Droit et Liberté n°00020 - 15 janvier 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • "Incident regrettable" par M. Vilner - page 1
    • Le reverbèe par Raph Feigelson - page 2
    • Veille d'élections en Israël par M. Vilner - page 3
    • Accusé Bardèche: veuillez avoir l'obligeance de nous assassiner par Roger Maria - page 4
    • Au Caire, xénophobie et antisémitisme par Jean Villier - page 5
    • Le candide M. Fischer ne fait pas de politique par A. Rayski - page 5
    • Une promotion de Judas (presse raciste) par J.A. Bass - page 6;7
    • Tribune libre: les juifs et Israël, l'opinion du rabbin André Zaouï; Naoum Goldman répond à Ivri - page 8
    • Spectacles-Arts: Rencontre avec Georges Lukacs adversaire n°1 de Sartre par R. Payet-Burin; Avant qu'elles ne quittent l'affiche par R. Maria; la route de la liberté par Gilbert Mury-page 9
    • Pierre devient un homme par Henri Goldberg
    • Jeunesse et vie: aidons les combattants d'Israël par Daniel Bess -page 11
    • Allemagne 1949: Ouest / Est par L. Bruck -page 12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• U'NEP • TO , ..... r D

AS, par :'6! ASS 1· ... .J .: / . f' , 1 , 1 HEBDOMADAIRE 'FONDÉ DANS LA CLANDESTINITÉ Nouvelle 'série N° 20 (88) tt !lncidentftegJtetta6le SI l'annonce de l'ouverture ' prochaine à Rhodes des' pourparlers d'aristice entre Tel-Aviv et le Caire, doqnait des raisons d'espérer aux Juifs et aux Arabes de Palestine, ces mêmes pourparlers étaient une raison supplémentaire d'in quiétude pq.ur la Grande-Bretagne. Trahissant alors beaucoup de nervosité et d'impatience, le Foreign Office a brusquement pris une série de mesures mili·· taires, diplomatiques, et ... policières pour rallur , dangereusêment la guerre dite « judéo-arabe ».. .. Pour justifier ces mesures : le nouveau « dispof . stratégique » en Moyen··Orient, la « mise en état de préparation» de la flotte de la Méditerranée, l'envoi de troupes, de tanks . e,t d'avions à Akaba, le porte·· parole du 'Foreign Office a déclaré sans rire : « Le Conseil ' de Sécur.ité a prdu' le contrôl,e des ' événe- . mtnts en Palestine et il importait de rétablir l'auto-riÛ des :iV'àtions Unlès' ». C'est aussi sans doute pour « rétablir l'autorité des Nations Unies» que M. Bevin a envoyé 5 avions ' britannique dans la zone de combat, audessus du Ne- . guev-. Les avions furent abattus et le Foreign Office a eu son prétexte • . Cette provocation . a suscité l'indignation du monde entier, y compris l'Angleterre elle-même. Les Etats- . U.nis qui. pourtant, n'ignoraient rien des prparatifs militaires de la Grande-Brtagne 'contre Israël, ont éga:. lement jugé cette plasanterie de fort mauvais goût et le Département d'Etat, après avoir « conseillé la mo.dération », à la fois à l'Angleterre et à Israël, a fait savoir que' l'affaire des aviôns abattus ne serait considérée ' que comme un « incident, regrettable » •• M. Bevin, pour éviter une explication pénible, avait hâte .d'a'ttr:aper la perche q i lui était tendire et ·« renonçait généreusement » à rter plainte contre Israël devant le Cônseil de ' Sécurité. . . Ainsi fU,t çlassée · commé « incident regrettable' ); l'affaire des cinq aviori:s. MAIS les préparatifs de l'agression 'an'glaise èontre Isr.alne se sont ni ralentis, ni · arrêtés pour cela. Peu importe le prétexte. Le Col.aniai Office attache un ' intérêt primordial à la possession du Néguev. , Les Etats-Unis, tout en étant gui.dés par leurs propres calculs dans cette région, sont toujours restés . sensihles aux considérations anglaises. Au mois de décembre de l'année dernüère, un accord secret avait été conclu 'entre les représentants anglais et améri· cains à l'O.N.U. sur le plan dit « du parallèle 31 ». D:après ce plan, tout le sud du Neguev, avec le dé· bouché sur la Mer Rouge, reviendrait à l'Angleterre. L'Egypte ayant perdu la bataille du Neguev, l'An. gleterre est accourue ..• sans avoir été appelée. Les Etats-Unis, eux, étaient d'avis qu'il fallait attendre les élections israéliennes •.. De là, la fausse impressin 15 Janvier 194.9, Il ','8 - fi • • li i\ ti '.i. •• • JEIIUSAlEM (Dessin de M. ' Bahel) quntrel a@,mpImeaméricnsed ______ _ __________________•_ ______________ darisait un IDoment de l'Angleterre • . Il serait désormais puéril de garder quelque ilIu· sion sur la discorde anglo-américaine. Le représentant d'Israël à l'O.N.U., M . Aubrey Eban, s'est m'ontré très modéré dans sa lettre au Conseil de Sécurité. Faisant part de « la grande préoccupation J'Israël en far:e de l'attitude menaçante adoptée par le Royaume-Uni », il a cependant ajouté que« nous ne demandons que discussion et enquête ». A en 'croire l'appréciation du Quai d'Orsay (exprimée dans un éditorial du Monde) « le parti Mapaï qui détient les rêne co.ntinue jusqu'à ce jour, pat affinité comme par intérêt, à miser sur l'alliance an. glaise ». Pour arrêter l'agression, le peuple d'Israël et tous s amis exigent ,des mesures plus efficaces que « discussion et enquête ». Il faut désigner l'agresseur et exiger des sanctions. Et pour repousser les agresseurs d'aujourd'hui et de demain, le peuple d'Israël ne peut miser, par af· finité ' comme par intérêt, que sur les forces démocratiques dans le monde. M. V. Lire dans ce numéro : RENCONTRE AVEC LUKAC.S e 1 4 Au Caire, les FrèresMusulmans ont voulu sùpprimerles enseigl,les ..• • • 2 AUfO'D DU pur·rs La c'est , grIppe moche / Depuis que, déborda t d'optimisme, il m'avait présenté ses voeux de bonne année, je n'avais pas revu mon cc a ,i d mtifl »: c'était Ja première fois que je le voyais déserter la ligne MontreuilPorte de Saint-Cloud, et je CO'ffImencais sérieusement il ,'in.,iéter de ces quinze jours d'absence Iosque ce matin, enfin, je le retrouvai à !!otre rendu-vous habituel. Mais ma'g,i, Ics trais tirés, Uft cernt'! sous les yeux. - Alors, cher ami, lui criai-je , dès que j'aperçus sa silhouette clans la foule, que vous est-il donc aivé ? Est-ce que, comme tout , le monde, vous avez fait connaissance avec la grippe italienne ? - Pourquoi me serai-j.e singularisé ? me répondit-il en s'immiscant à mes côtés dans étroit cu'bge qu'aux heures d'affluence le métropolitain réserve à ses usagers. Oui, j'ai eu la grippe comme tout le monde. Mais, pour la qualifier d'jtalienne, c'est une au_ tre histoire : pourquoi mettre en cause un peltPle qui, pour cette fois, ne nous a rien fait ? Appelons- là plutôt, si vous le voulez bien, la ,grippe Moch ! - ' Là je crois que vous exagérez. En quoi le ministre cf,e l'Intérieur, si critiquable qu'il soit flar ailleurs, .pourrait'::il être rendu responsable du virus A ou du virus B '1 - En quoi 1 Vraiment, vous avez des yeux pour ne pas voir!... Evidemment, les ministres ne sécrètent pas les microbes comme les calomnies gratuites. Mais, dans certains cas, ils sont directement responsables de la· santé de la population. Quand, à force d'injustice, de favoritisme, de brutalités, d'exactions on fait régner la misère et la sous-alimentation, on est directement responsable des épidémies qui, ensuite, touchent 'une 'population en état de moindre résistance. Cette fois, ce n'est que la grippe. Mais demain, Jin mal plus 'grave peut s'attaquer à ces hommes et il ces femmes qui constituent un terrain de dévelOflpement bactériologique idéal. - Laissez-moi vous dire que je ne suis guère convaincu par vos argument.· Car, avant M. Moch, il )0 a eu la guerre, l'occupation, les ministres du Ravitaillement et ceux de l'Economie dite Nationale ! - D'accord. Mais M. Moch n'a fait que parachever l'oeuvre entrepnse: ignorez-vous (et vous l'ignorez certainement puisque la presse se garde bien de le dire !) que les principaux foyers de gnppe se ·situent dans les régions où les C.R.S. de M. Mach ont sévi ? Partout où la politique de terreur a contraint les hommes à misère, clans le Nord, à Sa;ntEtienne et ailleurs, la grippe est cieux fois plus violente que dans le reste du pays. _ . Vous me stupéfiez. Et vos affirmations, permettez-moi de vous Le dire, ne cadrent guère avec .optimisme que vous manifestiez quand vous me souhaitiez une he'ureuse année ... - Mais si, voyons! Car, avec les beaux jours, toutes les épidémies se résorbent et leurs microbes disparaissent. 1 . L'INCENU. Rédaction et adminlstration 14, Rue de Paradis, 14 Paris X· Téléphone:PROvenc:e SO-47 90-48 C.C.P. Paris 60798 Tarit d'abonnement : 3 mois •••••• _. 150 frs 6 mois ••• • • 300 frs 1 an .•••.••... 600 frs Etranger : Tarif double. POut tout. changement 'adresse, prière dt! jOindre la ernière bande et la somme de 20 .francs. • Le gérant: Ch. OVEZAREK f)ROIJ: lT LlBEIPI .JS Janvier .1919. - Nt' .2,0-.8-11 .. :. :': ILES ÉTONNEMENTS DE ILA QUBNZABNE. Révolution au M. S. U. F .. QUELLE révolution, au I2. de la rue de Charlres, à Neuilly 1 Pensez 1 un adhérent, qui plus est, un jeune, est venu ,'inscrire au « Mouvement socialiste d'Unité française ». Et nos « Direcleur d'Académie de {sombre} dess.{e}in » et autres nazilfolls de même envergure, de jubiler! Ils ont dû bin vite déch'anler, les cocos : l' « adhérent » était notre reporter. Quel comble, et quelle honte pour ces messieurs : champions de l' ntisémitisme, ils ont reçu à bras ouverts ..• un Juif 1 Le ridicule ne tue plus •.. et c'est bien dommage, en ce cas 1 Leur « liaison avec les masses » D Al';S sa douce euPborie, le torchon dudit Mouvement pa. voise, et ses colonnes débordent d'enthousiasme ! •.. Eton peut y trouver mot pour mot la fable que notre ami leur débila, « ex-abrupto », pour pénétrer dans leur tanière ! Naturellement, on enjolive, et « l'unité » se trouve multipliée: « Les jeunes, écoeurés par les métèques, rejoignent en grand nombre noire mouvement... De chez Renault, de Montreuil, des jeunes se, sont présentés ... » Quelle imagination fertile ! Ça ne doit pas arriver souvent, que .des jeunes se présentent chez eux, et pour un « adhérent », les voilà lancés dans de folles descriptions ... ... 1Is prennent leurs désirs' pour des réalités ! Tout comme Don Quichotte, voyant s'avancer au loin un nuage de :poussière, croyait entèndre déjà une armée innombrable 1 Réaction... populaire EN tus cas, s'il est déplorable; en J'an 1949, que embryons de partis néo-nazis se développent- en toute quiétude, il est réconfortant de voir que leur « propa ande » ne dupe personne. Témoin la saine réaction des trois facteurs, indignés qu: on osât leur demander \' adresse des fascistes de Neuilly .. · Témoin ·aUSSl la magnifique réunion de protestation tenue à Belleville. après le H raid » manqué de bandits hitlériens sur de paisibles réveillonneurs, et qui vit les délégués de nombreuses organisations démocratiques stigmatiser de tels procédé9' et ceux qui, par inertie, ft le jeu des provocateurs. . C'est là qu'on peut sentir battre le coeur du peuple de France ; et s'il est un. sentiment de haine qu'il porte, bien ancré en lui, c'est contre ceux qui essaient de restaurer les méthodes de Hider. \Jù Dans le piège d'une thèse raciste PLUS1':-URS homms. d'Etat brio tanniques ont ete gravement compromis dans une affaire de corruption connue sous le nom de {( \' affaire Sydney-Stanley». Le fait que Stanley est d'origine juive n' exruse aucunement 'Ies hommes 'qui ont bu le vin de la corruption. Tel n'est pas J'avis des hommes «( bièn pensanls » de J'autre côté de la Manche, qui, pour détourner les colères, ont déclanché une vaste campagne d'antisémitis.me. Le Parti conservateur a même annulé la candidature d'un juif à une élection partielle, pour sauver l'honneur des Anglais de « pure lace ». Curieuse, l'attitude du Board of Députies of B'ritish Jews qui décide des sançtions contre les juifs en portant atteinte au bon renom de la Communauté juive. Comme !Ii la Communauté juive était responsable des actions d'un mauvais sujet ! . Elle ne \' est pas plus que le peuple anglais n'est responsable pour ses ministres corrompus et corrupteurs, et il n'y a qu'une juridiction pour tous. -- Défeoos-moi! de mes amis ••. S INGuLÏÈRE « Organisation Internationale pour les Réfugiés » ! A la croire, les 12.500 juifs étrangers vivant en Chine sont menacés.. . par r avance de l'armée populaire. POlit les sauver, les représentant- s de cette organisation ont eu , des entretiens avec le général Mac Arthur. On envisage le transfert de ces réfugiés ... .au Japon ! La généreuse organisation ne pense évidemment que dans l'intérêt de ces juifs.,. « France-Dimanche :. sans masque F RANCE.-Dimaoche a, dans son num.éro du 2 janvier, fourni plUSieurs nouveJJea . preuves qu'il est bièn un journal antisémite. Sous le titre .. , « M: Isaac devient Pierre Dac », ils' est empressé « d'infomier » ses lecteurs que M. Grunberger s'appdlera désormais Sanville et que cinq Blum s'appelleront respectivement Barbier, Renard, Brémond, Blain et Azat-Thierrée. « C'est par souci ·d'information que nous. publions cette nouvelle », ajoute sans rire France-Dimanche. Seulement par souci d'information ?.. San blague ! e ',- .: .:I .... r: '- 'I ..' ,,{ Pierre, Dac légalise sa si tua tion SI, pour France-Dimanche, le changement de nom de M. haac en Pierre Dac est une occasion de poursuivre -sa campagne antisémite, pour Pierre Dac, c'est une tentativ,e pour légaliser sa situation au R. P. F. Faut-il y voir la nouvelle tactique de la « Lica », dont Pierre Dac est un membre éminent, pour la lutte contre le racisme ? Fidèle à son souci ... TOUJOURS fidèle à son souci d ' in. fomiation et d'objectivité, 'FranceD;manche a demandé à M. Bardèche d ' exposer sa POSItion. , L'exposé de M. Bar lèche est donné en tête de page, sur cinq colonnes, « Je crois, dit Bardèche dans France-Dimanche, que les « alrocÎ., tés allemandes » {c'est Fr..ance-Dimanche qui met les guiIIemets} ont été souvent gonflées pour les besoins de la propagande ». Maurice Bardèche, beau-frère de Robert Brasillach (condamné à mort et fusillé pour intelligence avec l'ennemi) est inculpé pour « provocation au meurtre ». • Reconnaissons que France-Di- 11Iatlche est plus babile' que M. Bardèche en matière de provoCation aU meurtre. \ Auschwitz ? Trop beau Pour être vrai ! . L ES camps de concentration ..• tout cela était trop beau pour être parfaitement vrai » ... Nous citons le livre de Maurice Bardèche : « De Nuremberg à la Terre Promi ». I( Le film sur le camp de Belsen fut tourné en 1945 par des S,S. suffisamment hâves pour faire, aux yeux du public, d'excellents dépor. tés .•• l) Ces Mées ont .déchaîné: l'enthousiasme. de Pmoles Français qui · écrit: « Salut:à tJ;, Bardèche, seigneur

 'bulage ! l)

BarJèche (beau-frre de . Brasillach, directeur de Je suis parlcut). Parole3 Françaises, Frarrce-Diman,. che ... Ja famille se reconstitue. Leur courage est celui de tout malfaiteur. Encore, un malfaiteur de droit commun a-t-il une sanction à craindre, al91s ue M. Bar-dèche et ses Journaux rie claignent rien 1 §'IIR1n.1 l ,'l8P QIIIII == ......... t, ... ' ,..t, r .... f',. Ë

tUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIUlUlUwmnnIllIllIllIllIllIlIllIIllIlIUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIUllllllm.. 

= . CONVERSION ET !,,!IN =Ë R EPIRES de chats ou voie ltée d pochards, _===== . Gnmaçant hors du mur, c est amsi que s evoque -5:_. . Paris ... à Holywood. Etoiles des rues de nuit. Joie des gamins sous le soleil: - pas même un rebus. = Mais un simple réverbère. 5: Ë Le trottoir passe dessous, les fenêtres ouvrent dessus. La Ë vie coulisse de l'un aux autres, les mots, les, mups s'échan- = gent, les baisers volent. 5 L ES belles phrases écrite!', qui justifient (littérajremnt) le titre de notre nouvelle rubrique, il reste à préciser que notre « Réverbère :t n'a rien de commun avec la lanterne de la cha nson. De nuit ou de jour, il nous a raru symboliser assez exactement le coin de la rue, de ces rues parisiennes dont nous voudrions tant parler. car tout s'y dit et s'y côtoie. F;t s'exprime hors des pavés moussus, de l'a.ph.aJte luiSél11t. Il . § suffit de regarder en ouvraTlll: grand les oreilles. L A méthode a du bon. Et je prouve. , II Un dimanch récent. A l'heure où les tapis claquent am, . fenêtres. Sous le porche voisin, un v.endeur crie ses journaux. Il fait Ul] · brin de conduite aux clients, et -devise à pleines goulées. Je tends l'oreille. - Ah ! ' dit le client en brandissant le journal qu'il vient d'acheter, cela ne durera ' pas longtemps ai.nsi. Les impôts, les hausses, les scandales dont nous support-ons le pOl0s. - Les. loyers qu'on ne peut r lus paver .. Le lait, le pain, le ticket de métro ... - Voulez-vous que juiverie internationale. les ' Juifs. jt: vous nomme le responsable : la Oui, Monsieur, les coupables, ce sont J'ignore ce qu'a pu penser notre vendeur de journaux. A ce compte-là, les cloches de Pâques ont plus d'un crime sur la oonscience. , Ces arguments-massues sont d'ailleurs aussi vieux que le calendrier. Les nazis n'avaient rien inventé, que n'ait rôdé l'InC]uisition. Ils ont perfectionné, à la 'lumfère du rationalisll1e techniC]ue . . Au XV· siècle, il falJ.o'lit un bûcher par condamné. Au XX· siècle le bûcher est {]evenu mu1tipermanent.

Quant à la « juiverie internationale », M. Morgan, de ' = l.1 bal1gue du même nom, est un fervent baptiste. Ce qui ne § l'a pas jamais empêché de ooll abo,er au réarmetlJent de l'AI- 1= lemagne. Il le fit en 1930, il continue. De même pour les ambassadeurs -emoanachés du pbn Marshall. Et 'si M. Moch est haï, c'est parce qu'il Ie .TIFlit si bien Ë son rôle, place Beauveau. Il n'est ras ministre de l'Intérieur _ parce gue Juif. La raison n'est ni nécessaire ni suffisante. == M. Moch s'est converti aux autres dieux... !i!! rrOUT n'est pourtant pas noir. =!. Rue Lepi, un jeu,di. Deu;, enfants sont accroupis, à cheval 'Sur le rUisseau. L eau brUlSSél11te chemine allègrement § vers le tourbillon noir de l'égoût. . ==_: De trois. boites cl' allumettes et de deux -clous, le!!-gamins

Qnt cOl1stnnt une roue dentelée, -qui tourne verH,gineusement 

= sous la poussée de -l'.eau. :==_== == . -. Tu vois, explique gravement legral1d, c't avec ces Ë machmes-là ql!'On fait de l'électri :ité. S'il y en .av.ait partout,

on  psseralt des. coupures. Mon père. il dis.'\it que l'on -

Ë ferait mieux de bbn'1uer de centrales, plutôt que des canons. sa Ë Eh bien, ça, c'est une centrale. S I_Ë . i1s l]i. on remplacera les oentales par des 1 ==== p iles atomlflUes, Avec ces piles, on est le maître de . !i!! Même des bombes atomiflues? § 'r _ La bombe, mon vietlx, c'est du passé. 011 n'e.J parle §§ plus. La pile, d'abord.

- Tu as ?e l'avenir, conclut admirativement le petit. !i!!

Nous aUSSI, dans ce cas: nmllHllllllllllllllllllllUllllllrmumIUIlIIIIIIIID1IIHUDlinUlI, IIII11I1I11I11I11II11I1I11D1ll1l1mDlIIII[, 1 ,f S Janvier 1949. - N° 20-StJ OROtT ET LIBERTE • VEILLE D'ELECTIONS En montant la ga.de dans le Néguev. ID» IX jou avant Je, élections géné,alo; en Israël - c'est en effet le 2S janvier que . le jeune Etat doit se donner sa première assemblée constituante l'incertitude lègne encore ... Les éJections auront-elles vraiment lieu à la date prévue? . En tout cas, les cartes d'électeurs ont été distribuées, les listes établies, et les candidats s'affrontent. Abstraction faite de quelques considérations d'ordre intérieur, c'est la complication créée par la nouvelle intervention'militaire anglaise, qUi est la cause de cette incertitude. Cependant, ,les élections israéliennes semblent préoccuper gra vement les milieux diplomatique'3 anglo-saxons. A ,tel p'.oint, que tout un remue-ménage a été provoqué. La Grande-Bretan.G, prise ente ses Visées sur le Neguev et ses diffiçultés avcc l'Egypte (à came du Soudan), s'énerve, sentant bien que les · élections raffermiront la position d'Israël. Les Etate;... Unis, tout en accentLlant leur pénétration économique, voudraient gagner du prestige en se montrant conciliants. La diplomatie française, pour ne pas être en reste et pour sauver la race, annonce la possibilité d'une , reconnaissance prochaine de facto de l'Etat d'Israël. SUR quel parti israélien mise respectivement chacune des forces extérieures en ' présence ? Quel sera le visage politique d'Israël après les élections? ' Il serait hasardeux d'essayer de répondre, aujourd'hui, à ces Cjuest.10ns. Le problème colonial et, surtout, la difficile question jUive, viennent compliquer le jeu politique - déjà embrouill par lui-même - , à répoque actuelle. Dans son , dernier numéro Droit et Libnté a examiné la lutte des dasses en Israël. Bornons-nous, pour aujourd'hlll; à présenter les divers partis po- litiques, ce qu'ils représentent' et quelles sont leurs influences. , , LE SIONISME DEPASSE PAR L'HISTOIR pOUR l'ignoànt, l'Etat d'hcaël est synonyme

de Sionisme. En effet, en dehors du parti

communiste, l'ensemble des partis est af fIlié à l'organisation sioniste. Cependant,. depuis la naissance de la natir)!1 israélienne, et 5.urtO,ut depuis la formation de l'Etat d'Israël, la notion du sionisme a perdu sa signification ancien.ne étant donné les nouvelles réalités sociales ' et politiques en Israël. Un Etat au régime-capltaliste a surgi. Les' cla3- ses sociales s'y opposent dans leurs intérêts matt'riels ,et dans leurs conceptions sur le régïme qu'ih voudraient instaurer. Tandis que le peuple eot décidé à conquérir son indépendance, la gTancle bourgeois ie a peur du peuple et ne renoncera Jamais ni il la capitulation devant l'en nemi exté. ricLlr ni aux représailles à l'inlérieur, pour sauvegarder ses privilèges. A quoi correspond alors la fable d'Lill mouvement Sioniste réunissant tout le monde? .. Sinon à la négation de l'ex istence des classes! . Un tel mouvement ne peut que refuser le jeu normal des partis alors que l'a lutte va en s'accen· tuant, et, devient, en fin de oompte, un frein pOL:r le développement démocrat)que du pays ainsi qu':! dans la lulte du peuple pour l'indépendance. Mille faits depuis un an marquent la CfiSe du mouvement sioniste. La sciSSIOn dans le parti du Mapaï et le départ de Moshe Sneh, en furent les signes annoncialeurs. La dissolution· du Palmach 'Ct les tentatives pour affaiblir l'organisation syn· dicale par la réquisition pure et simple de la Sécurité Sociale au bénéfice de l'Etat, sont les faits qui dépassent le cadre de la « lutte des tendances )J. La cristallisation des partis israéliens, qui reflètent la réalité politique du pays, ne saurait tarder. en - .. ISRAEL par .M. VILNER Le sportifs vont allumer 1; torche symbolique sur la tombe des Macchabéens D L n'en reste pas moins vrai qu'aux élections du 2 S j an vier, tous les partis israéliens, à l' exception du parti communiste, déploieront encore la bannière du sionisme. · Pour la · grande bourgeoisie, la nécessit d'enchaîner la classe ouvrière à la charrette du SIOnisme Un· solcht du Néguev est une condition sine qua non, et e Il e développe l'idée: pas d'Israël san s sionisme )J. Un nombre considérable de 1 i ste s SIOnistes embrouille encore davantage la vision claire du vis a ge politique cl'Israël et désoriente l'électeur. . Dans ces conditions, lès partis sionistes en présence correspondent .] un état de· fait dépassé par l'histoire. LES PARTIS POLITIQUES EN ISRAEL n'ENUMERA TION des partis sionistes n..e lb peut donc avoir qu'un intérêt relatif: Il est · , assez difficile ?'indiquer pour chaque partI quelle couche sociale il représente. Ces partis formés souvent à l'étranger et transférés en Palestine · daps le,s conditions d.ll mandat, sont en voie de transformation radicale dans les conditions de l'Etat. ILE MAPAI 1 est le par1 sionise ,qui se trove L. ___  : __ ..J. au pOUVOir. Son Ideologie releve de la social-démocratie. Ainsi, son chef et le chef du gouvernement prov.isoire, Ben Gourion, se trouve · dans la même organisation internationale que Ernest Bevin. Aux élections de I944, le Mapaï a obtenu 36,8 % des voix. 1 . LE PARTI SOCIALISTE GENERAL Il s'agit pratiquement de troIs partis qui se réclament du centre et dont certaInes tendances di f fèrent peu du Mapaï, tandis que d'autres se rapprochent du réVisionnisme (extrême droite') : Sionistes-Généraux, Haovcd-Hatzioni, Aliya Chadasha. Les Sionistes généraux ont subi dernièremenl une 'icission et un nouveau parti est en voie cle formation avec les deux autres, sous la direction de M. Grnenbaum, mil1lstre de l'Inlérieur : « Parti prog·ressiste du Centre l). Ces partis ont totalisé aux élections de 1944, 17 % des voix e nviron.' 1 MIZRACHI 1 est. un parti religieux anti laïque. . Il a obtenu 3,9 % des voix aux: dcrn ières élections. .\u gouvernement proviSOIre, ce parti détient le poste du ministre des Cultes et des Victimes de la Guerre. Depuis la décision de l'O.N.U., l'Agudat Israël a changé d'attitude et on envisage un front religieux uni en vue des électLons. ILE PARTI REVISIONNISTE 1 est le parti qui . se place à l'extrême droite dans l'Etat d'Israël. Ultra-nationaliste, ce parti 'oppose au plan de partage de la Palestine et on qualifie son idéologie de pro-fasciste. Une branche qu parti révisionniste est le Tnuat Haerut,· avec l'Irgoun, et dont le chef est Manahem Beigin. On estime à II % les influences çle l'Irgoun et des Révisionnisles réunis. I WIAPAM 1 issue?e la fusion entre Hashomer . . Hatzazr et le· R.eachdut Haovoda Poaleï-Zion en janvier 1948, constitue l'aile gau· che du mouvement sioniste. L'influence du Mapam est · importante dans les Kiboutzim (colonies CQI kctives agricoles) et parmi les ouvriers. Le Mapam se réclame de l'idéologie communiste, mais en subordonnant toute action à l'accord pré a· lable du mouvement sioniste, il freine en pratique le développement de la classe ouvrière. Aux dernières élections, le Mapam a réuni 2S % des voix, mais son influence semble être plus importante depuis la fusion. LE PARTI COMMUNISTE ISRAELIEN est le seul parti qui se refuse à enfermer le combat pour la libération nationale dans le cadre sioniste. Le .parti communiste israélien croit que la lutte pour l'indépendance ne peut être séparée de la lutte pour le progrès so ·cial et· que cette mission hisloriquepeut être menée il bien seulement sous la direction de la classe ouvrière. Ce parti se trouvait dans l'illégalité jusqu'en 1943 et fut l'objet des persécutions dè la part de l'organisation , sioniste. Au sortlr de l'illégalité, il n'a obtenu, en 1944, que 4.000 voix. Mais depuis, le parti communiste Israélien · a considérablement augm:enté son influence. L'unité d'action entre le ,Mapam et le parti communiste israélien, aurait donné la prépondérance à la classe ouvrière d'Israël et considérablement renforcé la position de l'Etat face à l'agTession militaire de l'impérialisme britannique et face à la pénétration économique de l'impérialisme américain. IL A nouvelle agression militaire de la, GrandeBretagne, quinc jours ·avant les élections, nc sauraiL, malgré son ampleur et en dépit des sacrifices qu'clle imposera à la jeune et héroïque nation, détruire l'Etat d'Israël. Mais elle achè· vera de dissiper toutes les illusions entretenues par le sionisme, et aidera à mettre au pomt quelques vérités singulièrement déformées, sur les conditions historiques et présentes dans lesquelles l'Etat d'I sraël est né. L'Etat d'Israël se forge dan la lutte contre l'Impérialisme. Ses amis naturels sont: l'Union Soviétique, les démocraties populaires, et les mouvements démocratiques dans tous les pays. Cette vérité première dictra au peuple d'Israël son attitude et deviendra le pOInt de départ pour la formation de sa physionomie politique. Mizrachi a une sorte de filiale parmi les travailleurs, sous forme d'un parti indépenQant: Hd.pael Mizrac!tt, qui a obtenu aux dernIères électIOns 9,7 % des voix et détient au gouvernement Il' poste de ministre de l'Immlgrallon èt cle la Santé. LE MARDI 25 JANVIER, à 20 Il. 1 GUDA T ISRAEL 1 parti ultra. orthodoxe, s'est toujours tenu en dehors du mouvement sioniste, prétextant la non-coo .. pération avec des mouvements non reii· gl('ux. Comme le Mlzrachl, l' Agudat Israël a son parti ouvrier (Poalcï Agu· dat Israël). dans fa Salle de l'Elysée, à BRUXELLES (Belgique) GRANDE (ONFERENtE de Roger' BAHIA Rédacteitr à Droit et Liberté sur le thème L'ANTISEMITISME H!-ER ET AUJOURD'HUI C.C.P, de Droit et Liberté P' la Belgique: M. Smets, Bruxelles 7249-95 . • ,DR(»T ET UBERn 15 Janvier 19 9. - N- W-M ACCUSÉ -BARDÈCH E, VEUILLEZ AVOIR L'E. XTREM. E BONTÉ DE OUS ASSASSINER! ... On sait que le livre de l'hitlérien Maurice. Bardèche : Nuremberg ou la terre promise, a été saisi pour apologie du crime, mais que son auteur, lui, tl'a pas été saisi. C'est plutôt nous qui serions saisis ... d'étonnement devant la sinistre mascarade en vertu de laquelle on met en prison les , résistants, alors que les traÎtl-es sont libres et impunis. connues des ministres et des Ilattts fonctionnaires, et c'était cela seulement (p. 193-194). li Y ,a une explication : il faut comprendre que la guerre d' Hitler continue, selon la forte exprssion e notre ami Yves Farge, et que, par conséquent, les Bardèche et Cie (de moins grilles que lui autant que possible), ça peut servir, niais clans la même direction et pour atteindre J'objectif suprême auquel Hitler et ses maréchaux ont dû renoncer, et cela bien avant le -6 juin l nH, date clu drôle de débMquement de ces messieurs (lui devaient grâcier lise Koch et innocent r Schacht et von Papen. Par son attitude pendant l'occupation, au sein de l'équipe de kOll 1bos a prétention intellectuelle rassemblée autour de Je suis partout ce personnage s'est nécessairement trouvé associé à l'action répressive contre les patriotes et les' Juifs, car, sans les opénltions policieres et militaires es nazis et de leurs larbins franç lis, il n'aurait pas bénéficié de la protection dont ses pareils Ont joui pour imprimer leurs infamies. Il a fallu sc battr. e et souffrir pour reconquérir les libertés démocratiques élément, lires, mais c'est un paradoxe houffon que de voir user

lie la liberté, fruit de nos sacrifices,

ceux-là mêmes .qui l'ont assassinée et Jui ont pourchassé ses défenseurs. Non, non après tout, nous ne sommes pas tellement saISIS t1'étonnement, car il serlit illus'oire d'.IUendre que les racines dH fasüisme plongeaJ1t en plein sol capitaliste ne donnent pas les ft-uits veneneux correspondant à l'arbre planté. Et (lue l'antisémitisme refleurisse .. lU .soleil de l'argent-roi, c'est la règle, nous le savons. J\'hlis ce que nous savons aussi, c'est qu'il nous appartient de lutter contre de telles conditions' nous savons que c'est possible et que lè combat du drOIt et de la liberté se mène de plus en plus à une grande échelle, et avec succès. Eh bien, sur la portion de front (jui nous incombe, il nous faut enregistr:er, pour l'enrayer, une préparation d'artillerie dont ce B;lrdèche est l'operateur. Je voudrais ii me borner à reprendre les passages du livre qui doivent intéresser particulièrement nos lecteurs. ' L'epace vital de qui? Passons sur les cllmps de concentration que l'on eût, parait-il, la bonne fortune de découvrir en janvier, 1945, ces camps de concentration dont personne n'avait entendu parler jusqu'alors (P. 23), et sur lesq uels le b ttt;]e publicitail- e df S d(porl.;  ; [ut td que, toujours, paraît-il, pas une voix n'Qba dire que tout cela était TR0P REAU POUR ETRE PAIlFAITE. MNT VRAI: (ibid). P;Jc,sons sur les j \réllliadcs gral'1diloquantes touchant les Atlenlands (les Allemands seuls), si injustement accusés de toutes ('es histoires eXllgérees, sur J'éloge enthousiaste du nazisme et d'une' conceplion du racisme très rudimentaire, d'un ridicule tlccon,ertant, et arrivons il une première citation assez frappante: (notamment p. 242-24:3). Le « complot» national-socia. liste aboutissait à une Allema. gne forte, ,mais cette Allemagne forte ne conduisait pas nécessai. rement à la guerre; elle deman. dait le droit de vivre, eUe le de. mandait par des méthodes qui Haient irritanies, mais on pou· ,'ait causer (p. 71). , La [acon dont Hitler a causé

 a\ c les Tchèques en mars

] !):3!l et avec les Polonais en scptembre de la même année, le genre de cOlwersation qu'il a eng-agé avec les Juifs disqualifiaient cette Allemag-ne-Ià dans sa nvcndication d'un espace vital qut' ses dirig-eants nt: reconnai ; aicnt pas il autrui. Plus loin, notre auteur écrit qu'il faut faire des traités viables et lais. ser se' développer les peuples via goureux (p. 80'). Nous sommes en plein 'racisme, en pleine exaltation cles valeurs que l'on peut appeler sauvages, en plein sophisme aussi. A ce jeu, les Allemands seraient . un peuple vigoureux (cosütud, et effet, le S.S. qui cogne sur le dCporté sans défense) et les BeIges et les Norvégiens, par t'xemp!e les Tchèques ' et les Biélorusses devraient être lassés parmi les peuples iliférieurs. L'histoire a d'ores et ' déjà enregistré une toute autre hiérarchie et précipité les Ro-o senberg et les B;'lrdèche au caniveau de l'humanité. « Ils sont corrects :. Voici maintenant la négation de l'éYiclence : Il y a, sur les atrocités aile. mandes, une abondante litté ature, mais cette littérature est en opposition avec ce 'lue nous al'ons tous yu. Quarante mjl. lions de Francais ont YU les AI= lemands pendànt trois ' ans dans leurs l'illes, dans leurs fermell, dan;; leurs maiso,ns, sur leurs rout-es et ils n'ont pas trouvé tellement qu'ils fussent des nH ostres (p. 111.112). Passons. Avec ce mépris silencieux que nous Iffichions lorsque nous croisions les Allemands en u·nif-orl1le dans la rue. Je ne suis pas antisémite. Je désire au contraire que le 'peu. l'le juif trouve quelque p'3rt la patrie qui , lui permettra de se regrouper (p. 190). Je dédie cette citation à MM.


par ______ _

Roger MA RJA les sionistes intégraux .• .!ls pourront observer que les plus fana' tiques représentants de la naine ntijui e poussent à la roue pour que tout Juif soit considéré comme un étrang-er d;ms son pa's. pour que les Juifs soient unifie.s clans une fidélité nation le unique-a l'égard d'Israël. Ainsi pourra retentir, consolidé juridiquement, le crr-démentie! bien connu : A la porte, les .Juifs! Eh Palestine! Et ceux qui auront lancé le boomerang n'auront pas à s'étonner s il leur retombe sur le nez. Ça commence clejl. Le miel et le vinaigre Plus loin, Bl1rdèche ose reprendre à son compte un des mensonges \cs plus ignobles des nazis : c'est la promesse fait aux Juifs de . les dépl;'lcer 0011 pour J'exterminàtiOI1, mais afin de les regrouper quelque part à l'Est afin ql'jls soient entre eux, au besoin dans un Etat « indépendant  : Personne n'a Je droit d'ignorer que ce genre de mise en scène faisait partie de l'arsenal dtl massacre, au même titre que les piqûres de phénol. Il etl.lit clair coee si les futurs exterminés

Iv tient su a\'ec certitude que

non seulement ils n'etient pas destinés a peupler un Etat juif dans la région de Lublin, mais même qu'ils ne sei'aient pas simplemc. lt déportés derrière des t)arbelés, mis gazés à l'arrivée clahs une proportion effrayante si l'espoir ù'en revenir aV;Jit p 'ftre chiffré au taux infime qui devait correspolldre1 la ré:*lfté, iLest à pre\'oir (et le gouvrnement a lIellla I)d et la Gestapo l'avaient méthodiquement prevu) que tous les risques immédiats auraient pani préférables allx reprou\'és voués à l'extermina_ tion et que la résistance massiv, même salls espoir cie réussite, .ur;'lit été orga nise dès le clépart ou en, COurs de route. L'exemple de la lutte h{roÏfluC du Ghetto cie '-arso\'ie le prouve surabondamment et à jamais. Les Allemands le sm'aient et décourageaient les révoltes et les éVllSiollS par d 'énormes menson cs ùont « l Etat juif de J'Est» est le plus sinistre. Tout .le monde sait cela. Bardçche et ses semblables aussi. A lors, pourquoi s'entêtent-ils d:-lns le meosonge vec une telle intrep,iditè? Leur clé n'ouvrira pas la porte Cette clé que brandit Bardèche c'est cel que les deux tiers de nos hommes politiques essl1ient d'utiliser · pour ouvrir )a même porte qu'il y a q-uel Jues années, jusqu'au jour où elle fut verrouillée à Stalingrad : Les doctrines qui ont été follement frappées de , alédictions sont les seules qui puissent opposer un barrage à l'inondatwn communiste (p. 255). Les successeurs de Goebbels et de Philippe Henriot pour la construction {le ce « barrl1ge » sont, tous comptes faits, de bien petits ingénieurs et de fiehus maçons, m,,-is Il faut veiller. Selon l'expression de Démosthène

« Si vous veillez, Athéniens,

il ne s:wrait y avoir de périls pOur vos foyef's . o s E L'éto ile jaune, , Il résulte c1aireme,ot des pjè.. (OEUVH DE SECOURS AUX ENFANTS) ces du procès que la so.ution du étoile sanglante problème juif, qui avait eu l'ap. En ce qui concerne les Juifs, probation des dirige'ants natioBardèche reconnl1ît que les Alle- naux-socialistes, consii;tait uni. dispose de que 'ues .... urses pour les médcins qui _uckaiEnt bHe en Suisse un !tge de perfectioanement dans les spédalités suiY ntes : é quement en un rassemblement ma'nds n'ont pas ét f( corrects,,; de ,Juifs dans une zone territo. - Phtniologie ; Pédiatrie ; hygiène publique. La d .... ée des stages est de 6 ja8 moi •. Les candidats doivent être âgé,; de moins de 40 .. n5. On ,leur demandera l'engagement de se mettre à la disposition de. l'O.S.E. en France pendant un an, leur stage achevé. mais, après tout, les Juifs sont riale qu'on appelait - la réserve Juifs et non pas FrallÇ lis, Holland'lis, Autrichiens, Soviéti- juive: c'était une sorte de ghetto européen, une patrie juive q.ue,s, etc. Qu:est-e que Ç'l1 peut reconstituée à l'Est, c'était cela bIen nous fall-e, _l nous Fran- li p' 'e t le . t t' Le.. candidature$, , ,vec cu .. icul ...... yital et rélérencEs doivent être adreuées, sous pli confidentiel, au Médecin_Chef de l'O.S.E .. 62, rue Spontini, Paris-16 . çais, que ces etrangers aient 1 e revoyal Il S' IDS ruc Ions flI\ été parti culierement frappés! 1 l' eX;lg ère? lugez-en : Il nous paraît impossible de ne pas faire, en particulier, la distinction que les Allemands ont, faite entre les Juifs et les non· Juifs Si l'On se refuse à cette discr'iminatiol1, on Ile voit que des ,Juifs, beaucoup de JuHs et, évidemment, beaucoup de morts. Mais aussi on ne peut rien con. clure. - QL! 'est-ce que les Allemands YOUS ont fait, à vous, en Prance? _ Ils ont emmené les Juifs. - A vous, en Belgi. que? - Ils ont emmené les Juifs. - A vous en Hollande? - Ils ont emmené ' les Juifs (p. 183-184). Comme il y a quand même eu pas mal de non-Juifs massllcres et déportés, l' hitlérien Bardèche et bien fOI-cé de faire des contorsions pour inventer une thè justificatrice des nazis; c'est exactement la leur qu'il prupose: Il n'y eut pas de déportation des Français, il 'y eut une déportation des .Juifs j et si certains Français furent déportés en même temps qu'eux, c'est parce qu'ils a aient accepté ou qu'ils avaient paru accepter la défense de la cause iuive (p. 187-188). Cela, persnne encore n'avait osé l'écrire. C'est fait. Drang na ch Palestina Voici maintenant un passage d'une importance capitale pour nous: Parce que les peuples veulent vivre libres ... ESPACN,E Le Bon Dieu est un (( jaune » ! C'esl du moins ce que cherche à pl étendre un jé3uite du nom de Ripalda qui vient de publier le nouoeou catéchisme officiel de l'Espagne franquiste : {( Le syndicalisme esl un péché capital ; il vise à détruire la société )) , peul-on y lire, en effet. A d'aulres pages de cet édifiant ouvrage

( Le socialisme

esl un système ridicule et in jus le , car il s'immisce dans la ,propriélé privée qui esl sainte (sic) ; (( La liberlé de la presse et ce/le d'association faoorisenl le péché; elles doioenl être supprimées )J , etc .. . - Mais ' ces prêtres sont, parfois encore, des martyrs : Deux curés de campagne catalans viennent, en effet, d'être assassinés en Oertu de la fameuse (( loi d'évasion )J. Ils avaient été arrêlés comme... communistes! CREeE Les petits cadeaux entreliennent J'amitié_ .. Plusiurs bateaux de mu- L'armée populaire chinoise à Tien-Tsin Cette semaine encore, c' e;t vers la Chine que se concentre l'attention de tous les hommes épris de liberté. Car, à l'isue des combats triomphants de ces delllièls semaines, les armées chinoises de libération ont pénétré dans Tien-Tsin 1 Elles ont entièrement occupé Houi-Tolli, principal faubourg de la banlieue Sud-E.st de la ville. Et, à l'heure où s'imprime ce journal, des combats violents et victorieux se déroulent pour la possession de tous les quartiers de la grande cité. Partout ailleurs, la déc')mposition du régime de Tchang Kaï Check se précipite : à Pékin nota:nmeut, le conseil municipal a volé une motion tendant à demander la paix aux forces populaires_ Le général Fou Tso Yi, commandant en chef de:; armées gouvernementales en Chine du Nord, a approu.vé cette .m ,o tion et a promis de l'appuyer de. toute SOli autonte. Devant r ampleur de ses succès, le général Mao Tsé T ung se montre intransigeant devant .les ouvertures de paix qu'a tenté de lui faire le Gouvernement de Nankin: ( Ces offres - a-t-il déclaré - sont une manifestation du désespoir des hommes du Kouomintang qui se sentent abandonnés par les Américains , Elles ne peuvent être considérées que comme une ruse des nationalistes qui cherchent à obtenir un répit. Nous ne tomberons pas dans ce piège grossier : les prochains mois verront la réunion d'une conférence panchinoise à laquelle il appartit: m:lra d'organiser le gouvernement central de la Républi1ue pûpulaire chinoise. )J. nilions l1TT).erlcame viennent d'arriver à A thènes

elles ont servi nolamment

à fusiller 29 pa_ Iriotes (dont 4 femmes) au é ours de la première semaine de l'cm neu/. A titre de réciprocité saIU doule, le GOl1verement grec a offerl un bracelet vawr.i 40 - millions Je drachmes à Mrs Clay' femme d'un conseil/er d; 10 mission oméricaine d' tûde li la Grèce, et nièce du Gouverneur militaire amériçaùl en Allemagne. INDONE·SIE - Ohé l partisans ... Les troupes de Sa gracieuse Majesté Juliana se heurtent à une sérieuse résistance dans tout le pays. Malgré la soudaineté, de l'agression hollar.·dDise, les guelillas se sont réorganisées partout, el font subir Je lourdes perles aux sol: dols de la Tulipe. Un gouvernement républicoin clandestin a été constitué , dans /' est de Java par q/J(ltre anciens ministres indonésiens qui ont réussi à échapper à Jo palice hollandaise.

ts Janvier 1949. - 20-88 DROIT ET LIBERTE

Au CAIRE Xénophobie et antisémitisme le candide M Fischer (Joseph) Les.«FrèresMuslmans» ne lait pas de (bOnne) politique· ont voulu supprimer les enseignes... OU'Ege;uoai:ità ê:a:sée étant p a d 'OUBLIEAI difficilement par Jean VIL LI ER donpé que nolis sommes en présence de \Mi\I\I\i\I\I\N\I\N\I\'\I\I\I'\I\I\I\N\I\N\I\I\N\I\N\l\NII\I\I1V\MV\M A.. HA.YSKI l'impression curieuse qlle plusieurs interprétations, auss'I contrdictoires d f d - . ' , . n U ront e combat, dans les antichambres rou- I avais eproUvee au cours les unes que les autres, sur la manière dont les ' . d , b f Eg: t D verf\ementales, ou, suivant une habitude déj'à un re seJour en :yp e, Aoe· . Jui[s de France doivent aider l'Etat d'Israël. . . 1 tour d'Asie, j'avais passé quel- bombe éclatait aux Grands Ma. bien anCienne, par des manoeuvres personnelles, ques heures à Alexandrie avant , gasins Cicurel, aux Etablisse. Dans un article publié dans La Terre retrous qu'il voudrait subtiles, accompagnées .d'inside prendre le train pour le ments Bension et Ades.- Comme vée, M. Joseph Fischer écrit: « Uaide à Israël nuations malveillantes, il sollicitait le poste de Caire, Bien qUe prévenu; corn- par hasard, il s 'agissait.1à d'éta- ne doit pas être politique .. , Tandis ' que' M, ,quêteur en chef, c:onvenablement rétribué, de ment n'auraisoje pas été frappé blissements à forte participation Eban, délég'ué d ' Israël à l'O,N.U_., déclare: la campagne financière « bien lilnitéè » en nar te caractère occidental de la israélite. Des scènes d 'émeutes « L'aide politique compte plus que l'aide maté- France. II a consacre- le meitleur de son éner- J' d dé l' ielle g-ie aux conversati'ons de couloirs et aux ville et. pOUr être plus précis, et e pogromes se rou aient r .», . t- . 'f Q f 1 QUI' crol're? arrangements politiques, pour éliminer cn ' par son caractère français, Tou- au quar 1er -JUI , ue alsalt e . . J J tes les enseignes des magains, gouvernement? II ordonnait Nous peochons plutôt du côté de M. Eban, concurrènt, le directeur du Keren Hayessod. du plus grand au plus petit l'ouverture d'une enquête qui non parce que M. Fischer n'est pas pour nous Les combattants d'Israël ont besoin de étaient rédigées dans notre lan- concluait à un bombardement ou une autorité, fonds, Bi e n gue, Mais qu.elques jours après, à un acte de terrorisme israélien mais parce que .. , . .....,....,..., _ m·.. .. ,, ' sûr! Mais ils de retour à Alexandrie, un spec- (sic), à la suite de quoi les biens c'est le bon ont aussi betacle étrange s'offrait aux yeux de' nombreux israélites étaient sens qui parle soin de l'aide des passants, Ces mêmes ensei- mis sous séquestre et des dizai- par la bouche morale et polignes étaient recouvertes de jour. nes d' Is r.l élites' jetés dans des de M. Eba n. t ique, nous ne naux , ou de jute. Que s'était-il camps de concentration! Il COn- Entendons _ craignons pas donc passé? Des 'amis ne tardè. vient de relever que pendant le no us d 'abo.rd ,de le dire. . rent pas à me le dire, Des confli t mondi al et au plus fort de sur le mot M. Morgenbandes de «Frères Musulmans l'avane' allema nde jamais au- « politique », thau, banquier (organisation fasciste), avaient cune scène de violence ni de pa- qui a « hor..: parcouru tous Ies quartiers dt nique ne se produisit à Alexan- Il est de reur de la pola ville et, sous la vjolence, con- . drie ou a u Ca ire, tradition , chez litique », parce traint les commerçants à voiler les g ens de la qu'il se con- 1_ ' ' d' , 1 réacion, d e sacre unique- ... ursf ensei'g nest r'et Igege's en gan' - 'NPo ,rquoi dl' re '. « Nous Les Comités populaires d'aide à Israël remettent un avion, acheté ,rice ment à la fl'- gue rançatse e e ran ere en e· okrachi ne faisons pas ' 1 Il ' riance, vie n t . néral. Pacha de politique! ,. , a argent qu 1 5 ont co ecte, a de dire (e n restant sur le lan de l'aide financière « bien limitée ») que chaque dollar que les juifs américains donnent pour la Palestine contribue l'élévation d'un bastion antisoviétique dans le Proche-Orient. Ces paroles n'ont jamais été démenties, ni par l' Agence juiv, ni par 'la Fédération sioniste de 'France, Ce petit incident était symptt.- a-t-il été Eh bien; si! Ils font de la politique. Et de matt. que, mai. s ce n 'éta'tt là assassiné? la mauvaise! Alors, quand le peuple pose des qu'un cQmmencement. Bien des questions, demande à voir clair, à donner son choses se sont passées depuis. opinion. cela .deviçnl « de la 'politique ', I:Eg-yptc - ouplus exactement Et tous les saints 'de la réaction se metlent les quelques politiciens qui usur- à crier qu'il n'en faut pas faire . pent le pouvoir - s 'est engagée M. 'Fischer sait bien qu'il ment en écrivant dans l'aventure palestinienne et , que l'aide à Israël n'est pas politique, on en con,naît trop bien les con- L'aide financière , la collecte en faveur de séquences pour qu' il soit utile de l'armement, de la sécurité, de la colonisation, les évoquer i('i. Et ces mêmes de la 'construction du Neguev, qu'esf-ce alors? « Frères Musulmans » ont as- Au fond . de la pensée de certains dirigeants sassiné Nokra('hi P asha accusé sionistes - de ceux qui poursuivent des buts à leurs yeux de tiédeur dans la in :ivouables - il yale désir secret d'enlever pours'uite de la g'uerrc. Le mou- , aux hommes et aux femmes tout sens cr;lique, vement général de ,xénophobie a . de les changer en automates. ris une ampleur jamais connue Mais on ne peut pas transformer la cause dans un pays où les diverses d'Israët en monnaie ! communautés étrang'ères vi- N'en déplaise allx Fischer et aux autres. vaient en parfaite intelligence. MAIS qui sème le vent ré. « L'aide à Israël - écrit encore M, Fischer Pourquoi ctte guerre, pour- coite la tempête. Et les - e.-;t créée dans le bu.t précis, et bien limité·, quoi ce déchaînement de pas- pass.ions déchaînées par . d'apporl'er le concours des Juifs de France à sions soineusement ent-retenues Nokrachi Pacha se sont retour- lsraël, et, notamment, de contribuer financièpar u'ne presse ohéissant à des nées contre sa propre personne. remeot ... » \ mots d'orclee ?' L a g-ran d e presse a SO.I g'neuse- A cela nous re'pondons' : NON !. .. N(j{\s ne La réponse est aisée : entiè- ment évité de faire la moindre marchof!s pas pour une ' simple entreprise cie rcment discrédité aux yeux de allusion il l'action 'politique de drainage de' l'argent. Ici, nous ne sommes pas l'opinion publique, se heurtant à l'homnle d'Etat tombé sous les aux Etats-Unis,oü· l'on signe des chèques pour des difficultés insurmontahles balles d'un étudiant fanatique, des..buts charitables, uniq.uemerit pour être résur le plan ioté,rieur, ta for- membre de la confrérie des cOtnpensé par un décompte sur les impôts. matioR' au pouvoir avait you lu « Frères ,l\lusulma,ns , peu de En France, pays de' culture et d'humanité, le ()Oursuivre deux objectifs .. I}-'une jOllf'; après que cette organisa- geste , et le s.entiment qui l'accompagne,.. pèsent fl3rt établir la loi ma-rtiale et tion e(rt été dissoute par décret plus que' la monnaie. anéantir ainsi j)ar des mo-yens C'est lui qHi a engag-é le pays Cela, c'est un premier point. Il y en a d'audraconièns l'agitation populaire dans cette' guerre absurde et tres: eA stlppr-imant les quelques ga- dans Ul'le défaite honteuse, C'est En- Israël, des homil1es se battent, et à la ranties 'constitutionnelles encore lui qui a fait jeter dans des sueu ' de leur front relèYent les ruines. Et nous, en applica.tion, d'autre part, camps de concent ration tous. les combat.tants et résistants, savons bien que ce g-râce à une g-rande manoeuvre démocrates, tous les éléments qui c()fflpte' avant t(;)ut dans la bataille, c'est de divees,ion où la xénophobie progre';sistes, des e en,taine la solid'rlrité et l'appui moral. et l'antr ;émitisme devaient j@uer d'Israélites. C'est lui qui a to- Faut-il rappeler l'histoire de ce tankiste GtllÎ', tOHS leurs atouts, détOl:lrner le léré une campane de 'xénopho- enfoncé dans les .Iig-nes égyptinnes.l. a lell , peupl(' ég-yptien des problèmes bie, d'antisémitisme et de terra- tHe pendant deux lours lUX ass\4llants, Et qUI, de politique extél'ieure et in té-- rsme puisée dans l'arsenal na- lorsqu ' il fut enfin Mlivré et qu'on lui demanda : rieure qui se posent au pays Z/' « Comment avez-vous pu, se ul, résister il un d'une façon urente : l'indépen- Le résultat? Sur le plan inté- ennemi tellement supérieur en nombre ? , rédance natÎ(j)ftale avec l'éva cua- rieur Iil misère du peuple ég-yp- pondit en haussant les épaules : « SeHl? ... ti(1(l effective des troupes an- tien, dé jà 'immenSe!, s 'en trou- , mais à a ucun moment je ne me s uis senti seul. g-lai ses, 1(' rattachemen t du Sou- vera' e core accrue, Sur le pl·all Je penserai toujours à la solidarité des homda n à l'Eg-vote, l'amélioration cxté riea , la Gra nde-Bretagne a mes et des femmes du monde e ntier, juifs et substanlielle des conclitions ma- conso 1i de1 son empri' se sur le non-juifs, qui nous appuient et qui combattent té riellf s des couches la borieuses. SOlldan ég'yptien et son ombre a us.si pour la liberté ! . se pro ril e l, nouveau u r l'Egyp- M. Fi scher s'e t rendu tout récemment en te tout entière puisq u'elle se ré- Is raël. Il a pa,, son temps loin des volonta ires Or, les juifs de France, quelle que soit leur opinion politique, se refusent à penser comme 1\1. Morg·enthaü. Il ne s'agit pas ici de sympathie pour l'U .R.S.S., mais de la sécurité d'Is.raët. Il ne fait pas de doute que si les voeUK de MOf'genfhau se réa lisaient, la Palestine sel'ait e ntraÎné'e dans une guerre d'agression, dont les objactifs n'auraient rien de commun avec les intérêts d'Israël. A quoi âboutit la conception purement financière ? ... Admettons que l'argent collecté soit emllloyé pour l'armement qui doit permettre de rer)1portel' .la vict'{Ï re, Mais il y a une arme plus efficace, c'est la lutte pour at'rêter la guerr , pour étab.lir la paix. Donc, donner de l'argent et ne pas lutter sur le plan moral contre les agresseurs, équivaut à l'acceptation de la guerre en Israël comme une chose fa'tale et inévitable. . Quand nous proclamons que l'aide à Israël doit comporter des collectes, certes, mais aussi, et au même degré, un effort pour arrêter l'agression et pour établie la paix en Palestine, on n0l,S couvre d'insultes, et on manuvre pour éloigner les ocgatlisations populaires d'une action d'aide efficace. Il y a des hommes, à la Fédération sioniste de France, qui [ont une mauvaise politique : unè politique d'entente avec les agresseurs impérialistes, Pour cela .. ils se prononcent coolre la désignation effective des agresseurs d'Israël dans la résoll:ltion ... (( \las de politi4ue »). Ils ne vl!ulent pas avouer que la cause d'Isl'aël a besoi.n de l'appui permanent de , 'Union Soviéti ue, et ils se refusent à rec onmltre ce pays ... ( pas de politique ,,). Ils ne veulent pas qu'on prime la douleur des juifs, comme de toute t'huma.hité, devant la résurrection du nazisme, résurrection ronlre laquclle ' ils ne protestent même pas ... ( pa'i de politique H). On aurait t()ut aussi bien pu prolonger cette énun1ér ltion d 'actions poli tique à carat lhe « apolitique » que commettent certains dirig eant s sioni s tes , M. Fischer en tête . Qu'ils co n tinu nt don.:: à jouer l l'innocence et Il la pureté fina ncière.. . très pe u de gens se ront dupes ! ON connatt cette dernière . a rme et tout a été mis Cil oeuvre {presse , propaga nde, n ,dio, mosquée ) pour la faire ahouti r l l' occasion du con fli t avec l'Etat d 'I sraëL Xl'nophobie et, surtout a nti ,,{'mi tisme, qu'on en juge plutôt: clame du traité d 'assista nce clè ] fnG qui a été dénoncé par l' El!'vpte. Car c 'est ellc , ('n défin itive, qui a tiré les ficc lle du jeu , exploitan t à cette fi n l'avidi té de féoda ux qui di ri g-ent le pays. Mais qui ne voit que !:eS beaux projets s'effondrent ? Les masses arabes en' Eg'ypte et dans tou t Te Moven-Orien t son t en b rnn le et rien ne pourra c1é orma is les arrê1e r. La g-ue rre frar-- · .... · .. ---.. ·-·····--- ----..-· .... ...... --_ .. ....... r:;;;u ;:;; ;E·:.I:. POUR VIMg -(lNQ fRAN S ••• Des le Mbut des hostilités, lef sirène d'abnne étaient mises en al'l ion SOllS le moindre préte xte, {'( qui donnait aux. « F rères . TVrus nlmans » l'occasion d 'organiser partout ries scenes de iol CflCS et de pillag-e. C'est a in si Qu ' un ('itov('n fran(, l i hien connu, ('oupab!c d'avoir allumé une ('i'ar('11 C . fut sa uV;lQ('11lent as!, '1ss in(' da ns l' n(' d('s rues pri n. ('Î pa le ; dl' C , ire ct que on C (l r r ' fut horrihlem{'nt mutill·. Une . lricide de Palestine prendra fin bientAt et les mêmes prob l è m e se poseront ('n Eg-\'pk m'cc en(' ore plus d'acui té. Il fnud ra hien Olle le peuple. qui croupit dan s la misère et n'a pa voulu d.' c('t le g- uerre fas e entendre enfin 'in voix. •• de 16 heur,es à min.uit Il HO;ALESO;{\-V ;1 !.J. 45, avenue George.V, Paris ::: au profit des M aisons d'enfants des Fusillés et Déportés

et des Combattants d' I sraël

.. . ' Nombreuses attractions - Concours de danses H Il Tombola - Buffet ._. __ j a!::--=:=--:::.-.::::::::=::,,,:::-..,. ,:---- ______J Avant la guerre, on POlLvait acheter une robe pour 25 fr. Actuellement, c'est le prix d 'un j9U.rnal, de votre journal « Droit et Liberté ' li. Depuis les 10 mois de.son existence, les l'harges ont augmenté dans des propor!-iens telles qu'un rajustement de son prix de vente et de ses tarifs d' abonnement devena.it j.ndispensable. Et, ·encore, à ce prill:, notre Administration a du mal à joindre les deux bouts. Nous sommes persuadés que nos fidèll s Ipcteurs COlllllrendront la n écesté du acri flce que nous leur demandons d'a.ch eter le journal dorcnavant à. 25 francs. f if PERSONNE n'a mieux médité l'histoire du Cheval de Troie qu'Adolf Hitler. Les techniques modernes de la suggestion collective lui ont permis de créer une arme redoutable de mensonges et de contradictions savamment élaborées, épandus à dose massive, arme qui a frappé plus fort et plus sûrement que toutes les armes matérielles dont il djsposait. Avant de lancer les soldats de la Wehrmacht contre les divers pays de l'Europe et contre la France, les hitlériens, cherchant et trouvant des complices directs et indirects dans les milieux les plus divers, ont procédé pendant des années au désarmement moral et matériel des activités françaises. Cette propagande ennemie, qui avait, dès avant la guerre, préparé la défaite et la trahisOn de 1940 et, pendant l'occupation, déversé sur la Franèe son torrent de boue brue et verte,. cette propagande ne s'est pas tue. Elle recommence, elle continue d'i1)sulter la lutte des patriotes, les morts de la Résistance et de la répression nazie, d'insulter à la Libération, d'insulter la capitale de la France. Déjà, avant la guerre, des hommes venus de tous les points de l'horizon politique, antagonistes en apparence, tels qlle Charles Maurras, directeur de l'Action Française, et Paul Faure, secrétaire général du Parti S.F. 1.0., avaient entrepris des campagnes qui favorisaient les intérêts de l'Italie fasciste et de l'Allémagne raciste et se dérou aient selon une sinchronisation singulière avec les operations de la propagande nazie. Dès 1940, ces hommes se sont vautrés dans la défaite et ont dénoncé à l'occupant ceux clui poursuivaient la lutte. Ils se sont affichés ont servis et approuvés. La Libération n'a pas suffi à les faire taire. Malgré leurs prétendues divergences, les agents de l'ennemi, vichyssois, maurassiens orthodoxes, dissidents d'Action Française, ceux de Doriot, de Bucard, de de Brinon, de Laval, de Darnand et de Déat, les profiteurs du Mur de l'Atlantique et du S.T.O., tous restent fldèles aux nazis, leurs maîtres de la veille. Car ces derniers avaient su préparer jusqu'à leur propre défaite. .- ' Vichy sans les boches ' ; ::'AU lendemain de la Libération, repa · .:, ' raissait une littérature prétendue clan- , destme. Dans les vJtrinls des librai- .rles des beaux quartiers, où les hommes '(:1(;' Vichy caressent leur nouveau rêve: « Vi- . chy sans les Boches », nous avons vu se glis- ser, timidemeIlt d'abord, des brochures ano- hymes ou portant des noms d'auteurs et .d'éditeurs fantaisistes. Il s'agissait surt JUt, à cette époque, de fidèles ou de dissidents dt' f4ction Française, plus soucieux alors de p'réseJlter leur propre défense et de se faire prendre en pitié en qualité de « résistants clandestins » que d'attaquer la Résistallcc authentique, • ,Mais le V Qyage en Absurdie (titre d'un o,qvrage anonyme d'inspiration maurasffilenne pam en 1945) n'a pas duré long- ' emps. Le sabotage systématique de.l' épura' tj(») a encourag ces « jusqu'auboutistes » de la collaboration. .. Sur leurs ouvrages, on a bientôt revu des noms d'auteurs et d'éditeurs. Certaines de leurs publications 60nt devenues périodiques, telles que Les E crits de Paris, La dunière LatUCflle, Réalisme, L'Indépendance Fran. DROIT ET LIBERTE H DROIT ET LIBERTÉ Il révèle la presse de la trahison et de /'exç;itation raciale UNE PROMOT- ON DE çaise (sic), Aspects de la France et du Monde (re-sic), On y retrouve toutes les thèses propagées sous l'occupation par les journaux nazis de langue française inspirés par la Pro pagan- . dastal jel; ori y retrouve toutes les insultes -le Vichy et de Berlin , contre la Résistance française, on y . retrouve l'apologie et la glorification des criminels condan'més après la Libération. Autre méthode: la ' falsification et 1( truquage systématiques des comptes rendus et des plaidoyers des traîtres, de.. Pétain; de Laval, de Maurras, de Xavier Vallat, de Darnand, de de Brinon, de Luchaire, de Brasillach ... Certains de ces traîtres ont été honteusement épargnés. D'autres ont payé. Mais comment qualifier ceux qùi s'emploient aujourd'hui à rédiger, à imprimer, à d iffuser leur apologie? Bien peu de traîtres ont été châtiés, Mais qui châtiera maintenant les , honteux exploiteurs de leur châtiment, ceux qui décrivent complaisamment leurs derniers moments . .. - les éditeurs anonymes des poèmes de Fresnes de Brasillach, publiés A TH dépens d'un Amateur ? D'un amateur de quoi? On se le d!èmande. M. Baraduc n'a pas su garder pour lui Ce qu'iL' a vu dans la cellule de Pierre Laval et M. Bruckberger, auquel son sacerdoce aurait dû interdire de devenir le transmetteur des derniers écrits et paroles de Joseph Darnand et de Jean Bassompierre, a oublié de demander à ses deux pénitents ce qu'ils pensaient de l'assassinat, par eux commis, de Georges Mandel et de Jean Zay? Pour atteindre un public plus vaste, on se sert, dans le même sens, de Paroles Fran(aises, périodique dirigé par le resistant à la Résistance, André Mutter, et du journal quotidien l'Aurore, commandité par Louis Gaertner, agent nazi, entrepreneur des travaux du Mur de l'Atlantique. Dans les poubelles nazies LES traîtres eux-mêmes, qui ont livré des millions de Français à l'ennemi, nous sont aujourd 'hui présentés comme de grands hommes d'Etat. La trahison de Pétain est devenue, paraît-il, d'après un inconnu qui signe O'Mahany, la « plus sage Résistanc.e ». Montoire, comme chacun sait, fut un Verdun diplomatique. Laval parle à J'enseigne du Cheval :Ailé, ' et ses paroles font sans doute écho aux Silences du MarécitaI, que nous content les Editions Nouvelles sous une couverture ornée de trois étoiles - lesquelles tiennent lieu ,de nom d'auteur - et de sept autres étoiles qui nous rappellent agréablement celles qui ornaient les manches du vainqueur de Montoire. Les Editlons de ia Couronne, autre maison spécialisée dans ce genre, publient, sous la signature de Michel Letan, un panégyrique de Pierre Laval, en même temps que La France devant Attila, signé d'un pseudonyme et rempli de mensonges et d'insultes contre les militants de la Résistance inténeure. Les Editions J anmaray présentent, sous la signature de Claude Varennes, Le Destin de M alcel Déat, portrait complalsant du saltimbanque de la presse aux ordres de J'officier nazi HelIer, chargé à Paris du con1rôlc des journaux, auquel, depuis la Libération, on a osé donner l'autorisation de venir se promener chez ,nous, sans doute pour y retrouver ses anciem]es relatiol!s, La revue d'inspiration nazie Europe-Amérique, imprimée en Belgique et diffu5ée en France, répand des inf Jrmations sur les projets d'avenir de certains agents ùe }' Abwher et fait paraître les mémoires inédits de de Biinon, ex-journaliste hippique, promu ambassadeur de Vichy et agent de ltaison d'Otto Abetz. Les Editions Gaucher, sous couleur d'informations historiques, font paraître un mémorandum d'Otto Abetz, spécialisé depuis 1926 dans le recrutement des traîtres, ambassadeur de Hitler à Paris, assassin des Français. Voilà une excellente occasion, n'est ce pas, pour reproduire sur la COuverture la photo de deux grands amis: Pétain et AbetJ. De la droite à la gauche, numérotez-vous. Voici Paul Faure, anéien ammateur du Populaire conseiller national de Pétain, qui rejoint, dans les colonnes de Paroles Françaises, les rédacteurs de l'A.F, Il nous faconte aussi l'histoire De Munich à la V' République, publiée aux Editions de l'Elari (l'élan nazi, sans'doute), que nous retrouverons tout à l'heure. Il ne nous cache rien de sa propre fidélité à Pétain et n'oublie 'pas de rappeler à certains dirigeants socialistes, apparemm ;!nt dédouanés depuis, le dévouement dont ils ont fait 'preuve, parfois par écrit, envers le père de l'Etat Français, Les officiers généraux' félons ont aussi quelque chose a dire, Amiral, vous voilà ! Le traître Auphan, condamné pour avoir détruit la flotte française, se plaint dès 1946, dans une brochure où l'on cherche en vain le nom de l'éditeur, de n'avoir pas été informé des projets des Alliés, qu'il regrette sans doute de n'avoir pu transmettre alors à ses patron, de la Kriegsmarine, En 1947, l'amiral Auphan débarque aux Iles d'Or, ou plutôt aux Editions du même nom, qui !lOUS gratifient de son dernier ouvrage intitulé La Lutte pour la Vie. Il a sauvé la sienne ... en Su;sse! Amïrauté oblige. En Suisse, il fréquente Georges ' Bonnet, agent nazi, ancien ministre de Daladier, auteur de J.a Fin d'une Europe, publiée aux Editions du Cheval Ailé, et que nous reverrons peut-être b'ientôt, puisque Piétri ,et Bérard, ses anciens ollègues, sont déjà rentrés. Jean Valtin, alias Krebs, agent de la Gestapo, de nationalité allemande, a trouvé en France un édneur, la Maison Dominique 'Wapler, pour diffuser, sous le titre de Sans Patrie ni Frontières, les thèses de la propagande de feu Goebbels; parlons aus- Pierre Taillinger a été ncmmé Président du Conseil , municipal de P .ris par Laval, béni pat' Pétain et i\betz, et agréé par von ScholtJtz. Il n'a pas été condamné. Et dire que l'on se plaint d la sévérité des Cours de Justice .. . Le mOlllS que l'on pmsse eXiger d'ull homme hontusem.ent innocenté, c'est le si· lence. Mais non, Pierre Taittinger parle et même écrit. Et son livre Et Paris ne fut pas détruit, publié aux Editions de l'Elan, ne se contente pas de nous exposer le récit de ses collaborations. Passant ' sous silence le fructueux commerce du cbampagne, .dont les nazis arrosaient leur triomphe provisoire, et quelques bonnes petites affaires de chaus, sures et de manganèse, Taitlinger a trouvé le moyen d'insulter à la fois le . peuple de Paris et les s Jldats de Leclerc. Car, peut-être ' ne le saviez-vous pas c'est pour sauver Paris de.. l'insurrection des F.F.I. que la 2 D.B. a été dépéchée sur la ville. C'est ainsi que Taittinger, fasciste d'avant guerre et profJteur impuni de la collaboratlOn, , écrit l'histoire de la libération de Paris et n'a pas la .m émoire courte \à l'égard de ses amlS naZlS, A l'entendre, Bussières, préfet vichyssois, Otto Abetz et von Seholtitz étaient, en même temps que le colonel de la Gestapo, K110chen, 'des hommes d'honneur; bien sûr, il les comprend, il est de la même caste et les exalte en même temps qu'il insulte les combattants sébile à la main : H Pour les assassins, s'il vous plaît, à votre bon oêcur ! » Un sieu'r Lupo raconte ses malneurs de Fresnes, où il a été écroué après la Libé ration. . Un autre, dénommé Pierre Malo, a écrit un gros volume: le sors du bagne (Si tôt ?) Aux Editions du Triolet, prénommées ,!ussi La Pensée Libre (ils ont vraiment toutes. les audaces, parce qu'impunis), un auteur, se cach.ant sous le nom de Manuel ' de Diéguez, ' intitule son ouvrage: La Barbarie commence seule1ient... Vous entendez bien: elle ne fait que commencer. C'est dire que les nazis et leurs complices de Vichy n'étaient que des boys-scouts : c'est, du reste, ce que vient d'affirmer, à la dernière session de l'O.N.U., M. Spaak, les criminels de guerre sont les résistants et les Juifs! CHEZ André Bonne, éditeur à Paris, un Servus Juris (que de beaux pseudonymes et qu'ils sont , courageux, ces émules ,de Maurras, qui blâment certains hommes ,de lettres français d'orifine juive d'avoir pris un pseudonyme littéraire !) pu-' blie une Lettre ouverte à Messieurs les Présidents des Cours de Justice. A entendre ces beaux messieurs, toutes les juridictions chargées de réprimer les crimi- • nels de guerre et les traîtres n'ont aucune qualité légale, y compris le, Tribunal de Nurmberg; les instigateurs d'assassinats collectifs perpétrés par les nazis auraient été punis par des magistrats sans ti.tre. Voi)à ce si des Editions « Liberté », titre outrageusement usurpé, car une maison de ce nom fut naguère fon dée par Georges Valois, quj..a su dénoncer avant les hostilités, avec beall .. coup de vigueur et une grande lucidité, l synarchie et la: cagoule: J. #, ... N 1'[ - ... • III ,AMff ·' l'OUS us I(ENDREDI$ VENDRIO( 12 NO't'E 'U: .... llNDÉPENDANCE FRANÇAISE Georges Valois a été arrêté pour avoir publié l'ouvrage clandestin La France trahie par les Trusts; il ' est mort en déportation. Hebdomadaire Politique, Littéraire et Satirique , . Ces contrefacteurs présentent au public un autre ollvrage de propagande nazie, intitulé T e m p é te ' d'Asie, (lui répète les thèses de l'Ins-

  • CO,NSrrrotION 1 [ LA RÉPUBUQUE FRANÇAISE

Vilant la Çon.titurion de la République Française, les journaux de! h .... mes de Vichy continuent de pa- L'M!tcmblée pationolo constituante a ndopt4 ta peulllc français Il 1l11flrouvâ. L6::PrélÙt!nL (lu GOll\ctllellMllil pro\ ÎSI)lre- de lu néf'ub1ilua (!l'Ol l\ÎlgUe la; Constitution doot la teneur suit; 1 PR MBUlE ,, U lendenun dl! __ ic\.oiro rt'IllpotUi p:tl' le peupla Ifbrt'!l sur les rt8im1I flul r..1 tIl ol\! d'U'M:nÎf d kl dtgroder III Ptl 5')n htUIl(lioe, 10 1IJI)'e lr 'lÇiU llroclarno • 1101IV;:.\U quo 1 Ir Il ill t-ftfl! di ltinction dll ,.t de TrI; ion ni .le tm nncc 'ioI! d.: f d!'Olt, ,, ' n:l. f ' 14 m'lU 1lOq'l1lC IflC CS ro e3 1 r, U Il li t:1 oy f'oIt ,. nêt'I':WKÏooq ÙtI Dtoits de 1180 ct It:! prot\Çipès rOndametllau.r. l'etonnus par Jw'lDis ($@ Je. Rtpubhe(tlt, railre . .. JlOII't.:td. =.l ,:remtflt'r.tc.(llr('s. notre tt,llp,. ta priocipn LI. loi sardnU! à li femme, 6an& tltl.lll l et! esomaines, de! drol .ux l ceux de l'homllK., 'l'Oll' hOlnl1l ptrakut6 en nÎ$ttl ..sr foOIl...adionen faveuf de' la liberlé 0. droit d'l,\sllc 'lif le& It:ftaoire de 10 Nptl'b1ique.. - 11 ?aeon :u l:f 1 !:::!,!e ro!id;fl u::, eOnu(I'7ll1! ',r: !irt& (11111 * 011 IOù1me peu dt en re &CIl ur lit, III 'rt p'1 Ile ','u Yn?' de Jf b. ,. , .... '1.0 droi' ck STh'q o'eJr.:erw dall9 JIl , tad , O lo1s'qul,1e . 'l'out , 1 titut Oriental d'AH red Rosenberg et du Laboratoire Psychologique de la Wehrmacht. P ENDANT que la police de Vichy pourchassait les immigrés et entreprenait contre eux une campagne d'ignobles calomnies, Sis'Iey Huddleston était naturalisé Fra'nçais 'pa Pétain, parce qu'il pensait nazi et parl1Clpalt, comme' conférencier et journaliste', à de nombreuses manifestations' de la propagande allemande, notamment lors de diverses expositions: anti juive, contre le ,·boJchévisme, contre nos ' Alliés, organisées dans toutes les villes de France. Il est maintenant l'auteur des EntNtiens avec le Maréchal, qu'on trouve dans toutes les librairies, quatre ans après la Libération. des barricades, dont il a toujours eu la plus grande peur et qui ont su préserver Paris par leur courage, aider pUlssamment et efficacement les F .F,L. et les Alliés. . Taittinger a oublié de reprocher aux soldats de Leclerc d'.{voir désobéi à Pétain. 1 Un scribouillard de Vichy, Claude Jamet; publie aux Editions de l'Elan, déjà nommées,' un recueil d'insultes sous le titre; F ijiRoi. Pourquoi se gêneraientils, lui et ses semblables, malheu',11ses vjmes des Cours de Justice et de la Résistance, bénéficiant de remises scandaleuses de peines QU n'ayant jamais été condamnés? Pou'rtant, tous ces hommes de Vichy, suiveurs et dépasseurs du Maréchal, .crient pitié ft se .promènent la , r N_,Ni$ . ' AUJOURD'HUI SI L'ON 'H$(NTAIT UN ROI QUI FUT DE LA CATE60 IEOE SAINT LOUIS ID( MOlS r , .. lOur LE MONOl EN SEJWT • tPEGUYJ tao ,..... Nt L4fO '- que tendent à démontrer tous ces zélés défenseurs des nazis, apologistes de faits qualifiés crimes. Le dernier livre paru en date est N urelllber g ou la Terre Pro l1tise , de Maurice BardèLhe, publié aux Editions Les Sept Couleurs (on en aura vu de toutes les coule rs !), qui DOUS apprend ' que les 'Vrais re'3- ponsables ds crimes de guerre sont les réSIStants et les juifs, et que, d'ailleurs, les camps d'extermination en Allemagne n' ,mt, bien entendu, existé, en réalité, que dans l'imagination des démocrates et des juifs. On reprend ainsi les thèses de Paul Ferdonnet, le traître de Stuttgart. Dans un but ùe propagande antifrançaise, pour des opérations concordant avec les préoccupations des foyer du nazism dissé- UDAS mmes dans le m Jnde, ces calomnies et ces mensonges, ' ces outrages trouvent accueii dans une certaine presse étrangère, suisse, italienne, canadienne, espagnole et autres, qui était déjà favorable ' à Vichy du temps de ,l'occupation. On essaie d'ameuter trois millions de Canadiens français pour constituer à Montréal un Comité BernonvillePétain et bafouer- la Résistance française. Il s'ag.it de défendre un certain Bernonville, arrêté du 28 janvier au 14 a ril 1938, en raison de ses activités dans la Cagoule, gouverneur militaire de Lyon jusqu'en J943, envoyé cette même année par Vichy en mission auprè de l'armée Rommel, où il organise et dmge la « phalange africaine », nommé en 1944, par Joseph Darnand, chef de la Milice lyonnaise, puis super-intendant de police de la même , région, dirigeant la lutte ' contre le maquis du Vercors, parti en août 1944 pour ,l' AllmagJ1e pour: être parachuté aux environs ' de Paris afm de remplir une opération de sabtage, reconnu coupable par la Cour de JustJce de Toujouse d'avoir dénoncé des Français à la Gestapo, servi d'agent de renseIgnements pour Je compte de l'Allemagne et constitué des équipes de sabotage contre les Alliés en Afrique du Nord, responsable de quatre exécutions sommaires dans le Vercors, d'assassinats à Mâcon, de nombreuses dépQrtations en , Allemagne et de plusieurs séances de tortures, condamné à mort par contumace. ' Les hommes d'Etat les plus éminents des pays aIllés dans la guerre 39-45, qui ont contribué, grandement par leur énergie et leur intelligence à la victoire et à la libération 'de la France, Joseph Staline et Franklin D. Roosevelt sont présentés, par des auteurs vichysS;Ois ou étrangers dans des ouvrages vendus en France, comme des fauteurs de guerre et les responsables des malheurs de, notre pays sous l'occupation. La Société Française (sic?) des Editions du CJzeval Ailé écarte les tentures des alcÔVes de Hltler et de Mussolini, excellent prétexte pour une série de photogral5hles llltllnes de ces grands personnages. C'est ainsi que se survit Goebbels. La propagande antlJulve a toujours été l'un, des aspects de la propagande raciste et TI'actionnaire ,; elle ne saurait en être sépa- ' rée, pas plus que la branche' vivante d'un arbre. Cette propagande contmue et des t:acts antisémites imprimés par les nazis en Espagne, en Suède et ailleurs, sont répandus en France, notamment par voie postale ; un groupe' nazi avéré, dit Mouvement socia-' liste. d'Unité Française », publie librement son Journal L' Vmlé. « L'Association des Amis de Charles l',!allrra)) édite S011 bulletin, Aspects de la , France et du Monde (sic) dont le numéro 23, du J6 qécembre 1948, ne se gêne -pas pour déclarer que les véritables criminels de guerre « ce sont les Juifs» et l'on y falt un éloge pompeux du traHre Paul Marion, ex-'setré- 'taire d'tat à l'Informatlon de Vichy, qui a monté les campagnes d'excitation raciste à 1 J radio. L'indépendance Irançaise décla re dans son numéro 55 du JO décembre J948 : Maréchal nous voilà 1 Ils n'ont pas pu nous tuer tous, Maréchal,' ne VOllS tourmentez pas, ils peuvent bien mentir, ncaner de toutes kurs fauses sales gu eules de rhrétiens de carnaval, de juifs, de francs-maçons, de maquisards, de jacobins ... ». , Les Paroles Françaises se livrent à la même besogne: dernièrement, leur directeur, André Mutter, s'est rendu au CalTe pour s'entretenir avec EI-Hussel11l, dit Grand Mufti. de Jérusalem », anÇJell COllmleJ1sal de Hitler, afin , de coordonner l'action de .]a presse antisémlte. . Georges Mauco, adjoint à Montandon, expert racial de la Gestapo qui exnJllinalt le, prépuces pour le compte du commandant du camp de Drancy et qUJ éditait le journitl d'insultes raci stes, L'Ethnie Frmzçaise, ' est, . depuis la Libération ... en prison direz-vous? Non, il est secrétaire général du Haut Comité pour l'Immigration et la Population auprès de la présidence du Conseil. 7 Montand.on-et Mauco éapparalssent dans la presse hebdomadaire, Un autre « professeur de raciologie » René Martial, fait toujours son cours d'an thropo-biologie, ainsi qu'un nouveau cours sur « La politique balkanique ». . El-Bahrry (que faisait - il pendant la guerre'?) édite à Paris en français et en arabe, l'El Arab, où SO;1t repris les thèmes de la radio nazie de' Berlin-Vichy. ,Il inance aussi une 'campagne d tracts et cl afflches contre les Juifs français et l'Etat d'Israël. L'e?domadaire France-Dimanche, qui est c0ntrole . par un homme d'affaires franéorC? umain, M. BJank, et un journaliste, M. PIerre Lazareff, ne cramt pas d'apporter son conours à cette presse de démorallsation. Il a meme commencé une campagne obstinée en faveur tiu retour de Céline si largement uti. lisé, avant et pendant la g'uerre par tous les naZIS et 1 hon:mes de Vichy. On s'apitDie sur sa mlsere (Il est quelque part au Dane-' mark), on publie ses portralts et Paul Lévy, dlTecteur de l'hebdomadalIe Aux Ecoutes se joint à cette campagne de 'réhabilitatJQn et de pardon. . Que tous espèrent faire oubher leurs origmes en prenant place dans cet ·orchestre Ignoble, laissons-leur cette illusion malS les victimes directes ou indirectes de' Célme et de ses semblables, brûlées dans les fours de Maldanek et d'Auschwitz, ont·elles laissé à qmconque mandat de pardonner? ' NUL en France ne plaide par procu, reur, dit une règle juridique bien connue, malS sans doute peut-on 'baf0uer par mandataire, et les Edltlons de J'Elan publient, sous la signature d'Albert Pa,raz,,Le Gala des Vaches, qui n'est en réallte qu un recueil de J]ouveaux textes de Célme. Une . librairie remplaçant celle d'Action f ra/zçazse est ou verte librement, 8, rue d'A 11- JOU, à Pans. Si vous préférez les langues slav(' s, adressez-vous à la librairie dite de 1.1 ('nalssance, 73, avenue des Champs-Elysees organe de la Société des Fétroles d'otre-mer ; que le hasard esi: grand! -.:.. ou Cl celle du 2, rue Plerre-Ie-Grand fondée par un ex-officier blanc, Sialsky. Ces deu. !Jbrames se sont falt remarquer avant guerre parla d!ffsJOn d'un faux antijuif bie ') connu, du a la collaboratIOn de la pohoe tsanste et du S.R. allemand impérial « Les Pl%cole,s des Sages de Sion ». ' .. Si vous alliez jamaiS à Innsbruck pour bon en Autnche), vous y verriez une librairie cl ' agents nazis llkrallllens. A côté,' clans des camps de « perSOJlllf'3 .déplacées », les victimes du nazisme cèdem le pas aux bourreaux ; les re capés des mils ac r(' s sont consignés à côté des S,S. pendant qu'à proxlmlté, dans les villas et chî.lets de luxe, les traîtres de tout aca bit se pavanent en c6mpagl11e des hommes t't des femmes de la cour de Hitler, menant Joyeuse Vle. VOICI comment on bafoue la RéSIstance ' et comment l'on exalte les traîtres., C'est la guerre des mêmes contre les mêmes », a dit magnl fiquement ' l'abbé Boulier, professeu r 'à la Faculté , catl?-olique de, Drolt de Pans, et il a ajouté: (C Ce sera au,;5,] , la Résistance des mêmf'S contre les ;nêmes 1) et cette nouvelle Résistance ne faH que COHtmuN la lutte des années d'occupation. Dan'S J'union avec tous les patriotes et républicains français, nous viderons à Iond celte poubelle, nous ferons disparaître le., résidus des nazis et de Vichy. Une fois de plus, nous vamcrons la guer re,. le fascisme, le racisme. -. r DROIT ET U8ERTE JS Janvier ]949, - Ne !o- l ' 1 TRnlRUE 1 LES JUIFS ET ISRAEL (Discussion sur l'article de IIY3 Ehrenbourg) Nahum GOLDMAJ'lN iVRI L'opinion du . rabbin André Zaoui A YANT lu l'article d'IIya Ehrenbourg paru dans. « 'Droit et Liberté )), du 1I)10-4;S, je saisis avec plaisir l'occasion offerte par vo· tre journal pour exprimer, à titre privé et tout à fait person .. nel ma façon de voir les problè: nes soulevés. par l'écrivain soviétique dans sa réponse à Alexandr,e R. La lettre de ce dernier m'a profondément ému, d'autant plus qu'il m'a été donné, en tant qu'ancie,n aumônier mlli- . taire, d'entendre souvent, hélas ! des propos analÇ gll.es, de la part ' de J ui fs allemands, autrichiens et polonais, parmi les rescapés du massacre, dahs les camps que j'ai visités, au delà du Rhin et du Danube, en fin avril et mai 45 , Ces propos résultent d'une grande déception : celle du ré veil maussade qui succède à un rêve où l'irréel et l'idéal étaient intimement iiés. Tel est le cas de très nom- . oreux Alexandre R. et de beaucoup d'autres natiooaux qui n'ont pas connu l'atroce privilège des camps de la mort ou l'existence amère de l'apatride. s'intégrer dans ce.tte « civiistion

. Un des ciments prinCIpaux

de cette réalité, c'est la règle d'amour et d'entraide contenue dans la Tora, A cette règle d'amour, d'entraide. et de justice sociale, se sont ralliés grand nombre d'individus, C'est bi,en le sens latin de religion. Les Juifs « positivement )) juifs (je' dirais volontiers, essentiellement, existentiellement) sont liés ent,e eux par cette règle, cette charte commune, 'cette loi, La beauté et la supériorité de cette loi lui valent son essence divine qui la garantit. Nous comprenons ainsi, d'::l.IlIeurs, l'inspirdtion rcE .. gieuse qu 'on appelle la révélation. Cette charte commune, cette règle, cette discipline, voiUl le lien qui unit tous les Juifs, sans parler des traditions pratiquement religieuses, la prière, les fêtes, etc ... Or' ce lien n'est pas aussi imaginatif ou mystique qu'on veut bien le dire. Il est l,éd 'dans la psychologie des Juifs. Dire que ce Ijen est {}r0- du.it par l'antisémitisme équivaut à dire que le lien qui unit les Français entre eux est produit par le pangermanisme. Je eux bien que ceci soit un lien de plus, mais ce n'est pas LE lien. fluence des prophètes d'Israël sur le plan social et moral autant que sur le plan religieux, pOur qui connaît l'histoire des héros et des martyrs juifs de tous les temps, les principes bibliques et talmudiques relatifs à la valeur sacrée du travail, au respect de l'étude et de la science, au profit moral, à la justice sociale et à la' méfiance des C( g-rands ' et des puissants )), pour celui-là, il ne peut faire de doute que la « civilisation juive )) n'est ni un' problème ni une , question mais un levain, un sel, un ferment de progrès . Pour conclure, la (c civilisation juive )) est une ralité qui veut vivre et qui vivra, comme clle a vécu en bravant les tyrans et les conquérants qui ont essayé, depuis . 35 siècles, de l'anéantir. Elle vient de trouver une possibilité nouvelle d'expression multiple et très riche d'avenir, dans la résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies du 29 novembre 47, appuyée par la vai11ante Union soviétique et la généreuse Améri( lfe. Ainsi, comme M. Ilya Ehrenbourg, j'ai foi en l'avenir d'Israël. Pour le reste aussi :. j'ai foi en l'avenir de l'humanité et je demeure optimiste quant au triomphe, final de la justice et de la' paix pour tous., répond a ' Nous aVGns reçu la lettre suivante de M, Nahum Goldma.nn,. PrésidenJ du Congrès Juif Mondial. Monsieur le Rédacteur en Chef, pour des raisons politiques évidentes, elles ne pouvaient l'être Me référant à l'article signé eo Suisse. Lorsque le Déoarte « Ivn )) que vous avez publié wnt d'Etat nous a transt,lis ce dans votre numéro du 1·r no- message au Dr se et à moivembre, je désire rectifier quel- même, n&us l'avons informé que ques déclarations erronées qu'il . nous désirions en rendre publicontient au· sujet du Congrès que la teneur et entreprendre Juif Mondial. Les critiques que une. vaste campagne de protesformule M. Ivri, en déclarant tation. Lç Département d'Etat qu'à cause. de nos relations di- nous a demandé d'attendre quelplomatiques avec les gouverne- ' ques semaines, car à cette·. éo .• mens , .nous avions retardé la qu, il ne pensait pas que ces IUpublication des premières infor- formations· étaient authentiques mations SUr la politique. d'Hitler et if désirait en faire vérifier d'extermination des JUIfs, sont la véracité par ses services di a.l fndées. Il est exact que . plomatiques. Ces no u vell e s J at fait lors de la Conféret;ce n'étaient d'ailleurs pas basées d'Atlantic City, la déclaratIOn sur une conversation entendue que c'it M. Ivri (1), ais e.n dans un café de Zurich, mais me réfrant nos relatlns dl- sur des informations secrètes rC plomatIques Je ne song'eal 1UI- ues de sources ayant un accès lcmcnt a.u problème ples tlfi1en. ,direct à l'l{tat-major d'Hitler. Si Les faIts sont res sUIvants: nous n 'avions pas cédé à la Les premières informations ferme demande du Départeme'nt concernant les plans d'Hitler d'Etat ' celui-ci aurait pu noUS pour l'extermination totale des ret}rcr l'aide qu'il .nus accorJuifs d'Europe sont parvenues dalt dans la transmiSSIOn de câen 1942, par l'i9termédiaire du bles chiffrés, aide qu'il nous a Dr Riegner, directeur du Bu- maintenue pendant toute la durcau de Gnève du Congrès Juif rée de la guerre. Mondial au .Bureau Central du Voilà ce que j'avais en tête en Congrès à New-York, SOl.l la parlant des relations diplomatiforme d'un télégramme chiffré ques que nous ne voulions pas transmis avec l'aide du Dépar- compromettre. Sans ces relatement d'Etat Américain. Sans tions, nous aurions été complècette aide, · de tel messags tement coupés. de l'Europe et n'auraient pas pu être transls n'aurions pu entreprendre les et ces informations n'auraient nombreuses actions quc nous pas été publiées du tout, car avons entreprises pour sauver On ne peut donc nier ce que au moins une partie du J udaïsj'ai appelé la ,« rçalité juive » pas plus qu'on ne peut nier l'existenc de la hlmière réchauf- , fante du soleil. M. Alexandre R. est un de ces innombrables habitants de la planète dont l'âme a été envahie _ après l'épreuve la plus cruelle -- par un vide immense. Le doute est total chez lui, Il semble même ignorer la réalité religieuse : les rapports personnels de l'homme avec Dieu, soucce suprême de l'esprit qu'il perçoit intimement comme son En conséquence, selon moi, Créateur et son Père qui lui a l' expression « solution il la donné quelque chose de LUl- question juive )) est fausse'. Il même : son souffle créateur, sa ne s'agit pas de trouver une sopensée sa conscience. Certes, il luti-on a une « réalité J vivante, y a ds réalités. économiques, surtout. quand on pr i ?se de politiques, sociales et scientifi- « .supnmr )) cette réalité, ce ques ; il Y a, helas ! des in jus ti- fait. qUI eXiste,. bon gr mal gré. ces te-rribl.es qu'il faut combat- - Q':I don.c auraIt le drOit de sptre à tout prix. Il y a toutes les · p:lmer Impnément: une réalité l'éalité mauvaises ' de l'homme Vivante qt1l est {}réclsémeflt cette qu'il faut extirper et qui cau- « civilito juive que nou.s sent essentieUement le malheur avons déflme plus haut et qUI, def peupks et des nations. sans conleste, est et éé- la Mais. est-ce tout? N'y a-t-il pas source de tous les progres . , a inco.nnue anU de eéline· ,fett1te d'une flAut .fév.lJ, me Européen. Le délai apporté Il la publication des informa·. tians .concernant la politique d 'extermination allemande· n'a duré que quelques semaines et il nous falltit l'observer pour les raisons que je viens de signa 1er. La que'stion pâlestinienne n'avait absolument aucune relation a·vec l'cns-emble de ces pro·· blètnes., Mon seul désir es.t d'établir ces faits. Je n'ai pas l'intention d'entreprendre une argumentation avec M. Ivri sur les attaques qu'il adresse· tant il. moi personnellement qu'au Cong: rès et qui sont dépourvues de fondement, d'autant plus. qlil.'elles (trennent pour base la qlieS lÏ. 0f1 palestinienne, TouteaUusion à cette question, ainsi que jc l'ai signalé, n'existe que dans l'imagination de M. Ivri. autl'e chose aussi qui soit motns expérimental et palpable mais qui n'est pas moins le fait de millions de croyants sincères : la vie religieuse qui est il la fois coona.issaoce et amour d:c Dieu? L'éminent écrivain soviétique, dans sa réponse à Alexandre R. dit, d'une part, que la « question juive ne peut être résolue partout que par un progrès général social et par conséquent moral )). Là, je suis pleinement d'accord, et j'ajout,erai progrès reEg'ieux aussi. Mais, d'autrc part , il dit qu' « une seule chose peut supprimer la « qucstion juive, c'est la suppression dc la question juive )). Ici , je ne comprends plus. Est-ce un paradoxe, une boutade ou une redonda nce ? Cet1'e « civilisatiolir se singu! ari.,e par son particularisme, C'est la norme pour toule minorité au séin d'une majorité qui peut avoir, par ailleurs, soo originalité particulière. Il n60 fait pas de doute que l'Etat d'Israël naissant pourra donner un essor extraordinaire à cettc réalité que nous avons appelée la « civilisation juive )). Celle-ci va se développer sans contrainte, sans refoulement et loin des persecutions, en toute liberté et avec intelligence. Elle saura peutêtre même jeter le pont harmonieux entre l'Est et l'Ouest, pour le bonheur de l 'humanité enlière. 1\'lais revenons t une autre 'réalité : l'antisémitisme, C'est IiI qu'il faut voir un problème il. résoudre, cal il s'agit d'une Quant ,'! moi, je dirai qu'il réalité néfaste, digne des « cann'y ,t pas de « question juivc)) nibalcs)) cornille le rappelle fort ou de « problème juif » à pro- judicieusement M. Ehrcnbourg. prement parler, Il Y a une réa2 « Le progrès gnéral social et lité juive. Elle n'cst ni nalionale par .'onsequcnt moral condini raci'\lc. Ellc n'est pas ethni- . tionn era sûrement l'ère de paix que mais éthiqu,e , La réalité et d frat ernité il. laquette nous juive est une qualité d'esrrit croyons de toutcs nos.forces et particulier, disons une « civiJi· qui ' ne connaîtra plus, n conssation » dont les racine proron- qu(' nce, l'antisémilisme. Cedes ont pris naissancc dans la pendant, la « civilisation juive» loi morale et religieuse de df meurcra enlière pour autant IVfoïse et y puisenl constamment qu'elle ne comprendra rien de leur sève. Elre Juif c'est parli- rétrog-rade, de désuet ou de caciper (!t; cette réalité juive, c'est duc. Or, pour qui connah l'in- NOs lect.eurs, da.ns p:u.sieurs lettres, flétrissent l'attiude ignoble de- M, Paul Lévy, directeur du JOUrnal « AUx Ec()Utes, », qui pr-eDd la. défense de Céline. M. Faul Lévy lui-mê a,. également u.n certain nombre- de leUres de protestation. ReprodUisant l'lI(ne d'e:les il la , fait s.uivre d'une réponse/piteuse- où il fait a.ppel au tém.oignage- de .•. .Jé-hYa.h co.otl'e Yahvé. NItUS croyons utile de publier à. notre tour ci-dessous cette émottva ote lettre. « La femme de-cinqu'anre-cinq ans qui vous .écrit a perdu sa vieille maman de 7G ans. déportée- et tuée. dans. un four; un frère de 46 ans avee son petit garçon de sept ans furent:. déportés en mème temps et la vieille maman 'dut assister ,à la mort de son fils et de son petitms. Trente-deux personnes de sa. famille ont été massacl'ées. Je contmue la vie sans entra,in et sans conviction, On n'appartient plus aux vivants lorsque de tels deuils peuplent votre souvenir, Mals deux sentiments sont toujours présents et vivants

la douleur et l'étonnement,

oui, l'étonnement, celui devant la croouté de faits pareHs, . Tous ceux qui contribuèrent, à cette époque, à la frénésie de la haine antisémitlque sont RESPONSABLES, TERRIBLEMENT RESPONSABLES, Céline aussi. Et c'est un frère en Is raël qui s'appelle Paul Lévy, qui parle du « malheureux Céline », Un mouvement GENEREUX envers Hn homme qui, au mo· ment de la plus terrible détresse des nôtres, éleva la voiX pour nous accabler, pour contribuer â nous conduire dans les fours crématoires ? C'est à vous, frère en Israël, que je dis mon horreur, ma tris· tesse et mon ,appel au nom d,e ceux Qui ne sont plus, grâce à des Céline. Eux aussi sont morts LONGUEMENT, et de quelle mort féroce ! Votre artICle est contraire au respect de la personnalité humaine de ceux qui ont sOuffert grâce à la. propagande des Céline ... Céline est impardonnable, C'est au nom de vos frères juifs, c'est au nom d'un petit gar.çon de sept ans qui étaIt tout : santé, beauté, joie d'e vivre et tue l'on brùla, c'est au nom de cet enfant aux yeux bleus, aux ' sourires d'e l'innocence et Clu'ils enlevèrent à son père et à sa. grand-mère de 7ians, que je vous supplie de' ne pas d-éieool'e quiconq.ue contri.., bua au massacre de sept mil- 11ons. de nos frères, La.issez à son sort mérité le sinistre' Céline !l'Ui frappa. ceux qui étaient en détresse ! Il auIait dii se ta.,ire, mème s'il pensait ce q.\1'U écnvait, On ne frapPe pas ceux qui meurent. SOuvenez-vous, souvenez-vous! LES MORTS NE DOIVENT PAS ETRE OUBLIES, Ils ne peuvent pas être oublies, Ce serait les maSsacrer une deuxième fois, Quiconque attaque ceux qui sont dans le malheur n'est pas digne- d'amitié, Céline nous f,cappa. au pire moment de nos malheurs Maléd,iction ! Cêline éleva sa VOIX contre des millions de persécutés, il n'est pas, il nepeut pas être votre ami, Paul Lévy, Matédiction ! Votre mère ne le veut pas, Votre père ne le permet pas, Vos frères vous rappellent COMMENT ils sont morts ! Pas de pardon pour ceu.'X qui contribuèrE:nt aux 1éportations, aux massacres, à l'agonie de millions de malheureux dont la race fut le seul crime, Leur race est celle. d'an Lévy. Israël, Cohen, Lévy - trois cas-tes du peuple d';rsraë1. Souviens-toi ! Céline est leur ennemI. Les morts, nos morts, tes morts, écoutent ta voix, Malédiction ! En parlant en faveur de mes chers morts, je IH puis mE'me pas signt!r ma lettre - ceci est l'ima.ge de notre temps. Mo.lédictiGn, malédiction à. ceux qui Gublient ! Nahum GOLDMANN, PrésideRt du COjllité ExécUtif du Congrès Juif Mondial. NOTE DE LA REDACTION (1) L'article auquel se réfèrl M. Goldmann a paru d'ans « Droit et Liberté » du 1 ·00- vembre 1948, sous ' le titre: « Sur l'imprévoyance tragique d'un peuple et la clairvoyallce de ses dirigeants. ». Le Dr Goldmann fait allusioo à sa déclaration suivante : « La dircction du Congrh Mondial Juif élait d'avis qu'il ne fallait pas compromettre nos àttaches · diplomatiques avec les gouvernements, même au risquc dc faire subir du retard dans certaines cho;;e;;, )) Certaines choses qui devraii!nt subir du retard? Ces « choses », c'est la vie de milliers de Juils qu'on pouvait sauver. En quoi servait· alors « l'utis lité de l'aide du Département d'Etat Américain qui transmet. tait les télégrammes chiffrés », si M. Goldmann a cC·dt: à la des mande de garder le secret de ces informations! Et pourquoi parler, en Ce cas, de « l 'imprevoyance tragique d'un peuple » pour couvrir ses pr()pres fa.utes ? '. ., •

IT ·UBE.TI --'-.------,.-___________ _

9lenoent4e atJU Georges LUKACS, adversaire n° 1 de Sartre ng!X:!] I L y a longtemps que je souhaitais rencontrer Georges Lukaes. AQ reste, peu de figures sont plUS attirantes. C'est Un des randtS penseurs de ce temps. Mais un penur SUbversif. Telle fut, de 1920 à 1945, l'illlfible opinion des dirigeants qui COmmandaient en Hongrie. On sait qU'en matière de patriotisme, l'amiral Horthy était particUlièrement rigoull eux. Sa vertu devait 5lement fléchir devant Hitler, comme celle de beaucoup d 'autres. L'opir.ion du gou-vernement h(}ngrois sur Lukacs avait d'ailleurs été entièrement partagée par le gouvernement nazI. L'éerivain chassé de Budapest s'était rilfugl€ à Vienne, puis à rlin. En 133, il dut aller chercher ref e air::eurs. Cet homme, fait pou.r le calme des bibliothèques passa une partie de sa vie à déjouer les polices. Nous sommes à une époQue où l 'aventure de r esprjt entraîne mfailliblement à l'aventure tout court. Aujourd'hui: beaucoup d'eau a pasS€ sous les ponts du Danube. Ji fait la COnnaissance de Lukacs dans uu endroit tout · ce qu'il y a d'officiel, la Légation dé Hongrie. Les hommes du type de Lukacs .excitent fréquemment la haine, non qu'ils fassent rien de spécial pour la pr-ovoquer, mais la rigueur de leur pensée, leur probité, leur refus des compromissions insultent à ceux qui vivent d'intrigues et de complaisances. Tel était le philosophe marxiste Lukacs devant le régime Horthy. PETIT, m.aigre. le visage osseux et effilé. les ye\l·x d'une extrême vivacité, Georges Lukacs a l'allure ,d 'un professeur. Il l'e&t d'ailleurs en titre : Prof.esseur d'esthétique et de philoso.phie de J.a culture à l'Université de Bu- 4iapest .. Mais C'tlst ·depuis peu, ilviOemment, et cet air qui lui Parait appartenir de t.oujours, sans doute faut-il l'expliquer par certajnes habitudes de pensée, par la pratique de la réflexion. - Mon premier livre est paru en 1908. C'était une étude sur le Drame moderne. Trois ans après je :pub!.iais « L'âme et la fQTme ... que la Nouvelle Revue Française s'offrit à repa-endre. Mais la guerre aniva. Ces premiers ouvrages taient-lls d 'inspiration marxiste? Non . Ph llosophiqu-ement parlant, je suis parti de K-ant. N'oubliez pas que je suis né dans un.e famUle de ha:u te bourgooisie hongroise. Mon père était directeur de banque à Budapest. - Et comment vos idées ont. elles « tourné » ? - La première guerre mond. lale a été ·pour moi l'occasion d 'u·ne crise décisive. En 1918, j 'étais, membre du Parti Corn..: muniste Hongrois, un des tout premiers. En 1919, pen-dant la Révolution, je fus commissaire du peuple à l'éducation, en D:lême temps. que commissaire aux armées. C'était une rude époque. EnSUite, Lukacs a connu l'exil, les tribulations de pays à pays, de ville à viUe, la vie clandestine. Je me suis étonné Qu'au milieu de ces traverses, il ait pu composer une oeuvre somme tou- . te abondante si l'on en considère la nature. . - J'ai connu Quelques périodes de calme, celles que j'a pas·sées en Union Soviétique. J 'y .ai séjourné l,mguement après avoir Quitté l'Allemagne hitlérienne. J 'étais attaché scientifique à l'In·stitut Marx-Engels. Nous avons évoqué alors les grands prOblèmes auxquels Lu-kacs s'est intéresSé , théOrie. de la conn.aJ sance, esthétique, etc. Ses livres n'ont pas été traduits en français, sauf l'un Qui a pour titre : « Existentialisme ou Mar- I LES SOUVENIRS .• 1 ·NE SONT PAS A VENDRE L Ë film de Robert Hennion tient du roman d'anlour, d.e la farce et du vaudeville policier tout à .la fois. « Les souvenirs ne sont pas à en .. cIre » : six sketches de qualité plus ou mClDS douteuse ;n!er prétés par second, Maurice Baquet l'inimitable, déchaîne le fou rire. En un met, un film pas très original mais bien interprété et contenant quelques belles i.mages . Josette WOLNY. xisme . D'où vient qu'il ait entrepriscette réPonse à Sartre ? - Ne croyez pas que l'exlBten_ tiallsme ait ,beaucoup d 'influence en Hongrie. n en a au contraire fort peu, bien que les livres de Sartre aient été traduits et répandus. Mais il n 'en es·t pas de même partout et c'est pourquoi j'ai voulu le combattre a-u nom du marxisme. J'ai montré que Sartre tentait d·opérer une sorte de réooncillation entre la philosophie bourgeoise, réactionnaire, et le marxisme. Or, il n'y a pas de troisième « v ie :/1 . C'est une duperie.

Pensez-vous que l'existentialisme

puisse être taxé de « fascisme ) ? - Sans être nommément fas·ciste, l'exi-S'tenttalis fraie la voie au fascisme. Donnant du monde une ldée désenchantée, pessimiste, il prépare cet irrationalisme qui a été le propre des « philosophes » nazis, de Rosenberg, par exemple. De )à vient que je tiens nnfluence de Sartre pour si dang·ereuse. L UKACS parle sans ambages. Son visage ascétique s'anime dans la discussion. On sent qu'il a la passipn des idé.ès. Mais cet homme étonnant n es t pas seurement un philosophe aù sens technique du mot. La littérature francaise lui est des plus familières. ÎI a éCrlt des études sur Balzac, Stendhal, Zola. J'.ai voulu sav lir si la litt-érature française se « portait ) bien en Hongrie,.à l'heure qu'V est. - .Jamais eUe ne s'est si bien -portée. Vous savez qu·.elle a toujours été en grande faveur chez nous, face à l,a culture allemande. · Mais cette faveur était quel que peu aveugle. On traduisait Maurras à côté d'Ar.atole France, Montherlant à cOt-é de Roger Martin du Gard. Aujourd'hui, nous choisissons Largement d'ailleurs: Sartre et Camus sont traduits en même temps qu'Aragon et Eluard. Le plus grand succcès df; notre théâtre national depuis la Libération a été l'Avare. On s prépa re maintenant à jouer Racine. Èt Lukacs m'a expliqué. que c'était là une vraie révolution, les acteurs ho'ngrois a.ya1t une « tradition ) shak,espearienne, mais pas du tout de tradition racinienne. N'ayez crainte, nous le jouerons, je tiens la main. Car je dOlS vous le dire, ajouta-t-il à voix basse, Racine est mon a uteur préféré. Ê:----- _-:::::..-:::::===::::-_... --rs li LE THÉATRE 1,1 Iul par Roger MARIA l1i: Il AVANT QU'ELLES QUITTENT L'AFFICHE Il H A moins que les cntlques écrivent spécialement pour les 5à il professionnels du théâtre, je pense qu'il n'y a rien de C»O- ::

r quant à rendre compte d'une pièce peu de temps avant g H qu'elle quitte l'affiche, même si elle bénéficie d 'une car- I·.·

•H rière de plusieurs mois. La masse des spectateurs ne sa.u- ::

i rait aller au spectacle dès les premières représentatiolls, j
L1i ce qui n'est pas à démon,trer, et ce qui sompte, après t.out, li Il Iil.amateur moyen, ce n'est pas la nouveauté, mais];\ I·.!::
IOCCUPE.TOI D'AMELIE 1 L troupe de Jcim- U LOUIS Barrault, au

H ThéMre ol\1arigny, joue ce vallde\·ille de Georgd Feyde:ôll:l là:: il avec tellement de fantaisie, d'art et d 'i ntelligence què les •• plu,; malll'ais ealen,))Our-s du stde Almanach Vermot de 1: i 190G passent la rampe avec a ls;tI1ce. Jean-.Wuis Barr.:aut U i.·;.: a t ransformé cette ceune du fQlklore parisin (mon Diell, il::.=:. comme tout ce monde pal-aît loin ... ) en une paroElie du n meilleur Fer dau. Et la salle rit avec entrain. C'est M:a,,- i:!: H leine Renatld qui 'corduit la danse et elle joue ce role H Savoureux cie cocotte bonne fille comme une pensionnaire i

i: attitrée di.! Palais-Ro) é!J, mais qui n'oublie pas qu'clle.a I::.

lriO.'l1phé dans « Suzanne et Casilda ll. U 1 NOUS IRONS A VALPARAISO 1 d Du ftra.:til . iË Si . . e COll ectlOH :5:à à! de Marcel Achard, au Théâtre des I\mbas!'adeurs. Une ÈS g pièce dite « à succès II parce qu'elle t ient l'affiche huit Il':::È H dix mois. Mais qu'en reste-t-il une fois le rideau bai.ssé? i Rien. Ces personnag'Cs manquent de vie, de chaleur t.)l,l- I.:=. i maine. Et ce n'est pas· l'utilisation, même assez réussie, du •• tribuna l de cour d'Assises sur la scène qui apporte grand H cho;;e. Le dialogue e.st quelquefois brillant, Simone Re- n

nant pas d;tns -0 11 emploi, Pierre Blanchar mal 11 l',lise g

H da.ns un rôle qui n'est pas à son nIveau habituel. Au iS ai demeurant, la pièce n'est pas en nuyeuse. r; il DOM JUAN Avec cette comédie trop peu I:S.. H jouée, que Loui-s Jouvet a eu Je. i H:1 gtrr,oHl1iv(!e mcJéer viatel; t d[e' ceruecnleè çopuenuitr- êtpreo url a la p1. ussc ènéet,q \i) lne dsee IUg !i notre théâtre. au moins jusqu'à Musset, et, à coup n t.:.: sÎ'r, la seule du genre au XVIIe s iècle. C'est un défi h.: lancé par J\Johère ;l son temps et à ses turpitudes; c 'est f .ij une pièce noire où circuk « cette mâle gaité si triste et si t·. I:l: profonde que lorqu'on YÎent d'en rire on devrait en peu- rer», ainsi que l'a fort b,ien dit ce même J\fusset invoqué :I·:: 'C plus h 1Ut. C'est du Shakespf'..are en plein règne - de

!:' I._ot;is XIV (et de Boileau), du Shakespeare qui aur .. it bt U

tournure d· esprit de \ -oltaire et de Jean-Jacques. M.iÏs n i.s. c'est s urtout du Moliere, et du meilleur. 011 sent l'homme !i et l'artiste il chà,que moment cie la pièce, même si ces deux ifIà:: H l1la'iciens que sont Loui Jouvet et Christian Bérard s'efiE for2'ent ·quelque peu à l'utiliser plus qu'à le ser\.'Jr. Les §

iii.:i:. décors, tanlot ,:obres, tantôt fa,:tueux et pleins d'invention de Bérard, illustrent Molière d 'une façon qui l'ellt certes :=:: déconcertt, maIs qu i nOLIS ravit, car ce roi du décùr fait g d\sorm.ais I\;-Ir-tie . clu nôtre avec sa fantai,:ie soignée et ses :: ê c1andeliers l tous les étag-es. Quant il Jouvet, il joue en . i.l.' grand Seigneur· et sa di ction forte et pleine de maîtrise est . iË

juste as:ez déclamatoire pour enrichir Je texte de Moliere ::

. i:::.::.:: dont il conyient, en effet, cie ne pas perdre une phrase. :.;. Le ceste cie la troupe est entit'rement dominé par Jouvet; H malS le se1r: (?,('k, lui, est dominé non par Dom Juan, i Si ma is par ,\ 01 rere. . iS des acteurs différents et dont le seul r---------------------------------------______________________________________________________________________________________ __ point commun est l'endroit où cha- ILA\ ftl'lh. ft T'ifIE JIl)JE ILA\ ILD1Jl))Eft]) JE-

=::::::::::::::::::::::=::::===::::::::::::::::::::===: .... _._ •.. __ ..... _---::::::-........... ...7 ai

cun d'eux se déroula, « l'hôtel du 'lU \l.J JlD .II n Col des Neiges ». Je m'explique ... Un vieil hôtelier (Alexandre Rignault) s'apprête à quitter le grand chalet dont il avait, au long de sa vie, fait un hôtel réputé. Il fait, avant de .'embarquer pour la retraite calme où s'achèveront se. jours, le tour du propriétaire. A chaque.pas, il se souvient ... Sur les six sketches, deux sont franchement mauvais. Dans l'un, Jean-Jacques Delbo, sympathique et pochard, e st accusé d'un crime qu'il n 'a pas commis et passé à tabac, dans l'autre, un écrivain sè dresse contre uri parvenu, mais celui-Cl .. o •• ède un solide revolver à l'aide duquel il fait tout rentrer dans l'orelre ... bilan : un second cadavre. Les deux .ketche. « honnêtes » de ceHe bande sont : celui qui retrace l'histoire d'un adolescent amoureux d 'une fille rouée et celui qui .'inspi ., d' légende paysanne. Le. deux autres sont les meilleurs, les mieux interprété. aus- 8i. Dans le premier Sophie Desmareh poursuit de ses assiduités un jt une écrivain anglais, Lord BrooJdyn, .ketch nettement supérieur aux autres par on esprit, son dynamisme et s n humour. Dans le HOWARD FAST est né à New-York, le H nOVÔTI· bre 1914, de parents israélites . . Il commença pal mener une existence aventureuse. Il fut, tour à tour, expéditionnaire, blanchi SetH, boucher, tailleur, garçon de courses, terrassier; à partir e 1936, il s'est définitivement consacré à la carrière des lettres. C'est un spécialiste des romans historiques. Un mot de lui nous renseigne sur ]' ensemble de son oeuvre : (( Emerson et Thoreau, les deux hommes les plus intelligents de leur temps, avaient foi en John Brown et étaient convamcus de la justesse de sa cause. De nos jours, Hollywood tourne des films où on nous montre John Brown sous le! traits d'un déséquilib'é, d'une brute et d'un assaSSin . Mon intention est de tenter une rénovation du roman historique américain. 1\ (J) John Brown était ce héros de la lutte antiesclavagiste dont la pen_ daison en 1859 révolta les « Y ankees )l et prépara la grande guerre de la Iration des noirs. Défendre la cause de John Brown ou rénover le roman 'historique américain, c'est chercher à faire vivre chaque luite du peuple américain pour la liberté, c'est rester lidèle aux masses. écrire pour transcrire leur marche à l' étoi le. Fast, l'inlassable porte-pawle de la lutte contr.e le racisme aux U.S.A., l'auteur d'une admirable histoire du. peuple juif, en 1941 , a été de ce fait. - poursuivi et emprisonné « pour activités antiaméricaines ll . 1( La Route de la Liberlé II n a pourtant Tien d'un roman à thèse. C' est rhitoire d'un noir, Gédéon Jackson, d'un esclave noir qui s'est . engagé dans les troupes nordistes pendant la guerre de Sécession. Il revient. à la paix , dans son pays natal. ne achant nt lire, nt écrire, mais fort doux, patient et fier de la liberté conqUise. Gé,..féon est élu député par les nOJrs. JI il dwit au !:fan5port gratuit en chemin de fer Jusqu' à Charleston (capitale de la Caroline). Mais il n'en sa it TIen, étant iocapable de lire les papiers oIliciels. Il s'en va donc, à longues enjambées, à travefS le pays et, finalement, à travers mille et une aventures, toutes inséparablement comiques et tragiques. Il organise une communauté prospère de fermiers noirs et blanc et, siège au Sénat... Mais des combinaisons polil iciennes et l'action barbare do Ku, Klux Klan déci anchent une nouvelle guerre civile. Gédéon et tous les si'ens tombent sous les coups des hommes du Klan, ëprès une dernière bataille, la plus glorieuse et, en apparence, la plus désespérée. En apparence seulement: comme John Brown. les martyrs de la plantation Carwell savent qu'ils ne sont pas des isolés, malS les premiers combattants d'une grande armée celle de tous les opprimés. Ce qui dis,inue le livre de Fast d'autres romans (( sociaux américains ll. c'est précisément la Illlte, âpre, tenace, par Gilbert MURY ------- - persévérant-e  !!le mènent ses héros. Dans Les Raisins de la Colère, Steinbeck montrait les paysans américains chassés de leurs 'fe;mes par les banques et le machinisme agricole. Dans Black BO}l, Wright décrivait la vie d'un noir accablé par le dstin de sa race. Mais une fatalité rillide enserrait. brisait tous les sursauts humains. La luttè ap 9oaraissait inulile et vaine. impossible. Mais Fast: précisément parce qu'il distingue Gédéon, toujours trè lié à son peuple, d'un politi'Cim coupé des masses, comme C'Irdozo (un autrf héros de son roman) montre chaque lutte dans sa réali'é humame. his'orique, comme un frallment de J'immense épopée, Qui, des esclaves aux serfs, des serfs aux travailleur du monde moderne. fraye aux hommes, à travers tant de larmes et de sang, la (c Route de la Liberté ll. -+---- (1) Howar.d Fast  :' L. Route de la Uberté - .N.R.F. ' Traduction HoIfe •. Avant-Plopos du tJ:a.lucteur. , 10 --------------------------------------.------------- DROIT Et LIBERTE ______ --. ________ -. __ ....----_:_.,...,.._. (; Janvier 949. - N- ZO'!I1: PIERRE -DEVIENT ' UN HOMME Etce O UAND les enfants sont arrivés, ils trainaient: avec eux bon nombre de complexes. Certai.ns étaient des inadaptés sociaux ou scolaires

d'autres étaient obsédés

par .le spectre de la guerre et de la déportation. L'insécurité, le sentiment: du danger étaient en eux 'et pesaient lourdement sur leull S frêles épaules. . Pierre avait bien quel- . ques camarades, mais ne se faisait pas réellement iiI'amis. II était là, assez isolé au sein de notre collectivité, renfermé, replié sur lui-même, ne se confiant pas. En classe, il fournissait un certain travail,' mais irrég1; llier. A la maison, il vivait comme un étranger, ne s'Întéressari à rien, Son attitude n'était que méfiance. Ccpcndnnt, tou't en lui, on vi agc ct ses yeux, révélaient unc profonde sensibilité et sa tristessé latente témoignait cl ' u ne gTancie sou 1'1' ra nee. Je pCRse · puurtant que luim(- me ne e6nn;ti sait plus très bien les causes de celle souffrancc ... pcut-être mêmc ne sa\ ait-il rlu'i qu'il soufrrait. Simplémcllt, il ne prenait, pour des causes inC0nnues de nous, aucun intc'-rêt i, la vic. U était clair qu'avant tout, il s' gis ait pour nous de lui permcttrt de 's'extél ioriser. Il falL 1it l' entourer d'arreCtion afin,.de l'CC réel une atI1JOsphi.·re cie conpar Henri GOLDBERG En effet, je pense qu'il est indipensab le que l'enfant sache qu'on oe peut remplacer un père ou une mère, qu'on ne peut reconstruire cc foyer qu'il a perdu, mais que, par contre, on peut·, et qu!il faut, reconstruire sa vic avec les moyens a sa disposition: le foyer pour en fants. Et dans ce foyer, nous, les éducateurs, ne devons pas chercher tl représenter pour lui les parenb dispal us, mais être les amis, les adulles qui peuvent lui crfrir leur affection et leur appui. C'est clonc dans cet esprit que nous avons attiré Pierre à nous. Nl·anmoinS, co nsid rant que son cas était assez sé(-ieux, nous avons tru devoir lui faire passer des visites médico-1Jsycho.1ogjques. Par deux fois, le médecin psychiâtre n'a obtenu aucun résultat. A chaq ue visite, Pierre demeurait Illuet.·. A quelques jours de la seconde, un matin, alors qu'il s'était levé avant les autres ayant un train l prendre cie bonne heure et que je me trouvais avec lui dans la cuisine, il m'a ,spontanément raconié toute son · histoire. Pri,; en H)42 avec ses parents, il fut placé par les Allemands chez ulle nourrice. Celle-ci, ne voul Int pas le g-ardcr, le plaça il son tour clans Ull ol-phelinat. Un ordre de déport:1tion étant. arrivé, la r'Ciigic.use qui dirig'eait l'orphelinat dérida de le faire op('rer d'une hernie , alin de le sauver, provisoirement, des camps d'Allemagne. Il alla donc il l'hôpital et fttt placé sous la surveillance d'un A Il e man d, mitraillelte au poing ... La guérison approchaIt, quand, pour lui éviter une deuxième [ois la déportation, la soeur le fit placer chez les galeux.

Toutes ces mesures ne suffisant

pas, il fût caché dans une maison. de correction où il resta, une année .durant, enfet mé dans une cellule, ayant contracté la gale. Enfin, en 1944., il en sortit, le corp, pl ein de traces dues à La maladie. J'ai compris l cc moment tOut cc que ce gosse, qui aujourd'hui a quinze ans, avait pu' souffrir et combien· étaient suffisantes les raisons qu'il avait d'être·méfiant! . Le rôle de l'éducateur n'est pas seulement de constater, mais de guérir ... N otis avons mis en route un cercle cie jeux dramatiques, dont Pierre fût l'un des plus fervents participants, Ilut ai nsi la possibilité d'exp'rimer tout ce qu'il ressentait, ct nous sav.ons bien que tout sentiment exprimé. de. quelque manière que ce soit, libèl e ct soulage l'enfant. Entouré d'arredion vrai e, il devint peu il peu plus affectueux, plus o uvert. A partir cie cc moment, il cut des amis ... Par eux, il fût entraîné 11 prendre part aux jeux sportifs, au travail dans nos ateliers et fut intéressé, r p particulier, par la section cie· ,:onst ruction de modèles réduits d'avions .et de batea ux. Lentement , il prend la , oie de. la guérison. Il n' est pas e ncore totalemeflt libéré de ses complexes, mais il est certain qu'il va de mieux. en mieux. fot une grande 1 , tote pour les enfants ••• Le Carreau du Temple il Andrésy J EUO( 6 janvie, à Andrésy. 1 5 heures : un autoca, a .... rive devant ' Ie Manoi •. De tous les coins de la m·aison, les enfants accou,ent pour accueilli, les visiteurs. Car ce sont leurs amis du Carreau du Tem.ple, qu'ils connaissent bien e·t qui, depuis des années, viennent leur apporter des cadeaux. D'irnombrables c.ol(s, des cageots d'oranges, des paquets de friandises sont déchargés et disosés sur une longue table, dans I·a grande sal le du Foyer. E'1fin, tout est prêt. pour la remise des jouets. Les enfants sont très sages, mais on les sent tellement impatiEnts : leurs yeux brillent, leurs joues sont plus roses. fi ance ct clc séc urité. . Quand je dis « l'entourer d'af- ,------------------------------. fect ion », je vouclrais qu'on fasse 1:1 di[f('I ence entl C « remplacer . ses pal-ents » et « remplacer l'al rectioll qu'il aurait eue chez se, On ouvr·e les colis, et alors, ce sont des cris de joie : dans chaque paquet, se- trouve le caiJeau désiré et, en plus,' des bo:,bons, des bouchées au chocolat, des gâteaux. Queî bonheur ! Nicol,e a reçu U'1e magnifique poupée, Nathan des patins à roulettes, le petit « Bon coeur» qui a trois ans essaia de faire marche . son camion, Hélène est très fière de son beau cartable en parents ». cuir ... On nous communique : L'Ass.emblée Générale de i'a Société des Brocanteurs, 29. rue Saint-Lazare, se tiendra au siège le mardi t 8 jtJJn vier à 20 h. 30. A l'ordre du jour: -renouvellement du bureau et mod·ificatiOn des· statuts. L'organiutin dés JUIFS POLONAIS DE FRANCE 14, rue de Paradis, Pa'ris (1 OP) Tél. : TAI 42-07 organise .un Bal ' ete nuit le SAMEDI 22 JANVIER 49 DE 21 HEURES A I.'AURE DANS LES SALONS DE L 'HOTEL LUTETIA 43, boulevard Raspail (métro : Sevres-Saby' one) PROGRAMME VARIE Buffet - Tombola - Surprises Retirer les invitations à 1'0rga(lisalion des Juifs Polona!s ou à la Presse NouveHe, 27; fbg; Polsson- 1 nlere.. . ' . L'Amicale des Anciens F. F.1 . f. T. P. F. des Bataillons Carmagnole et Liberté Brigad Marcel' Langer Groupes de combat Juifs vous invite tous à son GRllND BAL ANNIJEl qui aura lieu le 22 janvier 1949, à 21 h. • dans les Solon$ de 10 Mairie du 1Se BUFflET - TOMBOLA Orcheshe Christian Maris On dansera jusqu'à l'aub/ AU POSEUR DIE LINOS grand stock de Linoléum. Rémoléum, Balatum Toiles cirées, Papiers peints, etc. Ets MAURICE WAIS 98. boulevard Ménilmontant, PARIS.XX· M,: Pél· f-Lachulse. Tél. OBE 12-55 SucclIr. I! ·e : 40, rue de Rivoli, PARIS-IV· SOYEZ, VOUS AUSSI, UN COTISANT . . « Vuus venez toujuurs nu Us solliciter, mais que faitesvuUs d·e tout cet argent collecté? » . Cette ques.lion, nuus l'entendons biitn souven( 'sans méchanceté, dite avec bunhumie, eHe reflète tuut d·e JIiême un certain duute devant l'insistance qUe les OEuvres mettent à p()ger, depuis des années, devant la pupU:'ation juive, le problèm'e de l'enfance victime du nazisme. QuelQues chiffres donneront une idée de5 som(Ùes recueillies tous les mois chez de fidèles cotisants

. ainsI ' pourront-ils se

rendre compte des efforts déployés pour la bonne marche des foyers .• Les cotisants qui, régulièrement. chaque mois, apportent leur con tribution, ne sont pas en général des gen.s très aisés : ouvriers, artisans, petits CO.(llmerGants, leurs revenus sont bien modest.es. Et c'est souvent un sacrifice qu'ils consentent. Mais ils savent, ces braves gens, qu'ils ont la responsabIlité de ces enfants, et ils ont à coeur de ies aider. C'est ainsi que dans la régi')!l p al.'is:enne, 1.250 personnes eon·tribuent à faire vivre nos Foyers. Sur ce nombre : 355 paient 100 francs par mois. 124 paient 150 francs par mois. 307 paient 200 francs par mois. 54 paient 250 francs par mois. 132 paient 300 francs par mOIs. . 1 Les anciens U.J.J. de Toulouse, I€I, anciens du G'oupe de Combat Philippe se retrouveront pour passer ensemble une bonne soirée Au Bal du ZZ Janvier 1949 qUi aura lieu dans les Salons de l'Hôtel Lut2tia , 43. bd Raspail (mé tro Sèvres-Babylone) . 28 paient 400 francs par mois. Ainsi, environ 1.000 cotisants, sur 1.250. versent des sommes mensuelles inférieures à 500 fr. 11 4 cotisants versent 500frs par mois. Enfin, 50 personnes donnent 1.000 francs et plUS par mois, Grâce :l tous ces versements, nous avons· pu réunir, au mois de novembre dernier, dans la r égion parisienne, la somme de 340.000 frs, à laquelle ' s'ajoutent les fonds recuei lis par ' le Comité de Soutien de Montreuil. D'ores et d,éjà, nous pouvons compter sur l'appoi'ot du Comité de SoulÏr:n de Livry-Gargan, en vOIe d'org.anisation. Mais il reste encore· beaucoup à faire: le coût de la vie a considérablement augmeJ;1té, et chaque jour de nouvelles diffieu ·.tés surgiss·ent. Aujourd'hui, nous lançons un appel à tous les Juifs pour qu'ils redoublent d'efforts, en faisant. connaître les foyers, en in té res- 5unt leurs amis' au sort des enfants, en augmentant les cotisations: Il faut que ces gosses, qui S{'ut aussi les vôtres, grandlilsent f'll tonte sécuriLé, qu'ils d l\' .en Ùt'n l: des hommes ... C'est là une lourde tâche avec votre -appuI, nous la mènerons à bien. LA SOCIETIE DIE SECOURS MUTUELS ISRAELITES « AMICALE» vous invite ft honorer de votre présence son GRAND BAL ANNUEL qui aura lieu le samedi 29 ..Janvier de 21 heures à l'aube . dans les salons de la MAIRIE DU 10· ARRONDIS. 72, rue du Faubourg-Saint-Martin DEUX GRANDS ORCHESTRES sous la direction de BERNIE - OLIVER Prix d'entrée: ZOO francs Après une heure de dél-ire, chacun porte ses trésors dans sa chambre. Alors , c'est le goûter qui runit las .enfants et leurs grands amis du Carreau. L'affection mutuel.le se manifeste partout : Jusqu'au petit « Bon Coeur » qui insiste pour offrir un boni; on ·à un grand monsieur assis près de lui. . A 17 h. 30, l'autocar quitte An·drésy emmenant ces homme.s, ces femmes, heureux du bonheu: qu'ils on r répa.'1d o u. . RECTIFICATION NOus avuns fait paraît're que M. Grobman avait remis aux enfants du Foyer Ile Livry- Gargan dl'!s chemises et chemisiers. Il s'agit d'un autre a'fi'i. M. Leibovici, de Livry- Gargan, que nOUs remercions ici vivement pour son dun. Nous nOUs exCusons de n()tre erreur. BOUL·ANCERIE·PATISSERIE dUIVE BERNARD 1'2. rU-e N.D.d e Nazare 4 h, Paris 3 e Tél .. : TU Rbigo 9 5 2 Pain d seigle meilleure qualité Patiss'?rle d e la meilleure sorte Conditions spéCiales pour màriage6 et banquets. On livre à dO;:mcuë. Prix modérés Métro : Temple el République Les meilleurs TISSUS Toutes FOU RNITU RES pour tAILLEURS chez ZAJDEL 89, rue d'Aboukir - Paris-2e M. : st-Den.s Réaumur. Sentier Tél : eUT 78·87 Restaurant CHEZ ALBERT 57. rue Notre-Dam-e.de.Nazareth Métro : Strasbourg-Saint-Denis où vous trouverez toutes les spécial'ités roumaines, polonaises et russeS Ma visite à Livry-Gargan C E n'est pas la première visite que j'ai l' ocasion de rndre à ce Foyer, et chaque fois, j'ai l'impression de me trouver dans une grande famille, où les parents sont la Diredrice et les Moniteurs. Comment le décor ne s'y prêteraitil pas? .' En parcourant la maison, je. suis réellement enchantée de l'ordre qui règne, aussi bien dans les chambres ' que dans la cuisine, dans [es douches, la cave et les réserves. Tout est· soigneusement rangé ' et contrôlé par la maîtresse de maison. Nous n'aurons jamais assez de mots pour iouer nos amis qui veillent constamment sur nos chers enfants ... A ma dernière visite, j'ai assisté à la fêté de Hanouka. Nous étiom très nombreux, presque trop, poUl la maison . Tout le monde est venu, Commission Centrale de l'Enfance, Commission de l'Enfance auprès de rU.S.J.F .. les amis de Livry-Gar .. gan et bien d' autres encore ... A no. tre arrivée. la diré ction nous Ht vi .. siter la maison; après quoi, ce fllt un petit goûter amical au bar, où gateaux et vins furent appréciés par les invités 'à leur juste valeur! Nous avons admiré les travaux. manuels faits par nos enfants : de très beaux albums, cadres pour photos , poupées, etc. Et nombreux urent ceux d'entre nous qui dévali .. sèrent le stands en souvenir· de cette belle iournée. . Pu , ce fut. la partie artistique : récitations. chants en yiddish, hébreu et ftançais, danses . Après quoi, les enfants reçurent de très beaux 'cadeaux 'oIlectifs, entr,e autres une imprimere offerte par rU.S.J.F., une pendule offerte par la Section de Livry-Gargan, un portique pour la culture physique offert par Mme et M. Ostrawiak, ainsi qU'e des chaussettes et des chaussures. La fête terminée, nous sommes' tous partis le coeur rempli de joie de voir que nos. enfants ne sont pas seuls. Pour la Cmmission de /' Enfance . de l'U.S.].F., La Présidente : G. POZNANSKI. -1- ; ViSites - Piqûres - Ventou·'es 48, rue Rampo':neau - PARIS Métro: Belleville. Tél. MEN. 56·17 POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE Édouard SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS-9· Tél.: TRI 88-56. Nuit: TRI 88-61 AMERIQUE DU SUD AMERIQUE DU NORD PALESTINE , CC 0 CE ANI A )) VOYAGES - TOURISME 4 . rue de Castellane Tél. : Anjou 16-33 t • PAOn: p. LJeETE

9. . •• ..... ..;.' . ... ,_ • JJJ

AIDONS D ' LES COMBAlTANTS ::s D'ISRAEL Gars sympalLques IEVNES. E NANCY •• L ART AUSSI EST UNE LUTTE A propos de l'eXpOsition des jeunes al!'tistes juifs ••• 1949 débute. en Palestine, clans le tonnerre des avions et le fracas de l'artillerie : l'Angleterre - l' Aneterre des {( socialistes » Bevin, Atlee and Co et non des mineurs du pays de Galles ou des dockers de Liverpool - envoie ses escadres et ses armées ranimer le feu qui venait de s'éteindre. , Fait excessivement grave pour les intérêts stratégiques et pétroliers des impérialistes anglo-saxons : Israël et l'Egypte concluent un armistice. Le Néguev contrôlé par Israël, selon la décision de l'O.N,U., c'est la perte de bases aériennes, c'est l'interdiction de la pose de pipe-lines qui alimentent les coffres de la City et de Wall-Street en vue de la guerre qu'ils préparent 1 Jusqu'à présent, . ces me'ssieurs agissaient par personnes interposées, Farouk d'Egypte, AbàulIah de Tr,ansiordanie et autres serfs des rois du pétrole : les mercenaires s'étant fait tailler en pièces, la .Grande- ' Bretagne intervient ouvertement et déclenche les hostilités. Lorsque les valets échouent, les chefs S( Ilt bien obligés de mettre la main' à la p(lte . . La flotte britannique rallie le bassin oriental de la Méditerranée, et des transports, chargés d'hommes et de matériel, font route ve.ts Akaba, pour 'renforcer la tête de pont déjà établie voici plus d'un mois: Des colonnes de trrnipes ' israéliennes ont été bombardées, mais cinq appareils de la R.A.F. ont été oescendus. Nous, les jeunes, ne pouvons rester indifférents devant une telle injustice, une telle atteinte à la liberté des peuples : nous devons aider Israël dans son combat pour son

. indépendance. , '

Déjà, le Mouvement des Cadets prépare de nombreux' meetings. au cours desquels toutes les organisations de jeunesse juives - et nonjuives - viendrent proclamer leur union et leur velonté d action en faveur de la paix. Tous les jeunes, orgamses eu nen veulent participer à la ca ?pagne' de seutien à Israël : malS afin d: éviter toute discussien oiseu; il est bon de préciser les positiens. Nous disons, comme nes ami5 de la F édératien de la Jeunesse juive de Bruxelles - pour qui le preblème s'est posé de façon indentique - que la campagne de cellectage de fonds ne peut en aucune manière, être dissociée de r action politique, au meins aussi importante, en faveur de la recennaissance et de ,la défense du jeune Etat, et que les sommes recueillies doivent aller intégralement au fends d'aide à. Israël. C'est pourquoi nous demandons ia création d'une commissien de ontrôle financière, qui aura' pour devoir ,de rendre compte devant les masses populaires de l'utilisation de cet arget1t. ' T QUS ceux qui désirent ai ler sincèrement Israël ne peuvent que souscrire à une proposition aussi, !imple et logique. . Les jeunes, quelles qu SOlen! les positions prises par certams greupements intensifieront leur campagne de sotien en faveur des Juifs qui se baltent dans le Néguev contre J'impérialisme anglo-saxon, contre l'ingérence des trusts pétreliers et des stratèges à· la Hal der , en mal de guerre antisoviétioue. La jeunesse juive s' unira toujurs davantage pour renfercer son actIOn en faveur de l'indéoendance de l'Etat juif. Daniel BESS. D ANS une vaste chambre que ses jeunes occu nts mettent sens 'dessus-dessous (pour la nettoyer, paraît-il), je navigue avec lenteur entre les carcasses de lit et des piles de couvertures. Trois bleus à la cheville et une fOl)lure sans gravité, me préCipitent dans les bras de Daniel, garçon carré et sympathique dont le visage reflète qelq chose de l'ambiance joyeuse de ces -six dermers jours. - Alors, p'tite lête d'archevêque, m'accorderas une interview sur la situation des Cadets de Nancy ? Tout d'abord... ' .. - .Oui, mon gars! Je plie cette couverture et J y SUIS .. , ' -- Avez-veus commencé à travailler avec un nombre imp:ortant de jeunes et la jeunesse juive de Nancy a-t-elle répondu à votre appel ?- . - Nt'us avons tenté de rassembler quelques gars pour former un noyau avec la volenté d'intéresser les jeunes Juifs au mouvement des Cadets. . - Si je comprends bien, vous vous êtes fixés pour but de sertir les jeunes de leur torpeur en les amusafit, en les distrayant, et surtout en leur ouvrant les yeux sur.,. - Exactement. Nous neus devens de voir où sont les ferces d'antisémitisme et de guerre pour leur faire échec par notre Union el notre solidarité. Lef Cadets de Paris neus ont délégué Albert Klein, et nOliS en avons discuté largement Nous voudriens surteut des répertoires de chants et de jeux, ,des' directives ... C'est au tour de Henry, autre délégué de Nancy, garçon de taille moyenne, aux cheveux très bruns, au parler Ilegmatique et huilé; son grand souci, pour l'instant, est d'animer une espèce de chien mécanique en faisant pression s'Ur différentes parties du jouet. ' . , - Cesse de siffler et essaye de me dire ce que vous avez. ,tenté jusqu'ici pour donner vie à notre meuvement. - Nous avons fait quelques réunions avec les jeunes que nous avons pu réunir; netre travail étaIt surtout culturel. Le stage nous a révélé qu' un avenir brillant pouvait s'ouvrir devant neus, si nous en aviens la volonté {le petit chien salue}, et Daniel et mei apporterons à tous nos camarades ce dynamisme contagieux que nous avons trouvé ici .. ' Nos tches ? Le lalliement de la Jeunesse JUive de Nancy et' un travail d'organisation pour lequel nous nous sentons maintenant plu's forts. (Approbation du caniche.) Demain, Henri et Daniel auront repris leur vol d'oiseaux migrateurs et, comme les cigognes retrouvent au prilJtem leurs nids dans les cheminées alsaciennes, nos deux camarades iront porter au foyêr naissant de leur ville. le salut et les encouragements fraternels des Cadets pari'siens. Bonne chance les gars! 'li Ct :. 9) 1UUJ0lme l'lWmiJt! - Dis donc, Charlie, le cours de pédagogie, fameux, n'est:'ce pas ? - Et comment donc 1 Epatant ! , Je décQ,uvre la' petite maison du Raincy toute bruissante d'animation. , Dans tous les coins, des jeunes' bavardent et rient. Ils sont là une quaqlntaine, gars et , filles, de Paris et de la Province, qui participent au « Stage de Formation et à « l'Ecole des Cadres , organisés par le Mouvement des Cadets pendant ces vacances de fin (Vannée. Au mi lieu des éclats de rires, des discussions, des joyeuses bousculades, j'entreprens ùn jeu , d:approche vraiment ardu : arrIver jusqu'au diréctcur du' Stage! que ce que nos avons étu lié ensemble ... Vous Vt'I1l'L bien't()t les résu !tats ! Dans n ; tre programme une place importante était éga}ement . réservée aux chafits, danses et jeux, complément indispensable à tous ceux qui désirent animer un mouvement de jeunes. - Quel est le thème p'rincipal de votre -stage, le cent re ç 'intpTêt de vos activités? Cette charmante jeune fille a été élue « Reine des Cadets» pu une assemblée de 'jeunes enthousiastes. Comment la trouve%-vous ? I L est malaisé de rendre oompte d'une exrôsition de jeunes professionnels et l'on est parfois tenté de porter un jugement ensuite démeNti par les productions futures, . . Dans le cas de cette eXpûSlhon des jeunes artist. s juifs, nous ne pouvons malheureusement qu'exprimer notre déception. Déception rOT tant, non sur la f adure qui est généralement honnête, mais sur le • 'c( contenu D. Exposition banale sans plus, de jeunes peintres et scülpteurs. Rien en effet, n'évoque ici les thèmes de la vie juive d 'hier et. d'aujourd'hui, rien non plus ne rappelle le drame de ces récentes années, ni la souffrance, ni la lutte, ni la colère, ni l'esr oir. Ce qu'on peut leur reprocher, à' ces jennes, c'est de s'être enfermés dans leur art, d'y avoir cherché une nentralité passive. Aban(lon et lâcheté ... acceptation d'impuissance qui crée le divorce entre l'artiste et le public. Cette peinture, expression d'un cosmos in{l'ividuel, gagnerait à se retremper dans les sources humaines, à puiser au contact de la vie les él éments d'un art véritable, manifestation de la pensée et de la sensibilité, parlant à l'esprit et au coeur. Citens Sinai, expressioo J'un réalisme rehaussé par la netteté des lignes et des tons 'nuancés. Spitzer, relief et éléments de puissance. Blielur, sensibilité. Zalcman, couleurs. Reims, terres cuites expressives. _ Nous ne pouvons ici analyser chaque oeuvre en ùétail. Bornonsnous à constater l'insuffisru1Ce générale du ontenu. Ainsi, si oette exçosltlon n'a pas eu le retentjssement qu'on était en droit d'espérer, la faute n'en revient pas au public juif, mais à nos jeunes artistes qui réduisirent à la simple esth§tique, l'intérêt que les visiteurs étaient prêts à lem accorder. Mais cette exposition aura De taille moyenne, cheveux blonds ébouriffés sautant lestement de l'échafaudage de lits sur lequel il était juché, Henri, « le dirlo , répond patiemment aux questions que je lui pose : - Le s'tage de formation et l'Ecole de Cadres s'adressent al1X responsahles des groupes Cadets, et a tous les jeunes qui ont prouvé p lr leur dynamisme, leur dévouement et leur esprit d'initiativè. leur attacheinent au mouvement. Le stage ct l'école, organisés par notre Bureau mltional, veulent perplettre aux jeunes et aux responsable de discuter des problèmes q'UI se posent à l'heure actuelle à la ieune::!se en général et à notre Mouvement en particulier; naturellement, il ne s'agit pas de faire des phrase's sonore,; mais bien de traduire dans la prati- - Les jeunes et Iii lut,'e poùr la Paix En tant que Juifs, notre premier devoir est de créer l'union la plus large parmi tous les jeunes, afin de lutter co ... tre l'antisémitisme, le fascisme renaissant, la guerre. Et tout ceci s'inscrit dans le cadre de la lutte 'pour la Paix. . quand même porté ses fruits, si CHARADE les , exposants comprennent ce . que l'on attend d'eux et s'ils adCadet -Michougue ADET, PA Of SPOI\.T - V f ux-tu une tasse de thé?

L'économe du stage, cheveux

frisés et figure épanouie, est très fi èr- de sa cuisine et de ·ses aptitudes à « couper-la-viandeen- pctits-morceaux ». II me rappelle qu'il se fait tard et que la nuit tombe déjà. Lorsque j'ai franchi la porte, un chant plein d 'espoir et de vie m'accompagnait « En avant, en avant les coIpains, « Travaillons tous la main dans • -rIa main, « Déjà rayonne l'avenir pro- , fchainl Aline FRENKIEL On ne laisserait pas mon premier avec un chat, de peur mettent 'Cju)J!t doivent sortir de leur tour d'ivoire. Max LOIRET. qu'il né disparaisse; 1--_____________ _ Avec mon deux, nous vous offrons les meilleurs pour la présente; Et mon tout; pour l'avenii, nQus donne de grands espoirs! Comme elle respire, fille fait mon trois;' une Si vous n'avez pas trouvé, vous lirez la réponse dans noMon quatre, de-velours ou tre prochain numéro! Et si de soie, abrite de grands rois; vous avez des charades à nous Mon cinq, très souvent, pré- .. proposer, écrivez à Droit et cède , la danse; Liberté, P'age de.s Jeunes. Au féminin, mon six n'est guère' apprécié; Impi!'. Centr. du Crolssant 19, r du Orolssant, Paris·2- P . ROCH'ON, Imprinlul r 1

. .OOIT ·U IJBI;R;TE

. 1 ·AlLEMAGNE .1 OUEST: « Une nouvelle: guerre -en- passer par là. » ?. faudra « Dans la guerre d'agression le peuple allemand a marché derrière Hitler. Nous devons payer et réparer.» DeuK anciens 55. transforméll en -M.P. américain •• ' GRAND REPORTAGE DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL L. BRUCK \IWwV\ IL E chauffeur qui va m'emmener à travers le bas· . sin de la Ruhr est déférent et obséquieux. Il a retiré tout à l'heure sa casquette, m'a aidé à monter dans la « Volksw gen » et a attendu mes or· dres. Il me croit Anglais. ' , Nous quittons les rues animées de Düsseldorf. Dans les quartiers ouvriers de la ville, beaucoup de maisons en ruines, mais les usines sont debout. D'immenses cheminées fument des deux côtés du Rhin et c'est un spec'· tacle majestueux et un peu inquiétant ..• La route est belle. C'est ---- un large autostrade qui tr'a- les Américains et les Anglais les verse -toute l'Allemagne. 4 tiennent à Berlin ... circulation est grande : camions militanres britanniques, voitures allemandes. « C'est sos le 3e Reich que cclle roule a été coo.'s'truile », me dit le chauffeur. Il Y a de la fiert cl du reg'ret dans ses paroles. Les Russes sont barbares et les Françq.is_ mesquins Une nouvelle guerre? Bien sûr, dit-il, il faudra y passer, pour arrêler les Russes. Si l'Allemagne pouvait continuer la ,guerre, tout serait maintenant plus simple ... La 'guerre a été perdue parce que il y eut de la trahison. Des tratres comme Paulus.,. On pouv;1rt même gagn :!r à Stalingrad. En T945 l'Allemagne était à la veille de 1 a victoire. Cette désapprobation de mes compatriotes me fait réfléchir. Des remarques alllifrançaises, j'en ai entendu beaucou[ au cours de mon v.oyage, et J'ai pù oonstater qu'elles prenaient inspiratioll dans la presse anglo-saxonnt J'aIrais honte pour la politique peu clirvoyante de nos dirigeants. . Nous arrivons à Essen, l'arsenal de l'Europe occidentale. Lcs cheminée's fument. Tout aux environs témoigne d'une activité intense. - Vovez comment nous travai.\\ ons,' me dit le chaLI ff eur avec un sourire de satisfaction. Pres,· 'Ille a.utant qu'avant la guerre. Tout était différent aussit!)t que je débarquai à la Potsdamer l'Iatz. La di Hérence enlre les deu,x mondes-était frappante. Une affiche suggestive, rarpelant l'ex istence d'une «aulre Allemagne », un calicot appelant à la reconstruction et au travail, un slogan contre la guerre et la haine, les groupes de femmes et d.'hommes travaillant au déblaiement, tout me plaçait immédiatement dans une autre ambiance Les gens mêmes me paraissaient ici plus simples, plus aimable, plus rassurants que de l'autre côté. Je suis allé voir «l'Union des Vi.ctimes du Régime Nazi. » (V, V. Un peu [lus tard il me dira: _ Voyez Ces casernes. C'est a\\ssi une ralis;1tion du 3e Reich ... Les plu belles casernes du mond ! Il y avait des douches et des apparei l de T.S.F. dans toutes les chambrées, des terrains de sport, des piscines... Jamais la jellnesse n'a été alL'isi Gien ... Tl n'approuve pas les procès contre cettains oHiciers et généraux [\ llemands, contre les soidisant « criminels de guerre ». Deux vedettes en papier : le mark, « occidental» et le mark « orieH,a' - - Et maintenant ? _ Ah mainten::tnt nous n'av()lJs plus d:a;'mée. Nous avons tou penlll, C'est la chose qu'il paraît regretter le plus dans l'Allemagne actuelle. L'occupation IUi semble hose natu,relle, , les rest.rictions ,0 Hpportables, mais pas 'd'::trtnée, Ç;\ c'est dur ... , Je risque candidement une question : - Et le parti national-socH\- liste ? Il fne regarde de l.Jial. ' - Il n'yen a plus. C'est intet. dit, PLI is il entreprend une pru· dente justification : - Vous savez, on a beaucour eX;1géré sur 'cctte question. On était clans le Parti parce qu'on Hait ol 1igé. Mais on ne faisait pas cie mal. C'est les RlIses qui ont heaucoup calomnié. Ah ! ce Russes ... J'étai moi-même 2 ans en Russi, et je les connai bien, me ditil Ce sont des barbares, des gen sans' cu lture. Ils ·veu\-ent prendre toute l'Europe. Heureusement que Toutes les armées ont fait pareil. C'est de l'a;bilr::t\re, oes procès. Le peuple allemand ne le pardonnera jamai, Nos généraux ont fait leur devoir. Quant aux 55., eh bien, c'est du 1 assé tout Çà. C'était.,:' Plùs la peine d'eA parler. Je pense brusquement à Ora- ,. dour-sur-Glane et lui demande ce qu'il pense des' Franç;1is. - Ah ! ' Us ne sont pas ral, sonn lbles, ceux-là ! l 15 nou · prennent tout' et se conduisent trot brutalement, alors qu'ils ne sont même pas capables ùe mettrt; de l'ordre chez eux , '. Lems grèves, leurs com,llUlllsles ... Ah ! Il leur man lue bien un chef.., Et puis ils wnt trop mesquin, ajoute-t-il. Tenez, mon garçon vient de renlrer de captivité en 1unisie. Il est passé par Paris. Eh bien, ils lui ont pris 2 kilos de café sur 3, qu'il emportait, une livre de chocolat sur deux, du beurre, du jam\jon, etc, Ils ne lui laisrent que le minimum ... Pas beau. Nous exportons déjà, nous remontons la pente., L'Allemagne sera de nouveau forte et grande, si on ia laisse travailler. Oui, si on la laisse, elle le. sera, Mais que dev.i.udrons-nous alors? Deux secteurs, . deux mondes J 'ÊT\r· a ' Berlin ' depuis 3 jours l't ,tout içi m,e semhl!,lt toujours' étrange et irréel.. , Les secteurs occident::tux avec leur tour1.;e de trafiquants; de p,rustituées et e désoeuvrés aux coins de rues, ces policiers « occidentaux » aux mines inquiélante3 étaient un îlot de l'ancielil1c Allemagne. Tous ces gens plaçaient leur espoir dans un conflit, une guerre, une déflagration, Leur présent, c'éta it la comi.Jine. Leur idole, l' Amricain. ILe drapeau ,(JiétiCl\le a été 8 11 1 ché de la [Jo rte de B'·lIndhou..g. Ci-de$u , une vue de ta gr fI-' dio,e [..,.\tjfeatiolt qui a'c$t dé--l rGulée il IJerli il la ,uite de cette 1 provocation N.) organisation existant dan!! toute l'Allemagne, g r ·o u pan t 200.000 anciens déportés, interné persécuts ' raciaux, e tc. ·Ce n'est q'll'ici, dans le secteur Est et dans la.zi1e' Est qu'ils ne sont pas brimes .. , ' La réception , fut , oordiaJe, les explications' franches: - L' Allmagne a perdu d'.importants territoins l 'Est.· C'est une, site, logique de la_ guerre ci'agressioil, 'pour laquelle le peurie allemand m'archait c1er.rière Hitler. Nous devons payer et réparer. Certes, la situation matérielle du peuple est difficile, la misère est grande. Certàins élément néo- f asci,tes exp loi lent cette situ ation, ainsi CJue 'les sentiments nationaux c!es Allemands et les appellent à la guerre et à la revanche.' On met les difficultés sur le compte de Russes, mais on oublie rie dire que si le peuple vivait micux pendant la , guerre, c'est parce CJu'il vivait de 1a rapine, sur le oompte d'autres peuples soumis à l'esclavage ... . Je sens CJue nous aons une Ian-

l Janvier :1.94 ;1. ' --: N 20..8&

Ambiance de pogrome. A on brûle , les , journaux du soviétique gue commune avec cet Allemand. Il me dit aussi que l'esprit de-re,· vanehe, que l'on cherche il réveiller, est dirigé d'abord Vers l'Est,' mais se tournera ensuite vers l'Ouest. .. JI me prIe de la politique de Occidentaux qui s'appuient sur les é l ments les plus réactionnaires, de !a comédie de clén8zi fica- , tion à. l'Ouest, olt les N a7.is occu· pent les positions prépondérantes partout. .. Et pourtant . Allemagne démocratique est possime Alors que dans la ZQne Est, 90 % dè la police, par exemple sont composés d'anciens V.V.N., ce que sont également tous 1er chefs de cette police, les ministres de l'intérieur des 5' Lnder de la zone Est sont d'ancien , déportés. La plupart des ministn dans les Lii.nder à \'Ouet Ôllt des anciens membres du National-Socialiste, VOlL' comp ner, mieux maintenant l::t dif Tence ' eritre les delix parties de l'Allemagne, L'antiséitisme continue à vir en Allemagne occidentale dans les autres secteurs' dè B lin. Des cirflelièress9t jou'rnel. ment ' .r rofan;' (surtout qans : L zone britannique); ' des Juifs sont Fuh'liquemen,t insultés, con1me ce fut le' cas, par exemple, la. semalf) e ,dernière en plein C;onseil M6- nicipal de Wedding. En Bavière les hitlérien; fônt de nouve;1U la loi... ' . J'arprends qu,e, par conlre,' .un, travail sérieux est entrepris dan!; le sens de dénazific;1tion des es prits, de démocratisation dans la zone Est, lue les résldtats sont tangihles, C']u' Lln esprit nouveall commence à e faire jour parn, les jeunes et les femmes, Cette conversation m'a beaucoup aidé par la suite à voir Berlin mieux qu'en touriste. L'Allem;1gne hitlérienne demeure toujours, mais ltMe nouvelle Allemagne, déri1Ocratique, est peut-être en train de naitre. ) 1

Notes

<references />

Format JPEG