Droit et Liberté n°243 - mai 1965

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°243 de mai 1965
    • Dimanche 16 mai au palais de l'UNESCO, journée nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix page1
    • Des chiens et des gosses par Oncle Tom page2
    • L'escalade de la paix par Roger Maria page3
    • Faut-il craindre un racisme à rebours, une étude de Georges Sarotte page4
    • Saint-Denis: échec à une offensive néo-nazie une enquête de Marguerite Kagan page5
    • Comment se prépare la journée nationale: le message de Ralph Bunche page6
    • Vingt ans après par Jorge Semprun
    • Quand les alliés ouvrirent les portes par Olga Wormser-Migot
    • Le mythe raciste dans la politique du IIIe Reich par Joseph Billig page7
    • Le vœu le plus cher (attitude de l'Eglise à l'égard du judaïsme) par Jacques Nantet page9
    • Il y a cinquante ans: les massacres d'Arménie par Jacques Malaude page12
    • Un discours d'Anatole France:"L'Arménie expire, mais elle renaîtra" page12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

15 MAI - 15 JUIN 1965 DIMANCHE 16 MAI, AU PALAIS N' 243 Un franc DE DANS CE NUMERO • Des articles de J.acques MADAULE, Jorge SEMPRU N, Olga WORMSERMIGOT, Joseph BILLIG, Jacq'ues NANTET, Georges SAROTTE, Roger MARIA. • Une interview d'Olivier HUSSENOT. • Un texte d'Anatole FRANCE. L'U. N. E. S. C. o. JOURNEE NATIONALE [ontre le ra[isme, r antisémitisme et pour la paix 1 \ Vingt ans , apres ... Drapeaux et brassards à croix-gammées, grenades, bouteilles explosives, munitions : tel est le butin (photo de droite) découvert il y a quelques semaines par la police argentine, près de Buenos Aires, après un échange de coups de feu, dans le repaire d'un groupe néo-nazi dirigé. par le fils d'Eichmann. Il y a 20 ans, les ca mps étaient libérés (photo de g~uche), Hitler était vaincu, mais pas l'hitlérisme ... ('ent ans Il Y a 100 ans Lincoln était assassiné par un fanatique sudiste qui ne lui pardonnait pas d'avoir libéré les esclaves noirs. Aujourd'hui son souvenir guide le combat des antiracistes américains, que l'on voit ici défiler (28 août 1963) face à sa statue géante à Washlngton. Le M.R.A.P. lui consacre une exposi· tion à Paris, 44, rue de Rennes, du 8 au 14 mai. , apres ... 2 7-IV_ - Le gouvernement britannique publie un projet de loi contre la discrimination et la haine raciales_ 8-IV_ - Le Ku-Klux-Klan attaque à coups de fusil le siège d'une organisation antiraciste en Louisiane (U.s.A.). lO-IV_ - A Lisbonne, six étudiants portugais sont condamnés à des peines de pnson, après avoir été tGrturés. • Trois mille manifestants, hommes, femmes, enfants, défilent près des Nations- Unies à New-York pour demander un cessez-le-feu au Vietnam_ • L'aviation an'éricaine reprend se attaques contre le Nord-Vietnam : 220 avions bombardent trois ponts. 12-IV. - L'Organisation Internationale du Travail (O,I.T.) dénonce i'apartheid pratiqué en Afrique du Sud. • Pour la première fois desNoirs sont admis dans quatre églises de Montgomery jusque-là réservées aux blancs. _ 13-4_ - Douze blancs sont condamnes par un tribunal de Johannesburg à des peines allant de un à cinq ans de pr:son en raison de leur lutte contre l'apartheid. 14-IV. - En Alabama, trois blancs qui avaient battu à mort le pasteur Reeb lors de la seconde tentative de « marche pour le droit de vote» sur Mc;mtgorpery, sont inculpés de meurtre, malS relaches après versement d'une caution de 10.000 dollars chacun. 15-IV. - Arrestation à Montgol(lery (Alabama) de 19 Noirs qui manifestaient en faveur de l'intégration en matière d'emploi. • A Montgomery (Alabama), nonlieu en faveur d'un membre du leu·KluxKlan, Gary Thomas, suspecté d'avoir participé au meurtre de Mme Liuzzo, qui avait participé à la marche de Selma, le 25 mars dernier. 16-IV. - Plusieurs groupes d'hommes d'affaires de l'Alabama lancent un appel en faveur de l'intégration, essentiellement dans le domaine de l'embauche. 19-IV. - A Londres, près de 50.000 personnes manifestent pour le désarmement nucléaire et dans l'immédiat pour la paix au Vietnam. 1 Il • 15.000 personnes manifestent pour la paix au Vietnam DEVANT LA MAISON BLANCHE. • Manifestation antiségrégationniste à Bogalusa (Louisiane) pour demander que soient suspendus trOls agents ~e police blancs, qui s'étaient distingues par leur brutalité envers les NOlrs. 20-IV. - Le Gouvernement Révolution· naire de l'Angola en exil (G.R.A.E.) pro· pose au Portugal un échange de prisonniers. 1 · A la commission de l'O.N_U. stir l'apartheid, M. Marour (Guinée ) DENONCE LES LIVRAISONS D'ARMES PAR LA FRAN· __- CE~A~L~'A~FRI~Q~U~E_ _D _U_ _S_ U_D_._. ----~ 22-IV. - Le Sénat américain ouvre son débat sur le projet de loi souI?is par ~e président Johnson pour garanhr le d,~Olt de vote des Noirs, et notamment 1 mscription sur les listes électorales dans les Etats où les Noirs ne peuvent voter. 23.IV. - Nouveau r aid américain contre le Nord-Vietnam : 7 avions abattus par la D.C.A. de Hanoï. De violents combats ont lieu dans le Sud. Les Etats-Ums préparent l'envoi d'importants _renfort~ . 24-IV. - A Boston, démonstratIOn anh· ségrégationniste condUIte pa~ le Pasteur King et à laquelle partiCipent plus de 18.000 personnes, noires et blanches. 25-IV. - En France, JOURNEE NATIONALE DE LA DEPORTATION marquée par des manifestations dans de nombreuses villes. 26-IV. - Emeutes raciales en Pensylvani~, à la suite de la mort d'un jeun~ nOlr abattu par un blanc dans des _ Clrconstances troubles, et en Ala!Jama, a Demopolis, où la police a lance des gaz lacrymogènes. . .. ' 1 27.IV .. - En République DommlCa1ne, a marine et l'aviation combattent les partisans de l'ex-président J uan Bosch . • VIOLENTES MANIFESTA· TIONS A TUNIS devant les am· bassades des pays arabes, à la suite de la condamnation par ces pays des déclarations du p~ési. dent Bourguiba sur le probleme israélo-arabe. 28-IV. - Les Etats-Unis envoient. quatre mille « marines » et parachutIstes en République Dominicain,e où le gC?uver' nement a été renverse par la revolte populaire. . " . • ManifestatIOns anhtumslennes au Caire, La résidence de l'ambassadeur de Tunisie incendiée. 29,IV. Oscar ,Christ, chef de la police de Wiesbaden (R.F.A. ) EST ARRETE POUR PRESOMPTION DE CRIMES DE GUERRE commis sous le régime nazi. • Les représentants des chefs d'Etats arabes réunis au Caire, rejettent l'idée d'une réconciliation avec I sraël, mais ne prennent aucune sanction contre la Tu· nisie. • Violents combats au Sud-Viet· nam, dans le delta du Mékong et dans la province de Quang,Nam, à 600 km. au nord de Saïgon, Z.V. - 10.000 « marines 1 et parachutistes américains combattent à Saint-Domingue, Des manifestations anti-américaines se déroulent dans plusieurs pays d 'Amérique du Sud, MOYEN-ORIENT • Nouvelles perspectives ? q UE S« i j'étais 1/11 leader palestilliell, .fc Il'hésiterais pas à rellcolltrcr les représelltallts de Tel .-h'iv ... » Cette déclaration iaite le 21 anil par ~I. Bourguiba, aprè;,- celle où il appelait à dominer les haines qui em'enil11ent le con fi i t i sraélo-arabe. est-elle de nature

1 1l1odifier quelq ue peu la situation au

Moyen-Orient? On peut 'interroger SUl' les intentions du président tunisien. Dans une lettre qu'il a adressée au pr és ident Nas~;er, lors de la réunion de la Ligue Arabe au Caire, ~l. Bourguiba affi l'me : « Le pla Il qlle j'ai précollisé z'isc à gêllcr Ismël, à im'erser le rapport des forces et à gagller (1, uotre callse l'appui dc l'opiIlion illterl/atiollale. » 11 se réfère. en outre, aux déclarations faites récemment par le chef d'Etat égyptien à la revue française « Réalités ». Ce dernier avait cité ia résoluti on votée par l'O.:;-J.u. le 11 décembre 1948, recommandant qu'il soit permis « all.V réfllgiés arabes qlli lc désirellt de relltrer dalls l.em's foycrs le .MlIs tôt possible », et que des indemnités so ient « payées à titre dc COIIIPCllsatioll à CCliX qlli décident de Ile pas reu trc)' dans leurs foyers », Il ayait ajoutè que l'appl ication des résolutions de l'O.N.L. donnerait satisfaction aux nations afro-asiatiques. Sans qu'il soit po,'sible dans l'immédiat de déterminer les répercussions lointa ines de déclarations de ~I. Bourg uiba. on constate qu'elles ont pro\'oqué au l\ l oy~ n -O ri ent des re1l1OUS profonds et donne un tour nOU\'eau aux controyerses. Après le~ mani festations violentes de T unis et du Caire. la Ligue Arabe a r ejetl-, dans une résolution tout appel en- YUC « d'lIl1e recollilaissalice. d'Ilne récollciliatioll ou d'ullc coexistellce pacifique » ayec Tsraël. :'lIais :'IL Choukeiri. qu i avait tenu des l?ropos extrêmement yiolents et exigeait des sanctions contre la Tunisie, s'est troU\'é isolé. Du côté israélien. après que la presse eüt souligné ~l\' ec intérêt les déclarations de j'd . Bourguiba. divers porte-parole officiels se sont prononcés contre toute di scuss ion ayant pour base les résolutions prise par J'O.N.U. en 1948. Concernant le problème du Jourdain. Mme Golda Meir, ministre des Affaires étrangèl'es. a déclar é qu' « Israëi 1/'est -pas disposé à attelldre que les Arabes aient complètemellt réalisé lellr pro.fet pour décider si la qualltité d'cali cffectivelllent déto/f1'lIée justifie Illie action militaire quelconque' ». Ces propos ont suscité une vive inqui étude dans les pays yoisins. Apparemment. donc. la s ituation semble. quant au fo nd, inchangée, Et la paix toujours menacée dans cette région névralgique. Sans doute serai t-il illusoi re de préconi ser à l'heure actuelle, un débat sans passion où seraient examinés et confrontés les arguments, les aspirations des parties en présence. Que les déclarations agressives soient bannies de part et d'autre, que l'hypothèse d'une solution pacifique soit env i agée, est-ce aussi trop demander ? AFRIQUE DU SUD • Les prisons de 1/ apartheid UNE Journée Internationale pour la libération des prisonniers sudafricains aura lieu le 26 juin prochain. ' Rien qu'à Robben Island, l' « Alcatraz » sud-africain, un millier de prisonniers « nOl1-blancs » attendent leur jugement dans les pires conditions, matérielles et morales, affamés et constamment battus, alors qu'à Pretoria, où sont retenus les prisonniers blancs, « la Sûreté entendait briser les -prisonniers politi9ttCS, mentalement et physiqttement », declare un mémoire des Nations-Unies, relatif au traitement des détenus politiques en Afrique du Sud. Entre le mois de janvier 1963 et la mi-novembre 1964, 1.634 personnes ont été incarcérées en raison de l'Acte de répression du Communisme ou de la loi sur le sabotage - et l'on sait, par exemple, depuis le rapport des Nations-Unies publié en 1964, que le seul fait d'écrire sur les murs est assimilé au sabotage, et le fait de se prononcer contre l'apa rtheid est considéré comme une manifestation de « communisme ». S~ PASSE.T.IL --- -- l A littérature n'excuse pas tout. Un certain Gregor Von Rezzori, acteur et romancier, a publié dans un journal du soir son « journal de bord », contant par le menu, la vie de l'équipe qui réalise au Mexique « Viva Maria », sous la direction de Louis Malle, avec Brigitte Bardot et Jeanne Moreau. Un passage de ce reportage - volontairement pittoresque - dépasse les bornes de la décence. Herr von Rezzori n'aime guère les chiens abandonnés, et il conte par le menu, si j 'ose dire, comment la troupe leur jette, par jeu, les reliefs du menu quotidien. Mais pour l'auteur, il y a pire que les chiens : les enfants affamés. Ils sont évidemment mexicains, donc répugnants. « Nous leur jetons des cuisses de poulet et des pOignées de salade russe. Ils se disputent farouchement ce qui n'a pas été happé au passage par les chiens, Nous leur distribuons avec prédilection les desserts que nous n 'aimons guère ( .. ,) en nous berçant du secret espoir que ces mets, auxquels ils ne sont pas habitués leur donneront la dysen, terie et qu'ils resteront chez eux pendant quelques jours... » , J'espère que tout ceci est faux , que M. von Rezzori est un sacré menteur, et ( « Paris· Presse » un journal peu dégoûté. Sinon, l'équipe de Louis Malle" Mlles 1 Bardot et Moreau, les techniciens, les artistes... oseront,ils rentrer en France le iront haut en affirmant : « Nous en avons bavé ! » Des gosses mexicains et affamés peuvent·ils servir à la publicité d'un film ? Et peut-on souhaiter si criiment que des enfants so~ent malades, afin qu'ils ne troublent point la quiétude d'un petit groupe d'Européens, sans que personne ne s'émeuve? Bah ! Ils sont mexicains, lointains et étrangers. Et si pittoresques! Chiens ou gosses? Que fait donc la S.P.A. ? --, .. D'autre part, il y a eu l'an dernier plusieurs milliers de condamnations prononcées, parmi lesq uelles 45 condamnations à mort, 14 emprisonnements à vie, a insi que 1.200 condamnations diverses totalisant 7.256 années de détention. Mais ces chiffres datent de 196-1- et il est certain que depuis il;,- se sont augmentés. Signalons en outre, que les condamnations citées précédemment, ont fait, rien qu'à Port-E li zabeth, 1.500 « orphelins politiques » parmi les enfants, ' Grande est la difficulté pour obtenir des renseignements plus complets et plus précis sur ce qui se passe dans les prisons sud-afr icaines. Une loi de 1959, le « Prisons Act », stipule, dans l'un de ses articles que « publier tlne information fausse C01!cenzant la condltite on l'expérience ,en prisoll d'1t1t prisonnier on ex-prisonnier » constitue un délit. Aussi est-il aisé aux représentants de la justice de poursuivre quiconque s'efforce de faire connaître les conditions de vie dans les prisons de l'Etat. Cependant, il est possible de dresser un inventaire de ces conditions, malgré certains rapports favo rables émanants des rares personnes autorisée, par le gouvernement, à visiter les pénitenciers, Un mémoire confidentiel de J ohannesburg, parvenu à Londres, au mois de mars 1965, signale que tous les détenus sont isolés les uns des autres ; qu'ils demeurent enfermés 23 heures sur 24, leur heUl'e de sortie se partageant en deux demi-heUl'e - l'une le matin et l 'autre l'après-midi - et qu' ils passent ce temps là « dans une cour couverte, à éclairage artificiel », sans être autorisés à communiquer entre eux ; que le travail des pri sonniers s'exécute en cellule

qu'ils n'ont droit qu'à une lettre

et une visite toJ,!s les s'ix mois. Les détenus se classent en 4 catégories, en fonction des origines de leur condamnation. La dernière, la catégOl'ie D, réunit les auteurs de crime graves « d'un caractère particlûièrement audacieux et violent ». Ils convient alors de déployer, envers eux, « des 'mesures maximum de sécllrité ». Les détenus politiques appartiennent à cette catégorie et subissent, donc, un régime particulièrement inhumain, sur le plan mental et physique. A Paris, à l'occasion de la Journée pour la libération des pri s'onniers, une réuni()n publique avec exposition et projection d'un film sera organisée le vendredi 25 juin par le Comité de Lia ison pour la lutte contre l'apartheid. (Ce Comité édite un bulletin d'information dont le dernier numéro « Afrique du Sud ou l'enfer des Noirs » peut être demandé à M. le pasteur Lochard, c.c.p, 969-59, Dijon. Prix de soutien : 3 F.) POSITIONS • Tentatives cl' embrigadement DANS un article consacré aux élec- tions municipales récentes, « L'information juive », organe de l'As sociation des juifs originaires d'Algérie, écrit: « Nous ne nous joindrons jamais à ceux qui enCOftragent nos coreligionnaires à voter pour telle Olt t,elle liste. Pour Oncle TOM. 110 liS, dalls ces cOllsultations, il ne peut y avoir de « voix- j1tives ». « De la même //lanière, nOlis nous élevolls cOlltre l'e//lb-rigadem,ent des rapatriés an bénéfice de telle Olt telle tendance, de telle Olt telle personllalité. Selon nous, les associations de rapatriés se de'l.'mie1lt d'être apolitiques. L.J « NOliS comprenons et partageons l'amertnme des rapatriés à la suite d"nne politique dont avec eux nous avons sltbi les conséquences, mais ceci ,en aucltn cas ne devrait amener nos coreligionnaires à rejoindre les rangs de certains groupes dont on sait trop bien de quelle idéologie ils se réclament. » Un tract diffusé par le « Foyer juif libéral et démocratique » reproche d'autre part au journal « Le Pied Noir » sa collusion a\'ec Poujade. On y lit notamment

« Le jourllal « Le Pied "Voir»

z'allte la littérature racist,e et antisémite tic Louis-Ferdinand Céline, dit jOttrnal IlIaréchaliste «Riz'aI'al ». du 7/lensltel hitlé-riell belg.e « L'Europe combattaute », des syndicats (soi-disa llt) indépendallt du fasciste Simakis, d'li f01trnal d' e,t't rè7/le-droite « Fraternité Française », etc ... ». U.S.A. • Un exemple UNE teinturerie vient de s'ouvrir à Grand-Rapide, dans le Michigan. On peut lire sur le calicot placé au-dessus de l'entrée : « Magasin intégré, Le propriétaire des 1I!wrs est /ni f, Notre établissemel1t est dirigé par des Noirs américains, la comptabilité est tenue par ttn Américain d' origi11e hollandaise, L'établiss,ement a été créé et financé par des Américains d'origine libanaise. Notre établissement souhaite la bienvenue a~tx Américains de toutes couleurs et de toutes origines, » * Suite page 3. DROIT ET LIBERTE MENSUEL JI, rue dei! Jebeun - Pan. (11 Tél.: OUT. 09-67 Tarif des abonnements P'RANOE: Un an : 10 francs Abonnement de soutien : 20 franca ETRANOER Un an : 18 franci Compte Ch. Poet. : 80'10-98 PUIII PoUr les cha~ementa d'adreue .. voyer 1 franc et la dernière bande. EN BBLOIQUlI: : On peut se procurer Droit et Liberté, ou s'abonner, au siège des Amis de Droit et L iberté, 43, avenue 1 de Berchem Saint-Agathe, Bruxelles 8 • Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au {( Cercle Culturel et • Sportif Juif », 52, rue de l'Hôtel· des·Monnaies, Bruxelles 6. Versements au C.C.P. 723895 de 1 Léon ORINER, 9, Square RobertPequeur, Bruxelles-7. Le numéro : 10 francs beipIL L'abonnement annuel : 100 PB. AbooeMNmt de lOUUea : 18D PB. ~ Journal compos4 et 1mprtM6 ~ par des ouvriers syndiqut6I 8.PJI:.C. - ChAtee.uroa:JLa Directrice de publication : S. BIANCHI qUE • intégration et paix LA pa ix mondiale ct l'intégrati on l'aciale sont in sépa rabl es. a a ifi r IlI l' le pasteur ;\ 1 arti n Luther Ki ng. le 22 ilnil. à Boston. où il condu isai t ulle marche L nti ség rationni ste. Criti qué parce que le mOUI'elll ent qu' il di rige a pris posit ion contre la g uerre au \'ietnalll, aux côtés des 1ll0UI'ementS' paci iistes antinucléa ires. le pasteur a déclar é : «0/1 ne peut pas se sentir cOllcerné uuiquell/ellt par les droits ci'i.'iqucs. Il est très aqréable de pOlI'l'oir boirc d1l lait dalls UII restaura Il t illt'~ [JII Illais pas qua11d il co11ticl;t dll strolltillll/ 90. » A la rmé par la s ituation dU Vietnam, le pasteur K ing il a jouté qu'il ne s'opposa it null ement a ux décl.lrations fa ites par certa ins di rigeants intégrati onni stes noi rs « colltre la qllerre ct CO/ltre la sé! Jréqa{ iO/l raciale ». HIER ET AUJOURD'HUI • Les revoilà ... LA 11" Républi que autrich ienne a célébré, Ip. 27 alTi !. le l'i nn:ti èllle ann il'e rsai re de sa ionda ti on. . \p rès le défi lé llI ili taire le long de la SE PASSE-T-IL voie tri omphale de \ ïenne, une cér émon ie. sur la place des IIéros. devait honor er les r és i ~,.ta nt s a utri chi ens de la seconde g uerre mondiale. Le mini stre des T ransports. 11. P robst, dans son a llocuti on, a souligné que cieux mille sept cents r és istants avaient été exécuté,.; par les naz is, que trente-seot mille personnes avaient péri dans les camps en compagnie ci e cinquante-deux mille jui fs autrichiens, que trois cent quatre-v ing ts mille combattants éta ient morts sur les champs de batai lle. De son côté. le P I'é~i d e nt du Conseil na tiona l. ;'II. ;'IIaleta, a affirmé que les A utri chiens ne permettra ient plus que leur paix soit trol1blée.

'l Ia is au début du mois cI'a vril, le mini

stre de la Justice, le docteur Broda, it r e~ u un document émanant du ]'I1'ouvement des Résistants Aut richiens. Dans ce document. il pouvai t tra ll\'el' une li ste nOll1inati ve d'anciens nazis aut r ichi ens qui occupent. actuell emen t. cie hauts postes au sein de son adminis trat ion et qui. du rant la dern iè re guer re,

l\'a ient prononcé des sentences dc 1l10rt

contre des rés istants. Le docteur Broda a transmi s le doss ier aux scniccs du P rocureur g'énéral où. jl1 stelll cnt. se r et rou vent les personnes mi ses en accusation da ns le doss iel' mê1lle . E n ma r ,.; 19ô5. l'Académie sociali ste de \'i enne ayait égalcll1 ent protesté contre l'attribu t ion du titre cie P rofesseul'. au Docteur en droit II. Pieife r. un a ut re ancicn nazi a ut r ichien. ? • Prescri ption et châtiment TANDIS que la commission des Droits de l' II 0 111 me des .:-J ationsU nies, r éunie à Genè l'e, exprime son opposition unanime ù la prescripti on des crimes contre l'humanité, la S ui sse iait connaî tre sa posi t ion à l'éga rd des a nciens criminels nazis. Le Conseil fédé ral a fa it sayoir son intenti on de ne pas donner asile à ces criminels et de ne pas les laisser tranS'iter SUI' le territo ire helvétique avant leur départ pOUl' des pays plus « accueil lants ». E n outre, il se réserve le cl roit de les refoul er vers un E tat où la pr e~cripti on ne jouera it pas. 11 cOlwi ent de noter que. pourtant, le code pénal suisse admet la presc ript ion au bout de vingt ans en mati ère crimin elle ct que. d'après la conventi on germano-sui sse de 1874, l'extrad ition ne pcut avoir lieu ,l l'expirati on de cc cl éla i. Dans un auti'c domai ne, le gouverne- 11lent hell'ét iq ue se défend de fou rn ir des al'llleS il la Républi que sud-airicaine. par l'i nterlll édiai re cie l 'Allemagne cie l'Ouest, cettc Républi que sud -afri cai ne qui vient ,l'acconlcr son visa d'en trée à Otto Skorzeny. l'anc ien garde du corps de Hitl er. • L'Uni on des A nciens Résistants j ui fs de Belgiq uc, dans une r ésoluti on adressée au gOl1\'ern ellient de l'All emag ne Pédérale. proteste vivelll ent contre la décis ion prise le 2 ~ mars 1965 an Bundestag, de recOl llla Ît re aux crimin els naz is le bénéfice de la prescr ipti on à par t ir d l! 3l décembre 19ô9. 3-----_ • Sur le thème « les races et le racis. m~ ", « Le Courrier de l'U.N.E.S.C.O. " prese n!El d~n!:; son numéro d'avril un rapport tres cIrconstancié, consacré à ce que le ~ouverrtement sud·africain appelle le « ?eveloppement séparé " des races, et qUI est un condensé du rapport établi par les Nations·Unies en novembre 1962. ~ans le même numéro, sont publiés les ~Oll1ts de vue de divers savants : Georghi f. Debetz, Jean Rostand, Jean Hiernaux et I~s I?ropositions élaborées par 22 experts r~ul1ls. en août dernier à Moscou par 1 U .. N.E.S.C.O. concernant les aspects biologiques de la question raciale. Ce numéro constitue une illustration de la mise en garde du secrétaire général des Nations.Unies, U. Thant lorsqu'il décla. rait : « Il est clair que la lutte raciale, si nous n'arrivons pas à l'enrayer et finalement à l'éliminer, deviendra un monstre destructeur ... " '* • Une associ ation " Les amis du Ro i Christophe ", vient de s e constituer sous la présidence de M. Michel Leiris, en vue tout d'abord de faire représenter à Paris l a 'pi è c ~s d'Aimée Cé s aire" La tragédie d ~ rOI Christophe " - ce roi haïtien qui s'était assigné la tâche de transformer un e s o. c iété d'esclaves en une nation maîtresse de son ave nir. Les autres buts de l'as s ociation sont de faire représenter d'autres pièces traitant du monde noir et, d'une manière plus géné . raIe, des probl èmes de la décolonisation . '* Il LE) premier film de long métrage al. L'escalade de la • paIX ~érien, « Mains libres ", a été présenté a Alger par la société réalisatrice ~asbah Film, aux écrivains et aux journa: I!s!es algériens. Ce film raconte plusieurs eplsodes de l'histoire de l'Algérie. Q UAND on a dit que la meilleure fa çon d'humaniser la guerre était de la supprimer et que ce mot : humaniser, accouplé au mot : guerre, a quelque chose de monstrueux, on n'a pas fait avancer la paix possible d'un seul pas ; on a substitué la phrase généreuse à l'action nécessaire - rien de plus. La lutte pour la paix ne saurait se ga· gner d'un seul ' coup ni « une fois pour toutes ». Qui peut le plus, peut le moins: à chaque époque, pour chaque crise, existent des étapes vers la paix, et en gagner une, une seule, est déjà une grande vic· toire permettant de nouveaux progrès. Il n'est pas d'escalade que sur les chemins du massacre. La sagesse commande une auLre escalade, par les échelons de la paix. Et même une fois que le tumulte des armes semble imposer silence à la raison, comme c'est le cas au Viet·nam, la vigi. lance permet d'empêcher l'aggravation des pires conditions de la guerre. On se bat, sous des formes diverses, là·bas, dans le nord et dans le sud. Au moins peut· on, en attendant la négocia· tion à laquelle il faudra bien aboutir, exi· ger le respect de certaines règles que des conventions internationales et la conscien· ce des peuples ont permis, tant bien que mal, de fixer.

Première préoccupation : l'extermination systématique et massive des popula· tions civiles, totalement prohibée, sous le nom de génocide, par le nouveau droit in· ternational issu du Tribunal de Nurem· berg. Nous n'en sommes pas là - pour le moment - au Viet·nam, mais si on laisse faire, cette phase·là risque d'être apprOChée ~nl?ensil;lement. Oeuxièmë inierdîi ~ en aucun cas, sous aucun prétexte, ne doivent être employées par quiconque des armes atomiques, mê· me tactiqùes. Or il est déjà grave que des militaires américains aient pu même en parler comme d'une éventualité envisagée par leurs états·majors. Troisième problème tragique : les gaz. CeLte fois, nous en sommes au stade des premières « réalisations ». Il fallait ;nter· venir sans tarder. Nous l'avons fait, parmi tant d'autres à travers le monde. Nous avons démontré le caractère fonciè· rement raciste de l'opération. Le menace subsiste. CERTES, depUls la première vague d'utllisation des gaz toxiques, il " a • eu recuL Mais le coup d'arrêt ne s 'est produit qu'en raison de la protesta· tion mondiale. Qu'elle faiblisse et l'"n· grenage infernal pourra poursuivre ~.(\ll déroulement. En effet, on en est venu là parce qu'il a été possible de tromper une partie de l'opinion publique : on est passé du bom· bardement de la jungle sud·vietnamienne au pilonnage des centres du Nord Viet· nam, puis de la destruction de la végé· tation, des cultures. par le napalm, aux gaz contre les parUsans, puis contre les populaUons civiles. Devant la réprobation universelle on a prétendu que les gaz employés n 'étaient pas plus nocifs que les grenades iacrymo· gènes d'usage courant pour dissiper les manifestations un peu partout dan.; le monde. Mais la vérité s'est quand même f8it jour : les gl'lz en question étaient paraly sants, vomitifs, destructeurs de l'intestül et capables de provoquer la cécité et il pst vite devenu évident qu'on les déversait sur des populations paisibles comportant des PAR Roger MARIA enfants et des bébés pour se rendre compte et de leurs effets - cobayes jaunes ex· ceptionnellement « disponibles » - et des réaction de J'opinion publique. Nous exagérons ? Est·ce que la très bourgeoise « Gazette de Lausanne », du 24 mars, exagère ? Qu'on en juge : « .viet.~nam du Sud 'le Pentagone reconnaît utiliser à titre expérimental des gaz qui paralysent l'adversaire ... Le porte· parole du Département d'Etat a reconnu l'usage de gaz de type lacrymogène ' et vomitif ... Les Etats·Unis ne sont d'ailleurs pas signataires de l 'accord de Genève qui, en 1925 (1), a mis hors la loi les gaz toxiques, asphyxiants ou autres ... Les gaz utilisés comprennent, en plus des gaz la· crymogènes les plus puissants, des gaz qui entraînent des vomissements, la nau· sée, qui distendent les intestins ou provo· quent une cécité de quelques heures... » Lorsque des zones entières du Viet·nam auront été transformées en terres brûlées. vidées de toute population, on les consi· dèrera sans doute comme libérées, comme pacifiées ? Car les gens fuient les régions menacées, par centaines de milliers. Or le protOCOle de Genève, du 17 juin 1925, est très clair à ce sujet : « L 'emplOi, à la guerre, de gaz asphyxi!1nts, toxiques ou similaires, ainsi que de tous liquides , matières ou procédés analogues, a été à juste titre condamnè par l'opinion génèrale du monde civilis ~ ». En conséquence, les accords internationaux prohibent inc:mdi· tionnellement, sans réserve, l'utilisation de n'importe quel gaz ou liquide toxique. A U reste, l'emploi des gaz n'a pas ~ entraîné les conséquences attendues par le gouvernement des Etats' Unis : le massacre de populations entières pour atteindre quelques partisans a abouti à un échec total : des milliers de soldats et d'officiers américains et sud vietna· miens ont été mis hors de combat dans la dernière période, des avions U.S. ont eté abattus, endommagés ou détruits au sol, d'énormes quantités d'armes de tou· tes catégories ont été prises par les com· battants du Front National de Libération . Le peuple vietnamien comprend trente millions d'habitants (seize au nord, qua· torze au sud) ; il subit la guerre depuis près d'un quart de siècle. Rien que dans ces onze dernières années, c'est·à·dire de· puis les accords de Genève, près de 170.000 personnes ont été tuées, 800.000 ont été blessées ou torturées, plus de 400.000 pa· triotes ont été internés ou emprisonnés et 5.000.000 de personnes ont été jetées dans de véritables camps de concentration ap· pelés « hameaux stratégiques » et « cen· tres de regroupement ». Ce n'est pas en accroissant de 100.000 hommes comme on l'annonce, la plétho· rique et toujours battue armée du Sud Viet·nam, qui en compte déjà 575.000, qu'on trouvera une issue à une guerre honteuse et criminelle, dont le peuple des deux Viet·nam ne veut pas et qui lui est imposée de l'extérieur. On est passé du conflit local au risque de guerre générale. C'est la politique de Goldwater sans Goldwater, et ce premier usage des gaz a eu pour objet véritable de « tâter le terrain » pour évaluer les possibilités d'emploi d'armes atomiques dites tactiques, pour la première fois. Il est temps de s'arrêter sur la mauvaise pente : il faut négocier avec ceux contre lesquels on se bat. Il est extrême· ment important que les pressions se ma· nifestent de partotlt pour rendre inévita· bles les conditions du retour à la paix. (1) En fait, ils les ont signés, mais non ratifiés. '* • L'interdiction signifiée au chanteur Jean Ferrat de se produire du 23 mars au 15 avril dans les stations de l'O.R .T.F. en province a suscité une protestation des artistes de music·hÇlIJ décidés à refuser tou. te émission qui ne tiendrait pas compte des protocoles d'accord signés entre le syndicat françaiS des acteurs et la direction de l'O.R.T.F. D'Aznavour à Catherine Sa~vage, en passant par Brassens, Brel, Greco et Montand, une centaine de chanteurs et de fantaisistes ont signé cette lettre ouverte au directeur général de l'O.R .T.F. '* . • Le Prix litté raire de la ville de Jérus alem a été attribué à l'auteur s uisse Max Frisch, en ra is on s urtout de sa pièce « An. dorra ". Le prix est donné aux auteurs dont les t ravaux sont considé rés comme apportant une contribution importante à la lutte pour la liberté humaine. '* • " Le Rhinocéros ", d'Eugène Ionesco, joué sur la première chaîne, à la télévision a été unanimement apprécié. Remarquable. ment interprétée par la compagnie JeanLouis Barrault, cette pièce dénonce l'oppor· tunisme, la lâcheté qui conduisent parfOiS à de grandes catastrophes, telle la domination nazie d'il y a vingt ans. '* • Dimanche 23 mai, à 9 h. 15, sur France-Culture, le pro.(esseur Marc-André Bloch fera une conférence sur le rôle des éducateurs dans la lutte contre les préju· gés raciaux. Cette conférence se situe dans le cadre de l'émiss ion réservée à l'Union Rationaliste. L'OFFICE DE VOYAGES LAFAYETTE vous recommande pour les , , .. VACANCES D'ETE EN ISRAEL VOYAGES GROUPES PAR AVION Départ : 20 mai Retour : 31 mai Départ : 23 mai Retour : 6 juin. Prix : à partir de F 980 (9 jours) PAR BATEAU (avec pension complète) 2 SEMAINES en Kibboutz et 10 jours d'excursions Départ chaque semaine à partir du 24 Juillet Prix : F 1.030 + Taxes 70 2 SEMAINES au bord de la Mer en village de vacances et 10 jours d'excursions Prix : F 1.350 + Taxes 70 PAR AVION (avec pension complète) . Même voyage Séjours de 2 . 3 et 4 semaines Prix : à partir de F 1.230 de Paris POUR L'U.R.S.S., LA TCHECOSLOVAQUE ET LA HONGRIE, nous consulter Pour tous renseignements : 18, rue Bleue, Paris·ge - PRO. 91·09 - 4 lignes (Métro Cadet) 78, bd Barbès, Paris·18e - ORN. 09·00 (Métro Château·Rouge) 4 Faut-il craindre un ({ racisme à rebours» ? l ES luttes sanglantes qu'engagent les Noirs dans les pays africains, là où les Etats impérialistes tendent à reprendre par la force des armes les positions perdues par eux sous 'le grand coup de vent ,de la décolonisation, .amènent certains à présenter ces antagonismes violents comme la manifestation d'un « racisme » des Noirs. Du reste, ceux-ci, bien longtemps auparavant, ne manq'uaient pas de profiter de toute occasion pour se révolter, se venger de façon plus ou moins sanguinaire des humiliations et des molestations dont ils ét,gient quotidiennement victimes. Le dernier roman, couronné par J'Académie Goncourt, « L'état sauvage », de Georges Conchon, décrit des manifestations réciproques d'hostilité des 'blancs et des noirs. Il laisse le lecteur sous d'impression que de part et d'autre la balance est égale et que, si même ce n'est pas le mouton quia commencé, celui-ci, devenu enragé, aurait tort de riposter. UN RENVERSEMENT DES ROLES Si, sortant du plan de la littérature, on se place sur le plan judiciaire, il Y a lieu de craindre que naisse dans la jurisprudence la tendance à considérer comme une manifestation de racisme punissable le fait de mener une campagne de presse vigoureuse contre les méfaits de trublions raci stes. C'est là tout simplement la formule qui exprime la notion du racisme « à rebours » , qui va faire l'objet des lignes ci-après. QU'EST-CE QUE LE RACISME? A ce propos, il convient de faire remorquer tout d'abord que cette notion du raci sme à rebours engendre un cercle vi ci eux, une sorte de cycle « infernal », d'où il est difficile de se dégager, et cela, au grand dam de la paix sociale. Car s i, en luttant contre le racisme, par quelque moyen que ce soit, on fait du racisme cantre la race qui se prétend supérieu re, les représentants de celle-ci ne manqueront pa ~ de déclarer que leur comportement raci ste est légitime puisqu'il n'est plus désormais que le moyen pour eux de combattre le ra cisme « à rebours ». On voit Une étude port avec un blanc qui le traite avec sympathie et amitié, il ne lui en voudra pas, bi en que celui -ci ne soit pos de sa race. Toutefois, il convient de reconnaitre qu'il est des gens de race opprimée qui tendent à généraliser : ils considèrent les blancs dons leur totalité, leur attribuant ainsi une solidarité de race, et opposent en conséquence, leur race à la race blanche. Cette mentalité fru ste n'est pas très répandue, car les victimes du raci sme savent en général distinguer leurs amis de le urs ennemis, les racistes des antiracistes, ainsi que des indifférents. De toute façon, cette tendance limitée et erronée à la généralisation ne saurait fonder la notion du racisme à, rebours; car on n'y trouve point les critères du racisme, te ls qu'ils viennent d'être énoncés, en ce sens que la victime d'un raciste n'a jamais considéré son persécuteur comme appartenant à une race inférieure à la sienne, méprisab le e t, pour cette raison, devant être plongé et maintenu dans un état de soumission et de déchéance. SOUS-DEVELOPPEMENT ET ECHANGES A ce propos c'est le moment de souligner que, dans l' interview de M. G. Conchan, publiée par « Droit et Liberté » (2) sur la question de savoir qu e ll e solution le romancie r envi sageait dons la s ituation décrite par lui, il a fait une réponse qui , précisément, détruit la notion du raci sme à « à rebours ». Dans cette réponse, il re proche aux noirs C'est ain si que, à la Martinique, où, comme l'on sait, le racisme a toujours sévi , mais redouble de virulence depuis que des repl iés d'Algérie y sont venus che rche r refuge (car ceux-ci, à défaut d'Algéri ens, tôchent de se faire la main sur les hommes de coul eur et les noirs antillais), le journal communiste « Justice » a fait l'obj et de pou rsuites pénal es pour cause de publicati on raci ste . Il lui était reproché d' a voir dénoncé la responsabilité de que lques jeunes énergumènes de race blanche, da ns l'o rigine de désordres sanglants et .de bagarres qu ' ils a vaient suscités en tombant à bras raccourci s sur d'autres jeunes gens, de couleur, estimant, pour des motifs futi les, qu'il convenait d' inflige r à ceux-ci une co rrection . Cette échauffourée avait dégéné ré en une véritable éme ute. La protestation contre cette agression raci ste a été t enue par le Ministère Public pour un délit de presse de caractè re raci st e. Le délit ainsi visé est prévu au deuxi ème alinéa de l'a rt. 32 de la loi du 29 juill et 1881 . de Georges SAROTTE Ce t exte, re lativement récent, a vait été adopté un peu a vant la deuxième gue rre mondiale, alors que M. Marchandeau é tai t mini stre de la Justice (d'o ù le nom de décret Marchandeau .. car c'était un décre tloil. Il punit la diffamation commise enve rs un groupe de pe rsonnes appartenant par leur origine à une race ou à une re li gion déterminées, quand cette diffamation a pour but d'excite r à la ha in e e ntre les c itoyens ou habitants. Selon la doctrine qu ' impliquaient les réqu is itions du Parquet de Fort-de-France, le f ai t par « Justice » d'avoir dénoncé les a ctes de sauvage rie de jeunes blancs , urexc ités constituait la d iffamatio n te lle qu'e lle fait l'o bj et du deuxième alinéa de l'art . 32. Cela rev ient à d ire que, en sti gmatisant la conduite des raci stes, on verse pa r ce la même dans un ra cisme opposé, se manifestant sous une forme punissa ble. Ce rtes, il faut reconnaître que ce texte est assez défectueux, ce qui explique, du moin s en parti e, la di scrétion avec laque lle les tribunaux l'ont appliquée dans la métropole. Et c'est parce que le déc ret Marcho ndeau n'a pas eu une carriè re bien heureuse, que le M.R.A.P. (Mouvement contre le raci sme, l'a ntisémiti sme et pour la pa ix) a dû prendre l' initiative de faire déposer, par des députés, un projet de loi plus étoffé, en ce sens qu ' il es t a ppe lé à sancti onne r pé nal ement les d ive rses so rtes de menées raci stes, et pas seul ement !e d iffamati on, qui n'en est qu'une espèce. C'est ainsi qu' il se ra poss ible de remédi er à la pauvreté de la légi slation fran çaise contre le raci sme. Mais cette pauvreté, cette insuffi sance, n'ont jamais é té ju squ' alors cons idérées comme autori sant à retourne r le .:léc rd Marcha ndeau contre ceux-là mêmes qu' il est appe lé à protége r, quand ils réag issent dans la presse à une agress ion racis te. Il est donc stupéfian t de voir placer le journa l « Justice» sous l'appli cation de ce décret, Co r ce la revient à dire que de·; antirac istes peuvent foire figure de ra c istes, ce qu i est un comble. Le raisonnement du Mini stè re public, extrêmement curi eux, se rait le sui v:mt : « Puisque « Justice » est un journù l où l'on défend une race différente :le ce lle du g roupe de jeunes gens de raca b lanche, et qu'au surplus il les a diffamés Ja ns s€s colonnes e n leur attri buant 'me a gressiun q u' ils n'ont pas commise (ce qui e~ t , notons- le en passant, une déformation des fai ts), il 0 , par ce la même, commi s une infracti on de cara ctère ra c iste ». C'est un complet renve rsement des rôles.. ca r ce la rev ient à d'ire, en définitive.. que toute défense séri euse contre le raci sme (et il n'y a de défense sé ri euse qu'en contre-atta quant l'agresseur), c'est bi en là du ra c isme. C'est le fameux dil emme appliqué à la questi on ra c iale : « Si vous attaquez une race, vous faites du ra c isme .. mais quand vous défendez cette race en luttant contre ceux d'une autre race qui attaquent la premiè re, vous faites aussi du ra cisme ». dès lors le da nge r, et qui soute aux yeux . C'est pourquoi cette noti on du ra c isme à rebours engendre le pessimi sme, cor on ne trouve pas de pe rspective débouchant sur la frate rnité des races (1). Ce la nous amène pour rompre ce cerc le vicieux à reche rcher les critè res du raci smb. Il ne sau rait y avoir de doute sur ce que le fait de ha ïr un raci ste et se battre contre lui pour échapper à ses exactions et mol estations n'est pa s, à lui seul, constituti f d'un ra c isme contra ire, car l' hi stoire est remplie d'ex pl osions de haines e t de vi olences qui on t éc laté entre des individus, des groupes ethniques et sociaux appartena nt à la même race. Faut-ji rappe ler les gue rres c iviles e t les proscriptions de la Rome a ntique, ainsi que la répression de la révo lte de Sparta cus; plus près de nous la Saint-Barthé lémy, la terreur de la Révolution française, les massacres des in surgés de juin 1848 par le géné ral Cavaignac, ceux des communards par le s ini stre Thi e rs. Tout cela n'a ri e n de commun avec le ra c isme, ma is dé rive cI'autres sortes de ra pports humai ns antagoniques e t, d' une façon géné ral e, les guerres c ivi les . Les luttes soc ia les ne sont qu'un moyen se rvent à atte ind re des fin s d ifférentes. Ce qu i doit être rec he rché, c'est l'esprit qui anime les antagoni stes. L'e,sence du ra c isme n'est pas là , dans le simple fait de détester un en nemi e t de se battre, quand on le peut, contre lui , mois bi en dons le fait de consi dérer ce rtains groupes humains comme constitués par des êtres irrémédiablement inférieurs, plus proches . de l'ani mai que de l' homme, cédant à des impulsions primaires ou vic,ieuses, ce qui, non seul ement autorise mais nécess ite de prendre à leur égard des mesures de préserva tion, pl us ou moi ns ré pressives. sous forme de discrimination, séparatio'n, d'exclusion et d ' iso lement. On s'efforce ains i de sauvegarde r, tant dans sa pureté que dans sa séc urité, la race déc larée supé ri e ure par ceux qui préconi sent ces mesures e t, le cas éc héant, prennent sur eux-mêmes de les me ttre en exécution . Le ra cist e en vient à traiter ces êtres humains a vec mépri s et manifeste de l' horreur à leur contact, e t, quand ceux-ci veul ent s'évade r de la déchéance où il les mainti e nt, a vec cruauté. C'est là l'essence du raci sme, e lle n'est pa s aill e urs. Quand un homme de race noire, par exempl e, en veut à un homme de race blanche qui le traite a vec mépri s, le tou rne e n dé ri s ion ou le malmène, ce n'est pas parce a u' i 1 considè re ce dernier en tant qu'appa rtenant à une race qui n'est pas la s ienne et qui voudrait moins que la sie nne, mois parce qu' il voit qu ' il a affaire à un individu cruel et dange reux pour lui. II ép rou ve rait les mêmes sentiments enve rs un homme de sa propre race qui lui ferait subir de mauvais traite me nts. S' il se trouve ou contraire en rapd' imite r la civ ili sati on e t le mode de vie de l'Occ ident, et de ne pas che rche r à déve loppe r leurs propres virtualités ethniqu es. Di sons-le tout de suite : ce re proche est singulier. Il se ramène, e n définitive, à prône r une ségrégation culture lle, un repli ement sur soi-même, le goût de l' isol ement. Et, comme on soit, la ségrégation, qu'elle soit ~ .!ographiqu e, sociale ou outre, procède principal ement du ra cisme, sons compte r, ce qui est tout aussi g rave, qu'e lle est contraire au sens de l'évo luti on de l' humani té . L' imi t ation, les emprunts réciproques de pe uple à pe uple sont une loi uni verse ll e. Les porteu rs de flambeau de la ci vili sation éc lairent pour ceux qui les sui vent la route du progrès. La compéné trati an biol ogique et culture lle des pe uples favorise leur compréhens ion mutue ll e et les di spose à l'amiti é. Les Noirs n'ont pas tort, de même qu 'avant eux les Ja ponai s, de s'appropri e r les apports positifs de la c ivilisa ti on occide nta le, d'autant plus qu ' ils trouvent là l'un des me ill eu rs moyens de mettre f in à leur é tat de sous-déve loppement. Les réuss ites obtenues dans di ve rs domaines de leur a ctivité par de vie illes noti ons ont une valeur d' ense ignement et il faut se ré jouir quand on voit leur exemple sui vi par des nati ons récemment constituées et encore peu déve loppées. Du res te, les pe uples qui empruntent e t ass imil ent des connai ssances, des techniques e t des modes d'ex istence qu' ils trouvent dans des poys étrange rs ne le font pas d'une maniè re mécanique, pass ive, car non seul ement il s les adaptent à le urs propres conci ti ons objecti ves et sub jecti ves, mais en out re ils prêtent à leu r tour plus ou moins de ce qu' ils possèdent chez eux. Bi en sûr , il ne saurai t y a voir d'égalité dans ces échanges, mais il suffit que ceux-c i existent et du res te, ils fini ssent à la longue en s'a ddi tionnant par atte indre un niveau géné ra l mayen, ce qu'on peut compare r au ni veau des va,es communiquants (3 ). Mais ce qu i est à retenir spéc ial ement ici de la constatati on faite par M .G. Con .. cha n, et qui, en effet, est exa c te, c'est le fait en lui-même q ue. les Noirs é prouvent une attrac ti on ve rs les manifesta ti ons de la culture occide ntal e et cherchent à en profiter . Il est ce rtain que leur culture est en retrait par rapport à ce lle qui les attire. Mois ce retard qui pourra se rattrape r a ssez ra pidement en comblant le vide re lat if de leur sous-dé ve loppement a ctue l n'aura it peu t-être pas ex isté ou du moins n'aurait pas été aussi important, soit dit en passant, si la co loni sati on n' a vai s pas flétri les premiè res pousses de la cu lture nai ssante des peuples africains. Libres et indépen dants, ils aurai ent pu, au cours des deux siècles environ durant lesque ls ils sont demeurés en proie au sa ccage de leur libe rté et de leurs a spirations, e ntretenir des rapports d'égalité e t de coexistence pacifique avec les Etats occidentaux et faire, grôce à ce la, de grands progrès. Mais ce la est du passé, e t ce qu ' il y a li eu de retenir ici c'est l' incompotibilité très nette e ntre le fait que les Noirs africain ; (et on peut faire la même remarque pour les Noirs américains) assimil ent la civili sa tion occidenta le, e t le fait qu ' ils se rai en t en même temps des raci st es antiblancs. Le premier fait exclut nécessairement l' idée qu' ils s'estiment superieurs aux blancs, qu'ils les mépriseraient et chercherai ent à les domine r pour devenir une race de maîtres ou de seigne urs. Cette mentalité est absente chez eux et au contraire pe rsiste dans une grande partie des nations occ identales. Le fait qu'ils veu lent tirer profit de ce qu' ils trouvent avartageux pour eux chez les blancs, n'est pas incompati ble avec le fait qu'il s soient hostiles à ceux des blancs qui, par leur comportement, sont leurs ennemis de toujours. Ce tte hostilité est autre chose que le racisme: e lle s ignifi e seulement qu'ils estiment avoir des grie fs très graves contre beaucoup de blancs. DU ({ PARA-RACISME )} ANTIQUE A L'ANTISEMITISME MODERNE Si l'on recherche les facte urs du ra c isme, on trouvera avant tout l'exploitation de l'homme par l'homme, du plus faible par le plus fort . Le raci sme est princ ipal ement lié aux rapports inégaux en mati è re économique. Dans l'Antiquité, ces rapports ont donné li e u à un para-racisme qui n'a fait que refl éte r l'état de domination des maîtres e t l'état d'abj ection des esc laves. Ce para-raci sme consistait alors dans le comportement à l'égard de ceux que les Cités antiques appe laient les Barbares, ceux-ci formant des peuplades où se recrutait la majeure partie des esclaves. CQ n ' était pas du raci sme proprement dit, car la plupart du t emps, les esclaves appartenai ent à la même race que leurs maître; on ne pouvait fonde r le mépris des peuples vaincus sur les diffé rences d 'o rdre biologiques, mais plutôt sur des différences de mentalité et de culture. Ce para-racisme subs iste du reste de nos jours; il se mani feste à l'encontre d' indi vidus de race blanche appartenant aux c lasses ou aux couches soc iales infé ri e ures. On sait notamment qu' il ex iste des gens de haute noblesse qui se di sent « racés » (en réalité beaucoup d 'entre eux sont des dégénérés) et se sentent ou-dessus du commun des morte ls par des diffé rences qui ex istent tant dans l'aspect morphologique que par le standi ng et le ge nre de vie, les traditions de ca , te, etc ... C'est une survivance du féodal isme, où le se igneur « poignait » le vilain . Ce para -ra c isme s'a limente a ussi dans un nationali sme chauvin qu i donne naissance à la xénophobi e, manifestation qu i dev ient virul e nte à l'égard des trava ille urs immigrés. C'est d'ans la xénophobie qu 'on consta te tout particuli è rement la paren té ex istant e ntre le rac isme prop rement dit et le pa ra-ra cisme. On peut considé re r le rac isme a nti -jui f comme urie mutati on du para-ra c isme en ra cisme proprement dit. L' anti sémiti sme en est , en effet , a rrivé, pour constitue r ce ra c ime, à fi gure r les juifs qui sont de race b lanche pour la plupa rt, comme constituan t un type soc ia l diffé rent phys iologiquement e t me ntal ement, des autres spéc imens de la même race. II y a eu là une const ruction pseudo-scien ti fi que de théor ic iens a ttardés destinée à jus tifi er de fortes oppos itions soc ial es. L'a ntisémiti sme tire son orig ine princ ipale de l' hostilité des chréti ens pour la re ligion juive, hostilité d'autant plus forte que les deux re ligions sont deux bronches d'un tronc commun, en sorte que chacune luttait pour supplanter l'outre. Mois à cet apport du fa cteur re ligi eux dons la naissance de l'antisémiti sme, il fout ad joindre d'outres fa cteurs, d 'ordre soc ial, économique et politique, qui , en l'amplifiant et e n le renforçant ont contribué à lui confé re r son a spect définitif. La pe rsécution re lig ieuse a défavorisé socialement la g ronde maj orité des juifs, qui se sont trouvés alors dons une condition d'abaissement e t de détresse, ce 'qui n'était pas de nature à leur concilier la sympathie populaire. « Malheur aux vaincus » . Ce courant anti sémite.. de caractè re populai re se doublait d'un autre courant que sui vait l'élite, et qui amenait celle-c i à fai re échec aux réuss ites e t à la prospérité économique d 'une minorité de juifs, qCJ i é taie nt induits à se li vrer à des a cti vités professionne lles inte rdites a ux chréti ens.

  • Suite page 10 .

(1) Il Y a déjà une propagande en ce sens. V. à ce sujet un article d'Europe· Action signalé par Droit et Li berté, mars· avril H165, p . 10. 2' col. (2) V. no 240. (3) Il existe encore une faible minorité de Noirs américains partisans de la séces· sion, comme ce fut le cas pour ceux qui sont retournés au Libéria et ceux qu'endoc· trinait Marcus Garney, originaire de la Jamaïque. Mais le succès du mouvement intégrationniste actuel ne manquera pas de contribuer à la disparition de cette tendance. Au cours du mois de février, en plein centre de Saint-Denis, des vendeurs d' « Europe Action ", dont le rédacteur en chef n'est autre que Dominique Venner, l'un des dirigeants du mouvement « Jeune Nation ", puis de l'O.A.S., ont hurlé, dans les rues, des slogans racistes et xénophobes tels que « Pas de logements pour les Noirs ", « Halte à l'invasion algérienne en France. " C'était la première fois qu'une telle opé· ration était menée à Saint-Denis où, depuis des années Français et travailleurs d'origine étrangère ont appris à se connaître et à s'estimer. Il faut dire qu'elle a rapidement avorté grâce à la vigilance des Dionysiens. Une fuite honteuse Nous sommes allés à Saint-DenIs pour recueillir de plus amples informations auprès du maire, M. Auguste Gillot qui ' s'est très aimablement prêté à un long en ü·etien. - M. le Maire, pouvez-vous relater très rapidement, le déroulement de cette opération organisée par les « Volontaires » d' « Europe-Action ». - Je dois d'abord dtre, que, nous n'avons pas été alertés dès la première vente, les gens 1.Ze connaissant pas cette revue. Le dimanche 7 février, les vendeurs d' « Europe-Action » s'étaient donc postés aux alentours de midi aux « Quatre rues », carrefour formé par les rues de la Répu;blique et Gabriel Péri, qui est un des endroits les plus fréquentés de Saint-Denis surtout à cette heure-là. Mais le dimanche suivant, 14 février, des amis, alertés par leurs slogans violemment racistes nous ont prévenus, et cette fois nous étions prêts. Les vendeurs d' « Europe-Action » sont revenus, organisés eqz commandos : chacun d'entre eux était entouré de quelques nervis. Depuis la rue de la RépUblique jusqu'à la place de la Mairie, ils diffusaient un numéro intitulé « Les Concurrents » qui portait· en manchette « Tixier Vignancour, Giscard d'E'staing, Guy Mollet, Waldeck Rochet », titres propres à allécher les acheteurs à quelques jours de la campagne électorale, et hurlaient les slogans racistes habituels à cette revue : « suppression de l 'aide aux pays sous-développés », « halte à l'invasion algérienne », u Saint-Denis aux Français ». Nous leur avons intimé l'ordre de déguerpir. Devant leur refus, nous les avons c; _ ._. ______ _ échec à une offensive néo-nazie Une enquête de Marguerite KAGAN


----------

chassés, avec l'aide de la population indignée. Ils se cramponnaient et ne reculaient que pied par pied. Mais ces nostalgiques du nazisme et de l'O.A.S. ont été finalement obligés de s'enfuir honteusement dans des voitures dont nous avons pu relever les numéros minéralogiques. Bien entendu, ils n'ont pu emporter avec eux leur « belle » littérature. Etait-ce le hasard ou une volonté bien déterminée : dans les numéros que nous avons saisis, un long article faisait l'apologie de Brasillach fusillé à la Libération pour collaboration avec l'ennemi ». Disci ples de Doriot ... Il faut l'appeler à ce propos que Brasillach, était pendant la guerre, le lieutenant de Doriot, le sinistre Doriot, fondateur, en juin 1936, du Parti Populaire Français (P.P.F.l - dont « Le Monde» du 23 février 1965 écrit qu'il était « le seul parti fasciste authentique que la France ait jamais produ'it ». - Doriot qui avait plaCé un homme à lui, à la mairie de St-Denis pendant la guerre, créa la Légion des Volontaires Français (L.V.F.l destinée à aider les hitlériens à combattre les Alliés_ Sur une photo que me montre M. Gillot, on voit d'ailleurs Doriot en uniforme de la Waffen S.S. entouré de Brasillach et de Claude Jantet. Ces précisions ne sont pas inutiles lorsqu'on apprend qu'un ancien membre du P.P.F., Henri Mazé, appelé par Doriot à St-Denis, présidait depuis dix ans, sous le nom de Jean Lenormand, le « Club Dionysien » de M. Destrée, et « honorait » de sa collaboration, toujours sous ce nom d'emprunt, le journal « Le Dionysien »

dont le directeur est toujours M. Destrée. Or· ce journal où écrit aussi Pierre Pauty, de « Fraternité Française» l'organe de Poujade, s'est fait le principal « supporter » de la campagne menée par « Europe- Action » ; reprenant tous les slogans de cette revue raciste, annonçant en particulier une réunion prévue pour le 4 mars par les (Volontaires» d' « EuropeAction » malgré leur déroute du dimanche 14 février. Là encore, ils subirent un échec, car le directeur de l' « Auberge de la Marine » où devait se tenir cette réunion, ne voulu~ pas les recevoir lorsqu'il fut informé de la qualité de ces locataires. D'énormes barbouillages Ils ne s'avouèrent pourtant pas battus, et deux jours avant le scrutin SaintDenis se réveilla couvert d'ins~riptions racistes. RENNES • • jumelage ' avec une ville africaine J Tous les édifices publics, la Maison d'Education de la Légion d'Honneur, les sièges de la Sécurité Sociale, les groupes scolaires municipaux, les cités d'H.L.M., les murs de la Balilique, étaient souillés de multiples et énormes barbouillages : (c Sécurité Sociale Algérienne », « Noirs go home », « Voter Gillot, c'est voter: bicot ». Sur la Basilique, on lisait : « Saint-Denis aux Français » - bel accueil pour les touristes étrangers qui viennent nombreux visiter ce monument classé par les Beaux-Arts. EVOQUANT, dans notre dernier numéro, les manifestations, parfois violentes, de racisme qui ont eu lieu à Rennes contre un professeur et des étud iants africains, nous montrions combien elles étaient préjudiciables à l'amitié souhaitable entre les peuples de France et d'Afrique. Animé par le meme souci, le docteur Gilbert Noël, maire de SaintMaur (Seine), représentant permanent pour la France de la Fédération Mondiale des Villes Jumelées, vient c1'ach-esser à M. Fréville, député-maire de Ren- Chez Renault UN ami du M.R.A.P. qui travaille à la Régie Renault nous fait parvenir un tract ignoble diffusé dans cette entreprise par des disciples d' « Europe Action ». « Chaque mois des milliers de noirs et d'Arabes déferlent d'ans nos usines », peut-on lire sur cette feuiiIe. Et, accusant « les bicots » de « semer la maladie et la haine chez nous ", Ü invective violemment les « syndicats (C.G.T., C.F. D.T., C.G.T.-F.O) vendus aux bicots et aux capitalistes ». Démagogie et excitations à la haine : c'est le style même des hitlériens. Aussi est-ce à juste titre que « La Voix de l'Usine Renault », organe du syndicat C.G.T., déno.nce dans son numéro de février-mars, le racisme et la xénophobie. « Depuis quelque temps, éc·rit ce journal, nous assistons à la Régie et dans les couloirs du métro à Billancourt et Marcel- Sembat, à une prolifération d'inscriptions antialgériennes et antisémites ... « Est-ce le travailleur algérien, espagnol, italien, chassé de son pays par la misère, et introduit en France par le gouvernenes, une lettre dont voici le texte : « J'ai appris récemment les difficultés que vous ont créées à Rennes un groupe d'étudiants natioualistes, qui ont molesté un professeur et des étudiants noirs. « Ne petlse:::-vous pas qu,e la meilleure répo1'lse à cef antiracisme d'une poignée de jeunes dév03,és serait le j-um~ lag!e de RenNes avec mIe ville africame? « Vous tro1lvere::: ci-joillt la liste des villes africaines actuellell1ent candidates à un jumelage avec 1111e ville française. « Je serais très heureux que VOliS dON nie::: H11e suite favorable à 111a snggestiqN, et dans l'espoir que la ville de Renlies figurera bientôt dans la liste déjà longue des « Cités-Unies », j,e VO liS prie, Monsienr le Député-Maire et cher collègue, d'agréer l'expression de lI1es sentill1ents les meilleurs. ». Il est certain que les échanges de toutes sortes suscités par les jumelages ne peuvent que favoriser la compréhension réciproque et l'amitié. Nous souhaitons que cette suggestion soit retenue par Rennes ... et beaucoup cl'autres villes. • • les travailleurs contre le racisme ment qui va les chercher Sur place pour peser sur nos salaires, qui est la cause de nos maux? En réfléchissant un peu, on constate que notre ennemi n'est pas le camarade étranger, exploité comme nous par le pouvoir et les patrons, et avec qui nous nous entendons d'ailleurs très bien dans les ateliers, mais ceux qui veulent faire « suer le burnous " aussi bien au travailleur étranger qu'au travailleur français. » A la suite de l'enquête de Nicole de Boisanger parue dans notre numéro de mars, sous le titre « Les Français sont-ils racistes », nous avons reçu de M. Claude Poperen, secrétaire général du syndicat C.G.T. des travailleurs de la Régie Renault, une lettre où il écrit notamment: (( Les propos tenus par des ouvriers de chez Renault et rapportés dans cet article sont sans aucun doute exacts et nous savons qu'il nous faut quotidiennement les combattre. (( Toutefois, pour la vérité, nous tenons à citer un certain nombre de faits qui prouvent, malgré tout, qu'il est inexact . de généraliser à partir d'une enquête. Par exemple, notre Syndicat a toujours eu sur ses listes de délégués des candidats algériens qui sont élus aveé le même nombre de voix que les travailleurs . français, ceci, y compris pendant la guerre d'Algérie. (( D'autre part, si le Syndicat indépendant s'est fait le porteur de propos et d'idées racistes, il est bon de rappeler qu'il n'a recueilli que 4 % des voix aux élections et que notre syndicat qui l'a vivement combattu, en a recueilli 78. (( Nous tenions à vous citer les faits qui, sans contester encore une fois la réalité des propos cités dans l'article, prouvent cependant qu'il 11 a chez Renault un nombre important de travailleurs qui luttent pour l'égalité des droits et des hommes. » Nous ne l'entendons pas autrement. La municipalité fit immédiatement imprimer une affiche qui, apposée dans toute la ville, dénonçait avec vigueur ces actes de vandalisme. On e5'lt cependant E:n droit de se demander comment les responsables de ces souillures ont pu se livrer à travers la ville entière à leur 'sinistre tâche, sans être dérangés par la police. « Je sens que ç.a vient ... » Que Doriot ait été longtemps maire de Saint-Denis, qu'il y ait laissé des disciples fidèles qui sous de faux noms, se livraient à une propagande raciste, en dignes continuateurs de la doctrine nazie, n'explique cependant pas entièrement le fait que Saint-Denis ait été choisi par « EuropeAction l comme un premier terrain d'expérience dans la région parisienne. En fait, Saint-Denis possède une très nombreuse population étrangère : Algériens, Africains, Portugais, Espagnols, Italiens qui tous, et particulièrement les Africains, immigration récente, sont très mal payés pour les travaux les plus durs, les plus sales, qui tous vivent dans des conditions insalubres, entassés dans les bidonvilles, dans des cav€s humides, ou encore, pour les plus fortunés, dans des hôtel de dernière catégorie. - Naturellement, m'exprique M. Gillot, la municipalité de Saint-Denis s'efforce d'améliorer cette situation, sans pour autant négliger les dossiers des Français. Seulement dans une ville où il y a encore quatre mille mal-logés, toute attribution

  • Suite page 9.

Comment se prépare la Journée Nationale du1& mai Le Ill~~sa~e ùe RalJh BUNCHE U " 1 1 E Il ~ AT 1 0 ~ s LA fièvre régne au siège du M.R.A.P., où l'approche de la Journée Nationale se traduit, cette année plus encore que pour les précédentes, par une intense activité, d'autant plus qu'elle coïncide avec la réalisation de l'Exposition Lincoln. Tandis que s'organise l'envoi des invitations aux militants du M.R.A.P., aux amis connus et inconnus de tous les coins de France qui demandent à s'associer au grand rassemblement du 16 mai, c 'est un va et vient continuel . de la Journée na t. io na l e cont. re le racisme, A l ' occa s J.on '. j t.i e ns ~ ré.3ffir l:'Cr mon pr ofond l ' ant.is êmit.isme e t. pour la pau, e a.n1fe s t.at.ion. b'es idéa UJl qui i nspi re nt. ce Lt.e al at.t.achement. pour le~ no ... . t.t.e Mnéc est. placée sous le doub l e La J ourn4le nat.J.ona l e qul c~ é iden\. Lincoln e t. du vi ngt.Üme signe du cent. enai r e de l ' assa:)s J.na l. du Pr 5 vêt. de ce fait une importance ann1 ve r saire de la vlctOl.re sur le nazisme r e . t ê r t!t. de r appeler qu~ de représentants des comi· tés locaux qui viennent cher· cher du « matériel " imprimé. demander des conférenciers pour de multiples réunions , ro· néotyper des tracts, louer des films, choisir des photos ou deI' livres ... Et le téléphone, sans cesse, nous signale les initiati· ves prises un peu partout, tant à Paris qu'en province. de mê· me que le volumineux courrier é rd ii n i est. pas saM ln qui arrive deux fois par jour ... part.i cul i llre . A cet el. • .' anniv e rs a ire de la forrl a t.ion de llanr,é e 1965 m,lr4ue 6Gale::lcnt. , l e Hr,gt.~è:e d ~ . y.nt e par elle come Année l'Or ganisat.i-:r. ceS l'.at.ions Unles e t a t. 51 . de la coopéra ti on inlerr.at.iona1e • . è la dHa1te du t. de Linco l n e t. .. l.ngt. a ns apr S En ce vingtième anniversaire de la victoire sur le nazisme, les antiracistes ressentent avec acuité la nécessité. d'agi~ contre toutes les séquelles d'un passé de divisions et de haines. Les jeunes, en particu· lier font preuve d'une magnifl· que ardeur. et ils seront nom· breux les 15 et 16 mai au Pa· lais de l'U .N.E.S.C.O. Ce nt. ans apr~5 ~ m:: l'Or anisat.ion in'\.~rna\..lonale. noUs pouvon~ naz isille et. la fon ... atlon ,(; l! éaI' sés dans l a lut.t.e cont.re me sur er avec -iue1que s a t.is fact.i on les pr~gr s r ~ iS "'OIlS d evons cons t at.er l e r a c ist'lp et d ' a.ut.res f orme: Je disc r imlruti on . , .. l e monde u 1 il r es t e encor e beaucOUP h. f ai r e dans ce domalne e t. Que t . 0 sou ... ent infect6 par c es f l éaux. d ' au j ourd 'hUl es t. encore t. r p 1. é h. pour su ivre nos effor ts . nou~ de vons être d et.erml.n S Plus que , jamal S , ns le 1I',onde la t.oUra nce et. la f ra.te rnit ~ pal'" pour promouvol.r part..o ut da d lori in~ ou de r eligion et h. r~allser la del~ les dHférences de r ace, g f o rmes de discr iKlination suppr ession t otale du r a c1.sm.: et.. de t out..es les au t. r es l au parmi les et. de dominat.ion, condition ess e ntielle pour assur er a p hOll'me l! et ent.re l es nations. Zn l.AJlfL fi t. R:!;:1.v;1bC:-v~ le 16 avril 1965 L'un des premiers messages arrives pour la Journée Nationale est celui du Dr Ralph Bunche, secrétaire général adjoint de l'Organisation des Nations Unies. D'autres let· tres, envoyées du monde entier par d'éminentes person· nalités et par de nombreuses associations viennent témoi· gner, avant les assises de l'U.N.E.S.C.O. de la solidarité fraternelle des antiracistes par·dessus toutes les frontières ... Une ultime réunion des milf· tants de la région parisienne aura lieu le jeudi 6 mai, à 20 h. 30, à l'Hôtel Moderne, avec la participation de Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P., pour mettre la dernière main aux préparatifs d'une Journée qui fera date. Cinq commissions siégeront le samedi 15 mai Dès le samedi 15 mai, cinq commissions - qui siègeront à l'U.N.E.S.C.O. également et pourront, le cas échéant prolonger leurs débats le dimanche matin - fonctionneront dans le cadre de la Journée Nationale contre le ra· cisme, l 'antisémitisme et pour la paix. Ces commissions seront consacrées respectivement aux problèmes suivants: Les manifestations ac· tuelles du racisme et d l'antisémitisme; les formes de luttes contre le racisme et l'antisé· mitisme ; le Droit et la Justice dans l'action contre le racisme et l'antisémitisme (avec examen particulier des moyens à mettre en oeuvre pour l'adoption d'une législation antiraciste en France et pour empêcher la prescription des crimes contre l'humanité) ; la question du Moyen·Orient ; la lutte contre l'apartheid en Afrique du Sud. D'ores et déjà diverses sous-commissions se sont réunies pour examiner certains aspects de ces problèmes : l'une a étudié les formes de racisme propres à la période de décolonisation

une autre a procédé à un premier

échange de vues sur le Moyen-Orient ; une autre encore s'est attachée aux implications racistes liées à la condition des Gitans ; d'autres doivent se consacrer d'ici la Journée Nationale, aux données actuelles de l'antisé· mitisme et du néo·nazisme ; au rôle des en· seignants et éducateurs dans la lutte contre les préjugés raciaux ; une dernière s'est donné pour thème de réflexion : la jeunesse et le racisme . LE DEROULEMENT DES DEBATS Le déroulement de la Journée Nationale au· ra lieu, au Palais de l'U.N .E.S.C.O., 125, ave· flUe de Suffren, selon l'horaire suivant: SAMEDI 15 MAI: De 14 à 18 heures Réunions des Commission s. O!MANCHE 16 MAI: De 10 heures (précises) à 12 heures : séan· ce plénière. 12 h. 15 : déjeuner au restaurant de l'U.N.E.S.C.O. De 14 heures à 18 heures: séance plénière. Les séances plénières seront marquées par les compte rendu des travaux des commissions, les interventions de différents orateurs, les salutations des personnalités et représentants d'organisations. La Journée s'achèvera par d'adoption de plusieurs résolutions . A 14 H., PROJECTION D'UN FILM A 14 heures, le dimanche, les participants assisteront à la projection d'un très beau film: La Marche " consacré aux luttes des antiracistes américains contre la ségrégation. Ce film a été réalisé à l'occasion de la marche de Washington, en août 1963. POUR PARTICIPER A LA JOURNEE NATIONALE Si vous n'avez pas de Carte de participant à la Journée Nationale, ou si vous voulez en don· ner à vos amis. vous pouvez encore en deman· der au M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris-II' (G UT. 09-57) . C'est au M.R.A.P. également qu'i l convient de retenir vos couverts (30 F 00 l'un) pour le dé; jeuner. N'omettez pas non plus, que vous soyez pré· sent ou non à l'U.N.E.S.C.O., d'envoyer votre obole pour le succès de la Journée Nationale au C.C.P. du M.R.A.P. : 14.825·85 Paris. VINGT ans après: c'est un bon titre, c'est un chiffre tout rond, tout nei', et nous savons à quel point les commémorateurs officiels aiment découper l'histoire en bef'tes tranches, nettes et précises. Vingt ans: un espace de temps suffisamment long pour q'ue la plupart des survivants soient morts, de cette mort qui avait commencé à s'installer en eux, à bouger en eux, à MauthauPar Jorge SEMPRUN sen ou à Dach,au, à Monowitz ou à Birkenau. Un temps ment long pour que toute une jeunesse commence à se place dans la vie, et dans les luttes de cette vie, une jeur laquelle tout cela est de l'histoire. Certains voudraient qu'on oublie, qu'on prescrive. QI soient les raisons juridiq·ues et morales qu'on mette en faveur de- cet oubli, de cette prescription, il me semble c'est, pour nous, une démarche impossible. On ne peut ( fumées d'Oswiecim, tant que le dernier antisémite n disparu de cette terre, tant qu'il y aura un seul pays, ville, ou un seul quartier de n'importe quelle ville, où l'apartheid, sous quelque forme que ce soit. Le souvenir dE le seul valable, actif, est celui q'ui pousse à la lutte, dans 1 Vingt ans : c'est un espace de temps assez long, encore suffisant pour tomber dans les commémorations éll d'un passé révolu. Rien, dans le monde actue'l, ne perm Tout nous pousse à la continuation de ce combat, contre It contre l'antisémitisme, pour la paix. Le mythe rac politique du T E racisme professe que la lutte féconde de l'humanité pou L ses buts la nature, est essentiellement animée par la vole me d'exploiter ou d'écraser certains groupes de ses procha tenir que la domination du plus fort sur le plus faible est la ra l'homme et que c'est en elle que réside le sens de l'histoin racisme formule des lois d'ordre biologique qui, soi-disant, rég tion sociale. Celle-ci est ainsi réduite à la lutte entre les « n res » et les « races inférieures » dont l'humanité serait cor ajoute encore, dans la plupart des cas, la « race infâme » des Cette « soc iologie )} biologique qui sert à 10 fobricoti on du modèle ro ciste de la « bête humaine )} n'a que très peu de rapports avec une biologie rée lle. Le raci sme prétend, néanmoin s, à la soli dité d' une science expérime ntale de la nature. Il Les « seigneurs » ••• l'offre au pouvoir politique se sent obligé de justifier 1 servi ssement universel, pr al ors comme « droit » co « science » . La religion du sang Le pouvoir nazi a poussé art de gouverne r. Et il t à sa porure « scientifique ~ se demander à quel point çon les dirigeants du III· Re eux-mêmes au sé ri eux. La première constatatior trait que la propagande ne f ronton de son édifice : le capital sur le nazisme dési! tr in e comme « Mythe » . Te l'ouvrage d'Alfred Rosenb Mythe du XX· Siècle )} - q l'époque hitlérienne, figun « Me in Kampf », ouvrage La parole de Rosenberg re présentative du racisme na et jusqu'à la fin du Ille Rei titre encombrant mais signi légué du Führer pour le semble de l'Instruction et spirituelle et idéologique nazi. Or, Rosenberg écrit : réflexion intérieure, le Mytt éveillé de notre vie .•. A côt l'Ame éternelle libre se plot Religion du Sang. » Empruntons maintenant qu'il fallait se faire de la rai : « •.• L'homme ne maÎtris mois a réussi seulement, pal ce de quelques lois particul crets de la nature, à s' éri~ de ceux qui étaient dépoi connaissance ». Revenons nous dit ; « Il apparaîtra ment l'Erreur, en proie al même le « Péché » peuven plus haut degré s'ils rende augmentent le pouvoir créatl se trompe dans les domainE de la perception, ou de la vol encore : « En fin de compte phie qui dépasse le $tade de melle de la raison est moi~ sance qu'une profession de fession de foi de l'âme, profession de foi de valeur Nous apprenons enfin que foi raciste est acceptée par qu'e lle est, à son avis, la image féconde de l'histoire ù l'approche année plus une intense a réalisation ns aux milinus de tous ier au grand nt continuel des cominnent cherI » imprimé, onférenciers réunions, ro· s, louer des otos ou dej; phone, sans les initiati· partout, tant ince, de mê· eux courrier s par jour ... anniversaire le nazisme, ressentent essité. d'agi~ séquelles 'sions et de , en parti cu· une magniflseront nommai au Pa· .0. 'on des mil1· parisienne mai, à 20 h. rne, avec la arles Palant, du M.R.A.P., rnière main ne Journée t es Commisures

séantaurant

de ce plénière. ées par les mmissions, urs, les saprésentants hèvera par s. FILM participants beau film: luttes des égrégation. la marche articipant à lez en don· en deman· rs, Paris-II' onvient de pour le dé; soyez pré· oyer votre Nationale is. VINGT ANS VINGT ans après : c'est un bon titre, c'est un chiffre tout rond, tout ne(', et nous savons à quel point les commémorateurs officiels aiment découper l'histoire en bel'les tranches, nettes et précises. Vingt ans: un espace de temps suffisamment long pour q'ue la plupart des survivants soient morts, de cette mort qui avait commencé à s'installer en eux, à bouger en eux, à MauthauPar Jorge SEMPRUN sen ou à Dach.au, à Monowitz ou à Birkenau. Un temps suffisamment long pour que toute une jeunesse commence à se faire 'une place dans la vie, et dans les luttes de cette vie, une jeunesse pour laquelle tout cela est de l'histoire. Certains voudraient qu'on oublie, qu'on prescrive. Quel'Ies que soient les raisons juridiq'ues et morales qu'on mette en avant, en faveur d~ cet oubli, de cette prescription, il me semble bien que c'est, pour nous, une démarche impossible. On ne peut oublier les fumées d'Oswiecim, tant que le dernier antisémite n'aura pas disparu de cette terre, tant qu'il y aura un seul pays, une seule ville, ou un seul quartier de n'importe quelle ville, où s'impose l'apartheid, sous quelque forme que ce soit. Le souvenir de ce passé, le seul valable, actif, est celui q·ui pousse à la lutte, dans le présent. Vingt ans : c'est un espace de temps assez long, rnais pas encore suffisant pour tomber dans les commémorations émouvantes d'un passé révolu. Rien, dans le monde actuel, ne permet l'oubli. Tout nous pousse à la continuation de ce combat, contre le racisme, contre l'antisémitisme, pour la paix. « Quand les • ouvrlren MME Olga Wormser·Migot a tenu sa promesse: son dernier ouvrage, con· sacré à la libération des camps, a paru à son heure, celle du vingtième anniversaire de cette libération. Travaillant à la localisation et à la re· cherche des déportés, au sein du Ministère des Prisonniers, Déportés, Réfugiés, elle fut attachée, dès le mois d'août 1944, à une tâche déconcertante, émouvante et horri· fiante. Déconcertante, parce que les éléments de recherches n'abondaient pas: peu nombreux et flous, ils ne favorisaient pas l'enquête ; émouvante, car le contact quotidien avec les familles des déportés n'offrait que de J'an· goisse et de la douleur et bien peu d'es· poir ; horrifiante, quant aux découvertes que l'auteur fit, de semaine en semaine, jusqu'au retour des déportés, et bien après. Le but de son livre (paru aux Editions Laffont), Olga Wormser-Migot nous le dit elle·même dans sa préface : cc C'est le sentiment des libérateurs et des libérés que j'ai tenté de traduire, le contrepoint de douleur et d'espoir, des recherches balbutiantes et de la découverte, le bonheur tragique des retours et des attentes au·delà de tout espoir. » Les recherches balbutiantes et la décou· verte devaient révéler l'existence du sys· tème concentrationnaire et donner au mot « génocide» un nouveau relief, dépassant Le mythe raciste dans la politique du Ille Reich I LS commencent à rentrer m~intenant. Pendant quelques Jours, quelques nuits, à la gare d'Orsay, aménagée en un immense hall d'accueil, déferlaient les rescapés d'un camp que nous appelions Buc?e~· wald. « Buchenwald, on ne faIsaIt qu'y passer pour la quarantaine.! _ Après c'était Dora - Dora? - DIS donc, elles ne connaissent même pas Dora ! » Ni Dora, ni Ellrich, les kommandos de mort, les usines secrètes que nous arrivons vite à bien connaître sans les situer encore dans nos conceptions géographiques, dans le système concentrationnaire. r E racisme professe que la lutte féconde de l'humanité pour soumettre à L ses buts la nature, est essentiellement animée par la volonté de l'homme d'exploiter ou d'écraser certains groupes de ses prochains. Pour soutenir que la domination du plus fort sur le plus faible est la raison d'être de l'homme et que c'est en elle que réside le sens de l'histoire humaine, le racisme formule des lois d'ordre biologique qui, soi-disant, régissent l'évolution sociale. Celle'ci est ainsi réduite à la lutte entre les « races supérieures » et les « races inférieures » dont l'humanité serait composée. Il s'y ajoute encore, dans la plupart des cas, la « race infâme » des juifs. Cette « socio logie » biologique qui sert à 10 fabrication du modèle raciste de la « bête humaine » n'a que très peu de rapports avec une biologie réelle. Le racisme prétend, néanmoins, à la solidité d'une science expérimentale de la nature. Il Les « seigneurs » ••• l'offre ou pouvoir politique lorsque celui-ci se sent obligé de justifier le principe d'asservissement universel, principe présenté alors comme « droit » commandé par la « science ». La religion du sang Le pouvoir nazi a poussé à l'extrême cet art de gouverner. Et il tenait beaucoup à sa porure « scientifique ». Il convient de se demander à quel point et de quelle façon les dirigeants du III" Reich la prenaient eux-mêmes ou sérieux. La première constatation porte sur un trait que la propagande nazie a placé ou fronton de son édifice : le traité théorique capital sur le nazisme désignait cette doctrine comme « Mythe ». Tel est le titre de l'ouvrage d'Alfred Rosenberg - « Le Mythe du XX· Siècle» - qui, durant toute l'époque hitlérienne, figurait à côté de « Mein Kampf », ouvrage d'Adolf Hitler. La parole de Rosenberg est hautement représentative du racisme nazi. Depuis 1934 et jusqu'à la fin du Ille Reich, il portait le titre encombrant mois significatif de « Délégué du Führer pour le Contrôle d'Ensemble de l'Instruction et de l'Education spirituelle et idéologique » dons le Parti nazi. Or, Rosenberg écrit: cc C'est l'ultime réflexion intérieure, le Mythe nouvellement éveillé de notre vie ... A côté du Mythe de l'Ame éternelle libre se place le Mythe, la Religion du Sang. » Empruntons maintenant à Hitler l'idée qu'il fallait se foire de la science en générai: (( ... L'hamme ne maîtrise pas la nature, mais a réussi seulement, par la connaissance de quelques lois particulières et de secrets de la nature, à s'ériger en seigneur de ceux qui étaient dépourvus de ceHe connaissance ». Revenons à Rosenberg qui nous dit : (( Il apparaîtra alors ... qu'égaIement l'Erreur, en proie ou Semblant, et même le (( Péché » peuvent être vrais ou plus haut degré s'ils rendent fécond, s'ils augmentent le pouvoir créateur de celui qui se tromp'e dans les domaines de la raison, de la perception, ou de la volonté ». Et il dit encore : (( En fin de compte, toute philosophie qui dépasse le stade de la critique formelle de la raison est moins une connaissance qu'une profession de foi ; une prafession de foi de l'âme, de la race, une profession de foi de valeur caractérielle ". Nous apprenons enfin que 10 profession de foi raciste est occeptée par Rosenberg porce qu'elle est, à son avis, la condition d'une image féconde de l'histoire : CI' Auiourd'hui Par Joseph BILLIG M. Joseph Billig, attaché de re· cherches au C.N.R.S., collabore au Centre de Documentation juive Contemporaine (C.D.J .C.). Il a publié aux éditions de ce Centre, un important ouvrage en trois volumes intitulé : « Le corn· missariat général aux questions juives. » Tout récemment, vient de sortir son dernier livre consacré à « Al· fred Rosenberg- dans l'action idéo· logique, politique et administrative du Reich hitlérien. » commence à se révéler une image de l'histoire de l'humanité et de la terre riche en rapports et en couleurs, si nous reconnaissons, avec révérence, que la lutte entre le Sang et l'Ambiance, entre le Sang et le Sang est le dernier phénomène qui nous est accessible ... » Mois si [0 doctrine nazie pose son raCiS~ me comme une hypothèse, elle exige que, dons les limites de son application, cette hypothèse soit vécue catégoriquement comme une évidence, passionnément comme une profession de foi et de façon extat ique comme une intuition. En la maniant, l'homme nazi se met en transe et c'est ainsi que l'hypothèse devient mythe. Mois le nazi conserve la liberté de s'en dégager comme le savant se dégage librement d'une hypothèse puisqu'elle est adoptée toujours de façon conditionnelle. Une « sélection » opportuniste Jetons un coup d'oeil sur la politique étrangère dons le Ille Reich. Hitler a déclaré que, par essence, elle est opportuniste. Il a posé ce principe dons « Mein Kampf » et il lui est resté fidèle : (( La politique étrangère n'est, elle aussi, qu'un moyen pour le but, le but étant exclusivement la promotion de notre entité populaire ». Il y a cependant da'ns la politique étrangère des actes qui ont voleur de symbole. Tel est le groupement des puissances mis sur pied par le Ille Reich. Il est inauguré avant la guerre par 'Ie Pacte anti-Komintern. Les trois puissances qui le composent sont l'Allemogne, l' Italie, le Japon. Et elles feront couse commune pendant la guerre. L'Alle-

  • Suite page 9.

Ces revenants nous semblent plus cireu. oC, plus hâves, plus sarcastiques aussi que ceux de Buchenwald. Les plus v~lides viennent se « raconter » au ministère où ils ne sont pas assaillis par la foule des familles qui attendent, espèrent, scrutent avec angoisse les visages inconnus, dans l'espoir fou que le leur est là aussi, qu'on a oublié de les prévenir. Il est arrivé. n ne faut pas qu'ils s'attardent. Il doit les attendre à la maison. Nous partons interroger le docteur E ... , revenu de Buchenwald, où il a été libéré s'ur place. Il voudrait tellement rendre service, reconnaître les photos que nous lui soumettons, se rappeler. Mais nous commençons à comprendre qu'il est inutile de donner des listes de noms, sauf dans' le cas où les déportés s'étaient connus dans le civil, dans le cas où ils appartenaient au même milieu social, à la même ville, au même mouvement ou réseau, dans le cas où' ils avaient séjourné longtemps dans la même pris·on. en France. Des noms de fa: mille n'évoquent rien pour eux : d'abord, ils nous demandent : « quel convoi? » La réponse qu'ils attendent, c'est un matricule que nous ne pouvons connaître, les 77.000, les 20.000, etc... Ils évoquent des surnoms, des prénoms, des diminutifs. des noms presque jamais, sauf si un camarade, avant de mourir, leur a confié, avec son identité véritable. un message à transmettre à sa famille. Avez-vous connu Dominique c. ... Robert Antelme ? Claude B... ? Nous donnons cles précisions qui les font pouffer cie I·ire. Un avocat cie 75 kilos, un méclecin corpulent, un intellectuel à lunettes, un typographe un peu s'Ourd, n'éveillent dans le souvenir du clocteUi' E... aucune relTIlUIScence. Il pourrait nous parler cie Dédé auquel il a fait avoir cieux jours cie Revier, cie Claude, qui a troqué son pain contre cles cigarettes, cie Julien, qui s'est évanoui penclant un appel et qu'il n'a plus revu, cie Raymoncl, mis en quarantaine pal'ce qu'il ne voulait jamais partager ses colis. - « Robert Antelme ? (Il examine lonquement la photographie), ça me clit quelque choses. Je suis presque certain qu'il est parti en évacuation le 5 avril. T'en mettrais la main au feu. - Donc le 5 avril il était encore vivant? - Sans aucun cloute. » I L nou fauclra cles semaines, cles mois pour .comprendre la pauvre~é cie ce~ renseignements, pour savoIr aussI qu'on mourait très bien en évacuation, même si on était bien vivant le 5 avril. Nous savons maintenant que Crolancl - évacué de Buchenwalcl en train, clans un des premiers convois cI'avril, et bien vivant, ne rentrera pas. Un « camaracie » voulait son pain. Mort étouffé. C'est en avril 1945 que le jeune Marcel INGT ANS APRES - « Quand les alliés ouvrirent les portes ••• » MME Olga Wormser-Migot a tenu sa promesse : son dernier ouvrage, consacré à la libération des camps, a paru à son heure, celle du vingtième anniversaire de cette libération. Travaillant à la localisation et à la recherche des déportés, au sein du Ministère des Prisonniers, Déportés, Réfugiés, elle fut attachée, dès le mois d'août 1944, à une tâche déconcertante, émouvante et horri· fiante. Déconcertante, parce que les éléments de recherches n'abondaient pas: peu nombreux et flous, ils ne favorisaient pas l'enquête ; émouvante, car le contact quotidien avec les familles des déportés n'offrait que de l'angOisse et de la douleur et bien peu d'este dans la Ile Reich s'ils celui qui la raisan, ». Et il dit philasaque far - Par Joseph BILLIG M. Joseph Billig, attaché de recherches au C.N.R.S., collabore au Centre de Documentation juive Contemporaine (C.D.J.C.). I! a publié aux éditions de ce Centre, un important ouvrage en trois volumes intitulé : « Le commissariat général aux questions juives. » Tout récemment, vient de sortir son dernier livre consacré à « Alfred Rosenberg- dans l'action idéologique, politique et administrative du Reich hitlérien. » commence à se révéler une image de l'histoire de l'humanité et de la terre riche en rapports e-t en couleurs, si nous reconnaissons, avec révérence, que la lutte entre le Sang et l'Ambiance, entre le Sang et le Sang est le dernier phénomène qui nous est accessible ... » Mais si fa doctrine nazie pose son raCis~ me comme une hypothèse, elle exige que, dans les limites de son application, cette hypothèse sait vécue catégariquement comme une évidence, possionnément comme une profession de foi et de façon extatique camme une intuition. En la maniant, l'homme nazi se met en transe et c'est ainsi que l'hypothèse devient mythe. Mois le nazi conserve la liberté de s'en dégager comme le savant se dégage librement d'une hypothèse puisqu'elle est adoptée toujours de façon conditionnelle. Une « sélect ion » opportuniste Jetons un coup d'oeil sur la politique étrangère dans le Ille Reich . Hitler a déclaré que, par essence, elle est opportuniste. Il a posé ce principe dans « Mein Kampf » et il lui est resté fidèle : « La politique étrangère n'est, . elle aussi, qu'un moyen pour le but, le but étant exclusivement la promotion de notre entité populaire ». Il y a cependant dans la po litique étrangère des actes qui ont valeur de symbole. Tel est le groupement des puissances mis sur pied par le Ille Reich. Il est inauguré avant la guerre por le Pacte anti-Komintern. Les trois puissan.ces qui le composent sant l'Allemagne, l'Ita lie, le Japon. Et elles feront couse commune pendant la guerre. L'Alle-

  • Suite page 9.

poil' ; horrifiante, quant aux découvertes que l'auteur fit, de semaine en semaine, jusqu'au retour des déportés, et bien après. Le but de son livre (paru aux Editions Laffont), Olga Wormser-Migot nous le dit elle· même dans sa préface : cc C'est le sentiment des libérateurs et des libérés que j'ai tenté de traduire, le contrepoint de douleur et d'espoir, des recherches balbutiantes et de la découverte, le bonheur tragique des retours et des attentes au-delà de tout espoir. » Les recherches balbutiantes et la découverte devaient révéler l'existence du système concentrationnaire et donner au mot « génOCide Il un nouveau relief, dépassant I LS commencent à rentrer maintenant. Pendant quelques jours, quelques nuits, à la gare d'Orsay, aménagée en un immense hall d'accueil, déferlaient les rescapés d'un camp que nous appelions Buchenwald. {( Buchenwald, on ne faisait qu 'y passer pour la quarantaine ! - Après c'était Dora - Dora? - Dis donc, elles ne connaissent même pas Dora ! » Ni Dora, ni Ellrich, les kommandos de mort, les usines secrètes que nous arrivons vite à bien connaître sans les situer encore dans nos conceptions géographiques, dans le système concentrationnaire. Ces revenants nous semblent plus cireu.(, plus hâves, plus sarcastiques aussi que ceux de Buchenwald. Les plus valides viennent se « raconter » au ministère où ils ne sont pas assaillis par la foule des familles qui attendent, espèrent, scrutent avec angoiss'e les visages inconnus, dans l'espoir fou que le leur est là aussi, qu'on a oublié de les prévenir. Il est a rrivé. Il ne faut pas qu'ils s'attardent. Il doit les attendre à la maison. Nous partons interroger je docteur E ... , revenu de Buchenwald, où il a été libéré S'ur place. Il voudrait tellement rendre service, reconnaître les photos que nous lui soumettons, se rappeler. Mais nous commençons à comprendre qu'il est inutil~ de donner des listes de noms, sauf dam' le cas où les déportés s'étaient connus dans le civil, dans le cas où ils appartenaient au même milieu social, à la même ville, au même mouvement ou réseau, dans le cas où ils avaient séjourné longtemps dans la même pris·01l. en F rance. Des noms de famille n'é\"oquent rien pour eux : d'a~ bord, ils nous demandent : « quel convoi? » La réponse qu'ils attendent, c'est un matricule que nous ne pouvons connaître, les 77.000, les 20.000, etc.. . Ils évoquent des surnoms, des prénoms, des diminutifs. des noms presque jamais, sauf si un camarade, avant de mourir, leur a confié, avec son identité véritable. un message il. transmettre à sa famille. Avez-vous connu Dominique c. ... Robert Antelme ? Claude B... ? Nous donnons des précisions qui les fon t pouffer de rire. Un avocat de 75 kilos, un médecin corpulent, un intellectuel à lunettes, un typographe un peu s'ourd, n'éveillent dans le souvenir du docteur E... aucune rem1Ulscence. Il pourrait nous parler de Dédé auquel il a fait avoir cieux jours de Revier, cie Claude, qui a troqué son pain contre des cigarettes, cie Julien, qui s'est évanoui pendant un appel et qu'il n'a plus revu, cie Raymoncl, mis en quarantaine parce qu'il ne voulait jamais partager ses colis. - « Robert Antelme ? (Il examine lonquement la photographie), ça me clit Quelque choses. Je suis presque certain qu'il est parti en évacuation le 5 avril. .T'en mettrais la main au feu. - Donc le 5 avril il était encore yivant? - Sans aucun doute. » I L nous faudra des semaines, des mois pour comprendre la pauvreté de ces renseignements, pour savoir aussi qu'on mourait très bien en évacuation, même si on était bien vivant le 5 avril. Nous savons maintenant que Croland - évacué de Buchenwald en train, dans un des premiers convois d'avril, et bien vivant, ne rentrera pas. Un « camarade » voulait son pain. Mort étouffé. C'est en avril 1945 que le jeune Marcel en horreur ce que l'histoire avait connu jusqu'alors : autodafé, conquêtes, croisades ou vastes campagnes militaires. Jamais personne n'aurait pu soupçonner l'immense assassinat perpétré dans les neuf mois qui Séparèrent la libération de Paris de l'armistice, ni la fin misérable de ceux qui, ayant échappé, par miracle, aux maladies et aux fours crématoires, tombèrent sous les rafales des S.S. affolés par l'approche des armées alliées. cc Quand les Alliés ouvrirent les portes, ils ne purent compter que les morts des derniers jours. Je voudrais que ce livre rap· pelât le souvenir de tous ceux que nous avons attendus, le souvenir des millions de victimes appartenant à vingt et une nations, Mathieu, déporté en 1942 vers Buchenwald, puis à Dora, cherche à retrouver ceux qui fai}aient partie de son convoi. JI saura bientôt : de son transport il reste 87 rescapés sur 1.100 déportés, la proportion à laquelle nous ne voulons pas croire et que l'évidence nous fera admettre. De la villa de banlie\.l~ du dQcteur E. .. , nous téléphonons à céllè (lui attendait Robert Antelme pour lui dire qu'il était vivant le 5 avriJ. pretpier signe qu'elle eût de lui . Il reviendra des semaines plus tard. Il n'avait pas quitté Buchenwald le 5 avril mais depuis bien plus longtemps. Le docteur E... ne pouvait l'avoir rencontré. Mais il avait été mes- Par Olga WORMSER· MIGOT que le système concentrationnaire a effacée du monde et souvent, trop souvent, du coeur des vivants. » Dans l'extrait que nous vous présentons, Mme Wormser nous parle du retour des déportés, des « revenants» : terrogatoires d'identité aux postes-fron. tières. Dès le hall, ils sont happés par la ma· chine qui se veut bienfaisante : le r~~as pour ceux qui peuvent manger, la VISite médicale, l'interrogatoire des divers of· ficiers de police, des enquêteurs du .ministère. Il s'agit de dresser leur fiche d'identité, leur catégorie, cie ne pas mê· 1er S.T,Q" volontaires, déportés, de sa. voir à quelle prime ils ont clroit ... On leur fait raconter leur itinéraire. Ils ont perdu la mémoire des dates, ignorent le nom des kOl11mandos, ne connaissent leurs bourreaux que par des surnoms, ou des noms écorchés : « Quels sont les camarades que vous avez vu mou- La Fra nce était libérée, mais le colvaire des déportés allait, dans les camps, durer de longs mois encore ... sager de son retour. R. A ... pesait 40 kilos n'avait pas la force de soulever un c~uvert, et attendait sa soeur MarieLouise. Pour elle, j'ai dû encore être messagère de mauvaises nouvelles. Un officier de liaison britannique a rapporté des li stes- des fiches d'hôpital. Evacuée de Ravensbrück par la Croix RouO"e s'uédoise, avec les · élus de mars 1945, Marie-Louise est morte huit jours plus tard dans un hôpital danois. « Morte, squelette, rasée. » Maintenant, la gare d'Orsay sommeille de nouveau. Dans l'hôtel Lutétia, le hall d'entrée est pavoisé de photographies, de mess(!ges : « Qui a con~u ... , qui a connu... » La foule des famIlles déferle, celles qui attendent l~ur revenant celles qui cherchent, qUI veulent savoir. Il a fallu codifier les rites du retour, les questionnaires. Ils arrivent de la gare après avoir subi déjà des inri r? » Ils ricanent à cette question stupide. Nous nous sentons misérables à leurs yeux. On dirait que c'est pas pitié qu'ils répondent : « Il y avait Maurice qui est mort du typhus. Je crois me rappeler qu'il habitait Niort. Sa femme était institutrice et il avait deux enfants. Et puis le oetit blond, comment s'appelait- il donc? Son père était une grosse légume dans les douanes. » On détourne la tète quand les revenants retrouvent une femme, un père, qui hés itent à les reconnaître et étreignent furieusement ces corps sans poids, d'où sort la voix de celui qui était parti. Le plus terrible pour eux c'est l'assaut de ceux qui attendent avec des photos qu'ils leur mettent sous le nez : « Rappelez- vous, rappelez-vous, si vous l'ave7. rencontré, vous ne pouvez pas l'oublier. ~ . * Suite page 8. 8

  • LA SYNAGOGUE

AUX YEUX BANDES En ce dimanche des Rameaux, la foule des Parisiens et des Parisiennes s'est pressée aux portes des églises pour recueillir le buis bénit. C'est là un symbole de paix et de joie, et si ces brins de feuillage ne sont pas les palmes que l'on vit ce jour là, à Jérusalem, le jour de l'entrée du Christ, le spectacle n'en est pas moins charmant. Mais les palmes - celles du martyre - continuent à être port:§ês par les malheureux descendants du Juif Errant maudit. Certes il ne s'agit pas d'un martyre accompagné de violences, mais il consiste en réflexions désobligeantes, en affirmations méprisantes que nous ne cessons pas de surprendre dans les conversations, et que nous sentons chaque fois comme une brûlure profonde. Cela est d'autant plus triste que nous savons combien il serait vain (le vouloir répondre, nous expliquer, car pour atteindre l'intelligence et le coeur des méchants, chrétiens ou non, il faudrait pouvoir détruire en un instant · cette gangue de préjugés d'erreurs et de haine que les siècles ont accumulées sur l'âme des générations successives. Ce sentiment d'impuissance et de découragement, ceux qui ont lu ces jours derniers l'éditorial du journal Le Messager de la paroisse Saint-Roch cc Nous sommes le peuple que Dieu conduit n, sous la signature de Saint Damien, ont pu l'éprouver Voici ce qu'on y peut lire : « Aux hébreux fuyant l 'Egypte et groupés par Moïse au pied de la montagne du Sinaï, Dieu avait dit " « Je serai votre Dieu et vous serez mon peuple n. Désormais Dieu réside au milieu de ce peuple et le guide. « Mais celui-ci, ce peuple, est infidèle et rompt le pacte. Alors, en Jésus-Christ Dieu conclut une nouvelle alliance, avec un peuple nouveau, celui des baptisés, l'Eglise. « Depuis lors Dieu chemine avec lui. Il ne le conduit pas du dehors, comme un agent de police canalise une foule .' il '1le l 'instruit pas comme un professeur qui, de sa chaire donne un enseignement. C'est de l 'intérieur qu'il le meut de même qu'il meut ses chefs ... C'est aux entrailles que sa parole le touche .' ce n'est pas sur la pierre qu'il grave sa loi, c'est dans le coeur qu'il imprime son commandement .' « Tu aimeras ... n Ainsi donc, Dieu s'est détourné d'Israël ; il ne chemine plus qu'avec ceux qui, ayant dépOUillé les descendants d'Abraham et s'étant approprié leur loi immortelle, leur Dieu, et jusqu'à un nombre considérable de leurs personnages sacrés et de leurs prières mêmes, les renient et les bannissent de l'univers religieux. Alors, je vous le demande, pourquoi avoir consacré cette chapelle des Déportés, si émou- NOS DEUILS vante, dans l'Eglise même da Saint-Roch, si c'est pour continuer à considérer comme des réprouvés les familles de ceux qui sont morts pour tém'oigner de la foi juive ? Pourquoi, ce faisant, nous avoir fait croire que nous pouvions vonir y prier comme dans un lieu où règne la paix et la sérénité, puisque vous nous considérez comme une humanité de seconde zone, celle des non-baptisés ? Comme nous sommes loin de l'esprit de J ean XXIII qui, au Concile de Vatican II a accueilli les rabbins par ces mots : « Je suis Joseph, votre frère ! n ... Nous demandons au venerable curé de Saint-Roch, chef spirituel d'une paroisse illustre par son passé chargé d'histoire, de comprendre notre peine et notre déception, et de mener le combat non plus contre le peuple à la nuque dure, mais avec l'amitié judéo-chrétienne. Un israélite du quartier Saint-Roch. LA CHANCE DE L'AVENIR Qu'on permette à un Africain de donner son opinion sur le livre de M. Georges Conchon « L'Etat Sauvage n. Ses qualités littéraires me paraissent indéniables, mais je voudrais surtout insister sur le fait que le grand mérite de ce livre est d'avoir soulevé une question essentielle : celle des rapports entre le monde blanc et le monde noir. On parle souvent du problème de l'aide aux pays sousdéveloppés. Mais la plupart des gens semblent ignorer le mal le plus grand et qui constitue pour l'avenir une terrible menace

le racisme.

Georges Conchon amène les lecteurs à réfléchir sur ce problème et c'est pour cela que son livre me paraît utile. Témoin en Afrique du double racisme blanc et noir, il n'en a pas pris son parti. Il le dénonce publiquement. De ce fait, Georges Conchon est un homme avec qui le dialogue est possible pour un Africain. Ce roman appelle cependant des réserves. Le double racisme dénoncé par Georges Conchon existe bel et bien. Les preuves de l'existence du racisme blanc sont suffisamment nombreuses pour que je n 'aie pas à y insister. Pour ce qui est du racisme noir, l'objectivité me force à reconnaître qu'il existe aussi. Le racisme est lié à l'orgueil, à l'étroitesse d'esprit ; c'est pourquoi on ne doit jamais supposer qu'il soit un défaut exclusivement blanc. Seulement, ce qu'on doit admettre à mon sens, c'est que malgré les humiliations et les brimades du passé, le Noir en général est assez ouvert aujourd'hui et son racisme est essentiellement motivé par le racisme blanc qui provoque en lui colère et ressentiments. D'une façon générale, le livre de Georges Conchon est décevant à plus d'un pOint de vue. Les personnages qui paraissent faire exception à cet « état sauvage n qu'est le racisme sont eux-mêmes d'un antiracisme bien pâle. On aurait aimé une description de l'Afrique à la fois plus réaliste et moins pessimiste. Le lecteur européen doit se dire : « Triste Afrique ! » En un sens, le livre de Conchon rejoint cette littérature qui depuis quelques années a répandu tant de fables sur l'Afrique. J'aurais aimé que soit souligné quelle chance existe de sortir de « l'état sauvage n. Car même si les antiracistes sont en nombre réduit, ce sont eux la chance de l'avenir. Blancs et Noirs, nous sommes désormais condamnés à réussir ensemble une histoire commune. La sincérité et l'estime mutuelles sont les seules voies valables. Justin KALlBWAMI Paris. ISRAELITES ET ISRAELIENS Dans une lettre que publie « Droit et Liberté » de mars, Mme H. Bourgeois prétend qu'il n'est pas possible d'être Israélien sans être israélite. Elle ignore qu'il existe un grand nombre d'arabes et de chrétiens, Israéliens, tout en ayant gardé leur religion musulmane ou chrétienne. Cette dame a dû confondre deux choses, malheureusement confondues assez souvent les droits accordés par la Loi du Retour et le reste. Voici ce que je veux dire : a) Tout juif a automatiquement le droit de devenir citoyen Israélien, s'il le désire en vertu de la Loi du Retour. b) Toute personne d'une autre confession, pour devenir citoyen israélien, doit se faire naturaliser comme cela se pratique dans tous les pays du monde. En conolusion, on peut sL.-nplement dire ceci : - Israël donne aux juifs un avantage ;l.'automaticité pour devenir israélien. - et pour les croyants d'un autre culte, il applique les lois . internationales. On ne peut donc parler dans ce domaine, d'intolérance religieuse qui régnerait en I sraël. PROFITEURS EHONTES L. D. Paris. Un de mes élèves noirs me dit que l'hôtelier qui le loge fait, à lui et à ses compatriotes africains, toutes espèces de misères ; en particulier, il lui interdit de recevoir des visiteurs. Si des amis viennent pour les voir, l'hôtelier les chasse. Mon élève partage la chambre avec un camarade : à eux deux ils paient 300 francs par mois (10 F par nuit) une petite chambre à peine chauffée. Je vous signale la chose à tout hasard, quoique sans doute êtes-vous mieux rensei-

gnés que moi sur ce sujet. Une amie assistante sociale me dit qu'il y a mille fois pire. Par exemple, tel logeur ou hôtelier louant le même lit à deux hommes : l'un qui travaille de jour, l'autre qui travaille de nuit - c'est-à-dire qu'auoun ne dispose de la chambre - touchant ainsi double loyer ... Il me semble qu'une vigoureuse campagne contre les hôteliers, profiteurs éhontés des Africains, s'impose ... Germaine ASCHKINAZI, Paris-20'_ COURRIER DU COEUR Je vous remercie beaucoup de m'avoir adressé généreusement les trois derniers numé· ros de « Droit et Liberté ». C'est un journal qui doit être lu par le plus de personnes possible et je vais m'y employer dans la faible mesure de mes moyens. Je souscris, en tous cas, un abonnement de soutien.

Mme TAIEB, Paris-1S' Nouvelle adhérente, j 'espère que vous voudrez bien excuser la somme minimale que je vous adresse par mandat. Lycéenne, je ne dispose que de peu d'argent de poche. Heureuse d'être admise à vos côtés. Je pense m'abonner bientôt à « Droit et Liberté ». S. G. · C'est en lisant votre numéro de « Droit et Liberté » (239) que j'ai appris que vous émettez des cartes d'adhésion. Je trouve que c'est un bon moyen de prouver son attachement à votre Mouvement. Je..me rends compte des difficultés matérielles que vous devez surmonter et je déplore avec vous le manque de publicité donnée à votre publication. J'ai été moi-même obligé de m'abonner à votre journal, car il était difficile de s'en procurer. Il est regrettable que des journaux tels que « Minute » puissent avoir tant de lecteurs alors que le vôtre semble en avoir un nombre réduit. Encouragé par votre article, je me permets donc de vous adresser ma très modeste cotisation pour la carte d'adhérent. Albert TEBEKA, Neuilly-sur-Seine. ET LE POURCENTAGE DES RACISTES? En tant qu'abonné à votre journal, je me permets de vous faire parvenir ces quelques lignes extraites de l' « illustré » (suisse) qui se passent de commentaires « ... Le pourcentage de naturalisés israélites reste cependant très élevé. Il faut espérer que cette « préférence n ne tient pas uniquement à des considérations financières. .. n (Illustré n° 19 du 7 mai 1964 - Lausanne, p. 40. Les Nationalisations, par Maurice Potier). M. G., Paris-gc. {( Ouand les alliés ouvrirent les portes»

  • Suil'e de I,g page centrale

Nous avons oppris avec douleur la mort de notre omi René Wohl. dit Gabriel TIMOn finit par les reconnaître. On finit par avoir, à l'encontre des plus obstinés, la même impatience qu'à l'égard des resq uilleurs d'une queue, « Encore cell elà! » On leu r en voudrait presque de s'acha rner, de garder l'espo ir. avoi r oublié un 11om, pour s'être trompé de dates. On ' éa les envoyer là-bas ... Quancl pourront-ils rentrer chez eu_,,? 11 faut expliquer qu'ils peuvent nous a i cler ù trouver les autres, Ù locali ser les charn iers sur les routes de l'évacuation. peut-être à iclentifier des bourreaux. MORY. . Ecri vain de grand tal ent, il avait apporté, durant de nombreuses années, sa colloboroti,on à « Droit et Liberté » . Il étoit offi cier de la Légion dHonnew'. Nous présentons à son épouse, Mme Gabri el Timmory, et à toute sa fo mi Il e, nos sincé res condo léa nces. DISTI NCTIONS Notre éminent ami . l'écr ivain Maurice DRUON vient d'être fait cheva lier de la Légion d'Honn eur. Nous lui présentons nos très sincères féli ci tations. Nos félicitations également à M. Sacha SCHNEIDER, à qui la même di stinction a été récemment attribuée. Q UAND le Lutétia sera redevenu un hôtel cossu. ganlera-t -i l l'odeur de D.T.T., de soupe. de vêtements pauvres? On enlèvera les cloisons qui- isolent les divers stades des interrogatoi res, de la vis ite médicale. Des cris fu ri eux se sont élevés un jour, une voix d isti nguée qui se haussait à l'injure « Foutez-moi la paix! Vous croyez qu'on ne m'a pas fa it mettre assez il poil clurant cieux ans'? Vous voulez enco re que je recommence ? » L 'a ir traqué quand on leur pose cles questions trop précises. On va les puni r pour La catégorie la plus tragique, ceux qui errent dans le Lutétia parce que personne n'est venu les cher cher : « Ils ne sont tout cie même pas tous l1lort~,'! - Peut-être ont-ils déménagé? - Même s'ils se cachaient, pourquoi ne reviennent- i Is pas maintenant? » Le groupe cie bénévoles se r enouvelle sans cesse, celles qui ont retrouvé le leur. le ~'o ignent, l'entourent. de loin en loin nous em'oient un nom, une date. un indice qu'elles leUl- ont extorqué. « Vüu ~, savez, il est encore si faible ... Je voudrai tellement qu'i l oublie. » Olga WORMSER-MIGOT. DES FAITS 1; qui donnent , AL-- pENSER ... LA F.E.N. (Fédération des Etudiants Nationalistes) possède un mensuel « Les Cahi ers Universitaires » où elle étale largement les « arguments » qu'on lui connaît et qu'e lle distribue depuis un certain temps, à la porte des facultés et éco les. Le nO 22 bis, supplément du mensuel, résume en quatre pages la propagande antisémite, xénophobe et raciste de cette organisation. L'Université françai se, lit-on, vit mal à ca use de MM .. Gurvitch, Schwartz et Janké lév itch. Tous ses professeurs partent en Algérie et en Afrique Noire. Elle manque de crédi ts à cause de l'a ide aux pays sousdéve loppés qui es t, d'après eux, « illusoire, in uti le et néfaste » . La F.E. N. exige donc le retour en Fronce « des professeurs détachés da ns les pays arriérés ... , le retour des étudiants noirs dans leurs un iversités et la suppression de leurs bourses ... , la pr iorité absolue aux étudiants européens dans les un iversités » (s ic ), Ils affirment au'il ex iste une communauté de destin entre· peuples européens qui repose sur « une sol idari'té ethniqu e, une même civilisation culturelle et technique, une conception de l'homme et des va leurs de la vie t rouvant sa pleine application dans le nationalisme... » et parti cipent dans ce but à jo campagne menée par Jean-Lou is Tixi er-Vignancour, candidat à la présidence. Hitler oussi avait formulé une doctrine nati onali ste qui, par l'assassinat de millions d'êtres humains avait prétendu sauvegorder l' intég rité occidentale.

  • M. E. Ph., d'origine martiniquaise se Iendait

à son travail le vendredi 23 'avril, à 8 h . 30, prenant le métro comme tous les jours. Parmi les voyageurs, il remarqua un Africain, visiblement désorienté qui, depUis un moment, sollicitait un renseignement du chef de train. Celui-ci le regardait avec mépris, le bousculait à chaque arrêt, sans lui répondre. Indigné, M. Ph. s'adressa à l'Africain,. lui disant à haute voix : {( N'insistez pas, renseignez-vous plutôt auprès des voyageurs à l'avenir. n Vexé, le chef de train l'injuria lui criant « sale race » et finit par frapper M. Ph. qui, bien entendu, riposta et voulut à l'arrêt prochain, porter plainte auprès ' du chef de station. Mais le chef de train s'enfuit avant qu'une confrontation ait eu lieu.

Le vendredi 16 avril, vers 9 heures, un homme d'une quarantaine d'années, entrait dans le magaSin de confection de M. Joseph WOlmark, 238, rue Saint-Martin, et demandait des articles ... de mercerie dont le propriétaire du magasin ne fait pas le commerce. M. Wolmark lui ayant dit son impossibilité de le servir, cet individu déclarait alors à haute voix : ({ C'est dommage ! On aurait dû tous vous tuer ! » M. Wolmark est un ancien déporté qui, d'Auschwitz à Buchenwald, connut seize camps de déportation et y perdit son épouse et une fille . Aussi mettait-il, rapidement, à la porte de son magasin ce provocateur qui, aussitôt, reportait sa fureur contre la vitrine, la brisant à coups de canne. Il a été emmené au commissariat de la rue Beaubourg.

Le 8 avril, dans l'aprês-midi, de nombreux témoins ont entendu Mme Dubois injurier M. Korn, demeurant 6, rue de Vintimille et crier: ({ Sale juif, sale youpin; on n'en a pas assez exterminé à Auschwitz et à Buchenwald. » M. Korn a porté plain:e.

  • M. Laube, oommerçant à Paris, expose

régulièrement au Salon des Sports d'Hiver de Grenoble. Cette année, n'ayant pu réserver une chambre à temps, dans son hôtel habituel, la direction de celui-oi le fit loger dans un autre, l'hôtel Gallia, en lui précisant le prix convenu. Le jour de son départ, M. Laube constata que le montant de la note ne correspondait pas au tarif prévu. La réceptionniste appela alors M. Benoît, propriétaire de l'établissement, qui se mit brutalement à insulter M. Laube, lui déclarant : « Vous êtes un sale « Polak » qui discute toujours les prix, et à Grenoble, nous n'avons pas besoin pour vivre des étrangers ; vous n'avez qu'à retourner dans votre pays, moi je suis Français ... Je vous em ... » M. Laube, qui est citoyen français, ancien combattant, croix de guerre, régla sa note, mais porta plainte afin que cette affaire soit sanctionnée « pour le renom de cette ville et vis-à-vis des exposants et visiteurs français et étrangers. n 9 Le voeu le plus cher ... TANDIS que l'a t tente se prolonge d 'une décision finale, deux événements récents - dont l'un a ,étc: parfois interp rété comme mettant en cause le sens général d 'une éyolution favorable - ont a ttiré à nouveau l'a ttention du p ublic sur l 'atti tude de l'Eglise romaine à l'égard du ju daïsme. Le dimanche de la Passion (4 avril), ,au cour s' d'une homél ie à l'église pa roi ssiale de Notre-Daille ' de Guadalup; à !{ollle. Paul VI - commentant l'évan. gile - s'écriait : « C'est une page g rave et triste qui hoque le h eurt entre J ésus Ct le peuple juiL Ce peuple prédestiné ])IJU\' recevoir le mess ie.. . lorsque le Christ arri"e, .. 110n seulement il ne le reconnaît pas mai s il le combat, le calomnie. l'injurie et. finalement. il le tuera . » A uss itôt, le Grand-Rabbin Toaff protestait. et quelque~' jours a près un pone-parole du \ 'atican devait taire une l11i~e au poi nt. E lle - cons istait à s ituer le, pa roles du Som'e rain l'onti ie au seul pl a n où el1es pou\'aient être bi en COI11- pri:;es : celui de la théo logie. L e P ape n'in'ait J'ai t que reprendre, à l'occasion de la Passion, un des thèmes' les plus ha bituels de la liturg ie du jour : le rejet du Chri st, à l'époque, par tous les peu_" pies, quels qu' il s f üssent, rejet dont on voit encore tant d'exemples. C'était dire, non seul ement que Paul VI par Jacques NANTET n'avait pas eu l'intention d'offenser le peuple juif, mai s qu'aucun peûple du monde n 'éta it, à ce stade, pris en tant que tel. D 'aill eurs, l'express ion employée

« il le tuera », montre bien

que le Pape obéissait, à la fois, à des préoccupations -thé_ologiques et aux lois du genre oratoire. L'Eglise n'a jamai s prétendu, en effet, que les juifs - fütce seul ement ceux qui étaient présents - aient tué le Chr is t. Ce sont les Roma1l1s - de notoriété hi storique incontestée par tous - qui l'ont tué. En fait, quoique certains puissent pen5'er cie ce qu'ils appelleront des subtilités, l'incident doit etre ramené à ses justes proportions : l'allocution du Pape ne comporte aucune indication théologique nouvelle; la question du déicide n'est pas reposée; c'est du Messager de Salut qu'il s'agit et de l'accueil qui lui est fait; rien n'est changé à la mi5'e en application cles voeux exprimés au Concile. D 'ailleurs l'autre événement - ce. lui-là commenté favorablement le confirme s'il en est besoin : l'annonce par le bureau de presse du Vatican de la réforme de la prière du Vendredi Saint. Elle est le résultat des travaux de la commission post conciliaire « pour l'applica tion de la constitution sur la liturgie », et ainsi voit-on comment la l'oute se. poursuit, d 'une session du Conci le à l'autre, vers l'aboutissement final. L a constitution sur la liturgie ayant été votée, ratifiée et promulguée, la « prière pour la conversion des juifs » est devedans Les mythes la politique raci• aux du 3e -Reich

  • Suite de la page centra le

,m::gne hitléri enne s'achemine donc en asscclat ian avec un peuple asiatique sur la vc e de l'assaini ssement de l'humanité te l qu elle le conçoit. Pourtant, se lon la dactri n hitlérienne, le Japon est, racialement, un phénomène douteux. Hitler expl ique, dans « Mein Kampf », que le peuple japonais n'est pas créateur, mais seul ement par .. teur de culture, oeuvre exc lusive des Aryens. Il a la capacité de la développer extérieurement grâce à un certain apport de sang aryen. Mais cet apport se dilue dans les éléments ra cia ux inférieurs du peuple ja · ponais dont la capacité culture lle s'assoupit a lors, Un nouvel apport lui redonne cette capaci té mais il est aussi condamné à se dilue r, é tant donné Que clans tout mé lange rociol l'inférieur domi ne sur le supér ieu r. Cette interprétation n'em pêche pas que dans le triangle groupant l'humanité valeureuse assoc iée au peuple allemand un des sommets est représenté par le Japon, En même temps, Himmler cultive clans la SS l'idée que l'A llemagne est le champion de la « race blanche », qu'elle protège du « péri 1 jaune ». Mais si l'on peut dire que le choix ra cial, en politiqu e étrangère, es t, par essence, opportuni ste, qu'en est-il de la sélection raciole au sein du peuple all emand lUI-même ? Le triste tableau que représentent phys iquement les plus ha J ts dirigeants nozis saute aux yeux, Pourtant, la pensée nazie n'est oucunemerlt troublée par ce spectacle. Pourq uoi le sera it-elle? Le critère rac iste reste tC'u jou rs un moyen pragmatique. On l'a pplique lorsqu'i l paraît être utile , Or, il n'est pas utile de prendre en considé ration les cr itè res raciaux à l'égard d'un Hitle r, cI'un Goering, d'un Goebbe ls, d'un Himmle r, etc, p:Jur décider de leur aptitude à remplir les fonctions dirigeantes qu' ils exe rça ient dans le Reich nazi. La S.S. : une ({ éljt~ » 1

"0 « science» mythico-positive est, por

contre, mise en valeur lorsq u' il s'agit de dégoger au se in du « peuple des Se igneu rs », les mosses qu'on désigne spéc ialemen t comme l'é lite de ce peuple d'é lite. Cest ainsi que Himmle r forme la 55. Pour y être admis, il faut d'abord sati sfa ire à un examen racial dont Himmler cléc larait : « La fa con de sélect ionner étoit conce ntrée sur la sélect'ion de ceux qui s'ap'prochent le plJS du point de vue physique, de l' image idéale - de l'homme de type nordique. » Himmler donne à la 55 l'a spect so lennel de l' « Ordre assermenté d' hommes nordi qUES », Mais dans ce d::::maine sacro-sain t du nazi sme, la doctrine naz ie reste fidèle à ~on statut d'hypothèse de travail . En expliqua nt, dans un cours de « politique nationa le » ce qu'est la 55, Himml er tient à le fai re ressor tir, Il proclame sa convict ion que « en fin de compte, seul le sang de bonne qualité peut produire, à la longue, de bons résulta ts », ma's ajoute en ce qui conce rne la sé lection : « On m'objectera aussi t6t : tout cela va très bien .. ma is si vou~ commencez p ~r hl tai lle, par les cheveux blond et par les yeux bleus el a ussi por les mesu res du crâne, c'est alors une affaire très problèmatique. Je le sa is parfa itement. .. Il y a pourta"t une p'r'obabi lité plus grande de puise r a insi da ns ce réservoir (des hommes de valeur nordique) », Il pré'cise qu'après cette premi ère sé lecti on, il él imine ceux qui, admis cla n; la 55, s'avèrent in sati sfai sa nts au point de vue caractère, volonté". Le mythe raci ste qui trad uit par la taille, par les proportions corporelles, etc, l'esse nce de l'homme est donc prat iquée comme hypothèse, remplacée ensuite par la psycho log ie. D'ailleurs, quand Himmler attirait dans la 55 tel homme jugé particul ièrement apte à remplir des fonctions de direct ion dans l'Ordre nordique, il ne s'embarrassait pas de ses attributs extérieurs. L'Ordre nordique comportait un trait qui soulignait encore davantage la valeur hypothét ique de la profess ion de foi rac iste de Himmle r, Il offrait de hauts grades de la 55 aux personnalités importantes dans de nombreuses branches professionnelles : économie, foncti on publique, etc . Ces personnalités n'avaient à exercer aucune fonction dans la 55 et n'étai ent a stre intes à aucun se rvice dans ce lle-ci, Cependant, le urs grades n 'é tai ent pas honorifiques. Le bénéficiaire figurait normal ement dans 10 haute hiérarchie de la 55. Il en était d on~ représentatif, tou te foi s sans participation di rec te à ses agi ésements, Il acceptait la propc-s ition s' il envisagea it de profiter dc l' influence du Re ichsführe r-SS, Quant à ce dernier, ces acceptations rehaussai ent le prestige de son Ordre, Il va de soi qu'on ne prenait absolumen t pas en considération, non seu lemeht l'extérieur .. mais non plus les qualités carac lé rie lles et les convictions de; personnalités en q ~es ti on, Il suffisa it am.., iement Que l' intéreôsé accepte la propcsition, Le maniement arbitraire du raci smC' da ns la 55 atte int son comble pendant la gue rre. Au premier plan se plaçaient alors les Waffen-SS, trC'upes himmlé riennes qui combattaien t sous le commandement de la Wehrmacht, Or, les vicissitudes de la guerre poussent Himmler à créer dans les Waf. fen-55 des formations étrangères, Elles étaient ccmposées d'abord d 'étrange rs qui pouvaient être considérés comme « germaniques », Mais bientôt sont créées des formati ons composées d'hommes de « races infé ri eures », On pouvait déjà s'é tonner en voyant des troupes 55 françaises. Hitler, n'a-t-il pas qualifi é, dans « Mein Kampf » la France comme « Etat métissé européocfricain » ? Mais que dire des formations 55 lithuani ennes, esthoniennes, lettones, balkaniq ues ) En 1944, la 55 provoquera des complications avec la Wehrmacht p:Jur obtenir aue des Ru sses, des Ukraini ens, des Bielo-r~sses , des Tartares embrigadés dans les rangs de l'armée allemande so ient rattachés aux Waffen-SS et e lle crée des divi s ions 55 musu lmanes ! Himmler se dépense pour ill ustrer par le s ig le de l'Ordre nordi que des Se'gneurs les re présentants des couches humaines « inférieures », Mais le rôle qu'on leur fai sait je'ue r pendant la guerre n'engage, év idemment, en rien le sort qu'on leu r fera après la « vi ctoire », Fausse science et réalité \ Dans les semaines de l'effondrement du II I' Re ich .. le chef suprême du nazi sme manifeste le besoin de ~e libérer de l'état de transe dans leaue l s'affirmait le Mythe rac iste, Le Mythe avait pour axe l'opposition en tre deux phénomènes psycho-biologi ques

d' une p:Jrt, le juif, phénomène totalement

négatif .. d 'autre part, l'Aryen germanique, phénomène total ement pos itif , Hitler en parl e, en févr ier 1945, aux intimes qui l'entouraient dans son abri et ses propos sont" recue ill is par son adjoint lé plus f idèle .. Ma rtin Bormann. L'obje t de la ha ine hitlérienne ne change pas: c'est le juif, L'objet de ses soins reste aussi le même : la grandeur du peuple a llemand. Ma is dans les deux cas, les paro les de Hit ler écartent le lou rd rideau de la « sc ience raciste », Il dit : « L' orgueil de la race chez l'Allemand, quand il se manifeste et prend même un air agressif, n'est qu'une réaction compensatrice du complexe d'infé riorité qu'éprouvent beaucoup d'Allemands. Il va sans dire que cela ne s'applique pas aux Prussiens ... Le national- socialisme a essayé de donner à tous les Allemands cet orgueil qu i était jusqu ' ici la caractéristique des seuls Prussiens ... Nous avons parfois exa lté ce sentiment avec une ce rtaine exagé ration, mais ... il falla it que nous pOli ssions les Allenlands un peu bruta lement dans la bonne voie. » Après ces aveux où la psycho-analyse remplace le racisme, Hit ler passe à la question juive « Notre racisme n'est agres si f qu'à éga rd de la race ju ive. Nous parlons de ro c;') juive par commodité de langage ... La ra ce juive est a vant tout une race mentale ... Une ra ce menta le, c'est quelque chose de plus solide, de plus durable qu'une race tout court ... Voilà une preuve de la supériorité de l esprit sur la chair ! » Et Hitler appelle le peuple all emand à continuer la lutte con tre le Judaïsme. Mais dans sa pe n~ ée, cette pièce maîtresse de la « science raci ste» est déjà démon tée , La haine vouée au J uif a perdu son fondement bi olog iq ue, En avril 1945 , le Re ichsfü hre r-SS Hi mmler ren:ontre se'crètement un membre du Congrès Juif Mondial venu de S~ède dans l'espoir de limiter la catast rC'phe dans les camps de conce ntrati on, Hitler ign ore tota lement cette démarche. Le Re ichsführer -SS sa lue l'émi ssaire juif avec désinvo lture : « Soyez le bienvenu en Allemagne, Monsieur Masur ; il est temps que nous ent errions la hache de discorde e ntre vous, J ui fs, et nous, nat ionaux-socialistes. » N. Masur lui répondit : « Pour cela il y a trop de sang e ntre nous. Mais je vous reme rcie de m'a voir a uto ri sé il veni r, et j'espère que notre l'encontre sauvera la vie de beaucoup d'hommes. » Quelques mi lljers de Juifs (de 1rois à auatre mill e) ont été sauvés grôce aux pou;parlers avec Himmle r. I_e voile imposant du raci sme nazi est mis de côté par l' homme qui dirigeait son emplOi le plus féroce, Cet homme s'attend à ce que soit annulée dons le souvenir, l'action centrole commandée par l'hypothèse raciste nazie et svmbolisée par une quantité : « s ix milli o ~ s de juifs immolés » .. sans parl e r des a:Jtres masses humai · nes qui, appartenant à des .« races de qualité inféri eure », on t succombé par dépé ri ssement au par extermination pour que se dép loie la « grandeur ra ciale » du « Peuple des Seigneurs ». Le pouvoir hitléri e n a enve loppé la réali té socia le dans le Mvthe pour justif ier, scus cette, enveloppe, ia buts de sa politique tant inté rieure qu'étrangère , La politique qui ne trouvait de justif ication que da ns l'artifice raci ste s'effondre. Mais tant que le voile recouvrait la réalité .. il l'ense rrait d'une étre inte si écrasante qu'on n'ape rceva it pas que le nazisme lui -même reconna issait ouvertement sa nature mythique. Te lle est la leçon que nous admini stre la politique ra ciste nazie qui, par son extrèmisme, se place à la tête de tous les ra c ismes. Joseph BILUG. nue, officiellement cette fois, « oraison pour les juifs ». De même, le schéma sur le judaïsme, pris en considération à la fin de la dernière session, est-il l'objet de l'attention d'une commission spéciale. Celle-ci obéit à des' règles qu'elle ne peut enfreindre : l'orientation générale du texte ayant été approuvée, seules les modifications (modi) favorables peuvent être l'etenues dans un texte amendé, N'est-ce pas là l'essentiel? Voilà comment - en dépit des controverses de part et d'autre et des mauvaises interprétations - l'Eglise romaine s'achemine, en se tenant rigoureus_ement sur le plan religieux et théologique, vers une ouverture, à l'égard du judaïsme aussi, qui est le voeu le plus cher de tous les chrétiens fervents. « DOULOUREUSE STUPEU.R » La déclllir ation du Pape Paul VI, que Jacques Nantet éVlque ci-dessus, a suscité une p r ofonde émotion parmi les ju ifs, ainsi que, d 'une façon générale, dans les milieux antir acistes, Dans le télégramfe qu'ils ont adressé au Vatican, MM. Sergio Piperno et Elio TOlliff, resp ective· ment président de l'Union , des commun autés israélites italiennes et Grand-Rabbin de Rome, ont exprimé « leur doulou· reuse stupeur devant la confirmation de l'accusation faite au p euple juif d 'avoir tué J ésus ». « Ainsi se renouvelle, ajoutaient ·ils, l'a ntique accusation de déicide, source de sécula ires et tragiques injustices à l'égard des juifs, à laquelle des affir mations s olennelles du Concile du Vatican sembla ien t avoir mis fin pour toujours. » A Saint-Denis

  • Suite de la page 5

de logement risque de susciter de l 'amer· turne chez ceux qui en restent encore pri· vés. Si le bénéficiaire est un Algérien ou un EspagnoL, par exemple, la tentation est grande d'affirmer qu'il faut être étranger pour être logé à Saint·Denis. Il existe malheureusement chez beaucoup un racisme latent et qui ne demande qu'à s'exprimer , J'ai d'ailleurs un exemple pré· cis. L'an dernier, une jeune homme de vingt· trois ans, qui vivait en hôtel depuis deux Gns m'écrivait pour déposer une demande de logement et exprimait sa satisfaction des · efforts fournis par la municipalité. Un an après, le changement était profond. Il m'écrivait de nouveau mais cette fois sur un ton amer et rancunier, déclarant : « Ne vaut-il pas mieux loger en priorité tous les ét rangers qui ne cessent d'affluer à Saint· Denis ? ... La France et la mu· nicipalité de Saint·Denis sont d'excellentes vaches laitières... Que devons·nous , nous les F ra:1çais ... Il prenait la précaution d'ajouter : (\ Dieu sait pourtant que je ne suis pas raciste, je respecte les peaux les unes autant que les autres... Mais JE SENS QUE ÇA VIENT! » Il devenait raciste, bien sûr ... » Séquell es ... C2 sfI1timent de frustation est largemcnt exploité par « Europe·Action » et les journaux du même bord. « La France aux Français ll, « suppreSSion de l'aide aux pays sous·développés ll, « luttons pour la sauvega rde et le maintien de la race blanche ll, « les étrangers profitent de la Sécurité Sociale, encombrent les hôpitaux, souillen t TIOS piscines ll, tels sont les mots d'ordre qui s'étalent dans toutes les pages. Ces arguments ont d'ailleurs été repris par Destrée, tête de la « Liste d'Union Dionysienne ll, présentée par le « Club Dicnysien II aussi bien sur ses affiches élcctorales que dans son journal, « Le Dionysien lI. La collusion entre « EuropeAction » et le « Dionysien II est manifeste. Il est certain qu'une vaste opération d'intoxication a été menée à Saint-Denis. Les antiracistes se doivent de rester vigilan ts, d'argumenter, d'éduquer, car conclut M. Gillot : « Il existe des éléments susceptibles de développer un courant ra· cis te, à la faveur de conditions sociales et économiques difficiles pour les Français comme pour les immigrés. On est en droit d'être inquiet lorsqu'on constate que vingt ans aprés le drame des camps de la mort, eles séquelles du régime hitlér'ien subsis· tent encore et ne demandent qu'à se renforcz r . Le racisme est la chose la plus 'abominable au monde : il est m ensonger et il divi.~ e ll. M. K. • 10--------------------------------------------------------------------------------------------------- NANCY • Le dimanche 25 av-ril, à Nancy, une soirée placée sous la présidence de M. Krischer, s'est déroulée à la Chambre de Commerce pour commémorer ·!'insurrection du Ghetto de Varsovie en 1943. Dans l'assistance nombreuse, on remarquait MM. l~ Orand Rabbin Morali, Stora, ministres officiant ; le président Kobrienec, du culte israëlite , Gurecki, de l'U.J.R.E. ; le commandant Grandowitz, p résident de l'A.J .A.R. ; Herzberg, président du Mémorial Juif ; Weys, du comité du M.R.A.P. de Nancy; des représentants de la F.N.D.I.R.P. et de l'A.N.A.C.R. et notre ami Charles Palant, secrétaire géné· raI de notre M.R.A.P ., qui devait rappeler l'épopée des résistants du Ghetto de Var· sovie. La projection du film : « La vérité n'a pas de frontière » terminait cette soirée. NIMES • A Nîmes, le Comité Départemental pour la commémoration du XX, anniver saire de la Libération des Camps de con· centration, qui groupe la F.N.D.I.R.P., l'U.N.A.D.I.F . et les Amicales de Camps, a organisé une série de manifestations. Le mardi 20 avril, une soirée du souvenir avait lieu à l'Hôtel Majestic ou était présenté le film de Wanda Jakubowska « La dernière étape ». On notait . la présence de nombreuses personnalités parmi lesquelles MM. Jourdan, maire de Nîmes : Martin, adjoint au maire ; Gleizer, conseiller général ; Dubois, chef de cabinet, représentallt le préfet du Gard ; les représentants des associations de déportés et résistants, etc. Notre amie, Mme Gebelin représentait le M.R.A.P . LILLE • M' Schapira, secrétaire national du M.R.A.P. a fait le mardi 4 m ai une conférence sur le néo-nazisme devant les étu diants en Droit de la Faculté de Lille. LIMOGES • L'Union rationaliste a organisé le mercredi 5 mai, à Limoges, une conférence sur le thème « Racisme et antisémitisme en 1965 », avec la participation de Roger Maria, m embre du Bureau National du M.R.A.P. ORSAY • L'Association Corporative des Etudiants en Sciences de la Faculté d'Orsay a invité M' Schapira à parler du racisme et de la prescription des crimes nazis, le mercredi 5 mai. MEAUX • Une exposition de photos et documents sur le racisme fournis par le M.R . A.P ., s'est tenue du 20 au 27 avril, dans les locaux de la Maison des Jeunes de Meaux. Le mardi 27 avril, était organisée une soirée cinématographique au cours de laquelle fut projeté le film de Stanley Kramer « La Chaîne », avec un débat animé par Armand Dymenstajn, secrétaire national du M.R .A.P. CHAMPIGNY • Pour le 20' anniversaire de la Libération des Camps de concentration nazis, la F.N.D.I.R.P. de Champigny a organisé, du Dans les Soc'étés • A. Chil-Kozlowski, secrétaire national du M.R.A.P. et M. Cukerman, membre du Conseil national, ont assisté, le mercredi 24 mars, à une soirée cinématographique de la Société « Szydlowiecz », salle de l'Entrepôt. • Le samedi 27 mars, A. Chil-Kozlowski représentait le M.R.A.P. lors de l'assemblée de la société « Laskarzew ». • La société « Les enfants de Lublin » s'est réunie, le dimanche 4 avril, à 15 h., à l'Hôtel Moderne. Louise Kanar, membre du Bureau national et M. Cukerman sont intervenus au nom du M.R.A.P. • Ce même jour, à 16 h., la société « Wroclawek » tenait sa réunion, avec la participation de Louise Kanar et M. Cu· kerman. • Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P., a assisté, le dimanche 11 avril, à une réunion de la société « Przytik ». • Le 21 avril, à 21 h ., notre secrétaire général a participé à l'assemblée générale de la société « Lodz ». • Le 25 avril, à 16 h ., Albert Lévy, secrétaire national a pris la parole à l'Assemblée Générale de la société « Siedlec ». • La réunion de la Commission des sociétés et associations juives qui a lieu habituellement le troisième mercredi de chaque mois, se tiendra exceptionnellement en vuc de préparer la Journée Nationale, le lundi 10 mai, à 21 h ., au siège du M.R. A.P. M' J ean SChapira, secrétaire natio· nal du M.R.A.P., assistera à cette assem· blée. ~'1. IR. A\. IP. 21 au 28 avril , avec le concours de l'A.N.A. C.R. et du Comité du M.R.A.P., une exposition sur la Déportation. Une soirée commémorative eut lieu le vendredi 30 avril , au cinéma « Les Loisirs », au cours de laquelle furent prOjetés « Nuit et Brouillard » d'Alain Resnais, et « La Passagère » de Munk, Prix International de la Critique 1964 à Cannes. SCEAUX • Le m ercredi 6 mai 1965, à la Maison des J eunes et de la Culture de S(;eaux, le journaliste Jean·Francis Held a animé les débats qui ont suivi la projection du film de L. Rogosin : « Come Back Africa ». PARIS • L'Association Générale des Etudiants Nord-Africains a organisé, le vendredi 30 avril, à 20 h. 45, 115, bld Saint·Michel, une réunion au cours de laquelle Roger Maria a traité des « manifestations actuelles du racisme liées au problème nordafricain ». M' J .. J. de Félice présidait la soirée à laquelle participait également notre amie Nicole de Boisanger-Dutreil. Une exposition était parallèlement présentée dans les locaux de l'organisation. • Au cours d'une réunion organisée par le Cercle des Enseignants, le mercredi 28 avrii, au Centre Communautaire, bld Poisson~ ière, )VIc Jean Schapira, secrétaire natIOnal du M.R.A.P., a fait un exposé sur la lutte des noirs aux U.S.A. et plus particulièrement sur les relations entre juifs et noirs. • Le Comité d'Entreprise de la Caisse Régionale Vieillesse organise du 7 au 25 mai prochain une exposition contre le racisme, da.ns le cadre du 20' anniversaire de la Libération des Camps de la mort et de la capitulation de l'Allemagne nazie . Certaines des photos exposées sont fournies par le M.R.A.P. L'inauguration officielle est fixée au vendredi 7 mai à partir de 11 h. 45, salle cul· turelle, 3' cour, 5' étage, escalier J, 110, rue de Flandres, Paris 09' ).


Au congrès des Combattants antinazis d'Israël LE samedi 10 avril 1965, se déroulait dans la salle du Théâtre Migrabi à Tel Aviv, la Conférence de l'Union des Combattants Anti·Nazis d'Israël qui commémorait le dixième anniversaire de la fondation de cette Organisation, le vingtième anniversaire de la victoire sur l'Allemagne hitlérienne et le vingt deuxième anniversaire de la révolte du Ghetto de Varsovie. On remarquait dans l'assistance qUI comptait plus de 500 délégués, les représentants des ambassades de France, Cuba, Pologne, Tchécoslovaquie et Yougosla\'ie, ainsi que des invités étrangers : MM. Jean Toujas, secrétaire général de la F.I.R. (Fédération Internationale de la Résistance)

Betzabel, du Centre Culturel

Juif de Bulgarie, et notre ami Alexandre Chil-Kozlowski qui représentait le MRAP. De nombreux orateurs prirent la parole parmi lesquels Mc Landau, président de séance ; le docteur Berman, M' Haas, président et secrétaire de l'Union des Com· battants antinazis d'Israël ; Alexandre Chil·Kozlowski, au nom du M.R.A.P. lut d'abord le message de notre Président, Pierre Paraf, dont voici un extrait : « Notre Mouvement est né dans la Résistance. Il compte dans ses rangs de nom· breux anciens combattants. L 'idéal de paiX et de fraternité qu'il poursuit est le vôtre. « Nous mesurons pleinement le magnifique concours que les Combattants anti· nazis d'I sraël lui ont apporté et continuent de lui apporter. Nous unissons dans la même ferveur les insurgés du ghetto de Varsovie, les combattants des maq'!ûs de France et ceux de l'héroïque combat pour l'indépendance d'Israël. « C'est de tout coeur que nous COlnmunions avec vous et que nows vous exprimons nos voeux de bonheur pour votre organisation. pour votre patrie, pour la paix entre les hommes et entre les peuples. » Notre ami Chil-Kozlowski dont toute la famille, à l'exception d'une jeune fille de 14 ans, a été exterminé dans les camps. a rappelé que c'est aux responsables de ces horreurs qu'est attribuée la tâche de rechercher et de condamner les criminels nazis. Il a insisté sur la nécessité de lutter contre la prescription des crimes de guerre. A l'issue de la réunion, une grande manifestation s'est déroulée dans les prinCipales artères de la ville aux cris de : « Ni oubli, ni pardon ». 8-IAma, l'exposition LINCOLN l. 'Exposition Lincoln voit enfin le jour. Première grande réalisation du M.R.A.P. dans ce domaine, elle sera présentée du 8 au 14 mai , 44, rue de Rennes. Il a fallu plusieurs mois de recherches et d'efforts incessants pOUl' mettre sur pied cette manifestation qui, espérons-le, sera ap· préciée de tous les membres du M.R.A.P. et surtout du grand public. Un collectif de militants dévoués s'est efforcé , dans le choix des documents, dans la présentation et la réalisation technique, de rendre cette exposition en même temps attrayante e t éducative. Plus de deux cents documents seront exposés, qui non seulement illustreront la vie et la poli· tique de Lincoln, mais encore mon· treront comment l'esclavage a pu se développer grâce à certaines conditions économique faisant de l'être humain un objet taillable et corvéable à merci et trouve aujourd'hui son aboutissement dans la ségrégation contre laquelle lut· tent des noirs américains et un nombre croissant de blancs. La réussite publique de l'Expo· sition Lincoln dépend maintenant du soutien que lui apporteront tous les membres et amis du M.R.A.P. VENTES-SIGNATURES Dans le cadre de l'Exposition , M. Jean DARIDAN à qui l'on doit un remarquable « Lincoln » édité chez Julliard, ainsi qu'un récent ou· vrage « De Lincoln à Johnson - Noirs et Blancs », édité chez Cal· mann-Lévy, signera ces deux livres le jeudi 13 mai, de 18 h. 30 à 20 heures. Le même jour, Pierre Paraf, pré· sident du M.R.A.P., dédicacera son livre « Le racisme dans le monde ». Faut-il craindre un c: racisme à ·r ebours 1 » • *' .Suite de 'la p,gge 4 Etant donné les conditions objectives desquelles procède le racisme, on voit tout de suite que les victimes du rocisme, quand e lles luttent pour s'affranchir des perséc uti ons dont e lles sont l'objet, ne font point un racisme contraire, car elles ne se placent point, par rapport aux fauteurs du racisme, dans une position dominante, dans une position d'êtres supérieurs ouont aux forces économ iq Jes qu' ils détie~nent et quant aux qualités intellectuelles et aux modalités de l'ex istence, même si el les apportent de la vigueur et de la véhémence. voire même de la violence, dans leurs ~oyens de défen se . Au surplus ,ces victimes ne réagis~ e nt pos toutes ainsi : il en est qui, au lieu de lutter, se replient sur e lles- mêmes, se renfermant dans la délectation morose de leur infortune. On peut donc les repartir en deux catégories: celle des lutteurs et celle des résignés. LUTTEURS ET RESIGNES Les lutteurs, nous les connaissons bien, car ils font beoucoup de bruit, et ils ont raison; ils font ainsi réfléchir les indifférents avec la possibi lité de les gagner à. la cause de l'antiracisme: c'est la seule manière pOur en finir avec le fléau social et politique qu'est le rac isme. Dans leur lutte, ils exigent que toute discrimination, toute ségrégation, tout encerclement dons les réserves ou les ghettos prenne fin . C'est dire qu'ils n 'entendent nullement faire sécession en s'ex ilant du milieu où ils se trouvent placés par les ci rconstonces hi storiques, si hostile qu'il soit. Ils est iment avoir autant de droits que qui que ce soit à y vivre. L'exemple le plus remarquable est celui des Noirs de l'AfriC1ue du Sud oui sont des autochtones, et au~si des Noi r; des EtatsUnis d'Amérique "'Ji y sont depuis des sièc les et ovont a ssimilé la culture américaine, sont partie intégrante de la nation, où ils sont absolument décidés à demeurer et à être traités en citoyens à part entière. Nature ll ement, en présence de ces luttes, de bons apôtres ne cessent de clamer: « Vovez donc , ils en veulent aux blancs, ce sa'nt des ~o: i ste s anti-blancs. » C'est une façon comme une autre pour essayer de discréditer la cause des victimes du racisme et les nombreux omis qu'elles comptent dons le monde. Mais, chose curieuse, les résignés oussi n'éc happent pas à cette acc:Jsation et ce la, précisément à ca use de leur comportement inverse de celui des lutteurs. Ils cherchent à faire groupe à part, hors des milieux où ils sont persécutés. Tantôt leur réaction défensive les pousse à la formation de noyoux d'ans les parties du monde où ils se trouvent plongés dans une race différente de la leur; tantôt, quand la pression de celle-ci devient pour eux intolérable, ils se réfugient dans des habitots où ils seraient hors d'atteinte, pensent-i Is, de leurs persécuteurs, s'efforçant d'entretenir le moins de relations pOSSible avec 10 société où vivent ces derniers qui, précisément, désirent se déborrasser d'eux et font tout ce qu ' ils peuvent à cet effet . C'est là, en quelque sorte, combler les voeux des racistes. Or, c'est une solution de cette sorte que M. G. Conchon, comme il a été indiqué au début de cet article, semble prôner, puisqu'elle consisteroit, en ce Qui concerne tout au moins les Noirs d'Afrique, en ce que ceux-ci e ntre tiennent le moins possible d'échoriges avec les nations de race blanche, ce qui ourait pour résultat de les priver des apports bénéfiques que celles-ci pou rraient leur fournir. Quand ces victimes du racisme ne peuvent retourner oux lieux d'origine, dont e lles ont la nostalgie, e lles en rêvent, les parant de couleurs séduisantes; ou quand. s'y trouvant déjà, elles sont néanmoins l'objet de la morgue et des humiliations de racistes du dehors ainsi que de ceux qui sont établis dans leurs po ys, el les réagi ssent en mettant en valeur les quolités et les mérites de leur race: e lles fouillent dans l' hi stoire de leur po~sé pour y trou ver des motifs de fierté . Cor le culte d'un passé glorieux ou qu'on croit te l, n'a ri en de réactionnaire auand il sert de réconfort pour le présent et de stimulant pour l' avenir . Et cela donne noissance à un complexe psychologique qui s'exprime dans le mythe de la « négritude )} pour les Noirs et de la « judéité » pour les juifs. On ti ent à faire remorquer qu'on est bien un noir et qu'être un blanc n'est pas chose si extraordinaire, qu'il vaut mieux que les noirs restent chez eux et les blancs pareillement; ou bien qu'on·est un juif et qu'il vaut mieux que les ju ifs se créent une patrie à eux. Il en résulte oue nation et race sont confondues .. alors q~e la plup:Jrt d'es nations se sont formées i'1dépendam.ment du facteur racial. On évite ainsi les contacts autant que possible, on se sépare des é léments responsables des souffrances endurées. Est-ce là du raci sme quand CEUX qui apportiennent à une race en butte à l' hostilité d'un certain nombre d'énergumènes ont une conscience trop aiguë de leurs souffrances et, battant en retraite, rompent les ponts derrière eux? Certes non, car le:Jr comportement, fait de re pli sur so i-même, comme la sensitive, n'est jamais marqué d'un esprit de supériorité et de mépris envers la race de leurs persécute urs; ils n'essayent point, s' i Is exploitent des ressortissants de cette race, de ju stifi e r cette exploitation par des considérations d'ordre racia l, et cherchent encore moins à exercer des sévices envers eux, puisque c'est pour échapper à une condition devenue pour eux trop dure qu'ils recherchent un coin tranquille (41.

  • L'anal yse qui précède permet, pensonsnous,

de faire justice de la notion du ra- · cisme à rebours. Les hommes en proie aux rigueurs des racistes, n'ont jamais prétendu, comme ceux-ci .. appartenir à 10 race des seigneu rs et n'ont nullement l' intention de les soumettre à la pratique de la discrimination et de la ségrégation ; la ten- · dance dominante chez la plupart d'entre eux est celle conduisant ou rapprochement" à ' l'intégration . C'est chez ceux-ci que SE trouve l'esprit de lutte contre le racisme . Le combat engagé par eux se confond avec le combat pour la paix entre les hommes,. comme il rej oi nt le combat pour la libe rté, la justi ce et la fraternité. L'armée anti-. raci ste, sans cesse accrue .. contribue oins;. avec d'autres forces sociales se dévelop pant dans des champs d'activité différents, au triomphe de ces idéaux dont l'ensemble constitue l'humanisme moderne. Georges SAROTTE. (4) V. La Pensée, n° 119, p. 82, où M. Jean Cresneaux souligne que le retour aux tradi· tions anciennes des Noirs décolonisés ré· suIte du besoin pour eux d'affirmer le~lf personnalité nationale. Ce courant condui· sant au repliement bien qui n'exclue pas néanmoins, à notre avis, le courant con· traire de l'imitation et du conformisme. En ce qui concerne ce que dans le Courrier rationaliste 0964, n° 12, p . 367), le Pr Maucorps appelle le judéo-centrisme, celuici le considère non pOint comme une manifestation de racisme, mais comme une démarche de défense tradit ionnelle destinée à sauvegarder l'intégrité de la condition juive. I l , 6 CUtema par René DAZY da AS (Olivier Hussenot) Vieux -Colombier LE VAMPIRE DE DUSSELDORF au JOAS, célèbre par son voyage en baleine, est devenu rabbin dans la pièce d'Elie-Georges Berreby qu'interprète Olivier Hussenot, au théâtre du Vieux-Colombier. Tout le monde connaît la fabuleuse aventure du personnage biblique. L:Eternel ayant donné à ce prophète l'ordre d'aller annoncer la destruction de Ninive·, Jonas veut se dérober à sa mission et s 'embarque dans une direction opposée. Une tempête survient. Jonas qui est considéré comme responsable de la catastrophe, est jeté par dessus bord pour être finalement englouti par un monstre marin. Trois jours plus tard, le monstre rejette sur la côte le prophète enfin disposé à obéir. Il se rend donc à Ninive, pour accomplir la mission divine. Devant le repentir des habitants de Ninive, l'Eternel renonce à les punir , et ce à la fureur de J onas qui se plaint à Dieu d'avoir été r idiculisé. Pour le consoler, il est dit dans la Bible que Dieu fit pousser un ricin qui mourut le lendemain. Dans la pièce de Berreby, c'est le compagnon de Jonas, le singe Bubu qui lui est rendu pour être malheureusement tué à la frontière israélo-jordanienne- - ceci dans un souci d'actualité. Alors Jonas qui pleure son Bubu, comprend que l'Eternel est en droit de s'apitoyer sur Ninive et sa nombreuse population. Il était intéressant de demander à Olivier Hussenot qui réalise le tour de force de tenir seul la scène pendant une heure et demie, pourquoi il avait créé ce « Jonas », qui, actualisé, à toutes les caractéristiques d'un juif bourgeois, pieux, mais un peu assoupi dans sa quiétude. - Il Y a eu un concours de circonstance , répond Olivier Hussenot, que nous avons rencontré dans sa loge du VieuxColombier. Je venaIS de t~miner « Version grecque ", de Sauvajon, j 'étais donc libre. Berreby m'a demandé de jouer sa pièce pendant trente à quarante représentations. J 'ai accepté car j 'ai été tout de suite accroché par le texte où règne chais, toutes pièces que nous donnerons aussi à Erivan, en Arménie. Au mois d'août, je d()is tourner dans un film, dont j'ai écrit le scénario à partir du « Dimanche de la Vie » , de Raymond (,lueneau, et qui est réalisé . par Jean Herman, auteur d'un remarquable court-métrage « Actua-Tilt ». A la rentrée, je jouerai dans une pièce de Kataïev, l'auteur de « La quadrature du cercle. » En attendant, on peut aller applaudir au Théâtre du Vieux-Colombier , Olivier Hussenot dans « Jonas », comédie d'Elie Georges . Berreby, réglée par Michel de Ré sur une musique de Robert Jais, et une trame sonore de Luc Périni, dans les décors de Geor ges Richard. M. K. · \ \"ec ]{obcrt H osscin nous l'ctrou\'ons le cin é1l1a dc papa que l'on pourra it aussi bi cn appekr le cin éma cI'intenti on ou d'autGur, en ce sens quc la réalité cst inform ée par le metteur en scène. Cc llC s~ rait peut- êtrc par un 1l1ince compliment si jc cli sais que l'image quc nous la iss'e le réali sateur-acteur du vampire n'cst pas infé ri eurc à celle que nous donna jadis Fritz Lang dans son « :\ 1. le ~ I a udit ». L'hi stoire vraie de P eter Kutner qu i. dans les' années 30, terrorisa Dusselclorf avant d'êt1:e pri s, jugé et exécuté. est assez hi en connue. l\[a is, au delà dc la performance d'acteur rema rquable, répétons-lc - l'apport propre d 'H ossein il été de raccrocher le drame individuel dc K utn cr il la tragédic du peuple a ll emand aux pri ses avec le chômage. la misè rc ct J'agitat ion naii onalc-socialiste. . constamment une espèce d'ambiguité, un mélange de tragique et de burlesque, de réalisme et de satire. Olivier Hussenot dans sa loge (photo Elie Kagan ). Le thème initial de l'inaptitude des hommes à comprendre la parole divine m'a attiré beaucoup aussi. Et je dois dire que pour un comédien, l'épreuve que représente une pièce à un seul personnage est aussi très tentant. * - Ne craignez-vous pas que l'humour ne soit parfois poussé jusqu'à la caricature et que, de ce fait, le ton de la piece n'indispose certains spectateurs trop sénsibles ? - Je ne pense pas. Je sais que Berrcby a lu sa pièce à de nombreux juifs avant de la monter et chaque fois elle a eu du succès. I.'abondance de l'actualité nous oblige à espacer notre tour d'horizon des différentes parutions. Aussi nos lecteurs voudront·ils avoir de l'indulgence et nous pardonnel' si certains ouvrages cités ici ont paru depuis un certain temps déjà. - Je crois que ce n'est pas la première fois que vous incarnez un juif. - En effet, j'ai joué dans « Donnezmoi dix hommes désespérés », le film que Pierre Zimmer a réalisé dans un kibboutz, depuis je suis interdit au Liban, mais cela n'a pas d'importance. J'avais aussi joué dans la pièce de Robert Hossein « Responsabilité limitée », qui est une condamnation du racisme. - Choisissez-vous vos rôles selon des critères bien établis ? - Vous savez que j'adhère pleinement aux idées que vous défendez. (Olivier Hussenot a, en effet, demandé à participer activement aux travaux de la Jour' Ilée Nationale) . Mais mon métier qui me prend d'un b(ilut à l'autre de la vie ne me permet ]Jas de me donner physiquement à votre Mouvement. Alors, j'applique mes principes, qui sont les vôtres, dans le choix des pièces qu'on me propose, quand cela est pos' sible, bien entendu. De toute façon, je ne pourrai jamais jouer dans une pièce ou un film qui irait il l'encontre de mes idées. - Quels sont vos projets immédiats ? - Je pars au mois de jui'1 en Union 'Soviétique avec Barsacq et la troupe du Théâtre de l'Atelier. Nous allons jouer « Antigone », d'Anouilh, « Un mois à la campagne », d'Ivan Tourgueniev et .« Le Barbier de Séville », de Beaumar- Avez-vous vu « ETUDES, ESSAIS THESES : • « REVOLUTION NON-VIOLENTE », par le pasteur Martin Luther King, prix Nobel 1964 (Editions Payot). La relation, depuis 1963, de l'action entreprise en faveur des droits civiques. • « LA REVOLUTION NOIRE », par Thomas Merton (Editions Casterman ). La méditation spirituelle de l'auteur aboutit à cette conclusion : nous avons tous besoin de la liberté des noirs en vue de la solidarité mondiale. • « DIFFICILE LIBERTE n, par Emmanuel Levinas (Albin Michel) . Ce titre réunit une série d'essais sur le judaïsme qui, à travers le classicisme, veulent r et rouver une sagesse faite pour l'Homme et assurant sa liberté. • « AUTOBIOGRAPHIE PHILOSO· PHIQUE n, par Karl Jaspers (Aubier). Ce livre est traduit de l'allemand par notre ami Pierre Boudot. • « L'AFRIQUE DES AFRICAINS », par Claude Wauthier (Seuil) . « Un inventaire de la négritude ». • « L'AXE BRISE », par F. W. Dea· kin (Stock). Le sous-titre définit l'essentiel du sujet

« L'amitié brutale d'Hitler et Mussolini

». Ce fort volume de 800 pages cherche « à retracer sans trop de commentaires apocalyptiques l'histoire de la désintégration du régime en Italie, à partir de l'automne 1942, date à laquelle les évènements militaires réagirent pro- ANDORRA » 1• La très belle pièce antiraciste de Max Frisch, créée au début de 'j'année au Théâtre d'Aubervilliers, et jouée en province par I,g 'Comédie de Saint-Etienne, poursuit sa brillante carrière au THEATRE ANTOINE il Paris. Ne. manquez pas d'aller l'applaudir! ", . ., - ft ft • ft ... gressivement et impitoyablement sur l'infrastructure du facisme italien ». • « SOCIOLOGIE DE LA NOUVELLE AFRIQUE », par Jean Ziégler (Collection « Idées », Gallimard). Second livre consacré à l'Afrique par J . Ziégler, professeur à l'Institut Africain de Genève. L'auteur analyse trois expériences : celles du Ghana, du CongoLéopoldville et de l'Egypte - jusqu'en 1962, en ce qui concerne ce dernier Etat. Son intention est de montrer que l'élite dirigeante actuelle, celle qui a fait et construit l'indépendance, a engendré une « contre-élite », opposition structurée, qui prétend au pouvoir. Mais il est certain que le sujet traité, trop restreint, ne peut convenir à l'ensemble des pays africains, parmi lesquels on rencontre des zones encore controlées par les étrangers, directement ou indirectement. ROMANS. RECITS : • « UN AUTRE PAYS » , par James Baldwin (N.R.F.). Des hommes veulent renverser les barrières de la ségrégation raciale et des conventions sociales. Mais ils se heurtent à un monde cruel et humiliant. Alors ils disparaissent « par une nuit froide de novembre, dans l'eau glacée du fleuve ». • « SOL, FILS DU VENT », par Ide· bert Exbrayat (Editions des 4 Moulins). Un petit livre de soixante-dix pages où l'auteur, un pasteur languedocien, exprime tout son amour pour les nomades et les déclassés, à travers des nouvelles, des poèmes et un jeu biblique, à la manière de ceux que l'on représentait, jadis, sur le parvis des cathédrales gothiques. C'est le fruit d'une expérience souvent amère. • « DE VOTRE ENVOYEE SPECIA· LE », par Madeleine Riffaud (Editeurs Français Réunis). Si vous désirez revivre l'histoire de ces vingt dernières années, n'hésitez pas : lisez ce livre: Une série de reportages passionnés et passionnants, à travers un monde en folie destructrice. Certes H ossein nc tcnte pas l'arbitrai·. re démonstration que Kutn er fut un a rchétype du militant naz i, n i qu' il fut influencé par la cruauté dcs chemi ses brunes. JI nous semble bi en plutôt qu'il soul ignc la nai ssancc simultanéc cl'une pe1'\'cr sion individuell e et c1 'une per version coll ectiyc et leur comJl1un épanoui sscmcnt dans un climat favo rable de dé. sOl'dre poli):ique et s'ocial. Cc t cettc vue ori gin ale qui clonne au film un saveur neuve et fo rte. HAINES Film rapidement fabriqué par un Losey un peu plus jeune, film bâ clé, à petit buclget, « H a ines » est un brouillon de g rand talent, bien supéri eur à tout ce que l'on a pu tourner sur le r acisme - et je pense au pourtant excell ent « Crossfire » cie Dmytrick. E ca rtons les clichés dont cel-tains sont propres à la mythologie américa ine : le j ournalistc au grand coeur qui mène le j ustc combat à ses ri sques et péril s, la jeune Mex icaine ÇJui tombe amoureuse du journ ali ste au grand coeur, l'Américain J:onnêt:: qui apporte son aide-Mm-shall a ux étrangers sous-développés. Ces poncifs , Losey les a, a u demeurant, si bicn intégrés qu' ils en pa rai ss'ent rajeu- 111S. Il nous reste la peinture d'une petite vi lle américaine, comllle il en est certa inement beaucoup d'autJ-es, en proie à la sub itc fl ambée d'unc haine qui couv ~ it depuis long!emps. E lle est brossée à. petltes touches quaS'i-cliniques qui reconst1tuent sous nos ycux la mécanique du lyn chagc avec cettc objectivité partiale dénuéc de tout lyr isme, ma rque de fabri quc du grand mctteur cn scène qu'est Losey. Nous assistons. il la sui te d'un banal incident ent re jeunes gens de la vill e et j cunes immig rés mexicain s, à la progress ive montée de la fi èvre. à l'exaltation cntretcnue par la pressc et la télévi sion. Après l'explosion fin alc - terrifiant morccau cl'anthologic - après les dersiers saccages et lc transport dcs victimes à l'hôpital, le calme retombc ct la peti te ville reprencl son yi sage honolabl e. J usq u'à la procha ine foi s . « lIai nes » est unc oeuvre obsédante et terr ible qui vous empoigne et vous lai sse clans la bouche l'affreux goùt de la consternation impuissante. LA 317'- SECTION Les films de guerre oscillent généralement entre deux extrêmes : la dénonciation de son horreur et l'apologie de l'héroïsme, entre d'une part « Le Feu » ou ~ l:es Croix de bois» et d'autre part « 1 rOIs de Samt-Cyr » ou « La Bandera ». L'oeuvre cie Pierre Schoencloerfer prend la troisième voie que le CÎnévérité a défrichée. E lle nous montre la guerre à l'état pur, 110n pas telle que nous la commentons selon nos préférences, mais telle qu'elle est fai te et vécue. Un reportage en quelque sorte et presque un documenta ire sur le métier des armes. Nous sommes en Indochine, à l'heure de la débâcle. La section 317 évacue son poste isolé et va, à t ravers la jungle contrôlée par le Vi et-Minh, tenter de rallier un centre de rassemblement". De la vingta ine cI'hommes qui partent. t rois seulement ari- iveront à bon port. Schoendoer fer entraîne la conviction avec une mesure et un tact rares. Pas une parole outrancière, pas un mot superflu, r ien que de belles et éloquentes Images, le spectacle tout nu d'hommes qui se battent av:ec le maximum d'effi cacité pour survivre. Nul après avoir vu ce fi lm dur comme le diamant et précieux comme lui ne pourra dire : « Oh, la guerre, ce I~'est n i si glorieux ni si atroce qu'on veut bien nous le dire. » Avec des moyens o p po~'és à ceux de Losey Schoendoerfer atteint le même but. So~ imparti alité et son vér isme nous font haï r, a utant qu'üi1 chaleureux plaidoyer une guerre qu i nous dévoile son vrai v! sage, celui cI'un affreux et inuti le gas~ pdlage de talent, cie courage et de vies humaines. . u~en~':.!~~:~~:~S d~ ! personnes de races différentes d'or· ganiser des fêtes ou de pratiquer des sports en commun en Afrique du Sud. Deux ans de . prison et une amende de 200 livres-sterlings puniront les organisateurs de telles ma· nifestations. 12----------------------------------------______________________________________________________ _ IL Y A i CINQUANTE ANS ~ Les massacres d'Arménie COMMENT laisserait-on passer ici, sans le commémorer ainsi qu'il se doit, le cinquantième anniversaire des massacres d'Arménie? Certes, ils av,aient commencé bien auparavant, sous le règne du sultan rouge Abdul-Hamid. Mais l'événement de 1915 dépasse en horreur tout ce que l'humanité avait connu depuis bien des siècles et annonce très directement les atrocités hitlériennes, comme en témoigne ce télégramme du 15 septembre 191 S, signé par Talaat, qui était alors ministre de l'Intérieur de l'Empire ottoman : « Il a été précédemment communiqué que le gouvernement a décidé d'exterminer complètement les Arméniens vivant en Turquie. Ceux qui s'opposeront à cet ordre ne pourront plus faire partie de l'administration. Sans égard pour les femmes, les enfants et les infirmes, quelque tragiques que puissent être les moyens d'extermination, sans écouter les sentiments de la conscience il faut mettre fin à leur existence. » ' Un texte parei l se passe de commentaires, mais il appelle bien des réflexions . La raison invoquée était que les Arméniens, allogènes dans l'Empire ottoman, constituaient, plu leur existence même, un danger mortel pour lui. Ainsi la raison d'Etat justifierait tous les crimes. On ne saurait trop s'élever contre une aussi monstrueuse idolâtrie de l'Etat national. Je ne pense pas qu'aucune idole antique a it fait couler autant de sang que cette idole moderne. En un temps où des nationalismes exaspérés se dressent un peu partout, ou même illustre que celle des Arméniens a it pu s'inventent de toute pièce, nous ne saurions trop y prendre garde . Le danger, quoi .qu'on en pense, est loin d'être conjuré. Qu'une nation aussi ancienne et aussi être victime d'une pareille extermination souligne ce qu'il y a de légitime dans le fait national et les limites qu'il a le devoir de s'imposer à lui-même. Certes, et heu~ reusement, les Arméniens n'ont pas tous péri. Quelques-uns étaient en dehors des limites de l'Empire ottoman. Ils constituent aujourd'hui la République d'Arménie, qui fait partie de l'U .R.S.S. D'autres, beaucoup d'autres ont émigré et ont trouvé asile à l'étranger, notamment en France. Comment l'ancien maire d'Issy-Ies-Moulineaux, l'ancien professeur au Lycée Michelet à Vanves que je fus, pourrait-il oublier la colonie arménienne d'Issy et ses élèves de Vanves ? Quelques-uns des plus brillants étaient précisément Arméniens. teau d'Arménie, s'est constitué un peuple fort, marqué d'une originalité profonde, et qui a résisté, dans cette sorte de donjon naturel du Proche-Orient, non pas, certes , à toutes les influences étrangères, mais à la pression politique des plus grands empires. Ils ont tenu tête victorieusement Un article de Jacques MADAULE aux Romains, aux Parthes et aux Perses_ Ils ont contenu l'invasion musulmane et même quand ils ont été submergés par le flot turc, ils ont encore longtemps réussi à préserver leur culture et leur originalité . On disait couramment dans le veil Empire

A l'Arménien la plume; à l'Albanais

l'épée. je sais, pour l'avoir souvent évoquée devant des auditoires franco-arméniens, combien elle est chère aux Arméniens de France. Ils doivent savoir que leurs compatriotes françaiS n'oublient pas, eux non plus, les tribulations du peuple arménien. S'IL y a que lques leçons à en tirer, c'est que nous devons ~ous gard.er de tout racisme ; mais c est aussI que nous ne devons pas trop compter sur l'humanité des gouvernements , quels qu'ils soient. Le scanda le des massacres d'Arménie, ce fut, en effet, qu'ils ne suscitèrent pas, chez les gouvernements dits civil isés de l'époque, le sursaut d'indignation que l'on aurait attendu. Les Arméniens furent abandonnés dans leur malheur, comme l'avaient été les Polon ais au XVIII" sièc le, et tant d'autres , depuis. Sans doute faut-il distinguer e ntre ceux qui perpètrent le crime et ceux qui se contentent d'y ass ister sans réagir. Il est néanmoins impossible de ne pas considérer les seconds comme complices des premiers. C'est un scanda le que les massacreurs d'Arméniens d'il y a cinquante ans n'aient pas été poursuivis, comme c'en serait un que les massacreurs de juifs d'il y a vingt ans échappent au châtiment de leurs forfaits . Il faut, pour l'éviter, que les peuples se sentent directement concernés et responsables. Il faut que l'op inion publique ne demeure pas indifférente et passive. C'est pourquoi la commémoration des massacres d'Arménie n'est pas seulement un devoir à l'égard des victimes et de leurs descendants ; c'en est un vis-à-vis de l'humanité tout entière, à une époque oü le racisme sévit comme l'on sait aux Etats-Unis et en Afrique du Sud ; où le Portugal poursuit dans ses anciennes co- 10'lies une guerre dévastatrice ; à l'heure où les bomba rdiers américains massacrent femmes et enfants au Vietnam ; à l'heure où le Congo est le théâtre d'atroces tueries. Puisse le souven ir de millions d'Arméniens morts sans avoir été vengés tenir en éve il nos consciences de 1965 ! L 'ARMENIE, qui est vieille de vingt-cinq siècles, n'est pas morte, ni près de mourir, en dépit de la barbarie ottomane. Autour du mont Ararat, sur le pla- L'art chrétien d'Arménie a précédé de plusieurs siècles l'art chrétien de l'Occident et les églises arméniennes demeurent encore les premiers chefs-d'oeuvre de l'art chrétien. Il serait trop long et fastidieux d'énumérer ici tous les apports de l'Arménie à la culture universelle. Mais il est peut-être bon de rappeler aux Français que les principautés arméniennes du Taurus furent, au moment des Croisades les plus fidèles alliées des royaumes francs . Il y a là une fraternité franco-arménienne dont Un officiel turc brandit un morceau de pain devant un groupe d'Arméniens affamés. IL Y a vingt ans, lorsque les massacres ordonnés par le sultan Abdul-Hamid ensanglantèrent d'Arménie, quelques voix seulement en Europe, quelques voix indignées protestèrent con ire l'égorgement d'un peuple. En France, un très petit nombre d'hommes appartenant aux partis les plus opposés s'unirent pour revendiquer les 'droits de l'humanité si grandement offensee. Vous les connaissez : Jaurès, Denys Cochin, Gabriel Séailles, Ernest Lavisse, Jean Finot, Victor Bérard, Francis de Pressensé, le Père Charmetant, Pierre Quillard, Clemenceau, Albert Vandal, quelques autres encore que je m'excuse de ne pas nommer. Le reste demeura muet. Plusieurs se sentaient émus d'une grande pitié

mais comme les malheureux inspirent

de l'éloignement à.. la plupart des hommes, on chercha des tOI ts aux victimes ; on leur reprocha leur faiblesse. Quelques-uns, prenant la défenSE: des bourreaux, les montraient châtiant des séditieux ou vengeant les populations turques ruinées par des usuriers chrétiens. D'autres enfin voyaient dans ce carnage la main de l'Angleterre ou cE:lle de la Russie. Cependant, malgré les protestations des Arménophiles et les représentations timides de quelques puissances, en dépit des promesses du gouvernement turc, la persécution, parfois assourdie et voilée, ne cessait pas. En vain une révolution de palais changea les chefs de l'Empire. Les Jeunes 'rurês, parvenus au pouvoir, surpassèrent Abdul-Hamid en férocité, dans l'organisation des massacres d'Adana. A la longue, les malheurs de ces chrétiens d'Orient lassèrent la pitié. Ils demeuraient incompré- Un discours d'Anatole France: «L'Arménie expire, mais elle renaitra ... » ~"""""'~ 2 juillet 2010 à 10:11 (UTC) ~ Un an après les massacres dont nous commémorons aujourd'hui le cinquan- i ~ tenaire, une soirée d'Hommage à l'Arménie eut lieu à Paris, le 9 avril 1916, ,: ( avec la participation de MM. Paul Deschanel, président de la Chambre des Dé- ~ 1 putés, Paul Painlevé, ministre de l'Instruction Publique, d'Anatole France, de l'Académie Française, président de l'Association des « Amitiés Franco-Etran- ~ gères ». Nous reproduisons ci·dessous le discours prononcé par le grand écri- ~ vain. ~ ,.~"'" ~"""""'''''\t'\.t''~'''''''''''''''''''''~ hensibles à l'Europe civilisée. Le peuple Arménien ne nous était connu que par les coups qui le frappaient. On ignorait tout de lui : SOn passé, son génie, sa foi, ses espérances. Le sens de son extermination écbappait. Il en allait encore ainsi il y a deux ans. La grande guerre éclata. La Turquie s'y comporta comme une vas· sale de l'Allemagne. Et la lumière se fit soudain en France sur l'esprit de l'Arménie et les causes de son martyre. On comprit que la longue lutte inégale du Turc oppresseur et de l'Arménien était, à la bien comprendre, la lutte du despotisme, la lutte de la barbarie contre l'esprit de justice et de liberté C .. ) NOUS accomplissons ici ce devoir sacré. Nous rendrons à l'Arménie les honneurs, dus moins encore à ses illustres infortunes qu'à la constance avec laquelle elle les a supportées. Nous la louons de cet invincible amour qui l'attache à la civilisation des peuples représentés dans cette salle, à notre civilisation. Car l'Arménie est unie à nous par les liens de famille et, ' comme l'a dit un patriote arménien, elle prolonge en Orient le génie latin. Son histoire, telle que M. Paul Des· chanel vient de nous en donner un vigoureux raccourci, se résume dans un effort séculaire pour conserver l'héritage intellectuel et moral de la Grèce et de Rome. Puissante, l'Arménie le défendit par ses armes et ses lois ; vaincue, asservie, elle en garda le culte dans son coeur. L'on peut dire que, en ces heures récentes dont M. Painlevé nous a retracé éloquemment l'horreur sans exemple, plus de cinq cent mill~ Arméniens sont morts pour notre cause et notre nom sur les lèvres. « Ces chrétiens, disent les Turcs, organisaient u'ne vaste 'insurrection et tendaient la main aux ennemis du Croissant ». Les assassins ne sauraient légitimer leur crime par cette imputation (. .. ) Au reste, la destruction de ce peuple, qui nous aime, était résolue dans les conseils du gouvernement turc. Tout ce qu'il y avait de Samsoun à Diarbékir de jeunes hommes, de vieillards, de femmes, d'enfants périt, assassiné par ordre du Sultan avec la complicité de l'Allemagne. L 'ARME NIE expire. Mais elle renaitra. Le peu de sang qui lui reste est un sang précieux dont sortira une postérité héroïque. Un peuple qui ne veut pas mourir ne meurt pas. Après la victoire de nos ar:nées, qui combattent pour la justice et la liberté, les Alliés auront de grands devoirs à remplir. Et le plus sacré de ces devoirs $era de rendre la vie aux peuples martyrs, à la Belgique, à la Serbie. Alors, ils assureront la sûreté et l'indépendance de l'Arménie. Penchés sur elle, ils lui diront : « Ma soeur, lève-toi ! ne souffre plus. Tu es désormais libre de vivre selon ton génie et ta foi. » EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameublement et les grands Magasins.

Notes

<references />