Droit et Liberté n°193 - octobre 1960

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°193 (297) de Octobre 1960
    • Que précautions soient prises (anciens nazis en Allemagne) par René Cerf-Ferrière page1
    • Seule la Paix (Algérie) par Albert Levy page1
    • Prétexte: le Congo, les racistes se déchaînent contre les peuples africains par Marie-Magdeleine Carbet page1
    • Mourmelon (camp "d'hébergements" d'algériens) par Oncle Tom
    • Scandale à l'Hôtel de ville de Paris, le conseiller municipal excitait aux pogromes sous l'occupation page2
    • Encore un raid antisémite rue F. Miron! page3
    • L'année de l'Afrique par Emile Tersen page4
    • Petit mémento africain (statut juridique des pays africains en 1960) page4
    • Blancs et noirs au jour de la vérité par Roger Maria page5
    • Tension persistante en Afrique du Sud page5
    • Le problème noir aux Etats-Unis à la veille des élections présidentielles par William Gardner Smith page6
    • Aux J.O. de Rome: triomphe de la fraternité par Robert Barran page6
    • Collaborateur principal deu chancelier Adenauer, qui est Globke? par M. Imerglick page7
    • Les juifs ne sont pas une race: une brochure de l'U.N.E.S.C.O. par Jean Recht page7
    • Riche moisson de films antiracistes pour la saison 1960-1961 page8:
      • Jiri Weiss: "Roméo, Juliette et les ténèbres" doit émouvoir et donner à penser par Christian Chery
      • Sidibé Moussa: "Demain à Nanguila" montrera la vie réelle dans le Mali d'aujourd'hui
      • Marcel Blistene: "Pitchipoï" vient à son heure par Albert Levy.
    • Un numéro spécial du "Courrier de l'U.N.E.S.C.O. sur le racisme page8
    • Une étude de Jean Comas: les enseignants devant le racisme. page11
    • Actualité de Barbusse par pierre Paraf page11
    • Noirs et blancs peuvent-ils s'entendrent en Afrique?: un débat sur le dernier film de Jean Rouch:"La pyramide humaine" avec Nadine, Denise, Landry acteurs du film et Mme Suzanne Vianès ethnologue page12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

UNE fols de plus, l'espérance est déçue

le drame continue, en Algérie.

Deux ans après le référendum, un an après la fameuse déclaration du 16 septembre, l'échec de Melun semble avoir bouché toutes les issues : rien ne laisse prévoir un proche dénouement. En dépit de l'évidente volonté de paix qui s'affirme dans l'opinion, sous des formes multiples, la septième année de guerre est sur le pOint de commencer. Ainsi, chaque jour, le sang coule, et la nation plie sous le poids des charges croissantes eXigées pour la poursuite du conflit. Et chaque jour nous voyons plus gravement bafoués les idéaux qui nous sont chers, chaque jour la haine marque des points. Sait-on, par exemple, qu'en plein Paris, des hommes ne peuvent circuler le soir ou se déplacer en voiture, que munis d'un permis spécial, renouvelé périodiquement ? Non pas en raison d'une culpabilité indivtètuelle ou d'une activité répréhensible

ils sont suspects parqe qu'Algériens.

Leur origine, leur « faciès » les désignent aux brimades et aux rafles. Des camps leur sont mèrves, où l'on entre sans savoir pourquoi, sans savoir quand on en sortira. Qui pourrait voir sans frémir, sans évoquer d'hallucinants souvenirs, les barbelés et les miradors de Vincennes ? Pourtant, ces discriminations journalières ne sont après tout qu'un aspect des atteintes à la dIgnité humaine que cette guerre porte en elle, irrémédiablement. De même, les rapports de la Croix Rouge Internationale, sur les camps de « regroupement » forcé en Algérie, ce qu'on sait des affaires Alleg, Audin, et maintenant Djamila Boupacha, tout cela ne constitue que des témoignages fragmentaires sur un mal aont on hésite à mesurer l'ampleur. Et voilà que ce précisent encore les menaces contre la démocratie. Tandis que les sanctions, le. interdictions, les saisies de journaux pleuvent sur les Français qui réclament la paix, les factieux complotent et s'agitent impunément, manifestent auteur de l'Etoile, mêlant les cris antisémites aux slogans antirépublicains, dans le plus pur style du 13 mai et du 6 février. Nous savons certes, que la guerre est cruelle de part et d'autre, et qu'elle prend, chez les combattants algériens, comme ce fut déjà le cas dans d'autres situations Albert LEVY. (Suite page 2.) N° 193 (297) - OCTOBRE 1960 0,75 NF 12 PAGES DIINrtE NUMERO: • Une moisson de films antiracistes. 1 nterviews de Que précaUtions soient prises ! Jiri WEISS, réalisateur de « Roméo, Juliette et les . Ténèbres» (p. 8). NON! La Résistance n'a pas la haine de l'Allemand. La Résistance ne souhaite pas que l'Allemagne soit mise au banc des nations. Son peuple, comme les autres peuples, a le droit de travailler et de jouir de la vie au grand soleil de la paix. Mais la Résistance doit veiller à ce que l'Allemagne d'aujourd'hui ne redevienne pas « l'Allemagne de papa ». Avec persévérance, elle s'est battue. Un article de René CERF-FERRIERE Ancien Président du Groupe de la Résistance à l'Assemblée Consultative Avec persévérance, elle cherche, elle retrouve les criminels. Avec persévérance, elle demande que précautions soient prises. Avec persévérance, elle exige que justice soit rendue. On lui avait promis. Hélas ! Trop de signes attestent chaque jour que le démon ronge encore de nombreuses personnalités d'Allemagne Fédérale. Il a fallu des mois, des années, pour que la voix de la Résistance fût entendue sur le cas Oberlander. Aveuglée par de sottes passions politiques, la grande presse, dite d'information, se taisait_ Alertée par la Résistance, l'Europe s'indigna. Le Chancelier Adenauer finit par reconnaître « qu'iOberlander était brun jusqu'aux os » et se débarrassa de ce ministre trop gênant. Combien de criminels nazis restent encore impunis ... LA Résistance française s'intéresse aujourd'hui plus particulièrement au cas d'un certain Lammerding, ex-commandant de la division « das Reich ». (Suite page 7) Marcel BLiSTENE, réalisateur de « Pitchipoï » (P. 9). Jean ROUCH, réalisateur de « La Pyramide Humaine » et trois de ses interprètes (p. 12). Gentils enfa nts de Drancy ... Une belle image de « Pitchipai » Préte:te: Le Congo Sidibé MOUSSA, interprète de « Demain à Nanguila » Les raCistes se déchaînent contre (p. 8. les oeuoles alricalns • Lire Barbusse, par Pie'rre PARAF (p. 11). ... « se retrouvera un jour, la tête fendue par une machette ou le corps criblé de balles. Un jour peut-être pas tellement éloigné. Et ce ne seront pas les Blancs Triomphe de la fraternité aux J.O. de Rome qui auront opéré cette oeuvre de salubrité publique. » Qui sera l'objet de ces attentions prévues par un observateur désintéressé de l'honorable « RivarOl » ? M. Lumumba qui est, « premièrement un voleur, deuxièmement un complice des plus affreuses violences, troisièmement un menteur, quatrièmement un imbécile ». C'est Georges Bidault soi-même (il doit s'y connaître) qui vous le présente (( Carrefour »). Des couplets de cette farine, vous en trouverez à chaque paragraphe d'une certaine presse. Un juge écrira, très docte, que les Noirs sont « des singes savants, perroquets monodisques ». Un autre, pour le prouver, dira finement que « les élites africaines soignent leurs personnages historiques, se « sucrent », se vendent au plus o!!rant ». Vous buterez dans « Nouveaux Jours » (garE~ à vos chaussures !) sur des : « Si le Noir est un HOMME, il est cependant un attardé ... ». Pourquoi cette levée de boucliers contre ce gibier de potence, même pas, ce vulgaire bétail ? Faut-il nécessairement baver sur ce que l'on méprise ? (Suite page 11) Une soirée à retenir: • L'année de l'Afrique, par Emile TERSEN (p. 4) . • Comment voteront les Noirs américains ? par W. G. SMITH (p_ 6)_ • Les enseignants devant le racisme, par Juan COMAS (p. 11). • Qui est Globke ? par M. IMERGLIK (p. 7. • «Blancs et Noirs au jour de la vérité », par Roger MARIA (p. 5). • ENCORE UN RAID ANTISEMITE RUE FR.-MIRON (p. 3). Dimanche 20 Novembre 1960 . C'est en effet le dimanche 20 novembre en soirée qu'aura lieu le Grand Gala Antiraciste organisé par le M.R.A.P. Cette année, comme chaque année, ce sera un magnifique spectacle de variétés, où nos nombreux amis se retrouveront avec joie. Il sera présenté par André CHANU, de la R.T.F., et des artistes connus de la scène et l'écran lui apporteront leur concours. Une rencontre au sommet ... du sport : le nair amencain John Thomas et le Soviétique Chalakadze, premier et second du saut en hauteur. (Voir en page 6 'l'a rtic le de Robert BARRAN, rédacteur en chef de " Miroir-Sprint ».) Il est prudent de se procurer d'ores et déjà les bi lIets au siège du M.R.A.P., 15, faubourg Montmartre. Tél. : PRO. 82-78. Places de 3 NF à 10 NF. 2 qUE SE MOURMELON PLUSIEURS milliers d'Algériens sont actuellement concentrés, en France, da ns des camps « d'hébergement» et de « triage ». Qu' ils y soient transférés a près a voir purgé une condamnation, après avoir été jugés et acquittés, ou a lJrès avoir été « raflés » au hasard, le crime qu' ils expient, dans la plupart des cas, c'est de présenter un certain « faciès » qui les désigne à l' a ttention des autorités, ou plus simplement d'être nés où ils sont nés. Le pr emier camp instauré pour les recevoir fut établi à M.ourmelon, dans la Marne. Or voici que cette localité - qui ne recherche sans doute pas une telle' célébrité - fait de nouveau parler d' elle. Une autre expérience va y être réasée

l' installation de la première base en France de la Bundeswehr.

Coïncidence ? Il faut avouer qu'on ne pouvait faire mieux. Cette base offerte généreusement sur notre sol à la nouvelle armée allemande sera fréquentée à coup sûr, sinon par des soldats, du moins par des officiers qui ont appartenu à l'ancienne. Au spectacle des misérables sous-hommes hébergés derrière les barbelés, ils r eprendront conscience, s' ils en avaient jamais douté, de la supériorité de leur race et de son aptitude à dominer. Ce sera une excellente occasion pour cux de renforcer le moral de la troupe. J'exagère? Disons alors qu'un concours de circonstances fait se rejoindre étrangement à Mourmelon le drame algérien et le militarisme allemand - objets l'un et l'autre de nos préoccupations les plus vives. Mourmelon, triste symbole de l'unité de nos combats. JUSTICE • L/ affaire Josépovici Dans la nuit de Noël 1959, un tailleur israélite du 10' a rrondissement, M. Rachmil J osepovici, était l'objet de g raves sévices de la part de policiers racistes. Avant de quitter le commissariat où on Une lettre du professeur JANKELEVITCH M. le professeur W. J ankelevitch nous écrit : ... « J'ai eu l'occasion d'aller entendre l'Qrchestre symphonique de L énin,qrad, l'lUte des pll~S importantes formations musicales de la Russie, En consultant la -liste des quelque cent musiciens de cet orchestre reproduite à l'avant-dernière pa,qe du programme, j'ai pu constater, comme tout un chacun, qu'un instrumentiste sur - dewr, presque tous les premiers v iolons, le premier violon lui-même, étaient hti fs. Ce sont plutôt les orthodoxes qui pmwraient se plaindre d'un numérus clausl~s! (1), ONCLE TOM. l'avait emmené, il fit constater par un médecin les blessures qu'il porta it sur la tête et sur l'ensemble du corps. Où, en est donc cette affa ire n euf mois après? Le premier inculpé a été ... M. Josepovici lui-même, sa voisine, Mme· Goujon, qui est à l'orig ine de l'affa ire ayant porté plainte également. Nous venons d 'apprendre toutefois que celle-ci est inculpée à son tour de « violences légères » depuis le 19 septembre. Qu'il nous soit cependant permis de poser quelques questions : 1) Pourquoi s'efforce-t-on cie centrer l'affaire sur les quer elles entre M. J osepov ici et Mme Goujon ? Celle-ci, qui ma nifestait violemment son antisémitisme clepuis longtemps n'a porté pla inte que pour « contre-a ttaquer », et n'a été l'obj et cI'aucune violence. 2) Pourquoi n 'a-t-on pas encore inculpé les policiers ag-resseurs cie M. Josépovici, en particulier le fil s cie Mme Goujon, qui avait pris la t ête cie l 'opéra tion, et qu'un t émoin accuse" formellement ? 3) Pourquoi M. J osépovici n 'a-t-il pas été confronté avec ses agresseurs ? 4) Pourquoi le juge cI'instruction, M. Monzein n'a-t-il encore pas entenclu un seul cles policier s a ccusés par M. Josépovici ? Il ne faut pas que cette affa ire soit étouffée. Qu'en pense M. le Préfet cie Police, qui avait déclaré à l 'époque que tout serait fait pour établir la vérité et prenclre les sanctions nécessaires? PASSE.T.IL FASCISME • La manifestation qui a eu lieu le 3 octo· bre au Champs-Elysées doit inciter les démocrates à la vigilance et à l'action. Sous prétexte de protester contre « l'apologie de l'insoumission », diverses organisations d'anciens combattants avaient con· vié leurs adhérents à l'Arc de Triomphe. En fait, Selon une méthode inspiree du 6 février 1934, c'est d'une démonstration typiquement fasciste qu'il s'agissait. Après une brève cérémonie, en présence du ma· réchal Juin, des généraux Zeller et Mon· clar, des conseillers municipaux Devraigne, Griotteray et Dides, les manifestants, Le Pen en tête, descendirent les Champs· Flysées, solidement encadrés par d'an· ciens paras. On put voir les scènes devenues classiques dans ce genre d'opérations : passants molestés, vitrines brisées (dont celle de « l'Express »), voitures arrêtées, terrasses de cafés saccagées, ~andis que, sous les banderoles déployées ' de « Jeune Nation », des voyous braillaient les slogans

« Algérie Française », « Mendès

au poteau », « Fusillez Sartre », « Libérez Lagaillarde », etc ... Le long du cortège, étaient lancés des tracts de plusieurs groupes fascistes, notamment de « Jeune Nation» et d'un certain « parti socialiste national» au nom évo· cateur, qui entend « mettre fin au règne des banquiers apatrides pourvoyeurs des IV' et V' Républiques ». La police n'int~rvint qu'à proximité de l'Elysée, pour emPl!cher les manifestants d'aller plus loin. Mais sur le reste du parcours elle ne gêna guère leurs activités. • Le complot Pourquoi les factieux se gêneraient· ils, alors que les émeutiers du 24 janvier à Alger sont libérés les uns après les autres, voire mis hors de cause ? Le commandant Filippi, par exemple, vient à son tour de bénéficier d'ùu nonlieu. Pendant l'émeute de janvier il était constamment avec Ortiz, ce qui ne l'a pas empêché d'ailleurs de monter en grade depuis. Désormais, il ne reste plus que deux 01': trois inCUlpés en prison avec Lagail· larde (Ronda, Jourdes, et Rambert). D'autres sont lm fuite ( Ortiz et Sidos notamment). D'autres en liberté provisoire, comme le Dr Lefèvre, préSident du « Mouvement pour l'instauration d'un ordre corporatif ». Quant à Biaggi, il n'en est plus question ... « En tmû cas il me semble impossible de parler d'une discrimination quelconque a!~ détriment des Juifs. La bonne foi et le souci de la vérité obligent chacun à reconnaître ce qui est l'évidence même. Je regrette de n'avoir pu faire état de ce document si caractéristique au cours dl~ colloque (1). Je serais heure!tx si le M.R.A.P, pouvait, sur ce point, rendre justice aux S oviétiques. Seule, la paix ••• (SUITE DE LA PACE t) « Veuillez croire... » (1) Allusion à cles allégations faites au récent colloque organisé à Paris pa r M. N ahum Goldman , sur la situation cles Juifs en V .R. S.S. Voir le clernier numéro de « Droit et Liberté » (N.D.L.R.). semblables, des formes déterminées par les moyens matériels réduits dont ils disposent. C'est une raison supplémentaire d', rechercher la fin des violences qui s'enchaînent par une négociation loyale avec ceux contre qui on se bat. I L n'appartient pas à un journal comme le nôtre, qui reflète des courants de pensée divers, de se prononcer sur les modalités et le contenu préciS d'une telle négociation. DEUX DOCUMENTS A LIRE ET A FAIRE LIRE ! ... Le.s CaluefL.S du rpetil Q)a&d De mars 1940 à juin 1942, dans un village polonais, un enfant de 14 ans David Rubinowicz, a écrit son journal. Dans de simples cahiers d'écolier il raconte au jour le jour ce qu'était la vie difficile et constamment menacée d,:me famille juive sous l'occupation nazie. David Rubinowicz a été déporté. Ses cahiers qu'on vient de découvrir et qu'on a comparés au Journal d'Anne Frank, sont édités comme supplémClit à « Droit et Liberté », avec une préface de Pierre PARAF. L'exemplaire: 2 NF. Quelques aspects de l'action antiraciste étudiés par Léon LYON· CAEN, René WILLIAM-THORP, ETIEMBLE, Hubert DESCHAMPS, Jean PIERRE-BLOCH, Pierre PARAF, Jean ELOI, Charles PALANT. La plaquette illustrée : 3 NF. Passez vos commandes en remplissant le bulletin ci· dessous Veuillez adresser • Les Cahiers du Petit David. • La plaquette « Quelques aspects de l'action antiraciste» 0). à M. .............. ... ... ................. ... .................................... Adresse .... .......... .... ....... ............ ................................... J e vous adresse la somme - en timbres-poste, - par chèque bancaire, - par virement à « Droit C.C.P, 6070·98 Paris 0). de •.....•..... NF et Liberté », 15, faubourg Montmartre, Paris. 0 ) Rayer les mentions inutiles. Disons seulement qu'elle ne peut être abordée et comprise que dans la clarté, dans la stricte objectivité. Ce n'est pas le cas si :ron ramène à « quelques tiraillades », provoquées par une « pOignée de rebelles », des opérations qui durent depuis 6 ans et qui nécessitent l'occupation d 'un pays entier par 500.000 soldats et 325.000 policiers. Ce n'est pas lé cas si l'on demande que les combats cessent unilatéralement, avant toute discussion. Car l'objet même d'une négociation c'est justement d 'examiner dans quelles condi· tions les combats pourraient cesser, des deux côtés : ou alors il s'agit d'une reddition. Les violences sont nées de l'impossibilité où se trouvait le peuple algétien de déterminer par d'autres voies son propre destin. Le droit à l'autodétermination lui étant enfin reconnu, comment imaginer que les combattants déposeraient les armes sans discuter - après tant de pro· messes non tenues et de déclarations contradictoires - des garanties d'application de ce droit ? ... Il ri'y a là rien d'anormal, d'autant plus que de telles garanties ne préjugeraient pas des réslutats de la libre consultation qui déterminerait l'avenir de l'Algérie. MAIS nous en sommes aux attitudes ~autaines, cassantes, aux affirmatIons sans réplique, au mépris affi· ché pour l'interlocuteur : c'est à prendre ou à laisser. Et nous voyons avec inquiétude le fossé se creuser encore entre des populations qui pourraient, sur un pied d'égalité, s'en· t(:ndre et coopérer . Nous voyons le fossé SE creuser autour de la France, condamnée par les peuples pour son entêtement stérile, anachronique. Il faut que cela finisse ! Contre les tenants néo-maurrassiens de « la France seule », proclamons avec for· ce que seule, la paix peut rendre à notre pays sa grandeur, son rayonnement, ses Ilbertés traditionnelles, dans le t riomphe de la justice et Cie la fraternité retrouvée. A. L. Scandale à l'Hôtel de Ville de Paris Le Conseiller municipal Jacques DURSORT exCitait aux pogromes sous l'occupation U N ~candale vient d'éclater à l'Hôtel de Ville de Paris : un conseiller municipal U.N.R., Jacques Dursart, est accusé, preuves à l'appui, d'être un n~zi, un collaborateur de 1 ennemi, et d'aVOir, sous l'occupation, publié de véri. tables appels aux meurtres cantre les juifs. Il suffit, pour s'en convaincre, de parcourir la collection de 1941 du « Pays Libre ", l'infôme feuille de Clémenti, condamné à mort à la Libération. En première page, s'étalent sur plusieurs colonnes les articles, de Jacques Dursart. Dans un article intitulé « J'accuse » , (22 février 1941, il écrit: « J'accuse Jeroboam Rotschild, dit Mandel .. , Embusqué pendant la gronde guerre, il vous fallait, cette foi s, tout le song des « goyms » ... J 'accuse Herriot, soutien occulte des juifs et des frères maçons .. , J ' l'lccuse Léon Blum .. , l'assassin de notre pays pendant le honteux ministère qu ' il présida aux côtés de tant de juifs et de maçons, acharnés à notre perte .. . J 'accuse Grumbach, fleur des Ghettos .. . J 'accuse Mendès-Fronce, usurpateur et voleur du nom de notre potrie. « Au poteau! ou poteau! ou poteau! » Mais il y a pire. L'hystérie raciste atteint san paroxysme dans un article intitulé « " fout exterminer les juifs, les fossoyeurs de la Fronce », avec ce sous-titre : « Juifs, vous faudra-t-il des pogromes pour comprendre? » (21 avril 1941 l. On peut y lire : « J u,ifs, sachez-le : nous vous balayerons! Ayant à l'esprit le poids criminel des stupres et des turpitudes accumulées contre notre potrie et son exi stence même, nous vous demanderons des comptes ( .. l. « Pour 10 vie, pour 10 durée de notre pays" sons retord nettoyons la gangrène juive, débarrassons-nous de cette vermine, comme l'on fait des hideuses- punaises et des rots! ... » UNE BELLE CARRIERE La carrière du Dursart est celle d'un fasciste. En 1937, âgé alors de 24 ans, il Bit membre du P.P.F. et dirige les jeunesses doriotistes à Paris. La même année, il prend la direction du torchon antisémite « Le Défi », créé par Jean-Charles Legrand. Mais il le quitte en 1939, pour créer « Le Contre-Défi » plus violent encore. Entre temps, il a fondé le cc Parti d'Action Nationale» (1938l, puis le cc Faisceau d'Action Populaire », gaupuscules fascistes comme il en existait de nombreux à l'époque. Puis il occupe les fonctions de secrétaire général du M.S.R., de Deloncle (La cc Cagoule »J. - Alors qu'il écrit dans cc Le Pays Libre », en 1941, il devient l'un des dirigeants du cc Parti Français National Collectiviste », organisation ouvertement nazie. Selon certaines informations, il aurait appartenu, à partir de cette époque, aux services secrets allemands. Que devient-il ensuite? Il prétend, sur la fin de l'occupation, avoir été résistan". Ce qui est certain, c'est qu'an le retrouve en 1948 au Comité départemental de la Seine du R.P.F. et que le 13 mai a fait de lui le vice-président du Conseil Muni. cipal de Paris. CETTE HONTE DOIT CESSEIt Il est certain que le passé de Jacques Dursart était connu depuis fart longtemps dans des milieux qui, aujourd'hui, le renient, le dénoncent, après un long silence. Si ce passé a été révélé, c'est à la suite de querelles intestines au sein de l'U.N.R. Dès le 5 juillet, un bulletin confidentiel, l'Index, en faisait le premier état, suivi bientôt par « La Voix de la Résistance ", organe du C.A.R., qui publia en juillet des fac-similé des articles de Dursort dans « Le Pays libre » . Selon « Juvénal », qui s'intéresse de très près à cette affaire, MM. Soustelle, Delbecque et Daminati seraient particulièrement hostiles à Dursort, parce qu'il s'employait à cc repérer à l'intérieur de l'U.N.R, les gaullistes favorables aux émeutiers d'Alger ». Par contre, le ministre Rager Frey ourait « ploidé pour le pardon d'une foute de jeunesse » et le président du groupe U.N.R. de l'Hôtel de Ville aurait affirmé « qu ' il n' y a vait rien à dire sur les acti vités actuelles de M, Dursort et que son passé était bien mort ». Ajoutons que nous aimerions savoir ce que pense de tout cela M, Mootti, député du 9' arrondissement, qui a patronné la liste sur laquelle fut élu Jacques Dursort. Mai là n'est pas l'essentiel. L'essentiel, c'est cette hante pour Paris, de compter dans son Conseil Municipal un pareil individu. Un " tel scandale est intolérable. Encore un Au coeur de Paris, de ce 4" arrondissement pittoresque et laborieux qui compte tant d'artères semblables, la rue François- Miron n'a rien, en apparence, qui puisse lui valoir une particulière attention. commençant derrIère l'Hôtel de Ville, elle se glisse paisible, entre les vieilles façades, les modestes boutiques, s'anime à l'heure des provisions ou au passage d'un autobus et va, en se rétrécissant, rejoindre à Saint-Paul la rue de Rivoli. Si op. la quitte vers le centre, par la rue Geoffroy-l'Asnier, on gagne en quelques instants 'le Mémorial du Martyr 'fuif, symbole des massacres qui ont fait 'dans ces quartiers d'innombrables victimes. Et pourtant voilà que, pour la seconde fois, la rue François-Miron défraye la chronique. Pour la seconde fois, elle a été le théâtre d'un raid antisémite, dirigé contre l'un de ces petits cafés où, pour l'apéritif, des Juifs d'Afrique du Nord se retrouvent devant un verre de raki... « Race de chiens, tous dedans ! ... » C'était le dimanche 17 juillet, à la fin dé l'après-midi. Tout à coup, par la porte grande ouverte, deux hommes en uniforme font iIruption, revolver au poing, dans le café « Les Bas Fonds », tandis qu'un autre La première affaire Le 31 mars 1958, dans un autre café de la François-Miron, « La Potinière ", situé presque en face ('es « Bas-Fonds ", des policiers du (')mmissariat voisins avaient effectué déjà un raid de caractère antisemite. Aux cris, de « sales youpins 'II, • Hitler n'en a pas brûlé assez », 14 ccnsammateurs israélites avaient été 'liolemmen't brutalisés ct emmenés au commissariat. Quelques jours après, le M.R.A.P. organisoit un puissant meeting de protestation à l'Hôtel Moderne. L'émotion provoquée par cette affoire fut telle que la Préfecture de Police annonça, peu après, que quat re des po:iciers coupables, dont un brigadier-chef, avaient eté limogés. reste au dehors. Ils crient en arabe : - Allez, sales Juifs! Race de chiens ! ... Tous dedans ! ... Ce soilt des supplétifs, des « harkis », amenés récemment à Paris pour seconder la pOlice dans les opérations contre les Algériens. Redoublant d'injures, ils joignent le geste à la parole, ils poussent vers l'intérieur, à coups de crosse sur la tête, les consommateurs néberlués ... L'un d'eux (M. Nakache) n'est pas assez prompt à leur gré. L'un des supplétifS pointe le revolver sur sa poitrine. Il appuie sur la gachette... Heureusement, le coup ne part pas. Pendant ce temps, l'autre agresseur s'en prend au patron du café, M. Isidore Nabets, assis à côté du comptoir, et le somme de se lever. Les coups de crosse pleuvent sur son visage et sur sa tête. Un La parution de D. L. Après la période des vacances, notre journal devait reparaître à la fin cie septembre. Mais comme pour répondre à certaines nécessités pratiques, la parution en début de mois, nous avait été suggérée par de nombreux amis et diffuseurs, nous avons décidé de remettre de quelques jours la sortie du présent rluméro. Désormais, « Droit et liberté » paraîtra entre le 5 et le 1 0 de chaque mois, et non plus, comme auflaravant, entre le 20 et le 25. HORIZONS LA REVUE DE LA PAIX Au sommaire d'octobre : Le Congo, l'Europe, par Pierre COT. - Ombres sur les U.S.A. - Sous le signe de la main rouge. -- Chopin, musicien poète. - Le cinéma chinois. - Le théâtre en Turquie. Les médicaments peuvent-ils vous tuer? Le numéro : 1 NF. « 1I0RIZONS ,., 33, rue Vivienne, Paris-:l' LE TOUR DU MONDE .... v TTl'JV V .... VYT'P qUE SE PASSE.T.IL ? 3 raid antisémite rue F.--Miron ! ... jeune homme, Emile Dana, tente de s'interposer

- Arrêtez ! Vous voyez bien qu'il est infirme. Il ne peut pas bouger ! ... Alors, c'est contre lui que se tourne l'arme. Le c6tlp part, cette fois. Emile Dana s'écroule. Il perd son sang en abondance. La balle, après ' avoir traversé son ventre, s'est écrasée sur le mur, à quelques centimètres de M. Nabets. Soudain, affolés, les deux « harkis » battent précipitamment en retraite. Déjà, le troisième, resté dehors, a pris le large. La police, alertée dès le début par des voisins, ne s'est pas encore manifestée, bien que le commissariat soit tout pro· Invraisemblances et contradictions ... Le silence - propice à l'étouffement dc l'affaire, et profitable aux deux agresseurs _ . était désormais rompu. On ne pouvait plus se taire, en haut lieu. Il est intéressant de suivre, à cette occasion, les transformations que peut subir un événement lorsqu'il est porté à la connaissance de l'opinion. Dans l'après-midi du 18, « France-Soir » signale : « Les deux supplétifs assurent qu'ils se sont trompés de café . Ils croyaient avoir affaire à des terroristes qu'il s'agisse de stupéfiants, ce n'est pas le rôle des supplétifs d'enquêter dans ce domaine, et ils n'avaient pas de mandat de perquisition. D'ailleurs, malgré son apparente precision, le communiqué officiel est assez vague lorsqu'il déclare que « leur intervention a amené la découverte de drogue ». Nous posons la question : où cette drogue a-t-elle été découverte ? N'est-ce pas sur les supplétifs, au commissariat ? 30 Ces ' thèses tendent à réduire la responsabilité des coupables et à la faire partager, en quelque sorte par les victimes elles-mêmes. 4° Enfin. elles escamotent le caractère DEU.x IMAGES DE L'AFFAIRE. Ci-dessus : Au lendemain de l'agression, une délégation du Bureau National du M.R.A.P . se rend sur les lieux. De droite à gauche: Charles Palant, Henri Goldberg, Albert Lévy, Charles Hutman, Jul ien Aubord, porlant avec deux des victimes. Ci-contre : Devant le Palais de Justice, Me Marcel Manville, avec M. Nabets, et M. Nakache (qui. se sont constitués partie civi le), che. Les deux agresseurs, poursuiviS par plusieurs consommateurs du café, tirent encore, pour protéger leur fuite. Rue Vieille-du-Temple, un taxi passe, occupé par trois personnes. Sous la menace de leurs armes, ils l'obligent à stopper, montent dans la voiture et, le revolver sur la nuque du chauffeur, lui donnent l'ordre d'accélérer. Pendant que Jes poursuivants approchent, d'autres témoins dressent une barricade de chaises au milieu de la rue, pour ralentir la course du taxi. Mais le chauffeur, toujours menacé, est contraint de forcer ce barrage. La poursuite continue alors avec une voiture, à laquelle se joint enfin un car de police. Et le taxi est in· tercepté prèS du Pont-Neuf. Entre temps, M. Dana avait été transporté à l'hôpital Saint-Antoine, où il subissait une longue opération. Black-out ... Tels sont les faits relatés par les té· moins unanimes, au nombre d'une dizaine. Dès le soir de l'agression, sur place et au commissariat, leurs déclarations furent entendues, enregistrées. Pourquoi alors, en haut lieu, a-t-on donné des versions différentes, contradictoires de ces événements scandaleux, après les avoir purement et simplement entourés de silence ? ... Aucun jourmd du matin du 18 juillet ne mentionnait l'agression de la rue Frar. çois-Miron. Nous croyons savoir que, dans la matinée encore, certains s'étaient vus « conseiller » d'attendre un communiqué officiel avant de publier toute information. « France Soir » daté du 19 juillet (pa· ru le 18), écrit : « La pOlice fait le blackout sur cette dramatique affaire. Au commissariat, on déclare tout ignorer d'un incident quelconque rue François-Miron. » Même « ignorance» selon « Paris-Presse », « au poste central de la S.A.T. (Section d'Assistance Technique) dont dépendent les forces de police auxiliaire ». Pourtant, alors que le moindre « fait divers » donne lieu à d'abondants com· mentaires, l'opinion était en droit de sa· voir qu'une telle agression s'était produite en plein Paris, s'ajoutant d'ailleurs à plusieurs autres, commises par les « harkis ». C'est pourquoi le M.R.A.P., informé dès la première heure, et soucieux d'obtenir le châtiment exemplaire des coupables, avait alerté l'ens€'rrble des journaux, qui se livrèrent aussitôt à leur propre enquête. SOUS PRESSE Claude PARIS A MESURE D'HOMME Poèmes Editions J.-P. Oswald musulmans », tout en constatant : « Mais cette version est contredite par les propos qu'ils tinrent en entrant ». Le lendemain matin, « Le Parisien Libéré » explique : « Une altercation aurait éclaté. Se croyant menacé, un des policiers tira. » Entre temps, un communiqué officiel avait affirmé que les deux supplétifs « intervenaient à la suite de renseignements qui leur avaient été donnés au sujet d'un trafic de stupéfiants », précisant même que « leur intervention a amené, effectivement, la découverte de drogue ». Selon ce commUniqué, « c'est la réaction des consommateurs qui a suscité lè réflexe du pOlicier auxiliaire... craignant pour sa sécurité ». « Paris-Jour », qui consacre quelques lignes seulement à ces incidents n'y voit donc qu'une « €nquête intempestive » " « sous prétexte de rechercher des trafiquants de stupéfiants, deux policiers supplétifs algériens ont attaqué les consommateurs d'un café... ». Quant à « Paris-Presse », mêlant toutes les versions données, il affirme que, dans ce café « tenu par des Israéliens » (sic) les deux poliCiers enquêtaient à la suite de « renseignements concernant un trafic d'armes et de stupéfiants avec le F.L.N. » ! En réaÎité, ces diverses thèses ont plu· sieurs points communs : 1° Elles contredisent les affirmations de tous les témoins : les pOliCiers n'enqUêtaient pas, ils n'ont rien demandé n'ont procédé à aucune perquisition ; ii n'a jamais été question ni d'armes, ni de stupéfiants. 2° Elles sont illogiques : à supposer antisémite du raid, en passant sous si· lence les invectives lancés par les « harkis » en entrant dans le café. Signalons d'ailleurs que plusieurs journaux de tendances diverses ont relevé ces invraisemblances et ces contradictions. En outre, la gravité des faits se trouvait reconnue implicitement par les pouvoirs, publics, puisque la Préfecture annonçait qu'en attendant l'enquête, l'auteur du coup df' feu et son complice étaient suspendus de leurs fonctions et mis à la disposition du parquet. Une vigilance active Le M.R.A.P. a, dans cette affaire, manifesté une fois de plus sa vigilance active. En même temps qu'il jouait son rôle d'information, il prenait pOSition publiquement dans une aéclaration que la presse à largement reproduite. Dès le lendemain des événements, une délégation du Bureau National, conduite par notre secrétalre gènéral Charles Palant, se rendait sur les lieux. Deux membres du Bureat\ National, M" Marcel Manville et Armand Dymenstajn, se sont Chargés de la défense des victimes, conjointement avec MU Rosenthal et Badinter. Notre Mouvement continuera son action pour exiger le châtiment exemplaire des deux coupables, qui ont été inculpés de tentative d'homicide et de coups et blessures volontaires. D'une façon plus générale, nous demandons que soit garantie la sécurité de tous les citoyens, quelle que soit leur race ou 'leur confession. ~~ U M clRcLvuJ:wtt du tu fR:II. tp. Le 19 juillet dans la journée, le M.R.A.P. pUbliait la déclaration suivante : Le Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix (M.R.A.P.) élève une protestation indignée contre l'agression commise le dimanche 17 juillet dans un café de la rue François·Miron, par des supplétifs algériens. Déjà il Y a deux ans, 14 israélites avaient été brutalisés par des policiers dans la même rue. Cette fois·ci, un coup de feu a été tirè et un homme de 27 ans, père de deux enfants, a été grièvement blessé d'une balle au ventre. Le M.R.A.P. se félicite qu'alertée par lui, l'ensemble de la presse parisienne ait dénoncé ce nouveau scandale. Soulignant, avec la plupart des journaux, l'invraisemblance des explications données par les pouvoirs publics, il insiste sur le caractère nettement antisémite de ce raid. En effet, tous les témoins s'accordent à affirmer que les agresseurs ont pénétré dans le café en proférant des injures contre les consommateurs juifs, et se sont enfuis une fois accompli leurs forfaits. Ils s'étaient d'ailleurs livrés auparavant à des menaces semblables ! dans un café voisin. Sûr d'interpréter le sentiment de tous les Parisiens, le M.R.A.P. exige qu'il soit mis fin à de telles moeurs qui constituent un danger pour la sécurité de l'ensemble des citoyens, d'autant plus que les méthodes brutales des forces sup. 1 plétives amenées récemment d'Algérie ont suscité déjà à plusieurs reprises une vive émotion dans la capitale. Il demande que, contrairement à ce qui s'est passé lors de la précédente agression de la rue François-Miron, les coupables soient traduits en justice et punis de façon exemplaire. ~ __ • ___ 4 ____ 4_. ______ ~ ________________ ___ . ____ __ ______ _ _ 4 L'ANNEE DE L' AFRIQUE O UE l'année 1960 soit l'année de l'Afrique, nul n'y contredira je pense. Au Nord, avec l'interminable et cruelle guerre d'Algérie, au Sud avec l'apartheid et ses méfaits, au centre avec l'indépendance du Congo et ses problème s ; et encore a i lieurs, avec l'éclatement du Mali, avec la naissance des Etats issus de la Communauté. Que l'année qui vient entende encore parler de ces questions, c'est une certitude. Le « poids de l'Afrique» comme disait un livre récent, continuera à peser sur la vie des hommes. Mais pourquoi? Il faut tôcher d'y voir clair. UN AGREGAT DE COLONIES Dans la gronde poussée colonisatrice qu i commença, en fonction de l'impérialisme, à partir de 1880, le continent africain, jusque là seulement effleuré - et grandement dégradé - par la traite des esclaves d'abord, puis par l'économie de traite qui lui succéda, fut particulièrement visé . La faiblesse et l'émiettement de ses structures politiques, le retard de son évolution économique, la confiance naïve de certaines de ses populations étaient, pour les parties prenantes, autant de circonstances favorables. Elles s'en donnaient à coeur joie, en mettant en ovant toutes sorpar Emile TE,RSEN tes de prétextes, et parfois même sans le moindre prétexte. Si bien qu'en 1914, il n'y subsistait que deux Etats apparemment indépendants : le Libéria - dont chacun savait qu'il était un comptoir américain - et l' Ethiopie déjà gravement menacée et qui devait succomber, à son tour, en 1935. Colonies en prise directe, protectorats, mandats, ces termes divers cachaient, très mal, la même réalité : l'Afrique n'était plus qu'un agrégat de colonies. Ce n'est ni le lieu, ni le temps, et la place nous manquerait du reste, pour ex· pl iquer comment et pourquoi, succéda à cette phase de préhension un processus de décolonisation, lent et hésitant d'abord, puis accéléré. " est plus utile de se deman· der si cette décoloni sation est réelle, et si derri è re ell e, sous le couvert t rompeur des mot s et des formules, une nouvelle coloni sation ne s'amorce pas, qui n'ose plus dire son nom, mais n'en est pas moins effective et dangereuse. Le premier fait qui frappe, c'est la négation, par l'Europe, de l'unité de l'Afrique. Alors qu'une conscience africaine se dégage, et par maints signes concordants, s'affirme et devient une réalité de plus en plus nette, on continue à admettre qu'il y a une Afrique .. - noire » vouée à la balkanisation et ou morcel-Iement, un Maghreb, qui a ses caractères spécifiques, une Afrique du Sud, où les Afrikanders de race blanche ont le drcit - et M. Verwoerd et ses amis en font un devoir - de maintenir en tutelle, pour ne pas dire en servage, la masse de la population. Tout comme si depuis des siècles, les civilisations nilotiques n'avaient pas cheminé à travers le continent, influençant ses arts, ses rites, et même ses philosophies ; tout comme si de grandes civilisations n'avaient jadis existé dons ces pays : peut-être des Afrikanders ont-i'ls vu les ruines de Niangouwe qui l'attestent, tout comme les premiers navigateurs portugais avaient connu un royaume du Bénin (dont l'art reste prestigieux) un royaume du Congo, un royaume du Monomotapa qu'évoque notre bon La Fontaine (preuve qu'il était connu), Tout comme si l'I slam, en dépit d'un Sahara qui n'est pas une barrière, n'avait pas mené une oeuvr~ multiséculaire, et hautement civilisatrice. Comme il est plus simple de maintenir un compartimentage, établi sur des indices de pigmentation, et sons tenir compte des innombrables métissages, que tant de contacts, et si anciens ont entraînés ! Mois ce - racisme - nous le retrouvons ! - n'est pas raci sme d'érudits ou d'ethnologues. Là comme ai'lleurs, son sole pavillon couvre une ~archandi 5 e plus sale encore. SI L'OR ET LES DIAMANTS N'EXISTAIENT PAS .•. C'est qu'il s'agit de l'utili ser, comme toujours ou presque à des fins ~conomiques et soc iales, dont ' l'énoncé par trop cynique ferait cabrer beaucoup de braves gens mal informés. Il s'agit d'expliquer, en utilisant les tôtonnements, les hésitations, parfois - pour· quoi ne pas le dire ? - les maladresses de ces peuples, qui naissent ou renai ssent à -la liberté, de démontrer que ces peuples sont incapables de se conduire eux-mêmes; avec toutes les informations incontrôlables (et incontrôlées), les déformal ions et les ~ pay& independllr1ts Iln \QeO .paqs qui seront indépendant. en 1961 D colonies ft pa~s dépendanh mensonges qui peuvent accréditer cette idée. Comme si ces incertitudes elles-mêmes n'étaient pas la marque même de la liberté, et comme si tous les peuples ne les avaient pas connues ! Livrez-vous à ce petit jeu (qui n 'est pas si drôle, au fond) : prenez une carte économique de l'Afrique et vous verrez que tous les cantons dont l'indépendance réelle est contestée - je veux dire l'indépendance économique sans laquelle les formes politiques ne sont que trompe l'oeil - sont ceux où l' Europe des ci-devant colonies peut encore trouver des formes d'exploitation avantageuses. Tenez pour certain que les aptitudes des Algé riens à se gouverner ne seraient pas discutées s' il n 'y avait pas du pétrole au Sahara. Soyez sûr que si l'or et les diamants n'existaient pas en Afrique du Sud, on admettrait que -les Bantous sont des hommes comme les autres. Le Mali n'aurait pas éclaté si le Sénégal n'était pas le pays de J'arachide, et si les grandes huileries n'étaient pas inquiètes de certains projets de nationalisation . Et quels sont les territoires qui veulent se séparer de la République du Congo ? Kasaï et Katanga, richement miniers tous deux et qui intéressent tant de milieux fi- L'IMAGE DU MONDE DE DEMAIN Mais voilà : il faudrait placer les choses, tout uniment, sur un plan humain, en se fiant à la belle phrase de l'Américain Jefferson : « Un homme est un homme après tout ». " s'agit d'une Afrique « retardée » dans son développement normal (et ceux qui essaient encore de le freiner ou de le diriger y sont bien pour quelque chose !I. D'une Afrique dont la réalisation est pour les hommes, un « test » d'une voleur de prem ière importance : faire vivre, sur le plan de la coopération tÇltale, des hommes d'origines diverses, sans raci sme, et, cela va de soi, sans contre-raci sme (cor le con ~ tre-racisme, c'est encore un racisme), autour d'un tr'avail commun et d ' intérêts communs. Cette Afrique, si elle réussit - et je ne doute pas, bien sûr, qu'elle réussisse - c'est -l'image du monde de demain, où l'homme ne sera plus un loup pour l'hom· me, mais un comoagnon et un ami. " n'y a pas d'idéalisme dans ces vues; la marche du temps emportera - emporte déjà - les faux réalistes : ceux des préjugés raciaux, qui sont aussi, et non par hasard, ceux des « tiroirs·caisses ». IN - PETIT MEMENTO AFRICAIN - PETIT MEMENTO AFRICAIN· PETIT MEMENTO AFRICAIN - PETIT Pour faciliter la compréhension des problèmes de l'Afrique, nous indiquons ici les divisions politiques de -ce continent. Nous nous sommes bornés à enregistrer le statut juridique actuel, qui, bien entendu, ne réflète pas toujours les transformations en cours ni les aspirations des peuples, pas plus d'ailleurs que les réalités géographiques et historiques. 1. - LA COMMUNAUTE Créée par le référendum de septembre 1958 elle se trouve aujourd'hui {( rénovée '» de fond en comble, par suite notamment de l 'accession à l'indépendance de plusieurs pays membres, qui ont conclu avec la France des accords particuliers de coopération. Elle est encore en pleine évolution et son organisation r este assez mal définie. A. - Conseil de l'Entente. COTE D'IVOIRE : (Indépendante le 8 août 1960). - Capitale : Abidjan. - 322.000 km2. 3.500.000 hab. dont 300.000 Français. - Ressources : cacao, café, bois tropicaux. - Chef d'Etat : M. Houphouet- Boigny. HAUTE-VOLTA: (5 août 1960). - Cap. Ouagadougou. - 250.000 km2. 3.500.000 hab. dont 3.000 Européens. - Banane, élevage, pèche. - Prés. de la Rép. : M. Yameogo. NIGER : (1" août 1960). - Cap. Niamey. - 1.189.000 km2. 2.427.271 hab. - Arachides. - Prés. du Cons. : M. Hamani Diori. DAHOMEY: (6 août 1950). - Cap. Por to Novo. - 112.000 km2. - 1.720.000 hab. - Huile de palme .- Prem. Min. : M. Hubert Maga. B. - Union des Républiques d'Afrique Centrale. CONGO : (15 a oût 1960). - Cap. Brazzaville. - 360.000 km2. 764.000 hab. - Huile de palme et coton. - Chef d 'Etat: M. Fulbert Youlou. TCHAD : (11 août 1960). - Cap. FortLamy. - 1.247.000 km2. 2.580 .000 hab. - Ctl;on et café. - Prés. de la Rép. : M. T ombalba ye. REPUBLIQUE CENTRE-AFRICAINE : (le 13 août 1960). - Cap. Bangui. - 627 .000' km2. - 2.170.000 hab. dont 6.0'0'0' Européens. - ,Coton, café, hévéa, arachi. des. - Prem . minis.: M. David Dacko. C. - Autres Etats. SENEGAL : (S'est séparé en août 1960 du Soudan avec lequel il formait la Fédération du Mali). - Cap. Dakar. - 201.000 km2. 2.000 .000 hab. - Arachides. Prés. de la Rép. :M. Léopold Senghor. REPUBLIQUE MALGACHE: (le 25 juin 1960). - Cap. Tananarive. - 589.260 km::!. 4.976.000 hab. - Riz, graphite. - Prés. de la Rép.: M. Philibert Tsiranana. GABON : (le 17 août 1960). - Cap. Libreville. - 280.000 km2. 411.000 hab. - Pétrole. - Chef d'Etat: M. Léon Mba. MAURITANIE : (Indépendance annoncée pour novembre 1960, contre quoi proteste le Maroc, qui voit dans la Mauritanie une partie de son territoire). - Cap. Nouakchott. 1.086.000 km::!. 624.000 hab. - Fer. - Prem. Min. : M. Moktar Ould Daddah. D. - Territoires Français d'Outre-Mer. COTE DES SOMALIS. - Cap. Djibouti. 21.700 km2. 60 .000' hab., dont 1.500 Eurépéens. - Dattiers, huîtres perlières. ILES COMORES. Chef-lieu : Dzaoudzi. - 2.160 km2. 169.000 hab. - Cultures tropicales, E. - Algérie et Sahara. Figurent dans la nomenclature de la Communauté comme départements d'outre- mer. Mais le droit de l'Algérie à l'autodétermination a été reconnu le 16 septembre 1960 par le Président de la République. ALGERIE : 300.000 km2. 9.500.000 hab., dont 1.100.000 Européens. - Céréales, vigne, olivier, alfa, minerais de fer et de phosphate. SAHARA : 2.080 .000 km2. 500.000 hab. - Gaz naturel et pétrole. Il. - ETATS DU COMMONWEALTH BRITANNIQUE UNION SUD-AFRICAINE : (1909). - Compte qua tre provinces: Le Cap, Transvaal, Natal, Orange. - Cap. : Pretoria. - 2.800.000 km2. 2.640.000 blancs Afrik ander s, 8.850.000 noirs, 1.250.000 métis, 410'.0'0'0 hindous. - Céréales, fruits, vignobles, canne à sucre, élevage de moutons (laine mérinos), or, diamants, fer, cuivre, étain, chrôme, manganèse, vanadium, u~anium. - Chef de gouvernem.: Dr Verwoerd. GHANA : (mars 1957). - Ancienne Côte de l'Or britannique. - République proclamée le 1« juillet 1960). - Cap. : Accra. - 237.850 km2. 6.700.000 hab. (recensement 1960). - Cacao, bois tropicaux, manganèse, or, bauxite, diamants. Chef d'Etat: Dr Kwamè Nkrumah. A formé une Union pOlitique avec la Guinée (nov. 1958). FEDERATION DE LA NIGERIA. - Indépendante depuis le début d'octobre 1960. - Cap. : Lagos. - 878.447 km2. 30.300.0'00' hab. - Huile de palme, ara· chides, cacao. - Prés. du gouv. féd.: M. Aboubakr Tafawa Balewa. III. - AUTRES ETATS INDEPENDANTS CAMEROUN : (1"' janVier 1960). - Anc. territoire sous tutelle française. - Cap: Yaoundé. - 432.0'00 km2. 3.120.000 hab. Aluminium. Chef d'Etat: M. Ahidjo. CONGO : (30 juin 1960). - Anc. possession personnelle de Léopold II, puis co· Ionie belge depuis 1908. - Cap. Léopoldville. - Six provinces : Katanga (Elisabethville), Equateur (Coquilhatville), Kasaï (Luluabourg), Kivu (Bukavu), LéopOldville (Léopoldville), Province orientale (Stanleyville). 2.345.500 km2. 13.000'.000 hab. - Diamants, cobalt, uranium, argent, étain, manganèse, cuivre. EGYPTE : (1950). - Membre de la RépUblique Arabe Unie. - Cap. : Le Caire. - 1.000.000 km2. 27.000.000 hab. - Coton. - Chef d'Etat : Prés. Nasser. ETHIOPIE : (1950). - Anc. colonie italienne. - Cap. : Addis-Abeba. - 1.200.000 km2. 18.000.000 hab., dont 1.800.000 musulmans. - Elevage bovins, minerais fer et cuivre. - Chef d 'Etat : Emp. Haïlé Selassié. REPUB.LIQUE DE GUINEE: (1958). - Anc. colonie française. - Cap. Conakry. - 260.000 km2. 2.500.000 hab. - Bauxite. - Prés . de la Rép. : M. Sékou Touré. LIBERIA. - Comptoir fondé en 1822 p a r une compagnie a méricaine et peuplé de n oirs affranchis des U.S.A. (Indép. 1847). - Cap. Monrovia. - 95.400 km::!. 2.500.000 hab. - Café, caoutchouc, cacao, or. - Prés . de la Rép.: M. Tubman. LIBYE (1951). - Anc. colonie italienne. Cap.: Tripoli. 1.750.000' km2. 1.150.000 h a b. - Prem . Min.: M. Abdul Megid Coobar. REPUBLIQUE DU MALI. - Après la scisson de la Fédération du Mali (aoûL 1960), le Soudan s'est constitué en République du Mali, « libre de tous engagements et de liens pOlitiques vis-à-vis de la France ». - Cap.: Bamako. - 1.460.000 km2. 3.200.0'00 hab. - Arachides, coton. - Prés. du gouvern. : M. Modibo Keïta. MAROC (1956). - Anc. protectorat français . - Cap. : Rabat. - 450.000 km2. 10.000.000 hab. - Agrumes et phosphate. - Souverain: Mohamed V. REPUBLIQUE DE SOMALIE. - Créée en juin 1960, par l'union de la Somalia, anc. colonie italienne et le Somaliland, anc. protectorat anglais. - Cap. Mogadiscio. - 650.000 km2. 1.950.000 hab. - Banane, élevage. - Président de la République

M. Adam Abdullah Osman.

SOUDAN (1953). - Ancien protectorat anglo-égyptien. - Cap. : Khartoum. - 2.500 km2. 10.209.000 hab. - Coton. - Prem. Min. : Maréchal Ibrahim Abboud. TOGO (27 avril 1960). - Anc. territoire sous .tutelle française. - Cap. Lomé. - 57.000 km2. - 1.200.000 hab. - Huile de palme. - Chef d'Etat : M. Sylvanus Olympio. TUNISIE (1956). - Anc. protectorat . français . - Cap. : Tunis. - 125.650 km2. 3.782.000 hab. - phosphate. - Chef d'Etat: M. Habib Bourguiba. IV. - TERRITOIRES SOUS TUTELLE TANGANYKA. (Tut. britannique). Cap. Dar-El-Salaam. 939.329 km::! . 9.000.000 d 'Africains, 112.000 Asiens et Arabes, 230.000 Européens. - Café, diamants. RUANDA URUNDI. (Tut. belge). - Cap. : Usumbura. - 54.172 km2. 4.262.000 hab. - Uranium, or, cuivre. SUD-OUEST AFRICAIN (Tut. sud-africaine). - Cap. : Windoek. - 823.876 km2. 458.000' hab. Uranium, diamants. V. - TERRITOIRES SOUS DOMINATION A. - Britannique. FEDERATION DE LA RHODESIE ET DU NYASSALAND. (Afrique centrale brit a nnique). - Cap.: Lusaka. - 1.268.63U km2. 7.00'0.0'00 hab. - Or, cuivre, plomb. élevage, coton, . KENYA. - Cap. Naïrobi. - 582.642 km2. 6.000 .000 Africains, 150.000 Asiens et " Blancs et Noirs au Mlle MADELEINE ROUSSEAU, professeur d'histoire de l'art à l'I.D.H.E.C. (Institut des hautes études cinématographiques), et rédactrice en chef de la revue « Le musée vivant », s'est donné pour tâche, avec une ardeur .de croisée, de défendre les Noirs, leur civilisation et leur culture contre la vague de mensonges et d'obscurantisme dont l'Occident conformiste les accable depuis plus de cinq siècles et demi, c'est-à-dire depuis les premiers temps de la traite, commencée par les Portugais vers 1400. CENT MILLIONS D'ESCLAVES On ne sait pas assez - il faut donc le répéter - que, depuis cette époque jusque vers 1870, soit légalement, soit en contrebande, plus de 100 millions de Noirs ont été arrachés à leur Afrique natale et déportés par les négriers. Pour se fabriquer une « bonne » conscience, les sociétés occidentales qui bénéficiaient de cet ignoble trafic, permettant aux « meilleures familles » d'édifier des fortunes fabuleuses, éprouvaient le besoin de s'expliquer il. elles-mêmes, avec l'aide des religions, toujours comolaisantes, que les Africains noirs appartenaient à une race inférieure, maudite (l'absurde histoire de la malédiction de Cham) et que, par conséquent, leur réduction en esclavage était voulue par Dieu, d'autant plus qu'on ne manquait pas de les convertir au christianisme, par cargaisons entières, ce qui justifiait « tout ». Ensuite, il s'imposait de diffuser dans le peuple, par des histoires à dormir debout, et par l'enseignement officiel, les préjugés entretenant le climat favorable à la poursuite du génocide, transformé graduellement, « humanisé », en colonialisme « classique ». Dans « Droit et Liberté », voilà des années que nous accordons une place grandissante à une meilleure connaissance des Noirs et de leurs luttes actuelles pour la justice, mais aussi nous nous sommes constamment montrés soucieux de faire ressortir le précieux apport à la civilisation humaine tout entière qui nous vient de l'Afrique noire et qui n'a pas fini de porter ses fruits. PREJUGES. ERREURS, IGNORANCE ... Aussi doit-on savoir gré à Mlle Madeleine Rousseau de contribuer à ce travail de fraternelle compréhension, même si l'on peut faire des réserves sur certains excès auxquels la vigueur de sa passion "".Charles..".~~.18 mai 2010 à 12:27 (UTC) ..... ~ MEMENTO AFRICAIN Arabes, 50.000 Européens. - Coton, café, Sisal. GAMBIE. - Cap. Bathursy. - 10.368 km2. 280.000 hab. - Arachides, cuirs. OUGANDA. Cap.: Entebbe. 2.500.000 km2. 5.500.000 hab. - Coton, arachides, café. RECHUANALAND (protectorat). Cap.: Mafeking. - 700.000 km2. 300.000 hab. - Or, cuivre. SWAZILAND (Enclave brit. en Union Sud-Africaine). - Cap. : Mbabane. - 17.364 km2. 277.00 hab. - Or, houille. BASUTOLAND (Enclave britannique en Union Sud-Africaine). - Cap.: Maseru. - 30.300 km2. 600.000 hab. - Or, houille, canne à sucre. SIERRA LEONE (protectorat). - Cap. : Freetown. - 71.600 km2. 2.000.000 hab. - Amandes, palmes, bananes, or. ILES DE PEMBA. ET ZANZIBAR. - Cap. : Zanzibar. - 2.462 km2. 277.000 hab. - Epices, coprah, riz, pétrole. B. - Portug.nise. GUINEE PORTUGAISE. - Cap.: Bissau. - 36.125 km2. 520.775 hab., dont 2.300 Européens. - Arachide, Acajou. ANGOLA. - Cap. : Luanda. - 1.246.70U km2. 4.380.000 hab. - Café, cuivre, diamants. MOZAMBIQUE (Afrique Orientale portugaise). - Cap.: Lourenco Marqués. - 771.000 km2. 5.800.000 hab. - Canne à sucre, coton, or, diamants. ILE DE MADERE. - Cap.: Funchal. - 815 km2. 269.000 hab. - Vin, fruits, canne à sucre. ILES SAO TOME ET PRINCIPE. - Cap. : Sao Tome. - 964 km2. 61.000 hab. Café, cacao. C. - Espagnole. SAHARA OCCIDENTAL (Rio de Oro). - Cap.: Villa Cisneros. - 298.875 km:!. 25.000 hab. PROVINCE D'IFNI. - Cap. : Si di Ifni. - 2.500 km2. 38.000 hab. GUINEE ESPÂGNOLE (Rio Muni). - Cap.: Bata. - 26.000 km2. 170.000 hab. C'acao, bananes, café. ILES FERNANDO-PO ET ELOBEY. - Cap. : Santa Isabel. - ;!.017 km2. 40.450 hab. - Cacao, bananes, café. ILES DES CANARIES. - Quinze îles formant deux provinces.' - Chefs-lieux : Las Palmas et Santa-Cruz. - 7.500 km2. 800.000 hab. - Bananes, agrumes, pêche. pour une cause juste semble l'entraîner. C'est ainsi que détruire, comme elle le fait, le mythe du Blanc supérieur et du Noir inférieur est pleinement utile, mais que si elle prétend montrer le Noir comme supérieur et le Blanc comme inférieur, thèse qui, sous différentes formes, occupe une bonne moitié de son ouvrage, elle entre dans l'engrenage d'un contreracisme négatif qui ne saurait aider ni les Noirs ni les Blancs, ni la vérité. CQnstamment, elle écrit : « Nous » avons fait ceci, « nous » avons fait cela contre les Noirs. Le « nous» n'éc:aire rien sur rien. Mlle Madeleine Rousseau ne parle pas des grandes sociétés métropolitaines qui ne sont pas seulement, maintenant encore, les maîtresses des sources de richesses de l'Afrique noire mais aussi de l'appareil d'Etat, en France, et des neuf dixièmes de la presse et des moyens d'information de l'opinion. Ce n'est pas parce que leurs dirigeants sont blancs qu'il en est ainsi, mais parce qu'ils tirent un profit énorme de l'exploitation des Africains (et en même temps des travailleurs français, blancs eux-mêmes). Mlle Madeleine Rousseau fait p...Ieuve, sur bien des questions, de beaucoup de confusion d'esprit, se contentant d'approximations hâtives. Elle minimise systématiquement la valeur, pour l'humanité tout entière, des sciences, des techniques, qui entraînent, par exemple, selon elle, l'inconvénient d'un accroissement des accidents d'automobiles (!). Faut-il répondre à cela ? Elle exalte l'ab~ence d'écriture en Afrique noire" allant jusqu'à attaquer les méfaits du livre en soi ... dans un livre dont elle doit pourtant penser que plus il aura obtenu de lecteurs mieux cela vaudra. Elle réalise même cette performance, à quelques pages de distance, de faire un éloge discret, ému, de Pétain, et d'encenser Robespierre et la Convention ! Ailleurs, elle reprend à son compte les rabâchages maurrassiens sur la démocratie caractérisée, parait-il, par la loi du nombre, la puissance des médiocres et le règne de la quantité, etc .. Que Mlle Madeleine Rousseau y prenne garde : tous ceux qui adhèrent à ce genre d'idées - sauf elle, c'est vrai - sont des racistes systématiques, et même ce sont le~ plus extrémistes. Il faut être conséquent et se retrouver avec les frères de combat des peuples africains là où ils se manifestent, en 'considérant que même s'ils ne sont pas d'accord entre eux sur toutes questions d'actualité', leur union prime tout. C'est dans cet esprit que, ces réserves faites, nous allons feuilleter l'ouvrage de Mlle Madeleine Rousseau comme un dossier précieux, car elle a eu le scrupule de reproduire non seulement beaucoup de textes intéressants et peu connus, mais encore leurs références. Ce n'est pas peu de chose d'avoir absorbé toute une bibliothèque sur une question aussi brûlante, aussi voilée, et d'avoir patiemment décortiqué les préjugés, les imbécillités, les ignorances, les erreurs entretenues, volontairement ou inconsciemment, à l'égard des peuples de tout un continent ; Mlle Madeleine Rousseau le fait avec courage et elle apprendra beaucoup à ceux qui voudront bien, selon son expression, avoir l'esprit moins « opaque ». LES BLANCS SONT-ILS D'ANCIENS NOIRS? Partons donc en exploration à travers l'Afrique noire méconnue ; cherchons l'homme à la peau ensoleillée dans toute sa vérité. • Justement, une des premières « révélations » de l'auteur concerne le problème de la pigmentation des Noirs et des Blancs. Elle rapporte l'avis du Pr Eugène Pittard, de Genève, selon lequel les Blancs ne seraient que d'anciens Noirs dont la peau avait perdu son pigment naturel, sans doute lors de la période glaciaire, par suite de conditions anormales pendant un long temps (manque de lumière, de chaleur, de nourriture appropriée, etc.). Elle fait observer « Par le procédé le plus naturel qui « soit, le soleil fait renaître la méla « nine, le pigment qui donne sa cou « leur à la peau des Nègres, tous les « été, dans la peau des Blancs, comme « une chose qui doit s'y trouver quand 4: les conditions sont normales. » • Mlle Madeleine Rousseau apporte plusieurs témoignages établissant avec quelle chaleureuse et toute simple sympathie furent accueillis les Blancs, au début, bien entendu, selon la loi millénaire d'hospitalité. Ensuite, lorsque se déve!9ppa la « chasse aux nègres », les Africains ne vécurent plus que dans la peur du Blanc et se réfugièrent massivement loin des côtes, où les trafiquants « de bois d'ébène » les pourchassèrent sous les mauvais prétextes de successives expéditions coloniales. • Mlle Madeleine Rousseau réfute les allégations de cannibalisme, tout à fait 5 jour de la vérité " exceptionnelles, comme il s'en produisit des cas lors des pi l'es moments de la dernière guerre en Europe ; mais de cas rarissimes, les « explorateurs » ont tiré des gé!].éralisations abusives : « Peut-être exceptionnellement, réfu « giés en des solitude~ désertes, pour « ~chapper à l'esclavage, dépourvus de « tout, errants en . quête d'abri et de « nourriture, quelques nègres ont-ils pu manger des cadavres. » • Autre question prêtant à bien des confusions : la « vente » des femmes, comprise de travers par les Occidentaux: « Tout ce qui était différent de lui, « le Blanc le décrétait sauvage, arriéré ; « alors que, chez lui, la femme doit « acheter son mari (la dot), il déversa « des flots de calomnies sur l'usage de « la « dot» en Afrique noire (garantie « donnée par l'époux à la famille de la « femme, remboursable à la naissance « des e.nfants). » DES CIVILISATIONSS ANCIENNES • Comment apprécier l'attitude positive, confiante, dénuée de toute angoisse, du Noir devant la mort, sinon pour admettre que cette absence de peur devant un phénomène aussi naturel que la mort est un signe incontestable de supériorité d'une culture, d'une philosophie de la vie ? • L'auteur cite le savant allemand Frobénius, qui, dans son « Histoire de la civilisation africaine », rappelle les nombreux témoig-nages dont nous disposons des premiers navigateurs de la fin du Moyen Age qui tous ont été stupéfaits de la splendeur des royaumes africains à cette époque : « Dans la Baie de Guinée, le Royau « me du Congo, une foule grouillante « habillée de s9ie et de velours, de « grands Etats bien ordonntso et cela « dans les .moindres détails, des souve « rains puissants, des industries opu « lentes. Civilisés jusqu'à la moelle des « os ! Et toute semblable était la con « dition des pays de la côte orientale, « la Mozambique, par exemple. « Les révélations des navigateUl's du « XV" au XVII" siècle fournissent la « preuve certaine que l'Afrique nègre, « oui s'étenùait au sud cie la zone déser « tique du Sahara, était encore en plein « épanouissement, dans tout l'éclat de « civilisations harmonieuses et bien for « mées. » • Plus loin, Mlle Madeleine Rousseau cite une page d'Elisée Reclus qui stigmatise le parti-pris raciste de la plupart des géographes et ethnologues - au moins de son temps - qui lorsqu'ils publient des photos des hommes des différentes races choisissent, le plus souvent, des Blancs aussi beaux que possible et des Noirs de préférence laids, vieux, malades. • Deux appréciations capitales sur l'importance de la civilisation nègre dans l'histoire humaine : la première émane ~ antiracistes, soyez surpris - du comte de Gobineau, le célèbre auteur de l' « Essai sur l'inégalité des races humaines » (18.1.1) : « La source dont les arts ont jailli « est étrangère aux instincts civilisa « teurs. Elle est cachée dans le sang des « Noirs. », La seconde, cent ans plus tard, émane du R.P. Teilhard cie Chardin : « L'Afrique est le. berceau de l'huma « nité et de la civilisation. » • Dans quelles contradictions absurdes tombe le raciste, en voici un exemple que Mlle Madeleine Rousseau apporte en conclusion d'un long développement à propos des rares sacrifices humains qui ont pu se produire en Afrique noire dans le passé : « Le négrier pleure de dégoût de « vant le sacrifice d'un vieux nèTre « consentant qui tend le cou ; mais p~n « dant longtemps. en France n'était-ce « pas un spectacle mondain t~ès recher « ché que d'assister au sacrifice non « consenti de celui qu'on guillotinait. » Nous ajouterons que c'est en Europe que 26 millions d'êtres humains ont été anéantis dans des camps de concentration et il n'y a pas si longtemps. • Revenant à Elisée Reclus à propos d'une autre extermination effroyable en Afrique (du Sud), elle écrit, en rappelant que les manuels d'histoire officiels sont très discrets à ce sujet « Elisée Reclus nous dit (vers 1900), « comment la race des San, bap.tisés « Bushmen (du hollandais: Bosjesman, « nom que les colons ont donné aux « orangs-outangs)' est traquée comme du «gibier : « On les a chassés comme on chasse « les fauves, et la plupart de ceux qu'on « n'a pas exterminés se sont enfuis dans « les solitudes du Nord. Sparrman ra « conte que les colons les attendaient à « l'affût auprès d'un quartier d'animal « lais~é dat;s la brousse ; ils n'épar « gnalent 111' les femmes enceintes ni les « enfants à la mamelle. sinon po~r aug « menter le nombre de leurs esclaves. « Dès qu'un Blanc aoercevait un Bush « man, il tirait à l'instant sur lui et « s'élançait à sa poursuite avec ses che « vaux et ses chiens. Le courage même « des San leur fut souvent fatal, car il « n'v a guère d'exemple qu'ils aient « abandonné leurs morts ou leurs bles «sés : ils restent et se font tuer à « côté cl' eux. » Où sont les barbares ? MIEUX CONNAITRE ... Tous ces faits sont trop peu connus , aussi avons-nous à favoriser un immense travail d'éducation à contre-courant, même si de grands progrès ont été faits depuis quinze ans. Nous devons nous en tenir là! malgré la richesse du travail de compilation de Mlle Madeleine Rousseau, tout en soulignant que sur les questions qu'elle aborde et dont les extraits ' ci-dessus ne donnent ' qu'une idée très partielle, il y aurait certes beaucoup à dire, à discuter, et d'abord en faisant appel aux Noirs eux-mêmes qui doivent pouvoir s'exprimer de plus en plus, sur leur monde passé, sur leur vie d'aujourd'hui, leurs luttes et leurs espoirs. Mais déjà nous avons le sentiment de connaître mieux nos frères d'Afrique noire. ROQer MARIA. - Madeleine Rousseau: Blancs et Noirs au jour de vérité (La Nef de Paris-Editions). Tension persistante en Afrique du Sud L'état de siège proclamé depuis avril en Union Sud-Africaine a été levé ou début de septembre. Mois la tension ne diminue pas pour autant. Une répression féroce s'est abattue sur les Noirs. Plus de 30.000 d'entre eux ont été arrêtés. Des tribunaux spéciaux les ont jugés, à l'intérieur même des prisons, sons avocats, et condamnés à de lourdes peines. On est sons nouvelles d'un grand nombre. Cependant, le gouvernement s'efforce d'oggraver encore les mesureô discriminatoires. La loi sur les permis de circuler, qui fut à l'origine des manifestations de mors, va être étendue aux femmes de plus de 16 ons. Des « milices blanches ", armées, sont en voie de constitution. Et l'on annonce la création de corps de parachutistes entraînés selon les méthodes pratiquées ... en Algérie. - Mois des protestations de plus en plus nombreuses s'élèvent, y compris dons la population blanche. Et sur les murs des grondes villes, on voit de plus en plus souvent, inscrit à la croie ou à la peinture, le mot: LIBERTE. 6 Le problème noir aux Etats .. Unis à la veille des élections présidentielles QUEL que soit le r2sultat des élections présidentielles américaines en novembre, on peut d'avance affirmer que la lutte des Noirs pour l'égalité réelle de leurs droits ne fera que gagner en intensité. Cette lutte portera sur les écoles, où le mouvement de déségrégation s'amplifiera, et sur la question plus vaste des droits civiques - et, pour des raisons politiques et diplomatiques, le gouvernement américain sera obligé de soutenir cette action. Une « colonie intérie'ure » Pour évaluer la situation et les espoirs des Noirs américains au moment des élections de 1960, il faut comprendre qu'ils forment aux Etats-Unis une colonie intérieure. Comme les peuples colonisés, on les. exploite comme 'main-d'oeuvre bon marché ; en cas de dépression économi· que, ils supportent le fardeau du chômage, servant ainsi d'amortisseurs aux travailleurs de race blanche ; ils fournissent. un marché pour la consommation des produits finis vendus par les « colons » blancs. Mais puisque la colonie est intérieure, les Noirs au lieu de lutter pour leur indépendance, cherchent à obtenir l'égalité au sein même de la nation américaine. La lutte des Noirs américains •. 1'esL donc qu'un aspect important du mouvement mondial de libération des pays copar William Gardner SMiTH Ionisés. C'est ce que « Le Monde» semble avoir senti, puisqu'un article du 6 septembre note qu' « une relation étroite pa· raît exister entre l'agitation dans le Sud (des Etats-Unis) et l'accession d'un nombre de plus en plus impressionnant d' Jj:tats africains à l'indépendance ». Ce nouvel êlément - le mouvement d'émancipation des peuples colonisés - a encouragé les Noirs dans leur lutte, et leur a donné un nouvel allié d'importance capitale : le gouvernement américain. mouvement mondial de libération des pays d'Asie et d'Afrique, Pour ces raisons diverses, la lutte des Noirs américains ne peut que s'amplifier, et quel que soit le résultat des élections présidentielles, le gouvernement devra l'appuyer. Cependant, le résultat des élections n'est pas pour autant 'indiliérent aux Noirs. Par ailleurs, dans l'avenir immédiat, il faut ena.ore s'attendre à une opposition puissante, et souvent même violente, à leur action. Peut-être, au moment même où ces lignes seront imprimées, les journaux seront-ils pleins de récits des bagarres provoquées dans les Etats du Sud par des racistes soucieux d'empêcher les enfants de se rendre dans les écoles « blanches ». Pour les Noirs, les deux grands partis américains sont également insatisfaisants. En effet, le parti démocrate n'a pas un programme unique pour l'ensemble des Etats-Unis : dans le Nord, il est relati· vement libéral, car il s'appuie sur les syndicats, et les diverses minorités ; mais Il est ultra-réactionnaire dans le Sud, où il était autrefois le parti de l'esclavage, et représente aujourd'hui le p:l:rti du statu quo racial. Mais le parti forme malgré tout une entité, et le vote des démocrates du Nord aide également les démocrates du Sud, car il a pour effet de placer les Sudistes à la tête des puissants Comités du Congrès. (Les directeurs de Comités étant choisis selon leur degré d'ancienneté, se trouvent naturellement être sudistes, puisque le Sud a toujours voté démocrate.) D'autre part, le parti républicain est traditionnellement le parti des conservateurs et du « Big Business ». Ceci tend à lui aliéner les sympathies des Noirs, qui sont, pour la plupart, des ouvriers (il y a plus de Noirs dans les syndicats que dans l'immense organisation du N.A.A.C.P., l'organisation des noirs). Il faut se rappeler, lorsqu'on parle du vote des Noirs, qu'il s'agit presque exclusivement des Noirs du Nord, puisque la plupart des Noirs du Sud, malgré les décisions de la Cour Suprême, sont en fait spoliés de leur droit de vote. Ce résultat est obtenu par divers artifices trop nombreux pour être énumérés ici... Des progrès terrible'ment lents Depuis Roosevelt, presque tous les Noirs, comme la majorité des ouvriers américains, ont voté pour les Démocrates, et ils le feront encore vraisemblablement cette année. Le grand espoir des Noirs, comme des syndicats, était la scission du parti démocrate, et la formation d'un nouveau parti libéral à partir du noyau des Démocrates du Nord. Si les Républicains gagnent les élections, il se peut qu'une coalition de Républicain conservateurs et de Démocrates du Sud ralentisse les progrès de la législation assurant aux Noirs les droits civiques. Si les Démocrates gagnent, au contraire, .les Démocrates du Nord, avec l'aide de la section « libérale » du parti Républicain, pourraient permettre à cette législation de progresser plus rapidement. Dans l'immédiat, il est à préVOir que les luttes les plus violentes se concentreront autour de la deségrégation scolaire. Depuis que la Cour Suprême a ordonné la deségrégation en 1954, les progrès ont été continus, mais terriblement lents : sur trois millions d'élèves noirs dans les écoles publiques, 182.000 seulement avaient été intégrés dans les écoles dites « blanches », à la fin de l'année scolaire dernière. Cependant, les Cours Fédérales et la Cour Suprême ont mis au pOint de nouvelles dispositions pour accélèrer la déségrégation cette année. Il est donc possible, et même probable, que des incidents analogues à ceux de Little Rock se produiront en LouisiaI].e, en Floride et au Texas, où les gouvernements locaux se sont opposés aux décisions de la Cour Suprême. La lutte pour l'éml;\ncipation raciale s'annonce donc mouvementée pour la fin de l'année 1960. Mais les Noirs sont en marche et rien ne peut les arrêter. Breue rencontre à Paris De passage à Paris pour quelques jours, au début de septembre, le grand chanteur noÎr américain Paul Robeson a tenu à aller applaudir Joséphine Baker à l'Olympia_ Après le spectacle, les deux artistes, q\lÏ sont l'un et l'autre d'actifs combattants antiracistes, se sont cordialement embrassés et ont eu un amicol entretien_ Ils se sont promis de se revoir... dans la mesure où le leur permet leur métier absorbant. l'aul Robeson partait pour Prague, et Joséphine Boker préparaÎt son départ pour Milan ... Auparavant, à l'exception de la période qui suivit immédiatement la guerre de Sécession, il y avait toujours eu alliance tacite entre le gouvernement américain et les forces qui, aux Etats-Unis, tirent profit du racisme. Aujourd'hui cependant, pour la première fois, le gouvernement se trouve dans une situation telle que ln nécessité de soutenir l'action des Noirs l'emporte sur sa tendance naturelle à soutenir les forces raéistes. . Ce phénomène tient évidemment à la concurrence entre l'Est et f'Ouest au moment où il devient important de gagner les sympathies et l'appui des pays sousdéveloppés nouvellement émancipés peuplés d'hommes de couleur, et en particu· lier des pays africains. L'article du « Monde » cité plus haut déclarait encore '-~-~-18 mai 2010 à 12:27 (UTC)~l ! ::Charlesi .~ Triomphe de la fraternité ~-~~----~---. « Ainsi les leaders Républicains et Démocrates ne peuvent-ils ignorer cette vérité que la lutte des Noirs américains pour l'égalité de leurs droits se joue de plus en plus devant l'opinion internationale ». Des leaders nationalistes africains comme Kwame Nkrumah, président du Ghana, et Azekwe, puissant éditeur de journaux au Nigéria, ont fait leurs études aux Etats-Unis, et ont fréquemment dénoncé le racisme des Américains, ainsi que l'hypocrisie des déclarations du gouvernement sur la « démocratie ». Au moment de publier sa décision sur la deségrégation dans les écoles, la Cour Suprême a souligné le fait que cette démarche devenait nécessaire : 'dans le monde entier, les pays sous-développés observaient et critiquaient les Etats-Unis. Le candidat démocrate à la Présidenëe, John Kennedy, disait dans une déclaration du 28 août dernier : « Notre politique ne jouit pas de l'appui populaire parmi les nations dont nous considérons l'appui comme une chose acquise une fois pour toutes », et citait, parmi les causes de cette situation « des incidents racistes comme ceux de Little Rock ». Le vote des Noirs A tous ces éléments il faut ajouter le changement psychologique intervenu chez les Noirs eux-mêmes depuis la dernièoe guerre : Pendant les hostilités, et immédiatement après la guerre, des centaines de milliers de soldats noirs ont été en voyés à l'étranger, et se sont rendu compte qu'ils étaient mieux traités en Italie, en France, au Japon, et même en Allemagne, que dans leur pays natal. Ils sont retournés aux Etats-Unis fermement résolus à ne plus jamais accepter comme un fait établi leur situation d'inférieurs. Cet état d'esprit a été renforcé par le O N a cité l'exemple comme un symbole. Pour la première fois dans l'histoire des Jeux Olympiques, pour la première fois dans l'histoire du sport américain, un athlète noi~, Ralf Johnson, a eu l'honneur d'être désigné pour porter la bannière étoilée des U.S.A. Hélas, cela ne veut pas dire que la discrimination racia'le soit abolie au pays où le Klu-Klux-Klan et les organisations racistes continuent à faire la loi dans certains Etats. Ralf Johnson lui-même a dû quitter la terre de ses parents pour bénéficier de l'égalité des droits à l'Université de Los Angeles. C'est justement ce qui est à mettre à l'actif des sportifs américains et par delà le grand mérite des J.O. d'avoir ainsi imposé, contre les réactions violentes des racistes, la désignation d'un athlète noir comme le plus représentatif de l'imposante délégation venue des U.S.A. D'ailleurs, ces Jeux Olympiques de Rome sont venus apporter de nombreux témoignages contre le racisme. Par la façon dont cohabitèrent fraternellement, ces athlètes venus de tous les coins du monde, de "touttes les couleurs de peau, de loutes les races, de tout03 les religions. On remarque en premier lieu la poussée irrésistible des hommes de couleur. " n'y avait plus crainte d'un péril jaune, rouge ou noir. Mais at.: contraire la reconnaissance plus exacte pour ces hommes du droit à une place en rapport avec l'importance de leurs groupes ethniques. C'est un monde en marche que les soubresauts des derniers mais féroces tenants du racisme ne pourront arrêter. FILS D'UNE MEME HUMANITE Ce monde en marche avait nom Ghana, Libéria, Tunisie, Maroc, République Arabe Unie, Kenya, Israël. Au villàge olympique, où l'on vivait de façon encore plus intime que sur les stades, nous avons assisté à des scènes qui préfigureraient ce que devrait être l'humanité idéale. Plus de blancs, de noirs, de jaunes, mais simplement des hommes et des femmes, des sportifs unis comme des fils d'une même humanité. Au pavi'llon soviétique nous avons vu M. Stiepanenko, secrétaire général de la Fédération d'athlétisme d'U.R.S.S.oLlvrir tous grands ses bras à Bob Richards, le fameux champion du saut à la perche de 1952 à Melbourne surnommé « le pasteur volant » à la fois pour ses qualités sportives et pour son appartenance comme pasteur à l'Eglise réformée. Serrant ensuite la main du marathonien Popov au type asiate prononcé, venu de Mongolie, Bob Richards célébrait cette réunion comme la plus symbolique et nous disait sa volonté de lutte contre le racisme. Un autre exemple parmi tant d'autres. Sur la Via Veneto qui est un peu l'analogue de nos Champs Elysées, un couple de copar Robert BARRAN Rédacteur en Che! de « Miroir-Sprint » pains se tenait la main dans la main. C'était la mulatresse américaine, Wilma Rudolph, appelée « la reine du sprint » pour les trois titres olympiques tju'elle remporta dans les épreuves de vitesse et l'Italien Livio Berruti, champion olympique du 200 mètres. Ce n'est pas un spectacle courant à Rome. Aux terrasses des luxueuses brasseries nombre de groupes comprenant ces aristocrates romains formant un désagréable mélange de patriciens antiques et de dignitaires fascistes grinçaient des dents. D'au tant plus que Berruti appartient à ce qu'il est convenu d'appeler la meilleure société. " a fallu les Jeux Olympiques pour ' permettre ce rapprochement. Et de toute façon, il en restera quelque chose. Pour nous Français, il y avait le cas particulier des pays ex-colonisés. Les rapports entre la délégation française et celles de Tunisie et du Maroc furent des plus cordiaux. Les quelques attardés qui auraient encore à la bouche le mot de {( ratons » étaient bien obligés de le ravaler. Nous en vîmes un vertement rabroué par les athlètes eux-mêmes. " était hautement réjouissant de voir des techniciens français comme Pierre Montané, conseiller sportif de la délégation tunisienne. Le sport donnait là encore un exemple de ce que devra ient être les rapports nO'_Neaux entre la France et ses anciennes colonies devenues pays indépendants. UNE CONCLUSION TRES MORALE Cette ambiance pleine de la plus haute élévation de pensée, ne doit que nous donner plus de force pour dénoncer deux fausses notes. " existe encore un pays, l'Afrique du Sud, qui conserve cette 'Iamentable exclUSivité de n'admettre que des blancs dans sa représentation sportive. Les tenants de la « race des seigneurs » étaient à peu près unanimement condamnés. Ensuite ii y eut l'attitude inqualifiable d'une portie du public romain. Un certain public qui a conservé en lui les germes d'un chauvinisme exacerbé, d'un nationalisme grotes .. que, d'un racisme latent, gardant en lui tous les relents les plus nauséabonds du fascisme. Pareille attitude, nous pouvons le dire, fut dénoncée unanimement par les journalistes présents à Rome, sauf évidemment les quelques tenants des mêmes thèses. Là encore les Jeux Olympiques apportèrent une conclusion très morale. Quelle signification que cette victoire dans le marathon de 'l'Ethiopien Bikila Abebe sur les voies triomphales des empereurs romains, sur ces artères d'où partirent il y a 25 ans les envahisseurs de son pays, lancés par ce César de carnaval sanglant, Mussolini, dans la plus ignoble des guerres coloniales ! Bikila Abebe ne nourrissait sans doute pas d'idées de revanche. Avouez tout de même que le Sport ici prend une belle revanche sur l'Histoire ! C'était de la consternation sur les visages des représentants de l'aristocratie romaine présents pour ce triomphe éthiopien au pied de l'Arc cie Constontin. Heureusement, nous emportons une autre image des Jeux Olympiques : cet envol bruyant et réjoui d'une troupe de gamins italiens, ces « bambini », ces « sciucio » popularisés par les films de l'école néoréaliste italienne, assaillant Bikila Abebe, en quête d'autographes. Des enfants italiens célébrant un vainqueur éthiopien : peut-on trouver meilleur témoignage des bienfaits apportés dans le combat contre le racisme par les Jeux Olympiques!


~------------------------------------------ 7

Collabolateur Dlincipal du Chancelier Adenauer Qui est GLOBKE? LE Chancelier Adenauer aime à se faire photographier en compagnie de personnalités juives telles que MM. Nahum Goldman ou Ben Gourion l'our mieux accréditer la légende antiraciste qu'il a su créer autour de lui. Cette légende a reçu un coup sérieux quand, sous la pression de l'opinion publique mondiale, il fut obligé de se séparer d'un de ses ministres, Oberlaender, convaincu d'être responsable de l'extermination des juifs de la région de Lwow. Ce départ forcé n'a pas pour autant éloigné de l'entourage du chancelier les derniers nazis spécialistes de la question juive. D'après les documents pUbliés récemment en République Démocratique Alle- Une brochure de l'U.N.E.S.C.O. LES JUIFS NE SONT PAS UNE RACE D OUlE millions d'êtres en 1958, 4 millions et demi en l'on 70 de naère - chiffres « mondiaux » .. . Depuis Abra ham jusqu'à l'Etat d'Israël, des persécutions assyriennes à Dachau, en passant par l'expulsion d'Espagne en 1492, tout ou long de la Diaspora, l' h istoire a modelé les Juifs, et souligné l'étonnante cohésion de leurs communautés. Retraçant à grands traits cette h istoire tourmentée, un tout récent opuscule d'un savant américa in (1) étudie les sou rces de cette perma nence : La répression, par exemple (et sa conséquence

une so lidarité renforcée); l'ab.

s~nce d'une re ligion à h iérarch ie centralisée (l'effondlrement d'une communauté juive par suite d'une invasion n'entraînant point celle des outres); la dispersion géographique et sociale des Juifs (ma ltraités dons l'Espagne des Visigoths, ils connaissaient un sort mei lleur sous d'outres cieux) ; la religion a ussi, bien sûr, les liens des traditions judaïques - et ici les références bib liques ne manquent point. H.-L. Shap iro montre ainsi que l'archéologie corrobore le Livre des Ro is, et que les invasions assy ri en nes, et les déportations ultérieures, n'ont pu que peser sur l'évolution biologique des Juifs. De ce point de vue, son enquête remonte fort avant dons le temps (peup lades néolithiques de Jéricho, etc.) comme do ns l'espace. Loin d'isoler les premiers Israé lites, d'en foire une entité « à port », il les replace dons le monde contemporain, montre en eux une tribu nomade parmi d'autles, qui devait trouver un foyer dons la Terre de Cha naan. Formaient-ils, comme on le croit trop sOL'vent, « une race distincte » (p. 62)? L'auteur montre qu'il n'en est rien, et qu'ils avalent absorbé des éléments tribaux ou ,ethniques d'orig ines très diverses - Chananéens, Philistins, etc. Il critique, ou pas' sage, le concept de race, distingue l'emploi du mot ou sens littéraire - par un Churchill, par exemple, évoquant la « race anglaise » - de son emploi ou sens biologique, et rappelle que les « races pures » (p. 66) n'existent pas. Les variations de caractères biolag iques et physiques ou sein des diverses communautés juives, ou d'une même population, font de toute c lassification raciale « une contradiction dons les termes » {p 72' Ce que mettent en relief sept tableaux comparatifs, à l'aide de mesures et de pourcentages très précis, concernant notamment les groupes sanguins, le facteur rhésus, les dimensions craniennes, la couleur des cheveux, la forme du nez (ce trait soidisont typique est étudié avec ~' n soin particulier - c'est ainsi que les proportions diffèrent considérablement si l'on passe des Juifs syriens ou groupe juif Mzab éta, bli à ·Ghardaïa dons le Sahara). Nous découvrons de même que, nés et élevés aux Etats-Unis, les enfants des im, migrants juifs sont généralement plus grands que leurs parents. Chiffres et fait s, donc, débouchent sur un présent tout proche. Cela seul suffirait à leur ôter de leur sécheresse. Mois, sous l'objectiv ité du savant, transparalt l'évocation de la geste juive, son poids de song et d'espoir. L'utilité du livre (2) ne nuit nullement à son intérêt humain . Jean RECHT. (1) « The Jewish People - A Biological History )), par Harry L. Shapiro - publié par l'UNESCO sous une jaquette de couleur des plus attrayantes, dans la collection multilingue « La question ra · ciale devant la science moderne )). Signalons dans cette collection, « Race et Clvliisation » de Michel Leiris, actuellement épuisé et qu'il y aurait grand intérêt, selon nous, à rééditer. (2) Une bibliographie anglaise, française et allemande ouvre au lecteur de nOUViaux horizons. mande, le propre secrétaire d'Etat de M. Adenauer, le Docteur Hans Globke, chef de la Chancellerie, apparaît comme le vrai responsable de la monstrueuse machinerie juridique inventée par les nazis pour préparer l'extermination des juifs allemands d'abord et des juifs des pays occupés ensuite. Ces reproches ne datent pas d'aujourd'hui. Ils furent formulés dès la réapparition de Globke sur la scène politique en Allemagne de l'Ouest. Mais, comme pour Oberlaender, Adenauer a essayé de faire accréditer l'idée que si Globke avait joué una rôle important dans l'administration hitlérienne, c'était pour mieux aider les juifs dans la coulisse. Les documents publiés permettent non seulement de faire justice de cette affirmation mais encore de faire la preuve: Que GIobke est co-autp.ur des lois de Nuremberg. Que par son interprétation extensive des lois racistes, il a incité la jurisprudence et l'administration allemandes à aller au delà des lois de Nuremberg. Enfin que c'est Globke qui, en tant que haut fonctionnaire nazi, a préparé pa!' des mesures administratives, l 'extermination de millions de juifs en Alle .. magne et dans les pays occupéS. GLOBKE EST CO-AUTEUR DES LOIS DE NUREMBERG Cela résulte de trois documents oHicie: s: 1 ° Une lettre du Ministre de l'Intérieur Fricke du 2 avril 1938, adressée au délégué di.! Fuhrer (Rudolf Hesse), proposant la promotion de Globke au poste de Conseiller ministériel. Cette proposition est motivée par les grands services rendus par l'intéressé dans la préparation des lois suivantes: a) loi sur la protection du sang et de l'honneur allemand; b) loi sur la protection de la santé des mariages allemands; c) loi sur l'état civil allemand; d) loi sur les changements de noms et de prénoms. Ces lois, mieux connues sous la dénomination « Lois de Nuremberg », ont préparé la « solution finale du problème juif », ce qui veut dire dans le langage des potentats nazis l'extermination des juifs d'Europe. 2° La crit ique du CQmmentaire Officiel de ces lois rédigé par Globke en collaboration avec d'autres, critique parue dans l 'organe des juristes nazis « Deutsche Verwaltung », où nous lisons: « Les auteurs de ces commentaires, le Secrétaire d'Etat Stuc kart et le Conseiller du Gouvernement · Globke sont les responsables de ces matières au Ministère de l'Intérieur. » 3° Enfin le Journal Officiel du Ministère de l'Intérieur (numéro du 11 mars 1936) indique expressément que ce Commentaire des lois de Nuremberg, écrit par Globke, doit être considéré comme officiel pUisque {( les auteurs de ce commentaire ont par leur fonction collaboré à leur rédaction ». Cela pour l'importance du rôle joué par Globke dans l'élaboration de ces textes. Mais l'activité du Secrétaire d'Etat d'Adenauer ne s'arrête pas à la rédaction des lois de Nuremberg. PAR SON INTERPRETATION EXTENSIVE GLOBKE A AGGRAVE L'APPLICATION DES LOIS DE NUREMBERG Cela résulte: 1 ° De son interprétation de la notion de l'erreur en matière de mariage, Aux termes de l'article 1333 du Code Civil allemand, {( la nullité du mariage peut être demandée par l'époux qui, au moment de la célébration, a fait erreur sur la personne de l'autre époux, sur des qualités personnelles telles qu'il eut été détourné de contracter ce mariage s'il avait eu connaissance de l'état des choses et s'il avait fait une appréciation raisonnable de l 'importance du mariage ». Aux termes de l'article 1339 du Code Civil allemand, la nullité doit être demandée dans les six mois à partir de la cessation de l'erreur. Dès la prise du pOUVOir par Hitler, de nombreux époux aryens unis par les liens du mariage à des jUifs ou des juives, introduisirent des demandes en nullité de leur union. La jurisprudence de la Cour Suprême allemande rejettait ces demandes si l'époux aryen savait au moment de la célébration du mariage que son conjoint était israélite. Quelques astucieux {( juristes )} nazis inventèrent alors une théorie permettant de reculer la date de départ du délai de six mois. En effet, disaient ces « juristes », l'erreur qu'il faut prendre en considération n'est pas celle que le conjoint aryen avait commise quant à la race de son époux, mais celle qu'i! avait commise sur l'appré, ciation du prOblème racial. L'importance de ce problème n'a été révélée aux intéressés que par les lois de Nuremberg. Avant cette date, les Allemands étaient dans l'ignorance totale de l'importance de cette question. Les délais pour agir en nullité de ces mariages devaient donc commencer à courir à partir de la promulgation de ces lois. Et c'est cette théorie qui a étii finalement victorieuse, gràce notamment aux précisions de Globke (page 109/ 110) dans son commentaire. 2° De son commentair e sur l'application du Concordat de 1933 en matière de ma riage. Aux termes de ce Concordat, les prêtres catholiques étaient autorisés dans certains cas, à célébrer le mariage religieux avant la cérémonie civile. Ne pouvant pas compter sur un mariage laïque, les fiancés de confessions différentes avaient obtenu que leur union lioit sanctionnée par le sacrement religl:! UX célébré par des prêtres en vertu du Concordat de 1933. Dans son commentaire de la loi de Nuremberg, Globke déclare que l'application à des mariages mixtes des exceptions prévues par le Concordat était inadmissible, et que les prêtres, qui procédaient à de telles unions, devraient être traduits en justice correctionnelle. 3° En outre, Globke estime que si la loi de Nuremberg assimiTe le « quart-dejuif » (une personne ayant un grand 'parent juif) à un « aryen », le mariage d'une telle personne avec un aryen ou une aryenne 100 % est « indésirable ». Cette interprétation pour celui qui connaô. t les lois de Nuremberg est la preuve formelle de la malveillance du commentateur, car rien dans ces textes n'obligeait Globke a étendre aux « quarts-dejuifs » les interdictions prévues pour ceux qui avaient au moins deux grands parents juifs. 4° Enfin, le commentaire de Globke étendait l'application des lois de Nuremberg au mariage mixte conclu à l'étranger, extension absolument arbitraire car cette application n'était pas prévue par la Joi. C'est ainsi que le tribunal correctionnel de Berlin condamne un accusé à deux ans de travaux forcés pour avoir épousé en 1936 à Léningrad une femme de « race Juive ». Dans les motifs, les magistrats invoquent expressément l'avis de Globke, exprimé dans son commentaire. Co-auteur des lois de Nuremberg, commcntateur officiel de celles-ci, Globke se révèle également administrateur zélé de la machinerie hitlérienne. GLOBKE, POURVOYEUR DES FOURS CREMATOIRES C'est Globke qui a inventé, codifié et surveillé l'obligation pour les juifs de faire apposer la lettre J sur leurs passeports et cartes d'identité (ordonnance du 5 octobre 1938). C'est Globke qui a inventé, codifié et surveillé l'obligation pour les juifs de porter un deuxième prénom (Israël pour les hommes, Sarah pour les femmes) (ordonnance du 17 août 1938). C'est Globke qui a rédigé les textes étendant à la Tchécoslovaquie les lois de Nuremberg (ordonnaIice (iu 27 décembre 1939). C'est lui encore qui reçoit une procuration officielle d'Adolphe Hitler pour négoci,~ r avec le gouvernement lithuanien les questions de nationalité consécutives à l'annexion du territoire de Memel (29 septembre 1938). C'est Globke qui est chargé de négOCier avec le gouvernement suisse, le contrôle des juifs allemands désireux de fuir l'enfe:- hitlérien. Peut-on croire un seul instant que les plus hautes autorités allemandes, y compris Hitler lui-même, aient confié la représentation officielle du 3- Reich à un fonctionnaire jouant un double jeu? La vérité, c'est que Globke jouissait de la confiance absolue des maîtres du régime nazi, puisqu'il leur avait donné toutes les preuves possibles de son entie'." dévouement. Ce dévouement a trouvé sa récompense. C'est Hitler personnellement qui signe la promotion de Globke aux fonctions de Conseiller supérieur du gouvernement. Globke est dispensé du service militaire en raison de l'importance des fonctions qu'il exerce. C'est Hitler personnellement qui confère à Globke la Médaille de la Fidélité. Et c'est le même Globke qui, à l'heure actuelle, joue l'éminence grise d'Adenauer. C'est entre les mains de cet homme que passent tous les projets de loi, toutes les demandes d'audience et toute la correspondance officielle du Chancelier, Ces faits se passent de commentaires. M. IMERGLIK. Que précautions soient prises ! (Suite de la page 1) Revenons en 1944. Le S juin était le jour fixé pour le débarquement en N QI'mandie. Une immense armada transportant S divisions avait appareillé et se trouvait dans la Manche. Le temps devenait si mauvais que le commandement décidait de retarder l'opération. Le 6 juin à l'aube, le débarquement commençait. La division « das Reich » était stationnée dans la région de Montauban. Ordre lui fut donné de rejoindl'e sans délai le front de Normandie. En date du 16 mai 1944, le gouvernement provisoire de la France avait envoyé un.e directive au sujet des opérations des Forces de l'Intérieur dites « plan Caïman » : « Divers plans fixent déjà les actions de sabotage à exécuter. snr l'ensemble du territoire au cours de la bataille de France. « Mais indépendamment de ces destructions, les Forces de l'Intérieur devront dès le débarquement des Alliés intervenir directeme1lt dans la bataille. » C'est bien ce que firent les F.F.I., les F.T.P., les maquisards, du centre de la France, C0}11me les autres à travers tout le territoire. Le g-énéral de Gaulle en clonne témoignag- e clans ses Mémoi l'es : « La nOl/velle du débarquement donne 011.t: maquisards le signal d'w1e action généralisée. Je l'ai prescrite à l'avance en notifiant, le 16 mai, al/X Forces de l'Intérieur, sous forme d'ml plan dit « Caïman » les buts qu'elles doivent s'efforcer d'atteindre. » C'est tou jOU1'S dans le Tome II des Mémoires de Charles cie Gaulle que l'on peut lire : « La deuxième Pan:::er SS dite « Das Reich » partie de Montauban le 6 iuin et qui ne peut 1ttiliser les voies ferrées toutes hors d'usaae, voit ses éléments arrêtés dans le Tarn, le Lot. la Corrè:::e . la Haute-Vienne .- le T8 iuin elle arl'Ï1'e à Alençon éPuisée et décimée ». Et plus loin , Charles de Gaulle écrit : « Ils réagissent /Jar le massacre et l'incendie. comme à Oradour-sur-Glane, à Tulle, à Asq, etc. ». Par le massacre ,par l'incendie, Lammerding- ne fait pas la guerre aux F.F.I., « Das Reich » ne commet que crimes sur crimes. SUI' sa route, fusillés, déportés ne se comptent plus. Les rues cie la petite ville de Tulle voient un matin 99 COI'pS pendus aux balcons et aux réverbèl'es. L'église d'Oraclour est un immense bûcher où sont brûlés vifs bébés, femmes et vieillarcls. Le bourg tout entier est incendié. La population décimée. La g-uerre terminée, on cherche Lammerding. On ne le trouve pas. En 19SI le Tribunal militaire de Bordeaux le conclamne à mort par contumace. Les années passent. Avec persévérance, la Résistance recherche Lammercling. Septembre 19S9 : à Hameln, en Basse- Saxe se tient un grand rassemblement cie 8 à 10.000 anciens S.S. Qui donc figure parmi les organisateurs ? Qui, loin de se l'epentir donne une conférence de presse ? Lammerding-. COMME le clisait à Londres le 21 octobre 1941 Charles de Gaulle .: « Nous savions bien qUi! l'Ailemand est l'Allemand. Nous ne dontions pas de sa haine ni de sa féro cité ». Et Charles cie Gaulle disait aussi le 2~1 novembre 194I : « L'éternel appéÙt de domination dtf pe1fple allemand a été, cette fois encore, la raison de la catastrophe. Dès lOTS, en appliquant à ce pelt ·I!le aV12C COllst011ce et fermeté un régime de belle et bonne .qarantie, quant à ses frontières et quant à ses armements, la question serait tranchée O1f fond. Il n'est. de fait. q1fe tl'op éVI:dent, que depuis lm siècle l'ùlceJldie en Enrope est tOU'.i01frs parti du pays dotlt on a pu dire que la guerre était son industrie et l'on ne saurait, se11lble-t-1Ï contester qu'·une pareille nation mérite Que des précautions efficaces soient prises à son égard. » A vec persévérance. nous demandons que des mesures efficaces soient prises à son ég-arcl. que justice soit renclue. On nous -l'avait promis ! René CERF-FERRIERE. 8 Riche moisson de films antiracistes pour la' saison 1960 -1961 En décernant à J ules Isaac le Prix de la Fraternité pour 1959, le J ury attirait l'attention du public sur diverses oeuvres, notamment sur « ROMEO, JULIETTE ET LES TENEBRES », livre de Jan Otche· nachek, traduit du tchèque par François Ker eI. Ce livre magnifique a trouvé son prolongement dans un film de Jiri Weiss, qui vient d'obtenir la « Concha d'or » au Festival de San Sébastian. Nous nous félicitons de ce succès. Et nous sommes heureux de voir apparaître, pour la saison 1960-61, une véritable « vague» antiraciste dans le cinéma. Citons aujourd'hui : « PITCHIPOI », de Marcel Blistène ; « LA PYRAMI- 1 DE HUMAINE », de Jean Rouch; « DEMAIN A NANG UlLA », de Joris Ivens. Et nous savons que d'autres viendront. Oest sans doute un signe des temps que les artistes, dans tous les domaines, soient amenés à poser le problème du racisme, à exalter la fraternité humaine. C'est en tout cas, en ce qui concerne le cinéma français, 'un indice réjouissant de vitalité. Nous saluons avec émotion toutes ces oeuvres. Et nous remercions leurs réalisateurs, leurs interprètes, qui ont bien voulu nous faire part de leurs points de vue. Sidibé mOUssa • • montrera la vi•e SOURIANT, détendu, Sidibé Moussa respire la santé, le bonheur - un bonheur où se mêle une sorte d'étonnement amusé. On le compren·d. Il a vécu U/'le étrange et merveilleuse aventure. Modeste fonctionnaire soudanais, il recueillait, de village en village, Voici , pendant 'Ie tournoge du film, Sidibé Moussa, avec le metteur en scène J oris ' IVENS.

des informations démographiques dans la haute vallée du Niger. Or, un jour, à Bankaimana, il fut présenté à un cinéaste en quête d'un acteur. Brusquement, il se trouva plongé dans un monde nouveau. Ce monde où, sous l'oeil scrutateur des caméras, les gestes, les problèmes de tous les jours s'enno]:Jlissent de l'étude dont ils sont l'objet, avant de se cri stalliser en images définitives. Quelle exaltante expérience ! Et maintenant, le voilà à P aris, promeneur curieux, accueilli partout avec une curiosité sympathique. Bientôt d'innombrables spectateurs connaîtront son visage, le verront vivre sur les écrans ... Car « Demain à. Nimguila », justement, est un film qui entre de plain-pied dans la vie. S'il raconte une hi stoire, c'est une histoire vraie, se plaçant dans un contexte authentique, qu'elle a pour mission de fai re mieux comprencl1'e. Il ne pouvait en être autrement, le metteur en scène étant Joris Ivens, auteur rie' tant de documentaires célèbres. profondément humains, comme -« Le Chant des Fleuves », « Borinage », « La Seine a rencontré Pa1"Îs », et qui, cette foi s-ci, est parti d'un scénario écrit par Catherine Varlin. - Joris I vens ? Il est devenu mon ami. C'est un bon metteur en scène, !tn JûUWeMs: "Rumeu. Juueue. elleS Ténèbres " , doit emouvOlr et donner IL parle de Daniela Smutna, sa femme, comme un collectionneur tourmenté pourrait le fai re d'un bijou : avec bonheur, avec fierté et avec de certaines appréhensions qui pourraient bien être l'une des formes de la peur. Daniela est la vedette féminine du film Roméo, J uliette et les Ténèbres, qui vient d'obtenir la « concha d'or », soit le Grand Prix du Festival de Saint-Sébastien et, depuis, le Prix du Festival de PorettaTerme, décerné par les plus grands réalisateurs scénaristes italiens. Jiri Weiss ne cache pas qu'il lui fut délicat de travailler avec sa femme. Tout bonnement parce qu'elle « était » sa femme et que cette situation posait pour les conjoints des problèmes si communs qu'ils devenaient pesants à force de banalité. L'inquiétude naquit donc t rès naturellement, la tension monta et cela suffit à tous - metteur en scène, techniciens, in· terprètes - pour faire d'une belle oeuvre, un authentique chef-d'oeuvre. - Très difficile, cette première expérience, insiste Weiss. Mais je ne regrette rien. L'HOMME AU COMPLET GRIS Il le portait avec désinvolture et quelques faux plis. Sa cravate d'un noir éteint, rayée de vert fade, et qui tombait avec mauvaise grâce sur une chemise couleur de tabac chiqué ne provoquait en lui aucune gêne. Il savait sans doute qu'un bouton manquait à cette chemise mais cela, non plus, ne le déroutait pas. Au contraire, il évoluait sympathiquement impertinent dans un décor de luxe de l'avenue Matignon. Il était volubile, sautait du coq à l'âne, approuvait, désapprouvait, prouvait, s'emportait, s'enflammait, s'exclamait, émaillait son monologue de phrases tchèques, s'en excusait, traquait une « nuance » qui se dérobait, rageait, se comportait comme quand on mange un citron sans sucre, rejetait l'obstacle, souriait enfin et ses mains d'homme de peine modelaient ce qu'il n'avait su dire. A SAUTE-MOUTON SUR LA ROUTE DU SUCCES A l'âge de 16 ans, Jiri Weiss a déjà des idées précises sur ce que doit être son destin, mais son père, qui est photographe itinérant veut que son fils soit avocat. Docile, ce dernier fréquente dans ce but l'Université. Mais deux années plus tard, il brise ses bonnes résolutions et vit sans contrainte l'existence dont il rêve depuis toujours. En 1934, il présente, à Venise, un film : Samedi-Dimanche, court métrage remarqué, acheté par Kodak, qui offre en outre au jeune réalisateur 600 mètres de pellicules. Après sept documentaires, dont un sur le vol à voile, Chanson d'une terre triste obtient en 1937 le Grand Prix d'Etat Tchèque. L'année suivante, à Paris, Weiss loge - ... pour 400 francs par mois ! - dans un hôtel douteux, rue des Ecoles. Il rencontre Allegret, Renoir, Becker. Après un bref séjour en Angleterre, en février 1939, à Prague, il observe malgré lui i'invasion allemande. Il retrouve l'Angleterre, où il ne peut se faire délivrer un permis de travail. Mais les plus noirs cauchemars ont une réelle dans le Mali d/aujourd/hui ty pe très bien. Le visage de Sidibé Moussa s'illumine tout entier d'un sourire radieux. Avant, il avait vu des films de cowboys, ou de gangsters, ou encore « des films instructifs ». Mais celui-là c'est différent : - C'est la vie de chez nous prise sur le vif. C'est un ~ieune qui a 'quitté son village et qui vient à Bamako pour ga. Qn~r un peu ,d'ar.qent. Là, son gag'nepatn conStste a acheter des billets de cinéma pour les revendre. Mais il a un accident. On le conduit à l'hôpital, puis dans une maison d'éducation agricole. Son frère vient le che'rcher, et le ramène an villaqe. Là, il v oit que tout a évolué des travau.x nombreux sont en cour; , une école qui n'existait pas a été construite ... Alors il décide de vivre au village, mats reto-urne d'abord à l'institut agricole pour se 'perfectionner ... Et vous êtes ce jeune homme ? - Oui. - Est-ce qu'il vous a été difficile de jouer ce rôle ? - Pas tellement. Je n'ai pas été gêné ... - A quelle époque se passe l'histoire ? - Au moment de l'indéPendance. Sidibé Moussa, toujours souriant, souligne combien cette histoire correspond à la réalité. De nombreux jeunes gens vont à la ville pendant la saison des pluies, pour ramener un peu d'argent à leur famille. Ils reviennent travailler ~u village à la saison sèche. Quant aux écoles, c'est vrai, il y en avait peu, et on en construit beaucoup maintenant. - Avez-vous vu projeter quelques passages du film ? - Oui. On ne peut pas juger évide. mment, mais je crois que ce sera bien ... - Etes-vous content de l'avoir fait ? - Oui, /Jarce qu'il s'agit du premier film du Mali. Je suis content de travailler pour mon pays, d'aider à faire connaître la v érité sur notre peuple. Sans se départir de son sourire, il devient un peu songeur quand on parle de Paris. - C'est une belle ville. Mais je ne m'y sens /Jas à l'aise. On m'a partout bien accueilli, et il n'y a pas de différence entre blancs et noirs comme chez nous. Mais à Paris, ie ne connais personne. En général, il n' y a pas de contacts entre les .qens ... Dans quelques jours, il repart pour l'Afrique. Son rêve ? Faire du cinéma. Mais de l'autre côté de la caméra, comme assistant. Il en parle avec passion. Optimiste, il est sûr que l'avenir lui sourira comme il sourit au présent. Il a 2.1 ans, et son pays vient de naître. Un numéro spécial du JI Courrier de l'U.N.E.S.C.O. JI . « Le Courr ier de l'UNESCO » vient de publier un pa ssionnant numéro consacré ou raC isme, contenant de nombreuses photos et des a rtic les notamment de MM Cyril Bibby Alfred M~t,raux,. Léon Poliakov, de Mme Fronce-Ma rie J a hoda . . , De 1 ~dlto~ l al~ nous eX,t rayons ce passage s ignificatif : . « AUJo ~ rd hUI, les exces du racisme sont condamnés, mais l'opt ique et les attitudes q UI les rend irent possibles subsistent ... « S! le racisme: doit être é liminé comme « idée-force » de notre t emps, il nous faut connaltre le t~~ra l n sur lequel il se développe. Il est d'ores et déjà certain que c'est sur le~ ba ncs de I.ecole et dan: le milieu familial que toute action prophylactique se révélerait le plu.s e~flca.ce. Il.ne s, agit .pas d'avoir recours aux armes d' une propagande quelconq ue - SI bien Intentionnee SOit-elle - mais de mettre à la disposition du pub!" t s~rtou~ des ~aÎtr~s, des ~aits établis par la recherche scientifique moderne. Ni l'anthr~~ol:- 9" e, ni la biologie -. ni auc~ne autre science - n'ont apporté l'ombre d' une just /f ieo . tI,on aux d~g,mes ra ~,ste~ qUI reposent sur des principes scie ntifique s pé rimés et discrédit es o ~ des e leme nts irrationnels - ou les deux. Puisqu'il en est ainsi, notre devoir est de le fa ire savoir.. » , a penser fin, et Weiss l'exilé volontaire engagé volontaire reconquit son pays avec l'Armée· Libératrice TChèque. Chose faite, il se remet au travail et. prOduit à une cadence rapide : La Frontière volée. - Toile de fond~ MJnich en 1938. Sujet : une famille « mix- Lauréat de Son Sebastian .. . te ». Le père est allemand, la mère tchèque. La tragédie naît, suinte, se ramasse, explose, fait flaque . Le Pont, ou l'histoire d'un ouvrage d'art vétuste qui tue. Les notables décident de l'abattre à son tour et de jeter un pont neuf sur la rivière. Mais quelles demeures devront être détruites pour réaliser le projet ? Personne n'avait songé à cela. Les conflits naissent. Et tout va de mal en pis. Le dernier coup de fusil ; Mon ami le Tzigane ; L'enjeu de la vie ; Piège à loup (primé à Venise) ; etc. UN THEME QUI VA DROIT AU COEUR - A Saint-Sébastien, ce fut un formidable succès ! Au départ, pourtant, j'étais gêné. L'Espagne est un pays extrêmement policé ! Que de questions ne m'a-t-on pas posées ?... Pourquoi prenez-vous un taxi ? ... Où allez-vous ? ... J'éprouvais un copieux sentiment de défaite. Mes moindres illusions étaient battues en breche par ces émouvantes attitudes espagnOles. Et puis arriva le Grand Jour, que je m'apprêtais à marquer d'une pierre noire. Le jury était composé d'Anglais, d'Américains, d'Espagnols. Cela se présentait très mal. J'étais vraiment persuadé d'être en territoire ennemi. Et la bombe éclata ! Roméo, Juliette et les Ténèbres... couronné ! Le moment était à la joie. Une dizaine d'ecclésiastiques me congratulèrent, des SudAméricains, je crois. On pleura beaucoup. A propos du récit (Les Editeurs Français Réunis, traduction de François Kérel) de Jan Otchenachek, qui joua son rôle de scénariste et au-delà dans la réalisation du film, Lucien Guissard écrivait récemment dans La Croix : « On ne s'inquiète pas beaucoup-, à vrai dire, de saisir si ce livre respecte le réalisme socialiste. Pour le simple motif que le thème va droit au coeur de tout homme moralement constitué. » - Quant au film, dit Jiri Weiss, il émeut. Il vous fait penser « pourquoi » il a été réalisé ... Le cinéma doit être poésie ... La télévision est une maladie, le bon cinéma en est l'antibiotique. Souvent, on m'accable de l'expression « Nouvelle Vague» : qu'en pensez-vous ? êtes-vous « pour » ? êtes-vous « contre » ?... La Nouvelle Vague n'a pourtant rien de « nouveau ». L'actuelle Nouvelle Vague soigne la Forme au détriment de la Recherche. Bref, l'Aspect mange le Contenu. On pourrait illustrer cette tendanc,e par une histoire d'Europe Centrale ... Un original dit à son jardinier : « De cet arbre, faites-moi une sphère » ... Le jardinier coupe, coupe encore, e1 réussit. Et l 'original de s'étonner : « Je vois la boule, mais où est l'arbre ? » ... Au fond, nous avons tous toujours été « Nouvelle Vague » : les Clair, les Renoir, les Duvivier , les Carné. Il suffit de se rappeler Pépé le MOko, Poil de Carotte, La Grande Illusion, Quai des Brumes, A nous la Liberté, Le Chapeau de paille d'Italie ... Comment je « vois » Paris, dites-vous ? .. Paris m'étonne, m'irrite, me déroute, me console. C'est un Phénix qui renaît interminablement de ses cendres ... Paris me comble. Christian CHERY. •• Marcel BllSTENE : '" PITCHIPOI vient Il , a PITCHIPOI ? Aucune ville, aucun lieu ne porte ce nOI11 étrange. Pourtant, inventé par on ne sait qui, des milliers de gens l'ont prononcé pour désigner le terme d'un voyage - un voyage dont ils ignoraient tout. Pour les détenus de Drancy, SQus l'occupation, être embarqué dans les wagons plombés, c'était partir à Pitchipoï. Peut-être ces trois syllables cocasses les aidaient-elles, dans leur détresse, à supporter plus crânement l'angoisse quotidienne, à conjurer l'appréhension des grands départs vers l'inconnu. Car Pitchipoï, c'était les camps de la mort. Or voici que ce mot, dont seuls quelques initiés se souviennent (on revenait rarement de Pitchipoï) va ressurgir du noir passé qu'il symbolise. Le réalisateur Marcel Blistène l'a choisi comme titre de son prochain film, dont le tournage a déjà commencé. DES GENS COMME LES AUTRES ... Entre deux prises de vues, Marcel Bli stène m'a reçu dans le petit jardin de sa villa, à Saint-Cloud, un vieux bon jardin, ~imple et hospitaliet- ; et là, dans le silence épais de l'été finissant, nous avons évoqué la légende et le drame de Pitchipoï. Tout de suite, il apparut que nous parlions le même langage. - Antiraciste, dit-il, Je le suis au plus profond de moi-même. Je suis comme ça. C'est une conviction intime. Je trouve le racisme tellement inepte... L' occnpation m'a fait prendre conscience de mes origines ,- mais, pour 11I0i, il n'y a pas de race Juive .- le Jndaïsme est une religion. voilà tout. Etre cr03'ant ou pas, c'est l'affaire de chacun. Quand un cath olique est moche avec 11/.oi, Je ne dis pas que tO itS les catholiques sont des salauds. De telles généralisations sont inadmissibles. Et lai voultt Jnstement prouver, dans mon film, que les Juifs sont des gells comme les autres, avec les mêmes problèmes, des défants et des quali tés les mêmes fra3'elf1-s, le mêllle C01('rGg~ aussi. Ni plus, ni moins. JI parle avec netteté, sans passion et sans efforts. Avec le souci visible, pourtant, de cerner l'idée juste, en écartant tout ce qui serait schématique ou i rrationnel. Il veut moins convaincre que dire vrai, être équitable : et c'est la vérité qui convaincra. Sous les cheveux gris, coupés courts, son regard bleu scrute les problèmes avec une acuité juvénile, tempérée d'humaine tendresse. seule fois dans le film. Je veux faire la preuve que de telles distinctions entre les hommes sont absurdes autant que cruelles. Je montre des fttifs qui n'ont attCttn signe distinctif, à part l'étoile fattne. Les détentts dont fe raconte l'histoire sont d'origines diverses, appartiennent à des métiers et à des milieux d·ivers ... En fait, les acteurs qui les représentent - et qui leur ressemblent parfois trai! pour trait - sont at{ssi de toutes origines, et J'ignore lesqttels sont fttifs, s'il y en a. C'est cela, Je crois, que les gens doivent savoir. Car beaucoup, même s'ils ne sont pas des primaires, professent les préJugés les plus incroyables, dans ce domaine. RACONTER UNE HISTOIRE ... Le scénario ? Il relate une aventure authentique. A l'automne I943, quatorze détenus de Drancy décident de creuser un souterrain pour s'évader. Après des semaines d'efforts, ayant parcouru une longueur de 40 mètres, ils touchent au but. Plus qu'une quarantaine de centimètres, et ce sera la liberté. C'est le IO novembre. Et les détenus se disent qu'il serait plus piquant de partir le II novembre, au nez et à la barbe des Allemands. Ils remettent donc leur évasion au lendemain. permettait d'aborder ce problème du racisme, qui me tient tant à coenr. Et c'est ainsi que J'en ai écrit le scénario et les dialo.ques, en accord avec lui. Il s'arrête un instant et ajoute : - Ne croyez surtout pas que Je fais un film de propagande. Autour de l'intrigJ!- e centrale, fe montre la vie du camp sous tous ses aspects .- les difficultés quotidiennes, les rencontres, les heurts, les foies et les peines, l'amour. Notre métier, c'est de raconter une histoire, et 1'ai tout fait pour que celleci soit attachante, et humaine. UNE ATMOSPHERE P'ARTICULI ERE Il tient à préciser encore, par de~ exemples concrets, l'état d'esprit qUI l'anime : ce souci de dire vrai, de faire voir juste avec les images comme avec les mots. - N'ayant pas conntt Drancy, J'a'i Et je me prends à établir un parallèle, une concordance entre le langage parlé et ce qu'on appelle « l'écriture cinématographique », découvrant que ]"un et l'autre relèvent, pour un réalisateur donné, du même style. Ce que me confirme d'ailleurs l'analyse de « Pitchipoi » : Marcel Blistène (ou c'ôntre) pendant le tournage d'une 3cène de « Pitchipoï ", à Drancy. - J'ai voulu montrer le camp de Dranc)/ tel qu'il était, poursuit Marcel Blistène. Il ne s'agit évidemment pas d'un doculI/entaire mais d'un tém01:qnage. Je ne romance pas, ie n'enfolive pas. J'ai dit à l'opérateur de ne pas faire des images trop bien léchées. mais de donner l'impl-ess[on dn vrai, d'un reportage pris sur le VIf. ... Ouant à l'antiracisme, il s'impose de hti-mê me. Je ne fais pas 1tne oeuvre à thèse. tout au plus un plaidoyer, ou mieux encore une démonstration. Sachez que le mot « juif » n'est prononcé q1t'ttne Cette sentimentalité leur est fatale. Dénoncés, ils sont mis au cachot, torturés, obligés à reboucher eux-mêmes le tunnel, et embarqués dans le convoi suivant

- Pitchipoï ...

Mais ils sont irréductibles. Dans le wagon qui les emmène, ils parviennent à briser les barreaux d'une lucarne et sautent du train e.n marche, après Bar-leDuc. L'un d'eux est broyé par le train, qui roulait à 60 km. à l'heure' : un autre est repris et déporté ; mais les douze autres s'échappent. - C'est par hasard, dit Marcel Blistène, qtte f'a'i rencontré che::: des amis l'tin des rescapés, Jacques Boris. Il m'a remis des notes qu'il avait prises. Il 'm'a présenté tous ses camarades d'évasion. Le s~tJet m'a intéressé, non seulement sur le plan dramatique, mais parce qu'il Le Service · Librairie de « DROIT ET LIBERTE » J ules ISAAC (Prix de la Fraternité 1959) Jésus et Israël ......................... . Genèse de l'antisémitisme ............... . Expériences de ma vie ...... .. _ .......... . L'antisém itisme a-t-il des racines chrétiennes? Jacques LANZMANN Les Passagers du Sidi-Brahim ............. . J ean OTCHENATCHEK : Roméo, Juliette et les ténèbres (traduit du tchèque par Français Kerell ................... . Dora TEITELBOIM : Ballade de Little Rock (traduit du Yiddisch, par Charles Dabszinskil ..... _ ........... .. . Edition numérotée _ .. _ .... _ .......... . Elsa TRIOLET (Prix de la Fra te rnité 1957) : Le Rendez-vous des Etrangers Andrée CLAIR : Le Fabuleux Empire du Mali ............... . (pour enfants) Bernardi DADIE : 16,50 NF 8,90 NF 14,50 NF 4,50 NF 6 NF 6 NF 9 NF 30 NF 9,50 NF 5 NF Un nègre à Paris ....................... . . . . . 7 Alain GHEERBRANDT : Congo noir et blanc ..................... . 6 NF NF Ces oeuvres antiracistes seront envoyées sur demande, sons frais. Prière d'effectuer les paiements à la commande par mandat-poste ou chèque bancaire ou M.R.A.P., 15, faubourg Montmartre, Paris-ge ou par chèque postal, à « Droit et Liberté », même adresse (CCP 6070-98 Paris). beaucoup travaillé, consulté des qua/1tités de documents pour recon.stituer le camp. De nombreux rescapés sont d'aiUeurs venus, spontanément, m'apporter des détails. Parfois, des observations ou des cil-constances fortnites m'ont aid é à étayer ma. démonstration ... Tene:::, il y a dans le film une séquence où Je montre le Grand Pardon. J'avais prévu d' y faire participer la totalité du groupe des quatorze. Or, ils m'ont dit: « Nous n'v sommes pas t01lS allés. Certains, parmi nous, ne sont pas croyants, ou sont même opposés à la religion » ... J'ai modifié la séquence dans ce sens, et l'~tn des personnages déclare que ..cette cérémonie ne l'intéresse pas. ' Autre e_remple. Quand lai recherché des enfants comme j-ignra.nts, il s'en est présenté 'un noir. On m'a dit .- « Il ne faut pas le prendre, ce n'est (Jas vraisemblable ». Or c'est vraisemblable fustement. Il 'V a des fuifs noirs, comme il '\1 en a des iaunes, ou des bistrés, et c'est bien la preuve que les iuifs ne SO'l}t pas une race. Alors, j'ai mis l'étoile iaune aussi à l'en fant noir ... Nous quittons le jardin et son silence lourd, ses bancs de bois, la végétation abondante et sombre d'un été sans soleil. A l'intérieur, Marcel Blistène me montre, dans un gros cahier, le découpag- e du film, le puzzle des séquences fragmentées pour le tournage et qui, ensuite. se lieront, s'ordonneront en un tout harmonieux. Voici les photos déj à prises : images sobres et denses, propres à témoigner des intentions du réalisateur, qui ne sont pas d'étonner par de§ angles de vision insolites ou de jouer avec les nerfs des spectateurs, mais de montrer, de démontrer, de faire appel au bon sens et de toucher le coeur. -"""'~""' ... .,.~"~ De retour du Congrès de Cosmétologie Esthétique d'Amsterdam, j'adresse mes meilleurs voeux à mes chères ùmies et clientes FELLA. Toujours à la même ad res- Ise, on peut me téléphoner à ORN. 67-06 (les vendredis après-midi, jeudis et samedis). ..... ~"""'" 9 son heure Voici les acteurs : Etienne Aubray qui tient le rôle principal ; Francis Aubert, qui s'est cassé la jambe pendant le tournage, ce qui a entraîné une petite modification du scénario ; les vedettes féminines : Malva Ribowska et Françoise Favier. - Ce n'est pas un film comme les autres, dit Marcel Blistène, ému. Les comédiens se plient de bonne grâce à toutes les exigences du tournage, même les plus pénibles. Ils font preuve d'un dévouement, d'une co,nscience extraordinaire. De 'même, les figurants. Ils ne forment pas une vagt{e toile de fond. Je vois chacun s'identifier, Personnellement avec le drame qu'ils Jouent. Ils savent qu'ils représentent des êtres qui, pour la plupart, ne sont pas revenus. Même entre les séances de tournage, il règne une atmosphère particulière : rien n'est fait, rien n'est dit qui puisse détonner. Et puis, nous tournons les extérieurs sur les lieux mêmes du camp. Autour de nous, il y a des gens qtÛ ont Vtt, qui se souviennent. Quand nous avons réalisé la scène de l'arrivée des détenus, débarqués des camions puis parqués derrière -les barbelés, beaucoup de persçnnes pleuraient dans la foule qui s'était rassemblée pm.lr nous reqarder .- c'était bottleversant. EVEILLER LES CONSCIENCES .T e constate : - Ce fillll vient à son heure ... - Oui. J'ài commencé à le préparer en Janvier. C était, comme par hasard, la vaque de croix gammées ... J'ai cru, à la fin de la guerre, que l'antisémitisme était mort, et l'Allemagne à jamais déshonorée. Il 'V a quinze ans, mt tel film aurait sans doute été inutile. Mais au,iourd' hui, c'est une nécessité. On oublie vite. Et il est bon d'éveiller les esprits q1ti s'endorment, ou se plongent dans une léthargie ... volontaire. Pour moi, c'était une question de conscience .- il me fallait dire ce que je pensais. D'tf11e façon plus générale, Je souhaite me consacrer à des films de caractère social. Je ne renie certes r'ien de ce que .i' ai produit, mais il se trouve que mes préocC1tpations ont évoluées. Et J'ai besoin de croire à ce que je fais. Si. avec « Pitchipoï » fe pennets, ne serait-ce qu'à di:~ personnes. de corri,qer leurs erreurs, alors, j'aurai la certitude de n 'avoir pas travaillé ponr n'en. Et il conclut en souriant : - On dit que le film préféré d'un réalisateur c'est toufours le dernier qu'il a fait. Mais si je préfère « Pitchipoï », ie crois aue ce n'est pas seulement parce qu'il est le dernier ... A. L. «La Pyramide Humaine» (SU ITE DE LA PAGE 12) Jean Rouch. - Même maintenant c'est très difficile, parce qu'il y a une surenchère sur les salaires, et que les gens viennent en Afrique pour « faire de l'argent » ! , Dans ces conditions, il ne les intéresse absolument pas de connaître les Africains, c'est leur demander un effort, c'est aller contre leurs habitudes, c'est entrer dans un monde différent du leur, et ils ne font aucun effort. Je pense que cette génération de Français qui sont actuellement en Afrique, dans 90 % des cas - il ne faut pas condamner tout le monde - sont perdus pour l'Afrique, et c'est tant mieux pour elle. b.L. - Sans doute la situation ne sera-telle changée que lorsque les gens, au point de vue économique, seront sur un pied d'égalité ... Jean Rouch. - Je suis tout à fait de votre avis, supprimez les avantages des Français, supprimez la « solde coloniale » et dès lors on aura fait un pas en avant, il n'y aura pas cette espèce de barrière qui existe et qui fait que ce ne sont pas des mêmes Européens que l'on rencontre ici et en Afrique. C'est un des points essentiels. D .L. - Au total, ce film sera malgré tout très utile ... Jean Rouch. - Notre petite fierté, c'est d'avoir réuni des gens que les préjugés Séparaient, et qu'ils sont devenus des amis dans la mesure où il y avait entre eux des affinités particulières. Maintenant ils ont des relations normales, sans aucune réserve fondée sur la couleur de leur peau. C'est un exemple qui compte. Surtout pour la jeunesse. D.L. - Vous pensez donc que c'est une bonne chose que d'avoir fait « La Pyramide humaine » ? Tous. - Ah, oui ! Jean Rouch. - De toute façon, c'était une expérience très passionnante. Et ql,li n'est pas finie . 10 LA VIE DU M. R. A. P. , Pour le sucees du Gala Visite à nos amis belges Le Gala du M.R.A.P. c'est, traditionnellement, une belle soirée artistique. Mais c'est aussi une grande manifestation antiraciste, et tous nos amis ont, Dimanche 6 Novembre Réunion du Conseil Nalional Le Conseil National du M.R.A.P., élu le 31 mai, à la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, se réunira le dimanche 6 novembre à Paris, à l'Hôtel Moderne. Il aura à examiner l'action à développer en fonction des grand problèmes dc l'heure : le drame algérien et l'aggravation du racisme qu'il entraîne ; la menace, du néo-nazisme, accrue par la remilitarisation intensive de l'Allemagne occidentale

l'agitation des groupes racistes

et antisémites. Il débattra également des différents aspeets de l'activité du M.R.A.P., notamment sur les plans culturel et judiciaire. Enfin, le Conseil Nationa sera appelé à élire les organismes dirigeants de notre Mouvement : Bureau National, Secrétariat, responsables des Commissions. Chronique A MARSEILLE Une affiche sur l'affaire Eichmann Une immense affiche demandant « le châtiment suprême pour le criminel Adolf Eiehmann », réalisée par le Comité local du M.RA.P., a été apposée à Marseille au cours de cet été. Après avoir souligné l'impunité persistante de nombreux complices d'Eichmann, cette affiche se termine en ces termes: « Le châtiment d'Adolf Eichmann doit marquer le début d'une action généralisée contre les assassins hitlériens. Il faut que ceux-ci soient mis hors d'état de poursuivre leurs activités criminelles. Il faut qu'ils soient jugés et punis en fonction de leurs horribles forfaits. C'est à ce prix que disparaîtra la menace angoissante de voir renaître le nazisme. » Cette initiative du M.RA.P. a eu un grand retentissement à Marseille, et a reçu une approbation chaleureuse dans les milieux les plus divers. STRASBOURG Un débat public sur le racisme Le Forum de Strasbourg, animé par notre ami M. Jean Pfirsch, organise, le mercredi 16 novembre, à 20 h. 30, dans Le Club Amitié vous invite ... Après une première année riche en activités diverses, c'est avec plaisir que le CLUB AMITIE, le club des jeunes antiracistes vous propose une série de conférences- débats et organise des soirées attractives dans une amibance amicale et sympathique. Voici son programme pour les prochaines semaines : Mercredi 12 octobre : LE PROBLEME I-IOIR ET LES ELECTIOI-IS AUX ETATSUI- IIS. Conférence par le journaliste américain William Gardner SMITtt. Mercredi 19 octobre : « LE RHII-IOCEROS », de 101-1 ESCO. Sartie collective au Théâtre de France. EXCEPTIONNELLEMENT : Mercredi 25 octobre : DEBAT SUR LE « RHII-IOCEROS », avec la participation de J. RUAlID, Secrétaire général du « THEATRE DE FRAI-ICE ». Mercredi 2 novembre LE DESARME- ' MEI-IT GENERAL EST-IL POSSIBLE 1. Con-férence- débat avec le publiciste Roger MARIA. Les réunions du CLUB AMITIE ant lieu à 21 heures, au 120, rue Vieirle-du-Tempie (Métro: Filles du Calvairel. Renseignements au M.R.A.P. (PRO 82- 78). chaque année, la tâche de se mobiliser pour en assurer le succès. Le succès, cela signifie d'abord remplir la salle, c'est-à-dire que chacun peut, à cette occasion, aider le M.R.A.P., non seulement en prenant lui-même des billets pour sa famille, mais en en plaçant autoU1" de lui. Chaque billet vendu, c'est un sympathisant de plus autoU1" de notre Mouvement; c'est aussi une contribution matérielle, si nécessaire à notre action. Autre ressources du Gala : les annonces publiées dans le programme (qui cette année sera illustré par Jean Effel). Dans ce domaine aussi, chacun peut faire quelque chose : solliciter un annonceur possible, donner quelques adresses de commerçants, d'artisans et d'industriels susceptibles de nous apporter leur soutien sous cette forme. Les premières démarches témoignent de l'intérêt renouvelé que l'on porte au programme de notre gala dans des milieux de plus en plus larges. Que tous nos amis donc, se mettent à l'ouvr~ge. Le M.R.A.P. a besoin de toutes les bonnes volontés. N. B. - Les billets peuvent être retirés au M.R.A.P., 1.1, faubourg Montmartre, tél. ~ PRO. 82-78. Un dépôt a été établi à Belleville, à l'épicerie Israël .s bis, rue de la Présentation. ' Charles Palant, secrétaire général du M.R.A_P., et Albert LévYJ rédacteur en chef de « Droit et Liberté », étaient les invités, les 16 et 17 septembre, du « Cercle Culturel et Sportif Juif » de Bruxelles. Ce jeune et dynamique groupement, dont les activités culturelles et sportives ~i;: D'une façon générale, nos deux délégués ont reçu de la part de nos amis belg:es, un accueil des plus cordiaux. Et, apres deux jours d'entretiens, de rencontres, de prises de contact diverses, on peut affirmer que cet intéressant voyage aura des résultats très positifs pour la cause que nous ,défendons. Premier contact à la ,qare du Midi ... sont multiples, a décidé, en effet, de ~e consacrer également à la lutte contre l'antisémitisme et le racisme, et pour ce faire, de collaborer avec notre Mouvement. Le samedi 16 au soir, le Cercle avait organisé une soirée dansante dans son beau local du boulevard du Jardin Botanique. Au début, en présence d'une foule nombreuse et sympathique, Charles Palant apporta, en une brève allocution vivement applaudie, les salutations chaleureuses du M.R.A.P. La délé2'ation du Cercle, dirigée par son président, M. Susskind, et les représentants du M.R.A.P. ont constaté leur communauté de vues concernant les données actuelles de la lutte antiraciste. Ils se sont mis d'accord sur la nécessité d'un échange d'expériences et de concours. Première réalisation concrète : le Cercie Culturel et Sportif Juif s'est chargé de la diffusion de « Droit et Liberté » en Belgique où, nous n'en doutons pas, il est appelé à rencontrer par ses soins, une audience grandissante. des Comités locaux Signalons d'autre part que Charles Palant a été invité à faire une conférence à Bruxelles, sous l'égide du Cercle, le samedi ,s novembre prochain. D'autres conférenciers amis de notre Mouvement seront appelés par la suite à se rendre la grande salle municipale de l'Aubette, également en Belgique. un débat sur le thème: Racisme et dignité humaine. Deux orateurs sont prévus: M. Daniel Mayer, président de la Ligue des Droits de l'Homme, et Mo Marcel Manville, m8m· bre du Bureau National du M.RA.P. L'action antiraciste da ns les colonies de vacances Au cours du stage organisé à Versailles pour les moniteurs de ses colonies de vacances, le Comité d'Entreprise de la Régie Renault avait prévu, cette année encore, un exposé sur le racisme, et demandé au M.RA.P. de désigner un conférencier à cet effet. Cet exposé a été présenté le 13 juillet par Mme SChram, membre du Bureau du Centre de Liaison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux. Il fut suivi d'une intéressante discussion. Les moniteurs se sont engagés à agir systématiquement contre le racisme dans les colonies de vacances. REUNIONS ET CONFERENCES • Les jeunes des Auberges de Jeunesse de Paris-Est avaient convié M' Manville à leur faire une conférence sur l'évolution des peuples d'Afrique, le 27 septembre. Son exposé a été suivi d'un débat, montrant l'intérêt des pàrticipants pour les problèmes de l'actualité et ' pour le combat antiraciste. D'autres rencontres de ce genre sont prévues. • Charles Palant, secrétaire général du M.RA.P. a pris la parole au Mémorial du Martyr Juif Inconnu, le dimanche :& octobre, au cours d'une soirée du Souvenir, organisée par la Société des Amis de Cenestochow. • Une soirée d'adieu en l'honneur du départ de M.T. Goldreich, président de l'Union des Sociétés Juives de France, a eu lieu le 4 octobre à l'hôtel Piccadilly. Charles Hutman, membre du Bureau National, a pris la parole au nom du M.RA.P. Le Bureau National du M.R.A.P., à sa réunion du 29 septembre, a approuvé pleinement les décisions prises, qu'il salue avec satisfaction et espoir.

  • Nous donnons ci-dessous le programme

le programme des prochaines activités du Cercle Culturel et Sportif Juif de Bruxelles: SAMEDI 8 OCTOBRE, à 20 h. 30 : Séminaire d'études cinématographiques. Première séance: exposé: Nécessité d'une culture cinématographique, par M. BRISMEE. professeur d'éducation cinématographique. Projection: Un condamné à mort s'est échappé, de Robert Bresson. MERCREDI 12 OCTOBRE à 20 h. 30: Conférence : Panorama de l'Art israélien, par M. HADAR!, critique d'art, directeur de « Israéliens Bonds » pour Benelux. SAMEDI 22 OCTOBRE à 20 h. 30 : lE CARNET dE D.l. Grande soirée artistique . humour, chansons, poésie, musique. Un spectacle de qualité. MERCREDI 26 OCTOBRE à 20 h. 30 : Conférence : La Cibernétique, par Paul DANBLON, animateur des emlSSlOns MARIAGE, scientifiques à la radio et à la T.V. Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage de notre amie Hilda KORSEC, dévouée militante du lI' arrondissement, avec M. Serge POUILLOT. Nous leur exprimons nos féliritations et tous nos voeux de bonheur. NAISSANCE Nous avons appris avec joie la naissance de la petite Danièle Martine LouiseMichel, seconde fille de notre dévoué ami HASSOUN, de Strasbourg, membre du Conseil National du M.RA.P. Que les heureux parents trouvent ici l'expression de nos félicitations et de nos voeux affectueux. NOS DEUILS Nous avons appris avec émotion le décès, survenu le 24 juillet, de M. Georges Lévy qui, au nom de la Société des Chaussures André, manifesta à maintes reprises sa sympathie à notre Mouvement. Nous exprimons à Mme Georges Lévy et à ses enfants nos sincères condoléances. ••• Tous nos amis auront appris, fin juillet, avec beaucoup de peine la mort prématurée de Simone DUBREUILH, à l'â.ge de 48 ans. Brillante critique cinématographique, unanimement respectée, Simone Dubreuilh nous avait honorés à plusieurs reprises de sa collaboration. Elle participa à divers débats du Club Amitié. Nous exprimons à sa famille nos sincères condoléances. ACCIDENT Notre ami le Dr Leibovici, président du Comité du M.RA.P. du 12' arrondissement, a été victime d'un accident d'automobile, alors qu'il partait en vacances avec sa famille. Lui-même et sa femme ont été gravement blessés, mais nous sommes heureux d'annoncer qu'ils sont en voie de complet rétablissement. Nous leur exprimons tous nos voeux et notre amicale sympathie. .. •• La famille Maïer nous prie d'exprimêr sei!l voeux chaleureux de prompt rétablissement au Dr et à Mme Leibovici. SAMEDI 5 NOVEMBRE, à 20 h. 30 : « Racisme et Antisémitisme », par M. Charles P ALANT, secrétaire général du M,RA.P., de Paris. MERCREDI 9 NOVEMBRE à 20 h. 30 : Conférence L'Iconoclaste, par û. VAN HOUT, animateur des émissions de philosophie et morale laïque et Jean LE PAILLOT, dramaturge. (Le siège du Cercle est au 51, boulevard du Jardin Botanique, à Bruxelles. Tél. 11-52-00). Af~ c~tfa60."ateu""" pu61ient ... Notre collaborateur Raph FEIGELSON vient de publier une intéressante plaquette sous le titre: « Ecrivains juifs de langue française », aux Editions Grassin. Cet essai profond et original s'efforce de déceler sur le plan de la culture française, essentiellement dans la période contemporaine, ce qui peut faire apparaître la permanence du « fait juif ». Il y a là, on s'en doutera, matière à controverses. Mais la polémique parfois nécessaire n'écarte pas Raph Feigelson de la recherche objective, et sont étude conduit à des conclusions très nuancées. (L'exemplaire: 5 NF).

Nous sommes heureux d'annoncer également la parution, aux Editions Pierre Jean Olswald, d'une plaquette de poèmes de notre ami Roger MARIA : « Des lilas à l'étoile ». Une telle oeuvre peut étonner de la part d'un publiCiste comme Roger Maria, dont nos lecteurs apprécient le mordant lorsqu'il s'attaque aux préjugés racistes. Pourtant, on découvre, à travers ces pages, une personnalité vibrante, d'une profonde sensibilité, ce qui n'exclut d'ailleurs pas la conscience lucide des réalités. Et l'on sent que chez lui le coeur et la « belle raison » ne saurait être dissociés. (L'exemplaire: 4,50 NF).

Ces deux plaquettes peuvent être commandées à « Droit et Liberté », (C.C.P. 6070-98). Une étude de Juan COMAS LES ENSEIGNANTS devant le D ONNER une culture humaniste, développer chez les jeunes une curiosité intelligente, dépourvue de tout préjugé à l'égard des autres nations, faciliter l'amitié, la compréhension entre les peuples est une des noblesses de l'enseignement. Mais l~ tâche n'est pas simple, le Colloque des Enseignants en a montré la complexité. Comme prélude à cette rentrée 1960, nous pensons que les maîtres pourront trouver matière à réflexion dans les quelques citations que nous donnons ci-dessous, tirées d'une brochure publiée par M. Juan Comas, ethnologue de l'Université de Mexico sous le titre « L'éducation devant la discrimination raciale », et que l'auteur vient de nous faire parvenir. DE PATIENTES DEMONSTRATIONS Après avoir mont!'é que le préjugé raci ste est, comme tous les préjugés un état affectif qui ne peut êtl'e détrltit par simple raisonnement ni par démonstration s' il n'est pas l'epoltssé et remplacé par 'unautre état affectif, M. Comas poursuit : « Il n'est pas nécessaire de snrcharger les programmes scolaires avec 1me matière supplémentaire, « le problème du préjugé racial », et le maître lie doit faire en aucnne façon llne « leçon » préparée d'avance, ce qui serait inefficace pour combattre des attit1tdes si profondément enracinées. Il vaut mieltX user de nombreuses répétitions, de patientes démonstrations chaque fois que l'occasion s'en présente et quelle que soit la matière traitée en classe. Cependant certains faits sont d'une teUe importance Qlle tous les élèves doivent les connaître et les comprendre ... Il convient donc de donner des notions simples Sl~r les races et surtout - ce qui est beaucoup plus complexe - de lutter contre la discrimi- 11Otion, en essayant de rendre sensible la notion de l'unité de notre espèce. • racisme col1strttct'Ïve, en évitant que le préjugé dont ils sont victimes ne les pousse à se replier. On dO'it, en tmae honnêteté les avertir qu'ils auront à vivre dans des conditions hostiles, mais. qu'ils doivent être prêts à lutter contre l'injustice au liett de se sentir victimes et se complaire dans l'amertume et les lamentations. Au, maître de leur montrer qu'il parta.qe leur attitude lég'itime de protestation contre la discl'Ï1nination ; mais qu'un tel état de chose ne peut ni ne doit servir de iust'ification à leurs déficiences individuelles. » PRATIQUE DE LA FRATERNITE Et nous terminerons par cet appel à une pratique permanente de la lutte antiraci ste, que lance M. Comas : « ... Il est fréqloent, remarque-t-il, de tl'ouver des élèves qui en classe condidèrent la discl'Îmination cQ!nme un fait néfaste et les préjugés raciaux comme irrationnels, mais qui, dans la vie quotidienne . pratiquent cette discrimination et partagent ces préfugés. Ce n'est donc pas en lisant mt en écoutant des arguments mais en agissant concrètement contre de telles pratiques que les enfa~ts apprendront ce QI.t'est l'inittstice raciale, qu'ils sentiront la nécessité de la chasser de leur mode de vie. Si un élève manifeste publiquement son amitié à l'égard d'un camarade d'une autre « race », s'il a agi avec ardeur POtIr le faire admettre dans un ieu, alors il en arrive à un stade rtmweau de type affectif et sentimental dans la luUe ' en faveur de la compréhension et de la bonne entente entre les « races », et il s'identifie au plus profond de lui-même, avec ceux qui travaillent à faire régner la tolérance. « Le maître anra réussi s'il obtient cette participation active de ses élèves dans la lutte contre la discrimination et les résultats seront bien meilleurs qu'avec de simples exhortations, aussi claires et nombreuses soient-elles. » 11 Actualité;:de BARBUSSE PAR la pensée, par l'action, Henri Barbusse a été des nôtres. Autant que l'auteur de l'Enfer, du Feu et de Clarté, autant que le poète et le romancier, gloire des lettres fran~aises, le M.R.A_P_ doit honorer en lui le combattant contre le racisme et pour la paix. Ce combat s'est affirmé dès ses premières oeuvres. Héritier de l'idéal révolutionnaire du XIX' siècle, descendant de ces pasteurs qui n'avaient cessé de faire du christianisme une vivante réalité pour laquelle on est pr-êt à chaque instant à témoigner au prix de sa vie, bien avant de s'engager dans la guerre en 1914 et de mepar


Pierre PARAF ner de 1922 à 19.1.1, où il mourut, la lutte contre le fascisme, Henri Barbusse flétrissait la loi de la violence et la loi de l'inégalité. Il était dans la ligne de ses livres et de sa vie de dénoncer les pogromes, de s'élever durant son séjour aux Etats-Unis contre les discriminations qui, bien plus encore qu'aujourd'hui, prenaient nos frères noirs pour victimes et de présider à l'association qui avait assumé leur défense. Comme Anatole France, qu'il admirait et qui l'aimait, mais sur un mode qui n'était pas celui de l'ironie, mais du drame, Henri Barbusse a pourfendu le coloniaUsme, souffert, comme de ses propres bles'sures, de celles qui faisaient saigner la chair ou le coeur des nègres et des jaunes. Au judaïsme, à Israël, Henri Barbusse a consacré des pages frémissantes d'amour qui s'adressaient à une famille humaine, non point supérieure aux autres certes, mais placée souvent par les persécutions de l'histoire, le courage de tant de ses fils, à l'avant-garde des hommes. .J'ai récemment évoqué à l'occasion du vingt-cinquième anniversaire de sa mort, la fascination qu'exer~ait sur lui « Jésus le Juif », l'audace et la tendresse avec lesquelles il l'a revendiqué - comme disait Edmond Fleg de Rembrandt « refaisant juif le Dieu qu'ils avaient fait chrétien ». Je ne connais pas d'écrivains, non seulement parmi les libres penseurs parfois gênés de proclamer leurs affinités avec le crucifié de Palestine, m;:!is parmi les plus authentiques chrétiens, qui aienj: su revivre, actualiser ainsi sa Passion, avec tant de ferveur, tant de vérité que ce fils de l'Homme apparaît bien plus grand de n'être pas Dieu. Sans doute Henri Barbusse en préfa~ ant un livre d'Elian Finbert Sous le Signe de la Licorn~ et du Lion affirmait- il une position très différente - sinon tout à fait hostile - de celle du sionisme. Il ne croyait pas - comme je le crois moi-même - que cette solution, valable à mon sens pour une partie des juifs, n'est nullement contradictoire avec les autres, l'intégration nationale, la mission universelle des israélites. Il nourrissait ~our eux tant de noble ambition qu'il refusait de les voi l' s'enfermer dans le cadre d'une patrie, qu'il les situait « aux postes d'écoute du monde ». comme les guetteurs, les éveilleurs de la justice et de la paix qui s'annoncent, comme des véritables sentinelles de l'aurore. Mais le génie hébraïque lui semblait dans l'ordre du progrès plus fécond encore que le génie hellénique. Et - s'il m'est permis d'évoquer un souvenir personnel - dans une correspondance qu'il me faisait l'honneur de m'adresser à l'occasion de mon premier roman - une transposition d'un soldat de l'armée d'Orient au siècle de Platon - tout illuminé par la gloire de la Grèce antique, il me marquait ses préférences pour les Pro_ phètes. Ceux que Jean Jaurès, lui aussi, honorait entre tous « parce qu'ils voulaient essuyer les' larmes de tous les visages ». Henri Barbusse, frère des plus souffrants, des plus audacieux parmi les défenseurs de l'Homme, mérite d'être lu, d'être glorifié, d'être aimé par tous ceux qui mènent le combat contre le racisme et pour la paix. « Mais lm tel résultat n'est possible que grâce à un long et patient effort d'orientation. Un des facteurs décisifs .en est la propre attitude de l'éducateur, .explicitement ou implicitement manifestée .' 1lne seule expression de Préjugé racial, ltne phrase moqueuse Ott méprisante à l'égard d'un indigène. d'tin nègre on d'lin, juif détruira tOtaes les affirmations de principe sur l'égalité entre les lzom- 1J1eS, » les racistes se déchaînent ... DES ENFANTS A AIDER « ... Il ne convient pas, note M. Comas, que le maître désapprouve brutalempnt 1tn critère raciste. Le seul réslûtat en serait Que l'élève se rePlie' sur lui-même, mais sans qu'il change d'opinion en son for intérieur. « N' oltblions pas que l'enfant imbu de préjuqés racistes, a lui aussi besoin d'aide, tout comme l'enfant victime de ces m~mes préjugés .' le maître doit le traite'r avec la même sympathie, la même compréhension ; il doit le protéger, si c'est nécessaire, contre l'indignation de ses camarades. Plus l'enfant se sentira ,en sécurité. moins il aura besoin d'adopter tlne attit-ude discriminatoire. » M. T uan Comas aborde un problème plus délicat encore : l'attitude du maître envers les enf.ants qui subissent cette discrimination : « ... Il faùt faire en sorte, dit-il, qu'ils ,ex tériorisent leur état d'âme de manière (Suite de la première page.) Qui gênent ce Lumumba et ses compères ? Dans « Europe Magazine », des Belges affirment : « ._. Le Bas-Congo est bel et bien perdu. Il faut y laisser les Nègres retourner à la barbarie dont ils ne sont que très peu à s'être dégagés. La plupart d'entre eux sont stupides, jouisseurs, sadiques, d'une paresse toute animale ... Nous ne les retrouverons jamais, et c'est tant mieux, car les énergies belges, l'argent belge, la jeunesse belge, ont mieux à faire qu'à se dépenser pour ce peuple sans aucune valeur. » C'est net. Sportif. Ils vident la place sans regret. Qu'ils laissent donc les Lumumba \s'entr'égorger comme de vrais civilisés ! pensez-vous. Et vous poursuivez votre lecture : « Gardons le Katanga, il en vaut largement la peine, mais abandonnons le BasCongo à ce que t'écrivain Senghor appelle la négritude. » Du coup, vous vous inclinez. Voici que le Katanga, sans doute peuplé d'êtres ni stupides, ni sadiques, ni... (voir plUS haut le palmarès) trouve grâce aux yeux d'un homme de bonne volonté. Pas tout seul dans son genre d'ailleurs. /1 Education à la fraternité Il Le Colloque des Educateurs et Enseignants, organisé le 14 février dernier, à la Sorbonne, à la suite d'une initiative du M.R.A.P., avait décidé la création d'un organisme permanent pour favoriser et coordonner l'action antiraciste sur le plan pédagogique. Cet organisme, le Centre de Liaison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux, vient de publier le premier numéro de son Bulletin : « Education à la Fraternité »_ Ce copieux document de 22 pages se divise en trois parties : l'une relate les activités et les projets du Centre ; la seconde, intitulée « L'enseignement et la vie » apporte essentiellement une do cumentâtion pédagogique sur le racisme en Afrique du Sud ; la troisième partie, enfin, donne des informations du monde entier sur l'action des éducateurs contre le racisme. Nous avons lu avec un intérêt tout pa~ticulier le compte rendu fait par un professeur de philosophie d'un lycée parisien de jeunes filles, qui a demandé à ses élèves de commenter l'ouvrage de Jean-Paul Sartre : « Réflexions sur la question juive ». Le Bulletin s'ouvre sur un éditorial de M. René Clozier, inspecteur général de l'Enseignement secondaire, président du Centre de Liaison. Nous souhaitons plein succès au Centre de Liaison des Educateurs, dont l'action est si nécessaire et que le M.R.A.P. assure de son conéours sans réserve. « Education à la Fraternité » peut être demandé à Mme Marie-Eve Benhaïem, institutrice (C.L.E.P.R.), 164, rue de Lourmel, Paris-15'. C.C.P. 7302-02 Paris. Le numéro

1 NF. Abonnement d'un an

5 NF). Certains déjà faisaient place à part au Katanga, bien avant l'éclatement de la République congolaise : avant même sa constitution : « Un émissaire belge fut arrêté à la descente d'avion à Elisabethville, trouvé porteur d'UN PROTOCOLE D'AUTONOMIE pour le KATANGA », ce qui prouve que les braves éducateurs belges, religieux ou laïques, avaient le souci d'éviter à leurs ouailles du Katanga de se commettre avec les tribus décriées du B·as-Congo. Voulez-vous le détail des vertus communes au Katanga, au Kasaï, au Kivu, trois provinces qu'il importe d'isoler du reste du pays? Elles s'appellent : cuivre, uranium, radium, cobalt, étain, zinc, etc. (au Katanga où il y en a pour 66 % du revenu du Congo) . Le Kasaï, lui, avoue modestement 80 % de la prOduction MONDIALE des diamants industriels. Plus de l'or. En tas. Compris ? Les coeurs les plus endurcis se laissent prendre à de moindres' charmes. Comme, riches ou pas, les territoires coloniaux sont ruineux, « Rivarol Il s'indigne

« Il n'en reste pas moins vrai que

le Gouvernement belge aura à voter les milliards nécessaires à l'aide que la minuscule Belgique continuera à porter au vaste Congo ». A titre de revanche_ Bien sûr. En compensation du temps où fort officieusement la minuscule Belgique était colonie du Congo ? Puisque les feuilles bien informées le disent : « Durant la guerre les exportations du Congo avaient couvert amplement les dépenses du Gouvernement belge réfugié à Londres. « Ces exportations ont permis à la Belgique, au sortir de la guerre d'ignorer la pénurie de dollars et de disposer de confortables réserves de monnaies fortes pour le relèvement de ses industries métropolitaines. » Et elles précisent : « I/Union Minière versait au Gouvernement belge 74 % de ses bénéfices. A compter du 30 juin (date de l 'émancipation du Congo), ces sommes iraient au gouvernement central du Congo. ALORS ... », Alors ? Au diable la pudeur ! Je cite « Rivarol », toujours : « Voilà à quelle situation grotesque et odieuse un gouvernement de supermédiocrates a conduit un pays qui ne possédait en mains qu'UNE CARTE de valeur, sa COLONIE ... Les dés sont jetés, la partie est colossale... La question se complique du fait de la richesse de ces trois provinces qui composent en quelque sorte le CONGO UTILE et excitent de ce fait bien des convoitises. » Alors ? L'affolement qui va jusqu'à reconnaître une conscience politique à nos « singes )} : « Le Katanga se considère en droit d'exprimer sa volonté », etc. Alors ? Le gachis : « La compétence des Noirs n'était qu'une façade de vanité. Une prodigieuse faculté d'imitation. » ( Le Figaro »)_ Des responsabilités, entJ.n ! « Le Congo offre l'édifiant spectacle d'un monstrueux chaos à l 'échelle africaine, une anarchie barbare à relents de cannibalisme. » Nous y voici ! On leur a donné, à ces cannibales, à ces sauvages, « un joujou qu'il ne faudrait donner qu'aux enfants sages » l'indépendance. Comment ? Ils ne sont pas sages, ces enfants ? Voyez « France-Soir » du 15 septembre. Une belle photo avec légende flatteuse : « Ces grands écoliers sont les députés congOlais en pleine séance ». Ils ont l'air tranquille, ces gosses. Un peu grandets, comme annoncé. Sans doute un cours d'adultes, ou de retardés ? Mais, de bonne tenue. A croire qu'ils n'ont jamais assisté à une séance parlementaire chez les Blancs. Le photographe aura probablement promis une sucette à celui qui verrait s'envoler le petit oiseau ? Alors ? Pourquoi leur taper sur les doigts ? Et les traîner dans la boue, tellement de boue ? Au ridicule, ils sont faits. Depuis le temps ! A la haine camouflée aussi. Au mépris quotidien. A la chicote même ! Mais à ce débordement d'injures ? Erreur de tactique. Maladresse insigne. Savez-vous, que c'est là, plus qu'aux séances de l'O.N.U., que s'affirme leur indéniable PROMOTION ? Cet été, je me suis aventurée, dans un pré normand, entre trois animaux que, de loin, j'avais supposés de paisibles vaches. C'était des taureaux. Ombrageux. J'aurais esquissé le moindre geste, accéléré le pas, ils fonçaient. J'ai continué mon chemin. La mort dans l'âme, les chevilles plongées dans les orties. Sans broncher. Croyez-moi, messeigneurs, par prudence, sinon par décence, mieux vaut cacher sa frousse au taureau. Mtlrie-Magde-Ieine CARBET, 12 Noirs et Blancs peuvent-ils s'entendre en Afrique? L'ethnologue et cinéaste Jean Rouch, réalisateur, notamment, du célèbre « Moi, un noir », vient de terminer un nouveau film : « La Pyramide humaine », dont le thème central est le racisme. La meilleure façon de présenter ce film nous a semblé être de réunir autour d'un micro, avec Jean Rouch, les trois interprètes actuellement à Paris: Nadine, Denise et Landry, à qui s'était jointe Mme Suzanne Vianès, également ethno· logue. Voici le débat - passionnant, et parfois passionné - qui s'est instauré : Droit et Liberté. - Voudriez-vous, Jean Rouch, expliquer d'abord à nos lecteurs dans quelles conditions « La Pyramide humaine » a été conçue et réalisée ? Jean Rouch. - J'ai voulu faire un film montrant quels pouvaient être les rapports entre les jeunes Africains et les jeunes Européens. A Abidjan je me suis très rapidement aperçu qu'il n'y avait aucun rapport entre lycéens africains et européens, en dehors de la classe. J'ai réuni une dizaine d'élèves, africains et européens. Puis nous avons procédé par cobourrés de préjugés et qui ont élevé leurs enfants dans cet esprit-là. Ils ne peuvent plus s'en débarrasser. Denise, - Comme dit Nadine, pour cer- ' tains - mais très peu - c'est surtout de la timidité. Parce qu'ils voient les autres faire comme ça, ils n'osent pas faire autrement. Mais pour une grande partie, c'est surtout parce qu'ils ont des préjugés, parce qu'on les a élevé dans une certaine atmosphère, ils ont ainsi des préjugés plus ou moins idiots en tête. Ils ont un complexe de supériorité. Jean Rouch. - Vous allez me dire si je me trompe : du fait de quelques-uns qui sont des racistes, ceux qui ne le seraient pas n'osent pas faire le premier pas, parce qu'ils ont peur qu'on se moque d'eux et l'on aboutit au résultat suivant : tous les Européens restent d'un côté et tous les Africains restent de l'autre. Estce qu'au fond ce n'est pas cela ? Landry. - C'est exact. Après ce film, je me suis rendu compte que ça pouvait très bien se réaliser, que l'on pouvait être copains sans mêmepenser à la couleur de peau, et dire « Bon, il y a Jean, ou Jacques devant moi », sans chercher à savoir s'il est blanc ou noir ... tions naïves. Et ce que craignent les Africains, c'est que ce soit le prétexte à dire « voyez ces Africains, en fait ce sont de grandS enfants », « ce sont des gens qui n'ont pas compris » etc. Denise. - Non, ce n'est pas exactement cela. Dans un certain sens, ce que je re- Nadine. - Ce n'est pas tellement qu'ils aient peur qu'on se moque d'eux mais une fois qu'on a terminé les cours, on s'en va chez soi, ou l'on va à la piscine, mais c'est toujours pareil, la piscine n'était pas ouverte aux Africains jusqu'à ces derniers temps. Alors, comment voulez-vous qu'il y ait des contacts ? Jean Rouch et quat're interprètes de la « Pyramide Hmnaine » à Paris. Denise. optation : les uns et les autres amenaient leurs camarades. Ce qui fàit que nous avons constitué une classe un peu fictive, composée de deux groupes d'amis suffisamment coh.érents pour faire une histoire. Nous avons établi, avec les élèves euxmêmes, un scénario fictif, dans lequel nous avons décidé qu'une jeune Européenne, Nadine, (qui dans la réalité avait été longtemps en Afrique) venait d'arriver et n'avait pas les complexes des anciens. Et }'h.istoire s'est précisée au fur et à mesure. Parmi ces Européens et ces Africains pris au hasard, il y avait des racistes. Nous avons ici, par exemple, Landry qui est un Africain, un Ivoirien, et qui jouait le rôle d'un raciste ... COMME TOUT LE MONDE Landry. - Avant le film, je n'avais aucun contact avec les Européens d'Afrique. Je suis assez orgueilleux et ce que j'éprouvais à l'égard des Européens, c'était de l'indifférence. Ils n'essayaient pas de se rapprocher de nous, et nous, naturellement, moi personnellement, je ne m'occupaiS pas d'eux. Ce n'est pas que je sois raciste, je n'ai rien contre eux ... Denise. - Pour ma part, j'avais plusieurs fois été invitée par des camarades européennes à des surprises-parties. J'en ai invitées pluSieurs fois aussi. C'est assez exceptionnel. L'inconvénient, comme dit Landry, c'est que beaucoup de jeunes Européens sont bourrés de préjugés. D.L. - Croyez-vous qu'il soit juste d'employer le mot « raciste » aussi bien pour les Européens que pour les Africains ? Si chez les premiers il y a une attitude méprisante, hostile, ne s'agit-il pas plutôt chez les Africains d'un réflexe de dignité? Landry. Landry. - C'est exactement ça. Nadine. - On a peut-être, de part et d'autre, une espèce de timidité. Personnellement, je n'avais pas une attitude méprisante, pas du tout envers les Africains, c'était simplement pour faire comme tout le monde : ça ne se faisait pas et je ne me posais pas de question à ce momentlà. D.L. - Est-ce qu'il n'y avait pas aussi des préjugés ? Nadine. - Dans certains cas, oui. Il y a des cas extrêmes, par exemple le cas de Jacqueline dans le film. Elle est vraiment la raciste, tout ce qu'il y a de plus raciste, c'est-à-dire la fille qui a des parents SANS PENSER A LA COULEUR Suzanne Vianès. - J'ai quelque chose à dire sur mon expérience de mère de famille. J'ai une petite fille et je me suis « NOS ANCETRES LES GAULOIS » ... D.L. - L'expérience de Jean Rouch estelle unique ? Avez-vous vu d'autres tentatives de rapprochement, par exemple dans le lycée même ?,.. Denise. - Les professeurs arrivaient là pour deux ans, pour la plupart. Il y a aussi des plus anciens, mais c'était un état de fait, ils ne s'en occupaient pas et ils Un débat sur le dernier film de Jean ROUCH : 1/ La Pyramide humaine" aperçu que chez les petits enfants, de 4 à 7 ans, il n'y a pas de racisme. Les gosses jouent facilement entre eux. Les Européens qui ont des domestiques, des boys, des mama qui s'occupent des enfants les laissent facilement jouer avec les petits noirs. La discrimination ne vient que plus tard. D.L. - En somme, il y avait dans le film quelque chose d'expérimental : vous avez suscité des rapports qui n'existaient pas dans la réalité ... Jean Rouch. - Exactement, ,mais ça, je le savais. Au début, je comptais faire un film qui montrerait précisément ces deux mondes placés l'un à côté de l'autre et s'ignorant. Puis il y a eu quelques contacts et dans les discussions pendant que nous préparions le scénario, cette barrière était déjà en train de tomber, mais déjà aussi, c'était artificiel, puisque c'était uniquement parce qu'on allait faire un film que les gens se réunissaient le samedi après-midi dans la bibliothèque de l'Institut de recherches pour discuter du scénario possible, Il y avait donc un prétexte. Très vite, je me suis aperçu qu'il se passait un phénomène devant moi et que c'était cela qu'il fallait filmer, la naissance de cette communauté,.. D.L. - Landry, avez-vous changé depuis la réalisation du film ? Landry. - On ne peut pas dire que j'ai vraiment changé : je ne suis pas raciste, je n'ai rien contre les blancs, Mais, je l'ai déjà dit : quand un Européen me manifeste son amitié, je l'accepte et je lui prouve réellement qu'il est mon ami, mais tant qu'il ne me regarde pas,., D.L. - Mais s'il ne vous manifeste pas son amitié le premier ? Landry. - Il Y a eu une modification, en ce sens que maintenant, je suis prêt à faire les premiers pas, vers un Européen qui me parait sympathique, Nadine. - En France? Landry. - Je parle de la France justement. D'ailleurs, en France, ce n'est pas du tout le même état d'esprit. Je me sens un peu comme chez moi. Nadine. - Mais en Afrique? Tu ferais les premiers pas en Afrique ? Landry. - En Afrique aussi, je ferais les premiers pas. Nadine. - Alors, tu as changé ... Landry. - Oui, Et j'aimerais que tous les blancs soient comme les copains du film. D.L. - Est-ce que vous, Denise, le film vous a apporté quelque .tllose ? Denise. -- Je me suis rendu compte que tout n'était pas perdu et que si tout était à faire encore en Afrique, c'est parce que les blancs comme les noirs n'avaient pas été amenés à parler de cela. qu'ils n'avaient jamais essayé d'avoir des contacts pour voir ce que ça pourrait donner. ne cherchaient pas à savoir quels étaient les rapports entre leurs élèves. Jean Rouch. - Il Y a à ce sujet une chose terrible à dire : tout l'enseignement africain est semblable à celui que l'on donne en France. Vous prenez des enfants, Nadine. vous les mettez dans une même classe et tout ce qu'on leur apprend est basé sur une culture française, tous les Africains qui sont ici ont ·commencé à dire : « Nos ancêtres les Gaulois ll,.. Denise. - On le dit encore ! Jean Rouch. - Oui, on le dit encore. En outre, quand on leur apprend l'histoire de l'Afrique, on leur apprend l'histoire de la conquête coloniale, autrement dit, on leur apprend la façon dont leurs ancêtres ont été battus par des Européens. En d'autres termes tout le système d'éducation est basé sur ceci : « Vous êtes des inférieurs, et nous, les Européens, nous sommes des supérieurs ». Etant donné cet état d'esprit, il paraît impossible que dans une classe il y ait des contacts personnels et l'attitude des jeunes blancs et des jeunes noirs ne fait que refléter ce qu'on leur a appris. COMMENT EN SORTIR ? D.L. ~ Estimez-vous que le film, lorsqu'il sera projeté, contribuera à améliorer les rapports entre blancs et noirs ? Nadine. - Moi, je pense que oui. Evidemment si on projette le film à Abidjan, il est évident que ce sera une sorte d'exemple ,c'est normal. Jean Rouch. - Moi, je suis un peu plus pessimiste ... Denise. - Moi aussi. Jean Rouch. - Et pour des raisons assez singulières. Ce film montre des jeunes Africains de 18 ou 19 ans. Et qui par conséquent raisonnent comme des gens de cet âge, qui par exemple se contredisent, dont l'argument .. tion n'est pas toujours très bonne, qui ont parfois des réacproche au film c'est qu'il ne ' satisfera pas les Africains. En France, d'accord, c'est un film qui aura beaucoup de succès et qui intéressera beaucoup de gens, mais en Afrique, je crains qu'il n'intéresse pas tous les milieux. Sur le plan scolaire, bien sûr, il aura de l'effet : après tout, c'est l'essentiel. Nadine. - Si l'on amenait les gens à y réfléchir comme on l'a fait, ils pourraient changer, Tout d'abord, ils iront voir jouer le film avec indifférence ou pour voir jouer quelqu'un qu'ils connaissent ; et après, ils réfléchiront, cela leur apportera peut-être quelque chose. Landry. - Quant à moi, j'estime que ce film arrive un peu tard, en ce sens que, maintenant, il n'y a pratiquement plus de problème puisque nous sommes indépendants, même s'il y a de l'hypocrisie dans l'attitude des gens. D.L. - Croyez-vous que tout soit déjà résolu ? .. Denise. - Après l'indépendance le comportement des Européens a beaucoup changé ... Nadine. - C'est uniquement par peur de se faire expulser du pays ! Mais l'état d'esprit n'a pas changé. Denise. - Oui. Des gens qui avaient tenu des propos racistes se sont fait expulser de Côte d'Ivoire : alors, tout le monde a peur, parce qu'en Afrique, on a une bonne situation, on gagne bien sa vie ... Nadine. - C'est ainsi pour commencer, mais après, ça changera quand même. Il y a des gens qui . ne sont peut-être pas des hypocrites et qui seront peut-être surpris de s'apercevoir qu'en faisant semblant d'être amis, ou de se faire des sourires avec les Africains, on peut découvrir des gens avec lesquels on peut parfaitement être ami. De toute façon, je crois qu'il y a une évolution en route et qu'elle ne s'arrêtera pas. Jean Rouch. - Mon opinion est bien simple : je pense qu'il n'y a rien à faire avec les gens qui sont sur place là-bas D.L. - Pourquoi ? (Suite page 9) DROIT ET LIBERTE MENSUEL 15, Fg Montmartre - Paris (9') TeL: PRO. 82:78 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 7,50 NF Abonnement de soutien : 15 NF. ETRANGER ~ Un an : 12 NF Compte Ch. Post.: 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 60 fr. et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté » ou s'abonner au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 51, Bd du Jardin-Botanique à Bruxelles. Les versements peuv'ent être effectués au C.C.P. 278947, de M. S. Gutman, Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FB. Abonnement de soutien : 150 FB. Journal composé et imprimé par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - Châteauroux Gérante : S. BIAN cm.

Notes

<references />