Droit et Liberté n°011 - 6 janvier 1950

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Dans sa prison Anna Cymbler (20 ans) m'a dit: "en me maltraitant, ils m'ont rendue méchante et j'ai perdu la tête" -page1
    • L'Américain Paul Nitze dirige le relèvement militaire de l'Allemagne de l'Ouest -page1
    • La volonté du peuple Français: la science et la Paix triompheront de l'ignorance et de la guerre (manifeste)
    • Souvenirs à bâtons rompus d'André Spire: mon grenier à la campagne -page1
    • Un juif parmi tant d'autres: la vie, la lutte et les espoirs de Simon Garfunkel -page1
    • "Seul contre Hitler" mémoires de Schacht (réhabilitation des dignitaires Hitlériens)-page2
    • Puisqu'on ne vous le dit pas: l'œil sur Yeu, Maurras et Kravchenko -page2
    • Recours au racisme; des néo-nazis d'Adenauer aux racistes du K.K.K. -page2
    • Le constructeur des chambres à gaz de Mauthausen va dératiser la ville de Linz -page3
    • Les souvenirs d'Emile Buré: les sinistres bouffonneries de Drumont et Jacques de Biez -page3
    • Pour 5000 nouveaux abonnés: participez à la campagne et au grand concours de D.L. -page4

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• ' . • • SA PRISON, ANNA tYMB ER (20 ANS) TOU S CE SV! ND RI D f S' 6 Janvier. 12 Janvier 1950 Belgique 5 fra~cs • m'a dit •• " En me maltraitant, ils m'ont rendue méchante et j'ai perdu la tête. DIJON. 1er jan .... in 1950. L'Américain Poul NITZE LA VOLONTÉ DU WE13 décembre 2011 à 16:20 (UTC):~:Charles 13 décembre 2011 à 16:20 (UTC) NllI'hl Club « r.e TrLomph. 1 diriU,e le relèvement m,ililo.ire PEUPLE .. FRANCAIS lf.~&::;Charles'!~·;~~;:~ d 1 Ail d 1 0 L'llll d~rn!N. 1m jour ~omp8. 1 rabl~ • oelui-cL. l, 28 déef'lTIJ e emagne e . ues U;,;;;;'P~; d~~,~~;:~~;7n~:r::n~:Ii;~;i%n~: ~"gn~ ~?o: ~;::n;:ll! J~'vn~r;;,l~ ~: CHAQUE jour apporte la preuve que le~ EtalsUnis entendent procêder avant tout au r~lè"ement de r Allemflglle o\~ci· dentale, C'est ainsi que la pres.'le UN ARTICLE DE Robert CHAMBEIRON Député des Vosg~s évidentl! du 10UVf'rnpnwnt americain de pouuuivui en Euro-pe une politiQ,uI pro-allemande dlln~ le mauvais sens du moi. San$ doute ce fa it nouveilu ne nous ,;urprendl.1-,-il pa,; lei· lement ! On pouvait lie douter QU'a, partir du mom"l'Il où, ahandonnant 1<1 polilique de Roogevelt, les Ebts·Unis D'ont vu dans l'Allema,ne ottid"nnous informe qUE' 111. George cie Paul Nit:", aux haute!> foncF _ Kennan, cher de la - 1)la- l ionl' que flOU!; avons ind:quêelt nification de la politique ne peut être interpré~ a ut reétrangère ) des Elats-Unis ment que commt': la volonté (Suite pare 3.): vienl d'être Kennan avarietm ejrocuié~ . un rôleJ f~~;;;;;;;~;:==~~IIIIÏÎ!iI.iiiiiiiïiïli~~:i important danll la prepa rAtion l 'd l" HI lm!, Ann. Cymbler. puplUe ee manife$t~ exprimant la DO onte "/nlmenu df> l'Assistanc. publlque, etui majorile drs Fmnçoill d" ,'opposp.r aux pr;parali(, II.vait incendié. quelqUl"f .emai· de gllure 'lui menacent le: mont/e. nf'_S plus tôt. les récoltto' d. son patron. le r iche: termler Au nem de l'humanité f.t d~ dr<,it à la vie, Gaulat, adjoint all maire d4 _ Nous -"oulons que notre Parlement ~drd-le3-Epoi ~!leIl. . se prononce pour la mise hQrlI la loi de - Je ne lIeTal pd plut mal eu. prison qu'au service de M. la bombe atomique . Gaulat. Celtll petite J uive () r- - Nous voulons que les Nations Unies pht"li nf'. qui a pouué au hUArd ordonnent sans délâi la destruttion de la bombe dan! le'! c1o.aqut"S de la' ume de Saint-OueD, dont la m.re et atomique. pre5Que toule la ramille ont étê NOliS demandons que soit con.sidéré comme déportees-, celte "ofant par ai)- criminel de &:,uerre tout homme qui menacera le leun laine . . el travaillE'use, monde de la guerre atomique. avait élft condu ite au orlme par Nous en appelons à toutes les Assembléeg des annéel de brimades. de pel'. élues pour agir auprès d Il gouvernement a f I· n mséecunttiso.n &, de roauval. traiteque triomphe la raison. . Qu~lque8 mois pluS tar,d, en Que veut la raÏl1.0n? août, Anna Cymbler eta it con- _ que cesse la course .ux armements qui damn61l à ~ II,ns de réclusion plonge les peuples dans la misère et détruit.tout par les Ass ises de Dijon. espoir de bien·être Une voûte, des doubles - que soit mis fin ~ l'affreu~e menace des portes ... ._-- •• " du Plan l\tanhall et du Pacte Atli/.ntique. Ccprnria.nl son ori. Imalité par l'apport aux di ri. ,eanh dr~ Etats-Unis rêsidait dan~ le fait Qu'il souhaitalt voir attribuer à la Grandr-BrctUnt> un rÔle de bl"illl'lnt second. Il r~\'ait de rréer une sorte d'a)(~' Washington·Londres. Or. il c~l remplacé pllr snn propr~ ad· joint M. Paul Nit7.r. dont il convient d~ mettre en lumière la • ingulière per$onnAlité. bombardements atomiques Cette anne", c le. titel .. - que cessent les gueues d1intervention d'Anna, dans ta prison, ont été BONNE ANNEE! POIU" que ~t enfant Irllol'de le "urt.. . menées contre les peuple. marquée. par deux petit. évi- unls. no.Wi .dMendoIll!! la pals N lne e$t l~ petit-fils de Henri G.~rh :ml Hilken, conSlll gên~, a1 d'hl!>M1lagne ~t le ntvr.u d~ Plut J.jllken qui , pendan! ta f'rrmjèro gm'rre mondiale. diri;e~lIt tlt sabotage allemand a'llx U.&A. 1t~.la il e~t ""un ou! lli • l.II banQ\lof't DiI'on R.l-IHI et Cie dtont il 1 .,oi: ,.~Mknl. Orl la banque Dilluo Rtad et Cte M 'PtédMmelll l'établissen", f"t Charié des Investissemeau de capitaux américains ., l'~t~ ng{'r et plus soé<:iille· ","ct en Allemagne. r lll! est 111;,. aux cartels' de la Ruhr. _ que. cesse la répression. contre les Parti~ n"m"nb 1 une lettre de « bon- 11. .......................... .. ne année ), envoyée par l'onsans de la Paix cie de S .... lnt..()uen ; et la visite - que cesse lit, guerre des nerr~. du M.RA,P, ! Aujourd'hui, unis dan!'! ce c.omhat pour l 'in- Lof' tram me dépOM devant la terdidion de la hombe atomique et des armes 'Voûte monumental". profonde de dcstrudion massive, nous M vons q at'! tette ~ntn!e de 1. priIIOn. S'mtvn enauit. tll:W " .. te eour eue. au. Ticlgl3 .t.tLle prernlet JII" dtl. r4i.dUuemud.- "'" ~ ~ ta """" .. aMd. 1. c:anfiance internationale. vole Ul'talne du dO'l,lb:. pon. rn'lalllqu.. AYant d~a rmemc:.nt et de la Paix. Avec Pasteur, nous de If'OÎr Atln .. 11 7 aura fl\<lC).rW! Proclamons 1 .. à tram:hlr U"ob lourdet' portes semblable-. et LA SCIENCE ET LA PAIX TRIOM- Vêtue du lBrraut bleu (eUe PHERONT DE L'IGNORANCE ET DE LA vit actuellement à I1DIirme rie), Enu .. leI deux guerres crlte b locQ\l1! II. j!)ué un r ôle considhaMe dans le rrore~~r;ment .(9. l'êt'onomie allemande. On pe'llt ntr'" Que dan!! une laq:e I7W!dUfP elle Il aidé ou tinam:e~\ du parti hitlérien. Aprè~ r ... Uon.dreml'!nt du régime nllti elle _ pris la précl\Utlon de plaCtr les homme9 à de~ poslc~ df" e-ornnlllnde importants. C'e~t GUERRE _. Anna Cymbl~ m'apparaît der- ~;:13 décembre 2011 à 16:20 (UTC)~::13 décembre 2011 à 16:20 (UTC)::~~!:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::Charles,:jè:"::p~éun~onm:.b~rde~, O~DV:be~u'x.~ .;,ll:ullr~v,:e.:id:H~.:an:n.~t'e~.s~ , Comptoir d·arm.cm~nt, S.A.R.L., ~:~;;~:;.;:."rnbu" '. B~Ii- Souvenirs à bâtoDs André SPIIUJ: NOUI !lOtiS' prUms t!.~ vf.rjJ/~ 1_'---'-'--_....:. ________________r_ o_m_-=p_D_S_,'---'p'-8_ r ______________ mM intIication, et de vir~ l~ ,aide de votre compt~ dll montant jn.diqlL~ a notr~ compte eheque f)O!UtI Berlin-Ouest N· 1;5.532. • [~~i Que Je général Draper, \ljJ'",pri~;dent de la banQue SI! vit con!i"f IR direction des afh lTe' .UetTtande ~ tandis Clue le ' K'rit,ullt d'Elat allx fon:r.t' IIrmee~ Ih it attribué il M. For. 1'1'1 .. 1 dltnt chacun connait le dr~l!b à t. fois tra;:ique et IP'L.,d-cuilno! ('Sqlle. C'1!!û dir!! q~lt la désignation .. ÙL • lettre d'sHaIres .. dont nous "Publlon~ cl-deMus le facIJlmll~ prouve l'existence iL Ber- 1I11· ~U~ d'un comptoir d'Ilrme~ ment (RlI.,j:i1lngskontor), qui ne ch6me PlU! 1 De fa it. :Berli n~OUe8t. BOUS la dlrecUon dll ., soclaltste ~ Reuter, n'est pas en retard sur l'Allemagne d'Adenau~r dans le domaInl de la remilltarl.!;ation, F{ou·f{ou •.. hall noirs ... new-Jook ..• ILA MOII)(E !EN CIHIAN~©N~ FrDu-frou, f((IOnl,us .. _ Et ri '~ttd prix ! L A S,A,C,E.M. (Société Iles aUlcul"S , COluposi. tCUTS ct éditeurs de musique) fête en janvier 19,")0 ses cent ans d'existcn4 ce_ Cent ans au CQutS dC5- quels un million de chatlS0115 ç~t entré chez clle. Cé:nt ans, c'est bien court._. Et un demi-s iècle, donc. ! 1900 ! C'lit.U hier. ditent hlrn souve.,t ('eu. Qu i ont con· nu l'. hC1 In'Use ~.,aque ) . AJor,;, 'l'ma v~yu Le 11~ll p;J m~rch,,; marC/if: """If'. dit la chanlll'll\. Cinquanhl anll d .. prome.nilde .. tl'lver" la .·h.r:~·'n IrllT.çal~.ot,

.- 111 P'1Jl itre CIfl'lllln\t an.

te promenade .. 1.1'a....... la modr. rtirnininl'. Li.~e-1. plutM. \1)110 ' ... On Cil;lllt", t'Heure Les Bns !\'o;n qui or.t été 6nih !;cpl "IL~ avant. \( Lr.s bas noirs sont crux quc je pr6fêre », clame la pl emiere ph r .. o:c de cct air il sllccès. Le c; heL~, cependant ét,lit nes ll lw: IlIcjJ i!'~: les b ~ <; gris, beigc~. dl;!;lr 011 tour- 1~clle n'existai!'nt pas; on n~ I)(Jrlait exclusivement Que bas nOIH ou blallc!, Les ha:; d'a1l'curs ont inspiré bien des :mteurs juSQ.u';" Sa int· Gr:miel' Qui ~I tvit en 1924 urie ("hanson au titre prometteur; Ulli' jolie jambe dans un Joli ba.! ! Ma.is rt\'enons â notre promenade- exp,-c;;s. ËPI)O. c'est a lllS( Sulle pace J.) J. WEIL. Mon grenier, à la campagne •.. • LORSQUE M. Bruck der d. collaborer très embarrassé : nie fit l'honneur de m~ demani t( Droit et Liberté " , je fus Je t(Anille trè! lentement, lui dis-je, Je suis incapable de me mettre à ma table à heure fixe, de rédiger en quelques heures un article à remettre à 'l'imprimerie dans un dél.i déterminé. Des études, des essai! précédé! de · lente! lectures autour desquelles on peut loogtemp! faire l'école buissonnière, voilà ce que j'aime. Si je me mettais à préparer quelque chose pour vous maintenant, il me faudrait des mois avant de \-'OU5 envoyer une seule ligne! - Mals. me dtt-II. lt 1 .. des chose .. Que 'Vous ~tes capable d'écrIre RU jour le Jour, et asse?: vite. J'al lu. l'année dernlêr e. des fragments de VOI'I Mémoires. Ne pourriez.. vous pas en donner Quelques· uns ê. Droit et llbertli ? - Oh 1 de!!o Mémoires, et cela en grOll caractères gras en tete de simples extraIts ou résumé!' de papiers déjà an· clens. que j'ava ls eu la chance de retrouver des mon ret.oUI fin FranCe â l'UnIversite de Toulouse dont la bibliothé· caire en cher. Mlle Françoise Arduln. avait eu la. générosIté d'acceptfir le dépot au début de 1941. Des Mémolru, non ! A pel· ne des bribes de souvenirs. Je n 'al Jamais écrit de Journal. Ou plutôt je l'al commencé plUSieurs fols. ct au bout d'un mols ou de-ux, le l'abandonnaI. J 'al êtê bll':l1 trop pris pRr la vie dp. tous 1('11 JOlirs pour m'amuser a. la regal'der, à. la. raconter. Mals thJes, d'amours, de halnea où S8 forme, s 'enrichit ou bien se contracte et se rétracte _l'esprit d'un homme Clue le sort a faIt contemporain d'une évolution sociale accélérée, des plus n1f'rve!lleu:srs découvertes sclentlflqucs ou ~pplleatlons Industl'Ielles, de trois guerres et de pas mal de révolutions et dt' coups d'E~at. Mals cette alluvion d'é v~ncments, d'impressions et de rêves, comment aujourd 'hui l'approcher, m'y recOllnattre ? C'est un chaos. Certes, rout cela Il été mlraculeusp.mel\t sauvé par mon ami le prof esseur LouIs Ouilla ume qtli était parti quelq ues Jours ayant l'armistice pour mettre à l'abri dans le midI de I II. F'ranee des documents secrets de la Reoherche Scientifique dont il était le géologue, Rentré à Paris en aout U ,'apereut des manoeuvres de mon proprIétaire un homme bien r('spectable. très frontpopulaire et- radlcal~scoia.l!ste - pour le débarrasser d'un locataire Que la vlctoirll a).le· mande rendait non·rentable et suspect. Aidé du professeur Le Bras. de l'Ecole de Droit, ~t; de Quelques bravel gar· dlens de la bibliothèque de la Sorbonne, Il déménagea à la cloche de bola mon septième é taite. eoltJnant lul-méme paquets tt caisses, et les t rans· porta dans les cavel de la Sorbonne. Le conservateur de la bl· blloth~ue de la Sorbonne, le potte, l'érudit lean Bonnerot, eut le eourage dot lei 1 hOll~ pltallser jusqu'è, la fin de 1946. Mals. comme j. n'anis pu retrouver' qu'un appartement fort exigu. je fut obligé de 1('9 envoyer t la eampagne où il5 sont encore en vrac dans un grenier. Quand j'al absolument besoin de quelQu~ chose. Je pan là~bas au ravi' talIIetnent et j'éventre quel· que paquet, je décloue Quel· que cals~('. Et c'est un carnet de 1914 <lui en sort a côté d'un pa· quet de lettres de ' ma mere à mon grand-ol!re en 1860 ; un réelt de l'occupatlon de notre maison de Nancy en 1870 Quand les boches n'étaienT. encore Que des alboehn ; les letl·res écrites â son mari Louis Nat.han. rabrlcant de gants à Lunéville, par mon "rrière lrand-mère Brunette Hadamard. pendant un voya. ce qu'cUe fit de Lunéville a. Hylh'es : ou 11':1l not.es que je prenal. en 1894 lorsque J. J'al conservé bt'aucoup de nO·r---------_____ ----________ ~_Î t('!I. de lectUt'C8. j'al grlfnnné des résUlnés d~ conversations. J'al noté des Impre-s ~lol1S . des paysage:>t, dcs t:z.s dp lt:vers ou de couchers de soleil. ,J'al garde des Ictt rell dt' parents et d'amIs. Je ne peux: Mellirer une lettre, 11 me ~cmble Que je déchire une ~mc. un morceau d'âme : Que j ~ rejette dans le néant des etres Quel j'at connus. qUe j'al alml:s, Et, eomme avant 1940, J'avais toujOttrS eu la chance d'habIter un appartement ~ vec eolns. recoins, alcôves. cajlbls ou caser des r aynnna- ges et du eb •. ueuu. je posa~ dals une assez Imprcslonnante collectIon de documents. J 'aurais pu y ra rra!chlr ma me moire. y retrouver I{'s ra l~ saillants dont j'al éte le témoin. 1 revlvrl! le tour· bUlon 4·'mo~lon.. de 5ytnpapréparaiJ: ma thèse de doet.o-, rat sur les attroupement..a et sur lei exploalona a. la dynamite Clu1 se succédèrent de 1891, ft l'assassinat du président Carnot par Casérlo, le JI mal 1895. Tout eela lera remis en ordre, et c1a.~~ - si Dieu me prête vie - '-u coun de vacan· CCII lutur"., Mals, auparAVAnt. il m·est. lmpossIble ds faire un reclt qui se tienne. oÙ le présen~ ne se même pu au passé, et aU!l61 déconcertant DOur le lecteur que mol-même, . - Mals, répondit M, Bruel<, l'ordre ehronologlque, je n'y tiens pas du tout ... Continuez à fouiller à bâtons rompus dans vos papiers et Iii l'OUI! pouvez {'n tirer quelques mMceaux que vous jUi"eru: devoir Intéresser nos lecteun. passl':z·les naus. Faites ('omme Emile Bur~ qui vient danll I;e$ Souvenirs Inedits, de nous rI! vél~ r tant de faits Inconnull sur Drumont, la France lulve, la libre Parole avp-c sa rédacHon, une bande de boulevardiers, de fantaIsistes, de brettP. llrS, d'lmbécllell et de tri) XIns. sur Arthur Meyer, ant!dreyfusard bien né et .on journal Le Gaulois : sur le dC"50US de oette ptlrlode de comblnal."lons de finance vêr eus e e t. d e démagogie. d'émeutes et d" dUf'11I 1I"nglants. qui pl~da et suivIt J'arrestation de Dreyfus. - Oh ! Buré a v~cu dans rcntoura~e de Clémenceau ct de Briand. Journaliste. Il i\ connu beaucoup d'hommes pol!Mque-s, de grands person· nages d('~ milieux les plus divprs. 11 Il tra\'rr~ê I('~ phmchrs l't ks coul!.~scs dl': l'Hlstoire. de l"hlstolrp ('fi train de sp fairp-. Mol jP. n'ai gu/::re été mèlé il, la vip. publique, du moins :.\ ce qu'elle a dl': spectacula! re. Au Consl'lt d'Etat, ou dans les divers servIces de l'Etat auxquels j'al appartenu, je l'al plutôt frolee, Quelques contact.s, des plqùres. J'al essayé de réparer des In!u!;tj ces, de réveiller les endormis. J 'al éte ramé, InJurié. J'al repondu. - Eh blcn ! mf' dIt M. Bruck. voilà quelque cho.-e pour nous, - Mals ce n'est que de la petite histoire, de .la t.res pt:tloe hlstolrf!. - Allez·,. 1 'tA. l'trl'f'I"e), assIstent l notre br~ve conversation (lei dix minutes réiJe~ menlairea), La jeune l~, ~é" maint.n:lJl\ de 2!l ar:., 1 le ,,.h'! lral.t.. repoM.. Ell. eat oalme. A qlW'liUftI rtiJltt .. , au re,ff me de la Pl"~, l'ne ripond "n aHlrmant (lu'ell •• st bien trai· Le Mouvement oont'l"e le Raelsrnlr, l'Antisémitisme et »Our la 'paix a déeidé de sal~ "ir le Conlieil supérieur de la Ma.gistra.ture du eas d'Anna Cymbler. d'attirer fenne· ment J'attention des pouvoin publiet sur lu problèmes anioissanta qU8 soulèv8 l'enfance- juive malheureuse, "lctLml\' de la perre et du raebttJ •. Dans lIotn Drochain nu· méro, lIOUI!! l'ftIdrons eompta de l'adion enb:-eprise et, nous l'espérons, des premien résultabl. . têe, qu'elle c n'a pas à Je plaindre J. Du bagne à 1 .. prison Quand je lui parle de son recouu I!'n grace, eUe .'anlme un peu. Mals, uns être le moins du monde dé!l.elipérée, ell" ...... p-pliQue pourtant à ne pas s'il· lusionner : - La pluput du temps, les ueours en crice ,ont rejetés,· d il-ell e, Ilttendant de moi une réponse qui la détromperait. O:>mme je m'dfort'e d" l'en~ ou r llge r, "lie constate avec un J.Qupir : 1 - Ce qui me manque. te n'est pu les trlandi~s. C'est ... Elle ne continu" pas. J'Iii comprl~. Ce Qui lui manQue, c'e~t la lib!'rt~ pour ~R jeufie~ Se, c'est une vie nouvelle, dilj'ne, heureuse, c'cst une fa· mille retmuvée .. LI' lui rionner, ce ~erait là, san~ doute. lp meil· le-ur service à lui rendre, à elle, ains! Qu'à 1:1: !WClété. Car toute l"en!antt de la pc:-tite tillt! Il ~té un bagne. En" il cru se venger, se libérer peut-être par l'llet,, il'\lItinctit qu'p.!1e a comnlitl. &>ra·t--elle plus apte à comprendre la vie, à mener une vie normale après cinq, an, p~ ses entre les mur. d't1U pdSO! l ') - l"cltSn, ~l~U. av.<'" une .Oe" tn..lu'fl.t h.K.lu l MIUrÜtIfJt inj. .J.* UaC•" o, •~ pula , Ile Je- SIllJ Id.... Et pour ('lUse 1 « Je veux app,..,.d .. un métier a_. - Si VOU-.'i Mes 11'1dH, q ... terez·vous 1 - J'irai ehe:.; mo. onde, , ANNA C'OIlBI.F.R. pltotograpldû r-n oIImit ~lIt .on p;-'XQ Saint-Ouen, le .lI ,a'U .' .... tend. Je veux "fine nec: 1111 De l'As~istance publitl\iiO ~~I e DC veut plus p.n cr.tendre parlt'r. - !Hais Que 'er~-vlMUl , '- .SI je ~ ull- t'allable. J'ap.. 1I1'endl'al ltn ru ~Utf, d~l An.n:., ~ans héslt ("r. RIM n, J'.lmer.11I raire du trlccl:tu nu de la broderie. . On sent ton die la vo.lOllt~ de réaliser tous les _«orl.l ~s ~ ajres pour se réadapuT. pm;r mener une vie honnUe et lahorieuse, (SUITE PAG8 fI Albe,t LEVY. UN JUIF PARMI TANT D'AUTRES La vie, la lutte et les espoirs de Simon GARFUNKEL (VOIR L'ARTICLE EN PAGE 4) Amis lectelu·s ... L~s eonditlons difficilu loopo_ èe. aujourd'hui à. la pre.u IIbr~, lu depellsu eon~ldèrablea que II t cnslte 1 .. publlea.tloll d'un hebdomadaire à. l'a~ ri. au !Cull de cdLe .. nn è~ So _ (,,,,hi d'imprlmerie, d~ pa,, 1er, de r';d.ctlon, eu ... IIbll ... nl provisoirement Droit el Lib~r tê ;. paraitre 5ur qua- Ire P"II"C'" _ Orj(:o.ne indèpemlanl. Droit el Liberti: ne vit que de ,... \'t.nle eL de sa publidû, i.- l'heure .~ ... e oÙ ta. t d . Jour- _a:or nt' . .. Iv~n' le.r • brUI .. ftllt. >t-Jd.teace • '1 •• 1 du . ah_ IWS " .... II ...... DrflU et l.1bert' • • I.oept. 'Ille Mlr r~- menl de 8U leelll ....... 1 IId ont pertlil. Il " .. &tel. ".lII de devenir helJ .. om .... ". J n ut (ier da 4évO'llt11:1I!in~ ... .. am;l, de se, dlf1u"a.r.. ... ..",. abonnur .. n url ,Iua .u. JI. Olal" "Ivo"" " oombatUl, d po\uSQh'u S&n!I r.l1r'" .... la cClDM:Jence de ...m, ••• CJtUSiI hl.'! '"'. 1. "_Ml ,,~Jalnt eaatu l'J..IrtiH.utina_ d le r:>.<::".m" POUf" ta .,..b. U 1- con(hlnce ni 1'1 ....... u.... .-ne d'_bou."'llla, 'Plu lèt Ir. elJel'W-, la Mr.l'lt .t:IllIw... H ,,1 .. w, ft " ... ra aoe,ei". le aoo.bu •• tU ,., .... A.I, IH' ... .,.. t. ..d .. Do 1.. .. ..w. '"' ...... _2 DROIT, Er LIBERTE L'oeil sur Yeu Expliques-veus ! Ce vendredi. .. l'As~embl~e, !l tut. RU. COur5 de la. dIM:u.H!on du budget. un mom',nt où. les représel': tant! du 20U\'ern~ment ~e firenL li. lour banc tout petjt~, Maurras Ce qu'en pansent les Fronç"is Une saisie ToujoUl'.~ F_~t-U que la. prlJice a dù r~cemment, ,'occuper de!; éditions R~llli$me. M. Lamtne-Gueye, d~pulé noir nu Séntlgal. membre du groupe 6oc!al1at~. était /1. la. tribW1e. '" PourQuoI. dit-il. vene~-vou~ de prendre un d~cret aux termes duQuel Jell fonctiollna:re~ noirs d'outre- mer sr.rout me>!ns payés que les lonct1om1Aire~ blanc~ ? et Kravchenko A. dUaut d'en parler au mlnls~ de l'lnUrleur. on en .. PllrJé . !J conseil municipal d·Am,e~y. Un vr.eu PI'é5ent! par M. Blade, prl'sldent de la 1".:-.I,D,I .R.P. de lIl!l: e-Savole. a tt.é voU A. l'una.t:. l:nlr" r n 4~mande au goUVtrnenunt . 411lludlre 'la parution de J!ta.li1mc tt 4. Paroles Frosllçr2I1e.J. Au gra nd Jour lM 'c:lI\lcl'LI Rte/lime. du bouIfrYlrd 8alnto-Mlchel. "olla une ct, cu m.L~1)JI,f l~ e lu lecteun de D ttJl! ~I Lfbe, II! ne connal~en~ que mp. Ur.fi I)rOp,tI,ande par trop O!taw~~ rn talleur cI'un I),uu;me mm! PU umoufJ,i &uralt <hl depulft IfIIlJ1,t'mps d~là provoquer n. tt'rmtt.uNl. Et,·l1 .d,.mLuJbl. qu'on puls.~e I,U:: ItvU.rd'hUl "n rr~nce, rtpandre li. brtmf!al 1. pollon raciste et InUlémltll , n ~mb!t que M. Jules MD~h 11.'7 vtJlt JI" d'Inconvtnlentll. UN ACTE DE PAIX Elle :i. ~ai51 dl!n~ j"urs ltlcaux 10,000' tracts chantftnt les Jouan· ges de Pét.a!n, les mémes Que les 100,000 qui avaient été précédemmen~ confisqués daru; une imprimerie d"! l'avo!:1ue l"'foUx-Paure. Inutile de le dire. l'action dt. le. J)Qlioe ~'est arretée Il, ~ g~ns de RMlisme pourront ilnpunément poursuivre leurs l'Iletalu, Pu d'autres '<oies QUIl du distributions maMÎv~s de Lracts, voilà. t.out. La creinte du ,ho, en retour Mals pourqunl le i ouvemement a·t-Il tait sa.tslr d~ trleu réelllMant la. libél'atlon de Pétain 1 A-t _Il jugl. comme la majorité des Françaili. une telle campagne au· tour de la personne du markhal félon parfaitement lnSUPJ'lDrt.able? Mais.ll s'apprête à prendre lulméme des m~UIes de h.veul' A ,l'égard de J'étain 1 Alors? La. v~l'itt! n'est~lle pas plutOt que pour mener l bien il. pollUquè <le Tthabllitatlon des coUabos le iouvernernent préfère dl5ilmU- 1er le pll16 pû6Mble combien l'ne MIn Iel; uplratloll6 et lea d~eln& de:;; néo·nuls ? NON ADMi Mo Bldau.lt né pouvai~ quand D'I.!me pu: répon4rl!. c A came de la coule~r de leul' peau ,.. Il resta col. M. Lamlne-Gulye ne cacha PIU'i Qu'}l "oY3lt là une manlfl'1Station de racisme. Ce qui ne l'empkha \:lIS toutetol& de voter la contlance, Des poroles et de, o,tes Voilà, donc que s'est r~unl le Comité international du Con8Th des Peuples, cette émanation du a,O,M.I.S.C,O.. chag:é p3r le$ st;vlces seents anila et Ilméric.! n. d.'endiguer l'up ration à, la liberté et .. la justice des peuples colonIAux, Le Comlt,é jn~rnatlonal a pro. tesu; contre un {as de choses, Colltre la répres.,lon exercto! par le iOUVel'1lemenl fra nçais a 1 égard du RlIsumblement ~mo· cratiQUe Afrlr.ain, Vive la Pologne! von;\. cert~.~ uue e'Xc.1amst.loo qui ne plait pas à, n:j:loque, tant pour c"! qU'l'ill'; vnub.lt dire quand elle exprimait la solldar!tt dt.! l'l'ru; de coeur avec tou., les opprI més que pour sa aignlt1caUon quand la Poloane C!$t dflvenue 1 .. grande natton d'un peuple libre. Ce n'est pu un vlln mot, l'aatltîé polnNil'll'. Et Il fa'l~ nI'· • &nt .... qut da 1II .... 1.llbln: Dl'ImA~ d8 l)OQl' t. det.nurc-_ EUt l'e.a ~ , prime d'Ill!l.ews dar..s lA prow.la- Uon qu'a e:e·.ée III 6tcllon syndl· cale de.~ éloh'1!1\ M l'Eeole Nor· male Supér!.eure contre )·expul· 6ion d'lntitJtuteur!' polonais. C'est Justement tette prote,tatlon qui déplaît il. l'Epoqtlt., RIl loo!'J. de plus pour crier en· core plus fort: Vh'e la Pololne 1 Me rie-Madeleine ... AprÈ's .s'Hr~ donn~ pour cllncteur I~ trts pétalniate général WeYland. l'Acad~mle françaiAe a décerné 50n grand prix d'hl~toln connu SOUR le nom de .. prl:c Go· bert ,>, ' Qui r~compeI)l;a. dam le pusé certain Mgl' BaudrllllU'l. Con.tre le protectorat en T.mi- Qu'on connut a la L,V.I", l\.le, contre le discours du &,I!neral Le laU(ht. cette fols, est Mlle J uin au Maroc. contre le procé& Marie-Maddelne Martln, de Madai'alicar .. , CoJlaooutrlct! du Journal AI. Toute.s protesl.atlons quI ne I~· pccts de la Fra1lce, nent en rien par alUl!urs les ml- Et maurrassienne. Il fel.ldreit savoir ' nlstres socialistes du iouVt!J1'!e- Voilé. l'AcadémIe! ment françal.<!, conl'oClems et reB~ En attendant on ne noUll ~par. pol\!able.s. ."ses idées ... gne, dans ctl1alne pteue. lueune Cette Mar1e.M&deleine Martin I II Nt ':rare de reucontrer information, N.t-eUe la plu! ml. ne no\l.~ e!it d'a1lleurt. pU Incon- 4CJ1 ,UII qui l'e d.isent nlme, touchant la. pe!$onne et nue, ou .... r1e.me.nt partisans de la l'entourage du prlsonnl,l' de l'l.le Elle prefaçll naguère un livre d'Yeu, Intitule Le prOtes Xavier Vall.a.t l'tI"'r .. , A molna de Jel! cher- On nous dit ainsi que I·,sea. présenU pllr s~s amis, tber aux Etats·Unls, daus Je dron de la .arde républicaine de Car pour ~tr" laurelte d'un fIIo_de des te crandes a{fai- Luchon a remplacé l'e~cadron de prix dl'; l'Académie on n'en est tu ~. dans les milieux des la garde r~publ1catne de Marner; pa6 mol1lll ant.lséml~e. trudL Peu de (t'IlS o&eralent ~h~f. assurer la gard! du mar~- ,.,ses amis: •-...,..'.~ -... . art l au (raDd j our Un escadron. f1ch~re ! r'moi ••" •• Cette récompense a valu 0\ Mlle pour de nouveaux mas~a- La. iardt du maréchal? Ne Or le Congrès dell p~uplEs veut Marie·Mlldtlelne ~t .. l'Academle TI <on dlctlDn plllld~e de c~~ Qui ne On est '" prie de ne pas ex,iter ... 1.atM't:u1ante ri..., ~ d. e p~ • cl'aiDe!Jn mUi la JI'Ief' .. • '(!rel~. A M. SadI .. n4hry. quI "I~ht al' décou\7lr d. ns le oode 'P~n. l un moy.'!D fl4!i'lInt. de r~gler StS dlffêrend~ avec ... la critique (qu'U appelle d·allleurl!. r.ielUe Car1& fI) , « SI Iv. commettais dt!sormau, lUI dit- Il, l'împru(ftmçfl de t'a.tlaqu~ r pull/lqllemtnt à mes trQValU, cela dtviuuIrIlU alors tie ln diffamat! cm (rien mojn~s 1 .. ,) (!f tu aurats ~an,~ d.oute CI- t'en mo!'(it~ les dOigt.' (a r ticle 28 de la lo~ du ,uWet 1381) ~, - L e" Irlèmnaux a!Jec malt crie Sacha Guitry. le cbllabo. SI seulement rien n'ava,it ét~ !I!.Jt Jusqu'Id pour le Jul faire croire j Bagatelles po"r un procès Qu"nd a rut question pour lui de rendre des comptes devant un . tribunal, Scapin! ~e découvrit bru.~Q.utment malade, Quand son prock fut appelé en jw;tice, Hol'ace de Carbuccla. l'était au.~si, Mainlenan ~. c'~t Louis · Peroinand Cêline. le t~ hitlérien cl. Ilnllstlnlte lIu!.eur de BagoeUlleg pour lin ma~W(' r'! . qui l'l'plique de la mtme 13con son ab~ence deu,llt la cour de Ju.stlce appeljle t ,'occ\\per - bl~ t-llrdh'f!01ent - de luI. C'e6t une l"trltable épidémie dam; le gu.tin de la'_?:~u,.~:"'!:'?:1 011 ne uvalt. pa.5 pouvaient eux-méme5 tn,'}5 du eholér., ou de l".~!::~' Ils peuvent tollt.e!oi&-~ • • "SEUL CONTRE HITLER" lIan! l'Aurore, dont la lecture est officiellement re~mmanMe par les dlrllt'flnu du R.P,F .. Schacht, ml.nlstre d~ Finances de Hiller, banquier n Ol, publie ,!;e!l • Mémoires II sauli ' le · titre ... « Seul contre Hitler! :0 Aflr~s les tI Mémoires » de von Choltitz dans III Filaro. r.ette pubHcatioQ Il'in~rîl daru; le plal:! de réhabl1ltatlon d~ c rhn in !'l~ hitl;'r1enl'l. Le~ ' dirlgeallb ametlealns vou· dra lC1l1 e. raire .e. aUIH datls une nouI/eUe JU erre t,nntre le!> vainqueurs de StaUngud, libérateu rJI d 'A u~,.,,-II ,. Ct-deuUlI, H1Jler pr~51d.tt ua. ririmonie nal:le, eull'e Goerml% et Sr.haeht (à dt,) [ RECOURS AU FASCISME Des , neo- nazis d'Adenauer aux raC•I stes du K. K. K . L E 25 nOl'embre dernier. les nnÎt'! de l'Allemagne occidentale qui se .roupent autour de '·.Unil1n nationale ,. dirig-éc par Feu· tenhauzel , ont organbié un meelinl:' à Munich. Le$ antifasciste!! dt cette ville ont pénétré tians Iii. sallc et' mi;] la manifellitation etl échec. 800 polirjerll. et une aulo hlind~e am;'ricaine a"ee, un detnchement de policlflr8 sont. arrivés li ta rucolts&e deI!! nazil!l. Aprè~ hl colHsion qui en résult<l. un "rand nombre d'ant1fasci~le!5 ont eté blc5Sé!5 d jetes en prlwn. Tp.lle est la vJe de tous 1". jours en cette Allemagne que les dlrigeants anglo-amt'!(J· calns transfor,ment pcu a peu en nouveau !oyr.r tascls~. Dam; le dern)er rapport que le R~méral Taylor. procureur genéral américain au procès des criminels de guerre allemands i\ Nurr.mberg. à présenté au ministre de la guerre dcs U,S. A,. Il est reconnu que J'armée américaine n'a pas su dénazi· ~ler l'Allemagne où on observe une <1( rena.issance du pouvoir autorlta.lre ~ (I!sez : fa~cI~t.e). nn..men~ ItUr un1llcallon " IlJeure aetue:!e. lt. criminel de " lerre KagaYllmll. t't • la Ittt d' r organlMr!on « Foud! ! Tall,u. k:1ï •• qui publi! un-! rtVUe DU' ver\em ~n t laJ! riIJle, Les d!rJgunll ang.o - amérl· call1.5 malnll~nnent par :a. lorcll dN\ bat"nnrtt!, le régime monal" cbn.ru t-t.. en Orère, ~ Itl~n' n4lnt ft(lnrmlQ" .. .,mtnt., po(I' i"lll eD1" TlI. ",1.11~",me nt la. di rlll.tu re ff'llllc;u~l" ,!\ 'P'...o;pa,gn1, \n.' t).~1 el onenlrnt. ,'nçtlvltO des l udl.les de T lrq\l!e. f.n s. JI y a ('eftes des cy- volla-t-il p~ une de et!1I eltprM· ~tre .550016 à. ces .. <mqu,!te6 ~ur certaines ft'Hclbtions, ""[nu"", quI dl~C1It tOllt haut slon~ qu'on lvai' déjà entendues 111 tr(J.t'(J.i~ /orc~ et. !e~ I.ltUfntu Celles dE' L·Actton. /rtlllçt1./St, Ur----------------------------.., lcun I.in.l$tru projetA; • . n-laia du c6'..è de cmalM station t.her~ I.lILZ dro/!. dt l'homml! • qui ne V~ ~ns dire, Comme après champignons la pluie ... On noV- 'm.. ~';f'url eJiJ:pll ce d'llct!vM panni I~ éll!m ~nUl l as~ I~t.e$ aux EIIt~-Unls. Btn~IGlel1t rte \'a.llItlirie fa\'orable d!'e a.utor! té~ of!ki~a!~: le Kil KJuKlnn '. le c FrMIl ch rlll~" " U .. p!lrU rJc., ,fonl/lts .. .. ,,~ melque /l:r ane tOUt ,.. l.e .. ~f MtiQ'lail,lt • e~ d'autret3. U 'Tlvai! d-e la. fam,~e , oonmwt,lllJ1 d'enqlJéte Aur !el 1t >;\tT ,'i1t J'IoQ.Oa:"'+ rl'Ilne Il e~ li! ri~' ~ttId: . il'll,nlA I..a- I~w .. du r-:1ltoert· m~.,t,'·~ d_1 \}." A. ~ lIrrun!l'tt II tal(;.JSl:on 4 la \lI!! pn;jt/qUl' ~ ~ale des U.S.A, 1 male ? sont Qu.e battai!! organisé J)Qur la. Et celles aU55i de Ce Matin-LI! 1 f'!lt 11111'1]: fréquent de roo- _~ " d Pa"s. quoMdien ,.ulUste dr,", 'n Alor~, ent..endons·nous 1 Un es· p."pua on j tolollque d'une ~ '" L'ACTION DU M. R. A. P. ct)nO'er des « Ideolollles» cadron par mt~ure dlulpllnaire, noul'elle Guerre. saupçDnnait déjiL les lttlChu qui âttrbent, au moyen pena.le et de ~ur!~ ... On dit, .jnsi que du eamps dl!! avec. le.<; camelots du rot. d'uft 1lUl.,a,e approprié, à. du 1 h concentrt.Uon ODt resurgi dans la Droit et LlberU n'y Jolruln. \:las J un 1 1r ri ... Ou ,bien pour ren es on~ lone tU55e d'octup.IILlon· en AUe- lu slennE's. ,~~ c ~~tI::te:~ CQU~:Charles nel1r8 ~eaCharlest~rCharlese é~a~~ltle~~: Du côtë de l'hermine le nouveau Comité Je Lyon Or1ce aux autorités d'occup'lpa. tlon anglo - am~r'.calntl:, les prtnclpa.l~ po!-i tions éoon"nt[Ques et politlques 'de 1/1 c BundMTepub: lil: » l' ItO<.l ~p.nt n:lre lu ma l n~ d-.. mAl;%I1!a qui [!D~ fYl'.IT' ri le mouorrtl'nt hlllt!ll#1l. .. 1 Ul.' 1 re lè.. mains dC:§ criminels de guerre, na"':6 not"irf".8, •• , . pal' t"X'~"Dle 1 de vertueU6e IndltnaUon, Un mouvement, .. eulleu rw.m. « ('he D9Unlie pure l'lat Or. M. l'ablM Louis. de la F.N. ment dans la. magbtrltlure qu'on a tenu sa premlere reunron D,I.R.F" vlent de dklarer A Mu- dit IM5l&e. IbJiJtalttlall' tmllOMlble. Le nlch Qu'il n'a. pu dkouvert la 1.", prhJdf':nt. Durkheim qJJi dl- A la. premIère réunlnt) du nou- .6JlllIe ut Jas de la dernière, moindre trace de ca.mP6 de c.on. rlie&. les débats du procès ](r(tv. \'eau Comité, le bureau a été It>r· et lIttl' d'alMlrd .. ",ous- centutlon dan/l la. zonl! rUMe ch~1tk.o-r.flttru rrtl.1l(ditu a. mé- lné e~ les tAches dÙ!tdbuél!G corn- lrulre: poour Ile lancer dans QU' Il v1e nt de vJslter. ri...... - 51!.'l on le seotiment de rnesult: N/)II c vertueu.: , lIont donc M. René Mayer - un 61è,e <le prilid#!1l! d'honlttttr Protes. .. Dl'O(,balne ... ,., etc. bien 6eUlemen~ des menteurs. conseillel' À la Cour ,de cOllsatlon. leur Wer\.h"lmer; p,~sidtrnt e/- QutUe ItteoD5Clence, ou'I . ____________ --------------------____________________________________________ "-_____________________________ , plutllt. quelle fourberie da.u~ ) 1 ce .. ~1IODJlettleut ,. 1 Com-inti" ptut-(lD pader de p rrr6 itlpolNllble alors que le UJ\I (Oille d~Jl dana pluw &leun )ll.tUel du moade, et qUII lU!l!Idle mell8.r.fl de l'ie nl]u.mer danl d'autres? Et si vraiment per5Olll1e- Ile annp 1 taire la perre, p(I1lrlll~ol donc l'Amérique ae atrttare·t-elle l expédIer en EUNpe do quantltéll cODstdtrablu de. t bar_ dll comb... d'."ioll" de. bombe.'1 ? Fourqllol eM pripantus fé" rn~ ~. t>lan~ AInSSllS, tette l*1l'ilose lllquiétanie ! ei tMMlrqllol cette renab.... te de l'esprit r&cb:te et beW-Qüeu dana le meilleur Iole de HlIler! Pourquoi rel'dIC- Ha IlM bourreaux, nos 10rUolUla!res nuls, et 'pOurquoI déelare·f.-on que l'AUemarn.e de l'Ouen e!t ulle dem.otratle 1 NOUS Jle pouvons plus f1tre dUtletI, La guerre . est redevenue 1,111 danlU réel, eela peut Ile volr be la vie de tous les JOUI'1 ~. . . p;, ,,'~t utl 'devoir sacré 1111,1,", d'en Jlrendre cOIl.5c1ence, d'.aJerter l'o[llnlon. [lour faire reruler cette terrible me- 1lJI('6: les honnêtes l'ens, qui &Ont les l'Jus fort!!, en tint les moyens, C'ast 'POurquoi le l'IouveRletlt contre le Racisme, l'Al.iJJtrnlUsme et pour la r.a.lt, appdJe à slper d ~ adrYAU au Président de la ftê,IIhU,ue une l~Hre qui pt(Idamc lIotammtlll ; « Nou coa.bVms IVec lnQ.u ioi'tudc que l'on prep.are nuvflrtement u.n.e nou\'elle au.rre n".<>ndlal •• t Qt.Ie l'tln tlw.llalfl l'fmp\(li (!e 1. b~ M aUmllqu(I, l nctru its par 1'1 tr.iiql,lc (!xpériencc d'un réo-n' passe, nO\lS ~avons que la haine des pcuplu. le ~~ IAmt ct l'odieux antis~m! tlsme dont les symptômes •• trmt Mià !lent!r, précédC'nl (t Iioccompalnent toute lIIuerre Il, Tous ceux quI ont Hé cru8llement éprouvé!li JIU Iii. ' l'Iun. qui ont vu périr k!lIf p e r e, te u r!li frères, ir.ura parfais Olt leurs eD, aetl dus le.!\ fours crémalob u: et kil ebambres il pl:, lie fuonl Ult devoir de !SIptr "elle leUR", (OilCOUl'aDt alasl ~ dHendr. el à Impo& er .. paJx. ANNA UTMBLER (SUITI!: DI!: LA PREMIER!: l'AG!:) Et ·je la vois Qui sourit, ima· ,Inant un avenir meilleur, une « bonne année " je \toil ses dents blancbes. ses lon,s cheveux, l'éclat de Sil jeunesse i travers les deux grille5, dans la pénombre. Spontanêment., elle me parle de son passé. Elle a le desir d'explil'luer lion acte. Le dêbut du drame J'évoque, là, le début du drame qui aboutît (provisoire-ment) a ces grilles, à ces bureaux, à ce6 porte~ de 1er, Do&! la Inintaine Polo~e. un jour de l'année 1929, arrivait à Paris la mère d'Anna. Ella fuyait l'antisémitisme, alori redoutabl~ dans ce pays, <lÙ son mari venait de mourir. Elle fuyait la terreur et la misère. Elle amenait avec elle deux enfants en bas âie et, de plus elle était enceinte : Anna na· quit à Parill quelques molli après. R~mariée. la. m~re d'Anna. fut llbandonnée pu son mari. Elle mena une Vl8 de plils en plus misérable, A ~I point Que ne pouvant plLli nourrir E~t Qua!r~ enfant!. elle 11':.\ confia la mort dans l'tme ê. l'As;!stat1c~ publiq u~, Dana d~s clr<:anslanO/'s qui restent ~u.sp~c~~ elle rut dt'chue .. la veille de IR. I\,;errt de la puwa.nc.e paternelle. « Tu as bjen une de youpine Il tête La vie n'était déjk pal .i drOle pour Anna. : la ru erre vint &Jou, lU 1. ,." cr." lbCI.IQ, Fn tfbperqn. ~ Ma. 0Pd .. .ri .. !&r.t.ef, .. ft fa JlrWa.l1t totalfm'Ilt 4 fa mère· 1.& lu.r.e, ft J'~!! MmlllfoJM!l ,t un patron t ur l'2.tlltude d'JC1uc t tout. 1& lumler" n'a pu enc.ou é~ f& ltp, - AtC.MJOoC.1 ,oul/flrl d4 l'u ' ,émllf!me ? • TOUS LES VE,<DREDIS DROIT ET LIBERTE contre le racisme et 1'8nUsémitisme, DOur la p;aix COMITE DE DlRECTlON Al1dtA BLUMEL M .. urle. GltlN5PA.~ CII~flei LI;D~R~U,N Plerre_Rola.Zl4 LEV'l' Rédacticn et adm!nistnltiol'l.: 6. Bit po'-onDllre, PARU·" T~I..: PItO I~III d TAL 11-14 Le. I.6.rll1'l' : Cb.. OVI!2.AREK 5. N, E. P. Imp. Po1&sonnttre '" boul. P01HOllI\Jtrf PAlUS (to) Vlslblame.n t,. ~ll, ml caM ait pas le 1'1'10:. Je tllUlra une expnc.. tlon, et. je vOla .oeM.oL q~ .Ua ne c"nn.al~ QUI trop l .. ( h(IIJe : - Oh , ç,I, l'ai l'hoJblht4t_ Elle s'exruse a l'~vRnce des pa.rolu qu'elle va. prononCHr qui lui sembten' IfrOfdères (<< fe "" peu.:: l'Dt lire aulre m~mt J), et eU, prlttllt ; _ Gaulat ~ d/3aJt : « Tu lU b"~11 tll'I' têt~ d4 ,.."upme 1 li nl4 trattl2ie (lUlsl de , ~I, Boche ,. Ii n'y "\'a:1 paa que cela. Q3Ulll~ reeontlaJ: evolr glr~ ~t bal~ à. COUfl de pieds da~ le rierritre la pellte Anna, qu'il lraitait de voleuse. de mentewe, d'eUrontée.~ ·La Vie .tait m\.l!nable • la ferme dt. Bard -Ie5-Epoils<>~. Certaina rt.pptllent dln& le pavs que 1& bonne (éplement puplu.. de l'AssWt8.:! 1ce) qu! avolt préctclé Anna ehez lU Oaulat ~lait parole ene~ tht!, Ulle ILIlI,rl!! , 'était l'la.int du propoa et i'e,!;t«; ooecènel du v!eilfard, Anna. dem:l.ndalt-cl!e osa part de chocolat (qui ttJ.!t r,Honnl!) ? On la. lui relutalt, Voula!t-eUe t5t coudre lln bout d'êtotfe ? On 1111 arrachait ci· 'U-liX et aIguilleS. Voulait·elle 111'e ? On la, traitaIt de fainéante et on ~u[ 60uHlait la lum!~n ... l.'h!\'~r. on l'obligealt II. man· 1er sur le r;eull. lI.HC lu chiens, ct Ils m'ont rendue méchante » n n'nt pas laclle A. UOB pupille d~ rAul.'\t.an~ de ch ang~r de pa.tron. Et li flut constate.r I!u~ ".n ne l ut Ca li pour .lIfder cetle nO'J\'elle Cose'le. Il est ct'lmpreh. m'ible que. dans c~ couditlonli, ,Ul ~it dewnut 5auvage, renter-l'née, al,ri e· Elle che l'ch, u n~ phrase qui r~!\tm ~ra it lel" mobiles dO! wu &,este. E1!e pese bien ses mn!s : - 111 m'o>lt f/;tI«UI ..• mofehQIilt. dl1·el1e, Et l'Ctn l'oit cet!'- ~nJant !Y$Wmaliquement. brimée. c~ perla po\.:ste à bout, t.c!rrorlsè. h're de douleur. allumant l' incmd18 du dbertloir Auj'lUrd'h 'II, d e rri~re la dOuble rrille. fUe e~t raJ:ne, t !le ré!:~~ hit. PUI!Q u'll fIl est a!mi. je me perml·!.S nn lui l'arf' ei~T l~ ! P3.frIlt's qu'elle rronon~a :or~ ci .. /lCtn al'r~8laLlon : « Plut6~ la pl',r.on donn~ r qu'un:: l'~p(jn[e des plu, d.~la"Mt.bIM, Ce pn>::h. Il hut le ral=-pf'le r, an queJqll~ lttbt&. Ji y 1n~"'U '1&Ib~.ent II\. plu. ~ ! ém! lI.al re e'lmprchension des fAits, la plus simple humani!é, M. Bouchard. It 'uge /l'!.n.st,rIJCo Hon Qui m"'na l'affaire Kt le meme qUi mit en prl50n le t4sl.ttaJ'j~ Phtl.i!I?OL, et ln!orma. I.e princtPal « témoin » ~ charg;e. aVf'nttlrier au service du R.P·F~ titI'; charge. qlli pesaiert, contre le Jeu~ ho:n· m,. I.e réqulsllolre ruls au pOint .. partir de ron enqu~I .. , pOuval1-!l ne pas tccsblrr Ùl malhe ureu~ Anna., ne pas esu,yH de JU$UIlIH loi riche fermw Gaulat. m:1.it·e·atl. JoInt d'une municIpalité réaetion· naJ'e ? Et le6 renu.!i1lements de « moraWé » ~_ur Anna Cynlbler fW'ent demandés par Je jUle Bouchard à qUI 1... i GaulaI en personne. ce \'I~illard brutal et ob~cène ' Que petlU\· _a.U/l.SI de r,~Lle ph!' .... le, entre autrcs, du réc;u4ltolr. définitif : « 11 Il'est PlU SurpI'Ç!!(tIl/ Que les épou:r GaI/kit... 1l1~1I1 pu ~ lai!scr IIl'er li; Ir~, jler cel!~ fl/le de (larce et ds fallltrmtt, et IJ. ,IoIt port~r, dan! Ull ,""ment dïmpo,ti~ nce, quelquc& gifle" .... C~ (lui e5t c Sllrl'i'tnan( _. el' tout fa,~, C~ IlOnt de IcJs I1ro~o.;.. Et aucsi le fait qu'un s~ul témOIn li. décharge ait p.lt CItA!. l'ol\clft d'Anna, SA"~ Quon ait chel'ché a faire au "rand JOu.r de (a Cotir d'asstu3. I~ IUIDI"l'a wr !It réalite du perronnalle de Oa.ulat et sur .I ~ 5 circonsl an~ dSIl$ ksquelles Anna. ru~ pollllSée au crime. L.ui apprendre à vivre Plut6L Il'JI! d·a.ccabll'r Anna. Cymb]rr. p.ut6t ql.e Ile ia tI pu· nir ,. pour Ul'l acte dont eUe ne porte pas 5euJe la telpOllSabUltê, il aurait fallu la n!tduquu. lui permettre de a'êpanoutr, &atblalre Jal'gemen, r.es lV,pl ratlons au boll. h"'!r, a l'aHecLton, flllP. que .a. haine d'Autrui Al'llit rl'lldue, selon liOn propre m"t. c mÜ/"mu_. On a. sa.nctiormt Mn a~le' ro.'nme si "~:!F leun .. 'Ille !inll':' r~ an rond hnl'l.nl:e ~va.!t fit ur, nttive:: n~n! [wn -ertl., CJ:nlt'le ai l u'y ~\'~ll', l' lU rlO'n ;l '.Ia «lU la meUle c hors d'C,l\t cl. nuire. ou .. lui Itpprendr. à vivre ). à la f,,~on d'une bet.Eo maifauanl!!. Cen,w, II Ja"! 1'111 api1rtr.dr. 8. 'l'lyrt - ~t:e ~~ Il J~'11tfI l ,- mLiJ d \:In- au t.re taçO"l C' ~~t daru HI. famille ( '. la uu l e~ent qu'elle trouvera )'affecUop. qui lui a tanl nllllqué, Celte IiOJulion _ ;11. seule va l a.b~ - nous a été conUrmée par plUSIeurs pM~olues ct [l5y~ ho ·1.héra peules, qL:e nous avons consultée, Or l'on~ le d'A,!ln&, M, Cymbler, qui 'l'I~ a. Sa inL-ouffi Il~ sa lem· n\e et fa n ne <de l'lge 1 IMlu prts d 'Ann!), te propO!~ de la. prendre cMa luI, de l'aid~r en dépit de leS condItIons de vie mod.-stes. C'u~ Il une excellenle solu"',,'- « Je 1,1 considère comme ma fille )) - Je la Cf:J7!~idtTt CDmm4 ma JI111, nOtlfi ft d1~ r.1. Cymb:tr, \:lu· lant tI'Anna.. Si 6a mtre étai! encore vivant~, A.nna ne Icmil pl1$ où tlle cst, c't~e S'Ûr. Pour ma part, je l'ai l'~rdue dt tUS au (fiblIJ de la çuerre : j'ai tlê lait pri~onllier. ma f~mm" d m~ t filles tdM.t l'lIl1e eH aujourd'/ Iui marlù) ont quitté la mal~ Oll pUlir vltapper auX nazis, C'est l'ar los IrJUrna!u: ql/~ flti, d~ 7l"UI; o!'(l'U , tntpnd'l parl~r d'A!!" OE. qu.al}/t ell", a l't t arréUe, J'ai fait. afor~. IOllt r:c qltc j'a! pu plutr l'aider l1tai$ me. moveM tMictH limiie~ e.t, cr.rlulns, qy.i prci!el!daielU Itl'aldtr, orrt, en ree.· me. gtnè me& ef/ort" -J'al teimotglll. il la barre, en fllVtur d'A n ·ne. nIeu, 1e Il'al Pli' eu: l~ lOi~1 1 tU m:a:plfqu.tr eomma je faUTais t;OUl'L Bltu !llr que 1tI'"5 $e"nlts "l'II!reu: c de pre1ldre nia niéce Q tg mai$1J1I, JI laut n!vart r ! en't'Ilr comml « â J'éS1UOI d'Anl'la Cymble:-. Sa cond:unnatton san6 upport avec 5Dn pl66e, avec S~ acle" u. 000' dan\!'lauo:l qu. Ut, un défi il. l'avenir,' d(q. ~tr" remir.e pn qunlion Le M RA.P, a décièé 1\~$ amiS d' t n\'oycr unc rt~ltiali (on A upre~ de M. le Prr!ldent de la ~p 'l · b';o,lf. ri_ tout m~ttl'e rn oe\iY~~ pO'.!: QU Anna Cymb.tr soit "ric"" .. Iibére~, uu\'te. A.L que la. lerme ries Ca',!at ~. • ______________________________ 1 - Le dtrfez-~ou$ r/!r.afr. 111/- 1 10urrl.'tuf ? EIl~ Sol' CCllltenlre Q';c'qu""! ilIDt~ n:,. ~5f! II:' pour et le contre, El, résolunlent : - DtH, 11l Il rfll e "cort, Proc::ès d·un procès Ces puolt.! t( P'T'mrnt "Lit 1 .. drame d'Anna C)'ltlbler. J!I:.:p ~31 lA !l'm'Dole de l'tn!,.JIoet; m&lhe - r-u~ e( déhnqulntl'. m·tnle Clr 1& Ituer~. ù« ce 11.11 la P~t H ].a !luit : l e~ or~ \.111':$. la 1\1 n. nC'lale, l·cXp.oll.l.lJon ~h('ln ~f,o CI~I 1.l11l1".s. Elle (',. '.-Ct.D'le cl'.! &S~èw me ~ul rirl, M in mold. « Que.que Ilan en ù t'l'l'p. ». lto prob.r me a ~' é !'l'f'llu· Mllli chrz notl.", qu'a fait no\.re socott4 pour Cf1t.z .. qui .'.e n A pu "'1 .'rt~r \Ul~ Y1" n"'r.na'e f'1 dllme ? L· prt;rl..s d 'A1L:LJ. C~r ~ peul ~""""""""""""""""""","'\\tr.,""""""'""""~ ~ ~ ~ OUVERTURE DU MAGASIN .~ i AU MEUBLE CHOISI ~ ~ ~ ~ 53, Boule'+'ord Voltoire - PARIS (XI") ~ ~ M~'ro , R,chud.Lc.,"'r et S,tnt-Amlm.ll;e _ Tf1. RO"" n_~:> ~ ~ ~ ~QUALITÉ GARANTIE ~ ~ Cadeau à toul acheteur pendant la Quinzaine d'ouverture, ~ ~'''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''"""'~ lU/il .' ProJ~ur Snyde~: vice· prisltûnt.' M. Behar; leSJI01I.!(l. ble de la cont/1tt.~Jfo~ IfnancUre: M, KlIridl: odfoln t.' MM, Rol.w ben:: et Karldl fi!~: ~ltCTt'ai'e.' M. ZllberblAtt: adjointe'.' Mlles Arenstr.ln et Schwartz: retPfj1l$ able dt ,la propopClnds.' MM. A. Cohtn et Pernandell; ad/oint.' M, FHS~ : di!!!Mirm 'de .. prof./. et Lib erl~ .: M. Sterl'lUr.ht.: rom. mlsion de dé1Ji~tage .' M. Palatch!; lutjOilll.' M. Schartenbe-rg: tf/weil cll,ltvrrl : Mme Mary, Mlle RUb1.nfelcl, M. Muldworf ; commi~ ion jtlrldlqm;; : Me .Bou d1e~. \Jnc pr1'manml't JtU1dtque fJ "~ Witl! Il dtl: cr+J.. paL.lf [tIUII les aftll:ol du M,R.AJI. Elle en .... u. r~ [11.1' Ke Bouchet l, lundi ~ ,,tre Il h, t!t 19 h. dans son cabinet. 154. rue VAub!\n. Nous luI &dressons lei n~ plm sincères remerelemenUi, LYON. - ~.600 fr. ont it.é raD1M8éII au ha) de I·U.3AE. ofJ.niE. é le 24 décembre d.rts IK uIons Berrtet Millet, au profit du M.R.A.P., rbultat de ven~ des tlrobxu de la Paix, Nous reml!rclOllS les ('\rganlAalel1r~ du bal Qui nous ont penn1.5 et facUlté cette ven.te, aln51 que Mme Menaue, MUe Arewteln et Mlle Schwartz, On nous communique ... lo) L'AMQCiUlon Arnl7, nou~1t nolU; prie de communlCjuer : Le. peintl'~ JaCQUe" Chapiro vient de fa!re pul!.\ll'e Ul' a.lbum de 12 lithtl~ C'rlglnlll~8 ' ,jré à 60 exemj'l:a.ire!l rt pr~sl'!n!é par FI'~nc ·EI!Oar, 2') Le peintre KI'ol vient d'a· chevel' une Sl!rll': ~e 20 bUl'lns consacrés au Chan! F'ullébre poUl' IgnaCIO Sanchoz MeJlIi, de Federic(o Oa.f('ia, Lorc!\., d 't\r~! II. trlldutl!\l)ll tie Ro:13nd-Slmon, Celtfo (odition ne c.on li enrln lUcunl'; partie 1~"og"phIQue, le lex!e étanL également gravé au bunn. 3') Le pciJure Madame Gu· mainc Nordmann \'lent de ~. voir la rÇllltttl! de III Létion d'Honneur .. lilre (II'; rés~s! anle active, DIIf!!rent.!: partJ5 ft Ql'!!lIni!alions fas,·jr;;w.5 POIlS"f'nl comme champignons :..prè!. 1/1 pil:le, a.il'lf>i , l.'U"jOn AlJemmtri~ ), « L'UniQ~ du RellIXW!'ltmellt ~ l'Allsm. ogn~ " «' I,~6 A",i~ d'Oito Stra!ur . , f: VUniJ:m noutlt:lle • et ,1e.~ di7..aines d'/lutns, Dans l' li E!llt d!' Bonn :0 13 prefoe fasc!~\.p r~najl,. Par liuite d~ la S'Jppre~irm ~e h liC~r\Cf li<'! presst. plus d! gO journaux nazi~ paraf~nt rian~ 1" IPIIIl' BH,vlèl·~. !,~s aUlor;t!!' d'f>('CUpA l(on contribuent. par 10118 Ir.s moy(n~ a tra1l5!ormer les élabl "iIlmen\~ rt'ellMiRnement d~ l'A I~magne la rt"wnstilutton d€ la Wehrmacht. De l'Union dé'S Indêpendants ou Ku-Klux~Klen Daru; UJ) ter'aln W'f'lbr,. -cl 10- tru .pap ~au.. .. l'tJ'lnUf1!' , &Dtt'rîcaln~. !", fOTCo>& t~~.t"'l renalsaent et déploient une '(J1lnrie acUvltt!. En A utrkh~ pat exe.mpl" 1'. é~é ortar..fllt t"t Jtgal!~. n!ti, annte, un JlnrU O~Hrtem .. ~t e azl l;Our, J'e'U~lttl e de l' .. Un'Oll "~ InMptnd4lits :t dlr!.~ r4 r .H~Ibert K1'l\IIS, vl~il ag ~t. (18 s~rv ices (j'c$pionnage hitM~nà En Ilalle. Il r.:\:ÎRte tm l rand nombre de pMU" et. orgh n{q tjol\.!i n~n-f9,.!:clstr~ . t,. :~ "l'te l~ « l'1tIVt d~/('Uamo Qllllht .. qu ,., le « ,'I( >llitlement ,of;~ l Üll:fj'R •. etc· Ces dernier!: uom ~~, J'oriamu.. tlon tMtvt.e « Parti flal 'II""I btf. tOElllllque _ s'ut monr1"h ut. ae. Uve en Angltt.erre, MO!oleJ 4J.1R:1l c.e parti. Une wnséq "e n~ di,' ~ ~~ d .. _l. pol!tique amê;k;siDII I II Jlptr.l : on com"te a I,,~I"'!JII.DL dao. fi!! pays prèr; de ~ I!'O'J)M'& .~ tro,.pl! men!s u :ln-n'1.rlonftl,:vns. 1111 d... 1·1(1'" !'»<:\nes J.~'1, MAtsa.P1 Kap)o'1mll. prlpu! 0< - Pour recevoir ftgulièrtment « DROIT ET LIBERTE» ABONNEZ-VOUS ,en nous retournant ce bulletin à notre adresse 6, BOULEVARD POISSONNIERE, PARIS JtJ souulglli ___________________ _ d emeurGnt ________________________________________ __ souscris un Ibonltll'ltQlIt d DROIT ET LIBERTE de Irots mois. 6ix mois, vn Cln (I) et en "eru III mOlua-nt li: IIOlr, Compte chèquI postal S070-JlB Paril. TIl·11 d·dbonn,m,l'I.! : 1 an.. 1..100 Iranc5 i 6 3 mc,s. 300 fr. Etranler ;,1 an. 1.600 fr,; 6 3 mois. 450 francs, mo ,~ 600 fr.; mOlS, 850 Ir.: Retours ou fascisme et il son idéologie T~ ce~ 1I'Ilis et de nombreux e.utr~A p~Oll\'ent â l'~vkl,,.nce que bs cercles dtrlè,an(a d~ J'AI'II.i@t~ rrt "t de l'AII1.~rlque Qui ftOl:-l1l r~all~r leu~ plans de d-muaa· t10ll monrjla.1~. ml~Hlt oU\'.rtt-m! nt ~'Jr la r~Il.a.!S$Ilnre Il,. ta!' cl$.me. Ql!! esl la. fnrmf' 1,. J'l'HI uuv1lge, la plus l'rr'lrl!t~ d- lt, dictal'Ir'! Impérla;!st~ I",ur ;a. l'Ilte contN! !~ ml!lt"tm:!IV dtrn()cu. tlque Qui Sf! c!iTtrol'lU' nrl1'" m. nt tians I~l c0l14ltl~ d'II. crN po~raJe ·du cltl'l'A1Ilnu! l "" !m!"6l1&).stes reeolltflC'lt au f~,. ci~me fOI'tQlI'llt: !1f. VIC'I~ J):w Uô"'* bles de ~ ~ II1.IIIn en!r lU po'J'tt)\; et de 'r.soudT'fi IC'Jt1I probl~tl\.e!J T'l'r les F"rn'~h 'mUna fl~ du part-mentarllm e boet.or;'!It'" Us cJ!rrlM dl-'ranl4 "" rat~ t lnl. eL o ~ 1 Mtt1-11'1'TIl l!\1ttlo.1'll

1 !rU1 • Ir ), tAv\!IItne p.,..' que

lI ·n IdI!'~I~ ttlofl"tOfPOIl:1'l 1lI~1" LMt-nt & 1"'lr pn,l: qu .. Il .. protrarcJoll cl'Iil\~ nOlll'!Ii e ar"" La. • Utblri .. _ II· la l'6ni'Olnfr;;. q'.ll J J1IlUI. la tfn.,,,I- .. d!J i"T"'l11',_ l'Olle !e ,. 1II1I\I', ap.,l:' & l!;1I.m~r Il'nl'_ ... IlPfl~Ç!U S()1I1'. COt;. \'#f1, <J'1l.D pJ?ltndu .. 1'II"'l1nl'1I~ r &t':llle, 'e CUl;$ d ~ t:. rOI"t.~ ~"nue ~ur un~ ~. 1»01011'1· 1"'" 1 bomm~ f·. fIOQr 1.11 pl1n'IF-&;" mba.('!Tt f! TCll t, 10\1\ ",la (all [",rtl!!" • r tl~ JfI' I.CI~I'f' ('1,. ' ar' UW d ti. 1dII1I, 1;1I"f1 .1 .. I·\mrtrl. ... U.o.rn,- AnlMIC&II\. ,I~ fu<,lJ.ru@ C'·.t dt. ,1;~l1"" ' C~lu ,pnlll)QJ8 ";r" ~ '11$ <ff.J' 1 'Cil d~. C" llf~I'Q'", Int~L"Il":.or~ ~~ "Nhll tl.n. rt. Yal-•. je &-r,ln. de ),!<:*Cou, de San.Pnncu.: c· Dan~ to'It-f'8 C~ etln1tr~n. "6 eeotzM cur )Il. ~,*UOns c1~ l n.rpnlS)~,dtt du mOM' aflrn la i Ll·'7", ll'fi crandes JJO~"tI.II.cet ee loet~ ' Igagttt à c '_ie dOfJ)Ul.\tr" 1 ... fj.mJ,tres IracH d'J ~ me et du r ..... :J."e • q!;1 • aulll r.~n anf"':n~n' un~ ~HaH. mJ.,jlall'fo, maa 3· .... 1 rn"',.. e cl Ilt: Il'Je La lutte pour 10 P<lix II n'~st en tout ('u ;., & Jl>. Uu.'(, cepenülU, qllà la 1I.c:h. de 1'~~t\1 tOmp:rt rll 1&M'l.Rr.e .'ra a rtrJ.II'lIllle &Vtt lu,rAt;· Cwe .. C~tf ... rin q,ue lut "'nt Irs lal'1<s m"""" popu.all'rs qUI ~O"'t).f.I2- n ,,,t (; ~ III. t'rnr\I~r.ç".. rI'l J."'" CI'1!nJ' etM'Idl lit à lill" n \I;vd.!!t [!:u.-m ml'm liaIt 1..~ n~u r t. ~ f llt ~Oln de t~ p~lx QUI C/')Jl.lt'~·J e l~ • bltn 11'; plus pl'~ • et Chl\q1A Jour dl" n(')uv ~lu l('t,('u S· Ih'. nt P"UI' :a Pol);" Il :\'Jt!!tQ d. dite q'l " I~ Cf'n'I. ",/mol",l de ~ plrtlMM ri' la 1:'<\I:t, ql;, " ~ t ten'J en a~:11 r ·~rn!I'r. ~I"" 1\. t .. ljt ~ mU,l(:Wt d. ombo1!r ac'oI!' nrpntUt.\ pour a paIl, qu" la. Huv·';ard! d. la l'II.~ \'~Iltlr (Ir6 OI'tvJy ~l)n& Ill' ft1l..a· A'!I'Ill:'. ""l't' l' 1!F'I!1". .,,~ l, ~e ,. lion !:'yndt, Lt MI'trI~l • .L. ~ compte pl~1 .!'" 7., ft'.IIL~"fll é ft me:nbr. .... ;. Fêd~ 0110"' Dtmyr ... Uqll. Intet ..... UIUI1. ~ d.~ Irm"" a 180 ml "ch*,' la l'titra lO't ml'"l. dla l. fi .. 11. Jt'>ll'l ..... Mt;t'ltlCl'lIIJ. qu~ ft'fI mLU:O:-..a I. e~r, y. IIJlcrJZOl'tIo!. Il :a.t c:tmP'!T ll~ UR, ... & QJI Ut 'PUCUll Il bwUOn ))tU);Jl1aJ de 1& paU. , . . , • -r· T , ... . •• • • "\ 1 1 1 + 1. ' , 1 1 1 • • • '- • • DROIT ET ll!ERTl! 3- LE CONSTRUCTEUR DES CHAMBRES A GAZ .fa mo.de LES SOUVENIR'S rNÉ, DITS D'ÉMILE. BU RÉ , , . , de Mauthausen va dératiser la ville de Unz ~ LES SINISTRES BOUFFONNERIES LA "'ne " pa,.. pro. 'coq"' pO' "ne m,",e "",- ,,' A"io",'h"i, M. B''h, '"ob" """' d" ,,,, . ..,, d, dO, ,o.tt6 DE DRUMONT ET JACQUES DE BIEZ de Nuremberg, dans la lante dt' plus dl' tent ('[nqu.il~- ,;,inistre nu plan ~1auh;ù1 pour n llJl.t.iOfl ~ul .!oero!'l.~. ~ff~ctués ville de FUTth. Dans te tHlz:~ ~or.!.I.~ rm ne ~alt d .,U. 1 AUem~g~e de 1 Oued. r~da.- ~lon d~~ procéctl!5 mall'liU<"5" (Suit! de la premi.ère page) 1 t d t t , Exttnlll', 1< trouv! t(')IJt de me offiCiellement 1., r~VISlon rtux qui ",ntraln~rent, l~ mort ." a rue on ,en en ou. 9. même la force d'~llrml;er la du proci>~ von MaMleln. d~ millier., If{ltrf.~ hllmainA... "'1 e ameux. le populaire Fro'l - Comme on l'a \'U, selon l'extravagant ,Jacques de Biez! dlsdple de Drumont, Jésus-Christ était Gaulois! d'une ~roix. La ('roix et la: srhère étu~t en .. mail blan!'. le. mlli:)s en argent ou en or ; at:.. des!ous une banderole d'ém.lO blanc portait l e~ lettres !.. N. coup des edats de \'OIX, di.·tancé' qui le Wral'Rft de M'~ C"e~t le meme Rune!'! qui (l'au.., a.von~ d~JiL tlgnale, la ~~_ Frou. .devenu :e classique de des l'ri~. C'est un pai"!'ant, N\ur~uivants, et rte ~e (':l(",hf'f frlli.tRit récernmen,t d'h,6tc~ ;n- mainl'! dernIère, If! C!!.lI de c~1 iil- c~tte IIlpO"lue, Froll-FrO'l oui dut. ntrVll'r 'h d' h' , dt' ;;ttend~1Il huit an~ chez r~dii('ur U'.,l .Juif, qt,,' vient d','". ,. (>. lUlE~ p~re .. COl' ere; "S, ITII U f'6 epOl' e~ r;;n- d\l~trie: de Dt.~ha.u qUi, a.pr~;! d "t' ' d' R;; t!-' a pe,) , aur?l t"e. e ync h II!! Çl\l~ venu~ enqu. ter s,ur ;II \'lro- '. n>JJ; fXp 'Oitt leI! dtP<'rU,s, ~ paV ~llt e connll-itre le lucre!. Jt 3"l'lit, en effet, « pris 12 di~ciples, non pas JO, D<unhre romain, non pAS 7, nomhre hébreu, mais J2, nombre gauloÎ!I. multiple de :l ..... . Incroyahles sottises dienes de figurer dans une anthologie de l'antisémitisme - anthologie qui ne pourrait être qu'un bêtisier, p~IS a par le par un ln 1- r.omme un vulgaIre ne!l:re, fanatioJl de Dachau (1). 'l\'re aujourd'hui au In ric des Dur monter 11"ur rl!vue au ,'.du, Comme ça, pour le Ce scanda!e. vu la conjon('- Dach:l u, \"on Manstei,n._. Les oochons enlre la J"rtir.Ct tt l'Al. I.né,ure du \'ariélis d~u)C chan- A. F. plaisir, parce qu'il a"ait ~s~i~ onl <tC' 111 suite dans les lemame.> ~onl\if>rs In'aient prie un edit 't' ' t Idees Il!!'ur de leur \'1!ndre quelques La première maniletaucn de la Ligue antiaotmite ft41~ f\.IJ {e de France fut rappu;t.m;o $our les murs de Paris d'WlI1' a!ft,. r.he jaune, le .,5 septl"mm 1889 Elle ('onten;;it une p roumllloO:l llU)C électeuT$ rrançl.Î', • h veille des élt'Ction ~ S:-6nfnInune e e qUi ne re\'enIU Autre petite nouvelle l'ueÎl- A Lin,. l'IniWaUve du plllu d~ chansons, Celui-ci en profit;, pas à ce monsieur. lie 1IU h1lSPTd des dèpéches : déra tlMUn~ tm3ne nll groupe pour ~I jher tians le lot.: un Les d ouz~ d:~ciples, au fait, étaient-lis J uifs eux-mêrM ~ ? J!lcque~ de B i e~ n'tn 'croyaJt rien . V'I. motOtr dp. Jvif. 1\·lI tlJ. n~llt ! I\f!n!, Ult trtl Ît rp. ~ '(O~t I1Hué, J!Jd'a, qui Prait J,,-;f; povr Srr ill! Piel"Tt, j'lJi dt'$ d"'JI.<!~ : Dt , " enE se sont llttro\Jpés ~I (lL~ utent violemment. Le mr>l Jude rl';tentit comme une InRlJlte. - Q\I'I'!~t-('e qui 'e puse ~ demande un ~lC'r municipal de Furth ~IJJ ~ un'll"nt la. tout à hit pas ha sard. Indigné. il ose intl"rvenir en faveur du Juif. La Icmpéut UTe monte ... Au bout d'un ' I\larl d·hl'!ure. un v~ritable htlb.lI se dél'Ou- 13 1t d1l.ns la vUle le pauvre con5eiUer munh;: iJlIII courllit comme un lou, pourchau~, WASHINGTON • "R;n!;'!"ln or roiOIlJ ~I",on, pal f(lut~nl dp M~ nOI:l\'el. lu! " a oY!clarè, en maniere d'e"cuse, I~ direct ~u r de l'lnstltut de rtch,"rch~s II.mér:(".a1ll qui a troUl'é _le !'(Ioyen de d'cerner t,rol, prix li du 'S8\'ant\l ayallt dfectu~ de~ travlll.!1 aur la. gnvltation unlvetsl! l!e. .san., méme fair,. m~ntlOI1 du célebre physiCien dont le der· nier ()"jvu.ge porte pr~ISémtrlt 3ur c~t:e quc"t:oTl. ROTTERDAr.t • M. Wimtol) ChUfChlU, en q ui l'hebdomadaire am ~rlCllin « TImo! • ne enllnl pas de \'oir « J'homme même du d!ml·si~ clé ., a pou.!ant, rdusé de .se ralrt. . éltv('r une 5u,tue en plt in R<:lttndam. Modest ~ ou .. 5upentlttieux? CLEVELAND • Speclallst daIlII l' .. nth~ml_ liwnt radiophonique, O.-A. RIchards, propr:ittat~ de plu$ ielll'S cha! ne" d·tmlulon5. Jen-I.-:! pour~uiv! {comme It., COJlSl"I! ~ des cornmunilutés jul" fa de Cle\-eland rt dt. Dttrol l H. ont rait la de.mandt.I d~· ' .. nt la coml!.1!~on fedital~ ' m~rlea lne Ijp..s comnnn!cll· t.!OM? ~EW-YORK • rour f~tC'r le tt"TC"1"-elt:\! fU,~m! 8.u1ll.1'@ r,I~lre d~ ' Il f OO~l! tl on. le JrJurn31 yltldl.!h t:!. Nfw-YClrk « The DI\Y Jt n'a rI~n frOllvt de mieux Que dr 'P'Jblt~ r le meMaJe de féll("lI4tkln~ d'un antù;~ttr Jle notoi· r,, : Thoma" Dewey, gouverlI. ur de l'Etat de New-York. BUCAREST • Au Parlfo Q1~n' roumain. (dont Js nou\<ell..! M'!lSIe<n "leM 6IJ: s'ouvrirl l~ d,sputé Jui f Barru "F~ldman. apr!s avolr dé· lII:mei le relèvement du nazl.stb~ en Allemagne occident.al'!, • p.~t, !tlllcl," cl"'$ pl'ogrh act~ l1'I pl!! PH l~~ rnru:..<I~s J·tJves Et" son peys clans la construction du social1Bm~. Evoqua,nt Is lutte cont.re Ir chômait, il .a. In.d;qul! que l3.0(lO Ju::" roul'lUlli.! Clnt trOllvt du Ir.l'all en ltof,!). , OLSSELDORf' • Três en forme, le bo.nur ~ILt' SehJn~lIiB. vlen l de fal... $a. rent.rte (annoneie par bt:j'<i:i8rleurl au bal du F' llm IP" d!>f; Sports i\ Ouueldorf , O. K.. .n·st e-crlé t,Il' pnu, liJI1II d~s na,.~, .l'tspf.re laire !Illf'tl ~ Is prO!'halnl! fols », Il A. Ikllnplètem<'1lt oublié \es re_ D-'u (IDI tf1'il prenllt en com· JI..I,~!\, ~ de P'fank, boIlrr~ ao dt la ~,e, il. Qut.lque~ m'!r .. dJ rhUta de VIIT~vie . VARSOVIE • L·O.IL T_ polnniÙse orpfllü un~ série de co,U"s de ptrled.,"( lnne:nrnt pour ItS travIlUtJ. r.s d". «·SoUdar:\.i ~ , as, odUlon d~ll coopfrat i\·es Jul. '<te !:lI!! oUl'r\ra. bJentllt \ln ()lfl!! de confér~nces dcttlnéèi • la rbrm8lion de~ cadrt& d~ ru coopérallves. ISTAlH8UL • Dtm !M1'.l t!~ occldentllte, C'eJ t I~ ~OLlzvern t m fnt turc Ctlll, pour ftl pail a\olr de lur· Pf"'..v-" rf.ler!!. au moyen d UM lai sotc .. ! .. Ira tl ~ c UON .. ux I)0Il1.1-$ d:r.lrl.nl-s de la COD)· lII'maute. JUl\' .. et dts a utres tnmmunaulM minor1lalre.s du ~A}'S. LE CAIRE . ' Ell'rtion~-mabo" ' ou, lt h'.{nl! d ~ FaJ'(luk. ....... n t la prOClamation ".. ~ rUllt4la du "~nlLjn . 1"..5 ClIl!ld1.d";lt~ QIII If ,fCn.t 1 al'n1'_I ~1 • po~r nt pu avr"jr de ct'lncurrt'llt dllnR 1~'Jr,s elUO:IVCriptiol15. ont ;t ~ ~lll 1!I'j)fllt ~. sans QUI' le m oln dt~ "Oh !lit Cil lieu. parm: It! p:"'r~ n n :l ; !' ê:; qui ont ~n!1lcii de Cl!' J')I.g~:ne. . (ln CIL" l" fJLl/'Il"\r" d'Etal Had-1hn ~h et le J'Ire. d .. .1\1. du Wafd, Nahas Pacha BELGRADE . • T.e mill'Îdr~ (ft' l'lIlUrjtur R.&nko\<ltch annonce qu'une l(')i cl '3.ll\ni..' t1 ~ va t·rt I\pp'l. Cut~ procha :..,ormtnt en I~ \"I'IJT d!! 7000 ( ~I1I!1N1e~ eondnm· ro~1I!!$ ap r"'~ IR U1!fNlliOI1 ~ II .... 11 (11'1~1~'~ mtlR)JOllltr ur,' n.~ n1t.;s {Ou ~ LII"h~ . PIIaro· .m""trl. ~l r, 1 (ll'j.tt ntM11r· JlffUoqll~ 'Jne "mol Ion d'al:lIln 1I"1ui1 "llll!' que les ru- JI>On.~ ll1I ~n'lp\tY'(1 { CJlaql1~ ,totlr ft! rrulllln!5 ()D~5 au rq:lcr,e d~ TL~ LONI)RES • r" d~ .. u ,, ~ " "u"eI !ln, Le ll~r" n.U dl': $.1' Oswlld M~· 1'" • ~ AIIMIIIU\' •• vl t nt d. lire UI.!tqjt ~n ~ 1~mR"d: l"'t\uUur tnv:.V ~ ;:1' ,,.ns t tn e1!oVoy'r 111\ l'PmE'tairl' ,\ Jn « IIt1I d'AJlfm .. t1~ li' Coflt. !'> ~~l~h"~. ElUt n'lM;' Irs l:un('ll ll ~ &t l l."tl.~ """e 1 All~lI1l.;n ~ , l'f'rwol)'/ 1"'1 !.II .. au 1'I0:rl dJ P"1J'll1~ an,llll1 • ! l _ ~ La syna~o,ue de Marklrewlb ucca,ie par ln lIub lure b9\'aroise. vaut lout jUfte 13 chronique des. la lt~ divf!.ra. Dachau et von M'"ltein Pétite nouvelle cutUlie dan~ la rubrique de Mun:l'h ; !vlunich. 27 déctmbn - L~ jr;l1lnr.al Munchnr.r r.1 f!ticur écrit: 1 Nous, peI/pie' 1I11~mand, re;e! oi!s lCl. respon8abi1ité co!lec fi VI' ci Itov. impllt.!l!. NOlu pe)f~ 0113 . QU," nOliS ,nmr7U!,~ f01>d~~ 0. fo.", dc~ r 'm 'r~-QCCllMlio'l~, LI! jllH Que ~I proc~' VOlt Mnl'lstt'in 0. ~tt ('o".duit de fQ('< lit Iris o bj('dil;e ne '1l.1l'll it dÎ811imu.leT cet (lutTt f /lit Qlle ln. CIJ1I' dt Hambourg t> "'t>!t li d ilcllt.f'T lInp q'JII)liolt qu'e!!t nt c01'1nn i~ ~ait pa~ : CI)l'nTlWlTlt t'U.R.S.S. Il fllie !a pup.rre. , munlclpll dl'! « l'Union des lncl~- 1<1Iuci,Mon •. C'est-.i-dire, en ter- Muni('h, 27 dice",bre. - p~ncllll1ll.' la rarncu~e Brue nffl- m,e dC' métier (et pour ne pss Deux deI peT50nnu rectlltTltles nazie. Le:; cOIlM:!llel'!l; &'CHI.Ul.:-tl.~- sortir <tu ravitaillement), un coupablel dt la l'ro.fon.(ltfon de moorllH e~ IIOclAux·,hr,Hien.!l n~vet. Or, ail cours dE' la revue. lIT, sy1J.(lgOguill rte MIl,.kdrewitt. n'"nt ilevé AUCune obJeclüln ,~nn- lu p.nole!: de la v;!,lse furent tn Bavière, ont tU! liJ,tl'(u t~ le chojx du nazi SI\lpet:tki trllnsformees l'!t tandis que le sous caution. dont If nom It~l Mt.ampillé sur refrain dev~n;llit Fl'ou-Frou dt 115 sont « convaincu. Je;! fours df! Ma Ulhaillitn et qui Rracieu~e! jeu ne~ femme~ detique 1. n,si,,,,. rfçut les fé!lcitalions du pltl.'l laient ~ur la l!cime des V;uielés. h., Il ta pertOnna,u hl tliriens labunt .::Iperce'Voir SOU1< leur!' ne renaitu p.al » pour Mln e Ùllini06l tt ~cientil i - jupts leurs nomhreux jupons. qlH! •. dentelles et hmrrehiches 100nt Le même jour, M .• John Mac Slupel:.kl n.11 été rundaDlIlé aimie.5 sIon:. Ce tut un trÎom- Cloy, haut comml&!la\~ amtrl- II. S lM dt prison par le tribUl'.a1 phe. cllin. publi ait ~on upporl ,;nnuel ~ur l'Idmlni,strat(<):'I d'occu- de Nuremj)err. l.nO marque un lIu{re souci pat,lon lmérlçaloll en. Allemaa-ne. Mi,hel BARON. de ]11; mode féminine, un evéne- d.: éc,lJa'arie -tt-nilu, joQuUNI!. elau qtu'ie8m1p1n0Mn iojunl'- r-;;:::~::::;;;;;;:.;;~~ m5[0e1n\ t pdeuu l-bchni rdniorn!.: lCa 'esuspt pr(uOns_e VI! est la. pl"rre de tnuche qui vraie révolution dans c(Ortains prouvent. ai l'AHemllcnl! e~t CII.- mé-nl'U Ca): le mari ne t6lèr(" pablr: de devenir l1n Etat lib~· pu tbujoun; que ~1l fl"mml! ~e l'Ill. li C'est donc tn "e fondllnt soumette à 111. mode. Celll. bit l'ill" ce crllêre que M , MII('. Clay parler, crier .. discuter ... Chfll\ter conclut psr .. .su; ron,victlon qvl': lIu.-.s1 : II': no.zl81>1C l'I~ renoltro J)<I~ el1 LUe ,,'it41t !Qit ('o'lJ><!!r

t/lt'fmlgl'e lt.

Le m~me jour encort', II!' lIeulenant ~iDtrsl Jeoftr<,y Keyes, " O}!nmandan ~ RmérlO1 in en Autriche ~t re-prt,o;enlll.n~ rI~, EtatsUnis Il Cnn.~jIo;i l .,llii dl' Vl~nne, «" démtnl.ait que le nllt!sme lit fait rlts progrh mnsjdel"sble~ en Aut.riche C01nm ~ l'II p\'é~endu If! uprt~nt,3nt, de j't"lr.lon 50· \'Iétique. " « A.pr,l, ,·zrmlr.'I. di. osait-il, f€Stil1Wj 'Will l'qrCu.!.lItinn ~el"", laqIJ.l!!I~ I ... ~ crlmin e} ~ de guerre "'( If$ na~ù $OnI 'Prot.~rttJ danl la ZOIlt! amI/ricain./! d'AulT/ rh.,. aL fQUJs6 ./!t r idicule. lt Pour l trt li la modl! Commode, c.~l le ~and ,sucàs du Jour. Sautons It~ années et ruriv" ris aux r.hansom: plus rtlcenlea, aux mMes plus récentl!~ tt c'~st. il y 11 qU3tre 3n,.~, La pluml! av r/1t1p(l:l'Iu et beJiucoup plus récemment I!nt'ore AVl!c 111(1 g!llpi;r~ U mu long.~ jll ~ P01'II. charmante chan~on evoq\. lant If! new-lnok ... déjà complètement oubli~ ! Et pour ' qUf'; vnt re m:lri. mlldame, ne Mit. pas jaloux On deratise .. Linz... ~ïl voit ql1 '()n pense l'i souvent

1 \'O\lS, dites-lu i que b . mode

En effet... lA ltndtmaln. on masculine 11 'e~t pas toujours LA, S41111.r: t rfnité ,-,ient at'ec le C"",U !'f!lpp()ser au Die'~ tin d ~ ~ Jlll, . , Lu diJcjp!t~ cheuTI d" lac; sont dt3 pi! cC! )"l'nt pas loi If l'a. T~Tli;. J~cQue~ dl' Biez fait figure de précuncur tie C~~ pedll:nts nazis qui consacrerent de grOI! bOllqUÎn~ t.. démontrer que Jé· Elle resumsit le . ! ht.~. d'!:dl'luard Drumont e{, Jacqun dl" Biel : ra France etr QQVj:",-rnof, paT les Juifs QlIl n'O"' ",,. de· fTQ.'l\Çoi!. Il 11 en a. daO! .. ll):U; let JI(l.rti!. LC's cheIs du. Dflir1J con~ervateur ont ll"s leur.- lA général Boulanger Il XlquM. SI '-l'lw:. votez pour 8ou!lACtt, VOUJ!: remplaoo~z tout tHnD:e-.. ment le .: Juif bOr~ dt 1 c p.. p<lrtunisme par le- Juil 1»11\1 du Boulangisme Il. Lal.UU M t'I'I~ t<lute opinion p"bllque \ "otu pour de~ Franr;ail! dt" n'itnJlor!.«' quelle opinion l!:t :pour C'tUX Q,ui veulent abattre la puilun~ da Roth~child et souvel!l~\u. l:I~ pour vous sout~n Lr au )O"t" da la lutte, il exi~te un ('(Imite dévoue qui siège rue Lorrk, 4&. C'ébit signé: lA pTI!,t;d.nt ft Comité: Edouard ~ortt ; te déMDfU! générat: J at'Qutt de Rie?; Maillard, OUt""" -md.icAllfocÎl\. lul.~. LII premiè.re rrunl~ dfo hl 1.i, ue II.nti~~ml1lque. al1 11f".J " b , .8311e des CapU1;IDf'I!l, ttr.., t u.t· llinguier~ment agite!. t>rumcmt. pr~sènta M()rè~ à 5~ i\uditt'U1!, Dans le tumulte, ~1,,1<1 mb". b. sur la table. Tir'ru 6 • .sa poche des loui~, dU lltècet b1 ..,. ,chl" s, du billon, Il tn m.itrilr.. par poignées leJl inturupwu-", criant: « Vous êtH remboul"o $és. Ramassez et foutel .:A! <:.unp, voYOUS ! • Un mot typique fu t ~"ncé P8r ,Jacques dl" Biet li Ot~ L'éditoriilliL.te du MlIncll.n ~ r Mtrkllr, une de~ plu$ Jmportilntes rêuille~ néo- nazit~, eft M. Werner RunRI", membre du ):>;irti social-déml"1crate et Rncien colonel de la Wehrmacht. L~ c3v1taJnII Alfr&rt DI;U;YFUS C<:lnférence de la ulll" de, caa. pprl!n.ai\ que la f lrmfl incl~- Elle ~'ttAIt lait couper Ignoree des aul~ur~ de chantrieUe Slupet.tki, qlll a",ura I,A les rheveux... aons. Il ~' III P.tJ le Complet gri&. consirnction dp..,J.o!e de pondit: ( En tC' qui voua ecn- FrO:'1(!'. cern,., III Saint Bartb.élhny .If. Millol, b ijout iE'r en chambrf:, éM qu'une demi-mto.u re • . Robert CHAMBEIRON SUR LE FRONT DE LA PAIX (SUITE DE LA PREMIÈRE PAGE) en realisa 1'f'n90;gne dMrinÎ'I C'était déjà le prO),ranma tk pal" un artisle. montmartre/a : Hitler et de ~ux: qul cbu tl~1 une ~phère terrestre ~ur l aquel~ le suivÎrent avant ~ dur-ant l'AY$.BAS. - n loht.t. bollandlls Q.ul .'·~!fod rtfoJ4i ds J!3.rtlr en lndonhle ont Hi CI1Il.damnh ~ d", J)eh.ie~ 'l'aria ni de 1 an lit à 3 lOI et 8 "".,1, de J)rllOo. 1.100 autrH .tttndeni "(1- ~ueU"'m"nt d'Ure Jurê-~ fI(lur du U~ If.mhlahles. De nomloreu.,~ J!e.BonMllté~ et lU M,"I!~tt ... ns dtmocratlqllu J)rCltul~tlt ~trauIf. u5emfDI "'Dnlre cu ,· •• dlcto. FRANCE _ Le 1.1 ,l:an"ter 51 dboulfra. la Journée naUnn.le d.e protest..l Ulln ries mamans conlU la' tl.lèrre ~u VletnllM, orri.nll~ e pa.r l'Union des J"emmu Fn,ntllhe5. ETATS"UNUI. _ Un MUller de per~Qnna1lth rell,leu·ae., ulllver_ 81talru ft IIUénlru, ~f",1 Inquellt' l'krlvalfl Thom., MAfln, Dnt &l'lIeN '11 prhiLlent Tr u"" un ml'! J.IlIU pt~t(lnl' «lIt ta 1CQ;1! hon 1. tel dt. la bnmbe 1 \.(lll'ÛfI[!;<' el la t.l1nvoe.tion d'une eaIl.Un, .. ce d",~ QUlia Grand. dans une atmosphère rd ~olult f.t ~brt favorable au ~ucth dl! la dlzCl.luion. ALI,EMAG~'E, _ Au nom d,. .es IM,6oo membru, le camU .. ptovl"dal lI.e IhanOilebou'll' Il,, b Alonest.e (.thre d' AIlt''I'. a adopte Un ... r'bola'lon pr .. lutlnl ulItre Jel! plsn. du l m~r ialw& amérÎClins ~n Alll!l'1'lAgne oed( lntale tendant • cr#tr une ar_ mé ~. cle mereeos lres danl laquelle 111 jtuneSI" .llemandp. ~euit entr~inte dam une 1'l.Clu\'tlle Kuer", tale qu'un instrument susceplible de les ftTvir dans uno! lI!ul"rre cOnta l'Union Sovit,tIQUI!' (Qu ll ~ di ~!nt eux-méme,c: pr il' .. un~ c:rl.w ~QueJ. Il. M!ral~r'lt l DoR'iqu-menl am l,"é-~ il !"nvi811l;!er le r ~l o!v@ment et même le réarmement dO'! l"Allemagne. Mais même l'i on arlmf:'tt;o,it, ~an~ le partllg~r, le point de vu!'! des cl'! rclC'~ d i r igeant~ amêrk ... ins, enoore qu'i l (asse C~)I)rir .i 1;>J plilX du monde un danger réel. il t'st \lne politiq,! t qu'il e~1 lmponib!e du point de vue des inlêroHs de la France de ne pu déntlnt'er. C'est la pclitjque du iOllv~rn('m(! nt ft~rlt;ai!t . Que 'Peut dont'! Jitlendre JO'! _ .. - ... - .. _ .... .. _ .. -......... , (Traduit de l'américain par Yvonne Oesvign •• ) RESUME DES CHAPITRES PR 'CEDE'ITS d 11" f>e . croi~/lî ént deux mains l'occupàtitm. iouveTnl"ment e notre P&';'s de La ~ule voie po'lr la rranla pollUQ.ue américline, sinon 1.:1': c'est dl! pftndre à contre_, __' _ "___'_'_' _'_ '·_;_' __._ "_,_m_,"_,.· . _ ______F _'_N_ _____ le rtltnOllvellement dllt~ fautes pied la poliiiqU4 américaine , 1- commises entrt'! 1~5 deux iuer- Parce qt.ll1e ne fit ol campi" r l'a -t ltuu fl1nl!sl~ ron!e- ni rh! t'LntJor'f t ni d. 11\ "'"' Q u,ntt~ ~ C\lrlte l'II" III J.'rant"'e. P.~rf' LI'! nlil1.i~mf!' e~t né dt' la !'fln~ qu'ellr. i.e ~ lI m' r\an~ une prnjonction de deux torces : l'in- J!("('\I\'e QUI r .. it peser une du~lri .. l!'!urdt do!' b Ruhr et les lourd!'! mf>l1ll!'1'! ~ur 1 ... p;;ix du ~r1\n('\('s pr o prif:ttl~ !nndf,ru. m('!nde, Pilree Qu'elle tend à ~éLu méml'~ C:lu~e~ produis"n! partr Ill- France de l«'In conlr,les méme,. eftel$ : "i on maîn- poidll nahlT!'1 ('onlre le dan~er tient en pl#l Cf" ~ deux 10'('('& allf·m ... nrl : l'Union Soviét ique. Il n'y Il pas de U ÎlOOn pour q\IC Luttcr rontre la politiQ ul" nO\ls ne I10U~ trnuvions pas ra- Amèriclline est oon(' rlevenu aupid~ ent en face n'une AllE'- jourd'hui un devoir na tiontl! maJ{l'l" flui rl!s~emblera !'onlme pu isque l'eUe luHe va dans 1(0 unI' ,.oeur à reUe de U139. ~t'n5 rie J'int.érét rt de la ~utt. T~ O H OALOG ER.I!:d .. D o ua ~ 10 ... , LA rAY J: Tl" r.: # "'ARI", Ne pprd nns pa~ dl.' vue qur rite du p;lly~. C't'st le "',' If! Pl.Ill1 MIT~hJi1! pst surlout moyen dl! pouvoir dire un jour sUISse A RUBIS ... ILLITTC '.50 dl"stine â pE'.rm@ttre !JI rl"con~- aux rrallç!li~ qu'i\., Rumnt enfin OU GARÇONNET 19~0 tituti,," du pottnliel économi- l'a ~ urllnce QUI' disparaitra !'iI, F" GA '0 quI'!. drmc ml litalN. dr. l'All~- peS::In!(! r>t::I!J,lIf"n d~ns laquelle R ... NNET. FIUtTTE ANeia 1$ RUBIS 31a5 mll.JI\e de rOl,I'n, M, SchU-J_Or":':V:~=":'~"~'=d:.:,:'n:,:,,':':';:"":':,=~A:..:.~._r:tL ~L::':T~T~':. D:A~"~t:::.~v~t~R~R~t:O~P~T~I:O~U~t~ __~ J~4~8~.s~ marin l'II A<tm i ~ lnr~ d'un ré- 044 HOMME.TROTTEUSE. CEN.TRALE 4&8& ctnl dibat devllnl l'Assemblé... --- ' nati ollll l«, La. production d'adl"r en Al1tmagn~ $'II.Cl'roit très rll- DIRE.CTEMENT AU CONSTRUCTEUR pidement. EUe a dé.îil dépass~ ACRETU A 1 000 FRANCS Ir m"l~ r(Olle de la FrilnC'E'. Le nemon- VOTRE POSTE: T, S. F, • ou ~ADlO. P~ONO U!,!! des u!ineJ de i:uerre e~t II.rr~té. Les hnn\mt's politique~ t~Ul. 1& ramm .. d~ E L S 0 Qui ~nnt À la tête du gouverne- R~cep!i'!Url d .. 4ulllt~ GAJtAXTt!: TO!ALE ment de Bann entretitrlllt>nt chl!z II' pf'upl/l: allemsnd un esprit ('hallvin H mnitari~i ... r:HO!X EXr.EPTlOI':-;EL DE POSTE~ DE GRA."DES ~!AI\Ot:1!:5 A,p!"l~ uu, r.lr~,U'~!' .\1.~hfllea .. h'·~r, ~1()Ulm , " c.U, ele .. , Peu d ~ .e dw lne la. cul'i'uSt: pllrson.nalltl/ d,,- M. Newman, chef du per&olUlel Mft.II !.l'te Commtmt da.ns un tel climat ""MM ~"I~,~ d.e New-york Tl est o!;osidl Mr n;/ ~ ~ Q'U'1 I~ pTt>!>! putl.r !J'l, Jpl.l/ li !init ,,(Jr emJ)écher qUII!I nf: lie r .. créent RADIO-NAINE ET ELSO WEB E R 184, IV. du Maine. P,ui •• 14' Ingionjeur-Con5iruct~U1' Tf1. UO. 85-99 (M' MouVtIH)\fnr.) qI/iller :011 .~phL U~ l our ln rentrllnt (Ml Ivi il obJtf"tio'! l'attitude bi4arr" dt lOlO' .!! t'?t.l:I>!. à. lu dJ.nl~n que nous n'1!.vons Qt"·F.nT TOr;S LES JOUIS 1)E ~ H/WIIC,Ç .~ 20 R(.L'I!E;S r!g~::s~;:~ ::uV;~:/,,:t::~:~17·t'lri;:'::~:~4. MUufl, Tous d.alll "',:U'~'.::.. __________ ~:'=::':."~,:,,~:-::d~':~:O=::::':'::'~,::.::.~.J.~_~=.:,~::':':-':-=':':=-:-:-~':-':-~--:,:~:.~,~.Charles:Charles-:-~-.~..~ . ~~-:,.~.~ . _:_:-l~::~P~O~M~P~ES~~F~u~N~EiBCharlesESCharles P'OCUS Ne man touma. ill t~te en dll"tction de CarlRln Qui, de l'Iut!'e c6li de la. rut, n·1!.valt pas branchiS. Sins dt!acher 5~.~ yl';ux d~ l'homMe il. la longue ~llhou ef,t" . lU): nl&lns os,,~u.Y'~ r.t !lUX cheVè l,ll( blan.-l', tnmtblanl un P"'!, II kltro( i'llSlt irA dr,IQU cian~ J~ poche de ~a d1emls!·. tn ~<lr~it J~~ VHr~5 et le., mtt. Malntrn:o.nt, Carbon MplrAII l'air tt, ~~ lourn3nt \' t:rs luL J' A pe r~ut. Dan~ ~on v l~trr ellflUt, I~s liwru N! pincl-rcnt rt 11 Jll'Irllt. implonr d ~ t"ewman ·;nt. roiponsi! à' une anlO!J5lnl.e quul!on. N ~wman jela un coup d'ccil "frs la ffisison du coin. pu l~. l",ll~ l'innOl""ente \'lftunc d' lin SOft ln JUS le 1 l4 me.'-I d ~ ce monde Inju,'!IC!:, il hallM) les epau'es {'n "i,ne d Ul'Ipulsu,n{1I ~ t hocha mtlllncollqur.menL la tête. CarJ.son ~e r<!to'una ~t.. les !<our('l:i !wn ~u E"'U~ !'e rupir~ d' Iln train de \'él l ~:r.:l"l1s 1epiclp~ . H ff. mi t A. ded~a~el' le V:{'!lIa rd A. l'exttMnlti d\l b:oc. Npwman ~e rr.lourn!:l il. notJveau dans Ill. mbte cllrt~\. ion. Longt~ mJl~, Il' demeurA là, arr o~ar,t, c('ln!Cll'tlbleln~nt u. p!'lou~, MS Illn'tlN . lIr Ir. nez. Dè~ n~llf h~U:·U. l~ di:nanr..!1è matin, Il ~e rf/trouva debout RU n1ih ~u clt ~a ehalnbl'e, rtgal'd~nt autour de \111 tt t1(hant dt H' TaPIlNn \'lOu\'CjuOl il e:ait mont~, II lui d~~'4!nal~ s~ Si d iUlclle de u rappel er la moindre cho.o;t.. il:c r. il avait paMé :a mllUnilt tntièr4! & !\e pèrsuader d'ai:er voIr un f llm, maIS il J10Jée de 311!! W'OU\'rr dans une salle d! clnlhna pendal. les hrure~ dl" !r&vsil, U:l stnhmrnt de eUlpa.b,lil :'~n a"ait detourné. Le ~Ir, S!u:tmtlll. Il s'il.il .])l'!I"1;U qu'ù al'alt oubl i~ de d#.jtunr.r. Mamtenant, Il re,arda.lt. en c ~l;::: D1int l ~ )'e uJo: un rll~'On ne !iOlell q1,;1 !nonaa l~ la r.8.rpetl,e 1::, t la (lrn&ée du lrnrlem:l.in, une chal~ ur luI n;'Ionu!t lU no;a~t 4" Im.liI d r,c: c ,o che~ lU deh()rII ... Heureux, i! fil demH,; ur l" - -p~ncendl). Enfin, qlltlQut Cllr.,<.r. iL r" lre, un enclrolt ou ~e l'endre. Tou~ les dim!lnche5, il allAit j~Qu ' !lu coin de la ru~ pOUl' &chtttl' ~on jow·na). 30n unl"':rs r~prtna::, posIIrMlon d~ hl\. A peine Iwalt-II !ltte int. :t. troUoir Qu'une Imp)'('s,<lon mu~ lt~e l' en\'l!.hlt. Il y snit du llouveall dan ~ III. ru~. Il II! ,!;tnlait l'eul·ê:rl'; Ull ctl.ltn ,, 'jltait~i l fal!, ccru~r. ri y IIvait de la mort dll.n ~ l·a!r. La l·ue. paNoill..<;3 it commt a!-I' ,rtt, rien l1e boub'tsi1. :t solc. l btllla il, JaunI', elouffant. n a:lalt ~n reprd:.ml de tOIlS c6th. Il ,·trifia que sa ml8e et.a \t corrfete. Pu;s il a Ptr~ut Mm.e Depa.\". Pour une. lo! ~. jl!lie n'~ l a lt pu rn \L-a lu d'e.noS!r son faroD, oomll1t C't! IA.t q, coutume par :t'~ ~r"ndll\ eh,]o-ur5, Elle ClIlt '". !.\I:'·SA &cI'TU&C, \'~tue de blanc eommt:! tOl.ljourtl ft. ~bJa.Dt l une \'lel1-e I;:lrdema! a.d ~ , Rigoureu.'!menL Immob,:e. ~ ~l l t'tla rdi'u, \'ers le coin de 1:1 I·ue. D,v,"n! sa demeure 1~ pav!! tlla " c, Il travet~a la r.hulSJ*t ft I)Iltunl\,·t\ SIl, ro u~ l'eH l~ batH, e' unt fl'l15 pl f\'cnu AU laurnjlct., JI ll!s \ ,t. TrJ,u hommn ~ ttocnna\etH :lU coin de la rue, un peu en deçà de - 39- FO C t1 a !'tt.a ~ IJ~ 11. Journaux: d~vl\nt l~quel IHait aMis l"lr."~!st etn. 1:5 reglrda!ent ... 1l.!I l'~rardUent l\t Nel\'mu\ QUi venait au devant d ·~ux. SOn coe\ll' fil un bond d6u:oUl'~ux tandis qu'U Mi maudisMit i.ntérieureml';n! d'avoir oublit!: de Htir~r N!S lunettt~. Cllr c'HaiL Fred qUI se ~en&!t ;.\, avec Carlson " De t,m.P$ â autre - dfux dlmanchc6 J'M moi~. peul·ê\l"f. - c' petit homme ail museau el!i:é. Qui ,,,sCOTtlllt Pr,.d tl Carls(ln. ilst!onn~it la. rlaru :a Tlle. du CÔtAl! OJlpD.-q au ba- 7.a r de Pin.kl'Jl~Lei n et "~ndA lt d~a joumau)( qU'li ti ra it d'un .as t mplli lur le trottoir. M. Newman n 'Inil lamais rail pllrtlculièremtnt attentIOn à luI. exctpt4 une fou . 1: y avait p ' usltur~ moir. de cela: li s·itJ.lt fa it III rfmarqUo! que II. \'111", n'C'ut P&li dO, lo:érer que des marehan.de" ~ III .\B.uv e!.ls !i~'\I!!'nt une concurrl!n~ dtioyale sux eommw:s.n.u. t~nu.\, eu)(, de payel' patellte. Pour la ml:me tlllSOn, il n'ldmett:\Jt pu 1"'3 m9rchRnd5 dts quatre·5a!soru. Mais sujourd'hui, l'!tomm€ au mU!u"u eflHé tl·a!t. Ma:é ~a marchanulse ~'.1I1; le n~z même de l" Ll'lk.elstein - à qu:nze mttru Il pr,ine de ~ boutique. M. FlnkCLslein é'.lllt ;;5,';is !ran(jui!ltmtn\ sur !On petit pilant, .. côlé de .!Ion con\ptoil', It do~ toU I'llt AUX trOl~ hommes et 1J contemplait Newman aVt.e un !lrCI! sourire j!.;gnirlcaLlf, "', .... man, abordanl le compla ir de Fll.ke!5\ein. IH'a it di.lil. 1"- main Il la. poche; e.t FÎnk,.ll;ttlll, qui d 'hablLuCle à ce Made its it diJ& dtboul. 'le journal plii e~ pr~~ .. t'mporter, M'ultmC'nt a lON; S~ le,·a. bru.squement.. d'un Air ~oulaRê et oomm~ reconnaÎ.Sl;ant~ tL se mil ~ plier la. reuille. TIDdi5 QU'II ,,'aIt I~ " I53lte tourné "trll l'italsfe, Newman fit 5iine Il Fr~d tt l~ hé' ,,: «" Bonjour •. CIl fu~ le petit !tomme au museau eff!lé QuI n'pol\~i\ !\ la place d .. l'red, en psalmodlant: ~ Jpumllux 1 Achetrz II.UX América.ills, JOUl'O.1\U: 1 Achttez !". .. FlIlkel ~t('ln lui tcnclait If! Journal. tl conlempla h' yiSllilt. contrael t. du Jai! et oontre Ioule raison, HnUt ia t.l'l:ère )"lonl'ahir. L~ pIpier le frôlait. li avait 1.!L mo~nai/l: IL l ~ msin. Celt~ IrnJ'rCHlon Qu'il II.vllit d'ét re relra.ncht de tout ~embla, t cr~p iLtr au df.àaru; d", Jui. En " ct, lt s tro~ hommes debou'. Lui, dthout Ici av«: le JUIL 11 UVflit qUt 1011. facl! tla lt ctll;mo!slt, Il aurait l'Oulu pouvoir scheltr h Journal de Pinkcl.lleln et p ulll lie rendre· chell le r.amelct 1'1 lUt en .cheltr un ~ ~:Ilk.m~tl1. ~:a fe rait mauvais l'!tfH de ne pa.' Ichetotr Ir loJ.l1'lal du Jul! ma:nltnlnt" car il u,valt qu'~u;c yeu:t de ce Jul!. il ~elllbll"r~lt ,voir Iri ~us le coup dl'! l' IDIImldltlon. C~. ne fut donc nulll"ment plr compa~lon QU'il dit à F'1:nk:t~lem _ laul en Ia.lulnt rtlomb~r u. main vlcle. - Un U\U ~nt.. je \'ou.~ pri«. P u~ il N'Q\onta l'en lts 11'014 nomméa et s·llnet!!. en f!lct'! rie P'rtd : ""W·I"r.l a\'ee emh"' r-rL~ rna\~ \'tAi eneor~ d~ - ~O_ , FOCOS n'.V<'lr PlIs /!l.é Cl!p~bie d! rebuter !e Juif uns rou!{ lr, il demandi : - Qu'e~c·ce Qui ~ pilS!'.e. Fl'ed? 1":l'!d, au d~a d~ lui, rtiarlla. Finli:,.15teül, llW5 le d~vI~ asea 1ul-m~me avec mSI~\lI.no ~ . C:l1'ls('J~J paral.;-"3.it perpl'!!)( e : e"!t~1t tm ~mp:o~'é de ban(lue, (l'lad type aux cha-yeux fl:n~ , a\IX préjugés bien ~ nrAclnt~ El auprès de ce~ t.ro lll hommc~. Nfowman l"Cntit It'venir son calmt. Il lui semo!s qu'll \'l1Ult de réUSSIr avec Oaraa.n un mA rché avant~gl'll", qU'1I etait un homme de \·s :~\IJ'. vn'an~ au mibt':.I d'hommu kl.lm qui .s& \' ll ient se con' dWl't dan... Ill. vil!. - - Nou!\. \'e il;o'1" suopll'menl .. ce Que Billy a !t. 80n do'. c:e ~ l's.pèce dt f,{orgenlhlu ;II u.<a)·t de l ll!l ,'ider du b l o~. Nt"'mAn pri1 l'a ir 5eanda!l&6: -- Pa.s proH!bl .... II ~ouhaitait QU ~ Fr€d contlnu1t à. le pl'\!ndre pour confIdent - Frl'cl et aU.·;,!-i Caraon, - vous I"Ou.~ I"cnd~.? cample du culot dOl ce youpin? dem; LI'ld.., Ca/lson Il. mi-l"oix. Il I\~ ctMl\t d~ frissOllner. corn· n,,!! 11: avai t tU frOid. Nt"lI11tl hO{'ha la té te SOIUl l'outralte. I l lui ~nait plWl fac III!. ma ln\enanl, .. l"n ouer iL n nl~r'l QU'11 eta.:! ~an.s piace, A caUM du geste QU'\! \'tnalt de fA lre, il se:ait plu., ~u pport ll blc, demain, de n'I1\'O'r nulll" part oil al;"'r, Il r~\' jendralt chaque soÎr iL un bloc dont Il fa i~a lt partie. Et

à ·même oû 11 I!I! U'nait. debout " ce coin de rue. il ,c:e. !\t'nIa

I! dt nOU\'fal/ chel I\Ù et re trou"ai\ I!(ln a l&Hloe. LhomMe lI.U visage ~fr\lt lui lendit une rl!'Ui~le en dl.5ant : ( JOUI nA l, mOIl~if:ur' • N~ " Milon prit. Ir journal d! lA main !{l"a.'!.;.e d'~ncre ft. tendit

11 m"'onll.i~, II ~a\'llJt ql\e Fred tl, Carl~l'Jn It d~l'iur

~ Alenl, ~t 11 sentit Qu'il~ 1l11endaitnl, de lui qU'a ~011 lour, 1: flt unI'; I~marque l;ur Fh~j[I!':~t1!1n. n laissa tomb~r Ip Jour .. nal dont. l('~ feULlle,~ ~·épal'p!I1èl·t 1\t 'Ul' le t.rottolr L~ ptlil homme \lnL II. ~on ~ide. tandiS qu'il ~p balsAAi\ \1'JUr réunir les pagr..:5 jLpa ~es. Pourquoi ne Il'ouvalt'Il r ien À dl}~. :lU' cunlt <le cu Ù\o<.;s qô.lll ~'étllo it '1 &am'mt rf'pf~\ i lu! mèllle. iL propo.' du J Ull ' Il avall la micho!re c~. ~f'mhla lt·!:, puce qU'II .nlt la~ iehapptlr son journal. mllis en 1. It~. il e $2\'lIit b:tn. • u.u.se. de son Incapac tA 1. prof~ ""r l'ombre d'un bll,c:p]'l~mt contre l'homme qUi ~e ten.lH U Il:.& il. oote cl ~ son compto:r a qu~ l q1U!' mêlrel; (l,e rrltft. ,ul. el le 1"#\11 motJ! Qull \'lUI Il OUVH à e e~l~ rt!pUf TllI.&:f. 1;'1:111 qu'II -,"(ta It 1JJ\ljnUrll viol' m.rU e e'~ Mll.tre lu. c:üMloti. .. t \CIf'6. nu·n!enllon t qu'il ~tn'I d.ac:.btttr Il l o.l:ft ,nux, et Fred t~ c.. ~llC.n S ~ tena.i~ n~ :/1., .,t,,"d3 n\ IQU 11 ~ n:p:1.Jni1 el ~t compOrta t, comme qut.lQl4'un qUI n'aurlllt Irouve la. rien à redlrr. - u- ET MARBRERIE E~ouard SOENEEBE.8G 43, me de la Vlctolr., r '\lU"~ T~l.: TRI 88-~. Nuit: 'l'lU ... 1 l'fÂBRioUE'OË'ÏRÎCOTS! l • '" • t

'
;:~ Ets GAN AI

_ Socl~té a NSpOll.labUJt.II lIfnllMl i lU c1pital de ~.OM"ua i .li 64, rue de Turbigo. 64! l PARIS (Iii') ,• ! .~ Tu..: A1I.Cblvu 31-U .a ~ "."-"" I ' I ' t •• l , 110 Le. meilleurs TISSUS Toule. F ournilur .. pour Tailleun ctlez ZAJDEL 89, r. d'Aboukir Ptri,.l' M~t.: St-P .... I.\I. R~lumur, IMlhr Ttl. : GOt' 18-11 ~. "'.0:'1"""",,,,,·,,,, , ,, ,,," 1 1 ' _1 f • L" ~ VlLU .,." ... u al<fu ln ".~ i. fi" I~Ul 40"".' dll 'TUVAU.

l'a.r .. r.u·~rJoU. '";;d'p". 1

~ . ... f.".rl.Il>UJ. ltn~J. ,.,..,.- : ~ I.Illlt., Il '.111 V_I'N /"'1 : ~ "ous \MUhOnl: , ,,,,,""'1\, :: ~ tORl I't4UI'l .u'lI ... "", fUI " • -1\ • a ... . ,\rh ... t • 1 r Unron dt, EtudioeU$ J,il. COOPEltAm'J: DE n,\V~ JI a, ru "~ IU._ - ,A.J' CJ" \ "flf~" : SlJTtl'~", ..,.17 III L I .l: 1 L • .-l ' l I , ', I ' ~ I I • eRol'T: n: l!WtTl . . . Un .Juil comme CINÉMA UNE SOIRÉE POUR 5.000 NOUVEAUX ABONNÉS lanl d'aulres avec les poètes . Participez , a la campagne NDI1! Boo,U r/J,u de M. Simon Garfu"kel, radw-r.!rl.'tric!cll de " D. !ta7ls le 9' Ilfl'mldjuemn!l cft'! pari5, la I~ltrc ul1tmnte I1U~ n()u.~ tenons Ct rr.prodlllr" Int~gmlemr1!1, f!1lancé!' p~l' Hill~r. re;>ren!t!t Its l' I~i1l~~ ~I\lomj\ics ~ntldmjtf'~. du dessin • , anlmeet au Grand concours L. " I L Y a beal.lCOuI'I dt i\:ens qui aiment a raconter leur vie. Ca n'ut pas toujours tril! Interessant. Je sais que je n'échap· peral pas il ee reproche. Permettez· moi tout de même, ,u~sque Je vala rejoindre les rangs de ceux qui combattent le t-acÎlme et la guerre, de vous dOllner mes raisons lIar le simple tlxpon de quelqulS éplsodu de mOIl existence. C'rlalt un apTes-midi ('Ilsol- Une d,'tresse 1\olr" SI' l\sa,lt 1,.11Ii' mals mon p è!'e' nl'an.lt sur \(>urs visa;!:l's. ('t. bien 11'I1f'rdlt d'aller jou<'1' a\'ec m('~ qulls fU~.~l'nt habitués par 1(' c&m1U'ade$. Il y avait f! QUCIQ\H' rc:;::ime ts.arlste à ulle tondlChou dans l'air . , JI' devenais lion de parlall, Ils etaient SLUm. lade de rpster alnsi li. la pNalts, malkln, La vérité, ,le l'al comp:-bw Tout l coup, J'tntendls des plus tard : pour cacher la b taila de c a rreaux qu'oll brl'ie_ trahison ct l'incapacité des hAll', mon :>ere fforma I~s chefs militaires tsaristes, Il vnl,.u, Jf> me rendis daills la Callalt un bouc émissaire. Ct . p l~e \'oLB ln4'. cntr'ouvrlt; la fc- on sc rabatta it sur le Juif. 1111U:, 11I .. ~ 111 un coup cl"oell dllMn, J,. vis une masse I l"ICttbr. et coml)acte ci'homnlU portant dcs Icones ct un p anel portrait du Tsar. Ils chan',,n' l'h1t'lU1C Impérial et .·en rnnça,itnL dans notre r lll!. ~ nUdr{! a par (les pol1- d ~ ra cm uniforme, A Hn slrnn!. 115 l e ruèrent SUI' le~ bont. lqttn q1l1 nppat!.r.nalrnt • rl ,. ~ Jlllh. Unll:~J; t'L moblllc]'s volaient il. t r ~.wrl III me. Un RToupe dt;: V();yOU5 IIi'Rehprnalt sur un de n('li y"J,tna. le tallleur. Que btf'nLôt JI" ... 15 tomber. tout enu nltanU>. Puis des coups de f tl'J el l\.Qu~N' nt. ct ma mère m l' '·1'1. de me coucher sur Ic l'I&Mhl'r pour ne pas ~tre at· t eint. J a va la lA loree ser ret:. J'eus p l'ur I)C'ndant très lon::temps. Le IOlr rn èrfte. Je n'l'I.rrlval pas a m endormir. Le lendemain, ]n Yj(:tlmea du pogrome fun'nt eattNt"s. LA l'urrn dUl'an depuis plu- IillOU r l Mols et le fro n t se ' rappr'M::hatt sami eesse de noUf! ... me, lA p remier Jour de ]a PU llel d l! HUiS. un camarade d t' l7CN "Int me voir è. la mallIOn

• !"aIs
un saut aVe( mol

j :aqu '~ la e are. Il y a des Juif ... e.q)ull", .. qui ~rrlvent. Va fal) olr 1f'1 .t'I·u~lIhr ... l . Un Ip.!'cta, le lamentablc m '"UlCndalt; des fl'IfJ'jRlf'I., dn t("mmel. dlCa ~ nfant$, pa r cenlalnta, l'ntll.llatl dA.nl des wa,ona .. buUaux. sans bal a ' 4:'1i ni nQurr-lture. Ils avalent t1t~ c.hulies la. veille par le 1'tI·nd.due Nicolas. commandant ,.n (tlct des armlies du Nord, Qu i I~n alt la poputatlon Jldt v-e tout l'DUère pour sus· p ~tt' ~1 I n d'~ lrable dans la

zone du. f runt. En quelques
t;"lIru I!. .. .... If'nt (1 il allaHd

tm r'ltr leuu. maLSl>ll& l' t lr.ul·s b [el!1 t.~ .lI 11I1q['t d~ portr.r b rut"e,M e~ t \/rrl l'arrière. • L QUELQUE t('mp.5 plus lard, jr suis ~Ill' à Pêtrogr~d POor dfectUl'r unc démarche dans lm mini.,tere. Je voulais c':tre ~)l"mpté du uum~,u~ clausus el obtpnlr I~ droit dr me rair~ ln~e~irr. dans \1ilC !aculit'. J'ai d'~oord cu énormément de nlal /1. trouvet' une chamhrr d'hôtrl. . L;>~ hotcliel'S ~xal\llnal~l1t me.' plpif'rs d'idp.ntité ct m(' ré· pondaient QW~ tOlTt ~tait ct(l] ... ]O1ll!. Dans la !luit. JI' d,~C0Ul'!'i~ ("nfin une vif'ille m~nsardc Oll, tout lHbillé. ,je m ... lail>Sa! lOInl) f'r ~ur ]e lit, A sppt hrures dl! matin, [e gll"('ÜJ1 fl'ilppe prkipIt: l.mm<:nt à la port~ «DC~.· dW~-I'OIIS, II' eommis.,aire de »0- lice vous l'~c]ame.. Ah ! mon OÎ(~u. »Ourquoi \le l'ave~-vous pu dit hier Wlr ? •. Quoi 1 J'étals tres intrigue. Je mil rendis au eommi.sslri~t ou un bonhomme eXU'elllemcnt I+,_ barbatif me d6ctal'a II. brûle-pour. painL : c VO\;s êtl.'. .. Juif! Vous n'an'l\ pas le nroit de séjourael" .dl1lS la CJpitale. Je \'Ou.s ordon· ne de p:H'tir sur ]e d13mp ! •. Puis. d'une "oi" un p{"u moillS rêche : II: Je 1'01.105 fais cor.fillnee pUlsQue \'OU5 ;,tc5 etudiant, J e Ile VOIlS ferai point eM:Dt1.cr de gf'nÔarmfs. Mais g.lf(! A. ~'OWI ~ vous ne comprenez p:lS ! De prison en prl.f.on. \'ou~ regagnenc:6 votre plyS d'oriiim: ...•. A la !In de la guerre. le Ill!' retrouvai en Pologlle. Il n'etait pas question de continuer mes ~tude~. Pour vi'He. Je dus choisir un mCtil'r

VDis la Po)agll(' de Pilsudski

n·étalt pIS tendre POUl' les « Zydz • . Les brimades. ]es l'eXil tions, le vèrib.ble ghetto économique dans lequel tout Jul1 était maintenu m'ame'l~rf'nt peu i\ peu à. l'Idée de cberehl'r une nouvelle p~trie ou je ne l'Crllis pas malheureux .en rai.son de mcs I)rlglIles. Je débal'fl\mi il 1'1 illY de rEst U:l jour de 1I0vel1'lbrl' 1928. Je rus tout d", suite conQuis par l'ambiallce fr.uu;a lsc, par le çaractere ~u p~u>J]e de Ce pays, pJr sa loyauté, &a [raflcb\s(', F" droilu. f1". On ne ml- do!ln3nda,t pa.!' pmlT mr JIIIPl", a.l J'aval~ k N'a hu dr u-lle Gll Ic'Ik: f~ Il • !aIJu 1 t\rt'lvee !!cP Hitler au pouvotr en AOl'nJagne pour que ]e fascismc eût espoir de l\'lmplanl('r en F rance, Le fj rêvricr 1934, j'ai ~n!.endu des cri, dl' h"llnc Mais aussi, le 9 et le l~ du mtm~ moi~. rai VII le.~ Ouvl':cr! mettre cn éehc::. )1' mali· ,· .• is CDl1p qui se flr~pa!7.1t. Lc triomphe du From Populaire fut ulle cuisante défaJt.e pOUl' l~~ !M· c:lstes. Mals il y avait au"1 dell /)nnemi,s qui le di sloClOEl.lent du ded:ms, L'atmosphere s·!I.SSQmbri, s,';/I.it.. Tout.e une pffMI'. dont il!: ne me doutais pas qu'elle êtait Vmt 1939, (;~ fut un nOUVN1; tOllrnant da.ns ma vie, Je me sui~ {'1l(:lIow:t da.ns l·al1nr~. L'\ d~fnite t~ l" oecllpll.lOI1 m'I);Jt )ll'offJnct~m:'nL Il 0 11 1 (' v n~e. cl1al1~ ~ , Je voy Ils blrn \One con- ],\;\Illtt,l d,Ln~ ]el\ ma lllt'.!l's qui me !1'<lllpllcnt mo.l~ ' Je Il'tn decr.lais p 15 les t'auses profondr>.t. Pourquoi LI gucn·c. pourq\l()l les PCT$ r'CutiO:1S, pourqUOI le m;dh('lH' ? Tn\lt ee]a n'tt~it pas ~Imple fat! l.li],~. Paur 1:\ deuxième foiS. j'ctais I·Ulnr. Je fus bientôt me! lll(:~ de mort. G RA[I.,·D ll:<lla au ~\Lldio Pa" . na."~e. où toules le~ bf!~tia; l'~ malicjcu ~c~ s,," sant daon,:, reodl'?-vou ~: où ]a nlu~j Que et la coull'ur se deehainent. ·dans des dl'~.<ill$ anime~ de 1tl\1$ le~ P~.vs. Tout I~ monde ri', t<Jat Ir. monde ~ ~tlendl"lt. tmll 1(' monde e~t ('onlent. A h fin même, tout le mondE' dist \ltll pend"",!!t Qu'\An • p)':~"'l!lnteU L" ~ pOEe de~ colles. CE't art du ciuema. si d il'crs et Ji neuf, ('(lmmenee il. devemr une branche pa.,,'sionnante de la cu!lure nl{>· dçrne. , I.e Comte, dl' Chô!.rlot, et Pi- MOT S CROlISÉS .J'eu~ l~ ch~nce. ~r1l.Ce !l. l'aide 2 (Ir, tl"Oll; nm\~ non JUlf~. d'échap- 1,11'1' atllt l'Afl~ à P ,lrL~. La ter- 3 f-+-ll'CUl" devenait de plus en plu~ lourde mAls en m~nte U"mp~ J~ oomprNI.I15 de mh':\l1\" cn mil'ult Cl CC qui 1ll'3rnvait ct ce que Je devllis fal!'e. PO\1I·aIS-Jr. me tcrrer d~tl!; un cain l'Il attC'ndant qll~ J'oragc 11(, paSSI' ~ L,\ frousse I\nrill~nte, nnsra I IL\Ad~. i'ègoïsme ? J~ suis t'ntre dans la \'é!; lstl!. nCt: flrfll t'('~ j'al t .lit cc que j'Ai pu jUS(jlfllU JOur où III Gc ... - ta!>') mf' cucUlit en traiu de lancer de~ 1,....1.'11. Dr, mes 8 jours rue dcs S~uslI, lICS, de mes deult mOlli il t.-TeSnc~, dc, mes trois semaines il Or~ncy. je ne salirais riell dire qu! soh vraimenl nouye~u. Ma!!; J'm:erai af!irmC'I' que jl: sui$ parti cil déportatlon prc~quc IIllègre-rn~ nt. avec l~ con!oCi(;ncc d~ ne PU a\'oll' tl1.é lOutilr. Je n'et3i~ Pll.6 sn\\l. J'al pu surv!\"r~. J'ai étè lilJü6 peT \' .... I·:no'(· ROll!!;'('. El a]ou Jc me suis mppelé 1(' pogrome ql1F. rav,(is vu , é\.ll1t gossr, ~rs ~ells ianatlq l\~s Qui bnJ.lIdl$s:l.ll'l1t un portraIt Q~ Tsar. 0111. 1" mOlldc avait marché. d~pt1I.~. il. pl ~ de /I.(',allt~ ! Nous sommcs en 19511. Je me r~porte enCOl'e lme roi.~ un demi~) cc!f' cn :U'rlè:·!':. Out. queUe leçon de oonflant<' ! Le bonheur d'un Individu o~ d'u{1/! famll\e M peut o'tre assuré qlle cUms la mt'Sul"C où to:rs ]('S bral'el'i gens pCUl'!':lIt ttN' IwuroU);. On ne peut pllS. on Jle doit lias fl!vendi(IUer dl!: sécurtl~ ou de commodJ~é pour l'iOl-méme ,salIS penser Il n'lU Q.ul sont dans • le m<,l"1'" tm ln ., UI\t lllUer il leul"S cOlt!;, Il, laut dOtlc QUC lï:nmenl'ie majOrité dlls brtwes ;ens s·uni.!:sent pour df{rnd.rt lcur droit iJ. Il'! vic, 011 dISQ1IC bcA ueoup plus en dcmeuralll « neutre _ ou PlIs' l'iu. ' C'est a,::C cette f,ollvlcUon que. pJ&Sai!t omr~ Il ma dé~i~ioll Initiale de « restcr il. l"éc:arl d~ toute so.cth·!tê poU1.lque » li! y 'a de3 i]!\u;loIlS ten1'LC.C5 ), JE' donne mon <ldMsion rtsolue au M.R. ..... P. cn Qui Jf! l'ols une torcr. cHicaee et nCecssl'llrc. Simon GARFUNKEL HOIUZONTALtMiNT ]. DDIm& de 1 .. elM : ~ l; r _ 2 Oon)ouOtlQr. mm"I>&lnlJ! C'oul. en Il~nlc, - t . lA! J'llI' .a, ..... 'l,un. ç)'lcnoro nO!l' zoD:.1 ",ollil • . _ 4. Qu! po, ..... v~. \.l'Op d',bondan ••. _ & AYUI~.l'<Js . A!1~ l b:l . _ ,. P,H;~~ P, Uj ~ . D~ ... 1 ••• ,.,,_. - ,. YI.u\·. <Oll •• . R.jvlb. 4' .01 1.0. lJU .. .I( _ l, ,,,. ~·]nli"II!J. l.II~, .. Olt. lMI •• rtftln. mu •• l~. _. e Rn"b:u4~~. On lui !~! I p:'" ""nlj ~" •• !n .. o,,·tli ... 1 .01> r.nlo _ I~ Lanch \'IJnoUl. YEATICALr.ME!Nl [ 'Iua:Hi< un. o:\u.~ (>Il'" "'.U'.:I oul"" - Il Ilann. CUI! P .• d·d~-...' U. _ nI l'].nl. 'on e~]II\'" p""r ' b.:: .. r: eurs T. ::o","n! _ IV, Mr"",.· lion Il,,,,I.,,," ~ ~. <"1> .... 1\.' .]:.m.n~ Clul ",v'lI On l>>n •• , PUll. d. ~nlo, _ VI P.,Udp< Pronom _ VU »0". nonl bl." du ",.1. Tomb ... u 40 li!." " .. pro)'\!! _ V11l . .'!\",pl ... SU, ~.m~.",~. _ IX, P.:lt ('& ...... u - x, Gfn • •• 1 fT.n,.I<I. r,hb:, ",OLUTION DU l'IW8LEME N- S KOAI:tONTALIIMENT. __ 1. OMID~ PSL _ ~ 1!:Pl':IRE 1I0ll!. _ 1. CRO" ICt.Rl':. _ , lENOOl'lTRP. _ ,1. IOLE _ 4. ttT'O' TRACE _ T. Rrr. CR, _ •. I.J.UTJlo;i~I&..~ _ • l.'I..UU~, ;lUA. _ III. sre. 8OTx:r \ VI!.RTICAUMItNT. _ 1 L*:tlT tI-:s _ Il APRE. D>!UL!':. _ CJ dt')lrt 'T IG. _ IV. D1!;COVHIR _ V. P. 01. INES. _ VI !tI':IS~g _ VIL cr RAT _ l'III. PH.\RMA(.'~ _ IX WHE. CH2Rl, _ X, !NJ:ltTI>. lM, LA JOIE DES PARENTS Elre premier Jl< Y Ol.>rJit Q11~I'lues f1r(Jnd.e,~ persOllncs reVl'1-11'~ 111 cllmanche dnll~ [e petit 80- Ion dl' la fomil!e Pc'reier, Les eU/Mlt;\" 10tt(lÎC'l'lt d(l'l'l~ 10 l)iè;ca à côté. LrI porh éüolt o!wertc. 011 ,mtl!:11dait leurs t,:,)i:ç jutJe· nUes. - Moi. je sf;r~i dit Miehd, ((: fi!. de aD!! de Imit (1n.&. ingénieur. 1(1 llt(!iSOll. - Comment iu le s;;ris ? l11i demdmla SOli I,ctit camarade. - C '("~t mon ~I'e qUÎ me le rlil ,souvent. Il faut dtre très în.tellîgE'1I1 p~mr filirc lin lngillIeur, lu !>:l.Is ! - Tu Cli toujoul"l' prcmier ilioTS '! Miche! jronça lies sourcils et dit: - Non, pa!; toujO\!I~ et ;lIQrs mon père n'ut pas cOlltent du tout et me )lôlsse un ~:lvon ~ De 1II11lwais sOlUJerdrs r 'l ~s{,;[ lirellt et il .~e tllt. par le ru aitre I. SHERNETSKY Dat!$ le SrI/OIl 0>1. e'llfp.udllit II' prrp de Mkltd J){Irlt'T de 5{1l1 fH.ç: 'roblàme pratique n' 9 ,• Il 1 1d II • 1 . ,U , 1 • 1 • ~ • t , " '" '- .COlFe" \ 1'1 TOUR nt:: ,'-ORe f; Vltn III n.n ",,'1 c\kl-f rlel11i,r DE LA :DOWROONNAlS Joullnt al'ec l~ hllnoe, <t~"IIQ: etnl! f lna! ,' ! E' 'r.U n11111~ )11. Tou]' n .. J plé· 11'\, ntalr" 'I~ bon l\d"'r_lllre ! Qo.:IIrTL~1I (l'AI ~'II' "bl e-nlr cc r&:. IJILlit rll~rltl~U lt ~ DJi' .. ,mll~ 1/" '111' ,·n'nt dts ~nl · I II,.n $ U ,.n,· le, 11:4 Partie n ' 9 .10'1;' lU ,,humpIO!;I·"1 de Roum. l'lt .. n llu1JIJIne Ln~~ DPao,' . t)llltlll l ,,·u. Nol,. Li ... lu Tuca. 1. ,114 ~S l 1.. Ct3 GU: ~. ~3 cS, 4. ,t ~ .J; ~ , Fd3 Cbd'; 6. Cfd2 f'd6: , .... , -...: l, d1< r), 'mellhlUr etait 8. ~ - H. ("lC(.Jo· , .',3 b-6: lA. r.' DU. Il ~.!oo1l "'d.,: U. Tf1 Tfdll: 11. (;fI 1", 4; Il t: 1:'~ C ~H: ] a, I)d S Pàr,l~ 1', ]l'd3 Cl:'~: li. RI:'~ ( ~ur If. IIt:a Il pourr~tt sul\'re - h6 1'i"I~~.an t 1. - .116 et 19. - C' d'l , 11 _ l G: U . h4 C li6: 1'1 F.! T ..... ; tf. r~.1 "t : ' ' Un r.I'~n'e dl' p]OIl ln!. 1 "'(III')I!It~ n !I. F, •• 'Ou II. udt en- u. RI) 0:1'" 01' 1'18(11111 fI'.t '1'1 ,lf",lC l{l\Ol .n c<lr.ll;l" .... nt J. P'II&aiblli.lt de .'~rQl ' .... r Ik]. Daml' tdur.".l. 21. _ ('d:;, U. 04. t!..rl 1Y.I1f') ..lnIW;J(_ 14>,,[ ::t _ Ct·h·" '; U _ t •• , t :r.. ,. oU '.-.u 13, D.II lU ln rMn 1io.ICr.lll 1/.nr. ,,[ete .tlri'~ : 3, - r x;:::l: 24. fxo:~ 1"x,2 et "pre~ 2:1. éxd4 Cf4~·; 24, R;:l Dxh4: 2:5, t' d3 C h3+26. R joue Cxf2! ~t Ir:~ noin .\:a~nen\l; 2:1. _ (;xd :.:: H. T xe3 (lJU 24, fxé" F,'{1(3: 25. Rx 1:3 C ç2 j:(a!:,n~nt é,:ta\en'cnll F!<c3 et }.,~ blancs abandolU1c!nt c~r aprh 2.~. Rx<;:3 Cfjl': 26. ~':d5 0 ~7 -: : 27. Ri!!! Txd1. etc. ou 2;1. fx;!.:! C ç2: 26. [M2 Cxe3+; TT. Dx ~.l T ç 2 -:-~; 2Ji R j(lu~ Tdd2 et le~ ~oirs doiv"nt ..:ag""r r"l'ide,nent Reminiscences V' HlS n'a\'"z J UI1 :Ii~ p 'n ~()lltre DAVID ? Dom 1Ul1~ ! C'c lnit. un per~u mnag, .ICIle1I<IIl.He [>0" 1' to 14 """lI: qUI 1 al .1L"Tll ('.mml lIl'~ nt g\l~n ~ à la « IU~ :n ' e • "u au l [-'J']o " Q'land D,II' ld y fa l an $. 011 AI'lant. 'Il' tOlle Irs j lTJ"UU; .!<- j;"I"OU j_l' n I autour d,~ 3:1 t .. bh'. MI'.ne Al!:kh llt" n'), ma!l'lllal! pOInt. P"urq'loi ? ,J! ' " I1_Hi (\1ne SI bien (,ne r.~) ... ? Non, a u r.:nlllTJ. 1re, au n'YAu' d,'s , l'~IIIJ 'Ir'! Ilu (to,.., Il ét~it roi. Mllir. ;1 t"tUI{ j"'rm,,,/o!' q,,'il é::li t le pt,l" t o~ ; OW'IU' 0111 m"lld,', N':I\"~1t-lI lwillt 1C3a:no:! ('hnJI'f! Al, k'l~tn" TlIrlako\, \" ,t '."ll ".~ 11'""''01 ; m,IIe6 ,le IJfV"'lft' a la JU-o:,.n~~ En rflet c·(',nl(. dn'\:nu .. ~";.rlu ,, .· dlUlS "e e,,[~ ri,· l'~- 110"1 llér II'I"j)oIlA~r ,j·op!'().'!, l' Da· 'P1(I 10. I01l~ lot' • e, .. rks • do l'ilS' • ,,1'. C~\lx·q " u llt"nl nv! r lil: ~IIIlaravaM. tll~l' Ilt IJ:nJ) <S.., lb·t:' BU Inmd ,m'U" n"IU Il. 1 t ,:UDfI,. JI1Ur ", .. ~JT(' h·u~ J'l li rlh' 1"1 C',"],UI \' ~aim_ rlI dlnt. i.!.e. d~ :,~,...lr" co.,nIl'~ Da'·id. VOla l" 'I!\"Ct 1'1'1"" <"1"("- 1'fO' Qn t'I ! J<J'~lÎ t ]"us I 1.'Ufli 1'O~:b:"', li tIC "n .po J'T'fYillt I"'lnl. PonUII1I·I: " n V,011 • ""ui d un COUJ' !I! 1"'1n ' \.;l'I~ Il',: v',: '" 5 ~ ea.t O~ c:èlnn lC',n :Id \·en.11 1.' y ."lit IIn.the un .. fi- 1~ QII pa 11 so"" la table. V ,l1li: Ifll""ln, Il 1 If'~I " 1: vom ~t ~rriTt, lJllli 1111" m ~·1 pt il. 10UI a.Jc!buIA.ilt. cSc Jou.r F:o:PT qUluXI . elUl-\: U' \"',\1"'&'\ .. a7 1113, 0'1 bl hl', l t .de k Il;rc1C!.'!. A ~rt.I b7 . ~ Ib2·b31 ' "I ~7 ' l2 18"2-1("3) 5ui" 1 c\'enlu ~t1, l:n nt il" i~ p'Cl"t~ (le !wtl'c P\)1l, M:u~ , c~t·. t tune H" n"u~ U t fll"l"lvée Q l.l·un~ tois PIII' la 1I11,'~ J"~)(pè n,n,{' aeq: r t..,... n"' llS 1",lt li;..J 1I méfiant. Ma ,~ DII I'ld ba.Jtau (, "" l{'s n·· COJ o! ~. Il JI'eta lt ~~ rlV" dc 1 .. l'olr O!fn\~ VI -Irn.r IO~ d,' Cdte (.'·I1Q dm", 1" N mr l>ffrlir..' I.e ·m,Llu! HItII",,·lI'Io lE' ItHl la u" J' 'IIr l'bi' UQ !' If! (\"(' ,oi f lm· j) "II;;lb:.o dl"~ \0l1li, "'1!W lr" tJi ~ll. 111&111 anoe 1):1."'1 t .. u.t êlalt pro6l\i· b.!(. Vol:1 mmron t ,·ela. s'csl ['mduh. : A • c o r-.. • ," ~* • • ... ft. Ro~ ~ol,"l', IIm If'1I b~'llIe$ l~' VIII( AA tO'II', 1 .. Ilbt, M il. a8 tOlll ell, pr'monçant l'U 1!çh,'c Ima"iIl! lII'C nl'\If: 01"\1 ~ OI1 , '1 (' , 0,1I'id ~ :IIlR hés!l, r l'c!,liqun par 1 - R rl7 .. ,t ~ ,·t Ics i):ar\c, n·e'lr .. nl l'I:1S q'l a J<"\er 2 Rd5 _ ,tS avf'C un mat uevenu hl~torII1U'; . • PETITES NOUVELLES Mn"" '1 I~ 3 1 déc ~mb e- 1949. L\ Ch "~IJ'IDn(l, · fralOÇll"'" M:lle ObB\J'11 dt. SII'ar:u •. !"rm\fll\ bl il· ~ l1":l t r a n.)I!e 11l4g ' II. ~all."n!ln t ,·,lojUl; Mme Ckesser ( t tllts-Unis) lI,I COUIIi d,· ln d llqu ~cm,... rond~ j (lut~ aujourd·hui. Aprh la 8" ronde Mm" Rubtson cU R.S,S.) eSI 1.',\ tNe. ulldi5 que notnt cll .. mllionne • de bonna cha:rtc'~" de la nttupcr ay"nt déjt. ." ptl 1 l IIIcQI .I", et oeux PinlCl ajourne« (donl une en miluvaiS!! poslure COQl,n Mme Rud~nko), _.- Oui. c'csl un enfa1lt t1"1::6 doué. très intf'lligrnt. 11 ;11'1- prend sans effort. .]c voudrais en [<lire quelqu'un! - Il e~t salis d,mIe premier de sa da~se? detlltll!da M""e D. - ,Justement. l'ilS l'cgulière-IIlcnt. Il a ete lroil:'ii'me. I\"o!s fois de suite. C'E'st c:e que je lui oe>Jl'OcêJe! 11 faul que: je le ptllu;se. Ii ai1l\t: t1'op j; ' ~rnu~el', comme les petit!;. Attenlion de ne I)as cn taire 1111 pt'"lit vaniteux, Î1Htr,' illt Mm~ T ._ .!'j .... ô"rîs.:c (f" ,u ~I'S Il·egfi"$ "p.dogW;(ll/es. ou de ne p..'lS fo, .... c,· ~n intdli_ >:ence, e!leure In':s jClate, hi IIl'1 S;lnté: - Jl faut eej)("ndQnt mt:ltre il. profit des d(>n~ naturels t Il,' ,i.~ifl M. Pl'rÔ"" . - A eondLl iOIl QUo: l·elil. nI! nuise pas à l'e1\rio.nt, mrJll~ieur. Croy<mt eOIl$l nllr c ~lln .venir. vous pouvez le compromettre. en forç.ml la note ~ Michel ch("l"('he la riel ente rhons le jeu. l<>.i!,-,,:/.-lf' fllire ~t S'II est t!'olsième ou cinquieme . ne le I;ron. d~z pa~. - Ail! c('la IllC contrarie. il peul être premier. dit M. Pero ci.er (l1."!l(" malU"\II 1Se hump.1.r. - C>5t 1""1J'\Jf'rl du pcru. jE' vous ouu .... :. cher fIll)1t1fiet/r, Ne prelte: II/l.f mnL ma '"l11ar, Que dl' p~daO'oglle. Ch erchez. a I"oir dair l'II UOt'J- r-l#lTll'. BeOltCO'l/> dl'" pnntllU, Innl S lin l'e,,dr!' GO • .,pte. $acl"irl.t"tH (Il roflté et It ~ rlletére de 1'(lIf/tlU li la ,"tùflt('"IWn dl' If'ur propre or. aln:i!. RejU~.IIIue:;-il, JI' "ous t: QIS (".t)mp r4ihensiJ. ptein de bail"," i"renliolts, Jan. VINCENT. ('r~U, roi ri" mil. dcult reg<ll~. ])1'ovoquent d<,~ delire~ de joie lE rythme de n{)tl"t. campa~ rll'lll.o. III ~Rl l e. On en l'! déia t,,-nt 1:11E' pour ~.I)OI1 nO\lVeaUX padé qu'MI n", ~ait plus \:0111- abonné~ n'a rll~ été r~lcntj mCl1t le~ 1":I('onll'l": mais on les I)al" le~ fêtcs de Noël e>t d\.l aime t(lIljOI,rs d'lvantilg'e.' .JOLlI" de l·An. Mais t'omme> il On l'CI,,,Uvc la .IN"1 le ('ban- .... ~t naturel. 11 n'II pa~ tte IIcce- . 1ère ('l'ite selllain~. C:epl'f1d~nl. I·PUX. ,:<pfJu"elilnt la bibliHlhequ, ct ct · 1 plu~ieU!'~ ('<meUITcnt~ ~ont enli 11'l1(e pt avanç~n! à petih t,.éc~ ("Il lice les A'IlCI'-" ~ Com-'

>:\s dr. mal·ionnett.e sur les dal- vlI!lnllU. iI.\'ec un deIl18rl'lIJ{e

lE's blanehl'$ 1'( noires du cha_ de .'. tE'.!' Cl1deu. 16 (i\1I pe\l~ teau: Oll j"('I'(,it Kult'u. la pou- , pile tchèq\le qui dall!'r., vire- vcut faire beaucoup nlleux ). ,e " olle>, :fcnrl"rt sur un lit d'en-' Y.A.S.C,. la Commif.iolt hu l'~{ ant: on Cnlend rire roi.~~ l'!U syndÎt'nle, rU.J.re.t., dont [es t,,<:hnit'OllIr Que ma commere :15 premien abOllnementli sont l'e('ureu il accuse d'êlre fou, el prometteurs, etc.·, qui tomo... du ciE'l en piqui> Parmi le!> société~. ci l o!l.~ lell )'ll)ur t1~('OUpt!I' un a rbre IIvec Am;~ lsraêlîtu de Fr(fn.ct, Qui son hf'c, U>s Quaire petits gar- aHermiss('nl .Ieu r position, LItcon~ dc PopE'ye se déchuinent borlou>, Sied!ee. san~ oubller le dans .leurs quatre petits hts. Et rlêpart de l'A~~eiation de~ la jeune otarie noire - qui est Villlni~. ainsi que de Chmnic!j) f'ul-êtl·t' un phoque - ouvre uik et d'02or ov, Au tableau d'honneur cette semaine Aneh'n" eomh:ltt,.nl~ : .5 abonn~ menU!. 'Y.A.S.K, : 7 a\:lonn('mel!t~. Comm/$~IOI\ tntf'r .. yndi01llle 1 ~ abonnement.". l'r.R.A,p. IX" : :13 at>onnemenl.a (1;6 p, 100 (\" l'obJectif), Mf'olion Imunrable A M, Grun qui rn a rtali"ê 12.

\I,R.A,"',

I1)@ntll mon). xllr 1 ( réa ]i5M 13 ahon.n~· M. Si~ l l.:J.R.E. 1 25 .bonnem..,nhl. EN PROVINCE D#-ntIlTrA;e r.1 fld, d, SOCIETES dl' Frul~ " Anlb brl'!rllteoo abonnementl l'objeçtif). (S{) p. 100 (\e 1,Jt-lre : ~ abonnement.. Lnbartnw : 8 abonnement.. p. tOO de l'objectif). Radom : :) .bonnt:rnenta, Sled_,.o : Il abMnementa. \l'elonlft : 8 abonnemente. DEMARRAGf Of " (.1Imleln lk• Ozarln", Vilno[IJ, (U U-S lennre yeux sous 111 mtr Le déhut 'ne J'lInl1ée nouvel- r------------------------------- pSli"ee qlll,' l~ Gro.~ Pluto ne veut le doit être t'narqué par UII rI'· pa~ juuE'r :lVCC elle. doublement d'ernulation, Tous Mu~i(;ol wint bo,r, ma1l:"ré le nos amis COllnai~~ent les rh!- pont du diable. montre tout ('1' fiC:\I1tC~ auxQur.lleR Re heurtc que le d('~sin animé ne doit pa!> alljourd'hui la poeue libre . être: trop l()urd, trop· colon'. aloJ".~ qUE' lant de feuil1e~ d,;lC' Irop pl'ë~·is. trop lent. Et pas- tiol1l1l'!ires augmentt'nt Ir. nom· l'tlflS SUI' les ~ dt!gue1.l1ando$ li bre de leur~ paRes parce de Jean 5"blol1, bétement il- qu'elles ont depuis 101\$(temp~ lustl'é de symboles immobiles. aliêne leur InrlépE'ndBnre, No· M tre clpiul i nr>uf!. c'est \"evo~:'S l~n 11 e~'~I~:~,t !l:UI~:~:to~: d'abord l'I!.ttaehement de !lOS nerl'es .. pour~uivi par la police lIrnis, et de no~ ditfU$eurs. il moustaches et à godillots tout Mettons tout en rouvl'e POUl" hllbHlév. de cheminees. sm' l'air !'ealiser nos objectifs dans un dellcieux d~ javas de Désor- temps rec,:ord. Ce ~era notre mi~re~. Quant aux bestioles des meilleure contribution au COOl· film!' !<Ovi';'tiqu~. de cou leurs bat COOlre ['anliMÎmitil'ime ct douC<ls, (lUe.!' entourent de la pour la p.lilt. hplruu!nl Jqouliie ad esv oull'Ou ndpeos rterro urlas l-;::=::=:==:==::=~I ~!}~2f7~~i13 décembre 2011 à 16:20 (UTC)!~~;; [~j Q:~:~ Lt.'~ ::::rl.>S~C~ errcul"S américaines - eel1t'~ de Walt Disney, en pl:lrliculier d~n~ ses longucs bandt!~ - ont servi à souligner ce dont doit se J{ardcr le degsin anime, Il lui faut utiliser ses libertés. Qui sont celles d .... s poètes! animer d'une vie magique 'tous les obJcts et tous les êtres; ~p. chercher une nlusique appropriée (et non illustrer lourdement des musiques Que l'image déforme). Et rien ne peut l'clll. p~eh(!r d'abot'der à .!'a jolie manière tous k~ sujets qu'il veut. Catherine MAI, Studio l'.rn:u~e. Métro Vavin. "En exclusivité jusqu'au II janvier. Connaisseur Un lJic:lJ: bouleuol'dier cicérone p/1ur quelque.\' jour! des ami!: dl! protlince • bturre et frOlli/'Joe n. Devant la sta.tl!e dt Voltai'!'t. /lU Franç/lis, ln f~mm~ s'extasie.: - Qui C!5t-Ce? -- Voltaire, C'tlt du Houdort, A son tOI/T. f, mil" ~'cPPI'O" dle et. d·un. n.ir eltuftdll. l'tdpp. ln MII.!lI~. St lour;'CM,f, a.!.on l':TS ~/1n épouu, il n.;outc!, I1vec beaucoup ,1'nswrllnce: - Oui, ç/t t1t Cft! Llva.;s Un témoignage , ....................... .,. ................ .. La révolte de la Mer Noire d'André R It:N de plus pa~sionr:ant qUf: klivred'AndreMar, l.'· La Ri voli/! de la !>l.e r Noire Qui vient d'être rccditf'o aux Edilions socia le". Rien de p lus tonique non plus au moment ou l'on s'eUoree d~ nom~ privarer un troisième conflit car 011 y l'Ippl'E"nd comment en 1918 et 1919, marin!: et soldats français, par leur rE'ful\ de combattre et leur ré:volte arrêtèrent la guerrl'! Que les gouvernements :I1liê~ prétendaient faire il l'Union Soviétique sallS la lui avoir j.mais dé("larce et al'!'e raide dR 1100w/!rntmenl qp rAllemagfle tO](j01.r~ fnn~mil' pui.<qlte la paix n'avait PII$ été $igl1Re, , Aucun mouvem~nt de cette ampkur n'avait et€- mené en Fr.mee depuis la Commune de Paris» déclare André Marly qui a écrit son livre non seulement ('Il n.nt qu'acteur et Que temoin d"une grande action collective - la plu~ beile de toutes puj~Qu'il ne s'arissait pas moins Que de f::lire riche<' à la iUerrf' - m'lis en historien .et en politique. C'est dire que pilssion- MARTY nant comme le plus vivant et 1,. plu~ vrai l"Ies reporta,es. ~e livr/! n'én ~t Pi'lS moins pré· CI~UX pHr les leÇOn5.qui $'en rlcgso.gcnL D'ailleurs, il ne l'ilcit pa~ ici. de!> memoh'es du personnllze de lécende 'qu'est devenu Andre Marty. mais de l'hi~toire des êvénements qu' il a "u.'~cités ou auxqu~15 Il a a.,. si$le, el]x-rnêmes replaoe!; dans l · atml).~pphère politique de J'époque et s'appuYant !lUf de nombreux dotuments. leUres, tracts. résolutions,. dialogues authentiques. el' qui rend le rpcit particulièrement dramatiq\ Je. Livre collectif en qu.e1que ~orle, ecrit da"~ ce stylo!!' limpide. fllcl~ir. rapid~. direct du grand leader communiste, avec beaucoup de souHrance.s et beau('oup rie ~ang, livre Q\t'on ne pourra plUE quitter qu'on ne l'ait . ehev'; après tn avoir lu [es pl"emièret; page~, mai~ livre qu'il ronviendrl <lUJsi, rêpêtons-le. d.e médlleT pour son e1lseignement et son exemple. Pierre SARLAT! ER.. Cette " BONN , , •• ?c.c , </div>

Notes

<references />

Format JPEG