Droit et Liberté n°00023 - 1er mars 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Fidèles au serment par M. Vilner -page 1
    • Silhouette par Michel Debonne -page 2
    • Les étonnements de la quinzaine -page 2
    • Le racisme en union française: le noir et le blanc par Gabriel d'Arbousier -page 3
    • De la Ruhr à l'Irak, ce n'est pas Krupp qui a été pendu par J.A. Bass -page 3
    • Chronique judiciaire: André Parmentier entrepreneur de déportation par Morelle -page 3
    • Grandes lumières sur les petits visseaux... et les autres par L. Just -page 4
    • Le talmudiste Rachi nous apprend la langue d'oil par Joseph Millner -page 5
    • Droit et Liberté chez les antisémites: sur "Baroles Vranzaises" L.V.F. alignement parDaniel Besser -page 6
    • L'affaire Blum: un nouveau film allemand par Claude Chaillet -page 7
    • Voltaire ne rit pas toujours par Georges Peyrolle -page 8
    • Arts et lettres: le blé de Wroclaw par Roger Payet-Burin -page 9
    • Jeunesse: l'heure du choix par Raph Feigelson -page 11
    • Une vie de chien: nouvelle de Schalom Aleichem -page 12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

"L'AFFAIRE ·BLUM" (Page 7) C~ci' ri~~st passé le 15 fé vrier 1949 ! M. Kurt Kunstllch, est nnené par l'inspecteur Vernon au Bois de Boulogne. Comme Kunstlich s'indigne d'être tutoyé, il reçoit des coups. sur la face, l'oeil et le nez, tandis que l'inspecteur Vernon lui dit: « Petit juif roumain, tu parles à un aryen ». erte, . . Nouvelle série N'! 23 (91)' HEBDOMADAIRE FONDE DANS LA CLANDESTINITI " 1"" MARS ,1949 Prix 2S fr. Nous' voudrions savoir quelles sont les sanctions qui ont été prises contre le ,

policier Verno.n, m~tricule

1.289. ' q UE Dieu garde l'homme d'essayer toute c~~ se à quoi il serait capable de. s'habi:uer », dit un 'vieux proverbe. Philosophle de persécutés qui se résignent à , subir un sort injuste. Mais aussi philosophie des généraux, des diplomates et des brasseurs d ' affaires qui, songeant à une nouvelle agression, se disent sans doute : Il faut habituer les peuples à l'idée de la guerre, ce qui évitera les inconvénients d'une longue préparation rno· ' raIe. C'est ainsi que le ministre turc Sadac, inter p r étant fidèlement la pensée de ses grands maîtres, d&: clare : « Paix lointaine, incertaine, guerre lointaine, mais certaine ». On frémit devant une telle froideur, un tel cynisme. Ces gens voudraient nous faire accroire que la gu.erre et l'antisémitisme sont inévitables, que nous n'y pou- , vons rien, que nous devons en prendre l'habitude. Un Bardèche a le triste courage, en 1949, de faire l'éloge du nazisme et d,e glorifier le massacre de 6 millions de Juifs dans les chambres à gaz et les fours crématoires, parce qu'il se sent soudainement partenaire dans une nouvelle alliance. Qu'une dizaine de nouveaux j~urnaux antisémites paraissent en France, celà n'est pas dû au hasard : il leur fallait ce terrain de préparation ,à la guerre pour faire pousser leurs cham- , pignons vénéneux. Si le monde frém~t, les chancelleries et les états-majors. des deux côtés de l'Atlantique et tout ,autour de la Méditerranée, ne frémissent pas. Ils préparent la guerr~ minutieusement. Ils en élaborent les plans. C'est en 'Vue de la guerre que l'Allemagne occidèntale, avec ses nazis, est devenue une alliée, que, les bourreaux cessent d'être considérés comme criminels, que l'agitation antisémite est entretenue. développée, rénouvelée. Ils sous-estimel'lt cependant le fait capital , que les, . peuples ont pris, dans la dernière guerre une autre , habitude : celle de résister. L' ES Juifs ont appris la résistance ' aux côtés des autres. Récemment encore, en mettant en déroute l'agresseur britannique et ses , mercenaires, ceux d'Israël n'ont-ils pas prouvé qu'ils entendent ne point oublier la leçon. Aujourd'hui, sUivant l'exemple de l'ensemble des forces démocratiques dans le pays, plus de cinquante' organisatio'ns juives de France se sont unies pour' jeter les bases d'un grand Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix. La constitution de ce mouvement sera chaleureusement soutenue par tous les, hommes qui veulent l~ paix et qui désirent vivre dans la dignité. Jamais les rescapés des camps de la mort ne se , , ' mêleront à leurs bourreaux. Ils resteront fidèles au ' serment donné. à la mémoire de 6 millions de leurs , frères fusillés, tués au champ de bataille, exterminés dans les chambres à gaz et les fours crématoires. Il appartient à ce mouvement de mener l'offensive sur les plans judiciaire, politique, idéologique, contre, les appels au meurtre et contre la persécution raciale. Il appartient à ce mouvement d'oeuvrer au rassemblement de tous les hommes libres, qui ne demandent qu'à mener le combat pour la paix, sans distinction d'opinion. Le's moyens d'action sont des plus divers: constitution de comités locaux de vigilance, citation devant les tribunaux des perturbateurs antisémites, poursuites contre la presse d'exCiitation, jusqu'à sa complète disparition. Nous avons la certitude que cette action, menée dans l'esprit de l'unité, sera efficace. On ne peut que se réjouir de cette initiative, et Droit et Liberté se fera un devoir d'ouvrir ses colonnes à ce mouve~ent, de l'aider à préparer son congrès, de travailler à la réussite de sa grande tâche. M. VllNER DROIT ET LIB MOUVEMENT CONTRE LE RACISME li ANTISEMITISME POUR tA PAIX • .;. Dans ce numéro : LE. NOIR ET LE BLANC par Gabriel d'ARBOUSSIER Ce n'est pas Krupp qUi a été pendu par J.-A. BASS ,LE DE W 'ROCLAW par Roger PAYET -BURIN ILlE ïrAILMlUJDOSïrlE RACHID par Joseph MILLNER chez les antisémites .. ',' . T 2 . .. AUfO~'D DU p·u,·rs - DI DROnS DI lOIS ! Hi-er soir, j'ai reçu une visite: une fort jolie femme, blonde, très élégante dans sa cape de renard argenté, extrêmement parfumée. Elle fumait des ({ LlKky Strike » tout au bout d'un int·erminable fume-cigarette en or massif. Elle ne m'en a d'airleurs pas affert. - Je suis la pro·prii:taire cf,e votre ' appartement, m'a~t-elle dit en s'installant ; je suis venue vaus voir pOU! vous prévenir de mon intention de le repre·ndre dans les plus brefs délais pour ve_ nir l'habiter avec ma famille. Or, je savais que son mari était condamné aux travaux forcés à pe."étuité pour avoir dénoncé des résistants à la Gestapo, et que san fils « tirait JO vingt ans de la mêftIe peine pour s'être battu sur le front russe dans les Waffen S.S. ! Cette belle famil:/.e avait profité de l'occupation pour acheter l'appartement dont j'étais le locataire avant la guerre. Et, à la Libération, en obtenant de me réinstaf- !-oler ~hez moi, j'étais de~en.u le' locataire des kallabos qUI, a Pé.po. que, s'étaient bien gaIdés de ho.p protester contre ma réintégration ... Mais aujourd'hui, la femme sem'blait avoir changé d'état d'es_ prit : . - Alors, quand pensez-vous P0'l1'0ir vider les tieux ? Té protestai : -:.. Mais je n'ai pas du l'out l'intention de partir ! Du reste, cela n'est pas la peine d'essayer de me fai;-e peur : si vous voulez plaider, vous n'obtiendrez jamais d 'un tribunal qu'il m'expulse avec fem'me et enfants pour vous permettre d'occuper seule cet appart~ ment de quatre pièces !. Car, permettez-moi de vous le rappeler, votre mari et votre fils sont encore aU bagne pour un bon bout de temps ... Elle eu·t _un petit rire méprisant: • - Allons, allons, ne faites pas "enfant : ils ont déjà bénéficié (Dieu merci, il y a encor.e des F.ançais dignes de ce nom au 'mi" istè .. e de la Justice !) d'une large ' remise de peine. Et mainte' Pnt, grâce à la loi d'amnistie "u.'est en train de preparer le houv. eau m.if)Ïstre de la Justice, ils se_ ront ce;tainement libérés d'ici 'Iuelques mois. C'est -pOur m'installer avec eux que je Yeux mon appartement : alors, qua,nd partex- vous? Je réagis ~iol_ent : - Je vous répète qu'il n'est pas question qU·e je pa rte ! .- Alors. ;e vous ferai expulser ! - Vous ne l'obtiendrez pas. - Mais si, cela fait plus de quatre ans que j'ai acheté cet appartement sans but spéculafjf et pour l'habite! moi-même ... - Mais avec l'argent que vous touchiez de la Gestapo ! - Qu'est-ce que celjl fait, puisque je suis da ns le cas prévu par la loi SUr les loyers qu'a fait yoter le premier ministre de la Justice du gouve,rnement actuel ? Vous serex expulsé ... Et elle est partie en claquant la porte. Je me suis renseigné : je crois bien qu'ei'le il raison! Mais querles drôles de lois, quand même, fant les ministres de la Justice successifs de ce gouvernement ... L' INGENU: Droit'et Liberté, t, ""0 " " H/~"O .U D4,'" IN ,. I II oI/J ll l Rédaction et admirustration 14, Rue de Paradis, 14 Paris X' TéléphOne :PROvence 110-47 90-48 C .C.p . P a ris 6070-98 Tarif d'abonnement : 3 mois ... • . . . . 150 frs 6 mois ...•...• 300 frs 1 an ....... . .. . 60{) frs Etranger Tarif double. Pour tout changement d'a dre sse. pri ère de join dre la derniè re bande el la somme de 20 francs. DROIT ET LIBERTE J" Mars 1949. - N" 23 (91) . : .. ~ .. .' .: .• f~. -;~ ' :- ; :- ':. ~ ,: .P <' J ' ~.'~ "'! ... : .. ,.,. ',: ILES ÉTONNEMENTS DE ILA QllJBNZABNE. • • Gr ève d'actionnaires ? Lu dans le journal En Garde, du 15 février J 949 : (( Une grève a_ éclaté dans l'usine de bière Neschen de Rischon-le-Sion (Israël), après un débat qui se termina avec la démission de nombreux ouvriers. Elle a duré plusieurs jours. » En clair, cela signifie que certains .ouvners ont (( démissionné » plutôt que de se mettre en grève. En matière rroriginalité, celte nouvelle forme de lutte est digne de tout é]cge. Mais ne fut jamais employée que p<lr des actionnaires en ruptiUfe de Conseil d'administration. . A titre documentaire, l'astucieux • _A' . :.: : .~ ~ ...... rédacteur du journal « En Garde » veut-il nous indiquer sa définition du droit de grève? Elle ne manque sans doute point de saveur. Dis-moi ce que tù lis ••• Deux bibliothèques officielles, l'une de New-York, )' autre de Washington, viennent de conclure une excellente affaire l'achat, en Allemagne, de la bibliothèque de J ulius Streicher. Enn~mi acharné des Juifs, c 'est lui qui organisa les fameux bûchers littéraires. non sans aVOIr pm la prêcaution préalable d'enrichir ses collections de livres. Ceux-ci sont, paraît-il, soigneusement annotés de sa main. De quoI faire pâlir d'envie les tenants d'Aspects de la France. Quant au lecteur américain, nous le plaignons. Certains qu'il préfèrera porter ses yeux ai\.leurs: L'arge.nterie · du roi de Grèce Soixante-quinze mille Juifs VIvaient en Grèce, avant la guerre. Aujourd'hui, ils ne sont plus que dix mille. Si bien que ces soixante-cinq mille disparus ont laissé sans héritiers quelque 2 .200.000 dollars. Les créances correspondantes représentent - on le conçoit - des sommes considérables. Le gouv!:;r- ~~ ~ '" " .4 " _ . nement du rOI Paul von Glücksbourg en a confisqué une bonne part, frappant tous les biens d'une taxe de 50 %. Nui n Ignore plus les méthodes qu'emploient M.M. Tsa.Idaris--Sophoulis. Fusiller ou voler ... Cela relève, après tout, du même état d'esprit. L'organe (bis) du général de Gaulle trahisons et hantent les bureaux occult~ de recrutement de la L.V.F. ~'117j ~~ tégée, a-t-il conclu. Mais les inculpés ne sont pas mûrs encore pour justifier la ngueur de nos sanctions ... C'est un crime de foule col- ' lectif qui n' engage personne .. » Dans ce cas, une simple question

que pense Me Jean-Charles

Legrand des crimes nazis ? Peu de chose sans doute, sinon qu'ils (( n'engagent personne ». cupation et dont les tendances antisémi tes firent les délices de von Siulpnagel : Le Corbeau. , ~ T ournez ' Ia page, et vous tombe- -,., rez sur un article vitupérant, qui qualifie les oeuvres des Fabre-Luce, Georges Bonnet et consorts de Ceux qui justement s'expriment comme le fait le journal gaulliste. Il est des preuves qui ne sont même plus nécessaires. Le Sherlock Holmes d~s religions M. Maurice Fischer, représen- Le Lion britannique tant d'lsraël à Paris, vient de faire retrousse ses manches ses confidences à la presse La politique est une chase les (( Le retard apporté par la Franatfairl! s en sont une aune. ~'im- ' ce à la reconnaissance de l'Etat portent les contradictions lors-- d'Israël est uniquement dû à la préqu'elles entraînent de subst~ntiels avantages. Bien qu'édenté, le lion britan- ' nique est de cet avis et vient d'acquérir un nouveau marché en Israël : celui du billet de banque. . La vieille banque d'Angleterre imprimera la jeune monnaie du nouvel Etat. Ce qui consacre la reconnaissance de l'Etat d'Israël par le gouvernement de Sa Très Gra- ' cleuse Majesté. La Citv appose sa griffe, en somme: D 'une patte qUI n'est pas de velours. La collectivité qui tue Le pro<:ès des émeutiers d 'Oudjda, au Maroc, vient de se termi. ner. Après que Me J ean-Charles Legrand ait prononcé la plus éloquente plaidoirie d'une non moins brillante carrière. ' (( La minori té juive doit êt!e prosence de vingt-cinq millions de citoyens français de religion musulmane ... » Nous ne savions Pas l'actuel gouvernement français si scrupuleux et M. Fischer si perspicace. Histoires de rel igions ... ou de pétrole ? T out le problème est là, M. Sherleck H olmes Fischer. Les conclusions qui s'impo'sent Réalisme, périodique bi-mensuel puisant ses fonds aux caisses du P .R.L., exalte, dans un article récent, un film réalisé pendant l'oc- Sll;-IOUE~r~rE par Michel DEBONNE SAMEDI dernier, je me rendais chez Serge. Un oopain. A sa porte, deux feinmes dis·couraient. POur appuyer Ses dires, J'une d'elles affirma soudain : « TenfZ : si je mfns, que le Bon Dieu m'arrache tous les çheveux que j'ai sur la tête! » L'autre en resta bouche bée. En grimpant poussivement les quatre étages j'eus un instant l'envie de raconter cette aneèdote à Se~ge. Mais en tirant le cordon cie sonnette, je changeai d'avis. Serge est un brave garçon. II a aujourd'hui trente ans. Célibataire et d'Un coeUr d'or. Toujours prêt à rendre service et à batifoler. II sait guincher, conduire une voiture, nager, réparer une qu~lconque mécanique, jouer aux échecs, distinguer divers. tissus, man~er bien et boire d,e même, raconter de bonnes histoires de société. C'est un brave bougre. Lorsqu'on se sent fatigué, on peut le laisser pars 1er. II ne ~'en lass~ pas. La politique, IfS sports, les spec. tacles, les IDf.ormatious, la mode, le fait du jour, les nouvelles, les dermers romans parus, tout lui est familie'r Uu véritable journal ambulant! . Mais iJ est un sujet qu 'il n'aborde jamais. Ce sont les cheveux. Farce que ,chez lui, ~ sujet n'existe pas. Son haut de crane, completement degarni ressemble aux briHantes r~tondités dont R?bens pare ~es personnages à l'endroit ?u le dos se tern~!ne. Un , c~âne ro~e, poli, doux, agréable a caresser. Un crane de bebe pOUSSID, (( livres sincères, hautement historiques, substantiels... », etc., etc. l! n'y manque que Bardèche et T aittinger. DANS lA TRADITION " UGIFISTE " Dans u n communiqué, l'Union des Associations Cul. tur.elles Israélites de France et d'Algérie indique que « Je Rabbinat français, très sensible à tout ce qui peut l'or. ter atteinte à la dignité de la personne humaine et aux droits sacrés de la conscien. ce religieuse, partage l'émotiOn douloureuse qu'a provo. quée dans Je 'monde entier I.e procès du Primat de Hongri. e ». D'autre part, dans une réunion de protestation tenue à MarseiUe, contre le juste verdict de Budapest, on re marquait, parmi les person. nalités présentes, M. le Grand Rabbin Salzer aux cô r. tés de Mgr Delay, archevêque de Marseille, et du pase teur Cuche. Quant au grand rabbin de Paris, M. Weill, il a envoyé au récent meeting du Vél' d' Hiv' un message pour se solidariser avec Mindzsenty et ses soutiens. On ne saurait . admettre que te rabbinat français ignore la complicité de Mindzsen ~ ty avec les nazis hongrois, et son antisémitisme. Comment alors qualifier cette prise de position, sinon de retour à la tradition « ugifiste » ? Nous reviendrons amplement sur ce problème. Emu~ par ta participation du Grand Rabbin de Marseille au·.meeting 'en faveu-r de Mindszenty, la sec_ tion marseillaise du M. R. A. P. ~ adresslé la lettre suivantè à M. 5011- xer : MOUVEMENT CONTRE LE RACISME L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX Siège : 57, rue Tapis-Vert Marsei Ile, le 23 fév rier 1949. Monsieur le Grand Rabbin De nOlnbreux membres de la' communauté juive de Marseille nous ont fait part de l'impress ion pénible que leur avait causée votre part iCtpation au meeting organIsé en faveur du Card inal Mindsze..,ty. Ce Malin-Le Pays, organe quotidien non officiel du R.P.F., échote sur l'arrestation d'un tortionnaire d'un camp de déportation ' qui menait bombance à Paris. Quand je dis de bébé, je n'insinue pas que le crâne de Serge a cet aspect depuis sa Venue au monde. Au contraire une Jux.uriante chevelure brune rouronnait J'adolescent dan~ ' se~ pre~iers exploits. amoureux. Mais à vingt ans, sans raison aucune, ses polis se mirent à tomber D'abord doue ce~ent. puis de plus en plus. inexorablemen·t. En quelques ?Jo~s,. t~ut SOfl systè.me capillaire disparut et, avec lui , la JOVialite de notre anlJ. Pendant des semaines, il se refusa à ~l voir ses connaissances, il ne travailla plus rasa les murs ~l

Je soir, seul moment où il consentait à de~cendre dans la mr.: ili rUe. §i

Vous ne devez pas ignorer, Monsieur le Grand Rabbin, que ledit Cardinal s'es t rendu, par son attitude, compl ice de la déportation et du massacre des Juifs de Hongri e. D'autre part, l'atmosphère factieuse de la manifestation de la Plaine .'1e vous a certainement pas échappé, de même que le penchant judéophobe de la grande lY'.aj orité de l'auditoire. Enf in des orateurs qui étaient à vos côtés n'ont- ils pas prét endu avec un Certain cynisme que la barba rie hitlé rienne avai t été (( dépassée ». QU~lnt à nous, Juifs rescapés des massacres, nous nous demandons ce qu'il pourrait y avoir de p!us cruel que la torture, les chambres à gaz et les ~urs crématoi res où ont péri six mill ions des nôtres. (( Le personnage accusé se nomme Epsztain, né à Vienne, en 1920 Celui qui l'identifia se nomme Sandowski et, selon l'information, s expnme assez difficilement en françai s. Si les affaires de France étaient toujours aux mams de Français mOins approximat ifs, il n'y aurait pas tant de recrues pour les bourreaux et pour les vi ctimes. » Le refrain n'a n en de nouveau. Il s'est trouvé des miliciens en France. quelques traîtres en U .R . S .S . (Kravchenko par exemple), et sans doule quelques Juifs qui ont trahi les leurs. m Lentement, avec réticence, il renoua avec ses vieux ru ... camarades. ". .r_~.i veiCharlestparence, c'était un homme normal. Mais le démon :~:,f.; _. Sans en parler, il visita tous les pharmaciens, connut ffi les plus ~rands spé,cialistes , dénicha les plus mys. m

térieux rebouteux dont la connaissance de l'homme ::: fi fi
_
' '.::::': s 'étendait jusqu'au dessous du haut de forme. Il prit conseil ::1::1::1 de divers camelots, parla aux vieilles femmes qui avaient
-:~..·:i:::i. "e~l~ef~~te:on~'CharlesI:beJesSé~~::j~ll:t d:e P7 janvier 2010 à 09:57 (UTC)S~ede~o;Charles 7 janvier 2010 à 09:57 (UTC):~ .::::1:::.::.:;; ; incolores et inodores, des jàunes d'oeufs battus dans l' huile,

des produ its aux noms quasi-compliqués. Tout y passa. ~~1 Il Y a dix ans de cela. Serge aujourd'hui parle et »lai. 111 Votre présence, à la fOIS ostensible et muette à cette tr ibune semblait ind iq uer que le représ8'ltarit des Ju ifs croyants de Marseille avai t déjà oublié les sou ff ra'nces et les deuils innombrables de notre comlY'_unauté. Inte rprètes fidè les des Ju ifs de Marseille qui eux, n'oubliero.'1t jamais, nous ne pouvons que fl étr ir avec ia dernière énergie votre att itudeinqual ifiable. Recevez, etc ... Le Prés ident du M. R~ A. P. Serge KRIKOWSKI. Le gérant: Ch. OVEZAREK .... San.s compter les hommes qUI pleurent aujourd'hui le temps des L~gJ{~i~~!)~~:\Charles;Charles 7 janvier 2010 à 09:57 (UTC):Charles:J P. S. - Une copie de cette lettre est envoyée à chaque membre du consistoire israé lite . ,• 1 DROIT ET LIBERTE 1 LE RAQSME EN UNION FRANÇAISE 1 DE LA RUHR A L'IRAK ... LE NOIR.et ~~ ~~l~CC Charles,!sliÉA~:Charles 7 janvier 2010 à 09:57 (UTC) Par GABRIEL D'ARBOUSSIER Secrétaire Général du R. D. A., Vice -Prés ident de l'Assemblée de l'Union Française rD ANS la grande lutte qui se livre LA dans le monde depuis des siècles entre les forces de pr-ogrès et les forces de réaction et entre les forces de guerre et les forces de paix, le chauvinisme racial a toujours été l'une des armes principales employées par les ennemis de l'humanité. De l'affaire Dreyfus aux ignobl~s ' forfaits de Hitler, il y a un lien que l'on aurait tort d'examiner superficiellement So.us le seul aspect raciste, car Ce phénomène s'observe également dans les pays coloniaux à l'égard de races bien différentes de la race sémite. -L'anti-sémitisme que nous, peuples de couleur, avons toujours instinctivement condamne, car nous subissons sous d'autres formes les atteintes d'un chauvinisme identique, a servi longtemps à désorienter des éléments honnêtes des peuples d'Europe. Aujourd'hui, ces faits apparaissent beaucoup plus clairement car les hommes, appartenant aux races dites inférieures, ont fini par comprendre que le's théories racistes n'étaient que l'une des formes de la justification idéologique de · . il fallait d'une part inculq.uer à ceux-ci l'idée que leur servitude était dictée par l'ordre naturel des choses et que leur infériorité congénitale justifiait toutes les méthodes de brutalité nécessitées par l'exploitation féroce de leur pays. Aussi n'est-il pas étonnant que la hargne bestiale d'un Hitler se soit exprimée, exercée à la fois çontre les juifs de tous les pays comme contre ces peuples de « singes » dont il parle dans « Mein Kampf ». Comment donc les peuples de coulenr et ceux de l'Afrique Noire · que nous avons l'honneur de représenter, ne concevraient-ils pas leur soli dadté avec toutes les races opprimées quelle que soit la couleur de leur pea,u ? Il ne s'agit plus, pour nous, de poser comme nous le disons, ce problème sous l'angle de « l'épidermisme » mais bien sous l'angle de la lutte entre les forces d'exploitation, de régression sociale et de guerre et les forces d'émancipation, de progrès et de . paix. Dans cette grande iutte qui englobe chaque · jo.ur davantage des forces considéral'oppression et de l'exploitation des hommes par d'autres ho mmt? s. Nous savon S aujourd'hui que le racisme qui sévi dans les Etats du Sud en Amérique, dans les territoires coloniaux divers, comme les théories et les forfaits de Rosenberg et de Hitler, ne sont que l'expression d e la lutte féroce sus ci té e par Une cérémopie. du .Ku Klux Kla·n : le pitre ne rit pas bl e s dans le camp des hommes de paix et de démocratie, n 0 u s prenons résolument posi t ion contre toutes les formes de racisme, car elles ne sont que l'expression d'une volonté de domination et d'exploita t ion. Nous n'admettrons jamais les théories de Gobineau, de Hitler ou du Ku Klux Klan; partout où des hommes seront attaqués en. raides antagonismes économiques. En Ce qui concerne plus précisément l'antisémitisme, on peut affirmer que ce n'était qu'un moyen de dévier les coups que la colère des masses exploitées portaient sur certains éléments de la population nationale que l'on désignait comme les responsables de la pourriture capitaliste. Dans nos pays, pour justifier la domination impérialiste qui ne pcuvait continuer à se' maintenir en raison de ses contradictions in ternes qui éveillaient la conscience des peuples dominés, son de leur appartenance à une race, nous serons à côté d'eux, car pour nouS l'ennemi d'une race particulière, est l'enn; mi de tout le genre humain. En Afrique Noire, au sein de notre grand mouvement qui groupe des h0!Dmes dl! . toutes les races, no.us avons déjà résolu pratiquement le problème et nous faisons confiance aux peuples de tous les pays qui sont en train de livrer une bataille décisive contre l'impérialisme dont la défaite verra aussi la disl?arition de tout chauvinisme racial. AUSSITOT après l'effondrement germanique, les autorités américaines en Allemagne ont créé dans leur zone un curieux centre d' études composé exclusivement de hauts fonctionnaires et de techniciens importants de r empire nazi déchu. Le prétexte en était de mettre à la disposition de divers officiers de contrôle des Nations Unies chargés des mesures de dénazification, de réorganisation des administrations' publiques et de la vie économique, une documentation qui leur serait fournie par d' anciens grands com' mis hi~lériens; des archives furent également transférés dans, le même endroit. Au début de son fonctionnement, les nazis y avaient qualité d'internés de luxe, puis, peu à peu, ils sont devenus de véritables conseils et ont pris une grande autorité. A la dernière- session du « Conseil Economique de Francfort )), assemblêe consultative créée par le général Clay, commandant en chef américain en Allemagne, certains délégués (d'origine certaifle, nous n'en doutons pas) ont déclaré qu'il fallait en hnir avec la diffamation systématique du haut personnel èt des hommes des anciens trusts nazis. « Ils n'en ont fait ni plus ni moins que .les autres et aujourd'hui ils sont plus utiles que la plupart de leurs persécuteurs. Il En effet. on ne peut, à la lonsue, tenir en état d'infériorité et de suspicion, ces excellents nazis qui suggèrent des idées si précieuses. C'est pourquoi l'agence américaine United Press vient de nous apprendre que les maîtres des forges des pays rhéno - westphaliens : Krupp, Thyssen et Flick. qui hnancèrent Hitler, seraient nommés au conseil d'administration chargé de gérer les aciéries de la Ruhr. LE « 4' POINT » Il est curieux et il est bon de constater que la déclaration de l'exchef de l'Etat-Major Général de rarmée nazie, le Général Halder, attirant r attention de ses nouveaux ... - comment appeler c~ux qui r ont invité à donner son avi s, sinon ses ... clients - sur l'importance stratégique du Proche-Orient et particulièrement de la P alestine. ait précédé de quelques mois le {( quatrième point )) de M. le Président Truman, c.oncernant « l'aide aux régions retardataires )). La section américaine de la Chambre de Commerce Internationale nous apprend qu'dIe se propose de se pencher avec sollicitude par ,osepn .. llndré BASS sur les pays du Proche et MoyenOrient, l'Inde, l'I ndonésie et même r ensemble de l'Amérique du Sud, de toute l'Afrique et de toute J'Asie , Il s'agit notamment, nous dit-on. de créer un climat commercial favorable aux capitaux privés, d'envoyer des techniciens américains pour examiner certains projets, d' utiliser les prêts gouvernementaux, pour favoriser les investissements privés, d'accroître la production de produits stratégiques et d' organiser un système d'assurance conIre les risques non commerciaux. M. Eric Johnston. ancien Président de la Chambre de Commerce des Etats-Unis nous explique « que le capital privé américain hésite à effectuer des placements à l'étranger. en raison de ce qui est arrivé à la suite des expropriations et des nationalisations dans de nombreux pays lI. L'important homme d'affaires américam rappelle que « raide ault régions pauvres 1) n' est pas une idée bien nouvelle et .que ses projets sont dus entre autres, aûx soins de l' [Ilternalional Basic Ecooomy Corporation )) (société ' internationale d' économie fondamentale) présidée par M. Nelson Rockfeller et qui a pour but de « fournir le ' capital d'organisation, le contrôle administratif et les compétences techniques ... )). M. John Mc Cloy, Président de la Banque Internationale pour la Reconstruction. a même annoncé - quelle bonne nouvelle et quelle heureuse précision! - que le GénéraI Raymond A. Wheeler, commandant des forces du génie aux Etats-Unis, deviendrait le conseiller technique de la Banque Internationale pour la Reconstruction, en vue de l'application de ces programmes nouveaux. Reste à organiser « ';ln système d'assurance contre les nsques non commerciaux ». ~ MARTYRS DE LA PAIX ET DE LA LIBERTE Les premières signatures de cette ignoble police d'assurance paraissent avoir déjà été données : c'est ainsi qu'on a appris tout dernièrement avec indignation et douleur. \' assassinat en Grèce de M. Paparigas, secrétaire de la C.G.T. hellène, qui a été pendu en prison sur l'ordre d'un gouvernement qui craignait qu'il ne fasse entendre. de son banc d' accusé. un terrible réquisitoire contre les maîtres américains en ~::::::::::::::::::::::~~---~~------~~---------------------------------------------------------------------Tc;rèce, CHRONIQUE JUDICIAIRE 1 André Parmentier, superpréfet (de Vichy) bl:~:uu~;~cJ~sl~~:r3!r~~rhB:~~ ENTREPRENEUR 'DE DE' PORTA' TIONS â6~ ~e:r~~ir;od~seta7tiyC;:7 janvier 2010 à 09:57 (UTC); irakien et M. Mohammed Chibibi, fondateur du Parti de la Libération En fin rie travaux, la Haute Nationale, ainsi que de leurs camaCour de Ju~ti ce présidée par M, Louis Nog-uères examine le dossier d'André Parmentier, 52 ans, ancien député du Nord en Ifl3fl. Tour il tour Préfet des Vosges, Préfet régional à Rouen, Directeur g énéral de la police nationale et secrétaire général au Ministère de l'Intérieur, cet avocat dlLnkcrquois se sig-nala par <;on zèle' et sa servilité cxccs"ive.

NOl11ll1t Préfet à Epinal en décembre ] 941, Parmentier laissa un rôle important à son chef de cabinet, U'\1 Alsacien nommé Spach. Celui-ci était paniculièrell1cnt chargé des rapports avec l'autorité occupante et dL: l'application des lois d'exception, Sans la moindre remarque cie Parmentier il s'acharna plus particulièrement sur les Juifs, se montrant dur et &trid tl leur égard. C'est en septembre 1942 que Parmt ntier fl1t envoyé ~l Rouen pour y occuper le poste de Préfet Régional. Il emmena, bien entendu, Spach avec lui. Les deux honimes fid&l emen t attachés aux consignes de Vichy ' s'appliquèrent attentivement à, satisfaire leurs maltres en sévissant clurement contre les réfractaires au S.T.O., les francsmaçons et ics Juifs. Parmentier osa même écrire au délégué, régional aux Questions Juives, le 29 octobre 1942: « Conformément aux instructions .du Gouverncment j'ai l'intention ... d'assurer d'une manière plus stricte que par le pas!:>é l'application de la lt'g islation sur !es Juifs. » El dc p:lC:ser il l'action, avec Spach. Résultat

Les rois en vigueur furent

appliquées f~US f·ermement et les mesures de pillage des biens juifs accélérées. Il existe au dossier, sur ce point, un proj et de rapport qui semble avoir été envoyé effectivement au Commissariat g-énéral aux Questions Juives, le 19 décem- ' bre EH2. Pour situer exactement, s'il en était besoin, son état d'esprit, Parmentier dans cc . long rapport développe tout un programme de suggestions et de réformes tendant li faciliter et à simpJ;(ier l'expropriation des biens juifs,

Dans l'an tisémitisme, Parmentier devait aller plus loin encore. V.n des principaux chapitres de l'accusation concerne l' arres tat ion massive, en jaquier ]9-13, des Juifs de Normandie (en représailles de l'exécution d'un officier de la Wehrmacht abattu par les résistants). / Les autorités allemandes enjoig- nirent à Parmentier d'ag'lr sans délai. Non seulement le [{tche s'inclina, sans protester, au lieu ' de provoquer une déci!'> ion gouvernementale qui cClt amené une solution plus souple et moins préc ipitée , mais bien plus, il intima l'ordre II la gendarmerie fra nçrlise de conduire les Israélites à Drancy. Les Allemands n'avaient ost! en exiger tant. Directeur g-énéral de la Police nationale, en juin 1944, puis enfin, secrétaire général au Mini s tère de l'Intérieur, le 23 juin, Parmentier signa divers arrêtés portant dissolution de 32 ConseilS municipaux et révocations de 28 maires ou adjoints. Parmentier, arrêté' le 27 décembre ] 944., mais mis en liberté provisoire le 19 février 194.8, comparait clevant ses juges sous l'inculpation d'atteinte à la sûreté extérieure et intérieure de l'Etat et d 'indignité nationale. MORELLE. rades. Les grands martyrs et combattants de la liberté que furent F ehedé et Chibibi et leurs amis ont été arrêtés en janvier 1947 et condamnés il mort en juin de la même année, parce que, avec tous les démocrates arabes du Proche et du MoyenOrient. ils se sont élevés contre la politique de rapines, de mensonges et de guerre des impérialismes britannique et américain qui lançaient leurs compatriotes contre le jeune E.tat d' Israël. Ainsi s'établit dans la lutte et le sacrifice. la véritable fraternité de tous les démocrates juifs et arabes qui ne veulent pas aider les nouveaux fauteurs de guerre, conseillés par les généraux nazis, Rien d' étonnant dans ces condi. trons, qu'à la première réunion d(, Parlement de l'E.tat d'Israël. les représentants diplomatiques américain et britannique aient brillé par leur absence. .' r GRANDES LUMIÈRES sur 1 es PETITES VISSEAUX et les .............. autres! .p.a..r. .L.. ..JU. ST ... U ~ohert Lecourt, notre nouveau garde des Sceaux, a inau- 19). J~uré son activité en déclarant, au cours d'une conférellce de presse, (Ille d'ici trQis m'lis, les dossiers ayant trait à la collaboratIon seront définitivement réglés, et qu'il en aurait fini avec les cours de justice. M. Lecourt, ainsi que ses prédécesseurs, MM. de Menthon et T-eitgen, aura contribué à éteindre raction d'épuration commencée dans l'enthousiasme populaire en septembre 1944. Et ceci nOus oblige à faire un retour en arrière. Enfin, ça y était ! La France. était libérée ! Comme nous J'avions attendue, cette minute! De-puis trois ans, nous sa\. ions qu'un JOUI· viendrait l'heure du règlement de comptes. A partir de 1941, année des Pl·cmières déportations, on avait assiste à la formation de nombreuses ligues prête,> à « collaborer ". Pét<lin avait organisé la Légion, par la suite transformée en l\'lilice, Doriot, le P.P. F., Dreux, « L'Union FrançaiSt' pour la defense de la Race ", clc ... En même temps s'organisait la liquidation de tous les biens jùifs, et c'est dans ce but que furent créés les commissariats aux questions juives. Nous avons, à la Libération, en compulsant les · milliers (Le dossie,·s confiés à M. le professeur Terroine, constaté que c'est grâce aux délateurs de toutes sortes que les « Darquier de P ellepoix " ont pu mener à bien leur tâche d'anéa ntissement des Juifs. lis trouvèrent un con- · cours · sans réserve auprès de certains présidents de comités DROIT ET LIBERTE ~---- --_ .. _------ 1'" Mars 1949. - N° 23 (91) dO'3siers de délation ou collaboration écono'1,ique dont la culpabilité - à des degrés évidemment différents - ne peut faire aucun doute. Ces dossiers, en bonne et due forme, ont été envoyés aux magistrats chargés des cours de justice et chambres ciyiques , et nous étions en droit d'attendre pour chacun des coupables le ch,îtiment mé~ité. Il aurait fallu frapper vite et fort et, seules, les cours martiales créées à la Libération eussent constitué le véritable moyen rapide et efficace. l\{ais, dès l'instant que les dossiers furent transmis aux cabinets de juges d'instruction, la partie était g-agnée pour la plupart des collaborateurs. On voulut, par souci de la légalité, étudier les affaires dans leurs moindres' « détails" "t elles traînèrent en longueur; le temps permit aux « petits amis · " d'intervenir. Il est inutile de revenir sur les trop nombreux eas de clémence injustifiée, ou les mesures de gnîce dont H. Teitg-en fut prodigue. Beaucoup de Jampistes ont payé pour les vrais coupables, et M. le procureur Lindon a lE 111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 •. Europikinisotion Dans la rue de Clichy, un audacieux négociant en caleçons de bain suggère à ses clitnts l'achat dit slip Biki. ni. Il n'y a pas si longtemps encore, d'immenses affiches - genre punaises écrasées sur un mur - vantaient les charmes cinématographiques de la puceH~ de Bikini : Gil. da, dite «~ita » Hayworth, dite Mme Ali Khan, D'où le mot bikinisation qui signifie c'oup de foudre, coup fourré diplomatiquement et quelquefois bombardement atomique. Grâce au ciel! Nos acadé. miciens abordent l'étude de la lettrè D. Si bien que c'est à la prochaine cinquième gé. nération d'Immortels que reviendra le loisir d'étudier le terme bikinisation, juste te temps de boucler une fois Je cvcle du dictionnaire. vient de nous être donnée par le ministre turc des Affaires étrangères, M. Sadac. II s'agit de défendré, a·t·jJ dit, les valeurs qui sont com munes à l'Europe libre toute entière. Peut-être M. Sadac ne se doute-t·i) pas des trésors « contenus dedans »? Dedans sa déclaration. D'abord, unp' constatation: 50n aveu est net. Au nom des nleurs en question - Hitler le faisait au nom de la cul. ture - nous sommes bons pour le cass~·pipe. Ileste à établir ce que peuvent hien représenter exactement les valeurs dont parle M. Sadaie S'agit.il des cathédrales gothiques ou romaines! de la l'our Eiffel et de celle de Pi. se ? A moins qu'il ne veuille parler de la Bibliothèque nationale? Ou mieux, des paquets d'actions entreposés dan~ les coffres! LE COURRIER DE L'AIR . Mais puisque n()us nous pi. quons aujourd'hui de Iinguis. tique, nous oserons proposer à la vindicte populaire 'un mot dont la phonétique har. bare incitera les délicats au meurtr~. Nous voulons parler d~ l'Europikinisation. Les bons· apôtres - comme les mauvais - cultivent le jardin de l'Europe. Dans le· quel poussent des navets et des fleurs. Qui menace tout cela? Y aurait·il de par la France ou la Turquie de méc!Jants Barbes Bleus prêts à . occire les pauvres petits actionnai· res réfugiés derrière leurs coffres! APPOR1~ PAR LA R. A.F LE MAQUIS S'ÉPURE .... l,ES 'fRArrRES QUI, PAR HAINE DU CO~IMUNISME, ONT ACCEPTE DE d'organisation et purent, SERVIR LEURS MAlTRES ftLL ..... , .. "'" dès lors, procéder à une SUR I.E TERRITOIRE DE liquidation qu'ils espé- ~~MiEïN.'.C.E.N.T~A~TiR~ijïii" ..... ~ .... ~ De Gaulle pour l'épuration ... mais c'était en févr ier 1944 Et l'Allemagne occupante raient définitive. ' A notre connai·ssance, ni Plassarcl, C.O. de la Bijouterie, ni Jouannard, C.O. de la Fourru. re., ni Huat de Saint-Alba n, commissaire aux questions juives à Lyon, n'ont éte coudamnés. trop bien exprimé notre étonnement

il ne (>t'ut y avoir deux

poiùs et deux mesures en matière de condamnation pour collaboration. Dans l'euplioric de la victoire, nous n'avions pas cru qu'en définitive, tant de coupables échapperaient au châtiment et qlle, quatre années après les condamnations prononcées seraient déjà votées les lois d'amnistie. cc Vade retro, Satanas ". Est-il nécessaire de souligner que J'amnistie des collabos est une oeuvre de guerre ? Vous souvenez·vous de l'Europe nouvelle? C'était, disait Pétain, une grande famille, qui avait déclaré la ven. detta au genre humain. On assassinait, torturait, au nom de l'Europe. Les juifs mouraient par millions, les Oratlour brûlaient chaque Jour. Et les S.S. d.e la L.V.F. se posaient en .défenseurs de cette Europe. Depuis, il nous est resté la méfiance intuitive des gens qui serinent, Sur l'air des l'aulpions, quP' l'Europe .est une famille dont il faut ·resserrer les liens. La plus helle des « leçons » Si 1\1. Sadac le permet, nOLIs dirons quel est le fond de sa pensée. II voulait pro hllblement déclarer : ({ Il s'agit D'ACC~OITlOE le's valeurs ... etc. ». Quant à l'Europe libre? Parlons donc de la Grèce de Manuel Glezos, de FEspagne cie Cristino Garcia, de la France d'André Houlier. Et puis je vais vous faire un aveu. Je ne me prends ~uère pOur un Européen. J'ai horreilr des anges gardiens, surtout lorsqu'ils sentent le whisky et viennent d'outre. Atlantique. En un mot, je n'ai pas l'in. tention de me laisser europi. J~iniser . Et VOliS? J. F. n'cut plus, dès lors, de meilleurs hommes de mains, ni la Gestapo d'agents plus zélés, que ks membres de ces différentes associations criminelles. ]:1 ma is, \nous ne répéterons assez que, sans le concours de traîtres « français ", assassins et dC'I,lteurs, le nombre de victimes

lllrait été infiniment mOll1s

t1evé. Certes, · il n'existe rien de nouveau Cil matière d'histoire et, durant l'occupa tion de chaque pays, il y eut toujours des aut( o_·hlOl.1es prêts II flirter avec Durant cette période, la Rési~ tance s 'organisaoi't, sans disposer de grands moyens de défense, et pourtant nombreux fu ·rent les traîtres qui payèrent leurs dettes à la societé, avant I~ Libération. Qui, parmi ceux des « (;roupt;s de Combat ", ne porte k deuil d'Ul~ fumille fu-~-~~------~---------~-~---------~---Charles 7 janvier 2010 à 09:57 (UTC)-----~ sillée ou déportée? ................. ·c,_ •. ,~ J. VI~~.EAUX LYO'" -..-. - _",. Pelat. ~ le Poire LYOlf IVOf"j.. II.t IM4 t:S!:'Jt: rn .. )I'IT'Ir.,.~ s. 111::11:11': ~·0r0[:1 ·· 1 tOenNoil ~1I ~~ YftIIUa. trouwr r.l-jolDt DO' • ~. ::.:!t~ r:J:O~~·.Charles 7 janvier 2010 à 09:57 (UTC)1:.·d:our IIICU. Ja"'OSI"a" o:omport.ant "-7 S 0. ~ •• .U_ • .,..,., et 3J .. de e~DcSe. &.aç.l ..... Y_Hte. lIfj"1"éar, .. asaleur •• no • . .tue ........ lut..-t.-:'on •• .. J. VlSSOUlf ,,.-....... -~ ..'." .:_' t_..\ .!.. ... p ~~ Une entre autres ... Qu'est donc devenue l'affaire Visseaux ? l'ennemi, I·arement par idéologie, le plus souvent par inttrêt. Mais jamais on n'avait assisté 1\ une entente aussi complète . Par peur du communisme, la dU;litc avait été organisée en ] fl·10, et l'oligarchie cherchait à consolider sa victoire. Dès lors, une partie de l'industrie française fut mise presque entière) l1ent h la di sposition de l'Allemagne. La B.B.C., la presse anglaise, <::t · même la radio ga ull iste, nous encollragaient a persévérer dans cette voie (courrier de l'Air du 24 février 1944, apporté par la R.A.F.). Dans ~a séance du 15 mai 1:)-1-1, le C.O.M.A.C. du C.N.R. décidait entre autres : « Exte rminez les ·traîtres, agents de la Gestapo, mili ciens, assassins, P.P.F. , R.N.P. Frappez, happez, frappez par tous ks moyen~, les bourreaux de notre peuple. " Et puis, ce fut septembre 104-1-; enfin la justice allait frapper durement les cou pables. Les millions dl' morts allailint être veng·é~ . l'épuration alla it commencer. Il ne s'agissait pas de brutales opérations de justice selon les art ick s du code civil. N apok'on n'avait pas prévu que des Français pousseraient la lâcheté et la 'vilenie jusqu'à cJéponcer leur voisin, sous prét" xte qu'il était résistant, ou Juif, sachant que leur délation le conduirait au four crématoire. Toutefois, malgré la haille <lccumulé·e pendant quatre ans dans nos coeurs meurtris, nous n'avons pas hésité, par souci de la légalité, à nous adresser à la justice de notre pays et à faire traduire dcvant ses tribunaux tous les coupables. C'est par milliers que 110U<; sont passé entre les mains des Parce que les peuples veulent vivre libres ... u. S. A. • C'est le pays où l'on choisit la liberté : le Ku-Klux-Klan a annoncé que sa « campagr.e de prinlemps » allait commencer. C'est pourquoi probablement quatre nègres oni été lynchés depuis dix jours dans · les Etats du Sud. • Ce n'est pourtant pas un communiste ! - mais simplement sans doule un homme clairvoyant: le gér.-éral Eisenhower vienl de dénoncer avec vigueur la silualion « préfasciste » des E/als-Unis. Il a déclaré que son {:>Ol)S t' jvail sous un régIme policier dans lequel la pensée élait paralysée et la bureaucra!ie h y p e r Irophiée, - silJTles qui, selon llli. dénoncent à coup SIÎr l'imminer..ce d'une dielature. Espagne • Dix an~ après: Le général (R P. F.) de M onlsaberl vient d'être envoyé en mission officielle auprès de Frunco (.:our préparer r enlrée de l'Espagne dans le Paele A L1anlif/ue ! - Il " a dix ans, c'é/a,"t Pélain qui L'obstination et la duplicité des autorités nationalistes chinoises auront eu, au moins, un résultat positif

l'offensive des armées populaires va reprendre

en 01ine. . Au lendemain de la. démission de Tchang Kaï Chek, son successeur. le président Li T sou Yen avait, en effet, décidé d' engager des négociations de peix ; !!lar avance. il av'ait souscrit aux huit conditions préalables· impo~éés par le gouvernement populaire qui, &ur la foi de cette promesse, avait accepté de recevoir ses plénipotentiaires. Mais le gouvernement Li Tsou Yen n'a pas tenu sa promesse. Après avoir tâché de gagn.er qudques semaines en faisant croire qu'il engageait de bonne foi les pourparlers, il a démasqué ses batteries en annonçant qu'il se refusait à souscrire au châtiment des criminels de guerre. alors qu'il avait déjà accepté les huit points pr':alables de Mao T se T ung exigeant la livrai~on préalable de Tchang Kaï Chek et de sa clique!. .. Devant tant de malhonnt:teté, les autorités populaires ont annoncé que. dans les circonstances actuelles, elles se refusaient à entamer des néuociations de paix avec re gouvernement nationali$te~ Et aussitôt, elles ont ordonné de hâter la mise au point ·des préparatifs d'offensive générale sur Nankin commencés depuis déjà plusieurs mois. On fait grand état. à Washington, de la masse de manoeuvre sensiblemept égale dont disposerait le gouvernement nationaliste : mais on oublie de préciser qu'il ne s'agit que de troupes hétéroclites, épuisées et d'urie valeur militaire médiocre. - sans compter qu'elles constituent la dernière réserve du Kouomintang. Par contre, il n'est pas douteux que les armées populaires. « portées )) par leurs réceIits succès, leur soient infiniment supérieures et soient en mesure de ieter dans la bataille des renforts incessants. Il n' a pourtant dépendu que du gouvernement de Nankin d'arrêter la tuerie ... élait envoyé à Madrid ..• aoeC u';;-e mission, mon Dieu, sensiblement analogue . • Pour préparer J'a.tmosphère sans doute, le gouvernement français a décidé l'expulsion Je neuf républicains espagnols·, lous anciens combailaniJ de la Rési.~lance française. Pour prolesler contre celle mesure anlidéTT'ocmüque, le Comité Francelispagne (qui r.omprend des personnalilés de ioures tendances Politiques) a décidé d'exclure de son comilé ·d' honneur M. Jul~ Moch, responsable Je celle iniquiié. Irak • Par ordre du gouvernement, Y ousse] F ehede, secrétaire du Parti communiste irar.:Jen, et ~un adjoinl Mohommed Chibibi, onl été pendus le 14 féVrier à Bagdad. Condamnés à morl en juin 1947 POUT « atlllUde hostile à la Conslduliol1 ») , ils avaieni vu leur peine commuée en celle de vir.·gt ans de travaux forcés. DepUis, aucun nouVeau jugemenl n'é.!ait intervenu contre eux. 1 .... Mar$1949. - N· 23 (91)- ------------- DROIT ET LIBERTE IL Et A IL MUID> 0 S V E, R AC !HIO nous apprend la LANGUE D'Oll MILLNER NVI/VIIV" Ce qu'ayant démontré - cf. son « Dictionnaire des GLoses de Racla» - le philologue Arsène Darmesteter, spéCialiste des langues roman~s, obtint en 1895 un grand prix de l'Académie Française. Dans le petit « Larousse » illustré (qui, en l'espèce, manque d'illust~ation) on peut lire: Ramerupt (ru), c!z..-l. ,de c. (Aube) par Joseph IN FOLIO VERITAS arr. de Troyes. 380 h. On ,étonnerait sans doute beaucoup l'un de ces 380 h. en lui révélant qu'au XUO siècle son chef-lieu deto'canton ne fut rien moins qu'un célèbre empire juif, aux confins du royaume de France! La Champagne était alors, tout à la fois, le pays du vin et du parchemin. Rachi, Champenois 100 %, utilisa l'un et l'autre. que son commèntaire de la Bible d evint rapidement classique. Une monumentale explication de texte se déroule devant nous, et si l'auteur, quelquefois, bavarde et cou'pe les cheveux en quatre - qui s'en étonnerait, en pareille matière? -- il fait toujours preuve de solides qualités de précision et de méthode. Les relations judéo - chrétiennes étalent assez profondes pour que E.achi parlât la langue de ses conCltqyens e.t s'en servît dans ses Commentaires afin de rendre plus accessible la langue de ses ancêtres. Mais commençons par le commencement,. c'est-à-dire par l'époque galloromaine. Dans la journée, propriétaire d'un petit vignoble, il ~agnait sa vie en sarclant, en vendangeant ou en vinifiant. Un nouveau qu l'aurait peut-être rendu célèbre ... In vino veritas, semblaient dire ceux de ses concitoyens qui, dès la tombée du jour, remplissaient , les taverne:; troyennes et leurs gobelets. Lui, se pencha-it, en de longues veilles, sur de vieux manuscrits. ln folio vâitas? D'où l'influence qu'il exerça tout au long de huit siècles. Et non seulement sur le judaïsme, mais sur l'exégèse chrétienne: au XIV· siècle, le mO!l1e franciscain Nicolas de Lira ne songe pas à la nier en commentant la Bib:e dans ses « Postilles Perpétuelles » ; plus tard, le grand Luther lui-même sc laissera séduire, avec un certain nombre d 'hébraïsants, par le Sage de Troyes . Dans les manuscrits de Rachi, con~ servés à Oxford, à Cambridge et au British Museum, A. Darme::teter, envoyé spécial du Ministère de l'Instruction publique, a déco uvert un trésor: plus de 3.000 mots français, près de 2.000 expressions techniques françaises, le tout transcrit en lettres hébraï- A l'époque gallo-romaine, de~ Juih viennent s'établir en Champagne, et M. André Mutter, député de l'Aube, directeur de Baroles V ranzaises, pret'1.d la défense des Gaulois de vieille souche contre l'invasion des métèques et de~ youpins. ' Mais passent les années et les s:ècles, jamais l'idée de reprendre l'antique errance n'effleure les arrière-petits-fils des émigrants. Champenois ils sont, Champenois ils resteront. Quittes à deve'nir Jes plus pouilleux des pouilleux de la Champagl'le pouilleuse lorsque la province tombera sous la coupe des comtes des mille et un ennuIs. Lorsque le matin, après l'office, et le soir, il commentait la Bibie et le Talmud (de Babylone) dans la maisol1l d'études mitoyenne, ses élèves ass;;; autour de lui, selon l'ancienne coutume _ quel sujet d'enluminure! - buvaient avidement ses paroles. Point par point, traité par traité, il analysait la littérature traditionnelle, DES FEUILLES DE VIGNE AUX FEUilLES DE PAPIER Autre preuve de l'emprise de notre bomme: ques ! . C'est là, vu la rareté des documents littéraires (quelques fragments en dialecte normand et des vers épars), une source très importante pour l'étude de la langue d'oïl - je rappelle que nous sommes en Champagne - et, par COllséquent, de la formation du français au XI· siècle. LES BONS CO~PTES Ils seront en effet quelques féodaux à se partager les terres et les hommes, chacun se montrant très jaloux de sa propriété. C'est le servage dans toute sa splendeur, impossible pour le serf maudit - ses ancêtres n'ont-ils pas « tué le Christ» ! - de s'y soustraire. _ A chacun ses Juifs. Vous, avez le:! vôtres, mon cher comte, j'ai les miens _ déçlare le prince Thibault à son ami Jean, dont le domaine est limitrophe. Lorsqu'un groupe de me::, Juifs pénétrera clandestinement dans votre territoire, promettez-moi de le faire reconduire aussitôt à la frontière. A charge de revanche, d'ailleurs ! Sur les mêmes bases, en tous point~ conformes aux règles de la récipr<?c ité, Thibault IV de Champagne signera, en 1198, un accord d'extradition avec le roi PhiliPpe Auguste. lUMIERES Le droit d'aller et venir comme bon , nous semble ne fut pourtant pas refusé à Rabbi Chelemo ltzack, talmudiste plus connu dans l'Histoire sous le nom de Rachi, que composent ses initiales. Il naquit et mourut à Troyes (1040 - 1 105), mais, très jeune, il se rendit à Worms et à Mayence pour s'initier , aux mystères de la théologie auprès des meilleurs disciples de l'exégète Guerchom. Guerchom - dont il nous reste quelques- unes des gloses sur le Talmud, un recueil de règles morales très précieuses pour qui s'intéresse à la mentalité juive du moyen âge, et un hymne tra. gique commémorant quelque trouble antisémite de Rhénanie - avait été surnommé « La Lumière de l'Exil Il . Mais lorsque à l'âge de 2 5 ans, le brillant Rachi revint, bardé de science, dans sa ville natale, il éclipsait déjà tous ses maîtres. ' Il n'avait pas son pareil pour rendre clair tout ce qu'il ' peut y avoir d'obscur dans un texte. Sous son impulsion, la capitale de la Champagne, déjà fameuse par ses écoles chrétiennes, devint, bien qu'elle ne comptât qu'une quarantaine de familles juives, un centre talmudique. de très fort rayonnement. . Il avait suffi que quelques jeune'i, soucieux de se familiariser avec les Ecritures, vinssent consulter Rachi sur place. Ils coururent partout révéler l'eXistence d'un rabbi si merveilleux.. Bientôt, de tous les coins d' Allemagn'~ et de France, affl uèrent les étudiants. Le premier en date des livres hé- Cett,e naïve et spirituelle enluminure illustre une bible du moyen âge conservée ail British Museum. lA SOMME ET LES ADDITIONS Illustre dès son vivant, Rachi devait faire école après sa mort, Les étudiants le découvraient toujours avec enthousi~me - un enthousiasme ;!ussi atomique, dans les cas extrêmes, que . le délire de La Fontaine criant à travers les rues: Avez-volts lu Baruch (le prophète, N.D.L.R.), avez-vous lu BaTuch? Parce qu'ils considéraient l'oeuvre du maÎtrè comme une véritable Somme, ces nouveaux et modestes commentateurs présentèrent leurs propres Gloses comme de simples « Additions n: Tosaphoth. On ne saurait cependant tenir pour négligeable le mouvement des ToS'.l~ phistes; géographique.ment très étendu,· puisque, parti du petit village de Ramerupt, dans les environs de Troyes, il gagna toute la Champagne, la Lorraine, la Rhénanie, l'Angleterre, la - Normandie, l'Espagne et l'Italie du Nord, il occupe aussi une place importante dans l'histoire des idées religIeuses. De ({ l'Empire de Ramerupt n, qu'évoquent les vieux livres, facobed, f,lle de Rachi, fut l'impératrice. Elle professa elle-même à cette Univers1té talmudique que, peu de temps après la mort de son père, elle avait fondée avec la collaboration de son époux, Samuel Ben Meir. soulignant les nuances, découvrant les breux, ,un incunable composé en 1475, sous-entendus, donnant toutes les réfé· porte son nom. . DE lA FEMME rences nécessaires. Rien 'ne lui résistait. De l'invention de la leltre imprimée, Seulement, préfiguration de Radio~ Dans le Talmud, livre fort complexe , les intellectuels juifs avaient rapide· Sorbonne , l'élève ne voyait pas le maîen raison de son mélange de langues ment saiSI toute l'importance. tre. J acobed parlait derrière un · paraet de sa « philosophie» propre, on li'! Dès 1444, un accord pour la construc- vent! Souci de fldélilé conjugale? Non, pouvait guère, selon la formule d'un tion d'une fonderie de caractères en tout simplement une vieille règle d'ori' historien moderne, « s'orienter, sans Avignon avait été conclu entre un gine orientale interdisait aux ieunes carte ». artisan d:Allemagne et un membre de rabbis d'entrer en contact, ùe quêlqtl-ê- Rachi donna aux talmudistes une 1a communauté locale, mais, hélas, façon que ce fl'tt, avec une femme. carte et une boussole. rien n'a subsisté des productions de Leur chair n'était pas tristl!, et ils decette première imprimerie hébraïque. vaient lire tous l~ r.ivres. MAGISTER SCRIPSIT Il aurait pu, à l'instar de Socrate, se contenter de son exposé oral. Alors, d'après leurs «. notes de cours li, se:; élèves se seraient mis en dev.oir de transmettre son enseignement aux générations futures (méthode qui, soit dit en passant, n'a rien de commun avec les procédés de fabrication krav' chenkistes). Mais tous les disciple" n'ont pas le génie de Platon. Nous dirons, en paraphrasant le Louis Aragon de l'époque surréaliste, que Rachi préféra coucher lui-même par écrit ce qu'il pensait, debout, des Ecritures. Pour rester sérieux: il est vrai que les Gloses de Rachi (Laazim en hébreu) furent un modè'e du genre, et Cependant, au mois de janvier 1475, D'aucuns ont voulu voir dans cet ... deux presses rivales fonctionnaient en écra.n protecteur on ne sait quel signe Italie: l'une, au sud, à Reggio de Ca- de l'infériorité Ott la Juive était tenue labre, l'a~ltre, au nord, à Piove di au moyen âge. Sacco, non loin de Padoue. Certes, tout comme chez les Chré- La course de vitesse qui s'engagea tiens, l'égalité de sexes n'existait pas, à cette occasion fut gagnée par Piove· mais si la femme juive était, par exemdi Sacco, avec une éditIOn-record du pIe, exclue de la vie publique et relécommentaire de Rachi sur le Penta- guée dans un coin spécial lors de certeuque. taines cérémonies religieuses, sa condi- Histoire d'un talmudiste, ou : Des _tion était beaucoup plus douce qu'aux feuilles de vigne aux feuilles de papier. temps proprement talmudiques, et so u- Ou encore: la clef de la langue vent supérieure à celle de ses compad'oïl. gnes chrétiennes. A ce point que les violences maritales. scènes de ménage et autres incompatibilités d'humeur fu~ rent stigmatisées par de graves docteurs comme des « pratiques de Gentils ». GlOSES-Oll En effet, pour savoir comment les Français parlaient en ce temps-là, il faut lire Rachi. ! J . DROIT ET LIBERTE l , .«..D••r.o..i.t.· .e..t. .L. _-i.b.e..r.t.é..». ..c.h. ,e ..z. .l.e..s. .a.•n.t.j.s.é.m..i.t•e _s. " L'AFFAIRE BLUM " 7 Sur «Baroles Vranzoises», LV. F ... alignement!. Un nOHveau film allemand, produit en zône soviétique et interdit en Allemagne occidentale La série continue ! Dans la nui\. du 21 au 22 février 1949, à une heure quarante du matin, le magasin « Au Chic Parisien ~,3, avenue de la Portede- Clignancourt, a sauté. Travail soigné, exécuté par des 5p~ialistes pas une vitre d'alentour n'ont été touchés. Mais enfin, qui fait ça ? pas un immeuble voishl, Qui? Mais les nazis, parbleu, les rescapés de l'épuration et ceux qui n'ont jamais été inquiétés ! Comment pourraient-ils se gêner, alors que se développe dans une cerlaine presse la campagne la plus éhontée, la plus ignohle que nous ayons connue depuis la Libération. Presse qui excite aux violences, presse qui tue ! A des degrés différents, certains journaux sont responsables de la psychose de haine raciale et de ses suites - qui empoisonne l'atmosphère à l'heure actuelle. . Nous sommes partis à la recherche des coupables. Vérifications sur le registre. l~S ~U(JIONS ISRAllllNNIS IN IMAGIS Au b .. reau de vote de Abu Cosch. . ..l~ jour des élections dans le 'centre com·mercial de lérusal.'m. JE~DI 3 MARS, A 20 H. 30 des « AMIS DE DROIT ET LIBERTE » SALLE LANCRY - 10, rue de Lancry Mt:tro : Jacques-Bonsergent, Rcnublique Sous 1. présidence d. Mme Lucie AUBRAC PrOfeSSf1JT agrégé d'H is toire, Membre du Bureau Nlltional des Combatta nts de la pah et oe la Llberté, Lée:ion d'honneur, Mé-dai.lle de la R~sista"ce, Croix tJe Guerre SUJET TRA 1 TE : L'ANTISÉMITISME EST ·IL UN MAL INEVITABLE ? Ca.nfé rencier : M. Cilles MARTINET Journalis te. Melllbre du Bllreau Politique llu Parti Socialiste Unitaire SUIVI D'UN DEBAT PUBLIC Procha ione conférence le jeudi .17 mars Qui veut la guerre ? Qui veut la paix ? L'Etat d'Israël peut-il être un fact~ur de paix ? par ROCER MARIA Saint Mul'ter, patron des collabos LE bourdon de l'Eglise SaintGennain- l 'Auxer1'Ois qui, ;1 y a quelque temps déjà, appelait les fanatiques au mas- • sane ùe la S~ünt-Ba rthélémy , résonne encore dans mes oreilles. Me voiei au 17, rue des Prê tres- Saint - Germain-l 'Auxerrois. Grand immeuble, d'aspect au~· tère et sale. Au sous-sol, l'imprimerie de « Ce matin-Le pays • i au rez-de-chaussée les bureaux de « Climats " hebdomadaire de la vie coloniale, qui traite des proLlèmes de l'Union Française, mais surtout ùu point de 'vue de~ gros planteur's et des militaire~, et nori des peuples intéressés. Quatre élages, marches usées. Récbction cln « Monde Militaire », qui expose avec force détails les problèmes ùe la Défense Nationale et de la conduite de ia guerre, vus par l'Etat-Major Occiçlental. _ Réùaction de '« L'Echo de la Presse D, très documenté. qui a le chic rour démontrer que la saisie des journaux co)laborr.teurs i) la Libération :est lIne ill égalité. - Evidemment, ça dépend du point de vue durJuel on . se place. Et puis, il y a 1 'hebdomaùair;:, • Paroles Françaises D, un titre magnififJue, mais qui ne con'espond point à la réalité. Le direc teur en est M. ' M utter. Ce jomnal est un véritable record d'humour

prenrire la défense "c

ceux I]ui luèrent et assassinèrent pendant quatre ans, et s' intilU ler " Paroles françaises " c' .. ~~ peu banal. D'autant plus ~U6 nul n'ignore qui est M. Mutler : ange réùempteur des coll" b05 ,il a eu le cuIo! de réclamer la mi~e en li berté pure et' simple des traîtres, car, e~t ill1 e-t il , si on bl~ncllit le~ afbi res ùe collaboration éconu· mique, il n' y a aucune raison pour qu'on ne passe pas l'éponge sur la collaLoration politique. Saint-Muller, a[lÔlre de la réhabilitation, soyez béni. Embrayage avec (( contacts » LES cloches de Saint-Germain sonnent. sonnent, et mes idées s'emhrouillent : massac re cie la St-B:lrth ~I Cn1\' 'appel au mellrtre dt: 1 és islanls, ' excit;ltion il la haillc religiemr, e'citation il la haine des races ... Le duc de Guise, An,hé MUller. curieuse assoriation d'irlées ! Je venais cie vérifier la théorie du " réfkxe de Pavlov D. L'administration ùe « Paroli'> Françaises.. Entrons. 'ïsag~ lendu, ,'oix durcie, je dt'malld,' 1t voir le réclacteur de la rubn que des « Contacts •. Mon frèle a eu des ennuis, employé au Commissa riat aux Questions Juive, d~ Nice ourant la guerrc, [Horagandiste du Maroehal, en fin, li voudrait bien revenir à Paris : ç'l fait trois ans I]u'il est plan<]ué dans le Jura ... L'mmable dactylo qui me reçoit prend un air navré: très c0mpréhensive, elle m'assure que tout sera fait pour" recl asser • mon frè re, que je ne m'en fasse pas ... Mais le Monsieur qui s'occupe de ça est en tournée, aussi, je serai obligé de revenir le mardi suivant. Je SlIis venu, je n'ai rien vu, je suis donc revenu 1 Le clan des loups LA rub.que ùes • Contacts dn J'aroles Françaises» est 'fort intéressante : elle vous apprend que Mme G. à B. donne 100 francs pour X., ou qu~ M. Z. N. est en contact ave.: Mlle P ... . Non, ce n' est pas un réLus, on une partie de bridge pointé : à la rigu eu r, on pourrait appeler cette partie de cache-cache, le « jeu des colbho.~-à-recbsser », si ce n'était pas un jeu dangerem. « Paroles Françnises • ·;;'occupe du reclassement dans la vie économique - et r·artant, pohtil] ue - du pays, des indignes nationaux, à temps ou à vie, des miliciens, des L.V.F et au tre~ PAR l .1 Daniel BESSER traîtres plus O~I moins dédouanés CJui sont assurés de trouver "!le place, une situation, qui leur per' mette cl' attendre des «Jours mei ]Jeurs D. Ce ne sont pas des histoires inventées de toutes pièces : j'ai Vil cette tourbe. • Miùi un quut. Nous' sommes ulle dizaine li attendre le' « con t a}t » dans çette petite pièce atienaJl1e à la sa lle de ré. daction. Accrochée :iu mur, le thermomhre du lieu, la brochure de M. Mutter : " Pourquoi il faut dissoudre le Parli Communiste •. M. Thib:mù, M. Snuvage. Deux homm.es _très sylllpathlques, jeunes, obligeants à l'extrême, distribuant poignées rie mains et du (1 camarade D à tout VOlant : M. Thibaud. est grall':l et large, 1\1. S:lJ.lV age est plus petit : tous deux ont les cheveux coupés en brosse et portent ve·stp. rJe. velours cotel é. « A qui le tour? » On se fait des politesses, chacun \'~ulant faire passer le voisin av:mt. afin de rester seul pour parler en ton:e intimilé de sa « retile affaire •. M. Thibmld intervient : « Voyons, mes all1i~, nous som . mes tOI/5 du même èloll, ici, alors, pourquoi se gênrr ? » L'atmoo.,phère ~e rl~tend... et je suis a hllTi pa r tout ce I]ue je vois et entends. La petite dame, là. <1 snbi une crmdamnafon. elle est sans travail : très bien : adresse/-vom au 13, rue La Fayelle. 5" étage, VOllS aurez ce (Ju'il vous fa lit VOll S. lJlonsicllT, VatlS etes indigne national ? Serez-vous EIIl mesure de faire un manoeuvre " en attelldant mieux b ? Oui ? Trè~ bien : VOliS allez trouver l'entreprise c... de Saint-Nalaire. ~11T notre reeommandation : ih VOllS enrploieront sur un de leurs ehanticrs de Lorient. Madame? Votre famille a été lil]lliclée par les o:lndits du maquis ? Quclle triste époque ... vous désirez un emploi de bllreau ? fort Lien, dès que nom aurons 'lllelque dlOEe en vue, nous vous ferons signe ... en alte n. dant, si vous avez besoin de secours, n 'hési tez pas à venir nous voir, nous sommes là pour ç?-. Leur souci : faire surface M Thibaud parle, . s'affaire. encourage, promet ... M. ~ montre que fascisme et . , .. antlsemltlsme se nourrI•s sent , a la. A meme source • Sauvage p"!cnd note : nom de l'intéressé, prof ession avant guerre, • activités » durant l'occupation, condamnation, profession demandée. Un Vf<li bureau oe bienfaisance. Voici un quinquagénaire aigri; ayant passé sert mois dans des camps d' internement «sous de faux noms » pré<~ se-t- il nvec un sou rire, il voudrait un petit cm- . ploi " pcinard • ; il n'a pas eu de chance ; sa femme lui intente un procès en divorce, et ce s. .• de }{octore, vous savez, le député, rJni était pourtant son ami, vient témoigner çontre lui ; et il ajoute, avec amertume : 1 « Nous sommes tous de la droite

mais on a beau dire, ça vous

d ~co lJTage quand on voit des gens de notre borù se conduire comme ça • M. Sauvage a eu cette phrase sublime: "D'accord, cher ami, mais voyez-vous, pour le moment, une seule cho;;e <Xlmple .: remonter à la SUt face 1 Apr1:s, quan(l tout (il aura changé, nous pourrons laver notre linge sale èn famille 1. Mais 011 l"atteignis ' le comble de l'i nd igna ion, c'est 10rSl]ue je vis un jeune homme, le visage rouge bril]ue, le cou grêlé, venir réclamer une place d'employé de bureau: ancien P.T.T., il s'est « débrouillé n pour avoir une C\JIJJdamnation minime pour ses " ocenrations » durant la guerre. Nom: Giquel, pendant la gllerre

combatla.nt du front de l'Est,

services des transmissions à l'EtatMaior de la L.V.F. , • Avec. quelle considération MM. Thibaurl et Sauvage l'ont regar. dé : voilà un homme, au moins ! ]' ai serré les poings de rage, en songeant à mes camnrades qui dornlent en terre bas·alpine, tombés Ù;lnS les combats I]ui firent rage en ]943-44. CE 'lue l'affaire Dreyfus .... - l'Affaire tout court . - avait été à la jeune République Française, l'affaire Haas le fut, toutes proportions gardées, à l'Allemagne weimarienne des années 1920. L'une et l'autre étaient l'occasion, pour les fo.rces du passé que menaçait la poussée populaire, de s'acharner sur un innocent, un juif accusé injustement, en .qui on se promettait de frapper un régime encore mal assis. (De notre correspondant particulier à Berlin Claude CHAILLET) Ce ne fut, au début, qu'une cause judiciaire semblable à beaucoup d'autres, à peine plus .retentissante. Le chef comptable d'une entreprise industrielle de Magdebo.urg avait été assassiné. Une première piste, la bonne, conduisit à l'arrestation d'un jeune e n d'autres circonstances, chose très délicate : on y aurait regardé à . deux fois. Mais celui qu'on désignait aux rigueurs de la justice était juif, et COnn.u pour être un « outsider » de la bonne société dont il ne partageait pas les sentiments ultra-nationalistes. . Alors, on y alla de hOll coeur, avec joie et empressement. Du haut en bas de la hiérarchie judiciaire, du « Landgerichtspraesident » au dernier inspecteur, en passant par le juge d'instruction et le commissaire de police, on était « deutsch-national .» bon teint, antirouge et, bien entendu, antisémite . Tenir un juif assassin, au'on le .."vice de l'identité judiciaire s'empare du Juif. , homme tombé en chômage après avoir été sous-officier dans l'armée du Kaiser, puis dans les corps-francs nationalistes de l'après-guerre. tions Cjui permettraient de reporter sur le juif tous les soupçons. L'affaire semblait limpide, dès l'instant où on ·avait fait du premier inculpé l'unique témoin à charge contre le second, qu'on acceptait comme vraies les extravagan- . tes affirmations de l'un et déclarait mensongères les dénégations de l'autre. La date du procès était fixée. La condamnation de l'industriel était certaine. Comment l'obstination a'un simple inspecteur de police commis de Berlin par l'un des rares amis restés fidèles à l'accusé, et menant Ses investigations en cachette de la justice officielle, réussit à faire échec à la conspiration des magistrats; commerit, en reprenant une enquête, cette fojs impartiale et respectant les règles élémentaires de correction et de circonspection, ce policier honnête apporta la preuve irréfutable de la culpabilité du soldat et le contraignit à l'aveu, <est ce que raconte un nouvèau film allemand. Sa production est due à la Defa, société tr.availlant à Berlin sous contrôle soviétique. Cette firme nous avait déjà habitués à dustriel Haas. Il y découvre d'extraordinaires péripéties que le spectateur suit avec l'attention tendue des meilleures histoires policières de pure invention. Mais, parallèlement et conjointement, avec une clairvoyante rigueur, il met en évidence :a grosse ficelle des préjugés et des passions politiques qui fait agir des magistrats en apparence si corrects. 'Sur l'é c r a n déambulent, intriguent, ricanent des hommes qui sont l'image fidèle de cette caste de fonctionnaires grâce auxquels la République qui les entretenait fut minée • dès ses premières heures. Ils sont presque désarmants dans leur mauvaise foi, et presque sincères d a ~ s leur totale , absence d'objectivité, de simple conscience pr~fessionnene. C'est en cela précisément que le public les reconnaît. Il s'inscrirait en faux cette assurance dans le parti pris, caractérisent bien le fonctionnaire allemand traditionnel, et les magistrats en particulier. Ces touches justes permettent a u spectateur d'aller plus loin et plus profond. Elles lui font discerner les liens qui se nouent de l'instruction d 'un banal procès aux manoeuvres politiques, aux intrigues contre' un préfet républicain, aux marchandages parlementaires. Le scénario démasque pour lui des interférences qu'il ne -soupçonnait guère. Il finit par comprendre pourquoi ces mêmes juges qui exultent à • l'idée d'avoir un juif à se mettre sous la dent, condamnent à tour de bras les min: tants ouvriers coupables de se dr esser contre la montée hitlérienne, et rendent la liberté aux terrol,'istes nazis qui cre,usent déjà la tombe de . la République. Entre le particulier et le général, entre le juif isolé qui frôle l'échafaud J 'ai songé à mon camarade L ., tJoisième commandant de notre C'ornpagniè, toujours sous h men~ ce de poursuites pour « exécutions sommaires D ... Id, 'l'affaire commença à .se corser. Interrogé, le suspect mettàit · en cause et chargeait gravement le patron de la victime; un riche industriel libéral très connu dans la région. Pour (le sordi<~es raisons 'ijscales, celui-ci aurait Soupprimé son ' comptable, complicë de certaines fraudes et qui voulait le faire chantèr. La police jubilait. Arrêter un homme de cette position sociale aurait été, pouvait en plus, en forçant un peu les choses, accuser de sympathies socialistes, c'était une aubaipe devant laquelle on renonçait à toute vérifica- . tion .sérieuse. A choisir entre deux coupables prés.umés, l'un ancien combattant du légendaire corps - franc de Rossbach - le juge d'instruction avait servi dans la compagnie voisine - l'autre jtlif et rouge, le parti des enquêteurs était pris. T:-op contents de pouvoir blanc.'hir l'un et accabler l'autre du même coup, ils s,uggéraient sans vergogne ' au héros en chômage une série de déposi- ' l'utilisation du cinéma comme un. puissant moyen de rééducation politique. Les Assassins sont parmi nous, Revoici quarante-huit et Mariage sous l'ombre avaient traité les thèmes des Fimes de 'guerre, de l'histoire révolutionnaire toujours actuelle ou de l'antisémitisme. Ils l'avaient fait dans un style à la fois sévère, juste 'et pédagogiquement efficace. D'autres films encore avaient montré le souci 'de quitter l'ornière de la seule recherche formaliste, de faire du cmema l'expression de notre temps, de poser à des Allemands des questions spécifiquement allemandes et de proposer des répopses. L'assassin fait Ufte fausse déposition qui permettra d'inculper le Ju if. Remonter à la snrfnce ! les requins fIe la collaboration économil] lle, les pieuv res hi clf!.uses de la mil ice. de la L.V.F" qui étendirent leurs tent:lcules sur lant da nl:llbeureux, émergent de lenr ohsrnrité ; Il:" chacals na zis se rassemblent, en attendant que « ça change » comme ils disent. Face à cette m:otrée, la Résis· tance oontin ue. L 'AFFAIRE Blum» est la plus évidente - réussi te de cette série. Ce film ' reprend l'his toire authentique de l'incontre le film si . on avait voulu lui présenter des juges corrompus platement, ou violant la forme de façon délibérée et brutale. Mais il sait que le récit qu'on lui fait de ce simple coup de pouce donné à la balance de la justice est l'exacte vérité, qu·e . cet aveuglement volontaire, 7 janvier 2010 à 09:57 (UTC)7 janvier 2010 à 09:57 (UTC)7 janvier 2010 à 09:57 (UTC)Charles 7 janvier 2010 à 09:57 (UTC)?O~«7 janvier 2010 à 09:57 (UTC)7 janvier 2010 à 09:57 (UTC)7 janvier 2010 à 09:57 (UTC)7 janvier 2010 à 09:57 (UTC)Charles 9'-OWi faVte une 6o.nne a/taille qui 6z'ta en mWte temp:1 un acte de Mlida'tité, ne manquez p~ de (tenill f,abte un too't à fa Gf\f\~IDE KEf\tJtESSE ,. VE~r·rE DE 'Crl;\f\r"fE_ organisée au profit des foyers d'enfants de fusillé.. et déportés, les 4., 5 ct 6 mars, dans les salons de l'Hôtel Moderne, place de la République PROGRAMME VENDREDI 4 MARS - à 14 h. OUVERTURE SOLENNELLE DE LA KERMESSE, sous ra préSidence de M. J. DELAROCHE, Directeur de l'Ofnce National des Anciens Combattants, Victimes de la Guerre et Pupilles de la Na.tion. (Cette ouverture sera radiodiffusée) - A 16 Heures - OUVERTURE DES COMPTOIRS, et début de la vept.e, qui se prolongera jusqu'i23' heures. - Enb'e 21 h. et 22 heures - PROGRAMME ARTISTIQUE donné par les enfants di! notre Foyer de LIVRY -GARGAN. SAMEDI 5 MARS OUVERTURE DES COMPTOIRS à 10 heures du matin. - A 15 HEURES - , DES ECRIVAINS: Claude MORGAN, Paul ELUARD, Madeleine RIFFAUT. etc ... , dédicaceront leurs oeuvres au profit de nos Foyers. DES ARTISTES DE LA SCI!!NE ET DE L'ECRAN : Jean DESAILLY. Madeleine ~ OGNE, etc .. , viendront Signer leurs photos au profit des enfants de nos Foyer~. DaD6 l'après-midi : PltOGRAMME ARTISTIQUE, donné par les enfants de nos Foyers. - A 21 Heures - GRAND BAL de nUit, avec le célèbre orchestre du Compositeur Jean De:,aunay. Programme artistique varié avec la participation de la GRANDE VEDETTE du Music- hall ROGERS. du fantaisiste MOIOELLY, et des Chanteurs de la radio PAULE MARLENE et J ean-P;erre DUJAY, des danseurs du groupe Cardan (1 er danseur ct u 'ballet des Arls, dirigé par Jean Werdt). Au cours de cette nuit, aura lieu la vente aux enchères d'un tableau offert par le grand peintre Juif MARC CHAGALL. Egalement au cours du bal, il sera procédé au tirage d'une grande tombola, chaque billet sera gagnant. Prix d'entrée au bal: 3001r. La vente continuer& pendant toute la nuit. DIMANCHE 6 MARS OUVERTURE DES COMPTOIRS à 10 heures du matin, jusqu'à la clôture de la kennesse qui aura lieu à 23 heures. A 15 HEURES - Les écriva:ns André WURMSER, RENAUD DE JOUVE- , NEL. Jean MARS~NAC. signeront leurs oeu"res. Les artistes Chire MAFFEI et R. PIGAUT. vedettes du film « Antoine et Antoinette », la gran-de révélation de l'écran 1948. Simone SIGNOREl' et Bernard BLIER dédicaceront leursphotos. THEATRE DE MARIONNETTES: DIMANCHE 6 MARS, à 23 heures. clôture de la kermesse. De belles occasions à des prix qui ne sont pas de cette éJ)Oque! De la mUSique, de la danse, des vedettes 1 nuffet et bar bien garnis et les millions de juifs qui périront dans les chambres à gaz, le film établit la continuité. Là est l'enseignement précieux quil comporte. Par le biais d'une histoire très « public », racontée de façon impeccable dépourvue d'artifices, il fixe l'intérêt sur l'un des plus graves aspects de cette réalité' sociale et polit ique que d'autres productions s'ingénient au contraire à dissimuler et à travestir. Les fantaisies de découpage et de mise en scène sont absentes de ce film, il n'y a pas de rupture de la forme classique et pas d'originalités dans la recherche technique. C'est pourtant une oeuvre qui marq·ue une date. Aux cinéastes, elle montrera, une fois de plus, que l'issue de la crise où se débat leur art est dans le renouvellement du contenu, et non dans celui de la forme. Mais surtout, à ceux qui, inquiets de paix et de démocratie, tâtent le pouls de l'Allemagne, elle prouvera que, dans une partie de ce pays au moins, on s 'efforce de le guérir en "l'aidant à se reconnaître. . \. DROIT ET LI BERTE 1'" Mm 1949. - N· 23 (9,0 1 VOLT AIRE ne rit pas toujours Charles 7 janvier 2010 à 09:57 (UTC) ---

Nous ne reverrons plus, sur le quai Malaquais, la statu'e de . Voltaire enlevée par les occupants

ils en ont fait un affût

de canon ou quelque bombe anonyme peu différente de sès pareilles baptisées « Churchill » ou « Gilda ». Dans noS mémoires, le sourire vengeu'r du philosophe était vivant. Notre temps lui donne un relief inégal-é, nos contemporains le font parler plus haut et plus fort. « Le hideux sourire de Voltaire », dit Musset. Mais ce n'est là qu'un mot de poète roma-ntique, .un cri de la iensibilité. Le sourire de Voltaire n'est pas celui d'un enfant. chez lui) le souvenir de ses précurseurs en « libre examen » est encore proche : quelquesuns ont parlé, d'autres sont montés sur le bùcher. Cent ans plus tôt (1633), traîné devant le tribunal de Rome, le v΀ux Galilée devait reconnaître que la terre ne tournait pas; mais c'est du vivant de Voltaire que l'on coupa les oreilles au .chevalier de la Barre, âgé de 17 ans, parce qu'il avait vu passer de loin une procession de capucins sans la saluer et même en chantant une chanson. Le Parlement voit fort bien ce qu'il y a de dialectique dans l'ironie de Voltaire : les Lettres Philosophiques sont brûlées devant le grand escalier du Palais de Justice par la main du bourreau. L'auteur se cache. "Ec. l'inf. au lieu de donner par exemple à quelque feuille nauséabonde le nom de l'immortel Candide? Voltaire a' près de soixante ans lorsqu'il ne se contente pas d'étre le prince des lettres. C'est en s'attaquant à la justice, aux tribunaux en exercice qu'il va montrer ce qu'est un « vrai philosophe ». L'année 1760, le jeune Calas, fils d'un marchand protestant de Toulouse, est trouvé assassiné dans la boutique Paternelle. On soupçonne le père d'avoir tué le fils pour l'empêcher de se faire catholique., Après un long procès, le père subit le supplice de la roue. ETRAN.GE siècle d'efferves- Voltaire soulève l'opinion, il cence que ce XVIII·, fait démarches sur démarches, temps de lucre et d'agio- entreprend une véritable camtage, de philosophie et d'inven- pagne de presse, et dans le prétion, où se rencontrent les la- liminaire du Traité de la Toléques chinoises, le système de rance qu'il publie pour cette ocLaw, et celui des physiocrates. ' casian, il expose l'affaire Calas lité Un petit crochet de rabatteur? Et ce rabatteur n'avaitil pas l'ambition de montrer aux Français qu'un Voltaire qu'ils prenaient pour un libérateur du genre humain, n'était en vérité qu'un précurseur ignoré, un ancêtre du docteur Goebbels? « Guyon, Patouillet, Chaudon, Nonotte ne sont q,ue des fanatiques du coin de la rue, des misérables à qui on ne prend pas garde, écrit Voltatre : mais un jour de Saint Barthélémy, ils feraient de grandes choses. ~ Il n'y a plus de Saint Barthélémy. ou du moins le combat est plus clair et les victimes plus instruites, mais pour les grandes choses, nous en avons vu de plus grandes et que Voltaire ne pouvait pas rêver. « Oui, s'écriet- il, je les ai vus, ces convulsionnaires, je les ai vus tordre leurs membres et écumer. Ils criaient: il faut du Sang! Ils sont parvenus à faire assassiner leur roi par un laquais et ils ont fini par ne crier que contre les philosophes. » Le lucide Voltaire n'a rien vu. Que sont les convulsionnaires de Saint Médard à côté des nôtres? Est-ce que -nos saintes ligues ne sont . pas plus farces que les siennes? Est-ce que la torture contre laquelle il s'élève n'amuserait pas nos cours de justice quand elles reçoivent les inventeurs de 'la « baignoire » et de la « mo'll1inette »? Est-ce que ces techniques ne laissent pas la « question » d'autrefois aussi loin derrière elles qu'une ,Chrysler noo vieux phaëtons? Est-ce que nous n'avons pas sur les bras une meute de Patouillet et de Nonotte? Est-ce qu'ils ne publient pas leurs Mémoires? EStee qu'ils ne font PiLS parler la presse ? y a-t-il plus voltairiens que ces gentlemen qui mobilisent les coupeurs de têtes pour assu:rer en Malaisie la défense de leurs droits spirituels? Décidément, Voltaire ' ne soulit pas toujours. L'Infâme de notre temps lui donne quelquefois l'envie de rire, Imais non celle de se taire. . La surface est riante: au sou- avec une force et une clarté rire vainqueur des hommes nouvelle: ou bien le père Calas nouveaux répond celUi d'un est coupable, et c'est un parriparterre à p,eine conscient de cide par fanatisme, ou ce père la comédie qui l'immole. Ainsi est innocent et c'est une injusBeaumarchais ne semble-t-il tice par fanatisme. Dans les pas bien flairer la Révolution deux cas, nous sommes en préprochaine, et les Almaviva du senee du vieil adversaire de parterre n'applaudissent - ils Voltaire: le fanatisme, l'obscupas le « Mariage. de Figaro »? rité, l'Infâme, celui qu'il nomme Le public de Voltaire commence à la fin de ses lettres aux amis: à la bourgeoisie des villes - (<< Ecrasons l'Infâme. » Ou bien: cette bourgeoisie éclairée com- «Ecr. l'inf. » afin que la cenme on dit, talentueuse et riche sure ne comprenne pas). Ce n'est à laquelle une aristocratie rui- qu'au bO'ut de trois ans (l'afnée ou fatiguée ne dédaigne faire DreyfUS a été plUS lôngue) plus de s'a~lier (voyez le théâ- que grâce à l'action entreprise" tre de ~arlvaux) et comprend la mémoire du malheureux Cajusqu'aux rois de l'Europe qui las est réhabilitée et que la sont flattéS quand on leur France applaudit le philosophe. donne le titre de« phUoso- «Durant tout ce temps écrit phes » pendant q~e s'affermit Voltaire, il ne m'est pas échaple règne du « rOI V~ltaire ». pé un sourire que je ne me le La mode est aux dé!?;Ulsements, sois reproché comme un crime. » . aux persans de Montesquieu, et tandis que la cour s'amuse à des bergeries au Trianon, les soubrettes, sur la scène, jouent Ce n'est pas non plus, pour nous, celui de l'homme choyé, de l'heureux spéculateur, du propriétaire avisé, ni même celui d'un Voltaire, auteur dramatique applaudi, couronné, tué à qua,tre-vingt quatre ans par l'enthousiasme de ses contemporains - Voltaire qu'on voit se plaindre complaisamment du grand nombre d'ennemis et de jalOUX qui, en vérité., aiguillonnent sa verve ft lui" font cette santé dont l'irrévérence est chez lui le signe constant. Souvenons-nous plUtôt de ce jour de jeunesse ûù le futur gentilhomme ordinaire du roi est bâtonné par les laquais du Chevalier de Rohan pour avoir répliqué à t;ne insulte

quand notre philosophe

sort de la Bastille, où les Rohan l'ont fait loger, il ne lui reste plus, dit-il, que deux choses à faire dans la vie : « L'une, de la hasarder avec honneur dès que je pourrai, et l'autre, de la finir dans l'obscurité d'une retraite qui convienne à ma façon de penser, à mes malheurs et à la connaissance que j'ai des homm~s. » Mais il apparaît vite que la « retraite obscure» n'est pas la place d'un Voltaire. Anciens et nouveaux convulsionnaires llllEtTIJRE, ce uÎce imp,uni ... RIEN DE TEL QU'UN ROMAN POUR QUE LE TEMPS S'ENVOLE André DHOTEL: David . lEdit. de Minuit). L'histoire d'une enfa.nce dans la cal'Y'.pagne champenoise. Un. récit sobre et limpide qui contracte avec la multitude de romans {( noirs» dont nOLIs sommes saturés. Une bouffée d'air frais. Andr-é PHILIPP;:: : Michel Rondet (Hier et Aujourd'hui) . C'est la vie de Michel Rondalt, mineur, fils et petit-fils de mineurs, premier secrétaire général de la Fédération des Gueu\.es Noires. L'épisode ce.'1tral du récit est le massacre du Brûlé, près de la Ricamari.e, perpétré par le gouvernement de NapoléJo.'1 III ' contre les mineurs grévistes. ,Une oeuvre émouvante, un vibrant hommage aux véritables héros de notre temps. Pierre COURTADE : Elseneur (La Bibliothèque fran- ' çaise) . Sur les données de « Hamlet », u·ne tragédie qui exprime la drame le plus profond de notre époque : t:omment agir pour chasser l' iniustice, seul ou avec .les autres hommes? Ce ,n'est pas le prince falot d'Elseneur qui trouvera la solution, mais le peuple de ce pays dressé pour défendre ses libertés. Un livre extraordinairement intelligEfnt écrit dans u.ne langue admirable de sobriété et de vigueur. POUR LES AMOUREUX DE POESIE ARACON : Le nouveau crève-coeur (Gallimard). Ce n'est tout au long qu'un chant, superbe d'envol, où s'entrecroisent la colère et l'amour, tissés sur la trame des jours que nous vivo'1s . Louis PARROT: Blaise Cendrars (P. Seghers). • Le dernier ouvrage du regretté Louis Par;ot, consacré à' l'un de ceux qui jouèrent le plus grand rôle dans l'a « révolution » poétique du début de ce siècle. C'est une excellente introduction à un écrivain dont tout, l'oeuvre, par sa couleur, sa fougue, son €I!1- thousiasme, est un hymne à la beauté du monde. C'est au retour de Londres, où l'exil a él4 riche en études et en contacts, que Voltaire dégaine l'esprit qui l'anime, ouvre le débat révolutionnaire êt se sent mûr pour bâtonner par ses écrits des puissances autrement établies qu'un chevalier de Rohan. (Voltaire dit souvent, comme Descartes, quand il touche un pI'oblème que l'Eglise considère encore comme intouchable

« Ne discutons pas ce

qui dépasse la raison humaine. » Mais ce qui était prudence chez Descartes (lui aussi poursuivi, inqui.été), prend une résonance toute nouvelle chez Voltair~. Personne n'est dupe, tout le monde voit le sourire et attend la suite.) Quand Voltaire s'attaque, dans les Lettres Anglaises, à certains problèmes politiques, économiques et philosophiques (terme très général assez finement le rôle de leurs maîtresses. Les idées de Voltaire ont eUes aussi des travestis légers, translucides; sous l'accoutrement oriental, ou romanesque, les personnages et les idées sont pl,us accessibles. C'est même l'accoutrement qui les rend limpides : le philosophe et son époque se devinent. Et quoi de plUS lisible et de moins aride que ces innombrables .articles. ces libelles. ces so-' ties. ces pamphlets. ces dialogu. es br,efs qui compo~'ent le plus gros de l'édifice voltairien ? Là. tout. est plein sans être jamais enflé. cette philosophie est si claire qu'on n'a pas manqué de lui dénier le titre de philosophi,e... C'est là que certains'journalistes contemporains devraie'nt prendre leoers cours du soir si l'exercice du galimatias et du mensonge effronté ne les a pas encore anéantis, et si le goùt -du scandiale et des ragots imbéciles leur laisse enCQre celui de penser. Que ne relisent-ils Vo:taire, D ANS un discours célébrant le 250' !l,nniversaire de la mort de Voltaire, il y a deux ans, un de nos académiciens declara.it: «La statue ôtée de son socle, l'opinion ne s'est pas trompée : l'opération comportait un sens symbolique. et c'est moins au métal non ferreux qu'à Voltaire même qu'on en avait ... Je sais bien que Voltaire, dans ces temps de pensée dirigée (il s'agit de l'époque de la Révolution nationale) n'était pas beaucoup à la mode, encore qu'il ait été l'ami de Frédéric II ». Opération symbolique. dit notre académicien. N'est-il pa.s la victime d'une il- r-----~---------------------lusion distinguée? Il s.'agissait alors de métal non fen-eux, et peu importait, je crois, la figure de la statue. D'autres dieux occupaient la scène, et la 'culture nazie ne pratiquait Pas l'envoütement, mais la « méthode active ». N'avons-nous pas vu en ce temps-là, à la Sor- "La Femme à l'Orange" une toile de K.GLEB remarquée à l'Exposition des Peintres Juifs, /4, rue de Paradis Si wous allez au Théâtre ... bonne, une « chaire .de Judaïsme », occupée par un convulsionnaire que ce journal a nommé E't que nous ne nommerons pas deux fois? Et cet obscur pédagogue. ce Fréron. u'a-t-il pas écrit un Voltaire antijuif? Et CP libellé oublié, qui faisait semblant de rapporter les' bons mots de Voltaire sur l'Ancien Testament, n'était-il pas en réa- NE MANQUEZ PAS: _ Marigny: Harolet (9). - Coméd'ie des Champs-Elysées

Ardèle ou la Marguerite

(9). _ Comédie-Françai:se-Luxerobourg ' : Les Temps diffiCiles (8 h. 1/2). _ Comédie-Française - RiChelieu

Tout (de 7 à 10).

ALLEZ VOIR: _ Comédie-França.ise-Luxembourg

L'luconnue d'Arras

(7 h. 1/2). Achetez vos Postes de T. S. F. DIRECTEMENT CHEZ tE CONSTRUCTEUR Magasin : 46. rue d'Italie MARCElll[ Ateliers : 8, rue Berlioz l [ Tél. : LYCEE 67-08 CONSTRUCTIONS RADIO - ÉLECTRIQUES - Atelier: Antigone (7 h. 1/2)' . - Marigny: Occupe-toi d'Am'é: lie (7). - Comédie-Française-Luxe.m .. bourg : La Reine morte (7). ~ LA RIGUEUR : - Coméd'ie-Fl'ançaise-Luxeinbourg: Les Mal-aimés (6 h. 1/2). - Coméd'ie-Française-Luxembourg: La peinll capitale (5). - Comédie-Wagram: Interdit au public (5). A EVITER: - Gymnase : Rêves d'amour (3 heures). _ Antoine : Les Mains s;iles (1 1/2). _ Marigny : Partage de midi ( ... j'hésite à notel': ) (1). _ Théâtre cie Paris : Da.s K&pital (1/2 ... et l'infini). FILMS RECOMMANDES Quelque part en Europe. Jody et le Faon. Jean de la Lune. Les Casse-Pieds. ·1·' Mars 1949. - N° 23 (91) DROIT ET LIBERTE -----_ .. ----- 9 -:~ , ~ ----:: LE C 1 N E M A par Josette Raymond Bussières dans. « Fandango » FANDANGO (Français) Le scenario ?'" une anodine et conventionnelle petite h i s toi r e d'amour. aulou·r d-, laquelle on a, comme il se doit, brodé que.lques intrigues. Un couple, Annette et François (Annelte Poivre et Raymond Bus. lSières), et une jo·lie fille : Angelica (Ludmilla Tcherina) s'intéressent à une auberge jsolé~ où personne ne des.cend jamais. Ils trouvent le moyen d'y ame,ner un dient, Monsieur Fleur (Jean Tissier), puis un pensionnaire (Luis Mariano), qui, da·ns le film, se prénomme José. La maison propère et tout le monde est joyeux. Mais José et Angelica se sont épris J'un de l'autre. Le malheur est que J'amoureux n'a que - voix... et pas un sou en poche. Il part donc à la recherche de la fortune, co'mme au cinéma, évidemment! Toujours comme au cinéma, An .. gelica le retrouvera à Nice pendant que M. Fleur, escroc sympathique, se fera arrêter et lèguera sa voiture (qu'il avait volée) et 50n argent (qu'il avait également volé à Annette) à R aymond Bussières ébahi. Tout Est pour le I"ieux dans le meilleur des mondes. L'auberge devient c~Jèbre. Nos amoureux s'épousent. Annette retrouve François, II ~ ~ du soleil et des chansons clans 1 aIr. uo; photos sont bonnes. Il y a quelques gags drôles et, n'était la platitude du scenario et la présence de Mariano et de Tcherina, le film serait passable. Lu.is Mariano, s'il chante juste, parle faux, ce qui ne laisse pas d'être gênant pour le spec' tateur. Il n'a fait aucun progrès en co·médie et il est toujours aussi bell. tre et énervant que dans fi Histoire de chanter ", .on premier film . . Quant à Ludmilla Tcherina, elle est belle et glaciale, sans pJus. S'il n'y avait les excellents comédiens que sont ) .nnette Poivre, Ray. mond Bussières et Jean Ti.sier, qui relèvent heureu6ement le film, on se demande ce que cela don,nerait ! lES DieUX DU DIMANCHE (Français) Enfin un bon film, sur le football ! J~an.nette (Claire Maffei); a épousé un gardien de but (Marc Cassot). Celui-ci, excel,lent joueur, sera rapidement disputé par les directeurs "porlils et deviendra en peu de temps un fi international » très de. mand". La pauvre JeMlnett~ essuiera les 5autes d'humeur et la forb.nterie de son mari. Après la guerre, au cnurs de la' quelle ~I a -"té blessé, il est obligé de 'quitter le stade. Désespoir. Heureusement, Jeannette est là'. Avec elle, il retournera au viUage natal et reprendra le " bistrot » de son beaupère. Il entraînera les jeunes pour qui le ballon rond est dieu. Et c'est là que naîtra ~on fils, futur cham. pion de la lamille. C'est un sujet très simple, très vrai, Deux choses importantes à si. Il'-naler : la bonne tenue de Marc èassot qui Se ' révèle comme le grand ·artiste de demain, et la maÎtri~ e de Claire MaHéi qU'i .est dépouillée depuis « Antoin"Ue », de tout un fatras scolaire inutile, qui est devenue vraiment elle-même, qui a · une présence incontestable. Félicitons aussi l'excellent' montage où les bandes d'actualités sont habilement glissée. dans les prise. de vues. LA ROUTE INCONNUE (Français) C 'est un film où l'on souligne l'aide apportée pa:r les Juifs marocains à celui qui n'était alors que l'explorateur Charles de Foucauld. Que dire de ce film? Il est techniquement d'une valeur qu'on ne saurait contester. Les photos sant souvent extraordinairement belles dans la simplicité même des décors. Je lais toutefois une restriction pour le début où les scène6 qui se déroulent à l'intérieur, dans la demeure de je ne sais quel ministre, sont d'un rare pompiérisme. Il est heureux qU'O'D ne leur ait réservé que q uelques mètres de pellicule! Charles de Foucauld, capitaine de l'armée, veut partir en mission. Tout contribue à le décourager. Mais il parviendra à prendre la route du Maroc et, là, d .éguisé en rabbin, il parcourra, aidé par les b-ibus juives, les routes insondables d'un Maroc fermé aux Européens. Il parviendra à SO.l but. Cela aurait pu être un excellent documentaire si Léon Poirier s'était dépouillé de son esprit de soutane qui lui fait nous montrer sur la fin de sa bande u'" Foucauld illuminé par un cléricalism~ qui n'a guère de place ' au fond du bled, sous un soleil de plomb et qui double ainsi le premier film de Poirier qui nous traitait de la conversion de ce héros du désert. Et puis, il y a autre chose, une chose qui n'est pas pardonnable! Léon Poirier nous a fait expliquer en Jong, en large et en {ra vers, que ce film avait un but précis : mont~ r que Foucauld avait été puissamment aidé par les Juifs. Alors, pourquoi nous montrer les doigts crochus de ceux-ci, leurs yeux brillants de convoItise et l 'intérêt du grand Rabbin à ce que l'on sache en haut-lieu, qu'il a tout fait pour aider Foucauld et qu'il espère qu'on ne l'oubliera pas ... encore Un reote de la lutte de religions! Excellente interp"étation de Robert Darène et découverte d'une jeune Juive extraordinairement douée, fille d'un commerçant de Marrakech : Zemane Guela. fAt M ••• LE BLÉ DE WROCLAW par Roger PA YET-BURIN QUAND tel pays propose SOn alliance aux uns et la refuse aux autres, et qu'il offre aux premiers tout ce que la science militaire est arrivée à pro?uire de plus monstrueuX", quand la presse et la radIO de ce même pays excitent quotidiennement à la haine contre les nations qui ne sont pas ses clientes, il faut crier le plus haut possible, dans un esprit non de panique mais de sauvegarde, il faut crier que la paix est en danger. Personne ne croit plus au proverbe

Si vis pacem parabellum

Déjà Condillac écrivait, il y a quelque trois cent ans : « Si Vous voulez conserVer la paix, soyez toujours prêts à faire la guerre aVec avantage

maxime usée dans les livres

et inconnue dans la pratique )) . Il est remarquable, néanmoins, que de tous temps les fauteurs de guerre aient dû donner le change sur leurs intentions. C'est que' les peuples n'ont jamais voulu la guerre, ne l' ont jamais faite , si courageusement, soit-il, que par nécessité. Ma.is l'Histoire les a vus tant de fois entraînés dans des luttes où ils n'avaient rien à gagner, soutenir même de leurs bras les gouvernement~ agre~seurs que la fatalité de la guerre a fini par s'imposer aux esprits les plus généreux.

  • Qu'en est-il en 1949? Jamais

les préparallfs de guerre n'ont paru poussés plus fièvreusement, et c'est d ' une preparation totale qu il s'agit, technique et morale. Pourtant les peuples gardent confiance. Ils sende leur « idéalisme ». Or la suite a montré comment ils ont su exprimer les sentiments profonds des peuples. Depuis Wroclaw, les mouvements en faveur de la paix se sont multipliés, dont le plus connu est celui de Garry Davis. Quant au mouvement issu de Wroclaw, il s' est lui-même dév~loppé dans des proportions étonnantes. Ceux qui ont assisté au meeting tenu par les membres du Bureau International ne ~ont pa< près d'oublier l'immense foule qui remplissait ce soi r-là la Grande Salle de la Mutualité. Ils se rappelleront lon!!temps la ferveur qui montait vers ces femmes et ces hommes symbolisant 1" r~, istance à la brutalité, vers Ella Winter du pays de Truman et vers Alexandre F adéev. du pavs de Staline. vers c~acun d'eux. porte-parole de son pèuple. ( Nous avons décidé, dit Aragon, de ne laisser aucun pays du monde en dehors de ce grand filet de la Paix que nous jetons sur le globe terrestre. Nous avons décidé d'affronter partout ' Ia discussion, d'aider à conflOnter les points de vue de ceux qui veulent la paix, et qui ne rejoindront pas nécessairement nos rangs. )) Tant il est vrai que la paix représente le but primordial à atteindre, au prix duquel les diver~ences de doctrines politiques et de confessions religieuses doivent nécessairement s'estomper. Ce qui ne signihe . pas, tant- s'en faut, que le rassemblement s'opère dans le vague. Il est une question capitale, qui exige une réponse sans ambages

celle de savoir où sont les forces

de guerre, où sont les forces de paix. Or, les intellectuels groupés aujourd'hui autour des résolutions prises à Wroclaw paraissent bien avoir adopté à cet égard l'attitude la plus nette . Au même meeling o~ le communiste Aragon tenait les propos que l'on vient de citer, l'abbé Boulier envoyait un mes~age où il di sa it entre autres : (( En 1<)49. l'agression doit dire son nom. L'agresseur est cel ui qui ~tocke les bombes atomiques , qui rd use d'en dire le nombre, qui annonce w n intention de s'en servir ' et qui rapproche sans cesse les bases d' Oll les bombardiers atomiques prendront leur envol. » « Et quels sont ceux qui veulent la paix? Ceux qui demandent il causer. Vous dites qu'ils ne sont p'as sincères? Mettez-les donc au pied du mur . Mais pour cela, il faut encore causer. » lent que poUl la première fois peut- .,-_____________________________ _ êlre, le problème de la guerre ou de la paix dépend d'eux. Cela, parce que dans plusieurs pays d'Europe et d'Asie, ils sont eux-mêmes au pouvoir et y pratlquent de toute lIécessité une politique pacifique. Et, parce que dans les pays où ils restent écartés du pouvoir, les p'euc pies sont désormais capables de juger leurs gouvernants et de peser sur leurs décisions. Comment expliquerait-on ,autrement que partout dans le monde des millions de gens se dressent àujourd'hui pour défendte la paix? Ils répondent à l'appel de leurs écnvams, de leurs artistes, de leurs savants. Il est naturel en effet que les « homme~ de l'Espfit », montrent ici le cht(Jlin. La guerre leur est funeste, et la préparation de la guerre. Federico Garcia Lorca, le grand poète espagnol, iut exécuté à Grenade par les mercenaires de Franco. On vient d'assassiner en Turquie le premier romancier de ce pays, Sabahaddin Ali. Pablo Neruda est traqué au Chili, et au roygume de la libre entreprise, c'est-à-di re aux Etats-Unis. Howard Fast est menacé de prison. Pour ceux qui font la guerre ou la préparent, il importe d'abord de réduire au silence les grandes '!oix qui pourraient les dénoncer.

De telles voix s' élèvent aujourd'hui, elles se sont élevées pour la première fois - depuis qu'officiel. lement la guerre est finie - au Congrè, de \Vroclaw. C'est qu 'en effet, dès la capitulation nazie et nippone. certai ns ont continué par la ,( guerre froide », avec changement d' adversaires . En quelques endroi ts, Grèce ou Viet-Nam, le mot :( froide » est même de trop. C'est de quoi le Congrès de Wroclaw s'était entretenu, appelant à une véritahle mohilisation contre le danger de guerre. Dans nos journaux réactionnaires, on avait cru spirituel de railler les congressistes. On s' était gaussé lE L Roge. par MARIA BliS KIIPITAL « Das K apita1. .. sans intérêt ». « Mafaparte ?__ 'Kaputt ! » u Déjà Caméléon perçait sous Malaparte». T out ce <]u'a recuei lli Je signor Curzio Malaparte, en faisant jouer à Paris sa grotes<]ue r: rc:xluction, c'est un faisceau cle flèches bien franç:. ises fJu i si Hlent cle partout avec une sympathi<]ue unanim .té et clont les trois plaisanteries cidessus sont des échantillons courants. M. Henri Bernstein, avec un tranquille clédain, v e~ t aile de la sienne clans le il! onde du 8 févr ier; il s'est bo rné il lai~;;e r tomber, en pa!iSant, ce propos 'Icéré : « Le bon gOlît ( ... ) Ille 'iemble nous préserver de ce monsiel~ r <]ui s'intéresse à Marx ; Je n'ai pas la mémoire des noms .• . « Ce monsieur qui s 'int ~ res~e à Marx ... » Il conviendrait de préciser

ce pitre jgnorantin qui

préteniJ faire 'une pièce de thé;i · tre sans en connaître les règles é lémentaires et qui a l 'outrecui· dance de !lOUS entretenir de Marx et des révo lutionnaires (les clive rses tenda nces a lors qu'il ne sa it exactement rien de la vie et de~ idées de son personnage central. Il n'y a pas d'objection à ce que l'on nous offre un théâtre politifJue et même anticommuniste, puis<]ue c'est à la mode ; mais, clans ce cas, l'oeuvre du fabricant doit être jugée d'un point de vue politi<]ue, et la simple vé· rité, l'honnêteté élémen taire ont bien quelque clroit lorsque c'est une ~ersonnalité historique qlle l'on met en cause. Quand Victor Hugo ou Dumas père refont la petite histoire à leur façon pour bâtir leurs drames romantiques, leurs erreurs, volontaires ou non, sont sans consé<]uence. Mais lorsqu'il s':lgit de porter un jugement historique sur Napoléon (des diz,lÎnes de pièces), la Révolution fr<tnçaise (les loups), un moment Je la première guerre mondia le (Le matériel humain), encore convient-il , comme .,Romain Rolland et Paul Raynal l'ont fait pou r ces deux oeuvres, de respecter les faits. Tout p.articuli èrement si la p'i,re a cles prolongements apP'J)'és dans le pr ~ sent. La rlace nous man!]ue pour éplucher oe pauvre répertoire de tcutes les 'contre-vérit é;;, faJsificatio: ls, ' interpré':a tions tendancieuses de :VIarx et ùu marxisme <]ue ce M a la~ ;Hte offre à la bas, e,;se bourgeoi 'ie. Avec les mams sales et nJS-Kapital, 'Jes lecteurs de feu Cringoire et ùe Paroles françaisel sont g.îtés. J'ai observé toutefois 'lue, contrairement à la pièce de Sartre, cel le du commen,a l clu bourreau de la Pologlle enlluyait maniff'stement 1 '<tuditolre. D ' arte en acte, la ,;a lle "e viJe cl'une bçon :lssez sensible. Un mot encore : ql1'est-ce <]ue l'excel lent Pierre Dux vient faire là-decl al1'i ? Ll1J qui a toujours fait preuve d'un talen t S~lIlS débillam: e à la Comédie- Fran<;:1ise, il joue son Karl Marx en tonitruant

il n 'y a pas gue la barbe

qui est tau'se clans son personnage. A Iain Cun)', da ns un rôle insuppo rtable, est... tout simplement insupportable. Seule Renée Devillers lIlcarne humaine· ment J enil y Marx. Quant au spectateur, il est ~ûr de ne pas se 'romper en allant voir n'importe quelle C<lleçollllaJ .. de M. J ean de Létraz et pDurta. nt ... plutôt fJue Je subir ce préteutieux peR!'um. , 10 ---------.--------...-. ----- DROfT ET LIBERTE ------------- . J~ Maf'$· IIJ4<J: - N- .n· (<)." POUR VOS ACHATS ••• voici les adresses que nous vous recommandons : A PARIS A MARSEILLE THÉATRE DES BOUFFES DU NORD 209, rue du Fbg St-Denis (Métro: La Chapelle). - Tél. NOR 34-79 La compagnie d'art yddisch « YKUT » présente "Les E.nfants du Forgeron" • (Dem Schmiids Kinder) Comédie musicale en 3 actes, de Perez Hirchbein Mise en scène de M. Kinman - Musique : H. Kahn Décors: A. Scheiner - Costumes: F. Herman Soirées les samedi. dimanche, lundi à 21 heures Location tous les jours de 11 h. à 13 h. et 15 h. à 19 h. UNE MAISON 97, rue de Rome - MARSEILLE AGENT. OFFICIEL.: PHI LI PS Conditions particulières aux lecteurs de « DROIT ET LIBERTE» COMMERÇANTS - ARTISANS· INDUSTRIELS ..... u ......... .,. ·Savez-vous que 35.000 lect.eurs de tous milieux s'intéressent à ce journal? •.• CES 35.000 LECTEURS SERONT VOS CLIENTS ' Si vous lailes de la PuLlieilé dans" Droit el L.Lerlé" Confier c'est votre Publicité à augmenter " DROIT ET LIBERTÉ U vos recettes ! ~ ad'ie~,~e;Z-ooU6, à not'ie Se'itUce Pu6.licité " , DROIT ET LIBERTE ". 14, Rue de Paradis, PARis-xe Téléph. ' : PRO. 90-47 C'est avec un vif platsir que nous <1von$ appris Je mariage de M. Georges LIBERMAN, fils du dévoué diffuseur et propagandiste de « Droit et Liberté » dans le 3" arrondissement, avec Mlle Jacqueli~ HARDY. Nous adresson~ nos plus sincères fIélicitations aux jeunes .époux et à leurs parents. AVIS IMPORTANT Afin de pouvoir présenter un tableau complet de la vie juive en· FRANCE, AFRIQUE DU NORD, SUISSE, BELGIQUE, HOLLANDE et LUXEMBOURG, la société 1 M PRE S S, qui va éditer prochainement « L'ANNUAIRE DU IUDAISME » dO\mande à toutes les organisations et à toutes les peli~onnes pouvant lui fournir des renseignements sur les différentes activités juives dans ces pays de le faire le plus rapidement possible. Merci ! Dernière limite: 15 mars 1949 Adresser wute la correspondance à: IMl'RESS, 6. Bd Poissonnière, PARIS - Tél. : PRO. 87-42. (Comm l!Iliq ué') AMERIQUE DU SUD AMERIQUE DU NORD PALESTINE . ccOCÉANIA )) VOYAGES - TOURISME 4. rue de Castellane Tél. : Anjou 16-33 POMPES FUNEBRES , ET MARBRERIE Edouard SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS-ge Tél.: TRI 88-56. Nuit: TRI 88-61 AIIE.NTI 0 N ! Retenez votre soiréè du 26 mars t...rI . pour ~~ilCharlesG~~.Charles\~nnuel Grand programme artistique, III nombreuses vedettes de la radio et de l'écran Les meilleurs TISSUS Toutes FOURNITURES pour TAILLEURS chez: ZAJDEL 89, rue d'Aboukir - Paris-2' Mo : St-Den:s Réaumur, Sentier Tél. : eUT 78-87 lE • WILLyl De l'ancienne c:iniq ue popu (aire Visites - Piqûres - ventClu~es 48, rue Ramponneau - PARIS Métro: Bellevlile. Tél. MEN. 56-17 • AU POSEUR DE LINOS grand stock: de Linoléum.' Rémoléum. Balatum Toiles cirées. Papiers peints. etc. Ets MAURICE WAIS 911. boulevard Ménilmontant. PARIS.XX· M.: Père-LachaIse. Tél. OBe 12-55 Su.ccursq!e : 40. rue de Rivoli, PARIS-lV- . Confiserie du Muguet ..•......•....•.•.....•..••...••..•.••..•. Société anonyme au car,ntal de 10 miUions de francs 5, rue Maurice-Korsec - MARSEILLE • BERLINGOTS" BONBONS ANGLAIS, BONBONS ACIDULES, CARAMELS AU LAIT, DRAGEES SURFINES, GRAINS D'ANIS, CAILLOUX DE - MER, PRALINES, BONBONS FOURRES, - . HALVA, etc ... . ARTICLES POUR FORAINS -SOCI ÉTÉDES CHEMISERIES OYllTY l, rue de la République MARSEILLE ARTItlES POlIR BOMMES E::::::,::::::::E,::::::,::::::: CHEMISES SOUS-VETEMENTS CRAVATES • Une remise de 5 % sera faite à nos caisses Maison R. CHALHON .14, rue de l'Académie MARSEILLE • LA MAISON DE L'IMPERMÉABLE Canadiennes - Blousons . Parapluies - Tissus Confection - Bonneterie • Prix spéciaux pour revendeu~s ~ LES PRODUITS ~'" ' • ENTREMETS SUCRES VAN 1 LLES . VANILLES VANILLINES AROMES • Efablissements t 0 DEN Il, boulevard Garibaldi MARSEILLE lmpr. Centr. du Crols9iUlt 19. r d u Orol~~an t. Plllrls-2. /;'. ROC If ON . Imprl.meur .ur. 1885 MONTRE SUISSE A RUBIS. FlUET au porteur d~ cette annonce Nos vives félicitatio'ns à nos amis .Iéna et Severin Tiefe.nbach à l'occa. sion de la naissance de leur fils Heonri. 1u#~ .. Charles'Mii VENTE DIRECTE AUX PARTICULIERS .~~i:iiIlki~~PMI LIVRAISON DANS TOUTE LA RÉGION ,CharlesIii4W~ GARDE · MEUBLES GRATUIT ... FACILITÉS DE PAIEMENT L 4-+ OU GARÇON N ET 950 F' 44 GARÇONNET. FlLLlTTl ANCIU I~ RUBIS 3185 " +~ FILLE TTE.DAME. veRRE OPTIOUE 3485 C 44 KO"'Mt.TROTTEU$E C;ENTRAL.E 4885 MEUBLES GARANTI R CERTIFICAT Le Comit1! de U .... R.E. du 150 Arr. ~ 1 l, '. 1. '1 • • Je< Mars 1949. - N" 23 _(91) .:" :. .- ' . : .... :~ ' ! "!"!.. . '; .... . . 'L'heure du choix Res, non verba. Aux nombreux problèmes quI se posent aujourd'hui à la jeunesse, les jeunes juifs ne sont pas étrangers. Le débat organisé par les Cadets aux « Bouffes du Nord > en est une preuve. Face aux menaces de ceux qui rêvent de fourbir à nouveau « le couteau de cuisine» de Maurras, qUi, songent à nouveau à provoquer un sanglant conflit J)Qur conserver p~r le faScisme _ d'iniques privilèges, beaucoup de jeunes jUifs ont compris que la voie .,du saLut .était l'Union et l'Action « J)Qur un avenir meilleur et J)Qurla Paix ». Si les étudiants juifS adoptent ce mot d'ordr e, on doit cependant regretter que la direction de l'Union des Etudiants Juifs de France, tergiverse et h ésite à prendre parti:. Des propositions concrètes .d'action en commun ont 'été faites à différentes repri5! iS au Comité Exécutif de l'U.E..T.F., tant de l'extérieur que de l'intérieur, propositions auxquelles il a été opposé un système de « neutral1té ». Certains dirigeants de l'U.E.J.F. ont-ils oublié les ann.ées de l'occupation hitlérienne, où l 'expérience a montré que la « neutralité » qui endort la vigilance et désarme la volonté coûtait en fin de compte plus cher Q'ue l'action ? Et combien de temps encore feront-;-ils semblant de ne pas entendre ies voix de plus en plus nombreuses qui, parmi lel': étudiants ,expriment une volonté d'union et d'action ? La commission des relations extérieures de la section de Paris de l'U.E.J.F. a pris position : lutte contre le racisme, lutte la jeunesse démocratique de France et du monde, réaliser l'union agissante de la jeunesse juive de ce pays, pOUir que l'espoir, devienne certitude de plus en plus proche, que demain sera meilleur et plus beau Qu'aujourd'hui! Et s'il est encore des étudiants et des jeunes juifs qUi reculent l'heure d"un choix nécessaire, c'est à nous tous, qui avons compris, de les éclairer. Bien souvent, abusés par des mots qui, détachés de la réalité qu'ils expriment, ont perdu leur sens, ils n 'ont pas horreur des choses infâmes, trompés par de beaux noms et ils s'écartent des choses louables dénaturées par des noms Odieux. César n'obtint-il pas des Romains, sous le titre d'Empereur, le pouvoir qui lm1 fut refusé sous celui de roi ? Des « plumitifs» avilis, fausses élites et aboyeurs de mensonge ont l'infamie de jouer ce rôle coupable - mais bien rétribué - de diviseurs de la jeunesse. Que nos amis ne s'y laissent point prendre. Nous ne demandons pas aux jeunes juifs d'abandonner leurs convictions, n ous les appelons à défendre leur avenir, à détendre la Paix, à détendre le droit d'aVOir des convictions. Nous sommes certain!) d'être entendus car jamais la jeunesse 1uive n'acceptera de devenir ' l'alliée de ses bourrea.,.x nazis auxquels les fauteurs de guerre, au lieu du juste châtiment, offrent des perspectives de revanche. Raph., FEICELSON, revendicative, lutte pour la dé- .,-____________ _ fense de la culture et de la paix. Le Comité de Paris a adressé une résolution au Burealu International de Liaison des Intelttiels J)Qur la Paix (issu de Wroelaw) pour saluer ses efforts. C'est bien. Mais c'est insuffisant. Ce ' qu'il faut, c'est aux côtés de L'OEuvre de Secours au·x Enfants (OSE) communique : Les associations sportives Sport èt Joie et Maccabi organisent un CrOSScountry le dimanche 27 mars 1949, de 9 h. à 12 h., au stade de l'Amiral- Bruix (Porte Dauphine). DROIT ET LlflERTE " , ' Io(-:' I'j ' 1 ~ latteur revient plusieurs lois Les photos commencent à affluer à la rédaction de « Droit et Liberté », et la Commission des JeuneS ne sait plus où donlier de la tête. Dany fait beaucoup de bruit et sème la pagaille partout, le placide et doux Lick glousse de joie en trouvant une photo '« qui se pose un peu là », et Line, tête dans la main et crayon à la bouche, est fort erpba.rrassée par ce choix si délicat. Daniel ne se tient plos d'aise lorsqu'il reçoit des lettres comme cel. les de Max Fuks, Greta He. renstat, de Paris, 4Ie J. Du. ~owson, de Saint.Quentin, et de nené Fajerweg, de Toulou sc, qui routes, nous félicitent et nous encouragent pour l'initi'ative que nous avons prise. D'ores et déjà, nous pouvons vous annoncer que les nom. breux lots qui récompenser'ont les gagnants du concours, com porteront 'notamment : des mono tres, un sac, des livres, des objets d'art, des stylos, des photos dédicacées de Maurice Ba quet, Madeleine Sologne, André Le Gall, Bernard Blier, Noël. Noël, Gérard Philippe, Claire Mafféi, Roger Pigault, nay mond nouleau, Bussières, An. nette Poivre, Lucien Barroux, J.L. Barraalt, MadeleÎJle ne. naud, etc. Mais attention : lorsque vous envoyez vos photos, choisissez celles qui ont un fond assez clair, ' pas trop contrastées, aux contours .très nets et, autant que possible, des gros plans. Le format jldmis ne descend pas au·dessous du 6 x 9. N'oubliez pas de mentionner vos nom et adresse derrière les photos que vous nOliS envoyez, et de joindre la bande qui donne le thème choisi pOur la quinzaine, c o N C o lU R S P H o V o S .OJ 'l " · Nous sommes heureux de présenter toutes nos féHcitations et nos meilleurs voeux à notre ami, Albert Klein, et à sa. ·femme, Clara, à l'occasion ' de la naissance de leu~ fils Gérard. Les enfants, à partir de 12 ans, et les adolesc-ents et a.dultes, garçons et filles, peuvent s'inscrire au bureau de Sport et Joie, à l'OSE, jusqu'au samedi 19 'mars 1949 dernière limite. Pour tous renseignements et inscriptions, s'adresser soit à « Sport et Joie », soit au Secrétariat des Cadets ou à l'association sportive Fraternit- é Y.A.S.C., 14, rue de Paradis, Paris (10'). N'oubliez pas non plus de mettre une envelopp«:,. affi'anchie à quinze francs porla,nt ,'otre r----------___________________ adresse, dans vos lettres, afin (lue nous puissions vous ren· voyer vos photos, après le concours : Bonne chance à tous 1 LE" MYSTÈRE DE LA RUE. DU VENT· DANS· LES· VOILES (de notre' renvoyé spécial P. LlCK - UL) Résumé des chapitres qui n'ont pas paru : Nous sommes à la grande époque, celle de l'impôt fortement progressif et de la Croisade de r air pur. Michaud-Michou VIent de se rendre célèbre en lançant dans le grand public La Java des Farfelus. Au moment où il se lend à son cercle, un individu' louche l'accoste dans la rue et lui applend que la fermière, profilant de son, absence, a égorgé le petit coq Martin . L ' autre le toise avec mépris et lui répond sur un ton mystérieux qu'il conn'lÎt ses classiques. , * A cette heure de la iournée, tous les services devaient travaill er à la lùeur de la panne quotidienne. L es emp loyés qui s'affairaient plus ou moins entendaient à travers la porte la gTOsse voix de Mlchaud-Michou: - Enlin, y avait-il de quoi se 'plonger un couteau dans la cuisse ? .. A laquel le une autre répondait : -- Quand on songe que son impresario, un affreux boullTe. s'est tiré 80 balles dans le crâne et qu'il est mort des suite~ de ses blessures ! - L'enquête n'ayait-elle pas conclu .à un empoisonnement par l'oxyde de cuivre des balles? - Bon Dieu ! c'est vrai ... Le.s deux hommes sortirent ' en coup de vent et atterrirent chez la buraliste : - Une échelle, s'il vous plaît! - Avec ou sans barreaux ? - Sans barreaux de préférence, je suis sujet au vertige! El c'est ainsi que le célèbre Michaud- Michou entendait conduire toute . l'affaire. A vrai dire, ce fut elle qui le conduisit, et si elle n'avait pas eu son Rair de baleine enrhumé, le funiculaire serait bel et bien parti, et avec lui toute la rue du V ent-dans-l es-Voiles. C'était précisément au N° \5· de celle rue Que le garçon avait rencontré la lille et que la lille avait dit au garcon . - Dans un vrai roman' policier, t'aurais oas J'droit d'me tuer ! - Voyez-vous ça ! La belle gosse Rouge-à-Ièvres, petits oiseaux, collection Masque de Fer, sac à viande. cache-nombril et « tutti-quanti )) ! Peildant ce temps. les uns partaient en principe, \-es autres en autocar. Bien mal leur en prit, car c'était le temps où Rosalinde collectionnait les épingles à cheveux et où Michaud-Michou relisait le dictionnaire de La Rousse (pour les amateurs professionnels de détectivismeprivé), à seule lin de s'en servir comme arme contre les raseurs de bitume et les friseurs de poteau d'exécution. Mais èela ne devait pas touiours lui réussir, car un jour il s'entendit déclarer par l'un d'eux trois: - Je suis un rédacteur libre, moi ! et je prendrai la marque de roudoudou ou 'il me plaira! - Tout doux ! Tout doux! Le chenil va ouvrir dans quelques minutes et vous serez encore à mesurer mes chaussures à cell es de vos collègues ! . - Ça vaut bien la Java des Farfelus , entre nous.' C 'est à ce moment que la chose se produisit ... La suite en ut majeur ga lvanisé, au coin de la rue et à gauche. (Ce feuilleton n'ayant pas de commencement, on ne voit pas pourquoi il aurait une su-ile .) S~mlbte Toute la journée, dans ma rue, H y a Ulll piano qui égrène ses (ausses ItQtes. Evidemment, il ne les fait. JI·as tout seul ! Ce n 'est pas un piano mécanique. On les lui fait faire, ou p:utôt, on les fait sUr lui. J'ai fini par être frappée Par le fait que les sons tirés de cet instrument auraient donné , le cafard - mais un cafard noir, uu cafard implacable à un régiment . d'aviateurs. Et tout le monde sait qu'un aviateur est bien le plus joyeux des vivants ! J'ai voulu savoir quelles mains pouvaient ainsi témolgner d'une prédilection si fidèle pour le genre ({ Sombre dimanChe » .. .Ma concierge qui s'e'norgueillit du titre de « gazette de la rue Beauséjour », prit des airs mystérieux pour confier à mon oreille curieUse qu'il s'agissait de M. JaCk X. trois étoiles, fils du général du même nom. Scrogneugneu, quelle aventurt' L .. 'Me voilà, de l'air le plus IDnocent du monde, partie cal'illonner chez le général. Car il faut vous dire que le fameux JaCk, dont on a angliCisé le nom (Wur faire piUS noble, ayant jadis usé ses fonds de culottes, cOmme tout le monde, sur le banc du même square qu-e m(}i, je dimancfie m'autorisai de cette anCienne amitié pour venir lui rendre une petite visite. Et j'ai contemplé enfin de près le' piano aux fameu~s fausses notes, le's mains fines et b'anches . et le front lourd d'ennui du garçon. JI n'est pas malade, non. II ne fait rien parce que le fils d'un ' général. avec en plus un tel nom, cela ne doit rien Caire. C'est de bon ·ton. A un mOment, il m'a dem! l.ndé, d'nn air las, comment chasser tennui. Alors, ce que je ruminais . depuis Quinze minutt's, m'a tic happé. Je lui ai dit tout net que je n'avais p,as le temps de m'ennuyer, qu'au-cun de mes amis habituels ne s'ennuyait, que la marchande de Quatre saisons ne s'enn~ie pas plus que le méCano du Bourget. Et qUe l'ennui ne s'installe que si on ' lui accorde du temps. Il a eu l'air aussi étonné que si on avait. devant lui, dé croché la lune et m'a demandé tout de go ce qu'il pourrait bien faire de ses dix doigt s. Evidemment. le prob'ème est d'importance et médte r éflexion. Mais l'essentiel est qu'il ait compris qu~ « Sombre dimanche » n'est pas une musique française, ni une chanson pour Ics jeunes. DOUCE. -',. DROIT ET LIBERTE . 1er Mars 1949. - N· 23 (9" UNE VIE DE CHIEN Nouvelle de SCHALOM ALEICHEM (( 'ETAIT un cal~ot maigrichon, muet comme une carpe, et qui n'attaquait point les gens,_ Il n'aimait pas, comme ses congénè- Approchf'z donc, profitez-en ! leur res, déchirer un pantalon, mettre dit-il poliment. une lévite -en - charpie ou mordre une - ya,s-y, coll~gue, nous .ne sommes jllmbe. - pas jaloulC~ lui repondirent-ils, très cour- Vous grognez tous ,inutilcment, tqll1cha J ouc, un noiraud privé de sa queue. Laissons la parole à Rabtchik, i jamais vu de loup. Il crut rcconnaitre nOU" l'apprendra mieux que personne ... un collèg-ue, s'étira, se dressa' sur ses Alors l'affamé s'allongea pour raconquatre pattes et marcha droit sur son in- ter r.on histoire, et n'en oublia, pas un tertocuteur, détail.., Aut(,ur du conteur; ses collègues ' ._ Qui , es-tu, demanda le loup, hau- - étaient cou'chés, l'oreille tendue, Selil le Tout le monrle se plaisait -à. tourmen- tois, tain. D'où sors-tu? Qu'est-ce que tu spirituel Rudec coupait parfois le récit tet' ce pauvre Rabtchik, à lui flanquer Mais soudain un joyeulC driUe- lui un coup de bâton, à le gratifier d'une ta- _ sO~lffla dans le tuyau ' de l'oreille " loche dans les flancs, à lui jeter de gros- « Eizig! " Notre Rabtchik eut un surses pierres ou ~ vider sur lui le _seau hy- saut, se réveilla et chercha vainement {ais là ? , pour gliss~r t\n « bon mot lt. Mai_s, fu-_ Rabtchik exulta de joie: voilà un con- rieux, JOlie lui demandait de se t~ir<e. Le génère à qui je pourrai ouvrir mon coeur ,calme rétabli, le choeur cynique aboyait: de chien misérable! Et il raconta au - « Continue, continue, ~on virulC, il est giénique. Pour la communauté, c'était là la poubelle d'abondance, compère toute sa vie de cbien errant. A si ngréable d'écouter des histoires après un plaisir, sinon ur. devoir. A l'aube, il visila toutes les cours à la . recherche d'un morceau à manger, mais la fin, il eut même ce mot sincère: d1nQeur,a .n. d» Rahtchik -eut fini, Zusec causait seRtéasb tcqhui'loc,n alpuriè sn ruondeio -duea it cesg éngé-rraecuiesue-- ne trouva rien. - - Tu sais, je voudrais tomber sur un ment, ne se retoutr'n ait .,p as pour protes- - Peut-on rasser la croûte chez vous? lioll, un ours, ou au moins sur un loup! demanda-t-il aulC collèg'ues. . Et ' f' :> d d 1 ter, comme font ses pareils, hurler ou __ Pas ici: dans la cour voisine' peut- 1 - ~ qu en erals-tu. eman a e montrer les crocs. Non ! Rabtchik cour- êt Oup. bait .un peu plus l'échine chaque fois que , rle l · .... t t t 1 . ç t - Ce que j'en ferais? Eh bien puisl es coups p'1 euva'le nt c1 r u. IlJe'ta'It d' es ' t VISI l a o'u eés es cours, nmaIs rei u 'au "11 fa u t que j. e crè v e d e fa'l m, ml.e ulC cris de vive douleur : haou ! haou ! par. out a mem~ r pÇ>nse .. , . aVf a .'sa vaut se faire dé'vorer par un loup que Ap ès q o' 'l ' t \ t t . b 1 polttesse, et déCIda de recounr à 1 actIOn périr pitoyablement! r . u 1 1 coural , a ou es jan; es, a directe. ]\1"lheLlreusf'mf'nt pour lui, dès queue basse, se fourrer dans sa nIche. Il! 'è t t' ï t b 1 0 - Parfait! répliqua vivement le loup y demeurait plongé dans des réflexions la premljre dt~nba dive d' 1 t 001 a ma.. n en faisant claC]uer ses machoires. Sache cvnl. ques, ou, al l' occas"L. on, fa"t salt 1a le' rcg'artc a IaR or é~ raIvt ert s, lpl'U S toinq ue .if ' SUI.S lo up.' J". al gTancl " envIe cl e c11asse aux mouches UI mon ra es crocs. su a : 1 eu a souper de ta carcasse. Il y a trois jou-rs D , . . R h '\'[ :> p queue coupée et fut chassé de la ' boùr- que l'e n'ai rien dévoré! ou venait a tc li {. ersonne ne gade connaissait sa généalogie, ne possédait ' A ces paroles, Rabtchick se recroquele moindre parchemin sur son ascen- lA LORS Rabtchik-Sans-Queue se mit villa, et un tremblement secoua tout son dance. U à la recherche d'un nouvel asile. être: Dans sa pauvre vie de chien du Dans la bourgade voisine : ac- - Seigneur loup, Ô mon maître, supghetto, il eut affai_re Il Paraska. C'était cueil chalcureux, souhaits de bienvenue, plia le cabot en pleurs, que nieu t'envoie une Petite-Ru5sie-nne qui travaillait à la cyniques voeux d'amitié, congratulations, un meilleur d1ner! Que ferais-tu d'un journée chez des bourgeois, Dès qu'elle et tout ct tout ... Mais lorsque vient le maigriot comme moi! Je t'en prie, aie l'apercevait,. tout ce qui 'était it portée de moment psychologique de la poubelle, pitie de mon âme de chien ... sa main lui étajf bon pour frapper. ;Le on fait la gueule, on ronchonne, les crocs Ayant dit, Rahtchik laissa tomber le plus curieux, c'est que Rahtchik .se plai- apparaissent. La , peau du pauvre Rabt- bout de queue qui lui restait, courba s-aitl à rÔdai ller clans les parages de Pa- "1'~"';(!~'.r~Hw~r··i ~!J,~.~nt.'1 "" '.Jl ~~'y , ras {il. ~' •• ,t~~f,Jt1:..t. .~. !:" ~:~. ; '-i~;y>?g;:l~-,:f' t~.I~,1.l:;qll 'r-_4::;~; 1 Cétait surtout quand ell e avait de lJ~ t~?ii.' ' .. ~'~_ • 1- ,';jJ _.:_.~,,~;'f',,~,',;',~'~,I,~' " l'ouvrag'e que Par-aska s'acharnait sur -.:,"r /!: ~~, . '. ~~/.('i'·~. J; , ;~~. "" : --c ' I;,~ _~I~-"JS.~- . 1 . • ". - Charles '::\1 - . la pauvre bête, Faisait-ellc la lessive? ' \~ _ ' _w ~-,! .. ': r", ' " _ '~ ~. , • • , _ RabtcJlik recevait un seau d'eau. Badi- '-..: geonnait-elle ? il recevait toutes les pierres qu'elle trouvait dans la chaux. Pour é<:happer aux projectiles, Rabtchik apprit l'art" de sauter; il bondissait comme une balle au jeu. UN jour, il jura de ne plus remettre les pattes aU village, et tant que ses {}attes purent le portel', malgré la douleur, il coumt. Il atteignit enfin une !.>ourgade, et , lia connaissance avec ses congéneres de l'éndroit. Ils le humèrent, le flairèrent, puis ltù direllt en choeur: - Soi:'> ,le bienvenu, compère ! _ D'olt yiens-t~: quel est ce sig-ne que tu p'ortes sur l'échine ? _ Ah ! gémit Rabtchik, ne me le demandez pas ! C'est· trop long à raconter... Peut-on trou.ver asile chez vous '? Pli ur une nuit seulemen.t ? - M<lis, comment donc, avec le plus grand plaisir ! répondit le choeur cynique. ' ., Illustration de M. SAHEL affaires avec Syrco et Rt:ldec faisait des propo!:iitions li. Joue qui ronflait comme un cheval. A l'aube_ le crève-la-faim '>était aulC aguets, ne quittant pas d'une semelle le boucher. Il regardait dépeèer, hacher, désosser les quartiers de viande, De ses bons yf'UX il caressait la graisse ct le sang. la salive au museau. De temps en temps, le boucher lançait des bouts fort comestibles, mai's' la compag-nie bondissait si prcstrment pour \es happer qu'il ne rèstait rien VOU" ce pauvre Rahtchik. Un petit clébard observait, mine de rien, le boucher. Celui-ci ayant dû s'absentt'r un instant. le cahot sauta sur l'étal et g-oul ûm~nt devora tout ce qui lui venait sous les cro('s. Ses collèg-ues l'en _blâmèrent : :sà conduite jetait le discrédit sur toute la corporation, _ Trop C'yni<jue! cr~chèrènt les uns, _ G'est ~\ voul\ dégoûter d'être chienl pestèrent les autres. ll'EPENDANT, au milieu de toute "- cette animation Rabtchik ne voyait pas d'issue a sa longue mi sere. Il fallait agir! Suprême résolution : tous les camarades s'éreintaient pour attraper un os, eh bien, lui aussi s'éreinterait! M'ais 1\ peine s'était-il risqué au centre de la mt'Iéi' qu'il se sentit mordu de tous 'Ies côtés, livré 11 la vindicte publique. Quelle ardeur 1. lui régJer son ' compte 1 Rahtchik laissa sur le terrain son bout de queue et réfugié dans un coin ·, se mit à p.9u,>ser des hudem~nts douloureux et lug-uhrt's. _ _ Tu, miaules ma:ntenant? lui . demanch J Ol!C en s~ pourlec.hant le museau. _ _ Comment ne pas pleurer? geignait Rnbtchik, le suis le plus malheureux des chj t'ns~ J'étais ,essez candide pour croire qu'on pouvait tr011Ver f'ntre c~marades sa pflt-\lre C1uoticiienne, l 'ai faim! _ Tc. ~a;~ ce que c'est! .le 'mè- mets volontier" chns ta peau... ,6CQrchc.'e, mais, hélas., il;' ne puis rien pour toi. C'est la luttê pour lil vic! Chcz nOIl';, chnCI't1 a son ho'wher .. , _ Ah! rage;\ R~bchik, puistl"H' c'est ainsi , jf' vais m ~ cuirasser (le courag-e ! Oust, clte7 lcs bouchers! 1\ Toi aussi, je saur"i g-a!:!'ner leur cre ur ! ' - Et. la question de la bou(f'? s'enquit Rabtchtlc Comment calmez-vous la faim quand l'estomac réclame? _ Bah ! on n'a ' pas à se pl<\i~dre, compère, 1\ y a partout des poubelles et, ave(" la chair, Dieu-k-père a creé les os· Que les homm ~s grignotent la viande, c'est égal, pllisque le,> os peuvent tout aussi hien sat isf aire nos boyaux. chik, déjlt assez malml'née, en montre -de toutcs les couleurs. l'échine, japP<I, minauda, au point que le loup en fut écoeuré : _ R'lmasse vite ta charog'ne, et va- _ f)'arcord! dit louc, pOllrvü quc tu ne te risQllcs pas che7 111 on houcher! Care It toi. si iamai" tu approches de mo" hourher! k te coupe ton rcsta,ot de Alors le cn bot, se résig-nant, fait ~He C]ueul' 1 Compri,,? ultime constatation : les hommes, ccrtes, sont mauvais, mais les' chiens ne valent pas davantag-e. Je m'en vais vivrc parmi \cs fauves d ~ la forêt! t-en Il tous les diables! Plus mort que vif, Rabtchik ne se le laissa pas dire dcux fois. II déguerpit tl toute allure, sans oser se retourner, dans 1 .. direction de son village ... R<ll)tC'hik quitta sa stérile retrai te et partit, rêveur , faire risctte aux ma rchHncls de viande, pOlir son coup d'essai, il sautiLl a, lé- - Comment les m~ttres s? ,conduisentils 1.1 votre ~gard ? ·demanda Rabtchik en ag-itantJ1erveusenwnt la queue. ' _ Ah ! les ma1tres sont partout les maitrcs-, soupirèrent philosophiqu~ment les cyl1lqtlC's. Alors on changea de conversation. _ Et Paraska ? s'inquiéta Rabtc:hik. - Quelle Paraska ? _ Mais, voyons. Paraska, celle ' qui t~ait les vaches, frotte les parquets, ba? I~conn e les murs, fait la lessive. Quoi, ICI, on ne connah pas Paraska ? Notre Rahtchik erra deux jours et deux nuits dan" les bois solitriires. Il avait Ics entraillt's serrécs, le -wntre crt>ux, l'lime sur le bout de la laogue, prête it s'cnvokr. La soif se mit d(" la partie. 1\ ne lui restait qu'a s'étendre pour que la mort \'1nt le délivrer. Seulement, .fait curieux, c'est 1.1 cc moment-là que la vie lui sembla digne d'être vécue. ITaras~é d<" fatig-ue, tenai llé par la faim et la ~oi f, il se coucha sous un arbre, la langue p~ndante. Toujours la même ohsession : Oit dénicher un crotlton? Comment atteindre un os, un~ flaque d'eau? La misère et ks réflexions rendent philosophf' : pourquoi, son g'ea-t-i 1 , moi, chien, suis-jc plus malheureux que beaucnup d'autres cdatures de Dieu? Voilà un oiseau qui regagne son nid, un lézard qui disparaît danS sa crevasse ... Un vermisseau se nourrit sans peine, itou les araig-ntt~ s et les fourmis. Bref, A l'a~-cueil qui lui fut fait, Rabtchik crut pouvoir remarqucr qu'on reg- rettait son absence. Machinalement, il revint dans la fameuse cour où il avait connu tous les malheurs. Mais, devenu un peu moins fataliste - tant il est vrai que les voyag- es forment la jeunesse - notre cabot courut au marché. Rayon de la bouchene ... _ Sois le bienvcnu parmi nous! D'où cha les g": noux des bou('hers ct remua rach ieusement 1'icl("e dl' C]lwue qu'il posst\ dait encore. Un g-rand diabk dc bour11<' r s'"mu"a It lu i lanc<"r une hachette, Rabtchik, h ~ urellsemf'nt, savait sauter, et rC-l,,,<;it a <"squive:r le coup, _ Tien", tu ne clanses pas trop mal, n'li lla Ruc1ec. m~me beaucoup mieux que compt're ZIISC('. Vien" donc lil, Zusec tu ver:-il" <'om-ment on danse , .. Et Z"s~r de Silutt'r sur Rahtrhik, Mais Rabkhik ('tait Il hout de patience, il cnfonca ses crocs clans la chair mol le du caniche, le pi{tina, le terra.ssa et le morclit cruellement au ventre , Tl so veng-cait sur ltli dt' tous ses m~,Jh (' urs p<lS~('s et pdsents, Apr~~ quoi, il ,,'rn fut Il toutes iamb~ s, Les cabots le prirent pour un fou. Voilil des chiens heureux ! songca Rabtchik cn s'étalant de tout son long SUI' la terre de Dipu. Il était encorc ~\huri de l'affirmation de ses coll~gucs - Quoi ! un pays sans Paraska, sans Fizig-, sans g-amins qui vous pourchasscllt toute la journée ! t:t moi qui croyais ne ricn pouvoir trouver hors de mon patelin! _ Il finit par s'endormir et fit un rêv~. Il se trouvait dcvant une poubelle où foisonnaient pa in, houts de saucisse, déchets de viande et trog-nons. Quelle noce. ! Il n'avait . quc l'embarras du choix_ ..:... Bon'- appétit ! lui lança le choeur des cabots indigènes. toute créatllre a son ahri, trouve sa pâture quotidienne. Moi seul, misérahle .cahot, ie suis dl'nué de tout. Uaou! ha ou ! haou !.,. _ Qui gunlle comme ça clans la forêt? dcmanda compère Loup qui traînait une (aim de trois jours. De sa vie de chien Rabtchik o'avait es-tu? C'est par CC" mots qu'on reç-ut Rabtchik dans le monde canin. - Mais je suis du pays! retorqua énergiquement le maigriot. Vovons, un concitoyen ... , vous ne me remettez pas? Rabtchik! _ . Huni, hum ' .. , Rabtchik, pas tout à fait inconnu .. , _ Mais, colll'gue, quelle est donc la marque que tu portes sur le dos? demanda Zusec, un caniche maigre et astucieux. _ C'est pour ne le point perdre ... que son malt re l'a marqué, d~clara Rudec, un barhet rousseau, ,ou peut-être est-ce simplement un grain de beauté ... Il {ourut jusqu';1 un champ, où il se coucha en travers du sentier. La g'ueule entre les pattes, d·- honte, pour ne point voir le so1l'il éhlouissant. Désormais l'~charn('ment des moustiques lui importait peu : Qu'ils c'rouillent, qu'ils me dissequent la pea.u! Eux du moins, qll~' se r~g-a l(' nt. Et il song-ea , c'est vraiment la (in du 1110ndc, qu'un chiell ne puisse vivre honnt'tClTIent parmi ses congénères -

Notes

<references />

Format JPEG