Droit et Liberté n°276 - novembre 1968

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Télévision : sur l’antisémitisme après un "dossier de l'écran" passionné, "Droit et Liberté" répond à vos questions; page 6
    • Le procès exemplaire de Joseph Kaczmarczyk par pierre Lasnier page 8
    • J.O. : les grands nègres et les petits blancs par Abel Michéa page 9
    • Portugal: la succession de Salazar page 12
    • Dossier: Immigrés : votre enquête page 17
    • 102 artistes pour le M.R.A.P. page 25
    • Le conte du ricain noir nouvelle de Melvin Van Peebles page 32

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

1 Revue mensuelle du Mouvement contre le Racisme. r Antisémitisme et pour la Paix Charles 19 février 2010 à 10:33 (UTC)OOOE~~ NOVEMBRE 1968 - Pl' 276. PRIX: 2 FRANCS Charlesoe TÉLÉVISION : SUR L'ANTISÉMITISME Collection Automne-Hiver Blouson Pantalon ~. Randall Scherpa. Ceinturon Très grand choix YETEMENTS SPORT ET VILLE • Vestes • Foam-Back • Blousons • Nylon • Cabans • Velours • Pantalons • Tergal • Anoraks • Gabardine 1968-69 pour Hommes Femmes et Enfa nts • Fuseaux • Lainare fantaisie • Pantalons à pont. Imperméables • et toutes les nouveautés Teen-agers • et tous les pantalons taille basse et pantalons marins C a ta loiU~ envoyê sur demande Super caban mixte 312, rue St-l\1artln PARIS, 272 12-95 LA GAMINERIE 1 37. boulevard Saint-Germain PARIS, ROME, GENÈVE, MONTRÉAL vaGe~nastat ~ eaL Boutique-Couture· 65/67, Faubourg Saint-Honoré - Paris-8e 2 GAGNEZ UN VOYAGE A CUBA Le concours, ouvert aux comités locaux du M.R.A.P. et à quiconque, abonné ou non à Droit et Liberté, se terminera le 1er mars 1969. Les participants doivent adresser dans un délai maximum d'un mois à l'administration de la revue (1) les abonnements recueillis pour que les nouveaux abonnés puissent recevoir aussitôt Droit et Liberté. (Voir les derniers résultats dans la rubrique : « Vie du M.R.A.P. ».) Le premier prix du concours est un séjour de trois semaines pour deux personnes à Cuba, offert par « 15 Club». De nombreux autres prix - livres d'art, postes à transistors, disques, appareils photographiques - seront distribués. En quatre mois, vous pouvez recueillir de nombreux abonnements. (1) 120, rue Saint-Denis, Paris-2e - C.C.P. 6070-98 Paris. LE -CONCOURS D'ABONNEMENTS CONTINUE! DROIT ET LIBERTÉ - N° 276 - NOVEMBRE 1968 RELIEZ VOTRE COLLECTION « Droit et Liberté» vous propose sa reliure - système à broche. mise en place instantanée - couleur vert sombre. pour ~s numéros de l'année. Prix : lOF (+ 2 F pour frais d'envoi). Les numéros qui vous manquent pour que votre collection soit complète peuvent vous ëtre envoyés au prix de 1,50 F (numéros de 1967) ou de 2,00 F (numéros de 1968) . Si vous n'avez pas conservé les numéros anciens. vous pouvez commander les 11 numéros de 1967 dans leur reliure pour le prix de 25 F (+ 2 F pour frais d'envoi). VOUS AUREZ A VOTRE DISPOSITION, SOUS UNE FORME ÉLÉGANTE ET MANIABLE UNE DOCUMENTÀTION INDISPENSABLE ______ BULLETIN M . .. . . .... . .. . . ..... . .... .. Adresse . . ..... .. .. .. . .. . commande la reliure « Droit et Uberté ,. .... . .. . . ...•..•. . • . . • .. s'abonne pour un an (abonnement ordinaire) ......•..•... .. ... (abonnement de soutien) .. ..... , .. " .. ,. Vous j o int par ch èque ban ca ire . m and a t . chèque postal ( 1). la somme de « Droit et Liberté » : 120, rue Saint- Denis, Paris 2' . C,C.P. (1) Rayer la mention inutile. 12 F (1) 20 F (1) 40 F (1) 6070-98. 3 4 Les chrétiens et 1 antisémitisme « Dans votre numéro de septembre-octobre de Droit & Liberté, je lis sous la plume de Jacques Nantet : « Il (le livre de René Laurentin intitulé l'Eglise et les Juifs à Vatican Il) rappelle que les protestants. lors du Conseil oecuménique des Églises en 1961, condamnent formellement à New Delhi l'antisémitisme. Vatican · II, plus ambitieux, pose la question générale de la liberté religieuse ... » Deux remarques sont à faire. Tout d'abord les Églises protestantes ont formellement adopté les conclusions du Congrès judéo-chrétien de Seelisberg. en 1947; conclusions inspirées du livre de Jules Isaac : « Jésus et Israël )J. Et je crois savoir qu'une position analogue avait été prise par le catholicisme, sans attendre Vatican II. Les déclarations de New Dehli et de Vatican Il, si im portantes qu'elles soient, n'ont fait que confirmer des attitudes antérieures. En ce qui concerne « la question générale de la liberté religieuse », me sera-t-il permis de faire remarquer, très fraternellement. que le Conseil oecuménique n'avait pas à faire une déclaration « ambitieuse». Car pour ce Conseil, la question a été réglée une fois pour toutes à sa naissance même, dés la première Conférence oecuménique de Stockholm en 1925. On peut ajouter que. si les Églises issues de la Réforme du XVIe siècle ont, suivant les cas. mis plus ou moins de temps à faire passer dans les moeurs la liberté religieuse. un historien ne peut ignorer que, dans les pays où la Réforme s'est implantée, ce n'est pas d'hier que la liberté religieuse existe et est respectée. » Pasteur P. DUCROS La rue aux Juifs Ne pourriez-vous pas déclencher une campagne contre la perpétuation dans de nombreuse~ emBlER villes de France des rues ou ruelles « aux Juifs», rappel du temps point si lointain. des ghettos? Alors que les municipalités débaptisent à la légère les voies aux vieux noms expressifs, témoins de leur histoire locale, il conviendrait qu'elles fassent disparaître les noms d'un passé abhorré et le M.R.A.P. me paraît bien placé pour intervenir auprès d'elles. Ph. DENQUlN, 78-Auvers-sur-Oise Nous serions heureux de savoir ce qu'en pensent nos lecteurs. Car on peut considérer que ces noms de rues. évoquant une réalité du passé, ont leur raison d'être, sans pour autant susciter l'antisémitisme. ni témoigner d'une attitude malveillante de la part des municipalités concernées. Dans un café Je prenais mon café rue de Rivoli. A côté de moi se trouvait un Africain assez désorienté. Il avait commandé un sandwich d'une valeur de l,50 F. Sans doute avait-il mal compris la somme qui lui était réclamée. car il remit 1 F au garçon. Celuici, d'un ton incorrect, lui réclame

« plus ». L'Africain remet

1.50 F au garçon, qui reprend : « plus». L'Africain lui donne encore 0,20 F, et le garçon réclame : « plus ». J'interviens alors et demande au garçon le prix du sandwich: il est à l,50 F. J'explique alors à l'Africain qu'il ne doit que l,50 F plus un pourboire facultatif de 12 %. Malsain Mme BALDOCCm, 92-Malakotf « Attaquée chez elle, frappée par un Noir qui voulait lui voler ses économies. l'autre soir, 53, rue Blanchard (20e), Mme Marie Allard, 79 ans, a dû être hospitalisée avec plusieurs fractures. » Ce petit article paru dans un quotidien m'a blessée. Pourquoi avoir spécifié qu'il s'agissait d'un Noir? Cet homme aurait été blanc que la chose se serait passée de la même façon. En France, quand un incident est causé par un Français, cela passe inaperçu. Quand il s'agit d'un Noir ou d'un Nord-Africain, les « braves gens» ont tôt fait de placer tous les peuples noirs et tous les Nord-Africains dans le même « sac». Michèle NIEDZVIEDZ Paris (Ile) « Réparations)) tardives Les victimes du nazisme qui ont obtenu des « réparations» rencontrent différentes difficultés actuellement (serait-ce l'annonce d'un coup d'éponge ?) auprès des autorités allemandes pour bénéficier d'une cure médicale tous les ans, de même que pour le remboursement des frais de la cure effectuée. Ainsi, moi-même, qui suis âgé de 65 ans, et malade au taux de 100 % depuis quatre ans (et je ne leur coûte pas cher, vu que la Sécurité sociale me rembourse complètement mes frais de soins), je me suis vu refuser la cure pour 1967, avec motif que, désormais, on n'accorde plus de cure que tous les deux ans. En plus, depuis fin août 66, j'ai déposé tous les papiers nécessaires au remboursement de la cure 1966 : jusqu'à ce jour, je ne suis pas encore remboursé. M.M. - Paris Un très grand ami Je fais ce que je peux pour lutter contre la guerre du Viêtnam. J'étais en relations suivies avec M. Robert Kennedy et, depuis sa première lettre datée de décembre 1966, j'ai reçu plus de quinze lettres. En lui, j'ai perdu un trés grand ami qui était un homme d'une très grande valeur morale. C'est une très grande perte pour l'Amérique car il aimait beaucoup son pays et désirait de tout coeur que le monde entier considère l'Amèrique telle qu'elle aurait dû toujours être. Marlyse PERRIN. Paris Inlassablement J'ai le plaisir de vous envoyer le montant des deux carnets de bons de soutien, soit la somme de 20 F. Je profite de cette occasion pour fèliciter le M.R.A.P. pour l'action courageuse qu'il mène inlassablement. Professeur F. N'SOUGAN AGBLEMAGNON. Paris Je dois vous féliciter pour les diverses positions avancées par le M.R.A.P. et surtout au cours des événements tragiques du MoyenOrient. Vous n'êtes pas sans savoir que, d'abord, remuer les gens de leur indifférence ne peut pas être fait sans demander de longs délais, le travail de moralisation devant se faire en profondeur pour que la prise de conscience soit effective. Jean FOURDUET, Paris (10°) Vous trouverez ci-joint un chèque de 20 F représentant les deux carnets de dix billets au total que vous avez bien voulu me confier. J'ai réussi avec joie à les placer parmi mes amis et j'espère que le règlement n'a pas été trop long. Michèle CLERGERIE, 92-Meudon dans ce nUDlèro TELEVISION SUR L'ANTISEMITISME Après un « dossier de l'écran » passionné, « Droit et Liberté» répond à vos questions. . .. . ... . . 6-7 LE PRO CES EXEMPLAIRE DE JOSEPH KACZMARCZYK Les mésaventures d'un homme au nom « à coucher dehors» .... . .. 8 J.O.: LES GRANDS NEGRES ET LES « P'TITS BLANCS)) Les préjugés sur le zinc .......... 9 PORTUGAL : LA SUCCESSION DE SALAZAR Le dernier empire colonial du xx· siècle ........................ 12-13 Le dossier du mois IMMIGRES: VOTRE ENQUETE Pour connaître ce problème difficile, « Droit et Liberté» a besoin de vous ........................... 17-24 102 ARTISTES POUR LE M.RA.P. Une collection admirable... . ....... 25-26 LE CONTE DU RICAIN NOIR Une nouvelle de Melvin van Peebles ............................... 32-34 s\rOit& liberté MENSUEl 120, rue Saint-Denis . - Paris (2) Tél. 48S-09-57 - C.C.P. Paris 6070-98 ABONNEMENTS • vn an : 20 F • \bonnement de soutien 40 F • Etranger: 30 F BElGIQUE ,vtRAX (Mouvement contre le l'il· cisme, l'antisémitisme et la xéno· "hobie). 43, avenue de Berchem, S,1illte· Agathe - Bruxelles 8 . Tél. :n ~6-39. Abonnt'ments : MRAX, 15, Sq lare Léopold· Bruxelles 2 - C.C.P. 73· 4·15 • Un •• n : 200 FB. • Soutien: 400 FB. SUISSF Librairie Rousseau . 3. rue Jean· Jacques-Rousseau . Gen. ve _ C.C.P. 12.7249. • Un an : 18 F DROIT ET LIBERTÉ - N° 276 - NOVEMBRE 1968 éditorial DU PODIUM AU GHETTO u NE vertueuse indignation s'empare de certains commentateurs plus ou moins sportifs, qui voient dans la dénonciation du racisme par les athlètes noirs américains, un danger pour l'esprit olympique. En levant leur poing ganté de noir au moment où retentissait leur hymne national. Smith et Carlos n'ont fait pourtant que souligner le divorce entre les honneurs qui leur sont accordés su r le stade et les humiliations qui sont. chez eux, le lot quotidien des « gens de couleur». Alors que leurs exploits font l'admiration du monde, c'est aux États-Unis qu'ils sont le moins exaltés. Citoyens de seconde zone, ils refusent désormais de jouer les « chevaux de parade» tous les quatre ans, pour regagner ensuite, sagement. leurs ghettos. Cet hymne, ce drapeau dont ils ont détourné la tête symbolisent pour eux une oppression qui prend précisément le contre-pied de l'esprit olympique. On ne saurait leur reprocher de l'avoir signifié sur les lieux mêmes où s'affirment, en une compétition loyale, l'égalité de tous et la valeur de chacun. M. SERGE GROUSSARD, envoyé spécial d'un journal parisien s'étonne : sur le podium, avec ces cc deux magnifiques spécimens de no irs américains Il, l'Australien Peter Normann, cc athlète blond à la peau rose Il. a eu, écrit-il. cc la. faiblesse d'accepter de mettre lui aussi (l') insigne Il antiraciste que les champions noirs portaient sur la poitrine. Faiblesse? Nous applaudissons, quant à nous, ce témoignage de solidarité. La lutte contre le racisme, en effet. ne saurait se réduire à la simple auto-défense des victimes. Car nous sommes tous concernés lorsque des êtres humains, quels qu'ils soient. où qu'ils soient. se voient imputer à crime leur origine. Dans une société, dans un monde où sévissent les discriminations et les haines racistes, de vices profonds mettent en cause la dignité et la sécurité de tous les hommes sans exception; tous doivent s'en préoccuper. Rester indifférent. c'est accepter que l'humanité recule ou stagne. Agir, c'est vouloir qu'elle se dégage de la barbarie des vieux âges, qu 'elle progresse, pour le bien de tous, vers un avenir de iustice et de paix. Il est faux, quoi qu'en dise M. Groussard, de considérer comme une attaque intolérable contre un pays la dénonciation des erreurs et des méfaits qui s'y commettent. C'est au contraire, en accord avec les meilleurs de ses citoyens, l'aider à se conformer aux idéaux dont se réclament aujourd'hui tous les peuples civil isés. En 1936, affirme encore, non sans nostalgie, M. Groussard, aucun incident « choquant» ne troubla la « trêve» des Jeux Olympiques, qui se tenaient pourtant en Allemagne nazie. Sans doute aurat- il oublié les insolentes manifestations des hitlériens, que reflète, par exem pIe, le film raciste de Leni Riefenstahl, « Les Dieux du Stade». En tout cas, s'il en est tout autrement en 1968, c'est que bien des choses ont changé dans l'interva Ile. Faut-il le regretter? Albert LÉVY. La photo « scandaleuse» Qui a fait le tour du monde. Tommy Smith et John Carlos lèvent le point pendant l'exécution de l'hymne américain . L'Australien Peter Norman (médaille d'argent) arborait aussi. par solidarité, un badge antiraciste. 5 Après l'émission d'Armand Jammot des Dossiers de l'écram), Droit et Liberté répond aux questions qui ont été posées à S.V.P. , , TEl~VISION SUR l'ANTISEMITISME • • Le 9 octobre, Armand Jamot et Guy Darbois consacrèrent un de leurs dossiers de l'écran à l'antisémitisme. Après la projection du film Le mur invisible d'Elia Kazan, dix invités réunis autour d'Alain Jérome discutèrent du problème. Deux sont des propagandistes de l'antisémitisme, l'écrivain Roger Peyrefitte (auteur d'un roman « documentaire» intitulé Les Juifs). et le journaliste Claude Jaquemart, collaborateur du Charivari. qui n'est rentré en France que depuis quelques mois, grâce à la récente amnistie en faveur de l'OAS. Il est remarquable d'ailleurs qu'aucun des deux ne s'avoue antisémite. Les huit autres, personnalités religieuses (le rabbin Eisenberg, le R. P. Daboville) écrivains (Roger Ikor, Elie Wiesel). historien (Léon Poliakov). universitaire (le professeur Giraud). homme politique (Charles de Chambrun). et Charles Palant, Secrétaire Général du M RAP, s'attachèrent à cerner le problème de l'antisémitisme sous ses angles multiples. Des téléspectateurs firent rebondir le dialogue en posant des questions. Plusieurs de ces questions ne furent pas retenues, parce que la durée de l'émission était minutée et parce que certaines furent jugées par trop farfelues. Judicieuses ou simplistes, ces Questions sont intéressantes parce qu'elles sont Significatives des idées reçues que partagent nombre de gens. C'est pourquoi Droit et Liberté répond ici aux questions que les invités des dossiers de l'écran n'ont pas eu le temps d'aborder. • Un juif se définit-il par sa race ou par sa religion? juif dans l'acception courante. Le critère religieux ne joue donc pas. La race alors? M ais la quasi-totalité des juifs nord-africains sont des descendants de berbères convertis: de même, le judaïsme se propagea en Europe, et spécialement dans le Midi de la France, par la conversion d'autochtones. La plupart des juifs d'Europe sont des descendants de ligures, de celtes ou de goths. Le problème commence justement avec tout essai de définition: lorsque les législateurs antisémites nazis ou pétainistes, élaborèrent leurs textes, ils se heurtèrent à des contradictions qu'ils tranchèrent par un absurde sanglant (( est juif celui que je désigne comme tel », disait Goebbels). L'antisémitisme est-il comparable à l'anticléricalisme? Non, puisqu'un juif athée reste Dans l'ancien régime théocratique, c'est la particularité religieuse qui créa la minorité juive. Lorsque l'antisémitisme, de religieux 6 f::harles Palant : dans la généralisation ~olDlDen~e le ra~lsDle « S'il est vrai que 19 % à 20 % des Français avouent leur antipathie, vOire leur hostilité à l'égard des juifs, cela signifie que 80 % d'entre eux ne sOIl!';crivent pas à ces sentiments. Mais 20 % des Français, cela représente 10 millions de nos compatriotes: 1 % ont même affirmé que le massacre des juifs par les nazis devait avoir été une mesure salutaire : 1 % ... soit 500000 personnes ( ... ) Charles Palant réfute ensuite les arguments présentés par Roger Peyrefitte et Claude Jacquemart à propos de leurs ouvrages respectifs: Le procédé qui consiste à dresser, par rapport à certaines professions, à certaines activités nationales, la liste des juifs qui semblent avoir réussi el à les livrer ensuite au public à grand renfort de propagande contient en lui-même la suggestion d'une sorte de main-mise, voire d'un complot ( ... ) O'autre part. comme militant antiraciste, j'ai appris que, dans la généralisation, que ce soit pour rejeter ou pour flatter, il v avait le commencement du racisme ... La réussite, comme les échecs de quelques juifs ne doit pas peser sur l'ensemble d'une communauté ( ... ) ( ... ) La France a toujours affirmé dans ses constitutions successives l'égalité des citoyens devant la loi. Cependant il n'y a rien dans la législation française qui constitue une répression des menées racistes ou antisémites, excepté une petite chose qu'on appelle le décretloi Marchandeau - article 32 de la loi sur la presse. On ne réprime l'excitation au racisme et la discrimination raciale que sous l'ang le de la diffamation personnelle. On ne peut poursuivre que s'il est prouvé un préjudice personnel et direct. Nous sommes donc infiniment moins bien placés pour défendre les victimes du racisme que ne l'est, dans son domaine, la Société Protectrice des Animaux. » devint politique, au XIX" siécle, 1 ambigul'té s'installa. Aujourd'hui, certains juifs se définissent par le critère religieux, d'autres par l'appartenance à une communaute a qui des siècles de vie en ghettos a donné des caractères sociaux et culturels particuliers, d'autres enfin disent, simplement. comme l'écrivain soviétique Ilya Ehrenbourg : « Je ne serai juif que tant que l'antisémitisme existera ». • y a-t-il un racisme juif? Question mal posée : il est vrai , que la religion juive tente de maintenir la cohésion de ses fidèles, notamment en matière de mariage. Mais ceci est vrai de toute religion et les obstacles formels qui peuvent surgir dans un mariage judéo-catholique ne sont ni différents, ni plus importants que dans un mariage catholique-protestant. par exemple. Il est d'ailleurs assez compréhensible que quelqu'un qUI vit profondément sa foi religieuse, s'entende plus facilement avec quelqu'un qui la partage. Qu'il existe par ailleurs des racistes juifs n'est pas plus douteux qu'il existe des racistes blancs, noirs, jaunes, anglo-saxons, latins, catholiques ou musulmans. Mais il faut se garder de juger de la même façon le racisme des victimes (noirs, juifs, colonisés ... ) et celui des oppresseurs, le second étant .à l'origine du premier. • Les israélites ne devraient-ils pas réintégrer Israël? La naissance de l'Etat d'Israël a créé une certaine ambiguïté, mais il est cependant aisé d'y voir clair. Beaucoup de juifs (la plupart même). citoyens de divers pays où ils sont parfaitement intégrés n'ont aucune raison de vouloir changer de patrie - ce qui n'empêche pas qu'ils puissent éprouver (comme d'ailleurs nombre de non-juifs) de la sympathie pour Israël. En fait, le peuplement d'Israël s'est fait presque exclusivement, à partir des pays où les juifs furent persécutés, notamment par le nazisme. • Pourquoi dénonce-t-on le seul racisme antijuif ? « On» ne dénonce pas que celui-là. L'O. R.T. F. diffusa en septembre dernier une émission de Jean Schmidt. l'Afrique des banlieues, qui dénonçait le 'racisme antinoir. Il est. hélas, vrai, que certaines haines raciales sont plus répandues que d'autres. Personne en France n'ose plus s'affirmer antisémite (à commencer par MM. Peyrefitte et Jacquemart), alors que dans certaine presse spécialisée, dont Minute est le plus beau fleuron, le racisme anti-nord-africain atteint parfois l'incitation au pogrome. • A quoi est due la discrimination envers les juifs nord-africains en Israël? Elle est due au fait justement qu'il n'existe pas une « race juive ». Lorsque les premiers israéliens, venus de Pologn e, d'Allemagne et d' Europe virent arriver les juifs irakiens, yéménites ou nord-africains, très proches. par le type et les coutumes, des Arabes, ils mesurèrent l'abîme oui les sépa rait

« Nous ne voulons pas devenir un pays

levantin », déclara alors Ben Gourion. Le clivage est demeuré depuis : le pays est gouverné par des « européens» alors que la majorité des Israéliens est aujourd'hui d'origine moyen-orientale. • Quelle est l'origine de la puissance d'argent juive? Pourquoi les juifs sont-ils méfiants et « radins» ? Voilà le stéréotype principal de l'antisé mitisme. Plusieurs socialistes utopiques français furent antisémites (Fourier et Prou dhon, notamment). ce qui fit dire à Bebel que l'antisémitisme était le « socialisme des imbéciles ». Sous l'Ancien Régime, il était interdit aux juifs de posséder la terre, d'exercer des fonc tions publiques et d'employer une maind'oeuvre non-juive. C'est ainsi que cette minorité fut cantonnée dans le seul commerce, et principalement le commerce de l'argent. Ce fut d'a illeurs aussi le cas des protestants, autre minorité privée de droits après la révocation de l'Edit de Nantes. Ainsi s'explique le fait qu'à la Révolution, lorsque fut établie la liberté des cultes, une notable proportion de banquiers étaient juifs ou protest"nt!';. Cela dit. il n'existe pas de « puissance d'argent juive» : il existe des puissances industrielles et financières qu'il est enfantin de définir par de tels clivages. Pour ne prendre qu 'un exemple, André Citroën était juif, mais Michelin, qui hérita de sa firme, ne l'est pas. Les noms que l'on retrouve dans les conseils d'administration sont aussi variés qu'il est possible de l'être. Inversement, il existe nombre de petits commerçants et de travailleurs juifs. Il y a des juifs au parti communiste, comme à l'U .D.R. ou au Centre Démocrate, à la C.G.T. , comme au Conseil National du Patronat Français. L'opposition factice entre juifs et non -juifs a toujours servi à dissimuler des oppositions d'intérêts bien plus réels: lorsque la famine menaçait dans l'ancienne Russie, la police du Tsar fabriquait des pogromes, pendant que les hobereaux édifiaient leur fortune sur la spéculation des grains. DROIT ET LIBERTÉ - N° 276 - NOVEMBRE 1968 AU COURS DU DÉBAT Armand Jammot (à droite) et Alain Jérôme qui présenta l'émission, au cours d'une séance de travail Roger IKOR : Pour se d~harger des ~oDlPlexes. L'antisémitisme n'est plus essentiellement la haine des juifs, mais plutôt la façon qu'ont les hommes de s'y décharger de leurs propres complexes, de tout ce qu'ils haïssent en eux-mêmes. C'est cet aspect qui me paraît infiniment plus redoutable qu'une haine ouverte. Léon POLIAKOV : L'enselgneDlent du Dléprls. Etant donné 1'« enseignement du mépris » de l'Eglise, à propos des juifs, le populaire les haïssait et en leur qualité de prêteurs d'argent et en leur qualité de déicides. Ils etaient entourés d'un halo de légendes.. de suspicion et de haine QUi. malgré la laïcisation et leur émancipation, a survécu jusqu'à nos jours. Le R.P. DABOSVILLE : L'antijudaïsDle de la rupture. Je serai tenté de différencier de l'antisémitisme médiéval, un antijudaïsme de la rupture, qui a des causes dont la grandeur n'échappe à personne, croyants ou incroyants : il résulte de ce schisme extraordinaire survenu à l'intérieur de la communauté juive, qui fait que des juifs se sont séparés, que les chrétiens sont en somme des juifs chrétiens par héritage. Cet antijudaïsme a supporté, ensuite, les contaminations de la cité chrétienne.. réminiscence de la cité païenne imprégnée de religion . Proresseur GIRAUD: Une atDlosphère ravorable Toutes les fois qu'on parle d'un juif comme d'un élément différent, on travaille déjà dans une atmosphère favorable à l'antisémitisme. Car des millions de chrétiens ont été élevés dans l'idée oue les juifs avaient ufle certain" responsabilité dans la mort du Christ ... Par conséquent, des phrases anodines font naître ou renaître dans la population des sentiments profondément ancrés ... f::harles DE f::IlAM.BRUN : La solution de l'Intégration. (En ce qui concerne l'a ntisémitisme) il ne faudrait pas qu'à travers les traumatismes de la dernière guerre, les' ju.ifs exaltent un certain complexe qui tend à les isoler ... Nous sommes quelques-uns à 'penser que la seule solution est l'intégration. Le rabbin Josy EISENBERG : Le droit à la dllTéren~e. C'est un préjugé, celui qui consiste à penser que pour mettre fin à l'antisémitisme, il n'y a qu'une solution finale: ou bien on les brûle, ou bien on s'arrange pour qu'il n'y ait plus de juifs en faisant qu'ils cessent d'être juifs (. .. ). Il s'agit de savoir si un groupe communautaire a le droit de conserver ses habitudes de pensée, de culture, sa civilisation, sans constituer pour autant une agression (. .. ). Le problème des juifs de l'Est est important. Nous constatons que, chaque fois qu' il y a une chute de la démocratie ... au premier rang, sont visés, sont dénoncés, même lorsqu'ils n'existent pas, les juifs ( ... ). Elie ~SEL : Le julrn'est-U pas un être hUDIaln ? Je n'aime pas être acculé au choix : me définir soit en tant que juif, soit en tant qu'être humain. Qui vous donne le droit de juger, le droit de dire qu'un juif n'est pas un être humain, membre de la société comme tous les autres? ( ... ) Pour un juif aujourd'hui survivant - parce que chaque juif a le droit d'être appelé survivant - c'est un pnvilège de participer à son histoire, car c'est ainsi qu'il participe à l'histoire de l'humanité toute entière. 7 La police avait une bonne raison de le soupçonner : il était Polonais. sur-Marne. Trois semaines plus tard, Joseph Kaczmarczyk était arrêté et inculpé : à défaut d'une preuve formelle. une multitude de témoignages conver!(eaient pour le déclarer coupable. Or le procès balava en un rien de temps ce bel échafaudage. La défense n'eut aucune difficu lté à prouver que Joseph Kaczmarczyk avait été présumé suspect par hypothèse. et que la police avait retenu, voire suscité des témoignages. qu'elle en avait écarté ou découragé d'autres en fonct ion de cet a priori. " LE PROCES EXEMPLAIRE DE JOSEPH KACZMARCZYK Dès le berceau U N « nom à coucher dehors », selon l'expression pleine de tact d'un magistrat des Assises de la Marne, est-il une présomption de culpabilité? Oui, si l'on se réfère au procès Kaczmarczyk devant les mêmes assises de la Marne, le mois dernier. d'être lavé par ses juges de la pire accusation qui soit : le viol et l'assassinat d'une écolière de 12 ans. la fille de ses voisins. de ses amis. L'affaire remonte à décembre dernier : la petite Marie-Claude Gervais disparut à la sortie de l'école. On retrouva son corps le lendemain, dans un canal, à 17 kilomètres de Châlons- Pourquoi cet a priori ? Me Isorni (1) le défenseur de l'accusé, l'expliqua au procés : « Ce qu'il y avait d'abord contre lui, c'est que Joseph Kaczmarczyk est un ouvrier. Pire, c'est un ouvrier polonais ... C'est un garçon qui vit dans ses rêves et qui ne boit jamais de vin. Monsieur l'avoc(ll général lui-même l'a accusé de ne jamais mettre les pieds dans un café. Croyez- 8 Joseph Kaczmarczyk est ce maçon qui vient HISTOIRE D'UN FAIT-DIVERS Il Y a 3 semaines, une honnête jeune femme accostée par un Nord-Africain avait dû téléphoner à la police pour se défaire de lïmportun Elle est attaquée à son domicile par un commando punitif QUI MET LE FEU dans son appal'tement Une jeune fl'mme de Tro\ :~, naÎt. Rappelle-toi, il y a trois KédiJah. de toule é~'jdence, a cté \'lctimc, hi t"r malin, d une Sl.!maincs..... .. brouitl.1it le .. ~arll'S •. ,":rilabl" l'x;x:dition ounilil'c. E Heclin~ment. la jt'\.me fem- On "ut urt in; lant. qll'il le commando punitif nord-africain qui attaqua une jellne femme à son domicile et mit le feu à l'appartement N'(ST TOUJOURS PAS IDUTlflÉ m,r slIir, 40 SIIu."IHcien dll r:tIIIJp titi Mailly S'III dest:eBdu li TTllyes, P'IU lém'ifl1Jer d, lellr sflll/HIlbie li lellr r:tIIIJlUIIi, le sergrlll Lonrilll, mllr; de la rit:lillU (1) Moins bien inspire en d'autres circonstances. "MAINTENANT, JE VIS DANS LA PEUR, C'EST ATROCE" nous déclare dans une interview Mme Micheline Lanriot, la victime de l'agression hors -série commise par trois Nord -Africains "AUCUN ÉLÉMENT NOUVEAU" IIOIIS ont. par aillears précisé les policiers daargés cie cette mystérieuse affaire (VqlrDOtr': . rtldatlll)ocale.) COUP Dl TH{ATRl DANS l'AffAIRl OU "COMMANDO NORD-AfRICAIN" Le « co up de théâtre » était le suiva nt : la « victim e » avait tout sim plement imag iné ce « commando nord-afri cain»! L'affaire - dont Libération-Champagne a rendu compte - s'e st dé ro ulée à Troyes . Miche line Lanriot avait mis accidente llement le feu à son logement. Pensant q ue sa compagn ie d'assurances ne pa iera it pas, el le tro uva plus sûr de mettre le si ni stre su r le compte d'un « commando nordafricain » ! Ell e fin it. sur les que stions d' un commissai re, par avouer son mensonge . Mais la population champenoise ava it été mise en condition : longtemps on soupçonna tous les Nord-Afri cains de la région d'être , de s. c riminels accomplis ou en puissa nce. La presse avait éont ribué à cette mise en condition ; e lle se montra beaucoup plus disc rète a près le « coup de théâtre» qu'ava nt. vous qu'il sujfise d'être polonais et de boire du lait pour être envoyé à la guillotine? )) Un symbole Bref. Kaczmarczyk était différent; dans des sociétés primitives ou plus simplement dans des milieux socialement homogènes. l'individu différent est d'emblée un suspect: dans les campagnes françaises mêmes où tout le monde était agriculteur. le potier. le meunier, le fo rgeron. étaient volontiers soupçonnés de sorcellerie

ne parlons pas des infirmes congénitaux.

dont la réputation maléfique commençait dès le berceau. Une des sources de l'antisémitisme est à chercher là aussi : un rite religieux différent est vite assimilé à des pratiques diaboliques. De nos jours encore. dans certaines régions de France, i'homme qui vient d'ailleurs. ne serait-ce que d'un département voisin, demeure « en dehors» : il sera toujours un étranger dont le plus anodin des co~portements pourra prêter à soupçons ou à hostilité. Par cet aspect, le procès Kaczmarczyk ne pouvait que rappeler cet autre procés qui défra ya la chronique judiciaire voici quelques mois: le procès Mehyaoui. Kaddour Mehyaoui. oh s'en souvient, était accusé d'avoir massacré toute la famille d'un pharmacien - quatre personnes - d'Origny-Sainte-Benoite. dans la Somme. Le Tribunal, en fin de compte. le déclara coupable et le condamna à la réclu sion perpétuelle. Mais l'affaire fut entachée de mille irrégularités qui suscitèrent chez son avocat les mêmes réflexions que le procès Kaczmarczyk chez Me lsorni. «Je garde la convictioll, avait dit Me Pollack lors du procès. que si cet homme n'était pas arabe il ne serait pas là. Il est entré dans son malheur le jour où il a voulu jeter ses regards sur la fille de l'officier français el! retraite, qu'il a fini par épouser. Cela lui a valu, petit à petit, la haine et la colère de tout un village ... )) Les ratons et les polacks Un peu plus tôt. un témoin avait certifié avoir vu Mehyaoui et un complice dans un taxi. Dans une première déposition. il avait parlé de deux noirs américains; pressé par l'avocat, il avait répliqué sèchement : (( Pour moi, deux noirs ou deux nord-qfricains, c'est la même chose)). Ce qui avait fait dire à Me Pollack : « Si j'ai devant moi des hommes qui se disent que l'Arabe peut à tout moment devenir un assassin et partent de ce principe, je n'ai plus qu'à fermer mon dossier)). Autant que le « raton». le « polack» est suspect par nature. surtout dans ces villes industrielles de l'Est où l'immigration polonaise est nom breuse et trés ~efermée sur elle-même (les parents de Kaczmarczyk. installés à Châlons depuis des décennies. ne parlent qu'à peine le français). Une différence pourtant entre les deux procès : lorsque l'accusé fut acquitté. le public (des jeunes. des travailleurs et des étudiants pour la plupart) applaudit. Le procès Kaczmarczyk était devenu un symbole: il le restera désormais. Pierre LASNlER DROIT ET LI BERTÉ - N° 276 - NOVEMBRE 1968 " Le noir -a méricain vu par les racistes avant et après les J e ux Olympiques (dess in d'Escaro paru dans Le Canard enchaÎné) . LES GRANDS NEGRES ET LES PTITS BLANCS C ELA avait commencé. comme cela, à la cantine. Mais vrai. pour ngoler. .. On discutait. bien sûr, des Jeux Olympiques. de la télé. Et du fameux bond à 8.90 m de Bob Beamon. Jacques. le magasinier. fervent lecteur des chroniques sportives venait de ri squer une comparaison entre la moisson de médailles des athlètes noirs et les pâles résultats des athlètes français. La réplique fusa. cin!(lante : - Tu ne vas tout de même pas comparer ! Les noirs, ils ont ça dans le sang. Ce SOllt presque des animaux, de beaux animaux, j'en conviens, mais leur vie qui les oblige à courir, sauter, chasser, les développe. Jacq ues éclata de rire : « Un jour, un 1I0ir implorait Dieu: pourquoi m'as-tu dOllnéde si longues jambes? C'est pour mieux courir dans la savane. - Pourquoi m'as-tu donné de si longs bras? - C'est pour mieux grimper aux arbres quand tu es poursuivi. - Pourquoi m'as-tu fait la peau noire ? - C'est pour mieux te dissimuler dans la forêt. Pourquoi m'as-tufait les cheveux crépus? Tes cheveux longs se seraient accrochés aux épines de la brousse ... Alors, mon Dieu, pourquoi m'as-tu fait naître à Chicago? )). Jacques n'avait pas seulement mis les rieurs de son côté : - (( Il ne faut quand même pas oublier que ces athlétes qui donnent tant de médailles aux États-Unis ont quitté depuis des générations la forêt vierge et la savane. Ils connaissent davantage les taudis que la forêt. ) Mais l'autre ne s'avoua pas battu. - Alors comment expliques-tu, mon vieux, qu'ils ne soient fo rts qu'en sports de vitesse ou de détente, et qu'ils n'aient pas de nageurs? Jacques sourit. cc Ils sont aidés )) - On pourrait discuter physiologie et tout le reste. Mais c'est bien plus simple : si on acceptait les noirs dans les piscines, il y aurait aussi des champions 1I0irs de natation ou de tennis comme ce Arthur Ashe 'qui est une exception. Vois-tu, aux États-Unis, les noirs sont des champions d'athlétisme, de basket, de boxe, de football américain ... Mais ils sont aussi, méaecins, avocats ... Seulement pour deven ir medecins, avocats, il leur faut entrer à l'Université ... et pour y avoir des bourses, quand ail eSl noir, il faut faire de la publicité au collège en étant un grand champion! Et les Universités ont des équipes d'athlétisme et de basket de valeur à ce prix là. Que demain une Université décide de créer une équipe de nageurs ou de tennismen noirs et tu verras, dans une dizaine d'années ils seront aussi forts dans ces sports qu'aujourd'hui en course à pied ou en saut ... - Oui, d'accord, mais enfin, tous ces noirs, vedettes des Jeux Olympiques, ils ont, quand même, bénéficié de l'aide américaine; Ce sont des citoyens des U.S.A .. .. Preuve qu'ils sont aidés, là-bas! - Aidés? Non, je te le répète, exploités. Mais maintenant, on assiste également à la venue d'autres noirs sur les podiums olympiques. De l'Éthiopie au Kenya, on découvre le sport. Et au fur et à mesure que les pays d'Afrique conquiérent leur indépendance ils gagnent le droit de pratiquer le sport; alors atlends! - Nous n'en finirons pas, mais avou~ qu'à Mexico, en levant le poing sur le podium, ils n'ont pas été très sportifs et on a bien fait de les sanctionner, Le sport doit rester le sport ... - Non, sans blague, pour une fo is qu'ris avaient l'occasion de s'exprimer, de manifester sans tomber sous les coups des matraques de la police... Et puis je vais te dire une chose. Tu es excusable de ne pas le savoir, tu es jeune. A Berlin, en 1936, quand les vainqueurs allemands montaient sur le podium olympique, ils saluaient la foule à la nazie. Et dans la tribune officielle, M. Avery Brundage applaudissait. C'est le même Brundage, aujourd'hui dictateur du Comité Olympique International, qui a exigé que Smith et Carlos soient chassés du Village olympique. - Eh bien oui, je . crois que tu as raison. Allons trinquer au sport ... - Garçon, deux petits blancs ... Abel MICHÉA 9 Dans le pays qui prétend « civiliser les races inférieures)) de son empire colonial, un homme sur trois ne sait pas lire. L'AGONIE du Docteur Antonio Salazar aura duré longtemps. Mais le régime dictatorial imposé au peuple portugais, la politique de répression systématique pratiquée dans les colonies auront duré, eux, quelque quarante années. Et rien n'indique que le régime de Lisbonne puisse « évoluer » sous la direction de M. Marcelo Caetano. Sitôt désigné à la succession du Dr Salazar, M. Marcelo Caetano a affirmé qu'il assurerait la continuité de ce régime qui a fait du Portugal le détenteur de records peu enviables : le taux d'analphabétisme le plus élevé d'Europe (38,1 % en 1960 selon l'U.N.E.S.C .O.), la plus forte proportion de gens de maison (6 ,2 %), 50 % d'accouchements sans assitance médicale. L'ancien ministre des colonies a aussi précisé qu'il s'engageait «à ne . rien négliger un seul moment pour défendre les provinces d'Outre-Mer ». Il a d'ailleurs conservé la presque totalité des ministres du gouvernement Salazar. Les mesures de sécurité C'est le Dr Salazar lui-même qui proclamait: ft On a dit qu'il fallait faire quelque chose de plus que la liberté, car avec la liberté on ne pouvait pas tout faire. Eh non ! on ne peut pas tout faire. Je dirai même qu'on ne peut rien faire ». Ainsi étaient « justifiées» les mesures de sécurité et les méthodes de la P.I.D.E. (Police internationale de Défense de l'État), une sorte de gestapo placée directement sous l'autorité du président du Conseil. Les mesures de sécurité permettent de détenir - en toute légalité - ft pour une durée 10 PORTUGAL LA SUCCESSION DE SALAZAR • • indéterminée de six mois à trois années, renouvelable par périodes successives de trois années, et aussi longtemps qu'ils continueront de paraître dangereux» ceux qui sont accusés d'activités subversives. La P.I.D.E. est elle-même en droit de détenir une personne durant 180 jours, Sur autorisation du ministre de l'Intérieur, cette détention peut être prolongée de 135 jours. Est-ce pour répondre aux « besoins» sans cesse croissants de la P.I.D.E. qu'un décret a été pris, autorisant la déportation des démocrates portugais au camp de concentration de Tarrafal (Cap Vert), rouvert en 1961 ? Jusque là, seuls des patriotes africains y étaient chaque jour menacés de mort. L'Afrique en flammes Car le Portugal est le dernier empire colonial du xx· siècle. Sur le renforcement des mouvements nationalistes, le Dr Salazar a porté l'habituelle - et spécieuse - appréciation : ft Pourquoi l'Afrique est-elle en flammes? Nous ne pensons pas que ce soit par combustion interne, c'est-à-dire en vertu d'un mouvement historique fatal qui pousserait ses populations à la rebellion, à la subversion, à la sécession et à l'indépendance; elle est en flammes parce qu'on y a mis le feu de l'extérieur ». Mais le Dr Salazar a été plus cynique :. ft Nous croyons qu'il y a des races décadentes ou arriérées vis-à-vis desquelles nous assumons le devoir de les appeler à la civilisation ». Cet « appel à la civilisation» se traduit par exemple ainsi : chaque année, des dizaines de milliers d'Africains sont livrés à l'Afrique du Sud pour travailler dans les mines. En compensation du service amsi rendu, l'Etat portugais reçoit l'équivalent de 25 F par travailleur et une partie de son « salaire». De plus. 47,5 % du trafic maritime d'importation de la région de Johannesbourg passe obligatoirement par le port mozambicain de Lourenço Marques. Il existe aussi dans les colonies le travail. « sous contrat», forme légale de travail forcé : les Africains n'ayant pas travaillé pendant six mois au cours de l'année en sont passibles, au profit de l'État, de colons ou de sociétés privées. ft Un État, une race, une foi, une civilisation », proclame la devise du Portugal. Mais les Africains restent des « Indigènes» et il ne peut en être autrement. Et les colonies restent dominées par d'importants monopoles internationaux. Les intérêts non-portugais sont nombreux en Angola : sud-africains, américains, belges, français, etc. L'administration coloniale, en 1947 déjà, avait réservé toute la maind'oeuvre du district de Luanda à la Diamang pour la prospection et l'extraction du diamant. Le capital initial de ce trust était constitué de 45 % d'actions détenues par des sociétés américaines, 40 % p'ar des sociétés anglaises et belges et 5 % par l'administration, La Diamang est exemptée de tous impôts . Depuis 1961 , 130.000 Portugais, sont sous les armes en Afrique, le service militaire est de quatre ans et plus de 40 % du budget va aux forces armées. En Afrique, le Portugal apparaît bien comme le gendarme d'intérêts qui lui échappent. Condamné par l'ONU. Le Portugal, lui-même pays sous-développé comme en témoigne la constante émigration de travailleurs, n'aurait pas résisté longtemps aux guérilleros africains s'il n'avait bénéficié du soutien de l'O.T.A.N. dont il est membre (la France lui livre des hélicoptères et le chancelier Kiesinger lui a rendu récemment une visite d'amitié). De plus une alliance politique a été établie entre le Portugal, l'Afrique du Sud et la Rhodésie. Ainsi en 1965, les deux premiers ont signé un accord prévoyant l'immigration de plusieurs milliers de colons blancs au Mozambique. Les responsables du Front de libération du Mozambique (F.R.E.L.I.M.O.) ont indiqué que le but réel des deux gouvernements était de pourvoir l'armée portugaise du concours de mercenaires. L'Assemblée générale de l'O. N. U. a condamné ft la guerre coloniale menée par le gouvernement portugais contre les peupl"s pacifiques des territoires sous sa domination, guerre qui constitue un crime contre l'humanité et une menace grave à la paix et à la sécurité internationales» et ft les activités des intérêts financiers opérant dans les territoires sous domination portugaise, qui exploitent les ressources humaines et matérielles de ces territoires et font obstacle au progrès de leurs peuples vers la liberté et l'indépendance •. Il serait vain d'attendre de M. Marcelo Caetano des réformes fondamentales. N'a-t-il pas été considéré comme d'architecte» du r~gime de 'Salazar? Jacques TENESSI LES «PROVINCES D'OUTREMER )} Angola Guinée - Bissau ~ap Vert MozaDlblque Sao TilDe et Principe Macao TllDor • 1 246700 kilomètres carrés. 5 154000 habitants : 4900000 autochtones (50 % ont moins de 20 ansl. 254000 Européens. • Productions minières: diamant. cuivre. zinc. wolfram, étain, minerai de fer (800000 tonnesl. manqanèse (615000 tonnesl. mica, phosphates, or, argent, pétrole (758000 tonnes). • Productions aqricoles : café (204000 tonnesl. maïs (105000 tonnesl. sucre de canne (68000 tonnesl. 111anioc (47 000 tonnes). • Principales industries: sucreries et raffineries (67000 tonnesl. poisson sèché (25000 tonnesl. articles chaussants en caoutchouc (800000 paires). • Mouvements de libération nationale : Mouvement Populaire de Libération de l'Anqola (M. P. LA.) et Front National de Libération de l'Anqola (F. N. LA.l. rivaux. Le premier est reconnu par l'Organisation de l'Unité Africaine (O .U.A.) comme représentatif du peuple anqolais. Le second a une audience essentiellement ethnique: il est implanté dans l'ethnie bakongo, près de la frontière du Conqo-Kinshasa. • 36 125 kilomètres carrés (v compris l'archipel des Bissaqos). 527000 habitants: 524500 autochtones. '2 500 Européens. • Productions aqricoles arachides (20000 tonnesl. riz (19000 tonnesl. noix de coco (12 300 tonnesl. bois. • Industries : quelques petites industries de transformation des produits aqricoles. • Mouvement de libération nationale: le Parti Africain pour l'Indépendance de la Guinee et du Cap-Vert (P.A.I:G C.l. reconnu par l'O.U.A. li 4033 kilomètres carrés (10 îles et 5 îlots). 232000 habitants: 229000 autochtones 3 000 ' Européens. li Productions aqricoles : bananes, café. arachides . li Industrie : sel (39000 . tonnes). li 7.83 03D kilomètres carrés. 6956000 habitants: 6726000 autochtones. 180000 Européens, 50000 Asiatiques. • Productions aqricoles : canne à sucre (250000 tonnesl. thé (12000 tonnesl. noix de cajou (145000 tonnes) . li Cheptel (1965) : bovins (1 450 0001. caprins (467 0001. ovins (132 0001. porcins (306000). • Productions minières (loin de correspondre aux possibilités) : charbon : 282 807 tonnes, bauxite (244 779 tonnes) . _ • Industries : textiles. alimentaires. • Produits chimiques: essence, gas-oil, fuel. • Mouvement de libération nationale : Front de Libération du Mozambique (Frelimo, reconnu par l'O.U.A. • 964 kilomètres carrés. 63000 habitants: 60000 autochtones, 3 000 Européens. • Production agricole: cacao, café, copra, arachides. • Cheptel: 3 000 bovins, 2 000 ovins. • Industrie: quelques petites industries alimentaires. • Mouvement de libération nationale: Comité de Libération de Sao Tome et Principe. li 10 kilomètres carrés. 187 800 habitants . Enclave dans la République populaire de Chine. Le Portuqal possédait une autre enclave, en Inde, que les Indiens ont repris en 1961. Il continue à faire fonctionner son administration coloniale à Lisbonne. • Marché international officieux entre la Chine et le monde occidental. 1» Ile de l' Indonésie. 14925 kilomètres carrés. 550000 habitants. .. Principale production : bois de Santal. .. Le Portuqal occupe la partie est de l'île, la partie ouest (19000 kilomètres carrés) restant à l'Indonésie. DROIT ET LI BERTÉ - N° 276 - NOVEMBRE 1968 11 12 Un technicien vous conseillera LE REFUGE ski camping tennis équitation 44, rue Saint-Placide Paris-Vie - Tél. : 222-27-33 Catalogue franco Toute la maille TRICOSIM Garnitures, bords côte, synthétiques, acryliques, laines, etc., pour fabricants d'imperméables, anoraks et blousons, été et hiver 41, rue du Sentier - Paris-2e - 488-82-43 L'aide des pays industrialisés au Tiers-Monde est souvent intéressée. Elle rapporte beaucoup plus qu'elle ne coûte, elle ne cesse d'appauvrir les peuples qu'elle est censée aider et d'accroître leur dépendance vis-à-vis des économies occidentales. T ES rapports entre les pays développés et L ceux que l'on appelle - souvent par euphémisme - « en voie de développement » sont entrés dans une nouvelle phase. A l'euphorie des années 1960- 1964 ont succédé déception et désillusion. On se souvient en efTet qu'à la Conférence pour le Commerce et le Développement de Genéve (1964), il avait été suggéré que les pays riches transféreraient au Tiers-Monde 1 % de leur revenu national brut: ce qui, pensait-on, devait permettre une croissance économique de 5 % pour les pays bénéficiaires. Or, cette « aide» n'a jamais atteint le pourcentage fixé : de 0,83 % en 1960, elle a été ramenée à 0,62 % en 1966. La croissance économique du Tiers-Monde, elle, n'a que rarement dépassé les 5 % dans certaines régions; le plus souvent ses effets ont été presque totalement annulés par l'explosion démographique. La première décennie du développement (1960- 1969) se termine donc assez mal, ce qui n'empêche pas les milieux internationaux de préparer une seconde décennie (1970-1979) sans avoir tiré toutes les conséquences des difficultés actuelles ... Sans prétendre épuiser le su.iet, nous nous proposons d'examiner de plus près ce qu'est cette « aide» internationale et quelles peuvent être les perspectives d'avenir. Trois aides Il faut se rendre compte d'abord que la no· tion d' « aide» internationale recouvre en fail des réalitès très diverses. !) L'aide multilatérale. On entend par là les apports financiers ou la coopération technique qui passent par les organismes de la famille des Nations-Unies (groupe de la Banque mondiale, Programme des Nations Unies pour le développement, etc.) : cette aide ne représente qu'un vingtiéme du total (en 1966. 428 millions de dollars sur près de 9 milliards). Son efficacité est souvent mise en cause et elle dèpend étroitement des pays donateurs. On peut a.iouter également l'aide multilatérale privée (grandes fondations, organismes confessionnels. etc.) bien que son apport soit très faible (22 millions de dollars en 1966). 2) L'aide bilatèrale publique. Il s'agit des capitaux ou de l'assistance technique fournis par des États développés à des États en voie de développement. C'est le poste le plus important (5,5 milliards de dollars en 1966). Cette BILAN , D'UN ECHEC aide comprend aussi bien des dons que des prêts. Nous aurons d'ailleurs à en reparler. 3) L'aide bilatérale privée. JI ne s'agit pas tant d'aide que d'investissements ou d'achats réalisés par les firmes capitalistes dans le TiersMonde (un peu plus de 2 milliards de dollars en 1966). Un don qui rapporte Plusieurs remarques s'imposent qui vont nous permettre de mieux comprendre les efTets de cette aide sur les économies sous-développées. D'abord les dons proprement dits ne constituent qu'une faible partie du total: dans la plupart des cas. il s'agit de prêts à des conditions souvent très onéreuses: par exemple, la technique des « prêts liés» oblige les pays bénéficiaires à acheter des produits sur le marché intérieur du pays donateur. alors que les prix intèrieurs sont le plus souvent supérieurs aux prix mondiaux. ce qui revient. pour les pavs riches. à subventionner leurs secteurs en difficultè! On a calculé l' « équivalent-don» de l'aide internationale

il ne correspond pas à la moitié du

courant financier global. C'est dire que ceux qui affirment que les dépenses d'aide sont trop fortes peuvent se rassurer : elles sont moins onéreuses qu'il n'y paraît et elles constituent fréquemment un moyen, pour les États riches, d'aider leurs propres industries ... D'autre part. le manque à gagner résultant. pour les pays sous-développés, de ce que l'on appelle la « détérioration des termes de l'échange » (baisse du prix des matières premières exportées et hausse des produits manufacturés importés) s'élevait en 1966 à 42.8 % de raide internationale publique. En ce sens. l'aide est un palliatif qui masque les profits que les pays riches retirent du commerce international. Il faut ajouter que l'immense majorité des pays riches refuse de s'engager à fournir pour plusieurs années une aide minimum : les budgets nationaux sont en efTet votés chaque année et le Congrès américain. par exemple, n'entend nullement renoncer à son droit de « rogner » les crédits destinés au Tiers-Monde selon l'humeur du moment. .. Les gouvernements des pa ys sous-développés ne peuvent donc établir de véritables plans de développem ent dans la mesure où leurs recettes (aide et prix des matières premières) sont so umises à des fluctuations importantes. Enfin, et c'est le plus grave, cette « aide » est calculée et répartie non selon les besoins réels du Tiers-Monde mais selon les intérêts économiques, militaires et politiques des grandes puissances. A cet égard, les pays socialistes développés ne procèdent pas autrement que les pays capitalistes : on estime qu'ils transfèrent annuellement environ 300 à 500 millions de dollars; les pays bénéficiaires sont choisis en fonction de leur intérêt stratégique (MoyenOrient, Sud-Est asiatique). L'aspect positif à relever est que les prêts sont accordés à long terme. à faible intérêt et le plus souvent remboursables en marchandises. En fait, il est faux et hypocrite de considérer l'aide indépendamment de l'ensemble des rapports entre les pays industrialisés et le TiersMonde. Que pèsent ces tninsferts dont nous avons vu qu'ils étaient loin d'être désintéressés. en face de ' la domination économique et politique du Tiers-Monde? La capacité d'endette· ment des pays pauvres ne peut guère dépasser son niveau actuel et, dans une dizaine d'années. les remboursements de prêts. les amortissements. dividendes et bénéfices à reverser aux pays LES RICHES ET LES PAUVRES riches seront plus importants que l'aide reçue! La coopération techniq ue, elle aussi, apparaît comme un instrument de domination économique et culturelle, quelles que soient par ailleurs les bonnes intentions des assistants techniques. Pour être complet, il faudrait enfin étudier de prés toutes les désarticulations internes qu'en· traînent les actuelles relations internationales (1) Faut-il condamner l'aide? En conclusion, pouvons-nous dégager quelques perspectives? Disons d'emblée qu'elles ne sont pas très ré.iouissantes. Du fait du progrès technique, les pays riches peuvent se passer de plus en plus du Tiers-Monde : on remplace en efTet les matières premières par des produits synthétiques (voir par exemple le pétrole). On a bien vu, à la seconde Conférence pour le Commerce et le Développement qui s'est tenue à New Delhi ce printemps. que le poids politique et l"importance économique des pays en Produit national. brut pu tête Cette carte, établie sur la base du produit national brut par être hum ain et par an, fait apparaître les inégalités du développement des différents pays. Alors qu'ici le produit est de plus de 15000 F, il est là de moins de 1 250 F (ce qui représente une moyenne de 3,50 F par jour et par personne). Ce sous -développement affecte les pays du TiersMonde, en premier lieu ceux qui ont subi une domination coloniale directe. CJ -de 1150 fTancs R@f,·H .nlr. 1;250 et 2.500 francs ~ enIrI.2.5OO et 5.000 fT."" ll!!ll!l!llI enIrI 5.000 el 7.500 fT."" _ entra 7.lOO et 10.000 francs ~ errtre 10.000 et 15.000 francs _lIJ.deIsutdel5.000frallCl DROIT ET LI BERTÉ - N° 276 - NOVEMBRE 1968 Pendant que des millions d'hommes meurent de carences alimentaires, ou plus sim plement de faim, la logique de notre système économique oblige des producteurs à détruire leurs réco ltes. Ce paradoxe est le plus spectaculaire, mais non le plus scandaleux. voie de développement diminuaient : l'importance croissante des grands marchés néo-libéraux (Marché commun) et les difficultés monétaires ont amené les grandes puissances à refuser presque tous les aménagements souhaitables des relations internationales. On peut espérer cependant que la logique même du progrès économique poussera les pays riches à fournir au Tiers-Monde des équipements industriels et à s'y créer un marché plus vaste. ce qui redonnera à l'Asie, à l'Afrique et à l'Amérique latine un nouveau pouvoir de pression et de négociation. Faut-il donc condamner l'aide_? Non, dans la mesure où elle est un instrument de sensibilisation. Mais ne nous faisons pas d'illusions! le véritable développement suppose une remise en cause fondamentale de nos sociétés privilé giées. Edmond BLANC (1) On se reportera utilement. JX)ur lOUS ces points. a ux « Mécanismes du sous·developpement » de J.·M. Albertini. Ed. ouvrières-Economie el humanisme. 99. quai Clemenceau. 69-Calui re. W& . ) 13 14 , AH, CES BONS «MAUVAIS GENIES»!... U N journal français, l'Aurore, a recueilli récemment la prose de Baldur von Schirach, dirigeant des Jeunesses Hitlériennes et qui s'intitule lui-même le « mauvais génie» du Führer. J 'avoue n'avoir lu qu'avec des pincettes au bout des yeux ce plaidoyer indécent. Baldur von Schirach, comme tolIS les .escapés du Reich nazi. se défend d'avoir été antisémite. C'est tout juste s'il « savait » ... Il aurait même sauvé des juifs de la répression: Il Je voulais tenir les Jeunesses Hitlériennes à l'écart de cette trouble machination» affirme-t-il, ajoutant toutefois : (( Certes, dans ma jeunesse, je fus antisémite. J'ai voté en 1935 les lois de Nüremberg qui enlevaient aux juifs leur statut de citoyens et interdisaient les unions entre juifs et aryens. Mais je croyais alors qu'on pouvait être antisémite de façon mesurée ! ... Il Cette dernière phrase est adm~able, dans son cynisme .. . Ces « bons» mauvais génies n'ont rien perdu de leur candeur. Ils sont toujours prêts, en braves scouts du racisme à faire une B.A ... A rester humains, et ne pratiquer l'antisémitisme que de façon mesurée. Comme Goering qui, dans leur cellule commune de Nüremberg, à la veille du procès, aurait déclaré à von Schirach : (( Mais laissez-moi tranquille avec les juifs exterminés, je n'ai rien à voir avec ça Il ... Tous des anges! on vous le dit. Les juifs, connaît pas! Puisqu'ils n'existaient plus légalement depuis les lois de Nüremberg ... Au fait Nüremberg, connaissez? , a ... PARIS Oncle TOM. La commission paritaire C I -C2 physique de la Faculté des sciences a adopté une résolution dans laquelle elle souligne que, dans l'Université, « la liberté d'expression doit être accordée à tous les groupes, à l'exception de ceux à caractère raciste ou xénophobe ». Pour définir ces derniers groupes, le texte se réfère à la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale adoptée par l'O.N.V. et pas encore ratifiée par la France. Un de nos lecteurs de Paris a reçu « l'avertissement» que voilà ... PRAGUE , , , M. Alexandre Dubcek invite les communistes à veiller à ce que « la pensée socialiste ne soit pas souillée par l'antisémitisme)J. . KINSHASA L'ancien compagnon de Patrice Lumumba, Pierre Mulele, est exécuté après un procès précipité. Cette exécution entraîne une nouvelle tension en Afrique. Réfugié au Congo-Brazzaville, Pierre Mulele avait accepté de rentrer au Congo-Kinshasa après que les autorités de ce pays l'aient assuré de l'impunité. BLACKPOOL Au congrès du Parti conservateur britannique. un orateur a prétendu que les Britanniques nc veulent pas d'une société multiraciale. La tendance du raciste Enoch Powell - hostilité aux citoyens du Commonwealth - semble s'être renforcée. SANNOIS Dans le journal de la paroisse Saint-Pierre et Saint-Paul, l'abbé Boudignon affirme que de la religion. des commandements. « les chauffards en fOnl Ji, les juifs aussi )J. Comment définit-il donc les juifs qui sont aussi chauffards? en bref Moyen-Orient 233 morts et 873 blessés parmi les Israéliens, près du tiers des victimes de la guerre de 1967 (750 morts et 2773 blessés). Tel est le bilan de la lutte contre les organisations arabes et sur les lignes du cessezle- feu, présenté par le général Dayan. Le 27 octobre encore, tan dis que des manifestations hostiles à l'occupation israélienne se déroulaient dans les villes de Cisjordanie, un duel d'artillerie opposait Israéliens et Egyptiens, faisant 14 morts parmi les premiers et 5 parmi les seconds. Contrairement à ce qui s'était passé à la suite des précédents accrochages, les observateurs de l'O.N.U. ont attribué au Caire la responsabilité de l'incident. La position du ministre de la Défense est cependant la suivante : (( Nous devons nous préparer activement à une nou· velle guerre et en attendant il faut, sans proclamer formellement l'annexion des territoires occupés, créer des faits accomplis dans ces régions libérées, Il Cependant que le président Johnson autorisait des négociations sur la livraison de cinquante avions Il Phantom-4 Il à Israël. M. Abba Eban, ministre des Affaires étrangères, présentait à l'O.N.U. un plan de paix. Ce plan a provoqué à TelAviv même des réactions divergentes et aucun pays arabe ne l'a agréé. c

'§"

.!E W Au Caire, M, Mahmoud Riad, ministre égyptien des Affaires étrangères, a rappelé que la résolution du Conseil de Sécurité de l'O.N.U. de novembre 1967 était un plan de compromis auquel son gouvernement avait souscrit. A New York, il a précisé que celui-ci était disposé à se conformer à un plan par étapes que mettrait au point M. Gunnar Jarring. De son côté, l'organisation palestinienne AI Fatah a fait savoir qu'elle rejetait « toute solution pacifique qui ne tiendrait pas compte de l'expression réelle de la personnalité palestinienne apparue à travers la lutte armée». AI Fatah propose qu'il soit mis fin à la mission de l'envoyé spécial de M. Thant au MoyenOrient. On voit mal alors comment la situation pourrait évoluer. Pologne Devant la conférence du Parti ouvrier unifié polonais de Varsovie, M. Gomulka a, le 26 octobre, condamné ceux qui mènent depuis plusieurs mois une campagne antisioniste d'une façon nationaliste, Selon Trybuna ludu, le Premier secrétaire du P.O.U.P. a déclaré : (( Ces opinions sont le plus souvent exprimées par ceux à qui l'idéologie du parti Une population entière mobilisée pour la delense d'un tra vailleur étranger L'AFFAIRE RUTILI Vendredi 11 octobre. M. Roland Rutili mineur de fer italien, né en France est convoqué à la gendarmerie d'Audun-Le-Tiche, petite ville de Moselle où il a toujours vécu. Là, on lui retire sa carte de séjour et sa carte de travail; on lui signifie une lettre ministérielle lui ordonnant de se présenter dès le mardi suivant à la préfecture du Puy-de-Dôme où il est assigné à résidence. En fait, il s'agit d'une commutation d'une mesure d'expulsion prise à son encontre. Le prétexte officiel : « trouble à l'ordre public ». Pourtant, personne, à commencer par le maire, n'était au courant. Estimé et connu de tous les habitants d'Audun-Ie-Tiche par ses activités syndicales et sportives - il est militant du conseil syndical CGT et moniteur du club de gymnastiqueM. Roland Rutili est marié à une Française et père de deux enfants. Son père est mort en déportation à Mauthausen. Son cas illustre encore une fois l'arbitraire et l'insécurité qui pèsent sur les travailleurs étrangers. Car R. Rutili avec ses camarades en majorité d'oriÇlinp.s italienne. portugaise, polonaise, algérienne, espagnole a participé au mouvement de grève de mai et juin dernier. Est-il la victime du « groupe d'action civique» constitué après les dernières élections législatives et qui ne voulait « ni d~s Macaronis ni des Polacks»? Cette mesure répressive a suscité une très vive émotion dans la région : grève de vingtquatre heures des mineurs de fer, défilés en ville, meetings, motions, pétitions et création d'un comité de défense ÇJroupant la C.G.T .. la C.F.D.T. , le S.G .E.N ., la F.E.N., le P.C.F., le P.S.U .. la M.J.C. (Maison des jeunes et de la Culturel. la F.N.D .I.R .P., ainsi que des prêtres qui ont annoncé qu'ils sonneraient le tocsin si la police emmenait Roland Rutili et sa famille. Le M.R.A.P. s'associe à cette action dont l'enjeu est le respect des droits et de la dignité de tous les travailleurs immigrés. est étrangère ou qui ne savent pas ce qu'est le marxisme-léninisme. Dans notre parti il n'est pas permis d'apprécier les hommes selon leur origine nationale. Une telle façon d'aborder le problème serait extrêmement nuisible, contraire aux intérêts du p!!rti, qu'elle entraînerait sur des voies mauvaises, erronées. Il Positions Il Le combat contre toute manifestation d'antisémitisme est pour nous un principe II. « Et s'il est arrivé et s'il arrive encore que, dans les rangs du mouvement démocratique, y compris dans nos propres rangs, des éléments se fassent porteur du poison, nous considérons que la riposte doit être immédiate». Allemagne fédérale Le parti néo-nazi N. P. D. renonce à toute manifestation publique. C'est du moins ce qu'il (( Dans notre pays, a conclu annonce officiellement. M. Gomulka, il n'existe pas de problème juif. " faut aborder les problèmes selon des catégories politiques, morales et humaines. Il M. Raymond Guyot. membre du Bureau politique du Parti communiste français, a ainsi précisé la position de son parti. à l'occasion de la 24" Conférence des amis du journal yiddish « Naie Presse ». La décision du parti d'Adolf Von Thadden est motivée par les manifestations d'hostilité rencontrées dans la dernière période. La section de BerlinOuest a même décidé ellemême sa dissolution. M. Von Thadden lIeut donner à son parti le visage de la respectabilité. On aurait tort de s'y laisser prendre. Le général Lammerding va-t-il être enfin jugé? Après avoir longtemps affirmé qu'Occident ne présentait pas de danger pour l'ordre et pour la sécurité des personnes, les pouvoirs publics viennent d'interdire cette organisation raciste et fasciste. « Nous ne pouvons que ressentir de la surprise et de l'in quiétude lorsqu'au cours de la lutte juste et nécessaire contre l'idéologie nationaliste et réactionnaire qu'est le sionisme, apparaissent certaines prises de position ou attitudes mettant en cause l'origine juive de certains citoyens », a encore déclaré M. Guyot qui a rap pelé que le P.C.F. était partisan d'une solution politique du conflit du Moyen-Orient. impliquant le droit à l'existence de l'Etat d'Israël ainsi que la reconnaissance des droits nationaux des Arabes de Palestine. Ancien commandant de la division SS « Das Reich», condamné à mort par contumace en 1951 par un tribunal français, il continue de couler des jours paisibles à Dussel dorl. Une réunion du Comité d'action-Médecine, autorisée par le doyen de la Faculté de Paris. se tenait dernièrement. Elle fut troublée par un commando d'Occident (notre photo). Un autre commando a également attaqué le siège du Syndicat national de l'Enseignement supérieur (SNES-Sup.) à Paris, saccageant des bureaux et allumant un incendie. Deux exemples parmi d'autres. DROIT ET LIBERTÉ - N° 276 - NOVEMBRE 1968 L'enquête menée par M. Jacques Delarue a établi de façon certaine la responsabilité 15 16 GEORGES MONTARON DONNE LE POINT DE VUE DES CHRETIENS DU MOUVEMENT DANS lIB l'HEBDOMAOAIRE COMPlET POUR TOUS ~ PHILI'!~~ECharlesHARD ITB [~). L'ACTUALITE '-....... ECONOMIQUE 1 DANS rn l' HEBOOMAOAIRE COMPlET POUR TOUS 1 r: 1 CHAQUE JEUDI , RECEVEZ ii~ CHEZ VOUS* 15 N°S 20 F * ENVOYEZ UN VIREMENT POSTAL AU COMPTE 5023-99 PARIS , OE,49,FG, POISSONNIERE ,PARIS 9EME 1·.~: lE~~I~~ 19 février 2010 à 10:33 (UTC)Charles 19 février 2010 à 10:33 (UTC)EU- r.ïJ MET l'IMAGINATION AU POUVOIR U!] OANS l'EGLISE OANS rn l 'HEBOOMAOAIRE COMPlET POUR TOUS 1 r: 1 CHAQUE JEUDI , RECEVEZ fïil CHEZ VOUS* 15 N°S 20 F * ENVOYEZ UN VIREMENT POSTAL AU COMPTE 5023-99 PARIS , i.iB ,49,FG. POISSONNIERE ,PARIS 9 EME FONVIEILLE -ALQUIER SELECTIONNE ET ANALYSE LES MEILLEURS LIVRES POLITIQUfS DANS lIB l 'HEBDOMADAIRE COMPLET POUR 10US CHAQUE JEUDI , RECEVEZ [j] CHEZ VOUS* 15 N°S 20 F * ENVOYEZ UN VIREMENT POSTAL AU COMPTE 5023-99 PARIS , li] ,49, FG. POISSONNIERE, PARIS 9EME dans LA PRESSE NOUVELLE HEBDOMADAIRE Magazine de la vie juive 14, rue de Paradis - PARIS-Hl" Une étude exclusive de Pierre Paraf, Président du M.R .A.P. LE JUDAïSME ET LA FRANCE Un grand reportage: par Jean LlBERMAN ISRAËL AUJOURD'HUI Dans chaque numéro des informations sur la vie juive dans le monde. Prix des abonnements 1 an 30 F 6 mois 15 F 4

le Lammerding non seulement

dans le massacre d'Oradoursur- Glane, mais aussi dans la pendaison, à Tulle, de 99 otages, le 9 juin 1944, et la déportation de 149 autres. M. Montalat, député-maire de Tulle, a demandé au gou vernement d'intervenir pour que Lammerding soit traduit devant un tribunal. en Alle magne fédérale même. la loi allemande interdisant l'extra dition des nationaux, criminels de guerre compris. M. de Lipkowski, secrétaire d'Etat aux Affaires étrangère s, a indiqué que le gouvernement était intervenu dans cette perspective. Depuis octobre, les habi. tants des régions de Tulle et de Limoges se relaient pour appeler au téléphone le 42.43 .07 à Dusseldorf, numéro d'une entreprise de matériel de construction. On y répond que le directeur est absent. Le direc teur a nom Carl Lammerding . U.R.S.S. Trofim Kitchko continue. " Après la mise au pilon de son pamphlet antisémite « Le judaïsme sans fard », qui fit scandale il y a quatre ans, il publie un livre intitulé « Le judaïsme et le sionisme ». L'analyse de Kitchko est si primaire, si caricaturale, qu'on peut se demander s'il espère convaincre qui que ce soit. Pour lui. le sionisme a deux sources: la religion juive, et « la lutte de la bourgeoisie Juive pour une place sur le marché mondial ». Il oublie tout simplement les pogromes en Russie tsariste, et plus tard les crimes hitlériens qui ont favorisé parmi les juifs le développement de l'idée sioniste, puis justifié la création de l'Etat d'Israël. Il manipule les formules abstraites en ignorant les hommes de chair et de sang. Dans un passage de son livre, que publie la revue ukrainienne Liudyna Isvit, le 8 août 1968, Kitchko affirme même que le but du sionisme est, selon ses créateurs, « d'assujettir toutes les nations ». Ajouterait -il foi aux « Protocoles des Sages de Sion » ? Que le sionisme, phénom ène important et complexe, soit étudié, que cette idéologie soit discutée, voire condamnée cela se comprend, et nombre de juifs eux-mêmes ne s'en font pas faute. Mais ce qu'on ne comprend pas c'est qu'une telle tâche soit confiée en U.R.S.S. à un « spécialiste» aussi compromis, dont le parti pris ne peut s'expliquer que par une hostilité systématique. Sport Une équipe de rugby sud - africaine, les Springboks, composée exclusivement de joueurs blancs, a été invitée pour une tournée en France. Les Springboks joueront le 9 novembre à Bordeaux, le 11 à Toulouse et le 16 à Pa ris. Il est pour le moins paradoxal que l'Afrique du sud ait été exclue des Jeux Olympiques de Mexico - à cause de la ségrégation raciale pratiquée dans le domaine sportif - et qu 'elle puisse se produire en France. Emploi M. Cheirou Samba s'est présenté à l'A.F.T.A.M., or!)anisme qui a l'exclusivité de recommander les travailleurs africains auprès de la Régie Renault, à Billancourt. Le 3 septembre, il était di rigé sur la Régie où on lui a demandé de revenir le 10. Le 10. on lui a demandé de reve nir le 23. Le 25, on lui a annoncé ou'il était embauché et qu'il prendrait son travail le 26. A cette date, il s'étonne que sa qualification ne soit pas précisée sur sa carte. Le chef d'embauche la lui retire en commentant : « Si vous rouspétez. vous n'avez pas à travailler chez nous n. La C.G.T .. qui est intervenue dans cette affaire, précise qu'elle a recensé un certa in nombre de licenciements abu sifs de travailleurs africains ces derniers temps, et qu'elle ne laissera pas « se développer ces formes de racisme à l'intérieur de l'usine ». DROIT ET LIBERTÉ - N° 276 - NOVEMBRE 1968 , IMMIGRES • • \ VOTRE A ENOUETE Lorsqu'une enquête est lancée par un journal, il est habituel que celui-ci en publie les résultats assortis de commentaires. Nous empruntons ce mois-ci une voie plus originale en donnant ici le texte même d'une enquête qui concerne les travailleurs immigrés. A ce problème complexe, cantonné trop souvent dans le seul domaine des statistiques et des généralités, il était nécessaire d'apporter des éléments humains et vécus. La seule lecture des questions sera de ce point de vue déjà très instructive. De plus, chacun des volontaires, armé des deux questionnaires suivants, peut réaliser son enquête personnelle et apprécier de façon très concrète et très précise la situation de l'immigré dans son environnement. Le premier questionnaire doit permettre à nos lecteurs et à tous ceux . que l'enquête intéresse, d'interroger plus spécialement les personnes ou organisations Qui sont en contact avec les immigrés. Le deuxième doit servir auprès de l'immigré lui-même : 'les questions portent directement sur son travail, son logement, sa vie quotidienne, etc. Tout le monde, lecteur, militant, sympathisant est à .même de contribuer à cette enquête qui peut être réalisée individuellement ou collectivement : ainsi un comité d'entreprise, une Maison des Jeunes et de la Culture, une organisation culturelle, un comité du M.R .A.P., peuvent entreprendre l'enquête et répartir un certain nombre de questions entre leurs membres. Il va sans dire que toutes les réponses, même partielles, même limitées à un ou deux sujets, seront accueillies avec intérêt. Cet effort que nous vous demandons doit aider les étrangers à sortir de leur isolement et permettre pour tous une meilleure compréhension des difficultés qu'ils rencontrent dans notre pays. Cette enquête est la vôtre. DROIT ET LIBERTÉ - N° 276 - NOVEMBRE 1968 17 POURQUOI A CETTE ENQUETE Un des thèmes retenus pour l'action 'du M.R.A.P. en 1968 est celui des travailleurs immigrès. Il est nécessaire, pbur les militants du M.R.A.P., comme pour le reste de la population, d'être mieux informés sur ce sujet. La documentation par livres; revues, etc., est nécessaire mais insuffisante. Il est utile aussi de savoir : 1 ° Ce que pense la population, autour de vous, et en particulier ceux qui ont affaire avec les travailleurs immigrés. 2° Ce que pensent les immigrés eux-mêmes. Vous trouverez ci-dessous : 1 ° Des suggestions pour des enquêtes auprès de la population française. 20 Des conseils généraux et des schémas de questionnaires pour interroger individuellement des travailleurs immigrés. cès documents' ont un caractère purement indicatif. Ils doivent vous aider à réfléchir au problème et à aborder concrètement lès questions. Il s'agit d'un premier stade de travail, « information », où l'on doit rester relativement neutre si l'on veut rassembler une documentation objective et utile pour l'action ultérieure 'Les travailleurs immigrés enrichissent chaque année l'économie française de plusieurs milliards de franc's. Ce sont eux qui mènent à bien la plupart des gros travaux d'infrastructure, Mais nous ne connaissons rien d·eux. 18 Consulter les représentants d'associations de travailleurs immigrés (quand il en existe), ne dispense pas de consultations « à la base ». !'l0tre camarade Sallv N'Dongo, président de l'Union Générale des travailleurs sénégalais, a particulièrement, et à juste titre, insisté sur ce point. Pour ~e.rtaines immigrations, la majeure partie de~ travailleurs n'appartient d ailleurs à aucune, organisation.' Dans cette consultation les comités locaux ont un grand rôle à jouer. Voici quelques indications qui pourront leur être utiles. : .. 1 ° La migration est extrêmement diverse. Les souhal~s en ma~ler~ ~e logement ou d'éducation seront très différents pour le migrant qUI deslre séjourner deux ails en France et pour celui qui envisage de s'y fixer. Les 'priorités dans les problèmes à résoudre ne sont pas les mêmes pour un étranger analphabète et ' pour celui qui, à son arrivée en France, a le certificat d'études et une formation professionnelle, etc. Il faudra donc se garder de généraliser à partir d'un nombre de cas trop limité. Il faudra essayer - pour dresser un catalogue aussi complet que possible des problèmes et des besoins - d'avoir un éventail d'enquêtes largement diversifié. La diversité même des comités locaux et des adhérents au M.R.A.P. est un élément particulièrement favorable. Il ne s'agit pas de demander à chacun de contacter les diverses, catégories d'immigrés. Il convient de faire un effort particulier pour arriver à, toucher aussi ceux qui ont le plus de difficultés à s'exprimer et à entrer en contact avec la population. 20 Une enquête est toujours difficile. Une enquête auprès des travailleurs immigrés l'est encore plus : difficultés de langue, mé~ance possible à l'égard des enquêteurs ... crainte d'avoir des. ennuis si on révèle certaines choses honte de faire état de telle ou telle condition de vie, etc. L'enquête ne sera d~nc possible et valable que si un climat de confiance s'est établi préalablement à l'enquête. Cela peut demander du temps mais il est tout aussi important d'établir ce climat - qui répond justement aux buts d~ M.R.A.P. - que de faire l'enquête elle-mêm\!. On pourra certes , mettre a profit les amitiés déjà établies, faire participer d'autres que soi à l'enquête. L~ .cli~at de confiance existe déjà, par exemple. dans un cours d'alphabétIsatIon une asSociation sportive, entre les Jeunes de diverses nationalités d'un foyer de jeunes travailleurs. De même, un. ami commun pourra vous introduire dans un café algérien, dans un foyer africain ... ou vous pourrez inviter chez vous les amis algérieris ou sénégalais de votre ami. Il faut toutefois avoir conscience du fait qu'on risque d'interroger ainsi une fraction de l'immig'ration déjà ouverte aux contacts avec les Français et de ne pas avoir le point de vue de ceux qui sont les plus isolés, les moins adaptés, ont peut être le plus de problèmes. . 3° Les questions trop directes ont un double inconvénient : a) Elles peuvent être indiscrètes (sans même que l'enquêteur s'en doute nécessairement: il est tout naturel de demander à un Français comment va sa femme. Cela est parfaitement inconvenant de le demander à un musulman). b) Elles risquent d'orienter les reponses par leur formulation même ou de susciter la réponse que l'enquêté croit qu'on attend de lui. Elles risquent aussi d'être mal comprises (d'où fausse réponse),. Il sera ' donc infiniment préférable d'obtenir ·indirectement les réponses aux questions que l'on veut poser, dans une conversation à bâtons rompus, en laissant l'immigré s'exprimer spontanément, à l'occasion d'autres activités. (Exemple: c'est tout naturellement que, dans un cours d'alphabétisation, un énoncé de problème avec loyer à payer, salaires gagnés, etc., peut amorcer u~e discussion libre sur ces thèmes.' De même la rédaction collective d'une lettre à un ami qui a manifesté sOn désir de venir en France (le moniteur fait lire la lettre supposée, demande aux élèves comment répondre, et rédige la lettre au tableau en fonction de ce que lui disent les élèves, renseignera bien sur ce que l'immigré pense'de la situation en France, sur les motifs de venue). AJain GAUSSEL 1 • AUPRÈS DES FRANCAIS présence de travailleurs immigrés peut causer des difficultés réelles pour certains Français, paralléles à celles de l'immigré lui-même. Face au rnalade yougoslave ou sénégalais, incapable de faire comprendre ce dont il souffre, se trouve un docteur incapable d'établir son diagnostic ou de se faire comprendre dans ce qu'il a à dire. Face à l'immigré illettré de 13 ans , et ne parlant pas le français. ou au jeune écolier gitan, scolarisé quelques mois en cours d'année, l'instituteur risque de désorganiser sa classe et se heurte à des difficultés pédagogiques imprévues pour lui. les difficultés rencontrées par ceux qui ont a faire avec les immigrés. Dans cette enquête on doit se placer, au départ, en situation neutre, et même en se plaçant bien du point de vue du Français que l'on consulte. On interrogera donc le docteur. l'instituteur. la postière. etc .. en leur demandant les difficultés qU'lis rencontrent dans leur travail du fait de la présence des immigrés, et non pas les difficultés que rencontrent les immigrés. Certaines réponses témoigneront d'une hostitilité aux immigrés. Elles seront une utile contribution à une enquête sur les attitudes racistes et xénophobes. En face de . telles difficultés les attitudes possibles sont variables: D'autres réponses témoigneront spontanément d'une recherche de solutions tenant compte du point de vue de l'immigré. A vec les personnes répondant dans ce sens il sera possible de poursuivre le dialogue sur les difficultés de l'immigré. • Le raciste les grossira et demandera de chasser les immigrés; • L'antiraciste essaiera de trouver des solutions aussi satisfaisantes que possible, pour l'immigré ' comme pour lui-même; • Certains risquent aussi, incapables de surmonter ces difficultés, d'acquérir peu à peu une certaine hostilité vis-à-vis des immigrés. Nous donnons ci-dessous, à titre de simple suggestion, une liste de personnes à consulter, et le type de questions qu'on peut leur poser. A vous de faire un choix ou de compléter. Les réponses obtenues, les contacts pris, devraient permettre de poursuivre une action concrète en collaboration avec les uns ou les autres et également de rassembler une documentation utile pour votre comité locaL comme pour le M.R.A.P. Parallèlement à l'enquête faite sur les difficultés rencontrées par les immigrés, il semble important de faire une enquête sur Hunlclpalltés instituteurs Directeurs ou anbnateurs de I"oyers et de logeDlents de Jeunes travaiBeurs MaIsons de Jeunes et analogues : auberges de Jeunesse, assoclaUons cuItureUes, etc. DROIT ET LIBERTÉ - N° 276 - NOVEMBRE 1968 • Nombre, nationalités, implantation des migrants. • Quels so nt les problèmes que leur présence pose à la municipalité? • Comment so nt-ils résolus? • Quelles sont les pe rsonn.es et associations qu'il conviendrait d'interroger? • • La scolarisation des enfants d'immigrés (plus, le cas échéant. gitans) vous poset- elle des problèmes? Com ment ont-ils été résolus? • Les rappo rts entre enfants de diverses nationalités fréquentant votre école sont-ils bons? • Organisez-vous des cours de rattrapage pour jeunes immigrés? • Des cours . d'alph a bétisation pour les adultes? • Estimez-vous avoir un rôle à jouer dans l'éducation du public sur les problèmes des travailleurs immigrés? Comment? • Quel pourcentage de travailleurs lm migrés acceptez-vous? Toutes les places prévues pour eux sont-elles occupées? Sino!) pourquoi? • La présence de jeunes étrangers vous pose-t-elle des problèmes particuliers? • Les rapp o rts entre les jeunes de diverses nationalités de votre foyer sont- ils bons? y a-t-il eu des incidents de type raciste? • Profitez-vous de la présence de jeunes immigrés pour organiser des soirées culturelles sur leurs pays, des rencontres fra nco-africaines. etc, ? • Organisez-vous des activités spécialement destinées aux immigrés (cours de français, par exemple)? • Avez-vous organisé des débats sur le racisme, les travailleurs immigrés? Souhaiteriez- vous en organiser? • Les t,tavailleurs immigrés participent-ils à vos activités (isolés, . grand nombre ... )? S inon, savez-vous pourquoi? • Souhaitez-vous leur participation? • S i oui, que ls efforts avez-vous faits pour l'obtenir? • Avez-vous organisé des activités spécialement à leur intention (alphabétisat ion, cours de franca is, etc.)? • Avez-vous organisé des manifesfations destinées à sensibiliser l'opinion à leurs problèmes? • Profitez-v ous de la présence de jeunes immigrés pour organiser des soirées cultu relles sur leurs pays, des rencontres franco-africaines. etc. ? 19 1 --LES IMMIGRÉS ... ---------------------------------------- ygug~l.l albanais} africains 50.000 tunisfens 70.000 D'OÙ VIENNE~-ILS? Au 31 décembre 1967. 2428 74 1 person"es soum ises au réÇJillle général des é tr an~e r s. rés ida ient en France. soit une très léÇJère aUÇJmentation par rapport à 1966 (+ 4 8 957 personnes) . QUE FO~-ILS? Cette répa rti tio" concerne les salariés. soit 92 % de la populat io" tota le ,ies étranÇJers. Les 8 % restant exercent une profess ion comlnerciale ou libérale OÙ TRA VAlLLE~-ILS"1 Le sec teur des mines l.u i ju sl.u '.en 19 50 a été un utili sa teur de la In ain-d'oeuvre ét ra " qère. a vu les affectations s'amenuise r peu à pell sous l'e ffet ,le la Illécanisa tion et de la fermeture . .26~ _-1tà25% ~4à3% ~l,H% Dmoins de 2.,. OÙ VlVE~-ILS? Les pourcentages sont calculés sur la population totale. Un Parisien sur quatre est étranger. Les Italiens dominent dans la région Midi -Pyrénées. les EspaÇJnols dans les régions du Sud-Ouest. L"immigration nord-a fricaine est diffuse. alors L Le nombre des AIÇJériens. ainsi clue celu i des ressort is - q,ue Portug~is et Africains noirs sont concentrés dans la 1 s_a_n_st__a_f_ric_a_in_s _e st_ _d_ e_"_le_l_lré_ se_ n_s_ibl_e_n_' e_n_t _le_ _"_ ,ê_,,' _e. ____________________________________________________________________________________________________________________________________r e_g_Io_n_ _p_ a_rl_sl_e_n_n_e_. ________________________________ ~ 20 Syndleats Hédef!lns, personnel hospitalier, dlref!teurs d'hôpitaux, etf!. • Organisez-vous des activités spécialement destinées aux immigrés (cours de français, par exemple)? • Avez-vous organisé des débats sur le racisme, les travailleurs immigrés? Souhaiteriez- vous en organiser? • Les travailleurs immigrés adhérents à votre syndicat sont-ils nombreux? Leur participation est-elle active? En avez-vous parmi vos responsables? • Avez-vous des permanences spéciales pour les recevoir, des commissions pour l'étude de leurs revendications spécifiques, des tracts et journaux rédigés dans leur langue? • Avez-vous observé, parmi les ouvriers français des attitudes hostiles aux travailleurs immigrés? Avez-vous, si oui , entreptis une action éducative appropriée? • De quelles discriminations dans le travail les travailleurs immigrés sont-ils victimes? Citez des exemples. • Avez-vous organisé des cours d'alphabétisation ou de préformation professionnelle à leur intention? • Avez-vous organisé des cours de formation syndicale à leur intention? • L'état de santé des travailleurs immigrés vous parait -il préoccupant? Pour eux? Pour la population française? • Avez-vous beaucoup d'immigrés parmi votre clientèle? Quels problèmes cela vous pose-t -il? • Avez-vous dû prendre des mesures spéciales concernant les immigrés? • Pour les malades étrangers en longue hospitalisation, existe-t -il des cours de langue et de préformation professionnelle? • Le reclassement professionnel des accidentés de bas niveau scolaire pose-t-il des problèmes? -- Dlref!teurs d'entreprises, f!hers du personnel Assistantes sof!lales A~oeats DROIT ET LIBERTÉ - N° 276 - NOVEMBRE 1968 • Les travailleurs immigfés connaissent-ils leurs droits en matière de sécurité sociale? Bénéficient-ils normalement des avantages auxquels ils ont droit (rentes accidents du travail. etc.)? • A l'hôpital. y a-t-il des manifestations de racisme et de xénophobie entre malades ou entre malades et personnel? • Pensez-vous souhaitable de regrouper dans les salles les malades de même nationalité? • Employez-vous de la main-d'oeuvre étrangère (nombre, nationalité)? • En êtes-vous satisfaits? Quels avantages y trouvez-vous? quels inconvénients? • Y a-t-il des nationalités que vous préférez? pourquoi? • Avez-vous été amenés à refuser l'embauche de travailleurs étrangers? pourquoi? • La présence de travailleurs immigrés dans votre entreprise vous pose-t -elle des problèmes: ' Dans l 'organisation du travail? Du point de vue administratif? Du fait (je relations difficiles entre main -d'oeuvre française et immigrée? Autres causes? • Quels sont les principaux problèmes que viennent vous soumettre les travailleurs immigrés? • Quelles difficultés avez-vous pour les résoudre? • Connaissez-vous des associations pouvant vous aider à les résoudre efficacement? • Avez-vous eu à défendre des travailleurs immigrés? • Dans quels types d'affaires? • Ces affaires vous ont-elles posé des problèmes particuliers? • Les immigrés bénéficient-ils d'une justice à part entière? ~ 21 Hôteliers, ntalsons nteublées, agences BIbliothèques publiques et d'entreprises Prêtres, pasteurs • Louez-vous des chambres à des travailleurs immigrés? Si non, pourquoi? • Cela vous pose-t-il des problèmes? • Avez-vous des immigrés fréquentant vos bibliothèques? • Avez-vous à leur intention un fonds de livres étrangers? • Avez-vous des immigrés parmi vos paroissiens? • Organisez-vous des activités sociales en faveur des immigrés (sans distinction de confession) ? • Estimez-vous avoir un rôle d'éducation à jouer, auprès de la population fra nçaise, pour le bon accueil des immigrés? Si oui. comment? DANS UN QUARTIER (A faire localement - envoi • au hasard • dans un quartier donné) Nous étudions les possibilités de multiplier dans le quartier les activités socio-culturelles en faveur des immigrés (rencontres avec la population française, alphabétisation. activités culturelles. etc.) • Estimez-vous qu'une initiative de ce genre soit souhaitable? Précisez vos raisons. • Si vous y êtes favorab!e. pourriez-vous y aider personnellement aide matérielle. 1 - participation bénévole à l'animation de certaines activités. - autres formes d·aide . • Connaissez-vous des initiatives déjà prises dans ce sens? Pouvez-vous nous les signaler? CHEZ DES PARTICULIERS Se présenter comme représentant d'une association à buts sociaux. ayant à résoudre des problèmes d'héberg ement de migrants étrangers. Par exemple : «Je suis amené à orienter de jeunes étrangers passant par Paris ...• et j'ai souvent des problèmes pour leur logement. etc.». Demander • Si des chambres sont à louer. et les conditions. soit pour des périodes lo ngues. soit occasionnellement (pour des personnes en déplacement temporaire. stagiaires). • S'ils accepteraient de louer pour : - travailleurs du bâtiment algériens. - travailleurs du bâtiment portugais, - travailleurs noirs arrivant en France. - techniciens stagiaires d'Afrique du Nord. - techniciens stagiaires d'Afrique noire. - étudiants allemands. anglais, - étudiants algériens, - étudiants africains. Forme de l'enquête : enquête à faire oralement. éventuellement par lettre. N.B, - Les réponses positives permettront une utilisation réelle. soit directement pour le MRAP si le cas se présente . soit pour les nombreuses associations qui ont réellement des problèmes de ce genre. 22 2. AUPRÈS DES IMMIGRÉS Questionnaire s lntpllOe 1 ° Racontez votre arrivee en France (depuis la décision de depart jusqu'à votre premier travail). 2° Racontez une de vos journees de travail, en la minutant depuis votre lever jusqu'à votre coucher. 3° Racontez une de vos journées de repos. 4° Qu'avez-vous fait au cours de vos derniers congés? 5° Un de vos camarades veut venir ~n France. Il vous demande de lui raconter la vie en France, de lui ~n ùir~ les avantages et les ennuis. de lui donner conseil (doit-il ou non venir?) Que lui dites-vous? 6° Qu'est-ce qui vous a paru le plus difficile, le plus desagréable dans la vie en France? 7° Qu'est-ce qui vous a le plus plu en France ? 8° Etes-vous satisfait d'être venu en France ou le regrettez-vous? 9° Quels sont à votre avis les qualités et les défauts des Français? 10° Quand comptez-vous rentrer chez vous et que comptez-vous y faire? Estimez-vous que votre sejour en France vous rendra la vie plus facile (ou plus difficile) dans votre pays. Sqr la situation générale Nationalité. Age, sexe. Situation de famille. Votre famille est-elle en France? Envisagez-vous de l'y faire venir? (Sinon, pourquoi ?) Avez-vous des parents en France? des gens du même village? Habitez-vous avec eux? - Est-ce votre premier sejour en France? Sinon combien de sejours avez-yous faits? Quand? - Duree totale de sejour en France. - Passez-vous vos vacances dans votre pays? (tous les ans? tous les deux ans? moins souvent? preciser). - PourquOI avez-vous quitte votre pays? - Pourquoi avez-vous choisi de venir en France? - Jusqu'à quand comptez-vous y rester? (dans le cas d'une réponse: définitivement, envisagez-vous la naturalisation ?) - Avez-vous trouve en France ce que vous attendiez? - Tout bien consideré, êtes-vous satisfait d'être venu en France? Le regrettez-vous? (Si c'était à refaire, le referiez-vous?) Qu'y avez-vous gagné ou perdu? . - A vez-vous ete dans d'autres pays? Estimez-vous qu'on y est mieux ou moins bien qu'en France? - Qu'est-ce qui vous a paru le plus difficile ou le plus désagréable au cours de votre sejour en France? - Qu'est-ce qui vous a le plus plu? - Si vous êtes en France depuis plusieurs annees estimez-vous que la situation faite aux etrangers est meilleure ou pire qu'avant? - Avez-vous des freres, cousins, amis qui desirent venir en France? - Si oui, ou si cela se produisait: a) Leur conseilleriez-vous de venir actuellement (sinon pourquoi?) b) Pouvez-vous les aider: A payer le voyage et les frais de premier sejour? A trouver un logement? A trouver du travail? - Racontez votre arrivee en France, depuis votre decision de partir jusqu'au premier travail. - Quelles ont eté vos principales difficultés à l'arrivée? Les avez-vous toutes surmontées? Au bout de combien de temps vous êtes-vous senti à peu prés à l'aise? Sur le travail Avez-vous travaille dans votre pays? Quel métier? Travailliez-vous au moment de votre départ en France? DROIT ET LIBERTÉ - N° 276 - NOVEMBRE 1968 - Combien de temps êtes-vous reste sans travail à votre arrivee ? - Comment avez-vous trouvé du travail (seul, par porte à porte, par un ami, par un bureau de main-d'oeuvre, par une annonce, etc.)? Travaillez-vous actuellement? - Quel est votre métier? Votre qualification? - La qualification figurant sur votre fiche de paye correspond-elle au travail fait? - Q~el est votre salaire horaire? Votre gain mensuel moyen tout compris? - Combien d'heures faites-vous par semaine? - Souhaiteriez-vous travailler plus d'heures? Moins d'heures? Pourquoi? - Travaillez-vous en horaires normaux? De nuit? En équipe? Souhaiteriez-vous changer d'horaire? - Avez-vous reçu une formation professionnelle? (où ?) - Si oui. exercez-vous la profession apprise? Si la reponse à cette question est non, demander pourquoi. - Avez-vous souvent change d'entreprise? Si oui. pourquoi? - Etes-yous satisfait de votre travail actuel? Si non. quelles critiques lui faites-vous? - Y a-t-il dans votre entreprise des ouvriers de nationalité differente. Leurs conditions de travail, de salaire, etc .. sont-elles les mêmes? Sont-ils traites de la même façon par les employeurs"! Les rapports entre ouvriers de nationalités différentes sont-ils bons? Les rapports entre Français et étrangers sont-ils bons? - Vos rapports personnels avec ':os camarades de travail français sont-ils bons? Avec vos camarades de même nationalité? Avec étrangers d'autres nationalites? - Avez-vous eu à subir critiques ou reOexions parce que vous êtes étranger? Vos rapports avec vos chefs sont-ils bons? - Etes-vous syndiqué? • Si oui : êtes-vous satisfait de l'action syndicale, ou avez-vous des critiques à faire (précises) ? • Si non : pourquoi? - Avez-vo us eu, au cours de votre sejour en France, des périodes de chômage, des difficultés à trouver un emploi? - Avez-vous été victime ou témoin de refus d'emploi dus à la nationalite? - Avez-vous eté témoin ou victime d'injustices au cours de votre travail? - Considérez-vous que votre situation est la même que celle des travailleurs français de votre entreprise? • - Avez-vous des camarades français de l'usine que vous rencontrez amicalement en dehors de l'usine? - Envisagez-vous de changer de travail? Pourquoi? - Racontez une de vos journées de travail, en la minutant, depuis votre lever jusqu'à votre coucher. Sur le logentent - Où habitez-vous? (hôtel au mois, hôtel à la journee, chambre meublée, foyer - precisez : une nationalite ou plusieurs - baraque, bidonville, H.L.M., logement dont vous êtres proprietaire, autre). - Etes-volis seul dans une chambre? A plusieurs? (combien ?) Dimensions de la cham bre. - Avez-vous l'électricité? - Avez-vous l'eau? (salle d'eau? eau dans la chambre? sur le palier? à un autre etage? à une certaine distance ?) - Etes-vous chauffé? Comment? - Avez-vous le droit et la possibilite de faire votre cuisine dans votre logement? - Combien payez-vous par mois? (par personne? en tout ?) - Quelles nationalites y-a-t-il dans l'immeuble où vous habitez? - Preférez-vous habiter dans un immeuble ou hôtel où il n'y a que des gens de votre pays, ou mêle à la population française? - Etes-vous satisfait de votre logement? Sinon, quelles critiques lui faites-vous? - Vos rapports sont-ils bons: Avec vos voisins? Avec le patron de l'hôtel (ou le proprIetaire. etc.)? - AccepterIez-vous de payer plus pour un logement meilleur? (faire préciser ce que l'interviewe considère comme logement meilleur). Quel loyer maximum accepteriez-vous de payer? -+ 23 - Accepteriez-vous d'habiter dans un quartier où vous n'auriez pas de camarades de votre pays? - Avez-vous déjà été expulsé d'un logement? Avez-vous eu des amis expulsés? - Vous a-t-on déjà refusé un logement parce que vous étiez étranger? Connaissez-vous des gens à qui cela soit arrivé? - Accepteriez-vous de lo!!;er : En foyer (avec interdiction de recevoir des amis dans votre chambre) ? Dans un logement fouÎ"ni par votre employeur? - L'insuffisance de votre logement est-elle un obstacle à la venue de votre famille? Proposer divers types de logement, avec loyers divers, et demander lequel serait préféré. Logement Loyer Remarques (en anciens francs) Chambre. seul ...... . 15 000 F Pas le droit de faire cuisine Chambre, seul . ... ... 20000 F Droit de faire la cuisine Chambre à 3 ........ 7000 F Possibilité de faire la par personne cuisine Foyer, chambre indi- 28000 F Toutes nationalités vidueUe repas du soir compris Foyer, chambre 28000 F . individuelle repas du soir compris Une seule nationalité Foyer, chambre ...... 5 000 F Directeur peu de 4 par personne sympathique, discipline Foyer, chambre ...... 7000 F Directeur sympathique de 4 par personne Ambiance bonne Sur le niveau d 'Instruction Parlez-vous français? • Presque pas ou pas du tout. • Très peu. • Assez bien. • Presque couramment. • Couramment. Parliez-vous français avant votre arrivée en France? Où et comment avez-vous appris? Savez-vous lire? • Dans votre langue. • En français. (très peu. un peu, AB, B, TB). Savez-vous écrire? • Dans votre langue. • En français. (très peu, un peu, AB, B, TB). - Faire éventuellement sondage sur autres connaissances géographie, hygiène, etc. Avez-vous fait des études : • Enfant, chez vous. • Tout seul, avec des amis • A l'arrivée en France. • En cours du soir. • Etc. calcul, Avez-vous une qualification professionnelle? Si oui, comment avezvous appris votre métier? Souhaitez-vous améliorer vos connaissances de français? - Souhaitez-vous vous perfectionner dans l'étude de la langue de votre pays? Souhaitez-vous apprendre autre chose? 24 - Souhaitez-vous recevoir une formation professionnelle? - Avez-vous déjà suivi des cours du soir? Si vous avez interrompu pourquoi? - Suivez-vous actuellement des cours du soir? Si oui, pourquoi? (bien faire préciser, ne pas se contenter de la réponse: « pour apprendre »). Si non, pourquoi? • Vous estimez en savoir assez. • Ça ne vous intéresse pas. • Pas le temps. • Trop fatigué. • Pas de cours du soir connu à proximité. • Cours du soir pas satisfaisant. • Vous trouvez que c'est trop long d'apprendre. • Autres causes. Si l'on vous proposait de suivre à temps plein, pendant 3 mois des cours de français, calcul. etc., l'accepteriez-vous? • Sans salaire, ni indemnités. • Tous frais payés, nourri, logé, mais sans salaire. • Avec salaire SMIG. Même question pour formation professionnelle, mais avec durée de 6 mois ou 9 mois (durée des stages de l'AFPA). - Si vous avez des enfants en France, vont-ils à l'école? Ont-ils des difficultés à suivre? Souhaitez-vous qu'ils apprennent aussi la langue de leur pays? • - Si, vivant en France, vous avez appris un certain nombre de choses, dans votre travail, peut-être en suivant des cours, etc., estimez-vous que ce que vous avez appris ainsi vous sera utile lors de votre retour au pays? - Que pensent vos amis de ces problèmes? Sur la santé - Avez-vous passé dans votre pays une visite médicale avant d'entrer en France? En avez-vous passé une à l'arrivée en France? En avez-vous passé une avant l'embauche? Avez-vous été malade en France? date? durée - nature des maladies Avez-vous eu des accidents du travail? Dans quelles circonstances? Avez-vous eu des accidents du travail? Dans quelles circonstances? Touchez-vous une pension? Avez-vous eu des difficultés pour toucher vos prestations de sécuritè sociale? - Votre famille touche-t-elle régulièrement des allocations familiales? Combien touche-t-elle? Sur les loisirs - Où et comment déjeunez-vous? - Vous reste-t-il un peu de temps libre à l'heure du dejeuner ? Comment l'occupez-vous? - Que faites-vous le soir en rentrant du travail? - Travaillez-vous le samedi? Si non, que faites-vous habituellement: • Le samedi matin. • Le samedi après-midi. • Le samedi soir. Que faites-vous habituellement: • Le dimanche matm. • Le dimanche après-midi. • Le dimanche soir. Trouvez-vous que vous avez assez de temps libre? Vous ennuyez-vous le dimanche? Combien dépensez-vous le dimanche? Prenez-vous vos congés payés, ou travaillez-vous pendant leur durée? Où avez-vous été passer vos vacances en 1968, en 1967, en 1966, en 1965, en 1964? A quel mois les avez-vous prises? - Y-a-t-il un ou deux cafés que vous fréquentez plus régulièrement que d'autres? Si oui, pourquoi les avez-vous choisis? Allez-vous au cinéma (fréquence) ? Quel genre de films aimez-vous? - Faites-vous du sport? - Avez-vous des camarades français que vous voyez pendant vos loisirs? Si non, pourquoi? Souhaiteriez-vous en avoir ? Juan Miro .: Pablo Picasso Henri Matisse Victor Brauner Henri Bourdelle CENT DEUX ARTISTES POUR LE' M.R.A.P. Cent deux peintres et sculpteurs, parmi lesquels les plus importants de l'art d'aujourd'hui. ont composé pour le M.R.A.P. une collection magnifique: ils ont donné chacun une oeuvre pour soutenir le M.R.A.P. et Droit et Liberté dans leur action. Tous nos lecteurs savent que nos moyens financiers sont précaires, et tributaires de nos militants. Les oeuvres offertes seront vendues le 3 décembre à l'hôtel Drouot, par M" Maurice Rheims. Le produit de la vente permettra de nouvelles a.ctions, de nouveaux pas en avant. Que ces artistes soient remerciés. DROIT ET LIBERTÉ - N° 276 - NOVEMBRE 1968 PICASSO. Lapoujade, Matisse, Roualilt, Pignon, Poliakoff, Brauner, Va~arely, Lorjou, Atlan ... la liste est impression: nante. C'est un bref musée d'art moderne qU'ont' constitué les artistes amis du M.R.A.P.; dessins, litho s, peintures, sculptures torment un panorama complet de l'évolution des arts plastiques depuis 50 ans et plus. Chacun des artlstes donateurs a repris à son compte les phrases Que rédigea Max-Pol Fouchet lorsqu:illeur écrivit pour leur demander leur aide : « La vérité d'un 'artiste est dans son art, elle se traduit par un ensemble cohérent de formes, de matières et de couleurs. La vèrité pour le M.R.A.P. est dans la lutte ·quotidienne, ~ 25 Ortega Atlan ~ rencontre du M.R.A.P. et des artistes est le signe infaillible d'une progression dans la conquête de la liberté, celle qui met l'art au service de la fraternité ». quelquefois difficile mais toujours opiniâtre pour la fraternité humaine. Ces deux vérités ne sont pas incompatibles. bien au contraire, et la LES «102» Peintures Abidine. Bertholle. Briandeau. Roger Chastel. Olivier Debré. Fusaro. Garbell. Goetz. Guignebert. Guerrier. Helion. Iya. Michèle Katz, Lachieze-Rey. Lapoujade. Manessier. Mentor. Mihaïlovitch. Petitjean. Pichette. Pons. Pressmane. Raffy Le Persan. S imon Ségal. Sicard. Vasarely. Vinay. Wogensky. Worms. Aquarelles, gouaches, pastels, collages, dessins Yvette Alde. Andreou . Atlan. Benanteur. Bernad. Bores. Boumeester. Bryen. Calder. Carzou . Clavé. Constantin Guys. Cueco. Dall. Dermit. De Souza. De Waroquier. Doucet. Dumitresco. Estève. Forissier. Garcia-Fons. Grau-Sala. Istrati. Le Moal. Leonor Fini. Lorjou. Marquet. Miro. Mottet. Picasso. Pignon. Poliakoff. Suzanne Roger. Saint-Saens. Spitzer. Survage. Tourte. Victor-Brauner. Yankel. Tapisserie Picard Le Doux. Bijoux Penalba. Sculptures Bourdelle. César. Constant. Coutelle. Hajdu. Lipsi. Etienne Martin. LI"Vres rares Marquet. Rennert. Rouault. EstaJllpes (gravures, lithographies, sérigraphies Alechinsky. Aristide Caillaud. Sonia Delaunay. Desnoyer. Max Ernst. Gen-Paul . Giéccmetti. Gilioli. Hambourg. Hérold. Jean Lurçat. Man Ray. Matisse. Matta. M essaÇJier. Ortega. Pougny. Schéiffer. Vieira da Silva. Zao Wou Ky. ~,----------------------.----------------------------------~ 26 Cueco Une telle manifestation permet de voir la peinture sous un angle neuf; non plus sous l'angle un peu scolastique de la comparaison des styles et des écoles, mais sous l'angle beaucoup plus immédiat de la signification c'est-à-dire (pourquoi ne pas l'écrire, en dépit du galvaudage qui a été fait du mot et du discrédit où l'art fait tom ber les trop bien-pensants de toutes sortes) du « message ». L'art-manifeste et l'art · recherche Certains des peintres. donc, font de leurs oeuvres autant de professions de foi . C'est le cas de Matta dont les « Tribunaux», qui sont autant d'hommages aux Rosenberg et de dénonciations de la répression, seront parmi les fleu rons de l'exposition· vente ; c'est aussi le cas de Cueco et de Lapoujade, dont les oeuvres sont en rapport direct avec le siècle. Pour d'autres, le langage de la peinture n'est pas aussi direct. Les rapports de l'art et du réel se situent à un autre niveau ; une oeuvre, même lorsqu'elle est le plus « formaliste» en apparence, explore des régions obscures de la sensibilité, voire de l'inconscient, invente de nouveaux signes, de nouveaux langages qui sont autant de prises nouvelles sur le réel. Entre l'art-manifeste et l'art-recherche, l'art qui proclame et l'art qui explore (même s'il donne parfois l'impression de tâtonner), pas de contradiction pourtant : autant de souci de dire, de communiquer, donc, au niveau le plus haut. Toute création est un appel au dialogue, à la confrontation, à la fraternité. Un mot encore pour certains qui joignent à l'une ou l'autre de ces deux façons de concevoir leur art une tradition venue d'ailleurs, et qui est une occasion supplémentaire de découverte et de dialogue: c'est le cas des rythmes berbères et noirs qui frèmi ssent dans la belle toile qu'a offerte au M.R.A.P. la veuve d'Atlan. Antoine MENOUx 'ë :s "; -; Atanualpa Yupanqui LE CHANTRE DES « CRIOLLOS» T RACER le portrait d'Atahualpa Yupanqui n'est pas chose facile. Il est à la chanson argentine ce que Brassens est à la chanson française, anarchisme en moins, conscience d'être le messager de son peuple en plus. La chanson « Le Poète» (éditée et enregistrée par Le Chant du monde avec tous les extraits qui vont suivre), nous renseigne sur ce point : « Toi tu te crois différent Parce qu'on t'appelle poéte ... Va-t-en regarder les mineurs Les hommes dans les champs de blé Et chante-les, ceux qui luttent Pour gagner un morceau de pain. » Il va de soi que la traduction assez plate ne saurait restituer l'émotion que l'assemblage simple des termes espagnols provoquent. Atahualpa Yupanqui considère que sa mission est de voir cette souffrance et de la dénoncer par le moyen d'expression qui lui est propre : la poésie. « Je me suis trouvé - dit-il - face à un long chemin attaché à ma guitare, et je me suis dit : ce n'est pas un passe-temps, c'est une énorme responsabilité. » Ses chansons sont des paroles mises en musique avant d'être un air sur lequel on greffe des paroles. Dans la Copia il écrit : « L'Indien creuse dans la pie"e Sa galerie de silence A son ombre se réfugie Mon coeur né pour chanter. » DROIT ET LIBERTÉ - N° 276 - NOVEMBRE 1968 Cette tendresse vraie caractense ce grand poète dont la personnalité est comparable à celle d'Asturias son admirateur, son ami, son frère pourrait-on dire. Atahualpa Yupanqui ne s'appelle pas Atahualpa Yupanqui! Il s'est emparé du premier pseudonyme pour incarner Atahualpa le dernier chef inca monstrueusement assassiné par les conquistadors de Pizarro, et du second - Yupanqui - pour qu'on reconnaisse en lui l'un des grands méritants (titre conféré aux plus grands caciques de l'antique civilisation Quechua). « Pampa, mont et forêt tout ne fit qu'un en moi L'aïeul de la plaine galopa jusqu'à mon berceau. » Ces vers situent parfaitement le poète dans son élément naturel : la pampa avec ses étendues désertes et plates qui ressemblent parfois sous le ciel immense, à des îles; provinces entières sans barrière ni enclos appartenant souvent à un seul propriètaire foncier ; tous les quelques kilomètres, quand on y passe en voiture, on voit dans ce paysage se profiler au loin, fantomatiques, des vaches noires qu'on dirait sauvages. Dans ce cadre, la distance impose à l'homme ses lois physiologiques et psychiques. Cet amour de la plaine désolée, monotone. nostalgique a été idéalisé. sublimé . aussi par le célèbre héros national Martin Fierro et ces vers nF vont pas sans l'évoquer. Martin herro, héros de la litterature argentme a, dans son pays, la popularité de Don Quichotte et Atahualpa Yupanqui est de sa lignée. Le poète se sent à la fois homme et nature. Pour lui, il n'y a pas de divorce. Mieux encore, il yale cosmos. Le chanteur ne se borne pas à n'être que national; l'univers de Martin Fierro " grandi! Le silence criollo « Je ValS de par le monde ... Gardé par un cosmos qui chemine avec moi.» « Pampa, forêt, montagne, les trois mystères argentins. )) Le silence, dans le folklore argentin ou « criollo » (autochtone) a une importance inouïe. D'ailleurs, sans le silence, y aurait-il le mystère? Or, le mystère, l'étrangeté, la peur sourde figurent parmi les points les plus fondamentaux de la littérature argentine contem poraine. Borges, Sabato, dans leurs oeuvres, èvoquent particulièrement bien cet état de chose. A leur culture occidentale s'est incorporè ce silence profond naturel aux Indiens des Andes - le silence criollo! Atahualpa déclare : « Mes forces me viennent de loin : de la vie libre conseillée par mes aïeux basques, du silence de forêt et de pierre que mes aïeux indiens mirent comme un dépôt sacré dans cette étrange çaisse de résonance que m'a donné la nature en guise de corps et d'esprit... )) A vis aussi aux amateurs de guitare. Charles FUTERMAN (Atahualpa Yupanqui chantera à Paris, Salle de la Mutualité, rue Saint-Victor, le 13 novembre à 21 heures). CRÉATIONS FÉMININES 134, rue d'Aboukir, 134 Paris-2e - Tél. 488-28-33 VENTES SUR STOCKS PERMANENTS 27 EUROPE Revue littéraire fondée en 1923 • Ses detniers ... méros spéciaux ZOLA 500 pages - 1 00 photos 50 articles . .. .. ... .. .. . .... . 15 F • " VALLES Numéro ensemble ments de spécial précédé d 'un d'articles sur les événemai 68 . ...... .. ... 12 F • Parmi les numéros disponibles: LlTIÉRATURE POUR LA JEUNESSE - LlTIÉRATURE CATALANE SWIFT RAMUZ - PIRANDELLO - BAUDELAIRE - NAIRE - ELSA ET ARAGON ROLLAND, APOLLITRIOLET ROMAIN ETC. EUROPE 28 21, rue de Richelieu, Paris (Fr) c.c.P. 4560-04 Paris « Langue maternelle et langue culturelle doivent devenir, avec le temps, une seule et même langue.)) Albert Memmi - (la Statue de sel (1). Agar (1). Portrait du colonisé et Portrait du colonisateur (2). Portrait d'un juif et la libération du Juif (3). participation à les Français et le racisme (4) - est l'un de ceux qui ont étudié avec le plus d'intelligence les problèmes de la littérature maghrébine de langue française , En 1953 paraissaient trois romans : la Grande Maison de Mohamed Dib, la Colline oubliée de Moulaud Mammeri, deux Algériens, et la Statue de sel d'Albert Memmi. Tunisien. Au delà des thèmes et des milieux décrits, ils annonçaient une littérature de langue française authentiquement maghrébine, née du heurt de deux cultures, de deux civilisations. Albert Memmi est aujourd'hui directeur d'une collection aux Editions Maspero : domaine Maghrébin. Albert Memmi ALBERT MEMMI LE LANGAGE ET LA COLONISATION Interview recueillie par Jean-Pierre Saïd - Dans quel esprit a été fondée cette collection? - « Domaine maghrébin» est né en vérité d'une maniére empirique. Pendant quelques années j'avais fait un cours sur la littérature maghrébine, et j'avais constitué une petite équipe d'étudiants avancés autour de ces problémes. Petit à petit, cette équipe s'est transformée en un groupe de spécialistes dont certains ont décidé de consacrer à cette activité l'essentiel de leurs travaux universitaires. _ N'est-il pas anormal qu'une telle collection soit publiée à Paris, plutôt qu'à Alger, Rabat ou Tunis? - On me pose trés souvent cette question. Je répondrai avec franchise; naturellement il serait souhaitable qu'une telle collection paraisse en Afrique du Nord et je remettrais volontiers le relais à quiconque voudrait bien s'en occuper, et peut-être si certaines conditions politiques le permettaient. Cela dit, il est possible qu'il y ait une autre difficulté, avec laquelle il vaut mieux ne pas tricher; tant que la littérature nordafricaine continuera à se faire en français, partiellement ou dans une proportion importante, il Y aura des chances que Paris en reste la capitale. N'en est-il pas ainsi pour la littérature belge de langue française, ou la littérature suisse de langue française? C'est là peut-être un drame culturel, mais je ne vois pas de solution pour le moment. Le problème le plus important donc, pour vous, est celui de la langue? - Je vois à quoi vous faites allusion. Je suis un peu fatigué de ces débats. J'ai en effet écrit dans le Portrait du colonisé que le probléme de la langue était capital et j'ai même ajouté cette phrase qui a tellement heurté : « La littérature colonisée d'expression française est destinée à mourir jeune. )) Que ne m'a-t-on pas objecté depuis, avec ironie ou avec indignation! On ne s'est pas fait faute de me représenter que la fin de la colonisation n'a pas vu le triomphe d'une littérature de langue arabe; que le français reste la langue essentielle de la plupart des écrivains nord-africains, etc. \. Editions 'Corréa - 2. J.-J. Pauvert - 3. Gallimard - 4. Payot (en collaboration avec P.H. Maucorps et J.F. Held) lu vu entendu • Notre amie Olga Wormser a soutenu le 26 octobre à la Sorbonne sa thèse sur le Système concentrationnaire nazi, ainsi qu'une thèse complémentaire

cc Essai sur les

sources de l'histoire concentrationnaire nazie Il, Le jury lui a décerné la mention c très honorable ». • le Comité National des Ecrivains fera sa vente annuelle le 30 novembre au Palais d'Orsay, Parmi les écrivains qui seront présents : Arthur Adamov, Max-Pol Fauchet. Hubert Juin, Hervé Bazin. Elsa Triolet. Aragon, et des dizaines d'autres. listes irlandais au début du siècle. • les cahiers du jazz vien nent de faire paraître leur numéro 16.17. C'est un numéro spécial consacré au jazz contemporain, le New Thing, U ne table ronde entre critiques et musiciens y est une bonne initiation à ce style difficile. A signaler aussi deux études, l'une sur le musicien Ornette Coleman, l'autre sur l'écrivain Le Roi Jones, entre lesquels, en effet, les similitudes ne manquent pas. • cc Elise ou la vraie vie Il, de Claire Etcherelli va être porté à l'écran. Le metteur en scène sera Michel Drach; Elise sera incarnée par MarieJosé Nat. • Des cartes postales· poêmes en faveur de la paix au Vietnam sont éditées et vendues par le poète Jean Boussuges. On peut se les procurer chez lui (103 , rue Claude-Bernard , Périgueux). 0,50 F la carte, • le prix Nobel de littérature a été décerné pour la première fois à un japonais, Kawabata Yasunari. • Un film sur le problème noir aux Etats-Unis va être tourné à Cleveland par Jules (Dassin, ancienne victime du Mac Carthysme, qui revient aux U.S.A. pour la première fois depuis vingt ans. Le film , Up Tight, commencera par l'assassinat de Martin Luther King. C'est un remake du film le mouchard, que John Ford avait consacré à la lutte des nationa - .cc Face à la peine de mort Il, une nouvelle brochure vient d'être éditée par la revue Elan, que dirige notre ami Louis Lippens. La brochure est préfacée par Jean Rostand et Georgie Viennet, et illustrèe par Didier Raynal. Rappelions qu'une brochure précédente, Face au racisme, fut préfa cée par Martin Luther King (Elan, 59, Linselles). • Le festival de cinéma de Locarno a été marqué ce,tte année par une entrée en masse d'oeuvres du Tiers-monde. Ont été particulièrement remarqu és un film tunisien, Moktilar, et un ghanéen, Pas de larmes pour Ananse, Le festival organisa en outre un hommage au cinéaste indien Satyarit Ray (auteur notamment du célèbre Pater Panchali). Il faudrait replacer cette phrase, et ces affirmations, dans leur contexte. Je ne me préoccupais pas, surtout dans le Portrait du colonisé du seul probléme de la littérature; j'étudiais, faut-il le rappeler, l'oppression générale, qui atteignait la personnalité entiére, individuelle et collective, d'un peuple colonisé. Je disais qu'un peuple colonisé n'est pas brimé seulement politiquement et socialement, mais qu'il était atteint dans sa personnalité culturelie

qu'il était en particulier scindé entre

une culture, privée en quelque sorte, qui était la sienne, la culture ancestrale, et une culture officielle et une langue officielle, administrative, politique, qui était celle du colonisateur. Atteint dans sa personnalité. Je disais également qu'il n'était pas sain que les écrivains d'un peuple dominé écrivent une autre langue que celle qui est comprise par la majorité de leur peuple. Je continue à penser que la langue maternelle et la langue ,culturelle doivent être, avec le temps, une seule et même langue. - Quel serait d'après vous le rythme d'arabisation au Maghreb? - Je ne suis pas prophéte et personne ne peut prévoir ce rythme. Tôt ou tard, dans un pays libéré, il faut reconsidérer le probléme du langage, DROIT ET LIBERTÉ - N° 276 - NOVEMBRE 196B et le probléme de l'adéquation culturelle, Croyez-moi, on ne fait que commencer avec ces problémes, et pas seulement dans les pays ex-colonisés, par une colonisation de type classique. Cela ne signifie pas qu'il faille brimer les écrivains ou imposer quoi que ce soit, au contraire! La vérité actuelle est que nous sommes dans une phase intermédiaire, ce qui explique le trouble des esprits : la langue française ne correspond déjà plus aux besoins et l'arabe n'est pas suffisamment connu et manié pour l'instant. Et lorsque certains écrivains maghrébins affirment que leur pays, l'Algérie par exemple, est définitivement un pays à deux langues, le français et l'arabe, ils ne font que mettre en théorie leur propre malaise. Les problèmes d'aujourd'hui. - Cette difficulté n'explique-t-eUe pas la pause qu'on observe actuellement dans la littérature maghrébine? - Peut-être, mais pas seulement; il Y a une raison plus profonde : la revendication nationale est satisfaite, ou à peu prés. Notre génération, à nous, celle que j'ai proposé d'appeler « la génération de 1953», a été la génération de la revendication. En 1953, à quelques mois d'intervalle, ont paru trois livres qui ont fait date : La Colline oubliée de Mouloud Mammeri, La Grande Maison de Mohammed Dib et mon livre La Statue de sel. Ces trois livres sont des livres de révolte. de protestation, et il est significatif qu'ils aient été souvent analysés ensemble. Mais on n'avait pas assez vu que le roman maghrébin de l'époque était certes une question posée à la colonisation, mais aussi à nos groupes respectifs. Il y avait, au fond, deux questions qui allaient de pair : quelle attitude adopter devant la colonisation et quelle attitude adopter devant nos propres traditions. Mais, pendant la période de la lutte, on a vu, on ne pouvait voir que l'aspect dirigé contre le colonisateur. Aujourd'hui, la revendication nationale étant à peu prés satisfaite, il ne reste à l'écrivain, je veux dire à un certain type d'écrivain, naturellement, ce que l'on a appelé « l'écrivain engagé», que la remise en question des valeurs de son propre groupe. Or, il est possible que les conditions politiques actuelles, dans les trois pays du Maghreb, ne permettent pas de poser ouvertement ce genre de probieme. Non seulement parce que l'écrivain entrerait en conflit avec les Autorités, mais parce que, dans les périodes de reconstruction nationale, l'écrivain est vite accusé de semer le trouble dans les esprits, de gêner cette reconstruction. Je continue à penser, pour ma part, que son rôle de , contestation est fécond et nécessaire, même dans les périodes d'édification nationale. Parce que sa littérature aide un peuple à mieux respirer. 29 UJes livres Ishi de Théodora KROEBER. Collection « Terre Humaine)} Éditions PLON. 30 En 1849, les Yana, Indiens de la Californie du Nord étaient plus de deux mille. En 1870, ils sont exterminés. Une quinzaine toutefois de la sous-tribu Yahi disparaissent pour vivre une vie clandestine. Le 10 novembre 1908 des ingénieurs découvrent, par hasard, un village caché dans le maquis californien. mettent en fuite ses quatre habitants, derniers survivants de la tribu indienne. Ishi seul survit et continue à vivre dans le plus grand dénuement jusqu'au 29 août 1911 et là à bout de force et d'espoir, il se rend à « la civilisation ». En 1916, il meurt de tuberculose. Ishi est le livre de la conquête, du racisme, de la sottise, de la cruauté et des occasions perdues. Théodora Kroeber, ethnologue de profession, l'a écrit avec intelligence et infiniment de tact. Bernard BEREL Y Nous avons lu aussI. .. V ASSILIS V ASSILIKOS : Z (éd. Gallimard, 342 pages, 22 F). L'auteur. réfugié en France, décrit l'assassinat du député Lambrakis par des hommes qui ont permis d'instaurer la dictature des colonels grecs. JULES ROY : UNE FEMME AU NOM D'ÉTOILE (Grasset). Le tome II des Chevaux du Soleil, le grand roman de l'aventure algérienne de 1830-1962. LÉON POLIAKOV : HISTOIRE DE L'ANTISÉMITISME (Calmann-Lévy). Parution du tome III : de Voltaire à Wagner. JAMES BALDWIN : LA PROCHAINE FOIS LE FEU (Collection Idées-N.R.F.). Un pamphlet mordant sur la condition des Noirs américains. JEAN-PIERRE ALEM ARABES (Grasset). Trois mille ans d'histoire. JUIFS et JONATHAN SCHELL : LE VILLAGE DE BEN SUC (Grasset). Un village de 3 500 habitants rayé de la carte. Un « Nuit et brouillard» vietnamien. M. le modéré d'Arthur Adamov (Théâtre des Mathurins, Paris). La modération posée comme principe de vie. n'est vertu qu'en apparence. Maurice Dupré, héros de la pièce d'Arthur Adamov en fait l'expérience. Petit-bourgeois du Jura, il achète un hôtel à Paris. Il y est heureux entre la compagne fidèle et la fille incestueuse. Il est ensuite placé toujours aussi modéré - à la tête de l'Etat libre du Jura, dont il sera chassé par son chef de la police. En exil à Londres, il choisit l'immodération de la boisson. La compagne a vieilli, la fille s 'est assagie. La modération pour ce qUI touche aux autres et l'immodération personnelle mènent notre homme en purgatoire. C'est dans les réalités de l'époque qu'Adamov a trouvé la matière de sa pièce. Son humour grinçant fait le reste. Le pnx de la révolte au ma~ché nOir de Dimitri Dimitriadis (Théâtre de la Commune-Aubervilliers). On répète Shakespeare au théâtre. Les -bruits de certaines manifestations de mai dernier parviennent jusqu'aux comédiens. On s'interroge sur le sens même du ' théâtre moderne. Arrivent la reine de Grèce et son fils: on évoquera l'assassinat du député Lambrakis au théâtre. La reine montre « comment on gouverne un pays ». Elle dansera sur le corps d'un manifestant. avec le directeur du théâtre qui reste « intégré» au système La caricature est parfois exagérée, « facile». C'est d'autant plus dommage ,que la pièce était bien bâtie et qu'on n'ou bliera pas de sitôt cette reine burlesque et son fils que les colonels d'Athènes ont gardé pOUl: roi. Jacques TENESSI les arts Hommage à Yvonne Mottet Pour Yvonne Mottet, il n'était pas d'autre éternité que l'insertion de sa vie, de son oeuvre, dans la suite infinie des progrès humains. «Il faut s'efforcer, disait-elle, d'être un maillon de la chaîne. )} Rien n'est bouleversant ,comme la splendeur de l'exposition qu'elle a préparée avant de mourir et qu'elle n'aura pu voir en place, au musée d'Orléans. Yvonne Mottet était née à Lyon, en 1906. Elle vient de mourir le 12 septembre, à Montmartre, dans tout l'épanouissement de ses dons créateurs. « Elle a peint jusqu'à son dernier soufJ1e ... )} Ses oeuvres récentes atteignent à une intensité impressionnante des vibrations colorées. La force inouïe des contrastes correspond ici à l'émerveillement pevant le monde, à la profondeur du sentiment ou de l'èmotion. Don suprême du grand peintre : la beauté de ses toiles nous communique une joie. une espèce de vie ardentes. Yvonne Mottet a su ' prendre parti jusque dans s~ peinture pour -les opprimés. Te! est d'ailleurs le titre de l'une de ses oeuvres marquantes. Elle n'a cessé de s'élever contre le racisme. A l'exposition d'Orléans, Bernard LorJOU, le compagnon d'Yvonne présente justement un ensemble de peintures belles et . violentes entre toutes. Ml\is toute la peinture de Bernard Lorjou n'est-elle pas un combat sans merci contre la guerre, y com pris la guerre bactériologique, contre le racisme et l'oppression? Au cours du voyage qu'il fit aux EtatsUnis au printemps dernier, Lorjou qui avait déjà témoigné en 1964 contre l'assassinat du Président Kennedy, réalisa une lithographie contre l'assassinat de Martin Luther King. Cette oeuvre fut diffusée avec le concours de Mme Martin-Luther King, et du mouvement pour la libération des gens de couleur. .. Les photographies admirables de Daniel Frasnay ont leur place à l'exposition. Frasnay a su fixer devant nos yeux la présencemême d'Yvonne, avec les expressions qui lui étaient familières, la gravité du regard, le sourire ... Il faut l'en remercier. Juliette DARLE ( a:: ci Custer, l'homme cinéma de l'ouest Au lendemain de la bataille de Potomac. Custer, général victorieux qui refuse la vie sédentaire. est envoyé en garnison près des réserves indiennes, au moment où commencent la ruée vers l'or et donc les problèmes de territoires. de légalité, de traités. d'humanisme et de racisme. Le réalisateur de Custer l'homme de l'Ouest a conservé la légende du défricheur et du guerrier, mais il a fait de son héros un homme condamné par les nouveaux prol;llèmes d'un monde nouveau. Pour mieux le situer il l'a entouré de deux officiers qui symbolisent l'un l'impérialisme et le racisme brutaux (( Un bon Indien est un Indien mort)l dit-il). l'autre la légalité et l'humanisme bourgeois : des accords ont été signés entre deux races, ils doivent être respectés. Mais ni l'un ni l'autre ne suscite la moindre sympathie (ni antipathie) à sa . cause. Lorsque Siodmak cantonne son héros dans sa situation d'homme de guerre, il montre avec force la machinerie qu'est la colonisation, qui utilise d'abord l'homme en tant qu'instrument guerrier et incarnation de valeurs sociales, puis l'abandonne pour des moyens plus perfectionnés tels que les trains blindés. Hélas. il insiste trop, par des discours à peine transposés et laborieux, sur l'Amérique d'aujourd'hui, lorsque Custer fustige les racistes : « Ce n'est pas un problème indien, c'est un problème blanc)l (et le spectateur d'accrocher : ce n'est pas un problème noir ... ). et la colonisation : Il L'invasion des terres indiennes profite à certains)l (et le spectateur de penser au Vietnam). Ces discours sont heureusement de courte durée. et il reste de très belles chevauchées, des batailles poussiéreuses à souhait. des cercles infernaux dont· il ne ressort aucun vivant. et surtout trois séquences vertigineuses, des fuites, qui sont aussi des chutes, qui ponctuent le film et eh disent plus long sur la violence, légale ou non, que tous les discours. Michèle DESCOLONGES. ~OIT ET LIBERTE - N° 276 - NOVEMBRE 1968 les disques Chants révol ution na ires C'est sous ce titre que le « Groupe 17», présenté par notre ami Max-Pol Fouchet réunit chez Le Chant du Monde (LDX 74335) quinze chants rèvolutionnaires de tous les temps. Voix chaudes et vibrantes, sélection rigoureuse, textes de valeur, - de Montheus à Maiakowski -, tout concourt à faire de cet enregistrement un document de valeur. Chez le même éditeur. je n'aurai garde d'oublier : les Chants de la révolution cubaine (LDX 4288). Douze chants qui, depuis le 1" Mai 1961, date de la proclamation de la République Socialiste Démocratique Cubaine, sont devenus des classiques. Le récent appel de l'actualité sur le Portugal, avec la maladie du président Salazar, éclairera d'un jour nouveau les seize « Chants de Lutte» du Portugal-Angola présenté par LUIS Cilia qui, sur sa guitare, nous fait ressentir avec beaucoup d'émotion et de suggestion les tourments et l'espoir de ces hommes qui luttent pour leur liberté (Chant du Monde 4308 LDX). Puis, seul document indiscutable sur ce sujet, l'enregistrement présenté par Madeleine Riffaud des Chants des maquIs du Viêt-Nam (Chant du Monde LDX S 4316) : ce sont de vrais témoignages sans astuces techniques, pris sur le vif dans les maquis, lors des longues marches dans la jungle du Sud Viêt-Nam. Les racines musicales de ces chants sont profondément ancrées dans l'irremplaçable fond de folklore ancestral et ces documents qui datent maintenant de trois années gardent toute leur force et toute leur opportunité. Dix-neuf chants, dont le plus émouvant est sans doute cette ronde d'enfants : « les oiseaux» brutalement interrompue par les images sonores des bombardements américains, Pour conclure sur une note plus paisible et purement artistique, je signale à nos amis lecteurs que la souscription des 7 svmphonies de Prokofiev (six disques, l'intégrale des symphonies du grand maître russe. dirigées par Guennadi Rojdestvenski, 165 F au lieu de 209,40 F) est prolongée jusqu'au 15 janvier 1969. Ce sera l'une des plus brillantes souscriptions de cette fin d'année 1968, un apport irremplaçable en nos discothèques où ces symphonies manquaient dans leur ensemble (Chant du Monde). Bernard SANNIER-SALABERT. [J] la télévision Treize telles nations qu'elles se voient Faire un auto-portrait n'est pas ChOSE aisée, surtout s ' il est destiné à être diffusé a travers le monde. On peut se prendre au sérieux ou sourire, se photographier ou faire une caricature. Treize nations d'Europe, invitées à faire leur portrait pour la télévision avaient ce libre choix : cela a donné l'exceptionnelle série « Visages d'Europe Il réalisée sur une idée du producteur anglais Anthony Hoyland. Déjà la moitié de ces émissions ont été diffusées. (II semble que le déroulement des jeux de Mexico ait retardé la prOÇlfam matlon de la suite.) Mais nous pouvons dire que l'expérience méritait d'être tentée. !\Jous avons vu des séquences très diverses

la Bulgarie par exemple voulant

tout nous dire d'elle et de son évolution récente, en trente minutes. Elle nous a offert ses paysages et ses vedettes du football ou de l'aviation, un papillonnement d'images de Sofia à Varna en pas· sant par Plovdiv et la vallée des Roses : comme une vaste mosaïque multicolore. La Roumanie avait opté pour la même Formule panoramique, mais assaisonnée

J'une pointe d'esprit latin. Quant à

l'Allemagne, elle a choisi de nous presenter le citoyen allemand sur le mode humoristique et sans aucune indulgence pour ses grands et ses petits travers; tandis que l'Angleterre a dit avec un humour plus froid ce que devenait le légendaire individualisme britannique assiégé par le modernisme ... Nous ne verrons pas la séquence fran çaise puisque selon les termes de l'accord de production les portraits sont destinés à l'exportation . Nous savons seulement que notre pays a présenté un reportage de Hubert Knapp et Jean Claude Bringuier sur un petit villaÇJe tvpi que, sorte de « micro-cellule » de la France : Terrasson, en Dordogne. « Visages d'Europe Il reflet de la diversité des nations du vieux continent est sans doute une petite contribution à une meilleure connaissance et. partant. une meilleure compréhension entre les hom mes. Ce genre de compétition télévisée qui mériterait d'être renouvelée régulièrement et gagnerait à être ouverte au monde entier, a le mérite supplémentaire de permettre d'apprécier des styles très variés de télévision Jean CONTE. 3 ' 32 .. - sç # GER WHITE ONL't Melvin van Peebles est un écrivain noir américain, installé en France depuis plusieurs années déià. Son livre « Le Chinois du XIVe» est moins un roman qu'une suite de nouvelles reliées par un argument formel : dans un bistrot parisien, pendant une panne de courant, les habitués peuplent 1'0 bscurité en racontant chacun une anecdote vécue. Voici , extrait du « Chinois du XIVe», avec l'aima.bl.e auto. risation des éditions Jérôme Martineau, le « Conte du RIcaIn nOIr ». LE CONTE DU RICAIN NOIR J E suppose que les gens la trouvent étrange, ma réponse. C'est- à-dire, si je pouvais faire un voeu, qu'est-ce que ça serait? J'aimerais bien un million de dollars, ça, c'est vrai, et j'ai envisagé la courbure du train arrière de B.B., tout comme n'importe qui. Et je n'ai rien contre une bonne cuite non plus. lVIais quand même, mon premier voeu, j'ai une idée que ça serait de retourner à Chicago, au quartier noir, à la barbiershop de mon grand-père, pour une demi-heure. Tu sais ce que je voudrais y faire? Tu sais pourquoi je vou drais retourner dans la barbiershop de mon grand-père? Je voudrais me joindre aux discussions sur l'Etat le plus long des . U.S.A. , voilà. A ce moment-là. les gens me disent toujours : « Hein?» C'est-à-dire, ils ne comprennent pas, et toi, je suppose que tu ne comprends pas non plus. Voilà : dans la barbiershop de mon grand-père, autrefois, quand j'étais un gosse, le grand sujet des discussions des vieux messieurs qui se réunissaient 1 à toute la journée, c'était sur le problème : quel Etat c'est, le plus long? Ils étaient d~isés en deux fonctions : les californiens, ceux qui disaient California, c'est l'Etat le plus long, dirigés par M. Johnson de La Bretelle-Rouge, et les texiens, dirigés par IVI . Abernathy du GOÎtre-au-Cou. Les discussions duraient des heures. Certainement, le sujet c'était quel Etat c'est le plus long, mais les discussions, elles n'étaient pas limitées rien qu'à ça . Ils parlaient de toutes sortes de choses. Un fait que peut-être tu peux trouver curieux, c'est qu'il y avait un almanach sur l'étagère au-dessus des piles de serviettes propres pour la figure. Je l'ai vu moi-même des tas de fois quand j'allais chercher quelque chose dans le placard. Sûrement, dans l'almanach, il y avait l'information mécanique sur les longueurs et les largeurs des Etats, information qui pouvait conclure une fois pour toutes quel Etat c'est le plus long. MAIS , comme j'ai dit, les discussions dans la barbiershop de mon grand-père, ça ne se passait pas comme ça, et l'almanach, il restait toujours audessus des serviettes, pas touché. Et je suis sûr qu' il serait encore là, pas touché, !,auf que la barbiershop a été vendue depuis longtemps et changée en restaurant qui a fait faillite, et après en disqueshop. Et depuis longtemps aussi, grandpère, frère Johnson, frère Abernathy, frère Weston des Trousde- Nez et les autres sont morts. En tout cas, c'est ça que je ferais si j'avais un voeu, je retournerais dans la barbiershop de mon grand-père. Bien sûr, je serai grand, comme je suis maintenant, pas un gosse comme j'étais alors, avec seulement le droit d' être vu et pas entendu. La première chose que mon grand-père m'a dite quand il m'a donné mon premier emploi dans la vie, c'était : « Fils, tu es ici pour cirer les chaussures. Ferme ton bec. lVIets pas ton museau dans les conversations des grandes personnes. » Je ne sais pas pourquoi, mais ça serait l'été. Ils seraient tous là assis, grand-père aurait un vrai client dans un des fauteuils de coiffeur et quelqu'un ferait salon dan,s l'autre. Les deux bancs contre les murs seraient garnis et peut-être DROIT ET LIBERTÉ - N' 276 - NOVEMBRE 1968 quelqu'un serait assis sur l'estra de du cireur et le moi-gosse mettrait le vieux polish sur ses chaussures. lVIoi -de-maintenant, je m'assoirais aussi. Je les laisserais parl er. Et puis, quand il y aurait un ange dans la conversation : - Ah! C'est pas Californ ia et c'est p.as Texas non plus, c'est ni l'un ni l'autre, l'Etat le plus long. Ils sentiraient venir une histoire. - Non, je continuerais, c'est pas California ou Texas. L'Etat le plus long de l'Union, c'est Virginia. Les gens croient que Virginia , c'est un assez petit Etat, mais moi, je vous le dis, c'est pas vrai. Virginia , c'est l' Etat le plus long. Il y aurait du silence, sauf peut- êt re une auto-haut-parleur qui passerait dans la rue en faisant la réclame pour un bal samedi prochain et le zzzzzz zzzzzz d'une mouche essayant de quitter le papier tue-les-mouches qui l'avait invitée si déli cieusement quelques secondes avant. - Une fois, quand j'avais dix-huit ans, j'ai habité une année dans l'Etat de Ouest-Virginia ... - Mais, il y a une seconde, tu disais Virginia , pas OuestVirginia, interromprait sûrement M. Johnson, qui n'avait nas beaucoup de patience. - Laissez-le parler, je suis sûr qu'il sait bien ce qu'il dit. quelqu'un d'autre tâchera it de faire taire IVI . Johnson. - Bon, en tout cas, comme j'ai dit. j'ai habité une année en Ouest-Virginia , quand j'avais dix-huit ans. J'étais à l'école là bas. Bien, comme vous savez, Ouest-Virginia, c'est assez dans le Sud, et les écoles et tout ça, comme l'Université où j'étais, c'était ségrégé, mais quand même, on peut s'asseoir où on veut dans les transports publics. IL Y aurait pause. Pastèques 1. .. Pastèques 1. .. le pastèqueman passerait dans la rue en chantant son cri et en vendant ses tranches de pastèques glacées. Pastèques 1. .. Pastèques 1. .. - Eh bien, c'était Noël, et naturellement je revenais ICI , à Chicago, pour passer ces jours de f ête avec mes mère et père. J'ai monté dans le tra in à Charleston, Ouest-Virginia . C'était la première fois que je prenais un train pour aller vers le Nord. C'était la tête de ligne et la micheline n'était pas encore chauffée. Le zzzzzz zzzzzz de la mouche aurait presque cessé maintenant, peut-être encore u-n peu par faibles intervalles. Et peutêtre la voix du pastèqueman dans la rue de nouveau monterait puis descendrait quand il repasserait dans l'autre sens. - J 'étais avec un autre étudiant qui était de Chicago aussi. Son nom était Henry Sitwell. Je n'oublierai jamais où on était assis. C'était au milieu de la micheline, sur le côté droit. J:étais du côté de la fenêtre et lui du côté du couloir. En tout cas, comme j'ai dit, la micheline n'était pas tout à fait chauffée. J'ai ôté mon pardessus et je l'ai mis sur moi comme une couverture - sur ma t ête aussi, parce que, avec la lumière en plus... Souvent je couche avec la couverture sur ma t ête. Je crois que je suis tombé endormi tout de su ite. Peut- être même avant que le train ait quitté la gare. Soudain, je me suis réveill é. Peut-être c'est pas soudain, mais en tout cas, tout à coup, j'étais réveillé. Et j'avais chaud, mon Dieu! Et aussi, je suffoquais. ~ 33 Pourquoi? Connaissez-vous ce magazme qw... n'est pas comme les autres ? Edité par la Ligue Française de l'Enseigne~ent et de l'Education Permanente, « POurqUOI? )) traite, chaque mois, de sujets variés, ~an~ ~ esprit de progrès et de rigoureuse ObjectIvIte qui sont la marque de l'idéal laïque. Présenté avec beaucoup de goût, d'un format très pratique, rédigé par une équipe de journalistes dynamiques, « Pourquoi?)) vous propose 1 2 8 pages de lecture passionnante. Abonnement : 18 F. (CCP Paris 1 282 -5 2 ). Spécimen gratuit sur simple demande, ,en vous recommandant de (( Droit et Liberté )). « Pourquoi ? )). 3, rue Récamier - Paris-7e . LES ÉOITIONS OU PAVILLON Directeur-Gérant : Roger MARIA 5, rue Rollin, PARIS-58 - Tél : 326-84-29 En souscription : 34 Joao MENDES LA REVOLUTION EN AFRIQUE - PROBLEMES ET PERSPECTIVES - Préface de Jean SURET-CANALE Directeur adjoint du Centre d'Etudes et de Recherches Marxistes Documentation sur demande Les Editions du Pavillon peuvent vous envoyer leur catalogue et vous tenir au courant de leurs activités. Nous examinons avec attention tout manuscrit qui nous est adressé. PARUTIONS RECENTES : • Goorp,cs OR Y. President du Cercle Ernest Renan. Le Christ et Jésus, Préface d'Hen ~iet~ ~_................. .. . .. 9 • Les femmes, la vic el l'amour. (Rapports et oebats in-extenso de la Semaine de la Pengée marxiste il Bruxelles ...... _ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 16 F • Andrê MAUROIS. de l'Académie française: De la morale m~d~ale - D,iscours aux médecins. Avec une lettre liminaire du Professeur Robert OEBRE. de l'Academie ~es SCiences: Un ouvrage, ~e luxe (tira~e limité) de quatre-vingts pa~es. format 13 x 18. couv~rture papier ~açon bOI S. texte sur veh.n teinté azur et vélin créme. impression en noir et laque anglaise. reproduction en gravure sur bOIS d'un caducêe ancien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 12 F • JacQues FINER PARAF Les brumes de l'ete. Nouvelles traduites du yiddish. Preface de ~i:rr; • Joël WEISS. A r école de l'amitié. Preface de Silvia Monfort . Diffusion pour MM. les Libraires ODEON-DIFFUSION, 24, rue Racine, PARIS-6' 8 F Le conte du Ricain noir (Suite de la page 33) VOUS voyez, le train, il commençait à rouler et à chauffer et tout ça, hein? Et j'étais entièrement couvert par cet énorme pardessus, Ma tête, les mains, tout, Eh bien, naturellement, la première chose que j'ai faite, c'est que j'ai retiré le pardessus de sur ma tête pour respirer, J'ai eu presque une attaque, Je l'ai ramené sur ma tête. Vo~s savez pourquoi? Vous savez ce que j'ai vu? C'était, la n,U1t, peut-être deux heures ou trois du matin, et dan~ la micheline, c'était tout noir, sauf une plaque éclairée tout au fond, audessus de la porte, Et vous savez ce que cette plaque audessus de la porte d'entrée des voyageurs disait? Elle disait POUR BLANCS SEULEMENT, _ Au début, je me dis: « J' ai un cauchemar, » Mais je n'ai pas pris de risque, Sans sortir ma main de la couverture ni rien , j'ai fait une sorte de télescope avec une manche de mon pardessus, et j'ai regardé encore, C'était bien ça : au bout de la manche, il y avait « Pour blancs seulement», C'était un cau chemar, oui , mais c'était pas en rêve, Petit à petit quelque chose m'est revenu , Le train ne montait pas directernllnt vers le Nord, Il faisait une sorte de détour et descendait dans l'Etat de Virginia, qui est tout à fait un Etat du Sud. Je ne sais pas, Sans doute, quand le train est arrivé à la frontière des deux Etats et que le contrôleur est passé pour dire que tous les Noirs sont obligés de sortir et d'aller dans un wagon spécial. moi, parce que j'étais tout à fait couvert par ce pardessus, il m'a manqué. En tout cas, j'étais là-dedans, Tout à coup, je me rends compte de la présence de quelqu'un qui respirait régulièrement à côté de moi, et je me souviens de Sitwell, l'autre garçon avec moi: Je le pousse du coude, Il ne se réveille pas, Je le pousse encore, Pas de réponse. Je crois que je me suis oublié, je l'ai secoué avec mes deux mains et la couvertur~ a glissé de ma figure, Il a grogné et s'est retourn? ,vers mo! dans son sommeil. C'était une femme blanche. Jal ramene d'un coup mon pardessus sur ma t ête. « Seigneur, Seigneur, j'ai prié, empêche-la de se réveiller! » Le Seigneur m'a écouté, Elle ne s'est pas réveillée, Elle a posé sa tête sur la partie du pardessus qui couvrait mon épaule. Elle a ronronné contre moi, elle a mis son bras en ,travers de ma poitrine, Sa respiration est redevenue lente et regulière, On était là, joue contre joue, séparés seulement par mon pardessu's : on était là, dans le milieu de la nuit, en Virginia. J 'étais là, sous mon pardessus. suant chaud Ilt froid. ENVIRON un million de ~iles plus tard", Le prochain matin. Maintenant on etait dans le Nord, Je sortis finalement de sous mon camouflage, La dame sauta sur ses pieds et changea de place, Elle aurait crié, mais I~ plaque au-dessus de la porte « Pour blancs seulement» avait été retirée, J'arrêterais la de parler, Je n'aurais pas besoin de continuer. Ils connaîtraient tous la suite, L'humiliation et la peur, .lIs connaissaient tout ça , Ils pouvaient tous imaginer com bien de fois pendant que j'étais sous mon pardessus, j'ai ,en.~e~d~ la femme crier : « Au nègre! Au viol! », combien de fOIS J al du sentir que j'étais battu, que le tra in s'arrêtait, que j'étais traîné hors de la micheline, torturé, châtré, brûlé, pendu. Il y aurait du silence. Et alors, quelqu'un dirait : , _ Je crois que peut-être, l à, tu tiens quelque chose, OuaiS, je pense, Virginia, c'est peut- être bien l'Etat le plus long, au fond, Je ne sais pas, je voudrais racont er ça à quelqu'un. En tout cas, si j'avais un voeu, c'est ça que je demanderais: retourner à la barbiers hop de mon grand-père, LA VIE DUM.RAI? deux cOlDDluolqués PO, LOGNE: L'EMOTION DES ANTIRACISTES BIAFRA: POUR UNE PAIX JUSTE NOVEMBRE 1968 - N° 276 Le Bureau National du Mouvement contre le Racisme , l'Antisémitisme et pour la Paix (M ,R.A.P.) a, au mois de mars dernier, exprimé « son inquiétude et son appréhension devant certaines campagnes et mesures prises à l'encontre de citoyens polonais d'origine juive » et demandé « aux autorités de la République Populaire de Pologne de prendre toutes mesures nécessaires pour empêcher tout ce qui peut favoriser de 'telles discriminations », indiquant qu'il y avait là « un risque certain de réveiller un courant antisémite », Des informations et témoignages recueillis depuis, il ressort que des juifs nom breux ont été suspendus de leurs fonctions publiques, politiques, administratives, gouvernementales, ou plus !;implement professionnelles: qu'il en résulte un climat de suspiscion généralisée à l'égard des juifs, qui vivent désormais en Pologne dans l'incertitude et l'inquiétude, Leur avenir semble compromis . dans ce pays où naguère ils connurent les persécutions de l'ancien régime fascisant, avant que les abominables massacres hitlériens ne viennent anéantir la plus grande partie de leur communauté. Les juifs qui survécurent et qui demeurèrent en Pologne ou qui y revinrent après avoir pris part à tous les combats pour libérer l'Europe de l'oppresseur nazi, ont donné maintes preuves de leur attachement à la Pologne nouvelle, Il serait douloureux de les voir collectivement rejetés de la communauté polonaise et faire ainsi les frais d'unetflambée nationaliste qui ne peut que nuire à la Pologne toute entière. Le Bureau National du M. R,A, p" dont plusieurs membres ont pu constater sur place les efforts déployés par les autorités polonaises pour rompre, après la deuxième guerre mondiale, avec un passé d'oppression antisémite, décide de faire une démarche auprès de Monsieur l'Ambassadeur de la République Populaire de Pologne en France, pour exprimer l'émotion des antiracistes de notre pays devant une situation profondément intolérable, Profondément ému par l'atroce guerre civile qui se poursuit au Biafra et qui soulève la réprobation mondiale, le Bureau National du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M , R,A, P. L en appelle à toutes les puissances impliquées directement ou indirectem ent dans ce conflit et leur demande de faire cesser le massacre des innocents., Le sort de ce pays est un des épisodes sanglants et inhumains du drame beaucoup plus vaste des pays du Tiers-Monde confrontés, dans le contexte de la guerre froide, aux problèmes légués par le colonialisme qui continue, par personnes interposées, à défendre ses propres intérêts économ iques, Le Bureau Néltional du M, R,A, p, insiste pour que soit recherchée rapidement et loyalement une solution négociée ouvrant pour toutes les populations en cause la perspective d'un libre épanouissement dans la paix, Ces deux résolutions ont été adoptées par le Bureau national é sa réunion du 3 octobre 1968. LES (( 4 A";)) DU SAMEDI Nos nouveaux locaux, 120, rue Saint-Denis, permettent. comme nous l'avons annoncé d'organiser des activités culturelles. A partir du 23 novembre, conférences-débats, rencontres avec des écrivai.ns et artistes, auditions et projections auront lieu chaque samedi de 16 â 19 heures, Au programme des premières séances : sport et ra cisme, le Biafra, l'antisémitisme aujourd'hui, l'affaire Lammerding. le sous -dévelopoement. les Antilles, etc, Faites vos suggestions. Venez nombreux. (Renseignements au siège du M.R.A.P. Tél. : GUT. 09A7) Prochainement : ouverture d'une bibliothèque, DROIT ET LlBERTË - N° 276 - NOVEMBRE 1968 35 LA VIE DU MRAP. ~ONFÉREN~E DE PRESSE A NANTES MOIS-~I Semaine du 11 au 16-11 : Exposition sur le racisme à la M.J.C. de Neuilly. 13-11 : Conférence-débat sur le racisme, animée par Roger Maria, à la M ,J.C. de Maromme (Seine-Maritime). 15-11 : Débat animé par Sally N'Dongo à la M.J.C. de Neuilly, à la suite du film l'Afrique des banlieues. 16-11 : Signature de livres à la M .J. C. de Neuilly. Pierre Paraf y participera. 22-11 : Albert Lévy et Moktar Allab présenteront le M . R.A. P. à Houilles (31, rue Condorcet) au Mouvement « Jeunes Femmes». 27-11 : Débat à la M.J.C .. de LivryGargan, animé par Henri Citrinot sur « La Crise du Moyen-Orient ». T E comité du M.R.A.P. de Loire-Atlantique a organisé, le 10 octobre à Nantes une conférence de .L presse, destinée à faire connaître sa création et ses projets. Michel Plé, président du comité et Albert Lévy, secrétaire national du Mouvement .. ont tour à tour exposé l'action du M.R.A.P. et répondu aux questions de l'assistance. Les journaux nantais, Ouest-France, l'Eclair et Presse-Océan ont publié, le lendemain, de copieux comptes rendus. De nombreuses personnalités de toutes tendances et représentant les milieux les plus divers ont accepté de donner leur patronage au comité départemental. Plusieurs étaient présentes à la conférence de presse, où l'on reconnaissait notamment M. Chauvel, conseiller général, adjoint au maire de Nantes, et représentant celui-ci; Mme Gandemer, conseiller général, maire de Vieillevigne; les professeurs Piegeon et Descuns ; M. Gluck. représentant M. Sexer. président de la Communauté israélite ; l'abbé Gravouille : M. Raduf. secrétaire du comité catholique de lutte contre la faim: M' Pascaud ; des représentants de la Ligue des Droits de l'Homme. et de plusieurs autres associations. Animé par MM. Michel Plé et Henri Crusson. Mmes Josette Dussaud et Josiane Tisserat. le comité de Loire-Atlantique a déjà établi des contacts dans les principales villes du département. Il prépare des conférences. projections et expositions dans les Maisons de Jeunes, une soirée folklorique, et se consacre activement à la diffusion de Droit et Liberté. 17 noveJDbre . réunion du ~onsell National Le Conseil National du M. R.A. P. se réunira le dimanche 17 novembre à Paris, au siège du Mouvement. A son ordre du jour figurent notamment les points suivants : examen des aspects actuels du racisme et de la lutte antiraciste; réalisation de l'enquête su r les travailleurs immigrés ; diffusion de « Droit et Liberté». • Pierre Paraf. président du M .R.A.P., a pris la parole à l'assemblée de l'Union Générale des Travai lleurs Sénégalais, le 26 octobre, à Paris, sous la présidence de notre ami Sally N'Dongo. • Charles Palant. secrétaire général, représentait le M . R.A. P. , le 29 septembre, à la cérémonie des sociétés mutualistes juives, à Bagneux ; le 19 octobre, à la conférence des Amis de la Presse Nouvelle; le 24 octobre, à la réception organisée à Paris pour l'ouverture du Bureau d'information du Front National de Libération du Sud Vietnam. • Me Manfred Imerg lik, membre du Bureau National du M .R.A.P .. a participé, le 9 octobre, à la « table ronde» organisée par « Monde Uni » sur les Droits de l'Homme, avec le concou rs de diverses associations et personnalités. BULLETIN D'ADHÉSION " et désireux de soutenir l'action pap PRESIDENT D'HONNEUR: Léon LYON-CAEN (Pr.· mler Président Honoraire · de la Cour de Cèssa· 1 b d D' L'b' tian)' PRESIDENT: Pierre PARAF ' SECRETAIRE Approuvant e corn at e « rOlt et 1 erte GENERAL : Charles PALANT, ' contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. COMITE D'HONNEUR Bâtonnier Paul ARRIGHI. Georges AURIC , Claude AVELINE, Robert BALLANGER, Roger BASTIDE, Jean CASSOU, Aimé CESAIRE, Diomède CATROUX Charles de CHAMBRUN, André CHAMSON, Pierre COT, Docteur Jean DALSACE, Louis DAOUIN, Hu· bert DESCHAMPS, Henri DESOILLE, Michel DROIT, Pasteur André DUMAS, Adolphe ESPIARD, Henri FAURE, Max·Pol FOUCHET, Marcel GROMAIRE, André HAURIOU, Charles·André JULIEN, Alfred KASTLER , Joseph KESSEL, Alain Le LEAP, Michel LEIRIS, Jeanne LEVY, Darius MILHAUD, Théodore MONOD, Etienne NOUVEAU, Jean PAINLEVE, Jean PIERRE·BLOCH, Marcel PRENANT, Alain RESNAIS, Emmanuel ROBLES, Françoise ROSAY, Armand SALACROU, Jean·Paul SARTRE, Laurent SCHWARTZ. Jean SURET·CANALE, Jacqueline THOME·PATENOTRE, Général Paul TUBERT, VERCORS, Dr WERTHEIMER. Robert ATTULY. Vincent AURIOL. Georges DUHAMEL, Yves FARGE. Francisque GAY. Jacques HADAMARD, Georges HUISMAN. Jules ISAAC. Frédéric JOUOT·CURIE, Jean LURÇAT, André MAUROIS, Amiral MUSEUER, Marc SANGNIER, André SPIRE. Chanoine Jean VIOllET. J'ADHERE AU !\I1.R,A.P. Nom .. " . .. ......•.. , Prénom ,., .. " .... , .. . .... . . , ... , .. , . Profession .. . Adresse .. ... . Je vous envoie, à cet effet, la somme de (1) . Je souhaite (2) : • recevoir une documentation complète sur le M.R.A_P. • être invité à ses réunions et manifestations, • participer à l'un de ses Comités locaux ou professionnels. Le montant de la carte d'adhésion (à partir de 5 francs) est laissé à l'appréciation du souscripteur, selon ses possibilités, compte tenu de la nécessité d'apporter le soutien le plus efficace à l'action du M,R.A.P. MOUVEMENT CONTRE LE RACISME, L'ANTISÉMITISME ET POUR LA PAIX (M.RA.PJ ... - _____ 120, rue Saint-Denis - Paris (2") - Téléphone : 488-09-57 - C.C.P. : 14-825-85 Paris ______ ... 36 LE ~ON~OURS D'ABONNEMENTS A DROIT & UBERTÉ En quatre mois, vous pouvez recueillir de nombreux abonnements, C'est en effet le 1 er mars prochain que se terminera le concours C'est .actuellement Madame Fanton, d~ Pans, qUI est en tête des participants avec 20 abonnements recueillis. . Le sera-t-elle encore le mois prochain? Cela de pend de vous. LE TIRAGE DES BONS DE SOUTIEN Le .tirage des Bons de Soutien du M.R.A.P. aura .I,leu comme prévu le dimanche J 7 novembre a~ siege du ~ouvement à 12 h 30, après la seance du matm du Conseil national (1). MIlle cadeaux, rappelons-le, seront répartis entr~ ~es souscripteurs, notamment : un poste de televlSlon en couleurs, un voyage de deux semames en Turquie ou en Tunisie deux sem.ai~es de séjour-relaxe dans une 'station pyre~eenne , un électrophone, une caméra, etc. . Hat~z-vous donc de régler vos Bons de SoutIen -:- en retournant les talons pour le tirage. Ou d. en commander un ou plusieurs carnets supplementaires. Le carnet de 5 Bons de Soutien: 10 francs (I) Les années précédentes, le tirage avait généralem~ nt heu au cours d'un gala. Mais celui-ci a été reporte en ~alson de l'exposition-vente de tableaux fixee au 3 decembre (voir page 25), IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIWIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII AUX OBSÈQUES DE BERNARD LE~A~HE Les obsèques de Bernard Lecache, pré~ident de la L.I. CA (Ligue Internationale contre le Racisme et l'Antisémitisme) ont eu lieu le 24 octobre au cimetière Montmartre. Le M. R.A. P était représenté à cette cérémonie pa~ une délégation de son Bureau National composée de Charles Palant, Mokta~ Allab, Armand Dimet, Marie-Louise Kahn, Albert Lévy et Charles Ovezarek . DROIT ET LIBERTÉ - N° 276 - NOVEMBRE 1968 , 1N ITIATIVES ... PRÉJUGÉS ET STÉRÉOTYPES o Ai:Je~:)~ t:~;~e~u:Charlesse:ed:eiate~~;~r:'ee~t Charles 19 février 2010 à 10:33 (UTC)a~r:r~~e;r~~lè:~o~~: ~:~:Charles 19 février 2010 à 10:33 (UTC) de~:i~~! I~: Charlest;~~e~n~~ 19 février 2010 à 10:33 (UTC)trail~e:o:?re d.e spécia!istes des sciences humaines qui se notion même de stéréotype et a' e'l 'd etabllr une deflnltlon précise et rigoureuse de la . ' UCI er son rapport à la nof 1 Jugé. Retenons simplement de leurs échanges que 1 d Ion p us commune de prémière

le pr~ju,gé ne revêt pas nécessairement la fo~ms:~~ns~r~~\CharlesS II~r~~ ~u~ la prepagne

de,. stereotypes, ceux-ci sont une expression articulièr ' ,. U. 1 S acc?mtemps qu Ils lui servent de pseudo-justification théOriqu~ . D'entré: ~~ j.~~e~g~ .enMmem l . e professeur au Collège d'Euro . , . eo ou ln, du stéréotype: ((une concePti~~ :~ p:e~~:n:. du ~o.lIoque, avait Proposé cette définition plus ou moins structurée, et le plus ~ouv:n~o:h:;~~: ~~u~se t~~ :au~sée: a prioristique, des groupes (locaux, nationaux, raciaux el" . a ec I~~t negatlve, concernant vidus appartenant à l'un ou l'a ut d ,r Igleux, SOCiaux, politiques, etc.) ou des indiII! jugement et les actes n, re e ces groupes, et affectant la perception, la pensée, Idées fausses. E,U,;;p~~I~OCharlesa~C~~t~:~~ l~x(Charles:;ee:~PdoeuCharles::c:~r Charles:~tmCharles 19 février 2010 à 10:33 (UTC)o~ec:~~:Charles:ea~~e Centre d ,education ~Ivlque européenne, entreprise il y a plusieurs années dé'à r mpagne i~::! Charleste~U ;~ire~uts19 février 2010 à 10:33 (UTC); iuestion des stéréot~pes nationaux, et pa/tic~l~èr~~;n~nCharles

~:~I~e~O~";rédhe:n:~ot~e!~ ~:nt~;~:;~:n~::~~:::at19 février 2010 à 10:33 (UTC):~:19 février 2010 à 10:33 (UTC):~i~iCharless:e~:~s:,~E~;19 février 2010 à 10:33 (UTC)

européen». Les conditions d'une connaissance plus ' 1 . , . . un « esprit lisations européennes étrangères furent dans ce con~~x~elreel'oebt Pt IUd~ objective des ci~i- Cep d t d l ' ..,' , je un examen attentif en an , au- e a des prejuges nationaux, le probléme d ' , .' manquer à cette ~ccasion d'être abordé dans toute sa généralité ~~ ;;~~e~t~iee:o~ea~o~:~~t et Il Hait clair qu en particulier le groupe important des t' , _ ...p, ~Ius spécialement l'action du M.R.A. P. et les lecteurs s :;e~:~teSe;a~:CharlesJ~u~ Interesse etre exclu de la discussion. e pouvait , C'est pourquoi notre ~e~tre de Liaison des Educateurs contre les Pré'u és raciaux IC.L.E.P.R.) avait accepte bien volontiers de répondre à l'invitation du C jt g , de. I~ Culture e~ participant à ces débats ; il y fut représenté par Mme ~~g~e ~~r~::n qUI It un expose sur les Il effets des préjugés nationaux et raciaux . r, pies 1), axé principalement sur le rôle et l'évolution des stéréotype dans la. VI~ des peude concentration nazis; par Raoul Dubois qui fut l' . t d' s au sein. es camps

Charles;s~ees e:~::t~~e d;e eltU~t~~ ~oOCharlesêl~Se.~téréotype:nCharless el~r Iitt~~:t~~em;:I~~I~njCharles:;::

le jeu des influences La question que j'y traitai fut celle de (( l 'd . . . chez l'enfant 1), Fidèle à la vocation du C L E ~ g:ne~e es préjugés raciaux et nationaux cipalement l'accent, essayant de démêl~r' da~s"lec est sur les premiers q~e je mis prin le jeu complexe des influences (familiales -.:.. religieusU;s Charles 19 février 2010 à 10:33 (UTC);~odneSe: Charless dev~~ppeme~r aUSSI, diffuse, du climat général de violence dan 1 me la 1) - ce e minant ce que l'école et 1 '. , . s equel poussent nos enfants). et exales contrecarrer. es organisations pen - ou extrascolaires peuvent faire pour Je ~'ai voulu donner ici, aux lecteurs de Droit et liberté ' sommaire de ce que furent ces j'ourne'es de re' fl . ' qu un aperçu très de'b orde sans doute leurs préoccupation eXlon. en .com,mun. sur un pro ble' me qUI. au regard des obj.ectifs de notre M s prop~es , mais q,UI a. nean~olns son Importance leur montrer l'intérêt pour l'éel' . ouvemendt, de ces reflexlons j espère avoir réussi à alrclssement es bases théoriques de notre action. Marc-André BLOCH Président du C.L.E.P.R. 37 t RENÉ (;ASSIN PRIX NOBEL DE LA PAIX Le Prix Nobel de la Paix a été attribué à René Cassin pour sa contribution à l'élaboration dOe la Déclaration universelle des Droits de l'Homme. Ainsi, une carrière tout entière vouée à la défense des Droits de l'Homme trouvera sa consécration. Nous présentons à M. René Cassin nos respectueuses félicitations. LE CARNET DE D.L. Naissances. Nous avons le plaisir d'annoncer la naissance de Mariam, fille de nos amis Ibrahima et Marie-Madeleine DIAKITE, collaboratrice du secrétariat du M. R.A. P. Nos cordiales félicitations et nos voeux les meilleurs. Nous avons appris avec joie la naissance de Sandra au foyer de nos am is Simon et Josette RABENBACH,. le 18 octobre 1968. Nous leur présentons ' nos félicitations et nos voeux. Nous avons le plaisir d'annoncer la naissance de Jean-Jacques, fils de Lydia et de Bernard KORSAKISSOK, responsable du service de publicité. Toutes nos félicitations et nos voeux les meilleurs. Mariage. Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage de nos amis Michel ROGUINSKY, président du comité du M.R.A.P. de Tours et Françoise MICHON, militante active de ce comité. Qu'ils trouvent ici, de même que leurs familles, nos félicitations chaleureuses et nos voeux de bonheur. Nos deuils Notre amie Renée Baboulène, membre du Bureau National du M.R.A.P. et secrétaire du C.L.E.P.R. (Centre de Liaison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux) a eu la douleur de perdre son père, M. René BABOULENE. Nous lui exprimons, ainsi qu'à sa famille notre affectueuse sympathie. Nous avons appris avec beaucoup de peine le décès de notre ami H. YANOWITZ, âgé de 53 ans, qui était l'un des animateurs du P.A.C.S. (Paris American Comitee to Stop War). Ce courageux militant américain de la paix et de la fraternité humaine avait maintes fois apporté son concours à notre action. Il avait récemment encore collaboré à la réalisation de notre dossier sur l'affaire RosenberÇJ, paru dans le dernier numéro de « Droit et Liberté». Nous exprimons à sa famille nos très sincères condoléances. (( GRIBOUILLE )) 60, rue Faidherbe Lille tél~ 55-03-05 38 le plus joli bal de fin d'année est le BAL DE L'UNION , DES ENGAGES VOLONTAIRES ET ANCIENS COMBATTANTS JUIFS le 24 décembre 1968 dans LES SALONS DU PALAIS D'ORSAY orchestre tzigane et attractions artistiques orchestre de jazz et ROBERT BAHR vedette israélienne de la chanson Réservez vos places dès à présent . U.E.v.A.C.J. ) 8, rue du Château-d'Eau Paris-loe - Tél. : 6°7-49-26 .Chez votre pharmacien La gérante : S. Bianchi Imprimerie La Haye-Mureaux COMBINIt MAILLE USS· EXTRA-SOUPLE Dlatrlbudoll : Sanaflle • Merci : NS, Bouly, 71, rue de Provellce,Parls·" . Tél. : 7 .... -67·59. DROIT ET LIBERTÉ - N° 276 - NOVEMBRE 1968 MATCH ROBES JERSEY JUNIOR 39 RAINETT vêtements de sport pour enfants: 23 rue du Mail, Paris 2e - Tél. 236-20-90

Notes

<references />