Droit et Liberté n°221 - mai 1963

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°221 de mai 1963 numéro spécial
    • Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix page1
    • Comment se déroulera la journée page2
    • De Varsovie à l'Unesco: cette lumière du printemps de France par Pierre Paraf page2
    • Une grande journée qui se prépare dans l'enthousiasme page2
    • Pour le 20éme anniversaire de l'insurrection du ghetto de Varsovie: nombreuses cérémonies page3
    • Poujade relaxé en appel: le M.R.A.P. se pourvoit en cassation page4
    • Affaires de famille par Oncle Tom page4
    • Racisme: la lutte des noirs en Alabama page4
    • Préjugés: un geste spectaculaire du Pape page4

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

5 MAI 1963 CO"NTAE N° 221 0,50 F. llutttéw LE RACISME, rANTISEMITISME .'11.' ·... V. ." ' ( 'ET POUR LA PAIX

1 i!!;' .' l

~ ~' . " i' " Commer}t se déroulera la Journ'ée Nationale C'EST à 9 h. 30 précises que doit commencer, dons la gronde salle de conférences du Palais de l'U.N.E.S:C.O., la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la poix. Il est recommahdé aux délégués et participants d'être présents dès le début, afin de pouvoir suivre les travaux avec le maximum de profit. La séance du matin durera jusqu'à 12 h. 15 heure où se déroulera, ou restaurant de l'U.N.E.S.C.O., un déjeuner amical, en présence d'éminentes personnalités. Puis les débats reprendront à 14 h, 30 pour se terminer vers 18 heures. les réponses ou questionnaire Quels seront les thèmes de ces débats ? Ils découlent tout naturellement du questionnàire édité et diffusé par le M.R.A.P. depuis bientôt deux mois. '. Les douze questions posées, on s'en souvient, forment quatre chapitres, intitulés successivement: • ACTUALITE DU RACISME, • SES MANIFESTATIONS ET SES FORMES, • SES CAUSES, • COMMENT LE COMBATTRE. Les nombreuses réponses reçues feront l'objet d'une analyse approfondie et d'une synthèse, réalisées par les différents rapporteurs. Grâce à cette formule éminement démocratique, il sera tenu compte des avis et suggestions de milliers d'antiracistes de la Fronce entière, appartenant à tous les milieux, auxquels il n'aurait évidemment pas été possible d'intervenir ou cours de ces trop brèves assises. L'exposé du président du M.R.A.P., Pierre PARAF, ouvrant la Journée Nationale, portera sur l'actualité du racisme, ses manifestations et ses formes dans la France et le monde d'aujourd'hui. L'exposé consacré aux causes du racisme sera présenté par M. Théodore MONOD, professeur à la Sorbonne, directeur de l'Institut d'Afrique Noire à Dakar. Les moyens de combattre le racisme seront examinés par M' Jean SCHAPIRA, avocat à la Cour, membre du Bureau National du MRAP. été élaborées, on le soit, dès 1958, par les juristes du M.R.A.P., sous la haute autorité de notre Président d'honneur, M. Léon Lyon-Caen, premier président honoraire de la Cour de Cassation. Ces textes, déposés à l'Assemblée Nationale, et approuvés par 10 majorité des groupes, ne sont pas venus en discussion, ou cours de la dernière législature, bien qu'un rapporteur oit été désigné par la Commission de législation. L'Assemblée ayant été renouvelée, le MRAP a décidé de lui soumettre à nouveau ses deux propositions. Elles seront présentées dons leur rédaction définitive à la Journée Nationale par M' Henri GARIDOU, qui fera part également des suggestions de notre Mouvement en vue de foire connaître dans tout le pays cette importante initia,tive. Tous les groupes' parlementaires ont été in· vités à envoyer à la Journée Nationale des représentants, qui prendront ainsi connaissance de ces textes et pourront foire connaître leur point de vue. De riches débats En dehors des exposés énumérés ci-dessus, d'autres interveÎlIions auront- lieu' ou ëours de la journée, toujours sur les thèmes du questionnaire. Les porte-parole des grands courants de la pensée politique, syndicale, philosophique et religieuse "lxprimeront l'unanime opposition de l'opinion française à ce fléau mortel qu'est le racisme. Les délégués de di· verses organisations d'enseignants, de jeunes, d'anciens combattants feront part de leur expérience, de leurs suggestions pour le renforcement de la lutte antiraciste. On entendra aussi d'importants messages de l'étranger. A la fin de la journée, Charles PALANT, secrétaire général du M,R.A.P., tirera les conclusions des débats et sur cette base, plusieurs résolutions, soumises dès le matin aux participa nts, seront adoptées. DE VARSOVIE CETTE LUMIERE DE FRANCE C J'ADRESSE à tous nos amis, ce message de bienvenue, quelques jours avant l'ouverture de notre Journée Nationale. Au lendemain des grandioses et pathétiques cérémonies commémorant le , vingtième anniversaire de l'insurrection du ghetto à Varsovie. ' Le Bureau national du M.R.A.P., en m'y déléguant, avait tenu à marquer la place que ce haut fait de l'histoire de la Résistance tient en son coeur. La penséy de mes camarades n'a cessé de m'accompagner sur cette terre du martyre et de la mort qui est aussi la terre du courage et de la résurrection. En leur n~m, j'ai fleuri le monument que le statuaire Rappaport a dédié aux insurgés, face aux ruines de,la prison militaire, où 400.000 jUifs ont péri. En leur nom, j'ai exprimé sur les ondes de la-radiodiffusion polonaise mon amitié émûe de Français, écrivain, ancien résistant, militant de l'antiracisme, à ce premier rendez·vous avec la Pologne, avec la République populaire- Polonaise. Et j'ai pu constater dans mes divers ~ntretiens avec mes hôtes, au Comité juif d'action culturelle et sociale comme auprès de M. Jarcysky, président du Conseil national de Varsovie et de M. Rucinek, vice ministre des Affaires culturelles, tous deux anciens déportés, combien le M.R.A.P. était connu, estimé en ce pays où les généreuses aspirations de la France ont toujours trouvé tant d'échos.

DE ce pélerinage au ghetto de Varsovie, au ci· metière sans tombes de Treblinka, je rapporte , à notre Journée Nationale, non pas seulement l'appel de la fidélité de ceux qui n'ont pas la mémoire courte, mais l'appel de la vigilance et de l'action. Trois millions de juifs polonais - les neuf dixièmes de la communauté - des millions de juifs d'Europe sont morts. Mais le courage de 40.000 insurgés en sauvant l'honneur, en donnant au monde un exemple et un remords, raélites survivants au peJ de ceux que le poison a plus en plus ont comprü du péril commun du mill fruits. Sans doute faut-il bi( acharnés du législateur, dans son foyer, aux cha pour chasser le racisme est parfois en nous-mêml Il s'agit d'une maladie mes et qui comporte, cl un diagnostic soigneusen que aux multiples remèd Aussi, le secrétariat sagement agi en proposa notre Journée, l'Actualit, ses manifestations, ses cl les plus efficaces pour el LE questionnaire d et qui a été largern les plus divers, ne ses. Je n'ai pu, jusqu'ici, On nous permettra ta de l'attention considéral blèmes. Lycéens, étudian toutes philosophies, de nus à nos bureaux chel tionnaires, les ont fait rades ont accompli un conscience qui ne nous . cesse de nous harceler nesse stupide et corro a droit à la publicité. Ce nous, ardente et joyeuse jeunesse, n'a rien à voir ~ dy boys, houligans, chel tain film, à certain journ D'outres interventions sont préparées sur des points particuliers se rapportant à ces grands thèmes: • Le rôle de la communauté internationale et de l'Etat dans la lutte contre le racisme, par M. PIerre JUVIGNY, conseiller d'Etat ; UNE GRANDE JOURNEE QUI SE RREPA • La jeunesse et le racisme, par M. MOUGEOTTE, vice-président de l'Union Nationale des Etudiants de Fronce; • Les héritiers de Hitler , et l'internationale néo-nazie; • • Les femmes devant le -racisme, par Mlle DODEMAN; • L'art ou service de la fraternité humaine; • Décolonisation et racisme, par M. Jean DRESCH, professeur à la Sorbonne. • Les Gitans, ces parias, par M. Vanko ROUDA, secrétaire général de l'Organisation Nationale gitane; • Notre solidarité avec les noirs d'Afrique , du Sud et des Etats-Unis; • Le rôle des enseignants dans l'action con-' tre les préjugés raciaux. Deux propositions de lois Deux propositions de lois tendant à une ré: pression plus efficace des provocations à la haine raciste et des discriminations raciales ont t--..,,;:1'"---..,,;:1'"-~-~-- DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (2" Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements, FRANCE: Un an : 7 f. 50 Abonnement de soutien ETRANGER Un an : 12 F. 15 F. Par avion : tarifs divers selon pays Compte Ch. Post.: 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 60 centimes et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté » ou s'abonner au Il Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'Hôtel des Monnaies, Bruxelles 6. Les versements peuvent être effectués au C.C.P. 278947, de M: 8. Gutman, Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FB. Abonnement de soutien : 150 FB. Gérante : S. BIAN cm. Journal composé et impriml!i par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - ChâteauroUJ[ TOUT, vraiment tout laisse supposer que la Journée Nationale du 12 moi sera un succès sons précédent. Il suffirait, pour s'en convaincre, de voir s'amonceler, dons les bureaux du M.R.A.P., les questionnaires remplis que le préposé des P. etT. apporte à choque courrier et queplusi'eurs personnes s'e~loient 9 dépouiller. ·et à classer. Et si ce courrier n'~tait fait que de réponse$ aux questionnaires 1 Non ! Demandes de 'cortes de '~ participation, demandes de renseig~ements et demandes d'outres ... 'q.uéstionnaires affluent de tous ' Ies coins' de Fronce, sans éompter les messages de l'étra~ger, -,'les propositions d'aide, les suggestions, et le tél~phone qui occuperaient facilement 'une légion de militants. CE fameux 'questionnaire sur le racis! lle, ses formes, ses manifesta· tions, ses, causes, et les moyens de le combattre, est actuellement diffusé à plus de 15.000 exemplaires, dans toute la France. Il faut dire que toute la presse, en annonçant la Journée Nationale, a fait état de l'existence du questionnaire, que de nombreuses organisations de tendances diverses, mais qui ont à leur programme, la lutte contre le racisme (organisations syndicales, féminines, de jeunesse, mouvements culturels,etc ... ) ont demandé à prendre en charge sa diffusion parmi leurs adhérents, en même temps qu'elles ont annoncé la présence d'une délégation à la Journée Nationale. - . IL faut biep. croire que la jeunésse se préoccupe tout spécialement des problèmes posés par le racisme et l'antisémitisme - et cela sera particulièrement étudié pendant les travaux - puisque les jeunes se montrent si ardents pour préparer l'assemblée du Palais de l'UNESCO. Nous avons reçu, en effet, des centaines de demandes d'étudiants, de Maisons de Jeunes, de grou· pements de jeunesse, etc ... Une étudiante de l'Ecole Normale de Fontenay-auxRoses a demandé 80 questionnaires et 30 cartes de participation à la Journée. La soirée du théâtre Récamier qui, le 7 mai, préludera aux travaux du 12, ne suscite pas seulement un enthousiasme parmi les artistes qui, en y participant, apportént , leut prppre contribution, d,ans leur, domaige, -à l'li : lutte contre le racisme, n'lais aussi dans tous les milieux, à Paris, en banlieue et 'même en province : on annonce l'arrivée, pour cette soirée, d'un groupe d'étudiants rouennais, d'élèves et profes.. eurs d~ Lycée de Mantes. COMME chaque année, les Comités locaux du M.R.A.P. travaillent avec. ardeur à la préparation de la Jourrtée. D'ores et déjà, nous pouvons annoncer la présence d'une importante delégati2n de Lille, de' délégations de Saint-Quentin, Clermont-Fel'- Une délégation du M.K.A~P,. , ou Congrès de la L.I.C.A . . -; Le Congrès annuel de la L.I.C.A. (Ligue In· ternationale contre le Racisme et l'Antisémitisme) s'est tenu les 27 et 28 avril, à Paris. Une délégation du M.R.A.P., conduite par Charles Palant, secrétaire général de notre Mouvement, et comprenant Léonard Sainville, Hugues Steiner et Julien Aubart, a apporté au Congrès les salutations du M.R.A.P. A l'issue de son allocutibn, Charles Palant a invité une délégation de la L.I.e.A. à prendre part aux travaux de notre 14· Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix : I( Une telle délégation serait assurée, a-t·il dit, d.e l'accueil ,le plus syrnpat1(ique et le plus fraternel: Ba présence à nos assises, de même que la nôtre à èe Congrès, signifierait qu'entre la L.I.C.A __ et le M .. R.A.P., c!3 .n; est pas l'idée de concurrence qui prédomine, mais celle du plus noble concours stimulé par la volonté des uns et des autres d'ouvrir à la jeunesse et à l'ave· nir, la voie à cette humanité fraternelle et Pacifique qui, plus que jamais, demeure la grande et légitime aspiration des hommes, nos frères de tous les continents II. rand, Rouen, Nîmes, etc ... On attené aussi et avec émotioll, un groupe de mi· neurs du Pas-de-Calais, notre question naire ayant largement circulé dans le~ régions minières . SOULIGNONS tout spécialement les échos rencontrés par notre questionnaire dans les miliew intellectuels français: L'Université et h corps enseignant, dont le rôle est for important dans la lutte contre le ra cisme, ont entendu notre appel et lew participation à nos travaux sera bril lante. Egalement de nombreuses pel' sonnalités appartenant à toutes les dis ciplines de la vie culturelle et socialt de notre pays, ont répondu au ques tionnaire et apporteront leur appui à Il Journée. Notons, entre beaucoup d'au tres, les écrivains Jean-Louis Curtis e Herbert Le Porrier, le Professeur Evr; Schatzman; Mme G. Dieterlen, direc trice de recherches au CNRS ; Jean Michel Bloch, professeur à la Facult. de Pharmacie de Nancy ; Pierre Gros claude ; les Professeurs Marc-Andr. Bloch et Paul Chauchard ; Mme Olg: Wormser ; Me Georges Sarotte ; Ra~ mond Escholier ; l'Abbé Pihan ; le Doc teur Dalsace ; le Docteur Pierre WeI theimer ; le Docteur Wellers, maître d ré,cherches aux CNRS ; les écrivain Georges Neveux, Michèle Lacrosil, Her riètte Psichari ; le Professeur Maxim Rodinson ; Mme Denise Decourdemar " chè ; M. Vanko Rouda et S.A. Vaïd ~'Voevod III, Secrétaire général et Prf sident de la Communauté Mondial Gitane; M. Raoul Levy, Président d la Communauté Israélite de Rouen MM. Maurice Coutrot, sénateur-mair de Bondy ; Georges Rougeron, sém teur de l'Allier ; Mme Hélène CarOl Secrétaire générale de l'Union Fémin ne Civique et Sociale ; M. Robert Dell vignette, gouverneur général honorair de la France d'Outre-Mer, etc ... l 'AFFICHE, que nous reproduisor en première page de ce numér spécial de « Droit et Liberté sera bientôt sur tous les murs de FraI ce et de nombreux comités locaux, nOl en ont demandé des dizaines d'exen plaires. Par ailleurs, un peu part ou auront lieu des conférences qui prép DE VARSOVIE A L'UNESCO CETTE LUMIERE DU PRINTEMPS DE FRANCE 1-1 _par_P_ierre_P_AR_A_F_dU_PCharles 11 juin 2010 à 09:57 (UTC)A_e;.---! 'ADRESSE à tous nos amis, ce message de bienvenue, quelques jours avant l'ouverture de notre Journée Nationale. Au lendemain des granses et pathétiques cérémonies commémorant le gtième anniversaire de l'insurrection du ghetto arsovie. . e Bureau national du M.R.A.P., en m'y déléguant, it tenu à marquer la place que ce haut fait de istoire de la Résistance tient en son coeur. a penséy de mes camarades n'a cessé de m'acmpagner sur cette terre du martyre et de la mort i est aussi la terre du courage et de la résurrecn. n leur n~m, j'ai fleuri le monument que le staire Rappaport a dédié aux insurgés, face aux ruis de, la prison militaire, où 400.000 juifs ont péri. leur nom, j'ai exprimé sur les ondes de la radiofusion polonaise mon amitié émile de Français, ivain, ancien résistant, militant de l'antiracisme, e premier rendez-vous avec la Pologne, avec la publique P:opuiaire· Polonaise. Et j'ai pu constadans mes divers ~ntretiens avec mes hôtes, au mité juif d'action culturelle et sociale comme au' s de M. Jarcysky, président du Conseil national Varsovie et de M. Rucinek, vice ministre des Afres culturelles, tous deux anciens déportés, comn le M.R.A.P. était connu, estimé en ce pays où généreuses aspirations de la France ont toujours uvé tant d'échos.

  • E ce pélerinage au ghetto de Varsovie, au cimetière

sans tombes de Treblinka, je rapporte à notre Journée Nationale, non pas seulement pel de la fidélité de ceux qui n'ont pas la mémoire rte, mais l'appel de la vigilance et de l'action. rois millions de juifs polonais - les neuf dixiès de la communauté - des millions de juifs d'Eue sont morts. Mais le courage de 40.000 insurgés sauvant l'honneur, en donnant au monde un exemple et un remords, a contribué à souder les israélites survivants au peuple de Pologne. Les enfants de ceux que le poison antisémite avait atteints, de plus en plus ont compris. La leçon de l'héroïsme et du péril commun du militarisme allemand porte ses fruits. Sans doute faut-il bien des années, des efforts acharnés du législateur, de l'éducateur, du citoyen, dans son foyer, aux champs, à l'usine, au bureau, pour chasser le racisme qui est hors de nous, qui est parfois en nous-mêmes. Il s'agit d'une maladie aussi vieille que les hommes et qui comporte, comme les autres maladies, un diagnostic soigneusement étudié, une thérapeutique aux multiples remèdes. Aussi, le secrétariat de notre Mouvement a-t-il sagement agi en proposant pour thème principal de notre Journée, l'Actualité du racisme, ses formes et ses manifestations, ses causes et les moyel1s d'action les plus efficaces pour en venir à bout. LE questionnaire dont ce thème était l'obj et et qui a été largement diffusé dans les milieux les plus divers, nous a valu un flot de r éponses. Je n'ai pu, jusqu'ici, en étudier qu'une partie. On nous permettra tout d'abord de nous r éjouir de l'attention considérable provoquée par ces problèmes. Lycéens, étudiants de toutes confessions, de toutes philosophies, de toutes disciplines, sont venus à nos bureaux chercher des milliers de questionnaires, les ont fait circuler parmi leurs camarades ont accompli un effort d'intelligence et de conscience qui ne nous surprend point. Mais, qu'on cesse de nous harceler avec les images d'une jeunesse stupide et corrompue, la minorité qui seule a droit à la publicité. Celle qui se groupe autour de nous, ardente et joyeuse, comme doit l'être la vraie jeunesse, n'a rien à voir avec les blousons noirs, Teddy boys, houligans, chers à certaine édition, à certain film, à certain journalisme. Que les r éponses soient fort différentes, nul n'en sera surpr is. Et leur valeur vient précisément de leur diversité. Si la plupart d'entre elles mettent l'accent sur les survivances du racisme dont sont victimes à l'extérieur les noirs en Union Sud Africaine. et dans les Etats-Unis du Sud, en France, nos frères d'Afrique Noire et d'Afrique du Nor'd, et nos frères Gitans, si l'on considère à juste titre que la destruction de l'Etat d'Israël procéderait d'un racisme héritier direct du nazisme, certains s'inquiètent des excès possibles des nouveaux nationalismes des Etats en voie de développement. Les « pieds noirs », juifs et non juifs ne sont pas non plus oubliés. Les uns trouvent que le racisme progresse, d'autres qu'il recule. Telle lettre a la résonnance déchirante d'une vie br isée parce qu'uri « mariage de couleur » n'a rencontré que haine autour de lui ou autour d'elle. Un noir nous adresse cette confidence ter rible : « Cette page est insuffisante pour vous r elater les injustices dont nous souffrons » . Mais je ne voudrais anticiper sur le débat de notre Journée Nationale. Les participants auront la synthèse essentielle de cctte enquête. Ils en tireront les conclusions. A l'heure où jamais ne fut aussi lucidement dénoncé un mal auquel s'attache tant de malheur et tant de honte, dont la contagion précède inévitablement la catastrophe de la guerre, à l'heure où l'arrêt de la Cour d'Appel de Limoges a détruit les bienfaits d'un jugement si conforme au droit et au génie de notre pays, jamais notre action ne fut plus nécessaire. La montée du M.R.A.P. atteste que la conscience des jeunes s'éveille toujours davantage à ce devoir. Notre Journée Nationale, malgré les lourdes préoccupations qui nous assaillent, est toute illuminée de cette lumière du printemps de France. JOURNEE QUI SE PREPARE DANS L'ENTHOUSIASME ts, de Maisons de Jeunes, de grouents de jeunesse, etc ... Une étudianl'Ecole Normale de Fontenay-auxs a demandé 80 questionnaires et rtes de participation à la Journée. 1 soirée du théâtre Récamier qui, mai, préludera aux travaux du 12, uscite pas seulement un enthoue parmi l~s ar tistes qui, en y parIant, apportént.lettr prppre contrion, d$s l~mr. domai[le, ·à la : lutte ,re le· racisme, mais aussi' dans tous nilieux, à Paris, en banlieue et 'mên province : on annonce l'ar rivée, cette soirée, d'un groupe d'étuts rouennais, d'élèves et profes' S du. Lycée de Mantes. 'OMME chaque année, les Comités locaux du M.R.A.P. travaillent av ec. ardeur à la préparation de ourrrée. D'ores et déjà, nous poul annoncer la présence d'une imante dëlégatiQn de Lille, de ~ délégade Saint-Quentin, Clermont-Ferdélégation du M.R.A.P •. u Congrès de la L.I.C.A . . -, ~ Congrès annuel de la L.I.C.A. (Ligue Intionale contre le Racisme et l'Antisémi~) s'est tenu les 27 et 28 avril, à Paris. rand, Rouen, Nîmes, etc ... On attend aussi et avec émotio:p., un groupe de mineurs du Pas-de-Calais, notre questionnaire ayant largement circulé dans les régions minières. SOULIGNONS tout spécialement, les échos rencontrés par notre questibnnaire dans les milieux intellectuels français: L'Université et le corps enseignant , dont le rôle est fort impor tant dans la lutte contre le racisme, ont entendu notre appel et leur participation à nos travaux sera brillante. Egalement de nombreuses personnalités appartenant à toutes les disciplines de la vie culturelle et sociale de notre pays, ont r épondu au questionnaire et apporteront leur appui à la Journée. Notons, entre beaucoup d'autres, les écrivains Jean-Louis Curtis et Herbert Le Porrier , le Professeur Evry Schatzman; Mme G. Dieterlen, directrice de recherches au CNRS ; J eanMichel Bloch, professeur à la Faculté de Pharmacie de Nancy ; Pierre Grosclaude

les Professeurs Marc-André

Bloch et Paul Chauchard ; Mme Olga wormser ; Me Georges Sarotte ; Raymond Escholier ; l'Abbé Pihan ; le Docteur Dalsace ; le Docteur Pierre Wertheimer

le Docteur wellers, maître de

recherches aux CNRS ; les écrivains Georges Neveux, Michèle Lacrosil, Henrièt; te Psichari ; le Professeur Maxime RQdinson ; Mme Denise Decourdemanrent directement ou non la Journée du 12 mai. A Saint-Quentin, s'est déroulée une soirée cinématographique, avec des exposés de Me Manville et de l'écrivain Edouard Glissant ; dans le 20· arrondissement, sur l'initiative du Comité local, un débat se déroulera, autour du questionnaire, avec la participation de personnalités appartenant à différents milieux et groupements. De même, un débat aura lieu à Rouen, le 9 mai, avec la participation de l'écrivain Léonard Sainville. LE fait que le M.R.A.P. et l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combat tants Juifs aient été déboutés par la Cour d'Appel de Limoges de l'action judiciaire engagée contre l'antisémite Poujade, qui se voit acquitté, a provoqué une vive émotion dans les milieux antiracistes et particulièrement dans les milieux juifs. C'est pourquoi de nombreuses sociétés et organisat ions juives seront largement r eprésentées à la Journée Nationale. Quant au côté juridique de cette affaire, il doit donner un nouvel élan à la campagne que nous menons pour l'adoption des projets de lois antir acistes que nos amis jur istes ont élaborés. C'EST donc dans l'enthousiasme que se prépare cette grande journée de lutte, dont la répercussion sera grande dans le développement de la lutte antiracist e en France. Dans les quelques jours qui restent avant la tenue de ces assises antiracistes, nous demandons à nos nombreux amis de redoubler d'efforts et d'initiatives pour donner à cette manifestation, qui s'annonce grandiose, le maximum d'éclat et de retentissement. Pour participer à la Journée Nationale sachez que : • vous POUVEZ encore demander au M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris (2' ), PAR TELEPHONE à GUTENBERG 09-57, votre carte de participant à la Journée Nationale. • LA JOURNEE se déroulera, de 9 h. 30 à 12 h. 15 et de 14 h. 30 à 18 heures. Entrée, 125, avenue de Suffren, Paris (VII'). • UN DEJEUNER sera servi, à 12 h. 15, au restaurant de l'U.N.E.S.C.O. Pour y participer (30 francs par couvert, vin, café et service compris) demander également une carte de réservation par téléphone au M.R.A.P. ou éventuellement, versez fa somme nécessaire au C.C.P. 6070-98 Paris, en précisant .. Déjeuner Journée Nationale ... • PLUSIEURS MOYENS DE TRANSPORT sont à votre disposition : METRO

Ségur, Cambronne, La MottePicquet,

Ecole Militaire. AUT09US : 28, 49, 80, 86, 92. Parking aisé. Po DE L' Nombreuse: LE 17 avril, Résistanc, Combatte soirée commén ghetto de Varse de l'Al hambra, M. LOUIS Kahn, lite de France e la parole, MM. Dworzeckl, J. JE Wellers, M. ViII partie artistique documents auth, Ghetto de Vars~ qui faisait pan était représenté taire général, CI Le 19 avril, u mémorative s'es sence de M. Cyl polonais et de 1 de plusieurs pay prenait notre pl que son voyage Au Mém Le 21 avril, 1 ce sont réunies Juif inconnu pl hommage aux ~ to, sous la prési Pierre des memb Alf Nous av, mort trag traux, don vallée de ( Né le 5 1 nationalité délégation du M.R.A.P., conduite par es Palant, secrétaire général de notre ~ement, et comprenant Léonard Sainville, les Steiner et Julien AUbart, a apporté au ès les salutations du M.R.A.P. A l'issue n allocutibn, Charles Palant a invité une ation de la L.I.C.A. à prendre part aux ux de I)otre 14· Journée Nationale contre , che ; M. Vanko Rouda et S.A. Vaïda ·'Voevod III, Secrétaire général et Président de la Communauté Mondiale Gitane; M. Raoul Levy, Président de la Communauté Israélite de Rouen ; MM. Maurice Coutrot, sénateur-maire de Bondy ; Georges Rougeron, séna· teur de l'Allier ; Mme Hélène Caron, Secrétaire générale de l'Union Féminine Civique et Sociale ; M. Robert Delavignette, gouverneur général honoraire de la France d'Outre-Mer, etc ... TIX()I ~ ~ I LLI () ~~ isme, l'antisémitisme et pour la paix : telle délégation serait assurée, a-t-il dit, accueil ,le plus syrnpatTÙque et le plus nel. Ba présence à-nos assises, de même nôtre à ce Congrès, signifierait qu'e."Ltre I .e .A ... et le M,R.A.P. , c~ ,n;est pas l'idée de urrence qui prédomine, mais celle du plus e concours stimulé par la volonté des uns !s autres d'ouvrir à la jeunesse et à l'avela voie à cette humanité fraternelle et Paue qui, plus que jamais, demeure la grane légitime aspiration des hommes, nos frè· le tous les continents }J. L'AFFICHE, que nous reproduisons en première page de ce numéro spécial de « Droit et Liberté }) sera bientôt sur tous les murs de France et de nombreux comités locaux, nous en ont demandé des dizaines d'exemplaires. Par ailleurs, un peu partout, auront lieu des conférences qui prépa- Trois millions d'anciens francs (30.000 tra ncs) c'est le montant de la GRANt que lance le M.R.A.P. à l' occasion de la Journée Nat iona le. Vous qui a pprouvez l'action dynamique menée par ,notre Mouvement pour cc les dom,gines les manifesta tions du racisme et de l'a ntisémitisme, pour faire promulgll efficace réprimant les excitations et les disc riminations ra cistes, pour obtenir la cond jade et de ses sembla bles, SOUSCRIVEZ 1 • Demandez au M.R.A.P. des listes de sousc ription pour collecter a utour de VI Envoyer les dons par chèque ba ncaire ou par chèque postal à « Droit et LibE Jeûneurs, Paris (20 ) c.c.P. 6070-98. - - -- A L'UNESCO 1 Pour le 20- anniversaire 1 DU PRINTEMPS DE L'INSURRECTION DU GHETTO DE VARSOVIE par Pierre PA RA F Président du M.R.A.P. Nombreuses cérémonies en Fronce, en Pologne et dons le monde tmtribué à souder les isde Pologne. Les enfants émite avait atteints, de la leçon de l'héroïsme et isme allemand porte ses ~es années, des efforts l'éducateur, du citoyen, s, à l'usine, au bureau, i est hors de nous, qui ssi vieille que les hom;: ne les autres maladies, t étudié, une thérapeutinotre Mouvement a-t-il 1P0ur thème principal de ~ racisme, ses formes et ~s et les moyens d'action nir à bout. ce thème était l'objet diffusé dans les milieux a valu un flot de réponétudier qu'une partie. id'abord de nous réjouir provoquée par ces pro~ ë toutes confessions, de tes disciplines, sont ver des milliers de quesuler parmi leurs camaort d'intelligence et de prend point. Mais, qu'on c les images d'une jeuje, la minorité qui seule qui se groupe autour de mme doit l'être la vraie les blousons noirs, Tedcertaine édition, à cer- Que les réponses soient fort différentes, nul n'en sera surpris. Et leur valeur vient précisément de leur diversité. Si la plupart d'entre elles mettent l'accent sur les survivances du racisme dont sont victimes à l'extérieur les noirs en Union Sud Africaine, et dans les Etats-Unis du Sud, en France, nos frères d'Afrique Noire et d'Afrique du Nota, et nos frères Gitans, si l'on considère à juste titre que la destruction de l'Etat d'Israël procéderait d'un racisme héritier direct du nazisme, certains s'inquiètent des excès possibles des nouveaux nationalismes des Etats en voie de développement. Les « pieds noirs )}, juifs et non juifs ne sont pas non plus oubliés. Les uns trouvent que le racisme progresse, d'autres qu'il recule. . Telle lettre a la résonnance déchirante d'une vie brisée parce qu'uri « mariage de couleur )} n'a rencontré que haine autour de lui ou autour d'elle. Un noir nous adresse cette confidence terrible : « Cette 1 page est insuffisante pour vous relater les injustices dont nous souffrons )}. j Mais je ne voudrais anticiper sur le débat de notre Journée Nationale. Les participants auront la synthèse essentielle de cette enquête. Ils en tireront les conclusions. A l'heure où jamais ne fut aussi lucidement dénoncé un mal auquel s'attache tant de malheur et tant de honte, dont la contagion précède inévitablement la catastrophe de la guerre, à l'heure où l'arrêt de la Cour d'Appel de Limoges a détruit les bienfaits d'un jugement si conforme au droit et au génie de notre pays, jamais notre action ne fut plus nécessaire. La montée du M.R.A.P. atteste que la conscience des jeunes s'éveille toujours davantage à ce devoir. Notre Journée Nationale, malgré les lourdes préoccupations qui nous assaillent, est toute illuminée 1 -me. - - - d-e cette lumière du- printemps de France. 1 - - - - - ~E DANS L'ENTHOUSIASME rent directement ou non la Journée du 12 mai. A Saint-Quentin, s'est déroulée une soirée cinématographique, avec des exposés de Me Manville et de l'écrivain Edouard Glissant ; dans le 20e arrondissement, sur l'initiative du Comité local, un débat se déroulera, autour du questionnaire, avec la participation de personnalités appartenant à différents milieux et groupements. De même, un débat aura lieu à Rouen, le 9 mai, avec la participation de l'écrivain Léonard Sainville. LE fait que le M.R.A.P. et l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Comba ttants Juifs aient été déboutés par la Cour d'Appel de Limoges de l'action ju diciaire engagée contre l'antisémite Pouja de, qui se voit acquitté, a p rovoqué une vive émotion dans les milieux antiracistes et particulièrement dans les milieux juifs . C'est pourquoi de nombreuses sociétés et organisations juives seront largement r eprésentées à la Journée Nationale. Quant au côté juridique de cette affair e, il doit donner un nouvel élan à la campagne que nous menons pour l 'adoption des proj ets de lois antiracistes que nos amis juristes ont élaborés. ( 'EST donc dans l'enthousiasme que se prépare cette grande jou rnée de lutte, dont la répercussion sera grande dans le développement de la lutte antiraciste en France. Dans les quelques jours qui restent avant la tenue de ces assises antiracistes, nous demandons à nos nombreux amis de redoubler d'efforts et d'initiatives pour donner à cette manifestation, qui s'annonce grandiose, le maximum d'éclat et de retentissement. Pour participer à la Journée Nationale sachez que : • vous POUVEZ encore demander au M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris (2'), PAR TELEPHONE à GUTENBERG 09-57, votre carte de participant à la Journée Nationale. • LA JOURNEE se déroulera, de 9 h. 30 à 12 h. 15 et de 14 h. 30 à 18 heures. Entrée, 125, avenue de Suffren, Paris (VII '). • UN DEJEUNER sera servi, à 12 h. 15, au restaurant de l'U.N.E.S.C.O. Pour y participer (30 francs par couvert, vin, café et service compris) demander également une carte de réservation par téléphone au M.R.A.P. ou éventuellement, versez la somme nécessaire au C.C.P. 6070-98 Paris, en précisant .. Déjeuner Journée Nationale ". • PLUSIEURS MOYENS DE TRANSPORT sont à votre disposition : METRO

Ségur, Cambronne, La MottePicquet,

Ecole Militaire. AUTOBUS : 28, 49, 80, 86, 92. Parking a isé. LE 17 avril, à l'appel d'associations de la Résistance, de la Déportation, du Monde Combattant, d'Organisations juives, une soirée commémorative du soulèvement du ghetto de Varsovie s'est dèroulée au Théâtre de l'Alhambra, à Paris, sous la prèsidence de M, LOUIS Kahn, président du consistoire israélite de France et au cours de laquelle ont pris la parole, MM, Dreyfus-Schmidt, le Docteur Dworzeckl, J. Jefroykin, Pierre Villon, Georges Wellers, M. Vilner. Au cours de l'èmouvante partie artistique qui a suivi les allocutions, des documents authentiques sur le Soulèvement du Ghetto de Varsovie ont été projetés. Le MRAP, qui faisait partie du Comltè d'organisation, était représenté à la tribune par son secrétaire général, Charles Palant. A Varsovie Le 19 avril, une grande manifestation commémorative s'est déroulée à Varsovie, en présence de M. Cyrankievicz, président du Conseil polonais et de nombreuses délégations venues de plusieurs pays, La dèlégation française comprenait notre président, Pierre Paraf, qui évoque son voyage dans cette page. Au Mémorial du Martyr juif Inconnu Le 21 avril, plusieurs milliers de personnes ce sont réunies devant le Mémorial du Martyr Juif inconnu pour rendre une nouvelle fois hommage aux héroïques combattants du ghetto, sous la présidence du Ministre des Anciens Pierre Paraf, avant son départ pour des membres du Bureau National venus Alfred METRAUX Nous avons eu la douleur d'apprendre la mort tragique du professeur Alfred Mét raux, dont le corps a été retrouvé dans la vallée de Chevreuse, le 20 avril dernier Né le 5 novembre 1902, à Lausanne, et de nationalité américaine, Alfred Métraux était ~ I LLI () ~~ , - Trois millions d'anciens f ra ncs (30.000 fra ncs) c'est le montant de la GRANDE SOUSCRIPTION que lance le M,R.A,P, à l'occasion de la Journée Nat ionale, Vous qui a pprouvez: l'action dynamique menée par .notre Mouvement pour combattre dans tous les dom.aines les manifestations du racisme et de l'antisémitisme, pour faire promulguer une législation efficace réprimant les excitations et les discriminations racistes, pour obtenir la condamnation de Poujade et de ses semblables, SOUSCRIVEZ 1 • Demandez: au M,R,A,P, des listes de sou sc ription pour collecter autour de vous! Envoyer les dons par chèque bancaire ou par chèque postal à « Droit et Liberté », 30, rue des Jeûneurs, Pans (2") c.c.P. 6070-98. Combattants. Ont pris la parole, le Grand Rab· bin de France, Jacob Kaplan, l'Ambassadeur d'Israël en France, Walter Eytan, le Docteur Modiano, président du C.R.I.F. et le Docteur Dworzecki. La chorale populaire juive exécuta l'hymne des Partisans juifs du Ghetto de Vilno, La foule se rendit ensuite, drapeaux en tête, au Mémorial de la Déportation. A Lille, avec Pierre Paraf Le 24 avril, 400 personnes ont assisté à Lille à la commémoration du 20· anniversaire du soulèvement du ghetto organisé par le MRAP, sous la présidence de Pierre Paraf. La Journée Nationale de la Déportation La Journée Nationale de la Déportation a été célébrée avec ferveur, le 28 avril, dans toute la France. Une veillée funèbre au Me· morial du Déporté Inconnu s'était déroulée samedi soir en prélude à cette journée. Deux cérémonies ont eu lieu à Paris, l'une au Mé· morial du Martyr Juif Inconnu, où M. Jacob Kaplan, Grand Rabbin de France, a dit des prières, l'autre à Notre-Dame, où une messe a été cèlébrée en présence de personnalités officielles. L'après-midi, une émouvante céré· monie s'est déroulée au Mont-Valérien et en fin d'après-midi, les rescapés des camps de la mort ont ranimé la Flamme à l'Arc de Triomphe de l'Etoile. varsovle, photographié au milieu l'accompagner à l'aéroport d'Orly. (Photo Mardyks.) l'un des plus brillants ethnologues de not re temps. Il dirigeait depuis 1950, le dépare tement des affaires sociales de l'UNESCO, où il s'était spécialisé dans l'étude · des droits de l'Homme. Parmi ses t ravaux, il anima une série de publicatiOns sur les races, oeuvre profondément antiraciste et considérée comme l'étude la plus importante dans ce domaine. A la fin de l'année 1962, atteint par la limite d'âge, il dut quitter l'UNESSO et devint directeur d'études à l'Ecole pratique des Hautes Etudes de Par is. Nos amis se souviendront avec émotion qu'Alfred Métraux fut l'un des rapporteurs de la Journée Nationale contre le racisme, l'an dernier, ' au Palais de l'UNESCO, et l'un des plus remarquables animateurs de cette Journée. A sa femme, à sa famille et ses proches, le M.R.A.P. adresse ses condoléances émues. Nos voeux à lean COCTEAU Notre ami, M. Jean Cocteau, de l'Académie Française, frappé récemment par une crise cardiaque, est actuellement sous la surveillance des médecins et se rétablit lentement. Nous lui adressons, au nom de tous nos lecteurs, nos voeux de prompte guérison. 4------------------------------------------------------------------------------------------------------- Condamné en correctionnelle ., .. po,:-,r antlsemltlsme lI-IV. - Le ministre des Affaires Etrangères d'Algérie, Mohammed Khemisti, est victime d'un attentat criminel à AIg; er. POUJADE RELAXÉ EN APPEL • , • Une nouvelle fois, DES CHIENS POUCIERS SONT LANCES CONTRE DES MANIFESTANTS NOIRS à Birmingham (Ala. bama). 12·IV. - Une bombe est lancée dans une maison de Clarksdale où dormait M. Gharles Diggs, représentant démocrate noir de l'Etat du Michigan au Congrès. 13-IV. -- Arrestation à Paris d'une douzaine de membres de l'O.A.S., dont l'excapitaine de corvette Roy. A Lausanne, CUrutchet et quatre autres « activistes » appréhendés par la police suisse. • Le pasteur noir Martin Luther King et une trentaine de manifestants arrêtés au cours d'une manifestation contre la ségrégation raciale à Birmingham (Alabama). 14-IV. - Marches pour la paix et le désarmement nucléaire en Grande-Bretagne, RépUblique Fédérale Allemande, Suisse et Danemark. Le gouvernement allemand refoule une délégation du Mouvement de la Paix français. • A Birmingham (Alabama), DES NOIRS ENTRENT POUR LA PREMIERE FOIS DANS ' DEUX TEMPLES RESERVES AUX BLANCS : 40 arrestations. 17-IV. - A l'Alhambra, les PariSiens commémorent le 20' anniversaire du soulèvement du ghetto de Varsovie. • RAJAKOVIC, LE BOURREAU 1 DES JUIFS HOLLANDAIS, se livre à la police viennoise. i8-IV. - Julian Grimau, membre du Comité Central du Parti Communiste d'Espagne, est condamné à mort à Madrid, après une parodie de procès, pour des faits remontant à la guerre civile. 19·IV. - Varsovie : commémoration du soulèvement du ghetto, sous la présidence de M. J. Cyrankiewicz, président du Conseil polonais. • Bernier, dit « Murat », un des tueurs O.A.S. du Petit-Clamart, arrêté à Paris, alors qu'il commettait Un vol de voiture. 20·IV. - JULIAN GRIMAU FUSILLE A L'AUBE, dans la prison de Carabanchel à Madrid. Vive émotion dans le monde entier. 21-IV. - Manifestation à Sornac (Corrèze) contre la venue de troupes de la Bun· deswehr et l'agrandissement du camp de La Courtine. 23-IV. - Manifestation contre le crime commis à Madrid et le régime franquiste à la Bourse du Travail de Paris. 50.000 Parisiens y participent à l'appel des Syndicats, de la Ligue des Droits de l'Homme et de diverses autres orga· nisations (dont le M.R.A.P.). 24-IV. - Conférence de presse de Mme Grimau : « Que le général Franco soit mis au ban des nations civilisées. » • Un postier blanc de Baltimore William L. Moore, qui s'était rendu dans le sud des Etats-Unis poùr manifester individuellement contre la dis· crimination raciale, et en avait averti le président Kennedy, est trouvé mort, avec deux balles dans la tête, à Attalla (Alabama). 25·IV. - Poujade acquitté par la Cour d'Appel de Limoges. LE M.R.A.P. DECIDE DE SE POURVOIR EN CASSATION. 27-IV. - 2.000 Anciens Combattants réu· nis à Paris lancent un appel à la lutte contre le péril atomique. C ONTRAIREMENT à toute attente, la Cour d'Appel de Limoges, le 2.1 avril, a refusé de confirmer le jugement rendu en première instance par le Tribunal Correctionnel de cette ville et qui condamnait Poujade à une peine sé. vère pour antisémitisme. Poujade relaxé, le M.R.A.P. et l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs sont déboutés. Or il s'agissait de deux articles antisémites et sans équivoque, l'un intitulé « Le régime et les Juifs », l'autre parlant du « ghetto du IX· », et dans lesquels Poujade prenait grossièrement les juifs à partie. Les avocats des parties civiles soulignant que le M.R.A.P. en particulier se trouvait nommément insulté et diffamé, avaient pu citer plusieurs extraits de la presse de l'occupation coïncidant, souvent mot pour mot, avec les écrits parus dans « Fraternité Française ». Les juges de la Cour d'Appel se sont néanmoins ran- HIER ET AUJOURD'HUI • Bourreau d Anne Frank LA peine de mort 'n'existant pas en Autriche, l'ancien capitaine des S.S., Eric Rajakovic, collaborateur d'Adolf Eichmann, s'est livré le 17 avril, à la police viennoise. Débusqué et reconnu quinze jours auparavant à Milan, il s'était réfugié en Autriche et a mis fin lui-même à la chasse à l'homme dont il était la proie, dans le seul but de sauver sa peau. J.I craignait, en effet, de subir le sort de son ancien maître. Eric Rajakovic est connu pour sa cruauté. Il est le créateur du premier camp d'extermination installé en Pologne, à Nisko. Aprés un bref séjour à Prague, il fut, en 1941, chargé de la liquidation des juifs hollandais. On affirme qu'il s'acquitta de cette mission avec tant de zèle, qu'il outrepassa même les ordres de ses supérieurs, Eichmann et le Général Wilhelm Harster (ce dernier était jusqu'à présent haut fonctionnaire du ministère de l'Intérieur de l'Etat de Bavière !) qui lui auraient demandé de .. ménager " certains juifs qu'il a quand même fait déporter. L'arrestation du bourreau d'Anne Frank a provoqué un nouveau scandale en Allemagne Fédérale. C'est alors qu'on s'aperçut que le Docteur Harster, chargé de la direction des finances communales pour la Haute·Bavière, n'était autre que ·Ie général S,S. qui commandait directement Rajakovic en Hollande. Les autorités de Bonn s'étaient contentées de dissimuler le passé de cet encombrant fonctionnaire. Plus heureux qu'Eichmann et Rajakovic, Harster s'en tire avec une mise à la retraite anticipée pour" incapacité ". ~ ................................................................................................................................................................................................................................................................. :.--"1 ~ ~ ~ Affaires de familles ~ ~ ] 'AI une fort nombreuse famille, donc beaucoup de petits drames dont je ~ ~ connais tous les détours. Toutefois, il est certaines affaires de familles, ~ ~ dont les journaux parlent quelquefois, et qui me navrent. C'est cette ~ X jeune' Vietnamienne amenée en France par un soldat du corps expéditionnaire X ~ au temps de la guerre d'Indochine. Incorporée à un milieu petit-bourgeois, ~ ~ dans un village de l'Oise où tous les manquements à l'étiquette traditionnelle X X sont sévèrement jugés, elle fut bientôt traitée en paria. « Qu'est·ce que tu nous X ~ as ramené là? disait la belle-mère à son fils, sans égard pour les deux beaux ~ X petits·enfants que lui avait donné sa bru. Et le beau-père, surveillant·chef de X X l'hôpital psychiâtrique, de s'en mêler. Bref, l'enfer, auquel le médecin de X ~ famille vint apporter son grain de poivre. Parce que la malheureuse était ~ ~ renfermée et taciturne «( Cette race-là, c'est paresseux! ») on la fit bientôt ~ • \ enfermer pour de bon à l'hôpital en question où la famille avait ses grandes .\ ~ entrées. Il a fallu une pétition des habitants du village indignés, pour la faire ~ ~ libérer. Un tel drame a, certes, de multiples aspects. Mais ne croyez·vous pas ~ .\ que le racisme y prend la plus belle part? .\ ~ Et cette petite fille, née d'un Algérien et d'une Françasie vivant dans des . ~ ~ conditions si difficiles qu'ils durent s'en séparer proviSOirement, la confiant ~ .\ à l'Assistance publique qui la confia elle·même à une bonne famille française. .\ ~ Les années ont passé, la situation du couple s'est régularisée. D'autres enfants ~ ~ sont nês. Le père et la mère veulent reprendre leur fillette, pour rentrer en ~ .\ Algérie avec leur famille au complet. Les parents nourriciers, mus par divers ~ ~ sentiments, refusent obstinément et font cacher l'enfant par un prêtre. Il y a X ~ certainement là le drame classique de la séparation. Mais une enquête plus ~ ~ approfondie recèle un subtil racisme. ON NE VEUT PAS QUE LA PETITE ~ X :I!'ILLE DEVIENNE ALGERIENNE. On appelle ça de la charité. ç'est triste, X X triste à pleurer .. où à vous révolter! X ~ Oncle TOM. ~ X X X,,.,.... .........................,. ..... .....................................................................................................................,., ..... ....,. ,.... ..........................,. ,...,..... ....,. ..... .......................................... ,.... ....,. .... ...........,. ..,,..... ...........,. ,.... ...........,. .... gés aux arguments de l'avocat de . Poujade affirmant que l'ensemble de la communauté juive n'était pas visée par ces diatribes, mais seulement quelques individus qui s'y trouvaient personnellement désignés. Le M.R.A.P. se pourvoit en cassation contre cet arrêt stupéfiant Les lecteurs de « Droit et Liberté » savent à quoi s'en tenir. La décision pour le moins surprenante de la Cour d'Appel de Limoges sera FASCISME • L'assassinar de Grimau L'ASSASSINAT du militant communiste Julian Grimau à Madrid a provoqué une douloureuse émotion dans le monde entier. Cet acte purement fasciste de Franco a balayé les illusions de ceux qui attendaient une « libéralisation » du régime qui fut établi avec l'aide de Hitler et Mussolini. L'Espagne franquiste est restée la dernière plaque t01trnante du fascisme en Europe. Elle ne se contente pas d'abriter les O.A.S. ou de leur servir de lieu de transit vers l'A mérique latine. Elle est le refuge de tous CeltX qui ont commis des crimes dans l'Europe occuPée par les nazis. C'est ainsi qu'entre autres personnages odieux qui y trouvent un confortable asile, on note le successeur de Xavier Vallat au commissariat aux questions juives de V ichy, Darquier de Pellepoix. La « fine fleur » de l'antisémitisme en France, tourne toujours des yeux attendris et nostalgiques vers le régime du Caudillo (en allemand führer, en italien duce). Le franquisme est une plaie ouverte au coeur de tous ceux qui ont souffert des exactions nazies et de tous les républicains. La mort de Julian Grimau avive encore cette plaie. RACISME • La \utre des nOirs en Alabama LE sang, une fois de plus, a coulé dans l'Alabama. Mais ce n'est pas un noir qui est la victime. C'est un blanc, un simple postier de Baltimore, William L. Moore, 35 ans. Il s'était rendu seul dans l'Alabama pour manitester individuellement contre la discrimination raciale, Il avait écrit personnellement au Président Kennedy afin de l'informer de ses intentions qui étaient d'attirer l'attention de l'opinion publique sur les récentes émeutes raciales dans le Sud. Il voula it se rendre à pied au Mississipi. Mais ses projets ont tragiquement échoué. Le militant antiraciste fut trouvé mort, le 24 avril, avec deux balles tirées à bout portant dans la tête. A ses côtés, la pancarte qu'il portait, proclamant l'égalité des blancs et des noirs . Le meurtre de Moore a ému l'opinion américaine, y compris en Alabama où le gouverneur, George C. Wallace a qualifié l'attentat " d'acte odieux » et offert une récompense de 1000 dollars pour la capture des coupables. Toutefois, ce même gouver- • La compagnie « Le Franc Théâtre » présente, le mardi 14 mai à 21 heures, au Théâtre de l'Ambigu, à Paris, la pièce de Raymond Gerbai, « LES PELERINS D'HELLENKRAUSS », avec Georgette Anys. Cette pièce traite du problème de la responsabilité du savant devant les conséquences de ses découvertes dans le domaine nucléaire. accueillie avec une profonde émotion par l'ensemble des antiracistes et des républicains et il ne fait pas de doute que Poujade y verra un encouragement à poursuivre ses menées odieuses qui menacent directement une partie de la population dans ses droits et sa sécurité, et alimentent les courants hostiles à la démocratie. Cet arrêt doit inciter les antiracistes à accroître leur vigilance et à se mobiliser dans l'union. Il montre en particulier la nécessité d'adopter les propositions de lois élaborées par le M.R.A.P., en vue d'une répression plus efficace de la propagande raciste et des discriminations raciales. En tout état de cause, le M.R.A.P. a décidé de se .pourvoir en cassation contre l'arrêt cie la Cour de Limoges. (Nous donnerons une analyse plus détaillée de cet arrêt dans notre prochain numéro.) neur n'a pas protesté contre l'utilisation par la police, de chiens spécialement dressés pour la chasse aux noirs, et qui sont entrés en action à plusieurs reprises à Birmingham. Le commissaire de police, Eugène Connor a juré publiquement de " remplir de manifestants noirs toutes les prisons de l'Etat ». Le dimanche dei Pâques, il procéda à quarante arrestations, dont plusieurs pasteurs, La " monifestation » avait pris une ampleur particulière. En effet, les noirs réussirent à entrer dans deux temples » réservés aux blancs» et à assister aux offices religieux. Puis, chantant des cantiques, ils se dirigèrent vers la prison où est détenu Martin Luther King. Le commissaire Connor lança cette fois ses motards sur le cortège pacifique et fit procéder aux arrestations, Mais il semble que la campagne antiségrégationniste déclanchée dans le Sud, et qui se développe dans le Mississipi et l'Alabama, ne soit pas près de s'éteindre. PREJUGES • Un geste spectaculaire du Pape TANDIS que l'Encyclique " Pacem in terris », fait couler beaucoup d'encre et provoque de nombreux commentaires, un geste spectaculaire du Pape Jean XXIII, le Vendredi Saint, est venu confirmer les positions qu'il avait déjà prises contre les préjugés antijuifs. En effet, le Pope a interrompu l'office pour faire rectifier une erreur du chanoine qui chantait les oraisons spéciales de ce jour. La prière concernant les juifs, pour lesquels l'Eglise catholique prie nommément à l'occasion de l'anniversaire de la mort du Christ, portait traditionnellement le texte" perfidis judoes » que le Pape avait décidé de supprimer dès 1959. L'officiant n'ayant pas tenu compte de cette modification, Jean XXIII lui fit reprendre l'oraison correctement. Notons que " perfidis judoes » signifie textuellement " . juifs incrédules », mais la traduction n'en était jamais respectée, donnant lieu à une interprétation antisémite qui se trouve ainsi condamnée une nouvelle fois avec éclat. ~IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII~ Bientôt sur les écrans : « Kriss Romani » - - Très prochainement doit sortir, - _ dans trois cinémas parisiens, le film cc Kriss Romani ", réalisé par notre - ami Jean Schmidt. Ce film, interprété - notamment par Germaine Kerjean, - Lilia Kedrova, Charles Moulin, Fran- _ çois Darbon et Gérard Darrieu, met - en scéne le monde des Gitans en -

butte à ses problèmes et aux préju-  gés hostiles de la société qui l'en- _  toure.

En racontant une émou,llante histoi- - re d'amour, ainsi que l'aventure étrange et poétique de deux enfants, l'auteur a su animer cette très belle - - oeuvre d'un souffle puissant de fraternité humaine. :; Nous souhaitons un grand succès - à cc Kriss Romani ".

nIlIIIIIHIIIIIIIIIIIIIII""1111111111111111111111111I11111111111111

Notes

<references />