Droit et Liberté n°161 - janvier 1957

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°161 (265) de Janvier 1957
    • Offensive du MRAP contre les menées racistes et antisémites par Albert Levy page1
    • Speidel: une scandaleuse promotion par Louis Mouscron
    • Avec "la plus belle des vies", Claude Vermorel a réalisé le premier grand film fraçais sur l'Afrique que les Africains puissent voir sans colère par J.F. Held page1
    • L'antisémitisme dans l'idéologie nazie par Edmond Vermeil page2
    • Speidel, général nazi et européen. page3
    • Offensive du MRAP contre les menées racistes et antisémites: une lettre aux groupes parlementaires; les décisions du Comité d'action page4
    • Et l'enquête continue page5
    • Algérie: des voix s'élèvent pour la fraternité page7
    • Il n'y a pas d'innocents page7
    • Encore des rafles au faciès page7
    • Livres: les antisémites et les nations présentation par Raph Feigelson page8

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N° 161 (265) 31 JANVIER 1957 30 FRANCS 'OFFE E 0 • R.A. • IT .conlre les menees racis es el anlisémiles L'ENQUETE SUl' les menées antisémites et racistes, commencée dans le derniel' numéro de « Droit et , Liberté », vient à son heure. Des échos nous arrivent' chaque JOUI' du vif Intérêt qu'elle suscite dans tous Jes' mIlIeux antiracistes et Mpubllcains. Nous ap'portons au~ourd'hul quelques plèc.es nouvelles · à ce dossier que l'actualité, certes, se charge de gonfler sans cesse, les pouvoirs publics. semble-t-II, continuant de s'en déslntéressel'. Tracts, livres. articles de journaux, mise sur pied d'un · .appareil de guel're civile. agressions et manifestations de rues - ce n'était pas assez pour les fauteurs de haine" - qui volent dans le racisme et l'antisémitisme des armes éprouvées contre le régime l'épubllcaln. En ,un mols, voici donc un bilan supplémentaire de leurs tl'Istes exploits: attaques de meetings aux cris de • cr Mort aux Juifs ». oirculalres électorales ouvertement antisémites, monuments de la Résistance profanés, appels de !Il·lus en plus Insolents à l'enverser « le système » ... ,Jamais, sans doute, depuis la Libération, nos IIbeM,.és, les traditions et les principes qui sont la vie même de not.re pays, n'ont été aussi menacés. . O U'EN même temps se soient aggravèes la tension Internationale et la situation en Algérie, Il y a là plus qu'une coïncidence: ,u:ne relation de cause à effet. La ruine de la détente, l'atmosphère de guerre et de répression, l'excitation haineuse à l'égard de peuples entiers afin de Justifier contre eux l'usage de la violence, l'hostilité envers l'O.N.U.: il va de sol que tout cela favorise et encourage les éléments bellicistes, fascistes, pour qui la force est le seul moyen de régler les différends entre pays. aussi bien que les problèmes Intérieurs. Un tel climat porte en lui to'us les déchaînements de passions mauvaises. SI certains, malgré tout, s'obstinaient encore à Ignorer la gravité des menaces présentes, un seul fait suffirait à les éclairer: la nomination du général nazi Speidel à un poste où il commandera, avec les troupes du « Centre-Europe », une partie de l'armée française. • Solennel appel à l'opinion publique signé par d'éminentes per-sonnalités républicaines • Interventions auprès des groupes parlementaires et des pouv~irs publics 'SPEIDEl • Là aussi, la logique Intel'ne des événements éclate aux yeulx. La nouvelle Wehrmacht, fruit du Pacte atlantique, des Accords de Londl'es et de Paris, ne pouvait, comme l'ancienne Wehrmacht, étant donnés ses • objectifs et son Inspiration, que ramener les • Edition de documents, tracts et affiches assassins parm.i nous. Et le, retour d'un une scandaleuse Speldel s'accompagne Inévitablement du retour des mêmes hommes, les Xavier Vallat, les Tlxler-Vlgnancour, les Cousteau, les Barlfèche et autres. aux mêmes activités. • Multiples initiatives préconisées par le Comité d'Action

.~ -.

promotion Nous n'avons aucune raison de croire que Speldel a changé. " n'a rien ,renié de son passé. Celui qui organisa, en France, les exécutions de patriotes et la déportation des JuifS, ,pourquoi s'opposerait-II aujourd'hui à ses « collaborateurs » d'hier? Pourquoi le racisme et l'antisémitisme cesseraient-ils, à ses yeux, d'être conformes au moral d'une armée « européenne »? ... • ... ET L'ENQUETE CONTI~UE Albert LEVY. (Suite page .1.) (Voir nos informations en pages 4, 5 et 6.) Avec .1/ LA PLUS BELLE DES VIES" Claude Vermorel a réalisé le premier grand fi lm français sur l'Afrique OUE LES AFRICAINS PUISSENT VOIR SANS COLÈRE m'a demandé un scénario sur l'enseignement en Afrique. Or, le problème de l'enseignement de base aux adultes comme aux enfants, avec t outes les difficulté3 Quarnd SPEIDEL (~ droite), Inspectait les côtes de la Manche avec le maréchal KEISSELRI HG. QUAND j'ai sonné à la porte de Claude Vermorel, c'est un jeune Guinéen qui m'a ouvert la porte. Son visage m'était familier. C'était celui de l'instituteur noir de « La plus belle des vies », que je venais de voir dans un cinéma des Champs - Elysées. Retranché derr ière des piles de dossiers, sur le dos desquels on pouvait lire des noms africains, Vermorel m'a parlé tout de suite de la naissance de CI. La plus belle des vies ». C'EST décidé: le général allemand Hans Speidel commandera, à partir d'avril, dans le cadre de l'O.T.A.N., les forces terrestres du secteur Centre-Europe, en remplacement du général français Carpentier. Ainsi, des troupes françaises, anglaises, américaines, canadiennes, belges, hollandaises se tr,ouvent placées sous les ordres d'un ancien officier de la Wehrmacht, qu'elles combattaient il -y a douze ans à peine-; Cette décision spectaculaire a de quoi sur.pJ'endre et Indigner. Louis MOUSCRON. (Suite page 3.) DANS CE NUMÉRO: Page 2: l'anti~émitisme dans r ,idéologie nazie, par le profe sseur Edmond VERMEIl. Pages 4 et 5: Des personnalités demandent des mesures pour mettre fin aux menées antisémites et racistes. Page 7 : AlGERIE: Des voix s'élèvent pour la fraternité. Page 8 : les livres, les spectacles. -C'était après «Les conquérants solitaires ». Dans ce f ilm, il était bien question de l 'Afrique, mais pas beaucoup de ses habitants. Or, après cette expérience, j'avais t rès envie de tourner une histoire où les noi rs seraient décrits avec leurs problèmes, leur vie, et non comme de simples porteurs de bagages. Malheureusement, c'est toujours le cas dans les f ilms dits « africains » ... C'est à ce moment que le ministère de l 'Education Nationale Interview recueillie pal' J. F. HELD qu' il implique, m'avait beaucoup i ntéressé. Ce fut « La plus belle des vies » ... Une rude bataille Pour f aire accepter le projet, il f allut une rude bataille. Tout un chapelet d'autorisations était nécessaire, en particulier des différentes directions de la « France d'Outre-Mer ». Les milieux coloni alistes ont été unanimes. Par exemple, le seul Suite page 8.) 2 • L· anlisémilisme Notre éminent ami M. Edmond VERMEIL, ,p.rofesseur à la Sorbonne, membre du Comité d'honneur du M.R.A.P., vient de publier une importante étude sur « L'antisémitisme dans l'Idéologie nazie », où il examine, sur la base d'une riche documentation, les origines et le développement de l'antisémitisme en Allemagne depuis le milieu du 19" siècle jusqu'à son utilisation par les nazis. Ne pouvant, à notre grand regret, repr,oduire entièrement, faute de place, ces pages d'histoire dont l'intérêt (et même l'actualité) ne saurait échapper à aucun antiraciste, nous en publions ici, avec l'autorisation de l'auteur, l'introduction, la dernière partie consacrée à l'antisémitisme hitlérien, et la conclusion, qui constitue un bref résumé de l'ensemble. (Nous sommes en mesure d'envoyer le texte complet de cette étude à ceux de nos lecteurs qul- nous en feraient la demande.) I L . importe de bien distinguer l'antisémitisme chrétien de l'antisémitisme raciste. Le premier est de nature th~ologique. C'est au judaïsme religieux, à ce qui sépare la religiosité juive du Nouveau Testament que les chrétiens en veulent. Sans doute, cet antisémitisme chrétien friset- il parfois le racisme. En Espagne, il a abouti à une sorte de ségrégation ethnique qui annonce le racisme, sans aller jusqu'au racisme proprement dit. Mais les Deutsche Christen du temps hitlérien, en se séparant de l'Ancien Testament pour adopter le national- socialisme, ont carrément versé dans le pire racisme. Il n'en est pas moins vrai que le racisme est tout autre chose que l'antisémitisme chrétien normal. C'est un fruit du XIX· siècle. Opposant le mythe sémitique au mythe aryen, utilisant l'influence que les oeuvres de Gobineau, écrites entre 1850 et 1880, ont exercée sur la pensée allemande, le racisme entre, à la fin de la première décade bismarckienne, dans le fonds commun des idées toutes faites et des slogans de propagande. Dès 1872, dans ce chef-d'oeuvre admirable · en soi qu'est La Naissance de la Tragédie, Nietzsche n'oppose-t-il pas le péché ({ actif » de Prométhée et du monde hellénique au péché ({ passif » des Sémites? Quoi qu'il en soit, disons que l'antijudaïsme chrétien est de nature religieuse, tandis que l'antisémitisme racial oppose à une minorité juive donnée les intérêts de la nation au sein de laquelle elle se trouve. En Allemagne, le phénomène apparaît dès la première décade bismarckienne. En France, on le voit naître plus tard, au début de la ({ Ligue antisémitique de France», fondée par Drumont en 1889, c'est-à-dire au moment où, en Allemagne, Guillaume II vient de prendre le gouvernement de la nation récemment unifiée. L'antisémitisme ,hitlérien SOUS le Troisième Reich, l'antisémitisme se fait doctrine opposée à toutes les Internationales, quelles qu'elles soient. Le terme de national-socialisme prend un sens tout à fait précis. Il s'agit d'un socialisme particulier, d'un socialisme à l'allemande Incidents antisémites dans les camps de réfugiés hongrois DANS de nombreux camps de réfugiés hongrois, ces dernières semaines, les juifs ont ,été l'objet de graves sévices. Le rabbin britannique, R. Posner, qui ,a visité les camps d'Autriche comme envoy·é de l'Union of Orthodox Hebrew Congregations, a déclaré qu'il avait été informé de nombreux incidents antis·émites. Le gouvernement aurichien a' dû intervenir et menacer d'expulsion les réfugiés qU1i se Iivrera'ient à des agressions contre les juifs. Mais, à Siezenheim, près de Salzbourg, les fas·cistes ont ré cidivé. Plusieurs juifs ont été blessés par des groupes de réfugiés et il a fall u l'interventi on massive de la police pour les protéger. Depuis, les réfugiés juifs et nonjuifs vivent séparément. Des incidents ' semblables sont signalés à Gothenburg (Suède), où les réfugiés non-juifs ont refusé de monter dans les mêmes autobus que les juifs. En Franc~, des juifs auraient également été victimes de persécutions de la' part des autres réfugiés, dans le camp de Chatellera. ult. A Londres, des étudiants juifs soulignent le rôle des éléments fascistes LE journal conservateur britannique Jewish Chronicle rapporte, dans son numéro dUI 18 janvier, les déclarations fa'ites à Londres par des étudiants juifs hongrois réfugi·és, au cours d'un ·échange de vues avec des étudiants anglais. « Le cardinal Mindszenty était et resté un fasciste, a souligné l'un des étudiants. Les juifs d!! DROIT ET LIBERTÉ 91, Fbg St-Denis - ParilJ-1CJo Tél. : TAI. 48-11 et 45-26 Tarif des Abonnements Un an : 300 francl P AYS ETRAN~J:RS Un an : 430 franc. ABONNEMENT DE SOUTIEN 1.000 francs TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQUE Compte Ch. Post. : 6070-98 Paria Pour les changements d'adresse envoyer 20 francs et la dernière bande Le gérant : Ch. OVEZAREK S.I.P.N., 14, Rne de Paradis - : - PARIS (X.) -:- Tra". e"éc. par de. OU" • .,.ndiquéa Hongrie le savent, et il a fait de fréquentes déclarations antisémites au COUrs de sa carrière. ~ Un autre étudiant a indiqué qu'au cours de l'insurr·ection « les éléments fascistes qui ont toujours existé en Hongrie sont revenus au premier plan ». « Les juifs hongrois s'attendaient à des pogromes et si les Ru'sses n'étaient pas venus, je ne sais pas ce qui serait arrivé ~ a-t-il ajouté. ' Un autre a déclaré: « QUfllTld j'étais à Vienne, j'ai rencontré quelques étudiants d'un yechiva (école religieuse juive) qui avaient da fuir par le tod pour échapper à un pogrome. D'aut~es juifs ont da fu'lr la ville de MIskolc pour les mêmes raisons. » . Un autre encore a' signalé que, pendant l'insurrection, un groupement antisémite avait reçu l'autorisation de publier un journal. « L"arrivée des troupes russes, a-t-!I déclaré, l'en a empêché :.. CItons enfin cette information d'un autre ,étudiant hongrois à Londres: « Dans une ville hongroise, le chef de la police, qui était juif, a été tué par des insurgés qUI ont étinglé sur son cadavre un écriteau portant l'inscription: « Voici ce qui at.tend tous les JUIfs. :. DROIT E'r LIBERTE ridéologie n zia de nature à satisfaire deux sortès d'exigences: 1° celles de la Révolution allemande; 2° celles de cette démocratie allemande qui, ainsi Que le définissait jadis l'historien Karl Lamprecht, doit « intégrer les énergies et les activités du peuple allemand au travail dans la totalité nationale ». Pourquoi le mot « Révolution »? Parce que, ainsi réorganisé, ainsi tendu vers un but précis, le peuple allemand sera comparable à l'athlète grec, prêt à soutenir le combat. Notons, tout d'abord, que l'idée d'une réfection, d'une régénération allemande, n'était nullement le propre de Hitler et des nazis. Une élite s'était formée, dans laquelle figuraient W. Rathenau, Th. Mann, le comte Keyserling et tant d'autres hommes politiques ou publicistes qui, dans la PA R Edmond VERMEIL Professeur à la Sorbonne presse allemande d'alors, fai~ient connaître leurs pOints de vue. Il faut joindre Oswald Spengler et Moeller van den Bruck, plus étroitement nationalistes que les trois premier écrivains par moi cités. Ce néo-nationalisme, qui souhaitait la formation en Allemagne d'une véritable élite dirigeante, organisée par une sélection rigoureuse, qui relevait surtout de Nietzsche, n'était pas antisémite et comprenait dans ses rangs des juifs allemands notoires. Les véritables « doctrinaires » du National-Socialisme et de son antisémitisme, ce sont les chefs hitlériens eux-mêmes et les innombrables tenants du néo-racisme, justement ces bourgeois semicultivés de la classe moyenne qui répandent, dans toute l'Allemagne d'alors, leurs' brochures insipides autant que venimeuses. Ce nouvel antisémitisme hitlérien culmine dans l'opposition . typique, purement abstraite d'aUleurs, entre Reich (hitlérien) et Gegenreich (israélite). Au fond, ce racisme de récente invention applique au Reich l'idée corporelle que les chrétiens appliquent à l'Eglise quand ils évoquent le corps du Christ, idée que les vieilles monarchies européennes ont d'ailleurs utilisée pour leurs conceptions dynastiques. Le symbolisme biologique et corporel se trouve ici lié à la conception pseudo-philosophique et à la pratique politique des nazis. C'est à titre de « Weltanschauung» que Hitler et Rosenberg en prOclament la légitimité. Foncièrement hostile à tout égalitarisme, adoptant une sorte d'aristocratisme élémentaire et brutal qui fait du peuple une masse indistincte soumise à des chefs qui en connaissent les aspirations inconscientes, l'Idée raciale prétend vivre dans les cerveaux comme Image et dans la réalité comme Etat rigoureusement organisé. L'homme nordique, c~est un type d'homme rêvé, idéal au sens le plus dangereux du terme, doué de vertus supposées, incroyablement puériles et pauvres de contenu psychologique: courage, héroïsme, fidélité, nationales homogènes: haute finance, prolétariat, monde de la culture. On le découvre dans le monde et la doctrine de Manchester, dans la ploutocratie franco-anglaise, dans la FrancMaçonnerie et le parlementarisme d'Occident, dans l'industrialisation dont l'Allemagne est victime. « Le Juif, s'écrie Hitler, a toujours su unir princes, aristocrates et bourgeois sur le plan international ». C'est lui qui a crié le premier: « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ». Il entretient, dira-t-on encore, l'intellectualisme dissolvant. On voit ici revenir la démonstration coutumière des idéologues d'outreRhin. Rosenberg insiste sur ce point avec plus de précision que Hitler. Il accuse justement le judaïsme de séparer l'âme, la pen~ sée et les actes humains de ce fond naturel et instinctif constitué par la race, par le sang, par tout ce qui nous rattache à un sol déterminé. C'est pourquoi 11 est le déraciné par excellence. Rosenberg répète, après tant d'autres, que si le Christ fut un Aryen authentique, saint Paul !II compromis sa doctrine en y introduisant des éléments délétères. Dans Mein Kampf, le chapitre XI, intitulé Peuple et Race, contient l'essentiel de la doctrine antisémite des nazis. Tout d'abord, et comme dans l'ouvrage d'Alfred Rosenberg, Le mythe du XX· siècle, l'éloge dithyrambique de ces Aryens qui seraient, à en croire les chefs hitlériens, les ancêtres authentiques des Germains, race supérieure et qu'il faut à tout prix préserver à l'égard de tout danger de mésalliance et de mélange racial. Cette race supérieure vient du Nord et l'apologie qu'en font les chefs hitlériens est visiblement destinée à la propagande en faveur de la « nordisation » du peuple allemand. Hitler et Rosenberg s'évertuent à prouver que de cette race aryenne ont procédé, au cours de l'histoire, toutes les civilisations supérieures. Ce qui la signale psychologiquement, c'est une capacité illimitée de sacrifice au nom de la communauté, en l'espèce du Troisième Reich allemand. C'est à cette race qu'on oppose authentiques et celle de la minorité juive, préparant ainsi, dans sa folie, la coupure actuelle. Car on sait bien que, derrière la propagande antijuive, se profilait l'action antirusse qui devait conduire aux dévastations systématiques de 1941. Conclusion PEUT-ETRE les indications historiques, nécessairement sommaires et incomplètes, que contient cet expOSé, nous permettront-elles de reconstituer l'évolution totale de l'antisémitisme allemand dans le cadre de l'Empire bismarckien et à travers les étapes que sont les années bismarckiennes proprement dites, l'époque de Guillaume II, celle de Weimar et celle du Troisième Reich? Cette évolution commence presque au lendemain de l'émancipation de 1869. Le terrain d'application sera toujours, pour l'antisémitisme, la classe moyerme, le « Mittelstand » pris entre le monde des dirigeants et celui du prolétariat. La première question envisagée sera celle de la comparaison à établir entre Allemands et juifs, dans l'hypothèse où les Juifs se montreraient supérieurs aux Allemands. Et l'on sait que cette supériorité s'est affirmée en certains domaines, et de telle sorte qu'on peut se demander si l'Allemagne n'expiera pas durement l'élimination brutale de sa minorité juive. C'est à la lumière singulièrement crue du Krach de 1873, l'importance du « Mittelstand lt qui s'impose ensuite au regard. Il s'attaque au judaïsme en tant que classe menacée par des dalllerll d'ordre social que l'unitication du Reich rend de plus en plus menaçants. Puis, à propos de la politique économique et du « Kulturkampf », ce sont les confessions chrétiennes qui entrent en lice avec leur presse. L'action du pasteur Stocker engage celle du lOuvernement impérial. La monarchie et le chritianisme officiel joignent leurs' efforts contre le socialisme en plein essor en uU- (Suite en page 6.) la contre-race, la race juive. Dans ______________ _ son chapitre et en de nombreux passages de Mein Kampf, Hitler en fait le procès. Après l'avoir accusée de tous les crimes et de tous les vices, Hitler l'accuse d'avoir renoncé è. tout nomadisme pour s'installer dans les grandes nations, pour les corrompre sciemment, pour y établir les bases de leur richesse financière, pour y enseigner à la fois les méthodes du grand capitalisme occidental et celles du socialisme marxiste ou communiste. On voit ici è. qui s'adressent les chefs hitlériens: à cette classe moyenne qui, de Bismarck jusqu'à Weimar, s'est trouvée coincée entre capitalisme et communisme, entre Amérique et Russie. C'est elle qu'il s'agissait de fanatiser. Et c'est à elle qu'on a tenté de cacher les horreurs des camps de concentration et la tuerie collective que l'on sait. Rien de pluS terrible, de plus implacable, dans son affreux simplisme, que cette doctrine qui a scindé l'Allemagne en deux parts: celle des Germains ANCIENS COMBATTANTS Lisez «LE REVEIL DES COMoeATTANTS. 4&, rue du Faubourg-Montmartre PARIS (eo) C.C.P. 7.422-73 - Le n" : . 25 tr. Abonnement d'un an : 270 tr. AU SOMMAIRE (Janvier 1957) LES TAUX DES PENSIONS (Invallclea, veuves, ascendan", ol1!'hellns) au t-1-157; - ' Tuberculeux de Que ..... (contrôle médical); Exonération de la we auto; Fonctionnaires anciens combattants (bonifications); Veuves de guerre (d6ch6an .. du droit à pension - tonds national vieillesse); Les conseils de l'avocat; Le courrier des lecteu ... ; Etc., etc ... moeurs Simples, dévouement total ______________________________ _ à la communauté. L'essentiel, c'est la dualité Aryen-Juit et la transposition au Christ de la notion Aryen. Les chrétiens disaient jadis: royaume de Dieu et règne de Satan. « Personne, déclare Hitler dans Mein Kampf, ne s'étonnera de voir, dans notre peuple, la personnification du Diable, symbole de tout ce qui est mal, prendre la figure corporelle du Juif». L'Aryen, c'est l'Allemand qui s'intègre dans la communauté nationale et voit la race uniquement sous cet angle. Le Juif, c'est l'homme qui s'intègre dans la communauté raciale et l'oppose à toutes les nations au sein desquelles il accomplit sa dissolvante besogne. Le réquisitoire-type des Nazis contre les Juifs est toujours le même. La monotonie des arguments ne le cède en rien à leur fausseté. Le Juif cumule toutes les tares physiques, intellectuelles et morales. Il est l'inspirateur de l'égalitarisme. Il aime les inter- CRAVATES ÉCHARPES CARRÉS 3 et 4, rue Borda, PARIS (3") 'NI. : TUR. 73-08 Métro: Arta-et-Métl .... Parking pour voitures Spécialiste de la chemise et chemisette NYLON Ech~rpes, carrés, pour hommes, femmes et enfants, en soie, laine, laine et soie, écossais, bayadères, cachemires, imprimés. STOCK PERMANENT dans to'us les coloria et tailles MANUFACTURE Vente exclusivement en gros DROI'r ET LIBERTE a • l' •• a'-tn lor de von Siulpnagei au secleur " Cenlre-Europe " SP IDEL, génér (Suite de la page 1) Surtout si l'on connalt la carrière du nouveau commandant en chef. Chez luL en France ••• c Speldel se sent chez 11Ii en 'rance et, après bien des années d'expérience, connaTt les problèmes dlplomatlco-mll-italres qui s'y posent comme peu de généraux allemands », écrit dans un récent éditorial le journal Frankfurter Allegemelne. Voyons comment cette « expérience

. a été acquise.

Né en 1897 à Metzlngen, dans le Wurtemberg, c'est en combattant que Hans Speidel vint pour la première fois dans notre pays .: pendant la guerre de 1914-1S. L'Allemagne vaincue et désarmée, ce jeune officier se consacra immédiatement à la préparation de la revanche. Le zèle avec lequel il collabore au réarmement clandestin lui vaut d'accéder, .en 1930, à l'Etat-MaJor général. 1933 : Il se rallie sans réserves au régime hitlérien. AussitOt, Il se voit confier diverses missions, plus ou moins secrètes, à Paris, où, nommé attaché militaire adjoint, 11 supervise spécialement les services de renseignements militaires. En 1936, on le trouve en Espagne où, à la tête de la légion Condor, li aide Franco à assassiner la République. Ses services lui valent de devenir chef des « Sections de renseignements de l'Ouest européen :& au grand Etat-MaJor hitlérien. même avait demandé à être versé dans les . chars « pour mleu'x combattre l'ennemi ». Mais sa connaissance des problèmes « diplomatico- militaires » - comme dit la Frankfurter Allgemeine - est déjà reconnue par Hitler : Speidel en personne est a,ppelé à rédiger la première ébauche du texte de capitulation que Pétain signera. Adjoint de von Stulpnagel Ce « spécialiste » est alors nommé chef d'Etat-Major du commandant militaire de la France o~cupée : le sinistre « Militarbefehlshaber » von Stulpnal"el. Ses activités multiples comprennent aussi bien l'organisation des raids aériens contre l'Angleterre que de la répression contre les patriotes et contre les juifs. Les rapports qu'il r édige et signe à l'époque sont instructifs. 9 septembre 1941. Speidel se plaint que, pour l'exécution d'un soldat allemand par ·la Résistance, les tribunaux pétainistes n'ont condamné que trois communistes. 23 septembre 1941. Il écrit que « sur l'injonction du MlIItarbefehlshaber, le tribunal s'est réuni à nouveau et a prononcé quatre nouvelles condamnations à mort, qui ont. déjà été exécutées ». 28 février 1942. Il dresse avec satisfaction le tableau des rafles, exécutions, déportations: « En représailles de différents attentats à la bombe, 0 communlst. es et. ju'lfs ont été fusillés le 3 février 1942. Cent communistes et juifs ont été envoyés à Compiègne pour être déportés dans l'Est _. 1 nazi' et Il uropéen·· une extrême prudence, S.p.eidel, voyant la partie perdue, joue un certain rOle dans les tentatives faites par certains officiers nazis poUl' renverser ' Hitler et opérer un renversement des alliances. Il préconise la « réconciliation avec les anglo-franco-américalns » et la constitution d'une « Europe unifiée sur la base du christia- Un rôle décisif L'importance des fonctions confiées au général Speidel ~pparaissent dans ces lignes extraites d'un article de Combat: « Il donnera des ordres, non seulement aux tonnations de combat, composées de ses compatriotes, mais encore à toutes les unités américaines, belges, britann. iques, canadiennes, fran: aises et néerlandaises constituant les troupes de choc et de défense de première ligne de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord ... « Il ne fait aucun doute que les éléments allemands domineront de plus en plus ... « Le nouveau chef de l'armée européenne, dont les conceptions et mesures joueront bient6t un r6le décisif dans la destinée de notre continent ... se rend compte que, dans certaines éventualités, la future armée -allemande devra surtout compter sur ses propres moyens. Aussi ambitionne-t-il d'augmenter sa force et sa puissance de feu... » nlsme, destinée, à écarter le bolchevisme ». Il est arrêté après le « complot des généraux » en juillet 1944. Mais il est de nouveau à Paris, aux cOtés de von Choltitz, en août, quand la capitale se libère. Il bat en retraite aux cOtés de von Keube, successeur de Rommel. Puis, il se cache, et ce sont les troupes françaises qui le tirent de sa retraite. Il manoeuvre de façon telle qu'il échappe au chAtiment, faisant valoir essentiellement ses conceptions « européennes ». [J'n affreux cauchemar Tel est l'homme, nazi authentique, qui vient d'être désigné à la direction des forces terrestres de l'O .T.A.N. Les troupes françaises d'occupation en Allemagne seront placées sous le commandement ... d'un général allemand. Les fils des fusillés, des déporLés devront obéir à celui qui fit passer leurs pères devant les pelotons d'exécution et dans la chambre à gaz. Le débarquement de Normandie, la libération de Paris auront abouti à placer le chef des vaincus à la tête des glorieux vainqueurs. La voilà, la Logique du Pacte Atlantique, des Accords de Londres et de Paris, de l'Union Européenne, que l'on voudrait aggraver encore avec le « Marché commun européen » et l'Euratom, qui consacreraient la suprématie d'une Allemagne revancharde et renazifiée 1 Voilà où nous en sommes, de concession en concession. On croirait vivre un affreux cauchemar. Non! Cela ne doit pas être. Le souvenir de nos morts, l'avenir de nos enfants, la défense de la France et de la paix nous tracent l'impérieux devoir de nous o,pposer, de toutes nos forces. à la revanche de Speidel et de ses pareils. Non, ils ne seront pas « comme chez eux en France » 1 Nous exigeons l'annulation de la décision de l'O .T.A.N. Nous exigeons des mesures effectives pour mettre fin aux menées militaristes des nazis. comme le demande d'ailleurs la majorité du peuple allemand. Nous exigeons que soit recherchée la détente et sauvegardée la paix. Offensive du M.R.A.P. (Suite de la page 1) LE M.R.A.P., bien sOr, peu,t être fier d'avoir, en prévision de tels dangers, alerté quotidiennement l'opinion, com ... battu sans relâche depuis le jour de sa création, où fut prononcé ce serment solennel : « Nous n'oublierons jamaili..! Jamais nous n'accepterüns de nous trou\er dans le même camp que les bourreaux nazis » ••• Mals il ne s'agit pas de vaines préséances. Il faut penser au pré'sent, à l'avenir. Avant qu'II ne soit trop tard, antiracistes, républicains, patriotes de tO,tiltes tendances, Il est grand temps de s'unir et, tous ensemble, d'agir. A. L. Nouveau voyage en France. La division blindée qui détruit SaintLO en mai 1940 est commandée par le général Hans Speldel (lul- « En rep~s~lles ~un ~teCharles---------------------------~~---------------Une vague de protestations Le COmité d'Action du M.R.A.P., réuni le 28 janvier, a adopté la protestation suivante: Le Comité d'Action du M.R.A.P., réuni le 28 Janvier 19&7 à l'H6tel Moderne, élève une véhémente protestation contre la nomination du oénéral nazi SPEIDEL, ancien chef d'Etat-Major de von Stulpnaoel, à la haute fonction de commandant en chef des Forces du secteur Centre-Europe, qui comprennent, notamment, une partie de l'armée f,rançalse. . Le oénéral Speldel, qui combattit la France en 1914-18, en 1940 et en 1944, qui participa à la répression contre les patriotes et contre les Juifs, aurait sous ses ordres, si cette scandaleuse dé'clelon était appliquée, les fils et les frères de ses victimes et disposerait d'une Influence déte~mlnante sur les affaires de l'Europe et le sort de la paix. Ce .eralt, en outre, un terrible encouragement aux forces revanchardes et fascistes d'Allemagne, au moment où I.es anciens Waffen- S8 sont incorporés dans la nouvelle Wehrmacht et où, en France même. les éléments antlrépulbllcalns et racistes redoublént d'Insolence. Le Comité d'Action du M.R. A.P. appelle tous les antiracistes, tous les patriotes . élever leur volx, dans l'union. pour que soit annulée la nomination de Speidel, défi à la conscience française. Parmi les organisations qui ont également protesté, signalons la Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriot;) s, l'Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance, qui or:ganise une semaine de protestation du 18 au

01. février, le COnseil Représentatif

des Israélites de France (C.R.I.F.), l'Union des Sociétés Juives de France, etc. M. Krlegel-Valrlmont, député, a demandé à interpeller le gouvernement, pour savoir si le général Speldel, « qui a pris une part active à la répression contre la Résistance française, peut effectivement se prévaloir de la cOAfiance du gouvernement de JI. GUll Mollet ». commis à Rouen contre un membre de la wehrmacht., 26 communistes et juifs ont été fusillés le 21 f,évrler. A Rouen, des rafles ont été effectuées qui ont amené l'arrestation de nombreux communistes et Juifs. « En l'&présailles d'un aUentat commis à ~ours le 3 février contre un membre de la Wehr- Est-ce vrai? Annonçant la nomination du général Speidel, Le Figaro écrit: « Nous croyons savoir que c'est la Franèe qui a pris l'initiative de recommander à ses alliés le général Speidel, qui sera le premier général allemand disposant d'un poste important dans l'Alliance atlantique. » macht, 1& commu'nistes et Juifs ont été fusillés le 21 février. A Tours également, des rafles ont amené l'arrestation de Juifs et de communistes. « En ' liaison avec ces mesures, la remise de 1.000 Juifs et communistes aux autorités allemandes -en vue de leur dlijx)rtatlon dans l'Est a é1lé: décidée. « En !/'eprésailles du sabotage d'un transformateur à AUboué, arrestation de 70 communistes et juifs, en vue de leur déportation dans l'Est. Si l'auteur de l'aUentat n'est pas découvert, de nouvelles mesures seront prises » ... Déjà « européen » ••• Mais Hitler a besoin de Speidel à d'autres postes de conf! .nce. Il est envoyé sul' le front de l'Est, à la tête du « Groupe d'armées B » et se signale en Ukraine comme l'un des promoteurs de la tactique de la « terre brQlée ». En 1943, il se rend en « mission de redressement » auprès de la Se armée italienne sur le Don et dans la région de Stalingrad. Mais c'est décidément la France qui convient le mieux à ses exploits. En avril 1944, il est désigné chef d'Etat-Major de Rommel au commandement du groupe a'armées B (nord de la Lolre-). Lors du débarquement allié, il dirige la campagne de Normandie, qu'il racontera après la guerre dans deux livres: « Invasion 1944 » et « Nous avons défendu la Normandie p. Dans la même période, avec PAS * IPUISQlUJ'OINI INIIE VOlUJS ILlE IDlll IPAS, La Sarre à l'heure allemande Au 1er janvier 1957, la Sarre devient pOlitiquement allemande. Certains conseils municipaux sarrois ont cru devoir faire du zèle en débaptisant les rues des noms de Goethe, J.-S. Bach, Heine ... , au profit de Bismarck, Moltke, Hohenzollern ... Il est une Allemagne dont l'éclat aveugle ces messieurs, c'est bien à l'autre qu'ils entendent être rattachés. De la circulation En hiver, on aime mieux se dpnner rendez-vous au chaud : dans le hall du métro StrasbourgSaint- Denis, à toute heure, il y a des gens qui en attendent d'autres. L'autre jour, un agent interpella un homme qui, comme beaucoup. attendait: - Allons, circule ! ... L'homme - vous l'avez deviné - était Algérien. Il fallut qu'un de nos amis, qui se trouvait là par hasard, intervienne fermement pour faire admettre à l'agent que, jusqu'à présent, les attroupements d'une personne sont encore autorisés. Même pour les Algériens. La voie royale Il s'agite singulièrement, le descendant des quarante rois malgré lesquels la France s'érigea en nation messagère de liberté et de fraternité. Mgr le comte de Paris inaugure par-ci, marie sa fille par-là, rencontre ailleurs des chefs d'Etat, donne son avis sur le salut de la France et de l'Algérie réunies, le tout à grand renfort de publicité complaisante dans la presse. On se demande où Monseigneur prend le temps de gérer ses immenses domaines, étant donné surtout qu'une bonne partie de ses biens se trouve à l'étranger. Car cela doit représenter une difficulté supplémentaire d'avoIr, avec un coeur si' français, des intérêts si dispersés. Aux innocents les mains pleines Collaborateur de Je Sui& Partout, puis, sans effort, de l'occuee elJupable Le 30 décembre au cours d'une banale dispute conjugale dans un hÔtel, un agent de police abattait un représentant de commerce, M. PRUVOT. Que la victime fût étrangère à l'altercati~n .qu~ avait motivé l'intervention de l'agent et que celUi-Cl fut manifestement en état d'ébriété, cela témoigne déjà des redoutables droits et pouvoirs sur les personnes dont disposent ceux qui, par définition, sont chargés de les protéger. Et le souci « d'étouffer» cette affaire ou de la travestir révèle une étrange solidarité. Elle s'inscrirait, à ce titre, dans les affaires qui, de temps à autre, défrayent la chronique, s'il ne s'y greffait en plus un racisme qui, sans être nouveau, semble, en l'occurrence, avoir fait un pas de plus. Ainsi, Mme Germaine Pruvot s'entendit affirmer au commissariat que son mari avait été tué au cours d'une rixe entre Nord-Africains. Le Nord-Africain a servi Men des fois à la police de coupable présumé ou certain. Ce racisme, à défaut d"excuse, fournissait un semblant d'alibi aux enquêtes infructueuses. Mais ici, à un coupable connu d'elle et pris dans ses rangs, la police a tenté de substituer le Nord-Africain, délinqua,n t-à-tout-faire. pant, P.-A. Cousteau est aujourd'hui à Rivarol. Entre temps, par un processus non moins classique, il fut condamné à mort à la Libération, puiS grâcié et libéré. Il vient de recevoir le « Prix des Victimes » (de l'épuration), attribué par un jury de ses pairs. A considérer l'épuration comme un préjudice causé à la trahison, ce jury-là ou un pire en viendrait vite à réclamer des dommagesintérêts aux rescapéS des camps de la mort. Pour cela, comme pour bien d'autres choses, il suffirait de briser les barrières de la démocratie ... ••. Comme la lune L'Associated Press nous fait connaître la solution au problème racial que préconise un spécialiste américain des fusées interplanétaires. « Certaines races, affirme-t-il, ne peuvent tout bonnement pas s'entendre avec d'autres. QU'li L'ONCLE TOM. aurait-il de plus simple que de les confiner dans une autre pla nète? » Ce savant-là rêve et même est déjà dans la Lune. Si l'on expédiait les noirs dans une autre planète qui, ici, servirait de nègre? Sans commentaires • L' « Amicale des Anciens Waffen-SS » avait organisé un voyage-souvenir de ses membres en France. Devant les réactions provoquées par ce « pèlerinage aux sources» des anciens tueurs le projet a été abandonné. Cela est fort dommage, estime le jour nal de l'association, l'Appel du Viking, pour le rapprochement entre « bons Européens ». • Le gouvernement socialiste a dû faire saisir à Alger l'hebdo madaire L'Espoir à cause d'un article dans lequel André Philip dirigeant socialiste, critiquait la politique gouvernementale. Oàr Iiez-mC';' de mes amis ... OFFENSIVE DU M. R. A. P. conlre les menées anlisémiles el rucisles Une'lettre aux groupes parlementaires LE M.R.A.P., sous la signature du président Léon LyonCaen, a adressé, le 17 janvier, une lettre aux présidents des différents groupes parlementaires de l'Assemblée Nationale et du Sénat, afin d'attirer leur attention sur la recrudescence des menées racistes, antisémites et antirépublicaines. Cette 'lettre évoque successivement: - La multiplication des journaux et publications dive~ses qui excitent à la haine racIste et auxquels collaborent des journalistes condamnés pour Un document diffuser , o Ouvrant le dossier du complot raciste et anlisémJle qui se développe actuellement en France, le dernier numéro de Droit et Liberté présentait une série de pièces et documents: 1. Des coupures de Rivarol, Aspects de la France, C'est-àdire, montrant le rôie de premier plan joué par les groupes fascistes et racistes dans les manifestations du début de novembre, qui ont abouti à des incendies, agressions et pillages. 2. Un article de Xavier Vallat, dans Aspects de la France, réclamant le retour à un « statut des juifs ». 3. Le livre antisémite de « Gygès », intitulé: « Les Israélites dans la Société française ». 4. Le début d'une étude sur la presse vichys te, avec examen détaillé de ses collaborateurs. 5. Les directives données par 'le mourvement Poujade pour l'organisation de groupes de Ilhoc. 6. Des exemples montrant le tacisme de la presse fasciste à l'égard des peuples d'outre-mer et des peuples de couleur en général. 7. Un tract antisémite du « Mouvement Jeune Nation ». leurs activités antinationales sous l'occupation; - Le livre de « Gygès» qui publie -la liste de plusieurs milliers de citoyens juifs dans le dessein mal drnsimwlé de les désigner à la vindicte des antisémites; - Les tracts antisémites diffusés par le « Mouvement Jeune Nation» ; ~ La circulaire du candidat Henri Carrey adressée aux électeurs du 1"' secteur de Paris; Les manifestations et agressions 'Organisées dernièrement aux cris de « Mort aux juifs » par les groupements factieux « Ces activités, le plus généralement impunies jusqu'ici, contribuent à créer un climat d'insécurité pour certaines CGrtégo ries de citoyens, souligne la lettre du M.R.A.P. Elles constituent une atteinte à l'unité nationale et une menace pour le régime républicain. » « Dans ces condiions, conclut- e11e, notre Mouvement, interprète de l'opinion antiraciste et républicaine la plus large, a l'honneu,r de solliciter du groupe que vous présidez, une intervention auprès du gouvernement dans les formes qui vous paruOEtront les plus opportunes, 'afin qu'il soit 'mis un terme à la propagande raciste et aux activités des ligues factieuses... Nous vou's serions obligés de vouloir bien nous infMmer des résultats de votre intervention. » Premières réponse$ A l'heure où nous mettons sous presse, trois réponses favorables à la lettre du M.R.A.P. nous sont parvenues. Elles proviennent de M, Vincent. BADIE, président du grol.Jpe radical ( dissident »); de M. Auguste TOURTAUD, (l1U nom du bureau dU' groupe communiste, et de Mme Rachel LEMPEREUR (socialiste). Nos lecteurs seront informés prochainement des suites de cette action du M.R.A.P. APPEL ~ __ .c-__ _ à l'opinion ' républicaine L'OPINION républicaine ressent une émotion grandissante devant la recrudescence de l'agitation antisémite et raciste. Ces jours, derniers, aux cris de « Mort aux juifs », des groupes factieux se sont livrés à de violentes agressions dans Paris à l'occasion de la campagne électorale du 1er secteur. Le racisme sert de thème à la propagande de plusieurs candidats,. L'un d'eux, dans sa profession de foi, adressée officiellement à un demi-million d'électeurs, publie une diatribe antisémite du plus pur style hitlérien. ES faits scandaleux s'inscrivent dans une campagne d'excitations et de haine, qui ne cesse de s'amplifier par la multiplication de journaux, livres, tracts, graffiti antisémites et racistes. L'impunité dont bénéficient ces activités constitue un grave péril pour la démocratie qu'elles visent à détruire. Comme en 1934, comme sous l'occupation, l'antisémitisme et le racisme sont les armes empoisonnées des ennemis de la République. L'OPINION républicaine exige l'interdiction effective de la propagan.de raciste, la dissolution immédiate des ligues factieuses et le châtiment des fauteurs de troubles. Le M.R.A.P. lance à tous les antiracistes, à tous les républicains, un solennel appel à la vigilance et à l'union pour la sauvegarde des libertés démocratiques, pour le respect des droits de l'homme et du citoyen. Cet appel a été contresigné, lités sUivantes : Lucie AUBRAC Agrégée de l'Université. Albert BAYET Président de la Ligue de l'Enseignement. Prof. Etienne BERNARD de l'Académie de Médecine. Elle BLONCOURT. Le Général D. CATROUX Grand Chancelier de la Légion d'Honneur. Dr Henri DESOILLE Professeur à la Faculté de Médecine. Dr DREYFUS-SCHMIDT Député. . Maurice DRUON Ecrivain. Prix Goncourt. J. FONLUPT-ESPERABER Conseiller d'Etat. Stanislas FUMET Ecrivain. Mathilde GABRIEL-PERI Député. à ce jour, par les personna- André HAURIOU . Professeur à la Faculté de Droit. Armand LANOUX Ecrivain. Prix Interallié Alain LE LEAP Secrétaire Général de la C.G.T. Jean-Paul LE CHANOIS Cinéaste. Henri MARROU Professeur à la Sorbonne. 1. MEYERSON Professeur à la Sorbonne. O. POZZO DI BORGO Inspecteur Général de l'Instruction Publique. Marcel PRENANT Professeur à la Sorbonne. Pierre STIBBE Avocat à la Cour. Henri TORRES Sénateur. Michel ZERAFFA Ecrivain. IElr i , Aux cris de « m(j Les fascistes SOI C'EST un style véritablement fasciste que les commandos de Tixier-Vignancour, Dides et Biaggi ont· voulu donner à la campagne électorale du 1 er secteur de Paris. Leur « exploit » le plus spMtaculaire fut, le 10 janvie.r, l'altaque du V~l' d'Hiv', contre un meeting où parlait M. MendèsFrance. La manifestation venait à peine de commencer qu'une grenade incendiaire était projetée des balcons sur la tribune, enflammant un rideau. C'était le signal qu'attendaient les nervis, répartis par groupes dans la salle. Tandis que jaillissaient les cris de « Mort aux juifs », « Vive le général Faure », « Algérie Française », « Vive Pétain '-', les grenades incendiaires et lacrymogènes, les bancs brisés, les projectiles de toutes sortes pleuvaient sur le public sans défense, tandis que la police manifestait une singulière passivité. Pourtant, loin de recherche.r l'anonymat, les agresseurs se rendirent aussitôt' à la salle des Sociétés Savantes, où se tenait, le même soir, un meeting de Tixier-Vignancour. Là, ils s'attaquèrent au député Pierre Clostermann, qui fut blessé à la tête, et les bagarres se poursuivirent boulevard Saint-Germain, Quelques jours plus tôt, c'est à la Mutualité, où parlaient MM. Mendès-France et Roger Garaudy, que les groupes factieux étaient intervenus. Casqués, armés de matraques, ils arrachèrent les portes de la salle pour les proj eter sur l'auditoire. Mals, unis dans la lutte, les communistes, les radicaux et les autres républicains les repoussèrent rapidement. Les fascistes furent également mis en échec rue Boulard, dans le 14', quand Ils tentèrent d'attaquer, ayant coupé le courant électrique, le candidat communiste M. Lucien Monjauvis. Ces manifestations de vlole! 1ce, font aux républicains, sans distinction de tendances, le devoir impérieux de s'uni.r et d'agir ensemble, avant qu'Il ne soit trop tard. Car c'est l'union seule qui fera une réalité du mot d'ordre lancé au Vél' d'Hlv' comme à la Mutualité, comme dans de nombreuses réunions de cette campagne agitée : « LE FASCISME NE PASSERA PAS! ». Le Ct LA dérout jade d! Paris "jouir les ré preuve que s'imposer une forme prise, et qu cissements, caine, a pf Poujade et plus comprl Mais ce 1 reur de con, hors de d! que le cand dieu, est j ,« Centre c du six-févr Frédéric Dl ex-ami de 1 · fasciste qUI poujade an: « J'al d'honneur didat aux é S'il s'est pr c'est dans velle, où ce 8. Le compte rendu d'une tentative faite par un commerçant de Montreuil pour exciter la population contre les juifs et la riposte qui a suivI. Les décisions du Comité d"Action · contestent non pas se la tactique les milieu le meilleur République que, maIgri 9. Quelques exemples d'excijade va tr tations antisémites dans la presse des factieux. UN TIRAGE SPECIAL DE CETTE ENQUETE A E~E EFFECTUE. Il est à la disposition de ceux de nos lecteurs qui voudraient le diffuser dans leur entourage, l'envoyer à des amis. . Nous pouvons nous-mêmes envoyer cet Important document à toutes les personnes dont on nous fera parvenir l'adresse. Il est de la ,plus grande Importance que les faits que nous dévoilons soient connus dans tous les milieux. Nous aider à les faire connaître, c'est contribuer efficacement à la lutte antiraciste. C'est amener au M.R.A.P. de nouveaux amis. AIDEZ-NOUS! AUTOUR DE VOUS FAITES CONNAITRE DROIT ET LIBERTE ABONNEZ FAITES ABONNER VOS AMIS L E 28 janvier, à l'Hôtel Moderne, s'est déroulée une importante session du Comité d'Action du M.R.A.P., auquel s'étaient joints des délégués de nombreuses sociétés Dans le rapport d'introduction, Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P., fit le tableau de la situation en soulignant « l'aggravation sensible du danger raciste et antisémite et de toutes les menaces qui pèsent sur le destin de la République ». Les collabos relèvent la tête « Tout un ramassis d'anciens Waffen-SS, de collaborateurs, de fascistes, déclare Charles Palant, se livrent à une agitation effrénée, se constituent en ligues, Impriment, ~lffusent journaux,- tracts, affiches, à grands f'enforts de millions. « Ces gens, liés aux Intérêts les plus sordides et les plus inavouables de la guerre à outrance el) Algérie, fomentent impunément des complots contre la République. Ils trouvent leur expression jusqu'au sein du Parlement... » Et le rapporteur constate le silence et l'inaction des pouvoirs ,publics devant la' recrudescence du fascisme, à l'intérieur comme à l'extérieur, devant l'Incorporation des Waffen-SS dans la nouvelle Wehrmacht et devant la désignation d'un Speidel. Jamais dans le même camp que les bourreaux nazis! Après avoir rappelé les crimes passés de ce général nazi, Charles Palant s'écrie: « Déportés, massacrés, pendus, fusillés, torturés gazés, écoutez bien: vos fils vont devoir servir sous les ordres de Speidel! Résistants, maquisards, . patriotes, vos fils auront pour chef Speidel ! ... « N'allons-nous pas, tous ensemble, répéter ce serment que nous fîmes un dimanche de mai 1949, à la 1" Journée Nationale du M.R.A.P, : Jamais nous n'oublierons les crimes commis par les bourreaux fascistes 1 Jamais nous n'acce,p,terons de nous trouver dans le même camp que les bourreaux nazis! ». (Vifs applaudissements.) Paix en Algérie ! ..• Abordant alors le problème Algérien, le secrétaire général du M.R.A.P., rappela que notre Mouvement groupe des hommes pouvant avoir des opinions variées sur la solution politique définitive de ce problème. , « Mals, souligne-t-il, nous sommes unanimes à condamner l'entêtement dans la guerre, quand nous savons que toute solution a pour préalable la paix, fruit de la négociation avec ceux contre lesquels on se bat. « La poursuite de la guerre d'Algérie a Ipour effet de creuser chaque jour un peu plus le fossé entre la France et les pays d'Afrique du Nord, tandis que, dans l'ensemble du monde arabe, se dégrade l'influence française. » . •• et au Moyen-Orient Examinant la situation au Moyen-Orient, Charles Palant constate: « ~out démocrate ne peut que faire les réserves les plus expresses quant au ,régime du colonel Nasser. I)e ce point de vue, notre vigilance ne saurait être prise en défaut. » Mais il déplore le recours à la force « qui ne visait qu'à substituer au régime de Nasser, non un régime' plus démoc·ratique, mals un régime plus docile à l'étranger ». Et il souhaite le règlement pacifique des différends existant au MoyenOrient, dans le respect des droits de tous les Etats et des aspirations de tous les peuples. Charles Palant souligne enfin que, devant ces problèmes, comme d'ailleurs devant le problèm. e hongrois, c le M.R.A.P. a su conserver sa dignité et sauvegarder son unité » contre toutes les tentatives destinées à le détourner de sa vole. L'offensive du M.R.A.P. Et le rapporteur est ainsi amené à rappeler les mesures déjà prises par notre Mouvement ces dernières semaines: • Commencement d'une grande enquête dans DROIT ET LIBERTE sur les menées racls·tes, antisémites et antl-républicalnes. • Edition d'un document reproduisant cette enquête, dont la diffusion se développe dans les milieux les plus divers. • Publication d'un solennel ap'" pel à l'opinion répUblicaine, auquel se sont dé,jà associées de nombreuses personnalités. • Lettre à tous les groupes parlementaires de l'Assemblée Nationale et du Sénat, pour leu,r demander d'Intervenir auprès du gouvernem.ent. Au nom du Bureau National, il préconise d'autres mesures qui seront approuvées à l'unanimité par le Comité d'Action: • Organisation de meetings et de réunions à Paris et en province. (Suite page 6.) -grouille, craQes ... Le résult duit, entre

République

' sion du . pêche pas les regrouI certaine quelques a tion: • BaHu à pas et comF vince, où If · Chambres d conserve qUf encore à pl des adhéren' • Poujade ments fasci, ! neret, rédat nité Fronç( Tamarelle, 1 membres dl Feu. • Dides, jade et qui veaux Jours Dupont, dir · aussi ex-lie. antisém itisn • Défense Bardèche, ' cctntinue à Poujade • position et mique •. • Les ott pendant la 1 er secteur R. A. P. es el rucisles APPEL ~ ______ ..;o-__ inion républicaine républicaine ressent une émotion devant la recrudes cence de l'agiantisémite et raciste. derniers, aux cris de « Mort aux juifs », factieux se sont livrés à de violentes Paris à l'occasion de la campagne 1er secteur. sert de thème à la propagande de pluL'un d'eux, dans sa profession de officiellement à un demi-million d'élecune diatribe antisémite du plus pur scandaleux s'inscrivent dans une cam' excitations et de haine, qui ne cesse de par la multiplication de journaux, antisémites et racistes. bénéficient ces activités constitue pour la démocratie qu'elles visent à en 1934, comme sous l'occupa tion, et le racisme sont les armes, empoiennemis de la République. républicaine exige l'interdiction effecla propagan.de raciste, la dissolution des ligues factieuses et le châtiment troubles. lance à tous les antiracistes, à tous un solennel appel à la vigilance et la sauvegarde des libertés démocrarespect des droits de l'homme et du AUBRAC l'Université. BAYET de la Ligue ement. GABRIEL-PERI Député. à ce jour, par les personna- André HAURIOU . Pr ofesseur à la Faculté de Droi t. Armand LANOUX Ecr ivain. Pr ix Interallié Alain LE LEAP Secré taire Général de la C. G.T. Jean-Paul LE CHANOIS Cin éaste. Henri MARROU Professeur à la Sorbonne. 1. MEYERSON Professeur à la Sorbonne. O. POZZO DI BORGO Inspecteur Général de l'Instruction P ublique. Marcel PRENANT Professeur à la Sorbonne. Pierre STIBBE Avocat à la Cour. Henri TORRES Sénateur. Michel ZERAFFA Ecrivain. IElr .4Q tU lE lr lE Aux cris de « mort aux juifs» Les fascistes sont passés par là C'EST un style véritablement fasciste que les commandos de Tlxier-Vignancour, Dides et Biaggi ont· voulu donner à la campagne électorale du 1er secteur de Paris. . Leur « exploit» le plus spe~taculaire fut, le 10 janvier, l'attaque du V ~ l' d'Hiv', contre un meeting où parlait M. MendèsFrance. La manifes tation venait à peine de commencer qu'une grenade incendiaire était pr ojetée des balcons sur la tribune, enflammant un rideau. C'était le signal qu'attendaient les nervis, r épartis par groupes dans la salle. Tandis que jaillissaient les cris de « Mort aux juifs », « Vive le général Faure », « Algérie Française », « Vive P étain », les grenades incendiaires et lacrymogènes, les bancs brisés, les projectiles de tout.es so r tes pleuvaient sur le public sans défense, tandis que la police manifestait une singulière passivité. Une vue du Yél' d'Hiv' le 10 janvier. BARDÈC du nouveau B NOUS avons dénoncé, dans notre dernier numéro, le livre odieux - véritable b réviaire de l'antisémitisme - publié récemment sous le titre « Les Israélites dans la société française ». Sous une forme habi le (vi si blement destinée à tourner la 'loi) l'auteur, ou les a uteurs, qui signent courageusement du, pse udonyme de « Gygès », s'effo rcent de susciter la suspisc ion et la haine enve rs les juifs. Le li vre se termine par l'énumérat io n de plus ieurs milli ers de personnes, présentées comme juives, dans le dessein ma l dissimulé de les désigner à la vindicte rac iste. La revue de Ba rdèche, Défense de l'Occident, ne s'y est pas trompée. Dans son numéro de décembre, elle publ ie sur le livre de « Gygès » un commentaire des plus favo rabl es. « C'est le premier livre non pro-juif publié depuis douze ans », se réjouit Défense de l'O ccident, qui se plaint que « depuis la Libération, les rares ouvrages hostiles à ce qu'il était jadis permis d'appeler la « preponrlérance j u le jour », ju ive elle-dilée en 19 pratiqu enlel Voilà do blée. Les mécontents' affi rme 1'01 trouver de qui n'en m de toute m P uis vien des p ri ncil mites déve so us le Cl étude histS « De cet longueur, roman, on juif fut, to histoire, Rossé par les Wisig rossé par guedoc et rossé par groendes 0 leur pardo pines. On que, maIl suyées" 1 Pourtant, loin de rechercher l'anonymat, les agresseurs se r endirent aussitôt' à la salle des Sociétés Savantes, où se tenait, le même soir, un meeting de Tixier-Vignancour. Là, ils s'attaquèrent au député Pierre Clostermann, qui fut blessé à la tê te, et les bagarres se poursuivirent boulevard Saint-Germain, Le contplol contre la République Quelques jours plus tôt, c'est à la Mutualité, où parlaient MM. Mendès-France et Roger Garaudy, que les groupes factieux étaient intervenus. Casqués, armés de matraques, ils arrachèrent les portes de la salle pour les projeter sur l'auditoire. Mais, unis dans la lutte, les communistes, les radicaux et les autres r épublicains les repoussèrent rapidement. Les fascistes furent également mis en échec rue Boulard, dans le 14", quand Ils tentèrent d'attaquer, ayant coupé le courant électrique, le candidat communiste M. Lucien Monjauvis. Ces manifestations de violence, font aux républicains, sàns distinction de tendances, le devoir impérieux de s'uni.r et d'agir ensemble, avant qu'Il ne soit trop tard. Car c'est l'union seule . qui fera une réalité du mot d'ordre lancé au Vél' d'Hlv' comme à la Mutualité, comme dans de nombreuses réunions de cette campagne agitée « LE FASCISME NE PASSERA PAS! ». CHACVN SON LA déroute électorale de Poujade dans le 1er secteur de Paris a certes de quoi ré' jouir les républicains. C'est la preuve que le fascisme ne peut s'imposer en France que sous une forme camouflée, par surprise, et qu'une année d'éclaircissements, d'action républicaine, a permis de démasquer Poujade et._ses complices les plus compromis. Mais ce serait une grave erreur de considérer la démocratie hors de danger, d'autant plus que le candidat élu, Julien Tardieu, est à la fois celui du ,« Centre des Indépendants », du six-févriériste et pétainiste Frédéric Dupont. et de Le Pen, ex-ami de poujade et tout aussi fasciste que lui. Poujade déclarait, il y a un an: « J'ai pris l'engagement d'honneur de ne pas être candidat aux élections législatives». S'il s'est présenté tout de même, c'est dans une situation nouvelle, Où certains de ses acolytes tement par les commandos de Poujade, Biaggi, Dides et Tixier-Y ignal1- cour. • Le candidat de Tixier-Yignancour, Morcet Courant, était soutenu au 1 er tour par Le Pen. Au second tour, Courant s'est désisté en faveur de Poujade. CI La lutte' pour la prépondérance, qui se poursuit entre groupes factieux ne les empêche pas de souligner ce qui les unit. C'est ainsi que Fraternité Fra nça ise (Poujade), répondant à un a,tiele d'Aspects de la France (Xavier Yallat), souligne (29 décembre), « les serv ices qu'a pu rendre un Maurras par sa c r itique de nos inst itutions corrompues » et affirme que le vieux traitre « fait partie de notre patrimoine national » . BOL TIXIER·YIGNANCOUR. du Comité d"Action .. contestent ses capacités (mais non pas ses objectifs). C'est sur ia tactique qu'on discute, dans les milieux fascistes: quel est le meilleur moyen d'étrangler la République? D'aucuns estiment que, malgré un bon départ, Pou- , jade va trop lentement. Et ça • Le complot politico-militaire ourdi par le gÉlnéral Faure à Alger avait certainement des ramifications dons les milieux poujadistes. Poujade, en tout cas, a défendu spectaculairement le général Faure qui, déclare-t-II, « pense comme nous t ous » . Mais tous les autres journaux vichystes ont tenté, soit de justifier, soit de mini .. miser le complot. (Signalons que Carre four, où M. Georges Bidault est très influent, a fé licité les militaires qui c ont gardé l'esprit assez c lair et l'ôme a ssez droite pour es t imar qu'i l arriva it un moment où le service de la « légalité • passe apràs le salut de la France •. ) • Des efforts sont tentés pour unir dans une action commune les é tém€' nts ouvertement fasc istes et I ~ s Qutt'es g roupes d'extrê me-droite, comme les « Indépendants ». L'élection de Tardieu en est un t émoignage. contre les libp.rtés républicaines. Un article de Bru)'neel a paru dans "" rt1t'ent numéro de L' Espoir des BassesPyrénées, journal de T;xier-Yignanrécemment lent confri (le iourne Pinay) et nes chose des Indép • Le joui que les i dre et HI ins istance Tix ie r-Vig • Le ml blique )', répandu tjonnaÎres « fondan rappelé les crimes républicai ce général nazi, s'écrie: massacrés, pentorturés gazés, vos fils vont des les ordres de maquisards, fils auront pour pas, tou's ence serment que un dimanche de la 1 re Journée NaM. R.A.P. : Jamais les crimes bourreaux fasnous n'acce,p,tet rouver dans le que les bourreaux Vifs applaudissealors le pr oblème secrétaire général rap,pela que notre pe des hommes des opinions vasolution politique ce problème. 1 « Mals, souligne-t-il, nous sommes unanimes à condamner l'entêtement dans la guerre, quand nous savons que toute solution a pour préalable la paix, fruit de la négociation avec ceux contre lesquels on se bat. « La poursuite de la guerre d'Algérie a Ipour effet de creuser chaque Jour un peu plus le fossé entre la France et les pays d'Afrique du Nord, tandis que, dans l'ensemble du monde arabe, se dégrade l'influ'ence française. » ••. et au Moyen-Orient Examinant la situation au Moyen-Orien t, Charles Palant constate: « "T:out démocrate ne peut que faire les réserves les plus expresses quant au ,régime du colonel Nasser. De ce point de vue, notre vigilance ne saurait être prise en défaut. » Mais il déplore le r ec.ours à la force « qui ne visait qu'à substituer au régime de Nasser, non un régime plus démocratique, mals un régime plus docile à l'étranger ». Et il souhaite le r èglement pacifique des différends existant au MoyenOrient, dans le r espect des droits de tous les Etats et des aspirations de tous les peup,les. Charles Palant souligne enfin que, devant ces problèmes, comme d'ailleurs devant le problème hongrois, « le M.R.A.P. a su conserver sa dignité et sauvegarder son unité » contre toutes les tentatives destinées à le détourner de sa vole. L'offensive du M.R.A.P. Et le rapporteur est ainsi amené à rappeler les mesures déjà prises par notre Mouvement ces dernières semaines: • Commencement d'une grande enquête dans DROIT ET LIBERTE sur les menées racistes, antisémites et antl-républicalnes. • Edition d'un document reproduisant cette enquête, dont la diffusion se développe dans les milieux les plus divers. • Publication d'un 80lennel apI. pel à l'opinion républicaine, auquel se sont dé,Jà associées de nombreuses personnalités. • Lettre à tous les groupes parlementaires de l'Assemblée Nationale et du Sénat, pour leu,r demander d'Intervenir auprès du gou vernernent. Au nom du Bureau National, il préconise d'autres mesures qui s eront approuvées à l'unanimité par le Comité d'Action: • Organisation de meetings et de réunions à Paris et en province. (Suite page 6.) . grouille, dans le panier de craQes ... Le résultat, c'est qu'il se produit, entre les adversaires de la

République, une sorte de divi.,'

sion du travail, ce qui Ii'empêche pas les prises de contact, • " est question que Tixier-Yignancour soutienne c\ ec éclat les prDJets de lois anticommunistes de l'indépendant Bruy,neel, importante attaqua • Déjà, l'auto ~nne dernier, Pouj"c1e avait organisé une u journée d'études » à Angoulême. y participaient, outre les poujadistes, les représentants de Tixier .. Yignancour, Dorgères, les députés Robert Pesquet (A.R.S.), Jean Brard, Hénault et Thébault (llndépendants). • La feuille poujadiste a cru devoir les regroupements, et même une ,--------------------------- -----, certaine coordination. Voici quelques aspects de cette situation: • Battu à Paris, Poujade ne renonce pas et compte sur l'appui de la province, où les récentes élections aux . Chambres des Métiers montrel1t qu'il conserve quelque influence. On estime encore à plu. de 400.000 le nombre des adhérents de l'U.D.C.A. • Poujade reste entouré d'actifs éléments fascistes tels que Serge Jean- ' neret, rédacteur en chef de Fraternité Française ; les députés Bone, Tamarelle, Teule, Yahé, etc ... , "'nciens membres du P.S.F. et des Croix de Feu. • Dides, qui s'est séparé de Poujade et qui influence la feuille Nauveaux Jours, agit en lioison avec Léon Dupont, directeur de Chevrotines, lui . aussi ex-lieutenant de Poujade et d'un antisémitisme délirant. • Défense de l'bccident, l'organe de Bardèche, écrit, fin décembre, qu'il cCintinue à voir dans le mouvement Poujade c l'espoir principal de l'opposition et sa forme la plus dynamique », • Les attaques contre les réunions pendant la campagne électorale du 10r secteur ont été menées conjoin- Quand le virus raciste atteint le corps médical Un journal médkal, Le Médecin de Seine-et-O:se, a publié, le 15 octobr .. , un article selon leque l il y a urait t rop de médec ins en France et , parmi eux, t rop « d'étrangers inassimilables en raison de leurs moeurs merca'1ltiles ». Cette d isc rim ina t ion, à base de xénophobie (te intée d'antisémiti sme ) est sign if icative d'un courant qui se d ~veloppe act ue llement dans le milieu médical. Rappe lons q u'une semblable campagne a valu, en 1947, une sévère condamnation au journa l L'Epoque, quiconque, ayant à prendre connaissance de dossiers en litige de 'l'lOS confrères, que la plus grande partie d'entre eux sont des praticiens honnêtes et intègres, qui font leur devoir civ ique et militaire comme les autres... Rien ne vous autorise donc à généraliser, et votre affirmation injurieuse est toute gratuite. » En t erminant, le docteur Brumberg demande au Médecin de Seine-etOise de publier une recti f ication dans son prochain numé ro. Ces ql montrer a ntirépl aux me mites. : les anti gilants, poser 1 défense t ammeI gues fa; de leur poursuivi par l'Association des Méde- r-------------------cins Israé lites de Fra nce (AM.I.F.). Le bull et in de l'A M. I.F ., évoquant cette nouvelle affaire, publie la réponse a dressée pa r le docte ur Brumberg au Médecin de Seine-et-Oise. ( Nous ne sommes plus au temps de l'occupatiQn allemande, où la xénophobie pouvait se donner libre cours », éc rit-il. « " est inadmissible que da'ns une lettre ouverte à M. le Ministre . du Travail, vous employiez des termes incompatibles avec la dignité d'un médecin, même s'il e st d'origine étrangère. S'il y a parmi eux des brebis galeuses, comme parmi les autochtones, vous savez mieux que MONUMENTS Le monument élevé en forêt de Fontainebleau, près de la R.N. 7, à la mémoire de Georges Mandel, ancien ministre, assassiné sous l'occupation par la milice, a été détérioré par des fascistes. Quelques jours plus tôt, il Lyon, le « Veilleur de Pierre », monument élevé à la gloire de la Résistance, avait été souillé de goudron. On s h eim (F, tué le ( commél été bri: Ainsi les R il du vich Aux et unis méthod rt aux juifs» BA R D ÈC H E fait l'éloge t passés par là du nouveau BRÊVIAIRE DE L'ANTISÉMITISMe NOUS avons dénoncé, dans notre dernier numéro, le livre odieux - véritable bréviaire de l'antisémitisme - publié récemment sous le titre « Les Israélites dans la société française ». Sous une forme habile (visiblement destinée à tourner la loi) l'auteur, ou les auteurs, qui signent courageusement du, pseudonyme de « Gygès », s'efforcent de susciter la suspiscion et la haine envers les juifs. Le livle se termine par l'énumération de plusieurs milliers de personnes, présentées comme juives, dans le dessein mal dissimulé de les désigner à la vindicte raciste. dérance juive» n'ont jamais rev/! le jour », et que « La France juive elle-même, cependant rééditée en 1938, puis en 1941, est pratiquement introuvable ». Voilà donc une lacwne comblée. Les juifs en seront-ils mécontents? « Raison de plus, affirme l'organe vkhyste, pour trouver de l'intérêt à un ouvrage qui n'en manquerait certes pas, de toute manière ». Puis vient l'analyse élogieuse des principaux thèmes antisémites développés par le livre sous le couvert d'une pseudo étllde historique ~ « De cet exposé, clair et sans longueur, qui se lit comme un roman, on retient surtout que le juif fut, tout au long de notre spoliations subies, les Israélites ont fini par s'imposer ... Sou'S la Ill· République, ils étaient déjà puissants; sous la IV·, ils pamissent omnipotents. » On comprend aisément, d'après ce résumé, que « Gygès », comme l'indique Défense de l'Occident, soit un « pseudonyme collectif ». Aucwn doute: Hitler, Goebbels, Maurras ont co)).aboré à ce livre. Il ne trahit pas leur esprit et vise à favoriser le renouvellement .de leurs crimes ... la malveillance et l'absence de scrupule des auteurs. Ce livre, conclut Défense de l'Occident, « ouvrira sans doute les yeux à plus d'un de nos con.citoyens ». Autrement dit: leur fera admettre la « justesse» de l'antisémitisme, des discriminations, du statut des juifs et des camps de concentration. : C'est bien là, en effet, l'objet évident du livre de « Gygès :0. Nous espérons, 'pour notre part, que l'article de Défense de l'Occident owvrira les yeux des autorités compétentes qui, appliquant enfin la loi, mettront ,un terme à de telles entreprises de .diffamation et d'excitation à la haine. La revue de Bardèche, Défense de l'Occident, ne s'y est pas trompée. Dans son numéro de décembre, elle publie sur le livre de « Gygès» un commentaire des plus favorables. « C'est le premier livre non pro-juif publié depuis douze ans », se réjouit Défense de l'Occident, qui se plaint que « depuis la Libération, les rares ouvrages hostiles à ce qu'il était jadis permis d'appeler la « preponhistoire, copieusement rossé.~ ____________________________ ~~ _________________________ _ Rossé par les Gallo-Romains, les Wisigoths et les Francs, rossé par les paysans du Languedoc et par ceux d'Alsace, rossé par les bourgeois des gmndes cités royales, qui ne leur pardonnaient pas leurs rapines. On remarque également que, malgré les av'anies essuyées" les coups reçus, les Quant à la publication de 6.000 noms, le journal de Bardèche la justifie par le souci de démontrer « la prépondérance juive », alors que cette énumération, plus ou moins fantaisiste, ne démontre en fait que Yél' d'Hiv' le 10 janvier. contre la République HACVN SON ROLB ••• une grave erla démocratie , d'autant plus élu, Julien Tarla fois celui du Indépendants », et pétainiste et de Le Pen, et tout aussi il Y a un l'engagement pas être canlégislatives ». tout de même, situation noude ses acolytes capacités (mais objectifs). C'est sur qu'on discute, dans fascistes: quel est d'étrangler la D'aucuns estiment un bon départ, Pou- , lentement. Et ça le panier de ce qui ri'emde contact, tement par les commandos de Poujade, Biaggi, Dides et Tixier-Yignotncour. • Le candidat de Tixier-Yignancour, Marcel Courant, était soutenu au 1"' tour par Le Pen. Au second tour, Courant s'est désisté en faveur de Poujade. e La lutte' pour la prépondérance, qui se poursuit entre groupes factieux ne les empêche pas de souligner ce qui les unit. C'est ainsi que Fraternité Française (Poujade), répondant à un a,ticle d'Aspects de la France (Xavier Yallat), souligne (29 décembre), « les services qu'a pu rendre un Maurras par sa critique de nos institutions corrompues » et affirme que le vieux traître « fait partie de notre patrimoine national ». • Le complot politico-militaire ourdi por le gÉlnéral Faure à Alger avait certainement des ramifications dans les milieux poujadistes. Poujade, en tout cas, a défendu spectaculairement le général Faure qui, déclare-t-il, e pense comme nous tous ». Mais tous les autres journaux vichystes ont tenté, soit de justifier, soit de mini .. miser le complot. (Signalons que Carrefour, où M. Georges Bidault est très influent, a félicité les militaires qui c ont gardé l'esprit assez clair et l'âme assez droite pour estimer qu'il arrivait un moment où le service de la « légalité • passe apr"s le salut de la France •. ) • Des efforts sont tentés pour unir dans une action commune les é1é .. m~nt5 ouvertement fascistes et 1~5 outres groupes d'extrême-droite, comme les cc Indépendants ) •• L'élection de Tardieu en est un témoignage. • Il est question que Tixier-Yignancour soutienne 0\ ec éclat les projets de lois anticommunistes de l'indépendant Bruyneel, importante attaq".., TIXIER-YIGNANCOUR. contre les libp.rtés républicaines. Un article de Bru)'neel a paru dans ' .. n réicent numéro de L'Espoir des BassesPyrénées, journal de Tixier-Vign:m .. cour •. • Déjà, l'auto,"ne dernier, Pou/"cle avait organisé une « journée d'étu .. des " à Angoulême. y participaient, outre les poujadistes, les représentants de Tixier-Vignancour, Dorgères, les députés Robert Pesquet (A.R.S.), Jean Brard, Hénault et Thébault (l'ndépendants). • La feuille poujadiste a cru devoir récemment parler de « notre excellent confrère « France Indépendante. (le journal de Bruyneel, Duchet et Pinay) et affirmer que « de très bonnes choses ont été dites au Congrès des 1 ndépendants '. • Le journal Dimanche-Matin indique que les indépendants « Jean Legen_ dre et Henry Bergasse lorgnent avec insistance du côté de Jean-Louis Tixier-Vignancour • (30.12). et même' une ~------------------------------------------------------------, • Le mot d'ordre de la « y. République ", lancé par Poujade, est déjà répandu dans d'autres milieux réactionnaires, qui réclament une reVISlon « fondamentale " de la Constitution républicaine. ".IlIlT',,,,,,"tion. VOici de cette situa- Poujade ne renonce sur l'appui de la prorécentes élections aux Métiers montretlt qu'il influence. On estime de 400.000 le nombre de l'U.D.C.A. entouré d'actifs élétels que Serge Jeanr en chef de Fraterles députés Bone, Vahé, etc .•• , anciens P.S.F. et des Croix de s'est séparé de Poulo feuille Nouen liaison avec Léon de Chevrotines, lui de Poujade et d'un délirant. l'bccident, l'organe de fin décembre, qu'il dans le mouvement r principal de l'opforme la plus dynacontre les réunions campagne électorale du ont été menées conjoin- Quand le virus raciste atteint le corps médical Un journal médîcal, Le Médecin de Seine-et-O:se, a publié, le 15 octobrE'_ un article selon lequel il y aurait trop de médecins en France et, parmi eux, trop « d'étrangers inassimilables en raison de leurs moeurs mercQ/;Itiies ». Cette discrimination, à base de xénophobie (teintée d'antisémitisme) est significative d'un courant qui se d,;veloppe actuellement dans le milieu médical. Rappelons qu'une semblable campagne a valu, en 1947, une sévère condamnation au journal L'Epoque, quiconque, ayant à prendre connaissance de dossiers en litige de nos confrères, que la plus grande partie d'entre eux sont des praticiens honnêtes et intègres, qui font leur devoir civique et militaire comme les autres... Rien ne vous autorise donc à généraliser, et votre affirmatiOh injurieuse est toute gratuite. " En terminant, le docteur Brumberg demande au Médecin de Seine-etOise de publier une rectification dans son prochain numéro. .... Ces quelques faits suffisent à montrer l'ampleur du complot antirépublicain, étroitement lié aux menées racistes et antisémites. Ils confirment combien les antiracistes doivent être vigilants, unis et actifs, pour imposer les mesures qu'exige la défense de la République - notamment la dissolution des ligues factieuses et l'interdiction de leur propagande. poursuivi par l'Association des Méde- r-------------------------------cins Israélites de France (AM.I.F.). Le bulletin de l'AM.I.F., évoquant cette nouvelle affaire, publie la réponse adressée par le docteur Brumberg au Médecin de Seine-et-Oise. « Nous ne sommes plus au temps de l'occupatiQn allemande, où la xénophobie pouvait se donner libre cours », écrit-il. « Il est inadmissible que datns une lettre ouverte à M. le Ministre du Travail, vous employiez des termes incompatibles avec la dignité d'un médecin, même s'il est d'origine étrangère. S'il y a parmi eux des brebis galeuses, comme parmi les autochtones, vous savez mieux que MONUMENTS Le monument élevé en forêt de Fontainebleau, près de la R.N. 7, à la mémoire de Georges Mandel, ancien ministre, assassiné sous l'occupation par la milice, a été détérioré par des fascistes. Quelques jours plus tôt, à Lyon, le « Veilleur de Pierre », monument élevé à la gloire de la Résistance, avait été souillé de goudron. PROFANÉS On signale enfin qu'à Habsheim (Haut-Rhin), village où fut tué le colonel Fabien, la plaque commémorant son sacrifice a été brisée à coups de marteau. Ainsi, les factieux, excités par les Rivarol et autres Aspects du vichysme, passent aux actes. Aux patriotes d'être vigilants et unis pour faire échec à ces méthodes hitlériennes. Dans le 1 er secteur de Paris Odieuses excitotions ontiiuives dons une circuloire électorole POUR la première fois depuis la Libération, des excitac. tions antisémites ont pu être ,publiées dans des circwlaires électorales adressées officiellement à plus de 500.000 citoyens. C'est à l'occasion des élections du 1 er secteur de Paris que le candidat Henry Carrey a pu défier ainsi la loi et la Constitution, avec d'aut.ant plus d'audace que sa prose provocatrice était envoyée par les soins des pouvoirs publics. Voici quelques extraits de la cilculaires d'Henry Carrey: ... « j'ai signalé, il y a. environ trois ans, aux électeu.rs de Seineet- Oise, dc.Y1s une élection partielle, que les Israélites, en France, avaient été dispensés à plusieurs reprises du paiement des impôts que, comme commerçants, industriels et autres, ils auraient dû payer comme vous, et ce, à partir de 1945 jusqu'en 1957, si bien que, jusqu'à ce jour depuis la dernière guerre, ils n'ont absolument ri'en payé. « Est-ce que ce système-là va durer, de remise en remise, jusqu'à la mort du plus jeune d'entre vous? LEUR PRESSE Examinant, dans notre précédent numéro, comment et par qui est rédigée la presse antil'épublicaine et ,raciste, nous avons cité suo()cessivement quelques- uns des « collaborateurs » (c'est bien le mot) de Fraternité Française, Rivarol, Aspects de la France, La Nation Française, Les Libertés Françaises, L'Ordre Français, Amitiés Françaises Universitaires. Nous :poursuivons aujourd'hui cette étude. « Dll'tlANCHE MATIN » Hebdomadaire dirigé par Roger CAPGRAS, mandataire des Halles, qui fut également, sous l'occupation, à la direction de cc Paris-s~ir li et d' « Aujourd'hui ». C.-A. COUSTEAU y tient une rubrique régulière ainsi que son acolyte Lucien REBATET, qui signe François Vinneuil. C'est sous ce même pseudonyme que Rebatet tenait la rubrique cinématographique de « Je Suis Partout .. lorsqu'il reparut en février 1941, " à l'heure, écrivait-il olors, où la France se délivre enfin, des juifs ». A propos du film « Le Juif Süss ", il écrivit: « Il est réconfortant d'assister, même en· image, à la pendaison d'un juif ». Le 29 juillet 1944, SOI'\ dernier article dans « Je Suis Partout " s'intitule: « Fidélité au IIIationalsocialisme ». Rebatet fut condamné à mort après la Libération. A ses côtés, dans « DimancheMatin D, nous retrouvons: Georges HILAIRF, qui fut ministre de Pétain (Suite page 6.) ... « Et tout ça, sous prétexte - en bons racistes à sens unique qu'ils sont - qu1i[ y a eu en France et ailleurs, les abominations que vous connaissez, que leurs frères de secte exploitent jusqu'à la corde, avec des airs de chantage indiscutables présents en tous lieux... et qu'il faudra bien, bon gré mal gré, mettre CiU point. «. Et, pour tout cela, dix Olt douze ans d'impôts non payés, l'Etat chipote sur les demandes des petits fonctionnaires. )' De telles affirmations mensongères et diffamatoil es visent de tou.te évidence à susciter la haine. Cela dépasse les limites de l'échange d'opinions, de la polémique, même violente, entre partis et candidats. Il s'agit d'une attaque contre toute une catégorie de la population, selon un procédé typiquement hitlérien. Certes, le sieur Carrey n'a obtenu que 805 voix sur 305.454. C'est dire que l'antisémitisme à ce point grossier ne prend plus aujourd'hui en France. Mais il reste 'u,ne calomnie qui, ' reprise, répétée par d'au~ tres, peut, çà et là, cheminer et tromper des personnes crédules. C'est ainsi que le tract du « Mouvement Jeune Nation :. que nous avons cité dans notre dernier numéro utilisait le même thème, affirmant que les juifs « n'ont pas payé d'impôts pendant de nombreuses années ». JI reste aussi que, douze ans après la victoire sur le nazisme, les services préfectoraux, responsables de l'envoi des circulaires, n'ont pas cru devoir arrêter feUe-là. La Section du M. R.A. P. du 59 PROTESTE La section du M.R.A.P. du S' arrondissement a élevé une ferme protestation « contre les mallifestatians antisémites qu.i 011t marqué la campaglle électorale dalls le lor secteur, de la part de certains calldidats et de leurs soutiens (amis de. Tixier-Vigllancour, de Biaggi, de Xavie,oVallat, etc.) ». . Elle stigmatise tout particulièrement « les intolérables grossièretés raciste. du calldidat Henri Carrey ... » « ILes anciens combattants juifs, le. fils de déportés et tous les républicains dignes de ce nom peuvellt, déclare- t-elle, mettre au défi de tels accusateurs de prouver de si extravagantes accusations. Il n'empêche que, dans une période de crise et de méroutentement gén éral, de telles calomnies peuvent tromper des gens mal informés. » En conclusion, la section du S' appelle le. républicains à raire échec aux menées antisémites et racistes, « de la sertie f~on qui soit efficace: en s'unissant ». 8 [1 Ir , DROIT ET LIBERTE • !LA V~IE IDU lM/RAI!) • !LÀ VIE !DU IMIRAIP • !LA VIE DU MRAP • LA VIE rDU Notre ami La , • reUDIOD du COInité 'd'Action Notre carnet Georges SAROTTE a 80 ans Le 9 février, notre ami Georges SAROTTE, membre du Bureau National du M.R.A.P., aU'ra 80 ans. Nous sommes sûrs d'être les Interprètes de tous les lecteurs de Droit et Liberté, de tous lès amis du M.R.A.P., en lui adressant à cette occasion nos affectueuses félicitations et en exprimant le voeu de le voir longtemps encore poursuivre, avec la même vigueur, le combat gén&reux qu'il mène depuis plus de 60 ans. Né à La Trinité (Martinique), Georges Sarotte commença, en effet, dès sa sortie du lycée, à lutter en faveur des opprimés, contre les Inégalités sociales et raciales, tant 'par la· parole que par la plume. De l'Affal,re Dreyfus à la défense des populations arméniennes persécutées en Turquie', de la lutte contre l'hitlérisme à l'Affaire Rosenberg, Il n'est pas de cause Juste à laquelle Il n'ait consacré son talent et son Inlassable dévouement. Militant antiraciste de toujours, c'est tout natulrellement qu'II fut amené à participer à la direction de notre Mouvement dès sa fondation. Comme avocat, avant, après et même pendant la guerre de 1940-44, il sut toujours, avec un courage tranquille, mettre ses activités professionnelles en accord avec ses convictions antifascistes. C'est dans les milieux les plus divers que Me Georges Sarotte est aimé et respecté. Sur l'Initiative du M.R.A.P., un comité de patronage comprenant un certain nombre de ses amis, a &té constitué pour organiser u,ne réception à l'occasion de son 80" anniversaire. Les militants et amis du M.R.A.P. tiendront, nous n'en doutons pas, à y participer nombreux. C'est sous la présidence de notre doyen, M' Georges Sarotte, dont nons célèbr erons b ientôt les 80 ans, que s'est d éroulée, le 28 janvier, à l'hôtel Moderne, la r éunion du Comité d 'Action du M.R.A.P. Nous donnons par aillenrs de larges extraits du rapport présenté par Charles P alant, au nom du Bnrean National. Dési reux de préciser les positions d u M.R.A.P. et d 'amé liorer les propOSItIons concr ètes exposées à la fin de ce rapport , d e nomhreux délégnés intervinren t dans la d iscussion. M. Yolka r appelle que la division dcs forces r ép ublica ines ahoutit, en 1940, aux h or reurs de la gnerre et de l'occupation. Il so uli gne la n écessité de M. Berno insiste sur la n écessité de fa ire entendre par touS les moyens la voix du M.R.A.P . P our cela, l'aide non seulement mor ale, ma;" matérielle de tontes les société. est indispensable. Les anti racistes doivent s'occuper activement de ceUe aide. P onr sa part, il s'engage à obtenir que soit d onblé lè d on de 50.000 f rancs déjà versé par sa p ropre société (Or iginaires de Varsovie- Ochota-Pavousk) . F aisant p,rt de l 'expérience acquise an conrs de pl usieurs voyages qu'il a faits récemment en Al gérie, M' Marcel Man ville s'attache à montrer surlout l'unanimité des Algériens, et en part iculier l'amélioration des r apporu cntre mllsulmans et ju ifs. Le vice - président de l'Amicale Israés'un ir a ujour d'hui, avant qu'il ne soit ;-----trop tard . Il in siste sUr le rôle essentiel de Droit et Liberté pour éclairer et mobiliser l'opinion publiqn e. Le r eprésentant d 'une autre société constate que les juifs sont divisé. sur les p roblèmes dn Moyen-Orient. Mais il so uli gne la possih ilité et la n écessité de s'unir, malgré ces diver gen ces, de luuer tous ensemble, en France, contre le danger antisémite et anlirépublicain. Concernant le Moyen - Orient, le Dr R ennert constate les conséqu en ces trag iques de l a guerre, qui ne pouvait pas aboutir, bien. au contraire, à une solu tion des problèmes posés. Il souhaite la r ech er che active d 'nne solution pacifique, tenant compte des intérêts de tous. M. A rbitourer s'adresse spécialement aux commer çants, fa çonniers, petits tnd ustriel s. Ils ont un rôle ·particulier à jouer , indiqne-t-il, ponr combattre les slogans ant isémites r épandus par les poujad istes et r epris, par exemple, par la cir cula ir e électorale de Carrey. Luimême va inter venir auprès du dirigeant d e son syndicat professionnel pour que soit dénoncée publiquement l'affirmation selon laquelle les juifs ne paiera ient pas d 'impôts. Et, d échaînant les rires et les applaudissements, il conclut: « Je tiens toutes me. f euilles d'impôts, depuis 1945, à la disposition d es calomnioteurs l'. Au nom de l'Union des Juifs ponr la R ésistance et l'Entr'aide, M. Adam salue les initiatives du M.R.A.P. et affirme que son organisation s'y associe pleinement. Il annonce la tenne proch aine d 'un meeting contre la nomination d e Speidel. Les décisions (Sui te de la page 4-5) • Organisation de conférences de représentants du M.R.A.P. dans les sociétés et organisations. • Edition d'affiches et de tracts, tirages ~péclaux de DROIT E'r LIBERTE pOUir alerter l'ensem,.. ble de l'opinion antiraciste et ,,,épubllcalne. • Démarchè auprès du ministre de l'Intérieur pour attirer son attention sur les menées racistes et antisémites. • Poursuites Judiciaires, chaque fois. que c'est possible, contre les auteurs .de calomnies racistes et antisémites. L'union nécessaire Charles Palant insis te sur la nécessité, pour accomplir ces tâches avec le maximum d' efficacité, de renforcer toujours l'union des antiracistes. Il appelle enfin les militants et amis du M.R.A.P. à acc élér er le placement des Cartes d'Amis et la rentrée des cotisations des sociét és pour donner au M.R. A.P . les moyens financiers de mener son ac tion, si nécessaire auj ourd'hui. La presse de haine (Suite de la page 4-5) et écrivit régul ièrement dons « Le Petit-Parisien " de Vichy; Jean-Michel RENAITOUR, qui fut de l'équipe de Déat à « L'OEuvre " , et de Jean Lu.chaire aux u Nouveaux Temps »i Jean LAURENT, des « Nouveaux e Flambée de racisme aux Etats .. Unis Fln décembre, la Cour Suprême des Eta ts-Unis a déclaré illégale la ségrégation r aciale dans les autobus de Montgomery (Alabama). Il a fallu, pour en arriver là, Q,ue les noirs de la ville boycottent les autobus pendant plus d'un' an. Cette décision, et quelques autres, conquises de h a ute lutte par les noirs américains au cours de l'année écoulée, déchaînent la fureur des racistes. A Montgomery, des coups de feu ont été tirés contre les a utobûs où les noirs avaient de nouveau pris place. Une jeune fille noire a été victime d'une a gression. A Atlanta (Georgie), 6 pasteurs noirs ont été emprisonnés pour avoir occupé dans les a ut.Pbus des places ({ r éservées a ux olancs ». Pour le même motif, 21 arrestations ont eu lieu à Birmingham (Alabama) et 6 à Tallah assee (Floride). Dans cette dernière ville, 9 chauffeurs qui ne pratiquaient pas la ségréga tion dans leurs voitures, ont également été incarcér és. D'autre part, le Ku Klux Klan multiplie les attentats à la bombe

4 églises fréquentées par les

noirs ont été détruites à Montgomery, des maisons de leadèrs antiracistes ont été attaquées à Beaumont (Texas), Mobile (Alabama), Clinton (Tennessee), etc ... Temps " également; Claude ELSEN, du " Petit-Parisie .. » ... « ECRITS DE PARIS » Mensuel rédigé par la même équipe que " Rivarol ». On y trouve les noms de M,ichel DACIER, André THEJRIVE, Jea.. PLEYBER, Pierre DOMINIQUE, And'ré JOUSSAIN, BENOIST-MECHIN (condamné à mort pour collaboration), Henri BORDEAUX, de l'Académie Françoise. " Ecrits de Paris" fut l'une des prem ières publications éditées par les vichystes après la Libérat ion. ({ LE BULLETIN DE PARIS » C'est l'hebdomada ire de PierreEti ... nne FLANDIN, l'homme du t élégramme de fé licitations à Hitler. Fidèle péta iniste, sous l'occupation il s'employa, entre autres o'Ctivités, à prêcher le retour à la terre dons un journal intitulé... " La Vie IndUst rielle ". Un outre colloborateur de ce journa l, F.-F. LEGUEU, publ ie ses artic les dons le « Bulletin· de Pari. », avec Pierre ANDREU, de " L'Emancipatic4n Nationale» (Doriot), BELIN, dirigeant « synd icaliste de Pétain, et Paul SERANT. « DEFENSE DE L'OCCIDENT » Mensuel édité por Mauri... BARDOCHE, beau-frè re de Robert Brasillach et son collaborateur à « Je Suis Partout ». Après la Libé ration Bardèche a écrit plusieurs li vres anti sémites qui const ituent une vérifab le apolog ie des crimes hitlé riens - ce qui lui 0 valu une condamnation. Parmi les collaborateurs de sa revue: Georges OLLIVIER, Pierre FONTAINE, Pierre NAVARRE, que nous retrouverons à « Chevrotine », de Léon Dupont ; Ossian MATHIEU, de « Rivarol ", et le doriotiste J.-M. France au Travail ,,), Paul SERANT, Jacques WEYGAND et le chansonnier antisémite Philippe OLIVE. Mensuel. ({ CHEVROTINE » Ce bi-mensuel ou titre percutant est le porte-parole de Léon Dupont, qui d irigea jusqu'à ces derniers mois l'Union des Paysans poujadistes et qui ~'est séparé de son ami Poujade. D'un antisémit isme virulent, cette feui lle f a it régulièrement l'é loge de Ti xier-Vignancour et publie les articles de plusieu rs collaborateurs de " Défense de l'Occident ", tels Geof.. ges OLLIVIER, Pierre FONTAINE, Pierre NAVARRE. ({ NOUVEAU REGIME » Anciennement « L'HEJURE FRANÇAISE » . Bi-me nsuel di rigé par Michel TRECOURT qui f igura, aux dernières é lections légis latives sur une liste du « Rassemblement National , de Tixi e r-Vignancour. Pub lia it récemment une interview é logieuse de Bertrand de JOUVENEL, ancien collaborateur de l' « Emancipation Nationale " (Doriot ). ({ NOUVEAUX JOURS » Hebdomadai re qui exprime sa sympath ie ou poujad isme. Articles de A.-M. Piétri et René Lignac, ainsi que de Marcel ESi'IAU, ancien collabora t eur des « Nouveaux Temps _. Publie la prose de Georges Bonnet, dont Xavier Vallot écriva it l'outre semoine do ns « Aspects » : « Il fut ministre des Affaires étrangères avant la guerre et sa politique sage avait l'approbation de Cha'rles Maurras ». « ITINERAIRES » Revue mensue lle di rigée par Jean MADIRAN (de « Rivarol »), qui publie dons un récent numéro un é loge de Mourras. AIMOT, qui collabora, sous l'occupo-,------ --- - ------t ion, à u L'EmanClÏpation Nationale li et à « L'Illustration " . « C'EST-A-DIRE » Une nouvelle revue, à la nai ssance de laquelle, selon certa ines rumeurs, Horace de CARBUCCIA (de " Gringoire ») ne serait pos étrange r. On y rencontre plusieurs collaborateurs de « Rivarol », dont Albert PARAZ qui fa it, dons le numéro de décembre, l'éloge de 10 collaboration, a insi que Georges HILAIRE, RobértJulien COURTINE (ancien de « La SOIRÉE CINÉMATOGRAPHIQUE dans le se Dimanche 1 0 février, à 20 h. 30 précises, la section du M.R.A.P. du Se arrondissement organise une soirée cinématographique, à la u Maison pour Tous » , 76, rue Mouffetard. Au programme « LA BATAILLE DU RAIL », de René Clément, et « EMILE ZOLA _, de Jean Vidal. Allocution de Roger Maria. lite de Montreuil exprime sa satisfaction de voir le M.R.A.P. mener nne action efficace. Mais il regrette que l'on ne fasse pas appel plus sonvent encore à d es hommes, à des !ociétés et organisations qni ne demandent qu'à soutenir notre combat. Il s'engage, pour sa p~lrt, à faire cODoaîire les initiatives du M.R.A.P. dans sa propre société. M' Armand Dymen'tajn évoque différ ents aspects de l'antisémitisme et d énonce l ei mesures racistes prises à Paris contre les travailleurs algériens. « Les rafles au faciès, dit-il, lea juifs savent ce que c'est pour les avoir euxmêmes connues SOUi l'occupation ». Il snggère l'action des différentes associations affiliée. au M.R.A.P. dan. le domaine particulier qui intére .. e chacune d 'elle, tandis que le Mouvement d éveloppe une action d'ensemble. Charles Ovezarek clôt le débat en rappelant le. différentes initiatives proposées, qui ont été enrichies par la discussion. Il insiste particulièrement sur les réunions à organiser dans lea sociétés 10ur faire entendre la voix du M.R.A.P. et sur la nécessité de placer très vite les Cartes d'Amis pour recuellir les fonds indispensables à notre act,ion. M' Sarotte présente alors la résolution sur la nomination de Speidel, que nous publions en page 3, et qni eat adoptée à l'unanimité après nn bref échange de vues. Les 80 ans de M. Emile Kahn M. Emile Kahn, 'présldent de la Ligue des Droits de l'Homme, a 80 ans, A cette occasion, une .réceptlon a eu lieu au siège de la Ligue de l'Enseignement, en présence de nombreuses personnalltée. Le préslden. Léon LyonCaen et notre secrétaire général Charles Palant représentaient le M.R.A.P. Droit, et Liberté s'associe de tout coeur à l'hommage rend,UI • M. Emile Kahn, à ce fervent républicain, courageux défenseur des causes Justes, qui apporte al souvent l'appui de son fougueux talent • notre combat antlracl.te. Nos deuils Nous avons appris avec douleur le décès de M. le chanoine Jean VIOLLET qui, au t emps de l'Affaire Dreyfus, participa avec tant de courage et de détermination à la lutte rpour la justice et la fraternité des hommes. Le chanoine Vlollet s 'était à maintes r eprises associé à l'action du M.R.A.P. Il était membre du Comité d'honneur de notre Mouvement. Des fonds pour la lutte! RépOlndant à l'appel lancé dans notre dernier numéro, de nombreux amis nous ont adressé des fonds pour la lu"e antiraciste. Nous les en remercions vivement. Cet effort ne doit pas faiblir. Que partout soient placées maintenant les Cartes d'Amis du M.R.A.P. L'activité de notre Mouvement en dépend. Donateurs MM. Leiris : 1.000; Khon 1.000 ; Dr Welikow : 2.000; Somen 5.000; A. Bakner : 20.000; Dreltz 1.000 ; Bekao : 2.000; Wolf : 2.000; Arblto .... rer : 10.000; Bester : 20.000; Luftma..

5.000; Cherzbaum : 5.000 ;

zonlecz 10.000 ; Czenstochov 20.000 ; Amicale Israélite de Montreuil

10.000; Les Enfants de Plotrekof
10.000; Aide Amicale : 25.000.

Collectes Thiar (4' ) : 6.000 ; Dr Rennert (Avron) : 8.000; Chenklowskl (18') : 3.400; se : 15.000; Saporta (9) : 700; Section de Lyon : 25.000; Be,.. fta : '13.150; Mme Berger (18e) : 1.100 ; collecte à Salnt-Quentl..: 30.000; Dutklevitch : 2.000; Wroclawski 1 2.500; Mlnc (Avron) : 4.000; Sirota (20') : 2.000; Section de Montluçon (par Elie) : 6.000. Gluzman : 10.000; Plotna : 5.000 ;,-________________ _ Searloul : 10.000; Karpik : 10.000 ; Azuelos : 1.000; Cohen : 20.000; Mme Clara : 25.000; MM. Fischer : 30.000; Veleda : 5.000; Rotbard : 10.000; Goldstein : 25.000; Dejazet : 5.000; Mme Berger : 1.000; MM. Voldman 2.500 ; Abrachkof : 1.000 ; Mine 5.000; Murawieck : 5.000; Badover 3.000; Wroclawskl : 2.000; Bernard 500; Aunac : 6.000; Liberman (publicité)

20.000; Strilrever : 10.000;

Ajatex : 10.800; Jain : 10.000; Saporto

1.000; Maurice : 500; Flom:

2.000; Chapellerie Léon : 5.000; Paul Lévy : 6.000; M. Heilbronn : 5.000; Dr Wattenberg : 1.000. Sociétés Varsovie-Ochota-Povonsk 50.000 ; Kiew : 15.000; Sedlecz : 50.000; Ko- A l'O. N. U. Les délégués de la France refusent de condamner le racisme sud-africain ENFERMES dans des eages métalliques, 152 antiracistes de l'Union Sud-Africaine, parmi lesquels 23 blancs, 101 noirs, 20 indiens et 8 métis, ont comparu à J ohanneshurg. Leur crime a été d éfini ainsi par le ministre de la Justice: « Ils prétendaient que to"s les homme. de ce pay' oont éga"x ». C'est ponrquoi ila sont accusés de " haute trahison ». De nombreuses manifestations ont eu lieu ponr protester contre ce scandaleux procès. La police, intervenant brutalement, a fait plusienra blessés. Le gouvernement sud-africain a, d 'autre par t , élaboré des lois qui seront prochainement Boumises an parlement, en vue de r enforcer encore la ségrégation raciale, notamment dan. le doma ine scolaire. On comprend que l'O.N.U. ait adopté, 'le 21 janvier, une résolution demandant à l'Union Snd-Africaine de r enoncer à sa politique raciste. Ce qne l'on comprend moins bien, c' est que, parmi les cinq pays qui onl voté contre cette résolution, se trouve LA FRANCE (avec l'Australie, la Belgique, le Portugal et la Grande-Bretagne) . Les antiracistes français pris avec indignati!!n cette délé,uéa d. noire pay. à auront apattitnde de. l'O.N.U. L'antisémitisme NAZI (Suite de la page 2) lisant l'antisémitisme. Si, à la. même époque, le judaïsme int6- resse Nietzsche, c'est qu'Il estime que, malgré ses ,ares historiques, le judaïsme est indispensable à l'Allemagne. Dans cette première période, Il y a donc le pour et le contre. On hésite et on discute. Le problème se complique, sous Guillaume n, quand une bourgeoisie moyenne pseudo-cultivée s 'empare du problème et, anticipant sur le Troisième Reich, crée l'antisémitisme racial au nom de ses propres ressentiments. On se trouve ici psychologiquement très près de la mentalité hitlérienne. Mais, au XX, siècle et avant la première guerre mondiale, la prospérité matérielle, les succès du Reich, certaine euphorie assez naturelle, ont tendance à temp6- rer, à atténuer l'antisémitisme, alors que les Naumann et les von Gerlach s 'efforcent de résoudre le problème socialiste sur le plan national. Si bien qu'au moment où éclate la guerre de 1914, l'antisémitisme est en baisse et se refugie dans la pseudo-science des racistes, de Woltmann à H. S. Chamberlain. Le fascisme antijuif est dans l'air. Il est prêt à agir. Mais il n'agit pas encore. Car la social-démocratie se fait elle-même nationale et tient toujours à l'écart l'antisémitisme. Tout change avec la guerre, surtout avec l'effondrement de 1918. Le fait que l'antisémitisme hitlérien se constitue dès 1919 et dans les années suivantes, créant un courant parallèle à celui de la nouvelle démocratie, montre à quel point les masses moyennes ont été empoisonnées sous Bismarck et Guillaume II. Cette fois, ce sera l'épanouissement d'une doctrine et d'une pratique !lui aboutiront aux horreurs que l'on sait. E. VERMEIL. AL6(RI( Des voix s'élèvent pour la '. fraternité IL est réconfortant, à l'heure où les haines se déchaînent, d'entendre des voix qui s'élèvent, en Algérie, en faveur de l'amitié, de la fraternité entre les hommes, et plws particulièrement entre juifs et musu'lmans. confiante, tous les éléments de la population, sans distinction d'origine, pourront se sentir maîtres de leur destin, sans que le droit sacré au travail, à une vie décente, à une stricte égalité soit lésé. » Rétablir la paix Signalons, d'-a--utre part, un tract signé du Front de la Libé- Le Comité Juif Algérien d'Etu- ration Nationale (F.L.N.), daté du des Sociales, qui édite le journal le. octobre, qui circule dans toute Information Juive, a publié der- l'Algérie et que divers journaux nièrement un communiqué où il français ont déjà évoqué. déclare : S'adressant aux Israélites d'Al- « En tant qu'e membres d'une gérie et à leurs dirigeants, le collectivité qui a particulièrement F.L.N. dénonce les « manoeuvres souffert de l'humiliation, de la grossières» visant à dresser juifs persécution et du racisme, et au et musulmans les uns contre les nom d'une religion qui a toujours autres pour porter « atteinte à fait de la justice et de l'égalité l'unanimité nationale anticoloniaentre les hommes une exigence liste, désormais indestructible ». absolue, nous demeurons inébranlablement attachés à ces prin- Ce document rappelle les liens cipes. » traditionnels d'amitié entre Juifs et musulmans, que le régime de Le communiqué souligne en- Pétain lui-même n'a pu briser, core que, « en ces heures parti- ainsi que l'attitude antijuive des culièrement dramatiques, où le ultras de la colonisation. Il infossé s'est dangereusement élargi vite l'ensemble des juifs à se entre les différents éléments de prononcer clairement en faveur la populatIOn en Algérie ~,les de la nationalité algérienne, comjwifs « entendent rester fidèles à me l'ont fait déjà, avec détermila vocation qui les fait également nation, un certain nombre d'entre proches des deux autres commu- eux. Un tel choix, souligne le nauJés religieuses, musulmane et tract, « dissipera tous les malenchrétienne ». tendus et extirpera les germes de « En ce qui concerne la com- haine... Il contribuera à recréer munauté musulmane, poursuit-il, la fraternité algérienne ». D~OIT ET LIBERTE et en dépit de l'injuste tribut payé 1 __________________ _ 7 Scènes de la vie quotidienne à Alger. • ....• par trop de nos coreligionnaires, innocentes vidimes tombées ces derniers mois, nous nous devons de rendre hommage à la correc' tion, voire à la cordialité qui ollt " 1 1 n'y a pas d'i n nocents " • • • hoebituellement marqué les relations judéo-musulmanes en Algérie, et particulièrement à l'époque de Vichy. ( Les événements qui se déroulent actuellement au Moyen-Orient ne doivent pas altérer les sentiments qui existent ici entre Israélites et musulmans. :) Et il conclut: « Appelant de tous nos voeux un règlement pacifique de ce conflit douloureux, nous souhaitons· ardemment une solution de ,'ustice qui assureroeit la libert et l'égalité entre tous les habitants de ce pays. :) Attachement à l'idéal de fraternité Le même Comité avait, èn juin dernier, publié, conjointement avec la Fédération des Communautés Israélites d'Algérie, une déclaration où les deux organismes tenaient « à rappeler, en dehors de toute considérOEiion politique et de tout esprit partisan, leur attachement à l'idéal de fratunité de tous les groupes ethniques qui cohabitent dans ce pays ». Pour une Algérie unie et confiante Con4lft1entant le récent ,communiqué du Comité juif Algérien d'Etudes Sociales, l'Association des juifs Libéraux souligne, dans L'Espoir du 8 décembre, « l'importance des idées qu'il a exprimées ». Rappelant que les 'privilégiés dl1l régime colonial sont « traditionnellement anti-arabes et anUjuifs », les juifs Li'béraux constatent encore: « Il n'y aura jamais de juifs dans ce pays pour défendre des privilèges d'un autre dge, quels que soient ceux qui les défendent. Au controeire, les juifs seront tOIljours là pour aider les différents groupes ethniques à ,trouver un modus vivendi possible, à se comprendre et à s'admettre. :) Enfin, 'les juifs Libéraux définissent ainsi leur po'int de vue: « Pour nous, c'est la recherche d'une solution négociée rapl'de qui ,est le but constant de nos efforts. « Nous voulons espérer que, bientôt, dans une Algérie unie et LE 29 décembre, dans une rue d'Alger, un groupe de jeunes gens matraquaient un musulman. Un sous-officier tenta de s'interposer, les blâmant de brutaliser ainsi d'innocentes victimes. « Il n'y a pas d'innocents 1 » fut la réponse des fascistes déchaînés. Réplique typiquement raciste, qui caractérise bien le climat de pogrome de cette journée tragique. Scènes de lynchages Les obsèques d'Amédée Froger, chef des « ultras » de la colonisation, organisateur des émeu tes du 6 février 1956, tué par un jeune Algérien, marquèrent le début de ce déferlement de haine et de violence qui a soulevé l'indignation d'une grande partie de la presse française. Pendant plusieurs heures, au cours d'une véritable chasse aux musulmans, d'horribles scènes de lynchages ont ensanglanté Alger, faisant près de vingt morts et une centaine de blessés. VOici le récit qu'en fait un journal du soir: « En tête du cortège, quelques dizaines de jeunes gens commencèrent à pourchasser les Arabes dans les tramways et les trolleybus. Au carrefour des Facultés, des musulmans - pour la première fois - furent molestés. Des autos furent renversées ou leurs vitres brisées. « Vers 16 heures, plaée du Gouvernement, les manifestants détruisirent de fond en comble baraques en plein air, 'échoppes et magasins musulmans. Les musulmans fuyaient en tous sens. Une « 203 » montée par quatre d'entre eux fut prise dans la foule. Des coups de revolver claquèrent, le chauffeur fut tué, un des voyageurs blessé ... « Devant le Majestic, deux coups de revolver claquèrent à nouveau, suivis de plusieurs autres. Ils avaient été tirés contre un musulman qui, dit-on avait eu un geste obscène à l'adresse Encore des rafles JJ au faciès" Il est évidemment contraire à tout bon sens, comme à la plus élémentaire justice et au droit des gens, de suspecter un homme en fonction de sa seule physionopresse) des hommes « soupçonnés d'être des agitateurs ». Pense-t-on, par de telles pratiques, résoudre le problème algérien? mie, du teint de sa peau ou de 1--------------la forme de son visage. Tels sont ôien pourtant les critères qui ont présidé, une fois de plus, fin janvier, aux opérations policières dirigées contre les travailleurs algériens, à Paris et en province. A certains endroits, c'est dans la rue qu'ont été organisées les rafles « au faciès ». A Lyon, indique la presse, « les policiers, en nombre, ont visité systématiquement les garnis et les cafés des quartiers nord-africains ». Une petite « opératron casbah », en quelque sorte ... Le principe de ces « coups de filets », comme de toutes les activités des nombreux services de pOlice spécialisés dans le « contrôle » des Nord-Africains, consiste à surveiller, fouiller ou même arrêter abitrairement, en raison de leur origine, des milliers de personnes pour découvrir, au hasard, quelques « coupables » éventuels - c'est-à-dire (toujours selon les comptes rendus de Le Sultan du Maroc : PAS DE DISCRIMINATIONS Au cours d'une audience spéciale accordée récemment à M. David Bénazéraf, président de la communauté juive de Casablanca, et à dix membres du consell de cette communauté, le sultan du Maroc a déclaré: « Nous voulons rappeler qu'en dehors de la religion, aucune barrière sociale ou psychologique ne doit séparer nos citoyens musulmans de nos citoyens juifs. L'esprit national et communautaire doit remplacer toute idée de séparatisme ... « Ceux qui envisagent de quitter le pays doivent être convaincus que leur devoir est de demeurer ici afin de participer à l'éditz'cation de leur patrie. Le Maroc a besoin de tous ses fils. » de la foule. Après une véritable chasse à l'homme, celui-ci ' fut abattu de plusieurs rafales de mitraillette près du collège Lazerges. Des hommes et des femmes s'acharnèrent sur le cadavre. Un autre musulman fut grièvement blessé à coup de poings et de pieds. Un Européen au faciès arabe fut molesté malgré ses protestations... » Musulmans et jl!ifs D'autres témoins ont confirmé ces scènes, ajoutant d'autres détails. L'un d'eux précise: « Square Bresson ... , aux cris de « A bas les melons! », « A mort les ratons », ils s'attaquent à un vieux paysan musulman, de passage à Alger, qu'ils laissent pour mort. « La poursuite, de plus en plus sauvage, de plus en plus meurtrière, continue rue Jules-Ferry et rue Bab-Azoum, place du Gouvernement. Sur les trottoirs gisent des femmes ensanglantées, des enfants roués à mort, sans connaissance. Sur la chaussée, les voitures appartenant aux musulmans et aux israélites (reconnaissables aux étiquettes, portant leurs noms inscrits en toutes lettres, . collées au pare-brise) brûlent, retournées, à moitié défoncées. Leurs propriétaires gisent tout près, beaucoup mourants. Les cafés maures sont mis à sac ... » Une poignée de fascistes La Fédération des Libéraux d'Alger a tenu à souligner que « ces événements ont été ' le tait de quelques dizaines de meneurs, . presque tous des jeunes gens, qui n'ont pas été suivis par l'ensemble de la population ». Elle « déclare solennellementJ que la masse des Européens qui se trouvaient dans les rues réprouvaient ces agissements, que certains même se sont opposés au lynchage de paisibles passants, d'origine musulmane, parmi lesquels plusieurs femmes et enfants ». On ne saurait confondre en effet la masse des Européens avec les fascistes, qui font tout pour envenimer et prolonger un conflit douloureux, qu'ils s'efforcent d'exploiter à leurs fins. Il est d'autant plus pénible, dans ces conditions, de constater la passivité des pouvoirs publics. Les importantes forces de police stationnées dans les rues n'intervinrent que plusieurs heures après le commencement des massacres. Quelques jours plus tard, le 6 janvier; c'est un groupe de parachutistes qui se livrait à une « expédition punitive » dans le quartier musulman de Belcourt, matraquant les passants, dévastant les boutiques - et là encore, les agresseurs ne furent pas inquiétés. la paix nécessaire Il est évident que les ultras, les racistes voient dans de tels faits un encouragement, de même que dans les mesures sans cesse renforcées qui frappent l'ensemble de la population musulmane: fouilles de la Casbah, maiSon 'après maison, par des milliers de . parachutistes, patrouilles, contrôles d'identité, arrestation d'innombrables « suspects » ... Que dire, par exemple, de: cet avertissement du général Massu aux commerçants qui feraient grève: « Les portes et les rideaux des boutiques seront forcés. Les commerçants sont prévenus que s'ils sont absents une fois leur magasin ouvert, la sécurité de leurs marchandises ne sera pas garantie ». Et que dire des sévices subis par certains prisonniers, et de l'exécution accélérée des condamnés à mort, qui est envisagée pour donner satisfaction a.ux « ultras»? Il est évident que cet état de Siège permanent, ce recours systématique à la force, ne sauraient résoudre les problèmes posés, bien au contraire. Les événements le prouvent chaque jour mieux. Entre Européens et musulmans se dressent des barrières de barbelés toujours plUS infranchissables. Toute la vie, en Algérie, est placée sous le signe du « quadrillage » et du « compartimentage )}: comment les incompréhensions, les hostilités pOllrraient- elles ne pas s'accroître? Alors qu'une négociation, dans le respect de la justice et de la dignité, pourrait assurer les droits de tous les Algériens, chaque jour de guerre, engendre le sang et les larmes, l'injustice et la haine. Est-ce cela la pacification? Est-ce là l'intérêt de la France? 8 DROIT ET LIBERTE lUI/RU 1 Les antisémites elles nalions Yves CIAMPI président du Ciné-Club "AM ITIÉ" PARCE que l'on a coutume de considérer seulement l 'histoire des juifs comme un long cheminement de persécutés Sur une route bordée de gibets et j.onchée de cadavres suppliciés

- dont les « transports » aux

chambres à gaz d'Auschwitz seraient le paroxysme d'une éternelle malédiction -- la plupart des auteurs, même les mieux intentionnés, ,parlent d' « un problème juif ». L'intérèt et le mérite de l'essai historique de Jules Isaac: « Genèse de l'antisémitisme }) (Calmlnn- Lévy) est dc rechercher dans les textes et les documents les origines et les responsabilités de l'antisémitisme. L'historien dénonce l'enseignement du mépris de la théologie chrétienne qui, voulant concilier la haine et la charité, désignait le juif comme victime expiatoire tout en expliquant sa survie séculaire par une volonté divine de conserver un témoin des Ecritures, un témoin des prophéties messianiques sans lequel J ésus et tout le christianisme ne seraient rien. Ce remarquable ouvrage de Jules Isaac, qui réfute la croyance de l'éternel, de l'universel antisémitisme, définit le fondement du fanatisme antijuif plus clérical que populaire. Et les données historiques qui expliquent le courant -séculaire et profond d'infection constituent « une déclaration de guerre à la haine, à cette haine sans nom qui, après avoir bouillonné, cheminé pendant des siècles, a fini par culminer dans un lieu maudit: Auschwitz ». POUR l'écrivaIn catholique Jacques Nante,t, malgré la rigueur de son livre : « Les Juifs et les Nations }) (Editions de Minuit), il affirme une situation historique qui, des origines à l'Etat d'Israël, situe le juif comme différent des autres. Croyant, agnostique ou nationaliste, le juif pose un problème parce qu'il est. Cet ouvrage imprégné par la formation d'esprit de l'auteur chrétien constitue une tentative d'ensemble qui examine les rapports entre les juifs et les autres, entre les juifs et les nations et qui se place sur des plans diff ·érents : religieux, individuel, social et national. Mais, en voulant simplifier un pr,oblème, l'auteur admet sa réalité' et rattache les causes de l'antisémitisme à l'existence des juifs -- contrairement à Jules Isaac qui explique le phénomène historique anti-juif selon l'hi stoire dans un processus « extérieur » au judaïsme. L'erreur -- théologique -- de Jacques Nantet est de définir les juifs en tant que tels. D'où l'inévitable question qui surgit devant misère et de la haine et sur eux canalisant la révolte. C'est ce problème de l'antisémitisme chrétien que Jules Isaac étudie dans son développement historique. C'est aussi ce problème de l'antisémitisme et des nations que Jacques Nantet n'a fait qu'effleurer, parce que cherchant dans l'analyse historique uniquement la justification des rapports entre les juifs et les autres. Aussi s'enferme-t-il dans un cercle vicieux. Le philosophe ou l' écrivain interp rètent l'histoire pour expliquer leur théorie, l'historien fouille l'histoire pour découvrir la vérité et expliquer avant d'affirmer. Raph. FEIGELSON. les communautés instables de la ________ diaspora comme devant la communauté nationale israélienne : qu'est-ce qu'un juif? Celui qui s'accepte ou s'affirme c.omme tel me disait un jour David Catarivas. Ou celui que les aut~es considèrent comme tel selon le mot de Sartre. Ou encore celui désigné comme tel par un Goebbels. Et poser un « problème juif », c'est rendre possible l'élaboration de « solutions » ... plus ou moins valables. En réalité il existe un pl'oblème antisémite par'ce que s'attaquant aux juifs, mais étranger aux juifs choisis comme exutoire de la LIVRES RECUS . . , • LE RENDEZ-VOUS DES ETRANGERS, par Elsa TRIOLET. (Editions Gallimard.) • LE MAROC, par Albert AYACHE. (Editions Sociales.) • ANTSA, poème de Jacques RABEMANANJARA. Préface de François MAURIAC. (Editions Présence Africaine.) • DES CROISADES JOURS, par Mosché (Edilions de Minuit.) A NOS CATANE. Le grand cinéaste Yves CIAMPl vient d'accepter la présidence du Ciné-Club « AMITIE », le grand ciné-club antiraciste. Réalisateur d'un grand nombre de films célèbres, dont « Un grand patron », « Le guérisseur », « Les héros sont faligués », Yves Ciampi vient de tourner au Japon « TypilOn sur Nagasaki », avec Danielle Darrieux et Jean Marals. Tous les antiracistes se réjouiront de l'ap'pu,i de premier plan apporté par Yves Clampi au Ciné-Club e« Amitié » dont il approuve chaleureusement les Objectifs. Par sa haute personmilité il contribuera sans aucun doute, à accroître le rayonnement du ciné-club et, par là même, de l'idéal d'amitié entre les peuples, de fraternité entre les hommes. C'est sous la présidence effective d'Yves Ciampi que se déroulera la 'p'rochaine séance du CinéClub « Amitié », le jeudi 21 février, à 21 heures précises, salle Yves-Toudic (21, rue YvesToudic). Au programme «LES AMANTS CRUCIFIES », grand film japonais inédit, de G. Misogushi. Nous appelons nos amis à assister nombreux à cette exceptionnelle soirée. • L'auteur, dans le fatras des légendes antiques, s'attache à la vérité historique. Aux tenanls intéressés -- et à priori antisémites -- d'un antisémil.isme né, dès l'origine, du judaïsme et le poursuivant tout au long de son histoire, il rappelle que les premières persécutions spécifiquement an ti-juives furent le fait d'AnITochus III Epiphane (2· siècle avant J.-C.), alors que le peuple juif avait déjà parcouru la moitié de son histoire. L'antiquité grecque a ignoré l'antisémitisme et l'hostilité des Egyptiens envers les l-Iébreux fut un report de la haine qu'Ils portaient aux Hyksos: les ~remières fables antisé-r---------------------________________________________________________________________________ ----------------------------------- mites ne sont apparues que quelques années à peine avant J.-C. chez le gréco-égyptiea Apion. , Jùles Isaac évoque les origines militaires et agric.oles de la diaspora, ainsi que les convois de captifs, à une époque où les aptitudes commerciales des juifs -si commodes pour les théoriciens · de l'antisémitisme -- sont ignorées des auteurs païens. Sous 'Rome, le juif bénéficiait d'un statut privilégié, puisque seul "dans l'Empire, il n' était pas astreint à l'idolatrie officielle et que la foi mosaïque était « reli- · gio licita ». Mais avec le triomphe du christianisme, au IV" slè' cIe après J.-C., « commença de - s'élaborer à son usage un sys · tème d'exclusions, d'interdictions, ' de vexations» qui « atteignit son apogée à l'époque où l'Eglise elle-même parvenait au faîte du , pouvoir dans la grande chrétienté' du XIII" siècle ». TflEIITRE Grànd'peur et du . , mlsere 3e Reich Au ( petit-Marigny}), Jacques Roussillon nous présente une oeuvre de Bertholt Brecht, inédite · à Paris: « Grand'peur et misère du III" Reich }). J. Roussillon, qui appartient à une famille de gens du théâtre, est un vrai jeune. De la jeunesse, Il possède les ,élans généreux et aussi toutes les audaces. Pour sa première pièce montée à Paris, Il n'a pas craint la difficulté. Il s'est tourné vers Bertholt Brecht, trouvant dans son oeuvre la possibilité d'exprimer 'quelques-unes de ses propres aspirations. .'. «Grand'peur et misère du III" Reich }) est une pièce du,re qui démontre Implacablement les ravages du système nazi et la dégénérescence de l'Individu pris dans son engrenage. Jacques Roussillon avait choisi l'oeuvre, Il lui fallait un théâtre. Il l'a trouvé, par la compréhen- · sion de, Mme Volterra, Intéressée par la personnalité de l'auteur et l'ardeur du jeune animateur. Ce dernier s'est entouré d'une équipe de Jeunes qui ont tous f{ll dans le théâtre. , . Au. moment où le fascisme réapparaît avec son masque inchangé, " est bon de reviv,re à travers ce 'réquisitoire de B. Brecht, une époqu'e qui, trop tôt, nous sembla révolue. Une pièce à voir. Claude Vermorel nous parle de ilLe{ plus belle des vies" (Suite de la page 1) administrateur qui paraît dans le film (pendant quelques secondes) a l'air surtout préoccupé de ne pas avoir d'ennuis, de ne prendre aucune initiative. C'était intolérable! Dans les milieux européens d'Afrique, ce fut pire encore : « Oui, disait-on, les instituteurs font des noirs les ennemis des Français ». Enfin, le scénario fut accep"té. Celui qui devint mon ami, Nabiyoula (qui vous a ouvert la porte) était en stage au ministère. On lui fit lire le scénario, dans l'espoir qu'il y trouve des contradictions ... Mais, au contraire, mon travail lui plut et son appui fut très important. La camera au Village - Les obstacles ont-ils continué à se présenter sur les lieux mêmes du tournage? Avez-vous eu des difficultés particulières? - Evidemment! Nous avons choisi le village de Popodara, centre musulman. C'est une région de petites propriétés, où il n'y a guère de gros colons planteurs. D'abor:d, le remue-ménage créé par l'équipe a eu un gros succès de curiosité auprès des Européens. Nous rompions la monotonie de la vie qu'ils mènent, repliés sur eux-mêmes. Puis, la méfiance est venue. surtout à cause de la cordialité de nos relations avec les noirs. Bientôt, nous fûmes traités un peu comme des pestiférés, à ceci près que nous étions une source de profits. Un film tourné dans le village, c'était un « boom » sur la consommation. Nous dépensions de l'argent. Quant à l'administration locale, elle nous jetait, dans la mesure du possible, quelques bâtons désinvoltes dans les jambes. Dans l'ensemble, on s'en est bien sortis. - A-t-il été difficile d'obtenir la collaboration des habitants de Popodara? - En ce qui concerne les noirs, la confiance a été vite obtenue. Pour la raison inverse de la méfiance des Européens ... Les villageois ont tenu le raisonnement suivant: « Les colons voient d'un mauvais oeil le tournage du film; donc, c'est sûrement sympathique! » Ils ont compris que pour une fois, il n'était pas question d'un film tendant à les ridiculiser ou à les montrer comme des bêtes curieuses. Tous les rôles de villageois ont été tenus par des acteurs improvisés, qui se sont montrés - du moins c'est mon avis - très à la hauteur. Claire Mattei, Roger Pigault et les autres acteurs professionnels se sont parfaitement entendus avec leurs camarades d'un film. Nabiyoula m'a beaucoup aidé. Nous l'avons retrouvé par hasard en Afrique, sur la côte, avant le tournage, et il a bien voulu interpréter le rôle de l'instituteur. Quant à la jeune fille - Aïssatou Barri - nous l'avons aussi trouvée sur la côte, après des recherches désespérées. Elle était à l'école ... La maîtresse nous a dit: « Les hommes la regardent assez souvent... ». Son frère l'a accompagnée à popodara pour la chaperonner. Le chef du village (qui joue son propre' rôle) a été merveilleux. Il a vu dans le film une façon de faire connaître les prOblèmes à Popodara même, j'avais connu un ménage d'Européens très sympathique. Je leur ai envoyé le scénario avant de retourner làbas. Plus tard, je leur ai écrit. Pas de réponse. Ils boudqient. J'ai appri.s d'eux-mêmes le fin mot de l'histoire. ({ Votre ingénieur, C'est Z ... , qui travaillait à X ... ; seulement, lui, Il est bel et bien parti avec une jeune femme que nous connaissions. Nous avions cru que c'était le sujet de votre film et nous n'avions pas trouvé cela discret ». - « La plus belle des vies », somme toute, est assez optimiste, surtout quant aux perspectives qu'il semble ouvrir. Mais cet optimisme est-il très justifié? Les ins- Claire MAFFEI et Roger PIGAULT dans « La plus belle des vies •• de son pp-uple. Dès qu'il a été sûr de notre bonne foi, il nous a appuyé sans réserve: ({ Les Africains pourront voir le film », a-t-il dit. Un film optimiste Permettez-moi de faire une réserve: On dit souvent que dans les films qui comportent, comme le vôtre, un indiscutable côté documentaire, l'intrigue est difficile à intégrer. Avez-vous eu besoin de placer le scénario sur le sujet? - Pas du tout, Evidemment, vous pouviez vous attendre à ma réponse, mais tous ceux qui connaissent l'Afrique me donneront raison. Les Européens qui vivent outre-mer restent en circuit fermé, entre eux. A part dans les grandes villes de la côte, ils sont en petit nombre. Les femmes n'ont pas grand'chose d'autre à faire que de nouer des intrigues, et l'ennui, l'isolement, joints au climat très dur, brisent les ménages les mieux unis. D'ailleurs, tituteurs sont-ils souvent comme celui que vous nous décrivez? - Parfois. Certains ont appris à voir dans les noirs des amis, des égaux. Ils jugent de leurs problèmes comme de ceux d'un paysan auvergnat ou normand, toutes proportions gardées. Et ils ont su voir que l'enseignement de base est un facteur essentiel d'émancipation. Ce n'est pas suffisant, direz-vous. D'accord. Mais dans mo~ film, je me suis bien gardé d'aborder le problème politique. Vous comprenez pourquoi. Ce qu'il fallait, c'est que le film sait tourné, qu'il sorte et qu'il soit vu. Mes objectifs étaient limités. - Une autre question. L'enseignement du français est impliqué dans l'éducation de base. N'est-ce pas dangereux pour la culture locale? - Je ,.·e crois pas. Je suis persuadé que la connaissance du français est un facteur d'émanci ·pation. D'abord sur le plan immédiat. Les noirs peuvent régler leurs rapports avec le médecin, avec l'administrateur, sans avoir recours à un interprète souvent sujet à caution. Ensuite, ils peuvent voyager, connaître leur pays. Car là-bas, il y a près de 200 dialectes. Et ce n'est pas tout. Souvent, l'administration préfère s'appuyer sur le vieux cadre féodal plutôt que de ({ franciser » à outrance. Rappelez-vous ce jugement des colons: « Les instituteurs dressent les noirs contre la France» ... Il n'y a pas que dans .les universités de la Métropole que les Africains peuvent maîtriser les moyens de leur émancipation: la culture. Dan-s l'état actuel des choses, pour l'acquérir, il faut parler français. D'ailleurs, les noirs eux-mêmes l'ont bien compris. La question la plus ardue, c'est d'assimiler la culture frlinçaise sans perdre l'avoir traditionnel. Souvent, les chefs - ou les sorciers - luttent contre l'enseignement pour préserver leurs privilèges. Ils s'appuient sur une notion bien naturelle que les noirs ont apprise par la fOTce des choses: « Le blanc n'est pas là dans notre intérêt, mais pour son propre profit ». Un ettort doit être fait pour acquérir les armes de l'émancipation, sans sacrifier l' « africanisme » auquel tient tant le peuple africain. Malgré la méfiance vis-à-vis des choses nouvelles (qui n'existe pas qu'outre-mer), beaucoup de noirs se disent aussi : « Ce que le blanc a de bon, il faut le connaître: cela peut servir! ». D'ailleurs je veux insister - sur ma méfiance à l'égard des idées préconçues, d'où qu'elles viennent. L'Afrique est compliquée. Ses problèmes aussi. On se trompe facilement. Sans même parler de ceux qui ont un intérêt économique direct à appliquer leurs idées en Afrique, il est dangereux de faire cadrer un continent et ses habitants sur des théories. Ce qu'il faut surtout - peut-être en attendant mieux - c'est une évolution organisée de la paysannerie vers la conscience de ce qu'elle représente. Là où il n'y a pas de grandes concentrations de population, la féodalité est encore puissante. Et l'enseignement de base, sUjet de mon film, est un instrument puissant de défense et de prise de conscience . D'autres mouvements (comme les coopératives - mon ami Nabiyoula est d'ailleurs président du Mouvement Coopératif Africain -) militent aussi àans le même sens. C'est le bon. Pour ceux qui le suivent, l'obstacle du racisme éclate, du moment que les Africains s'assument euxmêmes. .J.-F. HELD.

Notes

<references />