Droit et Liberté n°024 - 7 avril 1950

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Nouvelles révélations sur Skorzeny: en Allemagne le tueur SS a vendu ses mémoires 40.000 marks -page1
    • La croix de fer pour James Carey leader réactionnaire du CIO ? -page1
    • Clément Harari crée un théâtre au service de la Paix -page1
    • Ardente manifestation à Munich contre l'acquittement de deux dirigeants de la Gestapo: j'ai vu des milliers d'antifascistes allemands faire face aux brutalités de 5 polices réunies -page1
    • Un mouvement sans précédent par Jacques Mitterand (Assises nationales des Combattants de la Paix) -page1
    • Puisqu'on ne vous le dit pas: on connait la musique -page2
    • L'action du MRAP: la vente de masse de D.L. Bravo les jeunes! -page2
    • En épousant une dactylo blanche, SERETSE, le roi noir des Bagmanwatos a troublé l'ordre public (selon M. Attlee) (Afrique du Sud) -page4
    • Souvenirs de André Spire: j'entre au conseil d'Etat -page4


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

, , ... NOUY LLES REVELATIONS SUR SKORZENY .."""""'. ." """""""""""",,,,,,,,,,,,,,,,,"""" , .

  Co ntram. ts d' avouer ...  11 TOUS LES VENDREDIS 7 -13 Avril 1950 N° 24

(128) 1.t1 " co ,. .. ·1 df COoTl1lnaUon POUl' la Dhnocratie en .... II -

 maC"ne ". or l;'l!.n l' mt améri cain réactlonn"ir!' (ma lKrt 8011 nom l  

r qui ",outll'n t (ln rt' ll!! t,a l la polillqu., Intérirun et uicrleure d e WlIshlnr t-oll. ,-Ienl d't le"eT une protestai ion.

 O"'!' . 1I1i. ra pport. l e  11 orJ:illli  atlon  fdont 6 jul\· .. ol Qui  
t.o .,artle pen! a 1'1' ('on u'lI ... rcunnt 1 r OUyun('ment am,rle"ln
d'x l'oir " perdu rH \'ue Us objecti fl démoçratiqu .. en Alle.
 Ina";'ne Il, en y layorlsant l'a cct55Îon dc   muis ilUl: PIJstes 1  5  

,. plu .• r C lIon ablu . .

 . I.e r:1U Que les dl rlrunt  d .. re  orj:anli!".tions  ont It.me né   
  a Pl'lf ler dt te ll!.'s o('r IUq ue . prom't que 1" polit iquf' dt  I , TrLl_ , 
 man  u e lt t unt vhe Inquietude au:.; U S,A n.êlne5 notamment  
 p;rrml le  J" l r  , 
  

/é..."""'"""""""""""" "" """,,,,,,,,,,,,,"",'\. cl'ée un théâtl'e AU SERVICE DE LA PAIX de Fer James' Carey leader réactionnaire duC/O? « Iml1l!l \Ille prochaine guerrl nolJ'" nous Rllleron!" a"ee le_ r l'l"f!! If'S ponr t\r: ra,"'cr Ics connnu'listes )). a déel:ué Jamt'_" Cltte)', un d",,, dlrl,ea nts relletionna lres du C.I,O., ceIltrale syndicale ame ricalne, A Peu t-Hre disait-il tout haut re que Ctrtlllins pen.')ent tOI'1 bRS, CTE{,n, mp.ttcur en scène, Clélllent lIara1'Î consacre toute tjn tout cas, cette c 'nlque J!ror l n de roi pro- 'a cl ... tè 101 Il " Rlu une .sa vie à la rêalisation de son idéa l : mettre le thêàtre au l'lns- la n te r épon"e d'un ll!'adec s}'ndlCIIII Juif, Ben GOld, pré\lderl l de III Jo'éd ésC' l'vice du public. rallon de!! TrM.vallleurs du cuir et de 101 fo urrure des Ell\ t. - t; nit e t du - Etudiant cn philo, fout -d fait par hasard fai cmmu Jouvet Canl'l da. \'olcl le lexte de la le tt re e n Gold: au tltédf,l'e de l'At hënde, qui m'a fait suivre pendant tm an des"-____ - --, - c James 8 : Carey, Sec.ritalre_Trèsori er C O I Y.ol. , () I($. , a dit'ceLion, Plus tard. se trouvant en Egypte, Ha rarl monte. à Alexan drie et au Caire, la troupe des ComêClicns IJslocf&, ' ,- Mon premier $pectacle? Le Malade Imaginaire, joué ci: rOpêra dIt Caire Ddr de jeunt3 (wfanU. de 12 iL 13 ans, qui n'avalent ;dmat !nl ni un thédtre, IIi une , ctne, Cela a üê, pour mot une grande leçon, et c'est à llart ir de ce moment Que m'est verme l'Idée de creer !Lne éCflle! du comécUen : le problt11le dll public m'a toujours hanté. De retour en France, Clement Harar!, sans ressour ces, r egarde les d irflcultes en !ltCe, d!!ielde de les vaincre, regroupe une quinzain e d'éléments très Jeunes dan s le Thédtre Judépcndallt pour jouer la Place de L'Etoile et" ensuite, Ils t1.ttwdwt Ltftv, pièce de Clillord Oddet'$. traduite en 1 4 2, . - En pÎ'isenrallt Lef{l/, n 0 I S

 ()US orienton,t verS tin IlO l/veau

Jlublic, Un public de t r availleurs qui r echerChe d'abord le fond. pose (ltS prObltt1J.es consldérable$, çette pitce e$l vrainlent le reflet de 10 lutte Qllotfdierme des tra- 1 .l1lneltrt lIOhr It pain. l'unité cont re le.s jalme$ dan3 les 3vndiC4l.t. Con ress of Indus lel;!.1 Orcanb.a tlons 718 J ackson Place, N.W. Washin, lon 6, D.C. Ch r Monsieur Carey, Six million d€: Juifs - homme5, fenllrlf!S f't enranb - ont (.té ssâ:s inê! et brûlés ' dans les chambrcs il i" O, de nazis, De dirigcant yndic!lU" antH sci lcs, des libéraux, des progressistes, des sodalistes et des communiste ellren t la tête tr anchée ou furent lortuI'és, j\18qU'à la m o rt d,ms les camps dé 'concenratlon na is, Des homml" , des frmrpp.s et . des enfants ont été assassinés dans le ruc dl'; Madrid PAl' le boucher F ranco avec des 1u'mes fournies DIOr Hitler et M\I soHn i. Des millions ("t de ,millions ,d êtres ont étê \1.II:·s ou estropiés au cours de ',11.. ,demdeme guelTe. mpndiale, preparee e t dedenëhee par les f;t dstes et les naûs, L'humanité st n lutte PQur 1.. . democratie, 'la sécurité ct b . pa ix, Et vous, James Ci\rey, vous consacrez votr€: énergie et vous pm:iter, du poste Que vous O(: ,upez pour 1:01/$ (Il/icI' avec !e fasei.stes et pour aider I('s fauteurs de guen-e à pl1lParer et à' déclencher une troi!;ième guerre mondiale. Pour une telle action, vous méritez la décoration la plus dj,;.tin,uct'! du fuehrer_ -Reeevp- rJl de ÙI dê-f.tte que IlUbil"Ont VO'" . !torts pour vout; am r avec les 1ascisles afin de declenchcr u ne nouvelle gueue mondiale. Sincèrement,

n GOLD,

,Pour la 'Pt'tmitre lois, il Il a quelques moi$, 1e voy(lU, ra.l's "lbMs a la Muhta/Ué. le publle el la piece, dont je rtl,laiJ d.t,lUiJ tant de' tC7nllS, Quelle joie d'avoir dtvant moi ;J,OOO j uflu f"Hhou$ia - r----------------------- '- --------_:_--------------• L'ANTlsÉMfnSM POUR 20 fr. BELGIQUE 5 fr. EN" ALLEMAGNE le tueur SS a vendu ses " mémoires" 40.000 MARKS. (plus de 3 millions de francs) A rnB;S le bourreau de Paris yon Choltitz, Otto Skolzcny, tu'eur "nll 1 d. Hitler, est maintenant « persona grata  :au. I 'IG4nO, Le ,directeur, M, Pierre Brisson, et le chroniqueur des Affaires étrangères, ',M, Roger Massip, se mobilL" ent pour lui consaCl'er d'élogieux articles, , Le premicr' se défend d'avoir renc ontré Skor r.eny, mais le second ne nie pas. 11 trace même un portrait de son n o uveau collaborateur; c au phy!-iqul'. un géan t brun, au v is age ba lafré, aux yeux froids e t c13Îrs », J\'1. Massi p' a san.., doute \'u SkOl'l eny le jour (entre autres) ou 'lin reporter d'un jourllal du soir a pu le photographier sur les Champs- E lysées, à la fin ' de févr ier. ' , Le chef nazi, qui demeurait à Sa int-Cel'mClin-cn-La)'c. à la pension « Les ,Cèdres lt, a pu d ire â son départ: « J e rcviendrai : j'ai l'endu , mes mémoiru aux Champs,Elysécs, mais, j'ai en,core à négoCier. » Il faut Que le sens ·na.tlonal le plus élémen taire soit bie étranger aux diri geants du FIGARO pour Qu'ils aient osé entrepr endre la publica t!ün de ce plaidoyer tendant à just ifier, à exalter lcs actes criminels de l'homme de main le plus cyniQue et le plus dé goùtant, Qui soit, Le dé, ;lr de

 sensa tionnel '" est a llé un peu

loin , Et les milliers d'anciens réslst a nt,. . d'anciens déportés Qui ont manifesté devant t Le Figaro , le 31 mars et le 5 avril, n'ont faIt Que traduIre le sursaut de colère. d'indignatlOll, qui s'est em!)aré de tOllS les Franeais honn les, Cette affaire est symbolique de notre cpoQue, oû les mellleurs liie r v\ t.Pur!: du nazlsmf' sont devenus I s, f..IW .i d ...J;llôIX 4 L [aute.un d,. rut'll't'. ou un rènéul Oudt:rla.n est chargé de reorg;oniJl:er l 'arm e et J'économIe des Etats-Unis, où un Skorzeny, homme de la cln, Quième colonne neo-nazle, collaborl' aux services d'espIonnage amérIca In s, pru qut insoutenable .. , · J'ai l'im: pruslon qUt cet homme peut, ' .'il le dés ire, 8e dominer et se contrôler parfaitement, D'aHleIITII l'énergie el10rme q'ul tst coneentrée en lu i ra yonne littéralement: on s'en a ,lerçoit dès le, pre'mier instant.;, Il Et l'Il1év ltabl&,nèlte d leür bleue Qui se retrouve dans toutes les publications pr o.-h ltlérlen nes p .... r als&ant actuellement en Allemagne occidentale : « , .. Mail a -t, il lardé en mi me temps quelque cliOft d, ' [a ,entll., lesee coneUla1:1te de , l'Autrl.phlen op Est-II restè SI"slble aux arl'umentl du coeur ? .. , .le me rU lals!, 8.1- ISulte paSt 2) COMMEMORATION DU y " ANNIVERSAIR.E DE LA' LIBERATION DES CAMPS NAZIS Ull i& comme .b". le-. p is",1S et le« " .. mps, 1"5 a"';I"'" d I»I" , hll .rll ' et le. 11111t. d" dls" .. nu " r«trouveronl: ,.' , ,., ,_ , l.uno!i 10 .. ",II, à n h ,:W dd,l é ;\. l'A", de Triomphe, où la Tlamml .era ra""11"": r.."s"mblemellt par Amica.les de campo. a '8 heur .... an,l" Chlmpt& l Y' "s-Oeorlfes V. /lI • • di II avril. i. %CI h. 'salle de !a Mutu .. hlê (mHro.-M .. u rl - Mut\lllltn. GRAr.:nE SOIREE DU SOU \ ' ENiR "" 11 prh 'kll('r Ile Mo -e IOl'1(:' """'"U, ""' t:M La Ptti,..!! ; " IIItl"".::' dM D41 tU._ bu ahq:l.nll .l!."'1,.", '"'""'PJ'I"IOO CIl I f.ltltt,Il;.(\,

'l"ttTTU.n\tI"'.r 'ae '. t.iiI!1II lIl·boJmtur. al.l oeW'1 CI. llqU tlr". Il-ftIlidJ'Otl{ li.
te;. MO Mu • ." PA 1:'1-. ,  prv'4.,.,  6.-. ' .. ,   D 1 If" Im'Wlt df'tlOl"V ...

BUO:h .. nwa ld ; M. Ch ... 11!S SERRE, Mput,; d'Or;;n, .. nden O pon  ;\ Dae!ulu: M, Vlelo. MI(;H/U;T, 'i,, -pr '5idcnt d.- l'Amicale d·l:.\'t u. do!"UI de la S.llItInt jeure .• "cien d ortr .. Du-hlu : Mme Rou GUr.R l!';. d.pulê dt 1. Se1r.., .nclenllt drpofl il R vl'n"bruck et M .. uthause11; M, G.-\S Dft1: )' _ft1:l'\\ jour- 11./11111"' , anCien dr! ort é .i BuchenwlIIld. P.rH ... ..rtl"';qu., v«c la p a,t,6palion de rH tT! o'1jt muolclp,le d'Ivry e, de I chon'!e • Espoir " ' . t....ctlln: de poihn .. s d" la n h;. t"n t ft de la DfPorl,;illon pllf Mmll JUlln. mé$, di$cuta.llt, apportant ' fra ternellement leu r,' critiques, leurs sUQgestions, J'étais récompensé car, la veille, ci1!Q comédiens, le llt aut cette représentation déci sive, tentèrent d'exercer sur mot un chantage, Sans hé"iter, ;e les al laisses partir et le$ ai re mplacés par des manneqllilu, ARDENTE MANIFESTATION A MUNICH LA " GENTILLESSE » DU FUHRER NAZI de longue date, capitaine des S, S" Skorz!'ny s'Illustre d'abord sur le front d.e l'ESf" Iloite l, do: \ Comrdl",-l'ranç:ai...,. , Pnbo:ntatt.m du Illm : « La bataille de la vie )1 contre l'acquittement de deux dirigeants de la Gestapo massacrant les partisan.., fa its prl- ________ ------ ----------- ---..,.-_ sonnier.." les femmes, les enfantS. Ien Pologne et en Union SoviétIQUE', .p an s u ne scène, Il Joua le rôle de quatre personnage.s. modifiant son maQu!1laa-e. pendant qve 1 le.s lum.téores s'ete.lr na.lent. ' J'ai vu des milliers d'antifascistes allemands En raIson de ses c qualith de liang-froid et d'audace , (M , Mass il), dlxlt) 11 est ensuIte chan::é de constituer, so u le contrôle de l'Abweh r, un gang d'aventuriers S , S" préts à tous les crimes, Il se prépa re à des mIssions de sabot age dans l'Oural. Mals Hitler le choisit personnellement, en septembre 1943, pour délivrer MussolinI. emprison né par le gouvernement Badogllo, avant de le charger d'assassiner le génér a l améri ca in Eisenhower. Du pIège à escargot à l J escargot-camping , Claudine. 1 f ire face aux brutalités de 5 polices réunies CONNAISSE?,-voosi'pAR1S? hi, furent dressées des barri(ades .. . là, Lépine assié eait l'antisémite Guérin .. . • • , i j . .,.- La Porlt $alnt ' Den l pendant los Joùrn4les i UthOlirMphif! de A. Provost.! dl Juin l3U. Au point d'lIngle formé par le boulevard Bonne-Nouve lle e t , III ruc du F aubourg-Saint-De.nis, prolongeons: d 'ulle part, la ligne BOllne-Nouvelle jusqu'à la rue du :Faubourg-Pois sonnière

d'autrc part, la lignc rue Saint-Denis jusqu'à l'Obser"

atoire, Le 2:1 juin 184 , de bon position derrière ('e t te ligne partie oues t rie la ca pit a le. matin, le peuple de Pari! pre n Rit de partage, embrassant toute la Des b:Himf!nts du clI.n efour StDenis. lp'-s cha.lses. les tables tombent, par z:rappes prcs.stes, Les rues Mazagran. de Clery, d'Aboukir c le fau bourg (P'ranciadel d ra inen t ra lde m('nt leUrs pavés, Le boulevard Bonne-NOuvelle .Sal n t - D n lsJ dreue tlnc falaise dMcn:.;lVe face àlU I,ommes de Cavaignac. • Lfo maisons avoisinantes. les feI\ lrts, sont ullnUor mte!l: en for UM. On 118 chante la Marse!llalll€: qu'al'te des ba lles. Trois Jou rs et t rois ntllts, l ra u bo\lr devient la scelle t_rag lquc oû le courage, l'a\)nf! ogatlon des Insurgés sont férocr. m{' nt a néa ntts à coups de canon . plU cha rges de cavalerie et de baïonnettes. L'Insurrection donnait la Icçon de J'avenir : s eule unc organisation ferme t't, combatt.lve pouvait donn!'r un abouUSl CmCl1t va!able

\ la lutte du peuple.

t\farccl ERNST. (Lire 1 .. sutle ell p .... e 3) (de notre ,orrespo"d "te p.rticulière : MYR.IAM HECHn MUNJCH ... [in ma rs. Quand je !Oui:!. enlrèe dans [a salle, l'audience ;wail commencè. Tournant aussitôt mes rcga rd vers le bux des acc-usé . je marquai un petH lemp$l d'hésitation, Qui était le criminel '; Cet homme-là, €:Il uniformé, tête carrée el dure - ou celui-c i, !IOn voisin, en civil, cruel marché, lUIt! tlie dt plu ou de moin, importe ptu .. , Sans doute, le nazi SchlieUer /luralt Lort de s.e gtnel : d'autre6. qui agitent aujourd' h.ui la menlilee de 1111 bombe atomique. pell,'lcn - l1s .utrement ? ( Ir " k _Lille ' «n .. e 1) Décrivant son entr evue avec le Füh rer. Skorzeny fait d'Hitler un éloge dithyrambique : " ... Je crois encore s e ntir s ur moi 601'1 regard d'une Intensité ct mi!prisant ? J'auraIS pu m'yl-------------- __________________ _ _ trompr.r . .r '.i.llrai I"U d';ülleu rs une excuse : li y a tant d'individus au passé lOUChe parmi les poli ciers de l'Etat de Bonn, y compris les i mpl(! s gardr de5 tr ibunaux .. Le président Ackermann interroge, C'Qst le elvll qui répond : Oswald Scltaelfer, Il dirigea la Gestapo de Munich de 1942 à 194.5, Membre du parti hjtJ rien depuis 1933 et S,S. Sturmbanl\_ führer, !l Il été d couv er t . l'année d.ernlère. camouflé en ouyrier Ilgrlcole, dans une petite l'ille de la Bas, ;e-SlU:e, Son a dJoint, J'Inspecteur de la G estapo Richard Leblmchner, comparaIt en méme temps que luI. Arrêté a p res l'arrlvee de. t roupes II.lJiée-s, Il avait été nlis en liberté a l)l'è. ; trois am d 'I n ternement. U vie bon m.uché ... Ces deux hommC'! sont dC!\ dizaines ct des dlzalntf de fois asssMins. Pour._ suivis pOUf c 5éYlce .. dans  ; 2 • cu, et c complicité • dans c 20 '" au\. res CU, U se permettent, vu l'a i.mot;phére Actuelle en B .. ,'iére, de plaider uon coupables, NoU sommr-s, Il!)e fois dt plus, au

pectaele et Scha f'ffer chante la rell,

aine :  ; Je n -étai qu'un fonctionnaire " -- Je ne f(llsais, dit-il, (] U transmettre a Berlin lu rapportl de mu 3ubordcmn.c$, ",Et tral1smeUre Il mes ubordonlles ICI! rappor ts de Berlin ! Lebkuchnel', surnomme le Néron de Munich, voudra it se taire passer pour un martyr d.ans l'arène, TOlU deux se sont partl c u lh r Jnent. acharnés sur le_ déportes du trav u l étrangers. embrigadés de force au ervice de la mltchtnc de Ituerre h itl rlenne, La moindre faute expoSll.lt ces • requis . aux peines 1f:3 phts barba res, Entre hlen d-aut res, on cite un jeune POlonais qui avait cambriol' un k!o. .que et déro Quatre oeuls. Sur rordl'e de Schactler, Il lut publiquement pendu. Schaeffer se dHend : _ DQn$ mUi gtlt!rre, II lle t:it! maIlle CJl de loute laçon trts Un mouvement saliS précédent par JACQUES MITTERRAND Membre dt la commission J1t'TmuHenle de,f Combattant., de III Paix COf $eiller de t'Union Francaise DE PUIS phl5 de , 'ingt ans, j'ai ass isté à bien des manifes ta tions d' unité r épublic ai ne, Aucune d'eUes, à mnn se ns, n ' avait atteint en enthous iasme et cn précil'iion les secondes A ss i e s nation a les des Combattants de la Paix, Si, aux heures le" plus édatantes du Front Populaire, d 'immenses masses d émouatiques ont é té mobilis ées, il faut reconnaître que les mots d'ordre de rassemblement permettaie nt aux div 'ts pa rtis repré· sentés des interprétation t. sou- T,a l im.ple : s'en sortir. pn 1 \'en1 diverge ntes, Rien de tel aux combattants de la PaIx, VIngt m!JIe rran(.als. man dataires de mllllonil d'autres, Ii légués de leurs communes ou de leurs ntr e p rlscs, on t scellé leu r uni te sur des objeetlts déterminés et proclamé leur commune volon té d 'action ImmedIate sur des plans pr(;:c!s, En un enthousiasme I rré fl chl, en un moment de taclllté politiQue ? Que non pas ! Mals ê. l'heure m me où devant l'ampleur du mouvement des comb a tt n ts de la pa ix, on mcnace chaque Français de réclusion s11 s'obstlne à. lutter contre la guerre. La rl'pllque rut Immédiate. Sous un tonnen t'! d'Slppia udfs: ebents elle ,·expr\me en la formule d 'un des notres. un des mellll"ur des n6tres. un prêtre: , 113 veu/t;lIl (Lire la I tlUe eA p.,e J) Ils t r availlent •.. ON. buucoup plr" de cet ancien minlst .. de la Guerre qui greIllttaU en pyjama dans lu fUllS de Nflw-York en hur' lant : (( Voilà les cosaques 1 n, Jamls Forrestal sembla aYOlr fait école, On aSSiste en ce moment, dl ns divers PIYS, a une épldénlie de a torrestall!e " aiguë. qui se ma nlfn te sous forme d'hallUCination. CM.! de mysllttcatlons dans lesquelles le malade 151ur. avoir 'IV courir dans 1. ciel du soucoupu volantH. ... A BELLO-HORIZONTE (8rflSit). les nommes Oswa ldo Silva et Clrdo SOUla ont prolilé de la Illtlte hY5térie a mbIante pour vendre .10 ,doUars plil" du • 10UCOllPU YOlantes qu'Hs avalent vuu tomher lU sol, ... A LOS ANGELES tU, S,A,l, une dame S, K, 8enelt montre le bleu qu'elle porte /1. la Iambe et jure Clu'elle a été touchh par une SOI.lCllupe volante. ... A NEW' YORK. la. grave Mme Roosevelt elle'mlma a . ,,'cl.'ement Invité deu/( pilotes II. Ion "mlulen hebdomadai re de Ulh lslon POtJr leur demand. r tfe montrer au /( 5pectaleurl une maqut n . d 5OUCOUP' ... A TORONTO ICan. dll, c. sont du POilI. ts .,-ola"ts qUI Mme WUu," a VUI voler dans 1. el'I ft la .,-Ueui d·ul'! &vlon ,. r"CUon (sicJ. ... TOUJOURS A TORONTO, M. G, Fuller a YU, ,. 1,000 pl. ds d. hauteur, au' 'IOUS pnne.z l'ucargol, 'IOUS d.ssus du 80lfe de Saift t André, un oinau bizarre. couleur d 'ambre. qu 'II identi fia comme un monstre préhistorique, " PRES DE TORONTO, e.t1l fols, M, H, ROllrl a vu voler quelque chost qui ressemblait à une barra de chocolat I"candescentt, ... Dans la région d'AS 1 AG 0, III Italie, toute la fII,mille réunie dans une l'lOCI faH le point : la. soucoupe SI dlrlgult du Sud au Nord, vers la frontl.re suisse, ... AU PORTUGAL, du e enu,lnn de compatriotes du sénéral S.11l1r ont 'lU d.s dllalnes de soucoupes vo l ntes_ " AU-dU5US d' ST-JEAND'ACRE It dl HAIFFA ,. metltI d. ns le pi...... Il ne (Voir notre a rticle pa.e " (i "ailll), ra 'OtlcouPt « la . lorme d'un diSque I IneUJ, ... A ALGER, un sroupe da pla lu nlln. criant 1 1\ un e soucoupe volanu ! » provoQue un Imboute11ie.a . .. vant r'A, B. C .. 81 la RéSidence

 . 'inQulète  ,

" A MEMPHIS (U, fi, À,l, un avio" lanee &0,000 soucoupes volantel portant la grllf. d'un Important ma"'" chand de valnell, 1 li. , CI" lu"cl ni se eauent p •• , n. dllparallu nt pIS, elles du,' rant, n Psychose .W," par une certaIne polit ique, QU 1Impie charlatanl.,ne con,m.re lal , 1" histoires !te MWceUpel vola"t.. na. lont pu toujours du hllloirn de fOUI , •.. de la soucoupe . __ 2----------------____________________________ DROIT-"ETf'tlBERTi - • PUISQU'ON NE VOlIS lE DIT PAS ••• L'ACTION' DU M. R. A. P. Tu pa,les ! ... Dana II! journal jult U7I-Ser Wort, M. Wittenben:: !e pr occupe de h.n!.lr; t'lmitllme. - AJJ()Il!. Url bon p!'Iint. Il n'est j:lDlali trop tard poUt bien faire. On connaît la musique! M. Wittt!nb r; commence :

 Aujourd'hu!, 071. pM!e beaucoup d 

lutte COPilre l'I%II.I! l!!mft/. mlt .• M. Churchill \'eut voir les AUe- Par del4 le.! Ir01ltttrM des mandl de l'OU lt, réarmés, dt/ n,: Ueo:n-/f.ff dr/! la ciui1i.safton. cltretl!Iu1.e. 1tententit u.n. appet volontclre._ M. Bevin, moins brutal dans la L'AlIenuzgne, L'AUema.O'M av'- formE', mals d'accord 5ur lp. le [r:tes$US de tout, fond, assure qu'Il faut leur rlMtI Et le 1tdch re sUAcitera ! tuer immédla ment la vlelne 1/_ Telle est la nouvelle trophe Qua /.lertt tte manoeuvre en po1itl zu Kati Mels.sner, chet du Bloc A/- ttrançère. lemand de l'Ouest, propose d'ajou- Le Quai d'Orsay n'",,,t pas 51 lotn ur au De:ut.scn.lllnd uber alles ... du n ral de Gaulle Qui" dé- Pour qu'on la. chante. sans douc: are ébleul par la. perspective te. le Jour de l'admission des r ed'une IUAfOn franco -all ma7tde. prêsent.ants d 'Adenauer au Con- - " .. J te. M"ls ,Ournuol? M. Q u;tnt à M·. Acheson. ébloui lul ,-..". d. Ir . uro..- - • ., meme, 11 semble encore plus ... agts- • Wlt1tobtrg ne I dIt pa. , Il ne faut sant. Cette admls6Jon n lalsu pas

tre pa:; trop en demander. Qu'est-ce que vous ferlez" la

VO')'OC!! la. .$ulte : Id 'Inquléter J'oplnl(1n patrlot1quede place dl! M. Adenauer 1 notre •• , 1 1 .-t' • Est-ce que- /a parole Q IUle impor_ . s, non Tl UIS qUf' Ils ., -

? D'h.a"i!lIde on critique l'a"o1l.. • 1uclstes de tous les pays, AUemad4J1G1

de parolt'. Ce tJu'U JOlI.t. c'ut Le jeu c oecldenl,al ,. encoura,e gne comprtu. t'orHoL • le5 audaees des néo-naziS de Que fait alors M. onsac, du de pius, Il flche d·end.ormlr la vl_ i"Jlance de 6&$ lec:uurs. Après un uvant brouilla!;1! des cartes, il écrit : oC L'ENTREE DE L'ALLEMAGNE FEDERALE DANS LE CONCERT EUROP EN N"!N MARQUERA. PAS MOINS UNE NOUVELLE ETAPE VERS L'OR,r::;ANISAT,l0N DE L'EUROPE DEMOCRATIQUE ". Car peur Franc-TIreur. Une EurO: lJ!; démocratique ne peut sans doute $e pas.ser nt des magnats de la Ruhr, n i Ms ,soldats de 13 Wehrmacht. NI du Dtu hland ubl!r all !. a ssaisonné de quelqut S nouvelles st rophes guerrtères. avant que d'être supplanté par un nouveau _ Ttk bi/!n! Bravo! EnfIn M. Wlt- Bonn. journal Franc-Tireur? Une 10is Hor t We ssel Llecl-.. te:nbll'1 va aalr. va propeller une action !--__________________________________________ . ______ _ Q)CJlmur.e, va. se soUdarj,er avec le., .b.o,I.rI mtl et les femmes qui luttent ... Lut Il continue è. \:Iuler: • Ln parole$ n!! rt,,!ell pas tou_ lor.:r des pQroles, Les paroles m!!nent a:w.;: r:ctes. Jo -- Mals encore? JI! "Ien? Eh bien, l'olel la conclua! tln : • Ds questions qu'o,," juge pr!mor

1/1:1., il ne f . ld J')M $t l aJ8, r rie

JlG'rln ... Il Jaut par r, parlt'r cfat:a:llttlf'Nl. " r"'lIOlrs déçUF .. , AG 1 R1 et VITE!I Haro sur Clochemerle! Pauvre CLOCliEMERLE ... - Qu ;]le f&.rce insem e 1 - C' t d'un mauvais goo.t! - Mieux aurait nlu ne pu importer ça aux Eta -Uni5 ; Notre e.ervice des douanu interdit. bien J'lmport. tjon des cartes postales porno(:' taplliQues ! Ce ont l critiques rélct!('mnalres !le New-York Qui se déchalnent ainsi contre un des meilleurs films comiques françal. . Particulièrement savoureuse, la ré ·(trence aux productions poroographlques. lorsqu'on &Ollie" tou.s lu ma,a_ !:ines et è. tous les fIllnI! 11.. pllt-up" et .. l:*nnwlI quJ, VWWi cte la-bu. en_ vahillMint les kloequt!5 et les !crans da chez nous. Urinoir municipal et pin-up homm vient. c!e mourir : Ediar Riel.' Burrough.! ... CelUI-ci s'est acqu1.:5, nows dit-on, des droits a figurer 4anl!i le Panthéon de la clvlljsation américain ! auJ,; cL'l- 1 dll T .. ylor et d Ford ! n n'est .utre, en effet, Que le père de Tarzan. le créateur de l'hommes! nee - l'Inspirateur de tint 'de nla!nrles dUlaereu6e. et abrutissantes ... pour lt petlu; comme pour les ,rands. Tarzan, personnaie d'une Ima;inatlon purement racl..ste, e t le type du c 'bon nuvage ", tel Que le conçoit HollywoOd. li a du reste donné nats unce .. un reJ ton dli;ne de lui, U spkim n de haute culture; Superman, proche-parent de l'Uhermensch. nazJ. l, jun,le (d'Hollywood) Enlport s par Irur entbow.lume, les blolrlphH de r::. R.. Bun-oU(m n'ont J'u 'tmp!c h('r de gaffer en prkisant. que Jtur Mrmi ... de vous prt!cIllflr au;ofmf/r.ul de Clnt lt! tribunal, VOilà qui ,,'est PlU d ltlur honneur. Il auraltlnt ml,u.:!: lait de t--ou lyneh.er. Jo Honorez-vollS en IYllchal1t Les balles ennemie .... L bit Il t jUAlA!ment 50ullin' par M. Djemad Chétif. au cours d'une r cente seanci de l'Al! emblée nationale. Les lnclma comb,ttftl1u or!rlnllres des pays colt)nllux &Ont Mluvent viel!· mes d'une Inéa:aht.é d trai l.t:uent qui pré1;ente le CJlr&ctëre d'une vérItable dtserinllnation raciale. elle -m me p.r tle In1.égrantO!' de teut un lIy .. ttml'. Une,. telle situation, 51 elle se prolone- eait., ne oonaMtuenlt-O!'Ilf: pu un" sorte de nouve!l revanche de Hltl", eontre Qui les lntéressk se lIont batt.us. nm!ti è. la main, avec l'aillance. avec hé.roi.smt? , .. n'ant pas choisi - 11.:5 tl lent pourtant q.ux lur le 1938. _ Les reprtl-.sentani.s de ]'1. G. l'arben a ]'!tranger (Etats-Unis, Am.rique du Sud) établ!ss !nt d'Import.nu. rUeaux de la einquième colonne. 1938. - Des I\ccord de carte! ont eonclu.s ent:rr. 1'1. G. Farben t dlv u rnonopol  :anglo-laxon . 194a. _ C'e5t 1'1. G. Farben (lui tabrlque le ga1li mortel utill è dlnl! le cllmp. nazis, où O!'lle 'approvlJ,lonne d'&.il!eur en main-d'om\'r , l'e la\'6 étant :PIlY a rn.rU ]'unit ... ... en 3 « maisons-fill_s » 1945. _ L'ad.mlniJ;traUCln militaire amérIcaine publie en gnnde pompe l'ordre num ro 2 • portant IIquldaUon dt l't. G. Far" It. 1948. - Le .émral Clay suspend la Mcartel.llsatlon de ri. G. '"rl)eJl. 1950. - Le hau\. commissaire Mac C)l'Iy crée trois &' mal5olU-filles " : 1. YarbUlla."rikelt BOlll!r LP.'l:tr-Ku en, la f'a.rmnerita Hoechilt et la Bo.4iSehe Anilin. u.nd: S0d.4Jal7rîk ... « le Monde» ne croit pas aux petits morceaux C'ftit le jOUTnal Le MOllda qui uconnait q\!'en Al!em:l.!I;!l.e oecldrnlilt : " Le$ nouveaux maltre,1 de l'oppClreil lndl.:$triel allemand COlltiltllent le p/Uf OIlV/lnt cl'étre le! mtmu homme, qui lai3aient fonctionner 14 lltaell.lI1.8 sous Hitler ... " Et Que, notamment : c L 'fmmelUt! 1. G. larben, .oft-IU'! lltt tUmolttée e", petits morceaa, a tUtti retrouvé l'I(Jlfti de lU opt!ratiO rommercto. s. Penon",e, en, vbiU, ne conte.te Itrie tlmeltt « blla.ll .• Mab. si Le Monde ne le content pas.. \1 ne s'en lndiltTle pal.. L'I . G . FQrben n';a-t-el .. pas un rOlt .. Jouer dam la nouvllle • croisade antlbolchevlque "'., Un Aroupe d. Ca4,t. du XI '. LA VENTE DE MASSE DE D. L. Bravo, les jeu nes ! Nous Ulll:ltoN noe jtun amis des Cadets qui, & Parla et à Nancy, ont ol'ianb' dimanche dernier un!! vente d masse Qui, pour Paris. leur a permffi de doubler leur vente habituellp. Qu'" ltur exemple. des groupes de diffusion u créent dans loute.!; les 8tll.... ente ,'nt talte 50Wl le  !tne de I"en .. thow;iume et de 1. jOlt, aln!i que lei XIn'. XX, d lU' arrondissements. A l'hture où. ces lignes ont écrites, lps rhultll de Nancy manquent en_ Gor/!. A Montrf.uil, pour l!l premtère tOis, D.L. k é-té diffUsé par un iroupe tlona du M.R.A.P. et m me là où de '-'4 telles sections n'exl$tent pM encore. , ______________ -"' d' lèves dr l'O.R..T. N vendeuTi du 19' ont su riposter vl,oure ement aux provocatlon. d'un ' ,rnuptl d'éoergumènes du R.p.r. La police prit fai t et cause pour ces der· nien; et te!lta d'arraehrr D. L. du m.IM de$leunes e.d.ets, mais en vlin, Irlce .. l'a Ile de la jeunes.o;e et de la papu!eUon rfpubllcalnr. De la Nation t. la. lUr,ublique. lu jeunts du XI" ont battu e pave pt!'!dant toute la matinée. Let; onze \'lndeun ont. pu placer plu d .. 18\1 }ournaux. Dans le XVIII·, n05 j eunel amis. par une mdlleure orcantsatlon, ont lU aurmenter enoere leur chiUre déjl trtii éle,. . NoMns IIUNI l'effort du X' où la Une lettre de M. Clément Baudouin conseiller muni(Îpal de Paris Nou' avons rec;u de M. Cltment Baudouin. conseiller munlclpal dl Paris. conseiller gthéral de la Seine. la mise au point. suivante ; ST RASBOURG t Il ",t quu'ion 4e l'tD! prl'lchalne de l'AIIrmarrte (I ldt.ntale au ConItU de l'Europe. Mais lei bonlles Ames et les lIeues de vertu am ric.lnes lont Ilml faites qu'en m me tflmJ)/'i Qu'el! prkhtnt la. pudibonderie la plut. absurde e s'effrayent il la vue d'un .slmJ')le uri_ noIr municipal. elles laluent libre cours .. J'étalage syt t.matlque d. la cuisse et de la !e e .. f ... ft'eolt iomoi aUé m Afrique ou -lie dtrouleAt l'I'esque toutes les ClVt'nWres de Tar ClII. Ce n'est l'tU l'argent qui lui m4nqll4lt, mois le temps. ) r.hamp de batal!1e ... · _________________ . _____________ _ Et, comme le diult M . Cabrlel d'Ar- r A l'b3ue de QutiQues meetlnOJ dU M.R.A.P. 4uzQue/8 f at 4uistt, ce'" tains ami" u ro.tltlts ont parl d'une 'Prtten.due dtclaration antt .. stmite qu'twT/lit faite Charles Tf1 .. Inn d l'e.r;ard._ de ntnt MflJ/er au cour I:fU1tt! dtscu8Sion qui a eu lieu li la C!uJ.mbre. La Haye : I.u cheh mliltairu rfunis 1!n.,·Iu.(frJ\t stl1eu emtnt J. pmldpatlnn d'Adt'!l&uf'r ct dl! fr .... cn ,U pllCh AUantlqut. p..,t  : Sktlr1'ny pubUIll su Il I .rnoln.:s n dans 4( Le 1'Ii'loro 11. Ihnrbourr : Lt!R u lnl! m.,nm el VOSIi 1I0ft"nt rnaquI\ Jour dM cra.ntlt;' de tank8 et c1'autrc Im_ Ii" de ru rre. Q.li peut DIer ql/e ces f:l.lb; ont Il" ! Qui -Of! .. olt aujol,lrd'hui tout C fIue cda sJ.rnltie • C ErTE AUflu,ne de ;SOI)JI, qu l'oa !WIll/dUl, que l'M r .rmll, i lel' dl!ux hoaunu q:ul la. dirlJ't. nt, HfU",' ft .'den'uer, ont ,. .. té pour Hitler et ehanU; u, 1"".nltl!, C'6l l'AllelUatne 0& ut 1 lIlt un Hl!dl r tul OH rkl._ "a' t'.tore du "n, de Juifs. Ce 61101'lfll., .. are'" ret- dl ".tlo-AfD rlu.lni. dlrl, .. aus t un .... f'.11 na7J elllndeJltln. " dle 'l 1 !It,hu e ) . tonstltllé "lion la "0-. Ion'" d'HItler e' publie du fl"ulilu i a.ntldmUu. naneG. QuI r l1'lent l'un de. II'Jltll h.r(lll hl " 'Itre temps, rute edul " qui • tal le pluJi " pour pel'pélut'r en Europe l'esprU MUérI!!! n. 1 Ceu:I; qui prépullot la J,'uerrp .Uralent hlrl, n'ut .tt pas dt 8e JI1..-er du ,,,pelallste dl! l'arrel!-Il .. n, de la dl'l'18Ion. de la halnr, dr..J nuuarrl"S, qui lUI demandE'nt 1111" reprendre du senir.t. Qui peut nier aU.lourd·hul quI' l'Inlbémlt.hme, pnl"oura é en PTa"ee par la lihéraUon d'un 'V1. "ll'l,lltI.r, rdtnt: l.,lut edrr.e,u !!-lfaI prroéee"lusre .,o ù le QI;llI'I .Jult, qUP'1 honnHe homme r'lrtlJII'ralt de lulttT «mire l' .... u_ , ëmUlsrne en mme lfrnp que .. tir' la p.la: • L A l'!\&ul'alse berbe ,, " .Jt-t. Lt. lil-t.h ut l'ill'ment déd.1I cte nl)'r riJ)CMI-t. Il ut ,rand ttlflp!l de rJiall r ..... f01Tole d'("'".. .. luUon plu. en l1li.".... d" fatre f'fe au,; hénfl· __ t.a qUf lu $,,('lIa", lonlu da J( R.A.P. tllt._rn m . Cblillue quarHer. cluque rue, tha· .ve ,lU dt lIIal'on , thlque .tt'_ !lu, dGU 110\'01, n Comité dl'l Dl'. IV..e cenue rantlymi!.\sme l't dl' hnt.e J!our la p'aIX. lin Irl af'._ 1IlJnt." eu t'l'lb fi dfl rnobill r, dt IIIllrlr .. r la. populi tian ('ollf" les Jlrel'(leatll)n .nil!;'!:mlte', futhtr , 1j 1 ttmd nt artuelltlllr.nt l ,.e mul· tlP-II ",r. ,.., I r ne umt pluli. JI '!Iut au,/ Iourd'bul qUI ia tombattb'l du IT1lIllItJChhs, qui s'Ut txprlmh 51 ")"'''Int den! la nmplllrne ('1)1'1. .., .. VIll.l, "houtl ,e ides luUI!-' . tlvu. à d' 11rtoirPI ubslan. Uellfl . LA tillh" d'hl'lnn'ur du 1\, Il.A P'l c'ul. l"UI Q"UI/I Jamall. d'alerlf'r, dt' lIII ob:r. wr, d'unlr pour l'art iOn. fi ennlribuera aln,1. d ,ln,1 fl" ulemenl. 11. fRire «('hee au fn_ ifJIIII ft 11. la rul'rre. TARIF DES ABONNEMENTS à Il,,,1.'! .l...4.P!! .. lIouL IP(lHI ", .. utr •• f'i\RIS (,.) _ 'NL , PRO U·U tl TAI 1'_14 - ,..A . ...,t.& t;'t Ol'tON FRANÇAISE 1 mal. ............ 'U IT. S "II ............ UG IT. l III .............. 1. 1110 Ir. FATS l!:TRANGt:1lS , J ",oll . ... , .. ,.... UO u. , mol. ............ UO Ir. l .. ft ......... _ .... I .Mo Ir. TAJtIP SFEt'lAL DnUI t. tU:U.lIQlll'; Cnrnptl eht'lui pn""1 1 eO:D·n l'ARIS Pour 'f Cll3ng.",.nll O'UfT ", envoyer tO h . el Il d"n'tre lIall"". tOMIT& !lt DtlU';I.:TION : Alldre ULUM L

I.vrl f G ft l ,' Ii f' Il N

CI,,'lfJ Lt!:Or.IIMAN f'\Hu .h .. r3I1d LEV V t.. dr:tftt \ Ch OVE'l.ARt:& N.At f' .p SNE P. lm., Po'UOlIl'lltro «. bout ro'nonnltr. PAlUS C I Excp.IJent ujet J!our un nOUl'eau « Clochemerle h ... Où la boisson prlneip.le eralt le coca-cola. Tarzoln au Panthéon Une bonne J')artle de la. l'ruse .m ricllne vient de prendre le deuil de premltre classe. Un de "es grands ,neur, qua da qUlltltlone luperflues de réflexlo"t l'raime.,t Olteuaea dans un pareil moment! )1 ASSASSIN DE DEPORTES A PRES renlèvem nt de Musso- 11nl. Skorzeny est tait colonf'll et décnré des plus hautes décoration!! naz!(!s. Ses exploits continuent par des actions de sabotage derrière les lignes aillées oen' dant la bataille des Ardenne , RU moment oU la contre-offensive von Runstedt faisait craindre la réoccupation de St rasbourg. Alors que la guerre était v1. I· biement perdue pour Hitler. Skorzeny accomplit rac le plus bestial de sa carrl re. n dirige l'usasslna. t de einq el!nU; dtport.és Que Il!s nazis. devant l'avance Alliée. évacuaient de Sachsenha.usenOranlenbouri vers 8ehwerln. Et le .. IGARO choisit. precl · ment.. pour publier la pro.se de  :e monst.re. le mols où le! déporti!s commémorent la llberatlon des prl!mlers camps de la mort. «IL NE PEUT RIEN M'ARRiVeR. S KORZENY elit le typ mtme du turur nazL E!!t.-cf' pour cela qu'il a Mné!lcl. d'UM clém!!nce a toute érmmve de la part des autorltés américaines d'cccupat1on 1 Le 8 septl'mbre 1947 (deux ans aprè la dHaite du nazisme'). Il p t. acquitté par le tribunal mllit. aire amtl:rlcain de Dachau. Me.!s Il pst mis dans un camp d'Internem nl .. près de Darmstadt. en at· tendant d'être Jua:é oar lin tribunal de dena.tl!l(".atlon. 6ept. fOI$ . • a r.omparution est remise c'est dire qutl!es prtssion!l. se srmt exerc es en sa faveur. Et. le 2S juillet 19-18, ce danaertux agl!nt de l'Abwehr Pl!ut. alsl'ment s·hader. M. Manil' teInt l'Innocl'ince : ft ._.On a'etonna, à l'ipoqua, QU'u,. homme balafre, si '3cila JI: Identifie', n'ait pu itre ret,ouvli par la justice de son paYI. Il a, da pula lora, par o\l'u ,. monde, a.na que 16 mysUre de lia 8urprenante 1",· munite .il pli Ure élucide. Il Dlrlgca.nt du r ea.u nnl c DIe Sp!nne Jo, constitué a.prè la chute d'HiUrr, Skorz ny 5 rend en ArC'pntlne, ou sc trouv,. 1,. ccntr'! Un nclf r d(l: la c!nQul mr. colonne d'Adenauer, ft où \1 re!u:ontre 1"1 dlr.t;\I·f Ill' Pl"ron. Dé!! au mond-! démocratlqul". 11 se fait, phOT,ncraphl" r l;\-ba EN UNIFORMI ni S. S., aux eDIts de Léon DPI!'"ll!'!. le cht ! dps fil.1ici te5 d Bl!l(:'ll'l.ue. Skorzeny. (In écrivant dans LI! FIGARO n'en tS pu t rm prernl r essai dans Il" Jl)urnalisml", C'est sous sa direction que sont publiees en AmériQue du Sud lu teuUll"s nazies et antll!iémlt,eIi. telles qUI! " Die Brücke Jo, ( Der We ". ete ... Au début de février. Il arrlv8 A. HIU'J!hourJ, JI u! tar,ue alon. publîl'lupment. d'avolr « lu mlillaurl certififlats alillil!l D. _ 11 ne peul ,Ien m'arriver, a.l· firm t-ll . Plusieurs journaux ont dit. de· puis. que, oour avoir aInsi des J!ap1er, en rèlle (et rous un taux On jUli:era de la com tence du bon homme 1 Des lyncheurs en place de juges? A Lancaater. en Penru.ylvanle, pr clsément, un proch; vient de 6e dé teuler, où Un citoyen amérie.ln f de coulelU' " l t.é condamn 11., une lourde ptlne de prffion. Le Juge, Benjamin Atlee. a commen_ te le "erdlct en ces termes : c Q1!e ae-. Blanc. vou. aient permIs boUlier :l',U cours de !& Iplendlde lntuventlon .. la eonl.rence nationale du M.R.A.P., l'année dernl re : " Les balles ennemle& n 'O!'!.t cltolsl 1\.j e1ttrt! les Juifs et It.s Grucons, ni entre les 'Noirs et les .. frjcajn . L'l, C, Farben ... Chacun u.lt le rOle que le trui chimique 1. G. 'arb 71 .. jaui dan6 la prép.,aUon et la eondultl de la.lllerre de Hitler. (SUITE DE LA PREMIÈRE PAGE) nom}, 11 !allalt que le tueur 6. S. se ftlt mis au service des organismes anilo-amérlcalns d'espion· na,e. Cela, Jusqu'à ce jour. n'a. Jamais été démentI. C'est ce qui expllque, M. Masslp, que Skorzp.ny n'ait pas été oC retrouv' " par la Justice de son pays. Et qu'Il ait pu &e promener librement a. Paris. 3.320.000 DI FRANCS BIEN MAL PLACEt I L fut même, à Hambour" accueilll a bra.s ouverts par l'édiuur J.·P. Toth, a. Qui Il vendit l'f!nsemble de seli Mémoires : sept cent& pal!!1i dactylographiées. Ma.11i Il conservait le droit de reproduct ·lon pour la pre"l!. Par I1nl..l!rmtd.lalca d'un Hollan- C'est apr{ls cela sp.ulement, que Skon:eny est venu otfrlr lies &ervices au FIGARO. Au moment même où. Skorzt.ny negoclalt à. Hambourg. le maire de cette vl1le, Max Brauer, un Allemand naturallt; américain, puis r naturallsp. allemand, dëclaralt à Washlt1cton : u 11 n'y a plua d'antlaémlUame ni de dange,.. nflOfasoistttn AlJem.,ne oco!dent.ale. 11 On peut, en tout cas, se demander comment cp. criminel de iuerre il pu se promener à. Pari". puis a Mèrhe. avec des paplC!u r i:ulien. mals sous le nom de Steiner. Un hebdomadaire pllr!slen af![rme Qu'II aurait eu plu61eurs entrevu s avec dM chets de la police Iranç. tlse. Toujours à. l'abri en raison de - L E. ME.T101R,ë.S DE.. &\(OR.'E.N - LES 2 MILLIONS POUR LA LUTTE Autant qlte je me rappelle. daM cette dÜcJls io'l. Cha.rles Tillon. Il rewoché aVtC 1uste rauon li Rent Mailer, 010r5 que le3 isratme tto.iwt tiéporté3, torturts, pa sé ft la chambre ci: ria.!:. d'avoir f)ft sea P-fltrte.' à- Viehll et d'avoir pu «/Lw. et v n.lr lntre Dondre. et VÎch aU vu rt (lM su de3 fl!!zl QU! Bem .. blo'lient le protiger , La lectlon de MonLreu!1 du M.R.A.P. lI.pru la réllS.\ite de Mn bal, fa.it un don de 15.00[) franC.'!. EUe se yropMe, dans la quinzaine 11.. venir, l'l'of rlr une vlngt.in d'Ibonnement.s .. Droit et Liberté li. des non-juif.!'. Dans les talons de versement de notre compte ch ue poetal, noU4 avons trouvé une somme de 10.000 fr. L'Ironie 6emble être la règle de ceux qui utll!slmt luJnurd'hul les criminels de fuern. C'e t aln,1 que le 24 févrl('-r dernIer. le Journaliste Curt Riess écrivait. dans le journal suisse Weltwoche, q u tl l'évasion de Skorzeny a donné naissance à « tout une lI rle de nouvelles légendes " notamment sa présence à Paris. &' Toutes ces légendes - a.jnu· tait-IL - servent plus ou moins à etayer une légende prlncLpale dont le danger ne saurait être surelitlmé

la l l:ende d'après Ia.o;uelle

les puissances oecldentales au· raient besoin d'oUiclers a llem nds et, d'organlsa.teurs mlIItalrl"1 a.llemands. , Maintenant Que la c Ié c nde Jo de la présfmce à. Paris de Skor".eny s 'avêre, aprèl; la photographIe prise aux Champs·Elysé s. ttre une réallte, niera-t-on QUit la clégemlt principale , soit aUlSl une réalltt 1 Au lendemain de la manlfl!statlon du JI mar.s aux Cham-ps-Elysées, Le Fi,.rG ne fut d'ailleurs pa stul à Ironl.!!er ou à !:I.1stCler. L'Auron stlme que Ip.s dp.POrtés Indl,nés toi frftl!nhls!!ant les IImltee du tolérable Il. Ce MatIn-La Paya (i:aulllst",' accuse les manUestants d' tre les responsables dp.s bagarres qui se sont produites. Oe même, Franc-Tireur ( a.ull1st.e), Qui prl'nd paTti - et comment! _ contre lrs manlCestanh, dont Il ne volt d'ailleurs Que « QuelQues centaines J. Qua.nt aux lecteurs du PopulaIre, Us I!;norent tout de l'affaln Skorr.eny et de la. n'lanl· festat10n du 31 mars. Plus que j am:l1s. il faut Que les forces patrio !ques s·unl.ssent et alJssent pour fermer la bouche aux hitlér iens, pour détrndre la sécurité de la Franc". pour &aUVer la Paix. de la part dr. M. Donnenfeld, tailleur, Parl! ill. avec ces imple& mots; '" En ,lrl1e d'amlt!' J. LIST!': No 'l' M. WiUy Nelte!. 14.1100 : SQci .. l", Cttn.· lnehow, 10.000 ; M. R. A. P. Montr 1.lit. 1&.000 ; IIo1 .R.A.P. )4', 11.000 : Commun uT. t " .. Montl "-U.r!! (en pllU ,bonnl.), 4.050 : M. Donnentell:l, 10.(1)1) : SoeiH" OMfOW, 10.000: M. Lauter. 2.000 : 1"IGA, 1.000 : H.ll trr, 1.000 ; Gol!!htrr, 500 h·.nt "Ir Chtll: CO'Uee! .. pir Ch.!l, T.ooo: MM. !IInO'n, &-000 : Ama.r, • . 1)00. TalAI de l.I Jtptr .. 1l5tt.... J02.05l\ TO'U I prk .. dtnt . ............. 4-30.250 Total. n Jour ...... "" •... 12.310 • A la • BlUM • MIEL!!: • a tclleet.ée 1. lomme de IU!KI ln. dont la moitit Ira. .. notre eolQlIle et le ree.te l la 60cltté des DtuX Adassa . La eollectl a té f.lte par le -petit Claude :Brun, fib dt l'archItecte de notre cOlonIe alml que par le petltfils de notre ancien prhldent. NQ 'i ml!lI1euu voeux aux parents ft I:'randst'& renta (Meu). C'tst ce que fat e.rpllqut .- loir( d'tlrt Ilne declaratton, o:nt!stm!t , il l'arlu. alt encore. là, de dtfen .. dre la mémoire de eentlfine.s dt mfl/lerl d'i ra.tlit,.$ tut.' par lu na .. lis. Ce n'e$1 p(l, Ilne déclaraltort art .. t fstmUe Que de dITe Il Rent Mall"( lu'if pilfUne 14 mtmoire des tJrab lites as8aUinis, tn lfbirant leu," torUon.nalre Xavier Vallat. r em-tire VOU" serait-il possible, pour rl:tabUr cc, laU3 ft /t;trulT. ces calomniet, de publltlr eette dt .. c/4rntion d4n le journal tlrott e( Liberté. Bten fraternellement. Cl6m.nt BAUDOUIN. CONTRE LA LIBÉRATION DE XAVIER VALLAT Une délégation de ru. S. J. F. auprès des groupes parlementaires Dans une lettre adressée aux eroupes parlementaires, l'UoS.J.F. leur demande oC au Ilom dlL passé qui noUI a coau si clLer et au nom de t'avenir qui t!lt plein de d.an( lerl , . de désapprouver la liberté conditionnelle accordée l Vallat. Une dtltgatlon de rU.s.J.F. a té reçue par le iroupe aociallste en 111, p rsonne du deOUle Courtal,;, secrttalre iénéral du groupe et de M. Jea.n MlnJoz. M. Courtois a déclaré Qu'Il y a ênormément d'In rpellatlons li l'Asscmblée rt que l'aUslre Xavier VRllat n'est pail la plus importante. Le ,rouPf! soclallste prendra part, Il déclaré M. Courtois, a.u d""'bat qui s'Instaurera pour suite de -,"'Interpellation de M. R.oucaut!:, mals c'est !.out ce à quoi 11 peut s·cnurtr. La dêléli:'aUon a Hé ensuit!: rt'cu . Ol\r M. Gaborl. secrétaire du grnupe Radical-socialiste. M. Gabarle connalt II! oroblème pt contoit que René Mayer ait 11-

rt Xavier Vallat. Néanmoins, 1\

se oropose de com'OQuer les dtputés JUlt. du ,rnupe RAdical aIln d 'en vlsacer une solution. C'est ensuite M. Grimaud. président de la commiSSIon de la Just lcl" de r A6Sembl e nationale qui a reçu. au nom du rroupe l-f, R. P .. la d .. ll!:,atlon de rU.S.J.F. M. Grimaud demande d'abort;l que oC les Juifs oubll nt le puse ., En ce qui concerne l'avenir, Il n ' st 6elon luI, pas dan,O!'reux; eaf le peuple de France n 'est pu anU .. sémIte: n reconnalt, pourtant qu. la propa,ande et les a,liSement.& des an tlr;émltf' or sentent un cer .. tain dan,er M. Grlmalld d elar, Que la propacandc antisémite n, peu t étre Interdite, tar c la liber" te Jo rèane en FranCI!. Puis. la del gatlon li. eu une entrl"VU aVec Mme Madeleine Bra.un, députë communl.ste. Mme Braun déclare que son croupe lutte conln l"antlsêm!tlsme "t que celui-ci t5t efllca :ement combattu dana la mesure où l!!s démocra.tes I!: dênoneen't comme arme des fauteurs: de iuerre. A tette occasion elle a exprlm' le re,ret de ne pu remarquer, parmi les emnbatlants de la paix

t de la l!bertê, la prl!:&enc  de

rabbi ni aux cOtés des r eprésen_ tants relilleux, eathollQuea lit pro. testants. Nous {erc)!ls t.oUt. a t·eUe conclu. pour Que l'I nlnpellation d, nntre ami Roucaute vll'!One t l'or dre du Jour et nou compteran. alors ceux QuI luttent véritable .. m nt contre l'antJsémltlsme. LES PARIS STUPIDES ! Jacques MITTERRAND L_-_ c_, _"_,,_,,_,_,u,_,_u,"_,,_m_._._m_,m_,_,,,••._ .. _ _____- --ll (S()I'r DI ; LA PIlErtllÈRE PAGE) dais (Skorzl"ny, comme ag nt de l'Abwehr. a pus,,", qu"lquts mois en Hollande), il contacta un crrtain Hp.nrl Nanntn. rtdactf!\lr en chef du .Iournal must.r Der Stern, Skon:eny demanda, pour la publlcaUon de r.s Mrl:mclres, la aomme rondelette de 41l.0DO mark ,

It, 3.320.000 ranc  environ. On

Ilnort la somme pay e par l.E "O .... RO, Henri Nannen refusa. les Memolrt. 6. non oas en raison du prix. non en rallon du scandale, maifi oarce que. s!:lon ses dln' ... «ce n 'est PIS Il Skarleny qua r..,lent la ,loir. da la IIblirlltlcn de Musso· IInl •. r lnall!menl., les droits de reproduction JX)ur J'Allemaine occidentale ont ,,",U vl!ndl.l,s t. l111ustré mun1choIs QuIGk. s s haut.es protectlrms. 5kon:I"ny It: trOUVerait a :t,uellement dans le Tyrol autrichien. L'IRONIE DI! LA MAUVAISE CON8C1ENCII L 'INDIGNATION des Parj I l15, quand Ils ont appris que Le FIJaro ouvrait sei' colonn!:s à Skorzeny. s 'est trllduîte par des ré.!oolutitms dp. prot!stiltlon, votee. par le Conseil munlelpal de Paris et le Conseil ctntral de la Seine fla plupart des lu5 !t.P.F. s'abstenant!. M. 8rl,;son, qui n 'a pas la con Icience tranQuille, essaie de lerllverllf'r. faJsll1e cu rbalutlons. se l'.ou\'re p2r la complicité manltestée par certaInes au tOl1t s à. l'égard de Skorzeny. n Ironise lur le:; manifestation&. étrangler la IiberM J'our f18SQ.S3ine, la pail:. ils nI: n(.lU$ auront pas .' L'indép('-ndancp naUonale ellt ,.lle ntl: e. la corruption rst malt.resse, le fascismfJ r naissant travaille a ruiner la RépubllQue 1'11 prp.parant l'Instauration d'un systême tlectoral qui e-cartera!t. du parlempnt les representants des [orees oopula! res et pacifiques ... La. r éponse, comme une Hamme, monte des assises C1es combattants de la paix. UN a un. les obj ectif,. de lutte soot ainsI d terml nts . Ma!s c81a. ne suHlt pas. A leurs mandants. aux: millions d 'honnêtes Ken,; de fiance Qui repoussent du pied la dicta ture et. la fuerre. les assises donnent 1 vee precision les mots d'ordre d 'actlon immédiate, Un combattant· de la paix e t-1l d'Hlt.1,r, rtpr nd pied dans Parla? traln en just.lce ? QUft loltl! ctUX QuI re"tent U"res QUO! Je C(lll!eU communal mobl- exil;ent III. mise en rélfme !)oHt,j .. I! e III popula.tion 1 que du pat.r!ote arrtlljlo, qu'Ils or ianl l"I1!- partoul.la soJldarlt , Ql,l'll RéunIOns. pM.ltlom, drl:légatlom, le vlslttnt. t:lU'1l5 r tcl8.ment d enQue tout soit mis en oeuvre pour qu t.e:;;. qu'll chautnt les aupportcla. lrer J'opinion et IIl6 juges. ttU de Skoueny : que pour un Pu une audience pour jUil'r un comhattant de: la. paix trapp(!, cent dts n6t:res Qui ne devienne une autres se lèvent. mantlfestatlon de masse df'- t.ous Ils sauront { briser les barreaux les partISans de 1 .. paix de la. r - de, prlsona DOur nos frères •. , Ion. Ainsi tace a la miSère. a la cor- Un combattant. de la paix est-Ii ruptlon," la dtct.a.ture et à la cond mné ? ruèrrp. un peUl)lt Immense est en [mmMllLtement dl! IUles auftm- marche 50WI le ciel de France. bléO!'s populalrll"l' mettront eft jure- Le mlstrablil"s le menacent d. ml'"nt les jures et 12 pOlitiQue de rêcluslon. ,uerr.. JI est trop lard . Iii" monde entier Un gréviste. un parti an de la dtJ le Iht en un chAnt d 'espoLr. pa ix DU un résistant est-Il Jett en de liberté et de paix. prt,on tandis que 5korzl!ny. tueur J. '" • • , 1 i • ! .1, .. • 1 • .1 l , 1 • 1 '10 .. OROIT ET l18ERTE , 3 - Du piège à escargot SUR LE FRONT CO INIA SSreil:·vo s à l' escargot-camping "KCo t  !1 ;. 1 P I ?' - (P) A fR S) ? P ROMU déSOI'm.4i ,lU ra?, ,de mapifestation printanière, le 41' C lneouts Lepine a Juge bon/de casser Sil traditionnelle union avec le Salon d'AutomneÎpour se marier avec le pre· mier Salon natioD,,1 des SpOlb, Pour la première fois, le Conc .lr!S Lépine, vieux d'ult demi. siède. a ouvert ses ptlrtes sur les bOrds de la Seine à hauteur du quai d'Orsay, entre! le pont des In;:to1ides et celui d l'Alm •. eonune d,'habltudf!, l'lmarlns.- ' "on 4el ehel'!:heurs s'est montré'

tertUe et le jury dllvra examtnee

plua de 6GO 1nventkms. Certalnea rel vent de la .clencs pure, d 'autres $Ont plUl! modestes: leur JMrtt,6  :onsl$te .. 1!.p'OOrtu de.s eolutloD3 ,Impies a du petits pm· blème. !iuoUdlens. Que clouvre-bott.es. de c.afeUè· res, de verrous de aQ.retê 1... Ne peut-on toutetol.s accorder un bon poInt" l'aut.e'Ur d'un dl®osltlf Qui empêehe de Jlerdre Sta e;e!s., celIN- et étant malntenuu è. l'In rieur de la poche au 'elles ne pel'e. eront plus '7 Economique, ce lit d'entant extensible .. matel.. morcelé. On ajoute un morceau au fur et a meliure que l'occupant crandjt,. t t devlendralt·ll rea.nt qu'li pourrait toujoum cOucher daM le mtme lit. Ipux. M· Credl :L fabrlqué unt pa.lre d 'échasses m8tanIQues. réglable!, Qui permettent, d'at ln'Ô.re an effort, le lustre de la thambre à coucher . Cher camping Les campeurs saehant camper peuvent, pour la premlère fols. Que d'tn«nJoslt,é dans 1& c pince lumineuse » pour contrôleur de train. Un coup de poute et le mince faisceau de la. lampe éclairera le re.ctanrle du blllet. Une loupe adjolnte è. l'appareil permettra., en outre, au eontrôl ur d'en vérifier l'authenttclte, La Querelle qui oppose les veya.reuts .a.ux contrOleun de nuit nt sur le llOtnt d ' tre résolue. . Toul lit en __ Inrllte » 1 ballan, aanot, baUln - sauf la rameuse, To"deuN .I.c:tro-ospirante Avec cet appareil, plus (le che' Veux entre la. peau tt le col ôe la Clément (SUITE DE LA Des dlffleultéa de t()utes sortes, n n'en manque l'IlS : _ La plupart dt8 ;eunes actetlr. s, qlJl a!ment li!!iur métier éprou,vcnt d';norme.! tottrme b: Certabu grandI acteurs "rltend t que le.s artilees doiVi!!int ttre dan. li!!i dlnu,emi!!int le plus comp t, mau ll/'Z,-Mlmu .sont loin d'O:PPUQUQ' cltte mitJtode. En rlaHté, U !alLt que lu artiltel vlv i!!iftt 1l0rmali!!iment. . _ Quels sont vos projets ? --" 'en a' tnormlmtltt. Noul 0,1- Jon..s parUr en tournte Jin (mrU 11UQu'4 !In mat J'Our prlsenter : chemise. Un récipient les rf1cuellle et le cclUeur ut, dt! ce fa it, ditpensé du coup de bro e obllUtolre, Pour nettoyer leI vltrel des fe nét·tt$. la ménagère irlm sur un tabOuret, Cet. exercice e:.;t péril- HARARI PREMIERE PACE) Thédtre lndépendant n'jl1nore po.s que son sort e. t lié à celut de aon pu bite. le public des travailleurs ,aussi luttera-t-!I cOnJtamm.ellt au· prés d'eux pour plus dl! 1«stlce de bien-tire, pour la pai.'t. la con,qut. te de la 7ûture est a ce prix. » Quand les CombattanU dfl la Paix et de la LlberU le 60nt COI'1.'t. ltuis, le premier jour, fapporta( 1 adJt $ion de ma trtnJ.pe. So.n paix, , n'li a pa, de thêtltre ! Demain, Quand le théatre sera. aux maIns du peuple. et tourné vers lui, Clém nt. HaraTI et sa t roupe du Théatre Indépendant &front de ,rands act.fo.urs. parce qu'1l1; auront lutt.@. esptr , 50utcert avec nous. et, parer: que. déjà. Ils ont beaucoup de talent.. avoir une vue d'(m emble sur tous l modèl s de tt'!ntr.s et tous l ustensiles de tampinl. De nombreux Jeunes $Ont. Il, venU$ $.e renselRner sur les prix de l'éQulpemenL Une t.ente canadienne solide. pour deux campeurs.. coOte environ 15.000 CranC.'i, avee double toIt et tapis de sol. La I-ente la. p:us modeste vaut 5.000 francs, la. plus spacieuse 48.000. Pour les campeurs solitaires. III tente seml-co· niQue ou c tente- '.ercuell » est vendue de 6 à 8.000 [ranes· Bre!. on ne ut camper sans une dép nse minimum de 20.000 francs pour deux: personne, . Un des clous du salon : la malEon en aluminium fixée au toU de la. voiture (a. condition d'avoir une volturp.) et repHable en accordéon. Cette maison Que l'on peut em)' l(lrt.er avec sol, comme un escariot est à la fols studio et cuisine. ' Cette mal!.On e t construite en matériaux lé!; rs et son 'poids ell Inférieur à celui dIJ.!i bolJ ll1e.!i de iaz employée oS couramment pendant la gUerre IJt disposées sur le toit des voitures. Aucun gauge sp6clal n'eSt. n.écessa.!re. Pendant le VOYa.&:e. elle ne g ne ni la vlslblllté ni les dlffél"l!ntes manoeuvre.tl. En/In, elle ril.Out le probl rne du logem.en t pul:!que. huIt mlnu 5 après l'arrêt de votre voiture. 'VOtre home est prtt à vous .abriter. llna1mpoTtanu coonféretlca de prM64!, Â Tult!..!: t Bi;;erte d'importante, (SUITE DE LA PREMIERE PAGE) tiré Je$ Jeçoru de Ja récente w!on da l:tIanlfMt.tiom ont tU lieu contre l'uSloek. h"lm. r t4tjon de tral'ailleun quI ont fait Sl?ullinant C!U J85 travaUx du Co. Ifeve afIn de marqurf l ur hostill mlW; Mondial ,\I .. !en Ht'. plleu O\l.5 la proch.in arrivée du • DI.-:mude " le . lrnc de Ulnrl.ssement du mouve- char d'arm" Itmérlcllintl!. Lu ou· ment PO\ll' lit p.ix, il 1. néelaré : vrler05 de Bizerte ont (l.écldé de .'op- .. Tman' c nn9t. du. d,Üi.r de "ab: dl! p.o. ;er au déch$,t'iement et à la manuj'immtnsll maloflti des hUnllli"", MUS tention des enl;'l de iuerre. 110011$ 111'4 qu'il faUa!! le, u"lr eontf'e A. La Rochelle, les dockeu ont refu. le !%allver eommu" et pour cilla dMil'tfr St ae charger un cUio d'armes pour UII. oQ;ectif cop/unun I1Ir leQ'ud 1er l'Indochine. '\omm,s  ! \it'Ulltl'lt IIJ fXln ne peu-r---------------vent l'Cil 1U pas ,e m'Ure d'accord. _ C'Qt IINi ql.lf le ComiW Mondial a

,tt .. ment .. faire cta trota propoeltlOIUl
.

1. _ L'interdiction. Il,,soltle de l'urme atomique: 2. _ UII. conl.rlSl, interllotbi,nal ri· I1OVrcu,z JI01Ir a'lrn l'a.""Ik4tion d' 4:efl, mnwe ,- 3. - Le gouvlmJement Otti le premfw IttflunCilt l'arme o.tomiQ1lC "roit roll_, déTé comme crlm'I'tel d.e (fUtTl'e. ., L'emploi des al'1lle, atomlqlUS, a aJDUU Mo JOllo","Curle, .era!! ete touU laçon vne cata.stroplu pour l'hvmal'tt_ U. DOliC, GlIlHlt tout, l'fl'ttndletiol't. c Cet otrlecUf ,'mpie dort rallier de. goel'tt d'opinion tr •• d.ivn,,,. " Un aecord .rur ee .uiet fJermettrait le ri!4bUuement Ife la conf/oftce te ntr l'opin.!on que la C"'l'l8teMe der

teU.t régime, eH "ou/bu. li en rüul_

terait vne rt4ucl1ol't d.e3 "udgetl 11t/li_ talre6, la l'II. de 1/1 gu.erre froide, l'am.iltorGtÎon de.' re/aticl't. iOOMm./OUI'!S e1ttre pays lit par col'l-tllo:ulit du " ·it" pour le,. p'-1Lple5 ...

 Un large mouvement d'rJp/1tu,n

Pl1Lt am'II-tr 1" tl'OUI)tN!.emcnls Il /alre rtes proposWons de Pftl:l. s FR"'NCe A Brest. un annd meetlnr a' t d . r01J1 où plusleura militera de penonnu ont proust' contre la. eond1!.lrIna. tion du profeueur tlthoilque Henri Denlll. directeur d' c Ouest-Matin s, UnI dél at!on de Chubour oe\ VI· nUI'! & Parl.5 affirmer la volontê d6 dockers de lutter pour la. paix. Elle a eté reçue par Yvt& Farge. Une ,rive d" docken pour 1" paix a tU lieu dans tous lM pOrt.'\ de la

Udlt.erT .. n t. Tout tuYaU ... ctMê ,ur

lu quala de Nice, de Port-de-Bouc, de Port·S.t!nt_Louta, de Sèt.e, de Port· vendrell. A MarulUe le mouvement M pounult. Les dDcker!' exlnnt la IIblnUon de leurs dlrICe .. m. synd,leau'IL: emprl$onnM arbitu.lrtmtl'lt. UN PIÈGE D'ADENAUER La Wiedergutmachung L'AuGetation des aucleDs dépor· tés et iIIt.ernh juif,; alth'e l'atten. tion de tous sur la pubJ1c1té 'aite par plusleur bureau juridiques. qui veulent tromper les rt!'icapé des camp ... en leur promettant une prime allemande dl!nommée prime de « Wiederlutmachunl[ li (réparations), l'asl'iocidion soullrne : L Cette prime de II: Wlederrut· machunl' » s'appllQue seulement aux l'erSODnel'i « déplac;'es )1 Q;ui S4l trouvaient sur le sol d·Allema.rne le l" janvier 1947. 2. Ne renonçant cn rien aux rt!· parations et indemnitb! Que l'Alle· marne nous doit pour le séjour dans le:.; camps, pl)ur Il.1 souffral:!' CH pbyslqu,s et morales que DOUS avOIl:i subies, aiMi que pour les bieos ,'olés, nous n'accepterODli pa6 cltte forme de paiement. Il ut impo:.;si"le que lu anciens déportes acceptent ceUe prime de or. WlederplmacbuU,J: », au mOlJlent où lbe Koch et plusieurs ce.talal!! d'autres S.S. :.;ont liberé et occupt.' Dt des postes de commande. L'associatioJl appelle tous les .. - denT dipor s Pot leurs JamilJes à s'aMlenir de faue Ioules démart.hes dans fe sens Avez -vous fan le geste nécessaire pour Que se poursuive et se renforce la lutte contre l'antisémitisme, contee le racisme, pour la paix, Que mènent le M.R.A.P. et son journal Droit et Liberté? Défendez foyer Apportez votre contribution au Fonds de lutte de 2 MILLIONS DE FRANCS votre , • lancé par le M. R. A. P. Droll et Lltlertt, fJ. Bd Poluonlliere, PARIS·" ç. c . P. : 60.70·118 Une selle rue de la Dou.ne Parallde au boulevard Ma;ent.a. du cOté /!.e la R pubU ue : la rue de l"Entrep6t. sombre t quasiment d",serte. En HI71 tout le coeur dl! Paris. de la France et du monde hattaJt là, au Slèr: du comite central dA la commune Qui ten\.alt. ptlur la. J')rem1ère foil' dans l'hls!. oire. d'établlr le plus glorieux, le plu, jUIOte des régimes f ociaux. Arnold. m mbre du comité lenual. demeurant. 25 bouleva.rd Ma.Cf! nta prend la parole dans la salle du Tîvoll.Vauxhall. )6. rue de la. Douane. C· st. l'Asumblée général@ d@ la Fédtratlon Républicaine de la Jarde nationale (milice du peuple!. Il donne un préambule â la Ject url'! des lututs. C ••• Le. choix des re'Présentant& du peuple dans les divers con lIs du pays tant un d@s ac ,. les plus sérieux du cltoyl!. o. le comité centra! s'OCcupera d'aIder les Iecteurs à connalt.re et

\ appréCltr les candidats Qui se

prt6enteralent à leun suffrages, de telle sorte Que la notoriété pu· bllque ne puisse s' tabHr unlquem llt sur les succés façiles de ProF c polJtlQut.s ou d'articles publlés pi!rlediauement dans les journaux. et de ta.con que l'homm@ du travail salt h:alement appelé fi. représenter la nation. ) PeUt.@ salle plus gra.ndlos Que Notre Dame. monument oû s'édictait la lIb ration humaIne. La. commune devait ttre un c ntre d'exp r1 nee Incalculable, Guérin , l'.antisémite. "siégé rue Chabrol Il exlt.te des d tlnees pleines de logique. Jules Gu rln. fondateurprésident d la Ligue antisémite était. tra1em@nt tomentateur d'un complot contre la sûreté de l'Etat, SOn slè, socla.1. le Grand Orient. au 51, rue de Chabrol, fut donc l'objet d'un slé,@ en re,le par la force publlo.ue, Quaton:fl c hommes » de Guérin semaient feu et flamme.s . devant le nez de chaque llmler de la P.J. M. Lépine, préfet cùnservat.ellr et, P"u Ilv ntureux. s'arma donc de patience et s'Installa pour le blocus. qui dura du 12 août 1899 JusQu'au mercredi 20 septl"mhr€. à 4 heures moins cinq du matill. A en ju,er par I@s év nements, M. Uplne n'a luére empétht le gibier de eroItre. Quatre hiv(l1s et un printemps .. ,Pendant quatre hhers, les ,ens frlssonnel'lt dans les Queues glacées. Rien à l'étal dU bOucher. Le Faubourg SaInt-DenIs est obséd par la crainte des bombardemf!t'lu. De,. cent.alnel'l d 'appartements se vident, pour des r .tl lncertalnes, qu'on ose ;\ pe'ne MI dire. Et puis la radio annonce St&· IIngrad, la ,rande marche sur Berlin. En Normandl . l s colonnes hllnd es americalr.cs. anglaises et trançalSt'l1l débarquent. ParIs re t.rOUN wn ancienne colt!e. lies barricadf! . A la mairie du X', II!'; chars allemands donnent l'assaut. plein de la rage. du dése po!r. RIen à faire cnntrl'! le grl!nades Et les fusils de r .T.F.r .. Paris e SOllvlf'nt de 48 et 71. Rdou\ps .. écra.sé,. l@s pIteux vaInqueurs d'hier se ren den t. Au 12 de 13 rue de J'EchIQul@r, un peu partout dans ll'!s rues du auartler. la vaillance a .semé de p@!H.es plaqu e de marbre blanc : Ici esl. tombé à fâge de 2() ans. Tué par I boches; Tué aussi par la politique d@ guerre. Honneur à. P"eld et F'l!terman. d ux héros tlJmbés au prln t..emps 42 dans la rue des Pej.Jte.$-EcurÎes. Aujourd 'hui Rue du J"aubour, Salnt-Oen1s; les arrlvales sont Jura.bondant5 et varlés. pourtant I s mamans ne peuvent pas a het,er ufflsam !". o; de vlctuaJlles : crise flle du P"au hourg-Poissonnlère : 1er; skunv, léS rats d'Amérique:, les putols 1IO!'nmelllent depuIs deux longues an· nées : Crise. Rue du Fauboul"r Salnt·Ma.rtJn • les maiaslns de beaux vêt.ementi confectionnés sont à la. pêche dei achet.eurs absents: Crir;e. Aujourd'hui c'est la crISe Qu! donne la colère à la maman .• " pellet-1er et aux hommes sans complet du Quartier de la portf': Satn!Denis. .... " ,' a ... ·. . - BERCEN-BELSEN (:rOM anglaise) La ,lvnGgoQtI,f! d B ug n-BeJ rm, à peIne reml,o:e en étal. a étA ueCII. pn des ouls qui. apr y avOir pén tn!. ont, in cJlt 3ur lu rnliJS : lOi He!! Hitler », BUC ... REST Pf.ssach : ie a:ou\'e!l'ltm nt rllUm! in 3. alloué 900 lonnes de fram", nt POut la tabnc.a.tlon de Matzot. qui a ét.é r ali a SOUll :e con· IrQle du ullelnat. LtI , r oupem nt cle l'a:cool a P p3t du l'In kash er. Toules cu me ure5 ont été pri e5 aprb 3.CC.IY.'d rntre le gouvernt'ml'. nl et le Conse!! SUpl!U' Uf, NEUHAS (cone américaine) Det fou illes. ent reprises a.'..1 cht,.. leau de Feldfn'thn., ancienne rès1deDce de Goering, on'. permis de rol'tt e à Jour un lrand nombn d'oblets précieUX, panni lesquels fl;;urt'n l l)a llno;re d·argen mauit et candtl8bTU d'or. le 10ut d·une l'Vo leur de 40ll million.o; rie tfll.nt s. III attendent Letty et 14 NuIt d'octobre, d'André Wurnuer. En octobre, la troupe du Thtdtre Inddpen" nt pruen'era: Uranium 235, icrit el!. HI{O pllr un mineur tcouai.t, ban Mare Coll. cette ,,/tce rbJèIf 1" lutte J)Our TIercer le lecret rte l'atome p(tual'lt a traverl le mO$fe1t 4"e pOlir arrloer d la: f1u f"re d't!pagne, !tu nat/$me et a la lutte rte, march.and" de canon contre lM etlort: pacifique, du hommes de :dence, ell.!: III lermlne par la mUe au strvlce dea !orcel de pab: de l'6ntrl1ie atomique. Après l'acquittement Je Jeux Jirigeants Je la Gestapo M ... UINSVII.LE (U.s .... :) Ce n'est PQ,S tout. NotU joueronr 4u cltUltquea rénovés par u"e mue en ,d'te réoJI$te, et Choui rOM du (htmt$ frappant le toeur g re, rjt d.e$ travameur . _ Avec ce ,enre de ,pActacle. l'oua ne t luchez que dr.s ouvrIers ? _ Hon, nOla remarQuon! que nombre . d'intellutuel_, gtlU du

:1466«1 mO\lennu. commer'l2ntl.

411'l4huTl de thtdtre Vftnllent il l'lOUI Il2na qll no1/..3 allions Ù'a che,chflr: lb "ont de plu" en plu", au c6tèl du tr-tU14illeu". Notre plu.' ch" dèslr uroU d'/!'votr tin thédtre permantnt. HO& amLs de c TrfJlJall et Culture J , 4vec QuI nnu' eo/labOron" étudient ,érfeulement la que.ttton. Gc:lf! noIU J'lermettrot.ft d·o!tre en conttoct permanent avee le publle fJarll/en , et de lui fJrésenter ttJufour! d.e nouveUe,' choses. L'anU$tmlt.1sm . le racisme ? Cl ment Hararl connalt ça,

 Déja secrétaire d'une oroan/Mtlon

.tco/aire /Httlracfsttl, 6: quatoru anl. radhérai (fil Comité d.e défenu, constitué en. F.DYfJte. ton.tr /'lIgrusl,)f'l ",unoHnl«nne sur l'Ethlopie. ll'!lIWe de V(lua II'! dire je ,1.1/.11 lm am! d' la 1UJÜ!. ' t'n 19.:1, le ThMtre Independant a 11l..!çrlt dan$ 'u Jtatut$ : c Le T rèl ,nud choix de Tilltn GABARDINES _ PEIGNE TISSUS ... NGL ... IS Tout" 'oun'lfturu pour Ta Ul ur, Chez SIMON , 10, rue UOll • MON. 81--'1 104', .. 1 h'I .. · ... 1P Les antifasciste's de Munith late a tinq pOlites (SUITE DE LA PREMIERE PACE) Néron, !,rdi.,. d. la pureté RapIdement, on é'\'C (Jue un meurtre raciale eollectJt. En tout eu, à Mo propre peau, li J tient 1 Le prl:;ldent, du rute. lui bellite II. tAche. Quand le procureur Ne1/.duit: pOl\e une QUut.1on. embarra:ssante. Il lUI coupe la parole en dklarant (tue Je pcln souleve n'lnUresM! (tue le ré Qui$itoire final. Ou bien, 8!,&uant du h,it Que pl\L5lcurs tlmolm &on eux. mimes d'Ilnclens membre, de la Oest .. po. Il ll.\,s$e ]1. dUeMe récuser d" témolrna.ges aocablanu.. On rn.fralchlra tout de m!me la mé. molr8 de Schaeff!!r en pr!ci"n Qu'Il avaIt lnvent.é. avee Lebkuchner. une , jurlt!ldlon nouvelle pour Inten&l. fler la rtpreS6ion contre le ennemis du Reich Grand-Allemand: le trailr t raf/ide qui con!1/It.lt en 26 coups de fouet, et le traitement p !!ciar ou p,,e,n. daiton, sans autre forme de prO· On parle d'un pauvre bouilre de

ordonnler qui. ayant fabrlqu(l, une

paire de hausl!ures d'enfant, OSA demander è. Lebl;.uchner de luI ell payer le prix. Lebku hner 1. Jeta À la porte comme un chien ; - EJtlm - lni heurf!U.l: de 1f4VOir pas iré pendu plus Mt ! Un ttmoln d tallle IN tonur" que Stlhaefler utllluit 6Ystl!matlquement pour acdlérer se5 Int.e rl'Olatolru ; - Il U ln G qui 8e bouchClfent les orei!lu pour ne PM entendre lc# cris. Un eutre raconte comment Leb· kuchner e*uta cinq déportt5. d'un coup. au :.;l e de la Oeuapo de Mu· nlch. SadIque. Lebkuchner mllnl! t.Ait le plw; vif Intt':rèt IIUX traval1leur 'tun. gers IIrrllt.és pour leurs reJaUons avt:e du femmM allenandes. Pour lU pu· nk d'avoir ainsi 50uill' la 'PUlet6 dl la " race it'!rm.n1Que _, Il lU forçalL .. mlm r devant luI ie g 5te de l'Ilmour .. Lei d porttls sovlHlques avalent crt! i Munich une orglUllsatlon rie ré# 15tance tn liaison avec les antlfuc.lstea allemand5. La réprl!SfJon entreprise contre ce groupe fut, entre toutt3, sa.n,lante : ln citoyens ov!tt.lquu e:SSUlolné. d'Une balle dllM la nuque &OUI la direction de Sclte.eHer ... l;ibérês sur le ,h,mp r Certe$. bellUCOUp de crimes ont êté u c.moth .. ce procès de la Gestapo de MUlllch et. deputs longt.emp.oi _ n.ul ne l'Ignore - la d!na,,;tfie .. tlon Il !St transformée en lIlrce dans les zoo nes occidentales. M!I! , malgré tout lm ne ,'attcndait pas" un tel c3.n dale. QUltnd, 8prh dél! ratlom:, Je jury revint et Que on porte-pal'Ole II! professeur Gral. i'lnnonça Qu'il avait ét, r POndu n ,atlvement It toutes lei quet;tlon , Cil fut Une tupé!actlon Indign ... ACQ'ljW !, les de bandits !!talent aM, i/6t IIbirb ! Ce \'erdkt e t l'exprUflon telah.nte d'une [)(IIJtlQ;Ut néo-nazie, délibérte, de rfpT/!S.'Iilon contre les dtmoeratlll allemands et de l'Ir p8ration d'unt nnuvellt lil'llfrre.. 11 n'est pal'. douteux (tUt lu juges de Munich ont l'oulu accréditer )'ldêe aelon laquelle 1& J:lrer. mtfalt.a dt 1 .. Ge.lltapo ne 1I0llt pas si r préhcnsl bles pUisqu'Ils ne 'appliF (Juent (ju·. du eommunlstll!l , dt5 éuat'lgfTS ou des Juifs ... C'fSt ce qu'ont {ort bien eomprU'i les dlrlleantll du Service du Tre\'all obllilaloire - iRdchsru"eits4leltfl auquel lM Schaeffer et autres Lebkuch. ner ont donn un si iérleux coup de main. C& négriers viennent. en effet de rem ttre à tou_ les dépuU! d lkInn un alde-mén!.olre, pr fact par leur ene! uprème, COl'utO:1! RitTl oi! ilK ne dr.mll.ndent rien moln QU d'a"oir droit -. des ):lenslon et d'Ure reclM6él comme fonctlonnaltu ! De B.and.rA il Auerhuh La Bavl rt . fln.ll;:Ztfl e .. uni cadence accélkte &OUS le rqne de MM. A.de· ncver et. h4,d , et du h .. ut-eomml Mire

mtrlcal" Mac Clcu, lfcume de

tuclst8 dl tout poil qui OfI nnt t'lon seulement daN; les lrutltut10lU JOUvernement. all!6. la mIC;$tralurl, les nouveel,lx partu; revanehllrd5. mal, dans I milieux leli plus tran;ell'ltn Mtérocutes : Junken pr\U.. I"'m eha sû de leun domalnts de l'E$L par la rMorme arralrl, OJl'. dtervueents et proUgé! par rI.R.O" fuyards des dt· mocn.t!es populaire!. oUlclnes et ben_ de p]\k ou mojn errante4 de l'Internationale de TTaltreJ , hommtl de mR.Jn prêts .. t.outes l bel!ognes et À tous les mu "cre5 pour le cOlrlpte de nouveaUJ( maUres. A l'heure méme où III Gestapo de MunJch etait blanchIe, le ian,ster ukrllinlen Sttphll1t 8fJndfrc, eommand. nt de plusleur. r"s!dui de l'umée Vlauav. tenAit, daN! le petit Mtel d 1 ahords de la ville dont 11 1!. tal .on Q.G .• une con!erenee de pr'", devant pluslll!un Journalbtu am'rlcabu : J'adjure. dlt.II, lu Ch:cidento.lU' de 'MUre 'Clft. rt'l4rt lu bolch.etdqtlu 4 ICI rof. lOll. En tout.e CllnnaIM.nee de ClUSe, un 1'hUipp Avertxlc.h, eorrtmlual.re rél'\ . rai hVUols pour lM vltUmu de tuenl. CQmprotnlt; d .. na lel pro/a:na_ tlons de. Dachall, lalue !aIre une

II' . .

Son .ttltude ut h .. utemel1t lIymboIh. ue du lentlment6 qui animent 16 milieux dirill'eant.s de a\'I.re : Ion· qll'un mel!tloC II'It &"anll(l, en _Irne de protMtaUon f.ontra l'aequlttement de Sehaeftl'!r-l.ebkuch:nar, Auerbach donne .. lIeB slI!rvleM )'ordr. lormel de ne pas y partIcIper ... Valonté de justice N'tn l1",p111151'1 8Ult Auerb&eh. le \'erF dlct de M\llllch .. provoqué un. _ tion r:ol't$icUrabl, da'" la JloP'U/cnolJ IlIborkl,tU ! Les lIyndlcAtIi ont, en consl!qut.nce, or,.nlS4! une IU,I\de manllut.t1on au l1e1Jdit .. Les GundU·Cu!mlne" _. J ',j ,·u là l'llua de :tOOO Intlfuc!IJlca récll· mer le respect. d.e la ju Uct. Louque. en ))on dbclple de 6chumaeher. le "Yn d jeall. te &Delal-démo. nate MfU Wo,ltner eu_ye dl dl eulper le ,ollverneme"t Aden .. uer en pr _ !endUIt qu'Ii n'y Il'elt. pu. c de liaison

ntrl et jurement et la pclllique

r!néral , du ouvrJtrs JO!'.lallates l'In terrpmplrent pu d13 hmu ... La _ IDndtre"'"aIUhlPPt .. " _ Au reptIL :t. - En aatlon. !..et. travailleurs tn.ta lavent en , • Au prOG" d1I Saltae'h, U d. L'bkuctlnlt, Sept ne\7rr,' . ceu6és d'avoir « violé. une b:anehe, uront éleelro ut&. a rI ci dé 13. Cflur /Suprême de Vlrc!ni . ENSISHEIM so l'occupation, lu Pfl Ol!niers étllel1t utretnt5 À travailler dix heures par ,10ur aux tnmu de 'P::I" tass (ju Haunth:n. Le! torluru t!lI.ipnt· tPol1el'l que c rtalns d'etltre eux mrJurunmt ou devmnnt t ll\Ul. L'ancj n directeur de II!, prlllm1. BO\'hmanll, r.dmln ( tra:eur SIJoo rkard t.t un gardj(l'l, Max Mullu, !n : u:p d',ssusinets, O!'l\ été ('.onlIamné. s à deux. (tua tre .. t tro); lins de pr!!on par le tribunal mi. liu lu de III 6- rt lon. effet, et $OUven ' leur détriment. que .,.",nt. dl': s imples J)llSSanU et. des jour- 'OTTAWA l'appareil judicllir rAdeneuer est nall$tes sont. COTJChé au sol. Dt:; Le Congri.t d.e Slllldlccts li dé- UIIt dt$ pleee. meltre:.;,;" de J'Etat c ruea &a\sl ut d6 bsnderole6 et tid de mener une acll vil eampatru. fU de nul5. piétinent 16 drapeaux de la. JUsi.';- r. tontr, 11'1 d ir. r1m i na tlon ta· - Peul'Quoi, crle un Interrupt.eur. tante ellemandt. On tcl ve des bles- cla:e à. r gilrd du Juif , qui 1Iir;te un a1ltilo.sci3/.e a-t-il té repollasi par . pour l'emplol daM W1 certi ln 1 jurll, aum Qu'u:n Mtl dt HI33 a litt d nombre d·mdll.!i lr lt8. 1ug rJifl1!.e a'en Ia.lre partie Ce])l!n ant, les antlfasei. ttl; se re- A maintes rl'!prfse!;, Woenner e5 ln. Iroupent et clament., avec l'lUI; de JOHANN.ESBURC t 1errr.Jmpu par. , dt$ moVi d'ordre hl'lltl. tllrce cneore. leur Mgitlme colère con- Urt. noUtltoO-' -",. ".n' d'O,-, es Se.'! mal res. tre IR. polttl,ue d·Adenlluer. crf:é f.OU le nom. d.e P.utt -natio.nal _ La Ditte 'est prononcée COlltft R.rJs1mltcimerstrllsse, :l11 pont LouJs, ooct h l'lte . Son in I:ne e&t Ja CHli;( ce jugement, dit-il. la. vlolenr,e policière à nouveau se dé· g.mmér. _ Manoet/t;re électora!e 1 réJ)Orld la chalna. ma ur les trrJttolrs on pI'lU- BELGRADE foule (lui exige l'arre!;tation 1mmé Ulte valt \'01: des centaines de pRSMnb 6e des criminelS de I!I, Ge tapo. solldul.5er llvec les antifasc!ste5. Cnm.bat!OEllt clondut!n contre Ollns les jOUT suiv:lnts, de nom. :ès ni\7.is, dh 19H. arrtte pn la A la. tribune. Woenner I epte de breux mt:V'vemenb 1!.Valent lIlu dau5 GI!5t.apo. dl\porte .. Mautha.wen. 5lé;er .. côtt d'un c(ln eiJler mUI1!cl. le! ut;lne$. Willy ZupsllC,le H cnln :M grilpal 5ocjal-chrétlen Eacltler, qui .. pu- En te mols de mars 1950. à Munich. de la p(!l;c de Tito, Qlli I,'a rl n bl1 des brochure., nlzle ou Htt'1er. d e 1a rles mlli C5 de travailJeun n'ont d'I!.u:tll t lUI l'e."rn'çll r.r ,,,' " Mé- La foule exl:jle que wlt Il'i\ll':mcnt pu le!.5d !aru rtponse le MU de la !ltt à Mln idtal e .. l'unlon des adm! un repr 5ent.lI.l1t du V.V.N. aUtI . fasciste. Lorsque ce dernier ,'apprête I G " t;'P O;' ';d;' ' U P , ,,, , . u ,, . I O ' " ' d ' "' " d , n ' l , m o n d ' . à pnndre la "aroll'!. Woenncr dévWe le micro ... Mals rien n 'cmpk:he II. foule de • 'U NIO mlnlft.$U!r a voJon 1 A la 1I0rtie du .... N DES ETUDIANTS JUIFS DE FRANCE meeting, un ImpOIiant. contie K forme cra:anise le 1 5 AV R 1 L 1950, de « 1\ no m, •• ue plu. quo LA NUIT DE SAINT·GERMAIN·DES-PRÉS 21 heures a l'aube qUi va. d lIleJ danT II. rue. Schaeffer ! » Mail; suu doute les mll de Woet'!. ner ont-il d J& été p \· enus , .. Car, tout de sultt., les manlfu.t.ant.s e heur. t.ent a un formIdable d pll')lemtnt de forees de police. - Mil PQrolf!, dit Quelqu·un. il n! mal'tQ'ue vlus que Schaeffer el LeI:!kuchnu l Il faut reconnaltrr. Q;u Ir. ioUvetne· trient ne fait pas petitement ln cho. A . CinQ polices sont rtpr senUe& : poliee d·Etat. gfndarmes & heval. In pect. un en civil. aervlr.I' de voltu· ru_radio, et - la vedette amérlcalnl 1 - une centurIe de la Sonrtereiluat,ttruPl'e. . Sf)nlÎrrt.ln '1.I;;JMlrp . t jI: \ lr ll'llhulve am rICl\jne. est ulle 'o e r pr .. nh·e pklaldnent. desL1nl_t. aux travailleurs. S@6 homm.,;, porlant ca.' qlle et unllotme Ilolr. sont armés dl! 1Tl0Wiquetons et de matraques n caoutchouc. Et. 11& CllJlnent ! Le.5 IrIHhodt.& hUit. rlennes perlKUonnées par la teC.11ni· que d! Chlc.co ? Dtm t. 'oIIglrrt, Oil 1115 bru!.et fon. cent u.r.., &VDrt1saement, crOISe en DANS L.ES SALONS DU Cr:I\CLE HLJTAntt:, PLACl!: SAI},'T·I\UC USTIN' a"te LES 'IlER!:S ,IACQUES ct ll!s .ptd clu du eaburh d. 1.. . ROSE ROUGE et. ,·AMUtAf. d Ir& "rcb( lr 5 dun-CI. f'ORl:/'OJA, CH (pruJuet .au dt f'raJ\[ ) ft GIIY DIDIER :"'e ,!olt. .ran(\ 'ormttl " d da .. )l;UFFF.T _,_ G ANOI': TOMBOLA . :. 5 UR J'lllS S Pour lu InvJt tion . I · .dr ""fr A r u. E. J . y" 8. r e LI I nd"' . • SUT. 43·17 Il' - --- _ .- 'i L" Ct"l .. I ly .. ho-t eh,,;'lu «  la Corn.n,s' "", ,'entnle de l'Enfu",,, i'lfon,,., 1 lu ,f' ...... "tII deJ lh: de.I",;!. . ',"s.rir dal1 ln ctlff t rtn T5 rol\ ;,, . lye .$, tco.e.s. que lu dl\ et heux Il 3 "; I,o,, ux f" ,,,(!.n l sont !l:xéi rornml'! lu,t : Il lXAMY.J\'S 1 DATE DU CONCOURS 1 .. HW O'lNSC;:rHPTION A.dmiisi"" n ,x\"m .' 1 Oycet, oll+rtJ O Il l'l' dlff re!1l COUri omrll:nlent.ire 11 • 12 .ns 'ourse nillon.lt 1", 2' el 3' dTI ... · .""ct ' Ifmen'l.ir. Suvet dl Il" d'Hudu 0 11 . . ,..ç . 11 mai 11 mil 1'" Sf.L\lon : 3 j",liJ e' 11J'\"CnpUon j lUqu·.u 3 m.n !' "'51::0:'1; _ 25 aepltmbNl mucrlpllo" du 8 au 2$ lu,llel ) ,\t.a 'o!,s emtl\\I

er"lte d" e"amenl

3 pb, rue :'hb,lh:on P. r* (VI. , S r" lce du exam,erq 3 b . TUft fo.hhi!lor:! Pul, (VI') d :",UT phu, '"Mf'IU re iZntltler.to;. ,·.dr ner .. 1. Ç.C.E .. tou. 1 .. mttins.

 turcs he 1'U (So'Iuf le meru 'dJ), l  , rue de Pludts. Pull (X·),

 -4 -----------____ ______________ _·D Rmr ET LlBERTE- ... ,

En épousant une dactylo blanche SERETSE, le roi noir des Bagmanwatos a troublé l'ordre public (selon M. Attlee) SOUVENIRS A BATONS ROMPUS, p r ANDRE SPIRE (VI) , J'entre au Conseil d'Etat E TRANGE et passionnante 111, tolre que celle de Seretu Khama, le jelHle roi noir de la tribu dei BamallS'watos, dans le B8tchouanaland, qu i, etudiant a Ol[·rord (Angleterre) ,épousa IInt blonde dactylo londonienne, Rutil WillIams. Voici oû en sont les choses : Après un voyage ('n Angleterre", Seretse vient de recevoir. du gou· vernement Attlee, l'ordre de ne plus mettre. pendant cinq ans. les pieds sur le territoire de sa tribu. Sous bonne escorte li a Ct.e con· duit. 3. Lobatsi (Betchouanaland ). oû 11 vit en résidence surveillee. à 400 kilomètres de sa capitale, S('.· rowe. Là. dans une hutte de pisé. Ruth, reine blanche des Baman!]:watos, l'attend. En j uillet, elle oera Sur ce territoire. plus grand Que la t rance . v\ .... ent trois cent mille hommes et femmes, divisés en tribus. dont ('. l1e des B amangwato . laQuelle est la plus puissante. Seretse I\':hama. 29 ans. e t le petit-fils du roi Khama III, qui se r eildlt à Londres en 1895. pour o:trir à la rCline Victoria le protectorat de sa tribu. Quand Seretse revint à Serciwt', Il y fi. quelque dix-huit mols, accompagné de sa femme. le gouverneur britannique, Sir Evelyn Bar ing, multiplia les eHor ts pour dresser contre lui la tribu et. !e ri!gent qui régnait sur elle; Tchekedi, oncle de Seretlle. l,a réunion du Grand Conseil (Kgotlal QuI suivit fu t assez: orageuse, ct dura quatre Journées. Mais les Bamangwatos ne sont pas raclst.es, cL quand Seretse. f jnalement, demanda : • Que C8Ul[ qui m'ace8ptent pour roi et accep· tent Ruth, ma f8mme blanch , comme reina, 8e prononcent Il, ce fut une templ!te d'acclamatlons t't. sur les s ix mille hommes présents, Quarante lielliement s'en allèrent. TehekedJ en Mu:. Sir Evelyn en tenue de gala CE résultat ne pouvait Que susciter la rage des racistes suda fric ains. Un noir épouser \lne blanche! Et quI. de plus, 1!-St un roi ! la décision du goun:rnement. de Londres. Entoure de SOIl etat·maJar. le gouverneur avait revêtu Mur l'occasion l'uniforme blanr., le casque colonial il. plumes. et ceInt l'épée Il. pommeau d'Ivoire. Mals quand, dans  !ct apvar n .spectaculaire. entoure de soldats et. de policiers, Il arriva sur les lieux ou devait se tenir le Kgotla, Il ne trouva Que ... Quelques jour· nallstes. La police fut alors lancée sllr lêS chemins poussiéreuX" de la rl:;:lon, avec ordre de ·ramener coûte que coûte des auditeurs. On ne put (-n trOllver que douze. si obstinés' (/Ile J'expédition revint bredouille. F.veIyn Barlng venalt de connaltre l'échec le plus retentissant de sa carriere. Or:t demande un fantDche I L se mit alou, pour sauver la face. à chercher un fantoche. Il soll1clta Tchekedl. Mals celuicl refusa de reprendre le pouvoir. et. vient de se rendre auprès de son ncvc;1 LobaU\. Les Bamana:watos ont. décidé. de tai re la crève d e ImpOts (vingt ml11e livres de perdues pour le gouvernement anglais). Ils boycottent les produits an,lais. Et Us ont retiré leurs enfants de .. écoles anglllises oü les dlrlgp-a.nts travaillistes veulent faire cnseigncr, plus SeroUe KHAMA que jamais, la doctrine dc la (( White Supremacy li. Le fond ete l'affaire, C'est la vo-' lont.é britannique de faire l·es er. · rcr l'p.trelnte colonialiste sur les peuples du Betehouanaland. qui, de plus en plus. manltelitent. leur désir de Uberté. Le cas Seretse n'a été qu'ull prttexte. SI l'on fait trainer les choses en longueur. c'est pour t.cnter de justifier l'envol massif (Je !.roupes. Qlli se poursuit, la 101 martiale, et le iouvel'llement direct par l'autorité anglaise. sans l'intermédiaire des chef.s de tribm. obltgés d'exprimer les aspirations de leurs uje ts. Louis MOUSCRON, EN réamé, j'étais encor e: bien t.iède. Je n'étals pas encore soclallste, pas même un de ces radicaux Qui, pour les gou .... ernemcnts d'alors, etaient dcs ennemis aussi détestes que l'ont été plus tard les soclal stcs. et que le sont les communistes pour li coalition gouvernemP-lltale d·aujmlrd·l1u1. Ce n'cst gu ère Que- deux ans plus tard que-mon évolution s·accentua. Je m'oceupahi dE' la suppression de la scandaleuse IndustrIe des bureaux de placement payants. J'avals été invité à exposer mes Idees devant le Comite central des Chambres syndicales. Dans un de mes carnets, Je retrouve ces lignes: • Les pat.rons y ont dit des choses féroces. J'en rougissais devant les reprèsentant. des ouvriers. La reforme est grande. Non seulement elle est d'ordre moral. mals les patrons y ont Intêret. Ces gens sont tellement égoïstes et stupides qu'un délégué a déclaré que si la r6forme causait une augmentation des cotisations plusieurs chambres syndicales donneraient leur démission. Soit! Mals que ces gens- là ne répètent plus qu'il n'II a pas de lutte de C103US. ct ne s'étonnent 'pas dc voir sc 5êparer d'eux tout ce Qui est nn peu noblt ou Intelligent. Les ouvrlen . ceux qui travaillent et se syndiquent, mème les L'pxemple venait de trop haut. _ _ ________ _ _____________ -------------------______ _ , -, vlolr::nts. qu·eux. valent b 1 e n L. Conseil d'Etat à la du XIX· ml,eux fin . Mals si le Conseil d'Etat, dans lequel je venais d'entrer au debut de' 1894. considérait, avec la major{ té du Parlement CI. du pays. la proprietè Individuelle coillme le j lls utendi 'et abutendi . autrement d it le droit d'utillser et aussi de dêtruJre les choses. R'll considérait le droit des Industr le!s et d,es commerçants de gérer leurs affaires. saus aucun contrôle dc ,'Etat ou des munIcipalités. comme des droi ts n aturels auxquels Il aura it été sa· erllege de toucher. Il se comportait en défenseur décidé de touS les autres droits Individuels, li be rté de penser. d'écrire. égaHtë des citoyens de"ant la 101. droit d'accession DOur tous les citoyens. Quelle que soit leur origine sociale I)U leurs opinions rellgjeuses. à t.outes les fonctions civiles et mUllal· res. Par le jeu si original du recours pour excès de pouvoir. 11 était une solide garantie pou r tous les particuliers et les fonctionnaires de toutes S"orte contre les abus de l'autorité dans l'application des lois ou des règlements. Depuis l', épu ration

t QUi. en 1879, avait cha 5é

les conseillers bonapartlsws ou légltlmlst. es restés en !onctlons ou nommes depuis la chute de Napo· léon Ill. le Consell d'Etat etait un corps répu bllca!n Imbu des prin· Bals et réceptions Et ce Il'etalt pas seulement en tant ql!-C corps juridique et politiQue que le Conseil d'Etat était deve_ nu un lOyal servncur des Ideer essentlellcs d'une nation IIbéralf et mOdernCl. Mondalnement et so. cIalement. c'Nait un mlllcu aussi dcgagé dl': tous préJUl;cs 'de caste. e t . e r eligiOn que l'avalent été le .. milieux de l'opposltlon antlbonapar t lste. antlmonarch lue qui avalent renverse I Second Empire ou chassi!. en IB77. le rouvernement de l'Ordre moral. A aUCUn' moment. j e n'eus dan! cc milieu l'hnpresslon d 'un nume. ntS cial/SilS. d'une mise à l't'cart: a.nalogue à celle :que j'avals r edou à la su ite du pénible In l dent Qui avait suivi ma réception au concours. Et si lAVais eu l goilt du ·monde et la passion de l'ava ncement, me& rln,; d 'apr ès · mldl et. mes soirées auraient été absorbées par les thés, les réceptlolll; ct les bals des présidentes, des conseillèt:es, des lemmes des maltres des r equêtes et de t.outes leurs" amies. mes matinées e t mes après-midi par la pré· paral-lon de mes dossiers et par les si!anees de Sections ou d'Assemblées gi!n i!rales du COllSell d'Etat. C'cst ailleurs que jp, voyaIs grossir les fruits de. la campagne antisémite dont le du el t:!t la mort du capitall')c Armand Mayer. en 189:, avalent éti! un des épiSOdes les plus doulourcux. Ruth WiLLIAMS pour Que Malan et ses fanatiques ne protestent avec le dernier aCharnement contre cet événement Qui se passait aux frontières mêmes de J'Union Sud-Africaine. où la dictature s 'appuie sur' là pratique de l'apa rtheid (dls crlmlnatlom; raciales). Malan menaça de quitter le Commonwealth britannique, d'autant plus Qu'expanslonnlste autant que raciste. li a des visées pr i!clses sur le Bet.chouana.On Une Cocktail de tue a 23 heures 15 decolnbat clpes des fonda teurs :de la. Troi- ._-'-____________ _ slème RépuPliQue. ne ort€! de 1 Conllervatolre de ... droits reconnus aux Fnnçals par la Déclara tion des mère. ., Nous vivons un horrible cs uchemar t , dit-elle. Mals tout n 'est pas dit. Seretse le re!wiC à jouer les Titus et Ruth les Bért'\nlce. La • raison d'Etat :t Que l'on brandit contr0 eux ne leur semble pas en contradiction avee leur amour. Ils ne cederont p as, atflrment-l1s. aux , a rtrutrlents racistes de cellx qui con· damnent leur mariage pour des ralson$ • d'ordre public , . Ils /;ont d '.meurs aidés en cela par les cent mille membres de la tribu qua 1 unan!me et par les peuples coloI1ISés de toui. l'Empire britannique Qui volent. dans la mesure prise par Londres. un cas odieux de discrimlo& tlon raciale. « QQe ceux qui m 'acceptent ... Jf land. Le gouverneur an"lals du Betehouanaland est en même temps r présentant diplomatique de Sa Majesté auprès d Malan. Il constitua un , commission d'enQuête )Qui, n a.turellement. conclut à la n1cesslt.é d 'exller Seretse. Celui-ci. blfln que terme, semble un peu d passé par les événements. La tribu des Bamangwatos parait plus décidée Que lui à la r slstance. Et tandis QU'U se rendait à Londres, contre l'avis des siens. sur convocation d'At tlee, lequel lui s lgnmalt son e)(jl, la population s 'organisait autqur de Ruth l{hama . • reine et mère du CINÉMA , camera droits de J'homme. p 0 é t i que UN EXCEllENT (ANADIEN L'anci n "lee-con'lIl! allemand .. ToCocteau Raccrocher. c 'est 'une erreur. Joris Ivens elit un regard p n étrant d 'a r tlste sOr de sa techn ique et aussi une arme de" vi!r lté dans la Encore des spéCimens d·huma· lutte des tleuplcs contre l'lmpcrianité, assez écoeurants. Mais une lIsrne ct l'exploitation capitaliste. belle réussite d'Anatoie Lltvak dans Les enfants terribles. - Jran-Pleru. Melville est. ce Jeune metteur en scène Qui a déjà réalil;e. avec ûn plein succes, cette pel'formanee

Le SIlence· de la mer à

I·i!cràn. Cett.e fois encore. Il 'a choisi un des sujets les plus ditflcllp.s qui soient Les enfants lerrilJles. de Jean Cücteau. ·r0111.(1 (Cl nada ) iotJll membre du parU nad dtpUla 1 3i_ Il l'ut re!ltio (offlcleUement) JU!lQ.u·en ISl4S. ,,-La II:ue:-re tinle. Il demeu,.. au C, nllIl ne fut pa. InQu!6t le moins du mOlld . Eneo\IHrli d s 1948. 11 dem .. nd:üt ea nRturall.!l.tion.

ru •. C· ... t n(l1·m l.

Il ne $/! db:ouMlgeat pas. En lIH9. Il !'t!nO\lvclllt :!03 denlandt. Relu.. C'est coml'r h!n lble. En 1950. H el t ",venu A !: . eha.ra:e. Et Il vient d'Hre nlltura!ls . T.Nlt (:/1. r .. !t (!' )(c !!ents Clllladlen . pen e le li'ouv rnemcnt (\'OttIlWl. R"lmelon& Que le CAn,dl!; llI'uIQ\\t lIlle dlM:rlm!nd!on dvçn • !'eneontTe de:!; Immll:nnts lult$. OOEO (ln RELATIVITE - lu Glulolt, ceU, rau InUrllur._ COMMENÇONS par le commel1 cement. Le Betchouanaland, Pl'otectorat anglais. limité au 5ud par l'Union Sud·Afrlca:ne du t aelste Malan: à l 'oucs et au l'lord par le Sud-Ouest Africain, placé sous le prot.ectorat 0:': Malan; a l'est, enfin, par la Rhodé' lile. futur chef , . Sir Evelyn Barlng convOQua ie Grand Con ell pour lui annoncer le genre tic l'angoisse savamment Quc ce solt la r ceonquétc pacifl· dosée. Une lemme. lurIrme, elouce que (sur la "mer) du :?uyc!erzée, la au lit, seule dans son luxueux ap- grève et la misère des mineurs du partement, va ttre assassinée dans Borinage. la. crise et le chômage, la une heure: elle le sait (nous aussI); mcrre nationale en Chine. la greve elle est seule; tous ses efforts pour des dockers australiens refusant de trou.Yer une i)olutlon de défenl'ie manipuler des armr.s à. destlnatlon échouent; à travers cinq · ou six de. colonlaHst.es d'Indonésic ou les coups de téléphone. clle découvrc premieres années dl': la construc· les pires cOtés. ignorés d ·elle. de SA tion so ::laliste da ns ICli dé mocraties vie . Dans les dernières minute::.. son populalt es. Joris Ivens volt pour mari est au bout du fiL t r ès loin, nous ce Que les bandes habltu ell et elle lui conne se horribles lm- de documentaires commerciaux sr. pressions : la mort toute proche gardent bien de nous montrer. (elle salt l'heure exacte). l'entrée du meurtrier dans l'Immeuble. Coquin de printemps. puiS danli sa chambre. Elle hurle Tou te la pre:mlèrc partie est émou .... ante et t6molgne d'une nouveauté Qui surprend : e'est le clima

 Cocteau. l'univers de l'adolescen

ce. a vec lIOn Incon s istance et sa fantaisie, • sa règle du Jeu :t et ses amours Imaginaires, à !leur de peau. On y retrouve les rèves et les tourments de la seizième année. Mals la seconde partie c t beaucoup moins atta.chan t.c, plutôt convention nelle. d' u n découpage heurté. et maigre un grand déploiement de talp,nt. on ne se sent phlS tngagé comme au début. Le charme est rompu. ÉCHECS Weyèand .. VaIIat son épouvante. Il la tue. C'est ·le dernier dd s ln animé de la firme Walt . Disncy. Il est exeBien silr. toute cette histoire est crable. On comprend. dc\'ant cette eribl e d'!nvrafsemblan'ces; ·mals si laboricuae r cedltioll de g.aç's colovous etes bon public ct si vous riés cent fols vus. que la veine de ave?; du goüt pour les jeux de la ï'lnvention et de la drôlerie est ta - par le Maître Mémoires ... A-t-on a ssez rcnéchl Partout. Weygand avait p lacé les peur et de la mort. vous entrerez rée chez le créaLeur de Mickey. Il à ce. mot. qui eouvre en ce mo- espions et les mouchard.s de la Lé- ave : complaisance daos Ic drame rut peu t-cLre poète !I y a une dÎl: ensemble reste de haute qualité, d'une poésie cocasse ou morbll: lc que J ean -Pierre Melvllle nous restitue avec un art presque In fa.!1llble. L'!n erprétatlon est. de pl'cmier ordre. sauf Edouard Dhermlttc (Paul. le frère) Qu l ne salt pas son métier. Nicole Stéphane inte rprétait la nièce sans parole du Silcnce de la mer: clle cs cette tols Elisabeth t't apparalt comme un e . je\lne première :t douée d'une lorte personnalité. ce Qui est extrêmement rare dans cet emploI. PROBLEME N0 21 CAMIL SENECA 1...4. STRATEGIE.'911 ment tant de talslflcat!ons hiM.o. 910n fondée' par ... Xavier Vallat-. atroce. où vous introduit Barbara zaîne d 'années: Il n'est plus guère riQues, de mensonges Impudents, Dont Il appliqua rl i'Oureusement. Stanwlek, avec un talent boule - qu'un eüplste Industrie,!. Qui est ou, d ... pertes de mèmolrc ? au pied, de la lettre, la législation versant. plus: il se plagie lu!·m{:me. r aciale. Dans le pl aidoyer 11ro domo QU'U Cependant. c'est de sa propre Joris Ivens. L'I!e aux phoques. &. bien entendu. la issé Intituler Initiative. sans s'appuyer su-r le

 Mémoi re$ :t, le géntral capitulard moindre texte de loi. Qu'II chassa. La première rl':prtsentatlon à Pa  Cette fols. Walt Disncy nous

Weygand eseamot.e complètcm('nt en 1941, 15.000 enfants jults des ris d'une rétrospective de l'oeuvre oUre lin docllmentalre original sur les splendeurs du proconsulat. Qu'il i!colcs. de ce maltre hollandais du docu - la vie des phoques. Tout ce que exerça. pour le compte de Pétain· Et Que plUS tard il donna. 1'0r- mentalre a remporté un td s\\ccès nous apprend sa camera, artiste· i "'1 , , j , • • Laval, en Afrique du Nord. dre aux ellets de la Léaion d'ex- (et pas dans une petite salle de ment maniée, aurait beaucoup plus Seralt ee 'parce que ceÜe période citer l'antl m lt !sme de Quelques ciné-club: il Pleyel arehl-comb\e) de prix s'lI nr. rép6talt dix fois la 4e sa riste carrière est absolumen t gros féodaux arabes: Qu'Il a fallu cn donner une méme Image ct (surtout) si Ic pro- Lndéfendable ? • NOtU VOU$ livrons le8 Jui/s. deuxléme et Qu'on en prepare une cédé technloolor ne la issait aux Juifs. communistes. francs-ma· leur fut -il dit. faites des pogromes, t rOisième (le 17 avril). Ne manquez spectateurs cette éf.oeur ante lm· Détail surprise: la mus-IQue d'accompagnement. somptueuse. est de J .-S. Bach et de Vivaldi. Elle fi: colle !o étonnamment. r • B CDIfl"CH çom Halent traquès et persecutés, 710US fermeron.s les yeux. :t pas cet événement. La caméra de pression. d e dentlfr1ce en t. rtlnes. Roger MARIA. 1'&1i prisons et les camps - dont le r-  ; ;; ;; IIIII i il lli iï -----------_____________ . L blancs jouent et font ma, n dtu:" coups. , inlstre bagne de Maison-Carrée - regor geaient de rcslstants,_ tandia Que la misère et l'oppression 5'"ppesnnt!ssaient sur les popula tions africaines et que les gros Jodustrlels et le gros colom se livraient. tous la prot.ectlon de Weygand, a une fructueuse colla · boratlon en ravitallla.nt la Welll'macht. Plaque veTte, plaque rouge Comment on enregistre une danse roumaine vieille de 300 ans ... UNE pltee d'envirOn 15 m. rie IOllg 31U 8 m. de large. 6 mi crOl

1lOUS .sommes dans fUI

studio de la Radiorli!! ulton .française. Les m.uslclclIs ont pris place. I.e cite! d'orchestre Annam:! Schm i louitz: eft en pleine effervescence. L "heure opproche, l'euregisLremefll \: 0. commencer. Face au.I: musicien! lm cadra, .. aN centre duquel t'st placee lme 1J(;ndlllc permettant de minuter ct actem.ent l'cimfssiOll rm cour (cl rll rar/lo, t011t ma,rche Il la rn/milel. SUr ce ca(ircUl, voici brusquement la plaque rouge, sir/nal de d_eparl : les music:ells a tlaq e'l t .. otchî Tchorllia ' . d (lIlU paysanlle Touma ine, écril.e il 11 a JOU a il S. Soudain. la. plaque d evient verte ça li est, /'enria treme /1.t est tcrmini. le morceau doit l'etre cgal elRent_ A r extrêmftli d,'l t ll d lo ""e cloÎson ell tlerre commlmlqlle (l vec la cabine de son. UI. les operatclll. rr)7ltr ""/ III . ()n "o" " lItIOTl.né 7 1'" un meuble muni (j'ontant d'amplif icateurs qu'il y a de m,feros dans le studio. Et. le,t airs d.lt ! olklore hmigrois. Toumain, ceux que 1'011 continue d chanter Olt village Quand se ras, emole nt jcun e" et viel/.r. arrivent à la table d.e praVllre pour ètre (lnTcatstré$ $llr disque. PorUs a un studio Gppele studio d 'et;Ta ll. Cl'S disques seront soum;s 4 une nouvelle intI.'II si/katio1! du .Ion, )Ju ill VOliS pOI/Trt'2 les cntelldre t QU! les l' !ldrer:iil1 il 20 h. 4f1 s;Ur la chaine Paris-Ill ter rlrws Im c !! mj 'II to n hTWlllée " QuelQue part

 n Europe Centrale t .

Ait reMlr Armand Schmllovltz ... li vendredi J. RESUME DES CHAPITRES PRECEDENTS M. Newr:mtll es! cmb (luclt dans les ImrC(lux de ! !j"hle M.yl'"o-Pelrn'J1!. Il Il'C t J!(IS heurcux. lu i, (I.1IClcll clIC/ dll Ilcrsonne!. Mail Ofl 1I11/0ltr pour Ge ' tru « . la sc rtU ajre du petro", l ui fuit grtrdcr (-ourage. SOLUTION DU NUMERO 18 F. Fleek, _ Deux! me prix B.C.F. IIH9. 1. Oh6 1 (menace 2. (X1ll3 maO L 1 . ... he3 + ; !. Fxd ml!.t ou sI 1. ... Dxb.6j 2. IXI'J mal, BATJFOU.\ (Traduit de l'américain par Vvqnne Desvlgnpsl Le Cent.re d'Etudes et de Perfec· tionnement de la, 'F.S.G.T. ti!'ll t ses l'CUl1ioll$ Journel h IIIt:l)t au Blj.l\fol. Il. faubourg Sa.int-Ma.rtin, Pa.ri.\ N'. JI e 1 n passe d'acquf l1r le rellom don l jouissait le café de la Réi nce aVllnt guerre. Les plus forU Joueurs d PariS FOCOS Elle se tourna ven; lui avee déei.sion. L'eHe! de l'a lcool S'élalt dIMlp'. ---;- Von .Uez conlinuer .. me sortir? dt manda·t·tlle 2vec IlJté'ntio l. - Cela ne vous deplairait pas trop? d!Hl. cllel'Ci1ant ses mots. - Dites nui ou non_ Je nI' cours Pll.s .apràl I h"mmel;. CC n' est pa.s mon g{'nre. dil-elk aVt- : une Irr(taUoD Cl'OllSallle. - Et bien, moi. je ne demande que cela. J '31 m era! u. ,'o\r cc que VOU3 o·n pCnSt7. vous·même. El:': n(' ceuait de :,. ri xer de1'l yeux. - Pourquoi sortc?'·vous avec moi? - Parce Que f aim" être I1I'CC VOU5. Tout slmplc m n t- - seuJe m n pour ccl :\ ? - Vnumellf •. quelqU"lols, VOu. ... dit-il doucement 3VC(; une nuonce de rep('(leh, . - Je n'ai pll1 gTand'ch(\ t 11 apprmdre, hein? E!:e dé. tOUl11a la iête. comme i:c;1.ee. - Ça n,· · fnlt rien dit·1l avec flort. Ma!s elle gardait la !kle \t)UI;lée de l'autre cote. Au hout ri'un I!lsta.nt, li dit : - Par ("l;-moi el\"ore d vous, GcTlrude. - PourqUOI fanr ? . - Parc .. !l,,,, je n'udral Vl'IUI conn:llire m i ux. Vcus an!.z dit Qlle \'ous avoez été a H011ywood. Vous vous p)aislu. làbas? _. 0l1. cc n'c};t pas m i .

 Vous Aurie   voulu lourner d('s films 1

- EU:1. OUI. - Commt ,t(.-trlce? - Cumille ch;!l1t ,· tl f' . - Vraimr. ll? Vou t\"'1 pl'o! ssionne !' e? - Bien sÙr. J '.l) eu pila le de\!: .: cen is clI!fft gp m,'D1.5.

 Dan5 ql!rl genre?

- ToUl; le.; genres, Tour de ehanl. ja.a ou pour des r iag,·s. m.- - l':t qu'cst'Ce qui est :u rivé? Vous a\'tz perdu 'O:re \'01: .: , - Nûn. rna lhellreu6f'menL . - P" urqllt)1 dlteS-VOl \ C"la ? - J'1l1 f lleore en\' i de chanter. Je poul'l'Als encore. - QIÙ'st-ce Q,ul \'ous "n empt':che? - On Illl fail pas deux toJ la mêmc a !fc. Iii on p ut l'év iter. - En quoi? - Je n", tiens pas à ra ire f.lIII'LÎl' d'un orcht' ll'C'. J ,'cux Qu'un m" \·ole. Comme d:l!'1s le fi ms. - PourQ\lol e3t-ee qU'on nc YO\l.5 a. p:r. elliagée ? Je parle 'tIue vous ehall!,!'Z très bien. - Je n','11 pas le pllyslque de l'cmplol. -'16 - lo'cua - Ah! _ On 1\ fai t un CM I mais J'ai un 'fpe lrcp l rai! qu pour unc cha ntel C, - Ah i répéta"t-11 douc ment. _ Et. alors, qu·ave7.-vous fût? Vous ètes l'c5tée .. Holly- 'oI'ood '} . - j'y SUlS res tée i. caus.: du climat. _ Vuus a .. 'eZ été .oni temPS sa l\5 Ira1ls il ? _ Je ne me perlais pa tres bit'J'l... Ça \ 'OUS înH! resse vraiment? _ Bien sûr, voyon ,' O{·rtl' ud . _ Bon. J'ai fait c,'t essai et on ne m'a paS prise. J'al \lmmen(' é li. comprendre QUc tout cela 110 nl :: lllèn el'AI t l'len, n'clit-ce pu ? Aion ra! abandonné projet. Je III HW f. i quelqur's relations. puUttall t, et r 1 continué â (' pé rer o.U& je déJ'roellel'aIS Ull ro!e MalS tOIl I1'5 mo's relations ne pen- 531"nl jama is qu'a tint:.' ecul,' chùsc. E: J' rn é'ai rrl véc .. ne plUS pou\'olr supPOrtcl' même :e contact de la main du reccveur quand Ù m rendait la monna l(' dans l'autoiJus. Je ,!;UIS r stét C llllme c"la d, ·ux. Pl1S, il. t.ravailler p(!ur un typ qUI tena it une boutique de s .. lns pour ( hlens. Vou.  :\a \' lo, b;lins. couJ'lC'II. ( Ie ... - Olli. j'en ai e'llelldu parkr. _ Pour un homml', Il !c knait assez bien avec moi. J'ai eommCndl a·me ntlr mieux ct le tn suis renll$C a sor:lr. Et l'luis ... E le renl!cllJt. II eOll1 emplalt on l'l'gard pensif tandiS 'l\te Ic.s phan:5 fIICCl:cc\l alc!H au pass!l.gc ct'l :e\lrli h,u: .: ce I· ili.l g détendU auquel II trou 'a lt main tenan[ lin" t.e lle majcllté" • Je lUe suis pri.se de çe acteur. :Ma men tl3 l vmue pour al'Sis t'r au ffilll'lR&,e :Jo. - D'où êtes-vous? - Dt R"chr: le r Nou.! sommes ep t soeurs, J e \li l'amee. Ma. mèl'e l'st arnv!!c. ct. li a [lié. - 1 ne 1'Ou. a pas t!p"uséu? - rll.. que$tl on . tI a o\spam, pur menl ct simp:', mrnt" - C·, ·Sl il cc mom" n t là que \'OW; tes tombé# m;l ; d : ? - OUI. C'est à cc momenl ·là que j'ai ëté mala'k Je ui retournée il Roo'he8\o"r et j'al nWéehi· C'est alol'.s Ciue fal eompn ce qui n"al ait pas. - Que Y\lUlr:;:-VDUS dire? EUt . tourna ver .. lUI cl réfl éehl! un !n tallt, - . vr.z-YQU,o; jamal'; O\ltc! le Père Coughlm? - POU:' sur. piU5 (j'une fois_ - J "ava lll J'impression qu.· c'était pout moi 'lu'!! pa rlait. J ·t lll is s ûre. en ftl.c nutant. que c'éta lt quelqu·.un rte bj, li Cest tnut I! que Jo' demaad'·. mol, que Ir  !l"ns f,Oient bltn. tt j'éla l

ùre qu'i l l'était. Sa VOl: ': m  remllll\\ t'\ c·Ct.a,t :;1 vraI. ce

qU'I; disait, 1'\)115 m comprenez? C' c t I iirul prêt\' que j'ale - 77- FOCUS entendu qui .. It le courage de dqarder I ch cn face. TI (.omprcnd nalmcnt Ct: qu'e1i( ra volonti de Oltu ... Vous ne croyez pas?

 Si. Je le trOuve très eCHlvainclint, Vou.s éte  c!\tholiqu  ?
 Non. mals je vai  il, \'é;:li.o;e presque lous les dlm:1,n :he .

M.\ is il n'est pu nécessaire d ' t!'e catholi(jtte pùur crOlr en Dieu. - Bien sûr. Je vous demanda i . 5cul!'ment.

 Il m'II rendu la foi. sineèren)cnt. Je ne plalsan;e pa •. j]

m'a rCllonn!! de ;'cspoir, Je v u dire, qU'il xl.:!tc "Ileon; des gCl1II honllet,·s. Une qui élude, ur:e exaltation tranquille s'étcndalt ur eu: .:. 1\ étail silr qllll c·ét.a it à lui qu' l!e raisait allu5ion. i. :a tenUe d f l'("nte l't loyale qU'II avait rvéc â SOli ,ud toute cette semaine. 1: 8ongca.. pendant ce minules i l(' 11Cleu. es. qU'e1!e avaÎt de la spiritual/li. La VIe l'Iwait dun'Incnt :l'aitée. 11 I!.Ul'lI.lt l'oulu la b"rccr dal18 5 . bm ('t la protée"I·. El pour. tant. il ne pouvait 'e mpécher do se demand';I' où (·I.e a\'aH délllché CP.t aec',"t de Brooklyn 1o,, cn étln ' ol'ia:milire de Roch  ;!te\', üÙ l'on &\'ai\ une lnt.one tion si dirrér · n'e.

 C'cst à Roch st er Que H.I\.IS avez fll it vos e u(jes 1 de·

mllinda-t-il d'un ton neutre . Elle le regarda . - Vous ne çl'oyez pas qu le uI3'de RQch $tt'r? - Nalur!'l: ement. Je i crois. Je me demande fi ul("men[. ..!. Vous CI'OYt.:z wut ce que j vous dis 1 demanda-t·c::e sur un 1011 de viVe anx lélt . S'il disait QUc non. elle allait sc leYel' cl partir. 11 en l ait

Û r. Aussi lUI affirma-t·j; qu'I i :3. croyait. Et 5&ns transl lion,

elle I\li saisit le vi!llic r nlr ·'!.eS ml\lll.5 et leva. ,e.s le\'res ver. les sknncs. le Icnant de sOl'te qu'il ne pQt boulI:CI' tandiS qU'cllc' plongr::Ul ROn rc.gard dana es yeux comme i elle si· lait se meUr i. pi eur r_ PUl5 ere l'."mbrau;\l VO llemment aVII.D1 tle 1 .. laisser alJ" r. Il demeura assis, sans voir. Un 111,11. Utnt après. el e a,'alt sorTI un mouchoir qu'elle i' 'rta il liOn nt'z, 18 tête penehée en al'ant., Cl il vit qU'elle pleural!.

 Ne p) rure  pa" dit-il cn la pwnan\ par is ma:n.

EUe se Il"va l't s'eloigna d'un pa& rapide. Il la. raHrapa, elle ne disait rien. Us déambultrent ell lisierc du parc. - Dieu mel'C.I. p nsa -t-I I . Il ra it t lul li. fai t Ilolr. AU boul d'un !Ilsunt, il eut l1mprcssion qu'ell eomp!ait

ur lUI pour guld.er leur marche V" r  un bill QUelconque. J \l '

(IU' prt t'nl. Q\l \nd j' se promenal"nt tn, emll!". ,!'"tait (OUjoma HU \lne de \\n atiOIl prtclse. L'ent.re du pJ.rc éta l à quclquc mal ons ccvant eu:-;.

 '18 -

1. SHERNETSKY ai sl que le); plus faibles viennent. y .fo!.lr une partie, discllter les mérites d'un ·probldme ou d'une bonne étude de fin dc pattle. eompo,slteurl renommes y soumr.U,.nt leurs dernlèreB créations t la eriUqul' de ' Ia galerie. Lt tout se pa$ d&t1f, 'IUl!l. atmosphère de bonne camll.ult---...rlr et les « Kibitz

' ,s'en donnent l caeU? joie.

VOICI une partie léllere ' I1ans 1", plus pur sl}'le BAtifolien d'losouciance qm y lut jouée cette semaine.

S. 26. _ r.4.RTIE ITA'LIE
O;O:SE

8bnes : Le (:entimètrc Xolr, : Le mnitrc. 1. et. l' : 2. crs, Cç6.: S. flç •• Fç ; •. .;;3, Dr': S. DçZ (mieux 0-0 ou 5. dt! udf 6. 0.0 !) CfS: &. .0-. d5 : 7. h3 ? h8; 1. dol, Fb6: 3. Fd, ,5 :: , l4 ? h  !: 10. F:r.rS, hx;4: 11. CM, r h.3; n. Cd , Tjt8; 13. Cdf3. Cb5, !; H. Ddt, Ct4; IS. Rb!. T", : 16. CXfS, Ox.r5: 87. 'fIl 07. Ct3 ?? Og2 mat) Dxh.4; 18. T,S+Re7; HI. Th,l, Fltdf, Ll's nerfs des Kibi\:.1: ;I.ttltré:$ Ont été soumis A. rude épreuve Jusqu'ici. A partir m;l.lnlr.nant ils vont h re en l'bulliticm et Ils ne manqu ront plu., de lais.ser f.ch3pper d.es dOuloureux 80upirs cn Ics ponctuant dc ,,1\11:_ zette tu ." ab pas Jouer, mol j'au_ rais r ... ls cel'! ou cela l.

'W. ç:.:d4. C:.:df; 2. Tlfa (pour em.
cher 21... Cfl +) CM: .t2. DbS.

jll n.çant %3. DU ml't. Un aimable Kibitz sUSiér.. aux noln; d'abandonner. un !loutre soutenait qu'au iiI!\! de 22. Dh6' les blancs pouvair.nt profiter du tAit que le F g8 était cloue par la Tg8 ponr poursulvr par 22. Txh3 ? en u tAquant la Dfllm  ! Il ll\'ait uult ment oublié q l l' apr 2"2. ... Dxh3 -;,; !I3. Rgi II Y avait Cf3 mM. Sur 22. 011:3+ lu noir a:nent aprts D: .:g5 suil'l. Sl'lon la r ('. pon& dl's blancs. de Cgl ou C: .:!3 + et Cxe:5, e'te. 22 .... Fc6: 23 1: .:11&. - Uf'la. nr. chau..re r ien. HIU, n 'ée ha pJlere' pas au mat à fi, abandonner; ! - l'our IIh2ndonn r j'al loujour Je temlls; "oUi d'abord un autre ,..,_ trWce. 23. D: .: 3 + ::: 21. r:-;:3, CU +; ZS. Rhl, (;:-;,3 mat. Tableau ! $tup:laction glotl'ale sull'le ce .s1:fJemenls d'admirat ion. .-. ÇORRESPO:';U,\ çr. M. Bcrnard Colaz t. M8l'seUlt. _ Votre solution du n . 17 ('st e: ':a.c t e. Regrettons l·omi.s5ion de votre nom d.lns la. l i tt de solutionn i l-rs publi . Voici J';\drcuc oem:mdée : Cercle Pro\'tflce·Ecl\ecs, 42, nie dt GrignQn. Sccrti::l.ire : M. Pcnrreau. R!\unioM: Jeudi et umcdl. 20 h. 30. dimanche, J:l heures. LE SERVICE •• LIBRAIRIE" de ORO Il ET LI BERTÉ VIl S'1 ut: PA AlTRF: : i'H 5 f'.4.RCE : La Republiql.lt c t ton dllll cr ....... "... 50 Ir. R. dl' JOUVE!"!!:I, : Tito, rua. riochal dl!! trlÎlrr .... .... 180 D A. WURM 8ER .: L'ellfant e\ll'haoué (ro!-Cdlt\('nl ........ z,jO If f'Aln:EV : I . Ut'f;lit . .. ... %00 ,. 1_ EI{RJ-:NBOURG : l.a Tt.m. pi-t" ......... tbroch&) ISO » (ca.r'on.) li1S » I.r r","mll\lde SOllt :i. adre.Ut ... l'admin; lratlon dt " 1). L. " IH' llnl'p. gll du "'ont nt du ii\'re et fI'\ao jorén de la 80ml\IP de 5$ r"n c r 1('. fu.;" d·t;(p-ditioll. Crlle-ci " (, ra par .. rteomm ndi ". • •

Notes

<references />

Format JPEG