Droit et Liberté n°201 - septembre 1961

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°201 de septembre 1961
    • Drame algérien: pour mettre fin au déchaînement de haine et de violences, une seule issue: la Paix (déclaration du M.R.A.P.) page1
    • Grande soirée commémorative de l'émancipation des juifs et des noirs par la Révolution Française mercredi 27 septembre page1
    • Encore le déicide par Jacques Madaule page1
    • L'authentique lumière de la France par Pierre Paraf (émancipation) page1
    • Que se passe-t-il page2
      • L'agression de la rue F. Miron
      • Télévision: faire face au racisme
      • U.S.A. Incidents mineurs pour la rentrée
      • Nazisme: pension pour les S.S.
      • Racisme: la "ratonnade" de Metz
    • L'indemnisation des victimes françaises de la persécution nazie par Me Imerglik page3
    • Drame algérien: des voix s'élèvent pour la fraternité page4
    • Quand Globke exigeait l'application des lois racistes en France page5
    • Il y a 170 ans page8
      • La première émancipation des juifs par Emile Tersen
      • Comment fut supprimé l'esclavage par Léonard Sainville
    • Eichmann et Cie par Jean Schapira
    • Retour aux Caraïbes:impressions de voyage de Marcel Mainville page8
    • Créatrice du rôle de "la P... respectueuse" Héléna Bossis nous dit: "c'est avec plaisir, chaque soir, que je retouve Lizzie MacKay page9
    • A Rouen et Bethune, le Parquet refuse de poursuivre les auteurs de professions de foi racistes (confirmation de la nécessité d'une législation antiraciste plus efficace) page11
    • Oran du souvenir par Emmanuel Roblès page12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

15 SEPTEMBRE - 15 OCTOBRE 1961 Pour mettre fin au déchaÎnement de haine et de violences UNE SEULE ISSUE: L~ D EPU IS plusieurs semailnes, Oron est le théâtre d'un déchaînement inouï de haine raciste . Des dizaines de mus.ulmans ont é té tués à la suite d'expéditions punitives organisées p:J r les ultras, qui se sont liv rés à d 'atroces scènes de lynchage, laissani lo in en arrière les horreurs du Ku Klux Klan. ùcns ce climat, les 1 1 et 12 septembre, un allentat cammis dans le quartier juif a é:é e pa int de départ de heurts vialents Encore le déicide! C O;\ I:.IE un a rti cle récent, consacré par « Droit et Liberté », au dicti onnaire allemancl-français puentre juifs et musulmans. Boutiques saccagées, barricades, cris de haine, lynchages, assassinats ant marqué ces deux journées d'autant ;J lus daulaureuses que se trau- -1 va ient opposés deux graupes vaués l'un et 1 l'Qulre aux brimades et aux pe rsécutions, l et connaiss::mt également ce qu'est le rac;" me peur El" Qvc;r directement sau ffert . Le i 2 ,eptembre. à Alge r, d'autres scènes de \ ic!ences se Jé ra ulaient, dQnt la presse tout e nt ière a dénoncé l'adieuse sauvagerie . On vit des eu ropéens déchaînés écraser a vec des pavés la tête d'un blessé; des musulmans lynchés à coups de pied et de ba rres de fer ; des cadavres janchant les tratta irs ... (Suite page 4) 0,75 NF N° 201 I L Y a 170 ans (27 septembre 1791 J, l'Assemblée Constituante décrétait, pour la premiè re fo is au monde, l'égalité des Juifs avec les autres citoye ns. Au cours du même débat, elle déclarait libres les esclaves noirs se trouvant sur le territo ire métropolitain, mesure qui devait être étendue par la suite aux colonies par la Convention Nationale. Pour cé lébrer ces deux' actes historiques, le M.R.A.P. organise une GRANDE SOIREE COMMEMORATIYE de l'émancipation des Juifs et des Noirs par la Révolution Française Mercredi 27 septembre 1961 à la Sorbonne (amphithéâtre Richelieu) 17, Ru6' de · la Sorbonne ~ PARIS S' • Allocutions de MM; Diomède CATROUX ancien Ministre Alioune DIOP Directeur de « Présence Africaine » Roger GARAUDY Sénateur, Docteur en philosophie p, GRUNEBAUM-BALLIN Président honoraire au Conseil d'Etat • Pierre PARAF Vice-Président du M .R .A .P. Le Bâtonnier Roger SALA Le Grand Rabbin Henri SCHILLI Le Pasteur Charles WESTPHAL Président de l'Eglise Réformée de France PART I E ARTISTIQUE INVIT AllONS ou siège du M.R.A.P. (Voir page centrale) blié chez Garnier le montrait bien, on rencontre toujours, et pas seulement dan, Je Petit Larousse de J960, dans les ouvra/;e, de ce genre, des germes d'anti, émiti,me et on ne doit pas se lasser de le, dénoncer. a l'année pJtocfiaine .,. ... .. L'A UTHENTIQUE LUMIERE Il ('"t toutefois une épith ète injuri euse qu(' 11Ul homme de bonne fo i ne saurait reprendre à son compte. il la suite des ouvrages lumineux de ;\1. Tules I saac, c 'est celle de « déicide ». .Te ne pense pas pen,onnellement que. dans le monde désac ralisé où nous "i"ons, ellc conpar ~cques MADAULE servc la portée qu'elle a eue pendant de. siècles. Il n'en reste pas moins qu'elle est souverainement injuste et, par là même, tout il fait inacceptabl e. Ce sont les péchés du monde. ceux de l'humanité tout entière qui sont. pour un Chrét ien, responsables du supplice du Christ, et non pas les Juifs seuls. ni même principalement. Si l'adjecti f « déicide » a été forgé pour les Juifs . il serait honnête, en donl1ant comme exemple clans un di ctionnaire « les Jui fs déicides» d'incliquer en même temps qu'il s'agit là d'une imput:1tion parfaitement calomnieuse. Quand. clans le mêmc Petit Larousse, un peu pl us loin. au mot « génocide ». on ne donne aucun exemple, il semit également juste cie dire que ce mot a été forgé pour st igmatiser une entreprise dont le procès Eichmann nous rappelle en ce moment l'indicible horreur, et qui était une entrepri se hitl éri enne. Autt'ement, on fait de l'anti sémiti sme, peutêtl'e sans le vouloir et même sans le sayoir, 111ai~ ce n'en est que plus grave. Doit-on répéter, une fois de plus, que les Juifs ont ch'oit il la justice, qu'ils ont i)ayé assez cher les injustices d'hi er pour exiger qu'elles ne se pel'pétuent sous 8Uct111e forme ? Qu'ils sachent, dans tous les cas. que les Chrétiens de bonne foi et de bonne volonté. seront toujours il leurs côtés dans ce combat. qui dcmeure. hélas ! nécessail·e. 110US le ,"oyons bien tous les jours. GLOBKE et la France (Voir page 5 .) Vacances ... C'est le temps où sur la plage, en « costume de vérité », on se détend, on frat ernise . Et chacun tnjuve aisément 'Une place au soleil, pour se noircir la peau, autant qu'il est possible. Mais déjà, est venu septembre .. . (Photo extraite du livre « Enfants de tous les pays » dont on trouvera la pré· sentation en page 9.) DE LA FRANCE EN un des premiers soirs de ceL automne chargé d'orages, le mercredi 27 septembre, nous allons célébrer en Sorbonne l'anniversaire d'un acte qui garde dans la conscience française de hautes résonances. A cause de lui les peu· pIes S8 tournent vers elle avec amour. Ils attendent d'elle qu'ell l~ se montre dans l'histoire exigeante, e~emplaire. par Pierre PARAF Vice"Pré sident du M.R.A.1P. Il Y a cent soixante dix ans, l'Assemblée Constituante proclamait l'égalité des Juifs. Et notre Révolution - trois ans plus tard en une séance mémorable de la Convention allait ,é tendre aux noirs vivant SOus le drapeau de la France cette mesure 1 ilJératrice. La justice comme la paix est indivisible. Le vent de 1 'histoire avait soufflé. Les chaînes des ghettos et celles des esclaves commenç·aient à être bris€es. Le Juif errant s'arrêtait pour la première fois depuis plus de dix sept siècles , et c'était au bord de la Seine, sous le regard ,attendri de Clermont~.Tonnerre et de Rabaud Saint-Etienne, de l'Abbé GrMoire et de Robespierre. Cet anniversaire, il convenait que notre Mouvemfmt, le M.R.A.P. , fût le premier à !e commémorer, qu'au retour de vacances où son secrétariat n'a cessé de monter la garde 'contre des périls toujours menaçants, sa rentrée fût ~arquée par (Suite Daae S) JUILLET 1-7. - Mort de l'écrivain antisémite Louis Ferdinand Céline. 2-7. - Cinq noirs, « voyageurs de la liberté », arrêtés à Jackson (MississipI) pour s'être assis dans une salle d'attente réservée aux blancs. 169 antiracistes sont emprisonnés dans cette ville. 5-7. - L' {( activiste)} Louis Thomas, accusé d'avoir assassiné un Algérien, est acquitté, après trois jours de débats, par la Cour d'Assises de Lyon. • Plusieurs attentats au plastic à Paris et en Algérie. 6-7. - Tunis lance une campagne pour l'évacuation de Bizerte par les forces françaises. Les négociations prévues à ce sujet depuis cinq ans avaient été sans cesse ajournées. 10-7. - Aux Etats-Unis, un noir, M. George Weaver, est nommé secrétaireadjoint au Travail, chargé des affaires internationales. • Cinq « voyageurs de la liberté II arrêtés à Little Rock pour atteinte à l'ordre public: ils s'étaient assis dans une salle d'attente réservée aux blancs. 16-7. - Violents incidents près de Chicago, sur une plage du la'c Michigan, un groupe de 20 noirs et de 5 blancs ayant décidé de se baigner ensemble. 17-7. - Une dizaine de {( S.S. » du Parti nazi américain enlèvent et maltraitent un enfant juif de 13 ans, Rickey Farber, à Arlington (Virginie). Deux d'entre eux sont arrêtés. 19-7. - Reprise à Lugrin des négociations entre les représentants du gouvernement français et du G.P.R.A. 20-7. - Combats sanglants à Bizerte, où les forces françaises détruisent les barrages construits par des manifestants autour de la base. 23-7. - Cessez·le-feu à Bizerte. On compte 670 morts et 1.155 blessés tunisiens; 30 tués et 50 blessés français. 24-7. - Nuit de terreur à Metz, où des « paras » se livrent à une sanglante « chasse au faciès » contre les Algériens. Bilan des bagarres: 4 morts, des dizaines de blessés. 25-7. - Sept blancs, « voyageurs de la liberté », arrêtés à Jackson (Mississipi) pour s'être assis dans une salle d'attente réservée aux noirs. Au total, 267 an· tiracistes sont emprisonnés dans cette ville. 26-7. - Après l'audition des témoins et l'interrogatoire de l'accusé, le procès Eichmann est suspendu à Jérusalem. 29-7. - Suspension des négociations franco- algériennes de Lugrin. AOUT 2-8. - Déclaration commune des syndicats C.G.T., C.F.T.C., Fédération de l'Education Nationale, et de l'U.N.E.F. : « Nous avons pris les dispositions nécessaires et nous resterons en contact pour nous opposer à tout nouveau coup de force. » • Les ultras se livrent à une violente « ratonnade li à Bône : 37 musulmans hospitalisés. 5-8. - Dans une note à Paris, Londres et Washington, l'U.R.S.S. propose des négociations sur le problème allemand, en vue de la signature d'un traité de paix et du règlement de la question de Berlin. 6-8. - L'U.R.S.S. lance un nouveau « spoutnik », habité par le commandant Titov, qui tournera 25 heures autour de la terre. 7-8. - Violences racistes à Nashville, aux U.S.A. , à la suite d'une manifestation devant une épicerie qui refusait d'employer des noirs. 8-8. - Reprise du procès Eichmann. Dans son réquisitoire, qui durera trois jours, le procureur Gidéon Hausner demande la peine de mort. 10-8. - Arrivée en Grande-Bretagne du premier détachement ouesl-aUemand, chargé de préparer les prochaines manoeuvres d'un bataillon de la Bundeswehr. 13-8. - La République Démocratique Allemande, en accord avec les Etats du Pacte de Varsovie, établit entre BerlinEst et Berlin-Ouest, un dispositif de contrôle {( semblable à ceux qui sont habituellement en vigueur aux frontières de tous les Etats souverains ". 14-8. - Le procès Eichmann s'achève sur la plaidorie de M' Servatius. Le ver· dict sera rendu en novembre. 1'7-8. - Le procès des « harkis » coupa· bles d'un raid antisémite rue FrançoisMiroIl ~n juillet 1960, est r envoyé au 19 octobre. ' . 19-8. - Nombreux attentats au plastic dans le Sud-Ouest (Bordeaux, Bayonne, Pau, Rodez, etc .. . ). • Voyage à Berlin-Ouest du viceprésident des Etats-Unis, M. Lyndon Johnson. 20-8. - A Middelsborough (Grande-Bretagne) des voyous mettent à sac un quartier habité par des gens de couleur. ,2-8. - Parution à Moscou du premier numéro de la revuc bimestrielle « Sovietische Heimland », en langue Yiddish_ Le tirage en est de 25.000 exemplaires. • Manifestation contre la R.D.A. à Berlin-Ouest, avec la participation du chancelier Adenauer. 23-8. - En une nuit, 27 attentats au plastic en France, dont 15 à Paris. • Les troupes américaines arrivées en renfort à Berlin-Ouest sont dispo~ éef; à la limite de Berlin-Est. qUE SE 24-8. - L'U.R.S.S. proteste auprès des puisances occidentales contre l'utilisation des couloirs aériens menant à Berlin pour l'organisation d'activités revanchardes. - 25-8. - Washington décide le rappel de 75.000 réservistes. 26-8. - L'Assemblée générale extraordinaire de l'O.N.U., réunie depuis le 21 a:oût, adopte par 66 voix contre 0 et 30 abstentions, une résolution invitant « les gouvernements français et tunisien à engager des négociations immédiates II en vue du « retrait de toutes les forces françaises du territoire tunisien ". Le représentant de la France n'a pas participé aux débats. • Un congrès international des néo· nazis se tient à Kassel (République Fé· déraIe Allemande). 27-8. - Pour la première fois, neuf élèves noirs admis dans quatre école de l'Etat de Géorgie (U.S.AJ, où la ségrégation était totale. Légers incidents. 28-8. - « Ratonnades II à Oran : 6 morts et 38 blessés, tous musulmans. • Graves incidents à Monroe, aux U.S.A. (Caroline du Nord) où était arrivé un groupe de 75 « voyageurs de la liberté ", blancs et noirs, venus protes. ter contre la ségrégation. 30-8. - Cinq mulsulmans tués et 31 bles. sés à Oran, au cours de nouvelles manifestations racistes. • Plusieurs attentats à paris, dont un chez le pasteur Boegner, ancien président de l'Eglise Réformée de France. • Un noir occupera pour la première fois un poste de juge fédéral aux EtatsUnis. Il s'agit de James B. Parsons, nommé dans le district du Nord-Illinois. 31-8. - Plusieurs attentats à Paris, dont un au domicile de M. Jacob Kaplan, Grand Rabbin de France. • Faisant état de l'aggravation de la tension internationale et de l'échec des pourparlers engagés sur le désarme· ment, l'U.R.S.S. décide de reprendre les essais d'armes atomiques, qu'elle avait interrompus unilatéralement en septembre 1959. SEPTEMBRE 1 .. 9. - Ouverture de la conférence des pays non engagés, à Belgrade. • Deux mille soldats de l'Allemagne de l'Ouest arrivent au camp français de Sissonne, pour une périOde d'entrainement d'un mois. • Six musulmans lynchés à Oran. • Le groupe afro-asiatique à l'O.N.U. élève une protestation à la suite de plusieurs incidents racistes dont des diplomates africains et asiatiques ont été victimes à New·York. 4-9. - Grève des musulmans à Oran, a l'appel du F.L.N., pour protester contre les récentes « ratonnades ". • Le ministre ouest-allemand des Affaires étrangères, von Brentano, déclare: « L'Occident n'a rien à offrir, et il ne fera ni concessions ni propositions ll. 5-9. - Dans l'union, les organisations républicaines tiennent des meetings contre les attentats de l'O.A.S. à Montpellier et Bayonne. • Nouveaux incidents à Bizerte, on les parachutistes français ouvrent le feu . Deux morts et vingt blessés tunisiens. • Les Etats-Unis décident de reprendre les essais nucléaires souterrains. 6-9. - Fin de la conférence des pays non engagés, qui demandent une rencontre Khrouchtchev-Kennedy, l'indépendance immédiate des pays coloniaux, le désarmement général et complet, ainsl qu'une réforme des structures de l'O.N.U. • Dix-huit élèves noirs admis sans incidents dans une école réservée aux blancs à Dallas (Texas). 7-9. - Recevant M. Nehru, M. Khrouchtchev renouvelle sa proposition d'une conférence internationale pour un traité de paix allemand, qui permcttrait de nOl'maliser la situation à Berlin. « La question principale, déclare-t-il, c'est de prévenir la guerre. On ne peut. r ésoudre par la menace le prOblème allemand. )} 8-9. - Après la prolongation du service de six mois de nouvelles mesures militaires sont annoncées à Bonn. 9-9. - Attentat manqué contre le génér al de Gaulle sur la route de Paris il. Colombey. PASSE.T.IL? PRoeES • L/ agression de la rue F. Miron Un an et un mois après leur crime, les deux « harkis » qui s'étaient livrés à un raid antisémite dans un café juif de la rue François-Miron à Paris, comparaissaient devant la 246 Chambre du Tribunal de Grél:11ge Instance de la Seine. On se souvient des faits : le dimanche 17 juillet 1960, en fin d'après-midi, c;es deux policiers supplétifs _p'~nétraient, l'arme au poing, dans le café « Chez Zizi », en criant : - Allez, sales Juifs 1 Races de chiens 1 Tous au fond. J oignant le geste à l'injure, ils frappaient à coups de crosse plusieurs consommateurs. L'un des deux agresseurs dirigeait son revolver sur le patron du café, M. Nabets. qui, infirme, ne pouvait se déplacer. C'est alors- qu'un jeune homme, Emile Dana, s'inJerposant, reçut une balle dans le ventre, et s'écroula dans une mare de sang. Les criminels s'enfuirent et ne purent être rejoints qu'après une longue poursuite, tandis qu'Emile Dana subissait une longue intervention à l'hôpital SaintAntoine, où il devait rester quatre mois. Les deux harkis sont inculpés maintenant de... « coups et blessures involontaires ». Le président Wagner, à l'audience du 17 août, s'étonna lui-même de cette formulation. « Vous êtes des policiers chargés d'une mission de confiance, s'écria-t-il, vous r,evêtez 1tn uniforme et vous vous enivrez! Vous tirez dans un café juif parce qUIJI vous n'aimez pas les Juifs, et vous cherchez à V01M proc1wer du chanvre indien pour votre usage personnel! ... Delt% policiers en ttniforme, ivres, et qui se livrent à des violeonces 1 ... Mais vous, C hebab, vous êtes en liberté provisoire! Et vous, Barkat, vous tirez pour ainsi dire à bout portant, à JO cm. dt, ventre d'un homme, et on dit que vous n'aviez pas l'intention de tuer! Allons donc 1 ... » Il souligna Que le préfet était civilement responsable des agissements des harkis. En raison des vacances, le président décida de renvoyer l'affaire au 19 octobre. M. Emile Dana est défendu par Maîtres Badinter et Rosenthal. M. N abets et les autres consommateurs brutalisés, dont les blessures ont été constatées aussitôt, sont défendus par nos amis Maîtres Manville et Dymentsztajn. • Battu et condamné ... Il est difficile d 'imaginer homme plUll doux, plus modéré, plus courtois que M. Gaston Weinberg. Son visage émacié. entouré d'un collier de barbe noire, respire le calme, la loyauté. Agé de 50 ans, 11 poursuit à la Sorbonne des travaux d'anthropologie; et pour étudier le jour. il travaille la nuit aux « Vigiles de France ". Pourta nt, à la barre de la 23' Chambre Correctionnelle, des hommes, taillés en armoire à glace, désignent d'un doigt vengeur sa frêle silhouette: - Il nous a frappés, disent-ils. Nous l'avons retenu pour empêcher qu'il se fassc mal. .. Que s'est-il donc passé. Rentrant chez lui, le matin du 8 mai, après avoir quitté HENRI ALEXANDRE _~EUX ijU'EMPORTE LE TRAIN '" VERS L'ENFER D'EICHMANN « E.n évoq·uant ces temps abominables, l'auteur nous rappelle que, même alors, toute humanité n'était pas bannie de Ce monde. » « DROIT ET LI SERTE» (mars 1961) EN VENTE ALI JOURNAL CONTRE REMBOURSEMENT: 8,70 NF EDITIONS DU SCORPION 1, rue Lobineau - PARIS-6' - Tél. : ODE 59-68 son travail près des Halles, M. Weinberg est interpellé par des policiers qui lui demandent ses papiers. TI montre sa carte de « vigile ", mais elle date de 1956, et n'a d'autre papier que la carte de déportée de sa mère. Les agents insistent, réclament un bulletin de paye, puis demandent: - Quelle est votre nationalité ~ E1rcédé, M. Weinberg répond: - Auvergnat. C'est ici que les thèses divergent. M. Weinberg explique qu'il fut alors poussé brutalement dans un fourgon de police, tandis que pleuvaient les coups et ies injures: - PolIak ! Encore un métèque ! ... - Les types de ton espèce, leur placeest dans la chambre à gaz ! Mais les pOliciers afnrment : - On l'a pris pour un clochard. ,C'e8~ lui qui nous insultait. Il se débattait pour se blesser. Il a fait de la rebellion ... Le procureur se lève et renchérit: - Je demande une peine de prison : ça lui apprendra à respecter la police. Et s'étonnant que M. Weinberg ait dit: « Les Juifs sont persécutés depuis JésusChrist ", il s'inquiète de son état mental. Ce qui est certain, c'est qu'inculpé de « violences à agents ", M. Weinberg pré. sente des certificats médicaux établis après son arrestation et signalant, entrpautres, un hématome à l'oeil et une côte fracturée. Après avoir passé une nuit sans couverture à Nanterre, il fut conduit à la Santé, où il resta 10 jours. Après une habile plaidoirie de M' Jacques Gambier de Laforterie. d 'une humanité teintée d'humour, le tribunal , sans se prononcer sur « les violences reprochées par le prévenu aux agents " , dont il n'est pas saisi, le condamne, pour l'exemple, à 300 NF d'amende avec sursis. TELEVISION • « Faire face ~ au racisme L'émission télévisée d'Igor Barrère et Etienne Lalou, « Faire face » était consacrée, le 11 septembre, au racisme_ Notre mouvement, qui a apporté lion concours à cette réalisation, tient à en féliciter ses auteurs. Car ce fut, de bout en bout, une réussite et, pour beaucoup, une révélation. Que le racisme existe en France, persoÎlne ne le nie. Mais les questions p0- sées au hasard dans la rue, les photos prises de passants se retournant pour observer le couple d'un noir et d'une blanche, on montré la prOfondeur étonnante des préjugés à l'heure actuelle. Ce ra.cisme certes n'est pas agressif, il est souvent inconscient, mais nos amis y verront la preuve que notre Mouvement a encore beaucoup à faire pour développer l'esprit de tolérance et de simple compréhension. En soulignant la souffrance des victimes du racisme ou de l'antisémitisme ; en montrant aussi comment, sur le lieu du travail, par exemple, peut naître et se développer l'amitié entre hommes d'origines diverses ; en donnant enfin la parole à Jean Rouch pour des explications détaillées et percutantes, nous sommes certains qu'Igor Barrère et Etienne Lalou .ont 'apporté 'une contribution des plus efficaces à l'oeuvre que nous poursuivons. Cette émission comporte une seconde partie prévue pour le 15 septemb r~ . Nous y reviendrons. u. S. A. • Incidents mineurs pour la rentrée Il n'y a pas eu cette année de nouveau Little Rock pour la rentrée scolaire aux Etats-Unis : seuls, quelques incidents mineurs ont marqué, p our le moment, l'admission d'élèves noirs dans des écoles jusqu'ici réservées aux blancs. Il faut voir dans ce progrès le résultat de la vigoureuse campagne poursuivie depuis plusieurs mois par les ({' pèlerins de la Liberté » pour s'opposer à la ségrégation dans les transports et dans les restaurants. Le fait que des blancs participent à cette campagne prouve que l'opinion prend de plus en plus conscience du caractère barbare du racisme et de la réprobation qu'il soulève dans le monde. Cependant, la bataille est loin d'être terminée. L'intégration scolaire, chaque fois qu'elle a lieu, se fait au compte-gouttes. Seuls quelques élèves noirs sont admis, à titre d'essai, dans les écoles « intégrées » . Faisant récemment le point sur cette question, le New York Times dOMait (en- IV"i. cllit ........... ,.. .. '!l \ qUE SE PI\SSE-T-IL ? 3 (Suite de la page 2.) tre (, ,,,tres) les chiffres suivants pour des Etats où la ségrégation a cessé d'être totale ces dernières années. Louisane : 4 élèves noirs « intégrés » sur 278.000; Caroline du Nord : 50, sur 319.000 ; Arkansa~

100 sur 104.000 ; Virginie: 170

sur 2 11.000; Tennessee: 200 sur 148.000; Floride: 775 sur 201 .000 ; Texas : 3.500 sur 288.900. Dam le district de Colombia, où se trouve ICI capitale' d.es Etats-Unis, la « déségrégation » est beaucoup plus avancée, mais elle n' est pas totale : elle atteint 73.300 élèves noirs sur 89.500. NAZISME • Pensions les S.S. pour Le parlement de Bonn a voté, le 29 juin, à l 'unanimité, une loi qui permettra aux anciens waffen S.S. de recevoir désor· mais une retraite, payée par l'Etat ouest· allemand. La WafJen S.S. qui, constituait, une cc unité armée permanente à la disposi· t ian exclusive » de Hitler, avait été con· damnée en tant qu'organisation crimi· nelle par le Tribunal international de Nu· remberg. La loi du 29 juin assimile pour la première fois les membres de ces « unité& d'élite » aux combattants de la Wehr· macht. Ils pourront donc faire valoir leur droit à la retraite à partir de cinq ans de service. Leurs pensions seront calculées d 'après les traitements qu'ils perce· vaient à la date du 8 mai 1945. . Le M.R.A.P. a élevé une protestation indignée contre cet « insolent défi aux vic· times de la barbarie nazie et à tous ceux qui se sont sacrifiés pour la combat· tre ». • Trafic davres sur les ca .. Scandale dans les milieux médicaux allemands, Dans une revue spécialisée, a paru une annonce publicitaire en faveur d'un médicament dont le fabricant préci· se qu'il a « été expérimenté avec succès, au camp de Dachau », et que Heinrich Himmler, chef des Waffen S.S., l'avait dé· claré satisfaisant. On sait ce que cela veut dire : c'est sur les déportés, traités en cobayes, que les médecins nazi8 ({ essayaient » toutes sortes de médicaments. Ceux qui ont survécu à ces « expériences » en ont conservé pour la vie des maladies et des infir· mités. Une autre revue médicale s'étant insurgée contre cette publicité, l'a déclarée « ne mauvais goût » : c'est elle qui est poursuivie. RACISME • La «ratonnade» de Metz Les nazis comparaient les Juifs à des rats. Aujourd'hui, les racistes désignent les musulmans du nom de « ratons ». Pogrome, lynchage, cela se dit, en I96I : « ratonnade ». En Algérie,- les « ratonnades » sont hélas ! fréquentes, et depuis fort longtemps. Il n'y avait pas eu encore en France même d'opérations' de ce g-enre sur une g-rande échelle. Les parachutistes cantonnés en Lorraine ont mis un terme à cette lacune. Déjà, le 23 juillet à Nancy, des commandos se li v rant à la « chasse aux ratons » assassinaient froidement deux Algériens à coups de poignards. Mais à Metz, le lendemain, ce fut bien pire encore. Pendant plusieurs heures de la nuit, les « parachutistes » déversés dans les rues par camions entiers, occupèt"ent la ville aux cris de « A mort les ratons ! » A coups de bouteilles, de matraques, de ceinturons, ils s'attaguèrent à tous les passants dont le « faciès » leur paraissait être celui d'un Algérien. Deux opvriers italiens, en raison de leur teint bilsané, figurent également parmi les blessés de cette nuit de terreur. Au total, le bilan des échauffourées fut de 4 morts et 28 blessés. Le M.R.A.P. dénonça avec vigueur ces représailles collectives, demandant, dans une résolution publique, que les coupables soient châtiés sans défaillance. On ignore encore à présent quelles mesures ont été prises à cet effet. On peut se demanaer si la nomination récente du général Massu au poste de gouverneur militaire de Metz était la façon la plus opportune de remédier à la tension ainsi créée. COMPLOTS • Les mêmes ... Il y a quelque temps, « l'Express )} publiait le programme de l'O.A.S., qui avait été saisi au cours de perquisitions. Ce programme, évidemment, présente toutes les caractéristiques du fascisme et du raci sme. Préconisant une « véritable opération chirurgicale» pour « extiper définitivement les causes de la décadence française », il prévoit, entre autres : la formation d'un « Gouvernement de Salut public avec les responsables du mouvement hational'iste français », la dissolution des partis, la création « d'unités territoriales )} avec « tous les jeunes citoyens ayant combattu depuis LA PARUTION DE « D. L. » Notre journal, pour des raisons matérielles, n'a pas pu paraître penaant l'été. Nous nous en excusons auprès de nos fidèles lecteurs qui, naus n'en doutons pas, apprécient n05 efforts. Par mesure de compensation, tous les abonn'ements en cours seront prolongés d'un mois. A partir du présent numéra, la parution reprendra régulièrement, le 1 S de chaque mois. Nous comptons sur la compréhenf s'ion de tous nos amis, et aussi sur leur coopération pour faire connaître et diffuser toujours plus largement ! « Droit et Liberté ", tribune et trait d'union de tous les antiracistes. L'Administration. ~,25 mai 2010 à 12:58 (UTC)25 mai 2010 à 12:58 (UTC)25 mai 2010 à 12:58 (UTC)~y 1 S ans pour la défense de la civilisation (sic !) et du territoire national, outre-mer et en Algérie " i la « protection des minorités blanches en Afrique " i la « libération 'immédiate '~es patriotes empri$~nnés (entendez les comploteurs fascistes) ; l' « adoption de la Croix celtique (emblème de « Jeune Nation )} et de l'A.C.S) comme emblème nationa l officiel », etc. fi ne manque pas même la note démagogique indispensable. Ce programme propose en effet, pour résoudre la crise du logement, la confiscation des appartements « des métèques indésirables " et des cc locaux occupés par les organismes internationaux parasitaires ,). Parmi ces organismes figurent, ent,re autres, l'U.N.E.S.C.O. la ligue des Droits de l'homme ET LE M.R.A.P. L'indemnisation des victimes françaises La haine des comploteurs envers notre Mouvement n'a rien d'étonnant, et ce n'est pas un hasard si parmi les « activistes » arrêtés ces derniers temps, figurent un certain nombre d'ex-militants poujadistes, un rédacteur de « Rivarol " et un autre de « La Nation Française ", l'organe de Pierre Boutang . de la persécution S EIZE ans après la cessation des hos, ti lités et alors que beaucoup de victimes des persécutions national-socialistes sont mortes, le gouvernement al· lemand s'est enfin décidé à faire un geste à l'égard des victimes françaises. Une convention franco-allemande du 15 juillet 1960, prévoit le versement de 400 millions de D.M. au gouvernement français chargé de la répartition de cette somme aux ressorti ssants français. Un décret du 29 août 1961 «( J.O. » du 30-8-1961) réglemente en principe cette répartition. Il ne peut être question, dans le cadre d'un article de journal, de faire un commenta ire, même succinct de ce décret, dont la rédaction la isse beaucoup à désirer et qui, en raison de sa très grande imprécision, risque de provoquer bien des déceptions et des 1 itiges. . Pour informer nos lecteurs, le décret peut être résumé de la manière suivante: 1. - ONT DROIT A LA REPARTITION 1) Les déportés et internés qui au moment de leur persécution et à la date du 15-7-1 961 étaient de nationalité française

ainsi que ceux qui ont acquis cette

nationalité avant le 15-7-1961. 2) Les ayants droit des déportés et internés français dans l'ordre suivant : a) le conjoint survivant ; b) à défaut de conjoint, les descendants ou ascendants dans l'ardre successoral prévu pol' le Code Civil. A ce propos, il y a lieu de faire trois remarques: a) Faut-il que la condition de nationali té soit remplie par le déporté ou suffit-il que l'a)-ànt droit ait acquis la nationalité française avant le 15-7-1961 ? La rédaction ambiguë du décret permet toutes les interprétations. li nous semble que seule la nationalité de la victime peut être prise en considération. Ce qui exclurait les ayants droit français d'une victime étrangère. Cette solution est parfaitement inique et une modification du décret s'impose. b) Le conjoint survivant est exclu de la réportitian s'il est remarié ou s'il vit en cdncubinage notoire. -Dans cette hypothèse les enfants peuvent- ils prétendre à l'indemnité? Le décret est mùet à cet égard. c) Sont exclus de la répartition ceux qui ont été indemnisés directement ou indirectement au même titre par les autorités allemandes. Il faut faire remarquer à cet égard qu'en principe (et en vertu de l'orticle 160 du B.E.G.l les autorités allemandes n'ont indemnisé les ayants cause qu'au titre du décès de leur auteur. A part quelques catégories de victimes, les ayants droit n'ont pas été indemnisés pour la privation de liberté (déportation ou internement). A notre avis, ceux qui ont été indemnisés uniquement en raison du décès de leur auteur, peuvent demander de participer à la répartition des 40 millions de D.M. ; cette répartition étant faite à un autre titre, savoir, au titre de la privation de liberté. II. - COMMENT SE FERA LA REPARTITION ? La demande doit être faite dans les six mois suivant la publication du décret (donc d'ici le 28 février 1962) et adressée au Ministre des Anciens Combattants et Victimes de la Guerre sur un formulaire délivré par ce Ministère. Les demandeurs doivent fournir les justificatifs suivants : a) qualité de déporté au interné, par la production de la carte nationale (ceux qui ne possèdent pas cette carte, pourront en faire la demande malgré la forclusion). b) preuve de la nationalité, soit par un certificat de nationalité délivré par le TriGunal d'Instance (ancien Juge de Paix), soit par le décret de naturalisation. cl preuve de la qualité d'ayant cause, par la production d'une attestation sur j'honneur. d) preuve de la non-perception d'une indemnité des autorités allemandes, par la production d'une attestation sur l'honneur. III. - QUEL EST LE MONTANT DE L'INDEMNITE ? S'agissant d'un crédit de répartition, il est impassible d'indiquer le montant de chaque part avant de connaître le nom· bre et la qualité de chaque participant. Le décret attribue - Une part pour les déportés ou leurs ayants droit ; - Trois parts pour les déportes au leurs ayants cause, avec les majorations suivantes

1/ 2 part pour le conjoint survivant ou pour les descendants ; 1-/4 :de part pour les ascendants. En aucun cas, on ne peut percevoir plus de 16 parts. La valeur de la part sera déterminée finalement par le Ministre des Anciens Combattants et Victimes de la Guerre. Telle est l'économie du texte qui vient d'être publié. Pour terminer, nous voudrions simplement souligner que ni la somme de 400 millions de D.M. allouée, ni la réglementation que nous venons d'analyser ne sont aptes à, « indemniser " ceux qui ont souffert dans les camps, ni ceux qui ont perdu un être cher. nazi• e Le très grand nombre d-- victimes des horreurs nazies en France aurait nécessité le versement de sommes de loin supérieures à celle prévue, et cela serait tout à fait dans les moyens de l'Allemagne fédérale. Ce qui est plus grave, c'est que moyennant le versement de cette. somme, le gouvernement français a déchargé l'Allemagne de toute réclamation ultérieure et lui a donné quitus pour ce qui restera éternellement la honte de ce pays. Me IMERGLlK, Avocat à la Cour, CHAUFFAGE CENTRAL PLOMBERIE SANITAIRE Ce qui devrait étonner - et inquiéter - c'est que d'un complot à l'autre, on retrouve les mêmes hommes, qui, arrêtés lors du précédent, puis jugés et acquittés (ou condamnés à des peines légères) reprennent imperturbablement du service, qu'il s'agisse de militaires, de tueurs ou d'og)tateurs. Ne pourrait-on pas les mettre hors d'état de nuire de. façon plus efficace, et surtout prendre les mesures préventives qui empêcheraient une poignée de fascistes, condamnés par l'opi nion, de se livrer à ces activités dangereuses ? Il y aura it pour cela un moyen : arrêter et châtier sévèrement avec les comparses, les véritables responsables, si ho ut placés soient-i ls. EAU ET GAZ COUVERTURE IL. SAIDOlUJlN1 14, rue Taylor, PARIS-10· - Tél. NOR. 95-62 - Métro : Strasbourg-St-Denis - République - Prix modérés Devis gratuits PARFUMS - GANTS - ECHARPES .----- A \ \ Dépannage rapide SACS - PERLES POUPEES - CADEAUX Il


4

DgPUIS le début de l'année, « Rivarol " a publié, (le 16 mars et le 25 mai), sous la signature de « Rivière ", deux grands articles d'une page, consacrés aux juifs d'Algérie. Ce n'est pas un hasard. D'autant moins que - fait notable - les chevaliers de la croix gammée rengainent pour l'occasion leur arsenal de calomnies et d'injures antisémites : au contraire, ils déploient toutes les ressources de la flatte· rie, et manifestent avec une pénible lourdeur, leur « sympathie » (le mot y est) pour ces « bons » juifs qu'ils entendent enrôler dans l'O.A.S. n s'agit d'une opération de grande envergure. Jouant sur les inquiétudes et le désarroi qu'éprouvent de nombreux juifs algériens, les ultras visent un double but. D'abord amener, coûte que coûte, des renforts à la cause de « l'Algérie française », en suscitant la création de « commandos juifs }) qui apporteraient leur concours aux commandos formés (entre autres) d'anciens S.S. En second lieu, pour compléter (et cimenter) cette alliance contre nature, l'organe des ultras cherche visiblement, en excitant les uns contre les autres, à provoquer des heurts entre juifs et musulmans, manoeuvre classique, aujourd'hui comme hier, pour créer un climat de troubles, rendant plus difficiles, sinon impossibles, la négociation et la paix. Dans le même ordre d'idées, il convient de rappeler qu'au milieu de mai, plusieurs quotidiens parisiens, sur la base d'informations démenties par la suite (et dont il serait édifiant de connaître la source) cnt aidé à accréditer, eux aussi, l'idée que les ultras se recrutaient en grand nombre parmi les juifs. GENERALISATIONS ABUSIVES Ces insinuations de caractère provocateur, et les conceptions mêmes qu'elles traduisent, ont soulevé de vives protestations. A Paris, huit organisations juives ont dénoncé dans une déclaration commune, ces allégations qui tendent à faire croire « que les juifs seraient ennemis du peu· pIe algérien et opposés aux forces démocratiques de France ». Sous le titre « La presse abusive ll, le journal algérois « Information Juive » constate, dans son numéro de mai que Il la simultanéité de ces publications (dans la presse quotidienne) donne déjà matière à réflexion ». Et il reproduit un communiqué du Comité Juif Algérien d'Etudes Sociales où l'on peut lire : « ... Dans la recherche effrénée du sensationnel, ces informations, que rien n~ confirme, sont publiées sans aucun souc: de responsabilité à l'égard de la communauté juive. « Il est caractéristique de noter que celle-ci est ainsi la seule famille spirituelle d'Algérie à être systématiquement mise en cause, pour des agissements réels ou supposés de personnages dont la confession n'a pourtant rien à voir avec leurs actes. « En protestant contre cette excitation. le Comité Juif Algénen d'Etudes Sociales tient à réaffirmer la volonté, maintes fois proclamée, des organisations juives de ce pays, d'un rétablissement rapide et total de la paix sur notre territoire, dans les Un appel du Comité iuif algérien d'études sode·les Le Comité juif algérien d'études sociales a publié un communiqué dans lequel il « rappelle les impératifs de la morale et de la religion israélites plaçant le respect de la personne humaine audessus de toute considération. « En ces heures tragiques, conclut-il, les juifs d'Algérie, en hommes l ibres, et seuls r esponsables de leurs opinions et de leur destin, doivent plus que jamais garder lcur lucidité et leur sang-froid ll. Une déclar,ntion du G.P.R.A. Dans un communiqué évoquant les événements de ces derniers jours à Alger et à Oran, un porte-parole du G.P.R.A. a déclaré à Tunis : « Au moment où le a.p.R.A . déploie de grands efforts pour assur er, dans le cadre d'une Algérie indépendante, une cohabitation fructueuse des Européens avec notre peuple, les provocations organisées et dirigées par les ultras ont pour but de compromettre la possibilité d'un tel avenir. Il est temps pour les Euro· péens d'Al gérie de réaliser clairement que le seul danger qui les menace dans leur avenir en Algérie vient d'une poignée d'aventuriers qui pré tendent perpétuer le colonialisme en A lgérie et instaurer le fascisme en France. II Tandis que les ultras déchaÎnent les violences 1 acisles Des voix s'élèvent pour la fraternité esprits et dans les coeurs, dans la sauvegarde des légitimes options de tous ll .. . « JUIFS ET MUSULMANS PEUVENT S'ENTENDRE II Cette mise au pOint prend tout son sens, quatre mois plus tard, après les dramatiques incidents d'Oran. Elle doit mettre en garde ceux qui, sur la foi de certains articles de presse, seraient tentés, aujourd'hui encore, d'attribuer à la totalité des juifs, en tant que tels, une position commune, quelle qu'elle soit. Témoignage de la diversité des positions, et aussi de la complexité du problème, nous avons reçu un tract ronéotypé diffusé récemment à Alger, et dont il faut souligner, quoi qu'on pense des conceptions qu'il exprime, l'esprit fraternel qui l'anime. Sous la signature : « Un groupe de patriotes juifs algériens ll, ce document déclare notamment : « Lorsqu'on songe à l'époque où de fécondes relations existaient entre juifs et musulmans, on est profondément ulcéré par l'attitude de certains de nos coreligionnaires qui, par ignorance de leur propre histoire dans ce pays et par oubli des mesures racistes du colonialisme, dont ils ont été eux-mêmes les victimes, se laissent impressionner par des slogans paniquards ou guider par des préjugés raciaux. II Se référant à des incidents qui se sont prOduits à Constantine et qui ne sont pas sans similitudes avec ceux de ces derniers jours à Oran, le tract préCise « Le 30 avril dernier, à la suite d'un attentat commis à Constantine, rue du Sergent-Atlan, certains de nos coréligionnaires, sans même rechercher les véritables auteurs de cet acte, se mirent à malmener les Algériens musulmans de passage dans cette rue . Sans la maturité politique de nos compatriotes musulmans, qui surent déjouer les provocations colonialistes, ces incidents auraient pu avoir de fâcheuses clmséquences. Toutefois, ils ont eu pour résultat de compromettre et de tendre les relations entre Algériens juifs et musulmans de Constantine. « Seuls, les ultras colonialistes, ces racistes impénitents, peuvent se réjouir d'une telle situation qui sert leurs desseins de division des populations algériennes, afin de' torpiller la négociation. D'ailleurs, tout laisse croire que l'attentat en question est, soit leur oeuvre, soit celle d'éléments M.N.A. au service du colonialisme français. Car nous sommes en mesure d'affirmer que le F .L .N . et l 'A .LN. sont totalement étrangers à de tels actes. II CONTRE LES PROVOCATIONS ... On peut également y lire : « Nous avons toujours pensé que le retour des Juifs à la nation algérienne garantira leur avenir dans ce pays ... C'est la position du a .p.R.A. Mais celui-ci préCise qu'il n'oblige nullement les juifs qui, en dépit des leçons de l'Histoire, tiennent à conserver la nationalité française à l 'abandonner. « Dans ce cas, leur futur statut sera semblable à celui des Européens quz conserveront cette nationalité. Ce statut fera l'objet des négociations entre la République algérienne et le gouvernement français, en même temps que sera discutée la future situation des Algériens émigrés en France. )} Et le tract conclut : « Afin de préparer cette Algérie fraternelle et faire de l'Algérie un Etat moderne, les juifs algériens., au lieu de se replier sur eux-mêmes, devraient renouer des relations avec leurs compatriotes musulmans avec lesquels ils peuvent, dans l 'immédiat, oeuvrer au succès de la négociation, aider les familles des victimes de la répreSSion colonialiste et s'opposer à toutes les provocations racistes et f ascistes des ultras. » D'AUTRES EFFORTS ... V'autres tentatives, d'autres efforts en vue d'une meilleure compréhension entre Algériens d'origines différentes méritent d'ailleurs d'être signalés. Nous avons, il y a quelques mois, publié un article de l'un des dirigeants du Groupement Démocratique (Algérien, de tendance libérale, et dont la présidence est assurée conjointement par un musulman, un juif et un européen. Une seule issue •• LA PAIX Sur un tout autre plan, citons également les activités de l'Union des Croyants, qui lançait récemment un appel ainsi conçu

« Musulmans, chrétiens, is raélites,

nous sommes tous frères ! ... Nous devons demeurer ensemble pour le bien de chacun et du pays. Restons unis ! Ne nous laissons pas diviser. Unissons-nous par la foi en Dieu pour la paix en Algérie, dans la fraternité et la justice. )} (SUITE DE LA PAGI: UNE) La plupart des journaux ont souligné aussi la réprobation de nombreux témoins de ces scènes, de même que l'étrange passivité de la police. « L'agitafion durait depuis cinquante minutes, et les forces de l'ordre n'étaient' .pas encore intervenues », note « France-Soir » à propos des incidents d'Oron entre juifs et musulmans. Et « Le Monde » à propos des incidents d'Alger, écrit: « Il ~araÎt ~u~prenan! ~u'u_n service d'ordre suffisant n Olt pas ete mis en place à Bob-El-Oued pour prévenir ce~ graves événements. D'autant que ceux-cI étaient prév'isibles ». UNE DECLARATION DU M.R.A.P. Le 13 septembre, le M.R.A.P. a rendu publique la déclaration suivante : Le M.R.A.P. déplore et condamne les violences qui, opposant juifs et musulmans, ont une nouvelle foi ensanglanté Oron les 11 et 12 septembre_ Ces douloureux' incidents, qui surviennent après les « ratonnades » de ces dernières semaines à Oron, en même temps que se déroulent d'autres scènes de lynchage à Alger, témoign-ent du degré inquiétant auquel atte'ignent les passions engendrées par la guerre, sans que les pouvoirs publics leur opposent de mesures efficaces. Le M.R.A.P_ s'incline devont les victimes et exprime à leurs familles sa totale sympathie. L-es heurts de caractère racial, outre qu'ils multiplient les victimes innocentes, tendent de plus en plus difficile une solution juste et humaine des problèmes posés en Algérie. De tels incidents ne peuvent profiter qu'aux ultras, à la fois antijuifs et ant'imusulmans, ennemis de la démocratie et de la poix, et qui s'emploient, selon une méthode bien connue, à dresser les uns contre les outres, pour retarder les transformations imposées par l'Histoire. Au nom des principes qu'il a toujours défendus, des efforts constants qu'il poursuit pour la compréhension et l'amitié entre les -divers groupes humains et tout particulièrement ceux qui souffrent directement du racisme, le M.R.A.P. lance un appel aux juifs et aux musulmans d'Algérie pour que cessent entre eux les violences. Les dramatiques incidents d'Oran et d'Alger doivent inciter plus que jamais les antiracistes à s'un'ir et à agir vigoureusement pour qu'une négociation rapide et sincère soit engagée en vue d'un règlement pacifique du drame algérien. Seule la recherche de la poix, une poix fondée sur la justice, respectant la dignité, la sécurité et les droits de tous les Algériens, sons distinction d'origine au de confession est capable de briser le cycle infernal de la violence. Seule 10 paix: peut faire naître la compréhension et la fraternité. Plusieurs journaux ont signalé que, dans la dernière période, à Oran et à Alger, les spectateurs des exaction ra· cistes n'étaient pas unanimes à les approuver, et que certains n'hésitèrent pas a manifester leur réprobation. Ainsi, malgré la propagande effrénée des ultras et la faiblesse des moyens dont disposent là-bas les partisans d'une olution pacifique ; malgré la mansuétude manifestée par les pouvoirs publics envers les comploteurs d'hier et d'aujour· d'hui et les responsables des violences racistes

malgré le désarroi causé par les

ruptures successives des négociations à propos de questions dont ont reconnaît par la suite qu'elles pourraient donner lieu à un accord ; malgré la terreur de l'O.A.S. enfin, des voix s'élèvent, des positions sont prises en faveur de l'entente. de l'amitié. C'est la preuve qu'il existe en Algérie des éléments susceptibles, demain, de r enouer, sur une base humaine, les liens que d'aucuns s'emploient à briser. Mais, pour cela, il ne faut pas ue la situation présente s'éternise. D'urgence, il faut négocier, il faut appliquer réellement et sans réticence l'autodétermination_ Et pour préparer l'Algérie nouvelle. encourager toutes les forces encore dispersées qui oeuvrent à la fraternité et à la. paix. les beaux sièges de votre confort .... ~~Slege --- leiner , 5 $ ~ ~atWin dormtin ... Quand GLOBKE (auiourd'hui ministre , a Bonn) exigeait (sous HITLER) l'application des lois racistes en France f j c'est • ,satJ.ollt Cl.•W JZ.e f DE nouyeaux documents sur le passé de Globke. auj ourd'hui mini stre d'Adenauer, ont été rendus publ ics récemment en Républ ique Démocratique All emande, Extrai ts des a rchives secrètes du gouvernement nazi, il s ont été publiés en All emagne de l'Ouest pa r la revue D er S piegel. Ayant en notre possession des photocopies de ces documents, nous nous faisons un de"" oi r de les présenter à nos lecteurs. .. ' " : ... )t,I. l, ~ ',,- Globke C011l llle représentant responsable (Sachbcarbeitcr). E lle est datée du 5 j u i Ilet I940. LE TR01STEME DOCUMENT, daté du 2 septembre I942, est le mémorandum présenté pa r le ministère de l'Intéri eur en l'éponse à la demande fo rmulée par le ministère des Affa ires étrangères dans sa ci rcula i re du 27 juin 1940. Ce mémorandum secret, précisant les exigences du ministère de l'Intérieur en ce qui concerne le tra ité de paix avec la F rance, est signé, étant donnée son importan ce, pa r le ministre lui -même. Fri c\;:. Ma is il a été, r épéton s-le, élaboré par Globke. C'est ce que confirment les documents sui vants. En effet : LE QUATRIEi\OE DOCUMENT est un tableau indiquant les responsables des diffé rents services du ministère de 1'1 ntér ieur en date du S juillet 1941. Globke est cité comme respon able (eno.~ v o t.Tb . \~·n \ 0 0 fUr den r r dl • • t.e ra o •• Jnoern el. s.c~~ •• ~G.,~.T so •• )\ 0.\ O\.~·o re,o n G . e,..e.lt\Jn ~ •• ,.4.n • belt!f'\@:. oar .1e .\1 m,,\ o.r ~II La lett r e du 5 juillet 1940 désignant Glob ke comme responsable du minis tère de l 'I ntérieur pour l'élaboration du traité de paix avec la France. LE PREil lT ER DOCUMENT est un e circula ire du ministre des Affaires étrangères, von Ribbentrop, pa r laquelle il demande à chacun de ses collègues de désigner un l'eprésentant pour la préparati on du t rai té de paix avec la F rance. Cette circula ire date du 27 juin 1940. Sur l'exemplaire dont nous possédons la photocopie, le mini stre Je l'Intérieur a in scrit à la ma in, en date du 1C juill et. quelques 1 ignes où il indique que son représentant sera Globke. LE SECOND DOCUi\fENT , por tant la menti on « Cc/i eilll » (secret) est une lettre officielle du mini stère de l'Intéri eur au ministère des Affaires étrangères confin11ant la nominati on de NOCES D'OR Une brillante réception a eu lieu à Pa, ris, le mardi 30 mai, pour les noces d'or de M. Francisque GAY, ancien vice,président du Conseil, ambassadeur de Fran, ce, et de Mme GAY, De très nombreuses personnalités étaient présentes. Parmi les invités se trouvaient MM. Léon Lyon-Caen, prési' dent du M.R.A.P. ; Pierre Paraf, vice, . président, et Charles Palant, secrétaire général, qui ont présenté leurs félicitations et leurs voeux au nom de notre Mouve, ment, dont M. Francisque Gay est mem, bre du Comité d'Honneur. NOS DEUILS M. Albert BAYET, qui vient de mou, rir à l'àge de 81 ans, fut l'un des fonda, teurs de notre Mouvement, dont il était membre du Comité d'Honneur et dont il soutint toutes les grandes campagnes. Président de la Fédér ation de la presse française, Président honoraire de la Ligue de l'Enseignement, il avait mis main, tre autres) de l'é laborat ion du trai té de paix. LE CINQülDIE DOCUMENT est un tableau semblable, ma is établi à la date du 1"' juillet 1943. Globke y occupe les mêmes fo nct ions. La da te de remi se du mémorandum (2 septembre T942) se trouvant entre celles de ces deux tableaux. il est é,' ident (l ue Globke a bien accompl i la tâche qui lui a été con fiée en 1940. Quel a été le fruit de son tra\'a il ? Le document numéro ') - le mémorandum en questi on nous l'apprend. On y \'oit apparaî tre dans toute leur absurdi té. mais a u ~s i da n ~ toute leur cruauté. les th éo ries rac istes hitl éri enn es, dont Globke s 'était fa it le champion dès tes fois, dans notre journal, son talent au service de la cause de la fraternité humaine. Il était en outre, membre du jury du Prix de la ..F. r a ternité. Nous avons ressenti douloureusement le décès de notre ami W. CIEGHANOSWSKI, fondateur et dirigeant du Comité du M.R. A.P. de Valenciennes, survenu en juillet. Une foule nombreuse a par ticipé aux ob, sèques de ce militant exemplaire, qui était unanimement aimé et respecté dans les milieux les plus divers. Que sa famille trouve ici l'expression de nos condoléances et de notre affection, MARIAGES Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage de notre ami Henri COHEN, dirigeant du comité du M.R.A.P, de Marseille, avec Mlle Gisèle SCHAPIRA. Nous leur présentons nos félicitations amicales et nos voeux sincères de bonheur.

Nous avons le plaisir d'annoncer le ma, r iage de notre ami Henri GOLDBERG, membre du Bureau National du M.R.A, P., avec Mlle Sarah CENTNER, Nous leur exprimons nos félicitations et nos voeux les meilleurs. 193.'i. lorsqu'il prépa ra et commenta les tri stement célèbres « lois de N uremberg » qui servirent de base juridique et de premi èr e étape à l'exterminati on des Juifs dans l'E urope enti ère. En voici quelques extra its : FRONTI ERES. - « L 'Alsace et la Lorra ine font déjà pa rtie du territoire du Reich. Mais cela ne saurait suff ire. D'autI'es pa rties importantes de la France devront être inco rporées à l'Allema gne afin que sa sécurité soit sauvegar dée, » T RANSF ERTS. « Tous les bâta rds de Rhénan ie. (do nt le père était lI oir) qui sont nés a près la premiè re guerre mondiale devront être remis à la cha rge du gou verne111ent frança is et transférés dans les coloni es françaises. » QUEST ION ,TC1VE. - « Le problème juif ne peut être l'ésolu d'une manière sat isfai ~a n te que si les mêmes mesures sont pr ises dans J'E urope ent iè r e. Aussi est-il de la plus haute importance que la F rance a ppl ique sur son territoire les lois de Nuremberg sur la protection du Sang. « La solut ion finale du problème juif européen devant conduire à une dépor tation générale des T uifs hors d'Europe, il sera nécessaire de demander l'accord du gouvernement 1rancais. » PROBLDIE DES NOIRS. « L'infi ltl'at ion clu sang noir en Europe ne peut être tolérée plus longtemps : dans la mesure où le mal est déjà fait. il do it être atténué autant que possible. Ce b11t mène aux demandes sui vantes : « a) L'immigrati on des gens de couleur (Nègres. il1alg-aches. Inclochi nois. i\ful âtl'es. etc .. . ) et leur établissement en F rance nc peuvent plus être tolérés .. . Dans la mesure où des personnes de couleur résident déjà en F rance, elles doiven t êtl'e déportées clans un délai d'un an clans les coloni es françaises d'outre- mer. selon leur orig-ine raciale. « b) Toutes relations sexuelles. conj EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d 'Ameubleme nt e t les g rands Magasins. L.25 mai 2010 à 12:58 (UTC)--~,~ jugales ou extra-conjugales, entre A l'yens et personnes de couleur, doivent être interdites et châtiées tant en F rance que dans ses colon ies. « c) Les personnes de coul eur ne peu\' ent pas deveni r citoyens français, Si cil es ont déjà reçu la citoyenneté française. cell e-ci leur sera retirée si la propo rtion de sang coloré excède un qua rt. » GITANS. - « Il sera nécessaire de conclure un accord avec le gouvernement frança is sur la déportat ion d'Europe des Bohémiens et des demi-sang Bohémiens. » Telles sont les condit ions de paix que Globke. haut - fonctionnaire hitlérien, \'oulait imposer à la France. Ne serait-il pas souha itable que le général de Gaulle. au cours d'une des nombl'euses rencont res qu' il a avec les autorités de Bonn, demande au chancel ier Adenauer pourquoi il fa it de Globke son plus intime coolaborateur ? Ce serait, pour la F rance, fai re preuve simplement de dignité, voire d'un souci bien compris de sécurité. que d'exiger le départ de cet inq ui étant « conseill er ». ERLIN quelques f ils La « crise de Berlin » occupe et occupera pendant un certain temps encore

e premier plan de l' actualité. Quelles en sont les origines ? Quelle en est la significa

tion et la portée? Alors que, trop souvent , le temps et les passlOns nsquent cl'engendrer l 'oubli , l' essentiel, pour Y voir clair , et, sans aucun doute, de se reporter aux faits. Rappelons-en quelques-uns. LES ACCORDS DE POTSDAM ET L'OCCUPATION DE BERLIN. Le 2 mai 1945, l'armée soviétique s'empare de Berlin, capitale de l'Allemagne nazie. Le 8 mai, le Reich capit ule. Le 2 août, les Etats-Unis, l'U.R.S.S, et la Grande- 15retagne signent les accords de Potsdam. . Ces accords prévoient la démilitarisation de l'Allemagne, pour que celle-CI « ne puisse jamais plus menacer ses voisins ou compromettre le maintien de la paix da;ns le monde» sa dénazification et sa démocratisation, la suppresslOn de son potentiel de guerre et le contrôle de son industrie lourde, le châtiment des criminels de guerre, l'interdiction de la propagande fasciste et le paiement de réparations, Peu après, un Comité de contrôle quadripar tite Etats-Unis, U.R.S.S. , GrandeB:: etagne, France) est créé pour assurer l'appllcatlOn de ces mesures. Son Siège est fixé en zone soviétique, à Berlin, qui est partagé en quatre secteurs, où siègeront les Cl uatre commandements alliés. . Les {( couloirs aériens » aboutissant à Berlin sont établis pour permettre le ra vitaillement des garnisons occidenta les. NAISSANCE DES DEUX ETATS AL.LEMANDS, Très r apidement les politiques menées à l'Est et à l'Ouest se différencient et divergent. Alors que, dans la zone soviétique les entreprises industrielles sont nationalisées elles sont remises à leurs anciens propriétaires, les Krupp, Thyssen, etc .. " dans les zones occidentales (novembre-décembre 1947) . Alors que dans la zone soviétique les préparations sont exigées, les trois zones occidentales, fusionnées le 20 juin 1948. sont incluses dans le « plan Marshall », Une monna ie nouvelle y est mise en circulation. Après l 'institution d'un « Conseil parlementaire » (le, septembre 1948), la République Fédérale AI}emande est c:réée,. avec ~onn p?ur capitale (23 mai 1 ~49) . Par voie de consequence , la Republlque Democratique Allemande est creée en zone soviétique, avec, pour capitale, Berlin,Est . (7 octobre 1949). LEUR EVOLUTION. L'évolution des deux Etats allemands est dès lors tout à fait différente. En R.D.A .. des efforts considérables sont accomplis pour effacer les vestiges du nazisme, Le pays est dirigé par d 'ancie~s militants antihitl~riens, dont beaucoup ont connu les camps de concentra tIOn . L'economle est soclallsee. . En R.F.A., les hommes du P9:ssé c0.nserven~ un~ influence certame et . souv~nt des postes importa nts, notamment a la tete de l armee, dans la pollce, et Jusqu au sein du gouver nement. Alors que la R.D.A. accepte les frontières fixées par les accords de Potsdam, la R.F.A. r efuse de les reconna ître et prépare ouver tement la reconquête des terntoires perdus, ainsi que l'annexion de la R.D.A, , . Les accords de Londres et de Paris (23 décembre 1954) consacrent la r emllltat'isation de la R.F.A. qui, bientôt, entre dans le Pacte Atlantique (9 mai 1955) .. Dès lors l'U.R.S.S. et les pays socialistes signent le Pacte de Varsovie (14 Dai 1955) et la' R.D .A. crée une armée, sur la base du volontariat (18 janvier 1956), LA SITUATION PRESENTE. Nous sommes en présence de deux Etats allemands absolument différents par lr;ur orien tation, leur mode de vie, leur structure. ~lors que l'U .R .S.S. a reconnu la RF.A. et entretient avec elle des relations diplomatiques, les pl1lssances OCCidenta les refusent de r econnaître la R.D.A. , Le régime d'occupation a. cessé dans toute l'Allemagn e... sauf à Berl~n ou, sont maintenues les quatre garmsons. De plus, les dirigeants de Bonn, avec l appUl des occupants occidentaux, se sont employés à intégrer Berlin-Ou est dans le système politique, économique et militaire de la R.F.A. Ainsi s:est .cr éée, au coeur de la R.D.A., une enclave de la R.F .A. où se livre une intense actlvlte de sape. Il y a là, de toute évidence, un certain nomb~e , d'an;malies qui, favorisant la guerre froide, alimentent l' esprit r evanchard et belhclste SI mquétant en Allemagne occiden tale. . Et l'anomalie la plus lourde de dangers, c'est le renverseme~t des all~ances qui fait que les peuples hier victimes du milita~i.sme allemand seraient appeles, en cas de conflit, à se battre au service de ses ambltlOns. . ., . Tous ceux qui n'ont pas oublié ne peuvent que so~halter une n egoclatlOl; entre les vainqueurs de Hitler pour mettre fin, par un traite de paix, aux espOIrs e. aux préparatifs de r evanche entretenus à Bonn, Il semble, fort heureusement, que des progrès aient étt: réalisés, depuis quelques jours, dans cette direction,


r------------------------------------------------------------------ ------------------------------------------------- 7 111111111111111111 1 11 1 1 1 111 1 11111 1 1111111111111111111 1 11 1 11111 1 111111111111111111111111 1 11 111 11111111111111IIIIIII i llllllllllllllllliilllillll! IIIII IIIIIIIIII:1I!I!IIIIIIIIIIIIIIII~ , libres et egaux ... • , ent fut supprime ge (28 septembre 1791 - 4 février 1794) de rapines, d 'oppression , la Révol ut ion ière fois dans l' hi stoi re, rompit bru talesa uvegarder l' intégrité de princ ipes qui iol abilité des d roits de l' Homme. s·ans hés itat ions et terg iversations. ut enf in fo ire admettre que les Juifs hommes comme les out res, et e lle lança monde_ gne de façon active dès 1788, et su si ~ien sensibiliser j'opinion sur cette questIOn, qu'en mai I789, quarante-quatre cahiers de doléances abordaient résolument le problème. Les abolitionnistes trouvaient en face d'eux, trois clubs puissants de colons ou d'armateurs : le Comité de la rue de Provence, le Club de l'Hôtel Massiac, le Club des Armateurs et Négociants. Les représentants de ces sociétés peuplaient l'Assemblée Constituante, à une époque où seule la fortune et l'aisance, sinon les titres nobiliaires, permettaient de siéger dans les Conseils élus. La tâche des révolutionnaires « négrophiles » était d'autant plus difficile que leur combat se présentait sur deux plans D'une part, il y avait la question des affranchis et des hommes « de couleur » libres' d'autre part, celle des Noirs esclaves. C'est la première qui fut d'abord ouvertement et âprement débattue, les affranchis constituant déjà en I789 une classe d'hommes conscients et parfois bien organisés et Dar Léonard SAINVILLE pouvant déléguer à l'Assemblée Nationale (mais pas encore comme représentants) des orateurs capables comme Raimond ou Og-é. Ils I-emuaient à la Guadeloupe, ils remuaient à Haïti, et dès le 8 mars 1790, un décret leur reconllut implicitement les droits politiques, Iliais ces droits se limitaient aux seuls territoires d'Outrc-Mer. C'était peu, c'était insuffisant pour des hommes assoi ffés de dig-nité_ Et les troubles, un instant apaisés, reccmmencèrent de plus belle_ Dans le même temps ,les discussions qui avaient lieu à la Constituante à propos des colonies aboutissaient à la reconnaissance à mots couverts du r ég-ime de l'esclavage. La situation devenait explosive de l'autre côté de l'Atl antique. Aussi, l'Assemblée, malg-ré ses r éticences, en vint, par une mesure transitoire et encol-e timide, à reconnaître les droits politiques aux hommes « de couleur » nés de père et mère libres (décret du 18 mai 1790). Cette première disposition, malgré sa notoire insuffisance, allait susci ter une telle onstituante il soit décrété « que tout homme qui atteindra le territoire français demeurera irrévocablement libre ». La proposition de M. Dandré est adoptée. M. Emmery. - Je demande que, nonobstant l'énonciation du principe établi par la délibération précédente, il soit formellement décrété que tout homme, de quelque couleur, de quelque origine, de quelque pays qu'il soit, sera libre et jouira des droits de citoyen actif en France, s'il réunit d'ailleurs les conditions requises par la constitution. La proposition de M. Dandré est adoptée.

    • *

Il fallut aitendre jusqu'au 4 février 1794 (16 pluviose an II) pour que l'esclavage soit supprimé non seulement sur le territoire métropolitain, mais également dans les colonies. Le décret adopté à cette date est formulé comme suit .- « La Convention Nationale déclare aboli l'esclavage des nègres dans toutes les colonies

en conséquence, elle décrète que tous

les hommes, sans distinction de couleur, domiciliés dans les colonies sont citoyens français, et jouiront de tous les droits assurés par la constitution. « Renvoie au Comité de Salut Public pour lui faire incessamment un rapport sur les mesures à prendre pour l'exécution du présent décret. » rési stance de la part des colons, que pendant un an encore, elle ne put entrel- en appl ication. DE LA CONSTITUANTE A LA LEGISLATIVE La Société des Amis des Noirs ne restait cependant pas inactive. Deux de ses membres, en particulier, déployaient une activité débordante. On peut dire que Grégoire ne cessa jamais, usant ou de la parole ou de la plume, de mener la lutte antiraciste. En janvier 1790, il déposa sur le bureau de l'Assemblée, son long plaidoyer en faveur des Noirs. En octobre de la même année, il publiait une longue « Lettre aux philosophes » sur les malheurs des Noirs. Soixante ans avant Schoelcher, il entretient une correspondance suivie avec les Noirs des Antilles, et en .iuin 179I, il publie sa « Lettre aux Noirs libres de Saint-Dom ingue et des autres îles françaises ». De son côté, Brissot dans le journal « Le Patriote» qu'il dirige et qui est l'org-ane de L'Abbé Grégoire, promoteur de l'émancipation des juifs, « ami des hommes de toutes les couleurs }) la Société des Amis des loi rs, n'arrête pas un joUl- l'offensi\'e abolitionni ste qu'i l a commencé à menel- dès I788. D'autres constituants encore, animent les d'ébats à l'Assemblée et proclament en faveur des ~oi r s les g-rancls principes cI'égalité. Mais en face, il y avait les « colonial istes » cie l'époque, dont les principaux porteparole étai ent un autre abbé, Maury, un colon de la Martinique, Dillon, et SUI-tout cieux publici stes esclavagistes qui ne manquaient pas cie talent, Moreau de Saint-Merry, martiniqua is. et le marquis cie Gouy d'Arcy, colon cie Saint-Doming ue, tous deux députés cie cette dernière île_ C'est pourquoi l'A ssemblée Constituante se séparera sans que rien de valable n'ait été, fait en faveur des esclaves et sans même que la cause cles Noirs libres ait reçu une solution COnf0n11e à l'équité, et on ne peut !!uère citer à son actif que le clécret du 28 septembre 1791, qui supprima it l'esclavage en métropole, et consacrait une si tuation de fait. De par sa composition, elle repl-ésentait trop exclusivement encore les intérets de la grancle bourgeoisie (ses cléputés n'étaient que les représentants des « citoyens ac·tifs » ou contribuables) pour qu'en son sein pussent être adoptées des mesures raclical e~ et vraiment révolutionnaires. Mais elle avait été une tribl!l1e, et tout le travail qu'avaient pu y faire ses éléments avancés, tout le bon grain r épandu ne sera point perdu. . L'Assemblée législative, émanation d'un électorat moins conservateur. se montrera plus déciclée. De ses rangs déjà, ont di sparu les esclavag-i stes les plus enragés. Aussi, malgré les intrigues d'un Barnave, homme à deux faces, malgré les stipencliés des colons oui continuent à se démener et sous la pression des événements qui se 'déchaînent aux Antilles, coup sur coup sont votés cieux décrets en faveur des Noirs libres. Le 24 mars 1792, les droits civils et politiques leur sont solennellement reconnus et le 22 aOllt cie la même année, le droit cI ~ (Suite page 11)


- - - - -

- - - - - - - -::: 1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 11111111111111111111111111111 11 1111111111111111111111IIIIIIIIIIIIIII!IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIIIIII(IIl!1!llm lE Il C IHIIMI A INIINI lE l ( IllE Au procès. de J éru,salem, les ~ébats cnt,pris fin . Il y eut s ~cce ssi vement

1) un debat souleve par la defense sur la compet e nce du

t ribunal , clos pa r un prem ier jugement recon naissa nt cell e-ci Cl) ; 2) les répo nses de p ri nc ipe de l'a ccusé aux q uestions de c ul pabil ité (2) ; (3) un poignaln t exposé de l'accusa tion pa r le proc ureu r Haus ner ; 4 ) l'aud ition de cent témoins à charge ; 5 ) l'a ud ition d ' Eichmann, inte rrogé se lon le mode anglais -- comme s'i l était t émoin lui-même; 6) le réqu is itoi re du procureur Hausner ; 7) la p laido rie de Me Serva titus. On attend le verdict eln novembre. De tout cela, chacun, chaque jour, 11 Slli\-j la chron iql1e. Je voudrais quant à moi, me dégager de celle-cl : Illon dessein est de chercher si, d ~ l'instance , quelq1les leçons d'ensemble peuvent déjà s'indllire. L'ACTE d'accusation énonce quinze griefs contre Eichmann. A l'exception de quatre d'entre eux (:Ù, ils se résument en un seul : avoir efficacement di rig-é la section IV B 4 de la Gestapo (4). Comme ce grief central engendre des conséquences en tous sens, rappelons, une fois encore, ce qu'il recouvre exactement. La section IV B 4 était la « section juive ». Dans l'organig-ramme de la Gestapo, sa nécessité découle du caractère à part, selon les nazis, du « problème juif ». Car, dans la hiérarchie des races, le nazisme ne se contente pas d'assigner aux Juifs un rang inférieur : il les charge, par rapport aux autres races inférieures, de traits spécifiques. D'abord, tandis que les Slaves, les Latins et les Afro-Asiatiques sont biologiquement destinés au rôle de serfs ou de valets, mais, somme toute, ne devienpa r Jean SCHAPIRA nent l'ennemi du Germain que par leur résistance à cette mise en condition, le Juif, lui, est l'adversaire-né : il ne lui suffit pas de refuser la domination : il la veut pour lui (S). Ambition sing-uIière, cI'ailleurs, qui se manifeste en même temps à droite (les « jucléo-ploutocrates ») et à gauche (les « judéomarxi stes» (6) . Second trait alors que la lutte contre les autres races a lieu par guerres et conquêtes, le Juif - disséminé, métissé som-ent - se prête mal à l'esclavag-e ou au massacre sans préparation adéquate : avec lui, il faut user d'un processus spéci al (identifi cation, recensement, déportation et rassemblement), applicable, bien cntendu, par cles spéciali stes : l'honneur d'Eichmann fut d'être le meillelll- d'entre eux. Quant au tra itement fi nal auquel la « section iuive » destinait les Juifs, il ne devint génocide, au sens technique du terme, qu'en 1941. Mais, à cette c1ate, il y avait beau temps qu'à côté de l'expulsion et de la concentration, le massacre partiel était de mise. Le mécani sme évoluait sans à-coup vers une solution qu'Hitler n'avait .iamais cachée « Nous devons développer la technique de la dépopulation. Si vous me demandez cè que j'entends par dépopul ation, je vous répondrai que j'env isage pa r là ia suppression d'unités raciales entières. Et c'est ce que j'ai l'intention de fa ire » (7). On mesure. au regard . ce qu.e valent les alibis malgache et ierroviaire d'Eichmann. DEPUIS les procès de T94S -46 (8), tout cela est archi-connu, de même que nul, dans les milieux juifs et déportés, n'ignore le rôle moteur d'Eichmann à son poste et son zèle de tueur presse-bouton_ En équité, le verdict est acquis d'avance. En procédure expéditi ve, Eichmann serait pendu haut et court sur simple vérification d' identité. Pourtant, un procès s'imposait, et dans les formes (9). Pour trois rai sons. La première, si agaçante padois soit la routine judiciaire, est qu'on n'a rien trouvé de plus efficace contre le soupçon d'arbitraire que la confrontation publique de l'accusation et de la défense et l'obligation de motiver le jugement

de quels péchés elit-on chargé

Israël si, d'une traite, Eichmann était allé d'Argentine au gibet! La deuxième raison, c'est que - comparé par exemple il Himmler ou à Goebbels - Eichmann est une étoile de moindre éclat avant sa capture, son dossier, si accablant soit-il, ne défrayait g-uère la presse

seul peut le diffuser un procès retenti

ssant. Historiquement parlant, la troi s ième raison surpasse les deux autres

alors qu'un peu partout, en I96I ,

le racisme bat son plein, l'occasion est exceptionnelle de rappeler jusqu'où va sa logique et quels risques, par conséquent. représentent encore, en R.F.A. et a illeurs, ceux qui, de 1933 à 1945, ont organisé le voyage au bout de la nuit. En ce sens, le procès de Jérusalem dépasse de loin la personne de l'accusé et la communauté de ses victimes. Un .iournal ouest-allemand a eu le courage de l'écrire : « C'est l'anonymat d'Eichmann, son caractère interchangeable qui constitue la pi re des accusations » ( ID). Or. sur ce plan, l'appareil j udiciaire israélien s'est montré étrang-ement réticent. A lire les comptes rendus, une contradiction flagrante entache le débat. D'un côté : des tonnes de documents, d'innombrables témoignages, des projections de films. un réquisitoire de plusieurs jours, plus de quatre mois d'audiences. De l'autre : le souci constant de ne braquer la lumière que sur Eichmann. Si timides, en effet, soient certaines curiosités du procureur (II). si hardie soit parfois la vigilance du juge Halevy, le président Landau, comtois et définitif, tient visiblement la main à ce qu'on ne sorte pas du périmètre choisi

la responsabilité d'un lieutenant-colonel

de S.S. commandant la « section JUÎve ». E ssayons de comprendre d'où. vient et où conduit cette contradiction. Elle ne vient certes pas d'une rai son juridique. Car s'il est vrai qu'un procès doit être centré sur une cause pl-écise - ici : la responsabilité d'Eichmann -, il est non moins certain qu'en tous pays les juges ont un devoir d 'investigation : devoir qui leur impose. notamment, la recherche des co-auteUl-S ct ries complices du crime. En France. l'article ,) 10 du Code de procédure pénale fonuul e. à pmpos de la Cour d'assises, le principe en termes pa rti cul ièrement nets (T2). Tl suffit. c1'allt1'e part, de lire quelques procès-verbaux du Tribunal militaire internati onal de Nuremberg pour constMer quc la libre im'estigation y fut d'aDlllication per111anente. Sr donc. à l érusalem. le génocide des Tuifs se réduit aux dim cnsions d'une s imple affairc Eichmann . l'explication en est ai ll eurs que dans la règle de droit. E lle est nécessai rement pol itlque. (Suite page 8) Cl) Question de pur droit pénal international, liée à la notion de « crime contre l'humanité ». - V. Aroneanu, ds « Di:. ans après la chute d'Hitler », Editions du Centre, Paris 1957, pp. 265 ss. (2) Eichmann répondit « non-coupable » sur tous les chefs d'accusation. , (3) Griefs N°S 9 (déportation de civils polonais), 10 (déportation de civils slovènes), 11 (déportation de Tziganes), 12 (massacre de Lidice). (4) Sur cette section : v. « Le dossier Eichmann », Centre de documentation juive contemporaine, 1960. (5) Thèse constante des antisémites. V . Vermeil, Revue d'histoire de la Deuxième guerre mondiale, 1956, N° 24, not. p. 20 (6) En ce qui concerne les attaques d'Hitler contre la ploutocratie (judéo et autre), rappelons qu'à partir de 1931, « le Führer décida soudain de s'attacher sys· tématiquement à cultiver les grands ma· gnats de l'industrie » (Otto Dietrich, Mit Hitler in die Macht, cité par William L. Shirer, Le 3· Reich, Stock, 1961, p. 160). Cette politique aboutit à une alliance avec le grand capital allemand (Shirer, ibid, pp. 161 ss.). - En ce qui concerne le judéo· marxisme, la mode a évolué : l'Union Soviétique est accusée d'antisémitisme. (7) Rauschning, The voice of Destruction, New-York 1940, p. 137. - Bien entendu, la menace ne s'appliquait pas seulement aux Juifs. (8) Procès de Nuremberg, puis de Hoess, de Wisliceny, etc ... - V. « Le dos· sier Eichmann », précité, note 4. (9) Ce qui explique que, pour avoir un avocat au banc de la défense, Israël ait accepté de règler les honoraires du Docteur Servatius. (10) Stuttgarter Zeitung, 11 avril 1961. ( 11) Limitées d'ailleurs, puisque, le 11 avril, le procureur Hausner faisait interdIre la publication, par le Centre gouverne· mental de documentation juive « Vad Ya:;:hem », d'un bulletin reproduisant des lettres échangées entre Eichmann et de hauts-fonctionnaires des Affaires étrangè· res nazies. (12) Code de procédure pénale, art. :310 : « Le président est investi d'un pouvoir discretionnaire en vertu duquel il peut, en son honneur et conscience, prendre toutes mesurè;; qû'il croit utiles pour découvrir la vérité ». 8 ----------------------.-------------------------.---------- ~""""""~"'Charles ~ Impressions de voyage $ $ de Marcel MANVILLE ~ $~~ ...... ",~"\.~~..."w Retour Me Marcc! MAISI iLLE. II/clI/bre dl(, Hurcalt .\·aliollal dl(, M.NA.? , a récclllII/ Cllt accolI/pli 1111 greli/(! z'oyage d'un 1/Iois et dell/i, qui l'a cOllduit notamII/ eut à 10 Marlillique. cl la Cuadeloltpe" à la Ja1l1aïque, et à Cuba, en passant par ,-II/tigues, Parla-Nico et New Yor/? TOllt au l011g de ce Périple, il a apporté le salut fralcruel de ILOlre lYlouv,ement à tous ceux qlti, en quelque lieu quc cc sait. Ilttlcl/t contrc le racisll/e, pour l'/t01l11I/e, et les liens qu'il a. noués exprill/ cl/t UI/C solidarité profonde. Au COll7'S d'ul/e intervic11', il a bien 1'oulu confier 1 « Droit ct Liberté » ses ·impressiol/s. A LA MARTINIQUE - Je n'étais pas allé à la Martinique, -. où je suis né - depuis 1955, nous a dé· claré M' Manville. Du point de vue qui nous intéresse, j'y ai constaté une évolution sensible de la situation. Le racisme qui revêtait, avant la guer· re, des formes atténuées entre populations d'origines diverses, a connu évidemment une brusque poussée sous Vichy, et le venin ainsi inoculé avait laissé quelques traces après la Libération ; mais depuis 1956, il prend des formes de plus en plus virulentes. Pourquoi ? Parce que de nom· breux Français, fonctionnaires ou non, ayant quitté le Maroc, la Tunisie, l'Afri· que Noire, et maintenant l'Algérie sont ve· nus s'installer en Martinique, et ils ont . transporté dans leurs bagages leurs pré· jugés racistes. Leur attitude méprisante et hostile a provoqué des protestations dignes mais M" M:.rcel Manville photographié à sa descen~ e d'avion -il La Havane vigoureuses de la population martiniquai· se, que les Européens, auparavant avaient appris à respecter. Bien qu'il soit incomplet de dire que les sanglants événement de Fort·de·Fran· ce, en décembre 1959, aient eu une ori· gine uniquement raciale - car il y avait des problèmes politiques sous·jacents - la cause directe en fut un incident oppo· sant un ({ Français d'Algérie » à un Mar· tiniquais, qu'il avait traité de ({ sale nègre ». C'est dans le climat ainsi créé, et qui va se détériorant, que s'opère aujourd'hui une véritable mutation, dont le résultat est que les Martiniquais souhaitent avoir plus de responsabilité dans la direction de leur propre destin, et ce souhait est corrélatif à leur sentiment de dignité humaine. Puis, Mo Manville souligne. - I! est certain qu'une fois réglé dans les formes qui conviennent le grand pro· blème de l'égalité des peuples hier colonisés, compte tenu dans chaque cas des liens culturels existants et des conditions historiques, les rapports entre les hommes ne peuvent qu'être facilités. LES ANTILLES ANGLAISES J'en ai eu la confirmation quand, pas· sant des petites Antilles aux grandes, je me suis trouvé dans les ex·colonies brio tanniques. De nombreux Jamaïcains, par exemple, m'ont dit que, contrairement à ce que certains craignaient, les rapports entre les différents groupes ethniques se sont améliorés de façon décisive, depuis que le pays a accédé au self·government. Je voudrais souligner, concernant cette région, qu'allant d'une île à l'autre, je me suis senti toujours chez moi - et la réciproque est vraie - malgré la barriè· re des langues. I! existe entre tous ces peuples une communauté ethnique, une communauté de destin, dont j'ai éprouvé profondément la réalité. A CUBA Noire ami nOliS parle maintenant de Cuba. - Cuba. dit·il, provoque aujourd'hui des attitudes tranchées : pour les uns, c'est le paradis, pour d'autres, c'est l'en· fer. Les voyages sont faits pour nous aider à y voir plus clair. A l'aéroport, nous avons été accueillis par des musiciens en costume national qui aux Caraibes jouaient des airs folkloriques sur leurs guitares. Pendant tout mon séjour, cette premiè· re impression de gaîté, de joie de vivre, s'est confirmée. Invité par l'Institut Cu· bain d'Amitié entre les Peuples (I.C.A.P.), j'ai éprouvé avec émotion l'hospitalité, la cordialité traditionnelle de la Grande Ile. Comme dirigeant du M.R.A.P., j'ai eu à coeur de me documenter sur la façon dont coexistent à Cuba les dIfférentes po· pulations. Même pour moi qui viens d'un pays où les races sont passablement mé· tissées, il y a là un surprenant brassage : blancs d'origine espagnole, nègres d'Afri· que, Indiens, en vivant ensemble au cours des générations, ont donné naissance à des types qu'on ne voit nulle part ailleurs, et les racistes auraient du mal à s'y re· trouver, tant il est vrai que la notion de « race », telle qu'ils l'entendent, ne cor· respond à rien. Quand j'ai posé la question des rapports entre Cubains d'origines diverses, j'ai provoqué chez mes interlocuteurs un étonnement sincère. En fait, aussi bien à La Havane que dans les campagnes, j'ai été frappé par l'atmosphère de fraternité, de solidarité humaine qui règne partout. Un des aspects les plus émouvants de la vie cubaine, c'est l'ardeur que les pou· voirs publics et toute la population met· tent à lutter contre l'analphabétisme : j'ai parlé avec des jeunes collégiennes blan· ches qui vont dans les campagnes les plus reculées, pour apprendre à lire à de vieux noirs qui ont travaillé toute leur vie dans les champs de canne. Avant la révolution cubaine, la popula· tion était compartimentée d'autant plus qu'il y avait une implantation considéra· ble des Américains. Maintenant, cette ({ terre libre » a complètement liquidé les Séquelles du racisme. Dans tous les rouages de la vie administrative, à tous les échelons, on peut voir des gens de toutes les races, travailler côte à côte, com· me si ce mélange avait été réalisé exprès pour démontrer l'absurdité du racisme. L'I.C.A.P. s'est donné pour mission, par delà l'harmonie des rapports humains à Cuba, de convier les peuples à se connaître, à s'aimer. Ce premier contact étant pris, j'espère que nous resterons en rela· tions avec cet organisme éminemment sympathique, dans le cadre de nos rela· tions internationales. UN PROBLEME FONDAMENTAL Tirant les conclusions générales de son passionnant voyage, M' Manville nous dit enfin: - J'ai pu vérifier la justesse de ce que disait Mauriac : « Cette terre que l'on quitte à 20 ans, ne nous quitte jamais » ... Ce pèlerinage a été pour moi l'occasion de vérifier l'importance aujourd'hui fon· damentale du problème des relations en· tre hommes d'origines ou de races diffé· rentes - suivant qu'il est résolu ou non. I! m'a été donné de constater que nous ne sommes pas seuls dans nos efforts pour le rapprochement, la compréhension, la fra· ternité entre les hommes, entre les peu· pIes. 1- L'authentique lumière de la (Suite de la première page. ce souvenir, geste de 'fidélité qui est un engagement auquel tous les antiracistes, tous les hommes de coeur PQllr qui les trois mots, effacés par le gouvernement de Pétain au temps . de la honte, Liberté, Egalité Fraternité, ont gardé leur pleine valeur, s'associent. A tous les israélites, à tous les noirs ,iu monde dont la promotion individuelle et nationale depuis quelques années s'est accomplie à lin rythme surprenant, nous redi· l'ons : la Franc·e· est toujours là et les nlla~'es passagers ne sauraient obscurcir son visage. (!;n nous tournant \'ers les pre- 1 miers libérateurs du passé, nous ti· rons de leur exemple, de la plus r é· France cente histoire dont nous Saignons encore, des enseignements pour le présent. N0'TRE combat contre le racisme, un racisme qui est heul'eusement en recul malS que Ip moindre succès du néo-naZIsme ferait renaître, demeure insépara· ble du combaL pour la paix dans tOliS les sectem's de l 'univers. Et la seule voie raisonnable demeure celle de la négociaLion à laquelle ne peuvent condu ire ni les explosions nucléaiJ'es, ni les menaces fracassantes, ni le climat d'affolement où l'on entretien t les pellples. lE Il C IHIIMI A INIINI ~ CIE Hélas la littérature noire envahi t il tel poin t la politiqu 0 qu e ceux -ci finissent par y être accoutumés, presque « insensibilisé;; ». Nos plus dangereux énnemis pourraient êtrol alors cette morne indifférence où les dér :3ptions trouvent le11r refllge. celte dégTadation d LI sens civique qu i finirait. par chanp-er pn docile troupeau les fils el Ips petiis-fils cles hommes de la Marne, de Verdun, de la Résistance. (Suite de 10 page 7) Ici. je ne puis éviter une redite (1;)). Lorsque la nouvelle éclata qu'un commando israélien venait de prendre Eichmann, ce fut dans certains pays, le branle- bas. En Arg-entine, d'abord, et c'est bien naturel : quelque dix mille nazis \. yi \'ent en paix: l'arrestation du Senor C1emenz pouvait tourner au « pot-auxrases »; lsraël, heureusement, ne poussa pas l'a vantag-e et comme, en la forme. le droit des g-ens était pour BuenosAires, le Conseil de Sécurité rendit un jug-ement de Salomon. Au Caire, on s'agitait également : quand il s'ag-it des Tuifs. ni l'injure, ni la falsification ne sont de trop : Israël fut donc quali fié de « pi rate » et le nombre des .lui fs tués par Hitler ramené à quelques centaines cie mille (14). l\fais la vraie capitale cie l'inquiétude {ut Bonn. On le conçoit. Si, en effet, l'on dres~e, en R.F.A" la liste cles nazis qui furent. m'lnt 41. et qui sont encore fonctionnaires. poiiciers et juges - si l'on y compte les généraux criminels de g-uerre en liberté. - le ri snue n'était Das illusoire (lUe l'accusé Eichmann ne bavarde inconsidérément SUI' la responsabilité cie pe1';()nnc~ en place. Selon la « Tribune les Nations » ( 1 C;), la \Vilhelmstrasse

-;urtout se scntait mal à l'aise. certains

(le ses diplomates avant nag-uère aidé, sans conflit de consci ence. au moins apparent. la sectio1l IV B ..[.. Une démarc11C aurait en lieu. le 2 1 iuin 1960. à Rnlxelles auprès de )'l. Ben Gourion. pour ou'il s'oopose à un prccès « trop hruyallt » ([ 6). ] 'ignol'e si la démarche est réellc et. dans l'affirmative, la réponse du Premier israélien. Mais on ne saurait nier (Ille tout se passe, à .T érusalem. comme

ïl ayait été promis un certain silence.

Le chercheur qui. plus tard, étudiera l'événement ne pourra éluder l'hypothèse, ni éviter de la replacer dans le contexte de la solidarité « occidentale » et du règlement ponctuel des créances d'indemnisation. Par un retour des choses, d'ailleurs, l'espèce de monopole conféré à Eichmann r~nd à certains un service positif. Eichmann devient un rédempteur. Résumant en sa personne le meurtre de six millions d'êtres. quand il sera puni, tous les coupables le seront en lui. Le génocide sera lavé, l'action publique éteinte : il ne survivra plus que des innocents. E ICH1\IANN, cependant, ne l'entend pas de la sorte. Dès le premier iour de son interrogatoire par le c10cteur Servatius (c1onc en accord avec lui), il se mit, selon l'expression du « Monde » (17), à « démonter le mécanisme de l'administration allemande ». Ce travail d'horlog-er le conduisit sur le champ il ] Tans Globke. Nul, au M.R.A.P., n'en sera surpris. Ce n'est pas d'aujourd'hui que date l'afjaire Globke : en décembl'e 1960, notre ami l,entin en fit la synthèse (18). .T e renvoie à son étude. Sous l'ang-Ie du Drocès Eichmann. j'y ajouterai simplemcnt deux observations. En premier lieu, celle-ci : étant historiquement acquis que Globke rédigea et commenta la lég-i slation « raciale », dite de Nuremberg- (rq). ce serait un artifice que de disjoindre son intervention du corps des actes et des décisions qui aboutirent à Auschwitz. Ce sel'ait en effet. méconnaître l'un des caractères essentiels du III' Reich : le recours à la fiction lég-ale (20). S'ag-issant des Juifs, il convenait, avant de rég-Ier leur compte, de leur conférer un statut d'exception, sans droits ci"iques et presque sans droits civils : voihl l'oemre de Globke. Ainsi s'explique-t-on d'ulle part que Globke fig-ure, avec le n" 10 l , sur la liste amél'icaine des criminels de g-uerre, d'autre pan qu'Eichmanll lui attribue une part de l'importance prise, dans sa phase d'orig-ine, par la « section juive ». Seconde remarque : si Globke est un abcès de fixation entre Bonn et les antinazis, c'est à son appartenance pol itique qu'il le doit : jamais il n'eut sa carte du N.S.D.A.P. Membre du « Centre », il est le symbole même de la droite opportuniste, celle qui coopère avec le fascisme pour prétendre, quand il tombe, lui survivre, les mains propres (21). Eichmann ne l'ig-nore pas et l'on se demande quelle protection, qui lui semblait naturelle, lui a fait défaut pour qu'il se mette à citer des noms. TELLES sont, à 1'heure actuelle, les conclusions que, pour ma part, je tire des chroniques de J érusalem. Rien ne me serait plus agréable que d'être contmint de reconnaître mon erreur et de la rectifier. Jean SCHAPIRA. (3) v. « Droit et Liberté », n° 196, jan· vier 1961. (4) Travail de falsification auquel St livra également un Français, ancien dé· porté, Rassinier, not. ds « Ulysse trahi par les siens ». (15) « Tribune des Nations », 29 ~oùt 1960. (16) ibid. (7) « Le Monde », 23 juin 1961. ( 18) « Droit et Liberté li, n° 195. ( 19) Lois du 15 septembre 1935. (20) Ce procédé de gouvernement a été fort bien décrit dans Shirer, op. cit., nol. Ch. 4 et 5. (21) V. Lentin, loc. cit. LES COl1COllrS que rencontre un Mouvement comme le nôtre, les sympüth ies qlli montent vers lui de la jeunesse ouvrière, étudiante, lycéenne attestent que dans la vl'aie jCLEle France il n'en est rien . Libél'ùux les plus scrupuleux, marxistes les pl us rigoureux, ceux qui croienl élU ciel eL ceux qui n'~T croient pas, mais que rassemble l:J. même volonté de salut, trouvent au M.R.A.P. le terrain de confrontation, rie cUl11111union. Une maf!'nifiq Ile tâche les attend. A cette be'ure où les ombres et les lumières se disputent, où l'on COllquiert le Cosmos et où l'on craint, de voir sauLer la planète, la supé· riorité du l10mbre et de l'esprit doit nous assurer la victoire. Unissons-noliS pour que les peuples au bord de l'abîme se ressaisissent. Pour qu'ils écartent d'eux le monstrueux fantôme d'une ,9,'l1erre entre ceux qui ont tant souffert du même ennemi, qui ont été les alliés et les victimes, pour ceux llve. lesquels nous souhaitons la pl11s franc hr récollcil iation, mais qui voici dix-sept ans étaient encore les bourreaux. Eclairons-nolis de cétte pensée que nous ~'lorifion s e1lsemhle, celle qui affranchit los juifs et qui ou\ Tit aux noirs les portes de la Li· berté. Cette hlmière que le monde a tou i011rs saluée comme la plus 1l1lthe~iiqlle lmnière de la France. Pierre PARAF. Créatrice du rôle célèbre de « La P ... respectueuse » Héléno BOSSIS nous dit • • Je SltÎS le fils de Clarke. Quel Clarke ? Le Sénateur. Vraimen,t ? Et moi, je suis la soeur de Kennedy. Le nom du Président a chang-é (trois fois) depuis la création de la pièce. Mais si cette « mise à jour » se justifie pour maintenir l'effet comique, il n'y a dans l'oeuvre rien qui « date ». On s'en convainc dès les premières répliques

« La P ... resp,ectueuse » pourrait

très bien avoir été conçue et écrite en 1961. C'est Héléna Bossis qui créa le rôle central, il y a quinze ans, avec le S~lCcès que l'on sait. A nouveau, elle 111- carne aujourd'hui Lizzie Mac Kay ; .~t si son jeu s'est quelque peu modifie, c'est dans le sens d'un enrichissement qui nous rend ce drame plus actuel, plus proche je serais tenté de dire, qui le rajeunit. . Toute vibrante encore de l'action qui lui fait tenir la scène d'un bout à l'autre de la pièce - elle nous a reçus, au lendemain de la première, dans sa log-e débordante de fleurs. Puis, le théâtre et son personnag-e quittés, elle a bien voulu, I-edevenue elle-même, nous confier en toute simplicité, en toute sincérité. ses impressions. - Je sltis heureuse, dit-elle, que M arie Bell ait décidé de monter « La P ... respectueuse» au Gymnase. C'est maintenant 1tn classique, et qui mérite d'être joué SMwent. Sartre était parti d'un authentique fait divers, et il l'a haussé au niveau d'lme tragédie. Sa f1tstesse psychologique, ses résonances humai,!-,~s, jont que cette oeuvre ne pela pas vu tllir. Et sur le plan même d,e l'actualité, elle n'a rim perdu de son effet percutant. Le racisme, tel qu'il est dénoncé ici, reste hélas ! une réalité ... UNE NOUVELLE CREATION « C'est avec plaisir, chaque soir, que je retrouve . Lizzie MacKay » bib Beng-lia, Robert Vattier (le sénateur Clarke) et Henri-Jacqltes Huet (Fred) dont le talent contribue à faire du spectacle ce mécanisme parfaitement réglé, fonctionnant à un rythme vif avec une remarquable précision ... ELLE A ROULE SA BOSSE - Et Lizzie Mac Kay, qu'en pensezvous ? ... Un sourire pétille dans le regard clair d'Héléna Bossis, anime son visag-e mobile

- Cel n'est plus tMa à fait la même, elle non plus. Je ne la considère pas comme un personnage de théâtre, mais comme quelqu'~tn de vivant, que fe connaîtrais bien .- il y a des années que nous nous sommes perdues de vue ; entre temps, elle a roulé sa bosse, elle a acquis une dure expérience de la vie, puis voilà, nous nous rencontrons à nouvea1t .. . C'est un rôle qui vous est cher .. . - Bie'n sûr. J'aime ce rôle, Il ne me lasse jamais ... Héléna Bossis et Gordon Heath, dans une scène dramatique de la pièce dans des films o'u des Pièces COlllme il y en a tant ! On ne pensait à moi que Pour ce genre d'emplois, puisque j'avais joué « La P ... respect~teltse » ... J'ai refusé_ Je n'ai pas vouln de cette « spécialité ». Et .l'ai pu l'écarler grâ.ce à « Caligula, » de- Camus où je tellais le seul rôle féminin. Mais, c'est bi:::arre, on dirait que je s~lis poursuivie par ce rôle de mes déb~lts, même dans « Requiem pour ltne Nonne », où je jonais la nourrice noire', Camlls avait tel/li à insister .- « Souviens-toi qu.e c'est Hile ancienne putain » ... me disait-il ... - Quant à Lizzie .. . - Lizzie Mac Kay, elle, c'est différent. Je la vois comme 111/. symbole, '/II/e héroïnel Qui représente, en dépit- d.e ce que la vie a fait d'elle. cp qn 'il ~, ode pl1lS généreux, de plus Iwmain. Le Noir, lui aussi, est un symbole et un héros. C'est ce qui condamne justement cette société raciste, que cet être lII ép1'isé, ait plus de droit'ure, de bon sens, de sellli- Q --- meHt de la juslice qllc CC liX qui le ll1éprisent. fIn Li::::::i,e. il Il'y a ricII de v lligaire, sur le !lan 1IIoral. JI \' a mêmc el/ clle IIlIe gralldc 110blesse. C'est un rôle lourd tI porlcr. NIais je retroll:ve Li::::::ie chaqllc soir avec plaisir, comme UN. ami qlW 1'011 fréquente, et à qui on est attaché. Et chaque .l'où'. j'ai l'illlPression de pouvoir lui apporter lm peu plus de I/loi-mêm e. de ce qn'il y a de meil/enr ell moi ... Tout le drame est hl. Et aussi tout le problème qui se posait aussi bien à l'auteur qu'à l'interprète : {aire apparaître l'humanité profonde du personnag-e. tout en évitant de l'édulcorer. se garder constamment de tomber soit dans la comédie, so it dans le mélodrame. Se posait alors la question du dosage. du sens de la réalité. de l'aptitude ù rendre vivant un êt,-e ficti f - en un mot : du talent. Par l'auteur et par l'interprète. Lizzie a été bien servie. À . L.

  • notes de

Nous évoquons les prep1ières l-eprésentations, au lendemain de la Libération, qui causèrent quelque scandale certains trouvaient intolérable que l'on montre dans toute sa hideur le racisme qui peut amener, au Sud des EtatsUnis, le lynchag-e d'un noir accusé d'un « viol » qu'il n'a pas commis. Mais maintenant, la pièce a triomphé en Amérique même. Et comment serait-il possible de niel- l'existence de ce mal -' dont les Etats-Unis n'ont d'ailleurs pas le monopole - et comment récuser l'analyse qui en est faite, après tant de confirmations de son exactitude ? Il y aurait beaucoup à dire sur Lizzie Mac Kay, cette fille lég-ère, que .son « métier » n'a pas avilie, et sur qUi le sénateur Clarke porte ce jug-ement : « Il y a quellque chose en vous que vos désordres n'ont pas entamé ». La situation complexe où la place l'auteur (elle doit dire qu'elle a été violée - elle ! - par un noir pour sauver un blanc assassin) met en relief l'ambig-uité de son caractère. Elle fait partie intégrante de l'ordre social établi, respecte ce qu'il faut respecter pour en assurer la persistance

mais maintenue par sa fonction

sur la frang-e de cette société, elle y rencontre celui qui en est rejeté, ce noir, envers qui elle éprouve les préjug- és courants, mais dont elle se sent. néanmoins soliJai,-e sur le plan humam :

.
;
;;
::;:;:::::::;:;:;:;:;:::;:::::;:;:;::;:;:;:;:::;:::::;:;:::;:;:;:;:;:;:::::::;:::;:;:;:;:::;:;:;:::;:;:;:::;:;:;:::;:;:;:::;:;:;:;:::;:;:::::;

- PMW moi, c'est comme une nonvelle création, explique Héléna Bossis. Ce n'est pas seulement, parce que tous les interprètes, à part moi. ont changé .j'ai le sentiment que la pièce a plus de poids, qu'elle nous concerne davantage. D'ailleurs, Le public se comporte différemment. il rit, bien sûr, mu- endroits prévus, mais je tronve ce rire plus grinçant, moins dé~endu .- comme si, par delà le~ situations ou les « mots » cocasses chaque sp,ectateur prenait à son propr~ compte le- drame qui se fane. Parfois, même, on applaudit, an milien d'une scène, ponr sOlûigner 1tne répliQue condamnant le racisme ... La mise en scène de J ealt Le Poulain, l-éalisée dans le même esprit que celle de la création donne toute satisfaction à Héléna Bossis. Elle nous parle aussi avec amitié des acteurs qui l'entourent

Gordon Heath, le noir, qui

tient admirablement le rôle créé par Ha- J U L L 1 AR D J ules - Tiens, tu me ressembles, lui dit-elle, tu es ausSi poire Que moi J ... OU encore : - Nous avons l'air de deux orPhelins ... Et, comme un leit motiv, Fred va répétant que l'un et l'autre « sont le diable ». CE QU/IL y A DE. MEILLEUR Pensive, Héléna Bossis s'applique à définir Lizzie Mac Kay, cet être qu'elle a « créé », et qui maintenant semble mener en dehors d'elle une existence propr~. Peut-être est-il plus facile de dire ce que n'est pas Lizzie - APrès ce rôle, que de fois on m'a sollicitée pour jOlLer des « putains », R O Y 4UTOUR DU DRAME Pier.'e (CHRONIQUES) el René Un vol. 9/90 NF GOSSET HITLER Tome 1 Un vol. 18 NF François MITTERRAND LA CHINE AU DEFI ~ ___________ JULLIARD

  • ENFANTS DE TOUS LES PAYS. -Photos

choisies et présentées pal' Hanns REICH. (Elsevier, éditeur). Un livre est fait pour être lu, bien sûr. Sauf s'il s'agit d'un livre d'images. Et pourtant voici un livre d'images, ou plus précisemment, de photos, qu'on lit avec passion d'un bout à l'autre. Enfants de tous pays, de tous âges, à l'école, à la maison, danS! la rue ou dans les chamP1\, jouant, travaillant, faisant connaissance avec la vie : chaque page est une prOfonde étude, à la fois de l'âme enfantine et du monde oû elle s'inscrit. Car S1 le premier cri et la grimace des nouveau-nés sont partout les mêmes, nous voyons, bientôt se développer sensiblement des différences, chaque personnage étant situé dans le temps, l'espace et le milieu social avec une étonnante précision. Il y a, dès le plus jeune âge, des enfants- prolétaires et des enfants-bourgeois, il en est qui seront voués à la joie, d'autres à l'obsession de la guerre ou de la faim. On ne grandit pas de la même façon dans une poupoÏmière américaine et . attaché au dos d'une mère congolaise qui se pEnche sur la glèbe, au grand soleil. Les différences de maisons, de costumes ou de jeux, d'Alger à Vienne, de Madrid au Cap, de la Corée au Brésil, ne. sont pas toujours déterminées par les seules coutumes nationales. C'es t de cela que nous prenons conscience, page après page_ Nous sommes en présence d'une authentique oeuvre d'art : non seulement par la perfection des photos, mais, bien plus encore, par cette justesse de vue qui fait jaillir le typique du quotidien, et sait unir harmonieusement le réalisme le plus douloureux à la poésie la plus délicate. On imagine difficilement évocation plus vraie, plus frappante d'une époque à travers ses enfants. Au pOint que les quelques poèmes et aphorismes sur lesquels s'ouvre l'album paraissent mièvres et d'un choix contestable. Vous pouvez négliger ces dix pages de texte ; mais vous lirez et relirez sans vous lasser les cent-vingt photos. L. 1\1.

  • GODS TROMBONES. Sermons

noirs en vers, par James Weldon JOHNSON. Traduction et présentation de Claude Julien. (Editions de l'Epi, Paris 1960. 6 NF). Invoquée par les blancs racistes pour justifier la ségrégation, source de résignation dans tel negro spiritual - « You May Have ail this World but Give me Jesus » (Vous pouvez avoir ce monde, mais donnez-moi Jésus), appel à la lutte dans tel autre - « Let my People Go » (Laisse partir mon peuple), jadis composé par les esclaves, repris de nos jours par « les ouvriers noirs accompagnant au tribunal leurs pasteurs qui vont être jugés n, la Bible se trouve... « de mille manières jetée au coeur du conflit racial. n (1) D'où l'in térêt des sermons recueillis par un grand pOète noir, James Weldon Johnson (2), et publiés en 1927 sous le titre « God's Trombones, seven Negro sermons ID verse H, dont Claude Julien, spécialiste des questions américaines pour le journal « Le Monde », vient de donner une traduction et une présentation remarquables. Dans sa riche postface, « L'âme noÏl'c de l'Amérique n, Claude Julien marie les sermons, les negros spérituals, les films d'hier ( Hallelujah») aux luttes d'aujourd'hui contre la Ségrégation. Il nous fait entendre la voix de grands poètes noirs: Langston Hugues, Countee Cullen, I:-'aul Laurence Dunbar, ou, eet étonnant poème de W.E.B. Du Bois: « A Litany at Atlanta »: « Ne reste pas plus longtemps aveug'le, Seigneur Dieu, s011rd à notre prière, et mu ct devant notre souffrance muette. Sûrement, toi non plus, tu n'es pas blanc, 0 seigneur ! ... H. Une courte, mais substantielle bibliographie - qu'apprécieront entre autres les enseignants complète heureusement l'ouvrage. J.-J. RECHT. Il) Postface àe Claude Julien: « L'âme noire de 1'Amérique », p. 73. 10 L~ VIE DU M. R . " . P. MEETINGS et CONFÉRENCES 1 SUR L'AFFAIRE EICHMANN ! PENDANT la pér iode précédant le s vacances, la campagne de meetings et confé rences organi sée par le M.R. A.P. sur l'affaire Eichmann et le nazisme, s'est poursui vie a vec un succès co nstant. une confé rence de M. Rabi e t une partie cinématogra phique. Comme celle de Grenob le, elle a connu un vif succès : plus ieurs centaines de pe rsonnes y ont participé. bilan Un magnifique d 'activités CES derniers mois ie comité toulousain du M.R.A.P . a fait preuve d'une activité particulièrement intense, dont le bilan ne laisse pas d'être impressionnant. Il s'est manifesté, en~re autres, par deux grandes réunions publiques qui ont eu à Toulouse un large retentissement. COMMEMORATION DU GHETTO DE VARSOVIE Le 24 mai, salle du Sénéchal, c'était la soirée commémorative du soulèvement du ghetto de Varsovie, organisée conjointement avec le Cercle « Défense de l'Homme ». Outre les :neetings de MONTREUIL (2 moi, sur l'in itiative du Comité de Vigilance Antiraci ste) et de LILLE ( 17 ma j) dont nous avons déjà rendu compte, des soirées se sont tenues notamment à ROUEN et à TOULOUSE Comptes rendus ci-dessous) ainsi qu'à GRENOBLE et BRIANÇON, tandis qu'à PARI S, cont inuai ent les confé rences dans d ive rses soci étés. A GRENOBLE Une affluence record Une foule nombreuse emplissait la salle du Sénéchal. Autour de M . le Doyen honoraire Faucher , qui présidait, et ties membres du comité du M.R.A.P., se trouvaient réunies de nombreuses personnalités

MM. Hyon, adjoint au maire, représentant

M. Bazerque, maire de Toulouse

Bandula, consul de Pologne ; le

commllndant Faurant, président du Comité de Résistance ; Giorgetti, président de l'U.F.A.C. ; EscaDre, représentant M. BQurgès-Maunoury, ancien ministre ; Rigal (Fédération de l'Education Nationa· le) ; Elbaz (Parti Radical) ; Boulet (Parti Communiste Français) ; l'abbé Duguet, aumônier de l'Action Ca~holique ; Vauthier (Ligue des Droits de l'Homme) ; Labrousse, pr ésident de l'Association générale des Etudiants ; Germain (Déportés du Travail) ; Jamniak (L.I.C.A.) ; Gayrard (A.N.A.C.R.) ; Byé (FNDIRP) ; Lévy (Corps-francs Pommiès) ; Doazon (Cercle des Jeunes Agriculteurs) ; Brunel (C.G.A.), ainsi que plusieurs repré· sentants du Cercle « Défense de l'Hoinme » et. de divers syndicats et organisations de jeunesse. La conférence qui a eu lieu à Grenobl e, le ':5 mai, au Théâtre municipal, a été organisée en commun par le M.R.A.P., l'Association Générale des Etudiants, et l'Union des Etudiants Juifs, avec le concours de divers groupements d'anciens déportés, rési stants et combattants: FNDIRP, UNADIF, UFAC, CAARN, ain si que de la Fédération Unie des Auberges de Jeunesses. Une foule de plus de 700 pe rsonnes éta it présente. Après l'exposé de M. Rabi, écrivain, qui montra les différents a spects de l'affaire Eichmann, la so irée se termina par la projection des films polonais « Souviens-toi » et « Sous le même ciel ». A BRIANCON La so irée organisée le 21 JUin par le Cercle d' Etudes Br ia nçonnais en co llaboration avec le M.R.A.P. comportait également AFFLUENCE record à Rouen; pour la conférence de Me Schapira sur l'affaire Eichmann, organisée par le Comité local du M.R. A.P . La salle Sainte-Croix-des-Pelletiers était pleine à craquer, ce mercredi soir 7 juin, et l'on dut même refuser du monde. A l'initiative du M.R.A.P . s'étaient associées de nombreuses per sonnalités et organisations, signataires, avec notre Mouvement. des affiches et des tracts répandus abondamment dans la ville. En voici la liste : Ligue des Droits de l'Homme, F.N.D.I.R., U.N:A.D.I.F., F .N.D.I.R.P., Amicale départementale des Anciens d'Auschwitz, M. le Rabbin Gutman, au nom de la Cultuelle I sraélite, Association des Familles de Fusillés, A.N.A.C.R., Combattants Volontaires de la Résistance, Associat ion des An- La réunion du Conseil National 1 le 18 juin s'est tenue, ou siège du M.R.A.P., une importante réunion du Conseil National de notre Mouvement, sous la présidence de notre vice-président, M. PIERRE PARAF. Le Conseil National a examiné tour à tour les questions suiva ntes : la campagne d' information sur l'a ffaire Eichmann et notre action cantre le néo-nazisme (rapp?rteur : MC JEAN SCHAPIRA) ; les finances du M.R.A.P. (rapporteur : JUliEN AUBART) ; la d'iffusion de « Droit et Liberté » (rapporteur : JOSEPH CREITZ) ; le M.R.A.P. devant le drame algérien (ra pporteur : Me MARCEL MANVILLE)

la prépara tion de la 13e Journée Nationale contre le racisme l'antisémitislne

et pour la paix (rapporteur : ALBERT LEVY). ' • les débats, particulièrement riches, se sont déroulés pe ndant toute la journee. CHARLES PALANT, secréta ire géné ra l du M.R.A. P., en t ira les conclusions soulignant les diffé rentes tâches qui incombent à la direction de not re Mouvement: pour accroître la vigueur de notre action et é ten d~e toujours plus notre in fluence dons les milieux les plus d'ivers. Signalons qu' une délégation amicale du Cercle Culturel et Sportif Juif de BruxeUes était venue spécialement à Paris pour su'ivre les travaux du Conseil National. Lintervention de son porte-parole, M. LEON GRINER, fut chaleureusement applaudie. - - Soirée du souvenir 1 Plusieurs centaines de personnes ont participé à la soirée commémorative de l'insurrection du ghetto de Varsovie, organisée sous l'égide du M.R.A.P., le 25 mai, à Clermont-Ferrand, dans la salle du cinéma « Le Paris l. A la tribune, se trouvaient les mem· bres dirigeants du comité local : MM. Vigouroux, Dantziger, Schiff, Vi dal, Eychard et Tchimbakala, ainsi que MM. Adai et TaI Mokhtar, représentant la Fédération des Etudiantes 6' Afrique Noire. On notait également la présence de M . Enkaoua, président de la Communauté israélit~ Après les interventions de Claude Dantziger, qui exposa les buts et l'action du M.R.A.P., et de M . Vigouroux, qui souligna l'actualité du combat antiraciste, Roger Maria, membre du Conseil National, relata les divers épisodes 'de l'insurrection du ghetto. Demandant le châti- A LA MEMOIRE: DE: L'ABBE GREGOIRE: Le d imanche 28 moi, a eu lieu ou cimeti.} re Montparnasse la traditionnelle cérémonie organisée par la Société des Amis de l'Abbé Grégoire sur la tombe de celui qui se fit, sous la Révolution française, l' 'noubliable combattant de l'émancipation des juifs et des noirs. M. Grunebaum-Bollin, président de l'Associat ion, prononça une brève allocutian, o i n ~' que Charles Polont, secrétaire généra I GU M.R.A.P., Charles Lévine (L.I.C.A', M. 4Cogonaff (Anciens Combatants Juifs), Maîtres Henri et Marcel Bernfeld. UNE RECEPTION AU M .. R.A.P. Une cordiale réception, où se sont retrouvés un grand nombre d'amis du M .R. A,P, militant aans les sociétés juives a eu lieu le 9 juin, dans nos nouveaux locaux cie la rue des Jeflneurs. Après de brèves allocutions de Pierre Paraf et de Charles Palant, chaleureusement applaudis, la soirée se termina devant le buffet dressé à cette occasion dans la grande salle, en amicales converS4tions. ment dE tous les respoQ,sables des crimes nazis, il dénonça avec vigueur tou· tes les formes du racisme. « Soyons de ceux qUt se souviennent ! » conclut-il, chaleureusement applaudi. Puis l'assistance put voir le film : « La vérité n'a pas àe frontières ». IIIIE , 27 septembre : Commémoration de l'émancipation des Juifs et des Noirs Le Comité du M.R.A.P. de Lille organise dans cette vil le, le 27 septembre, une soirée cam~morative de J'émancipation des Juifs et des Noirs par la Révolution França ise. Au cours de cette soirée, qui ouro lieu à la Chambre de Commerce, une conférence sera faite par M' Marcel MANVILLE, membre du Bureau National de notre Mouvement. Le Comité régional du M.R.A.P. à Lille s 'est constitua comme suit : "résident : M. Michel 'Kerhervé-. Vice-Présidents : MM. Raymond Allard, André Diligent, René Pottigny et Christian Amouzou. Secrétaires : MM. Haddad et Eckman. Trésoriers : M. Scharfman, Mlle Rosenberg. Membres du Comité : Mmes Kerhervé, Pottigny, Benveniste, Garbaze, MM. Benveniste, Simanet, Mohr, J .-P. Léon, J . Ruck, Dr Chooin, Garbaze, Gaillard. ciens prisonni ers de guerre, Association des Déportés et Réfractaires, Union Régionale des Mutilés de Guerre, Anciens de Dachau, Fédérati on départementale des Groupements d'Anciens Combatta nts. et Résistance-Fer. C'est dire que tous ceux qui ont souffert de la guerre, du nazisme avaient tenu, à cette occasion, à manifester dans l'union leur volonté de s'opposer à ces fléaux touj OUl'S menaçants, et témoigner leur attachement aux idéaux que défend le U.R.A.P. LES PERSON NALITES Autour de M. Madrolle, président de la F édération de Seine-Maritime de la Ligue des Droits de l'Homll\e, qui pré- Sur le drapeau d'une école, les nazis de Rouen avaient osé bar bouiller une croix gammée sidait la soirée, de nombreuses personnalités étaient présentes à la tribune : MM. Maî tre. représentant le préfet de la Seine-Maritime ; Leblond et Slanowski, président et secrétaire général du Comité départemental du M.R.A.P. ; Vallée, de la Ligue des Droits de l'Homme

Jonquais, de l'A.N.A.C.R. ; Leprettr,

e, président de la F.N.D.I.R. ; le rabbin Gutman " le pasteur Rioux ,M i llot, président de l'Association des Familles de F usillés ; Mme Lucie. Guerin, secrétaire de la F.N.D.I.R.P. ; MM. Gaillard, de l'Amicale d'Auschwitz ; Demanev ille, de l'Amicale de Buchenald

Petitpas et Rangée, président et

secrétaire général des Combattants Volontaires de la Résistance ; Bocquet, de Résistance-Fer ; Caron, des Anciens Combattants Prisonniers de Guerre ;' le Dr Wajdenfeld, vice-président de l'U.N. A.D.I.F. MM. R. Croguebois, proviseur du lycée Corneille ; L ecanuet, sénateur ; R oger D usseaulx, député ,- B ernard Tissot, maire de Rouen, et Gtty Lucas-Leclin, adjoint au maire, avaient envoyé des lettres d'excuses. UN DRAPEAU A CROIX GAMMEE Remerciant M' Schapira pour son brillant exposé, le président de la soirée soulignait en conclusion que « le fascisme n'est pas mort », lorsqu'on vit brusquement arriver au fond de la salle, un groupe de militants qui se rendirent à la tribune. Ils étaient porteurs d'un drapeau

un drapeau français, mais où

avait été tracée une croix gammée. L'assistance fut aussitôt informée de son origine : c'était le drapeau flottant sur unlf. école de Rouen (route de Da r ' nitrel), et que des nazis avaient ainsi souillé, l'avant-veille, au cours de la nuit. On imagine aisément l'émotion de tous les participants, qui votèrent à l'unanimité une mot ion appelant à la vigilance, et r éclamant une action énergique pour mettre fin aux menées fascistes. La soirée s'acheva avec la projection du film « La dernière étape ». Ouvrant la séance, M. le Doyen Faucher, évoqua le martyre et la lutte des juifs dans le ghetto de Varsovie, jusqu'au momene où ils se dressèrent, héroïques, au cours d'une insurrection qui restera à jamais dans l'histoire. « Il y a là, dit-il, matière à émotion, mais aussi à r éflexion : nous devons prendre l'cngagement que, plus jamais, ces choses ne se reprodui ront. Il faut bannir toute haine, tout fanatisme. Il faut qu'unis dans la fraternité, nous soyons tous, enfin, des hommes. » Prirent ensuite la parOle : M. le Consul de Pologne, qui souligna l'ampleur des crimes commis par Eichmann et ses complices, et la nécessité de ne pas oublier ; puis M. Faurant qui devait conclure en ces termes son allocution : « Le fascisme a des séquelles et l'heure est trouble. Soyons vigilants, car la liberté se conquiert par une lutte constante ,- c'est cela le message des combattants du Ghetto ». Puis, le président àonna la parole à no· t re amie Mlle Schneck, professeur au Lycée, qui, au nom du comité local du M.R.A.P., déclara notamment : « La nécessité d'agir s'impose dans la mesure où le f ascisme n'est pas mort , et même où il r enaît sous les formes les plus perfides et les plus ingénieuses. Il faut agir aussi dans la mesure où les coupables n'ont pas tous été châtiés : car pour un Eichmann capturé, combien de Globke vivent encore, la conscience « lavée ». C'est donc là que s'insère le rôle du M .R.A.P. Nous refusons de j uger avec un f atalisme résigné les crimes raci st es, qu'ils (Suite page 11) Une délégation du M.R.A.P. au Congrès de la CGT Répondant à l'invitation reçue par notre Mouvement, une délégation du Bureau National s'est rendue le 1er juin, en fin de matinée, au CongrèS de la Confédération Générale du Travail, qui se tenait au gym. nase d'Ivry. Cette délégation comprenait notre Secretaire Général, Charles Palant, MarieEve Benhaïem, Léonard Sainville et Albert Lév1l. Elle était porteuse d'un message de salutations, dont il fut donné lecture à la tribune. Soulignant la lutte menée par la C.G.T. contre le racisme, l'antisémitisme, la xénophobie, ce message rappelle le soutien apporté au M.R.A.P., en toute occasion, par la grande organisation syndicale. « Nous savons, déclare-t-il encore, que la classe ouvrière est, par sa nature même, opposée au racisme., qui est contraire l; ses intérêts propres comme à ses plus profondes et généreuses tT.'lditions ». Et il constate « qu'à maintes reprises, sur l 'initiative du M .RÂ.P., l'union des travailleurs et de leurs diverses organillations a pu. se réaliser, tant à Paris qu'en province, dans l'action contre le racisme ». En conclusion, il exprime la certitude que les liens ne manqueront pas de se resserrer encore pour ce combat commun. L'arrivée de la délégation du M.R.A.P et la lecture de son message furent salués par des applaudissements prolongés des congressistes debout. 11 Confirmant la nécessité d'une législation plus efficace ... A Rouen et à Béthune, le Parquet refuse de poursuivre les auteurs de professions de foi racistes LORS des élections cantonales du 4 juin 1961, des électeurs antiracistes nous avaient communiqué les professions de foi, identiques, des candidats poujadistes de Rouen et de Béthune. On pouvait y lire les phrases suivantes

« ... Nos enfants devront se préparer à être les larbins plus ou moins dorés de météques qui seront les nouveaux maîtres, et nous continuerons à nous saigner aux quatre veines pour fournir des uni· versités et des bourses à toute une faune de noirs, de jaunes et autres qui, non contents de profiter de ces abus, descendront jusque dans nos rues pour nous injurier . cracher sur notre drapeau, quand ce ne sera pas pour y violer nos femmes et nos filles. » Le M.R.A.P. avait estimé que ces écrits constituaient bien la diffamation commise IC envers un groupe de personnes appartenant par leur origine, à une race ou une religion déterminée » ayant « pour but d'exciter à la haine entre les citoyens ou habitants », délit réprimé par le 2' alinéa de l'article 32 de la loi du 29 juillet 1881. En conséquence, notre Mouvement, fidèle à sa mission, avait saisi de ces faits les Parquets de Rouen et de Béthune en demandant que des poursuites soient engagées contre les auteurs de ces professions de foi racistes. Or le 27-1-1961, le Parquet de Béthune faisait connaître « au signataire de la Comment l'esclavage fut supprimé (Suite de la page 7) représeq~tion à l'Assemblée leur est définitivement accordé par la Législative, qui va bientôt céder sa place à la Convention. UN JOUR D'ENTHOUSIASME Restait à régler le sort des esclaves. A Saint-Domingue comme dans les Iles Sous -le - Vent (Guadeloupe, Martinique, Sainte-Lucie, Grenade, Tobago), contrairement aux affirmations des menteurs qui prétendaient que leur sort n'était pas moins supportable que celui des paysans français, les captifs se soulevaient, las d'attendre une libération qui ne venait pas, et commençaient à faire peur à leurs bourreaux. Cette agitation était un argument de plus en faveur de leurs défenseurs, qui combattaient en rangs serrés à la Convention, et qui avaient toujours à leur tête Grégoire et Brissot. et au nombre desquels, se comptaient mainte'l.ant des députés de couleur. Malheureusement, Robespierre, dont l'influence est de plus en plus déterminante à la Convention, n'est pas partisan de l'abolition immédiate, car il craint qu'une suppression trop brutale du régime colonial, n'amène la perte irrémédiable des territoires d'Outre-Mer. considérés comme partie intégrante de la Métropole. Il considère que les projets de Brissot sont trop simplistes et font fi de la réalité. Cependant, Danton, très influent lui aussi dans les premiers temps, et qui jusquelà, s'était montré indifférent au sort des esclaves, prend feu subitement pour eux. Robespierre met en doute sa sincérité. Il croit qu'il complote la perte des colonies, et cela est piquant de la part d'un homme qui à l'Assemblée Constituante, s'était écrié dans un beau mouvement d'éloquence : « Périssent les colonies plutôt qu'un principe ». On voit aussi comment les meilÎeurs révolutionnaires eux-mêmes avaient pu être travaillés par la propagande esclavagiste. Mais personne ne peut arrêter les forces de l'histoire quand elles se sont mises en marche. Sur proposition de Grégoire, un décret du 24 juillet 17C).) supprime la traite, depuis longtemps considérée comme infâmante. Et le 4 février 1794, aidé des députés Delacroix et Levasseur, et reprenant à son compte, toute la dialectique de Brissof et Grégoire, Danton fait voter par acclamation, le décret qui supprimait l'esclavage sur tous les territoires français. Ce fut un jour d'enthousiasme et de fraternisation à la Convention. Un peu plus tard, lors de l'élaboration et de la promulgation du décret les colonies furent déclarées partie intégrante de la Métropole et soumis aux mêmes lois qu'elle. Ainsi triomphait finalement l'action d'hommes qui s'étaient dépensés sans comp~ er pour faire aboutir une cause sacrée. et panni ces hommes venaient s'inscrire en lettre, d'or les noms de Brissot et de Grég- oire. Léonord SAINVILLE. plainte que le Parquet ne prenant pas l'initiative de poursuites en matière de diffamation », il laissait CI le soin au plaignant d'engager lui-même telle action qu'il estimera nécessaire, devant la juridiction compétente. » Et le 1-9-1!l6I, le Parquet de Rouen répondait qu'il n'estimait pas pouvoir prendre l'initiative d'une poursuite sur la plainte jointe: « le texte incriminé, disait la' note, vise en effet des individus ou groupe d'individus qui ne sont pas citoyens français ou n'habitent pas la France. » Ces deux réponses, combien symptomatiques, appellent certains commentaires. Tout d'abord une jurisprudence constante a dénié aux organisations et associations la possibilité d'engager directement des poursuites contre les auteurs de diffamations tombant sous le coup de l'art. 32, alinéa 2, de la loi du 29 juillet 1881, lorsqu'elles n'étaient pas directement visées. D'autre part, nous ne ferons pas au Parquet de Béthune l'injure de croire qu'il ignore les dispositions de l'article 48 - 6° de la loi du 29-7-1881 qui stipule expressément que IC ••• la poursuite pourra être exercée d'office par le Ministère Public lorsque la diffamation ou l'injure commise envers un groupe -de personnes appartenant à une race ou à une religion déterminée l'.ura eu pour but d'exciter à la haine entre les citoyens ou habitants Il. De même les juristes du Parquet de 1 Rouen sont gens trop avertis pour ignorer que la loi réprime les diffamations com, mises IC envers un groupe de personnes appartenant par leur origine à une race ou une religion déterminée », quelle que soit la nationalité de ces personnes et quels que puissent être leurs domiciles, si elles ont « pour but d'exciter à la haine entre citoyens ou habitants » de notre pays. Prétendre, comme l'on fait les candidats poujadistes, que les « noirs » et les cc jaunes » « descendront dans nos rues pour nous injurier, cracher sur notre drapeau, quand ce ne sera pas pour y violer nos femmes et nos filles », c'est bel et bien exciter à la haine entre les citoyens ou les habitants de la France, contre les « noirs » ou les « jaunes » pouvant y demeurer. Les Parquets de Béthune et de Rouen connaissent les textes répressifs cités cidessus, comment afors expliquer ces deux rejets caractéristiques ? La réponse nous la trouvons dans l'admirable étude, due à la plume de M. Léon Lyon-Caen, Premier Président honoraire de la Cour de Cassation, Président du M.R.A.P., parue en supplément au n° 180 de « Droit et Liberté » (mars 1959). Notre Président écrivait alors : « Or, il faut hélas ! constater que les Parquets n'usent pas de la faculté qw leur est ouverte. Ils négligent la mission qui leur est confiée, attendant les ordres du Gouvernement, dont le défaut de diligence, dans la lutte antiraciste, est des plus regrettables. » Ces deux exemples confirment la justesse de cette appréciation autorisée. Que faire donc ? M. le Président LyonCaen l'a indiqué : « Pour obvier à cette carence, le M .R. A.P. propose d'autoriser les groupements et associations constitués, aux termes de leurs statuts, aux fins de combattre les haines et divisions entre Français ou ré sidants à raison de leur origine raciale ou confessionnelle, à intenter des poursuites en se portant partie civile, aux· lieu et place du Ministère Public, dont ils SUT' pléeraient ou épaulerai'ent l'action. « Pour obtenir ce résultat !ltile, une disposition légale expresse est nécessaire, Car la jurisprUdence constante de la Chambre Criminelle de la Cour de Cassation, relative à. la recevabilité des actions de nature collective, refuse ... aux associations déclarées la capacité de se constituer partie civile, quand elles ne justifient pas d'un PREJUDICE DIRECT ET PERSON· NEL. » La Commission juridique du M.R.A.P. a élaboré deux projets de textes qui furent adressés aux parlementaires dès le mois de mars 1959, ainsi qu'au Président du Conseil, au Garde des Sceaux et au Ministre de l'Intérieur. Ces projets rencontrèrent l'adhésion presque unanime des différents groupes. Nous informions nos lecteurs en mai dernier (v. « D. et L. » n° 200 - mai 1961) qu'un de ces deux projets avait été repriS par M. le Garde des Sceaux et approuvé par le Conseil d'Etat. Depuis lors aucune information ne nous est parvenue sur le sort de ces projets. Pourtant le vote rapide de ces projets de lois antiracistes s'avère de jour en jour plus nécessaire, les exemples de Béthune et de Rouen en portent témoignage'. Il nous apparaît urgent d'appeler tous les antiracistes, toutes les personnalités et organisations soucieuses de combattre courageusement le danger social que représente l'actuelle aggravation du racisme sous toutes ses formes, à appuyer l'action du M.R.A.P. pour une véritable législation antiraciste. Me Armand DYMENTSZTAJN. Avocat à la Cour. La commission juridique du M.R.A.P . . s'est réunie sous la présidence de M. Léon 1. YON-CAEN, premier président honoraire de la Cour de Cassation. président du M.P..A.P., à la fin du mois de juillet. Un rapport a été présenté par MO Henri GARIDOU, avocat à, la Cour, sur le projet ce loi élaboré par le Conseil d'Etat pour réprimer les discriminations raciales, projet qui reprend l'essentiel de l'un des deux textes présentés par le M.R.A.P, au Parlement, et qui doit être soumis sous peu, par le Gouvernement, annonce-t-on . à l'Assemblée Notionale. La commission a examiné les mesures à prendre en vue de l'adoption de ce projet, pour lequel elle suggère quelques amendements, ainsi que du second texte législotif établi par le M.R.A.P. en vue d'une répression plus efficace des diffamations ou de la propagande raciste et antisémite. Des dispositions ont également été arrêtées pour assurer dans les meilleures conditions la défense immédiate des victimes de l'ontisémitisme et du racisme. L'abondonce des motières nous cOllha'int à ajourner 10 parution d'un art'icle de Me Henri Garidou sur le lrojet de loi gouvernementol et les omendements souhoitobles. Nous nous en excusons auprès de l'auteur, et auprès de nos lecteurs, qui le trouveront dans notre prochai~ numéro. Deux gestes exelnplai es QUOTIDIENNEMENT, le M.R.A.P. reçoi~ le témoignage de l'intérêt que lui portent, dons les milieux les plus divers, d'innombrables antiracistes. Et tous comprennent que pour mener à bien sa tâche indispensable, pour riposter aux menées racistes et antisémites, pour combattre les préjugés encore si répandus, pour éditer notre journal, les moyens matériels dont nous disposons sont toujours insuffisants. La campagne des Bons de Soutien, lancée avant les vacances, rencontre un succès des plus réconfortants. Et tout autant que la somme envoyée, nous apprécions lé petit mot qui souvent s'y trouve joint, et qui est pour le souscripteur comme pour notre Mouvement une magnifique justification. Dans notre récent courrier, relevons quelques phrases. Le grand poète André Spire nous écrit : « Je suis très heureux de m'ossocier aux efforts de votre Mouvement qui rend tont de gronds services 0 la cause de l'humanité ». De Mme Cadoret, à Nantes : « En attendant que les humains deviennent plus sages, il fout bien protéger les foibles, les minorités et empêcher les malfaiteurs de nuire, outont qu'on peut le faire tout au moins ». « J.e vous souhaite une grande réussite », nous écrit M. Georges Chauen, de Paris; « Mes voeux: choleureux pour l'heureuse poursuite de votre effort », nous souhaite Mlle Larrieu, de Bordeaux. A TOULOUSE Et M. Maurice Samama, de Fresnes : « Tout en déploront que ma situotion actuelle ne me permette pas de faire davantoge, comme je l'ourais souhaité, je saisis l'occosion pour souhaiter au M.R.AP. tout le succès qu'il mérite, dans ses persévérants efforts contre les ténèbres de l'antisémitisme ». (Suite de la page 10) se placent dan!; l'Allemagne naii!ie, en Afrique du Sud, dans l'Alabama ou en ALgérie. Nous ne voulons pas ignorer que, comme le dit Brecht, « :e ventre est encore fécond d'où est sorti le monstre Il. Interlenant ensuite, M. Rigal insista SUl' le rôle des enseignants qui « appellent tous les hommes à marcher vers une cité radieuse où il ne sera plus possible de parquer les gens, et où, dans une même espérance, on bâtira la fraternité Il. Enfin, M. Labrouse assura de la solidarité active des étudiants dans le combat contre le r1.cisme, pour la justice et la liberté. La soirée se termina par la projection du film cc La Vérzté n'a pas de frontières Il. CONFERENCE SUR L'AFFAIRE EICHMANN Affluence non moins nombreuse, le I c I' juin, pour la conférence de M' Schapira, membre du Bureau National du M.R.A P. On notait également la présence de personnalités de toutes tendances, représentant les associations les plus diverses. A l'occasion de son séjour, M' Schapira fut interviewé à la Radio et tous les jour· naux locaux rendirent compte de la conférence. CONTRE LES MJ)NEES RACISTES ET FASCIS'I'ES Outre ces importantes manifestations, le comité toulousain du M.R.A.P. n'a pas manqué de mobiliser les antiracistes et de faire entendre leur voix chaque fois qu'il était nécessaire. Toulouse est, on le sait, un des centres où les « activistes » se livrent avec le plus de fièvre à leurs menées nocives, ce qui a entraîné à plusieurs reprises des agressions reeistes contre des étudiants d'Afrique du Nord ou d'Afrique Noire. Le comité du M.R.A.P. en apportant son soutien aux victimes, a pris position pour dénoncer ces agissements. Après le putsch d'avril, le comité du M.R.A.P. se trouvait parmi toutes les organisaticns républicaines qui organisèrent la riposte populaire, et notamment le grand meeting de la place du CapitOle. Signalons enfin qu'en juin, lors des incidents racistes de l'Alabama, notre comité toulousain édita en tract la résolution du M.R.A.P. qui fut ainsi largement diffusée, r.otamment dans les Facultés. Quont à M. Fortin, de Romainville, en renouvelant sa carte du M.R.A.P., il s'excuse et s'engage: « Je n'ai pos eu le temps de contacter des amis, mais je leur feroi sovoir le sens de la lutte du Mouvement ... ». La place nous manque pour citer aus~i abondamment que nous le souhaiterions cet authentique courrier du coeur. Car il nous faut souligner un double exemple particulièrement significatif de cette chaleureuse affection qui nous entoure et de la haute conscience de nos amis. A quelques jours d'intervalle, nos amis, M. Vilner, président de l'Amicale des Anciens Déportés Juifs, et Joseph Creitz, membre du Conseil Notionol du M.R.A.P., ayant perçu des dédommagements pour les sévices subis pendant l'occupation sont venus nous porter l'un, 500 NF, l'autre, 250 NF. Tous deux nous ont dit, en termes émouvants que le soutien au M.R.A.P. était pour eux une tâche d'honneur pour empêcher que se renouvellent les crimes dont ils ont si cruellement souffert. Pour la confiance qu'ils manifestent à notre Mouvement, pour leur geste généreux, qu'ils trouvent ici nos fraternels remerciements. ·---------- /2'------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ORAN du DANS notre ' quartier habitaient quelques familles de métropolitains qui nous méprisaient et nous reçurent la consigne cle les frapper au visage. l\louri r en combattant était une chose et vivre défiguré en était une autre, et les Romains de plier 1 Sans connaître la leçon, les jeunes Barbares du quartier espagnol d'Oran l'appliquaient à leur manière. Ainsi, pour Verneuil qui préféra l'emettre à plus tard notre règlement de compte lorsqu'il me vit armé cl'une boule de goudron, de ce goudron p~tteux et tenace dont on commençait à se servir pour recouvrir les rues. par Emmanuel ROBlES appelaient des « Cinquante-pour-cent », entendez « cinquante pour cent de Français ». Or, nous voulions être des « Centpour- cent », nous aussi, et nous cherchions à bien faire, à prouver que nous étions dignes des héros français que le maître nous citait en exemple. Les plus endurcis d'entre nous frémissaient de rage au supplice de Jeanne à Rouen. Sur certains points précis, notre morale était intransigeante : on pouvait bien des choses contre une femme, mais la brùler vive nous paraissait exagéré. D'autant plus que Jeanne avait combattu \'aillamment et que nous aimions qu'on rendit hommage au courage malheureux. Deux figures historiques que 110US \'énérions aussi étaient Surcouf et N apoléon. Napoléon ayait battu tous les pays cl'Europe et n'a\'ait succombé (fue sous le poids de tous ses ennemis conjurés. procédé indigne que nous l'éprouvions avec énergie : tomber à plusieurs contre un! Et dire qu'il tenait déjà Wellington « acculé dans un bois» et que, sans le manque d'esprit de Grouchy, il pouyait le mettre k.-O. a\'ec son punch habituel. Les adieux de Fontainebleau nous arrachaient des soupirs de peine, et de la mort à Sainte-Hélène, ah! même aujourd'hui. mieux vaut n'en pas parler! Quant à Surcouf, aux Anglais qui lui disaient : « Vous vous battez pour l'argent et nous pour l'honneur! » il avait répondu : « Chacun de nous se bat pour ce qui lui manque! » Lorsque le maître nous cont;l. l'anecdote. tous nous faillîmes crier : « Bra\' o! Bien envoyé! » Il v avait aussi Pasteur et Victor Hugo qui, eux aussi, dans leur spécialité, a\'aient du punch, aimaient les pauvres et ceux-ci précisément avaient bien besoin qu'on les aimât, surtout dans ces époques de sauvagerie où sévissaient la rage, les Prussiens, la famine et les rois absolus. LES « néo-Français », comme on appelait également les Algériens d'origine espagnole étaient extrêment chauvins, leurs anciens combattants de 14-18 participaient à tous les défilés patriotiques, élisaient des députés farouchement réactionnaires et ne savaient comment manifester leurs bons sentiments pour être admis dans la communauté française. En dépit de quoi on les tenait toujours pour des « Cinquante- pour-cent », ce qui, à leurs yeux. les ravalait presque au niveau des Arabes. Un de nos camarades de classe, Verneuil, avait un visage aimable, toujours souriant. C'était un garçon un peu plus âgé que nous et qui ne brillait pas en classe. Par-dessus tout, ce qui le tourmentait était ses échecs en français. Presque sans effort, des Martinez, des Cohen ou des Benabdallah qui dans la conversation courante utilisaient un jargon ridicule, se haussaient en devoir de rédaction aux premières places et n'en tiraient aucune yanité. A l'école on nous interdisait de parler notre patois et nous considérions cela comme une brimade sans déceler l'intention réelle de nos maîtres. Verneuil me surprit un jour à parlel' dans notre espagnol « dépenaillé » et fit une remarque fort désobligeante. C'était la première fois que j'entendais l'expression « Cinquante-pour-cent » dans son sens injurieux et, piqué au vif, je répliquai par dépit, défi, amour-propre blessé, que je n'étais pas « cinquante pour cent », mais « zéro pour cent » de Français et que si les Français en avaient assez de nous entendre, ils pouvaient toujours retourner chez eux car nous, ici, dans ce pays, nous étions chez nous! Parfaitement! Chez nous! Comme les Arabes! Et sans rien demander à personne! etc. Comme Verneuil ne pouvait deviner les vrais sentiments qui m'agitaient, il se jeta sur moi pour me punir d'avoir osé crier de telles horreurs mais, bien que plus grand et mieux nourri que moi, il ne parvint pas à me dominer. C'estl que nous avions pour nous battre dans certaines occasions une tactique éprouvée. Si l'adversaire était précisément un petit métro]lolitain, il appartenait donc à une famille aisée et nous savions qu'il reculerait non devant les coups mais devant la menace d'avoir ses vêtements salis ou déchirés. Sa crainte des représailles paternelles nous favorisait, de sorte qu'au moment de la bagarre nous saisissions rapidement une poignée de boue, un encrier, n'importe quoi qui permit de maculer sa blouse, et somme toute, nous reprenions à notre niveau le stratagème de ces Barbares qui, engagés contre les beaux chevaliers romains De toute façon, 1110n ami Toni s'efforçait sournoisement de saper le courage de Verneuil en lui disant avec dégoùt

-

-- Pas honte, dis? Tu frappes un plus petit? Et les autres de renforcer son « action psychologique ». . -- 0 mangiacague! Si tu le touches, son frère y te fait le nez en coulis de tomate! Je n'avais pas de grand hère mais l'argument me servait, tandis que je brandissais ma boule de goudron. DANS mon quartier, plusieurs familles juives vivaient aussi mêlées aux nôtres. Or, la ville était furieusement antisémite. Dans ces années 1924-1925, le premier point du programme de « L'Union latine », parti politique local, affirmait que les Juifs constituaient « un élément de corruption » et Le Petit Oranais, quotidien du soir, qui portait en exergue la croix gammée, incitait « à les combattre sans répit ». Parce qu'à l'école nous étions mêlés à de nombreux camarades juifs, nous n'étions pas contaminés par cette propagande. Ces camarades ne se distinguaient pas de nous, ni meilleurs ni pires. Ils portaient les mêmes vêtements de pauvres, béret noir, tablier noir, espadrilles. Qu'un danger püt venir d'eux ou de Un des trente dessins en noir de Charles Brout y qui, avec deux lithographies en. qUf!trp couleur;; du même artiste, constituent l'illustration de ({ Jeunes Saisons », d'Emmanuel RoblèS, ouvrage de luxe à tirage limité à 825 exemplaires, d'où est extrait! « Oran du Souvenir ». C'EST de ce temps que nous vint • le goùt de rosser les petits métropolitains. Par un renversement bien connu, de persécutés nous devenions persécuteurs. Nous poursuivions les «Cent-pour-cent », les pourchassions à coups de pierre et lorsqu'ils nous appelaient « caracols » ou même « bicots », nous les traitions de « mariquitas », c'est-à-dire d'efféminés, ce qui était l'offense suprême, l'injure impardonnable! Nous étions fiers d'être des petits hommes et ne supportions pas d'être assimilés à une fille. De la même manière, il était très humiliant pour nous d'être commandés par une femme. On devine donc notre état d'esprit lorsque, au début cl'une certaine année scolaire, on nous annonça le désastre : nous aurions une institutrice! Je suppliai aussitôt ma mère de me changer d'école. Elle refusa, mal convaincue par les raisons bizarres que j'invoquais. Mais au bout de quelques semaines d'expectative, de prudente observation, il nous apparut que notre institutrice - jeune, pas jolie, grosses lunettes et mine de chat abandonné -pouvait être assez facilement domptée. Nous commençâmes une série de manoeuvres et de provocations destinées à la dégoüter à jamais de faire la classe à des garçons, des vrais! A notre immense joie, un jour, sous le chahut habilement conduit par le Toni, elle s'énerva, trépigna, fondit en larmes! Elle était à point! Le soir, nos équipes se postèrent près de sa maison, la conspuèrent du fond de l'ombre. Elle n'osa plus sortir. Encore un bon signe. Finalement, la pauvre fille renonça, fut remplacée par un jeune maître qui, jeune et sportif (il pratiquait le cross et venait parfois à l'école, ses souliers à pointes sur l'épaule), nous administrait des taloches au moindre prétexte, d'une main dure, sèche, qui volait avec une rapidité, une adresse interdisant la plus savante esquive. Nous étions aux anges. Jamais il ne se douta de l'admiration dont il était l'objet. Il nous faisait peur, c'était merveilleux! Et nous nous vantions auprès des camarades des autres classes de vivre sous la férule du plus terrible des maîtres, de supporter avec bravoure « ses pires brutalités »! Nous étions des sortes d'héros et d'une certaine manière on nous enviait. leurs parents nous paraissait absurde, inimaginable. J'allais souvent chez mon ami KaHon où j'étais chaque fois reçu comme un fils. J'aimais l'atmosphère de ces pièces où les cuines brillaient, où les murs s'ornaient de quelques portraits d'hommes barbus entourés d'inscriptions hébraïques. La mère était une femme maigre et vive, avec d'admirables yeux noirs. Le père avait un emploi dans les postes. Il était mutilé de guerre et portait un appareil au pied gauche. C'était une famille très unie, très digne, et je découvrais davantage à cha·cune de mes visites combien tous ces être s'aimaient, travaillaient durement, se dévouaient l'un pour l'autre. .T e cherchais à comprendre comment ils pouvaient constituer un « péril ». ( Le péril juif », disaient les affiches en périodes électorales.) Je n'osais pas questionner Kalfon lui-même, de peur de paraître ridicule. Le boulanger PalTa, prudemment « sondé » un jour qu'il lisait la feuille antisémite sur le pas de sa porte, me regarda d'un air surpris et ses gros yeux de poisson eurent un éclat blanc comme lorsqu'on le réveillait brutalement de sa sieste. Il eut un haussement d'épaules qui signifiait que ces choses-là étaient évidentes. Del Cano, l'ancien boxeur militaire qu'on voyait peu parce que, après son travail, « il fréquentait » (expression qui sert encore dans les faubourgs espagnols d'Oran et d'Alger pour désigner la cour officielle du fiancé), nous dit « qu'en politique, il fallait toujours diviser pour régner », paroles sibyllines et qu'il n'éclaircit pas, trop pressé de bondir sur sa bicyclette pour rejoindre sa belle à Saint-Eugène. Il arriva qu'un matin le Quartier israélite derrière le théâtre fut envahit par une foule d'énergumènes qui saccagèrent les devantures, pillèrent les boutiques et tirèl'ent quelques coups de feu. Il y eut un mort. Il s'agissait d'un garçon de mon âge. Il descendait vers le port pour se baigner lorsqu'il reçut une balle dans la tête. Surpris par l'irruption des manifestants dans la ruelle où il venait de s'engager, il n'avait pas eu le temps de fuir. La police municipale était intervenue mais sans fermeté. On dépêcha la troupe, et les zouaves montèrent de la caserne du Château-Neuf au pas de gymnastique. Le mort était toujours allongé le long du trottoir. Les juifs portèrent son corps à travers les rues jusque dans sa maison, parmi les lamentations des femmes. CE drame éveilla en moi un sentiment d'horreur qui ne s'est jamais éteint. Mais un incident, quelques mois plus tard, me bouleversa autant peut-être que ce pogrom. Des élections devaient avoir lieu et, de nouveau, ce fut le déchaînement habituel de propagande antisémite et de violences. Au bas de ma rue, près de ma maison, se trouvait un magasin d'étoffes dont le propriétaire, M. Sarfati, était un ami de ma famille. Souvent je le voyais, assis derrière son comptoir sur un fond de foulards, de tissus chatoyants, certains pendus le long du mur comme de beaux et lourds étendards. M. Sarfati était un homme usé, infiniment triste depuis cinq ou six ans, c'est-à-dire depuis qu'une de ses filles s'était noyée sur la traîtresse plage d' Ain-el-Turk. Un soir en sortant de l'école, je marchais ave~ deux camarades qui jouaient à faire voler des avions en papier dont la queue portait des croix gammées et l'inscription en grosses lettres à l'encre violette : « A bas les juifs ». Le jeu, pour eux, c':)11sistait à lancer l'avion dans les magasms tenus par des commerçants israélites et à se ~auv~r ensuite à toutes jambes. On preparalt en fin de classe trois ou quatre de ces jouets. L'un des gamins m'en confia un et la tentation fut la plus forte. Je revois encore le petit avion s'enlever dans l'air amorcer une courbe, glisser gracieu~ ement, descendre pour remonter de nouveau porté par un courant au ras du sol tou~ner et plonger ... droit dans le ma'gasin de M. Sarfati! .Te n'avais ?l:s voulu cela! Je courus! Et je vis le vlell homme qui examinait J'avion. Son regard sur moi, je ne suis pas, pr~; ~e l'oublier! Ce regard plus nav.re qu .m(l1~ gné semblait dire : « Et tOI aussl, tOI co~me les autres! A qui se fier? Ce n'est pas assez des autres ... » Ce qui augmenta ma confusion, ce furent les rires des deux garçons, del'rière moi, qui me félicitaient pour un lancer aussi habile. Je sais que la h0l!te ,9ui m:étrei~ni! alors était bonne. Et Je reve aUJourd hUl à ce garnement qui remont3lit ~out s~ul vers sa maIson ne sachant a qUI confier son désarrOI l~ coeur en peine, l'imagination enfié~rée, sùr d'avoir participé à une trahison et ajouté au malheur du moncle ... (C e texte est extrait, avec l'autorisation de l'auteur, dt' livre « J ettnes Saisons », récemment paru aux Editions Baconnier, 24, bonLevard Raspail, Paris.) DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (2') Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 7,50 NF Abonnement de soutien : 15 NF. ETRANGER Un an : 12 NF Compte Ch. Post.: 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 60 fr. et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté » ou s'abonner au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 51, Bd du Jardin-Botanique à Bruxelles. Les versements peuvent être effectués au C.C.P. 278947, de M. S. Gutman, Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FB. Abonnement de soutien : 150 FB. Journal composé et impr\mé par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - Châteauroux Gérante : S. BIANCHI.

Notes

<references />