Droit et Liberté n°309 - janvier 1972

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Editorial: Janvier double bataille par Albert Levy
    • Danger : racisme
      • "Ici on ne sert pas les noirs". Apartheid à Nice. Saint-Claude de la piscine au bistrot
      • D.O.M. Contre l'arbitraire; qui trouble l'ordre public. La solidarité
      • Immigrés: pour une aile froissée par J. Desmoulins
      • A qui profite le crime par Pierre Joxe
      • Société: les gitans devant l'intégration par Vanko Rouda
    • Drancy: souvenir et vigilance
    • Ordre Nouveau provoque par M. Kagan
    • Assouplissement ou durcissement de l'apartheid par E. Brasseaux
    • Cinéma:
      • Amour et mort dans un jardin: "le jardin des Finzi Contini" présenté par M. Kagan
      • Un violon sur le toit de Norman Jewinson presenté par S. Lachize
    • Taos Amrouche (chanteuse) présentée par Malika Pondevie
    • Télévision: François Gaillard avocat et redresseur de torts par Jean Conte
    • Année internationale de lutte contre le racisme: bilan et perspectives par J.P. Rivière
    • La vie du M.R.A.P. Des lois contre le racisme!
    • Education à la Fraternité; deux témoignages à travers les cours de français par Marguerite Bonne
    • Le ventre est encore fécond

Numéro en format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg



Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

2 FAISONS LE POINT PLUSIEURS événements importants qui s~ déroulent en ce début d'année et dont Droit et liberté se doit d'informer pleinement ses lecteurs, nous ont conduits à retarder quelque peu la parution du présent numéro. D'autre part, afin d'éviter des délais supplémentaires de fabrication, il se voit amputé du dossier habituel et certaines rubriques sont réduites. Ainsi apparaissent, d'une façon très concrète, à la fois le rôle irremplaçable de notre revue, étroitement liée à l'action du M.R.A.P., et les difficultés de toutes sortes auxquelles se heurte sa réalisation. Sans doute est-ce une bonne occasion pour nous de FAIRE LE POINT précisément ce mois-ci; et d'être mieux que jamais compris, entendus, aidés. La presse d'opinion UNE crise traverse aujourd'hui la presse francaise : disparition de nombreux titres concentrations, licenciements, hausse des prix de revient, baisse du volume de la publicité au profit de la télévision. Celle-ci, qui occupe une place prépondérante parmi les moyens d'information, se trouve sous le contrôle exclusif du pouvoir politique et ne joue pas le rôle qui devrait être le sien. Le M.R.A.P. ne peut s 'y exprimer. En 1971, année internationale de lutte contre le racisme, proclamée par l'D.N.U., malgré de nombreuses démarches, aucune émission n'a été consacrée à éclairer et éduquer les téléspectateurs dans ce domaine. Au contraire, nous avons été amenés à dénoncer plusieurs émissions de caractère raciste. Le gouvernement, sollicité de prendre des meSl!,/res pour remédier à la crise de la presse, a prévu une subvention visant à alléger le prix du papier des quotidiens; mais cela ne fera que compenser les hausses prévues des tarifs postaux; et les périodiques ne sont aucunement aidés; de plus, il est question d'appliquer la T. V.A. à la presse, qui était éparynée jusqu'à présent. Seuls peuvent subSIster sans difficultés, les journaux qui bénéficient d'une abondante publicité.. . laquelle met en péril leur indépendance. C'est la presse d'opinion qui se trouve la plus menacée. Droit & Liberté, journal d'opinion et d'action ne peut compter que sur ses lecteurs. Aider Droit & Liberté, c'est assurer la liherté d'expression, c'est lutter pour la démocratie. , menacee J[ S[W~~ ANTI RACISTE CE numéro est le 309" - comme to~jours fabriqué à la force du pOignet. Vous vous doutez, nous en sommes conscients, que l'édition de Droit & Liberté n'est pas une oeuvre facile, puisque nous sollicitons fréquemment votre soutien. Mais vous devez savoir qu'elle devient de mois en mois plus ardue . Pour illustrer cette évolution sur quatre années, comparons les comptes d'exploitation de 1966 et 1970 : • En économisant sur le papier de couverture (plus léger), la pagination, les photos, les dépenses d'imprimerie ont tout de même augmenté de 27 %. • Bien que le personnel de la rédaction et de l'administration soit aussi limité que possible et bénéficie de nombreux concours bénévoles, les salaires ont augmenté de 37 %. • Et, dans le même temps, les charges sociales , impôts et taxes ont doublé. OE1J~®OO~oe lÀ "DROIT ET LIBERTÉ" • Ont également augmenté : le routage (+ 430 %), les frais postaux (+ 300 %), le loyer (+ 122 %) , les redevances à l'E.D.F. (+ 126%). • Si les efforts accomplis ont permis un accroissement des recettes de 103 % (dont 40 % pour la publicité) et si la part des recettes dans l'ensemble du budget est passée de 36 % à 56 %, on constate qu'en chiffre absolu, l'écart s'est légèrement agrandi entre les dépenses et les recettes. La situation est alarmante ! Pourtant le cercle de nos amis ne cesse de s'élargir : plus nombreux, ils sont aussi plus jeunes et de milieu social plus modeste . Cet apport nouveau nous réjouit, mais il devrait être plus massif encore . Les ressources n'augmentent pas au rythme nécessaire, elles ne rattrapent pas les dépenses qui montent en flèche. La souscription lancée l'an dernier a recueilli 20 000 F (deux millions d'anciens francs) . Or, pour combler le déficit annuel, il aurait fallu 5 FOIS PLUS. C'est donc le M.R.A.P. qui doit transférer à Droit & Liberté une partie importante de ses rentrées (adhésions, dons, galas, bons de soutien, ventes diverses) au détriment des autres aspects de son action. C'est un état de fait dommageable à notre combat : il faut y remédier . Il faut que Droit & Liberté vive par ses propres moyens, par l'augmentation du nombre de ses lecteurs, de ses abonnés, de ses annonceurs, et dans l'immédiat, PAR UNE NOUVELLE SOUSCRIPTION. Vous qui lisez Droit .& Liberté, qui l'appréciez et l'estimez 'utile, c'est sur vous que nous comptons pour résoudre ce grave problème . . Vite, très vite , envoyez votre chèque, votre mandat! Souscrivez faites souscrire DROIT ET LIBERTE - N° 309 - JANVIER 1972 Cl) UJ ~ ~ 0 Cl) Cl) UJ Cl) Cl) .!Il ~ co al UJ CI: 6 r- 0 « 0 te a.. ~ U N 1 .!Il ~ en 'ë Q) 0 (}) Q) 2 è N '" 'Q) 1: Q) Cl) .c

.::J

~ 0 ... Q) ... Z 'UJ CI: '0 Ci

a.. '<11

1- ài UJ > 0 Cf) >c: ~ ·0 Z Q) '<.1.1. Q) ... Q) Co

1

0 U 'Q) "C <1: 3 Diffusion de couture Créations Arlette Nastat vaGe~nastat 43, rue d'Aboukir, Paris-2e . Tél .. 508-88-60 4 dans ce nUIllèro « Ici, on ne sert pas les noirs ... )) Les piscriminations pratiquées au « LatinMusique » ne sont qu 'un symptôme. Le racisme est une réalité en France (pages 6 et 7). Contre l'arbitraire Sept fonctionnaires originaires des D.O.M. contraints de faire la grève de la faim pour obtenir l'abrogation d'une loi discriminatoire (pages 8- 9- 10). Pour une aile froissée Un A(gérien maltraité dans un commissariat parisien (page 11) . A qui profite le crime? Un article de Pierre Joxe (page 12). Les Gitans devant l'intégration Quelle « intégration » not re société offre-t-elle ? (pages 13- 14). Hier et aujourd'hui La « belle ca rrière» de Xavier Vallat s'est achevée. « Ordre nouveau » tente de poursuivre sa résistible ascension (pages 14- 1 5). Deux films Le Jardin des Finzi-Contini, Un violon sur le toit: deux films évoquant avec talent le drame des persécutions antisémites (pages 19- 20). Une voix Taos Amrouche au Théâtre de la Ville (page 2 1) . En oouverture : Devant le « Latin-Musique » le 4 janvier (photo Elie Kagan). sJaroit& I1berté MENSUEL 120, ruc Saint-Denis '- Paris (2) Tél. 231 -09-57 - C.C.P. Paris 6070-98 ABONNEMENTS • Un an : 25 F • Ahonnement de soutien : 50 F .'mil/di, RèIlUiOlI, Maghreb, AfriqUl:/Î'ttl1 copho/le, L aos, Cambodge, NO/llv lle-Ca!èdOl/ il' : 15 F. A l/IreS p" ,!'s : 35 F. CI/(/IIgell1('llf d'adresse : 1 F. Directeur de publication : Albert Lévy Imprimerie La Haye ' DROIT ET LIBERTE - N' 309 - JANVIER 1972 éditorial Janvier double bataille 1 E refus de servir les noirs dans un café du Quartier Latin a soudain révélé à une parL tie de l'opinion l'existence du racisme en France. On vit . on côtoie des noirs. des Algériens. d'autres immigrés, sans savoir, sans se demander parfois. comment eux-mêmes vivent, sans imaginer les humiliations et les brimades qui sont leur lot quotidien. Nous disons bien: quotidien . Car pour ceux qui font cette découverte, ce serait persister dans l'erreur que de réduire le problème au cas du « Latin Musique ». Des discriminations, il y en a dans l'emploi (lisez attentivement les petites annonces). dans le logement (demandez à un étudiant noir s'il est facile de louer une chambre) , dans de multiples aspects des relations humaines. L'immigré , surtout s'il ne parle pas ou parle mal notre langue, n'a guère d'occasion de fréquenter des Français ; pour lui, pas de rencontres, pas d'amitié, pas d'amour. On ne s'étonnera donc pas s' « ils » ont besoin , « ces gens- là », de se retrouver « entre eux », Eux qui logent si souvent dans des taudis ou des « foyers » interdits aux visiteurs , que leur reste-t-il alors, sinon le café 7 Le café, par définition ouvert à tous . Mais que d'aucuns voudraient leur fermer, Les racistes trouvent toujours une justification . Les propriétaires de cafés pratiquant des discriminations affirment qu'ils ne sont pas ra cistes, qu'ils veulent simplement sauvegarder le standing de leurs établissements ou éviter des troubles, quoi encore 7 ... Restent les faits : la discrimination , le mépris ra ciste. la condition de paria imposée à des minorités par la violence ouverte ou non , consciente ou non, d'une société et de ceux qui la contrôlent . U NE aggravation du racisme en France est-elle à craindre 7 On peut se le demander quand on voit s'accumuler tant de faits qui vont de l'ostracisme à l'agression. de la ségrégation dans l'habitat aux campagnes haineuses d'une certaine presse , sans oublier les discriminations légales visant les travailleurs immigrés en matière, par exemple, de droits syndicaux et sociaux , d' allocations familiales ou de possibilités culturelles. Tout se passe , dans le climat actuel de difficultés économiques et de chômage, comme si l'on recherchait une polarisation du mécontentement et de l'inquiétude en direction des immigrés qui , de victimes prioritaires, deviendraient victimes expiatoires . DE même, l'on voit servir de terrain d'essai à l' arbitraire , ces « départements d'outremer », dont sept fonctionnaires mutés d'office en violation des droits les plus élémentaires, poursuivent , à l'heure où nous écrivons, une héroïque grève de la faim pour leur liberté et la nôtre. C'est une coïncidence , mais certainement pas un hasard, si au même moment, le M . R .A.P. se trouve engagé dans cette double bataille contre des discriminations de la vie quotidienne et contre des discriminations politiques dont les vi ctimes sont, dans les deux cas, des hommes à la peau noire . Au plan collectif, le système qui persiste aux Antilles , en Guyane et à la Réunion n'exprime-t - il pas aussi le refus de reconnaître à des hommes, à des peuples ayant leur propre passé , leurs aspirations propres , le droit d'être et de s'affirmer eux-mêmes en toute dignité 7 Le caractère anachronique de ce refus n'apparaît-il pas dans les méthodes mêmes auxquelles il doit recourir pour s'exercer, telle cette ordonnance du 15 octobre 1960, version « moderne » du bannissement médiéval 7 Et n'y aurait- il de choix, dans les relations de la France avec ces communautés humaines, qu'entre la domination et la rupturp. "une et l'autre fondées sur le mépris et l'usage de la force 7 Nous ne voulons pas nous y résoudre. Nous croyons aux rapports de dignité et d'amitié entre les hommes, entre les peuples . Et c'est pour les faire triompher que nous luttons contre tous les racismes, Albert LEVY. 5 «Ici on ne sert pas les noirs)) U NE brasserie du Quartier Latin refuse de servir les noirs... Les faits sont maintenant connus - du moins pour l'essentiel - puisque la presse, la radio et même la télévision, les ont évoqués abondamment - avec, il est vrai, des degrés variables d'objectivité. Aussi s'agit-il ici, en les résumant, d'en dégager un certain nombre de leçons pour la lutte en cours, qui, semble-t-il, devra se poursuivre assez longtemps, avec persévérance et vigueur. C'est le lundi 3 janvier en fin d'aprèsmidi, que des membres du M.R.A.P., avec Albert Lévy, secrétaire général, se rendent au « Latin Musique», 96, boulevard SaintGermain, à l'appel de plusieurs consommateurs qui avaient téléphoné au siège du Mouvement pour l'avertir des discriminations pratiquées dans cet établissement. Une dizaine d'Africains et d'Antillais sont attablés; d'autres arrivent, qui ne se connaissent pas entre eux. Au bar, dans la salle, sur la terrasse, leurs appels à la serveuse, au gérant, restent également vains : « Nous avons des ordres» déclare le personnel. Même les blancs qui se trouvent en compagnie de noirs ne sont pas servis. Et cela depuis plusieurs jours ... La procédure engagée Ayant constaté cette violation de la loi, qui peut entraîner des troubles graves, Albert Lévy téléphone à Police-Secours. Deux cars de policiers arrivent bientôt. Le brigadier et ses hommes sont invités à établir un rapport écrit sur la situation; ils enregistrent le refus de servir, que le personnel confirme, prennent note des noms et adresses des plaignants, ainsi que des témoins. Un rapport sera effectivement établi, à l'intent(on du commissariat de la rue Vauquelin. C'est à ce commissariat que plusieurs victimes des discriminations s'étaient rendues dans l'après-midi pour demander une 6 .'!? UJ o '0 oC c.. Au (( Latin Musique ii, le 3 janvier intervention. Mais leur demande n'avait donné lieu à aucune mesure. Bien au contraire, il leur était répondu : « Cela ne nous concerne pas ... Allez à la mairie ... » ou même: « Le patron d'un café est maître chez lui, il a le droit de servir qui il veut... ». Le 4 janvier, c'est une forte délégation accompagnée par le secrétaire général du M.R.A.P., qui se rend au commissariat. Le rapport est aux mains du commissaire. Mais celui-ci, embarrassé, déclare ne pas connaître de loi qui interdise les discriminations dans les cafés et restaurants. Il faut qu'on lui mette sous les yeux, l'article 37 de l'ordonnance du 30 juin 1945, modifiée par décret du 24 juin 1958, relative au refus de vente, pour qu'il décide de se mettre en contact avec la police économique, qui a compétence en la matière. Rendez-vous est pris avec ce service, qui, le lendemain matin, enregistre la réclamation d'Albert Lévy, de deux Africains (MM. Sidy Fall et Omar Sané), et d'une jeune femme (Mlle Florence Haguenauer), qui a été témoin de plusieurs refus de servir. Cinq autres plaignants se joindront ensuite à eux, le 6 janvier, pour confier à MC Daniel Jacoby la mise en oeuvre d'une action judiciaire, à la fois pour refus de vente et injures raciales, selon une procédure permettant les résultats les plus rapides. Bataille pour la vérité et la justice Il convient, à ce point des événements, de souligner un certain nombre de données importantes: 1 Aux discriminations du propriétaire de la brasserie, à la mauvaise volonté de la police, les Africains et Antillais ont opposé une attitude ferme et digne. Alors que, de toute évidence, des incidents violents auraient permis de les isoler et de justifier les brimades à leur égard, ils se sont installés pacifiquement dans l'établissement tout en alertant le M.R.A.P. Le propriétaire se voyait ainsi pris à son propre piège: jamais il n'y avait eu autant de noirs dans sa brasserie, et il n'osait prendre luimême l'initiative de les jeter dehors par la force. Cette attitude de sagesse et d'opiniâtreté a été payante. Elle a permis d'engager les poursuites judiciaires, de mettre la presse au courant, et de faire appel à l'opinion publique. L'appui du M.R.A.P. s'est avéré décisif pour assurer la défense active et lucide des victimes du racisme. 2 Les arguments employés par le propriétaire du « Latin Musique», M. Amzalac, pour se justifier, relèvent du racisme le plus classique. S'agissant des Africains qui fréquentaient habituellement son établissement, où ils savaient pouvoir se retrouver, M. Amzalac les présente comme « une bande» de sauvages : « Ils prenaient mon café pour leur bureau, leur chambre à coucher, s'y déchaussant comme s'ils étaient chez eux ... ». N'a-t-il pas traité de « cannibale », une jeune femme, Mme N'Doye, qui lui reprochait son comportement! Parce qu'un incident a eu lieu, voici plusieurs semaines, entre un de ses gérants et un noir, le propriétaire, sans s'étendre sur les causes de cet incident, en rend responsables, non seulement les habitués du café, qui n'y sont nullement impliqués, mais tous les noirs ... généralisation caractéristiq ue de la démarche raciste. Il prétend que « la clientèle blanche » se trouvait écartée par la présence de noirs. En fait, le Quartier Latin est un lieu, où, partout, des bancs de l'Université aux cafés et restaurants, les jeunes de toutes origines se rencontrent et entretiennent des relations amicales. Nous avons pu constater que des blancs (plus nombreux que les noirs) consommaient au « Latin Musique» comme dans les autres cafés et restaurants des boulevards Saint-Germain et SaintMichel. Ce qui est vrai, c'est que des blancs, écoeurés par les discriminations qui s'y pratiquent ont quitté le « Latin Musique» en manière de protestation. 3 Se posant en victime de « l'invasion » et de la « sauvagerie» des noirs, M. Amzalac espère susciter la sympathie. Sans aucun doute, ses arguments peuvent avoir une certaine portée auprès des personnes mal informées et manquant d'esprit critique; d'autre part, ceux qui l'approuvent s'empareront de ce qu'il dit pour justifier son comportement. Ainsi une bataille pour la justice et la vérité se trouve engagée. Il. reste que, si des incidents ont eu lieu au « Latin Musique », les responsables, blancs ou noirs, doivent en subir les conséquences judiciaires, et que cela ne permet en aucune façon, de rejeter et de calomnier tout un groupe ethnique. Le rôle de l'opinion publique est donc 4des plus importants. Il est encourageant de constater que la presse s'est saisie de l'affaire. A travers ce cas précis de discrimination, beaucoup sont amenés à s'interroger sur celles qui ont lieu dans d'autres domaines : emploi, logement, droits sociaux et syndicaux des immigrés, etc. Il ne faut « laisser passer » aucune manifestation de racisme. Il faut que les victimes se défendent, fassent appel au M.R.A.P., aux antiracistes de ce pays, qui sont légion. Il faut que tous les Français démocrates prennent en main ce grave problème, qui les concerne directement : pas de ça chez nous! Apartheid à Nice ... Dans une :;:;terview à Radio MonteCarlo sur l'affaire du « Latin-Musique », Albert Lévy, secrétaire général du M.R.A.P. a souligné qu'il y avait là un avertissement pour tous les propriétaires de cafés, qui doivent savoir qu'ils s'exposent à de graves sanctions judiciaires s'ils. sont tentés de procéder à de telles discriminations. Piqué au vif, le patron d'un café de Nice, M. Allouard , interviewé par le même poste, affirme que « sans faire de racisme», il entend se prémunir contre « l'invasion» de la clientèle étrangère, et particulièrement arabe. Se référant à une loi de ... 1791, dont le texte est diffusé par la Fédération nationale de l'industrie hôtelière, il déclare « avoir le droit de choisir sa clientèle comme il l'entend et n'a pas à répondre des raisons pour lesquelles il refuse l'accès de son établissement à tel ou tel consommateur et le prie de sortir». Nous ignorons ce texte, mais il est certain que l'ordonnance de 1945, sur le refus de vente, qui est plus récent, doit prévaloir. DROIT ET LIBERTE - N° 309 - JANVIER 1972 SAINT-CLAUDE • • de la pi• sci• ne au bistrot Le 26 octobre dernier, à Saint-Claude (Jura), un professeur de C.E.T., M. Roland Chaudat, se trouve au « Bar Américain », le plus grand café de la ville. Il Mon attention fut attirée, écrit-il, par une discussion entre un consommateur algérien et la personne servant au bar. Celle-ci refusait de servir un café audit consommateur. Je me levai et demandai que l'on m'en servît un. Je l'obtins aussitôt, et alors que je l'offrais au travailleur algérien, la personne servant au bar s'y opposa en renversant le contenu de la tasse ... )) Discussion , tumulte. Eceuré, M. Chaudat s'en va, et écrit à ce sujet une lettre ouverte au maire de Saint-Claude : « N'est- il pas souhaitable, souligne-t-il, après avoir relaté les faits, que les travailleurs algériens qui participent pour une part importante à l'activité industrielle de Saint-Claude, trouvent partout, et en particulier dans les lieux publics comme les cafés, un accueil égal à celui dont jouissent les travailleurs français? )) Le maire, M. Jaillon, lui répond que, renseignements pris, le directeur du « Bar Américain» a refusé ce jour-là de servir un Algérien parce que celui-ci était ivre. Or, M. Chaudat est catégorique: le consommateur algérien n'était pas ivre , il a demandé poliment à être servi; de plus, un autre Algérien, venu peu après, s'est heurté au même refus. En outre, le gérant du « Bar Américain», M. Alain de Zordi affirme dans une lettre au journal local « Le Courrier» : « Je peux refuser de servir tout client sans pour autant avoir à lui en donner les raisons. )) L'affaire fait grand bruit à Saint-Claude. La lettre ouverte de M. Chaudat recueille du jour au lendemain 300 signatures. Des organisations prennent position dans le même sens : Fédération de l'Education nationale, Parti socialiste, Parti communiste, P.S.U. , C.G.T. , C.F.D .T., F.O ., S.G.E.N., Mouvement de la Paix, Citoyens du monde , Action catholique ouvrière. Contact est pris avec le M.R .A.P . Le 7 novembre, délégués par diverses organisations locales, deux Sanclaudiens, MM . J. F. Forestier et Christian Treillard se présentent au « Bar Américain» en compagnie d'un Algérien « correct et parfaitement lucide ». Ils constatent qu'on refuse de le servir et qu'on ne les sert pas eux-mêmes parce qu'ils se trouvent avec lui. Même expérience le 22 décembre: en l'absence du gérant, c'est le barman qui refuse de servir un groupe de Français et d'Algériens. Et l'on cite un autre café, « Le Progrès», (ainsi nommé par antinomie, sans doute), qui ne reçoit pas non plus LES Algériens , sous prétexte que, il y a plus d'un an, UN Algérien en état d'ébriété a cassé une vitre (ce pourquoi il a d'ailleurs été condamné). La population est d'autant sensibilisée à ce problème qu 'en 1964 s'était produite à Saint-Claude « l'affaire de la piscine». La municipalité exigeait des Algériens qui s'y présenteraient, et des seuls Algériens, un certificat médical attestant de leur « bonne santé». Cette discrimination, qui avait causé un certain émoi, avait dû être annulée à la suite d'une assemblée tenue sur place par le M.R.A.P. , avec le concours des m·êmes organisations qui déclenchent aujourd'hui la protestation. Un nouveau meeting du M.R .A. P. a lieu ce 26 janvier, avec la participation de Me Armand Dimet, membre du Conseil national du Mouvement. La nécessité d'une action continue apparaissant à tous, un comité local du M.R.A.P. est en formation . ·Le (( refus de vente)) Voici l'article 37 de l'ordonnance du 30 juin 1945 (nO 45-1483), sur le refus de vente, qui doit être appliquée dans les cas de discriminations : « Est assimilé à la pratique de prix illicites, le fait: • « 1° Par tout producteur, commerçant, industriel ou artisan : « a) De refuser de satisfaire dans la mesure de ses disponibilités et dans les conditions conformes aux usages commerciaux, aux demandes des acheteurs de produits ou aux demandes de prestations de service, lorsque ces demandes ne présentent aucun caractère anormal, qu'elles émanent de demandeurs de bonne foi, et que la vente de produits ou la prestation de service n'est pas interdite par la loi ou par un règlement de l'autorité publique, ainsi que de pratiquer habituellement des conditions discriminatoires de vente qui ne sont pas justifiées par des augmentations correspondantes du prix de revient de la fourniture ou du service ... » 7 DroIt- el- l,b r ~D.O.M·--C 0 NTR E SEPT fonctionnaires, originaires des Départements d'Outre-Mer (D.O.M.) ont entrepris, à partir du 10 janvier, une grève de la faim illimitée. Par cet ultime recours, ils entendent protester contre leur mutation arbitraire en France, en vertu d'une ordonnance de 1960, qui permet aux préfets des D.O.M. d'expulser immédiatement et sans explication des hommes et das femmes dont le comportement leur paraît Il de nature à troubler l'ordre public Il. et morale, aggravées encore pour leurs enfants. L ' ICharles;n~ o~e!;~ ~.~n~ ~.o;" JOSEPH QUASIMO~O. cont~l.u, du Tre~, •• Certains des fonctionnaires visés par ces mesures ont dQ quitter sous huit jours leur travail et le milieu auquel ils étaient attachés. D'autres se trouvaient en congé régulier en France, et n'ont même pas pu revenir chez eux. Pour tous, ce fut un profond déchirement. Déracinés, coupés de leur famille, ils ont connu, avec l'incertitude du lendemain, d'énormes difficultés d'adaptation matérielle Cinq d'entre eux : le Réunionnais Jean-Baptiste Ponama, les Martiniquais Guy Duffond, Georges Mauvois, Armand Nicolas, W. Guitteaud, refusèrent de se plier au diktat ministériel : ils ont été radiés de la Fonction publique; un seul des exilés a pu, en ,1969, grâce aux pressions syndicales, recouvrer un poste sur son sol natal : le Réunionnais Roland Robert; deux autres, Jean Le Toullec et Pierre Rossolin, ont démissionné et renoncé à une partie de leurs droits à la retraite pour pouvoir revenir vivre à la Réunion. Un fait nouveau est intervenu récemment : l'une des victimes de l'ordonnance de 1960, Yves Leborgne, professeur de philosophie muté en Corse, puis à Cannes, recourait à la grève de la faim le 22 novembre dernier pour faire valoir ses droits. Soutenu par un puissant mou- Qui trouble 1" ordre public ? 1960 · En pleine guerre d'Algérie. A Alger, des Français se sont dressés contre l'Etat. Le régime gaulliste vacille. C'est l'appel paniqué de Michel Debré demandant d'aller à pied, à cheval, en voiture, à bicyclette, barrer la route aux putschistes. C'est dans ce climat d'inquiétude et sous la pression des événements d'Algérie que, le 4 · février 1960, . le gouvernement fait voter la loi nO 60.009, dite d'habilitation. Cette loi autorise le gouvernement li prendre par ordonnances des mesures comprises normalement dans le domaine de la loi, nécessaires « au maintien de l'ordre, à la sauvegarde de l'Etat, à la pacification et à l'administration de l'Algérie. li En vertu de ce texte, dont l'objet de toute évidence est l'Algérie, le gouvernement Debré prend le 15 octobre 1960 une ordonnance relative au rappel d'office des fonctionnaires fi dont le comportement est de nature à troubler l'ordre ·public. li Cette ordonnance est applicable aux seuls départements d'outre-mer. Sitôt sa publication, les préfets des D.O.M. (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion) expulsent, mutent ou révoquent une vingtaine de fonctionnaires originaires de ces territoires. Ainsi que l'écrit le préfet de la Réunion dans une lettre confidentielle au ministre des P.T.T. : fi Il s'agit de tout un train, où figurent de nombreux fonctionnaires de l'Education nationale, et qui met 8 aussi en cause outre le vôtre, d'autres ministères, en particulier ceux des Finances et des Travaux publics. li. Une liberté fondamentale Cette ordonnance crée un véritable délit d'intention et constitue une violation délibérée d'une liberté publique fondamentale de toute dénioCl1itie : la liberté d'opinion. Dans son application, cette ordonnance est un instrument de répression aux mains des préfets pour tenter de stériliser de manière sélective, mais terriblement effipar Joby 'FANON cace toute opposition et d'exiger des fonctionnaires exerçant outre-mer,. la docilité, voire la servilité. Qui plus est, ce texte, selon le mot 'de Césaire, ne , vise à rien moins, qu'à « décérébrer les Antilles et la Réunion et à les transformer en désert intellectuel ». Seuls les fonctionnaires du cadre de conception et de direction sont touchés. Les enseignants forment le gros du contingent des eXilés. Pour justifier les déplacements, les motifs donnés par les préfets nous placent d'emblée en plein arbitraire. Les prétextes les plus futiles sont retenus. Odette Toly, professeur de mathématiques « aurait appartenu au Parti communiste français avant de venir en Guadeloupe. Activité politico-séparatiste ». Son mari est coupable de ... l'avoir épousée. Guitteaud est syndicaliste, Mauvois et Nicolas sont dirigeants du Parti communiste martiniquais. Un autre, tel Socrate, est considéré comme un « élément très dangereux pour la jeunesse ». Un autre encore a commis le crime, quelques années plus tôt, de se rendre « de l'autre côté du rideau de fer ». Gervais et Nelly Barret n'ont jamais su pourquoi ils étaient mutés .. Joby Fanon aurait « montré une attitude critique à l'égard de la conduite des affaires publiques dans les D.O.M. », et c'est pourquoi il rie saurait être nommé en Martinique. Comment s'est manifestée cette attitude critique? En quoi le «comportement » des uns et des autres a-t-il troublé l'ordre public? Aucune justification. Quand le gouvernement ••• Les fonctionnaires sont ainsi remis à la discrétion et au bon vouloir du préfet. Ce pouvoir absolu, inconcevable, s'exerce sans aucune garantie. Le rappel d'office se fait sans aucune formalité et « indépendamment des procédures disciplinaires ». Le fonctionjours; il a d'ores et déjà regagné la Guadeloupe, où il est Tours; MARIUS MIRON, professeur au lycée Turgot, à affecté à un nouveau poste. Peu après lui, un autre pro- Paris; YVON POUDROUX, agent des Ponts et Chaussées, à fesseur, Boris de Gamaleya, entreprenait aussi la grève Prades (Pyrénées-Orientales); et JOBY FANON, inspecde la faim le 26 novembre; au bout de quatre jours, des teur central des Douanes, à Paris. assurances (verbales) lui étaient données par l'Inspection Après avoir commencé la grève de la faim sur leur lieu académique; mais elles furent sans lendemain, et il s'est de travail, B. et C. de Gamaleya, et M. Miron étaient vu contraint, pour aboutir, à se joindre au mouvement en accueillis dans une chapelle de Noisy-le-Sec; G. Barret cours. dans une Maison de jeunes de Clichy-sous-Bois; J. Quasi- Les sept personnes qui ont cessé de s'alimenter le modo à la Bourse du travail de Tours; Y. Poudroux au siège 10 janvier, mettant leur santé et leur vie même en jeu pour de la Ligue des droits de l'homme de Perpignan. placer le gouvernement devant ses responsabilités, sont les JOBY FANON, après un jour passé à l'Inspection censuivantes

BORIS DE GAMALEYA, professeur au C.E.S. traie des Douanes, était accueilli au siège du M.R.A.P., dont

Gambetta, à Noisy-le-Sec; CLELIE 'DE GAMALEYA, son il est membre du Bureau national, et où il est fraternelépouse, professeur au lycée de Noisy-le-Sec; GERVAIS lement soutenu par de nombreux militants et amis. C'est BARRET, professeur au C.E.S. Romain-Rolland, à Clichy- là qu'il a rédigé l'article que nous publions ci-dessous. De gauche à droite et de haut en bas: C. et B. de Gamaleya, G. BÇJrret, J. Fanon, M. Miron et J. Quasimodo. (Photos Elie KaganJ DROIT ET LI BERTE - N° 309 - JAN VI ER 1972 naire dans les D.O.M. est ainsi mis horsla- loi. Tous les fonctionnaires « rappelés» ou « mutés» l'ont été en raison de leurs opinions politiques réelles ou supposées et sur la foi de fiches, enquêtes ou renseignements policiers dont les intéressés n'ont pas eu officiellement connaissance". Aucun n'a été rappelé ou expulsé pour fl1~1 ' rsations, concussions, vols, voies de fait, etc. Les voleurs, concussionnaires et autres aigrefins ne troublent pas « l'ordre public» tel que l'entendent les préfets des D.O.M. Ces décisions arbitraires des préfets ont été déférées devant les tribunaux administratifs et le Conseil d'Etat. Dans la majorité des cas, ces décisions ont été annulées. Mais violant sa loi, le gouvernement maintient en exil les fonctionnaires injustement frappés. Tous les recours légaux ont été épuisés. Les démarches entreprises sont demeurées vaines. Alors, quand le gouvernement qui prône la concertation, la participation, l'honneur, les grands principes républicains, les idéaux démocratiques, viole de manière aussi systématique et avec tant de mauvaise foi sa propre légalité; quand les jugements des tribunaux sont bafoués et frappés d'impuissance par l'inertie et le mauvais vouloir des ministres; quand la presse révèle aussi chichement les drames humains qui découlent de ces mesures illégales ou refuse de signaler de tels dénis de justice, il ne reste plus au citoyen laminé par le pouvoir que les moyens désespérés pour attirer l'attention de l'opinion sur le régime de non-droit qui est celui des dernières colonies françaises. La solidarité Voir p. "10 9 AUSSITOT connue, la décision pnse par plusieurs fonctionnaires de D .O.M. de faire la greve de la faim, le mouvement de solidarité qui avait pris naissance autour d'Yves Leborgne (1) s'est considérablement amplifié. Un comité contre les lois d'exception dans les départements d'outremer s'est constitué. Il comprend la c.G.T., la C.F.D.T., la Fédération de l'Education nationale, le Syndicat national des douanes F.O., la Ligue des droits de l'homme, la Ligue de l'enseignement, et le M.R.A.P. Sur le plan local, les mêmes organisations et d'autres encore, divers partis politiques (P.c.F., Parti Socialiste, P.s.u. , Parti radical). des élus, des personnalités religieuses multiplient les initiatives communes : édition et diffusion de tracts et d'affiches, meetings, délégations, cortèges. Un comité départemental de soutien a été créé dans la SeineSaint- Denis, ou le M.R.A.P. est représenté par son responsable de N oisy-le-Sec, Y oucef Tatem. Deux importantes assemblées d'information se sont tenues a Noisy-le-Sec et Clichy-sous-Bois, alllSI que des cortèges dans la rue. Les comites de soutien locaux, les syndicats, les organisations sont intervenus, tout au long de ces dernières semaines auprès du gouvernement, des ministères concernés, du Premier mllllstre, et du président de la République. Dans une lettre au Premier mInistre, Pierre Paraf, président du M.R.A.P. souligne que le geste auquel les grévistes de la faim se sont 10 1 La solidarité 1 astrelllts « témoigne de la profondeur de leurs aspirations et de leur amertume ». « L'opinion publique, écrit-il, ne comprendrait pas que le grave risque qu'ils prennent soit ignoré par les autorités qui peuvent leur donner satisfaction et leur permettre de retourner sur leur terre natale pour exercer leur métier comme ils l'ont toujours fait, sans qu'aucun délit, aucune faute professionnelle ne leur soient reprochés». « Il nous semble, ajoute-t-il, pour éviter que de telles mesures paraissent inspirées par des considérations d'ordre raciste, que cette ordonnance elle-même, qui crée un état d'exception à l'égard de citoyens français et des départements dont ils sont originaires, devrait être purement et simplement abrogée, afin de rétablir sur ce plan une égalité des droits pour tous les fonctionnaires, quelles que soient leur origine et leurs opIlions. » Des personnalités ont rendu public un appel invitant au soutien des grévistes de la faim et demandant que leur soit . donnée satisfaction. A l'heure où nous mettons sous presse, ce texte, . continue à circuler. Les premieres pétitions ont été portées par une délégation du M.R.A.P. accompagnée par Lucky Thiphaine, secrétaire nationale le 17 janvier au ministère des D.O.M., où s'étaient rendus, quelques jours plus tôt les représentants du Comité contre les lois d'exception dans les D. O.M. Un imposant cortège d'Antillais, Réunionnais et Guyanais, auxquels s'étaient joints de nombreuses personnalités, et les dirigeants d'organisations (parmi lesquelles le M.R.A.P.) s'est rendu, le 1 2 janvier à 1 6 heure~ de la place Saint-Germain-l'Auxer· rois à la .place du Palais-Royal où se trouve le Conseil d'Etat. Cette haute institution, qui a pour rôle de veiller à l'application de la loi par les pouvoirs publics, s'est déjà prononcée dans plusieurs cas pour le retour dans leur pays d'origine des fonctionnaires arbitrairement mutés. Une délégation à laquelle participaient Charles Palant et Fred Hermantin, vice-présidents du M.R.A.P. lui a remis une motion demandant que justice soit rendue à l'ensemble des victimes de l'ordonnance de 1960. et que celle-ci soit définitivement abrogée, étant contraire aux règles du droit français . Le Regroupement de l'émigration guadeloupéenne (R.E.G.), le Regroupement de l'émigration martiniquai se (R.E.M.) et ru nion générale des travailleurs réunionnais en France (U.G.T.R.F.). ont tenu Lm meeting de solidarité, le 14 janvier. Le M.R.A.P., a appelé les antiraCIstes à y partICIper nombreux. Charles Palant, vice-président de notre 1-10uvement y a pris la parole. D'autre part, les enseignants des établissements scolaires ou exercent plusieurs des grévistes de la faim, ainsi que les élèves, ont décidé la grève des cours, notamment au lycée Turgot et aux c.E.S. de Clichysous- Bois et Noisy-le-Sec. (1) Voir « Droi~ et Liberté» de décembre 1 97 1. ÏIllIDÏgrés Pour une aile froissée M. BouabdelLi el ses deux enfants s AMEDI 27 NOVEMBRE, dans l'après-midi à un carrefour du se arrondissement, deux voitures se heurtent. C'est un léger accrochage, comme on en voit tous les jours. D'habitude les choses se passent très bien à l'amja~l", les deux conducteurs échangent les adresses de leurs compagnies d'assurance. Cette fois-ci il en va autrement. Un car de police arrive sur les lieux, et l'un des automobilistes est emmené au poste de police. C'est un travailleur algérien : M. Cheik Bouabdelli. Nous avons rencontré M. Bouabdellî dans le coquet appartement d'Aubervilliers où il vit avec sa femme, une Française et leurs deux enfants. Il est ouvrier professionnel P3 et délégué C.G.T. dans . une entreprise de Stains (93). « Bicot, raton ... » C'est un homme calme et qui s'exprime parfaitement: « Quand j'arrive au commissariat, il est environ 19 h 30. Une vingtaine de policiers en uniforme sont présents. Au bout d'un certain temps, je demande à boire : on me tend un verre de vin. Tout le monde rit. Je refuse d'abord en disant que j'ai une maladie d'estomac. Puis j'accepte ... » Les quolibets pleuvent : « Il faut le faire chauffer 1), « Comment se fait-il que tu aies une voiture? ». Les injures suivent: « bicot, raton)), d'autres encore. M. Bouabdelli tente de s'expliquer, montre ses feuilles de paie. On lui annonce qu'il va subir l'épreuve de l'alcootest. 11 proteste : DROIT ET LIBERTE - N° 309 - JANVIER 1972 « Mais on vient de me faire boire un verre de vin! ». Rien n'y fait. Puis on dresse un procès-verbal qu'on veut lui faire absolument signer. Il demande à en prendre connaissance. On lui répond : « Les bicots ne savent pas lire ». A partir de ce moment, les violences commencent. M. Bouabdelli nous narre la scène : « Un brigadier s'accroche à moi et me bourre de coups de genou en criant : « Je vais te massacrer ... » Je tombe à terre et il me repousse à coups de pied, comme si j'étais une botte de paille. J'ai atrocement mal et je crie. Ils se moquent de moi. L'un d'eux dit : « Ils sont tous comme ça, ils jouent la comédie ». On m'enferme dans la cage. Je souffre de plus en plus. Dans la nuit, j'apprends que je suis au commissariat du Panthéon. Au fil des heures, je proteste. Je me plains de plus en plus fort. Vers quatre heures du matin, sans doute au moment de la relève. un poUcier à deux galons s'approche. Je me déshabille et lui fait constater mon état. Il décide de me faire hospitaliser. » Opéré d'urgence Les chirurgiens opèrent d'urgence. Le certificat délivré precise : « Je soussigné, chef de clinique, assistant des Hôpitaux de Paris, certifie que M. BouabdeIli Cheik, 42 ans, a été hospitalisé du 27-11-1971 au 8-12-1971 à la salle Saint-Landry, service du professeur Olivier, ' pour traumatisme des parties génitales ayant nécessité une intervention chirurgicale en urgence dans la nuit du 28-11-1971... Le compte r~ndu opératoire note l'existence d'un énorme hématome du scrotum, secondaire à un coup. A gauche, on découvre un volumineux caillot de sang en rapport avec un éclatement du testicule gauche à sa partie inférieure, la partie supérieure du testicule et son pédicule paraissant de bonne vitalité; une archidectomie partielle est pratiquée, la vaginale ayant éclaté a été retournée.» Il convient de noter que pendant ces événements Mme Bouabdelli est sans nouvelles de son mari, toutes ses démarches s'étant avérées vaines. C'est seulement le 30 novembre que le Secours catholique, visitant l'hôpital, se chargera de la prévenir. Quand il sortira de l'hôpital, M. Bouabde IIi retournera au commissariat pour récupérer ses papiers. « Cette fois on m'accueille presque avec le sourire : On vous fait grâce de la contravention pour conduite en état d'ivresse, me dit-on.» Etrange magnanimité ! M. Bouabdelli a décidé de porter plainte. Jacques DESMOULINS. Une lettre au Préfet de police Dans une lettre au Préfet de police, Pierre ParaI, président du M.R.A.P. a attiré son attention à la fois sur les discriminations raciales pratiquées contre les noirs au café (( Latin musique Il, et sur les sévices et les insultes dont M. Cheik Bouabdelli se plaint d'avoir été victime au commissariat du Panthéon. II est à noter que dans les deux cas, ces faits se sont produits dans le 5" arrondissement. Le M.R.A.P. demande que toutes mesures soient prises par les autorités compétentes pour sanctionner les coupables et empêcher que de telles méthodes puissent se renouveler. 11 A qui profite le Le Comité d'honneur du M.R.A.P. compte un nouveau membre : M. Pierre la Cour des Comptes, maître de conférence à l'Institut d'études politi(lues de de secrétaire national du Parti socialiste et assure la rédaction-en-chef de la ainsi les personnalités de tendances politi(lues et philosophiques très diverses par-delà leurs conceptions divergentes, le précieux concours de leur patronage la cause (lui nous est commune. C'est très volontiers que « Droit l't LilH'rt[.)) lui CETIE année , cette nouvelle année , l'Algérie indépendante fêtera son dixième anniversaire. Ceci concerne avant tout les Algériens , mais un peu aussi les Français, qui peuvent à cette occasion méditer sur le racisme: à qui profitent les crimes qu'il e ntraîne? La guerre d'Algérie a provoqué dans notre pays une forte poussée de racisme anti-arabe : Algériens menacés, Alg ériens menaçants , Algériens pourchassés , Algériens combattants." tout Algérien devenait vite ennemi lorsque la guerre coloniale entraînait dans sa noria les centaines de milliers de jeunes soldats du contingent , pris en mains par les services « d'action psychologique ». Tortures, massacres, mépris d'un peuple opprimé depuis 130 ans , « ratonnades » à Paris aussi bien qu'à Alger, aucune honte ne fut épargnée à notre pays . L'inquiétude se mêlant à la mauvaise conscience, l'actuel ministre de la Défense nationale , alors Premier ministre, pouvait faire saisir les livres et journaux qui disaient la vérité - un peu de vérité - sur les crimes commis au nom de la France . Aujourd'hui le général Massu avoue , M. Debré se tait. Henri Alleg a dit ce qu'il fallait dire à ce sujet dans le dernier numéro de « Droit & Liberté». A qui profi taient les crimes racistes de la guerre coloniale? A une minorité d'indu striel s et de grands propri ét a ires , par Pierre JOXE exploite urs, qui surent rapatrier leur fortune . Le racisme , masque du capitalisme , trompa beaucoup de « Piedsnoirs » qui se crurent colons " . Eux aussi , pourtant , étaient exploités. Les années ont passé . Les Français rapatriés ont progressivement été réinstallés dans notre pays, Des indemnités , souvent dérisoires , ne suffisent pas à compenser les pertes que les plus modestes d'entre eux ont subies, et encore moins les deuils , les souffrances et souvent le chagrin d'un véritable exil. Mais enfin , acceptés , adoptés , réintégrés dans leur patrie , les « Pieds- noirs » sont chez eux en France , et ils le savent , Les Algériens sont chez eux en Algérie. Pourquoi viennent-ils donc si nombreux travailler chez nous? A partir de cette question innocente , une véritable campagne de haine se déploie depuis quelque temps. Elle vise particulièrement les Arabes et les Algériens, Est-ce un hasard si , parmi les travailleurs étrangers , les Algériens sont les plus visés par les racistes? Est-ce un hasard si ces slogans racistes se répandent plus et plus vite quand le chômage s 'accroît dans notre pays? PIEDS SENSIBLES 12 Les chausseurs du super-confort et de l'élégance CJ;-o)ix UNIQUE en CHEVREAU, en SPORTS et en TRESSE MAIN Femmes du 35 au 43 - Hommes du 38 au 48 6 largeurs différentes (9" ) GARE SAINT-LAZARE, 81, rue St-Laza re (MO Saint-Lazare - Tri nité ) (6<) RIVE GAUCHE, 85, rue de Sèvres (M" Sèvres - Babylone) (Hf") GARE DE L'EST, 53 , boulevard de Strasbou r;g (M" Château-d ' f:au ) Magasins ouve rts tous les lund is crime? JOXE, conseiller référell!laire à Paris, qui eX!'I"!'e les fOllctions revue « Après-dl'lIIain)). II rejoint (lui on'rent à notre Mouvement, et de leur union pour défendre ouvre aujourd'bui ses colonnes. Non. Aucun hasard dans tout cela , mais la logique d'une société où le principe « diviser pour régner » est toujours soigneusement appliqué par la classe dirigeante. Les travailleurs algériens ne sont pas seulement nombreux en France , ils font aussi partie d'un courant migratoire ancien et traditionnel. Leur instruction de base est souvent élevée. Leur culture est parfois véritablement double - aussi française qu'arabe, Beaucoup sont très qualifiés. En un mot , ils sont souvent vraiment « concurrentiels » pour parler le langage des économistes. Il est donc tentant , et souvent facile , de détourner l'inquiétude provoquée par la situation de l'emploi dans notre pays , de la transformer en jalousie , en racisme , envers ces Arabes « qui feraient mieux de rentrer chez eux». Pourquoi les Arabes plus que les autres? La situation économique n'explique pas tout . Il y a de nombreux facteu rs culturels : les Italiens sont des cousins et nous aimons les arts ; les Espagnols sont des voisins et nous aimons leurs plages; les Portugais sont opprimés et farouches catholiques , Mais les facteurs économiques dominent : pourquoi les Africains «( noirs ») sont-ils moins visés que les Arabes par le racisme? Parce qu'ils sont moins conc urrentiels: moins instruits , moins acclimatés , ils sont employés aux tâches les moins nobles, Les Arabes n'ont pas tous cette excuse , Le racisme anti-arabe dans la France d'aujourd' hui est un dérivatif, un poison facile à administrer. A qui profite-t- il ? Aux mêmes qu'il y a dix ans. Il faut que les Français sachent qu'il fait frémir d'indignation incrédule des milliers d'Algériens, dont les uns travaillent ici et les autres « chez eux» , dans un pays qui depuis dix ans entreprend de se reconstruire . A sa façon , Massu commémore cet anniversaire, A notre façon , sachons le célébrer. En luttant partout contre le racisme et en dénonçant, surtout actuellement le racÎsme anti-arabe , nous n'agirons pas seulement pour l'Algérie nouvelle , mais tout autant pour la France de demain. " 2 ANS APRES N UL dans la {( grande presse» n'a rappelé cet anniversaire

il y a deux ans,

cinq travailleurs africains mouraient asphyxiés, la nuit de la SaintSylvestre, dans un pavillon d'Aubervilliers transformé en « foyer ». Depuis, d'autres morts ont eu lieu, hommes, femmes , enfants, dans les bidonvilles et les taudis - dont on a moins parlé. Des promesses avaient été faites; on a même vu des baraques rasées et le relogement de leurs occupants. Mais ces mesures, loin de répondre. aux besoins, s'avèrent d'autant plus dérisoires que, pour satisfaire les besoins en main-d 'oeuvre bon marché du patronat français, l'affiux des travailleurs immigrés s'accroît. Dans la plupart des {( foyers .. africains, les locataires à 70 ou 80 F mensuels pour un lit, se voient contraints à la grève des loyers pour obtenir la moindre amélioration de leur sort. Souvent, le motif immédiat de leur mouvement est la coupure du gaz et de l'électricité (comme ces jours derniers, encore, à Montreuil) parce qu'un {( gérant.. rapace n'a pas payé la note à l' E.D.F. - comme ce fut le cas à Aubervilliers. C'est la politique de l'immigration et de l'accueil qui est en cause. Et tandis que le chômage prend des p;oportions inquiétantes, que les difficultés économiques s'aggravent, on tente de rejeter la faute sur les travailleurs immigrés (comme s'ils n 'étaient pas eux-mêmes des victimes) tout en continuant « l'importation .. de cette main-d'oeuvre. On parle de « sélection. culturelle .. , en fait raciale, entre les immigrés, comme si l'on voulait particulièrement dresser l'opinion contre les Africains et les Algériens. On « prend acte.. des préjugés, alors qu'il faudrait les combattre. Fort heureusement, les travailleurs français refusent, dans leur majorité, ces tentations et ces pièges. Nous saluons, dans oe contexte, la décision prise par Ics deux plus grandes centrales syndicales, la C.G.T. et la C.}' .D.T., d'organiser ensemble, du 7 au 12 février, une semaine d'informations et d'actions sur les problèmes des travailleurs immigrés, portant particulièrement sur les questions du logement et des droits syndicaux. DROIT ET LIBERTE - N° 309 - JANVIER 1972 socÏété Les Gitans devant l'intégrationo Je crois être ce que je suis. Mais je ne suis pas certain de l'être ... (Frinka KIEFFER) DANS son numéro du Il décembre 1971, le journal régional Le Comtois écrit : « Si vous lisez attentivement le quotidien que voici, vous n'êtes pas sans savoir qu'en ce moment même, de hautes personnalités nationales et internationales, ayant à connaître des Droits de l'Homme, se penchent sur les problèmes posés par l'intégration dans la société française des tziganes et des travailleurs étrangers ... " ( 1) Suit une liste de récriminations locales concernant la mauvaise utilisation faile par les nomades de terrains privés... Et le journaliste semble penser que les Gita ns n'ont comme solution que de se fondre dans la masse en faisant disparaitre leurs mauvaises habitudes. C'est un point de vue, certes primaire, mais assez généralement répandu. Une déclaration de l'UNESCO sur les préjugés raciaux mentionne: « Les groupes ethniques qui sont victimes de la discrimination sous une forme ou une autre sont parfois acceptés et tolérés par les groupes dominants à condition de renoncer total~ment à leur identité culturelle. Il convient de souligner la nécessité d'encourager ces groupes ethniques à préserver leurs valeurs culturelles. " Cela rejoint la pensée de notre ami Roger Maria ici -même : « Si les 'nomades (qui ne forment qu'un tiers de la population des Gitans, Tziganes et Manouches de France) veulent abandonner la route, leurs roulottes et leurs caravanes, ils sont voués, selon la terminologie à la mode, à s'insérer dans les structures d'une société qui les rélègue en fait dans le cloaque de baraquements en tôle, avec pataugeage dans la boue gluante et les rats et la police comme compagnons de misère ... " co Cl co ><: , ~ üi o ë .s:: "- Enfin, il est essentiel àe rappeler qu'à leur dernier congrès international, en avril 1971 à Londres, l'ensemble des associations tziganes et gitanes mondialement réparties ont affirmé : « Le Peuple Rom a le droit inaliénable de trouver son propre chemin vers le progrès" ; et que les cinq commissions qui y furent créées - concernant l'éducation, les affaires sociales, la langue, les affaires cultl!relles et le « martyre tzigane» (dû aux nazis) - fonctionnent depuis régulièrement sous la seule responsabilité d'une administration uniquement composée de Tziganes, Il est d'ailleu'rs significatif que l'ensemble des délégués ait expressément demandé qu'un effort constant d'ouverture soit fait vis -à-vis du monde des « Gadgé )) (non-Gitans), notamment sur le plan d'une véritable information des réalités tziganes et que seul le terme de Rom soit employé pour désigner le Gitan ou son peuple. Ainsi, fa ut-il peut-être redire que les 200 000 Tziganes de France sont une petite partie des douze millions de Roms du monde. Que la population tzigane, fort dispersée en France, est beaucoup plus compacte ailleurs. Que dans certains pays de l'Est de l'Europe, de nombreux villages, des villes, voire des régions entiéres sont peuplés en majorité de Tziganes. Que, d'autre part, ces pays, qui n'ont aucune unité ethnique, ont appris à respecter les particularismes de chacun. Lorsque les gouvernements se mirent à étudier les ( 1) Il s'agit de coll oque sur « La France devant la di scrimination raci ale» organi sé à Besançon à l'initiative de la Faculté de droit de cette ville, et de l' Institut international des Droits de l'Homme, que nous évoquons page 25. 13 problèmes des Tziganes, c'est dans la reconnaissance de leur originalité nationale qu'ils recherchèrent des solutions tandis que la France et la plupart des pays d'Europe occidentale ne voulurent voir en eux que des vagabonds asociaux. En France, il devient impératif de présenter le peuple rom sous son véritable aspect En premier lieu, il convient de dénoncer certaines présentations des « Bohémiens», à caractère raciste, dans quelques revues (même s'il s'agit d'un journal ésotérique - ou qui se veut tel - comme « Le Grand Albert » qui vient dans un dernier numéro mensuel de présenter le Gitan comme un jeteur de sorts, doué des pires maléfices) et de s'élever contre les manifestations de haine raciste qui ont considérablement entravé le bon déroulement du procès Santiago à Digne. Mais il est bon ensuite d'applaudir à toute réalisation sociale tendant à aboutir à une meilleure insertion économique dans la société moderne de certaines classes défavorisées du peuple gitan. Ainsi en est-il pour les réalisations obtenues sur le plan du travail et du logement en faveur des Tziganes travaillant en usines ou ateliers par le Comité Rom de Paris. Et d'une autre manière pour l'installation en France de quelques terrains réservés aux Tziganes voyageurs (à l'exemple du terrain de la Jaunaie à Laval, dans la Mayenne) ou pour le bon « fonctionnement» d'un village expérimental tzigane tel celui du Plan-de-Grasse, sur la Côte-d'Azur. On peut poser la questiori : Que pensent ceux pour qui cet effort a été accompli ? En ce qui concerne le Plan-de-Grasse, Roger Maria, de retour d'une visite disait: « J'ai cru entrevoir que le mode de vie qui se définit au Plan-de-Grasse dépendait dans une large mesure des intéressés eux-mêmes, et non pas de bonnes volontés extérieures; par conséquent c'est la vie qui commande. Ce sont des hommes, des femmes et des enfants qui sont enfin en mesure de décider de leur sort, au lieu de subir des conditions contraignantes, et cette ouverture change tout». Et après avoir évoqué les petites maisons soigneusement entretenues alors qu'en plein milieu du village subsistent deux roulottes-témoins aux vives couleurs, notre ami de conclure : « J'ai souvent entendu l'expression suivante

« Il faut adapter les Tziganes à

notre vie sociale ». Sans développer, j'ajouterai . que pour avoir cette prétention il faudrait d'abord que la société à laquelle nous invitons les Gitans et Tziganes à s'intégrer soit une société digne de ce nom. Je suis de ceux qui pensent que ce n'est pas le cas - mais c'est une autre histoire ... ». Vanko ROUDA. 14 hier et aujourd'hui DRANCY ORDRE NOUVEAU PROVOQUE • SOUVenIr et DRANCY, c'est pour la génération présente une ville en plein essor de la banlieueest de Paris, une cité qui nous présente ses habitations modernes, ses perspectives futu ristes où il semble qu'il fera bon vivre. Drancy, c'est aussi quatre tours qui se pro filent sur un fond de barbelés dans la mémoire des générations d'hier et d'avant-hier. C'était en 1941, le 20 août. Les quatre tours d'habitations n'étaient pas terminées. La guerre en avait interrompu la construction, la municipalité d'alors avait été chassée par Vichy, la France était occupée. Et ces tours, dont la vocation était de loger des familles devinrent une antichambre de la mort. Ce jour-là les occupants cernèrent le 11 e arrondissement de Paris. Tous les juifs qu'ils y trouvèrent - ceux de passage comme ceux qui y habitaient - sans distinctions de nationalité, furent arrêtés. Ce furent les 5 000 premiers internés qui inaugurèrent les fameux « gratte-ciel» de Drancy. Dès les premiers mois, des dizaines d'entre eux, en raison des privations, moururent de misère physiologique. D'autres furent fusillés comme otages. C'est ainsi que le 11 décembre 1941 , 53 internés ~e Drancy tombèrent au Mont Valérien. Il y en eut, en tout, 256. Bientôt les femmes et les enfants vinrent grossir la masse des internés. Après la grande rafle du « Vel-d'hiv », le 16 juillet 1942 (12 000 arrestations dont 5 000 femmes et 4 000 enfantsl le camp de Drancy joue pleinement son rôle de plaque tournante vers les fours crématoires d'Auschwitz. Trois fois par semaine des convois de 1 000 personnes partent pour ce camp de la mort. Trois chiffres illustrent ce que fut Drancy : il y eut 100 000 internés, 70 000 furent déportés - 1 518 revinrent. Et combien moururent des su ites? Les hommes d'aujourd'hui, ceux de demain doivent connaître ces crimes pour rester vigilants, pour empêcher le retour à la barbarie, à la guerre. C'est pourquoi, en hommage aux fusillés, aux déportés, à ceux dont les cendres ont été dispersées dans les cieux d'Auschwitz et d'autres camps, en hommage à tous ceux qui ont donné leur vie pour la libération de la France et pour la liberté des peuples, le Conseil municipal de Drancy a décidé d'ériger, sur l'emplacemenÎ de l'ancien camp de Drancy, un monument national du souvenir. Cette initiative est soutenue par un comité constitué le 25 décembre 1970. Il regroupe les représentants des Associations d'anciens internés, a:: o vigilance Vie et mort quotidienne à Drancy. déportés, résistants et combattants, les représentants de la communauté israélit~ des organisations luttant contre le racisme. Le : M.R.A.P. y est représenté par son président, Pierre Paraf. Il a décidé de lancer une grande souscription publique et nationale (Il. A l'heure où, sur certains murs de nos villes, les croix gammées refleurissent, à l'heure où des groupes, tel « Ordre nouveau », s'inspirent de la doctrine hitlérienne et de l'antisémitisme, cette campagne doit connaître un grand succès. Elle témoignera pour le passé, elle engagera pour le présent et l'avenir. Et, lors de la conférence de presse organisée le 14 décembre dernier par le Comité de soutien, Yves Jouffa, président d'honneur de l'Amièale des anciens internés et déportés du camp de Drancy, avait raison de dire, dans' des termes identiques à ceux de Maurice Nilès, député-maire de Drancy : rr Nous nous sommes promis d'élever ici un monument qui sera la condamnatioll du racisme et la preuve de notre attachement à la paix des hommes. Ce sera le Monument du Souvenir Nous voulons qu'il soit aussi le Monument de la ViglÏance ii R.C. (1) C.C.P. La Source 32.503 .26 10. Cam . Soutien EreG. Monument. mairie , 93- Drancy. Affichage énorme dans tout Paris , casques et matraques pour le service d'ordre , soutien du M .S .I. et du N .P.O. , déploiement massif des forces policières : « a rdre Nouveau » célébrait les 18 et 19 décembre deux ans d'activités néfastes et dangereuses , organisant une exposition et des projections de films dans une salle de la rue de Rennes . « Il nous paraît inadmissible , écrivait le M .R.A .P. dans une lettre au Préfet de police , qu'une telle manifestation et que le déploiement de groupes paramilitaires puissent avoir lieu dans notre capitale avec l'autorisation des Pouvoirs publi cs et sous la protection de la police . » « Ordre Nouveau » a profité des circonstances pour annoncer son intention de promouvoir un « Front national » qui regrou perait lors des prochaines éle ctions , l'opposition « anticommuniste, antigréviste , nationale et populaire ». Cette initiative remporte déjà l'adhésion de Pierre Clémenti , directeur de l'Action européenne (Il qui appelle ses amis à rejoindre « Ordre nouveau». « Français , écrit-il , renforcez « Ordre Nouveau», c'est la seule parade possible devant la lâcheté des vieilles droites classiques.» Toujours dans la logique de ses options, il recommande à leur attention le Mouvement social italien d'Almirante et le N .P.O. allemand . Outre les thèmes habituels : exaltation du fascisme , défense de la « race blanche», et c., sous la pl ume d'Yves Jeanne, qui fut un temps responsable de la section française de l'Internationale néo nazie , condamné et mis en prison , c'est un antisémitisme viscéral qui nourrit un article consacré aux scandales financiers. Parlant de l'affaire Lipsky , il écrit : « Il est à présumer pourtant que les outrecuidantes déclarations du « Stavisky de la ve, comme le surnomme « Minute», seront reprises et exploitées par les feuilles, les ligues et les associations juiv~s 'ou pro-juives de France et qu'une nouvelle campagne, inspirée de l'antiraèisme à sen!' unique et des souvenirs de l'affaire Dreyfus , rléferfera sur ce pays , sous le prétexte avéré de rendre à la liberté MM. Frenkel et Schwartzstein , alias Rochenoir, et Mme Frenkel , m ais dans le but déterminé de dresser une opinion conditionnée depuis des lustres contre une prétendue résurg ence de l'antisémitisme et une fantomatique menace « fachiste ». Est-il normal que des feuilles de cette nature , sur une échelle à coup sûr moins importante que « Minute », puissent paraître et déverser leur poison? Poison également ce tract anonyme distribué parmi les employés des P.T .T. de Grenoble . Il est impossible de l'analyser car il ne tient que par la haine anti -juive qu'il exprime . Prônant un « socialisme sans juif », il cite en exemple , « la Chine ou le Japon (qui) deviennent des géants grâ ce, entre autres, à l'absence de juifs sur leurs t erritoires , permettant une véritable Union nationale ». « Les pays sans juifs montent , alors que l'invasion juive amène la décomposition et la disparition des pays qu'ils occupent...» lit-on plus loin . Signe de cette « occupation », les juifs ou déclarés tels qui occupent des postes au gouvernement, à la radio , à la télé , dar.ls les journaux, etc . Pour conclure , un appel: « Français , l'occupation juive ne doit pas succéder à l'occupation allemande ( .. . 1 ». Mais la présence nazie continue . ( 1) Voir Droit et Liberté , nO 308. Marguerite KAGAN. DROIT ET LIBERTE - N° 309 -- JANVIER 1972 cr: o Xavier Vallat à une ma niresta lLon vichyste. A ses côtés des mili ciens. A dro ite. le chef de la Milice. J oseph Dar na nd. Fill d I)Ull COlnlnissaire Xavier Vallat est mort, â gé de quatr e-vingt-un ans. Xavier Vallat , synonyme pour les juifs de Fr ance, de souffran ces, tortures, déportations, morts da ns les camps. d a ns les ch a mbres à gaz, d a ns les fours créma toires .. . Membre du Faisceau de Geor ges Valois, des Croix dc Feu, des Camarades du Feu a nimés p a r le duc Pozzo LI i Borgo, et du Parti républicain national et social dc Ta ittin ger, nommé par Pétain secr étaire génér al a ux Anciens Combatta nts en juillet 1940 , il a derrière lui, lorsqu'il devient Commissaire a ux question s juives, le 29 mars 1941 . une lon gue carrière de propagandiste de l' extr ême-droite, comme député. comme avocat. Sous son impulsion, le Commissar iat gé néral a ux quest ions juives prepd un r apide essor, en lia ison directe avec les services de propagande na zis. La principale tâche impa rtie au C.G.Q.J. étant le r ecensement des juifs, ord onné le 2 juin 194 1, Xavier Vallat crée la Police aux questions juives, or ganisme spécia l de détection pour scs services du Statut des p er sonn es et de l 'aryanisa tion écon omique . Ce tte initiative lui fu t disputée par Dannecker , che f de la section juive de la Siche rh eits polizei - que dirigeait Hagen - qui a urait voulu mettre immédi atement en place un or gani sme in spiré pa r la « soluti on fin a le» . Xa vier Vallat fut plus subtil da ns ses méthodes et le tra va il « excellent » qu'il fo urnit à ce poste lui valu t d' être promu en mai 1942 et de devenir ens uite plenipo te ntiair e détaché aux cabinets du chef de l'Etat et du chef de Gouvern ement. Lorsqu'il quitta le C.G.Q.J. , tou t était en place - et en particulier l' Institut d'études des questions j uiv e~ - qui organisa a u Pa la is Berlitz à P a ris l'exp osition " L(' .i u i r contre la France» - pour per mettr e à son successeur Darquier de Pelle poix de r égler « la question juive» : ce fut l a gr a nd e ra fle du Ver d'Hiv' du 16 j ui llet 194 2. En juillet 1944, Vallat r emplace Philippe Henri ot comme éditori ali ste à la radio d'Eta t. Il y r ester a jusqu 'aux derni ers .i ours de l'Occupation. Conda mné à 10 a ns de pri son à la Libér a tion, ma is libéré en 1949, il r eprend sa coUa bo l'at ion à « As pects de la Fra nce », organe rle l' « Action française », dont il devient codirecteur, puis dit-ecteur ( 1962-1 966) et enfin directeur honora ire jusqu'à sa mort le 8 j a nvier dernier. C'est ce que Minute a ppelle « Une vie publique exemplaire ». De Xavier Vallat, cette feuille ose encore écrire : « Nous allons le garder dans notre Panthéon à une place privilégiée : celle qui est tout près du coeur, » 15 UNE ANTILLAISE DEVANT LA JUSTICE Peut-on être Guadeloupéenne et espérer une justice équitable? Mme Jeanne Labor, aujourd'hui se pose la question . Ses amis, tous les Antillais qui , journellement, sont confrontés à des faits identiques, s'interrogent. Les faits sont d'une navrante ,simplicité. En mars 1968, Mme Labor est embauchée dans une clinique parisienne. Elle est fille de salle, comme le sont de nombreuses Antillaises. Au bout de quelques jours, elle se rend compte qu'elle n'a qu'un jour de congé par semaine, alors que l'ensemble des El{Tlployés en bénéficient de deux. Elle en fait la remarque à ses supérieurs. Ceux-ci lui font comprendre que c'est à prendre ou à laisser, cc qu'elle peut rendre son tablier si elle n'est pas contente Il. Mme Labor rend son tablier et demande son dû. Il n'y a pas de liquide et on lui enverra donc sa paie par la poste. Elle attend longtemps. Puis se rend à la clinique le 29 avril. D'abord , on l'insulte. Ensuite, on l'assoie dans un fauteuil, deux personnes lui maintiennent les bras, une troisième personne la frappe. Plusieurs fois. C'est le directeur, M. Nemedjeye, qui s'écrie : cc Maintenant je comprends les Américains! Il ALI commissariat, Mme Labor porte plainte . Là , on lui fait constater que son manteau est déchiré. N'est-ce pas une preuve? Elle consulte un médecin qui constate une incapacité de travail. Une épaule a beaucoup souffert .. . Mais M. Nemedjeye contre- attaque. Des experts sont désignés. Ils aboutissent aux mêmes conclusions que le médecin. Ils sont récusés et 'd'autres sont nommés. Conclusions identiques . Alors on trouve deux experts qui infirment le jugement d'un médecin et des quatre collègues qui les ont précédés. C'est bien simple : cc On ne voit pas de traces de coups sur une peau noire. Il Et puis, à un certain âge et pour les originaires de certains pays ce genre de maladie est courant ... Jugée en première instance l'affaire a abouti à un non-lieu! Mme Labor et ses défenseurs ont fait appel : jugement le 26 janvier. NOSTALGIES Inscriptions nazies, déprédations, profanations se sont multipliées, dans la dernière période : croix gammées sur le monument aux morts de Petite-Rosselle, dans la Moselle, sur la porte du garage d'un interné résistant à Larchamp, dans la Mayenne; inscriptions du type « Hitler avait raison» à Cabries-en-Provence , dans les Bouches-du- Rhône ; profanations de tombes des martyrs de la Résistance à La Butte-Rouge-en-I'Hermitage dans les ·Côtes du Nord, etc . Aucune enquête à notre connaissance n'a été ouverte qui permettrait de retrouver les coupables et de les sanctionner. 16 PAS DE TRÈVE Pendant quatre jqurs, du 26 au 30 décembre, alors que les forces vietnamiennes respectaient la trêve de Noël, l'aviation américaine s'est livrée à de violents bombardements sur le Nord Viêt-nam , sans distinction d'objectifs militaires et civils: il yeut de nombreuses victimes dans la population civile , des maisons détruites, un hôpital - Thanh Hoa - gravement endommagé. Au cours de ce raid , l'un des plus intenses depuis 1968, les Américains employèrent un nouveau type de bombe à fragmentation qui, en explosant, libère des centaines de fragments aux arètes tranchantes. Sans effet sur les « objectifs militaires», ces bombes tuent tous les civils qui n'ont pas eu le temps de s'abriter. L'échec de l'opération sur le plan militaire - dix-neuf appareils furent abattus par la puissante D.C.A. vietnamienne , plusieurs pilotes capturés ou tués - la montée des protestations dans le monde et aux Etats-Unis où les vétérans occupèrent la statue de la Liberté et le Lincoln Memorial, ont amené M. Nixon à cesser ces bombardements que le sénateur démocrate Mac-Govern considère comme cc l'aveu final de la faillite de la politique Nixon de vietnamisation Il. L'opinion peut-elle croire à la volonté de paix du président Nixon au moment même où l'emploi de moyens techniques de plus en plus perfectionnés intensifie la guerre . Faire connaître cette réalité, exiger le retrait des troupes,. seront deux mots d'ordre de l'Assemblée mondiale pour la paix et l'indépendance des peuples d'Indochine, préparée en France par 44 organisations, et qui se tiendra les 11 , 12 et 13 février au Palais des congrès de Versailles. AVANT LE PROCÈS Di ANGELA DAVIS Malgré la requête de ses avocats, le procès d'Angela Davis reste fixé au 31 janvier. Il se déroulera dans le comté de San José qui , par voie de sondages et de la presse, a exprimé son hostilité à la militante noire, hostilité encore renforcée par le coût des mesures policières - 673000 dollars soit 3 165000 francs - qu;auront à supporter les contribuables du comté, pendant les neuf mois du procès. N'oublions pas que les douze jurés choisis sont aussi contribuables . Même lutte pour Angela en prison , et pour ces noirs de Bâton Rouge, en Louisiane , qui demandaient simplement à « vivre comme des hommes». La poiice les a dispersés .. . au pistolet-mitrailleur, frappant les hommes tombés à terre , raflant tout le monde, y compris les enfants. Bilan : cinq morts, une cinquantaine de blessés , l'état d'urgence a été proclamé, huit cents gardes nationaux sont arrivés en renfort. Les cautions des manifestants arrêtés ont été fixées à 500000 dollars (250 millions d'A.F.). L'ordre et la loi règnent à Bâton-Rouge! GUERRE GÉNÉTIQUE? Nous avions indiqué dans un précédent nu méro de « Droit et Liberté» combien était dangereux l'article publié par Lecture pour tous (nO 212) : « J 'ai épousé un noir». Ce magazine, qui bénéficie d'une très forte diffusion, donne une suite à cette néfaste entreprise en reproduisant des lettres de lecteurs dans le numéro de décembre. Quatre lettres, dont deux nettement plus courtes, qui critiquent l'article et en réfutent l'argumentation ; elles sont encadrées par les deux autres lettres qui , el les, viennent soutenir le racisme de l'article. Cette présentation a son importance. On sait qu'il faut toujours conclure sur la thèse qu'on veut voir adopter! Le titre aussi , le même pour les quatre lettres : « Guerre génétique » , crée volontairement la confusion puisqu' il s'applique à deux thèses différentes. Quant aux thèses de MM. Eric Boer, de Lausanne et de Laurent Goetz, psychologue (!) de Lyon , elles tentent de camoufler le racisme qui les sous-tend par l'emploi d'un jargon pseudo-scientifique. Ainsi pour M. Boer, auteur de la première lettre, « le génocide est avant tout la destruction des caractères héréditaires, lors d'une union inter-raciale, provoquant chez le produit issu une constitution chaotique ... c'est effectivement un être dissocié, sans équilibre psychique .. . un produit contre nature ... » Le métis étant, d'après ce « théoricien», un être dégénéré, et « le facteur de toute évolution» étant la race , il faut éviter le métissage car, explique M. Boer: « Il suffit que s'installe une communauté allogène sur un territoire donné.,. (elle) agit immédiatement comme un dissolvant sur la' terre d'accueil et cela se reflète sur les arts et les moeurs. Si cette communauté est prolifique, et c'est toujours le cas des non-blancs, il suffit de deux ou trois générations pour « décomposer » la nation d'accueil. Avec nos trois millions d'allogènes installés en France les conditions sont réunies ! ... » Et voilà comment est justifié le danger de « l'importation massive des Afro-Arabes». La quatrième lettre est du même acabit, même si l'autE}ur s'intitule psychologue. Celui-ci considère donc qu'il existe êleux racismes, l'un cc viscéral, primaire et bête Il, et l'autre cc positif que l'on pourrait dédouaner par un néologisme : cc racialisme Il, ou prise de conscience ethnique .•. Il, cc respect de la nature Il, qui interdit les croisements, qui implique au contraire la sauvegarde du cc réflexe de défense de notre spécificité Il face à l'aspiration quasi générale parmi les noirs : le désir de se cc blanchir Il parce qu'ils ne possèdent pas cc les qualités essentielles à tout essor technique ( ... 1 Il Cet amas d'élucubrations va être lu par un grand nombre de personnes. On peut imaginer avec terreur les ravages qui peuvent en résulter dans l'esprit de gens souvent très ignorants! PAS DE JUIFS A LA DIRECTION! La Ligue contre la diffammation du B'nai B' rith a établi que la plupart des compagnies américaines d'utilité publique écartent les juifs des postes de direction. D'après M. Albert Weiss, responsable de la Section « discriminations » de la Ligue , seule la Compagnie Edison ferait exception

10 de ses dirigeants sur 45 seraient juifs, alors que sur

un total de 38 compagnies de gaz et d'électricité d'importantes villes américaines, les juifs n'occupent que 15 des 1 119 postes de direction : LES CROYANTS CONTRE LE RACISME A Lyon, les responsables des communautés catholique, protestante , juive et musulmane ont pùblié ' une déclaration commune contre la résurgence du racisme « aussi bien dans les contrées lointaines que dans nos cités». Rappelons que Lyon '1 été récemment le théâtre d'une série de « ratonnades»~ dans le style de l'O :A.S. contre des Algériens et des Portugais. Il Nul ne saurait rester insensible, déclarent en particulier les signataires, ou laisser libre cours à ses passions. Tous les hommes créés à l'image de Dieu sont frères et doivent être respectés dans leur. différence. Tout croyant doit s'interroger sur la portée réelle, concrète, immédiate de cet enseignement et avoir pleine conscience de sa responsabilité devant Dieu et devant le monde Il. DROIT ET LIBERTE - N° 309 - JANVIER 1972 Des faits qui ... • Le 5 décembre dernier, un comédien africain, Bekate Meyong, roulait sur le quai d'Austerlitz, à Paris. Les occupants d'une R 16 blanche, trouvant qu'il n'allait pas assez vite, le forcent à s'arrêter, le font descendre, le rouent de coups, et se sauvent. Bekate Meyong, blessé, a pu relever le numéro de la voiture; il a déposé plainte. • Un délégué noir américain de l'O.N .U., M. Charles Diggs, a démissionné de son poste, ne voulant plus cautionner la politique raciste de son pays : le maintien d'une base américaine aux Açores représentant pour le Portugal une prime d'un demi-million de dollars qui va l'aider à poursuivre sa guerre coloniale. • Un gardien de la paix, membre du gang que dirigeait Jean.Jacques Susini, ancien chef de l'O.A.S., a raconté comment ses amis - l'un d'eux fut mercenaire au Biafra - ont agressé un délégué C.G.T. qui déplaisait à son patron. Ainsi apprend-on comment se recrutent les nervis ! • Craignant sans doute que ses chiens et ses chats comprennent mal l'espagnol ou le portugais, Mme de Trébert, résidant à Vaucresson qui recherchait une employée de maison, précise dans une petite annonce de « La Voix du Nord» que les natives de la péninsule ibérique devront s'abstenir. Comme dit « Le Canard en~ aÎné », elles en ont de la chance, les bêtes de Mme de Trébert. • Après une enquête qui a duré trois ans et demi, un juge de Francfort vient de clore le dossier de Martin Bormann, l'un des collaborateurs les plus proches d'Hitler : il estime que Bormann est « vraisemblablement Il mort. donnent à penser ~~-:"IX~r~ __ 1S'_RU_E D_E C_LlC_Hy, PA_RIS_.9' _ Mensuel I!ditl! par le Conseil Nat ional du Mouvement de la Paix Tél , 874·}5·86 . C.C.P. Pari, 10.072·53 Au sOlUDlaire du n° 25

  • La crise lUonétaire et la paix. * Dangers et · espoirs (Un dossier présenté par

Yves GRENET et André ZWEYACKER). * La panoplie du parCait assassin (Le perfectionnement des armes antipersonnelles en Indochine) . Rappel: *

  • Le Bangla-Desh tel que je l'ai vu,

un témoignage du R.P. Jean-Yves JOLI F, membre du Bureau National du Mouvement de la Paix (n° 249).

  • Mégatonnes, Iftégalftorts. Un monde capable

de se « surtuer» (n° 247) . Specimen sur demande : « Combat pour la Paix, 35, rue de Clichy, Paris- go - C.C.P. 10.072.53 - Abonnement 1 an (10 numéros) : 18 F, le numéro 2 F. 17 AssouplisselDent ou durcisselDent de l'apartheid? L: jou rn al L'Equipe vient de publier une série d'articles sur l'Afrique du Sud, l'apartheid et le sport » (1). Ce qui choque d'abord quand on lit ce reportage, c'est l'absolue confiance de l'auteur à l'égard des personnalités officielles sud-africaines: à aucun moment, il ne doute de leur bonne volonté, allant même jusqu'à laisser entendre , à l'aide de citations bien choisies , que le gouvernement aime rait bien supprimer l'apartheid , mais qu'il en est empêché par « son électorat» (entièrement blanc !) et par l'opinion qui . comme dit le président du Comité olympique sud-africain , M. Opperman, « se traumatise facil e ment » si on brusque les choses. Guy Lagorce estime que pour des raisons de politique extérieure et intérieure, le régime d'apartheid est en t rain de s 'assouplir, que le « strict apartheid » est contraire à l'expansion économique. Il s'agit là , en grande partie d'une méprise . Certes , dans quelques industries, le besoin d'une main-d'oeuvre qualifiée (bon marché!) se fait sentir, et le gouvernement peut procéder à quelques aménagements de détail visant à sortir certains non-blancs d'une trop grande non-qualification professionnelle

mais cette légère contradiction n'a à l'heure

actuelle rien de fondamental , car les grandes richesses du pays sont encore et de loin la terre et les mines, dont les propriétaires sont au pouvoir. Par contre , dans tous les domaines importants , 'la ségrégation ne cesse de s'aggraver : parmi les 300 exemples de discriminations légales citées par la brochure « L'apartheid dans la pratique», de l'O .N.U. , nombreuses sont celles qui sont postérieures à 1968. Pire , bien que l'O.N.U . ait mis fin au mandat de l'Afrique du Sud sur la Namibie , le gouvernement de Prétoria continue à faire régner ses lois sur ce pays . La police et l'armée sud-africaine interviennent aussi au Lesotho , au Souaziland , en Rhodésie , ou même en Angola et au Mozambique pour aider les autorités coloniales portugaises. Le territoire zambien a également été violé il y a quelques mois. Enfin, et c'est peut-être le plus grave , le gouvernement de Prétoria a l'intention d' utiliser la construction du barrage de Cabora-Bassa sur le Zambèze (au Mozambique) pour augmenter son oppression à l'encontre des Africains (des déplacements de population doivent être effectués pour permettre à un million de colons blancs , portugais ou non , de s'installer) ... Toutefois il est certain que le gouvernement · sud- afri cain a fait des concessions , qu'il a reculé. Pourquoi ces quelques miettes concédées petit à petit à l'opposition? La réponse est simple : l'Afrique du Sud est isolée sur le plan sportif, mais aussi sur le plan économique. Certes les grandes puissances « occidentales», contrevenant aux décisions adoptées à une majorité écrasante par les Nations-Unies , entretiennent des relations économiques et militaires accrues avec Prétoria ; mais ces rapports rencontrent dans le monde entier une indignation sans cesse croissante. L'Afrique du Sud a un besoin crucial d'échanges commerciaux, nécessités pour l'industrialisation de la société; pour obtenir ou conserver ces échanges elle doit affaiblir l'opposition internationale à son racisme déclaré. Alors la seule solution est 1'« opération-charme » qui consiste à faire quelques concessions de détail accompagnées d'une publicité tapageuse (2) pour permettre le « dialogue ». Les diri geants sud-africains, eux-mêmes, l'avouent dans leurs moments de franchise ; nous avons déjà cité cette phrase me rveill e use d'un député du parti nationaliste (au pouvoi r) (3) : « Si une 18 ____ ~ ____~ ~==~_J L.....t:.::.I'I •• GRANDE REUNION MUtT/RACIA r POUR DEMONTRER Q(I[ L'AFft'Q/JE DU}E. .,....-",__ N'EST p~s RAC'6TE UD DESSIN DE BLACHON équipe de rugby fran çaise compte un membre de sang-mêlé et , si nous refusions de le laisser entrer et jouer chez nous, nous pourrions détruire notre amitié et nos bonnes relations avec son pays, et alors de qui obtiendrions-nous les armes avec lesquelles nous avons constitué nos forces de défense? » En matière de sport , Guy Lagorce reconnaît que le boycott a eu son efficacité : « Aucune sanction économique, même grave, n'aurait eu un tel impact sur la population», précise-t-il par personne interposée. Mais , estimant que les quelques mesures gouvernementales, qui permettent certaines rencontres internationales multiraciales, sont des « événements es sentiels dans l'histoire du sport », il ' s'empresse d'expliquer que les esprits ont changé , que l'heure du dialogLJe est venue ; il se d emande même si « la dynamique sportive ne serait pas assez puissante par elle-même , en l'occurrence , pour traîner la politique à ses basques ». La réfutation de cette thèse , aussi curieux que cela puisse paraître , se trouve dans ces mêmes articles de L'Equipe puisqu 'on y lit: « On pense, en général (<< Rand Daily Mail », du 18 septembre), que seul le refus des adversaires traditionnels d'inviter les rugbymen springboks à jouer en Grande-Bretagne , en Nouvelle-Zélande ou en France, pourrait inciter le gouvernementà réviser totalement sa politique de l'apartheid dans le sport. » Dailleurs, les dirigeants sud-africains n'ont jamais vraiment caché leurs intentions et M. Waring , ministre des Sports et du Tourisme , le dit, lui -même, explicitement (à Guy Lagorce) : « Nqtre position est claire , nous autorisons désormais en Afrique du Sud, pour certains spo rts de grande audience internationale , des rencontres multinationales. Ces sports sont : les sports olympiques en priorité , puis le tennis et le golf ( ... ). Toutefois , de sport multiracial au niveau du club , de la province , et même au niveau national , il n'en est pas question . » Voilà qui est clair : tout le reste n'ayant d'autre objet que de masquer cette réalité fondamentale . Ernest BRASSEAUX. (1) 20 , 22 , 23 , 24 décembre 1971. (2) Guy Lagorce expose lui-même en note (20- 12-71 , p. 7 , note 3) qu'on donne des faci lités exceptionnelles pour les interviews aux journalistes étrangers. (3 ) Cf. : L'apartheid contre le sport, 1 F, disponible au siège du M.R.A.P . cinémma------------------------------ Amour et mort dans un A dapté « librement» d'après l'ex cellent roman de Giorgio Bassani, ·le dernier film de Vittoria de Sica, « Le Jardin des Finzi-Contini», se déroule de 1938 à 1943, à Ferrare, vieille cité italienne où vit une communauté juive passablement intégrée. 1938 fut une année importante dans l'histoire de l'antisémitisme du régime mussolinien. Si, bien sûr, dés 1923, Hitler rend hommage, lors du procés qui suivit le putsch manqué de Munich, à l'Italie mussolinienne qui lutte contre « l'hydre juive », la « maçonnerie » et le « marxisme », le Duce, jusque-là, combattit surtout les opposants politiques et les syndicats grâce à un arsenal de lois autoritaires. Cette législation empreinte d'un nationalisme effréné, complétée en 1926 par les lois de défense de l'Etat, établissait en Italie une dictature fasciste et policiére dont la clef de voûte était la répression : c'est alors qu'eurent lieu les premières déportations politiques. S'inscrire au parti fasciste et en arborer l'insigne - le faisceau du licteur - était pour beaucoup la seule façon de faire carriére, de trouver du travail et parfois de survivre tout simplement. Les dix années suivantes seront marquées par la guerre d'Ethiopie, la guerre d'Espagne aux côtés de Franco et de Hitler, l'adhésion de l'Italie au pacte anti-Komintern avec l'Allemagne et le Japon, et surtout la pression sans arrêt croissante d'Hitler, y compris sur la politique intérieure de l'Italie. A la fin de 1937 commence à s'y développer une campagne antisémite « très nette et très intense». Le 14 juillet 1938 est publié le Manifeste de la race, « premier document officiel qui annonce l'antisémitisme et l'alignement officiel sur le nazisme» (1). Le 4e point affirme par exemple que « la population de l'Italie est d'origine aryenne et sa civilisation est aryenne» ; le 6e point: « Il existe désormais une pure race ita- DROIT ET LIBERTE - N° 309 - JANVIER 1972 jardin Micol (Dominique Sanda) et Alberto (Helmut Berger) écoutent du j azz. lienne »,et le 7e : « Les juifs n'appartiennent pas à la race italienne». Dans la pratique, cette législation se traduit par des interdictions, des exclusions

les 50000 juifs italiens n'ont plus

droit aux mariages mixtes, ni aux écoles d'Etat, ni aux domestiques, ni à la rubrique nécrologique des journaux, ni à l'inscription dans l'annuaire du téléphone, ni aux clubs sportifs ... C'est cette dernière brimade qui nous permet d'entrer, au cours de l'été 1938, dans le secret du splendide parc des FinziContini, aristocrates juifs qui vivent retirés dans leur demeure, à l'écart non seulement des milieux juifs, mais de Ferrare et de ses habitants. Leurs enfants : Micol, remarquablement interprétée par Dominique Sanda et Alberto (Helmut Berger) y reçoivent sur les courts de tennis d'autres jeunes gens, en particulier Giorgio (Lino Capoliccruo), issu d'une famille juive de bonne bourgeoisie - c'est son père, membre du parti fasciste, qui, résolument optimiste, déclarera « Nous sommes Italiens ... Mussolini n'est pas Hitler.» - et Mainate (Fabio Terti), ami intime d'Alberto, d'ori gine plus modeste, mais seul caractère « positif» et militant dans la désagrégation ambiante. Derrière les hauts murs des FinziContini qui paraissent, un temps, opposer une barrière invulnérable à la haine du monde extérieur, se jouent quatre drames entre Giorgio qui aime Micol sans trop d'espoir, Alberto qui souffre de son amitié pour Mainate, Micol qui se donnera sans amour à ce dernier, souffrant elle aussi d'un sentiment qui n'a rien de fraternel pour son frére. Dans ce monde clos, où l'oxygène n'arrive plus, les passions s'exacerbent, alourdies encore par les clivages sociaux et la pression sans cesse grandissante des événements. Toute cette partie du film est traitée en demi-teintes par Vittorio de Sica. Les personnages, les décors - le parc, Ferrare et ses maisons dorées - la lumière, la température, tous les éléments se mettent en place lentement, trop lentement semble-t-il au début. Mais cette lenteur de même qu'un certain esthétisme d~ la mise en scéne qui donne aux images un caractére irréel, en dehors du temps, prend tout son sens lorsque arrive 1943. Finis les matches de tennis, les flirts , les échanges intellectuels. Les déportationscommencent. Alors le jardin et ses fantômes disparaissent devant l'horreur qui déferle. La réalité, c'est les Finzi-Contini quittant leur demeure, encadrés de policiers qui les emménent avec courtoisie jusqu'au centre de triage où ils retrouveront les autres juifs de Ferrare, toutes classes sociales mêlées, et en particulier le père de Giorgio, celui-là même qui, comme tant d'autres, n'avait pas compris la nature du fascisme et avait cru se sauver en composant avec le régime. Au moment où, en Italie, le parti néofasciste MSI (Mouvement Social Italien) gagne des voix aux élections, Vittorio de Sica, en réalisant « Le jardin des FinziContini », a fait oeuvre utile: rappeler que le visage du fascisme n'est pas forcément celui de la brutalité et de l'imbécillité. Il peut se passer, dans certains cas, des violences ouvertes; il est alors d'autant plus dangereux qu'on en arrive à l'oublier. Il peut renouveler ses formes et son expression. C'est pourquoi il faut sans cesse le démasquer et le combattre. Marguerite KAGAN. ( 1) L'Italie de Mussolini par Max Gallo. Librairie Perrin. A"Vfrz.. .. 'ous rellOUyelé "Votre abonnelDent à droit & liberté 19 Un violon sur le toit de Norman Jewison A. U départ il y a une nouvelle de M Sholem Aleichem, puis une comédie musicale de Joseph Stein, qui a été montée dans vingt pays différents et a rencontré 30 millions de spectateurs, ce qui vaut d'être noté . Mettons que c'est une oeuvre juive, dans l'acceptation abstraite du terme. C'est surtout une oeuvre d'humour tragique. Le violon sur le toit, c'est l'homme qui reste en équilibre, et joue toujours pour les siens, les accompagne partout où on les force, par tradition plusieurs fois millénaire, à errer sur les chemins. Le violon, c'est l'espoir, la joie de vivre à travers toutes les vicissitudes de l'existence , c'est aussi l'affirmation d'un peuple. Mais le thème du film , c'est autre chose de plus. Norman Jewison, qui nous donna notamment « L'Affaire Thomas Crown», est un Canadien qui fut boutiquier avant de devenir cinéaste, qui apprit son métier à Toronto. Aujourd'hui grand cinéaste américain, n'aimant guère la comédie musicale, il a fait du Violon sur le toit un film d'espérance où les traditions sont malmenées avec une impertinence savoureuse. Le laitier Tevye, qui vit dans l'Ukraine des tsars , est non seulement pauvre, mais par-dessus le marché, son Dieu, ne lui a accordé que des filles (cinq) et fort peu de bonheur. Entre Dieu et le laitier, il y a la religion, les traditions, la protection d'une communauté contre tout ce qui touche au progrès. Norman Jewison a certes joué sur tous les tableaux, mais il apporte à la nouvelle de Sholem Aleichem un ton moderne (tout en respectant le cadre historique), refuse la haine, le désespoir et la violence. Ce qu'il met sur l'écran, ce sont des « braves gens», avec leurs qualités, leurs défauts - des êtres humains qui ne demandent qu'à vivre, des « pauvres» qui sauront conquérir toutes les richesses. Optimiste , bien entendu , mais d'un optimisme de bon aloi. qui ne cherche pas à résoudre tous les problèmes qui se posent au monde d'aujourd'hui. A part ça , un spectacle vivifiant, ou domine Topol, monstre sacré qui , crevant l'écran , incarne un type d'homme que nous aimons bien : celui qui fait face à l'adversité, parce qu'il est avant tout, un être humain. Samuel LACHIZE 20 disques DEUX LIVRAISONS EXCEPTIONNELLES Tous ceux qui ont vu le spectacle de José Valverde, tous cèux qui ont éprouvé avec intensité toute la gravité de cette pièce, qui ont porté longtemps en eux, après la représentation, le besoin de la raconter, d'en discuter, de la partager avec d'autres, seront heureux de savoir qu' elle fait l'objet d'un disque : Libérez Angela Davis tout de suite! et SL José Valverde reconnaît avoir renoncé à évoquer son spectacle tel qu'il fut présenté, c'est pour que, raconté avec simplicité et force, il soit entre vos mains une arme utile (Chant du Monde LDX 74460). C'est, je pense, avec le très beau « Sang des hommes» de Tennberg, l'un des rares disques conçus pour porter très loin un témoignage. et en laisser la trace ... Le second disque de cette fin d' année édité lui aussi chez Chant du Monde (LDX 74468) est celui consacré à Theodorakis, sa musique et ses interprètes : Maria Fandouri, Georg Kapernaros. Lorsque, dès juin 1971. les journaux grecs annonçaient « Attention, cette musique est subversive !» ils ne savaient pas si bien dire, donnant' à la musique de Mikis Theodorakis une dimension considérable dont les résonances ne sont pas près de s'éteindre. I\lais n'est-il point heureux que nombre d'entrf' nous apportf'llt la subversion au camp de la dictature et de la contrainte'! . Ce disque est le journal de la révolte et de l'amitié, chaque chant marque un jour mémorable : « L ' Epitaphe », en souvenir de ta mort de 14 ouvriers grévistes tués par balles par la police. et surtout l'inoubliable « Sotiris Petroulias» écrite en .iuillet 1965. sur la mort de son ami . tué par une grenade lacrymogène, alors qu' il portait Mikis sur ses épaules. pour qu ' il s 'adresse aux manifestants .. . Il faut remercier cette firme courageuse. dont le calaloguf' est le refl et d'une actualité qui, grâce à elle. ne pourm plus être déformée ni trahie par la seule mémoire fragile de l'homnlf'. Bernard SANNIER-SALABERT Un disque témoignage , LIBEREZ ANGELA DAVIS 1 • Le spectacle donné par la Compagnie JOSÉ V AL VERDE du Théâtre Gérard Philipe

Un disque G.v. LDX 74460 GANTS - TETINES Chez votre pharmacien 1 Taos A_ronche Drapée dans une longue djellaba blanche, le front ceint de somptueux bijoux, la voix chaude et d'emblée saisissante, le doigt agile, toujours prêt à donner la mesure, telle nous apparut Taos Amrouche, l'autre soir au Théâtre de la Ville. A vrai dire, ces chants monodiques venus d'un autre monde peuvent dérouter a priori une oreille non avertie. Et pourtant le contact s'établit très vite avec le public, car ce que chante Taos Amrouche c'est la vie de tous les jours, la vie de l'homme, de tous les hommes ... Poésie particulière, que cette poésie kabyle, née du désir profond de chacun de ces rudes montagnards d'Algérie, de saluer dans chaque instant dans chaque minute qui s'écoule une imprévisible et parfaite création ... De ce fait, toutes les cérémonies de la vie, les gestes les plus humbles sont marqués par le chant: chants de mariage ou funéraires, chants d'amour, chants sacrés, chants de la femme qui berce son enfant ou qui tourne la meule, chant de la porteuse d'eau, chant du pâtre qui rentre son troupeau et dont le refrain s'égrène lentement sur la colline, etc. Ces mélopées sont colportées de village en village , par des aèdes ou troubadours appelés « 1 medahen ». Le « clair-chantant» est celui qui a le don d'« assefrou» , de rendre intelligible ce qu'un chacun porte en son coeur .. . Mais ces aèdes ne font pas métier de chanter. Ils sont intégrés au peuple, profondément enracinés à cette terre natale, dont ils connais- PROFILS DE MÉDAILLES 50 ans de médailles polonaises M. Pierre Dehaye, directeur des Monnaies et Médailles, reçoit en l'Hôtel des Monnaies, Il, quai Conti, jusqu'au 5 février prochain une exposition : « 50 ans de médaille polonaise », groupanl 350 médailles prêtées par le musée de r' Art de la médaille sent eux aussi toutes les joies et toutes les misères... Pure tradition orale comme on le voit. Point d'étonnement de ce fait aussi à ce que ces chants soient purs de forme et d'esprit. 'Taos Amrouche appartient précisément à une lignée de troubadours. Elle a su admirablement saisir la beauté et la noblesse de ces chants et nous les restituer intacts . C'est à juste titre que Malek Haddad, écrivain algérien bien connu a pu dire d'elle : « Il ne s'agit pas d'une voix mais d'une âme, et qui vient de très loin ... Elle sort de ma terre et s'en va jusqu'au ciel ... » Chants sortis de l'oubli. Chants millénaires venus du fond des âges, nous ne pouvons que vous souhaiter longue vie . Car s ' il est vrai que ce qu'il y a d'éternel dans l'esprit d'un peuple se transmet à travers les formes successives de civilisation, certains souffles spirituels sont aussi fragiles qu'un parfum, c'est précisément le cas pour les chants berbères de Kabylie . Malika PONDEVIE • de Wrocla w. Il est saisissant de découvrir' l'évolution des graveurs polonais soudain dégagés d'un figuratif un peu élémentaire et mettant dés 1945 tout leur lyrisme créateur au service d'une matière riche entre toutes. Il ya loin en effet du Chopin de Waclaw Zymanovski au profil saisissant de « Contre la guerre» de Josef Markewicz. Mais là ne se limite pas l'évolution : le module éga· lement prend de la liberté, se détend, s'étire, se fait rectangle, ovale, fresque, quand ce n'est pas pour prendre une troisième dimension comme sous l'inspiration de 8ronislaw Chromy. De ce remarquable ensemble, on retiendra l'étonnante figuration de la ville fortifiée de Paczkow d'Antoni Kostrzewa ou la médaille dédiée à Henry Moore par Franciszek Habdas. Il est heureux que des jeunes artistes polonais mettent sans frein leur art au service d'un art dont l'académie sommeillait jusqu'aux années 1950, et si tout n'est pas « remarquable » dans cette nouvelle école au moins tout est intéressant. Devant un tel déchaînement créateur, on comprendra la néces sité pour la Pologne de créer dès 1965 un musée de l'Art de la médaille dont le directeur, le Dr Adam Wiecek se dépense sans compter pour faire connaître par-delà les frontières, les créations de ces remarquables artistes. DROIT ET .L1BERTE - N° 309 - JANVIER 1972 Je regrette seulement le choix de la médaille frappée pour commémorer cette exposition de Paris, elle n'est, me semble-t-il, pas du tout représentative des tendances ni de la qualité générale de cette présentation qui est une des réussites de la Monnaie de Paris. B. S.-S. Cette exposition est ouverte tous les jours de Il à 17 heures, sauf le dimanche et les jours fériés jusqu'a u 5 février. Entrée gratuite. . 21 té.é~ision------------ Francois Gaillard • avocat redresseur de torts Enfin un héros de feuilleton proche de notre monde. FRANÇOIS GAILLARD , le sympa~ tique avocat redresseur de torts vient de faire une brillante entrée à la télévision. Il poursuivra sa carrière chaque jour de la semaine jusqu'en février . Nous l'avons déjà vu démêler une complexe histoire d'enfant adopté, libérer un innocent accusé d'un meurtre et contraindre un assassin à se livrer à la justice. Nous le retrouverons bientôt dans d'autres épisodes aux tonalités très variées puisqu'on évol:luera une usurpation d'identité, les problèmes de la se mi-liberté , ou une affaire de rumeurs racistes. On retrouve dans « François Gaillard» le style reportage télévisé que Jacques Ertaud, le réalisateur avait déjà utilisé avec beaucoup de bonheur dans Il L'Homme du Picardie Il, un style fait de souplesse et de simplicité, qui veut confondre aux yeux du téléspectateur la fiction avec le fait pris sur le vif. Ce qui nous plaît dans ce héros c'est qu'il est moderne - il vit dans notre société beaucoup trop injuste - et qu' il est humain; on découvrira petit à petit comment ce fils de cheminots, très attaché à son milieu d'origine, a pris à coeur son métier d'avocat (le fait que son père fut déporté n'est sans doute pas étranger à cette vocation) . Ce qui nous le rend sympathique c'est sans doute aussi sa faculté de comprendre Il la vie des autres Il, ses efforts pour ne pas s'en tenir à la lettre de lois qui souvent peuvent ignorer, sinon cacher des injustices, sa volonté de ne pas être un avocat-bureaucrate. Bref, ce héros, qu'interprète avec talent Pierre Santini, est d'une espèce assez rare à la télévision pour que nous ayions cherché à connaître sa création . André Maheux, coauteur du feuilleton - avec Henri Grangé, disparu cette année - a bien voulu répondre à nos questions : - Pourquoi cette formule de feuilleton en huit histoires? - Après le succès de « L'Homme du Picardie», nous aurions pu imaginer une autre histoire quelque peu semblable, mais nous aurions fait preuve de routine. Nous avons préféré imaginer autre chose : une série avec un personnage principal animant des histoires indépendantes. Mais pas un héros figé, tel qu'on peut en trouver dans les séries américaines, pas un héros insensible à ses aventures que l'on retrouverait toujours avec les mêmes caractères au début de chaque épisode. Nous avons volontairement compliqué la formule de ce feuilleton : il y a huit histoires, basées sur huit dossiers, occasions de conter les rapports d'un avocat avec ses clients, tant au moment de l'instruction qu'à celui de la peine. Ce sont huit histoires indépendantes, mais dont l'ordre n'est pas interchangeable, car au fil des épisodes il y a aussi la vie de l'avocat: François Gaillard n'est pas le même homme au début et à la fin du feuilleton; il évolue. - Comment avez-vous choisi votre héros? - Il fallait un personnage qui soit en contact avec des gens très variés, de milieux divers. Nous aurions pu choisir un policier ou un commissaire de police. Mais il faut avouer qu'une série telle que « Les cinq dernières minutes» a épuisé les charmes de ce genre de scénario; de plus, le commissaire n'intervient toujours qu'après le meurtre, à titre répressif, pour punir le coupable. C'est une action négative. L'avocat, par contre, est un personnage positif dans la mesure où il aide les gens à se sortir de situations difficiles. Le monde des gens de loi, passionnant, " est en pleine évolution, ce qui n'a pas simplifié notre tâche... Il nous a fallu en effet, avant d'écrire Il François Gaillard )), consulter un grand nombre d'avocats de spécialités diverses, et bien sûr, respirer l'air du Palais ... Jean CONTE. HOMMES ET MIGRATIONS' 22 Eludes N "1"18 U VIe Plan et les travailleurs étrangers Les travailleurs étrangers dans les diverses commissions du Plan Commission de l'Emploi: Eléments de prévision des mouvements migratoires Groupes d'études des problèmes graphiques : La politique de l'immigration démo- Commission de l'Action sociale : L'action en faveur des travailleurs migrants Tour d'horizon Bibliographies Ce numéro complète l'étude n° 117 sur les mallogés (Commission de l'Habitation du Vie Plan). Ce numéro : 15 F 6, rue Barye, PARIS-17e Tél. 924-71-94 - C.C.P. ESNA Paris 55.ô5AO Année Internationale de Lutte contre le RacisHie et la DiscriHlination Raciale BILAN ET PERSPE~TIVES U. Thant « Celte tumeur maligne)) L: 8 décembre 197 l, au cours de sa 26e session, l'assemblée générale de l'Organisation des Nations unies, réunie à New York, tenait une réunion spéciale consacrée à l'Année internationale de la lutte contre le racisme et la discrimination raciale. Dans une déclaration, U Thant, secrétaire général de l'Organisation, estimait « qu'elle avait donné lieu à des programmes et à des activités dont le nombre comme la qualité ont été remarquables)). Mais il ajoutait : « Cette tumeur maligne qu'est la discrimination raciale n'a pas encore été extirpée. Le racisme et la discrimination raciale subsistent dans de nombreuses régions du monde.)) Si nous faisons le bilan des résultats obtenus, il ne fait aucun doute que l'Année internationale de la lutte contre le racisme a fourni l'occasion d'une manifestation importante de l'opinion publique mondiale contre toutes les formes de racisme et d'into lérance raciale qui ont causé et continuent de causer tant de maux dans le monde. Cette année a vu douze Etats, dont la France, devenir parties à la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, qui est l'une des réalisations les plus importantes des Nations unies dan~ le domaine des droits de l'homme. Cette convention internationale, adoptée en 1965, et qui est entrée en vigueur en 1969, a été maintenant ratifiée ou acceptée par cinquante-huit Etats membres. L'organisation des Nations unies, ses institurions spécialisées (en particulier l'U.N.E.S.C.O. et l'O.I.T.), les organisations régionales, de nombreuses organisations non gouvernementales et des hommes et femmes dévoués al.!' respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales de tous, ont contribué à renforcer l'opposition internationale à ce fléau des temps modernes qu'est le racisme. Messages de chefs d'Etats ou de ministres, déclarations offi cielles, programmes de radio et de télévision, articles de presse, conférences, réunions et colloques organisés par diverses organisations, émissions de timbres spéciaux, cours dans les universités et les écoles , ont constitué autant de jalons, tout au long de l'année et à travers le monde, dans l'histoire de la lutte universelle pour éliminer le racisme et ses conceptions dangereuses pour la paix mondiale. Mais, si l'on peut se féliciter du soutien apporté aux objectifs et aux buts de cette Année internationale, il ne faut pas se cacher qu'il reste encore beaucoup à faire. Eliminer un mal aussi profondément enraciné que la discri mination raciale n'est pas un travail que l'on peut réaliser en un DROIT ET LIBERTE - N° 309 - JANVIER 1972 jour, en une année, ni même en une décennie. L'Anné.e internationale doit être considérée comme une étape, un moment de réflexion et d'action qui a permis, en renforçant les convictions, d'apprécier les résultats obtenus depuis vingtcinq ans, mais aussi d'envisager ce qu'il faut faire à l'avenir, pour arriver à des résultats plus rapides et efficaces. L'assemblée générale des Nations unies a d'ailleurs demandé que cette Année internationale soit reconnue comme « la premiére d'une ére de lutte croissante contre toutes les formes et manifestations de discrimination raciale)) visant à promouvoir la solidarité internationale avec tous ceux qui luttent contre le racisme (6 décembre). Changer les coeurs et les esprits des hommes ne peut se faire que par un processus lent, et exige de la part de chacun d'entre nous des efforts continus pour combattre les théories, les idées et les préjugés qui conduisent à la discrimination raciale et pour créer une conscience du fait que l'élimination de toute discrimination est essentielle pour établir la dignité pleine et entière de tous les êtres humains, et pour promouvoir la compréhension, la tolérance, le respect mutuel et l'amitié entre les nations et entre les groupes raciaux et ethniques. C'est là certainement le message d'espoir que l'on peut tirer de cette Année internationale. Jean-Paul RIVIERE. Ralph Bunch Nous avons appris avec émotion le décès de M. Ralph Bunch , secrétaire général-adjoint des Nations-U nies depuis 1955. De nationalité américaine et de race noire, ce diplomate participait à la lutte contre le racisme dans son propre pays ; il dut y faire face personnellement en 1959, quand un club de tennis de New York refusa d'inscrire son fils. On le vit à plusieurs reprise à la tête de manifestations aux côtés du pasteur Martin Luther King . L'une des premières missions dont il fut chargé à l'O.N.U., fut. en 1948, de servir d'intermédiaire dans les négociations indirectes entre Israéliens et Arabes, à Rhodes, après l'assassinat du comte Bernadotte. Le règlement eut lieu en 1949. En 1950, Ralph Bunch recevait le Prix Nobel de la Paix . A diverses reprises , M. Ralph Bunch a adressé au M.R.A.P. des messages de sympathie, notamment à l'occasion de nos Journées nationales contre le racisme. 23 LES ÉDITIONS DU PAVILLON 24 Directeur-gérant Roger MARIA 5, rue Rollin. Paris-5e - TéL : 326-84-29 - C.C.P. Paris 10.865.02 C.C.P. Paris 10.865.02 Vient de paraÎtre : • Jean-Baptiste Marcellesi , Chargé de maîtrise de conférence à l'Université de Rouen : Le Congrès de Tours (décembre 19201. Etudes sociolinguistiques. Préface d' Ernest Labrousse, professeur à la Sorbonne, avant-propos de Jean Dubois, professeur à Paris- Nanterre . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 45 F • Jacques Re<;lus, ancien professeur à l'Université de Pékin : La Révolte des Taï-Ping (1851-18641. Prologue de la Révolution chinoise . Préface de Jean Chesneaux, professeur à la Sorbonne ...... ....... . ... 28 F • E.-N. Dzelepy : Le Secret de Churchill. Vers la Troisième Guerre mondiale? 1945 . ... . ....... 33 F • Jean Humbert, professeur à l'Institut de français de l'Université de Fribourg : Le vrai visage de la langue française . . . . . . . . . . . . . . . . 22 F • Action poétique n° 49 (1919 - La Commune de Budapest - MA) .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. 9 F Rappel : • Vladimir Jankélévitch, professeur à la Sorbonne : Pardonner 7 Avec deux lettres, en postface, de Pierre Abraham et de Jacques Madaule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 F • André Wurmser : L'Eternel, les Juifs et moi. Avec une lettre liminaire de Roland Leroy. . . . . . . . . . . . . 12 F Vente aux libraires ODÉON-DIFFUSION, 24, rue Racine, Paris-Vie - Tél. : 033-77-95. PRIX A NOS BUREAUX 65 F ENVOI FRANCO 70 F EDITIONS RAOULT - 7, rue du Helder Paris ge - Tél. : 824-73-19 MAILLE USSE EXTRA-SOUPLE Distribution : S8Dg2ne . Merci Tél. : 744-67·59. NS. Bouly, H, rue de Provence, Paris-9' - LA VIE DU M.RAP. Des lois L'affaire du « Latin Musique» et d'autres cafés qui refusent de servir les noirs et les Algériens, les multiples cas de discriminations de toutes sortes qui se multiplient en ce moment, les campagnes racistes que poursuivent certains groupes et publications, confirment la nécessité d'améliorer la législation antiraciste en France. Si étrange que cela paraisse, la discrimination raciale n'est pas considérée comme un délit en tant que tel, dans l'état actuel des textes; et pour ce qui est de la diffamation, les poursuites sont si difficiles, se heurtent à tant d'obstacles qu'elles n'aboutissent que très rarement. Les . avocats qui se dévouent pour la défense des victimes du racisme doivent recourir à des procédures complexes et souvent aléatoires. Il est certain que si les trois propositions de loi élaborées par le M.R.A.P. étaient adoptées, il serait beaucoup plus facile de sanctionner et de décourager les racistes, l'efficacité de notre combat s'en trouverait considérablement renforcée . Le M.R.A.P. poursuit les démarches auprès du gouvernement pour que ces propositions de lois, déposées et soutenues par des parlementaires de toutes tendances, soient enfin inscrites à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale. D'ici là, il importe de développer systématiquement la campagne de sou" tien par la collecte de signatures sur · notre pétition et l'adoption de voeux par les municipalités. Nous donnons aujourd'hui un double exemple : celui du Comité du M.R .A.P. d'Annecy, qui a collecté plus de 1 000 signatures; et celui de la municipalité de Saint-Dizier (Haute-Marne). qui nous a fait parvenir sa délibération appuyant l'Année internationale de lutte contre le racisme et se prononçant en faveur de nos propositions de lois. Des pétitions sont à votre disposition au M.R .A.P. Les comités locaux, tous les militants sont invités à en demander et à les faire activement circuler. Nous ferons le point de cette campagne dans nos prochains numéros. DROIT ET LIBERTE - N° 309 - JANVIER 1972 JANVIER 1972 eontre le rael•S nle , • Un colloque juridique: la France devant la discrimÛlation raciale Un colloque organisé par l'Institut international des Droits de l'Homme (Fondation René Cassin) et la Faculté de Droit et des Sciences économiques et politiques, s'est tenu du 9 au 11 décembre à Besançon. Il avait pour thème principal

« La France devant la discrimination

raciale». Animés par MM. Aené Cassin, Prix Nobel de la Paix, et Claude Jessua , Doyen de la Faculté de Droit, plusieurs débats ont eu lieu à la suite des exposés de Mme Francine BataillerDemichel, de MM. Pierre JQin- Lambert, Robert Vouin, Pierre Juvigny, ' Guy de Lacharrière. Une délégation du M.R.A.P. composée de notre président, Pierre Paraf, de Me Fred Hermantin, viceprésident et Albert Lévy, secrétaire générai a suivi l'ensemble des travaux. Pierre Paraf a présenté un exposé sur les aspects actuels du racisme, Me Hermantin a participé à une table ronde sur les travailleurs migrants et la discrimination raciale , Albert Lévy est intervenu dans un débat avec les étudiants, après la projection du film « Kriss Romani». Ce colloque représente un apport très positif à l'action juridique contre le racisme . Nous reviendrons prochainement sur les problèmes qu 'il a traités. Meurtre + expulsion == Comité local ... Début octobre. Un travailleur algérien, M. Gacem Ali, père de quatre enfants, est roué de coups par de jeunes racistes; il succombe peu de temps après à ses blessures. Le racisme est au coin de la rue : à Boulogne-Billancourt, face à la patinoire fèdérale, il a tué. Fin octobre. Quarante-trois travailleurs immigrès (Algériens et Marocains), sont expulsès d'un foyer, rue Béranger à Boulogne; aucune mesure de relogement n'avait été prévue, aucun préavis d'expulsion n'avait été signifié à ces travailleurs. Ce foyer déparait le paysage. A Boulogne-Billancourt, on préfère le « grand standing » ; M. Francis Bouygues, promoteur, et M. Gorse, député-maire, expulsent. Début décembre. La nécessité d'un Comité local. à la suite de ces événements, est ressentie par des adhérents du M.R.A.P. iSolés; ils se cherchent, se trouvent ; un comité local s'organise. Meurtre + expulsions = comité local. Sinistres mathématiques ... ! Faut-il attendre que de tels faits se produisent dans chaque localité pour que des comités locaux se créent? Le fait raciste dans sa forme la plus brutale, la plus ignoble, la plus scandaleuse, est pour les antiracistes un élément catalyseur, mobilisateur; mais ne s'attacher qu'à cet aspect serait s'attaquer uniquement aux effets et non pas aux causes. C'est pourquoi le comité local de Boulogne-Billancourt n'entend pas relâcher son action. A son actif: le tirage et la diffusion d'un tract à plusieurs milliers d'exemplaires dénonçant les expulsions de la rue Béranger; la distribution du tract national appelant au « Forum de l'amitié» et un collage d'affiches; la participation effective de notre comité à cette manifestation du 20 novembre; la vente militante à deux reprises de Droit & Liberté sur les marchés de la localité. Notre comité a collaboré étroitement avec la M.J.C. de Boulogne pour la réalisation d'un week-end sur le racisme. Il prèpare une vaste campagne pour l'adoption par l'Assemblée nationale des trois propositions de lois antiracistes présentées par notre Mouvement. Michel GARCIA. 25 Pourquoi cette odieuse campagne? NOUS avons déjà signalé et flétri les attaques menées par divers groupes « gauchistes» (1) contre notre ami Sally N' Oongo , président de l'Union Générale des Travailleurs Sénégalais en France (U,G .T .S.F .) et membre du secrétariat national du M . R .A . P. Ça continue! C'est , cette fois , « Tribune socialiste », organe du P.S .U ., qui dans une page entière de son numéro du 23 décembre reproche à l'U.G .T .S.F ., de « collaborer avec le néo- colonialisme » et d' « empêcher les travailleurs immigrés d'acc~der à la conscience de c lasse ». Sally N'Dongo On sait avec quel dévouement Sally N'Oongo assure la direction de l'U .G.T.S .F., multipliant en permanence les efforts pour la défense de ses compatriotes . Le grief réel qui lui est fait, c'est son refus de se prêter à certaines campagnes de caractère politique et à des méthodes qui tendent à isoler les immigrés. Militant responsable , il sait que la lutte des travailleurs africains est inséparable de celle d es travaill eurs fran çais et de leurs organisations représentatives . C'est dans ce même esprit d 'union qu'il milite au M.R.A.P. où son activité lui a valu d 'être élu à d'importantes fonctions. Ceux qui se livrent ainsi à des campagnes de calomnies , se rendent-ils compte qu'en essayant de discréditer un dirigeant actif, lucide et ferme, c'est aux travailleurs africains, à l'ensemble des travailleurs immigrés qu'ils portent préjudice? Se demandent-ils à qui profitent leurs agissements? Leurs tentatives, heureusement, sont et seront vaines. Le M.R .A.P. , quant à lui, réaffirme à Sally N' Oongo sa solidarité fraternelle. (1) Voir Droit & Liberté, nO' 304 et 308. 1 mportante ma nifestatio n-dé bat contre le racisme Marseille , a Le 10 décembre , au Moulin- Rouge, à Saint-Just, quartier de Marseille , a eu lieu une importante soirée qui a réuni une foule considérable . Cette manifestation placée sous le patronage du Comité marseillais du M.R .A .P. comportait la présentation de l'excellent film de Michel Orach « Elise ou la vraie vie ». Un débat très animé avait lieu ensuite sur les problèmes du racisme. Très applaudis par un auditoire jeune et passionné , nos amis Serge Kriwkoski, président du Comité marseillais du M .R.A .P. ; Lucien Goux, professeur ; André Leenhardt, pasteu r ; Robert Aymes, professeur agrégé d ' histoire; Gaby Pasero, enseignante catholique ; Jo Azzopardi, prêtre ; Antoine Vialle, président départemental des A .I. L. , répondirent aux nombreuses et pertinentes questions qui leur furent posées. 26 Sur notre cliché : une vue partielle des nombreux participants. 1 SACHEZ AUSSI QUE ... 1 • « Vaincre le racisme ». sur ce thème. une importante soirée. suivie par une foule de jeunes, a été organisée le S décembre à la Mutualité par la revue catholique « Croissance des jeunes nations ». Le M.R.A.P. qui, avec d'autres groupements, avait été invité à informer les participants sur ses publications. était représenté par l'abbé Pihan, vice-président. Albert Lévy, secrétaire général et Alain Gaussel, membre du bureau national. • Pour une juste paix en Indochine, le M.R.A.P. a participé, avec une quarantaine d'autres organisations à la manifestation qui a eu lieu le samedi IS décembre, à Paris, de la place de Stalingrad à la République. Les mêmes organisations ont eHectué une démarche le 2S décembre à l'ambassade des Etats-Unis, pour protester contre la reprise des bombardements aériens sur le Nord-Viêt-nam ; le M.R.A.P. était représenté par Joseph Creitz, membre du Bureau national. • A Télé·Luxembourg, Fred Hermantin, vice-président du M.R.A.P. a été intelViewé à la suite des incidents du « Latin-Musique ». • le comité de Dijon du M.R.A.P. a organisé une conférence-débat à la Faculté des sciences sur le thème: «Les étrangers et les minorités (arabes, gitans, juifs, noirs ... ) en France devant la loi et l'opinion publique ». Après la projection du film « Négritudes », de Jean Schmidt. ce débat fut animé par l'abbé' Victor Permal. • (( Résurgences du racisme et du nazisme en France ; le problème des travailleurs immigrés : ces thèmes seront traités par Pierre Paraf, président du M.RAP, au cours d'un dîner-débat organisé le 2S janvier par les S-, 9- et 10- sections de la Ligue des droits de l'homme, à Paris. • A Villejuif, la Maison des jeunes et de la culture Gérard·Philipe, a organisé une grande semaine sur le racisme, du S au 15 janvier, avec le concours du M.R.A.P., avec débats, projections. expositions, montages audiovisu els. spectacles. • Cinq soirées ont été consacrées au racisme par la paroisse de Saint-Germilln -des-Prés : du lundi 13 décembre au vendredi 17. diHérents conférenciers. dont Albert Lévy, secrétaire général du M.RAP. ont animé des débats, successivement sur le drame du Pakistan oriental. le différend pétrolier franco-algérien, le racisme dans la presse, les juifs en France. les travailleurs immigrés noirs.- • le comité d'Argenteuil du M.R.A.P. prépare pour le 19 février un colloque sur la scolarisation des enfants d'immigrés, avec le concours du Centre de liaison des éducateurs contre les préjugés raciaux (C.l.E.P.RJ Le Prix des Caraïbes à' M arie-M agdeleine Carbet Nous sommes heureux et honorés d'annoncer que notre amie MARIEMAGDELEINE CARBET. membre du Conseil national du M.R.A.P .• vient de se voir attribuer le PRIX DES CARAïBES pour son recueil poétique CI Rose de ta grâce Il (dont nous avons extrait le poème CI Greffe Il. il Y a juste un an). Nos félicitations cordiales à MarieMagdeleine Carbet. Nous publierons dans notre prochain numéro une interview que nous nous sommes fait un plaisir de lui demander. NOTRE CARNET NOS DEUILS Le romancier Alain PREVOST, fils de Jean Prévost et de Marcelle Auclair est mort subi tement à l'âge de 41 ans. Sa première oeuvre avait été « Le peuple impopulaire » ( 1956), qui traitait de la tragédie du Vercors, où son père avait trouvé la mort. Il avait, depuis, obtenu plusieurs prix littéraires. Nous exprimons à Mme Marcelle Auclair et à sa famille notre très sincère sympathie. Nous avons la douleur d'annoncer le décès de M. Moïse KOROLITSKI, père et beau-père de nos amis Madeleine et Armand Dimet. Nous leur présentons, ainsi qu'à toute leur famille, nos affectueuses condoléances. Nous avons appris le décès de notre ami, M. Edmond-Maurice LEVY, bibliothécaire en chef honoraire du Conservatoire national des Arts-et -Métiers, membre du Consistoire central israélite. Il avait collaboré à Droit et Liberté, qui a publié une importante étude de lui sur l'Abbé Grégoire. Agé de 93 ans, il manifesta jusqu'à la dernière période, dans ses lettres amicales, son profond attachement à la cause que nous défendons. MARIAGES Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage de Mlle Claude IMERGLIK, fille de nos amis M. et Mme Manfred Imerglik, avec M. Alain MAURAND. Qu'ils trouvent ici nos très cordiales félicitations et nos voeux les meilleurs. A VOUS ETES ANTIRACISTE ... avez-vous la carte du M.R.A.P. ? A vec le numéro de décembre de Droit & Liberté, vous avez reçu la carte 1972 du M.R.A.P. L'avez-vous réglée? En envoyant votre cotisation annuelle, vous marquez votre adhésion au combat si nécessaire que poursuit le M.R.A.P. Vous lui apportez votre indispensable appui moral et matériel. Ne vous contentez pas de dire : « Je suis avec le M.R.A.P.)) Soyez-le vraiment. Soyez partie prenante dans ce grand Mouvement qui est vôtre, qui existe par toutes les bonnes volontés convergeant vers lui. (Si vous n'avez pas reçu la carte du M.R.A.P. ou si vous souhaitez en recevoir d'autres pour les placer autour de vous, ne manquez pas de les demander aussitôt.) Règlements et commandes: M.R.A.P., 120, rue Saint-Denis, Paris (2e). C.C.P. Paris 14 825 85. Irap PRESIDENT : Pierre PARAF ; VICE-PRESIDENTS : BULLETIN D'ADHÉSION Charles PALANT. abbé Jean PIHAN. Fred HERMANTIN ; SECRETAIRE GENERAL : Al bert LEVY. COMITE D'HONNEUR Bâtonnier Paul ARRIGHI . Georges AURIC. Claude AVELINE. Robert BALLANGER. Roger BASTIDE. Jean CASSOU. Aimé CESAI RE, Charles de CHAM BRUN. André CHAMSON. Pierre COT. louis DAQUIN. Hubert DESCHAMPS, Henri DESOILLE. Michel DROIT. Maurice DRUON. Pa.steur André DUMAS. Adolphe ESPIARD. Henri FAURE, Max-Pol FOUCHET. Marcel GROMAIRE, André HAURIOU, Pierre JOXE, Charl es-André JULIEN. Alfred KASTLER. Henri LAUGIER, Alain LE LEAP, Michel LEIRIS, Jeanne LEVY. Darius MILHAUD. Théodore MONOD, Etienne NOUVEAU. Jean PAINLEVE, Marcel PRENANT. Al ain RESNAIS. Emmanuel ROBLES. Fra ncaise ROSAY. Armand SALACROU. Jean-Pau l SARTRE. Laurent SCHWARTZ. Jean SURET-CANALE. Jacqueline THOME- PATENOTRE. VERCORS. Dr Pi erre WERTHEIMER . Robert ATIULY, Vincent AURIOL. Jean DALSACE. Georges DUHAMEL. Yves FARGE, Francisque GAY, Jacques HADAMARD. Georges HUISMAN. Jules ISAAC, Frédéric JOLIOT- CURIE. Jean LURÇAT. Léon LYONCAEN. André MAUROIS, Amiral MUSELlER, Marc SANGNIER. André SPIRE. Général Paul TU BERT. Chanoine Jean VIOLLET. Désireux de soutenir l'action contre le racisme. l'antisémitisme et pour la paix. J'ADHÈRE AU M.R.A.P. Nom .. .. .. . .. . .. . Prénom . .. . ...... . . . ..... . . . . . . . . . . . . Profession Adresse . . . Je vous envoie, à cet effet. la somme de Je souhaite : • recevoir une documentation complète sur le M.R.A.P. • être invité à ses réunions et manifestations, • participer à l'un de ses Comités locaux ou professionnels. le montant de la carte d'adhé~ion là partir de' 10 francs) est laissé à l'appréciation du souscripteur, selon ses possibilités, compte tenu de la nécessité d'apporter le soutien le plus efficace à l'action du M.R.A.P. MOUVEMENT CONTRE LE RACISME, L'ANTISÉMITISME ET POUR LA PAIX (M.RA.PJ '-_____ 120, rue Saint-Denis - Paris (2") - Téléphone: 231-09-57 - C.C.P. : 14-825-85 Paris ______ .. DROIT ET LI BERTE - N° 309 - JANVI ER 1972 27 ... et VOI• CI• des cadeau. ... Nous publions ci-dessous les résultats du tirage des Bons de soutien du M.R.A.P., qui a eu lieu le 11 décembre dernier : ~roisière Méditerranée-Mer Noire: 54 391 Vn voyage avion Dak.ar aller-retour : 64 562 Vn séjour en R.D.A. pour deu.T personnes : 50 42"1 Vn séjour en Finlande : "105 96"1 Vacances en Tunisie : 6 "1"17 Vn voyage à Londres: 9627"1 Vn téléviseur couleur: 35 46"1 Rôtissoire «Cadillac»: 58617 - Walkie-Talkie: 67612 - 82549. Mange-disques: 16 118 - Appareil photo : 67 615 - Mallette camping : 126 952 . Caisse de 6 bouteilles de vin : 133 154 (St-Emilion) - Bouteille de Ricard: 62 408 - 143 522 - Bouteille de Calvados : 112 054 - 18 560. Bouteille de Vodka: 149032 - Carton 3 bouteilles de vin : 29373. Flasque de digestif: 9 066 - 24 280 - 28 855 - 33 593 - 34 411 - 51 783 - 69 370 - 71 546 - 77 490 - 77 520 - 89 008 - 97 305 - 102 541 - 109 194 - 112 399 - 115 971 - 126 119 - 144 580. JOUETS Mako-Matic: 3540 - Mako- Flok : 4810 - Mako-Mascottes : 5253 - Mako- Moulages : 12136 - Mako-Colorama : 39275 - Mako-Cibles : 102 731 - Mako-Bric : 112 432 - Mako Mosaïca : 145 973 - Télé- Pêche : 146480 - Lapin fourrure : 105 986 - 134 161. Poupée folklorique : 10860 - 70390 - 75 494 - 95 933 - 117 291 - Poisson mécanique : 132 711 - Voiture mécanique : 102 061. OEuf !jois : 140619 - Petit Breton céramique: 146142 - Boîte crayons feutre: 32821 - 51 688 - 58741 - 116277 - 120852. Porte-monnaie: 1 502 - 11 337 - 15458 - 21 761 - 27808 - 34579 - 38343 - 51 802 - 71 060 - 95 521 - 98781 - 107587 - 112052 - 113789 - 114240 - 138471 - 140371 - 149884. PARF~IERIE - BIJOUTERIE Flacon de parfum : 29371 - 37451 - 52312 - 84147 - 138566 - Bouteille d'eau de cologne: 112862 - Foulard : 145581 - Boîte de poudre: 25082 - 48077 - 84149 - 147307 - Ceinture: 36844 - 76811 - 81 160 - 93011 - 97453 - 148069. Broche : 5251 - 8135 - 16301 - 43792 - 58240 - 58637 - 60647 - 79336 - 88305 - 136345 - 140939 - 147415. Etui à cigarette de luxe : 58 750 - Briquet : 51 054 - Une grosse bougie de fête : 1 331. Etui à cigarette de luxe : 58 750 - Briquet : 51 054 - Une grosse bougie de fête: 1 331 - Bougeoir céramique : 88 545 - Lampe de chevet, 5917 - Statuette bois : 143464 - Service à dessert: 121 520 - Corbeille à pain : 27 807 - Givreur de verre : 140421 - Moulin a légumes: 66231 - Mixer à piles : 111 087 - Maxi-stylo : 138564 - Stylo : 42959 - 12242 - 12 763. DiSqUES 33 TOURS 12533 - 15660- 38922 - 40691 - 42402 - 44700 - 58611 - 63994 - 72786 - 74517 - 77042 - 90~61 - 91212 - 94792- 103563 - 112526 - 134 - 242 - 141 578. DiSqUES 45 TOURS • 1510-1594-1600-3171- 3520- 4343 - 8941 - 9070 - 10462-10847-13422-14249 - 14508-14742-14916 - 15097 _ 15 120 - 16 116 - 16 141 - 16 733 - 16 891 - 18 314 - 18 940 - 20 119 - 21 132 - 21 807 - 25 090 - 26 519 - 27 861 - 28 854 - 28702- 28991 - 29419- 29724- 32728- 33402 - 36399 - 38511 - 39780- 40811 - 41016 42251 - 44273 - 45477- 45800 - 48224 - 48882 - 48943 - 49079 - 50558 - 50584 - 51340 - 52201 - 54618 - 59205 - 59774 - 63608 - 63807 - 63886 - 63998 - 64 162 - 65960 - 67 621 - 70959 - 72 872 - 73 144 - 77 378 - 77 482 - 77 786 - 81 298 - 82486 - 82 542 - 88549 - 91 222 - 91 383 - 92911 - 93644 - 95522 - 97531 99370 - 103696 - 103990 - 104440 - 106560 - 107990 - 111876 - 112311 - 112869 - 113371 - 113411 115263 115506 - 117231 - 118314 - 121813 - 124658 - 126019 - 126994 - 133160 - 137416 - 140268 - 144019 - 149392 - 149882. UN LIVRE D'ART 740 - 67630. UN LIVRE: POUR ADULTES 3266 - 4418- 4806- 5260 - 6785 - 7488 - 7491 - 7984 - 8137 - 9082 - 10712 - 13810 - 15313 - 21564 - 24275- 24470 - 29730 - 32606 - 33886 - 36081 - 38519 - 45685 - 50420 - 57536 - 58239 - 64164 - 71 577 - 88197 - 90586 - 92 910 - 94356 - 96201 - 97 343 - 97 452 - 102 971 - 103 542 - 104 296 - 114473 - 117 289 - 123 330 - 123 517 - 124656 - 126254 - 127649 - 133631 - 141 704 - 143887 - 144040 - 147306 - 149400. UN LIVRE POUR ENFANTS 1 334 - 4345 - 5445 - 9 084 - 10848 - 21 422 - 23 321 - 28 701 - 33 221 - 51 922 - 57 241 - 67 630 - 72 620 - 73 596 - 73 611 - 75565 - 76685 - 85668 - 88441 - 91390 - 97922 - 99689 - 112877 - 117293 - 125230 - 127301 - 132493 - 134683- 137843 - 138570 - 138715 - 140660 - 143591 - 143890 - 144032-145496-147096-147308. Tous les RUHléros se terHlinant par 74- gagnent un abonneHlent gratuit d'ON AN à (( DROIT & LIBERTÉ )). Pour recevoir votre cadeau. veuillez adresser le billet gagnant avant le 31 mars 1972. Vous pouvez également passer au siège du M.R.A.P. 28 - IDUCAllom A lA FRATERNITE DEUX TÉMOIGNAGES • A travers les cours de Crançais Professeur de français dans les classes de second cycle du Lycée Racine jusqu'à ce que la maladie m'oblige à prendre ma retraite, j'ai pu constater les grandes possibilités qu'offrait mon enseignement quant à l'éducation antiraciste. J'ai constaté que le problème du racisme intéressait les élèves, qu 'elles accueillaient avec beaucoup d' intérêt information et discussion sur ce problème. Sans même sortir des programmes et de leur étude, les morceaux choisis en usage dans beaucoup de lycées contiennent d'ailleurs d'admirables pages antiracistes, par exemple dans les textes du xVI" siècle de Lagarde et Michard, pages 231-232, le très beau texte de Montaigne (Essais, livre J, chapitre 31 : « Des cannibales») : « Je trouve qu'il n'y a rien de barbare et de sauvage en cette nation , à ce qu'on m'en a rapporté, sinon que chacun appelle barbarie ce qui n'est pas de son usage. » Toute l'oeuvre de Montaigne d'ailleurs nous mettant en garde contre les préjugés et l'esprit de clocher prépare les esprits à rejeter le racisme. Dans les textes du xvnr siècle de la même collection, nous avons, pages 108-109, la parodie des arguments racistes par Montesquieu qui en souligne par son ironie le caractère absurde et inhumain (extrait de L'Esprit des Lois, XV, 5) : un crime raciste en appelle un autre « les peuples d'Europe ayant exterminé ceux d'Amérique, ils ont dû mettre en esclavage ceux de l'Afrique pour s'en servir à défricher tant de terres». On peut, en expliquant ce texte, montrer que la caricature des arguments racistes faite par Montesquieu reste valable. L'initiative des élèves Dans une classe avec laquelle j 'étalS particulièrement en cunfiance, des élèves sont venues me dire qu'elles aimeraient faire un exposé sur le célèbre témoignage américain « Dans la peau d'un noir». Elles ont préparé à trois ce travail

elles ont consacré une heure à exposer à leurs compagnes

l'expérience du blanc « déguisé en noir» et reconnu comme typiquement noir par les racistes ; elles ont bien su choisir les anecdotes qui mettaient en reli ef l'absurdité, ['irréalisme du racisme; une autre heure a été consacrée aux problèmes que pose le livre : caractère irrationnel et antiscientifique de la notion de race. Toutes les élèves DROIT ET LIBERTE - N° 309 - JANVIER 1972 étaient persuadées qu 'il n'y avait en elles aucune trace de racisme; nous avons cependant au cours de la discussion relevé quelques relents de racisme qui s'ignore : « Pas de mariage mixte »" « Les noirs sont très sympathiques, mais ils sont un peu comme des enfants; ils sont incapables de prévoyance». J'ai mis mes élèves en garde contre une forme subtile et par là dangereuse du racisme, le racisme par l'éloge : « Les noirs ont un coeur d'or» (sous-entendu : ils ne sont que sensibilité; ils ont beaucoup de coeur, mais peu de cervelle; ils sont charmants à condition de rester à leur place, de rester des enfants) ; ou encore: « J'admire beaucoup les juifs, ils sont si intelligents» (sous-entendu: c'est pour cela qu'ils sont dangereux, qu'ils nous roulent, qu'ils prennent toujours les premières places ... ) . J'essayais de leur faire comprendre qu'on est raciste dès qu'on a une image toute faite, un stéréotype d'une race ou d'un groupe, même si l'image et le stéréotype semblent bienveillants. Dans une classe de seconde où les élèves faisaient de temps à autre des exposés sur des livres posant des problèmes d'actualité (le colonialisme, la peine de mort, etc.), une élève m'a dit qu 'elle aimerait parler du racisme et je lui ai conseillé un exposé - qu'elle a fait sur le livre édité avec le concours du M.R.A.P. « Les Français sont-ils racistes? » L'exposé a été suivi d'une discussion très animée et passionnée. J'ai cité quelques exemples de propos racistes que j'avais entendus et qui étaient introduits à tout coup par la formule dont il faut se méfier: « Moi je ne suis absolument pas raciste, mais ... ». Et l'on reproche par exemple aux gens leur saleté alors qu'on leur impose des conditions de vie qui rendent quasi impossible la propreté et l' hygiène : « Huit noirs dans une chambre sans eau, ce qu'ils pouvaient sentir mauvais !!!» me disait un chauffeur de taxi. (Mais beaucoup de chauffeurs sont réellement antiracistes, je ne voudrais pas comme la télévision donner l'impression que les chauffeurs de taxi sont racistes; beaucoup sont pkill dl' bon sens et fraternels. pt bi('n d'autres Français n' aurai(,lIl pas davantage songé quI' huit blancs entassés dans ull e chambre sans eau courante ne sentiraient pas particulièr!'ment bon.) Ce qu 'il faut apprendre aux élèves, en développant Ipur esprit critique, en les aidant à l'analyse objective des raits , c'est à dépister leur propre racisme et à s'en guérir. Marguerite BONNE. 29 e st • Le ventre encore Cécond ... « ... Hitler ne voulait pas que la race aryenne, par des mariages, des mélanges, devienne par la suite une race dérivée juive. Le cas se produit un peut dans tous les pays. En France le sang n'est presque plus français. Avec tous les étrangers qui sont chez nous il nous arrivera peut-être le même cas que pour les Allemands ... Je suis de l'avis d'Hitler, dans un certain cas. Il faut essayer de garder la race pure d'un pays ... En France, comme je l'ai écrit plus loin, il se passe une chose parallèle. La race française n'est plus pure. Les Algériens, les Noirs, les Portugais, en s'alliant avec les femmes françaises, empoisonnent le sang français. Puis ils ont des enfants qui eux-mêmes se marieront avec d 'autres femmes françaises et au bout d'un certain temps, la pureté de notre sang a complètement disparu. Il faudrait que le peuple français y songe. Le racisme : tous les gens l'ont en eux, car le racisme maintenant se confond un peu avec la haine. Les jeunes Français de mon âge n'aiment pas les Arabes et les Portugais. Ils sont pleins de bagarres, de viols, de meurtres. Pourquoi aimerions-nous une race qui n'est pas la nôtre ? .. » Si la lecture de ces lignes vous fait frémir, sachez qu'elles ont été écrites par un élève de 1 re F. d'un lycée technique de la région parisienne. Si le style est maladroit, les opinions sont, par contre, sans équivoque. Il s'agit des passages les plus significatifs d'une explication de texte historique. consistant à comparer des extraits de « Mein Kampf » et des souvenirs d'un déporté de Dachau. Le second texte, portant sur la fraternité humaine parmi les détenus de toutes races, nationalités, confessions, etc., n'a même pas été lu par notre lycéen (il l'a affirmé et c'est probablement vrai). Il a vu seulement dans le texte d' Hitler un simple support pour ses idées personnelles. Ne pas esquiver les problèmes Il peut paraître à première vue dangereux de faire étudier aux élèves des textes contenant des thèmes racistes, surtout dans l' Histoire contemporaine. C'est pourtant inévitable, on ne peut ignorer toutes les données fondamentales d'un phénomène, d'autant plus que ces écrits pourront toujours être vus sans notre contrôle (ils figurent d'ailleurs dans les manuels : des discours de Hitler ou Mussolini côtoient ceux de Churchill, De Gaulle ou Staline). C'est pourquoi je suis persuadé qu'il faut les utiliser, tout en sachant qu'ils peuvent représenter un danger; dans la mesure du possible, il est souhaitable de les mettre en comparaison avec des opinions opposées. L'enseignant est d'abord un éducateur, vigilant et responsable, par conséquent, il ne peut esquiver les problèmes. Enseignant pour la première fois dans un établissement tech nique, apr ès des années passées dans des écoles classiques, j'ai eu la triste confirmation d'un état de fait signalé par les témoi gnages d'autres collègues : plus le recrutement se fait d",ns un milieu social modeste, plus les réactions racistes sont nombreuses. Dans un même lycée, une différence très sensible existe encore entre la mentalité des élèves des classes économiques et celle Qui règne dans les classes industrielles. Je suis persuadé que cet éléve n'est pas une exception , il a simplement eu le courage d'émettre fralll.;hcll1èlll une opinion que certains de ses camarades partagent, mais di ssimulent en classe. Je n'ai à son égard aucun ressentiment, mais il m'inspire une grande pitié, une profonde tristesse. Mais alors, qui est coupable, qui est responsable de ce déplorable et dangereux état d'esprit? Les jeunes? Certainement pas, étant eux-mêmes victimes d'un « racisme» de la part des adultes (( on est toujours le raton de quelqu'un »). La société? Certainement, mais il faut concrétiser par quelques exemples. La famille: baignés dans un milieu familial souvent inconsciemment mais violemment raciste, les jeunes, à moins d'avoir une forte personnalité qui les fera s'opposer à leurs parents, reprendront les arguments de ceux-ci, leur vocabulaire : ratons, portos, bougnoules ... Mais la famille ouvrière est elle-même victime d'un contexte social qui explique cet état d'esprit. J'insiste sur ce point, car il est vain et dangereux de nier la réalité du racisme important dans beaucoup de familles modestes. Angoisse et espoir L'autre degré, où il n'y a que des responsables, est celui de l'intérêt matériel et politique : patronat et Etat qui profitent de la main-d'oeuvre immigrée sans lui réserver les structures d'accueil indispensables et des salaires suffisants, d'où des logements insalubres, l'utilisation des ouvriers étrangers dressés contre leurs camarades français et vice versa, etc., ce qui alimente le racisme d'une population mal informée; une certaine presse qui excite à la haine au lieu de remplir son devoir d'information (je ne parle pas ici des journaux ouvertement racistes, mais des journaux quotidiens les plus lus), et même la presse officielle (exemple à l'O.R.T.F. : « Silbermann », « Alors raconte » ••. ); une police souvent brutale, entraînée aux « ratonnades », ne perdant pas une occasion de proférer publiquement ou non des injures racistes envers les immigrés; je n'oublierai pas, dans cette liste forcément trop limitative, certains enseignants et chefs d'établissements racistes qui n'hésitent pas à influencer leurs élèves, ou ceux qui sous le prétexte hypocrite d'apolitisme, cherchent à dissuader les tentatives d'éducation antiraciste. Je conclus avec amertume et angoisse, mais aussi avec espoir. Avec amertume et angoisse parce que le racisme progresse actuel· lement et que des jeunes y adhèrent. Avec espoir parce que beaucoup d'autres jeunes prennent conscience du problème et avec la générosité de leur âge luttent contre la hai~; la guerre, etc. Ne condamnons pas les premiers, eux-mêmes victimes du systi! me social et politique (dont ils vont devenir les agents inconscients), encourageons les seconds. C.R.

  • Eduçation à la Fraternité. est la rubrique mensuelle du Centre de Liaison des

Educateurs contre les Préjugés Raciaux (C.L.E.P.R.). Participez à la souscription de 30 Le C.L.E.P.R. développe ses activités . Il a besoin. pour cel a. du soutien de tous ceux qui s'intéressent li son action et la jugent nécessaire. Adresser les adhésions à Mlle Renée 8abouléne. 50. rue des Poissonniers. Paris . ISe avec un chèque postall3 volets) à l'ordre de Mlle R. Baboulène. institutrice C.L.E.P.R. (C.c.P. IR 177 35. Paris). Membre actif: 10 F: membre donateur: 20 f: membre bienfaiteur : il rartir de 30 F. l FABRICANTS DE BONNETERIE 1 • Il Pour vos fils classiques et fantaisie Il Pour vos bobinages à façon , UN SEUL SPECIALISTE • VALMY -TEXTI LES 93, quai de Valmy PARIS-l0e Tél 206-94-73 607-32-80 Dépositaire des Ets DELMASURE (laine peignée Nm 2/28, 1/28, 1/40) aUI VOUS PROPOSE, POUR VOTRE COLLECTION DE PRINTEMPS, UN FIL ACÉTA TE/POL YAMIDE TEXTURÉ EUROMOTTE, aUALITÉ VENEZIA 100 DENIERS, OU 3/40, , '" aUI SERA EN DEPOT EN PERMANENCE DANS NOS MAGASINS. Consultez-nous ! DROIT ET LIBERTE - N° 309 - JANVIER 1972 31

Notes

<references />