Droit et Liberté n°188 - février 1960

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°188 (292) de février 1960
    • A Paris comme à Alger: les racistes contre la Paix et la Démocratie page1
    • Le colloque du 14 février à la Sorbonne: comment enseigner la Fraternité? par Charles Désirat page1
    • Le néo-nazisme et ses responsables page1
    • Lynch à Paris par Oncle Tom page2
    • Que se passe-t-il page2
      • Antisémitisme: "Dimanche matin" enfin jugé
      • Afrique du Sud: Clydeslale
      • Drame algérien: Le F.L.N. s'adresse aux juifs
    • A propos d'un article de Lionel M. Chassin: Alors que tout condamne le racisme par Henri Laugier page3
    • Vous dîtes: racisme de toutes les couleurs par Roger Maria page3
    • Les déclarations de M. MacMillan (sur l'Afrique du Sud)
    • Le colloque de la Sorbonne page4,5,6
      • Le président René Clozier: prémunir nos enfants
      • Le rapport du professeur Marc-André Bloch: assumer nos responsabilités d'adultes
      • M. Henri Fauré: je vous apporte l'appui total de la ligue de l'enseignement
      • Le président Lyon-Caen: pour une véritable instruction civique
      • Daniel Mayer, président de la L.D.H.: aucun aspect du racieme ne doit être négligé
      • L'abbé Jean Pihan: Dès qu'on dit: ces gens-là
      • Le R.P. Demann: contre l'isolement et l'ignorance
      • Le rabbin Sirat: il faut agir
      • Mme Seclet-Riou: le developpement de la Démocratie contribue à éliminer le racisme
      • La résolution finale
    • Algérie: et maintenant; une résolution du M.R.A.P. page7
    • U.S.A.: bombe à Little Rock; Faubus président; à Hollywood page7
    • L'action du M.R.A.P. ; le M.R.A.P. étend son influence page8
    • Spectacles de circonstance par Marie Magdeleine Carbet page9
    • Presse de mauvais cœur par Marcelle Huisman
    • Le Vaudou, religion, art et culture par Léonard Sainville page9
    • Un nègre à Paris: extrait du livre de Bernard Dadié page10

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N° 188 (292) - FEVRI ER 1960 0,50 NF OllNf tE NUMERO: • Léon LYON - CAEN, Daniel MAYER, Henri A PARIS COMME A ALGER • FAURE, René CLOZIER, l'Abbé Jean PI HAN, le professeur Marc-André BLOCH, le R.P. DEMANN, le rabbin SIRAT

Comment enseigner

la fraternité? (pages l, 4, 5, 6). Henri LAUGIER : Alors que tout cond~mne le racisme ... (page 3). LES RACISTES CONTRE LA PAIX • • Marcelle HUISMAN : Presse du mau.-ais coeur (page 9). Léonard SAINVILLE D ES les premières rm.nifestations d'Alger qui allaient bie:ltôt dégénérer en ém~ute, on put voi r, portés en tête des cortèges, de nombreux emblèmes formés d'une croix inscrite dans un cercle. Le Vaudou, religion et culture (page 9). • Bernard DAD'E Un nègre à Paris (page 10). Cet insigne - la croix celtique - les Parisiens ne la connaissent que trop. Il proliférait, récemment encore, sur les murs de la capitale, dans les couloirs du métro, accompagnant les croix gammées, les inscriptions haineuses et injurieuses contre les .T uifs. Le Colloque du 14 Février à la Sorbonne Comment enseigner la fraternité ? P ROBLEME grave et délicat, la lutte antiraciste au plutôt le cambat paur la fraternité dans le peuple de demain, le monde des enfants, a été étudie por les enseignants et éducateurs qui ont tenu colloque, grâce à notre Mouvement, ce dimanche 14 février, dans l'amphithéâtre Descartes de l'antique Sorbonne, que le recteur Sarrailh avait gracieusement offert pour ces travaux. Un grand succès a récompensé les efforts de la commission préparatoire autonome présidée par M. l'Inspecteur général Clozier. L'émulation fraternelle entre ses membres aboutit à la venue des milieux les plus différents des divers ordres d'enseignement et à un large esprit de coopération dans les débats. Cela était nécessaire, car les 300 participonts au Colloque se trouvaient devant une tâche énorme bien que la commission ait déjà élaboré le travail, dépouillé et classé les réponses au questionnaire qui a servi de base à cette rencontre. Après l'ouverture du colloque par le Président Clozier, le professeur Marc-André Bloch exposa d'une façon remarquable les données du problème, les amorces de solutions préparées par la commission elie-même et par les réponses déjà reçues. " proposa la séparation en quatre commissions qui s'installèrent aussitôt dans les diverses salles et amphithéâtres mis à leur disposition. Les cinéastes, les spécialistes de la radio et de la télévision ou tout simplement les éducateurs employant ces moyens d'enseignement, se réunirent autour de M, Henri Colef dans la salle des professeurs de Descortes. Sans préambule, la discussion s'engagea, sur la valeur des films éducatifs, des émissions pour enfants, et sur la nocivité de certaines productions commerciales que leurs esprits neufs et sans défense peuvent voir ou entendre. Dans le grand amphithéâtre Descartes, rassemblés sur les g radins inférieurs, une autre commission entreprit, sous la direction de M. Poindran, directeur des Bibliothèques le France, assisté de Me de Félice, Raoul Dubois et de Mme Madeleine Bellet, l'examen de la presse et de la littérature enfantines. A l'amphithéâtre Turgot, où les professeurs Zaz10 et Marc-André Bloch dirigeaient les débats, fut entreprise la tâche la plus délicate peut-être, celle de déceler l'influence du milieu dans lequel naît et se développe l'enfant, influence qui peut le conduire à des manifestations de racisme, conscient au inconscient. La famille, la rue, la vie sociale, la vie scolaire et ses à-côtés, tout ce qui contribue à former les conceptions enfantines fut examiné. A l'amphithéâtre Guizot, sous la direction du professeur Etiemble, trois groupes d'enseignants ont défini les modifications qu'ils souhaiteraient voir apporter immédiatement dans les programmes et manuels scolaires. Dans un angle près de la chaire, les instituteurs travaillai ent avec M. 001- mazon et M. Rousselle, Inspecteur primaire, président de la Fédération des Francs et Franches Camarades. A l'opposé, un premier groupe. de professeurs passait au crible les programmes secondaires de littérature et de philosophie. (Suite page 4.) Une vue de l'amphithéâtre Descartes, pendant le Colloque (photo du bas). A la tribune (photo du haut) de gauche à droite : MM. Daniel Mayer, Henri Fauré, le rabbin Sirat, le président Léon LyonCo en, le professeur Etiemble, R. Clozier, l'obbé Pihan. ET LA DEMOCRATIE C'est l'insigne à la fois de « Jeune Nation» et du « Front National Français », l'organisation dirigée par Ortiz. Il y a fort longtemps que nous dénonçons les menées de ces groupements, liés étroitement l'un à l'autre. Plus d'une fois, Ortiz a participé, à Paris, à des meetings de « Jeune Nation », aux côtés de Sidos et de Venner, En février I959, ils décidèrent de fusionner en constituant Mais l'enquête sur le coup de force avorté a placé au premier plan de l'actualité beaucoup d'autres hommes et organisations que nos lecteurs connaissent bien, qui proclamèrent toujours ouvertement leurs desseins, et dont, nous demandions la mise hors d'état de nuire aux pouvoirs publics apparemment aveugles et sourds. Si l'on fait le bilan de l'action judiciaire entr:ep.Iise, il faut noter tout d'abord l'arrestaticm de trois députés : Lagaillarde, Biaggi, Kaouah - dont les deux derniers ont d'ailleurs été libérés « pour raison de sa'nté ». En Algérie, divers groupement.s ultras ont été dissous : Assistance et Protection, Mouvement Nationaliste Etudiant, Front National Français, Mouvement Populaire du 13 mai (M.P. 1:~), Mouvement pour l'instauraticm d'un ordre cor- LES MEMES EMBLEMES ... le « Parti Nationaliste », créé, salle des Sociétés Savantes, aux cris de « mort aux juifs ». Cette organisation officiellement dissoute, les contacts ont subsisté. « Jeune Naticm » et le « Front National Français » ont, poursuivi leur action commune de haine et de subversion. Ces faits éclairent les récents évènements. Si les émeutiers d'Alger l'avaient emporté, c'est le fascisme le plus brutal qui aurait triomphé, avec son cortège habituel de crimes antisémites et racistes. ILS PROCLAMAIENT LEURS DESSEINS Ortiz court encore. Il se serait réfugié à Bonn, après avoir t,raversé sans encembre la France entière et la Belgique. Sidas, Venner et les autres « chefs » de « Jeune Nation» ont également disparu Le neo -naZisme et ses responsables SIX CENT QUATRE-VINGT-CINQ (685) ac;tes de vandalisme antisémite depUis la nuit de Noël : tel est le bilan officiel établi à Bonn vers la fin janvier. Il est assez logiaue de penser que ce chiffre se trouve au-dessous de la réalité. Et, en tout cas, les inscriptions antisémites, les croix gammées n'ont pas cessé, depuis d'apparaître sur les murs ct' Allemagne occidentale. Quel est, d'autre part, le bilan de la (Suite page 2) • 2 qUE SE - - - - Lynch , a Paris IL est intéressant de signaler .. _ que la foule parisienne a participé à « l'arrestation » du Nord,-Afrieain, écrivait « Paris-Presse» qui titra,jt sur huit colonnes: LE LYNCHAGE DU TERRORISTE ». De « France-soir » ce gros titre: « LE NORD-AFRICAIN MEURTRIER ... LYNCHE PAR LA FOULE ». Même si ces grands cris de victoire sont assortis de faits (d'ailleurs men .. songers) tendant à « légitimer » ce réflexe bestial qu'est le lynchage à mort d'un homme désa.rmé et réduit à l'impuissance, on ne peut s'empêchcr d'être atterré. A quelle explosion de haine raciste conduit le climat de guerre ancré dans les esprits depuis plus de cinq années ! Combien sont coupables ces journaux à sensations, ces communiqués de guerre qui feraient entrer dans les moeurs françaises « la chasse aux ratons » des ul tras d'Algérie ! 1 Car il est incontesta,ble que s'il s'était agi d'un des seigneurs de Pigalle, la foule aurait, au mieux, contribué à son arrestation. Ma,is là, c'était un musulman et il a été battu à mort_ 1 Quelques journaux du matin ont aussi admis sans honte ce qu'on croyait être l'apanage des racistes du Ku-Klux-Klan. On ne devl'a.it pas oublier que la haine raciale, une fois éveillée, frappe aveuglement. 1 Au fait, ceci se passait dans le qua.rtier du Marais, le 15 février, où justemen. t , trois jours plus tôt, de nouvelles croix gammées appa,raissaient SUr plusieurs boutiques et autour d'une plaque rappelant le martyre d'une jeune Résistante Juive, Renée Lévy, décapitée par les nazis. - - NID-NAZISME • Les responsables (Suite de la première page.) r épression ? Deux (2) jeunes voyous condamnés à Cologne, l'un à 10, l'autre à 14 mois de prison. Encore faut-il ajouter qu 'au cours de ce scandaleux procès, les coupables, loin de se repentir ont r éaffirmé fièrement leur hostilité contre les juifs, exalté cyniquement la mémoire d'Hitler. Ils étaient passibles d'une ~ n s de t ravaux forcés : mais a estimé q:le « l'ordre public été gra.vemcnt compromis ». Après avoir affirmé en janvier, que les manifestations antisémites n'étaient que « des farces stupides », le ministre de l'Intérieur, Gerhard Schroeder, vient de présenter un rapport devant le Parlement. Son plaidoyer consista essentiellement à montrer tout ce qui est fait en Allemagne F édérale pou. ~ démystifier l'opinion intoxiqUée par le nazisme. « Qui veut savoir peut sapeine de 5 le tribunal n'avait pas Onde TOM. moins exerçaient déjà au temps de Hitler, et ont prononcé en son nom plus de 60.000 condamnations à mort. Mais Schroeder lui-même ne fut-il pas un membre des S.A. ? Ne fut-il pas aUSSI membre du cabinet de Schacht quand celui-ci dirigeait les finances du Reich hitlérien? N'a-t-il pas parmi ses collègues au gouvernement d'autres serviteurs éminents du nazisme, tels Globke et OberHinder? L'exemple vient de haut, on le voit. Non seulement, les personnes qui ont pour mission de combattre le néo-nazisme ne semblent pas très qualifiées pour le faire ; mais leur présence même à ces hauts postes de direction ne peut qu'apparaître comme un encouragement à ceux qui gardent la nostalgie du r égime nazi. Tout le monde sait Qu'en Allemagne Fédérale les organisations néo-nazies prolifèrent, que les journaux racistes s' étaIent dans tous les kiosques, que les livoir », a-t-il af- Les deux condomnés de Cologne firmé. Mais il s'est bien gardé d' analyser tout ce qui pouvait favoriser la recrudescence de l' esprit nazi. Car alors, il aurait dû souligner d' abor d la passivité de la police qu'il dir ige, passivité bien explicable quand on sait que les circulaires d~ ?lInistre invitent à « recruter les polICIers parmi les hommes ayant donné les preuves de leur fidélité à l'idéal allemand » sans exclure ni les anciens S.S. ni les anciens S.A. La « Frankfurter RundschaJU » a pu constater récemment, par exemple, que la plupart des postes impo.rtants de la pOlice judiciaire de Rhéname-Westphalle sont occupés par des anciens membres des S.S. et de la Gestapo, et que les chefs r esponsables de la police dans les villes telles que Aix-la-Chapelle, Cologne, Dusseldorf, Gelsenkirch en, Dortmund, sont également d'anciens S.S. Quant aux juges de toute l'Allemagne Occidentale, un millier d'entre eux au Le Carnet de D. L. NOS DEUILS Le M.R.A.P. et Droit et Liberté adressent 'eurs bien affectueuses condoléances à notre grand Ami Pierre Poraf, cruellement éprouvé par le décès de son frère, le professeur Jean Paraf. Nos sincè res condoléances à la famille Edelmon pour le décès de notre ami, M. Simon EDELMAN, survenu oprès une longue et douloureuse maladie, à l'âge de 59 ons. NAISSANCE Fé licitations à nos chers Amis Bolek et Chancie Boksenbaum pour la naissance de leur deuxième petit-ils Lourent. Nos voeux de bonheur ou nouveau-né. ENTR'AIDE Un Ami du M.R.A.P., âgé, cherche un appareil acoustique. Prière de foire offre en écrivant à D.L. vres exaltant l 'hitlérisme et la guerre sont légion dans les librairies et les bibliothèques. L'organisation des anciens Waffen S.S. est r econnue d'u tilité publique. Les anciens génér aux de la Wehrmacht touchent des pensions plus que confortables, quand ils n 'ont pas repris du service dans la Bundeswehr. Alors que tant de faits expliquent la persistance de l'esprit nazi et reva nchard, 0 11 peut se demander pourquoi le chancelier Adenauer et les dirigeants de Bonn cherchent a illeurs l'origine de la nouvelle vague antisémite. En fait c'est un moyen de plus de couvrir les véritables r esponsables. Et le fait d' aller verser quelques larmes de crocodiles à l'ancien camp de Bergen-Belsen ne convaincra personne tant que des mesures énergiques ne :;eront pas prises pour mettre hors d'ét at de n uire, jusqu'au sein du gouvernement les anciens n azis, qui trouven t une justificat ion dans le cllmat de guerre froide. • Une Commission d/ enquête Certes, les nazis agissant en Allemagne Occidentale ont des complices dans de nombreux pays. Leurs correspondants sont très puissant dans certains pays du Moyen-Orient et en Amérique du Sud. L'été dernier s'est tenu 2. Hameln un congrès international des anciens waffen SS : des délégués venus de plusieurs pays européens, dont la France, y ont participé. Mais c'est un fait que ce congrès a eu lieu en Allemagne de l'Ouest, qui est bien le lieu où les r acines de l 'hitlérisme sont les plus profondes et où la Vigilance démocratique d'oit être la plus scrupuleuse. Etant donnée cette situation, la Fédér ation Internationale des Résistants (FIR) a pris l'initiative de la création d'une Commission Internationale d'Enquête sur les r écentes manifestations d'antisémitisme et sur leurs origines. Une conférence a eu lieu à Paris à ce sujet, le 11 février, avec la participation de représentants des milieux de la PASSE.T.IL Résistance et la déportation de France, d'Italie, d' Allemagne, d 'Autriche, de Yougoslavie, du Danemark et de Belgique. Parmi la délégation française se trouvaient notamment MM. Cerf-Ferrière et Debu-Bridet de l'A .N.A.C.R., Vanikoff, de la Rédération des Anciens Combattants Juifs, Joineau, secrétaire générai de la F .N.D.I.R.P., A. Youdme, secrétaire général de l'U.J .R.E. , A Grant, secrétaire général -de l'union des Sociétés Juives, M. Imerglik, R. Feigelson, H. Kriwkoski et Charles Desirat, du Bureau National du M.R.A.P. Il a été décidé de faire encore appel à toutes les organisations intéressées, dans tous les pays qui ont connu r écemment des manifestations néo-nazies. L'enquête !Sera menée d'abord séparément dans chaque pays par une commission nationale. La Commission Internationale, qui comprend deux délégués par pays, enquêtera partout où cela apparaîtra n écessaire. • Ils continuent L'activité antisémite n'est pas éteinte, rue de Turenne et dans tout le quartier du Marais. L'impunité dont jouissent les auteurs des grafitti néo-nazis les incite à recommencer. Le 12 févri er, le M.R. A.P. était à nouveau alerté par un commerçant dont la boutique, repeinte à neuf pour effacer les infâmies antérieur es, était à nouveau maculée d'une croix gammée. Ce n'était. d 'ailleurs pas une attaque isolée: rue de Normandie, un mag.asin était couvert des mêmes stigmates, tandis que la hideuse croix s'étalait sous la plaque apposée à la mémoire de « Renée Levy, décapitée à la hâche par les Allemands, le 31 août 1943 à Cologne ». Un membre du Bureau National s'est r endu avec le commerçant .au commissariat pour protester et porter plainte contre les déprédateurs impunis. Une autre plainte r édigée sur les conseils de MSChapira a été adressée directement au Procureur de la République. Le M.R.A.P. a envoyé un communiqué sur ces faits odieux à toute la presse et apportera son aide au comité .antiraciste des commerçants du quartier pour, avec toute la population du 3- arrondissement, exiger des pouvoirs publics que les fascistes soient enfin mis ho.r.s d'état de nuire. •• L'action des racistes lyonnais a vait dressé contre elle l'ensemble des organisations démocratiques et de Résistance en une puissante manifestation d'union au monument du « Veilleur de Pierre ». Les services policiers n 'ayant manifesté aucune hâte à mettre les fascistes à la raison, ces derniers, enhardis, ont fa it sauter au plastic, dans la nuit du 13 au 14 février, le monument de la Résistance Universitaire lyonnaise, « La Pensée enchaînée », oeuvre du sculpteur Georges Salendre. La population, unanime à r éprouver cet odieux attentat, est venue en masse le lundi devaJllt le monument détruit où s'amoncelaient les gerbes de toutes les associations lyonnaises. La r éprobation fut telle que douze des facistes notoires de Lyon, déjà r esponsables d'autres attentats, furent interrogés. Deux d'entre eux sont sous les verrous. Le M.R.A.P . s'est associé à la protestation populaire. ANTISEMITISME • « Dimanche-Matin» enfin jugé Enfin, le procès du journal « DimancheMatin » a commencé le 11 février, devant la XVII' Chambre correctionnelle. C'est le 15 septembre 1957 que la feuille du sieur Capgras publiait des « lettres de lecteurs » affirmant que les médecins juifs vivaient « en parasites » et donnant en exemple les mesures racistes de Hitler. Un commentaire des plus favorables qualifiait de « purs » les auteurs de ces provocations. Le M.R.A.P. intervint aussitôt auprès du Procureur de la République pour demander des poursuites et se constitua partie civile. Une enquête fut ouverte en avril 1958 et l'inculpation de Capgras prononcée en septembre. L'avocat de Capgras, Stéphane Hecquet - d'ailleurs collaborateur régulier de « Dimanche Matin » - avait obtenu deux fois le renvoi de l'affaire. Lors de la dernière audience, il était encore absent. Mais, au nom du M.R.A.P., Me Jean Schapira demanda avec insistance que l'on en finisse avec de tels atermoiements. On procéda donc à l'interrogatoire, les plaidoieries étant fixées au jeudi 25 février. Que dit Capgras pour sa défense ? Comme directeur de « Dimanche Matin », il se sait responsable de ce qu'a publié son journal. Mais il ne s'occupait pas des détails. D'ailleurs, il était absent de Paris quand ces lettres ont été publiées, et il a ordonné que cesse cette pOlémique .. .lorsque d'autres lecteurs ont écrit pour protester contre ces excitations antisémites. Lui hostile aux Juifs ? Il « a marié » sa fille à un Israélite. Et puis sa secrétaire est là pour témoigner qu'elle a aidé des Juifs sous l'occupation. Qui n'a pas aidé un Juif, on se le demande ... - Vous ignoriez donc la loi sur la presse ? demande Me Schapira à l'inculpé, qui tente d'ergoter sur un mot de la citation. - Mes rédacteurs avaient une liberté intégrale ... On ne coupait jamais un arti cle. Liberté intégrale aux collabos qui, tels Lucien Rebatet et quelques autres, trempaient leur plume avec allégresse dans la même encre que sous Vichy ! - Pourtant, s'écrie notre avocat, s'ils avaient publié des articles pornographiques, les auriez-vous laissés passer ? Capgras joue les offensés - Ce n'était pas dans le ton du jour nal ... Mais l'antisémitisme, voilà qui était dans le ton! AFRIOUE DU SUD • Clydesdale CLYDESDALE? ce nOI11 s·aj oute à la li ste déjà longue du martyrologe de la mine en ce XX' siècle où Courrières, Honkeïko (Mandchourie) et plus récemment Marcin elle ont la issé leur sillon sanglant.. . La pui ssance compagnie mini ère qui explo ite Clydesda le emploie une ma ind'oeuvre a frica ine tra itée selon les conditions tristement, fameuses qui sont celles du peuple noir en Afrique du Sud. E lle ut ilise aussi des ressortissants en provenance des territoires portugais qui jouent, en quelque sorte, le rôle de briseurs de grèves (cent quatre-vingtseize d'entre eux ont péri dans la catrastrophe) . Or voici l'effarante déclarat,ion Qu'ont fa ite au lendemain du drame (survenu dans la nuit du 22 janvier) deux de ces derniers figurant parmi les resca.pés : S. T sulo et Xav ier Vilanculos : « APrès le premier éboulement (où 2 0 7 hommes furent sauvés de justesse) 1101/S avons fui - tnais les contl'etnaîtres blancs nous OH t dit que t01/t se ,passait normalernent et nous ont e,njoint de l'e totwner a1t fond . Quatre A fricains qui avaient refusé de l'edescendre ont 'Î'Inméd'Îatl!' 1tl,enf été incarcérés dans la prison (pri y,ée, ca r il s'agit là d'une véritable puissance féodale) de la compagnie minière. C'est alors qu'a eu lieu le secO( J'ld ,élboulement, isolant tous nos catnarades. N O1(S fûmes qu elq1JeS-1Ins q1Û réussîmes à nous e11 fuir. » Jusque dans la mort. la loi de fe r de l'Apartheid prévalut : pour les 406 hommes qui allaient périr bloqués dans les profondeurs, deux offi ces distincts furent célébrés sur le carreau de la mine par les soi.ns de l'Armée du Salut, un pour les sept contremaîtres blancs, un pour les trois cent qua tre-vingt-di x-neu f hommes de couleur, car si la mort les avait réuni s. l'éternité du point de vue de l'apartheid ne saurait les confondre et le Dieu des Blancs r econnaîtrait les siens. -l Tels sont les fa its r ela tés dans leur stricte et froide objectivité. Quelle plume, 00 effet, pourra it ajouter à tant d'hor reur? DRAME ALGERIEN • Le F. L.N. s/ adresse aux juifs Dans un appel « aux Algériens israélites » le F.L.N. se déclare en guerre contre le racisme et précise que « la révolution algérienne n'est pas une guerre civile ni une guerre de religion ». L'appel dit aux Juifs : « ... Vous êtes partie intégrante du peuple algérien : il ne s'agit pas pour vous de choisir entre la France et l 'Algérie, mais de redevenir des citoyens effectifs de votre véritable pays. Ou bien vous voulez exercer pleinement dans ce pays, dont l 'avenir sera ce que librement et démocratiquement tous ses enfants ensemble le feront, des droits que personne jamais ne saurait remettre en Question ; ou bien vous acceptez de vivre sous le règne du mépris et de vous contenter d'une citoyenneté octroyée par vos oppresseurs dans (Suite pagf' 3) qUE SE PJlSSE.T.IL 3 .-------------------- .------------------------------------------------- (Suite de la page 2) A propos d'un artic:le de lionel M. CHASSIN un contexte qui est la négation même des droits les plUS élémentaires de la personne humaine... » Le F.L.N. demande en conclusion aux Juifs : « prenez ... une part plus grande et plus active à la lutte de votre peuple afin que demain vive, égale pour tous, la République démocratique et sociale ». • Les deux avocats internés Notre Mouvement n'a cessé depuis le début de la guerre d'Algérie, de dénoncer les excès qui accompagnent toutes les guerres coloniales, aggravés par le racis· me. Nous avons dénoncé à l'opinion publique les effroyables camps de regroupement qui nous rappelaient douloureusement les camps de la mort où beaucoup des nôtres sont restés. Nous gardant de prendre position sur le terrain politique dans ce conflit, nous avons de toutes nos forces oeuvré en vue de la paix, de la réconciliation sur cette terre ensanglantée. Or, récemment, nous avons été douloureusement surpris d'apprendre que deux avocats algériens, exerçant leur métier ft Paris, étaient appréhendés sur ordre du Ministère de l'Intérieur et en dehors de toute garantie. Notre émotion n'est pas plus grande parce qu'il s'agit d'avocats : nous avons toujours protesté contre les internements arbitraires qui frappent les Algériens en tant que tels. Mais ces arrestations des deux avocats musulmans témoignent d'un esprit de discrimination pàrticulièrement révoltant. En effet, M" Ousedik et Ben Abdallah plaidaient depuis fort longtemps de nom breuses affaires où sont impliqués des Algériens. Ils n'étaient pas seuls à accomplir cette tâche, puisque, à côté d'eux et avec eux de nombreux avocats français partageaient la défense des Algériens frappés par la répression. Cette sélection opérée par le gouverne· ment nous choque, car il apparaît évident que ces deux avocats sont internés à cause de leur origine. Nous tenons a élever une protestation indignée. Que l'on nous comprenne bien : en tout état de cause, l'internement administratif d'un défenseur motivée par l'exercice de sa profession, constitue un scandale. Mais le scandale est encore plUS grand lorsque l'abus de pouvoir se trouve aggravé par . une discrimination aussi flagrante. Alors que LORSQUE l'Organisatyion des Nations Unies, pour satisfaire aux vigoureuses pressio.ns des peuples, mit en chantier la r,édaction d'une Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, des divergences de pensée s'exprimèrent, ent,re les représentants des différents Etats membres j les uns', France en tête, réclamant une Déclaration vraiment universelle, s'appliquant à to.us les hommes de l'univers, définissant des droits inaliénables qui doivent être liés à la qualité d'homme j d'autres réclamant des déclarations part,ielles, adaptées, disait-on, PAR-------------, Henri LAUGIER ancien Secl'étaire gé11'élral adjoint aux Nations Unies avec réalisme, aux caractéristiques ethniques, politiques, oconom~ques, sociales ou culturelles des différents groupes humains sur la planète. Si cette dernière thèse avait triomphé, elle aurait instauré clans une désintégration des droits de l'homme, une discrimination des individus et des groupes, contraire à tput le mouvement des esprits, contraire aux voeux de tous les hommes libres qui, ayant écha~pé à un horrible racisme fasciste et nazi, souhaitaient affirmer solennellement que de telles ignominies ,ne devaient jamais se renouveler dans des pays civilisés. • Heureusement, cette thèse, après des combats cie couloirs, plus que de séance, fut, balayée, et après de longs mois, de débat.s ardus, une Déclaration universelle, la déclaration de Paris, fut adoptée, sans opposition. par quara:nte-huit nations avec seulement huit abstentions, motivées plus par des questions d'opportunité (?) .politique, que par des réserves sur le fond. Cette Déclaration universelle est assurément un document essentiel dans l'histoire de l'évolution des esprits vers une fraternité hWl1aine véritable. Le texte de cette déclaration, au bas cluquel se trouve la sign.af1we de la France, mériterait d'être lu, commenté, dans tout,es les écoles, inscrit sur les murs de toutes les classes de tous les établissements d'enseignement, jusqu'à ce que la reconnaissance des droits de l'homme s'intègre véritablement dans la pensée de tous les jeunes d'aujourd'hui, prêts à construire l'avenir. Il y est dit particulièrement : tout condamne 1° Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits ... 2° Chacun peut se prévalo.ir de tous les droits et de toutes les libertés proclamées dans la présente Déclaration sans distinction aucune, notamment' de race, de cmtleur, de sexe, de langue, de reli,qion, d'oPinion politiqye ou de t01.te atûre opinion, d' ori,qine nationale O1t sociale, de fortune , de n.aissance ou de toute mûre situation ... Ainsi, se trouve condamuéle par l'ensemble des gouvernements rassemblés aux Nations Unies, toute action, toute politique de discrimination raciale partout dllns l'univers. CondanU1és par les ryprésentants politiques des peuples, tous les racismes se trouvent condamnés simultanément par toutes les instances scientifiqtoes consul .. tées. L'U.N.E.S.C.O., consciente de l'importance de ces problèmes, a estimé qu'il était indispensable de poursuivre des études et des recherches po.ur verser aux débats des hommes politiques des éléments scientifiques objectifs sur le pro.blème des races. Ce t,ravail monumental i.nspire le respect ; il constitue un des succès les plus authentiques de cette grande institution internationale qui a pour mission de « construire les défenses de la paix oons l'esprit des hommes ». Il en est résulté la publication d'une dizaine de volumes consacrés à la question raciale devant la science moderne. Ces volumes sont tous de grande classe, et, d'une lecture très attachante (Les mythes raciaux; Race et biologie; Race et civilisation; Race et histoire; Race et psychologie ; Race et société ; MéIlanges de races; L'Eglise catholique devant la question raciale; etc., etc.). Il ne saurait être Question de résumer ces travaux excellents, qui convergent pour exorciser l'horrible racisme de l'esprit des hommes. Renvoyons seulement le lecteur à ces petits volumes et particulièrement à celui dont le titre est « L e conce pt de race », qui résume les résultats d'une enquête poussée auprès de cent anthropologues, ethnographes, bio.logistes et généticiens du monde ent,iel- et qui aboutit à une déclaration contestant tout fonclement scientifique à toute politique basée sur U'ne discrimination, ou une ségrég- ation raciale. Condamnée par les G01wernements qui ont adopté la Déclarat,ion Universelle cles Droits de l'Homme, condamnée par l'oPinion scientifique de tous les pavs, la politique raciste es-t également r eje- VOUS DITES? /1 Droit et liberté Il répond aux mensonges racistes Il LUCIEN REBATET est bien connu de nos lecteurs comme un des principaux journalistes de la presse d'extrême droite, plus ou moins raciste et antisémite. Voilà un quart de siècle que, de ({ Je suis partout » à ({ Rivarol », l'auteur des « Décombres » apparaît comme l'un des maîtres à penser de ce milieu particuljer des groupuscules de l'ultra- nationalisme. Entre temps, il y a eu la guerre et l'occupation et Rebatet a été considéré comme l'un des plus voyants des collaborateurs de la presse de Paris. Il a eu des ennuis même avec ses propres amis, tous férus d'autoritarisme, divisés par des haines de clans et s'accusant réciproquement d'accointances policières. Lucien Rebatet est · d'ailleurs un rOmancier d'un talent certain, qui écrit dans une fort belle langue. On connaît le critique cinématugraphique, sous le pseudonyme de François Vinneuil, mais on connaît moins le critique musical, souvent pénétrant. ••• Mais c'est le Rebatet qui opère à ({ Rivarol » qui nous occupe ici et celui-là nous intéresse spécialement, car, depuis un certain temps, il cherche à laisser croire à ses lecteurs qu'il a révisé son antisémitisme et même que le racisme lui parait pour ainsi dire dépassé. Ce n'est pas du tout d'une orientation nouvelle qu'il s'agit, mais bien plutôt d'une aggravation effective des positions classiques antérieures. Nous ne cherchons pas à « forcer la note » quand nous ne marchons pas devant le spectacle d'un Rebatet qui donne la clé de sa soi-disant évolution récente en écrivant

« Je suis prêt à m'associer « à toutes les campagnes « possibles et imaginables « contre le racisme ( ... ) mais « j'entends alors que le racis.. me soit condamné indis « tinctement quelle que soit « sa couleur », d'où le titre de son article même « Racisme de toutes les .couleurs » «( Rivarol » du 7 janvier). Certes, c'est là une position en recul, mais pour mieux sauter. Le racisme grossier et exterminateur n'est plus guère soutenable; alors on se rabat sur un racisme de bonne compagnie, modéré; comme s'il n'y avait aucun rapport entre les deux, alors que, sans ce dernier, le premier n'aurait pas été possible. Mais oui : l'itinéraire qui conduit aux chambres à gaz passe nécessairement par les propos ({ en l'air » contre les Juifs, les races inférieures, etc., ces inepties qui désarment les consciences, les chloroforment devant un danger qui n'est pas qu'idéologique, ce qui relèverait de la discussion, mais porte au massacre, ce qui est une tout autre affaire. ••• Un mot seulement pour conclure en ce qui concerne les autres racismes qu'il conviendrait, paraît-il, de dénoncer aussi pour faire plaisir à M. Rebatet et ses amis qui se veulent plus... antiracistes que nous. Ancien déporté (Neuengamme no 40.206), quotidiennement « aidé » alors par les S.S. et les kapos à coups de pied et de goumi, pour un oui pour un non, jamais personne ne m'a entendu employer le mot « Boche », tellement le chauvinisme et le crétinisme raciste me dégoûtent ; et combien sommes-nous, antiracistes conséquents, à combattre le racisme anti-arabe de certains juüs Mais M. Rebatet pense à autre chose lorsqu'il évoque les événements récents de Martinique, y voyant une manüestation du racisme des Antillais de couleur contre de « pauvres » Blancs sans , , défense, feignant d'ignorer quelle grossière provocation d'un Européen d'Afrique du Nord replié à la Martinique fut à l'origine des graves incidents récents et comment ce qui n'eut été, normalement, qu'une banale dispute de la rue, a été transformée par l'intervention massive des forces dites de l'ordre contre la foule martiniquaise en une ratonnade éhontée. Qui peut ignorer que beaucoup de Français d'Afrique du Nord réfugiés aux Antilles aussi bien qu'ailleurs ont un comportement systématiquement raciste? Nous possédons sur ce sujet un dossier édifiant, mais la plus élémentaire information, le simple raisonnement suffisent pour comprendre que ceux qui ont commencé contre ces « sales nègres », fainéants, insolents, etc. et racistes (les vicieux !. .. ), ce sont les obsédés du colonialisme en déclin qui regardent comme une insulte à leur race - à la conception bornée qu'ils s'en font - l'évolution vers l'indépendance de vingt peuples - de toutes races - jusqu'à maintenant assujettis . Nous poursuivrons, le mois prochain, cette mise au point, car le sujet n'est pas épuisé. Nous non plus ... Roger MARIA. le raci•s me. .. tée avec horreur par les Eglises (voir U.N.E.S.CiQ.,' l'Eglise catholique devant la question raciale ; le mouvement oecuménique et la question raciale) ... Et c'est au moment où. sans contestation possible, le racisme se trouve condamné sans nuance par les plus hautes ù!stances de la pensée politique, scientif~ qlle , r eliglense, à une époque où le cerveau des adultes et des vieillards est encore plein du souvenir vivant des cri- m,es et cles abominations racistes de la précédente querre; c'est à ce moment Les déclarations de M. MACMILLAN M. Macmillan., premier ministre de Grande-Bretagne prenant la parole devant le Parlement SudAfricain (dont on connaît la position favorable à la ségrégation) a prononcé une courageuse condamnation du racisme, déclarant notamment: « Un vent de ehangement souffle sur tout le continent afrieain. Il prend des formes différentes selon les endroits, mais il souffle partout. « Que eela nous plaise ou non, cette naissance de la conscience politique est un fait politique. Nous devons tous l'accepter comme un fa.it. Nos politiques nationales doivent en tenir compte. » M. Macmillan s',adressant aux dirigeants de l'Union Sud-Africaine (membre du Commonwealth britannique) ajouta: « J'espère que vous ne serez pas offensés si je vous dîs franchement que certains aspects de votre politique ne nous permettent pas de vous soutenir sans trahir nos propres convictions profondes sur le destin politique des hommes libres dans nos propres territoires. Nous rejetons toute idée de supériorité intrinsèque d'une race sur une autre race. » qu~ dans des journaux français, oui françms, _chers compatriotes, on voit apparaître sous cles signatures surprenantes, des t,extes ahurissants, qui laisseraient croire à des observateurs ingénus ou malveillants, que le nazisme, le fascisme et le racisme, batttH sur les champs de bataille, ont trio·mPhé dans le coenr des Fml1- çais ! Et voici que ces hautes intelligences, qui n'hésitent pas à traiter d'hypocrites et de f.aux· intellectuels tous ceux qui ne partagent pas leurs positions passionnelles, voici que ces penseurs d'élite défendent la politique de ségrégation raciale en Afrique du Sud ! -- alors que cette politique, condamnée à cvnq reprises différentes, Q/l~ moins, par l'Assemblée des N.ations Unies à des maforités qualifiées des de1l.'t:' tiers , vient d'être condamnée sur place par M. Macmillan lui-même, en un acte de courage' civique qui 'rn/frite le respect. Que les· Français réfléchissent : leur grandeur future n'est pas mesurée par les surfaces roses, marquées sur les atlas de géographie universelle; elle est mesurée par la place Kiu'ils réussiront, à conserver et à conquérir dans le coeur des hommes ; il y a des places à conserver, car ceux à qui les circonstances ont permis de prendre contact avec des hommes représentatifs des divers pays de l'univers, savent combien la France du passé, de la libre pensée, cie la Révolution, de la Déclaration des droits française, combien, cette France malgré tant de fautes accumulées, cons~rve d'oeudience fervente dans le coeuff et l'esprit des hql1l.1nes; il y a des places à conquérir par l'action ,présente, car la grandeur française ne peut, reposer indéfiniment sur la gloire du combat de la Patrie dans le passé.; parce que tant de jeunes peuples, de jeunes nations, jugeront la Fra'nce à l'idéolo.gie qui anime ses actions d'aujOt"d'hlti. La France a encore de très grandes possibilités d'être une inspiratrice d'un monde en effervescence. mais à la condition qu'elle reste fidèle à la noble représentation que les hommes se font de son combat et de sa mission, qui sont de dévouer ses forces à cet,te tâche sans limite, qui est la Libération de l' Homme par l' Homme luimême, et la défense de la diqnité de la Personne humaine. . ' Je suis obligé de dire que la pensée de M. L.M. Chassin (I) tourne délibérément et résolument le dos à cette voie q.ui est celle de la vraie grandeur française. (1) Dans un récent numéro de « Charivari ». 4 LE COLLOqUE DE L~ SORBONNE le président René CLOZIER: «PRÉMUNIR NOS ENFANTS» Il appartenait à M. René Clozier, inspecteur général de l'Instruction Publique, président de la commission qui prépara le Colloque, de prononcer l'allocution d'ouverture. . Après avoir rappelé l'action menée par le M.R.A.P. pour riposter à chaque manifestation de racisme, il souligne la nécessité d'une action en profondeur cc contre les préjugés raciaux larvés, difficiles à déceler, mais pourtant très nocifs ». ganlsee, soit l'éducation inconsciente qu'est la tradition. » Et après avoir exposé le déroulement des travaux au cours de la journée, il conclut : cc Lutter contre les réflexes racistes des enfants, prémunir nos élèves et les adolescents contre les tentations des préjùgés raciaux, leur inculquer l'esprit de tolérance et de compréhension, telle est la tâche à laquelle nous devons nous employer. » Le rapport du De gauche à droite, M. FAURE. A la tribune de la commission de presse et littérature enfantines: Mme Madeleine BELLET, Me de FELICE. MM. POINDRON, Gui préside, et Paul DUBOIS. Mme Olga WORMSER. Le Révérend Père DEMANN. Professeur Marc-André BLOCH cc Ces préjugés, déclare-t-il, demeurent souvent latents, inavoués, inexprimés. Ils plongent leurs racines dans les lointains de l'histoire et de la tradition. Ils appartiennent à la foule des notions stéréotypées qui hantent notre subconscient. Ils sont, par suite, malaisés à combattre, plus dangereux que le racisme militant. «ASSUMER NOS RESPONSABILITES D'ADULTES» « Ce sont eux qu'il nous faut effacer de l'esprit de nos enfants. « Les idées ne sont pas héréditaires, constate-toi 1 encore. Elles sont, de génération en génération, l'objet d'une transmission dont l'agent est, soit l'éducation or· M. Henri FAURÉ EN présentant son rapport, fondé sur les réponses au questionnaire préalablement diffusé, le professeur MarcAndré Bloch précise que le mot « race » y' est employé pour désigner certains caractères généraux tels que la pigmentation de la peau et donne du racisme une définition basée sur la croyance qu'ont les racistes en une hiérarchie des « JE VOUS APPORTE L'APPUI TOTAL DE LA LIGUE DE L'ENSEIGNEMENT » tA HENRI FAURE souligne qu'il est mandaté par san Bureau Noe. tional (don t il est, Président) pour apporter l'adhésion totale à l'action menée dans ce Colloque de la Ligue Française de l'Enseignement qui groupe deux millions d'adhérents. M. Fauré exprime l'affliction ressentie par les hommes de progrès et de paix à la vue des croix gammées qui salissent « jusqu'aux murs des lycées ». « Le problème - dit-il - dépasse l'antisémitisme, qui est un problème en quelque sorte religieux, il s'agit d'un problème racial que la France retrouve à taus les tournants de sa vie politique, qu'il s'agisse de l'Algérie où depuis trop d'années le sang caule en vain, qu'il s'agisse, naguère de Madagascar, tout récemment de la Martinique et aujourd'hui du Mali ... « Nous sommes avec vous - poursuit l'orateur - parce que nous sommes ré publisains et les petits-fils ou les fils de ces hommes qui se sont battus pour Dreyfus avec Péguy ou avec Jaurès. Nous sommes avec vous parce que nous sommes laïques, c'est-à-dire que nous pensons que les questions de religion sont des questions personnelles qui ne doivent pas intervenir dans la vie du pays et que nous respectons scrupuleusement toutes les convictions sincères. « Nous sommes avec vous aussi parce que nous sommes des éducateurs, parce que nous voudrions que nos enfants, tous nos enfants puissent s'asseoir sur les bancs de la même école, quelle que soit leur religion ou la religion de leurs parents, quelles que soient leur race, la couleur de leur peau, afin que puisse se réaliser pleinement et dans toute sa force la prophétique formule de Michelet : « Si ta mère ne peut te nourrir, te vêtir, te soigner, si ton père te maltraite, si tu as faim, viens, mon fils, les portes de l'Ecole sont toutes grandes ouvertes et la France est au seuil pour te recevoir et pour t'embrasser. JO • groupes ethniques. « Ceci dit, c'est du racisme seul, non de l'idée de race que nous avons à nous oc · cuper ici .. du racisme et, plus. spéciale· ment des rapports de l'enfant à cette passion qui a co-Q.té la vie à des millions d'hommes et que nous sommes d'accord pour considérer comme aussi nocive que dépourvue de toute base scientifique li, ' enchaîne le rapporteur qui ajoute : « ... Tout ce qui chez l 'enfant, favorise, excite, surexcite l 'esprit de violence prépare, lointainement peut-être, mais effica· cement, le terrain au racisme et fait son lit li. Le professeur M.-A. Bloch incrimine « la presse enfantine de violence, la littérature enfantine de violence li qui, en 1955, diffusait 4.500.000 exemplaires par semaine en 120 publications spécialisées. Il s'en réfère aux travaux de Georges Sadoul, du professeur Wallon et du Bureau International Catholique de l'Enfance : « via· lence », « rivalité li, « règne de la force », « héros faisant triompher son bon droit à coups de poings ou de revolver », etc ... « Un juge pour enfant, ajoute l'orateur, estime que la presse pour enfant est l'une des grandes pourvoyeuses de la délinquence, voire de la criminalité juvénile... » Le spectacle que la rue offre à l'enfant, particulièrement les affiches de cinéma, contribue à créer ce climat de violence qui est selon M. Bloch « le bouillon de culture de tous les ferments racistes dans lequel nos enfants sont plongés ... » Se référant à l'étude faite par Madame Henriette Psichari-Renan, il cite : « L 'enfant n'est pas spontanément raciste, il le devient sous l'influence des adultes li. Et le milieu le plus influent, selon M.-J. Folliet, c'est le milieu familial : « la famille, le quartier, la rue, les camarades ». M. Bloch étudie donc le comportement de la famille française dans laquelle, le sentiment raciste le plus courant est l'antisémitisme, « non pas un antisémitisme déclaré et violent, mais bien plutôt un antisémitisme larvé et apparamment sans malice, mais qui n'en est pas moins nocif... ». Dans ces familles, écrit Mme Manesse, directrice d'école normale, on admet que les Juüs peuvent être français, « mais qu'ils n'en sont pas moins des Français « à part », non pas foncièrement mauvais, mais « autres » et auxquels de ce seul fait, il est préférable de ne pas se mêler ... li Le professeur M.-A. Bloch, évoque ensuite « le délicat problème de l'éducation religieuse li et se référant à Jules Isaac, il estime que c'est aux cercles catholiques éclairés, d'aviser aux moyens d'apporter un remède à la situation présente. Abordant la question de la presse et la littérature enfantines, il estime avec M. Folliet que : « si l'on n'y trouve pas d'antisémitisme carctérisé, par contre les jaunes et particulièrement les Chinois y sont présentés comme fourbes et cruels, les noirs comme des sauvages ou bien de « bons n 'gres » naïfs et enfantins, voire primitifs ». Les images caricaturales des hommes d'autres races tendent à prouver la supériorité de la race blanche. Concernant les techniques audio-visuelles, M. M.-A. Bloch cite le président de la commission intéressée, M. Calef qui pense que « le cinéma ne semble pas avoir pris conscience jusqu'à présent de ses responsabilités véritables ». Pour les programmes et manuels scolaires, les réponses indiquent comme source de racisme la façon de traiter des conquêtes coloniales. L'orateur regrette dans l'histoire moderne, l'absence des références à l'affaire Dreyfus et à la déportation. Il affirme la nécessité de combler ces lacunes, dans les cours d'histoire ou à défaut, d'instruction civique. Il passe ensuite à une brève mais pertinente critique du « Petit Larousse », pour conclure à propos des corrections apportées récemment à ce ilictionnaire « qu'une campagne d'opinion peut ne pas être inefficace et stérile .. qu'il faudra s'en souvenir et y puiser un encouragement. » Enfin, le rapporteur pose la délicate question de savoir quelle place relative doivent avoir dans une véritable éducation antiraciste ; la dénonciation du racisme et l'exaltation de la fraternité humaine, de la connaissance, de la compréhension des autres civilisations des autres peuples. Avec M. Folliet, il estime que l'accent est à mettre sur cette deuxième solution sans toutefois (;xclure la première. Comment enseigner la fraternité "• (Suite de la première page} En haut des gradins, les professeeurs d'histoire et de géographie, réunis autour de notre ami Sainville et de Mme Olga Wormser se mirent d'accord pour éliminer les versions racistes des événements historiques, en particulier de la colonisation et pour souhaiter un enseignement plu5 universel de l'histoire, ne laissant pas les jeunes lycéens dans l' ignorance quasi absolue de l'existence d'autres civilisations que la nôtre et de leur développement différent au cours des siècles. Ainsi se dégageaient, les grands principes, communs aux éducateurs de toutes opinions ou confessions, tendant à faire connaître aux enfants, donc comprendre et aimer tous les membres de la grande famille humaine. Opposer la fraternité au racisme, c'est l'avis général. Où les hésitations commencent, c'est sur la nécessité de dénoncer le racisme et ses crimes. Ne risque-t-on pas, même en le dénonçant, d'éveiller ce hideux sentiment dans un esprit non critique, d'émousser une sensibilité enfantine devant les crimes alors qu'il faudrait la préserver et la cultiver? D'autre part, on soulignera la nécessité de prémunir l'enfant avant san entrée dans la vie sociale contre un « virus lt Qu'il rencontrera fatalement, parfois sous des formes si atténuées qu'il en sera contaminé sans s'en défendre. L'alternative fut à nouveau évoquée lors de la séance plénière de l'après-midi. Cette séance solennelle et d'une grande importance en raison du niveau des débats et des personnalités présentes, s'engagea sous la présidence de M. le premier Président, Léon Lyon-Caen qui définit avec une grande clarté la position du M.R.A.P . dans ce secteur primordial de l'activité antiraciste. La chaire professorale réunissait autour de notre Président, MM. Grunebaum-Ballin, Conseiller d'Etat honoraire; Daniel . Mayer, président de la Ligue des Droits de l'Homme; Henri Fauré, Président de la Ligue de l'Eenseignement; Mme SecletRiou, Inspectrice honoraire, de l'Union Française Universitaire; le révérend père Demann, le Rabbin Sirat, MM. Etiemble, Clozier, Mme Madeleine Bellet, l'abbé Pihan, notre secrétaire général Charles Palont, le Dr Valentin et Albert Lévy, représentants dans la Commission préparatoire du MRAP, qui avait apporté la contribution la plus impart(~nte à ce magnifique succès. Après la lumineuse et sobre intervention du président Lyon-Caen, qui rappelle la nécessité de l'enseignement civique, l'abbé Pihan, vice-Président de la Commission, fait l'historique des travaux préparatoires et envisage les étapes à couvrir après le Colloque d'aujourd'hui. Le Président Daniel Mayer, parle des éducateurs civiques que sont taus ceux qui veulent « au sens le plus large » éduquer politiquement leurs concitoyens, et précise leurs devoirs, en ce qui concerne le racisme. Après lui, le Président Fauré apporte l'appui total des deux millions de membres de la Ligue de l' Enseignement animés d'un esprit laïque et foncièrement antiraciste. Mme Seciet-Riou intervient ensuite au nom de l'Union Française Universitaire. puis les rapporteurs viennent développer les recommandations formulées par les quatre commissions : Mme Olga Wormser pour la Commission de l'enseignement et des manuels scolaires, M. Colef, pour le cinéma, la radio et la télévision, le professeur Zano pour l'étude du milieu et MO de Félice pour la Commission de presse et littérature enfantine. Le révérend père Demann vient appuyer de l'autorité que lui donne son oeuvre réformatrice les efforts faits ici pour un enseignement véritablement antiraciste. Albert Lévy entreprend la lourde tâche de plaider pour « l'intendance ., c'est-àdire pour les moyens matériels nécessaires au règlement des dépenses engagées et surtout pour les subsides indispensables à l'oeuvre qui dai\' continuer et s'étendre. San appel sera entendu et les enveloppes remises à chacun seront rendues lourdes des contributions de la plupart des participants. Après lecture des messages de Vercors, par Raoul Dubois, du Dr Aujoulat, par L. Sainville, du professeur Massignon, par Me Dymenstajn, et du professeur Wallon, par M. Zazzo, la résolution générale, présentée par M. Dolmazon et unanimement approuvée, cloture ce Colloque. La somme de ces riches travaux, l'éclaircissement des questions posées et les éléments de solutions apoprtés, la décision de créer un Centre de liaison des Educateurs contre les préjugés raciaux, ayant un bulletin de Presse, et surtout le sentiment enthousiaste, né de ce premier contact, de collaborer à une grande oeuvre fraternelle, tout cela fait vraiment de cette journée une importante première étape dans la voie tracée. En faire connaître à tous les enseignants et éducateurs les recommandations, recruter de nouvelles bonnes volontés s'ajoutant aux pionniers du Centre de liaison, enrichir ces recommandations, veiller à leur application en intervenant directement auprès des pouvoirs publics, s'adresser à l'opinion directement ou avec l'appui que ne ménagera pas notre Mouvement, ce sera faire oeuvre bonne et utile, ce sera donner à notre pays sa véritable figure fraternelle. Charles DESIRAT. ENSEIGNANTS ET EDUCATEURS DEVANT LE RACISME 5 M. DOLMAZON. La Commission du Cinéma, de la Radio et de la Télévision disc:ute sous la présidence de M. CALEF. M. le Président CLOZIER ouvre le Colloque. ~aniel MAYER, Président de la Ligue des Droits de l'Homme· cc Aucun aspect du racisme ne doit être négligé» « Les enseignants et éducateurs, dit le president de la Ligue des Droits de l'Hom me, ce sont, en plus des professionnels, ceux qui se sont donné pour mission de faire l'éducation pOlitique, au sens le plus large et le plus noble, de leurs conci· toyens. » EntTe les deux guerres, le jeune Alle· mand Ernst GlaeseT disait dans « Classc 22 » " « La guerre, ce sont nos parents ». Il dénonçait là un état d'espTit que l'on retrouve après ia deTnièTe touTmente. Le premier Président Léon LYON-CAEN ~~ Pour une véritable instruction c.Iv.i que " « Par pudeur, par honte d'une certaine complicité, par gène bien souvent - pour· suit l'orateur - notre génération se tait devant la jeunesse SUl' ce qui a été à l'origine des grands crimes récents dont le plus large et le plus connu est le géno· cide. Les silences des manuels scolaires, le mutisme des milieux familiaux se rejoi· gnent sur ce pomt. Et c'est le rôle des éducateurs de ariser ce silence et afin que cela ne recommence pas, d'expliquer quelles sont les origines de ces crimes. ') Se Téférant à la définition donnée quel· ques instants auparavant paT le PTésident Lyon·Caen, l 'oTateuT ajoute " « Le racisme, ce n'est pas seulement un aspect du racisme lui·même, en l'occuren· ce le plus répandU ou le plus ancien, l'antisémitisme, le racisme c'est la dispo· sition d'esprit qui tend à croire, à faire croire, et bien souvent, hélas, subconsciem ment, qu'il y a des races supérieures par· ce qu'il y a des races inférieures. » En ouvrant la séance plénière du Colloque, M. le Président Lyon-Caen qui préside, félicite au nom du M.R.A.P. la comission autonome et son actif président M. l'Inspecteur général Colozier. Il précise ensuite que si la lutte est à mener contre toutes ' les formes du raciSlne, « c'est bemtcoup If/oins cn {oHr. mivant et en frappatlt pénalemellt les manifestations du ?'acisme. beaucoup moi,ns pa?' la répression (que notre léqislation rend d'aillewrs insnffislMvte ct illefficace) qn'on pela espérel' en ve/l'ir cl bout - mais bien davantaqe pur la prévention. « Et ce que j'aIPpel/crai ce/le « actioll. antiraciste prhlent~ve », tC/Hi devient ai1lsi l'objec tif principal. c'est. poursuit-il. avamt tout SHr les iel/Iles qu'clic doit s'exercer. « N'cst-ce pas, en effet. quand les esprits sont ieunes, malléables, facilc'lllel/t orientables, prompts à subir, en bien C01J!1l1e en mal, les influences c.rtérieures, qlùl faut empêcher, qu'on peut avec quelque chance de s/~ccès empêcher lc v irus pernicù!1~.r dl~ 'racisme de péllétrer en eux? » Enumérant les divers moyens d'action sur l'esprit en formatioll de la jeullesse, le Président Lyon-Caen ajoute : « CeTtes, le proql'oem.me de l'actùm préve,ntive antiraciste SUir la je~mcsse est z'aste. il1ais, à mon avis, c'est Slwtout dans le dO'/11;(J,ine de l'enseiqllement, sur le terrain proprement péda.qogique, qu'elle devrait s'exercer. et cela dans HI/e dOl~ble direction. « D'abord, dans l.ïnstructioH civique, dont doivent bénêjicier les élèves des IJ'cées ct collèqes de la sixième à la pl'emière et les élèves des écoles pritmairrs à pm'tir de 10 ans. Je l1e crois rie'H e-t'aqére'r en déclairant qu'elle est pm tiquement ùle_~'istQj'lte, 1'11 tout cas très ·r·udi' IIlentaire. « C'est dans les cours d'instrnction civique que devraieHt être expliqués - an besoin par des exemples concrets Déclaration des Droits de l'Homme et L'ABBÉ "ean PIHAN : IIDès qu'on dit: Ces gens-là" L'abbé Pihan, vice,pTésident de la Com· mission, pTécise que ce colloque n'est pa~ né des événements Técents " « Ceux qui ont organisé le présent colloque sont des gens qui savent d'expérience que le racisme, l'antisémitisme, sont installés comme des virus en tout être humain. Ils sommeillent; un rien suffit à leur oedonner vigueur. Aussi faut--il ccmstituer comme un front permanent de vigilance; de détection, de défense ... » ... « Comme vous l'a dit M. le Président Lyon-Caen, notre idée n'a pas connu une génératiQn spontanée. Elle se trouvait prépaf'ée par les initiatives d'un certain nombre d'organisations de tendances diverses, comme le Mouvement International pour l'Union fraternelle entre les races, la Ligue des Droits de l'Homme, Pax Christi. bien d'autres encore sans pa!Jer des internationales officielles comme l'Unesco; elle se trouvait préparée plus précisément par les Journées naticmales annuelles contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix organisées par le M.R.A.P., et tout spécialement par la dernière de ces journées, qui s'est tenue à Paris le 31 mai 19S9 et qui fut marquée par le magistral exposé-programme de M. le Professeur Etiemble : Esquisse d'une pédagogie antiraciste. » L 'abbé Pihan rappelle le Tôle joué paT le M.R.A.P. dans la cTéation du comité et cite les personnalités gToupées autour du PTésident ClozieT. Il souligne .- « Notre Comité est autonome. II ne constitue ni un mouvement ni une association distincte, ni une filiale du M.R.A.P, ou de quelque autre organisation. Simplement une petite équipe laborieuse et je puis dire fraternelle d'hommes de bon vouloir. Cette ~uipe est composée d'hommes et de femmes qui travaillent dans tous les secteurs d'éducation scolaire et extra-scolaire, qui viennent des horizons les plus divers, ayant des convictions philosophiques, religieuses et sans doute politiques apparemment inconciliables, mais tous unis dans un même amour cie l'humanité, dans un même désir de paix entre tous les peuples et toutes les communautés, dans la même certit,ude que - puisqu'il n'existe qu'une seule et universelle famille humaine - la fraternité totale est possible et réalisable, pour peu qu'on le veuille avec assez cie ténacité, de persévérance. de farouche énergie ... » « .. , Je puis témoigner en outre qu'en aucune circonstance, pendant ces longues séances de travail en commun, pet'sonne n'a jamais eu à se sentir « mal à l'aise », et pourtant nos décisions ont, toujours été prises à l'unanimité. Il n'a été demandé à personne parmi nous de renoncer à ce qui fait SOI1 originalité, à ce qui le relie à sa eommunauvé particulière.

.

Aussi, pour'suit l'oTateuT " « Nous sommes restés sur notre terrain

comment la jeunesse se trouvet-

c1le provoquée au racisme, alors que le petit enfant ignore le racisme? Comment, positivement, développerons-nous chez les jeunes le sens de la fraternité unive rselle? :. « J'ai pu constater que dès que l'on se penche sérieusement et longuement sur ces questions, on se rend compte bien vite que l'on est raciste sans le savoir, sans le vouloir. Le racisme commence à partir du moment où l'cm dit, à propos de quelque groupe, de ~uelque particularisme que ce soit : « ces genslà! » Qui donc n'a jamais proncmcé ces mots clangereux? » Rappelant les efforts conjugués de Jules Isaac et du Révérend Père Demann pOUT dénoncer « toutes les tTaces de racisme et d'antisémitisme qui pouvaient êtTe Tele· vées dans des manuels de catéchisme ... », l'orateuT convie chacun à un examen sin· cère pour,' « Désinfecter toutes les sources empoisonnés ... ... Nous ne nous contenterons pas de résolutions platoniques et de voeux. On ne détruit que ce que l'cm remplace. Le Colloque ne va pas se terminer ce soir. Tl ne fait que commencer. » Aussi, annonce l'oTateur " « ... Le Comité d'organisation de ce Colloque a décidé cie pOUT suivre ses travaux et de mettre à votre disposition un moyen concret de continuer à en reoueillir lesrruits, et de permettre à tous, en même temps, cie continuer à se prêter les uns aux autres un appui mutuel effectif. » Evoquant avec Jaurès, le JOUT où cha· cun " « Possédera, pour sa part, cLans la communauté sociale, les moyens d'action ,par lesquels l'homme soumet la nature. » L'abbé Pihan conclut " « Et c'est ainsi que nous aurons hâté l'h eure, où, sans distinction de langues, de nationalités, de nuances épidermiques, de religions. ou de coutumes, tous les citpyens de la planète Terre se sentircmt vraiment - selon la belle expression de Charles de Foucauld - « des frères universels ». dn CitoJ'elL de 'ï89, la Déc/aratioll U,ltiv el'sel/e des Droits de I948 les t/obles principes du Préambule de ta COllstitution, notamment cette belle formule . « Tout êt're hwnUlÎn, sans distinction de race, de reli,qion, ni de croyance possède des d'roits inc1iénables et lacrés. Nul ne peut être lésé dans sOin travail ou son emPloi, en raisoll de son" oriqille de ses o,pinions ou de ses croyances. ~ « Les je'ul/ cs comprendraient qu.'cn démasquant et en flétr issant le mcisme c'est la loi de leur p,ays qu'on appliqu~ et notre COil'lstilution qu' oll défend. « En second lieu, dans les CQ1.WS d'hisIU/: 1'e et de gé0.qraphie, l'occasion devra être f01~rnie a"I~.t· enseignallls d'insister swr le mythe de l.a race pure; de démon-. trer qu'il n',1 a pas dr races pures; que nous sommes t01U, au fond, des -métis parce que, comme l'expliquait doen.s ~m~ autre enceinte le professellr Etiemble auquel .ie sl~is lteul'C'IlX de rendre Itomma. qe, « chacHne des qrandes masses hl~? naines s'a-malgame historiquC'ment e,n un mélan.qe génét'ique " les invasions et les migrations ayant constamment iOllé en favetw des métissages ». . (( UIlle plus qraude plO'ce devra être faite aussi à certains faits essentiels, ql~i O'l1t eu lm SI profond ret(mtisseme'llt dans le monde, C01'rIJ'IIIe l'abolitiMI de l'esc/ava, q~. et « l'Affaire Dreyfu.s » qui a remné St profondément l'âme française à la fin du. 19' siècle .et a laissé snI' ses contempo,' a·ms (dont le s1l1s) IIl1e emprelllte i'lleffaçable. « Je voudra'is voi'r les IllUîtres il/sister sur la ?u,tte antinozie, les hauts faits de kJ, Rés~stance, la traqédie de la déportattOn, sons oublier l'exterlllination des 6 millions de Juifs dans les camps de concentra,tlon, le pùus grand carnaqe de l'histoire. » ' . Notre Président cite C~1corc quelques films qui pourraient illustrer cet enseignement indispensable ù notre jeunesse, et conclut, : « En termùlOllt, je tiens cl. ,'emerc ie?' Ics e.t'celle1lts édncatellrs ct ém.inellts {rofesse1/rs ici présents de s'associ{'/' si utilement et snrtollt dans 1/11 rs prit IIl1ssi impartial, à notre combat. « Ce combat est difficile , dur ù mener. Mais à l'henre où le fascisme antis, émite réapparaît' à visaqe déc01l"'ert et déferle à nouveau à /l'c/vc,-s le mOlldr. 011 les musulmllns alqériel/s se ,,'oirr/t contester p(1Jr la violellGr de conspiratcHrs raCIstes lellr drol! cl l'(lutodétermil1atiol/ il faut, avec l'arde·ur et la foi qui ,,'ou; a1liment, poursuivre le cOlnbat cllr il est loin d'être .qa,qné. » ' M. Daniel MayeT s'en pTend ensuite aux « romans de quatre sous », aux bandes co· miques dessinées, où, « comme par hasard le traître est bnm, basané, de type médi· terranéen ou mexicain, tandis que la tou· chante héroïne a la blondeur, les finesses de traits généralement attribués à notre race, dite blanche, développant ainsi le sentiment que de toutes les races, la seule qui soit innocente est celle à laquelle on appartient, toutes les autres sans d'ailleurs qu'on les désigne expressément étant com· posées de coupables, d'escrocs en herbe et de traîtres en puissance ... « Il n'y a pas plusieurs sortes de racis· mes dont une partie, celle qui ne nous concerne pas serait licite, mais à partir du moment où l'on admet le racisme à l'endroit d'une race quelconque, on l'excu· se à l'endroit de toutes les autres races ... ... A partir du moment où l'on dit « ra· ton » pour arabe et « macaroni » pour italien on accepte les fours crématoires, on accepte fut·ce inconsciemment, Ausch· witz et Buchenwald... . .. A partir du mo· ment même où l'on accepte l'idée d'une race inférieure, on excuse (je ne dis pas que l'on justifie) les sévices, et l'on passe très facilement du prétendument innocent « passage à tabac » à l'usage de la bai· gnoire et aux électrodes, car la torture ne peut s'expliquer que si, préalablement, le tortionnaire a de sa victime l'idée qu'elle est d'une autre race que la sienne et que la race de cette victime est infé· rieure à sa propre race. » L'oTateuT critique ensuite « le racisme à rebours que constitue l'exaltation de la race à laquelle on appartient soi·même » et pTéconise la dénonciation du racisme où qu'il se manifeste, unifoTmément et tota· lement ,et aSSUTe qu'il n'y a pas de fron· tière teTTestre entre « les anges et les démons ». Faisant allusion à la fieTté qu'épTouvent d'aucuns depuis quelques heuTes, M . Da· niel MayeT pense " « que la France sera plus forte et plus fière lorsqu'elle pourra montrer au monde le visage d'un pays uni contre tous les sévices, contre toutes les formes de tortures et par conséquent ayant condamné préalablement toutes les formes de racisme, toutes les divisions al" tificielles de l'homme, tout ce qui fait que directement ou inconsciemment, nous nous livrons à toutes sortes de racismes indivl· duels. » Les personna 1 ités Outre les oroteurs qui ont pris 10 parole en séance plénière, et dont nous reprodui· sons les interventions, de nombreuses personna lités ont participé au Colloque. Nous avons en particulier noté la présence de : MM. Aubel, Brachin, Eisenmann, Etiemble, Kastler, professeurs à la Sorbonne; Marc Bouloiseau, chef de travaux à la Sorbonne

Chapelon, professeur honoraire à

l'Ecole Polytechnique, MM. Grunebaüm-Ballin, cansei 11er d'Etat honoraire, président de la Société des Amis de l'Abbé Grégoire; Poindron, directeur des Bibliothèques de France ; Menanteau, in specteur de l'In struction Publique ; Senèze, secrétaire général honoraire de la Ligue de l'Enseignement; Espiard, .ancien inspecteur d'Académie; Rousselle, président de la Fédération des Francs et Franches C amarade~; Gorreau, secréta i're général de la Fédération des Associat ions de Pa· rents d'Elèves; Lucien Psichari, écrivain . Mmes Henriette Psichori et Marcelle Huisman, femmes de lettres; Czarnecki, des Quakers; Burgelin, de la Fédération protestante de l'Enseignement; Madeleine Bellet, directrice de « Vaillant »; Boumier, secrétaire générale de l'A.D.I.R.; Jacqueline Marchond. MM. le pasteur Albert Finet, directeur de « Réforme » ; Roger Dauphin, directeu r de « Faim et Soif» ; d'André, président de la Centrale Catholique du Cinéma; Roger Berg, secréta ire général du Consistoire isroélite; Louis Raillon; Horvilleur, producteur de film s, les ci néastes Jean Vidal et Chartier. ••• Des messages, des lettres de sympathie et d'excuses avaient été envoyées notam· ment par: Les écrivains Aragon, Vercors, J.-P. Sartre, Simone de Beauvoir, Elsa Triolet, Jean Guehenno, André Spire; les professeu rs Laurent Schwartz, Edmond Vermeil, Marcei Prenant, Louis Massignon, Louis Wallon. MM. Jules Isaac, Louis Marin, Jean Priee-Mars, Raoul Follereau, Diomède Catroux, Pierre Cot, Paul - André Aujoulat, Jean-Marie Domenach, A. Baucomont, secrétaire de l'Egl ise Réformée de France; h cques Freyssinet, président de l'U.N .E.F. ; foiacamtre, secrétoire général de l'Action Cotholique Ouvrière; Paul Jansen, délégué de la Fédération Française des Maisons de Jeunes et de 10 Culture; Guy Bes· se, directeur des Editions Socia les. MM. Jean Chazelle, Fernand Darchicourt, Roger Garaudy, René Tomasini, Georges Lamousse, membres des Commissions des affaires culture lles de l'Assemb lée Nati onale et du Sénat. l 1 6 LE COLLOQUE DE LA SORBONNE L'Abbé PIHAN. M. GRUNEBAUM-BALLlN, le Président Daniel MAYER. Albert LEVY. MM. CLOZ.IER et Marc-André BLOCH, à la tribune de la première séance. Le R. P. DEMANN •• « Confre I/isolement et I/ignorance » Le R.P. Demann, dont on connait les efforts pour faire retirer des cathéchismes tout ce qui pourrait susciter des préjugés à 'l'égard des Juifs, exprime sa conviction que lorsque nous rencontrons le racisme, nous nous heurtons à « un état d'esprit indivisible, un état d'esprit étroit, fermé , qui se manifeste sous des formes difJéren· Le rabbin SIRA' • • .. Il FJ " M. le rabbin Sirat, aumônier de la jeunesse juive, parlant au nom du Grand Rabbin de France, dit combien il est heureux de la convocation et de la tenue de ce colloque. « Nombreux sont ceux, déclare-t-il, qui, peut-être un peu naïvement croyaient qu'après l'assassinat de millions d'hommes en raison de leur seule appartenance à un groupe déterminé, le racisme n'oserait plus reparaître pendant la vie de ceux qui ont été témoin de ce massacre. Malheureusement, il n'en est rien, et nous savons que le racisme, depuis quelque temps a reparu à visage découvert. II tes, suivant les circonstances historiques et sociologiques, mais qui est toujours le même ». C'est ainsi, explique-t-il, que « lorsqu'on rencontre des préjugés antisémites, l'individu qui les professe manifeste également de la haine à l 'égard d'autres groupes, pays ou cultures ». De même, « les idéOlogies qui provoquent au racisme, sont celles qui se caractérisent, en général, par le mépriS de l'homme : l'Allemagne en a fait récem· ment la triste expérience ». Le R.P. Demann en tire la conclusion que des efforts doivent être accomplis sur tous les plans ~t converger, pour substi· tuer à cet état d'esprit néfaste « un état d'esprit d'ouverture, de compréhension, de respect des valeurs et de la personne de l'autre ». Puis il souligne la part primordiale de l'ignorance dans tous les préjugés raciaux ou confessionnels. D'où la nécessité de « donner aux enfants et aux jeunes, la connaisance des autres pays, des autres peuples, des autres cultures, des autres religions et idéologies ». A cet effet, les contacts personnels sont particulièrement souhaitables. « En nous attaquant concrètement à l'isolement et à l'ignorance, conclut-il, nous agirons plus efficacement que par des appels abstraits à la bonne volonté. li La résolution finale LES ense ignants et éducateurs de tous les degrés et de toutes tendances, réunis au Colloque du 14 février 1960 à la Sorbonne, pour examiner les moyens d'agi r, dans leur domaine, contre les préjugés raciaux, constatent avec satisfaction l'intérêt porté à cette initiative por ceux qui ont pour mission de former la jeunesse française. Les explosions brutales de racisme unanimement réprouvées trouvent, sans aucun doute, leur aliment dans un racisme latent auquel on prête insuffisamment attention en raison de son apparence anodine. Il fout absolument éviter que ce racisme plus ou moins conscient, formé de clichés traditionnels, d'hostilités irréfléchies et surtout d'ignorances à l'égard des hommes d'autres races, d'autres confessions ou d'autres peuples, naisse et se développe au cours des jeunes années. LE ROLE DES ENSEIGNANTS C'EST donc en premier lieu aux éducateurs, aux enseignants qu'incombe la responsabilité de prémunir les nouvelles générations contre les théories et les attitudes criminelles qui ant abouti naguère à des massacres monstrueux, et de susciter au contraire dès l'enfonce un esprit de tolérance et de fraternité humaine. A cet effet, faisant de l'école un lieu de rencontre fraternelle entre les enfants, ils se doivent d'exercer une vigilance constante pour leur éviter tout ce qui dans leurs lectures, leurs distractions, leurs jeux serait susceptible de favoriser l'éc losion de jugement et de haines où le racisme trouverait un terrain favorable. Ils se doivent d'examiner en toute conscience ce qui dans certains manuels scolaires et dons certaines formes d'ense ignement peut provoquer chez 12s enfants le sarca sme ou le mépris à l'égard d'êtres humains d'origine différente. Suscitant à toute occasion une curiosité compréhensive envers tous les hommes, ils se doivent de souligner l'indissoluble unité de l'humanité et son effort continu, à travers les siècles et les civilisations, pour maîtriser la nature, pour conquérir toujours plus de vérité et de bonheur. APPEL AUX AUTEURS EDITEURS ET REALISATEURS EXAMINANT les multiples influences nétastes qui peuvent faire naître' - les préjugés raciaux, les participants au Colioque en appellent solennellement à l'esprit de responsabilité des éditeurs et auteurs de livres et de journaux, des réalisa teurs de films ou d'émissions destinés à l'enfance et à la jeunesse. Ils saluent les effort déjà accomplis et souhaient que se multiplient les oeuvres exaltant l'amitié entre les hommes, et que les programmes et manuels scolaires s'orientent davantage encore vers un enseignement à l'échelle humaine . LE CENTRE DE LIAISON POUR développer une éducation inspirée par le respect de la personsonne humaine et la fraternité entre les hommes, ils décident la création d'un Centre de Liaison des Educateurs contre les préjugés raciaux et invitent leurs collègues à lui apporter un concours actif. Ils préconisent l'édition par ce Centre d'un Bulletin de presse ayant pour but d'apporter au public des éléments d'information et des suggest ions. Ils lui demandent éga lement d'agir auprès des organismes officiels chargés de l'éducation et de la sauvegarde morale de la jeunesse pour qu'ils soient attentifs à proscrire toutes publications ou spectacles susceptibles de provoquer au racisme . UNE TACHE GRANDIOSE L'EVOLUTION historique actuelle confirmant les données de la science, les impératifs de toutes les religions, de toutes les morales, comme les ex igences du Droit, tend à briser de plus en plus les barrières et les ignorances dressées entre les peuples et entre les racès . L'humanité s'achemine à grand pas vers son unité de fait, non par l'assimilation à une quelconque civilisation dominante, mais par le respect positif de toutes les traditions et de toutes les formes de culture et de civi 1 isations. Les enseignants et éducateurs ont la tâche grandiose de hâter cette évolution. En enseignant la fraternité, ils prépareront les jeunes d'aujourdl'hui à comprendre et à faire le monde de demain. « Il ne s'agit pas pour nous, poursuit-il, de' dénoncer une fois de plus le racisme, de voter des motions plus ou moins platoniques. Il s'agit de trouver des moyens positifs et pratiques pour extirper ce mal, sous quelque forme qu'il existe. » Mme SECLET-RIOU : « Le développement L'orateur souligne, dans ce domaine, le rôle de l'instruction civique et rappelle quelques préceptes de la Bible formulés il y a 3.500 ans, et qu'il serait bon de remettre en honneur : « Tu aimeras ton prochain comme toi--même ... » « Tu aimeras l 'étranger, car tu as été étranger dans le pays d'Egypte... » « Tu laisseras le coin de ton champ pour que l'étranger qui vit dans tes murs puisse trouver, lui aussi sa subsistance. » de la démocratie contribue à éliminer « A la suite de ce colloque, conclut-il, il appartiendra à chacun de nous de jaire entrer dans la vie, les décisions qui auront été prises. » le racI• sme » • « Que faire pour éviter à la jeunesse le retour des horreurs et des crimes du nazisme que nous, adultes, avons conn~s? », demande Mme Seclet-Riou, inspectrice honoraire, parlant au nom de l'Union Françoise Universitaire, a ssociation des Résistants de l'Enseignement. Rayer les guerres et persécutions de l'enseignement ou prémunir les enfa nts ~. .........................................................................../ ..................../ ............................/ ......................................................................../ ':\ X X ~[omment le colloque fut préparé! ~ ~ ~ La CommIssion qui a préparé le M.-P. HALBWACHS, Professeur de ~ X Colloque était composée comme Lycée; X ~ suit : M. DOLMAZON, Inspecteur primai- ~ X Président : René CLOZIER, Inspec- re (I.P .NJ. X X teur général de l' Instruction Publi- ~ ~ que; Au cours de son intervention sur X X Vice-Président : Abbé Jean PIHAN, les moyens matériels mis en oeuvre ~ ~ Directeur de Publications pour en- pour préparer le Colloque, Albert X ~ fants (Cam. minist. Presse Enfan- Lévy G apporté, entre autres, les ~ .\ précisions suivantes : .\ ~ tine) ; _ 10.000 questionnaires ont été ~ ~ M.-A. BLOCH, Professeur de Lettres édités et répandus parmi les ensei- ~ ~ à la Faculté de Caen; gnants et éducateurs dans la Fran - \\ ~ Henri CALEF, réalisateur de films; ce entière; ~ ~ Raoul DUBOIS, In stituteur (Cam. _ un débat a eu lieu à la radio X X minist. Pres~e Enfantine) ; (Tribune de Paris) avec la participa- X X M' Armand DYMENSTAJN, Avocat tian de Mme Henriette Psichari, ~ ~ (Sureau National du M.R.A.P.); MM. Léon Lyon-Caen, R. Clozier et X ~ MO Jean-Jacques de FELICE, Avocat Diomède Catroux; ~ ~ (Cam, ·minist. Presse Enfantine); _ la plupart des quotidiens de ~ ~ Madeleine BELLET, directrice de Paris et de province, ainsi que plu- ~ .\ « Vaillant » ; sieurs hebdomadaires et les revues .\ ~ Albert LEVY, Rédacteur en chef de pédagogiques ont publié des commu- ~ .\ « Droit et Liberté », Secrétaire niqués ou des articles annonçant le .\ ~ du M.R.A.P. ; Colloque ; ~ ~ Léonard SAINVILLE, Professeur de _ en dehors des envois effectués X X Lycée; par le secrétariat, plusieurs organi- X ~ Dr VALENTIN (S .N. du M.R.A.P.) ; sations, de tendances diverses, se ~ X Olga WORMSER, du Centre de Re- sont chargées de faire parvenir le X X cherches sur la seconde guerre questionnaire à leurs adhérents ou X ~ mondialll; à leurs responsables locaux. ~ X X ~ ....................................................................................................................................................................................................................... S contre un mal qu'ils rencontreront dans la vie sociale? Le Colloque doit répondre à cette question, dit en substance l'oratrice qui souligne l'aracisme du petit enfant auquel le groupe soc ial enseigne d'abord la so lidarité, la fraternité, mais qui, par opposition aux autres groupes, peut lui inculquer l'égoïsme, l'esprit de clan. Cet antagonisme des groupes, de peuple colonisateur à peuple colonisé prétendu inférieur, de classe socia le dominante à classe dite « basse " , est générateur d'un espr it de ség régation auquel Mme SecletRiou oppose des txemp les de modifications bonnes ou mauvaises que le milieu social peut apporter à l'individu. « C'est donc le milieu social qui est au premier chef responsable de l'esprit de discrimination. Et la famille d'abord où l'enfant puise son langage, ses habitudes, ses premiers jugements. Vient ensuite l'école ou le Ivcée, dont les enseignements peuvent former le jugement ou le fausser, selon l'orientation et la composition des programmes ... » Chacun de nous doit donc s'interrogel sur les exemples qu'il donne aux enfants. Déceler ensuite chez les adultes les préjugés racistes la plupart du temps incanscients, habituer les jeunes à lutter contre cette perversion. Mais surtout exa lter chez ces derniers les dispositions à la poix et à la fraternité, développer leur sens de la just ice, du respect de chaque homme qui vaut par ce qu'il fait et non par sa race, sa nationalité ou sa fortune. « Le développement de la démocratie contribue donc à la disparition du racisme en abolissant les privilèges discriminatoires nationaux, politiques ou sociaux. » « Nous savons, nous, éducateurs, conclut Mme Seclet-Riou, que l'action éducative sur les Jeunes et l'information honnête des « moins Jeunes » est un moyen très important pour avancer vers la ,Paix dans la fraternité. Nous savons aussi que son efficacité est fonction du contexte social. L'action dialectique réciproque des idéologies et des réalités sociales peut être mise au service du progrès et de la civilisation. L'évolution des sentiments des peuples vers la tolérance et le respect mutuel, de l'exaltation de la violence à l'esprit de négociation est déjà sensible. Dans la marche ' de la jeune humanité vers le pragrès, le racisme, la guerre sont les obstacles les plus dangereux qui pourraient conduire à l'autodestruction. Atténuans leur virulence en pensant à ce· que disait Paul Langevin des beautés et dangers de la science moderne

« Nous serons perdus ou sauvés

tous ensemble. » Dans noire prochain numéro ri • En raison de' l'abond,gnce des matières, nou,s n'avons pu consacrer dans le présent numéro, qu~ trois pages au Colloque du 14 février. D'autres documents d'une extrême importance restent à publier, dont nous ne saurions priver nos lecteurs. On trouvera donc dans notr,e prochain numéro • Le texte intégral des messoges de VERCORS, du Dr AUJOULAT, des profiesseurs Louis MASSIGNON et Henri WALLON. • Les r,ecommandations particulières de chacune des quatre commissions : Presse et littérature enfantines; Cinéma - radio et télévIsion; Enseignement et man'uels scolaires; Rôle du milieu. C'est au~si à notre prochain numéro que, nous nous voyons contraints de report,er la suite de notre enquête: LA JEUNESSE JEUNESSE FRANÇAISE CONTRE LE RACISME. Nous nous excusons auprès de nos lecteurs et auprès des dirigeants d'org,gnisations de jeunesse qui nous ont d'ores et déjà fait parvenir leurs articles. ~---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------7----------..... ALGER'IE (Suite de la première page.) poratif, Comité d'Entente des Mouvement. s nationaux d'Alger. Leurs dirigeants ont été inculpés, et quelques-uns arrêtés : à Alger, le docteur Bernard L efèvr e, ami de Poujade, FernA:Mw FéraZ, l'ex-député poujadiste Jean DemQJrqu et, Jean-Jacques Susbni, Jean-Pierre PereE, Marcel Schambill, RodolPhe Pam clzini (ces deux derniers dirigeants d'une autre associatiQn : S.O.S. Algérie) , et à Oran, Christian Conesa, Guy Vill ene1we, Henri Tabarot, J.-P. Basset. A rrêtés également le pétainist.e Alain de Séri.CJlny, directeur de «.l'Echo d'Alger », qui fut un des prinCipaux provocateurs à l'émeute; le commandant Sapin- Li.Qnières, qui ' mit les Unités Terri- Une du résolution M.R.A.P. Le Bureau National du M.R.A.P. a adopté le 29 janvier la résoluiion suivante qui 'il. été publiée dans la presse: Le Bureau National du M.R.A.P., intel'prète de l'émotion des antiracistes devant les graves événements d~Alger isou!ligne que 'les bommes et les faetions qui, depuis de longues années ont impunément poursuivi leurs activités racistes et a.ntisémites avec des moyens de plus en plUS puissants, sont les mêmes qui aujoul1d'bui, sous les mèmes emblêmes, tentent par la force d'imposer leur volonté au pays. En s'opposant au principe de l'autodétennination, les factieux marquent leur mépris raciste pour les musulma.ns d'Algérie auxquels ils refusent le droit de se prononcer sur leur propre destin. Après les fe~mes déclarations du Président de la République, le Burea. u National du M.R.A.P. attend du gouvernement une action réelle et efficace pour mettre bors d'état ,de nuire les auteurs du coup de force et tous leurs complices. Il appelle les antiracistes à s'unir avec tous les républicains pour la défense des libertés démocratiques et de la paix, bors desquelles aucune véritable fraternité bumaine n'est réalisa,ble. toriales - aujourd'hui dissoutes - à la -disposition de Ortiz, avec leurs armes; Auguste Arnoult, président du Comité d'entente des Anciens Combattants, qui participait, quelques semaines avant le coup de force, à un meeting de la « Démocratie Chrétienne et Musulmane », .aux côtés de Georges Bidault. LES NERVIS ET LES « CAGOULARDS »

Mais en dehors de Ortiz, d'autres responsables

directs de l'émeute inculpés, sont en fuite: Robert Martel, président du M.P. 13; Sanne, ancien aide de camp du général Massu; Maurice Crespin, chef algérois du M.P. 13 et directeuT du journal « Salut Public de l'Algérie Française »; Guy Saimpert et Eymard, d'Oran; l'avocat M emngaud, actif militant de la « Restauration Nationale », l'organisation royaliste de Xavier Vallat; le professeur Michaud, qui joua pendant l'émeute le rôle de secrétaire d'Ortiz. En France, l'enquête s'est orientée tout d'abord vers les groupes fascistes et racistes. On a annol1cé l'arrestation d'un certain nombre de jeunes nervis appartenant à ces groupes : René Rey et Robert Girard, du Mouvement Populaire Français (ancienne «Phalange Française »); Jean Houssard et Maurice Sochard, de l'Association des Combattants de l'Union Française (A.C.U.F.) fondée par Biagg-i; Michel Debourse et Jacqwes DesjMdtns, du Mouvement, J eune Nation ; Jean Esbach, du Comité National de Rénovation. C'est l'arrestation de Yves Gignac, secrétaire général de l'A.C.U.F., et la perquisition opérée au siège de l'Association, 4.1, rue de Naples à Paris, qui ont fait découvrir un important trafic d'armes entre le Nord de la France et AlgeT, dirigé par une nouvelle « Cagoule » groupant des éléments civils et milit, aires. Parmi les personnages dont il est question dans cette affaire, se trouvent notamment: •• ET MAINTENANT " • - Philippe de Massey, industriel à Lille, ancien capitaine de parachutistes, délégué de l'A.C.U.F. dans le Nord; - le Docteur Félix Martin, qui complotait déjà à la tête de la Cagoule avant-guerre, et k:Jui est un « spécialiste» de la conspiration. Il agit en liaison avec un certain Pierre Joly, domicilié en Belgique,. à Liège, auteur d'une brochure largement répandue dans certains milieux militaires: «Contre- révolution, stratégie et tactique ». - le colonel-comte BOt1rdoncle de Saint-Salvy, l'un des dirigeants de la Restauration Nationale, dont l'organe est « Aspects de la France» et les dirigeants Olivier de Roux, Georges Calzant et Xavier Vallat. - le général -V,ésùzle de La Rtte, dirigeant de l'A.F.A.N.O.M. (Association des Français rapatriés d'Afrique du Nord et d'Outre-Mer), dont les activités sont suivies de près par Biaggi, Lagaillarde, Le Pf!ln, ainsi Que par M' Le CoroUer, collaborateur de Tixier-Vi.qnancour et M' Gttibert, collaborateur de Biaqqi. ..... : ... les generaux Tricon-Dunois et Touzé d1t Vigier, le colonel Langlade, le capitai'ne de réserve Edmond Marquet, le lieutenant-colonel de ,parachutistes André, en garnison à Lille. - le délégué de Poujade à Cambrai, René Desruenne; - les frères Antoine et Valère Peretti della Rocca, ' qui furent de hauts fonctionnaires de Vichy; - Claude Rousseaux, le complice de Berthommier, l'ex-député poujadiste arrêté naguère à la front,ière belge, alors qu'il transportait des explosifs; - la secrétaire de l'AlIia'nce Monlil.rchiste du Nord (liée à la Restauration Nationale) ; - enfin, le g'énéral Lionel M. Chassin, fondateur du M.P. q, ami du oegoulard Pierre Joly, et qui tenta de créer un « maquis » dans le sud-ouest de la FTance, 1.ors des événements du 13 mai 1958. Les interrogatoires de ces suspects se sont généralement soldés par des « gardes à vue » plus ou moins t;lrolongées. PhilipPe de Massay, qui fait l'objet d'un mandat d'amener ,est en fuite. Quant à Dorgères, qui fut arrêté après la mani festation paysanne du II février à Amiens, qu'il avait voulu transformer en manifestation fasciste, il n'a été maintenu en état d'arrestation que quelques heures. On avait ,pourtant trouvé, semble- t-il, des documents prouvant ses relations étroites avec le M.P. q et avec Philippe de Massey. En reprenant ses activités, il n'a pas craint de déclarer : « Ma mise en liberté peut être considérée comme un signe que le gouvernement a compris. » UN PERSONNAGE INQUIETANT Dans cette peu glorieuse galerie de portraits, une place particulière doit être réservée à un personnage des plus actifs et des plus inquiétants : Geor.qes Sau,qe. Car il se manifeste sur tous les plans, on le rencontre dans chacune des branches du carrljplot. Sous le signe du « national-catholicisme », version à peine corrigée du national- socialisme, Georges Sauge a créé, en loC;6, un soi-disa'nt « Centre d'Etudes Sl1périe1~res de Psychologie S ociale », puis le « CenfJre d'Etudes politiques et civiques» présidé par le général Wevgand. Enfin, tout récemment, il a été le promoteur des « comités civiiQues » dont il prétend développer le réseau à travers la France entière. Ces derniers temps, Georges Sauge a fait de nombreuses conférences pour les « services psychologiques » de l'armée (le S' Bureau, maintenant . supprimé). C'est à lui que fut confiée l'éducation politique des officieTs, lui qu'on voyait parader aux côtés de Sidos, d'Ortiz et de Le Pen, dans les manifestations de « Jeune Nation ». La constitution des « comités civiques » fut décidée lors d'un congrès Oorganisé par Georges Sauge, en décembre dernieT, au Palais des Expositions. L'antisémitisme fut, avec l'anticommunisme, le thème principal de cette assemblée à laquelle participèrent, entre autres : Poujade, le monarchiste Pierre Debray, Tixier-Vignancour. le député U.N.R. Habib-Deloncle, Olivier de Roux. Michel Trégmrt, Dorgères, le g'ooéral Chassin. Une réunion de ces mêmes comités eut lieu le 12 janvier à la Mutualité, à la sortie de laquelle on distribua des tracts violemment antisémites. Autour de Georges Sauge gravitent tous les hommes, tous les groupements qui complotent contre la démocratie et qui excitent à la guerre. Qu'il ait été arrêt,é le lendemain des événements d'Alger n'a rien d'étonnant. Mais n'est-il pas étrange et scandaleux Que, déià libéré, il annonce la tenue prochaine d'une conférence publique? DES EFFORTS CONVERGENTS De Sauge, qui complote comme il respire, on passe tout naturellement aux complicités que les émeutiers trouvèrent dans l'armée en Algérie même. Leur importance est révélée par les mesures mêmes qui Oont été prises : le général Faure, ex-candidat poujadiste à Lyon, et pionnier de la conspiration algérienne, relevé de ses fonctions, ainsi que les généraux Mirambeat! et Gibrius; le colonel Godard, directeur de la Sûreté d'Alger révoqué; les colonels Gardes (du Se Bureau) , Argout, Broizat, Bigeard et Labosse mutés en France, ainsi que le commandant Rony et le capitaine FiLippi qui assura la liaison entre le P.c. de Lagaillarde et Ortiz; les troupes que vent leur existence légale. Il y a là - et aill eurs - des foyers où l'incendie pourrait très facilement se rallumer. On aurait tort de croire que les comploteurs du 24 janvier se tiennent pour battus. A Alger, des tracts continuent à circuler, exaltant les « héros des barricades » et appelant à la revanche. Des liai sons se nouent ou se précisent sur le plan international. Des prises de position, comme celle de M. Soustelle, viennent apporter leur ~ncouragement aux forces dangereuses qui tentent de se reconstituer. Mais surtout, il faut bien admettre que, les mêmes causes produisant les mêmes effets, le danger fasciste subsistera ta:nt que durera la guerre d'Algérie, où s'alimentent constamment le racisme et l'antisémitisme. Ortiz et Lagaillarde : le jour de gloire ... camma'ndait Massu éloignées d'Alger; les pOouvoirs d'administration retirés aux militaires ... Il ne faut certes pas confondre l'Armée avec les officiers factieux endoctrinés par Sauge; il ne faut pas non plus considérer qu'il y eut toujours une unité de vues absolument totale entre ces officiers, Ortiz et Lagaillarde. Mais c'est un fait que les efforts des uns et des autres ont .convergé et qu'ils ont au moins en commun la haine des institutions démocratiques, et la volonté de mener indéfiniment la g:uerre à outrance en Algérie. C'est un fait que le racisme, l'antisémitisme sont parties intégrantes de l'idéologie de ces « activistes », qui méprisent les musulmans et qui, ne pouvant justifier leurs prises de position d'une ' façon valable, s'efforcent depuis longtemps d'associer tout effort de paix au nom de Mendès-France, dont l'origine juive leur paraît un stigmate assez infâmant pour couper court à toute discussion . TOUT DANGER N'EST PAS ECARTE Nous sommes en présence d'une vaste conspiration aux multiples aspects. Les mesures prises à ce jour révèlent certe~ un notable changement par rapport a l'impunité qui était de règle jusqu'au 24 janvier. Les factieux sont allés trop loin et se sont pleinement démasqués. Le peuple les a condamnés et le général de Gaulle a eu l'appui de l'opinion unanime lorsqu'il a adopté à leur égard une attitude de fermeté. Mais il serait audacieux de dire que tout danger a disparu. Il reste en Algérie des officiers antirépublicains, installés dans une guerre qu'ils considèrent comme la leur. Il reste à concl.a.mner les responsables du cou,p de force qui se trouvent ~ous les verrous, à y remettre ceux qu'on a libérés peutêtre un peu trop vite, à rechercher ceux qui se cachent et ce ne sont pas les moindres. . On s'étonne aussi que des hommes ijUI ont ouvertement collaboré avec les factieux comme Tixier-Vignancour, Bidault Chassin, Le Pen, ou encore ceux qui I~ur ont exprimé une solidari~é chaleureuse tels les onze parlementaires algériens 'venus plaider leur cause à Paris, publlquement, en ?Ieine émeute, ne subissent pas les consequences de leurs actes. Imaginons seulement ce qu'aurait été leur morgue si leurs complices d'Alger l'avaient emporté. Enfin qu'attend-an pour dissoudre en France également les organisations où se rassemblént les fascistes et les racistes? Interdit en Algérie, le M.P. 13 continue d'avoir pignon sur rue à ~aris. De même, I~ Mouvement PopulaIre Français, Jeune Nation, l'~.C.U.F., le Comité National de RénovatIOn conser- L'heure est venue ou jamais de sortir de l'équivoque, d'en fintr avec les mystifications. Le peuple veut la paix. L'a.pplication loyale du principe de l'autodétermination, c'était l'un des mots d'ordre de la grandiose grève nationale du 1er février. Faire rapidement la paix, une paix solide, c'est le seul moyen d'empêcher d'autres mauvais coups contre la France, d'ouvrir les voies de l'avenir. u. S. A. • Bombe à Little ' Rock Le 9 février, une bombe a éclaté dons la maison d'une des étudiantes noires qui avaient été admises à suivre les cours du lycée ". Central High », de Little Rock. Bien que la jeune étudionte oit été dons la maison avec ses parents ou moment de l'explosion, il n'y a pas de blessé, uniquement d'importants dégâts matériels. La police estime que la bombe a été lancée contre la maison d'une voiture en marche. Etant donnée l'atmosphère régnant dons la ville, elle ouro fort à foire pour enquêter dons les milieux racistes. • Faubus président? Précisément, le gouverneur Faubus, qui s'est illustré en défendant la segrégation scolaire à Little Rock, malgré les dispositions constitutionnelles de son pays, a trouvé un comité qui entend soutenir sa candidature à la présidence des Etats-Unis. • A Hollywood Hollywood n'est pas épargné par le racisme. La chanteuse noire Lena Horne a récemment été insultée par un industriel, M. Harvey Saint-Lourent, dons le restaurant où elle dînait avec son mari, le musicien Lennie Haydon. Le raciste oyant refusé les excuses qu'elle exigeait de lui, la jeune femme saisit les assisttes et cendriers et les lança à la tête de l'insulteur pour lui inculquer le respèct de la constitution américaine. Blessé mois penaud, l'industriel s'est bien gardé de porter plainte. 8 UNE GRANDE REUNION D'UNION A NANCY La quasi-totalité de la population nancéenne républicaine était représentée à la réunion organisée par le M.R.A.P., le diimanche 24 janvier, au cinéma « Le Casino », si l'on en juge par les signataires d'une affiche qui disait: « ... 20 ans après, il faut em,pêc/ler la renaissance du nazisme ... Nancy n'a pas oublié les déportations de tous les patriotes vers le Struthof, Auschwitz, Buchenwald et autres camps de la mort ... » Voici en effet quelles étaient avec le M.R.A.P., les organisations invitantes : Association Culturelle Israélite, Association Générale des Etudiants, Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance Française, Association Républicaine des Anciens Combattants, Anciens Déportés Juifs, Cartel Dépa!temental d'Action Laïque, Union Départementale des Syndicats (C.G.T.l, Fédération de l'Education Nationale, Fédération Nationale des Combattants Républicains, Association Départementale des Déportés, Internés Résistants et Patriotes, Ligue des Droits de l'Homme, Association Départementale des Déportés et Internés Résistants, Fédérations du Parti Communiste Français, du Parti Socialiste Autonome, du Parti Socialiste (S.F. 1.0.), Syndicat National de l'Education Supérieure, Section départementale du Syndicat National des Instituteurs, Union de la Gauche Socialiste, Union des Engagés Volontaires et Combattants Juifs, Union des Femmes Francaises, Union des Juifs pour la Résistance et- l'Entr'aide, Paroisse universitaire, Union Départementale C.F.T.C., Eclaireurs de France, le Groupe « Positions Protestantes ». Cinq à six cents personnes se pre~saient dans la salle où l'on remarquait de très nombreux universitaires. M. le Professeur Ranrion présidait. Me Armand Dymenstajn enthousiasma l'assistance par son exposé. A ROUEN De Rouen où s'est tenu une magnifique conférence le 20 janvier dernier, l'act~ secrétaire de notre comité, Albert Slanoskl nous écrit : - « Au soir de la conférence de notre secrétaire général, Charles Palant, dans la .salle des fêtes de l'hôtel de ville, toutes les personnalités étaient présentes 0!l-. représentées plusieurs messages assoctment les rares absents à cette belle manifestation. Dans la salle bondée, on ne ménagea pas les approbations à l'orateu~. . « Autour de M. Valet (L.D.H.) qUt presidait, on notait la présence de .l'adjoint au maire, M. Saint-Cyr, des representants des cultes le député S.F.I.O. Dusseault, du secrétaire de la fédération commumste Roland Leroy, ancien député, et un éventail politique et syndical jamais connu depuis la Libération. Albert SLANOSKI, 18, rue Beauvoisine, Rouen. A Elbeuf (Seine-Maritime), un comi!~ contre le racisme et l'antisémitisme cree spontanément a publié un communiqué dans lequel il flétrit la racisme, rappelle ses crimes et démontre l'absurdité de ce préjugé hideux. UNANIMITE A LYON La manifestation de notre comité lyonnais ou « Veilleur de pierre ", le 17 janvier mentionnée dons notre dernier numéro, a ;éuni une foule nombreuse malgré le froid qui régnait, et avec la participatio~ d'éminentes personnalités de tous les hOrizons politiques. On notait 1.0 présen~e du général Selve, adjoint ou mOIre, M. Glsclon, adjoint (S.F.I.O .), M. Salendre, conseiller (Com.l , et d'outres élus de son partI, .M. Zederman (U.J.R.E.l. M. Collonges, presIdent du Comité de liaison des A.c., M. Bourde (C.v.R. ), M. Martin (C.G.T.l, M. Lavastre (L.D.H.l, les Représentants des fé dérations de déportés, de la Communaut~ israélite de Villeurbanne et de diverses or ~ ganisations juives. A LIVRY-GARGAN A Livry-Gargan, le dimanche 21 janvier a,près-miùi, une nombreuse assistance inv;tée par le Comité local du M.R.A.P. s'est réunie sous lai présidence du maire, M. Collaveri (Indép.), a,ssisté de MM. Robert Ballanger, député (Com.), M. Lajoinie (S.F.I.O.), Raynal (P.S.A.), Ladeveze (S.N.I.), Grodmane (U.J.R.E.), Duchêne (A.R.A.C.), Saltz (déportés juifs) et de Mme Locher (U.F.F.). Nos amis Charles Oveuuek, membre du Bureau National, et Locher, président de notre Comité local, ont pris la parole a.u nom du M.R.A.P. A LILLE A Lille toutes les organisations juives ont décidé de constituer un comité d'action. contre n.mtisémitisme . . IElles ont tenu ).me importante réunion. p;lUr la population israélite. Notre secretaIre geriéral Charles Palant est venu y pren~ dre la parole au nom du M.R.A.P., amSI que M' David Lambert, au nom du congJ; ès Juif Mondial. Une réconfortante atmosphère d'union a régné tout ,au long de ce meeting. L' A~TION DU M. R. A. ~ \ A STRASBOURG Nos amis de Strasbourg ont été récompensés de leur bel effort par l'adhésion de tous les secteurs de l'opinion au meeting présidé par M. Schein, président du Comité du M.R.A.P .. qu'ils ont tenu le jeudi 21 janvier, à la salle de l'Aubette. La salle était pleine de juifs et nonjuifs unis dans une même condamnation du ra-cisme. Albert Lévy, secrétaire national du M.R.A.P . fit aux applaudissements de la salle, le procès du néo-nazisme. Les orateurs du P .C.F., du P.S.A., de la S.F.I.O., de la C.G.T .. de F.O. et de l'A.N.A.C.R. s'associèrent à cette condamnation du racisme qui fut aussi stigmatisé par plusieurs messages dont celui du maire, M. pflimlin. 'A VALENCIENNES Notre comité, qui a reçu un important appui de l'ensemble des organisations et de la municipalité a réalisé une excellente conférence contre l'antisémitisme assurée par MO Imerglik, membre du Bureau National. COLLOQUE A SAINT-QUENTIN Notre actif comité de Saint-Quentin, créé lors de la campagne contre un boucher antisémite, a redoublé d'activité en raison des circonstances. Dès le 15 janvier, à l'issue d 'une réunion, il alertait l'opinion et adressait un voeu au Conseil Municipal. Pour la préparation du Colioque des éducateurs et enseignants, il tint une conférence rendue plus importante encore par la situation. Quatre-vingt personnes Y assistaient, dont la moitié environ de membres de l'enseignement. Sous la présidence de M. Cadot, conseiller municipal, président du Comité loc~1 du M.R.A.P., un exposé fut d'abord presenté par Andrée Clair, auteur de livres pour enfants. Un débat très fructueux s'instaura ensuite, au cours duquel furent apportées de nombreuses suggestions et dont Albert Lévy, au nom . du Bureau National, tira les conc;lusions. Décision fut prise d'envoyer une large délégation au ~o!loqu.e.et de constituer sur place un comIte speclalisé dans l'action pédagogique contre les préjugés raciaux. A CLERMONT-FERRAND Bien que retardé par les événe~ents, le meeting organisé par nos amIS de Clermont-Ferrand a été un grand succès relaté par la presse de toutes opinions. M ' Schapira, au nom de IlQtre Bureau National y fit un brillant exposé aboutissant à des notions pratiques de lutte contre la poussée d'antisémitisme néo-nazi. La large union déjà r éalisée va encore s'étendre en raison de l'impulsion donnée par cette réunion. TURGOT CONTRE-ATTAQUE Pour riposter aux attaques antisémites, 110 lycéens de Turgot, après avoir entendu un exposé de Me Manville, membre dE' notre Bureau National, ont constitué un comité antiraciste et antifasciste. AU LYCEE CONDORCET Les lycéens et lycéennes de Condorcet ont constitué « à chaud» leur Comité de Vigilance. Tous unis, ils ont corrigé les quelques trublions de « Jeune Nation » qui, sous la direction du fils du très raciste général Chassin, prétendaient imposer leur l ~i. Après un exposé de Roger Mari3 membre de notre Conseil National: ils ont constitué un comité qui groupe plus de 100 membres. L'émouvante affiche éditée par le M.R.A.P. a été lue avec intérêt dans toutes les grandes villes de France. Quelques exemplaires sont encore disponibles et peuvent être envoyés sur demande (l'exemplaire : 1 N.F.). AU QUARTIER LATIN Avec les Etudiants lnifs, l'U.N.E.F., les étudiants communistes, socialistes, socialistes autonomes, les jeltneS du M. R.A.? et de la L.I.C.A. ont constitné lm co mi té d' 0 rqanisation fi01W la teltme d'un meetinq (Provisoirement annulé en raison des événemel1ts d'Alqérie). Notre ami Feiqelsol1 qui repl'ésCintait le M.R. A.? apporta l'appni de notre MO'IweJlWJlt et ses sU(Jqestions l'MW l'action qni va se développer. LES JEUNES ANTIRACISTES DU MARAIS Un comité antiraciste du 3e arrondissement, transformé bientôt en comité antifasciste, s'est constitué avec adhésion du M. R. A. P. Des jeunes gens du Marais ont créé un groupe antiraciste décidé à mener la lutte antiraciste avec le maximum d'efficacité. Ils ont discuté, le 25 janvier, avec nos amis BOROWSKI, responsable du « Club Amitié », et R. FEIGELSON, tous deux membres du Bureau National. Nul doute que nous trouverons ces jeunes ardents et actifs à chaque action, manifestation engagées par le M.R.A.P. A MENTON Cela a débuté par des croix gammées et des slogans antisémites sur les murs de Menton. Spontanément, des touristes d'origine juive se réunirent et décidèrent d'envoyer une délégation à la mairie. Parallèlement des listes de pétition furent mises en circulation, dans les hôtels, les cafés, dans la rue. Une assistance nombreuse vint à la salledu Casino municipal où III délégation rendait compte de sa visite au maire. Des orateurs d.e toutes opinions, anciens combattants, déportés, sionistes, socialistes, communistes, dénoncèrent la renaissance du nazisme en Allemagne Occidentale et s'engagèrent avec les assistants, à coniinuer l'action pour empêCher la réapparition des mots d'ordre qui firent tant de mal à l'humanité. Le M.R.A.P. fut toujours présent et actif. « Droit et Liberté » fut distribué, cent affiches collées tandis qu'une collecte compensait les frais engagés. LE M.R.A.P. AU CONGRES DE L'UNION DES SOCIETES MUTUALISTES JUIVES Samedi 6' février, une délégation du Bureau National, composée de Mme BIANCHI, MM. CHIL et SAINVILLE, conduite par Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P., est allée saluer le congrès de l'U.S.M.J.F. qui se tenait au Palais de l'U.N.E.S.C.O. Au nom du M.R.A.P., Charles PALANT, longuement applaudi, analysant la situation présente, montra l'impérieuse nécessité d'une action antiraciste conséquente et remercia' l'Union des Sociétés pour l'appui efficace, matériel et moral que chacune d'entre elles apporte à notre Mouvement. Le M.R.A.P. étend son influence DES que commencèrent les manifestations d'antisémitzsme, de porte en porte on vit circuler les tracts du M.R.A.P., appelant au meeting de l'Hôtel Moderne. Les antiracistes venus à cette grandiose manifestation, débordaient largement sur la place de la RépUblique, clamant leur volonté de s'opposer à toute tentative de renaissance du nazisme. A peine s'étaient tues les clameurs de la place de la République que déjà prenait corps l'idée d'une large mobilisation du peuple de Paris devant le mémorial du Martyr Juif Inconnu. Le M.R.A.P., conscient de la nécessité impérieuse de réaliser la plus large union tout en lançant son appel, alerta le C.R.I.F. et diverses autres organisations. Et ce fut la puissante démonstration que l 'on sait_ Devant le Mémorial, symbole de la souffrance, du deuil, des ruines incommensurables, chacun fit le serment d'agir pour ne plus jamais permettre aux nostalgiques du nazisme de renouveler leurs forfaits. Notons que l'édition spéciale de « Droit et Liberté » fut diffusée ce jour-là à plUS de 2.000 exemplaires. L'initiative de ces deux grandes manifestations de protestation contre les menées racistes et antisémites a valu à notre mouvement des centaines de messages de sympathie, des centaines d'adhésions . De nombreux antiracistes nous ont aussi fait parvenir leurs dons, selon leurs moyens, depuis ce retraité qui, 'en envoyant 500 'francs s'excuse que le montant de sa retraite ne lui permette pas de faiTe plus, ou ce petit artisan qui, se plaignant des impôts excessifs et du travail insuffisant, regrette de nous transmettre seulement 1.000 francs, jusqu'à ce dévoué ami du XVIIIe arrondissement qui, ayant visité lui-même 131 commerçants collecta sur une première liste 165.000 francs. Et cette liste fut suivie d'autres ... Et que dire des Sociétés ! Celles mêmes qui ne comptent plus beaucoup de membres qui ont été décimées pendant l 'occupation nazie, se sont empressées d'envoyer leur don n'omettant pas de commenter : « pour participer à votre magnifique effort », « pour contribuer aux frais de votre émouvante affiche », « pour soutenir votre action énergique contre les menées racistes et antisémites »... Quant à celles dont les membres sont plus nombreux, elles ont souvent doublé, parfois triplé leur don. Au tableau d'honneur de cette période, il faut citer partiCUlièrement la jeunesse : cette jeunesse magnifique de courage et d'ardeur, qui organisa réunions et meetings

ces lycéens qui venaient faire taper

et ronéotyper leurs appels, leurs tracts, participer à la diffusion de notre journal. Le Club « Amitié» a vu s'accroître ses effectifs. Avec le groupe de jeunes du Ma· rais, il a collé des affiches, organisé des délégations auprès des ' chefs de station du métro, pour que soient effacés les graffiti et croix gammées, participé activement au service d'ordre dans toutes les manifestations A Paris et en province, de nombreux comités antiracistes se sont formés. Comment ne pas saluer en particulier les vaillants commerçants de la rue de Turenne, qui se sont groupés et ont soutenu l'action du M.R.A.P. Et les antiracistes, qui se trouvant pour quelques jours de repos à Menton, ont dignement représenté notre Mouvement en organisant des réunions de protestation, des collectes, des délégations . Sans pOUVOir les citer tous, qu'il nous soit permis de saluer et de remercier nos amis innombrables pour leur dévouement, leur attachement à la noble cause de la fraternité. Grâce à cet énorme effort, notre Mouvement a considérablement étendu son influence. Le prOblème se pose de le doter d'un nouveau local plUS grand, de lui donner les moyens de recevoir ses nouveaux amis, d'impulser l'action des nOltveaux comités à Paris et en province, d'en créer d'autres encore, de . développer partout le rayonnement de nos idées. Cela suppose en particulier l'accroissement de nos ressources matérielles. Cela suppose que les efforts, sur ce plan là, comme sur tous les autres, ne se relâcheront pas. Nous sommes certains que tous les antiracistes vont s'employer à cette tâche ' d'honneur. C'est ainsi que, tous ensemble, nous barrerons la route au racisme et à l' al1tisëmitisme. Sonia BIANCHI. LU • \TIl • El\lTFNDU 9 Spectacles de circonstance C 'EST entenclu, l'univers est fait à la mesure cie l'homme blanc, et Dieu à son image. Vérité, Sagesse. Beauté, Vertus - justice et tolérance comprises - l'hoenme blanc détient tout. Et encore, convient-il cie montrer, en plus cI'un épiderme sans pigments, poil et teint, nez et, convictions orthoc1o.xes. De temps en temps, comme énwtions in fantiles, cles crises se mani festent dans le monde. o.n court sus à tels vertébrés à deux pieds qui, manquant aux conditions imposées, s'avèrent d'espèce inférieure. d'une espèce à détruire sans di scussion. HL' affaire DREYFUS" présenté aux amis du M.R.A.P. Le film « L'Affaire Dreyfus)) a été présenté au cours d'une séance spéciale aux amis d!J M.R.A.P., le dimanche 31 janvier ? 10 heures, avec l'aiml'ble autorisation ne la firme Métro-Goldwyn-Mayer et de la direction du cinéma Marbeuf. Il ét.ait précédé de « Nuit et Brouillard )), le bouleversant documentaire d'Alain Resnais. On notait dans la salle comble la présence de nombreuses personnalités parmi lesquelles le Président Lyon-Caen, MM. Henri Laugier, Claude Aveline, Jacques Duclos, le Dr H.-P. Klotz, Mme Yves Farge. le généra.1 Tubert, MM. Cerf-Ferrière, le pasteur André Boegner, Pierre Morha. nge, professeurs Hubert Deschamps, René Zazzo, Alfred Kastler, Chapelon, Jean Dresch. Haïssinsky, J.P. Mathieu, M' Kraemer-Bach. Charles Palant, secrétai.re général du M.R.A.P., prononça une br eve allocution. Le monde écoute. Poursuit sa tâche ou son jeu. Il boit, mange et dort, la tète sur un mol oreiller : la honte. La volonté de bâillonner nos misères va de pair avec notre besoin de chasser l'angoisse de nos poitrine, pour respirer oalmement. Par chance, poètes, écrivains, artistes, plus vulnérables que le gros du troupeau, sont touchés au plus vif. Nos consciences trop enclines au confort du sonimeil sant invitées à se tenir en éveil, par leurs soins. par - - ----- , Marie- Magdeleine CARBET Moins de vingt ans après la plus· monstrueuse des guerres, voici à peu près classés, oubliés, pi re, discutés, et, pourquoi pas? justifiés, d'inconcevables crimes contre l'espèce humaine. Mais en même temps que le renouveau du racisme, se lève une incomparable floraison d'oeuvres plaidant en faveur clu respect et de la justice dus à la personne de l'homme. Plus un seul écrivain aujourd'hui ne demeure en dehors cie la lice. Tous se disent et se veulent « engagés »dans le combat où la dignité de l'espèce est en jeu. « La Ballade de Little Rock » de Dora Teitelboïm, « Les Passagers du Sidi Brahim » de Jacques Lanzl111ann « Roméo, Juliette et les Ténèbres », de Jean Ot,chenachek, tous trois remarqués par le .T ury clu Prix Fraternité (décerné à Jules Isaac pour l'ensemble de son oeuvre) sont avec le « Dernier des Jus- • Presse du mauvais coeur ON pouvoit espérer que le rocisme, porté à son paroxysme por les nazis, aurait été pour toujours anéanti avec eux. Il est effarant de constater chaque jour les traces que ce virus, après avoir proliféré pendant l'occupation, a pu laisser dans notre pays - dans cette France qui, à l'aube de sa grande Révolution, avait proclamé que « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits » ... Il est vrai que n'ont cessé de sévir l'esprit colonialiste et raciste, et les guerres qu'il a engendrées. Nos pères ont insc rit le mot « Fraternité » sur le fronton des édifices publics : mieux que personne nous avons le devoir d'extirper à jamais l'odieux et trop facile mépris de ceux qui sont « autres » et qui ont un droit absolu au respect de leur dignité d'homme. La civilisation, c'est, ce devrait être ce respect de la personne humaine, cette compréhension mutuelle et amicale qui, seule, peut assurer la paix du monde. Le déshonneur - est-il besoin de le dire ~ - n'est pas pour la jeune blanche qui veut épouser un camarade « d'une o utre race n, m:Jis pour celle qui, la plume à . la main, ose après tant de crimes, dresser encore entre des êtres que tout rapproche ce spectre hideux du racisme. tes » les j)lus récents de ces écrits destinés à « faire face ». Drame ou comédie, film documentaire ou policier. depuis quelque temps, les spectacles à portée anti raciste ont o,ccupé une place de plus en plus large dans les salles parisie.nnes. Après le gros succès de « Requiem pour une nonne » rue des Mathurins, on a vu passer. sur l'écrln « Tama'ngo » un « navet» qui en valait bien d'éliutres, lourd à digérer, bien sÎlr, accommodé José Ferre?' Alfred Dreyfus. comme il était à la d'ébène» . sauce au « bois Sur scène. avec les ballets de Catherine Dunham et de Mathilda Beauvoir, avec l'opérette « Free and Easy » actuellement donnée à l'Alhambra, et la comédie « Chérie Noire », comme à l'écran avec le somptueux et débordant « Orpheu Negro », les gens de couleur, Antillais ou non, défendent leur cause par leur simple présence. En d'autres lieux lel11's problèmes se posent ouvertement. Par exemple au Théâtre de Lutèce, dans « Les Nègres » de .T ean Ge.net. Pièce baptisée « clownerie » par son auteur. C'est, disons, une « clownerie» où les consciences, quelles qu'elles so,ient, trouvent occasion et matière d'amères épreuves. Au cinéma voici, en nouvelle version, la fameuse « Affaire » du début du siècle. L'affaire DI'eyfus qui émut la France et le monde. Tourné en Amérique, ce compte rendu n'est ni cQmplet, ni parfait, mais honnête et saisissant, en dépit de l'atmosphère qui, forcément" date un peu aujourd'hui. Il prouve, s'il en était besoin, que face à l'iniquité, l'indignation ne vieillit pas. Le nouveau film, anglais celui-là, « Opération Scotland Yard », la pièce de Claucle Bal « Si la Foule nous voyait ensemble » stigmatisent eux aussi les haines raciales, basées sur l'erreur, échangées entre dupes, servant des buts inavoués. Alain Resnais qui réalisa « Hiroshima mon amour » présente à nouveau « Nuit et Brouillard ». Après le drame de l'être isolé, aux prises avec lic1 haine destructrice, drame de la jeunesse et, de la vic. incompatibles avec la haine, c'est le tableau hurlant, vrai, mais incroyable, cie la collectivité livrée à la barbarie la mieux organisée de tous les temps. L'holTeur nous glace et nous accuse. To,utes nos faiblesses, nos complicités, tous nos remords nous envahissent, 'nous empoignent. Victimes ou bourreaux. nous plaidons coupables. Tableau à touches moins cruelles, mais non moins émouvant en soi, « Come back Africa » traite du sort des Afrioeins noirs en Afrique du Sud. Sophia Town, faubourg de Johannesburg, est un sinist,re bidonville. Saisies sur le vi f, en cachet,te des autorités du pays, à peine ramassées autour du destin d'un homme, les images de cette bande sont actuelles, authentiques. Rogosin les a pour ainsi clire volées au courant du quotidien dans le but ditil, de « montrer ce que l'on évite de VOIr » . Il espère ainsi révéler au monde ce que les Noirs autochtones de la Rhoc1ésie enclurent. et qu'on appelle « la vie ». Sans cloute Rogosin veut-il aussi nous ouvrir les yeux, à tous, qui que nous soyons, sur ce qUe nOus refusons de voir, ce que nous t,olérons. absolvons, à longueur de journée. et qui pourtant crie à l'in justice, autour de nous. Puisse-t-il y parvenir. {( MAITRE APRES DIEU }) AU FLORIDE Du 10 ou 16 février, le cinéma « Le Floride» a projeté, sous l'ég ide du MRAP, le magnifique f ilm a nt iraciste de Louis Daquin : « Maître après Dieu ». De nombreux Parisiens sant venus a ppla udi r cette oeuvre, à la que lle les récents événements ont donné, hélas f un regain d' a ctualité. Signalons aujourd'hui un hebdomadaire féminin à grand tirage. Une jeune fille de dix-huit ans lui demande conseil. Elle aime un étudiant de vingt ans « d'une autre race » et en est aimée. Ils ont les mêmes goûts et ne peuvent se passer l'un de l'autre, mais les parents s'opposent au mariage. « Dois-je ram pre ? ... J'aurais le courage de l'attendre jusqu'à mes vingt et un ans pour me marier dans son pays », elit-elle. - « Vos parents ont raison : vous les déshonorez! », répond la préposée à ce « Courrier du Coeur ». Une blanche qui Le Vaudou, religion, art et [ulture p ar Marcelle HUISMAN « rompt avec vingt siècles de civilisation » se « condamne à ne plus avoir contacts ni amitié avec les blancs ». Des maladies la guettent; sa belle-mère aura « de nombreuses habitudes assez répugnantes » (Des habitudes différentes des nôtres ne peuvent être que répugnantes il; ses enfants .« auront le sort misérable de métisses et n'auront pas leur place ou saleil » ; « une femme, pour un hamme de couleur, c'est une bête de somme, une esclave » ... Je pourrais multiplier ces citations. Faut-il vraiment, en 1960, s'abaisser à réfuter de telles inepties? Faut-il rappeler les découvertes scientifiques, les mervei Iles de l'art, les chef-d'oeuvre de la pensée, de la poésie que nous ont légués au cours des âges, et que nous offrent aujourd'hui les hommes et les femmes « des autres races » ? « Comment peut-an être Persan? », disaient les Français au temps de Montesquieu, Ils avaient plus d'excuses quand, sépa rés par des distances presque infranchissables, les hommes ne se connaissaient pas. Mais au siècle de l'avion et de l'atome nous voici maintenant tous voisins et so lidaires sur notre pet ite planète. Il est impensable que ces préjugés stupides et criminels y subsistent encore. Il y a des hommes et des femmes qui ont les mêmes goûts, les mêmes aspirations. quelles que soient leurs origines, il est normal qu'ils unissent leur vie: ce rapprochement sera bénéfique à tous. S'il est une discrimination acceptable entre les êtres, elle dépend, non de la couleur de leur peau, mais de leurs qualités de coeur et d'esprit. A ceux qui avaient quelques idées plus ou moins nettes sur les différents rites du Vaudou, qui avaient lu sur ce sujet quelques ouvrages ou avaient pu même trouver la chance exceptionnelle d'assister à une ou deux cérémonies sur les lieux d'origine même, il semblait impOSSible que les « adeptes » de cette religion pussent venir sur une scène d'Occident, se livrer à des jncantations et connaître des accès de possession, qui, en Haïti même, restent inconnus du profane et ne se donnent 1 ibre cours que dans le secret de lieux interdits et parfois clandestins. C'est pourtant ce speCtacle répété que Morisseau-Leroy et la memba déchaînée, Mathilde Beauvoir, ont présenté pendant des mois au publ ic parisien et c'est pou rquoi d'aucuns ont crié à la supercherie, à la mystification. On n'osait, en effet, en croire ses yeux. Mais avons-nous le droit de mettre en doute la bonne foi proclamée de Mathilde Beauvoir quand elle affirme sur un ton passionné que huit fois sur dix, elle et ses acteurs en évoquant, soir après soir, les différents dieux du Panthéon Vaudou, ont connu la véritable crise de 100 et ont été pénétrés par ces Dieux. Tout le monde, en tout cas, et même des plus sceptiques, a été frappé par la conviction, l'entrain, le rythme endiablé et combien fatiguant qu'ont su prodiguer les « acteurs » qui croient en Damballah, Erzalu ou Baron Samedi. Mais il ne s'agit pas seulement ici de rythme et de conviction. Dans le spectacle donné au Vieux-Co lombier par la troupe haïtienne, nous avions sous les yeux une sorte d'abrégé impressionnant des différentes manifestations d'ordre psycho-re l igieux auxquelles se livre depuis plus de deux siè· cles, une partie importante du peuple haïtien, manifestations qui n'ont cessé d'ailleurs de s'enrichir. Une thèse, quelles que soient ses dimensions, ne suffirait peut-être pas, à débrouiller complètement, tous les problèmes que soulève actuellement cet ancien culte du serpent, importé du Dahomey, et qui a été en se diversifiant et en prenant une couleur curieusement originale sur cette grande terre des· Anti Iles. Nous n'avons donc pas la prétention dans cette moitié de cOl11pte rendu, de fair:! valoir un point de vue qui soit quelque peu étayé et apporter des éclaircissements quels qu'ils soient. Nous voulons seulement p ar Léonard SAINVILLE faire savoir notre opinion, face à des propos qui semblent relever d'une certaine incompréhension ou qui trouvent dans l'originalité vaudoue, matière à exercer une critique trop prompte à trouver des signes d'infériorité d'origine raciale, dans tout ce qui n'est pas marqué de la patte ('. occidentale ». Les Haïtiens qui commencent, à travers différents rites, dans cette religion vaudoue, forme particulière dit-on depuis quelque temps d'un monathéïsme qu'a enrichi et rendu accessible l'imagination africaine, ces Haïtiens participent tous à un évident mysticisme, qui, pour se manifester à travers des danses, des claquements de mains, des chants et des cris, n'en est pas moins une forme de la spiritualité, je dirai même de la culture. Il est étonnant que les souffrances, les déboires, les mille difficultés qui sont celles de la vie propre au ' paysan haïtien, viennent s'exprimer, se « subli .. mer », dans des croyances particulièrement propices, à l'état de transes, à l'évasion par la personnification de demi-dieux si semblables à des hommes d'ailleurs: mais il en est ainsi. L'histoire passée comme le régime social présent, peuvent certainement expliquer en grande partie cet aspect important de la psychologie haïtienne. Lain d~y, voir sauvagerie, grossièreté, « primltiv, te » nous y décelons au contraire à côté d'un penchant incontestable pour' la soumission à l'irrationnel, au mystérieux, dont la présence est pénible et même parfois insuportable pour la rationna lité un sens de l'humain, un amour de la vie: une faculté de création et d'imagination, qui sont tous aspects intéressants de l'homme et qu'on doit verser au dossier de la cu(ture humaine, dans ce qu'elle a de fécond et de positif. Ce mysticisme vaudou est la marque d'une grande sensibilité, et pour qu'il soit devenu le bien commun à des masses d'hommes, il faut que ce peuple haïtien soit bien riche en pOSSibilités affectives alors qu'ailleurs l'élan mystique reste le fait d'individus isolés, doués de tendances particu 1 ières. Les manifestations vaudoues sont-elles aussi en grande partie le miracle dû à l'envoûtement que savent opérer le rythme et la danse. Je ne suis pas très éloigné d'une telle croyance, quand je constate le plaisir complice avec lequel, des hommes et des femmes absolument étrangers ou cuIte, tout en suivant le déroulement d'une cérémonie consacrée à papa Lezban à Erzalu, à Shango ou aux Guidis, battent la mesure, se remuent, se remplissent les yeux avec avidité des accès qui emportent les possédés des 1005. S'il Y a sauvagerie et primitivité, elle est alars commune à tous, croyants ovides de possession et spectateu rs pris à l'ensorcellement. ~ ! 10 CHRONIQUES ~T RECITS UN LA VILLE Une fourmilière. Quand on rencontre les gens dans les rues ... l'on pense qu'il n'y a plus personne dans les maisons. Toujours une fenêtre s'ouvre dans laquelle s'encastre une tête. Plus je parcours cette ville, plus elle me déroute. Je n'arrive pas encore à me situer. Une ville imprenable qui vous prend, vous lamine et vous remet ensuite dans le circuit un label au cou, un label qui vous impose, vous situe, un brevet de civilit,é avec lequel vous pourrez partir dans le monde entier en gardant votre rang, le rang de Paris. Vous êtes « Made in Paris ». Tout le monde ici est sur scène, et joue son rôle, du savant caché dans son laboratoire à dépister les maladies à la petite étoile jetant sa lueur naissante sur les habitués des caves. Les morts sont mobilisés dans cette grande compétition pour tenir la main aux vivants, car l'on pense certainement qu'ils auraient pu faire plus. Et si Paris est imprenable, il le doit à cette conjonction des forces. Rameurs dans le voilier d'antan, les Parisiens sont devenus les pistons du grand navire de ligne qu'est le Paris d'aujourd'hui ! Et afin qu'aucune illusion ne se fasse sur cette entent,e absolue de cinq millions d'individus aux rêves divers, on a autour d'eux dressé une barrière de mains Qui se prètent les unes aux autres, « partout où besoin est ou sera ». Ainsi le commissaire de police prête la main au juge, puis au gendarme qui la prête à l'huissier, au régisseur de prison, et tout cela sans intention caractérisée de violer les droits souverains du peuple. D ES Européens sE! sont répandus à travers le monde ... Non, me parlons que des Françazs. . J?es Français sont donc partis ... Alors, nOlis avons aPpris des choses ef,tra01'dtnatres s1f"; ce vqste monde. Les faunes q~û ... les Noirs que ... Et de s etonner et de s esbaudtr StW les merveûles de 1 e:rotlSlne. Comme ils sont étran.qes ces hommes lointains! Le Français t!"!:a jamai~ petlsé 91~'Ü fouvait être exotique pOHr quelqn'un. Bernard Dadte, par aûleurs fm poete et conteu,r plein de verve le lui assène. Plus sP.éciql~ment au ~arisien. Le Parisien, un indigène ? De qll~i rire! Powrtant : « md1gene qm est du pays même ». . Comment un Africai1}-, voit l'indigètne paris~en? Dans « Un Nè.qre à Pans (r) », Bernard Dadte (actuellem.ent au servtce de l'Informatwn en Côte d'Ivoire) nOlis l'apprend avec malice. Voici quelques extraits de ce livre savoureux. Donc, savourez. SES HABITANTS De ses origines franques, Paris garde une qualité essentielle: son franc parler. Ce peuple qui aime les circonlocutions, en certaines circonstances ira droit au but sans aucunement déguiser sa pensée. De l'époque lointaine où ses ancêtres adoraient un arbre, le gui, il a gardé l'habitude de conjurer le mauvais sort en touchant du bois. « Touchons du bois » s'écrie-t-il, et il touche la table, fut-elle en fer. L'esprit compte plus que le gestç, Et c'est encore à Paris! AMOUR ... Comme chez nous, l'amour ICI, non plus ne vit pas cie mots, mais d'actes et la ,pauvreté des phrases est si effrayante Que les Parisiens pour rompre disent, tout comme nous: « c'est fini! ». Eux si riches en expressions, en être réduits à cette vieille phrase. Le coeur est le même chez tous les hommes et il est par conséquent difficile de le garrotter, ou de le mettre au pas. Même pOUT paraître civilisé ou le demeurer. Un drôle de pays.Tu peux rencont,rer vingt Parisiennes ; elles pourraient avoir le même visage, les mêmes yeux, mais jamais la même façon de s'habiller et encore moins d'être coiffées. Le plus déroutant, tu auras vingt chevelures de couleurs différentes. Les jeunes demoiselles portent des robes étroites qui moulent leur forme, mais en revanche les obligent à sautiller comme des moineaux. On est fixé et l'on prend ses reÔ,ponsabilités après müres réflexions. La Parisienne est franche et j'ai const,até que cette façon de s'habiller, de dégager la gorge et la chute des reins, de montrer la fermeté du corps, attire particulièrement l'attention des hommes qui sont " tous des artistes, des poètes aimant l'art pour l'art... DES JOURNALISTES Nous avons nos génies; ils ont ICI leurs journalistes: et tous nous font trembler parce que nous ne savons jamais ce qu'ils pensent. Une affaire les intéresse-t-elle ? Ils la montent en épingle. Dans le cas contraire ils font autour d'elle la grandë conspiration du silence. Etes-vous dans leur grâces? Vous serez couverts de fleurs ; mais si d'aventure vos rues ont des perspectives différentes, ils vous battront à plate couture. Si ce n'était que cela! Ils pousseront le souci d'informer jusqu'à couvrir le monde entier de votre photo. Ainsi sur votre ,passage les doigts se pointeront sur votre nuque. Ils vous tirent de l'ombre et vous exposent au grand jour semblant dire à leurs lecteurs: « Nous vous l'apportons, le voici sous son vrai jour ». Comme les génies de chez nous, ils font et défont la fortune. DE L'ARGENT Pendant douze longues années, Cartouche et sa bande écumèrent Paris et sa banlieue. Ils furent un véritable fléau. La race est loin d'être éteinte; les disciples aujourd'hui vident les banques en plein jour. Dans leurs têtes, mettre de l'argent de côté, c'est n'en avoir plus besoin. Un raisonnement cartésien. Or dans ce pays si l'on économise, c'est pour les vieux jours, pour le moment où l'on n'a plus de force pour en jouir. UN CERTAIN ZOLA ... On peut, dire que dans ce pays, à la base de tous les soulèvements on trouve un journaliste. Chaque gouvernement les dorlote en attendant patiemment l'occasion de les enfermer pour leur apprendre que même avec le ciel, il Y a des accommodements et qu'avant de parler ou d'écrire, il faut, selon le proverbe, tourner sept fois sa langue ou tremper dix fois sa plume dans l'encrier. De prudence et de proverbe, ils n'en ont cure, les prisons ne les effrayent guère. Ils veulent, la Justice et ils l'auront. L'exemple le plus souvent cité est celui d'un certain Zola qui poussa l'amour de la V érité jusqu'à dire Ique pour des raisons d'Etat, on n'avait pas à condamner un innocent. Le pays fut divisé en deux camps, les journalistes aussi. En définitive ce fut Zola qui gagna la bataille, parce qu'il avait pour lui, la Vérité. Un autre roi de la plume, nommé Victor Hugo, s'exila et de son rocher cribla de flèc.hes un Empereur tout-puissant qui avait porté entor_se. au régime. Les Le Service· Librairie de JJ Droit et Liberté" vous offre ••• Jules ISAAC : Jésus et 1 sraël ........................... . ... . Genèse de l'antisémitisme ....................... . Expériences de ma vie ......................... . Jean OTCHENATCHEK : Roméo, Juliette et les ténèbres (traduit par François Kerell Jacques LANZMANN : Les Passagers du Sidi-Brahim ................... . Dora TEITELBOIM : Ballade de Little Rock (traduit par Charles Dobzynskil .. Edition numérotée ............. . Elsa TRIOLET : Le Rendez-vous des Etrangers (Prix de la Fraternité 195"7) QUELQUES ASPECTS DE L'ACTION ANTIRACISTE, par Léon Lyon-Caen, René-William Thorp, Etiemble, Hubert Deschamps, Jean Pierre-Bloch, Pierre Paraf, Jean Eloi, Charles Palant La plaquette illustrée ........... . 16,50 NF 8,90 NF 14,50 NF 6 6 9 30 NF NF NF NF 9,50 NF 3 NF Ces livres vous seront envoyés sur demande, sans frais d'envoi. Prière d'effectuer les paiements à la commande par mandat-poste ou chèque bancaire au MRAP, 15, Faubourg Montmartre, Paris (ge ) ou par chèque postal, à « Droit et Liberté », même adresse (CCP 6070-98 Paris). A.C. exemples abondent. Sous le régime le plus absolu. ils écrivent, critiquent. Vestales de la Liberté, prêtres au service de la .dignité humaine, ils ont, par leurs saCrifices, fait de Paris cette ville où chacun aime vivre parce qu'on V respire à l'aise. Aux rois, aux empereurs, aux dictateurs, ils ont arraché un à un, les droits, les libertés dont nous jouissons ici et qui nous font voir l',existence sous un jour agréable. DU TEMPS PASSE Pour connaître, apprécier, aimer un peuple, il faut étudier son histoire, et plus je me penche sur celle de ces gens, ,plus je trouve que leurs ancêtres en certains de leurs comportements, avaient beaucoup de points communs avec les nôtres. Ils vont se récrier, je le sais. Ils ne le feront pas parce que cela peut avoir du vrai, mais parce Que je semble les ramener à notre niveau en arrière oubliant, du coup les millénai~es d'efforts' le chemin Qu'ils tracent au monde. Il~ vont me brandir sur le crâne déjà malmené par les ans, deux mille ans d'existence. Qu'ils ne me fassent pas rire! S'ils étaient aussi vieux Qu'ils le prétendent, ils auraient eu la peau noircie par le temps. Or à peine sont-ils bronzés ! Ils ne peuvent pas soutenir être les plus vieux du monde, Qu'ils se regardent tout de même ! Leurs murs à l'origine, de couleur blanche, sont de~enus gris; par quel miracle conserveraientils encore la blancheur de leur teint? DES USAGES C~ peuple .de logique, qui a trouvé que la ligne drOlte est le plus court chemin d'un point à l'autre, mais refuse de le suivre en certains domaines tellement il trouve cette voie rude, escarpée et pleine d'embüches, contrairement à nos habitudes, n'appelle jamais un vieillard pljpa ou grand-père, mais tout simplement Monsieur, le mettant ainsi sur le même pied que le jeune homme. Une demoiselle aura-t-elle 60 ans il l'appellera mademoiselle, alors Que' chez nous elle sera « mamie », Maman, même si elle n'a pas d'enfan...t. Eh bien ces hommes qui « boivent sur le ~ouce », « mangent sur le pouce », «ltsent sur le pouce », mais refusent de se « tourner les pouces » se demandent à tout moment les uns' aux autres « alors, comment allez-vous ? » même si votre mine défaite sur leurs lèvres devrait a'rnener une autre phrase, vous p~r~ent en vous appelan! « mon vieux », SI Jeune que vous fUSSIez, ,poussent des « oh! là! là! » à n'en plus finir élèvent des statues à tous leurs gran& hommes. Ces hommes sont les êt,res les plus cérémonieux, les plus superstitieux et les plus tra?itionnalistes que j'aie jamais rencontres. Il fi'y a pas de lieu où ils ne se livrent une guerre de courtoisie. Dans les hôtels, les resta~rants, les boutiques ; dans la rue lorsqu Ils se trouvent nez à nez. C.est à ~ui a~ceptera de passer le premIer. C est a qui aura eu l'honneur d'avoir été le dernier à passer. En ces heures, ils oublient leurs montres pour écoute: uniquement la voix du sang des chevahers, le sang gaulois qui coule à flots dans leurs veines. - Allez-y, Monsieur, - Je vous en prie, - Faites, Monsieur, - Après vous, - De grâce! - S'il vous plaît! Et ils resteront là, des minutes entières à ne pas vouloir passer avant l'autre par politesse. Lorsqu'il s'agit de Iqueue pour le bus ou pour le cinéma, une mouche ne passe pas avant eux. Dès qu'ils vous voient venir, ils se collent les uns aux autres. LES MARABOUTS Le chat noir et la poule noire, et les parfums jouent ici un rôle de premier plan. Et les carrefours donc ! Le Parisien veut .percer le mystère qui nous entoure de la naissance à la mort. N'est-il pas plus inquiet à cause de l'enfer qui l'attend? Les femmes avec leur nature curieuse et leur soi f 'de bonheur sont les principales clientes des mar~bouts d'ici. Elles n:ettent tout en oeuvre pour forcer la ma1l1 aux dieux, insensibles à leur charme. Elles ont tant de ch05es à sauver, à maintenir ! Paris cache des drames angoissants aussi bien dans les palais que dans les taudis. Chaque jour des coeurs se meurtrissent des illusions tombent, des liens se dén~uent et plus d'un homme, plus d'une femm~ rencontrée porte au coeur une plaie fraîche ou vieille qu'il n'ose exhiber par déce;lce. Quelques-uns voudraient partir de Paris ê~e nés, sous notre ~iel par exemple. sor~ tIr de 1 engrenage mfernal s'affranchir des. contraintes. Leur isole~ent leur pèse et Ils marchent, caressant des rêves loint~ ins. J'ai vu un de leurs marabouts ou diseurs de bonne aventure. Habillé de blouse blanche, il porte barbichette et t~aÎne /~UlottiC sa maison, tel un escargot Un veper~b}e, aux belles joues rondes. La créduhte des uns a toujours donné des couleurs aux autres. Les autorités lui ont délivré des certificats qu'il affiche aux portes de sa maison roulante. Cela prouve qu'en haut-lieu 0.11 estime S~)l1 oeuvre à sa juste valeu~. Ils maintiennent les hommes dans la bonne voie celle de l'espérance de lendemains meil~ leurs. Cet homme opère en plein jour et sur la place publique. Cest, deyenu presque un jeu ici de prédire l'avenir. Les rats, les souris, les cordelettes les osselet~, les cauris sont tous mécan'isés. Il suffit de donner nom, prénoms et date de naissance. Chez nous il ne ferait guère . fortune avec ses exigences. Date de naissance, est-ce que nous nous en préoccupons? COmpter ses jours et se dire à tout moment, il doit me rester tant de mois à vivre ? Que sont cent ans dans le cours des choses? Nous naissons n~us vivons et nous mourons. Point be~ som n'est de se tracasser avec les mois et les ans. Que l'on compte ou non on n~ourra. Cest la fatalité. Mieux ~aut s .en aller en ne sachant même pas combien de temps on a passé sur terre. TOUT COMME NOUS ... . Dès que le Parisien a un appartement, Il en t:herche la surface, puis celle QU'occuperont la table, le buffet, l'armoire tel ou tel tableau. La Seine occupant' un peu trop de . place, il l'a canalisée afin de faire droit à la requête des pêcheurs et .des pr?meneurs. A force de ,porter sur SOI la r~gle et le. compas, d'établir un budget a un centllille près, de calculer sans cesse, le Parisien est arrivé à s'isoler des autres. La solitude est donc telle ~ans cette ville mouvementée que les Journaux ont un vaste courrier du coeur. Les femmes exposent leurs décept,ions demandent des conseils, les hommes s~ cherchent des compagnes « douces aimables, compréhensives, sachant teni'r un intérieur et rendre heureux ceux qui vivent autour d'elles ». Le Parisien veut donner à sa vie une orientation plus chê:ude, purgée de tout calcul. Il a beau tramer des siècles d'histoire alorieuse son coeur demeure le même que "'celui de~ ~utres hommes. Il ~spire à la quiétude; il recherc}1e 11; paIx d,ans son ménage, la comprehenSIOn et 1 affection de ses et;I.fan~, la sympathie de son entourage. S il a 1 avantage considérable de se situer dans sa propre histoire et dans celle du monde, ,par rapport à nous il n'en demeure pas moins vrai que' tout comme nous, il aspire avidement au bonheur. ÇI) Un nè.qre à Paris (Présence Africame, 7 NF). Atdres oeuvres de Bernard Dadié : Afrique debot~t, poèmes (Seghers), Lé.qendes africaines (Seghe~ s),. Le Pagne noir, conte (Présence Afrlcame), L.a Ronde des jours poèmes (Seghers), Climbié, roman (Seghers). , DROIT ET LIBERTE • MENSUEL 15, Fg Montmartre - Paris (9') Tél. : PRO. 82-78 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 500 francs ETRANGER Un an : 700 francs. Abonnement de soutien: 1.000 fr. Compte Ch. Post. : 6070-98 Paris Pour les Changements d'adresse envoyer 60 fr. et la dernière bande. S.P.E.C. Châteauroux ~ Travail exécuté - par des ouvriers syndiqués Gérante : S. BIANCHI

Notes

<references />