Droit et Liberté n°172 - avril 1958

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°172 (276) de Avril 1958: numéro spécial
    • Halte au racisme: 14 israëlites nord-africains ayant été brutalisés et insultés par des policiers du 4éme arrondt, Vibrante manifestation de protestation à l'Hôtel moderne sur l'initiative du M.R.A.P. page 1
    • Compte rendu de la manifestation page 2-3
    • Lettre au pouvoir public et aux élus page 3
    • Dimanche 1er Juin 1958 10éme journée contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix: antiracistes tous à la réunion publique à 15 heures page 4
    • Dans toute la France sous le signe de l'union, action républicaine contre le danger fasciste page 4

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N° 172 (276) 10 AVRIL 1958 50 FRANCS Numéro ~pécial Balte au racisme! et i.ISI.lfés LA RIPOSTE • qUI s'imposait SALES JUIFS ! Hitler n'en a l( pas tué assez 1..:» Ces cris \: ont retenti en 1958 - le mardi 1 er avril - en plein coeur de Paris. S'accompa~nant de coups de poings et de pieds, de coups de mat

aques et de casques, Et ces brutat:

tés, ces insultes, cu menaces avaient pour auteurs des pol:ciers, qui « vérifiaient l'identité » de qUltorze israélites nord-africains, consommateurs d'un petit café de la rue Francois-Miron. Emmenées au comm~ssa;iat, les victimes de cette expédition punitive n'en ressortaient Que trois heures après, toutes portant les marques des violences subies. Tels sont les faits, telle fut cette honteuse soirée. E T voici la réponse : quarantehuit heures plus tard, exactement, la grande salle de l'Hôtel Moderne, pllce de la République, débordante d'une foule résolue; 11 la tribune, des républica'ns de toutes tendances, répondant à l'appel du M.R.A.P. et des associations d'israélites nord-africains; et le cri cent fois répété : « Le racisme ne passera pas ! Unité! Unité contre le fascisme L. » Le temps n 'est plus où de telles méthodes peuvent se pratiquer impunément

Paris avait relevé le défi.

M AIS tout n'est pas dit. Les quatorze blessés ont décidé de porter plainte. Soutenus oar tous les démocrates· il fau'ha bie'n qu'on leur rende justice. Devant les orotesht'ons qui se sont élevées cie toutes parts, les pouvoirs publks ont anno"cé une enquête adm·nistratiye. Il faut que des sa"ctions exempla' res soient prises d'urgence contre les auteurs et les respon!ables des sévices. Et su·tout, il faut des mesures énerg'ques pour faire échec aux menées fascistes Qui se dévelop~ent dans le pays, et do"t le racisme brutal de certains policiers n'est qu'un aspect. DEces journées de lutte ardente, qui ont si profondément remué l'opinion, on peut tirer deux leçons. D'a bo,d, que l'union est possible ente antiracistes, entre républicains, malgré les divergences ; possible et nécessaire pour combattre un mal qui nous menace tous, sans distinction polit 'que ou religieuse. Et puis. que l'action pa ie. En ripostant aussitôt, les antiracistes ont permis à cette affaire d'a~paraitre aux yeux de tous, avec toute son importance. Ils ont amené à s'émouvoir et à protester des journaux, des hommes, des milieux, des organismes qui, sans cela, n'au raient pas réa~i. Que ces lecons ne se perdent pas! Pour des succès Dlus décisifs encore, l'union doit se c~nsolider. et J'action se poursuivre. Il c, ,·cl-a f.· i cai Il S éfé pll'· cles 1)01 iciel·s dit ar.·C'lldisseOlent VIBRANTE MANIFESTATION DE PROTEST ATION ET REPUBLICAINE , a l'Hôtel Moderne sur l'initiative du M.R.A.P. Il,., I,.-;yrulie.o-c/tef el un flu,-dien 8",.pt·1Iullf8 ,le fe'fI-8 /tUuoU0118 La tribune (au centre) et la salle de l'Hôtel Moderne, le jeudi ,'{ ,,"Til. En haut la sortie des manifestants, LA VIBRANTE MANIFESTATION DE L'BOTEL MC Dès que furent connues les brutalités racistes dont avaient été victimes les 14 consommateurs du café «La Potinière », les membres présents à Paris du secrétariat du M.R.A.P. _. Char.es Pala.:lt, ,secrétaire général, Albert Lévy et Charles Ovezarek -- se sont rendus sur les lieux, accompagnés de M' Armand Dymenstajn, avocat à la Cour, membre ,du Bureau National de notre Mouvement_ C'est là, dans une atmosphère fraternelle, en présence des dirigeants des associations de juifs nord-africains que fut décidée, pour le lendemain, la tenue du meeting de l'Hôtel Moderne. Des dizaines de militants se sont dépensés pendant les heures qui suivirent pour assurer le succès de cette manifes.ation, d.stribuant et collant les tracts, alertant dans le quartier et dans tout Paris les antiracistes et les républicains de toutes tendances. Que tous, ici, soient fél;cités et remerciés pour leur dévouement à la cause antiraciste, gage de nouveaux succès. Résolution. Confiance. Ces deux mots peuvent donner une idée de 1 ambiance qui règnait, le 3 avril au soir, dans la grande salle de l'Hotel Moderne et dans les couloirs d'accès. Résolution : il était clair que les hommes et les femmes rassemblés là, occupant tous les sièges, debout au lOnd de la salle, dans les travées, autour de la tribune et, débordant par toutes les portes, n'entendaient pas se résigner aux brutalités racistes et antisémites. , Confiance : l'émotion de quelques- uns avait gagné déjà les plus larges secteurs de l'opinion . publique; l'affaire des israélites de la rue François-Miron était devenue, en 48 heures, l'affaire de tous les républicains, sans distinction de confessions ou de tendances, et leur action commune annonçait le succès. A la tribune, prennent place les orateurs et diverses autres personnalités qui ont tenu, par leur présence, à marquer leur solidarité. M" Catherine Lagatu, conseillère municipale du 4'; M. Pierre Delon, au nom de la Confédération Générale du Travail' M. René Cerf-Ferrière, vice:président de l'Associa tion Nationale des Anciens Combattants de la Résistance; M.M. Thiar et Roubi, président et trésorier de la Société Mutualiste des Israélites d'Afrique du Nord, qui furent les premiers à alerter la presse; le Dr Blotnik, qui ex~.mina les blessés dès leur sortle du commissariat; les avocats mis par le M.R.A.P. à la disposition des victimes, Mes Armand Dymenstajn et Marcel Manville, ainsi que les autres membres du Bureau National de notre Mouvement. Charles Palant, secrétaire général ~u M.R.A.P., préside. Et dès ses premiers mots, avec une unanimité, une chalpur bouleversantes, voici que déferlent les applaudissements. Tout au long de cette inoubliable manifestation, les mêmes applaudissements, aussi ardents, aussi puissants, exprimant la résolution et la confiance de tous, salueront les différents orateurs, hacheront les discours. Notre force c'est notre union « Am~s et camarades, que nos premters mots soient pour dire notre totale et fraternelle solidarité avec les victimes! déclare-t-il. « Solidaires de leur douleur, nous nous engageons à demeurer solidaires de l'action qu'en leur nom le ' M.R.A .P. a chargé plusieurs avocats de cbnauire jusqu'à la condamnation en justice des coupables. « Comme nous avions raison, poursuit-il, d'en appeler à la vigilance républicame et antiraciste, ces jours derniers, dans une a,jiche qui vient d'être éditée. A travers les m,uifestations du racisme et ' de l'antisémitisme, c'est le visage hideux du fascisme qui réapparaît ». Après avoir évoqué divers autres symptomes de cette menace, notre secrétaire général constate: « Il y a dans ce pays des hommes qui, au travers de la situation actuelle, à la faveur de la guerre d'Algérie et de toutes les conséquences qui en découlent, veulent acttever l'oeuvre de Hitler et de Pétain ». Et il conclut par cet appel vibrant son allocution d'ouverture: « Notre devoir est clair, et ne souffre ni délais ni atermoieme';; ts. Il faut s'unir pour sauvegarder l'oeuvre et la victoire de la Résistance. Il faut ensemble défendre et sauver les libertés et la République. « Nous sommes assemblés ce soir, conscients de l'invincible force de notre union. Affirmons avec force et courage: non, nous ne sommes plus en 1942! le racisme et le fascisme ne passeront pas! » ~ ____ .... ~J;.nr.t:.~'_"'_ Châtim~nt des coupables ! l La parole est maintenant --à un valeureux combattant de la Résistance, M. Germain LIBINE, qui exprime en termes énergü.J.u,es l'indignation des israélit, es nord-africains et leur Un café tranquille, où l'on se retrouve entre copains, à l'heure de l'apéritif. volonté de s'opposer à l'antisé-:eurs que nous avons connues.» mitisme. Il est intervenu, ex- C'est aux cris de « unité! uniplique- t-il, au ministère de 1 In- té!» que la salle accueille ses térieur, où il lui a été affirmé dernières paroles. 192.168.254.42se~e~o192.168.254.42 4 mai 2010 à 12:33 (UTC)t\~~S p~ll~l~~st ;~~: Frapper à toutes les portes pables de brutalités. «Nous n'au- M. l'IER~E-BLOCH lui sucrons de cesse, conclut-il, que ces cède à la tr1bune. sanctions ne soient effective- Il 'rappelle les , ment appliquées! » faits d'armes glo- ," La Ligue des Droits de l'Homme solidaire M. COUTEAU, mEmbre du Comité Central de la Ligue des Droits de l'Homme, apporte ensuite l'appui de cette organisation qui, dit-il, constituée pour lutter contre l'injustice et la raison d'Etat au temps de l'affaire Dreyfus, ne peut que se solidariser avec le M.R.A.P. et avec les israélites insultés et blesEés. ({ Ne nous y trompons pas, Premier succès Dans un communiqué publié par la presse le 8 avr:I, la préfecture de police annonce qu'à la suite de 1 enqu~te admin strative ouverte sur l'affaire d: la rue Franço:s-Miron « un bri~adier et un ga ,dien de la pa:x ont été suspendus de leurs fon,t 'ons sans préjug: r des sanctions qui pourront êl're !lises ujt~:ie\l.'ement. » 1. est préc ,sé que l'enquête se poursuit. Les an ,iracistes accue:lIeront avec sat isfac tion ce premier résu l,;:t de leur vigoureuse protestatiun. lis espèrent que tous les cou;:a;,les seront sévèrement sanctionnés et que des mesures seron t p:ises pour empêcher le renouve 1 ~ment de tels actes. Ils continueront, quant à eLlX, le combat pour faire échec aux manitestaLcns racistes et fascistes quelles qu'elles soient. déclare-t-il, le racisme, l'antisémitisme sont des sIgnes avantcoureurs du fascisme. Des actes comme ceux que nous dénonçons ce soir sont les résultats d'une coupable tolérance des pouvoirs publtcs à l 'égard de l'agitation antirépublicaine, et des atteintes muhlpliées aux libertés démocratiques ». Et il demande que le racisme, le fascisme « soient comoattus dans l 'union, pour éviter te naufmge de la democratie.» Ce sont d~s anciens èombaUants· .. 1 M. SEROR, préside~t de l'Association culcuelle des Israélites nord-africains de Paris, qui avait signé avec le M.R.A.l'. l'appel pour le meetinJ, félicite notre Mouvement de cetle mitiative et salue « toutes les organisations, toutes les personnalités, tous les journaux qui ont eu le courage de s'élever contre le lâche attentat de la rue François- Miron. » « Beaucoup de juifs nord-africains, souligne-t·il, sont des anciens combattants, beaucoup ont été décorés pour faits d'armes. Il est particulièrement scandaleux que de pareilles violences se soient abattues contre eux.» Il conclut son intervention par un appel à poursuivre le combat contre l'antü,émitisme et le racisme, dans le calme et la dignité, dans l'union. Unité! Unité! Présentant l'orateur suivant, Charles Palant regrette que la L.I.C.A. n'ait pas cru devoir s'associer à l'appel pour le meeting, mais se réjouit qu'elle ait envoyé ce soir un représentant, Charles LEVINE. Celui-ci, rapprochant les brutalités de l'avant-veille des rafles pratiquées sous l'occupation, souligne qu'il ne s'agit pas néanmoins de condamner l'ensemble de la police, mais simplement un certain nombre de policiers fascistes. Il cite le cas de policiers qui, en 1942, refusèrent de participer aux rafles antijuives et donnèrent leur démission. Dénonçant la carEnce des pouvoirs publics, qui ne réagissen t pas avec vigueur contre de telles méthodes, il affirme la nécessité de l'union, « L'heure est grave, déclare·t-il, l'heure n'est plus à la polémique. Il ne faut pas laisser se renouveler les horrieux des juifs algériens anciens combattants et ' souligne la nécesSité ae « condamner à la fois le racisme qui frappe les algériens israélites et celui ,)};f%@} qui frappe les al- ,}")tX//7 gériens mus u 1- ,){{{; }';}\;;l': mans. Nous som- \~}' }}";'}; II,' mes solidaires de toutes les mes du mcisme affirme·t-il force. Puis il ut::a~,al;t: l'indulgence a permis le tou!' dans la police « de certams éléments qui furent des collabas ». Il 's'élève également'contre les campagnes de haine raciste qui se déchaînent impunément aans de nombreux journaux. « Il nous faut être vigilants, conclut-il. Et il nous faut aussi faire connaître partout le danger de l'antisémitisme et du fascisme renaissants. Il nous faut jrapper à toutes les portes pour convaincre de se joindre à la lutte ceux qui, inconscients, se Ïennent encore à l'écart )\ Dressons un mur ! ... ,Puis M. HERMAN, de l'Union des ,JUirs pour la RéSistance et l ,l!;ntl'alC1e, ut un bref 1nc!s"age oe son organisaclOn, expnmant sa sondanté avec les V1CtimeS Ot:.S VlU!enCeS et appelant à l 'union oe tous les aH~lfacistes. ve même IV!. BRUN~t:l, au nom de l'Umon des Sociétés JUlves de France, qui déclare: « H ,a'ut que nuus a, t::iSW1tS toUS ensemole Le mur contre lequel le ractsme et l'anLisemitlsme sc heuneront.» Qui est responsable ? La parole est maintenant à nOLl e anll Albert L.I!; V ~, redac. ellr en cnet oe « lJrOlt et LlOerte », Après avoir souligné la riposte rap.ue dU lV!..tt..A . .r'. et oe LOUS 11::;, lepuolicl:uns a ceüe singul1ere \( venncation o'wentite », AlOert Levy mUlque que oe tels acte..; S'lnscnvent dans une SltuatiOn generaie, manJ,uee par le uevewvpemem; du raCisme et ou ra::.Ci;'.He, a Hl. laveur au uranle algeueH, « ce arame norriOLe, qu~ n'a que U'op duré et qui es~ purtlCul1eremeh' douloureux aux l:raeLues nora-a}rtCalns. « CeLte ayuanon nelasee, dit-il encoie, est a'autant pLUS grave qu'eue ne peut per;;lster que Ji w,;e à la coupuote passimtê a un gouvernement lrançais.» ,l!;C 11 constate: « Le 13 mars, des policiers criatent « mort aux juqS» devant Le l-'alals-Bourbon. Il est certain que si l 'on avait pns contre eux des sanctions sevères, leurs couegues de la rue Frunr;01s-Mtl0n y auraient réjlècm à deux jais avant de fatre ce qu'Us ont ,ait. « v oità pourquoi nous pensons que pour empecner le recour de Lets actes, pour empêcner l'extension au ,ascisme, c'est auprès des plUS ttauLS responsables qu'tl jaut protesier. l~OUS pensons qu'il ne dépend pas des seuls policiers, meme les mieux intenttonnés, que leurs activicés sotent dlrigees contre les démocrates ou contre les fascistes, contre les juifs ou contre les nervis de Le l'en, de Dides et de Ttxier-Vignancour.» Montrant enfin que seules l'union et l'actlOn peuvent aboutir à des sanctions et au recul du fascisme, il appelle au ren· forcement du bloc des républicains pour mener à bien ce combat. Une harmonieus~ diversité C'est comme catholique qu'intervient

. •• suite l'écrivain Jacques

Nantet. Remerciant le M. R.A.P. de son initiative, il déclare: !( Etre chrétien, pour moi, cela signifie avant tout que tous les hommes sont frères.» Et après avoir cité divers ca de discriminations raciales e religieuses, il insiste sur l'hal monieuse diversité, en FranCE des populations de différente origines. Une vue parti « Sans les juifs, dit-il, la Fra, ce ne serait nas ce qu'elle es ce que nous voulons qu'elle soiL Nous avons besoin de vou: comme vous avez besoin dt nous. « C'est donc tous ensemblt que nous devons nous élevel contre les discriminations et le: haines racistes, tous ensemblE que nous devons agir pour qUE le fascisme ne passe pas.» Nous pouvons repousser le racisme ! . M. MIALET, ancien maire dtl 3' arrondissement, indique à son tour que les événements du leI avril « constituent un tragiqué avertissement. » « S~iz e années après la dépor· !ation massive des juifs du 4', void que ZCf; murs de nos quar· tiers de r ecouvrent d'inscl'ip, tions antisémites, souligne-t-il Voilà que l'on emprisonne les fils des martyrs de l'oppression nazie, qui rejusent de servi1 sous les ordres du bourreau de leur père, le ginéral Speidel... : Et évoquant le temps du Front Populaire et de la Résistance, il montre qu'« en agissant tous en· Gemble nous pouvons repousse1 l'antisémitisme, le racisme et lE fascisme. » Tout n'est pas permis Dernier orateur, le pasteUl VOGE rappelle que les chrétiem - catholiques ou protestants - ont une longue tradition d'ami, tié avec les israélites. Exprimant sa sympathie am victimes des brutalités, il insistE sur le danger que représentent de telles méthodes pour l'en· semble des citoyens. « En Algérie, déclare-t~il, tout est permis à certains. Prenon~ garde qu'un tel état d'esprit ne gagne la métropole!» « A chaque manifestation dé racisme, conclut-il, nous devom protester en commun pour em· Dêcher que reviennent les ma:urs dont notre pays a tant soufert.» lliise a L'émotion de l'opinion pu meeting de l'Hôtel Moderne ont tus tout d'abord à rç:;dro C,;;n,'Jtl rue François-Miron. Encore faut-il souligner cerI tions de la réalité, qui semblt moins ufficielle, élaborée après Des journaux ont, plusieurs nel : « Certain::. ag:mt:; de pol i 'lCcompagnées d ' injures racistes Le 5 avril, p'u.'e ur::. quo~:dje l police aura;t fait suite à « une musulman lI. Ce qui est abso!un Ce qui est vrai, c'est qu'Ui vée des policiers, une dispute musulmans dans la rue François et l' aut re entra au café « La f préparait à sortir quand les p conduit avec les autres consomrr Më.i' les pelic 'ers qui ont « int 14 personnes qu'ils avaient em leurs questions sur l ' inciden ~ a p lus tôt. Ils ont seul ement décl~ t:on d'identités, » Qu' importe d'ailleurs le pré eu une bagarre, rien ne justifi et de casques, ni les injures an! torze citoyens à qui l'on ne peu DE L'BOTEL MODERNE Les victime~ ue nous avons connues.» aux cris de « unité 1 uniue la salle accueille ses es paroles. er à toutes les portes IERRE-BLOCH lui sucla tribune. ppelle les 'armes gloes juifs alanciens tants et e la néces- m":;{"""::'}··'}':': .. « condam- Ht~:,/)?:,,}:·}"';'; la fois le e qui frapalgériens es et celui ppe les almusul- Nous som- '\\{\» :: lidaires de les victigence is le ans la pode certams ts qui furent des collas'élève également· contre lpagnes de haine raciste déchaînent impunément e nombreux journaux. nous faut être vigilants, t-il. Et il nous faut aussi onnaître partout le danl'antisémitisme et du fasrenaissants. Il nous faut à toutes les portes pour ncre de se joindre à la eux qui, inconscients, se t encore à l'écart " ressons un mur ! ... M. HERMAN, de l'Union Ils pour la Réslstance et we, nt un bref mt!s::,age organisa~lOn, expnmant danté avec les VlCtImeS lUlences et appelant à ae tous les aULuaclstes. ème M. BRUN~~, au e l'Umon aes Sociétés de France, qui déclare : t que nuw; al ~SSWILS tOUS le Le mur contre lequel sme et l'antisemittsme neront. » i est responsable ? arole est maintenant à

Inll Albert Ll!; 1/ 'i:, redaccne!

ae « lJrOlt et LlOers avoir souligné la riposte au lvl.tf..A.r. et ae wus UOllcams a ceLte singuv e nnca~ion a'lOenLlte », Levy mruque que ae tels S'lIl::,cnvent daus une Sln generaie, marlluee par elOVilement au raCisme et l:l"!ue, a Hi. laveur au aragellell, « ce aTame norrit n 'a que trop duré et qui rttCultaemelLe douloureux raeLtLeS nora-a] Hcams. te ayuanon nefasee, ait-il , est a'autant pLUS grave n e peut per;;zster que à la coupuole passivtté ouverneme"lLt français.» constate; 1J ma1 s, des policiers t « l1W1t aux jUl]S» deLe l'atazs-Bourbon. Il est n que ii L'on avait pns eux des sanctions sevèurs couegues de la rue ols-Mtlon y auraient réà deux jois avant de fatre ils ont ] ait. ilà pourquoi nous pensons ur empecaer le recour de etes, pour empêcner l'exn au ]ascisme, c'est oues plUS naws responsables aut protesLer. l'VOUS penqu'il ne dépend pas des policiers, meme les mieux tOnnés, que leurs act ivités dtrigees contre les démoou contre les fascistes, les juifs ou cont re les de Le t'en, de Dides et ier-Vignancour. » tran t en fm que seules n et l'actlOn peuvent aboudes sanction" et au recul scisme, il appelle au ren· ent du bloc des républipour men er à bien ce t. harmonieuse diversité t comme catholique qu'innt ~ . , suite l'écrivain JacNantet. Remerciant le M. . de son initiative, il dére chrétien, pour moi, cenifie avant tout que t ous mmes sont frères.» Et après avoir cité divers cas de discriminations raciales et religieuses, il insiste sur l'harmonieuse diversité, en France, des populations de différentes origines. La bataille continue ... Le meeting s'achève. Charles PALANT, brièvement. montre l'importance de cette magnifique riposte républicaine. Il appelle les participants à rester Il est diff:cile de croire que délibérément, par haine raciste et ant:sémite, des hommes PU ISsent se livrer à des violences contre d'autres hommes sans défen se. C'est pourtant bien ce qui s'est passé le 1er avril, rue François- Miron. Les constats établis par 1 Dr Roland Blotnik sont là pour en témoigner. Voic i, Dar exemple, la déclara tion écr:te qu'il a faite, concernant l'une des victimes, M. René Ha limi . « J'ai constaté: 1· Une IIlaie du cuir chevelu. ayant saigné abor.damment d'une longueur d'environ 5 centimètres. 2,e Une ecchymose retro-auri- Quelques-unes des victimes de, culaire droite. 3 ' U ne ecchymose de la bosse f:ontale gauche. gauche avec éraflur.es de la tem- ---_---~----_----_-- pe, un hématome de la ré~ i on lIariehle et contusion du crâ!le. » Une vue partielle de la salle. « Sans les juifs, dit-il, la France ne serait nas ce qu'elle est, ce que nous voulons qu'elle soit... Nous avons besoin de vous comme vous avez besoin de nous. unis pour continuer la bataille nécessaire jusqu'à ce que justice soit rendue aux 14 victimes de la rue François-Miron, et plus généralement, contre les menées racistes et antisémites, quelles qu'elles soient. Il présente la lettre aux pouvoirs publics et aux élus. que nous reproduisons par ailleurs. 4· Une contusion du nez, ayant provoqua un abondant 'sa:gnemen:-. 5' Une ecchymose avec contusion tho:ac:que gauche. 6° Une contusion de l'omoplate gauche_ • 1" Deux plaies superficie:les de la jambe gauche. 8° Une éraaure de la cuisse droite. Cet état entraîne une inca pac: té de t:avail d'une durée de 15 jours, sauf comlllications. » M. Lucien Dana, présente, toujours slon le cc .. tat m: '; :w31, « une e"hymose pér:orbi~aire « Le blessé a saigné abondamment par le nez, e ~ : - I: p. ec,sé, il a une cor.tusion im~o r tante de la base du nez et possibilité de fracture des os du nez ». En parcourant les autres certifi cats nous relevons, pour les au t: es victimes de nombrel.":;2S au tres c c n : ~ a~ .. o;_,s de ble_S;Jres : hématomes du cu ir chevelu, ecchym:: ses multip ls du dos, claie à la jambe droit;), ecch:;moses intrabuccales, hématomes de la région OCCipitale, contusions thoraciques, e "c. .. etc... « C'est donc tous ensemble que nous devons nous élever contre les discriminations et les haines racistes tOUIi ensemble que nous devons agir pour que le fascisme ne passe pas. Il


Nous pouvons repousser le racisme! M. MIALET, ancien maire du 3' arrondissement, indique à son tour que les événements du 1er avril «constituent un tragique avert i ssen:ent. » Messages de solidarité « Sc:ize an'nées après la dépor~ atio n massive des juifs du 4', void que l c~ murs de nos quartiers de r ecouvrent d'inscrip. tions antisemites, souligne-t-il. Voilà que l'on emprisonne les fils des mar tyrs de l 'oppression nazie, qui r efusent de servir sous l es or dres du bourreau de leur père, le gtinéral Speidel... )! Et évoquan t le temps du Front Populair e et de la Résistance, il montre qu'« en agissant tous enGemble nous pouvons repousser l'antisémitisme, le racisme et le fascisme. » Tout n'est pas permis Dernier orateur, le pasteur VOGE rappelle que les chrétiens - catholiques ou protestants - ont une longue tradition d'amitié avec les israélites. Exprimant sa sympathie aux victimes des brutalités, il insiste sur le danger que représentent de telles méthodes pour l'ensemble des citoyens. « En Algérie, déclare-t-il, tout est permis à certains. Prenons garde qu'un tel état d'esprit ne gagne la métropole!» Dans le message qu' il a a;:! ~ ;ssé , pour le meeting du 3 avr:1 à M. Léon Ly;;n-C:3en, p~é :; ' d e nt du M.R.A.P., le professeur Lou:s Massignon, au nOm du Comité puur l'Amnistie aux condamnés polit iques d'Outre-Mer et du Comité des Am's de Ghandi, écrit notamment : « Je vous prie instamment de faire aboutir ce meetir.g a un résultat conc ~et... Ce scandaie e~t dil aux Pouvoirs spéci aux, votés l'an d·arnier ... Ils prépa rent l'opin ion à une xénophobie g~né;'al:sae, dajj étendue à tous les « b:cots », terroristes ou non - pui$. et en premier lieu, aux juifs no; d-aft ica:ns De là, cela passera, inexorablement, à tous les juifs et, comme dans les !lays du Ku Klux Ka:"!, aux nèg:es, Et aux catholiques anti racistes (dont je su:s). J'ai déjj été souffleté et f"allpé dans une Maison D:ocasaine, dont j'étais l'hôte, le 17 février dern:er, et le tract jeté sur l'auditoire (à qui je disais mes souvenirs sur le P. de Fcucauld) m'accusait de « p é: i ~: or,; continuelles pour l'am o:~ r~2 o':,ssé: :;, ins à 13 peau colorée» et pour « le baiser de Judas donné à Masmoudi avec Mendès, Bloch et Mayer ». « ... 11 faut stopper cette dégradation de l'âme har.ça:se » ... Le p; ofes:eur Jacques HADA- « A chaque manifestation de racisme, conclut-il, nous devons protester en commun pOUl" emDêcher que reviennent les mcrurs dont notre pays a tant soufert.» A la sortie du meeting, la collecte. ~Iise al. L'émotion de l'opinion puhlique,. la riposte antiraciste et le meeting de l'Hôtel Moderne ont amené certains journ3ux qui s'é ta :ent tus tout d' abord à r~ndro c';:n;Jte - tar;;i , eiô"' 2 n~ - de l' afbi: :: de la rue François-Miron. Encore faut-i l souligner certaines réserves et même des dMormations de la réalité, qui semblent slnsp:rer d'une vers icn plus ou m::ins ufficielle, élaborée après coup. Des journaux ont, plusieurs jours, évoqué l'affaire au con&~ ionnel

« Certain:; ag~nt:; de police se seraient ! ~ /ré~ à de:; \ i:Jl e,-,:cs

Kcompagnées d' injures racistes », écrit l'un d' eux. Le 5 avril , plu:; 'eur:; ql.lo~:dirn; aff~ .. me ... t que i ·~ "~ ; ~·"·2 n t j. ;1 de la police aura:t fa it suite à « une bagarre OppOS2 ,.~ I.In ! s~;;::!" .; et un musul man ». Ce qu i est abso!ument faux. Ce qu i es t vrai , c'est qu'un quart d'heure env iron ê'va nt l' arri vée des polic iers, une dispute ava it eu Leu entre deux Algé ri ens musulmans da ns la rue François-Miron. L'un d 'eux partit peu a près , et l'a ut re entra au café « La Pot.nière » pour se raf raîch i-. Il S2 prépa ra it à sort ir quand les pol ici ers ont fai ~ irru pt ion. " a été conduit avec les a utres consommateurs, au comm'ssariat voisin. Më:Î"l les pc lic ers qui ont « int errogé» de la façon que l' on sa it les 14 personnes qu'i ls avaient emmenées n' ont nullement fa it porter leurs quest ions sur l ' incid e n ~ qui s'étai t produit un quart d 'heure plus tôt. Ils on t seulement décla ré vou l:: ir procéder à une « vé rificat .on d 'identités. » Qu"mporte d'ai lleurs le pré texte ! Quand bien même il y aura it eu une baga rre, rie n ne just ifia it les coups de poings, de c rosses et de casques, ni les in jures antisémi :es, n: Io,s menaces contre quatorze ci toyens à qu i l'on ne peut ri en reprocher. MARD, mem:, re de l'Institut, membre du Comité d'H; nneur M.R.A.P. écrit : « Il m'est impossible de ne Ilas rapP"ocher l'agression contre laquelle vous vous élevez, de l'infâme manifestation à laquelle n'or.t pas cra int de se livrer récemment un certain nombre de policiers, à la Chambre des Députés, et envers laquel le les Iouvoirs publics ont montré une scandaleuse indulgence. « En com'laraison de ces deux faits, il faudrait qu'une leçon soit tirée d'urgence, et que l'opinion et le Pa rlement se deman:lent si la palice peut êt;'e employée à t roubler l'ord~ e ou à le conserver. »

    • *

De la lettre de M. Marcel PRENANT, pro fesseur à la Sorboone, nous ex trayons ces lignes : « ... Comme vous l'avez souligné bien des fois, on cherche actue llement à gan ~r a l:ser en Fra nce le racisme et l'antisém itisme, dont r.ous ne savons que t iOp ce q u'i ls sig"i fient, non seulement pour les ju:fs, ma is pour to u~ e la popula tion hon! lête et t :ava lJe use ... « A · nous de réaliser, dans les cil'con:;t ances pré se ntes, l'un ion qui im ;: os~ ra le calme aux fa~cistes , et q ui l'énovera la belle fOTmu'e d' il y a 2 4 ar.s : le pain, la pa ix, la lib~ l·té . » •*• M. le ra :,:,in André ZAOUI s' associe au meeting en ces termes : « Je t iens à vous exprimer toute ma sym;athie pour les victimes, et la fe;'me convict:on qu'on ne la ;ssera pas passer des actions aussi arbitraires et aussi g ~aves. « Je souha:te que la lumière soit fa'te et que les res!)onsablES to:ent châtiés. »

L'écri vain And ~é SFIRE, dars un bre f message, demande « que l'on jo:gne son nc·m à celui des p rQte ~ tatai

'es contre les inqualifiables brutalités

polic :ères ». De mê:1'1e M, C:1~ment BAUDOIN 'con::e:!!cr munic ipal de Par;s, conseiller munic 'pal de Paris, conseil" er gé néral de la Seine, souffra nt, q ui exprime s::n indigna t ion et son entière solidarité. Citons encore le tél égramme du Se::::urs P op u lé: ~ r e Français qui, «prof. lndément indigné joint sa protesta t:!)n à la nôtre ». Et la le ttre de l'Unj;m des Engabés Volonta ires et Anciens Combatta n ;:; Ju:fs, sisnée du président et du secré taire généra l de cette orga nisa t ion, le Dr DANOWSKI et M. Isi BLUM, où l'çn p eut lire : « Le passé tragique de l'occupat ion nazie, avec tout son (ortele de te rreur sanglante, est rEsté gra vé dans notre mémoire. C'est pour empêcher le l'etou r de ce sinistre l1assé, qu'il est urgent que s'unissent toutes les forces qui ont su trouver le chemin de l'un:on pendant la guerre pour combattre et vaincre l ' h : tla ~i sme. » •* * 'E:~ le message de l'Association Nationale d es Anci ens Combattants de la Résistance : « ... L'antisémitisme doit être stigmat: sé comme étranger aux tradi- ' "jons f ;'ancaises de tolérance et de f.'a l·e rnité. ~Seule peut le faire d:spal'aÎt

'e l'union de tous ceux qui veulent

rendre à la France son vrai visage. » Cel ui enfin de la F é d ~ration Générale d es Indust.i e!s, A; ; ~san ;; et Façcnniers en Fra nce, deman.:! an t ({ des lanctions immédiates envers les responsables , a fin que de tels actes ne Du,ssent plus se reproduire ». . Diverses aut res per:::Jnna lité:; et organ 'sat ions s' é ta :ent excusées, notamment le sénateur Jacq ues D[ BUERIDEL, le ci néaste Pierre LAROCHE, 13 Fédéra tion Nationa le d es Déportés et Int ern és de la R é ; i ; t2 .ô~c Fra nçaise, le Dr Jean DALSACE. le ~ é n 3t eur Edmond MICHELET, Mme Rose GUERI N, dépu té de la Se ine, l'écriva .n Pierre PARAF. M. et Mme CHOM BART DE LAUW E. Reportage photographique de Elie K agan et Roger Herman. Ll aux Pouvc A l 'issue du 1 sistan~e unanim, le M.R.A.P. a Pouvoirs public: Nous avons l' sur les faits sui, r es , des gardien. çois-Miron ont f: balle au canon, 46 de cette mêl Multipliant le gèrent toutes le face au mur, lE texte de vérific lation scandalisi et de crosses, ils lnateurs au COll redoublèrent, a· antisémites. Les victimes ( des travailleurs quartier, n'ont tard, toutes p subies, comme e aussitôt établis. Ces faits ont 1 Paris où la pop reux des milliel zies, émotion c meeting qui s "es du Mouvement , et pour la Pai Cultuelle des l duquel ont pril vantes : MM. BRONE Mutualistes .luiv du Comité Cenl l ' Homme ; HEIl la Résistance e memhre du COI tionale contre 1 teur en ch ef d LISINE, Rosetl daille de la Rés de l'Armée ; P. Paris, ancien : NANTET, écr iv de la Gauche Sc Laire général dl l 'Antisémitisme BLOCH, ancien 1'Association Cl cains de Paris; Des messages ceux notammen MARD, membre le Professeur L PRENANT, le l'Association NI fie la Résistance dens Comhattall des Industriels, etc ... Les 1.500 pal mandatés pour c des sanctions in auteurs et les 1 sus mentionnées Ils demandent pr ises pour fai: antisémites qui publique. En p prononcée la d: interdites effectÎ Cette l ettre a A .P. au Préside, térieur, all GarD de Paris, all P, Paris, an Prési S eine, all Prési~ rieur de l'Assel les groll pes dei de la Répllbliqr. et du Conseil G. -.,.,-~-::-~-;-~-""" DERNE La bataille continue ... Le meeting s'achève. Charles PALANT, brièvement. montre l'importance de cette magnifique riposte républicaine. Il appelle les participants à rester unis pour continuer la bataille nécessaire jusqu'à ce que justice soit rendue aux 14 victimes de la rue François-Miron, et plus généralement, contre les menées racistes et antisémites, quelles qu'elles soient. Il présente la lettre aux pouvoirs publics et aux élus. que nous reproduisons par ailleurs. Il est d iff :c ile de cro ire que dé li bérément, pa r ha ine rac iste et an t: sémite, des hommes pt.:ISsent se livrer à des vi olences contre d'autres hommes sans défense. C' est pourtant bien ce qui s'est passé le 1 er avril , rue Fran çois- Miron. Les constats é tablis par b Dr Roland Blotnik sont là pour en témoigner. Voici, Dar exemple, la déc la ration écr:te qu' il a fa ite, concernant l'une des vi cti mes, M. René Ha limi . « J'ai constaté : l e Une Jllaie du cuir chevelu, ayant saigné abondamment d' une longueur d'environ 5 centjmètres. 2.e Une ecchymose ret ro-auriculaire droite. 3' U ne ecchymose de la I:osse f:ont ale gauche. 4& Une contusion du nez, ayant provoqua un ahondant 'sa:gnemen;'. 5e Une ecchymose avec contusion tho~ac : que gauche. 6° Une contusion de l'omoplate gauche. • 7" Deux plaies superficie:les de la jambe gauche. 8° Une éra ;'lure de la cuisse droite. Cet état entraîne une inca pac: té de t~avail d'une durée de 15 jours, sauf comJllications. » M. Lucie n Dana, présente, tou jours slon le cc .. tat m:::! :. 3I, « une e,chymose pér : orbi ~ai r e Les victimes Quelques·unes des victimes des brutalités racistes. gauche avec érafJur.es de la tem- ---_---------_----_-----~_::_ --,.-...-_---_-....::;:-~--~~----_---_----_--pe, un hématome de la réq:ion Fariet~ le et cont usion du crâ"e. » « Le blessé a saigné abondamment par le nex, e:; :-I : p.ec.sé, il a une contusion im ~ o rtante de la base du nez et possibilité de f r actu~e des os du nez » . En parcourant les aut res ce~ t i f icats nous re levons, pour les au t ~ es victimes de nombrev::'2S au t res c c n :~a; .. o;.s de ble_s;;ros : hématomes du cu ir chevelu , ecchym:: se.s multij:bs du dos, Dlaie à la jambe droi t~, ecch:tmoses intrabucca les, hématomes de la région occipitale, contusions thoraciques, e :c ... etc ... LEr"rrrRE aux Pouvoirs Publics et aux Elus A l 'issue du meeting de l'Hôtel Moderne, l'assistance unanime a adopté la lettre suivante, que le M.R.A .P. a été chargé de transmettre "aux Pouvoirs publics et aux Elus : Nous avons l'honneur d'attirer votre attention sur les faits suivants : le lI!ardi 1"r avril à 18 heures, des gardiens du commissariat de la rue François. Miron ont fait irruption, mitraillette au poing, h aJle au canon, dans le café « La Potinère» au 46 de cette même rue. Messages de solidarité Multiplian t les injures et les cou ps, ils obligèr ent toutes les personnes présentes à se mettre face au mur, les mains en l'air. Puis, sous prétexte de 'vér ification d 'identité, devant la population scandalisée, à coups de pied, de matraques et de crosses, ils emmenèr ent les quator~e consom- " mateurs au commissariat voisin où les violentes redoublèr ent. accompagnées d'insultes r acistes et antisémites. Dans le message qu'il a a:!~;ssé, pour le meet ing du 3 avr:1 à M. Léon Ly;n-Caen, p~é.;: d ent du M.R.A.P., le professeur Lou:s Massignon. a u nom du Comi té puur l'Amni sti e aux condamnés p:: litiques d 'Outre-Mer et du Comité des Am:s de Ghand i, écrit notamment : « Je vous !lrie instamment de faire aboutjr ce meeting a un résultat conc: et.., Ce scandaie est d ÎI aux Pouvo irs spéciaux, votés l'an dernier.. . Ils prépa rent l'opinion à une xénophobie gé né;'al :sae, d ~ j l étendue à tous les « b:cots li , te rl'oristes (lU non - ~ uj$. et en p ~em i e r lieu, aux ju ifs nO;'d-africa:ns De 1.1. cela passera, inexorablement, à tous les juifs et, comme dans les .,avs du Ku Kl ux Ka:1, aux nèg ~es, et' a'ux catholiques anti racistes (dont je su:s). J'ai ééjJ été souffleté et happé dans une Maison D:odsaine, dont j'étais l'hôte, le 17 février dern ier, et le tract jeté sur l'auditoire (à qui je disais mes souven irs sur le P. de Foucauld) m'accusait de « p é:i~ : or.; con tinue lles pour l 'a m ;.:~ 1"~ o';.ssz;,ins à la peau colorée» et pour « le ba iser de Judas donné à Masmuudi avec Mendès, Bloch et Mayer li. « ... 11 faut stopper cette dégradation de l'âme fl"a nça:se » ... Lc Wofes: eur Jacques HADAA la sor tie du meeting, la collecte. la ri poste anti raciste et le certai ns journa ux qui s'éta :ent - tar-:i ,e'-;Î;n! - de LJ af13i::: de la 'nes réserves et même dES dHormasïnsp: rer d'une vers icn plus ou rs, évoqué l'affaire au con&~ io n se seraient ! ~ IfE::; à de:; \ i:JI e,~:c s écri t l' Url d' eux. aff~ .. me,~ t que i ·~., t ;;~· .. 2nt j';:1 de la garre OPf.)O S2 .-.~ LIn !5r4:111. et un faux . rt d 'heure environ é'va nt l'a rri it eu I:eu entre deux Algéri ens iron. L'un d 'eux parti t peu après , t .nière » pour se rafraîc h i ~ . Il S2 icie rs ont fai ~ irru pt ion. Il a é té rs, au comm'ssariat voi s in. li de la façon que l'on sa it les n'ont nullement fait porter s 'était prodU it un quart d 'heure vou!::ir procéder à une « vér ifi::a- ! Quand bien même il y aurai t es coups de poings, de crosses [:'es, n: les menaces cont re qua ri en reprocher. MARD, mem:,re de l' instit.ut, membre du Comité d' H;;nneur M.R.A.P. écrit : « Il m'est impossible de ne pas rapPI'ocher l'agression contre laquelle vous vous élevez , de l'infâme manifestat ion à laque lle n'ont pas c raint de se liv rer récemment un certa:n nombre de pol icie rs, à la Chambre des Députés, et envers laquelle les (: ouvoirs Jlubl ics ont montré une sca ndaleuse indulgence. « En com, a raison de ces deux fai ts, il faudrait qu' une le(on soit t irée d' urgence, et que l'opinion et le Parlement se deman1ent si la pOl ice peut êr~e employée à t rou bler l'ordre ou à le conserv er. li

    • *

De la le ttre de M. Marcel PRENANT, professeur à la Sorbo;1ne, nous ex trayons ces li gnes : « ... Comme vous l'avez souligné bien des fois, on cherche actuellement à gzn~ral js e r en France le racisme et l'antisém itisme, dont r.ous ne sayons qu e t ,'op ce qu'ils sig1"li fi ent, non seulement pour les ju :fs, mais pou r to u~ e la population honMête et t :ava Ilause ... « A · nous de réa liser, dans les cil'con:;tances présentes, l'union qui ,mp os ~ra le calme aux fasc istES, et qui l'énovera la belle formu'e d'i l y a .7..4 ar.s : le pain, la pa ix, la libm ·té. » •*• M. le ra:,:,in André ZAOUI s' associe au meeti ng en ces termes : « Je t iens à vous exprimer toute ma sym;"la rhie pour les vjctimes, et la fe ;'me convict:on qu'on ne la :sser:J pas pas. er des act!ons aussi arbitra ires et aussi g ~aves . « Je souha:te que la lumiè re soit fa ' te et que les resJlonsablEs so:ent châtjés. » ••• L' écrivain André SFIRE, dars un bref message, demande « que l'on joigne son n(lm à celui des prot es t ata

"es cont re les inqual ifiables bruta

lités polic:è res », De mê:ne M. Cl ament BAUDOIN 'con~2 : I! c r munici pal de Par;s, consei ller munic 'pa l de Paris, conseil 'er gén éral d e la Seine, souffra nt, qui exprime son indignation et son ent ière solidarité . Citons encore le télégramme du S e;:~ urs P opu l z~r e Français qui, «profilndément ind igné joint sa protesta r:!)n à la nôtre », Et la lettre de l' Unj ;)n des Engabés Volonta ires Et Anciens Combattan;:; lu :fs , sisnée du .'Jrésident et du secré taire général de cotte organisation, le Dr DANOWSKI et M. Isi BLUM, où l'en peut lire : « Le passé t ragique de l'occupat ion naxie, avec tout son corce.;e de t erreur sanglante, est rE sté gra vé da ns notre mémoire. C'est pour empêcher le I·etou r de ce sin istre passé. qu'i l est urgent que s' unissent toutes les forces qui ont su trouver le chemin de l'union pendant la guerre pour combattre et vainc re l' h:tl a:'isme. »

    • *

'E~ le message de l'Association Nationale des Anciens Combattants de la Résista nce : « ... L'ant isémitisme doit êt re st igmat: sé comme étranger aux tradi- ' \"ions f;'a nca ises de tolérance et de f ,'a ·ern;t é. 'Seule peut le faire dispal'aÎtl" e l' un ion de tous ceux qui veulent rend re à la Fl'ance son vrai visage. » Celui enfin de la Fé d ~rati o n Générale des Industrie!s, Ar ; ~sans et FaçC; 1niers en France, deman':ant « des lanctions immédia t es envers les responsables, afin que de t els actes ne J)u :ssent plus se reproduire », . Di verses au t res por:::mnal ité; et orga n:sa tions s' é ta :ent excusées, notamm2nt le sénateur Jacques DEBUER IDEL, le c inéaste Pie rre LAROCHE, 13 Fédératjon Na tiona le d2s Déportés et Inl e rnés de la R é ~I H'..~c Fra nçaise, le Dr Jean DALSACE , le ~é n a t eu r Edmond MICHELET, Mme Rose GUERIN , d é~ u té de la Se ine, l'écr iva .n Pierre PARAF, M. et Mme CHOMBART DE LAUWE. Report age photographique de Elie Kagan et Roger Herman . Les victimes de ces incroyables sévices, lui sont des travailleurs honorablement connus dans .ce quartier , n 'ont été libérées que t rois heures plus tard, toutes portant les marques des violenceS subies, comme en attestent des certificats médicaux aussitôt établis. Ces faits ont causé une vive émotion au coeur de Paris où l a population garde l e souvenir douloureux des milliers de victimes des persécutions na· zies, émotion qui s'est expr imée le 3 avril, au meeting qui s'est tenu à l'Hôtel Moderne à l'appel du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P. ) et de l'Association Cultuelle des Israélites n or d-africains, au cours duquel ont pris la parole les per sonnalités suivantes

MM. BRONES, au nom de l'Union des Sociétés Mutu alistes Juives de France; COUTEAU, membre du Comité Central de la Ligue des Droits de l'Homme; HERMAN, de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entr'aide; Charles LEVINE, memhre du Comité Central de la Ligue Interna tion ale contre l'Antisémitisme; A. LEVY, rédacteur en chef de « Droit et Liberté»; Germain LIHINE, Rosette de la Légion d'Honneur, Médaille de la Résistance, Croix de Guerre à l'ordre de l'Armée; P. MIALET, Conseiller municipal de Par is, ancien Maire du 3" Arrondissement; J , NANfET, écr ivain , Secrétaire gén éral de l 'Union de la Gauche Socialiste; Charles P ALANT , Secr étaire général du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix; J ean PIERR EBLOCH, ancien ministre; SEROR, P r ésident de l'Associat ion Cultuelle des Israélites Nord.Ahicains de Paris; le Pasteur VOGE. Des messages de solidarité étaient parvenus dont ceux n otamment de MM. le Professeur HADAMARD, membre de l 'Institut, le Rabbin ZAOUI; ]e P rofesseur L, MASSIGNON, le Professeur M. PRENANT , le Sén ateur J. DEBU·BRIDEL, de l'Association Nationale des An ciens Combattants ne la Résistance, de l'Un ion des En gagés et Anciens Combattants Juifs, de la Fédér ation générale des Industriels, Artisans et façonnier s en France, etc . .. Les 1.500 participants à ce meeting nous ont mandatés pour demander aux P ouvoirs Publics que des san ctions immédiates soient prises cont re les auteurs et les responsables des b r utalités ci·dessus mentionnées. Ils demandent également que des mesures soient prises pour faire échec aux menées racistes et antisémites qui sont le fait d'ennemis de la République. En particulier, ils souhaitent que soit pronon cée la dissolution des ligues factieuses et interJ ites effectivement les propagandes de haine. Cette l ettre a été adressée aussitôt par le M.R. A .P. au Pré8ident du Conseil, all Ministre de l'Intériellr, au Garde des Sceaux, au Préfet. de Police de Paris, all Président du Conseil Municipal de Paris, au Président du Conseil Général de la Seine, au Président de la Commission de l'Intérieur de l'Assemblée Nationale, ainsi qu'à tous les ljTo llpes de l'Assemblée Nationale, du Conseil de la République, d" Conseil Mlinicipai de Paris et dll Conseil Général de la Seine. ~-:---.....,.;:r-192.168.254.42--.:-4 mai 2010 à 12:33 (UTC)4 mai 2010 à 12:33 (UTC)-",,"~ DIMANCHE 1er ]UI~ 1958 1 De Journée nationale Palais de la MUTUALlTÊ 24, rua Salnt·Vi ~lo~, P~RIS contre le raC•i sme, l'a,ntisémitisme Au cours de la ID· Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, organisée par le M.R.A.P., des délégués de toute la France, des personnalités de tous les horizons, des représentants d'associations et de collectivités d~verses, confronteront leurs expériences et leurs opinions, en vue d'un renforcement de l'action antiraciste. Le peuple français affirmera, à cette occasion, son attachement indéfectih]e à ]a généreuse tradition des Droits de l'Homme, aux libertés républicaines, à l'idéal de fraternité et d'amitié entre les peuples. et pour la pa•i x ANTIRACISTES tous à la séance publique à 15 heures DANS 'TOUl:E sorrs Lill SIGNE DE T.J'UNJON Action républicaine contre le danger fasciste L'EXPLOSION de haine racIste oui

s'est produite rue François-Miron le

- ont été fa:teli à Toulouse plus récemment à l'encontre de MM. Le Brun, secrétaire de la C.G.T. et Léon H .. vnanian, député de la Seine. Le dernier en date des « ex"lol ~i '1) de ce genre est l'enlèvement d'un prêtre, l'abbé Marcel Matricon, de Firmin:.' L!.oi;e) qui, s'étant prononcé lui aussi pour la paIX, a été emmené dans une carrière, dévêtu e~ recouvert de goudron par une bande de fascistes. COMMANDOS CONTRE LES REUNIONS : Au cours de la réc;:nte campan~ é;ectorale du 2· secteur de Paris, les commanting anticolonialiste, salle des Hort:culteurs. Plus récemment encore, le 2 àvril, un commando de nervis a tait irruptIon. il Elbeuf, dans une salle ôù M. Mendès-France donnai ~ une conférence sur le problème algérien. Des grenades lacrymogènes et fumigènes furent lancées, et tro:s personnes furent blessées. ATTENTATS: Autre procédé inspiré des nazis: les at~enta~s c,;;ntra les pe(manenc~:o des organ:sations de gauche. Pour ne prendre que les derniers en date, citons les sections communistes du 6 arrond issement de Levallois, du Pré-Sa:nt-Gervais, et de 1er avril, n'est pas, dans la situation présente, un fait :solé. Venant de fonctionnaires dont le rôle est précisément d'assurer l'orlre républicain - c'est-à-dire de combattre au besoin le racisme e~ l'antisémitisme - cette a~ress~on illustre la dégradation de plus en plus sensible des libertés publiques. Tandis que les pouvoirs publics eux-mêmes, applaudis par les fascistes, interd :sent les réunions de certains Iroupements républicains, saisissen~ des journaux et même des livres exprimant l'aspiration de notre peuple à la pa:x, à la justice et à la vérité, les groupes factieux .ècroissent leurs activités. Les réuniuns de Le Pen, de Biaggi, et de Tixier-Vignancour qui s'achèvent aux cris de « mort aux Ceux qui sèment la haine ... Juifs ! » ne sont pas in~erdites, elles. On ne saisit jama's Aspects de la France où offide l'ancIen :ommi~sa~re aux ;~es~io .. s juives, Xavier V allat, n, Rivarol où vient de s'installer le $in.stre Rebatet, qUI proclamait naguère dars Je suis Partout : « Qu'il est agréable, même au cinéma, de l'oir pendre un juif ! ... » Violences sous toutes les formel Aus:oi, encourilgé:; par C;Qt!~ p~"; ... ~é complice, les fa~c~stes d'hier et d'a",purd'hui lie sentent le vent en poupe. I..el.lr ac1Wn s' ;ns.,?!re des méth:de~ r.I •• erlOn .. es; la violence est leur seul argument. Violence, qui dans la d.rn.ère ~éri,;;-:le, a pris différentes formes : ENLEVEMENTS : il y a ;uel;ue temps, M. Suffert, rédacteur en chef de « T émoignage Chré~ien » a été l'objet d'un enlèvement par les fascistes. à Nancy. ou il devait parler pOur la paix en AI.;é.ie. Des tentatives semblables - qui Onr ('choué Dans un récent numéro, Rivarol fait l'éloge d'un faux qui a servi autrefois à exciter à la haine contre les juifs: «Les protocoles des Sages de Sion.,. Il déclare que « l'antisémitisme est un simple réflexe d'auto·défense ». La revue C'est à dire préconise « le retour à la discrétion dans les menées israélites» (sic). Carrefour, critiquant M. MendèsFrance, écrit: « II est dans la vocation ancestrale de M. MendèsFrance de donner des baisers de Judas. » . .,..'"-"" ft ft dos de Le Pen et de Biaggi se sont attaqués à une réunion électorale du candidat radical. Les cris de « mort aux ju 'fs ! A bas la Réoubl :que ! » ont été proférés. Cette agression faisait sui 'e à beaucoup d'autres, qui se sont produites à Toulouse, à Enghien. à Metz. A Lyon. c'est une réunion organisée par « Pax Christ; » que les fascistes ont attaquée. A Paris encore. protégés par des policiers, ils se sont jetés, armés de ma 'raques et de planches hérissées de clous contre des étudiants qui sortaient d'un mee- ABONNEZ-VOUS , a" "DROIT ET LIBERTE " Chaque mois, «DROIT ET LIBERTE,. (sur 8 pages) publie des articles des pero .onnalités les plus éminentes de la vie culturelle, économique et sociale de notre pays. Chaque mois, « DROIT ET LIBERTE », organe du M.R.A.P., fournit aux anti· racistes les informations. les arguments indispensables à leur combat. Mobilisant l'opinion républicaine, «DROIT ET LIBERTE» est à l'origine de cran des campagnes nationales contre le racisme et l'antisémitisme. Découpez ou recopiez le bulletin d'abonnement ci-dessous et adressez-Ie à « DROIT ET LIBERTE ", 15, rue du Faubourg·Montmartre, Paris·9', accompagné d'un mandat postlll, d'un chèque bancaire ou d'un chèque postal (C.C.P. 6070-98, Paris). Nom Prénom ............................. . Adresse ............................................................................ . désire s'abonner pour un an à " DROIT ET LIBERTE », et vous adresse ci-joint la Iiommc de 500 francs pour un abonnement normal 1000 francs pour un abonnement de soutien (1). (1) Rayer la mention Inutile. Dans un livre de Vivian Morhignac, paru aux Editions du Scorpion, sous le titre « La Mauvaise Conscience», on pçut lire, entre autre, cette appréciation : « La pensée juive dénature et corrompt ce qu'il y a de meilleur en nous ». Tout cela, on pouvait le lire dans la presse et la littérature des nazis, à l'heure où ils occupaient notre pays. Qu'attendent les pouvoirs publics pour saisir les livres et les journaux qui se rendent coupables d'antisémitisme et de racisme? .... « Gennevi'liers. ainsi que le siège du parti radical à Montpellier. Un climat néfaste Dans ce dernier cas, l'enquête a conduit à la découverte d'explosifs chez un dirigeant poujad iste de l'Hérault. Mais celui-ci a été laissé en liberté. Et surtou~. d'une façon générale. les autres agressions fascistes n'ont d:nné lieu ni à des arrestations, ni même à des enquêtes sérieuses. Qui peut nier que si on le voulait vraiment. on trouverait facilement les exécu~ants et les responsa'Jles de ces actes criminels ? C'est ce cl mat qui explique l'attitude de certains policiers. Le fait que les menées racis ~ es et f~;;stes ne sont pas poursu~vies, et bénéfi:ient même de la mansué .ude du gouvernement, encourage les éléments antirépu~licains dans les rangs de la pol :ce elle-même. où D:des a conservé des amis dévoués. De la protection des fa.c:istes à la compl icité avec eux. contre les mêmes adversaires, il n'y a pas grande différence. On comprend que, dans ces condit

ons, certains poliCiers se soient cru.s autor:

sés à manifester, le 13 mars devan~ le Palais-Bourbon en reprenant les cris des fascistes : « Mort aux juifs ! Les deputés à la Seine ! » On comprend que les coupables de ces CriS n'ayant pas été châtiés sévèrement, des policiers de la rue Franço: s-Miron se so 'ent crus autorisés à manifester violemment leur racisme et leur antisémi ~isme. II faut en finir ! Jusqu'où les ennemis de la Réoublique pourront-:ls aller? Les Français savent par expérience qu'il ne faut pas laisser le fascisme se déve· lopper. Sinon, il se renforce, et parvien' à s'jmpo:;er. C'elit au début qu'il faut l'arrêter. Les symptômes sont aujourd'hui assez nombreux et assez graves pour que les républicains de toutes tendances reconna ssent la nécessité de s'unir et d'agir. Ne rien laisser passer' ! Tel doit être notre mot d·ordre. - Ne rien laisser passer ! C'est aussi ce mot d'ordre qui triomphe de plus en plus souvent dans toute la France à la suite des agressions fascis ~es. Et, sous le signe de l'union des républ: cains, de grandes réunions se tiennent à Montpellier, à Lyon et à Toulouse, à Tarbes, à Gennevilliers; des comités d'action antif;;scj.;te, se con$t~tuç(\t à Par.s, à Elbeuf, à Lorient, à Clermont-Ferrand; à Nanterre, la foule manifeste dans les rues con~re les factieux de l' « Action França: se »; des conseils munic:paux unanimes, des groupements de toutes tendances appellent les citoyens à s'unir pour défendre les institutions républicaines et les libertés démocratiques. C'est dans cette voie qu'il faut progresser, si nous voulons faire échec, de façon déc:sive, au racisme et à l'antisémitisme. 1er juin: Journée nationale Le meeting du 3 avril, à l'Hôtel Moderne a montré. dans ce domaine, la possibilité de l'union et l'efficacité de I·action. Le M.R.A.P. appelle les antiracistes à renforcer encore cette union et cette action. Il les invite en particulier, à faire tous les efforts possibles pour assurer, le dimanche 1 er juin prochain, le succès de la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la pa ix. Cette journée sera une étape importante de notre combat. Que chacun, dès maintenant, s'attache à en faire une éclatante man. festation d'union et d'action antiracistes. ANTIRACISTES """- "~ LE M.R.A.P. A BESOIN DE VOUS COMME VOUS AVEZ BESOIN DE LUI! Demandez ]a Carte d'Ami du M.R.A.P. Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A-.P. ) 15, F-aubourg-Montmartre - Paris-9' --Le gérant : Ch-:-Ove:zarek Imp. Abécé 176, Quai de lemmaoes - Paris-1O·

Notes

<references />