Droit et Liberté n°255 - septembre 1966

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°255 de septembre 1966
    • U.S.A.:
      • les nazis occupent la rue par Georges Chatrain ; de la non violence au "pouvoir noir"page1,8
      • Le cahier de la misère noire par Louis Mouscron page1,9,10
    • Elucubrations malveillantes (position du MRAP sur le conflit israëlo-palestinien)
    • Rentrée par Pierre Paraf
    • Qui est Achenbach?
    • Une délégation du MRAP à l'ambassade d'Allemagne
    • Un "camp école raciste" dans le Gard: la violence et "l'idéologie"
    • Le retour de la famille Eberlé
    • Restons vigilants par Josephe Jacquiot
    • Libres propos par Pierre Wertheimer
    • Afrique du sud: de Verwoerd à Vorster
    • La haine est leur métier par le pasteur Etienne Mathiot
    • Rentrée scolaire: ce que peuvent les enseignants
    • André Spire: poète et militant
    • Vous êtes raciste si... par Roger Maria
    • Un poison pour enfant (racisme dans la bande dessinée); Héros d'hier et d'aujourd'hui? (Astérix) par Germaine Finifter
    • La vie du MRAP: un triple objectif par Albert Levy
    • Théâtre: mille millions de sauvages et l'hexagone (oeuvre collective)

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N" 255 SEPTEMBRE-OCTOBRE 1966 Un franc U.S.A. LES NAZIS O(j(jUPENT Li\ RUE ••• , • • DES BRASSARDS ET IDES DRAPEAUX A CRoix GAMMEES dans les rues de Chicago! ... Cette photo, 'prise il y a .quelques jours, illustre les n.dnifestations contre les Noirs et la « marche antijuive » organisées par le « Parti nazi américain ». Le « fü hrer » de ce groupe, Lincoln Rockwell, qui se réclame ouvertement de Hitler, a été arrêté une demi-heure, puis il a repris librement ses appels à la haine et à ~a violence. C'e st envers les antiracistes réclamant des mesures efficaoes contre la ségrégation que r.'exerce plus volontiers la répresion policière ...• On comprend que, dans les ghettos noirs, la colère monte. la crise majeure du racisme, dont les proportions ne cessent de s'amplifier, a donné lieu à un rapport rigoureux et bouleversant, imprimé récemment à Washington. On en lira l'analyse pages 9 et 10. RINfRl1 • POUR TOUS, le t ravail a repris. Les écoli ers sont à leurs pupitre s, et Ie.s maîtres vont avoir, à nouveau la tâche ardue de les préparer à la vie. Que peut l 'enseignement contre les préjugés rac iaux ? C'est ce qu 'examinent, page 11 , Lucien SEVE et Henri GUILLARD. P ~g e 4, le président du M.R.A.P., Pierre PARAF p récise les luttes que nous all ons poursuivre ... Photo U.N.E.S.C.O. « Pour oublier vos soucis » 1 • ILS ONT OSE ! .. Dans le martyre des déportés, ce cinéma de la place Clichy ne voit qu'un « truc » publicitaire, le bon moyen pour en appeler aux instincts les plus bas d'un public avide de sadisme et de gaudriole ... Quelle honte ! En ces temps d'oubli des crimes et de réhabilitation des bourreaux, on voit leurs héritiers s'organiser, s'entraîner, publier livres et journaux, prôner et préparer de nouveaux assauts de la barbarie contre l'humanité. Ne le permettons pas! (Lire pages 4, 5, 6 et 7, nos informations ainsi que les articles du pasteur Etienne MATHIOT, du professeur Pierre WERTHEIMER, et de Josèphe JACQUIOT.) Photo Elie Kagan.


._---------------------------------------

9·VII. - L'ancien médecin chef du camp d'Auschwitz, le Dr Horst Fischer con· damné à mort en mars par la Cour Suprême de la R.D.A., est exécuté à Berlin·Est. 10·VII. - A Chicago, le pasteur King, l'étudiant James Meredith et Floyd McKissick, directeur du CORE, pren· nent la parOle devant 50.000 Noirs qui manifestent contre la ségrégation ra· ciale. l7·VII. - La mobilisation partielle est décrétée au Nord-Vietnam. l8·VII. - Rejetant la plainte de l'Ethiopie et du Libéria, la Cour Internationale de La Haye refuse de mettre fin au contrôle de l'Afrique du Sud sur le Sud·Ouest africain cautionnant ainsi la politique de l'apartheid. 25·VII. - Après trois semaines de troubles dans les quartiers noirs de plusieurs grandes villes amé· ricaines, on déplore QUATRE MORTS A CLEVELAND (OHIO), DEUX A CHICAGO (ILLINOIS), UN A NEW·YORK, DES DIZAI· NES DE BLESSES, civils et po· liciers, de très nombreuses ar· restations. 27·VII. - La discrimination raciale doit disparaître car elle est « contraire à la loi divine » déclarent les évêques catholiques sud-africains, dans une lettre pastorale publiée au Cap. 29·VII. - Condamné à mort à deux reprises, JEAN BARBIER, AN· CIEN MILITANT DU P.P.F., AGENT DE LA GESTAPO A GRENOBLE, EST GRACIE. 30·VII. - Mille cent cinquante·huit Noirs sont arrêtés à Johannesburg (Afrique du Sud) au cours d'une vérification d'identité. 3l·VII. - Graves incidents à Chicago : trois mille racistes, parmi lesquels des membres du parti nazi américain, at· taquent à coups de briques et de bou· teilles des manifestants qui protestaient contre la ségrégation dans le logement : 40 blessés. l·VIII. - Les incidents raciaux ne ces· sent d'éclater en divers points des Etats·Unis : à Omaha (Nebraska) ; à Los Angelès, dans le quartier de Watts; à Perth-Amboy (New-Jersey) ; à NewYork, dans le quartier de Brooklyn ; à Bogalusa (Louisiane). 4·VIII. - A Bruxelles, des croix gammées et inscriptions antisémites marquent la tenue du V' Congrès juif mondial. 5·VIII. - Cinq heures d'émeutes à Chicago

le pasteur Luther King, prix

Nobel de la Paix est blessé à la tête par une pierre, après avoir évité de justesse un couteau lancé par un ra· ciste. 6·VIII. - Des dizaines de milliers d'Amé· ricains manifestent contre la guerre du Vietnam : à New-York le meeting rassemble 26.000 personnes. • Le parti nazi américain annonce - qu'il va mettre sur pied une « garde blanche » pour faire régner « l'ordre » raciste à Chicago. l3·VIII. - Vague de procès politiques en Afrique du Sud, à l'encontre de membres de l'A.N.C. (Congrès National Africain interdit en 1960). La police de Johannesburg effectue une gigantesque rafle dans la commune d'Alesandra, où vivent 80.000 Africains : plus de 1.000 arrestations. l5·VIII. - Grave incident syro-israëlien au-dessus du lac de Tibériade. 2l·VIII. - Des extrêmistes flamands pro· voquent de violents incidents au pèlerinage de Dixmude, à l'ouest de la Belgique. 22-VIII. - Attentat raciste au Texas : une explosion dans une église noire fait un mo-rt - une missionnaire blanche - et une cinquantaine de blessés. o Quinze ans après le procès Rosenberg, deux savants atomistes contestent la valeur du croquis qui entraîna la condamnation de Sobell. 27-VIII. - Le bilan officiel des émeutes à Djibouti, lors du voyage du général de Gaulle s'établit à deux morts et une quarantaine de blessés. l-IX. - Dans son discours de PhnomPenh, le général de Gaulle affirme qu'au Vietnam la négociation dépend du retrait des troupes américaines « dans un délai convenable et déterminé ». • U. Thant, secrétaire général de l'O.N.U., annonce qu'il ne renouvellera pas son mandat qui expire le 3 novembre 1966, décision interprétée unanimement comme un geste de protestation contre la guerre menée au Vietnam par les Etats-Unis.


,

G·IX. - HENDRIK VERWOERD, PREMIER MINISTRE D'AFRI· QUE DU SUD EST ASSASSINE PAR UN BLANC en pleine séan· ce du Parlement au Cap. ll·I-iX. - Le parti nazi américain organise un défilé dans les quartiers noirs d~ Chicago et annonce qu'il prépare une marche anti.juive pour le 18 septembre. l6-IX. - Le second procès d'Auschwitz s'achève à Francfort (R.F.A.) par une parodie de justice : des peines de « principe » sont prononcées contre les trois anciens SS bourreaux, auteurs de multiples crimes. • La répression à Djibouti (Somalies), après les incidents des derniers jours aurait fait 21 morts ; les « ratis· sages » continuent. VIETNAM • Un génocide Du Viet-nam continue à parvenir la tcrrible litanie des dévastations quotidiennes. Deux journal istes américains d'United Pr.ess ont raconté comment deux villages du Sud-Vict-nam ont été délibérément incendiés par les troupes américaines, bien qu'ils ne soient plus habités que par des femmes. des vieillards et des enfants. Au Nord Vietnam, la journaliste Madeleine RiHaud ne peut que raconter chaque jour les mêmes descriptions de maisons éventrées et d'enfants écrasés sous les bombes. Certains hommes politiques amencains, constatant que ces méthodes de génocide ne suffisent pas à mettre à genoux le peuple vietnamien, parlent d'intensifier les massacres. « Les Etats-Unis ne devraient pas hésiter à employer des armes nucléaires tactiques » vient de déclarer l'ancien président Eisenhower devant les caméras de la télévision newyorkaise. Les hôpitaux du Viet-nam ne suffisent plus pour soigner les victimes des bombardements. C'est pourquoi l'Association Suisse Terre des Hommes s'est proposée de faire venir en Europe les enfants vietnamiens les plus grièvement atteints. Longtemps, l'autorisation lui en a été refusée par les autorités helvétiques . les petites victimes des bombes américaines étaient considérées comme de possible « agents de subversion ». Les enfants qui ont pu finalement débarquer des avions (d'autres vont suivre) n'ont plus ni père, ni mère, et leur patrie est dévastée. La ~lidarité de tous les gens de coeur leur est due. FRANCE • Un succès N OUS avons signalé brièvement dans notre numéro de juillet le cas du « Consortium Maritime Franco-Américain », qui faisait connaître dans une circulaire son refus d'accepter des passagers « de couleur » pour ses voyages en direction des Etats-Unis. Aussitôt informé, le M.R.A.P. avait atti ré l'attention du Secrétaire d'Etat aux Transports, des maires de plusieurs villes où le Consortium possède des succursales

il avait également alerté la

presse qui dénonça ce fait inadmissible. Le M.R.A.P. a reçu d'un adjoint du 1\1aire de Dunkerque une lettre où l'on peut lire : « Je partag.e entièrement votre sentiment en ce qui concerne la circulaire du C.M.F.A., et déPlore la manifestation de discrimination raciale qu'elle constitue. Cependant, le C.M.FA. n'est représenté à Dunkerque que par une agence, et je puis vous garantir que le personnel de celle-ci n'a at!cune r.esponsabilité dans la prise !je telles mesures, ni la moindre possibilité de les faire abroger. En outre, comme le précise la circulaire, les bateaux incriminés ne touchent jamais Dunkerqtte. » C'est du Havre, en effet, que partent les navires visés par les mesures discriminatoires. Le député-maire de ce port, M. René Cance, écrit au M.R.A.P. : « Nous ne pouvons qu'être indignés par une telle pratique, qui est contraire à la Constitution, à nos traditions, à notre pays, berceau de la Déclaration des Droits de l' Homme. « Dès que j'a'i reçtt votre lettre et le document qttÏ l'accompagnait, j'a'i fait des démarches auprès des journaux locall: r, notamment auprès du plus grand journal local , « Havre-Libre », ponr qu'ils élèv.ent ·nue protestation et organisent tme campagne de presse. Nous déplorons le fait que rien n'ait été fait dans ce sens. « Aujourd'hui même, je renouvelle ma démarche. « En ce qui concerne notre Municipalité, vous pouvez faire état de notre indignation et de notre soutien total pOtW la protestation que vous élevez contre les discriminations racistes que pratiq1!e oette Société. » De son côté, 1\1. André Bettencourt, Secrétaire d'Etat aux Transports, a fait parvenir au M.RA.P., en date du 11 juillet, une réponse où il écrit : « Je suis im'médiatement intervenu auprès dn Consortium Franco-Américain pour qu'il rapporte dans les plus brefs délais les instructions données dans la circulaire diffusée par ses soins. « J'ai le paisir de vous informer que cette demande a été suivie d'effet et que la mention incriminée a été supprimée. » Dans une lettre adressée au M.R.A.P. PASSE.T.IL DEMANDES D'EMPLOI 1 L m'arriv~ de. parcourir les « Petites annonces », notamment quand je vais au « petlt com ». Dans une auberge de campagne, il y a quelques jours, j'ai trouvé au clou rouillé de cet endroit parfumé, un journal jauni, dont les « P.A. » comme on dit dans la presse, étaient particulièrement révélatrices. Je cite: « Anc. L.V.F. et L.E., 44 a., conn. comptb. gest. stock Mag. rech. place », etc. Et plus loin : « Urgent : cause santé anc. Front Est doit quitt. emploi Paris. Ch. sit. », etc. Tiens, pensai-je (parce qu'il m'arrive aussi de penser en expédiant les affaires courantes, chères à Georges Brassens), tiens! ils ont gardé ici les journaux du vieux temps de l'occupation ... Voyons, un ancien de la L.V.F. (traduction, pour les jeunes : « Légion des Volontaires Français contre le Bolchevisme ») qui cherche du travail, et un ancien du « Front de l'Est », (même emploi) qui en fait autant... Voyons donc, s'il s'agit de La Gerbe ou du Pilori... Pas du tout. C'était bel et bien un numéro tout récent de Rivarol (21 juillet 1966). Bonnes références en effet. Les petites annonces s'adressent à une clientèle. Il y aura certainement du travail pour ce comptable fatigué et cet ancien du « Front de l'Est » malade, dont les compétences sont réelles : ils ont cassé, en leur jeune temps, du bolchevik, du juif et du maçon, du rouge, du noir et du jat111e ... Le monde d'aujourd'hui leur offre toutes sortes d'emplois, en Caroline du Nord et du Sud, en Alabama, au Vietnam, en Union Sud-Africaine et même à Paris ... Rivarol, au besoin, servira d'intermédiaire. Situation assurée. Impunité garantie. Transmis au ministre responsable. et un communiC!..ué de presse, le directeur général du C.M.F.A., a présenté ses regrets et ses excuses pour cette circulaire qui avait, dit-il, « à juste titre » provoqué notre protestation. Il déclare avoir pris des mesures pour qu'aucune discrimination ne soit pratiquée. La vigilance et l'intervention immédiate du M.R.A.P. ont montré promptement leur efficacité. U.S.A. • L'affa ire Rosenberg LE gouvernement américain a déclaré irrecevables les attestations si~ nées par deux savants atomistes, les docteurs Philip 1\lorrison et Henry Linchitz déclarant que les pièces à conviction qui servirent à justifier l'exécution en 1953, des époux Rosenberg, et la condamnation à trente ans de prison de Morton Sobell, étaient incomplètes et erronées. Les avocats de Morton Sobell dans un dernier effort pour obtenir sa libération, avaient souligné que celui-ci avait été jugé d'après de « faux témoignages utilisés volontairement par l'accusation ». Ils faisaient allusion au croquis de la bombe atomique dessiné par David Green,R'lass, le frère d'Ethel Rosenberg, principal témoin à charge, qui avait déclaré au procès qu'il en avait remis une copie à Julius Rosenberg pour transmission à l'U.R.S.S.. Condamné à quinze ans de prison, Greenglass a été libéré depuis. A propos de ce croquis, le professeur Henri Linchitz, de l'Université de Brandeis souligne qu'il est « trop incomplet, ambign et même ine:t:act pour être d'une valeur quelconque aux Rilsses et pour permettre d'abréger la durée qui leur était nécessaire pour développer lenrs bombes nucléaires. » Tel est également l'avis du professeur Philip Morrison, de l'Institut de Technologie du Massachussets qui a déclaré que ce croquis donne « une fausse description » de la bombe atomique et que .: tout le témoignage de Greenglass conc~ rnant la bombe était confus et impréCts. » Le procureur des Etats-Unis, Robert Morgenthau, pour justifier l'irrécevabilité de ces attestations, a affirmé qu'elles étaient sans rapport avec l'affaire et ne prouvaient en aucune façon la mauvaise foi de David Greenglass. Dans le même temps, il déclarait pareillement irrécevables les attestations de Walter et Miriam Schnier, auteurs d'un livre sur les Rosenberg, qui démontre leur innocence, considérant que les écrivains « n'apportent aucune preuve tangible de leurs allégations. » On se souvient que l'affaire Rosenberg avait en 1952-53 soulevé une vive émotion dans le monde entier. La partialité du juge, le climat hystérique du maccarthysme, diverses anomalies dans la procédure, les protestations d'innocence des accusés, avaient autorisé le doute quant à leur culpa,hilité. Le pape Pie XII était intervenu deux {ois en leur faveur et d'innombrables démarches avaient été effectuées; des pétitions signées par les plus hautes personnalités politiques, religieuses et intellectuelles. Le M.R.A.P. avait alors organisé un gigantesque meeting qui recueillit l'adhésion de tous les Parisiens convaincus de l'innocence des époux Rosenberg. Oncle TOM. POSITIONS • Une blessure protonde SOUS le titre « Ce penple de qui est né le Christ », la revue « La Vie Spirituelle »' publiée aux Editions du Cerf, reprodui! le paragraphe consacré aux ] uifs dans la Déclaration du Concile sur les relations de l'Eglise avec les religions non chrétiennes. Dans l'article qui suit, intitulé « Dialogue juif-chrétien », le révérend père J-M. Perrin écrit : « La Déclaration dn Concile l'épotld à l'angoisse des hom/lles d' aujOtlrd' hui. Comment oublier en effet, l'extermination de plusienrs millions de juifs dans Les années 1940-45. Le réveil du j1tdaïsme qui s'en est suivi et qtÛ se développe de nos jours d'une part, le plus grand souci des études bibliques et le courant de grâce qui POUSSf! de nOmb1'oCltx catholiqnes il une étttde plus approfondie de l'Ancien Testament d'autre part, contribuent à donner une grande actualité au dialogue entr.e juifs et chrétiens. .: Parler d'un dialogue Eglise-Israël serait soulever un monde de questions, car on ne peut assez dire la complexité de la réaltté d'Israël en Paleskne ou dans la Diaspera ; qn'il s'agisse des problèmes polittques, historiques, Olt de la div~rsité extrême des courants religieux. Mais nous ne voulons envisager ici qtoe les rencontres de personnes et sur le terrain religieux. La rencontre avec le juif de TaCe, s'il a perdu toute foi, s'il n'est pas religieux, sera comme tm!te rencontre humaine ; elle atlra l'attention que l'on doit, selon le cas, soit à ·un concitoyen, soit à un émigré, soit à un déraciné ; elle saura à l'occasion voir ,en lui lm être meurtri par l'histoire ( .. .J. « Avant même de considérer les valeurs qtÜ nous sont communes, il e.,st * Suite page 3. DROIT ET LIBERTE MENSlnL -, rue des Jalneurs • ParIB (J't Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANGE: Un an : 10 francs 1 1 Abonnement de soutien : %8 fran~ ETRANGER Un an : 18 franci Compte Oh. Post.: 6070-91 Parla Pour les changemen18 d'adresse en- 1 1 voyer 1 franc et la dernière bande, liEN BELOIQUJ: : On peut se procurer Droit e' 1· 1 Liberté, ou s'abonner, au Siège des 1 1 Amis de Droit et Liberté, 43, avenue de Berchem Saint· Agathe, Bruxelles 8 . Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'HOtel· des-Monnaies, Bruxelles 6. Versements au C.C.P. 7.364-15 du M.R.A.P., 15, Square Prince-Léopold, Bruxelles-2. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnemeot amruel : 100 PlI. Abonnement de 80UUeD : 180 .... ~ Journal composé et Imprfml ~ por des ouvriers syndiquH B.P .1I:.C. - OhAteaUl'OUI La Directrice de publication : S. BIANCIII

  • Suite dé la page 2

nécessaire de comprendre de quels yeu;!.' il nous regarde, nous chrétiens. J\!Jê1lle s'il toe le formule pas (soit qu'il n'ose pas le dire, soit qn'il semble l'oublier pour un temps); nous ne devons pas oublie'r qu'il porte ttne blessure profonde à cmlse de siècles d' antisé111 itisme pll/S 011 moins violent. » • A cause des bûchers DANS le même esprit que les articles de « La Vie Spirituelle », l'abbé Donval, curé de Beauregard, à la Celle St-Cloud, a prononcé un émouvant sermon dont voici quelques extraits : ... « Je sais bien, auclln d'entre 1/01lS n'est coupable d'avoir mis les hûfs dans les fours d'Auschwit:::, mais lequel d'entre nous n'aurait pas quelque chose à se reprocher, ,et lequel d'entre nolts, lorsqn'il rencol1treun juif se d'it spontanément

« Cet homme là est de la race

d'Abraham, et je lui dois un merci, car ses ancêtres ont lutté et peut-être sont morts, pour qû' mljourd' Imi, moi aussi, je croie en un Dien éternel ? » « ... N OIIS souvenant de notre solidarité avec tous les Iwmtnes, tOIlS pécheurs, nmts demandons pardon à Dieu pour tOIM les hotlpnes des falttes commises par les Chrétiens à l'égard de leurs Frèl'es les Juifs. Pour t01lS nos manquements à la justice et à la charité envers le peltple choisi ; pour tous nos préjltgés, POlir nos méPris, ponr nos sarcasmes

P-itié Seigneur, car tlOUS avons

péché ! » , A cause des bû.chers allumés tout au long des siècles, à cause dtl sang de millions d'innoc,ents, à callse des baptêmes forcés : Pitié, Seigneur, car nolts avons péché ! « Parce qu'il nous est arrivé de dire et d'ense'iflner que le peuPle jltif est 1111 peuple deïcide, alors qne tOltt homme, Jltif ou 110n, est coltpable de la mort dtl Christ : Pitié, Seigneur, car 1101lS avons péché ! » • Hommes/ veillez! ANDRE WURMSER (L'Hwl1anité 30 aoùt 1966) a reçu le prospectus des Editions S aint-J lIst p1'Oposant au public les mémoires de Skorzeny et Combat pour Berlin de Goebbels: Ce p'rospectus ,est illustré par la photo d'tin assassin en uniforme d'assassin, de S.S. On peltt admettre qU'tin jeune Allemand ait été incorporé malgré Ilti, dans ces bandes ; un chef S.S., chargé de tâches mIssi lourdes ,et solidaire à ce poi1/t de l'hitlé1-isme est un cl·i1nillel. Que son sourire et ses décorations ornent ~lne publication fran çaise, cette indécence tnsulte 110S morts. Mais - dira-t-on - c.e fltt Itn homme courageu:tr ! Il importe pen : le « courage » avec lequel des bandits attaquent ltne banque leur assltre-t-il l'impunité et le resp,ect des honnêtes gel1s! Un assassin courageux est évidemment plus da71geTeux qu'un lâche assassin, A pllts fOl,te mison s'il est r éclamé pal' une doctrine qu.i bâtit Dac/wu pour les démocrat,es et Auschwitz pour les Juifs et qui l'epre/ld forJ/le et force altjourd'hui. Le courage n'est pas 1tI1e vertu en soi : il est louable de mourir la tête hant,e pour U11e juste cause, moltrir - serait-ce crâneJ/le11t - au service d'mu entreprise d'extermination d'il1nocents ne mérite ni estime ni pitié, Cet éloge dlt nazisme sous to'Utes ses form es - allemande ou française - la pltblication à Paris d'un livre du pire aboyeur du gang hitlérien du misérable qui n'échappa que par le slticide, après avoir assassiné luimême sa fem111e et ses ,enfa11ts, à la corde qu'il méritait ait tant et plus qne ses complices - Qu'en diteS-VOlis déportés, qu'en dites:vous, veuves e't orphelins d,e FranCf! ! Ecoute::: : l'écho n'a pas fi/li de TepTendre, à travers l'Europe qu'Hitler domina, le cri al1.qoissé de Fucill, qui 1110U1'1lt pour vous : « H01ll 111 es, veille::: ! » • Justice et bidonvilles DANS une circulaire adressée aux maire du département de la Seine, le Préfet, s'inquiétant des bidonvilles qui « depuis de trop nombreuses années enlaidissent la banlieue parisienne », annonce que des mesures vont être prises pour éviter toute nouvelle construction de cette sorte : dès qu'une infraction « sur le permis de construire sera commise, obligation sera faite de dresser un procès-verbal, de le lui trans- QUE SE PASSE-T-IL 9• ELUCUBRATIONS MALVEILLANTES III.J OUS avons ass is!é, en juillet, da~s cert!"ins,. milie~x qui I~ se posent en defenseurs patentes du Judalsme, a une fa rouche campagne : non pas contre ,les menées des groupes et des journaux antisémites en France ; ni contre l'agitation du parti nazi amé ricain qui organise de scandaleuses « marches antijuives » ; pas davantage ,contre les manifestations hitlér,iennes en Allemagne fédérale, mais bel et bien contre ... le M.R.AR. l'organe de la L.LC.A., d'insinuations, qui pour être voilées, n'en étaient pas moins d'une affligeante mauvaise foi . Quant à « La Terre Retrouvée », elle crut devoir accompagner une lettre claire et courtoise du président Pierre Paraf, de com· mentaires bassement tendancieux. En fait, c ertains n'ont jamais pardonné à notre Mouvement sa lutte simultanée contre toutes 'les formes de racisme, quels qu'en soient les auteurs et 'les victimes, l'indépendance et l'objectivité dont nous faisons preuve, notre refus de céder à des pressions qu'inspirent des préoccupations plus partisanes qu 'antiracistes, l',union réalisée autour du M.R.A.P. par des citoyens de toutes appartenances : Cela les met perpétuellement en rage. Et ils ont cru le moment venu de « régler son compte » à un Mouvement dont le dynamisme et le rayonnement ,les empêche, semble·t·iI, de dormir. De tels procédés n'honorent pas leurs auteurs. Comme l'a écrit 'Charles 'Palant dans une lettre publiée par « Le Monde » (6·7·1 966) , « notre Mouvement se fé licite de réunir depuis près de vi ngt ans, des hommes de toutes origines, qui poursuivent ensemble un combat résolu ( ... ) C'est ainsi que des Juifs fermement attachés à Israël et des Arabes dont le patriotisme ne saurait être suspect, militent dans nos rangs, unis à d'autres antiracistes, sans que les conflits du Moyen·Orient viennent contrarier ,leurs efforts communs, Cette e)Qpérience orig inale et féconde témoigne qu'il est possible de surmonter le contexte passionnel dans lequel le problème israélo·arabe est généralement abordé. " « Nous demeurons persuadés, concluait Charles Palant, qu'une solution pacifique est possible, dans le 'respect des droits et des intérêts légitimes des peuples en présence. J uifs et Arabes sont des hommes au riche passé de culture et de civilisation. Les uns comme les autres ont souffert de l'oppression raciste. Il est grand temps qu'à 'la pseudo· fata lité d',un affrontement ,sanglant, les hommes de bonne volonté substituent 'la perspective d'une coexistence pacifique, harmonieuse et fraternelle . " L'occasion leur semblait bonne. Lors d'un débat tenu à la Mutualité sur 'l'initiative d'étudiants arabes, un orateur - pour prouver que ses positions à l'égard d'Israël n'étaient pas fondées sur une hostilité raciste envers ,les juifs - avait appelé les participants à « s'enrôler dans des organisations, tel le M.R,A.'P., pour lutte'r contre toute manifestation d'anti· sémitisme ". Alors que le M.R.A.P. n'avait pris part ni à l'organisation ni au déroulement de la soirée, cette simple phrase devait servir de prétexte à un flot d'élucubrations malveillantes. On feignit de découvrir tout à coup qu'U y existe un litige israélo·arabe, et on attribua au M.R.A.P. lui·même tous les propos tenus à la Mutualité. Le M.R.A.P., affirma·t-on, « sert les intérêts arabes contre Israël », il est « l'ennemi du peuple juif ", etc ... Le plus violent de ces diffamateurs, la feuille intitulée « Notre Parole ", fut contraint de publier, sous menacel de poursuite, une longue mise au point de notre secrétaire général. D'autres, plus prudents" se contentèrent, comme Que ceux qu 'offensent de tels propos le fassent savoir ouvertement, plutôt que de se livrer à d'hypocrites accu. sations. Ainsi, ils se démasqueront sans équivoque. En fa it, ils se sont déjà démasqUés, et il ,leur en cuira, sans nul doute. En tout cas, leur « opération » malencontreuse a valu au M.R.A.P. de t rès nombreuses marques de sympath'ie (nous publions page 14, dans notre courrier, quelquesunes des leUres reçues) , et elle n'a pas empêché, bien au contraire, les adhésions de se multiplier. mettre avec un plan des lieux, et de saisir les autorités judiciaires aussi rapidement que possible, etc... • Commentant cette circulaire, 4: L'Eveil » de Nanterre» du 22 juillet écrit : « Ça va chang,er qnoi ces « mesures » contre tels travaillem's portugais venus en Fral1ce, cOlltrat de t'ravail en poche, avec l'accord de notre gotlvernement et des promesses Plein le crâne ? .: Et si les Fml1çais, qui en ont asse::: d'attendre un logement qui ne vi,ent pas, constnlisaient, eux aussi, n'importe où, une baraque pour abritel' lenrs gosses et leur propre existence ? Ponrquoi pas ?' « Cest tout ce qHe ce pouvoir gaulliste du progrès social leHT offriTait : des procès-verbau.'I: et les triblluau.'I: ? « C'est de tant cela (e t d 11 Teste) dont les F1'O'II çais, - com1l1e les illlmigrés, ont risse::. « Qn'à chawll, qui a le droit de vivre, dont on lltilis,e le trava,il, on donne un toit correct, il n'en del/lande /Jas 'plus. 4: Car il est bien temps maintel/ant de Pleurnicher sur l'enlaidisseme/lt de la banlieue ! « Qlti l'a voulll, sinon le pouvoir en plac,!! de par sa politique et ses besoins ! « On peut, mais on aura becZ1I prendre toutes les mesures qlte l'on veut, si l'on ne prend pas l'essentielle : permet/Te à t01lS c.es hommes, ces femmes, ces gosses, de vivre dig1/ement, Olt n'aura Tien l'églé que de bqvarder iUlttilelllellt. » HISTOIRE • Sociolog ie de la déportation COMBIEN d'hommes sont-ils morts, du fait du nazisme, pendant la Seconde Guerre Mondiale ? Les bilans, qui atteignent tous des chiffres écrasants, divergent toujours entre eux de quelques millions, pour des rai sons évidentes : les génocides, les bombardements massifs, les exterminations systématiques se sont faits sans comptabilité. En France, le Comité d'Histoire de la Gnen-e M o11diale a repris le problème à la base. Il a entrepris une étude scientifique de la déportatign, Les correspondants se sont mis à l'oeuvre, et cinquantecinq stati stiques départementales ont déjà été dressées ; c'est un travail long et patient, qui demandera quelques années encore avant d'être termin é. Les résultats obtcnus sont pourtant déjà concluants, 1\1. Ilenri Michcl, Secrétaire Général de la Commission d'histoire de la déportation, a présenté récemment une première synthèse dcs résultats (1), en comparant trois départements très disscmblables, le Pas-deCalais, région très industrialisée, le Tarn, essentiellcment rural, et !'Indre-et-Loirc, mi agricole, mi industriel, et que traversait en outre la ligne de démarcation. Dans les t1'Ois départements, les chiffres concordent pour di re que la majo- (1) Cf Le Monde dcs 14-15 aoÎlt 1966. Un proverbe dit : « Les chiens aboient, la caravane pas· se !.. » ,Bien qu'il soit arabe, Messieurs, vous auriez intérêt à le méditer. rité des déportés fment des résistants (893 dans le Pas-de-Calais ; 601 en Indre- et-Loire ; 100 dans le Tarn) ; puis vinrent les « raciaux » (251 dans le Pas-de-Calais, chiffre encore provisoire; 206 en Indre-et-Loire ; 92 dans le Tarn) ; enfin les otages et raflés (167 dans le Pas-de-Calais ; 216 en Indre-et Loire - chiffre plus élevé parce que les « raflés » l'étaient alors qu'i ls tentaient de franchir la ligne - ; 17 dans le Tarn) et les « droit commun » (7 en Pas-de-Calais ; 13 en Indre-et-Loire ; 4 dans le Tarn). La proportion plus forte de « raciaux » raflés dans le Sud s'explique par le fait que beaucoup avaient cru y trouver un refuge à l'époque de l'Etat français. Dans le Pas-de-Calais, les ouvricl's furent les principales victimes de la déportation

1.039, sur un total de 1.678.

Dans l'Indre-et-Loire, ce furent au contraire les fonctionnaires et les membres de professions libérales (258, contre 195 ouvriers). Dans le Tarn, pourtant département de maquis, le nombre d'ou-

  • DISTINCTION

Notre éminent ami, M. Marc·André BLOCH, professeur à la Faculté des Lettres de Caen, président du Centre de Liaison des Educateurs contre les Pré· jugés Raciaux (C.L.E.P.R.) vient d'être décoré de l'Ordre National du Mérite. Nous sommes heureux de lui exprimer nos chaleureuses félicitations. NOS JOIES Nous avons le plaisir d'annoncer la naissance de Rachel, fille de notre ami Sally N'DONGO, président de l'Association Générale des Travailleurs Sénégalais. N os meilleurs voeux au bébé et nos félicitations aux heureux parents.

  • Nous sommes heureux d'annoncer la

naissance de Véronique·Elvire, fille de nos amis Marcel et Evelyne MANVILLE. Qu'ils trouvent ici nos félicitations et nos voeux les plus cordiaux.

  • Nous apprenons la naissance de Lau·

rent, fils de nos amis Monique et Jean FRYCHER. Nos félicitations et tous nos voeux.

Nous avons appris le mariage de Mile Liliane DUDICQ, fille de nos amis An· toine DUdicq et Edith Buch, dirigeants du M.R.A.P. de Belgique, avec M. Jean· Pierre MERTENS. Nous leur présentons nos félicitations amicales et nos voeux de bonheur. vriers déportés (-72, dont 40 mineurs de Carmaux) dépasse largement le nombre c1'agriculteurs (13). Cela tient au fait que les maquisards, pris les armes à la mains, étaient presque toujours assassinés sur place. Dans les trois départements, le nombre de déportés « sans p1'Ofession » est également très fort , 304 en Pas-de-Calais, 277 en Indre-et-Loire, 83 dans le Tarn, Ce chiffre s'explique par la présel~ ce ~e nombreux réfugiés « raciaux », qUi n avalent pas, au moment de leur atTestation, d'activités professionnelles, et par le fait que, pour cette catégorie, les nazis raflaient la famille entière, femmes et enfants compris. Il n'est guère de bourgade française qui n'ait été touchée par les arrestations et les déportations, même dans les régions où la résistance était apparemment la moins active. Grâce à ces recherches méthodiques, on commence à discerner plus précisément, dit M. Henri Michel, « qnelle bataille la France a livrée entre l'été de 1940 et celui de 1944 ».

  • NOS DEUILS

C'est avec douleur que nous avons ap· pris la mort de M. Joseph SZTAMFATER, président de la Fédération Générale des Industriels Ar~isans et Façonniers, décédé brutalement à l'âge de 70 ans. Une délégation du M.R.A.P., conduite par Charles Palant, qui prit la parole au nom de notre Mouvement, rendit un der· nier hommage au grand ami, au dévoué militant que fut Joseph Sztamfater. Que Mme Sztamfater et sa famille trou· vent ici l'expression de nos sincères condoléances.

  • Il y a un an, mourait dans un accident

de montagne, Gaby ARCHAMBAUD, fils unique de nos amis, M. et Mme Albert Archambaud. Nous dédions un souvenir ému à ce jeune homme, victime de son courage et de son amour du sport et notre affectueuse sympathie à ses parents si douloureusement atteints.

L'écrivain Paul TILLARD est mort le 27 juillet, à l'âge de 51 ans, des suites de la maladie qu'il avait contractée en déportation, à Mauthausen. Son dernier ouvrage, « Le Pain des Temps maudits », sobre et bouleversant témoignage sur ce camp, s'était vu décerner une mention par le jury du Prix de la Fraternité, il y a quelques mois. Il avait reçu en 1958 le grand prix de la Société des Gens de Lettres et en 1962, le prix des Quatre Jurys. Nous exprimons à la famille de Paul Tillard et à l'Amicale de Mauthausen nos sincères condoléances. ______ 4 RENTREE ••• VOICI la rentrée d'octobre, la reprise active de nos travaux, l'impérieux appel du M.R.A.P. qui nous commande la vigilance et le combat. Car le racisme, lui, n'a connu ni trève, ni vacances. Pas de jour où ne nous parvienne des Etats-Unis b nouvelle de provocations, de violences du « parti nazi américain " , qui ose arborer publiquement ce t it re en une grande république dont tant de fils sont tombés pour abattre le nazisme. Pas de semaine où nous n'apprenions l'assassinat d'un noir, sans que jamais nous soit annoncé le châtiment d'un meurtrier_ La liberté sous caution semble automatiquement accordée aux délinquants racistes, tandis que la prison est réservée aux pacifiques disciples du pasteur Martin Luther King, coupables seu- PAR Pierre PARAF Président du M.R.A.P . lement de défendre un idéal auquel les Etats-Unis doivent leur naissance, d'exiger l'application de la loi sur 'l 'égalité des Droits qui coûta 'la vie à John Kennedy. Ils l'exigent avant qu'il soit trop tard, avant que la misère et l'injustice qui accablent les noirs américains déclenchent ce racisme antiblanc dont 'les oppresseurs aveugles, l'administration complaisante seraient les premiers responsables. MAIS à nos frontières, sur cette terre même où, il y a trente-trois ans l'hitlérisme prenait le pouvoir, des nazis s'efforcent de ressusciter ,les mauvais démons. Ils ressortent de lieurs oubliettes les aff,reux accessoires des crimes du passé. Ils tentent de réveiller en Allemagne et hors de fAllemagne la bête humaine jamais tout à fait endormie. Nul moyen ne fait défaut 'à ces nostalgiques du nazisme. Ni ,les mïlliards camouflés dans les banques, ni le concours de certaine presse e'xcitatrice de haines. Ni même la soif de ,publicité d'éditeurs et d'auteurs enclins par une mode de fausse objectivité à placer sur le même plan victimes et bourreaux. Le M.R.A.P. n'ignore rien de ces périls. Nous nous efforcerons de les détectel', 'loin de nous comme près de nous. CLAIR en ses desseins, énergique en son action, notre Mouvement doit réaliser les décisions de sa Journée Nationale, s'attaquer sur notre sol à tous les vestiges du racisme, faire sauter les bar,rières de l'isolement, des préjugés dont étudiants « de couleur » , travailleurs i mmigrés pourraient être ,victimes. Il 'lui faut s'informer loyalement, non seulement des manifestations de racisme, mais des conditions sociales, psychologiques qui leur donnent naissance. C'est, répétons-le, sous tous les horizons, sous tous les régimes que nous dénonçons le mal. A tous les hommes de bonne foi nous offrons le dialogue f raternel. ,Et lorsque nous y convions obstinément juifs et arabes, ce ne peut être que dans la 'loyauté, dans ,l 'amitié, dans le respect de tous les intérêts humains en cause, dans le droit de vivre de toutes les nations du Moyen Orient, dans la pleine sécurité de l'Etat d'Israël où tant de rescapés du grand martyr trouvèrent leur nouveau destin. UNE immense tâche nous incombe avec l'année de travail qui commence en octobre. La relative tranquillité de notre beau pays ne doit pas nous faire H1usion sur ,la réalité de dangers auxquels l'aggravation de 'la situation écono· mique ou internationale pourrait rendre une forme brutale. Mais les succès grandissants de notre Mouvement, l 'afflux vers nos rangs d'une jeunesse que le mot de racisme sensibilise au plus haut 'point nous encouragent et nous rassurent. Ce mot polarise assez d'indignation ,justicière, assez de cette haine de 'la haine, qui est une forme de l'amour, pour nous donner la force de combattre et la certitude de vaincre. r lt t\ll!,n;, tB ~À\ 'HIH, 15. Le fac-similé du télégramme par lequel Achenbach annonçait au x autorités nazies la déportation de 2.000 juifs QUI EST ACHENBACH? '943 : il télégraphie à Serlin pour annoncer la déportation de 2.000 juifs '966 : il est nommé président d'un groupe d'amitié franco-allemande LE groupe d'Amitié franco-allemande constitué au sein de l'Union interpar lementaire a élu récemment son président. Le personnage qui accède à ce poste honorifique n'est autre que l'ex-consei ller de l'Ambassade du Reich à Paris, Ernst Achenbach, qui exerça d'ai lleurs les fonctions d'ambassadeur par intérim durant la di sgrâce d'Otto Abetz, dont il fut l'adjoint de 1940 à 1943. Comme « ami » de la France, on ne pouvait trouver mieux !. .. Le 28 février 1941, Ernst Achenbach pa rticipe avec Otto Abetz à une conférence où fut fixée et préparée une série de mesures anti-juives en France : port de l'étoi le jaune, ségrégation dans les lieux publics, création de camps, etc ... Ernst Achenbach avec Dannecker, responsable de l'exécution de ces mesures, assure la liaison entre l'Ambassade et l'Institut d'Etudes des Questions juives, créé pa r les antisémites français collaborateurs de l'occupant. Dans une lettre datée du l "r juin 1942, le capitaine Séz ill e, qui a organisé avec l'aide d'Achenbach l'exposition « L e juif e t la Fm ll ce », le remercie d'ailleurs vivement pour son « action persoHnelle dans l'aPPlication des mesures prises contre les j uifs et ell particulier en ce qni concerne le port de l'étoile jal/Ile ». Le 15 févri er 1943, il signe un télégramme annonçant aux autorités naz ies, à Berlin, que 2.000 juifs vont être déportés vers l'Est en gu ise de représa illes .après l'attentat commis contre deux officiers allemands. Envoyé ensuite en Syrie et en Tunisie, il fut le derni er t-eprésentant cie Hitler auprès de Mussolini . Echappant, comme d'autres, à la dénazification, on le retrouve en 1949, député du Parti libéral au premier Bundestag. Membre du Parlement européen depuis 1964, membre cie l'Assemblée Consultative du Conseil de l'Europe, Ernst Achenbach dont le très lourd passé inspire les plus légitimes inqui études, revient auj01:1rcl'hui au premier plan cie la vie politique internationale. Que nous réserve 1'« amitié» a insi conçue ? UNE DELEGATION DU M.R.A.P. A L'AMBASSADE D'ALLEMAGNE -- - ------------------~ .. --.... -----------.-~---.~~- - Une délégation du M.R.A.P., conduite par Charles Palant, secrétaire général, s 'est rendue le lundi 11 juillet 1966 à l' Ambassade d'Allemagne à Paris pour exprimer l'émotion et l'inquiétude de l'opinion française devant les récentes manifestations de nazisme et de néonazisme en République Fédérale Allemande. Elle a déposé un memorandum où cinq pOints étaient développés. Tout d'abord, l'apparition et les progrès spectaculaires et inquiétants du N.P.D. (Parti National Démocrate) à la tête duquel figurent une forte proportion d'anciens nazis. Ce parti, qui a obtenu un pourcentage notable de voix aux dernières élections, et qui voit croître le nombre de ses militants, répand une idéologie dont les principaux thèmes sont la négation des crimes nazis, la xénophobie, le racisme, l'hostilité aux immigrés de couleur et aux peuples du Tiers-Monde, la mise en cause tles frontières de l'Allemagne, l'esprit de revan· che et l'exaltation d'un nationalisme belliqueux. Les rassemblements de SS qui, sous le couvert d'une association prétendûment d'entr'aide, la H.I.A.G., permettent le regroupement des anciens nazis, la valorisation de leurs « hauts faits » et Elie Kagan, La délégation du M.R.A,P_ à sa sortie de l'ambassade d'Allemagne. De gauche à droite Charles Palant, Marie-Louise Kahn, Marguerite Kagan, Germaine Rabinovicz les falsifications historiques destinées à masquer la réalité des crimes hitlériens, font l'objet du second point. Le troisième point du memorandum insiste sur le danger que représente l'extension des groupes d'extrême droite et l'augmentation du tirage de la presse néo-nazie ainsi que des livres et brochures répandant l'idéologie hitlérienne il souligne la nécessité de mesures énergiques tendant à mettre un terme aux agissements de ces organisations, et à leur propagande. La recrudescence des diverses manifestations d'antisémitisme : profanations de synagogues et de cimetières juifs, distribution massive de tracts antisémites, croix gammées barbouillées sur les monuments et sur les murs, est soulignée dans le quatrième point. Pour conclure, le memorandum demande le châtiment sans défaillance et sans prescription des criminels de guerre encore en liberté. Le conseiller Mullen, qui avait été chargé de recevoir la délégation, déclara ignorer la plupart des précisions contenues dans le memorandum, et assura qu'il transmettrait aux autorités compé· tentes les observations présentées par le M.R.A.P,


- - -------..-~"'••" """'·O"'CO·""I:!"'ia6?!iXi""i'OO(j:O:w~.RIl,:!5l!~m~:::~~

,) FLAMaF.1E 4QUOTIDIEN 21 - VII - 1965 --------- ( C' 1 Intl-u ~ - - ' . - 1 \ as l'I'IC; nn .t sYlPathl1 qua lis fore" nailllt\altatll$ 'U~Wlnes d'All ..... 9fl1 obut"tent la croluala du .:luveoent natfonalhta europ68l1 ln F",nce DIs Jo I!-. n"'. ço_ 'Nati on [lIrnPi-' 011 'Oauhch&-stud&nt~lrueI98'" donnent "'guÎI'relan: 1 ,,'es JnfQlWltlo", concerbant IN act 1.. . IUs cie leurs A.ls,. français, 1. . ProP051t 10 ! (\'O~11tsdl'Europe-~~.I~_~ "18Slpûl1J'"'~rt;)I)Ce capital, qu'on rr-aac., dts phéno.tmea tels qY' le fuch ••• t lt nttiontl-soclallSll8 aient lU réellement d~". Ct 1. sont pU Un "camp-école" raciste dans le Gard \ 1 les cIog •• IIWI"6Il)( du XVIII' s., ni 1., utopies d'lin lardsae déjà p'rld nI lin ~all'l'In" .. f.,.., Q'li P&uYGI't nous donner 1" a .... s nédssall"El:i à notre lutte, • _ft b scl&tICl ..:)dome. les décOllYeMN do la 9énétlqL18 ~n un .at uni c01lCllption ,....lhta do 1.01 Nec.l C'lit ainsi que JlEl/rope ln cOO6t"';tlon tnll/vero ses fondal "tWll)ns ,s.p,l,rl,t •ue•llN•: la " co.ns"cl"an c •• . ~t 1~. fh r"té. 'du'n'e, gr_anc1 8 "ra c,oi,. ~ • " ,~ : \ dlt'on, 011. ,an. ",01"" ... 1 " ... utorltor' d'" .",1 ho .... Il d'pa ... ," La violence i préd4c.tu.urs et ,lafl9aP' rf51l1L*lnt 'tirs l'avlnfr. L'HlstoU'o du ":tHonaire .. fnwlçab donne un exuple.de le. vigueur nationaliste deN: les pays blanc •• C'Nt aue: taito concapllon qu. J'apporta afll 4' callpKola cie 1. FU la salut nlcal de, naHonal"t" d'Alh.agne. crut not,.. [urop, COH&lna .,1 ad an ca",,,1 HonnlllqEIOIIE!I\. et f « l'idéologie» E DI TO RI.A ,L - 5m c :w"~CC~ 2.. OO~ .,.. coz • LE « Camp-école _'» de la Fédération des Etudiants Nationalistes s'est installé pour 10 jours, à partir du 16 juillet, dans le hameau de Goudargues, dans le Gard. Le camp fut à la fois d' « entraînement sportif » et de « formation idéologique ». Pendant dix jours, cette « formation» comprit des cours d'histoire, de géographie, d'économie et de « bio-politique , néologisme forgé par Europe-Action pour donner une apparence scientifique à ses thèses racistes. On peut juger du sérieux de l' « enseignement » dispensé au « camp-école );' en feuilletant le bulletin « Flamme », Qui y fut ronéotyp_é et diffusé quotidiennement. La morale y est définie comme un système « métaphysique dualiste », né « dans la zone de 1'Itétissage proche orientale » ; à cela s'oppose l' «: éthique, conception de la vie des occidentaux ». «: La souillure originelle, qui fonde le péché, poursuit « Flamme », est le souvenir inconscient du métissage. » Ces élucubrations « théoriques » ont d'ailleurs reçu l'aval d'un certain Heming Eichberg, représentant au camp des « forces nationalistes européennes d'Allemagne » qui approuve, dans un éditorial de Flamme, la «conception réaliste de la race» enseignée au « campécole ». La « franche amitié» qui régnait dans ce camp n'empêchait pas de prendre des mesures policières dignes des meilleures traditions : on a beau être entre gens de rang et de race privilégiés, on ne sait jamais ; un avis stipulait donc qu' « afin d'éviter l'infiltration an camp-école de missiv,es a1l0}Iymes et de mini-micros postaux (?), la Maîtl·ise a décidé d'ouvrir régulièrement le courrier reçu par les Amis ». L'an dernier, le 3' camp-école avait défrayé la chronique. Pour parfaire leur entraînement théorique et pratique, les responsables du c_amp diffusaient des bruits de canonade qui avaient fait croire aux habitants du lieu que ces curieux estivants pratiquaient des exercices aux armes à feu. Cette année, on avait veillé à ce que le contact avec la population soit meilleur : les habitants de Goudargues, maire et curé en tête, furent invités à un feu de camp, où on leur infligea un festival de chants 1: nationalistes ,». « ROUGE, ROSE OU NOl R » Ce folklore de la violence pourrait prêter à rire s'il n'obéissait pas à un :mobile bien précis : il s'agissait, au camp, de former les responsables qui vont avoir pour mission de préparer la campagne du M.N.P. (le Mouvement Nationaliste du Progrès) aux prochaines élections législatives. Le retour de la famille EBERLE Q u. ELQUES jours après ,que ,la délégation du MRA.P. ait· remis le mémorandum à l'ambassade d'Allemagne, divers événements 'eurent lieu qui ~ustifiaient pleinement l'inquiétudeexprimée dan,s ce 'document et dans la presse ouest-allemande devant la recrudescence des manifestations d'antisémitisme. C'est en effet 'le C( Spiegel » qui relate dans son numéro du 11 juillet 1966 !J'enterrement d'un 1uif au cimetière de Neheim"Hüsten, dans le Sauerland : au moment où le drapeau de la ligue sportive de Hruchhausen, dont faisait partie le mort, Priedrich Eberlé, s'abaissait pour un dernier salut, 'l'assistance découvrit avec stupéfaction que la hampe était « ornée » d'une croix gammée fraîchement peinte. C'était le point final d'une série de tourments qu'avait infligés ,la population du village à ,la famille Eber,lé depUis 1959, date de son retour en Allemagne ; le,s voisins interdisaient à ,181u'rs enfants de jouer avec les « petits youtres » ; le fils Eberlé se vit traiter de " trou du cul juif» et ,lorsque les parents dénoncèrent le coupable, leur plainte fut ,rejetée par ,le ministère public d'A'rnsberg pour... absence d'atteinte à l'ordre public. Dès lors, Mme Eberlé, qui avait été déportée ,à Ravensorück, et Friedrich, son mari, ,qui fut condamné en 1938 à trois ans de travaux forcés par 'les nazi,s, s:ubissaient sans pouvoir s'y opposer 'les « fan' taisies » anti.sémitiques de ,leurs concitoyens. Ruth Eberlé, leur fille, qui avait trouvé à l'école une croix gammée sculptée sur son banc 'et ,qui avait refusé de s'y asseoir f.ut exclue de l'école, La vitrine du magasin des Eberlé - ils exploitaient une entreprise de nettoyage - fut plusieurs fois br,isée et souillée de craohats et d'inscriptions injurieuse,s. Dans un magasin d'Amsberg, un vendeur apostropha les 'en,fants Eberlé : .. Vous êtes bien gentils, mais on a sans doute oublié de vous passer à la chambre à gaz. » Le curé du Village, Josef Schulte se serait borné à constater que C( des gens qui ne se placent pas sur ,le terrain de la vraie foi ne peuvent pas se voir reconnaître les mêmes droits que les autres ". L'histoire tragique des Eberlé, si elle reste un cas isolé, symbolise cependant un état d'esprit qui ne cesse de se développer en Allemagne ': croix gammées qui apparaissent 'régulièrement ici et là ; Inscriptions antisémitiques ': ,suries murs de Berlin-Ouest, on lisait en ~uillet der- 9ier : C( Longue vie à Adolf Hitler », C( Les juifs dehors », etc ... C'est aussi au mois de Ijuillet que des inconnus mirent le ,feu au Centre communautaire de Berlin-Ouest qui est en même temps le siège d'un hebdomadaire juif. Les dégâts ,s'élèvent à plus de 10.000 francs nouveaux. Les profanations de cimetières ne se comptent plus : à Mannheim, cent tombes ont été détruites ; à tuebeck, quarante- cinq pierres tomba:les ont été endommagées à ,la fin du mois d'août. C'étaient celles des lVictime,s des camps de ooncentration, morts après leur 'libération. Ces ,incidents prennent, parce qU'ils ont lieu en Allemagne, une envergure ,considérable. Comme ,l'écrit le chroniqueur de .. Die Welt '», C( Un Allemand de 1966 ne peut ignorer ce qui s'est passé à Auschwitz, Bergen-Belsen, Belzec et Theressienstadt. L'antisémitisme, 'pour des gens qui le savent, signifie la solidarité avec les assassins. » Solidarité avec les assassins, mansuétude coupable à l'égard de ces mêmes assassins, parodie de ~ustice - comme le prouve ,le verdict du second procès d'Auschwitz à Francfort -, 'réapparition de crimine'ls de guerre à des postes responsables, autant de signaux d'alarme ! tes autorités allemande,s se doivent non seulement de réprimer toute tentative de 'renouveau de 'l'idéologie hitlérienne, mais encore de balayer ,les séquelles nocives du nazisme. Dominique Venner, « théoricien » lu M.N.P., s'en est d'ailleurs expliqué daus Rivarol (28-7-66) ; pendant qu'au camp les « jeunes responsables recevront la formation qui leur permettra d'être les éléments moteurs de cette bataille ... notre équipe centrale travaillera sans désemparer pendant tout l'été pour '1nettre en place le dispositif de la rentrée. Cette campagne représente une chance que nous ne devons pas laisser passer ». L'extrême-droite demeure pourtant divisée - Tixier-Vignancour et son étatmajor se dédouanent le plus possible de ces racistes avoués, et de ces apôtres de la violence. Leur mouvement, l'ALliance républicaine pour les libertés et le progrès préfère jouer le jeu de la « démocratie »' (ce qui lui vaut le mépris des « durs» du M.N.P.). Mais il montre pourtant parfois le bout de l'oreille, lorsqu'il prétend être « contre le Commnnisme, qt~'il soit rouge rose Ott noir », ou pour l'amnistie totale pour les faits relatifs aux événements de la guerre 1939-1945. Il a lui aussi organisé son " camp-école », au domaine de Monclarde- Quercy (Tarn-et-Garonne), où pendan! 10 jours en juillet, 150 stagiaires ont aussi partagé leur temps entre cours de « doctrine politiQl~e » et exercices physiques. LES « ASPECTS INSTRUCTIFS» DU NAZISME Au delà même de la préparation des élections législatives, les racistes français continuent leur propagande. Les edltlOn:, Saint-Just, qui ont publié récemment C ombg.t pour Berlin, de Joseph Goebbels, ont entrepris une diffusion massive de l'ouvrage. Des tracts ont été distribués dans plusieurs villes de France p01!r vanter les mérites de cette prose A~1I1. sans doute d'aguicher le client, on lU! SIgnale, dans ces tracts, que le livre contIent notamment « ·une plat/che de tous l~s insignes du Parti N ational-S a Gia,ltsle ». Un autre dépliant, lui aussi largement diffusé, annonce la réédition des mémoires du colonel S.S. Otto Skorzeny, en des termes particulièrement significatifs

« La guerre de 1939-1945 ,est terminée depuis plus de vingt OtiS. Par suite des passions soulevées par ces si~ années de luttes et de combats, certains de s,es aspects Jes plus extraordinaires et les plus instrucjifs restent encore inCONnus ou méconmts. Nous nous proposons de combler cette lac1me et de vous proposer régulièrement des ouvrages et des doc1tments concernant cette période. » Les « aspects instructifs » de l'oeuvre de Goebbels, de Skorzeny et d'autres figures du racisme n'ont ùen d'inconnu ni de méconnu pour les millions d'hommes qui en furent les victimes ; ce qui est bien plus « instructif », c'est que des livres gui sont autant d'apologies du crime puissent être diffusés impunément. Une action vigoureuse des pouvoirs pub. lics serait nécessaire. Et aussi l'adophon des textes de lois soumis par le M.R.A.P. au Parlement. Une semblable législation, le Race Bill, a été adoptée en Grande-Bretagne : elle a rendu impossible le « travail » de la World Union of National-Socialists, de Colin Jordan et Françoise Dior. La W.D.N.S. a donc dû émigrer. Elle est venue s'inst~lIer à Marseille, où elle estime que rien ne viendra contrecarrer ses activités. Cette ville tend ainsi à devenir l'une des plaques tournantes de !'internationale néo-nazie : y sont déjà mstallés : l' J nternationale nordique prolétarienne (National- Socialist World Front), de Jean-Claude Monet, la section française de l'Aktion o d,er-Neisse, et un relais important des « réseaux Odessa », l'organisation clandestine des anciens S.S. 5 RESTONS VIGILANTS LE 30 juillet, on apprenait que Jean Barbier, ancien militant du Parti Populaire Français et coJ.Jaborateur de la police allemande à Grenoble pendant ,l'occupation, bénéficiait de la grâce préSidentielle. La surprise 'et l'émotion que suscita cette mesu're firent l'objet de pmtestations nombreuses et justifiées, Comment ne pas être indigné que soit gracié le tortionnaire de la Gestapo de Grenoble? La grâce accordée à l'assassin ds patriotes 'revêt une g,ravité qui dépasse 'les sentiments d'indignation ,et de souffrance ,ressentis par chaque rés,istant, et par tous les Français qui ont 'lutté courageusement au mépris des tortures et de la mort. Ce n'est pas le fait matériel que 'la peine de mort d'un traître soit commuée en réclusion à pe,rpétuité, qui nous inquiète, mais linterprétation qui en sera faite par ceux ,qui gar'dent un espoir 'que l'idéologie raciste, pour laquelle ~SèPhe J~CQÛIOT lils ont combattu, peut encore triompher. Le nazisme n'a pas été détruit parce que !J'Allemagne a perdu la guerre, et qu'elle n'a pas pu instituer l'hégémonie universel, le de 'la ,race germanique; ,les drapeaux à croix 'gammées sont Irepliés, ,ils ne sont pas détruits, « Entre tous nos sujets de déception, s'il y en a un qui demeure pénible, c'est l'espèce de faillite dont voici convaincue ,la civilisation. » Cette constatation empreinte d'amertume, 'que Duhamel faisait au 'lendemain de ,la pr'emière guerre mondia' le, aurait 'pu être d'actualité il y a vingt ans si des hommes ,et des femmes qui ont cru dans la civilisation ne s'étaient pas levés pour endiguer ,le déferlement de barbarie qui reste,ra dans l'histoire une des pages 'les plus sang,lantes ,et les plus déshonorantes pour l'humanité. Car jamais, n'avait été atteinte une telle perfection dans 'l'horreur, qui aurait pu faire douter de cette civilisation basée sur J'intelligence. Cette intelligence, ,qui aurait été anéantie, sans ,les énergies humaines ;qui ont jeté un défi plein de grandeur à ceux qui portent ,le crime d'avoir supprimé des millions de vies. Ceux-là qui sont morts dans ,les tortures, nous ont laissé gardiens et responsables' de la civilisation qu'ils ont défendue er sauvée ; ,la grâce accordée à un de 1eurs bourr,eaux doit nous rappe'ler que nous devons rester vigHants, étant Iles défenseurs permanents des grands intérêts communs, qui sont ceux de 'la 'raison, 'et de la civilisation. ! DES FAITS qui donnent A PENSER ... • VOTER 180 FOIS AU COURS D'UN MEME SCRUTIN : est-ce possible ? Oui, à la Réunion, affirment trois médecins de l'Ile, qui témoignent contre la fraude électorale que n'a cessé de dénoncer Paul Vergès, accusé d'avoir porté atteinte à l'intégrité du territoire national, et récemment libéré. .« VIETNAM : en jetant le chaos chez l'agresseur, l'Amérique sauve la paix », titre « Carrefour » dans un récent numéro. Les mots n'ont plus leur valeur absolue dans une certaine presse. • LES EMULES DE PETAIN « Carrefour » - encore lui - conseille la création d'un service civique semblable aux chantiers de jeunesse pour endiguer le trop plein d'énergie de la jeunesse actuelle . Travail, famille, patrie ! • LE DROIT DE GRACE DN PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE s'exerçant en faveur de douze condamnés de l'O,A.S:, a permis la libération, entre autres de Jean·Marie Vincent, l'auteur du plasticage qui rendit aveugle la petite Delphine Renard. • LE « COLONIAL OFl·'ICE » - le ministère des Colonies anglais - a disparu. Dix-huit territoires sous administration britannique justifiaient insuffisamment son existence. C'est un signe des temps. 6 ILqllB I~ lE S IJ) Irt 0 IJ) 0 S • • • EST.IL encore possible d'émettre, à propos du racisme et pour le condamner une fois de plus, des arguments neufs méritant la publicité ? - Je n'en suis pas convaincu : j'estime, pour ma part, que dans la conjoncture actuelle, ,les positions sont prises et bien prises. En dépif des massacres, dont les théorjes racistes furent et sont encore responsables, et bien que l'horreur en ait .émU! profondément les populations, .racisme, antisémitisme, nationalisme, bellicisme représentent des hérésies, qui n'ont pas été extirpées des ,esprits de notre temps. Certains leur attribuent même un pouvoir de renouveau, prélude à une croissance prometteuse d'expansion. Plutôt que de prêcher contre ces périls une nouvelle croisade, de dresser les élites contre les responsables de cette agitation et de ces propagandes, de flétrir leurs paroles et leurs actes dans des réunions publiques, de rédiger des ordres du jour, de manifester dans la rue, je souhaiterais, en médecin que je suis, que soit prévue et si possible organisée une prophylaxie de ces fléaux, dont souffre encore notre humanité et qu'elle puisse en être protégée dans l'avenir, comme elle l'est aujourd'hui contre les grandes épidémies qui, si souvent dans le passé, ont ravagé le monde. Pour assurer à cette prophylaxie son efficacité, il convient tout d'abord d'analyser ,les conditions propres à faciliter l'éclosion de ces maladies. J'en distingue, pOur ma part, deux, que je considère comme fondamentales : la misère' et 'l'ignorance. par Pierre .La misère et l'ignorance sont habituellement associées et leurs origines souvent communes. J'entends par ignorance l'absence d'un ·Iangage commun, :Ia préservation des dialectes, l'analphabétisme. Certes, il m'apparaît infiniment souhaitable, que soit prévu et favorisé un large accès à une véritable culture ; encore faut·iI qu'aupara. vant les éléments ,indispensables aux échanges et aux ·relations intellectuelles, aux discussio~s, aient été assurés à l'ensemble de la population, que cel'Ie-ci ne soit pas maintenue dans une condition de servitude et dans l'incapacité de juger toute propagande qui lui serait offerte, et, éventuellement, de lui résister. Avant de créer des Universités, mieux vaudrait, dans, un 'premier temps, diffuser un enseignement élémentaire accessible à tous et dans ,lequel une part pourrait être accordée à expliquer aux enfants, dans un langage à leur portée, les nécessités de la condition humaine, les droits et les devoirs de tous ,les hommes, les principes essentiels de la véritable 'liberté, les exigences qu'impose le respect du prochain. Dans les masses, ainsi dégrossies, éclairées, 'la culture pourrait ensuite recruter les élites et les cadres, dont la ,formation lui incombe. Je suis persuadé, qu'une organi· sation ainsi conçue, permettrait une éducation civique propre à priver ,le racisme de ses recrues et à retirer à ses prosélytes ,leurs pouvoirs de conviction. Utopies, illusions que tout cela, dira·t·on sans doute ; je concède bien volontiers ,la part qui WERTHEIMER La misère, de notre temps, est ïns,tituée et entretenue par une économie demeurée en désaccord avec les facteurs géographiques et climat iques, les ressources du sol ou du sous-so,l, 'les possibilités de l'équipement, la satisfaction des besoins élémentaires de la population, ou bien protesseu r honora i re leur re'vient, mais n'en demeure pas· moins fidèle à cette opinion, que l'élimination du racisme, fabo. lition de ,la guer.re, réclament aujourd'hui le recours à un effort en profondeur, en vue de 'lutter contre la faim, de réduire les ter·ritoires sur lesquels sévit la misère, de répandre l'instruction, et qu'une As· sociation, comme ,le M.R.A.P. se doit de participer activement à toute entreprise de ce genre et de à la taculté de médecine de Lyon maintenue dans cet état de déséquilibre par les institutions sociales et politiques : la mise en 'tutelle des habitants par ,le moyen de la colonisation, la confiscation des libertés au profit d'un gouvernement autoritaire. Ces diverses situations se prêtent aux développements passionnels, que certains intérêts se plaisent à encourager dans ·l'espoir de détourner l'attention des problèmes essentiels : la jalousie, les rancoeurs 'Poussent à 'la haine, aux représaiUes, au massacre. Pour ces raisons, il est nécessaire que notre Mouvement maintienne sa position et développe ses informations sur les problèmes économiques et politiques, par lesquels les pays d'Afrique, d'Asie, des Antilles, de l'Amérique latine sont concernés, et soutienne toute proposition et toute tentative, susceptibles de leur apporter une solution propre à les arracher à cet état de misère, tel que j'ai tenté de le définir sommairement. Ces pays ne sont pas les seuls à le connaître et à en souffrir : lia situation des Noirs aux Etats·Unis, celle de certains peuples européens légitiment les mêmes appréhensions_ militer en sa faveur. J'estime, pour ma part, qu'il convient de rappe· 1er ces déclarations de Paul Valery: « Les hommes qui, comme moi, tiennent sur toute chose à l'esprit et d'autre p art abhorrent la guerre , doivent agir contre la gue rre par les voies de l'esprit, et je n'ente nds pas, par ces mots, désigner les harangues , 'les déclamations, les résolutions, car ce sont des actes de violence, qui n'exclu ent pas l'âme de la guerre, s ' ils s emblent condamner la chose. » Dans nos paroles et nos actions, inspirons·nous de ces propos. Ils trouvent ,leur app.Jication dans la 'poursuite des aspirations chères à notre Mouvement. Ils nous invitent à désarmer ,le racisme, l'antisémitisme, les nationalismes agressifs, à leur retirer les faci 'lités et les motivations, dont leur vitalité s'alimente. Mieux que les pancartes, les clameurs, ,les poings levés., ·Ies menaces, 'la cons· truction d'un monde .plus clément, plus éqUitable, capable de réflexion et de compréhension, pourra, un jour, offrir aux peuples de lia tel't'e des matins, qui chanteront véritablement la paix et la bonté entre tous les' hommes. AFRIQUE DU SUD DE VERWOERD A VORSTER PAR une ironie du sort que peut seule expliquer l~ . c r iminell~ incohérence d'un reglme fonde sur le racisme c'est par un « petit blanc » qu'a été a~sassiné, le champion de l'apa rtheid H end r ick Verwoerd ; un petit blanc qui lui reprocha it (dit-on) de « fai re trop pour les nègres » et pas assez pour les blancs déshérités. Le pa radoxe est a isément explicable. En Afrique du Sud, comme aux Etat sUnis,- ou jadis en Algérie, les « pet its blancs » étaient souvent les plus V irulents

persuadés qJ1' ils éta ient que la

promotion des « indigènes » allait leur faire perdre leurs très maigres « privilèges ». En Afrique du Sud, par exemple, les Syndicats off iciels mili tent pour une ségrégat ion accrue qui permet de maintenir pour l' « élite » blanche des salaires plus élevés. Quant aux Syndicats démocrat iques, il y a beau temps qu' ils ont été dissous, et leurs dirigeants emprisonnés. L' imprégnat ion raciste de la mentalité populaire blanche, et la divisÎon qui en r ésulte entre travailleurs blancs et noirs, sert d'ailleurs admirablement les inthêts de la g rande industrie; en jouanf les uns contre les autres, elle bénéficie d'une « paix sociale » qui lui permet de distribuer à ses actionnaires les dividendes les plus élevés du monde. V erwoerd, donc, est mort. Son successeur, Balthazar J oannes Vor ster, hier encore ministre de la Just ice, était son bras d roi t. Verwoerd était le théoricien de l'apartheid ; Vorster en est le technicien

c'est lui qui mit au point les

« lois sur l'immoralité » qui interdisent sous peine de prison tout mariage et toute relation sexuelle inter raciaux , c'est lui surtout qui promulgua la sinistre « loi des 180 jours » qui permet le kidnapping l é~ill de n'importe quel citoyen sans decision judicia ire, sans la moindre justification ; comme au bout des six mois une nouvelle garde à vue de 180 jours peut être décrétée, cela revient à dire que n'importe qui peut être empr isonné sans le moindre recours possible. 1 + 1 Vorster manifeste, plus encor e que son prédécesseur, des sympathies nazies. Il fut « général » de l'organisation « 0 ssewa Brandwaer » qui fut, pendant la Seconde Guerre Mondiale, une véritable cinquième colonne dans l'Afrique angla ise. Il organ isa notamment des sabotages pour ralentir l'effort de guerre antinaz i de la Grande-B retagne ; cela Hendrik Verwoerd lui valut d'être ar rêté, en 1942, et d'être interné jusqu'en 1944. Au Gouvernement de Prétoria, il disait volontier que Ver woerd était un « modéré », et qu' il fallait « aller plus loin ». Quant aux 11 mill ions d'Africains du Sud que l'apartheid r éduit à l'état de béta il, ils n'ont pas à choisir entre la peste et le choléra : c'est la même lutte qui continue, dans des conditions à peine différentes. Leur principal mouvement de Libération, l'A.N.e. (Afr ican National Cong ress) l'a rappelê au lendemain de l'assa ssinat. Albert Lévy, Secrétaire national du M.R.A.P ., interviewé à ce prop.9S par l'O.e.O.R.A. ( Office de Coopération Rarliophonique) pour une émission destinée à l'Afrique, a apporté aux Africains du Sud en lutte l'ent i.ère solida rité des anti- -- 3 Si vous apportez à « Droit et Liberté » deux abonnements, vous gagnez un troisième abonnement GRATUIT d'un an, dont Vous pouvez faire bénéficier' un ami de votre choix. ATTENTION: Cette offre n'est valable que jusqu'à la parution de la nouvelle formule de Droit et Liberté. racistes français : « Il est compréhensible, a-t -il déclaré notamment, (Jlt' une politique fondée sur la vio/,ence fav orise inévItablement, par le climat qlt'elle crée, le recours à la violence de la part des forces politiques et aussi des individus. « Le régime d'apartheid qui sévit en Afrique du Sttd représente en fait U t! état de guerre, entre les oppresseurs racistes et la masse des Africains opprimés. Cet état de guerre se traduit par l'emprisonnement des leaders noirs et de leurs défenseurs, par des massacres, comme celui de Sharpeville, des ex écu- Belgique tions, des mesures arbitraires de caractère fascist,e, par les véritables camps de concentration que sont les réserves et les « Bantoustans », par les souffrances, la misère, les brimades quotidiennes qui jrappent la populat'ion noire. « CeUe-ci, en dépit de moyens terriblement inférieurs, 1'éagit sous des formes diverses, entre autres, depuis tm certain temps, la lutte armée. « Au moment où le Docteur V,erwoerd connait une fin sanglante, nous ne pouvons -pas ne pas penser aux milliers de victimes, à tout le sang ve rs~ PM le régime' qu'il incarnait. » UN NAZI EST-IL RESPONSABLE? FIN juillet 1965, les habitants de la rue Haute, l'une des artères com· merçantes de Bruxelles, eurent en s'éveillant une sinistre surprise : sur plusieurs vitrines, des croix gammées avaient été pei:1tes, accompagnées d'inscriptions identiques à celles des pro· fanateurs de cimetières juifs d'Allemagne.

« Nous reviendrons » . Le M.R.

A.P. - Belgique fit alors une démarche auprès du ministre de la Justice, pour insister sur la nécessité d'une enquête rapide. Le coupable, Pierre Van Avernaet, fut bientôt arrêté avec deux complices. Il pleura, promit de ne plus recommencer

le trio fut relâché. Trois

mois plus tard, la rue Haute était de nouveau couverte d'inscriptions nazies, jusque sur la chaussée. Arrêté de nouveau, Van Avernaet reconnut les faits. Une enquête plus sérieuse révéla ses attaches avec une organisation néo·nazie. Comme il n'existe pas plus en Belgique qu'en France de législation réprimant le racisme, Van Avernaet fut poursuivi pour inscription illégales et pour injures. A la surprise générale, le Procureur du Roi demanda l'internement

de tels actes, prétendit-il, relèvent

de la folie, et ne sauraient être considérés comme des injures. Van Avernaet fit appel. Au cours du second procès, où les parties civiles étaient représentées par Mo' Buch, Claessens et Bauthier, ses propos antisémites et xénophObIes convainquirent le tribunal que sa responsabilité était entière. Le délit d'injure ne fut pourtant pas retenu : le prévenu fut condamné à un an de prison pour inscriptions illégales. Les attendus de ce second jugement précisent que Van Avermaet est en effet d'un niveau limité d'intelligence, et que sa formation intellectuelle est quasi nulle. Mais la répétition du délit, après une première arrestation, témoignait d'une intention particulièrement méchante de nuire, ne serait·ce que par le rappel des tortures et des massacres perpétrés par les nazis à des personnes qui ont souffert soit personnellement, soit dans leurs liens familiaux, de la barbarie antisémite. D'autant que Van Avernaet n'a manifesté ni regret, ni souci de réparer le dom· mage matériel. L'accusé a signé son pourvoi en cassation. L'affaire sera donc jugée une troisième fois, très prochainement. Nous en reparlerons. LE M.R.A.P. - BELGIQUE EN DEUIL Le 30 juin dernier, le Comité national du M.R.A.p. - Belgique perdait un de ses membres les plus exemplaires : Hertz Jospa. La vie toute entière de Hertz Jospa fut consacrée à la défense des opprimés, à la lutte contre - le ' racisme et l'antisémitisme. Dès 1935, il fonde en Belgique un Comité pour la défense des prisonniers politiques roumains (il est lui-même roumain d'origine) . Il est ensuite du Prokor, comité d'assistance aux juifs allemands chassés par le nazisme. Grand résistant après l'invasion, il sera déporté à Buchenwald, d'où il reviendra tuberculeux. Rétabli après un an de sanatorium, U reprit aussitôt ses activités. Outr(' ses fonctions au M.R.A.P., il était nrésident de l'Union des résistants juifs. Il était aussi l'un des meilleurs spé· cialistes de la culture et de la littér ature juives. LA I-IAINE EST LEUR METIER MEME ceux qui rép,ugnent à lire le journal Minute, sont malgré eux, accrochés près des kiosques par des titres énormes et proYoquants, par des manchettes de couleur déposées comme des pancartes, et dont la lecture, en passant, fait l'effet, chaque fois, d'un jet de boue qui nous éclabousserait. ou noirs , ne sont pas les causes de nos désordres, il en sont les symptômes. Si nous et notre gouvernement, savions mieux consacrer ,nos ressources aux hôpitaux, aux logements, aux écoles d'apprentissage, aux centres profeSSionnels, par priorité, ils n'en seraient pas là (qu'oll y songe, au temps des élections) . Il ne sont pas les accusés de notre temps, mais d"une certaine manière et bien plutôt ils en sont les juges : ils sont les signaux ave rtisseurs, les baromètres e.nregistreurs, les 'révélateurs de nos comportements exacts. Ils nous renvoient et nous retournent notre authentique visage de Français : ils nous enlèvent ces il lusions d'être des humanistes, (ce sont des masques en pa- Toujours le même ton, toujours les mêmes Hccusations, et la même désignation de's mêmes coupables : les Algériens, les hommes basanés, dans no s. rues, sont vites 'responsables de tels crimes et de te'ls viQlls. S'ils sont malades, ils deviennent • parasites » de la Sécurité Sociale, et lorsqu'on a fini ,de parler d'eux, on change de disque et l'on crie « alerte aux noirs », alerte à leur invasion e,n 'France: ils viennent eux aussi voler le pain des Français! Saisis de malais'e et d'un certain dégoût, devant des insinuations qui 'reviennent aussi régulièr,ement ,à la surface, selon un mécanisme monotone, (elles sont un perpétuel alibi) , nous aimerions mieux, en silence, continuer .notre 'route, car nous ne sommes pas du tout disposés à offrir une publicité supplémentaire à ces men- P4R le pasteur Etienne MATHIOT songes ... Mais comme ces invectives chroniques, font partie d'un plan concerté, et, puisqu'en même temps, tout un secteur de l'opinion est visé, nous devons dénoncer qu'il y a là, une entreprise qui vise à éveiller, à répandre et à ,entretenir la haine raciale, en la dis.ti'llant comme 'Un poison, ou, en la lançant dans Ile grand public, à la rencontre des passants, à la manière d'un croc-en-jambe, destiné à faire tomber les gens mal informés. Nous parlons de mensonges., car ,le mensonge ne consiste pas à dire toujours et seulement des contre-vérités. On peut mentir à partir de faits exacts (.et nous 'ne tomberons pas dans !e piège de discuter des 'événements, qui, hélas, tOnt très bien pu se produire ... ). Mais nous di's'Ûns que le mensonge réside dans la manière de présenter

Ieschoses, dans cette façon d'extrai,

re ,et d'utiliser toujours dans le même sens, des faits, et dans cette méthode surtout, ,qui ,consiste à généraliser Mt'ivement, et volontairement, en refusant toute analyse, Si luatre Nord-Africains sont coupables, tOn conclut que les 300.000 travailleurs algériens doivent être refoulés au-delà de la Méditerranée. Là, se tient exactement la mauvaise foi. La mauvaise foi se .ramène justement à l'opération de pens,er constamment une chose, et de s'en détourner constamment. Une surexp'loitation Car 'les propagandistes de cet injuste procès savent très bien que les prévisions du 'v' Plan exigent ,l'embauche d'immigrants - il ne faut rien en dire - ils savent aussi que les Algériens produisent, au dire des économistes, dix fois plus qu'ils ne consomment, et que nous en sommes bénéfioiaires - mais cela non plus ne doit pas être dit... Ils save,nt mieux encore, 'que les emplOiS 'difficiles, pénibles, donc socialement dépréciés, sont de plus en plus délaissés par les nationaux (te,rrassement, mines, forges ... ) : il ne faut pas en souffler mot. Ils savent que les Algériens migrants acceptent les travaux qui contraignent au nomadisme, et que cette main-d'oeuvre qui est d'une 'extrême mobil'ité est pour Ile patronat de France une aubaine précieuse - irrenplaçable. Ils savent aussi que 130 ,années de colonisation ont Ilaissé un pays très ,incomplètement organisé... et que l'Algérie a quatre ans ... Mais il est plus facile de mànier l'injure, que d'ouvrir une explication. Sachons pourtant que des dossiers sérieux existent, cependant, et nous ne 'Sau' rions trop conseiller par exemple, l'étude de la revue ({ Hommes et Migrations» (1). tes deux millions 1 /2 de ,travailleurs étrangers sont indispensables à l'économie nationale. Mais comment les recevonsnous? Au lieu des campagnes de haine absurdes et criminelles il faut consulter sur ces problèmes réels, les rapports que préparent 'les syndicats (C.G .T. et C.'F.D.T.). Il s 'agit de réclamer l'égalité des droits en faveur des travaiHeurs ,venus de l'étranger_ Des accords souvent sont pas,sés entre les ,gouvernements respectifs de chaque nation, mais les intéressés ,les lignorent - d'ürd inaire. Pour que les Africains ne soient pas livrés pieds et poings liés à la 'smexploitation des chefs d'entreprise, et aux trafics immondes de nègriers modernes et de marchands d'hommes, il faut 'obtenir pour tous, des ,contrats de travail, et des conventions coHectives. Il s'agit de constituer 'Ie front uni ,de toute la classe 'Ûuvrière et de soude'r les unes aux autres les différentes catégories de travailleurs, autrement dit, il es,t nécessaire d'intégrer solidement les immigrés, ajoutant aux nôtres oJeurs revendications particulières. Une paillasse pour trois hommes Une autre source d'informations « mensongères » au sens 'expliqué plus haut, est trouvée dans la criminalité et dans la délinquance. Mais 'là encore rien n'es,t dit sur la situation générale , ni sur les conditions de vie qui sont faites aux migrants noi,rs ou blancs. Quand on voit les bidonvilles qui sublES VIOlS D'AlGÉRIENS AssËiéUtU martyre de Chantal PAR ~i At rrJ .'. ,. .~r rrJ lNivosré reuse às LGfR/ENS! la :::~: vent à vos crocnefS , __ ~ML'. Des titres qui agressent les passants dans la rue sistent autour de Paris comme 'une sordide couronne de planches, de baraques et de boue, 'quand on découvre 'cette nou, velle ,e zone », pire 'que celle d'avant-guerre, et qui s'étale ou qui se cache non loin des ,grands ensembles, de haut standing (il ·arrive que l'on voit de ses yeux, le contraste) , Iquand on songe à cette popu, lation de plus de 60.000 personnes, qui s'y entasse, comme on le fait dans 'les réserves de la ségrégation,quand on découv, re, et pas seulement à Alf.ortville, ces e pensions-meublés » (mais peut-on encore parler de ,pensions ,et de meubles ?), dans lesquel,les ,une même paillasse est louée trois fois en 24 heures, à trois noirs différents (. .. ?) pour y dormir trois fois huit heures, successivement, on s'étonne vraiment qu'il n'y ait pas davantage encor. e d'insurrections 'et de gestes oCr,iminels. Car la violence qui consiste à tenir en respect et éloignés, des êtres asservis, se prépare à nous revenir un jour, sous une autre forme, à la manière d'un boomerang ... En 'Sorte que c·eux qui se taisent sur ces réalités, et qui les masquent et les camouflent, sont disqualifiés pour parler. Ils ne 'recherchent pas les causes des désordres, ils s'acharnent à savourer et à collectionner les méfaits de certains, ils mutilent la vérité, ils n'ont plus d'autorité. Nous devons leur tourner ,le dos, d'autant plus que le drame existe sur une très ,vas, te échelle. Le climat général favorise la délinquance, 'la période jus'tement qui HCcompagne 'et suit le temps de nos guer, res racistes, a vu se démol'ir tant de constructions de ,la morale des adultes, qu 'aujourd'hui un gigantesque défi est jeté à toutes les censures, et à tous les respects que les comportements de guerre avaient si allègrement trans'gressés. Les SOCiologues, les médecins, les juristes nous Signalent ces « délitscollectifs . , accompliS par de jeunes blancs, déracinés, et qui illustrent la dégradation générale ... (cf « Le Monde » 1-9-66) . Seuls sont qualifiés pour nous averti,r, ceux qui posent 'Ies problèmes ,largement, et Iqui du même ,coup nous enseignent que nous sommes tous menacés - toutes les nations et toutes 'Ies races - 'Sur ,la même planète. La haine raciale, qui choisit ses délinquants, 'est intellectueJ.lement absurde, comme 'elle est moralement odieuse et spirituellement insoutenable. Le seul chemin intelligent « Travaillons à bien penser, voilà le fondement de la mora,le. » Sur ces questions brûlantes comment che'rcher à bien penser ? En décelant rigoureusement d'abord les erreurs optiques volontaires, par lesquelles toute une presse puissante s'acharne à nous déformer l'espr'it. • Eliminer les fausses accusations. Les migrants, qU 'ils soient nord-africains pier), et nous disent : « Ce que nous sommes devenus chez vous, exprime une partie de ce que vous êtes avec nous. » • Eliminer 'les fausses sécurités. ,Ils 'sont insensés aujourd'hui ceux qui nient la solidarité de tous les hommes entre 'eux. Le globe n'est pas un'e somme d'unités séparées, il est 'Un gigantesque ens'emble, uni par des réciprocités infinies. Qu'une partie de ,l'humanité soit dans 'l'abondance (même relative) et une autre parti,e dans 'l'es détresses de lia faim, constitue une situation qui ne durera pas toujours. La loi qui régit les goroupes ,humains est l'osmose ... et nous sommes menacés par la situation des autres, celle que nous leur créons, ou celle que nous ,laissons se créer. • Eliminer la fausse bonne conscience. ta troisième ·eneur consiste à nous vanter d'être plus ou moin's, les bienfaiteurs de ,ces étrangers venus de leur 'lointain continent, pour trouver chez nous ce qu'ils n'ont pas chez 'eux. En réalité, nous sommes leurs débiteurs et leurs obligés, 'car, à y bien rega'rder, le niveau de vie auquel nous tenons tant en Europe, nous le leur devons, il ne peut être atteint et maintenu, que grâce fi cette multitude d'étrangers qui ont accepté une véritable « déportation du travaN », dans des conditions souvent inhumaines d'existence. Ces 'quelques remarques nous chargent d'un tourment dont 'i'I est 'impossible de se défaire : la situation de la main-d'oeuvre étrangère peut être présentée comme une « nouvelle colonisation D. Cela doit entraîner pour nous d'inquiétantes 'et utiles réflexions. Il serait 'Souhaitable 'que 'les Ambassades des pays irégul'ièrement insultés, manifestent d'une manière ou d'une autre, qu'elles ont entendu et ressenti l'injustice. Car les journaux n'ont pas à ·se permettre n'importe quoi. La liberté de la pr,esse n'a jamais signifié la ,liberté de la diffamation. -Dans ,la vieille sagesse des Hébreux, un commandement de Moïse briNe d'un très vif éclat: il pourrait devenir un article de ce « code permanent de la ,route humaine ", que nous avons à suivre, non seulement pour éviter 'les collisions et les 'explosions, mais pour rendre la vie, à tous', habitable. Le voici: « L'étranger qui es,t dans tes portes, vous ne l'opprimerez pas, vous l'aimerez comme vous-même ... " (Lévitique 19-34) . -Dans cet 'esprit nous voulons répondre aux couplets impérieux et nous savons de plus, que le chemin 'que nous prendrons, ains'i, 'nous éloigne de 'l'absurdité, de la haine ; il est d'ailleurs le seul chemin à suivre qui soit « intelligent D. (1) 6, rue Barye, Paris-XVII' . 7 Ce que la presse raciste ne dit pas Des conditions de travail déplorables « Quand on sait que les accidents du travail sont deux fois plus nombreux chez les Nord-Africains que chez les autres travailleurs, on se dit que la main-d'oeuvre de Boumedienne nous coûte cher. » Minute (21 juillet 1966). Etrange façon de voir ! - Le ~4 août 1966, deux ouvriers du chantier de la voie express du métro de Paris, Ahmed Bersali et Omar Benaïz, ont étc pris sous un éboulement, place de la Concorde. L'un est mort, l'autre blessé. - A Grenoble, le 14 septembre, une grue géante s'effondre à proximité d'une ligne à haute tension (63.000 volts). Les règlements de sécurité en vigueur n'avaient pas été respectés. Bilan : six morts électrocutés, dont trois Algériens. - Sur le chantier Maine-Montparnasse, le 15 septembre, deux manoeuvres, dont un Algérien, sont gravement blessés par la chute du plateau d'une grue. - Les médecins estiment que, dans les bidonvilles des banlieues françaises, la proportion de tuberculose est sept fois plus élevée que la proportion normale. N'est-ce pas plutôt cette main-d'oeuvre qui paie fort cher la « grâce » qui lui est faite d'accomplir les travaux les plus durs et les plus dangereux ? Des viols « b ien d e chez nous » • Trois agents ont été jugés par la 14 Chambre Correctionnelle de Paris, le 29 avril dernier, pour outrage public à la pudeur et violences à l'encontre d'une jeune fille de 26 ans. (Le Monde, 30 avril 1966.) Dans la nuit du 9 au le décembre 1964, les trois agents avaient arrêté la jeune fille, l'avaient fait monter dans le car de police où ils avaient abusé d'elle. • Le 28 juillet dernier, trois habitants de Saint-Denis ont agressé une jeune fille de 15 ans ; sous la menace d'un couteau, ils l'ont fait monter dans une voiture, l'ont emmenée hors de l'agglomération et ont abusé d'elle. Deux des trois agresseurs, Claude T. et Bernard R., se sont constitués prisonniers. (L'Humanité, 28 juillet 1966.) • Trois jeunes Parisiens en vacances à Saint-Jean-de-Monts ont violé une estivante de 21 ans après l'avoir entrainée dans la forêt. Identifiés par la gendarmerie, ils ont été arrêtés. (Le Monde, 24 août 1966.) Minute, Rivarol et consorts estiment sans doute que ces viols-là, commis par des non-basanés, ne méritent même pas qu'on en parle. Pour des raisons é lectorales « Les riverains du quai d'Alfortville sont vraiment les habitants les plus déshérités de notre circonscription ... depuis deux mois environ, un phénomène nouveau et inquiétant s'est produit... et ce sont encore les habitants du quai qui en ont été les victimes. » (Une guinguette a été achetée par un Nord-Africain.) « L'inquiétude commença à monter parmi les habitants du quartier en voyant littéralement « débarquer » tous les jours de nouveaux « habitués » algériens, tunisiens, marocains ou africains... » « L'inquiétude a fait place maintenant à la colère. Les riverains se sont plaints à la mairie : les femmes n'osent plus sortir seules ; elles ne sont pas tranquilles pour leurs enfants. » (Cette prose est tirée du n° 1 de Seine· Marne, nouveau périodique qui couvre la banlieue est de Paris, Maisons-Alfort, Charenton, Saint-Maurice, Alfortville. Ce journal, distribué gratuitement, paraît depuis juin dernier pour préparer la campagne électorales de M. Alain Griotteray aux futures élections législatives. Voici deux ans, les arguments racistes furent utilisés, lors des élections municipales, par la liste d'opposition à Nanterre. Ces arguments n'avaient heureusement pas trouvé d'écho dans le corps électoraL) Le bouc émissaire • Une jeune étudiante en médecine se plaint à ses parents d'être suivie depuis plusieurs jours par deux Nord·Africains. Le lendemain, elle disparaît. Affolée, sa famille alerte la police. La jeune fille est bientôt retrouvée, dans l'est. Sa disparition était une simple fugue. (Les journaux, juillet 1966.) • En Lot·et-Garonne, une épicière de soixante-douze ans est poignardée dans sa boutique. « C'est un Nord-Africain )), dit l'unique témoin, un enfant de treize ans, Finalement, l'enfant avoue : c'est lui le coupable ; il a voulu faire « comme dans les bandes dessinées )), (Le Monde, 13 juillet 1966.) Chicago •• LES NAZIS OCCUPENDe la non-violence au « Pouvoir • «S I N« GUEnS' sreeuml omntoeyze nd ands'e nvo sf inairrb reasv ~»c. nègres : les ext.erminer ». Les cns sont hurlés par des visages hameux! !es pancartes portées à bout de bras 0)1 ftxees sur d'énormes Cadillacs bondees d hommes en armes et qui maraudent sur le pourtour du ghetto noir .d~ Chicago! le lugu~re West Side immortahse par le fIlm que Ion sait. A trois miHe kilomètres de l'Ala~ama, les racistes méprisent les symboles de,suets du Ku-Klux-Klan ; ils se ra!hent a ~m symbole plus moderne ; la croIx gammee. Dans la seconde ville des Etats Ul11S, les nazis tiennent la rue, Leur Fuhr ~r, Lincoln Rockwell, a été arrêté le. 29 a0l:lt dermer, pour « désordre sur Zr: vme pubh9.u,e:) ; 11 a été détenu une demi-heure, et hbere sous une caution de ... 25 dollars. Fidèles et journalistes l'attendaient ~ la porte d? co~~missariat

ses premiers mots, d~s qu II

apparut, furent pour dire 9-u'on allait continuer en cherchant les negres chez eux ; des groupes de choc du P~rti nazi américain vont manifester, au mOIs de septembre, en plein West Side. A Chicago, les troubles ont commencé au mois de juillet. Tout le monde. savait que l'été n'allait pas passer sans ddf!(:ultés raciales graves. l\Iart1l1 Luther K1l1g avait lui-même attiré l'attention des pou," oirs publics , ur l'imminence du ~~ril. La seule incertltuclc qUI dpllleul"u t. _ c etait de savoir où, dans quel getto - Vv atts,. llarlem Cleveland ? - l'étincelle allait Jaillir. Le début de l'été fut torride, d~l.1~s tout le nord-est cles Etats-Unis. Le 13 JUillet, JI faisait 38° à l'ombre à \Vest Sicle. C'est alors que la police alla fermer les bouches d'eau sous lesquelles s'ébattaien~, pour se rafraichir, les gosses du quartIer ; . elle fut reçue à coups cle pierres et de bouteilles, et les bouches d'eau restèrent ouvertes. Le lendemain, les forces de l'ordre contre-attaquèrent

ce fut une véritable batl;ille ; la

fusillade fit cleux morts - deux nOirs, dont une fillette. - Le surlendemain, 1.500 gardes nationaux, çasqué~, en battle-dress,

avec jeeps équipées de l111tradleuses, 111vestissaient

-West S'ide. { P r~te.,te futile », écri vit la ,g:.ancle piesse mternatlOnale en relatant 101 Ig1l1e de ces scènes d'émeutes. VOIre. Car enflll, le détail est rév élateur ; si les enfants noirs des ghetto vont s'ébattre sous les bouches d'eau, c'est pa rce que ~a quasI totalité des locrements y sont clepourvus d'installations' de douche, et même d'ea~ courante. La carence va plus lO1l1 ; I! n'existe à T/lest Side ni piscine, ni sta,de: m bibliothèque, ni crèche, ni aucune r~a!tsation sociale. L'eau potable est fourme 'par des compagnies privées, qui se SouCle~t moins clu service public que du profit maxImum

dans cette 'métropole à la croi,s~ance

anarchique, il n'est pas rare, aux pen ocles Deux faits positifs La Cour d'appel de la. Nouve~leOrléans a annulé le 16 aout dermer le verdict condamnant à mort deux noirs Edgar Labat et Altin Poret, accu;és du viol d'une femme bl~nche. La cour a estimé que le procE!s ne se déroula pas dans les :onditlOns d'impartialité requise, du f~ut n~tamment qu'aucun Noir ne figurait au jury. Cette victoire intervient après tre~ze ans de maquis procédurier ; treize ans et quatre mois que les. deux hommes - qui n'ont pas cesse de p-:ocla. mer leur innocence - ont passes en prison. Ils ont battu le re~ord de l'attente ; Caryl Chessman lUi, ~ttendit onze ans dix mois et sept Jours avant d'être exécuté. Deux membres du Ku·Klux-Kl~n viennent par ailleurs .d'étre cond~es en Géorgie. Ils aV'alent assaSSLne .le 11 juillet 1964, un professe~r ~O!r, Lemuel pell militant intégratIonniste. Le jury de' l'Etat, entièr.ement composé de blancs, les acqwtta. Contre cette complicité inique, le tribunal n'eut encore que .le recours d'une astuce juridique. Il mculpa les deux hommes non pas pour me~tr~ (ce qui n'entre pas dans. ses. attr~b" ,.ionsJ mais pour « conspIratIOn Yi' sant à priver un citoyen .de ses dlOOitS civiques ». La peine maximum prevue dans ce cas est de dix ans de prison ; c'est elle qui fut prononcée. de canicule, que l'eau manque. Dans ce cas, c'est toujours le ghetto noir que l'on rationne en premier. La ségrégation change de visage Les incidents de Chicago, ceux de Harlem de Cleveland et d'Atlanta, qui ont déf;ayé la chronique pendant ces mois de vacances viennent confirmer ce qu'on avait déduit des émeutes et de la répression qui ensanglantèrent Watts, le ghetto noir de Los Angelès, en 1965 : la lutte antiraci ste, aux Etats-Unis, change de visage. Voilà dix ans que le gouvernement .fédéral a lancé les premières attaques legales contre le raci sme séculaire des Etats du Sud. Après la longue bataill~ ?e rintégration scolaire, deux étapes leglslattves., ont défrayé la chronique de ces deux, de~'meres années . en 1964 fut abohe la segregation dans le; transports et les lieux. publics ; en 1965 fut enfinsarantt le drOIt de vote dans les Etats racistes clu Sud. Dernier volet du triptyque, une lég:islat}?n fédé~ale, en cours d'élaboration, clOlt, d ICI le d~but 1967 abolir les discriminations en matière de l~crement. Le vieil héritage de l'esc!avagisl~ e est ~n passe. de disparaître, au niveau des lOIS clu mOl11s. Aussi bien les observateurs ne manquentils pas de souligner que le vieux sud perd la vedette dans toutes les chromques du racisme ; ~lepuis quelques ~nnées~ c'est dans le nord où - se plalt-on a souhgner - le noir est légalement l'égal du blanc, que les affrontements se multiplient et se durCI Ssent. , C'est que la législation n '~st qu ~n ,domaine parmi bien d'autres ou la segregation raciale peut se mamfester ; dans le nord et l'ouest inclustriels, où l'immigration noire est récente, la ségrégation est ressentie essentiellement comme un phénomène économique. Les migrants noirs quittent donc le. vieu:...: sud allèchés ou contral11ts par les cltspantés' économiques qui partagent le pays ; la première ségrégation qu'Ils res s entlro~lt clans le nord est celle du logement ; Il n y a pas le choix : c'est le ghe.tto, vétuste et surpeuplé. A Harlem, le mOl11dre deuxpièces est loué 480, à 59~ francs .; aucup logement nouveau n V a ete construIt depUiS 1920, malgré un afflux incessant de pO'pulation

des caves, des garages, des remises

DES PREJUGES TENACES Un sondage d'opinion a été mené cet été par l'institut Louis-Harris pour le compte du magazine Newsweek ; il compare l'évolution des réflexes racistes chez les Américains blancs entre 1963 et 1966. Pour être véritablement significatifs, les pourcentages obtenus devraient tenir compte des régions - nord ou sud ? ville ou campagne ? - différentes. Tels quels, ils donnent pourtant une idée d'ensemble assez peu satisfaisante, en dépit d'une légère amélioration. 1963 1966 Refusent le voisinage d'un Noir au restaurant . . .. .... .. .. . ... . . 20 % 16 % dans l'autobus .. . .... . . ... . . .... . ... ... .. . 20 % 16 % dans le logement ................... ... . . 51 % 46 % Refusent d'essayer un vêtement déjà passé par un Noir ..... . 36% 28 % Interdisent à leur enfant un flirt avec un Noir ............... . 90% 88 % Ne tolèrent pas le mariage mixte d'un ami ou d'un parent ... . 84 % 79 % La croix gammée, « sym· bole du pouvoir blanc », est désormais revendiquée (Jar les racistes américains, qui font Ja chasse aux manifestants intégration· nistes, à Chicago et ail· leurs. Le chef des nazis américains, Lincoln RockweU, qui est l'un des principaux meneurs des mani· festations racistes, et dont cnaque dIscours est un appel au meurtre,. a été arrète... une demI-heure. (Photos Associated Press.) ont été aménagées, plutôt mal qu~ bien ; le moindre logement est surpeuple, ce qUi n'empêche pas quelq,ue 30.000 sat:s-logls de dormir au petit hasard des encOIgnures ~t des bouches de chaleur. 30.000, cela fait 5 % de ia population d~ Harlem; • Ces chiffres sont les resultats cl enquetes sociologiques approfondies. Mais il est permis de pense~ sans grand rJsqu~ d'~rreur que les autres ghettos « afro-amen ca ms », selon rexpression nouve11ement consacrée, ne sont pas mieux lotis. Encore le logement n'est-il que la première déconvenue. Vient ensUite le travail. « Dernier à l'embauche, premier au licenciement » disent les Noirs en parlant d'eux-mêmes. Bien qu'en principe égaux en droits et en devoirs les noirs n'ont généralement pas de form~!ion professi?nnelle . ils jouent, dans 1 economle amencaine, 'le rôlë que tie~nent dans, l.'économie européenne les travailleurs algenens, portugais et afric3:ins : main-d'oeuvre au rabais, toujours ;lssez heureuse de tr~)Uver d~ !ravail pour être cl'une ex?mpl~l1re doclhte .. Les économistes ont etabh que le ml11lmum vital pour une famille new-yorkaise moyenne - un couple et deux ou trois enfants - , de 6.000 dollars par an (30.000 francs ). Or, à Harlem, le revenu familial moyen ne dépasse pas 3.500 dollars. Ailleurs, la situation n'est pas meilleure . à Watts, la ségrégation scolaire n'exist~ pas - mais les écoles n'existent pas non plus : les quelques-unes qui fonctionnent prennent leurs élèves à mi-temps ; cette improvisation est catastrophique ; Watts compte plus de 10 % d'analphabètes. Dans d'autres écoles de Los Angelès, il existe des places en surplus. Mais les enfants de yVatts ne peuvent pas y aller : la ville est énorme - près cle 100 kilomètres dans la plus grande dimension - et les transports urbains défectueux et chers (les privilégiés de Watts, ceux qui ont chance d'avoir un emploi dans les quarti blancs, d~pensent parfois le quart de II salaire en tr,!nsP9rts). La légitime défense Une association charitable se créa po tant à Los Angelès, la Transport a-d foundation, qui -se donna la mission d' surer le ramassage scolaire à Watts à d tination des quartiers privilégiés. L'as ciation réussit à recueillir 30.000 dollé de quoi tenter une . expérience d'une , née, au profit de 230 écoliers de Wa Le résultat fut irréprochable, et l'assoc tion demanda aux autorités de générali l'expérience : il fallait 300.000 dollars p assurer à Watts une l'elati ve scolarisati C'était un palliatif relativement peu 0 reux. Il fut pourtant rejeté. Watts n'est pas un cas particulier. C explique pourquoi la lutte antiraciste 1 aujourd'hui, en train de changer de visa Les jeunes générations noires ne veul plus entendre parler d'associations ch, tables, et la non-violence qui fut l'ar essentielle des intégrationnistes cède de [en plus le pas à ce que les nouveaux 1 ciers nomment la « légitime défense ». d'autres termes, il s'agit de rendre c( sur coup, et de ne plus revendiquer « 1 place il la cuisine », comme disait le po noir Langston Hughes, mais le black pm.! ce « pouvoir noir » qui effraye, clepuis début de l'été, tous les commentateurs. En fait, la revendiçation clu black po~ n'a qu'un rapport assez lointain avec portrait qu'en a tracé, dans sa major la grande presse. Certains ont été jusq parler cle « racisme extrémiste noir , veut« détruire tout ce qui est blanc l excellente occasiqn de renvoyer tout monde dos à dos, et d'enrôler l'oppressl et l'opprimé clans une même réprobat condescendante ou agressive. Un nombre croissant de Noirs am( cains jugent que la lutte non-violente faveur des droits civiques s'avère un éd Le Ku-Klux-Klan tire sur James ;\1éréd et les nazis de Chicago assonmlent Mar Luther King, qui sont pourtant des mo rés. En 1966, il faut aller plus vite et p loin : un nouveau slogan s'est ancré d: les masses noires, Fre,edom 1/0W, la libe tout de suite. Cette divergence de tactique n'est ) le résultat d'un banal conflit de génératio UN SINGULII Cinq cent mille exemplaires d'u pamphlet raciste ont inondé les écol€ des Etats-Unis. Il n'est pas un inst tuteur, pas un professeur d'universit. qui n'ait pas reçu le sien. Ce pan phlet « Les conséquences de la déSt grégation scolaire ,. se veut une dénOi ciation des « périls ,. que fait couri aux U.S.A. le « mélange des races Son auteur, le professeur Henri Ga. rett fut le président - aujourd'ht retraité - du département de ps: chologie de l'université de Columbi: Ce singulier psychologue veut réhl biliter la th~e de l'infériorité me! tale et biologique des Noirs sur l€ Caucasiens (?). « Le mélange de races dans les écoles, écrit-il fait bai! ser le niveau moyen des études, el cour~e la « frustration », l'absentéism la délinquance, les mariages mixtes ! rend probable la défaite des Etat! Unis d::.ns un conflit futur. ,. Bien évidemment, Garrett se défen de détester les noirs. « Ce sont de St perbes animaux musclés quand il sont en bonne santé » concède-toi Mais il aligne une quantité énorme d chiffres, de pource.ntages et de stati: tiques pour « prouver » que le que tient intellectuel moyen des noirs e! AZIS OCCUPENT LA RUE 1 DES PREJUGES TENACES Un sondage d'opinion a été mené cet été par l'institut Louis-Harris pour le compte du magazine Newsweek ; il compare l'évolution des réflexes racistes chez les Américains blancs entre 1963 et 1966. Pour être véritablement significatifs, les pourcentages obtenus devraient tenir compte des régions - nord ou sud ? ville ou campagne ? - différentes. Tels quels, ils donnent pourtant une idée d'ensemble assez peu satisfaisante, en dépit d'une légère amélioration. 1963 1966 Refusent le voisinage d'un Noir au restaurant ................. . 20 % 16 % dans l'autobus ... . ...... . .. ... ........... . 20 % 16 % dans le logement ............. . ...... . .. . 51 % 46 % Refusent d'essayer un vêtement déjà passé par un Noir ..... . 36% 28 % Interdisent à leur enfant un flirt avec un Noir ............... . 90% 88 % Ne tolèrent pas le mariage mixte d'un ami ou d'un parent .. . . 84 % 79 % La croix gammée, « sym· bole du pouvoir blanc ", est désormais revendiquée (Jar les racistes américains, qui font la chasse aux manifestants intégration· nistes, à Chicago et ail· leurs. Le chef des nazis américains, Lincoln RockweU, qui est l'un des princi· paux meneurs des mani· festations racistes, et dont cnaque I1lscours est un appel au meurtre, a été arrete... une demi·heure. (Photos Associated Press.) ont été aménagées, plutôt mal que bien ; le moindre logement est surpeuplé, ce qui n'empêche pas quelÇL.ue 30.000 sans-logis de dormir au petit hasard des encoignures et des boucbes de chaleur. 30.000, cela fait 5 % de la population de Harlem. (les privilégiés de Watts, ceux qui ont la chance d'avoir un emploi dans les quartiers blancs, d~pensent parfois le quart de leur salaire en tr~nsP9rts). La légitime défense Une association charitable se créa pourtant à Los Angelès, la Transport a-child foundation, qui se donna la mission d'assurer le ramassage scolaire à Watts à destination des quartiers privilégiés. L'association réussit à recueillir 30.000 dollars, de quoi tenter une. expérience d'une année, au profit de 230 écoliers de \Vatts. Le résultat fut irréprochable, et l'association demanda aux autorités cie généraliser l'expérience : il fallait 300.000 dollars pour assurer à Watts une relative scolarisation. C'était un palliatif relativement peu onéreux. Il fut pourtant rejeté. Watts n'est pas un cas particulier. Cela explique pourquoi la lutte antiraciste est, aujourd'hui, en train de changer de visage. Les jeunes générations noires ne veulent plus entendre parler d'associations charitables, et la non-violence qui fut l"arme essentielle des intégrationnistes cède de plus en plus le pas à ce que les nouveaux leaders nomment la « légitime défense ». En d'autres termes, il s'agit de rendre coup sur coup, et de ne plus revendiquer « uue place à la cuisine », comme disait le poête noir Langston Hughes, mais le black power, ce « pouvoir noir » qui effraye, depuis le début de l'été, tous les commentateurs. En fait, la revendication du black power n'a qu'un rapport assez lointain avec le portrait qu'en a tracé, dans sa majorité, la grande presse. Certains ont été jusqu'à parler d~ «.racisme extrémiste noir ;), qui veut« detrmre tout ce qui est blanc » . excellente occasiqn de renvoyer tout l~ monde dos à dos, et d'enrôler l'oppresseur et l'opprimé dans une même réprobation condescendante ou agressive. Un nombre croissant de Noirs américains jugent que la lutte non-violente en faveur des droits civiques s'avère un échec. Le Ku-Klux-Klan tire sur James ~,[érédith et les nazis de Chicago assonmlent :\[artil~ Luther King, qui sont pourtant des modér és. En 1966, il faut aller plus vite et plus 10111 : un nouveau slogan s'est ancré clans les masses noires, Fre,edom 110Hl. la liberté tout cie suite. Cette divergence de tactique n'est pas le résultat d'un banal conflit de générations. La lutte non-violente pour les droits civiques et l'intégration garde toute son audience au sein de la bourgeoisie et de l'église noires. Le sous-prolétariat noir, quant à lui, posé le problème en termes de revendications sociales autant que de droits naturels. Les premiers veulent pouvoir s'asseoir dans n'importe quel restaurant ; le second exige un « Plan Marshall» en faveur des ghettos noirs-américains. James Meredith souhaite que les Etats-Unis l'emportent au Viet-nam car il se dit « fi,.o"," ri'appartenir à une nation forte» ; Cassius Ck_ devenu champion de boxe à force de faire le coup de poing dans les rues de Harlem, réponcl : 4: Je n'irais pas au Viet-nam pour tuer mes frères, les nègres asiatiqloes ». Un sens très clair Deux grandes organisations intégrationistes, le CO.R.E. (Congrès pour l'égalité raciale) et le S.N.CC (Student Non-Violent Coordinating Comittee) ont abandonné cette année le mot d'ordre de non-violence pour celui cie « légitime défense », et la revendication d'intégration pour celle de « black power ». Qu'entendent-ils par là ? Le mot anglais power ne signifie pas seulement pouvoir mais aussi puissance. Mais laissons plutôt une journaliste américaine expliquer de quoi il retourne ; Ida Lewis, cette journaliste, écrit clans la revue américaine Life, et son te.,te sur le black power est paru en France dans le Figaro Littéraire ; ni l'un ni l'autre cie ces périodiques ne peut être soupçonné de partialité en faveur cie l' « extrêmisme noir ». « Pour quiconque connaît l'histoire des Etats-Unis, la formule a un sens très clair. Il s'agit nj plus ni moins que du pouvoir du groupe. Les Américains qui ont des intérêts communs ont l'habitude de voter par groupes pour exercer leur influence politique. Il en fltt ainsi a'1/ec Les groupes religieux comme les mormons, les jllifs, les catholiques, avec des groupes économiques comme les syndicats, les industriels, les médecins et les fermiers, avec des groupes ethniques comme les Irlandais, les Italiens et les Polonais. Il est indubitable que les Noirs américains possèdent une communauté d'intérêts et d'action qui, en portée, dépasse de loin celle des autres grottpes de la société américaine. Pourquoi, dès lors, le « pottvoir noir » signifierait-il la mort noire, comme le prétend si éloquemment Ro.v Wilkins, de la N.A.A.C.P. 1' ... » ... « Le mOl/vement noir, dont le « pouvoir noir » est lme phase importante, passe de la protestation (morale) au plan politique. Il soutient que la liberté véritable, ce n'est pas seulement la liberté d'action, 'l'nais le fad de participer an pouvoir. C'est lin éveil politiqll,e du peuPle noir. » Il l}'est clone pas exact de prétendre que la lutte antiraciste change d'objectifs. Elle a simplement accédé à une étape nouvelle, moins dangereuse en elle-même que par le fait que tout progrès réel multiplie les rési stances et exacerbe la passion raciste des extl'émistes blancs. « Il semble, écrit encore Ida Lewis, que Le plus grand danger qui existe, ce n'est 'pas de voir les Noirs américains se retourner avec lme terrible violeHc€ contre les Blancs, mais les Blancs se tourner avec fureltr contre les Noirs. C'est exactement ce qui se passe à Chicago. Georges CHATAIN Ces chiffres sont les résultats d'enquêtes sociologiques approfondies. Mais il est permis de penser sans grand risque d'erreur que les autres ghettos « afro-américains », selon l'expression nouvellement consacrée, ne sont pas mieux lotis. UN SINGULIER PSYCHOLOGUE Encore le logement n'est-il que la première déconvenue. Vient ensuite le travail. « Vernie'r à l'embauche, premier au licenciement » disent les Noirs en parlant d'eux-mêmes. Bien qu'en principe égaux en droits et en devoirs les noirs n'ont généralement pas de formation professionnelle

ils jouent, dans l'économie américaine,

le rôle que tiennent dans l'économie européenne les travailleurs algériens, portugaIs et africains : main-d'oeuvre au rabais, toujours assez heureuse de trouver du travail pour être d'une exemplaire docilité. Les économistes ont établi que le minimum vital pour une famille new-yorkaise moyenne - un couple et deux ou trois enfants ,de 6.000 dollars par an (30.000 francs). Or, à Harlem, le revenu familial moyen ne dépasse pas 3.500 dollars. Ailleurs, la situation n'est pas meilleure

à vVatts, la ségrégation scolaire

n'existe pas - mais les écoles n'existent pas non plus : les quelques-unes qui fonctionnent prennent leurs élèves à mi-temps ; cette improvisation est catastrophique : Watts compte plus de 10 % d'analphabètes. Dans d'autt'es écoles de Los Angelès, il existe des places en surplus. Mais les enfants de vVatts ne peuvent pas y aller : la ville est énorme - près de 100 kilomètres dans la plus grande dimension - et les transports urbains défectueux et chers Cinq cent mille exemplaires d'un pamphlet raciste ont inondé les écoles des Etats-Unis. Il n'est pas un insti· tuteur, pas un professeur d'université, qui n'ait pas reçu le sien, Ce pamphlet « Les conséquences de la déségrégation scolaire » se veut une dénonciation des « périls » que fait courir aux U.S.A. le « mélange des races ». Son auteur, le professeur Henri Garrett fut le président - aujourd'hui retraité - du département de psy· chologie de l'université de Columbia. Ce singulier psychologue veut réhabiliter la th~e de l'infériorité men· tale et biologique des Noirs sur les Caucasiens (?). « Le mélange des races dans les écoles, écrit-il fait baisser le niveau moyen des études, encourage la « frustration », l'absentéisme la délinquance, les mariages mixtes et rend probable la défaite des Etats· Unis d~ns un conflit futur. » Bien évidemment, Garrett se défend de détester les noirs. « Ce sont de superbes animaux musclés quand ils sont en bonne santé » concède·t·il. Mais il aligne une quantité énorme de chiffres, de pourcentages et de statis· tiques pour « prouver » que le quo· tient intellectuel moyen des noirs est de 80 là où il est de 100 chez les blancs. Le professeur Edwin Davis, membre de l'Association de l'Education Nationale riposte que ces idées ne sont pas neuves, qu'elle auraient pu être excusables, d'un point de vue scientifique, en 1920, et qu'il se fait fort de prouver, en sachant manipuler des données statistiques, que un égale deux. Mais lorsqu'il oppose à Garrett les conclusions de la psychologie or· thodoxe, qui ont prouvé que le développement de l'intelligence résulte plus de l'environnement que de l'hé· rédité, et que le retard culturel de la communauté noire-américaine est ~ausé par son oppression séculaire, Gar· rett répond que ce n'est là que le point de vue d'une « majorité bruyante )l. Il prépare un nouvel .ouvrage sur la {( destruction de la race blan· che par le métissage ». Qu'un raciste, fut·il universitaire, puisse élucubrer de la sorte, cela n'aurait que peu d'importance s'il ne se trouvait des puissances financières assez considérables pour l'éditer (sous le nom anodin de Patrick Henry Press) à 500.000 exemplaires, et pour diffuser gratuitement cette triste prose à travers les cinquante Etats des USA. LE CAHIER 1 UN cahier grand format de 104 pages, sous t'imprimerie officielle du gouvernement a dirigeants des organ'Isations antiracistes, le hauts fonctionnaires. Tiré à un nombre restreint 1" et 2 juin à la Maison Blanche, et qui avait po Unis_ En fait, la .conférence elle-même, con ·voquée spectaculairement par le président Johns.on, 'en Iréponse aux revendications pressantes des Noirs, ne pouvait revêtir, dans le cadre et la durée fixés, qu'un caractère symbolique. Les participants, dIvisés en douze sous-oommissions, n'eu ·rent pas ·la possibilité de se :réunir en 'séance 'pléniè~e. ,Ils se bornèrent à commenter et ,à compléter sur les points particuliers qui leur étaient impartis, les .observations et 'les recommandations contenues dans le document préparatoi're. Il a manqué un débat général, ·une synthèse qui aurait pu permettre, 'à partir d'un bilan approfondi de lIa situation, de ooncrétiser un plan d'action sy,s,tématique, d'·en éche, lonner rationnellement l'application, de préciser 'les mesures administratives et financières à mettre en oeuvre. 'L'intérêt principal de la conférence réside donc 'Surtout dans le 'rapport établi au pr.éalable, dans les quatre chapitre,s, et les 104 pages du ,cahier jaune, dont les délégués ont souligné ·le sérieux et r 'esprit constructif. S'il 'reste, après comme avant la conférence, à déterminer de quelle façon, par ·quels moyens et dans quel ordre seront réalisées les tâches qui s'imposent, du moins ce 'rapport a-t-il 'le mérite d'en dresser le catalogue détaillé, et de les motiver par une analyse irréfutable. A ce titre, ,il constitue, en quelque sorte, une charte pour l'émancipation des Noirs américains ; mais à le lire, on est frappé par la multiplicité des obstacles qu 'i l faudra surmonter pour éliminer le racisme, ses causes et ses conséquences. Et l'on se demande si , dans l'état actuel des choses, les pouvoirs publics sont à même d'assurer, voire de tenter, un tel bouleversement ... LA CRISE LA PLUS AFFREUSE Abordant tour il tour les questions de l'emploi, de l'enseignement, de l'habitat, et de ·l'administration de la Justice, les auteurs se sont gardés de toute grand i· loquence. II ne s'agit pas d'un manifeste, mais d'une étude sociologique. Même SI, parfois, au détour ,d'une phrase, perce -!'indignation ou l'amertume, c'est toujours avec 'la plus grande rigueur que sont présentés ,les faits . Et les faits, dans leur nudité, suffisent bien , il est vrai, pour que nous ressentions l'horreur et féten· due de 'la misère noire. « Il n"est pas, pour ce pays, peut-on lire, de crise plus affreuse et plus pressante que celle qui résulte de l'insécurité économique des Noirs américains ( ... ) Le chômage des Noirs prend les proportions d'un désastre. Même dans Ile cadre de l'actuelle expansion économique, le taux de chômage, pour les Noirs est d'environ 7 %, soit 'plus du double du taux des Blancs_ » Alors que ,les Noirs représentent 11 % de la population des Etats-Unis, plus de 20 % des chômeurs sont noirs. Dans certaines régions, comme le quartier de Watts, à Los Angeles, 4 Noirs sur 10 sont chômeurs. tes statistiques font aussi apparaître que les Noirs restent plus longtemps sans travail que 'les !Blancs ; plus souvent qu'eux, ils ne trouvent à s'employer qu'à mi-temps, et doivent accepter des travaux et des salaires au-dessous de leur qualification. Le Irapport note , par exemple .qu'un Noir ayant fréquenté l '.école pendant 16 années gagne, en moyenne, moins qu'un Blanc qui n'est allé en classe que 10 ans. le chômage frappe tout particulièrement la jeunesse noire : 19 % des adolescents de 16 à 21 ans ne trouvent pas ,de travail, soit, là enc·ore, le double du taux des Blancs. Lorsqu'il est embauché, le Noir connaît enCO"re l'inégalité. Les travaux les plus pénibles, ,les plus sales, les plus mal payés sont généralement son 'lot. Il est manoeuvre, domestique, employé subalterne. Et, indi,que ,le rapport du cahier Ijaune, « les femmes noires travailleuses sont les plus pauv'res des travailleurs pauvres. » Il n'y a parmi 'les salariés noirs que 20 % d'emp'loyés alors que le pourcentage est de 50 % pour ·les .Blanos. 7 % des travail· ,leurs noirs appartiennent aux professions libérales ou occupent des fonctions de techniciens, soit deux fois moins ,que les Blancs ... Quant aux ouvriers ag·ricoles sans terre, ·ils comptent, en proportion , trois fois plus de Noirs que de .slancs. SEGREGATION POUR 90 % DES ENFANTS Si l'on considère les revenus, on constate qu'ils sont deux fois plus élevés en moyenne pour une famille blanche que pour une famille noire. Parmi les petits fermier,s noirs du Sud, 10 % seulement « ci~ ph de pa iVri ba s'~ au n sc ce po A:I, tel ca no an qu M: le: an ql rÉ d' El m pt ta El 3' d y, 5: l'E dl jo dé YI hi N, H o dE m ql BI s' .ql n' el SE y tr bl. CE m ql Cl Iii L ju al pl Ct LA RUEr La lutte non-violente pour les droits CIVIques et l'intégration garde tout.e . son au- dience au sein de la bourgeOisie et de l'église noires. Le sous-prolétariat noir, quant à lui, posé le problème en termes ~e revendications sociales autant que de droits naturels. Les premiers veulent pouvoir s'asseoir dans n'importe quel restaurant ; le second exige un « Plan Marshall» en faveur des ghettos noirs-américains. James Meredith souhaite que les Etats-Unis l'emportent au Viet-nam car il se dit « fi"n .. rl'appartenir à 'une nation forte » ; Cassi us C,~. devenu champion de boxe à force de faire le coup de poing dans les rues de Harlem, répond : 4: Je n'irais pas au Viet-nam pottr tuer mes frères, les nègres asiatiques ». Un sens très clair . Deux grandes oq?;anisations intégrationistes, le C.O.R.E. (Congrès pour l'égalité raciale) et le S.N.C.C. (Student Non-Violent Coordinating Comittee) ont abandonné cette année le mot d'ordre de non-violence pour celui de « légitime défense », et la revendication d'intég ration pour celle de 4: black power ». Qu'entendent-ils par là ? Le mot anglais power ne signifie pas seulement pouvoir mais aussi puissance. Mais laissons plutôt une journaliste américaine expliquer de quoi il retourne ; Ida Lewis, cette journaliste, écrit dans la revue américaine Life, et son te.\:te sur le black power est paru en France dans le Figaro Littéraire ; ni l'un ni l'autre de ces périodiques ne peut être soupçonné de partialité en faveur de l' « extrêmisme noir ». « Pour quiconque connaît l'histoire des Etats-Unis, la formule a un sens très clair. Il s'agit nj plus ni moins que du pouvoir du groupe. Les Américains qui ont des intérêts communs ont l'habitude de voter par groupes pour exercer leHr influence politique. Il en fut ainsi avec ~es groupes religieux comme les mormons, les juifs, les catholiques, avec des groupes économiques comme les syndicats, les industriels, les médecins et les fermiers, avec des groupes ethniques comme les Irlandais, les Italiens et les Polonais. Il est indubitable que les Noirs américains possèdent ttne communauté d'intérêts et d'action qui, en portée, dépasse de loin celle des autres groupes de la société américaine. Pourquoi, dès lors, le « pouvoir noir » signifierait-il la mort noire, comme le prétend si éloquemment Ro.v Wilkins, de la N.A .A.CP. l' ... » ... « Le mouvement noir, dont le « pouvoir noir » est m~e phase importante, passe de la protestation (morale) au plan politique. Il soutient que la liberté véritable, ce n'est pas seulement la liberté d'action, mais le fait de participer an pouvoir. C'est tm éveil politiqu.e dtt peuple noir. » Il IJ.'est donc pas exact de prétendre que la lutte antiraciste change d'objectifs. Elle a simplement accédé à une étape nouvelle, moins dangereuse en elIe ~même que par le fait que tout progrès réel multiplie les r ésistances et exacerbe la passion raciste des extrémistes blancs. 4: Il semble, écrit encore Ida Lewis, que le plus grand danger qui existe, ce n'est 'pas de voir les Noirs américains se retonrner avec 1me terrible violence contre les Blancs, mais les Blancs se tourner avec fureur contre les N airs. ~ C'est exactement ce qui se passe à Chicago. Georges CHATAIN PSYCHOLOGUE de 80 là où il est de 100 chez les blancs. Le professeur Edwin Davis, membre de l'Association de l'Education N atio· nale riposte que ces idées ne sont pas neuves, qu'elle auraient pu être excusables, d'un point de vue scientifique, en 1920, et qu'il se fait fort de prouver, en sachant manipuler des données statistiques, que un égale deux, Mais lorsqu'il oppose à Garrett les conclusions de la psychologie or· thodoxe, qui ont prouvé que le développement de l'intelligence résulte plus de l'enviro.nnement que de l'hérédité, et que le retard culturel de la communauté noire-américaine est

ausé par son oppression séculaire, Gar·

rett répond que ce n'est là que le point de vue d'une « majorité bruy· ante ». Il prépare un nouvel ouvrage sur la « destruction de la race blanche par le métissage ». Qu'un raciste, fut·il universitaire, puisse élucubrer de la sorte, cela n'au· rait que peu d'importance s'il ne se trouvait des puissances financières assez considérables pour l'éditer (sous le nom anodin de Patrick Henry Press) à 500.000 exemplaires, et pour diffuser gratuitement cette triste prose à travers les cinquante Etats des USA. LE CAHIER DE LA MISERE NOIRE UN cahier grand format de 104 pages, sous couverture jaune pâle à caractères bleus, sortait ce printemps, à Washington de 1'!":Iprimerie officielle ~ gouv~rnement américain. ~on texte avait été élaboré par une commission de trente-six person~es : dirigeants des organisations antiracistes, leaders syndicaux, Porte-parole du patronat, universitaires, juristes, ecclésiastiques hauts fonctionnaires. Tiré à un nombre restreint d'exemplaires, il fut distribué aux 2AOO invités de la Conférence qui se déroula I~ 1" et 2 juin à la Maison Blanche, et qui avait pour but d'établir un programme de lutte contre les discriminations raciales aux EtatsUnis. En fait, la Conférence elle-même, convoquée spectaculairement rpar le préSident Johnson, en Iréponse aux revendications pressantes des Noirs, ne pouvait revêtir, dans le cadre et la durée fixés, qu'un caractère symbolique, Les participants, divisés en douze sous-commissions, n'eu ·rent pas ·la possibilité de se :réunir en 'séance 'plénièr.e. ,Ils se bornèrent à commenter ·et à compléter sur les points particuliers qui leur étaient impartis, les observations et 'les recommandations contenues dans le document préparatoire. 1\ a manqué un débat général, une synthèse qui aurait pu permettre, à partir d'un bilan approfondi de ,la situation, de concrétiser un plan d'acti'on sy,stématique, d'·en éche, Ionner rationnel·lement l'application, de préciser 'les mesures administratives et financières à mettre en oeuvre. t'intérêt principal de la conférence réside donc 'Surtout dans le rapport établi au préalable, dans les quatre chapitres et les 104 pages du cahier jaune, dont les délégués ont souligné 'Ie sérieux et fesprit constructif. S'il 'reste, après comme avant la conférence, à déterminer de quelle façon, par quels moyens et dans quel ordre seront réalisées les tâches qui s'imposent, du moins ce rapport a-t-il 'Ie mérite d'en dresser le catalogue détaillé, et de les motiver par une analyse irréfuta· ble. A ce titre, il constitue, en quelque sorte, une charte pour l'émancipation des Noirs américains ; mais à ·le lire, on est frappé par la multiplicité des obstacles qu'il faudra surmonter pour élimi ner le racisme, ses causes et ses conséquences . Et l'on se demande si, dans l'état actuel des choses, les pouvoirs pub!ics sont à même d'assurer, voire de tenter, un tel bouleversement... LA CRISE LA PLUS AFFREUSE Abordant tour à tour les questions de l'emploi, de l'enseignement, de l'habitat, et de 'l'administration de la Justice, les auteurs se sont gardés de toute grandiloquence. Il ne s'agit pas d'un manifeste , mais d'une étude sociologique. Même SI , parfois, au détour d'une phrase, perce: -l'in· dignation ou l'amertume, c'est tOUjours avec ·Ia plus grande rigueur que sont présentés 'Ies faits . Et les faits, dans leur nudité, suffisent bien, il est vrai, pour que nous ressentions l'horreur et féten· due de la misère noire. « Il n'est pas, pour ce pays, peut-on lire, de crise plus affreuse et plus pressante que celle qui .résulte de l'insécurité économique des Noirs américains ( ... ) Le chômage des Noirs prend les proportions d'un désastre. Même dans Ile cadre de l'ac· tuelle expansion économique, le taux de chômage, pour les Noirs est d'environ 7 %, soit plus du double du taux des Blancs. » Alors que ·Ies Noirs représentent 11 % de la population des Etats-Unis , plus de 20 % des chômeurs sont noirs. Dans certaines régions , comme lequartier de Watts. à Los Angeles, 4 Noirs sur 10 sont chômeurs. .Les statistiques font aussi apparaître que les Noirs restent plus I·ongtemps sans travail que 'les IBlancs ; plus souvent qu'eux, ils ne trouvent à s'employer qu'à mi-temps, et doivent accepter des travaux et des salaires au-dessous de leur qualification. Le rapport note , par exemple .qu 'un Noir ayant fréquenté l'école pendant 16 années gagne, en moyenne. moins qu 'un Blanc qui n'est allé en classe que 10 ans. Le chômage frappe tout particulièrement la jeunesse noire : 19 % des adolescents de 16 à 21 ans ne trouvent pas de travail , soit. là encore. le double du taux des Blancs. Lorsqu'il est embauché. le Noir connaît encore l'inégalité. tes travaux les plus pénibles, ,les plus sales, les plus mal payés sont généralement son 'lot. Il est manoeuvre, domestique, employé subalterne. Et, indique ·le rapport du cahier 'jaune. " les femmes noires travailleuses sont les plus pauv·res des travailleurs pauvres. » Il n'y a parmi les salariés noirs que 20 % d'em· p'loyés alors que ,le pourcentage est de 50 % pour ·Ies .Blancs. 7 % des travail· leurs n-airs appartiennent aux profess ions libérales ou occupent des fonctions de techniciens. soit deux fois moins ,que les Blancs ... Quant aux ouvriers ag·ricoles sans terre, 'ils comptent, en proportion , trois fois plus de Noirs que de .slancs. SEGREGATION POUR 90 % DES ENFANTS Si )',on considère 'les revenus. on constate qu'ils sont deux fois plus élevés en moyenne pour une famille blanche que pour une famille noire. Parmi les petits fermier,s noirs du 'Sud, 10 % seulement ( " ont des récoltes d'une valeur commerciale suffisante pour fournir à lieur famille plus que ·Ie minimum vital ». Cette situation ,résulte en grande partie de l'attitude 'raciste des employeurs - et parfOiS des syndicats - qui fait que l'ouiVrier noir est toujours • 'le dernier embauché, ,le premier ·licencié -, Mais 'elle s'expH,que aussi par d'autres ·facteurs 'liés aux conditions de l'en.seignement et de ·l'habitat. Les lacunes dont souffre la formation scolaire et profeSSionnelle des Noirs place ·ceux-ci dans un état d'infériorité par 'rapport aux B·lancs sur le marché du travail. A:lors que 50 % les salariés blancs ont terminé leurs oétudes secondaires, c'est ·Ie cas pour seulement 30 % des salariés no irs ,; le 3/5 des 1eunes Noirs de 16 à 21 ans n'ont pas de diplôme secondaire, C'est dès le début de sa vie sociale que 'l'enfant noir rencontre 'le racisme. Malgré tous 'les efforts accompliS, malgré les lois votées, plus de 90 % des enfants américains fréquentent des écoles prati- La répression ne résoud rien quant la ségrégation. Et les établissements réservés aux Noirs sont, sans exception, d'un niveau ·inférieur aux autres. Dans les Etats du sud, où les Noir,s constituent la majorité de 'Ia population scolaire. la dépense moyenne annuelle par élève est toujours nettement inférieure à celle des Etats du Nord : 265 dollars en Georgie , 318 dollars dans le Mississippi , contre 869 dol'lars, par exemple, dans l'Etat de New York - la moyenne nationale étant de 533 dollards. LES GHETTOS DE « L'AUTRE AMERIQUE " La question scolaire comme celle de l'emploi ne peut être séparée de celle du logement. ta population noire est aujourd'hui en majorité urbaine, y compris dans le Sud. Dans les six villes de New York. Chigaco. Philadelphie. Détroit, Washington et Los Ange'les vivent 20 % des Noirs américains. Il y a. aux Etats·Uni s, 18 villes qui en comptent plus de 100.000. Or. dans tous les cas, Hs habitent dans des quarrlers réservés. placés généralement au centre des agglomérations. alors que, de p'lus en plus, les demeures des Blancs et les entreprises industrielles s'étendent dans les banlieues. En consé, quence. même si la ségrégation ·scolaire n'est pas ouvertement proclamée. elle existe en fait,les écoliers étant groupés selon leur quartier d'habitation . A New York, des tentatives ont été faites pour transporter en car des écoliers. noirs ou blancs. dans des écoles éloignées, mais ce système s'avère peu pratique. De même, l'isolement des quartiers noi rs fait que leurs habitants rencontrent des difficultés croissantes à se rendre sur les lieux où ils peuvent trouver du travail. A Los Angeles , par exemple, il leur faut jusqu'à deux heures de trajet. dans des autobus aux tarifs onéreux, pour aller simplement au plus proche bureau de placement. « Quinze millions d'Américains - en raison de 1eur race - ont pour tout logis, souligne ,le rapport, des taudis surpeuplés, et pour toute perspective l'isolement du ghetto. Dans fe logement, comme ailleurs, il y a toujours eu et il y a encore deux Amé. riques. ,. Deux données essentielles, indique- t-i·l, contribuent à perpétue'r cette .s·i· tuation ': les ·faibles revenus des familles noires qui ne peuvent, en général, payer 'Ies loyers ,réclamés en dehors du ghetto; et le racisme des sociétés immobJ.lières qui, même s'ils peuvent payer, ·ref.usent de vendre ou de louer les logements aux Noirs dans ,les quartiers habités par les Blancs. Les préjugés de ces demiers font le 'reste,et jusqu'à présent, Iles lois .votées n'ont pas permis d'·imposer des mesures efficaces de dé-ségrégation. LA NEGATION .DES DROITS Les lois existeraient-elle·s, ,le mal ne reculerait pas pour autant d'une façon spontanée. Le chapitre du cahier jaune consacré à • l'admlni~ration de ·Ia Justice - suffit amplement à ,le prouver. Trente-six Noirs et militants blancs antiraci·stes ont été assassinés dans 'le sud des Etats-Unis, de 1960 au printemps 1965 ; d'innombrables agressions ont eu lieu (coup de feu, matraquages, explosions, incendies d'églises)

·dans le seul Etat du Mis·sissippi,

150 cas de violences racistes sont signalés de 1961 au milieu de 1004. Or les coupables ne sont que très rarement poursuivis. La rapport cite le cas précis d'un canton du Mississippi, où, de septembre 1963 à setembre 1964, il Y a eu quatre Noirs fouettés et un militant blanc agressé, Uii Noir blessé par balles et au moins un autre assassiné; il Y a eu aussi plClsieurs mani· festations du K.K.K., avec incendies de croix, et des attaques contre deux maisons de Noirs, ainsi que la destruction parle feu de quatre églises et d'un café fréquentés par les Noirs ; une bombe a explosé au domicile du maire d'une petite ville, qui avait 'le tort de n'être pas raciste. Dans aucune de ces affaires les autorités ne sont intervenues. Si ·Ies Noirs portent plainte , ils sont généralement déboutés, la plupart des avocats refusent de les défendre, les juges et les jurys, constitués uniquement de Blancs, acquittent leurs agresseurs. Par contre, la police sévit contre les manifestants antiracistes. Or, note le rapport, « le Noir, avec ses supporters, descend dans la rue non parce que la loi n'est pas claire pour lui, mais parce qu'elle n'est pas ap· pliquée. Il sait par une longue expérience qu'un recours aux tribunaux se traduira d'abord, beaucoup trop souvent, :par des délais, des frustrations, des injustices et la négation des droits 'Ies plus évidents. C'est un bien faible réconfort pour "lui de se dire que trois ans plus tard, la Cour Suprême des Etats·Unis lui rendra jus. tice ". Des remarques sévères situent ,le rôle de la police dans 'les ghettos noirs des villes américaines : un grand nombre de Noirs « se plaignent amèrement " des brutali tés, de l'attitude discourtoise, des arrestations arbitraires, des discrimina· tions dont se rendent coupables, impuné· ment. les agents racistes . « Des centaines de milliers d'habitants des ghettos voient dans la police 'leur ennemi. De nombreuses 'révoltes urbaines de ces dernières an· nées - à Philadelphie, Harlem, Los Angeles - ont éolaté à la suite d'incidents où la police se trouvait impliquée, èt les policiers devinrent la cible principale des émeutiers. » Faute de pouvoir examiner tous les aspects de la discrimination raciale, le rapport ne consacre qu 'une page au problème de ·Ia ,santé et de l'hygiène. et demande ,,"organisation prochaine d'une conférence spéCiale à ce sujet. Son but serait de préciser et de modifier les conditions qui entraînent « un taux plus élavé de mortalité infantile et une durée moyenne de vie moins élevée» chez les Noirs que chez les Blancs. UN EMPLOYEUR MODELE? Dans chacun des domaines étudiés, la commission préparatoire de 'Ia Conférence, a présenté un nombre impressionnant de suggestions pratiques en vue d'une action efficace contre le racisme. Les mesures proposées par leur natu re même, contribuent à mieux montrer encore la profon. deur du mal. Pour résorber le chômage. le rapport préconise notamment la création dans les villes de Conseils Métropolitains du Travail, qui s'efforceront de favoriser l'em- Louis MOUSCRON * Suite page 10.


10----------------------------------------------------------------------------------------------------

Le cahier de la misère noire

  • Suite de la page 9

bauche de Noirs dans les entreprises, et susciteront pour eux, de nouveaux emplois

ces Conseils devront examiner individuellement

la situation des chômeurs, pourvoir à leur formation professi'onnelle, veiller aussi aux problèmes de santé, de logement, de transports, d'éducation et de garde des enfants ; ils auront égaiement pour mission d'informer l'ensemble de l'opinion publique pour combattre les préjugés relatifs au statut économique des Noirs. Pour les petits agriculteurs, il faut des prêts à long terme, des subventions, une assistance technique et une formation professionnelle

les propriétaires blancs qui

passent des marchés avec l'Etat doivent être tenus d'élever les salaires de leurs ouvriers; des mesures urgentes sont égaIement suggérées pour améliorer les conditions de vie particulièrement inhumaines des travailleurs agricoles migrants, qui se déplacent en fonction des récoltes. te rapport propose encore le financement par l'Etat de grands travaux publiCS qui permettront d'employer la maind'oeuvre noire. Dans tous les services de l'Etat, dans toutes les entreprises avec lesquelles l'Etat signe des contrats, la suppression radicale des discriminations raciales doit être exigée. " Il faut que le gouvernement fédéral, souligne le rapport, dev,ienne un employeur modèle à tous égards, et donne 'l'exemple d'une action positive. Les gouvernements d'Etats et les municipalités devraient aussi deve· nir des employeurs modèles. " Tout cela suppose des efforts immenses sur ,le plan psychologique : pour combat- Plus de noirs tués au ( « E pays nous a réduits à ce point ,que les blancs peuvent dire que notre seule voie de salut est de devenir les tueurs rétribués de l'armée américaine. " Cette constatation de Stokley Carmi· chaël, président du S.N.C.C. est parfai. tement confirmée .par les chiffres. Les noirs, qui représentent 10 % de l'en· semble de la Ipopulation américaine forment 14,3 % des effectifs de l'ar· mée de terre, 14,8 % des Marines, et 25 % des effectifs des parachutistes. La raison de ces forts .pourcentages est claire ; ,les engagés dans ces corps d'élite viennent tous des bas·quartiers et des ghettos ; comme l'avait très bien souligné le fameux fj.\m de Fran· çois Reichenbach Les Ma'rines, l'armée est Ile dernier refuge des chômeurs. Il faut noter dans ce sens que 49,3 des soldats noirs se réengagent à l'issue de leur temps, contre 18,5 % seule· ment de blancs. Un rapport récent du Pentagone met l'accent SUr le fait que le nombre de tre les préjugés des employeurs et des travailleurs blancs, pour inciter les Noirs e'ux-mêmes à améliorer leur qualification et à postuler des emplois d'où ils sont actuellement exclus, une armée d'orienteurs professionnels, de sociologues, d'assistants ,sociaux devra être implantée dans tout le pays. Son recrutement, bien entendu, se fera sur une base non-discriminatoire. Parmi les diverses autres mesures proposées, on re'lève ': l'élévation des bas salaires, l'interdiction du travail des enfants dans les fermes, le renforcement de l'action syndicale, l'assistance matéri~l!e aux familles les plus pauvres, aux Vieillards et infirmes. « Le gouvernement doit accepter explicitement la responsabilité de garantir un revenu minimum à tous I.es Américains », affirme avec force le cahier jaune. DES .DIMENSIONS STUPEFIANTES ... La lutte contre la ségrégation scolaire implique, selon le rapport, des dispositions à la fois d'ordre financier, législatif et psy· chologique. La construction et le fonctionnement des écoles doivent être conçus de façon à réduire les effets de la « concentration raciale" dans l'habitat. En particulier, une révision des districts ,scolaires est à envisager, de sorte que chacun d'eux, englobe à la fois des quartiers blancs et noirs. Outre l'augmentation des Investissements dans les écoles défavori· sées du sud, 'la formation d'un personnel enseignant plus qualifié, comprenant un nombre croissant de Noirs, l'aide aux collèges et facultés noirs tant que la ségrégation ne sera pas t'Ûtale, les rapporteurs proposent notamment la création par l'Etat d'établissement modèles, des sanctions contre 'les enseignants racistes, la révision des manuels pour qu'ils contribuent positivement à la lutte contre les préjugés raciaux. Ils font appel aux Eglises, aux familles, aux volontaires, pour qU'ils aident à l'intégration scolaire, et demandent que l'école se préoccupe aussi de la santé, de la nourriture et des conditions de vie de l'enfant. Il faut, soulignent-ils, « préparer les p,rofesseurs à enseigner dans des écoles intégrées ", et former spécialement les jeunes dans cet esprit. « Des millions de maisons sont néces· saires pour les familles aux revenus mo· destes qui présentement n'ont d'autre choix que de vivre dans la crasse, la mi· sère et l'humiliation" : reconnaissant que le programme à réaliser en matière de logement nécessite des milliards de dollars, le rapport constate : « les dimen· sions de ce programme sont stupéfiantes - mais elle ne dépassent pas les entre· prises américaines dans l'espace, les exi· gences de la défense et la formidable croissance de l'économie nationale ". La solution de ce problème fondamental suppose notamment que la location et la vente de logements sans discriminations soient imposées à tous ,les propriétaires pour l'obtention du permis de construire

la construction par l'Etat d'immeubles

où seront exclues les discriminations

'l'obligation pour les agences

immobilières de recruter des employés noirs ; l'adoption d'une ferme législation antiraciste contre les gérants d'immeubles pratiquant le racisme ; une action systématique dans l'opinion de la part des organisations sociales, culture l'les et religieuses

une aide matérielle et morale

aux familles noires ,qui cherchent à se loger dans les quartiers jusqu'alors interque de blancs Vietnam noirs tués est proportionnellement plus élevé que celui des blancs. Entre 1961 et 1965, le taux des pertes chez les militaires de race noire a atteint 22,1 %. Aux racistes qui .prétendraient que ces pertes plus élevées seraient dues à une incapacité raciale à la pru· dence et à fhabileté tactique, signalons que sur les 8,3 % de noirs que comp· te 1'aviation américaine, aucun n'a été tué à ce jour. En fait, malgré les dé· menfis officiels, j.J semble bien que les effectifs noirs soient très souvent affectés aux missions les plus périlleu· ses. Il n'empêche que hors de la zone des combats, une ségrégation de fait s'est installée à Saïgon et dans 'les vitles de garnison. Ceci explique autant que cela Il 'impopularité croissante de la guerre du Vietnam au sein des mas· ses noires américaines. Impopularité qui se double d'un sentiment croissant de solidarité avec les Vietnamiens. « Nous menons le même combat », disent aujourd'hui les dirigeants des mouvements noirs américains. dits ; le refus de subventions nationales aux Etats et municipa'lités qui construisent de nouvelles agglomérations où la ségrégation serait pratiquée ; .J'aide gouvernementale aux gToupes privés qui construisent des immeubles ouverts à tous, sans distinctions de race, etc ... Parallèlement, les taudis des ghettos noirs devraient être détruits et remplacés par des immeubles modernes, loués sans discriminations. Sur le dernier point examiné - l'administration de la Justice - le rapport présente également de multiples suggestions . Il demande surtout une « plus grande protection fédérale pour ,les Noirs et les militants antiracistes », face aux menées qui tendent à les intimider et les faire renoncer à leurs droits . .La loi devrait non seulement permettre le châtiment exemplaire des agressems 'racistes, mais aussi 'l'indemnisation de leurs victimes. Il faudrait aussi sanctionner sévèrement les fonctionnaires, les policiers, les magistrats, les autorités municipales qui n'appliquent pas loyalement la loi. et contrôler la composition des jurys dans le,s tribunaux, pour que leur composition reflète vraiment celle de la population locale. Le rapport préconise également le renforcement des forces de police fédérales dans les régions où ont lieu des violences racistes. Il va de soi que le recrutement d'un plus grand nombre de Noirs dans les les services administratifs et judiciaires améliorerait considérablement la situation. En ce qui concerne la police se pose aussi, essentie'lIement, la question du recrutement et de la formation des agents, et il faut ,que les responsables fassent preuve d'une intransigeance rigoureuse à ,l'égard de tout manquement au respect de l'égalité des citoyens . LES EFFORTS DES CITOYENS Même rapjde, l'énumération de quelques- unes des mesures envisagées con- O~GRESS ~€~OR. -?C' ~ /4l EQU!-\': Après l'attentat dont James Meredith fut victime lors de la marche des inté· grationnistes à travers le Mississippi, le M.R.A.P. envoya un télégramme de soutien aux différentes organisations qui luttent aux Etats-Unis contre la ségrégation .r~ciale . Nous avons reçu la réponse de Floyd Mac Kissick, avocat et nouveau dirIgeant du C.O.R.E. : « C'est magnifique de savoir que nous ne sommes pas seuls dans la lutte que nous menons. » firme à la fois l'ampleur de 'la tâche à accomplir et l'importance des moyens nécessaires à cet effet. Les auteurs du rapport se ,rendent bien compte que leurs propositions doivent entraîner des dépenses massives, et aussi qu'elles mettent en cause, sur bien des points, les structures mêmes de la société américaine . Ces mesures ne sont applicables que si l'Etat s'attaque aux grandes puissances économiques qui profitent de la ségrégation, s'il s'attaque lui-même d'une façon résolue aux racines mêmes du mal, et si une vaste campagne est menée avec tous les grands moyens d'information disponi· bles. Il en résulterait d'ailleurs - le rapport le souligne à maintes reprises - non seulement un recul du racisme et une amélioration décisive du sort des Noirs, mais aussi des bienfaits dont profiteraient les Blancs pauvres et l'ensemble de la nation américaine dont s'élèverait le niveau économique et culturel. Ces propositions sont-elles réalistes? Ce qui est certain c'est que, à quelques détails prêts, on ne pe,ut guère concevoir autrement une modification sensible de la situation. Mais il est clair que de telles transformations dans ,la vie nationale ne peuvent se réaliser sans une volonté im· placable de les mener à bien. Les auteurs du rapport constatent à juste titre: « L'ac· tion gouvernementale, si impérative et constructive soit·elle, ne peut réussir si elle ne s'accompagne pas de la mobilisa· tion des efforts des citoyens et des organi· sations et institutions privées à travers lesquelles ils expriment leur volonté. En réalité, l'action du gouvernement elle· même dépend pour une large part de l'existence ou de l'absence de tels efforts des citoyens. " UN OBSTACLE LA GUERRE DU VIEl·NAM Le véritable problème posé est de savoir jusqu'à quel point la pression de l'opinion publique peut amener aujourd'hui le gouvernement fédéral et les autorités locales à s'engager résolument sur la voie ainsi tracée. Cette pression, en raison des lenteurs de l'Administration, ne risque-t-elle pas de prendre des formes violentes? Et l'impatience bien compréhensible des Noirs ne peut-elle pas imposer des formes de transformations différentes de celles envisagées par la Conférence du 1" juin ? Ce qui s'est passé depuis lors n'est guère encourageant. « Quels que soient les chiffres mis en avant par les partisans de tel ou tel « p,lan " réformateur, ils sont de cinq à vingt fois supérieurs à ce queles Etats·Unis peuvent ou veulent se per·. mettre tant que dure la guerre du Viet· nam ", écrit « Le Monde .. (4-6-1966) . Cen'est pas une des moindres conséquences; de cette guerre que d'empêcher une lutte efficace contre les méfaits du racisme, sans parler des difficultés économiques et socia'ies qu'elle entraîne, et que les Noirs. sont les premiers à ressentir. D'autre part, les Noirs et leurs diri-. geants ont été profondément déçus lors~ que le président Johnson a accepté que la Chambre des Représentants édulcore. au point de le rendre « insignifiant • le· projet de loi destiné à 'lutter contre la ségrégation dans les immeubles. Même.. ainsi modifié, ce projet a d'ailleurs été, il. la mi-septembre, rejeté par le Sénat. Et tandis que se multiplient, parmi les: Noirs, les manifestations de colère, tan·. dis 'que ,le parti nazi américain et d'autres organisations racistes défient ouvertement: la démocratie, la répression poliCière sé ~ vit, le plus souvent, contre les citoyens. réclamant l'égalité à qui le président John, son prêche la patience et la tranqUillité, « LA COLERE MONTERA " ... Mais de tels appels paraissent aujour, d'hui bien dérisoires. Si l'on n'agissait pas au plus vite pour atténuer la crise lationale, et les innombrables misères inài •. viduelles que révèle le cahier jaune édité ce printemps, si les suggestions qu'il con· tient restaient trop 'longtemps lettre mor· te, alors de dramatiques événements pour, raient survenir. Il ya quelques semaines encore, le pasteur Martin Luther King déclarait: « Des millions de Noirs sont frustrés et rendus furieux, car des promesses ex· travagantes faites il y a moins d'un an ne sont maintenant que de ridicules dé· bris... Le fardeau passe maintenant au~ autorités municipales, d'Etat et fédérales, et à tous les hommes au pouvoir. S'ils continuent à utiliser notre non·violence comme un reposoir pour leur bonne con. science, la colère de ceux qui souffrent: de tout un ensemble d'abus, montera. " Il est grand temps que cet avertisse. ment soit entendu. LES NOST ALGIQUES L'apparition des croix gammées et du salut fasciste à Chicago ne gêne pas Rivarol, bien au contraire. Robert Anders y va de ses « analyses » habituelles. « Cette égalité théorique que la loi assure au noir améri.:ain, rien dans la vie courante ne lui permet d'en vérifier l'existence concrète », reconnaît-il. Mais le noir-américain, estime-t-il, demeure un sous·homme. Pourquoi ? parce que « sa nature indolente reprend le dessus » ; parce qu'il « est très inférieur au plus primitif des immigrés européens ». « Il y a certes de nombreuses exceptions, concède Rivarol. Mais alors le Noir qui a réussi oublie très vite ses frères de race. Il cherche à s'intégrer à la Communauté européenne et ne fait plus parler de lui... A moins qu'il ait des ambitions politiques ». Car à Rivarol, le besoin de justice et la revendication de la dignité sont des sentiments inconnus : on y est incapable de prêter à des hommes des sentiments autres que sordides ou mesquins ; sans doute parce qu'on y est incapable de les éprouver. D'ailleurs Rivarol, proche en cela des nazis américains, ne voit qu'une façon d'aborder le problème noir : la violence. Il faudrait, écrit-il « créer dans chaque ville des unités spéciales, fortes de plusieurs centaines d'hommes choisis pour leur gabarit impressionnant et leurs aptitudes au combat de rue. New-York et Chicago ont mis sur pied de tels éléments très mobiles et n'obéissant qu'à un seul mot d'ordre : éviter la temporisation, toujours nuisible et souvent meur· trière ». De telles « unités spéciales » ont déjà existé dans le passé ; elles s'appelèrent SS et SA. Rivarol a des nostalgies tenaces ... Rentrée ~cola;re CE OUE ' PEUVENT LES ENSEIGNANTS Les dOCll1llell/s E.D.S.C.O. publient des dossiers bimestriels pédagogiques. Ces doss iers sont des in struments de travail à l'usage des enseignants (qu'il s'agisse de renseignement primaire, secondaire ou technique); ils sont réalisés avec le iouci d'être un « moyen de culture pour tout homme qui souhaite réfléchi r à la ' lumière des meilleures traditions philosophiques, mais aussi en pri se directe sur la vie de notre temps ». L 'un des fascicules les plus récemment parus à pour titre « La 1Il 0rale par les tex/es ». Réali sé par Henri Guillard et Lucien Sève, tous deux uni\'e rsitaires, il consacre un long chapitre au raci sme. Voici les principaux extraits du texte qui précède une courte anthologie de citations, et qui est une contribution parmi d'autres à l'action des enseignants contre le raci sme. ( 1) DE l'Amérique du Nord à l'Afrique du Sud, en passant par l'Europe Occidentale - France comprise, il faut bien le dire - le .racisme, cette honte, est toujours virulent de par ,le monde. Cette honte, disons-nous : car il est permis, il est nécessaire de s'indigner, vingt ans seulement après la fin d'une guerre où l'idéologie raciste s'est traduite par le massacre, entre autres, de six millions de Juifs, lorsqu'on voit impudemment renaître tous les symptômes du même mal. Mais l'indignation n'est pas un argument: 'elle éclate au terme d'une argumentation. L'indignation de ,l'antiraciste n'est pas, comme le fanatisme raciste, une attitude passionnelle. Elle se fonde au 'contraire sur la lucidité de ,la raison. La condamnation morale, la réprobation sentimentale ne suffisent pas : il faut ici mettre en oeuvre toutes les ressources de l'esprit critique. Non que les thèses racistes, pour peu ,qu'on les formule clairement, soient difficiles à réfuter : leur indigence intellectuelle, comme on va voir, saute aux yeux. Mais ce serait ne rien comprendre à la nature du racisme que de voir en lui une adhésion 'réfléchie à des thèses de type rationne'!. Bien plutôt, il faut y voir un exemple classique d'idéologie, à laquelle le raciste est poussé à adhérer par les puissances conjuguées de la propagande pO'litique et de la pression sociale, des traditions familiales et des motivations psychologiques, par rapport auxquelles il parvient d'autant moins à prendre un recul critique que la pensée rationnelle a été mains éduquée en· lui. Et c'est pourquoi il est aussi difficile d'introduire ne fût-ce qu'un doute dans l'esprit d'un raciste convaincu, que de pousser à la réflexian critique un esprit superstitieux

n'entend raison que l'homme raisonnable.

J .-P. Sartre, dans ses Réflexions sur la question juive, cite l'exemple d'une dame antisémite qui argue des démêlés insupportables qu'e,lIe a eus avec des fourreurs pour canclure : " Eh bien, ils étaient tous Juifs! » Sur quai Sartre pose la questian : " Mais pourquoi a-t-elle choisi de haïr les Juifs plutôt que les fourreurs ? » Question 'lumineuse, en effet - ' mais pour y vair un trait de lumière, il faut être apte à l'esprit critique, ce qui n'est justement pas le cas de cette antisémite ...

Une prise de conscience mystifiée

... 11 faudrait que ce'la se sache davantage, les justifications théariques des pratiques racistes sont totalement inexistantes. C'est un point sur lequel il ne peut y avoir le moindre doute pour quiconque veut bien s'informer et réfléchir. Mais alors, demandera-t-an, s'il ne repose sur rien de réel, comment expliquer le racisme ? Question capitale en effet; -car il est bien vrai qu'une idéologie aussi 'Virulente et aussi répandue ne peut pas repaser Sur le néant. La base réelle de l'idée raciste, ce n'est pas une supériorité héréditaire de certaines races sur d'autres, qui n'existe pas, c'est la pratique de discrimination et d'appressian d'un groupe ethnique sur un autre, qui n'existe que trop. Autrement dit, l'idée raciste n'est l'ien d'autre qu'une prise de conscience fausse, mystifiée, d'une réalité saciale. C'est une idéolagie. Expliquans-naus. Un groupe ethnique, à l'intérieur duquel règnent l'exploitation et l'oppression de l'homme par l'homme, étend son oppression et son exploitation à un autre groupe ethnique (pays vaincu, colonie, minorité nationale, travailleurs immigrés .. . ) . Il pille ses 'richesses, exténue ou massacre ses hommes, brime ou détruit sa langue, sa culture, ses traditions, ,le réduit sur tous ,les plans à une condition serve. Dans ce contexte nouveau, les aptitudes mentales du g-roupe et.hnique opprimé ne peuvent plus se développer librement. Avec Ile temps, cette situation devient un état de fait, qui peut être pris, par qui en ignore ou veut en ignorer la genèse historique, pour une donnée na- -turelle, et .]'jnfériorisation matérielle et morale du groupe ethnique opprimé, pour 'qui l'observe sans faire effort pour la comprendre, peut passer pour une infériorité congénita'ie. C'est alors qu'interviennent, comme des " justifications ", les contes de fées biologi'ques sur le « sang " : le recours mensanger à l'idée raciste permet de passer l'éponge sur la réalité historique. En ce sens, l'illusion iJ'Elciste est, dans une certaine mesure, 'Spantanée chez un 'groupe ethnique oppresseur, qui y trouve l'a'libi rêvé pour sa mauvaise conscience. Mais ce racisme spontané est encore peu de chose par rappart au racisme organisé. Car s'il y a toujours des gens chez ,qui le racisme trahit seulement une compréhension bornée et un sens moral assoupi, il en est d'autres qui depuis longtemps ont saisi tout le parti ,qu'ils pouvaient tirer d'une telle idéolagie. Prenons J'exemple c'Iassique de l'antisémitisme moderne, dant Jaurès disait avec profondeur qu'il est le sacialisme des imbéciles - entendez ,la vaie de garage vers laquelle la baurgeaisie réactiannaire cherche à faire dévier l'instinct sacialiste des cauches papulaires palitiquement peu instruites. Est-il exact qu 'il y ait, dans un pays camme la France, une prapartion relativement é,levée de Juifs dans ,le mande des affaires et de la finance? C'est exact, mais paur le camprendre, il faut évidemment recaur·ir, nan pas à une prétendue propensian héréditaire des Juifs à accaparer les capitaux, mais à une langue histoire, qui remonte paur le mains au mayen âge, à la discriminatian et à l'appressian antisémites de la chrétienté médiévale, au 3e Cancile de Latran natamment, qui, en 1179, interdit aux chrétiens le prêt à fintérêt, paussant ainsi les Juifs, exclus par ailleurs de tau tes les prafessians, à se réfugier passivement dans ce secteur d'activité économiquement nécessaire et sacialement impapulaire. Cette situatian de fait étant dannée, et que symbolisait par exemple à la fin du XIX' siècle ,le nam de Rothschi,ld, les cauches capitalistes dirigeantes, sans même parler de leurs convaitises de cancurrents, saisirent parfaitement le profit palitique qu'elles en pauvaient ti,rer face à l'essor du mauvement sacialiste : faire craire, au petit cammerçant, au paysan, voire à l'auvrier, que la banque Rathschild était leur ennemi, nan en tant que banque, mais en tant que juive, c'était du même coup substituer dans leur espr,it le mot d'ordre de la destructian des Juifs à celui de la destructian du capitalisme, drainer palitiquement vers l'extrême-droite une partie des farces de l'extrême-gauche. C'est là, depuis Bismarck, une tacti'que canstante de la :réaction, et on sait avec quel suoeès le grand capital allemand s'en est servi à travers Hitler. De la même manière, ,le racisme n'a cessé de jouer le rôle de paravent paur les entreprises calaniales, comme chez Jules Ferry, qui n'hésitait pas, dans son discours du 27 mars 1884, à praclamer que " les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures » On ne fera danc jamais trap pour le cam battre. Et sans doute, après l'explicatian de ses saurces réelles que nous venons d'esquisser, il est facile de comprendre qu'an n'en viendra pas à baut par des paroles. Répétons-le : le racisme n'est pas une idée fausse, c'est une idée fausse qui reflète une appression rée,lle. Tant que cette oppressian réelle subsistera, il sera évidemment impassible d'en finir avec 'l'idée raciste. En d'autres termes, qui veut lutter cantre 'l'idée raciste doit camprendre qu'il lui faut ,lutter d'abard cantre le fait de l'impérialisme. Toutes les occasions valables ..• Mais ce,la ne signifie pas que la lutte d',idées sait sans importance. L'idéologie raciste n'est pas un reflet passif de l'impérialisme, nous l'avans mantré ': el'Ie est aussi paur lui une arme palitique, une cautian théorique, un alibi maral. A ce titre, et dans ces limites, e,lIe relève pleinement d'une bataille ·idéalogique, d'un patient effart d'explicatian. Paur un ·enseignant français d'aujaurd'hui, croyansnaus, cet effart est d'une particulière actualité. D'abard parce que, sept ans de guerre d'Algérie (et leur suite) venant après sept ans de guerre d'Indochine, et pralangés par les effets d'une propagande d'intention néo-colonialiste destinée à discréditer ,les jeunes Etats indépendants du tiers mande camme à dresser les travail' leurs français cantre les nambreux travailleurs immigrés, taut cela ne manque pas de traubler bien des esprits - ensuite parce que, trop sauvent un Français qui partage instinctivement taus les préjugés racistes sur la prétendue .inaptitude des peuples africains à se gau\ emer, au qui soupçanne d'emblée d'un val un travail, leur algérien, n'en arbore pas mains la tranquille conviction de n'être pas raciste, la naïve banne canscience 'qu' " en France, Le développement de l'intelligence et des facultés créatrices est essentiellement fonction de l'environnement social et de l'éducation on n'est pas raciste» - forme subtile du poison raciste, qui assaupit gravement le sens cr,itique. Que 'les enseignants danc, assurés qu'ils sant d'accamplir ainsi une très nable et indiscutable missi an, saisissent tautes les accasians pédagagiquement fondées paur guéri·r au paur prévenir la maladie raciste chez leurs élèves, de la leçan sur le sang à la leçan sur la canquête de l'Algérie. « Quand ils sauront, disait ,le prafesseur Etiemble, dans sa remarquable interventian à la 11 ' journée natianale contre le racisme, quand ils sauront que ces Indiens précolombiens auxquels les catholiques refusaient l'âme, avaient inventé le zéro et calculé l'année solaire avec une précision que nous venons tout juste d'égaler, ou que ces mathématiciens des Indes orientales que les catholiques portugais jetaient aux bûchers de leur Inquisition, avaient fait la même découverte, les futurs instituteurs et professeurs seront mieux armés pour lutter contre l'arrogance de l'homme blanc. Quand ils sauront que plusieurs siècles avant nous les Chinois pratiquaient une vaccination antivariolique que l'Europe n'eut qu'à perfectionner, quand ils découvriront qu'Ibn-An Nafis, un savant de Damas, rendit un compte exact de la circulation pulmonaire, dès le XIII' siècle de notre ère, ou encore que le Tunisien Ibn Khaldoun, dans ses Prolégomènes fonde la sociologie quatre siècles avant ce Montesquieu dont se réclamait Durkheim, ils ne seront plus tentés d'en· seigner, fût-ce par omission, la supériorité intellectuelle, et donc morale, ou politique, de l'Européen « blanc» (2). Qu'ils saisissent toutes les occasions valables de faire camprendre cette grande vérité Simple que les inéga'lités criantes qU.i existent entre les peuples ne viennent pas des injustices de la nature, mais des injustices des hammes - de certains hammes - et ceci, nan seulement en s'appuyant sur les enseignements du passé, mais sur ceux du présent. Ce faisant, les enseignants ne rendront pas seulement service aux peuples oppr,imés, en même temps qu'ils feront leur devair d'intellectuels et de démacrates : ils rendrant service à ,la France; car selon le mot prafand, et tragiquement actuel de Marx : « Un peuple qui en opprime un autre, ne peut pas être un peuple libre ... (1) Documents E.D.S.C.O., n° 53. Editians scolaires, Chambéry (Savoie). (2) Supplément au n° 184 de « Drait et Liberté ». UNE SEULE RACE ... Les élèves de l'école normale de Foix, en Ariège, éditent un périodique ronéotypé, Le Dahu. Dans leur numéro de juin 19661 ils ont publié une petite étude intitulée: « Une seule race, la race humaine », et qui est, pour reprendre les termes du correspondant qui nous l'a faite parvenir, « un bel exemple à donner venant de la part de jeunes qui sont appelés à devenir des éducateurs ». Voici ce texte: « LE racisme est l'expression d'un système de p,ensée fondamentalement antirationnel ». La haine raciale et les préjugés de même nature se nourrissent de notions scientifiques fausses, -et vivent de l'ignorance. On s'était toujaurs préoccupé, jusqu'à ces dernières années, de l'aspect social de cette question raciale. Mais on s'est vite aperçu de la nécessité d'introduire un certain nombre de paints concernant le côté biologique du problème. Aussi, le 18 aaût 1964, une première réunion g roupait 22 savants, réunis à Moscou, sur la demande de l'UNESCO et qui, dans une déclaration de treize articles, élaborée et adaptée à l'unanimité par tous les membresdu congrès, tentait cie détrui re, par une méthode scientifique et rigaureuse un mal beaucoup plus grave que la guerre parce que profandément ancré dans l'esprit, parfois depuis plusieurs générations... Les débats les plus animés ont parté sur la justification de la nation de race, sur l'importance à accorder aux caractères divergents par rapport aux traits cammuns de taus les hammes. Taut le monde est, certes, d'accord paur reconnaître que des différences existent entre telle race et telle autre, visibles au premier coup d'oeil. Mais certains savants considèrent comme inadmissible et injustifiée une classification des races conduisant à une schématisation qui a quelque chase d'inhumain et d'exécrable. « Si par exemple, l'on va à pied des sources du Nil à son Delta, et que l'on continue à travers les pays arabes, pour remonter vers le nord de la Russie ,et la Mongolie ... on ne remarqltera pas de différences notables entre telle peuplade et telle autre. A lors q!te si l'on compa're les hommes rencontrès at~ début, au. mili,elt et à la fin du voyage, les divergences seront évidentes ». Les adversaires de la classification indiquent que les caractères physiques ne changent pas seulement dans l'espace, mais encore dans le temps ; ils soul ignent également leur très grande variabilité individuelle. D'autre part « ce'rtains .caractères physiques ont une vaLeur biologique universelle et fondamentale pour la survie de l' homme en quelqlte milieu que ce soit. Les différences sur lesquelles se fond,ent les classifica/ ions raciales ne concernent pas de tels caractères. Aussi, à leur égard, ne peut-on parler d'une supériorité O!~ d'une infériorité générale de telle ou telle race ». Le passé de toute population, de toute race humaine, compte de multiples métissages qui ont auj aurd'hui tendance à s'intensifier. Aussi ne peut-on parler de race pure, car aucune ne l'est : il est possible de déceler chez les Indiens certaines particularités propres au Iraniens et vice-versa. Des fins non scientifiques Actuellement, les obstacles aux craisements sont de nature sociale et culturelle, autant que géagraphiques. Il n'a jamais été établi que le métissage présente un incanvénient biologique paur l'humanité en général : par contre, il contribue à l'unité de l'espèce humaine dans sa diversité. Il faut insister sur le fait que le cancept ge race ne met en j eu que des facteurs biologiques : « Aucun graupe national, religieux au lingui stique ne constitue abligatoirement une race ~. Les peuples de la terre sant aujourd'hui « également capables » d'accéder à n'importe quel qegré de civilisation : Les différences entre les réalisations des divers peuples s'expliquent entièrement par leur hi stoire culturelle, et non, comme on le croit trop souvent, par des caractères héréditaires. Il résulte de tout ceci que les données bialogiques sont en contradiction flagrante avec les thèses racistes. Donc celles-ci ne peuvent en rien se prévaloir d'une justificatian scientifique. Il faut à tout .prix éviter que les conclusians imposées ci-dessus soient déformées au .profit du mensonge et à des fins non scientifiques. Peut-être la science et les nouvelles découvertes de la bialogie, convaincront-elles qu'une seule race existe : c'est la race humaine, groupant des individus à la fois semblables et différents, « comme le positif et le négatif d'lme même photograPhie », solidaires dans une évalution vers le progrès, vers un degré plus haut ( et à la fais plus humain, souhaitons-le) de civilisation ... 12----~--------------------------------------------------------------------~-------------- ANDRE Spire vient de mouri r, à l'âge de 98 ans. Ce poè.t~" qui connut sa premlere notonete au début du siècle, à l'époque de P éguy et des Cahiers de la Quinzaine ava it été victime d'une certaine éclipse avant de retrouver depuis quelques années, l'audience de la jeunesse. , D'origine juive (au XVIIIe siècle, son ancêtre Abraham Spire, condamné à mort pour « crime rituel » par le Parlement de Metz, avait été sauvé ' de justesse par une intervention, pers~mnelle .du Roi Louix XIV), Andre Spire arnva à maturité à l'époque où l'affall'e Dreyfus faisait déferler sur la France la vague d'antisémitisme que l'on sait. Dès cette époque, le jeune poète poursuivit de front, son activité littéraire et une intense activité militante. • UNE EMISSION SUR LE PROBLE· ·~E NOIR AUX U.S.A. sera diffusée par le Service radio· scolaire de l'Institut pédagogique national le mardi 25 oc' tobre prochain, de 15 h. 15 à 16 heures. Cette émission, destinée aux élèves de Cours moyen deuxième année et fin d'études 00 à 16 ans) sera émise par France·Inter modulation de fréquence, et France·Culture modulation d'ampli, tude. • LE PEINTRE ZARFIN EXPOSE JUSQU'AU 30 OCTOBRE au chateau de Laversine, près de Chantilly (sur la route de Gouvieux, entre Chantilly et Creil) . • L'ASSOCIATION « LES AMIS DE RICHARD WAGNER ", l4, cours Albert- I", fondée en 1956, présidente,fondatrice

Lucienne Molina, tient à

faire connaître qu'elle n'a aucun lien avec toutes autres associations dans lesquelles serait mentionné le nom de Richard Wagner. • L'ASSOCIATION « TELE·LIBERTE » PROTESTE contre l'apparition à la télévision de Benoist Méchin, « propagandiste de Hitler en France, condamné à mort par la Haute·Cour de Justice » ; elle demande que « ce genre de personnage ne puisse désormais trouver accès aux antennes de la radio et de la télévision française )). • LE PEINTRE F. RIVAL organise au mois d'octobre une exposition sur le thème « Répression ». Le vernissage aur~ lieu le samedi 1'" octobre, à 17 h. 30, à la Galerie La case d'art, 3 bis, rue des Beaux· Arts, Paris·6e• A Noisy·le·Grand a eu lieu d'autre part une exposition d'oeuvres de DAVID OLERE, consacrée aux martyrs du na· zisme. • UNE FEDERATION DES ARTIS· TES NOIRS D'EXPRESSION FRAN· ÇAISE (F.A.N.E.F.) s'est créée aux termes de la loi de 1901. Elle a pour but, notamment, d' « assurer une plus large contribution des artistes et au· teurs noirs, au rayonnement de la pen· sée française », et de « tout mettre en oeuvre pour fonder à Paris un Centre artistique et culturel d'outre·mer au sein duquel fonctionnerait un conser· vatoire spécialement réservé aux artis· tes noirs francophones )). La F.A.N.E.F. tient une permanence au Syndicat français des acteurs, 22, _ u ..... An ,...,'h .... ;l1 ,...d· 'DQ 1"';C ANDRE SPIRE, POElE ET MILITANT Pour lui ces deux activités n'étaient d'ailleurs clue les deux faces d'un même engagenlent, d'une même conception cie la vie ; if s'en expl iqua lui-même dans un article, paru en 1953 dans la revue Europe, consacré à Paul Eluard : « Laissolls ait passé les mensonges, les IICrobaties de l'Art pour l'Art, les langueurs de la Tonr d'I voire, cette poésie de jeu qui 11 ' est pas résistance à l'oppression, indignation contre l'injustice, la v iolence, l'exploitation, la guerre, mais mosaïque de mots, cliquetis d'homoPhonies, comptage de syllabes dont de faux -lettrés, de riches amateurs et des snobs admiraient le rapetassage par des épigones de Mallarmé. En 1912, il fonda l'A ssocia tion des jeunes juifs, qui allait contribuer, en 1914, à susciter l'engagement de quelques 10.000 immigrés juifs dans l'armee française. La plupart de ceux qui survécurent furent ,déportés et massacrés vingt ans plus tard ; André Spire put s'embarquer de justesse pour les Etats-Unis, où il allait rester jusqu'en 1946. Ses oeu\' Tes principales sont Et vous riez ( 1905), Poèmes juifs (1908), Samaël ( 1921), Poèmes d'ici et de là-bas (1944) . Il écrivit aussi de nombreux ouvrages sur la technique de la poésie, et un ouvrage important ( il débordait de vitalité et d'amour de la vie) : Plaisir poétique et plaisir musculaire. Entre les derni el's symboli stes, Lafforgue, Tri stan Corbièl'e, Viélé-Gri ffi n, et les jlremiers poètes contemporains, Apollin'iure et Peguy" André Spire est l'un des premiers promoteurs du vers libre, qu'il mania avec une aisance qui en fait un des poètes les plus importants de ce siècle. Présent aussi dans toutes les luttes du temps, il était membre du Comité d'honneur du M.R.A.P., qui perd un ami et un militant des premières heures. En 1950, il avait publié dans « Droit et L iberté » des « Souvenirs à bâtons rompus ~ d'une grande richesse. Le poème que nous publions ICI, est extrait de P oèmes d'l:ci et de là-bas, recueil écrit en ex il aux Etats-Unis. André Spire s'était remarié au début de la guerre ; un bébé naquit à l'arrivée du couple à New-York. Partagé entre l'angoisse et l'indignation que lui causaient les premières persécutIOns anti sémites dans son pays, et la joie de cette naissance, il éf.fivit pour sa fille cette oeuvre antiraciste en forme de rêve enfantin : Tu di .. as plus tard ••• Tu diras plus tard : J'ai eu une servante noire. OUi, mesdemoiselles ! Car je suis née en Amérique Quand en Europe II y avait un tigre Et pas mal de chacals derrière lui. Tu leur diras : J'avais une servante noire. Pas une métis de blanc. Peut-être un peu de jaune Avec un angle facial très aigu. Sur la tête, des cheveux plat! et lisses, Coiffés en tiare, lUisants d'huile. Et quand elle passait dans le soleil Parmi ses mèches Vibraient toutes les couleurs de l'arc-en·ciel. Elle parlait aux plats dans la cuisine, A la râpe, aux pots, aux bouteilles, Et tout cela remuait sous ses paumes roses, Et se rangeait dans les armoires Comme sous les passes d'un enchanteur. Et mon verre et mon bol S'élevaient vers ma bouche boudeuse, Et le sommeil, Sur mes yeux qUi ne voulaient pas se piquer, Descendait dans son roucoulement et son sourire Comme des lèvres de tous les anges du Paradis. Et pourquoi n'aurait·elle pas un sourire d'ange La face d'une servante noire ? Il Y a bien une vierge noire à Chartres Et sur tant de mosaiques byzantines. Et Balthazar, qui suivit l'Etoile jusqu'à la crèche, N'avait·il pas une face noire Nous faisions des culbutes sur la pelouse. Oui, comme moi elle se courbait, Comme le roc du mont Moriah à Jérusalem ? Et pourquoi n'y aurait·il pas un bon Dieu noir Posait sa tête dans l'herbe Avec les longs cheveux, Et patapouf ! La barbe sombre, Et quand je lui grimpais sur le ventre C'étaient des rires gloussés, Les yeux d'extase Du roi Cophétua de Burne·Jones à Londres Assis aux pieds de la petite servante blanche Aux yeux de pervenche qu'il aima ? Des fusées, des cascades, Et j'en sentais sauter chaque saccade sur ma peau. Vous êtes- raciste, • SI ••• VOUS êtes pour ain si dire 'raciste si, entre autres vigilances , vous ne veillez pas à l'emploi attentif de certains mots « dangereux . , pourtant d'usage courant, M. Jean Duché, qui publie des artic les et ouvrages d'histoire pour le grand publ ie - et qui n'est pas raciste - 'entretient, involontairement donc, dans deux articles récents, un état d'esprit raciste chez ses lecteurs, plutôt chez ses ,lect rices, pu isque c'est dans ,J'hebdoma· daire féminin « El le » (9 et 16jVl / 66) qu'il dispense ses ·Iumières. , On n'éclaire pas grand chose lorsqu on s'e donne pour objectif de répondre à une question mal posée . On obscurcit alors le problème abordé, on trouble le jugement, PAR Roger MARIA et ,le mal chemine, surtout si l'erreur initiale flatte à priori la paresse mentale de t rop de gens et leur tendance à s'attribuer le bénéfice de mérites collectifs à peu de frais, c'est-à-dire en fait sans y participer de façon positive. Quels que soient ,les faits avancés par M. Jean Duché et ses ar'guments, on serait fondé , pour lui répondre , à s'en tenir à son ti t re, qui est une ,question, Laquelle ? Voici : " La race blanche est-elle supérieure? D Car, avant d'aller plus loin, il faudrait d'abord qu'il y eût des races, donc une race blanche bien délimitée, partout au même niveau et que les très complexes phénomènes qui font une civilisation se trouvent déterminés par la couleur ·de la peau plus que par d'autres facteurs ; il faudrait aussi que l'influence du climat soit liée à une couleur de peau bien précise plutôt qu 'à une autre et que le déve ·Ioppement de telle ou telle civilisation coïncide avec des zones géographiques à peu près identiques. Faits exacts, interprétation fausse , Enfin, il fa udrai t, pour aborder même ·Ies raisons que M. Je an Duché invoque pour répondre aff irmativement à sa question à vrai dire sans issue, qu'une civili' H,t.i n n fnt stf\hle , définitivement établie et que, si même la prétendue race blanche s"est montrée « supé~ieure», pa'rce que blanche, eHe eût toujours occupé ~ette situation prééminente - et qu'elle fût vouée à la conserver à jamais. Or, l'évidence 'la à ·l'enc,ontre de ce genre d'appréciations. P,renons l'exemple de ·Ia civilisation grecque : c'est un fait que ,si Athènes fut un foyer de civilisation hautement rayonnant dans l'Antiquité, ce n'est plus le cas. Pourtant les Grecs d'aujourd'hui ont la même ,couleur de peau que ce'ux d'avant l'ère chrétienne et leur climat n'a guère changé. L'Empire du Mali, la civilisation du Bénin 'représentèrent de grands moments de l'Afrique Noire, puis ce fut le déclin. Lorsque ,les navigateurs occidentaux abordèrent l'Inde et commencèrent de s'y établk sur certains points des côtes, au xve siècle, l'Inde était industriellement plus développée que les pays qui prétendaient lui apporter les « grâces » du chr·istianisme. L'Inde étaitelle donc intrinsèquement supérieure ? Dans ce cas, il faudrait mettre en avant la couleur de peau de ses habitants (ni des Noirs d'ailleurs, ni des Blancs : des Bruns) et leur climat. On connaît la suite: ·Ie·s Indiens avaient la même couleur de peau et le même climat 10rsqu'Hs occupaient les sommets de ,la connaissance et lorsqu'ils furent réduits à l'infériorité sous le régime colonial. Autrement dit : les facteurs phYSiques sont tout à fait secondaires et n'expliquent rien d'utile , Il faut voir les civilisations dans leur mouvement, marquées par le caractère relatif de ,leur situation dans la marche de l'humanité . Si bien que les faits, accumulés sans plus par M. Jean Duché pour imposer à ses lectrices l'idée que ,la race blanche serait supérieure aux autres , surtout à la noire, peuvent être exacts 1: ils ne prouvent rien si l'auteur ne les relie pas à une conception d'ensemble qui él imine tout racisme , toute notion de supériorité ou :l 'infériorité globale et figée . D'autant plus qu'il devrait, pour être complet, ne pas s 'en tenir à un seul s~c· teur du bilan qui est nécessaire pour S'tnte rroger sur un peuple, une pér,iode historique. On ne saurait multip'lier les énoncés des « merveil'Ies de ·Ia sclence et de la technique » sans parler des crimes sociaux monstrueux de l'industrialisation des pays avancés d'Occident au XIX' siècle, du bain de sang et de !l'arriération forcée liés il ·Ia colonisation, d'Auschwitz et d'Hiroshima, etc ... De la même façon - su rtout que l'on ne se méprenne pas sur notre propos - qu'il serait injuste de ne décrire, pour caractériser 'la colonisation , que la traite des nègres ou la destruction par les An· glais des industries texti·les artisanales aux ·Indes : nous n'oublions pas qu'il Y ,eut ,aussi les chemins de fer traversant le désert et que ce ne sont pas les Noirs du Tchadd qu i ont inventé reau oxygénée, ,les ~xcavatrices géantes et le kinopanorama. Par tous et pour tous Mais ce n'est pas pour leur apporter les bienfaits de 'Ia civilisation que les colonisateurs occidentaux ont soumis la majeure partie de l'Asie et de ,l'Afrique, c'est pour ,exploiter ces continents à l'eur profit, à eux colonisateurs, pour s'enrichir et ac· croître leur puissance. Et si la voie originale de progrès de ces peuples gênaient 'les nouv,eaux maîtres, comme ·ils détenaient .Ia force matérielle, Hs· n'ont jamais hésité à imposer les conditions, même affreusement destructrices, qui ,leur convenaient à eux dans l'immédiat, sans autre considération que ,leur 'intérêt, et même ne s'agissait-il que de 'l'intérêt de groupes capitalistes souvent assez limi- tés, au détriment même des intérêts véritables du peuple de la • métropole » . t 'homme se fait à travers l'histoÏlre, c'est-à·dire ·en tant qu'être col·lectif ; 'la seule race qui compte, c'est la race humaine

,les peuples existent, ,et les nations

- réalités fécondes. tes races, au sens courant du terme, représentent une des plus lramatiques confusions de l'histoire, ,des idées, et même en acc·eptant 'la distinction entre race blanche, 'race noire, r.ace jaune et 'race brune fil n'y a pas, il n'y a jamais eu de race « 'rouge »), 'aucun spécialiste, dans quelque branche de nos connaissance,s ,que ce soit, ne sau ·rait sans se fourvoyer parler de race ·supérieure ou ·inférieure . Le développement ,inégal de l'humanité, dû à des conditions historiques très p'récises, est en voie de profonde modification. L'humanité est une. Cette unité est pas encore réalisée. Mais nous sommes à ,l'époque 'où le ,rythme s 'accélère qui tend à transformer cette planète pour tous les hommes et surtout par tous les hommes. TANNENBA()f1 EST LA' 9(/1 HARANG()E UNE QUARANTAINE OF TRAVAIL.LE()RS Un poison pour enfants 13------ cinéma 1 LA bande dessinée est en passe de de, venir un art. EI,le a s'On institut, ,le Centre d'études de la Littérature d'ex· pression graphique, et son organe officiel, Giff·wiff. Le temps est loin où les « Comies » étaient, à l'instar du cinéma, rendus responsables de tous les maux dont souffrait la jeunesse ; Tarzan, Mandrake, Tintin et Guy l'Eclair s'Ont 'l'es personnages de premier plan du « neuvième art ", aussi chargés de mythes et de sign,ifications que Rudolph Va'ientino, Greta Garbo et Brigitte Bardot. cesse de lutter contre le mal. Le mal, ce sOont les nègres, 'les juifs, les Arabes, les Levantins, les Métèques, les Chinois ... Une page du « Barrage de l'Enfer » est particulièrement significative. ,Les ouvriers s'y mettent en grève pour demander une augmentation ,de salaire, sous ,l'influence d'un méchant juif ; c'est alors que Petit Riquet intervient ... On se -retrouve « entr,e Français ", et tout rentre dans l'ordre (cliché ci-dessus). Ailleurs, ce sont ,les MauMau qui sèment la terreur en Afrique ... Il n'est pas une page qui ne transpire la pire haine raciale, le mépris le plus bête pour tout ce qui n'est pas « bien français » (seuls 'les Anglais, bien que ridicules par bien des traits, trouvent grâce aux yeux des auteu,rs de Petit Riquet) . Arabesque Lorsqu'on lit, au bas de la dernière page, qu'une telle publication a reçu l'imprimatur de la !loi du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, on ne peut qu'émettre ,des doutes sur J'efficacité morale de la législation sur c'e problème. I L est curieux de constater comment l'espion ni ste aigüe qui sévit actuellement sur nos écrans a fait émigrer ses OSS 117 et autres agents quadruples des capitales d'Europe centrale et orientale vers le terrain actuel de la guerre froide, le Tiers-Monde. Peut-on l'expliquer par le simple souci commercial de dépayser le spectateur, sous les cieux exotiques de l'Egypte, du Liban ou de la Turquie? Dans Arabesque, de Stanley Donen, nous assistons aux menées obscures à Londres il est vrai, de citoyens d'u~ Etat du Moyen-Orient. Il s'agit d'un général et d'un multimilliardaire arabes dont « l'un veut régner sur son pays par l'argent et l'autre par les canons », nous dit Sophia Loren, transformée en charmante Odalisque espionne. II n'empêche pourtant ,qu'à côté de ces nouveaux classiques fleurit une pléthore de bandes dessinées à bas prix dont 'l'effet pernicieux reste certain. Tintin lui-même fut souvent pris en flagrant délit de racisme

les bons nègres y sont géné-ra'lement

stupides, et le's bandits internationaux ressemblent souvent, par le faciès et par le nom, au « Juif" tel lque les voyaient aux pires heures de l'occupation nazie, l'institut d'études juives et les « tra· vaux" du « pmfesseur " Montandon. Seul, un album, Le Lotus bleu, réa'lis'é à l'époque de l'invasion de la Chine par les Nippons .alliés à Hit,ler, fait montre d'un contenu Héros d'hier Les aventures de Petit Riquet, et notamment de ses démêlés avec les saboteurs juifs et les primates nègres sont distribuées gratuite. ment par les établissements Bla· vier-Hautefeuille, marchands de chaussures, rue Gay·Lussac à Paris, à tout acheteur. ou d'aujourd'hui? Une de nos lectrices, militante au M.R.A.P., s'est rendue à la direction de l'établissement pour protester contre Ja dilfuslon de tels illustrés. Bien qu'eUe ait été très aimablement reçue et écoutée, la dist!,ibution des illustrés n'a pas moins continué par la suite. La maison Blavier-Hautefeuille espère·t-eUe, par la diffusion d'une littérature aussi préjudiciable à l'esprit des enfants, accroître sa clientèle ? Nous doutons qu'eUe y réussisse ... véritablement antiraciste ; un autre, Les Bijoux de 'la Castafiore, prend aussi la défense d'une famille de Gitans, qbligée de campe,r dans Iles ordures d'une décharge publique ; Tintin, en somme a quant à la question r;lciale les 'réflexes ,de nombreux " Français moyens » : il peut s'indigner généreusement aussi bien que se faire le complice involontaire des pires préjugés, Il n'en va pas ainsi avec certaines bandes qui n'ont même pas Il'excuse de la qualité formel'Ie ; 'que"ques-unes dépassent 'le niveau du préjugé et ,du racisme plus 'Ou moins inconscient pour devenir de véritables tracts de propagande. Voici par exemple un " héros 'B qui eut son heure de g,loi,re parmi la jeunesse, le reporter Petit Riquet. D'un bout du monde à l'autre, ce courageux petit Français ne LAISSANT loin derrière ,lui Roland, Bayard, Duguesclin et Jeanne d'Arc réunis, Asterix te Gaulois a conquis depUis quelques mois, par la grâce de M. Goscinny pour le texte et M. Uderzo pour l'illustration, ses galons de Premier Résistant de 'la Gaule. Comblant les regrettables lacunes de nos manuels scolaires, ces historiens nouvelle manière ont 'entrepris de nous conter les prouesses du valeureux Asterix qui incarna, au milieu de ,ses pittoresques compagnons : Obelix, Abraracourcix et Pano'ramix notamment, 'la résistance à l'occupation étrangère 50 ans A.V. J.C. Chacun sait que nos ancêtres ne craignaient qu'une seule chose : voir le ciel ,leur tomber sur la tête. Cependant, tranquillisés par leur chef Abraracourcix qui leur assurait :que « ce n'était pas demain la veille », ils n'hésitaient pas à entre' prendre les plus périlleux exploits à la réalisation desquels ils apportaient ces 'quaités bien... gauloises : l'astuce, la gouaille, le panache, le goût des plantureux festins, une susceptibilité légèrement nationaliste et l'amour de la liberté. Nous les avons vus lutter contre les Goths, forcer les palissades qui les enfermaient dans leur village et entreprendre un tour de Gaule poursuivis par les soldats romains, dans le but d'oT,ganiser une manifestation nationale autour des produits gastronomiques spécifiquement 'gaulois tels 'le champagne, la saucisse de Toulouse, les quenelles lyonnaises, etc ... Nous les avons accompagnés en Egypte où ils arrivèrent pour aider Cléopâtre à terminer son palais, tout 'en soutenant les PLAQUES DE PROPRETE REPRODUCTION DE BRONZES ANCIENS Dorure, ... Ciselure Aubier-Cuny 74, Fg. Saint-Antoine Paris 12" 010.36-36 revendications des esclaves. Dernièrement, nous avons résolument pris leur parti dans ,le Combat des Chefs qui opposa Abraracourcix à un vil collaborateur des Romains : le sinistre Aplusbegalix. C'est sans aucun doute parce que nos contemporains se reconnaissent très volontiers en Asterix et ses compagnons que leurs aventures atteignent aujourd'hui un tirage de 300.000 exemplaires ! Qui Iles lit ,? Des enfants sans doute, abusés par la présentation et qui ont cru trouver là les claSSiques « bandes dessinées ». Des adultes surtout - amateurs « d'art graphique " - à qui s'adressent incontestablement les auteurs par les r~~ its dont les résonances actuel:les sont certaines, par les portraits des personnages en qui on peut reconnaître Mussolini sous les traits d'un Centurion, Raimu sous ceux d"un tenancier de bar à Massilia, etc ... ta popularité d'Asterix est aujourd'hui telle qu'on a pu entendre un pwfesseur d'Anglais d'un grand ,lycée parisien faire cette citation ': ... " ainsi que le disait Abraracourcix, ce n'est pas demain la veille », et qu'une discrète enquête a pero mis de découvrir que le notaire, le pharmacien, le médecin de tel petit village normand étaient les fidèles lecteurs des albums de Goscinny et Uderzo. Félicitons ces derniers pour le talent et ,l'humour ,qU'ils déplOient pour nous divertir. Réjouissons nous que l'esprit de Gavroche, hérité d'Astérix évidemment, solt toujours aussi vif dans notre pays. Germaine FINIFTER. Une saIson La prochaine saison de l'Olympia s'annonce d'une richesse exceptionnelle. Les têtes d'affiche de chaque spectacle n'y seront que des étoiles de première grandeur de la chanson contemporaine Roger PIERRE et Jean-Marc THIBAUT, avec Mireille MATHIEU (du 15 septembre au 4 octobre 1966), Jac· ques BREL (du 6 octobre au 1« novembre), Enrico MAClAS (du 3 au 27 novembre), Liza MINNELLI (du 29 novembre au 11 décembre), ANTOINE (du 13 au 25 décembre), ADAMO (du 27 décembre 1966 au Un professeur d'Oxf'Ord, mêlé à ces abracadabrantes péripéties, viendra au secours du bon Président de l'Etat en question qui veut, lui, assurer la paix et le bonheur de son peuple... par la signature d'un contrat avec des compa· gnies pétrolières américaines et anglaises. Au reste, ce film, qui se veut une parodie luxueuse des « james-bonderies », retombe lourdement dans les ornières les plus profondes. Ceci avec des allusions déplaisantes aux travailleurs arabes en Europe et à la politique antiimpérialiste de certains pays moyen' Orientaux, comme le fait de dépeindre, les partisans du « général », (quitte à laisser passer le miliardaire pour un homme « civilisé ») s'ous des traits par· ticulièrement hideux et de situer leur quartier général dans un chantier. On n'aura même pas la compensation de la distraction, car on finit par s'ennuyer fortement aux péripéties de cette Ara· bescalade sophistiquée. Rio bravo I L n'est pas aujourd'hui de signe plUS infaillible de l'irrémédiable déchéance d'un genre cinématographique que le fait de voir la production italienne s'en emparer. Ce fût vrai pour le film fantastique et d'épouvante qui nous avait d'Onné ses plus grands chefs d'oeuvre aux sombre~ flammes de l'expressionnisme allemand c'est vrai aujourd'hui pour le western. Rais'On de plus de revoir le très grand western qu'est Rio Bravo, de Haward Hawks. Contrairement au « policier » américain, avec le western le vent de la révolte souffle rarement, mais n'en a pas moins engendré queiques-uns des meilleurs produits du genre: Le Gaucher, La Fille du Désert, de Walsh, L'Homme aux Colts d'Or, Le Far-West de l'écran était porteur d'une morale conformiste et d'un mani· chéisme simplet où toutes les conventions du cinéma commercial américain, « happy end » en tête, avaient droit de cité, Viais, somme toute, n'est-ce pas précisément l'intérêt du western d'avoir créé une mystique puérile mais fascinante à la mesure du « Grand HOllywood » vieux style ? Dans le film de Hawks 'On trouvera justement, outre la très bonne interprétation de John Wayne, presque tous les ingrédients du genre : sherifs à la détente rapide, gros propriétaires cyniques et criminels, fusillades, jeux de cartes truqués, troublantes inconnues débarquant des diligences, rudes amitiés... Tout cela au rythme, mi-sauvage, mi-mélancolique, de la chanson du coupe-gorge que les Mexicains jouèrent jusqu'à la fin des combats aux Texans aSSiégés à Alamo et qui dit : « Pas de pitié pour les vain· cus » ... INTERIM. à l'Olympia 22 janvier 1967), Marcel AMONT (du 26 janvier au 14 février 1967), Alain BARRIERE (du 16 au 28 février), Johny HALLIDAY (du 16 mars au 2 avril), Sammy DAVIS (du 6 au 23 avril 1967). Si un de ces spectacles est susceptible de vous intéresser, un nombre limité de places peut vous être réservé avec une réduction importante 00 francs au lieu de 20) pour une séance déterminée. Tous les renseignements utiles peuvent vous être communiqués au M.R.A.P. (téléphone GUT 09-57). , 1 1 • 14 TOUTES LES FORMES DE RACISME Etant moi-même JUIve et déportée raciale, j'ai été très heureuse de constater que vous luttez contre toutes les formes de racisme, et pas seulement contre l'antisémitisme_ C'est avec un grand plaisir que j'ai lu votre journal et continuerai à le lire. BETISE Mlle APELGOT, Paris-V' ET MALVEILLANCE Je viens de lire dans la presse les stupides attaques dont votre Mouvement est l'objet. On vient de me soumettre, d'autre part, la traduction des articles de « Unser Wort » et « Unser Weg ». La bêtise et la malveillance n'ont vraiment pas de limites, et trop de ceux qui font profession d'antiracisme n'ont, semble-t-il, rien compris, ni rien appris. Je voudrais profiter de cette occasion pour vous faire savoir que j'approuve entièrement la ligne de votre! action et que je serais honoré d'être compté parmi vos adhérents. Dr Marcel-Francis KAHN, Médecin des Hôpitaux de ·Paris Paris·VII'. POUR DETOURNER L' ATTENTION J 'ai l'honneur de vous faire savoir que j'ai lu votre mise au point au sujet des Juifs et des Arabes publiés dans le quotidien Le Monde, en date du 6 juillet 1966. J 'approuve entièrement son contenu ; en effet, il ne man· que pas de gens malveillants pour détourner l'attention du public sur la véritable nature de ce problème. Je me préoccupe moi aussi avec foi et conviction du racis· me dans le monde et de l'intolérance en général. Dans cette perspective, je serais heureux d'entrer en con· tact avec le M.R.A.P., afin de bénéficier de certains conseils et de son expérience. AIi·Alain FLlTI, Paris·XVIII'. LES 'CHIENS, EUX., SONT ADMIS ... De passage à la frontière belge, nous nous sommes crus revenus aux temps de l'occupation nazie en voyant à la porte d'un « chocolatier-confiseur » l'inscription : « Interdit aux Nord-Africains". Cette maison, située à Menin (Bel· gique), au n° 25 de la rue de Lille, porte l'inscription: « Go· diva, chocolatier-confiseur ", « Moka-Palace ». Ma femme ayant demandé à la serveuse qui se tenait sur le pas de la porte si les chiens étaient admis, la réponse a été toute naturelle et affirmative. Ma femme lui ayant demandé si elle n'avait pas honte de cette inscription digne des nazis, la serveuse a d'abord prétendu qu'elle acceptait quand même les Nord-Africains, puis qu'on avait mis l'inscription « à cause de sa clientèle » ; elle a ensuite repris la discus· sion avec un borné : « Allez ! je n'écoute même ce que vous dites ! » Nous espérons qu'une intervention sera faite pour l'interdiction de cette inscription. Léon EICHENHOLE, Lambersart (Nord) N.D.L.R. - Cette information a été transmise à nos amis du M.R.A.P. belge. JULES VERNE, HELAS L .. J viens vous signaler, hélas, un candidat de choix au pal· marès de l'antisémitisme que vous publiez dans chaque nu· méro. Et celui-là est illustre, puisqu'il s'agit de rien moins que de Jules Verne. Jules Ver· ne antisémite, qui l'eut cru ? Au moins, à ma connaissance ce grand écrivain ne passait pas pour tel. Pourtant si vous lisez, dans le Livre de Poche, « Le Château des Carpathes ", les pages, 10, 38, 47 et 48, sont fort édifiantes et la caricature du juif n'aurait pas été reniée par Hitler. Comme vous pouvez le cons· tater, tout y passe tant du pOint de vue physique que moral, et c'est avec une grande tristesse que je vous signale ce fait, car pour moi comme pour tant d'autres, Jules Verne était un de mes auteurs préférés. En espérant que la remarque que je vous fais aura l'honneur d'un de vos prochains numé· ros, je vous prie d'agréer ... M. ADELSON, Paris·XIV'. et d'écouter, dans un magasin, ou lors d'un accrochage de voitures, pour être quotidiennement abasourdi et profondé· ment inquiet par les multiples manifestations de haine contre l'étranger. Je pourrais dire sans exagérer qu'il ne se passe pas de jour sans qu'au moins une fois je ne ressente à la fois peur, désespoir, révolte, devant ce qu'immédiatement, quel· qu'en soit la teneur et le degré, il est convenu d'appeler le fait raciste. Hier encore, - et c'est ce qui m'a déterminée à vous eCrIre - je revenais de Bor· deaux par le train ; c'était la première fois que j'empruntais cette ligne et je savais évi· demment que beaucoup d'Esgagnols émigrés devaient se trouver dans ce train. Vous dirai- je que j'avais un étrange pressentiment, que je guettais les réactions des voyageurs, que j'avais peur que l'un de ces voyageurs espagnols ne fasse « quelque chose II qui déclencherait - je le sentais - la haine, l'injure, l'accusation ? Cela ne se fit pas attendre. Déjà au départ, c'est-à·dire lorsque j'empruntais la ligne dans l'autre sens, une dame avait déclaré à son compagnon L'ENFANT VIETNAMIEN Un de nos lecteurs, qui se refuse à « rester inactif devant le drame vietnamien " imprime sur carte postale un poème intitulé « l'enfant vietnamien ", et diffusé en français, anglais et espéranto. Sur un banc un enfant et un éléphant l'enfant sourit sur trois dents et l'éléphant est en caoutchouc américain Le ciel vrombit l'enfant bondit applaudit bondit bondit applaudit bondit applaudit à l'avion mignon avion avion mignon Dans le trou des morceaux de banc des morceaux d'enfant des morceaux d'éléphant d'enfant de banc d'éléphant de banc d'enfant d'enfant d'éléphant de banc d'enfant On pourrait trouver les dents mais le sourire ...

  • Nos lecteurs qui voudraient participer à la diffusion de

ce poème-carte postale peuvent passer commande chez l'auteur, Louis Pascau, 6, avenue de la République· 44 . SaintNazaire. ATTENTION AUX SIGLES Chers Messieurs, attention aux sigles ! « Qu'enseigne·t-on au « camp école» de la F.E.N. ? » C'est d'abord à la « Fédération de l'Education Nationale », très honorable, et beaucoup plus connue que la « Fédération des étudiants nationalistes » que j'ai pensé en lisant le titre que vous avez imprimé en première page. Je me suis demandé si je rêvais ou si le monde était, soudain, tout à fait à l'envers. Sentiments dévoués. M. BARBUT, abonné ( sans attache d'ailleurs avec la F.E.N., la grande; encore moins avec l'au· tre. » ) QUOTIDIENNEMENT Ce que je tiens à vous dire, dans cette longue lettre pourrait être inséré dans la rubrique des faits divers, pour autant que le racisme et la xénophObie se manifestent quotidiennement, au niveau de ces réflexions banales qui n'éveillent plus notre attention, l'endorment peut-être parce que, peu ou prou, nous attendons « LE » phénomène raciste, bruyant, apparent, qui nous indignera bien fort. Cependant il n'est besoin que de regarder que (je cite) « l'autre jour elle avait voyagé dans un train où il y avait eu des Espagnols et du coup, quand elle en est sortie, elle était pleine de puces » .. Peu nous chaut en l'occurrence que cette dame ait effectivement attrapé des puces ... ce qui est grave, c'est l'assimilation « d'espagnol » à « porteur de puces » et la généralisation qui s'ensuit. Aurait-elle eu l'idée d'accuser la propreté toujours très relative des wagons de la S.N.C.F. ? ou de se demander pourquoi des gens pouvaient être sales - s'ils l'étaient ? De toute manière, ce qui est manifeste, c'est que désormais l'équation suivante s'est installée dans son esprit : Espagnol celui qui amène des puces, d'où sans doute aussi les maladies, donc le Mal, etc ... Mais ce n'est là qu'un début... Au retour le train était bondé - des familles entières d'Espagnols, pauvres, beaucoup d'enfants épuisés qui dormaient emmêlés sur les banquettes

peu d'entre eux parlaient

le français ; les visages étaient tristes, un peu inquiets. Ils avaient tout quitté pour aller, peut-être le croyaient-ils, dans un pays hospitalier ... La conversation qui s'est tenue dans le compartiment où, par la grâce d'un vieux monsieur obligeant j'obtins une place alors que j'étais debout devant « un compartiment d'Espagnols », les aurait éclairés ... Je cite textuellement ce que j'entendis de la bouche de ce vieux monsieur obligeant s'a· dressant à un autre voyageur qui répondit dans le même ton: - « plus aucune place dans le train, ç'en est tout rempli » .. - « et ils emcombrent les ~ouloirs avec leurs valises. Tout à l'heure il y en a un qui m'empêchait presque de inonter ! alors on est français et on vient se faire marcher sur les pieds par ceux qui ne le sont pas! - « et puis un jour, s'ils continuent à nous envahir, ils viendront nous taper sur la gueule ... - « oh ! mais on saura se défendre, on ne se laissera pas faire, on les aura même avant ». Plus tard, à une dame qui ne trouvait pas de place : « Appelez le contrôleur, c'est plein d'enfants qui ne paient pas. Pensez donc, c'est tous des Polonais ! (sic) ". Voilà. Toute la panoplie y était : haine, refus, agressivité, con· fusion entre « polonais II et « espagnol II sous le même vo· cable « étranger II c'est·à·dire celui qu'on refuse et même qu'on doit détruire. Il se trouve que peu de jours auparavant j'avais lu « Tréblinka ll... La réponse à la question « comment cela a-t-il été possible II me fut - d'une certaine manière - donnée ce jour-là. Alors que faire ? dironsnous. S'indigner, essayer de convaincre ? faire partie du M.R.A.P. ? oeuvrer pour une réforme des structures économiques et sociales ? certes ce sont là des options qu'il faut prendre... Mais j'avoue - et je ne suis pas la seule - être prise bien souvent d'un pro· fond découragement et d'une sorte de désespOir. La révolution des mentalités est autre· ment plus lente et plus difficile. Une lutte collective con· tre le racisme ne peut pas aboutir si éhacun à chaque instant ne s'éprouve pas luimême. N.C., étudiante Fontenay-aux·Roses ((Seine) . DE VERDUN A VICHY Veuillez trouver ci-joint à toutes fins utiles, copie de la lettre que j'adresse au Président de l'Association des Mé· daillés Militaires : Monsieur le PrésidJent, C'est avec une grande tristesse mêlée d'indignation que j'ai appris que l'Association des médaillés militaires demandait le transfert des resfies de l'ex-maréchal Pétain à Douaumont. Mon père, Jacques Cling, engagé volontaire, médaille militai· re, croix de guerre, etc., blessé à Verdun, était membre de vo· tre association. Il fut arrêté le 4 mai 1944 par la pOlice de Pétain avec sa fem· me et ses enfants, livré aux nazis qui devaient l'assassiner à Auschwitz quelques jours plus tard. Ce « petit Il héros de Verdun avait le tort d'être juif. (Il avait protesté contre les mesures racistes de Pétain en exposant dans la vitrine de son magaSin ses diverses décorations militaires.) Je crois de mon deVOir de vous adresser cette protestation en songeant à lui et à toutes les victimes de la pOlitique de « col· laboration Il de Pétain. Je suis certes mauvais juge du mérite militaire de celui-ci, mais ses crimes de 1940-44 ont déshonoré son nom et rendent scandaleuse à mon avis toute cérémonie qui tendrait à le réhabiliter sous couleur d'iso~er l'aspect militaire de sa carrière. Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président.. .. M. CLlNG, Cormeilles·en-Parisis. UN EFFET BENEFIQUE C'est avec plaisir et émotion que je me décide enfin à vous eCrIre. La découverte de votre journal a êté pour moi un véritable réconfort. Jusque-là, en effet, j'ignorais totalement qu'il existait un Mouvement de lutte contre le racisme et le nazisme, alors que je connaissais très bien l'existence de cette revue exécrable qu'est « Europe-Action ". Je suis un Antillais et malgré d'excellents amis de race blanche, je sens bien que par· fois ma présence est difficile· ment supportable à certains. J'ai aussi dans ma classe un jeune homme de mon âge qui est nazi et depuis toujours j'avais des difficultés à discu· ter avec lui, à le contrer, me contentant toujours de lui ob· jecter le peu que je savais de la dernière guerre. Mais avec votre journal qui tient au courant des agissements actuels, je peux maintenant (bien que malhabilement) lui objecter des faits actuels et le simple fait de voir votre journal a produit un effet bénéfique sur les autres éléments de la classe. F. MARCHAND, Rosny·sous-Bois (Seine). BEAUCOUP A DIRE ... J'aurai beaucoup à dire quant à l'idéologie qui semble conduire votre action, du moins telle qu'elle m'est apparue à la lecture de ces trois numé· ros. Certains de vos articles pourraient laisser croire qu'il suffit de nier les problèmes pour les faire s'évanouir, les bons étant bien entendu tous du même côté. La recherche de la vérité a d'autres exigeances que la propagande la mieux intentionnée, et seule la vérité peut libérer. Georges LAPLACE, Coarraze (B.·P.). EN TOUTE AMITIE ... Comme homme, comme syn· dicaliste, et comme partisan d'une économie de distribution, j'approuve les actions du M.R.A.P. et agis pour une meilleure compréhension humaine dans le milieu où je vis. R. CEDOUR, Le Perray.en·Yvelines (,S.-et-O.) . Je persiste à penser qu'il faut imposer que la lutte contre la racisme, l'antisémitisme et le fascisme soit menée, dès l'école et dès l'enfance. M. BAUDOIN Erbalunga (Corse). En espérant que l'action de votre Mouvement rencontre la plus large compréhension, nous vous prions de croire à nos meilleurs sentiments. M. COLLINET R., Kremlin-Bicètre. J'espère que cette modeste contribution vous aidera à poursuivre votre action. En vous faisant part de mon accord avec les objectifs que vous poursuivez dont j'approuve entièrement le bien-fondé, je vous prie d'agréer ... E. JOURDAN, Maire de Nîmes. JE SUIS ENTHOUSIASME Lecteur de « Droit et Liberté l) depuis quelques mois seulement, je suis littéralement enthousiasmé par la belle tenue de votre publication et par les nobles causes qu'elle défend. Votre revue suscite déjà beaucoup de curiosité et de sympathie dans les milieux estudiantins et je pense être en mesure, d'ici quelques semaines, de vous adresser nombre de demandes d'abonnement. Gabriel BENDELAC, Casablanca (Maroc). 15----- LA VIE DU M. R. A. P. Un triple objectif • Il 4C Il lE lf Au cours des derniers mois, ont eu lieu de nombreuses réunions et con· férences organisées par le M.R.A.P. M.J.C., le Dr Wolfsohn, préSident du comité local, et Alain Gausse!. REUNI le 20 juin à Il 'Hôtel Moderne, . quelques semaines après le grand succès de la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour 'la paix, le IConseil National du M.R.A.P. a examiné ,les tâches qui incombent à notre Mouvement pour .répondre toujours mieux aux exigences de l'actualité, en améliorant son organisation et son implantation. Dans son analyse de la situation, il a fait ressortir deux données principales : 1. Le racisme, de nos jours, se situe de plus en plus au premier plan de l'actualité : Il suffit, pour s'en convaincre, d'évoquer les luttes des Noirs américains et les manifestations nazies qui se multiplient aux Etats-Unis ; l'oppression de l'apartheid en Afrique du Sud ; les menées des nostalgiques de Hitler en Allemagne fédérale ; les excitations à la haine auxquelles se livrent, en France, des journaux infâmes et des organisa· tions avides de violences ... 2. L'opinion française manifeste un intérêt croissant pour ce problème : d'où l'abondance des livres, journaux, films ou pièces qui en traitent ; d'où, aussi, les prises de position fréquentes contre le racisme, et le vaste courant de sympathie que rencontre le M.R.A.P. dans tous les milieux, particulièrement dans la jeunesse. Pour cette double raison, notre Mouvement, fort de la conliance qui lui ,est témoignée, se doit, plus que jamais, de développer l'action antiraciste en l 'rance, grâce aux innombrables concours qui s'offrent et s'offriront à lui. C'est au M.R.A.P. qu'il appartient de transformer en lutte la prise de conscience indénia) le qui s'exprime actuellement sous les formes les plus diverses. Au sein du M.R.A.P. peut et doit se réaliser le ras· semblement dynamique de tous ceux que frappent ou menacent le racisme et l'antisémitisme, des citoyens de toutes appartenances qui entendent défendre, avec la démocratie, les idéaux d'égalité et de compréhension entre les hommes. La lutte que nous poursuivons n'exclut aucun moyen efficace : - riposte immédiate aux actes de ra· cisme, par des manifestations, des pour· suites judiciaires, la mobilisation de l'opio nion publique ; - prévention, par l'adoption des lois antiracistes élaborées par le M.R.A.P., par l'interdiction de la propagande et des organisations suscitant la haine ; - solidarité active, avec les victimes du racisme et avec tous ceux qui combat· tent ce fléau, où que ce soit en France et dans le monde ; - action culturelle enfin, contre les préjugés, dans le domaine de l'enseigne. ment d'abord, mais, aussi d'une façon plus générale, par des conférences, des expositions, des débats, un vaste effort d'information. Il y a beaucoup à faire. Mais, le Con· seil National l'a souligné : la lutte contre le racisme et l'antisémitisme ne se ren· forcera que dans la mesure où elle sera organisée avec sérieux et animée, à tous les niveaux, par des militants actifs et compétents. Cela doit être, maintenant, notre préoccupation essentielle. Et nous devons en conséquence avoir un triple objectif : 1. Recruter constamment de nouveaux adhérents : l'adhésion est le premier pas indispensable par lequel un antiraciste apporte au M.R.A.P. son soutien maté· riel et moral ; 2. Constituer partout des comités du M.R.A.P., que ce soit sur le plan dépar. temental, local ou professionnel : ces comités qui assurent dans un milieu don· né la présence, le rayonnement et l'action du M.R.A.P., jouent un rôle irremplaça· ble ; faute d'une telle implantation, nos mots d'ordre, nos initiatives n'auraient aucune chance de rencontrer l'audience nécessaire ; 3. Etendre la diffusion de « Droit et Liberté » : car notre mensuel apporte aux antiracistes les informations qui peu· vent les déterminer et les aider à agir ; pour assurer le succès de la nouvelle formule, qui se prépare, une vaste cam· pagne d'abonnements et de propagande devra être entreprise. Le Conseil National a décidé la tenue en octobre d'une conférence nationale, réunissant de nombreux militants et amis, en vue d'examiner plus particulièrement les moyens et les méthodes à employer pour progresser rapidement dans ces trois secteurs complémentaires. D'ici là, il faut que chacun, militant responsable ou simple ami du Mouve· ment, réfléchisse à ce qu'il peut faire, à ce qu'il peut suggérer. Toutes les propo· sitions seront accueillies avec reconnais· sance et intérêt. Mais il sera plus utile encore de prendre d'ores et déjà, partout où cela est possible, les initiatives, si limitées soient.elles, qui permettront d'enregistrer dans un mois des résultats intéressants. Le M.R.A.P. n'existe que par la volonté et la bonne volonté de ceux qui jugent nécessaire son action. Plus nous serons nombreux à y participer, plus grand sera le succès. Albert LEVY RETENEZ CES DEUX DATES ... SAMEDI 12 NOVEMBRE : Bal du Comité parisien du M.R.A.P., à la Mairie du 5' arrondissement. DIMANCHE 20 NOVEMBRE, à 20 h. 30 : grand gala antiraciste, à la salle Pleyel. ou avec son concours, et dont nous n'avons pu rendre compte dans nos précédents numéros. En voici quelques·unes L'EXPOSITION LINCOLN L'exposition « Lincoln et le combat antiraciste ", organisée par le M.R.A.P., a été visitée par des milliers de personnes, à Lille et à Caen où elle s'est suc· cessivement rendue. A Lille, l'inauguration a eu lieu en présence de Mme Rachel Lempereur, ad· jointe, représentant M. Augustin Laurent, maire de Lille, et de nombreuses personnalités, parmi lesquelles : MM. De· rieppe et Miglos, conseillers municipaux ; Thorion, secrétaire de la Fédération de l'Education Nationale ; Vercoutère, du C.E.M.E.A. ; Michel Kerhervé, président du comité départemental du M.R.A.P. Ro· ger Maria, au nom du Bureau National, a présenté et commenté cette réalisation. A Caen, l'inauguration s'est faite en présence de Mgr Picard, vicaire général du diocèse ; du pasteur Cornette, de M. Guerman, président de l'Association cul· tuelle israélite ; de MM. Cavellat, pre· mier préSident à la Cour ; Cloris, prési· dent de l'Union Commerciale ; de Cau· mont, préSident de l'Association « Caen. Demain ». M. de Bouard, doyen de l'Uni· versité, présenta l'exposition. Pierre Coula exprima les remerciements du Bureau National. CONFERENCES ET DEBATS • A LA MAISON DES JEUNES du 12' arrondissement à Paris, le Club U.N.E. S.C.O. a organisé, le dimanche 12 juin, une après-midi d'étude sur les causes et les manifestations du racisme en France. Les exposés d'Alain Gaussel et Albert Lévy, secrétaires nationaux du M.R.A.P., ont été suivis d'un intéressant débat. La réunion s'est terminée par la projection du film « Haines », de Joseph Losey. • DANS LE 15' ARRONDISSEMENT, le 22 juin, au cours d'une soirée présidée par Mme Davisse, et animée par Mo Daniel Jacoby, membres du Conseil National, un comité local a été consti· tué. Après la projection du film « One potato, two potato », et le débat qUI a suivi, de nombreuses adhésions ont été enregistrées. • A LEVALLOIS, pour sa première manifestation, le nouveau comité du M.R. A.P. était l'invité de la Maison des Jeunes et de la Culture. Après la projection du film « Come back Africa », le débat fut animé par M. Lamelet, directeur de la • A MONTREUIL, les 25 et 26 juin, le Comité de la Région Parisienne a pr4- senté un stand à la Fête de la Jeunesse organisée par la C.G.T. Quelques jours plus tard, une réunion pour la création d'un comité du M.R.A.P. a eu lieu dans cette ville, avec la participation de M' Michel Moutet, secrétaire national. Lors des représentations de la pièce « Mille Millions de Sauvages et l'Hexagone », au Festival de Montreuil, plusieurs dé. bats ont eu lieu, avec le concours d'Al. bert Memmi, P.·H., Maucorps, J.-F. Held, et Albert Lévy. • AU STAGE DE MONITEURS des colonies de vacances de la Régie Renault, organisé par le Comité d'Entreprise, un exposé sur les problèmes de la péda· gogie antiraciste a été présenté par Roger Maria, le 25 juillet, à Mennecy. • A LA SOCIETE DES AMIS DE LODZ, qui tenait le 7 septembre son as· semblée générale, à l'Hôtel Moderne, Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P., a fait un exposé sur les aspects actuels de la lutte antiraciste. A LA FETE DE « t.'H UMANITE » Le Comité de la Région Parisienne du M.R.A.P. a installé, pour la première fois, un stand à la Fête de « l'Humanité », les 10 et 11 septembre au Bois de Vin· cennes. Ce stand, qui fut visité par des milliers de personnes, comportait une exposition sur le racisme, un bar et un restaurant avec des s!écialités de différepts pays, une table de livres antiracistes, et une « boutique » vendant des objets artisanaux d'Afrique, d'Asie, d'Israël, etc. De nombreux militants s'étaient mobilisés pendant plusieurs jours pour la réalisa· tian de cette importante initiative. t.E M.R.A.P. ETAIT .REPRESENTE ... ... par son président, Pierre Paraf, à la cérémonie du Jour de l'An israélite, le 11 septembre, à la synagogue de la Victoire ; ... par Charles Palant, secrétaire géné· raI, et Alexandre Chil·Koslowski, secré· taire national à la commémoration des rafles de juillet 1942, à l'emplacement de l'ancien Vel' d'Hiv, le 12 juillet ; ... par Pierre Coula, à la réception or· ganisée le 2 septembre, par les Amitiés Antillaises à l'occasion du 331' anniversaire du rattachement de la Martinique à la France; ... par Albert Lévy, à la manifestation commémorative organisée le 18 septem· bre par l'Union des Sociétés Mutualistes Juives, devant ' le Monument aux Combattants juifs, au cimetière de Bagneux. mille mi l lions de sauv ages et I·hexagone

  • Suite de la page 16

2' Beatnik: Nous en ferons des sous-mains ... 3' Beatnik : Des buvards ! des housses ! des draps ! 4' Beatnik : Nous les laminerons ! les étirerons ! et les stockerons ! Le Policier (à l'Algérien) : Nom, prénom, âge, profession... et d'abord que faites-vous à cette heure-ci dans les rues ? 1"' Beatnik : Je sais bien ... Je devrais être chez moi. .. 2' Beatnik : Quelle idée ai·je eu ... 3' Beatnik : Abdelaziz... Mohamed Abdelaziz. Tels sont mes nom et prénom. 4' Beatnik : Abdelaziz... drôle de nom... savez-vous que certains sont morts pour moins que ça ... Le Policier (à l'Algérien) : Papiers ! (Il prend les pa· piers.) Mohamed Abdelaziz, c'est votre nom ? 1« Beatnik : C'est le mien ! 2' Beatnik : C'est le tien ! 3' Beatnik : C'est le sien ! 4' Beatnik: Chut !!! Le Policier (à l'Algérien) : Votre âge ? Votre profession? 4' Beatnik Vous savez bien que les Abdelaziz n'ont pas d'âge! Un maquignon U~ groupe de travailleurs (algériens, espagnols, italiens, etc.) défoncent une chaussée, creusent, transportent, déroulent des câbles ... sous la surveillance d'un contremaître français. Ua reporter accoste le contremaître. Reporter : Pardon, Monsieur ... Contremaître : Monsieur ? Reporter : Si vous aviez un petit instant... Contremaître : Ben, c'est-à·dire ... Reporter : Juste quelques questions. Contremaître (méfiant) : C'est pour les Actualités ? La Télé? Reporter : Enfin oui et non. Un reportage. Contremaître : Ah bon. Le cinéma ... tout ça ... Reporter : Qu'est-ce que vous faites ici ? Contremaître : C'est pour le métro. Reporter : Ah oui ? Contremaître : Alors, voyez, on agrandit pour le trafic. Vous aurez là trois grandes sorties avec deux quais supplémentaires. Avec un passage ... Reporter : Et ces gens qui travaillent, là ? Contremaître : Oui ? Reporter : Ces gens ne sont pas français ? Contremaître : Non, ces personnes-là ne sont pas des français. C'est des travailleurs de l'étranger. Viennent tous de l'étranger. C'est, comment dire, en quelque sorte des émigrants. Des travailleurs émigrants. Reporter : Pourquoi ? Contremaître (un silence puis) : C'est comme ça se trouve. Reporter : Non, je veux dire, comment expliquez-vous ça ? Contremaître : Comment expliquer ça ?... Ben, c'est ce qui se fait normalement, sur nos chantiers. Obligatoirement dans la catégorie d'emplois, chez nous, c'est des travailleurs émigrants. Sous contrats. Reporter : Si des Français se présentent, vous les embauchez ? Contremaître : Non, pas pour ces travaux. Enfin, c'est· à·dire, faut voir comme ça se trouve. On n'embauche pas véritablement vous savez. C'est pas comme ça que les choses se passent. Nous, on est fournis directement par les Services spéciaux, là, d'émigration. Reporter : D'immigration. Contremaître (sans saisir la rectification) : Oui, quoi. Reporter : Alors, on vous envoie toujours des travailleurs étrangers. Contremaître : Obligatoirement. Reporter : De quelle nationalité sont-ils généralement ? Contremaître : Algériens, principalement Algériens. Mais aussi des Noirs, alors pour des gros travaux de préparations, de déblaiement, des choses à la journée, la maind'oeuvre sans qualification. Et alors aussi quelques Espagnols et des Italiens. Mais on aime mieux pas. Reporter : Pourquoi ? Contremaître : Ben l'Italien, par exemple, vous savez ce qu'on dit, quoi. Au travail, il est jamais le premier. Il a son tempérament. C'est le gars toujours joyeux, remarquez. Bon vivant. Chanteur et tout. Mais pas discipliné. L'Espagnol, lui, c'est autre chose. Pour un boulonneur, c'est un boulonneur. J'en ai vu qui déblaient leur tonne cemme un rien. Mais pas sympa, pas franco. On sait jr:mais ce qu'ils pensent. Et mauvaises têtes. Revendicateurs. Tâtillons sur les horaires, les feuilles de paie et tout. Le type à histoire, quoi ! Reporter : Et les Algériens ? Contremaître : L'Algérien, nous, on aime bien. Pas tant pour aller vite. Non, pour le tonnage, on préfère quand même l'Espagnol. Au total, on y gagne. Mais l'Algérien, il est réglo, et docile. Faut le laisser en groupe. Faut pas le mélanger. Faut pas lui en demander plus qu'il ne peut. C'est la race qui veut ça. Mais pour tirer les câbles au coup de sifflet, moi je préfère l'Algérien à tout. Et puis faut savoir le prendre. Si on les connaît un peu, ces gens-là, on en tire quelque chose, si peu que ce soit. Et pour le salaire, finalement, c'est rentable. Qu'est·ce que vous voulez, ces gens-là, il faut bien leur donner du travail à ce prix-là. C'est normal. Ce qu'il y a, c'est qlle l'Algérien, les Français connaissent mal. Faut leur parler à leur niveau, quoi, pas intellectuel (il rit), pas compliqué. Moi, j'ai appris. Je me plains pas. Reporter : Et les Africains ? Contremaître: Les Noirs? alors là, c'est la même chose. On peut vraiment leur donner aucune qualification. Difficile à comprendre. Remarquez il y en a de toutes sortes. Parce que l'Afrique, on y pense pas, c'est grand, grand, vous savez. Faudrait connaître et trier davantage. Non, le Noir, faut le mettre où y a rien à expliquer. Au petit déblaiement, mais pas au gros-oeuvre ! Au balayage, etc. Remarquez, je sais, il y en a qui les mettent aux câbles et tout ça ... Mais moi, je suis pas d'accord. Oh ! là·là ! J 'ai pas confiance. Un câble, ça se tire pas n'importe comment. Je sais bien, ils arrivent à gagner sur le moment. y a des coins, il paraît, j'affirme rien, où ils les mettent au câble et ça coûte moins cher encore que :'Algérien. Mais c'est pas sûr. Moi en tout cas, je crois que le mieux c'est de savoir placer chacun à son travail. Notez bien que le Noir, c'est pas le mauvais bougre. Au contraire, il est brave et pas méchant. Il rigole tout le temps, on sait pas de quoi. Mais difficile à tenir. Entre eux, ils se mélangent même pas. Y a, je sais pas, moi, y a des différences. Même dans leur race. Ils se comprennent pas. Alors comment voulez·vous ... Ah ! c'est pas facile ... pas facile ... 16---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ille millions de sauvages ••• La plece Mille millions de sauvages et l'Hexagone a été montée en juin dernier au festival de Montreuil. Elle va être reprise, à partir de la rentrée, dans plusieurs villes de banlieue, et peut-être 'à 'Paris. Cette oeuvre antiraciste est aussi une oeuvre d'un genre nouveau. Sous l'impulsion du Théâtre-Ecole fondé par la municipalité, la population de Montreuil a été conviée à écrire elle-même le texte du spectacle. Mille millions de sauvages ,est, en fin de compte, l'oeuvre collective de 25 personnes. ft C'est du music-hall ». disent de ce spectacle ,les deux responsables, Jean Guérin et Jean-Marie Binoche. Mais du music-hall sérieux. Le racisme y est dénoncé par le ridicule sur scène pendant que ~s projections montrent parallèlement combien ce ridicule peut tuer. Le titre 'lui-même de la pièce est parodique ; il laisse entendre que .Ies plus sauvages ne sont pas toujours ceux que l'on pense. Nous donnons cidessous quelques extraits de cette oeuvre. ••. e I-hexagone IL s'agit de l'inauguration d'un bidonville destiné aux travailleurs (étrangers) d'un chantier de construction. Le Président directeur général de la société de cons· tructioJ;! va couper le ruban tricolore. Auparavant discours et visite. Un ingénieur sert de guide. Un groupe de travailleurs suit le discours et la visite sans aucune réaction. Un ou deux journalistes. Le Président directeur général (ciseaux en mains) : Mes chers amis, je suis particulièrement heureux de vous accueillir ici, au nom de la population de ce quartier, des diverses autorités et, pourquoi ne pas le dire, au nom de la France elle-même si ouverte et si fraternelle aux travailleurs du monde entier... La France entière est un vaste chantier. A ceux qui viennent animés seulement d'appétits grossiers de luxe et de bien-être, elle offrira peut-être quelques sujets de déception. Mais à vous qui venez à elle' dans le seul esprit de travail et de sacrifice à l'effort commun, elle ouvre ses bras tout grands et ne ménage pas ses dons ... Le travail vous a conduits vers nous, nous respecterons ce mouvement spontané, cette vocation librement acceptée. Le travail sera le signe permanent, le caractère fondamental de la vie que nous vous proposons... Ici, vous vivrez loin du luxe inutile, loin des préoccupations individualistes, loin des loisirs superflus et du confort avilissant... Vous vivrez, vous logerez collectivement, fraternellement, dans une dignité frugale. Vous vivrez sportivement comme vous le souhaitez en hommes véritables, dans le seul souci du travail, à son seul service, et dans la pensée de vos chères familles qui comptent sur vous et qui, de là-bas, de très loin prient et vous disent : « travaillez ,et revenez ! » L'Ingénieur : Si vous le voulez bien, Monsieur le Président directeur général, nous allons visiter ensemble ces logements fonctionnels, spécialement conçus à l'usage de nos travailleurs africains, spécialement adaptés aux services qu'ils attendent. Le Président directeur général : « Fonctionnels » ditesvous? Monsieur l'Ingénieur en chef, peut-on vous demander ce que vous entendez par « logements fonctionnels » ? L'Ingénieur en chef : Monsieur le Président directeur général, il s'agit de logements conçus, adaptés à la fonction de ceux qui les occupent. Ici, par exemple, ce sont de vastes foyers collectifs destinés à la main-d'oeuvre africaine de notre chantier. Nous connaissons bien ces honnêtes ouvriers, leurs goûts simples, leurs habitudes pratiques. Tout ici a été organisé pour y répondre. Le Président directeur général : Très intéressant ! (La visite a commencé.) L'Ingénieur en chef : Le vestiaire commun. Chacun trouve ici un crochet au numéro qui lui a été affecté, ainsi que le casier destiné aux gros bagages. Le Président directeur général : Quelle simplification ! Plus d'armoires, de commodes, de tiroirs. Finis ces horribles problèmes de rangement : je vous envie. L'Ingénieur en chef : Par ici, Monsieur le Président directeur général. Le dortoir : lits superposés (avec fierté), 32 hommes. On pourrait difficilement faire mieux. Le Président directeur général : Des bas-flancs ! (avec attendrissement) de véritables bas-nancs ! Nous autres, dans nos logements modernes standardisés, nous avons perdu jusqu'au souvenir de cette vieille tradition française. Je vous envie. L'Ingénieur en chef : Monsieur le Président directeur général... la douche. Ou plutôt, les douches. Car il s'agit d'une salle-cabine collective. On doit pouvoir doucher de quatre à six hommes à la fois, par groupes de deux ou trois par pomme. Le Président directeur général : Intéressant ! Pour des hommes pressés, voilà résolu ce prOblème angoissant de l'attente et du tour de rôle, que nos salles de bains familiales nous imposent encore. Eau chaude ? L'Ingénieur en chef (ouvrant de grands yeux) : Monsieur le Président directeur général ! Le Président directeur général : C'est plus sain. C'est plus sain ... Je vous envie. L'Ingénieur en chef : Par ici, voulez-vous ? - Voici la salle de vie ou de séjour unique. Le Président directeur général : L'unique salle ? Oui, voilà qui donnera aux heures de loisirs méritées, un caractère nécessairement collectif. L'Ingénieur en chef : La table commune. 30 places. Le Président directeur général : Pour 32 hommes ? L'Ingénieur en chef (rectifiant) 32 places. Le Président directeur général : La table commune Quelle belle chose ! Et regardez ce bois brut, massif. Savez-vous que nous courons les antiquaires, nous autres, pour trouver à prix d'or de tels meubles. Vous avez là ce qui se fait de plus parisien. C'est ça la France ! Je vous envie. L'Ingénieur en chef : Les bancs. Le Président directeur général : Ah ! Pourquoi pas de chaises? L'Ingénieur en chef : L'esprit collectif toujours ! Et puis nous avons beaucoup cherché, les experts et moi. Avec une table rustique les chaises Juraient. Le Président directeur général: Voyez qu'on a pensé à tout. L'art n'est pas absent des préoccupations techniques. Je vous envie. L'éclairage ? Electricité ? L'Ingénieur en chef : Nous avons eu quelques problèmes... Le pétrole. Le Président directeur général : Oh ! cette lampe ! ... Vous avez raison. C'est beaucoup plus poétique. Moi qui rêve toujours de l'heureux temps de nos grand'mères ! ... (s'extasiant) et ce poêle ! L'Ingénieur en chef : Alimenté par les chutes de bois du chantier. Le Président directeur général : Oui, oui, un bon feu de bois, le soir dans la chambrée. Quoi de plus sympathique? Après une bonne et dure journée de labeur, se retrouver entre « copains » autour d'une flambée de bon vieux bois ! ... Vos soirées seront des veillées. Je vous envie, je vous envie ! (Semi-confidentiel à l'Ingénieur en chef.) Et tout cela, pour quel loyer ? L'Ingénieur en chef : Oh ! Une retenue minime sur le salaire. Le Président directeur général : Oui, minime, tout à fait minime. J'y tiens. Il n'y a ici, aucune préoccupation commerciale. Il faut seulement, pour le principe, que les usagers participent, si peu que ce soit, aux frais d'équipement et d'entretien. (On revient au cordon tricolore. Le Président directeur général brandit les ciseaux.) Le Président directeur général : Eh bien, je suis très satisfait, très satisfait ; je déclare ouvert ce bidonvillepilote, que la France vous confie. Je ne doute pas que vous en soyez dignes. Et maintenant au travail ! ... Ou plutôt, pour reprendre une citation sportive de notre Président, et puisqu'étant les bras de la France, vous êtes un peu ses fils, je vous dirai : « Allez France ! ». ( Applaudissements.) Vive la Marine! UNE palissade portant des graffitis racistes et obscènes. Un réverbère. Survient le Basco, un mataf hors service, à l'heure qu'il est complètement ivre. Il suit une ligne probablement droite mais pour lui seul. Le Basco : Vive la Marine ! Vive la Marine !. .. Tiens, tiens, t'auras du boudin, t'auras du bougnoul... Non, je me trompe ... Tiens, tiens, tiens, t'auras du boudin, t'auras du bougnoul. Merde ! (Il rencontre brutalement le réverbère. Il salue militairement.) Vive la Marine ! ... Vive la Marine ! ... (Sans réponse, il reprend sa marche et de nouveau heurte le réverbère_) Dis-donc, dis·donc ... Peux pas faire l:!ttention, non ? Vive la Marine !... Passe devant, mon gars : la Marine laisse passer l'Infanterie. Toujours, dans les batailles. La piétaille d'abord. Pour amortir le choc ... Et ç'ui·là ç'en est un ... (Il repart, nouveau choc_ Il salue militairement.) Vive la Marine ! Merde. T'es encore là ? ... Tu bouges pas, quoi ! c'est ton droit. Mais t'es sur mon chemin, et ça c'est pas ton droit... Vive la Marine ! ... Non? Tant pis ... T'as une cigarette ? ... Une cibiche pour le Basco ... Eh ! t'as une cigarette pour le mataf ? ... Une cibiche et je te laisse passer ... Non? tant pis. (Neuvelle tentative - nouveau choc - nouveau salut.) Vive la Marine! Merde. Ce que t'es dur ! ... Pis ce que t'es grand ! ... Pis ce que t'es noir ! Merde. C'est ça, surtout, qu'on te voit même pas ... T'es tout noir ... Vive la Marine ! ... Pourquoi que t'es tout noir ? ... Hein ? ... Pourquoi que t'es tout noir ? ... Hein ? ... Tiens, t'es noir comme ... t'es tellement noir comme... Même qu'on dirait... T'es drôlement noir !... Dis-donc ! dis-donc. T'es noir comme un macaque ... Vive la Marine ! ... Dis-donc, macaque, t'es un macaque ? ... Hein ? ... C'est ça. C'est bien ça ? t'es un macaque ? ... Vive la Marine ! ... Remarque, j'ai rien contre : j'suis pas racisse ... T'as une cigarette? Eh, macaque, t'as une cigarette ? ... J'te dis que j'suis pas racisse : t'as une cigarette ? ... Merde. Vive la Marine ! ... Si c'est pas malheureux ! Parce que moi, j'suis d'la Marine si tu_ veux l'savoir ... Remarque il en faut de la Marine. Des macaques aussi, j'dis pas ... J 'suis pas racisse. T'as une· cigarette ? ... (Nouvelle tentative - nouveau choc_) Vive la Marine ! Merde! (TI se met en position de défense_) Dis-donc, dis-donc ... Tu veux la bagarre ? Face de rat, museau bleu. C'est ça que tu veux ? ... Parce que si tu la veux la bagarre, eh ben tu l'auras pas ... Moi, le mataf, je bagarre pas sur la voie publique, et surtout une grosse brute qu'est tout noir ... J'suis civilisé, merde ! (Silence - il se rassure.) Bon. Quoi que tu veux, au juste? Pourquoi que t'es là ? ... Pis pourquoi que t'es tout noir ? ... Pis pourquoi que tu prends le trottoir à tout le monde ? ... Hein ? ... T'as une cigarette ? ... Et pourquoi que t'as pas de cigarette pour le mataf ?... C'est parce que t'es un macaque que t'as pas de cigarette pour le mataf ? ... ou si c'est parce que j'suis de la Marine ? ... Hein ? ... T'es racisse alors ?.. Ah, si t'es contre la Marine, t'es racisse ! ... Faut choisir ... Bon, tant mieux, parce que moi, les racisses, j'peux pas les blairer. C'est encore pire que les macaques. Pis j'vais te l'prouver que j'suis pas racisse : Allez, viens prendre un verre avec le mataf. (Il prend le réverbère par le bras_) Viens boire un coup, j'te dis. (Il est arrêté dans son mouvement.) Merde ... T'es le macaque vraiment complet, buté et tout. (Il s'approche du réverbère en chancelant.) Regarde-moi dans les yeux, macaque... Tiens-toi droit... J'en ai pourtant vu pas mal des négros, en Afrique ou ailleurs. Mais des comme toi, jamais. (Timide.) T'as une cigarette ? ... Merde. Qu'est-c'que tu fous là, sale négro ? ... au lieu de bosser, feignant ... Faut encore qu'on vous nourisse et tout ! ... Pouvez pas rester dans la brousse, au lieu de venir prendre le trottoir qu'est à tout le monde, et de fumer nos cigarettes ... (Tout triste.) Vive la Marine, quoi !... Remarque, j'ten veux pas. J'taime bien. T'es mon pote... J't'assure que t'es mon pote ... Pisque j'te l'dis que j'suis pas racisse ... Vive la Marine, nom de Dieu ! ... T'es sûr que t'aurais pas une cigarette ? Merde... Tu comprends peut'êt' pas le français ? ... Ça y est. C'est bien ma chance ! ... Pis va-t-en savoir quelle langue que tu causes ? ... Moi, mon pote j'ai plus qu'à me tirer : j'connais pas le tam-tam... Si c'est pas malheureux ! ... Y a encore du boulot pour vous éduquer ! ... Ah là la ! .. . (Il salue.) Vive la Marine! Merde. J'suis écoeuré! (Il s'éloigne_) Travail, famille, 'patrie UNE queue de cinéma. Quatre Beatniks, un Algérien, quelques personnes. Un monsieur bien mis veut passer et bouscule l'Algérien. L'Algérien: Ne croyez-vous pas que vous pourriez faire attention, non ? Le Monsieur: Eh ! C'est un peu fort! Vous m'empêchez de passer et non content de cela vous me bousculez ! Ça alors ... Amusant, amusant... L'Algérien : Mille regrets, Monsieur ! C'est vous qui m'avez bousculé... Ces personnes peuvent en témoigner ! Et puis il n'y a aucun déshonneur à descendre du trottoir ... Le Monsieur: Non mais dites donc! Je vous prie de me parler sur un autre ton ! Les trottoirs sont à tout le monde ... L'Algérien: Nous faisons la queue, Monsieur ... Je n'y peux rien ... Le Monsieur : Oh ! Mais cela ne va pas se passer comme ça ! Un agent ! Un agent ! J'ai fait la guerre, moi, Monsieur, pendant que vous étiez dans votre djebel! (Le monsieur sort. Il cherche l'agent, en sortant.) Bien sûr, jamais là quand on en a besoin! (Les quatre Beatniks entourent l'Algérien, le dévisagent, et dans un semi-fou-rire, attaquent le dialogue. Ils s'adressent les répliques à eux-mêmes.) 1" Beatnik: Ne croyez-vous pas que vous pourriez faire attention ! non ? 2' Beatnik : Eh bien ! c'est un peu fort ! Vous m'empêchez de passer et non content de cela vous me bousculez ! Ça alors ! Amusant ! Amusant ! 3' Beatnik : Mille regrets, Monsieur ! C'est vous qui m'avez bousculé ! Ces personnes peuvent en témoigner ! Et puis il n'y a aucun déshonneur à descendre du trottoir ! (Ils descendent tous les quatre à pieds joints du trottoir.) 4' Beatnik: Non mais dites donc! Je vous prie de me parler sur un autre ton ! Les trottoirs sont à tout le monde ... 1" Beatnik: Nous faisons la queue, Monsieur ... Je n'y peux rien ... 2' Beatnik : Oh ! cela ne va pas se passer comme ça ! Un agent ! Un agent ! J'ai fait la guerre, moi, Monsieur, pendant que vous étiez dans votre djebel. (L'agent entre avec le monsieur.) , 3' Beatnik : Bien sûr, toujours là quand il ne faut pas 4' Beatnik : Ce nez, Monsieur ? 1" Beatnik : Ces pieds, Monsieur ? 2' Beatnik: Je les tiens de mon père ... Monsieur ! 3' Beatnik: Votre père ! Parlons un peu de votre père C'est de lui que vous tenez cette peau par hasard ? 4' Beatnik : C'est une calamité... Monsieur ! 2' Beatnik : Je le sais bien, Monsieur ! Une calamité ! 1" Beatnik: Au nom de l'Ordre, Monsieur, nous vous prions de bien vouloir nous agréer en arrachant cette peau. Vous en ferez ce que vous voudrez ... Des abat-jour, par exemple. 2' Beatnik: Qu'elle serve au moins à quelque chose ! 3' Beatnik : J'ai fait la guerre, moi, Monsieur ! Je sais ce que ferait un honnête homme d'une peau pareille ! J'ai fait la guerre ! 4' Beatnik: Tendez-la sur des tambours de parade, par exemple! 1" Beatnik : Que toutes peaux suspectes... J'ai fait la guerre, Monsieur ! Que toutes peaux suspectes soient la-vées et séchées .

  • Suite page 15.

Notes

<references />