Droit et Liberté n°407 - janvier 1982

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n 407 de Janvier 1982
    • Editorial: faisons nos comptes par Claudine Mardon
    • Ce que vous pouvez acheter: les cahiers Droit et Liberté (tsiganes et gens du voyage; ghettos et prison d'Amérique)
    • A l’écoute des différences: en 1982 priorité au culturel
    • D'une région à l'autre: écoles et culture
    • Fiche documentaire: Afrique australe, le mouvement de libération nationale et les organisations anti-apartheid en Afrique du Sud
    • 8 employeurs condamnés à Grenoble
    • HLM : blêmes, trop blêmes par George Pau-Langevin

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

111111:1111111 :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: :::::: ::::::::::::::::::::::::::::::::: : :.:.:.:.:.:.:.:. . -~ ::.:.:.:.:.:.: .:.:.:.:.: .:. :.: .:.: .:. :.:.:.:.:.: .:.:.:.:. :.:.:. :. :.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:. :.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:. MENSUEL DU MOUVEMENT CONTRE LE RACISME ET POUR L' AMITIE ENTRE LES PEUPLES N°407 JANVIER 1982 3 F 8 employeurs condamnés à Grenoble Pour la première fois en France, un responsable de l'Agence Nationale pour l'Emploi (ANPE) a comparu à Grenoble devant un tribunal, pour discrim ination raciale, en compagnie de neuf employeurs de la région grenobloise. . En novembre 77, le MRAP avait porté plainte en vertu de la loi de 1972 à la suite de la diffusion par l'ANPE d'offres d'emploi présentant un caractère raciste. 1 35 fiches ont été retenues par les enquêteurs et huit dirigeants de sociétés moyennes ont été inculpés, ainsi que le responsable de l'ANPE, M. Gaston Villemin. En effet, les offres transmises à l'ANPE stipulaient que remploi proposé ne pouvait être attribué à des Maghrébins, maisà des personnesde« nationalité européenne ". Les prévenus ont reconnu les faits, mais se sont défendus de « toute arrière-pensée raciste ». Ils ont avancé « la nécessité de la compétence, de la bonne présentation. la confiance et le niveau intellectuel, ainsi que les exigences de la clientèle ». Pour sa part, le directeur de l'ANPE a estimé qu'il «n'avait pas eu conscience du caractère discriminatoire des offres » et qu'il s'agissait plutôt de «préférences ». Le tribunal correctionnel a rendu son jugement le 5 janvier dernier : 1 000 F d'am ende pour chacun des huit employeurs. Le directeur de l'ANPE a été relaxé. Le MRAP reçoit 1 200 F de dommages et intérêts et le jugement devra être publié dans le Dauphiné Libéré. Comme ra souligné M e Nelly Seloron, l'avocate du MRAP, il s' aÇlit là de dénoncer « à côté du racisme violent et destructeur, ce racisme ambiant, diffus et banalisé ». Espérons qu'un tel jugement contribuera à mettre fin à ces pratiques illicites. Du nouveau dans D. et l. Le mouvement de libération nationale et les organisations antiapartheid en Afrique du Sud: tel est le thème choisi par Droit et Liberté à l'occasion du 70e anniversaire de l'ANC, pour commencer la publication d'une série de « fiches documentaires ». (Voir p. 7-8). Un programme chargé pour la nouvelle année A L'ECOUTE DES DIFFERENCES De quoi 1982 sera-t-il fait? La préparation de la semaine du 21 mars, déclaré par l'ONU «journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale », celle du Congrès du MRAP en mai prochain, seront des occasions privilégiées de définir une stratégie adaptée à la conjoncture politique actuelle. En tout état de cause, l'élection d'un gouvernement de gauche en France aura pour conséquence première de permettre au mouvement antiraciste de sortir de l'état d'urgence où il était auparavant maintenu. Promotion des différences comme enrichissement et stimulant, intervention dans les écoles, les médias et le cinéma: le front culturel sera largement privilégié. (Voir pages 4 et 5). .. i!.,- , ... . , , Une société pluriethnique peut-elle continuer d'exclure ceux qui peuvent en faire la richesse? U ne bombe explose dans un restaurant israélite de Berlin: vingt-cinq blessés, dont huit grièvement. La liste noire s'allonge: la ·bombe qui a explosé le 15 janvier dernier dans un restaurant juif de Berli n Ouest constitue le troisième attentat grave perpétré contre la communauté juive en Europe en moins de six mois (le 20 août 81 , attentat contre une synagogue du centre de Vienne : deux morts et dix-sept blessés ; le20 octobre une camionnette piégée explose au coeur du quartier juif d'Anvers : deux morts et une centaine de blessés). La pol ice allemande qui, dansun premier temps, avait arrêté six ressortissants arabes, a dû les relâcher faute de preuves. A la suite de cet attentat, M. Galinski, le dirigeant de la communauté juive de Berlin Ouest a notamment déclaré: « C'est le plus violent attentat que nous ayons connu depuis 1945. " est évident que c'est un établissement juif qui était visé. La police cherche les responsables aussi bien dans les cercles d'extrême gauche que chez les néo-nazis .. l.' enquête est menée très sérieusement mais au fond peu irnporte les motifs politiques ce qui ressort au grand jour c'est la haine dirigée contre la communauté juive. » Espérons que toute la lumière sera rapidement faite sur cette affaire, ainsi que sur celles de Paris, Anvers et Vienne. TRIBUNE Et le combat pour la paix? J'aimerais vous adresser ma contribution pour la préparation du Congrès de ma,; à la suite des « pistes de réflexion pour l'élaboration du rapport ». Je souhaiterais aborder trois points : Le champ d'action du MRAP J'avais préparé une contribution assez longue, mais je m'aperçois que la lettre d'André Lavignon (D.L. de décembre) correspond exactement à ce que je pensais, et le dit beaucoup mieux. En effet organiser colloques et rencontres sur les autres « différences » me semble bon : mais l'ampleur des problèmes qui demeurent dans les domaines fixés par les statuts du Mouvement ne doit-elle pas nous amener à approfondir notre lutte, plutôt que d'élargir notre champ d'action dans ces mêmes domaines. D'autant qu'homosexuels, femmes ou autres « différents » possèdent déjà des associations combati ves, avec lesquelles nous devons continuer à travailler sans pour cela nous substituer à elles. Le corn bat pour la paix Plus important me semble la place et le rôle que le MRAP a à tenir dans le combat pour la paix. Lorsque notre Mouvement a modifié son titre, il y a quelques années, / étais adhérent isolé (depuis il existe un comité dans le département). Je considérais comme important de « sort ir » le MRAP de l'époque de l'immédiat après-guerre et de la guerre froide. J'approuvai cette modification. bien que regrettant l'absence explicite de référence à la paix dans notre intitulé. Il m semble cependant que la part prise par le MRAP dans le combat pour la paix ne soit pas aussi importante qu'elle devrait l'être : si notre contribution à la connaissance des peuples entre eux et p ar là-même à la paix existe (Différences en est un bon exemple), il me semble que nous pourrions faire plus. Certes nos positions sur le Proch e-Orient, la Namibie ou la Pologne, sont justes ainsi que la revendication d'un nouvel ordre économique international, mais que deviennent- elles coupées d'une vision plus vaste du problème? Pour ma part l ai été surpris que notre Mouvement ne soit p as partie prenante dans la Marche de la Paix du 25 octobre 1981, qu'il ne soit pas' plus combatif contre la bombe à neutrons ou l'im plantation de fusées (quelles qu'elles soient) en Europe .. . Bien évidemment, il est hors de question que le MRAP ~e substitue à un autre mouvement ou qu'il se situe à la remorque de tel ou tel parti politique ... 1 DROIT &: LIBERTE 1 Mais les guerres qu'on nous présente comme guerre de religion (Irlande), de tribus (Ethiopie) ou de libération (Afghanistan) se réduisent-elles à ces schémas? Un colloque sur la paix, comme le propose A ndré Lavignon. me semble intéressant. Action et efficacité En ce qui concerne faction du MRAP, je suis tout à fait d'accord avec l'idée d'éviter les collectifs « de circonstance » et de prendre seuls les positions ou initiaties qui s'imposent. Les cartels, unions ou autres avec des mouvements bien souvent minoritaires sont fréquemment dangereux pour notre organisation. d'aucuns se servant de l'autorité morale du MRAP pour couvrir des opérations politiciennes ou n'ayant rien à voir avec nos objectifs. Quant à notre expression publique, il est indispensable qu'elle se fasse par le biais des comités locaux. Pour cela, il serait nécessaire de développer les liaisons intérieures, notamment comme ce qui se fait dans la « Lettre du secrétariat » ou la « Vie du MRAP ». Voilà des outils indispensables, bien que leur forme ne soit pas satisfaisante : il est extrêmement difficile de reproduire ces documents (mauvais encrage, papier de couleur) rapidement pour les faire circuler chez nos adhérents. Voilà en quelques mots maladroits, ce que je voulais exprimer. Nous en discuterons par ailleurs au cours des assemblées départementales et régionales prévues pour la préparation du congrés. Sur le plan de l'organisation. il y aurait aussi bien des choses à dire, mais je crois qu'il faut attendre encore un peu pour que les structures mises en place fassent leurs preuves. Marc THUILLIER 16. Mornac Le gouvernement de la gauche Je suis membre du MRAP et abonné à Droit et Liberté. Jusqu'à maintenant je n 'avais pas re marqué d'inexactitudes ou peut-être de manipulations dans les journaux édités par le Mouvement. Or, je suis ému par le sous-titre de l'article titré « Les racistes s'agitent » (na 406, décembre 1981), bien que je n 'ai rien à reprocher au contenu de celui-ci. En effet quand/entends parler de « gouvernement socialiste », cela me rappelle étrangement des journaux ou des médias dont les buts, plus ou moins avoués, sont plutôt l'affaiblissement des minorités du gouvernement actuel et la constitution d'un gouvernement monolithique que le développement des libertés et du pluralisme. Ces écri ts ne font pas, à mon sens, reculer le racisme. Au contraire, ils alimentent des exclusives for t en vogue chez n ous dans certains medias écrits ou (ce qui estplus grave) dans le pseudo-service public d'information. Je peux a voir raison en disant que le rôle du MRAP est de critiquer (ou de soutenir) les actions ou les déclarations en fonction de leur attitude par rapport au racisme, et non pas en fonction d'autres critères. Je demande donc aux journalistes écrivant pour le MRAP de respecter toutes les sensibilités de celui-ci et donc de faire abstraction de leur (éventuel) propre engagement hormis l'antiracisme. Si la presse du MRAP ne fait plus son travail. qui le fera? J.P. BOUSSES 92. Issy-les-Moulineaux N.D.L.R. Oui, dès la sortie de Droit et Liberté de décembre, nous avons regretté que, par l'inexpérience de l'auteur de ce sous-titre, la réalité soit ainsi déformée. Il est contraire à notre manière d'être d'intervenir au plan politique et de prati quer des exclusives, quelles qu'elles soient. L'union fait la force A l'attention de Droit et Liberté, avec l'espoir que ses lecteurs pourront lire ces lignes. Comme il est navrant de constater qu'aujourd'hui encore, chacun se bat pour soi seul ... J'ai lu hier Droit et Liberté chez des amis, et dernièrement Différences auquel je suis abonné : les actes racistes sont toujours aussi quotidiens, visant toutes les minorités. L 'autre soir, à l'arrêt de l'autobus, une dame entre deux âges confiait à un autre usager son sentiment sur le conflit au Proche-Orient : « De toute manière, y z'ont qu'à s'bombarder tant qu'y voudront : ça rra autant d'bicots et d'youpins en moins sur la terre pour venir nous polluer! » En voilà bien l'illustration : nous sommes tous logés à la même enseigne ... Ce qui est regrettable, il me semble, c'est que quand la victime fait partie d'une minorité couramment prise comme cible, les autres ne font entendre leur colère qu'en bien petit nombre ; alors que si le moqué, le blessé ou le tué est un des siens, tout Arabe, tout Juif. tout Noi r, tout Arménien. tout homosexuel. etc., etc. en appelle à la dignité humaine, crie à l'aide, court au MRAP, à la LlCRA ou au CUARH, bref. réagit. On a pourtant mille et une fois vérifié que l'union fait la force. Est-ce parce que/ai mes idées sur le conflit israélo- arabe que je peux m'autoriser à fermer les yeux sur ce que subissent ici les Maghrébins? Si nous voulons vraiment éteindre l'hétérophobie, ou, au moins.la faire taire, unissons-nous contre elle avant que, d'aventure ou derechef. elle ne n ous trucide. Sylvain DA VI D 94. Saint-Maur Désireux de m' informer et de soutenir l'action contre le racisme, pour l'amitié entre les peuples PRESIOENT D 'HONNEUR : Pierre PA RAF PRESIDENT DELEGUE : François GREMY VICE·PRESIDENTS : Charles PALANT, Abbé Jean PIHAN, M' Georges PAU·LANGEVIN . Je m'abonne à droit et liberté o 2 89, rue Oberkampf, 75011 Paris Téléphone 806 .88.00 C.C.P. 9239 -81 Paris. Directeur de la publication Albert Lévy Secrétariat de rédaction Véronique Mortaigne Comité de rédaction : Jean-Pierre Garcia, Frédéric Maurin, René Mazenod, Robert Pac, Abdelahak Sen na, Jean-Yves Treiber, Slimane Zéghidouro N° de Commission paritaire : 61013 Imprimerie SIRG 249.24.00 SECRETAIRE GENERAL : A lbert LEVY COMITE D 'HONNEUR : Henri ALLEG, Georges AURIC, Robert BALLANGER, Maurice BEJART, Jacques BERQUE, Général de BOLLARDIERE, Bâtonnier Albert BRUNOIS, Aimé CESAIRE, Charles de CHAM BRUN, André CHAMSON, Marie-José CHOMBART de LAUWE, Alain DECAUX, Henri DESOILLE, Maurice DRUON, Pasteur André DUMAS, Jean FERRAT, Pierre GAMARRA, Colette GUILLAUMIN, Monseigneur Guy HER BULOT, Jean HERNAUX, Georges HOURDI N, Albert JACQUARD. Professeur Francois JACOB, Pierre JO XE, Jean-Pierre KAHAN'E, Altred KASTLER, Jean LACOUTURE, Bâtonnier Bernard LASSERRE, Michel LEIRIS, Gérard LYON-CAEN, Jacques MADAULE, Françoise MALLET-JORIS, Albert MEMMI, Robert MERLE, Théodore MONOD, Henri NOGUERES. Jean PICART LE DOUX, Gilles PERRAULT, Marcel PRENANT, Alain RESNAIS, Emmanuel ROBLES, Armand SALACROU, Laurent SCHWARTZ, Georges SEGUY, Jean-SURET-CANALE, Haroun TAZIEFF, Alain TERRENOIRE, Jacqueline THOME-PATENOTRE, VERCORS, Jacqueline VICTOR-BRAUNER, Doct eurPierreWERTHEIMER, lannis XENAKIS, Bernard ZEHRFUSS. Abonnement d'un an à droit et liberté (30 F). Etranger (50 F). Abonnement de soutien (100 F). CCP 9 2 3 9 -81 Paris J 'adhère au m.r. a.p. o Le m ontant de la carte d'adhésion (à partir de 80 francs) est laisséà l'appréciation du souscri pteur, selon ses possibilités, compte tenu de la nécessité d'apporter le soutien le plus efficace à l'action du mrap. CCP 1 4 -825-85 Paris, Nom (en capitale) ............. .... . ... . ..... . . ~ Prénom . . ... .. . ............ âge . . . . . .... . .. . Profession .. ..... . ...... . .. . .. . ... . ... . .... . . Adresse....... ..... . .... .... .. .. . . .. . .. . . ... • • .. ... . .. ....... .... .. ... .. .. .... .... . III MRAP - 89 rue Oberkampf 75011 Paris - Tél. 806.88,00 Droit et Liberté. nO 407 • janvier 82 EDITORIAL FAISONS NOS COMPTES Le mois de janvier est traditionnellement l'époque des bilans. Le Mrap n'échappe pas à cette nécessité. En dehors de tous autres constats d'ordre politique ou sociologique, nous vivons dans une société où l'économie impose ses lois et notre association n'y échappe pas. Bien sûr, chez nous, pas question de répartition de super-bénéfices, et si les adhérents du Mrap peuvent être considérés comme des associés, ce sont les associés du coeur et souvent de l'action. Nous nous devons donc d'établir une sorte de photographie de notre potentiel militant. Il me semble qu'en cette période de renouvellement des adhésions, il serait intéressant de réfléchir à la signification du geste qui consiste à prendre la carte du Mrap. Dans la majorité des cas, les nouveaux adhérents obéissent à une réaction spontanée d'indignation contre un acte de racisme vécu dans leur entourage. Ils ne veulent plus être les témoins indifférents de pratiques odieuses; d'autres adhèrent par sympathie parce qu'ils connaissent l'existence d'un comité local du Mrap, qu'ils approuvent son action et souhaitent y participer de façon concrète. Les milliers de personnes qui adhèrent au Mrap n'ont bien souvent rien de commun entre elles, que ce soit sur le plan social. idéologique, philosophique ou religieux, sauf un refus absolu de toute situation raciste.. . Leur but: faire partager leur conviction par le plus grand nombre et parvenir ainsi à une modification des mentalités. Ils veulent en finir avec les Dupont-Lajoie de toutes sortes et contribuer à l'édification d'une société où les différences culturelles seraient considérées comme une richesse. Nos militants connaissent tous ces réalités, mais ils n'ont pas toujours conscience de lel,lr impact sur la vie même du Mouvement. Le M rap fonctionne autour de deux entités non pas opposées mais nécessairement très liées l'une à l'autre : la masse des adhérents et le petit noyau de « permanents ». Ces derniers travaillent dans une dépendance très étroite des premiers. Quelques chiffres éclaireront mieux ces affirmations. Sur un budget prévisionnel pour 1982 de 1 800000 F, les salaires et les charges sociales des « permanents » en représentent plus de 50 %, l'impression et le routage de Droit et Liberté, 10%. Mais les cotisations 1982, si on les calcule par rapport à l'année écoulée, ne couvrent que 22% du budget. C'est grave, car si notre indépendance financière est directement liée à nos adhérents, il s'en faut de beaucoup que les cotisations équilibrent notre budget. Cette lacune nous contraint souvent à des demandes d ' argent exceptionnelles qui gênent et choquent certains militants. Ce que vous avez gagné ... Après -le tirage des bons de soutien Un voyage en Israël: nO 171298. Un voyage en Algérie: 360919. Une croisière d'une semaine: 98041. Une lithographie de Folon: 350484. Une superfriteuse Seb : 139600. Une sorbetière: 305615. Jouets: Play Mobil moto : 254392 112991 . Petit train : 170289 - 309048. Poupée Russe : 306918. Puzzle: 158114. Petit train : 265711. Maison: Réveil: 241799 - 391092. Appareil photo : 143298 - 188860. Répertoire téléphonique : 346728. Radio: 149784 - 276367. Vase : 391091 . Stylo : 280670. Assiette : 224331 . 2 coupes: 152121 . 2 sets de table : 090966. 1 aspirateurauto

205903. Taie d'oreiller:

387540. Vide-poche : 129436. Papier à lettre : 230259. Pendule : 090964. Bracelet-montre: 360560 - 190193. Montre-gousset

126609. Calculatrice:

125161 . Stylo: 160624 - 359134. Droit et liberté. nO 407 • janvier 82 Eau de toilette femme : 103343 - 260393. Eau de toilette homme : 140561. Vaporisateur sac en porcelaine

207157 - 233501 .

Livres et disques: Vivaldi 33 tours : 245783. Bach : 267435. Dvorak : 377400. Mosseiev

315110. Reggae : 1 55986.

labula: 127994. Disco : 093045. Elton Hohn : 101508. Rock : 350282. Percussions africaines : 396220. 1. Dorian : 163902. Coffret musique russe : 308777. La France de l'Affaire Dreyfus : 312993 - 214668 - 126551 - 343847 - 297609 - 238976 - 112406 - 333437 - 296282 - 247454. Abonnement à Différences (6 mois), tous les numéros qui se terminent par 17. Actuellement, le Mrap et sa publication, Droit et Liberté, ont besoin d'environ 150.000 F par mois pour fonctionner. Si nous voulons nous donner les moyens de financer les activités nationales à 50% par les cartes d'adhésion, cela suppose simplement que chaque membre du Mrap fasse adhérer une personne cette année. Est-ce impossible? Certainement pas. Ce mois de janvier s'avère très difficile financièrement pour le siège. A l'encontre des autres années où les renouvellements de cartes se faisaient abondamment de décembre à janvier, nous constatons en janvier une lenteur préoccupante à un moment où les charges sont particulièrement élevées. Nous faisons donc appel aux comités et aux adhérents isolés pour régler aussitôt leur cotisation 1982 s'ils ne l'ont pas encore fait. Nous souhaiterions aussi que les trésoriers des comités nous fassent part de leurs difficultés éventuelles dans leur travail de recouvrement. Nous n'avons pas d'éléments concrets pour analyser ces retards: qu'ils soient consécutifs à la crise économique, à la mobilisation des comités sur d'autres tâches ou à des retards dans la transmission, il est important pour nous de le savoir. De toutes manières, en raison de la proximité du congrès, il serait vraiment souhaitable que les comités se donnent pour tâche de faire rentrer les cotisations pour les prochaines assemblées régionales. C'est le seul moyen d'obtenir un calcul des mandats aussi proche de ,la réalité que possible. Un apport massif d'adhésions dans la prochaine période est le moyen pour le Mrap d'être un mouvement de masse dans le meilleur sens du terme, c'est-à-dire celui dont les idées sont partagées par le plus grand nombre. Le nouveau contexte politique, s'il ne résoud pas tout comme nous le souhaiterions, doit nous permettre d'effectuer dans de meilleures conditions un travail éducatif pluriculturel en profondeur auprès de la jeunesse et des différents groupes sociaux. Nous avons déjà jeté les bases d'un plan d'action dans ce sens, mais les moyens nous manquent pour les faire pleinement aboutir. Ces moyens s'inscrivent dans un projet global politique de l'immigration qui doit être encore débattu, précisé et concrétisé. Des projets pour l'avenir, nous en avons beaucoup. Ils seront au coeur des débats du prochain congrès. Il nous faudra être forts, c'està- dire de plus en plus nombreux pour les mener à bien. N'oublions pas d'une part que prendre la carte du Mrap c'est déjà accomplir un acte militant qui a conduit beaucoup d'entre nous à s'engager plus activement et que, d'autre part, le militantisme ne se mesurant pas, chacun peut apporter à sa manière sa pierre à la cause antiraciste. Claudine MARDON Ce que vous pouvez acheter ... Le racisme à l'école Un document de base édité à Nice Nos établissements scolaires comptent, souvent. dans les classes, un -nombre important d'enfants d'immigrés. Cette présence, qui pourrait être une chance, est trop souvent ressentie comme un problème, tant par ces enfants que par les autres élèves et les enseignants. Le MRAP pense que l'éducation à la fraternité pourrait, dans l'im médiat, améliorer les rapports des uns et des autres. Cela suppose une formation des enseignants dans un esprit d'ouverture aux problèmes des populations immigrées en France et la fourniture de matériel susceptible de les aider. C'est dans cette optique que le MRAP propose ce dossier destiné aux enseignants et aux éducateurs. ! 1 se présente sous forme de fiches facilement utilisables. En vente 15 F. Pour toute commande, s'adresser au MRAP. B.P. 623 06102 Nice Cedex. Les Cahiers Droit et Liberté Tsiganes et Gens du voyage Ce cahier a un but pratique : il veut être un instrument de travail. Nombreux, en effet, sont les militants, qui un jour ou l'autre setrouvent confrontés aux problèmes des Gens du voyage et qui ont besoin d'une documentation. Et pour nous tous, sédentaires, il est indispensable de découvrir le monde des tsiganes si souvent inconnu et méconnu. Ghettos et prisons d'Amérique Malgré de grands efforts pour présenter le problème racial com01e résolu, les Etats-Unis restent profondément marqués par les discriminations, les violences, le racisme d'Etat. Ces cahiers sont en vente 40 et 35 F au MRA P / 89, rue Oberkampf 75011 Paris. Frais d'envoi: 8 F par exemplaire. 3 A L'ECOUTE DES DIFFERENCES En 1982, priorité au culturel Sortir de l'état d'urgence O'OI"~' .d.,,, ~ e .. PD'oible cie ""'.go ln 11' ..... ...... el ln ,'cr- P"""'" pou' ,'",,,,,, 82. B,,,, "",. ta miosion lII'm ... li"' ..... MRAP conait., •• ,ipotI., le plut, •. IIIcItm ... el le pl .... lIiucement _ibll' ""'te man~"ion cie , •• e;"", .. O..-.onei .. ion d .. aCles li"",imin.,oi, ... du taitl ou "',Ît ... · ci., ... mo"""'"' clelOUt, ...... , ...... en ;.tf1ice. no' M".,.....,ent pocMde dH m......"."" • .,.iu. ce"'" mlis ",lil ",""",,,nt .,. ... 'ich" ... core, ,• HorIO " A r",or. cI'abofd, E' l"il ... ","i que don. le domo; .... cie r _ m .. nl comme dlnl col", cie r_,.~ ... p,~ _""_ ,oucIon, plus c ..... I""' . nt 1ft Imm i","oIs, ~. l' ",oc'"",nt c_nltn, 1&". un.."."...· bI. cie cerences """"""U .. i I_,a ,apidemenl .. """ .... C""'ghenos

In_. lurt"",géel. m ........ de p&fsonne!, .. " ........ n' ~, de p'

lond .. ,~.hl'" dt eN ne .. """.m l' ..... n;.. O .... u .... on'llie ..... f."", ,- ble' !-... d.II/I",ion. 1 .. in' ......... 'ons dH mll,tenll.n'i,aeiSl"d.n .... quI",'" et dlnll ... 6:oIes perme."om cie _Iopper les \HI_ du"" m. lI .... com""tenlion .nt .. 'OUO. 'nulOll de ooul,g"", .,i le ,ble les .nseigno"" el les Inim."",,1. • qui Il C ......... ,Alon E ...... lion .... MRAP, e' le CLEPR IC,n .. e "llo,..", les E .............. """. le. P'6jug6s lIac, .... ). l"ich .. en •• ""' .. ...,....,... .... ' le , ... ,.In po, cl ......... br .... loci.ca'1. ~ .... nt fou,";' unt .,d. PI'· "'OUM. 0 ... _, .. , ... d ... _ ,_ .. p,ésen,"'" cio". In«:oles.. dos _ ... ,6.hns ""'" ou p .. dos • .-.gnontl om ",OlMI .. ecu .. dH moIl cIeIn ..... """ '1105 .. 1110' ... ""IItn, ""'1101" " " A,,,,,, 1. .. __ d'6\""" ou scola". .. In iII"""- IN..,..."Iift, son, 'ut,nt cl. ",.,.,. .... de , __ u .... commu"..". cl"",. ""'It. Co"'~. f.,"'" ..... cl. prrys a pey$, dtt 'lili_ • ,jQ-. ,"'" ce qui 1*11 ~nt"bu .. 6 """'" le. yeu ... runou, , .. ""'"'" .. ;, ....... r.,,, • ....., 6tt. m •• "" 8"'" • le MRAP va enfin pouvoir se consacrer plus totalement à promouvoir l'amitié entre les peuples. Création de postes d'animateurs antiracistes A,,~_. dtI$p;«"';flsm ... s. iI.s. nk.SUl.dtlc,~,dMlsillcMfre dfl 1Iu«,./oru .,,$1."'.'" du MRAP .""11"'''' ft •• IttlCTU'" d'.nim.tjon .MlM_ ~uric""urelln tl -"'lr.I;M_ Le MRAP SUfH1MII que soi_ c,H, dtI. _If' "'lHlimaltlUfS usu· r.,,'' lII,m'li'. "'" d'unePl"t fllCti""""""." '1IC,."...g, d'IIII,. ,.... un ".".1 _it--cu/r"'M '~'" ""X d#m~, du "".J.c.. (Of'" ,/Xu,-#dw.,ifs ... """" .. dtJs ".".,I~ .. _igrls. dll' kolu Ire_$. CIvbUN 3· ,!;& .. t:. en d..,.."., t xi$tlHl '" ,,II/ atCttnShs PI" III. camllll 1:&1, du MRAP _ " Y ,#p(}nd_ 1"", ,., _WI. dtll ... ,. moy .... s. ~" /iMMJfI ."..., us ~IIH$ d'1JII;m.,iM p",,,,,,,/ruI.lles, il." ."". "M_ d. mtlll,. JVf" "'~ NS __ cio '"""a,ion on,l'KiSle el d. " •• """u.,,.,. dtJ. ~ ... En ", ... #lM ft ...... ", ilest ~ d"M:CtKdtJt.,,,. p/«II """"".nt • ..".,.. ,~.' d. '",million ",oI.u",nneIIe. ""'" IIIs tIIlUigf)lln(S m ... "'"' {(IUt un (11- fWTJbrtI dtJ "'01 ••• ...,," • III .DllflllissMIC. rie. M"' ..... r, .. ,.Mond" el dtJs Pl'rsd"immgr"..m tIIl_~ Ai"'; _.t pri •• u .......... """"'uI," le .... i ...... ""'_le in' euh ...... en dl ..... ion d ... """"U e, _ ..... . Des médias ouverts à toutes les cultures 0.0 ••• "w" '1 Racisme. sexisme, même combat? Un projet.' un institut de l'amitié entre les peuples 1iHérences1iHé TOUTl l ,..PQRT.o.TlQfI 'DiENe eN MET ... POPTlR 8uo\:Y E..cENS '.o.NNH,UX DECORA1"S G .. tlGE!S EXOTOOUES VENTE EN GROS §;~l~ ..• 29. RUE DES CAPUCINS 1 69001 LYON Tél 76/26.73.69 piedssensibles les cheusseurs du confort et de l'élégance Choix unique en chevreeu en sports et en bott •• Il "'1 ~. ,. . du hu,," lM. ... l ...... ,.1 I!J"I Got, s.a,", ( .. ,,. 81. JUO S,n"H"',' 1" · St l .. ,,. ,,,"".1 16·1 IWo ,.1Idoo 8~. ,ut 60 s... .. Il.,,, Sto,.. Ilabylo ... 1 110"1 Got, "" n" 5). 801"" St,,""'" lM",. Chlt ... n'ul "logo,,., _n, t .. , Io, tu ...... mode enfantine RAI. • ACTION Amende honorable Un Africain fait aJire un Blanc dans une marmite

telle est la publicité de oc Monsieur Meubles-

Cuisines» pour l'ouverture de son nouveau magasin de Livry-Gargan. Alerté par des particuliers, le MRAP adresse une protestation écrite. Le responsable est ' sincèrement désolé : oc Je n'ai pas imaginé une seule seconde que ce petit dessin humoristique puisse être considéré comme raciste », et promet d'être vigilant à l'avenir. Le bulletin de l'Amicale des anciens élèves du LEP de Coulommiers publie dans sa rubrique oc Rions un peu », la oc lettre véridique d'un maçon émigré arabe » qui tourne en ridicule un accidenté du travail. Dans le numéro suivant, paraît, in extenso, la lettre de protestation du MRAP, souli gnant le caractère dangereux des travaux effectués par les travailleurs étrangers du bâtiment et le mépris raciste que risque de susciter la lecture d'un tel article. Ce n'est pas ce que je voulais dire ... Maladresse également de Monsieur Lemiale, président de la Fédération Nationale des Agents Immobiliers (FNAIM) qui, protestant contre les dispositions de la loi Quilliot relative aux rapports propriétaires-locataires, déclare à Metz : «No'us ne voulons pas être des commerçants polonais ». Cette phrase, doublement malheureuse étant donné la situation actuelle en Pologne et la présence de très nombreux commerçants d'origine polonaise dans l'Est de la France, est reprise en titre par l'Est Républicain. M. Lemiale s'excuse et éclaire ses intentions : «Je voulais dire par là que nous ne voulons pas devenir des répartitueurs de pénurie ». Ce sont là trois exemples positifs, où les auteurs ont fait amende honorable à la suite d'une protestation écrite du MRAP. Par contre, aux Serrureries Générales, qui ont distribué dans de nombreuses boîtes aux lettres des dépliants vantant les mérites des portes blindées, et où l'on voit un individu au teint« basané » en train de casser une porte à coups de barre de fer, on continue de protester de son innocence : « C'est mon beau-frère, normand de père et de mère, affirme le photographe. Quand le cliché sera usé, nous le changerons ". Dans dix ans peut-être? Carnet Albert Lévy .. Chevalier de la Légion d'honneur Par décret du Président de la République en date du 6 janvier 1982, Albert Lévy, secrétaire général du Mrap, directeur de Droit et Liberté et de Différences, a été nommé Chevalier de la Légiqn d'honneur, sur proposition du ministre de la Solidarité Nationale, «pour 36 ans d'activités professionnelles et sociales et de services militaires » (dans la Résistance). Tous les membres et sympathisants du Mrap se réjouiront de cette distinction, qui honore notre Mouvement tout entier, et montre que la lutte contre le ra cisme, pour l'amitié entre les peuples, est aujourd'hui considérée comme une composante nécessaire de la vie sociale en France. Parmi les bénéficiaires des nominations et promotions figurant dans le même décret, on note par ailleurs plusieurs membres du Comité d'Honneur du Mrap : M. François Jacob, chef du service de génétique microbienne à l'Institut Pasteur, prix Nobel, est élevé à la dignité de GrandCroix ; MM. Alfred Kastler, directeurde recherche au C.N.R.S., prix Nobel, et Armand Salacrou, auteur dramatique, de l'Académie Goncourt, sont élevés à la dignité de Grand Officier ; MM. Georges Séguy, secrétaire général de la C.G.T., ancien déporté de la Résistance, et le compositeur lannis Xenakis, sont nommés au grade de Chevalier. 6 Les étudiants étrangers en liberté surveillée Le décret relatif à l'accueil des étudiants étrangers dans les universités françaises vient d'être publié au Journal Officiel. Les observations formulées par le Mrap* lors de diverses entrevues ministérielles n'ont pas été prises en compte. Ainsi le gouvernement maintient l'obligation de justifier, pour pouvoir s'inscrire, de «titres ouvrant droit dans le pays aux études envisagées " et l'èxamen de français comme moyen de sélection et non d'orientation. Pour ce dernier, les dispenses prévues ont été étendues.

  • voir D. et L. novembre 81.

Ce décret, ·s'il représente une avance certaine par rapport à la politique antérieure, codifiée par le décret dit oc Imbert ", est cependant en retrait de ce que pouvaient attendre les antiracistes de la nouvelle majorité. Ayant été prise en application du décret de 1979, la circulaire Bonnet du 2 avril 80 sur l'entrée et le séjour est désormais caduque. Nous attendons d'être reçus au ministère de l'Intérieur pour savoir quelles dispositions sont envisagées. Ehfin, en cette période d'élections universitaires, rappelons 'que les étudiants étrangers sont, pour la première fois, éligibles. GROS PLAN CLERMONT- FERRAND: une remarquable initiative Depuis déjà 9 mois, le comité local prépare une grande quinzaine culturelle ù7titulée «Amitié entre les Peuples ». Elle revêtira quatre formes. La première : un concours d'affiches ouvert sous le haut patronage de la municipalité de Clermont-Ferrand et de M. le Recteur d'Académie. L'auteur de la meilleure affiche se verra décerner une bourse d'encouragement pour la lutte antiraciste et l'amitié entre les peuples. Son affiche sera tirée à de nombreux exemplaires et exposée sur les panneaux de la ville. Le deuxième aspect sera une exposition «Amitié entre les Peuples » placée sous la responsabilité du Mrap et du C.R.D.P., et organisée par l'ensemble des établissements et foyers socio-culturels de l'Académie de Clermont- Ferrand Elle va du vécu, des expériences et des recherches régionales, aux populations d'Outre-Mer, migrants et sociétés françaises, en passant par le racisme devant la science, l'ethnocentrisme, pour déboucher sur l'amitié entre les peuples. En troisième lieu, il y aura le Festival du Film donné dans cinq salles de l'agglomération clermontoise, festival qui devrait toucher un large public. Signalons également, dans cette liste, un certain nombre de personnalités amies du Mrap, participant ou ayant participé à divers aspects de son action. A insi : MM Henri Michel, président du Comité d'histoire de la deuxième guerre mondiale, promu commandeur ; Henri Bartoli, professeur à l'université de Paris 1, promu offi cier

André Jeanson, président du Comité de liaison

pour l'alphabétisation et la promotion des immigrés (C.L.A.P.), promu officier ; Arnaud lyon-Caen, avocat au Conseil d'Etat et à la Cour de Cassation, nommé çhevalier

lue Van Bellinghen, ancien directeur du Bureau

de liaison des Nations-Unies à Paris, nommé chevalier

Marius Apostolo, responsable du secteur confédérai

de l'Immigration à la C.G.T., nommé chevalier ; Guy Réthoré, metteur en scène, directeur du Théâtre de l'Est Parisien, nommé chevalier ; Yves Jouffa, avocat, président d'honneur de l'Amicale des anciens internés et déportés du camp de Drancy, nommé chevalier. D'autres ont été, le même jour, promus ou nommés dans l'Ordre National du Mérite : le bâtonnier Bernard lasserre, membre du Comité d'Honneur du Mrap, élevé au grade de commandeur; l'acteur Michel Piccoli et Marin Karmitz, distributeur et producteur de films, nommés au grade de chevalier. A tous, nous exprimons nos vives félicitations. Naissance Nous avons la joie d'annoncer la naissance deJulien, fils de nos amis Anne-Marie et Jean-Pierre Reyal, qui participent de longue date à ranimation du comité du Mrap d'Argenteuil. Nos cordiales félicitations et nos voeux les plus chaleureux. Enfin les journées de clôture, les 20 et 21 mars 1982, coïncideront avec la Journée internationale contre la discrimination raciale, avec une grande cavalcade pour enfants dans les rues de la ville et une grande fête de clôture, à la Maison des Congrès de Clermont. L'originalité et la force de la quinzaine culturelle « Amitié entre les Peuples » résident égaIement dans le fait que les militants du M rap de Clermont Ferrand ont su y intéresser aussi bien les enseignants que les autorités académiques ainsi qu'un grand nombre d'associations, le M rap gardant la maÎtrise de r ensemble. Il faut mesurer le travail en profondeur que représente un tel accord pour 'en souligner l'importance. La richesse du travail pédagogique qui peut en découler et, en conséquence, le recul du racisme (ou mieux sa prévention) méritent d'être amplement analysés pour servi d'outil à l'action des militants du Mrap. Concluons donc par un double appel aux militants

à ceux de Clermont-Ferrand tout d'abord

pour qu'ils produisent un compte-rendu exhaustif de leur quinzaine, et aux autres, pour qu'ils puisent à cette source d'antiracisme concrètement vécu. J.P.-G. R,M. Nos deuils Mathilde Gabriel-Péri qui fut résistante et militante pour la justice et le droit des peuples, était de longue date membre du Mrap. Son nom évoquait l'héroïsme des luttes contre le nazisme et les souffrances de l'oppression. U ne foule nom breuse était présente à ses obsèques le 19 décembre, à Argenteuil. Le Mrap y était représenté par une délégation que conduisait Suzanne Monnerie, membre du Bureau National. Le Mrap a subi une perte cruelle en la personne d'Albert Slanoski, décédé à Rouen, où il avait animé le comité local depuis la fondation du Mouvement jusqu'à ce que la maladie, il y a deux ans, le contraigne à abandonner sa fonction de secrétaire. Ce militant lucide, et dévoué, ancien combattant de la Résistance, a mené une vie exemplaire au service de la justice et de la fraternité humaine. Une foule nombreuse d'amis, de représentants des associations, a participé à ses obsèques. Plusieurs orateurs, dont Albert Lévy, secrétaire général du Mrap, ont rendu hommage à sa mémoire et témoigné à sa famille leur douloureuse sympathie. ,.....--- Remerciements -----, MmeSLANOSKI, son épouse, les familles SLANOSKI et MIJOTTE, la famille PAPER, remercient sincèrement les personnes qui se sont associées à leur peine lors du décès de M. Albert SLANOSKI. Nous avons appris avec émotion le décès de Frida Nasselski, qui prit part à la création du Mrap à Paris et lui apporta toujours un soutien actif. Nous exprimons à sa famille nos sincères condoléances. Droit et Liberté. na 407 • janvier 82 ACTION Ce mois-ci D'une région à l'autre ... ECOLES ET CULTURES 15 décembre A Lévy rencontre Tuliamini Kalomoh, représentant de la SWAPO à Paris. 17 décembre Lettre à François Autain, Secrétaire d'Etat chargé des Immigrés, pour demander que le délai pour les régularisations soit prolongé de trois mois après la date prévue du 22 décembre Lettre à l'am bassadeur de Pologne pour lui faire part de la protestation du MRAP contre certaines manifestations d'antisémitisme qui viennent de se produire dans son pays. 31 décembre. A Lévy et R. Mazenod participent à deux débats d'une heure et demie avec les élèves du lycée Emile-Dubois (Paris): 4 janvier Réponse de M. Emmanuelli à notre intervention contre la diffusion d'un tract raciste en Nouvelle-Calédonie. Une instruction est en cours. 5 janvier F. Grémy, A Lévy, J. Costa-Lascoux sont reçus par deux membres du cabinet .de J.P. Chevènement. minirn-èa?~ la Recherche et de la TechnOlogie.: MM. Thierry Bondoux et Brunet. 6 janvier Lettres de sympathie à la suite de plusieurs attentats qui visaient les locaux du journal «La Marseillaise » à Béziers et Montpellier (revendiqués par le groupe Charles Ma rtel) ai nsi que les fédérations du PCF à Brest et du PS à CharlevilleMézières. A Antony, soirée de solidarité avec l'AN.C. à l'occasion de son 70e anniversaire à l'initiative de l'AFASPA et du MAA/CAO. Prise de parole de François Diéterlé au nom du MRAP. 12 janvier: Procès en appel de l'affaire Faurisson (déclarations sur Europe nO 1). Seules sont plaidées les questions de procédure, la plainte déposée par la LlCRA étant déclarée nulle par le Procureur de la République. Arrêt : le 10 février. 1 3 janvier: Lettre à M. Odru, rapporteur de la commission parlementaire d'enquête sur le SAC, lui signalant les relations que nous supposons entre le SAC et Ordre Nouveau. Diverses actions en direction de récole se sont concrétisées au mois de décembre dernier. Le comité local d'Oloron a présenté du 12 au 19 décembre une exposition de dessins d'enfants des classes primaires sur le thème de la lutte contre le racisme. Une trentaine de classes y ont travaillé avec les enseignants. (1) En Picardie, le lycée agricole du Paraclet a mené une réflexion dynamique sur les phénomènes migratoires, leur signification et le racisme rencontré. Cette semaine a été animée par de nombreux militants du comité d'Amiens. Dans la même période, un autre groupe de ce lycée agricole a pris le MRAP comme objet d'étude, dans le cadre d'une réflexion globale sur la vie associative. Marie-Odile Desjonquères, secrétaire du comité local d'Amiens fit part de son expérience sur rengagement complexe dans la vie associative locale impliqué par l'action antiraciste. C'est Albert Jacquard qui une fois de plus, (nous ne saurons jamais assez souligner le travail inestimable effectué par cegénétici en contre le racisme prétendu scientifique de la Nouvelle Droite) a donné une conférence sur le thème «La race, l'échec scolaire sont-ils inscrits dans les chromosomes ? », le 8 décembre dernier à Annecy en présence de 200 personnes. Il avait répondu à l'invitation du Groupe Français d'Education Moderne (GFEM) et du comité local du MRAP. Toujours à Annecy, le samedi 5 décem bre, le comité local participa à un «après-midi sur l'Islam » avec Albert Samuel. 40 Différences y furent vendus. Le comité de Vitry prépare quant à lui une action d'envergure dans le cadre du mois de lajeunesse en fé- r vrier prochain: concours de dessins d'enfants (tous seront exposés), exposition à la Bibliothèque ' municipale pendant 15 jours, séance de courts-métrages, puis rencontre avec Pierre Paraf, président d'honneur du MRAP, les enseignants et les associations de parents d'élèves le mardi 23 février. (1) Tous furent invités le 19 décembre à une fête avec le groupe folklorique portugais de Pau: musiques. danses pour une meilleure connaissance. DERNIERE MINUTE Le M rap demande le report de la date limite des dépôts de dossiers pour les « sanspapiers ». le M rap avait demandé au secrétaire d'Etat aux Immigrés de reporter de trois mois la date limite du dépôt des dossiers de régularisation des travailleurs clandestins dits « sans papiers ». Or, il constate que la prolongation officielle de deux semaines s'achevant aujourd'hui s'avère insuffi- Droit et Liberté. na 407 • janvier 82 sante. Il est en effet informé, ce 15 janvier, d'un afflux inhabituel d'immigrés dans divers centres ou préfectures. Aussi vient-il de s'adresser par télégramme au secrétariat d'Etat pour renouveler sa demande. 15 janvier 82 Enfin, " 1 000 poèmes-affiches» sont en cours de préparation en vue d'une animation culturelle des jeunes des LEP et de leurs correspondants (Paris-banlieue), organisée par notre camarade MarieClaude San-Juan. Date prévue: du 31 mai au 30 juin 82. Activités culturelles Connaissa nce des autres et de leurs cultures, de leur mal de vivre comme de leurs espoirs: tels furent les thèmes de nombreuses soirées organisées par des comités locaux. A Villeurbanne, le comité local de Lyon présenta« L'oracle » de l'écrivain africain Guy Menga. Les débats qui suivirent furent animés par Jean-Yves Londe, ethnologue. A Montpellier, projection d'"Ali au pays des mirages ». " Un large débat sur une communication difficile »titrait « Le Midi Libre ». Un collectif Tiers-Monde, auquel participe le MRAP de Versailles, avait choisi le 8 décembre dernier « La dernière tombe à Dimbaza » pour parler de cette forme moderne de colonialisme qu'est l'apartheid. Il s'agit également d'apartheid, en Nouvelle-Calédonie, a démontré Me Roux, lors d'une soirée sur les Dom-Tom organisée par le comité local de Nîmes après la projection du film «Derrière le rideau de fleurs ». C'est à un «Dialogue sans frontière » que furent invités les habitants de Berre lors de la semaine d'animation culturelle à laquelle s'était associé le comité local du Var, comme à Perpignan lors de la journée d'Amitié franco-algérienne du 20 décembre: Création de comités locaux De nouveaux comités locaux viennent d'être créés "à Troyes, à Bourges, à Cognac, à Mulhouse, à Charenton (2). D'autres sont en gestation commeà Digne, Dunkerque, Vendôme, Aulnay-sous-Bois. Des comités d'établissement vont être créés dans trois entreprises de la région parisienne. (2) A cette occasion. une réunion d'information se tiendra le 6 février à 14 h 30. 117, rue de Paris. à la Salle des Fêtes. FICHE DOCUMENTAIRE .Afrique australe Le mouvement de libération nationale et les organisations anti-apartheid en Afrique du sud. A.N.C.: 8 janvier 1912 - 8 janvier 1982 DepuiS 70 ans, l'ANC, African National Congress, mène la lutte de libération du peuple sud-africain contre le colonialisme et l'apartheid. C'est le plus vieux mouvement de libération moderne sur le continent africain. Après la guerre de 1940, alors que les Blancs au pouvoir instaurent une rigoureuse séparation des races nommée « apartheid », l'ANC radicalise sa lutte sous la direction de son président Albert Luthuli qui sera élu prix Nobel de la Paix et sous l'impulsion de Nelson Mandela et de ses compagnons de la jeunesse de l'ANC. A la suite d'importantes campagnes contre l'instauration des «pass» obligatoires pour les N oi rs, la répressi on s'abat. Le 21 mars 1960, c'est le massacre de Sharpeville: 69 morts parmi lesquels une majorité de femmes et d'enfants. L'ANC est interdite et décide de passer à la résistance armée. Elle fonde l'Umkhonto We Sizwe, la « Lance de la Nation ». Ses chefs sont arrêtés en 1962. Parmi eux, le Président Nelson Mandela, aujourd'hui emprisonné au bagne de Robben Island. Après les événements de Soweto, en 1976, l'organisation extérieure de l'ANC est renforcée de milliers de jeunes qui sont contraints à l'exil et veulent libérer leur peuple. L'ANC est de plus en plus active sur le terrain multipliant les actions de propagande et les attaques contre les forces de l'ordre d'apartheid et les objectifs stragétiques. De nombreux militants sont arrêtés par la police du régime. L'un d'entre eux, Salomon Mahlangu, est condamné à mort et exécuté en 1979. James Mangé, un autre militant de l'ANC est arraché de justesse à la potence après une intense campagne de solidarité. Aujourd'hui 6 militants de l'ANC condamnés à mort attendent dans les prisons de Prétoria. Un récent sondage parmi la population noire d'Afrique du Sud a montré l'immense popularité de l'ANC et de Nelson Mandela qui serait largement majoritaire si des élections démocratiques avaient lieu. 7 ) AU FIL DES JOURS HLM •• BLEMES, TROP BLEMES Au moment où le gouvernement annonce une série de mesures en faveur de l'amélioration de l'habitat, les habitants des cités HLM voient trop souvent leurs Le MRAP a participé aux Assises sur l'habitat social, qui se sont tenues à Paris à l' initiative de l'Union Nationale des Fédérations d'Organismes HLM avec la participation de nombreuses associations d'habitants, d'élus et de gestionnaires des cités HLM. Ces assises clôturées par le Premier Ministre ont fait apparaître au grand jour la préoccupation croissante de ces organismes quant à la dégradation des quartiers qu'ils gèrent et aux tensions sociales importantes qui s'y manifestent. Les réponses fournies ponctuellement à ces difficultés ne nous ont pas toujours paru satisfaisantes. Dans le courant de l'année le MRAP avait d'ailleurs été amené à prendre position à plusieurs reprises sur des refus de logements ou autres incidents. Ces assises ont montré que les organismes d'HLM sont en fait parfaitement conscients des problèmes tels qu'ils se posent (c'est-à-dire très différemment de la façon dont trop souvent ils sont présentés à l'opinion publique) sans pour autant dégager avec clarté les solutions à adopter pour les résoudre. Une volonté très nette est apparue, que le MRAP ne saurait trop approuver, de ne pas isoler la question des immigrés du reste des problèmes posés. Un constat sévère Les rapports diffusés ont permis de faire le point sur la situation actuelle, notamment dans la région parisienne. La situation aujourd'hui dans les HLM se caractérise par la paupérisation des populations, la 'dégradation croissante des grands ensembles construits intensément sinon précipitamment, durant les années 60. 8 FICHE DOCUMENTAIRE .Afrique australe Le Mouvement de la conscience noire Animées par des intellectuels noirs d'inspiration chrétienne, les organisations de la conscience noire ont joué un rôle décisif dans les évènements de Soweto en 1976. Elles s'inspirent des thèmes du retour aux sources africaines et du pouvoir noir, mais se situent, dans la plupart des cas, dans une perspective politique de renversement du pouvoir blanc. Les organisations de la conscience noire sont presque toutes interdites. Leurs membres sont souvent sympathisants de l'ANC. Les E~lises L'Eglise cathô Ique, de nombreuses églises protestantes se sont déclarées contre l'apartheid. L'évêque Desmont Tutu, président du Conseil sud-africain des Eglises est un opposant notoire au régime. Cependant, les églises hollandaises réformées, dominantes parmi les Blancs d'origine néerlandaise sont des piliers du système raciste. SANROC et SACOS Le SANROC à l'extérieur et le SACOS à l'intérieur réunissent les organisations sud-africaines sportives opposées à l'apartheid. Ces organisations animent les campagnes de boycott du sport raciste dans le monde. SACTU Le SACTU (Congrès des Syndicats sud- africains) organiquement lié à l'ANC représente les syndi - cats qui refusent les lois d'apartheid. A l'intérieur, le mouvement syndical non racial se développe également. le Parti Communiste sud-africain 1 nterdit depuis 1955, le Parti Communiste sud-africain milite pour une Afrique du Sud socialiste et non raciale. Il invite ses membres à participer à la lutte de l'ANC. Parmi les Blancs Plusieurs organisations blanches d'étudiants (NUSAS) ou confessionnelles (Institut Chrétien d'Afrique du Sud) s'opposent à l'apartheid. le PAC Le Pan Africanist Congress, issu d'une scission au sein de l'ANC, est aujourd'hui presqu'éteint en raison des luttes intestines qui le traversent. Il est jusqu'à présent reconnu par l'ONU et l'OUA. le Conseil des 10 Animé par le Dr Motlana et des notables de Soweto, le Conseil des 10 est souvent intervenu pour négocier avec les autorités. Il refuse l'apartheid mais jouit d'une popularité médiocre. l'Inkhata Mouvement crée par Gatsha Buthelezi. chef traditionnel de l'ethnie zoulou. D'inspiration ré formiste, l'audience de ce mouvement est obérée par son ori gine tribale . • conditions de vie se dégrader au fil des jours. Parmi eux, un nombre croissant d'immigrés qui sont loin d'atteindre au bien-être social ... Parallèlement le développement de l'accession à la propriété et le renouvellement du patrimoine immobilier français ont élOigné du logement en HLM certaines fractions de population plus aisées pour qui il ne représente plus qu'une étape. Les H LM accueillent donc de plus en plus des populations exclues de la logique résidentielle normale. Les rapports de cohabitation concernant notamment les immigrés s'organisent pour une large part au plan de l'imaginaire, a-t-il été à bon droit rappelé, car la cohabitation avec ces derniers est ressentie peu ou prou par la population ouvrière française non qualifiée comme un signe de déchéance sociale, puisque pour la société leur statut est le même que celui des étrangers. Trop souvent la concentration des immigrés dans un ensemble est présentée comme un indice significatif de sa dégradation. . L'entrée des familles immigrées dans les logements sociaux est un des évènements les plus sensibles qu'ait connu le patrimoine HLM au cours de ces dernières années. C'est la contrepartie des opérations de rénovation urbaine ou de résorbtion de l'habitat insalubre menée durant les années 60. De 68 à 75, la population étrangère passe de 8,9 % à 11,7 % de la population totale en IIe-de-France. Dans les HLM, la part des chefs de famille étrangers logés en HLM passe de 4,4 % à 9,2 % en 1975 et à 12,7% en 1978. Cependant, compte tenu de son niveau de ressources, la population étrangère est en fait sous-représentée en HLM. Y sont logés 12,7 % des actifs étrangers contre 17,7 % des actifs français. Il s'agit d'une population essentiellement ouvrière, donc d'une structure différente de la population française logée à ses côtés qui comprend davantage d'employés. Au sei" de la population étrangère, ce sont les familles qui ont accès le plus au logement social, et particulièrement les familles nombrtidses ce qui implique une présence importante d'enfants et d'adolescents \ '_--::, ~ 'I/ t.'~ moins de 17 ans). Or, les tensions sociales dans ces quartiers se cristallisent essentiellement autour des jeunes et des immigrés, ce qui explique que les jeunes immigrés aujourd'hui constituent quasiment des boucs émissaires désignés à l'expression de la violence ou de la stigmatisation. En outre, le poids des immigrés croît à mesure qu'on s'éloigne de Paris, c'est-à-dire qu'ils habitent les HLM de banlieue et de grande banlieue. Des propositions pour l'avenir Nous avons affirmé notre désir d'être présents au stade de la conception et de la réflexion pour tenter d'éloigner le renouvellement ou l'amplification de difficultés telles que celles rencontrées à Nanterre, Vitry ou Vénissieux. Il convient en effet d'agir parallèlement sur deux aspects. D'une part sur l'éducation à la fraternité pour tenter de lever les préventions ou appréhensions ancrées dans l'imaginaire des populations et qui empêchent la vie en commun. Ensuite c'est l'animation de ces quartiers qui est en cause. Certes, une animation socio-éducative adaptée s'impose pour suivre les familles et les jeunes, mais avec cette restriction qu'un renforcement ~es actions sociales institutionnelles tend à renforcer l'image de quartiers à problèmes et de dévaluer encore ces derniers dans l'opinion. Enfin, c'est l'urbanisme même qui doit être repensé. La conception des immeubles où sont regroupés dans certaines cages d'escalier de très grands appartements doit être revue pour éviter la concentration de familles ayant la même composition. L'installation d'espaces, non seulement de jeux, de sports, mais aussi d'activités diverses, qu' il s'agisse d'ateliers de mécanique ou de menuiserie, permettrait des rencontres enJre les gens au travers d'activités communes. Ce qui est posé en fait et ce qui rend à court terme la situation difficile, sinon explosive, c'est que sont regroupées dans certains quartiers la pauvreté et les difficultés sociales, scolaires, familiales. Il faut briser la volonté de ségrégation sociale afin que les travailleurs de toute origine aient accès à un logement de qualité, ycompris dans les communes privilégiées. La dispersion des familles en butte à des difficultés spécifiques dans un milieu positif leur permet de progresser sous la pression de ce milieu. Au contraire, accroître la proportion de ménages défavorisés multiplie les.difficuités de tous. Si, dans les années 50, les HLM représentaient essentiellement l'accession à un logement décent, aujourd'hui l'exigence est plus élevée et on doit considérer que .chacun a droit à la qualité de la vie, un environnement agréable s'imposant d'autant que les conditions de vie et de travail sont plus pénibles. Ces Quartiers, trop souvent factices pourraient au contraire être les exemples de brassage entre immigrés et Français, d'ouverture vers des cultures différentes et l'école y a un rôle capital à jouer. Cette vaste tâche doit être impulsée au niveau national avec des incitations financières du gouvernement, mais doit surtout être prise en compte par les intéressés au niveau local, par l'action des associations de résidents, syndicats de cadre de vie, d'étrangers, etc. Le Premier Ministre a manifesté au cours de ces assises sa volonté de mener une action déterminée pour que soit pris en compte ce problème et a annoncé la mise en place d'une commission dont l'animation a été confiée à M. Debedout. George PAU-LANGEVIN Droit et Liberté. na 407 • janvier 82

Notes

<references />