N'est-il pas un peu blanc? ». Pendant Ce temps, A Pretoria, La Potence Balance Sa croix ... Et vous vous demandez, Gens bien intentionnés · Mais pas très décidés, Guels sont Ces hommes à pétitions : « Sont·ils carrés? » «Ou sont·ils ronds? » James Mangé va mourir, Etranglé, Comme Solomon Mahlangu est mort faute de voix pour le sauver. Un jour vous demanderez, Gens sans désordre: « Ou' est cette corde ' «Sur notre cou? » «Est-elle en chanvre roux? « Est-elle en lin perlé? » Mais qui, alors, Pourra encore Manifester! Yves LOR lETTE 94. Vitry Pour vacances, 2e quinzaine d'août, échangerais appartement 3 pièces à Paris contre équivalent bord de mer. Ecrire à droit et liberté pour J .M. droit et liberté. nO 392 • juin 1980


------- ------------------------- --,

• éditorial • une image ,. . a peine grossie Les immigrés ne sont pas seuls. A l'étonnement et pour le plus grand dépit de ceux qui les harcèlent, les menacentet les insultent, des voix innombrables s'é lèvent depuis des mois et des mois, dans tous les milieux, pour dénoncer la loi Bonnet et le projet Stoléru, les décrets et circulaires iniques frappant travailleurs et étudiants étrangers, les rafles « au faciès» et les autres pratiques inacceptables de l'administration, les campagnes de haine, l'impunité des auteurs de crimes racistes. Au point que les responsables du racisme d'Etat en perdent leur sang-froid et n'hésitent pas devant les plus grossières provocations pour tenter d'accentuer dans l'opinion les courants xénophobes: le Premier Ministre compare l'Université à un « dépotoir» et le ministre de l'Intérieur accuse les hôtes de la France d'y propager « la vérole politique ». La lutte qui s'amplifie contre cette entreprise déshonorante d'intoxication et d'intimidation n'est pas un simple mouvement de soutien à ceux qui la subissent de plein fouet. Elle traduit la prise de conscience d'une solidarité dans les deux sens, c'est-à-dire d'une communauté d'intérêts, d'objectifs et d'espoirs. Jamais sans doute le mot d'ordre né en 68: « Français, immigrés, même com' bat /» n'a eu autant de portée qu'aujourd'hui. Français et immigrés, en effet, souffrent également des conséquences de la crise: inflation, chômage, insécurité. Dans les branches industrielles et les régions où diminue la main d'oeuvre étrangère, l'emploi fléchit aussi au détriment des nationaux. Les mesures visant les étudiants étrangers s'inscrivent dans une attaque en règle menée contre l'Université française, soumise, sous couvert d'austérité, à un véritable démantèlement. L'injustice et le mépris sont indivisibles. Lorsqu'un groupe de la population en pâtit, d'autres sont inévitablement menacés. C'est ainsi que le projet de loi d'Ornano traite en « catégories spéciales» à mettre en tutelle dans des foyers d'assistés les immigrés, les jeunes travailleurs, les retraités et les handicapés. Les méthodes utilisées récemment au Ouartier Latin pour arrêter non pas les «casseurs » (téléguidés et protégés) mais des étudiants, ne ressemblent-elles pas à ce que connaissent en permanence les immigrés? Ne cite-t-on pas de nombreux cas où des Français ont été, comme eux, victimes de contrôles illégaux et d'interventions intempestives de la police? Les attentats, naguère surtout racistes, ne trouvent-ils pas des prétextes sans cesse renouvelés, avec toujours la perspective de paralyser la vie démocratique en incitant les citoyens à se terrer et à se taire? La «gestion »de l'immigration par décrets, circulaires, notes et directives ne reflète-t-elle pas une mise en cause systématique des prérogatives du Parlement? Le projet de réforme du Code pénal, qui suscite une levée de boucliers, ne représente-t-il pas, par l'autoritarisme qu'il révèle, par les atteintes aux libertés qu'il fait craindre, l'extension à 55 millions de personnes d'un état de choses jusque là réservé à 4 millions? On pourrait multiplier les faits démontrant que si les étrangers sont souvent les premiers à affronter des situations qui bientôt feront tache d'huile, cette évolution s'accélère. C'est simultanément désormais que nous sommes touchés, les uns et les autres, même lorsque c'est apparemment sous des formes différentes, par les violations des droits de tous. Déjà la condition douloureuse des étrangers nous offre une image à peine grossie de ce que devient, de ce qu'est devenue notre société toute entière. S'opposer à ce processus et s'y opposer ensemble, c'est le sens des manifestations de résistance et de solidarité du 7 juin, à Paris et en province, contre le racisme et l'arbitraire, pour un dialogue véritable dans l'égalité et le respect mutuel, contrairement à celui que les autorités font semblant d'organiser pendant une nouvelle «semaine », cynique et mystificatrice, tout en continuant d'aggraver les persécutions. Albert LEVY 5 • spécial immigration • sous les lois, les hommes Un immigré de Sète expulsé: il avait été victime d'une bavure policière. Sa présence accusatrice gênait les forces de l'ordre. Un étudiant marocain, père de deux enfants français, expulsé: son activité syndicale gênait l'offensive contre l'université de Mme SaunierSeïté et consort. Sa demande d'autorisation de mariage gênait MM. Bonnet et Stoléru dans leur volonté d'européanisation de l'immigration. Khélifa Bendjeddou, né en France, père de 4 enfants, expulsé: pour rien, il était immigré, il gênait, tout simplement. Sa femme, ses enfants, expulsés: simples appendices de la force de travail expulsée, ils n'ont plus rien à faire en France, ils gênent. On n'en finit pas de décrire les cas d'espèce qui résultent du racisme d'Etat peu à peu mis en place par le gouvernement. De loi Bonnet en note Stoléru, des contrôles d'identité racistes aux appe'ls ministériels à considérer l'expulsion des étrangers comme une solution à tous les maux, la vie des immigrés se transforme peu à peu en un cauchemar où l'incertitude est le lot quotidien et le fruit d'un arbitraire qui, aujourd'hui, s'est introduit dans tous les aspects de la vie. des centaines de couples interdits Les interdictions de mariages sont devenues des cas tout-à-fait banaux. Par dizaines, ces couples interdits viennent tenter de trouver, à la permanence juridique du mrap, une sollition à ces situations souvent dramatiques. Si, après trois ans de lutte, Guta Korenblum et Auguste Cré- 6 tinoir (1) ont, enfin, pu se marier, c'est leurfils de 14 mois qui, de façon significative, a adressé le faire-part à leurs amis. Lors du récent sommet de Varsovie, le président Giscard d'Estaing a présenté à M. Brejnev une liste de quatre cas de Français, empêchés de se marier avec des Soviétiques. La presse a donné à ces cas toute la publicité souhaitable. Ajuste titre, elle a rappelé que les Etats étaient mal indiqués pour intervenir dans ce genre d'affaire. On n'ose pasespérerque cette juste indignation soit le prélude à une vaste campagne en faveur des centaines de Français qui, ici même, se voient interdire la possibilité d'épouser la personne de leur choix. Le 21 sef)tembre 1979, le président du tribunal administratif de Marseille rendait « au nom du peuple français »un arrêt ordonnant le sursis à un arrêté d'expulsion concernant Miloud Wahib, étudiant marocain. Le 28 novembre, «vu les nouveaux renseignements recueillis », le préfet rapportait la mesure de refus de séjour. Mais, en mars 1980, le même Miloud Wahib recevait un nouvel avis d'expulsion où il lui était " notamment fait grief d'avoir troublé l'ordre public ». miloud wahib la punition du syndiqué Voilà plus d'un an que Miloud attend l'autorisation de mariage pour épouser Nicole Vial, enceinte de huit mois et dont il a déjà un enfant. Quels sont les faits si graves qui motivent un acharnement de l'administration tel que les décisions de justice doivent être ouvertement ridiculisées et qu 'i 1 faille séparer un père de ses enfants et u n homme desa conjointe? Il apparaît en effet que la décision, prise en mars, ne repose sur aucun fait nouveau depuis la date où la première mesure avait été rapportée. Mais, scandale, en 1976, Miloud avait pris la téméraire responsabilité de transporter des affiches de son syndicat étudiant et avait participé, dans le cadre de cette organisation, à une manifestation contre le démantèlement du CROUS. On a la mémoire longue et la dent dure, en ces temps de" fermeté » ministérielle. Mais un puissant mouvement de solidarité multiforme avec l'étudiant et sa famille se développe dans différentes villes Nicole Vial, enceinte de 8 mois, a entamé une grève de la faim. 71..·..· .· i ... Charles .o.. o ~ Il.


- ------ -----~

par milliers contre les lois racistes .9 o ~ ~ a.. Le mrap à la manifestation du 10 mai. Le 10 mai dernier, une importante manifestation réunissait 10,000 personnes à Pari~ pour protester contre le développement des discriminations à l'encontre des étrangers, travailleurs et étudiants. .. . Appelée par les organisations regroupées au sein de la Maison des :rr~vailleurs Immigrés, cette manifestation avait reçu le soutien de nombreuses autres associations dont le MRAP, présent dans la manifestation avec sa banderole; .. ., . . Le 7 juin, sous le mot d'ordre« Français, Immigres, solidaires contre le r.aclsme et 1 arbitraire », un très large éventail d'organisations .ap~elle à une marc~e de I~ .Bast!lIe. à Notre-Dame: Le MRAP a joué un rôle actif dans l'organisation de cette manifestation qUI fait ~ate par la vanété et le nombre des associations qui y appellent (1) ainsi que par les moyens m!s en oeuvre: d.e.s centaines de milliers de tracts, quinze mille affiches, une mobilisation exceptionnelle des mili tants. La CGT et la CFDT soutiennent activement cette initiative, tant au niveau confédéral qu'au niveau régional. (1) liste des organisations . Accueil et Promotion - Amicale des Algériens en El;Jrope - Amic~le Frar:'co-~alienne - Artisans du Mo~de. - Associ~tion pour l'A1ph~~ bétisation, "Enseignement du français et la formation des travailleurs Immigrés ~AA.E.~.T. I.) - ~soclatlon Chrétienne ~es T~avall leurs Italiens (AC.LI.) - Association Françaisedes Anciens Combattants Volontalre~ tt.allens résld.ant en France (Les Ga:lbaldlens)Association Générale des Travailleurs Sénégalais en France (AG.T.S.F.) - Ass.cla~lon d.es .Jurlstes pour la recon~al~sance des droits fondamentaux des immigrés - Association OJlturelle de regr~u~ement Antll~a~s-Afrlcaln~ (AC.R.AA) - Assoclatl,?n .de Soutien aux Travailleurs d'Afrique Noire immigrés (AS.T.A.N.I.) - AsSOCiation des Stagiaires et Etudiants ~mor.lens -.Assoclatlon pour le Théâtre de la Porte d'Aix - Association des Travailleurs Haïtiens immigrés e.n Fra.nce -A.T..H.I.F.) - Aumonene Nationale Espagnole - Aumônerie Nationale nalienne - Centre d'Information et d'Etudes sur les Migrations M~d~terranéenne:; (C.I.E.M.M) -.- CIMADEComité de liaison des Associations de Travailleurs Africains immigrés en France : AsSOCiation des travalllt;'urs et stag.lalres centrafricains en France (AT.C.F.)· Regroupement des Travailleurs Sénégalais en France.(R.E.T.S.E.F.).- Comité International Culturel Kwamé N'Krumah, Mouvement de l'Eveil pour le Progrès du Bénin (M.E.P .. B. - Union des Travallll:~urs Maurltanle~s en France (U.T.M.F.) • Amicale des Ressortissants Guinéens en France (ARG.F.) • Union générale des Travailleurs Sénégalais en France (U.G.T.S.F. - Regroupement des Travailleurs Maliens en France (R.T'.M..F.) - Colle~tlf lIe-de.-Fr,:,nce des Assocl.atlons de Formation des Immigrés - Collectif des Prêtres Portugais immigrés - Comité de liaison pour 1 alp.habétlsatlon et la pro.motlon .(C.L.A~.) - Commission Episcopale des Migrations - Comité des Travailleurs et Intellectuels MaghrébinS (C.O.T.I.M.), - Comité MéZ,c~isocla(~pr;, )Ia Santé des Migrants - Comité Permanent Antillo-Guyanais contre la répreSSIOn : Regrou~ement ~e ~ Emlgratl~~ ~I aise .:. Groupe Révolution Socialiste - Amicale ~ntillo-Guyan.aise de Bobigny - Un~on Progressl~te. Antlll,als~ - Martiniquais communlste~ résidant en France - Confédération Syndicale des Familles (C.S.F.) - Fédération des Assoclatlo,nsd Emlwants Espag~ols en Franc~ Fédération des Associations de solidarité avec les travailleurs immigrés (F.A.S.T.I.) - G!,oupe,d Inforr:natlon et de Soutien aux Tra~allleurs Immigrés (G.I.S.T.I.) - Groupement d'Etudes et de Recherches des Méthodes Actives d Educatlon(G.E.RMAE.)-lnformatlon, Défense, Action, Retraite (I.DAR) - Jeunesse Ouvrière Chrétienne Féminine (J.O.C.F.)· J.O.C. Emigrante - justice et Paix, Ubre Pensée - Les Associations de la Maison des Travailleurs Immigrés : Association des Marocains en Fran~e (A.M.F.) - C?~ltédes Travailleurs Arabes (C.TA)· Fédération des Travailleurs d'AfriqueNoire Immi.grés (FE.TRAN.I.)· Fédération des AsSOCiations de Travailleurs Portuga is en Europe (F.AT.E.) - Mouvement des !ravailleur~ Ivolflens. e.n France (M.O.T.t.F.) - Union Générale des Travailleurs Sénégalais en France (U.G.T.S.F.) - Union des Travailleurs Immlwés TUniSiens en France (U.T.I.T.) - Mouvement contre le Ra· cisme et pour l'Amitié entre les Peuples (mrap) - SerYlce Civil International - Service Inter-Diocésain pour les Travall!eurs ImmlQrés (S .I.T.!.) - Solidarité Français-Migrants - Syndicat des Avo~ats de Fran;:e - Terre des Hommes - Travailleurs de TurqUie sans papl~rs de la confection - Union Chrétienne de Jeunes Gens - Union des Comités pour le Développement des Peuples (U.CO.DE.P) - Union Générale des Travailleurs Réunionnais en France - Un pour Cent Tiers Monde - Union Rationaliste - U,:uon des -r:ravallle~rs Malten.s en France - la C.G.T. (Confédération et Union Régionale de l 'Ile-de·France), la C.F.D.T. (Confédération et Umon Régionale Pan· Sienne) soutiennent cette initiative et appellent à la manifestation - L'U.N.E.F. et le Comltéde défense des étudiants étrangers participeront aussi à la manifestation . droit et liberté. nO 392 • juin 1980 du sud de la France; le cardinal-archevêque de Marseille, Mgr. Etchégaray, est lui-même intervenu ainsi que de nombreuses personnalités dont le député communiste - Marcel Tassy et Louis Mexandeau, du parti socialiste. De nombreux professeurs se sont associés à la protestation. Au nom du mrap, Serge Kriwkoski a adressé un télégramme au ministre de l'Intérieur. L'interdiction de mariage est souvent doublée de l'expulsion arbitraire, deuxeffets de la loi Bonnet. Mais l 'arbitraire instauré par ce texte révoltant et raciste prend parfois, s'il est possible, un caractère plus odieux encore. victime d'une «bavure », il est expulsé A Sète, en avril 1975, Abed Belmaaziz retire 9.000 F. à la caisse d'épargne pour partir en vacances lorsqu'il est interpelé au volant de sa voiture par deux hommes en civil qui, découvrant l 'argent, sortent leurs armes. Effrayé, Abed tente de s'enfuir en direction du commissariat mais les hommes tirent et il est atteint de deux balles à l 'épaule: huit jours d'hôpital et, en prime, un mois de détention préventive . Les agresseurs étaient des policiers. Procès; le tribunal met Abed Belmaaziz hors de cause et la vie semble reprendre normalement. Jusqu'au 29 février dernier, où il est convoqué à la pol ice et où on lui notifie un arrêté d'expulsion. Arrivé en France en 1962, il est, depuis, ouvrier du bâti ment dans la même petite entreprise. Seulement voilà, il a fait un mois de prison. Innocent? Qu 'importe! Victime d'une grossière « bavure »? Et alors! Abed a une petite fille de 5 ans, Madjouba. L'expulsion ou le refoulement arbitraire qui sont devenus monnaie courante depuiS l'adoption de la loi Bonnet représentent un traumatisme grave pour ceux qui en sont victimes. Au sentiment d'une insupportable injustice après tant d'années de travail au service de l'économie française s'ajoutent les déchirements familiaux, la rupture des liens créés, et, bien sûr, la perte de son emploi, de son logement, l'incertitude totale du lendemain. femmes immigrées, femmes sans droit Accordé dans des conditions extrêmement restrictives, le regroupement familial a généralement permis, pour ceuxqui l'ont obtenu, une meilleure insertion dans la vie sociale. Aujourd'hui, où les expulsions sont à l'ordre du jour, l'administration ne s'embarrasse pas de scrupules. On invente l'expulsion familiale qui réduit femme et enfants à un simple appendice 7 ••• du trava illeur immigré, sans droit propre, sans personnalité. Khélifa Bendjeddou a 27 ans ; il est né en France et exerce la profession de commerçant forain ; il est marié, père dequatre enfants dont l 'un peut être considéré comme français au regard de la législation en vigueur. Le renouvellement de sa carte de résident privilégié (1 Oans) lui est refusé sans motif en juin 1979. Officieusement, on lui reproche un trop long séjour en Algérie en 1972-1973 où il éta it allé satisfaire à ses obligations militaires. Le 31 janvier 1980, il reçoit un arrêt de la Préfecture lui enjoignant de quitter le territoire . Mais, beaucoup plus fort, un autre arrêté signifie à sa femme et à ses enfants de quitter la France à la même date. A l'heure actuelle, toute la famille fait l 'objet d'une procédure judiciaire pour avoir séjourné sans autorisation sur le territoi re nationa 1. L'émotion est vive à Alès où vivait cette famille et, là encore, l'application des lois racistes se heurte à une résistance active de la population indignée. Il s'agit d'ailleurs d'un phénomène qui se développe un peu partout et que n'escomptait pas le gouvernement. Est-ce à cause de cela qu 'abandonnant le ton habituel de l 'hypo~ cnSle, MM. Barre et Bonnet se sont récemment . lancés dans les diatribes dignes de «Minute » contre les étudiants étrangers? Mais le racisme qu'ils tentaient naguère d'inculquer par allusion et q~'ils manifestent ouvertement aujourd ~UI ne prend pas aussi facilement que prevu : tant mieux! on ferme les portes du ghetto Il est vrai que, si les immigrés sont les premières victimes de l 'arbitraire, les Français eux-mêmes se voient rapidem~ nt confrontés à ce genre de problemes. Une solution originale au problème de la petite délinquance qui sévit dans toutes les cités dortoirs vient d'être inaugurée à La Riche, dans la banlieue de Tours, et on peut craindre qu'elle fasse tache d'huile. La cité des Sables est habitée principalement par des travailleurs immigrés et leurs familles . On sait ce que veut dire la constitution de tels ghettos, éloignés de tout, sans possibilité pour les jeunes de s'amuser ou de se cultiver . . Dans l'autobus qui dessert la cité, plu sieurs incidents opposent des conducteurs à de jeunes enfants. Portes bloquées, signal d'alarme tiré sans raison , chahut plutôt que délinquance . Surun hectare vivent 1.500personnes. Le maire dispose de deux gardes municipaux et de deux agents pour régler les problèmes de sécurité et d'ordre public. Un conducteur de la société de bus SEMITRAT déclare: «Quand il y a un contrôleur dans le car, cela impressionne les gosses qui, ains/~ demeurent tran quilles ». 8 la palme de l'hypocrisie Rafle au faciès dans le métro, Le 8 mai dernier, M, Stoléru, secrétaire d'Etat aux Travailleurs Immigrés, adopte, à Strasbourg, avec ses homologues des 21 pays du Conseil de l'Europe, un communiqué dont voici les passages les plus significatifs: " Les travailleurs immigrés sont les citoyens les plus vulnérables, les premiers à subir les conséCjuences de la récession .. . Leur contribution importante au développement économique de l'Europe Justifie une reconnalssancede leurs droits et aspirations ... (il faut rechercher les moyens de leur assurer) un statut Jundlque qUI leur assure un séjour stable et des conditions de travail égales à celles des nationaux ... » Suivent t0';lt.e une série de recommandations, Il faudrait que les travailleurs immigrés participent aux décISions les concernant: « Ils devraient pour cela jouir des libertés fondamentales.telles que la liberté d'expression, de réunion et d'association ». Le document souhaite également que les obstacles au regroupement familial soient éliminés et qu'un,e protection slléciale soit accordée pour la deuxième génération. « En ce qui concerne les procedures d'expulSion », le document précise " qu 'elles devraient prévoir un droit de recours effectif ». Non seulement M. Stoléru et le gouvernement semblent considérer ces recommandations comme un amusem,:nt démocratiql!e à usage. e~terne mais une note de M. Stoléru révélée par la presse le lendemain de la déclaration des ministres européens montre en quelle estime le secrétaire d'Etat tient sa propre signature. D'après cette note envoyée aux préfets, les immigrés non-européens qui n 'ont pas de famille en France ne se verront renouveler leurs cartes de travail que sur décision du ministère. La note indique :« Vous voudrez bien transmettre désormais pour décision à la direction de la population et des migrations les demandes de renouvellement des travailleurs isolés .... deschômeurs n'ayant p.as exercé un emploi depuis plus d'un an. Ces dossiers seront transmis avec les renseignements chiffrés concernant l 'application de l'article R 341 4, c'est-à-dire notamment la situation de l 'e mploi présente et à venir dans la profession ou dans la région considérée et avec votre avis concernant tous les éléments que vous souhaiteriez faire connaître ». Moyennant quoi, M , Stoléru ou ses services pourront décider dans le secret de leurs cabinets de la vie de dizaines de milliers de personnes, transformant des êtres humains en simples maillons de la machine économique, Mon projet de loi ne plaît pas aux députés, semble s'être dit M . Stoléru, qu'à cela ne tienne, la « loi Bonnet » me suffit et cette note confidentielle me permettra d'arriver au même résultat! ,N'oublions pas que, dans un premier temps, M, Stoléru voulait expulser les immigrés« pour raisons de santé ». Une manière à lui de faire faire des économies à la sécurité sociale! . Un mois plus tard, le même homme lance à grand fracas une " semaine du dialogue ». Quel cynlsme! Quelle honte! Dans un monde qui n'en manque pas, M, Stoléru mérite vraiment avec ceux qui l'inspirent, la palme de l'hypocrisie, ' On le voit, de multiples solutions existaient à ce problème, somme toute mineur (sans parler, bien entendu, de la solution de fond qui est la suppression des ghettos !). Mais la SEMITRAT a choisi de «punir » la cité pour avoir des epfants aussi mal élevés: la ligne de bus a été purement et simplement supprimée ! Cha~ que matin, il faut faire plus d'un kilomètre et demi pour rejoindre le premier arrêt. La « ligne numéro 7 », c'était le dernier lien entre la cité et le reste de la ville. On comprend le sens d'un engrenage qui commence par de telles mesures. Aujourd'hui , c'est: « Haro sur les immigrés! ». Demain, ça se transforme en : «Malheur aux pauvres! » A La Riche aussi, on se pose beaucoup de questions. On se demande surtout si, en décidant de rendre plus hermétique encore le ghetto des immigrés, la ,SEMITRAT n'a pas pris la responsabilité d'aggraver des problèmes qu'il n'est possible de résoudre qu'ensemble. reto.ur du travail : la maison était rasée A Villeneuve Loubet (Alpes-Maritimes), une trentaine d'étrangers vivent, depuis dix ans, dans une vieille villa abandonnée . Ils s'y sont installés lorsque la société Triverio a décidé de construire dans cette ville une luxueuse marina. Maintenant que les marinas sont construites, ceux qui les ont bâties sont devenus indésirables. Après plusieurs tentatives déjouées par la solidarité, le maire de la ville décide, en février dernier, de chasser définitivement ces gens qui tranchent par trop sur le luxe de l 'ensemble. Il prononce un arrêté de « péril imminent » concernant la maison où ils logent et demande la destruction de cet « habitat insalubre » (qu 'on avait pourtant trouvé bien suffisant en 1970 !). En avril, chaque occupant reçoit une sommation individuelle de vider les lieux sans qu'aucune solution de relogement ne soit proposée . Le 28 avril, une dizaine de vigiles de la marina, talkie-walkies en main et chiens policiers en laisse, investissent la maison, en chassant ceux qui ne sont pas au travail ; les bulldozers arrivent. Bientôt, il ne reste plus de la maison qu'un tas de décombres . Quelques affaires ont été rapidement mises dans des sacs et entreposées dans un garage. Ceux qui rentrent ramassent çà et là un transistor ou une veste qui ont échappé à la destruction. C'est seulement grâce à la solidarité du curé voisin que les expulsés trouveront u n toit pour dormir, celui de la chapelle . Le ciel est très bleu, très calme au-dessus de la « Marina Baie des Anges » • Jean-Louis SAGOT-DUVAUROUX (1) Cf, droit et liberté na 375 et na 376. droit et liberté. na 392 • juin 1980 plus de droits pour une meilleure intégration Ça n'est pas en restreignant mais en augmentant les droits des immigrés qu'on permettra une insertion harmonieuse dans la société française, une insertion qui laisse tout son champ à l'expression des différences. L'arrêt de l'immigration, survenu en 1974, en France comme dans la plupart des pays européens importateurs de main-d'oeuvre, annonçait la volonté d'adapter le marché du travail aux nouvelles conditions de l'activité économique, essentiellement marquée par la récession, le chômage et l'inflation . Si le processus fut, en France, beaucoup plus progressif que dans les autres pays européens, ceci afin d'atténuer l 'i mpact sur les secteurs qui, comme le bâtiment et l'automobile, fonctionnent essentiellement grâce à la main-d'oeuvre étrangère, il n'en a pas moi'ns abouti à un arrêt effectif de l'immigration. Ceci fait apparaître une certaine contradiction au niveau sociologique. La main-d'oeuvre immigrée, caractérisée jusque là comme main-d'oeuvre temporaire, continue à être traitée comme telle par la législation française, alors qu'il s'avère que sa présence en France prend un aspect de plus en plus permanent puisque les possibilités de retour temporaire au pays d'origine sont rendues de plus en plus difficiles. Ce n'est pas la première fois qu'une telle situation est créée en France. l'expérience des années trente Déjà, après la crise économique de 1929, l'immigration avait été brutalement stoppée. La politique du gouvernement français d'alors avait consisté à laisser le choix aux immigrés ~ntre le dé- ••• 1 Ils veulent faire ployer les immigrés sous le fardeau des lois racistes. 9 part et l 'assimilation , Pour ce qui est des départs, il est bon de se souvenir que, pendant la période 1934-35, le gouvernement Laval expulsa de France environ 140.000 travailleurs polonais. Pour ce qui est de l'assimilation, elle se traduisit à la fois par une libéralisation de la politique des naturalisations (mesure très nettement intéressée si l'on tient compte du fait que la société française souffra it a lors de dénata 1 ité) et par des attaques contre les droits à la différence, en particulier contre le droit d 'association par le décret très restrictif du 12 avril 1939. . La pofitique « post-migratoire » qui semble se mettre en place aujourd 'hui paraît beaucoup plus contradictoire. Si l'on a longtemps pratiqué l 'i ncitation à côté de mesures ponctuelles plus coercitives, la pOlitique de retour manifeste néanmoins le hiatus entre une intégration structurelle de la main-d'oeuvre immigrée à l 'économie et un.certain refus d'intégration sociale. Cette contradiction est aggravée par la législation· qui se met en place en ce qui concerne l 'emploi et le séjour (loi Bonnet, projet de loi Stoléru) comme en ce qui concerne le logement (projet de loi d 'Ornano). Ces lois, mesures ou pratiques administratives, font entrer les immigrés dans des « catégories particulières de population », tendent à les maintenir en situation de « ghetto » qui rend l'intégration problématique. Dans le même temps, on rend plus ·difficile le maintien d'une conscience nationale ou culturelle particulière en supprimant la possibilité des longs retours temporaires qui permettaient de garder le contact avec le pays. Enfin, ce contact, qui s'établissait également par la venue de nouveaux arrivants, n'existe plus du fait de l'arrêt de l 'immigration. La crise est mondiale. Les pays exportateurs de main-d'oeuvre sont plus durement touchés encore que les pays importateurs et cela rend tout retour massif problématique. Ne conviendrait-il pas, dans ces conditions, de faciliter l'insertion des étrangers par l'extension de leurs droits plutôt que de les installer dans une situation précaire, sans cesse menacée, par des mesures discriminatoires et humiliantes? L'extrême diversité ethnique, nationale, culturelle de l'immigration rend difficile une appréciation globale de ses aspirations face à ce problème. Suivant les cas, I~s conditions d 'accueil, le lien au pays, les facilités d'adaptation culturelle entraînent certainement des comportements différents. Cependant, quand cette population ne se trouve pas déjà enfermé'3 dans une forme d 'errance sociale, où il lui est devenu 8xtrêmement difffcile de se définir autrement que par un sentiment d'exclusion totale, il semble que l'on observe le plus souvent chez elle, en particulier chez les jeunes nés ou élevés en France, un net désir de promotion sociale (ne pas accepter ce qu'ont subi les parents, c'est-àdire les conditions de vie et de travailles plus pénibles et les plus humiliants). Ce sentiment s'ôccompagne souvent aussi d 'une volonté de préserver (ou de retrou ver) une certaine originalité, une certaine forme de différence à la fois par rapport à la société d'accueil et par rapport à la société d'origine. s'exprimer pour vivre mieux Vouloir conserver sa nationalité, pour un jeune immigré qui a pourtant conscience qu'il ne retournera jamais déflnltlveme~ t d~ms son pays d 'origine et qUI a fait 1 experlence de ce qui le sépare de se~ compatriotes restés au pays, cela renvoie à la recherche d'une certaine appartenance à une communauté qui s'est Des secteurs comme le bâtiment et l'automobile fonctionnent grâce â la main-d'oeuvre étrangère. 10 forgée à travers son exil et ses souffrances et qui lui assure une forme de référence affective. Vouloir se faire reconnaître par la société d'immigration en tant qu 'appartenant à une communauté or i gin~le n 'im plique pas du tout un refus d'intégration ni une acceptation de la marginalisation que la politique actuelle tend à faire subir à ces communautés. Si l'on prend le cas des anciennes immigrations en France, on s'aperçoit que celles qui se sont le mieux intégrées et chez lesquelles la mobilité sociale a été la plus ascendante au f il des générations sont justement celles chez qui la vie associative a pu être particulièrement intense. Ainsi en est -il par exemple des Polonais du Valenciennois chez lesquels une réussite scolaire et professionnelle tout à- fait exceptionnelle, au niveau de la troi sième génération, n'exclut pas du tout le maintien de la pratique de la langue· et des traditions ainsi que les références au pays d'origine, voire un désir, encore fré quent aujourd 'hui, d'en garder la nationalité . \ Si une \telle évolution a été possible, n'est-ce pas, peut-être, parce que les ac cords franco-polonais de 1922 assu raient à cette immigration l 'égalité totale avec les citoyens français au niveau du droit d 'association et parce que le regroupement fami liai fut favorisé et largement droit et liberté. na 392 • juin 1980 réalisé dès les premières années de l 'immigration? Cet exemple ne peut s'appliquer intégralement aux immigrations d'aujourd'hui, en particulier à celles provenantde pays du tiers-monde dont les structures socio -culturelles ont souvent été perturbées par la colonisation , mais on peut imaginer qu'avec des conditions aussi favorables, au départ, le nombre de jeunes immigrés qui, aujourd'hui, se sentent totalement exclus de notre société, serait bien moindre. prendre en compte les données nouvelles Est -ce en instituant la précarité au niveau du droit de séjour par le renouvellement conditionnel d'année en année des cartes de résidence, est -ce en continuant d'entraver le regroupement familial, estçe en favorisant la ségrégation au niveau de l'habitat, que l'on prend en compte les données nouvelles de l 'immigration, c'est-à -dire la présence en France d'une importante population étrangère désormais permanente et qui y vit depuis des années déjà? Est-ce en maintenant des restrictions au droit d 'association pour les étrangers, en ne leur donnant aucun droit de vote ou de représentativité polit ique, en ne leur offrant comme mode d'intégration à la société française qu 'une naturalisation, devenue d'ailleurs de plus en plus difficile et n 'assurant qu 'une égalité formelle avec les Français (voir le cas\des Français musulmans qui vivent souvént dans une discrimination de fait), que l 'on répondra aux aspirations d 'insertion sociale de la plupart d 'entre eux, que l'on répondra , surtout, à leur aspiration d 'égal ité dans le respect de leur originalité? La prise en cornpte des données nou velles de l'immigration implique que l'on prenne conscience du fait que la pré sence étrangère en France, de temporaire qu'elle était, est en train de devenir permanente et définitive, et que ceci appelle une extension des droits des étran gers, leur assurant de plus en plus l 'accès à l'égalité dans la différence. Au lieu de cela, il semble bien que l 'on soit en marche vers une restriction de ces droits et qu 'une telle pol itique fait courir à toute la société, française et immigrée, le danger d 'une marginalisation croissante, d'une partie de la population étrangère, menacée sans arrêt d'un retour vers un pays qu 'elle ne connaît plus, exclue au niveau de l'emploi, ségrégée au niveau de l'habitat et vivant sa différence comme un malaise et une angoisse. Jacques BAROU Solidaires des travailleurs français, les immigrés luttent pour leurs droits. c:: o

3 / 8EI(Tt:J~ tb~~ ~ 11 universités préserve et étende leurs droits que l 'on améliore la qualité de l'enseignement. Un ex-universita ire a tordu le coup à cette tradition qui remonte au moyenâge . la vérole, c'est le racisme M. Barre a en effet concocté un décret spécialement à l'intention des étudiants étrangers. Bien qu'il ait été signé par luimême. par Mme Alice Saunier-Seité (mi nistère des Universités) par MM. Jean François-Poncet (Affaires Etrangères) et Robert Galley (Coopération), ce décret porte impropreme"nt, le nom de «décret Imbert ». Comme si les ministres avaient honte de leur enfant et s'étaient empressés d'en attribuer la paternité à un autre. centralisation et sélection Le « décret Imbert » et la circulaire Bonnet du 2 avril 1980 rendent encore plus précaires l'entrée et le séjour des étudiants étrangers dans les universités françaises. Des étudiants, Français et étrangers, ont riposté à l'agression en organisant de nombreuses grèves et manifestations dans plusieurs villes. Ce décret interministériel définit la politique que le gouvernement a l'intention de mener à l'égard des étudiants étrangers. Il impose des conditions draconniennes et dresse des obstacles à leu r entrée et à leur maintien dans les facultés françaises. Mai 68. mai 80 : le rapprochement est hasardeux et même inexact. L'histoire ne se répète pas. Pourtant. en ce 19 mai. parmi les 5 à 6 mille étudiants et enseignants rassemblés devant Jussieu à l'appel de leurs organisations syndicales. il se trouve plusieurs manifestants pour voir dans cette coïncidence de date un signe. un symbole. «La défense des étrangfHsen 80, explique l'un d·eux. ce sont les «comités VietNam en 68 ". Voire. Lesmilliersde jeunes gens réunis devant la faculté où quelques jours plus tôt un homme est mort ne semblent pas bercés par l 'euphorie des fêtes d'anniversaire mais sont surtout là pour défendre leurs camarades étrangers menacés par un décret et une circulaire racistes. Le mouvement a pris naissance à Angers, au début de l 'année. et s'est étendu peu à peu à plusieurs autres universités françaises. A Caen. à Grenoble, à Nice. à Rennes. à Amiens. à Aix. à Paris, etc ...• les étudiants sont descendus dans la rue, ont manifesté. ont organisé la grève des cours ; d'autres ont cessé de s'alimenter pour alerter l'opinion publique. Devant cette lame de fond, les pouvoirs publics ont répondu par la répression. Des campus ont été envahis par les forces de l'ordre. A Jussieu. un manifestant, Alain Begrand.estmort. «Silapolice n'avait pas pénétré sur le campus, affirme un étudiant. Alain Begrand n 'aurait pas pris peur et ne se serait pas tué en voulant éviter les coups de matraque des C.R.S. ». Quelques jours plus tard. un préfet de police. feignait la surprise en entendant un interpellateur évoquer les franchises universitaires : quelles franchises? l'Université n'est plus un lieu protégé. On le croya it. Il ya les traditions . Quelles traditions? A en croire le préfet de police. il faut se faire une raison . La tradition voulait que le campùs soit inviolable. La tradition. mais pas la loi . 12 En la matière, le préfet n'innove pas. L'exemple ne vient-il pas d'en haut? La tradition veut que la France soit une terre d'accueil. que son rayonnement culturel implique que les université~ françaises reçoivent les étudiànts étrangers que l'on Ces obstacles sont au moinsde trois ordres. D'abord, il est créé une commission nationale pour l'inscription des étudiants étrangers. Sa mission : centraliser les dossiers d'inscription. sélectionner les étudiants et les répartir dans les difféle fond de leur pensée L'action des étudiants en faveur de leurs camarades étrangers menacés par le «décret Imbert " et la circulaire Bonnet, a conduit plusieurs responsables politiques, initiateurs des mesures racistes. à perdre leur sang-froid ... ou plus simplement à énoncer clairement le fond de leur pensée et de leurs intentions. Voici quelques extraits de ces «cris du coeur ". M. Raymond Barre, le 13 mai, à l'Assemblée Nationale: «Le gouvernement continuera à appliquer les dispositions arrêtées pour éviter l 'afflux. dans nos universités, d'étudiants étrangers dont les universités de leurs pays d'origine ne veulent pas. Ouand on voit ce qui se passe dans certaines universités, du fait d'inscriptions d'étudiants étrangers fantômes qui ne sont là que pour mener une action politique orientée contre leurs pays d'origine, il est normal que les chefs de ces Etats soient préoccupés par des agissements menés sous le couvert des franchises universitaires et du droit d'asile ". «Nous voulons, a poursuivi M . Barre, que nos universités soient des centres de travail, de culture et de rayonnement de l 'influence de la France. Nous ne voulons pas d'universités qui soient des dépotoirs ". M. Christian Bonnet, ministre de l'Intérieur, le 13 mai, devant le conseil politique du Parti Républicain: «Beaucoup de chefs d'Etat étrangers souhaitent que leurs étudiants ne viennent pas attraper la vérole politique en France. ( .. . ) Les vrais étudiants seront toujours bien accueillis, mais la France n'a que faire des autres. Le rayonnement culturel de la France ne se fera pas grâce aux étu diants étrangers qui, une fois leurs diplômes obtenus, peuvent avoir automatiquement une carte de travail et prennent des emplois aux jeunes Français ". «Le gouvernement ne peut tolérer que sous couvert d'interminables études, certains éléments tentent de s'introduire sur notre territoire pour y mener des actions n'ayant que de lointains rap ports avec les activités des vrais étudiants étrangers ( ... ) ". Madame Alice Saunier-Seité, ministre des Universités, le 11 mai au Figaro: « Le thème choisi par les animateurs de mouvements d'agitation, le racisme, fait toujours recette dans notre pays. En réalité, il n'y a pourtant pas de pays moins concerné que le nôtre par cette accusation. car il ya actuellement 108.000 étudiants étrangers en France. Le nombre de refus de séjour n'a pas dépassé quelques cas, d'ailleurs réglés. Les étudiants étrangers bénéficient même, à la limite, de facilités plus grandes que les étudiants français : la présence de 50.000 d 'entre eux à Paris fait que beau coup de provinciaux ne trouvent pas de places sur les bancs des universités ». « Le paradoxe du système est te 1 qu 'on admet da ns des universités fra nçaises des étud ia nts qu i, en raison de leur faible niveau, et en l'absence de toute autre considération, ne seraient pas admis dans l'enseignement supérieur de leur pays d'origine. ou bien qui n'auraient pas la liberté dans le choix des filières dont ils jouissent en France ». rentes universités en fonction de quotas arbitrairement fixés . Les universités perdent donc le contrôle de l'inscription des étudiants étrangers. la commission ayanten la matière les pleins pouvoirs et ne devant rendre de comptes à personne et surtout pas aux Présidents d'universités. Cette commission est présidée par le directeur du Centre National des OEuvres Universitaires et Scolaires. M. Imbert. Elle est composée de 12 membres choisis parmi les personnels des corps universitaires mais désignés par les ministres des Affaires étrangères. des Uni versités et de la Coopération. Ainsi composée. il y a fort à parier que la commission. lors de ses réunions, évitera de sombrer dans les tourments et déchiremenths du débat contradictoire. des mesures vexatoires Ensu ite. l' étud ia nt étra nger dési reux de suivre des études supérieures en France doit «justifier d'une connaissance de la langue française ». Il est prévu de recourir à la ... dictée. Christian Bonnet, ministre de l'Intérieur, qu'on n'imaginait pas sous les traits d'un homme de lettres, marchant allègrement les plates-bandes de Mme Saunier-Seité, a estimé «qu'il y a 30% d'étudiants étrangers qui ne savent pas écrire plus de deuJ( lignes de français sans faire dix-sept fautes d'orthographe ». La dictée, du niveau de troisième, diton, permet .de débusquer ces mauvais élèves. Cette mesure discriminatoire et vexatoire a été, dans certaines facultés, à l'origine du mouvement de protestation contre le décret Imbert. Appliquée il y a quelques dizaines d'années elle aurait constitué un obstacle à l'entrée dans une université française d'artistes tels que Picasso, par exemple. D'autre part, on ne compte pas le nombre de réfugiés politiques qui, à leurarrivée en France. ne connaissaient pas la langue française et qui, à force de travail, ont réussi à la maîtriser. Certains ont même embrassé la profession d'avocat. Enfin le décret Imbert stipule que les étudiants étrangers «doivent déposer au préalable une demande d'inscription auprès des services culturels français » installés dans leur pays. L'objectif étant d'empêcher, à la source, la venue d'étudiants étrangers en France. La circulaire Bonnet du 2 avril 1980 prolonge et complète dans ce domaine les dispositions prévues par le « décret Imbert ». Cette circulaire du 2 avril 80 annule la circulaire du 12 décembre 1977 (1) contre laquelle le mrap avait engagé un pourvoi auprès du Conseil d'Etat. Elle. en reprend néanmoins les grandes lignes. D'emblée, elle introduit une discrimination en affirmant qu'elle ne concerne pas les étudiants originaires des neuf pays de la Commuanuté Economique Européenne (C.E.E.) mais les étudiantsdu droit et liberté. nO 392 • juin 1980 L .......-- -- Tiers-Monde qu i ne bénéficient pas d'une bourse du gouvernement français ou d'une organisation iriternationale. Ce «privilège " accordé aux étudiants européens résulte des liens particuliers existant entre la France et les Etats de la C.E.E. Pourquoi ce qui est admis pour la C.E.E. ne l'est-il pas pour les anciennes colonies françaises? Les responsabilités du colonialisme sont en effet criantes dans le retard énorme de l 'infrastructure universitaire et d·ans le manque de cadres. Or, la langue française, imposée comme langue d'enseignement, fait que, tout naturellement, les jeunes de ces pays setournent vers la France. Par le biais de décrets ou de circulaires racistestente-t-on, aujourd'hui dans certaines sphères, de prendre une pauvre revanche sur le passé? pour obtenir le droit ,. au sejour Certes, les étudiants venant de plusieurs pays africains (2) ne sont pas tenus de produire un visa de long séjour. Il s'agit d'une distinction purementformelle puisqu'ils doivent malgré tout remplir l'ensemble de ces conditions injustes. L'obtention du visa de long séjour est subordonné à la présentation aux services de police. Puissante manifestation devant Jussieu. • d'une attestation de pré-inscription délivréé par le service culturel français installé dans le pays d'origine du requérant • d'un certificat de contrôle médical devant un médecin agréé par le consulat français . .d'une attestation de ressources. Le candidat doit présenter à la police une attestation bancaire de ressources d'un montant égal aux bourses délivrées par le gouvernement français soit 13.500 F. La circulaire Bonnet du 12 décembre 1977 soumettait la délivrance du visa de long séjour à la consultation du « fichier d'opposition ». Dans sa version d'avril 80, la circulaire Bonnet n'yfaitplusexplicitement référence mais introduit la notion de «vérifications habituelles ». On peut se demander sl çJans l 'esprit de M. Bonnet ces «vérifications habituelles » ne sont pas d'autant plus aisées à réaliser qu'elles figurent dans le «fichier d'opposition ». Les étrangers dispensés du visa de long séjour ne sont pas mieux loti . Pour obtenir une carte de séjour au titre d'étudiant. ils doivent produire les justifications suivantes : attestation de pré-inscription, attestation d'i nscription provisoire, attestation de ressources. De même ils ne sont pas à l 'abri du filtrage politique par l 'intermédiaire des «vérifications habituelles ». Le renouvellement des titres de séjour est, lui aussi, soumis à plusieurs conditions. L'étudiant doit, d'une part. fournir ••• 13 un certificat de réinscription et, d'autre part, présenter une attestation de ressources. Au terme de ses études, l 'étudiant doit immédiatement regagner son pays. vers l'expulsion des étudiants étrangers En dressant devant les étudiants étrangers un barrage social, en organisant un véritable filtrage politique, en développant les compétence de la police dans le domaine pédagogique où elle n 'a rien à faire, en sélectionnant et répartissant les étudiants en fonction des «capacités d'accueil des universités » le gouvernement vise un double but : 1. réduire le nombre d'étudiants étrangers présents en France. 2. rejeter sur les étudiants étrangers la responsabilité de la crise . touchant l'ensemble des universités, les désigner à la vindicte populaire, en faire des boucs émissaires comme le sont les travailleurs immigrés (3). M. Bonnet n'a-t-il pas déclaré au plus fort de la crise que «le rayonnement culturel de la France ne se fera pas grâce aux étudiants étrangers qui prennent des emplois aux jeunes Français ». L'idée que « la France fait beaucoup pour les étrangers » a été également défendue par Mme Alice Saunier-Seité. Dans une interview publiée dans le Figaro (11 mai 80), elle a indiqué:« Notons que la Grande-Bretagne et la R.F.A. à elles deux reçoivent à peu près le même nombre d'étudiants étrangers que la 14 les étudiants français et étrangers ont demandé l'abrogation du «décret Imbert » . France ». Propos qui appellent plusieurs remarques. En Grande-Bretagne, nombre d'étudiants originaires des pays indépendants mais membres du Commonwealth ne sont pas considérés comme étant étrangers pour la simple raison qu'en vertu d'accords spécifiques, ils bénéficient de la citoyenneté britannique. Ils ne figurent pas do_nc dans les statistiques. les étudiants étrangers en france A la rentrée universitaire de 1978/ 79, 1 08.000 étud ia nts étra ngers éta ien t insc rits dans les universités françaises. 86.000 étaient origi'naires des pays du Tiers-monde. Par rapport à l'ensemble des étudiants 65% sont originaires d'Afrique, 15% du Proche et du Moyen-'Orient, 8% des Amériques, 6%du Sud-Est de l'Europe et 6%de l'Asie du SudEst. On comptait alors 32.000 étudiants venant du Maghreb (13.948 Marocains, 9.265 Tunisiens, 8.909 Algériens). Les représentants d'Afrique Noire était au nombre de 22.722. Par nationalité, les effectifs s'établissent ainsi : Maroc : 13.948. Tunisie: 9.265. Algérie : 8 .909. Liban : 5.100. Grèce : 4.251 . Iran : 3 .775. Etats-Unis: 3.431. Cameroun : 3.427. Côte d'Ivoire : 2 .697. Sénégal : 2.199. Madagascar: 2 .050. Congo: 1.730. Vietnam: 1.611. Brésil: 1.578. Syrie: 1.355. Turquie: 1.309. Bénin : 1.249. Egypte: 1.222. Togo: 1.199. Zaïre: 1.163. Japon : 1.081. Canada: 1.070. Haute-Volta : 946. Gabon: 911. Cambodge: 904. Chili: 821. La R.F.A., quant à elle, n 'a pas eu un passé colonial aussi important que la France . Cela explique qu'on y trouve moins d'étudiants étrangers. Et de plus, on ne voit pas pourquoi la France devrait s'aligner sur un pays qui a inauguré avec brutalité les expulsions massives d'étrangers et dans lequel, de nombreux anciens nazis gardent une place privilégiée. la résistance s'organise Ces propos, ceux de Raymond Barre qui n'a pas hésité à parler « d'universités dépotoirs » de Christian Bonnet qui a assimilé l'action syndicale des étudiants étrangers à la « vérole politique », montrent que les responsables de l'Etat ont décidé de remettre en cause le rayonnement que l'université française s'était acquis dans le passé. L'acte de résistance des étudiants et des enseignants a permis d'obtenir un premier succès. A Grenoble, les présidents ont dû céder. La lutte continue ... (1) Voir droit et liberté de novembre 1978, N°374. (2) Il s'agit du Maroc, de l'Algérie, du Bénin, du Congo, de la Côte d'Ivoire, de la R.C.A., du Gabon, du Tchad, de la Haute-Volta, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Sénégal, du Togo ... plus Andorre et Monaco. (3) Les étudiants victimes du «décret Imbert » ou de la circulaire Bonnet peuvent s'adresser à la permanence juridique du mrap (120, rue Saint-Denis 75002 Paris, Tél. 233.09.57) ou auprès du Comité de défense des étudiants étrangers (11, rue Godot de Maurois 75009 Paris, Tél. 742.59.40) liter l'entrée, la circulation ou le séjour irréguliers d'un étranger ». 2. projet, circulaires et notes «stoléru » guide pratique des lois racistes Le projet de loi nO. 1130, signé de MM. Barre et Boulin, inspiré en fait par M. Stoléru et connu sous son nom, s'articule étroitement avec la «loi Bonnet », dans la mesure où il définit les conditions de la suppression ou du refus de renouvelle ment des titres de travail et de séjour, que celle-ci est appelée à contrôler. Les protestatiohs, tout au long de l'année 1979, - qui ont retardé l'adoption de la «loi Bonnet » et suscité quelques aménagements de détail, ont bloqué le «projet Stoléru », les députés faisant preuve eux-mêmes de beaucoup de réticences. Son examen n 'est pas encore inscrit à l 'ordre du jour de l 'Assemblée Nationale. Loi « Bonnet », projet, circulaires et notes « Stoléru », projet.de loi d'Ornano, circulaire « Bonnet» et décret « Imbert» : les travailleurs immigrés et étudiants étrangers sont corsetés dans un arsenal de textes répressifs et racistes. Mais selon une méthode bien connue, M. Stoléru s'efforce de le mettre pratiquement en oeuvre au moyen de textes adressés aux préfectures, qui en reprennent les traits principaux. Il en est ainsi de la circulaire du 27 août 1979 aux préfets, directeurs du travail et de l'emploi, au directeur de l'A.N.P.E. et au directeur de l'O.N.I., ainsi que de la note du 3 avril 1980 aux directeurs du travail. 1 . «loi bonnet» (10.01.1980) La Loi du 10 janvier 1980, dite «Loi Bonnet », modifie l'Ordonnance du 2 novembre 1945 relative aux conditions d'entrée et de séjour en France des étrangers. a) Entrée en France: aux conditions déjà prévues, elle ajoute les «garanties de rapatriement»; surtout, elle permet de refouler «tout étranger dont la présence constituerait une menace pour l'ordre public ». b) les expulsions: alors que l'Ordonnance de 1945 prévoyait un cas d'expulsion « menace pour l'ordre public ou le crédit public »), le nouveau texle en énumère cinq supplémentaires : titre de séjour contrefait, falsifié, altéré ou établi sous un autre nom; entrée irrégulière non régularisée ultérieurement; maintien sur le territoire après trois mois sans titre de séjour; condamnation définitive pour défaut de titre de séjour après refus de renouvellement de celui-ci; maintien sur le territoire après refus de renouvellement d'une carte de séjour temporaire. Le ministre de l'Intérieur peut arguer de «l'urgence » pour empêcher la personne expulsée d'être entendue et défendue devant la Commission d'expulsion, laquelle ne peut d'ailleurs donner, en tout état de cause, qu'un avis consultatif. c) L'internement administratif: l'étranger refoulé à l'arrivée en France, peut être maintenu «s'il y a nécessité », «dans des locaux ne relevant pas de l'administration pénitentiaire pendant le temps strictement nécessaire à son départ ». Le maintien peut être prolongé plus de 48 heures, «si sa nécessité pour assurer le départ de l'intéressé a été reconnue par ordonnance du président du tribunal de grande instance ou d'un magistrat délégué par lui ». Mais la décision du refus d'entrée est à la seule a~préciation des droit et liberté. nO 392 • juin 1980 autorités de police. De même, la personne expulsée« peut, s'il y a nécessité, être détenue » pendant sept jours, sans décision judiciaire. C'est cette dernière disposition qui a été condamnée par le Conseil Constitutionnel (9 janvier 1980). d) Autorisation de mariage: l'article 13 de l'Ordonnance de 1945 avait été abrogé par les sénateurs lors du débat sur la «Loi Bonnet ». Rétabli à la demande expresse du gouvernement, il prévoit que l'officier de l'état-civil ne peut célébrer le mariage d'un étranger r~sident temporaire que si celui-ci justifie d'une autorisation du ministre de l'Intérieur. e) Solidarité interdite: l'article 21, modifié par le Sénat pour ne mettre en cause que les trafiquants de main-d'oeuvre, a été lui aussi rétabli par le gouvernement. Il sanctionne de 2 mois à 2 ans de prison et de 2.000 à 200.000 F. d'ame nde « tout individu qui, par aide directe ou indirecte, aura facilité ou tenté de facia) La situation locale de l'emploi opposable: le «projet Stoléru» établit une relation automatique entre le séjour et le travail; elle tend à faire de l'immigré un simple instrument de production que l'on rejette au gré de la conjoncture, par décision administrative; il suffit pour cela qu'il soit au chômage depuis 6 mois ou qu'il rentre en retard de son congé; en outre, il est prévu que le ministre du Travail fixe chaque année par. département, en fonction de la situation 'de l'emploi, le nombre maximum de renouvellements d'autorisation de travail qui pourront être effectués. Ce système est à la base de la circulai re encore des violences De nouvelles violences racistes ont été commises le mois dernier en France. • Dans la nuit du 6au 7mai à Paris, le foyer de l'Association des Etudiants Musulmans NordAfricains (AEMNAF) a été gravement endommagé par une bombe déposée par des nervis fascistes. C'est miracle si aucune victime n'est à déplorer. L'immeuble abritant le local de l'association est en effet habité par des particuliers. Les agresseurs courent toujours. • Le mardi 13 mai, un jeune Marocain de 24 ans, Ahmed Hammidou, a été abattu par deux jeunes Français, à Thélis-la-Combe (Loire). Le jeune Marocain s'était querellé quelques heures avant le drame avec les deux Français dans un restaurant de la ville. Ces derniers ont alors forcé Hammidou, sous la menace d'une carabine, à monter dans leur voiture. Ils l'ont conduit dans un lieu désert et l'ont abattu à bout portant. • Plusieurs opérations de police contre des cafés tenus ou fréquentés par des Arabes ont été organisées le dimanche 18 mai au Pré Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis) et aux Lilas. Dans les deux cas, la polie est intervenue brutalement, sans raison. Des coups ont été donnés aux consommateurs. le guitariste algérien Ziani Lokhter a même été conduit au c0":1missariat. • A la fin du mois de mai, les vitres du local de la F.N.D.I.R.P. à Paris ont été brisées par un commando fasciste. Il s'agit de la cinquième agression en peu de temps. 15 ••• du 27 août 1979 : la règle de l 'opposabi lité de la situation de l'emploi «doit faire l'objet d'une application très stricte » au plan départemental ou régional, tant pour les renouvellements de titres de travail que pour l 'admission au travail de membres de la famille des travailleurs étrangers. Ouant à la note du 3 avril 1980, elle ordonne l 'application de cette règle aux travailleurs isolés (célibataires ou personnes dont la famille n'est pas en France) et aux chômeurs n'ayant pas exercé d'emploi depuis plus d'un an. b) Discriminations: cette dernière note, relative au renouvellement des cartes de travail, institue quatre catégories de traIlailleurs "étrangers, traités différem ment

les Algériens, qui, jusqu 'au 1 er

septembre 1980, se voient (en principe) prolonger d'un an leur titre de séjour; les Espagnols, Portugais et Grecs (dont les pays négocient l'adhésion au Marché Commun) qui bénéficient d'un renouvel lement automatique, à l 'identique de la carte précédente ; les travailleurs des autres nationalités ayant un emploi et vivant en France avec leur famille ; enfin les travailleurs isolés ou chômeurs depuis un an, qui sont immédiatementetouvertement frappés par les mesures du «pro jet Stoléru ». c) Centralisation des décisions: à défaut de déterminer officiellement chaque 16 année le nombre de renouvellements accordés par département ( projet Sto léru »), le ministère du Travail s'arroge le droit de décider en dernier ressort sur la base des dossiers établis dans les préfectures. Selon la circulaire du 27 août 1979, si l 'autorité locale estime « que la situation de l'emploi autorise la délivrance du titre sollicité ou que la situation personnelle du demandeur justifie une dérogation (cas sociaux et humanitaires) », il doit saisir la Direction de la Population et des Migrations (D.P.M.) au ministère du Travail; de plus, il doit lui adresser des relevés trimestriels pour «donner la mesure des opérations d'admission au travail réalisées par les services ». Pareillement, la note du 3 avril 1980 prévoit le transfert «pour décision » à la D.P.M. des dossiers concernant la 4e catégorie (travailleurs isolés et chômeurs), accompagnés de renseignements chiffrés sur la situation de l 'emploi dans la région considérée . 3. « projet d'ornano» En réponse à la révolte des immigrés logés dans des foyers où leurs droits sont quotidiennement violés par l 'administration et les gérants, M. d'Ornano, ministre de l 'Environnement, a déposé un projet de loi visant à réglementer la gestion des foyers -logements. L'objectif étant de légiférer à l 'échelon national les rapports résidents-gestionnaires au lieu d 'adopter la solution du contrat-type de résidence amendable en f.pnction des besoins des cas particuliers. Ce projet pourrait être débattu à l 'Assemblée Nationale au cours de la présente session. a) « Catégories particulières »: L'exposé des motifs classe les travailleurs immigrés parmi les « catégories particulières de population » soumises à cette réglementation, «telles que » les retraités, les handicapés, les jeunes travailleurs. Si certaines de ces catégories ont effectivement des besoins particuliers, on ne voit pas pourquoi les uns et les autres, et notamment les immigrés, ne seraient pas considérés comme des locataires relevant du droit commun, même si des prestations annexes leur sont fournies. b) Mise en tutelle : En fait, cette forme de ségrégation aboutit à assurer aux gestionnaires des pouvoi rs abusifs, restreignant les libertés des résidents. Le droit de vis ite est reconnu . Cependant, de sérieuses réserves sont introduites. L'hébergement d'une personne étrangère au foyer est soumis à l'autorisation du gérant. Ce dernier a toujours le droit de pénétrer dans la chambre d'un résident. Les Les droits de l'homme balayés par les circulaires anti -immigrés. ...... résidents ne peuvent prendre une part active ni à la gestion, ni à l'organisation du foyer : ils peuvent être simplement consultés par le gérant. Les résidents peuvent être contraints de quitter le foyer en cas de fermeture pour «caUse économique » ou de travaux, sans être assurés, dans ce dernier cas, d'être ensuite relogés. c) Travail et logement: Oùtre que cette loi supprimerait la réglementation des prix dans les foyers (alors que les « meublés» sont soumis à un contrôle ad ministratif), la signature du contrat et l'entrée sont placées sous le signe de l 'arbitraire

le gestionnaire peut déterminer

« les conditions d'accès et de maintien au logement », ce qui laisse supposer notamment un droit de regard sur la situation administrative et l'emploi des immigrés résidents. La redevance pouvant être payée par une personne physique ou morale, publique ou privée, on peut craindre que certaines entreprises usent de ce moyen de pression,et que soit ainsi institué un lien entre travail et logement. 4. «circulaire bonnet» et « décret imbert» Le statut des étudiants étrangers est défini en particulier par le décret du 31 décembre 1979 et ses deux arrêtés d 'application sous la signature du Premier Ministre, M. Raymond Barre, des ministres des Universités (Alice Saunier-Seïté). des Affaires étrangères (Jean François-Poncet) et de la Coopération (Robert Galley). Si les étudiants l'ont appelé « décret Imbert », c'est parce que M. Jean Imbert, président du C.N.O.U.S. (Centre National des OEuvres Universitaires et Scolaires) en est le principal artisan, tant pour sa conception que pour son application. S'y ajoute la « circulaire Bonnet » du 2 avril 1980 qui annule et remplace celle du 12 décembre 1977, objet d'un pourvoi du mrap devant le Conseil d'Etat. a) Sélections préalables: l'étudiant étranger, avant de pouvoir s'inscrire dans une université ou un établissement d'études supérieures, doit subir une quadru ple sélection : pédagogique, linguistique, financière et policière . • Au plan pédagogique, le décret du 31 décembre 1979 exige de lui le baccalauréat français ou des titres ouvrant l'accès à l'enseignement supérieur dans son propre pays. Cette disposition met en cause celles qui régissent la faculté de Paris VIII (Vincennes) où sont admis les étudiants (Français et étrangers) n'ayant pas le baccalauréat. II s'agit en fait d'éliminer les jeunes (et les moins jeunes) travail leurs que leurs conditions sociales et éco nomiques avaient obligés à écourter leurs étu.d«es s econdaires . Justifier d'une connaissance suffisante de la langue française »impliqueun examen organisé par les services cultudroit et liberté. nO 392 • juin 1980 reis français à l 'étranger, ou en France par les rectorats : c'est cette mesure, entre autres, qui a soulevé de vives protestations parmi les étudiants, et le refus par certains étrangers de se soumettre à l'examen . Elle tend , en effet, à éliminer des étudiants sur une donnée qui n'est pas essentielle à la poursuite de leur cursus universitaire (maints exemples le prouvent) et écarte toute possibilité d'amélioration en cours d'année. • Pour obtenir l 'autorisation de séjour (renouvelable d'année en année), l'étudiant doit non seulement présenter une attestation d'inscription provisoire (ou de ré-inscription), mais une attestation de ressources : il doit posséder à son compte bancaire la somme minimum de 13.500 francs en début d'année (équivalent global d'une bourse annuelle), l'administration se réservant en outre le droit de décider si ces ressources «ont un caractère permanent ». • Condition supplémentaire : l'autori sation de séjour ne peut être accordée qu '« après les vérifications habituelles ». La circulaire du 12 décembre 1977 indi quait plus explicitement: «II doit être évidemment procédé à la con~ultation du fi chier d'opposition » - fichier secret, dont on ignore où il setrouve,etqu'alimentent sans doute à la fois la police française et celle des pays d'origine des étudiants. . b) Mesures de dissuasion: la « circu laire Bonnet » du 12 décembre 1 977 se justifiait d'emblée par « la normalisation générale de l'immigration étrangère »; elle se donnait pour objectifs « d'aboutir à une diminution du nombre des étudiants étrangers » et d'« améliorer la qualité du recrutement ». Les nouveaux textes multiplient les difficultés à surmonter pour obtenir l'inscription, ce qui se traruit par un véritable non-sens pédagogique. Aux dispositions ci-dessus s'ajoutent les problèmes de délais: les formulaires Les immigrés, une «catégorie particulière de popul,atio n "" s elon M. d'Ornano. • •• ' .0.. o f 17 -r de pré-inscription doivent être retirés aux services culturels français dans les pays d'origine ou en France à la Commis~ion nationale, entre le 15 décembre et le 15 février, pour être remplis et déposés au plus tard à cette dernière date : ainsi le fu tur étudiant doit faire sa demande alors qu'il ignore les résultats de son année scolaire et décider alors définitivement de son orientation : il recevra la réponse (acceptation ou refus) le 1 er juillet au plus tard, avec, le cas échéant, la désignation de l'université qui le recevra . S'il ctlange de discipline ou d'orientation en cours d 'étude, tout le processus est à recommencer, de la pré-inscription dans son pays d'origine à la demande d'autorisation de séjour. c) Centralisation des décisions: comme pour les travailleurs, le sort des étudiants dépend désormais d'un organe gouvernemental. Leur admission dans une université est décidée par une toute puissante Commission Nationale, présidée par M. Jean Imbert, composée de 12 membres désignés par trois ministères (Universités, Affaires étrangères, Coopé ration). Le président désigne les rapporteurs, fixe les réunions, les modalités de travail. Cette Commission instruit les dossiers provenant des services culturels français à l'étranger avec avis motivé (avant le· 30 mars), apprécie s'i ls répondent à toutes les conditions exigées; elle répartit ensuite souverainement ces dossiers dans les différentes universités françaises (avant le 30 avril). C'est, en outre, le président qui détermine les épreuves de l'examen de français. d) Numerus clausus: en vertu de diffé- 18 rents textes de 1968, 1970, 1971 et 1973, le nombre d'étudiants en médecine et en odontologie passant en seconde année est déterminée annuellement par le ministre des Universités et celui de la Santé pour chaque faculté . La sélection se fait en fonction du classement à l 'examen de passage. Les étudiants étrangers font l'objet d'un quota particulier, au-delà duquel ils ne sont pas admis. Ainsi, il peut arriver que des étudiants étrangers soient éliminés au profit d'étudiants français ayant des notes inférieures . Ce système s'est étendu aux études de pharmacie et d'architecture. e) Interdiction de travailler: la «circulaire Bonnet » précise qu 'une fois leurs études achevées, les étudiants étrangers - à l'exception des ressortissants de la C.E.E. - doivent regagner leur pays d'origine et ne peuvent obtenir «une carte de séjour pour exercer une profession salariée ou toute autre profession indépendante ». 5. «fichage» informatiq ue Dans le cadre de la mise sur informatique des cartes d'identité de l'ensemble de la population, le ministre de l 'Intérieur a prévu des dispositions particulières pour les étrangers qui semblent déjà mises en oeuvre, malgré l'avis défavorable de la Commission sur l'Informatique et les Libertés. a) Séjour et travail: Les fiches des étrangers pour l 'obtention de la carte de séjour comportent 40 rubriques, alors que celles des Français en ont 13. Elles permettent, lors du contrôle de l 'identité de l 'étranger, .d'avoir des renseignements détaillés sur toute sa famille et sur sa situation administrative depuis son arrivée en France. Certaines rubriques sont relatives aux activités professionnelles et à l 'autorisation de travail, ce qui répond d'une façon évidente aux perspectives du «projet Stoléru » éta blissa nt u ne corrélation entre séjour et emploi. b) Inter-connexion: Par ailleurs, la note du ministère de l'Intérieur sur l 'éta blissement de ces fiches annonce «une inter-connexion avec le fichier des personnes recherchées », ce qui est sans précédent depuis le fichier des juifs sous l 'occupation . c) Uvret « scolaire et de santé » : A ce propos, il convient de souligner qu'un « livret scolaire et de santé » regroupant les renseignements pédagogiques, sanitaires, sociaux, était prévu par le ministère de l'Education Nationale pour l'ensemble des élèves de l'enseignement primaire et secondaire, et que les protestations contre ce projet ont entraîné un ajournement. Mais une circulaire du 5 janvier 1978 l 'a instauré, sous les auspices du Conseil de l'Europe, pour les seuls enfants étrangers, en vue du contrôle des migrations à l'échelle européenne. Sans doute parce que l'utilisation de ce livret, envoyé à tous les établissements scolaires, s'est heurtée à certaines résistances, une nouvelle circulaire (7 mai 1980) en rappelle l'obligation. • Au petit jour dans une rue de Paris, S·o.ooo réunionnais en france la pompe à main-d'oeuvre La lutte contre l'émigration qui se mène aujourd'hui.à la Réunion et dans l'ensemble des DOM est significative de la révolte devant une situation qui est le.résultat direct du colonialisme et du partage inégal des ressources de la planète. Le 15 octobre 1960, une ordonnance porta nt entre autres les signatu res prestigieuses du Général De Gaulle et de M. Michel Debré indique: «Les fonctionnaires dont le comportement serait de nature à troubler l'ordre public (peuvent être) sur proposition du préfet et sans autres formalités, rappelés d'office en métropole pour y recevoir une nouvelle affectation ». C'est au «département » de la Réunion, dernière colonie française d 'Afrique, que le gouvernement de la République vouait ce texte à forts relents d'ancien régime. On aura compris que les «rappelés » allaient être en priorité des fonctionnaires réunionnais coupables d'opinions communistes, autonomistes, ou plus simple ment soupçonnés d'avoir des activités néfastes à l'avenir colonial de l'Île. les exploits du bumidom Cette première forme d'émigration étant inaugurée, on créait, en 1963, lè BUMIDOM (Bureau des Migrations pour les DOM), organisme officiel qui allait s'employer à organiser l'émigration masdroit et liberté. nO 392 • juin 1980 sive de la jeunesse réu nionnaise vers la France. Pour justifier cet exode massif, on argüe de la situation économique de l'île qui doit, selon les experts, être 'entièrement refondue . Réservoir de main-d 'oeuvre docile pour La Réunion STOenl. Mo 30' E o'- ---tO' km. la métropole, les Réunionnais «départementalisés » quittaient en masse le pays vers les rêves construits par la propagande officielle: Le pays se vidait de ses forces vives et l'on répondait ainsi aux besoins exprimés par le patronat en maind'oeuvre immigrée à bon marché. La rotation rapide assurée par l'organisme officiel permettait de remplacer les étrangers qui se syndicalisaient au fur et à mesure que leur temps de présence était plus long . Le BUMIDOM permettait égaIement de fournir l'administration et les services publics en main-d'oeuvre immigrée subalterne mais disposant d'une carte d'identité française . Ensuite, l 'industrie automobile prit la relève du BUMIDOM. Peugeot, Citroën, Chrysler-France jugeaient sans doute plus rentable de recruter directement sur place. Certa ins journaux publient alors des «petites annonces » demandant des ouvriers dont on assurait qu 'ils seraient transportés gratuitement et agréablement logés sur place ... dans des foyers! Face à la misère régnant dans le «département », le départ en France apparaissait à beaucoup comme une possibilité de s'en sortir. Mais peu à peu, on apprenait les conditions souvent scanda leuses par lesquelles le BUMIDOM trompait les gens . Il faut également citer pour mémoire le rôle de l'armée comme moyen d'émigration . A l'occasion du service militaire, les jeunes gens viennent en France puis, souvent, préfèrent rester, eu égard à la situation effarante de chômage qui règne au pays. un peuple en voie de disparition Il y a ainsi environ 80.000 Réunionnais qui sont venus en France depuis 1963. Si l 'on considère la politique très active de limitation des naissances menée notamment par Michel Debré (il est allé jusqu'à préconiser la pause du stérilet à partir de l 'âge de 13 ans), on est fondé à parler, comme le font certains, de véritable génocide. C'est le peuple de la Réunion qu'on est en train ainsi de faire purement et simplement disparaître. Aussi une lutte importante se mène-telle aujourd'hui contre l'émigration qui est un des aspects et une des conséquences de la situation coloniale que connaît la Réunion. Le Parti Communiste Réunionnais, qui est la principale force d'opposition de l'Île avec près de 40 % des voix aux élections, les syndicats, certains membres du clergé , des forces politiques de plus en plus nombreuses refusent cet enchaînement mortel. En France, l 'UGTRF (Union générale des travailleurs réunionnais en France) s'est donnée pour but de rassembler l'immigration réunionnaise afin de l'aider moralement et matériellement à surmonter les difficultés rencontrées en France et à garder le contact avec les réalités et les luttes du pays . Jacques BIGOT 19 ..... • point chaud • u.s.a. miami-la-colère Quatre assassins acquittés parce qu'ils n'ont tué «qu'un noir », 18 p~rsonnes tuées et de centaines de blessées dans les émeutes quÎ ont suivi ce déni de justice, un avocat interdit parce qu'il dénonce ce type d'atteinte aux droits de l'homme ... dans l'irréprochable Amérique de M. Carter! Dix-huit morts au moins, quatre cents blessés, mille arrestations et plus de 100 millions de dollars de dégats, tel est le bilan des 48 heures d'émeute raciale qui ont ravagé des quartiers entiers de Miami, en Floride. Les ma n ifestations des Noirs ont éclaté quelques heures après l 'acquittement à Tampa (Floride) de 4 policiers qui avaient battu à mort un agent d'assurance noir, James McDuffie. Ce dernier avait brûlé un feu rouge avec sa motocyclette. Malgré les témoignages de deux anciens policiers qui affirmèrent qu' ils avaient vu 20 torturer à mort McDuffie dans les locaux de la police et le rapport du princiapl expert de la police de Dade County, pourqui la nature des blessures qu'il portait à la tête ne laissait aucun doute sur la nature du décès, le jury, entièrement blanc, déclarait les policiers non coupables. L'acquittement des assassins de McDuffie n'a été que le détonateur q'ui a fait éclater une situation explosive créée par des années de chômage, de manque de logements et de structures sociales, de discrim i nations et de brutal ités pol icières dont la communauté noire est victime. La La Garde Nationale est intervenue à Miami. tension parmi les Noirs éta it exacerbée par l'afflux des ém igrés Cubains pour lesquels les autorités locales déployaient de grands efforts tandis que les réfugiés en provenance d' Haïti , qui fuient les persécutions sanglantes de « Bébé Doc » étaient enfermés da ns des centres de détention . Mais les Haïtiens, eux, sont Noirs ... Comme à chaque fois que se produi sent de tels événements, le président Carter a envoyé sur place une commission d'enquête. Les Noirs savent d 'avance ce qu 'il faut en attendre. On va constituer un volumineux dossier pour convaincre les gens que le gouvernement agit et qu'il va faire quelque chose pour résoudre le problème .. . pendant que le dossier dormira sous la poussière. D'ailleurs, à la suite de la venue de cette commission d 'enquête, le Département de la Justice a décidé de convoquer les quatre tueurs devant un jury fédéral , pour infraction à la législation sur les droits civiques, ce qui est transposer la question sur un terrain moins dangereux pour eux. • vers un «été chaud» Rappelons en passant que le gouverneur de Floride, Robert Graham, a déclaré récemment qu 'il aurait plaisir à exécuter de sa main les 138 condamnés à mort de l'Etat de Floride, dont la majorité est constituée de Noirs et de Portoricains. Les événements de Miami ont soulevé une émotion considérable dans tout le pays où l'on se demande s'ils ne sont pas le prélude à un «été chaud ». comme le pays en avait connu dans les années 6Q Déjà, Louis Martin, assistant du président Carter pour les affaires des minori- Les enfants aussi ... III fil 2! CL "Q .a..l II '13 o III ~ o -0 f. tès avait averti la Maison Blanche, voilà quelques temps, que la situation à Miami était explosive, et il a exprimé son inqu iétude en ce qui concerne les grandes métropoles comme Philadelphie, New York et Washington. La situation des Noirs aux Etats- Unis est devenue intolérable et la révolte peut éclater à tout moment. accusé à tort, george merritt est libéré Quelques semaines auparavant, après 12 ans de prison, un innocent redécouvre la liberté. Le dernier jour de février dernier, George Merritt, un jeune Noir du New Jersey, technicien radar iste et membre du Bureau directeur de l'Alliance Natio nale contre la Répression Raciale et Politique (NAARPR), dont deux des co -prési dents sont Angela Davis et le Pasteur Ben Chavis, a été libéré de prison sous cau tion . Il avait été accusé en 1967 d 'un meurtre qu'il n 'avait pas commis. Condamné par un jury uniquement composé de BI,;lncs, sur la foi d'un «témoin » que la cour vient aujourd 'hui de ré cuser, montrant ainsi clairement ce que ses défenseurs clamaient depuis des an nées, George Merritt est la victime d 'une conspiration judiciaire, à cause de ses activités pour la cause des Noirs et des minorités. La condamnation de Merritt avait été annulée trois fois et on l'dvait remis en prison à chaque fois . Rien ne dit, en outre, qu:on n 'essaiera pas de l 'y jeter une quatneme, bien que l'accusation p"1raisse Virtuellement abandonnée, Quoi qu'il en soit, la mise en libertéde George Merritt constitue une immense victoire pour l'Alliance Nu.'ion.ale et ses militants du New Jersey qui ont mené campagne pendant 12 ans pour l'innocence de Merritt et de son co-accusé Gail Madden. Le cas de Merritt a reçu un soutien international. Il fut en particulier porté devant les Nations Unies par l'Alliance Nationale, la Conférence Nationale des Juristes Noirs et l'Eglise Unifiée du Christ. La Commission des Juristes Internationaux qui enquêtèrent aux Etats-Unis en août 1979, sur les prisonniers polit i q~es , montrèrent aussi au monde l'injustice de l 'emprisonnement de Merritt. L'Alliance Nationale mène aujourd 'hui campagne auprès de l 'attorney général de Trenton (New Jersey) John Degnan pour que les poursuites contre Merritt soient définitivement abandonnées. interdiction professionnelle dans le new jersey On notera que John Degnan est égaiement le représentant de la Commission droit et liberté. na 392 • juin 1980 pour l'Ethique de la profession d'Avocat du Middlesex qu i attaque actuellement l 'avocat Noir Lennox Hinds et tente de le faire rayer du Barreau de l'Etat du New Jersey à cause des critiques véhémentes qu'il fit du jugement de Assata Shakur au cours d'une conférence de presse à New BrunSWick, en janvier 1977. C'~st un prétexte, évidemment, pour e';1pecher d ag!r Lennox Hinds qui est un defenseur extremement actif des Noirs et des minoritaires opprimés dans le New Jersey. Il est un des fondateurs et co-préSident de l'Alliance Nationale contre la Répression Raciale et politique membre du Barreau de l ' Etat du New Jersey, ancien directeur de la Conférence Nationale des Juristes Noirs et représentant permanent auprès des Nations Unies de l'Association Internationale des Juristes Démocrates. Il était membre de la Commission de Juristes Internationaux qui visita les Etats-Unis en août 1979 et présenta aux Nations Unies là Genève, en septembre dernier, un rapport accablant sur le sort des prisonniers pol itiques aux Etats-Unis. Il a publié récemment un livre sur les violations des Droits de l 'Homme aux Etats- Unis : «Illusions of justice ». Il est clair que l'attaque contre Lennox Hinds a pour but également de décourager les avocats de défendre la cause des Noirs des minorita ires et des pauvres aux Etats~ Unis. Robert PAC Une répression intense . 21 fil fil a..l CL "Q .a..l II 'ü 0 fil ~ 0 -0 f. namibie des armes françaises contre la résistance une interview de sam nujoma, président de la swapo La Namibie, ce pays sur lequel 1 'Afrique du Sud raciste tente de maintenir son occupation illégale, est devenue un des poin~s cha~ds du globe. Sam Nujoma, président du Mouvement de hbératlon, la SWAPO, révèle aux lecteurs de droit et liberté les manoeuvres que les racistes et leurs alliés mettent en oeuvre pour empêcher l'accession du pays ,il l'indépendance. Racine Maïga: M. le Président, la question des droits de l'homme devient chaque jour davantage un problème de première importance pour l'opinion publique internationale. Or, on parle bien peu de votre pays qui, pourtant, connaît de ce point de vue, une situation dramatique. Sam Nujoma: En effet L'occupation de mon pays par le régime raciste d'Afrique du Sud se traduit par une répression sans cesse croissante, d'autant plus que notre peuple supporte de moins en moins sa domination. Les lois répressives de l 'Afrique du Sud sont encore aggravées chez nous depuis l'application de l'état d'urgence proclamé en 1971 puis de la loi martiale, l'an dernier. Avec la loi martiale, c'est l'armée d'occupation elle-même qui, en collaboration avec la police, arrête, emprisonne, torture ou assassine quiconque est soupçonné d'être un « terroriste ». Nombre de nos camarades, arrêtés dans ces conditions, ont purement et simplement disparu sans laisser de traces. Nous venons de recevoir des informations selon lesquelles le régime de Prétoria aurait commencé à déplacer toute la population qui vit le long de la frontiè,e avec la République Populaire d'Angola à 50 km à l 'intérieur du pays, pour créer Depuis quelques jours, des informations nous parviennent nous indiquant qu'un flot de réfugiés franchissent la frontière en direCtion de l'Angola. Ils fuient la répression . Parmi eux, il ya un grand nombre de femmes et d'enfants que nous allons devoir aider car l'hiver austral arrive et ils sont démunis de tout. R.M. : Comment se fait -il que l'Afrique dû Sud puisse une zone-tampon où seules subsisteront w ses forces armées . De très nombreux membres ou dirigeants de la SWAPO croupissent depuis des années dans les geôles sud-africaines. I,..'armée raciste agresse chaque jour le territoire des pays voisins comme l'Angola ou la' Zambie, faisant encore récemment 60 morts et 19 blessés civils dans un seul village . 22 continuer son occupation illégale de la Namibie alors que l'ensemble de la communauté internationale l'a, pour cela, condamnée à maintes reprises? Sam Nujoma : L'Afrique dt1 Sud n'est pas seule dans sa tentative d 'assujettir la Namibie. Elle dispose du soutien militaire, économique, culturel et diplomatique de nombreux pays occidentaux. Par exemple, c'est avec des armes françaises fabriquées sous 1 icence en Afrique du Sud que les racistes attaquent les forces de la Résistance et massacrent mes compatriotes et mes frères des pays voisins . Pourtant, ces pays devraient réfléchir. L'Afrique du Sud vient, par exemple, par la bouche de son premier ministre, M. Botha , d'inciter les Occidentaux à utiliser la bombe atomique contre la menace que représenterait l 'URSS. De tèlles déclarations bellicistes et criminelles montrent quel ennemi nous devons combattre. R.M. : Où en sont les négociations menées en lien avec l'ONU en vue de l'autodétermination de la Namibie et de l'Indépendance? Sam Nujoma : Depuis trois ans maintenant, la SWAPO est engagée dans des négociations diplomatiques avec les pays occidentaux et à travers eux avec l'Afnque du Sud. Nous avons commencé ces négociations en 1977 et leur aboutissement a été l 'accord de juin 1978 sur un plan qui serait proposé au Conseil de Sécurité de l'ONU. L'OUA a repris à son compte les termes de l'accord, au sommet de Khartoum, la même année. A droite, Sam Nù joma .9 o &. Nous sommes allés au Conseil de Sécurité qui a effectivement adopté la résolution 235. En gros, l'ONUdevaitenvoyer ses casques bleus en Namibie pour instaurer le cesser-le-feu et pour que des fonction[laires de l'organisation internationale procèdent à un recensement. Les prisonniers politiques devaient tous être libérés et après sept mois, des élections deva ient avoir 1 ieu . Nous avions alors l'espoir que l'Indépendance pourrait arriver en évitant au maximum le sang versé . Mais alors que l'Afrique du Sud avait feint d'accepter le plan, elle s'employa à dresser le maximum d'obstacles à sa réalisation. . Elle posait notamment trois conditions inacceptables . Premièrement, les forces de la Résistance organisée par la SWAPO . devaient être expulsées hors de Namibie et cantonnées en Angola et en Zambie. Deuxièmement, même dans ces camps de l'étranger, l'Afrique du Sud exigeait des assurances qui revenaient pratiquement à désarmer nos soldats. Enfin, les racistes sont même allés jusqu'à exiger que les bandes de l 'UNITA(1), qui agissent en fa it comme des supplétifs de l'armée sud-africaine, participent aux négociations su ri' Indépenda nce de notr~ pays. En fait, ce que veut l'Afrique du Sud, c 'est de faire de la Namibieungrandbantoustan (2). Mais pendant qu'ils poursuivent ce but, les racistes veulent donner l'impression qu'ils sont sincèrement attachés à l'idée de trouver u ne solution . R.M.: Et quelle est alors l'attitude des pays occidentaux qui ont été au point de départ de cette initiative? Sam Nujoma : Depuis que les 5 pays occidentaux membres du Conseil de Sécurité ont proposé leur plan, ils se sont abstenus d'exercer quelque pression que ce soit sur l'Afrique du Sud. En fait, ils jouent le jeu de Prétoria et adoptent sa tactique de délais sans cesse repoussés. Cette situation ne peut être détachée du contexte général où l'on voit monter à nouveau la tension entre l'Est et l 'Ouest. Au nom d'une prétendue menace soviétique, on préfère maintenir intactes les positions de l'Afrique du Sud de l'apartheid. C'est ce que dit bruyamment la presse sud -africaine mais qui est également repris dans la presse américaine et européenne. Mais qu 'on nous comprenne bien . Ce que nous voulo.ns, c'est l'Indépendance. C'est pour cela que nous luttons. C'est pour être enfin maîtres chez nous. La presse sud-africa ine a le culot de nous présenter comme des agresseurs au service de la soi-disant pénétration soviétique en Afrique. Mais c'est pourtant notre pays qui subit l'agression sud -africaine et c'est de cela, de ce que nous souffrons, que nous voulons le libérer. R. M. : Pensez-vous que le mouvement de solidarité puisse jouer un rôle face aux droit et liberté. nO 392 • juin 1980 ZAMBIA ANGOLA namibie BOTSWANA • Windhoek Gaborone. Johannesburg . - Soweto enjeux mondiaux que vous venez de décrire? Sam Nujoma: Nous accordons une très grande importance à la solidarité internationale, même si, en dernier ressort, c'est nous qui nous ' libèrerons nousmêmes. Cette solidarité, elle est d'abord politique: faire connaître la situation tragique de notre pays et de ses habitants, les luttes qu'ils mènent pour sortir de l'esclavage . C'est aussi one solidarité matérielle avec les réfugiés qui connaissent une situation difficile dans nos camps. Oui , vous pouvez faire quelque chose pour que votre pays tienne les engagements officiels concernant notre droit à l'Indépendance, pour qu'il se mette réel- La Namibie est l'ancienne colonie allemande du Sud-Ouest Africain devenue territoire sous mandat sud-africain après la défaite allemande de 1918. L'Afrique du Sud refuse la décision de l'ONU qui a déclaré illégale sa présence en Namibie. lement du côté du peuple namibien contre ses oppresseurs. Propos recueillis par Racine MAIGA (1) Mouvement pro-occidental dirigé par Jonas Savimbi et implanté dans le Sud de l'Angola qui lutta contre le MPLA au r.noment de l'Indépendance de ce pays. L'UNITA mène aujourd'hui des actions de sabotage contre la République populaire d'Angola à partir de la Namibie occupée et avec l 'aide de l 'Afrique du Sud . (2) Réserves africaines en Afrique du Sud auxquelles le régime raciste prétend donner une indépendance formelle mais qui sont, en fait, des réservoirs de main-d 'oeuvre sans aucune autonomie possible . «europe n01 » informe ses auditeurs sur la réalité de l'apartheid Dans le cadre de son émission quotidienne .'Histoire d'un jour .,« Europe 1 • a consacré trois heures à l'apartheid du 21 au 23 mai. En soi, cela constitue déjà un événement. La radio et les médias en général n'accordent qu'une place réduite, si même ils l'abordent, Il! cette forme, la plus patente, du déni des Droits de l'Homme. Mais il faut souligner que cette émission a franchement dénoncé le racisme sud-africain sans prendre les hypocrites précautions des radios et télévisions officielles dès qu'il s'agit d'un bon client du patronat français. Utilisant les documents de l'Institut National de l'Audiovisuel, Philippe Alfonsi et Hélène Feldhandler ont choisi de nous faire revivre trois événements exemplaires :1e massacre de Sharpeville (21 mars 1960), l'assassinat de Hendrik Verwoerd (6 septembre 1966) et l'arrestation d'Alexandre et Marie-José Moumbaris (22 juillet 1972). Le choix des échos sonores était notamment passionnant avec le discours hypocrite de.l'ambassadeur de France au Conseil de Sécurité après Sharpeville, les réactions de l'Afrique indépendante à l'assassinat du premier ministre sud-africain, le discours d~ Albert Luthuli Il! Oslo lors de la remise du Prix Nobel de la Paix et une interview d'Oliver Tambo, président de l'African National Congress. Espérons que cette émission aura contribué Il! faire reculer l'ignorance et le silence complice qui empêchent les Français d'ê.tre plus nombreux encore à dénoncer le régime nazi de Prétoria. 23 • sur le vif • la loi de 72 ne s'applique plus en marfinique un entretien avec me manville Un policier interdit de pronfotion parce qu'il n'est pas « métropolitain », des femmes rossées chaque nuit par des petits groupes de Blancs, à qui l'on interdit de porter plainte, la Martinique coloniale connaît une dangereuse période de tension. Jean-Louis Sagot-Ouvauroux: Me Manville, vous êtes un des fondateurs du mrap à la direction duquel vous avez participé pendant de longues années. Aujourd'hui, vous avez rejoint la Martinique dont vous êtes originaire mais une affaire particulièrement significative vous a amené à faire appel à vosancienscompagnons de la lutte antiraciste. Il s'agit apparemment d'une forme très «coloniale» de déni de justice en rapport avec l'application de la loi de 1972 contre le racisme? Me MANVILLE: En effet, une fois de plus, les nécessités du combat pour la libération du peuple martiniquais et de la lutte contre le racisme m'amènentà m'adresser à mes amis du mrap et aux lecteurs de droit et liberté. Il y a quelques mois (1), un inspecteur principal martiniquais devait être nommé à la direction des services de police judiciaire à la Martinique. Il avait toutes les qualités, les titres et l'ancienneté requise pour cela. Pourtant, c'était un fonctionnaire français fraîchement débarqué à qui était affecté le poste. Le syndicat de police CGT-FO auquel appartenait le gradé évincé décidait donc de demander des explications au commissaire Constanti et apprenait avec stupeur qu'il s'agissait d'une intervention du Procureur de la République lui-même qui, pour des raisons d'ordre racial, avait refusé la nomination du fonctionnaire antillais. Le syndicat décidait donc de porter plainte contre X pour discrimination raciale, plainte qui visait en fait le Procureur et le commissaire. Vous pouvez imaginez que ce n'était pas une procédure facile pour le juge d'instruction. Cela se passe à la Martinique, un département d'outre-mer, c'està- dire un département de parodie;Qù la loi et la justice connaissent, sous l'elfet de l'environnement tropical, de curieux avatars. Très rapidement, par des artifices de procédure, la plainte était rejetée. C'est alors que les avocats consultés, au nom- 24 bre desquels je me trouvais, décidaientde faire intervenir le mrap. Si le mrap avait déposé plainte en France même et non dans u ne colonie, la justice aurait respecté au moins les formes. Chez nous, les formes deviennent un luxe encombrant. Le juge d'instruction n'a même pas eu la curiosité d'interroger les représentants légaux du mrap mais a tout simplement envoyé le dossier pour avis au Procureur de la République. Celui-ci, sans doute parce qu'il était directement concerné par l'affaire, a suivi la procédure de «refus d'informer », procédure rarissime que nombre de grands juristes, et depuis fort longtemps, comparent à un déni de justice. Le mrap a alors fait appel mais la chambre d'accusation a purement et simplement entériné la décision du magistrat instructeur. Aujourd'hui, nous sommes devant la Cour de Cassation. Je crois qu'il est important que cette affaire soit portée à la connaissance de l'opinion publique. Elle montre bien ce qu'est la justice dans un pays colonial avec ce que cela comporte de privilèges, de tabous, de prébendes. Me Manville .21 W o o ~ Q. J.-L. S,-O. : A plusieurs reprises, la presse a fait état d'un climat de tension qui semble se développer en Martinique. Me MANVILLE: C'est quotidiennement que nous constatons 'une montée de la tension entre les communautés françaises et antillaise de l'Île. Nous sommes dans une situation où l'exaspération du peuple martiniquais est très vive et cela signifie qu'à n'importe quel moment peut survenir une explosion dans les pires conditions. On sent très bien que, comme en 1959, un motif même dérisoire peut provoquer de violents affrontements. J.-L. S.-O.: Y-a-t-i1 des faits qui, aujourd'hui, manifestent cette tension? Me MANVILLE: On pourrait en citer beaucoup, mais par exemple, depuis quelques temps, on a vu se développer des agressions nocturnes contre les employés municipaux de Fort-de-France qui assurent entre minuit et l'aube le nettoiement de la ville. Il s'agit principalement de femmes. Des Français individuellement ou en groupe, se sont, à plusieurs reprises, rendus coupables de tentatives de viols, de coups. Un homme a même été sérieusement blessé. Lorsque les personnes agressées sont allées porter plainte, le Procureur de la République, toujours le même, a déclaré que les faits n'éta ient pas exacts, que c'étaient des gens de mauvaise foi qui voulaient créer u n climat d'hostilité vis-àvis de la communauté blanche en diffusantde fausses nouvelles. Mais quelques heures seulement après qu'il ait lu ce communiqué à la télévision, deux marins du Jeanne d'Arc, en civil, étaient pris en flagrant délit de violence à l'encontre des Martiniquaises qui, quelques jours auparavant, avait déjà porté plainte pour la même raison. Plutôt que de reconnaître qu'il avait fait un pas de clerc, le Procureur a alors formellement porté plainte contre ces femmes pour «diffusion de fausses nouvelles ». L'opinion a considéré cette attitude comme une attitude purement provocatrice. Il faut crier gare. Cette situation est extrêmement dangereuse dans le climat de tension que connaît mon pays et les magistrats devraient être, à cet égard, particulièrement vigilants, ne pas se laisser aller â l'ambiance coloniale qui provoque chaque jour davantage l'exaspération de mes compatriotes. Heureusement, - est-ce sagesse nouvelle du gouvernement? - ce Procureur a quitté l'Île le 22 mai. La date est involontairement symbolique. C'est en effet ce jour là que nous célébrons la libération des esclaves, jour qui est devenu la fête nationale du pays. Propos recueillis par Jean-Louis SAGOT-OUVAUROUX (1) Cf. droit et liberté, juillet-août 1979. n0382 p.23. une nouvelle brochure antisémite en u.r.s.s. « Israël, mythes et réalité »: la brochure du Soviétique Lev Kornéev ne peut être considérée comme une publication semiconfidentielle qui aurait échappé à la surveillance idéologique des responsables de l'édition: traduite en français, elle est distribuée gratuitement dans les aéroports de l'URSS. L'auteur s'emploie à justifier la politique de l'Union Soviétique au ProcheOrient et à dénoncer le' sionisme. Il n 'y a pas là, a priori, matière à scandale. Mais là où le bât blesse, c'est que bien des éléments de son argumentation puisent dans le vieux fatras antisémite ré-assaisonné à la sauce «anti-sioniste ». C'est ainsi que le mythe du complot juif mondial est repris sous une forme de «classe » : « Le monde est. sous la perpétuelle menacé d'un complot permanent de la bourgeoisie d'origine juive, constituant une partie de l'oligarchie financière mondiale ». Les juifs sont présentés comme étant liés par une solidarité maléfique avec les entreprises les plus réactionnaires de la planète. Ainsi, le pouvoir révolutionnaire iranien serait-il aux prises avec le «réseau d'espionnage de Tel-Aviv, s'appuyant sur les 100.000 juifs iraniens constituant une communauté fortement sionisée ». Généralisation typiquement raciste dont l'effet peut être également la justification d'éventuelles persécutions antisémites en Iran. Enfin, les images les plus éculées sont allègrement reprises:« Une bonne partie de la récolte d'or ramassée sur les tables de jeux (de Las Vegas), est transférée sur des comptes codés dans les banques ultra- respectacles des empires financiers des Lehman, Khun, Rothschild et autr&s protecteurs bien connus de l'Organ :si;J tion sioniste mondiale et des milieux dirigeants d'Israël ». Nauséabond! droit et liberté. nO 392 • juin 1980 Le pape Jean-Paul Il lors de sa visite à l'O.N.U. le pape s'est adressé aux travailleurs français et immigrés Quelques semaines seulement après un important voyage en Afrique, le pape JeanPaul Il s'est rendu en France où ses différentes interventions ont été suivies par des centaines de milliers de catholiques, d 'hommes et de femmes de toutes opinions. De ces interventions, les antiracistes retiendront surtout l'importance donnée aux problèmes liés à l'accueil des immigrés puisque, malgré un emploi du temps particulièrement chargé, le chef de l'Eglise Catholiquea tenu à dire une messe «pour les travailleurs français et étrangers ». Cérémonie qui a eu lieu à Saint-Denis, une des villes les plus ouvrières de France, a été un grand moment de fraternité humaine et les chrétiens y auront vu la réaffirmation solennelle par leurs évêques et lepremierd'entre eux de la vertu biblique de l'hospitalité. Une délégation du mrap avait été invitée à y participer. Par ailleurs, Pierre Paraf, président d'honneur, François Grémy, présidentdélégué, George Pau, Charles Palantet Jean Pihan, vice-présidents, ainsi qu'Albert Lévy secrétaire général, ont été invité à la réception donnée en l'honneurdu Souverain-Pontife à l'Elysée. 25 26 PRET " PORTER FEMININ ca DIFFUSION COUTUREX MAGASIN DE VENTE 132 RUE DE TURENNE 75003 PARIS r 887.77.15 les MAROQUINERIE EN GROS SACS FANTAISIE CUIR ET MATIERES MODE fabriques du temple Téléphone 87, rue du Temple, Paris-3e 3, rue Michel-le-Comte. Paris-3e serva bijoutier 102, bd. Rochechouart - ----- 272 17.34 27999.15 Paris 18' henpi klajnbaurn THERMO, COLLAGE à façon Société à Responsabilité Limitée au Capital de 30.000 Frs. 19 bis, rue de la Cour des Noues - 75020 Paris Tél. : 344.79.87 R.C. Paris 6982498 CRÉAT:J:ONS ann~e mal"ce l PRÊT A PORTER DE LUXE 30, Rue du Caire 75002 PARIS - Tél. : 236-47-59 508-08-45 • *********** •

  • * CDHFECTIDN
NEWDAN :
  • • *********** *. CBEATIDN

S.A .R.L AU CAPITAL DE 20 .000 F 7 RUE JEAN PIGEON - 94220 CHARENTON TELEPHONE : 378-93-06 imprimerie raymond weill spécialiste de la liasse et du carnet (duplication par carbones ou · papiers autocopiantsL imprimés commerciaux, administratifs, comptables, mécano-comptables. impressions publicitaires. 117, RUE DES PYRËNËES 75 020 PARIS 'til' 371 28 ·00 MAISON FONOH EN 1920 • action • le mrap à l'o.n.u. Le mrap est doté du statut consultatif auprès de l 'Organisation des Nations Unies depuis 1975. Son action s'en trouve considérablement enrichie et renforcée. Depuis lors, ses représentants, Rose Michalowicz et Simone Novat, suivent régulièrement, à Genève, les travaux du Conseil Economique et Social ainsi que la Commission des Droits de l 'Homme. A New York, il est représenté par le professeur Konrad Bieber. Adhérent de la Conférence des O.N.G. (Organisations non gouvernementales) reconnues par les Nations-Unies, le mrap joue un rôle actif dans les commissions et sous-commissions où se rencontrent ces orÇJanisations pour débattre des problèmes qui les concernent et faire valoir leurs points de vue aupres des divers organes de l 'O.N.U. C'est ainsi qu 'il a pris part, ces dernières années, à de nombreuses conférences internationales. Celles dont l'O.N. U. a pris l'initiative : sur la lutte contre toutes les formes de discrimination raciale (Genève 1978), contre l'apartheid (La Havane, 1976, Lagos 1977, Londres 1979). Celles qu 'ont réalisées les O.N.G. à Genève : sur les prisonniers politiques en Afrique du Sud, sur l 'immigration, sur les Indier\s d'Amérique etc ... Celles enfi n qu 'ont tenues diverses organisations internationales sur la lutte contre l 'apartheid: O.S.P.A.A. à Addis Abeba (1976), I.C.S.A. à Stockholm (1980). Délégué par le mrap, Jean-Louis Sagot-Duvauroux a été invité, par l 'O.N.U. à New York le 31 mars dernier, pourune audition de la Commission compétente sur la lutte contre l'apartheid dans le sport. Par là même, le mrap multiplie les contacts avec les mouvements de libération de l 'Afrique australe, et avec des organisations des cinq continents qui luttent sous une forme ou une autre contre le racisme, pour la défense des Droits de l 'Homme. Tout cela accroît le poids de ses prises de position, de ses interventions lorsqu 'il condamne un acte raciste en quelque lieu, sous quelque régime que ce soit, lorsqu'il demande justice pour un homme ou un peuple frappé de discriminations, victime de persécutions. C'est le cas, en particulier, de ses campagnes contre la répression et l 'apartheid en Afrique australe et les soutiens apportés au régime de Pretoria . Lié en France aux travailleurs immigrés, à leurs associations en exil et quelquefois dans leurs pays d'origine, le mrap est de plus en plus connu au plan international. Atravers les Nations-Unies et par les relations amicales qu 'il entretient, l 'ensemble de son action est largement diffusé. Aplusieurs reprises, l'O.N.U. a publié' des documents qu 'il avait rédigés. Partout on apprécie son dynamisme, son objectivité, son ·esprit de responsabilité. L'ampleur sans cesse grandissante des tâches qui lui incombent à ce niveau ont amené le mrap à créer, ces jours derniers, une Commission des relations internationales qui, s'ajoutant aux douze autres qui fonc~onnent dans le Mouvement, assurera plus d'efficacité, plus d'initiative ainsi que la prise en charge de l 'action par de nouveaux militants. bourgogne-franche comté: un tract sur la loi de 1972 Le comité de Belfort-Montbéliard, lors de son assemblée générale le 4 mars, a décidé de mettre l'accent dans les prochains mois sur les échanges culturels interraciaux, notamment au niveau des enfants. Une autre initiative du comité : la diffusion massive d'un tract reproduisant la loi de 1972 et invitant les témoins d'actes racistes à prendre contact avec le mrap. A Besançon, le 8 mai , le comité local a orga nisé une soirée d'information sur l'apartheid. Plusieurs membres du comité ont suivi , au nom du mrap, les travaux du colloque sur les Droits de l 'Homme organisé à l 'Université. Le comité de la Côte d'Or a organisé, au lycée agricole de Beaune, en rapport avec le prochain voyage d'une classe en Afrique du Sud, un débat animé par Anne-Marie Goguel autour du film «La dernière tombe à Dimbaza ». droit et liberté. na 392 • juin 1980 n 1 La ville d'Audincourt présente l 'exposition itinérante du mrap dans le cadre d'une semaine d'animation « Cultures et réalités du Maghreb », du 30 mai au 6 juin. centre· pas de racisme contre les nomades! Le 26 avril, à Fleury-les-Aubrais, Robert Pac animait un débat sur lès problèmes des In diens des U.S.A. et du Canada dans le cadre d'une semaine sur les Indiens d 'Amérique du Nord organisée par la Bibliothèque Municipale . Le comité de Lucé vient d'engager une action contre la municipalité pour faire retirer de l'affichage public un arrêté de caractère nette ment raciste, interdisant le stationnementdes nomades et pour demander l 'aménagement correct du terrain qui leur est réservé . est: « dupont-Iajoie » ••• Le comité de Strasbourg pours,uit son action judiciaire contre les sept propriétaires et les deux agences de publicité qui avaient publ ié des petites annonces discriminatoires. Le comité local de Lqngwy a organisé un dé bat sur le racisme à la suite de la projection du film «Dupont-Lajoie ». Une initiative à retenir : un magasin « Rond-Point » de Pont Saint Martin a disposé, dans plusieurs de ses rayons, des explications en arabe. Les comités de Longwy et de Nancy se sont unis pour entreprendre une action commune face aux propos racistes du président de la Chambre de Commerce de Meurthe-et -Mosell e. auvergnebourbonnais: réponse au régime d'apartheid « Le journal du Centre » ayant publié un compte-rendu de la campagne des comités du mrap de l 'Allier contre l 'apartheid, a reçu une lettre de l'ambassade d 'Afrique du Sud pre nant à partie notre Mouvement. Il a publié, le 20 mai , en même temps que cette lettre, la ré ponse faite par Jean -Louis Sagot-Duvauroux, rédacteur en chef de droit et liberté. nord-picardiechampagne

un

comité à reims Lors des journées culturelles de Dortmund (R.F.A.), dans le cadre du jumelage avec Amiens, le comité local d'Amiens a organisé une animation antiraciste très réussie avec la participation de Jean-Pierre Garcia. Un nouveau comité local a été créé à Reims où une plainte est déposée contre un bar qui a refusé de servir des Africains. ouest: les affaires dreyfus d'a ujourd 'hui Le comité de Nantes nous annonce la créa tion, très prochainement, d 'une section universitaire du mrap et d'une commission juridique. Il a tenu un stand à la fête du Parti Socia liste, le 10 mai . Le comité prépare actuellement un Cahier sur le colloque qui s'est tenu les 23-24 févri er à Nantes. A Alençon, le comité local vient de distri buer massivement un tract expliquant sa posi tion en faveur des Jeux Olympiques, les consi ~ dérant comme un moyen parmi d 'autres de fa voriser les échanges. Le comité local d'Angers a participé, le 24 avril, à une manifestation contre les lois antiimmigrés . Au Havre, à l'occasion de la 3e Quinzaine de la Jeunesse, Jacqueline Marchand a participé à un débat sur le thème « L'affaire Dreyfus, une ••• 27 HOLfTER 30, rue des Jeuneurs - Tél. 236.91 .25 - 233 .53 .14 Case réservée Maison Elie FABRICANT BOSTON CRÉATION HOMME FEMME 19, rue Béranger - 75003 PARIS Tél. : 278.54.89 il ,:' , " . "

',;. .

,.,',' . .{ . . . uld GROSSISTE TEXTILE Claude VIAL TELLE - LOTS EN TOUS GE'NRES 1',1", 24 0 l)6l) ';' 2O(H1\ 2 4 20S 4 46\ 206.'.)) 22 28 8. rllc Pinn··Ch.lll"ClI1 710 10 1'AK1S 14, RUE DU CAIRE 235, RUE SAINT-DENIS 75002 PARIS 236.45.90 - 508.51.85 FONDS DE ROBE CHEMISES DE NUIT LINGERIE FEMME ET ENFANT '~ ENSEMBLES COORDONNES ROBES DE CHAMBRE JUPONS, SLIPS, SOUTIENS GORGES .. , 11. RUE BARODET - 69004 LYON TÉLÉPHONE 16 (78) 29.83.60 maison recommandée Ets F.T.N. 7, rue du Bourg l'Abbé 75003 PARIS affaire toujours actuelle », Auparavant, le film «Elise ou la vraie vie » ava it été projeté. languedocpyrénées: fêtes ... Le comité d'Albi a présenté une expOSition à la M.J.C. dans le cadre de la Fête de l'Amitié (18 mai). Il a également déposé une requête aux parlementaires du Tarn leurdemandantde ne pas voter les textes à venir allant à l'encontre des droits des immigrés . A Carcassonne, le comité local vient de prendre contact avec la municipalité pour obtenir une rue « Enfants martyrs de Soweto ». Le comité demande aussi l 'affichage de la loi de 1972 en mairie. Avec d'autres associations, il est intervenu auprès des autorités pour stigmatiser l'agression commise contre une militante de la Fédération Cornec par un officier de police qui s'était déjà manifesté il ya quelques mois par des actes de violence contre un jeune immigré. Le comité avait un stand à la fête de la fédération des Jeunesses Communistes de l 'Aude. provence-côte d'azur: pour miloud wahib et nicole vial A Mmes, où vivent plus de 8.000 travailleurs immigrés, le comité local participe activement au collectif contre les lois Bonnet-Stoléru qui vient de se constituer dans un but d'information et d'aide aux travailleurs immigrés. Lors de l'assemblée générale des comités tlu Gard (10 mai), une conférence de presse a eu PRESIDENTD'HONNEUR ::Pierre PARAF PRESIDENT DELEGUE: François GREMY VICE-PRESIDENTS: Chartes PALANT, AbbéJean PIHAN, Me George PAU-LANGEVIN, Docteur François GRE MY. SECRETAIRE GENERAL: Albert LEVY COMITE D'HONNEUR : Henri ALLEG, Georges AURIC, Robert BALLANGER, Maurice BEJART, Jacques BERQUE, Général de BOLLARDIERE, Bâtonnier Albert BRUNOIS, Aimé CESAIRE, Charles de CHAM BRUN, André CHAMSON, Marie José CHOMBART de LAUWE, Louis DAQUIN, Alain DECAUX, Henri DESOILLE, Maurice DRUON, Pasteur André DUMAS, Henri FAURE, Jean FERRAT, Max·Pol FOUCHET, Pierre GAMARRA, Colette GUILLAUMIN, Monseigneur Guy HERBULOT, Jean HIERNAUX, Georges HOURDIN, Albert JACQUARD, Professeur François JACOB, Pierre JOXE, Jean-Pierre KAHANE, Alfred KASTLER, Jean LACOUTURE, Bâtonnier Bernard LASSERRE, Michel LEIRIS, Gérard LYON-CAEN, Jacques MADAULE, Françoise MALLET-JORIS, Albert MEMMI, Robert MERLE, Théodore MONOD,Henri NOGUERES,.Jean PICART LE DOUX, Gilles PERRAULT, Marcel PRENANT, Wladimir RABI, Alain RESNAIS, Emma· nuel ROBLES, Armand SALACROU, Jean-Paul SARTRE, Laurent SCHWARTZ, Georges SEGUY, Vieira da SILVA, Jean SURET-CANALE, Haroun TAZIEFF, Alain TERRENOIRE, Jacqueline THOME-PATENOTRE, VERCORS, Jacqueline VICTOR-BRAUNER, Docteur Pierre WERTHEIMER, lannis XENAKIS, Bernard ZEHRFUSS. droit et liberté. na 392 • juin 1980 lieu où ont été dénoncés un certain nombre de cas d'expulsions de travailleurs immigrés. Le 1er mai, le mrap a participé aux «Six heures contre le racisme » organisées à Marseille, Aix et Martigues. A Marseille, du 12 mai au 6 juin, se déroulent, sous l'égide de diverses associations dont le mrap, une série d'assemblées dans des paroisses, des centres sociaux, des centres cultureis, des MJC, et les facultés avec présentation du film «Les Ambassadeurs » et d'un montage audiovisuel sur l'immigration. Cette campagne va de pair avec l'action qui se pourduit autour de Miloud Wahib et Nicole Vial dans laquelle nos comités locaux des Bouches-du-Rhône prennent une part active. Le 31 mai, a eu lieu la fête de « L'Unité Français- immigrés » au Parc Valabre près de Gardanne. . paris' pour les droits des immigrés De nombreux militants du mrap, ont soutenu de leur présence la «marche na'tionale » des immigrés le 1 0 mai, protestant contre les lois répressives anti-immigrés . A signaler le dernier. numéro du 18e antiraciste consacré en grande partie à la lutte des travailleurs turcs sans papiers de la confection qui s'est traduite par une grève de lafaimdans cet arrondissement, Un nouveau comité a été créé dans le XIve arrondissement. ___ . vandalisme au salon de la jeune peinture Au début de mai, le salon Jeune Peinture, Jeune Expression a accueilli l'exposition du mrap, « 1 00 artistes contre le racisme » qui avait été présentée du 20 au 30 avril sous chapiteau au Square des Innocents à Paris, près du Forum des Halles. Dans la nuit du 15 au 16 mai, un vol a été perpétré dans la partie du hall du Parc Floral où se trouvait l'exposition du mrap. Le préjudice se monte à plus de 130.000 F, La Jeune Peinture, Jeune Expression, dans un communiqué, « dénonce avec vigueur cet acte de vandalisme perpétré alors que se développe la manifestation d'opposition aux lois et décrets org: misant l'expulsion massive d'étudiants étrangers parmi lesquels de norr,breuxjeunes artistes que la Jeune Peinture, Jeune Expression a le plaisir d'accueillir ». Elle rappelle «que ce n'est pas la première fois que ses manifestations sont l'objet d'agressions caractérisées aux motifs totalitaires implicites, Cette situation justifie à ses yeux de poursuivre et d'élargir l'action pour la défense de la liberté d'expression, contre le racisme , l'antisémitisme et toutes les formes d'oppression et d'exploitation de la personne humaine ». La Jeune Peinture, Jeune Expression, qui assure le mrap de sa solidarité, s'est associée à la plainte que celui-ci a déposée. Désireux de m'informer et de soutenir l'action contre le racisme, pour l'amitié entre les peuples J'adhère au m.r.a.p .• Je m'abonne à droit et liberté. Nom 1er) capltalel Prénom âge . Profe ssion . Adresse . Code postal .. Ville le montant de la carte d'adhésion (à partir de 60 francs) est laissé à l 'appréciation du souscripteur, selon ses possibilités, compte tenu de la nécessité d'apporter le soutien le plus efficace il l'action du mrap, Abonnement d'un an à droit et liberté (60 F). Abonnement de soutien (120 F) , Etranger (90 F). C.C.P. 9239·81 Paris _ Rayer la mention inutile mouvement contre le racisme et pour l'amiti' entre les peupleslmrapl 120, rue saint·denis . paris 121 . tél. : 233.09 .57 . C.C.p. : 14-825-85 paris 29 22, AVENUE DE LA GRANDE ARMEE PARIS XVII 380.25.00 CRÉA TlONS EXCLUSIVES GOTTEX HENRI DANIEL VILLE PLAGE COCKTAIL SOIR 23, BD POISSONNIËRE - PARIS ·2· TËL. ! 236 -52-53 236-61-46 236 -78-86 MAN U FA CT URE D E V ÊTE MEN T SEN MOU TON R ET 0 U R N E 30 S. A, R. L. au Capital de 300000 Francs 339, RUE SAINT-MARTIN 75003 PARIS Tél. : 278.06,02 + 75 - 79, rue Président E, -Herriot , 69002 LYON ~ (78) 37,09,58 + Case réservée K.A. .Charles AN OELAUDE 13. RUE D'ENGHIEN. 75010 PARIS Tél. : 246,38,11 Le 14 mai, Albert Lévy a pris I~ par'!le, .au nom du mrap, au meeting organis~ au siege de l'AEMNAF pour protester contre 1 att.entat raCiste perpétré quelques Jours plus ,tot contre cette association. Albert Memml a egalement pris la parole à ce meeting de même que les représentants de nombreuses associations d'étudiants. région parisienne sud: films, fêtes et débats Une « Journée contre le racisme » éta it organisée le 26 avril à Longjumeau par le comité local avec exposition, film et débat. Le troisième Festival des Immigrés s'est tenu cette année à Versailles, à l'initiative du mrap et de nombreuses autres associations. Saluons la naissance,le 25avril, du nouveau comité local de Créteil, où a été projeté, le 9 mai à la MJC du Mont Mesly, le film «L'autre France ". suivi d 'un débat animé par Gérard Coulon . Le 17 mai, l'Office Municipal des Migrants et le Club de Créteil organisaient un débat sur le thème « Crise économique. répression, nouvelle stratégie d'immigration en Europe ». des représentants du mrap yont participé . Le 8 mai, Jean-Louis Sagot-Duvauroux a animé un "débat sur l'apartheid au Lycée Descartes d'Antony, Dans cette même ville, le mrap avait un stand, le 10 mai. à la « Fête de la Rose ". Le comité de Vitry est intervenu en faveur du regroupement de deux familles algériennes et a eu des contacts fréquents avec les résidents du foyer « Concorde »en lutte pour l'amélioration de leurs conditions de logement et qui ont signé un protocole d'accord avec la direction de l'Association des Foyers de la Région Parisienne. Le comité a participé à la «Fête des Lilas ». région parisienne nord: « moussem » a" argenteuil Un festival (Moussem) des travailleurs marocains en Europe (France, Belgique, Hollande, R.F.A.) a eu lieu le 25 mai à Argenteuil. Albert Lévy, secrétaire général du mrap, avait envoyé un message. Le comité local du mouvement était présent. Le comité local de Goussainville a organisé, le 20avri l,la« Fête de l'Amitié ». manifestation très réussie avec la participation de chants et danses d'Algérie, de Turquie, de France et du Portugal. Le film « Guitter Thionville »a été présenté le 26 avril par le Service Culturel Municipal de Gennevilliers et, le 9 mai , par une association de jeunës à Carrières-sous -Poissy. Le comité local de Chelles a présenté, du 5 au 15 mai, l'exposition «Le racisme est parmi nous " au lycée où avait eu lieu une agression raciste . Un débat sur l 'apartheid a eu lieu à la Maison de la Culture de la Seine-Saint-Denis à Bobi gny

animé par Jean-Louis Sagot-Duvauroux.

rhône-alpes· procès à grenoble A Lyon, le mrap apporte tout son soutien aux étudiants en grève qui manifestent leursolidale fils aÎné des rosenberg reçu par le· mrap Michael Meeropol, fils aîné d'Ethel et Julius Rosenberg, victimes de l'hystérie mac-carthyste au temps de la guerre froide, a passé quelques jours à Paris, Ce fut l'occasion d'une conférence de presse sur la campagne de réhabilitation en cours aux Etats-Unis et d'un dîner offert par le mrap, Notre photo : à la conférence de presse, Michael Meeropol entouré d'Albert Lévy, secrétaire général du mrap, et le représentant des Editions Sociales (qui ont fait paraître le livre « Nous sommes vos fils . - droit et liberté. nO 392 • juin 1980 • TI. 249-24-00 --- rité avec les étudiants étrangers. Le comité de Grenoble. qui avait déposé plainte contre M. Mosnier, président de la Chambre des Métiers, a vu sa plainte refusée pour une raison de procédure, Il poursuit son action, conjointement avec la Ligue des Droits de l'Homme, pour que l'affaire soit jugée sur le fond. sh • Une délégation du Bureau National du mrap a rencontré, le 27 mai, M. Sam Nujoma, prési dent du mouvement de libération de la Nami bie, la S.W.A.P.O., venu en mission à Paris. Elle était composée de George Pau-Langevin, Albert Lévy, Jean-Louis Sagot-Duvauroux et Hirit Begashet , • Une conférence de presse animée par Robert Pac a eu lieu au siège du mrap, le 31 mars, au sujet du premier Congrès Sud-Américain des Peuples Indigènes, qui s'est déroulé au Pérou du 27 février au 3 mars. Etaient présents des délégués des mouvements indiens «Tu pac- Katari » (Bolivie) et « Pedro Vilca Apaza » (Pérou). • A la soirée gréco-turque organisée conjointement par l 'Amicale France-Turquie, l 'Association des Résistants Grecs en France et l 'Association des Travailleurs Grecs en France (18 mai), le mrap était représenté par Philippe Enjolras; ce der:1ier était également présent à la conférence organisée au siège de l 'UNESCO (29 avril) par l 'U.N.W.R.A., organisme interna tional d'aide aux réfugiés palestiniens. • Une délégation du mrap (Jean-Louis SagotDuvauroux, Hirit Begashet, Sylvie Saumonneau) a participé au colloque tenu les 19 et 20 mai à Strasbourg par l 'A.F.A.S.PA et l'O.S.P. A.A. sur les " relations entre les pays de la C,E.E. et le régime de Pretoria ». nos deuils Notre ami,le professeur Pierre Wertheimer, membre du Comité d'Honneur du mrap, a·eu la douleur de perdre son épouse, Mme Germaine Wertheimer, Nous l'assurons, ainsi que toute sa famille, de notre profonde sympathie . Nous avons appris avec émotion le décès d'Alioune Diop, fondateur des Editions Présence Africaine et de la Société Africaine de Culture . Pendant de nombreuses années, il s'était consacré à favoriser l 'expression des écrivains de l 'Afrique et la diffusion de leurs oeuvres, Cet effort impliquant la lutte contre les préjugés racistes, il avait à de nOmbreuses re prises, soutenu les initiatives du mrap, partici pant notamment au jury du Prix Fraternité. A sa famille, à ses proches, nous exprimons nos sincères condoléances. Nous avons appris avec une peine profonde la disparition brutale de M , Camille Fouks, ami de longue date de notre Mouvement. Que sa famille trouve ici l 'expression de nos condoléances attristées. . manages Nous apprenons le mariage du professeur Jacques Berque. membre du Comité d 'Honneur du mrap, avec Giulia Belmondo-Caccia , Nous leur exprimons nos félicitations et nos voeux les meilleurs. N° de Commission paritaire: 61013 31 •

Notes

<references />