Droit et Liberté n°00030 - 15 juin 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°30 (98) du 15 juin 1949
  • L'action commence par Me Grinspan -Le fascisme raciste doit être stoppé par Daniel Besser
  • Lu pour vous par Roger Maria: dans le même camp
  • Le IIIème reich bis par Edgar Morin
  • Plus jamais d'Oradour ni d'Auschwitz par R. Lang
  • Derrière le rideau de mensonges: l'effort de la Tchécoslovaquie par J.A. Bass
  • Discrimination raciale aux Etats-Unis: ce n'est pas leur faute à ces petites crapules; enquête de Jan Simon
  • Petits enfants du pays basque par Ninette Schwalb

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

A lA' le fascisme raciste doit être stoppé! , . ,H EBDOMADAIRE FOI:-IDE-D.AN:S .LA! .CL ANDESTINITË Nouv~lIe série. - t\!0 30 (98) , J!,' acti~n C6-mmenCe , . par Me GRINSPAN Secrétaire::général du M. R. A. P. L A journée nat~onale du 22 mai. magnifique dans l'ardeur et la détermination dont ses participants ont faU prelL'I[e. grandiose dans la solennité de sa conclusion, est le point de départ d'un vaste mouvement qui ira sans cesse grl'ndissant. . L'ampleur sans précédent de l'incontestable succès de cette journée prouvè à elle . seule et la raison d·être. et . la néèessité de ce mouvement. . ·Combien dé fois avons nous serré les poings en apprenant la libération d'un collaborateur · avéré. combien de fois avons-nous senti monter en · nous une indignation impu'issante en \ constatant la mansuétude avec laquelle on traitait les nazis· ·et les tortionnaires. Combien de fois avons-nous été douloureusement frappés en apprenant qu'après cette guer~~ qui devait consacrer l'égalité des races et des peupleS-, l'on faisait encore des discriminations raciales et qu'il y avait, ce()i nous rappelle quelque chose, des races inférieures et des races supérieures. Eh bien, le moment est venu de réagir. La -réSignation est le courage des bibles et un passé récent nous a appris Ilu'elle équivaut sou·vent au suicide. • 'N OUS' ne sommes pas des ·faiblés ! Plus d'une (.ols nous avons fait face à. la mort qui a frappé tout ce qui nous était ·cher et nous àvons fait intérieurement le serment, avant de le prèter côl'1ectivement à cette magnifique journée du 22 mai : « Plus jamais çà - plus de racisme et plus de guerre! Il Nous nous sentons maintenant durcis par l'épreuve et prêt·s pour la lutte - nous en avons vu bien d·àutres ..• Nous sommes même beaucoup plus forts que d'aucuns le croient. Car nous. avons avec nous tous les honnêtes gens - tous ceux pour qui un homme esf avant tout un homme, sans que l'on considère la couleur de sa peau, ou sa confession ou sa ~onception philosophique. Et ceux qui ne veulent plus de guerre et qui comprennent qu'il ne suffit pas de le dire :iu coin du feu et que l'on peut l'éviter si tous les peuples' l'affirment hautement et clairement, 'sont également avec nous. A tel point que depuis la jo~rnée du 22 mai, les adhésions affluent de toutes parts, de .tous les mlilieux et j}e tous l~s horizons politiques. Et maintenant, au . travail ! Nous irons au devant de l'ennemi et le combattrons sur ious lès terrains. Nous démasquerons les intérèts hideux qui poussent au racisme et à la gcerre et nou~ lutterons ensemble avec la dernière énergie, contre les ~elents du nazisme, partout où nous les trouverons. . : L A première chos~ à faire est de consolider notre beau mouvement; il Illut qu'il soit présent partout, dans les plus petites villes de France, dans les ateliers, dans les Facultés. dans toutes les couches de la population. Il faut appeler à nous tous les gens de bonne volonté, tous ceux qui acceptent le s~rment que nous avons prèté le ·22 mai, et ilS' sont légion. Il est clair' que plus grands seront notre nombre et notre cohésion, et plus efficacement nous pourrons porter nos coups à l'ennemi, à toute cette pègre que le nazisme a légué à l'après-guerre et qui relève maintenant la tête. Il faut que nous réal'isions par l'action les engagements que nous avons pris solennellement le 22 mai. Comme a dit le poète : « Penser est facile. agir est difficile ; la chose la plus difficile, mais aussi la plus belle, est d'agir selon sa pensée ... Il Dans ce numéro: Ole REICH (bis) par Edgar MORIN !' DANS LE MEME CAMP" ... par Roger MARIA Les combattants immigrés et la défense de' la Paix par M. VINCICUERRA Elles sont venues de partout par Serge KRIWKOSKI 15 JÜIN 1949 Prix 25 fr~· « Nous voulons une vi.: décente, a.dez-noU$ ! » demande l'enfa~t noir de Harlem (Lire l'enqUête en pages 6 ::~ -:: €ET :HOMME u.a-t-if 1téfUJfuuo..nneJi le numde de la cfiauCharlesWie ? V OUS prenez la chaussure comme oeci. vou S poussez ici. .. et voilà. Il Eberlué, je considère les deux parties d'une chaussure : dans la , main gauche. la semel1e, clans la droite. _. le reste ! Bien curieuse invention en vérité. qui permet d'adapte,r sur une paire de semelles tous les modèles de chausS1jres que l'on désire : s[)Ort, luxe, sandale. montagne. etc_o. Il suffit simplement de posséder quelques-uns de ces modèles, que l'on peut em!nener avee !Ol : selon les nécessités de l'heure, 0 1\ transforme sa paire de « god!llots ~ en élégantes «- Richelieu D, ou vice-versa. Ce n'est pas plus compliqué que jf' vous le dis ! L'homme qui a fait cette sensationnelle trouvaille s'appelle Wulf Eps-tein_ Technicien de la chaussure, il travaillait avant guerre dans la petite entreprise que poeséùait son père, à Bruxelles ... ·Dès 1940; ' le jeune Wulf -s'accroche à une nouvelle idée: il voudrait créer un modèle de chaussure inédit. pratique. simple et élégant tout à la fois. Il se met aussitôt au travail. J\his 5es projets de « chaussure à déhottement ». à peine ébauchés. sont interromrus par la ruée des Pamer sur la Belgiqul!. Natif cie Vil no. :itoY!,1 I,Hw,nien, Wulf Epstein rejoint dès les premières heures de l'occupation na7.Ïe, les rangs de la Résistance; il sert d'agent cie liaison clans le mouvement clandestin, " VOUS donc n'êtes' pas tous

MO, R-TS'. .A . .U.

'CREMATOIRE·'·' .lance une antisémite Et c'est la survivante d'A~schwitz qui eSt condamnée! Le « VüZage Suisse », li Paris. , est un pâté de mai907/.S, coupé, de petites ruelles, et dont l'es- · sentiel se compose de magasins' de nouveautés: tissus, lingerie,; imperméables, fourrures, etc... . Au mois de novembre dernier, une dame Forestier pT'omenait son chien dams les parages. . : Vint le momeTlJt' où le toutou; sentit le besoin de marquer som' passage, non loin d'un magasin·: : Mme H .... vendeuse au « Petit· Pnntemps » fit doucement remarquer à la propriétaire du chien qu'il y avait d'autres endroits pour les épanchements canins. Ce à quoi Mme Forestier, débordante d'indignation, répliqua « qu'étant donné qu'elle payait ses impôts. son petit! chéri (le chien) avait le droit des'oublier où bon lui plaisait ». Mme H... n'insista pas, mais' sa remarque fut reprise par tint a'utre commerçant. . Les choses commencèreni alors à se gâter: Mme Forestier s'emporta de plus belle et se mtt, à crier «. qu'on était en France,~ que c'était bien malheureux que. tous les youpins. quoi qu'cm. en! aU dit. n'étaient pas tous passés: au crématoire », etc .... 1 Parmi la foule des commer-: çants, juifs et non-juifs, qu( s'était amassée. se trouvait Mme: Mantel, déportée à Auscwitz, seule rescapée de sa famille. (Notons en passant que son mari, M. Mantel. prisonnier évadé.: Croix de guerre, déporté avec sa première femme et ses trcns enfants, est également le·. seul rescapé de sa famille,) Une échauffourée se produisit et Mme Mantel, empOignée par·la Virago racisté. roula avec celle-ai sur ~e troUoir. . Daniel BESSER. (Suite page 6.( jU;,(Ju'au jour où il se fait a.r~êter par I:t Gestapo. La priSOIl Saint-Gille". le camp de Malines j en 1943, il est déporté à flirkenau, Le long calvaire des camps : Mathausen, Gusen II ; le 5 mai 1945, c'est la lihér.~tion. Maurice MANN. (Suite '{KI.ge S.) ~: ~I 1 1-' VJiIl3-,~- par ROGER MARIA ~ , , , , DAN-S LE M'Ê,ME CAMP • .'. " t t l' ,

n E journal de M. Joseph s'en telllJr qu'à, un exemple, quë tation dU totalitarismè rouge.

jb Fisher a bien été obligé de la politique du Pacte atlantique A Fra,nc-T:ireqr, on in,slnu~, ·. mant, les. g:ens de Franc-Ti· r.eUt; ' et de Paroles françaises. AujoW"ù'hul, ,nous voudrions seulement laisser · à notre ami André Wurmser ·le soin d'apporter une première réponse. (Ce SOir du 27-5) : , .:....:. Il De leur , manquait plus que cela ! s'est élcrié ma charmante - et-fidèJe - secrétaire, les voilà antisémites. - Qui dOonc, Odette ? , , - Les SOvié.tiques, parbleu ! J'ai lu ceJa dans «Franc-Tidon ner, dans son numéro du comporte 'une' alliance effective on se voile la f.ace, 'on voudrait i,·r juin, un compte rendu du ' avec une Alle:magne de l'Ouest ne pas croire que ... , etc. Témoin, Congrès de fondation du M.R. . ~on cUcarteJlisée et ,nOon déna- te titre (21-22-5)., bien digne

A.P,., .,'désigné, dans' le . titre, zifiée, où les anciens soutiens des ' faux-jetons du verbiage à .

comme' une « journée unilaté- ' financiers de la réacMon aUe- gauche et des appuis effectifs à; i'ale ~: Vous· comprénez ce que mande, puis du nazisme, OCCU7 ' la . pire . réaction 'qUi président cela " veùt dire : unilatérale, pent des postes essentiels dans aux aestinées de. ,ce journal .: dans' l'esrprit des diviseurs inté- l'économ,ie sous protection an- Franc-Tireur se livre à une vulressés du petit groupe de ce glo ~ franco -·américaine, lors- gaire démagogie irresponsable monsieur, signifie : .uniquement qu'oo sait cela, qui est essentiel contre« la droite :) et à des atçommuniste;._ comme le prouve et que personne ne songe à nier, taques très soignées· contre les l'awui ou la présence de et que, pourtant, on garde sur organisations de la ' classe ouMM. Marc Sangnier, Jean-Jac- ce crime historique un silence vrière. Voici le titre en question.: gues Bernard, Louis Mari'n, le comlPlice, mieux : lorsqu'on uti- L'antisémitisme aurait-j} fait reur . iléput.é· S.F.I.O. Minjoz, le Grand lise le meilleur de ses forces à son apparition en U,R.S.S.? - . A mon tour de ctire : parRa. bbin Kaplan et tant d'autres. dénoncer ceux-là même qui se Des indices trOUblants obligent ble'u! Mais, Odette, ne vOUs

Après avoir souligné que dressent contre le recommence- à poser la qUestiOll. frappez point : voiJà 32 ans que

l'organjsati()n était parfaite ment du capitalisme porteur du Suivent d~s indications gros- l'U.R.S.S., selon ses ennemis, oset que cette manifestation très germe fasciste, du raciSme et de sies et déformées que l'on re- ~illle du judéo-bolchévisme à spectaCUlaire avait provoqué une la guerre, alors, M. Fisner, on se trouve exactement dans ParoJes J'antisémitisme. 'Pour Hjtler, l'ive impression sur une assis· trouve EN FAIT ( dans le même françaises du 3-6, dans La Ba- staline est u.n Juif et Lénine en tarièe évaluée à 3.000 preTSO:nnes, camp que les, bourreaux nazis '. taille (hebdomadaire gaulliste), était UIl1 autre. Pour « Franc-Ti: l'auteur de l'article, qui signe ... Et il n'y a pas à s'étonner du , 5-6 et daris .l'ensemble de la ,reur , », ,Kaganovitch est une, Spectator, ne trouve ' rien ' d'au- que, sur les cmq mme perSor'l- presse à tout fllire du colonia- exceptiOon, voilà tout. Chaque 'tre à relever dams le déroule- nes présentes ' 'au Congrès (iu'. lismeet de Wall-S, t,reet. ' fois qU'un Soviétique de quelque ment de la journée qu'un dé- Ci,rque' d'Hiver, 'une seule, ' a,1.l importance est Israélite - et saccord de détail au sein d'une moment de ,)a prestati6n (!tt , La 'technique ' est simple : on pourquoi ne le serait-il pas '! _ tommission, serment, ~~.t res,tée ,- grossie- cherche à la loupe, dans la vie quelques« Paroles Françaises ·lt . Puis ' il en vient au serment; rement ---, assise ' : ce n'était 'soviétique, uri sigbe superficiel crie à ' Ja toute-puissance dies ce qu'il dit vaut d'être cité en que M. Joseph Fisher; il ri'éta~t quelconque auquel on puisse ac- Juifs; ChaqUe fois qu'Un Soviétaison de l'énorme tartUffe'rie là qu'en « speCtator » (en ser- crocher l'accusation d'a.ntisénii- tique iSraélite quitte son iJoste Que traduit son propos : vice, 'Sans doute) et ne s'est pas tisnie en: jouant sur rignorance - ~t pourqu()i ne le quitterait- Ce serment que les partid- j'ugé en càuse lotsque des Juifs . entreténue d€s lècteurs concer- il pas? « L'OEuvre li) ou ilants dlevaient prêter disait en- ont juré de lutter pour la paix nant les prOblèmes de l'U.RS.S. «Fralnc-Tireur» crie à l'antiséire autres : « Je jure ... de n'ac· et de refuser, dans tous les cas, et l'on se tait, sur les phénomè- mitisme. Je me souviens que, Cepter jamais de me trouver de se retrouver « dans le même nes multiples, profonds, en 1()r'S de la démission de LitviÜ'ans le même camp 'que les camp que les bourreaux nazis~. pleine croissance qui caractéri- nOV... Enfin ! ces jappements b()UrreauiX nazis ». Certains sent le raelsme '. et l'antisémi- n'o'fi.tjarilais empêChé la CGiraspoot; a.teurs se sentirent à juste Front de la calomnie tisme dans les pays capitalistes. vanedle passer ... titre un peu humiliés qu'on d~- ' Lorsque nous disons que noul Non, mais hs ont contribué, mande aux Juifs qui ont tant ~ UTRE exemrple: un nouveau refusons de nous trouver dans 'déjà avant guerre, à ""lol'gner SOUffert d- nazi.s, de ne ....a s lJl.l thème de l'antisoviétisme le me'm e camp qu les Ibour 't: ",- .Jf!lurs ~.a,l liés, comme si Y les est en train de bénéficier· d 'une reaux d'hier ce'a sel 'gn'fl'e no - des Juifs de la lutte conse'quente .,...., . , ..' l, - contre le fasets'me et les ont Juifs avaient quelque chose à se curieuse et éclectique orchestra- tainment, que nous refusons de ainsi entraJ"ne's a' contrl'buer ' à r ...... rocher dins ce domain.e. Les tion. Là encore, des milieux fas., pn·Are notre lace dIes ~... , "ç lu . P ans, leur propre perte. Juifs n'()tnt pourtant Jamais àp- cistes aux gauèhistes nuance campagnes antisoviétiques en. prouvé une aJliance quelCOnque RD.R, des groupe,ments anU- . tretenues pa.r les bourreaux Il ' faut que cela change. Les avec les nazis. . sémites aux ,cercles juifs très , survivants et leurs successeurs. . expériences récentes doivent

Vraiment ? Alors .nous allons inspirés, le front de la· calom- leurs alliés de fait ( droite ~ et servir. Le M.R.A.P. apporte la

préeiser, non pas pour M. Jo- nie est établi en fait. Il s'agit de, «gauche» unies) èt leurs béné· preùve que se construit, en ce seph Fisher et son « Specta- prouver que , l'U.RS.S. · est un ficiaires. ' , momelIlt mieux qu'avant guerre, tor »', car ils font la bête alors pays antijuif... donc, comme le barrage capable de bloquer qu'Hs savent très bien ' à quoi l'Allemagne hitlérienne et que. La réponse d'André Wu'rmser . les tragiques recommencements ' s'en tenJr, mais pour les lec- par conséquent, l'alliance des dont l'infiltration nous menace teurs de bonne fOi de leur « peuples libres )) (U,S.A., Es- mJ1 ous examinerons plus en tous. Aujourd'hui, la paix et la feuille. pagne, Afrique du Sud, etc ... ) IN! détail la question sur la- liberté sont puissaJnment défen. ,.Lorsque l'on constate, pour ne s'impose face à cette manifes- quelle s'excitent, en la défor- dues. LE PETIT JACQUES S'EN-VA-T-EN AMÉRIQUE C E matin, le ·Petit,:.Jacques est parti. .. Atmosphère des grands, voyages, ambiance des longs cour-· riers. Hall de gare, mouvement, remue-ménage, cris des porteurs, fracas des chariots, . ha-. lètement des locomotives, bousculades des derniers adieux , gare Saint-Lazare! c( United States ' Line li, c'est le quai, c'est le train des EtatsUnis

New-York cvia Le Havre.

C'est triste un départ sans espoir de retour. Le Petit-Jacques est parti, debout sur le marche-pied. Et nous autres qui l'avions accompagné restions là, à le regarder s'éloigner, à recevoir ses baisers, à agiter les mains pour un ultime au revoir, debout sur la pointe des pieds. . Et puis, lorsque dans un virage, son wagon disparut sous un pont, le pont de l'Europe, nous sommes restés là, les bras ballants, à nous regarder... Que. nous restait-il ? . Que restera" t-il dans dix ans, de l'immigrant d'aujourd'hui, hormis, pour quelques amis, le souvenir de cdte dernière vision fugitive, d'une gabardine beige, d'un costume bleu et du quai anonyme? Bientôt, Langouste, ce sera . ton tour. Toi aussi, tu prendras le cc United States Line Il. Et Monique aussi. Mais d'autres ont dit .: uNon! Nous ne, partirons pas, nous n'abdiquerons ' pas. Po~rquoi devrions-nous nous expatrier? Il Oui, pourquoi, chez certains jeunes, cette frénésie. du départ? ,.. Le gouvernement le sait bien,. lui qui provoque cette situation, résultant du plan d'importation u made in U.S.A. li, du chômage qui s'installe chez nous et de l'avenir sombre qui se, dessine. Et il se trouve des jeunes qui, ' pleins d'un louable ' dynamisme, las ms conditions de vie qui leur sont offertes, s'en vont loin du foyer de leur enfance pour tenter l'aventure. A qui la faute si certain51 peuvent se dire: , cc Que ferai-je ici puisqu'il n'y a plus rien J'our moi? Il Et qu'adviendrait-il alors de la France ?. DOUCE • lES (OMBATTANTS IMMIGRÉS ET ' LA DEFENSE DE LA PAIX Les tâches immédiates dù BULLETIN ÉCONOMIQUE ,p ar M. VINCIGUERRA Présider:at de l'U.C.E. V.R.E. I L Y a deux ans naissait à Paris, au Palais de la Mutualité, l'Union Fédérale des Groupements d'Engagés et Résistants d'origine étrangère, de la f,usion des Associations d'Engagés Volonta,;res Etrangers de la guerre 1939,1940 et des Groupements de Résistants Immigr~. . Lee 17, 18 et 19 juin, au Cercle Militaire, cette 'vaste organisation t~ndra les assises d,e son grand OINIgrès National. Ce Congrès sera, un événement d'une portée considMable en même temps qu'une manifestation de foree. Il représentera un vëritabl~ tournant dans la vie des Combat- 1.an.ts Immigrés. Il contribuera à populariser l'existence de rU.G.E. V.R.E. et à confirmer auprès des Combattants Immigrés eux-mêmes la plaoe importa .... te qu'a acquise notne Fédération dans le mouveme" t combattant. " lI aura à prendre position sur des problèmes d'une importace considérable, auxquels personne, parmi les Anciens Combattants, ne peut r~er indifférent. Il con58:' c~ra une partl~ de ses tr~,vaux a l'examen des droits des Combattants Immigrés, de la lutte ~ontre le racisme et la xénophol?le, d.e l'action pour la Paix. Dans ces dl. vers domaines, l'U.G.E.V.R.E. a pris depuis 60n existe~ une POSitiOB parfaitement nette. .SOre de l'approbation des congressistes, elle aura à préciser davantage en· core l'action qui doit être menée dans le sens d'un renforcement et d'un élargissement de son combat. Les délègues des Combattants lm. migrés, venus de toute. la Fr".nce, e.t pour certains de l'Afrique du Nord et même de J,eurs pays res· pectifs, auront à affirmer leu.r 'volonté de contribuer de toute la force possible à l'instauration dans le Monite d'une Paix universelle; gage d'un.e ère de prospérité, de tr.llllquillité et de bonheur. Ils diront bien haut que la Paix ne ' peut s'établir que par une bonne volonté commune, par la , suppression des malentendus qui divisent les hommes, et par l'éclo, sion d'un esprit de fraternité qui supprimera à tout jamais les haines et les tueries. Ils manifesteront cLairement leur volonté de travailler à l'éclosion de CjlUe Paix en servant de irait d'union entre leurs compatriotes et le peuple français. Ils affirme. ront, par leur seule présence la possibilité de cette union dots p,eupies, puisqu' ils ont su écarter délibérément leurs oppositions de races, de ~Iigions, de 'doctrines philosophiques ou pOlitiques pour ,'enrôler doe 1939 à 1945, sous un mot d 'ordre commun et pour un idéal Identique :: la luUe pour la Liberté et la Paix. C E qu'ont pu faire les ressortissants des quelque 6(1 nationalités que groupet1t n06 formations de Oombattants étraltgers, peut, sans con.teste, être effectué par toutes les nations de la terre, et c'est à cette oeuvre de rapprochement que les congressistes enten. dent consacrer plus particulièrement leurs travaux. Manifestation de force, démons· tratioB de l'importance prise par l'U.G.E.V.R.E. dans le mouvement oombaUaBt, renforcement de son action dans les domaines dl! la défense des droits, de la lutte contre la xénophobi~ et le racisme, et de l'action pour la Paix, tel sera le grand Congrès de l'U.G.E.V.R.E. Ces quelques titres suffisent amplement à montrer l'importance que cette manifestation représente pour tous tes hommes épris de liberté et de paix, et plus partlcu. lièrement pour loes Immigrés. Du succès de ce vaste rassemblement, dépend en grande paltie le sort non seulement de l'immigration combattante, mais da l'immigration toute entière. M. R'. A. P'. IR\ ANS une salle archicomlble, I!:II à l'hôtel Moderne, le 2 juin" le Comité d'Actio.n du M.RA.P: tenait sa première séance sous la présidence de Me André Blumel. Rarement on vit réunioo marquée d'autant de sérieux et de combativité D'importantes décisions ont été prises: - Des contacts étroits seront . établis , avec l€s organisations démocratiques. - Le M,R.A.P. agira contre les manifestations de .l'antisémitisme en France, et d'abord il interviendra dans l'affaire où une déportée Juive du 15e ar' rondissement a été condamnée à 15 jours de prison. - Il demandera l'interdiction de la vente de « Mein Kampf :) et de nombreux ouvrages de traitres et de vichystes par des librairies parisiennes, et ne manquera pas d'intervenir lors du procès du Commissariat aux Affaires Juives qui doit s'ouvrir à Paris au mois de j-uillet. - II organisera une grande manifestation pour commémorer les raffles massives ordonnées par les nazis le 16 juillet 1942. LE SECRETARIAT DU M.R.A.P. Président d'honneur : Marc ChagalL Président : Me André B1ume!. Secrétaire général : Me Grins.pan. Secrétaires adjoints' : MM. Alfred Grant et Henry Bulawko. Secrétaire administratif

M. Armand Demensztain. Trésorier
M. René Lang. Trésorier adjoint
M. Kornblut, Membres du Secrétariat
M·M. Serge Kriwkoski,

Grinfeld, Youdine, Charles Feld, Verdenne, Palant, Halter, Mr Najdorf. .OU VEUT-ON EN VENIR? par L. JUST LA Foire de Paris a clOs ses portes après avoir reçu de très nombreux visiteurs. En réalité il y eut la foule habituelle de c~rieux, mais les véritables acheteurs y vinrent moins nombreux que l'année précédente. D'après les renseignements recueillis de part et d'autre, cette manifestation commerciale n'a fait que confirmer la crise qui dure depuis six mois déjà . L~s corporations les plus touchées demeurent : l'ameublement, la confection, la chaussure, la maroquinerie et les articles de luxe. La crise dure, mais les buts visés par le gros patronat (que nous n'avons cessé de dénoncer) ne sont 'pas tous atteints; certes, le nombre des chômeurs est en forte hausse, et celui des faillites s'accroit; mais les petits patrons et les ouvriers se serrent les coudes et l'effondrement des petites entreprises ne se réalise pas si rapidement. Aussi une nouvelle tactique s'ébauche-t-elle dans la coulisSe

après ia campagne de baisse (?) qui a poussé à la

réalisation de stocks à perte, un nouveau mouvement de hausse a été décidé, et dès la semaine prOChaine les cours des tissus de laine et des cuirs vont être augmentés. On espère obtenir par des prix en hausse ce qu'on n'a pu obtenir par le moyen contraire. On mécontentera la masse des consommateurs et on mettra les entreprises dont la trésorerie est tarie dans l'impossibilité de se réapprovisionner. Le Gouvernement ignore-t-il ces manoeuvres ou les encourage-t-il ? Nos dirigeants ne se rendent-ils pas compte que toute l'antidémocratie relève la tête ? A la cérémonie d'inauguration de l'avenue du Général-Leclerc, les « deux frères:) n'ont pas cru devoir inviter le représentant de la République; par contre à Oradour, la population a fermé l'es fenêtres sur le passage du Ministre de la Guerre (qui va coûter 500 milliards à la France, pour l'année en cours) . Il est grand temps que tous les démocrates dressent un rempart infranchissable devant les assauts de plUS en plus répétés de la réaction. .i l Il 1 J 1 , l \ 4 il l \ 4 .15 Juin .194(), - N- 30 (98) DROIT ET LttJE~TE J III~ REICH (bis) C'est, sauf erreur de mémoire, la Semaine Eaonomique et Financière qui nous apprend que M, Ache9Gn gerait bien fâché de vGir aboutir la Conférence des 4. Les sénateurs américains pourraient se rassurer, et ne pas voter le Pacte A\l ...... tique. Selon d'autres journaux. c'est 'parti_ culièrement M, Bevin qui s'effraierait d"un acëord améric.a.no-soviétique, lequel laisserait l'Angleterre sur le carreau. M, Schuman, lui, craindrait à la fois l'échec (c'est-à-dire la réussite de r Altemagne) et la réussite (c' est-à-dire l'échec du pacte Atlantique) de ladite Conférence, d'où le sourire mi-inquiet, mi-poli qu'il arbore sur les phGtographies e~ J'inconsistance stylée de ses interventions. · , . Tout le monde recc;mnaît qUe M, VychihSki cherche un accord. Mais la presse « ~ciden' tale » présente . c'" désir d"accord comme une 80rte de tic malséaitt, M, Vychinski parle de Potsdam d'une façon obscène:iI gratte l' « Oc- . cident » très impudiquement là où ça le démange. Jamais les · trois n'ont a",tant ressemblé aux dessins d'Effei qui les montre remariés avec une grosse Germania ' bottée et. casquée, évitant de regarder un gros ours qui les dévisage, Un accord c'est un accord, un contrat entre puissances. Le monde impérialiste voudrait non pas un contrat, mais la cal?itu.Iation d,e l'U.R,S.S. L'U.R.S.S, a passé l'âge des abandons, l'âge des cr Brest-Litovsk », Ils le savent, les trois, ils savent que rU.R.S.S, qu'ils voudraient nier est une force, Ils savent que cette force ne peut être écrasée, même à coups de bombes atomi_ ques. Ils savent qu'if n'existe présentement pas d'Hitier capable de faire la · besogne à leur place (quoique à Munich, dit-on, un nouveau Führer s'agite déjà ... ) et pourtant le rêve les tourmente . d'une nouvelle croisade antibolchevique, Ils agitent les armes, le9 pacte9 guerriers, les cuirassés, les bombard'ier9 tra.n.scontinentaux. craignant et espérant vaguement que la première bombe atomique partirait toute seule. Ils ont des armes, beaucoup d'armes, et pourtant ils ont très 'peur, earce que leurs armes ne peuvent pas vaIncre. En Chine, elles se volatilisent, et puis elIes font demi_tour, gueules braquées sur Tchang Kai Chek. Et pendant ce temps, le système impérialiste secrète la guerre. II la porte en ' Iui, dans 60n mouvement naturel expansionniste; il la porte en lui, comme remède horrible à ses crises de « surproduction » (entendez de sou·s-consommation des masses), il la porte en lui dans sa peur panique du socialisme enraciné Inaintenant non p\.us sur un sixième du globe, mais sur un tiers d .. la planète. L·U.R.S.S. est sa mauvaise conscience. Avec quelle fllreur il transfère sur elle les crimes dont il se rend toujouIS coupable, 80.000 Malgache9 massacrés, c'est J'U.R.S .S . qui méprise la dignité humaine. Massacres à Sumatra, exécui: ions en Grèce, c'est l'U.R.S.S . le pays monstrueux. Et à côté de cela. les pleurnicheries : cette U.R.S.S . que l'im(érialisme assiège depuis 30 an9, cette U.R.S.S. en état de défense par Edgar MORIN farouche, au visage d'airain, qui sans la rigueur stalinienne n'aurait été aujourd'hui qu'une épave décomposée, il lui reproche de ne pas présenter la toléran-ce désarmée, ouverte et anarchique de Ce que sera la société sans classe à l'échelle du globe, Et pendant ce temps-là, au nom de la démocratie on hâte la résurrection non pas d'une Alle~agne rénovée, vidée d'e se9 poisons, mais d'un Reich qu'on appelle déjà le 4e Reich mais gu'il faudrait plus proprement nommer le Ille Reich bis, ' Toute pierre enlevée à l'édifice de Potsdam est apportée au Ille Reich bis, A la frénésie de démolition des Occidentaux . qui ont rompu et dénoncé les accords,'qua4ripartistes corre9pond la frénésie de reconstruction impérialiste du me Reicb bis. Est-il maintenant trop . tard, trop tard comme le disent MM. Acheson, Bevin et Schuman pour revenir sur la consti~ution de Bonn, le système établi en Allemagne occidentale ? Trop tard, comme nous pourrions le craindre, pour la paix ? Non, bien sûr; une force formidable à réch~le du monde, tend à se rassembler pour la paix. Cette force si elle ne peut aujourd'hui · écraser la force a~tagoniste de guerre. peut du moins la neutraliser. Et cette neutralisation serait une des plu9 grandes violences qui puissent être faÏtes au système impérialiste, On a beaucoup parlé, dernièrement, de la « neutralisation » de l'Allemagne. M. Ac.heson repousse cette idée de neutralisation comme une machiavélique combinaison du Kremlin. Mais peu importe l'avenir de cette idée, Cessentiel est non tant une neutralisation juridique q"e la neutralisation de force de gu.,rre en Allemagne; l'essentiel est de neutraliser ce foyer d'incendie, c1'e neutraliser' les appels hystéri~ues du chauvinisme revanchard, de neutraliser 1 usine à dévastation qu'est la Ruhr; de neutraliser les germes d'uon nouvel Auschwitz. Une telle neutralisation n' est pas une entreprise « neutre ». Il ne s'agit pas de prendre une Allemagne nazie une Allemagne communiste, de mélanger, d'agiter et d'en sortir une Allemagne inco_ lore, Cela est iml.'0ssible. Il s'agit de donner. aux forces de paix allemandes, à ces forces dynamiques, maIs faibles encore, h:9 garanties, les possibilités, les eI1J:ouragements, les appuis pour qu'elles tiennent bon et contre-attaquer le nllzisme rena issant. Une telle tâche dépend de l'unité, de l'énergie, de la volonté de toùs ceux qui se placent d;lOs le camp de la paix. Alors, ce sera la fl:uerre qui fera grise mme dans les palais roses d' u,l~érieures conférences. Il dépend des peuples que le J1Ie Reich qui émerge des eaux s'y engloutisse à nouveau, et qu'une nouvelle Allemagne, vivable pour elle et les autres, se construise. Plus janlais d'Oradour .~ ni d'AuschUJitz! ~. Oradour, Auschwitz, deux noms qui, dlans nos coeurs à jamais ulcérés demeurent le symbOle de la ba.rbarie nazie, Deux noms qui, pOUl' les généTations à venir,'représentleront l'épouvwn. tab'e massacre d'innombrables êtres innocen~ et Va'néantissement par le feu ! Deux noms, deUx cbarniers, l'un à l'Ouest, l'autre à l'Est, qUi se rejOign. elDt pour ne fGrmer qu'lm immense Champ cinéraire et dont l'humus est fait de mjllions de Cadlavres, . Aux côtés des survivants d'Oradour, ceux d'Auschwitz clament la hO'nte de leurs mMts,· éternel reprOChe ~e ceux qUi Ioe furent pas vengés, Et côte à côte, dimanche, à Ora.dour, nOUs avons pris l'engagement tacite de c()mbattl'e en Commun jUsqu'au châtiment des bourreaux et d~ traîtres, R. LANG, IL' Y A GIDE ET GIDE UN ami &.mé!'icain, dc pas.agtl il Puris, choix entrc les grands « lablo 'ds " au serme racontait récemment. l'hisloire sui- vice du Déparlement d'Etal, dont plusieurs, vante : du re.te, an'Ivcrcnt « ex-oequo " au concours, cc La d'rection d'un club polilique new- lorsc:ue je tombais par hasard sur' un numévorkais, Où loutes sor~s de points de, vue ~o du « Vorve!'ls " ... Conlln~ je lis le yiddish, sont exprimés ét dont le SUIS n.4Cmbre, s ~talt Je me SUIS' pl'Ocuré une col leclion de ce jouramusé, un jour, à soumettre il un re[erendum nal donl. j'ai lraduit plusieurs articles il mes la question ; « Quel est, selon vou., le jour- compa~nons de club et j'ins:sle bien su,r ce nal le plus anlisoviétique des E.lals-Unis ". rait .que les milieux les plus divers - des Je n'avais, comme on dit, que l'embarras du pllrlrsans de Dewey aux wal lacis les les plus


'7'"'-----------~--_________ , Îl. g&,uche - sont -représentés là. L'avis fut

- unanime : il fallait neUre le « Vorverts .. Une inv'ention sensationnelle Suite ete la page 1 hors concours ... IL s'agissait, ces dernières semaincs, il propos de la clénoncialion du cosmopolilis.. me ('n. U.ltS.S., de « monlrer » CiUé le Vieil antls6rmtlsme refleUrissait, sous l'impulsion du gou,verl:ement lui-mène, dans le pays c.ù la haine roc:ale n'cst plus {lu'un lvinlain souvenir et où plu·s de cent peuples d'ivers, jadis opprimés el dl'essés les uns con Ire les autre. pal' l'au tocratie tsarisk, ~Ol'gent leur bonheur à lravers une [ratemilé vivan le ! Malade, Epstein est hospitalisé en Suisse, De retour à Bruxelles, en septèmbre 1946, i.1 se remet au travail... et à ses recherches - ! Employé dans une organisation juive d'assistance, il travaille toutes les nuits, dans sa petite mansarde, jusqu 'à des trois et quatre heures du matin. Autour de lui, ce ne sont que sourires dubitatifs, phrases moqueuses, en bref, on le prend pour un doux illuminé ! , Ses projets ? belles idées, mais cornment les réaliser ? Tout ceci n'est que chimères ! Wulf Epstein vient de f.aire la démonstration que ses « rêves ~ n'en étaient pas. W ULF Epstein, qui vient sumer son rassé, me fait ses projets, de ses espoi.rs de répart de « Actuell ement, je suis sollicité par de gros industriels américains, particu·lièrement ceux qui s'occupent de chausser les ellfants et les sold ats. . Mais il y a une • Par un Système habile de crampons, permettant à la tige de s'emboîter sur la semelle. on arrive à varier à l'infini les m 0 d è Je 5 de chaussures, Une simple pOu&Sée, et vos souliers se transforment instantanêm", nt. Ma·dame, dans votre sac: Monsieur, dans votre serviette, vou·. a ure z toujours une paire de rechange ! Heureuse époque qui voit se réaliser les rêves de Cendrillon ! Mais peuton en dire autant de toutes les inventions , • grosse entrave, de leur CÔV~. Les lndustriels américains ne sont pas libres de fabriquer les chaussures qu'ils veulent ., Devant mon air étonné, il ajoute: . - Une entreprise de chaussures américaines, quelle que soit son importance, ne possè de pas en propre les machines sur lesquelles travaillent ses ouvriers . . _ Toutes les machines sont louées par de~ trusts métallurgiques, qui imposent de sur croît leurs ouvriers pour l'entretien et la . répa ration du matériel. Ainsi, le fabricant de chaussure n'a pas les mains libres. Une menace pèse constamment sur lui : pour une raison ou pour une autre, s'il ne suit l'as les directives des gros businessmen des trusts métallurgiques, il se voit retirer ses machines : c'est la ' ruine ... - Alors, vous pensez \jien que mon nouveau mocl èle de chaussu re, simplifiant I.e travail, supprimant les coutures, les fraisages, -les- al éS3ges et par la même occasion quantité cie machines devenues inutil es, ne f ait pas l'affa ire cles Steel Corporotions d'Outre-Atlantique ! » QUELQUES mots sur la situ ation de la Belgique : « C'est catastrophique

nous sommes inondés de

sou liers américains, ce qui provoque un chômage presque généralisé clans nos induslries. Il me semble, d'ailleurs, que la question doit se .poser également pour vous ? » Je lui ci.te le cas, mal heureusement pas isolé, de chez PilJm, oll 350 ouvri ers ont été licenciés ; ma rchandises a llemandes ... en provenance de la zone anglo-américaine. Tout se tient ! Epstein ne se berce pas d'illftsions : « Les industriels français de la chaussure ont trouv'! mon modèle réellement intéressant, mais ils ont argué de nombre de difficultés : sommes énormes pour la publicité, disponibilités de lancement insu ffisanles, etc ... Que voulez-vous, je les comprends, ces gens-là j eux non l'lus, ne sont pas liures! » Voilà une belle invention, qui fait honneur à l'esprit de recherche et de persévérance cl'un modeste ouvrier. Et d ire lue, pour de sordides questions « financière.~ », de telles découvertes vOIent leur ap'plication retardée, ;inon irréalisée ... C'est 1ur toule la largeur de , la première page que s'élala « le llouveaU! pogrome dit Kremlin " d~ré t(j par le cc Vorverts ", 6t 'Que des supposillolls plu. [lInlaislstes et stupides les unes que les. a ulres se s uoc(~0 rent, de jour en Jour, au milieu d'un l&.m-tlln.I anlisoviétique ex(raordinaü·e. . \ Des supposilions... Car de preuves, il n'y en a pOlld, et pour cause. Ce n'est tout de m()me pas parce qu'il sc lrouve des intellectuels d'ori Ine juive parmi les cosmopolites dénoncés aux côlés de b:en d'autres [lusses, que le cc Vorverls " nous [era croire que « Staline est antisémile ", MAIS voici, tout il ('oun, un fail accablant, u~ cc corpus delicll " après la découverle duquel le moindre doute n'est l,lus pOi;siblc. Celle fois l" cause est jugée, 11 faut s' incliner devant la crianle évidence - hurlenl, lr:omphun\$, les excilés du « Vorverts"

«(aDI~ ", la vieille insu Ile anlijuive du temps des Tsa['s - quelque chose · comme le mot « Youpin .. - vient de faire son apparition dans la Pl'csse soviétique 1 - Niez-vous mailltenant que Staline est un anti ~ ém itc ? Vous voyez b'en que le • VOI'veds .. a raison, VOliS voyez ... Des honnêtes gens ont vu, en effet ; Ils ont trollvé (t an~ le « I\ro\(od il " le fumeux magazine sati rique de M9scou, une caricature ~ligmulisant le cosn 1opo litisme ... Cclle caricature l'0[ll'ésenlnil Ull groupe de pcr;jonnages dont l'un 1enait une \alise porlant Ic IlOm d'i\.ncll'é GIDE, l'auteur bien connu de cc l'Immoralistè .. el cie « Corydon ... Voilà Où nicil oit le « CmE " ! Après cette no" 'lie imposlur'c, le cc \ l'verts " reçut plusicllrs letlres de protestations qllC, bien enl endu, il ne jlublia jl,ma is. Oui, le club cie mOIl ami américain a raiSOli

il [au t meUre ce jOlll"tlal " hors coucours.

. Simon GOLDEN, SALLE GAVEAU GRAND CONCERT nE MUSIQUE JUIVE le samedi 18 juin, ·à 21 h, Au programme les oeuvres de ' Aigazi , Berlinski, Dyc!k, Englender, Hofman, Holodenko, Hirçhin, .Kohn, Kougel, Laks, Ro~e, Simoni, Tansma.n et Weiner. exécu. tées par ; quintettes, quatuors, . trios et solistes, dont le ComPOSIteur Kougel tui-même,. Mmes Hé!ène Boschi et Sarah Gorby. MM. Ber-Chalom, Jacques Chaloud et Elkon. , ' DROIT ET LIBERTE .15 Juin 1949. - N" 30 198)

.. D'UNE SEMAINE A L'AUTRE ...

_'. ÉTATS-UNIS:-' -':, uA S SES llVll'KESStOl'lS DE VOYAGE en U.R.S.S, publiées par le quotidien yiddish de New-York, « Morgen Freiheit », le célèbre peintre américain William Grauper décrit la s.tupéfaction des: artistes juifs soviétiques devant .. les calomnies· de la presse occidentale sur le prétendu antisémitisme qui aurait présidé à l'oflen~ ve contre les cosmopolites )l. (1 IL EST BIEN CONNU que la ségrégation contre les noirs existe aux Etats-Unis; or, je suis nQir ... li, a déclaré M. Ralph Bunche, médiateur de l'O.N.U. dans le MoyenOrient, en refusant le nouveau poste qui lui était offert par M. Acheson au Département d'Etat. M. GRUNDLACH, professeur à l'Université de Washington, avait refusé de répondre à ces deux ' questions de la « Commission des activités antiaméricaines» : 1. Quelle est· votre race? 2. Etes-vous membre du Parti communiste? Il a été révoqué, en même temps que deux de ses collègues, MM. Butterworth et Philipps. DANS LE PLUS VIEUX CIMETIERE juif de New-York, une délégation, conduite par le rabbin David de Sola Pol, de la synagogue hispano-portugaise, a honoré la mémoire de dix-sept Juifs tombés dans la guerre d 'Indépendance. Selon la tradition du Memorial Day, des drapeaux américlJ,ins ont été placés sur les tombes.· ANGLETERRE . . i AU CONGRES TRAVAiLLISTE de Blackpool, le délégué Alman s'est fait l'écho de la protestation' de nombreux militants de base deJant l'impunité permanente dont bénéficient les partisans de Mosley. M. Chuter Ede ayant été mis en cause, M. Harold Lasky, au nom de l'Exécutif, a aUSiitôt rendu hommage à « la compréhension du ministre de l'Intérieur qui apporte à ce problème une attention de tous les instants )l. C'EST LA PREMIERE FOIS que le code encJ\:lopédique de Maimonide est traduit de J'hébreu dans une langue étrangère : La Yale UniverSity Press vient de publier la traduction anglaise du pre- ' mkt' volume du fameux philosophe médiéval. 1)t; NOMBREUX M.I1:~TINGS rassemblant des nazis, petits ou grands, récemment libérés sur l'ordre des autorités d'occup~tion, viennent d'avoir lieu dans plusieurs villes de Bavière. On annonce, d'autre part, la constitution de « groupes d'action » comprenant les mêmes hommes, destinés à ~ combattre le bolchévisme li et ayant leur quartier général à Münich. LA VEUVE DU GENERAL LUDENDORF a prononcé dans un récent meeting. à Francfort-sur-IeMein, un discours d'une telle violence antisémite que le Conseil municipal a voté une résolution invitant les Américains à interdire toute activité politique à Frau Ludendorf (( dont on peut s'étonner, dit le texte, qu'elle ait bénéficié jusque-là d'une aussi lar~e indulgence n. QUOI D'ETONNANT que les autorités américaines ne se rendent pas compte de la naissance de mouvements néo-fascistes, trop occupées qu'elles sont à rechercher les communistes ? n : le profeslieur antifasciste Fritz Ernst, qui a été nommé recteur adjoint de l'Université de Heidelberg (zone a~éricaine) à la fin de la guerre, aJoute que les gouvernements militaires anglais et américain « se désinté~ssent totalement de la rééducation politique des jeunes Allemands ... . , TURQUie;:;: ' , ~- 1. Une tl'entall1e ulIDmigrants J1:li.!s t?rcs .. s'~mbarque à destination d Hrael a bord du cargo régulier " Barul li. 2 .. Au cours de la traversée, le capltall1e augmente le prix du transport jusqu'à ce qu'il atteigne des chiffres exhorbitants ~. Les « passagers ", incapables de payer, doivent quitter le cc Barul )l et prendre place sur un radeau q\Ù ne tarde' pas à se disloquer. 4. Bientôt, ils sautent à la mer et tentent de gagner la rive à la nage. Cinq d'entre eux se noient. 5. Au large de Haïffa, les surviyants sont recueillis par un petit ~ateau à voiles. Entre temps, le capitaine du « Barul Il est revenu en Turquie où 11 De sera pas inquiété. M. Robert POTIER nous déc/are • Ils COMBATTANTS DI lA UBIRTt II DI lA PAIX 111'111 RiPARAIION POUR Mme MANTll M. Robert POT! ER, président du Conseil communal du XV· arrondissement des Combattants de la Liberté et de la Paix, a bien voulu fi1ire à notre journal la déclaration suivante : « Quinze jours de pri~on, 46.000 francs de p~nalisation à une survivante d'Auschwitz ayant riposté aux injures d'une antisémite 1... Le jugement inique dont est victime Mme Mantel, épouse d'un modeste employé du « Village Suisse », s'inscrit dans toute une ~rie d.e poursuites judici,aires contre ce qu'il y a de plus honnête et de plus sain dans notre pays. « ·Le. Conseil communal du XV·, qui a déjà mené une campagne vlg-oureuse contre l'emprisonnement arbitraire de Robert Penillaut et de ses camarades, à qui l'on ne pouvait reprocher que d'avoir fait leur métier de journalistes, s'associe de toutes ses for~es à l'action nécessaire pOur que Mme Mantel obtienne répac ratIOn. « A travers de tels scandales, ce sont tous les honnêtes citoyens que se sentent visés. Aussi leur vigilance estcelle mise en éveil. Nul doute que le meeting de protestation que nous organisons le 16 juin avec le Mouvement rontre ie Racisme l 'Antisémiti.sme et pour la Paix, et de nombreuses personnalités: sera un très large rassemblement républicain et patriote contre les menées du vichysme et du fascisme renaissants 1 » ' HOMMAGE à FRANKEL Samedi dernier une brève et émouvante cérémonie a réuni au cimetière du Père-Lachaise un grand nombre de Français et de Hongrois autour de la tombe de Léo Frankel. M. Dobessy, au nom de « L'Union Démocratique des Hongrois de France " et M. Jean Longuet, délégué par les « Amis de la Commune , exaltèrent la mémoire de ce vaillant communard, ouvrier juif né à Budapest, qui joua un rôle important comme ministre du Travail et membre du Comité Central de la Commune en 1871. En liaison avec Marx, Frankel défendit les idées les plus révolutionnaires au sein des organismes dirigeants de la Commune. Lorsque les Versaillais écrasèrent l'héroïque mouvement du peuple parisien, Frankel, condamné à mort par contumace, réussit à s'enfuir à l 'étranger puis revint clandestinement en Hongrie où . il mena une lutte inlassable au serv~ce de la classe ouvrière. A la tribune parlée de « Droit et Liberté » L'abbé Honoré MARTY A l'occasion du cenjenaire Chopin, conférence de M. julien B';nda, avec illustrations musicales par le conférencier, le mercredi 22 juin, à 21 heures précises, salle des Conférences, 14, rue de Paradis. va créer un~ section du M.R.A.P. à Perpignan Un comité de locataires aohédents au M.R.A.P. a été constitué dans l'immeuble du 72, rue Claude-Decaen, à Paris. Parmi 5e6 membres figure la mère de la grande artiste Renée Lebas. Pour un monument aux morts d'Auschwitz L'Amicale des Déportés d'Auschwitz et des camps de Haute-Silésie, organise une réunion le JEUDI i6 JUIN, A f7 H., iO, rue Leroux, Paris- i& (Bureau 26), à l'occasion de la prochaine inauguration au PèreLachaise du Monument aux Morts d'Auschwitz. L'Association des Marchands forains et J}etits commerçants juifs a décidé d'élever à la mémoire de ses mEmbres péris pendant la guerre un monument qui sera inauguré prochainement.. Nous prions les fftmiHes des marchands diSl[la rus et qui ,désirent faire graver les noms, de s'adresser à notre permanence: 15, rue Béranger, tous les mardis soir. Jusqu'au 14 juin inclus. Par un petit mot très cordial il nous a fixé rendez-vous:' ' « Vous me reconnaîtrez facilement; je serai en soutane ... Et c'est ainSi que nous avons fait la connaissance de l'abbé Honoré Marty, de Perpign.an, prOfesseur de mathématiques ancien :nilitant actif de la Ré: slstance, qui sauva de nomb: r:cux p~rsécutés dans les Pyrénees- Onen tales. Une âme généreuse. Une noble figure d'ascète. Il parle lentement, en pesant ses mots : « Votre lutte contre le racisme et 'i'antisémitisme a toute ma sympathie. Je considère la calomnip antijuive comme une offense contre tous les chrétiens et je me rappere surtout l'horreur que nous avons sùbie sous Vichy, pendant la guerre.' C'est un devoir sacré pour .le croyant que d'agir contre ce qui peut donner lieu à tant d'abominations. La paix entre les peuples est impossible sans la fraternité entre les hommes, quelle que soit leur origine ou ·leur foi . Et l'abbé- Marty nous propose de créer une section du M.R.A.P. à Perpignan. «J'espère, dit-il avec 'modestie, que l'habit que je porte donnera davantage d 'autorité à ce que je dirai aux Perpignanais et aux habitants de notre département. Il nous faut nous grouper en un seul et large mouvement , Isr3!élites de ' toutes tendances, Chrétiens, Laïques, honnêtes gens de tous horizons. Tous ensemble, nQUS pourrons agir pour effacer cette honte qu'est le ra·cisme, concourant par là-même à l'oeuvre de paix et j'ajouterai, pour ma part : à la réalisation du message de l'Evangile ». Av~nt de nous quitter, un 'dermer mot en guise d'adieu d'au revoir plus. tôt : « Vous sav·ez, j'e suis un Hdèle lecteur d~ Droit et Lilberté, j'en appréCle l'action et les idées. To tes mes félicitations. » Charles. J[ ~ R A ' lB) LCharles I;IUSNI ZAIM - E,L HUSSEIN du Knesseth .s'élèvent contre les ten- TABLEAU D"ARRIVEE TSALDARIS ' dances politIques de la cenSu:-e. • Le wdend2main, M. Cershon A-u Cours de la dernière se.".,aine, Le dictateur syrien Husni Zaim et AgrO'1sky est nommé chef des servi- 6.700 immigrants sont ar.,.ivés en Isl'ex- Mufti lie JérU4-alem ont signé un ces d'i!,formation auprès de ll Pré- raël: accord milita ire, prévoyant la cons- s ide11ce du Conseil. 3.000 de Bulganl~. · 2 .150 d 'Europe Central~ . 600 de Turqu;e. titution d'un régiment de partisans du Mufti rattaché à l'am0...e syrienne. Dans ce cadre, 2.000 Arabes de Palest.ine, pa:m1i lesquels un certain nlxnbre ont été entraînés par des instructeurs l ll,j. .. .ands, fo rmerai-ent b ;entôt une undé spéciale avec des armes ~gères expédiées par le gouvernement d'Athènes. « lE MEME GENRE DE SOCIETE » M. Hugh Dalton l révélé lU Congrès de Blackpool que l'exècutif du « Mapal II avait invité le Parf.l Travai iliste à ~nvoyer u,'1C dé!égatio.'1 en Israël. Après avoir précisé qu'une telle délégat ion ferait le voyage au « moment opportun l), le m iristre britannique ~è:a, a que le gouvernement Attlee « désire oublier Je passé en cc qui concerne la Palestine l). Auparavant, M. Fin!ey, représentant du « Poali Z ion l) , avait del1"'.andé aux clorigeants du Labour « d'échanger une poignée de main cordiale l) avec les dirigeants. d ' Israël « qui essaient d'instituer dans leu .. pays le même genre de société que le parti travailliste en Angleterre lI. COMEDIE EN TROIS ACTES Le « Palestine Post », quotidien israélie.., de langue anglaise, dirigé par M. Cershon Agronsky, est sus pendu pour un jour par la censure. Le lendemain, plusiwrs députés 300 MORCEAUX DE SAVON De passage à Szczecin (ancienne Stettin) Un Polonais de VarSOVie s'était procuré, ch az un br.ave marchand de COUleurs, ({eux morceaux de Sayon de mênage. _ De retour à la m'aison, j'I les offrit a sa lemme. Mais le Jour de la lessiv':! : là~ Qu "est-ce que 1u ~'as ramené Pas qU ~s tic," de laver SOn linge ay~c ce savon grisâtre, â l'odeur curieuse, subtilem "'nt écoeurante.. .. Vexé, le mari regarda 'a chose SOUs toutes ses faces , la déCoUpa. chercha à fon déterm !ner la composition . pui s. de D'l US en olUs intri· gué, if prit sa p lume' pOur demand er p.ar I(ttre des explications à son fournisseur de Szczecin. Ce dernier rtp()ndit - fl'l s'excusant de n'avoir pas fait p;re'uve d'une circonspection suffisante - quil avait découvert dans la cave de sa nouvel'e boutique d ivers stocks d1 marChandi&es, notafft. ment 300 morceaux de savon. Or, if venait d'apprendre que sa boutique avaIt été oC:tJt)ée en 1943 par des serviCe sde 1'1 nJ: ~ ndance al: lemande. .. La justice ol"\donna une enquëte. Les conclusions des expert. fUr~ nt forme'les; ce savOn avait été fabriqué avec de la graisse hu· malne prélevée sur les cadavres juifs d'un camp d'extermination. L'autre jour. au cours d'une émo-u".nte cérémonie, les 30G slInistres morceaux ont été SOlennellement enfouis dGn. la terre polonaise. 350 d'Afrique du Nord. , 90 d 'Aden. « TRAVAIL A LA PIECE » « Travail à la pièce pour remplacer le salaire quotidien li : tel est l'un des prino;paux mots d 'ordre votés par l'e Congrès de la H;stadruth, ' contre l'opposition des délégués 00 « Mapam » et du Parti Com.'11uniste sein., lesquels ce système « est ~ excellent moyen d'augme'1ter les profits de l'employeur, sans que les di fficultés de l'immigation en soient le mo. ns du monde diminuées ». TROISIEME FORCE Quant aux rapports de la H:stadruth avec la F. S. M., les dirigeants ~ ,Mapai ont décidé d'envoyer un de legue au Congrès de Mila!1 et un observa teur au Congrès de Genève où ~~ réunissent les dissidents anglo~ a."~r.,ca , ns. En fait. souligne l'agence offwel!e Palcor, la politique des amis de M. Ben Gourion consisterai( à retIrer la Histadruth de la F. S. M. en mettant en avant ie slogan de la ~eLltral ité, sans adhérer tout de sùite a' la Fédération disside11te. Le premier ministre Ben Gourion a erwoyé un message de félicitations au Congrès de l'Herout (ancien Irgun). présidé par M. Me..,ahem Belgin AFRIQUE. DU SU,D . ()ÙlHMENT J USTIFIER l'interdiction intimée par le gouvernement nationaliste du Dr Malan aux militants syndicaux « non européens li de participer à des con-' férences syndicales hors de l'Afrique du Sud? Réponse du mimstre sud-africain du Travail : « Je pense qu'il ne serait pas bon 'pour les hommes de couleur eux-mêmes de se déplacer à l'étranger - surtout dans les pays où il n'y a pas de barrière de couieur ni de discriminations raciales - et de revenir ensuite ici où existent les conditions que l'on sait n. PARTISAN D'OSWALD MOSLEV, l'Anglais J.-L. Battersby, interné pendant la guerre pour trahison, a été admis, au mois de février, en Afrique du Sud. n y édite maintenant en toute liberté le magazine « The Nation » qui invite. les Sud-Africains à « comprendre la mission divine d'Aaolf Hitler Il. DANS SON XVIIe . CONGRES semestriel, le South African Jewish' Board of Deputies « remercie le prem'ier ministre l\Ialan des assurances qu'il a données aux Juifs et s'élève contre l'interdiction faite aux Juifs du Transvaal d'adhérer au parti nationaliste l). TCHÉCOSLOVA UIE ()ÙNSIDERE, selon sa propre expression, comme un (( citoyen de seconde zone n aux U.S.A., le noir Miller Robinson s'est présenté aux bureaux du Consulat américain, à Prague, pour y déposer son passeport et une lettre où il sollicite la citoyenneté tChécoslovaque. .: POLOGNE - : . ,'. LE MINISTERE DES Ait'l'S et des Lettres a répondU favorablement au Comité Central Juif qui avait demandé que les théâtres juifS de Lodz et de Basse-Silésie soient reconnus comme institutions d'Etat. Leurs dépenses seront couvertes par le budget gouvernementjl. l. LE COMITE CENTRAL JUIF annonce qu'il considère comme inutile de maintenir des contacts avec l'Administration actuelle du Congrès Mondial Juif en raison de l'orientation réactionnaire de cet organisme qui est devenu « un instrument entre les mains de ceux qui veulent placer la Palestine sous la domination anglo-saxonne et transformer l'Etat d'Israël en base d'agression contre l'U.R.S.S. li. CRIMINEL DE GUERRE nazi, responsable de la mort de prés de 10.000 ouvriers juifs placés sous son commandement à Poznan, le dirigeant de la construction des ponts en Pologne occupée, FriedC'kh Fritz Neumann, a été publiquement pendu dans la ville où il a rnmlYlis ses crimes. LE Dr IVAN ROEK, chef de l'Eg;i~e Evangélnlue de Hongrie, et M. Stoeckler, président de la communauté juive Ile Budapest, se sont entretenus des meilleurs moyens d'assurer une large coopération entre Protestants et Juifs dans l'édification d'une société fraternelle. M. Sioeckler a souligné l'ardent désir d'upion dont la popula. tion juive est animée et exprimé l'espoir qu'une entente durable sera. établie entre tous les leadpT'i re!i:;ie'l" .'. ~. ·EGYPTÈ·,.··· , .. ~~. - • ~ f ___ ... PLUS DE 6.000 ANCIENS NAZIS ont été recrutés en vue de la guerre contre Israël, jusqu'à la fin de 1948 par le Gouvernement égyptien aveé l'autorisation du Gouvernement b,ritannique. Selon un document des Services français d'information envoyé au Secrétllriat d es Nations Unies. ces volontaires s'entrainent actuellement dans la région de Marsa Matrouth, sous le commandement d'officiers nazis directement amenés par la voie des airs de la rone d'occupation anglaise. DANS LA PRESQU'ILE DESERTIQUE du Sinaï, à 200 km. de tout lieu habité, le camp de concentration d'El Tor contient « 414 opposants dont 50 Juifs n, de l'aveu même du ministre d'Etat Moustapha Marei Bey, qui a préCisé par ailleurs que « 717 autres individus dont 88 Juifs n sqnt détenus dans l'es camps du CalIe et d'Alexandrie. UN DES EXPERTS AMERICAINS de la Banque Internationale de Reconstruction, actuellement en mission en Egypte, a pris contact avec le ministre compétent (( pour lui donner des conseils très ut~es 6ur la meilleure façon de traIter les questions sociales et ouvrières n. .A , Derrière le ridea'u de mensonges SUITE DE L'ENQUÊTE DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL ].-A. BASS III. L'effort de la Tchécoslovaquie. . M. Klément COTTWALD, actuel président de la République, a été forganisttelll' de la 'utte nationale des peuples tchécoslovaques contre les nuis et les hommes de Munich. IJ.\ LA suite des élections du a 26 mai 1946, M. Edouard Bénès, Président de la République, a désigné comme Président du Conseil, M. Klément Gottwald, homme d'Etat expérimenté et énergique qui forma un ministère de coalition. En pr~sentant son gouvernement à l'Assemblée Nationale, le 8 juillet 1946, le Président Gottwald a exposé son programme de reconstruction économique, sociale et politique, dont la loi du 28 octobre 1946, sur le plan biennal (années 1947 et 1948) est l'une des réalisations essentielles. Grâce à ce plan, dont les prévIsions ont été entièrement exécutées et souvent dépassées, l'économie tchèque a pu prendre un nouvel essor en portant tous , ses efforts sur la production de l'outillage et des biens d'équipement, ainSi que sur l'extension de son industrie lourde. La production d'objets d'usage courant a été considérablement augmentée. Une entente économique étroite avec l'Union Soviétique et les pays de démocratie populaire sur un plan de réciprocité et d'égalité fut pratiquée et les conditions. de vie des ouvriers et des techniciens s'en trouvèrent considérablement améliorés. LE PLAN QUINQUENNAL n ES enseignements et 'les I!:I expériences du plan biennal ont été largement utilisés lors de l'établissement du plan quinquennal actuellement en cours, qui fut amorcé le 1er janvier 1949 et s'étend à toutes les branches de l'activité nationale. , Pour les premiers mois de l'exécution de ce plan, les normes fixées ont déjà été dépassées. pius encore que le plan biennal, il a pour première préoccupation l'industrie lourde et surtout l'industrie métallurgique. La Tchécoslovaquie voudrait trouver un débouché permanent pour ses exportations. Elle a l'ambition de remplacer l'Allemagne comme fournisseur à l'étranger de certains biens d'équipement et de l'outillage spécialisé, mais elle n'oublie pas ses propres besoins; elle veut moderniser et rationaliser son industrie, ses transports et son agriculture, ce qui ne peut être fait que grâce à un développement massif de l'industrie métallurgique dont la production, en 1953, doit être le double de celle de 1948. M. Klément Gottwald a défini ainsi les objectifs du plan quinqu~ nnal alors en voie d'élaboration, au cours d'un discours qu'il a prononcé le 10 octobre 1947 à la réunion extraordinaire de la Commission du Plan: « La détermination des buts « et des chiffres du plan quin « quennal doit tenir compte de « ces deux considérations: « 1 0 Le plan quinquennal doit « assurer une nou\'elle et nota « ble élévation du niveau de vie «de tous les travailleurs des «villes et des campagnes et, «sur cette base, renforcer « l'union des ouvriers, des cul ti « vateurs, des classes moyennes « des villes et des intellectuels ... « 20 L'économie planifiée peut « et doit nous assurer une aug-' «mentation aussi rapide de c notre activité économique que « dans les pérrodes de plus haute c conjoncture, parce que l'éco « nomie planifiée dans le socia «lisme et dans la démocratie « populaire élimine les conflits « intérieurs de l'ancien système « capitaliste et assure un essor « rapide. :. PROBLEMES DE LA RECONSTRUCTION IMI ANTOINE ZAPOTOCKY, PU 0 devenu Président du Conseil après l'accession de M. Gottwald à la Présidence de la République, a annoncé que : « De profondes modifications « de structure vont intervenir « dans le secteur industriel, afin « d'adapter celui-ci aux possi « bilités d'absorption des mar « chés extérieurs. :. - Une attention toute particulière est réservée à la Slovaquie, partie orientale de l'Etat tchécoslovaque, économiquement très en retard par rapport aux pays tchèques; le plan quinquennal prévoit que la production industrielle slovaque sera considérablement augmentée et que de très nombreux ouvriers qualifiés seront formés. n'EXPULSION de 2.674.000 lb Allemands de Tchécoslovaquie, dont 800.000 hommes de métier, les dépradations subies Elles sont venues de partout Marsei'lle. porte de l'Orient, voyait en ces radieuses journées de Pentecôte se rassembler des femmes venues de touîes les latitudes, des mamans Viet-Namiennes, Tuni- 6ÏerII!1es, Algériennes, P.olonaises, Soviétiques, Hollandaises, Belges, Hongro-ises, des Chinoises de la jeune Répub1ique po.pulaire ... , nlêlées aux déléguées de n05 plus vieil'les provinces françaises pour clalTW!r leur volonté de ne plus avoir à 'donner la vie de leurs enfants dans une guerre injuste. Nulle ville ne pouvait être mieux choisie pour la tenue de telles assises ! La cité phocéenne n'est-elle pas le carrefour où se rencontrent et se fondent dans un même creuset toutes les :aces du monde ? et le véritable combat pour la paix n'est-il pas indéfectiblement Hé à la lutte contl'O le Racisme ? C'est ce qu'a affirmé, dans son Hscours d'ouverture du Ill" Congrès national de l'Union des Femtr, es Françaises, l'éminente savante Mme Eugénie Cotton, en associant au combat pour la paix la défense de la cause de la liberté. La présk1ente de l'U.F.F. citait avec raison la fameuse phrase de notre amt Aimé Césaire : cc La cause de l'Homme est une, a écrit le poète noir, la cause de la liberté est- indivisible, et chaque fois qu'il y a un Malgache qui est torturé, chaque lois qu'il y a un lui! qui est insulté, chaque fois qu'il y a un nègre qui est lynché, il y a un morcea~ de la civilisation universelle qui s'ecroule 81 une flétrissure sur la iOlre de "Humanité. )) Cette citation du député de la 'Marti'llique reprise avec tant de for- 00 et d'autorité par une fefl1me qui a voué sa vie au servôce de la Paix et de l'HumanLté, aocueil\ie par des par Serge KR'IWKOSKI applaujissements frénétiques, fut la meilleure preuve que- Racisme et Guerre sont inséparables. La betaille gigantesque en faveur de la paix, déclenchée à Pleyel et à Buffalo, qUL aevait entraîner les masses juives en cette inoubliable journée du 22 fTtai au Cirque d'Hiver s'est poursuivie avec la même ardeur au cours de ce magnifique Congrès des Femmes Françaises à MarseHIe. Dans ces quelques lignes, il est difficile de dire à quel moment de c~ trois journées \:les 4, 5 et 6 jwn les débats furent les plus émouvants. Est-ce le moment où nous avons pleuré avec Mme Périni, mère de Danielle Casanova - l'héroïne légenlaire ? - avec Mme Hé~ène Kochevaïa, mère du jeune partisan soviétique, retrouvé le corps atrocerrtellt mutilé ? Avec Mme Carasso, cette mère juive dont les trois fi-ls tombèrent sous les ball~ du barbare nazi et que les marins et dockers des quar~iers sinistrés de Une Hindoue, une Alsacienne, une Bretonne lléfilent, côte à côte, à M.rseille Marseille avaient déléguée au Congrès ? Trois mamans de milieux différ. ents se sont retrouvées là devant des centaines de femmes représent& nt des milli~rs de mères - trois mamans qui, dans un même élan, s'étreign'irent en pensant à leurs chers disparus victinles d'un même bourreau trois mamans qui étaient v,enues là pour que a 'autres mamans n'aient pas à connaître les peines qu'e1!es ont ressenties. Comment décrire ces séances où toutes ces femmes venaient apporter leur contribution à l'ééifice de la Paix, chacune avec son tempWament particulier, mais qui, sur le grav6 problème de l'heure réalisaient cette grande et merveilleuse union. Quelles Q1inutes poignantes lorsque jeannette Vefltleersch dénonça les horreurs de l'odieuse guerl'O colonialiste qui se déroule actue1!elTW!nt au Viet-Nam et combien significative fut l'intervention de-Mme FadiNaïba, déléguée africaine de la Haute- Volta, qui vint affirmer que les femmes de son pays , ont pris l'engagement solennel g-'élever leurs enfants dans l'amour de la France et ie l'Afrique et non pour faire la guerre ! H ressort de ces journées, qui devaioot se terminer par une fête en plein air, où des dizaines de milliers d'hommes, de fenlmes -et d'enfants étaient accourus de toute la région pour acclamer la caravane des intellectuels de la capitale, que les femmes connaissant plus que quiconque les affres de la guerre ont pris conscience de la force qu 'elles représentent. Unies, elles, qui sont les donneuses de vie, peuvent empêcher la mort de rôder sur leurs foyers. par l'outillage national pendant l'occupation nazie, ont posé d'une façon très aiguë devant les TchéCOSlovaques le problème du rendement industriel. La résistance passive des ouvriers et techniciens tchèques et slovaques pendant la périOde de la domination ennemie, qui avait pour but le sabotage de l'industrie de guerre hitlérién-ne, a amené une baisse dans la productivité, baisse contre laquelle il a- fallu réagir énergiqtfement. Seul, un mouvement de masse d'émulation et une rationalisation étendue pouvaient permettre, dans ces conditions, la reconstruction véritable. « NOUS TRAVAILLONS POUR NOUS» ft nN mot d'ordre très simple et ~ très vrai : « Nous travaillons pour nous )} résume bien comment les TChèques et les Slovaques ont su résoudre cette difficulté majeure. Forman t une promotion volontaire, des rationalisateurs industriels se ,sont distingués à tous les échelons dans les mines, dans les usines ou dans les bureaux. Ils ont confronté, au cours de conférences, leurs principes et leurs méthodes. Lors d'un récent congrès d'ouvriers de choc des mines, une résolution ferme, approfondie sous tous ses aspects, fut adoptée. Elle s'intitulait « l'ordre dans la production ». M, Morse, Président du Bureau Interm~Jnal du Travail rentré depuis peu de Prague, a rendu compte des grandes améliorations sociales qu'il a pu constater et qui, si elles dépassent parfoiS les possibilités économiques actu·elles de la TchécoslovaqUie, sont impérieusement dictées par le souci de justice sociale du nouveau régime. Malgré la sécheresse de l'été 1947 et la mauvaise récolte qui s'ensuivit et ses répercussions fâcheuses sur l'ensemble de l'économie nationale, non seulement les salaires et le niveau de vie en Tchécoslovaquie purentils -être considérablement relevés, mais même, depuis le 1" octobre 1948, le bénéfice de l'assurance nationale s'étendit aux vieux commerçants, aux artisans et à leurs épouses. Plusieurs dizaines de mi~liers de bénéficiaires des classes moyennes âgés et appauvriS par la guerre et par l'occupation reçoivent des pensions sans avoir- aucunement contribué, pendant leur vie, à la constitution de ces rentes. Ceci représente pour l'Etat tchécoslovaque une charge de plusieurs centaines de millions de couronnes qui sont prélevéS sur la production. (A suivr~.) la place du Vieux Marché à Pra,ue. Plus qu'une fête: un acte Resserrer les liens qui unissent les Français et les immigrés )l'Our la défense de leurs intérêts COI11!l1UnS et de la Paix, c'est un des nobles buts que s'est fixé le Comité Français pour la Défense des Immigrés. Depuis sa ' création de nombreuses actions ont souligné cet effort persévérant. En'tre autres, la soirée, du 25 février à la salle Pleyel - célébrant la mémoi:e des résista.nls immil;és t~mbés aux côtés des pah'iotes franç,lIs pour la. Poux et la l:tbCf'te - a déjà permis de rappeler à l'opini-on publtque que les Itens de sang versé en commun restent vivants au coeur du peuple français, l~n organisant une fête champêtre le 3 juiLlet au parc Mabille, à Montreuil, le Comité Français pour la Défense des Immigrés oeuvrera .\ resserrer les liens d'amitié dans l'allégresse, tout en montmnt par des expositions l'important apport économique, démographique et culturel de l'immigralÎoon il la France. , Cette fête sera un acte, car dans III situation actuelle, s'unir est une nécessité impérieuse. Il n'est pas lin seul immigré qui ne sente que sont sort .est intimement lié ù celui du peuple de France. Aussi, voudra-t-il, en participant à cette fête du 3 juillet, être l'artisan des victoires futures du camp de la Paix et de la démocratie. • ________________________ ~ _ w_. ___________________________________________ ~------~---- DAotr Il LIBERtE • Unéeicl~~i~t~ ,à . Droite~1 DISGRIMINATIôN RACIALE" AUX ÉTATS UNIS ".: ff Ce' n'est pas leur faute, a" CI S petites crapul s!" MANHATTAN, la plus réputée des cinq aggloméra Lions de New-York, est le centre ne:veux du ccmmerce, le centre. de communIcation et de culture des Etats-Unis; étroite tranche de pays rocheux, d~lDe quinzaine de kilomètres sur trois et séparée des quatre autres agglomérations new-york aises par Harlem, ],Hud~on et l'East River, qui en font une île physique et psyChologique un1que et fort di8semblabJe du reste ·de PAmérique. " " La llOmbreuse pO'pulation .;t'origine' étrangère de Manhattan - Italiens, Allemands, Polonais, Français et Anglais - a modifié les. habitudes et moeurs de ' ~es habitants à un tel degré, que maint~ observateurs n/y l'eConnaiSlSent p.]us du tout l'Amé:·ioue. Sous le rapport ' du :p-roblème de l'en~ance délinquap. te, dont il est ici ' questiOn, cette diffé· reilte 'C'l]lturelle entre Manhattan et le reste de l'Amélique s'avère considérable. La dég1radation 'apparente ne s'y présente d'ailleurs pas eous son aspect le plu.. cliant et il faut convenir que l'arrière-plan urbain dont elle se dégàge, est encore le moiD8 .équivo. que, le 'plus libéral, ' le plus p·rogressiste des Etats-Unis. ., .

  • 'Près de 2.000.0.00 d'êtres humains se ser- '

OE'ent da.ru; des logements indéfiniment superWSés et les gratte-eiels de Manhattan. De cés 2.000.000 d'êtres en quête « de vi!), de liberté et de bonheur Il, 1.700.000 sont enregistrés, conformément aux coQes de race qui prévalent en Amérique, comme « blanc » (white people) ; ce qui ' sigb1fie qu'ils béné:ficient de priorités distinctes en matière q'édvcatioJ;l, d'hygiène pubJJque, d'occasions d~, travail et d'opportunités de logement. Les '300,000 autres, contraints à vivre dans un' ·espace tenant du ghetto et connu sous le,· n.oin de Harlem, sont enregistrés comme «· 'nègres » ' (Negro people) ' et sont ordinairement identifiés à la couleur de leur peau, à ,la forme de leur narines et à l'aspect 'aXlusé de leurs cheveux bouclés. Ils sont, d',une façon géné"ale, coupés des éléments moteurs du commerçe et 0e l'administration, pan , un ingénieux mécanisme de claSl'es et de préjugés de race f{)nctionnant à la faveur d,es traditions morales et culturelles du pays. L'effet dominant de cette exclus10n sociale de 300.000 noirs des préoccupations de 1.700.000 blancs, ne se peut mieux éclairer que JlQr confrontation des rappoe-ts reepectifs de l'enfance délinquante dans les deux groupes : les 300.000 nègres de Harlem engendrent plus des 53 % de l'enfance délinquante de Manhattan. Qui àl.it·: intetpréber des chiffres en fonction 'p'êtr_es bien vivants et sensibles, se laill:sera aller à une légiti1ne stupéfacLion et demandera sans doute ;': « Comment se peut-il .qUe . 300.000 nègi~s engend.rent plus d'enfants àélinquants que 1.700.000 blancs? Que.l genre de vie mènet- cm dans le glletto !t'Harlem? ». . li'idéologie américaine' de la sU1)érimiÙ bZarwhe suv.gère ' aussitôt maintes réponses, d'ail.leurs a us.si sommaire.s que' calmantes. En voici quelques spécimens : « Les nègres sont le plus souvent MS êtrB,s serviles ayant un amour inné d.u plaisir. Ils sont inférieurs aux bla1U;s d(J,ns l'échelle cIe l'évolution, sont violents , et semblent tout droit issus cJ.e la jUngle. ' Ils sont paresseux et ont un penchant naturel au crime. Ils n'en sont d'ai'llews pas 'responsables et ne peuvent apprendre grand'chose. /' " Des 'miliioDs de ' j)iancs, ' aux Eta~-Unis, o'nt tenu Si fréquemment de tels pIlOPOS, qu'ils en ont fait une sorte de croyance raciale" devenue , littéralement nationale.

  • l :y y a une autr~ réponse ,à cette question,

Jl66 facile à saiSir et formulée , en· des Wmes peu familiers à l'oplPion américaine com:ante. Celle du savant ~uoooiS. Gunnar MY.Idal, auteur d'Un Ifilemme américain, lorsqu'il ~xamine, notamment, les difficultés qui se présentent à ' tout Américain blanc abordant le prOblème noir : Cl Qu~ l'on tienne compte du milieu et l'explication se fera ' éloqllente. JI n'est guère facile poiLr rA méricain de ruée '/)Zanche, de réa:li'SOJT : combien des ' facteurs tels flUe la sous-alimentation, les déplorables conditi011s de logem-ent et l'ab.'lence d'instruction défOrment l'individu, âme et corps. Le blanc' ne saurait imaginer les oonséqUerwes de l'aviUSsement social, de ·l'isolement . oulturel, ,du peu de place laissé à l'ambition, et MS fJTemières cond)ition.s défavarables qu'imposent à l'enfr..nt nègre les rigueurs de sa caste - façteuTs déterminants M l.a personnalité du nègre et _M S011, 'attitude. » . Bref, la haute propôrtion de l'enfance ' de.: linquante à Ha,Il'lemdéJoùle ' du mijjeu social que le nègre se veiiimpÜsé. Mais ce milieu social, qu'est-il au ji:lsté? C'eci : Les nègres de ' Harlem vivent dan" un oepace isolé et incroyablement restreint. Et qu'.on se dise bien qUe certains quartiers de Harlem sont les plus populeux du globe ! Des 300.000 nègres de Harlem, la plupart sont J'éduit6 à des besognes avilissantes et peu rétribuées. La grande majorité des nègres de Harlem (~ ;t composée de uéJugiés du Sud, où le niveau d'éducation, de législation, de moralité, de culture et d'hygiène publique est extrêmement bas et où le: règles d'oppression raciale sunt les plus rigides qm soient. La pll1Imrt des nègres de Harlem sont Yoiçi l'exposé d'un éçriv~in noir q~i s'efforce de déceler les cause'$

profondes de la délinquance qui sévit, dans une haute proportion,

parmi l'enfance noire de maintes grandes cités américaines. Ce n'est ' evidemment qu'un aspect êle ce qu'on est convenu d'appeler aux Etats· Unis le « problème nègre » (comme s'il n'y avait pas, au même titre, de « problème blanc » !) Mais l'intérêt de cet exposé ne serait pas ce qu'il est, si son auteur, dans les limites d'une étude nécessairement restreinte, n'élucidait des complexes assez généraux, où se débat l'ensemble d'une humanité humiliée, une h~manité qui compte aux Etats-Unis quelque treize mil· lions d'âmes. Au delà du simple et objectif exposé de trois« ciu :. précis, extraits des registres officiels d'un tribunal d'enfants, comment ~~ PilS ,apercevoir, efl effet, tout le tragique de la condition sociale des 'noirs américains dans leur grande.- majorité ? , . Beaucoup mieux qu'en ses romans et récits, dont il faut dire qu'ils offrent une vision souvent inexacte' de l'attitude des noirs face à l'oJ?pr~ssion et au préjugê racial, il jette ici une lucide et vive lumière sut les contraintes de ' t~us genres' qu'impose au caloured man " le conservatisme social américain. J S .... -..... _ .. ~ ...•.••.....••••.•......•.•• ~ ..........• ~ .... ~ .. doecendants ,d 'esclaves et sont d'une pauvreté ' quasi chronique. Les nègres de Harlem n'ont ' jamais. étij autorisés 'à agir' selon les aspirations . que tout Américain blanc se voit garantie!! et qui coru;tituent la raison d'être de la nation. En . ~onséquence. une famille nègre de Harlem - et C'el;t le cas de toutes Jes familles nègres des Etats-Unis - -difière sensiblement, dans sa structure, de celle d'Américains blancs. Aussi sont-i1s nombreux les enfants no1rs, qui sont élevés presque exclu-' sivement par des femmes tenant Ief\ ,fOnctions de chef de famille, alors que chez les blanês, c'pst le plus souvent aux hommes qu'incomp~ ce rôle. De vrais foyers et des talaires 'stables ont donc fait défaut, depuis des génératiolJs, parmi' les nègres américains. D'où . ces ' liens familiaux plus relâeh~ qUe chez leS blRnes. '

P ASSONS aux détails. Examinons le cas du gosse A, emprunté aux registres officiels du tribunal ,: Une jeune fillle noire de Harlem passe ses vacances dans un centre quelconque.' Elle est émigrée du Sud, a quitté les siens depuis quelque tem)):: déjà. Un wir, elle va danser, recontre un homme, s'enivre, se laisse sé:duire. S'ignorant enceinte, elle reprend son tJravail à H1hrlem. Puis réalisant son état, elle €f'f3aie en vain de retrouver le père de .l'enfan.t. Angoisse et nervo.~ ité s'en mêlent, et une maladie mentale jusqu'id late'nte prend le dessus. Malade, elle met au monde un garçon no,rmal et en parfaite santé. Les proches de la jeune femme restent i,n,btouvablès. Elle est donc envoyée dans Une instit1}tion,. Le bébé est ~onfié aux Enjant$ trauves, ou on le garde SIX mois. Puis il est transféré we:ji des parents adoptifs où Jl vit jusqu'à l'âge de ~Dc ans. L'enfant s'iden~ tifie évid.emment à ses pêre et mère adoptifS, les c~nsidérant comme ses ].'ropres JlQrents. n ne manifeste aucun trouble d'ordre émo, tif, sa conduite ' est normale sous tous mpports. ' Mais à l'âge de six aD8, les autorité6 de la ville de New-York décident de le confier à un autre ,foyer adoptif. L'enfant en est informé et refuse de Quitter « ses p&enfs J. On lui apprEIDd finaiement que ses « parents » ne sont pas ses parenw, et n demande la vélité sur son comp.te. De l'hlstoire de sa mère, 'il "ne peut saisir le sens exact. Il refuse de quitter son « foyer » et, comme on insiste, devient ag~~sif, déclarant n'être renvoyé pa:r personne et partir de son propre chef. Répudié par les siens, 11 s'emprel;se de les répudier à son tour et s 'efforce ~i de garder intacte sa dignité. Le voici dans son nouveau « foyer », craintif et pris d'un légitime désesl)lir, n ne veut rien savoir de sa l1Ouve!le mère, lui qui ignore jusques à quand on voudra bien de lui. Car il sait que tôt ou tard, quelqu'autre mauvaise ~urprise peut se présenter. Il avait pu jusqu'iCi observer son entourage en Mute quiétilde, mais désormais une ap.préhen~ ion quasi chronique occupe sa conscience. Son attitude à l'égard d 'autrui est cel1e d'un être sur la défe~ive, mais l'attitlolde devient bien vite habitude, comme le démontre la conduite de l'enfant à l'école. Ainsi préoccuPé, il n'apprend qu'avec peine. Ses professeurs le grondent et l 'é;ole ne tarde pas à prendre pour lui un caractère hostile. Il est ,transféré de cla.se en ' cl~e et son malaise a ligmente. Finalement, il est qualifié de .« cas difficile» et l'enfant décide d'abandonner l'école . . Il e:re mainteant aUX envirçms immédiats de Time Square, aux entrées de cinémas où j,] se tiouve un rapl~ moyen. ,de gatlner quelque argent. A :p-eine ,le ca$eT .Je l'établi8sement a-t-il rendu la , monnaie, Que. le I/:QSSe s'avapçe, attl1\pe l'argent et fonce à travers la foule jusqu'en lieu sûr . . Il dort dans le métro, ' dans les halles, et dérobe ce qu'il peut dans les boutiques' à quinze çents. Ce qu'il éprouvait d'ho~tile à ron égard, dans son entou~age, a développé en lui la combativité d 'un' être constamment Eur la défensive. Son entourage, en consé:quence, lui paraît plus qu'hostile : agres!:i.j. Policiers, assistantes "oclales, professeurs, détectives doivent être évités à tout prix. A~cune paroI!', si persuasive soit-elle, ne sauraIt pénétrer l'enveloppe coliaee de ses sen. tlments L'enfant considère d~ormais le monde d'un oeil méfiant, soupçonneux. Inutile de oere qu'il ne tarde pas à être priS et traîné devant quelque tribunal de l'enfance. Mais qui donc, d'un simple coup d'oeil SUl' ce visage tendu, cerné et tiré, eut ,roupçonné les remous intérieurs qui déjà minent !lette jrune vie? i 1 1

VOYONS maintenant le cas officiellement en~iStré .d~ gOOEe B . Les parents du gosse B ne sont pas ma- ' riés. Ils s'en allèrent jadis vers le Nord, à la recherche de liberté pO\j,r échapper à la teneur des plantations. Ils ont peu ou pas d'ïnst;ruQ1..ion et ne wnt aucunement pré:- A travers Mil' Mantel, tous les honnêtes' gens sont visés (Suite de la page 1) Police-Secours arriva sur ces entrefaites e.l emmena tout le monde ~u commissariat de police, où le commissaire se refusa à prendre r affaire au sérieux : « Banal incident de rue )). Mme MaRtel porte des ecchymoses; Mme Forestier, en tombant sur le' rebord du trottoir, s'est blessée à la figure. Après avoir porté plaint" poU! coups et blessures, elle se fait délivrer un certificat médical par le médecin de sa famille qui lui assure un mois d 'incapaci\é de travail. Comment' e)(pliquer alors que' M. Candiani, libraire au « Village Suisse )). ait .aperçu Mme Forestier, moins de quinze jours après 1 "incident , se promenant avec son chien? Et comment expliquer la sentence de la 17· Chambre correctionnelle, condamnant, le mois dernier, Mme Mante! à 15 jours de prison avec sursis, et 40.000 francs de dommages et intérêts envers la « viclime )) ! A l'~eure où les factieux se Uvrent à des ma"i11stations €ontr1 la R4publ.que, .en ~sur/Jan't ' la mélllOire glorieuse du Général Leclerc, ce scandale antisémite montre le péril du fascisme renaissant . . On · veut rééditer le coup du 6 février avec les mêmes IUments, ~,on1p.'ota'!t. comme jadis au Conseil Municipal ; et dans ce €omplot • anllsémltlsme aura une place de choix. - pour quelles raisons le commis, saire s'est exclamé : il On ne ~ut rien contre Mme Forestier, $on mari a le bras très long û Nous savons, hélas, trop bien ce que de tels messieurs nous ont réser~é sous r occu.pation et nous nous métions de leurs su«esseurs et de leurs protecteurs. r C'est pourquoi nous nous serrerons 'les coudes aux côtés de tous ~es honnêtes ge~s pOlir qu1, au " VU/age Suisse )) comme Il !a porle d Orléans le faSCisme ne passe pas ! L BRUcK, Cette 1( petite histoire » qui vient après celle de M. Leboir, à SaintOuen, après' de continuelles provocalions d'éléments douteux contre ile paisibles commerçants, et de bien d 'autres -encore, a suscité une considérable - et légitime - émolioo tervmt lU cours de l'incidenl a déclaré, en parlant de Mme Forestier: « Cette dame portait une plaie frontale sans graVité »; tel n'était s.ans doute pas ]' avis du médecin qui accorda un mois d' incapacité de travail à sa cliente, éîgée de 54 ans sans profession; , dans di"ers mi lieux à Paris. M Une telle affaire ne peut être e~ les coups que m'a portés me étouffée. Manlel' ont réveillé mes douleurs 1 )) Le Consei l communal des Com- Mme Forestier aurait pu expliquer battants de la Liberté l'a bien comquel genre de commotion elle a ressenti au moment du débarquement ~ pris, qui organise, en commun avec Après les propos xénophob es qu..' eI Ie lle' Mouvement contre le Racisme, d 1 Antisémitisme et pour la Paix, un a tenus, cinq ans plus tar , 1. ne. d 'd . 1 1 6 wan meeting e protestatIOn, e serait pas si étonnant que e lum d' 16 . , 20 h 3() Il fur pour clle une su .... ,ise plutÔt dé- Jeu 1 Jum, à . , sa e 'Y Schutz. 59, avenue de La Mottesagréable... M Picquel. - pourquoi, d' autr~t, '.'1 ' H .. , vendeuse au « Pell! P~m- '- Il ne faut plus qu'il y ait J'aftemps », qui fut à l'origine ?e 1 al" faires Mantel ell France! L'antisé-- tercation au sujet du chien,. n t;t-,elle mitisme. le racisme, une fois pour pas été cité comme témoin ~ ] au- toutes, doivent être écrasés. Harlen ... ne dirait-on pas une ville après un sihistre ? C'est la vision ~ tous les jours. On peut s'étonne de celte sentence, surtout lorsqu· on sait : - que !' agent de police qui in- -que Mme Foresti er, après avoir raconté que les commerçanls du I( Village Suisse )), misérables brutes .. avaient frappé, sans motif, son peht toutou, s'exclame: 1( J'ai subi, en 1~44, à Torigny-sur-Vjre (Normandie), au moment du débarquement, une grosse commc{ion. j'ai été soignée p-cndant fort longtemps, dience? et pourtant, sop témQIl(1lage . et été très important. DANIEL BESSER UNE ENQUËTE parUe aux Etats-U nis traduite par JAN SIMON - parés à la vie complexe d'un centre ihdustrier du Nord. Ils ne se sont jamais mariés, pour la bonne et simple raioon que l'instititutf. n du mariage J;l'e~i~tait pratiquement pas dans leur région. Non seulement les parents du goose B n 'étaient pas mariés mais Il y a tout lieu de oro ire que les parents de ses J)IlJ'ents ne l'étaient pas non plus, comme d'ailleurs les parents de.: pàIents de ~es JlQrents... Ils vivaient ainsi côte à côte à la merci des circonstances, et cela n'a' guère changé depuis les temps de l'esclavage. Les ]JII'opliétaires blancs du Sud, qui leur imposaIent leu~ lois, ne les autorisaient , pM à 'bénéficier des institutions du Sud. Où SOnt donc « ' les. frigidair~s pour toU'S » dont on parle beaucoup Out-re-Atll .... , , tique, ? ... Ici, c',est Ha'rlem. Le6 parents du gOSSe B, produit d'Une terne plantatiQn, se lassent de lui peu ' après leur venue à Harlem. Déprimés comme ils le sOnt, ils ne luttent guère plus qu'au gré de leuroS im.pu.)sions. La mère s'affiche ouvertenient avec un" autre homme et le pére en'. fàit autant avec QUelqu'autre femme. De temP5 en t,ernps, la mère envoie ' le 'gosse chez fon pere, qui le renvoie aussitôt chez sa inère. Tous deux, battent l'enfant, pour peu qu'ils oolent énervés. Celui-ci est évidemment désorienté, il ne sait au juste , ou est Ea place. Les )JaIfents travaillent le jour du,rap.t et le gosse, très vite, se tourne vers la .rue et ~ univers. . . ' Se sentant abandonné, livré à lUi-même, il a recours à' l'UniqU~ méthode d'autoprotectiOn, dont 0l1l lui a ' d'ailleurs parlé Qll:ns son entourage : le ga11gtérisme. Il organise ~onè ' lés gosses ' du voiSinage en' un gang et leut pi,'élève à chacun 1 penny 'pa,ll' ~oitr. En retour de chaque penny ' extorqué, Il leqr promet protection - bien qu~l se sache parfaitement incapable de la leur assurer. Il se persuade ainsi plus ou moins qu'en protégeant autrui, il se protégera du ·même coup contre toute éy~ntualité, Et c'e«t également 56 façon de ne nas s'avouer sa faiblesse, son isolement. Il hante les corridors de l'école, réclamant SOIll tribut : «un penny PIr jcruT et je te protégerai, mais si t'U refUses ... tu attrlllPes », dit-ll en montrant un couteau. Qu'un gOllse reJuse et c'et:t aussitôt violence, effusion de sang. Inutile de d'ire qu'il est bien vite chaSsé de l'école. Ses professeurs n ~ peuvent s' expli~ quer qu'un enfant puisse agir de la sorte. I!s ignorent 'que celui-{:i, qui ne respecte en nen les adultes et craint les autres gosses, vit dans un monde à mi-{:hemin entre · le mon4e des adultes et celUi de l'enfance. Ils ignorent que ee gOSFe-Jà s'est créé un uni" vers à lui se!ll. Il ne reste à l'enfant que la rue où l'on veuille bien de lui. Il vit de vol, fait , main basse sur ce qui s'offre dans les boutiques, force les sermres. Il est fina'ement pris par la I;'Oliee, m~ après s'être fait tirer dessus. Il parle de sa captUl'e comme d'un fait div~ : « Je COUrais avec le truc que -j'avais VOle. Un jllc a gueulé : halte-là' Mais je courais tOUjours. Sur quoi j'ai entendu sif~; er u:ze balle, mais pas très près. Et puis, 1 en al entendu une autre passer tout juste tter.rière' ma tête. Alors' je me siiis ' arrêté CM enjin je ne voUlais' pas être tcruché. Et je suis resté là, immobile, le [lie est 'venu et m:a emmené. 1) " ,

EXAMINONS ' encore " le cas, officiel lui aussi, du gQsse è. -Le gosse C · Vit am,: cÔtés d'une mère qu'a quittée son mari. Emigrant de~ plantations du, Sud, ce dernier était l'indiScipline en personne, oréature tour à tour bienveillante et · oynique. Po ur peu Que quelqne Chose lui déplût. il s'en détournait aussitôt pour se livrer à quelqu'autre ·préoccupation. , Il n'y avait de juste pour lui, que ce qu'il voulait tel ~ un moment donné et d'iniuste, ce qui l'empêchait d'arriver à .Ees fins. Aussi, s'en alla-t-il dèG· qu'il eat assez de sa femme et de son gosse, Il ne s'en sentit Pas coupable pour autant. r.;e gosse C voi'~ plusieurs' inconmis rendre visite nuit et jour à . sa mère. Il ~ait fort \lien qu'ils n'en font pas autant ailleurs ôa.ns le quartier. Ses camarades de ;eu le raillent d'avoir une telle série de « pères », mais il ne réalise pas tout à fait le sens de leurs . parc~es. Il a.ppren.d finalement :lue ~a mèce fa'it Quelque chose de très maL Or, E& mère est tout ce qu'il possède. Il l'aime et lui est naturel'ement attaché. Mais la chose terrible' qu'elle se permet l .. l inSllire une réelle honte. A. l'âge de dix anoS, il contracte un complexe traumatique Gu'il-ne peut dominer ou comprendre. Il en veut à sa mère - ce dont il subit inévitablement · le contre-{:oup, bientôt poris de pitié pour .lllim~ e. Ses ~entiment.s ne sont désormais que dualité : il aime et hait sa mère. Puis cette haine ~uscite chez lui un sentiment de cul· pabilité. Il veut ne pas la haïr. Enfin il reconnait en sa mère la cause de cette hàine pour lui-mème et rejette celle-ci sur elle, en la haïssant plus encore. Cercle vicieux de passiOns, qui tournoient ain.si en lui j\JfOqu'à lui faire éprouver pour sa mère une fureur telle qu'il en vient à se craindre lui-même. à craindre le mal qu'il lJCUt lui faire, qu'il lni fera. Il songe alors a s'en aller, mai~ é]J'!'ouve aussi quelque crailnte à l'idtle de fuir. Un matin, il s'énerve piutôt qu'il ne s'amuse avec ses jouets. Sa mère est étendue langoureusement fur son lit. 011 franpe à 19. porte, qui s'ouvre su~ un étranger. Sa Les travailleurs nègres doivent charger des sacs de blé pour un salaire de famine. , J?1ère a'ors prie J'enfant de sortir, d"aller Jouer dehors. Il refuse de bouger dévi~ geant sa mère et l'homme avec .une haine évidente. " - Fais ce que' je te dis' lui crie-t-ellè. - Je véux rester à J'intérieur ré'pond l'eJi.. fant. " . ...:... Va jouer, et sans grincher ', ~rdo~~ la mère. " .' , Il saute alors sur ses ·pieds, crache sut sa m~re, attmpe ses jouets et court dehor&. Sa mere ne suspecte en r;en la rage de l'enfant. Un ·peu plus tard, il rent!e Et a gran9 faIm, L'homme est narti, sa mère est. encore étendue. Il farfouille dans la cu!5ine en quête de 9ue!que aliment, malS rien n 'a. été Pl'épare. " . ' : - J'ai fa.im, déclare l'enfant à sa mèce .. - Attellas un- momènt cut-elle vague.: ment irritée. ' , , .. - Lève-toi ' et donne-moi à manger 1 o~iG encore le gosse. .,' - Veux-tu bien ne pas me parler SUo/' .. «le ton 1 ... Et l'enfant d'empoigner une paire dé \Qo seaux et de frapper sa mère en Il'leine' pol:' trine. Elle en vient aux priees avec lui pour lui ·arracher les ciseaux .!.es mains · ,M:a;is déjà, il a saisi un couteau, pris du' , sentI,. ment qU'en la tuant" il mettra fin à ce c~nflit in~érieur quI l'oppresse à n 'y plus· tel'lir; Sa mere est éVltlemment plus forte que lui le désarme bien vite et le chasse dan~ ' " ~ rue ';l'l criant au seoo'uns. Le gosse injurie sa me:e, Jurant de la tuer s'il doet la revoit; un jour. La mère donne l'alarme et l'enfant est pris p':tr la police. Le lend€main matin, mère et fils compa. ralSSent devant le Tlibunal de l'Enfance. De l'avis du juge l'attitude de la mère fut très défavorable à l'ffifant, ce QU'il ne peut d'ailleurs faire eomprendre à celle-ci. Elle ne di~,pose pas d'une suffisante préparation POur sai.l;ir la portée de 'ses propres aetes. Elle accuse résolument son fils d'av.oi. tenté ll.e la tuer et demande au juge Qu'on l'envc-!e dans une maison .. de relèvement. Elle n'est pas con~ ciente des conséouence; fâcheuses que ' cela ' peut avoir pour- son fils à tout j~a~ ,

  • , "

L ES exemples de la mi~ère ' u~baine qui sévit parmi les enfants noirs, sont empruntés à la plus r~P!Jtée. la plus richè, la plus pUIssante des cites de l'homme : NewYork. Ce bref exposé ' ne prétend pas prope'o , ~er des mesures à prendre pour venir en aide a ces gosses: notre propos n 'est autre que d'éclairer un tel problème en l'interprétant. Quelques conclusions premières s'imposent tQut.efois : 1) Qu'un Américain blanc comprenne vraiment le contenu de cet exposé, c!est là UJi tour de force qui dépasse presque ·ses facul. tés intellectuelles. Le prOblème est tellement aigu, il rémonte si loin, il est si compliqué cIe comidérations psychologiques, . que . l' Améri~ oain blanc le plus souvent s'y perd. 2) L'Américain blanc a génhalement appris à ne considérer les nègres que commè des êtres inférieurs. On estime juste de ne pas les assimiler à l'humanité, on 'considère faux de les y incorporer. Ce qui est l'inverse même de toute notion de civilisation. Aùssi sont-ils l'exception, les Américains blancs qui ont l'intelligence de , rejeter la morale établie de leur pays, et' considèrent simplement et sainement le nègre comme une entité hu. Maine. 3) Les facteurs qui contribuent le plus al,J développement de l'enfance dêlinquante chez les nègres, sont les suivants : exploitation traditionnelle d'ordre racial et social' tares inhérentes à la condi~ioJl soci~le et q~i agi!!sent sur la psychologie du sUJet ; occasions de travail limitées ; insalubrité des ghetto9 ct des taudis; absence de tout facilité en matière !l'éducll;tion; pau."reté chronique e. pathologIque; vIe de famIlle désorganisée. 4) A étudier d'assez près la personnaUtê de la plupart des enfants noirs délinquants on découvre que le sujet souffre d'une réell~ d~fi~iencc d'ordre .é~otif, et cela en Un pays ou JI est de traditlOJl que le nègre dispose d'u1!e abondante réserve de rire, de chant de Joie et de rythme. ' 5) E~fin. les exemples ci-dessus sont une preuve !lloquente qu'opprcssion veut bien dire oppreSSIon, que ceUe-c.i soit ~'A mérique, d'Allemagne ou de colomes afrIcaines. ! 1 ~ 1 1 • i . • 1 ~.AJ)I() SUR lES f\1 ,~rENIIESCharles M."'dt 15 : 12 h. 30 : Orchestre de Marseille (Natlona)); 18 h . O~ : Mélodtoo • romances (Parisien); 22 h. : RadioelLansons (Parisien). .Jeudi 16 14 h. 25:« Les Trois _urs u. de Tchekov; 16 h. : ( L·ou['S M. de Tchck:ov; 19 h. 35 Le Club Or.. t.es~r .. , avec Jean Funer (National); a h. : cc La barque sans pêchèur u, avec André DeUerr.ière et sa troupe (PaJ'wien). Vendredi 11 : 14 h. 18 : De l'opércUe Ir. l'opéra (Inter). 20 h. 05 : « Asile de auit u, avec la vedette inconnue (Pa ri/ lien); 22 h. : Qua~re ,arçons d une tille (PariSien). Vendredi %4 : 20 b. 05 : Un qu:r~ d'heure avec Maurice Esc.nde (Parl.ilierù: 8 h. 06 : Jascha Heireh, dl.squoo (Paris- Inter) Samedi 25 : '20 h . 05 : Transmission du ,"",.Unl de Hollande Georges Bizet (Paris-Inter); 14 h. 30 Reportage de c La nuit de Parios » (Paris-Inter). ZORRO ET SES LEGION·NAIRES (américain) 16r épisode Souhaitons qu'il n'yen ait pas de second! C'est une prétention inconcevable que de baptiser ça « cinéma ),. Et dire qu'on annonCe la suite! DU GUESCLIN (.français) Voilà pourquoi, dans ce film, où il ne fQit pas de doute que la véracité ABSOLU!: est respectée, on insiste, tout au long, la croyance dans les étoiles et le surhumain. Ce qui pourrait gêner certaines con victions n'est, id, qu'un effort vers l'authentique, fidèle rel1et d'une époque, C'est une page de l'histoire de France, un chapLtre de la vie d'un héros, - horreur vécue, comme celle des fours crematoires ou des tortures des 5.5, nazis. Bien jouée (exception faite pour Michèle Morgan dont les interprétations sans simplicité me déçoivent toujowrs), bien rendue techniquement, tournée sur les lieux mêmes de l'action, cette ban-de doit avoir un grand retentissement. Elle est dédiée a tous ceux qui, de quelque manière que ce son, luttèrent contre l' oppress.eur, S .. mcdi 18 : 13 h . : La ,uln,ueUe est t4Duj3urs fleurie (Parisien). 15 h. 30 : La musique classique est cette quinzaine représentée par le FestiVal de musique romantique de Strasbourg les Jou["$ suivants -: Lundi 13, à 20 h. 30 (Inter). Mardi 14, à 21 h. (Parisien). Mercredi 15, à 20 h . 30 (Inter). Jeudi 16, à 16 h. (National) et à 20 h. SO (Inter). Vendredi 17, à 20 h. 35 (National) et samedi 18, à 20 h. 35. La vie aveontureuse du connétable Bertrand Du Guesclm, fait çhevalier, vaillÇlleur de Charles.-Ie-Mauvais, qui battit l'eonvahisseur anglais et débar_ rassa la France des trop fameuses (1 grandes compagnies. Il, méritait les faveurs de l'écran et, pour une fois, le cinéma fut fidèle il l'histoire. Mais un tel film ne souffre pas la médiocrité, et si l'image est jolie et soignée, la musique fort bien adaptée, la distribution n'est, par contre, r--------------"--pas teUemeont heureuse. Ne parlons p.as de Junie Astor, dont on peut se demander ce qu'elle fait dans cette carrière, mais de Fernand Gravey, cette « présence " de l'art dramatique, qui a outré son personnage, forcé son jEru et cabotiiné de la plus belle des manières. C'est bien regret- «Les belles-mères abusives n, fa.ntaisie r---------------radiophonique (National); 20 h. 05 • Noe •• de Fi,aro Il, de Mozart (Inter). Dimanche 19 : 19 h . 05 : Dix minutes a'fCC l'orchestre argentin José . Grana.dos (Paris-Inter); 21 h. 45 Wal-Ber, et lIOn grand jazz symphonique, avec Renëe Jebas et Jean Fuller (Parisien). Lundi 20 12 h. 58 : « Le bouquet .... la , .. ble Il, par R~pha Brogiotti et _ gita.ns (par.islen:; 16 h. 48 (Paris! Ilter) et 17 h. 37 (National) : 100. anaiyenaire Frédéric Chopin, avec Mara"" rite Long. 'Mardi 21 : 20 p. 20 : « Guitare Il, par

lean Fuller.

Mercredi 22 : 18 h . : OEuv""" de .JeanBapUate . LuU,. (Paris-Inter); 18 h. 15 Relais d" Varsovie : Frédério Chopin (par.is-Inter). ' Jeudi 23 : 16 h . 45 : « La "elltée de la S"int-Jea" Il, de N. Gogol, avec Renée Faure (Nat~onal); 19 h. 45 . Le~ •• lntr1!s et la musique : . André Lhote (paris-Inter). VIENT DE PARAITRE: «Témoignages sur Israël» par M. le Grand. Rabbin Jacob Kaplan ' Certains ont pu tre allllr et s'étonner en ouvrant le Uvre de M. le Grand Rabbin Kaple,n : « Témoignages' sUr Israël » (1). Ce livre ne serait-iJ pas marqué au sceau de l'orgueil messianique? Et, par les conclusions qu'il pourrait tirer de l'influence mosaïque sur la civilisation moderne, ne pratiquerait-il pas. à sa manière, quelque racisme t. rebours? Que l'on se rassure. M. le Grand Rabbin Ka1l1an a su, autant que lIOn sujet le lUi permettait, éviter l'épueil. S'U a négllgé (mals aussi, ce n'était pas son objet 1) certains enseignements récents de l'Histoire et de la Science sur les discriminations raciales, il a su poser avec force, et avec une argumentation sans réplique, le probléme des responsabilités dans la douloureuse rétrospective des persécutions antisémites, Et avant tout. 11 faut lui savoir gré d'avoir rappelé la phrase de Zola, qui nous semble essentiel1e quand 'on veut essayer de remonter aux sources dU racisme: - ' Ir uanttsémitisme reste une chOse en l'air, sans raCi7Wls aucunes cUms le peuple, » Tout au long des six cents pages de son volume, M. le Rabbin Kaplan, par des textes choisis dans la littérature mondiale s'attache à nous en ponvaincre. Mais c'est la cinquième partie qui domine toutes les autres : elle traite de l'antisémitisme! ReJtgieux, social, racial ou national, il est étudié sous tous ses aspects. Et M. le Rabbin Kaplan, au terme de cette étude, suggère en conclusion, à ses lecteurs, la page de Tolstoï qu'li cite en exergue · « Je ne puis considérer leS Juifs autrement que comme des frères ... Jt Reste l'appendice . il a été critiqué par certains, pour reprqdulre le « mea culpa )) des grands chefs hitlériens. Ces bons apôtres ont voulu y voir comme une réhabllltation du nazisme 1 Nous ne pouvons les suivre dans cette voie; et, pour notre part. nous nous félicitons de cette publiçatlon : car le désaveu du racisme par Ribbentrop et consorts a la résonanoo d'une baudruche crevée. C'est le nazisme qui n'a même plUS le courage d'essayer de se Justifier. J. F. D. (1) Editions Regain, Monte-Carlo. En ce temps-la où vécut Du Guesclin, où il guerroya pour son Roi et pour la France, le fanatisme religieux dominait tout acte de la vie des seigneurs comme de cel!.e des truands, Le clergé était maître absolu et Notre_Dame avait une lal'ge place dans la vie de tous les jours. FESTIVAL DE DANSES ET DE CHANTS JUIFS C'est le mercredi 29 juin, A la Grande Safte Pleyd, qu'aura lieu le Festival de Chant et. de Danse juifs. Cette soirée promet d'être I·e clou de la saison musl_ cade juive, si l'on tient compte de la diverSlité du pr()g:ramme' présenté et de la qualité des arlistes, sous l'énergique impulsion de Max Neumann. C'est la première fois Qu'une tellie soirée a lieu à Paris et sous le patronage du Comité d'Aide' à Isra(;1. Retene-z cette date ... et vos places. EXPOSITION DU MUSEE D'ART POPULAIRE JUIF EST PROLONGEE L'exposition organiSée par les « Archives et le M~ (j'Art Populaire Jul( » (12, rue des Saules, Paris (18'), Métro LamarCk), reste ouverte jusqu'au 30 juin 1949 : Le dimanche, de 10 à 12 h. et de 14 à 18 h.; les lundi, mardi, mercredi, jeudi, de 15 à 18 h. Entrée libre. table. ' Mais c'est tout de même un très bon film. MON lOUFOQUE DE MARI (américain) Une comédie qui frise le burlesque, 4ntusante et assez bien réussie dans le genre, Fran.chot Tone et Lucj.[[e Bail l'animent avec verve et d'agréable manière. Si vous roulez rire, n'hésitez pas ! FABIOLA (Franco-italien Il Y aurait beaucoup il dire sur un tel film. Il surprend d'abord. Il intéresse ensuite, En aucun cas, cependant, il ne parvient a passionner. Il a pourtant l'étoffe d'un très grand mm .. L'intrigue oot trop mince, ou bren elle est de flrop, simplement, pour un tel sujet. C'est, malgré cela, l'un des' meilleurs films de l'année, sinon le meilleut, Il retrace, dans ·un style un peu trop moderne, . les épisodes du martyre des premiers chrétiens, Ces cltrétiens, premiers résistants a l'~pression', sont persécutés 'avec un luxe de détails qui confine à l'hocreur, mais une horreur réelle, une La lecture, ce vice impuni ... Le grand vestiaire Romal .. GARY Dans le Paris d'après la Libération oll le marché noir étend partout, ses fils c;:;:t~e deU~in~~nCharles: f~~t 1~8' f:iCharlesé;{a'i;:: entre les G.I. américains, les pourvoywrs et les c dudules ». Les c dudulea », ca sont les adUltes recéleurs et distributeurs, Arrive un moment où, le marché noir fai .. ., sant placEl à. l'agressioD. les c ratons ,. voLent de leurs propres ailea et montent le c gang des tractions ». Tableau d'une dépravation qui fUt hél ... trop réelle et n'a d'ailL1lurs pas disparu. On regrettera toutefois qUQ l'auteur n'a.1t vu que ce coté d .. Choses. On lui reconnaîtra en tous cas de la verve, de la. cocasserie. en un mot beaucoup de virtuo- .ité. Trop, pwt-être. (Gallimard.) Des gens sans importance Berge GROUB8.tRD : Une hlsto!re qUi se présente comme un roman poUcier et qui, comme telle, tourna court. C·est en vérité une histoire d'amouI entre un routier et une servante d'auberge, d'amour c coupaNe » parce qU'II est marié et que les conventions sociales n'empèebunt jamais' que le bonheur doo pauvres gens. Il est dommage que par sa. minutieuse application Il. décrire l'aspe\:t le plu~ sordide d'es gens et des choses, l'aut.eur ait excussivement noirci ce drame déjà assez sombre, (Ferenczi. ) Interdiction de séjour André WURMBBR Suite il. des précédents déjà fameux' L'Enfant """"aine, L'ado16'c.nc. .at ~ plta grand ete. maux, Notr6 j ....... S6, Julien Dubroc a grandi. Il a vingt ans et Il écrit des vers ~ur ~e consoler d'être voyageur en petits POIS. Il est timide pétulant, amoureux, inconstant. NouS 1:',evivonB . avec lui les pnmléres années de 1 autre après guerre, plus vivantes dans. 'Ce livre qu'on ne le~ trouve nUlle part ailleurs. L'Ironie d'André Wurrnser ~~Isge es~njai':I~~ta~!d~;vCharles.fle chaqU'; ( La Bibliothèque França.1se.) DROIT ET LIBERTt en Belgique ••• J!,e6~ .N.-O/Z~~ 6m, d p,wdi6_, maÏ6 ...... l'anti6émUi6me o.U t~ DROIT DE SEJOUR ET INTERDICTION DE TRAVAIL Une gronde enquête de notre (orrepondont portimlier en Belgique: (HARliS ROY L ES opinions les plus diverses, des conserva leurs à l'exl.rêmegauche, s'accordent il. reconnaître que la situation économique de la JJelgique a .considérab.lement em~ l ré depuis la mISe en appltcatlOn de 1 Al' de Marshall. Le coût de la vie ne cesse d'au~menter et chaque Semaine des Il]llliers de ChômelJirs vienl) enL grossir les e[[ectifs -des deux . cent mille sans-Lrêlvail. CON~RADICTIONS Comme toujours, en pél'iode de "-épressi01l économique, on déniche un bouc émissaire qu'on charge de ~us les péchés d'Israël (s&ns jeu de .molsl ct, con.4lIle toujours, c'est l'étranger, et po.rLicl.l1lièremen~ le ~if, qu'on désii!ne d'un doigt venteur il l'ire publique, Un mot d'explication : il est évioont que les !sraélites bel·ges ne fOut viclimes d'aucune vexation. On ,'attaque aux Juifs étrangers Qui eonstituent une proie d'aufant p.l~s facile que beaucoup de leu:rs corehgionnaires belgts se gardent bien de leur manifesl('r le moindre appui. {ej,g'noant d'ignorer qu'une trisLe expéri~(\ ce a démonlré QU{: dès Qu'oJl tra.ppe les étrangers, le Lour Q.es naJ; ionaux e$t proche .. , C'est ici que la xénophobie rejoint l'antisémilisme ~ont ellb est inSéparable. Certaines cenkale.s syndir.ales 1'6- clament l'éviction des élranger. de lia vie ét.:onomlque belge. Paradoxe app&renl, pçndallt ce temps les autoriLés se livrent à l'impûrlalion d'une I1lbO'ndante m.ain·d'oeu.w-e il bon marché composée principalenlCnl de pauvres 1J0ugres d'llaljellS et d'lX!l1ivoques ,\ personnes dôplacées .. qU'on deslme surtout aux charhoflllllges. Bien que le chômage s'étetlde plus qne jamais, l'apport d'ouITiers élrangt'l's est lei que sur 168,(XlQ ouvriers ll'l\VailJant dans les minl',s, 6i.lMJ SOlit des étrangers Qui, comJlle on le dev,ne ais~ment, constiLlI('/ l1 une r~erve de main·d'oeuvre li hOI. mnrcllé destinée il brider les rel'ennl"ution3 des travailleur'S belges. AU ROYAUME DE L'ABSURDE Les Ju ifs étra.ngel's "e heurtenl il de muUiples diWcultés pouÇ. obtenir l'aulorisu~ion de se lil'fel' il un. travail qui leur procure la subsistance Ù eux eV il leur famille. La légisiation en , vigueur subordonne les aclivilés des étf'an.gers à l'obtention de la carte professionnelle ou du oetmis de travail selOn qu'ils exercent une activité indépendanLe (Commerce, c",lITières Ubémles) Ou non (ouvriers. employés). Théoriquement l'oblenlion des autor

sntlons es t chose aisée pour peu

que lés iotéressrs se conlorn oeJH il certaines conditions. Dans la pratique, Il en Vil tout autrement : &U cours de ces d"ux dern:èr'es a nnCoes , des refus syslématifjoos on~ 6lé décréLés au mépris de la loi et des intérêts nationaux. Ces fins de non- recevoir sont vérilablemcllL soondaleuséS comme On peut le consllller par les cas Que nous voulons meltre sous les yeux de nos lecteurs. H. C, : d'origine allemande (nonennemi) habilarH la B('lgiQue avant la g uerre. Réfugié en France durant les hoslilités, il entre dans la Résislance Française, en qualité de Belge e~ participe il d~ nombreuses a{:lions armées. A son retour au pays, il passe u'evant une Commission du Ministère de la Défense Nationale et est officiellement reconnu comme u Résis tant armé. car il résulLe, après enquète de la dite CommiS' sion, que le coura!!eux comportement de l'intéressé dans les rangs des forces frar)(:~'lises a mis en honneur la Belgique. L'inléressé est mé 'anicicn-dcnliste, il ne peuL loutefois s'établir car la carLe- professionnelle ne lui Il pas été accordée. La l'aison (ou plutôt le prélexte) est qu'il y Il trop de mécaniciens-dentistes alors que la Fédération des sl?écilÙisles de la méca nique dentaire attesle le contraire. " K. : d'origine polonaise ha· biLe la BelgJ{lue bien avant la ~crre. Réfugié en Grande-BreLagne, il s'enga~ immédialement dans les Forces BrJ'lunniQUes e't passe enstl.iLe dans la Brigad.e PiTon (uoyau de l'armée b()lge) lors de sa oonsmu· tion. H y sert durant IouLe la guerre, est porteur de loutes les docoraLiolls anglaises et belgoe de la ' campagne 1940-1M5, L'auLorisation d'lOslaller un magasin de oonfoclions lui a éLé rcfooée: S. W, ' : n.~ide en Belgique depuis l'âge de ."Cux ans. Marié il une Belge (ayant conservé sa naUonalité), Il a créé une entreprise de Lextiles Qui devjent l.rè.s proepère, Il a acquis un ma.t.ériel impoct.a.nt et une inslallation moderne_ Malgré la ~lion rema.rquablement saine de ses aHaires, II n'a pu obteoir la çarLe pi'O!IeSsiOl1l1eUe, Des rùisons qui ne sont que mai~ res pré tex les sont in voq uées pour !.6nler de légitimer le ll'efus appliqué il la pluparl des démandes de cartes proCessionnelles. Souvellt, le prem: er lésé esl davant.age l'Elat belge Que l'intéressé lui -même, L'étranger qui cr6e une enlreprise tomn crciale Ou ind uslrielle p'rovoq ue un a[Clux de capit.aux et combat nécessairement le chômage, en utilisant une 1II{,in-d'oeuvl'e belge. LA REALITE EST DIFFERENTE L 'HYPOTIIESE d'une paralysie de l'économie belge par suite de l'activilé des étrangers esl trop stupide pour èlre réfulée, Néanmoins, le PrOCureur général Bekaert a fait un SOl't définitif il celle croyance dans son enquêlc sur « le sLatuL des étrangers en Belgique • dans laquelle il est obligé d'admeltre l'infuence favor&. ble des élrangers juifs : Il n ~le qu'une partie importante des réfugiés (N, D. L. R, : il s'agit des Juifs qui fuyaient les na: ris) ait pu s'assimiler en Belgique d'une part dans l'artisanat, de l'àutre dans l'activité économique et industrielle du pays. Cent cinquante firmes nouvelles seraient dues il l'activité de réfugiés et plusieurs firmes belges auraient acceptè des apports importants, tant intellectuels que matériels, qui leur .3Iuraient ~rmis de surnwnter les difficultés de la crise. De nombreusoo firmes devraient, a l'intervention doo réfugiés, une recrudescence de leur exploitaiQn, Simpson affirme que les réfugi,és ont intr~it en Belgique de nouveaux procédés pour l~ fonte de l'alumilnium, . les impresSIonS sur étoffes, la méthode d'Offenbach pour le 4rava.i.l du cuir les ~éthodes Chemnitz POUl(' la fabrication des bas, et aillsi de suite... Il COMME on le wnslate la vérité r~lablic par une des plus hauteS aullrILés du pays, pr~eltte un son de cloche ~'-!t différent. Chaque jour, les . commlSSlO1lS qu.i s\.aluellt sur la délivrance des carIes professionnelles v.iolenl sciemmenl lu légalilé en refusant les dem&ndes qui leur parvlennen~. n ne faul pas oublier Que la Bel~lque a ro.lilié deux COli ven!. ions Inte rnationales, cn 1933 e~ en févl'ier 1938, pur lesquelles elle s'engageait à lever de plein droit la législation resl.ricUve du ·travail à l'~gar:! des r6fugiés d' AIl('n 'agne et d Aulr:che. Ces conventions ont été étendues ~ tous I~ étrangers Qui sont Illscrlts depUIS 3 ans au l'erris- Ire des étrangers. '" Le lIiste \.ravail des Commissions des A[[aires Econom:Gues est vi s ible m~nt empreint d'.une xénophobie QUI, tout en négligeant complNement la. slluaL:on des intéressés va m(:me souvent à l'enconu'e des intérêts belges. De la XénophObie il l'unlisé'mit[sme, il n'y Il qu'un pas .. , qùe oerlams franc.h.isse.nL allégrement, sans souci des lois ... La suile de nol.re enQuçle révélera les causes d'une Lelle aLtiLude, (a sUÎV1'e) Dans notre pl'ochain numéro : « Inlcrdiction de kavaH, miM'I"e expulsion " ' UN CRI D'ALARME La plus grosSe partie de la populati-on jUive de Bruxelles et des grands oentr.es du pays a reçu un pressant appel de « solidarité jUi.ve Il en faveur des cor.nies d'enfants, Peu de gens .ont répondu ~ontanément, Et pourtant ... L autre soir, à la colonHt de Middelkerke, nous étions occupés a ~ rédaction doo fiohes, Une amMl nous aideoit en dictant les noms de nos jeunes colons. Outre les noms des enfants nous devions mentionner 1'8S noms et professions des parents. Notre amie, après la lee- , ture d'une dizaine de noms fut sî émue que les larmes lui ~ontèrent aux yeux et que son troubl- e l'empêcha de continuar. ~( Non, non, c'.est trop pénible, Je ne peux continuer, dit-elle, Il y a trop de morts, trop de tri,stesse dans ces fiches Il .. , Bien sùr 1 la mort, la misère, clament les fi oh es : prOfession du père : déporté, profession da I~ mère : déportiie. - Profess~ on du père : fusillé, pr.ofession d,u père: déçapité à NellengallNlle, Et les sinistres mots se répètent sans 00599: déport. dispar.u, fusillé .. , • IL N'EST. PAS POSSIBLE que vous, survivants de la terrible tourmente, V.oUS qui jouissez de V.oS en"~nls, v~us qui klur procurez JOIe et alsanooe IL N'EST PAS POSS'IBLE que vous ayez cessé de penser à ces enfants qui Gnt perdu leur soutien

un homme comme vous

qui se serait ingénié à combler la vie de ses enfg,nts et à leur donner le même bonheur que oelui que vous donn.ez à V.oS petits, .. Vous ne demeurerez pas Insensible, vous entendrez l'appel de ceux quj comptent tur vous pour procurer un peu de jOid! à ces orphelins, I!- N'E,ST .PAS POSSIBLE que, aUJourd hUI, à l'instant même, vous n'apportiez pas .votre 11110- te part VERSEZ SANS RETARD au O,C,P. 7435-28 de Solidarité duive-, 61, rU8 de la Victoire, Bruxelles, ,.. Il ' 1 4. :; .... .! ; , i tt '," • 15 Juin 1949. - NO 30 (98) DROIT ET LIBERTE A travers l'exposition d'Ervin Marton par MONT ARIER JXl,r son ta~nt à faire surgir les poss ihilités d'uile anecdote, !/une (\\'en:ure, cl'un dl'nllle,. Ù dOllner envie (lè su\"o:[' ce qui se pll~se de l'autre cùlé ('u mur 011 de la I,orte. Bien plus, il ne l)Ctot cacher sa s.I'mpath ie pour ceu.x qui 80uf[l'enl, rouI' ceux lont J'espoir tenace prend lu forme du r êve . .Je p€1l,e ail clocharë' cot. ché sous une aff:che anllonçant r.n bal pop"ulaire, il. l'enfont qui écnr(Juille les yeux clans un coin de COlll' sOI'dide, aux anlOllreux perdu~ dans un coucher de folei!. Il y a nussi ce minuscüle oiseau llIort sur d'énùr'rnes pavés. s.'il vous parle de son iravall, EI'vin ~IQrlon ne (Lit que son souci de la composition. cO!lIlllerlt Il dé" ire équilibrer les iaches (o'omores e~ de lumil're, hormon: el' les lignes. Il cîle la regle d'or, les tracés n'l1\Jln leurs et Ie.s pages du sculpteur . Beolhy Sl.J' les données malhémaliques d~ J'€6lh('lique des fOl'me., Il n'en Ire clans flucune nul..te expliNd, ion. IV[odeslie; 1; udeur ou timidi 1 è. chez cC ga rçon a \J visage jnquiet, ù\Jx gestes lot.rmenlés, èont la ~cn~ih : lilé semble êlre loujours il. vif? Pcui-r'ire seuJ nspe{'t de "Oll oeuvre qu' il peut exr liquer clairernent. La ri r he~e fondll'l11€nlale c"e sQn inlllit :on est d'ailleurs llif[irilement cl.isl·ernaLJle de la I.r('s solide po, ses~i Q n qllïl a {'('. l'on llIéliE'r'. Et mf'me sps Illélie~, pu isqu'il est enC01' 8 sculpl eur, !)('intre, voire {,('ri Itl in. T.ï! \qIIINule ;nlrllerlucllc dont l(ollloignent ces dil'!'/'scs activilés le l1 e~oin à'illlpréYl1 et (e l:enouvellement se rr \ )\Jvenl ('~IlS de mu lli- A Pa.:is : Le Pa!iii$ de Justice. (photo E. Ma·rton.) . pIes rerherches t.echniques. Ainsi les CI,('ipux " phologl'll!lllll~ ", ob- 1(lllls rt'tt~ foilô ons lentille, pnr exposition directe d'ohjrls sur le papirr à déveloPP8l'. Une suite d'opérnlion. suhlil es et vojci oblenue. s des silhoucl1 .. s hl anches et gl'ises, slIsce,·,l.ihlcs de transfMmel' notre opinion slIr l'asr:ect des cho~~ ICo pllls fOIllJii.'res : lin verre à piE'd, lin IrOll;f;POV de clefs, uil pnnt.in, · une denlelle C'El feuillage ou de fil, Ulle oJl1ilin. L 'OUTIL du bon Ot.\Ticr deVien t un I;!'olongelllent (e son corps. Le mn!'leau, la lenai:lc, la hache COll 1 inut' nl le IJrus et la JJ1nin. Entre l'hot11114e et les jn ~lr' um ents de SI)I1 m0ticr s'éln!)!is'&~ nt des rapp )rls Ire' i nlill1c~, qui ne vont pas Slln" illfluences r('ci]; rD(]UCs. selon les capacil~s de l'un et les qunlilés cles allll'f'S, Par J'effort quolidien, l 'adaptation se fnit èe pll.S en plus étroite e.t l'Qu1i\:age fi.'jnlègre ]:l'esq.ue il. l'orgll.nisme, é'OIlJo!lle les pinces du crabe, la sCIe dll po.isson, l'anlenne du papillon, C'est à qUOi l 'on pent Fonger en rega./lCIanl. l'es photographies du Hongrois Grvin Mm·ton, exposées , La boîte a" cancans • Les films qui ont été sélect;onnés pour représenter la production cinématographique f·rançaise au Festival de Be.giqlle, Qui aura lieu du 18 juin au 10 juillet sont : « Les amants de Vérone », « Les casse-pieds », « L'école buissonniére », « Les parents ter! ribles », « U point du .iour », « Le sllence de la mer », et 'deux productions en cours de réalisation : «Gigi» et « Tabusse )l. il la librairie « Pulmc:; ", au p ied c'e Sninl-Su;pire. Ces quais de la ~ejlle, tOllt llul,lllt qt.e le Il'Imineux \ iSiige de Pnl'is, disent le plnis!r d'Ervill Marion il en llle~lIl'pr le.s proportions, il s'(lmuser des conll'Bsles (of, l'enu, de la pierre € l des arbre'. Dnns ces vues de la montagne. ou diJ. Jn mer, nO'I' apprenons son !~()ùt {le la ~olituc('., sn It'gère ivresse il r longer dnns le Yerliga Ms .gr'unds espace" où les venls \)renllenl leur élan. Qllnlld il P )dlogr;lpllie des figures, ce sont c'~' s personnagps i~o l êii , d'es couples, cles groupes restreints. Il es t 'dor.; ton I:€I[ litléralell!' mais dans Je bon ~ns du mot - Toul l'aI'l '(es imagos n'esiril pas d"ahord Mler'miné pnr la Inç,oll de regal'der I-'s objel~? lEI. cela jusqll'all C!\~ des plus uudacieuses déforma Lion ... ) Enin MUI' t.on sait, comme un enfnnt, COll1me un poète, qu~ nul spectacle n'est banol , sillon pour Cjui a laiss':' son oeil 's'oh.:,c urCI~ par la ca Ln rn rl.e des habitudes eL du' conformisme, Balzac Pouchkine-• • LES ANNIVERSAIRES SE SUIVENT ET NE SE RESSEMBLENT PAS ... ~- par R. JI A YET-R UBIN - .-. 20 mai 1799: naissance de Balzac .. 6 juin 1799 : naissance de Pouchkin e. Le premier meurt à cinquante et un ans, le second à . trente-huit ans, L'un et l'autre tombent da.ns la pleine floraison de leur génie, n'ayant peut-être pas produit la mOitié de l'oeuv!,e qu'ilsp01·taient en eux - peut-on savOir ? - et pourtalnt ce qu'ils ont laissé est d'une telle envergure que nul, s'il n'est de mauvaise fOi, ne peut refuser à Balzac le titre du plus grand rOmancier frança.is, comme à Pouchkine celui du plus grand poète russe, -A.~I LE, TJHI:EATRE Par Roger f'-1ARIA LE LEVER DU SOLEIL de 'François Porché et Mme Simone "Cette pièce historique, que reprend la Comédie-Fmnçaise-Luxembourg, est consacrée à fa jeunesse royale de Louis XIV (déjà le Roi So'eil perçait sous Louis XIV). Du travail soiqné, mais bien conventionnel. Des $Cenes d'une belle intensité dramatique obtenue par une technique éprouvee. y onnel (Mazarin) dans un rôle à sa mesure et Béatrice Brett y savoureuse dans le rôle d'Anne d'Autriche, reine et joyeuse comm~re. I;A PLACE DE L'ETOILE de Robert Desnos « antipoème » et LES MAMELLES DE TIRESIAS de Guillaume ApoJ.linaire (aux Noctambules) Deux oeuvres du surréalisme de la belle époque, déconcertantes·peut.être il y a. vingt ans encore, mais d'un art aussi ridé que du Paul Hervieu pour le spectateur d'aujourd'hui. BRANQUIGNOL de Robert Dhéry, Gérard Calvi et Francis Blanche (au 'Théâtre La Bruyère) Vn festival de l'humour énorme, poussé à l'excès, qui a tant plu dans « He.'zapoppin ». Une parodie endiablée (pleine de Irouvailles) des numéros habituels de music-hall, de variélés et de cirque. Deux heures de détenle hygiénique. LA NUIT DES ROIS de Shakespeare (Théâtre Verlaine) Un s.pectaoJe, assuréme'nt, comme vous n'en avez jamais vu, Il ne .s'agit pas de marionnettes, mais de poupées de 1 m. 30 qui évoluent dans de très beaux décors, sous des costumes somptueux, Le texte de Shakespeare est un peu reléflué au second plan, car j'attention est constamment distraite au profit des jeux de scènes et de l'étonnante réussite technique de l'équipe dirigée par Marcel Becker. CHERE FLORENCE d'Alex Joffé et Jean Giltène (au VieuxColombier) Une comédie gaie, sans importance, mais aussi sans ennui. Divertissement de fabrication courante, Madeleine Rousset en pleine fo~me. UN CRIME DANS UNE MAISON DE FOUS LE BOURREAU D'ENFANTS FAITS DIVERS (Grand Guignol) Trois drames dans le meiUellr style de la maison. Ça saigne de tous les côtés. Ici on fait sauter un oeil avec une aiguille à tricoter, là lI}l tisonnier rougi au feu grésille sur une nuque. Un acte hilarant et leste de MouézyEon vient à point chasser les nuages noirs, selon la recette habituelle- du Grand·Guignol, LES TAUREAUX Opéra-bouffe d'Alexandre Arnoux Musique de Jean Wiener (au théâtre de la Huchette) De l'humour en finesse dont la trame est bordée d'une musique vive et légêre de Jean Wiener. ,Un pastiche de l'espagnolerïe, plein de cocasserz"e. Des trésors de petits -riens souriants. Le public difficile et celui qui ne l'est pas applaudissent d'un même coeur. Allez-y donc : la compagnie Georges Vitalg mérite qu'on l'encourage. LES INDIFFERENTS d'Odilon-Jean Périer Cette pe~ite comédie, qui commence le spectacle, se déroule dans un délicieux décor de Peynet. C'est On aimable jeu de sentiments, un quadrhlle, «trois et une », Un comédien bien sympathique François Chaumet. te, tire le meilleur parti, avec une extrême simplicité, d'un rôle qui ne l'est pas (simple). INSPECTEUR GREY d'Alfred Gragnon et Max Viterbo , (reprise au Théâtre de l'Humour) Si vous' aimez, au soir d'une jour~ né!? bien remp!ie, vous détendre à la lecture d'un bon roman policier, vous apprécierez cette pièce qui obéit aux meilleures règles du genre et dont les· péripéties et situations .ont le mérz'te d'une relative vraisemblance. Ce n'est pas moi qui vous dirai qui a tué. C'4ist Raymond Maur'el qui joue avec beaucoup de charme le rôle de l'inspecteur. LA LUNE DANS LE FLEUVE JAUNE de Denis Johnston (à la Gaîté-Montparnasse) Cette pièce irlandaise, adaptée par Cecil Robson et R,-J. Chauffard, est excel,lente dans la mesure où elle nous montre des types caractéristiques de la société irlandaise, bonne dans Irt. répliques, situations et silhouettes humoristiques, faible du point de vue philosophique, superficielle enfin [orsqu'elle aborde les problèmes de la résistance. Les pirouettes ironiques et les maximes « profondes » (par leur vide) auxquel,!es s'abandonnent avec prétention tant d'auteurs face aux r~a~ lités de leur temps et de leur pays n'ont jamais tenu lieu de pensée jus- ' te et ne font que traduire le désarroi de certains intellectuels dans un mon_ de qu'i,ls croient ' pouvoir survoler alors qu'ils sont, comme vous et moi, en plein delans, mais sans conscience. Cela dit, cette comédie est valable et le secteur féminin de l'interprétation est de bonne quaHté. Si vous all~% au théâtre (sélection notée de 0 à 10) Ne 17l,anque.z pas : Ardêle ou la Marguerite : 9, Les temps difficiles ~ 8. Los !;aités de l' e~cadron : 8 . Les oeufs de l'autruche: 8. Les taureaux: 8. Un inspecteur ·vous. demande: 8. Comédie Française-Richelieu: Tout (de 7 à 10). Allez voir: La soif: 7. L'inconnue d'Arras: 7. La rvine morte: 7. Le lever du sOleil: 7. Le paIn pur: 7. Ondine: 7. Les maltres nageurs: 7. Une femme libre : 7. Brnnquignol : 7. L'inspecteur Grey: 7. A éviter: Les mains sales. Les bonnes cartes. Du cOté de cbez Proust. Le carnaval de Juillet. • Charles Boyer vient ae rentrer en France où il compte passer ses vacances. Ses projets immédiats sont : rester à patis quelques semaines, rencontrer les Blanchar, 1;oi,. « Ondine », dire banjCYUr à Maurice Chevalier et se rendre, cet été, sur la Côte d'Azur. E double anniversaire a L été diveTsement cé.ébré, Le gouvernement français a bien voulu patronner l'hommage rendu-à Bazac. Il a organ~ des cérémonies commémoratives dans plUSieurs villes auxquelles le s01LVenir du rO'mancier reste a,ttaché. Il y a eu principalement quatre « Journées Balzac» à Tours, une sorte de Congrès où se sont retrouvès, a-t-on SOUligné, les Balzaciens les plUS éminents de tous les pays. Bref, il ne sera. pas dit que les pouvoirs publics n'auront pas rendu un juste hommage au crèateur de La Comédie humaine. kolkhozes, qu'à Moscou se sont L... ___________________________ _ • Willy Rozier tourne à N'ce « l'Epave ». d'après le roman de Caubet. Les princijJ'aux interpréLts sont : André Le Gail et A mé Clariond. • Eliane Rlcheptn, v:ellt de rentrer de Poe:estine, après avoir dOnné 17 ccmcerts avec le I sraë. Philharmonie Orchestra placé sous la direction de paUL paray. • Les épreuves du concours Marguerite Long-Jacqu€s Thibaud, auront lieu, pour le violon et le piano du 20 au 25 jUin, à la salie Wagram Ces èpreuves SE'ront publiques. . • Rappelons que les 15 et 21 jUin, à 21 hewres, Jascha Heifetz dOnnera deux récitals dans ~a saUe du Palais die Chail.ot, • Toujours à Cha.!llot : le mardi 21 juin en soirée, récital d'adieu de la cantatrice noire Marian Anderson. • Loleh Bellon et Yves Robert viennent de remporter le « PriX du jeune comédien »' pour 1949. • Sous la présidence de l'actriCe SImone Signoret, le prix du l'Oman polic: er a été décerné à Odette Sorensen pour son ouvrage : « La parole est au mort ». ' • C'est Henri Bosco qUi, avec « Maiicroix », est lauréat du Prix des Ambassadeurs • La QUinzaine de la Grande Saison de Paris, dont le symbôle est ;a Rose, a pour thème cette année la Paix. • Du 1er au 12 juin, a eu lieu à ROme une exposition très remarqUée d'oeuvres de peintre et graveur de tillent qu'est Ftlici! Pacanowska. L'artiste avait exposé un chOix de Vifs croquis saisis, dans les rues de Rome au marché ou. dans les manifestations pu.bltiq1~es. ~ • C'est Germaine Sablon Qui, Clans la version française du fllm en Technicolor de Wa:t DIsney « CoquIn de Printemps », interprète les chansons qUe chante Dinah Shore dans 16 version originale, Le Coucou Oui. à condition de donner à juste titre le sens de Chichi. Pour parler net, les quelques discours lJronontés à la Sorbonne ou du côté de Saumur, les maigres pèlerinages effectués dans le Val de Loire, les pauvres « évocations » entreprises par la Radio ne représentent au total qu'une célébration dérisoire, Le plus puissant, le plus vivant de nos roma,nciers a été glOrifié par une poignée d'érudits et totalement scrtlstrait à l'hommage pOpUlaire qui lui revenait. En fin de compte. cet anniversaire a pu passer inaperçu de l'immense majorité des Français. Cependant qU'en Union soviéti':' que le souvenir de POUchkine a été' rappelé cU1.ns les moindres villeS! et dans les plus lointains dérouiées des fêtes éc·ata.ntes, cO'uronnées par un gala au grand théâtre, devant une foule immense O'Ù se mêlaient de nO'mbreux visiteurs étrangers, parmi lesquels Paul Robeson, Pablo Neruda, Anderson. Nexo. L A compr1J'aison s'impose, cm n'y peut r ien, si ce n'est de regretter qu'elle soit écrasante pou.r notre gouvernement. On peut naturellement VOUloir l'expliqu e.r. Il existe entre Balzac et POuchkine, malgré le ooractère profonaément français ou russe de leurs oeuvres, non _seulement une éga:ité, mais une identité profonde de génie, oui vient de leu~ commune attitude à l'égard de la sOciété · de leur temps, et C'est une attitude révolutionnai1' e, On est a,mené ci. penser que cette attitude, les gouvernements qui ont célébré respectivement Balzac et Pouchkine n'avaient pas le même désir de la mettre en lumière. Chez PO'uchkine, qui fut soumis à l'exil et à la censure, soutint de son amitié et de son talent les Décembristes, et mO'Urut de la main d'un aventttrier soudoyé par la police, l'accent de la ,-évolte et l'aspiration à un ordre nouveau gonflent chaque vers de son chant, ce chant' qûi, selon l'expression de Herzen « continuait à sonner haut et fort dans les vdnées d'esclavage et de souffrance ). Il « continuait le passé, donnait àu couTage au présent et envoyait srI. voix dans un lointain avenir », Herzen voyait juste, La Russie d'aujourd'hui entend si bien la voix àe PO'uchkine qu'eUe lui consacre un jubilé triomphal et qu'elle reconnaît en lui, qUi avait du sang noir dans les veines et qui fut, d!1,ns sa jeunesse, au carrefour de tant d'inf.uences l ittéraires, de Plutarque à Molière et à Voltaire, le plus universel et le pins russe de ses poètes . . PO'ur Balzac, on sait depuis Engels qu'en dépit de ses préfér ences et de ses convictions, il a fait, par soumission à la réalité, le tabLeau le pZUs fidèle de la société de son temps, C'est-à-dire « L'audace avec laquelle le communisme (cette logique vivante et agissante de la dé mocratte) attaque la société dans l'ordre moral, annonce que dès' a,!/;jourd'hui le Samson popu air e. deve1tu prudent, sape les c0- lonnes sociales dans la cave au lieu de les seCOUer dans la f,2Ue du festin ». ' C ETTE issue ne répondait pas. au dé5ir de Balzac, pas plUS (pour des raisons d' ailleurs tout autres) qu'elle ne doit répondre à ceux de notre gouvernement actuel. Mais Balzac mettait a.u- . tant de zèle à l'annoncer que notre gO'uvernement apporte aujourd'hui de soins à la cacher, jusqu'à étouffer le souvenir du plus grand de nos romanciers. qu'il a, poTté contre la classe dO- r-------------minante, une condamnation sans appel. Son objet était « la vie humaine, vue SOUs le Sévère aspect que lut dO'nne le jeu des intérêts matériels », Ce faisant, il a été très exactement, et avant la lettre, le roma.ncier de la lutte des classes. Il a montr~ que les conflits SOciaux, loin d'étre provoqUés par les fatalités de l'Histoire, de la Race ou toute autre Cause semblablement occulte, étaient dus aux intérèts divergents des différentes classes sOCiales. Comment finissaient ces conflits, une page célèbre des Paysans Le laisse pressentir : Si vous aime: le 'Cinéma Le Point du jour, Le bal Cupidon. L' école buissonnière. Les amants de 'Vérone, La cité sans voiles. Hamlet. Cinq tulipes rouges. Jour de fëte. Quelque part en Europe. A éviter: Pampa barbare. Simbad-Ie-Marin . La piste de Santa-Fé. Si vous visitez les expositions Degas, 99, boulevard Raspail. Renoir, galerie Kléber, avenue Kléber. Courbet, falerie Daber, 103, boUlJ.evard Haussm;:nn. De Barye à Rodin, galerie Tedesc .. 21, avenue Friedland. • ,.

_10

LE DE 1'AIR PUR POUR 2.500 ENFANTS ••• C 0 Ils auront les joues roses , • tits anemlques, les asthmatiques, bénéficieront grandement d'un séjour à la montagne. l N DE LA c. c. Les enfants des villes ont besoin d'air pur, de soleij, d'espace. Ce besoin est, de plus, pressant pour un grand nombre d'enfants juifs qui ;lnt tant souffert de la barbarie nazie. Leur santé ébranlée pendant les années de privation exige de nous une surveil~ lance particulière. A la déficience physique et morale s'ajoutent l'encombrement et l'insalubrité d'habitation de. , l'après-guerre. E. Les vacances leur donneront, une solide santé pour l'hiver. Souscrivez pour ce beau résvftôlt r Beaucoup de ces end'ants sont élevés dans des chambres sans air ni soleil. La fréquence du rachitisme résulte trop sou'vent, cllez eux, d'un manque de lumiè·re. Ils sont prédisposés à toutes sortes d"infections et, en particulier, à la tuberculose. Les statistiques à cet égard sont _-------------_--------------.J. très explicites. ,H. BENVENISTE. Cheva'lier -de la Légion d'Honneut Nous apprenonSl avee plaisir la nomination au gra'de de chevalier de 1. Lée;ion d'honneur de notre a;"1 il. Benveniste. Toutes nos félicitations . La famille de D. ANMUTH Lieutenant F.F. 1. tombé glorieusement en 1944 , remercie tous les amis et camarades qui ont oar-iicipé au transfert de son corps au ciI:Iletière de Montreuil le 28 mai 1949, et tout particu- ' lièrement Sophie Schwartz pollr ron allocution chaleureuse prononcée sur la tombe. Sur 2 enfants du S" arrondissement morts de tuberculose, il en meurt 3 dans le lj' ou le 4" arrondissement, où la densité de la population juive est la plus forte. Par ailleurs, l'affluence d'un gran,d ncmbre d'immigrés avec leurs familles, a encore aggravé la situation. Entassés dan-s les chambres d'hôtels, au fond de I.'impasse, ils vivent avec lellr~ valises toujours prêtes, en médiL'abondance des matières nous oblige à remettre au prochain numéro lç résultat des souscriptions. Le total à ce jour est de 3.513.144 francs. tant avec regrets su'r le passé et dans l'attente d'un nouveau voyage. Trop heureux encore si pour lui ou quelqu'urt des siens, la maladie ne vient pas transformer ses regrets en remords. Nous sommes encore loin des 8.000.000 .•. ,Et que deviennent ces enfants qui, après les camps d'Allemagne, continuent à vivre dans la pénombre des courettes humides ? Conr. aîtront-ils un jour le bénéfice des vacances et la liberté de mouvement à l'air pur, au soleil ? Souscrivez en hâte pour nos enranfs! ......................... Merci. ~ ....•........•.•...• BOULANGERIE-PATISSERIE ISRAELITE Spécialités étrangères Pains de seigle \8. rue N.·D . .de·Nazareth, PARIS (3e) TéL : TURbigo 94-52 Même maison: 1. rue Ferdinand.Duval Métro : Saint-Paul 44 MONTRE SUISSE L 440U GARÇON~ET Mercredi 29 juin 1949, à 21 heures ' SALLE PLEYEL, 252, FAUBOURG SAINT-HONORE au profit de l'AIDE à ISRAEL FESTIVAL de CHANT et de DANSE JUIFS avec la Chorale ORATORIO DE PARIS (200 ext'Cutants) sous la dire·ction de' MAX NEUMANN et avec le concours de NICO FELDMANN, ARON GOLD, RICHARD INGER, BEJ:tNARD TAUBE. et les ve-dettes de la danse JUDITAH BERG, RUTH BERGNER, FELIX FIBICH à l'Orgue MI~e M.-L. GIROD, d~ la Radiodloflu-slon française Location: DURAND, ,PLEYEL, FEDERATION SIONISTE. Notre Parole, ORGANISATION SI(\fN-ISTE DE FRANCE, U.P.J. BiLlets de 150 à 1.000 francs ...............••..... POUR LES VACANCES la colonie d'enfants ,rlzard BIanc, Argeles Ga:a:ost (~tes Pyr.) organise des séjours av-ec convois accompagnés. Bonne nourriture" montagn.e, plsc,"e. itenseignements et inscri,ptions Sur rendezvous au si~ge, 17, rue Morère, Paris- 1 46 , du 20 au 28 juin. Nombre de places trè~ limité. AU POSEUR DE LINOS F 44 GARÇONNET. fILLETTE ANCRE 15 RUBIS A 44 FILLETTE.DAME. VERRE OPTIOUE 1450 1950 3285 3485 4885 grand stock de Linoléum, Rémoléum, Balatum Toiles cirées, Papiers peints, etc. Ets MAURICE WAIS D 44 HOMME'. TROTTEUSE CENTRALE Droit et Liberté ' .If. •• "1J ." •• ".u.~.,,' wu ',1..,.,,"';' 1 Rédaction et admimstration 14, Rue de Paradis, 14 Paris X· TéléphOne :PROvenile 90-47 90·48 C.C.p. Par1.9 6070-98 Tarif d'abonnement : 3 mois ........ 150 frs 6 mois 1 an ......... . 300 frs 600 frs Etranger : Tarif double. Pour tout changement d'adresse, prière de joindre la dernière bande et la somme de 20 francs. Le gérant: Ch. OVEZAREK , ImP. C..,traJe du Crol888J1t, 111, rue du Crolaaa.nt. Part&. AMÉRIQUE DU, SUD AMÉRIQ..U E DU NORD ISRAEL «OCÉANIA» VOYAGES -TOURISME 4, RUE DE CASTELLANE Téléph.: ANjou 16-33 LA LteLl KlVUl U[ R[POKIAGlS PHOTOGRAPHIQUlS li O'ACTUAullS ' UniQull. '111 ",on 'fQnra AO~J'It(;tI4ENTS .. PtJBlKllt • lM PRES S. 6, lId P""......., •• P .. ".~, I., HQ.II,,, 98. boulevard Ménilmontant. PARIS_XX' M.: Père-Lachaise. Tél. ODE 12-55 S~cur.""le : 40. rue de Rivoli. PARIS.IV" POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE Édouard SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS-9" Tél.: TRI 88-56. Nuit: TRI 88-61 Les meilleurs TISSUS Toutes FOURNITURES pour TAILLEURS chez ZAJDEL 89, rue d'Aboukir - Paris-2" M. : St-Den.s Réaumur. Sentier Tél. : eUT 18·87 Ainsi, en organi-sant les colonies Grâ.ce à l'OEuvre grandiose de à Tarnos (mer), à Féciaz (1.350 la C.C,E., avec la collaboration mètres) et une cure thermale à médicale et le Dispensaire, 2.500 Allevard-les-Bains pour les enenfants juifs quitteront les gran- fants atteints de ml.ladies du nez, des villes. Le choiX: des enfants de la gorge ou des oreilles, la destinés à être admis en colonies C.C.E. peut satisfaire les presde vacances est effectué avec criptions résultant de l'~xamen beaucoup de discernement. Il faut médical. Elle apporte !Jn remède d'abord tenir compte de la situa- à la situation anormale de l'ention sociale de la famille. Les en- fance malheureuse des villes. Elle fants des familles p'auvres ou fa- accomplit une aoetion de la plui ~i~les no~breus~s ayant la pri~ grande utilité sociale. Elle la mènt;: EnsUlt~, c est ~~ méd~ctU nera 11 bien grâce à l'appui du qu ~l appar~le~lt ~e desl?:n;r 1 en- large public, qui n'est pas indifdrOIt où dOlt etre envoye 1 enfant. - féreot à la santé de nos enfants, Les enfants de petite taille et Docteur Pierre Crinberg. surtout ceux qui présenJ:e:nt un thorax étroit, un dos voûté, des épaules tombantes, des omoplates saillantes, ceux q uj sont atteints de cyphoscoliose, de déformation rachitique du thorax ou des membres tirent un grand bénéfice d'un ~éjour au bord de la mer. Mais outre le rachitisme et les troubles ci!e la croissance qui sont les' indications majeures des colonies maritimes, il faut également citer l'anémie et le lymphatisme. Les ultra-violets solaires ont une action heureuse sur ces maladies, De plus, l'air marin, ' riche en iode, améliore les petits fatig-ués, atteints de polymicroa!iénopathie (ganglions!. Les résultats de nos colonies précédentes confirment ces constatations. Les bienfaits des colonies de montagne sont différents. Au-dessus de 1.000 mètles d'altitude, l'air est sec et très pur, il ne contient presque plus de microbes. Il n'y a aucune poussière, la luminosité est excellente, riche en ultla- violets. Lse enfants déprimés s'acclimatent très bien dans ces colonies, qui exercent sur eux une action stimulante et augmentent leur capacité res'piratoire. Les peliS JOJIUX DIPARIS 13 Jukt: départ pour Alllevard-4esBains (cure nez" gorg·e, oreilles), déjJart deos enfants de six à huit ans pour La FeCilaz en Savoie, alUt.. âe 1.300 mètres. le. juillet: nouveau départ pour La Feclaz; premle-r départ pour Tarnos (Landes). Aux envJroll6 du 15 ill~~t: les grands dépants d'enfants' d'âge 9CO- ~ taire: , A la mer: Tarnos (Lan{!es). A ~a montagne: La Feelaz (Savoie), La Salcée (Vosges), Cellessur- Plaine (Vosge·s), Mercy-4e-Haut (Vosges). Et des jeunes de Quatorze à dlx-. ~ept ans: au Pornichet (au bond de l'Océan) . Aux envlr()l1S du 15 aollt: mêmes déoparts Que le 15 juillet. Les Inscriptions des enfants de huit à Quatorze' ans dans nos colonies de vacanc-es seront closes à la date du ,15 juin. . ....•••••.......••••.• A MARSEILLE Confiserie du Muguet ..•.......................•................ Société anonyme au capital de 10 miUions de francs 5, rue Maurice-Korset - MARSEILLE • BERLINGOTS,· BONBONS, ANGLAIS, BONBONS ACIDULES, CARAMELS AU LAIT, DRAGEES SURFINES, GRAINS D'ANIS, CAILLOUX DE - MER, PRALINES, BONBONS FOURRES, - HALVA, etc ... ARTICLES POUR FORAINS f}..o.UJt a'fU Don p0-61e 'iadio. UNE MAISON 97, rue de Rome - MARSEILLE AGENT OFFICIEL: PHI LI PS Conditions particulières aux lecteurs de , « DROIT ET LIBERTE,. POUR ALLER EN ISRAEL POUR ENVOYER VOS BAGAGES ET MARCHANDISES ADRESSEZ-VOUS A L'AGENCE ~ ~ bureaux à 10, rue de la Chaussée-d'Antin PAR 1 S (9·) Tél. : PRO 12-56 et PRO 53-78 seule agence possédant ses propres HAIFFA, JERUSALEM, TEL-AVIV qui vous donner-~nt toute leur assistance CORRESPONDANT A MA R SEI L L E


' .... 1)

,'l' • ~e jeune représentera jet,lnes , dé son pays au Festival Mondial de la Jë .. ness~ '" à ,. Bu- , ;;. ,' dapea't~: • • QlJAND LES JEUNES' FILLES PROTESTENT , • , Ah , mes am:s 1 Quelle leUre n 'avons-nous pas reçue ce matin ,!

A croire que la charmante (du

moins je me l'imugine ainsi) jeune fille qu~ nous écrit, s'est translormée en Furie J Mais lisez plutôt : « ... Jamais vous ne parlez des jeunes filles dans vo/re page : on Îhrait \lue nous sommes des quantités ne~ ligeables. i n y a bien des chos/J's qui nous intéressent, il y a bien des choses !iO'nt VO'US ne parlez jamais, par exemple : du sport fémini.n, de la vie des iiJ"lLnes employées de bureau (Là-dessus, je pourrais vous en rac. onter), de la mode, que sa:s-je encO'T'e! » , Et notre correspondante écrit un peu plus loin : • « Vous ccrivez qu'il faut que les jeunes s'unissent afin de défendre la PaL'!:, les revendica tions, tes Unsirs, ,et patati et ,patata. Mais avez-vous seulement songé un in.stant qU'i! nous est souven'l dift i-' ciLe" à , nous autres. filles. de sortir le soir à des réunions?

Non seulement il V a la question

de !' heur/J' tardive à laque'lle on rentre, mais encore nOS pare/1lLs ne sow/ pas louioors d'accord ... jeunes fill es, d'une pari, entre pirenLs et enfants d'autre parC, e:l Ionctiondes organisations de' jcunes,; e.- ' .. , . Nous ne saurions (et nous n'en avons pas la prétention) résoudre le problème ici, de but en blanc : avant d'engager une polémique sur ces différen ts sujets, nous aimerions uvoir J'opiniGn de plusieurs correspondantes - et môme correspon· donts 1 Jeunes lilles, êtes-vous d'accord avec ce qu'a écrit Geneviève? Soumeltez, vous aussi, VOS idées au public: désormais, nous ré'server011& ce coin de la p.age à toules celles qui veuJent nous faite part de tO!)t ce qui les intéresse. Nous ouvrons celle sen,oaine la rubrique: • ce que fOllt, ce que disent, ce que pensent les jeunes filles en lV4V, »

--1ais ... slll'iout, si VOU,5 nous écrivez

n'oubliez pas de meUre votre nom et votre adresse. (La ·jeune filte qui nous a écrit se nomme Geneviève SpanHaro et elle habile au 17, rue des couronnes, Paris-2Û".) Chères « quanti~s négligeables » , nous atl.el'dons vos communications! Vous savez notre adresse, alors vite ... un pel.i t mot à la " Page des Jeunes de Droit et Liberté ». .. '.

re. ·

pa~~ll, étudiants Après .. l'éelatant sucClès de la, Jour_ née 1i(ationa,1e ,~ontre .le Raci,sme, l'AnUsém~tisme et pour lil- ,P,aix"on ne saurait mer sans ' 'rfdicule la volonté d" urii'on èt de' lil'tte 'de la ' po' pulation' juîv~ 'tout eùtière. ArtiSans et médecins, ouvriers et' 'i'ndùstrlels, avocats ' ,!lt professeu,rs" déportés, resistailt: s', -'femmes, jeuries, ëroyants et non-eroyants, des homme~" de toils les horjzol1S politiques, de , touteJl tendances p~ilosophilues et :le 'd1Ué; 'rents milIeux soelaux' oJl.t dénonce la menace' 'et" affirmé ' I~ur 'volonté 'de tésistanèé à ceu.li: ,qui' continuent la guerre' de Hjtler. , " .. , " Mais, une fois de plus,il nous faut 'regretteI'l'abstention de ,la ' n'lajo- . rité des dirigeants de l 'Uni en' des ,Etudiants juifs de ,France, « Neutres 1 , lors,qu ~il Il 'agit, de , défendre les intérêts ,éels de&étudiant~ ,(lutte pour la , ~aix , è,t contre le RaCIsme, action revendicative, etc ... ); i1~ prennent pârti. au mépris' dè toute 6é' moeratie. 'sur des questions ' particulières' dont nous aurons l 'oeeasion de reparler. Nous voulons penser qu'il n 'y a que de l'in conscience de leur part, ,mais, ,s'il ,'s'agit d ',ulle tentative de division elle est d'avance vouée à l'échee. Les ét·ua.iant.~ "étaient Ù)rgeme-n.t repré$Ml,tés à cette .7 ournée 1V.ationa,le 411, 22 mai, Mp'IÛ'.'l ~s MltS parti comme M. Victor K(},~man,. fI\.(J1nbre du Comité Exécutif 'de FU. E . J: F., aux sionî.~tl'S ' romme MaroeUe Refkolewski qui; Ri elle voit son avenir en Israël, affirme avee force la nécessité pour 'elle, e't 'ses camarades sionistes de lutter tant qu'ils sont ici pour la Paix et la Démocratie. Vous tous qui aimez les enfants ! Vous tous ~~i aimez la gaîté ! ' N'oubliez pas cette date ~ LE DIMANCHE 21 JUIN où les enfants du Foyer d'Andrésy organiseTl,t UNE CRANDE KERMESSE " au proÙt de nos colonies de vacances 1949 s.tands de jeux - Attroctlons - Cban1s - Danses - Tbéfitre de marl()flnettes - Exposition des oeuvte5 fane6 par I,es end'an.fs Jla,r - Buffet Les personne!! désirant .se ,rendre li Andrésy et retour par autocar sont prlê .. de se faIre Inscrire Je 23 juin au plus ta.1'd à la Commission Centr al~ de j'Enfance, H, rue de ParadIs, Bâtiment, B, :le étage. .t .~" , ..... : if lUl ~. \~Mon ,fUs ! , iY: ~eu lmporte que depuis l?I!ste.;nps tu' rêpoees sous 'terre .tu eS toujour~ vivant pour, moi. ' , ,. et je te parle. ' 'debout devant ta tombe. EnSemble, nous feuilletons les pages de ta vie. ,E;Ues ,so,Q.t si belles ! . VoiCi. la derruète - je te vois... · , , C'était 'penaant les années de la guerre ... " Tu 'avais' hâte; tu avaiS" hâte de sauver de l'esclavage le' 'Tu portais dans tes' mains un drapeau pourpre, [monde entier.; comme le flot qui s'échappa de ta poitrine C'est une couleur qui ne plaît pas à tout le monde Ton chemin fut semé d'épines. , 'ru aurais pu 'choisiF 'une autre route. - ' une 'route que beaucoup ont prise - et non pas celle de ton. ami Cencendre. Aujo1,lrd'hui" les mères de ceux qui prirent l'autre route n.'(!crivent pas mes paroles amères :,, ' , ' Qepuis, longte,mps tu lie:po:;es sous ~lC'~e. " Leur,S enfaI).ts foulent allegrement la , 'terre. Et' vbus, les héroS. vous êtes oubliés. ' ' MaiS leurs mères 'n'écriront jamaismës paroles 'fières':' " J, , .' , Tu- eS' immortel, mon fils ! " .. Cette ' ~o1!si'e 'est ' ~xtraite d'un roolJleil Que ",'me Feh:iman a consacré à la mémoire de so'n f ils, Valentin. héros de la Illtte clande6tine, fusillé par les nUis. Et en même temps qu'elle était r---------------affirmation de notre volonté d'action cette journée a montré que flOUS ne s~mmes pail .l'l3uls. S'il est des étudiants juifs qui se croient isolés devant la menace raciste, l'intervention de notre amf Ma.m.ailou Dia, pré.sident de l'Association "Générale dru Etu.àiants Africains, en déchaînant l'enthousiasme des dél{;gués, rappela que les numerus c1-a,u.sus s'appliquent aussi bien au~ Juifs qu 'a~x nègres. Devant les memes ennemlS, notre hJtte est la même ; c'est ce qu'exprimait une étudiante viet-namienne, également présente à ces l!cssises. ' , r~es ' conclusions de cette journée 'devront faire réfléchir les dirigeants de l'U. E. J. F. qui vo.nt à l'encontre du désir de la masse des étudiants. Il n'est pas trop tard pour eux de revénir sur la voie (lu combat pour la Paix. Le ' Conseil de la Jeunesse Juive a invité 'les organi· sations qui Je constituent à adhérer au M. R. A. P . Lors de la prochaine réunion du Comité Exécutif, cette question sera de nouveau posée, et nous sommes certains que devant l'action résolue des étudiants, une majorité , se dégagera en faveur de l'action ! En attendant une prise de posit ion officielle de l'U E. J. F. .1es adhésions au M.R.A.P. affIuent, tant de Paris que de province. , Les étudiants ne sont pas les derniers dans ce eombat, ils savent se souvenir de leDrr. traditions de lutte pour la Paix et la Liberté. Raph FEiCELSON. Le coin 'du Campeur Ls beaux jours semt revenus (O. N,M. diOEit) , et sur toutes les routes, dans les villes et les villages, dans les campagnes" r.etentissent les chants des citadins, heureux de prend.l·e l'air après une semaine de travail et d 'cct-ivités diverses. .. En inaugurant ce .. « coin du campeur )) nous n'avons pas oa préten.tion de vouloir à tOUt pnx dOnner des conseils. Nous nous efforcerons tout simplemeni de rappeler quelques notions de camping : les doébutants y trOuveront peut-être (.uelque 'aide et les « anciens » pourront tO'Ujours compléter cette rubrique , en 11 a.djOignD-nt etes exemples pratiques cl/expériences personnelles.

Campeurs., campeuses. jeunes et

'anciens, ce cain vous èst OU1)ert : vos idé~, vos comeils, vos remarques serOnt tOUjO'UTS les bienvenus. • Il Y a des Rens qui sont 'tout fiers El fJ'Uis . il y a la question etes gar- .----------------------..,-----:---------------------de partir en camping avec Un sac tellement chargé qu '"", se demande si on assiste à un départ de week-end OU à un dJeménagemellt. (:VfIS : pour moi, evidemmervt, ça m'est bien égaL ct'aller avec eUx : 7IWis maman y trOUve d recrire : d'après elle, il S011 t dans leur ensemble , négligés, vulgaires. el O'n ne sait jwmais comment Iltre avec eux!" Il y en a comme Çb sur deux pages 1 Nous nous excusons de ne pouvoir reprodu:re celte JeUre in ~xtenso

et c'est bien dommage. car

elle contien t des idées fort in téressantes. Qu'il nous soit permis, cependant, de répondre il quelque. ,remarques que nous avons citées ::1'15 }}nut : Les jeunes filles ne sont pas des quaI] lités négligeables, loin de là! Et Geneviève (tel est le prénom lie notre correspondan te) a tort d'employer une telle expression que je n'ai jamais entendue par ailleurs. ,~ nGUs parlons ll'ès peu du " sexe faib)e » dans notre page, ce ri'est pas par désinlér'cssement, ,mais tou.t simplemenL rarce que nous manquons d'élémen ts pour un sujet aussi particulier .. On ne peut nous le reprocher car si nos lectrices voulû:ent se donner )a peine, comme GeÏJeYiève, le prendre un por l e-p l u~e eL de nous écr'ire ce qui YU, ce qui ne va pas, nous ])Ourrions parler alors de ce qui les touche. NOliS ne . demandons pas mieux que de consacrer une large plbce aux problèmes des jeunes filles : encor'e faut-il que les pl'in ciJl( lles intéressées nous fa;;sent par't lie, to,u~ ce qui les concerne. Par exemple, nous aurions bien aimé que GeorgeUe nous raconte ce qu'esL son travait, qu 'elle nous dise ce qu'elle gagne, (Juns quelles c~ndiLions aoeomplit-elte son mélier, ele, etc, .. Notre corJ'esponJ.nte, par ailJelll's, tlborde un ~ujet... brÏlll1nL : celui des relations entre jeunes gens eL Je voudrais bien m ,e marle• r~ mai•s ••• T'ai trouvé Jean W .... un grand gars SIPOrt if toujours 5~riant, 21 la sortie de son atel'ier. Jean a 20 ans. Il est mécanicien de machines à coudre. Lui aussi aime beaucoup son métier et désire le posséder à fond ; mais, bien qu'il travaiHe depuis longtemPs déjà . il est encore loin de le connaître. Pourquoi cela ? Ecoutonsle

« Il existe en France un seul cenIre d ' apprentis~ge pour la mécanique de machines à coudre et l'âge d'admission n'excède pas 14 ans. Seulement. moi, à 14 ans. je devais me cacher des Allemands ••• et maintenant. ma seule source 6e connaissances. Co'est mon patron. Quels sont mes soucis ? Eh bien ! c_etous les autres gars de mon âge ! J'attends de partir à l'armée (je ct'Ois qoue ce sera pour octobre), je ne connais pas encore suffisamment mon 'métier : enfin quoi. voilà des chmes qoui tracassent chaque jeune dans mon cas. Je lui demande quels sont ses projets d'ave.', ir : - Je voudrais me marier! (II a un peu rou.gi. c'est un timide). Mais, pour cela. deux con~itions essentielles

pos&éder mon métier à fond et

avoir un appartement. Je demande peut-être un peu trop, qu'en pensezv_ s? Pauvre Jean, je comprends que tu ne souries pas toujours : métier, appartement, appa~temënt, métier. ça fait une drôle de sarabande dans \a têl'e d'un jeune 1 Tandis que je songe, il précise : - Ah ! j'oubliais! Pour me marier, troisième condition. non moins essentielle : il faudrait que je troUYe une jeune fille 1 ••• Et. il rit de bon coeur. Notre conversat ion tourne maintenant autour du sport: le pri nterT'lps ne lui donne-t-iJ pas des fourmis dans les jambes, .,,'a- t -il pas envie de se détendre un peu ? La réponse arrive: - Bien sûr que j'ai envie de faire du sport 1 Je vais toutes les semaines à la gymnastique. dans mon quartier. Mais. là aussi. le manque de Cl'édits se fait sentir. Pensez donc ClUe notre club sportif a un budget ' de 18.000 francs par mois. al01s qu'il lui en faudrait au moins. vu le nombre de ses ad,hérents. 50.000 ! Que vo~ez-vous, c'est toujours la même histoire : pas d'argent pour les centres d'apprentissage, pas d'ar~ gent flOur construire de nouveaux 10- g. .. ;,,'ents. pas d'argent pour faire du sport ... Rendez-vous compte un peu : notre Ialle de « gym }) ne possède ni tapis de sol. ni barres parallèles, ni portique. Pour ceux qui veulent faire du camping. et j'en suis également. macache 1 un équipement coûte très che.-. les tarifs d,,, chemin de fer sont hon de prix. ce ne sont que difficultés "'un bout à l'autre ! Mais Jean, lui 110n plus. n',est pas U!1 peSSimiste, loin de là ! - Je trouve que la vie est belle malgré toutes les menaces de guerre '(et là, on trouve de l'argent 1) qui pèsent sur nous, on se sent heureux d'être jeunes. car on lutte ! et on est des milliers, des millions à penser - et .. gir - de la même manière. Et ceux qui veulent nous ,faire faire la guetre doivent bien se dire une chose : li ne faut pas cO'"4lter sur nous! Et Jean. tout heureux, est parti en fredonnant: « C'est la chanson du pic-pic » ! Les jeunes veulent travailler et vivre en paix, c 'est pourquoi on 165 trowera toujours au premier rang de ceux qu i luttent contre la guerre et pour la paix Renée MULLY. ... Le bon camp .. u. n'esl pas forcément celui quI « trimballe » tout un matériel aussi encombraLnt qu'jnutile. La tente, avec ses accessGires, le sac de couchage, .. u le duvet, une popote . Ct ..... 3 Iilres), une poêle, une • vache à eau 1, constituen t ressemtie' • . d'un bon camping... avec un réchaUd. autant que ' possible! N'OUblie. surtout pas Une bOUlne lampe de 'poi:.he. la c:lrte de la region, un couteau à plusieurs lames, ainsi que les ingrédients néCe .. saires à la ct'Mteciion de votre menu : ~ sel. sucre. matières grasses. etc ... Et maintenalnt, Si vous le voulez bien, une petite recette pour vOUS mettre en appétit : TOMATES MEDICIS : Prenez que Ir que! belles tomates' que yoUS ouvrez. en deux. bidez et mettez chauffe, dou~ ment d,""s un peu ~' eau. Pendant ee temps, mélangez du gruyère râpé l\ des oellrs frais baUus. Retirez les tomates et remplis.ez chaque moilié a.ec le mélange indiqué. Faite. lIlu"'r eneuite ilu beurre à feu vif. servez avec une sauce bécf1amelle. Vous m'en direz. des .. ouvelles! Au revoir le. campeurs, il la semaine prochaine. "ean SAIDOTRE. LA CRAN DE FETE du Y.A.S.C. La g~:inde fête champêtre du Y.A. S.C. aura lieu les 25 et 26 juin 19-49, au Parc des Syndicats, à Gif-surYvette'. Toutes leI organisations- de Jeunesse, ain~1 que la popula,tÎon juive · de Paris, sont cordialement invitées à cette manifestation. Au programme: j!rand feu de camp, Bal champêtre, Natatlon. Nombreuse'S' compétitions sportives. Un terrain l'our camping est prévu. Campeurs, sportifs, amis du Y.A. S,C., venez nombreux les 25 et 26 juin à G if~ ur-Yvette 1 • p----------------------~----------------- DROIT ~ Ll8ERTE Jr .... l \ _' '.1 ; • . 11 était une fois .. ~ ' M1AIS tous les cont~s de ' Fées , ne commencent-Ils pas comme cela ? Pourtant mon histoire n'est pas un conte de Fée : écou,tez plutôt. Je dois vous dire que 'l'installation de nos colonies nous donne beaucoup de so~cis et particulièrem~ nt le « Coin de Feu :.. Bie~tôt, f}Ortt arriver nos" ~tits et pu~sque tout doit être parlait, je' suis 'môn~ ~e ,à la source pour contrôler son débit. Vous ,ne croiriez jamàis, en uuvrant votre robinet à Parts, qu"à . la montagne nous devons surveiller très soigneus,ement le débit d'eau, car après deux ou trois j~urs de pluie, si un petit éboulement 'ou une pierre venait dévier le cours de la , source, bien des ennuis pourraient s' onsuivre ! , Il était huit heures du soir et en 'oette belle fin de jpurnée, où le sosi ont décidé de laire un gros elf';,rt cet été, pour avoir beaucoup de 'ait. Quelle fierté pour nous si tous ces petits repartent dans leur grand Paris avec des provisions de santé pour l'h,iver~ .• Mais il se l,ait tard j bonsoir et ruminons :.. Ding , dong, ding dong .•• mais ai· ie ' rêiJé, ? J'ouvre grands les yeWt dans' Ici pénombre qui commence à envahir la montagne, j'aperçois un paisible troupeau di! ' vaches, ruminant à un mètre de moi. Il est bientôt neul heures, Je saute sur mes jambes et je redescends au chalet. Chemin faisant, ,je me demande èricore si je 'ne viens pas de revivre u,n conte de Perrault. Qu'importe, ce dont je suis sûre, ,c'est que nos petits ne manqueront de rien cet , été. F. BEGALL. 15 JUIn, ,1949. •• .~ . ~ leil couc"'hant émbrase toute la mon- r-----------------------------------------------------" fagne, j'admirais la splendeur de ' ces immensités. J'étais lasse', et 'après avoIr bu' avec délices ' un bol Pef s en a 5 du Pays Bas.que ,de lait tout chau,d que le pâtre m'avait offert avec gentilless~, je m'étendis su.r l'herbe et je songeais. J' lE pensais que , lorsque nos' pe!

tits viendraient se promener

' ~ar ici, · ils pourraient égal~men~ tremper leurs petits nez dans la mousse de ce bon lait (puisque le pâtre venait de me le dire) et je les rJ,oyais gambader dans les prairies, . petits garçons aux jambes bronzées et petites filles aux robes multicolo' rès, tels des papillons folâtrant clans 'lès prés, et je les voyais, ces papil, Ions, s'enivrant de soleil ' et d'air ."'ur, respirant toutes les Heurs em' baumées. Le bruit si gracieux des clochettas des vac!aes dans la montagne me parvint à l'oreille, se répétant à tous les échos : ding, dong, ding, dong, mais chut! j'entends parler ou plutôt mu,rmurer tout bas ; je prête l'oreille et voici ce que j'entends

« Sais-tu, Roussette, ce que

j'ai appris aujourd'hui? Eh bien! des centa~nes de petits Parisiens v-:Jnt arriver au plateau et natts devrons leur donner tout notre lait pour qu'ils se fortifient et devienRent vite ' bien portants. Quel plaisir de savoir que ce sont des petits de Paris qui auront besoin de nous, 'je veux manger dix fois plus pour qu'ils aient beaucoup de lait à boire. - wlais sais-fu, Blanchette, que moi aussi, j'ai appris quelque chose

ce sont les vaches du père Baroi

qui devront donner le lait pour le beurre, les fromages et la crème dont ces enfants auront besoin, et ie te le dis en .::onfidence, elles aus- ,Quand je traverse le pays basque, si joyeux et si V'ivant, je' çomprends mi,eux ,encore qu'un Pierre Loti ait pu se sentir inspiré Dar ce petit coin ,Q.'Ascain. Comment les poètes et nos troubadours modernes n'e se. faient~ils pas tentés, euX: aussi, de chanter le pays basque ! Il faudrait tant de livres pour vous dire tout ce que renferme de trésors ce petit coin du golfe de Gascogne, que je redoute de n'en pas dire assez, Pourlant, voici rapidement le film (j'une journée d'excursion des enfants de la colonie rie Tarnos: Nous partons tôt, le matin et, après avoir ' traversé Le Boucau, cité' inod40Stri-e1le où sont instalJées sur les bords 'de l'Adour les plus ancienn,es forges de france, nous arrivons très vite à Bayo.nne, parée de multicolores banderoles (nous sorT.mes pendant l,es grandes fêtes annuelles) ; des , groupes de joyeux garcolllS et de belles filles pa~urent en tous sens les rues en chantant les vi,eux airs du pays. Après la visite des arènes, prêtes pour ia corrida de l'après-midi, notre car longe l' Mour sur sa rive gauche. Un spectacle inoubliable s'offre à nos yeux .. La Barre de l'Adour, si farouche. renommée parce qu'e,lIe a coûté la vie à de nombreux marins, véritable barre formée par les alluvions portées par les eaux descendantes de l'Adour et les ma-' rées montantes de l' Atlantique. ~e phare: vei,lIe, majestu,eux, à la sécurité des ba- ,teaux. . Traversant ensuite la forêt de sapins, nous VOICI arTlves aux premières villas de la « Chambre d'Amour n . .le ne sais pas qui a baptisé aussi vraisemblablement ce faubourg de Biarritz, lT.ais après l'avoir nommé, tout mot supplémentaire serait un blasphème. , Nous faisons un arrêt ,au phare de Biarritz d. 'où l'on découvre toule la baie, des cris d'admiration prouve,nt la beauté du site. Au loin, le roo:her cl" I~ Vieroe. le petit port de . pê- 1 par Ninette SCHWALB 1 cheurs et tous ces hôtels magnifiques qui font de Biarritz la reine des stal'ions balnéaires. Sous nos pieds dèscendent des rochers escarpés que le flot vient battre, et ce n'est pas sans un vague sentilTlent de crainte que l'on regarde le bouillonnement de cette mer impétueuse, ' , C'onti-nuant notre route, nous tl,"versons le pays basque semé, Cà et là de mllisons blanches aux toits rouges et volels verts. De temps en temps, au gré de sa fantaisie, ie vallannement 'de la route nous permet d'apercevoir un bout de mer où les vagues moutonnent toujours en un mouvement perpétuel. Dans le lointain, o.n distingue la Rhune première montagne des Pyrénées, 900 mètr~ d'altitude, mais ceci est un autre aspect de la région et l'excursion pour là-bas se fera un autre jour. Après avoir traversé Bidart, Guét!lry, trop vite à notre gré, nous arrivons à Saint-Jeande- Luz. Le port de pêche, véritable fourmillière, attire particulièrement les enfants et nous faisons une grande halte nous permettant d'assister au déchargement du poisson. Visite ce la ville, de son église , où eut lieu le mariage de Louis XIV. Su.r la place portant le nom de ce grand roi, un orchestre joue un air de fandango ; des couples en costume du pays Ijansent sans se iasser en poussant de temps en temps des exclamations propres au folklore de ce paYs. Il se fait tard et nous devons déjà, avec beaucoup de regrets, regagner la colonie. mais non sans nous promettre d'autres beHes excursions

la Rhune, Ascain, Hendaye et la frontière

espagnole, Saint-Jean--de-Pied-de-Port et bien d'autres encore. A L'HOTEL DE L'OCÉAN' ,il. NE ,plage longue cie 16 kms, une mer J fil magnifique, des balades r,avi~santes à , portée. Voilà de quoi faire rê~er bien des jeunes. Celui qui a musardé dans les enviroRs de Pornichet a pu savourer le repos et la tranquillité de ces pla-ges. Oui, nos cadets au.ront de belles vacances; l'un des plus grands hôtels du Pornicheot est mis à leur disposition et de ses fenêtres l'on découvre l'inunénsité bleue dont, seule, la plage de sable fin les sépare. ' Après Hossegor et Compiègne, nos jeunes ne seront ' pa~ déç!-ts. Ils 'pourrol1't ; {é~attre 'sans danger dans l'eau é engager ,sur la 'berge d'interminables parties de ballon. Pornichet est au centre d 'une série de balades ~xtrêmement variées : le coquet port de pêche du Croisic, la cité moyenâgeuse de Guérande, avec ses murs à créneaux, le port de la T urbale, Saint-Nazaire et ses chantiers. navals, les plus importants de France, où sont · nés le Normandie et ('Ile-Je-France. Ces régions sont très vivantes et wlte pointe iud cie la Bretagne g,arde encore les empreintes de l'histoire celte; d'importantes fêtes s'y déroulent en été, dans des décors folkloriques inoubliables. , Nou's, n~ pouvions pas espérer mieux et 'som~ mes sûrs que nos adolescents profiteront énormémenot de ce séjour et qu'ils reviendront gonflés de santé et d'enthousi,asme. Nous regréttons seulement que, faute de place, quelques demandes n'ont pu être satisfaites, ce qui est d'autant plus pénible que les jeunes travaillent dur toute )' année et ont un grand besoin de repos. 1. B, l'ON ANNONCE LES PREMIERS DÉ.PARTS, SOU~CR'VEZ EN MASSE !'I ..t

Notes

<references />


Format JPEG