Droit et Liberté n°002 - 6 novembre 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Un Stürmer paraît en plein Paris: il a nom "la sentinelle" -page1
    • A la manière de Hitler: les maîtres du pétrole font couler le sang des juifs en Irak -page1
    • Une grande conférence d'union contre l'antisémitisme et le racisme renaissant se tiendra à Paris le 6 Novembre -page1
    • Catherine Dunham m'a dit: les noires d'Hollywood sont des blanches maquillées -page1
    • Les souvenirs inédits d'Emile Buré: Comment les banques et compagnies financières ont "monté" l'affaire Dreyfus -page1
    • Là-bas vous deviendrez riches... mais ils retrouvent à Paris le racisme et la misère (nord-africains)-page1
    • Les étudiants de Heidelberg fidèles à la tradition des junkers -page1
    • Puisqu'on ne vous le dit pas (chronique) -page2
    • Les sionistes n'entendent pas rester à l'écart du combat contre l'antisémitisme par Henri Bulawko -page3
    • Le ghetto de Terezin; un film que vous ne verrez (sans doute) pas -page3
    • Tchang Kai chek, l'homme "moyen en tout" rêve au trésor de Formose -page3
    • Marcel Cerdan: mon camarade d'enfance par Charles Haroche -page4
    • Jean Wiener a écrit pour vous cette chanson -page4

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

lDIIDler "" p,aralt,en \ pleinl ,Paris -! Les brutes nazies (&nt subir la bastonnade à. une jeune' fille Juive dont ils ont déchiré les vêtements ... Cette photo est tirée du. film tchécoslovaque « Le Ghetto de Térézin », que vous ne verrez .csans donte) .. pas à Paris, mais que DROIT ET LIBERTE vous présente en exclusivité. Voir tous - les' détails en page 3 UNE GRANDE CONFÉRENCE d'union contre l'antisémitisme et le naz~sme renaissant se tiendra le 6 novembre" à Paris DEPUIS quel e temps, l'antisémitisme s'accentue de façon notable, accompagné d'une s ie d'événements symptflmatiques. La chien de Buchenwald a été graciée. En Allemagne occidentale des dizaines de journa nazis sont publiés et on s'attend à la reparution de l'ignoble « ,Stürmer :. qui pe dant plus de dix ans s'est efforcé d'abord de préparer psychologi~ elnent, ensuit de justifier les horreurs que nous avons conllues "'et ,qU'e' le monde entier ne tro ye pas de mots pour ,qualifier. TOUS , [ES VENDREDIS 6 - 11 Novembre 1949 25 fr. A LA MANIÈB.E DE HITLER l' a nom' Les maîtres du pétrole' font couler "lA SENTINELLE" . • et porte' le s,ang des JUIfs en Irak l'autorisation préfectorale E jour du Yom Kippour, à Bagdad et dans les villages voisins, la police et des éléments de l'armée irakienne cernaient les maisons habitées 'par des familles juives, e~fonçaient le~ portès;,violaient les dOIrlicHes, bri!\aient les meubles, pillaient, ma.traquaient · et opéraient des arrestations mas'sives parmi les membres de la communauté juive d'Irak;. Bien entendu, ni les enfa.,ts, lité marquée à l'égard du gouni les femmes et ' les vieillards vel'nement de Nouri Said se n'étaient épargnés. A coups de nomme, pour la police iracrosse, à coups de fouet, les po- kienne, 1( activité communiste », liciers et les soldats enfour- que tout sujet irakien qui ose naient . les malheureux dans ne point être satisfait du génial des camions qui partaient aus- gouvernement de Bagdad mésitôt pour une destination in- rite d'allèr .· mQuiir au fond connue. Tard dans 'la nuit; on d'lme « cellule individ)lell", ~ Il, devait encore ente.ndre les hur- c'e"~t~à~ire, une fosse d'un lements de douleur des matra- mètre carré creusée dans le dé- Le pipe-line d~ qû.és, les cris de colère et ' les sert, . à ciel ouvert. rires des matraqueurs. Les voi- Aussi, pouvait-on s'attendre impopulaire que celui de Noud sin s, ceux que la chance av.ait à .:ce qu'un te"! gouvernement Said demeure au pouvoir. A épargnés, se gardaient d'ouvrir respect'àt les 150.000 Juifs qui dire vrai, doit-on parler de leur porte. La terreur régnait. vivent en Irak? Peut-on même , mystère? Un député irakien a On sait en effet que le gou- lui dema.nder de prendre en osé déclarer au Parlement : vernement irakien 'mène, de- considération la Déclaration «Un ministre, en Irak, n'est puis bien . longtemps, une poli- des Droits de l'Homme? . Le qu'un directeur-général... ». Le tique dite « anticommuniste 71. gouvernement irakien ne con- terme de « gérant Il eût d'ailOn sait que le Secrétaire géné- naît pas cette Déclaration! Il leurs mieux convenu. Le gou-' raI du parti communiste irakien n'en ti~nt ' aucun compte pour vernement de Bagdad ne fait et deux de ses collaborateurs gQuverner les Irakiéns eux- que gérer l'Irak pour le compte ont été pendus, voici huit mois, mêmes, comment donc en tien- des Anglo-Saxons. sur la place publique à Bagdad. drait-il compte dans ses agisse- Ainsi, les milliers de person- Parce qu'ils ' luttaient pour ments envers la minorité juive nes qui, à Tel-Aviv, devant la l'indépendance de leur pays et d 'Irak;! Mieux vaut se rendre Knesset, ont manifesté contre s'étaient élevés contre la guerre à l'évidence. La vie liera un le gouvernement irakien dede Palestine déclenchée sur enfer . pour les 150.000 Juifs vront se rendre une prochaine l'ordre dés impérialistes anglo- d'Irak tant ql,le l'Irak demeu- , fois, pour tenter de sa"uver les' saxons. rera un enfer pour le peuple 150.000 Juifs d'Irak, devant les On sait que plusieurs camps. de . irakien lui-même. . Légations , de Grande-Bretagne concentratioll ont été ouverts ' Ir" l'este · à établir par ' quel et des Etats-Unis: danji '1e', pa1t. -~ue toute bosti-- niYstère~ gouverne"inent-Ïtussi - Daniel ANSELME. CATHE RI NE DUNHAM -m.la dit :., - n° 141.258 Q.UELQUES quotidiens ont annoncé, ces jours derniers. que di l'-neuf « nk!_ ,nazis », ou «militants d'un mouvement antlrépubllcaln » ,vont pa5ser en correctionnelle. « Droit et Liberté » est en mesure d'apporter d'utiles pré.. cisions sur les agissements de ces individus. D'abord, ce sont tout simplement des nazis, d'anciens nazis. L'un de leurs chefs, René Binet. cet homme glabre et grisonmnt, qui cache derrière de grosses lunettes d'écaille un regard fourbe et mauvais, n'est autre qu'un ex-Waffen SS. Ce maitre ès trahison, disciplé de . Doriot, se distinguait déjà en 1939 par sa propagande proallemande. Ses acolytes viennent de 1& L.V.F., de la milice, des Wa!feu SS et des groupements francistes. ON PREND LES MEMES ... ET ON RECOMMENCE ... Ces rescapés de l'épuration. qui sont nombreux, exercent légalement leur activité nazis dans la France de 1949. Ils n'ont · qu'une précaution il prendre ' : ' changer de temps el1 temps le nom de leur orgamsation ou plutôt de leur gang. Grâce à cette « ficelle ., ils peuvent jouir d'une tranquilhti ralative. En 1946, cela s'appelait « le eombattant européen ». Le journal éïlité p()rt~it, le . A Munich. un jou laI allemand osè écrire que les Américains ne peuvent' p rdonner une seule chose .aux Alle- LES SOUVENIRS 1NÉDITS D'ÉMI'LE 'BUR" mands ... c'est de n'av l' pas gazé tous les Juifs. Et lorsque .. . . • .' : ' . . ' Ir. des centaines de Juif vont en cortège protester devant un journal, la police aIle a.nde tire et blesse grièvement cinq manifestants. Des ciill\tières juifs et des synagogues sont profanés. "Les noires d'Hollywood sont des blanches maquillées" o.n a trouvé d,ahs les locau"" cette organisation d'importanw stocks d'armes. En 1948, les mêmes individus créèrent le « Mouvement lIocla.liste d'unité française », avec. pour-journal, « L'Unité» : méme5 hommes, mêmes slogans racistes et antirépublicains. Les '" durs: du M.S.U.F. se réunissaient chez un certain Buguet, directeur d'une 4: Académie da dessin », 12, rue de Chartres, à Neuilly. Faits apparemmell isolés, mais combien. significatifs et alarmants. Déjà des ncidents éclatent hors d'Allemagne et les pogroms d'Irak p uvent qu'Hitler a trouvé des émules dignes de lui, Les boub ues juives sont .saccagées et pillées par des bandes de voyo , les juifs irakiens déportés et maltraités sur l'ordre du g vernenlent. Comment lesb~nques et ~ëompagnies financières ont "monté" J'affaire Dreyfus Voir en page 5 l'interview de la grande danseuse noire. par Lydie Pavel Et voilà qU'aujourd'hui 1& presse annonce la constitution d'un parti républicain d'unim populaire (P. R. U. P.), dont l'adresse est méme,indiquée : 91, rue Fond·ary. Le dirige*nt en est un nommé Play. Le l'.R. U.P. remplace le « Mouvement national français )l c.éé au dé· but de l'année. En France égalem t, renouveau d'antisémitisme. Les articles orduriers de « ction 'Française ~ en témoignent. Tous les suppôts de Vic ,tous les gredins de la collaboration s'en font les propa teurs zélés. Aussi l'inquiétude la population juive de France va·t-eHe grandissant. Est ',concevable qu'après tant de douleurs, de sacrifices, l'on p se rester impassible? Est-il pos~ ible de fermer les yeux ' Il faut réagir ! Mais ce n'est pas ' se ement l'affaire du M.R.A.P. Notre lutte concerne us les Juifs de France, et aussi . fous les hommes de bo Il volonté, de quelque horizon philosophique ou religieu qu'il viennent. C'est pourquoi le M.R. .P. a pris l'iniLialive de convier toutes les organisations j iVes à une conférence, le 6 n()vembre, à la salle Lal1cry. Il l'a fait dans un eS~'t de large unité, car tous les concours sont précieux •. A ne organisation ne doit manquer à l'appel. Il s'agit de aliser un front commun dans la lutte contre l'ennemi co 'mun. . , Tous ensemble nous al' erons les moyens d'action que la-,s-ituation impose. Maurice GRINSPAN. ' oc Droit et Liberté » commellce aujourd'hui une publication proprement sensationnelle: les souvenirs inédits d'Emile Buré sur l'affaire Dreyfus et l'antisémitisme en France! Voici, dominés 'par une profonde connaissance de l'histoire et des hommes, des révélatjons sur les dessous ' politiques d'une période déjà 'riche en bouleversements, des documents et des détails inconnus, des anecdotes savoureuses, des histoires vraies, vécues 'par le grand journaliste français qui fut, aux côtés de Clemenceau, l'un des plus ardents dreyfusards. LE krach de l'Union Générale en 1882 fut le premier scandale que les réactionnaires français exploitèrent contre la Troisième République. tt.mal•S il retrouve.t à Paris le racisme ' et la . . mlsere Un financier dit nom de Bontoux avait raflé les f()Uds des catholiques de toutes classes, et particulièrement des hautes classes, en se présentant comme le saUveur de la finance française, mise en péril par la finance juive et la finance protestante. Il opéra à la Bourse de teUe manière que la faillite de sa banque était inévitable. Ses actions, non encore libérées d'une valeur nominale de 500 fanes, atteignirent le prir-de 3.000 francs. U N eomlt6' de vigilance et e ooordlnaUon pour la défense des Nord-Africains en anee vient de se oonstltuer, groupant des personnaU de toutes ten(( ances. n se propose d'alerter l'opinion et " saisir les pouvoirs publics de eette question. Que VA -t-on !aire pou;- )es 200.000 travailleurs nord·afrlCams qu'une propagande habile a attirés en France et sur lesquels; dans la seule ré~lon parisienne, plua de 100.000. vont ~e. trouver au cours d'un hiver qUl s annonce rigoureux, démunis à·la fols de travail, de logement et de ressources pour s'alimenter convenablement. le. Il est exact que dans la quanté d'Arabes amenés chaque mois lar bateau ou par avion, se gUs· ht des éléments indésirables, Iais ils appartiennent ou s'agornèrent à des gangs dont les lefs ne sont pas forcément lord·Africains. Quant aux agressions consta~ es ces derniers temps. la 'granpresse a senti elle·même ~ 'eIle se 10urvoyait ert les mettant au compte d'un atavisme racial (le Nord-Africain. artisan de la criminalité collecrtve, a-t-on pu lire dans certains journaux) et elle a été amenée à rectifi.er son tir. C'est ainsi qu'on a pu voir un journal du matin qui avait été le premier à attacher le grelot, re"enir quelques semaines plus tard sur la question et lui consacrer cette fois un article objectif et honnètë .• C'est que pour quiconque à vécu en Algérie, ou y a oejourné suffisamment, notre responsabilité (Suite page 4) Paul MORELLE. 'L'attention a été attirée sur le~ Nord·Africains, voici près de deu.x mois, par la grande presse. ï'------------------------:---......: Mao, par un curi .. ux paradoxe, ce n'ut pas sur la pénible situation dans laquelle se débattent ces exilés qu'on a mis l'accent. C'est sur les agressions dQn~ c~rtalnes de ces victimes, poussees à bout par la misère et la faim, seiont rendues coupables, Cette campagne de presse, soigneusement orchestrée avait un but : le rétablissement de la brigade. n 0 r à-a f rie ai n e, spécialeulent charg!e avant la guerre de la répression dans les milieux nord· africains de la callitale,. LA GRANDE PRESSE RECTIFIE LE TIR Mais ce rétablissement est·1I l,03Sibje con~tit1J tiorlrtellement? le statut de l'Algérie a donné à la majorité des Arabes la qualité de citoyens français. Et il n'est pas d'usage de créer. selon les catégories ethniques ou raciales de J'rançais, dits poli;.es particuliè__ ,.c. ..-ait d'ailleuu metflca· la peau que mon ccabot tra "Gille ••• Le mouvement à la hausse, quI ne tenaIt aucun compte des ~vld~ndes possibles, avait été . stimulé par la 'presse de dro.ite, louant · sans réserve le génie financier et les vertus l'el1gieuses' de Bontoùx, quI avait, prétendaIt-on, opéré préalablement des miracles à la Bourse de . Vienne sous la protection des gouvernants catholiques au.trichiens. Elle fJ.lt donc contrainte d'accuser pour n'être pas accusée qùand c~lui-ci déposa son bilan frauquleux. Elle s'acquitta de sa détestable tâche avec rage. La Banque de France ayant df! relever le taux de J'escompte 'par suite de la rareté monétaire, par suite de baisse sensible de la rente française (6 fr. - causée par le boom de l'Union Générale, aussi par' les projets de Gambetta ' sur 1a comeersion du 3 % et le rachat des grand~s compagnies de chem,ins de fer - le gouvernement répUblicain fut déponcé ,comme coupable d'avoir, sur l'ordre des banques juives On voit le danger. Les mesu· reB prises contre les anciellB na.. l'lis qui rêvent de . revanche sont-elles suffisantes ? Il est permis d'en douter. . . Ces changements successifs de noms couvrent une marchandise qui ne change pas. En plein Paris, des brutes qui assassinèrent les patriotes et les Juifs par milliers pot'r l" com,ot~ ,. .. Hitler, ' oure . permanent UN « STU ... , « La S~ntine' ces nazis, POO' cent numéro, fectorale No .. ~_ que en long et en large trine hitlérienne. la ~ -e t protestantes, ai dé à Voici comment l'un de ses l'étranglement du pieux et collaborateurs (c'est bien le génial Bontoux. Comme, à mot), G.-A. Amaudruz, auteur ce moment, les paysans s'in- du livre « Le premier procès de quiét~lent du phylloxéra -: Nuremberg ». juge la situation qui ravageait 1 e vignoble actuelle en France. français - et de la pauvreté 0 « Une mentalité Ignoble, mé- 'de leurs récoltes de céréales, lang'e de lacheté et d'égoïsme. cependant Que les commer- s'étale toujours plus la,-gement. çants se tourmentaient du dé- « Elle a été cultivée. du reste, ficit de la balance commerciale _ causée par la dépr~s- par la propagande de guerre sion économique mondiale ~ judéo-démooratique ». 115 eurent beiiLu jeu. . Et plus loin : Les premiers libelle:! antl- « La décadence morale eurosémites de la Troisième ' Ré- . péenne, savamment tllrlgée par publique futent répandUS en la propagande jUdaïque, n'a été cette occurrence. possible qùe gr~ aux Infiltrations de sang noir' et jaune. In- Drumolft entre en scène filtrations encore légères, mals Le livre de Toussenel, « Le suffisantes pour affaiblir la Jul!, roi de l'époque ~, paru (8 Z) sous la Monarchie de Juillet, uite pare c~hl~sm~e mjui~f ,:., ceLluie d e ~G~ou!- t"~ 19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)Charles 19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)--~------X:.~X:.~X:.- perlot des Mousseaux. ( Les Juifs, le Judaïsme et la judaïsation des peupléS chrétiens~, enfin 'celui d'e ' ffi:lbineau, cEssai ~ur l'Inégalité des races sous l'Empire ~, n'avalent guère été lus. Edouard Drumont devait révéler ' les nOJ1lS de leurs auteurs au grand publ1c - le premier, doux ornitllologue, le second. journaliste sOcialiste blanQulstepour se découvrIr des devanclers Quand il publia, en 1886, sa c France juive •. Ce l1Vl'il eut une singulière fortune. Son éditeur. MarpOh, qui l'lj.vatt expOsé sous les galeries de l 'Odéoll. désespérait d'en vendre cent exemplaires quand Francis Magnard, di~ recteur du c Figaro :., le cri~ IQua dans un de ses éd1.to- ,(Sulf,lj, Ne Il LES 'ÉTUDIANTS DE HEIDELBERG FIDÈLES A LA ' TRADITION DES JUNKE! Jrlis- A Heidel berg, les trop ram~uses socIétés d'escrime, dissoutes en vertu d'une 101 du gouvernement milliaire américalr. qui interdit les duels, se sont reconEtiluécs. On sait que les étudiante de cette uuiverslté avaient élevé II' combat à l'épée a la hauteul' d'une institution. Avant - et même après - la pl'emlére guer· re mondiale, balafres, cicatrices et estafilades pllSia[ent pour : signe distinetlf des arist'ocrates al1emand.l: .. Déjà la République de . Weimar avait prooerit. les duels, sans en venir à bout. Ceo lI.1ISOOia.~ som d'aWeW'l loin d'avvir un caractère purement sportif, et ks autorités amérioaines ont r econnu que ces groupements nationalistes les « importunaient }J. Mais elles estiment qu'en J~ supprimant on porlerait att\'ln le au principe de la liberté de renseignement unlver~ itait'e Depuis la fin de la guerre, l'escrime e.'iit à Heidelberg l'objat dp l'attention la plus sou tenue. A présent, certains rest"auranls sptictalisés sont envahi!: Le Hirschlection de sabres et rJ,\l1ssent rou « salon d'escr!". au Hlrsehgasse one d'Heidelberg H ment en duel bllque de wtue suisse vIent menacés den Syrie 20 milrigeants J.oUars d'origine hit, Ms étl ' après arrangement ac'~uoee capitaine Abdullah ientc,-ancien fOllctlonnaJre du d'uree de sécurité de la GesdaJ, devenu conseiller mll.· t,re du gouvernement sy· ga.sse le plus célèbre des restau- .._ len_. ___. ...._ ' ____. ... t&l1ta e.studia.ntin.s e~se &:l col- 2 C'est Blücher. .. En voilà un, au moins, à qui l'on n'a pas refusé le visa. Dans un grand hôtel, il prend ses aises à la ma· nière de ces conqùérants qui ont dû faire leurs bagages il y a cinq ans à peine. Déjà if a ~ait sa rentrée à Pariis. C'est Bluecher ! A Bonn, vlce·chancelier. Il Siège à la droite dfl M. Aden. auer. A Essen, il dirige la Reicbsbank .et quelques me· nues usines où l'on ne se rappelle plus très bien quelle sorte de produits on Y fa.· briqua: culasses de canon ou gaz pour Auschwitz, peu importe ... Utilisation des compéten· ces: ce Bluecher est ministre du plan Marsball pour l'Allemagne de l'Ouest. Et c'est à ce titre qu'il venu, chez nous faire l'Europe. V.n Européen bien aimable, qui déclare dès son arrivée à Paris : « Notre gouverne· ment ne soutient aucune revendication qui dépasse les limites du Reich de 1937 ». Nous voilà rassurés. Lé Fuehrer, à ce moment-là, ne, réclamait que l'Autriche, le!/' Sudètes, Dantzig et quelques autres territoires sans im· portance. 'C'est ce que M. le vicechancelier, qui prétend parler au nom du peuple allemand, appelle l'Organisation de Coopéra.tion Economique Européenne .. , Si on les laissait faire, lui et ses pareils, la France serait envahi!! par des marchandises, en attendant de l'être par des s61dats. COl)pé~er avec Blueeher ? Non merci, une fois suffit 1 D."tu!LI.r1t VERS LE CONGRÈS d'Amitié entre Français et Immigrés Les récents décrets d'expulsion pris à l'encontre d'honnêtes travailleurs immigres, ainsi ,que la diSsolution de plUSieurs de leurs organisations, ont attiré l'attention de l'opinion française sur le développement des ménées xenoph; jbes et racistes. D~OIT ET 'L1BERTE Fantômes vendus Maréchal, nous voilà! Mme S. de Lassus, le docteur Raymond Tournay, M. Jacques de MIJl~rêt. M. AJ1ré.d Droln. M. A. dé li Pêrrlèrê êt le docteur J. Glimbln ont éerlt pôur la lIb~ratlon de Pétain... . A Z'Epoque du général 1'. Picart, dé Paul Iteyne.ud tt dé François Valentin réunis. Ml1r~hl11 Pétain qui. par son courage. 811 droiture, son patriotisme et su souffrances a su rendte sublimt! la deml~re page de notre hiatolre de France. • 1tesplrez fort.

13~n.

De Pétain à Montgomery, vous Avez comprIS ? Maréchal, nous voilà ... Et que ça eaute ! Du même côté que l'aïeul A moins que ... Suppooez que pour empêcher nos enfants d'aller ouvrir des livres d'histoire (comme Il dit) sur les champs de bataille. un quidam vienne sur le chemin de M. dt! DreUX-Brézé (marquis) pour lui lancer : - Dites à ceux qui vous envoient que nous sommes ici par la volonté du peuple (qui ne veut pas la guerre). La force des baïonnettes n'y pourrait rien. Chacun ses titres Admirateur d'Arno Brecker, sculpteur officiel du nazIsme, M. Pierre d'Espezel eut le tort de le dire trop haut pendant l'occupation. Aujourd'hui, M. Pierre d'Espezel se rappelle à notre attention dans Le iourMI de l'amateur cl'art. Pour dire que ceux ' qui ont boudé les manifestations de l'art allemand (mis au service de la propagande hitlérienne) en France, pendant l'occupation, sont de bien piètres germanistes, Du moins sont-ils de bons Français. Mfilé de Lasslts àttlrme qu'Il «récevrt!. la palme du martyre» parce qué « blènhéureux c.eux qui ont souffert perséèUtiort pour lé. justice. et font (!\ccessolremcnt) don de leur personne à la France. Il est '" de la lignée où l'on trouve TUrenne et Catinat pense M. Jacques de Milleret (qui .. oublié Bazaine et von Choltitz). Mals « peut-être Dieu permit-il au maréchal de piétiner àu seuil de l'Eternité » (preu,Ve qU'il .répugne à. le rappelèr à lui) . M. Al· tred D1'oln qui exerce à Montmo· l'illon la profession de poète, l'a éntendu dire à sès familier~. en 1942 : « On me rendra justice après ma mort. » Défense de l'Oeeident QUOi qU'en pense M. Droln, qui volt là " une vue prophétique ctf' son destin , Pétain Sè tromp&lt, car on ne fusille pM les cadavres. Mais quel maréchal? La palme reviendre. sans conteste à M. de Dréux-Brêzé, qui écrit : c Avant de voir nos enfants ouvrir aveo « Monty » les nouveaux !lvres d'hlstoire de l'Europe occidentale, vénérons comme il le mérite notre grand La condition humaine Dans une communication à l'Académie des Sciences. le J:)l'ofêssèur Z.-L. Zaleski attire l'attention de 1. élite ,. française Sur la nécessité d'a,méliorer par un statut « moral • la condition « humaine » ... De qui? Des fascistes et des collaborateurs des pays de l'Est qui ont fui leurs pays. M. Zaleskl propose notamment l'octroi à ces personnes recommandables d'une sorte de supernationalité. « Occidentale ". Car les fascistes polonais, roume. ÏltS, hongrois ou tchèques sont des occldente.ux. Qui en douterait? Ce qui n'empêchere. pas les dOSlllers de naturalisation de mllHers de travailleurs immigrés (d'un occldentallsme plus ou moins suspect) de dormir encore dans les poussières de la Chan ·cellerie ... .. ,Qu·on appelle néanmoins minIstère de la Justice. La marohe du temps Accommodements, Le bourgmestre de Wolfsburg, en zone britannique d'Allemagne, a trouvé l'autre jOur, en déPOuillant son courrier, une lettre de Rabley Richardson. citoyen de New-York, ainsi conçué : Je désire entrer en contact, vue mariage, avec 10lie brune. motns de 28 ans, veuve de 5S. Le bourgmestre a tait publier la requête par crieur public. Si l'on excepte un homme qui (malgré son travesti habile) fut rapidement démasqué, Il se présenta trois cent solxant~quatorzé candidates (de Wolfsburg et des environs). Trois cents clnquante-trpls étaient de vraies veuvès dé S8. Deux cent quarante-deux avaient (réellement) moins de 28 artA da doyenne én avait clnquantè· deux). DOuze étaient jolies. Toutes ces douze étalent blondes. A ct.use de la sélection de 1" race. Mals elles se sont fMt temdre ... L'espace vital Il faut aux Etê.tt-Unis une ex· pans ion à. leur mesure. Cette tèrre devenant trop ~et!te, les An\.é· ricains sé sont résolus à. ~rospecter léS espaces interplanétaires, ce qui nous fait bien plaisir ... Ce qui nous ferait bien plaisir si la nouvelle ne nous vènàit du Major Général Henry B. Sayler (une autorité miUtalre de premier plan). Lequel major général a déc!aré à Chicago que les expérlencês entrepriSes par le gouvernement en matière de fuSées stratosphériques vont grandement faciliter les recherches sur les rayons cosmiques poursuivies aux Etats· Unis par des savants allemands. teux que ce soit dans le but de faciliter les activités professionnelles des entileurs de perles. Ce serait plutOt, pensons-nous. pour éviter aux raccommodeurs de faïences et de porcelaines les affres du chômage: t';'est beau la science Un autre truc auquel s'intéressent les stratèges d'outre-Atlantlques, C'est la lobectomie. Un faible courant électrique aux tempes du patient. et hop 1 c'est fini. n a gardé tout ce qu'Il avait d'Intelligence, mais Il ,a perdu tout sens critique. toute velléité de révolte. Obélssànt et doux comme un mouton, Il est devenu. Non. non 1 Ce n'esL pas une histoire à la Fantômas. L'expérience a été faite aux Eta ts-Unis. Sur un noir particulièrement réticent, qui s'est ensuite montré , prêt à. avouer tout ce qu'on a voulu. Des savants allemands « réfugiés ~ aux Etats·Unis ont dit que des expériences semblables ont été faites Il y a quelques années en Allemagne. Elles furent toutefois assez peu concluantes, le juif qui servait de CObaye étant demeuré réca.lcitrant. Maintenant. le procédé est au ·polnt. C'est le progrès. ·C.Q.F.D. Le c Rassemblement (par blUff) ouvrier (par antiphrase) ~ n'est pas content. n a. lu dans le journal africain que dirige M. Oabrlel d'Arboussler. un article de l'abbé Boganda, député M.R.P. de 1'0ubanghl-Charl, qui ne craint pas de dénoncer le re.ols- . me colonialiste. . Horreur 1 c Ce disciple' africain de l'abbé BoUlier ,. éCl'it avec méprIs le « pseudo-Rassemblement dit ouvrier .:.. . Raisonnons. Nul n'Ignore que l'abbé Boulier lutte contre le. guerre. L'abbé Boganda s'élève contre loppression raciale. Si cela su~tlt pour qU'il soit un dIsciple dé l'abbé Boulier, c'est que l'oppression raciale va de pair avec l'aventure guerrière et que l'on né saurait s'opposer à l'une sans lutter contre l'autre. Ce que le disciple de Goebbels ne voulait certes pas démontrér. Dialogue ou Parlement de Bonn K. ADENAUER. - Nos yeux se tournent avec angoisse vers l'Est. L'adhésion au P.A. suppose une nation armée, et l'Allemagne est encore désarmée ... UN DEPUTE (interrompant). - Vous portez déjà. l'uniforme américain ... K. ADENAUER. - Oarde-à vous l ,~ Près d'une poudrière M. Walter Groebrrer, directeur de magazines américains, a débarqué du New-Amsterdam, accostant Southampton. retour d 'Amérique. Dàns ses bagages. les douaniers ont découvert vingtquatre boites de longues ailumettes. . -Je veux les offrir à M.Churchill, dit le passager. Puis en con1ldellce : - Pour se3 cIgares / Les douaniers n'ont pas conti.!lqué. N'est-il pas dangereux de lais· sel' M. Churchill jouer avec les allumettes? Battus, ils réclament d'es verges Censeurs, sache" censurer ' ça se passe à Munich. Un offider (américain) est chargé de la censure d'un journal allemand ·(pro-nazi). Ce censeur a des ciseaux. Rien que de très normal pour un censeur. Ce qui ne l'est pas (normal) c'est que ce censeur se sert de ses ciseaux seulement pour couper des cheveux en Quatre. Et tolère (avec le sourire) toutes les manifestations plus ou moins cachées de racisme, d'antisémitisme, de pangermanisme, d'esprit de revanche ... - Si j'avais été Allemand, vivant d Munich au temps de Hitler" dit-Il, faura!3 été nazi moi .aussi • Cette histoire est-elle vraie Il y a dès chances. Soyons ~( spirit",els » Mais le comble.,. le comble ! C'est que cette histoire sert de thème à un roman (américain) psychanalytique dont le héros est notre c censeur ~ et l'auteur un nommé... David Davidson. Comme on a l'honneur de vous le dire. Le critique littéraire de Carrelour en a été tout ébaudi d'admiratlon. « Ce livre, a-t-il écrit, est dominé par Za. spiritualité 1uive. Puisqu'il dit ça le critique littéraire ' c'est qU'il salt de quoi il parle ! ... pes Juifs d'Europe, rescapés d'Auschwitz nous ont fait savoir toutefois qu'à. leur avis le David Davidson en question a la. spiritualité assez bas placée. Et qu'ils aimeraient à y imprimer la marque de leur semelle. Jugé par lui-même Pour ceux que ça intéresse., lè bouquin de Davidson s'appelle Le grand abîme. Insondable, en effet. A propos d'affich •• Les familles des fusillés de la Cascade du Bois de Boulogne et de la rue Leroux ne veulent pas que l'assassln de leurs maris et de leurs , -pères, von Choltitz, ait sa . place (avec sainte Geneviève, Joffre et Gal1lenl) au palmarès de nos reconnaissances nationales. - . Enes le disent par vole d'afflches. Et l'on a pu lire dans Le Figaro,' Le nom de la famille Guilbert figurant parmi les signatures de cette atliche. Mme Pierrl1 Guilbert, chef de Z'O.CM. pour la section Agro fait savoir qu'el!! eH étrangère à cetts ma.nifestatlo! l... • . Nous Ignorons si. Mme Pierre Guilbért est une maman, une fille ou une veuve ... Elle fait savoir ... Elle porte à la connaissance ... Bekanntmochung ! Bclayn devant votre porte Parlant dè cette aftlche Le "Ft-garo y volt une explolta,tion de la mémoire des victimes à. des fins politiques 1 •. Ces gens qui ne veulent pas nous laisser oubller 1 Quel manque de tact, marquise ! Pour ce qui est cru tact il s'y connalt .notre barbier. Entre M. Pierre Brisson "Ct von Choltitz. on reste personnes de bonne compagnie ... On ne détruit pas Paris (parce Qu'on est trop pressé de IUguerptr) , on publie des mémoires. on essaie de discréditer ces faquins de la Résistance, on crache sur les tombes des victimes ... Mais jamais, un grand ' jamais. on ne poursuit par là. des fins politiques ... Ben, voyons 1 Sans commentaire « Le 4 décembre 1942, PEGEOT « appréhendait le jeune Kuper., mine Léon. â,gé de 16 ans et c demi et sa soeur Fanny, âgée c de 15 ans à peine. Tous deux «s'étalent présentés au service c en vue d'obtenir la levée des « ~cellés apposés sur leur appar « tement à. la suite de l·arresta· «tion de lëurs frères opérée « l'avant-velJ1e. Ces jeunes gens. « ql,ll appartenaient à. une famille c de six enfants furent déportés «pour infraction à la sixième c ordonnancé allemande. c·est-à. « dire parce que vivant depUis « quarante-huit heures ... hors d.é « leur domicile ~. Dans un article qu'il consacre au procès de la S. E. C .• Le Mon- • de JuIl (octobre 1949) reproduit. entre autres, ce fragment de l'acte d'accusation. Plus loin 011 lit : « Et voici les verdicts rendus. c dosa.nt très judicieusement, « nous semble-t-il,· les condamna « tions aux travaux forcés, à. la « prison et les acquittements ». Et plus loin encore : • Elle, Leboeut, Lesueur, Louis, Mandolini. PEGEOT, Soustre. Varain, Vavasseur: Acquittement •. Aux 100.000 Juifs victimes du nazisme A « Droit et Liberté ». Qui n·ou' bai te Q/pUa.S..t iq1ne msuei vapletrtem et,s NdIe ppoosuerrrait-) n obtenl,. l1e la ViLlé de Parts l~ concesston d'un terr4in afin d'y érig" un monument à la mémoire des 120.000 Isrdélites de France brùhis v,ifs par, les, Allemand. 7 . . Dans sa «Prierll.. SlilValn J OYCt!. a ~crit D'&i1tres heures naltront, plus béllés et meilleures ; L~ vLctolre 'luira Bur Le dernier combat: Seigneur. faites que .. eux qui Cotlnaitro11t ces heures, Se souviennent de cëux qui ne revlendron t plus ». Henry TEMERSON. Parls-9' • A tOQtes fins utile's « A toutes lins utiles, je VOu.! envole ci-jOinte une publication ordurière an.lisémit~ et arltidémocratiQue, reçue po.r un l1e mes camardàe& ». Merci. et scyez sOre que, votre aide noue permettra une Importante ellQ.uête d&ns le cadre de notre lutte contre le racisme et le nB.Z1sme. Mlle Hélène BERGHAUER, Parls-5' UN "STÜRMER Il en plein Paris (Suite de la première page.) volx du sang nordique - qui a chanté dans l'Wade, le Niebelungenlied, la Chanson de Roland... , « Apprendre à l'écouter de nouveau, voilà. lé premier poln~' le point essentiel. Alors crouleront les valeurs non aryennes dont nous sommes Infectés. « Cependant, pour que cette victoire ne demeure pas le fait ~e quelques-uns, il faut une organisation politique, un mouvement faisant appel aux valeurs de l'enLhouslal\we, ~u courage, en un mot : rie l'honneur - un mouvement détendant ces Valeurs et la race nordique dont elles sont Issues ». Ne croirait-on pas lire le « Stürmer : de Julius Streicher que d'aucuns se préparent à. faire renaitre en Allemagne occidentale? LIAISONS INTERNATIONALES ' Les mouvements bazis qui s'agitent en plein Paris sont étroitement liés avec leurs congénères des autres pays. Des journaux comme « La. Sentinelle

et le « Stürmer : pa-

raissent notamment en Suisse (Der Turmwart), aux EtatsUnis (The Oross and the Fiai, The Letter), en Angleterre (Gotblo Rlpple.s, Union,' Independant Nationallst), en Italie (Assalto. Oarta dei Fascl d'Azione Rlvoluzlonarlà, Merldlano Wl 'ltalla), en Norvège, en Belgique, en Amérique Latine, etc ... « La Sentinelle :. ae targue ostensiblement de ees liaison s internationales. Depuis l'ouverture de la frontière pyrénéenne, les hitlériens de Paris peuvent a.voir des contacta fréquents. et faciielS avec les hommes de Franco. Ils ont même en Espagne un poste d'émiesions radiophoniqués en langue française. Il serait sans doute aisé d'arrêter les nazie du M.S.U.F. et du P.R.U.P. et de les mettre hore d'état de nuire. Ne peuton pas trouver Amaudruz, Dino, Hanlouln, Hofstetter, Lamb qui signe ostensiblement dans « La Merci ! « Per""ettez-mot, MOl'sleur le DlreCU1tr, de .ai!lr cute occasion pour vou. fél!ciUr et remercier de l'attltude dt(}1M èt toulours très courag~use de votl"e joumal «u! se place parmi l~s premier., pour déntmc.r toute injustice et toult atteinte vortée' à La diDnité hu", aine. Dàns la lutte contre 18 racisme et l'antisémitisme, il loue un t"le de tout vremier plan. • Je pen.se «u'en disant ce «UB_ je vi."s de vous dire du fond :-. 'na Provence eloignee, je 1ne lais !"intervrète de la Drosse majorit; ds llOS lecteurs. Puissent vos elforts ne pas étre vaf1t.S. » J. PAPPER Salnt-AndlM (B.-du-R.) • Crématoires en France • Je cro!s ttre ollLlgé de vous signciler une trreur qui s'est qlis .. sée en page 4 dé votre num&ro du 15-9-49. dans l'artlcle Intitulé ~ La vovulatton juive de Lorraine m'lnl/e3tera à Thil! ». Dan. cet article il est dit Que ThiL! est le téul camp en Fra1tce ou les BoCites avaient installé un four cré. matoire, Je vous signale q1Le le camp de Strudhol (Bas-Rhin) avait /Lu .. ! son four crématoire - et, Qui plus est. une chambre à gaz. dite « d'essai », oiL des · « experiences » étaient laites 1Jar dea docteurs allemancts sur des dêtenués juives exclusivement. « ... Je vense QU'!! ne faut vas sous-es!!mer les cr!ntes perpétré. Sentinelle l& ? Comment expliquer qu'un article de Binet ait pu paraître alors méme qu'il ét~it interné à Fresnes, ét qu'il ait été relâché peu après? N. peut-on pas trouver OlaudeMarie Dagon, directeur-gérlJ,nt de « La Sentinelle », boiite poIItale Nb 726.451 ? Eet-Il cornpréher1Bibl~ qu'un parti nazi puisae, en 1949, révéler pub Ii •. quement l'adresse de son 8i~g8 et lea noms de oies dirigeante! UNE INDULGENCE INCOMPREHENSIBLE Ces « défenseurs de la pur,t' de la race , liés à Maurrat, dont Ile prennent le. défense et utilisent lEi Jangege, n'ont pas à se plaindre de la ju~tioe. Pour ses cri~s danll la Waffen SS. Binet l fait six moi. de priMn. Puie il a rèprÎ8 du service. Quand furen~ démaaqués da~ la presse, et lotamment . dà.n. « Droit et LiiJerté .l, letS agissements du M.S.U.F., une trentaine de perscnnes furent arrêtées. La jus:ice militaire e6 déclara incom)étente. Pu ie M. Robert Lévy, fge d'instruction, après enquét~ ne jugéa PliS bon de retenir l'accusation de complot contie la sûret~ In.térieure de l'EtH. Onze des inculpés viallnent dé bénéfioier d'an non-lieu, Le. dix-neuf autres viennent d'~tr8 renvoyés ... eD tribunal correctionnel. Les protés:ations sé multiplient contre uné telle · indulgence ... 'Ces lèmj)S derniere. pa!' exemple, le :omité d'action "8 la Résl5tan~ s'élevait contre la tenue du balquet d' « ~pects de la FraJ\ce» et la reoollstitu. tion dés lilue.s antinationalè. dissoutes. Nous pentpns exprimer la volonté de tOlo\! les Fr8.n~ais en réclamant 1. dissolution de toutes cés li~es terroristes ar· mées, de ce3es du R.P.F. à cel_ les de Maurras et de Binet, et le châtirpert exemplaire des criminels S8.· Des ass!Ssins sont librès 'en plein Paru. Il faut agir aval1t qu'il ne sot trop tard. au camp lie Strudhol, juUtmèM sur1tomm ~ « Le Camp des Horreurs ». longez que nous aVQn.!l ch.ois! le, cant.p-1nAnt~ pour cadre de la J!\Lrltée de la Paix, le 2 octcore • J. COBVI'. à Strasbourg. . ') • ettre d'Italie « Ci-#CIUS, 1e vous ,Idis parve. nir le 1/10ntant de mon alio1t1l"" ment tt votrt hebdomadaire QUI! je lts aiec Maucoup de plai3lr. » SlIvana FO:fl.MIGGINI. Modene (It"Ue) TOVS LES VENDREDIS DMIT ET LIBERTE con~. II.! , ràcisme et l'anti- Sé/11 tlsme. pour la paix CO rTE DE DIRECTION : Alilré BLUMEL - Henri B~LA WKO - Maurice G{INSPAN - Charles LIDERMAN - Pièrre ROLAND - LEVY R«action et administration: ~LB4 Poissonnière, PARIS-g. "IL. : PRO 15-01 et la suite • gérant : C:h. OVEZAREK Le Comtté Français de Défense des Immigrés, qui groupe de nombreuses personnalités de toutes tendances, exprime son émotion devant des mesures, inadmissibles dans le pays des droits de l'hQmmé. et appelle Français et immigrés à préparer ensemble. et dans l'enthouSiasme, un grand congrès d'amitié et d'union. raLyo'énnse rcgo~s miqduéegse,. gédei t lep arr. .:ajlor-esp19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)~ général, laIssera bien loin derrière elle celle que l'on peut obtenir .. Précédant ce congrèS napartir de l'atome. tional, un congrès de la régton paristènne Se tiendra, le dimanch. e 13 novembre, à là maIrie de Montreuil, Voilà. qui ne nous fait plus plaisir du tout. En ettet, si l'armée américaine s'Intéresse à cette énergie-là., il nous semble dourecel/ oir régulièrement « DROIT ET LIBERTE ». ONNEZ-VOUS en nous retournant ce bulletin à notre adresse 6, BOULEVARD POISSONNIERE, PARIS Je souss!U?lé _____________________________ _ demeura~t ________________________________________ souscri& un abonnement d DROIT ET LIBERTE de trois mOis, six mois, un an (1) et en verse fe montant d votre Compte cMque posta! ô070-9B Paris. Tarif d'abonnement ; 1 an, 1.100 frâncs; 6 mois, 600 ir.; 3 mois, 300 fr. Etranger : l an, 1.500 fr.; 6 mois, 8~0 lr.; 3 mois, 450 francs. POUR LA BELGIQUE: Tarif sp~clal : 1 an, 210 fI'. belges; ô mois, 110 fr.; 3 mois, 55 fr. Adresser leS commandes à Mme Geulen, 71, rue Franç6isLèsnino, il Bruxelles II, compte chèque postal 39 15 14. (1) R.y~ les mentions Inutiles. ME DE FIDÉLITÉ sml. lecteurs, dix jour pour obtenir notre • prime Tempête lur 1'0- G. !!Ialssette :

Llener

m.Oltl~; Anilr@ Dernier.!. paru lnédltu •• Climau (Paris, coloniaO Il parait que le {( ghetto » de Casablanca n'existe ·pas ... Non, les « ghettos • n'exlstent pas au Maroc. Le mot « ahettl » implique discrimination racialè. répression, persécution - choMs Inconnues aU Maroc. Què les 01- rectew's de l' « American Joint Distribution Commlttee » vlennént visiter lès grands Imme ubles modernes qui s'érlgent un peu partout li. Casablanca. ils pourront regarder les boites à lettres accrochées dans les vestibules, iIs y trouveront au moll'ls foUtant de noms israélites marecalns que de noms français et euroPéens. Quant aux pOSSibilités de «fairè sa vie ». de « trouver une place àu solèll », le Maroc. a.vec son commerce actif. son industrie ct son agriculture en plein essor, offre à. tout le mondé la même cha~e. Etc ... , etc. La Terre Retrouvée (Paris. sto/liste) Bonne chance à « Droit et Liberté » Lé premier numéro de la nouvellè sérIé annone! un nouveaU Comtté de direction. composé comme suIt : André Blumel, Henri Bulawko. Maurice Grln5- pan. Oharles Lederman. PiérreIl. oland Lévy. Cans un e.rtlcle édi tOlial. André Blumel déclare Que e le journal doit êtré efficace. c'est-à.-&l.re rendre te.nglbles et c6ncrètes les grandes Idées pour lesquelles nous luttons. leur faire Qulttèr l~ur Caractère abstrait, les mêler à. la vie et. en même temps. être v~l'Idlque li. Nous adresllfllUl il. notre confrère nos souhaits sincères de pouvoir réaliser avec succès ces voeux. . ePar!J, quotidien lIidalsh) « Droit et Liberté» fait belle impression '« DrOlt ét Liberté » réunit toutes les conditions pour devenir une grande tribune antiraciste. Son premier numéro tait beJle Impression avec ses six pages en deux couleurs. et par son contenu. S'avère très intéressant, varié. combattit. Cê journal mérite d'être activement soutenu par les organisations et $oclétés ;uives. pàr chaque Jui! qui saura apprécier l'importilnce de cet Incomparable instrument de lutte contre l'antisémltlsme et pour la paix_ n nous fa ut ~ ider à. popularlsèr « broit et Liberté », le diffuser, lui donner de nouvea.ux abonnés. le fa.ire connaitre autour dé nous" nos a.mis non juifs. Nous adressons au M.R.A.P. noo voeux I. ... s plus chaleureux. conlemande. Cela ppse pour nous deux grands problèmes : oelui de notre sécurité et celui de la con· currence, c'est-à-dlre celui de la vie ou de la mort de notre industrie sidérurgiqué. Avant Hitler, la Ruhr, petit quadrilatère de la taUle d'un département français, produisait annuellement 5 millions de tonnes d'acler; en 1940 elle en predulsalt 11 millions, soit la mOltlê de la production allemande 1 L 'autre moitié provenait de la l'I.hénanie. de la Saxe. dé la Silésie et c:.e la Prusse Orientale. AUjourd'hui, la totalité de la production allemande pour la zone Ouèst - production limitée par les accords de Londres - est de 12 millions de tonnes. Cele. suffit pour motiver un vaste développement des exportations allemandes. Presque à. zéro en 1947, elles attèignent aujourd'hui envi- 1'01\ 900 ml1l10ns de dollars par an. L'lndustrle allemande, étant plU! modernisée que la nôtre. les salaires éte.nt Inférieurs à ceux de la France et les posslbil!tés géographiques étant meilleur7s pour l'Allémagne. elle peut vendre la tonne d'acier 63 dollars. tandis que la nôtre en vaut 85. Genevlhe TABOUIS. vaincus qU'avec l'aide agissante,-------------------------, de notre communauté, « Droit et Liberté» remplira st!. grsndè mission. La tribune des Nallons (Pans. comm.enLatreS internationaux) La Ruhr échappe CI ses contrôle",rs Nous 8.l!sistons à. une ~éritable résurrection de la sidérurgie al- Meilleurs voeux ... Le " ecrtlntit" dt. la C"mmls .• tnn centrnle de l'Enfance el leJ en(mul de !Ies fUlltrs pfJur ,n(o"t$ dt tu. 8illt~ et déportés ~xprwltnl leurs nlPiTltur., vreu.r rie bonllrur ft M, tl Mme .1Jeuer. fi l'occasion de leur mlfrin{}e. \.feille1tr.~ voeux éaaltmt'nl fi .li. et Mme Fil1/~el. pr~sirlentf' de ID t,am~ hlissioll centrnlt de l'Enfance. pat ents d~ la jeun, mariée. Il a 4,t~ colftr'~ ct ct maril'l(Jf [a

omme de 35.000 franc$ au bél1ifict

lies ~nf(tnt.~ de no.'1 foyer." ChrzleurtûJ:. remerciemen15 â. tOLl' les donaleur.h (Parts, Comité n attonal des Ecrivains) Après son voyage à Weimar, Thomas Mann répond CI loIn journalistè suédois; J'al souvent lu et entendu dire, dans la zone orientale, que ce qui Importait ilux diligeants. c'était de rendre mon oeuvre accessible au pèuple ét singulièrement aux jeunes geQs. de leur rendre aussi proches que possible le réalisme critique et l'humanisme qu'ene exprime. Ce n'est pas une formule. C'est vrai. « Je ne suis pas de ceux qui font un bout de chemin • avec les communistes. Il semble, par contre, que ;'ai OOS communistes éclair~ pour compagnons. de l·outè ... ... Parml les communistes (qui n'ont pas de responsabilité otrlcielle) de la zone orientale d'AIlemagne. il ne manque pas de tyrannea ux subalternes. Mals J'ai regardé des hommes .:i3ns les yeux. des hommes sur le front desquels se lisait un effort constant de bOnne volonté et un Id~alisme sans calcul. J'al regardé dans les yeux d'hommes qui travaillent dix-huit heures par jour et se s3crltient ))Our faire ~ ce qui leur semble être la vérité une réalité tilngible et pour créer. dans leur domaine. des conditions sociales qui, disent-Ils. l'endron t 1 mposslble un retour à la guene et à. la barba!'·e. Humainement. il est dl!tlcile d'aller là. contre. Il faut se ga.rder. monsj. eur, siml'lemeI}t par haine d'un tel régime. de lui opposer des idéaux qui. à. plUSieurs reprises déjà.. se sont révélés n'être que le pa.ravent hypoct'ite d'Intérêts trop réels. Thomas MANN. ~50 (Paris, nouvelles des democratfes populaIres) Un Juif de Prague raconte à Dominiquè Desanti: La vie commence, Pour la première fois. les J uifs ne sont pal seulement égaux en dl'olt. mals e t'lIt. Comme les Slovaques. com. me tOtlt le monde. Mon neveu va au lycée; ses amis ne sont pal juifs. Mais il se moque. Nos dis tinctions, nos préoccupations sonl périmées pOur lui. Il n'est POUt1 tant pas. cet enfant de 13 ans un grand bourgeois snob. L'al'gell/ n'est pas le critère 6e l'assum latlon. Cet enfant ne' « sent : piUs les différences.' Les profèl seurs mettent dans la tête d~ gosses que les races sont égall et semblables. Il veut devenIr Il génleur agronome. Du, diab'e 1 je comprends pourquoI ! Ju. qu·lei. Quand un Juif devenlll agronome. c'était pour partir ))Ot la Palestine, c'était p1;lr mys~ que et par fIdélité à la L_ble. ~ gamins de maintenant sub:ssej, nos fêtes sans honte ni enth;. slasme : Ils ont leurs tètes :. lér mal. le 25 février. l·anniv\o. saire de stalingrad ou de la ~ bératlon. Eh bien 1 mol, Jii 32 ans et j'y suis priS. comle mon neveu pusqu'on m'o!re loyalement d'être l'égal de tot!. de n'être plus différent .... je v~x bien Jouer le Jeu. (Londres) Essor de la clJlture juive en Pologne En Pologne, deux des plus lm~ ortan ts foyers de culture juive sont Wtocla w et Lodz. avec des théâtres yiddish d'une haute réputation. Tout récemment, un certain nombre ct-artistes et de Producteurs juifs qt:1 avaient quitté la Pologne a.vant la guerre y son t reven us pour se Joindre .. ces deux compagnies théAtt'alei qui ont été promues au rang de théàtre d'Etat : l'Etat les a elltièrement prISes en chal'ge. Une place esscntielJe elôt donné-e li. I·éducatlon. Il y a des écoles yiddish 'primalres et secondaires. Il y a aussI uné éoole normale d'une durée de quatre ans. , Le gouvernement a manifest~ son In.Érêt pour la situation pMticuliè( e des Juifs. el! autorisant l'ouverture d'éColes jUives Ilans des localités comptant un minimum dé vingt-cinq enfants. en dépit de la règle générale qui exige un minimum de cinquante enfants pou r l'établlssémCllb (';'une école nouvelle. M. :Jtern résume ainsi ses it"/lprés si ons : « Je suis arrivé en Pologne avec 13 crainte d'y voir des gens bt;sés par tOut ce quïl~ 1\ valent subi pendant la SUerl'e. Bien au contraire, j'al trouv~ dea gOns pleins d'espo:r et de ré60lution. des gens qui ~ortent tête haute, qui crèent, qui construisent une vie méilleuré pOur êux èt pour leurs en!atIts. » S. .N. E. P. lm!. Pol .. onnlere 6. bO\l1. pôlssonnlèr. PARIS (90) . '. DROIT ET LIBERTE ---------------------------------------------------------9 --- (j~ux O •• NT ON N~ PARLERA LES SIONISTES N'ENTENDENT PAS RESTER TCHANG KAI CH·EK, l'homm~ "moyen en tout" A l'ÉCART DU COMBAT CONTRE L'ANTISÉMITISME A reve au trésor de Formose (5.000 barres d'or) Pierre Mont4gnell, dont D.L. publie un article attendu S'Ur Tchiang Krii Chek, a sé10urné de lDngu~ années en Extréme- Orien,t et particulièrement en Chtne. Contrairement aux obMrvateurl et journalistes qui ont CT11. découvrir la Chine en séjournant quelques semaines (OU quelques mois) à Shanghaï, il a parcouru jes provinces du Sud, la Mandchourie et s'est particulièrement penché S'Ur j , ,ort de, paysctn, et du humb.es. PerlUadé que la connaissance d4 l.a langue était ~ ,.ir6 pour pénétrer Z'4m. ch.!nOùe, il 4 a'llP1'i8 le cantonnais. Gr~. 4 ~ boni amlt, 4 p.t ~ potJvaif rendre des ser,*, ces dans le domatM commercial, il a pu approcher' - aiscrète ment - la Jamtlle Tchtan,g et d'atLtre6 Politiques ·au cours de ' cérémonies où il n'était pas au reste invité. A Pékin, Pierre Montagney a e. pour ami le graltd poète -' générai. chinois Hou Pei Fou, mais en sa vieillesse, a.ors qu'il avait perdu déjà une granq,e partie de sa vivacité tt·esprit. . Etant sur plac. lors de. hostilités sino-1aponalAles soUS 6hanghaï 1933-1939, il a. pu nPUe1' des relations avec quelque& officiers ja.poncm et jalr. un sé10ur à; Osaka.. « bénéficiaires '1) dans lemuelles on relevai t pêle-mêle 1 es noms des membres du Kuomintang, les bureaucrates, les hommes de guerre et - 11 convenait de ménager la face - de gro,s' Chinois qui, durant toute la guerre, n'avaient pas quitté les Elats-Unis. La li&te des ayants-droit à la {( Médaille de la Victoire» de 1èr.e ciasse ne comporlait qu'un seul nom : ce[ ut du Maréchal Tch\loog Ka.1 Chek lul-mên;te. Quant à la 7ème ;18.'1- se, re.;ervée aux dames « resl&tantes », elle comprenaIt en tête SUR 1& cOte du Pacifique, dans le Tchéklang, 11 y a une petite v1l1e appelée

reng Houa. Elle s'étend, au

pted de collines couronnées de temples aux toits COll tourné$. M1l1e fleurs odorantes poussent partout, mille casca.des mettent dans le paysage' une fralcheül' liquide. . par Pierre MONTAGNEY C'esi un séjour de rêve, et c'est là. Qu'en 18871'1llustre ma-. réehal Tchang Chek est né. Le tutur grand'homme avait NÇU un prénom prometteur, car, en langue mandarine, Kal (:hek lignifie tout simplement « dur'.comme le roc ». Le jeune Tchang QV!lit-il, comm,e on l'a prétendu.. la vocation militaire? Paa le moins du monde. S'Il entra de bonne heure à l'Ecole des cadets de Paoting Fou c'est parce que l'enseignemeni 'R' était gratuit. La sclence m1l1taire de Tchang a toujours été fort 11- mitée. Ses historiographes font lP'and état de l'instruction JUerr1ère reçue par le jeune bomme lIl1 .lapon. Or l'EtatMajor de Tokio - toujoura fort prudent pour tollt .ce Qui touchai. è. la défense nationa.le - ne donnait pas aux stagialrel étrangers des notions très poussées de tactique et de , stratégie. On se bornait à a.ffecter lell élèves à une. brigade Quelconque .• et on laissait faire. Tchang rentra donc en Chine avec une bonne connaislance de la langue japonaise, le bagage d'un officier subalterne d'Infanterie et la petite moustache, c;hère à tous les chefs de section Japonais. Tchang Kal Chek « continuateur,. de l'oeuvre de Suan Yat Sen La montée au pouvoir de Tchang Kai ·Chek après la mort du Président Sun Yat Sen, a fait l'objet d'études, de commentaires, de récits tous plus extraordinaires les uns que les autres. En réalité personne n'a jamais rien pu comprendre à l'imbroglio qui a succédé à la disparition du Grand Homme. A en croire les familiers de la Présidence, l'enfant chéri du Docteur Sun était, non pas Tchang, mais bien Wang Ching Wa1. Excellent théoricien, au cerveau supérieuremen1l- 0rganisé, le Docteur Wang n'avait pas, tant s'en faut, le ·talent d'intrigue de Tchang, et puis il lui manquait l'appui de l'Armée, des cliques politiques. Il sombra, fut entralné dans la tourmente et, plus tard, la haine farouche qu'il portait a Tchang le décida il. accepter l'a présidence du Goù'vernement fa.ntoche créé par les Japonais. Peu de temps avant sa fin _ 11 dev:ali être empoisonné ..... j'avals eu l'occasion de le voir à Pékin. Sans cesse il revena.!t à la prise l.u pouvoir par Tchang 1 - c Jamal.s Sun n'a démgn4 Tchang oomme son successeu;r, me eonfia-tril, le fameux testament est un !aux grossier. La dietat~ du Kuominta.ngt ramène notre maliheureux pays de mHle années en arrière. Allez dans les campagn~, interrogez les paY1- sans. iLs regrettent l'Empire. Autrefois on ne payait l'impôt qU'une fois par an, malJ!enant on exige l'impôt trente années d·s,vance. Seuls les Japonais peuvent nous sauver ... l. bien confeclionné un mleller mirifique mai.5 le pauvre Marécha;! ne pal'Venait pas è. s'y habituer. Il le fourrait dans se. poche. l'oubUait EUr sa. table de nuit; awc le temps 11 arriVa cependant il. le garder et .u~ alors un &Durire magnifique.. Ce qui me fraJllP8. .urtout, lorsqUe je me trouva.! en présence du grand homme, ce fut l'extraordinaire paire d'oreilles dont la nature l'avait gratifié. Enormes, membraneuses, elles avalent pour pendant, sous le menthn, une pomme d'Adam à. ce point saillante que l'Infortuné Maréab.al devait porter des cob! d')lniforme très bas. Mei Lin, toute menue, toute ,olle sous ~ chevelure d'encre, accompagnait partout lIOn mari, veillant sur lui, iui IOU!fiant les réponses à. faire aux questions des journalistes, obere: h.ant la. pooe la plus favorable pour les photographes. LOT31ue, durant la gra.nde guerre JaponUSA, ,](t gouvernement chinois déclencha sa fameuse « Oroisade d'austérité li, Mel Lin donna l'exemj)l. la !P!l'emière Elle poria. 1t une robe de coton noire, toute simple, obligeait Tohang à passer une v1eUIe capot., 'de troupe On déjeunait I(['un peu de oe-1lI arrosé de sauce au poisson. rgros requins du Kuomlntang, déguisés en clOChards, Jeunaiènt o$lenslblemen~ dans aes restaUr rants quitte, ensuite, 1\ s'empiffrer à la maison. Au demeurant oette petite oomédio. qui ne trompait personne, dura peu et sombra dans le ridicule. . Si, durant les annéelJ de guerre trois ou quatre mUlioru; de pauvres diables . moururent d", faim dans les provincps - en dépit de la Croisade d·austérlté· - les comptes en banque de la famille Tchang s'arrondirent par contre sensiblement. Vingt mUliards de. f ranC/!, affirmaient lell Tc';iang et sa femme, Mei Lin, aprè, leur ,réc?'filiation b&11!l.uierll _de' Hong KOng"_ MaJs· \lui peut &avolr.·_? Tj:hang Kal Chek c Ame de la résistanc .. aux Japonais » Oha.cun sait que - en dehorlS des troupes de Yénan - la .résis lance « officielle » du gouvernement chinois a été des plus modestes. Au monient de la cesmllon des hostilités, Tchang n'en avait PIl8 moins Cl'~ toute. une série d'iJ;npressionnantes médailles, avec un grand nombre de « claSSes lt, le mérite devant être exactement gradué. Durant qllinze jours la presse publia .d'interminables l~tes de de liste Madame 'll'chaJng .t Ba soeur bi!ln aimée, Madllillle Kung. En somme, tout le monde était eontent et Tchang annonça que le relèvement de la Ohine allait commencer· Ohaeun sait de quelle tacon magistrale l'inc(}mpara' ble diplomatie chinoise « t'Dulagea » le trésor fédéral de trois milliards de U. S. dollars - tant argent que matériel - et les !heureux résUltats obtenUS. D'autres diront cette histoire dans le déla,.il, mais nous vou·lons. avant de terminer, tirer notre chapeau, et bien bas, devant le vie1Jx Tchang et les Soong qui, en 1949, to Ut étant irrémédiablement per- (Suite page 6} Plus tard, ' dans les cas graTe~, Tchang fera appel à des conseillers, à des instructeurs européens. Von 8eeckt tentera de donner aux officiera du Kuomlntang une formation m1l1talre quelque peu solide. Falkenhausen défendra Shanghai, EIll 1938. avec beaucoup de courage. Mais Tchang, lui, restera toujours prudemmént à l'arrière. C'était une opinion. Tchang, penda.nt ce temps, 80: teign~lt a.u éspoomu..m'ée t Mdee [ saL ipnu, islsaa nccaed· eItlt ea vdaeist Tir:::;i1 " Les Comités de Défense du CInéma français de la région pari .. !IIienne nous font savoir que LEUR DEUXIEME CONGRES AURA LIEU LE DIMANCHE 6 NOVEMBRE. A LA MAISON DE LA CHIMIE. 26 bis. TUe StDominiqUE (métro l'nvalides), de 10 .heures à 19 heures. Au programme: - Exposés sur la situation du cinénla et sur les moyens propr, s à enrayer la crise actuelle. ~ Projections de films ayant oontribué' a,u prestige du einéma français. - Discussion. Présence assurée de GABY MORLAY. BOURVIL. NOELNOE!.. François PERIER. Pierr .. RENOIR et de'nombr eules autres personnalités du cînérria Iran .. ç.hl. TI est prudent de retenir ses places au Sv'ndicat. des Techniciens. 92, Châmps-Elysées. 5" éta". salle No 4). filles Soong et trouvé dans sa jeune femme - elle avai\ 15 années de moins que lui - tout ce qui lui manquai t : une connaissance parfate des usages européens, les finesses de la langue anglaise, l'appui des missionnaires américains - Mei Lin avait été é1evée aux Etats-Unis - et enfin un « c!'a.n li qui, plus d'une fois, sauva la situation. Lorsque Tchang rU t « kidnappé l par le général Tchang Hsu Liang - sous le prétexte, du reste exa c t, que 1 e Marécha.l refusait d'organiser la réE:istance contre les Jap'mais - Mei Lin n'hésita pas, e;Je .passa sa piu s belle robe. monta dans un avion et, accompagnée de son frère, se rendit à Sianfou pour négocier le relour de ['illustre prisonnier. Le quatrième « Grand » Tchang aimait à jouer au grand ·chef bcm enfant, saLIIS prétentiom:. Il portait le plus eouvent une veste. ·de troupe dépoul'Vue d'in.!i.gnes. sans décorations. Ass~z grand , bien campé Sl,;r ses Jambes, il donnait une impression de !oroe calme. de bonhomie souriante et ~on visage eculpté au couteau n'était pomL sans charme. Cependant l'i1lu~tre Maréchal avait perdu de bonne he ure ses chevpux et une partie 'de ses dents. Un spécialiste lui avait ---~ LE G~ETTO DE •• UN FILM QUE VOUS NE VERREZ (SANS DOUTEl PAS Un grand film tchécoslovaq,ue vient d'être achevé dans les grands studios de Barandov, près de Prague. Ce film, il y a fort à. parier que, tel III « Mitchourine lt ~oviétique, il n'obtien,dra pas le fameux visa commercial du ministère de l'Intérieur. Nous sommes heureux de donner à nos lecteurs quelques images de ce grand film « Le Ghetto de Térézin lt qui retrace l'un des épisodes les plus émouvants de la lutte des JuÜ!! contre l'oppression et la terreur nazies. D'après un sujet de Erik Kolar, le scénario est de l\1ojmir Drvota,'Erik Kolar et Alfred Radok. Ce dernier a également signé la mise en seène. t N OUS ~ommes dans les derniers jours précé; iants l'occupation nazie. « La seconde république s'adapte aux condition'" allemande~, ce qui se manifeste en particulier par l'attitude prise .vis à vis de la populatiol'). juive. La doctoresse Hanna Kaufmannova est renvoyée de son li.ôpital, car « il est d'abord de son intérêt que soient prises d'avance certaines mesures qui, de toutes façons, seront prises tôt .ou tard li. Après l'arrivée des Allemands, les Juifs sont progressivement exclus de la vie normale. Les parents de Hanna envisagent l'expatriation mais Hanna proclame qu'elle rcstera : elle appartient à ce pays par sa langue, par son éducation, par toute sa manière de vivre. Le mariage avec son collègue de l'bôpital, le docteur Bures, la protège provisoirement des persécutions, mais ses parents et son jeune frère sont menacés de la déportation. Ce mot plane comme un nuage menaçant au-dessus de la vie des Juifs de tous les pays envahis par les nazis. La déportation signifie la remise « volontaire II de tons ses biens au Reich et le départ SÇl.nS retour vers les ghettos et les camps de déportation. Le docteur Bures, par suite de « l'origine non aryenne de son épouse doit abandonner son travall à l'hôpital et s'emploie comme ouvrier dans une'usine. Le sort longtemps relouté atteint la' famille Kaufmann ; la déportation. La bienveillance d'un gendarme tChèque de Terezin permet à Hanna de correspondre avec sa J;,amille et de lui envoyer scrètement de temps en temps un petit colis. Le docteur Bures parvient même à pénétrer dans le gbetto mais il ne rencontre pas les parents et le frère de Hanria, parce qu'ils ont été déportés dans l'intervalle vers la dernière étape de leur calvaire, les chambres à gaz du camp de concentration. De retour à la maison, il apprend que son frère et son père ont été arrêtés pour activité illégale. Hanna travaille dans l'hôpital juif de Prague, mais le docteur Bures est atteint par une nouvelle mesure de persécution dirigée non seulement contre les Juifs, mais contre tous ceux qui ont une relation quelcorique avec eux. Il est envoyé dans un camp de travail. L'ouvrier Noha, un amis de Bures dans l'usine où ,il a travaillé, prévient Hanna qu'elle est menacée d'être déportée à Terezin et lui propose de se cacher dans sa famille. Hanna refuse car elle sait à quels dangers elle exposerait la famille de Noha. Elle arrive à Terezin et connait toutes les horreurs et les brutalités que subissent les victimes désarmées des « surbommes » nazis. Alors que l'écroulement final du Reich n'est plus qu'une question de temps, des transports d'enfants venus des camps de concentration de Pologne arrivent à Terezin et y apportent le typhus. Puis vient la glorieuse minute de la libération. Mais l'épidémie de typhus sévit dans le ghetto. Hanna lutte avec les autres pour l'enrayer, soigne sans relâche les malades et passe les premiers jours de sa vie libre dans un travail épuisant. Un peu plus tard, son mari vient la chercher et ils rentrent ensemble à Prague pour travailler dans leur hôpital pour une vie nouvelle. L'AC,TION DU M.R.A.P. CONTRE LA REPARUT ION DU « STURMER » • Voici la llEte comp;ète dee personnalités qui, il. J appel du M.a·A.p., ont dénoncé la. menace du Stürmer : Jean Guign~bert, Jean-Jacque5 Bernard, Emile Buré. Marcel Prenant, Paul Lévy, Dr. Léon Aron, Vercors, Jean. Minjoz, Henri MaUsse, Léon Meiss Gabriel LiEette. M;1rthe DUpuy, Marc Obagall. Claude Morgan,. Jean de Lorme, Germaine PoinsoCha puis, J ea.n Cassou, Général Plagne, Jacques Duclos, Louis Marin, M. Egretaud, Maùrice Thorez. Robert Chambelron,. ~. iBoIuIt.1\. ~uHJobmllÜla Abbé Pierre, Mal'cel Cachin, Amiral Moullec. Professeur De- 50ille, Fernand Greni er, .Raymond Charpentier Jean Dalsac.e, .André Wurmser, Général Tubert. REUNIONS Plusieurs réunions pUbliques ont été organisées ces Jourl)-Ci par le M.R·A.P. : A Paris, dans les 9'. 11· et 20' arrondissements avec M1M. Voisin, Palant et Fenigchtein

à Livry-Gargan et

Mon\rei1.l1 avec M' Grinspan et M. Kornbluth ; à L!lJe. plus de 300 personnes, ra::semblées sous la présidence de M. Charles Pa,. Ilans, ont applaudi le film de la tlouroéa .lII8.tI.on&Ia dll JLR.A~ par HENRI BULAWKO Quatre ans après la défaite de l'Allemagne hitlérienne, le Nazisme et l'Antis~ tisme ne sont plus des courants souterrains qu'il faut détecter et étouffer. Le Nazisme el! l'Antisémitisme se manifesten.t ouvertement en Allemagne occidentale et en Autriche, etl le snobisme antisémite a fait sa réapparition dans certains c salons :t parisiens. 9 rom.x16,6 (33) et 7xlO.6 fondu 8 C'est dans cet esprit que nous Contre le Nazisme q1Ji s'ocga. Il faut le comprendre : j'Objet .serons présents à la. grande Con- nise librement en Allemlj.gDe 00- d'un mouvement comme le M.R. férence d'UlÙté, convoquée pour cidenlale et en Autrièhe, .~. A.P. n'est plus de dénoncer la re- le 6 novembre 1949, par le M. R. l'Antisémitisme qui rel1Oll,ve)la crudescence d'antisémitisme ici et A. P. ses manifestations meurtrlres&, là, mais d'organlser la défense La base de cet le Con!érence est contre l'ennemi commun - érk des rescapés de l'ère nazie, contre des plUS larges : il ne s'agit pas geons un front commun 1 une nouvelle vague de meurtres pour les organisations Invitées, qui se prép~ ouvertement. d'adhérer ' au M.R.A.P., mais seu- Le chaos économique et poliU- lement d'envi~ger en eomllfun. que de l'Europe capitaliste ta '1'0- les meilleUrs moyens de réagir rise l'action des éléments fascis- contre le dJl,nger qui menace les tel, encouragés par a.illeurs, par communautés ,juives de la. Dias-. un. trop grande clémence .. pora. l'égard . des bourreaux nazis pa- • tentés, telle la trop célèbre CI chienne de Buchenwald li. Une certaine politique, . dite « occidentale », veut que les autorités américaines d'Qccupation se montrent très libérales envers les néo-nazis, qui n'on~ pins besoin de camouflage pour se malÙfester, notam~ent par voie de presse. Si les éditeurs du « StlU'mllr 11, dont la reparution oB. été annoncée, ont compris qu'il fallait agir avec une prudente lenteur, d'a.utres organes paraissent · déjà., qui le valent bien par le contenu. Il faut rBppeler ·les . profanations des oesements de Dachau et les attaque& contre des synagogues 1 . Tout cela est trop clair, trop apparent; trop palpable pour Que la nécessité d'une riposte énergique et immédiate ne' s'i.mpose pas · à tout honnête homme. Deux groupemems sionistes 1 c Hachomer-Hatzaïr :t et « POllolé- 8lon Smol :t ont compris, depuis le premier jour, l'impor~nCI8 de cetta a.ction, daM laquelle ils le sont engagés ens pins tar «ln. Cependant. certains chefs · monistes ont estimé, loI'!! de lt. Conférence Sioniste Européenne

tenue récemment il. Paris, que

cette conférence n'avait pas t,' occuper de ces probièmes, son ordre du jour étant bien précis. Nous, qui avons préconisé, il. oette conférence, l'adhésion aU combat contre l'antisémitisme et pour la paix, nous croyons en leur honnêteté. Mais le problème restant posé avec une acuité toujours croi.5sanle, Il s'agit de trouver le lieu où il pourrait être abordé par les respon.sables de l'Organisation Sioniste Mondiale. No\l.1l insislons là.-dessus, coI}.vaincus d'~xprimer la volonté des larges masses sionistes. Il n'est Pil5 exact, comme certains tentent de' le taire croire, que le combat contre l'antisémitisme ~~ pour la paix risque de détourner l'attention que les masses juives portent à l'Etat d'Israël. n est, par contre, évident qu'on ne peut lutter pour ~ sécurité de l'Etat d'Israël, saruS' participer en même temps à. l'organlsation de la défense des masses juives de la Diaspo::'a contre le danger antisémite renaissant. Sous l'occupation, les Sionistes n'ont pas accepté de laisser aux non-siOlÙ.!toe le monopole de l'action anti-allemande. Devant le même ennemi, ce meme combat doit 'reprendre aux côtés des mêmes alliés. . on ne saurait 'défendre l'honneur de I:Etat d'Israêl, en permettant que soit souillée' la mémoira de nos millions de victimes. On ne,aaurait garantir la sécurité dE\! habitants .d'Israël en détournant nOl regarda de. menaees qUi pla.nent sur les .comm~utéll juives d'Europe occidentale .. NoUll savoIUI que lea masse. siorustes sont conscientes de la néeessité de mener 'le combat sur l'ensemble nu front juif. Noua voulons espérer qu'aux côtés des organlsations sionistes progressi4- tes de gauche (Hachomer-Hatzair et Poale-Sion Smo!), qui partiÇi~ au M.R.A.P. depuis les preUi1è1'l jours, viendront se placer tou .... * organisations natlOIlIlfIe'~ comme nous, que les ~w dotvllnt se trouver ~ .. la ttte du masses popula~ ~ ~. It'a aspects de leur ~t. . Avec le « RachOMer-Hatzl!.lr :t et le « Poale-Slon. Sm!l :t, tG\I,& les sionistes seront préMnta." la Conférence d'Unité du 6 tlO.,.anbre 1949. ÉMILE BURÉ (Suite de la. première page) · riaux avec une équivoque sévérité, et du coup, le lança. Voici l'essentiel de l'article de François Magnard : Drumont est un leltré qui a. longtemfs collaboré a v-ac distinction il. "a Liberté· et qui est devenu récemment rédacteur en chef ·du Monde. 11 parait "n p roie à une obsession pa.rticulière qUi. lui fait voir le Juif partout où d'autres monomanes voient la police, les Jésulles ou les Francs-maçons. Aussi, las considérant comme un danger pour' la. F.rance, demande-t-il tranquUlement la con!lscalion de tous les biens dei) Israélites, banquiers ou marohands de lorgnettes. Avec les milliards que produirait . cette confiscation M. Drumont voudrait que l'on tentât, au prolit des ouvriers, de grandes entreprises de coopération et de participation. C'est purement sauvage et ~e ne vois pas qu'il ., ait Ueu de di.!ICuter de telles concluEions, mais je tiens à. comts.ter que M. Drumont justifie sa théorie de la confi8:a.tion SUI' les Sémites par celle des républicains sur les expulsions des religieux ét 8U1' Des projets encore vagues qui menacent également de conftt:catloIUI les biens de mainmorl~. C'est à. Ce point de vue que son livre me parait mena,çant et que j'y entrevois le germe d'un socialisme catbol!que qui appellerait 'les malheureux à la rescousre contre les riches, juifs ou républicains, comme les ré publicains les excitent contre le cl~rgé et le budget des i:ulte~. Je sais bien que les idées de M· Drumont n'engagent que lui : impossible cependant de ne point remarquer qUe le Mond~, dent il est le rédacteur en ~hef, est considéré comme le journal quasiofficiel de :l'archevêché de Paris, Inspiré par M. l'abbé d'Hulsl. vicaire général et recteur de l'Institut catholique. Il serait extraordinaire que lM. Drumont n'eût pas coru:ulté ses amis de l'archevêché a.va.nt de 'lancer un livre qui n'est pas une improvisation. mais une oeuvre réfléchie et de longue haleine. Le cavalier caracolant .•• L'éditeur Marpon n'avait pas publié sans Inquiétude la c France juive :t. Avant sa publication, Il avait demandé :\ son auteur : Vous répondez des procès, n'est-ce pas ? ~, et celui-ci lui avait répondu : c Je réponds de tout ~. Après la publication de l'éditorial de Francis Magnard, pleinement rassuré, 11 lança c France juive ,. Illustrée. L'affiche qui l'annonçait représentait un Drumont bardé de fer, coiffé d 'un chapeau emplumé, lance au poing, caracolant sur un destrier de tournoi et fonçant sur les Sarrazins de la Banque et de la Bourse. Evocation de Charles Martel. La maison Hachette avait retusé formellement de mettre le livre en vente, ce qui fit dresser l'oreille au pUblic et lui donna envie de l'acheter. L'un des directeurs était Le M. R. A.P. et « Drol et Liberté » expriment leurs condoleances les plu. sincères au militant dèvoué, Maurice ' Fehigchtein, à l'occaslon de la p e rte cruelle qu'il vient d' éprouver en la. personne de Po femme. alors comme aujourd'hui -M. Fouret, camarade de classe de Drumont et Qui se dérangea personnellement pO\lr aller annoncer à l'écrivain la décIsion de la maison, c Comme Labadens, lui répondit Drumont, tu es gentil et je t'aime de tout mon coeur. Mais comme possesseur d'uI). monopole, tu es monstrueux. - Nous ne pouvons pas 1 répondait M. Fouret, très embêté. Drumont écrivait alors, dans la France 1uive devant l'opinion: Que les directeurs de la maison Hachette qui sont tous indiViduellement de très honnêtes et de très excellentes gen..., laissen t vendre aux voyageu!'s, dans les gares, des romans pornograpblques et qu'lis dotent honorab!ement leurs filles avec le revenu de ce poison, c'est affaire à eux. Mals de quel droit exercent-Us 'sur les livreS qui traitent de que~ tions sociales. une censure qu'ils n'e'xercent pas sur les obscénités? L'archiviste haineux Edouard Drumont avait été fonctionnaire de la Préfecture de la Seine. Il était devenu journaliste et, comme tel, avait, dit-on, collaboré sous l'Empire avec deux forbans de presse, Marchal et Stamir, dont les polémiques policières injurieuses visaient à déshonorer Henri Rochefort, ennemi du gouvernement impériaL c La Liberté ~. subventionnée par les Péreire, Juifs saintsimortiens QUi avaient puissamment contribué au développement industriel de la France, l'avait compté parmi ses collaborateurs. Ses articles sur c Le vieux Paris ,. lui avaient mérité l'estime de bons écrivains, d'Alphonse Daudet notamment. Il aurait dü s'en tenir là. Mais une haine implacable, une haine d'archiviste aigrI, p u 'i sée dans les grimoires, les dossiers qu'il avait feuilletés, le torturait. Les Juifs, selon lui, étaient responsables de tous les maux dont, au cours dE' son hIstoire, avait souffert et souffrait encore la France. 11 /J'interdisait tout esprit criti. Que dans le choix des textes propres à nourrir sa polémique. Commérages de mémorialistes, r~gots d'antichambres et de salles de rédaction, tou t lui était bon pour la corser. Tous les faits-dIvers de journaux relatant vols, viols et assassinats commis par des Juifs, il les rassemblait et, après les avoir transcrits, U concluait dans sa généralisation hâ.t!ve que tous les Juifs étaient voleurs, violateurs ou assassins. A la manière de la « France juive :t, l'anarchisteantisémite, d'ailleurs - Auiustin Hamon, directeur de c L'Humanité Nouvelle :t, traducteur de Bernard ~haw, deva. lt écrire plus tard la Psychologie du militaire prOfessionnel, à l'effet de démontrer que l'armée est l'école de tous les viees, de tous les crimes. Les deux livres ont la même valeur scientifique, qui est nulle. N. B. - Une informatiOn' .. provenance de Bucarest, ~ dans le premier numéro dlt-.z:roa et Liberté, et relative à l'aecuei' d'enlants jultl d'Afrique du Nordi en Israël, a sou1evé un. émotiml compréhensible chez certaina de nM am.i.s &ionistee. Présentée sans com.menta.i:rell, cette in!ormation (qui Illéritli d'être minutieusement vérlflée~ pouvait apP!/ra tre COm~ mua expression d'hoStilité· à l'égal'\! d'Israël. ' - Ce n'était certes pIlii lA. 1'inwtlon du rédacteur qui ·eIl ,arif la responsabUité. Convaincu d'exprimer OEa ])eDO E!ée de nombreux sionistes, )!&!'Uo clpant au M. R. A- P., je tiens. dire au nom du Comité Direeteur, que le nécessaire est fait poui' que de tel1.,s erreurs M se rept'o duisent plus. Le cas échéant, UlIe ertqu~te .. ~ profondie sera. me1'lée avant Hif publication d'ult éeh6 IUIIOe~\tI de prêter à. contusion; ·lt· 3. , a.~. PORTO-RICO tJ Sur 690'.000 'e~&tlta aya.ht ·dema.ndé leur adminion daM une école, .00.000 aeul~ment ont été retenus par l'inspecteur général de l'enseignement qui est amérlealn. Le3 enfants sont nolra. NEW-YORK • 90 leaders catholiqu~ dont d'importants dignita.ires· de l'Eglise rappellent au préstdent Truman le «droit de tous les Juifs de J~rusalem à. être citoyens de l'E~t d'Israël li. LAKE-SUCCESS • La Ligue Arabe a enJl!int à. ses délégués à. l'O.N.U. de rejeter plan de la eomlI\i.sil. on pour l'In- • (c Il est dans un me l'Vnlon existe des dant d'une nation a déclaré, au congrè~ Jérusaaublt!- liste de l'Eta t d'Orange, docteur Malan, en exigeant l'annexion de la colonie anglaise du Betchona~land, où un roi noir n'a pas craint d'épouser une dactylO londoniehne. LONDRES • En réponse aUll: questions de plusieurs parlementaires, M. Ch uter Ede, secrétaire à l'Intérieur, avait pr,omis une enquête sur la . participation de certains membres de la police à. des meetings de Mosley dans l'East End. Il vient d'annoncer que cette enquête n'aura pas lieu. • Le grand économiste Boyd Oir a décidé de consacrer la somme de son Prix Nobel de la Paix à la constitution d'une « Maison de la Paix qui . .sym~ bollsera l'union de tous les honnêtes gens JI. LE CAP • L~ ' Dr. Eiselen. fils d'Un missionnaire et; professeur d'ethnologie à. l'Université de Prétoria. vient Il'être nommé au poste de d:'" falres IndigènE déré comme 1 champion de raciale ». 1 OUBANG,U' • Tous le~ l'A.E.F. da!.. métropolitaiu 240.000 Ir. parj parlementaire. ception », le ' _ .. _"d u'e 10Ubangui, Chari-Tchad, ne touchera qUe 120.000 fr. AL TOR • Les détenus ou camp de concentration d'Al Tor (désert du Sinaï), mil1.ants .syndicaux et JuiIs perséçutés par le gouvernement egypt1en. font la grève de la faim depuis le 18 octobre. Dans le camp d'Auckstep, près du Caire, six avocats ont çommencé une grève le lendemain. LE CAIRE • Le texte officiel de la proposition egyptienne concernant le « pa.:te de sécw·i.è colLecti ve de ia Ligue Arabe JI porterait notamment sur la formation d'un état-major commun et la cootdinatlon des industries de guerre. ATHENE~ • Le gouvernement d'Athènes n'a, jusqu'à ce jour. pas répondu à la démarche du représentan t d'Israël demandant que les deux « l'piWre JI israéliens. qui ont etrectue, l'année dernière. un attenissage forcé il. Rhodes, puissent reprendre leur vol. DAMAS' • Une banque suisSe vient d'exporter en Syrie 20 millions de dollars d'origine hit· lér1enne, après arrangement avec le ClLplta.ine Abdullah Rouf. ancien fonctlonnàlre du service de sécurité de la Gestapo, devenu conseiller mil.· taire du gouvçrnement syrien. DROIT ET LIBERTE CEL CE • JE'AN, WIENER a écrit pour vous cette chanson par Charles HAROCHE MON CAMARADE D'ENFANCE J 'AI gàrdé de Marcel Cêrdan m11le sOuvenirs que j'ai peine à retracer, tant je me sens incapable de :faire revivre ces ruelles étroites du qu~t1er 4: Cuba, ~ à Casablanca., où depuis trente ans, mes piirents avalent fixé leur de· mel.\re, toute voisine de la baraque en bols qui avait vu notre grand pugll1ste gambader lorsqu'il n'a vàit que cinq ans, Aussi loin que remontent mes souveplrs, je me heurte à la douleur qui m'étreint devant la catastrophe terrifiante de cet avion ' de màlhèur écrasé contre les flancs du l'le Rèdondo, aux Açores. Un 'quartier d'Espagnols dans une cité musulmane Malin~ les cnèmins ,diftérents que 'n6us avons sulvls lorsque nous nous retrouvions è. Paris, nous aimions, Marcel et moi, parler de ce quartier d'EspagnoLS situé en plein coeur de la cité musulmane à Ca$ablanca, où, le soir tombant. nous entendions le battllment des tam'pcjutlns des épicitrs du Haut Atlas se mêler auX chants âpres ou langourèux des Gitans. C'est dans ces ruelles et dans cette atmosphère que j'ayais connu Marcel. me rudé, au visage b,asané, à la voix toujours enrouée, tenait un petit café qu'il explôitait avec l'aide de sa femme et de sa fille Clothilde. Ses cliénts formaient tout un monde hétérogène d'Italiens, d'Espagnols, de Juifs, de Musulmans, qui habitaiént cOte à cOte èt en parfaite harmonie à la « Fer~ me Blanche , non loin de la plage de la Corniche. Marcel a été fortement marqué par cet esprit d'entente et de solidarité des pOpulations humbles qui l'ont toujours estimé et qui le pleurènt aujourd'lm!. Il leur était resté fidèle, et dans lèS plus beaux Jours de sa carrière, il ne manquait jamais l'occasion de leur venir ~11 aide. Deux eXemplès Illustrent sa: géntlllesse ét sa simplicité Qui forçaiênt la sympathie. Des gestes de bOflté 'un Musulman maroèaln était devenu avéugle à la suite d'un match de boxe. Marcèl, après sa victoire sur Tony Zale qui l'avàit consacré champion du monde, organise avec des associations sportives un tournoi nord-africain de boxe. Il offre son concours bénévolement, Son match exhibition, salle Wagram, à Paris, attire une foule énorme, ce qui permet de venir en aide au malheureux aveugle. Mais Cerdan, aprè5 son match, s 'empresse de donner 100.000 fr. à l'infortuné boxeur marocain qui l'embrasse avec effusion. hommé Qui quêtà1t pour le~ enfants JuifS qui avaient été déportéS en Allemagne. Ces enfants avalent besoin de soins et 11 fallait payer les frais de lêur rapatriement en Israël. Sans laisser le tempS au vie,il homme d 'expliquer lon guement uné situation dont 11 devenait tout lé tragique, Marcel signe un chèque de 100,000 francs et le remet au quêteur, tout surpris ]'Jar cé geste spontané de bonté. Une popularité justifiée '------. , 1 Je pourtals ajouter d'autres eXèmples qui expliquent la popularité extraordinaire de ce grand champlon qui étàit un grand coeur. Les populations du Maroc, sans distinction de race ou d& religion le considèrent comme un fils d.ont elles sont :fières, Leur admiration p6ur MaretH tirait certes ses origines dM _ explOits extraordinaires d 'un sportif de grande valeur, mals elle est aussi le fait de la connaissance r------------~-------------------------------------------------------------------------------------ICharlesr:a19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)~~'§' ~i~1 1ntlme de cet '" - - homme simplê P d F l' ' romena e au A ~x~ ~1~"', ~fi'K; , ~~:~iitq~~x~~ or'mez monome Charles!t~e l:t sO~è Quartier Latin 1.1 Qfi/: j;)\iN?"ibt;iÇt ::é, ' l' 1 r~ dl d~ ~ .. v~ un on. NOVEM:BRE. Aux terrasses du bles. MUs aussi on lutte. Partout, Dix Iles nôtres furent assassinés, ym. 1" mwt41tit Marcel Cer- Boul' Mlch' les étudiants rém- dans les corpos, dàns les cerclet une cent4ine déportés, beaucoup ~,,~ .. _-ê~ placent les touristes et 1l!$hOtels étudiants, la bataille ést rudé brutalisés,.. L'an dernIer. nous . ___ l"'Ix ... "'t:..i, .' da.n, c'est le du quartier Ll!.tin voient revenir pour obtenir de l'Eta.t de 5ubstl!.n- a.vons refàlt cette marche à -"(d!Ë7! ~fflx. gr and cham- les potaChes aux brl!.s chargés de tlelles améllorations au 30rt 111.- l'Etoile. Avec le même $cénarlo ~:;;, ~~ ~ plo n fam1l1er, livres. Déjà. le Luxembourg est mentable de la mMse des étu- de répreSSion et matraqua!l')s... ~ d t 1 t redevenu le Luco où les lycéells dl~nts pauvres. Lés bonnes c traditions» ne sont on a mor sèchènt leurs cours, sous l'oeil pas perdues. Le BOlÙ' Miel:)' est ., Î \' Iï -, subite laisSe un complice des statues, tandis que • fidèle à son passé, malgré les I-cfl ... t lÀ ... uk; .. : ' grand vide dans les grànds arbres essaiment leurs Il y II. encore, 1ma"! cla&ique snobs et les zazous. §ft$tth;;;itC" tBi les coeurs de feu1lles jaunies sur les premiers .. Quartier Latin où l'on sait rire, ~ - ~,.ii -~ t Son detnier coup de téléphone: , c Bon voyage papa ! ... » . ; Il n'était encore qu'un jeune garçon. Il n'avait aucun palmarès, Il n'avait encore gagné aucun de ses titres de noblesse. C'était tout simplemènt un gamin qui jouait avec des garçons de notre âge dlims un Quartier modestQ' de Ca$ablanca. Le père de Cérdan, un hom- Avant s6n dernier match avec La Motta, Marcel rencontra sOn managèr Longman en conversation avec un vieU t .... us c·eux qui couples _ tendres Idylles ou di~ du quartier Latin, les m6nom~s d.e on s'y bat aussi pour vivre et ho ............ ~VK'. u la libert6. Mon vieil ami me rap- i rb A' d'h 1 . ~ - l'ont apprOChé. cU319 janvier 2010 à 10:17 (UTC)~:n;o19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)hère animée portait l'agitation autour de /l'al- ~~:;;mev;I~~ p6u~eque dCharlesfn r~- e:.,..~~ d t , Rh' bourd n falrè Dreyfus... Et parmi mes ponde à. notrè espoir. ~ b. li,t·:'Q' " , Misère des Nord-Africains Suite de la première pagè dans cette atialre ne semble faire de doute. CE N'ETAIT QU'UN' MARCHAND DE CACAHUETES pas Je me proml'nalS un jour dàns une rue d'Alg"r. Où s'a lignaient les éventaires de cacahuè\es ou l'I.e bonbons de jeunes Arabes dont c'etait le pauvre moyen de gagnér léur pain ou leur semoule de la semaine, Devant mol, marchillt un civil, fOl\ctionllalre ou colon. Il port,it une canne. Or, U arrivait A la hauteur jeunes ie le la canne ~j.'~;~~::~CCharles;!Charles 19 janvier 2010 à 10:17 (UTC) du cvoelnè-- 'IIl.Ia:.:e6illtlnu,er S8. promenase retourner. essayé de faire de pays qui se suffise ? On s'est contenté d'exploiter superficiellement ses richt!sses. On n'a pas creusé en profondeur. On ne l'a pas dotée d'une industrie qui lui permette de donner du travail à tous ses habiUmts. Et l'on s'étonne maint. enant que dans leur fidêllté même. ils viennent en France. LES RABATTIUf'1 Il est inoiénlable qu'un. propa. gande verbale a ,te faite dans les villages aral!Jes qui prom.ttait à ceux qui se llliller.ient tenter, du travail à 1,000 tranes par jour en France, Dë véritàbles orgalü, aUOns de trai~ ra~,ttaient lès vicUme$, les poussaient dans les Cilles des bateaux, dans les soutes des avions et 1es amenaient à Paris oü èlles allai en t grossir le nombre des épaves frileusement agilomérées dans certains qua,rtièrs de la capitaley quand, au bout de quelques mois de privations, on n'était pas obligé de les conliuire d'urgence au sanatorium ou à l'hôpital. C'est parmi ces victimes t1'une illusion qui ne devient que bien raremènt réalité (les employeurs français ne mettant pas la meille\ lre volonté à les embaucher) que l'On a relevé quelques infractions à la bonne marche des moeurs françaises. Mais c'est sur l'ênsemble victim~s que l'on vêut fIlir., sèr la menacè, On conçoit que des personnalités de toutes tel'\daJ\c~s se soiént émues de _cêtte atteiilte aux droits dè Ihomnle. T out le monde ,sur le terrain! ,: '~ •. D E'FINIR l'athlétisme n'est pas tellemèllt flielle. Ah 1 Il1- delJll1lent je pourrais vous expliquer que o'est un ensemble d'épreuves donnant à Cèlui ~ul le pratique une eon~t1tutlon saine, robuste etc ... Ml:\ls j'ai préféré entrer dans lé vif du sujet et suivre aveo VOliS l'entrainement d'un club ~e la. F.S.G.T. (Fédération Sportive et Gymnique du Tra.vall). u quar 1er. uc e ou 0 - premiers souvénlrs, restera gravée -:@'" t'rv 4.(-'6 nent les espoil's d'une génération, la. marche il. l'Etoile ... Je n'étais • z;;;; 9~~ , :: mais où parfois gronde une lé!!,i- pas encoré il. pro{ll'ement parler c Et les étudiants juifs ? ~ ~ .t ..... '~....s_:e. r~"s.. ; tlme colère, fierté 'de notl'e uni- un étudiant quand le 8 novembre ,m'a-t-oll demandé. N'al-je point ~,t # ',. '. ~""1t' .l' versité. Un vieil habitant de la. 1940, la masse dés étudiants oc- parlé d'eux ? Ne sont-Ils paS ..- ~~- rue Cujas me conte avec llostal- cupait le quartier Latin malgré comme leurs camarades. des hagle les canulars de sa jeunesse. l'état de siège pour exiger la HM- bltaùts du Quartier ? Et s'il est .... _ Hé, les bonnes traditions se ration de Langevin arrêté quel- des gens pour qui le pllooul est perdent, On ne sait plus rire au- ques jours .auparavant, Et, trOis un besoin, que ceux-ci examinent jourd'hul. Où sont les monomes jow's plus tard, nous étions 5,000 bien les monomes de gaîté, de mid'antan? marchant vers l'Arc de Triomphe. sère ou de la liberté, ils y trou- • _ Vive la France 1 A lias Pé- veront des étudiants jUlfs ! J'ai beau' lui expliquer notre tain 1 Et la Marsetllalse vibrait. Ralph FEGELSON. réspect pour ces vénérables tradi- ï--------------------------------------------tlons, 11 n'en croit rien et 11 ést méme probable que lorsquè nous aurons son âge, nous penserom de même - et comme lui nous pesterons contre les chahuteurs qui en pleine nuit crieront à, travers les rues: _ Bonnes gens, tout est calme, i! est trois heures du matin, dormez en paix 1 Depuis que les prelDlers eschoHers ont pris possession de .1a Montagne Sainte-Geneviève, Vll- 10ll hante le quartier, au grand dam des honnêtes bourgeois ... , Et lea monomes classiques .'y déroulent en un mouvemènt joyeux. On connai t bien son Rabèlai,/! Ici: c Le rire est le propre de l'homme ~. • Mais un autre monome a. fait son apparition, C'est le monOll'le de la misère, L'étu!tlant studieux et rieur \ connalt ul'lè vie bohèm~ qui n'est pas celle de Murger. Lès chambres à , et 5,000 francs par mols, les llvres chers, les droits d'Inscription (èt autres) ol1~reu'x, toutes difficultés qui I!.ccablent de soucis les esprits qui dolvènt se consacrer à l'étude. Et si l'on rit quand même, on ne songe pas moins aux !lns de' mols Impossl- ATOMES ATOMES ATOMES ATOMES ATOMES A TRAVERS LES BARRIÈRES ÉlECTRIFIÉES II - Ce que vous a dit Il'll!ln. ami Moléculus ést juste mals bien insuffisant. nous d it 1& prOfèsseur Electronus. dès que nous lui avens exposé l'objet de notre visite. L'atome n'est pas. comme les chi- Oot,i.~ - On tombe sur le noyau ... Et jusqu'à, la fin du 1~' siècle. on Il cru que le nélyau était Insclable, J'ultime parcelle de la mat i~rè. Mon collègue. le prOfesseur Nueulus, se fera. un plaisir à vous l'rouver le contraire. » Dans le noyau égal au nombre d'électrons gravi. tant autour de ce noyau, » Ici. le profsseur Nuculus tai' une longue pause,., JlllKA, ÉNIGMES - Je n'irai pas par quatré chemInS. nous dit le prOfesseur Nuculus. Je vous invite à me suivre Avec un R je suis près, Q.ans le sein de l'atome, avant Avec un T je rassemble les obd. e vous montrer comment, avec jets, la d~çouverte de la radioae~ivlté Avec un L je n'en peux plus, naturelle et artificielle. on est al" Avec un B ja suis sur les jam. rivé ,à la conception moderne du bes, noyau, Oomme vous voyez sur Avec un CH je sers à l'àlguille. ces schémas. tous les noyaux Avec un M On me trouve en d'atomes sont constltu{s avec les Provence, mêmes m!\terlaux: les Pl'otons ON NOUS COMMUNIQUE ••• Je suis donc allé au stade ___________________________ _ P6ncelet-Bourquart à Colombes, Pour trouver l'ambiance il faut pénétrer dans lé vestiaire comme je l'ai fait (c'est-à-dire emmitouflé dans, une canadienne) et se trouv~r au milieu de jeunes en sharts et maillots de corps, Ils me regardent avec étonnement. mllis la glace «(), ironie) est vite rompue, lorsque je décline mon identité et le but de ma visite. mis tes sOnt amenés ~ le considérer l'r&tiquement, la plus petite parcelle d'un corps. (noyaux d'hydrogèné) qui , sontl'SVN - SVHO - SVa: - ~V'l électl'isés et les neutrons qui ne 1- SV.L - sva: 3SILOd:?/l Une Légion d'honneur et quaranterl. ux méd~lllu militalr •• ont été décerné.. Il, titre pO.lhum. à dés ~oldats juifs morts. pour la. France, dont 1 .. corps repô,eut au pJed du manUIpent lu timoUère de Bagneux. Cea dècofâtlons Qllt ét~ remi~es aux tomllles, au siège dt l'Onlon de. En\:.t1,él ,'oJont:;fl'es ft Ancien. Combattanh juifs de 193n-19~5. ~LlL UrfUI, prélldent de l'Union; Ssl Blum, lu!. président de l'Union; III Blum , .ecrétaire général et /J. Pons ont pris successJvement la parole. • Manifestations prévues à la Ma!- son de la Pensée Française : Vendudl Il novembre, Il 21 heu- .AMERIQUE DU SUD AMER\Q'qE DU NORD ~ \~MEL JOCÉANIA VOYAGES - TOURISME 4, rué' de Castellâne Tél. : ANJou 16-33 sous PRESSE CLAUDE PARIS LES ENFA'NTS-POÈTES T rente-neuf poèmes Dessins de Arthur Kolnik Les meilleurs TISSUS T oules Fournitures pour Tailleurs chez ZAJDEL 89, r. d'Aboukir Paris-2' M~t,; St-Oênis, Réaumur, Sentier T~l. : GUT 78-87 BOULA~GERIE-PATJSS'llRIE ISRAf.T_I1:E Spécialités étranger •• , Pains de s.J~I. BERNARD 18, rue N.-Dame·de.Nazàreth P~'/I.IS-3' T'lëphonè : TURbigo 91·52 M~. m_ioon: 1, r. Ferdln,-DuvaJ Mêtro : Saint-Paul res, concert il )'occasJon rlu 25e anni" crsaire de la mort de G'briel Fauré, '. Le Cons eU d'ajmlnlstrAtl«m de l'Unton dès J!,tudl,.nts Juifs, él u au récent Conrres de Blatrl tz. est constitué comme suit : Théo Klein, A~y Stell, Nelly Willer. Maurice Klutstel11. Mliu. AVl'IL. mov. RaphaM P'elielson (Pans), Paul Attal (AI«er), Paul Hal11ni. Charles Hab"bou (Tunis). Cl'I.arlu l-(ei'elbec (N.ney), Baruh Urbach (Bordeaux), Claude Gh~rllt (Toulou~ e). • Nous avons le plaisir d'annoncer Iii nilssance du petit YvesOlaude, m. l'I.e Jos! et Arn,and Demensteln, ancien sèc.étfllré gé· n6r&1 du Mouvement l'I.es Cadets. • Le Gonsell d'admlnlstratlon du ComUt Frà.ncai. "our 10; DUen.e dt •• Immigré •• réuni lé 24 octObre 1949. a. 61evé une énerilque pro. ' testatlon contre la. l'tcente dissOlution, prononcée par le mlnl.tr. de l'Intérlêur, Ilè plusieurs Ol'.anl8a. tlol\S tmmlli'r~es : l 'Union Démocratique des Hongrois en France. l'Association Culturélle de. Roumains dt l'MU, l'Association Féminine !t,dltnn. t'Aide';; I.'Enfance et au:!: Vie!!!ards et }'Or"anis" tion cLes Scout! Po!onaj~. POMPES FI,JNEBRES ET MARBRERIE Edouard SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS .. 91 Tél.; TRI 88-56, Nuit: TRI 88-61 AU POSEUR DE LINOS ,rand .focll: de Linoléum, Rêllloléum , Balatl'm '.tolleo clrêè~. Paplerl peints, .te. Ets MAURICE W AIS 98, boulev~rd I\U"nmontant PARIS-XX' ~f,: P~rè-L,ch.il •. tél. OBE 12-5~ Succursale ! 40, ru. d. Rivoli - PARIS.IV· - T'inquiète pas, on va t'aider, - Cest la première fois qu'on' vient nous interviewe,. - Chouette, on va voir notre photo dans lé journal. - Qu'est-ce l'lue tu veux !avoir 7 . - TOut d'abord, ce que vous pensez de l'athlétisme, -- Comment, ce qù'on pense? A ee m.oment le nloniteur Entre, C'est 111 ruée vers la porte, et tandis que jé reste dans mon 'coin, tout pénaud, un gars en passant me pousse d4 coudé, cligné l'oeil et me dit.: - Viens, tu vas voir ce qu'on pense de J'athlétisme, Je les ai donc suivis sur la cendrée, où après avoir eUecty,t. leur tour de piste (pour échauffer leurs muscles) ils prennent le départ quatre par quatre pour courir le 80 mètres, puis c'est le 800 mètres avec son départ en peloton. Après cette premièrè épréuve. c'est tour à tour, le saut en hauteur. en longueur, le lancement du poids, du disque. du javelot, la course d'obstacles, Lors. que la dernière épreuve est terminée, ils réintègrent le vestiaire où je les attend, Ils sont fourbus. mais contents d'avoir donné le meilleur d'eux-mémes dans ces diverses compétitions, Lè gars de tout li l'heure s'approche à nou· veau de moi. - Tu as compris ? Explique cela dans ton article.. raconte comment les jeunès sont heureux de venir toujours plus nom preux sur le~ stacjes, pulser de nouvelles forcés. gaj!es de victoire pour l~ combat dê là vie. H. NECAS. PRESIDENTS DE SOCIETES ET D'OEUVRES SOCIALES POUR voS COMMANDES DE JOUE'.tS 011 FIN V'ANNEE c DR01T ET L1BErtTE » e,t en mesure. cette .nn~e, d~ vou, obttllir l.s PRIX DE GROS 1 .. plu. Intéressant. ! GRAND CHOIX DE COLLECTIONS pour tOUI lès âges (garçons ou filles) Dix séries différentes PRIX .. .. ., .. de 250 il 600 ho le colis CHAIlUE JOUET OU ENSBMIILE ES'.t t,.IVRE DANS UNE BOI'.tE 11IlDIVTDUELLIt, PJtJ';TE .\ ETRE DIS'.tRIfIUEE PRESENTATION TRES SOIGNE:: Liste dOCUlDenUe IIrotulte sur demande contre un timbre h ~O Ir. à. • DROI'.t l!T LlBER'.tE , l, !Id l'ol$$onnlère, PAlUS-9' ENVOIS D'ECHANTILLONS CONTRE REMBOVRSElIIENT Pour être livrés en temp& voulu, commUldez Immédiatement La lettre Je suis 4,égoûté du bal, publiée dans notre dernier numéro nous a valu de nombreuses ' réponses. Ellè a même scandallsé un de nos jeune:; lecteurs, Paul Pressrnann, à Paris, qui remarque, à juste titre qué notre journal, précisément, organise un bal, tt ce n'est pàs le seul de l'année. Nous tenons à préciser que l'avis exprimé par J, t'oukine, dans la lette pUbllée la semaine dernière, n'engage que son auteur. La rubrique Jeune, tu as la parole a pout but de Pérmettre à tous les jeunes de s'exprimer. Nous pensol1s • q\,l 'elle peut servir de point de départ à une grande enquêté non seulement sur le bal ét le camping, mais sur les loisirs de la jeunesse en général. Le nombre de réponses que nOM avons déj'à reçl1es prouvé suffisamment que ce prOblème passionne les j cunes. Ecri veznous donc, vos réponses seront Intégralement publiées (y compris celle de Paul Pressmann) et nous espérons qu'elles permettront de mieux préciser les goûts et les aspirations de la jeunesse d'aujourd'hui. Voiel une première réponse

V ALSEZ~ VALSEZ ..• COMMENT peut-on dénigrer la ctans,e ? Rien que d'entendre un air de valse, de tango et même de samba, 1e me sens emportée par le rythme. C'est à mon avis. une vraie lacune dans l'éducatto1l des stllS que de ne pas aimer et savoir danser. A tous ceux qUI prennent des pëtJ,ts airs pincés, quand il s'agtt de bal, de dancing, ou tout sImplement de danser, je dIs,' vous ne savez pas ce que vous perdez. Au fond, vous en voulez peut-être à ceux qui Savent se distraire en société, alCJrs que vous, vous vous enllnuyez, VOllS dUes qu'au bal, on 11 va po ur flirter. plutot que pour danser? Ce n'est pas mon cas, mats 1e ne bllme pas ceux qui le font, il n'y a là aucun mal; le dancing, le bal, est une occasiOn comme u.ne autre de se r encontrer, Cela, ne m'empéche pas dl'. ne pas aimer le dancing où r~q~!e u.ne atmosph ère lourde et très equivoque. Je préfère le bal et le bal musette, beaucoup plus sympathiques. Ce n'est pas parce que danser est pOltr m6t un plat$lr que j,e n'aime pas camper. J'apprécie la danse en hiver et même au pri,ntemps et le camping en été. Si 1'0'" est sensible à la musique, à toutes les mUSi(]lMS , il est difficile de ne pas appréciér la grdce, l'harmonie de la danse je ne dirai pas du SWing, nt de la samba, très différentes des autres danses, cependant très dllnamiques et ieunes. et qui rappellent le jazz nègre. dont le rythme est si péltétrant. « valsez, valsez, tournez. tournez ... » dit la chànson et 1~ répète que c'est merveilleu,t d' ~tre jeune et de pouvoir danser. doenser méme au son dé l'accOrdéOn. trant. Jeannine MORIN. .. «NOus avons découvert dés phénomènes comme les rayons X. l'e/fet photoélectrique, les rayons cathodiques qui nous ont prouvé que l'atome lui·même pos~èdé plusieurs conati tuants. » L'Ill ustra professeur n6Us intro· duit alors dans une vaste salle tapissée de tableaux reprérentànt, à notre avis, des syttè,mes plltnétaires de l'lus en plus compliqués, - Voici, agrandis des trilliards dé trilliàrds de fOls, les imagés ."7 •• .J'~1.3' Q.. I~'. "'1- '~".I'I*"" J:JS JE VOUDRAIS BIEN SAVOIR ! ... Vous posez parfois des questions sur dM problèmes scient!fi! ues, sans pouvoir trouver de réponse. Mika, lui, peut vous renseigner. Ecrivez-luI à cette adresse: DROIT ET LIBERTE (Mika), G, bd Poissonnière, Paris (9'). a 1'"':" ,~.... ~ ..~ . asiAlèv,e c un F je suis dans un .. ~ ~ "..~~ ....... Avec un M je sms sans c~n- "7"" v"'l ..... "'l'· "'i'~J;'" . 'H ~ Sistance, • . (f-.h~'1e. ~J "'rI) 4. .,.. le sont pàs. Il exlste 92 atomes chimiqués différents, le plus simp! e, I·hydrogène. possédant unproton, le plus lourd, l'uranium. 92 protons, A ces protons sont associés des neutrons en qllantité variable, qui changént la masse Avec un S je suis monnaie, Avec un C je soutiens la tête, 'noo - ,nos nON - no!! : asuOrlnl " CHARADES du noyau mais nOn ses propriétés. Al)imal laid est mon premier. Deux atomes possédant le même Inlmai sauvage e G t mon nombre d. protons et un nombre deuxième. différent de neutrons, sont appe· Animal domestique lés isotopes; ils ont les · mèmês propriétés chimiques et des mas. entier. ses différentes, Le nombre de est mon protons du noyau est toujours _ nod) .L:i"InÔd l' Le Concours de « Droit et Liberté » est ouvert du 29 acta\ lre a u 15 décembre, 2' Ne peuvent y participer que les jeullès de moins de 25 ans, 3' Chaque concurrent devra écrire le 8cén l r;0 d'une bande illustrée, mettant en SCèllé pOl!; et Blmbolet. Il suf('t pe racOnter la scène. Il n'est pa.s nécessaire de la. déssiner. Cinq dessins, au ma. ximui'n doivent être prévus, 4' Chaq u~ tc~natio dOl t ttre ad!'essé à « 01'01 ; et L:berté » (Concours), 6 bouleva.rd POUsOn. n.ère, Paris.Q', en y jOignant une b~l'Ide cle Pok et Bimbolet Parue d~ns un numéro de « Droi~ tt Llbèrté », 5' Un même concurrent ])eut enVOyer p:usleurs scénarios, à condit.on d y joindre le même nombre de bancles découpees dans le journal. 6' Da.ns 'ce cas, les ditUrent,s scénarioS péuvent étte el'lvoy~ cl lns une même enveloppe. 7' Les meilleurs scénar:os s&o ront fidèlement. illustrés par Kainb, selon les IndlcaJons écntes de l eur~ auteurs, 8' Les auteurs des scenariO. aiml illustrés recevront de nom. breux prix : li vres. abonnements à « Droit et Liberté », LI! prenier pr ,x sera une montre. 9' Le Jury est composé plr J& rédaction de « Droit et Liberté » et Il!s dessinateurs cOllaborallt aLl Journ31. Il est in:er dlt aux jeunes travaillant pour « Droit Pt Llbert~ II ou ayant des relations avec un quelconque collaborateur du journal. r1p. pa.r .lc.~r au con. cou,'s, 10' La premièrl! bande muS. trant un 5C"l1al'lo de COtlCUrt'ènt paraitl'& dall~ lé p:'fmier numé- 1'0 dO janvler. " . , ., 1 l • DROIT ET LIBERTe ;- FAMILIÈRE ET TRAGIQUE KArl'DERI~E DUNIIAItI ))'A 1)1'1' : 1 ~ ~ LA VOIX MURMURANTE • . G .. G .. OU LE· TRIOMPHE de FRANCIS CARCO ""Le~ nOires de Hollywood sont DE L'INGÉNUITÉ afinipartrouverlechemindescoeursdes blanches maquillées" C OM~ENT va la poésie? Héla.! qu'U veilte, grêle ou , Le hyle de Colètte a quelQue chose de partiCUlièrement vivant, lég,er, Inimitable, quand elle écrit Gigi ou Mitsou, ou Quand, dans Chéti, elle évoque la courte silhouette de Mafiame Pèlo1.lX. Elle parle en Images, et le ton seul dé sa phra.se suff.lt à créer l'atmosphère de ces vies dans le demi- monde, tégies par des rites plus sévères qu'on ne croit, Gigi est une charmante nouvelle, alerte, gale, qui finit bien - c'estrà-ilro par un mariage - et toute pleine d'un humour savant, autour de ces consells donnés à une jeune !llle pour le mauvais motl! - pas si différent' du bon - par des femmés sur le retour , et 1'l1elnes d'expérience des choses de cl! demi-monde - pail si différent du monde tout court. Dans Gigi, 1%1. nOl.lvelle, Il y a Colette. Dans le film Gigi, reste seulement le canevas, le sujet, l'histoire de Cftte ingénuè 51 puré Qù'ellé obtiendra, Plr sa nàlveté, beaucoup l'lus Que ses protectrices pàr leur rouerie. salt à évoquer cette êp~que célèbre, du côté dé s~s fils à papa ennuyès, de sès belles tout employées à les distralres ét à ut!l1ser leurs surplus financiers,

Le silence est d'or ,.

s'était éharj;é du reste, aveo d'ameura Inrlnlll'len.t plus de grâce. Très tlien, merci pour ell~. [pleuve, Il fau~ cqmmencer par la.' Ma peine est tou;ours n~uve , l'arlez qe la poésie dans un sa- Elle cliemlne à mon côté. lon, dans la rUe, au café, nïmporte ou, il ;Y aura toujours quelqu'un pour vous interroger sur sa santé. Et c'est un fait que dans CI! pays, la po~sie s'est trouvéè rudement malade, et qu'autour des années 30, par exemple .. , Bref. elle a failli mourir, et rien d'étonnant si aujourd'hui encore, en 1949, la Question vient aux lèvres : eomment va la poésie? Si je dis qu'elle se porte bien, e'èst pa'Fce qu:on commence à publier les poètes, signe qu'ils ont retrouvé des lecteurs, On p6urrait longuèmént épiloguer lur ce changement. Mais voyons plutôt l'un d'eux, c'est par lui que nouS arriverons le mieux • comprendre" Dans sa collection, devenue vite renommée. des Poètes d'Aujourd'hui, Piene Seghera viMt d'é dit e r un Francis Carco. Il s'agit d'une antholo, if, précédée d'une étude de philippe Cha banelx et accompagnée ou suivie de plusieurs inédits, dessins, portraits, facsimilés. el enfin d'un bibliogrtphie. Ces indications sont loin d'être inutiles, car le succès dé la présente collection vient précisément de ce qu'elle prasente le~ poètes comme de5 hommes ayânt eu tellé existence, traversé telles épreuves, connu tels malheurs, qu'elle restitue lé climàt de leur vie et de leur oeuvre, Ils n'apparaisEent plus, ces poètéS, comme recevant leur inspiration d'EnHaut, mllis d'ici-ba~ ou ils ont, Autant et plus que nous, souffert, aimé, frémi, espéré. Ils ]' Cette voix familière, fervente et un peu sourde, on l'écoute maintenant de plus en plus, Elle a conquis lentement son auditoire, alors que tant de poètes, dont on disait couramment, il y a vingt-cine} ans qu'ils représentaient toute' l~ poésie, ne sont plus écoutés de personne. Cés poètes-là d'ailleurs, les l?urréalistes pour les nommer, ne tinrent jamais leur gloire que d'une poif4née d'initiés, Ils se lisaiènt surtout entré eux et se moquaient du public, qui le leur rendait bien, La poésie était deven ue avec eux une sorté d'alchimie verbale, Ce fut :j.Jors, justement, qu'on cr à i g nit de la voir mOurir. De beaux yeu:!; noirs b~illant d'intelligence, des é~aules ma~ gnitiques toutes pétries de chaleur, des jambes légtres sous un voile dè gaze, telle nous apparait l'éblouissante Katherine Dunham. Elle serre des mains, encore des mains, remercie, Elle sourit divinement, et chaque mouvement de son corps souple est un miracle de douceur, La foule d'admirateura s'éloigne à regret, Lecteurs de « Droit et Liberté ", Catherine Dunham est à vous pour une demi-heure. FJnveloppée dans une élégante robe de chambre de drap écossais vert et rouge, dont le haut col remonté fait valoir La. tleJltlJilité de son cou et la orl1- ce de son ovale, Catherine vous parle, Sa volx est chantante et vo'llée, à peine hésitante Sa prononciation. L'âme et la danse - Oui, je veux faire connattre à l'Europe le folklore noir. Il exls'e un drame obscur et universel, le drame du racisme dll en partie 'à l'incom- 'préhension qui sépare le monde blànc des peuples noirs, à l'àbsence de rapports culturels et à l'ignorance, C'est cela Qui m'a d~cidéè a me consacrer entièrement a ce qu'on appelle c la danse exotiquè ), J'ài toujours beaucoup aimé la danse et les rites noirS. Ne me croyez pas chauvine -mais 'jè pense, et blanche .je penserais probablément de même, que l'art noir est éton- Je sais ce que ce genre de tentatives rencontre d'obs~ tacles, Je suis Américaine, née Jo Chicago. Je sais les dIfficultés Qui hérissent la. carrière des artistes nOirs, J'ai fonlié une école de danse à Chicago. Non, eUe n'est pas subventionnée par l'Etat. J'en supporté tous les trais : je n'àl pas besoin de vous dire QUe cela revient très cher, la plupart des élèves sont boursiers, Il en vient de partout, dé tous les âges, de tOU$ les pays: d'Amérique, de la Havane même, et ceux-là n'ont jamais fréquenté d'universités. Le pagne ou le tablier - Le fait d'Ure noir constitue- t -fI un hantLlcap pour les grands artistes ? -- Hotlywood nous est fermé. On n'y pénétré que ~e plumeau à la main. C'est le cas de Lena Horne, qui sur le plateau comme dans la vie, est contrainte à jouer lès !etnines de chambre. Mais l'exotisme, autre genre par lequel on'pèut songer à arriver, est plus difficile encore à cultiver. Seuls dé grands talents peuvent acèéder à la c~lébritê, On n'apprécie, dans les studios callforniens, Qu'un exotisme de pacotille. J'al tourné à. HollYWood un mm dé danse~ tahitiennes : j'avais fait venir les danseuses les plus qualifiées, de la Californie et de Tahiti

les pl\ls belles, les plus

douées, les plus caractéristiques. On me les refusa pour recourir à des blanches maQu1llées ... Telle e~t la règle à H!llJywo,Od, rèale qu'on, appllqué avM une constante rig~ eur. T~lents noirs et hôtels blancs - Puis-je vous dèmander st vOus aussi avez à soultrlr de ce préjugé de ra.ce ? -- Nous devons aussI noul! pUer à de petites humll1i1.t1ons de tous les instants. Un grand artiste à peau noire qui dé barque dàns une vllle pour y donner un récital dans une heure doit passer cette hellre ~ cherche,r un hôtel QUi veullle bien le recevoir, et encore ne le trouve-t-ll pas toujours. Il nous est souvent arrivé, à ma troupe et à moi, mortes de

faim, après une matinée épuisaIl

te, de nous trainer de restlilurant en restaurant pour flnalèment nous faire aimablenient prler, dans un éta.blissement plus que modeste, d'aller rejoindre « nos sèmblables ,.. Dans les :Antilles françijises aussi le racisme ... J'avais été reçue dans uIî hôtel de créoles .. , avec tous les é{ards quI m'étaient dus .. , C'est Que je parlais avec un fort accent américain, et Qu'on m'avait assimilé â,u groupe américain, donc au ,grOupr. c accepté , Màis ensuite je me suis rapprocpée des cJ;éoles, et lor\lque je me suis mise à recevoir des amis de couleur, à parler leur langue, on s'ést brusquement aperçu que mol aussi j'était au nombre des pariàs, C'est vous dire que j'al été le témoin et l'objet d'une dl$criminatlon qui s'attaché moins à. la « race ) qu'à la langue et :1. la culture. - Croye;:-vous que les honnétes (Jèns dit monde entier Muront reJeter les préjugé3 malfaisarru qu'on essaie de leur inCUlquer ? - Je sais que le racisme doit disparaltre une jour. Je vous sais gré dé vous consacrer à cette lutte, Et quant à moi, je souhaite que lorsque le public qUi nous applaudit cherche à analyser des évocations de pêuples loin tains, il y découvre un appel, un cri de doulèur et d'amour. Lydie PAVEL. Le fIlm est m!lnté Mec 'SOin. trop de soin peut-être dans le 'écoupagè, et dans le souci des Images de « tairé 1900 ,.. On Y 'voit 'passer la belle otero, Colette elle-même béc Polaire, qui arrivent là très inopinément. La seule intrigue sut1l- - Vous connaissez rUnion'--------------------------...,..., }française ? Le colonialisme a-t-il vraiment instauré des discrimination raciales ? - L'an dernier, j'ai voyag~ dàns l'Union Française, J 'ai séjourné à la Martinique, Le racisme, vous 'vous en doutez, y est d'une toute autre intensité. Les créoles sont trop flers pour én convenir; mais écoutez l'lIu tôt cétte histoire : Le f!lm regorge de bons :i,ctéurs, de décors soignés, rien a redire, rien qui enthousiasme, Quant à Jean Tissier, le vieux escorté de son vieux v~ let de chambre, !l ~ait rire : 11 est là pour ça. Car l'intrigue s'en passerait: 11 s'y accroche à peine. Avèc l'automobile de l'oncle Gaston, 11 tient la vedette comique de l'histoire, sans autre ttùuvalll$ que celle, une fois de plus, de Bl'ln long visage trop souvent exploité, Danièle Delor1'l\e, elle, compose une GH:-l nouvelle, très colléglènne. et sans aucune des promesses Que l'on imaginerait dans une fme destinée par .sa. naissancè à dès emploIs si particuliers. Sa naïveté ne manque pas de grâce. Surtout, elle pleure à mervellle, Mals son innocence semble un peu insuffisante pour captivér cè Gaston ' blasé, On ima!inait cl1éz Gigi, pour enrobez: et capitonner tant de pureté, un phYSique un pèu l'lus prome~te ur ... Passons sur la ~cène flnale, ainsi décrite par lé programme

c Gast!ln émmène Girl

souper én cabinet partleuller. Et là, en cette ambiance trop connue de lui, devant les glaces où les diamants des pécheresses ont gravé son nom à côté des leurs, il est pris d'une gêne intensé et comprend la. quallté très rare du sentiment qui l'attache à l'Innocente Gigi, .• , etc" etc, La. seime est gagnent beaucoup, à la hauteur de cette prose, Ftancis Carco n'est certes pM un poète nouveau, mais méconnu, si ce n'est ignoré. C'est Lm romancier célèbre, et c'est déjà assez pour que beaucoup n'imaginent pas qu'il puisse être autre chose. A cela s'ajoute que li. poésie de Carco est de nature discrète et retenue, c'est Longtemps étouffée sous les clameurs des autres, la poésie de Francis CArco a fini par se f a.i r e entendre, Ellè chante simplement des sentiments simpies: on peut .lui reprochér d'être trop chargée de mélancolie, d'incliner au désespoir, de trainer après elle comme une odeur de choses mortes. C'est à cause de cela, en effet, Qu'elle vieillira et qu'on la délaissera, Lorsque les sentiments qu'elle met en jeu ne trouveront plus lés mêmes correspondances, lorsque les coeurs des hommes seront plus enclins à ·l'enthousiasme qu'à la mélancolie. C'est déjà le cas pour beaucoup et l'avenir, on pêut raisonnablement l'espérer, grossira leur nombre, Mais alors, qulmd on voudra retrouver la couleur et l'accent de ces trÈnte dernières an née s, comment étaient l'air de Paris et celui de sa banlieue, ce n'est évidemment pas aux poèmes d'André Breton qu'il faudra faire appel. La voix de Francis Carco nous le chuchotera bien plus fidèlèment, namment r~he d'expression, r----------------'7'-------Tout cela semble bien $év~re pour un film Clue l'on regardé sans déplaisir, en souriant, un gentil film reposant, parfois charmant, souvent bébète. Il lui manque, pour satisfaire, un peu plus d'unité, de grAcè. de poésie surtout. un peu plus de respect pour l'esprit même dé l'oeuvre, Il faut que le ciRoger PAYET-BURIN. dé puissance, de dynamisme, Qu'11 porte en lui le sens dé la. vie, Et c'est un message de vie intense que je désire apporter, qui contraste si violemment avec les tendances décadentes et morbides Qui tentent aujourd'hui d'envahir la civ1l!satlon c occidentale , GRENIER-HUSSENOT à l'assaut de la Tour de Nesles un chant murmuré, une musi-r-------------que én demi-teintes. On y trouve Ici des échos de Vtrlaine, là de Gérard de Nerval, et ce sont des affinités dont il n'y a pas lieu de se montrer gêné, bien au contraire, Mais ou cette poésie n'a pas sa pareille, c'est Quand elle évoque Paris, la ville des villes, avec son lacis de rues, sés caboulots où traînent des airs d'accordéon, ses jardins propices aux amours et aux rêves, et la Seine: f Au pied des toon de Notré'.u"me La Seine coule entre lei lilial$; Ah! le l'al, le joli m Qui n'a l'u len peti , :Allons, fleUrilSez-vo~s M"ls c'était toi que Sur le parvis de No N'y revlendras-tu d ,Y e. ltl. le eltarmant ' ,_ lM du Dell PRÉCISION Nous .avons omi, oe 5Îgnsler. il pl'OpOS du texle d.JAna101e France, CI: DIalogue sur l'Antiséroithme ~, paru dan! notre dernier numéro, que ('~ tex1e ~$t tiré d'un recueiJ intitulé « Anatole France par Clauri .. Aveline ", rece!l'menl Milt par It.! F..ditlonl des Trois ,Colli,nfOs. nan8 lâ coll.clion • Lès Cla .. lqu~. de 1. L]bert~ ". Nous nous excusont dt èette omission auprè~ d. M. Claude AveUne, Derrière les déco rSt .. • .Rachel Hoffmann a créé le petit rOle d~ pou.,!er dans Chéri en 192L C'tst elle t-ncore . qUI 1 ~9. iÇl-. terprdé samedi. Soit vingt-hUit ans après, . . Elle D'a J.nial~ Joué dan. l'inter... Ile, Fldtlllé l , • Au Mudio ParmenUtr, (!t:tte 8emlirre, C , Le BouffOn :t. • SOU! le titre I.e . Grand Rttour, un rilm à court rt1étrage sur l'Anne~ SainU a été lourn é sou, les auspk •• du Comit~ cenlral pour l'ann". jubillaire, C.tt. bande ser~ réaUsée eu cinq langues, (Traduit de l'américain par RESUME DES CHAPITRES -- Vous avez beaucoup voyagé. Il doit Ure pourtant assez pértlle,ux de saisir et de rendre sur scène la misère ~t la beauté de peuples si différents ? - Au Mexique, au Brésil, ~n Argentine, j'al puisé au plus profond de la vie populaire, si chaude, si colorée, Je vis avec les indigènes, j'apprends leur langue, je partage leurs travàux, j'habite une case identique aux leurs, - l'. ais il ne peut Ure questiOn qu~ de transposition? - Bien sûr, je transpose, Reproduire, on ne peut pas y songer au thM.tre, Une mimique isolée de son cadre perd toute Signification, C'est son esprit même que je cherche à. exprimer par le rythme et le mouvement, Une école à Chicago - Votrè trouve est-elle bien accueillie aUx Etats-Unis? UNE commune passion pour le théàll'e les a a,semblés. , Ils ont, pendant dES années, planté leurs tréteaux an hasard dés granges et des auberges; la rude écoiè des comédiens routiers leur a donné lé sens du public, le secre~ de la communication, car depuis le temps où ils ne vou· lai'ent être que des meneurs de jeu ou des animateurs mê;és il. l'auditoire, c'est à. reClllons, sans perdre le con:act des yeux, qu'ils ont gravi les degrés de la vraie scènê d'un grand thèâtre, Ce contàct )ndispensàl\lè, ils J'ont gardé, même inMalléi; dan.~ leurs meubles, installation précaire s'il en est puisqu'on les dit 9. la recherche d'une scène et qu'ils sont ac~uellement rédu:ts il. jouer « La. Tour de Nésles )t dans un cabaret. Peu après la libération, leur premier succès fut éclalant, On allait voir deux fois, trois fois « Orion le Tueur li et « La Paralie », Ils avaient découvert danS lé mélodrame dés ressourcts inexplorées

Margot en avait pleuré;

pour (jéchalner un rire im~ensè, ' il suffisait de prendre du recul, de radiographier Jé mélo pOUr en faire apparai1.rè les re&ol'ts et les ficelles, grossir ressorts en engreDag~ s et les fice:les en c!bhs, demander au ' mélodrame de sè parOdier lUi·mémé, M. Newman, petu-b?urgeois américain, est r éVèlllé, au mtlteu de la nuit De sa fen~tre il assiste a une scène révoltante : 4ans 1 obSCUrité IlL APRES un départ aussi fu:gul'ant, chacun s'inLerfQgeait? N'allaient·ils pas décevoir un public que leur triomphé avilit rendu exigeant ? D'autant qu'ils entratnaient maintenant Courtelinè dàns leur faràndole Emdiabiée, « Les gailés d~ l'escâdiort » avaient quelque peu perdu de leur prestig~ : la révolte é:émen· t!!-ire, il. forme lI,ttéraire, ctltte sortê dé vèngelnce différée et '1.,1 ,j une femme /lût apptlle désespérément à l'aide. c 13ah, se dit M. NC1umtan, lemme suffit à me convaincre qu'elle ne se trou vè pas dehors est, lIu'elle est habituée à ce genre de traitement :. Il re/ume pe:ure:us,~m,ent couche, Néanmoins, le matin le trouve en proie à un sourd """,CL;"'". da.n~ uu systècompemat. ion, du pOCUS " LLJ!: éla.it para.lysée au-dessous 'de ).a. ti.me, et ne 1I11~lalt Ejamais que de son mal, ~t de la Calilornie, Il tènta de tlxer sa pènséê sur elle, mais, à. me~ure .. u'il approchàit du métro, son abdomen se crispait, a.u· point qU'li fut heUl'eU'K d'avoir à faire halte, un instant, au bazar du coin où Il achetait son journal. 1: dit bonjour aU palron et lui lertdit sa pièce, pxenant garde de ne pas lui toucher lés main~, Non pàs qu'il eût vraiment hor,reur de lew' contact, ma~ ~ela né lui di~ait rien, Une odeur de veille graisse devait, pènsalt-il, émaner de ce M, Finkelsteln, Il ne tenait pas à. entrer en contact aVec l'odeur. M. Finkelstein lui dlt bonjour comme d'habitude: M, Newman fit les quelques mètrès qui le séparaient ~u coin, et, le temp~ de ~a.isir solider;;ent la, balustrade de 1 escalier du métro. se mit à descendre les marches, . Il tenait prêt'e une autre pièce, en prèvision du tournl· quet; i! l'inséra dans la fen ,e, dont 11 avait, du bOUt, des doigts trouvé l'emplacement, bien qu'à vrai dire, une legère Incl1n~lson de tête lui etlt permis de l'è-percevolr, Il n'aimait pu qu'on le vi t Incliner le. tète, Débouche.nt sur le quai, li prit la gauche et lentement se lnit à J'arpenter, r~marquant au passage (tue les ,liens, selon leur habitude se grouPà!em tous au mllieu, LUI, toujours, allait en tête '- comme les autres l'èussent fait, s'ils avaient eu le bon sens d'obsen'er que la prémière voiture était toujours la moins pleine, Quand li eut rpis une vingtaine de mètres entre la foule et lUI, li raJêntit pw à peu son alure, pour s'arrêter en lin près c:l'un Piller de fer, Négligemment, li lui fit face, se tenant à. ulle main dé la rainure centrale, Il tendit son regard dans un effort d'accomodaticn qui le fit loucher Dressant et baissant alternat'vement la tête, 11 parcoul'ut 'minutieusement la surface blanche, Puis il s'imnlobilisa, Quelqu'un avait tracé là une inscrl]'Jti,cJl1. Ii se mit à l' l'c, parcouru par une douce chaleur d'anllclpat lon Un griboUillage hâtif, tracé au cra'y0n entre deux trains : Arrive LA. 4-4409 immobile ct splendIde, Il ~e demand ,~ une lois de plus SI c'était de la publ:cité ou un voeu iron:que, Il se se:1tit pris dam un souIfle d'àvénture, imagina C!uelque part un appartement ... , une pénombre parlumee d' une odeur de femmes ... S~n rèlard S'II baissa, Une orelllê bIen dessinée , Quelques signes V V. « Plli'~r assèz fructueux ». se di'-il, Souvent, on les avait é'ltièrement lavés avant qu'li n'arrive le matin. De· vant un Je ne m'apptlle PAS ELSIE, Il secoua la tète es: qUissa un sourire, E!sie - quel que fut norp véritable - avait écrit cela dans un, accès dé colère, Il se demanda pourquoi on l appelait Elsie. Êt où était-elle n'laintenal~t, cètt! Elsie ? Eh train de dormir quelqUe part ? Ou en route -5- v~rs son travail? Ètait-elle aux regrets ? M, ment qui J'attach&it aux car il lui semblait qu'Us y mémes. C'est presQ,ue lire une Il cessa de bouger la tête, Un peu on avait tracé avec soin: 'Les Juill; oni RE. Au dessous : Mort ,aux Juifs ... Mort ment, l'auteur avait été Interrompu par l'arrivlN;; M. Newman avala sa salive et resta figé comme enveloppé d'une lueur hypnottsante, Au-dessu.s du meurtrier se trouvait l'exclamation : FAsciste, avec une èhe dirigée vers l'app'al au meurtré, Il se détourna du pilier et demeura. Immobile en fixant les rails, Son Loeur s'était d!laté, ~a respiration accéléréè, tandis qu'un chatouillement avant-coureur du danger s'emparait de son esprit, comme s'il venait d'aS!isth il. quelque rixe oanglante, L'air qui baignait ce pilier avait été témoin' d'une joute silencieuse mail; redoutable, Tandl.5 que dans la ruè, au-des.~us, la. circulation s'était déroulée nOrmalement, flue I~s g~ns aVa!ent pa1.!lblement dormI dens 1& nuit, ici: un cour:l-nt souterrain et sau'l!age tvalt coulé dans l'ombre et laissé sà marque avltnt de disparaltre,. ~_/ -6- jeune solda t contrè le crétinisme de la. vie dé cuerne, rpstait un luxe pour temps calme. Bien des évênemenCs sont venus qui ont posé dans des termes nouveaux le problème des l'apports du civil devenu militaire et de l'armée. La pièce avait vieilli, Il fallait lui injecter un sang nouveau. Un décor, des chansons et le miracle fut accompli, A ces ac;iviLés colleclives de ia Compagnie Grenier-Hussenot, s'ajoutent, ici un tour de chant des Frères Jacques à. la cc Rose rouge », a.ilJeurs, à. la Huchette, l'intervention de J,.p, Grenier, mettèur en scène et décoratéur de cc La quadrature du cercle », et, l'autorité de la troupe grandiSsant, voici qu'on retire, pour lès lui confier, des pièceS acceptées par la Comédie·Française, C'est lLinsi que nous verrons bientôt, gt:l.ce il. elle, « La tête du gou· verneur li, d'Alfred Adam. P OUR l'instant, c est chez Gilles, au cabarèt de l'Opéra, que les comédièns de la compagnie Grènier-Hus.senot se précipitent il. minuit, en quittant pa.r le mur évidemment la. caserne courtelinesque; cItez Gilles ou la Tour prends gardé, C'est en e!fèt au tour de « la Tour de Nesles ,. de subir leurs assauts. Alexa.ndr. Dumàs en mourra.it d'une at:aque; le public, lui meurt de r:re d'avoir èntendu les joyeux garçons faire de Marguerite dé Bourgogne, Guigullé du BeAuJolais. néma sa.che l'image 1 l'humour d sujet seul ne blé que ruel chemln. C.tl!lllfft Il faut passer devant à géntoull. oui n'arrivent pas ... Mais dins l'ensemble un film plus ennuyeux que comique fastes de ma.uvals goût, décors' hideux, vérité. hlstori'l.Uè boiteuse... AucUl\ rapport ~vee l'histoire de Je~nne d'Arc et d~s bata.iIIes de FraMè : m$is l'histoIre ennuyeuse ét mal coloriée d'une dévote blén \)â.t1e poursuivie par la m~lcha.nce ... Malheureusement le t',tre est là pour tromper les mètes qui amènent léurs enfants ... Il faut entrer voir LE V6LÈUR DE BlcvèLETTJI: (chef-d'oeuvre du cin~l1\a \t&l1en et du chléni& tont court), L'orgue de Barbarie a ' retrouvé Jacques Hilling, à sa manivelle : leur IIccord est parfait. Tous ceux qu~ léur ont jeté des sous sur la lleène d~ là Gallil,Montparnasse ou de la Renaissance, voudt'Ont les yOlr ici, avec malttiSe, con· duite lé bal. nrilte 1 ,. avait pt'omls la jeune femme à ~llj'/lIl.~eB elle laisse derrière tlle ? RIZ AMER (un chef-d'oeuvre nt6 du dn~JltJI, IU.lIen, pour .e. im& «ts de rizi~re:!l, le •• c~Jle. de tra .. vall, H 8ylvan& M .. nrUO), trouvée mortt, une photo de la grande genoux. Suicidé indubitClble ", a ctécrété L'BEKOIQUE 111, BONltACE (pour .e rep06er en riant), André SOREL. comme envotlté, Aucune que ces menàces témoignagé viva.nt automatiquement; de tout souci de con veriance que les gens réellement pen' on tInt enfin sous son regard les qu'on lût dans s'~s pensées les pius annonclatèur d'un train qui .a.PPl'oune fois vers le pilier, comme vérs un s'arrêta à. rapprOChe dè deux femmes Qui Il J'es regarda à. ia dérobée. Il se de. chosès sont toujours le fait dé personPrenons par exemple ces d'lUX ..... u"'nr. l'indignation de l'auteur du slogan, à la variété la plu.s basse d'individus (tu'll prendre les devants et· dé tracér des vérités, '~nmen\(a de vibrer et de tourbillonner à 13. haut~ ur de s"! j&mbes, tandis que le train pénétrait comme un piston dall.s la station cylindrique, M. Newman recula d'un pu ét son coude ef,tléura la rObé 'l'une des femmes, L'odeur de savon le caressa un'l seconde, II se réjouit qu'elle fût lln~ femme raffinée, Il aimait voyager en compagnie de gêns bien mis, Les porte~ s'Ouvrirent en grinçant Et les femmes monUlrent. M, Ntwl'nan attendit une seconde avant de le~ suivre, se rappélant que la semaine précédente, il $'était élancé ~vaÎ'lt .. ue les portes fussent complètement ouvertèS, et s'y ét!lit cogné, Le sang lui mon:a au vIsage à ce souvemr, tan· dIs qu'il s'aggripJ.lt à. la poignée qui pendait au-dessu$ de sa tête, ses artères se mirent à bat.tre, Il abais;;a le bras, tandis que le train s'ébranlait ct tira sa manchette hors dé la manche de son veston, Le train prenait sa course vers Manh!j,ttan Sans ni reJJ.ch e, il éta.it porté vers la grande Ile, et il un instant, comme pour cOntenIr S:l. crainte et son Journal et f,!igni ~ d. s~ confondait per sa lecture, Qui :ui f3isait r l'homme~,~~,~,:J:~~la~ quettp. les yeux nlen ou POllolla1s,.., à. la bOisson, plié sous son bras, Il l'ouvrit de titre senMtlonpel. Tout ut en parai.ssa.nt abliorbé de la. feuille le pusàger ou un Pololl8.ls, II étucUatt la mesun de sts moyens, CM' tachée Il né distinguait pas Pétits, estima-toi!, Ukral· a J'ouvrage, él'ats, parté AU NOIll DE LA VIE (.ym.pa.th1- que et attendrls&ant). P~CUS Ses ytux gl~5èrent sur le vol.5in de l'ouvrier. Un nè!"l, 1'I0rt rehrd allà jusqu'au suivant et s'y !lxa.. S'efforçant dè fairi! ul'! pas dàns cHté dirèctlon, li perdit toute notion de. ci! qui J'èntôuralt. Car 11 était tombé sur un spklmb qui èta.it pour lui l'équlvaient de ce qu"est pour un collectionneur une pendule d'une éspèce rare, L'homme llialt le Times avec une attention sout.nue, Il avait la ~u claire, la. nuque plate et droite, ses cheveux étaient sans doute blonds 30US le chapeau neuf, et èll louchant, M. Newman put dl!tIngu'èf les Poches il. la. Hindenburg qui soulignaient les yeux du suJèt, Il ne l'ouvait apercevoir la bouche, mais il l'lmagll'la : large, aux lèvrèS épaisses, Il se dét~ndit avec la satisfaction que lui donnait toujours ce jeu ~ecrètement pratiqué en MI rendl.nt à. son travail, Il était probablement le seul dans ce train à savoir que ce monsieur à té!:.! cAnée et à. peau clair~ n'était ni un Suédois, ni un Allemand, ni un Norvégien, mais un Juif. Son regard se posa de nouveau sur le nègre. « Un jour, pepsa-t·lJ - il se le répétait chaque fois qu:ll se trouvait cOnfl'onté avec un visage noir - un jour, II faudra Que j'en approfondisse les différents typr.s, ~ Cela. ne présentait pour lui .. u'un intétêt purement académique; il n'aurait j!lmal~ bèsain de cette documentation pour son travail: il le savait bIen, mais quand même ... Une main se posa sur son épaule. ImmMlatément, il se raidit en pivotant $ur sès talons, _ Sa1l!t, Newman, Je viens seulement de vaWl voir, Arborant l'èxpression de condescèndallce souriante Qui transformait son v~age chaque fol.s qu'il l"èncontrait l"red, il demanda: _ Comment était-ce, chez vous, hIer soir? Pas trop chaud ? - Il Y a toujours de l'air che~ nous, par den'Ière, Fred habitait la. maison voisine. - Pas chez VOIlS? demanda·t-tl, comme s'il vivait dans un quli.rti'lr plus aéré, - Oh si 1 dit M, Nèwman, j'al remis une couverture. _ J'inàtalle un lit il. la ca ve, dit Frêd, en posa.nt sa main !ur le bras de Newman, MaJntenant que J'a,! tinl de l'aménà. ger, elle est tra!che a souhait. Newman fit une pause, - Ça doit étre pumid'è, là.-dédan:;, Pu qepul,15 Clue les Iravaux 60nt têr~inés, dit Fred d'un tOIl sa.ns réplique, -8- ' .. / AU BAL de "D sLs " une robe chantait SOirée merveilleuse 1 Tout brille, miroite. étincelle - et l§s yeux de nos 10uvencelles ne sont pas étrangers à cet éclat. Pas étrangères non plus ces robes multicolores et hardies, oeuvres pour la plupart de petUes fées pleines de goftt et de patience, qui, pendant de longues journées, ont chiffonné de leurs doigts agiles les tissus déltcats qui, aujourd'hui. dra· pent si harmonieusement lers jeunes silhouettes. N'avez-vous pas remarqué cette délicieuse brunette 11Ululée dans une robe du soir touterelle ? ET LA BLONDE CELlNE qui ne voulait pas me dire son nom, n'est-elle pas charmante dans sa robe de faille Ch(lm:,,~rrtJ. leté asymétrique ? Ce tourbillon d~ l1r4ce tIt de jeunesse me rement; plissée et parsemée de paillettes. Elle chante avec humour et dynamisme, et sa robe ch'ante avec elle. . OHAJELE ROSENTHAL, ravissante de fraf,cheuT dans un costume de paysanne, interprète avec fi. nes8e des chants du folklore 1If,ddish. ET ENFIN VOICI ' LA GRANDE, L'EXTRAORDINAIRE MARl~ DUBAS. De Nam: vétue, enveloppée dans un c frou-frou ;) vaporeux, elle donne à son remc.rquable tour de chant l'irréalité et le charme d'un réve. L. A. M. , VISITE AU SALON DU· CYCLE Le Salon du Cycle étale ses nickels, ses laques ~t ses chromes sous la verrière du GrandPalais, au mllieu d'un grand concours de peuple. Tout ce qui roule, tout ce qui aide à rouler, tout ce qui touche de près ou de loin à l'automobile, à la moto ou au cycle s'offre à J'admiration de la foule, depuis les rustines jusqu'aux ponts élévateurs, des pneumatiques auX postes de radio portatifs. Dans le grand hall central: camions et véhicules utilitaires divers, davantage de motos et de vélomoteurs. La Grande-Bretagne, la Belgique, la Tchécoslovaquie, l'Italie ' présentent également quelques motos et vélomoteul"lS, de même que la marque allemande D.K.W., représentée par un c propriétaire (je la marque : en France. Je ne veux pas quitter le Salon sans un avis utile aux mères de fam!1Je et aux moruteurs de groupes enfantins : une pharmacie propose des trousses d'urgence équipées d'ampoules, pinceaux d 'alcool. éthér ,mercurochrome, etc ... pour les premiers secours. « Simple, pratique, économi' qUe ~ nous assure le fabricant. Je vous assure, allez au Salon du Cycle : vous y trouverez tout ce dont vous avez besoin ... et même le reste. Hélène SAX. les véhlçules de toutes sortesr-----------------------____ _ liant exPosés. Une première remarflue s'Impose. Alors que de précédents salons nous présentaIent la matière brute, la marchandise à peine parée, celui-ci se distingue par un net effort de présentation : la qualité des émaux et des laques, le beau brillant des parties métalliques, le luxe sobre des agencement~ , enfin l'eHoIt d 'ingéniosité déployé- pour mettre les articles en valeur, attirer et intéresser le publ1c. qui ne demande d'ameurs qu'à se laisser séd uir,e. Votre bicyclette ... Mals ce qui attire surtout le public, c'est, au centre du hall, l'expOSition des vélos et motos. Les v,élos sont · tous là, de fins vélos de course, légers comme plume au vent, aux bicyc1.ettes de tourisme - la vôtre, la mienne ... On s'écrase autour des motos- scooters. Ils sont nouveaux; ils sont jolis. D'accord. Mais ils sont plus chers que les vélomoteurs de 100 ou 125 cc, pr,esque aussi chers que les motos de 350 cc et sont loin de rendre les mêmes services. Ce sont des Jouets pour ms à papa. Les vélomoteurs sont aussi en fort grand nombre. En général, le diamètre de leurs roues a diminué- : cela al.\gmente leur stabilité et leur maruabilité, qualités essentielles pour des véhicules à usage urbain. Sur beaucoup de motocycletla fourche télescopique à ..... IIIn·"I .• · à huile remplace la trapézoïdale. et prod cipat!on ne tout semble Les U.S.A. Mes ,e s, ,c.,. ou.. ' ••• epee flU'1• se . perdent é'a uralt pu pa uer inaper~ u. Et ce Gaveau mal accordé aurait pu jouer faux, tout à loisir, 50n rôle de traître de" Imt une coar de justice qui en a vu d'autres. ilJais il y a le duel, ce duel qui fait couler beaucoup d'encre Cc'est tout ce qu'ils font en général et n'ont pas d'autl'es raisons d'être) ; ce duel que M' TlxierVlgnancourt voudrait avoir avec Je frère d'une des victimes de son client. Ce «ui pourrl'it .'appeler épouser une cause. Malheureusement pour l'i11téressé (pas le clie11t de l'avocat) ce ser .. lt plutôt un retour à de vieilles amours, comme qui di. rait un goût de « revenez-y » à l'eau de Vichy. Le frère de Léon-Ilia urice Nordmann ne lui a pas caché ce qu'il en pensait et il s'est jugé offensé. Mais dans la salle, un de sCs confrères a posé le vérit .. ble problème en lui criant qu'il avait « des causes qu'un avocat digne de ce llOm ne saurait accepter ... Par delà M' Tixier cette gifle touche tous ceux qui n'ont jamais employé lCur talent à tenter de sauver les résbtants des poteaux nazis et qui, depuis la Libération, se sont fait la tristc spécialité de défendre non la veuve et l'orphelin mais au contraire cou· vre des Veu\'es et des orphelins les crimÎ1tels responsables de leurs deuils. Et puis il y a eu la déposition Weil-Curiel, cet avocat témoin accusateur de l'accusé, accusé par la défense, et qui contribua à donner. pour une part, à certains incidents une allure de règlements de comptes, de lavage de robes en prêtoire ... et il en est de noires. Mais tout cela ne doit pas faire oublier l'essentiel, à savoir qu'i1 y a !l11 traitre à juger. Et qu'il n'y a pas trente-sIx façons de le faire. En dépit de ce duel qU'011 semble si peu pressé d'interiilre (lans UI1 Cons" il de l'Ordre d'ordinaire plus soacieux des règles en usage, eu dépit de tous les agents simples ou doubles, de toutes les rodomontades, provocatio11s ou autrell palinodies. Et de la propension de certains à aller sur le pré pour a voir du son. Jacques MORLAN. A QUOI RÊVE ·1 (S uite de 1 .. page 3) dus, liquidés, lessives, réussirent à tirer encol'O de l'Amérique 570 millions de dollars wus le prétexte d'une " réforme monétaire » dont le mO\tlS qU'oll puis..oe dire est qu'elle était basée stricte. ment sur du vent. Crépuscule Voici donc l~ destin de Tchang acoompll. Peut-être parle:ra.-km encore de lui, de loin en loin, ma.il) SOll étoile est bien morte· Que ceL homme «moyen en tout» dit de Ruffé qui l'a. si bien connu. ait pu faire illusion si longtemps aux Européells, voila qui pMse l'entendement. 1.es dernières années du règne fmo'ent attristées par d'afrr eus~ s histoires de famille. Mei Lin - preSllentant ia lIébacle, disent les uns, que.-tion de coeur. prétendent les autres - voulait quitter son cher dictateur. Au vra; l'influence de la femme, jadis toute-puissante, diminuait. Us frères Chen - les fameux C C. - avalent mis la main sur le Me.réchal, le chambraient. tâc11aiNlt d 'e11 tirer !e maximum av:mt la débâcle. Pour la « fare » une réconciliation s'inlposait. Elle eUt; lieu .. M. N. P. P. à Feng lgel"sa nlond1 , n19 janvier 2010 à 10:17 (UTC)~t~ la main nait wus les Lin avail une petite attendrissante, un grand chapeau de paille de riz tres1:é recouvra;t sa crinière parsemée de fils d'argent. Lui s'en allait courbé, vieilli. Peut-être song'eait-jJ aux quatre mille étudiants qu'il a.vait fait massacrer il. Shanghai, à cette jeunes~e débordante d'espoir qu'il avait rayée d'un trait de plume du nombre des vivants, à Ccette La Seine etCharles ON trouve le C011lza une bonne plaisanterie quant! c'es t le voisin qui l'a. On se croit fort, on pen~ que, par un prodige de la volonté, on l'évitera. L. rhume est réservé au:r: petites natures, aux mauviettes. Bien sûr on risque de l 'attraper. Mais pas si Mte, mOi, je prends mes précautions. Un bon grog (beaucoup de rhum, et trés peu d'eau) avant de me coucher. Double ration de cigarettes (c'est un désinfectant, disent leI fumeurs) et surtout, surtout vous m' entendez, paS de PSlIchose du rhume. Autosuggestion ... Ah 1 oui, tu peux parler, toi. Moi, je l'ai. Comme tout le monde. A coose de la bombe atomique, évidemment. Les derniéres déflagrations (chacun le sait c'est dans tous les journaux, alOrs bien sûr ... ) ont inilué sur les condittons atmosphériques d'une façon déconcertante. L ·O.N.M. s'avoue vaincu. On ne sait plus quel temps il va faire. C'est charmant. Il ne nous manquait plus que cela. Tout était si simple, autrefOiS, on mouillait son dOigt, on prenait la direction du vent. on savait qU'il allait pleuvoir et tout marchait à l 'avenant. Ah 1 le bon temps est bien révolu / On ne peut avoir aucune opinion sur l'avenir, la paix est précaire, peut-être même sommes-nous déjà en guerre. Une dr61e de guerre qui n'ose pas dire san nom . . Comme mon coryza. Sacrée bombe 1 Les conséquences pratiques de la saison des rhumes sont désastreuses. Vous l'avez compris . tout de suite. Je suis allé l'autre soir à l'Opéra. Tout en haut. C'est plus amusant, moins snob et l'acoustique est meilleure. Et mon porte-monnaie est entiérement d'accord CHEK ... toute petite LI qui, fentant le froid du canon de Mauser sur sa n uque, criait encore « Tuez-moi, vous ne tuerez pas la Pensée Il ! Allons donc ! Ce l'erait faire trop d'honneur que de )lrêter à cet homme « moyen en· tout » seulement l'ombrp d'un remorl Ii a d'autres pcnséee et combien plus sérieuses: cinq mille barres d'or l'attendent à Formo;e, et l'or baisse ... Pierre MONTACNEY. VOICI UNE DE LOUISE MOUSSE AU CITRON La vez et essuyez les citrons. Frottez les morceaux de sucre sur l'écorce pour les parfumer. Réunissez dans une casserole le sucre, le jus de citrons pressés et l'eau. Laissez fondre le su· cre sur feu doux ; faites prendre ébullition. Versez ce sirop sur les oeufs préalablement mélangés, blancs et jaunes, en fouettant sans interruption. Renversez le tout dans une casseavec la lUminosité de mon r~isonnement. On donnait c Petrouchka :.. Paratt-il. Car avec les éternuements des spectateurs, leurs froiSsements de mouchoirs, ~eurs toux persistantes autant qu'irritantes (pour les voisins) on n'entendait rien. Heureusement aprés « petrouch: ka , il y wait « Icare ~. C'est un ~orceau de bravoure (c'est bien le seul) de Serge Lifar. Il est tout seul, ou presque, sur le plateau. 1.1 apprend à voler. L'orchestre l'accompagne au tambourin. Bref, on ne voit que Lifar Lifar danse la m!?rt d'Icare. Quand le rideau se reléve pour les IliPplaud!ssements, Icare-Lifar se relève aussi. Il n'était pas mort. C'était du thét:ttre. La collaboration n'a jamais tué personne. Pour me consoler je Suis allé au cinéma. Il pleuvait SUr les Champs-Elysées. On devait terminer la soirée quelque part. une affiche attirait le re;gard. 4: Anges marqués . On y va ? Pourquoi pas. Un document humain réalisé par les services de l'UNRRA, dit la criti- ,que. Un enfant tchèque de~enu al1nnésique aprés son séjour dans les camps naztS recherche sa mère. La mére recherche son fils. Ils savent tous les deux qU'ils se trouveront dans les cinq derniéres minutes du ·lilm. Le spectateur le sait aussi. Il n'y a Plus de surprise. Et puis on se demande avec an:Z'iété si tous les enfants, juifs ou non, rescapés des camps ont retrouvé Leurs parents. Evidemment ce n'était pas ce que l'UNRRA. voulait dire. Mais on risque de se tromper. D'autant plus qu'outre-A.tloentique, où le film a été projeté, persOnne ne croit plus à l'histoire des camps de concentration et des chambres à gaz. Tout est bien qui fintt bien. DisSipons les danger,euses légendes, eVitons ; le confusionnisme. Et te,rminons le film sur l'image optimiste de l'enfant embrassant la-chtre'maman-retrouvée .. Les spectatrices écrasent trois larmes. Mot, je préfère me moucher. Pas à cause dJu film. A cause du cOryza. Paul-J. RENNE. et (Jet mes C/lmours Une cousine germaine de la pé'nicilline LA STREPTOMYCINE, découverte aux Etats-Unis par Wa.ksman et ses collaborateurs, est une cousine germaine de la PENICILLINE. Même nature, même famIlle, même principe : tirée d'uu petit champignon, eIle tue le mIerobe par le microbe. Elle se présente, OOIDl11e la pénicilline, sous la. forme d'une . poudre blanche qu'on dissout avant de l'empJoxcr dans ide J'eau légèrement salée (SERUM PHYSIOLOGIQUE). Utilisée en InjectloM, comme la. péniciIIlne, elle n'est pas efficace sion la .prend , par vole bucale. • Mais G'est par Ion champ d 'action nouveau qn'eUe pré& ente uu énorme intérêt: ELLE AGIT I.A OU LA PENICIT..LINE S'AVERERAIT INEFFIOAOE. Les péritonites graves des opérés qui ne sont pas guéries par la. pénlollllne, peuvent l'êtrll pai" la. streptomyelne. seule 'OU assocl ée à la. pénicilline. n en est dé même des InfectWIl.!! des voles urinaires ayant ou a.près l'opération: infel.ltiollll de la vessie ou des reins, eolli- 1!a.elIloses. (Cependant, les hifections vénériennes des voJes urinaires restent l'apanage de lu. pénicilline.) . . , Enfin, de IIDmbreuses méllin~ gites - et lIota.inn1eat cella q'ul peuvent SB déclarer aa. eoUI"II ijes grippes - sont gUérlea par la streptomyeine, commendès que le de participants sera sui· Nous demandons à tous les ·amateurs d'échecs de s'y inscrire et d'envoyer ' tout leur courrier à l'adresse suivante: Droit et Liberté (échecs), 6, boulevard Poissonnière, Paris (9 ' ). Nous donnons ici un problème très classique. Les lecteurs qui nous auront envQyé une réPonse juste seront cités dans nos prochains numéros. . \ Une partie historique Jouée le 20 mars 1804 l la Malmals'1n Blancs Noirs Napoléon l ' 1. Cbl-e3 Mme de Rémusat e7-e5 RECETTE MAMIAC l'ole et remettez sur feu doux Battez vigoureusement avec I~ fouet jusqu'à ce que l'ébulli. tio11 se. déclare et que le mélange, ayant augmenté de volume, soit de la consistance des blancs d'oeufs en neige ferme. RetIrez du feu. Versez dans une Jatte et servez après complet refroidiss"'rnent. CM 0 n ((!Llde de CUIsine, par Louise Malruac « Les Editeurs réuniS »). C'est surtout dans le domaine de la tuberculose que la streptomycine a fait sensation. On a pu pu crier an miracle lorsqu'OI, l'a vu guérir des maJad.les jus_ que là Inexorablement mortel. les oomme là méningIte tuber. culeuse, la phtisie galopante, 1, laryngite tuberculeuse. Tout 00 qui n'est pas tuoorcnlose pulmonaire (tnooreul0S4 des os, des glandes, du péritolne) a de fortes chanees de guérir avec ce nouveau pro' duit. De méme, dans la tuberculose pulmonaire. les formes récentes, à 'evolntlon rapide, même quand elles sont graves. Malbeureusement, on ne pent en dire au· tants de la forme habituelle de la tuberculose pulmonaire, chrOo JÙque, à évolution lente; ici la streptomycine ne peut qu'aideJ le traitement, tlont le sana, le pneumothorax, les mesures hy. glénlques restent la base. .. , . En 'tout CM, la streptomycine r.eJlf6~ente un grand progrès da vole ouverte par la p6. . Qu'on songe que ponr fols l'homme a. pu mortelles de 3. e2---e4 4. h2-h3 5. Cc3 Xe4 6. Ct3-g5 d7-d6 f7-15 t5XH C~ Cavalerie intrépide. 6.... d6-:-d5 7. Dd1-h5+ g7-g6 8. Dh5-f3 Cg8-h6 9. Ce4-f6+ . Re8-e7 10. Cf6Xd5+ Re7--d6 11. Cg5-e4+ ! Rd6Xd5 Sacrüice. 12. Ff1~4 +! Rd5xe4 Sacrüice. 13. Df3-b3+ Rc4-d4 14. Db3-d3+ Les Echecs se glorüient de l'intérêt que leur porta l'Empèreur, TB. BERLIN (1M2) Les Blancs jouent et font mat en deux coups. EUG. COOK ·.bode'r h

Notes

<references />


Format JPEG