Droit et Liberté n°115 - octobre 1952

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°115 de octobre 1952
    • J'accuse toujours vivant : hommage à Emile Zola le 9 octobre.
    • La presse antisémite redouble de haine, Maurras aggrave son cas.
      • Une absurdité, une mystification, une profanation par le RP Henri Berger
      • Les antiracistes ont le devoir de s'unir par Jean Pierre-Bloch.
    • Grand gala antiraciste le 2 novembre
    • Droit et Liberté ouvre un débat sur la paix.
    • Mais Ahmed était innocent ! Par raymond Lavigne
    • Un article du député Sud Africain Sam Kahn : galerie de portraits des malanazis.
    • ABC blanc, ABC noir de notre correspondant aux états-unis Stetson Kennedy.
    • Billets aigres-doux : pentagoneries par Gabriel Timmory.
    • Le MRAP s'associe à l'appel pour le congrès des peuples.
    • Charlie Chaplin à tous les hommes :unissons nous.
    • Imposons silence aux semeurs de haine
      • La haine raciste sous le coup de la loi par C.F. Levy
      • L'antisémitisme est antichrétien par J.J. Bernard
    • Il faut sauver les Rosenberg proclame le rabbin Meyer Sharff.
    • C'est la rentrée, pas pour tous les enfants du monde.

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

jj J'ACCUSE TOUJOURS OCTOBRE 1952 30 Francs N. US (219) (Voa on po.çe 4). UNE ABSURDITE UNE MYSTIFICATION UNE PROFANATION que la Justice doit faire par le Henri R é véren d Père B ERGER Un article du député sud-africain SAM KAHN GALERIE des " de PORiTRAIITS ' mala nazis" t9iS..I952, Conun<. cll .. ont été richt11 til êvénOJntnt$, ._.. nnné<.s! AnnE.., de l'oraAe qui couve. .o\u Pnrlome~t;tuu• le$ leux se sont c<>ncentrcs sur los •lruire- s Jntt'rieurCJC. L'in~i dieu· se détérior3tion rl~ o·chttions t..lfllre r'dCfr!t, conunrncl!e ttn 1652, ""ait abouti 1 il 1~ tru· Rédie de 19~8. dule {o laquollc )cs n~o-ulionoJistes\ croise· ment entre llaA~ii.KaP-•:rn· Richcecl<i Ol ct Hill<>r. prlrCill le pouvoir. A un rythme ac.eeléré, ces collobomteurs nltartles •lu nnzisme lib~rèrcnl le~ lrA.ilrC's. cmpri~onné~ J)endont ln $UC-rrt; supprimt!renl h.1 Con· seil Rcprésènholor olC'l> lntliA'i:· nes: rédui~irenl C!ncort~ Je..., maigres 1ib~lés existantes par b ""I'Prc~fle>n <1<>< IHll>sl!· ports, la ec.n~urc dt-s Jour· naux cl ~it.~ lhTcs-; C'nnfbqul·rent les mundnls êJe<".fotn.u:oc de5 .gcn~ •Je ~oWcur: re~scr• rbrcJ>I l•s !Pnaillcs ~ruclles de ln .oeJirPJt•llon: on puni-rent Ja tra~;thlie .._ll le l.léses .. poir tlans- d'innumhrahtc'> f0).1er.s pnr la Joi sur les Zones d'HaLltnlion cl l:a loi ,\UJ" les ~l~rloges ~nxte$; (·~la· bous.séront de !lion~ aldC>tln )tl ~OJ ronl{(• tiC" t'(' J)RYS~ :~1 tSuite ]'J.ace G.J lf. Smn 1\.~J/N. ,:lu titi fJO!mlalfot•l Noir~:t tm Pm<ltmtlll Suck.t(rlcain, a tié rectmmt!lrl dr~hu rie sem mant/nt tir d~pulë pur la mer/or-il~ < JtnliQtlatislc qui appuie ,,. Dr JttJIIln ... hr{ du oout•crn<171ml. C<lul·<'i aQttit di_rlurtJ ([u~fl < ne loJé.rcro:it _pas au :Parl<'Jnent un déJ)Utl> qul récl;tlll~ des drolls Ol,!llliX 110ur tous sans distinctiOJl de ro~.t:f!' ,, L'nrllrlt 111t nous publfon• ri-coutre lrnce le porlrail dt qtu.:lqm·1-.uns dt!$ llétdt:nfJJîls dt. Ma.lun. /e$ < mala· na:i$ tommr on lts 110mme ltr·ba~ ... LES ENFANTS-TEMOINS te. llord-Aidealn• ..ont nom· breu:t dana la xl§gfo:s : 7.000 à Hayang•. plus do 20.000 maz. à6s. m.!térahleo. autOUT des- J>&- Onn,. un !;raorJ ~o.•nlhotr$13'>tne. h:!ô Nvirs rl'Afriquç du Sud mCncnt <·n ('C moment unê :1.'\ll-r rampaRJ'e tlu c dé~obltissancc ml~ Joj<t inju~te-s , c'~f.;'t ... dirc :Hix Jotç \fe discrlminnUon mrialt•. Sur nnlrt- clidlé' de~ .:\nh··., ~..ont munti-s dnn...~ un t J~Jin rëSf>n·l· aux- Ulnn~. 1·n Je!ltt' tlt• Joh:lnn{·\h(HJrg. <oir nus- in(uJ·uulliun~ en n~!lf" G.) LES AFRICA'S e" eal la c.enfc.ée ... sections du M. R. A P. et à A B C BLANC, A .B C NOIR (De notre correspondant aux États-Unis Stetson KENNEDY) DANS 17 Eta~ et à<O)a la copf! ale d .. U,S.A., Jl est lltégol pour vouo ou vos en· !ants-, de S\ÙVl'è' las coura d'une école publique ou prtvh "vec dft3 porsonnH d'une <:tuu:_e r«:ê. A "" Etat. u !<NI asO\Itor l'M>ona- qul exige la ségr~· Le journal de )alias Streîcher •• DER STURMER reparait en Allemage occidentale A l'ho·un o(& aou mettons sq,us prosse~ une nouveiJe ac-an· dalèu.se DOUS parvitnt : DEll ~TllliMER. le c4l~bro Journal q4c:ia11J,4 daM l'cnli•émHisme, que JuUu• Stz"oieb•r publiait au te:mp~ df: Jnller, a fait Al r•ap• parltion er1- Allemagne o«idtn• tala. 11 eat en. veule â- Dilu:old.orf at dan• pJu.ai.eura CWlrf!• •Ules. mcriJ le Uau d• publi~ou in· dlqo6 est .flcti(, de même que le-• ooou doJ iownaliatu qvi._ le dirigent. Selon di"Ytn-'01 informa· fion.a. U sora:it 'dit' tl diatrihuê pqt uno organ!aatlon néo·nO-àe (8tolto pll.(c r,,) Uon dCJia tes écoles primaires, et la permet do'"' los gJOndos l écol.s 1 ton-dis -q~é le Nouveau· t 'Mexiqu&. le k'ana-o.J, rtndtan~ el le V/yotn.ing ont cru.w voto Notre corroapo!lda:nl oux Elcriii-Unla Stelson Xencody. riont de puhUer1 en coUabo· raüon ovec Elixcbetb Gard· ner~ un livro soHdemeot do· cumoat6 : • Guida _pour I'AméYiquo raei&ta •· Noua en ext.ra-yonf quel· quoa pcbtClg•• lW' Je rucis· me b l,lcol•· des toit penneHcutl e-xpre~ ment la s~r~ation raciale à a· .. -eolé . Dans tout"' les rêgtons. on Jo lp\ de st-~règation eet en vi· -queur. U y -a mo.tm. de vln9l Noïn> OC"cupont un poSto d'Etat deme los koles (tri9n qu-e un tte:s- envlron de-s "èv.ll.3 soient dos Noirs) Mal• J>01 o;tlreur< la. sé9J'égallou b l'kol~ n'f'a1 nW.Jem.ent confiné~ au:-t :22 Etats. quJ ont volé \ln~ lol à té su)el .Dara s;:ce~que tou:; tea: ouh'Et Etats. t ... outcrilk locales )mlliquent une. s.égrê-gaiion de !ail Blen -qu'un oombr~ · lmportcmt de ' q~n.;. ..d9 couleur • vivo bora à~ Etala oil: .'!~vit Je lo! sur la •'grl-çration, ils sont SO"'.!· vent mts. par du moyéns- exita ... l6q<rux dans dos 4ooles •1 cl .. clcssea d~pat"ée$ dom: l'e-nse1· qneme-nl primair.q et même PQJ· foia dahil l'on-tetone-rnent aupf .. cliWr. UN ENFANT BLANC = DEUlC ENFANTS NOIRS A l'excepüon de la Carollne du Nord, du T enn<e.&s~ al. du Marylqnd, tous 1.. Etala qui exigent J.a Sêgr-égcilion ckm.a les- 6colu pritondeni qu'eUes aeroot • e-épod·es mais é9oles •- En réalité. ee principe n·a jomalo été mio en pratique. ... Si vo~s êtes. un t{oîl', l'Eta' doprmaera S7,S7 dollars pour votre ~uc:ation chaque anné~. taocliJ qu'U doMOTU 10-1.66 dol· lON pour un 61-·h& bJano. Votre profHHUr 1ocebcra en moyenno un lr<:tilctnet d!it 1.139 doU!IH par an. contre 1.&:0 à un p-olu!!eur blonc. Il y cwo. en moyet...ce 35 âtudicrr. 1s daru; votto cb::a.t$g ot lOU• toment 28 dan' h!$ elaasn pou.r lea blc:noa. VoU5 o\·ez ?2 ahanees aur 100 de rutor à l'<kolo ente lt ot ($uilt pa~r !!-). 1~ .AIN! S CIE INilUJ IMIIE~ 0 ~qe2 e Gdbri~l TJMMORY Penlagoneries Page 3' e M• Claude-Fr~ric LEVY : La haine raciste sous Je coup de la loi. e Jean-Jacques BERNARD: L'antisémitisme .,gt anuchrétien Pqge 4 · e Un débo.t sur la paix les réponse~ de MM. le rabbin BA UER, M• Bl..A VJER. André BLIJM el K.ROL e Charlie CHAPUN s'adresse au:-; homm,.s. • !..a vie du M.RAP. Page 5 e Le dlsc.ou.rs prono)\cé par Anatole FRANCE aux obsèou<;>S de ZOLA. • Claude PARIS :L'exaltante hisfoire d'une lettre. r . • DltOlT &T Ll8f RTI BILLETS AiGRES-lOO lUX par Gabriel TIMMORY PAS - PUISQU'ON NE VOUS LE DIT PAS PUISQU'ON PENT AGONERIES -~ M. Eismflowtr. morall#<. A DMIRONS, général, votre multiple acUvlt6 : voua occupiez hier, ayant mené lea Alliés à la vicloiro. la p lus haute place dana l'armée: Gentillesses ... • De Malan piS voua on briguez JXIur demain une aussi élevée dans la politique : mais. dès aujoUTd.hui voua voua on assurez d'emblée une non mains éminente dana la philoaophie, n VOUS a suffi. JXIUl Ja conquérir, d'une aimple ~tite phrase à l'allure d'axi<~me: • La tibre moro!• dea Français s·ast désmt.égréo do SO "·· • Du coup. •oua opportu Cu boncos qea.a doiY.alt dau lu mttbodea d• la pen· YO~ ))4_1)!.,. e Noua •ommea. de ue otl9b:lallt' aptci&qu•· noU phu nmcvnlors. coe mtJtt cnn'ric:a:io. : pour la nous nou. ohstinona à nout premi~ro fol., la .tibre mOt"Cilt* t"a:ppeler l'occupatiOD. !" (u- ouimll•• aott à une mati•re silladn. la. Ge.ltcpo. Oro.do\&1', preml~r• comm• le hot.. le et les foun er•motolf••: 110\11 fer. le aai•re ou la houlllt* DO nous houuone donc poa.. aoSt à U.D produit mcuuaf<tcturf avouons-le, fuaqu'à •otre ••· c:omme lo toUe, le cbap ou r4nité : meria U n'til J)Cll aOr 1•outomobUe. •• Yolt attribuer q_u• noua souhattlona 'f a.t· un pou.rceotage qul df:termine teicdte ... JOD df9T' de pw•t' ·~ pa.r cons,quent, son prl x~ llentbt d •O\ltrea •oleura apirUuoUea rec:evronl à Wcttl Street une cote. doat ••• ap,culaléurt guetteront lei Ou~uotio~ : cp&~• lJ Yout. la morale "a:nt mis. tD a.dlona. la •ertu va de•enlr UD placemoD.t de ~r• dt fcunille : 1ea chrocùqu•un tiocmden publieroot quoti· d~nn•meat eon coun. en le C'OIIl&Mn1cmt dOJ)a 1• style qui leu.r eat proprt : U. noua in· tonneront q\le la aog:•u. 10 domcmd• peo. qu. lo pudeur etl d'loiM'e. la conscie.nc:e lourde tl lo lu•ti:ce h6sitcmte. que la choeit• offre dta sympt& mes do rtptl... que la: temp6tOOECt OAJIOllCt dt meil· leur•• diai*Jitiona, que ]e eourcrge ne mo.nque po;a de formet6 et que la prudone-• se tbtne. De l'impu.I.-Jon donn•• b ee nouveou gen.re cl'o.Ualrea nat~ tronl probabl•m•nt des trusts qui OD dratn•ront 1.. l:u\n•&~ ce• : •oua en con.atilue1. d61~ un n occopcrrot la macrncmi· IIÛ~. b fUI UD tempe OU l' Ami• rit(llt, •Ugmatlacmt Jts boe· Au moment xnirno o\) Jo voua écris , Chaplin. lndhlta· ble chez voua. est u~çu à ton• dru a•oc: un tnlhoualaa.mt qul l'a:ttODd Will à Parla : est-ce aouloment un monti1· leux com6dien quo l'on ac:~ elcrme ? Non. : Cbcrpll.D. bite qu1l aoü "' Il Whll.cbapel, apparaît comme lt rtprbtobm: t cfun~ Am'riqut qul noua dem.ewe clMr•. celle ct. lloo-M'f'OlL dont noua ••a•rona la mémoir• : et!e ig:tsoro Jea • pentago!2.eriea • qu'oc PJ'· lend nous imposel' commt «r· tidH de foi : •Ile ae clt"•a contre Je dHpoti.ame Mnl pr•· tendre Jnatauror ton h•o•mCJ'4 nie: .mait Jm:ncd• elle ne d'· rdg-ra le paye quf, Jaclit.. l'o-vait affranchie de 1er ltr'tJ• tude. C.tt6 Am6rlque-l& rttte ivant• ot retrouvera. que1- quo jour, auoz dt fore• pour umtnor !e krcrck do1 .ophJI• n~s crtlcmtlq:ues : oJort let Frcmce-.. q\lt YOUI YOUI h&tez bop de déclarer d•c.hve. Jra. ton:ù.Mra aYOe elle dcnu le r~~ de lo .,.rJ.O#.Dt hu· r':laine ot l'cr:mour dt la U· hCJnd o• • lH Hu.n. •· mau· ;...::~::=.---------diaacit leo bali•• d\UD-dum. AUJOURD'HUI ... • 'Soyes gen1ifs pour grand .. papo ,.,,, SoU$ ce titre, M. Pierre Scl:r;e, daru- Carrefour, té!nM de rldicvliser' l'oction mené& eontr'o Mou l'ros. Mourtos ? Un joyeux luron inofftnsif, Pourquoi fui prêter ot· tcntion ? ... D'oitlttJrs_, ovc-ot~ouen-e, • personne • n'anoàtoit d'importonce au~ .flucubro;aons de l'Act loft Fro-nsoisc-. Au oontroite. • tout .. monde • s'en crrvenissoit. M. Pietr#! Sciu n'oublié qu~ peu de chos6. D'abord que l'inconscience, lo pos.slviré, les COI'fi!Piicités d'ovoM .. g~rre, justement, ont .permis lo dtJo•te: et- l'occupation, Et que, l'occupation venue, quand MourtOs, protég~ por let boïonn.ettes noxlcs. injuriait_, me. noç.oit le$ Juif$ ou le: patriote,, ce n'était pJu$ um· plaisanterie, Tout le monde ne s'tn dlver~ tissait .pas. HIER. .. Au foit, en « temps.-là, que faisait-il, M. Pierre Sciu. ou .. 1outd"huf fervent goulhs.ce ? Il chontoot 1.-s lo<.c'>gOS de Pc:.toin. Juge:. 'WOUS .. mêmts te1 ortidq : • Le Maréchal... port4! &ans foiblit '"'" ,-e:~ époyfes ottoeé· naireJ le fordeou de nos esp.i· 1oncH: ct de nos deuils.,. (Par-IsSoir, 20 mors 1941). « Le Maréchal est ,portf, mois Il est demeuré dons; tous lt1 coeurs. • (21 mors 1941J .: Le cJo.ef de I'Etot ..• se pro· mine ô pie-d, comme un pi:ro ata milieu d~ ses cnfonh. • ( 1••• mol 19411 • Le Maréchal ressemblait 0 quolque auguûe potriotche... • 124 men 19421 Tineendie do la blbllolh•qu• 1---------.;..----------------2 de Lou•oin. lee gca ClS· phyldCillla et lt torpillag-e du • Lu.ailon.ia ,. r dep-ab. t.. hi· tl'd•n• perfectionnc:mt 1•• atrodt" ùnpfriQ)ea. •oua lo• <n'"· à •otre tour, n'tm. puis 4c::ra.Ha. Ot voici qu'effaçant tout ce •lloin. poaa4. vou.e les titu dt& tonl•re• o{J ils che·r· chalent Hfuttt •t des coch.ot1 o~ 01 •xplaS•ut l•urt crlmea J>Ot" les rollier 6: Jo d•ilb:a· lion atomlqu• et hactfriolo- ~ien protégé ... Gud•rian. •on Scbwe· ._.,.--L Mant•\lifol eompa:· clCJGa • • •t:ataDillmat, ~j '..::.WWo.~~ ~ chef ~r !.. oom la bomle parolo : Adtaa\&u pr'•ido 1" "o:oeee eN • pool • et Menrich •en Brtotao ceHu de • la petite Euro~ • ' lcbaeht.. qui l!nanço 1.. loriol"' dea nCrJW, Donqu6 ou Cai::e de l' ane(tn S.S. Vo••~ tra•cillle à monopoliser lt cotoA 4qyphen; ctptndont, Ub6r6 ~ ton tour. Ga.Utn1uunp. a:asCUisin do to!dcrb cmghds, dont la con· daannation à mort fut eom· mu6t t:a. dlttntlon perpllhatUt. ~U•ollt \ttl.t b:me tm· pUe de po'tlqutl to.odn••~• : il •a kri.ro d .. contH de f6e1 po\lr •nfanta. e Er homm~, c•n/rc• dtux gem/armc.<, t . t lt ~ollu· bo btlg< m; {JOI)T. Par fq or4ce de xe$ malfrrs Jw:f«. il dCVÙII, tâll.t ('ortUJHtlioll. comnJondtmf du ramp tif' concenlraliOtt tft· Bf/Hf:\· DO.W:K. Pn• fia, Il rntllnll '·olunllrr. lu llJ{IÎif (1 l•r pdl•· l rnlrrl'tl luf-!lrimf'. 1'1iDli/Jii ·lus(cur" dlt~nru. '"i. ... -~;;,;~"";j~· JOU~ bit'n Il fi'~1c·A l'r.f!E'E: .. -lll~maun~. banal l>doc lt '~o.ru/.nm•llllil moN {J(Jt ronltmto<"c.". Dimosqut, il ~jJ m·r(lr. <X· lrodt cn Btlqlqur til 1951, el on n'aurait plu1 trlltJl~ pur/ er dt lui •1, 011 ii<U tl'r:tt· culer ln .ttnlenct. /(· oouvtr~ nem<nl b~lgt ru! l'lwclii (ll'âcié à 1<< [in d'aoM 19~2. Dam le même ~mps, on mtnorrcail ti Bruzellt$ la llbüallo11 '"'" tl simplt d'un <Wlrc• lralll't, le colonel .Mritll l'ml Cfii'PENOLLB. Pour u di{tlldrr. lt ml· nis/rt bt/(J< dt la Jus/let . . Il.• Phufltn. ri(,~lu qu'un mol~ plU$ (61 ljrrillc( l 952) le IJOU· tJ&'tlltmtnl de JI. Pbrav. pur ln volx de !rf. Robu/ S~lwm? n. t'lt&it intervenu dil·tc-ltm,. nl pou_r tl~mandf'r qut /)e Bodl nc •oit pas a<~utt. C' tfaiJ 'illdqtU$ mclf3 U/)1'~~ la libtro.lion Je- .Muurra .... (JUdqutt joar~ opr~a le Ill,~· • lei ttoin emporte ven v; .. ehy tt ,., oustèrn dovoi" to p;èro dO: la Potrie. • t 16 Jv!n 1942) Alors, vous comprene-z , FREQUENTATIONS ET LECTURES L-'oyhe semaine_, Cl-lor~ Mourros ~rivoli, dcns Alpcm 6e lo Fronce ; • VOVl iles tè., M. Pi"or... 1t ftOY$ est lmpou.; .. bit ~« d ..A. ~rer •· Et il ropI) CIO•l ou prbidt>nt du C~ 1 le tetros où il t~moi~t t~"~ kr-~ ...... dt Xavier VoUet. Deux faits, parmi d·a~,~tres,. r.ouvolent l'o...orr encourogë ô 0\.1- vr~t olnsi son coeur. D'abord, O'lont de pcnttr en vo:once5, M. Pinay o-..oit r~ndu vi$hl ot hommage ou comte .:k! Porit~ pr,tcndon! ou trône, idole de "AQurro'. D'outre pert, en voca:rv.:es, lt ovolt fl'l'\portl: : 1. Un rtcueil de " porola ~ ..... tOtiQ~Jt~ d• nos roJs •· l. Les c:au-.rres 11: poétrquc~ • 6e Mourtos luî-mèll'M!. •.• c Ré-publicoia, M.. t'est, ouui... • ~ rournal vichyste Fronce Qui,,., ~it BALANCE ... ET FLEAU En tout cos, s'il s'nt .ngur;t. les .rucubrotions versih.te. 6e: • l'homme ou couteau de culsine , Il f;JI ô i)loindre sincUe• ment, M. Pinay, Vo•c:l ~ qu'un oc:odirnK., ÔS! .ngu4, M. E,;le HrM<><. kr1t du d«mier te'Cld- i ~ ~ros, • Lo lolonce btterieure • • Sur le- plon de t"ort ••• 1 • focHtte pos fr:s c.hoset ~ rod, oy•t~t le lyrùlnc •oiOfllilrl obstroît. le ton qu.elqytfois rtllhr et l'imagination rcttlorr tic Rcl•trlel. On C'OJ(Itrtll la. nrilt•. J)tJUIJie bd!lt unf f!n .it

stmtr.J mcuiift:slulionG a: ob·

tenu lu <lt•missioll Je Al. Pholicn. {'n journal cmoit érrr'l d•· lui : c Il~ u .au\·t,- ta peau dl' o,. llo•ll : qu'il teJute son rnaroraln: C'ùit P?Ui." cuir! • RENTREE BLANCHE ET RENTREE NOIRE (Sultt dt la 1 K pog~ 17 cmo. 1andio oqu'un 'tudidnl blanc en " 83 Si voua orrlve: c conUnuor v04 etud .. dona une 6cole su .. pértouro, on ne voua oUriM cotnmo coure profoastonnols que coux de moçonnort•, menuiserie, couture, lendl• què Jas ttl•· vea blonct ont a~a à J'ovlotion, (r l'tmprlmerle tl l'automo· bUe LA DISCRIMINATION DANS L'ENSEIGNEMENT SUPEIUEUR Plus que •otre claaa. aociale. e'e51 'lOtze race. •otre religion et •o. <meftr•• qui d'ten:ninont •oo CM"'*< d' CKC~t Il 1" 6duca1ion tupirieure crux U.S.A. Ceat oinai que, d'opr•• un re-cen .. menl de ~940. S,4 % d" blunco origlnQirea dH U.S.A. ont foU 4 on• do coll~e. lan· dis qu'li y a dons lo même ca~>., seulement 2.4 % do blancs d'origine 6trono•re al 1.2 % do noire: cnn•rtcolns. Une commlaslon d'enqu61e: est arrivé$ à cotte conclualon qué lu SnstHuUons •tcxtent • txtr&· -m•ment CDllÛtUMI- de a~CLNwer dee originel racla1t~ dt la re- TARIF DES ABONNEMENTS 10. rue de Chl\uudun. P3rl.rto Til.; Tl\tf. 00·17 PRAI<Cr! UNION I'RA.NQAU!E U'n an : #00 tral'k:•. PAYS ETRANOEM On •n : 43<1 tram.. TARil" 8PJIC1111. POUR LA BELOIQUt; OoiDPif eb. poe.t.: 801'wt Parti ~r l"'• C'~.mtuc.. d ... 4niM. tnl'Ol'ft !"t tt, tt Ja duntb'e baD4o. Ugioa. ot de la couleur dea <tif. De même. quond un groupe à • combattre avec !érents postulcmll don• un but dé NoiTa rut odmi& à l'Univor· rouo\ltcta de l'Etat • pour autre que de f\tgor leuts quaU· clt' du Kentu.cky, aprèa uno ber· tonlr la a4gr,gation ficcrtions- pout l'admll.don "'· En lai.Uo rudlcfaire, en 1949. un 'eolo• ot collèges d'autree termes, certa'lnl coll•- 6crltçau fut p}océ sur une to· los cm6téa do justice ges peuvent voua formor loura ble du fe$IQU.ront où on pouvait Le loco:ier Roy Harris .;~~,clélfCi portes en apprenan' quo voua Ure • Rés.ervH du.x Noirs •. .. Noua iro»a en prisoa appo.rh~nc:t 0 uno cortaioo ml· quo de lolntr ~:lu:dJ::.u~nto:~~;Charles norlié religieuse ov ncrtlonole LE SANG COUlERA 11 noirs aU•l' uniquement d'oprèa voir• nom. DANS LES RUES 1,6cole ! • lA Votre adreaa.o 'ga:Jemtnt ~ut man Talmcdgo être oesez rév,latrlce. . .. En Georgie, 5;000 ~6l4gu6s ~ng coutcraU dana lt't. Par ailleur1, quelque• ooU~es du toul·puÏS$0'nt ParU D6mo- on loi•ait ouvrir dea: VOU$ dem011deront une lttltt do cratc, lots de. sa convention en mlxtoe (pow- Bkmcs et recommond6tion de votre po.so. aoQI l9SO. adoptèrent Q l'una· ol tl loi1sa entendre teur. ni.mHé une réso!ution oppe1ont G6or9ie oboti.roit toute D'une leçon g6n,ra1e ce lODI wua !ea !onctionoairéS apporte- Uon publique plutOt les N~re:s et ln JuHa qui sont nonl au Parti D6mocratê (et il ~"eottr du 6côJea &ons s~;réga- 1 te p(us souvent rob;et do <fil... n'y en a pas d'<NttH en Georgie, tfcrn. criminotion deme les e»~r•9 .. r---------------------------·l américains. C.st ainsi qu'un ~,. ~uif. qui vou..lail ferir• lnscriro sa fillt a Hoecum Junior Coll09• lo •If répondtt por le td•ldent • J'apprends que YOUI 6tes JuU et eommo noua n·avona PCll d.. filles de rellgton lulvo tl Harcum cetto o:nn•o. ot q ue noua n'en a•ont aucuno Inscrite po\U' l'crnn'e proebolno. Je on toute ainc6t1t4 que votre serait plus boureu.. dans a utr• collège. • Dcm.s les proleuiona les également, on noto un foll concert6 pour 6oort•r Juifs. Sur 13 J)C)Stulcmtl seul eol admis ckma une de médecine-. tandis qu'il o 3 sur 4 poatulunto dtr4~1ena. l PCD'1Ui les 77 koles cine e~tant ouz U.S .• ~··..::· · ·-· •ituées dons le Sud tent pas d• Noirs tont. \9 soulomont quelques Noirs. Si 'lous O"Véz: la peau et que vous vouliez 6tre miàre, S<:lche; que 1.214 d'lnfirmièros sur 1•• 1.280 tionnçmt oux U.S.A. sont ouvertes aux blanca uniqu.oment. 5 % seulement dea lnHrmi•,., sont noires. A l'Unive,.!hl d'Oklahomo. 1949. Jules-Coescxr 11111 Y01'10 ccuüon de JO doii<IH pcrur ch<m>bre, en spéclftant domo.ncle-. à la n:brique • qu"U était • llm6rlc<rln • ecr..1tinn fut oxeot'-e Mois qu'il atri?a è l'Un.iverait6 on te.fusu ter chcrmbre anon.d •1 coparut qu'il étolt un Noir omM· cain • Une lettre de Charles Serr·eà propos de Re ba tet Lt l.r.1.itu Rl'bnttl, enti•frnltf' runatique el omi df'l s.s ... rtpr~. avoir été Jihéré, Je 11 juilltl, por lt Csrde des Stèaux1 ;.'ht vu tu• torillt p...,- le )finiilre •lt I'Jn1é~ ritur 4 dt'me.urtr t11 Oordo,m·. On inu1.glot: quf' lot habitant~ dt ('e dfpa:rtt.nu-nl P .. t"n loOnt ni fit-ra ni be-UI"eux. ll. Chttrl~s Str· re. ant':icn dfputt a uprinn:: lt•tr h-di~•tion da.n.e unt- l~nr~ ou '1ini!l~ de L,_.,tiritur, dont il a bien -.oulu notü traMmtlfrt" l1 «tpir. Noua M donnona, an ~~tnit : Monsi•ur, T.. e détision por lttqutllr •·ou' nuroriS.f: (~ rMil·r~ l..udtn Rtbd· tf>r • habit~r don1 un~ commun• de Ut Dorclog_ne corutltue pour Ù$ lf~tÏIUlms. le~ Combnttuntt, lt.t. DéJX>rJû t' lef J'iC'timf>s till 1~• 6""'~ d4 notre tl~PQrf.Cittt~fl, . 'i t/oulouréusé'mtnt fprOlll'~ par l'octupGilOn llitU'rifnnf, un~ t1hi• ta(ile prot!Oeaûon. J'ouf: c>.se: l)rdonnn- qu'JJtt t~l· 1... ............... ~ POMPES FUNEBRES • • ET MA R 8 RE R 1 E 1 • • ! Edouard SCfi!~EBERO~· • TRI. 88·56 Nufl ·: TRI. 88-61 1 4J, r111e d~ lo VJctofl•, ,ARI$ .. 9' IIIIIIIIJIDDU ..... IDI l1tboraumr dirtct d~ 1ltnrint. tristf:lment connu 8CtMl!ra<-Oi$ f'4>ntijw ~ ~r<rpri'"- 1 tf de S.into·Foy la ""'"~•· nt (JrQ{arrf.>r {JIJ.t s011 $tttcft. 1~ sol de notre petit~ trlt ,.ncor~ 1eint# du fiUJG de mcn)'r.t tt J,. no.t: hh(JS. l.u~itn Rtlxutt o éJê- ~=:: 1 la lW~,.,.. 1 1• poim• •lu ~ ltlf'ni ('Ontf'l rô.me d~ (4 Sou.~ lt• ordrr• tl~~ -•ic.,l d'.~b'<: ., d• FâDDnd d• nwa. Gt'f"t' fUf.tAl .JI~nu:u:d. il Pt'OIXf((~ daru 1~ wi1. pcnor1t lu lhf-•tt tlt Thitltri·m~ .... .-lprio, l~~t!t nombreux t'OUt n'dl·~t: pw cm.int de d"""'" 1 aux Tt'l-.nants du ci<hysm~ t't tOIIJ «ux qui préparf"' ('(Jttffe R#pubhqiH~ mr mattt c:4 0/fQ/O#u~· d ttlui du 10 t'Otr• attitude ne me filll. J'IIi umu almplt·m~nt J;,,. mon indigna-lion ... Chsrlcll SERRE. \nrirn dfpuL( : Compa· ~tnou d,. la Libiration ; Anri.t-n f1ttor .J" \laquh H de" I'Armf.f" Sr,.l'é-tt! du $toftrur OordOI'·te • ~<oTd: D~port~ rith!Mtl i Darbn tt i Nt'datrf',.., ht 1 Cartt OJ.R. n. l.toe.·~l C.n,. du r.omt.:attmt \' ~ lont!llif'f' de- la Ré!.ùun,.. tDurJ•,JIW' n. G!Se31) : C'.t~rlr du (oUIWU~nt (Dor· do,.,• n. H.9l0l, gJque, sous loqu•Uo il fowt fo ire effort pour nouvor lo choleur kumo1n• .... Adtruroblc, 6 po~t ~;o, ce-tte • Oolonce int6tieuro • qui semblf lè~roment fous~ct .•. lw moin$ ou1ont aue oellt de tn Ju~t•c•; le jour où Mourro$ fut IL FAUT PRECISER ... ' ois oprft ut fteintement, f "'}UOi fout-JI que M. Henriot, reor:nront, fotM preuve d'un fel po~·-ori' d'odmiroUon envefS .. Mot'lsievr Mourros • ? .•. Ct vjeil honvne, Krit-i1, est • pa.tn d'enlhou.siostnCII, c!e fer• f"'rt, de fJd61it's •· Précisons -- E"'rl'touJ&osme pour ta milice et o OU1opo . Ftcvtur pour tes pelotons d'e .. <feu~-. fl:l<lit• 6 1o rrohison. C\lant b MS Yttl, je dicois ~-~~ sonr du dtmier c pomp.; c-r •,. t• i• ne croignois de vt\' Oillonts c.heV'Ofiers de lo

• 0 incendie,

UN AVIS AUTORISE Et rnogtt tout, M. Henriot · lliCUfl omicolemctnt ovec son coHl-gue de l' Acod~ml4:!: ce • tCIr~~ utlq u o de coeur ., c:t • buMo• bte .... pOur qu1 lo vle hu"' a r>t compte &1 pe~J quend elle ClppOtlltf'lt b un Juif ou un Ré~' lfQ.nt. Et ot ~~ discutent ees deux 1-... ) Ce fo YOftur Utt,rai,.e et pot• »I.IQ!Je des cauvtes krites par lu g'Cftda l*t .. rh•ttonn. h dts b•t<n 1ft cruvres krites ~ lo clo"<Mstinité1 cont·re f~rros p·kisjtr.ent, contre ses. m.:t tm at se, ooetytQ. Er MouPf'Ot 1"'0' Cc'c1t bien t.on teurl . d6ctde et tronche avec curor,tt El son crittque o.cquieK:e ri•irtr.c,eulc mt nt. Lo gen11Heu~ o de.s limites, M. HertMOt. liai ma l'Cft •• • wr •• GRIIKD&URS pton de Ell• .. 1 bion belo. lu f'rwlce. •1 l"on .n C1'0it le Chlc:cgo Tri· buno. • Lt domler d•• 9J'Cilda Fro:D~O'II • ett mort. eons G'pul· ll1f'& d!g-no de lua ... 11 ne rNte de 4 oro.nda .. à notre paya qu.o to d'shonn~ur et la honlo de • r•!user lu hon• neura qui lui aont dus en tant cru• patriote •• ou • plua grand h6roa que la Franeo ail ou d eputa J• g6n,ral Hoebe •·- Vous no le reçonnai$s4n pca?. AUon.::. voyonl 4 le Maréchal •. qu'en fcdte .. YOûS ? •.. Cè que voua <Wot. la m•mobo courle! VICHY tN ROSE Ecritt dt Porb~ qui se. targue dënre la première publieadon ouverrtmtnt vichyate parue opr** la Ub,ratlon, vient de pubU•r un arHclo de Pierre- Dom! nlque. Le-quol so qualllse luL-mbnto : • Un homm• qul. ou tosnpa de r occ:upcrtlon. connut Pori a un peu, Vichy mtau:x •an• douto "'"' Do quo! ••re lier ! Suiv•nt dM consid.rotions de ct q.enre : • Piene Lo•ol 6tail un pc· triott.- 'l' • Pa:a tnal dt hrGYoa g<IIÇ«"S oDt 4t(l fus1U6• c:omme milicien-a ou membttl de la L V'".F. • Si P4luln o fondé la milico et Jo L.V.F., e'll oppola!l leo tuau,.; • mt~ OJ\Jan.t. •, c'est un effot du • double feu •, nl l'llut ni moins, de co • aoJdut loycd .... L'ORDR& RACIST& Rivarol s 'én est prlf plueJeurs fols aux bommes do coeur qu1 laiscûelnl campagne pour WlUlc Mc Gee. Rbmment, iJ conaacrcrU uno page entière a l' Afrlquo du Sud: pour so fairo onc:oro, bion sûr. l'auxiliaire du radamo. Les Noirs? Tou• • pcrrtiM\IX. indolents., n'vli;tnta •- A cou· se de fo couleur de lew- peau. Leu., moeurs. leurs eoutwn-.. la vie tribtde? Une pr•u•• do ku: • in,.riorité • oong6nHaie._ Due Il la eoul""r de lolif peau. n en a loujoura 6t6, Il en Mo ra toujours ainsi. Cest pourquoi. conclut Riva· roi. il faut al 6troitomont • •ur· voUJer • IG"a Noita qui pelncmt dons le$ mlnu &t dana los chemps. Ces1 ,ourquol Malon • •••aye do faito •Jno J .. noJn comma dos D.oln et les blanc. comme les b!cmc:a •· On hocnmo d·ordre# ce Melan LES FIIUV&S Pourtant. 1" • boalmM de ~éu.f .. , une fois quUth teww Yilloges <mceolra:ux. ttavolllenl et 'rivent e-xoctemont comme 1 .. bh:mcs.. Ri•croJ lo recontlGtt. Et ces demlera. krlt-U. • doi· vont trou•er un• aolutloD pour c:ouserveT t.ur supr•zncttie •· 6conamique ot polillquo. Alora. lM Blcmco, ou plu16t les qouvêrnant.a raciatoe. pout maintenir en e3Clavago lea tra· vaiUours noirs, los trcritont comme un vulgoire b6tall, Ce que lait aua&J Bl•oeol qui., pen lent cles hommes. 6erlt :•1•• mdlu •·- LongC~ge cfigno dea S S. qui tenaient plus. etuX. de la bate fcuve que d.o l't\tre humain. LES DEUX FONT LA PIIIJI.t N'ombre de blcma soutien· ncnt. en Afrique du Sud m6me. la causo d• l'~allt6. C. ne- s<J.nt, pour RJ•orol. rion d'outre que dea d6m<J9'ogU&a, des o:mbitieur. . et 11 ajout• : • tou tsra.Utos. bltn •ottndu •· dans le votn upob de dla:r4· d.Her p!us oncoro la lutte }:OUT la jwslice. Atillflmitisme o' ro.ct•m• vont d~ pair. bion entendu Et JX1S$0Z muteodo 1 et Dom· bez. aématoirn !. PETIIIN A Lll MER D'ailleurs, rnatntencrnt, tout t'arrongo. • Le n6o-radsme. Jo M.S.t. • (Mouvemonl ,ocrai ltollon) ot autres voln~us • vouh à la 'mort po.r jugomont l.n ternat.lo· nal ..... • naisunt et •• dtSvolop· p•nt •· souligno Pierre Domlnl· què. e Un • regro'.lpoment • ao pô· pore. 1> l'lma9o do VIchy. n • pout d6plaire : il M tora : U s'ac:c:e:ntuero dba opr•• l'amnl•· li• •. VOIX BLANCHE... M&mo olliage n.aua,obond dans un artiQ]e d'Albert Patoz ... vous a.avez, l'o:ml de Cé11ne ot l'auteur de plusieurs opologlo• du nazisme. s·d $'en pte.nd tout d'abord b no-tra ami Pîene Poeaf en rai· &On de ses origines juives, e'eet pout ém,ettre. quelque• Hgnea plus loin, ce jugement irréluta· ble, • Quant ~ faire voter 111 noira. co n'est mime plua •• foultt du peuple, eolo dov;ont du surréal:i$mo- • Au lai~ pas mal de collaboo ont 6t& justement priv's d.u droit de- vote. Albert Pora: n"nt .. il po:s de oewc·lll? N"eot~o pao ta jaloU5iG qui lui inopire eos 61ucubro:tion.s? M;U.AN L 'EII!IOPEEN Ponsez·vous qu'on doive ~ pliquer ici (contre lee. Alg6rien$, por exemple) les méthode• ro· dotes d'Afrique du Sud? Voyoz: .. vous dans M. Malan un • c:bef luc:ido ot COWC9eUX • 1 Voulcn-vous lui manHoator -.la: aympathie et la aolida::rit6 dos Européens • ? ... Aiot8, adhérc< uu Çomll6 Melan, qui sc eon1Utue tous Jo patronage de IUvarol. Car, en 1oule logique, c'est alnsl· qu'ils conçoivent • l'uprit ouropée.n •· On s'en doutaiL UN& RACE DE RACISTES Cllm<tts. journal goulllelo opé· cialiaé dans lé rae~rne coniro Ica peupl"" coloniaux, explique à oa foçon la situation d' Afri· quo du Sud. Quo l•s BlanC'& sotent supé· rtour• por cosence, et les Nolra ln(6rloura Q titre çong6nitcd, ce~ la va de aoi pour CUmcna. el il fallall o'y altondro. Mols voici du nouvoou. Le-a Afrikander& (Hollandais) ne aont paa seuloznent aup&rieun, i11 aont • inte:n.sémoent n a:tioDa:· liate• tt ro.d.s'lea par tompûament •· Ce n· .. , pao de Jour foute · tlt ncuMont comme ço, les brov" boug-reJ. One roce de raci.stea._ en quel· quo aorte. HELAS ! • • C'o.t lomenlable. estime Cli~ mata. qu'on en eqit o:rrivé là en Afrique du SucL. - Oui. lo racieme un dogrol d'hon-eor tragique ... arrive à vraiment - o•trompez-vou.s, ee n't-et pua co quo dêplo.-o. C!imQII. - Ouot donc, alors? - W.. : • B-=oup de ta. l•nt et d'•oerqie_ eû perdu eo DISPUT&S S1'Ef!ILES lUDdù que lu poUtique r-aciale derient. HELAS! le centra des d:iscuaeiou politJquea et est exploiJfe a.u b'nlfic:o cl .. pcatis. • Co qu'il rogtelte, c't-st que le radamo toit d6nonc~. CONStlll.lroRS Cllmcrts encore. Pour donner des coos-eUa aux victimes du reclame. U s.e ):)Olle un peu là. • Pa.tienee •. leur dit-ü. Et li demande de • manife .. - t•r low maturité pa;r leur cal· me e t lo e6rioux de l eur vie ..... Aut,..ment dit : le meilleur moyon d'obtenir la $upprossion du JOciamo, c'est de vous pJler on ellonco au)C exlgenccn: des ra<:lstoa. n n'a rion inventé, Climats. regrets~~ Ln racistes d'Aspe da en profitent pour donner sur la t.ltuc~ tioa de ~ pays# une caricature d"expUeation, conforme aux ~ra· t•rq qu'ils appliquent au mon· de enlier : o~un c61é une poi· gnéo de Juifs (symbolioont la démOCl'atlo), et do J'a.utro los broves g,ens osphant à vlvro sous la terr:eur foscisto. Voici ee que ça donne: • l e. peuple a:rg"ontùa «valt dêsa•oué Jo d6mocrot1o. La prosso juive rchtaa lCingtempl do l'admottro : •Ua d ut l'admet· tre n6GDJn.oil1S-. • Le régime cgeatin... D'a rien à •oir en" ta deu.xi•m• Jnternalionale jui-.e qui o'btit b Londtea ou à 'fel AYi•. • RicliC\IIe? Criminel ? .Les deux. LE PRINCIPJ\L Maurice Martin du Gard roç-porto (avé<! quelque dépit) dants aou Joumc:d co souvenir de Tu· lien Bonda nur Mauricè Barr•~ ~ " - Jo lui pailois un jour dt 1' edf eUro Droyf~a. longtemps aprh. • Voua_ aviez tout. h.û di· •o.ia·jo, les joumcru.x.. l'argent. loi bout~ooia. les cmtisémit•L to\llo l'cum••· U ne y·oua a rien manqu,, • Si ! m'a ·t·il r6poodu, U nou.a a manqu6 qu@}que cb.o· Après quoi, • on J)G:rltrct cf' ou..

W1 wai t,-o:itre ! •

rtraet icohno-aeL q'iumea 9d0e eJot p1s•o vadoou-v-elinbi•t- ---------------------------1 du vi.wt chef de Vichy clcmaeront sur le aillave du ncrrlre •· L'auteur oublie Mulomenl la temp6te do la Yo!ont6 de• Peuples qui fero çhoviror son be~ teau. REMINISCENCES Les aHcdro:s vont mol : haus· sea baptls6o:. bdissoa, i.mp6ts _toujours plue l011rd~. btlgode• polyvalentes, blocage d.os ao1ai· res. bal!~e du pouvoir d'o:chal. Tous los commerçants vo\Lt lo diront. Ill=. que folre ? Buiuer les taxes, les imp6tl, en diminuant les d,.,.....,. do guer,. ? Bai.ae: er par ce moyen lea prix ? Augmenter le pOUvoir d'achat? - Vows n'y penaoz P<J1 . 0 raut supprimer IH petlll comtnêrçotlb, ct en premier Hou loa étrangers, ces polé1, ces qaloux d'où vient toul le mol. l.oa ~trangars ot. en premier liou, bien entendu. lea fulls ... - Ça ne vouts rappollo rlnn? PARtOUT, LE JIIIP' La mort de la bello Evlla p.., ron a mil I'Arqenllne à l'ordre du jour. Egalité, .fégalité SUIVANT QUE VOUS SEREZ ... Noirs ft Blancs sont .. itt tsouw on Floride ? Oui, onurcnl les bonnes éimts (blanchot, ... Cinq jeune1 • coloured mon " ont vovfu en avoir fo coeur net. Il• ont demandé à s'lncriro A I' Unive rJité de GAINESVILLE. Folle oudacc !... Refaas cotétorique. .Sons se d~ourog er_, Ils ont .POrté ploiruc ct, de tribunal on tribunor; feur affoire arrive do .. vont lo Cou., Supramo do Flari .. d .. Noirs et 81oncs aont .. ilt égaux 1 - Oui, répond la Cour. Mois le$ cinq jeunes • ens aont diboutés. L'Université, esHrnent fo1 jugea, o eu ro.ison de ne pos los admettre. - Cor, 1,9rëchent loure attcn .. ~ut, ~ égolité de traitement ne slonifio pos identité de traitement •· Il fa lla it y pon~er ... UNE RIGOLADE Ço s'est po.ssé ô Jo fiA du mois d'oollt à BOWLING-GRUN IU.S.A.I. U• Noir de 39 ons., Joi Sim~ monJ, lu Yftemenh itnbibés: de p4tror. flombe eoft'llllO u.no tor• c..ho ô lo gronde joie de deux 1pectoteun. Ceux-ci, James ChoHin_, 30 ons, et Jomcs Cheny, 25 ons, sont '-• avtour.s de c.e supplice, qu1 o fa illi coOter la vie ô Sim .. monJ. lntonogés, lt:t deux: crlminor, ont oxpliqué : - On vouloit rig-o1ef' un pou ... Us n'ont pas été poursuivis. Gloire posthume I.E RE"'ARO On 11f' parlee q,ur de lui. n in!\pirait 1• c opiretioo Ro• itr , .. t··('~t·6·dlr~ lta rêcenle$ msnoeu\rt', milh"-ir4:4 1nglo-a.mi-. rlcahtc rr- Allemasne o~cidentt'l• h•. - Il i>•l notrtt rmlttrt à um1, •',tt~rla. A C't'Ut ocu~ion lr mué· ,hill ltlln x·a,•ÎI·il pa .. aUirm~, du m~mf', .-n 19Ht •ru'Jl c l(!t'Git ,,.~. . Jiu J~ •tttil" WHC titi lff cJrrf >. On • rait un film •ur .. \'it. rïrta n~ tul6t pas : 'oiri, •Prù ~lcôr.trn) tt von Cholti~ qu~ lA Fipro (luhli,. '~• Mbooir~.._ Il ."a,it, \ùb• l'a\'f"Z dninl- dr ,R,.o,,u,u u,-1. •lit lt rt.nttd tlu J~. 0& L"E.\U AUX NUES n fut un tempt où. 1\'t<- un din cfi(Jeil ~omplict, on rédimait, d<Cl'ont lt dnc ; - Carton.. Un nomn.•tl à ruu !_ JI M pen":ait ~ut .. êu·t- Ph aJon., Ir .-htf m•lhturtus de l'A. fri.kft-Korp, qu~ ..,.. ad\rN~ÎITtl Ir porttntit·nt tin•l •u~ nuf'-. <Jl1~lqor-, ann~tt~ plu~ tar,l. D n'ùnq.iuail JNI' fiU • ._,t+. 1voir jou~ \aU rôle dt. premiu pJ:U1 •o aa:vicc d1lidt.r, il de· 'Îf'ndreit ,·edettt b(JII)-wooditnnc. El quo fa I>COje<tion du film dont U c&t le bétos IUAtittreil cle• utanl!t.!t&Lienl! hit16ritnntll daus l' Allemag;no oc;cid~nlftle oe.· cupée do 19S2 . Cf:!-41 pourtant te qui urrivc. SURENCHEBES Mait Le R«nard du Dlurt , n•c!>l Nnt doute pa" ~:& élo( tieu:<. D•mc ! dant un film •n•~· rh•ain, il Etait difiicile de f1ire dt Rom:nael uo ,_-.inqueur. Qu'importe : une finne aUto .mandt: ~ dl&rg(' d.t COnJJ11~tf'r le 11Wnu. Mttte-ur .-n •«n" : r;.,. fhltd H.nc-a.ltf. Conrtifl~nl trtb'" niqut'!t : rf'~o("'iontl baron Von W td1n1ar. chd d~u11e- unité de I'Afrilca·Korps et J·e.Charlesén&el Da.Ytrldn, l'hd d'i-tat-major de Rotumd <'tl ptrt.onnc. Le I.Îlrè dw film : c: Ainsi hait notrt• Romm.el ,._ Airul fot1t nos.. n6o-ntuis. JI, VAtJDI\AJT ~fiEUX ... Ut\ lecteur du < Oaily MaiJ ,., dtJIIturant û. Pa.riJ, écrit • son jC)urnllll 1 t Il (lttroit 1'1-:uropt. que 3ltf'rrc: ~ •.. mitux t•alu, pout Hitler s05nôt hl Jf \'IUd.ra.it rnic-u.." ~re, n•t&f'<" ll.t' ? qlit- fUitlcr: a)ant perdu '• aa~M't' •· lt ler1tur en qù.Mioo Charles fû1 pu à ntêlue dec puhlitr f'tniqut'mtnt ~ repotl~ - tl n• trvm-il point dt journal rou .. pl•iNnt IJuur lui ou' rir ~• r.oloune" ·- DROIT tT UIBTl UN DÉBAT .fle di~CIJILC~ tina{ da " Çi)iclaleut:. " Cbarlie CJ?APLIN à tous les botnmes · ·~- -~~---,--------------------------------~;1. ~~ L e M. R. A. P. s' a ssocr·e ~~ ~ à rappel pour le i sur la Paix 1 CONGRÈS! "UNISSONS-NOUS!". • • Le Rahbin BAUER : " Je souhalre la réussite du Congrès des Peuples 11 M. André BLUM "S USCITER Conservat•ur au Louvre , la discussion entre les techniciens ' ' . J S réponde, commo vous le d'efrea.. à troi1 queationt q\lo vo~• mo posez : 1. - En co qui eoneeme le na.&ism.e. le raeia:mo ot r cmlisé· miUane, des toxtta pertinents de cliH6r.ntes perJouaUt'• poU· tiques et reU9iou .. • ont d.!jà '" pul>lib pour prouYer leur iD· Ou.ence peWclo\llt aur le d6denehomeo.t de la vu•rr•. 2. - Pou.r l"enttn.te intem<Jtionalt d'homoe.os cle ••ntim.ent& lds dW6r~ntl su:r ta d.61enae de Ja poix. eUe ott aouhcritablo et posaible,. ti un ellmctt oat etélt, fccvorablo à la diff\lsion dt cette idée. 1 DES PEUPLES 1 ~ ~ ~ LE 5 décomhro prochain s'ouvrira à Vienno le ~ ~ Con.grèa dea Peuples pour la Paix. ~ ~ Ce Congrès rauomhlera sur des objectifs définis ~ M AIHTEHANT que Hitte' (( cu mo,., ollo.. de Yo•o.nt, voilà ce que i'a•oiJ l'habitvde de diro • : c'est par ces mots que Chortie Choplln, peu oprf}s son arrivée à Londres, résuma sa poslt lon po~ lltiquo - qui lui veut, do lo part de la Just'.ce omêriçoine, los ti"'· c:;osseric.-s que ron wit, terdjction de s6jour oux U.ô.A. On comp.end oUOSi l'Indignation do tous ceux qui, en Europe eotnn"'e t"n Amérique olmtt\t et odmirent en Ch.ar1ic ChopUn l'artiste or l'homme de coeur. Nous f'CC)roduisons d·deuous oe texte. Qu'en se rappelle on M lisant,. fes de.mières imoges du film. Le peht borbier Jvlf, que l'on prend pour le dictateur, ost invité. à prononcer un disoou, ou micro, devant uno foule fono1isée. Pendant Qu'il porfe, les S.S. Au cours d'unt 1ntorview, M. 3. - Une discua•ton pout-e1lo uboutir a un a:ecorcl aur los moyens le Robbin Bouer. dt Po ti$, a bien do r6ali.ser la paix? ~ en commun les bommes do toutes tendances et les ~ ~ gyoupements ou associations de toute nature qui ~ 1. veulent faire p"valoir l'esprit de néqociation sur los ~ 1 solutions do force pour sauver la Paix gravement 1. ~ menacée. ~ • Peno11netlemcnt, 4icloro• t·il encore, je suis un cons.orvo ~ teur, 1• ne suis pof urt commu· nisto, ot ne l'coli jamoit 4:t'. Je n'ai aucun secret 0 cacher, jtt no swit pot un &tre subvc,aif. • « Fautour de poix • lmp6nl· tcnt, comme il s'est nomm6 fui· mAm• devant lo c: commi~Sion des ocrivité:s ontioméclc.oines •• le gtond c: Olortot • o rccu en Angleterre et recevro t":n Fronce dans q-uelques semaines, un accueil enthousi0$té, d'outont plus vjbront qu'il réoffirtno avec: cou ... rage ot s1mplicitc.\ ses convictions de toujours. .. pénètrent dans les villes du pays occupé. ouossinent femmes, vieillords et enfants. Alors qu'il of· firme : • Lo ha.ino des hoMmes poSU"ro Y. .. » c"ett sc pi'O· pre compagne que-les brutes jtt· t«nt 0 to"e ot piétinent .. , Appel 0 l'vnion1 à la lutto pour la llbcrt6, oct. de lai dan> J'hlJ(tlQnit6, ce noble et choltu· reux disc:oors moflt.re sufflsom ... ment ~· tit l'ortiste et rhom ... me Qui Ht aujourd'hui en butte> aux plut tnjustifiobJcs pef"'kvtions. VOYtu not.ai foire Jo déclaration Comm.e du di•tr9•ncn. de TU .. ont 't' conslat611 ô la suito 1. • ~ w Bureau National du Mouvement contre le Ra· ~ 1 ci.sme, l' Antinmitiamo et pour la Paix. réuni le 11 1 1 .. ptembro 1952. a approuvé à J'unanimité l'appel du 1 On comprend son étonnt"rncnt, lof~, voguant Yf"rs J'furope: sur le c Queen Elisabeth •. M g61>iol acteur apprit que l'cttomey gén~ rol folsoit ouvrir une enquête à son sujet et le menaçait d'in- Il les ovoit ex,prtmées dons .plu-sieur$ do ses films et notamment dent c le OietotetJr •, qui se conclut por un bou!cversont appel ~ l'amour entre les hornmes, à lo justice et ô lo poix. tun•onte pour- Droit et lih2rté : du. damier coa.gr6• mo.ndicd.. n'y CNt<Ùt·U pc& li•u d'txCb:tÜnor li B IEN ettt•ufv,. novs n•ovonJ 1• Dlo\tYé:Dt'Dt lUI ltq-u.el h 10ut wüa du miUiODS cl• tipcztQ;ÎJ"fl no dHTait paa •tr• com.pl6té poe dts comm.iai.oaa form6oa par des PG-' ot~IIIU'i les &ouf&oncet t•clu:ûcjtl:LI d• hctut• cultur•. do tout•• les opinio1:1a. capahlea d• de fo detf\Jire gucre, où groupo.r les peuple• aur lt plao intellectuel et dt contrl.buor pat ~ Conseil Mondial de la Paix. ~ ~ n d ~ tht miiUon& do Julft ont p$ri. lour ra:pprochemout a d6yelopper un 6tat d•esprit pacifique? , ost in éniahle que, faute d'une tentative de •· ~ règlement des différends intomationaux par une ~ ~ saine et franche néqociation entre les Etats, la pers- ~ ~ peclive d'un règlement par la force a pour consé- ~ ~ quence la courae aux armements. la remise en .. u. ~ • des généraux hitlériens. el la renaissance de toutes 1 ~ lee idéologi.a de haine et de diacri.tnination entre ~ 1 les bommes. '-1. J•t"Jtime que tous let Juifs n•r----------------------- --..- v•et~t que youtoir lo paix, e" •oison de ltur1 JOuHroi\Ces pas .. -.. (n U tnOMtftt• Ô rO«OJiOf' des Fêtes du Nouvel An et du Gn.ad Pardon. noua densondoiU, dons nos prièreJ que lo poilC ri· nn• sur Jo krro. Il vo de soi Qu'il fout- foire t-v, ce qui est pos.a.ibJ~ pour évi· ·~r to fipitition des rnossor;res des tonutes qu~ nous a~ na· guère connues-. Je souhaite la pleiné et tnhè· re retJssite- du Conglis des Peu· pte, dons les tô<:hH. qtlil s'e5t l•é ... Le ~intre KROL : "n faut miser sur l'espoir Birn ~>ntendu. aujourtrfrui plu~t qu·a .n'împort(" quel mo .. nJI"nt de rhi•tt>Îr" ~~ di_gWJ rt fh6rrfur qtllprou•·tift ln hu~nmt'.$ eon /Oc"' J• l.o sutn""« • U immt'.n..,., fl il /aut mi~ tur fbpoir, JH)Ur qu• la tuuff' t>e!tJ.e tl' ~trfll w1• fotalité ~t qrr'et~/iu ltJ1 problè'm#l enrrf'l ltl hommt~ Jf rt#ltnt par de• ~t~(l~·t'" lwm(liru. 4c*'e ln~l m.-ill~>wn roeux J.., Charles f,/4,., rou.,. oaion

' rl.lirf' ~ •14 pri~ df

crC~ir~. d~· •. •.. - i~t\ M• BLAVIER Avocat .a la Couz 1 1 Pas de guerre possible sans le consentement des peuples" M' Lueltlt liLA 1'/JlR, avo- !hm~ c~ sens les rnj1prochen t 1. è11l à la Cour c/t Paris. Itous des objectirs à atlelndt•c pour 1 Le M.R.A.P •• à diff&rentes reprisoa el notamment au ~ n odrt:st une ifllrc ""• I>ous ossun.,- une 11nlx clur•ble. ~ cours de ses Journées Nationales. a souligné com· 1 110111 neuson• tle ne pollJ)oir Purrui ceux-ci lu plus im· ~ hien il était néc:euaire pour mettre on échec Je ra- ~ publier en tJtlitr. tl d'ou portants me porelssertt être : • , nou• alta!/011< ft~ paw:g<~ la ftn des guerres actuelles ~ cisme et l'antieémitiame, d'encourager toutes les ini· 1. .<uivottl< : <Cor~e, inten·enlions colonio· 1 tiatives visant à la sauvegarde de la Paix et d'ap- ~ J'estime que les deux pre· les) ct le respecl de l'indé- ~ puyor les efforts poursuivis datliJ ce sens. ~ mit.~r-s droits dt• t'homn\e sonl j><.-n<h•nC<· notioru,le de tous " 1.. duns l'ordre : le th·oit à Jo cs PNtplcs, l'lntcrdi<-liou des ~ Le Bureau National du M.R.A.P. est persuadé quo l llbcrt~ ct le etroit à la Paix. <trntes d~ dcstnt<·tlon massive, ~ tous los antiracistes, dans un esprit de fratornollo ~ Il n'y a pas dr liberté pos- lt rétablissement des rcla- ~ bonne •olonté, auront à coeur de participer aux ren· ~ I\li•b•l e pour un peuple, s'ji o•a lions é~onomiquc41i et cullu- ,_ dé • l'indépendance uutionole rfllcs normAles enlr~ l'Est ct 1 contres. aux bata. à la tocberche de solutions qui ~ d c'est sculcntcnt pour la I"Qucsl, la rt'SIOut·ation de ~ Se dérouleront entre hommes •t femmes do toutes 1. runquêrir ou 1n recoUYrer, l'unit~ d'une Allemagne dêna- ~ opinions. croyances et origines on vue du Congyft ~ <lUC la guerre peul être légi- ziflée cl paei6que, ln conclu· ~~ des Peuples. 1. lime. La guct·t-e d'tndo!pen· sion d'un Pacte de Poix en- f danct• qu'ont menée les peu- ll'c les Cinq Grnnds et ln ~ LE BUREAU NATIONAL DU M.R.A.P. ~ pies d'Europr contre l'op· réduction des armements si- • ~ 1 1 ~ pression n:uie était légitime; mullanée. proi!Tessi"C ct con- 1. aris, e 1 septembre 1952. 1. cJ)ocnunpulets mco'alopnpiaaruoxtt. celle des lr61êc· ,~ ..,,,,.. ........., ,.. .., ,,,,,,,.._..._,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,...._,",- JE $u(s navrt~ mai• je ltt t1t1lr~ /Xli ilre ltn tm· ptreur. Ce n'til pu.s mon af(alrt. Je 11e veux 11/ réqm· ter, ni conquérir qui qur! ce soif. J'aimerai$ aide1·, .si pO$$/· ble, If• rltréliens. l~s juifs ... ll!l noir$ tout commt lts blancs. Nous avons lou1 le dtslr de 1tous tntroidtr. Lt~ gent clvilists sont ai11si. Nous vottlons vivre dt no/te boit· heur mutuel... pa• de noire mutuel malheur. Nous ne vou/Olt$ pas nOU$ mépr/s~r d /tOUS haTr mulutllenunl. Eu ce monde, il y a pldtc pour chacun. El la bonnt ltrrt: td riche tl peul fournir la sotb· si$latiC:t a C'hacun. Le chtmin dt la vie peul tire llbrt tl magnifique, mai$ nous avons J)Crdu cc chemin. La voracité a empoi,çonné l'âme des hommes, tnlouri le mo1Jdt d•ttn cercle dt haint el nous a (ail eni nr au JJas de l'olt dan• la mislrt tl lt !tâng. Nout aooM amtllor~ tu tJiltsst, mail nou& en &ommts ~~claues. La m;ctutila.fiOJI1 (Jill apJJOrle l'aboudrm.ce, nom,• (1 laissé le tlt!sr'r, No· Ire scitlwe nous C( rtmlus cyniquu. Notre inft.llltJtlU't nous « rtndus durs et brulaux. Nous ptlllons trop c-t liOt.l$ ne &ntlon& ptl$ assez. C'est d~esnrli lwmwlilaire "·' que cie m~tani1alion qut• Jrout avons bt-soln. Plus (JW! t/'intelligence, 110us uvons bctsOÎII d'ama/J/1/ti .t de fltlt/illtut. Stlll$ Ctl qualités~ la lt. ne peut élrt que violenlt, tl toul ttra J)trdu. Hormis •• ca,, la gaorrcr------------------ - - ------1 --...,.,.....rcs~ .. 11Lc~~fi';,st ~:rnntl, mais 18-21 (!Jefo.b..c.e CONFERENCE L'trufalion et la rttclio uou.ç ont NtPJ>toclrés les uns tle.~ aufrts. fAt nature n1hUI.' th: ce.< ltwcnliotts ltPMia/1 la bonté Cil l'homme tl n!d<r· mait une (ralernit~ unitltl"$ t/lt pour runion de 10111. fin ct moment, ma proprt tiOiz al/tint du millitts d'tir<$ à travtr' le moncle. lo gue1·J·e n'c~c pus fnt~ùc. df rme peul etre é\•ltéc. n n'y à oek b iJ. llll. " pas de guerre POS<ible sans ~ le consentement drs peu pl~$. 1 1 t • • f • Or leur immen•e majorite v p 0 ur a s 0 u 1 0 n pa c 1 1 q u e e<l hostile. fi rout lt·ur per. mettre de s'exprimer t"l don· ntr oux homme$ c:onselenet d b 1 , Il d th.• ('(' qu'ils nr ~ont pns im-. u pr 0 ern e a ern an g~:.Charlesn~~s ~~. • ~~·~~:~cf,'s ~~':. nu:u"rcs lC'nt(·t'~ tn \'U(' tl~ 1•• claper •. l.ii e<t. je croi< lu clé du '.uccës. I.rs ptuples doivent impost'r leur J)DrtirlpoUon di· r<:dc l1 I'OS.U.: lcur~ efforts Du 18 au 21 octobre, H liendta hommet d'Etat de tout.. opi- Q Stockholm, uno lmpoJtcmte c:on- u.iou. dea c:lirigecmt. ou niera. ffrence inte::r.ational• pour la d• grcmcla lnteUtc1uels. • ~lùUon pa.dfiquo du problème • La conférenc-o. d• Stockholm all•mand. oU:rlto l'uemple d'une f6cOD~ Au co.n::rl.t.l d'trrltlcrilvo qui la union. par..d.•là: lu hoa.U•r .... Ju pr4pore, la· France eat r&p~&en· divergence&, lea brouiJJ..ud.8 Jff lé• por M' Michel BRUGUIER, monaongeo. ot auul 1·exorople CIVooat à la Cour d' Appol de d'uno dgoelaUon poulblo, lnParia et U: fean.r.loelo 156Uf- oliapoouablo, .,. .,. • .i'..boutir lt NACH.. rédactew •n c.hef ~ le ce r•gl.eoeont jtllte et du.ro.ble de r•vu• '" Esprit •. la: qu .. tiora. cillemonde. bora du- Cette conlérenee doit son ori- quel U n'y o. paa d•outte oltu· _r ./ LA HAINE DES HOMMES PASSERA. •• tl A <"«"ltZ qui peut,enl m·~n- A ltttclre, je d/1: ,,. do!- Srst> ért; pas. Lt mal· .., heur (Jill u {onclu :.ur Jtou& fJ lt't·st que le résultai tl'un. (fJ)- 1 J pélll fh·utt~. cie. l'amrrlunu: /-11 1/'homm~s qui retloultJii Ur · 1 voie du p1·oqris humain. Lu haint tlts hommes paurm tf les diclaltUr$ piriront. el lt: pouvoir qu'ill onl 1uurp~ du P~U/Ile rctounrtra au pt_uplr. El, ;mut l<>nutemp$ QU«' (/f's /~Qmm~a Mmronf mourir, lu liberté ltt .'«1/Jrai/ p~rlr! ~oetLrsl Soye; fatts haitu .1 Seuh; ~tu.z qui ne sont pnt aimis ltaiUrltl. Ceux qui n~ sont (1(16 Climét d les ano,.... numx ... SoldaL<, 11e combnllt: pas pour l'esclaooge 1 Com· balle= /10ICr /tc liberté. UNISSONS. NOUS ..• DANS le dù:·s~pU.mt rh~p/ lrc dt r Et•ang/le stlou saint Luc. il Charles écrll: c Le royaume de. nf~,, est rtl l'homme mtmc. Pm e1i Ull ~cul /lomme, ni <ltrn3 un (ltOilfle d'hommtt, mul$ dans IOII$ les homme• 1 /il UN TELEGRAMME DU M.R.A.P. A CHARLIE CHAPLIN LI! M.R.A.P. o ad,css6 ~ Chorlie Chaplin, 0 son orrlvêc à Londres, lo tél~'<lmme svlYOnt

• Les ontirocistcs ftoesois vout odressont leur salut oml· c.a:1 et reconno1uo.nt. 8ieft ~ YO!olf. « Le M.R.A.P. • vous! Vour. lt pêuplt>. tMut avt= If' pouvoir de critr dtl machintt. Le pouvoir tlt cr;er f,. bonheur . 1'ous, le peuple~ vous <wt:: le tlorwoir• de crétr relie l'le lit>rt: tl &t>lclotlidè ..• de (lrlr"f' ile cctlt tJit une r(Jdltw.:~· avtnfure. .1 lots1 au uom de la dimorrcllie, uUlison$ c~ pOuttolr ... uniuons-nont tous: Comballomr pour an monde nou,,eall. 1111 monde' I'NJ~ & qui don~t"râ d C"hâqru• ha.n· mt lu M'"ibilité tl• travail· ler, ,; ln }funr .... sc rm CWflllr. tl mt /Ira /t.• PitillardR ti !'a· bri du brso!n. daJtél rnô.n quat:.li et:. otne Ct l'appel lancé, U y a un nati•• quo la cour•• caux cmneon por de$· Fronça11 do toutes ment• •t b. 1er guerr• .... • op!nloM. qui fut aulv~ on dé- ï _____ ..:., _ .:.,_ _ _ Soi<lall, lt~ (ailrs "" 1• elon de l>hll<·ntbnc.• à ces brille# ... d~s ltommu qui l'&lh m~ /lti.stnl tl ttOu.s IMitent Charles t11rlt - l'tS, tnrlqimentent VOl' vies. vou~ impounl vo$ nclt .s, vo., pen.tétJJ. tiO .'> .tentimenls: qui vous llreucnl. vous (on/ }cd· ner, vous frailenl romme elu bétail tl St seruent tle 110w~ t<ommt dt chair à ctwon! Par la t>romt$$t dt re chose•. dr:s ambilieux •e 10111 hi..u~s nu pouvoir. Mait~ Il• ont mttt/11 Il.< n'on( pas l.a11 leurs prome8ses, ils n~ lt'S litndronl Jamais! tes dictaleurs se sont li!Jtré$ mals ont dom.sliqué le peuple. Des milliers de cortes placées par le M. R. A. P. Toutes les ininatiYea aool bo"" n6t Elles doiTeot 6tre no=b~euIH et voriM-s. C'• st ainl>i que dot $OCl<6tés julvea ont orga:ni.sé dei'J dis<:u.ssiont sur la poix à la r.orti& d0cs synagogu•• à l'occa· combre 1951 par uno rencontre franco-crllomande à Slroobourg. J>Uia par la conJéren<:o d·Od.ense (Danemark) en jutn dernier. Annonçant la tenue d• la. cortf6renee da Stockholm, M" Miçhel Btv.gu1er a déclaft notamment : • 11 existe d'sormat. un véri· toblo front à l',eboUo do I'Eura• pe. \Ul lrool o~ •• rotro\IYont des minJatres de toq Jea c:ulll .. clo.s Le carnet du M RAP Noua GYO.M la joi• cl'cu:monce:r l• mariage d.• notre aml• B•fthel ELZON. millfan1e de la Section du M.ft.A.P. do Lycn ot diH\1- .. uso d' notre journaL crTec M. BENSION. Noa 1611citatiOlLO ot nos meilleurs Toewt. Ch.u-lie Chaplin dans c Le Oi ctaleur ,. Ne vous tlonnt-: pa• t) l'ts hommtA t:on.tre na/art. U l'~s hommts machines aur Nrur"' Je machlut'tt. \"ou., n'iltts pat <les nmc/ilrLes/ Vous u'ht•s pas du l>éla/1! l'on• fic~ c/"1 Jwmmr$/ \-'ous tJdrlc: l'mnour de 1'/umumilt dalls vos Mainltllanl, combaltolts pour r~mpllr edit promellt. Combattons pour un mon.. . dt iqnllibri ... U11 mo11de de $Cience olt If' Progrès mintra au botthcur tle lous! .~oldtt/S/ flll ltOnt t/e /tt né· lllOCrttfit, IIIIÎS$On$· nOll$/ Dana tou, .. ~ 1 .. ville dana tou-s les viller;•• du rnonde s.c d•roulent en ce mo:nen1 dH d!seuo· aiona sur la poix. Discuter c"est la eontralre de se battre. Et c•s reneon· tru éD.tre voiain.s, cette pcrtte:nto t&ch• rche d'un tenain d'en .. tonte a pour but d'lm!X>• er un& ren-

  • LA VIE DU M.R.AP. * LA VIE DU M. R. A. P. * LA VIE DU M. R. A. P. * LA VIE DU M.R.A.P. * LA VIE DU

2 OCTOBRE : REU NION DU COMITE D'ACTION DU M.R.A.P. Vors le Congrèt du Po.,ple de Porlt Le jeudi 2 octobre à 21 heures ouro lltu, la l'H6tcl Modtrnc. Placo de fo ROpu .. btique, une rtunlon du Comi· " d'Actio" du M.R.4.P. contre. une discuuicn des gouverntmeot.. pour Jo reglement dea ecn.flits internationaux. N~ gociallon plutèt que recours à la forçe : lélio nt la: lot que v•u1enl jmpc»•r loa atmple~ gens qui se rauemblent. aans distinc;-. ti on d' opi.Dlo.ns, d' orlglne$ el de croyances. J1s savent qu'Us au· ront gain de c:au" s'üs sont unts, unanhnes à vouloir la paix et ~ Jo dire. ... lA M.R.A.P •. pour sa part, ne roate pos ind1Héront à cette ba· tcll1lo pa:ciOque : lo ro'<:iame et l'cnlisérnitlsme crotaaent sur le terrain miné par lo guerre. Les uctlona locales. lea aoeiilés a!lül4oa ae sent lix6 des objectifs pow l• plac::-emont dH cartes de la poix. et se lancent b.Qrd.iment eur ra voie des réalisations. Dcms le- ZQ", par exemplé. ph.s,s do 1.000 cartes oonl d6j~ diflu"'

700 dans lo 10' : 600 dans

lo Ill'. Au loto! 15.000 à Parla. Ce n'e.t qu'u.n début : -!out dK tWniO!l$. qrandea et petiteJ. •• s;ripg:--ent. qui •tendront complfter le. • port• b porte -.. Si bien d68 carloa aont fadl& ment placées, il faut. pour d'au· tru, une diacu11lon prolonq'o et le dépto;ement d·un grand offort de c=-rietion Ce qui compto on elle!. e'.,l de gcogMr à la coe.Jse de la ))Qix d .. mUliers •t des million de gcno qui. jusqu'à pr'aen1 restaient J)OAEifs ou in· cr6dules. Un do nos amie proposait la corto èx un• ouvrl.re, dans U.l'l ottlier de la ruo Mgri~L Tout d'abord. eUe refut.o. 1er &eule do l"ote1:e.r Aprk de patiènles expli «ltions. eU• Hl d'cecord, e!lo oqit elle-mime ~ olle a vendu 65 o:arte•. IXmi un QieJior dt c:hauhurés. rue Henri-Ch•vrocu. le patton ccmme ~~ ouvrieN ont pris la oarle. " b demande d·un 1Düitant M. Pankow: l:l Celui-a. qui M mon-que cuçune oc:carion de travaille:- pour la pcri)C a pçrrl6. d\1. Congr!!s dn Ptupl~a èr: son coiffeur el uux J.lX c:lJenla qui atttlndotent comme lul ~ 1 <:~ plac•es. elon des iêtes du Jour de l'An et du Grand Pardon Elles on~ partout re.ncontr6 un occueü c.hcléweux. Ainsi so pr4poro l'•l~tioa des d616guès au Coogrb du Peuplo do Porls. qui aura llou les 15 ot 18 novembro-, lroia somaine:$ ovont Je Congrès d ea Peuples, qui. le S décembre. ~ Vienne, e:rpri.mero., avec force. la volonté do tOUl les hommH cl'empiche' uno nouveU• CO'tc:N,tropho . A l'orcfre du Jour : l J Lo COMPGtftt con.tre la prosso raciste et antisémite. 2 J lo prépal'(ltfon du Congr~• des Peuples pour la Poix'. 3) Lo diffua1on dt' cortet d'omb cfll M.R.,A..P. et la cfé .. fonM de Oooit et Ubertol. 41 k Golo ofo M.R • .\.P. Les Juifs d'Allemagne Occidentale et d'Autriche DÉNONCENT LE NAZISME RENAISSANT DE LEURS PAYS R6tmi ou déhùl de feplembre, lt- Cou.9t:il Cemral dot Juift d'Al· lunt&ne (oocldentJ.le) 1 publii une ré.&Oha.tion dont "·oid qu~l· que~ extraiU: : r w Comtil Ctntrol dtl Juifs cr Allemcgne COII.Slat• Gt.:ec une ~rtmde inquiétudé 1ta rf'n4Ù$01tce de cormmtt n t1:$ÎI ct. dtJ plthtô• m~ll<t$ qui /eJ n«!Oln/IGgllertt, en AllemoJne. c .4uui, euim&J·il inculmïssibl~ le /oit qu.e d"•nci~m na.;i.s ne tlmoignent il•uc~Jn unlimtn& de C'klpabilitt, lor,qu'il.$, Jôn( cités en justice, Ù ré,ard d• victinlf'S du régime de t•ioleflce d4ni il$ tll'llient opprouué i'exhte!!ICe jadi$, ou ~neon à Plgo:rd de combal· U...m..t t de mom~mtnt1 dt rési.u-an· lA seule réJI'(INlion mtltbitl- 1• w ùwo/liiOJoro lonqoltlh n • tnli'QÎntJ pa.s le1 condu#ions mt1role1 tt politique.t découlant d'1111e d'uonciutlou Je l'e1prit na·

t ,

'1 De ~n ci:ltê. la Couf&eoee. dei At~latio.ni Cullutllct Jsraélitec: d-Autridu•. qui t•ttl tenue à VJ,·uno le 14 ttPttrnbre a "YOté unt~ rkolution où tlle c COhl· tate tii'CC rt:gre& tt inquiétude fJIÙrne. pgrtie de lo JlffQe outti· ellicnne ~e rapprocT1a do plu.$ en plu~ de& méthodes du temps nazi tt c.htt"Che. ouvertemtnt ou ci h dirobH, à di/ftmter •• à d.Ur:rédiltr lu Juifs à fi.nU.rMur eJ. 61 Jehort du poy~ ~ Ctue ré10lution poursuit : c L4 Cotr/érence aperçoit dam la /cu;on d'écrire de.• jourr1au~ en tJUt#don un·e- pr~utJo apparente cJ•,, ontisémitismo ~ai/ et in· /luenci par la mf'llttllit4 n~Wec l.o Conférence du Awx:ûztionJ Culruellft luallir.ts ff Â.ulriche aUire. raumlion du milieux gout.:ememetuaux autri· thirnJ sur ce phht()tnènc et exige quo: 40Ï& cndiguéll. ddt d préMnf. et avec touze la vigueur. qul t/imP<> Je. toute num.ifes.tali()n à oe.raotho notoî~ment anti.abnite u produÜdAl m Autriche. ~ Au ~oun. de lt m~me oonlé-rtn<- t-1 ks repré&tntanu de. la tommunauté juh•e outriehienne ont d6nont~ lo fah que c .sepJ Otll optès l~elfondrc.mellt Ju "'si· m• na:i, le g()uvemcmtm outri· chitn .n'a pu t:ncore troue« de 1olution tot:Ï$/OÏS4nût ouJC: n!'&lt'A• diecliOI&I juit..-u 4• re~~ituJion d d"i11demttistllion. pou.,. (injustice donl on' été eid.imu lt# /tJ.i/J d•Autrich~ du /lzit dt$ n«:ÎÎ Clulrichitnt .sou# le rlgîme d'Rit· ler. :.

b' une S,ectian à t' aubte ••• Maurras, libéré, récidive

2' ARRONDISSEMENT Soirte cinémat<>s~rapbique le le 20 oovembre l.r Comite du 2' arrondis· serncnt, au cours d<- plusjeurs réunion1t, a mi..-. au polnt un plan de travail pour les prochaines semaines, pOrtant notamment sur la défense de nroil tl Llbtrté, ln campagne contre la propagande anti· sémite cl raciste, ln prépara· lion du Congrè< des Peuples pour la Paix. l .. R section organise pour Je 20 novembre, salle Yves Tou· die, une grande soln!e cinématographique au profit de noire journal. ... 3' ARRONDISSEMENT : Dilfwlion et action peur la paix Les }t'Unes. nombreux dans cette seclion, et les odultes ont repris activement Ja dif. rusion de Droil el Liberté. I.cs cartes d'Ami du M.R.A. P. ct les cartes de Jo Paix son! placées en mên1e temps que le Journal. Une réunion élargie du Comité est con\•oquéc pour le 1*' ()('tobre. • .. S' ARRONDISSEMENT lntervtntions auprb deo élua Onns le cadre de la cam· pagne conlre la Pf't!SSC anti· sémite ct peur le Juste châtiment de Charles Maurras, les militants antiracistes du $• pré,·oicnt d'organiser des 20' ARRONDISSEMENT : délégGtions qui iront exposer 1.000 cart•• placées peur la ces problèmes aux élus de paix J'ar1·ondlssemcnt ct demnnder l.cs militants tlllli •·ncislcs leur inter vention. du 20• se sont lancés hnrdi· ~ ment dans la diuN us ion des 1~ ARRONDISSI!MENT : c:trtc~ de la Paix. Ils en ont Pour le Contuè$ dea Peuples... déjà placé un millier. Ils ont Ls set'lion du M.R.A.P., en pris des contacts en vue- d'orliaison uvee le Conseil de la goniscr des débab nvcc dirPatx 11 organisé des équipes férentts personnalilês de l'arpom · la diffusion de ln cat·lc rondtsscment. dè la Paix. A celle occasion, MONTRBIDL de rruclueux débats ont lieu, 1 • A•pecta d•. lC! Frcmce •· • RiT~ol • et plua da 15 crulr•• Jouma\IX. ap6a.cdisés dCEn.l le raetsme •t 1 ctnti86mitisme. r6· pendent l'insulte et la calomnie. réclament impuo6meol UJ) .. atatut. doit Juüs • et do DO\lvoUc,a mosu.roa c:Uacriminatoiroa. Lo ncraiamo tenait on Allomagno. avoc ta Wehrmacht et l'esprit do re"tancho. • Dor Stü.r:mer • ropc:tCltt ... CONTRI'BUEZ à la lutte contre le racisme et l' ontisémiHsme 1JÉFEN1JEZ "DROIT ET LIBERTE " EN DEVENANT .tl.ltl 1 dù 1tl. B. il. P. au ~ours desquels nos amis Pout OUjl(rtm!et la dllfuaion ... mont~nt la nécessité, pour Le Comilé de la St'Ction de rair" échec au racisme et ù )lontrcuil s'est spéclalc'Dtcnl l'antlsémilisme de soutenir préoccupé de ta diffusion de les Initiatives prises en ra- Droit el Liberté, qui ovo.il Rklamoz. difiu,sez la ccrrle d•A!I!l DU MAA.P. 1952·53 qui veur de la paix. prntiqucmeat cessé depui$ un viont d•4tre 6di1é<t. Diverses réunions de quar- eerlnln lemps. Un plnn J>r<l- Ello ••t à votre dlspoaltion à louteo loa aeclioru: du M.R. tiers sont prévues. cis n él~ établi ct une c·om- A P. ot au siège du Mouvomcnt ID, rue do Chateaudun, ... monde u élé passé~ t>Our Je Parls~9! 18' ARRONDISSI!MENT : -~p=ré~s:en~t~nu:•:n~ér:o~. ~~_:_---===~~====~~=Charles=====Charles Soirfe damaate au proBt de; c Droit et Libettt » l.n section du 18- arrondissemcJtt prépare pour le n1ois du novembre une soir4!e donsanlc au proftt de Dtoil et Llbertt. 19' ARRONDISSEMENT : Le dllfuaion s'accroit """""' La jeune el dynamique scellon du 19-, qui délient le fonlon de~ mrulleur• diffuseurs ne sc repOse ruas sur ses lauriers. Un plan est <léjà mi" f!n pratique pour l'aectoi• sement de la dî ffuslon de Dro/1 tl Llberlé. 1()()~\~\lt~lr JI~ A\11 f3A\l(7~~ u~ vu~ A\ll71f: lt~ l()Uil2JJit Comment j'aj gagné un "\•oyuc e11 Corse? .Je dirai slmr,lem~nl quo J'at talt dt·.s abonné$, "'ô1lù tout f ... <:"est s,imp1c. Jo "'"' trt .. cher pourtant de me l'lll)J)e)cr quelquts st>uvcnirs. Tout d'Ibo~ une question: a·t-on Jamais vu uo ou.vrtc.r en· treprt.Ddre un eb.a.atier sans s~ outils' Non, bien sûr. par Joseph CREITZ VAINQUEUR DU CONCOURS D'ABONNEMENTS DE • DROIT iT LIBERTE • • R.A.Jl., Il ne se.rait jamllÎI J)ri.s

a.u dl-pour,·u. çt U penserait I4JUjoun

A faire ce c: tta,•aU •· l'occurl'ltn«', d'un trUid ae. cours. r-:t quellt utfs!ac:Uou n'éprouvc_..t .. on pA$, aprè1 quel· ques il)stonts cJe discussJon~ e, faire tombe:.r des h6sittttioos, qul n'élaient aprh tout que des eraintea laJustl1lées1 une mf.. . eonnalssanCt: de la situation, que seul l'Jsolemeot avait pu faire: na1trt'. Une réunion des Secrétaires de Sections de la Région Parisienne Parls et sa banUeuc, la Prance tout cntièoe sont un vaate chantier, où l'on peut consacrer ses e f'l"ol"ts à la lutte contra le r.aciame ct l'antisémiti5me, pour la paJx. Partout: au t:lf~. A ratelier. au hasa.rd d'une rtncon ... tl'f'. dans son lm.mcuble, dtuls Ioule 10 famille. Etes-vous sOn, cbers amis, d'a"'·ojr abonné tous les metQbres de votr~ f:lntiUe't A ma grande hQntc, J'avcme hu.mblcmcnt que je r.a'y ù.VAlS pas pena6 Jusqu'à Ct:!t dc.rnlers 'temps. Il faut dire qua le eon .... coun de Droit tl Libtrll m'a stimu.M. dans mes retht~hco .... Certtlna tnilitanb font prcu· ,.e de UmtdUf. Quand ils "-oat solliciter des perSonnes •uKt(>"'" t.ibles de &'abonoer, He Onl JC ne uls qucll~ lmpressloo de mendier \JUC obol~ alots qu'•b devraient s'Imprégner de ccUe idée qu'Ill lutte.nl pour unt noble cause tt qu'ils invitent les penonnet en quHUon à parti· C'ÏJ)t:i' l t'tUe lutte. Dana ces conditions. n est bien Tart d't5suyer un refua. Après une tlmple- prise do pa .. ~le, J'a.t eu la jo'ic do tofre uoe vlngtalna d'abonnés h unt assemblée ~ténét-ale de ma so- Le• Secrilalru de. steliom 5iêté de atcOUf'l mutuels. dt la région JHJrlsltnne se prtualtnl, lt lrtttdl 22 ftP. lembre, au •itge dtt AJ.R.AP. pour la prtmlire réunion t/'(JJJrts les uactutcu. Charlu PALtiNT, Stcrilairt o~niral de nolrt mouue· men/, (il UJt upaJt •ur la liluallon tl 1 .. ldrhto qui fn. rombenl auz ttctiont dan• ltl prochaim molf. tlpr~t nne lnléreuanfe dis· ruulon, les Secrllaire• de •ullon• •'cngaqèrntl d redoubltr d'effort• paccr aasccrer au AJ.R.A.P. dt nouveau.r: suc· ces datts la laflt cofllre la preue de haine r<tclsle el ani/sémite, dan$ le ra•scmblemenl tles hommes de bonne t•olon/1 animés par 1'/d"al de pair rt dt (raltrnllt hu· maine. Chagu• ~tclion ,. til (irt d., o jeclif• précis pour la diffusion de Droit et Liberté el lt pi!Jcemenl dt• carle• d'Ami• du MJ!.A.P. Quaot au.z outlls. al C'haqut militant pe:ns.a.it l tmporter C'.Onstamroent dans sa a,oclle quelques exemplsires du jou-rnal, \Ill carntt d'à.bonntment.s.. quelque• urtes d'Aulis du M. Ce-rtes. Il arrive de ft"Dcootrer des interlocuteurs qui. eux AU~ si, fqnt preU\'C. de « tim1dlté • ou qui 1·épondent par des ré· Jlt:xiQu'- bfcu déconcert~ntes, démontrant r,ar là Jeur ·frnora.occ t otale de a gravité de l'heuff. C'est 1•, Ju.stt:mmt, que nous de.\o-'OnS savoîr citer deJ {ails, des manife-stations- du rac smt. de l".antlaimitisme. les V(C'tOfrts rernportéct quotidienneme-nt sur le$ force$ du mal. Bi Dtoft cd T..ibtrté luf .. m;ême, n OU$ est, en VoiU ('Ommtnt. de porte tn porte, dt nt1~i.n eo. rnapdo. J'ai obtenu d& boO$ r~!.ult&ta. Ce n'elit PIS un tour de fOI"tC'. Chacun tJeut en t':ùre a.utanl ftV~ un petit. ctrort. Ne CNlYC'-"'\'QUti pas. chctt amis, qu'JI csl p.réf~rab1o dt donner un ptu de soo tempt sujourd'hul, povr évittr qp<>, demain, une aou"'-e:Ue va1ut de rad$me tl d't.uHs!mitisme •"•· b.:atte, ••~ Ja perre, sur nl"'lht pays. Au trava.n. donc r N'I)US fe..ront vivre la frnternlt~ fi~ 1" Pab.! HOlT lT LlttJ.fl IMPOSONS SILENCE AUX SEMEURS DC HAINE 1 La haine raciste ~Jnuét Le enup de La Loi "ECRIT~ DE PARI~" vole au secours de MAURRAS LA Chambre criminello de la Cour de CoSIIOiion a rendu le 26 juin dernier un très important an·it qui prkise. sans aucune équivoque possible, le sens et la port.Se des articles 32 et 33. § 2 de la loi du 29 juillet 1881. réprimant les campagnes racistes et antis.smites. auxquels .so sont Uvr.§s Hitlét ot acs compc:use:s - exc•• qu'o.n a'emprHse <i"ailleun sinon dt ju.stUI~r. c;l~ tnoins 4 d"expliquer• - pxoposent de doter corteinu CG:tégaries de citoyons d'un stmat spécial et de lta e'B.$1" .\{aurNM Qui .:.(J pow•sui•;i. mfJi~ S011 jour-nol, Jhpctls •le l;< Fronce, n'e.~l p(l$ lt' s~ul â .sê Sênlil' Vi$(. f:rrits de Paris, re11Ut! men ... gudlt M(l.!c tJOr l'<quiJ>' d< Rivarol C"ânsof.'re acon ë(litorltrf ch· JtfJitmbrt ,; iwfli(itt OD l<lit qu.e eea deux t.xtH Aluurrmt ,, rontil;miti.sme. pualount d.o polooa d"ompriaonnement tt d"omeDCS.s la d~f. Jamotion et rtnJw• commises env.-:s • va 9Joupe dt persor~: o•• qui appcrrtjtnatn.t Q une rcrce ou. b \Ult rtUgioD clthtrminM • lorsque cu propos ont

peur but • d·exdttr A la hcdne

e12;b:t lea àtoye.na ou !ta bobi· tontl •· C.tte notion d'•xcltatfoJt à la haine dont 1~ l~glalatour .a fait un des 416monto du dfl!t, ost pat-------= Claude-Frédéric LEVY ~ Meml>ro du lhueau NcrUonaiË elu M.II.A.P. Ë 'tiUllllll!lll 1 1 11111111 11111 1111!111 11111111 tllll11i tais qu'il lnc:ite au. pogro:no parquer dC!'.s une sorle d• conb'e les una ou 1" autr.... 9b•tco moral en attendant. pour La Cour de CaucrUon a lrH eux. deo baniè:eo plus ooli<IM. nett&ment rétr~ 1" lim1tM lou.!o Ç'O:Üe pro.pogand. n"nt• >'- 1 elle pas Yex.pres:aion t:l6:n• des W.poolUons 6galoa on r<IJ>- d'un& hailw qu'on a'<t!!oroe do pelant <N" l'article 32 exige _ _._ seulement • lo but d'oxdtotlou r4.-~• <i<m!: l'esprit du puà Je hme entre lot dtoyou: et blic ofin d• mieux Ja guldet l~ts habita:a.ta. et non le .but vera e.on véritable but ? d•oxcilation tt la: Tlolonc:o • ot Avec ou sans o-ppèl à Jo vfo .. ella o oaos6 l'atr'l do la Xl' !once l'abauti•semont normol do Chambre do IQ Cou.r qui avait la hall\& est la pero6cutlon : Ct/ nrlicl< de .ltichd IMCiëR, inliluli lA< do:v:. J>Or- 1<'< du 11ho1to, {ail mime fol>itl iflllf tir<tgt ti part fOU$ {orm~ tlun~ (Hiile lmuhurc l~tlldllt nu prr.x d~ 350 (ra.nr:' 1~ an/, tl qnt ltr lecttun aunl lnvilf:3 <i C"ommander en ormul nombre. ROE:s' DE GRAVE " crjout6 tt la lottre d• la lol et ceux qui. désignent des .. cou.. \lofrml. (lu $rt:ourt de Maurl'cr par ltt m6mo viot6e. • pableJ » exigent d'qbord du J'(U, f'l:tlllorinli$1r de ltt rer:JU«' Si l'on prond en conal<i6ration • pr,cqutfon& •, onsutte dos vlchusl~ (till/, lorlf d'aùorJ, l'oenpleur des r4e<~ntos C<!l!tJ>Q- chi!Uments ; el c'aût 6!6 m'- tl~ 1'(/onner : Qu'n-t-Ji foi/ gnes ontisémitea ct racistes, les c:onna'itro à la fois Jo texte de tl~ mttl, ~mr Jlnilre. pour élr~ moyet\$ conaidérOblta dont dt.a.-- la loi et son ob;et ClU• de •cznc:.. wur•uivi '! •.• ., Il dévehppo posent ceux qul a•y UYT•nt. JN tiontler uniq-uement dea appelt. J'idé-e cle S.OUJ'Jl('ttre 1e3 1u:Irs impu!crtions ot les monaceo ou pU!ago et = mewtr& CNX· il un sl•tut spéciBI. n n'tn cnaquelles ilo ont tOCOUtl, on q\le\a Jes proJ;>OlJcmclistcs mor• foJIUl po, plus pour faire de ne peut que 10 f61ictter d'une Ua or.t d"cdlleurs rarement ,.. lut un sacrill-!!~. un crinincl. >•~-10 ~-· d. ~ 1 loi c:oun et qui, 0'4 •Wl>lus. oant voué aux plus extrême• ridu'~~ ·o mo•ul •_-,·.-.'.·.'-. dH •.-.'•-~'- v~éri.ta bn!e ~s-e• Mr.e n u " IOn r.',.-..'..-.~_ PfOY d'a u~u= d """'1" RUtUrs hit) de la LoL" > il t~rHd. Il tlr:~IQnt olm;( /(r l~l r~wlmnnl lu t/1/tamnlion. MaurJ'IH ri :tt.<t ('tntis auronl du mn/ à {nlrt <rolrc que ltur# "mtmtltlttJ mtiist!milc-s .wn/ Ntmparabltl ti un~ Jim- 1'1~ nnulu. ,_ •ur Ir camctire de& Hrd11n1. dt:j l 1fltt'«'fl!"<Ua bU Jt·~ /;/mOI"'n' - pour t~$f/Uth ~"onne ,,.,, jamois ,Jrmantl~ dt Jl~triminations, prc·lud,· d f'ertrrmit,alion. la Frpnu dt 1791 1111 riqimt tle \'1chy : nous llcoon# dOilt' nou• {J(J.rdu, <t(flrmt Eca·lts cie P:u·is, d'Eire -c onlmiff• > par eu,r. Aspecl• de lo Fronce tl Maurra$ sont loin tlt poui· Jer. on le L'olt. li* mouopole de la propaQO.Jtd< ln/l'mat. Lt.r prtue anli$imift '"' rari.t~ ~$1 mtc hg ri re à J 5 ou 20 1;us : on nt ~tu_roil toublitr s.i fon u~ut couptr t<>url dl{ inltlutm~nt li ctll< propnoondt indign~ dt nolrt fllll/1- 11 {out vüilal>ltmtnl appliquu <i foutu 1~• (tulllt.l qni ~Z<'iltnl ltln•i '"' m~pr/s, à la hain<, d la dlurlmltlblloll < les plus f'xtr{·nu:• rJautuNJ d~ la Loi .. P.t •l ctllt·d nt suffit pos. la rmforur. .. Rjon. d• gT<rYI u1 d'••••or-1 mal dane let prol•ta de Mctunua • proclcrment Ml ct•~ fenaeura..... En plcoalant u.n stcxtut sp6clal pour IH )uilo. U ne fait qu'aller Ctr•• excrc:.tl:: nent) à J'encontre cl• le Jean-Jacques BERNARD : ~~ E' anti6.émiti6me t t :_/1.. ., ',l.;n ,, ~-- an u=wt-e~n ..... Noire ami )e<m·I""'~Ueo BERNARD. moml>ro du Comil& d'Hotmeur du M.R..&; P.,. a publi' céc-emm.ent; dont Je journal La_ Croix. un artiole intitulé • l'rilro pour lorCiil •· o<l il eouhgne le d-r d. l"anfidmili$me rena:"tüa:nt. Avec aon outorisatlôn, cous novs {OJacna un plaisjr- d'en. reprocl_uire. <:i.O.-ous d'impartdn.ta extrait~. W. loon.-J=qu .. Bernard .,oquo toul d'obcrd. la • ""'JV.• d'hOTroar • qu> • a.aü d6torl6 aur P<rM •. lo 16 julllri 1942. lora d. la ra!!& cà lurent pria 30.000 Juill : 1 L 'f' •ut dea dn .. cl"ws.• ho r l'e a.,. indHCtlpUbl•. ecnt-il, d.OGt r-lhoctldt6 put être allltmfe par mo!DI 16- moin : ete. femmu se jetut par Ja fenêtre. d" femme1 J• · terni leur onl<ml peu- ICI fou.6tr~ •• Au • V•l' ci"hlv' • o~ tou.t c• b61a!J fut t1Cl"tU6, loa o ... J.IIID• lee toclcùc-s qui orriv.rent à p-6JS61ror purttnt témoigner de c• qv.'~ll._ ov~nt vu : dea lnol«· dos. des -mo.urcnüa. dia bfb6e de quolqo:oo fO\lTI, doo ,.-lo!Uard. de 95 CI:Q.I, ct .. f•J:Dmoa crc:cou.• oh<mt d.v""t leun eu!aDIL.. Et tout cela fut d'port4 en wac 1 Combien soa1 reYUUS ?-. Oa. c;on.naS.t la pc'OportiOD. d•• 1\lrf'l... "" .. oe .. 1 .. él6porlfo rcrc!cntx: 1 Il 2 pocu- U\00. Dos t'-iDa dignoa d. loi ont pU conttr comment ••o'96• tCI!t l'arr!'"'• Il A""b.witL A la deactnte elu. train. ott (cdN{t d.,.x loto ' Il dtoito, ... h• ctlidea con.duits au ea:mp cio lrc:rYo-11, la mort a le:rme (. à qa:u .. che, Jtl inuUJec. l•• enf-cmts. let femme~ lea vielllorcb.. l• • ma~ ladH : la mort itamUicrte. la ohcrmbro Il qcn. Dltail horrihlo : doa • nu,.. •• cccue.lllcri.nl r •• onfcmla. loo <afolaieot. !our dlatril> ualont d.a honbooa.. pu!o lee corufuùcdetll cru1t goe. VoilA! El 1'6crl•aln catholiquo pourowt: CONS'ITfUilON DE LA RÉPUBLIQUE - poüo par I<J Charte c!eo lions c!e lo loi "'-'T la ptê>Se. Rl.n dt gra<•~. Charles c(ftl. NcrUcou Un101 ot lnclua dans lo n y a en oUol d. multiples El> d6qageant le •• ,. P<6c:i• Jltwrr~ ne priconise que le 06do:roti0n Unl•ersell• des mcznièroe d'exciter c!l la bcdno et de l'ex-:-ikrtion &: la hcrlno. la rt•lour cu r~?lme tle \"ichy. Droits d• n!ommo. Elle a été l'appel direct à la vlotonca eo.n- Supr&me a lrh exacte- colqul >Ur ctlui Jt Hilltr. tepriU", eous d•• tor-m.. diTe.r- n'e~t pas toujours la plus t~ mtnt ccroet,rl$6 et .n•trt cMt tll't'C' Joui ~~ qui s"tn.~uil .. 4 De ,.., clans la plupart dea pays doutable Dl la plua olll=e. Doo Q9lssemeDts Q\li tendent, pl ua /tl 11 dirt qu• la li but< d' <!>'• qui ont J)romulgu.' doe diposi- .. étudM • qui aoua cou1our do ou moins: prog:-eaaivement. à 1;r~stioll cJI m~nat'ie tl que lions eontre Je racfeme - Bié-- dQcwnentation objectt•o. repro- J)l'ovoquer d~ noU1fèO\lX moesa· tl Juifs t~~Onf ((,, prioitégltt lorusslo~ BW;art•. Danemark. dui~nl dca textos ou do• pho- 1 . l /IUI"'IU on ,,.,. ln;nl• po$ 1~ ba P 1 U o cros G qut CQl)Stituon , cru .;ain •\, \ .. '"" Hongrl•. LI n, o ogno, '"" tos qui $emblent omprunt•o• à d'une nation, \ll'l redoutable for-- cll'c>fl d~ lt$ vQutr aux (our:: S.S .• Yougoalavlo - el ello met la d&lunte exposition du PalaJa ment de division. crrmfl/l)irt$, il n'u a qu'un parloltemont en lunll•r• le oa- Berlil1 ou aux caohlvoo du pn.<. ,\Jicht/ D«<l~r le [ronda,f/ rao!lre do cos dt.poallions qui Colnnli>saricrl ault Question• tl •'ludlltllc d~ ct qu'il opont moin• pour objot de prot6.. JuivO$, des ort.iclet quJ, tout en ptllt c une- dispo~ition wé- ~•-J _,., _ ,.~- '--'!"' (1) lo JoJ li'bo....-.Jse pori~ d'1xch f · ger une "u • .,.ur o ..-•"""'"'e ~amant dlscr•tomont lot •xc•• ••- ou m<om. ,_ dole qui punil l'o!f•n•<' atlt• dl"'utnr.dlt6h 'idduol lqa• •n cdrUoo no corunv eJ)9Wcallsd-8Tr-- ---- ----------- ------------------ ----, san: etux q\1! etaal~t de dres& r. lu citO"/IIla 1•• uns contre !ea m;t:es. La Xi' Cbcz:21>re do la Cour.

•atwcr.:.~ d:nt fa!!alre dn m._

<'!f!W""~ 6troeo•:• eor.tr• • L "Epo. que • · cm;;:t do!".n•. de l'ercltahcm ~ l:r hain•. \:1~.• i.nte.I'J)r'hrt. ion atr.TWJ•re:::c•nt restrictive Ello 1\19..,t qoo la loi "" rfF-"' """" rJ lo m6pla (Il Dll• dftournei!". tn~ <i• eiHtntile rJ l"ontiJ) alh!• nJ l"av•n.ion 1:1ais , J'e)tçi!alic~ b lCl haln. c•est-àdlre " le aculhement do poe.~ ront 96n6:atrlc• de trouble-s-( d~ oitbotd~u so-:laux et ta· Clioux tot d"a9\'crUon. ·~ c.n mo! d• vio!tn~• • .._~rr~ro ce• =61 b la lot'"" FOP"lJar.do n:r.!s!o •' <:..""'tis mit• rA tombera!t lOUS le ~Oûp de ta tl(.r ftllOft q-ue lo:'· qu'oDe <1pe.~o ~ c!H cr=' tiole'"c. Un ,ou.~te pot:r• ·.:'· 6c:rlt'l qu.e ... f~ so::: ,.,~-c .... aa~1H de la game ou que au Nora-Ameoe.ns aom d~ boro-la-lol ; Il n'&noourrcril da noursuites qu• cJ JOn artic!e litait rfdig6 dans doo lormes la ·voie est , les déclarations de J. Pierre·Bioch tracee L 'ACTION eugaqh pat le M.B.A.P. contro ter,._ crud•acence det propct9aDdee dt halno eat fu.ato ot Déc:ei& cdro : chaque Jour p1rmot dé a·en couvcdncro a-vec pl'U.I do forco oncoro. U. N'Y A PAS DE PROBLEME DE RACES La seule oHiluda vcr1ab1o et ~opre.ment humqlno, c"cac une volonté dO vic on commun: dontt le respeçt d~ droits ot do l" consclonee de chacun. Lo: IOoclél6 est laite COIIUIIO la fermille, cU!ément• compl6men· tair~. dont 1" enumhl• rKUse un équilibre harmonieux au plus qra:ld b4n6fice do tous C'oet la .. ule foçon d'aqlr ~oc; un comportement rotlonnel •t "'"' plu• inotlnctiJ. n n· .. t jomais permio de dloquallfier tout un qrouj)é ~ qu"on a reneontl~ dans son s~n 'Un mol· honr.ite ou un crimlnol. Information (S~to de lo I)Qg• t ) contre X-Nord-Africain ... Lu: orliclea et los d'cléU'aUona q\t'on lira: por oUie\lts. dcmt. ce num,ro de • Droit et lJ.btrt' •· t'mo1pnt li la fols do l'ampleur du prot ... laticna nn\lill du milieux IH plu d.i•era. el du cowcmt qui •q 9f'O:J\<li.Mont en feneur de 1\oei16 dcma l' ac:1!on. I>6lll. w •olx wt<>N'•• •"'-l•vcm.t de toutu pc:rrta ont pu Ur.po.a~r qu• McnttrCZL cb.t d• til• cf•• e xdtc:rteu.n rccil:· tu, aoit ù:u:Wp' : tel ••t le poi<lt de Je proal'lon exerc& peu l'opinion publlque aur \Ul vouvornement dont MCfW'l'e t 4crlt q\lO tcmt qu'li ••ra en plo.co • il ••t Jmpoulble do d4aup6rer ... ,. D•• lon. tu volt n'est-eUe pas clolromeDt trac6e.qu1 doit amener Mcna.not et tout le• au.trea hlttrlona tacùt11 à ci,,..p6re.r d'attelnd:re Jamois 1eutl huta d6monlaquea ? E:o pr.mier U1u.. chaque o:rgcmisation o\1. groupement 10 rKI<PDcmt do l'esprit de la BHlll<mco ou do Ylclf<ll anliradJ\ e .. dolt d'e.xiqer que Yi•zm• rcrpid.•m•nt le pro-dl de Mcnana. tovt •a. h pr._. parcmt lx M portor partlo cl· .Uo au nom d .. IAD.ombrablea ma:rtyr., vietlmea de ses thforiea harbcaea. En s.ecOAd li•u~ l'effort uni d•velopp6 da:nt c• ltu doit ~rmottr• cl"enviJaQ'or de toute ur;•nce lot moyen• d,e tultt r tn commun coDtre tou· tes les proJX&qand .. raci1tea •t a.nUtfmitot. n•e• plu.a ou molna cliroctlmtnt tr Mcrurrcrt. Cette c:oD.jonelton d11 el· fort. eat le c:ood.ition. d\1 auc: ùa. De 11otre pcnt. ri1n ne ••rer négligf pour WÙI toutH les foecu antirac:iltH. Droit el Liberté n y a <1\l lond do toul homm• u.~~ conscience. BleD t'm6rcdre scn:ait celui qui pourra J"6•aluer èJ sa- r.l<>llo dimension. Il n'y a JX!S do problème do ra<os, U y a u.n problèmo do clvlllaation. Commént vaut--on qu• la maind'oeuvre nord·oftlc<rino sons tra· L'AMNISTIE discutée Fln OCTOBRE ? Stlon diotne8 informations, le gouv~rnemenl tnvil(lf}troil de demander à I'Auemblte Xotionalt, <lès la fln du mait d'oc/abu, la repri•e du dtbal sur /'amnislie uux collabot. Ce dtbal, on s'en sotwit~~l, a commenc~ (til co(lrS d'une <les ïiemiêres sé<mccs de Juillet. Depuis, main/es prolula· lions se sont ~leuéts confrt la loi en di•cu$.SÎ01l qui aboutirail, •i elle était vollt, non •eutemtnl à la tibiratlon tlt la pluport dts 11'0itrt$ tn~ort emprisonnls, mol• a la réhabililalion du vichysmt. fA pr~uion de ropinion doit $'ex~rcer aupris du ;tu• dott.s lts pr-ochairlet $tmalnt• pour tmpicher un tt/ ••ot~. On interroge les témoins. On appelle leo onlcnta qui CIII$Îololent à la séan<:e de oin6ma. Imaginons finterTOgO:toire. Lo qooso est Ill, ému, toul p61e. El> foce de lui le poljciCT so fait dot>x et paiorneL LE POLICIER. - Dio-moi. potit. il y en-ait bien dH • bi· cota • au cin6a:ta: ? L'ENFANT. - Oui. M'sieur. LE POLICOEIL - T" u' tD ao ~ r•marqué un ? L'ENFANT. - Peut-6tro- Ou.i. à la sort.io do la 2" s4:anc::e. LE POLICIER. - D 4tcxit bru.,_ D•eat<o pct1 ? L'ENFANT. - Ob oui ! LE POL!COEB (qui no •ail rien), .. C'est bien ça ~ Tu n·a, rien temarqu6 s-ur &és ••t•· monts ? L'ENFANT. - - Je •. DO &<lill pa•- LE POLICIEB. - Si- R6fl'· c:hJa. ~ Voyons : dos taches... •ur Jo pcmtalon? L'EIII'ANT. - Peut-êtro- Oui: J• me aou'rien$ ! LE POL!COE!t - C'41cil du a.cmg! l.Q preuve est faite. la police triomphe. Et • Le Pmilien lil>6- r6 • ~t · .. Seul u.n jaa.no go.rçon ••• ••nu d4clarer GToir aperçu à Ja &Ortie de- la 21! !J4.coec:e un Nord. Atric::crlft dont Jo pcrntcùcn por· tcrlt d .. lra:c:os sus.pec:t11. • • L'Aurore " .renchérit : " L' CJapoct du od.ious.ca '"io· loncea aubios par l'en1ant et Jo a.ouun.ir de multiples a.Ucdtoa cmt~ewes donnent è p&n.str que c:"•t.t là oeuvr• de Nc.rd-Afrl .. c:G.in •• t..s: techniciens ont JXO'i' : ce ne J>*Ut é!re qu'un Nord-Airlcai. n! PORTBAIT D'IJN ASSASSIN Ahmad ben Abmod eaf a1o<11 arr6t6. D est brun (c'est 6vidont !). n " "" • dl61• d"crc «nl • (c'est o'ride~t : il pari& lx pelno lrançala !). Son Interrogatoire dure des boure-s. Sans m•h(%9emonl. Loe moindre$ mols du I)OUvto diable vont se retourn• r eonlro lui. La pro:~. touJours la tnême, continue. Loauons~la part~; • Mcm.i!ntemenl ohsfdé# -mi· tcrite. U bcrraqouilla:it sa.os ces... effrcrycnt los 91n$ pca sec flrmlds v .. t... On croit ~nez!~• oc lw = K~~ qui. clons un bois. te!T'Orisa. une fillttte lo 14 Juillet dern..ior! n offrit r'cemmeat SO ftcmcs à: une tout• pelit• lillo qu;i jouc:til dcuw un COE(j •• • (Parloien liMr4, 3 11ptombro). Romo1quez les points <le sus-penalon. • Ahrn1<1 ••t·il un z;imula:téur. un d6dCJU.i.libr,, un ivrogn.o cu ... un horu>Cio ho,..,e? • (L'Aurore, 3 IIJ>tttnbre). Admim: les points do :ruspenaion. • Ttoia ou quatre petites fille+ cl• 8 à 10 cm& !"ont fon:nellemlnt recODDu pamû cf cra..tres Nor<I-Afrka:hss : • D nous powau. i•cril •t •oalcrit q_u'on oill• nec lu.l •· dlae!1t .. u~ E:s tout ..c.:.:.a. U ••1 certain qu• Ahmed u:t un montour qui cherçho aC'iom· ment à tromper 111 enqu.teW'S .. (L'Aworo). • Dea tac:h11 qvi pourraient êtr• d~t tacbu d• acmg o11t étO dKou••rtet lw lo c:ot:tume de l' Alg6tlon.. Hagard, il cnualt murmutf : • J• croit crYo.it tu• u.ne petite 6D• • (le Figaro. .2 .. pl...,h<o). • D Hm.We qu• J" OB f.O t.J'Otl?O en fCJco cl\u1 iAdhidu crrri&fMcüa loe onqu6t.ure oct re:nar- 4\lf qu• crvcmt d1 ripot)dte a do• quoatiora qu"o;, lu:! ~ il fléehlt quolque1 hutcmta, co qui d6.Spero:it ptut6t un. hommo roto,. • (Co Matln-1.6 Pen. 2 aoploml>re). Le • Parlal•n l.U)'f' • eonelut

te Et pour let !oulo qui tout Jo jo1ar u stationa' devant la poBee judicia1re, l'ccc:uaation. qui pfao aur lo ll'll«rablo Ahm•d Hl dfjb' un• c1rtitude qu• peJ'aonn• ae M d.oD.ne la pe\J2io dt diacutet ... Et pour oeu-e ! M•«rabl•. arrl"é. retors. begard, mentol.lr, tllnulctwr. dêséQ\> Ùib,.., ivrogco. obMcl6, soülauo, bc.-ogou•nant. efltcryanL Admirez lo porlrolt d'un oo=: ril). .. d'un Nonl.-Airic:aln : !1 est wropiet au phyo;qut com.mo ou m.orc.ù! PROPORTIONS le$ dotist;q- 4e 1o Prifcctu.- cie Poli~ h~;4tqueat, po•:r erna onnM 0949), 164 Y01s com.,ia por N a N.H .... Afri«~ fas tu.r un total 6e 13.9SS. lo proportion ett d'ua ptu plus cf• 1 " olot1 que t.e proportioft de. Nord ... Africohu e~f', à lo mfme é:poq-..., ivo· fuée ô 2. % cfo fo pop\ISot iort mosc:ufiruo~ loboritu.s. - sont compttJ 60.000 te flottontt ,., c"est·~·di.rc ch6mO-urt d"t une forte proportioft t on& lo .. geme nt pcrmon~t. - Ils sont tou. eomm• ça. di~nt de bf"CC'Yot gon•. Et l'on fermo 1 .. J'O<tos lx do·Jble tour. Et l'on o 'Out de zo:rtit à la nuiL Pe~ donc : mldra~ menteur._ l•tognc... oba:~6 .. C'ES'i' Eff'RA Y AIIT 1 0 n 1u2 le lui /ail pa;J. dit-e . .. />tt_rmi lts journaur du malin qui tt'ncho-rntnl à rrérr tm elimai d•Jroslililé l'MIIrt lts lravailleurs not:d· (1/rlmiM, r.c Parisiell T.}bér(• /Ill<""' e11 bonne place. 0 5 2 39 0 2 QUAND ECLATE <LA VERITE On 1• volt, ro.cmne et dho- 1.(1 v'ri16 6cla!eo ontin. L'auas- phobl• vo.nl de I>Qir. sin. le Vl'<ll, est QtTit6. n ovou•. Ua. vont de pair avec rontrséComb! e de c malheur •• c•ect mitlam1. Et tout cela aide ou un • métropoUlain ». un Fron· foecbme, lo f0$Clsme qui çon. ça.io : c'est le pl.aceu, du dn'- duit au cr6motoi.r• et à 1'1><><mo. n éto::it èr t•en.terrem•nt d• NUr. son innocente victime! On Yi•nt Ne noua ~tonno.'"\S pa$ ens\l!t• d& reld<l>er le paune Nord-Afrl. tl la petite Yi<;time d'HayQillle cain. La - menti.,.,.. lo dit lx oon frère, en so le't'Cnl de fait en deux lignes. n 001 cUlt- son a!roponlil'l de <:inêmd pour C'lle de falte moi na. EUe n'a JXII M rendre b: la mort: un mot pour protestor, pas un - Ac:compaga..,moi- n y a moi pour cUnonee::, pas &eul•- dea Nord-Afriecdna : ;•ctï pour! n:e.nt un mot pour reconnaitro Raymot~~d LA VIGNE. qu'elle a eu tort. Evidemm"nt : r----eJle est complice. C'eot. pour elle, un hasard roqre. ttcble quo oo soit un fronçols qui Cl:it faiJ Jo eoup. Hc!utCU$Smer;at, pour nous, la vérité &st o-pparuc grâce à un Fronçai$, Le patron du. • Ca!6 da Pa.is • cr 16moiqoé q" · Ahinod n"crvalt pas qultté son 6tabli#oment entre 14 et 16 heu.res, 1• Jour du. aime. • l'inogno • aYC!t bu trois demla de b!lro en deux heures ! • Ahmod. explique le pcrtr<>~ liu COE!é, Ct c!ond e!Dq piioo• de 10 !zones Il deux elllouta I>Ollf leur permeftr• de jouu ou !ool .. hall de table. • Voilà pour 1 .. ~ 1rcmaa JOO>nH • à un.• toute ~lite tiU• qut jouuit dans u.o oaf'- •· don .. n&a pour- en ne- 14it q-ueUe -...1- IOJ\ .•. ino:vouahle ! L'affaire est ten:ni.née. La pros• eo n" on parle plus. EU~ o M .,n d'autres: chats èt fo~ettor ..• d'c:ù .. lra-& tlord .. Ahicoins à impliooJor A Lu" J'CP' ex:emplé, o~ !o • J)isto Dominici • o:yont &ehou6. où !Out oyonl éebod, on u robattit vors les Nord-Africatns ... 'DO\lr dkouYrlr !es <x:SU:Qins de la !nmUJe Drum:non<l. .. iaaq_u'ou moment où un policier • tochn! cien • d&:f<nc: à la PtM:M · - Ca ne peut 'tre Ul'l NorclAfricci. A : fe NOl'd-Africcda. lue <n:a coutocn:a. cocm• 1• Poloncn. tue à Ja: hache .. Je petit 9c:r::a9- steT qu revol•er~ • El le l'r<mçoïs. comment tuet- U. M. l'ln.opecteu.r? Sanctions sans délrts Anatole FRANCE : "Il fut un moment de la conscience humaine" 1 L y a cinquante am, le 28 ..,ptembrc 1902, Emile Zolo mourait à Paris, victime d'un l!tupide accident. Po~r tout les antiracitttll', JlOUr tous les républicains, Zola resté Je symbole -d;, courage luttde dreeeé contre l'nnti.,'m.itÎ$mc criminel, de la pas.;ion g~uéreuse et du talent au service de la ju•tice. Son eouvenir reste indissolublement lié à l'Atfrüre Drey· Eus, durant laquelle, s'arrachant li •• vie calme de romancier célèbre, il se plaça, avoo aon immortel J'ACCUSE, au prenticr rnng des hommes de coeur luuant co.nt:re les préjo· gés, pour la défense d'un innocent. Pour exalter ln mémoire de co grnnd Français, pour évoquer la grond~11r de &ou geste. pour faire revh•re cette épot>ée de ln conllCicncc humaine que Fot le çomhat des drey· fuaard., nous ne pouvion• I))Îeox fnire quo tlc ret>roduirc quelque. ex.Lraita de l'admirable discours prononcé par Anatole France aux o beèques de Z<>la, le 5 octobre 1902. RENDANT à Emile Zola, au h"lloiont. Ceux qui avaient lo unie• pour tuer en FJ<Uloo la nom de aos amtt, lea hon· dovolr do parler so toiwlent. justice. aociO"Ie, l'idée républi· neurs qui lui sont dOs, Jo Lots motllour:s crui no craignaient caino et la pensée libre. Sa paferai taire ma douleur ot la PCII pour e'-"x·mêtn$5 cral- roJa eourageuse avai,t réveillé lwr. Ce n·est pas par <lee ploin gnoeont d'engager leur P<Uii la Fra.:rice. tes at des lamentcrtiona qu'il dcma d'eUroyables dcmgora. convu:mt da c616brer coux qut Egar'• par do monstrueux menlcriu. ont une grande m6moire, aonqea, oxciléo par d'odieuses c·ost par de mates louangoa et d~lotnallona. la foule du peupar la sincère image do lour ~·· ,. croyant ttahio. s'ex~· A l'immortel auteur de "J'ACCUSE" TOUS le Çjeudi 9 Oell!J.bce 1952


à 21 heures------

SALLE DES SOCIETES SAVANTES 2 8 , rue Serp ente, PARIS (VI•) Prendront la parole : MM. Métro ODÉON Emile KAHN Secrétaire général de la Ligue des Droits de l'Homme Le Chanoine VIOLLET Fondateur des OEuVTes sociales et familiales du ··Moulin· Vert" Jean FRÉVILLE Ecrivain Sous la Présidence de M• André BLUMEL Président du M. R. A. P. lecture de" J'ACCUSE" et d'autres textes d'Emile ZOLA par Jean MERCURE et Pierre ASSO oeur.e. et do leur 'fie. raU. Les ehof:t de l'opinion, trop L'oeuvre liltéroire d.e Zola ••t lOufent, carenaient l'erreur. immense... qu'~a d6o•spéralont de détruire. I L n'y a qu'un pay.- au monde d<m3 t~uel ces gr~E>s cho~ es pouvaient s'accomplir. Qu'U est cdmhuble, le génie de notre patrie ~ Oû' elle est belle. cette &ne de la Fronce, qW.11 octobre 2013 à 16:18 (UTC)11 octobre 2013 à 16:18 (UTC)11 octobre 2013 à 16:18 (UTC)11 octobre 2013 à 16:18 (UTC)11 octobre 2013 à 16:18 (UTC)11 octobre 2013 à 16:18 (UTC)11 octobre 2013 à 16:18 (UTC)11 octobre 2013 à 16:18 (UTC)11 octobre 2013 à 16:18 (UTC)11 octobre 2013 à 16:18 (UTC)11 octobre 2013 à 16:18 (UTC)11 octobre 2013 à 16:18 (UTC)11 octobre 2013 à 16:18 (UTC)11 octobre 2013 à 16:18 (UTC)ll dans les s:kles po::s.s,M, enséi· ~ Loo t6n6broa •pallsissaienL =d~·! Charles!.!'!U:~ee:,:. ll'e/'ra/)tante fl i ~-tn i ue .l..o!,squ'on la: voyait a'6Jcrvor Un tilonco 15inJatre r4gnafl Cest pierre peT piêrre. celte oeuvr•. alora que Zola 6ctlv1t au Pr':d· c;.n en mesurait la grandeu: mec de la raison ornée et des pen- ..(.,.. "" [., n ... .., V'""' $ées bienveillante$, la: ten• dn surpriu. 0.. admirait, on •ton· dent do la R6publlquo colle lei· magistrcrls équitables et dea J>ait. on louai~ 00 bl6mait. tr• meaurM el terrible qui dé- Louang .. el bl6moa """! poua· nonçalt le laux et la lorlai!U!e. ~ avec: une é9<d• "'h'm•nc.. De queU .. fureurs U fut alors Cil bt poefc»o ail pu!Mallt 6cn- oeaatlll par ln crimtneb, par ~~ de~.;i~= d'une l E T T R E Voltai"' et de Malesh<>rb~. Zol<> a bien m~nt~ de la patrie. en TaiiJ (je le s-ais poe moi-m&m•) leurt dfftnsouJt int,rH&Ü. par d6s reproches s:inc,ree, et pour.. loura eomplloee involontaires. tant inj\ls1es. lAs invecti'fOI et par lH poetla coolls6a de t<N· les apol- s' entrem61alonl tes ln r6acllona, par la Ioule Et l'otuYre allait gJandiucmt. lrompH:, VOUI Jo IOVO& et 'fOUS Aujow-c:l"hui qu'on on d6co,. Tre dans son entier la fonne colouale. on r.connait auui l'esprit dont .Uo .. , plolno C'e11 un esprit do boni,. Zola élait bon. Il aYail la grandour et la simplicité doo grandH âmes. Il ~!ali profondément moral n a petnl le 'fiee d'u.no main rudo et vetlueu... Son pesslmtsm.e apparent, uno eom ·bre humeur r6panduo sur plua d'une de aes pages cachent mal un oplilnb:me r6ol, une foi obs!lnh au progrh do f'inlolllgence el de la juaUco ... fi VOUlait QUO, $UT Ja 1ctrre, sans cess.&- un plus grand nom· bïe d'botnm!3 fussent eppe"• au bonheur n eapWa.it en la pensé-e. en la sc;ience. n atlon· da!! de la lorco nouvelle. do la maolù.ne. l'alltanchi"oment pro-.~ J.., do_)'bumonllé labo. o!'u.re. ZOLA, jeun. encor.. avail conqu.is la Ç!lclre. TranquUle et célèbre, n )oW.uall du lruit de """ labeur. quand Il s"arracha lul·mêDJe, d'un coup. à son re-. au travail qu'Il al· J:l.Oit.. aux Jo1es pcrlaiblea de .a V:e.- A'fec; le calme •t la formet6 qç.e donne le spectacle do 1a lllWf. je rappeUoral loo '"""' ob$=."$ oll l' 6gollme et la pour 6ta5Mt a:s.aia au eons.u du Gou'fememenl. L'iniquit6 cotn· mençait à Atre connue. mala on la 5.entail soutenue et d~endue par de t.Ues !orees publlquoa e..l secHtes. que lea plus fermoa Une délégation du M.R.A.P. au Panthéon Conduite peu Charles HUT· MAN ol Maurice IMEIIGLIIC, une cl616gtxl!on du M.R.A.P. a'•ot jointe, htnd.1 2.9 ••ptombro, aux _~:~.ombroux amis d'Emile ZoJcr qui ae aont rendu& au Pcmtb4oa. po\lt Jle-urir lcr tombe de l'ou·t•ut d.e • Ta cc:use •• à roc.cCIJion du ciD• qua:ntenaire d• 10 mort. avoz• vu doa &nea Innocentes •• lolndro av.c uno acinto $Ïm· pllclt' au hideux cortège dos czboyoure b gog es. Vous mez •ntendu Jea hurle:nonts de rog-e et lea cria de mort dont il fut pcuroul•l 1..-quo dana le Palais do )utUce, durant ce long procita Jug6 dont rignorance VO· Jontcrlro do la C(luso. sur de toux t6rnoignages. dana: le cH· quollo dos ép6oo. Jo vols Ici quelquoa·uns de coux qui, ae lenant alors à .con c6t6. partagèrent ••• périls : qu'llo dllont al Jamala plus d'ou· lragos luron! jotés à un juatc 1 Qu'ils dlsont auae1 avoc quelle fermet6 n lOft •upporla ! Ou'i1e dJtent ti ao bont6 robuate. 3cr m41e pitié, sa douceur 1-é dt\montlront une aeula lois et si ta conttanco en fut ébranlée. En eu Je:" Kél6Tcrt,a, plu:s cl'un bon clloy•n d6o .. péra liu oalut do la patrie ol de la lorluno morale do la France ... Jus· Uc•. honneur, pensée. tout som· blalt perdu. Tout 6talt aauv6. Zola n'avait poa aoulement r6vél6 une erreur Judleialro, Il errait d6nonc' la conJu.rotion de touiN les foreec de violone• et d"opprasion no désespérant pas de la tua- l E 13 jaovitr 1898, dtwt 1 tic:e en Ftenoe. joun aprù fecquittemoet Ne le plaignons pas d'avoir du cOin:II&Ddant • co.mte Par Claude PARIS endu" et aouHert ! Envions~le~ &thuhazy. auteur du bord'! ... Dr8S$éO sus le plus p.odigloux r:uu attribut à ~yfua, 8atile amas d'outrages que la sotli8o, Zola tcrivit la dftbre lettre uuht la u;riU. < L'.~urorc , qui publia celle lellrt, lira. te jour-/à, a 300.000 e.rem· pl<~lrts, /ITOVOquant des in· ltrptllallonr ù la Cllambu d, tlttn$ toul lt' POY:f, des dl·scusJ(/ ons pouio11nëtsJ ooirt Jlts t:r hnu(four;cs. l'lgnarance el la méchcmoet6 aient jamais élevé, sc; gloire at· à Félix Faure, Prbid<nt de la teint une hauteur inacco0$!ble. REpublique. plus connut sous Env!ons-.Je : n a honor6 6CI patrie et Je monde par une oeuvre immense ct par un grand acta. E:nvions·le, sa dcstin6e et son coeur lui firent le sort le pius grand · il lut un moment de la cons.cience humaine. le nom dt « J'ACCUSE "· 11 s'adrr .. all nu plus hall/ maqislraf dtt J."rQUCt..' pour fus,. llgrr 1~1 triminfls t1ui cwt«lttl.l fa(( condanmtr lt r·apfl(litrt lnno~cnl tl ncqul/lcr lt cott· pablc, april ovoir lr<welfi ou l~ct /Jllblira/l(lll d(.• c~lle ltl· frc: rtpr~stnlm'J, ~Ir la pari till. romnnritr dcs Rougon!\ luequnrt, tm flcfr dt C'OtU«ge fntbalable. Il 11 c.rprimail QUELQUES J'Aeense ••• ! EXTRAilS N ... LETTRE AU PRESIÔEfjT DE IJ-R~PUBLIQUE Par ÉMILE ZOLA S'adressant à F~l.il< FCIW'e, Président de la R6publique Emile Zola, tout d'abord, l'avertit que son • étoile. si heureuse jusqu'ici. •at menac6e de la plus honteuse, de la plus inef!açable d es taches. .. • cette • abominable allaire Dreyfus .... Quelle tache de boue sur votre n om ! • lui dit-il Et il ajoute: • UA COQ.M.il do perre 'fi•nt. par ord:re. d'oser acquitter ua Esterb.asy. aoutnet auprfm• b lo\lt• "'"~ ô: toul• fustlc:e. Et c'ut bi. le: FI'CUlce o au.r lo }ouo cette SO\liUur•. fblatoite krira que c'ut ao\la •otr. prf1ldence qu'uA t•l cria:• aocioJ oP-~ 6t:e ~ Puls li ex:pliqu• on COl tt-rmet sa dki~lon • Puj~'U. ont oe4o, fosercd auaai. moi. La •'rité. Jo la ditci. car j'ai promia d.. la dire. ai t:r justiC"e :r'guliè.Tement scr:isa, ne lo faisait pa.:s. ploloe et enU.re. Mon de•oir est de parler. je ne veux pa:a ét:ro co::opUco. Mee nu1tt Mroiont hcrntha s>c.r le spe-ctre de l'innocont qui oxpie lll-boa, dana la p1ut affreuse cl" tortu,... UA c:tlmo qu'U n•a JXd commll. • • La "'rit' d'abord sur ft proc•• el la. c:ondamncrtion de Dreylus • : Zola d'monte pl•o• b pfi>CO la machlnafion qui abouUt au sco.ndaloux d'ni de )usHc:e. U pr~1so los ro»pon8oblllt61, lu rcapon.;JO.bl•s. JI d6montre que • l'cffcliro DroyJua (t et) l'crfialre dos hurocrux d• la 9UOUO •• ~ • nid do baaa .. intrlguu • o'l) cr ôt6 d6cld6 et perpétré - co scr~ifico Dumain d'un malhou.roux. d'un • anJo Juif • ! El il pou.suit: • C'e1t uo. crimo oncoro quo do a'61ro .. appuyé sur 1o: prono im· mondo. quo do a'&tro lcd116 d6fondre po:r loute la f:ripouillo de Parla, do •orto quo voUlx let f:ripouUio qul triomphe insoJomment.. dana la déJotto d\l droit tt do la slmpJe problt•. C'oat un ciimo d'avoir acc\1.16: dt ttoubl•r la .Franco eeux qui la veule~tt g0n4- reuao, A la t8to du nations llbroa •t Jutltl, lor•qu'ou ourdit soi· mime l'Jmpudent c:omplot d'i.mpo••r J'erreur, dovan.t lo mondo en· u.r .. c· •• , un crime d't.oaror l'op!~on, cl'uutisar pour une bescgne d• mo:rt cotlo opinion qu•o.n a pervertie. fu.aqu.'à la fair• d'lirer. C'est un crime cl'empoloonntr lta petit• et Joa humbles. d'exa:sp6rer le.a pas.&lona do r'acUon •t d'intol6rcmct. on a'obdtant cfoni•ro l'odie\&X cmtla4omltlam•. dtJnt la 9J'O'tld• FrCf!lce libé-ral• dot d.rolts do l'homme mourra. tl elit n'en eat pa• gu6rlo. C'ett un crime que d'•xplolter le J)CI:lriotiam• pour d•a ceune• de ha.ine, et e'est un crime en.Ha que d• Jcrlr• du aabre Je Di•u mod•me. lorsque la acionco bumo:ine o•t ou troYoil J)ôW' l'ceu"'• prcchoine de •6rlt4 •t de Jutico. De nombreux ,cri.,OÎDI, jour• ccaJll;teJ et pe::raoo.a.alit4oa oJ& .. c:ielles entow-cb•nt 1.. fo.mlllH ZOLA el UJlLOJID.ZOLA. rept6· .. ..tiu - 1• m.. ••• potiwe ».fcmta. 1•• ne.,aux et c:e:ni•re petill .. nlcml& d.w tpcmd ,cri.,ain. Zolo phOIOIII"Jphe: pusslonn~ pur c~t art, il a illustré plu· slrttf\ de •es oeuvre< par de tru brlles photos. • Cotte 'f6rit•. c•tte Juatic•• qu• »oua ~ont ai pat4ionn6ment • oulu"' queUe d'tr•n• b 1 .. 'fOlr oiD.al aouffiet•r. plua mfcon.nuea e t plua ob~:rclea !- • FRANUE et ZOLA Zola c:onatate entuite quo. jutqu'clort, los protnla:tions n'ont pas "' .,.... lonnoa pour lmpao..r confonn6ment à la justice, u.ne r6-vi&ion du proets d• Oroyfua. Conscient de l'i:mporlcrnce de son propr.o 9oate, iJ krit encore : D•n• .c: Trf'nle ans de t:i• loc• ole > 0) oil. il o rfluembl~ /q écrits polltiqu~ 4' ÂnoJ.o/4 f.'rtmce~ Cklude- A ~:eline montre qwt:, dh la publioerion de J"ACCUSE, l'twteur de c M. B~rgerf".l » ~ tJ'ouvait au.x cô· tu d~ ZoLa dant tc combat pour la Justice, ComnoifPOor J'ACCUS& le 14 j.muitr 1898, ~on.ftatf'·t·il, f!lt u.n ~e plu.J important "* de lt dllbrer ~ur let Iomb~ de Zolo, quatre aru plus tard, même lXI' 1~ plu.$ admirablr dtt ditciJur.-. LI "lguaturt d'.~nlltole. Frau· ce .. en t"ff'.et, euit in•mé.diatcmen~ ~u~ de Zola eur une liate do ~êûûon qui '\1\n~, en C'OndUJion iogiqu• de J'ACCUSE, drm•n· der )1) rtivif.lon du protfl dl" Dreyfu$. M. CJoude AnUnc-, qui CL lm:n v•tolu oouJ auloriter ~ pn· IJljtr- le tf>tt ri .. cont~ et. à rt>• p~ad'tt te• propl"Q t:onuutn· Wtu, rap~Ue que. p.ar toute 1ern oeuvre, par ,cm t-bùe ruè· DIC qui fait dt~ lui c non ,~ulf"" r:nrnt un c()IQ.ftl/t>r nHJie un lUid~> ~. Auetole Fnnu n~t poil• \.ait qu•êti'C'. lui auNi un ardt-ni dto)luoard Le 19 iivrier 1893, il trruoi· 1ne au IH·o.r.fot. t-n diffemaûon i"h:nt6 i Zola. préci.tfment au ••l<t d• J'ACCUs&. c M'~um. trouc.<4, ~n tli«m· bre derni~r. cu·,.c At. Zolo, db ('lllre-t·il. f't oyant l><'ttr aind dir~. ptndcmt quf'lqu~• h~11rtt~ ,·,4- lo 1tmoin d« $C'I pmsée, je /IIÛJ tWeAJfr iri l'admîrable l.wnmrr Jol ~~ roo~olu~ sintérit~ flf! M. Zola. ftftdl la .r.inoérité dP. M. Zola n'tr tX.U bt>-soin de ga. t(lrlt: je me borntrni donç 1t di· ft' (Jue Al. Zola o (lgi. d«ns ctttct cit'f(;ll.ftdnte, av-tc courog<>. 'riota fOn rcmp4rtr.mtmr, pour la ju.tti~e f't (}OUr la ciJ.rit~. Il t"e.tt iutplrd det &Miinumt& le$ plu~ f.V114reux. ) CoruJamuf, ZoJa •'txilc.• ~ n 'u•lt·ltrr;o. JI t>tt ntli6 lt 25 julll!!t dt l'orflrt dt' ln Lt-A)on •I'Honnrur. Hn mmaif.~ de pro• , .. .,,,lon. note M. (:Joud~ A,·t· h"'·· d~.( •a•·tttll$ tl d;t Wie ol11s, fhJrml l~qt4tls Anatolf> ,. .•• ,,rt'. rtm oyi!r•lll leur dkoff. IIOtt ci /o Crwmdt ChGIIctllerie. \ tl"autrH octtJion• enrort, . \Mtul" 1-·nnc.-. tn Jl"ett-Otiant à ~r··• p,f.ti.tiotu. tn prftltnt 1111 p3- rùlt l J.-a lll"f'tinl'•· psttif'ipa au roUJbat pl)nr la jutJit·r. Quand il apprit la mort d'Eulile Zola. il adressa 3 ~fnte 7.ola 4!'e télégramme : c Y Olre deuil ~st- un deuil. 1mioend. , L'humanité. clenl. de ~ (Ire un àe u.s pùu . tfQ.$tU es• prÎI8-, un d.e se.s: pf&il f'O:nd.s e«urt. Zoln laisse une oeuvra immen$e: el un générf:u:c exem· rJ,. Rtcevt: me.s condoléanee& Tt'&pl!CIIttlt!é.S e' rexprenion de ma fiTo/IJnde douleur. :. Frantet fut sotlie:ité do pa-r-ler ou~ oûièquei. Il Oqc4"pla au~it61, indique M. Claude Avelin"" ct t't'ntrCI de Cûpian (dmu 1a Gironde} oi' il ~éjot~mait alors. {1 pnrla après 1e ~finiu.rc de J'Instruction p,,blique e' l~ wisidttll de la SOciit~ des Ceus flf Lettre-, "" nom de ... amis dP. Zolo. l~s l)bs~uts J'Emile Zola, préci•" C"ntore lt rnmmentattur.

  • ""'~ni titu le dimonch.e S oc·

tnbr~. On rntdit à ~ dépouille lt!J hcnneurt miliurirt.s. Puis, plmitur:e mi/lieTs d'4dmirGteuT$, parmi lesquels se trOut:llÛ Dr~ ,,,,, r««ômpGpti-.rflll jU$qu'o.u l'imffièr,. Montmnrrn .... (lt Etuii.-P•ul, éd>ttur. • Telle ett donc la a:Unple .,6ril6. Monsieur le Prbide>nL et eUe e&t •ifroyo.ble. elle reatera pout •otre p .. ide~c:.e une souillure. Je me doute bian que .,OUI D'Ct'fta au~ pou•oir en cette affaire. que 'fou.a ltea le prlaOAnJer de Ja constitution et de votre entoura. qe. Voùl n•en Cl'fll pcg moins un de•oir d'h.ooe.mo cruqu.el voua sonqere&. ot que •oua remplirea. Ce n•oat pas, d'ailleura que i• dé ... a~ro 1• moins du mond• du triornpb•. Je le riP'te cr...oc u.no c:ert.Hude plus vtSb,mente : lm •6rJt6 .,t en marthe et rien ne l'arrftera. C'ett d'aulourd"bul eeulemont que l'affaire commence, puiaque crujourd'hui seul•m•nt los poaitionl &.ont nettaa : d'uno part, let coupa.bl•• qui no voutenl pao que la lumUre ae fC~Ue. do l"crutre. 1 .. j\1JUdtra qui donnete>D;t leur 'rillll pour qu'elle soit faite. Qucmd ott. onJormo la v6rlt6 aout terto, ollt a'y a'mo11•~ elle y prend uno foret ttllt d'oxplotlon. q\lo le Jour o~ elit 6clato. o.Ue fait tout tauter Ct.Yec: tUe. On \Ittre bton al l'on ne vienl peu de pr4pcrnr. pour plu• ta.rd. lo plut. .r.o 1tDtlteanl du d'aaatrn. .. .. Ayont r6eum6 $e3 cr.ecu11atione. Emilo Zola conclut on c:es termes sa !eUre cou.rogoua• : • En porto.nt cil accuaatlons. J• n'Ignore perl quo je me mets sous le c:oup d11 orUc:let 30 ot 31' dt Ja loi sur Ja proase elu 29 Juil· let 1881. quJ punit 1 .. d61ito do dUfa:matlo.a. Et c'est volontoiremont qu• Je m' oxpoao. • Quont awc ;ena que J'cccu.s•, Jo- ne lta connaU pas. je ne ln ai )crmch \1\tJ. Jo n'a.l c:ontre tux ni toncu.n•. ni bcdn& .. lla ne •ont po\ll moi que dea ontit'•· d .. ea.J):rita d• moUcdacmc:·e socialo. Et l'ac:te qu• J'accomplla id n'••t qu'un moyen ,,.,o!utlon.acdre pour h6:tor l'explosloo dt la v6d" •t dt kt J\lt1ic•- • J• n'cd qu'u.oe panion.. c:ello dt la: lumière au s::.om do l'hWDa· a.it' qui a tonl cou.lfert et qui a drott ou honk•ur. Ma profntation entlamm6e n' .. t qu• 1• cri de moc 6me. Q\l'on oq doue: me traduire en cour d'oudH et que l'enq,u6te ail lieu a1.1 grand Jour! • fcrttends.. • wns fard tout~ 'fa Ptlllét, ptrsuadé qu'il é/all de$ machino. lioa• de ctrlailu chef• dt l'arm~e. Il occu1ail tour à tour le litul~nanl-êolontl elu Pa/y de Clam, lu générouz Mercier, Billot, Boisdt{{re el Ptliieuz du. crim~ dt ltlt· humartilé, de comJJlicilê di .. r~cle dans le conwtol ourdi colltrc Dreyfus, (Ill moyen d'une tnquite scel~nde et de rapporû; mensongtrs. ll fallait Wl homme uu gmml coeur, a Ca consci~ncc pure el forte, pour :laUaqu~r av~c une telle au<l(ICt el une /elle maîtrise - d si /()rle p~rllo. L A qtmëse cle ~ J'«<'CU3t' .,. :> C c.vl 1latJS Ill soif dt• t•<!· rilé, dans ft• r(goureu..r espril de }u•ll<'t d'Emile Zo· la qu'Il (au/ la ret'hcrchu. Tout ti son (.eliVre li/U:ralre Zola duvail pc1.1 .suivi de tri$ près le procès d'Al{recl Orty· (lis. Ce protis. d'ailltur~, t'<· tai/ tU.rouli 6 htûs·do• el, dans riqnoroncc dt (t! qui ·' dlail oo.nf. Il nrlmlllrrll - C"OITl.ITU, alor8, Ta plupart de• gens - te bien·(ondt de la c<~nci(UIJJIQt/ on. Alai•. le 5 janvier 189o, clirn>nl <lan& la {amillt d'Al· phon« Dandel, Em/lt Zola en/end le riel/ dt la digra· dation de Drty{u•. {ail en ltrme.- odieuz par le jeune Lion Doud<l, qui ol/a/1 de· u~nir. pQr la tuile, l'un dt& dirlqeanl• Je l' c Action Frnnrai•e . Zola e.r indlrmt fY.U le• manlf<•lallonl de hai· ne provoquées à l'O<ca.lion de cdt~ sûlislre t:irémonlt, toul Ull lung dt laquelle Drcy{tu n'avait ctué dt réptlt~: c Jt sui$ innoc-ent .~. Puù - comme la plupart des gens - , reprU pa• ses occupation$, il oublia le ba· qnard dt l'lie du Viable. Gtnüeu:r, il n' tn tiprout•all pag moins un malaise dcvfwl (es rampagnt:t anllstmite1 menées par Drumont, dans la c Li/Jre Parole >. li riposte avec sott article c Pour les Juirs > publit pu~ Le Figaro du 16 mal 1806. l'tu oprè~, i.l r~çoil la visite elu jour· nallslc Bernard l .. r1:a rc qui, déi6., {ail cWII/><JQm pour Dreyfus; tl il prend tonlacl av~c Schcurer-l(e$ltter, ulctprésitJenl du Sétwt, convaincu lui-ml!mc (/e, l'lnnocence du condamné! Cc 11' est (lue tlt longs molt aprè•. qu'abamlonmml l'al· mosphire $trtine de. son t>urt. a.u, le ctltbrt romancier 11t iellt dan• la balai/le. El ce ,sont, avtc c J'accuse :., la c Lettre ;, la France ;, d la c Lettre à Jn Jeunesse .-, publiéu ~n brochures. C ETT E balai/le al/ail tire longue el ardet1le. ln· culpé de dl{{omalion. Zola, dts février 1898, t$1 condamnt à un Qll Je prison el 3.000 {ranes d'amende. A sa sorlie du Palai1 dt! Jus· lict, la CQllaille wrtiltnûle raccutlllt par dts {lois d'ln· jures tl le cri, mille {oi1 rt· pt/t d~ : < Morlauz Juif• > ... Il s'erile tn Angleterre. d'où il ne reviendra qut! le S juin 1899. Baire ltmps, c J'nccuse .. a {ail SOli chemin. lA Fra11· c~ !}~néreusi! a prh t'tt main. la ca11•t de la Jus/ire. /}ac· lion tlts hommes àe ('t'l'ur. nlerlés par ta ulenliuante /etire au Présidenl de ln Ré· publique, a oblenu. deur jours plus ldl, la rivlslo11 du procts dt Drey/us. Ctltli·ci, condamné de 11011· veau, à llermes, d JO ans (/t fli!Cmlion. tsf {tradc! le 19 septembre 1899 par le Pré· sidenl de la République. Mor/ accldeitlellemenl le 29 ~tplem/Jre 1902, Zola n'an· ra pas la iol• de voir la rtllft· bllilftllon d<{inillve fln t•ourft· f/flU.' o!(iôtr, survetwt 3tllle· men/ lt 12 juil/tl 1905, /Jar la ca~salion du ver(lirl de Rumes. Ce (ut le supr<mt nbontineme1tl de la lnllt ou· Vt!rle par c. J'accuse >. c J'accLL~ > demeure. danr lt.< alllUllet de la Républiqdt el dons r histoire dt tt hom· mes un do~umtnl magi1lrat, ~rune ch(lleur loujourg rogotl· JUffllf'. CINÉMA " LA VIE DE ZOLA" censurée L E dnquanltnalrt de la more dt Zola. a taft c J!.Ortlr • l Parhs, un fl1m tenu daM J"QJUhrt' dc:puho 1937. 'tuunté l lluU:.·wood. par lt metttur co IIC'ènc OIC'ttr16, il fut succtuh'l.:tntnt lntt,..Jit l)ar M. D~ladtt"r at.nt }tuc~. p~=-tnté a.u Cuth•al d'Antlhcs en 1~50. ct coup~ daos 11U pu~~t~ ltl sJlu' int))Orlafitlil Ct ltl<> tliUI\ éctutl1i JJar lA tCI\..'iUI"C. Il ~· a (jUtlqu<'~ {ron~r humaine - pour sauvtr lrur ltuit•once.. :. c Sonflc, tna chiri~~ à tous rt~ ~n(onll qui Jornt('nl. llfli,; bt~•. d Porls, 0 Bnli-n, d Lon· drr•. tians 1~ monde- rntiu. d QUI IOitt nt<ltqHI$ J!r>ur plrir wr lrt rhamp1 dt IHtlirlflc. Il nf' (aul P'ff qut ct'lt.~ BOit. Lo t"nn~uite dn tn(md~ dt.1it ;_Ire pffci((qur. Il /rud un-e dimoua. tt" xulidairt> fondü at.(ill sur lrt b1î du lrm•ail, qui ptormeUra La dël(ru(lution ih.• Dr<')'(U\ (4-(l.it\'Urt' d'é~oqul') à l'oceas.ion tlc luqu~:Jil• comnumç-n h prcn d1·c consctcncc ûc l'mjusticc. mvls: condltlnne. dtlr (JlW non à 56 l~rCStnt~Uun IHI llU},Ik SlR• rl$1cn. c L.l\ vie d(.' z,.tu •• reti·Acttnl le:~ déhub dUflcllt~t. el, ,.ur111\tl h~ ltaHc du 1ffti.1H.I ét·dvn1n :"' mumtnt de: l'affaire D•·cyCu~ t,m. Jmté~ qu't~llt l'$t de blcn clcs: sé· <Jutnccs h l~t•u-1(1,,._., noul' rst pM:sentéc, munie d'un choJ)CAU• JJ!ihct, n0\15 fnlunt u.vuh· qu'Il oç (nul l'Ott st hftt~r dr Juger le:~, min ltf'NI fltil Rrcnt tondamnr:t• Zoln: ~t que c J'a~· cuse ., t.sl un dOt:llmtnt <JUI dc,nandc bien rlts ~.sc:rw~ ... l'~uuilttblr répurlilion dt•$ ri· ch,.u~s. ~ M"lgr6 tout. Il f"$l u:,gxeH:~.hlo (1\lt' ('(• 111m ut; 1Ja$$C <rue _quetque~ l$<'m:lint:-~ dah·• un,; delS plus Jlt'titc.·s ~a ll eS <0 de Pnrit<,, <..:'c~t t•neore un moyt"n de c ocn~u I'C ~ tft.• la )IQfl. de ht Urmt ()~}clut'lr, ce Qllf.' de ne Jl~ te dl$- 1r ibtu.•. r dnn"' Jc:s qua rUet~ cl ,.n pro\•in-.•è ... Ncn•~ '""Jl~. t»n :tlhmt l':ap· !"'l:uJdil", $1)ll ~uech ~ Pnris. Colette MOREL. (1) Sludi() 2S. :!Ci, eue Thp. Otete:r1f. lt" mtHrur en !l.é~n~. lott:. fut, A l'~pnqur de la crbli••n ~-------------de !lOD • Zola •· violcn,menl trltltauf pM· Ja IM\1\de tlrr~s-t am~,.lcelnt". Aé"C"u~ d•f.trto un • rouge •· il cout mfm<- a. ce su .. JN de gYvs ennuh avte 1:~. famruk commission dt" activJ .. tf• antlmfrlulou .• Cet anHra.~ehte alltmand. ~tu'l~ out.re-Atlaotfqut ap~• l'awncment du nuismt dan• wn pa)·s. donna drpuft. dts uranll~ A «tic fatn~UH' romMI'I'filon, J,ar dts ftlms m~iOtrt"~ l l'c~trfmt C! au dtmturanl fort c an!frou .. lt$ •• Son c Zola •· mal~ft q-uelquet f&iblc,tr~ e,t. la IJI~ ma1· trr-ue de a.on oem·rr. J-'aul ).hl· ni y Incarne l'humme qui s'op. J)ltlt au r•cJ•mt. le _.,.n~l ét'ri· \'ain 1-prf• dt Ju~tlcc: le c solitaire • comme 11 "Apptlail tui-mE-mr :(Ortant de tt& ~· Jitudc- e1 ('t,mbMHtlnt. a'aHirant 111o~ctUIIf dèll anticlf'(.·ytu~•r<b. ('t fiu•h:mcnt lrfOJnJlhaul U ('C Je~ honnetc:ll J:tnJ th' l'mJustlcl· t: dt ln hnlnt. M•la. dnquantt' nn,; opa-ès u mor·t • .Zulu bJt'~St t1u·nrt ceux (ou l<•ur;c ctmUnut',lttlrs) crnl muntèl·tnl < t•Atrnh'tl •• t.u t<'n· su r(', •u-cnd. dh la c JH'•t\b<'f! :.. nnrtlé C4Jntl"<" Ort'~·rua. te~ ttmis de Malll'rns. :t'Ù 1<' trou\'c.' etA nt~ l A. "nJic. wtnt lU\\'IJUfC'f leur r<•vanch.,., Ils z~:e ..· roh-.ml qucl< ruc-c dluhn:~ d'année~ cu nr•·i~· re. J>ou11ont. lA érH(· wr Drc~·~ (ull. 1'4t•n lnnoC'NH·t (lll'll U<' t•(', .. 11Q clr .,I'Otl•ml'l', m6hu• nu fond du bnttuc. ~uJ\t tel r<·l rM(•(os nnc f<.'SPC:i.'t. Qmuu (t ln tlt'rnft·rr a,hrMc f)rura()n,·~t' d11ns le !Hm var lt' f(tund nntlrAçl'\le (phral't Ur~c dC' .linn llvrt Ju11ic0c • ). i.>llt> a ~~é c:ouplt. bien qut d'nnc br01"ntl' ectuaHtf ri, nou' n't:nttndr<> n• vas Zola dtre • sa (tmmr: c .\'4.1u, ovnnt l~mrl un .r;/i uu.r JIUII<tt~nll dt' u monlk d lQUI t'I"U r qui (tml [,., ou•r· fft - #tJIIt lôru:( de ln tnrl{· Quelques dares ... 2 Ami 184ll : Na!38CIDCC d'Eoilo Zol«. à Paris. 31 Odob:ro 1862 : D'o{i-gine ito ... Henne. Zola obtient sa n(l.. turalisohon. 24 Octobre 1864 : D écrit le

premier de an Unes :

• Contes à: Ninon • · 1871 : n kril le premier volu· me des • Rougon-Mac· quart -.. 1893, : Dernier volume des • Rouqoa.Macquart •. Tu!Dot 1893 : Zola ost l

An· gleterre. 3 Juin 1899 : La Cour de Cossalion décide )Q r4vision du procèo de Dreyfus. S Ju!o 1899 : Retour de Zola en Franec 19 Soptembre 18911 : Dreyfus qrâci6., 28 Sept~mhra 1902 : Mort de. Zolcr. a•phYXié por un po;;. le dQns &cr cbambro. S Oc~bre 1902 : Funérailles de Zola. 12 Juillet 19!1$ : R~hcbUilation ti9 Dr~~oyfu:- 31 Déce-mbre 190:6 : t)n'!' !ci ot• donne fe t:ra:nafett de:;. oepdros d~ Zol<Z au Pimt~ • 1 J.... 1 ATH ENES e Aucun ctiminel da guerre allemond ne .seto pf1.1s jugQ an Grèce, a déefdé le -gouvernement de ce pey!. BONN e Pure. invention que l'cssosslpct de s~x millions de Juifs par les Hitlirlcnsr écrir noir sur bJonc la feuille c lnformotl:onsblott .,, qui poursuit- : c l,es Aillé.$ ont construit eux-mêmes les chambres ô goz et les crématoires pour )u>titlfier leur poiiHquo ô 1•égord de- l' Allamogne. :. HAMBOURG • t.o « Rcnc.ontto fntcrnationole des oner~s s.s. ~ qui de· voit ovolr lieu rëeccnment o ét6 ajoumëe, les 150.000 mork.s: pré ... vU$ pour s:on organisation oyant ~\6 d~toumé• par les officiers S. S. qui en ovoient lo charge. LONDRES e Res9onso.ble du :;ervice social des fem!Tlé$ allemondes Ira· vallfont '"' Angt•terre1 Susanna Simoni$ o occ:vpé la même fonctîon ou JapOn ~dont lo guerré. Le dèrté Bomét~ Jonner o demond ~n vain que so nomination soit refusée por le -gouvernement britannique. DER STURMER ISvfto d-e lo poJ• tl ayant son siège on Baoae ..Scoco. Le fcri t qu'un tel journal puis· • • être librement diffusé d ana l'AUema.gne dé Bonn confirme à qutl point la politique de remilitarisation et de re•a.nche pouraul• i• pc: 4\donauor fa•oriae la ronai8aanee elu na:zismo aoua tou.& ••• a.pecta. Ce accm.dalt auscieerCl acma aucun doute l'ind.igna.tion de tou• lea cmtitaciates qui .~uni ront et agiront pour Smpoaor do tou~e urgencet l'izlterclic:tion de l'infAmo torc:ho.n, dont la pa:rvtion c:• cdt pu Gtr• e mpêeh4e, ii y a trci• à une Vattl• MILWAUKEE (U.6.A.), e Antfés pour ovoir diffusé des troets- violemment cntidmites, del Jeul'les sens- opportenont à l' « Americon Act~ Army » ont déclaré- qu'.lls étojent o:ntitê mite: s « porce que la plupOTt c:ks espions atomiques sont des Juifs:., MUNICH e De.s troctr ontis.émitos, ..por .. tont lo c:roix gommé-e~ ont éré obondomment répondus dons Jo vi11-e. Il$ dédorent que les exécutions des criminels da guerre AU.STRALl ô Londoberg par les Alliés •ont : lti~~Bi.iii~:EZ31,t'lli11Cll!IZI c $-tpt meurtre-s rituel$ juifs •· 1' e Une onnê• par meurtre : L'A te Dr Wemer Kircher, cx .. chef S.S. du c Setvlce médical • ou de S y D N E y camp de SuçhenwcJd o été col'l .. domn.é ô 3- ons et demi de pri .. son. On o pu prouver q\lil s'é.. n d toit rendu per<onnellement cou- c 0 a m n e pobfe de l' ossos.s1not de trois 1 dé'"""'· so ennellement HEW YORK ·• Howard Fos.t, le ~krivoin, o folt savoir roit candidat du Parti omf.rlcoin aux prochaines ttons ou Congrès. NUREMBERG. e Frank Rocfomache:t, con~ dom.n6 en mers ô 41 moi·s prison, pour le massacre de 1 Juifs Serbes.. pendent la guerre, vient d'être libiré. PATERSON (U.S.A.). e L-es püdne-s pour Bfonès ne peuvent être utiUsëes por Noirs, ont déc.idé fes autorités municfpole:s cfe 'etto vi Ile du New .. Jersey. Uno pUiS$0ntc com· JX!Oht s.e poursuit CX~Ur foire topporter ~ettc mesure discrimina ... tolr&. SANTIAGO. e Un mOY'i'e-ment· o.nthhnite .. dirigé par des- no.::is venus d'AUe~ mog.rae (a la fin de la guerre, o été découvert ou Chili. Il o des romlfic;otions dan$ plusieul'$ grondtt$ vllte$. ~TOOKHOLM e Des vo·ndcllos ont pénétr~ don$. lo synagogue de Gothen .. - bour9 où ils ont renversé le$ condélobres et les objets du cul· te, orrosé le$ de stéa rine et vidé quotre de vin n'lue!. Un tronç l'ant isémitisme L~s. jmmigr,\nls Qllema.nds, parmt k-sq~>els une !orle proporlion d'hitlériens, continuent d':lfOuer nombrcu:o< en Auslrnlic. t:n dépit de ses enqagements. Je gouverne· menl n'exerce aucun contrôJe sèriettx sur 1<> paS'ê de eu immigrants et leur installntion n'est pns sans rapJ?ort avec Ja va:sue d'-tmtisémJtisme qui se développe dttns le pays. Getlo si1Uation suscite de vi\'CS protest:ttions dnns tous les milieu"- n. y a quelques jours, les anc•ens eombaltants juifs d'AUs\ralie. ()nt tenu une conférence au cours de laquelle Ils on 1 exprimé leur indignation devant la passivité complice des :tu<orités et leur volonté de combatlte l'antisémitism~ dans ln plus étroite union. Douze tombes tt)·ant été profanées dans le cimetière juif de l"AWKNER, près de Sydney, l'arehevêquc de la yille a puoliquemen,_l condamné ces attes, qu'il â qoalifl.ê d'itlhunwiru, déplorabl•$ i:L anlicl1rétiens. ll -3., d'mitre part, appelé tous lé• prêtres à dénoncer vigoureusement J'antisémitisme. -· f ÉTATS·UNIS "Il faut sauver les ROSENBERG" proclame le Rabbin Meyer ~ha1rff éminent ditigeant du J udaïsme Ortho d o x e A m ér l c ai A l'heure OÙ DOU$ nl:~t· tons sous presse, aucune dt\eision n'-a encore été prjsc par la Cour Suprême des Etals-Unis, Cil ce qui concerne la révision du oroeés de Julius et Etbel Sosenberg, condamnés â mort à la suit<> d'un procès dont le moins qu'on puisse dire est qu'il rut marqué pa-r de gra CS Hlégalitês. Les personnes les plus divenes qui ont examiné toules les données d<· cette ofJaire, que l'on e appelée c l'A (faire Drey fu• de la uuure (roldt >, s'accordent à voir de la pnr\inlité dans les débats. .Julius ct Ethel Rosl'llber,; ont élé accusés d'esl>lonnage, concluent-ils, csscnliellement \laree qu'ils sonJ des dHrnseurs de la pal~ et qu'ils Je <ltseot ouye.r· tcmcnt. On a -votllu èD faire des ~ exemples > et leur qualllé de Juifs n'est pas étrangère au fait qu'ils aient ét~ ohoisis. Après de nombreuses autres pcrsoonalités éminentes, le Rabbin Meyer Shar!f, dirigcllnl dU judài,sme orthodoxe amé!1cain vlC'lll de prendre p()sition en ces termes: J'aime tl' ••oealil.: tl de J>riltctpes américains - ~~ j'aime, par-dessus toul la vérité. c DartS ~ous mes acles el déclsioru, /e srils oaidé par 11otre Sainte Torah el par tes Prophètes. c Rabbin orlhodo:re, suis fermement que Ethel eL Julins Rosenberg et NoJ'IOn Sobell, accusés d'espfonnaqe (les Rosenberg el Morton Sobel, accumort et Sobell à SO UJ1s cie prison) sont en droit de bénéficier d'une révision devant la Cour Suprême des U. S.A •• . c Comme Juif pieu:z:, je révere les lois de mon pays ... f!ar conséquent,, il m•apparafl mconcevable queJ dtms notre. pags une sentence de mor/ ait pu être prononcée aussi léqèrement qu'elle l'a été dans le procès Rosenberg. c J'al étudié et pesé lon( llltment les faits tle l'Affaire Rosenberg, rzui ser;!emenl un m11is quatre âmes lill père, un~ m~te el petits garçons. Sauver une 6:me, dil~on, c'est $Qf.lVtr les lllné$ tles Qùtéralions futures. a:rrbié auenauer: J'ai de~ , , genewuoe. EN i943 t'arm<'e allemancle comp/all 3.00ù (léuér«u~·. Un <•éritable rêl!imf: Irl aujourd'hui c à f)itd ,., /,;a reconslituliôtt de la Wer/unachl cl ion rn· égralion tf ttue <1rmée rw·opéenne ... dite de dêfens.e~ ne pouvall que susciter l'engOU<mcnl el le:;. offre$ de service de celle armêe d~ résert,e .. Ctla n'a pas manqué ct depuis dt"lLX ans, Speldel, en civil, it Paris. <'CS qén,érw~::c ~·agitent, étalent ricains. Ceci Cil .vae de re/ cnrs référctlceii, les plus bar- cotlstilulion du réseau. <lis allan/· jusQu'ô, reprocher tl 7'outcs rt{érèrtccs, sans leurs ancien~ advtrS(lites de c(m~pier son expérience d~ les armir poignar<lts dam; le la di/alle sur le front de Rusclos alors qu'ils étaient les sie, mise e ava.nl par Adeprécurseurs d'une croisacle. nauer pou1· (e < pW.c·er >. commune. SCHlVRR!N. D'aprês le < L•Europ<: a hc~oin d'une Ne'v Stütcsmiln and Nation forte orsanisation militaire et du 1-7-50 il es( le véritable nous soO\mes pt:êts à eolJa- promoteur de la rtmilitarisa· b orer activement à son êdi· lion «llcma,nde. 1Jeation :. a déclaré. récem- Ancien agent inUrnatlonal ment le chancelier ,ldenauer <le compaqnies pétrolifère~ el à t issue d'u11 entretien auec des se{'vices d'etpionnagl! M. Donnelly, lwul-conrmissui- étrw:riftrs (lntc!Uqenct exre amerléaln en Allem«une. perl) il est le premier généEl il a ajouté que sorr gou- rai allemand a avoir tati le verMment insisterait pour la ooyaqe <i Londres. Sur le nomination à la. téle de compte rendu qu'il en ft/ au lt c armée européenne , <les çhancelier Aclenauer, celui~ci généraux Schweppellburg, fullreureu:z: de trouver ea lai l!On Mar<ieaf{et, von Scl!wc- < lill soldai pro{uslonnel rin, Speidel el Guderian. ayant une claire conceplio~1 Qui son! ces généraux? de la politique. > < News- GUDERIAN. Chef d'état- week >, du 2 octobre 1950. major général d'Biller après SPEIDEL. VieU officier le 20 ïuillel 1944. Dans un. Il- d'étal-major de réputation lnvre paru en 19(9 il reproche ternalionalc. A vécu longaux Occidcntau>J • le coup temps aux U.S.A. el cr1 .4Jiglet/ e poig11ard du11s le dos • · terre lau/ comme milliaire ...c Nos soldats combattirent que comme c homme d'atel lombèren.t pOUl' tEurope, falrts >. écrit-il, méme si cllacun Un oicux Parisien. [)ud'crrx pris lndioiduel]ement rani /'occupalian, il c (ocTl< s'tfi retrdait pas compte. > cupait > lui du questions Passe pour l'un des meil- franç-aises au G.Q.G. lilleleurs spécialistes des chars marrd. tl'assaut. VON MANTEUFFEL. Arr- Co-aute11:r en outre. d'u·tl Ire spécialiste def blindé•, plan de réarmement cle l'Al- propose sts services dis mal lemaqnc occitltntale, l.ri:s st- 1950 au général amf,rlcain r!trrsemtnl .élfld~é ptlr les ml- IJJac Cloy. Il déclare au cor-/ !llai;es am~rtc(llns. . rcspondwll anal ais Clt(ford: [)après 1 aqenct Ttlepress, < lin {in de compte uo<lf -aur:o.,.lors d'll!'l- voyage. qat il f il ~x besoin de. .nou$. Nous potfl"t> U.S.A., 1/ se $<rQ11 VIl con{rer VOns /Oilmlr 30 tlioision• /k les films et tlossiers secrets rnoe pure... résultat del •fdll réstall d'cspfottTiaQt <11le- /oris dè Hiller pour avoir mand eu possession des Amé- des (((mille• nombreuset ... > la PORTRAIT du rac1sme • sud-africain rentrée ... pas pour tous les enfants du monde A PRES l'épa•·pillcment des va._ca.nccs e,u soleil des plages. des monhtgncs ou dans la poagsièrc Jes rues, fants Français d'Algérie, cc CANADA ($ult• d• lo po-g• U Newcf..are et \VIttieshoek; cin · glèrent les ACrieains du fouet Ms discriminations ra.ciales ('l ehassèrcnt des tribunaux le visage mèm" de l'aveugle Justice. LA REVANCHE. Tls pouroul\'ent nuJoUl'd'.hul c:ello re,•a'nche qu'ils avaient Juré de prendre, pendant la guerre, sur les combattant1 untiCa~ci&te~. Et PQùr c;ç fair~. lis sowUent le pays de leuc haine rati~te, sa pen L Jcs s:yodlcats en les privant de l•urs meilleurs dlrig•ants. emprisonnent les partisans de lA POPULATION DE L'UNION SUD-AFRICAINE Noin : 8.200.000 Bt.nco : 2.600.000 Mét;, (Colo~t,.dl: 1.200.000 Asiatiques. : 400.000 l'égalité des Noirs, ct comb~ttént toute démocratie en mê~ me temps que le communisme. Les ml\ltres-arcbitectes qui ont êle\•é le b<lehen funéraire où Us se préparent à mett•·c Je fen sont bien connus: cc sont les hideux personnages qui dirigent le gouvernement - Je Dr D.F. ·Malan, l'avocaJ J .G. Strydom le Dr T.E. Don_ gcs, le Dr H.F. Verwoerd, l'nvo~ a.t .E.I:f. Lo\tw, l'avocat C. Il. Swart el l\!.'8. Sçhoeman. Tous sont, oomme Brutus, des c hommes honorables -.. Que dire de plus des racistes de moindre enYergurC qui ont dêftlé devant moi, sur la scène parlementalré, au cour$ d~ ces quatre dernières aonées? La campagne de désobéissance aux lois injustes La c campagne de dêsobêissance aux lois injustes ,. lancée en Afrique du Sud le 26 juin dernier par les organisations de Noirs, prend une

un..Pleur sans cesse croissan·

te. A la troisième semaine (18 not\tl 2.662 olontaires s'étaient déjà présentés pour se li\•rer a des acte$. publics interdits aux gens de cou1eurs, tels que monter dans un train, s'a$.Seoir sur ua banc, entrer par une potte, etc ... rê$ervés aux _Blancs. Ces violatjons des lois injustes se fon t, chaque fois, en présence d'un pl1blie enlhousiaste, Noirs et Blancs mêlés et cntraincnt l'intervention de la policé. Des hagarres ont eu lieu, en -parti· culier lorsque plusieurs dil'igea! ltS du mouvement ont pris la parole à des meetinl!s dans diverses viJJes sud .. afti· calnes. Les c délinquants > qui peuvent être pris sont emmenés dans Ms prisons souterraines glacia-les. En prévl· sion, tous lés volontaires sc munissent de vêtemenls ebauds. Beaucoup ont été maltraités. Des jeunes ont êlé foueu~s. selon les mi:thodes ~hêres nu Mini•trc de la Juslice. INJURES Voici les c nationalistes • comme S.M. Loub$er, de Malmesbury, J.H. Abraham, de Groblersdnl, qlll ne peuvent menlionner les c non-euJ·a ... pé.en,: > .sans baver les plus '""lie~ injures. Voici 1e Dr J. Il. l.oock, de Vereeniging, consumé- par une haine obsédante des Hindous, des Juifs, des Anglais et de quiconque lui a j.amais rendu sen•ire-. Voici les a"iisèmUes mal camouflés comme J.L.Y. Llebenberg, do r,ydcnburg, pour <tui la guerre des Boers n'est pas encore terminée et la dêfaite d'Hitler conslitue un drame personneL Puis des hommes tels que J. von S. von llfoltke, de Karas, sur la t\:.te de qui, la eroix. sarnm~e q_u'il porta naguère en brassard, brille avec l'éclat ùu néon. Voici le Dr A. Hertzog, de Ermelo ct J. du Pisanie, de Germistoll, creusant le.urs galeries ~us le mouvement syndical, toùt comme feraient des taupes et ne voyant pas pfos loin qu'elles ... Et aussi M.D.C. de Wet Ne!, de Wonderboom, dont l'évangHc est que c les Noirs. doivent res· ter à leur place , et don 1 la tête, quand H parle, sc balan(:(> de droite à gauche, comme celle d'noe ponpée de porcelaine pour cheminée victorjenne, en sonnant to-ut aussi creux. HORREUR. Voici des bommes tols que S.E. Warren, de Swellen-dam, A.J.B. Devsel. de Nor th Eost Rand el P .J.C. <fu Plessis, de Bloemfontein, pour qui Hitler esl un maitre incoo testé. Quànt au Dr P.J. Von Nierop, de Mossd .Bay, il avait l'habitude de me « marquer ,, c,omme si j'avais étè l':want-cel)lrc de l'équipe Dy· na mo de ~!oscou ... J c ne m' étais pas a.ssis qu'il se levait pour exprimer totJte l'horreur de tout ce que j'avais dit. Antisémile -réputé, on pouvait toujours compte1· su:r lui pour une intervention (Hrj .. gée contre les Juifs. ~lais il lui arrNa une (àcheuse aventure: un député entreprenant découvrU un embarrassant squelette sémitique dans son pla<;ard ancestral: un de ses oncle avait été enterré âa~ts un cimetière juif. n se consolait en mitit~nl contre l'alcoolisme. n pensait fermement qu'au..'t côtés du Communisme <'t de l'ég~ lité des races, l'alcool est le pire fléau de )'hum~ni1e. Dans tout parJetn~nt, il y a des députés spécialisés dons tel ou lei problème partlculicr. Lui. s~ plaît à en traiter deux : la boisson et la ségrégalion r~ciale. ... La plus grande contribution (!U<' les c Nationa:l ist(!s > puissé-nt apporter à la dé .. mocrati~. c'est dtabandonne1· le J)OUYOÏJ•, P<>UI-etrc. pou.r lermin~r mon rternier discotlrs pn.rlentcntaire, ~urais-je dû paré.· phraser à leur intention les mots de Cromwell s'ndressan t au c Long Parlement >: c Vous a"ez s\égé ici trop longtemps - au nom du peu· pie, partez! -> (1) Le C'nnqueir:tnl hntlnnd11is de I'ACrlqu• ~u Sud. Selon Jes Jo~s racialts (l'n vigueur, les nourrissons de cou .. Jeur~ pour- CltcuJer.. . doivent Cltrc n:um.is eUx·mêmcs de passeports portant leurs empreintes digitale~. Les le articles condamnant Grande-Bretagne Action antiraci a' Birmingham t,._ (moailleurs indiens mai<!Î4 uivant da11~ la '"" 1 tle 8/rmin!Jh<m>, ltrra, ont tenu tme ~on{érence le• discriminolioM donl ils sont l'ob}e(. Ils ont notamment dénoncé les me.sure$ ,fltir:Janlc.s vi$ltnf les hommes de couleur : - Ilt/11$ d'emplois a cer/( IÏI!.$ lravaux tl dans diuer· ses eulreprl,$e$, tn parlicu· lier dana les transports publics

7 millions de jruncs Fronçais vonl < ren trca· , en classe. Pour les peUls c'est p(\nétre'r dap.s cet univers myste. d'eux dès grands e-t oû rêrieu- x qui (el'à d'eu.< aes gr;>,nds ét où règnent les mythes dv 1a mallrcsse, du cartable ct du bon poillt. Les mümans fond des CQ!ctùs sa\' BDtS, mais un· lub\icr plus l~s cbaussu>'c~ ct un m&ntcau font sou ven 1 plus que Ic s~Iaire du père. Et les maîtres. ont des souci< S que le gouvernement veut lgoorer. Pnrtout on rentre. Qu'on ainte.raj t se Jaisser sllcr .aux images riantes de mill.ions et d~ millions de l>ê" tUs enf~n ts du ntonde e-nt ier mru·chant en troupes joycu· ses vers leurs écoles ! l!a)s il e•l ri<·s P•Ys où l'~colc 1rend l'âme de-s petits triste. n est des pays oil les enfants n'ont pas d'écoles. même Etat dépense 339 mil- Daps la province de Quelions. bec, il y n deux sortes d'ê- AFRIQI'JE DU SUD coles ; ~cs écoles calholil. a segregation raciale séYit ques, ùes écoles prolesl<~ntes. (laos routes les Uuivei'Sités. Et les enfants juifs ot) vont- 80 % des Noirs sont illettrés. il• ? C'est ce que les auloQuant it ceux qu i ont la rilés n'ont pas encore décich~ nc~ d'aller à l'école ils dé l doi\'ent r~revoit:' une éduca· TUNISOE lion telle qu'élie le$ hahilue g,rr Lrent• l>eut••w <le •our• à Î\'"rc c aans une société "" ... ~ ... ,. soumise >. que comprend l~t:mploi du te·rnps. neuf ::oeulement sont AFRIQUE NOIRE faites en arab<>, les ~utre• !lU ~ tk!; enfunls n~ peu- en rrnn~:~ioç. _. ._........- wnt frequenter J'ecole. EGYPTE Dans )c vaste territoire àu Tehlld il )' a en tout et pour Un liéts des enlunls d'âge tout 66 écoles primaires. 95 scolnire >ont acceptés dons enfaats noirs ont p~ssé lenr l('s écoles du Caire. Cerlalne5 ccrtiQCftt d'eh~<tcs cette an- rlasses sont tellement surnée (il y a 2 millions d'hllbl- ch_a•·sées qu~ les enlants n'ont Janis). meme Pa.• de p!11ce pour •-n n "'"'TTQUE s'asseoir. El la siluation est m.<"'-".o.•~" piro dan~ les camp•gnes. D:>n» tine seule classe. s'en- LA CHAR.,., lussent 140 enfants. 80 % de ... .., )a poptùotïon est anall>habète. DES NATlONS-UffiBS On comple d"ns tout le pays déclare dans son article W: une seule école d'apprentis· c Toute Pecsonne a droit à sage. l'éducation. L'êdu<:llt!on doit ' 1i Str'J· au. p1ein tpanou.isse- MAROC ment de la pc~onnalité lm- C'e5t seulement dnlls 120 maine çt au renforcement du ans que les enfants marocains respect des droits de J'Hom- ALGERIB pourront lous avoir une pla· me et des libertës fondnmen· Plus de 90 % de ta ooou·l"',c;.e;; ,à. ..l;'.é~;c;;o;.l;.e;.; ._ _____. ..;;l;a;l.e;,-;s.;.; .;~;; .._ ______ l:triou est Jlletlrée. rÎC2D..0$0 0.000 :::~~,~r.!,11 octobre 2013 à 16:18 (UTC)\!~~1 200.000 place à ft',?,~~:,Charles. .. pays >. • Pour 110.000 eufnnts algériens qni vont à I"CeolC'. l'Etat dépense 88 •nillion~. Pour l't\duc•Uon de 200.000 1 Peinture / L'Exposition LAZ AR L,r EXPOSITION LJIZM se tient dcma Ja. modesto • Gcdo· rie 8 • et ne comp te pas beaucoup d'oeuvres d:u J•une poi.ntro is.rcuUion. Mais los quel· ques toUes qu'ou y voit révèl~ nt son. temp6ramont po6tiquc. austi quo • l'a.bslt<lit. c"ut !Cl Q'l'cum:naire, l'Art, e'ost la rie .. c'est lu POée:ie.. 1o rl•e et lo mvst~re • · racisme et l'antisémitisme dans la Constitution polonaise J~a· Polc,gJte, uprbs uue VQ.:i· <lit (l' empécher les cilouens le disclts-•ion publique à. la- tlt prendre part ,; fe:cucice quelle toute la population « du culte el a11.r rilts reli- INVASION DE BROCHURES ANTISEMITES AU CANADA Uno douco po6si~ est Je siGnG distinci.Ü dea oeuvres accrochées dans lesquelles coDstructioD4 coulours.. rvtbmo. tendont vors la &ynthèse du village arab•· Ca r ~ct:t lo 9iUa:qe arabe q-ui Md de lhàme à la plupart dos tableaux ex.poda. Lo »>intre ast fa.aein6 par ••• imago•~ sos contours,. par s es couleurs. • On peut dili.Sremm.ont appr6 .. ctor co CIU• M. Lcaar dit cru .sujet de la peinture, mcûs on n• peu.t ~as nO pas <I:PJ)f4elot qu'U fait. Sa peinture •oua suit comme wao douc:o mulique. Sj la fantaisio v -r>arle romcmtill:D•. J'ia.tolllq:ence, la r:~Jlexlon. c::r.Sen:t l' ordonnanco des coulouT&. C'"eat la Ylo .qui &-uqqère le thlmo. On est attiré par COl po:y&a· qes. port$, vUiagofl .. p6çboa noehu; ucs, où touto la 9crmme. un J)eu assourdie, de,_ verts. bleus. rose& mau'9'o&. a'eX'P'rime cr-.ee Une qrande sensihiHt6 -- t•la ces mcgnJSquos pa.lm:itrs vorb. J)<rr exemple. targemezti parlicipé, vient 1 d'adopter 1111e nouuelle c0118_ oieur. 1 est iqalement ialerlilrllion. dit d'astreindre qui I)'Ut ce . Venanl de Californie, une nuée de broc.hure$ antisémites sc l'épand au Canada ·par l'intcrnuidiaire des P.T.T. Des milliers et des milli,e•·s de foyers reçoivent cette scandaleuse littéralurc. Plusie11rs arlic/1!!1 de çelte soit d prendre par/ tl l'èrerConstilullofl contlrmtnl el cice du Clllle ou onx ritt&--;:"" précist!ll les dlsposltitJns de ligieu:r. la pricédenle tn ce qui con- .-----cerne ia condamnation et lq répressiOJl du racisme tl de l'anlisémifisme. Nous liS OtiS à l'?rlicle. 69: 1) Les citoyens de la Répu/ Jlique Populàire cie ,Poloone jouissent de droits éqau., sans dl$(hzclion de nationalité, de race tl dt confession, dans lous les <lomaincs de la vie publiqut, poli!ique, éco· nomique, sociale el cullurel- 1~. La violation de ce prin~ cipe par l' étab.lisscmtnt tle privilêues directs ou tndi· reels quels qu'ils soient ou par une limitation des droiis tm raison de la nalionalilé, de la race ou <le la contusion ~si punie par Id loi; 2) J( est interdit de t•ipandt ·e la haine on le mé_p_ris, de semer la discorde ou d' humi· lier un lwmme cm raison de di(fére[lces de ualiorurlilé, de l 'liCe on de confusion. Et lt l'arUcle 70: 1) T-a Constitution Populaire' de Pologne qarmrlil aux citoyens la llberlé de consciellrt ou tle .:Oll{ts:.:ion. liE· gli~e et les autru unions t.•on(t!ssiotulrlles peuuen( li· bremtnl t.'."Ctl'ctr le!UI\~ /Ollelions rtlr'uleuses. Il ••L ütle1·- ... et dans la Constitution 1Jes dispositions semblables ea·isttnl dàns la nouvelle Conslilullon roumaine, qui a éli a.(lopttc dans les mêmes canditlons. .4u cf1apilre VI!, inlilnlê: c Les drolls el les devoirs fondamentaux tles çiloyens >, trous lisons o m&ma QU:il so laisse intluonc:or par certains grands maîtres d e la pe-intute françaiso, doat Chagall. Mcdgr-6 co quo cela pomrait faire croire~ u:n etvle pe-rsonnel pc.rco dan$ sos toiles. M. La:a:ar non seulement fait de la bonno J:I'Ointuro _; il la pons o. Et d'abord. il la veui op· timiste. bien cruo Je mystère commo il lo dit. 1o h<m.te. 11 dit M. Lcuor tr""aiUe dOI>àta do\lX ans 0: Pcrris. See toile• qui ~aient dap-!1 diUfroatoa-•xPo-:. tJtion• ont été remarqu,ea par )ll)s amateurs et critiquo.s ~'cnt. JI sora.it fa-ux d9 dire que ~ J,<rzur M ra un hon peintre.._ U l'ost d6Jà. L' AMllTEUR. 1 uvR.Es 1 "M. GULDBERG aimait Minet" p a r Bert r end F ONTENELLE N OU$ connçlssions Bertrand FONTENELLE pour son re· ~ cueil de _poàmes: .c- La vie esl faile do cbosu simples ». Dan$ son romcm : • M. Gold.bt> rg aim.cdt Minet •· nous r& trouvons la- :mêmé peinture intimo dO> la vie. à trave-rs les faits et gestes quotidiens. Bertrond Fontenelle excelle à es· qui$Uét on quélques traits une atmosph~ro. un sc.ntiment. un coroc1ère a\•ec, pour seuls éM.ment$, les ch,oees qui nous sont familièces et cette 1endresse. qui ~st sienne. pou.r ceux qui souffrent, luttent e t espàrent. On lit avec intérêt ce pr&mi&r roman d'un ieuné ~crivaln. o~ le- style coule so'ns rechercher l'effet. soe1s autre ambition q\le d'e-xprimer le plus directement poS$ible la réalité. C'est l'histoire- d 'un jéuné Juif, Robert Gold.bèrg. avant, pen .. qcmt et après I'OC<:Upaljon. L'Cl\1- teur nous tr<m;.por\e dans le$ mi1ieux Jes plua: divers et campe notamment plusieur.s personnages JuUs. Sïl esl uno conclusion à tirer sur le -p-lan <Xn~iraci. ate. do- ces ro:pprocheme.nts, ~ost qu'on ne saurait foire do d\stlncttona entre los Juifs et l•s outres hommes, m~me si pcufoLs c'est la volonté des premiers ou doo $ee0nds cruo de les oppo~ set. Tous sont modelé:s par Jo_ cl.,.~e à lo~elle Uo apportiennent Je miheu où ils vive,nt, la conjonclutl! économ:iguo ot _so. ciaJo. . On regrettera- qu.e rau.teur, RUi met en regard diver:.>e.s th~~ ses sur J'antisémitisme et Ja condition des. )uüs, Je fasee ovoc trop de raideur et ne par~ vrenne pas OE intégrer ces thè~ es 6 la trame m§me du rkit. Céltaines ins'uUisanc'es sont égqlement à noler dans la çons~nu:Uon du rom~, qui a:pparaat "Piut61 comme une ju.xto~ J'O"iüon de lpploau~. d'cllleur• riçhos. et vivants; que commo un tout évoluant vers un dénoue~ ont bien préparé.. • M; Goldb~rg aimait Mine-t » cdtaehe surtout par la sensibilil6. Ja chaJeur qu'il exprime. par les don$ d'-obs.êTVatiQJl qu!il révèle. ~., un profond amour d.e.R homme:s e1 de 1(1 vie. L.M. • </div>

Notes

<references />