Droit et Liberté n°116 - novembre 1952

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°116 de novembre 1952
    • Le complot nazi contre la France et contre la Paix : opposons nous dans l'union au réarmement des bourreaux, par Albert Levy.
    • Maurras, déchaîné réclame un nouveau statut des juifs.
    • Un article de Jacques Madaule : je n'ai rencontré en Union Soviétique aucune trace de racisme ni d'antisémitisme.
    • Quand le moral de la nation se ressaisit par Charles Palant.
    • Les noirs arbitres des élections américaines par W.E.B. Dubois
    • Billets aigres-doux : le dérisoire armistice par Gabriel Timmory.
    • Leur passé répond de leur avenir : voici les chefs de la nouvelle Wehrmacht. Par Albert Paul Lentin.
    • Ce que signifie l'amnistie : articles de Lucie Aubrac, Jean-Jacques Mayoux, Robert Fawtier.
    • Une lettre du Bureau national du MRAP à Alain LeLeap.
    • D'éminentes personnalités dénoncent les campagnes racistes dirigées contre les travailleurs nord-africains.
    • Union salle des sociétés savantes sous le signe de « J'accuse ».
    • Extrait de « pleure pays bien-aimé » de Alan Paton.
    • Tandis que se déchaînent contre eux les campagnes de haine antisémite, Ethel et Julius Rosenberg comptent les jours.
    • La vérité sur les Mau Mau.

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

LE CONTRE LA FRANCE ET CONTRE LA PAIX Le Général RAMCKE: « La liste des criminels de guer re est une l ist e d'honneur ,. .. . UN DEPUTE d'Adenauer: " Les occords de Bonn ratifiés il n'y ouro plus besoin de créer de g r oup es clandestins " ... L!t!. 9 OettJ.br.t!. NOVEMBRE 1952 N. 116 (220) 30 Frent:s OPPOSONS-NOUS DANS, l'UNION SALLE DES SOCIETES SAVANTES MAURRAS déchaîné au rearmement DES BOURREAUX! L A presse a lait grand bruit au coure de ces dernieres semai· nes ou •uiet du complot nèo-noz1 dtcouvert en Allemagne ocoden'ole. Groupés dans l' Asaociation de la Jeunesae Allamando (Sund Deut!ll::he~ Jugend) plus1eurs milliers d'anc•ens Wo!fen S.S. s'enliai· roaient militairement et dressoien( des listes noires d'hommes ?J c.bollié commu" latet, ~ool~li·· r""':=:~:-:::==:11 octobre 2013 à 16:15 (UTC).;.;.;.;;;;;:.;.:;..;:.,.'.. tts, d'ltnsow-.a do la ~nque s·op'OOSe1 un .AIIOil>~<on• k! ~ct<.;onsritulion de b 1nod-.t ruq~.;oit d'fhe fr'pP' par eu• ra }'e,r, s-e den.ond• mi~~ • mtnw.t Q •rkut.on le,u:J p~~ ,.~ ~i:C""~ c:e n'e"t pr.• .,ur q•1i er 1 Q!S-(h&in• la d6pulé o;lol-':li!mct-roto ~eorg Slierle "' 1~ I""'Ojo r [)err hnnt·fl'l,.....HI"!n· ,.,,,. d~ I'Eto! de B<tu•Sa,.;e 1•(\uv•~ ~orts tous d•ux. •ktr-1• .... en1~ '"'nn."': de' o~ddt!)tl Sont ,,.. c•r..-on1!Cf"ces talent r!!.YS'~- 1 4Ut•• U: FUI!Il.Eli PAUl. r UT!! tT SO~ Pl!OCRAMME ': Auocta1·c1\ d. ln )llu.,.s,Ml'-' mQ:f\!ie QV<l!l tucQw A f't,.l,rent t .:onct•?è molgr' rO'l'tettatton dt aopl de ••• tnf:tnbr••· une ,.dtt•!K'• l~i• EUe <Se 1Qar.ttesJ• èepua ~lu• d.e O.~.:x on. r!U U S aflk~ \'1oltDU:IiltOt on· r.di ll'=ot,q""" - l•• c! t:oonttrat ... ~ E"1 ~o~n d• ••• trou· ~· Albert LEVY. (."ùJII• ,,,.,a~ 3 • !:JI hau1 ! Oc dàtlnque êr ta tribun•. de §JO"ll-:h• c,\ cùcft• : J 1-11-1 lo Cbat~ol:> o VlOV..ET, Albon LJ:VY. Pàne MORHANGE. 1..,~ llù."V:u.t. M ADdr6 ILUMtL. Chari•• Po\l.ANT Malt Sa& ·on• COUETTE-liAHJI. MM.Jacqunl.OotAN Jocquu HAi)AMAJID, Alb•rt YOUD!NE. Pierra ASSO. ' En boe : Une •u• de la •al.br. Ardente soirée d'UNION dans le sQuvenir d'Emile ZOLA U ~"" f<u~• c-r.hous!:utt et rt>owtilliei A 1~ Io·~ em-pi;u,if, k ôccudi ""h ? oct:,r:-o • ._.,, la S•!l~ dta Soci&ts S>v""""'· réclame avec insist-ance un nouveau "statut des juifs" D E ••m<?ne en se~aine. le style so fait plus agressif. la bame plus YU'\llonte. dans les in.f6moa fouilles mQurassiennes, où les 0'\cbyste&. auuréa (provisoi· remonl) do l'impunité. ne croient plus nôceuaue do pren· dre des précautions. lt y u un an encoro. l'oJ\tia•· mitbme n·o.ppcuaiMah que (0 ol lb'. d ocna wa 4c:bo ou uno br••• io!on:Datioa. n•ql!gemment aurc: t·on d1t prC!s.que en•re lot !tqne"' è peut de temps en temps.. le.j 9fOnds roups de cyrnboto do .. Ri•1cr.ol ... <leatinh à 1 ~· tc: le ttnct\1\, 11 ~Jait o:tor't 6pi· todlq ut• quoique noaU el r..• nourTiq nil 'd'anoedotts. d 1ln,;J. ouaUon• malveill<lAie$. ncui hcmoté. à cboqV• r'tdl-tanl pouuu.ivi ou menac4 ete 1'6tre. l"antiümiUs.me , ·,ponouit wa pou plus. Se1on ce syat•mt . lou.s JH J)•obl tme~s " ddtoaiae a l à u.n 1eu1 : l'•xiiltnH et l'oclivil6 dos Jui.fs. l.e Juif ut ~. d4nomi.na· t 'tlU c:ornrtun de tou••• nos s.ouflrcrncofl, do tout.. noe d.i.Uic:u1~ ,,., do toqs nol molhewt:. P<u· tout d~ le r.:onde oû qgtlque 1$alt• . . . . .. , Dctla de,. déclCIOtioM à • DROIT rT LIBERTE , TROIS GRANDS RÉSISTANTS Mmt Lucie AUBRAC Aoffs« d~ ~,.,..1 , C .. ~f~, • 1o U .:ion d'HoMtYr (tvûc ~ Wene, Re"W.rt• die la R&lst~ M. RoM tl FA WT1E11 ~Mb<'e de l ' lrutih.if, Ptoftueut 6 kJ ~ Ar;cltn 069ort6- il MouV,oUÛ!" M, J• cm-Jacquos MAYOUlC Ptotustur ~ lo Sorbon.v, A.c&O ttco de 1o Rfosi!>loJW:e SOUUGNENT LES DANGERS DE L'AMNISTIE O.t>ul-.. ~ue Mourras est libre. (Vc>l< en page • 1 tout Hl ebcmg•. Et à. c:hcqu• ... t . l1int. port4o aux t:crdfti«-nedo U').,tt6, r~pubr c<rinet;. è c:'ta('f"olO trolD"o Ub,rS, tl cllcsque 9 'rubol ~ !Un SAliLIE PILEYEl a rt ide Lde DIMANCHE 2 NOVEM~RE 252. n~e du Faubourg St·liono<é !Mello Tom .. - o\utob•• 431 à 20 h. 30 Jacques MADAULE C'.., * • Une interview de M. le Rabbin Z A 0 U1 : f(31~ A\ N 1() • L'ALLEMAGNE REARMEE, g ......... danger pour la Paix mondiale. • Le CONGRES des PEUPLES ~ç Je n,ai rencontré en Union SotJiétique trace de amener une fructueuse rencontre des chefs d'Etat RACiSmE ou d' ARTISEmlliSmE" M. le Rabbin Zooui , de Paris, a bien voulu répon· dr~ oux questions sui vontes que nous lui ovons po· sées, sur les problèmes cru· cioux du réarmement de l' Allemogne ~t d: Jo Po:x. - Pc:r~us .. "o" ' caue le rêotrnemcnt de- l' Allomotne ac.lt l" évitobte 1 - Çe;t:·s pol . Et •• dois dire 10u1 d'abord que j'ol ' prouve ur•e vive sotisfoction dtvont t'el<· ploston provoquêe por le couro - Quand le moral de la nation ae ceaaai dit ... par Charles PALANT Secréta ire général du M. R. A. P. C ONTBE los accords de Bonn et de Paris qui conaa· crent la prédominance du militcuiame allemand en Europe occidentale on a assisté ces jours-ci à dea prisos de positions qui ont fait seiUiation dans l'opinion et quoique pau.conslerné les prolagoniates de l'année ouro· ~enne. Apr~1 lo p:r'a.idont Keniot. ce· ~ond personnage de l'Etcrt. el M. l>cladie,. cnl eon9'fk radical. il ne se pc:r:pe de Jour o~ l'on ne vo;e des pculementcrire& de toua Jes parti.s d6clcnr qu'ils votetont c:ontre la tatifieation d .. a c:c:ords néfa atea.. Tout 10 pasae coml:ftt ti nous a.abtions (t un formidoble te· d.r.,temenl du moral de lo neHon couseiento crue son action un:ie JMUt. dODa u.o p oche GY ... a.ir . mettre en KbK le plo:n de mor t conbe n.o~e poya. TtUe est lo puis.a:on.ce d e l'o~ position grandin cmte dan.. lo pClya cont!e 1, r60Jmtment do Gtl bou~eaux que 101 plut r6 - ccdci trant9 h entendre aa vo;x, doivent à leur tour ttcdrt l'creil~ le el at déteriiÛfter flin fonction d e lo •o1onl' populaire. Le peuple ftonccril a •est pas dupe con plu! de t'odi eUX cho:nlaqt à !14. • Wehtmachl O'Uionome • pour le ces o\.1 U ne con .. atntiro:it paa & l '., Ol'm'• euro· p4enno ... I>o.l\J. toue t .. ecu. la: W•hrmacht ol la vuorre sont ou bo,,t de ta -oolitictu• du reru. de recher-c.h•.,. la ,.,..1ut!on oodtJQ\11" d\l probU1me oUemcrnd. pa:r !a n49ociation entre le• quotte putsson~' qui ont vaincu l'Al· lemap • hit14tlenne. D'cdUew a. au stcrèe de t'mmh • t.uopH noe - dOAt J ~ gért,ral s.s. cm. orient de décla:rer que los Wo!fen S.S. fu:rent. lo pre· mihe teutaH• • drieu.ao - on en ost d'là tc créer en Allema· t,tn• occldent•Jo dos grcupOI dO tueurs no.ll1 cor:nme ceux découverte è F'rondorl. En France. la r-evue foJcitt• • &crits do Paria• r4c.lcunt. apr~l Maurras.. un 11Cl• tut pour 1•• fui!s. tandis qut sans ph.al oUendre • Aspecta d• la ftCUlc t • (du 24 octobr•) Oeril : • tl faut limit~ l'in.-caion hti•e. citcooacriro n.nRuenct juive .. elc .•• A quoi. cinq mUle S.S. r4Sunla ta Verdon r6pondenl: .. Nou~ eommos pr\\ts.. on o bt• Roin dt 110\1.1 ! • DG:J\1 c.. cond.itiOl:ll peint tt"est beRJn d 'altondre la Wtlu• Macht • autonome • - !a s>e•'- - pour voir que l'<U"D14• eu· rop4cott.at c' eat - déjtt - lo cho-l. éra. Au tut·plut. la_ conviction d·u

peuple hançol• a' affirme chaque

jour quo lu ca·uae euent.ioUo do l'actu.eJI• \ .. paion intonurUonalt ~ .-1 1• refut obtUn6 de not 90u• • ernon .. tc promouvoir un• 10· th 1t• IMr• 4) Au oours d'un voyage que j'a i accompli récemment en Union Soviétique. j'ai eu le souci de me renseigner sur la ma· nière dont a été envisagé là- LES NOIRS, DES ELECTIONS ARBITRES AMERICAINES ho.: 1 vous demandiez à .... l'électeur Noir moyen, représ<;ntant de la • cla:sse moyenne • intelligente. artisan ou lntelleoluel, homme d'alfoires ou employé de burectu, com· menl il votera en novembre. l.t Or W.E.B. Ou Bois ttt un bommo de co\lltur. n4 aux E.tcrt..Uni.&. le 23 f6'1'Tier 18&8. Dipltm6 des Uni•entt6a dt f Wc ot de HCUTGrd.. U fut proi•$M:\U cie Sodol09it eux UDl· Ytn ilb dt WU!w:do:ce. dt Pen.syl•oeüe- et d'Atlonto.. n fui l'ea•oy4 ap6cia1 du qou•trnemenl cuné:dceùD cru Ube:rla o.o. 192$ tl Conseiller à ro .N.U. la Sem n-andsco. tn lMS.. te Dt E.W.B. Du bei~ dont lei t.ro ... a:ux sci~a.ti6quta font Cl'lloritit. •• cousacro activomont 6 1"6mancipcrtion do ltl ltbre• do coult ur •. ----- --- - --;_ _ ______ 1 il vous dirail lrorncheJmont1------- à condition qu'il vous ponde - qu'il ne le vraiment JXI.S. n est autourd·hui porpJexe Entre Jo• D6mcocrcrtcol 01 les Républicains, de dif" ren.ce en ce fi• ses int~rllft prlmo,rdiau> poix. droits cfvfq!Jctlt. drolla 10~0\JX. 6dueoUon. lmp6ta deux peu li.s envtsagont b ro ct prolaslf"r. -..., lturs --- par - - le Professeur W. E. B. DUBOIS ' 0UIIIIIIII Itllllllllll llllllllllllllllllllllllll" tions pacifiques tou. d~x gorootî. ssênt les droltl av•qué'S e t aucun n'a le volont6 ni les P'lOyens .d'en OSiùttr lo •a•r,-<>·P 9ard~; leuf't il4menta r6ocUonnah ·,., t 'unlronl contro leurs ailes lib6ral« pour on,ontir to propos.:tron oflront la perSpec: llve d'une r••Ho Hbcrt' poUl le~e NoiJs.-. l..es cor'l<lidota ar)~oa~:;f:Charles 11 octobre 2013 à 16:15 (UTC):~ lerool àhoholoo • »oo'"""L 6q~ivoques 0'\ll': d;t;, lonq de b C<llllpaQne 6leclo<Ole, TO\l.S d euX". C'pr'61 avoir lo Sud en s."ol)poe;anl à une 1~gia! otion cmll·lynch_ et b le- &u pp1e& sion de I'SmD6t OIK.fotal, o•prlroetOPt aux d6l6gotiona nollb lew proJond fnt6r't pour Je ISUIIt pac• C.) • VOTEZ 1 • : Ce vout ô lo fois pour et lu Noln, pour les c:olna, les OEmoc,.otcs, ln grouittos : 60 ~ scut.me" 4•• liecleurt vot•nt oua U.S.A. bas le problème des ra ces. le dois dire qu'il me paraissait peu probable a priori qu'un pareil problème dtll se poser dans ce vaste pays. Les Russes n'ont jamais é té roci81cs. On sait. par exem· pie, de quelle gloire a tou· jours JOui chez eux un hom· me toi que Pouchkine, qui avait pourtant des o:scen· dances noires. Certoins objecteront p&ut,6tro que lo Ruas:îo des quarante demi,toa o.n.néet ·du t.so:riame fut ou•,.l 1a Rusaie des pogrom• el que c'o.t le gouvernement I.&C7fbte qui inv.nto les • f'ro. locoles dH S<:q.. do Sion •. inaugur<mt ainsi la pl\ls terrible poussée d'ontia6mitisme que le monde oit jamais connue. Moia il c:onviont d'y regarder de plu& prh. Jamal•, on dépit do$ opo pOTanços, l'c:ntis,miti&me ne fut vrolment populc:rire en Ruule 11 De N'tOUl' d"un •oyoge d-u" mols, •• UnioD so~ iétiq ue~ et SfOnd 'CfÎYOÎft d pCftSCUt CO• tho1 u~u e Jocq.,.el Modoùlo o bion vouly rofoter po"" Orolt Ol 1.ibor1b quclquea•unu de " ob.torvotlont . Moito d'ln y\ es • Moulln~oux, profoneur JJgr6tê d' H idoi~i on tui doit ~tlusl•urs lmpo.rtonh essois tt itudH pldtosophNaues ou Ut· t êraites, notamment '"' P. Claudel. Bonè-.s et Oosto'ievdty Ses improttio".s de ... oyo,e rf'· d t ont un Int érêt tout portl• culier quolqun semoi"es opr01 la Co ngr~f du Part i Comntuniste de l'U.R.S.S. et ô quelquet joura ~ u 3 5~ onninrtoire de fo Ri vohrtion d'Octobre. y avo1t ~ ~u de pr6jug-6a b cet 4gorc:l do:ns le peuple qv·on o vu 6 plusieurs ~priaoa dN vUlagn onHera se convertir ou Judalome. O'cr1.11re port. Je marxisme. qui est la doc:trlne olfic-ie1lo de l'Union Soviétique, répudJe toul racitmo et en particulier l'ontl· s.6mUil:me. Nio:nmoins auC\ln paya au monde ne connaît une juxtopoeltlon de roen diversu ausal complexe que l'Union Sovi& Hque. Il ttait donc intérosaont de 3011olr eomrnent le probl4me y est tratlé dans 1• concret. Dcma co but mes compaonona de voyoge •• moi-même autSult. pSff &.) f(3 A\ IL A\ anlicaeiJlt!- avec une pléïade de vedetles de la scène, de l'écran, du cabaret, de la radio: Les AFRICA'S Dc:tnselS e t cbcmt.l de l'Afrique Noire AKOKA Clo:rlnotlllte de )a Radlo-Oilluoion Françai.oe Pierre ASSO Agnès CAPRI Les FADEL'S Aaobate!l rnoroccrin.s: Samson FAINSilBER Le compositeur Philippe G~RARD Michel GEVEL et Arlette INGRAÇA Doo ba!loiJr do I'Qpé~oroique Dora KALINOVNA Marie MERGER "Un MECENE" Opéra· !loulle Texte ot Musiquo de Frédéric O'BR.ADY cr66 6 la 1'élévi$ion FranQOioe IPATACHOU et J'orçhestro LEO Cli\RENS Moune de RIVEL et •a lroupe cmtillo:ise Edmond TAMIZ de ta • Ro~e-Rougo )

  • Le spectacle sera présenté par 0 ' BRADY
  • Attention! u programme dt la soirée

donnera lieu à un tirage t f pfrmtttra à un spectateur dt pautr * 10 Jou rs aux sports d'hiver Location dan- lt1 sedicna du M.R.A.P. et au liOge notioooL 10. ru• d• Ch6teoudun Pa ri&-S' T416phone : TRU 00·81, Un• p&rmCJntnco aerer uasur6e 1• Jamedl 1 ~r novembn tl J• di:moncb,C matin 2 novembre. r-~::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::~::::::::::;;;;=:::::::::::::.-.-.-.--.-.-.-..-~oao~•••ro~----------------------------------------- BILLETS AIGRES-DOUX p:Jr Gabr/.,.l 'fli'fMORY l~e déa· hsonl·t~ ata·aufi sti~e AU SOLD!\T INCOm:U 1 L n'y a. dil·on. d'égcxlil6 que dans la mon. QueUe c;reur ! Les simplc3 défunt~ s"nt re!6gu6a dcms de périph6riques cim"tièros. qui, convenens-.n. manqunt d'animation ; •u os. m?n pa\.lil'te ami. un privil6gié : on t'a inslaiJn au re:.-~e·chausaéo d'un ~ob!e monumGftt. dan.• le p!u1 nit'"l'~'TUe tt*te rfe Par.i.a : une flamme ne cosso c\o briller près de loi : logé, 6<:lcrir \, c'>auilé. Gl mondain plwt que tu no le fus. &er'\. doute. ae 1 ~ riv~1. tu r ........ ;q e~rcoue jou• · dM pers">nnagcs d':U.PQrlance le clédient !@\US méd'\alions : loa troupoe te l>rt~santont les armes: les drapemtX te saluent · tamb"'l~.r cl~tr")J'\ft ot J ... n. lm-~ emplissent. pour t'!1onorer. l'air de vibrations frénétiques. 'F'"t-tu f'l•r d• f'e-t!e ,.,...., .. th•ou ? J• n~ tcrufoi~ ptlt'" otr de ton .. ntimt~Tit. i~or('"nt lout d• tot. ce qui. en tom• mt. s:'a. rf•'ll oue de asatur•L ecu- tu n'•• dUbre qye perce q\M tu " inconnu. JI rne .. mhle pow-t!"'ftt CJHI'!. queUes qu'oient 'tf, t~s orl· 9'ne&. ~">n ichacotfcn l""o; ctoyc:nc•• •t t12 cla.u.e &ocic1e. lu et• dl\ depule r;n"' tu r~ pr'a petu~on a:ou• l'Arc ~e T~-.~-"'• 'prouver hien cfee m4c.ompl ... OA t"o •~·hottlt ;. m(\u~b T>~U" DOUI "'f"'S:el'YM Ô..., la bu,._ berrie et chasser de lon poya Jn soa•o9u qu.i '( (l'f'Uienl • • '"' 1.. rutnea. te iurant qu'a~h a.voir oltl"'6 d•eux la r'pc:.rat.ion de l eur• cr ::tt-a. l">n les :c.U!hoit i».c~ht .... c:!e nui• 'ft. Ot. par une 'tra.zu]e obcor· fl'lÎon.. OP'fè& t'crvnrr cuô.l j) 1111 •a-in<:n. on rivcûftQ d.'indul· genee à: lew 'gord : $0Utro"b CN châtiment. ils l'etrou••rtnt cl'abord. !our w.-o~anc•. Jn.ÜI · low for<-e et Aout t>D"Iohirof1t d.trechet : leur J'ICI ctoi-, ru<"rtelo Yo-.-... !1c• c!oa Càcmoa~ tly;oées ol li t3 fallut !'ub:1 P•ndanl auat:e C'ntilo:sA lo\ul ho::u::)C911 huoi:Ucmts. Au ~x do. crtroclt.\'l qu"i'• ""rpélTit•'\t cl~ CYVC de ctu!il.t ra1Gnemontç, leut& for· lcl's de naqu~r• n· tt.:loût que J•ux d'eaJcm.la ; Jo fou sangut~ naira cru'Ua •ul•o1nt Q"f'eug"· ment lo• trcma:formo an UJ\ ~tuple do monatr•• : doa ft'lllUoc. a de .-ic-Lmea huent d•port6.- o da'!lt Jours eo:n;>s dt conetnt: ct.:on. as:phY106es dcm• 1outt chombrol Cl 90s • .r6dW· tu c-n coDdru dans loua fou:._ aémat(":'f"efl Ani•• on!m la li..bl!tatton. Moilt, cotto foi•. on ne M co~· le11te plu" de lo• Cl}..aoudro : oo lu r'ha.bl.i-:o ~ G\LNS ne leur *'U\il dfjb: .plqa d, c!e-•tnir no-s aUi•a : ds p<rrltnl fln r:aoî· ire-a : lo1 "goulorda""""utc.a• •• Je-_g-rou,:.ea.l ~ou• l._J31 btoo• ••Ua:nt d'AdEnauer. cont te mt.ruatro do Jo 1\lJUce. Dohlor. tt•"':nd!quo la Son-o : Spold•l ot ••• acotytes CO'mou!l"nt. cru P41oit cto ChaiUO\. qg_ CIJ"::IM ouropbenao l'en:tH cJiemQndt roaauecit4e. Do bon• f':cnçaia s"inqui•· tont : cv cc:n.gr•• rad.i':Cl. M. Edou~d Horr:ot t:re Jo son· noue d'olormo r aupa:ro•c:nt. le dépu14 Ge~r9.. HeuHlcnd. b Jg YtiiJo do 1G Mort. l'.taJt h~aé. on •'a:ppuya:nt au.r dou.,x ,...,_ .. ~. /'> '~ '•'l-.,~• iJo ll'f l Ch ... t:lb:-o pow s•:l"',..10"""tr 0 l11 ren'l,.. c-u• ao., fil~ ~U~f"t §·u t:t.,Tl<tlé .._ sor-v·,. crux c&lù elu n. ,.,. ,.~"~1\ Stulpocge!. ,_.,. ... -•"V c!o Pcrrit. t1crl• cea JN"O'••totiOift• " .. ;"_ limidont pol lu I"O:SÎI ot leur:s CQf"\..,pc,.s J un moment d&con'" ....... ~-~ .:•.. .... .41-... -ll""'\t ..... , .. ~ .. daco : lib6:' Fu' folaen do .,....... .." ...'.'..·. .b,·.."..."-'-'.".-""'"'•' '•.. ......,..n rt,.;ne v;· ro,t•tesu ~. cu'aine : le• traîtres tt tu tf-'· fa·•u:t. t"'nl t"#tC::tol'\t cru..~rtl_,..~ .4~~--/.t, r<>~"" .. '"'J'\t •• lain bJant:hir à a•uUly. Lo t!!o:>r,,.haJ Ju;a. souhaite quo t:O"lC rco-.ftiO""t"" ,t~l 1.'tl ~l'V cr:ac:et de Franco. acolyte d'MHlu ct d• Mu.atoUni. Noe poHciers t4Uenl au Jcu:i6s Jtl Af:rlca:inl. du Nord et lo docteur Malon inDigo à c:eux du Sucl la honte d'u.na léqiAictioD ro· ciato. Perc-e q\le l'on a•opplique b: ••:.,_._, dvs b~el. oo FeLK"" t.on:.:.• ln moyou c!e les CLI• aouv t : on J:ll6tendant di!en· dra la dv!!tacrUon C't ac vc:x.. en ag tG#~ 1 6pou"tcmtoil d'u.nt a.grou:on probl6=atitu•• ot. au 60\t~ b,n,~ke d'une intorD'IÜ04ala m•urlri~re. ceUé de lo ~...o•tail\U9io. on mu.lUpUe t .. c:••ocbo:nu. on ac'J'f't la fu .. br.cct~o:o. do; conon• et c!oa sab::tera.b!~a. o~ riv"1i&o d 'iui! f,-,.los.t' da.n.. l'c-goncomeut 1.!~-J bo.ti:ÙM.t a1om..quH et bo.c:· "ru.log:"quu .. ~"-8 C:• mUlicrrCI guaJ)ilJés ai tou.a lu engins do ~~-..tudion r.-J.u:ttt:Dl ao.us e..d· pJoa ! .1\..rui •• prfp::;:-ent cyniq\10' mont Ica cota"sopbta don• tu t"unagata.i.l ompéch•r !3; roloiU 1 1 crmbUc:e qu'oD c:om· m•~oro co cou-d A ~wa ettt qu'u.oe tri'"'* dcm.& u121o long:u• t4rlt de mouacr~ : a.i. tau .. d.oa qut. tou c:orps ac:b••• cio s"d!.itu a:na.a ..a p;uce- cio r ~tol.-t. kn 6..:1•~ b!otti:• ~ c:u•lo~ua trcrn..:b6., c.-o.te. •'al\fOtrn• eDCore de -.Q ba.a %0~· .!f. lrr ~e:.•x coettl.7tu OTee o~n•. :um.. que teJ ~tuiaacmc•• du mal lG dominent tcujo4••· ho âès~•pire paa n6onmoinl-o Loa ho::zut:ea de bouo YoJont6 r•u.ss!ronl à lo• t•V oa échec. Une aere pas elit qu'on t'u leun on t~ p•r•uadcmt quo tu cm•oeti.fcri.sl les =•· o.l'\cm&.t. quo. d"Upo d\aA• .U,.ia~ tso c01Dédio. ha c:a pay• d• lOD exlatence 1·musion d'u.ne pctix dur<ahle. et que ton accri.fice c • .~. • .-am. PAS PUISQU'ON NE VOUS LE DIT PAS PUISQU'ON ~,~,,,,,,,,,_,,,,, __ ,,,,,_,, ____ ,,,,,~,, ___________________________ ,_, ____ ~-------~--------------_,, _____ , __ , _________ ,,,,,,,,,,,~,. ... ~l'lais Paris ne fut pas détruit UNE FOIS N'EST PAS COUTUME A·t-U c.ompour~ ? O.vctMt iftforntolioftt ont fto· !Jfi qwa oui. ~"~ vo-a Cilo'tlu OYCit 41Î s.'e•,liqu.r 4tY•IIt .... in &.ur le fo•t f&Y'Il ft 10•olt po• détrt~lt l'oris. U ••noir ét' ocq .. irt•. oyo"t •• cHn~trtf qu•;; lui o•oft •t• .m..a.t..r.i ,o ll.m-tt"'l impot;.tib~e cta.r . .,,. VERDUN L'itot-mo!or omér-tc-o n o n .. r,ep tts en Fro~• d"importontes C,'Otlsl ,cuon s. A V. rdun, il ovoit dt,.,or-c:U 0 cet elfe~ '" 'tfVI'CU Ce p~u· tieu~.s orchot C'lts f onçais Ceu~ ... ci, chol ~i1 porm1 d~s U"\IOh tl de confrères, n•ont pà· roH-li pas donn6 s~tit.tO(tion ouïr lieu ô Stockholm une conf• IEn~e l•ternotlontit po"' fo rè.. ..,."' podflque 4u ptoblèrn~ elitdNftd. AY-C participation d'h-ommes dt tov .. t opiniont, dêJift~'lC de ••:ltuch•r dnùreruru une tolu .. t 011 liloM le rc.ht-1 4., miUtt~rkme .. 4on.s ro ,.i" •• lo coo-p.rottort 1 Jnt•rnotionott. Le IOMW~,-mel'l'ltltt s.uédole o ,.r .. u plutiet~re vi os. Le conti'*" u o 4û êtn ejoutft~ •• Est-co parce qw• la !"ède "'o Jo• 1"bl lo1 horrewrt do t'occupotioe irtltif,itane, que tet diri- 1 ol'ltl •• Stockholm COMp,.n .. Y a-t-il deux ZOLA? LE FAUX Y o tall deux ZoJo ? L'on q\li !.o:,iv t clf"S R01.~"1 MaCQuart • et 1·outte c J'occu• e • ? L'un QU• fut ~,~., momenr ~e lo httfrotute ftcn":o-:se et t'ou· tr ~ U1\ tnOt"M:nt de &o conKienc• twmo!ne ? On pou roit le croire d'op ~s tf1 COffitT\OntoJret ~· on1 ot· (Ompogt~4 le. cinq.uon~:eno.re dt so mort. Le pr"mier seul lou ote,quet eut droit oux honne-urs offi; iels. A lui, ltul, fur• " ' ton'SX,f#s plut.leur.t page.( deJ Nouv ... ;es lltti,crites. M.ois to ~ttonr de rAffo~ rt. Or~&yfu,, le co..sro~..:x cJI. fenseur de lo ;u,Hce et Ca fo virlfé ... êt·'l vous blen tùr qu'•l oit exi5tê ? LE VRAI t-:eu~euçement1 ::t t • mutl!o. lion cru"-e brn • cfW1 goénie. pour lts be,ofns d1u~e cou·e i'ncYOUO· b1e 1\'o pu ftr..._ rnen'e jusqu'ou bovt, ce~tes poo lo '"""•trt de c~u" Au,oro-10. IL ACCUSE Ctt atte'\IN CO"rm s dons ...... solle ®seure ne suff r poJ. lou• crobe. Il ne suffit oo-s d'offlrtnt'r """ c~u·6foce• t-47 ons o~'" ~ tt-.... bhtct or. t!o Drey-fuJI qu~ .. . comploteurs ontiWmhes. n'o.,ot"""· C)OS tovt ô folt tort. Nl de- supprime( ptusie~r, rt. pt.que-s ;mporlo'\teJ. du procès , Zolo4 o;n.!i quo l'opp<"l 6 lo po. lond et"' CO"\C uston d.u fi'rn. Mol• quelque• -oun opr.;s. Il M tebrffc : •on " hoa•eur • ett ott.lnt 1 POVJquoS c:ol'll.-oro ftOto• if ? lomois ttJ poin: .,·ont • ., quoi q~.:.e ce •oit 0 lui r~pto· c:aer 1 A'orl. l'itof .. mo or om~rtC4"··l vo reeou lt, annonce·t·on, 0 ôe:s orchita:tes o1Jtmonds. Ils $00l • sup4,ieun 0 lelin cullêtw..:t hoft,elt • et • fo~tt t.n to»t ~ preuv• ~e lJ.towcoup phu 4• disdpllno •- Et pub, peut-6tré qu'lis conN': s.,tr11 dé:O Vttdun. n .. nt .-i mol Jo néce,lité d'tn em·---------"""-----·· pl<Mr le tetour 1 1 Zo~o vtt, un et entier. dont le coeur de$ brov s ~s de fran. • •• Tout ce1o ne wffh pas Et 0r1 fiOUol, overt•t ; mitne folsit. .• • La vie d'lmib Zoto •· re,. trero ÔOI"\.4 l'omb(e d'ici que!qw A.e.. . iJ comporv ? N'.,-t-H "-' umoi:ïofs. comparu ? Qu'importe, i •toi <f_j .. re, pulsqu.! offlrtl\e-t-il, • per .. !Or\n Ile SIVlQOtoel Ô me COf\\1'0 .. que-r. cor j'e"'t et en~ 'e' n-,e;('~,. rt's 1"'-lations o-.ec- mt! or.c~M comota~eJ ~· jt rt'ntO~tre fré. Quemm~r SOd c:h--:. '1'\0Î., !0 1 chi: eux • Po•r dis.cvfor1 sam toute-, tu moy~ns dt foire mieux lo prochoint fois. RASSUREZ • VOUS ... U.n fo;f deméure nouttorH : YO"'I Choltit-z n'o pos cUtruU Po· .... ~vorot veut blet'l 1ui ~rdonner pour c.;.u~ fois. Mois il se se'use o foire conf.ionce pour l'o· venf·. 0 un ous.s foibt~ défen· S Uf du AO% Sf'l'\oC. • Po~r ce q\ft est C:e l'ormtt ot'l:oatl"\tu.:, e-.rto ~ d1 el (il to pro• c:noin• du·nb-ro. osons dito 4VI h.s.. • durs ,.. d.a ty.,_e ~o Mh•"···• Wnt ptus,.. raiUUG1!1:h Q&U fet g..:nfr«QX trop bien i:levH et dé: .. dtut• ete t rop ,.., scru;~u.es •· Nous. ce ..;\If nous r<~uure(alt btc.ucoop pU$, c' SI que soie"' nu_ llefini1i~l holi d'ftot O. nu• e: 1. von Olohilz 2 Romcko : 3. R:ivOfOI. Et nOcJs somtne:s sUrs que ço Vt ndro. UN CONGRESSISTE OUBLIEUX MM. HerriOt et Oolodter ont flou.,~ ou Congtv. roLJ.ca. m6.me, des odversoir S pout crohtluer leurs intt.~ .... •tttiof\s relent ssontes. Er ck rout rn <Uf e.n~..,,., dt ;o rtOUV'I !et we:,mocht, le molni athou'é rse fut pOl M. Re., t Moyor Wcldttr'lft\1,. le J.OU~t~i.r de' six "''~'"$ Ce s.s cerit Q'fln"CCJ· re-s bNl•s dans let c.rlmotoirts nt sembl po.s. ho"ttr lo m.emoi.e <.e Ci! J)Olit ,,.en 1 s.. ron n'en c.onnoi$$G•t les. I'I'\Obiltt S.OCIOU)( tl éeonom1que&, son onltvd~ &embJerolt m6m• re·e...-tr dt.t maiOChLme .., pl.Us d~rtonl. LOGIÇtJE Qu'on f'r, 1û0t En 1944t A: ne Moytf interv: eM ouprft d'un m•f'istro, ô Al .. ~et, povr I.e rntttte en gorde co~t,. l'emplOi de Julls 0 dei fonctions oHfciel'ts. fn 194Y, m.n J.tre èt lo JV$~ lice, Il libère Xovier Vol!ot, boutttnu d-a Juifs de F·or~"e. ~rrbre d• lo Commluion dos Affo~r~ étronoere:s. c' est lui qu rooporte ~ l' Anemb1H Nolionole sur le p:Jc-te oUonti~ue, ongu.e e-: jut:tif~cotion du r~rm~f"'-.ettf des ncz:t$.. On compte d que Rtw,rol f"a pu prtndr• ce Juif à ttmoin dct st.S ca~i" ontisift'llte ~. tt cjOUtfr {Ô: peu p esJ ; c Nou'S ne L h. .t • 1oi$0ns pos dire .. NWTRALITE ORIENTEE 1 18-lt octobre, 4noit CHAMPIONS ... Ji:UX DE liOUI.ES l.ea • ~rt•:'lt .. so:tt une tQC• 'l.JfArl~-\l-t4'~ JIOW,~S lh fjtUlt.J,

o toh pc.r; ~ T.Ue oll la dO':"

b•n• (•ott cc.: IJ1iuo, de lt..oe-o}. MoJs H y o becuco).lp do • m~11 ... En par•icul!er les pa1mar•v epo:U!s. PenSH comb1en d'-athlètu .. ory~nt • se Yoient sur· claaah pa.r d" chomp~on& do • roet: infi.. . . e .. ! Colo lnqu.i.&le Bi"'CTTl : • Une équtpo de Frrmce. auJou:d'hul. mlso p1u~r sur ••• boulu noire• quo l'lf ses boul•t blcme.h••· Cette Ea: e•t omtre-. • r.rit-ü Dr.S!e do neuholit~ tn tovt cos ! C·hoJeu,~lltUDttttt op,prou.-ie pot MM, .AdenoYtr, Skoruny c owtr.: Gwdcrion ..• de lf qu'il fut. IL 1 • • Quand 1"101.1 ~ voyons une nkoto ct. zo~o. c'est le Zolo d~ c Rou a got~ .. Mo:qu.ort • et de • J'oce-u- .. -lo m~dolll~ frappée c} 1'efflo1e dt Zola 4vOQue l' out€ur de .:Arminol • tl celui de lo c Le.tre à fo J ~oune\te ::.. Si tM f.lmbre cvolt ntt>rodu t ~on visage. person"e ne s'y s·~ lait ttOmN... En .. ce oour cela .. ,'fi molqri diverses <Urnorche.s* 1~ Ministre des P.T.T. s'y est oppot~ ? le wroi 2olo CIOOOtoit .. H dol ttQQ c"oir -nwnt tncote ? la v;oi Zo'o qui oetuse ... ~RANCHISE Honorer la mhr»>i,. c!e zo·., sons l'honorer, tout e.n l'hono (Ont,, C'est tOUt d: ~m-e une~ vic-tOÎ(e de la vé-rité, qu'o., n'a,t ro.s t::o escorr-.oltr fOta 'emtnt 1~ tOuY n;r dt r.e Qineur. On y curoil vu p\o~$ c1oir LES TENEBRES pounont, si ekacun ovo.t dit p·e. ~tment c. qu'il pe-ru.e. Cam .. 1 e journet oû lo'o E>UbUo mt, por exttnp'e, M. f 1onçoh • J'oecu!e • s'opp~lolt L'Autor•. Movdoc qui, pOur l'ont'llve"'toir4 Un ·ovmol d'ou:OI-41'd'hui s'ou· dt • J'occu~ • en 1948, écrl· tor.se- dt: ce titre pour foire de veit c:U:i-0 : Zoo un thim: publ•dto•re. Et • Non, le cinqua"t•noire de po~r ootronner. pot exemple, lo J'occuu ne m'attendrit pos. Nout projecli<>n du film • Lo •ie. d'E- ovom vu ~c nos yeux de q1.1oi eJ.I mib Zolo .•• • copoblt c lo bére humolne . , Pos d cho"~u : lt fitm ut pour r~mdre un htre ck ce ce-n·v~. cou~. trituré. On o Zalo. dom lo mémolr: Jne la;sse: te:,t6, olnsl. d'obseutclr la v'rhe t(old. ie l'ovoye ..... sur I'Affoare Dreyfus~ de ~f•gu· On 11e oout lui rt;:»ro~er~ en rtr enc:CYe l'oeuvte et :os tultes J'oc:u·re:nce de foirt ~e d• du grand Zolo - Qui proç~o- tortuftri•. molt : c Je n'oi qu'une po$.Sion, Mois cette onnêe. Il o prêf6,j: (elle de ~o k.lmiêr..- ::.·...: ..._ se toi IL. _ __,,;::..._:.:....:.:.:: Y a-t-il deux L 'I:IISTOI!II: ? J:I:CEi[SA ? Po\1.1' mol, pour vou.t..- le copi .. loin• Alb-od Dre_yiua.. condCUDD' inJut•m•nl en 1894.. a 4ot• 9'1'4· ... 1• 18 IOplon>br• 1899, PUil rfbQbili,. 1• 12 )uUiot 1905 PQl' la Cour d• ca.sotlon.. Co softt lb: dea faite hialoriqUtJ-. Tu par1et a'Ua e~on ticbtp~. Mcurrcu: el maurta.saient ! Pour ou x:. 1" AJfcdro Dteylua contin.ul'. Ototfua r•••• eoUPQ• .,le. Et toul les J\olU.. avec lul. De quoi ? De tout. O.puts • le tratn-• Dr•yfus .... aoutieut peu ox~pl• Maurras.. l'atmN ,française e~t dom.ln'• pol_ • !'l Juiv.rï• •··· DREYFUS 1 A ce t.:.bo • il n•atta~l-.a!t poa au mot do trohtton le .mlm• sen-1 que nous • (• nou.a ... lu c:oUÔ.hos !). tl n·4toH pc:.s d4111 n6httl .. Cettot pot. AUTRE PII..."UVC Ct Mcmouvtte.-~1~ onletulit un Jour (ou n'ent•ntlit pc•) l'avo-ccrt de Droyiua. M" Lo.bori. dire dcm~ uao eon..,ersation à 1er queUo lu i·même ne portid1>0it paa : -Ah 1 •1 j'avo.L. sul Et, p~ouva,nl cainal de qt.acUt ioçoo if a•ofioebe 6 fo recherche ob .. m6e cf• lo Y6a1• !• duO· n!qv•ur rivO"Toleequ• fç•il : De -quo1 6kln.:u tt\IAttion ? J .. J\"" SC:!~ n-. ~· • A~~·· . ,xo' bablentenl 1':1 voH~ pourquoi votre Oroy-ius ost coupoh!e ! UNE TENEBREUSE AFF AIRE Aapéct.s c• pouvott que ropro .. duir• 012 bonne Pl<rce ot .. avoc pla1t1r • uno démon.ttration al probante do • notre courageux conJrbre • (aie:). FAÇONS DE PARLER ... DE MASSACRE ••• Et pha c:ouro:geux oncoro. ltl phualtUt maurrasaistoa •~cJotaf. n•nl ou of.Urmo:nt quo • ~ t.o· borl aTa.it au •• il n'curait pat CE PELE, CE GALEUX L."éditoriali-tll!' d,. Spt>r~· \1it.,.:~. '.f. \lu A. t;oltit'-r, • un d,ld:t • Si le. tlfiuin:& "out mal, t'eat p:Jrt~ Q\le h·t J uU~~.o lej ~tr:.n· Il«"('~<.. le. tm~tfoqu"'.s. fout du ~om· lll«'nl! en ••·u.c·ral. t-1 vendtAl, trl llotrtirulie-r, d\'a 11!rtidf'e de i:pOrU. 'Vvug; ave•.~: .entl"ndu ç-. q·ut•ht\1~' '""· dih·•·\C.UII '! En itn-,ou~ .. ür r ... f.:rtf. tht,·a.litr .1,. l"ary~ni•· ru!'". M. M•x A . .Cahler ~ ~en· 14ÎI \Ill pt7u seu) daut ..s c•rOh·lt· dr. tkpuit la ULinr.tion. \lais le~ \Oili: qui Jul.ik. Une haute per&Orlm•litil vient de lui donntl' rai .. on : Oui. Ju c èlrtn· ~,.r.. ~na la •-aU~C {'ft'Ull,è~Y tko: 1~ (rift, dt b bau·~e ck:s prb. dell l••urde- impOts. F.ftU'10tl:8·1~~ d~;a t•ouuut'rte et t~lui-t.·i ~ers < AJ· Uilli ~- Qui parJt aitlli ? Un uû.ni .. ITt', M. l.ouvel. ~:onu:1.-, je voUI J~ dl" LA LIMITE 1\!o~, M. Max A. CaJtic.r jou.lf'll ptécurtf!Url : c ll ne nou ~ apprt-nd JUll r.;rancl'those •· lu 11ttrt Lotnd, « p-ukc.&u'il y a bien lon._tdnps que j"ai é"e.m_; ~'••· IPntlon d~ 1106 lecl~urt sur ett\111· n<"" rnesu.rtt ~•luulrea • (sicJ, ~ li'VItfotruant ~n une iOrtf" d .. -.out...Riurol sa rnu~ ptolu.. &iUI\Odl~~ il rcncbirh r • Il ne: /tiW J>O$ cn.rindre Je ~~ dir,. : il ,. o bttttt.~up trop d'P. ITflltJ~n llobli.J '" Fnme~ .• Nou1 TARIF DES ABONNEMENTS JO. rrJt de CbltâU\!an, Parla,. Ttl: TRU. ot.a? t'RANCE tl. UNJ.ON .. RA.~ÇAJSS Un 1m: 3?0 fr..nc.r PA VS lt'IR.J\NOti\9 un an 4..;o tr"n. a. TARtP' s.PEClAL POUR LA BEI.(J1QtTE 0on:&p\e ..:h. p:lll~.: $01\t-,!J PATit kl"'ur ks d'l&ngemtnla d'~rt'61f, ·tl•~tc:: :!O fr. et. la d'-"'n~r• -·· lA 8:fl1tn~ ~VE.Z~ _ P.PJ •• :~ tve Clt:h-01 119-t Te~ OOT:.w"' 5$.04 .somm,. l't(WI~-1 GCC-ueUlunts, mai~ unt• litnitt ,~ituJ>()$e. "~ •trt~Îl..Cf' 't ;A#' C#'llt tlf'-1 n.Jlll.t"a/iiOlÎGI&$ ··- Unt: limit• ,.·;mpo.!>3it~llt· qunntl il A'lliitt!-all th: l!t" b~ttr•• J)OUt h• Froanc:-t·. aolt au lt<anl, .. olt dant h:• maquis ? EMEUR D' AIGUILLAGE •:.- qui •·pl illimi,é, ~n ti'Jul ta ... "·~ t le nldwtr- rt b sênopho-hin rlu 6iedr t;.tltier. n poul"liUÎt : " Il exiJt-t" cftrtait'$ qtutttierA do r•crrl$ ()Û fcm porlf ,~. peu le Fn~i•. biM des rt.Ua&miAI.I de la utpira'~ tt de lo banlilue. «r· tltinttf ,4lationt ~~ ,;,;: /)fl dt 1tW~>k· ('N (I oit- nOtn Jtti$rm• fl~ure tf/o• t•tJ"'ftti'J ! Crc.t un ;ail ùuli«.r,do· ble. ltt doi~ ojuuter que- cel.fl 1• r.-tnartJU(ftÛI moûu $Î «$ ilron .. I!'W- tit'dÎt'tll l(l ltm;,- d le 14Cl du Frcn('.ais rf.sidant horr de ~o l~<trri• ~- ... \fais je ~ou& ~oit ecquittl'lt" r 1 • f'igOllli•, Uuu:nJ)'!t'Jo.:y&«,.., l.u Ro,...hdle ,.,.., •lit ~..,,·uu ..... _.\Ut'ntion l \"OUf (aitea t.,... r.t\lr, il ne ·~t'vft.,it q_ut dco J"honnit•· ·-uauN'flllt luit du t'oin t la rot. DEFINITION Lu lllJrairi_, f<andée par Pierre L•rou .... ,. a t."f'nl ao!!;. CéT~moni~ fuuvil~ c:n ~0\.1'-\'0.lt de l'aut .. ur du a!lrb ..... dj('tionnairc qui. !ôll.C"- ._ t"~tc l)el'fcc•tionn~, tat de,'Oonu l•iMu-um('nl Je travail de; I.OUf le ... r. vtièJ'to. On nnte • (' l,lf Of'Qtion r"'" prit ..- indtp,.,Hlant •· • ripubH· ••otin • d(' Pi('rre Larouut. Pf'UI-êtr~- n)•il a f \Ille dtfinition. parmi beaucoup d"autrU .. qut nout~ trouvone- dilbdf~ a (Jt· ~~J'('f : • ANTISfMITISMI, o. m., Doc:· tfi"• opposf• ô l'influe.~ce dtt J"ifs •. Il y .- doue unt: c inUuè~C~ ) p:udrwlit.rr det Juir-s 'f L'antilé· t..uiti<mP ~ doi\C' U11"' doottrine in• no,•••ntr tl QOrmalc ? 1 ... •Jf•Httition cllt>·tn~nl" est 11111 tl$é.auht-. C'EST TRISTE .. 'foui '"" (Jui VIl n,1al, c-"etl la raut~ •ut c: non·arycn~ , • juif.o~. arabet.. iWJr«, hlndocu ra toloh ·~·- T~lle- ttl 1• doc:trlrw- Cfou •:onnufl• de Rit'arq(, Cel • non·àJ'Yf'lllll ~ s'iur.ltrtn' partout. &ont unt ntenu~ )W'"mu.Charles 11 octobre 2013 à 16:15 (UTC) Ht. En vouln·~tOUI de• preu.,.,., ! - 14 prf'.l,.a:. fr"n(ai-.: (.-'<C'tpll: Ri1...,oJ• f'it plril)e dt < juurlbl-· list~ ,_.ntu 10111 droit du lloul~ ipr •. - ~ Ce qu'il /tJuf,. e-nt~nclr(l b Un journaaliate de. la 'radio a den•• ndé que l'oo k,--efoppc- ~n Afriqu~ Noir.e l'ttl"eiz;neement ~~ 11 vie t•iviqut-. - Lt• organÎfiUt& admlnletra· tHt d~ l'O. N. U. tool aux main! de~ Juilt., pai.equ'ilt «:mpfoienl nblenmltl\1 cun M. Ben Cohem·. - Le neis-me •ur-atriNiin •!l"l j~c : t"~..-t une- (tutAtion c cfau~ to • d#/tn~e Je la cit..lli.fOlion hl•ncft .. •· 1..-iu tm f!eul numfro tl~ /titou- VOIX et MOYENS • • • UN PETIT AIR Ço ri'o l'air de rito ; un Sim• ple concert. soHe Goveov. Mo•~ cOti'W'M' par hoUJ(d, l'on,. once en en pub-lite, biett on vue, dons Rlvotol, Â$pUh c.-t ou· 1.es: cnfonts de Pétoln ... Ce;t qu'tl s•ogit d'un concert d : Luc~mne Oeifotge ... vous so .. vez cette plon;stct qui Jouait si bien Ide! coudei) ~ soul l"oocu· pal;on. et qui, ô t><l moment~ perdus, é<tiYCit mb'rle des orticl~s dAllronls ô lo gloire etes S. S. don'\ lo pr-- sse colfobo. On GOI'\noit lo mu'Sique ô RI· vcrol et tutti qvonti. - e.t Luclehre Oelfor;e- peut donner oinsi des concoti'S pOu( pi-ono et na:ls ? .. - Po-..rrquoo pos ? ... EUe en o bien donne- un, !'oulte $t!M01nct, .0 lo Ro.d~ocliffusio.n F(onçols.e •.• OU BUS Dons fe- Fleoro Littlrohc Ul'\ grand p!ocorcf tJe ;JUblfcltél potlt t...1t novveou livre de CAIIne. Et pOur o!~r llf fe.:111.1r. suh lo li!:tt dts oeuvrfi écrite~ par le môMe ouleur, ~~•s deuj( oubliç ou moins SO"'it 0 ti~~' dons ct pOtt'I'IOr•s : brilloJ c Bogotalfos pout un mos.socre • et c L'ble des Cadavres • . Pour plt.IS de su-ecès on oum· • pu également cher qvelq,uet phto" tiré-es de ce~ deux det· nitres c;euvns. Por exempl,e : • le prob!~m• rocu:~l domine. e-fface, oblltèro tou~ Ses c;u.ttres • « Rocisme d' obord ! R.,ocism(' ovont tout ! D•M fois t Mille fol~ racisme ! Rocil'TI.f StJPrftn(mtn•! Oëslnfection ! Nettoyage ! Une S4lu'e r.oce en f.ronçe : l'Aty.n• ,. ! • . E1c "t etc ... lA VOIX ... Ju,qu'en 1945, P<>ul S:hmidl fut in1erpl'~te officiel de H~ tier. Il vient d'être nomrM tectevr de l'Institut des Longues de Mu· nich, Aprh divets cntr~tte-ns ave-c le Or 81onk, 1• grand chol de lo remillt~rlsotïon d~ Bonn. n 0 ét4 dês•on4 pour c~f'r tn jan· v~er orocho.n un COUt$ SPk•ol d~ fo,motion d'inre,rète:s. Pour l' c armt~ curôp6tnne • ... DE HITLER B-en Q\(oyonl ~rdu 101' potronJ Poul Schmidt, on le voit, ne c!..Omc po!o. fr il o b:ovtOU? d• belles t ac'UC11Qnf ~ .,.rspec1i.,..t1.,. q.ui ne 1e trouveronl pas ... dhormé_, st l'on tn <:tOi t t'6nci.:n ministre: onglols Hu-g.~ Dollon. lequtl vient de dk!ortr • C.rtoin.s diu.ou,., p:rotto "'l cê~ por- 4as hommu ,.lfti4•n d'Altcmotn• occidento t me ttppct .. LM Îo voh do~ Hltletr ... • Si '-• Allemon-d• oorlent .ur c• to• evo.,t m4me d-'être Not• mes. qwe diront- Ut qwoncl il• oll• ron·t entre fes molnt des ormes: vatro .. MOdttncl 1 •• Abonnez-vous a' Droit et Liberté LE jOURNAL QUI LUTTE contre la presse antis!mite et raciste e contre le réarmement des nazis e pour la fraternité des hommes et des peuples ~ voru 1un J:Uffi pour d.:tou· \tir ('~,!!. trilles vl'riléj!, INFLUENCES. Noton' tnrore- un outre proff. tlt~ ! r~tnpl14114': pru'•tiql.le. l'ru~talîo. n v4Junl~ dt•41-iné~ lL rra· tire plus lntpp.an1t la vavhè U\1 d;~n,;e:-r, a-;x~mph• : c SJ ça tqf'!tiÎluP~ uou~ at.ront tutu nf~trUirs -». Ou : S f• C(Hd.inu.c UO.Ut .-ron- 10\lJ f':-tjuh·ts j'· 01) enrort 1 c Tdle l'ft dttnt notro heau P..Y• Jt;nO~t"nn- d~ «rtaina c halutiAuU »- \lUC': Rvi pclit..nc\'e\J't. je t,. pa d e, t.f, ,"rout ~Uu 1uer le l u.d Klpour • q·u•çn l'honn~ur dr. ("•·tt• .c Jl'll' e journée > on fer· uu·r lt~ llllf;l!'inJ tl on arrftt'Ta h· wdtu ! • rou.- Je moment, ff!lU en l'in/ lu~~ d~ cerl«im cichy•r~~ que 1adt.i.lé:su4juoe ct te raci~o VCU:• hut ··~lale.r impuntrnent à lun· vucmr dt• (dnqWfmt!J eolonl\t1. HORREUR En Afrl(fiiB Noire', figu~a-vou~, lr fhcÎ-lf.httt fait ,!(' 1r•nd1 f•\ t• J,rA.- ,P»nui lt-.-. Blantt. (:'rf,l /tiu.rOI (fnrore) qui lt tlil, li ei•lu'rr ~anr. uu lon1 thret.' t'tl.: attrrU-(11;} iti~ali t 6 : E.n f/tiqu~ N(;i~. t41fdi# qu'eut ;,_tniwr dH Pon~l· Chuuuh,, lhl ans tle ~e:rv~<:l(". /. .... ,.zM:H Sillfr~e ,100.000 frotrç$ tiQr MoU.,. Jld C'f.JIIUIÛ.S &JJCÛ&f!'IJ# ~~ ,f f• lcf, .. Ju ('~rti/i«U tfitud~.1) fn jl4Apt~ 17&.000 ) . k:t ('4't u,tch.nt• indi&t:nt.•t &e ptrtuettènt fnr-vre. de rnl'udi· qu.._.r ' D.un re pdit jeu du juir. f).e t'eraiJ<, tlu nëa:rt: f't de- . 11ûnJou, il ) a parfoit dh l"'upc b11s. v.-•iruertl 11'\'â ba!h· P.r exC)lupt.e. ·oet":i, lu (tneort) dan. Ri.,u;JI ! ! Jr:- \it>nl de- lif'C" - une fc.)iJ n'tM. l,)b 1'0Ultml0. - Ullt (tne d'unt quarwn•aint-" df'. i'IÔan.~ /t9rf. çaia..... C'e.t l• lb1e d" -ofliC"iea. l"l dH m.,.in.s di..,.ru• ea ~!t.cli· tenout.é~t- '"ét: l.a ~rbyllt'. r OLi tr&h\ ct- 'luit : dons 1~ @.<·n~ rlque- d·un Hltn " rnn(.llit. •· ,! 1• p.a;r dt,.. 11port. d•un ~nô 'IUulidirn. au re&lUrt du tO,u· tfttn•e, tru raMeau tf~\• bapa d,. 1,. mairie dt voire: arrood.i"Wlt.nl. <1"-t ta.irJr ? Vou• ne. tt'OU\<C~ j•uai.. q~rante n010~ c fntn· t'*i• , réuuia *'"' ((U'il. 1 f'n 11it •u ntoinc uoe <~ni "' fOÏtJH ••• drur rron•alitr$ bonn:~ douuine di&onl "-"'k r•u· ou exotique11 ... c ll.fait pae un nom ftontalie.r, pa. u-n nom e-~otiqut: p.ann.i «u.x tft.f ~aiUard~ qui: ont C"OI\5~nti à J)lon&er • ... b,noLU. «Ife dêm1101ie xfnoph~ M' ""' rati•t• L. Surtout d" '" flirt di.• t"oUabot qui trahi .. l.lii('nt la FNaru-t: au m(unent oi• J8,Ut (Jr- C lllft~qi,)Pe • IUOUf,..Ï('Iit pour C'Jif. c-a.lomn!4 •- l01 c:olom.n.la· to'ura de Dreyfus. Et d'4r.hofaudar un roman po· Uc::lor bu,noriatiqu.e. oà !tt Julft macb1crt6liquea. appr•a.nent b El:'•:hcny-. Jour • homme do po\llo •. (:1 Imite: l'4oritu!e do Droyjus. afi.n do sau•or c:oJui ~c i on perdant celuHà. Mail. •oilb. Es-ted:c:n-y inlltait mol (!)a tc'ma.s. ~ Mourrcza av(J!t l' ceH ... Voua hDa?:..Ou la aWte. .-----------~------------------------------------------------------------------------~-------------------------------------..Charles 11 octobre 2013 à 16:15 (UTC)-------------------------~------------------""--------------------------------------------------------------------- PLUS JA ISÇA ! ... - -- -~ ...,....._._ (Suite d• to poge. 1 ) Son principal dirig-eon1, PoUl LUTH ott Q lu.i seul tout un pro-grcnnme. Ancien major de lo Wehrmacht. U cc coUabor6 epre.a g_uerre au journal .. Frcnilcfurto.r Allgemein• Zoit\lng • patticuUèremenl beHici$te. avant df> fon· de[_ lui~mime le • Deutsebe B~ohachter .... dont te titre Ct la prés-entation évoquen,t, à s•y m6· prendre. un çoélèbre ioumal hitl~ ritm 11 <1 d'autre part éerlt, $Ous le titre • CitoyeD ot po-rU.aan ,t, uno sorte de • Mein Ka.mp! .. (r tir<:tge limité, qui ci-tC\llait pcttmi t:e$ fidèles. Au C~'lirs dé mcmifealationa. publlque3, U êXposa d:cnueuta maintes fois les buts de ~>Cn or.ganîsot.ion la reçoru:litu. tlon de la Wtobrm.acht. puis de la. • Plus Gronde Allomo:gno• >et <te • J'Eutope -., $Olon 1cs canons élQborl:a par Hltler. Ptenant la parole à Franc(ort, " Je meurs du ran de l'armeeallemandf ~1. ·Ccprges He~~illard. tléputé tadic<zl de Seine .. lnfitrieure, fl'c..u vt>rm qu'une foi$ d CA.ssem.b/ Ce Nm«;noJ~. C'était 17 12 fé· rrit-r cler-niel'. L'Assemblee discu· Uz.it de let ,.ecQtutit.utiou do la W"éhrriratlrt p:.diqlot!me(t( TJQm• mé~ : « inlégra~iou d~ /'.4/J~ma. J!lte ci l'armée européenne :t. Ce$! ou milieu d'un !ilt>nce im. J1Ye$$ionnam qu'on /(.> r;it. $0udain mdnttr à l11 trib{me. $Oule.mt pur b'J huissien. Et .son intervention, la. ..ieul.é qu'ü dit /afte depuis sorr ~lcction, rC{f!ntit, pathéliqut. Li· a:idl:, di:c..llttrn.i-, marqué profond& flllllJl pnr /t.J wrlures n.a:ie.4, fan· tien déportë dt PÜJss,e-nberg dilfiÎt

Jr "•P.> mourf.r. \t('n•I\.'Ur Jto "ini~lt~.. j(" aub o.:Qnd>Jhltl~• 1 mourir. 'lon êl•·.-t.ion m'a-!.Utl'UÎld• m UUf- diOhJU" f'hltllr.;ir.alr J• t!tL'!!l. Ûu laU Ji, f IUI•h"r •fi• J~ ne 1ondrui~ poiuc ftUe me,. fi1t-, tonunc Charles 11 octobre 2013 à 16:15 (UTC)• pc:tlts.liù soient iii4"QrJlOrè,- aw:.- IN l.HCI\S teL lM J;oürTeuux dè l~ur pèi-<' qt.a: .. mon Jilt u.-n·c: aux l'Ôtés du 611 de- \'On SlûlptUI~l, et 'lu'uu h«u jour, l'ar dt-Mll!o tc:tte petite >U"nltê fra.DtaÎ$e aur Ja.qudle \rous n';ttt· rh:-;c: plu& guèr~.t ~l':wtorité, Têprc~· Il(' Ja niQI't'htt H'f'S l'ùW."f'l dl!$ ~~· .:.!Î!,)Jt!i uu~mllndes. , ~ 1/ifucmblé~".., boulet·eNéc. acda· ma longuemt:n1 c:f'l /wmme am· raseux ~f clain:-oytmr. qui ollcJit quiller cuuit6l Chémicycle pour 11.0 tH.ut jamais ,. revenir. Le 18 octobre, CeorgC$ De.uiJ,. lard est mor~. )~rOilfmÇàltt $on i ltJgc /rmèbr:c~ le tJrésidcm He.rrice rapJJela .ses ]mrole$ de /éPrier. plus aclueUe.~. /rf(a$ 1 gue jamais. On re.mnrqua, tllors. Wt jai: S()U$. précèdent : bien qua présent4 « leur bcmc. le chef du IJOl~* vettiCmen& d plu#e1u$ ministre$ ne juÎèrent pa.§ ul1'lê ile s'assq. èier par quelque$ purqfp~ corrm:c c·ttst /a <'tmtume, à t•a.floeutiort dR Tff'éSidcn.t. Je r A$.«:mbléc. C'est. dire- cotnbien, tl.lNlelà même ri« ln mort. le me$$tl.gtt de George$ Heuillard èQnsen·e de force LEUR PASSÉ U avait ojouté que lea All'léti· cains, qui sont " les Bomcûns do nolr~>, te-mps- •· élèÛont .. le gage de notre 'Ofictotto "'• Son .acoly1e Ham:acher déclma ~n· suUe q\ll) 1' Association do la Jou .. ncsso- A. Uemande -6tq1t ~ une orÇartiSoUon de lutte contre !e bolêh6visme • El U affirma, sous l~s ovations de plusieurs cenfoines. 9-e nazis : • Un hommo fort viend:o. L'Association d~ la JeunOS.Ge Allemande et J'Union do$ Parachutisto,. a•oc laqut:Uc nou-!l collaborons. $eront alors le• champions du combal qui commence "· Bien éQuipés en arrn&S. muniüone:. -appareils émclt9:U.ts o~ r'· ceptauts de to:dio, leG: l:xmd<.>!'J fasciste$ du Bund Deutscbor Ju• qe11d disposoient de londs importan~. L'enquête o IaH res..: ortir- que 1'-orocmisatfon rcco· ~aH environ SO.OOB marks pc;rr mois (plus de ( million• d• lto:nca) el quo lea en.r~ 6taien1 pavés onlt" spn ., 1.000 marks (45.000 iJ 90,000 lT<IllCS). UNE INT'eRNAnONALE NAZIE Une orçronisation démosqt-~ée. dix en ploln lonctlonnem-&nl 1 L'A.ssociation do la: Jounoue A1- h~,J!umde n'est en r~üté qu\mei) luslo:atfon dé cé q~i ~e pos8-fl en AJJomogno ocçidentote. oi) Jo:; grou~ no:-is, plna- ou moiM c;Jondestîns. tol.&onr.enf, Outre l'Union de~ Poea:chu· Hato~ dont par1oit Hamoehor ot lo • Premièr~ U.-çnon · o:-!jlr,misotion d,.. j~11ne~ baeé~ ~u r la modàJo- du K1.1 Klux JOan el q~·i rnop;r,.. Q\lssi ~troi•em~nt crv•t: l'Association do le- f'!une•h' Atlemcmdo. on PQurn:rit ("i(ijt des: dl%arnes dl';- moupes d'cmcrien<J officier~::. d'onoiens nm:.ta. d'a~ ci-ens S.S. et Waffon S,S,, tou .. t&S plue actif& et nôtastes le:t uns QUe lez crutrea, L'e'l('allofi.on de l'idé~ _de ra·J®Cbé', du ._ fuh~ rerpTin~D .. du reteimta IJl d., l'ertH"'~.Smiusruo est laur pain qnotldien. ~~; qrou~ments: s.etYenf de ob?f" d" tilo om·: orq<miraiion'!" ~•Milairos cronhtilu~(t$ dan!l les cüfférenta: oav& d'Euro}:>é occid. onto'ln l'intt'"'rtot:ion~le .;_...~ -o.tl· ('i~~::t WoJfen S.S. nP+'~ b: Mclrnoo (Su~do) en m-.1 1'1~ 1 ôdi!o .. n

<"'~UtnC'I't • NaUon Euro'XX .. ~~

l1o, trnu·,~ T'PM. axomrle- 1~ fliQ: nntluo de M"~urlçé Rard~Me, eèHahoroteur de .. R~varol ... la prière de M. Adenauer RÉPOND DE condamné pour. apolocpe des crJ .. mM: natia. One 'i'0$18 cJnquième colonne, remi,s.e •m Wace dès. la: fin de la guene. é1end donc J;a toile d'w<:ri.gnée sur d-e- nombreulC pct'J$, notamment ta Franco. C'est p ~osto litre que M. Hubert BEUVE-MERY notcdt r'cemmonl dona .. Lf!. Monde • : .. Soue --couleur do eombatlrole communisme ct do à-"tndre l'intétbt publi'(:, les officines so mu!Upliont e-ù se rauemhJont dcs.laomme.s na9'J~U:e onccre dé· .,.oués à HiUer. De Jà parlent consignes. brochu:es. tracl6 e-t liboUO!J do toutes sortes. • Co qui e$l grave. c"oJt que ees officines disposont d'un vas· te r•socn.• intetnalio~al et do moycM èr pGU près illimités. • Et rappelant les or9cmis.ations naz.ios d6e0uver:tes _,D Allemct· gn&. tl concluait : .. On '\l'Out c::oire. r-ans on êtze absohunent ce.rtain. qu~ les choses ~ont moins OEVcmcées ehoz noua. Mais qu'on y p(enno garde. il pourrait biont&t étro trop tard 1 " UN V ASiE COMP.t.OT Qu'on y pronne g:arde. en of· fet : -ca: qui :J-e trom~ratt our la .. .cl<mde!~Hnh6 • de tels qrou~ pes ? L'J\ssodation de la JeunoHe Allemande a été Unoncêe non seulement par les tiche-.s lr1d\lstriels <:iut Otl;~ncêront QU· lrefoia BUtor. mata aussi. par les autorit~s mmtai:res omérieojnes cl par le gouvernement de Bon'n (qui ont dû !o. ;-econnaitre}. Comment pourroil·il Qn être outremer.~' puia'"qué Paul Lulh, von M<mteuffel. Kesselring et J(:t:f-1 JXU(!:U• li(mnont. à J"U da ch~c. prè•. le 1ltême langage qu'Adr.nauer ef ses minhorlres ~~ ovouent lea: m'met> o)>jectüs '? Quelques jour8 oprk Ja • d~ '"'onvortc • 'Ciu - ... mplot no~i. S.OOG anciEms S S t.oncmt con~ à Vo;don (Bosse-Saxe), d~· triaient libr.cmonl er: W1Uonnc $OU$ 1~ protection de la poli~e. Et le gén-6ra1 Ramecke dêdolraU; • Je suie ti•: d' ct"(ofr éhj t'Ul' la liste noir-e de1 c:riruinals do gu err o. C' ut uno \ilote d'honneur ... Le ehanceller Adenau>!r n'oat·.U paa int~trvénU ):)!tteonn•llè> monl pour d~mander lo libéralion et }a réhabilitauon de3 c!'imincls de guerre ? Prenant récemment Jg pcTol& qu 8undes!<J9 t.tn dii~lé du pa;rti gouvemerlumtal a J!)roclo:m~ ; " D fcw l ratlliet lea cr<!eords doBonn el d• Poris ot nous don· ncr ainsi des moyen& de d~fen& e, (!) lêç.au.x. Personne alo-rs n'cura. plus lH:soin de songot à <:r4er de& g-tovpet clOl)destina.• --.....- 0 né s'oglt pas d1u.ne con}ur,:aUon de quelques milliers do fg. naUques. mois d'un vaste.> complot . qui tcn"d de plu& en plus à so dêmoe.q\ler totalomen!, ot qui, ~outenu pàr -des complices tràs haul plac9a s'appuyQQ.t, ent- re autr&:. • .sur les ;rou})e$. nozjs, mel on dongor la sécwité de la fraftce el Jo Pob;, la Welumcteht pa-rade à Nuttmborg- devant HiUer. c/Ju eillttd.i.èr:e de <JJagneuoe 12.000 personnes ont faiHe serment t de s'unir pour empêcher 1 le réarmement des bourreaux nazis ~ 'i\ 1 A troditionnelle ceremonie ciété$ Juives de ~ronçe;, 91Ut de J fuive du s~uvemr, qui se- 1 ~.O.OO~p~on~ .se sont ro~sè:nc!! fOt~lt cho<ILI!: o.hnâe ô ble~ cu c'm~~c~e de ~o~gneux et J'occasion de lo Fête du Grond ô l lssu.a de 1 of!,cc rehg•cux,, ~,, Pardon (Yom KippOur) o revètu, ptononcé le SetO'Ient que '\'OICI : Je 28 septembte- de.mier, une om- • Nou.s Jurons, devant fo .,j. ... Pleur et ut'IC 1ignaîcot;on toutes moire sacrée de no-s miiHoru d~ t)Ort icutlères. morb, hommes, femm~ et en- A l'appel de I'UtüGn des s~ .. t·onts osr.c~si nés, tortu:'és.~ gué~ po,. ls: borborcs no:Î$, de na Jomois oublier ! • Nous iurons de re.s.tcr unis pour nou$ opposer do toutes nos forcb Q lo ren.oissonce. du "o:Îs-· me qwi e-st une prc.fa·nation du Jlc t'en pronaie.Dt sou,.,~nlr t'os rnortJrl- et des hO-·· m~rr.e ctux on!cmt$ ! ... L'oeuvre. do 1« Wehrm-acht Oradour. &tmment "e pJtépwte le Congrès des Peuples POUR LA PAIX Décembre à Vienne) C 'EST lee 12 dêcembr.. à Vtenne. qu~ ~·ouv.t:lra le Congrès des Peuples p<>ur la Paix. Ce vaste rasscm· blement d'hommes et de femmes venus de tous le• pays du monde et des botizons polltiqu'" les plus d!,.,rs, exprimera la volonte des peuples d'em~cher une nouvelle guerre mondiale et leur désir ardent de volt se sdb•titue.r l'esprit de. negociation aux solutions dt force dolh> les relations internationales. Nous donnons d-de·ssous quelques info:rrnot!ons ~ur la ptê.paration d< ce CongrèS qui $CI" ülle ttapt des plus i:nwrtantes dan$ la défense de la Paix. LB REJET DES A.éCORDS naJ du Mouvt11tcltl dt lu PB ·BONN CONTRI·· Poix $oaJigm• qu• k rr BUERA A Li'l. DE,TFN· ,,,. tic ralifi•r 1•·• trccllrd> TE JNTERN.IÏ.T19N~B cl..: H_olll•. l!~'eru T'/i~urt tl< Duns un· comnw,ntquc !lu la nt;fJQrullum flllcl{lfl_Ue d.L. 21 Of.!lobrc le Sureau nono- p,rt.dJUme allrJnmtd pru. ro~~ o;t~ti qu'u" dongcr morfo[':"_ ___; .,;;.;;;.,;;,;,;,;;,;;.,;;;;.._..:! • d.aw: .o;OJ! cJat•IHbl~. t'ur lt. ,..~ ~~.:·~·:0n:"~ ..•, .. , ••i• 110UQ)(()Jl0) (Al~i lES·D IE lA IP> A~X tlit,ision dtt- (' (~1/cm.:unc orr vrruJc ltl l (lt:,·ion 1 nttrn.t.~~ tioJtfl/ç t•l c:oulitJll les oerp~ ur !Wut. pppos~r ow tetour du mt:>t d'mu.~ ou~·~:·' tutm·r .. ......... "" ,. hoi•• o•tisémit•, place' es par 1 M RA p a' qu1 Ol'lt sq,...rttnu fcs noxi:t da:u e 1 • • • lc~r e-rttt'-_priso d1c-.·to•mino~ion. Paris • Nou1 iwron• d~ retter 1.1nb er de rO~embkr louter fcs forces viv~ d..t la co~"'"'"au!6 iui·te ca Charlese d4 :;e:uveg:~rdCJ Jo pnix do prO,.ervc.r nohe vie ct la. •fi du nc, cnfont'$. " Nous lt jurotu .;o. Le Rabbin ZAOUI: /~g ~loefs d'État "' Une t-elle assemblée peut à sauvegarder la Paix " amener fSuHe cl~ lo pag.o- 1' lo poix mon<fiole une méaoçe tt& grave. Il !Uffit d'y réfti.thfr cbJt-ctive~r EH $0ni possion, ççur s~ retsoidr et voir 'o néCC$• sifé d'ogir dans un sens qui em· .pe~he:oit le r~tour d'orme-S meurtrières enrre les nloins cfe c.ei.IX qui, n y o s;-pt o!'ls encore s'empk> yoieqt ô extermfner tous ceux qui ne l)OI'I$Oient PQs no-zi ou n1appo.tfthoiènt pos à Jo ~ roce: des -teigneurs -». Il ~cro i t pour le mojns surprenant que lo coUeetivlté oll:mon· de, après les horreurs indeS<!ripti· ble.; pont elle- porte 'o responsabilité, oh pu être pudfiëc comp: ètemcnt ou boùt de quelques onnéCharles et rendue copobJe de ne plus succomber ô Jo tentation de dominer le monde, alors mêm~ qu' 6n lui don.ne lts rno•teos de <:o'Y':mettrc demain de nouvea~.Jx crlmes, sOnf doute aussi conte-e ccux·fO même qui lo réarmcroieM au!ourd'hui, Tous tes psychologues, tous lt:s pédagogues &ovent en cdfét combien est lente l'évolution de l'homm<:· vets fe progrès. le bien er l'idéal de frotemité-. Ne réorrnors pas l' AJiemagn-! si nous vou!on-s si,tèr-eme: lt que les peuple,s. orrlvent vn Jour ou cMsormemcnr. Par oil- 1~,; pour oboutir à uoe tolutioo pocHique dv ptObléfT\e allemond, if est 0-'IOnt fOUI indispensoble que les olhés d'hier maintiennent enlre eux Jo poix ; c'est te s~UI moyen d: ~POuvoir lo foire ovec l'ennemi q&/enscmbla, Il~ ont voinc:u. Quant à r.ous, Juifs-; r(:Stopés du mot$0crc, nous rovons 9u: les p·i~ipel de notre 1110rolc r(:!ig: euse sont fondé~ sur lo poix .e-t ont pour but la paix. Que celle· ci ne peut sc réaliser que dons l'union. Dons l'unité de l1homme: reflétant l'unité de Dieu. Unîs$ 0nS·nOUS donc O~'C lOU$ le-S peuples qui désirent ordomment lo poi>c oornme nous, moi.s r.e nous vnistons pos. ovec C'AIIcmo · gne povr lo guerre. - ësttn;es .. vous que l'opinion puOU_qu-: pui;so jouer un rôle dans l'amélioration d01 r&,fotion$ i nternotion:ol~~ . 1 - 1..'0. N. U. ost l'in,tonce internotionç:~fe où, ·Quotidiel'\ne .. ment, 1er dttfér..f"ntes notions jouclnt l~1.1r $.0rt et d?h•t:r-..t e'Sprlmer leur posîtlon. Toutefoi-S, te~ mouvefYlents de mosse p.ei.(vetlt O«osionrter, l'hiStoire l'o. prouvé. des f'erwertemc.'lts des ropporls de fore:. Por exbmplo, en ce qui conGer .. né ~é réorme.ment de I'AIIetnQgne, lo dèc!arotiori du préstdtnt Herriot o ëtC comm-e un signe: _qu1 oidero considérobt&met~t ô révj .. ser tous !é.s projets <k troitès jn .. terr'lo~tonoux. Il foudro olier pJus loln dons cette voie. Si l'opinion s'exprime avec osse: dé clarté et d\mpnimité, : ct'importo~ts chc.l'l .. gem~nt~ peuvêflt etl ré,sulter. - Que pcnseS•YOus du Con .. grC$ ttc:s PewpJes .p.our lo Poix;. , • • • • LEUR AVENIR .1 qui doit s'ouvtir le 12 décembre 0 Vienne ? - Depuis !o fin des de~ hos· tititês, lti- réunions. des minist.-.·~o dos AffoJr~ ét rongeres oilles, de ,OC:me c:ue les diffètel"ltes ~~s! ons ~e l'O. N. lJ. n'ont pos foit ov-ancer outc.M qu'on poUVait te

SOvho'Her l'om.Sli~rotion de-~ rapport$

lnt-erruJfiOQOUX. ?Qr co"tte, on Sé !OUviettt déS reunion:: ollïées cntro chefs d'Etats, à Téh~ron, Yoho cl Pots.· c!orn, où ls trbvail f1,.1t c;onst ruc- Hf peur lo victoire. ' Une nouvelle nhmiol'\ onolague peut Sa&U nul doute omc,Jer cet m8.mt$ chefs d'Etot ô ~ Ct~'1'egorckr la poix générale et à envîsogcr onsomb1e un vaste plon de cooptrotion internationale, fon. rlôc sur l'ornitlé, fo sincérité er 1-e 1CI.JI souel d'élever l~hommc 0 une condition toujc>u!$ plus belle et plus noble. Si une te-lle rêul"!iOI\ peut être s.usdtéc par fe ro~&e:'nbl ement des peupbs, il est $0Uh:>ltoble que des congrè-~ de la Poix sc r~unfssent le p!ur. souvent po~i· Me. ct do,-.s tou.$ les poys d!J gSo· be. 11' ...... : SOO : 12' car. : 700 : lB' arr. : 200 : 14' crn. : 400 : !S'-· :lOO : 1$' <UT· :,1.000 : 19' àrr. (Fabien) : 300 : 19• an. (Piaco d .. Fôlol) : sno : 20' =· (BoUo~Ulo) : 1.500 : 20 cm. (Avron) : 200 i Monlt. euiJ : SOO ~ otgcmlsa.tions di .. vorne: : 1.000. EtJ p:ovince. on nous .ig12.cde notammont los r•IJUlt41a obtenu. J ~ Lyon : p~~s de 1.000 c"trl!t ~l..acées. J).. Q'~trH cartes ~nt en cire"" UJ,atioo "' ôe Dou.vocu:c etiort~ c-çn.t dcCJAil<llntl pout multi· p,liet ropideml'n.t en chllties. çtHn que lea mass.es les phu torp-9~ *ent hrlotmêet -nur lo ÇO)IO'rO$ e191- .t"eup~ee e! l.l\ter~ sées ~ a~ pr6p.crr'ction. Au ~Jac:ement des -cartes r.·C'l;outent l9s r4:u.niqna ~e f\lU ou de mceisous oour: l•étcclion des d61équ6JS. De tollos t4unions cnt eu lieu rue du Pr.~s· •v,if_. boulevard de l.a ViUotto. f1\0 PAA·l<<to. -\1~ c;(~s Aman~ ~:ers. rassemblant dos dh:<ti· ,....._~ dct p"'-r-!lot\n.es. Fin octobre. p)'JG dO 2(1 dél&guéR IO*lt é}U'l, ,...,i fl'l.!listernnt 'JU Congrè{j elu p ... ,aolo de P<trit. t' lentjonn.-.os· 1)ctl!ti,.uli~re · ........ '11 la boliiJ cq:sembléo "POur ln ""'IJiX omanisé& l$ 8 OÇ{obro .....,r la: erv·:tion du t-MtA.P. (lu, ) '"r ml'ondisso:nont. dont nous .-Inn"!\~~ un comptrt tend\\ ~ t ,.. nt~dquo .. la Vis du M.R. p.;n ,., f'\,"' ('"1-taQue. milito:nl A't411Q à ,_,,., 1&~ ~emcdno"C aui I)OUa rtA."""l'*"' ('u Co"nrè.a des Peu· """' -ou.r prendre toute& les

,;f;~~ver ~t3coptibles d'CIJD.e ..

., ... r ,.t,.~ 6,..,0'"\..,.II),S do vu,os en· , .. " n"Y~ ... "'..,,..,._ ~·opini~s dh••r· .. _.., "'U" •"'!<l le~ wobJbml'tS U6~

. t~. ,u,f..,. .. -
. ... ~, ter oo-ix. on

..,._,, ... ,,1je .. ,.., ,... .. .,.Ï.f}.(l'fn<:Jt d...-". -•'"'"'""'f!' ~'l rHit"rfi.sme allo- - ....... t' r.· ..... , ,.J" tfl1" contetc(s ""'-"' <4é.l"'ond ltt cuc:e~ •. Lt! i\lout,rrtJetltl rif Ir • I~J.";r. qul co1U ~·r.: lou.t $t'~ ef{orl• ti l'cnlrlr cie• (M cts paf;'i{i(JI't'$ ,..;: pr~pttl'aul le Conrtn.~~<: clcil l't:u.'3le3. eNI pcl·suwlt' q:lf! lt· .• Prum.ai

s::mroul <tlllt~ "'tr 1 tt' re pt;.

valo;r j,.•t'/1~; $ululi,,ll. lu sc1t {e f'~IJWblc lit' L"fllJÙlril"t.' tJ't.t· tu mwtfi'rr JJ:ûh' tl fer récon c•iti<tHoll d" ptuplr. (Mtt('tli.a el du {tt:uplt! nll.•muml. PRECISIONS DE M. Frédèrie JOl.IOT.CURIE sur la c:ompo•itlan et lo déroulemant du C<>n!três L. d<j10l,• lt.tHt•n (.lu• (lf'lr' 11, W,malC'nr tJ,; t'f:ri:~:ntc• fJ'lr/1·. m~>tWUrt pour /tt /lfrh 1 iJui t;mt ,u,ccu -~-l~""~s~ ~ déttu:>un_ • l•f, ~-..~..;. \\!:·!!::~;::::::;~:;.- pri5 lt~ IJIU"d8 ~UU\.• fUI"bti"U lBlL'( 1, n adrCharles 1.1 \l f"r.Cd.;:rir> Jotiot·Curie, pri'tÎÙdttl 1fu Cm,. uil t\{<'"<lh•f dJ• hr l'11ix- une lt•l· tte où il lui dt·u~tttlde- 4ivtn-d priejJ·;ons eUe ft" ':'UIIl';_..- Je ... Peup,èl'. u rt)CIU\111, j•u j)Ltrti(:U• lier; le$ prup(u!itiOnh H1h 11ntt-• : 1. Chat&tlt- t)er~Ofll•lll.t~ pré~t.:-•h~ même it ti\r~· il'att~ftvHl'-ur pu ~ le droit d\! Jlrcn,lre J~ .,". ro!c ; ~. J\.U('UU \'VII~(tH!Îl·!l,! ne H" t•on• sitf~rtra oorunre ~M&a:$té par d"•\ éd.si<Jns qu.~u ll'"a,rru pas a, .. J)rôm·tes ;-.. 3. L~ norn d"un oh~l't"Vnh:-uT ou d'mt jnvit(~ u t- 11uurru ~~ rr mil'ntiounè b.ano~ r\JU >HKnti .. meut ; ,1. Chn,ru~ t::lln«n.·•l-lft,, aufn la po:>~iloillh\ çn tk'hor~ llc-o; J\t·u· res du ..ténuet-1 ~e f_ll'i'n'l~ l'ini· [Îo lin: de rtm11 octobre 2013 à 16:15 (UTC)~,. VO.t'Li,•uliè· r<lf. .. DaM 5::1 J:~ lh.fJIS(J. '1. Fr.Jclt'ri• Juli<•t·Curie ~étlarl.' 11otnmmr.111 t « · JI .qus J•<nwe; uûu..-er r·o.s ami.r que Wutt$ k$ t'lf(fu;.Jé"$ ttu~ t·ou:~ m'1rvcx pré'SfliiÇ(:.-c t.:lt kur rJlmr $emnt ltllis/aitct. l~l!t.'$ eûr rr..sJH,md~ut tt'uillf:m·s. ,; ln r.fotdf> CÔII.&lallte que 0111 IU'OTJ.& $UÏt•Ït dun& m.>lre u.clùm /fiJUr (,, JJ(Ii:J •· VOICI LES CHEFS DE LA NOUVELLE WEHRMACHT U N journal modéré d'Allemagne de l'Ouest « Le Stuttgarter Nachrichten • vient de révéler que le • bureau Blank •· le ministère de la guerre d'Allemagne de I'Ouesl. utilise déjà les services de 170 officiers supérieurs., dont plus d'un tiers ont tait partie du fameux étatmajor de l'armée hitlérienne, I'O.l<.W. (Oberkommando der Wehrmaohl). Aussitôt que los traités de Bonn seront rctifiés et que l'a:r .. tné'e aJlemande se trouvera res .. suscUéé, dit-en dans 1'enlourago do M. Blank. le chancelier AdenQ.uer placera los g6n6raux. ~ von M9nteo.ffel et von Scl:lwerin a 1er tête des premiers corps d'arm6<> Cl'éés : lé général Guderian prendra le commandement de toute" les unités blin· ~iles tandis qu•on réserve ou gén6ral Spétdel lê poste dlin$" pectout gén6ral-adjoi.nt d~ toute • l'o:rméo européenne •· Tels .:~ont les plans de Bonn. Vo-rons d'un peu plus pres Qui $Ont les quotre g.Sn6t(tl,lx appelé$. selon Bonn et Washington. à une si brillante promotion eu~ ropéenne. GUDERIAN. OU LA FIDELITE AV FIJHRER A TOO'l' SEIGNEUR (de la gùerre) tout honrieur. Voici d'abord le doyen du groupo, le g'néral Gudericm. Connu dès avanl Je nozlsme pour $9S • $y-tnpa{hies on'7<trs Je mouvement de Hitlèr:, Guderion obli~nl <!! porlir do 1933 \ln avancement rapide. n esl colonel l<>n>qu'll éa-11 s<>n lameux livre .- Pamer 9'reifen on 4 CL-e-S Blindés attaquant). C6t ouvrage eat plus qu'une é(ude théoclque. c·-est une profession cie [oi at uh -proçrromrzre, Et- ~ussi une vif;iion d'avenir puiz:que toules ses coneeptlons: sont oopris-cs par HHior~ et qu'il peut se ruer. à la tête de $e3: bHndé3:. sur ta Pologne et aur !Cl FrQ'Qce. 1941 : nouvectu rush des blindés d~ Gudl!rlon. mals c'est-cette foiS-""ci contre l'U.R.S.S., Sévèrement cOtri9é PQt: l'Armée Rouae. H ne rêu.s~h pos è1 tlféndre Mozcou, comme il én avait reçu l'ordre pérsonnel de Hitler. n ne s· en est knncris consolé. Depuis 1-945. H pOrtage sor. 1emps ontro deux a:cllvüêa ; d'ur.~ port la défense des 11a:tis ét déS criminels de guerre, et d'autre poet l'élaboration de plans pour l"tllot·malor Oltléticoin, qui apprécie iort u-s .Ostk: h.rungên • (se.s expériences cl~ l'Est! Dan$ ses .. Mémoires d"un s:ol· dQt •. il oltoque violemment les -troitres du 20 iuiJIOt qU..î ~étaient soulevés CQnlre Hitlé(.~ Dans son dérnâor nne ~ • So geht es n\Cht ~ (Çc cc va pets "'Omme ça) dont on a publié en Fronoe QUelques extroibi sous 1e tttre • CO ne oeul olu:s dUl"ét • ~ 1 s<t livro ù d<tS d(atdbC$ viruleonl!') s contre la • justice de Nul:. Ombcrg rendu~ cru mépris de l',quit6 •• contre les différents lrlbu.naux' olUés. col;)lrc • le!:' J)Orsécution.s dollt est victime J~ eoura9oux profoseour franca-i$ Bcndèeho ,.. (sic) et contre • ·los arrêts inhumains des cour• do fusüc• françaises •· Le livre es! J'un de• besnelle(S cio l'Allemagne occidento)e. MANTEUFPEt.LII·GRANDE· ALlEMAGNE UNE coeicature vivante de roùîcier- de cavalotle lél qu'on !a présente trodiUonnellement - un petit pèl~ sec -maigre -Ct nerv$'ux. avèc d~t ge.:;teg saccadés. ct une voix Qi· Q_Ui. aux în!lex-!ons gldpissante$: c c~t lé général Hoaso l;ocord von MonleuffgJ. ex .. comm<Uldcnl de-la di\risi9'n hilJérienno • Grou O.usohlo:nd • (Grande Allemac O~t. Manteuffel, qul a'étail dJstinctu9. en Tunisie, reçoit du Fuh· rer~ en décem.brc l94.4, rordro <te. diriger l'"altaque des bHncl~ 3_.au cours de l'offensive von Run.aledf dons lés Ardonnoo. Aprô• J'échec de l'opération ""' d4b1.&1 J94S, il ~e porte sur l'Elb.- pour, oxplique+il. c. freiner ~~ plu$ ~sib1e l1avance de:: Rou+ges, el permetttC- aux ltQUpe~ d.e l'O•Jest d'enfoncer Jo plus ·loin -possible e-n Allemagne ..... Vient la d~loife et la mor:te:" oiào"l ooUt tes généraux hitlériens. 14o.nfeuffel, heureusement p6ur lui. a dEs ami~. et pannJ eoux l~ mo:gnal de- Jc:r finance ct de l'indlo'Stri& ·Pi&td.tnena'e$. ,; fhomme le .):)lt.!s puiss.<ml d'Al) emaane oecidenla1e- " Pf~rdmenqes no.m:mft d'abord Mon· teulfol directe~r do son uail')e de tourDô'i'is .. Bow- und Scbourt• •, Ô Neuss $Ur lé Rhin. Puî$ il roide à regrouper $Cs fidèles Heule-nonts âe to· djvfslon • Gross Dcutsehlc+nd •, et à meUre eu·r pied. a\•ec eux. la fomeus~ org_anisat; on :somi-:clo-ndos.tine de fa • Bruderschafi •. nûi ro:ssemb1o aux côt6s d'hommes POUUques nazis, la pJupar~ des offfcîe~ qé· n6raux liitMrlens_ ~e pro$Jramme de ManteuHel, ~elui qu'il a expzimé ou sein de lo B.ruderschaft, et d,a.ou • for"" sc:hrttt • <rOmroc o:u sefn du porti libétol n'a pas chc;mg:é depuis la ~ettro o~ver-te qu'H ~cri•;cW au chancelier Adenauer au temps cle la .. Bruderscbafl -~ en lô-vricr 1950. Il prôconîso to\ljou~s .. la !ib6rcdion d~~ prétendus cdmtnelt de quOn'J! •· fa_ .. sou"" voraineté absolue do t•a:rm6o allomcmde dont 1•$' qén,retux ne eollcibor9ront b. l'état-major CU• --rop4on quo soue la conditio11 e~te$So qu'o.ucun olfieier sup6· tieu.T ne puit.so plus être mis on ceruse. pout lot pr6tenduos taies du ncrtional-socialism9 • ct enfin lr.l " reconquête des territoires del EJJt. y compris la Prusse OriOn· lalo '"· Pour rl:ollser c~s beaux obJectifs, Manteutf~l compté~ U ·né ce3· se p0s d.o lo dire, sur • 30 dl .. visions. allomande.s de race pute ,• · Vous avez bien lu .. de race pu.rg •· Bien enlendu-Je rer cf3me fait lui o:ussi partie du prog'rammo. SPEIDEL. LE SPECIALISTE LA FRANCE J E g6'l,ral Spoide1 oime ti • s'habiller c.n civil cl ~ Jouer .......,;. le rô·Je de celui. qui n'o.uroit ri~n d'un officfê:r do cortil!.;<' èo la Wo-h;-mochl Pas de coiffure en b:"'$80, Ji;.oitt des cheveux soigneusement plaqu6s. Poe d'ousfP.~ c çol dur, mqjs'dës chcmites et des crtnfatéS fantal!iiC'. Pas de jurol"!s g-rOS$ICts, ma.is des propos distingués ôt é!'UdHs .. émc!~. lés de: cHo:tiqns de ..- mon ami l'écrivCtn Erns1 Jilngor • ou de • mon vieux co:mota.de.: le profeMcut Carlo Schmidt -. Tout rcla n· empêche oas le n'"'turel rte reveniT ou galop dans 1•6etct aoudalneménf rnétoUtquo du rcI'Jc; lrd ou dans le pli de la -lèvr~ hrusqucmen! pin{.ïh.e.,. Ce cQu$~ Ur de so:lo:t. ce docleur ès totltt::. s d•~U:tg'ué. est historion qu.i, fUS de PJ'r)ÎCSSGUt, ~C tfnt(& d'Gtre lul·même • plu& profes~ eur qu~ mtiH<rire ..,. est crus'=i le )jeutenant généra! qui Hl IJl'::frlier ~ to crova:cho la 8- armta Halten.."'G opéront sur le .Don. ou;:c environq ae Sta~inq~ ad. et. qui mil au s:)c,Jt'\! <lQ11fJ' lc::s s'eppes rus!ics cette impi· tovoblê t~c:l~que do la • tefre b:Oléo .. , ,; _r:utQ1ernent çrppliquée- ·oor kr Wehrntc:tcht Il roui rlir-:t t'EU• ÎI.ISCZUf' là, S~idttl s'é'I'J't r•,,tAt fo:H romartfl:~ r dçr,.,~ le• é\at!l--ma)ot$ que

"'111 lar. ... hr-.r:lJ;~ d{' batpi!le. f.;nt-

ré- à 20 ems d.QP.. la ,...ol"Jrrièr<~J l"lp, otmo.s, :tm 19J7, breveté c11él(fl4moior en 1930, il $e !'I.Qédqlis. e dons les • qu~lions' françoj~Jilt3 , et dsvipnt, ô; l'f:tot· mojor q6n~ral, cb:ef des s.ervices de ~enseignements Cl· d'espion· n"2)te ~oncerno.nt Jo F:ronce., Il foH q ço titre lïnév:.ta·ble sto-gç d'otto:c;flé militaire adiôinl à p,.. rl1 et :ia réputation de .. grond eOnl'\cù"t.Seu,r Qo l:a Fronçc • lui vatJt c;f$ )'&dige!' le projet d'ar· mistlce que si~e Pètolo. h d'3- vien.dro. plus lord Jo chef d'étal· metior des troupes qui occupenf notre pays. De ei bonn;es dispos~lions dev, Çdenl lui vQ!oh opr.;s la 9ucr '9 let pfotêelion t:'es Oecidontaux. LE GE!IERAL COMTE SCHWERIN. LE ç;énérol comte Gerhard ven Schwerin -von Kros-it ~o vante d.'ovoir d"> la brancl--?. Et Jttâme de lo •tieUJe branct>&-. ~ l01niUo. tout ç:opune èt>lte do Gw;l~ricm, iournH ù J'at:l100 rrvssienne de nombreux maré· c:h!t'UlC el généroUY. $'"ln r-""A J'V)\lC-$0 1o goût d.e 1a discipline n\ 'de' l'ord."e jusqu'O dC'vent.r !o ... het de la policé da Hqnovre. N• Cr.V4C le silte:le, 1~ j,eu .. e ~f'mtb Srh.wcrin c:ié))u·te clans 1o v;'? "-ll 1920 ccmm~ ag"cnt, "o ~Me!gnementR d'une cnmr-1- Q'n~ pétroHCharles nnol<>"""ln~"i• <Wirto ti()Ur le compte de Ja<:&\ tC""&, il parco•~d ln P')10(Jn~ *tl •a- , Rotamol"';e.. Entr4 dem~ 1tr'l'M. ê& en 1923 i1 ., faU cette lorq. i--1 du tén.toiqnernant pour le compfa d~ I'AileiT'clJ..,"· O••and Hitler se ru9 sur l!;J r,an.r!l,. scr.worin cf,.,t"'t'l;ndo à ~t-e rl4 11'1 f.Sta ct tté foit "<e'"~l')cf do-q le-$ 'lo. .U nd~s pour pqrlici~r f>o l'o-f{Anl"h'P.' n COI!l:'""'f'IT\...ë"'+ en..-.• Î.1'l 1er ~ ~i,r~~io"' Uf!n..ré~ Ae 1' l.trik'~ I<'Orl)$ do RomrneJ. puis:. lord de fa9ression contre ,1'U.R1 S.S.. lo 116' division blinde di!e • division de~> lévrîel'$ ., 'i'•o• apprki~. parait-il. e Anglelcrre, ~ehvrérin est. op ' 9'-torr•. te- pr•mtf'l't géné-rol !16rie-n à l~r& le voya:ge 0 Lo <·r9s. A sOn rorour le chane~li Ade"lâ:uèr t& rélieltoe pour .. e dalrc conception dé la poh Q'J.e • el P.n fait tO!l cqnselàl ni!Hairi!. Schwerin t;oublie pour autant zes ancJèns eom ~nons d·onne3 do la ! t6• di "icm. <t' U ne manqu.o ouc:une ~ leurs r~unions ÇIÙ. aprè$- boirt>, .:::e met Q chc:mfer à pleln goei • Bioatôt nOU$ c:hovaucheroJ vers 1 f.sl •· n onvuyo lll&-me ,r.oo: • W'lnc1hu-:J-clô •, à $ê3 .- 1 vriera ,., des c:lrou1ai:r~ o~ leur p:r:oméUoit la méillou nla"'?. dong io nouvcllt W-a macht Geia fui jugé • i.shp t+'"'nt .. ô une époquet 0~ le qo ,,o:nomont de Bop.n. était enc: 1 ~nu Q ,... ... o~drf" rctllelqu~"' P• ronf:i-a.,s. l.e$ • JlovriQrs • p;vcd t:OU!e--·6 un peu lrqp tôl J~ur 1 Yre OueJque,' ltldlsct6-tions 1<":tdJlOHc~~ Qtle\qv~; dklQTct6 tTQ..., fmoucW.s ""' c;OUJS d"~ t'O:'\fér~ nc<'~ de o~s.se- erme r.qnf le c-hcm~"f!Ht' .. Ô' 1e prl ~~ ~cr-ti"'"~ ~., tro~ bavard nt.-... '·':'.;-mt~ Schv•>jfin. n r.' '!'} ~te lt Je r~t;r.flndro çrujourd'h~ f'l vn.,_ Scbv:,.tln triom'Ph,.~ Cf • ;""' .... -~tcte-r-:c: • d~ 19511 eo ri(>ven•te'1 }911 e"ooir•:i d& 1~~ '-. ~-"'!ir"" de 1<'1~?: doCharlesn ,., r~allttls d~ 1953 - <> mo <T'1e l',nlion do l'o'OiniC'1 puÏ3 ........ ~QitS tous le:; 1 l)Qy$ d~ n ... vien.,,. bn\llever:"'.;-,r plan~ ,.e ce~ M~11;ieurs Ajbert·Paul LEt•niN. • .. .. ' que signiFie l'amnistie Ttwdi~ fJilt ~~ tléroul~ à rAntmbUe .ùtlionnlt 1~ ,JCbul sur l'oPwlntie <tUX collaboraltur, nous sommtt ltt·urtuz <le publia i<·i 1< point d< vue' tl~ /roi$ rê$1r· ltmJs éJltiueuiM, d'opfuiomc pofill(llt~Jf. trét df/férent.•s ·

\)mo,.!
utir .~t;HRAC, Agrégée tl< 1'1/nlvaiilé: M. Robt•ri

FA\\ .!Ell, Altml~rc d• 1/nsiifu/, Proftutur d la Sor· bolln< et .11. Jcnn..Jucqucs liA YOUX, proftlltUr d lu Sorbonnt. C•• diclarnllom. mMirtlll qut lt1 Rj>frlnnu nt font f'rcuv~. tn tltmawlunl qu~ ltJ anrl~'" rollaborttüur• ~,.loft mit hor .... (( (tnt «le nuire, d'aucun esprit dt t'tny~ m~c~. /.~ur &c.-ufr umbition tJI de (/é{tndr~. comme n. l'on( fuit IOIIK I'OUII(JOiion, /ti lnlérél• du puglr. SI .Il. le profruo11r f.':III'TIRR pn1rilt Jll~mc pour une (fNUU)« indu.lytllC'~ à ('jgartl dt:$ /)(•/il$ » CQt/UbOf'fl/tiU'$ il .n'en exprimr }Jus môlns la cralJal~ qut l'amnlttle ue sm/ · eon<ltlérét• t•omm~ une réhobllll•lion ,, Croinl;• /~tin>, lr<Jp jurliflh: Il tlllfil, pour 1'tn <'Ont'Oincr<, d• liu lu Pl'~~tJ~ trJchyd~. d"en/~ndrt! lt>• dlscour$ prouon,.~, au cour~ du dibal dt> r.tn~mblt~ Nallonale, d"ob~~ l'u~r ratlt(Ut/e Ûllll J!aurra1 qui, à l'tine libéré r~prenc/ «Vtc ttrlltur 44 besogne tmlifrflttçaile... ' Mme Lucie AUBRAC AgrôgO. de 11Jnl•onlt6 • Cb.,.al.ior do 1~ L69ioe d'Honneur Croill: de Gutne - ltOMtt• de la: a•mto.ac• u Que Laval va manquer comme chef de file ! " L 1-; 2 Oètobrt», m• tértai" lltJ1t1b1e d~ trim,'n(!(s de gu~rr~ turitnt llbér~1 d~ la ,,,/,on de rf"e;l f'n lllemll,h~ 0<'cidcntol~. Lu • oUa prit• pour r-prtutdrf' du at:nict d11111 l~• co· d~. do hl nou ... u~ ••~nh a11 .. mtmde t~le q"~ lo contOit·~nl le.s o«orJ:. de Bonn. IU~n Mtendu si ron tttJXArle rollabort~titm dan~ /~ mottdtt mi· tlruire (h.:tc de~ s~ntroux qui 1toM •• rien oubUI- ... il foru lrouur dan1 1* domuùre politr IJUC ceux qui. en Frant~. IQut f«eupc:ion.. entonnoi~ru 141 mi. ,.,. dt1111um~ t•amniJti~. u.Utt qu'fil• #st propotff t1fuu. l• prq~t thn'ftu~ rPmHtroit en ff'lle lttt ltodtrl Je lo uahi.ton tl'hin-. Ql4•l domma· ICI ttli"fme loi ne pui.$sc rtuu.stiter le• mQrt~ 1 Ef. qu" f.lwal t'a murltJllf!r comme dt~/ Je file 1 Qutt •eraif'*' lu pogu dè ni).S munu~il d"lduoire d de morol4 s"il follait. d~maln, y écrire que le nîm~ d lo troltiMJn. pU•m. et qut lt di$honMU.r c'eu d • roir oU dire .. non_ "' è fO«u· JXUfl tl d lo défaite ? Câr il nl 1'agit pas de po,.. don, que 6~>141$ les Ré&isto11t.t peU~ttf'rlt (I("COrdt!r, mo.is de ln réiufo lt;tllarion fi~ #1illit Jun1 tow leur1 droits. ti dt la vcmgeanco de Nupélblu tOiflre /~urs Juge&. Si l~s CTOUPft'l de /a trahison H rep-ou~nt, dUu de flu:mn~ur UW'OIII ft /ttir~ p/tU cit• ~~ ~IR· picll~r qu~ toit f«rni ft. cll-noetrri run d~j plu. nobl~· momC!'IIl$ dt rlli.Jtoire de Fronu. M. Robert F AWTIER Mem.br• de l'IM:litut .. Prof.aaeuz à la SorbonDt - Ancien D4port' u Il est intolérable que l'amnistie soit considérée comme une réhabilitation " M. Jean-Jacques MAYOUX Professeur li lo Sorbonne - Roseltt dt la: ll4aistanco u Le fond des choses, n'est-ce pas retour à la politique de 1942 ? " un UamJla~;ues antisémites et anilrépubll~aincs (Suite d• lo pog• t• chOM oe •a paa. Mcnan-cq el ••• acolytn • décou.r•at • in'Yi· htbltmenl • le Pc:atl Ju.if •• la • JW•erle Mond.ia.le •· 0 a4 agit de détourner contr. 1• JuU. ~anonnaqe my1hologique Gf1r,mont6 ehaque semaine dt quelque défa ut nouveau. tout .. lta col~res des bravoa vens. cl' en loir• le pr6toxlo au d••eloppemt'tlt d•• pcu:ioQ lu s>ha Yllea. dea bcùn .. lea plua <"eugleL LE I!.OUT DE L'OREILLE A c6t' ou a:u. troYen de l'<Ut· tldaùUa.me. 1 .. bonun•• c:le Vic: by en mal de reva;nch• mon- 1rtnt clalrement leur objectif pc"tmler : la supprtnlon du r6- gimt rêpublicain. P.our .- As~ts •. commo pour . JUvarol "• comme pour • Fran-ce RMUé "• Jouno'ficl Hl \IJ1• tite ete turc i.dfole. Pa:rce que hW e: •IC'.foc, c'est tu.l qui pe.rao. a:anifie b tema ytux.. non pal ttl ou tel milieu pounl mcda ICI l"pubUque tout o~tl•r•. Us ne "ngera.iont 6videmn,ent pos à prendrt po\lr symboJe (on m&mo tom5)' quo }oa·novict) un de Rhy ou tu d!vt,. ch,qucud.J de la. guer:re d1ndochln• : oon. U tour faut un nouveau StaYialty pour lea nouv84\1x • S!x 16· 'trier • do.D.l ils rêvent. .Do mimo, . A: P" 1• • (2.4 oetc.. L. er1 tro\aYO plu.s ha bUe, pour condcn1ner ltt Droit• de l'Homme d'affirmer qu'ils • -semblent bien êlro loa d:oUs du Juil ot du m't~ut. qui, en permettant l'in_va:slon du territoire na1ioncd par 1'1ng6ronc• ju.ive dans lu affctites frcmçalsH-. ont provoqu6 - et rendu n6cessaire - cetto réaction qu'est l'ontia&miUsme français • (ale). Haro ! donc sur les DtoHJ de l"Hommo-. Lcr ma· tlc»UVr6 .. t CO\liUO de fU bJanc. Dan~ cee cond.Wons l'a:r.r•stâtion de M. Ahsi.o Le L'op. les p<>rquloillOl>a Ul~alea. los proc6dé: l qui pro•oqu.t.Dt fi:.nqui, .. tude et l'incllcJtaeUon d..e toua 1 .. publicains. G'Pf•• ovoir 6t6 longttmps r'clom6e par Maur .. riD no ptuvont ltre aujourd'hui quo bruya.mmont a:ppla:udit per lui. n exige plut oncor&. S'a dret· SGnt cru • 1090 M. Pinay •. b: • l'exceUont homme • 916ce b qui • il ne d6NSpère pas •. U lui cotutUle de •• dl!crire de toute timldlt6 : • n rty a paa de volont6 naUoncJe qui tienne: H n·eal do vrul aouvercrin quo 1• &e~lut public • e\ltrtment elit : 1er ro.iaon d'Etat. l'o:rl»trcdre ..• fi eal al YroJ qut l'ani:iUmiHI• me Oeurit •n Uaisou avec UA climat politique d .. eZ"aÜJ:l,. que. si r~ •n aolt Maunaa U 6tatt inopportun dcm. la situ.ation pr'cente d'outorie•t lo projection du film onUr<acitlt • J.a -ria cf'Emll• Zola •• <f L'au;tor~·~oHon du JJlm aur I'AHa!te D~lua, foril·il. 61all loul oe qu'il y avait da plu• clairement eontr•fndlqu' par la nature mime- d.q chcMa lOUS ee gouvernement ..... Le •hùf Sü.ucnua. it-il donc 6t6 pl ua icdiqu6 1 POUR LE RE'fOUll AU • STATUT DES JUIFS •·" POl' con.a6quent, la: r4pttiSÎoD contre lee tblltcmtl. eontte l•• d..41•1ll•wa de le pcdx doit a'ac .. compag:oar (le eontrCI.Üil aerait l.fteocc:.-yohJe !) de mtaurea cm· ti.Haût•a. CelCL en Ytft\1. de cet a:cco.upltme.ot tradUioru:t.•l. le • lûd~bolchévi•rn• •, lorg6 pca le •ocahulaire conaacr' de l'antJHmttiame. commt ptnclant UJoolque mo:ls permantnt du • Jud'- o-c:apitâllame • 1 JI aufflt de quelqu.. mota à Mo\l.lta:a (10 octobre) pour poaer le • proht•m• • : il d6racu:tu • la presse erj6e el doiM par la Juiverie, dont • l'Human1t6 • f\lt le plus bel ornement •· Donc: r6prtsalon eonlre t.. communia· ttt (a qui se trou•ent altimUb toua loa antüascitltt), puisqu'ils aont )uüa : pera6euUooa contro J*' Juil:s. pulaqu'U. *Ont • com· tnu.niat•• •• Dana Yarticle qut lut YCIUt c.ctu. Utment q1.1elqu" enouia a:?ec la )\laUe-•• Maunoa a: r•c:lcn:a.6. d~l 1• 30 mai. l'lna\itutl'on d'un aou••cru • Statut des Jwt. • iml té de c•lut do Pétai::t. comme premi.or pa.a dcms • t•antisé.ml· titmt d"Etat •· Depuis.. dCDU~ s.o:t numfto dt ttJ)tem.br-e. • Ecr·tta de Pari• •. a d4velopp6 la ~C4me propoaiUou. • Aspects • la: Tl~ prend le U octobre, en vue dt • Hmitor l'fnvaaion ju"ive et do cifçonacrlro t'rnRuonc.e des Jul!s.• OU CELA S'ARBETEBA·T-IL 1 Uu inqu .. lcmle question n poc.e. Ota eela .-a:nit-e:ra-t·U ? Sl Mawaa o tu ICitWact!on dcma beaucoup ct•Q'u.trH domcrineL powquol n•en ~-trait-il ~· d• mEme. la plua ou moins br~•• kb6<n'tct. dona celui·ci 6ga:t ... ment? c·· un (ait d'expérience que la d•rnocrolfe O$t indiv-111· hie et qu'une mesure arbHroelt• ici rl~que è'eft entzcûner d·auttea là. Out Maurroa puiue pc:6co· n.iser imp\Ul,mtnl su .- tolu· tiona • clora mb:e qu'il .. , _powau\'ri. mont%• à qllel point IOJit r.n•• l•• mtna:cu que faU peMr IUt lo pays son Îdfologie ):uubore. n •• , donc u.rqent CJU• toul lei Françall qu.l voitnl dnns l'a..DU• a4\m.ilLime tt 1• racisme un d.on· 9eT pour ta d'-moerutie. un• criteinte au.ar; choit& ct. I'Hoaune. •'unit10al a:ti.n d·cgir ef!icaco· ment. tl lm,pocent silence crox fotDJ1tleurt de hoi.n• et cS. cl.i•l &ion. • Une LETTRE du B ureau National du M.R.A.P. à M. Alain LE LEAP D'éminentes personnalités DÉNONCENT les campagnes racistes dlriu contre res travailleurs 101 Invitées par le M.R.A.P. â oe prononcer contre les campagnes taclstts visant lts travaill<UIS nord-alriC3ins. un ctrtaio nombre c!c pusonn.aJjtte se sont a.ssodé.G à l'appel cl-dtS$0US. No.._. publions au10urd hui unt pr~mi~e li<to des •lana· tures qui noU$ sont pazvenues. D EFUIS quelque tempe, les oem:-agnu l'l!<:ist<fl dlrigéu contre Ica travaiUeun oord-afnaüo• croi_.,t ~ violence et en ignominie. Une certaine pres&e s'est fnit une 11~<iall~ de publier, à propoe du moindre fait ~ .... de. inforllllltio:os t~ndoncieuses _oar lt:ur contenu. o:s leur pr&c:nation. du oc.cu .. oations puru>ent gratuites. que la rlalité db:>tnt atlliSitôt et qui ~'111 6 <Ücddl~ II)'Slim~uJqiOCilleut tOUte une «>tégorie d'hommes ~onnita, à nUa"" oeu.lo!mut ~ lcunt orl~ et de leurs~ phy•iquea particulimo. Un journal pari&ien du. oeatin n'a·t·il 1)3'$ étê jll5<ju'à e'>visa'j <c l'applicntion aVJt Nord-Africains vivant en Fcrwc<: de1 meaurea de s<grêgotio,, de d.i.l;ttimination d de tttre>tt "-" •~~ase dlllll d'autres )>Ziya 6 logarcl dl:li homm.,. dt c:"Jku•. Le pa.listanoe et le =ct~re •PP"J't:nment coru:ttlt <k = é<::ita Kn>!:lent icdlquer qu'Ua r:z soot düs J1i au llasarJ ri aux trTturs lortuiks de !curt autwc. Le.! .,,....,anelita eoussigntt. cltnon«nt ett a~>n, indlgn~ de notr• P">"'• C»J2llJ1Îs eu mt pm de l' ~.nlon pu!>liq e_. " Biles s>uboltent que les euto1ita c<>11piten.tes inlt.r• vieMe:>t oonfol'lllmoent à ln loi, pour faire cess<r cca c:..t:l;>a!l"'" d.iOEilll:llltoiru d'uciU.Iion b ln baine raclst~ Erti ~•pellen.t la population à ulgu le respect do.• i~ t.."!d.tionDelles a. FraDce d'ignlltf d de fmtt.miti' lwmain~ SIGNATURES lut.:iou pa:eifiqua du problbmo al· lomand.. c~ .... la roiaon du di~ vorce grandissant entr• )"opinion nationale qui ae re-.cdllt et nos d'mczrchours inlematloucrwc qui a· chondo!1D-ent. Oa:D$ une lettre batemeUo à .notre 9fand ami A.lala L• Ltiap.. d .. "nu à Ftoanoa pour a:Yoir eu ral•on oYant l'boure - notai 'crivioas, évoquant Zola : ~ La •6rité qui ne saur

scfri BLUMEL. UftO r•ulo.o. du Comit6 d'acUon du M.II.A.P. Dcma lor& ropporl sut lee ta .. cbtl qul 1'lmposont au MouVt• mtnt. notro aocr6tcriro g,D,ral. Chcrrloa PALANT a oouUgn6 1~ ntic••lt6 o:ua&i bien que la pot.· aibllit' d• ronforcer et d' '-1Cir9ir t.-cor• J•action elu MJLA.P. Lo cüocuaoiou q,.; .W•II co:Wmcr. peu 1•• exomptH apport•• qu'un J)\ÛMonl courant d'union a. manUestt G'Ujourd'bui en France. capable de s'oppo .. r eUlcoctrnent aux propagcmde do haine. Alfrod GBAN'l' ïnaista porU· c-ullire~lit aur 1er lutte t:O.Dtrt la rati.Bcctiou des eccord.a do Bol1l>. aiaal quo LoW.. ALCAN. qui pro-a l'orq02>Ù41ioa do dét6gQ11on.a oupr•a cf•• éiu.a. le prafe .. tut Pierre MORHANGE. St un remcr:rquo:bl• exposf su.t l•s Misons qu.i crm•nctiorat le MJl..A.P. èr C4U,brtt 1• CÎDqlJQ:Il.oo tenaire de Zola: et l.orita: tous 1•• mili1cmta à contrlbuor c!o 1outoa le~\Lrs force• au cucds de la aoJr6o organtt6o le aomeine suivante. selle dt1 Soci6'-'s sa. .. vantes . Apr•• lea l.Dttr•tntlo-na do CoJett• MOBE!. lW' !a s.!tucrlio-:1 et la défeuse dt • Droit •t Libert6 •• Denise DECOUBDEMANCHE lut la pr4paration du Gal~ do Pleyel. do II:ORNBLUTH aur la: eampaqno d.. Cartos d'Amis, el do LOCHER aur cü!f6tents a&pecta de la propagand'e contre la proaae ma:urroSJi•DJ:to. M' André BL'Ot.mt.. pc6oldoat du Mouvet:Oc.t. tira IH conclu.clons du d'!x:rt. appelant cha:cua. à: redo\ lhkr d'efiorla ""' qu.e dons toutes lea soeuonl toitnt rita:fi. d.a de tlOUTOCNX progrh. UNE JEUNE MIUTANTE ACCIDENTEE Nofrt amie Annie ~vy. jeune ~t t;fli\"'u6e rnflitcnté de Mont .. reuil o 't{l victime d•un occident otol'$ qu'•llo diffusait c Otelt ot Libert6 •· Qu'avec notre offoctueut+ $ymphothie. el~ trouve Ici nos touhort$ de prompt n!tobltsumMI. DECES Nous ovons oppria ovec une profonde trlrlcste fe décès ete Ml'l'lo Ro;o Loche~~ époU$0 dt nette omi M. Locher, préJIdtnt dt ha section du M. R. ~ P. ete livry .. Gorgon. Que M. Loc:h.er, dons 1t de4.1il ctut'l qui Je froppe, tto01•• id les ftolftfteltet con• doltai'I"CI'J. d~ Bu~te.v Notiono1 Bnniour cnarloll Un grand film antiraciste JI y f.t ônd Gill CJu";} n'eJt CP· uu ftm/,.r n(}tr,. ."()l. D•jà, à ce mnmrent un• /dltl~ en d~lire l"<t-· 1 ait turlmn.O. 110rtl "" triomphe ... (-.'lurdvt. JrpHÏJ. n'a Cfr.t"lé dt nr;.rit,.r mJI·uo •lf~.ctitm. Là um .• ,f,.~'" ri /q ~ftridiMf.ltfef' de tou,' Mil uu « Pf>til flomme , àeo ltJ - Utct'r. r rt l'Ur ·~ o._, IJetit barb;,., juif Ju /Jiclattl~r >~ p<JIIT ••m omwl dtl.f homme-" qui .el6tn• ~il Ji ma.,.mJiqu.tmMt c~ film, à ,U 1 ,.,(ou~ •·1 pJm prit( de nOl'-$, n C~t·o/t•l'o. 1~ dloten ui.ste Jt> 1 im,.ll~f/11 ~ qu~ nom P.Ouvon1 appfl;udir ~n c~ moment à Pari$,. Il ~>•1 Jwmnin dan~ le rire. 1n.· ~ /1/1 fil COJJfti.&~'UX ju~qUé don.) Ir. nmmf!lll~ <fiflidles de .~ •·ie. F:1 rrv)·r: bien qu•e)ta cc mo" '" il t-it. o1·ee Sd /ttulille Jts (IICII/11'/U• dij{lcil~-• J'm,rra-·l·il qui ou non I'Ptlll'n l'lU { 1• s. A. ? Von. dit- tonr.m•f>1 Jint·raJ Mc (;rfTIH'N'I)', q,fi h"t'll.•r. (1«~" f 'fmi>· ril.·ntt Le,i.<ut. Charl(u de {1e11t .: 'rtuA bien! 1 -c.turpitude mora/d, tl'apporlencnté tiU Jlarri Commu· ni,u·. Çcf' qui ~>û /flll.:tJ oinlÎ IJUC tl• mi.~ri-1 l'is·Ô:·\"i$ de la /f!mme ... ILIVl?lt:J LA NAISSANCE DE p ar t: P!t'1trt.. ;; Pays birn-aimf • (1), l"Oillan d' A,l.A l'\ '('fti:i. t•r)o:ttitu~ U1l duc-urnen~ bQuÎt.vtrsant .Sur !"Afrique dU S,ud. L' aute~r. qui tut lnnJtleJ.l)'PS profettseu,.. puis dtl'int (lirt·t~lt:U.f d\m camp de rtdn-:\Stmt'Ul pour jt:uncs dflinq_uants, déJ)elut ~ans haine J,li ~)our l('.S Noirs 111 J)uUI' le.~ Jll~c:.s. l~s al1'ut-t:S èvn~t-quc-necs du raci$lrif'_, çt au..ss[ b lutte menée par )es h.omnlt$ de: coeu1· Jkmr hl (.ratero tt6 dei! Nltcès. Oan ~ un :n~• lc: )-lti:sbsant dü simplic-ité ct d ~ pf.'W:sic. oil fl.oufftc un amour prof<Jnd de rh!)mml!". il rat'ODt(• le:\ mé$a,•eotures d'un pastt ur Zoolvu. venu à. .IQhannc:-~ bourg rt'Cherchel" $0}'1 fil~. S6R frère ct Sfl soeur rlcmt ji es'l Un.!' ().OU\'t.:IJe:~:. N•ms tlécouvr<ms a)u~ eommcnt. pu 'R f::tim. lc:s v('xallo.n.~ .. les iPjustlct":., un~ e:<J)It1itatJQn .éh(,ntée. les: raeiste~> s'cfl'orct"'i\1 d1htl• mtJicr~ dt: démorAliSer l~s· Noirs. de l<:!r rédu;rc à l'ft.t~l U~ c ~OU$•homsrtts • pru.a.t' Juslifler h:.~ pi"'prt! « s us~riorHè ... Ou peul re«rttter que J'ae!ion \~ igoure use menée f>:tJ' ltt$ it\(IJl'$ pOu•· améHô,n.·r· Jcur ~ort o•:.ppara~~f>e 11As a.ss.e.t ocuemcnt <h•n' h.~ 1ivr-6 d~Aian Patun. On peut auS:si ne: pas IHl rtager se.lt conc1usion:t, le:;.quell'e$~ ttt.l,)ique géné-..l"'etJSC:S. ne 1 ienllent p~s toajour-s eompte de l.:l réalité ét.•onomî<(Ue ct l;.ls'$t"Dl l'n su~>en~ I,icn de;$ probltrmcs ÎmJ)Ochtnt~. a-Ja)l!> <m ne J>eul que mieux t•wnprr:ndre t:l aimer 1• A(riqu(_· du Sud; à lire cd tt n:-uYre d~sor.m;,i,S dassiquc. l\oul\ ('n doDJ\I)DS cl-de:st~ous \nt e~rralt <lUi, :.vcc:: un~ ~rt•té mèlét: d<· t.e·ndre~sc, illustre ln èQJldiHou dcl!l NoiD. TOUTES les route-a mbuont à ·JobaDnosbo\U'g. Qu• vous. soyez: blancs ou qQo f0\1$ .soyez noirs. •llee vous m~.oe" fonl à. Joha:nn•sb.owg. Si la mcjtson est mauvuise. il y o qu travail tt-Joharu:tesbourq. Si l_es.. ..i m~ts a.on1 kop t'ourds. U y a du ,ltct'tcrll tt Johc:nnesbo\U'g. Si la .ferme eàt trop petit& et ne peut pc.a &!re divis.6e dcvanla.'iJe, quelqU'un devra s'en aller à JOhatÜlesbourg. S'il y a un "oniant prêt à: naître. qu'il fcruf moUro au mond.o en Hct"OL cola po\U'ra at: fêrue à Johuh.. no&bou.rg. Le$ Noirs arrivent à Alexandra. à- Sophiclfown ou à Orlaqdo et ess~yent d3 louer des cha:Û'Jbrea ou d'c.cbeter une partie .d•une moeàon. - A'O'OI"~VOUS tmo chcun.bro ar !ouer -? - Non. jè ne lou• pa:a d• chamb.re. - Avez·vou& une c:hamhre à louer ? - EUe e&t déjà: louée ... - Q.ue fairo. nous qui n'.av~ns pcû de rnai&on ? - Vous po-urrés ottendr.e cinq CU1S une mcr!son et ..-oua ne serez pac' polus avanc6s qu.'au. premior jour. ( 1) • Plf'tlft', 1i Payt b-itlt•itlml :.. pa.:" t\ l,2n Pntrm. 1'raduJt de )'snglals pn.r Denis~ \·an :\~opp~ :r. firlllions Albin )tléhel. · Alan PA TO N -• On dit que nous sommes dix mille. rien qu,'à Orlan4o. à vj vre d.cms 1•• mois one des au Ires. - Tu entends co ~up dit Du..bula ? qu'il faut que nous nou.s cor.struisione nous-m6m<:»t dos maisons iei à Orl<mdo? - Ei où eat~ce qu'op lé ft construira ? - Su.r le lorrain vague. le long dO la ligpo do c:benlin do lor, Dubula cil~ - Et avec quoi osl··co ~·OA les b8:Ura? - N'importa co qu'on trouvera.. Des •acs, du plaoçl\e&. do J•hotbo: du void èt àes arl>ieS do& ptcn\tatioïls. -.. - - Et qucmd il plouvra ? - Sivafa. Alors on mouna. - Non.. quand il pleuvra. ils seront hion obligés do nous const:ruirG doa mcûson'a, - Coat do la foUo. Ou'•st•ce que nous forons c:et hiver? Six an.a d'attent• PO\U une maison\ Et aussi p~o{n•• qu'elles soient. elles se rempli_saent Otlcoro. car le; gens continuent a arriver à Johannesbourg. Une qra:nde guerre yÏe.nt da fojre r:age en Europe et en Afrique du Nord et l'on n'a pas .b&H de mcdaona. - AYei .. vws oD.fin. unt maison pour moi ? - 11, n~y a pas èneoro do maison pour VOU$. - Vous êtes aûrs que mon nom est sur la lisle? - Oul votre .nom est suz la liate. - Q1.1el nutn4ro O'Jt•ce quo j'ai tlut la li&te? - Jo 110 peu.~e 1)<18 vous dlre. mcri.w YOU& dovoz itie ve.ra le numé~o 6.000. Numéro $.000 au.r la USto. Cela &igniJie que jo n'ctur<d Jamais de maiSon et le ne peux pas rester davantage là. oü je suis. Nous ·nous sommes disput&s.à pzopos.du fouine cru. nous nous Sommes ëlispuMs à propot dos e_nfCU'lt.s el ie n'<riine par la fOÇC?n dont l'homm9 m.. teqa:rd~. 0 '( Q \lll ter'!'<"~D. 'VP<l\18 l,e long de la ligne de choxp.jn d• fer. mcdt qU'and U plou!fa. et ob ht11er ? ... On dit qu'il faut ra.ssem.bler, des planc.bes et dçs. s~ea. et do lez tOlo~ et des J?iquets et iy installer tou.a en1-emble. - AvM-vous enfin uilo maison, poU.t moi? - Je n'cri pas en<:ol'e do maisoo pou: v.ou,s,. - Meda il y -a de'-'x <Ill$ que jo suis sw la lisle. - VO\a.l n'ètos qu'u.rio déln . .,taa.te, ' • • • • • • ' . • • • • • • • • ' . • • • • • • •• 4 • • • • • • • ~ • • • • • ... ' Celte nuit on travaillé a Orlando. Dans toutes los maison, s. il y a doa lUmièreG allum,es. -'J:e p~,-torai la t~lo et toi, mer femme. tu Porte-raa l'onfant. ot toi, moQ fils. deux pieux el toi .. petit& apporto aut<mt ~· sacs que tu peux près de la pgoo de ehet:l)in de \fer. Beaucoup de 90na vont s*y int:tciUOr. on entenc! déjà 18 btui.t doa: ..POlios ct dos martf! c:tux. n fa:lt ,b.&au. la nuit est chaud• ot il no p~ut pc:s. M~rci. mon~~1eur Dubulo:. ce hout de terrain-là n.ou9 .con.Yient tr•• 'bien. Morei, monaiour DubuJa.. voici notre ihlUiog pour 1• Comitf. UNION, salle des Sociétés Savantes sous le signe de 16 J'accuse iSulle ct. lo POSie 1 ~ «:rue~ Hadamard, U'ltmbrc de I'Ludtul ; ,UQ,r~l ~11n~• .. nUMI Je p,rbti.J~nt Edouard Jlf'rriCit ; J'éc·ri,•ain (:Joud~ A relir'-c " Jo: pol·t... llenrl . /JtU$M~ . Je- peintre: 1\:r<Jt. 1~ ~ruf~Kt~enr Pinl'e' Charles, ... lrfrngo, Ir püt~ur Yi~n)'}éy, uinlli true t;1111rlr~ Pt,Ja:,l, ~fJ'Hàirc F-é· uét•l du M . .R. A. P .. ~ t~s mt-tnb{ t-11 dlJ ~~·rito riut Vu :Uouv.:o'>~ mt : 1(' H. 1). Oers•~"~ All~r• l t~u.dinP, AlJ,d·t l.ét'Y : ,.nliu Jtan Mttrcur~ tt Pi.er:'-C' A1~0 qui, t~ut ti I'Jieur~. Ct~ff.;,nt ttl•pJumflr dh lr;xle" d~ Zo)a, .. lltult ht wrlle1 ··oude ia oruude. l'buvi('.r r-1 l" J)r'Ofé~~u r, la. m~nt1( ilrt i'l lt I'"OnlmHt-'lnl. l'orti- !!O"'n toi le\ f"h~rclt~ut ~c-ienri.fictu"', U"'~tionnc:nt dun wêu~t co,ur l\1· niit t\'rnbo1b:ée ~ Ica trihune t>-1 p· .. ~pr~i d'"ul!- icqud eUt ·s~ t'è.:tli..JW - wtit~ ttUi armont'4:"<, tlUÎ c1éjit al>nfoitQ"•~ de nou~lh·!S "lc.1.oi4 f'~flo .,ur l~w. f<Jtcttt dt: l•a!ne qu" f·ombuuail Z6ht. Et le• upphautlias::~me-ntJi: IC's- plu.J f"luah::Uteü_x \ Ï('ll"Mt tilllll dc..u1c ~lt· 1ft jeunust: uni~~l'lJitWN", l:u ... s•;nh·nl rt>p~nlêt : •J.e l(lu~e- till xPut•ro9itê, de tQllt~ ).rm urdtur t;l r~ ~'1)UmHmit tl\o f' ~ Ja mCn\OÏi'-e tiu J,rau\1 lt•an~ai .., C1ui n ~ lui po· ~mir plu~. "~ s.oir. lu trub<Ho.l an~toi~~t' dfl 13.98 : < Où 1tllez• H.U(i., jeun,.,. ~en~ où iij,lf!'Z•vôu~, ~t udiants., c.aui N;urt?. ("'l l)flndc~t par Ir-' rUt"t ... • M• And râ BLUM EL : « Quel exemple d quelle le;on! » .Ap1';.* ~voir donn6 lt."cture dt-11 Pl('NI•;;t>\!-!f rru!re!~ ('al purtitüli~r "'r *'" lltft.i.~cnt Edvmu:t.l IJ~rti( JI. 1'\1 YW.a />'urt(>, M. Mtm1aer· rillt-. l'~ .. iüflna du Cqn!Jêil ..r~ la lh~l,u,J:Iilique c-.1 te Pr Ja<·\IUtr~m-· lt' Zt,fo, M• Audc:é. Hlumf'l. en qut<~lqu~"" mou. d~inl-t'odùt'ricm.

.vuhgn·C" .. u ,.rt. t.,. tJUc le M.. R.

A.. r . ., \oulu (.'~I~Jm:r c; lt· c:-1- IOYt'•' ,;ul f'Oiill!ttt 1 .. di~()it Ju•~· rf-'-"• "- {IQf' h~ Jrwbte /t~(C:P du l~twnil N du J(én:'e > trrh•~ ci Wfl rQ)'Oifll!"mt<nl, t-~t>~t ditiblrfr n,,,, lau~ d011.t fo buU.illl! pour la /mJi.ct. ~adtQitl ronMierhmf>nl d" qut!ls Qtrfù.) d'rmltttge.t il al/t.r't i-trl! •·"·wrllll •· \1 SlU1utl n.ppcllc dans qlwlj.,.~ •·.,ntiUionfr w'~ngu~r-a ~·~uc. u_.. taiJJ ... '"" mlli.UI!. d~ 7.uta ? Il lee. • • ~spli<tuet~ ~ fOn Jlt;'Ot.~ll ( )« "" rnr~ ("littl·• q~ mQtr tmr~ t'f"flU tltm' J,.. tr~enJWn,;t t'l dflll& l'injwui<ee. On J)fiJt ttrtt frapJJ~ r. Un juur, ln f~YJ~ m~ rr m~"rd~·u tf CWQJr QiJf! ii .)(lUt'f.'T t~(Hi IIUmr~.,,. •· ~:cn,fhuunê, Zola mourra e.:i.ru\ Clue wn lif'Ot'd 11it il.; rt}\ l~. ~ Qu lm port~! ri Y.olu ! ronf'hn i\t nlum~1. JI ton~ru .so foi, ia /QI' dùn3. t"humnnité.- Jt ~e rt!m ~l ou uu .. •fJll el t>ublie 1~1' Qudtr# 6t.xmgiles, •·érùa.bl.e htmnr nu flro~rr~:c, Qud ~.temtil~ e1 quêlle ii':Ç(Jn ! -"· Aprèl 18 li:Nure de < J'a('t•u· t:t: ~~ vàr Pi~·.rrr. A~.5o, que Jy tiullt <.1\'»t~OrlrJt' lo!'~~nu·nt ~1n): Su.xanne Collctte-l\. 4.lu1 préJ'.'ntc 11 fa tdhune Je tli.s~·uun. ,J,. 1\t. Emi· le 1\_aJ,n.. M. Emile KAHN : « Comme ou temp• ete l'Affaire, les vieux po: sons s'infiltrent, les vieilles haines flambent ... » Cabcm•vill& ,; os1 batia on une nu.it. Quelle surPri.so pour lo.s 901U qui s 'éveillent le tenclemain ! De la -fum,,e.e t ort eptre los saes. et il y a déjà deux ou t:ois mo.l$00.1 qui ont d,es cheminées. D y avait un joli tuyau do cliemin6e pa:r tone près du poste de poUc:e à# JO.ipt-owo. mais je n'ai paa 1aH Ja s.ptti.se de le t'CitACIIIOI. Cabanoville s'est bâtie t)n une nuit. Et lu JournaUx en aont pte~ns. D y- a de qrand·s mots 4crita. on qrand.et malus· cules. et des i.ma~ea. ij99wd•r.. c'o.t mon ma:ri. lè dobdut à côt• de le mail-on. Mor malheureusement. Je &\lis at,rivée trop tcu:d pour la photo, Ra nous app-ellent les Jcrnt..JoQ:is. No.u_s $Ommes los aans·lo9 ~11'i. Dana ce gl,and 'riUaqo fait de sacs, de planches el de HUe. on ne pcrye Pet\ do loyer, on donne a.eulemenl ·un sh~ing au Comité:. Cul:>cmeY:Uo s'es-~ b&tio en uno nuil. Lu peUte touoa,s ., tr.&s fott é l con. frQI\t brillo commo du feu. Ço m'onnuyalt de la e,ort1t. mais c'élalt la nuit de l'emm,naqemerit. Le- vent lroid aoutn~ en(Te les sacs. Qu•eat·ce qu'On ftra quand il pl•uvra et en hiver ? . CG!me·tol. mon onfoe.L ta mèro en-t l)fbl ct• {oj. Calmo-·toh mo:\ on1ant. ile tousse pat' comme ça. ta mère est ~ba de toi. Lnfanl tousse trbs fort, son fr9nl c&t plua chaud que le itu. Calme-toi, mon enJcmt. ta mEtre est pr~t de toi, Qeborli on entend dea r!ro& el des plQ:ia-ant.,de~ des coups do pioche et de marteau. et' dcc app~is dons les laJl.gUe$ que Je ne com· prend,. pas. Calme·toi, mo~ enfant .. U y a wie jolie vaU4e oà tu os néo. L'eau chante ~ur les o;erres. el le vent noua rah·ate\ Jit, :tes héles descendent èt- la rivi~re. •ous los arJ)res. Calm&-toi mon Emfcrnt. oh. Diou. eolmo-ta. Dieu a.ie Pitié de nou'i.. Christ <tic pitié do aOut. Hommo blace. crlo pitié de nous. - IJfon.siou.r Dubu.ta. où est !e docteur ? -Le. doctew aera là demain m.alin. No c:raignu rien" \o Comité le- payera. - Mais on dirait que- l'onfCIDt va mourll. Rèçt.cttder. ce aang. - r.o n.o sera plus long jusqu'a.u matin. -C'est long qucm,d un enfant m~u.rt. Quant le- coeur a'tUrày~. - Est·(e qu'o1\ no p• ut pas a !ler le chercher toul do &u!tEI'. mooeieur Oubutcr? - Jo vaia esaayer. mèYe. J'y vais toul de sulte. - Je •ous remercie, monsiou.r Dubula.. -Dehors. il y a d•• eben t.D. dea ehaJ;tls cru tour ct• un f&u. C' &st • Nioosi S1kolèlt l,Afriko -. qu'il-' c~antont. (Dieu pto· tèg:e r Afrique). Dieu protège co fragment tt'A!r\quo~ qui est à moi, né de .mon corps. dans la douleur. nourri d& mon soin. cV-D"l~ par mon coeur. parce que c'•st la natuto àea femmes. Oh. tepoao doueomont, polito. Doctouc po1.1rquoi Gst·.ce ~e VOUS ne VODC% pGS? l'orf!udl y fl),nl <,~h~tlt•)'-."-. Or ltt jttsJiC(! tl't.H f~$ p(I,Û$an~ ... : é; Ju~t>r le.$ ltomm(!s tm blot, c't::U ~nulripliffl' ff'~ il'lju&IÎC!!;, ••• c: Zola, puurGuh·il, a eu prki,<:. I!IIJf'llf Ir c.:CHtrage df' d.tcl;'""' Sf!J c<>tu..Ji,.d.mr~, (('q/let' ~·Uttln• If' ... o:r· t~l!•, ~e tedwrrfu~-r lu virllê, d« ln tU/endr~ f#Lt ü pas. CrtiC"t• ti lul i.l :r a eu tm ,qrr~m.a de lu jmtice >. Le t:h~noint: Viollt't not,. tm·o· re : < lüurc pt!rti&, •·t1ir~ emre nt:r lions c~ sonl lts pasrJi~n~ Jlf.ll!Charles 11 octobre 2013 à 16:15 (UTC) t!.s fllf·' t>riit•()quNJt lt;., /uttP.t f>l lm' J(uen-~1. Ce .som elle:t qui ""' fait nàlll"i" 1 Mtlérismf.> : " Nou,, tiO/IImes b• r ct·e dè.f ${)igntur~. JtmC IWtl~ ac-QII:t IQIIS /Ils dJ liÎU -., l)rot;la,rrtlfi~;u li>,., tWzi.$. L..ts fa$ci_r lP1 irulict~ u/Jirmolt!ni '~salé,nt ttl: 1t /,tt J),(r~ (t «CIIt]rmr~ TftisQn >. ~o:r l'orut~ut• 'ouJi~l'lct. o.v~c· for· tf : c. I:homnte jusu• dtli-1 Î'lrf' .!lut· Q""f(JH>il tl "f}JJJ$ pré]u;;b. JI dt1i/ ~lli3!Jf..r~t' lt'$ IIOmttJ~$ t'Il. IW1I que ~l.s suns ~·t dflnHJnJ~r (H '" df' f~(ltttr $~" f1~c.\' 1-111 )ut(<•nrr"'· ,:•;t.c \~ni n•)ÏT$, blunct ()u ia.un•·J.. ~ït$ #'1111 ]uifJS. Clrft·tfèn.t 011 llrr ~11!mn"~ ,, <t Dé/endre la juMiU; f"UQ••fut· il, t f!\l U.o'tt]lt!'r Pif~ amne .. rn. C(Jn~tquenc'l!f tloulourf>u .es <Jui f'll peur,.nt rê&ulltr-. SJ }t:. wiw cTfJ)'dui, cr'est "tJUI! ft• Clu•itt Mt ,,.,,,, mf41id~. Il dl.~fllt lu 1 •;rlli d llm~. t:ltX" JJiut (JÏ~'.nx cnmtuf> t~u;r J14wt $t~f11ÙJilfM. Il Il ~Jrl!/h~ ,,,,, trwlfi~ flUe p(ltd-r~ .$a CO)tkÎt-nrr. J '/rommP - (!( Ç01(t")~ CI'IJ)",:Uia j1• tlb : J~ Di-ut Joit bcmmr.e. C't-!ol ('Onunr âmll..nt d~> /(j ;u•· ÛC,P r11te j'ai cru d~ rm.m rii!C'(Itr tlè m'ussOC'i~r li lq lu/ltt pdur J,; JU$1-k•f> {1f>miîml l't;./lttl,. Ort>Jfu._ ù Cf'Ue l~tttc t)Ù • J'm•('ml' fJ joué urr rdlt- d~ (Tremil'r plnn. M. Je<tn FREVILLE : « Si les idées de Zola ne triomphoi_en~ pas, l'humanité périrait » M. Jl•~ n Prt~\•ille f\ oqut1 (OUt d'<.~~t(ll'd. ~n un tuiJIC'ou wi&i~~tltll, l'tt:uv.-.. lloérair~ dt! ZtJIOl, qui c~t toUtl\ ~"ntiétt't •\' tm cwt• (1t /llr' .-u 1 <:u-.mir, un rtEgvi$it()ire tomre l'injw;tice. '" 1/tt-~lwnc;~lé, rh,.,~ f'ri.tieJ. lt f'On/ormi:mle, 1~ lh(,tr tir-3 qui abais,senl. dinib"rC/rt t>rt mulil~nt lu t~r$oOII1t<tlil~ h.t~mni· nè ,., ., Il hP (tmt (!Ci$ ('TOire pour· t!Jth-iJ. qu,~ c'tt!o.l l'u/fairé Or~yfutJui d joit d.- Zola wt apôtre. C ~~ /JnCi..<témcm ,xm;e qtl'il ut· t rib~f(à à P.étrit•aiu 1111e mi&si(Jn

c<kJial:..'t un r(ilé mt>SArttniqt~l!, qt/il
A tJiongit Je, roure M fOu!fUP m~

c..'oeur d~ Ir; titêM~. l..o tatuP tl"~m irmocent Jui M~m!Jlu <f.ifPle de ~ur t'Îlet llllf èroi.cad('. lW~ $€' C'<.on· fq_ndil liOUr lui (U '(C /Q cfUJ.Se ml1mé dP rluunaniti, •• ~ Et t•<mn~ur monlre que • Pfl" ,,.i<Jt4 dtms l~> stn$ if> phu pur. 1~ plus él.ftl.'~ du . .mt)t ~. 1•auteur dt< c J'actu!'t- ~ 1 ~ t i• c fl.litlé por &n pa.<i.$Îon de la r~rité « de la ju~ti<'~. . m((i.<t qt4S.si tMr .son amourd~ 1« pni·x t'l du trtlt'a:il, q,;'i( (I:MQC'Îe illd.i$$Oiubltm,.ru > ... Plu"• lir-a"'l h:l't le('un~ di-" l~o:w yro t\t"N)mpli" pnr Zo1u, M. Je:m Fn~\'IH~ dt:clure est~uhe : " Depuis l« nw.n de Zola, dè$ milli(jru à f.tre~ /Jumain.'• Jvnt tf• ,_pu( l'rim~ /ut d'érre Juifs, ont phi dtm.- lt•$ tllflltJbT<eF À gu= ft (fi.3 /vut$ crlonurcoirf',,, l)o n(Jtne.l· feA ttJfuir('$, 'iJIIÎ Tf'PI~flt'ut k.1 fi· rx·fd~& hrmr~u:c: t:.mp/oyû lors c/,. tu/Jafrt- J)t'tyfu$, om étf. monlèf'$ ~J. $f:- 'mdutttnl tlmt.it /to,t (tffi'tt qfi tét!Ü fa rPw·lion ... c l~t q"f' Co,ygm::·notu t!ll Fraw "" mPmt!. ltuif tmt "IJ,.;., lu '-'"' [,,if'IIÛOJJ ? P~ trtûlré~A tel4cltJ.:4, dt•t r'é~Oitl'A pour$tlit·i-*.... !Y .. HOWt y LTOmpOnJo' ptu. Lc.'f ttfffi!r> ~" à lu libt!UI: dr If' (lrt!t.."' ,., ~u.T lib~rtés indit:jduelltt$. Je~ iw w. çPftllltJJI!f. crtbitruire». du illtul· p..:lion1- ob~urdtf d'aueinle ii /1~ ,.,,;. t· ~l,;.r'ie:l!r tle l"f.t(Jl.. Mut t;t>ln cr~e une fiCirtOsplrèr~ lff~{olf.~ ci.ste, pr()pÎ~ d routès /~t$ o.btU~ C,U< •U•t,' U a_ IUUI~ fel Ot<lfnllr res •.• c. Mai$ 1~, lromntt-6. au pom•oir nnt IJ.~Juu (Jifiti.ntr rr lwf<m"-r- (t'( idees tic Z,ola. 1:.'11~.· ~om f11mJti,... Miles. Hllt4 c>nl ~ui& IWf" lf•rn• lmn':.('lf.:,'e, S( Plie$ ntt triUmJihtli~IH Jxt$. /l.rHttanli-G pPrir rtl:, , ftt.·mMic>r à la mi>e~t~ ttJm~ IJr.ttrt• l.'ittjU$.lÏ(-6, $'uppfl" ri ln tridiUttt•• ~~ o11.t p•u&utltm, ur c;ia!er. dP/tmdtt lél polT, rmpEtlt~ l. ia $1um·c, t~ furflll là. •·cmdut ·il, /e<t pr60«UJICUiOnt m.aJe.u· ri'.( d~ Z()?a... c Aujourtfhui1 des l#omml'i.f, r~nu~ tlwo difftumU pf)Îiil• dtt l'lloti.:OIJ 11ttliliqut', ..:tt' wnt Tf>ll. f"Onlr~., ~ur ~ue 1rlbrmtJ. JI, om comtmml~ dam tut., m?m~ /t.•r nour, :Ctlft.t' t égide a~ lu/a, .,,. /111. $4f.lOn r~.Tpi'JeS"ft)tt d••ttHt10/" f'rfl.m;P. un me)m..-nt ,f,. lu Hlrf'riOJCr lutmafne '· t: Qu'uul! lt>1lt ,,.m·onlr.- " re~l~ fJa.t }oruu IMdt:m•tirt ! ... > « J'accuse • M. Jocqu.o UMAN : reste plus que jamais d'oetualité • Une conférence d'Henri HERTZ - J'Q;i on.-oy6 chorçhor te doc:tour. mère. Le Comité cr onvoyj,r uno voituro pour ramoner le doc:lour. Un docteur noir. un des .r;1&tres. · - Je vous rom.ercio.' mona:ieur Dubula. - Voulez.vouf\ que Je leUr domcmde de se taire. mère? - Ce n'est pas la peine. EUe n9 les ontond pas. Peut-~tre qu'wî doc.teur blanc- aurait ét.6 moUleur. tnaia n'importe quoi docfour pourvu qù'il vienne. Peu inîport• qu'Us ae faiseut ou noit. ceS 'bruift d'uO pèrts étrOAIIJ&Î. Tai pour. mon mari. EU~ brûle ma main eommo du feu.. Nous n'crvo.ns plus b~soin de docteur. Ni doctou.r llcç.. ni docreur Noir ne pout plus rion pour oHe. Oh ! enfan\ do mon. vontro et fruit do. moh d6str. <:' 6tait ploisiÏ: de tenir les peti ~es joues dana mes mains. e' était plai!'d de untir let menue pression dos doigts, <:'était plal.tit do sentir la petit• bou~be t·:rer sur mon so!'Jt. C'est la nature ~cs femmes. C'ost lo lot dos fémmos. de ~rtor. de supporter, do qard,er ol d• peJd.rc. . LP.& hoT?'-,.,.81" 'tl,-~.,. ,...: . . 4 ...._ .. :•t ~ r': ttbcmovS.Uo. Jls prenneni des pho,tos de nous e-1 des f!bns pour le ein6ma. lia rogardt-nt ot Us se dem.o.ndont ce qu'Ua voDt pouvo~r faire. Nous sontmu ~,1 norraftr,.ux. Ouo dpvi~ndront c~J.a pa,uvree (Üablea quand "l pleUvta ? Quo devi.C";,..-',ront ces pauvres diablu &n hiver? Des hommes an v jtJ • 1 .,, lU(I arrivant et .Us COOUDe~çont à nQus c~nstruire des maisons. Ce Dubu1ct o-st un. hotna:lC hto\tigent. il avait dit qu•Hs. le feraient. Et il• n'ont pas nhat.it commonc4 de C:OD$tnûro pour nous. que d'autrt~s Noirs cuT~•onJ dèxu' lCI nuU. do Phnvi.Uo ot d'Aloxcmdra ot de So~hiatown. ct eux auo:si con:unencenl à !JO falniq\lot dos c::o:.bcuu:s f..,.Hea de &ac._, d'herbe, de t61e ot de piquets. Et lor; hom.me~ Flancs revie-nnent. mais eetlo Joil'l c'est avec do la colèro, non r'_lua (l'v&~ de la p1 ti.~ . La oolic:q ttr'Ô'I't- e t f,ctit parilr les gen.,c. tt .PC:tl'tni <:.,ux au'Ha veu.1.enf ~<d.t:o J>Qttit, Us en cmmènont CN; Re~l d'Orton(f(l out~.si. Ceux-ei revienn11tnt dO"ns loa mai$On& !-JUÏis nvajent q;uittées. roaU dang certaines, loura cjtamb,res sont déjà Ç)crul'>4e& ot dcr.ns d'autres on ne vGut plus d'eux. D n9 fo'\,lt P"l avoir honte d e vi,-.re à CclbQJ}onll•. on en ,..oelo dCUlc loe: journaux et c'est cnort znttri t!ehout .. là près ~. ta t:l'l~;son. n v a un homme ici qui a un jowa.al de Dur-h< tn. et sur ce jou.maHà cluss.i .mon mari est debout pt4S ~e ta ,.,p;s.on. On p~ut donner son o:r1ro~e .. i1, n•y- a qu'â ~\re Cabattn•ll~o . Ccrbcn:J.o•illo ct çcr. tu.'fit. Tout le rnonQe scüt oiJ c·.-,,• .,t il n'y a qu'à a!oute.r lo -num6ro quo voua a donn6 .to Comité. Q"o fo~ops .. nou$ sou"J ter _fh.J;tt ? Et êl'l: hi't'er ? 11 y 'rt:t; a d'i~ qui cUe.o~t : RetJ,O:idez ~~ ma:ieori.a suT ln colline. EUes no spnt Pas: 6rJes mais le!J toits aonl Posés. Une nult. n&".as iro11! 11pu' ~ y instatfor ot nou.s corons a l'a1ni de la p!uie et de l'hivor. · A LA PRISON DE SING-SING Tandis que se déchaînent contre eux les campagnes de haine antisémite La vérité sur les MAU-MAU La pru;se a lait eo-a Htn.ers tems- u.o certa1n brun autour d'une • organJaation aecrèle •. deaUnfe 0 • ex ler-m inor le~ Euro-. Wna du K•nyo • a' ••• 'lUI;XOS-Affir:.S. Ethel et Julius Rosenberg comptent les jours L' é c o 1 e Les .. MCiU·Mau • (c'est le l"'O:t~ qu'olflc:to-Uomont on donne O. Cés • hmorlatoa •) auront en to•11 crn. tx:tr 1ft folta cl'ormes qu'on heur attribuo, par 16\Jrs rcrmtmtt 11111 tlonnont de la sor· col1~"'te la ph1e pur•. permia nu'-c-rtlV•'lnl d' Anqleterro de ~ein1 ca.,!on~ do so1dots dMt: n.ss o • r't":"bhr t'ord~• • ~m· me n r.. Qoit. et p6rmls ainsi n11x Ol.IIOt\11<& btltonnlQu~ d'arrf1er 1~1 dl.•f'.l.-onh nfT.jonau.x f"' 1;7nd.ko;u: du Kenyo les qngogent à · cbuuer ot tuer l'eJ:me.mj ewoffln •• o re· e0ll%lu lui-mêmo que l'une d .. C:CI\l$1'- essontielles du terroria• me se b'ouve da:n.a .. 1• monquo de terres • pout lee indS9•ne•. U:te commiuJon d'onqlJite doit H rQD.dre Oitnt6t ou Ktnya pour Y ltudJor l~a ro•endlcaUoua dea Africain. qu.• sont exclut d'uno qrande parUe du ttrtltoire. col l·ï-ci 6tont rétorv4~ aux lutur. colon$ européens TouJourt •••· il qu'un nombre eroiaacuu ct'ln· digènos se- concentrent da.n.a lu ...ntea. o~ U. De trouvent pua p!us do tr~ail et. .. lon un do !e:.zrs -porre.parolo ou Coru•fl IAgi.a!atii de Nairobi. • U. aonl ~oud.cmu:ab à YoJer poo.at 'f'IYTt • e LiiUrolurf! p~rmilt L ~t-:tü.~..ttion cie' a$$()("Î81fon: juh•e.s U"Argentint: :• Pl'b h•,t<' :ml)~s •lu \finl!<ll""', til· l"lnlia·irur contrt· 11 fHitllkntfon mn~~tv~ d:l11- h' •>n~·,. cil• h·acts t•l hrl') dun·<·~ ~~ntis~mHt·~. no.

HHuH
nl •lçs <·xJrufl,o; dv

f:uu: J(I'OSSÎt•r (JU1C~t ir l't·otocolc.· de~ Sagc.·ot ,,, Sion :).. l.a Ji rté .. :: 't· un is~.:.mtflo l~sr pourfunl ln "t•rdlh" {r-n principC" 1 t: ~fll}'" 1111 tlkh•lrtn· Pc.·roa 1.• ~ort dt Julltltt rt Ethe-l Rn- d •··nbnt~. uld lmt't dt' ri' qu't)ft communistes sont du espiona , n'mtml ""< • A!rolr. l>rtufu• SEULE UNE ACTION MONDIALE on pu:asaneo • Mais il 11·a mime u .1, /11 Q"""' froldt <Jiwmt DES HOMMES DE COEUR PEUT LES SAUVER paa 616 prou•6 quo leo mt~inltnant dt rattlon df'l o.-n'$ DE LA CHAISE ELECTRIO."~'tt"> beT9 fusunt commu.niste•. • ractsme i/ .. N~ur dttnl lt' mon(lt t"tfn. '-'L ~n/U qut lrur culpo.biUU .J~if clhnr.ntr;,, t'tl druz Amiricain• rifqUf"nl d'litt' m~nls iJ lo tohai· •e ~l«lrlqur dan• Ir• prochal,,.. lf"ntaintJ. /,.,, pt~urrwj; nr/lfnt j/j u}tll Ir 1.& (I('IObN'. l'rndant qu'li• ~ompftnl 1~• JtoUh rf qut ltUh d~uz }~n~• .-nfrml• atttnd~nt Jan• l'angoi$u, lf'f OtYiotti•ation• Iii'$ au " Klux JUan minrnt un( ,;o,,.,.,. tamptt{lttt' anti•lomUC', hurlunl 4) ta mQrr t'(}n/r~ lnJ 1lnl~ r•irlimtl f/111!11'11-rl 1'1 ront'luanl 14 lu ~U/pilbillté 411' IOU..'t lf'tt Juif•. (Jn lira cl·dtuous 1111 rhmmi tir (dit' lra(llqu,. nf/lrlrt'. + LES VICTIMES : Julius RO· SENBERG. 34 ana ost un ln94· nieu' 61tclrldon. n4 et élevê cl:oua l'ua d .. qucutltrs Ils plus t>au•rtl de N•w-Ycrlr. !thel, sc Jem0'1•• 3$ <ml.o 'tait aecr6taire jv.qu'6: l•u.r mcn'icrge. en 1939. Jla ont maintenant deux e:dants. hiliu• tro•aiUa. dcma les seni~ c:ea dt ~goa.lltcJtlon dr l' cmnée am4rica4nt de 19t0 b J$4.5. c·.a.1 a..on qu·ac:C'u•'· ll<llll fo.ndemtnt. d'6Ut COil\ln\.U.\ÏStt, il fu! ficEm<" 1'· A•K J)luJSeuu crmia. il Jança u.ne petite entrepris.e : et en 1146. q\aOlld lOD becm-fritro, [)u. •id CROENGLASS. rentra Oes nrm4u. U H joi9nit & eux. Mais l'aUair• nt proap,rcril pat. el. an IS.U C1etnqla .. •• ret!.ro. Ors d.l.uea.Umenta oJ)podrent J e~ dtux lam!Uoa. En 1950. les Ro· •enberg n•ovant pu CI'VI"'ft(',.r Il: Gre•n9loa• lo aommo dG 2..00tJ dd'llcu•. ceJul·ci lu menaça : Vou• ourea du ettnuia ! • qine allemande. lo Dr !laus Emil )ullua f'OCHS. crrril4 en f6vrler pour • eaploJUJ.oge o:to~ mique • Fucha d'nonça Goid J et quelqu•• moil plus tord.. Greengla..a 'lait auui arrft6. n pril comme cnoca.t O. Jobn Rog· qe. J'homme qul d'clara devont une commbalon d'enqu61e quo lo Dr W.E.B. Du Boit. paree que d'fonaeur de lu pa.ix, 'lait un agent d'uno puluonee 'lron· gère. Aprh de longuot conf4ronees entre le procureur. le F.BJ. (po· liee politique), Ro9ge et les Greeagluu. ce• demiera algn•~ rent un-;- d'claration accusant les Rosenberq de let avoir , .... c:rutfa pour l' .. pionnaqe. +LE TRIIIUNAL Lo Procureur. hvi»g SaypoL bion quo hli· même d'oricritle JuJ••· a M6 ~ vLr•:ne"ll bldr:2' peu '"' Cour d'Appel dea Eeol1-Unhr. Pf'U Gp:'b 1• DI'OC'"a. ""D nri.&on cfe sort otlit'l""• QJ2.tidmite dcmt uo.o au.re affaire. t.E JURY. TroiJ conti penon· n.t.s furont int•rro"•• fon vue du chtl:x d•• dou.ao Jur~a. Dons un.e vill, o(l prGSctue 30 •;. de la populatto:1 ,.., Julve. Il n'y eut p,.s ur, o;oul j1 •ré juU. A tom1 Cl'!'\ ~emcmdo : .. Apprauv4t"t:•YOU11 Je pla:1 BcNr:h t'o contr6Je de l'~· norqi• r.tomiquo ? •• s·n. di· sr-je.nt • .. on " ou hhHaient. Ut '!"'-•'"• ~·;.,nir6s. ni.s!e .OU&-entendoit re .. pioru::ta.9• ou Il!'" $<Ù>o!a'fe, Un autr• - témoi.u: fui Hcmy Gold. qui rcC'onto to~tta aorlet d'his-toires fantastiques. in••ri· Eab!es sur la fa-çon dont op,r<dt Je groupe. Tto':• t~=.oins seulemeDt O.«U.• drent les Bosenberq. En pt .. mier lie-u David GreenCJI(lA. q\l!i vr6:ce èr c:os cccuscrtiona s'en tira ayec lS ans de p:Uon (r6duita à a ans pour bonne conduite) ô'oa~!ol':nag~ (tuorre J'l'on• 6!& qu•b de• pei~ea de vtmçnt l6qèr"du• qui Jiyy,renl en automne 1951, dé's tGtontiela ,:our t'avic:tiol'). s~èn t:rbront ~voc des peinoa de 5 ô 15 ans. CN Heu de la poia.o clo mott. plus pro.bable. Aucun expltt n'cX'ominc $on tômoiq"naqe con· cetmonl los &oc:rota pn\tondu ~ monl trons:mit J)<U lui uux Ro· + SAUVONS LES ROSENBSRG ~ aenborg. t~m• dea pubUco.tlo:t&. Lo CoUJ Suprême a rejeti co~e- • time • tl • LUt • l'appel do Jullu.:o et Ethel Ro$en- 8cri•;rcnt ~ue 1<\ d6clo:ratio»J b~ri'J. Seule. une campcrcrne .mon- • o'!VCJ,en! pe•.,1 èo s.lqnHitootlon dicr.!e pet1~ l~s c~u.:ver. Ee~••:r. ou

<:."ienliUque .. et .. qu'eUc:J C5:'00· ,.,feu'(. 141,'JI'oph'et DES ~AIN·

r7i~.t!'lJ i.!:o<nqu.e:s "inon tolr • l"ENMIT au prfsidec: Tl'UJI'Jc:n l.r 6 Orlobn, le• neuf ju· u~~ tl~ Cour Suprimr t.lf'.il Btaltt·l'nf• •«' $OUI ,.;uni~ pour lo lrudllionu~u~ r·~rtmonlt d" ouurrturr d~ ltt ... e.~~ ion cfuutomn~. J.. .' alltllliou ~·Charles lrouvi~ d~ r~ (ail trltlr~t' ~ur let que,.tlon tlt' lo II.'Ur~tttrllon. rudale (/an.~ lt~• rltrhthttu•mtnl~ tl'tnst:igllt'IUt'rtl titi 1-:tnlt tlu Stul de.'t Rlal.'l·l'nJ$. C•ttl tn 1'ffrt /~ 15 Qr/obr~ qur la Cour doit se iUII:dr <lt• th•ru• ttfT«ire.<; di' xf'{J ri(lfrlirm. l'tttlt; u f:hn:·lt'ston ((;a,•otintt du $wH M l'au~ /rf ti ?•ntu·lm (J<onsQs). nupc lt1t•ot fÎ {Mrt juri."J~NUI~IIf't;, /.11 Cmrr nt• ,.<(((,lu,·rn pn$ ""'" lt•ff. ( lt"Ction.t prixhJ~nllt'/ 14'$ tlt• nnm:mbrl'. l:t•p,.ntlrmt. f't'rlninrt prl'iJ()IIIll'tli/~." nl{irl~llt's ont tl~jti IIU:wc; 11'abro(1tr 1~ ~JJ!tlime d~i pu· bllr-~rhn()I!C t{frmult.'C i-f•,.l,.t cnmmmml,..c) tlnn-. l,.nr$ l"lti(•

d ln t:our $t' Prtwonrnil rll

{mlrlll' t/t, Xo!rt. C. • ttrrotl.;m~t •• on lo \"OH. vt • 1\fCVi~•~· •1 • et 11 tu!'JCtf"' c.n • rt!~toon • un outre terro-r: sme dtri9;4- ,on ClO' contr• IK f' .. ésum•• coupable,, mait con· Ire les o,.thontlques rflpt~sen~ ,.....,..,., Charles oopulotiOtllt du Kenya. Rien ntt peormt'l!tn f'flnl de erolr~ ""'!<:J1Ù~ p"6Mnl crux crftirmflllon• I"'Onc"mnnt f"'l"tl,. Nqof'liBot;on hyuothôtiqué L~ ~•ult chose qui soU 'Q"Ouvlle c:'(f"l que l~~t qou .. vqrnqment onalola tfiO'Intenant o:u Kenvn Ota dlterimination"S rocial.s t:t\V-'rêt •nal• e~r 10u10 J.-., Movftn• tlft bd~or ftt d,. noyf"clani>: IP ~t'"nff 1., Pt·uvem•"'lt no· llonol nul r'!tJI!ond une 1'111\~l)ur E-r•t~z,~· .. • rf":••r bi ?<:); ... i rl'criHt•lrtll c- nu': ·• ;, !""' ..... r,., Il!' 1-··~.,,..1 • y..., MMtd., ~: .. '" f":h'.:t'!'o c'u ~o1on•ts. ""· 1 itt\elon, insictant su-r le falt t""\Ul l~ a:. -,mbr•• dt 1o MC'I .. ,-o~~ot l:f, p.cu det atnntnls Cflti .. Tous 1" blcm" qui ..t•ent tU\ Afrique noiro aoat--Ua detlin à connoitre un jour UDe aituo • tion s.embJCtble à ceiJo du blanca du Konya 1 On pout le era:indre désormoia. Do:n.t cet 'no!me- c:on.tin•nt noir. - pau· VYe en moyona do communlca~ 1:on. s•aJformit chaque Jour dCf'" vantctSJe u_ue con&c'ionco communt: t contro la discrimJnotlon ro~ ricie. Et tan• poelor do la ns .. conte émeute clo Port-Elisabeth. qui Oft dit Jona aur Jo.; trrltfl ac· cumulP.s PerT les Bontou4 conlto le• blanca. •a rbiatcmce poNη ve des i.:'lcligPnn dattt le ptlVS rl'1t "'ode'"' MctJcm. loutt lbrit4it ,-,:•.-ne ('S' ,.,r-er-. surprend ftt in.cruiète c!éjè los gou ... eme .. menis. • -;-.-ne- ~,-.b1<& ~·r~ ln yi .... ~" .. , l"' • le"'"ro.rl";lO dK Mou Ma-.a Une expérience ... qui n'a q.ue t~top du'té L'.-..,.~:·nf.r-~~;1 t .m.-. :m.-if'll r·o···· tnuutlttnl d,.. 1:• dhi·icm S.S . .:Vi4'"• kiu• •. •o d••ruun•l/• nu t•ouJ'.; tf"n••(• ri-w•ion •IÎ't~ ~tl\(•h•,,ç \Valrc•n ~.:!). à l\ulwlolu'll tHù\li•tf' l lf' .,.:;l:t· loli•!it'lnt'lll •l••a nH•ml.rl",.. tlu W11f· f,•n S.S tfam• l"•"" rlrto!u •l*uut'Ï""* r-oruholhlnt ... 11 a ru•uih· tl1·,.,.,,~ t:u' uul" ••<tO•~rlr.,~C" tl'a~rm:-r t'Hroph•nnr· ;t ttJ. r,:11•:~~··t' ~\••r ,., .. \".'ll illl'1:'- f,..;; unit; .. dt·'i w.:r .. , s.s. f'••ttti)O:-•~'"' •ficll-a li.toU'" (Jui .-,:,,.lf'nl tf>ldu ('t>mplto-. il )' • •li\ ant ,J(.jlt, qut> l'F:tU'Olll' Il\' JluU\Uh E>lrt dHc•rufut (IU•f;. n. n.)llltuun c•ynh-.· fc· IHIIt•llf'· \'ÏI<m~ Jo. l:"rnt•·ur n t1Xpa•im.~ , .... .,.,ir "' le J'flll\ r•rhf'uwnl (c',lt:tul .·,.r\ t'hl l'llf'lllf'IU f"n fifll"l"l;i l't" d&lll• fl:t'"l'f' ll ~ uor.i 3 IHU'Iit'ÎJn': IÎ plu. .; .. Ill':• ("'(JII~t'Û:- lllli'I"IUIIÎ otllllltlt d'unrienro: S.S. fi ,':,Jiu• trttic )t~lll'nttu\: :· « f.ta St•ruÎr)rJit' ,., 1.- Nnll\'t":UI Prontéthl~,. JI ri • J~'ll• ,.,. R.~,o(auiuu ~. rtm"f'nait dr f•ire rt'4('r '"" l><'lrk··-- ------------ ~·t•li.:trt~ t•tmtn• '"'"' /ii(JiiiOI,.,rA t!t> (ul~f' furtJ~niH' * JJ • anu6m"l~ tlll'nn c:c,,,,,;.. rernatiunoJ u~ .. w.llru !'j.!'i. I)F.;o.;\'l'll W.S.A 1. e /,~ lroisiimt homm,. f n mN·tin.tt !t"tsl tf'nu il lh•rl\'f•!"' flOUr M~Oh•nir f,. ... ,,n,lhtth1r<· c!c.- lf:u.• .\r· hur :"t l:t r•r"Î(t('nc·c.: th• .. Et:•h -LTni~ t;n urattur du purtl •wljQnul dtri-licn s't'l'fi

.lllaiJnl· ;, l:1 « t·omhinc.• intc•

rnulimmlistC" o.;ioni~t'· iuh·c· ~!OSC(!L:. • f~l' f'iUQUWI/f'IIIÛtc• tic;• lA III(Jf'l tft· Y..oJ~' U 4?tê UI(U"" (1\h• 111•r t1t• nomhrC'U~f!<l anuolft•sl:tlioJlx ,..ul~urc,...!lr"t tlnu~ luutt· l'U:nicm SudVt Ït{lh•. 01'1"\W\ e l'our mrllr<" /lu :mx IWHthrt•ux aht•s cJ~nwh'r" pur lt·~ ()f'g:t.nis:.lion5 :.~n' ir·wi'itr.;, lt• c·:thinf"t t~:tn: u1it"n ;• :!Jll.ttou\·i· un th· r ·1 intr nlisanl l••s tlis ·r·q·n·tlir,ns r:tti:dt•... d •·•·lhcic-tbf-s •hm' '(•'\ l ,.,_ pluio;. t• lr:tn,:u-lion~ rit ... JWilllanf tlu liou\'c·rflr::wfl' Tl'XJS e /,ci< f"t•mmrr,•m)/,ot juir" ., UIUMihnu.n,; ont rnil J(r(•\'( fl:tn~ pJu~i(•u rs ,.ill~·~ 11 c·mu·:-~ liu mot~ tlt• r ni<'f' I•OUI' IH'IIh'Sh•t" ('OntJ•t• li'~ •·wultliu '~'» inllinc'·t'\ ;ttt:ll c'IU()rlsnnnl·' ttmf•.ic-n". + l"ORIOJNE D' t'ACCus;.. TlON : En Jula 19~5. O.oonqla•• crt"Gil tr<rYa:Ul' li l'utine atomique de Loc AJa:mot. A r'-poque, ua C'ertcab:l Hany GoJci lu~ a'f'ait dou' 500 doUcm eA 'c-hcone d..ï.n.f ormatlona techniques sec:b-· tF. JUC:~. . /lu c.c:oun du cho:x ~u jury le fuge Won"o ruel· f"\le'"•u:n de~ ••entue1.a futb ,.u';j-; Ct\I."'<'Ùanl IJ ,..,dder on"re 1~ ~~n.o tle :nort •t n.,e .. ,,tene• ..,'lu f.rb•e - et c,.,., aYant aue l1> T""?Ch r't co=,...tn .. l t; • ., que. ! -.. cc~d• tolent p4C\I• oé~ :"mo:enlJ:. •1•~!-".n"·,m..~ <"bsu'l'de- • 1.. s•c-ood rdi!' ed Ruth Creo~qlc ... &ortit lib·~ f"n raison 'u•ter'll:1t ~~ 10::1 témoiq:us:ge. Et le tro;· ,., ......... Mttx EUtchu. fu• tK:om· T"-~' ~ l"C'J".C.U.:1crtiOD cio& J)OU'!'~ rtri'- 4"':"f~q6es contre lui pour, f--n'C-\é!:to;q:1ag:c. 1 PROPHÈTES de MALHEUR ... 1•..-h urtwh•in m•·n: .. ,, \ll.,,.,••••d O«idt>t:H•1t. METZ ... Strasbourg .. LONS-LE-SAULHIER et BONN . Le Dr Adenauer \'Jtnl de fo-ittt appel. pout re.manior les lr!'Jti· C. Hcmy Gold 'ta~t Hf\ C'l a.a•aut atomique an9"lcil. cfori~ Le rabbin Meyer Sharff déclare ... Lt·~ Journoux juif,. amt·:·tt'llln-: rle IOUIC"'\ trnd:.nt"'e'i 1m' nflïrrnè ctUC" )(" \'ct·~lkt rrapp;. nt Je~ .Ro\tntu-rg Hait <-n .. t1<1chl• cfuntlsémllisme. 1 ,(' rabbin lfl'YN' Shr·ntr, l·rni.,<'nl tllrigt.'Rnt elu jucluY~n•c;· c.mèrirain, oprt·~ •h· nomhrNt,;f•!l; nutl't'$ P<'l'!<iOnnolités. s'est r.J·onOJH'f pour tu ré,·i~ion ch• tu r prot~~: Commt .lai( pleu.r, a·l-il n~,~rnmc:nt dét.·h•r(•, jr ri-t•èu le.< lois tif mot, pnf/1 ... Pnr nwsétJUt.nt. il m'ttpl)tlrtlil inron~ tooblt qut. tltlnt uolre p.11J$ unt &tlll,.nt:t dt> tu()r/ ait pu ltu pro11u11rr,. auui liRirrtnC*nl ftll.fllr fo éli tfnn• lt proc~• Ros,.nb,-rn .. ~ Comment !Sul .. d• to poge 1 ~ progrès doa Nol ra' ol leur pieu ce d6t•rminoUon d• foire lout ce Qulla pourMnt pour IGur rcce. Il f:~udra 6tro v•rhablement un eapnl fort pour ne pas être con· •oincu, apr·h de teUH entrevue$ que Etunhower-.Steven:son e$t Jo m.tiJeur dcta hommes RACISME ET GUZRBE E N ce qut ç0nceme la pai"': Jo Nolr tAI'\.H' bc.:cruCO'I.!p meit parle peu Nos forces crmMs consorvon1. s»ur resaentlel. loa <"lacr1rn;n.,tlona raci~ es ot çhaquo Hoir $01l qu'Ei.enhowe-r a dt'<!endu ol que Sltrvéru;on n'c lcrr"ofa condamné cet 6tal de foU fi ne saurait y avotr do doute eur les lourde!'> oono6quonc.s do l'!mpCt de guerre eu.r ôoa groupos le!s que Je.a Noirs, qul Qnt tant do mal à Sê maintenir ê un niveau de vie dkont. avec lour1 revenus ""atémahql.IOmenl amoindris. Do plua. no!re pays combal aujourd·hui, por lü c:mnes: el J'a:gonl du ~uplos dt couleur m Atio et en Alriquer ct 1" Noin le .crtent. et tlt ~n 6prou~, ent cH la honte et du resa.enth: n•nl Ils entendent 6tro tenus a 1'4carl do cett• lont-ativo de 0 LE!=; TJ't~~'O"WS : t .. J;'l'r>I""Uteu.r C"'Q.,O~~a 118 t•mo~ns. y comnris 1:"~1 •~o:h alomlout• 4mlnentl at r'1a mtm.b·e• d•l F.B.I. Au .. u..,,., ~. e"' vedo1to• nt comt)Clr11b 2) t•~oil'\1 .. ulo""'ont furent pr•· se.nt63. Quinze d'tntro 1\IX n'Cl'!!• cu~brent aueu.,oment RoaC'nbertr. l"un d'oux. E1!aaboth BENTLY, .. ex:pert • prof .. sionnel onUco:n. mu.nista~ (fra"-ment pcry'e rar l'! qotavotrnemt-ot. d'darcr Cl'la8 J'apparteuonce ou peuH commu- 0 Ll:S DOCUMENTS : On •• prP:;entf'l ru~ ~•u·: do<:"u:nontl r"n'·• le'i R~nborg : un ltonc _,, J'Orga:o:sation d'Aiclt crux n~{U'fJÏé" C~""Clg.'\Ol$ lTOUV'/t rheJ co')~ ~ ,.! ,., si":'naturo d'Ethol ("""'UUÛ 50.090 autres) 1ur \l.DO p6· t'Uon en faveur do la pr4ttnta· ti~n d'un cOll:iidat communi.ate ,.,..u Consoll Municipal. ~ LE PBOCEs : ,t'accu•otion bC!'., 'ou•• &on oevwnentatfon ru':' le point de •ue qu_e tou.a loa Se rcl!criTf' Ro~e!"be"'t} n· v;~ •"'!'i ca:, Je onti~t~ l'<rJ· rc:itr.t inve:Jtée ~a.1.1 elle c:~t1 !t-Ur ~ga!'lde-. A vr:--• dirL" i!3 l'ava:iont fa· •'ut4t. Eflo est &Xa'"'teme~t '"On· f!'J~....,. à leur sohéma Dt<t 1949. le rae~sto no J de$ l':S.A., Gérold !..K. S1nilh, ,...,. h•lcrtt dQf!' son journal. • lA Crol:c el lo Bonnf*re ., un'! '""'h d'cn11cle-n: sur le th~me .. l..t5 Ju.Ua po•s•dont le bomho atomique "• 11 bivoH : • St Jamctb noÙ$ avon.s dos ~tnnub o:•ec la Bussie. mon 1-'ftfo;-.on~o q\IC" t"•t'tl jtH·If"mflll !a ,fhi•itt'1 \ i. kiu,c • q:i•pp:u·· , i•-1 1(" ~a:if"u S.S. R~nt\ Bintl tfUi ru·e l'un ,., "' Pl'f'IIIÏl•N Fr~. . •n· JU'Irh 1. . Libfrfltion., à g:mj~f·r •l~a Uf'f\ j,. qui ~ l'Ont li 'n:" it .r,., •Ut>nllt6i contr,. fl tJ: 1" •·1 ,J,·nu·IJrr• •l~ Juir ... J:u-.b~e a•:• to:• au• le oeu .... ~., ( G"6tiC'ain dkou'tr~ra a'lr~C sut:rris• c-:u• notre neret de la l·.,Mb" atomique u perdu ct na~ des t;"rane!ta quantités ~~ J.o""~b'l!1 Charles,,-i.,uo• on! 0!' faJ.. rcu' " par los Run•s. L'&pte volol"'~• ,. ... hom mu de g~u '"ht". ,.,, dn1 fuU• ton q,n.,tal. d'a:ra·r·--------------.W rh,or le- c:ontr&lo <fe Ptonlqu.o dts main'J tolr" no peut paa .•6;:tr~;e~n:::o~:; ,. U llt JtrOi paa 6 non toulement ~•• aecrets '" 'Ir'""-' bombt a:tomictU•· maia tlu1ta n•cencdr•• "' aa ti'on o::l•nt 614 •o16ea par eux. • tieres do c-ertcnn.s Etalt d' Alttn.oc;ne occidentale. o t:t1 s~olit•e 'A professeur Metz.. - CeJui-ci o faJt us prouves, Ancüm direc~eur de ~"Jo;~1i1u cl~· rnoeûque de Friboutg-en·Brl&gcu Il fui chC"rgé POT Jiitlt!r d'tla~ blir la corto de la:;r plu::a: grando AUemogne E1 s•étant pe-nn:aue qut les BourquignoM el loa f'ronce<:omtolv ovciEml des ofbnHts ave: Jea: habltc:nls de Bode, Il s•,tolt emprc.sr.;6 d'Jnclure dans lto R.-.· ,.., Besançon. Dijon. Lon•·le....Scrulnlor et Qutron l.;<~nn!"'ls vil!C! ~ Son plan ayanl tté O'dopt6, 1~ prol$t:rf'ur Met-: fut nommtêo, fln récoinpense, çhol de la propogande nozte en Alcoce .el Pn LN· raine Adenm.uw, on le volt, eoh choialr aea collqbofaleurs. Je bâtirai sur vos tombes ... 1 Jacques MAD A U LE: En U.R.S.S. la question de race ne se pose pas P<IUI Ec:b~s:in. maire d'lzu.. bCI'IlU.IL eD ~~x•. a: uoe .~C'cm Oi:ea oartl~t• u p:atiquu la: recon.atruc1ion. Pou-: bAtir 10 ma.iton.. il a·e.st ptocu.rl, dea mot,riaux à bon =arch6 ('n prencmt roui simpleme~:tt d.oa plorr•• l:):nboles d.a:na le •Jeux d· metJtre 1\llf d• Ja: loc'cm•. •a:J •nl.r•l•nu il "' '"al d.-· ou'• d•- _....... O.a poursuites o12t 't4 on•

'aq6es rontre lui. mais oUu

ont ropideoee.nt cou4. le ptv eur•ur d'Etat d,- Basse-Saxe ayetnt oaliru• qu'un tel dflit n",to1t pas prh·u par la loi. tkit• dt .. ,... 1, rlo:u été heureux do Vlt.elor ur.e de~ nombreu&H R6pubUquos ol~ loq,nu dont •• com~o J'Un..io"l cl cou• o:~p41rlone pou o.ir aUer. p:u éxemplo. ô Tach· ~onl. capitole do I'U:boki"ton. uno. des Répu_blicruo3 mu•ulmanM loa olu.3 tmportcrntos dG J'U,R S.S. Je ri)QrOUt quo l'JotlsIQ- tio., !?ur <'O polnl n'olt pu nou.:. être èonn'• N ~ANMO!NS il aulflt de ao rr'C"n"n•r don1 Mosco.1 ,.t d'obsorvcr autour de soi lo foule pou.r sa- rendre compte C'J ., •• , o rièn d• clus m614. cu .......V.nt de vuo r.xiol. que J• pc•.1cle !"Vi..lliQuo •• oue. quoHe C"'te soit Jo couleur do lf'ur poou. >V~ ""eS hommet et toute• c• fe.-un""" .,;.,_,.nt dona Untt pot· lr'.t" 4:a00ittt sont Q\le tomais .. .,~,. otl"< ""'J pos6 lo question cJe ro~~ ft.. rtutJeurt ropriao~. cr1 ,.o·•rl ~.., n,;, convf'f$CJtlon" tt'>~"r. 1 ,~~o:; Sovi,tiquoa nov11 en ...... MY"t('"' t>flva ô perler du ro,..;"" TT'to hitlèj;"'fl 01 olu<t QQrtiçy .. l:~rêMe.l'lt do 1'antl$émlth:rno. Nous avons pu nous rondro ,..,mpto ouo lo'J Sovt6HouoA ont J'l..,~eur dP cetto oUIIudc: InhuMain,. et qu'i1t Ja <:ondamntnt C"'CC fotoe Moi.a il y a davant-:sgo. L•un d~ OO"IDS de QrtlO (i~~t lk\j,_, o ét' d~ co-norendro. dia 1• d'h-• 1 ~~ le fMvcl•rt•on ttu'il tl"•· l~• '!"O"'!o:"e ob$olument o•oc lo po1itioue d~ rusa:ificoUon dea popula11oos allog,nes. qui avalt été prot!qd• d<>ou!a Je • ~no d'AJ,xandre ln. C est do lb qu·est née l'Union do• 'Répub1i· ques socioli&tes $0v:ié1iquoll Cboqu~ population a droit o un F.tat dons lequel lo Janljuo offl· ci~1lo c~l Jo lcmguo nQ'Iionoto L'U1"1;versifé d'ErivC'n, el"l Arrrhil~ nto Soviétlquè, par oxomplo, o:tl ,,ne Université orménionno. oô 1 ... lan~ue de I'Pnseignemenl ft'\1 J'Arménien. le Rù.Sse ne cons tl~ t'101'1t C-t(u.no section. Moue "!VO~, visité lo 8iéloi'1J•ste, ou Rwt."'o r•t-~-he dont la capÎh"11"'!' t""'!t ll'osk. Ce r=meau du pouplo ~ o so J.anaue prol)"•. C'(ltTt· Ir'! ""'u resfP. I'Ukrcrin~. nu Pe· tit~ R•oe-,ie. M.,•3 Je A·-'rtp bi.._ ),ru...,~ion ôtcxit tomb6 depufe: lonatem~ arJ stadt d'un potoi.t 0\:1 1'1<? s·éc:rhOit plus el n. cf,._ nou•l'lit en u;sc:'}e cwuo dana les N>••ches illettrées de ta popu· lotion. L Ft; eh~ .. s sont aujourd'hui bio:tn dtff6rentes... On 6crit Jo BiéJoru'"sien ~tl il f',t façiJ9' rle 'e rendre com):)to ouo, :~~t J'olchobèt C"vrtlt!que est bio.,. 1~ r"6"'lè t'rUe l'alohabol rufl!"l)', l'ortl. f)Orcrphe ~t forl dHf.Srenlo nl!ux sortes d ' 6 ç o 1 es ff'U'I"' tft')r'utont •n Bi6loru&s.iê Dana le$ unes la tnnoue dé t'on$el· ,.....,,....,er-1 es! le Bié1or,.3sien ot ),._ RuSM n-es:t conaid'-r6 quo ~m.me une lan<tue 6tro:r.o•r~ J"lcms le" outres. ou conttatr.._ r··~t 1e R~·~ <n,ai ~t l11 lot'loufJ ~- l'a'lSeJgn!!ment. tandis quo 1~ 8!6!orussien ., ost én.HI~n4 eomm~: une lQ'JlO'Ue étronq•ro. te. parents sont Hbres d• choit: jr pour leur! enlonte: Jo type d'.oolo qu'ils prélèront. C.Ho autonomie- cuhurclle ne •·oppHquo JX1S qu'à la longue. metllf. aussi bien è l'histoire, On crpprend oux jéunes Bf61orus· si~ns dons leur:s école$, quo cell_.cl eoienl d'expression rus· 110 ou d'expr&ssio'l hlltlorus: .. ~len.,o, l'histoire de la B~élor\,ls- 1"1tt N e'c31 on for.cHo11 ~e cetlr hlttotre nolionale qu·iù;. 100nl 'nit!4JOII à l'bla1oire èt l'Union Sov16Houe et C! celle du monde. La 1ec;Uon historiq~o~e de l'Ace· ÂfiJ"ie du Scien~ de Minsk ~t'ct•aeho lO\I.t partleuUèrement à kh1:.ror le pc:r"...Sé. d~ Jo Bi,lor'• D'ie On encourcqe DOT tOWt '" -ov•ns la CO:u>en"ation. et mrfoi• lo ré-sunectlon. des couttur. es locales Les monuments d~o~ pau6 b16lorussl"'n sont soi- 1]rteusomont conservU. c .. <;IJj rwt •roi èA ln 'R~~'oruatl

o~, ft~llement proç:he à hitn

doo ~Qord4. de ta Gnmdo Ru•· ~tf~. l'(t:sf cn"::re bien do:v'3ntago dn"t R6publiauc!l dont lo lonqu• ni Jo, CQutumea n'9nl prosque O'uçun rcpport a.,e<: la lonqua r••t'"P Il ott otrlv6 que les autr'lfité._ l'l'lviétiqu~ cienf POutY\1 d'un a1Dhabet de<~ kmques qui ·~aou'ators ne •'écrivaient po!. Si ~tronog• aue ~~a ou.i&se po,,. ttre ô eNiaiM l'é<luection •n l'n•on aovi,tique. tout en 'tant Jnt~m-,uonoH~te. ~.s• à bose d-t r.<J~"<~~mo loeol Manquor de rotriotiamo loc-1l, ç•e:t, ~~ un Sovl4hquf\l !of":be.r dans l'erreu: du eos:mopoHii•m•. et l'on $0if (luïl n·~~ ost pos qui soit plus l.,•oucher.'\ont condo:mn6e que eoll,.--=1. Chccun doil s.a polri~ d'un amour de t'o:'l ; c•t amour 1ul permot t"'l'""'nrtndre c-omt"lent les outres ho~rno11 -:.lrnonl 4-qoloment Jeu.r natrlo Pr'r'rer ac po:ttlo. ce n·o~l oos d6to~t l or. rnais ou con· trolro r~~pOCtor eeJie des c:utres. §EUT ION A 1 n~ besoin c'o dire que, cfcns ees condllions, on ne l•ouve pas. on l1nion $o.. "-'"'f!lqut~. traee d'antisémitisme? lAa Juif" aont lA-bas e'lvito"" <lo·J~ nntio!'\• et ilt 1t0nt truilés c'ltOI:torncnt ~"V1lm~~' tes autres e•toYe!'t-: fOVJ~tiquos . Si l'on r"'IOlrtuefoia eouten·.J le c:onlr<rlln>, r'O":tl t.<lt'\1 aua:ne preu-ve ritul"e. l'at ou certainemen1 ~"~;""""' do roncontrQr dos cm H"îon Soviétique. C1uMiion ,.,. leur oriqine r'\'C"'•' .. ;l m6!flf'! pers. à être posée lit~ étolt"nt ""ln'lr'>lftml!lnt dos cl· toyon~ pareil" 0 tout le monde. nuonl puJ: Jaunet, quf &ont UNE vive 6motion e·eet em· par6e, depuht un eortoSn temps, des milieux: Juif• américains, b la suite de radopo Uon par le Congrès de la l.cl sur l'im.mlgration, dile lo1 Mac Carran. Cette loi. en eifel. long docu· ment de 300 pagea, énum•~ plusieurs dispositions dont Jo ca~ roct,re antis.6mite et r<:rc:i.•t• "t indéniable~ En particulier, ta &eetion 222-A contient pluaieun articles d"oll U ressort quo IN 'PQStulcmts 0 11mmiqrationdorvent indiquer leur • race ou. elaui.6· cation ethnique • . L'oxproaaion • ela!J$itic::atiov. ethniqu• • vito wrticulièrement les Juifs comme le mon!rent les nouveaux quet· tlonnolrO$ d4Jà utilln4.a. ovont C">'ialnamonl. oprèn les Blancs, EM·ee VOUS qui itoa pasl'fl6manl lo plua nombu~ux de t•c huit jour$ gratuitemont )., populo t'on sovl'tiqua oucune aux s ports d'hiver? Peut- 1tCC"ft d.. dis:C"rlminollon r<~ei<tle être. 1"1é Jea <flslinQuo en rien n •ous sulfit do tontor •otre Bl..,.,f"l C~n a1tett'h6 ch.ana:e.L le 2 no•embre au J"elito patrie •• sent en ::iola cmtiraciate. &Olle PleyeL te.,,._ ~"ltoven d~ la eft a~hetaat !e pr-ogrcunme Me ao•t,tique el au-d••'lo {numéroté). Un titaqe owo Pl't""\onlt' tout lltf'IH.re. L'•tim;I.O ;iou. qui df:s:iqnera l'beuroux rnua 1t:otmto ldou t f!l" t'UV"ni.inotne m·o donc pa- ~aqrumL Sovi~tique. ,., _________ ______ ,.;;;;;;.;;;.;. ________ _: m8mo qve la loi McCotron entr• offificiellement en application. Nombre d•aQtrCts phrcu .. cClch•••· in.liclieuses. seront •ncoro d6cou•ertes dans cette Joi .. qui 111 prête crux. interpr,totio.a..~ •qutvoquH • kl-it à ce sujel 1e correa:pondcmt aux USA. du joumol Qn9lais • Jewisb Cbro.n~ cle • • On •• r•ndra complo olors. a quel point la loi d"immigTatiolll eat raciste. diKrimi.na:toire et pa:rticdo •• Et il pourtuit : • En laie. Je1 théoriéa Ta cialea anlidmitu se tro\aYent intro. dultea par la Loi McCamm.. On expdmo '9'aleman1 la crainte qpua•e cette teutath-o. si eU• n'eat d'truite d cqss r oeu.f. p•ut 6trt~ le pr,lude à d'aulrOI loi1 raciolea appliqu'ea aux Juil• et la d'autres groupoa minoritairea crux U.S.A •• U s'agit. en tout cas. d'une a.érlouse clert•. et toutes lès orgo:~ nisotions. do nombreuses pertonnohMs. jui•cs et non-juives m•nent une VO$le oartroagne eontro Jo loi McCan<ITl. d6ill .,. phquée en toute bô.te par te [)6.. J)Clrtement d"Elat voteront les huit millions d'électeurs 1 no1rs 1 1 • amer1ca1ns ? • .subordonner los hommoa de couléur à lrovera lo :nondo C'osl pourquoi ils r:avoitnl crue Paul Roberon exptimalt lour pen.s4o, au Con9rès do la Paix, à Pcrls on 1949. En J'JlJ!et dernier un tribunal s.ud-.o1riccin condomnoit quotre èes plu.a 4min•nts Jeoder1 r.o~ro e! lnd!en.a 0\.I.X t'"crvaux !orc6s.

ur la ba..se do lo • Joi pour Jo

repression du C<:ltnmunb:no ... perce qu'"" il eal coura.'l\mont connu qun l'un doa buts du eo:rur:.unisme e~t do brlaoe-r le-a ba.-rlè,.es entre tea rocot ot do Jrrlter en favour de 1'6Qallté doa droits pour toutes los cot6qodo:. de la po!1)llot!on, $Qll8 dlollnct~ o" do racé, de couleur 0\1 da lof • De m&mo .las Noirs am6 .. ricoins qut se plalqnonl dos dl11· niminc:rtion& cl de l'lniullico ~ont cccusés de • çommunl~mo •, d::rM le môme temps où notre çouv~moment ccçorde un pr&t r"t 80 millions do ôollor• o. l' Afrlque du Sud otlut fou mit d01: C:1le'S. el oà Jet bcnquH am6rf. (':Qi-.,es in'fé'3:ta.,nt un mUlion de dolla:s dcns: .on ll'ldUJtlrio. Uolr~ cor.sn1 116n6rol c'6c:!a:a 4!'A tqsQ aue r A~rique du Sud • a un ptu, çrrcmd atenlr quo la plupart '.tos. outrés pcys. jeune~ dans lo monde. Nou! to~mes. d•:s lors. dons J'imposse. ot l'"ecleur n?lr ln· telfigent nt comp!•téJ!lenl perdu J.::J dtffé:ence entr• lu potlll D6moaate et Rés=-ublie<dn en C) qui t'Oneeme aes int6r6ts ~~ J".'"~. "' ex~:ne.nt la diff4- •en:c qui exist.e énhc bonnat Olanc et b!::m bonnet. O"crutro pert, lc.lt I<U\S p6c:t· reni le No'.r ti eni auto;.&~ j'huJ Jo balanee ~ntre !èS de-o.J •i&ux partis. et U le $ail. LE POUVOm DES NOIRS 1 E probli=ne du 1:'0te d• .. J Hoh'3 en 1952 $& pos-. al eloirement, qu'Qn d6pH d'efforts tiâsespérés pour lo t'lU):)-' P'"irne-r. 11 se placo en pramfôro r-=:qe du ~ Ncw·Yorl:: T1mos •· Sur ln 15!1 millions dJbobittont~t ou8 comptaient len U.S A en 1~0. quotque 97 millions ouront 1·/·go de vo:e:- en 1952 ; sur los 15 mU!ior.s de Noirs. elus do 8 millions et demi seront Qe.,- elec:· lcuTS ~;retJt'.!els.. Moi3 ~t'l ~ J'}Uktlo~ o·§!.el:f!W'$, bloncc. et t'l""i:S Mt t"IZ:tfom<tl\QUO.r"':~rt •1 tféhbérément réduite. do tolln ..... :te- au'.l: reine un peu ,:lus d• Jo rnoiti~ c:l.-.;. é!ecleura :te fén· élonl aux utnen. Notre parlicipotion 61Qctorol& O$t fo.tble porce que noua la voulons faible et nous efforçona de la mointonir faible J)Of la loi et la coutume ~ non seulement par les. djfficulté~o d'in.-crlpHon et l'impôt éledorol prollquh dc:m.s aix Etats. r.on seul• menl en f'1ll.SOn d'autrc:s. obstacle: divers. mais porce que lM lernrnM et ln Noirs, dar.s leur t'ruomble ne votant pas_ Don• les 12 anciens; Eto.1$ e~t• ,.IO\'C?l&t61 lo poouJation !otol~:> •n 1950 ôtait do 38.8ô8.000 h:>l>l· tonl.t. alors crue Jo pctrt!cipotlon nu voto en 1948 a•':tève Q 5831 l""'!!llo tlocteurs. Dan11 Je Nord a-t I'Ouoat. 40 % d& l" PÇ)p..:lohon vote off«teHv~mer.t. Don& fo Sud oaclava<Jlstc 15% eeuleml'.!nt JI y a ouiourd'huJ 4 mUHona f"o' dttrni de Noirs d.ons. Je Nord, 9 millions el demi dcm:o Jg Sud ,..t un oeu moins d'un million do,, I'OuHt ()ens l" Nord, Il e.=t rrobab1e qu<!' t?SO 000 Noiu: W"teront orindpalernvnl dan., !M "'""du •Ill.,.. du M;cluqoo. do I'Hl•noi,. tf~ l'ln-':i;'1J)(1 dl'! l'Ohio. no llow·YO<l:. de Pensylvanie. du ,..,,reetirut. de- Ne-w~;as:-ôy~ dP F'e'~wtr.,. d" Mo:rylancl et d~ • Ca1i:ornlo C~ 11 lirot:.: re7#tmblont presQue 1a moitié des voix n4<:o.:talres à l'élection du PréRidel"' t l.CI dUférence des chiffres obtértus por los deux_ grands partis danA ces •tots vorle de

'ro 0 4 ·~. alors que lo popu_·

lotion 1101re varie de 3 à 16 •4 liu toto) C'HI dJro que le vole do Nol.ra d6ddero ici ent:e Ei: ocnhower at Stevenson. C.lo. 04mocratet: el R6-p-~U· coinl le aovenl tr" b!an Et Us Of9anla.ont leur campo911e en cona.6qucnco - ca qui suppose d.t!S .ammes con::dd6rabtes pour influonçcr l'opinion des Noirs : pour cr6or dos cluba et des: bu· reaux. do prop:.Qande ; pour corr

.telllar lndlro~lemon* le~ eooo;:eil·

leurG, oglr ~ur 103 prédicateurs ct oxorç(Jr UnC1 prct:Mion :sur !os èirlgeantn di!IJ sotvicoa Md6rcux ol locaux ... Ces lnlluencos. Of) oucvn CQ'S dct:tinéot aux aeula Noirs, jouen1 un r61e plue Important :sur leur comrnunou16. dont Jo fondement 6conomique eet moir.s stable que celuà de la populoUon blanche LE TROJSIEME PARTI P ")UR ~ouc.- o:.s ra:~ns. une lmqo J'lO~~e df" Noirs v~ tero ~ bien • Mena U restero une lor1e p.-oportion d'*l.c· leurs noirs ni l.nqulots, ni liés, ni ellroy~!f ; jouno• hommea (\ lldôol élt:vt!. hommoa et lomme:~ réR6chis, qui volent dons cette éleclion une pocslbtltt6 de faire l'histoire. de montrer au monde civihsô que les Noirs amôrtco1r.~ !'4Vtnt oe qu"eat un gouvom•r. ent démocrotlque •t comment Je foiTe fonctionner • De plu$. l'6Jocttur nolt, do même d'ailleurs quo J'él.c1eu' blanc:, n"est pa1 r6duh ou choix ~ntro déux partis pohliqu~t. comme &'cUorcorat aujourd'hui de le faire croiro loc porlfl R6pu· coin et ~rnocrato alli6c ot os .. &Oei64. Pâr doo efJorta concert.Sa. ceux qui contr61ont l'opfnlon pu· bliquo au moyen do la proaeo de ta radio ol dos salloa dG r6u· nions. s'efforcent do fcairo croire que l'e:uatenco m&mo du Porti Progres•l•to (l) oal ontlam6rico: ine ct subvera.Jve ; qu'ut~ portl qui se prono.nc:. pour laa drott:s des Noit1ï. pour une plua large r6po:rtition de lo rich"'• aoctalo et la paix du monde. ne m"rite crucun appui. Tcmdla- quo Je Part. Proqrea· sis:e &e fflic-Ho de l'oppuî d'hommes et dê fommoa do tou~ tlt$ -rac;et: et de toutes croyoneo, ca1hotrques. p[otestontes ot ;ulle, Noirs, loponcis et Moxicaln• . républiccms. communistes et démocrotes ; en r<uaon do cela même, ce pcn1i Ml 'hqueté •svbversil • el tout est fo:H ):)OUr 6tar aux Am6rlcairuJ lo mo~nd.t• cba:nce d'entendre son c:rppol 01 de "Voter sur $On ptOgramme Ce progrcmu:né e:sl pourtant Je plus Jwnineux qui soit pr4sent6 cello onnfo dovont le corps ôloclorol, toi U est, en po:rlJcuhor. un tot! du deqré o:uquèl Je-s Noin1 amcSrrcains croîénl en eux-mames et à leur-s droits de citoyons. Le Noir doH réo.liser co que al· gnlfie un troisième pdrti pour une démocratie. Il ao:lt qu'un troi.siltmo parti o LiWr6 lu o•· claves.. Cest com::ne trolst•m• po-rti que le-s ~publicains ont remporté ta t'tcto;.re aux éleetïons. de i8&L. Un outre tro••"· me !XIrti. en 189'2. rendit poaai· ple r•têdion d'un démoctate du Ko:d parce qu'un million do voix "'l•ét<rienc portées sur aon eczndJ· dot. Une grande partie de ce• vo•x venoîenl cJe:J Nolra . LE CHOIX ~- OUS voici en 1952, et l'élecJ ~ teur noir se b'Ouvo placé dovant le plus Jmporto.nt dilemme de oo vie polilique Qu'tl vote donè, mais pour qui? Aujourd'hui. il y a le Parli ProgrMSiate qui offre aux Noirs tout ce qu•its demcndenl La r6oction. du Nord el du Sud, a une peur panique. qu'tl aH GS$H dt. bon-.ens poûr c~p!e:r une loUe of!r•··· Et en premlcr lieu. comment un seul Noir. JX)urrai1· il n~ pos voter pour ce parU, ne aorait-co que pour démontrer aux par-tis de revenir que s'Ut manquent à satisfoirè les 16giti· moft rovendications des Noirs. no oordont 3 millions de voile dans lo Nord el l'Ouest. Alnsl, pour un Noir am'ricain de bon-sens. il n'y a pas de v•ritoble dilemme -dons cette éloc:llon . Cette année. plus que jomab, tl a la PQ$SibiUté de montrer ou .monde &a r:noturil~ polltlquo. (1) te. <andidals du Parti PrOQTeuit1é sonf Vinçe.nt HAWN'AN pour la: pr-ésidence el Chatlotta BASS. une Noire, pour la vic'e·pr~tiden~. </div>

Notes

<references />