Droit et Liberté n°010 - 29 décembre 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Alerte aux braves gens par Jean Guignebert (orientation de la politique étrangère de la France) -page1
    • Contre le danger allemand, pour la paix, le MRAP vous invite à signer cette lettre qui sera adressée au Président de la République -page1
    • Un plan Maurras contre la République -page1
    • Romain Rolland combattant de la Paix par Pierre Paraf -page1
    • La C.G.T. dénonce le racisme dans l'Union Française: des camps de travail forcé en Afrique noire -page1
    • L'action du Mrap: la lutte pour la paix au centre des débats du Comité d'Action -page2
    • Puisqu'on ne vous le dit pas (chronique) -page2
    • Autour de la profanation de Dachau: le Dr Auerbach, éminence bavaroise, accusé de crimes de guerre -page3
    • Y a-t-il un danger fasciste en Grande-Bretagne -page3
    • Les souvenirs d'Emile Buré: selon Jacques de Biez le Christ était gaulois -page3
    • Grâce aux cadeaux de l'Oncle Sam, joyeux Noël pour les nazis dans l'Allemagne d'Adenauer -page4
    • Rubrique jeunes: des enfants de fusillés ont dessiné pour la Paix -page4
    • Théâtre: Les Justes de Camus: les "révolutionnaires" à la tête entre les mains -page5
    • Livres: Maxime Gorki donne une leçon aux petits bourgeois -page5
    • Souvenirs du nouvel an: Désormais en *Chine la terre tourne autour du soleil par Jean Montagney -page6
    • Aux extravagances des noceurs, je préfère mon petit réveillon familial -page6


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Que nous réserve 1950 ? Voici, illustré!! par Kamb, quelques-uns des voeux que forme c D. L. » avec tous les antiracist~s, tc;lUS les parti!\ans de la paix ... - , LtL bOmbe ato11J.i;z!u /tu Jnu,W. , ,... 1.4 ,reool!.StTUCtkm en bonne vo~. TOU S 'L ES V E N'D RED 1 S 30 Décemb. 1949 .- 5 Janv. 1950 ALERTE aux braves· gens COMBIEN de temps encore les braves gens de ce pays vont· ils fermer les yeux devant les par Jean GUiGNEBERT éclatantes et redoutables '-____ -'-_____ ---l réalités de la politique ex· térieure du Gouvernement? Car ils ne sont pas tous dé· libérément et à tout prix inféodés au capitalisme in, ternational, ceux qui, par leurs propos" leurs écrits , ou leurs votes soutiennent le Quai d'Orsay dans son action contre les intérêts permanents de la France. Tout d'abord, on leur a dit - c'était pendant la guelTe, dans le Pacte franco-soviétique, dans le Traité de Dunkerque - qu' il fal1ait prendre toutes précautions contre un éventuel relèvement militaire de l'Allemagne. Ils 'étalent d'accord et, instruits d'expérience, se félicitaient que l'on s'occupât si promptement d'un d'anger dont ils connaissaient l 'incontestable authenticité. Et puis s'est amorcée , la course à la fois méthodique et, DEPUIS quelque temps - il faut bien que l'on soit logique - on est allé un peu plus loin, beaucoup plus loin. On leur a dit: « Après tout, puisque nous nous préparons à la guerre, puisque nous en,visageons de nous mesurer avec les Russes sur les champs de bataille millénaires, nous serions vraiment ' trop bêtes de nous passer des Allemands qui ont, en la matière, d'excellentes vertus. C'est M, Winston Churchill qui l'a dit. Leurs industries, les ressources de leur sous-sol nous seront aussi précieuses qUe leur valeur guerrière. Il faut les « mettre dans le coup . ' Et on les ;a « mis dans le coup " On leur a rendu leurs libertés pol1tiques, on leur a fait ,toutes les conce&'lions, on leur a restitué u'ne quasi-souveraineté, on a arrêté les dé.mantèlements d'usines, on le)1r aacoerdé des (!l'édits, d'énor ·mes crédits, on les admet dans les ConseLls occidentaux et on parle ouvertement de leur réarmement. « Il n'en est pas question :t, clame et proclame M. ' Robert Schuman alors qu'il ne peut pa,s ignorer que la chose est inéluctabl~ , que ce n'est plus qu'une question de temps. 1 Nos braves gens croient encore 'M. Robert Schuman. Bien sûr 1 On leur avait promis que l'Allemagne nous paierait des réparations et ils savent qu'l1 n'en sera rien. Ils croyaient la sécurité de leurs frontières assurée contre un « retour de flamme' d,es ,Allemands et l1s ne peuvent plUS douter qu'autant en a emporté le vent d'ouest. Mais ils s 'obstinent. , Pourtant, dans quelgues ,semaines, quand l1s verront les !ülemands réarmés, les usines d'Outre-Rhin tournan,t à plein 1 rendement, les nazis blanchis et remis en place, est-ce que, enfin, lis ne viendront pas joindre leur voix à cette clameUr de protestation quI monte du peuple? ' . (SuIte en page 2,) • N° 'lO (l.14)

25 fr~'

5 'francs) CONTRE LE DANGER AL, LE, MAND, POUR LA PAIX Le M. R. A. P. vous appelle à signer cette le tre qui' sera adre'ssée . au PRÉSIDENT DE LA , RÉPUBL QUE Le Comité d'Action du Mouvement. contre le Raciame, t'An.tisémitisme et pour la Paix, réUni le 22 décembr-~, a adopté le prOjet d'une lettre que ohaque société ou organisation a/Jjliée ou non au M.R,A,P. fera signer et qui sera tlô.ressee ~ Monsieur le Prés.dent de la République. Nous e'l donnons le texte ci·dessous : Monsieur le Président de la République, Nous, que la dernière guerre a 'tant éprouvés, Cjll.i avons vu périr nos pères, mères, enfapt.! ' ou frères ' dans les , chaltlbrBS à gaz et les fours crématoires, sommes. protondément émus des prépara.tifs de réarmement d'U1;!e Allemagne ' ocèidentale non d~:Ilazij'iée et revancharde" . Nous consLatons' avec inquiétude que 1'00 prépare Guvertemeltt une nouvelle guen-e mondiale et que l'on envisage l'emploi de la. bomhe atomique. InStruits par la tragique' expérience d'un récent passé, nous savons que la haine des peuples, le racisme et l'oqieqx antisémitisme dont les symptômes se font déjà sentir:, ,précèdent et accompagnent toute guerre. C'est pourquoi, Monsiel\r le Président de la République,' nous nous adressons à vous ·et vous demandons très respeetlleusemeJ;lt d'user de toute votre haute autorité, de toute votre inf:ue!lCe auprès du Gouvernement fL'ançais, afin qu'il prenne les Il}esures nécessaires' pour sauvegarder la Paix, pour éviter à nos enfallts de revivre le cauchemar du nazisme et de la guerre. Nous sommes convaincus que notre volonté reflète ce:Ie' de l'immense majorité des Françaises el des Français, , Veuillez croire, Monsieur le !Président· de la Républ14ue, à l'expression de notre ha\lte et respectueuse considération. - Les criminels de g!(.eT1'e nam hors d'&t de nu!re. - ' La c poule au pot » dam c'Tulql!-ll famiUe. infernale qui, avec, en trom-r---------------_________________________ • pe-l'oeil, le plan Marshall comme toile de fond, a pris le , départ avec le Pacte de · Bruxelles pour aboutir - provisoirement - à cette conférence des « 12 ~ qui s'est tenue , li y a quelque temps au Ministère de la Marine et qui avait pbur ordre du jour de ré'Partir entre les patttciPants. j. les ~ches militaires du Pacte de l'Atlan tiq ue. ' - L'amende du di~anche supprimk daTM le métro ~ lei autOlml. Pour que tout cela fllt tolé-I rable à nos braves gens, on leur a raconté que, de toute ' évidence, l'U.R.S.S. se préPa·1 rait à conquérir le monde par 1 les armes, à commencer par l'Europe oocidentale et qu'il fallait bien se résigner à se préparer à cette guerre en s'appuyant sur la Puissance intacte des Américains. Ils l'ont cru et ils ont applaUdi, plus ou moins chaleureusement. mais 11s ont applaudi. On avait beau leur dire d'autre part que la question se 'POsait , tout autrement, Qu'ils n'auraient sans doute jamais pensé à la menace soviétique si la propagande des U,S.A. ne -------------'-----------------, _ La rt:tciste3 du Ku Ktux Kta1t , (~t ~& aut1'u) mil 4 la "aisa,," leur en avait pas panlé, que l'U.R.S,S. ava,it plus de raisons de reconstruire que de réarmer, ils n 'en démordaient pas et demeuraient 'sourds autant qu·aveugles. 'ROMAIN ROLLA,ND' , . COMBATTANT DE' LA PAI,X, I L y a cinq an!!, le 30 dé· cembre 1944, avant-der, nier jour de cette année decisive dans notre vie, puisque ce fut pour nous celle de la Liberté retrouvée, Ro, main Rolland mourait dans 158 retraite de Vezelay. Ce cinquième ,anniversaire de la mort du 'grand écrivaIn, ami de tous les peuples et de tous les hommes, libre et infacillatlons futures dans un climat bien différent de celui Q u. i allait empoisonner I.e monde hitlérien .de 1940. Dans les tranchées les fidèles du romancier continuaient à l'aimer sans toujours le comprendre. Donne le laurier li la France Pour que le monde ait l'oliv,ler m'écriai·je en un poème de mon premier livre... Quand , tigable combattant contre la ,----par ~ Pierre PARAF 1 racisme et contre la guerre, éveiUe en moi quelques souvenirs personnels et suggère quelques réflexions générales -------------que je dédie aux lecteurs de Droit et 'Liberté. Romain RoIlan(! était identifié, pour nous les adolescents d'avant 1914, à son héros Jean Christophe, le musicien fougueux en qui brillait la flamme de Beethoven ... Et voici Qu'un matin de juiIlet, en Sorbonne, 'le dieu des baccalauréats me mettait face à face avec ce personnage légendaire, professeur au Collège de France et comme tel président de mon jury, Je sortis comb:é de l'amphithéâtre Descartes, e~r. tant le premier souvenir de cette « confrontation . à mon départ pour la vie d·étudiant.

Romain Rolland le reçut en 1918. 11 m'envoya bien vite son message encourageant et cordial. Mais la vision du jeune soldat semblait bien simpIlste au penseur. Henri Barbusse, à la tê~ du Rassemblement Am.sterciamPleyel, Prit place à la 'pointe du combat. Fidèle ami de l'Union Soviétique, qui le considère à juste titre comme un des maitres de la pensée contemporaine, admirateur du génie de l'Inde - il eut avec le mahatma Gandhi de fraternelles entrevues - Romain Rolland jeta dans la bataille antinazie le poids de son uni- , verselle renommée. Le pacifiste était devenu l'un des premiers combattants de la Liberté. Sous l'occupation, trouvant dans son Voyage Intérieur _ qui fut l'un de ses derniers ouvrages -- un refuge pour son âme résis~ante, il ouvrit aux persécutés sa demeure de Vézelay. Charles Vildrac, sortant de prison, s'abrita chez lui. Je me souviens d'un soir de Gre· noble. en 1943, où l'on nous annonça son arrestation et sa mort; 11 me fallut écrire en hâte pour une feullle clandestine, Action et Pensée, l'éloge -de mon grand am!. Fort heureusement, la noullelle était fausse .. Le coeur de Romain Ro!land put battre jusqu'à la victoire. CINQ ans après, si sa gloire est plus que jamalA rayonnante, si de Montréal à Mexico, de Rio à Moscou et à Pé· UN 'PLAN MAURR'AS contre la République « Les gens qui' marchaient de plein coeur avec Pétain, le vainqueur de Verdun, sont des résistants. » Cette phrase, qui défie la logique la plus élémentaire, cette phrase scandaleuse a été prononcée l'aulre j 0 u r pal' le colonel Rémy, chef des groupes de choc ·gaullistes, au meeting organisé pour demander la revision du proce5 Maurras; L'ESPOIR DES VICHYSTES A ce titre - petatn ëtant lui·même un '" résistant • -, Maurras est un " patriote », Laval, Darnand, Déat, pucheu sont des 4: patriotes », ainsi que Bonnet... Au fait, on vient de classer le dossier du traltre Bonnet.... Et il semble bien que certaines mesures du gouvernement, telles l'amnistie récemment mise au point, sont prises sous la pression des collabos qu'on laisse impunément se regrouper, reprendre le haut' du pavé, Par contre-coup, ces mesures ne font qu'augmenter les espoirs et les ambitions des vichystes. Une seule explication : on a besoin de ces gens (qui ont fait leurs preuves) pour continuer la guerre d'Hitler. - Cela ne ·date pas d'aujourd'hui. Premier temps : ,on · condamne les traltres à des peines . insignif1antes. Sec 0 n d temps : on déclare que les peines insignifiantes ' peuvent ê t r e supprimées. Troisième temps : une violente campagne est menée pour la libération des grands responsables de la défaite et de la trahIson, comme Pétain et Maurras. En fait, 85 % des condamnés de la Libération ,sont déjà amnistiés. M. P.H. Teitgen l'a lui-même reconnu. Et, actuellement, 11 y a moins de coUabos en prison en France (8.000) qu'en Belgique (9.000). C'est dire que l'amnistie gouverne· mentale ne fait que compléter, systématiser un état de fait existant. . ,MAURRAS, CHEF ET SYMBOLE De tous les groupements vichys tes reconstitués, le pIus ' puissant est, sans conteste, l'Action Française, dont le journal «Aspects de la France ~ mène à la fois campagne pour Pétain et Maurras. ' La revision du procès Maurras est, pour le moment, leur • .. • QUELQUES années plUS tard, l'étudiant était transformé en soldat, Romain Rolland Je revis l'auteur de Clc!rambaULt, de l'Ame enchantée à l'un de ses pa.-;sages à Paris. L'apparente froideur de oe gr and . sol1taire contrastait avec la vibrante' et lyrique amitié d'Henri Barbusse. Mais on devinait ce qu'un tel isolement cachait de sensibllté humaine. Sous le masque du huguenot - qui ne l'était d'a!lleurs que de réputation -s'affirmait la verve du descendant de Colas Breugnon, du fUs des artisans gaillardS et des robins du Morvan, Madame Romain Rolland m'a dit la ga1té qu'!1 savait montrer dans la vie quotidienne. kin, on n'a ce&'lé de le lire et ____________ --, de l'aimer, comme on est loin du rassemblement unanlme auobjectif prlnèipal, pOUL' la réalisation duquel les mesures d'amnistie et d'indulgence leur paraissent c'réer un climat favorable. MaUrras est le symbole et le chef du fascisme en France. Boutang, rédacteur en chef d' «Aspects de la France», espère que la libération du s'était fixé à Genève, « audessUS de la mêlée , II s'occupait. dans les bureaux de la Croix-Rouge, du sort des l'ri. t!01tDiers et de leurs familles, aa.Intena1t leI :llens c1es réCon·

  • pUlS le fascisme apparut,

étendit son ombre sur l'Europe. Romain Rolland, anc tour de sa pensée! Comme le monde est loin de oette alliance' de tous les dé- (S~w pa.p 5) VOIR PAGE 4 : Au Meuble. choisi Alber. LEVY. • fSnlte pare i). Plusieurs J)Oli~ ces opèrent en Allemagne occiIlentaje

polic~

ihdusfr1elle. polie e p6liti'l.ue (Gestapo), gendarmerie (schupos). etc .. , Elle. sont toutes AU service d' U ne même politique de v iolence, de répreSSion antidémocratique et de préparation à la guerre. Ici, les schupos se font la main en ma .. traquant les ma .. nifestants qui protestent contre la . projection du n]m antisémite : • Oliver Twist :to.

Lire lu ftlquftft le D. 1. 'sur'r Allem6gne : • • Page 3: Le Dr Auerbach, éminen«:e bavaroise, accusé de crimes de guerre. • Page 4: Joyeux No ë.J pour le nazis dans l'Allemagne d'Adenauer. La C.G.,T. dénonce Depuis 18 12 décembre huit dirigean s du R. D. A. to t 1 a grève de la faim D!epuis 10 mois, ult clirigeantlt du Ra ... ....,blement Démacratigue Afrieain sant empriflonlles à Bas5am, ~n Côte-d'Ivoire. Leur crime? Ils 'lJt vaulu rétablir l'ordre troublé par lieUrs adv~rsa.ires POlitiques .au cours 'd'une ' réunion. Les provo~teun, ellx, .ont libres. Mais depuis le 1% décembre, eeUl 'lu; sont arrêü. lUbitrairement font la (lP:ve de la faim . Parce qlJ'iIs veulenL JUourir pour échapper' à la iustict:!? Non, 'parce qu'ils appellent la. justice 1 On les a torturés, battus, on a refusé. contre tout droit, leur mise e.ll liberté provisoire. En Afriq e N aire, bou nombre de 001011. n'ont pas encore renié BilleT. • L'émotion provoqq.&e d,aru tont le pays, par cdt#, illégalité flagrante, est ccmaldérable. , Les vagues d. protestation !;J! succèdent." de'8 députés socialistes, M.R.P., contmunlstes protestent, des, délérations de femmes se rendent à la prison pour exiger la Ubération des détenus. ' le racI•s me Jans - La loi a.JIPliquée au:z: Zi.gua et a. iourna.ux fa.sciste&. - La campa.gne des' 5.000 1WUvea. ux a.bonnemen;t8 à, « ; D. L. ~ réalisée en un temps' record / ... hnpossible ? Unissonanous, agissons ... 'et vous verrez! , \ l'Union Fran~aise DES CAMPS DE 1 AVAIL FORCÉ EN A'FRIQUE' NOIRE I L est; dans le monde, des pays où le racisme est élevé à la hauteur d'une institution. On connaît les odieuses discriminations raciales, l'antisémitisme plus ou moins ouvert , qui regnent ~u.x 'Etats-Unis. On connait ~esagjs.sements du fascis,te Malan en Afriq'IJe du Sud, la 4: politIque blanche"» pratiquée en Australie les discriminations en matière ~'iJ?migration a~cidées 'par les gouvernements a:ngJai~ ,et canadien, Nombre de faits quotIdIens prouvent la renaIssance du racisme et,de )'3ntisémitisme en Allemagne occidentale (p~rmi l~s troupes d'occt;lpation aIl?éricaines , elles~mêmes). Tout cela e~ ' rapport" avec les prep'arahfs de guerre. MaIS trop souvent, certains oublient que, dans les territoires d'oùtre- . mer, dans l'U!1ion 1 française, le racisme sévit avec une violence sans cesse accrue. C'est ce que vient de rappeler la Confédération Générale du Travail dans un mémorandum très détaillé qu'elle a remis à la Fédération Syndicale Mondiale. pou r être transmis à rO.N,U. Ce texte a une histoire, En 1948, une délégation des travailleurs syndiqués des Territoires d'Outre-mer de l'Union Française se rendait auprès 'du président de la République pour lui exposer ses doléances au sujet des conditions de vie faites aux populations coloniales. M. Auriol demanda alors que solt rédigé un mémorandum étayé de faits précis et vérifiables. Ce document fut prêt le 28 octobre, remis au président de la Répub!ique, ' qui en annonça l'envol pour suite à donner, au gouvel11ement, Un an plus tard, suite n'a. pas é,té, dOl1né~. , Le racisme (liuite en pace 2.) A Conakry, ces travailleurs atricq.ins, pour un salaire de famine, cUcTulrgent les troncs d'arbres transportû 1lQJ:-du embarcations primitt.vu -.~ '----------~~----~~------------------------- L'IMPORTANCE D'UNE LETTRE LE gouvernement I1n Dr. Adenauer vient d'entreprendre des dêmarehes en vue d'obtenlr l'arrêt 10tal des l1émontages des usines Hermann Goering qui constituent, avec las usines Thys- 6en, le grQS de l'industrIe de mort qui ~lIm~nta la guerre de Hitle~. n est Infiniment prObable qUe lIa.tisfactlon sera. donnée itux fondés de pouvoir qui êlègênt A Bonn. Pourquoi, en effet, le Statè Departcient reftL'léralt-1I auX Goerlng-Werke ce qu'II a tOut naturellement accordé' Aux Thyssen-Werke malgré et contre tous les aècords et traltés c'lnclus entre les Alliés? Tout prouve maintenant que l'IndUBtrie de guérre, en Allema.gne occidentale, non seulement a. été épargnée, mals roule déjà à un rythme acoéléré. IJe la suite dans les idées Dans, le mille Gârry Davis a tait un communiqué. a ;a presse. C'est la, depuis lon~ltmps un .dI} ces « événemenl,$ » qui n'émeuvt: nt plus personne. - Je veux, dit·il, participer ~ la reconstruolion de l'Allema;n~. Au moment où la reconslLuctlon de l'A:lemagne est fonction de son réarmement et du retour de .sa puissance d'agrèssion c'ést là une singulière idée pour un apôtre de la paiX 1 Allume ta pipe à la pompe Garry DavIS a été bombardier 'dans l'avIation américaine. Il en garde, parait-H, un sentimént de culpabilité. On ne sait pas toutefois si c'est d'avoir écrasé inutilement d'innocentes bicoques e uropéennes et tout ce qui vivait dedans ou, au contraire, d'avoir contribué dans une certaine mesure il. :a victoire sur le fascisme al.\emand. - J'aimerais, dit-II, faire ce travail de reconstrUction, car 1e ne peux 1 rouver une autre raison plu$ valaole 1UJur aider. les hommes de bonne volonté souffrant maintenant inutilement en prIson. Comprenné qui. poun-a. En France on n 'aime pas III charabia. C'étaIt sous Vichy. De Gaulle trouva en lui l'homme Idoine pour diriger les massacres dam le C6nstantinoÎS. Te~ sont les crimes. Erréur de. tactique Toutéfois, ce n'.est pas pour ces motifs qu'Achii!.ry ést poursuivi. Quetque tèmps après la libération de l'Algérie, i; ' avait torturé trois coJlabos. Histoire de montrer sn. bonne volonté. C'eSt cela. qu'on ne lui pardonne pas aujourd'hui. Quant au reste ... Et avec ça, faut-il vous t'envelopper? . , Un homme de bonne volonté Jeudi dernier, on devait juger en Cour. de justice le dénommé "Horace de Carbuccia, gendre de Satisfaction Le ministre fédéral des réfugiéS du gouvernement de Bonn est plein d'amitié pour le gouvernement français. - Après les excès inévitàbles au lendemain de !a libér(ltioh, at- il dit, les Allemands traduils èlevant les trlounaux français ont . été jugés correctement. Deux iL trois cents ont été condamnés li mort. Tous ont pu demander leur grâce. Neuf condamnés iL mort seulement ont été exécutés. Pas étonnant qu'lI soit content le ministre 1 Quarante mille! ,Le ministre fédéral des réfugiés veut prendre SOUl! sa ptoteètion les rèsSOrtlsSants allemanc1s résidant à l'étranger. y compris ceux qui sont encOre en prison. Et lés 40.000 Allemands incorporés d:i.ns la Légion étrangère française. . Qui ont trouvé en Indochine un térrain où ' utUiser leurs compétences. Si parfaitement démontrées à. Ascèt, à Tulle, au Vercors. iL Oradour-{; llr-Glane et ailleurs ... Civilisation A pl"Opos de la guerr& au VietNam, l'hebdomadalre COlonialiste « Climats 'P publie la photo


~~--2 février 2010 à 11:15 (UTC)------------~----------~)

Les beaux mariages Justic.e allemande Un tribunal de Munich a condamné Hermann Esser à deux mois dll prison pour à.y9ir fait pUblier une serie d' arttcl~s intltu; és : Adolf Httler, grlLnd amoureux. Majs le plUS gaulois de l'histoire, c'est qu'Esser n·est . ji!.mais a llé en prison pour avoir été t itulaire de la carte du parti nazi, NUMERO DEUX 1 • Franc:o c:hez le pape 'A l'Occasion de l'Ouvêrture de l' Anné~ Sain~. le Pape a prononcé un discours. Il a parlé dé l'Union soviétique et des démoèràties populairés et de la civili.sation chrétienne et tout ... Sauf la bombé atomique, dont il n'a pas encore condamné l'usage. Puis Sa sâinteté a répondu en termes chaleureux à un message du président Truman. Avant Qu'on apprenne à la Cité du Vatican qu'Elle recevrait F ranco - digne paladin, sans doute de la civilisation chrétienne ~ au cours de l'Année Sainte. L'été dernier, n'alla-t-elJe pas jusqu'à S'exhiber, sur la COncha, en malilot deux piècès. L'Espagne (des Grands) n 'ava.it jamais vu ça. Tous les curés dè Sàin t ·Sébastien dénoncè r~n t le scandale au prêché. . Quant il. la misère du peuple espagnol, ce n 'est par un sujEt digne d'un beau sermo:'!. Un singulier Siro L'émpèréu,r Hiro-Hito avait à son senice . un . médècin général qUI s'appelait Su·o. N'al:ez pas croire surlout qu'eu égard à son nom l'hommè s'occupait seulement de soigner les maladies bénignes. . ~I était à la téte d'un des laboralolres insta:Jés en Mandchourie pour préparer, sur instruétions speCiales et secrètes de l'émpereur du Japon, la guerre microbiennè. L'ACTION DU M.B.A·p·l La lutte pour la paix au centre des débats du Comité d'Action Le comité d'action du M.R.A.P. s' èst réuni le jeudi 22 décembre sous lâ présidence de M. André IlIum el. présllÛnt du mouvèment. Après adoption de l'ordre du jOur préSenté par M . Albert Youdine, M. Maurice Grinspan, secrétairé gé1!éral du M.R.A.P., a présenté un bilan de notre activité depuis la dernière gession du comite d'action. Il rapptla la campagne ·menée par le M.R.A.P. contr~ la mènace du Sturmer et la repltrution d.e !a presse nazie, campagne iL laquelle de nombreuses personnalités de toutes tendancès ont pàrticipé. M. Grimpan mentionna ensuite le grand meeting tenu iL la Mutualité, en pré sencè de M. Yves Farge, aimi que la participation' massive du M.R.A.P. au vote pour la· paix, l'importante conférence du 6 novembTt qui rassembla les représentants de plus de 130 sociétés et orglmiSiltions, le meeting de pro- · testation contre lès pogromes d'IraI; la pUblication de DROIT ET LIBERTE, hebdomadaire du M.R.A.P, tion a àiJ,opté le proiet d'une lettre que chaque ôrganisaUèm ou société affiliée fera sirmer et q'ui sera, envoyée à M. le president de la République (nous en publiOns le texte page 1). Après le vote d'une r ésolu.tion RésolutiGn contre le danger du réarmement alleman~ Le comité d'a~t1on dU 1\1.R. A.P, réuni le 22 décembre . 1949, ~Iève 1!-ne protestatlo.n Indignée contre les préparatifs dé réarmement de l'Alhmainè occidentale non dénazifiée, militariste et revanchardè. Le réarmement des ancléns nazis, véritable défi à. la paix; s'Inscrit dans la préparatlo!i d'une nouvelle guerre mon: diale_ Ceci, cinq ans à peine apr~ la victoire remportée, au prix de tant de sacrifices, par les · peuples sur le monstre nazi. Les choses, aujouI'd'hul, vont certes bien pltL'l vite qu'au lendemain de 1918, en dépit des terribles l~ons de l'histoire. Est-ce oubli, inconscience, négllgenoo? Non, il s'agit trune politiqué criminelle dàns sa. préméditation et dans ses objectifs. ' Bon voyage Garry Davis, un de ces produits qui nous viennént· d'Amérique, comme le « RIlader's digest» et la Coca-Cola. On m use un peu, On s'en fatigue vi~. II veut aller en Allemagne, remuer des briques. Bon voyagé! Les tartules devant la tombe du héros nord-alricain Aissa Ichou Avèc onze de sés acolytes, le général Siro va être Incessamment jugé par un tribunal soviétique. Mais Hiro-Hito; qul n'est pas moins que lul re~ponsab:e, reste sOus protection américaine, L'auriez-vous cru? M. Pierre-Roland Lèvy rapporta, nt sur la situatÛln intérieurs et 'internatlonale, traça les grandes lignes de l'action du M.R.A.P. en favéur de la paix. Mme C~cile Cerf montra l'impDrtance de DROIT ET LIB·ER,TE, comme arme de combat dans la lutte contre le racisme et Z'antisé. mitisme. Grâce au journal, le M. R.A.P. peut exprimer sa position et deveZopper son influence. Mais pour qut son existence soit assurU, il faut iL « D. L. » 5.000nou ·veaux abonnés, et Mme Cerf propose qUe les adhérents et amis du M.R.A.P. mèttent tout en oeuvre pour atteindre !a moitié de cet oojectlf au 15 janvier prochain. La communauté juive de France, tellement éprouvéè par la dernlèrf: . guerre, voit' dans le réarnlement de ses anci! ns bourreaux unè insulte il la mémoire de ses morts. èt une mena.ce 'de nouvelles ' atro-: cités pour les survivants. Le M.R.A.P. appelle tous le .. Juifs à renforcer leurs ranti;, à forger une union inde;;tructible sans dl.stinction d'opio nions pDlItlques, phlIosophiqués ou religleu;'es, et à. rèjiindrt les partiSans de la paix .en France et dans le monde, polir qUe, par l'èffort de tous. l'.é.. ampllssoment du crime soit èntravé et arr hé. Les , Impérlalll!tes amérlrAins entendent précipiter le {lionde dans une nouvelle ca' tastrophe après avoir saboté et violé les accords de Yalta et de Pots.dam, transformé en farce' tragique ' 111. démilitarisation et la dénazification, mis des Heuss et. des A\1ena uer à la tête d'un Etat re- ' vanchard, et jeté les bases d'une nouvelle Sainte :Alliance danS laquelle les nazis auraient un , rôle décisif. Pourquoi? Pour albattre les peuples qu se sont libérés de la. domination des oligarchies économiqueS, pour museler tous les hommes libres dans le monde.

  • CE que tout cela. signifierait

pour non.!, pour tous les rescllPés des chambras à gaz et ~es crématoires, nous avons trop payé pour le savoir': des massacres, ides an4arttlss'ements bien pues, bien plus 8auva're .. , bien pIns systématiques! Car la barbarie hitlérienne renaîtrait, décuplée, centuplée par les ravages de la bombe a.tomique. , C'C$t pourquoi l'initiative du lU.R.A.P. appela.nt toutes les organisations juives, affHiées ou non au mouvement, à envoyer au Président de la République la lettre dont ~ous pubIlons le texte en première page, prend, en ces heures' cruNales, un9 signification et une portée de la plus haute Importance_ Cette lettre est un acte \:our la. paix auquel nulle or* a.nisation, conelente de SeS responsabilité ne peut se soustraire ! . Ça pouvait aussi. bien, se faire sans pub :ici té. Ce que vous attendiez Un avocat du barreau de Paris vient de rééditer l 'Appel de Louis' XVI dia Natiôn ». Texte d'une brûlante actualité, s 'li en fut. Avec un commentaire ad 'hoc qUi remplira d·aise. tout ce que la France compte encore de mônarchiS~ s, d'antidreytusards et de maurrassiens. Il y serait prouvé que 1 .. rédac- ' teur de l 'Appel aurait élé « le malheureux roi lui-méme JI . Ce qui est évidemment d'une Importance capitale pour la compréhension des choses de notre temps. De Louis XVI à Pétain '. Quant il. l'auteur de cette réédition, c'est M' Jacques IsorI)1, Qui fut l'avocat du tri!.itre Brasillach (fusitlé) . . Et du félOn Pétain. , Ce dernier bien vivant. Joli palmarès Enfin, dira-t-on, tout arrl'Ve, même la justice. Le tortionnaire Achiary · vient d'être arrêté. Comme il était mèmbre actif et influent du R.P.F.. toute la co:onie vichyste d'Alger S'én est trouvée agi tée. . Il n'tm . res~ pas moins que lorsqu'il était commissaire de la B.S.T. à Alger, Achiary, ancien sous-préfet de Guelma, a torturé odiéusement des communistes, en particu:ier ' des jeunes filles. Samèdl derhler avaiént lieu a u cimetière musulman Je BoblfllY les obsèqùes d'AïsS3 Ichou, chémlnot nord·africain, dont le sacrifice a w.rmls d·t\vlter une catiutrophe ferroviaire près de l\1elun. Alors qu'il dirigeait lile ëlJuipe d'ouvriers occupéé i\ reparer les voles, Aissa Ichou fut averti qur- le rapide 66 arrlv. ait. Le signal d'évaéuation fut donné, mais un cric restait sur les rails, menaçant de cau!~r une MtaStrophe au lourd con vol. Aïssa Ichou se précipita et réussit à rejeter l'engin sur le remblai. Mais la locomotivé l'aUJliknait en même temps et les roues lui broyaient ~ tète. • n" ce saèrifice héroïque. Chilippe et direc~ur de Gringoire. Horace n'était pas là. Il avait écrit au président. Pagènel que son état de santé lui Inlèrdit tout déplacèment et le contraint à demeurer aux environs de Lausanne. Mais qu'autrément il serait prêt à t(tire la preuve de son pa.triotisme, de son innocence et tout Camme Scapini, quoi. En préMl1t la poudre d'escampette. Le procès a été fixé au 13 janvier. parlez tou t· ce . que vous voudréz Que l"étàt de santé d'Horace ne séra pas améJloré. Ah non ! Ne pas confondre Puisq,ue la mode est 'aux campagnes {( humanltairès » ènfaveur des traîtres de lous genres, l'Epoque Y va de :a sienne Et de se pencher sur le sort des II: ind 'gnes nationaux ». « L'indjgrtité nationale, écritelle, c'est l'étoile jaune d~ la ZlbératiOn. . Tout simplement. A ceci près Que les Juifs. étaient affublés de . l'éto!!e jaune parce qu'ils étalent Juifs. Et que les« indignes nalionaux 11 ont été déclarés tels parce , qU'lllI ont servi l'imnemi et applaudi il: l'institution de l'étoUe jaune, précisément. NODS ne nous lascserons jamais de le répéter : c'est de nous, de l'union et de l'action de millions d'hommes et de femmes de tous pays, que dépend le salut du monde. Les . rorces de pal:1Ii sont immen- J. GUIGNEBERT 1 SES. Elles peuvent, elles doivent faire reculer l'i ~ngér. Seuls peuvent nier ces évi_ dences et refuser ce combat, les fauteurs l1e guerre et leurs compIloes." Q!'tû!.LI:~!f! TOUS LES VE"lDREDIS DROIT ET LIBERTE contre le racisme et l'anti~ émitÎl;me. pour la paix C6MI'tE DÉ DIRECTION Alldré BLUM EL Maurice GRINSPAN Chul.. LEDERMAN Pierre-Roland LEVY (SUITE DE Quelles que ~olen t les réalités du prétendu antagonisme russo-amérlcaln, quelle qu'ait été la complaisance avec laquelle lis ont accueilli tout ce qu'on leur a dit, ces hommes et ces femmes devraient prendre conscience de cetté Vérité toute simple que la France, étant livrée à la menace d'une Allemagne que l'on relève et que l'on va réarmer, est eKposéé au plu~ extrême péril: Une Allemagne fortê est tàu~ jours une Allelfiagne bé1liqueuse ét élIe a dé terrib1ês revanchés à. prendre. . RietI. né permet dé pensér que là fiHiltidrê afiléUoratlèm soit lli.tervenué dans l'étàt d'esprlt de nos voisins. Ils n 'ont jamais exprimé le 'moindre regret des crimes qU'lls ont ' permis quand Ils ne les LA PAGE .1 ) çon n 'a porté que de mauvais fruits. OUi, la France .. est en danger et si la PaIx est encore chancelante ' parce que Washington ne veut pas s 'accorder avec Moscou, le fait qu'on nous contraint de nous entendre avec- ces Allemands-là c'est-à-dire avec ceux qui ont ravagé notre pays et ont massacré nos càmaradès, èst un défi à la pills élémèn.talrê j)rudéncl!. Naguère. personne ne S'y sérait trompé. Que ceux qui s'y trompent aujourd'hUI sé hâtént d 'y voir èlair_ Binart, ayant ëté dûment avértis, Ils porteraient lèur là-rge part de rèsponsabililté dans lês malheurs Qui vièndraient. une fois oe ~lus, accabler la Patrie. RédactIon ~t adminf.stration: 6. 8ri Poissonnière, PARIS-II" Tél.: PRO 15-01 ot TAI. ~1-14 ont pas commis. Ils sont de-I-------------Le gérant : Ch. OVEZAREK meurés les mêmes avec une défaite en plus et Il suffIt d'écouter leurs hommes d'Etat pour se convaincre que la 1e- Pour recevoir régulièrement « DROIT ET LIBERTE» ABONNEZ-VOUS· en nous retournant ce bulletin à notre adresse 6, BOULEVARD POISSONNIERE, PARIS Je sou,&slgné __________________ _ demeurant _______________________________________ _ souscris un abonnement d DROIT ET LIBERTE de trob mois, six mois. un an (1) et en vers, It montant d votr, Compte cltéque postal 6070-98 l"iLrls. Tarif d'abonnement: 1 an, 1.100 francs; 6 mois, 600 fr.; 3 mois, 300 fr. Etrana::er : l an, 1.606 fr.; & moi!;, 850 ft.: 3 mois; 450 francs. (1) Rayer les mèntions Inutile •. On nom communique ... Nous apprC!!nons avec le plus grand plal.ir l'inscription 8U barreau de' Mot" de M' Bernard Davidson, l!eencl~ de la :F.cult~ de droit de Nancy en 19i8. diplômé d'études lupÉrlèures de droit public. sI'~claJis~ jusqu'aiors tians le droit civil. Nous tenons tout particulièremf:nt à féli citer M' Davidson. ms de militants tr~s d~vou~S de I·U.J.R.E., ot à lui souhaiter de pourswVTe son activité avec succès. Le Secrétariat de l'U.J.R.E. Le Comité de la. Section de rU.J.R.E. de Metz. 111I1I11 0l u l lI l lI . 1l 11l 111 1 11 111 111 1 11 1 11 111 1 11 1 11 111 111 1 11 11

Vous pouvez ald~r les Etudia.nts ~
en leU! donnant du TRAVAIL;;

~ Pour ucritariat, traduction' ~ ': ~urvdll(lnce" , ltçonl t compta .. ~ bllilé3 ~t l ou.! autre. travaux

" ous trouveré% la personne .~.
comp~teute Qu' il vous faut

ii en " OUA a.dressant .. ~ ~ l'Union des Etudiants Juifs i

COOPEttA TIVE DE TltA V AIL ~ ~ . ~ 6, rue L&lande - PARIS (14') ~

~ Téléph. 1 SUFfren 43-11 ~ 1 111111111 11 111111 111111 111 111 111111111111111 111 111111 111 1111 ri très peu de journaux ont~ parlé le J,lndemaln. Lorsque l'on sut qll'Aïssa Ichou allàit recevoir la Légion d'Honneur, alt)J's seulement on expliqua son geste, avec des réticences. parce que c'etalt un Nord-Africain! .. , . Aï$sa Ichou laisse Ull'e r",mme aNtc laquelle il était m,arlé depuis 11 ans. Une pension va lui être vers!e. l\'lals il est aussi 1Jtl autre sujet sur lequel lé sacrifice du courageux cheminot ramèllje l'attention. C'est celui des travailleurs nord-africains vivant dans 1 a métropole. Les mémé journaux qui on t tenté de faire le silence sur la mort d'Aïssa Ichou cDntimllmt à Injuriér d'un tirailleur marocain aux avant-postes. Avec 'cette légende : « Cè Marocain montre la volonté de toute l'Union frdltçalse de résister au Viet-Minh . J). , ' ... parce qu'il a. été eniliarqué de fOrce pour aller combattre ses frères ... Au noin de 1'« Union 11 française. biên sÜl" " Et de la civill8ation. Un collSC:OuS • A l'bcéa!ion des . manoeuvres militaires qui se sont d~i'6ulées en Tunisie, un couscous a .été offert aux Anciens cOl'nbàttànts musulmans. à la. • M",iSô1'l du Soldat » de Iléjà. L'un des hôtes a pris la parole et. ,'est exprimé en ces termes : bMsement les ouvriers d'Afrl· qw du Nord. Ils tentent de masquér le~ mi.érables conditions dé vil"! de cés travailleurs venus en Fr"nce dans l'espoir de trouver du travail. C'est le gouvernement qui doit les alder d'une 'façon ",fflcace, ne plus les traiter en escb.vé5, ne plus les payer à deml~laire sous prét~xte que ce 11e sont pas des " blà11c~ ». Lorsque tout~s les mesures auront été prises ' pour donner aux Nord-Africains une vie décen1p, ql", l'on aura nrouvé qu'une éga.lité de devoir correspond à une égalité de droits ce jour-là seulément la décoration posthurn~ 'à Aïssa J chou revêtira sa véritable si/ l"nlficatlon. Carnet sang et or Droit et Li/Jérté n ·a. aucun p:a iSir il, vous annoncer le mariage dé MUe Carméncita Franco la fille du bourreau de l')!:i;pagne: avec le docteur Martinez Ci'islobal. Pour tout vous dire, !e seul événêment concernant cette famille que lious. aurons plaisir à anponcer, ce sèra. le décès d!! papa. Entre barbares Les épousailles sont prévue; pour· féVrier, en J'église SaintJeà. n, à Ovlèdo. Carmencila amis, dll-on, P:U8 d'un mois à arracher J~ cOns~ntement de celui dont ellé n 'a pas lIe~ d'être 11ère de 'e dire la fll.e, . A la fin, clle trouva toutefois le suprême argument : Sous. l'oet! bienVeillant du président Malan, le nazisme exerce librement ses ravagès dans l'Union Sud-Afrîcaine. Un f;ot dt! « liltérature » anti sémite submèrge le p:i.ys, impôtté de Suède, dè Grande-Bretagne et des Etats-Unis. La majeure partie de ;e matériel antisémite est dislrifrué par un certain R.-K. Rudman, qui dirige . la « Librairie aryenne J) à Pietèrmàritzburg, capitale de la provinCè dè Natal. 1: y a encorè, de par le monde, bien des travaux de nettoyâge il, faire. Compétence .AU camp dé :RoyaJJlèu (près. de Compiègne) ont été internés, pend. r\.t l'occupation, 48.500 . patriotes dont 46.000 furen,t dépor.tés. Une information a. (depUis longtemps) été ouverte contre les gardiens · aUemancls, '. Un· seul· 1\ . PU jusQu'~ , pLésent êtré arrêté. . , . , C'est Adolf Muller, 53 ans, ancien .:1. vocat à. la . cour d'appel de Berlln, qui commanda le camp, dé mal 1943 à. ,iuUlet 1944. 1). a ~té , retrouvé en mai 1948 à la présidence du tribunal.' de dénazificàtion de KaiSérlautern 1 - Màrtinez, dit-elle, m'a fait 1---------""'----une impression déhcleusement barbare. Franco n 'avait plus, dès lors, qu'à. rHrousser ses babouines. POllrquoi te proinènés-tu toute nue? Cela dit, Carmencila est, en quelque sorte, une révo:utionnaire. AVIS aux lecteurs bèÎges Pour .des ral:!lI:\Qs tèChnlques, Indépendantès tle notre' volonté, la !laie belge de {( D. L. .. » n'à pu par.itrè ~ilRS les deux dér. nlers numérOs. E\lè pàrftJtra. de nouveau à . par.tlr dun· 11. Au cours de la large discussion qui s'engagea ensuite, MM. Posnamkl, H. J3ulawko, C. Palant, C • . Feld, Arnn, 15uckerman, Zeidner, Aline Frankel intervinrent 11 fut décidé que la campagne POUf 5.000 nouveaux abonnés iL « D. L .. serait i ntensifiée afin d'atte'indre l'objtcti! proposé par Mme Cérf. Dans ZacamjJaghe pour la paix, le M .R.A.P. devra engager toutes ses forcés et faire preuve d' initiative. A ce propos, le comité, . d'ac- Le comité d'aetion du M.R.· A.P. est convaincu que l'"ctioD. des partisans de la paix fera reculer les rauteurs de l'uerre et qué la pd" triompher .. 1 de protestation contre le réarmE\ment de l'Allemagne occidentale, M, André Blumel a. tiré, en une brtlZante fmpràvisation, les concluSions de ces débats. Et c'est · dans une atmosphère de confiance et d'union qilè la séance a été -levée. Importunle conlérence à Lyon Dimanche 18 décembre- a . eu vice-président de- la L.I .C.A., atnlieu à Il! brasserie de l'Etoile, à 'si que le représètltà.nt dei; ComLyon. une . importante conférence battants de la PalK et de la LI- · du M.R.A.P. bérté, M. Billoux. . . , On pouvait y voir la ,fraction . Une discussion s'est déveliipP,ée la plus active des représentants 1 sur les lI\Pyens pratiques d'ê1:trde l'acttvlté sociale juive de gir le M.R.A.P. et dans la diS;!, Lyon. des , repréSentants dè dlffé- cUSsiqn, ont pris la. parole, entre ,rentes organisations juives et autres: le représentant des Eltu.- · non-juives anciens déportés, an- diants Juifs d«f France, ' ainSi clens résistahts, COl11battants de qu'une déléguée du Hachonièr la Paix et de la Liberté, Union Hatzair. . 'déS F!l'!Il;mes Franç,,"lses, etc .. " La conférence s'est terminée dei\ hom~e$. qf1i, penda.ot. les an- par l'élection d'un comité élargi nées ten-Ibles d~ l·occupatIon. ont aux représentânts 'Cies ' ·organlsalisqué 'leur vie . dans la lutte tlons participantes et un plàn de contre le nazisme. dies hommes travàil a été étàbl!. Le président, qu'inquiète la préparation d'une M. lé professeur Wertheimer cIOIlo). lvéll~ g~érre mondiale et qui tura la conférence par l'assuIf!-nsont pre.~s a tout faire JlOur évi- ce qU'elle constituait une ét~ ter le renouvcllemènt de ce ca u- Importante dans la lutte contre le chemàr. racisme, l'antisémitisme et poUr Toutes ces personnes s'étalent la paix. . . réuhies pour discuter des moyèns ., • ' de)utte contr~ le racisme, l'anti. Une sechon a Montpellier sémltisl'ne et pour la Paix, Une nouv~lIe , section 'Ciu ·M.!t.A. La conférènce était présidée par P. s'est f6rntée à Mont~llier Je . profèsseur W~rthêlmèr. Ont sous la pr,ésldence . de M. &rgè pris la parole :. Micl\èl :\.u nom L~vy .. Le c),mité compr~nd en . ~udu M.R.A.P., Frldman, secrétalre tre: MM.' iItolànd 130uskèlà Marc de l'U·J.R.E., Stemllcht ancien Golbér~ et Ichaï. ' , - Ce n 'est p3.S de couscous Que nous avons besoin, mais de r------------------------------------------------------------------------------------------------------------~~- justice et d'égalitê. Les anciens TRAVAIL · FORCÉOUTRE·MER combattants musulmans veule pt avoir 9roit aux mêines pensions que les combattants français; ils veulent du travail et de la. compréhension. Est-ce trop demander ? Protettation La conférence du C.O.M.I.S. C.O. qui s'est réunie récemment iL Paris. proteste contre les pogromes en Irak. Bien, MaIS auprès de qui protestet- e :le ? Comme ça. én l'air. Or il nous semble Què plutôt q ne protester contre les pogromes en Irak mieux vaudrait en empêcher le retour. Il suffirait en somme que M. Bevin, ministre des Affaires étràngères de Sa Maj esté en ait le désir. L3. conférelJ,ce du C.O.M.I.S. C.O . . n'a rien dit à M. Bevin. Elle n 'a rien dit non plus de M. Truman. Elle a « protesté li. Fine équipe En manteau roure, Mme Ilerberova ne manquait pas une séance du procès Kravchenko « Lèttres Françaises ». Mme Ilerberova est correspondante. du journal Rus'kaïa Mis/, l'Organe des « personnes dépla~ ées l). dans lequel Kravchenko recruta. ses « témoins » par petites annonces. Bon. Au surplus, Mme Berberova collabore à un autre journal: Le Figaro. Avec von Choltitz et _ David Rousset. En touté hâte Vers trois hllures du n'latin, on sonne il, la porté du médécin pour l'appeler d' ur~~ncé chez une de ses pratiques. Il ,s'habille én toute hâ~, se l'end ch~z lê patient. J"auscu:te, hoche la. tête et dIt: - Si vous voulez faire voIre testament, fait êS venir Immédiatement te notaire. L'hOmme suroaute: - C'est la fin, n'est-ce pas? Le médecin rit : - Pà.s du tout. Ma.ls je né veUK pas être le seul Que vous aviez fait lever pour rién. S. N. f:. P. Imp, Poissonnière e. boul: POlssonn16re PARIS (9') (SUITE DE LA PREMIÈRE PAGE) continue de plus belle dans l'Union Française. Le trava!l forcé continue. Les princiPes esséntiels de la dignité et de la liberté humaines continllent d 'être violés. , C'e!!t ce qui explique la récente démarche de la Ç.O_T. INTERDIT AUX NOIRS ... Voici, entre autres fiLits signalés dans le mémorandum, des mesures qui rappellent Incontestablemênt · la pOlitique des nazis à l'égard des Juifs, et les méthodes pratiquées aux Etats-Unis à. l'ertcôntre ('es « gens de coUleut ). occasionné par un explosif ou Bien Que «"J'indigénat» (qui recruter, ~ l'aide de poltci~r8, des une machine « l1!U~ par une for.ce llerm.ettait _ a'}x fonctionnaires . de équ:ipes de manoeuvres pour lu autre que célé dé l'hOmmé ou d~s ' ln'lpJ}èr de s,afictlOns les Inàlgê- chantier* de route, de constru.OImimdu: t ». Des sans lé re~ours de la .lustlcé) \ tià-n OU j6restlèfs, pôilt Une diltée Pal' éOillré, lés travailleurs èu- soit, en .~rmClpe, SUPllnmé, lé dé trois mâls iLu minimum. Les ropéens jouissent dé la iéglslâ- g?,uvernêment . ~u Togo vient /.r,lwailleurs ne sont en fillt !!ôétion française.' d edIcter. un arreté qUI l~ réta- res qU$ 10rsq1:,'arrive lUte équipe Même système au Viét-Nam. ·bl.lt pratlq~W1 ent. C~.t arreté pU- de relèVe recrutee dans :e8 mêmes Le mémorandum cite des chif- me de peltres de SImple police cOl!ditt6ns fres Il.Ur lés salaires à MMagas- «tous aétes, parolès, veSlée, ma- A E sie ' car. Pour un travail égal, le sa- , noeuvre.s quelconq:!és, loutes (tos- s ,e a, t~.uJOUrs. au Camelaire d'un Européen est dé deux tentil5ns vOlontair és Sl1..sce"lttbtes TOUll, 1 adntin!strateuT Fer,!z a à trois fois plus élevé que . celui de constituer une op positon à f,a,.t recruler, en septe1Ttb"e 1947, ~ d'un indigène. Les allocations l'autorité légitime d'un chef cou- 1 ag~e de. gardes armes, ~es vlllafamiliales aux Européens dépas- tumier r econnu par l'Adminlstra- Ile IS qUt ont élé attaches par /e sent de loin l'aumône allouée tiOl!, et par là d'atteillrtre à 1'01'- cou, couchant la nUIt sur: le sot aUX indigènes. La prime à la eLre publie et d'entraver let bOnne n~,. tfans U!le case gardee, PUIS naissance, de 28.350 francs pour marche des services admlntstra- dlTlges au lieu de travail. . un Français, est de 1.000 francs tifs, ainsi que toute exCitation à ct Lors du voyage du president pour un travailléur originaire cette oPPOSItion. » de la République en A.O,F., écri\ de la Grande Ile. Le commerce ou les coopérati- le député 'Ouezzin Coullbaly, /OU5 Au Cam~ roun, seuls les travail- ves què J;leuvent contrôler des ceux qnl ne se sont pas .contenleurs auropéens bénéficient des autochtones volent leurs activités tes d'assister' en sa compagni~ d aIlocations familiales. systématiquement gênées par une cotnédit;1 administrative ont Les travailleurs de l'Union l'Administra[.jo,n et .. les grandes pu voir, derrière le /1Jc~e Van VolFrançaise peuvent·ils se défen- compagnies françaises et étrltn- ,lenhovén, a Dakar, une multitude dre? Le droit syndical n'est pas gères d'hommes habillés de bleus · de r econnu a u x Marocains. En LE TRAVAI L FORCE chauffe, qui. de 6. heures à 13 f .' . . heures 16, surveIlLes cl'avache à A L'lque nOIre, on exige des dlrto- Quant , au travail forcé. pour- la main par des gardes crtupeanls . syndICaux autochtorLeB /a : t.ant jntoeJ;dit pAr la loi du H saient de profondes tralichées' po~se.sslon du c~rtIJ!cat d études !'!avrll 1946, Il sévit à grande ces hommes soumis à la dise!: primaIres ou · d un d!plôme r e- échell e. Les fAIt.s, dans ce domai- ptfne militaire et trop souvént connu équivalent, au gré du gou- nefi, pullulent. vict imes de mauvais traitement ve.rneur. Rjel! ~e tel n',;st deman- , A N'Gaoundere, au Cameroun, étaient payés comme Ûs ttrtl.if~ de aux Europeens. 1 admintstrateur Granier a lait leurs: 4 Jr. 50 'par 10ur III » Au Tchad, aUcun noir n 'es t admis dans Us prinCipaux h6- tels de la vlllè, sauf de très rares èxcejJtion& en faveur d'originaires du SDudan britanniliue. Dans les magasins, · cert ains art icles ne sont vendus Qu'aux Européens. C'est ainsi Qu'un conseillèr africain de la République s·.est vu r~fuser une paire de chaussures. Un gérant a refuSé la vente d'un paquet d·e thé à uh Africain, fonctionnaire administratif, sous prétexte que ce-;----------------------.,.----- En A.E.F. vien t. d'êtres c~êé un corps de « piOlll"\lers ». organis3.tian de travail forcé qui semble devoir être mise à la disposttlon de firmes privées. Et qU! dire de la f eulre de paye utilisé!! par la so0iété «. Le Ni ckel li, èn NGuvelleCalédoOl e? Le texte Imprimé comporte, après te salaire brut ces rubriques caractéristiques : ' A déduire : produit était réservé aux Européens. Au Camerou n, Guillaume Hondt a été expulsé d'un club d 'Etlea par le gérant, sous le préteite Que seuls les Européens Y étaient admis. En Oubangui-Chart, l'abbé Bogtlnda a été expul$é en raisOn de s.a race, de deux h6tels de Bangui. Le restaurateur d'un de ces établissemen ts a refusé de servir André Tollet, s.ecrétaire de la CJnfédération Générale du Travail, parce Qu' il était accompagné de secrétaires africains de syndicats ouvriers. DEUX POIDS, DEUX MESURES Oes discriminations . deviennent de plus en plus nombreuses. En matière de travail, elle·s ne sont pas moins scandaleuses : En A. O. F ., par exem·ple, les trava!ll~urs africains n'ol!t droit li l'!ndenmtt.; pour les accictents de travail, que li Z'accid!nt e$t APRES LE PASSACE DU PERE NOEL ... Journées de maladie; J ournées de prison; Journées d'évasion; Frais de punitions; Opposilion. Contre ccl a, M. Dlj.vid RoUS&lt Ife proteste pu. Prtlhab:Gmertt parce qu'unè protestatlc1l. dans ce Ca!, ne pourrait que servir la paix et la justiCé. Tous les abus inhumains dé. noncés par le . mémorandum Ge I~ C:G.T. sont 1l1dIgnèS ci'un pays CLl(lllSé. Les Ileuples des TerrItoires d'Outre-mer qui se sont ba.ttus ~• vaIllamment contre l'lI it:érisme Yt\.",Q R. 6.E. ét al/mt en dl:olt de penser Qu'i).6 n e. relrouveralent pas pn rentrant ch ez eux, de te ~les méthodes racistes. . Et maintéDant, tlnJes les ia.millarltés nous fiommea en Lèur combal p6ur plus de .ll- . Amérique. berté ~t plu.! de justice e.\;t aÙii51. le nôtre, }-l d' OROIT ET L1BERTE - Autour de la profanation de Dachau'(II) LE DR. AUERBACH, ÉMINENCE BAVAROISE " ACCUSE DE CRIMES DE GUERRE PHILIPP AUERBACH a l'assurance du monsieur arrivé, assis, considéré (l). Il parle, il. prési~e, il conseille! il .ord0l'-n.e, il fait l'imp~rt~nt. Ses titres tiennent en ,plu. iilleurs hgnes : commlssa,lre general p our les VIctimes de guetre et la reconstrucbon en Bavière, secrétaire d'Etat pour les questions juives, président des victimes du J!~zi5me, conseiller municipal de Dusseldorf, président des communautés juives de Rhénanie, dirigeant du « Conseil national pour 1 a .liberté et le droit lt... - Et si ce· grand personnage' était un anc ien kapo '! , Uri imposteur ? , S'ét~nt dit un jour qu'il ne lierait pas mauvais pour lui de patronner l'érection d'un 1TI9l\ument commémoratif à Dachau, 11 passa commande au. sculpteur Fritz Koelle, qu'il connais'salt bien, Un grand machin de style pompier a:ll& lt étre mis en place, les crl' t1ques bien pensants se préparaient à en décrire le réal~ sme s~lsissant, lorsque quelQJt'~ n l'lI.ppela pour la honte d'Auerbach que son artiste

préféré ' avait déjà immortalisé

les traits de Horst Wessel, lé- poète-souteneur dont GoebIJels _ fit un héros. Cette im· p,o,tute commise pat perIIOnn~ interpOSée suffirait à dépeindre Auerbach, , Mais 11 y a beaucoup plus crave. Âçcusé de cri~~s ,de guerre Le 20 janvier 1947, le journal de Bruxelles, « La Dernière Heure , publiait des 'révélations sensationnelles sur 1& conduite d'Auerbaèh au e'mp nl!-zi de Gross-Rosen où fi tut interné comme Juif, , Une plainte avait en effet été déposée contre lui devant la. C0mmission beige des, cri· mes de guerre Qui entendit, à cette occaSion; les témoi~na,~ s accabl,allts de six person- , nes irréprochables. Auerbach était dénoncé comme criminel de guerre, couPl).ble : l ' De meurtre de déte-nus Juifs dans le camp de GrossRosen; 2' De' vol d'aliments au préJudice de ses codétenus juiTs ; ,3' D'avoir tait cause commune l).vec les kapos qui aV;lient déclaré sans ambages qu'ils étalent décidés à exterminer tous les Juifs, I,l suffira d'ajouter que la police j udiciaire d'An vers, où Auerbach résida ,plusieurs années avant la guerre, garde un dossier concernant les escroqueries auxquelles 11 fut mêlé. On assure même qu'il fut accusé d,'èspionnage en taveur de -j'Allemagne hltlé~ rienne. ' La Commisdon belge des' crimes de guerre ne put, malh~ ureusemeQt, rien entreprendre contre Auerbach parce Que l~ p,reuve manquait que des citoyens belges figuraient au nombre de ses victimes. Quelques jours après le retentissant article de « La Dernière Heure ), le quotidien Juif de New-York. Aufbau , publiait une lettre signée de M. Manfred George, qui demandait pourquoi les autorités alliées ne ' jugeaient pas un pareil criminel en , dépit des témoignages accumulés ... L'es conséquences d'un voyage aux U.S.A. 'Et 11 émettait l'hypothèse que le Dr Auerbach - bénéficiait de hautes protections : « Nous croyons, écrivait-Il, que les Ua/sons politiques des personnes qui sont mêlées à cette affaire et qui couvrent Auerbach doivent être l'objet d'une enquête approfondie li. For t bien. Mais, entre temps, Auerbach avait tait un long voyage aux U.S.A. En bon touriste occidental , qui passe le meilleur de son séjour en conversations avec les personnalltés officielles ... Et comme par hasard le silence se fit, personne ne parla plus de son « curriculum vitre ,. Bientôt, même, M- Manfred George ' se mit à dire du bien d'un , « 'parell criminel . Il ne s'était pas trompé en supposant, dans ,une minute d'e franchise, que le , bonhomme avait de très puissants soutiens! Auerbach, rèvint en Allemagne, nanti de nouvelles tâches. TI s'installa à Munich, en pleine zone américaine, et son premier soin fut de tenter un , torpillage du LES SOUVENIRS INÉDITS D'ÉMILE BURÉ Selon Jacques de Biez (qui Illontait 1111 cltet1al rou;:e) le Christ 'était ·Gaulois QUlInd Ferdinand de Lesseps d~libéra de percer l'isthme cie Panama, il n'eut J)as de peine à convain.cre les épar· pan~ français qu'ils s'enrichiraient s'ils lui faisaient confiance, s'ils répondaient à l'a'ppel de fond" qu'il leur f';$sait. N'avait-il pas percé l'isthme de Sùe7., dont lesporteuu d'actions étaient si enviés ? Ainlli la ruine de son e(\treprise affecta-t-elle plus de 600.000 familles parmi les- -, qu'elles-' beaucoup de familles d'artisans, de commerçants, 'de paysans. Quelle fut la cause de cette ruine ? . 'Dans son livre « From Pana- pal, dans son qu;rtier' du Grosma ta Verdun, My Fight for Cai1lou. Il avait réuni 613 voix, Ptanù'~, un polytechnicien - Il n.'y avait ' pas, dans ce nomqui brilla parmI les ingénieur~ br€!, 300 voix-l'de catholiques. de l'isthme de Panama, qUI On avait susc' té contre lui la n~gocia sa cession à l'Améri- candidature de diversion du lQ.ue après la faillite de la com- nouveau converti Léo Taxi! Pagnie française qui s'était lequel avait- écrit' jadis Le~ c~argée de son percement - le Amours secrètes de Pie IX. -Le d,it assez exactement" je crois_ nonce du pape, Mgr Ratelli, ' " ' L. voleur crie au voleur arch~?êque de Pharsale,. ava.it Ferdinand de Lesseps était donne son lllvesttture a Leo un ingemeur émérite et par là TaxlL . redoutable. Son éclatante réus- Je ,vous , pl'le de cr,olre que site à Suez le rendait volon- d~n~ le ,Testament d un antitiers -incapable de supporter la semltt;, le nonce d,u pape est critique. Ce qu'il avait fait en habllle de belle façon ! Afrique, il le voulait fiJ,ire en ,Un enfant d'Edouard Ainériqu~ par les mêmes moyens, alors que les rond itions techniques de son entreprise d 'hier étaient différentes de ' celles _de son entreprise d'aujourd'hui. Par ailleurs, il eut à compter avec la fièvre 'aune, celle des moustiques, 'fiui décimait ses équipes d'ingénieurs et d'ouvriers, et celle te Iles agents de publicité fi· nancière qui étaient dévorés ~a.r la soif oe l'or. Le gouvernement, le Parlement et la Presse ont ajouté, e'est certain, aux difficultés qu'il rencontra et qu'il ne put fiDl~lement surmonter, Quelle presse d'abord ? La presse républicaine ? Non pas! La prèssQ réactionnaire. Si la Compagnie de Panama distriI;! ua de l'argent, beaucoup d'argent aux journaux - comme en témoigne mi certain rapJ1Iort Vallée établi au nom de la' commission d'enquête parlementaire - c'est qu'elle avait b~soin de se détendre. Et si eUe avait besoin de se défendre, c'est qu'elle était attaquée. Son premier agresseur fut Edouard Drumont, pour attest~ r une "fois de plus que c'est au cri de « A bas les voleurs ! » que se perpètrent avec le maximum d'aisance les plus ' fructueuses escroqueries, Le futur directeur de l 'antisémite « Libre Parole » écrivait le 9 février 1890, avec l'as. urance de l'ignorance et de l'inconscience : « Ce gredin (Ferdinand de Lesseps) se promène triomphant. Personne ne . demande à cet homme: « Qu'avez-vous fait de J'ar «ent ? ». Le Sénat, à qui dt Lesseps a donné secrète: ment une 'quantité de présents, se hâte. de voter une loi sur la faillite qui permette à cet homme d'échapper à la marque de l'infamie. La digue de Chalgree II été démontrée impraticable. Quand sera-t-il possible d'écrire l'histoire de son ___ troce escroquerie. rien qu'avec les dérisoires chanlions qu'il chanta à Panama? ». Jacques de Bi~z fut un de. plus ardents disciples de Drumont, un des plus fous aussi. n lui dédia S9n livre La question jui ve en ces termes ; A EDOUARD DRUMONT Monsiéur et eher cQnfrère, Vous avez sonné le boutelieUe pour nous conduire au feu. ' , Me voici! Vous montez un cheval blanc, je monte un cheval rouge . • Vous êtes catholique, je 'Suis républicain. N'importe, nous sommes Français tous deux. Abaissons notre visière et en avant! 1 Le pays nous aide ! Et que la France nous ait en .sa sainte garde ! Cordialement et fermement vôtre. Jacques de BIEZ . Paris, juin 1886. ,Jacques de Biez soutenait que les rabbins avaient faussé l'histoire religieuse, que le Christ était Celte et maintes autres extravagances. « La preuve que le Christ est de notre race, écrivaitil, et que sa doctrine vient bien de ehez nous, c'est que c'est toujours chez nous ql(elle a été le -mieux comptlllse et le' mieux représentée par ,un clergé dont les autres nations montreraient difficilement l'équivalent en vertu et, en haute tenue morale. « La' Gaule est la maisonmère du christianisme et c'est chez nous que l'anticléricalisme dénoncé , par Drumolit et attisé par Israël sévit le plus fort parce qu'expulsé de France, le Christia- nisme ne tiendra nulle part ou s'altérera très vite. « Le Christ prend douze disciples, non pas dix, nombre romain, non pas sept, nombre hébreu, mais douze, nombre gaulois, multiple de trois ». _ (A luivr e,) Drumont s'était rnanifew.é ~JTlD)e che! de parti en se »réunlant au Conseil mllnici- Fat-simili d'un s\lpplément au journal républicain • Le Siècle " publié, au temps de l',.ftalre Dreyfus. De. personnalités, parmi lesquelles Emile Zol", et Jean Jaurès, prennent la défense du capitaine Innocent. V,V.N., l'organisation unitaire des anciens déportés allemands. Seul un petit groupe le suivit dans l'officine sciasioniste b a pt 1 sée « Conseil pour la liberté et pour le fu·!)it .. Mais n'est-il pas étrange que les emblèmes et les souvenirs QU~ les antifascistes de 1;!erlin et de la zone est d'Allemagne aVaient pieusement déposés sur la colline de Leitenberg aient été lacérés de nuit, sans que personne, t;!ans les milieux dirigeants de Munich, se souciât de rechercher les vltndales ? « L'Internationale d,s traîtres » en Bavière C'est M. Andrew Mlddleton qui reconnaissait récemment, dans le « New-York Times , journal pourtant ,peu' suspect d'hostilité envers la politique allemande des Etats-Unis. que « la renazification bat son plein dans toute l'Allemagne de l'Ouest , et qu'en Ba' vière elle "'Prend une ampleur insoupçonnée. La Bavière est en effet devenue un repaire fasciste où des résidus de tau tes les trahisons européennes opèrent en liaison avec les nazis allemands 10cll-ux - ou « transp:antés)l (eux aussi) tels ces Junkers prussiens qui ont ' fui la zone soviétique parce que leurs domaines, en vertu de la réforme agrair~. y ont été partagés entre les petits et moyens pays\l-ns. C'est à. Munich Qu'avec la complicité d'Auerbach le redoutable chef de bande ukrainien Bandera a établi son quartier général. Dans la région, des milliers de soudll-rds de Vlassov militarisés dispo;;;ent de vastes casernes. On

voir aussi des Croix Fléchées hongrois,

et des pogromistes v\,nus de Lituanie, de Lettonie et d'Esthonie, qui circulent librement sou~ la protection d~ l'I,RO. Contre cettf' section de • L'Internationale des traitres , le Dr Auerpach ne bouge même pas le petit doigt. Dachau et les industrie,ls On compte dl}llS l'appareil judiciaire b~varois 90 % de magi:;trats ayant appartenu au parti natl!lnal-socialiste, Le Dr Ehard I"i-mêm~, ,premier ministre, du gouvernement de Bavière. était ,Jl.lge au tribunal nazi de Munich .: Danger d'épidémie, défense d'approcher  ; les dirigeants lie la firme industrielle Goetler, qui on t profané les ossements de Leltenberg-Daohau a.vait Installé cette ignoble pancarte devant leur entreprise d'~oamotage des crimes n~zls. temps qu'une masse de maind'oeuvre ... _ ·-.Or, M, Charles Serre, député mOd~ré d'Oran, disait l'autre jour à 1'.Assemblée nationale que, lors de ' son pa~age à Dachau avec la Commission d'enqu!,!te ' de la F N. D.r,RP., il avait eu la stupeur de revoir les indùstriels qui ont 'pro. fité du travail gratuit ,de nos camarades de misère · de F,-ancé, et des pays allids, voire ' de certains de leurs' nationaux, et qui n:ont été I:objet d'aucune poursuite, Qui 11. " 0 11. t , même pas 'payé, u,n e amende, et dont le matériel , est inùict, un. matériel dont la Francs aurait bien besoin.. , « Endlif:h surück li' De son côté, M. Marcel Rosenbiatt, député communiste du BasRhin, membre de la même Commission d'enquête, précisait que, dans la ville de Dachau, , les exploiteurs des déportés ,vivent impunément, comme ce prppl'iétaire d'usine cne;;: qui j'ai travaillé penda-nt treize niais. Cet homme, pendant quatre ans, a e:rploité des détenus, les a fraPpés, les a laissé flageller. Il ' est blanchi maintenant_ A son rètour, il a triomphalement accroché à: l'entrée de l'usine une banderole dont i' ai la photographi~, et qui porte ces mo~s .' Endlich zùrüch ! (Enfin de retour ... ) . . Ce desBln a paru dans le Washington Post. Le • vieux nationa.lisme • montre à la « jeune Allemagne • d'Adena\ler un fusil de la der')iè •• ruerre en lui promettant : « Et bientôt, tu en auras un vrai! '. Cette juste appréciation du danrer fnt éphémère. Quelque. jour. plus tard, le Washington Post demand",lt la cTéation de 30 divisions en Allemarne occidentale ' pendant la guerre, Son gouvernement alloue aujourd'hui, sous forme de pensions, des sommes considérables à de hauts fanctiOlm1tires « dans le besoin • qui doi.vent leur nomination à Hitler. Le ministre bavarois de la Justice, Joseph Muller, qui pourtant faisait figure de démocrate en sa qualité d'ancien déporté, vient de gracier par décret, à l'occasion de Noël, 560 prisonniers condamnés par les cours de «dénazification . Mais, sjlrtout; les gros industriels nazis sont restés en place ou sont revenus. A Dachau. la chose présente un caractère dou- Ce soüt là des faits dont le Dr Auerbach, commissltire gén~ral pour les victimes de gu~rre, etc" etc., devrait s'inquiéter. Mais non, au contraire: il se félicite de voir que l'industriel en question puisse acheter aujourd'hui des porcs français à un prix inférieur de ,30 %, ce qui lui permet d'exporter chez nous des conserves à meiileur marché et de concurrencer ainsi la production française. Après l'exploitatIon des ' déportés, le commerce des cochons ! Les affaires sont les affail:es. Michel BARON. (A suivre,) b ement scandaleux. (1) Voir dans le précédent nu- On sait que le sinistre camp, méro de c D,L, l'article consacré situé à 20 kilomètres de Munich, au rôle du Dr Auel'bach dans la fournissait à l'industrie locale un profa l,ation des ossements de Leiimportant débouché en même t~"berg, Dachau_ ' [~!Charles)ïos'iiê~!~~r]! M. A .. " pharrr-acien à Drancy : « Vifs compliments ... » Vifs compliments pour la nouvelle présentation, qui sera trja appréciée. Mme OROVICZ, Toulouse te J'ai déjà fait abonné trois de mes amis ... » P uisq'u,e vous puvlie,~ les lettres de vos lecteurs, ie crois InQi aussi placer mon mot. Ici, à Toulouse, D. L . n'a certes pas la même diffusion qu'à Paris. ' NéanmOins ,i'espere pouvuir ovte· nir de bons résultats po'ur la campagne d'abonnement J'ai déià fat,t abonner trois de mes amis, dont ;e vous envoie par même courrier les mandats. Mais dites-moi .' est-il bien vraI . que nous gagnerons des prix, et pourrait-on savoir Quels sont-ils? Ne me croyez pas aV6uglée par l'intèret. Seulement je pense qu'ü est très agréable d'être récompenSé \ de ses efforts, même et surtout lorsqu'on agit avec conviction. Nous vous comprenons ,d'autant mieux, chère madame, que nOU3 avons publié dans nos derniers numéros tous les détails de notre concours. Nous vous ies envoyons, M. PUJOL. Pai'is US·) ln vina veritas Il vous semble/'a peut'étre curieux et ,'idicule qu'un marchand ~ viII, pa/'ce qu'il est antiracis t e, vienne cous entretenir de lctliras et arts, Je serai bref, Trois choses -m'ont pa tU excellentes .' le roman. Focus, extraordinaire ; la , critique littéraire de M. Barlatier, clai re, vivant e et, instructIVe .. enfm, un article sur la peinture, pa',. M _ Jean Mithau, dont ie regrette de ne plus voir la signature dans « D, L », Dans t'ensemble, j'estime que VOire page artistique el culturel!e a'èst nettement amêliorée cu derniers temps. LETTRE DE. LONDRES y a-t-il un danger fasciste en Gronde -Bretagne? 1 par DEREK KAR TUN '1 I L y A SEULEMENT QUATRE ANS que s'achevait la guerre pour l'anéantlssemel'lf du fascisme; et pourlant considérez ceci Chaque soir de chaque semaine, il ya une réwlÎon publique fasciste dans un qQ.arlier ou l'autre .de Londres. Il y a des réunions hebdomadaires régulières dans une douzaine, au moins, de villes de province. Ces réunions se ,tiennent souvent à des coins de rues, en présence de la poli-ce. Les orateurs fascistes déclarent qu'Il est bien dommage que Hitler n'ait pas tué tous les Juifs. Ils réclament la guerre contre l'Union Soviétique, l'expulsion de tous les Juifs d'Angleterre, la création d'un Etat fasciste. Ils ne ctisent pas cela d 'une façon détournée, mais dans le langage le plus direct, le plus grossier. Quatre ans après la fin de la guerre pour la destruction du fascisme, les fascistes sont autorisés dans tout le pays à louer les Hôtels de ville êt les écoles pour y tenir leurs réunions. Hs organisent des défilés bannières au ent, avec des chants et des hurlements. En novembre, à Londres, des 'fascistes ont chanté le « ' Horst Wessel Lied ", en publiC et crié : A Pas les Juifs! Après l'1névitalle ' bagarre, ils ont passé en jugemen:t. Le magistrat déclara: Je ne considère pa.s cela comm,e très ' grave, mals comme le fait de quelques jeunes gens entratnés par leur ferveur politique_ 11 ,ajouta qu'ils étaient libres de défendre l'opinion politique qui leur pla1t, pourvu C11,l'ils ne violent pas, la 101. A cette occasion, le chef du fascisme ' britannique, Sir Oswald Mosley, Führer de l'Union Movement, était assis, face au tribunal, et acqUiesçait. Les fascistes furent acquittés après avoir versé une caution. Récemment, dans l'East End, deux jeunes Juifs de quinze et seize ans, ont été. sauvagement attaqués. Un gang de fascistes les poursuivit dans la rue oil Ils habitaient, aux cris de : Sales Juifs! Fonçons sur eux! Les jeunes gens furent rat,trapés juste devant leurs maisons et frappés à la tête à coup de matraQ\l.e et 4e bouteilles. Tous deux durent être conduits à l'hôpital. ' Ces activités fascistes sont encore ' dirigées par les chefs , de la British Union of Fascists d 'avant-guerr,e. Sir Os:wald Mosley. Alexancj.er Raven, Jeffrey Hamm, Thomson et Victor Burgess. Ils commencèrent p~r regrouper leurs forces dispersées dans des books clubs et cercles d'études, -puis ils tin· rent des réunions , privées _ ~t plus tard lancèrent des convocations. En i947, ils tenaient leurs premier grands meetings publics. Parallèlement, le nombre des aÙaques contre les Juifs montait en flèche, Tout cela fut considérablement encouragé par la politique antisémite de M. Bevin en Palestine. En vérité, pendant la guerre les fascistes jUbilaient. Depuis ils continuent leur travail d'empoisonnement, et leur nombre a cru lentement mais sürement. On ne peut estimer d'une façon certaine le nombre dEils fascistes organisés en Grande-Bretagne aujourd'hui. Il n'est pas pOSSible non plus d'établir leurs liaisons financières et politiques avec ' le grand capital, bien qu'il soit certain qué ces liens existent. Tout ce qu'on peut dire, c'est que ce ,mouvement constitue une menace pour -les Juifs dans l'immédiat, une menace pour tout le peuple britannique pour l'avenir. Il· a encore les caractéristiques d'une secte que l'immense majorité du peuple' vomit. C'est Pour qUe 'césse taule activité fasciste que la gue l"re a eu lieu, et que des gens sont morls ou ont souffert. Aussi on 'ne peut comprendre l'attitude du gouvernement travailliste à. l'égard des fascistes, , , Ce g.ouvernemen~ , a obstinément refusé d'interdire leurs organisations. Il s'est tenu coi chaque fois que la police OU les magistrats 10- caux ont pris une attitud(cJ.e complaisance, pour ne pas dire plus, Celle extraordinaire tolérance prétend trouver une jl,lstification dans ' la « liberté de paroJ-e » et les « droits de la minorité », Ces mêmes arguments, on ies en:endait en, Allemagne au sUjet des nazis avant que Hitler ne prît le pouvoir et détruisit les doctrinaires de la liberté et des « droits " ùne chose est certaine: au fur et à mesure que la crise économique s'approfondit et que les difficultés politiques s'affirmeront les fascistes s'enhardiront, Ils cherchent à ac~user les Juifs de tous les maux (lu capitalisme, Ils redoubleront de violence, ils multiplieront les provocations, Et ils pourront compter sur les. ~ravalilistes amoureux de la hberté • rt des « droits» pour les protéger, tand!s Que, derrière la scène, les tories les encourageront tout com· me Ils ont encou ragé MO~I'ey et Hitler avant la, guerre, C'est pour toutes ces raisons \).ue le fascisme en Angl\~te1'l'e 'n'est pal! une plaisanterie, mals un danger. MA U 'RRA S (SUITE DE LA PREMIERE PAGE) vieuX traitre permettrll.it un regroupement plus totltl des collabos autour de l'A.·F. et la parution quotidienne (et non plus , hebdomadajre) du journal âvec son ancien 'titre: c L'Action Française ,. L'importance de l'opération est telle que l'on a mobilisé le ban et l'arrière-ban de la presse gaulliste. «Samedi-Soin en est à son troisième grand article sur Maurras. «Carrefour ~ a publlé une enquête sur la revision' du procès. «Ce Matin-Lt; Pays,. et (l'Epoq\l-e» ont fait un compte rendu complaIsant çlu meeting de la semaine dernière, de même cf'aiUeurs que c Franc-Tireur , du gaulliste Claudius Petit, -qui cache mal, sous un ton badin, Sj!5 efforts pour mettre en valeur les déclarations du colonel Rémy (tout e n essayant d e 'minimiser l'identité de vues Pétaln-Q.e Gaulle). Maurras, c'est la collll.boration, la trahison à l'état pur - la trahison longuement préparée, après l'échec du coup du 6 février 1934. Les disciples de Maurras ont fourni les cadres du ,vichysme. Il convient de rafralchir certaines mémoires, Que la campagne ambiante en faveur des triiltres pourrait influencer. LES APPELS DE MAURRAS A LA REPRESSION Pendant toute l'occuPation, dans ses articles quotldl~ns , Maurras prêCha la bonne parole de Pétain et de son ma1- tre Hitler, l'antisémitisme, la délation. appela à la répression, dénonça lui-même des Résistants. Voici, par, exemple, un éloge de Pétain. cent fois répété sous différen tes formes : u La vieille et longue habitude de voir .luste, et souvent d'être seul à voir ,iuste, est un des caractères de la vie de Pétain, et eJle en est inséparable. La fol en lui ,s 'impose. Elle s'imposerait s'il y avait autre chose qui fût possible (19-2-42). C'est le miracle Pétain (19-11-42). " Lisez ces appels hystériques à. la répression contre les patriotes: « Si J'on veut en finir, et,. J'on veut en finir, on ne peut plus compter sur les loi!5 anciennes ni sur les tribunaux existants, eussent- ils été érigés en tribunaux d'exception ; la loi martiale doit être proclamée, la cour martiale établie et, dans les quarante-huit heures, les criminels (entendez les patriotes) Interrorés, ju,é. et executés. » (12-10-43), « Si la peine ûe mort ne suf~it pas pour venir il. bout des gaullistes, il faut prendre des otag~s pall;;li les membres de leur ' famille et exécuter. » (30-8-43). Ma urras. de plus, $alua av~C enthousiasme la création et l'actIon de la Milice. Il est piquant de noter que le RP.F., d.Cnt le chef, un temps égaré, ,est r~venu à ses premières amours maurrassiennes' et pétaiilistes. défend aujourd'hui celui qui écrivait, le 9-8- 1941 : ' u Us plus âpres, les 1I1us lonl'ues e,unpagneS antigaullistes sont ~ nous, et nous les renouveions lous les jours. » Il est vrai qu'~ l'époq ue « gaullisme ~ et «cammunisme » étaient les ternies généraux _qui désignaient dans la langue de Vichy, l'ensemble des hommes restés fi dèles à la Patrie! Maurras, dans plusieurs articles, dénonça ûirectement à la Gestapo des Résistants et des Juifs, Le 2J.-7-1943, il désigne nommément M. Georges Bidault, professeur dans un lycée « qui n'est pll.'l loin )l et dont on peut à l'amnistie ,des cOllabos, En février 1944, Mamras désigne labo/!, En février 1944, il désigne un ,J4if. M. Roger Wonns, qui est. peu après, enlevé et assassiné par 008 miliciens, A de nombreuses reprises, il s'efforça d'exciter à la haine l'aciale

u I.e rôle joué par la jui .. erie des deux mondes, après Moscou, Lon~res et Ne .... -York. écrit-il en, février 1944, doit être observé de plus près que jamais, c'est à elle que revient une grande part de la responsabilité de la guerre ... « Tout dépend de la vigilance de. Citoyens, de la fermeté avec laquelle Us sauront dénoncer ... et ' sa\l"ont en poursuivre le châtiment régulier, sinon prompt. » On pourrait multiplier les citations de ce genre : Maurras appelant aux exécutions d'otages, a\! S.T,O, (H ... si les ouvriers partent outre-Rhin, il. rendront service à la France, obtiendront des Iwanta, •• matériels »), Maurras se réjouissant des malheurs de not're pays (u la pire de nos défaite. a eu le bon résultat de nou.s débarrassel' de nos démocrates »), etc" etc... - On comprend, dans ces conditions, les nombreuses protestations qui s'élèvent dans tout le pays contre l'amnistie des collabos, contre le regrour:ement et l'activité des maurrassiens. Entre autres, les Combattan ts de la Paix et de la Liberté ont énergiquement souligné qu' « absoudre les féloWl, c'est servir l'AlIema-&,ne revancharde », au moment même où des partisans de la paix sont ~urs.Uivis (quelquefois par ceuxlà merue ql,ll poursulvaiev-t les pao'iotes sous l'occupation) , Ce scandale doit cesser. Les lniJlions de Franç~is et de Françaises qui ' l'estent fidèles à l'esprit de la Résistance et de la Libération. qui voient avec inquiétude les fasciste.s se rèorganiser, Ont la possibilité, s'ils s'unissent. d'impooer la JillItice, Et lis le feron~. ~UNICH '. Rayonnement occitental. - D'un nouveau cellltre de recrutement etui vient d'être ouvert à Munich, des officiers et des soldats de la Wehrmacht sont envoyés en .'Espagne; en Argentine et dans le ProcheOrient. Un « centre d" r~ceplion » a été étaoli à Beyrouth: les -intéressés s'y rendent Via Inru;bruck, Berne et Rome. LE CAP • Un monument a: la mémoire des envqh13seur, bla,nes qui massacrèrent :es Zoulous il y a un siècle en Afrique du Sud vient d'être inauguré pAr le premier ministre' Malan, poursuivant systématÙlueml:nt sa politique de haine natIOnale et racia:e. ,VIENNf , " - • Union contn 16 jtt8c18me et l'antisémitisll'le reaaissant en Autriche 1 C'est sous ce signe. que se sont déroulées les élections de lit communauté juive de Vienne. La ' liste d'union, composée de sionistes, socialistes et communistes, remporte une victoU'e 'éC'f\l.sante par 4.996 voix contre 268 à la aste réactionnaire. ' MARSEILLE • « Un officier en 'Pantoufles n 'ayant rien de' comlllun avec les militaii'es 'de carrière ' à la prussienne », tel est, se:on ' un de ses avocats, le capitaine nazi' Hans Bruno, qUi ass~ssina, sous l'occupation, ' dll,neuf civils charen.~is. Jugé par le trlbuna,l miTit\l.ire de Marseille,' Bruno ,sauve sa tête. ALCER • Les anciens , déportés et inteFnés a;g~riens s~l'a!\lnt « tres heureux qu'une comn:tission internationale organise des inv~stigations dans ,leur pays » pour se rendre compte de l'oppression qui y règn" -'déclare, en liéponse à M. Da_ vid Rousset,' le Bu,oeau de l a Fédération algérienne' des Déportés, Internés, R~istllnts et Politiques. ' DUISBOURG , • Les ma.rchands de ca1!l'M reconnaisan's. - Pour rem~rcier Mrs Joan Crane épouse du con.seiller économiJ:!ue du sénateur américàin ' Malone) de la part qu'elle a prise à la radiation des aciéries Thyssen de la liste des démontages, la direction des , entreprises ÂUgus! Thyssen Huette crée une «-Fondation Mrs Crtne » d'4n montant de 100,000 deutschemarks. WASHINCTON • A Rome, :JIf, Ârtaio, niinistre des Affaires , élrangèr~s de · Franco, conver!e 'avec M. de Gli-speti; à Madrid, M. Wi:liam Bu1itt prend des contacts; à Washington, M_ Yeturalde, directeur des Aftaires économiques du gouvernement franquiste, discuie av~ le secrétaire d'Etal a,djomt W, Thorpe. Souci commun : la préparation d'un Pacte médilerr'anéen, annexe du Pacte Atlantiqu~ . SYDNEY • Politique blaflche '(white policy), - Le nQuveau gouvernement australien déclare qu'iI n'abandonnera pas les méthodes de discriminatil'lll r!-cia,le employées pal' l'al,1ci~n gouvernemenl travail l ist~ ' à l'encontre , des immigr~nts j\tUl1eS_ LESLIE' • Une «prison privée », dont les actionnaires sont cinquante gros entrepreneu,rs, vient d'être ouverte dans :a ville sud·africaiQe de Leslie par M. Swart. ministre de la Jus~ice de l'Eta.t d'Orange_ Elle pouna contenir jusqu'à 300 nègres « délinquants », qui seroht à l'enlière disposition des cinqu,nle entreprenew's, qui pourront les employer gratuitement! ESSEN • Le personnel des transports en commun tle vingt$ ept villes de la Ruhr a fait grève pour protes 1er contrll 1 a nominallon, par le Conseil d'administration de l'entreprise, d'un directeur nazi, ancien colone: et membre des « Chemises brunes », WASHINGTON '. « Jamais on n'avait , vu autant de publications pornographiques dans les kiosques à journaux américains », constale la revue News-wertk, qui précise par alll~urs que « la vague de chômage favorise la ven te des livres suggestifs ». La pin·up éclairant ce monde_ .. LONDRES • Carte d' i.dentité «européenne )l. - Aux termes d'un accord si~né entre M, Bevin el les representants diplomatiques de la France et du ' Benelux. les officiers de l'Union Occidentale auront des papiers d'idenlitè el;l trois l angti~s : anglais, f rançais et hol1andais, SANAA • Cadeau de Noël du roi Georges VI à l'Iman cju Yemen

quelques chars pour former

l'embryon d'une dtvision blindée yéménite, .. DROIT ET LlBERTE __ JE - . oq .GRACE AUX CADEAUX DB L'ONCLE .SAM Je voudrais bien savoir ... Joyeux Noël pour les G nazIs dans l'Allemagne. d'Adenauer Des enlunts de fusillés onl dessiné pOUl' I~ Paix oe. U ~ 6 fB} n M lE fB} ~ 1:1 ;p - n IL 1 LS se portent bien, m~ci, les nazis qui se trouvent eni:}) IF" IF' ~ U U;;; ~~ U U core (par malcllance) en prison, en Allematne occidentale. Cerfl!- ins ont été gratifiés d'un congé de Noël. Ceu~ de la prjs6n autant que les Allemands" là paix serait garanUe, il ef!t ]lermis de dou tér de sa bonne foi. D'autant ]llt,ts que cel! parol~8 doucereuses sont pronotlcéeA à une cérémonie organiste pour célébrer l'arrH du démantèlement deI! usinès de gu~rrè de la Ruhr! avec plus de de.ènee qlle ne le font touI Its soldat. allié •. Le Daily Expre$s, de Londres. à confirmé récemment (nous j'avons annoncé il y a plusieurs semaines) qu'uné GésLapo fanctit! nn~ déjà al,! service d'Àdénauer. Ses lIa:énts se seraient infiltré~ jusque dans les services aniloaméricains. Ces informations ont m~nie été déclarées autherttiques par un porte-parole anglais. IL lA lNI lU) ~ ir ~ de LandSberg (zone américaIne) qui, habituellement, tel Frltsche, U r? bras droit de Goe'lIbe/$, font leurs emplettes en ville chaque se- • malne, ont acbeté un peu plus de vIctuailles pour le réveillon. TolU Comment fonctionne l'êClairage au néon ?... Ne pourra-t-on pas d l'avenir, éclatrer 1103 nUttJ av~c un soleil artificiel fonctiOnnant au; néon ? ... la pression atmosphérique. Dans ce. conditions, le Murant éltctrique provoque des bouleversements dans les cCluches électroont eu touies facilités pour révemonner dans lellTs prisollt!! doréés que le peuple appelle parfOis « sanatoria pour personnalités nazies » et Ils se sont bien amusés - mIeux que vous probablement. (Question de Georg~s Laury, . niques des atomel du raz, donc une émission de ltunlère. Dan~ les eondltlons les plus facilement réa- M. Mac Cloy, corumissilire américain. va lui aussi répétant que le nazisme et l'antisémltisme né mënacent plus en Allemagne occide ·ntale. Et M. Schuman se déclare franchement optimistt quant iux perspective. de bonne compréhension entre la France et l'Allema.gne. Les événen\ents von t vite, bien plus vitè qu'après 1918. Lés fidèlès d'Hitler pensent que l'heure de la revanche approche. Et ils entendent bien utiliser, entre autr~ s c.ltte arme de guerre éprouvée 'qu'est l'antis~mitismt!. C'EST le 12 1anvier, il 16 heures, . que l~ professeur Henri Wallol~ présentera, au Mulée Pédagogique, l'exposition organi$ ée par la Commission centrale de l'enfance (1). Il s'agit de dessins et de travaux d'enfants de fusilléJ et de déportés réalisés dtins les foyer$ ou colonies de vacances. Nous avons pu voir quelquesuns de ces dessins et travau.x divers avant leur mise en place. Nous avons été frappés autant par la valeur artistique de certain$ d'entre eux que par les indications qu'ils donnent 8ur l'état d'esprit de leurs ;eunes auteurs. paix précaire et ils veulent lutter pour la maintenir. Les souvenirs de vacances sont au10urd'/tut· riches en couleurs, pleins de vivacité, ou reflètent des rêveries dans une nature sauvage mais fraternelle. Les dessins successifs d'un même enfant permettent aussi de voir se stabiliser son caractère, ébranlé par les épreuves de la guerre. Le petit Daniel Baron, qui IL réalisé le « Chat ~ en noir et iaune que nous reproduisons cicontre, faisait naguère des dessins tourmentés aux teintes violentes. Très remuant alors, il s'est passablement assagi, surtout de- Paris). La. lumière que nous envoie le soleil et que l'on nomme lumière bla.nche est en réalité constituée par un mél .. nge de toutes les couleurs de I· .. rc-en-ciel. Que sont donc ces différentes couleurs ? On oa.lt que tout .. tome de m .. - tlère est constitué d'un noy .. u entouré d'électrons occup .. nts des positions bien définies. un atome émet un rayonnement ch .. que foi. qU'un électron cbange de po.ition; la. couleur de ce rayonnement varie aveo l'Importance du déplacement. On cannait aujourd'bul deux méthodes pour provoquer des changements d'adresse d'électrons_ L'éclairage, de l'âge de la pierre taillée à nos jours La première méthode a été Inventée avec le feu. Elle consiste à élever la vmpérature d'un corps qui émet alors de la ehaleur et de la lumière. Le problème de l'écl .. lrage eonsbte à. obtenir le plus de lumière visible et le moIns de chaleur possible. On obtiendrait ce résultat en élevant la température d'un corps à. envIron 5.000' (comme la 8urface du soleil) et la lumière émise serltit alors blanehe. En pratlq ne on ne peut réaUser qua des températures de l'ordre de 3.000', dans les lampu électriques ; 1 es métaux les plus coriaces fondent au delà. ; et la. lumièl'e émise conttent ulte trop grande proportion de jaune et rouge et p'" a.sez de bleu. L'élévation de température est provoquée par le passage d'un courant électrique dan. le filament conducteur. Les tubes à néon ne contiennent pas toujours du néon ! Le courant électrique p.sse difficilement dans un gaz. Ce passage est extrêmement faclllté lorsqu'on raréfie le gaz dans un tube; les meilleures eondltions sont réalisée. loroque la pression du gaz dans le tube est environ l/lQO de lisables, les lumières émbes sont fortement colorées et utilisée. pour l'éclairage publicitaire ; le néon émet de la 1 umlère rouge. ora.ngée ; l'azote, rose ; la vapeur de mercure, verte; la. va.peur de sodium, jaune, etc ... Pour réaliser, par ceUe méthode, de la lumière bl .. nfue, de nombreuses techniques. plus ou moins heureuses ont déjà été imaginées. L'une consiste à faire passer dans le tube, UItle grande densité de courant électriq ue ; une autre, à. produire dans des tubes juxtaposés, des lumières qui, mélangées, reforment le blanc. La composition du verre des tubes peut également jouer un rôle Important: la lumière émise par les méthodes précédentes contient des r .. dlations ultra-viole/tu qui peuvent être transformées en lumière visible par une lubstance fluorescente Incorporée dans le . verre, ce qui amoUore le rendement. Une lumière comme celle du soleil Le. gaz les plus employés, seuls ou mélangés, sont les raz ra.res, argon, néon, xlnon (qUi existent en petite proportion d .. ns l'air), et les vapeurs métalliques. vapeur de mercure, de sodium. L'éclairage au « néon ,. ntes.t ~erte8 pas encore mis .. u point ; mals dejà, le rendement est bien supérieur à l'écla.ira.ge par ineandellt.enee ; l'énergie utilisée est presque entièrement transformée en lumière visib le, et non plus en chaleur et lumières invisibles (ultra-violet, infra rouge). Il est certain, que d'ici quelques a.nnées, nous pourron5 tous nous éclairer économiquement avec une lumière qui ne dlffèrera plu" beaucoup en qualité de cclle que nous envole le soleU. Quant à la construction d'un soleil artificiel, seuls les émules de feu M. ForrestaI, constructeur de lunes artificielles, en détiennent provisoirement le secret. I,e Ur Bluecher, « ministre du plan Marshall » dans le gouvernement de Bonn tète la Nlël au milieu des enfants. Cependant que sous la Drotectlon de ses amis, les nazis liberés ... Sans parler Cles tiO nazis - et non des momdres - qui ont bénéficié (toujours en zone américaine) de l'amnistié de Noël. En zone franç'lise on n'~t pas en reste. Le tribunal frànçais de Rasdatt vient d'acquitter en appel deux gardiennés de Ravensbruck, Ingeborg Schupz et Ruth Schumann, coupables du meutre de nombreux détenus et précédemment condàmnéés à mort. Leur complice, Erna Muchlhaus a vu de son côté, sa peine de mort commuée .en détention perpétué lIe_ Le tribunal a, en outre, ordonné de surseoir A l'excution d'une quatrième criminelle, Maria Minges. C'est là nier l'évidènce. Le peuple français ne peut qu'être de plus en plus /i l1 d.igné dé ce qui $e Passll à ses rontières. Hugel1berg et Schocht t Quand lés nàûs sont lib,es. il leur faut bien fllire ~lIelque choSe. Et gué faire sinon cons)'irer pour li! rétabli~sement du naûptl1e sinon faire de la prOpagande nif.' zie et antis .. nùte ? LéS bénéficii'ires de l'amnistie de Noël né s'en sont pas cachés. L'un d'eux, à sa sortie dé l'rioqn, s'ést écrié, sèlon le c Da.ily Mail: Les èhoses vont chanter. Et un autre : Ceux qui sont Ilbru en d moment serènt bièntôt coffrés. Ils ava.ient 1Ilr bién nour1'ls et en pleine santé, note ~ncore !e journal britannique .. Pas de danger dé nazisme ? L'ancien parti national allemand (Deutsch National ParteD vient de se réconstituer à Haméln, avec, 3. sa tête, son ancien présidént. le vieux Alfred Hugenberg. Le financier nazi S~hacht, dont l'Aurore pt,tblie actuellement les oeuvres, a pronùs son concours ~ ce pàrti. La Gestapo fonctionne \ . La presse a signalé égalemel1t une réuniM secrète de mtmbres du parti c Unioj'l de la !làtri" , anci~ns officiers S.S, et 'Jients de la Gestapo, dont le chef Karl F~itilUhansel a làncé ce mot d'ordre

A bas les traîtres ant·lnazis

qui nous ont vendus aux A,lIiés ! Et il a ajouté. : Le pèuple allema. nd n'a pas à être honteux. Lés soldats a.llem .. nds se sont conduits « Que Juda crêve ! }) ~I ne se passe pas un jour oÙ ne sont ilas rapportées des ex.ctions antlsanùtes en AlIem$&"fle occident~lt. Cimetières juits profanés (co",me à Kim, zone an*laisé et à Bâumbacl\J llYr)a!togues sacc~,~èS, affiches 31\tisémites, chats morts pendus aux portes des Juil~, blé empoisonné jeté dans le pou\~illèr d'un j uit. - NoUS sommes des S. S. et pr". à. mourir pour llotre führer ! ! ... Que Julia. erève ! ... Un CIIUp de pistolet dans la lluque de ehaqllB Juif !... . Ainsi criAient un", bande de jeunes voyous dans un tram à Dusseldorf. Il tallut qu'un mutilé de gu~rre intervienne pour qu'4ne b,garr~ éclate, èt que l~ tram s'arrête. Un agent de police ref4aa d'intervenir. Récemment à Wiésènféld, de. mains criminèlles mêlèrent .au bois d'un marchand juif des bùches contenant des charge. d'explosif. Seul un hasard heureux . a permis de découvrir à temps le. bùchès meurtrières. Dans les universités.. des protes-seurs qui reprennent la .propa.. gande raciale ne sont pas mqui~. tés. Tous ces faits montrènt le danger. . Que ceux qui oé. souviennent, qui volent lé danger renaissant, s'unl.s.sent et agissent. Les peuplés unis qui ont éu raison (jE! Hitler, ont aujourd'hui la force de briûr les projets des na~i3 d'Allemagne o~ciôentale . Cette force, il leur faut la. m3nlfester, 1 LA JOIE DES PARENTS A la prison de Spandau, par exemple, les criminéls de guerre jugés à Nuremberg, Rudolph Hess, l'amiral Roeder, l'àmiral Doenitz, Spt'er, Baldur von Schirach, Walter Funk, Konstantin van Neurath ont reçu des victuailles et des cadeaux américains. Ce fut un « vrai diner de Noël américaIn . Ils ont entendu une messe de minuit (avec sermon) et ont terminé la nuit - dit en s'àttendrissant la presse d 'ou tre-Atlantique - à chanter des cantiques. Pour justifier cette indulgence in justifia blé, ceux qui en sont responsables tentent d'en" dormir la vigilance dés braves gens. Grâces en cascade Le OEiournal du soir M. Mat: Clay, nous, rapporte-t. on, examine un système de miee en liberté sur ~ arole de tous les criminels de guerre emprisonnés dans la zone américaine. Car, parait-il, ils se conduisent très bien, Quant aux condamnés à mort, ile seront tous grAciés - puisque l'Assemblée de Bonn (comme par hasard) vient d'abolir la p eine capi tale. Qui le croirait? Quand le socialiste de droite Max Bauer, maire d'Hambourg qui fut succil8sivement AlIémand, Américain et Allemand de nouveau, déclare que le na. zlsme est complètement mort én Allemagne et que l'antlsémitismè y est moins fort qne dans les autres pays, qui le croirait? Il était sept 'heures du soir, Robert faisait ses devoirs dans la salle à manger. Sa maman s'occupait du dtner dans la petite cuisine. On entendit la sonnette. Robert se leva d'un bond et s 'élança vers la porte d 'entrée. - Papa! - et il se jeta au cou de son père. - Bonsotr, mon petit garçon, ' tu travaiUes bien? - Oui, papa, 1e dessine ma car t e de géographie_ Viens, C'est une véritable rétrospec- pUis les vacances qu'il a passées, que;e te fasse voir ... tive de l'âme enfantine de l'après- cette anée, en Norvège. Robert voulut entralller son guerre. Aussit6t après la Libéra- Il n'est pas possible d'évoquer père en le tirant par la main, t!on, on a demandé à ces rescapés toutes les oeuvres, tous les tra- mais celui-ci résista, en fronde dessiner ce qu'ils voulaient. vaux manuels qui figureront à çant sqn Visage : Cette fillette a illustré ses «va- cette belle exposition, ni les en- _ Laisse-mai me reposer un canees en 1944 sous l'occupation , seignements que l'on peut en ti- moment, je viens d'arriver, accompagnant ses dessins d:une rer. Il nous faudra aller l'admirer. voyons 1 Va continuer ton tra- Ion!1ue légende où. l'on peut lire : vail. Pendant que nous revenons vers L'exposition sera ouverte tous l.s . Le petlt gar"on revint tout le centre du jeu. je ne puis m'em- Jours (sauf dimanChe), de 14 heures trIste vers ses "devoirs. Il n'apécher de penser il. l'année der- à 18 heures. et le Jeudi de 9 heures njérè. Où étais-je cachée ? à 12 heures et de 14 heures à 18 valt plus de plaisir de dèssi- ... On s.'..i t combien pèse une hMeuusréèes , Pàé dapgaortgiirq udeu, 2192, jraunev iedr'U. lmau, ner l'Afrique. les crayons se botte allemande. Des journées en- Paris (5'). cassaient, la gomme avait tières nous étions enfermés dans _____________________________ 1 des maisons. Pas d '"ir, pas de rchants. pas de jeux, pa.') de jeul'lesse. pas de nouvelles de mes chers parents ... 1944 et 1945 voit aussi foisonner les dessins sur la guerre, la Résistance, les camps de concentration. comme celui. si emouvant, qui représente des internés de Drancy tendant désespérément leurs ~oites vides à l'heure de la dfstributton des vivres. Pour 1946. nous voyons une illustMtion de ' ·hi.,tolre do Moïse. actualisée quelque peu avec, par exintple, cette phrase prononcée par un Juif de l'Egypte d'alors : Il faut ~'unlr pour libérer nos itères esclaves. Les préoccupations de ces enfants ont peu à peu évolué. On voit qu'aujourd'hui ils respirent le bonheur. Ils ont compris ce qu'est la paix, qu'ils n'avaient jamais connue, mais ils savent cette Mols en triongle Bastion du nazisme avant et pendant la guerrè Canalisation souterraine Morcèau de viande ,,"u four Pro nom personnel T~rmi\1aj50n a u pif.ssé P'lint càrdlnal xxx xxx x x x x x xxxx x x x x x x 'u ' .• ~ '171.1 '!+9-t

NOg,fi'lOS

HOTESSES DE L'AIR Le métier d'hôtesse ne l'air, s'il n'est pas un métler sans danger, n'est pas non plus métier d'aventure et de gloire. Occupation féminine entre toutes, l'hôtesse, dans son avion, est comme la maîtresse de màison dans son « home ~I elle eUe en est l'âme et le sourire. Aucun métier n'exige autant de qualités naturelles : jeunesse, grâce, élégance, intelligence, cou ... rage et dévouement. L'hôtéSse doit être "l'amie de chaque passager, dont elle connait le moindre désir ou la moindre frayeur, elle apporte des journaux à. celui-ci qui n'a rien à. lire, des sandwiches à. celui-là. qui a faim, prépare une tasse de thé pour la dame qui a un malaise. console le bébé qui pleure, répond aux questions des curieux. écoute avec pa.tience les ba.vard!!!. Sa conversation doit être agréable. Elle connait le dernier film. la dernière pièce de théâ.tre. 1 .. vie parisienne et les expositions à. ,' oir. Elle évolue avce grâce et gentillesse d .. ns son petit royaume des al .. , depuis l'office (où elle dispose d'un frl. gldalre et d'un récbaud) jusqu'à. la cabine du pilote, dont eUe transmet les communlcatlons aux passagers. Tà.che admirable par-dessus tout. l'hôtesse doit faire en sorté que les voyai'eurs Ignorent les moindres petits incidents Ile la. route. ~t méme en plein danrer, quand l'angoisse l'étreint, eUe doit garder le sourire confiant et serein qui apaise l'inquiétude de. passager! En plus du charme et de l'élégance, on exige des candidates hôtesses de J'air le baccalanréat et deux langues étrangères. Avant de commencer à. voler, elles font un stage de deux mols, après quoi elles lignent un engagement de deux ans ct touchent leur ~lég .. nt uniforme bleu. Le métier d'hôtesse de l'air n'est done pas pour les assoiffées d'aventures, qui ne savent pas servir un oeuf ou moucher le nez d'un b .. mbin. C'est un métlèr qui exige toutes les qualités d'une parfaite maitresse de ma.ison. Métier ardu, mais combien agréa.ble, ~j l'on en croit les hôteses, non seulement par la découverte d'autres hot'izons. mais par le fait qu'on y cOtole des gens cbarmants. Les passagers d'Air-France sont, pa. .. rait-U, aimable. et f .. ciles à contenter. Alors qu'à la eréatlon du service de. hotes.es de l'air, Il y eut beaucoup d'appelées pour fort peu d'élues, le recrutement s'avère chaque Jour moins facile. Car ce sont précisément les meilleures hôtesses qui quittent le plus vite la compagnie, emportées par un fléau qui coùt. cher à. Air-France: LE IIIARIAGE. Mals qui donc pourrait empêcher cela 1 roulé quelque part sous la table ... - C'est · comme ça que tu travailles, Robert? fit le père en rentrant dans la pièce, sur un ton de reproche, tu t'amûses sous la table! - Mais non, je cherche ma gomme. - Bien sftr, quand on pense d autre chos·e en travaülqnt, on perd ses allaires .. cela s'appene de la distraction. Tiens, la voilà ta gomme. Robert se remit à la tâche. Bon père liEait le journal. On entendait le tic-tac de J'horloge. 1 _ Papa, tu n'as 1ainais été à Alger, tu n 'as pas vu l'Atlas? - Non, non, travaille, mon garçon, répondit le père sans lever la tête. Robert appuya trop fort sur son crayon et le cassa. - Fais d01lc attention, c'est comme ça que tu' uses les crayons'! Je te l'ai acheté l'autre jour, regarde où il en est ... Le fils. un peu boudeur et mécontent de lui-même, se mit à tailler son crayon. Après avoir travaillé en silenCe un bon moment, il s 'adressa de nouveau à son père: - D is, papa, raconte - mot quelque chose sur l'Ethiopie. C'est un pays montagnè.ux? - Mais Robert, laisse-moi lire man iournal en pa i x quand 1e reviens du travail, ie t'en prie! Jete l'ai déja dit tant de tois, voyons, ne peuxtu pas le comprendre? C'est cependant bien simple. La voix de M. B ... était presque fâchée, et son regard dur. L'enfant se jeta au cou de son père, les traits angoIssés : - Ne te f~he pas, petit père ne te triche pas! Malgré la fatigue de la journée, les énervements et les soucis, nous devo~ trouver un moment de contact avec nos enfants. Cont,act sentimental, intellectuel, suivant leurs besoins. Une parole amicale. un encouragement par-ci par-là coütent si peu et produisent tant d 'effet sur nos jeunes qui nous aiment et pour qui notre avis compte. Quand no u s 1 .~, J'J\ 0 '( , CROISES PROBLEME No 3 I--+-+--t--t--+-- 8 H -+-+--t- 9 .-t-+- HORIZONULEMENT 1. Lancer a.vec force . Lettr~ grecque. - 2. Fait de. erendes toUea dana Ju Jard ins. Souvent mena.ça.nt - 3. Av'léa Imprudent Qui tut · réclplté dans la mer - 4 Trou ver sur ee. route - 5. Prin· te.sse ((lll tut enlev~e par Hercule. _ 6 Se r~use A entendre. impression dana l'tf!iDr i t. - 7. R I ~ole. En chair. - 8. Re. volt~ . - 9. Chôisir, Donna. de l'a ir - 10. MlA.htre. Camparnle '1. cent. con54quN VERTICALEMENt • l Oecltaon du p~uvolr exécutif'. J-'oue. I lf. - U CUisant Concurrent. rival. - lI! Grou!!,e Habltuda rid1cul~. - IV. Parler abondamment 'ur un sujet. - V, Fln d'Infin iti f Jl:o vol Prenom @liPa. gnol - VI Pomme dont la. pUll e5t tachetée. - VII. Leltrefi de cachet.. Donne à regret. - VU Pot.ard. - IX Groupe de corps reprOducteurs. Tendrement a.lmé, - X. Sancr, artlvlté. MeaW" a li'erlenne DU SOLUTION PROBLEME 2 HORIZDNTALEMEtlT-. - ,. IMAOl!:B. HUM - l . MORAL. CASE - 3. PIÈCE. HUER - • . ENCHEvtrRII. - ~ . RB. O:OE - B. STELE AU. - 7. TOUT. IVAN - 8, IR EUIS - g. V AL. ARSENE. - tO ENLIst SES VERTICALEMENT. - l IMP"tIiArIVE _ II. MOINE OR.~N . - m AREC SU. LL. - lV GAaHE'l'TE. - V &UlE. LAS. - VI. VOLIÈRE - VU, CHtNl':VIS, - VUI. HAUTE ASES - IX. U"ER AN_ NE - X. MEREAU. DItS. manquons' i e connaissances JEUNES qui aimez; les pour leur répondre. ouvrons cbants, l'art dramatique, veun Larousse ensemble avec nez au cercle artistique «les eux, tes Idées nous viendront. Cadets sous la direction de Quand M. Adenauer, chancelier du nouveau Reich occidental déclare sans r ire : SI tous . les peuples du monde hajssai~nt la guerre et aimaient la paix Deux tombes du cimetière juif de Dusseldorf-Gereshelm, après le paltO sare des brutes nazis. (Photo inédite en France}. DIRECTEMENT AU CONSTRUCTEUR VOTRE poCharlesIl;~~. ~ 1.000 FRANCS ou ~An7;:~HONO toute la gamme de nt!c~pteurs dé qualit~ ~ E L S 0 GARANTIE TOTALE CHOIX EXCEPTJO~'OEL DE POSTES DE GRAN!ES , AspiratlturS,. Cire.usa, llaehin~s à la\"I!!.t, ltouhns à. )IARQUÉS café, etc ... RADIO-MAINE ET ELSO WEB E B 184, av, du Maine, Paris-14' Ingén.leur-C6nstruc~eur Tél. SÈG. 35-99 (MI Mouton-Duver.) OUVERT mus LES JOURS DE 9 HEURES Â ~O HEURES POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE Edouard SCHNEEBERG 43, rue de la Vletelre, PARIS-fit Tél.! TRI 1l8-56. Nuit : TRI 88-61 ,. 11 l U 1 11 1 11 1 11 1 111 11 1 11 1 11 ' Il 1 111 H I II I II I II 1 11 1111 11 1 H ',II ' I ~ 1 FABRIQUE DE TRICOTS} ~ * * * jEts GANAI f Société à re.pons~billté l1{ntth. ~ au capitalo de 500.000 fralles i SUISSE: A. RUBIS, F'ILLET'TE OU GARÇONN~T GARÇONNET. FILLETTE ANCRE 15 RUBIS FILLETTE,DAME. VE~IU OPTIOUE HOMME.TROTTEUSE CENTRALE 1450 1950 3285 3485 - . 4885 ! 64, rue de Turbigo, 64 !I--:--------------________ _

~ PARIS (Ille) ~ ~ . ;; TEL.: ARChIves 31-48 ; ~ ! ~tn.' I I II I II I II . II . ll . l " tI . tI . ll . tI . tI ' II . II . I' .II. II . II . U ... Les meilleurs TISSUS roules Fournitures pour Tailleurs chez ZAJDEL ~~" ''D'ANS 'Q\UELQU'ES, 'JOU'RS\ ."""""~"~ z ~ ~ OUVERTURE DU MAGASIN ~ 1 AU MEUBLE C80lSI1 ~ • 53, Boulevard Voltaire - PA~IS (XI') ~ ~ M'tro : Richard-Lenoir et Sajnt-Am~ro,"e _ Tél. Roq. 73-~5 ~ les commentaires, et cela leur Langlals. Tous les j8udis à. fait tant plaisir! Sans parler partir du jeudi 5 jallVier, 14, 89, r. d'Aboukir P1ris-l' du goût pour l'étude que cela rue de Paradis, hâtlment C., MéI.: St-Oen, •. Réaumur. Septler ~ QUALITÉ GARANTIE ~ développe. vous viendrez chanIer et POK ET BIMBOLET ~ ___H _,N _EC~A~S. ___ Hl. : OUT 7*-87 Jan_e_VI_....NC_EN_T .,. .... _Jou_ er. ___. .-..-_________- -_ ~ Cadea.u à tout acheteur lJelldant la quinzaine d'ouverture ~ ~~"'''''''\'\~~''\''''''''''''''''''''''''''''''~ Fin ,( ';;",;",;""~~II"""i"","',',""""",'''''l'~ ~ - ---- ., ~ ~ ~ SAMEDi 28 JANVIER 1950, d~ 21 heures à l'aube ~ \ . ~ ~ DANS 'LES SOMPTU~UX ~ ~ SALONS BARADUC, 55 bis, rue de Ponthieu ~ ~~ Métro : F.·D.·Roonvelt it Oeor,• •V ~~ ~ S ~ BAL ANNUEL DU YASe ~. i aVeC l'~xcellent orchestre de la Rcdio ~ ~ RED PERKSEY ~ ~ ~ ~ !totlrer lu bUlota au l'ASC, t\, fue de PaU.dls 1 .~., ""~',"""~,,.,,."'f".I".,,", "","",.',.,,,,,,.I,.,,"","'.'AIi. ) -' . f · 1 ) ... 1, 1 !E OR:Olii E1i tTeERTE " "1 , \ 5- AIR DE FLUlE IMPROVISÉ lïn[!s;;! il Béaucoup de jeuues geus' sout ahsents " LES POUR L'ANNIVERSAIRE au "RENDEZ-VOUS DE JUILLET" " _ DE H E NR I HEl NE _ LES ~è~téurs en sctne nè Non. Images d'lm mllleu, a~sistant, dpnt le seul rôle JUSTES par Pierre MORHANGE Qu,e seul un ehil.nt de nàfé au]ourd'h~ alïu et tendre ~Dd ule le nom. trh 11er et très c\oux De Henri Reiné Car danS no~re.. e~ur. il est vrai, vit un f.ut/hue l'lus vivànt gué dOus mèmêl! et qui se ~tt~ _. . , Sur eb&eun de nos déSastres et dt sa.. frenésle nous dèél;lrè [lu~qu·'u loft4 lia qui chev.auèha.nt ehacun~ dé nos jftféi lei éperQJl.e plllS bAutêa t et ièumailtea C'est Henri Hel.J\.e Quà.l'ld l'inJusticè éh,ue noS iorréj de 101\ bi!stial marteau Et que le IIIl'WlollKe nimà.;a.t'It ud mottèl sDUriri achh. notre . . . (8Cllitûdè Nous SOl'èonS qU'il fut un Christ plus èilun;ellll: èt phlà IIle.1é No~ Henri Heine MAis q \land La. 11l!ldité ~réine et mOqueuse Vient rire et &rUlèr A nos dents Quànd nos poiina\'1is et DOS ptlntemps . ~rûlent la traiM iles oUenses Quand la: grand·liOiI d'hevrel Mureuaêl! Né veut s',hancher qu au :8Gn~eur Nous caressons dânÎl nos paupièrei et d&Dà i10i eoeixts La oonnlvencè Avec Henii HeIne ~t quand A én lDourir Nous aimons Le ehant trop beau des c1àltôtU dM tltad~llês Quand les cloches deS catbédr~le5 Descelldent ~ns nos CIt!Ill'S la nMta.lcle tH la iUHl~ Et qu'èn bas dès monU trop inll;èts 4t trop Iminortels NOII6 cherchOns ~ plaie enJorèelante .~II, fifr~ allemaJ\d. Ah ! cette tralli80n è'est Henri Heine . Folie. abandon. amour o cal caire 1870 S:èele blanc Blanc de ses squelettes Blane de l'écume dès h~Jlèn!ée5 .,t 9ti.lea vl.io~ Temps très br.au dont eneorè Mpt f.Us · nOt èoeul'!l T~mps de Rimbaud et de Hélne Mon pètlt Juif HenrI Heine tu croques un olg-non Un oIgnon de Jérusalém Au nez d., boÎll des hitlérleru . Mon aérir-n tu chantes. une chanson vllor.ovlenue Je leur ai mis. l'~ ]i6uèè dans l'âme Tu la désavoutr;!." ceile-là Notre Cbrist léger ? Pour toujo~~ tu leur a.!I cinglé l'!tisolelÎk Le ~lus faible. de tous Du bou t de ta détre$..I! 'XII as prédit là , sangh~nte lolll'lle boue C'est une odeur hum;" ... e Sur les hommes de, terre. et d'animaul C'est le rossignol de l',hrmlr quand Ruidle Chantant sur le gib~t des &ôurreaux C'est le seeret muet et suprême Pàssant au coeur du tlisera.nd ~ouv.à. Et plus ils bl'isen~ ta statue . Plus tu embaumes l'air èt nos coeurs De l'Immortelle odeur Uu lin blbltque Et des yeux juils Allemagne qtand te rèverral-lè , Cher Est très cbère RhénaÎ'lle '! C'étalt pOur. ce te~ps-ci . .' . Qvr., c:4a.ntalt le .plip.t .propheiè . \" ~ __ . Très vial très doulou,reux très lI'Iloqueur de Her.r1 H.,ine dl!vraient jainais oublier d 'un quartier même, mals c6:.sl$teràit à ramenér lé met- .({ue les spèctàteurs ont non ,pàs ima.ges de la jeu- téur ên scènè sur la tétre dé tendance à générallsèr ; que nèsse de Paria. » dans son èn- temps en tép:ps. « Rendezle publiC voyait dans Antol- semble. Il aurait faUu mieux vous de julllet ~ allrait une ne et Antolnétte ~. pftr exèm- situer 1'2 ' tion. tout autré portée s'il se troupIe. le jéune couplè ouvrier L'immense talent d.: Bec- vait mieux « situé ,. lIans son « en génér. : :.. d'où reproches ker. malgré son réalisme par- pétit coin de jèune~s~. (de CAMUS) ou

'

et critiques réclamant pour ticuller. sa façon vivante. pré- Le jour où je suis allée voir , , d'autrès « jeunes couples ou- cise. vraie de voir les hommes ce film, toute une bande de vriers ,., dont toute la vie ne et les choses. garde un côté jeunes. qui Lemblàlént dèSs 'oriente pas autour d'un bll- Prévert. un côté Jean de hi. céndus de l'écran envahlslet de la Loterie Nationale. Luné qui fait du reste Ul'le salent là sallé. Ils f~isaient un Le ~ Rèndez-vous dè jull- trande partie. de son ~harme. chahut épouvantable. ttès éxlet

" . du même auteur. Jac- Il voit juste. et Il voit en poé- cités à l'idée de se v 0 i r

QUes Beckér. encourra des re- te. Quand il abOrde un sujet. symbollquèment reptésentés. proches plus graves. que le il s'én imprègne. il s 'y laisse C'étalt fort amusant. Ils se Jiprogràmme résume en présèn- entrainer. offrant dans sès V'rètent à un béau concért de tant le spéC" :.cle ainsi : films des images aussi sincé- sifflements qua.nd M. Nord « imaités d'un 'n.neu et d'une res que s'i1 les vivait lui-mé- Hng. :,ux Actualités. reçut la les "révolutionnaires " 'ù la tête entre les mains jeunés~e... celle de Paris en me dans la peau de ses pel'- Lé*lon . d'honneur pour sa ' i , . 1948 ... ~ sonnages. Il lui fàudrait un l trêve :. : ce qui tendrait à LA dérruere piècé d Albert Camus. Les Justes. est très lns- Deux EXPOSITIONS: ABSTRACT -NIGAUDS J E sais que lorl!qu'oii se ha· ~i&rde à crltlquêr, avèo t&ute la dv~rltè nécessaire en l'theil ci~5. certaines forMes de « l'ava.nt-iar'~lsme », on èst tout aussitôt tué de réactionnAire et d'esprlt borné par les Sl'Qb' et lès esthètes. Mals Il est temps de leur dire qu'll!! n'ont pflS 6. M i ~lilliJer Id e to us 1 es gr~lldl! nèmples de « Refusb! ». Ces mebli!urs ile l'abstraction. pour se donnér lé droit de le mépriser. confondent volodtalremi!qt lé, téaljsmè a..v"c les productions les plus plates du naturàlisme. Mais lèur art _. comrnê jadis le surréalisme n'est qu'un ersàtz mall'lonn~te d., l'académism., et. commè tel. il est décadènt, périmé et sans avenir. On a fait grand battage. cès temps derniers. autour des expositions Henri Moore (1) èt de Ad,m • Maltres contemporains de la sculpture abstrâite

••

' . théorie _ mooresque qui consiste

, à ne PilS imitér les particuUrités

des formes - voilà l'erreur du naturalisme - mais dé pénétrer la loi fondamentale, la natura naturans... _ etc... etc .... avec le souci acharné d'un réâlisme sans cesse plus poussé qui a animé à travers des siècles de recherche patiente. ceux 'dont on se réclame ki. Mais il est vrai que lès modelèurs des Bisons d·Ar,llt. - Qu.nd ça. n., s'àppelle pa. .. figure» ou « composition », oD prouver à Becker que même tructlve. Elle nous apprénd à la fols comment on fait les cette jeunessé-là _ un peu . révolutiOns et comment 6n les empêche. Pour leS faire. on tr,) coifféè et be-lopante _ a lance des bombes sur lés tyr~ns. Lés tyra.ns Pé~iBsent, et VIV~ d'a.utres préoccupations .... ùe la Russie (ou la Frànce. ou 1 Espa~e ou .la Bolivie) nouvelle. de~ expéditions chez les Pyg_ Mais il. condit1.6n Que les .tyrans nima~ent pas. par un surmé~ s ou des voyages en J-éps- croit de mal1gnité. de sortir accompagnés de leurs enfan ts. amphlblês... ~ans ce cas, conune On ne saurait lancer des bombes sur des Jeunesse de guerre. ISiue de enfants, la. révolution rate. mil1èux cOmmerçants ou pet1ts-L.~ ___________ , Eh bien. dira·t-on, il faut at- tendre que lès tyràns sorten t bourgeois. en pOsseSSion de . seuls. Ouais 1 Mais s'ils ne saI'- diplômes Qui ne lui servent tent jalllâts seuls? Ah! Et puiS, pas à grand'chose, vivant tuer les tyram. même tout seuls. d·expédients. 1.:n peu désaxée, vous rendez-vous compte à. quèl chérchant avec le couràgé dès point c'est pénible. Un tyran. ça je n à tI d' là l:le vaut pas cher, bien :;llr. mais u es se rer e ,sans HAMLET Club des Vèdettes '.ln a$sassin non plus, même si aucunè aide de pers ... rue. et (Métro Rich.-Drouot). C'èst l'assassin d'un tyran. Juste dé l'Etat moins que de tout ciel 1 comment tuer quand on est autre : voilà ce que Beckér a LE SERMENT, Studi.o Pinnen· pur. et comm~nt ré.ster pur voulu peindre. Lui séul pouvait tier (Métro Goncourt). quand on a tué! Comment aile fairé. Lui séul sè penche mer quand on doit haïr et com· passionnémént sur des sujèts OCOUPE·TOI D'AMELIE, Nor- ment hàïr 51 1'6n n'est pas « gué- Qui constituent p6ur le ciné- ma.ndle (Métro GeQrgé-V). Olym- ri de son coeur l)? ma actuel des éléments es- pià- (Mètro Opéra.) , Alhambra Je m·excu..'I'è de ce verbiage exsentlels de renouvellement. Ij)t (Métro R~publiCju~). travagapt. mais c'est a.ssez tidèléi 1• f It... · , , . lT\ent eêlui qU'em",loie M. Camus. s on a .. son sUjet des . VOLEUR DE BICYCLETTE. Cès questions bls[6l'nu~ ou. pour restrictions sévères. c'èst ~â.r- Palais des Glaces (Métro Répu- employer un terme cher à l 'à·J· ce que l'on attend béaucoup blique), Ba.taclan (Métro Obér- te ur, absurdes. ce so:Q.t bién, cellês (le lui. kampf, Impérator, (Mètro Par- (j.ue s~s personnares se posent Jazz et swing, rythmé et mentiet), Savoie (Mêtro Voltal- péndant cinq actes. TOut cela danse, trompettes . ét Jeeps, rel. BD{nln (Métro Nati6n). sous le couv~rt d'une pl~ce I;llstopipés et bài'bè$. càstump.s il. C6urtèline (Métro S t-MàndéJ. rillUe et politique, ayant pour su· . • .l. ï Lyon-Pàthé. · (Mêtro Gare dé jet un épLsMe de b Révolution carreaux et robes volautes ; ... é r"~'e de 1905, l'attentat contré le t ili ' d' è Lyon). T"lne-Pa.lace. (M t. Dau- ~o a e ers ecO!: s de masques mésni!), Belleville (Métro B~lle- Grand Suc serge. oncle du Tsar. ou' !l'un surrea.lIsme désuet; ville). Séverine (Mét. Gàmoetta) . et diins tout cela. l'amour Ingénu ou l'àmour ditiicile, lés riValités. lés jalousies... Une morale gentllle pour dire qlle celui qui veut vraiment quelQue chose finit par l'obtenir; Que le ta.lent· réussit à péréer; que la bèauté a tort de tenir lieu de talent. etc ... Un film délicit\ux. vivant. comme Becker sa.it les fâire, plein de notations plttoréSques et vriLlés. d'images aussi jolies Que les filles qui le jouènt. Entrez voir LE PROCES PARADINE. Un. grand metteur en sriène : Il est probllble qu:auprès ,d'un cèrtaln p·lbllc. M. Albert Camus va. passer pO\lr un auteur bien audaci ~ J.lx. Pén~ez donc 1 Làch'~ r comme ça 4es « révoluti~n:riaires » sur scelle, les montrer en train de fa.ire la. Révolution. mais c'est à vous donner le grand fris· son . .Je parle du pUblic qui ne sait pas C'e qU'est un révolutlonna.ire. ou qui le sé.lt mal. ou qui croit le savoir . Ce public-là. poSté , devant la scène du théJI.tre Hébertot comme dévant une grille 'du Z60 de Vincennes. a.tJ~rélidra. da.ns un délicieux méfailil"e d'eUroi et de soula. gément què les révolutiofu'lal. l'es : . l' Vivent à ètu~tre ou cinq qaDl une chambre aUlli murs nus 4011t Ils ne sort~nt jàmat:;, sinon Pour lancer dès bOInbès ; 2' N'ont aucun contà'ct av~c le peupl'e dOlit l1s se demandent parfois. par une c'Jriosite sans lènd~main. ce qlt'j] Jlêut bién penser des con)oncturès ; 3· Conçcilvènt. organisent, exécutèn~ la Révolution à eux s'èuls, ce qUI est a.bsDrbant, on en ccp.viendra èt léur fait oublier. défi~ nltlvjlmènt. la couleur du clél e~ la bea, uté dés fémllles; . 4- sOnt dévores d'hésitation,s, d·inqulétu~es. de scrupulés, qu'Us ne S0l1t jamais sllrs d'èux-memès et de le~ cause. et pllrfaltement capables. à la. dernière m\liute, de tout planter là et d'aller fiX'èr leurs jours à la campà.gl'le. Quant àu puolic Ci,ui à. si peu que ce soit. connu de vrais rèvo· llutiQnnairès. c'est-à-dirè des iens décidés à changer l'ordré état;l1 et à remplacer l'ol'P~IiIOli p!!,r la lIbél'tè : r~sistants ou synt1ica.liS~ s ou militants des 'pàrt\s oU- . vrjers. le public qui salt cqmmel'lt la démocratie . a pu s'établlr sur plus du quart de ,1'Ji.umanj~e. ce pUblic rira franchement diM; élucubrations dé M. éJalJlus. ce « révolutionnàirè il la t~tè entre les mains ».

  • ~*

Il me ré.stè, maintén~nt . à. ~lCprimer .une série de retrets. R.egr~ t que Maria. çasa.res. l'une , du prenllères actrices de ce tèn'l]3s, se soit fourvpyée da.ns ce mélo), R.egrèt que Serge RJeggianl. un dés jeunes comédiens qui paraissènt assurés du meilleur avenir, l'y ait suiv •. Règret pour céux quI les aceompagnént. qui fO}:lt bien leur métier. mais leur métier Ici est , .Imllossible Regret pOur le Théâtre Hébertot . . où l'on pén~e à TcMkl'lov. à Tolsto'i. à. :llisen. à s teinbeck et à tant d'autres Qui y fur~nt joués, . ava)lt Alb~rt Ca~ mus èt Cént coud~s au-dessUS. Roger PAYET-BURIN. • Le. secret de son style échappe à la possibilité d'analyse . se garguise le préfacier du luxueux càj;tlo$lie de M. Moore. Et de jongler . a:ec des formulel! bien ctS!uses dont se sont gargarisés après lui q4.lque~ admirateurs c névropathes

• fidélité à la matière »

(qu., ne la modèle-t-il ? aurait dit- Mirbeau) ; • relation spatiale -; . formés universelles auxquelles le subconcient de tout le monde est conàitionné ... _. Je nè vous ~nfUgerai p~s plus de ce boniment d'une préte\1tion insol~pte à l'ut"te , des snobs et de$iin~ à dit c sculptàge _. . Hitchcock. De .bons actèurs , : surtout Ann TOdd et Charles Lâ.ughton. Une hIStoire de crime. d'amour, de vengeance. Un 'Procès dont l'lntérêt ne fléchit pâs un in.stànt. Un bon film en sainme. Surtout. un travail bien fait. Quand de tels métteurs en scène auront dés. scenarios à la mesure de leur talent. Ils feront de g.an ds films àu lieu d'en fai: re dé bons. Romain ROLLAND • faire .les plus ,invraisemblables , élucubrations. Ce~t$.ins évoquent ' à leur sujet la sculpture ou des civiU$a\ions anciennes. .Je voudrais bil!n savoir comment ils conéilient le . point essentiel de la « Becker s'é~t fait ensorceler par les zazous :.. disait un zazou da.ns la sàlle. Et c'èst les sculpteurs en rondé-bosse vrai. Et c'est vrai que cette magdelénièns. les atLcêtré~ 4e Phi- jeunesse-là se lance dans des diàs qui taillèrent les Apollons 1Il'- avéntures courageuses. et fol~ chaïques. l'auteur génial du Seri- les, selon dés modes ancienbe accroupi ne s'embarrassaient nès et littéraires. Et c'est, vrai (SuIL de 1& preulière pa,' e) allèmand _ celui d·avant. :BiS~ pas de psychanalyse parce qu'Us 1 i j ..., . . ne s·adress.aient pas à un public que a mus que de azz est marck - uné très profond!) Passez devant de détraqués. ensorcela.nte aussi. HANS LE ~IARIN. - A moins mocrates Qut seule ~ut pré- · sympathie. Mal s qu'élit-U Maxime GORKI donne une leçon aux peti tshourgeois On jugèra mieux que par toutes Mais il fallait le dire. ô Jéan que vous li'aYez somjIleU. On server la. paix du monde, as- ""ènsé des scandaleuses indull d 1 L V là 1 s'ennuie horriblement . .Jèan-Pier- J' es descriptions. par la reproduc- e a une. oi un fi m que ' sur&r la sal"t dé·· peuples! . g~nces quI' l'on témol'""e à. tl6 d d t t 1 d re Aumont joue bi,n, Lily Pal- ~ ~ ... ., " y ", .. n que nous onnons e c'~ ou e mon e ain'lera. Mals mer aussi. le livre de Pelason d'où Romain Rolland méprisait c~s nazis Qui n'ont rien abdiMquoeo res. onEtt . pleusi sqcureé atnioounss vdeen oMns. tout le monde voudra-t-ll bien l e fi'1 m aét é ti. ré n'inspire pas du et comba.tt a i t tous 1e s f a' u te urs qué de 1e urs cri me?s , Et ,d u de parler des gens qui c font. comprendre Q u • 11 manQue tout l'ennui. Hans le Marin erre de guerre. lès p.ntlsémites. les foSsé toujours plUS profop~ d:).ns la psychanalyse. je ne com- beàUCOUP de jeunes au ren- à la rechèrche de la traditionnelle racistes quels qu'ils fussent, qui se creuse entre ceux qui prends pas. qu'ils n'aient pàs ~té dez-vous de Jumet ? La ma- fille du,port sur l'écran d'une fa- oppresseurs de blancs, de jau- furent les campagnons d~ la. fràppés dè la particularité èssen- jorlté en somme. ft~ateI~~.q~~oCharles Charles 2 février 2010 à 11:15 (UTC)le'l~tf~~a~~ nes et de noirs. même croisade pour la Iibérà.-, tièlle de ces statues gui en fait 1,In Catherine MAI. est du côté de l·assassin. II éprouvait pour le p~uple tlon humaine? • univers d'êtres à tete d · épingl~. _ _ A la lumlèr& de R""" a1n ReJl-

Tête d'étingle _. le mot est de ".. ..................................................-. ......" ". ..........- -................- -....." .".. .........................................- ---......................- -.....- .....- ---.~... .-. ', " .....

Cltmi et l'on ne saurait trouver land nous voulons la pâ.1X dés rnièux. Car c'est bien d'une fu- peup~el!. la pàiX des hQ~mes.. mieterie qu'il s'agit. Il serait tèmps de retrouver Quant à nos pontiies officiels et notre âme commlfne de ces MAXJME 9"ORIC1 occupe, dans la littérature de 50n pays. mie place U1i1què, D étart cêlèbre avant I:!. Révolutioll d'octobre, . il fut en!l0re plus eél~bre après. D fait en quelque 150rtê 111 c pont » entre les deux période!!, non pas obmme on a pu dIre bêteméut qu'il se soit « rallié» au. régime nouvoeu, mals bIen parce que toute sa. vie, toute son oeuvre, le conduisaient à rejOindre les Soviets. prè ihtelligence :. Au reste. le

petit bourgoi!l :. Klim SamgUiné

oonstatait qu'il y avait dés opinions qui lui étà.ient org~ niquèmènt hostiles. Celles des révolutionnair~. 'Par exemple. Tel était l'intellectuel russe : Klim Sa.ffi&'uine. S'i! n'a pas lal~sé de tra.ces en Union So'viétiquè, il semble bien, là aU1lBi. qu'il ait une nombreusè descendance danll d'autres pàys. R. P. B. à M. Cassou, conservateur du Mu- derniers 'jours de 1944, notre sée d'Art Moderne. ils sont eux .' é ' " aussi sans excuse d'avoir fouriü èspérancè poignard e p,r "el leur caution à cétte m;miiestation divlsiàns funestès. , de mauvais goût. Il est vrai qu'ils Le siècle a cmluante aps. ont dO\1né dejà suffisamment dè n serà.1t temps pour la Francs preuVeS que la raison qui les gui- d'y rel'rêndre Sa. plàce wijn., dait n'était pas exclusivement ar- pour le guider vérs de plu. tistique ... (2), (Traduit de l'américain par Yvonnè Desvignes) clairs destins .• Jacques BILLIET. RES UME DES CHAPITRES PR ': CEDEt...JTS (1) Au M~ée d'Art Moderne. (2) Le parr41nage du :Brltl~ Council Il d '$111eurs égalenlènt ex~rcé uli.e influence certàinê sur la crlüque. l'tu à :Ptu se de3sine la curieus4 përsonnalité ete M •. Newman, chel du pèr$Qnnel dans une grande entr~rtse ... Il vient de rècevoir Mme Gertruds H/!,tt, candidate iJ, ~n em~loi. Cette lemthd le ,trouble. Quand elle ZlJ.i apprénd qu'elle « falt partie de l'Egltse épiscopale :1. une "eur Inexpltcable s'empare 'de M. Nèw7ltan. On le prenait pour un Juil. 1 ... Et qu'il ait un mcmènt héI! lité, douté même du succès de la Révolu.tion à ses débuts. n·1I. fait que l'y attacher plus forte· ment à partir du jour où il oomprit qU'elle suivait la bonne voie, la seule voie. A partir de ce jour, Gorki employa toute 8a fougue, toute flc;m ardeur combattivlI cOntre ceux qui continuaient à ne pas veir l·évidence. En Union Soviétique même, un certain nombre de gens ne trouvaient à diré. devant l'expérience extrl'Lfiait pour lui. comme lè philietin pour Ga;the, là etupièlité béate et fière d·elle-même. Il faut lire cette suite de pamphlets. dont la verve endiablée a dù faire hien des ravagea, De fait, la mentalité petite bourge9Î1! e ;) n'a plus cours aujour.i ~. .._ _. .......-. --.....- -..... -.......................... .-_-.-...............- ...........\ d'hui en Union soviétique. Mâ.is CopyrlalÎl by Droit tt Llb.rll et Editlolt. d. Minuit. TOUl droits r~.ervé5. ft • II' • ordinaire qui se déroula.it eO,u8 leurs yeux, que des rài1lerie15. des quolibet~. iies Bottisel!!, Cette tournure d'esprit, où la vanité se mêlait à l'envie et à l'aigreur exaspérait Gorki. Il l·attaqua. dans une série d'artlcles que la Il Nouvelle Critique » vient de réunir et de publier sou~ le titre

~ petits bourgeois :..

On peut tenir pour assuré que Gorki aurait approuvé ce titre. Le petit bourgeois :1 pereonnilFIERNENT SOVI'TI QUIi AU STUDIO PARMENTIE ... AVENUE "ARMEN.TIEIf elle est si flori~ante par ailleurs (et tOQt près de noue) qua ce livre garde. selon la. fOrmule consacrée, toute son actualit~. Les Editeurs français réunis ont eI).ttèpris de publier II!.! oeuvre8 co~plètes de Gorki et ont commencé par la prèmière partie d'un ouvrage monumental qui n'a pas pu être achevé tout à fait. IllI'àgit de La vie de KIim Samguine ,., c'eet-àdire d' « un intellèctuel de valeur moyenne qui passe par toute une série d'états d'esprit à la rechèrche de la plàce là. plua indépendante poesible qui lui aseure le confort ma.tériel et la. tranquillit~ intérièure . Le livré se déroule sur Qlla.' rll.nte aflnée!! et se trouve mêlé de très prèll à l ·l\istoirè. On y voit la célèbre foite de NijniNovgorod, inaugurée par le tsar, on y llS8 illle au couronnemènt de Nicolas II : là foule écrasée, les blessés et les morts et la fête qui continue. Enfin, nous passons par une suite d'événeménts bouleverel!.nts.mais qui n'arrivent pàs tout de mémé à émouvoir Klim Samguine. « Car. nous dit Gorki, Klim Sàmguine ~cell& vite à placer lion opinion entre le oui et le non. ce qui consolida e!l réputation de gàrçon indépendant i:I 'èsprit et capable de vivre avec lei; ressour ces de sa pro- LES ENFANTS POtTES poèmes et ballades de CLAUDE PARIS "lustrés Pif Arthur KOLNtK LIVRE El'( V1Ü.TE C8lZ L'AU'ttUR 129, BouleViIJ'd Man Ma. 1Z~ P(\JtlS (13') et 1 « DROIT ET LtBE!ttlt • Prix : 400 francs POCUS ., ça va bien. ce soir ? ... Persénne d'autre n 'étalt visible d~nS . tout lè 1 bloc. 11 plissa les yeux en. poursuivant sa marc~ e et son . bras .sé crlsllait légèrement sur la poche déformée. Une- nuée poussiéreuse flottlüt sur la rue et il avait Ï'impresslOn dè baigner dam uné sueur nolrâ.tre. Sa douche l'appelait apmme ,le seuil étmcelant d'une vie nouvelle. - Tu ne 8u~P'!nds pas ton v~ton ? lui 'demanda sa mère. t4ndis qu'lI S'éngagealt dans l'escaJer qui ménait à sa chambre. Ce ,complet va partir chez le teinturier. marmonna·t-il tout en montant. UcrJ~ fois dans sa chambre. il sOl'tit le porte· plume Olt l'enfouit au fond d'un tiroir où l'on rangeait les couvertures de ~ alne. Il se tint sous la douche avec le v'isage dreSSé. afin que le jet fl'appât dir~ctement les yeux. Une fois vêtu. il s'arrêla sur le seuil de la porte. revint sur ses pas, retira le porte-plums du tiroir et demeura Irréso; u, regardant autour de luI. La mémoire lui revenant. il prit une chaise, la posa à l 'intérieur de la pend~rie. gr\mpa dessus et posa stylO et support sur là plUS haute plan ché. que la b6nne n'essuyalt jamais. Sa mère l·appelait. Il descendit. mit Ms lunéttés et humà les croquettes dè viande q'jl étalent en train de cuIre. Il remplit une casserole d'eau et s·attabla. tandis que sa mère s'asseyalt près du fourneau. prête à jeter dans la cassero:e deux poignées de spaghettis. Elis s'Informa : - Il faisait chaud. dans le céntre. aujourd'hul ? - Je crois bi'en. dlt-il. en passant la maIn sur son vl.!age brÙ:ant. Il ota .ses lunettes et les èssuya avec un coin d~ sa s·erviette. - Op m'a dlt que de.; gens tombaient morts dans la ru~. - Cela ne m'étonnerait pas. dit-il. EI:~ a ttendit qU'1l eût disposé et commencé à manger son repas. puis elle roula son fautèijil derrière lui et s'absorba dans la. cQl1templation de la courètte à travers la porte ouvert-s. . - La !lIaison de campagne de M. Gargan doit êlrè bien agréable en ce moment. dit-elle. Il murmura. qu elque chos~. la bo uche pleine. - Il pourrait bien t ·y inviter, une fois. .11 hàuSSa les épaules et ten ta ~e se rappeler s'il n'y avait pas ~ ur la planche supéri~ure de son p:acard queque chose quI risquait d'y a ttirer la bonne. Apr~ d lner. il se rendit. sur la. terrasse et s'instàlla dans un dès fauteuils de bord. Tout le long de lâ. rue. les porches se garnissaient de gells. A cinq maisons dè distance. Blli:h le héla. Il le salua è! ~ la. l'nain en souriant. _ 11 a fait assez chaud pour votre goût? dit Bltgh en riant. . " • Newman en riant lit au.sl un signe dé tête appropr ié. Puis. -36 -. FOCUS détournant la têté. il ôta. râpidemeht ses lunJ;ttes et ies tint il- la main. Daru la rlJe, de-ci de.là.. les tUY~llx d·arrosa.ge entraient en ~cVon, ta.nd i~ que dé leur. tert'asses. les ~ eI\S suivaient néglig~mment des yeux les voûtés d'eau fralche. Un l'Ire de jèune fille s'éleva et s·évanouit. Toutes les fenêtres étalent ouv.rt~s. La chute d'une casserolle sur le carreau d'une cuisine retèntit le loog de la ru~. M. Newman entendit sa mère qui se rénda lt da.ns le living-room. E:!é niit la radio et un soprooo s·élèva. . - Tu ferais bi~n d'arroser la pelouse. dit-elle a travers la. fenêtre. Sans cela. el!è va grJ:ler. c'est sûr. I l approuva de la tête, milis ne bougea pas, Le momènt était mal choisi pour Il'éloignJr : touil les géns etâlent sur l'e pa.s de leur porté. et li se sentait trop nervinx Poil\" faire la. conve~sation . Jusqu'à ce jour. cela ne l'avait PII-S gêné de p(lJ't~r (tes l~ettes da.ns la ~u e ; hier encore. et le jour pré· cédént. il étàit de tàllle à affronter les coups d'oeil étonnés. . N'élli.lt-Il pas. hier éncore. ~ Il rt:Ti' l'homme qui travaillâ.it à. ..;..A~ .1 lA.\:l- la Ç6rporalion ? Tou· -1rL~. jours. dans ses discus- 1 · si ons avec Ca.rlson. ou . (L' ~.~, Bligh. ou Fred son voi- O ~ ' ... ':. ~in. il avait ~Ié l'homme \ .. '.: '. qui travaille à. la. C0rr!0- ." ration. Rien de ce 'que "....' ~ .~,.\.~'~ ses verres pouvaient leur donner à. penser ne tien. ' ':J'f._; dl'~it pas levant ce sim· ~ p:e fait. Mals voilà. qui .' éta.it fmi ; il se présenté- V· rait dèsormais dévant ~ ~':; eux nu et désarmé, l"OU"

.' : .; ~Irait devant leurs re·

nr; ~ il a. r d s insista.tlts et. s'appuyant tantôt sur un hOnte de son apparence. comme un étranger, pied. tantOt sur l'autre. Il aurait De l'autre côtl de la rue. Ca.rlson parut. [raInant son tuyau d·arrosage. M. Newm:p1'té détourna.. Malgrè et déiuingahéié. l'hol'!lme 1'lnLerpe:ait. plUsàln)1ltnt : - Vous n'arrosez pas? - Je me repose, répondit Newmkn, souriant lér~remél1t. ' Il p~lssa l".g yellX el !lxa la l-olt\t~ de as SGuliafS. EntOUi d:j.n~ lion fauteu i:. il ,aUl'alt !ouhalté qu'i1 fIt iéjà nuit. Une fois Clans l·obsourité. 11 po urrait r~5semblf.r 5~S l/lIIes et s'orgànlstr. Il y avait vingt-cinq ans qU'1l n'â.vait pas -37- FOCUS cherché d'elll,p loi. Il fa:lait trouver lmmédiatem~t. Alors 11 pburrait 5~ montrer àu grs.nd jour, en train d'arro,-;èr son gazon et m uni de ses verres. D ~maln. Il se lèverait de bonné hew-e. prendrait le l1iêm ~ train que lés ~ulrGs Jours et sa dirigerait... où ? ,Une porte claqua. q ue:que part dans le h:oc. et 11 si! r~tourna pour voir qui sortait. Un homme :l.pptrut sur la t~rrasi;e de la maison voii;lne du bazar. M. Néwman se 'pencha 'en avant pour mieux voir. Il regarda autour de lui \1 vant de mettre ses lunettes C'étalt un inconnu, nouvea:l vepu da.ns le bloc. Une barbe. longue ét grise, Grand Dieu. n'était-ce pas une calotte noir. qU'il portait ? Une calotte noire et une barbe 1 Lè vieillard prenait placos. Il déplia un journal. De sa b~rbe émergeait un long !ume·clgarette qu'il tenait entre le pou~ et l·indo.x. M .. Newm,an demeura bouohe bee à déylsagér l·inconnu. ~ ~evait être le Père dt'! Mme P'inkelsteln. Il se ra.pp!lè.lt vl/-guement avoir entendu dire que le ~ère de Pinkelsteln ètalt mort. V6ila dOllC C'd que voulait dire Fred. Un nouvel arrl. vant avec une lon.ue barbe grisé, une calotte et un fumecigarett~ ... Son regard se détourna de l'homme et parcourut toute la. rué. Il fut frappé. aussitôt dé son aspect insolite. Les :Sllgh se t aisaient et se ténalent I.mmobiles. contemplant le vieillard de l'autre côté de la. rue. L'orphelin cl1uchotalt dans l'oreille de M. Kennedy, en reia.rdant l'étranger. En face Carlson. son tuyau à la main. fronçait le sourcil. LeI! yeux de Newman pàrcouralent les )lOrches l'un après l'autre. Tous les visages étaient tournés dans la même direction. On n 'entenda. lt plU!! dans la rue que le sifflement des jets d·eau. Il se l'edrEJl;sa. et d'un geste rapide retira. ses lunett~6 ei les glissa dans la. poche de sa chemise. 1~5 yeux écarl'juilles. allX aguets. un fri.sson d'éxcitation gagna jusqu·à. son estomac. Il se leva de son fauteuil de bel·d. descendit la p~nte. tràversa la petite pelouse et ga!;na tranquillement ~ la porte du garai~ q U'il ouvrit. A 1·lntéri.eur, il trouva le tuyau rep:lé en anneaux QU'il dér041a 'èn le tirant le Ion, de la rampe. Retournant au aarage, Il donna l'eau et se hita vêrs le lazbn, où il ramassa 19. lance. L'eau jailllt dans tous les ~ens. pUis u régularisa. en un flot puissant. Il leva la t~t~ et regarda e'n dirèction de l~ maisoD du coin. L'anlmatlon avait repris darts la Ne, ntB.ls ère paraissait, ce lte fols. plus calme. Sllr la terr~~e. les converu.tlrns n~ . fusa.le nt pas en ée!ats de rire. le ton des discussions Ille s'~levait pas. 011 ét~ It en préslÎnce ct' un étrangèr. -38- • • TOUS LES-VENDREDIS 30 DEC. 1949 - S- JANV. SO N° 10 '(114)' 25 fr., Aux extravagances des noceurs JE PRÉFÈRE MON PETIT RÉVEILLON FAMILIAL SOUVENIRS DE NOUVEL AN I L y a Noël et il y a les «Noëls ». Chacun fête ce jour traditionnel à sa manière, mais aussi et surtout selon ses moyens. D'aucuns vont dans les boîtes de nu it, au milieu d'entraîneuses généreusement déshabillées et des bouteilles de champagne à six ou sept mille francs pièce. . D·ésormaisen Chine la terre D'autres déambu lent toute la nuit de Pigalle, Montmartre ou Montparnasse, les mains dans les poches. au hasard de leur bonne fortune , seuls désoeuvrés comme des épaves ... tourne du' soleil Le Noël de « Monsieur Tout-le-Monde» Quant à la grande majorité d'entre nous, elle a réveillonné ~: quand même . .: Quand même parce que bien souvent le COEur n'y était ,pas. Evidemment, on aurait bi en acheté un jouet pour l'enfant, un briquet ou un portefeuille pour monsieur, une parure ou des bas nylon pour madame, mais il n'y avait pas, cette année, le moral des Noëls d'avant guerre. par Jean MONTAGNEY A PEKIN, j'avais pour voisin un vieux lettré; Monsieur Hou, expert en louLes sortes de sciences. Il m'honoq.it de ses visites, apportant toujours avec lui, dans une cage de . bois, sa perruche favorite. Un jour - c'était vers 1936, au moment où le KUQmintang tenta de substituer le calenChau~ sures en peau \le léopard, drier romain au calendrier lunaire'"- M. Hou se"précipita chez moi. Le pauvre homme pa,ntalon en fuseà!l; gants de daim, décolleté exotique ; cette pa me porte le J;llus récent modèle sports ' d'hlv\j'r. N'ayez crainte, elle n'Ira ,p(\i; s'aventurer sur la neige. ~t aceoutrement est, spécialement étudié pour l'heure du thé, à , Cllamonlx faisait n'eine à voir ': ' _ Voilà qu'ils veulent chan- L'expllc~tion se. heur.ta, dès ger le cycle des jours et des le déQut, à une enorme ,dlfflnuits matntenant! C'est une . cuIté. Il me falla1:t, en effet, . . . prendre pour base la terre revoluttOn pIre que la chute tournant autour du soleil . Or des Empe-reurs. Pouvez-vous M ' H ét it é' 1 é ' m'expliquer çe qU'e:;t ce ca- comm~ . ou a , Pl' cs - lendrier (i,es hnrbare3i? ment persuadé du contraire, 1'~ , . ma démonstration fut arrêtée net. Màis mon viel ami PEI. NT' U, R E ET ,M É T R,O était 'plein' d'indulgence pour ce qu'il. appelait les folies des Occidentaux: . - Enfin, mettons, dit-li doucement. Mais 'comment honorerons- nous nos dieux et nos ancêtres? Tout' s,era décalé et ne' signifiera plUs rien. Et nos fêtes, Monsieur, " 1 - Un Chemin 'Vert, un Château R~uge, une: Porte Dor~e ... - Pafdon, c'est , une hi~toire e:l\istentialiste ? .- Vous n'y 'êtes PaS. Ce sont des noms de stati,ons de' métro. - Exact, et , àlors? " . . - Alors, ce son\ , probablement ces stations qui ont inspiré ies OEuvres des employés de Et puis, vous savez, ,c'èst une exposition vraiment démocratique. ' ' . . L~ tout le monde ex!,ose, sans distinction: machinistes, chefs de groupe, conducteurs et même la fille d'urt des directeurs du métro ... lacq~eline WEIL la Régie autonome' des trans-;-o ____________ _ ports parisiens. Le quatrième salOn de la T.C,R.P: s'est oùver. t , cette seml!ine'". dans ',upe Itation de méî~o, éviaemmejlt. - Rratique 'pour y: allcr. - Pas tant que 'vous croyez. L'cl'position se , tient à, Cluny. C'est uri~ 'station .fermée, ' Le Salon , comporte trois seè-, tions : peiFlture, scUlpture, céramique, et si -vous faites le tour de ' l'exposition vous" pourre/: v.oir encore, avant q 'arriver au terminus, les OElJ.vres d'art des employés ,du métrQ lpndonien qui ont , été invités à expOS'er avec leurs camaraqes français. - Le • mëtro in'spire:t-il les tablea4x exposés? - Fort peu. Les t~iles représentent · surtout 1 dés paysages, des arbres. des ·sous-bois. Quand on poinçonne ' des 'tickets toute une journée, on ' a ' bien raison de vouloir s'évader : un peu". ' : On demanda un jour a plusieurs chefs d'orchestre iiaHens, parmi ,lesquels, se trouvltient Tosc!1nini et Mascagni; de bien vouloir participer a un grand gala donné li la Scala cie Milan en l'honneur de Verdi. Mascagni, violemment jaloux de la cél,ébrité de Toscanini, n\accepta qu'a une seule condition: être payé plus cher que :ce dernier. '- Ne serait-ce que d'une ' Ure, ajouta,-t-il. Le lendemain ' du ' 'spectacle, Mascagni se préoenta à la caisse d'u théâtre et t.:etonna de ne toucher qu'une "-Te. , Toscanini, peut-are dans un esprit de vengeunce, avait abandonne généreusement la totalité de son 1 cachet. ' nos tèt,es?.. . Il est évident que, sçus le rapport des fêtes, le. calendrier chinois dépasse, ' et de loin, tous les autres. Si l'infor- ' tuné' coolie voulait' les observer strict~ment il ne travaillerait guère qu'un jour' sur trois. Mais comme 11 faut manger, seul le Jour de l'An est fêté comme li convient et, comme on va le voir, ce n'est pas une 'petite affaire. Ajoutons pour être précis, que les deux tentatives du Kuomintang pour ' irhposer le ca;lendrier romain échouèrent radicalement. Et sou.haitons meilleure, chance à Mao Tsé Teung, qui a inscrJt, la réforme dars son programme. On ~e prépare dès le d~but de décembre Le nouvel an est essentiellement variable' quant à la date. Il coïncide avec la pre. mlère nouvelle lune de janvier. Mais, ' dès le huitième jour du" douzième mois, ' la fête commence par les,offrandes aux tablettes ancestrales. On dépose dev.ant l'iutel des bo:s de riz, de viande, de poisson. Et; bien ,eptendu, , comme la cOnsommation des honorables morts est · assez ' limitée les vivants 'p~ennent 'une ' p'àrt ac- Alors' rien sur ·le métro? tive ' au fe'stin.' " . - Que' vous 'êres exig"'fint... Je vous ai dit f91't 'peu ·mais l'lon « rien "11. J:ai vu une grande tpile, une composition t6ut c~ qu'i! y a de plus il1étropolitaine. C'est l'entrée; d'une station vue par l'employé . . J'ignore si c'est à force ' d'entendre parler d'Etoile, de' Jasmin; de Sentier et de ' Gaîté: que le peintre a traité son OEuvre en poête, mais je vous assure que le métro, tel qu'il le voit,' est tout à .tait cha'l'mant. Pas' de bousculades: ·des sourires, des par le Maître I. SHERNETSKY enfants et des fleurs". . J'ai remarqué ·aussi un , tablfi, au représentant un « Autobus nommé 48 'Il. Très réussi. , . . , Partie N° 8 - Début Reti BLANCS ' : M. DEII1KOV (Moscou) 'NOIRS : B. PEfRSITZ (TOUla) Jouée dans un tournoi par correspondance en U·R.S:S, en 1947. 1. cn, Cf6 ; 2. ç4, ç5 ; ~. Cç3 d5 ; 4. çxd5, CxdS ; 5 é4, Cb6. (5. - Cb4 était i;lus aggre.slf et plus dans le style du début), 6. dt, çxd4 ; " Dxd4, Fd7 ; B. é5, Cç6 ; 9. DIt, Db8, ; 10 Fb5, é6 ; ~~" "," """""""'''''''''''''''''''. ''.' ""'~ ~ IlA -S'1ë D1N l1ë ... 1 ~ ~ ~ N0US avons eu un beau révei!lon. Le premier ré- ~ ~ veillon de l'abondance, comme disent' les journaux. ~ ~ Avec dinde; ' foie gras, bourgogne, 'champagne, ~ ~ bûches de Noël et. tutti quanti. ' ~ ~ Moi, je veux bie?t. ~ ~ Il parait que . c'était moins cher, les pavillons des ~ ~ Halles étant surchargés et la demande étant moins forte. ~ ~ Les commerçants vous faisaient des sourires jusque là ~ ~ et même davantage. Ils' avaient décoré leurs devantures ~ ~ avec du coton hydrophile, des branches de sapin, des ~ ~ conf~tti, du papier d'ârge;nt et des étQiles de mer. On se ~ ~ croyait avant guerre. ~ ~ C'est ce qu'il 11 a de plus . vrai. ~ ~ Je me suis cru exactement avant guerre, et ça m'a ~ ~ donné des hauts-le-coe'ur, ' je me suis demandé si réelle- ~ ~ ment le .cycle aUait se refermer et qu'après la guerre, ~ ~ la disette, les remords et les bonnes résolutions, on allait ~ ~ obLigatoirem~nt· revoir l'abondance, le jem' enfichisme les ~ ~ . querelles de boutiques et enfin la guerre. ~ ~ Evidemment, j'ai des bons souvenirs d'avant 'guel·re. ~ ~ Et même de gu~rre. J'allais nlors au lycée et on dansait ~ ~ deux fois p'ar $~maine 'avec champagne, f~irt, luckYrstrike, ~ ~ conversations philosophiques et pantalons étroits. On 101'- ~ ~ gnait avec envie l'uniforme du jeune aspirant, 'et' l'on ~ ~ aspirait à son él~gance et à sa gloire. ~ ~ Et puis, après juin 40, ça a changé. " .. ~ Mais, pour certains jeunes qui ont dix-sept an.~ ce ~ ~ moi!,-ci, est-ce que ' cela a beaucoup changé? En conver- ~ ~ sant avec eux on s'aperçoit qu'ils en sont là où nous ~ ~ étions à leu'/" âge en' 1939. Et on n'est pas fier. A qui la ~ ~ faute? Oh! pa'S à' nous bien sûr, pas seuLement à nous_ ~ ~ Nous, on a au moins la consolation d'avoir fait notre ~ ~ devoir et de con tinuer. On n'arrête pas de parler du ~ ~ nazisme renaissant, ère Dilchau profané, des pogromes ~ ~ d' Ira,", et de tout cet « avant-guerre II ignoble qui "e- ~ ~ prend du poi~ de la béte. Mais trop de jeunes ne nous ~ ~ écoutent' pas. Ils nous prennent pour de précoces gdteux. ~ ~ Pour des emmerdeurs ' publics. ~ ~ Que ce soit notre titre de gloire. ~ ~ Et bonne année, messieurs. On continuera à vous ~ ~ emmerde'r jusqu'à ce que vous ay/lz compris. Et il faudra ~ ~ bien que vous compreniez, comme beaucoup d'autres ~ ~ l'ont fait - heureusement! - avant qu'il ne soit trop ~ ".. tard. ~ ~ Je vous souhaite un bon réveillon du jour de l'an. ~ ~ Mais attention au réveil. ~ ~ Paul ). RENNE. ~ ~ ~ ~ ... ~f 'Mre~ AM~lUJlft~ ~ ~ , -- ~ l"""""""""""""""""""",,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,~ 11. Fe3, Fe' ; 12. Tdl, Dç7 ; 13,0-0, 0-0 ; 14. D ,3, Tld8 ; 15. FM, Ffi ; 16. Ce' ! CU ? ; 17. _Cf6+Rh8 ; 18. Cg5 !! Aucune 'des d~ux pièce! en prlse à 16 et hG ne p"euvent ~tre prises car la, menace 19. Cx17 mat devient une réalité: 18. Fé8 (forcé). - 19. FxeS (menaçant toujours 20. Cxf7 mat) 19. - Cf5. Il semble que les Noirs doivent, l'e!agn~r lelir ",â!érie(car les Blancs ont )eur Dga. les Fous à h6 et é8 ainsi que le Cf6 .attaque mais ... 20. Dh3. !! . Les ~oirs abandonnent càr : A. - 20.- Cxh6 ; 21. Cxf7 + et les NoÛ's' doivent 1 donner leur dame 1 car, 21. - Cx.f7 11 ,.permet 22 . . Dxh7 mat. ' . ' B. - 20. - Txé8. 21. Fxg'7+ I! et après R, F ou Cxg7 22, Dxh7 m"t, C, - 20. - gxh6 ; 21. Cxf7 + Rg7 . ; 22. Dg4 n:\at, D, - 20. - gxf6 ; 21: Fg7+ 1 Envoi ·de 22. Dxh7 mat, E. - 20, - g6 ; 21. Fg7+ avec la même suite. 8 7 5 4 3 2 Problème N° 8 c. S. KIPPING " Chess » 1948 ABC D E F Q H Les blancs jouent et font mat · en d~ux coups Comment ? Les noirs avec une pièce et trois pions de plus que leur adversaire ne peuvent plus se sauver ? Cela pàrajt incroyable. pourtant c'est vrai ! Cherchez bien et envoyez-nous la solution avant le 7 Janvier. SOLUTION DU PROBLEME l'RA TIQUE N0 3 Blancs : RaS, Fa2 et pion b1. Noirs : Rd3, FM et pion ç2. Les Blancs jouent : 1. b8D et après 1. - Fxb8 ; 2. Fbl Il et les Noirs en prenant cette pièce ne peuvent ni faire une Dame ni Tour sans que les Blancs soient pat. SoJutions exactes reçues de MM. Arnold, Axelrod. Blum, Davidson, Gerson,' Lepel, Schneider et Tauber. PETITES NOUVELLES Le vingtième jour arrivé il faut s'occuper de la ma;s~n, la rajeunir et faire disparaître les , traces du passé. Le b.Qnheur doit s'installer dans un nid bien net et bien propre) Che21 les riches, on fait repeindre les portes, remplacer le papier des fenêtres. Quant aux pauvres diables, 'ils se contentent de laver, de nettoyer du mieux possible. Le vingt-troisième jour est marqué par des sacrifices à un Dieu redoutable : celui de la cuisine, le gardien du foyer ,: Tsao Chun. Et pUis voici venir une période critique: la Petite Nouvelle année. " , Alors que l'on a tant

. de dépenses nouvelles ...
Elle commence le 25' jour,

cette Petite Nouvelle Année, et elle est pleine d'embûches,. de traltrises. Alors qu'on a tant de dépenses ' sur les bras , : achat 'de fleurs, de pét.ards, de présents, l'usa.ge v'eut qu'on liquide l'arriéré, qu'on paye ses dettes afin de repartir à zéro pour la radieuse année qui vient. Aussi l'on assite à des poursuites épiques, l'infortuné débiteur ne · sachant où se cacher. Ii n'a qu'un espoir: disparaître, se · rendre invisible, jusqu'au ,premier jour du premier mois. Ii ne sera pa,s ~itte, certes, mais il aura gagné un' répit qui durera jusqu'à; la Fête' du Dragon, c'est toujours autant de gagné. A ' l'aube 'pu ,trentième jour, on respire. Les débiteurs réapl jlraisseht et la joie écIate partout; On ' colle sur les n'lurs des' sentenées de bonheur sur papier rouge et, comme il faut tout de même penser à soi, on exprime du mieux possible ses voeux : fortune, descendance ' mâle, ,et, si l'on est fonctionnaire; avancement. 'Tous lés 'membres de la fa~ mllIe sont 'assemblés. Certains venu,s de.- fort ·loin pour prendre. part à la fète. On cuisine éperdûment, on fait des proVisions, car durant trois jours tout, travail cessera : les génies doivent, eux aussi, profiter du , congé annuel. N'esSayeZ pas de demander à votre boy, à votre hama (servante) quoi. que ce soit, le jo.ur de l'an es.t sacré. Les adieux à la dernière Lune que les choses demeurent en ·l'état. Un pays qu~ va vivre sa véritable jeunesse, Un pays qui s 'éveille d'un songe de trois mllle années n'a pas besoin de tant de haltes stériles. Il no~s faudra dire adieu à cette viellIe Chine, que certa, ins voulaient. « immuable ,et inchangée ». Elle est b i e n morte. Le dernier dragon en papier, la dernière lanterne décorée s'en vont en fumée et les « Fils du Ciel . regardent désormais vers un a venir de lumière. On a surtout « èssayé » de s'amuser A huit heures bien sagement, toute la famille est ,partie au cinéma, en sortant chacun a bu un petit apéritif et bébé la grenadine réglementaire. ensuite le retour à la maison s'est passé ma foi, sans. grand enthousiasme. Imaginez 0e que montre le Père Noël Beaucoup de volailles, peu d'acheteurs A minuit ou une heure du matiJ?-, on a commencé le .: réveillon alimentaire , avec quelques extras en foie gras, huîtres ou escargots, une bonne bouteille, un café et une fine. A trois heures du matin, les lumières étaient .Heines, chacun dormait. Une petite chanson par-cl parlà a bien tenté, avec beaucoup de bonne volonté, de créer « fambiance , mais elle s'arrêtait au milieu d'un silence, révélateur, trahissant les préoccupations des convives. Noëls de guerre Car on peut féter Noël ; lorsque toute la famille ut réunie on se rend bien souvent compte qu'il y a une place de vide: celle du fils, du père, de la maman, mort en déportation ou quelque part sur le front, au cours d'une même nuit de Noël, d'un Nqël de guerre où nous avions nos préoccupations, nos misères, n"" souffrances. D'une .pe ces nuits de réveillon de 1942 ou 1943 alors que la neige' tombait, qu'un immense linceul blan~ recouvrait le monde , taché en maints endroits du sang de nos martyrs, de nos héros .. Noël de confiance Cette fois, nous n'avons pas pensé à l'alerte qui pouvait ,survenir, à la fusillade du lendemaïn matin, mais nous avons réfléchi à l'avenir, c'était plus fort que nous. L'avenir immédiat, celui de demain. de la semaine prochaine. parce que les dépenses avaient été trop importantes et que l'on aurait bien des difficultés à « boucler

le mois; l'avenir plus lointain,

avec son ciel chargé de nouvelles menaces, mais que l'on envisage quand même avec confiance, parce que les gens honnêtes, sincères, tous ceux qui travaillent et qui peinent sont les plus forts et qu'ils peuvent, maintenant, empêcher un nouveau massacre. Parce que l'on sait bien qu'il y • encore des Dachau et des Buchenwald en Irak, mais on sait aussi qu'il y a tout un monde qui se crée, qui relève ses ruines et construit un avenir meilleur pour tous. Noël q,uand même Ce Noël de 1949, il était plus triste, bien plus triste que les Noëls de 1944 ou 11145, où l'enthousiasme et la joie d'avoir recouvré une liberté qui nous est si chère dominaient toutes nos préoccupations, nous avions réUSSI à oublier, vingt-quatre heures !eulement, nos malheurs et nos misères. Mais aujourd'hui, malheurs et misères ont été les plus forts, ils ont jeté un voile gris sur notre joie. Malgré tout teci, Noël a quand. même été Noël, on l'a fêté à tout prix et personnellement je préfère mon petit réveillon familial, bien sage et bien tranquille à celui des. noceurs qui sont revenus bras-dessus, bras-dessous, incapables de suivre le trottoir trop étroit pour eux. Et puis j'ai quand. même un avantage: je n'ai pas mal au foie! Pierre DEUTU: POUR CINQ MILLE NOUVEAUX .- ABONNES A _c, D. ·L. " AU TABLEAU /J'HONNEUR Le M.R.A.P. - Montreuil a atteint son obiectif (50 abonnements) dont 32 recuellis Dar M. Badower ... ... et ce n'est Das ·tout ! .. " V Olel quelques-uns des derniers résulta.ts cU la campagne d'abonnement,\ à D.L., qui nous sont parvenus. Dès que vous avez recueillil des abonnements, venez nous en rendre compte, ou écrivez-nous, ou mème téléphonez au journal, pour que nos informations reflètent exactement, chaque semaine, l'actualité.,


.~". . •• ,'\

.' 1 ----·--ICharles·~--~~ \1 ~\ e:/I!-o .:t Que nous réserve 1950 ? Voici, illustré!! par Kamb, quelques-uns des voeux que forme c D. L. » avec tous les antiracist~s, tc;lUS les parti!\ans de la paix ... - , LtL bOmbe ato11J.i;z!u /tu Jnu,W. , ,... 1.4 ,reool!.StTUCtkm en bonne vo~. TOU S 'L ES V E N'D RED 1 S 30 Décemb. 1949 .- 5 Janv. 1950 ALERTE aux braves· gens COMBIEN de temps encore les braves gens de ce pays vont· ils fermer les yeux devant les par Jean GUiGNEBERT éclatantes et redoutables '-____ -'-_____ ---l réalités de la politique ex· térieure du Gouvernement? Car ils ne sont pas tous dé· libérément et à tout prix inféodés au capitalisme in, ternational, ceux qui, par leurs propos" leurs écrits , ou leurs votes soutiennent le Quai d'Orsay dans son action contre les intérêts permanents de la France. Tout d'abord, on leur a dit - c'était pendant la guelTe, dans le Pacte franco-soviétique, dans le Traité de Dunkerque - qu' il fal1ait prendre toutes précautions contre un éventuel relèvement militaire de l'Allemagne. Ils 'étalent d'accord et, instruits d'expérience, se félicitaient que l'on s'occupât si promptement d'un d'anger dont ils connaissaient l 'incontestable authenticité. Et puis s'est amorcée , la course à la fois méthodique et, DEPUIS quelque temps - il faut bien que l'on soit logique - on est allé un peu plus loin, beaucoup plus loin. On leur a dit: « Après tout, puisque nous nous préparons à la guerre, puisque nous en,visageons de nous mesurer avec les Russes sur les champs de bataille millénaires, nous serions vraiment ' trop bêtes de nous passer des Allemands qui ont, en la matière, d'excellentes vertus. C'est M, Winston Churchill qui l'a dit. Leurs industries, les ressources de leur sous-sol nous seront aussi précieuses qUe leur valeur guerrière. Il faut les « mettre dans le coup . ' Et on les ;a « mis dans le coup " On leur a rendu leurs libertés pol1tiques, on leur a fait ,toutes les conce&'lions, on leur a restitué u'ne quasi-souveraineté, on a arrêté les dé.mantèlements d'usines, on le)1r aacoerdé des (!l'édits, d'énor ·mes crédits, on les admet dans les ConseLls occidentaux et on parle ouvertement de leur réarmement. « Il n'en est pas question :t, clame et proclame M. ' Robert Schuman alors qu'il ne peut pa,s ignorer que la chose est inéluctabl~ , que ce n'est plus qu'une question de temps. 1 Nos braves gens croient encore 'M. Robert Schuman. Bien sûr 1 On leur avait promis que l'Allemagne nous paierait des réparations et ils savent qu'l1 n'en sera rien. Ils croyaient la sécurité de leurs frontières assurée contre un « retour de flamme' d,es ,Allemands et l1s ne peuvent plUS douter qu'autant en a emporté le vent d'ouest. Mais ils s 'obstinent. , Pourtant, dans quelgues ,semaines, quand l1s verront les !ülemands réarmés, les usines d'Outre-Rhin tournan,t à plein 1 rendement, les nazis blanchis et remis en place, est-ce que, enfin, lis ne viendront pas joindre leur voix à cette clameUr de protestation quI monte du peuple? ' . (SuIte en page 2,) • N° 'lO (l.14)

25 fr~'

5 'francs) CONTRE LE DANGER AL, LE, MAND, POUR LA PAIX Le M. R. A. P. vous appelle à signer cette le tre qui' sera adre'ssée . au PRÉSIDENT DE LA , RÉPUBL QUE Le Comité d'Action du Mouvement. contre le Raciame, t'An.tisémitisme et pour la Paix, réUni le 22 décembr-~, a adopté le prOjet d'une lettre que ohaque société ou organisation a/Jjliée ou non au M.R,A,P. fera signer et qui sera tlô.ressee ~ Monsieur le Prés.dent de la République. Nous e'l donnons le texte ci·dessous : Monsieur le Président de la République, Nous, que la dernière guerre a 'tant éprouvés, Cjll.i avons vu périr nos pères, mères, enfapt.! ' ou frères ' dans les , chaltlbrBS à gaz et les fours crématoires, sommes. protondément émus des prépara.tifs de réarmement d'U1;!e Allemagne ' ocèidentale non d~:Ilazij'iée et revancharde" . Nous consLatons' avec inquiétude que 1'00 prépare Guvertemeltt une nouvelle guen-e mondiale et que l'on envisage l'emploi de la. bomhe atomique. InStruits par la tragique' expérience d'un récent passé, nous savons que la haine des peuples, le racisme et l'oqieqx antisémitisme dont les symptômes se font déjà sentir:, ,précèdent et accompagnent toute guerre. C'est pourquoi, Monsiel\r le Président de la République,' nous nous adressons à vous ·et vous demandons très respeetlleusemeJ;lt d'user de toute votre haute autorité, de toute votre inf:ue!lCe auprès du Gouvernement fL'ançais, afin qu'il prenne les Il}esures nécessaires' pour sauvegarder la Paix, pour éviter à nos enfallts de revivre le cauchemar du nazisme et de la guerre. Nous sommes convaincus que notre volonté reflète ce:Ie' de l'immense majorité des Françaises el des Français, , Veuillez croire, Monsieur le !Président· de la Républ14ue, à l'expression de notre ha\lte et respectueuse considération. - Les criminels de g!(.eT1'e nam hors d'&t de nu!re. - ' La c poule au pot » dam c'Tulql!-ll famiUe. infernale qui, avec, en trom-r---------------_________________________ • pe-l'oeil, le plan Marshall comme toile de fond, a pris le , départ avec le Pacte de · Bruxelles pour aboutir - provisoirement - à cette conférence des « 12 ~ qui s'est tenue , li y a quelque temps au Ministère de la Marine et qui avait pbur ordre du jour de ré'Partir entre les patttciPants. j. les ~ches militaires du Pacte de l'Atlan tiq ue. ' - L'amende du di~anche supprimk daTM le métro ~ lei autOlml. Pour que tout cela fllt tolé-I rable à nos braves gens, on leur a raconté que, de toute ' évidence, l'U.R.S.S. se préPa·1 rait à conquérir le monde par 1 les armes, à commencer par l'Europe oocidentale et qu'il fallait bien se résigner à se préparer à cette guerre en s'appuyant sur la Puissance intacte des Américains. Ils l'ont cru et ils ont applaUdi, plus ou moins chaleureusement. mais 11s ont applaudi. On avait beau leur dire d'autre part que la question se 'POsait , tout autrement, Qu'ils n'auraient sans doute jamais pensé à la menace soviétique si la propagande des U,S.A. ne -------------'-----------------, _ La rt:tciste3 du Ku Ktux Kta1t , (~t ~& aut1'u) mil 4 la "aisa,," leur en avait pas panlé, que l'U.R.S,S. ava,it plus de raisons de reconstruire que de réarmer, ils n 'en démordaient pas et demeuraient 'sourds autant qu·aveugles. 'ROMAIN ROLLA,ND' , . COMBATTANT DE' LA PAI,X, I L y a cinq an!!, le 30 dé· cembre 1944, avant-der, nier jour de cette année decisive dans notre vie, puisque ce fut pour nous celle de la Liberté retrouvée, Ro, main Rolland mourait dans 158 retraite de Vezelay. Ce cinquième ,anniversaire de la mort du 'grand écrivaIn, ami de tous les peuples et de tous les hommes, libre et infacillatlons futures dans un climat bien différent de celui Q u. i allait empoisonner I.e monde hitlérien .de 1940. Dans les tranchées les fidèles du romancier continuaient à l'aimer sans toujours le comprendre. Donne le laurier li la France Pour que le monde ait l'oliv,ler m'écriai·je en un poème de mon premier livre... Quand , tigable combattant contre la ,----par ~ Pierre PARAF 1 racisme et contre la guerre, éveiUe en moi quelques souvenirs personnels et suggère quelques réflexions générales -------------que je dédie aux lecteurs de Droit et 'Liberté. Romain RoIlan(! était identifié, pour nous les adolescents d'avant 1914, à son héros Jean Christophe, le musicien fougueux en qui brillait la flamme de Beethoven ... Et voici Qu'un matin de juiIlet, en Sorbonne, 'le dieu des baccalauréats me mettait face à face avec ce personnage légendaire, professeur au Collège de France et comme tel président de mon jury, Je sortis comb:é de l'amphithéâtre Descartes, e~r. tant le premier souvenir de cette « confrontation . à mon départ pour la vie d·étudiant.

Romain Rolland le reçut en 1918. 11 m'envoya bien vite son message encourageant et cordial. Mais la vision du jeune soldat semblait bien simpIlste au penseur. Henri Barbusse, à la tê~ du Rassemblement Am.sterciamPleyel, Prit place à la 'pointe du combat. Fidèle ami de l'Union Soviétique, qui le considère à juste titre comme un des maitres de la pensée contemporaine, admirateur du génie de l'Inde - il eut avec le mahatma Gandhi de fraternelles entrevues - Romain Rolland jeta dans la bataille antinazie le poids de son uni- , verselle renommée. Le pacifiste était devenu l'un des premiers combattants de la Liberté. Sous l'occupation, trouvant dans son Voyage Intérieur _ qui fut l'un de ses derniers ouvrages -- un refuge pour son âme résis~ante, il ouvrit aux persécutés sa demeure de Vézelay. Charles Vildrac, sortant de prison, s'abrita chez lui. Je me souviens d'un soir de Gre· noble. en 1943, où l'on nous annonça son arrestation et sa mort; 11 me fallut écrire en hâte pour une feullle clandestine, Action et Pensée, l'éloge -de mon grand am!. Fort heureusement, la noullelle était fausse .. Le coeur de Romain Ro!land put battre jusqu'à la victoire. CINQ ans après, si sa gloire est plus que jamalA rayonnante, si de Montréal à Mexico, de Rio à Moscou et à Pé· UN 'PLAN MAURR'AS contre la République « Les gens qui' marchaient de plein coeur avec Pétain, le vainqueur de Verdun, sont des résistants. » Cette phrase, qui défie la logique la plus élémentaire, cette phrase scandaleuse a été prononcée l'aulre j 0 u r pal' le colonel Rémy, chef des groupes de choc ·gaullistes, au meeting organisé pour demander la revision du proce5 Maurras; L'ESPOIR DES VICHYSTES A ce titre - petatn ëtant lui·même un '" résistant • -, Maurras est un " patriote », Laval, Darnand, Déat, pucheu sont des 4: patriotes », ainsi que Bonnet... Au fait, on vient de classer le dossier du traltre Bonnet.... Et il semble bien que certaines mesures du gouvernement, telles l'amnistie récemment mise au point, sont prises sous la pression des collabos qu'on laisse impunément se regrouper, reprendre le haut' du pavé, Par contre-coup, ces mesures ne font qu'augmenter les espoirs et les ambitions des vichystes. Une seule explication : on a besoin de ces gens (qui ont fait leurs preuves) pour continuer la guerre d'Hitler. - Cela ne ·date pas d'aujourd'hui. Premier temps : ,on · condamne les traltres à des peines . insignif1antes. Sec 0 n d temps : on déclare que les peines insignifiantes ' peuvent ê t r e supprimées. Troisième temps : une violente campagne est menée pour la libération des grands responsables de la défaite et de la trahIson, comme Pétain et Maurras. En fait, 85 % des condamnés de la Libération ,sont déjà amnistiés. M. P.H. Teitgen l'a lui-même reconnu. Et, actuellement, 11 y a moins de coUabos en prison en France (8.000) qu'en Belgique (9.000). C'est dire que l'amnistie gouverne· mentale ne fait que compléter, systématiser un état de fait existant. . ,MAURRAS, CHEF ET SYMBOLE De tous les groupements vichys tes reconstitués, le pIus ' puissant est, sans conteste, l'Action Française, dont le journal «Aspects de la France ~ mène à la fois campagne pour Pétain et Maurras. ' La revision du procès Maurras est, pour le moment, leur • .. • QUELQUES années plUS tard, l'étudiant était transformé en soldat, Romain Rolland Je revis l'auteur de Clc!rambaULt, de l'Ame enchantée à l'un de ses pa.-;sages à Paris. L'apparente froideur de oe gr and . sol1taire contrastait avec la vibrante' et lyrique amitié d'Henri Barbusse. Mais on devinait ce qu'un tel isolement cachait de sensibllté humaine. Sous le masque du huguenot - qui ne l'était d'a!lleurs que de réputation -s'affirmait la verve du descendant de Colas Breugnon, du fUs des artisans gaillardS et des robins du Morvan, Madame Romain Rolland m'a dit la ga1té qu'!1 savait montrer dans la vie quotidienne. kin, on n'a ce&'lé de le lire et ____________ --, de l'aimer, comme on est loin du rassemblement unanlme auobjectif prlnèipal, pOUL' la réalisation duquel les mesures d'amnistie et d'indulgence leur paraissent c'réer un climat favorable. MaUrras est le symbole et le chef du fascisme en France. Boutang, rédacteur en chef d' «Aspects de la France», espère que la libération du s'était fixé à Genève, « audessUS de la mêlée , II s'occupait. dans les bureaux de la Croix-Rouge, du sort des l'ri. t!01tDiers et de leurs familles, aa.Intena1t leI :llens c1es réCon·

  • pUlS le fascisme apparut,

étendit son ombre sur l'Europe. Romain Rolland, anc tour de sa pensée! Comme le monde est loin de oette alliance' de tous les dé- (S~w pa.p 5) VOIR PAGE 4 : Au Meuble. choisi Alber. LEVY. • fSnlte pare i). Plusieurs J)Oli~ ces opèrent en Allemagne occiIlentaje

polic~

ihdusfr1elle. polie e p6liti'l.ue (Gestapo), gendarmerie (schupos). etc .. , Elle. sont toutes AU service d' U ne même politique de v iolence, de répreSSion antidémocratique et de préparation à la guerre. Ici, les schupos se font la main en ma .. traquant les ma .. nifestants qui protestent contre la . projection du n]m antisémite : • Oliver Twist :to.

Lire lu ftlquftft le D. 1. 'sur'r Allem6gne : • • Page 3: Le Dr Auerbach, éminen«:e bavaroise, accusé de crimes de guerre. • Page 4: Joyeux No ë.J pour le nazis dans l'Allemagne d'Adenauer. La C.G.,T. dénonce Depuis 18 12 décembre huit dirigean s du R. D. A. to t 1 a grève de la faim D!epuis 10 mois, ult clirigeantlt du Ra ... ....,blement Démacratigue Afrieain sant empriflonlles à Bas5am, ~n Côte-d'Ivoire. Leur crime? Ils 'lJt vaulu rétablir l'ordre troublé par lieUrs adv~rsa.ires POlitiques .au cours 'd'une ' réunion. Les provo~teun, ellx, .ont libres. Mais depuis le 1% décembre, eeUl 'lu; sont arrêü. lUbitrairement font la (lP:ve de la faim . Parce qlJ'iIs veulenL JUourir pour échapper' à la iustict:!? Non, 'parce qu'ils appellent la. justice 1 On les a torturés, battus, on a refusé. contre tout droit, leur mise e.ll liberté provisoire. En Afriq e N aire, bou nombre de 001011. n'ont pas encore renié BilleT. • L'émotion provoqq.&e d,aru tont le pays, par cdt#, illégalité flagrante, est ccmaldérable. , Les vagues d. protestation !;J! succèdent." de'8 députés socialistes, M.R.P., contmunlstes protestent, des, délérations de femmes se rendent à la prison pour exiger la Ubération des détenus. ' le racI•s me Jans - La loi a.JIPliquée au:z: Zi.gua et a. iourna.ux fa.sciste&. - La campa.gne des' 5.000 1WUvea. ux a.bonnemen;t8 à, « ; D. L. ~ réalisée en un temps' record / ... hnpossible ? Unissonanous, agissons ... 'et vous verrez! , \ l'Union Fran~aise DES CAMPS DE 1 AVAIL FORCÉ EN A'FRIQUE' NOIRE I L est; dans le monde, des pays où le racisme est élevé à la hauteur d'une institution. On connaît les odieuses discriminations raciales, l'antisémitisme plus ou moins ouvert , qui regnent ~u.x 'Etats-Unis. On connait ~esagjs.sements du fascis,te Malan en Afriq'IJe du Sud, la 4: politIque blanche"» pratiquée en Australie les discriminations en matière ~'iJ?migration a~cidées 'par les gouvernements a:ngJai~ ,et canadien, Nombre de faits quotIdIens prouvent la renaIssance du racisme et,de )'3ntisémitisme en Allemagne occidentale (p~rmi l~s troupes d'occt;lpation aIl?éricaines , elles~mêmes). Tout cela e~ ' rapport" avec les prep'arahfs de guerre. MaIS trop souvent, certains oublient que, dans les territoires d'oùtre- . mer, dans l'U!1ion 1 française, le racisme sévit avec une violence sans cesse accrue. C'est ce que vient de rappeler la Confédération Générale du Travail dans un mémorandum très détaillé qu'elle a remis à la Fédération Syndicale Mondiale. pou r être transmis à rO.N,U. Ce texte a une histoire, En 1948, une délégation des travailleurs syndiqués des Territoires d'Outre-mer de l'Union Française se rendait auprès 'du président de la République pour lui exposer ses doléances au sujet des conditions de vie faites aux populations coloniales. M. Auriol demanda alors que solt rédigé un mémorandum étayé de faits précis et vérifiables. Ce document fut prêt le 28 octobre, remis au président de la Répub!ique, ' qui en annonça l'envol pour suite à donner, au gouvel11ement, Un an plus tard, suite n'a. pas é,té, dOl1né~. , Le racisme (liuite en pace 2.) A Conakry, ces travailleurs atricq.ins, pour un salaire de famine, cUcTulrgent les troncs d'arbres transportû 1lQJ:-du embarcations primitt.vu -.~ '----------~~----~~------------------------- L'IMPORTANCE D'UNE LETTRE LE gouvernement I1n Dr. Adenauer vient d'entreprendre des dêmarehes en vue d'obtenlr l'arrêt 10tal des l1émontages des usines Hermann Goering qui constituent, avec las usines Thys- 6en, le grQS de l'industrIe de mort qui ~lIm~nta la guerre de Hitle~. n est Infiniment prObable qUe lIa.tisfactlon sera. donnée itux fondés de pouvoir qui êlègênt A Bonn. Pourquoi, en effet, le Statè Departcient reftL'léralt-1I auX Goerlng-Werke ce qu'II a tOut naturellement accordé' Aux Thyssen-Werke malgré et contre tous les aècords et traltés c'lnclus entre les Alliés? Tout prouve maintenant que l'IndUBtrie de guérre, en Allema.gne occidentale, non seulement a. été épargnée, mals roule déjà à un rythme acoéléré. IJe la suite dans les idées Dans, le mille Gârry Davis a tait un communiqué. a ;a presse. C'est la, depuis lon~ltmps un .dI} ces « événemenl,$ » qui n'émeuvt: nt plus personne. - Je veux, dit·il, participer ~ la reconstruolion de l'Allema;n~. Au moment où la reconslLuctlon de l'A:lemagne est fonction de son réarmement et du retour de .sa puissance d'agrèssion c'ést là une singulière idée pour un apôtre de la paiX 1 Allume ta pipe à la pompe Garry DavIS a été bombardier 'dans l'avIation américaine. Il en garde, parait-H, un sentimént de culpabilité. On ne sait pas toutefois si c'est d'avoir écrasé inutilement d'innocentes bicoques e uropéennes et tout ce qui vivait dedans ou, au contraire, d'avoir contribué dans une certaine mesure il. :a victoire sur le fascisme al.\emand. - J'aimerais, dit-II, faire ce travail de reconstrUction, car 1e ne peux 1 rouver une autre raison plu$ valaole 1UJur aider. les hommes de bonne volonté souffrant maintenant inutilement en prIson. Comprenné qui. poun-a. En France on n 'aime pas III charabia. C'étaIt sous Vichy. De Gaulle trouva en lui l'homme Idoine pour diriger les massacres dam le C6nstantinoÎS. Te~ sont les crimes. Erréur de. tactique Toutéfois, ce n'.est pas pour ces motifs qu'Achii!.ry ést poursuivi. Quetque tèmps après la libération de l'Algérie, i; ' avait torturé trois coJlabos. Histoire de montrer sn. bonne volonté. C'eSt cela. qu'on ne lui pardonne pas aujourd'hui. Quant au reste ... Et avec ça, faut-il vous t'envelopper? . , Un homme de bonne volonté Jeudi dernier, on devait juger en Cour. de justice le dénommé "Horace de Carbuccia, gendre de Satisfaction Le ministre fédéral des réfugiéS du gouvernement de Bonn est plein d'amitié pour le gouvernement français. - Après les excès inévitàbles au lendemain de !a libér(ltioh, at- il dit, les Allemands traduils èlevant les trlounaux français ont . été jugés correctement. Deux iL trois cents ont été condamnés li mort. Tous ont pu demander leur grâce. Neuf condamnés iL mort seulement ont été exécutés. Pas étonnant qu'lI soit content le ministre 1 Quarante mille! ,Le ministre fédéral des réfugiés veut prendre SOUl! sa ptoteètion les rèsSOrtlsSants allemanc1s résidant à l'étranger. y compris ceux qui sont encOre en prison. Et lés 40.000 Allemands incorporés d:i.ns la Légion étrangère française. . Qui ont trouvé en Indochine un térrain où ' utUiser leurs compétences. Si parfaitement démontrées à. Ascèt, à Tulle, au Vercors. iL Oradour-{; llr-Glane et ailleurs ... Civilisation A pl"Opos de la guerr& au VietNam, l'hebdomadalre COlonialiste « Climats 'P publie la photo


~~--2 février 2010 à 11:15 (UTC)------------~----------~)

Les beaux mariages Justic.e allemande Un tribunal de Munich a condamné Hermann Esser à deux mois dll prison pour à.y9ir fait pUblier une serie d' arttcl~s intltu; és : Adolf Httler, grlLnd amoureux. Majs le plUS gaulois de l'histoire, c'est qu'Esser n·est . ji!.mais a llé en prison pour avoir été t itulaire de la carte du parti nazi, NUMERO DEUX 1 • Franc:o c:hez le pape 'A l'Occasion de l'Ouvêrture de l' Anné~ Sain~. le Pape a prononcé un discours. Il a parlé dé l'Union soviétique et des démoèràties populairés et de la civili.sation chrétienne et tout ... Sauf la bombé atomique, dont il n'a pas encore condamné l'usage. Puis Sa sâinteté a répondu en termes chaleureux à un message du président Truman. Avant Qu'on apprenne à la Cité du Vatican qu'Elle recevrait F ranco - digne paladin, sans doute de la civilisation chrétienne ~ au cours de l'Année Sainte. L'été dernier, n'alla-t-elJe pas jusqu'à S'exhiber, sur la COncha, en malilot deux piècès. L'Espagne (des Grands) n 'ava.it jamais vu ça. Tous les curés dè Sàin t ·Sébastien dénoncè r~n t le scandale au prêché. . Quant il. la misère du peuple espagnol, ce n 'est par un sujEt digne d'un beau sermo:'!. Un singulier Siro L'émpèréu,r Hiro-Hito avait à son senice . un . médècin général qUI s'appelait Su·o. N'al:ez pas croire surlout qu'eu égard à son nom l'hommè s'occupait seulement de soigner les maladies bénignes. . ~I était à la téte d'un des laboralolres insta:Jés en Mandchourie pour préparer, sur instruétions speCiales et secrètes de l'émpereur du Japon, la guerre microbiennè. L'ACTION DU M.B.A·p·l La lutte pour la paix au centre des débats du Comité d'Action Le comité d'action du M.R.A.P. s' èst réuni le jeudi 22 décembre sous lâ présidence de M. André IlIum el. présllÛnt du mouvèment. Après adoption de l'ordre du jOur préSenté par M . Albert Youdine, M. Maurice Grinspan, secrétairé gé1!éral du M.R.A.P., a présenté un bilan de notre activité depuis la dernière gession du comite d'action. Il rapptla la campagne ·menée par le M.R.A.P. contr~ la mènace du Sturmer et la repltrution d.e !a presse nazie, campagne iL laquelle de nombreuses personnalités de toutes tendancès ont pàrticipé. M. Grimpan mentionna ensuite le grand meeting tenu iL la Mutualité, en pré sencè de M. Yves Farge, aimi que la participation' massive du M.R.A.P. au vote pour la· paix, l'importante conférence du 6 novembTt qui rassembla les représentants de plus de 130 sociétés et orglmiSiltions, le meeting de pro- · testation contre lès pogromes d'IraI; la pUblication de DROIT ET LIBERTE, hebdomadaire du M.R.A.P, tion a àiJ,opté le proiet d'une lettre que chaque ôrganisaUèm ou société affiliée fera sirmer et q'ui sera, envoyée à M. le president de la République (nous en publiOns le texte page 1). Après le vote d'une r ésolu.tion RésolutiGn contre le danger du réarmement alleman~ Le comité d'a~t1on dU 1\1.R. A.P, réuni le 22 décembre . 1949, ~Iève 1!-ne protestatlo.n Indignée contre les préparatifs dé réarmement de l'Alhmainè occidentale non dénazifiée, militariste et revanchardè. Le réarmement des ancléns nazis, véritable défi à. la paix; s'Inscrit dans la préparatlo!i d'une nouvelle guerre mon: diale_ Ceci, cinq ans à peine apr~ la victoire remportée, au prix de tant de sacrifices, par les · peuples sur le monstre nazi. Les choses, aujouI'd'hul, vont certes bien pltL'l vite qu'au lendemain de 1918, en dépit des terribles l~ons de l'histoire. Est-ce oubli, inconscience, négllgenoo? Non, il s'agit trune politiqué criminelle dàns sa. préméditation et dans ses objectifs. ' Bon voyage Garry Davis, un de ces produits qui nous viennént· d'Amérique, comme le « RIlader's digest» et la Coca-Cola. On m use un peu, On s'en fatigue vi~. II veut aller en Allemagne, remuer des briques. Bon voyagé! Les tartules devant la tombe du héros nord-alricain Aissa Ichou Avèc onze de sés acolytes, le général Siro va être Incessamment jugé par un tribunal soviétique. Mais Hiro-Hito; qul n'est pas moins que lul re~ponsab:e, reste sOus protection américaine, L'auriez-vous cru? M. Pierre-Roland Lèvy rapporta, nt sur la situatÛln intérieurs et 'internatlonale, traça les grandes lignes de l'action du M.R.A.P. en favéur de la paix. Mme C~cile Cerf montra l'impDrtance de DROIT ET LIB·ER,TE, comme arme de combat dans la lutte contre le racisme et Z'antisé. mitisme. Grâce au journal, le M. R.A.P. peut exprimer sa position et deveZopper son influence. Mais pour qut son existence soit assurU, il faut iL « D. L. » 5.000nou ·veaux abonnés, et Mme Cerf propose qUe les adhérents et amis du M.R.A.P. mèttent tout en oeuvre pour atteindre !a moitié de cet oojectlf au 15 janvier prochain. La communauté juive de France, tellement éprouvéè par la dernlèrf: . guerre, voit' dans le réarnlement de ses anci! ns bourreaux unè insulte il la mémoire de ses morts. èt une mena.ce 'de nouvelles ' atro-: cités pour les survivants. Le M.R.A.P. appelle tous le .. Juifs à renforcer leurs ranti;, à forger une union inde;;tructible sans dl.stinction d'opio nions pDlItlques, phlIosophiqués ou religleu;'es, et à. rèjiindrt les partiSans de la paix .en France et dans le monde, polir qUe, par l'èffort de tous. l'.é.. ampllssoment du crime soit èntravé et arr hé. Les , Impérlalll!tes amérlrAins entendent précipiter le {lionde dans une nouvelle ca' tastrophe après avoir saboté et violé les accords de Yalta et de Pots.dam, transformé en farce' tragique ' 111. démilitarisation et la dénazification, mis des Heuss et. des A\1ena uer à la tête d'un Etat re- ' vanchard, et jeté les bases d'une nouvelle Sainte :Alliance danS laquelle les nazis auraient un , rôle décisif. Pourquoi? Pour albattre les peuples qu se sont libérés de la. domination des oligarchies économiqueS, pour museler tous les hommes libres dans le monde.

  • CE que tout cela. signifierait

pour non.!, pour tous les rescllPés des chambras à gaz et ~es crématoires, nous avons trop payé pour le savoir': des massacres, ides an4arttlss'ements bien pues, bien plus 8auva're .. , bien pIns systématiques! Car la barbarie hitlérienne renaîtrait, décuplée, centuplée par les ravages de la bombe a.tomique. , C'C$t pourquoi l'initiative du lU.R.A.P. appela.nt toutes les organisations juives, affHiées ou non au mouvement, à envoyer au Président de la République la lettre dont ~ous pubIlons le texte en première page, prend, en ces heures' cruNales, un9 signification et une portée de la plus haute Importance_ Cette lettre est un acte \:our la. paix auquel nulle or* a.nisation, conelente de SeS responsabilité ne peut se soustraire ! . Ça pouvait aussi. bien, se faire sans pub :ici té. Ce que vous attendiez Un avocat du barreau de Paris vient de rééditer l 'Appel de Louis' XVI dia Natiôn ». Texte d'une brûlante actualité, s 'li en fut. Avec un commentaire ad 'hoc qUi remplira d·aise. tout ce que la France compte encore de mônarchiS~ s, d'antidreytusards et de maurrassiens. Il y serait prouvé que 1 .. rédac- ' teur de l 'Appel aurait élé « le malheureux roi lui-méme JI . Ce qui est évidemment d'une Importance capitale pour la compréhension des choses de notre temps. De Louis XVI à Pétain '. Quant il. l'auteur de cette réédition, c'est M' Jacques IsorI)1, Qui fut l'avocat du tri!.itre Brasillach (fusitlé) . . Et du félOn Pétain. , Ce dernier bien vivant. Joli palmarès Enfin, dira-t-on, tout arrl'Ve, même la justice. Le tortionnaire Achiary · vient d'être arrêté. Comme il était mèmbre actif et influent du R.P.F.. toute la co:onie vichyste d'Alger S'én est trouvée agi tée. . Il n'tm . res~ pas moins que lorsqu'il était commissaire de la B.S.T. à Alger, Achiary, ancien sous-préfet de Guelma, a torturé odiéusement des communistes, en particu:ier ' des jeunes filles. Samèdl derhler avaiént lieu a u cimetière musulman Je BoblfllY les obsèqùes d'AïsS3 Ichou, chémlnot nord·africain, dont le sacrifice a w.rmls d·t\vlter une catiutrophe ferroviaire près de l\1elun. Alors qu'il dirigeait lile ëlJuipe d'ouvriers occupéé i\ reparer les voles, Aissa Ichou fut averti qur- le rapide 66 arrlv. ait. Le signal d'évaéuation fut donné, mais un cric restait sur les rails, menaçant de cau!~r une MtaStrophe au lourd con vol. Aïssa Ichou se précipita et réussit à rejeter l'engin sur le remblai. Mais la locomotivé l'aUJliknait en même temps et les roues lui broyaient ~ tète. • n" ce saèrifice héroïque. Chilippe et direc~ur de Gringoire. Horace n'était pas là. Il avait écrit au président. Pagènel que son état de santé lui Inlèrdit tout déplacèment et le contraint à demeurer aux environs de Lausanne. Mais qu'autrément il serait prêt à t(tire la preuve de son pa.triotisme, de son innocence et tout Camme Scapini, quoi. En préMl1t la poudre d'escampette. Le procès a été fixé au 13 janvier. parlez tou t· ce . que vous voudréz Que l"étàt de santé d'Horace ne séra pas améJloré. Ah non ! Ne pas confondre Puisq,ue la mode est 'aux campagnes {( humanltairès » ènfaveur des traîtres de lous genres, l'Epoque Y va de :a sienne Et de se pencher sur le sort des II: ind 'gnes nationaux ». « L'indjgrtité nationale, écritelle, c'est l'étoile jaune d~ la ZlbératiOn. . Tout simplement. A ceci près Que les Juifs. étaient affublés de . l'éto!!e jaune parce qu'ils étalent Juifs. Et que les« indignes nalionaux 11 ont été déclarés tels parce , qU'lllI ont servi l'imnemi et applaudi il: l'institution de l'étoUe jaune, précisément. NODS ne nous lascserons jamais de le répéter : c'est de nous, de l'union et de l'action de millions d'hommes et de femmes de tous pays, que dépend le salut du monde. Les . rorces de pal:1Ii sont immen- J. GUIGNEBERT 1 SES. Elles peuvent, elles doivent faire reculer l'i ~ngér. Seuls peuvent nier ces évi_ dences et refuser ce combat, les fauteurs l1e guerre et leurs compIloes." Q!'tû!.LI:~!f! TOUS LES VE"lDREDIS DROIT ET LIBERTE contre le racisme et l'anti~ émitÎl;me. pour la paix C6MI'tE DÉ DIRECTION Alldré BLUM EL Maurice GRINSPAN Chul.. LEDERMAN Pierre-Roland LEVY (SUITE DE Quelles que ~olen t les réalités du prétendu antagonisme russo-amérlcaln, quelle qu'ait été la complaisance avec laquelle lis ont accueilli tout ce qu'on leur a dit, ces hommes et ces femmes devraient prendre conscience de cetté Vérité toute simple que la France, étant livrée à la menace d'une Allemagne que l'on relève et que l'on va réarmer, est eKposéé au plu~ extrême péril: Une Allemagne fortê est tàu~ jours une Allelfiagne bé1liqueuse ét élIe a dé terrib1ês revanchés à. prendre. . RietI. né permet dé pensér que là fiHiltidrê afiléUoratlèm soit lli.tervenué dans l'étàt d'esprlt de nos voisins. Ils n 'ont jamais exprimé le 'moindre regret des crimes qU'lls ont ' permis quand Ils ne les LA PAGE .1 ) çon n 'a porté que de mauvais fruits. OUi, la France .. est en danger et si la PaIx est encore chancelante ' parce que Washington ne veut pas s 'accorder avec Moscou, le fait qu'on nous contraint de nous entendre avec- ces Allemands-là c'est-à-dire avec ceux qui ont ravagé notre pays et ont massacré nos càmaradès, èst un défi à la pills élémèn.talrê j)rudéncl!. Naguère. personne ne S'y sérait trompé. Que ceux qui s'y trompent aujourd'hUI sé hâtént d 'y voir èlair_ Binart, ayant ëté dûment avértis, Ils porteraient lèur là-rge part de rèsponsab1llt-é dans lês ma.lheurs Qui vièndraient. une fois oe ~lus, accabler la Patrie. RédactIon ~t adminf.stration: 6. 8ri Poissonnière, PARIS-II" Tél.: PRO 15-01 ot TAI. ~1-14 ont pas commis. Ils sont de-I-------------Le aérant : Ch. OVEZAREK meurés les mêmes avec une défaite en plus et Il suffIt d'écouter leurs hommes d'Etat pour se convaincre que la 1e- Pour recevoir régulièrement « DROIT ET LIBERTE» ABONNEZ-VOUS· en nous retournant ce bulletin à notre adresse 6, BOULEVARD POISSONNIERE, PARIS Je sou,&slgné __________________ _ demeurant _______________________________________ _ souscris un abonnement d DROIT ET LIBERTE de trob mois, six mois. un an (1) et en vers, It montant d votr, Compte cltéque postal 6070-98 l"iLrls. Tarif d'abonnement: 1 an, 1.100 francs; 6 mois, 600 fr.; 3 mois, 300 fr. Etrana::er : l an, 1.606 fr.; & moi!;, 850 ft.: 3 mois; 450 francs. (1) Rayer les mèntions Inutile •. On nom communique ... Nous apprC!!nons avec le plus grand plal.ir l'inscription 8U barreau de' Mot" de M' Bernard Davidson, l!eencl~ de la :F.cult~ de droit de Nancy en 19i8. diplômé d'études lupÉrlèures de droit public. sI'~claJis~ jusqu'aiors tians le droit civil. Nous tenons tout particulièremf:nt à féli citer M' Davidson. ms de militants tr~s d~vou~S de I·U.J.R.E., ot à lui souhaiter de pourswVTe son activité avec succès. Le Secrétariat de l'U.J.R.E. Le Comité de la. Section de rU.J.R.E. de Metz. 111I1I11 0l u l lI l lI . 1l 11l 111 1 11 111 111 1 11 1 11 111 1 11 1 11 111 111 1 11 11

Vous pouvez ald~r les Etudia.nts ~
en leU! donnant du TRAVAIL;;

~ Pour ucritariat, traduction' ~ ': ~urvdll(lnce" , ltçonl t compta .. ~ bllilé3 ~t l ou.! autre. travaux

" ous trouveré% la personne .~.
comp~teute Qu' il vous faut

ii en " OUA a.dressant .. ~ ~ l'Union des Etudiants Juifs i

COOPEttA TIVE DE TltA V AIL ~ ~ . ~ 6, rue L&lande - PARIS (14') ~

~ Téléph. 1 SUFfren 43-11 ~ 1 111111111 11 111111 111111 111 111 111111111111111 111 111111 111 1111 ri très peu de journaux ont~ parlé le J,lndemaln. Lorsque l'on sut qll'Aïssa Ichou allàit recevoir la Légion d'Honneur, alt)J's seulement on expliqua son geste, avec des réticences. parce que c'etalt un Nord-Africain! .. , . Aï$sa Ichou laisse Ull'e r",mme aNtc laquelle il était m,arlé depuis 11 ans. Une pension va lui être vers!e. l\'lals il est aussi 1Jtl autre sujet sur lequel lé sacrifice du courageux cheminot ramèllje l'attention. C'est celui des travailleurs nord-africains vivant dans 1 a métropole. Les mémé journaux qui on t tenté de faire le silence sur la mort d'Aïssa Ichou cDntimllmt à Injuriér d'un tirailleur marocain aux avant-postes. Avec 'cette légende : « Cè Marocain montre la volonté de toute l'Union frdltçalse de résister au Viet-Minh . J). , ' ... parce qu'il a. été eniliarqué de fOrce pour aller combattre ses frères ... Au noin de 1'« Union 11 française. biên sÜl" " Et de la civill8ation. Un collSC:OuS • A l'bcéa!ion des . manoeuvres militaires qui se sont d~i'6ulées en Tunisie, un couscous a .été offert aux Anciens cOl'nbàttànts musulmans. à la. • M",iSô1'l du Soldat » de Iléjà. L'un des hôtes a pris la parole et. ,'est exprimé en ces termes : bMsement les ouvriers d'Afrl· qw du Nord. Ils tentent de masquér le~ mi.érables conditions dé vil"! de cés travailleurs venus en Fr"nce dans l'espoir de trouver du travail. C'est le gouvernement qui doit les alder d'une 'façon ",fflcace, ne plus les traiter en escb.vé5, ne plus les payer à deml~laire sous prét~xte que ce 11e sont pas des " blà11c~ ». Lorsque tout~s les mesures auront été prises ' pour donner aux Nord-Africains une vie décen1p, ql", l'on aura nrouvé qu'une éga.lité de devoir correspond à une égalité de droits ce jour-là seulément la décoration posthurn~ 'à Aïssa J chou revêtira sa véritable si/ l"nlficatlon. Carnet sang et or Droit et Li/Jérté n ·a. aucun p:a iSir il, vous annoncer le mariage dé MUe Carméncita Franco la fille du bourreau de l')!:i;pagne: avec le docteur Martinez Ci'islobal. Pour tout vous dire, !e seul événêment concernant cette famille que lious. aurons plaisir à anponcer, ce sèra. le décès d!! papa. Entre barbares Les épousailles sont prévue; pour· féVrier, en J'église SaintJeà. n, à Ovlèdo. Carmencila amis, dll-on, P:U8 d'un mois à arracher J~ cOns~ntement de celui dont ellé n 'a pas lIe~ d'être 11ère de 'e dire la fll.e, . A la fin, clle trouva toutefois le suprême argument : Sous. l'oet! bienVeillant du président Malan, le nazisme exerce librement ses ravagès dans l'Union Sud-Afrîcaine. Un f;ot dt! « liltérature » anti sémite submèrge le p:i.ys, impôtté de Suède, dè Grande-Bretagne et des Etats-Unis. La majeure partie de ;e matériel antisémite est dislrifrué par un certain R.-K. Rudman, qui dirige . la « Librairie aryenne J) à Pietèrmàritzburg, capitale de la provinCè dè Natal. 1: y a encorè, de par le monde, bien des travaux de nettoyâge il, faire. Compétence .AU camp dé :RoyaJJlèu (près. de Compiègne) ont été internés, pend. r\.t l'occupation, 48.500 . patriotes dont 46.000 furen,t dépor.tés. Une information a. (depUis longtemps) été ouverte contre les gardiens · aUemancls, '. Un· seul· 1\ . PU jusQu'~ , pLésent êtré arrêté. . , . , C'est Adolf Muller, 53 ans, ancien .:1. vocat à. la . cour d'appel de Berlln, qui commanda le camp, dé mal 1943 à. ,iuUlet 1944. 1). a ~té , retrouvé en mai 1948 à la présidence du tribunal.' de dénazificàtion de KaiSérlautern 1 - Màrtinez, dit-elle, m'a fait 1---------""'----une impression déhcleusement barbare. Franco n 'avait plus, dès lors, qu'à. rHrousser ses babouines. POllrquoi te proinènés-tu toute nue? Cela dit, Carmencila est, en quelque sorte, une révo:utionnaire. AVIS aux lecteurs bèÎges Pour .des ral:!lI:\Qs tèChnlques, Indépendantès tle notre' volonté, la !laie belge de {( D. L. .. » n'à pu par.itrè ~ilRS les deux dér. nlers numérOs. E\lè pàrftJtra. de nouveau à . par.tlr dun· 11. Au cours de la large discussion qui s'engagea ensuite, MM. Posnamkl, H. J3ulawko, C. Palant, C • . Feld, Arnn, 15uckerman, Zeidner, Aline Frankel intervinrent 11 fut décidé que la campagne POUf 5.000 nouveaux abonnés iL « D. L .. serait i ntensifiée afin d'atte'indre l'objtcti! proposé par Mme Cérf. Dans ZacamjJaghe pour la paix, le M .R.A.P. devra engager toutes ses forcés et faire preuve d' initiative. A ce propos, le comité, . d'ac- Le comité d'aetion du M.R.· A.P. est convaincu que l'"ctioD. des partisans de la paix fera reculer les rauteurs de l'uerre et qué la pd" triompher .. 1 de protestation contre le réarmE\ment de l'Allemagne occidentale, M, André Blumel a. tiré, en une brtlZante fmpràvisation, les concluSions de ces débats. Et c'est · dans une atmosphère de confiance et d'union qilè la séance a été -levée. Importunle conlérence à Lyon Dimanche 18 décembre- a . eu vice-président de- la L.I .C.A., atnlieu à Il! brasserie de l'Etoile, à 'si que le représètltà.nt dei; ComLyon. une . importante conférence battants de la PalK et de la LI- · du M.R.A.P. bérté, M. Billoux. . . , On pouvait y voir la ,fraction . Une discussion s'est déveliipP,ée la plus active des représentants 1 sur les lI\Pyens pratiques d'ê1:trde l'acttvlté sociale juive de gir le M.R.A.P. et dans la diS;!, Lyon. des , repréSentants dè dlffé- cUSsiqn, ont pris la. parole, entre ,rentes organisations juives et autres: le représentant des Eltu.- · non-juives anciens déportés, an- diants Juifs d«f France, ' ainSi clens résistahts, COl11battants de qu'une déléguée du Hachonièr la Paix et de la Liberté, Union Hatzair. . 'déS F!l'!Il;mes Franç,,"lses, etc .. " La conférence s'est terminée dei\ hom~e$. qf1i, penda.ot. les an- par l'élection d'un comité élargi nées ten-Ibles d~ l·occupatIon. ont aux représentânts 'Cies ' ·organlsalisqué 'leur vie . dans la lutte tlons participantes et un plàn de contre le nazisme. dies hommes travàil a été étàbl!. Le président, qu'inquiète la préparation d'une M. lé professeur Wertheimer cIOIlo). lvéll~ g~érre mondiale et qui tura la conférence par l'assuIf!-nsont pre.~s a tout faire JlOur évi- ce qU'elle constituait une ét~ ter le renouvcllemènt de ce ca u- Importante dans la lutte contre le chemàr. racisme, l'antisémitisme et poUr Toutes ces personnes s'étalent la paix. . . réuhies pour discuter des moyèns ., • ' de)utte contr~ le racisme, l'anti. Une sechon a Montpellier sémltisl'ne et pour la Paix, Une nouv~lIe , section 'Ciu ·M.!t.A. La conférènce était présidée par P. s'est f6rntée à Mont~llier Je . profèsseur W~rthêlmèr. Ont sous la pr,ésldence . de M. &rgè pris la parole :. Micl\èl :\.u nom L~vy .. Le c),mité compr~nd en . ~udu M.R.A.P., Frldman, secrétalre tre: MM.' iItolànd 130uskèlà Marc de l'U·J.R.E., Stemllcht ancien Golbér~ et Ichaï. ' , - Ce n 'est p3.S de couscous Que nous avons besoin, mais de r------------------------------------------------------------------------------------------------------------~~- justice et d'égalitê. Les anciens TRAVAIL · FORCÉOUTRE·MER combattants musulmans veule pt avoir 9roit aux mêines pensions que les combattants français; ils veulent du travail et de la. compréhension. Est-ce trop demander ? Protettation La conférence du C.O.M.I.S. C.O. qui s'est réunie récemment iL Paris. proteste contre les pogromes en Irak. Bien, MaIS auprès de qui protestet- e :le ? Comme ça. én l'air. Or il nous semble Què plutôt q ne protester contre les pogromes en Irak mieux vaudrait en empêcher le retour. Il suffirait en somme que M. Bevin, ministre des Affaires étràngères de Sa Maj esté en ait le désir. L3. conférelJ,ce du C.O.M.I.S. C.O . . n'a rien dit à M. Bevin. Elle n 'a rien dit non plus de M. Truman. Elle a « protesté li. Fine équipe En manteau roure, Mme Ilerberova ne manquait pas une séance du procès Kravchenko « Lèttres Françaises ». Mme Ilerberova est correspondante. du journal Rus'kaïa Mis/, l'Organe des « personnes dépla~ ées l). dans lequel Kravchenko recruta. ses « témoins » par petites annonces. Bon. Au surplus, Mme Berberova collabore à un autre journal: Le Figaro. Avec von Choltitz et _ David Rousset. En touté hâte Vers trois hllures du n'latin, on sonne il, la porté du médécin pour l'appeler d' ur~~ncé chez une de ses pratiques. Il ,s'habille én toute hâ~, se l'end ch~z lê patient. J"auscu:te, hoche la. tête et dIt: - Si vous voulez faire voIre testament, fait êS venir Immédiatement te notaire. L'hOmme suroaute: - C'est la fin, n'est-ce pas? Le médecin rit : - Pà.s du tout. Ma.ls je né veUK pas être le seul Que vous aviez fait lever pour rién. S. N. f:. P. Imp, Poissonnière e. boul: POlssonn16re PARIS (9') (SUITE DE LA PREMIÈRE PAGE) continue de plus belle dans l'Union Française. Le trava!l forcé continue. Les princiPes esséntiels de la dignité et de la liberté humaines continllent d 'être violés. , C'e!!t ce qui explique la récente démarche de la Ç.O_T. INTERDIT AUX NOIRS ... Voici, entre autres fiLits signalés dans le mémorandum, des mesures qui rappellent Incontestablemênt · la pOlitique des nazis à l'égard des Juifs, et les méthodes pratiquées aux Etats-Unis à. l'ertcôntre ('es « gens de coUleut ). occasionné par un explosif ou Bien Que «"J'indigénat» (qui recruter, ~ l'aide de poltci~r8, des une machine « l1!U~ par une for.ce llerm.ettait _ a'}x fonctionnaires . de équ:ipes de manoeuvres pour lu autre que célé dé l'hOmmé ou d~s ' ln'lpJ}èr de s,afictlOns les Inàlgê- chantier* de route, de constru.OImimdu: t ». Des sans lé re~ours de la .lustlcé) \ tià-n OU j6restlèfs, pôilt Une diltée Pal' éOillré, lés travailleurs èu- soit, en .~rmClpe, SUPllnmé, lé dé trois mâls iLu minimum. Les ropéens jouissent dé la iéglslâ- g?,uvernêment . ~u Togo vient /.r,lwailleurs ne sont en fillt !!ôétion française.' d edIcter. un arreté qUI l~ réta- res qU$ 10rsq1:,'arrive lUte équipe Même système au Viét-Nam. ·bl.lt pratlq~W1 ent. C~.t arreté pU- de relèVe recrutee dans :e8 mêmes Le mémorandum cite des chif- me de peltres de SImple police cOl!ditt6ns fres Il.Ur lés salaires à MMagas- «tous aétes, parolès, veSlée, ma- A E sie ' car. Pour un travail égal, le sa- , noeuvre.s quelconq:!és, loutes (tos- s ,e a, t~.uJOUrs. au Camelaire d'un Européen est dé deux tentil5ns vOlontair és Sl1..sce"lttbtes TOUll, 1 adntin!strateuT Fer,!z a à trois fois plus élevé que . celui de constituer une op positon à f,a,.t recruler, en septe1Ttb"e 1947, ~ d'un indigène. Les allocations l'autorité légitime d'un chef cou- 1 ag~e de. gardes armes, ~es vlllafamiliales aux Européens dépas- tumier r econnu par l'Adminlstra- Ile IS qUt ont élé attaches par /e sent de loin l'aumône allouée tiOl!, et par là d'atteillrtre à 1'01'- cou, couchant la nUIt sur: le sot aUX indigènes. La prime à la eLre publie et d'entraver let bOnne n~,. tfans U!le case gardee, PUIS naissance, de 28.350 francs pour marche des services admlntstra- dlTlges au lieu de travail. . un Français, est de 1.000 francs tifs, ainsi que toute exCitation à ct Lors du voyage du president pour un travailléur originaire cette oPPOSItion. » de la République en A.O,F., écri\ de la Grande Ile. Le commerce ou les coopérati- le député 'Ouezzin Coullbaly, /OU5 Au Cam~ roun, seuls les travail- ves què J;leuvent contrôler des ceux qnl ne se sont pas .contenleurs auropéens bénéficient des autochtones volent leurs activités tes d'assister' en sa compagni~ d aIlocations familiales. systématiquement gênées par une cotnédit;1 administrative ont Les travailleurs de l'Union l'Administra[.jo,n et .. les grandes pu voir, derrière le /1Jc~e Van VolFrançaise peuvent·ils se défen- compagnies françaises et étrltn- ,lenhovén, a Dakar, une multitude dre? Le droit syndical n'est pas gères d'hommes habillés de bleus · de r econnu a u x Marocains. En LE TRAVAI L FORCE chauffe, qui. de 6. heures à 13 f .' . . heures 16, surveIlLes cl'avache à A L'lque nOIre, on exige des dlrto- Quant , au travail forcé. pour- la main par des gardes crtupeanls . syndICaux autochtorLeB /a : t.ant jntoeJ;dit pAr la loi du H saient de profondes tralichées' po~se.sslon du c~rtIJ!cat d études !'!avrll 1946, Il sévit à grande ces hommes soumis à la dise!: primaIres ou · d un d!plôme r e- échell e. Les fAIt.s, dans ce domai- ptfne militaire et trop souvént connu équivalent, au gré du gou- nefi, pullulent. vict imes de mauvais traitement ve.rneur. Rjel! ~e tel n',;st deman- , A N'Gaoundere, au Cameroun, étaient payés comme Ûs ttrtl.if~ de aux Europeens. 1 admintstrateur Granier a lait leurs: 4 Jr. 50 'par 10ur III » Au Tchad, aUcun noir n 'es t admis dans Us prinCipaux h6- tels de la vlllè, sauf de très rares èxcejJtion& en faveur d'originaires du SDudan britanniliue. Dans les magasins, · cert ains art icles ne sont vendus Qu'aux Européens. C'est ainsi Qu'un conseillèr africain de la République s·.est vu r~fuser une paire de chaussures. Un gérant a refuSé la vente d'un paquet d·e thé à uh Africain, fonctionnaire administratif, sous prétexte que ce-;----------------------.,.----- En A.E.F. vien t. d'êtres c~êé un corps de « piOlll"\lers ». organis3.tian de travail forcé qui semble devoir être mise à la disposttlon de firmes privées. Et qU! dire de la f eulre de paye utilisé!! par la so0iété «. Le Ni ckel li, èn NGuvelleCalédoOl e? Le texte Imprimé comporte, après te salaire brut ces rubriques caractéristiques : ' A déduire : produit était réservé aux Européens. Au Camerou n, Guillaume Hondt a été expulsé d'un club d 'Etlea par le gérant, sous le préteite Que seuls les Européens Y étaient admis. En Oubangui-Chart, l'abbé Bogtlnda a été expul$é en raisOn de s.a race, de deux h6tels de Bangui. Le restaurateur d'un de ces établissemen ts a refusé de servir André Tollet, s.ecrétaire de la CJnfédération Générale du Travail, parce Qu' il était accompagné de secrétaires africains de syndicats ouvriers. DEUX POIDS, DEUX MESURES Oes discriminations . deviennent de plus en plus nombreuses. En matière de travail, elle·s ne sont pas moins scandaleuses : En A. O. F ., par exem·ple, les trava!ll~urs africains n'ol!t droit li l'!ndenmtt.; pour les accictents de travail, que li Z'accid!nt e$t APRES LE PASSACE DU PERE NOEL ... Journées de maladie; J ournées de prison; Journées d'évasion; Frais de punitions; Opposilion. Contre ccl a, M. Dlj.vid RoUS&lt Ife proteste pu. Prtlhab:Gmertt parce qu'unè protestatlc1l. dans ce Ca!, ne pourrait que servir la paix et la justiCé. Tous les abus inhumains dé. noncés par le . mémorandum Ge I~ C:G.T. sont 1l1dIgnèS ci'un pays CLl(lllSé. Les Ileuples des TerrItoires d'Outre-mer qui se sont ba.ttus ~• vaIllamment contre l'lI it:érisme Yt\.",Q R. 6.E. ét al/mt en dl:olt de penser Qu'i).6 n e. relrouveralent pas pn rentrant ch ez eux, de te ~les méthodes racistes. . Et maintéDant, tlnJes les ia.millarltés nous fiommea en Lèur combal p6ur plus de .ll- . Amérique. berté ~t plu.! de justice e.\;t aÙii51. le nôtre, }-l d' OROIT ET L1BERTE - Autour de la profanation de Dachau'(II) LE DR. AUERBACH, ÉMINENCE BAVAROISE " ACCUSE DE CRIMES DE GUERRE PHILIPP AUERBACH a l'assurance du monsieur arrivé, assis, considéré (l). Il parle, il. prési~e, il conseille! il .ord0l'-n.e, il fait l'imp~rt~nt. Ses titres tiennent en ,plu. iilleurs hgnes : commlssa,lre general p our les VIctimes de guetre et la reconstrucbon en Bavière, secrétaire d'Etat pour les questions juives, président des victimes du J!~zi5me, conseiller municipal de Dusseldorf, président des communautés juives de Rhénanie, dirigeant du « Conseil national pour 1 a .liberté et le droit lt... - Et si ce· grand personnage' était un anc ien kapo '! , Uri imposteur ? , S'ét~nt dit un jour qu'il ne lierait pas mauvais pour lui de patronner l'érection d'un 1TI9l\ument commémoratif à Dachau, 11 passa commande au. sculpteur Fritz Koelle, qu'il connais'salt bien, Un grand machin de style pompier a:ll& lt étre mis en place, les crl' t1ques bien pensants se préparaient à en décrire le réal~ sme s~lsissant, lorsque quelQJt'~ n l'lI.ppela pour la honte d'Auerbach que son artiste

préféré ' avait déjà immortalisé

les traits de Horst Wessel, lé- poète-souteneur dont GoebIJels _ fit un héros. Cette im· p,o,tute commise pat perIIOnn~ interpOSée suffirait à dépeindre Auerbach, , Mais 11 y a beaucoup plus crave. Âçcusé de cri~~s ,de guerre Le 20 janvier 1947, le journal de Bruxelles, « La Dernière Heure , publiait des 'révélations sensationnelles sur 1& conduite d'Auerbaèh au e'mp nl!-zi de Gross-Rosen où fi tut interné comme Juif, , Une plainte avait en effet été déposée contre lui devant la. C0mmission beige des, cri· mes de guerre Qui entendit, à cette occaSion; les témoi~na,~ s accabl,allts de six person- , nes irréprochables. Auerbach était dénoncé comme criminel de guerre, couPl).ble : l ' De meurtre de déte-nus Juifs dans le camp de GrossRosen; 2' De' vol d'aliments au préJudice de ses codétenus juiTs ; ,3' D'avoir tait cause commune l).vec les kapos qui aV;lient déclaré sans ambages qu'ils étalent décidés à exterminer tous les Juifs, I,l suffira d'ajouter que la police j udiciaire d'An vers, où Auerbach résida ,plusieurs années avant la guerre, garde un dossier concernant les escroqueries auxquelles 11 fut mêlé. On assure même qu'il fut accusé d,'èspionnage en taveur de -j'Allemagne hltlé~ rienne. ' La Commisdon belge des' crimes de guerre ne put, malh~ ureusemeQt, rien entreprendre contre Auerbach parce Que l~ p,reuve manquait que des citoyens belges figuraient au nombre de ses victimes. Quelques jours après le retentissant article de « La Dernière Heure ), le quotidien Juif de New-York. Aufbau , publiait une lettre signée de M. Manfred George, qui demandait pourquoi les autorités alliées ne ' jugeaient pas un pareil criminel en , dépit des témoignages accumulés ... L'es conséquences d'un voyage aux U.S.A. 'Et 11 émettait l'hypothèse que le Dr Auerbach - bénéficiait de hautes protections : « Nous croyons, écrivait-Il, que les Ua/sons politiques des personnes qui sont mêlées à cette affaire et qui couvrent Auerbach doivent être l'objet d'une enquête approfondie li. For t bien. Mais, entre temps, Auerbach avait tait un long voyage aux U.S.A. En bon touriste occidental , qui passe le meilleur de son séjour en conversations avec les personnalltés officielles ... Et comme par hasard le silence se fit, personne ne parla plus de son « curriculum vitre ,. Bientôt, même, M- Manfred George ' se mit à dire du bien d'un , « 'parell criminel . Il ne s'était pas trompé en supposant, dans ,une minute d'e franchise, que le , bonhomme avait de très puissants soutiens! Auerbach, rèvint en Allemagne, nanti de nouvelles tâches. TI s'installa à Munich, en pleine zone américaine, et son premier soin fut de tenter un , torpillage du LES SOUVENIRS INÉDITS D'ÉMILE BURÉ Selon Jacques de Biez (qui Illontait 1111 cltet1al rou;:e) le Christ 'était ·Gaulois QUlInd Ferdinand de Lesseps d~libéra de percer l'isthme cie Panama, il n'eut J)as de peine à convain.cre les épar· pan~ français qu'ils s'enrichiraient s'ils lui faisaient confiance, s'ils répondaient à l'a'ppel de fond" qu'il leur f';$sait. N'avait-il pas percé l'isthme de Sùe7., dont lesporteuu d'actions étaient si enviés ? Ainlli la ruine de son e(\treprise affecta-t-elle plus de 600.000 familles parmi les- -, qu'elles-' beaucoup de familles d'artisans, de commerçants, 'de paysans. Quelle fut la cause de cette ruine ? . 'Dans son livre « From Pana- pal, dans son qu;rtier' du Grosma ta Verdun, My Fight for Cai1lou. Il avait réuni 613 voix, Ptanù'~, un polytechnicien - Il n.'y avait ' pas, dans ce nomqui brilla parmI les ingénieur~ br€!, 300 voix-l'de catholiques. de l'isthme de Panama, qUI On avait susc' té contre lui la n~gocia sa cession à l'Améri- candidature de diversion du lQ.ue après la faillite de la com- nouveau converti Léo Taxi! Pagnie française qui s'était lequel avait- écrit' jadis Le~ c~argée de son percement - le Amours secrètes de Pie IX. -Le d,it assez exactement" je crois_ nonce du pape, Mgr Ratelli, ' " ' L. voleur crie au voleur arch~?êque de Pharsale,. ava.it Ferdinand de Lesseps était donne son lllvesttture a Leo un ingemeur émérite et par là TaxlL . redoutable. Son éclatante réus- Je ,vous , pl'le de cr,olre que site à Suez le rendait volon- d~n~ le ,Testament d un antitiers -incapable de supporter la semltt;, le nonce d,u pape est critique. Ce qu'il avait fait en habllle de belle façon ! Afrique, il le voulait fiJ,ire en ,Un enfant d'Edouard Ainériqu~ par les mêmes moyens, alors que les rond itions techniques de son entreprise d 'hier étaient différentes de ' celles _de son entreprise d'aujourd'hui. Par ailleurs, il eut à compter avec la fièvre 'aune, celle des moustiques, 'fiui décimait ses équipes d'ingénieurs et d'ouvriers, et celle te Iles agents de publicité fi· nancière qui étaient dévorés ~a.r la soif oe l'or. Le gouvernement, le Parlement et la Presse ont ajouté, e'est certain, aux difficultés qu'il rencontra et qu'il ne put fiDl~lement surmonter, Quelle presse d'abord ? La presse républicaine ? Non pas! La prèssQ réactionnaire. Si la Compagnie de Panama distriI;! ua de l'argent, beaucoup d'argent aux journaux - comme en témoigne mi certain rapJ1Iort Vallée établi au nom de la' commission d'enquête parlementaire - c'est qu'elle avait b~soin de se détendre. Et si eUe avait besoin de se défendre, c'est qu'elle était attaquée. Son premier agresseur fut Edouard Drumont, pour attest~ r une "fois de plus que c'est au cri de « A bas les voleurs ! » que se perpètrent avec le maximum d'aisance les plus ' fructueuses escroqueries, Le futur directeur de l 'antisémite « Libre Parole » écrivait le 9 février 1890, avec l'as. urance de l'ignorance et de l'inconscience : « Ce gredin (Ferdinand de Lesseps) se promène triomphant. Personne ne . demande à cet homme: « Qu'avez-vous fait de J'ar «ent ? ». Le Sénat, à qui dt Lesseps a donné secrète: ment une 'quantité de présents, se hâte. de voter une loi sur la faillite qui permette à cet homme d'échapper à la marque de l'infamie. La digue de Chalgree II été démontrée impraticable. Quand sera-t-il possible d'écrire l'histoire de son ___ troce escroquerie. rien qu'avec les dérisoires chanlions qu'il chanta à Panama? ». Jacques de Bi~z fut un de. plus ardents disciples de Drumont, un des plus fous aussi. n lui dédia S9n livre La question jui ve en ces termes ; A EDOUARD DRUMONT Monsiéur et eher cQnfrère, Vous avez sonné le boutelieUe pour nous conduire au feu. ' , Me voici! Vous montez un cheval blanc, je monte un cheval rouge . • Vous êtes catholique, je 'Suis républicain. N'importe, nous sommes Français tous deux. Abaissons notre visière et en avant! 1 Le pays nous aide ! Et que la France nous ait en .sa sainte garde ! Cordialement et fermement vôtre. Jacques de BIEZ . Paris, juin 1886. ,Jacques de Biez soutenait que les rabbins avaient faussé l'histoire religieuse, que le Christ était Celte et maintes autres extravagances. « La preuve que le Christ est de notre race, écrivaitil, et que sa doctrine vient bien de ehez nous, c'est que c'est toujours chez nous ql(elle a été le -mieux comptlllse et le' mieux représentée par ,un clergé dont les autres nations montreraient difficilement l'équivalent en vertu et, en haute tenue morale. « La' Gaule est la maisonmère du christianisme et c'est chez nous que l'anticléricalisme dénoncé , par Drumolit et attisé par Israël sévit le plus fort parce qu'expulsé de France, le Christia- nisme ne tiendra nulle part ou s'altérera très vite. « Le Christ prend douze disciples, non pas dix, nombre romain, non pas sept, nombre hébreu, mais douze, nombre gaulois, multiple de trois ». _ (A luivr e,) Drumont s'était rnanifew.é ~JTlD)e che! de parti en se »réunlant au Conseil mllnici- Fat-simili d'un s\lpplément au journal républicain • Le Siècle " publié, au temps de l',.ftalre Dreyfus. De. personnalités, parmi lesquelles Emile Zol", et Jean Jaurès, prennent la défense du capitaine Innocent. V,V.N., l'organisation unitaire des anciens déportés allemands. Seul un petit groupe le suivit dans l'officine sciasioniste b a pt 1 sée « Conseil pour la liberté et pour le fu·!)it .. Mais n'est-il pas étrange que les emblèmes et les souvenirs QU~ les antifascistes de 1;!erlin et de la zone est d'Allemagne aVaient pieusement déposés sur la colline de Leitenberg aient été lacérés de nuit, sans que personne, t;!ans les milieux dirigeants de Munich, se souciât de rechercher les vltndales ? « L'Internationale d,s traîtres » en Bavière C'est M. Andrew Mlddleton qui reconnaissait récemment, dans le « New-York Times , journal pourtant ,peu' suspect d'hostilité envers la politique allemande des Etats-Unis. que « la renazification bat son plein dans toute l'Allemagne de l'Ouest , et qu'en Ba' vière elle "'Prend une ampleur insoupçonnée. La Bavière est en effet devenue un repaire fasciste où des résidus de tau tes les trahisons européennes opèrent en liaison avec les nazis allemands 10cll-ux - ou « transp:antés)l (eux aussi) tels ces Junkers prussiens qui ont ' fui la zone soviétique parce que leurs domaines, en vertu de la réforme agrair~. y ont été partagés entre les petits et moyens pays\l-ns. C'est à. Munich Qu'avec la complicité d'Auerbach le redoutable chef de bande ukrainien Bandera a établi son quartier général. Dans la région, des milliers de soudll-rds de Vlassov militarisés dispo;;;ent de vastes casernes. On

voir aussi des Croix Fléchées hongrois,

et des pogromistes v\,nus de Lituanie, de Lettonie et d'Esthonie, qui circulent librement sou~ la protection d~ l'I,RO. Contre cettf' section de • L'Internationale des traitres , le Dr Auerpach ne bouge même pas le petit doigt. Dachau et les industrie,ls On compte dl}llS l'appareil judiciaire b~varois 90 % de magi:;trats ayant appartenu au parti natl!lnal-socialiste, Le Dr Ehard I"i-mêm~, ,premier ministre, du gouvernement de Bavière. était ,Jl.lge au tribunal nazi de Munich .: Danger d'épidémie, défense d'approcher  ; les dirigeants lie la firme industrielle Goetler, qui on t profané les ossements de Leltenberg-Daohau a.vait Installé cette ignoble pancarte devant leur entreprise d'~oamotage des crimes n~zls. temps qu'une masse de maind'oeuvre ... _ ·-.Or, M, Charles Serre, député mOd~ré d'Oran, disait l'autre jour à 1'.Assemblée nationale que, lors de ' son pa~age à Dachau avec la Commission d'enqu!,!te ' de la F N. D.r,RP., il avait eu la stupeur de revoir les indùstriels qui ont 'pro. fité du travail gratuit ,de nos camarades de misère · de F,-ancé, et des pays allids, voire ' de certains de leurs' nationaux, et qui n:ont été I:objet d'aucune poursuite, Qui 11. " 0 11. t , même pas 'payé, u,n e amende, et dont le matériel , est inùict, un. matériel dont la Francs aurait bien besoin.. , « Endlif:h surück li' De son côté, M. Marcel Rosenbiatt, député communiste du BasRhin, membre de la même Commission d'enquête, précisait que, dans la ville de Dachau, , les exploiteurs des déportés ,vivent impunément, comme ce prppl'iétaire d'usine cne;;: qui j'ai travaillé penda-nt treize niais. Cet homme, pendant quatre ans, a e:rploité des détenus, les a fraPpés, les a laissé flageller. Il ' est blanchi maintenant_ A son rètour, il a triomphalement accroché à: l'entrée de l'usine une banderole dont i' ai la photographi~, et qui porte ces mo~s .' Endlich zùrüch ! (Enfin de retour ... ) . . Ce desBln a paru dans le Washington Post. Le • vieux nationa.lisme • montre à la « jeune Allemagne • d'Adena\ler un fusil de la der')iè •• ruerre en lui promettant : « Et bientôt, tu en auras un vrai! '. Cette juste appréciation du danrer fnt éphémère. Quelque. jour. plus tard, le Washington Post demand",lt la cTéation de 30 divisions en Allemarne occidentale ' pendant la guerre, Son gouvernement alloue aujourd'hui, sous forme de pensions, des sommes considérables à de hauts fanctiOlm1tires « dans le besoin • qui doi.vent leur nomination à Hitler. Le ministre bavarois de la Justice, Joseph Muller, qui pourtant faisait figure de démocrate en sa qualité d'ancien déporté, vient de gracier par décret, à l'occasion de Noël, 560 prisonniers condamnés par les cours de «dénazification . Mais, sjlrtout; les gros industriels nazis sont restés en place ou sont revenus. A Dachau. la chose présente un caractère dou- Ce soüt là des faits dont le Dr Auerbach, commissltire gén~ral pour les victimes de gu~rre, etc" etc., devrait s'inquiéter. Mais non, au contraire: il se félicite de voir que l'industriel en question puisse acheter aujourd'hui des porcs français à un prix inférieur de ,30 %, ce qui lui permet d'exporter chez nous des conserves à meiileur marché et de concurrencer ainsi la production française. Après l'exploitatIon des ' déportés, le commerce des cochons ! Les affaires sont les affail:es. Michel BARON. (A suivre,) b ement scandaleux. (1) Voir dans le précédent nu- On sait que le sinistre camp, méro de c D,L, l'article consacré situé à 20 kilomètres de Munich, au rôle du Dr Auel'bach dans la fournissait à l'industrie locale un profa l,ation des ossements de Leiimportant débouché en même t~"berg, Dachau_ ' [~!Charles)ïos'iiê~!~~r]! M. A .. " pharrr-acien à Drancy : « Vifs compliments ... » Vifs compliments pour la nouvelle présentation, qui sera trja appréciée. Mme OROVICZ, Toulouse te J'ai déjà fait abonné trois de mes amis ... » P uisq'u,e vous puvlie,~ les lettres de vos lecteurs, ie crois InQi aussi placer mon mot. Ici, à Toulouse, D. L . n'a certes pas la même diffusion qu'à Paris. ' NéanmOins ,i'espere pouvuir ovte· nir de bons résultats po'ur la campagne d'abonnement J'ai déià fat,t abonner trois de mes amis, dont ;e vous envoie par même courrier les mandats. Mais dites-moi .' est-il bien vraI . que nous gagnerons des prix, et pourrait-on savoir Quels sont-ils? Ne me croyez pas aV6uglée par l'intèret. Seulement je pense qu'ü est très agréable d'être récompenSé \ de ses efforts, même et surtout lorsqu'on agit avec conviction. Nous vous comprenons ,d'autant mieux, chère madame, que nOU3 avons publié dans nos derniers numéros tous les détails de notre concours. Nous vous ies envoyons, M. PUJOL. Pai'is US·) ln vina veritas Il vous semble/'a peut'étre curieux et ,'idicule qu'un marchand ~ viII, pa/'ce qu'il est antiracis t e, vienne cous entretenir de lctliras et arts, Je serai bref, Trois choses -m'ont pa tU excellentes .' le roman. Focus, extraordinaire ; la , critique littéraire de M. Barlatier, clai re, vivant e et, instructIVe .. enfm, un article sur la peinture, pa',. M _ Jean Mithau, dont ie regrette de ne plus voir la signature dans « D, L », Dans t'ensemble, j'estime que VOire page artistique el culturel!e a'èst nettement amêliorée cu derniers temps. LETTRE DE. LONDRES y a-t-il un danger fasciste en Gronde -Bretagne? 1 par DEREK KAR TUN '1 I L y A SEULEMENT QUATRE ANS que s'achevait la guerre pour l'anéantlssemel'lf du fascisme; et pourlant considérez ceci Chaque soir de chaque semaine, il ya une réwlÎon publique fasciste dans un qQ.arlier ou l'autre .de Londres. Il y a des réunions hebdomadaires régulières dans une douzaine, au moins, de villes de province. Ces réunions se ,tiennent souvent à des coins de rues, en présence de la poli-ce. Les orateurs fascistes déclarent qu'Il est bien dommage que Hitler n'ait pas tué tous les Juifs. Ils réclament la guerre contre l'Union Soviétique, l'expulsion de tous les Juifs d'Angleterre, la création d'un Etat fasciste. Ils ne ctisent pas cela d 'une façon détournée, mais dans le langage le plus direct, le plus grossier. Quatre ans après la fin de la guerre pour la destruction du fascisme, les fascistes sont autorisés dans tout le pays à louer les Hôtels de ville êt les écoles pour y tenir leurs réunions. Hs organisent des défilés bannières au ent, avec des chants et des hurlements. En novembre, à Londres, des 'fascistes ont chanté le « ' Horst Wessel Lied ", en publiC et crié : A Pas les Juifs! Après l'1névitalle ' bagarre, ils ont passé en jugemen:t. Le magistrat déclara: Je ne considère pa.s cela comm,e très ' grave, mals comme le fait de quelques jeunes gens entratnés par leur ferveur politique_ 11 ,ajouta qu'ils étaient libres de défendre l'opinion politique qui leur pla1t, pourvu C11,l'ils ne violent pas, la 101. A cette occasion, le chef du fascisme ' britannique, Sir Oswald Mosley, Führer de l'Union Movement, était assis, face au tribunal, et acqUiesçait. Les fascistes furent acquittés après avoir versé une caution. Récemment, dans l'East End, deux jeunes Juifs de quinze et seize ans, ont été. sauvagement attaqués. Un gang de fascistes les poursuivit dans la rue oil Ils habitaient, aux cris de : Sales Juifs! Fonçons sur eux! Les jeunes gens furent rat,trapés juste devant leurs maisons et frappés à la tête à coup de matraQ\l.e et 4e bouteilles. Tous deux durent être conduits à l'hôpital. ' Ces activités fascistes sont encore ' dirigées par les chefs , de la British Union of Fascists d 'avant-guerr,e. Sir Os:wald Mosley. Alexancj.er Raven, Jeffrey Hamm, Thomson et Victor Burgess. Ils commencèrent p~r regrouper leurs forces dispersées dans des books clubs et cercles d'études, -puis ils tin· rent des réunions , privées _ ~t plus tard lancèrent des convocations. En i947, ils tenaient leurs premier grands meetings publics. Parallèlement, le nombre des aÙaques contre les Juifs montait en flèche, Tout cela fut considérablement encouragé par la politique antisémite de M. Bevin en Palestine. En vérité, pendant la guerre les fascistes jUbilaient. Depuis ils continuent leur travail d'empoisonnement, et leur nombre a cru lentement mais sürement. On ne peut estimer d'une façon certaine le nombre dEils fascistes organisés en Grande-Bretagne aujourd'hui. Il n'est pas pOSSible non plus d'établir leurs liaisons financières et politiques avec ' le grand capital, bien qu'il soit certain qué ces liens existent. Tout ce qu'on peut dire, c'est que ce ,mouvement constitue une menace pour -les Juifs dans l'immédiat, une menace pour tout le peuple britannique pour l'avenir. Il· a encore les caractéristiques d'une secte que l'immense majorité du peuple' vomit. C'est Pour qUe 'césse taule activité fasciste que la gue l"re a eu lieu, et que des gens sont morls ou ont souffert. Aussi on 'ne peut comprendre l'attitude du gouvernement travailliste à. l'égard des fascistes, , , Ce g.ouvernemen~ , a obstinément refusé d'interdire leurs organisations. Il s'est tenu coi chaque fois que la police OU les magistrats 10- caux ont pris une attitud(cJ.e complaisance, pour ne pas dire plus, Celle extraordinaire tolérance prétend trouver une jl,lstification dans ' la « liberté de paroJ-e » et les « droits de la minorité », Ces mêmes arguments, on ies en:endait en, Allemagne au sUjet des nazis avant que Hitler ne prît le pouvoir et détruisit les doctrinaires de la liberté et des « droits " ùne chose est certaine: au fur et à mesure que la crise économique s'approfondit et que les difficultés politiques s'affirmeront les fascistes s'enhardiront, Ils cherchent à ac~user les Juifs de tous les maux (lu capitalisme, Ils redoubleront de violence, ils multiplieront les provocations, Et ils pourront compter sur les. ~ravalilistes amoureux de la hberté • rt des « droits» pour les protéger, tand!s Que, derrière la scène, les tories les encourageront tout com· me Ils ont encou ragé MO~I'ey et Hitler avant la, guerre, C'est pour toutes ces raisons \).ue le fascisme en Angl\~te1'l'e 'n'est pal! une plaisanterie, mals un danger. MA U 'RRA S (SUITE DE LA PREMIERE PAGE) vieuX traitre permettrll.it un regroupement plus totltl des collabos autour de l'A.·F. et la parution quotidienne (et non plus , hebdomadajre) du journal âvec son ancien 'titre: c L'Action Française ,. L'importance de l'opération est telle que l'on a mobilisé le ban et l'arrière-ban de la presse gaulliste. «Samedi-Soin en est à son troisième grand article sur Maurras. «Carrefour ~ a publlé une enquête sur la revision' du procès. «Ce Matin-Lt; Pays,. et (l'Epoq\l-e» ont fait un compte rendu complaIsant çlu meeting de la semaine dernière, de même cf'aiUeurs que c Franc-Tireur , du gaulliste Claudius Petit, -qui cache mal, sous un ton badin, Sj!5 efforts pour mettre en valeur les déclarations du colonel Rémy (tout e n essayant d e 'minimiser l'identité de vues Pétaln-Q.e Gaulle). Maurras, c'est la collll.boration, la trahison à l'état pur - la trahison longuement préparée, après l'échec du coup du 6 février 1934. Les disciples de Maurras ont fourni les cadres du ,vichysme. Il convient de rafralchir certaines mémoires, Que la campagne ambiante en faveur des triiltres pourrait influencer. LES APPELS DE MAURRAS A LA REPRESSION Pendant toute l'occuPation, dans ses articles quotldl~ns , Maurras prêCha la bonne parole de Pétain et de son ma1- tre Hitler, l'antisémitisme, la délation. appela à la répression, dénonça lui-même des Résistants. Voici, par, exemple, un éloge de Pétain. cent fois répété sous différen tes formes : u La vieille et longue habitude de voir .luste, et souvent d'être seul à voir ,iuste, est un des caractères de la vie de Pétain, et eJle en est inséparable. La fol en lui ,s 'impose. Elle s'imposerait s'il y avait autre chose qui fût possible (19-2-42). C'est le miracle Pétain (19-11-42). " Lisez ces appels hystériques à. la répression contre les patriotes: « Si J'on veut en finir, et,. J'on veut en finir, on ne peut plus compter sur les loi!5 anciennes ni sur les tribunaux existants, eussent- ils été érigés en tribunaux d'exception ; la loi martiale doit être proclamée, la cour martiale établie et, dans les quarante-huit heures, les criminels (entendez les patriotes) Interrorés, ju,é. et executés. » (12-10-43), « Si la peine ûe mort ne suf~it pas pour venir il. bout des gaullistes, il faut prendre des otag~s pall;;li les membres de leur ' famille et exécuter. » (30-8-43). Ma urras. de plus, $alua av~C enthousiasme la création et l'actIon de la Milice. Il est piquant de noter que le RP.F., d.Cnt le chef, un temps égaré, ,est r~venu à ses premières amours maurrassiennes' et pétaiilistes. défend aujourd'hui celui qui écrivait, le 9-8- 1941 : ' u Us plus âpres, les 1I1us lonl'ues e,unpagneS antigaullistes sont ~ nous, et nous les renouveions lous les jours. » Il est vrai qu'~ l'époq ue « gaullisme ~ et «cammunisme » étaient les ternies généraux _qui désignaient dans la langue de Vichy, l'ensemble des hommes restés fi dèles à la Patrie! Maurras, dans plusieurs articles, dénonça ûirectement à la Gestapo des Résistants et des Juifs, Le 2J.-7-1943, il désigne nommément M. Georges Bidault, professeur dans un lycée « qui n'est pll.'l loin )l et dont on peut à l'amnistie ,des cOllabos, En février 1944, Mamras désigne labo/!, En février 1944, il désigne un ,J4if. M. Roger Wonns, qui est. peu après, enlevé et assassiné par 008 miliciens, A de nombreuses reprises, il s'efforça d'exciter à la haine l'aciale

u I.e rôle joué par la jui .. erie des deux mondes, après Moscou, Lon~res et Ne .... -York. écrit-il en, février 1944, doit être observé de plus près que jamais, c'est à elle que revient une grande part de la responsabilité de la guerre ... « Tout dépend de la vigilance de. Citoyens, de la fermeté avec laquelle Us sauront dénoncer ... et ' sa\l"ont en poursuivre le châtiment régulier, sinon prompt. » On pourrait multiplier les citations de ce genre : Maurras appelant aux exécutions d'otages, a\! S.T,O, (H ... si les ouvriers partent outre-Rhin, il. rendront service à la France, obtiendront des Iwanta, •• matériels »), Maurras se réjouissant des malheurs de not're pays (u la pire de nos défaite. a eu le bon résultat de nou.s débarrassel' de nos démocrates »), etc" etc... - On comprend, dans ces conditions, les nombreuses protestations qui s'élèvent dans tout le pays contre l'amnistie des collabos, contre le regrour:ement et l'activité des maurrassiens. Entre autres, les Combattan ts de la Paix et de la Liberté ont énergiquement souligné qu' « absoudre les féloWl, c'est servir l'AlIema-&,ne revancharde », au moment même où des partisans de la paix sont ~urs.Uivis (quelquefois par ceuxlà merue ql,ll poursulvaiev-t les pao'iotes sous l'occupation) , Ce scandale doit cesser. Les lniJlions de Franç~is et de Françaises qui ' l'estent fidèles à l'esprit de la Résistance et de la Libération. qui voient avec inquiétude les fasciste.s se rèorganiser, Ont la possibilité, s'ils s'unissent. d'impooer la JillItice, Et lis le feron~. ~UNICH '. Rayonnement occitental. - D'un nouveau cellltre de recrutement etui vient d'être ouvert à Munich, des officiers et des soldats de la Wehrmacht sont envoyés en .'Espagne; en Argentine et dans le ProcheOrient. Un « centre d" r~ceplion » a été étaoli à Beyrouth: les -intéressés s'y rendent Via Inru;bruck, Berne et Rome. LE CAP • Un monument a: la mémoire des envqh13seur, bla,nes qui massacrèrent :es Zoulous il y a un siècle en Afrique du Sud vient d'être inauguré pAr le premier ministre' Malan, poursuivant systématÙlueml:nt sa politique de haine natIOnale et racia:e. ,VIENNf , " - • Union contn 16 jtt8c18me et l'antisémitisll'le reaaissant en Autriche 1 C'est sous ce signe. que se sont déroulées les élections de lit communauté juive de Vienne. La ' liste d'union, composée de sionistes, socialistes et communistes, remporte une victoU'e 'éC'f\l.sante par 4.996 voix contre 268 à la aste réactionnaire. ' MARSEILLE • « Un officier en 'Pantoufles n 'ayant rien de' comlllun avec les militaii'es 'de carrière ' à la prussienne », tel est, se:on ' un de ses avocats, le capitaine nazi' Hans Bruno, qUi ass~ssina, sous l'occupation, ' dll,neuf civils charen.~is. Jugé par le trlbuna,l miTit\l.ire de Marseille,' Bruno ,sauve sa tête. ALCER • Les anciens , déportés et inteFnés a;g~riens s~l'a!\lnt « tres heureux qu'une comn:tission internationale organise des inv~stigations dans ,leur pays » pour se rendre compte de l'oppression qui y règn" -'déclare, en liéponse à M. Da_ vid Rousset,' le Bu,oeau de l a Fédération algérienne' des Déportés, Internés, R~istllnts et Politiques. ' DUISBOURG , • Les ma.rchands de ca1!l'M reconnaisan's. - Pour rem~rcier Mrs Joan Crane épouse du con.seiller économiJ:!ue du sénateur américàin ' Malone) de la part qu'elle a prise à la radiation des aciéries Thyssen de la liste des démontages, la direction des , entreprises ÂUgus! Thyssen Huette crée une «-Fondation Mrs Crtne » d'4n montant de 100,000 deutschemarks. WASHINCTON • A Rome, :JIf, Ârtaio, niinistre des Affaires , élrangèr~s de · Franco, conver!e 'avec M. de Gli-speti; à Madrid, M. Wi:liam Bu1itt prend des contacts; à Washington, M_ Yeturalde, directeur des Aftaires économiques du gouvernement franquiste, discuie av~ le secrétaire d'Etal a,djomt W, Thorpe. Souci commun : la préparation d'un Pacte médilerr'anéen, annexe du Pacte Atlantiqu~ . SYDNEY • Politique blaflche '(white policy), - Le nQuveau gouvernement australien déclare qu'iI n'abandonnera pas les méthodes de discriminatil'lll r!-cia,le employées pal' l'al,1ci~n gouvernemenl travail l ist~ ' à l'encontre , des immigr~nts j\tUl1eS_ LESLIE' • Une «prison privée », dont les actionnaires sont cinquante gros entrepreneu,rs, vient d'être ouverte dans :a ville sud·africaiQe de Leslie par M. Swart. ministre de la Jus~ice de l'Eta.t d'Orange_ Elle pouna contenir jusqu'à 300 nègres « délinquants », qui seroht à l'enlière disposition des cinqu,nle entreprenew's, qui pourront les employer gratuitement! ESSEN • Le personnel des transports en commun tle vingt$ ept villes de la Ruhr a fait grève pour protes 1er contrll 1 a nominallon, par le Conseil d'administration de l'entreprise, d'un directeur nazi, ancien colone: et membre des « Chemises brunes », WASHINGTON '. « Jamais on n'avait , vu autant de publications pornographiques dans les kiosques à journaux américains », constale la revue News-wertk, qui précise par alll~urs que « la vague de chômage favorise la ven te des livres suggestifs ». La pin·up éclairant ce monde_ .. LONDRES • Carte d' i.dentité «européenne )l. - Aux termes d'un accord si~né entre M, Bevin el les representants diplomatiques de la France et du ' Benelux. les officiers de l'Union Occidentale auront des papiers d'idenlitè el;l trois l angti~s : anglais, f rançais et hol1andais, SANAA • Cadeau de Noël du roi Georges VI à l'Iman cju Yemen

quelques chars pour former

l'embryon d'une dtvision blindée yéménite, .. DROIT ET LlBERTE __ JE - . oq .GRACE AUX CADEAUX DB L'ONCLE .SAM Je voudrais bien savoir ... Joyeux Noël pour les G nazIs dans l'Allemagne. d'Adenauer Des enlunts de fusillés onl dessiné pOUl' I~ Paix oe. U ~ 6 fB} n M lE fB} ~ 1:1 ;p - n IL 1 LS se portent bien, m~ci, les nazis qui se trouvent eni:}) IF" IF' ~ U U;;; ~~ U U core (par malcllance) en prison, en Allematne occidentale. Cerfl!- ins ont été gratifiés d'un congé de Noël. Ceu~ de la prjs6n autant que les Allemands" là paix serait garanUe, il ef!t ]lermis de dou tér de sa bonne foi. D'autant ]llt,ts que cel! parol~8 doucereuses sont pronotlcéeA à une cérémonie organiste pour célébrer l'arrH du démantèlement deI! usinès de gu~rrè de la Ruhr! avec plus de de.ènee qlle ne le font touI Its soldat. allié •. Le Daily Expre$s, de Londres. à confirmé récemment (nous j'avons annoncé il y a plusieurs semaines) qu'uné GésLapo fanctit! nn~ déjà al,! service d'Àdénauer. Ses lIa:énts se seraient infiltré~ jusque dans les services aniloaméricains. Ces informations ont m~nie été déclarées autherttiques par un porte-parole anglais. IL lA lNI lU) ~ ir ~ de LandSberg (zone américaIne) qui, habituellement, tel Frltsche, U r? bras droit de Goe'lIbe/$, font leurs emplettes en ville chaque se- • malne, ont acbeté un peu plus de vIctuailles pour le réveillon. TolU Comment fonctionne l'êClairage au néon ?... Ne pourra-t-on pas d l'avenir, éclatrer 1103 nUttJ av~c un soleil artificiel fonctiOnnant au; néon ? ... la pression atmosphérique. Dans ce. conditions, le Murant éltctrique provoque des bouleversements dans les cCluches électroont eu touies facilités pour révemonner dans lellTs prisollt!! doréés que le peuple appelle parfOis « sanatoria pour personnalités nazies » et Ils se sont bien amusés - mIeux que vous probablement. (Question de Georg~s Laury, . niques des atomel du raz, donc une émission de ltunlère. Dan~ les eondltlons les plus facilement réa- M. Mac Cloy, corumissilire américain. va lui aussi répétant que le nazisme et l'antisémltisme né mënacent plus en Allemagne occide ·ntale. Et M. Schuman se déclare franchement optimistt quant iux perspective. de bonne compréhension entre la France et l'Allema.gne. Les événen\ents von t vite, bien plus vitè qu'après 1918. Lés fidèlès d'Hitler pensent que l'heure de la revanche approche. Et ils entendent bien utiliser, entre autr~ s c.ltte arme de guerre éprouvée 'qu'est l'antis~mitismt!. C'EST le 12 1anvier, il 16 heures, . que l~ professeur Henri Wallol~ présentera, au Mulée Pédagogique, l'exposition organi$ ée par la Commission centrale de l'enfance (1). Il s'agit de dessins et de travaux d'enfants de fusilléJ et de déportés réalisés dtins les foyer$ ou colonies de vacances. Nous avons pu voir quelquesuns de ces dessins et travau.x divers avant leur mise en place. Nous avons été frappés autant par la valeur artistique de certain$ d'entre eux que par les indications qu'ils donnent 8ur l'état d'esprit de leurs ;eunes auteurs. paix précaire et ils veulent lutter pour la maintenir. Les souvenirs de vacances sont au10urd'/tut· riches en couleurs, pleins de vivacité, ou reflètent des rêveries dans une nature sauvage mais fraternelle. Les dessins successifs d'un même enfant permettent aussi de voir se stabiliser son caractère, ébranlé par les épreuves de la guerre. Le petit Daniel Baron, qui IL réalisé le « Chat ~ en noir et iaune que nous reproduisons cicontre, faisait naguère des dessins tourmentés aux teintes violentes. Très remuant alors, il s'est passablement assagi, surtout de- Paris). La. lumière que nous envoie le soleil et que l'on nomme lumière bla.nche est en réalité constituée par un mél .. nge de toutes les couleurs de I· .. rc-en-ciel. Que sont donc ces différentes couleurs ? On oa.lt que tout .. tome de m .. - tlère est constitué d'un noy .. u entouré d'électrons occup .. nts des positions bien définies. un atome émet un rayonnement ch .. que foi. qU'un électron cbange de po.ition; la. couleur de ce rayonnement varie aveo l'Importance du déplacement. On cannait aujourd'bul deux méthodes pour provoquer des changements d'adresse d'électrons_ L'éclairage, de l'âge de la pierre taillée à nos jours La première méthode a été Inventée avec le feu. Elle consiste à élever la vmpérature d'un corps qui émet alors de la ehaleur et de la lumière. Le problème de l'écl .. lrage eonsbte à. obtenir le plus de lumière visible et le moIns de chaleur possible. On obtiendrait ce résultat en élevant la température d'un corps à. envIron 5.000' (comme la 8urface du soleil) et la lumière émise serltit alors blanehe. En pratlq ne on ne peut réaUser qua des températures de l'ordre de 3.000', dans les lampu électriques ; 1 es métaux les plus coriaces fondent au delà. ; et la. lumièl'e émise conttent ulte trop grande proportion de jaune et rouge et p'" a.sez de bleu. L'élévation de température est provoquée par le passage d'un courant électrique dan. le filament conducteur. Les tubes à néon ne contiennent pas toujours du néon ! Le courant électrique p.sse difficilement dans un gaz. Ce passage est extrêmement faclllté lorsqu'on raréfie le gaz dans un tube; les meilleures eondltions sont réalisée. loroque la pression du gaz dans le tube est environ l/lQO de lisables, les lumières émbes sont fortement colorées et utilisée. pour l'éclairage publicitaire ; le néon émet de la 1 umlère rouge. ora.ngée ; l'azote, rose ; la vapeur de mercure, verte; la. va.peur de sodium, jaune, etc ... Pour réaliser, par ceUe méthode, de la lumière bl .. nfue, de nombreuses techniques. plus ou moins heureuses ont déjà été imaginées. L'une consiste à faire passer dans le tube, UItle grande densité de courant électriq ue ; une autre, à. produire dans des tubes juxtaposés, des lumières qui, mélangées, reforment le blanc. La composition du verre des tubes peut également jouer un rôle Important: la lumière émise par les méthodes précédentes contient des r .. dlations ultra-viole/tu qui peuvent être transformées en lumière visible par une lubstance fluorescente Incorporée dans le . verre, ce qui amoUore le rendement. Une lumière comme celle du soleil Le. gaz les plus employés, seuls ou mélangés, sont les raz ra.res, argon, néon, xlnon (qUi existent en petite proportion d .. ns l'air), et les vapeurs métalliques. vapeur de mercure, de sodium. L'éclairage au « néon ,. ntes.t ~erte8 pas encore mis .. u point ; mals dejà, le rendement est bien supérieur à l'écla.ira.ge par ineandellt.enee ; l'énergie utilisée est presque entièrement transformée en lumière visib le, et non plus en chaleur et lumières invisibles (ultra-violet, infra rouge). Il est certain, que d'ici quelques a.nnées, nous pourron5 tous nous éclairer économiquement avec une lumière qui ne dlffèrera plu" beaucoup en qualité de cclle que nous envole le soleU. Quant à la construction d'un soleil artificiel, seuls les émules de feu M. ForrestaI, constructeur de lunes artificielles, en détiennent provisoirement le secret. I,e Ur Bluecher, « ministre du plan Marshall » dans le gouvernement de Bonn tète la Nlël au milieu des enfants. Cependant que sous la Drotectlon de ses amis, les nazis liberés ... Sans parler Cles tiO nazis - et non des momdres - qui ont bénéficié (toujours en zone américaine) de l'amnistié de Noël. En zone franç'lise on n'~t pas en reste. Le tribunal frànçais de Rasdatt vient d'acquitter en appel deux gardiennés de Ravensbruck, Ingeborg Schupz et Ruth Schumann, coupables du meutre de nombreux détenus et précédemment condàmnéés à mort. Leur complice, Erna Muchlhaus a vu de son côté, sa peine de mort commuée .en détention perpétué lIe_ Le tribunal a, en outre, ordonné de surseoir A l'excution d'une quatrième criminelle, Maria Minges. C'est là nier l'évidènce. Le peuple français ne peut qu'être de plus en plus /i l1 d.igné dé ce qui $e Passll à ses rontières. Hugel1berg et Schocht t Quand lés nàûs sont lib,es. il leur faut bien fllire ~lIelque choSe. Et gué faire sinon cons)'irer pour li! rétabli~sement du naûptl1e sinon faire de la prOpagande nif.' zie et antis .. nùte ? LéS bénéficii'ires de l'amnistie de Noël né s'en sont pas cachés. L'un d'eux, à sa sortie dé l'rioqn, s'ést écrié, sèlon le c Da.ily Mail: Les èhoses vont chanter. Et un autre : Ceux qui sont Ilbru en d moment serènt bièntôt coffrés. Ils ava.ient 1Ilr bién nour1'ls et en pleine santé, note ~ncore !e journal britannique .. Pas de danger dé nazisme ? L'ancien parti national allemand (Deutsch National ParteD vient de se réconstituer à Haméln, avec, 3. sa tête, son ancien présidént. le vieux Alfred Hugenberg. Le financier nazi S~hacht, dont l'Aurore pt,tblie actuellement les oeuvres, a pronùs son concours ~ ce pàrti. La Gestapo fonctionne \ . La presse a signalé égalemel1t une réuniM secrète de mtmbres du parti c Unioj'l de la !làtri" , anci~ns officiers S.S, et 'Jients de la Gestapo, dont le chef Karl F~itilUhansel a làncé ce mot d'ordre

A bas les traîtres ant·lnazis

qui nous ont vendus aux A,lIiés ! Et il a ajouté. : Le pèuple allema. nd n'a pas à être honteux. Lés soldats a.llem .. nds se sont conduits « Que Juda crêve ! }) ~I ne se passe pas un jour oÙ ne sont ilas rapportées des ex.ctions antlsanùtes en AlIem$&"fle occident~lt. Cimetières juits profanés (co",me à Kim, zone an*laisé et à Bâumbacl\J llYr)a!togues sacc~,~èS, affiches 31\tisémites, chats morts pendus aux portes des Juil~, blé empoisonné jeté dans le pou\~illèr d'un j uit. - NoUS sommes des S. S. et pr". à. mourir pour llotre führer ! ! ... Que Julia. erève ! ... Un CIIUp de pistolet dans la lluque de ehaqllB Juif !... . Ainsi criAient un", bande de jeunes voyous dans un tram à Dusseldorf. Il tallut qu'un mutilé de gu~rre intervienne pour qu'4ne b,garr~ éclate, èt que l~ tram s'arrête. Un agent de police ref4aa d'intervenir. Récemment à Wiésènféld, de. mains criminèlles mêlèrent .au bois d'un marchand juif des bùches contenant des charge. d'explosif. Seul un hasard heureux . a permis de découvrir à temps le. bùchès meurtrières. Dans les universités.. des protes-seurs qui reprennent la .propa.. gande raciale ne sont pas mqui~. tés. Tous ces faits montrènt le danger. . Que ceux qui oé. souviennent, qui volent lé danger renaissant, s'unl.s.sent et agissent. Les peuplés unis qui ont éu raison (jE! Hitler, ont aujourd'hui la force de briûr les projets des na~i3 d'Allemagne o~ciôentale . Cette force, il leur faut la. m3nlfester, 1 LA JOIE DES PARENTS A la prison de Spandau, par exemple, les criminéls de guerre jugés à Nuremberg, Rudolph Hess, l'amiral Roeder, l'àmiral Doenitz, Spt'er, Baldur von Schirach, Walter Funk, Konstantin van Neurath ont reçu des victuailles et des cadeaux américains. Ce fut un « vrai diner de Noël américaIn . Ils ont entendu une messe de minuit (avec sermon) et ont terminé la nuit - dit en s'àttendrissant la presse d 'ou tre-Atlantique - à chanter des cantiques. Pour justifier cette indulgence in justifia blé, ceux qui en sont responsables tentent d'en" dormir la vigilance dés braves gens. Grâces en cascade Le OEiournal du soir M. Mat: Clay, nous, rapporte-t. on, examine un système de miee en liberté sur ~ arole de tous les criminels de guerre emprisonnés dans la zone américaine. Car, parait-il, ils se conduisent très bien, Quant aux condamnés à mort, ile seront tous grAciés - puisque l'Assemblée de Bonn (comme par hasard) vient d'abolir la p eine capi tale. Qui le croirait? Quand le socialiste de droite Max Bauer, maire d'Hambourg qui fut succil8sivement AlIémand, Américain et Allemand de nouveau, déclare que le na. zlsme est complètement mort én Allemagne et que l'antlsémitismè y est moins fort qne dans les autres pays, qui le croirait? Il était sept 'heures du soir, Robert faisait ses devoirs dans la salle à manger. Sa maman s'occupait du dtner dans la petite cuisine. On entendit la sonnette. Robert se leva d'un bond et s 'élança vers la porte d 'entrée. - Papa! - et il se jeta au cou de son père. - Bonsotr, mon petit garçon, ' tu travaiUes bien? - Oui, papa, 1e dessine ma car t e de géographie_ Viens, C'est une véritable rétrospec- pUis les vacances qu'il a passées, que;e te fasse voir ... tive de l'âme enfantine de l'après- cette anée, en Norvège. Robert voulut entralller son guerre. Aussit6t après la Libéra- Il n'est pas possible d'évoquer père en le tirant par la main, t!on, on a demandé à ces rescapés toutes les oeuvres, tous les tra- mais celui-ci résista, en fronde dessiner ce qu'ils voulaient. vaux manuels qui figureront à çant sqn Visage : Cette fillette a illustré ses «va- cette belle exposition, ni les en- _ Laisse-mai me reposer un canees en 1944 sous l'occupation , seignements que l'on peut en ti- moment, je viens d'arriver, accompagnant ses dessins d:une rer. Il nous faudra aller l'admirer. voyons 1 Va continuer ton tra- Ion!1ue légende où. l'on peut lire : vail. Pendant que nous revenons vers L'exposition sera ouverte tous l.s . Le petlt gar"on revint tout le centre du jeu. je ne puis m'em- Jours (sauf dimanChe), de 14 heures trIste vers ses "devoirs. Il n'apécher de penser il. l'année der- à 18 heures. et le Jeudi de 9 heures njérè. Où étais-je cachée ? à 12 heures et de 14 heures à 18 valt plus de plaisir de dèssi- ... On s.'..i t combien pèse une hMeuusréèes , Pàé dapgaortgiirq udeu, 2192, jraunev iedr'U. lmau, ner l'Afrique. les crayons se botte allemande. Des journées en- Paris (5'). cassaient, la gomme avait tières nous étions enfermés dans _____________________________ 1 des maisons. Pas d '"ir, pas de rchants. pas de jeux, pa.') de jeul'lesse. pas de nouvelles de mes chers parents ... 1944 et 1945 voit aussi foisonner les dessins sur la guerre, la Résistance, les camps de concentration. comme celui. si emouvant, qui représente des internés de Drancy tendant désespérément leurs ~oites vides à l'heure de la dfstributton des vivres. Pour 1946. nous voyons une illustMtion de ' ·hi.,tolre do Moïse. actualisée quelque peu avec, par exintple, cette phrase prononcée par un Juif de l'Egypte d'alors : Il faut ~'unlr pour libérer nos itères esclaves. Les préoccupations de ces enfants ont peu à peu évolué. On voit qu'aujourd'hui ils respirent le bonheur. Ils ont compris ce qu'est la paix, qu'ils n'avaient jamais connue, mais ils savent cette Mols en triongle Bastion du nazisme avant et pendant la guerrè Canalisation souterraine Morcèau de viande ,,"u four Pro nom personnel T~rmi\1aj50n a u pif.ssé P'lint càrdlnal xxx xxx x x x x x xxxx x x x x x x 'u ' .• ~ '171.1 '!+9-t

NOg,fi'lOS

HOTESSES DE L'AIR Le métier d'hôtesse ne l'air, s'il n'est pas un métler sans danger, n'est pas non plus métier d'aventure et de gloire. Occupation féminine entre toutes, l'hôtesse, dans son avion, est comme la maîtresse de màison dans son « home ~I elle eUe en est l'âme et le sourire. Aucun métier n'exige autant de qualités naturelles : jeunesse, grâce, élégance, intelligence, cou ... rage et dévouement. L'hôtéSse doit être "l'amie de chaque passager, dont elle connait le moindre désir ou la moindre frayeur, elle apporte des journaux à. celui-ci qui n'a rien à. lire, des sandwiches à. celui-là. qui a faim, prépare une tasse de thé pour la dame qui a un malaise. console le bébé qui pleure, répond aux questions des curieux. écoute avec pa.tience les ba.vard!!!. Sa conversation doit être agréable. Elle connait le dernier film. la dernière pièce de théâ.tre. 1 .. vie parisienne et les expositions à. ,' oir. Elle évolue avce grâce et gentillesse d .. ns son petit royaume des al .. , depuis l'office (où elle dispose d'un frl. gldalre et d'un récbaud) jusqu'à. la cabine du pilote, dont eUe transmet les communlcatlons aux passagers. Tà.che admirable par-dessus tout. l'hôtesse doit faire en sorté que les voyai'eurs Ignorent les moindres petits incidents Ile la. route. ~t méme en plein danrer, quand l'angoisse l'étreint, eUe doit garder le sourire confiant et serein qui apaise l'inquiétude de. passager! En plus du charme et de l'élégance, on exige des candidates hôtesses de J'air le baccalanréat et deux langues étrangères. Avant de commencer à. voler, elles font un stage de deux mols, après quoi elles lignent un engagement de deux ans ct touchent leur ~lég .. nt uniforme bleu. Le métier d'hôtesse de l'air n'est done pas pour les assoiffées d'aventures, qui ne savent pas servir un oeuf ou moucher le nez d'un b .. mbin. C'est un métlèr qui exige toutes les qualités d'une parfaite maitresse de ma.ison. Métier ardu, mais combien agréa.ble, ~j l'on en croit les hôteses, non seulement par la découverte d'autres hot'izons. mais par le fait qu'on y cOtole des gens cbarmants. Les passagers d'Air-France sont, pa. .. rait-U, aimable. et f .. ciles à contenter. Alors qu'à la eréatlon du service de. hotes.es de l'air, Il y eut beaucoup d'appelées pour fort peu d'élues, le recrutement s'avère chaque Jour moins facile. Car ce sont précisément les meilleures hôtesses qui quittent le plus vite la compagnie, emportées par un fléau qui coùt. cher à. Air-France: LE IIIARIAGE. Mals qui donc pourrait empêcher cela 1 roulé quelque part sous la table ... - C'est · comme ça que tu travailles, Robert? fit le père en rentrant dans la pièce, sur un ton de reproche, tu t'amûses sous la table! - Mais non, je cherche ma gomme. - Bien sftr, quand on pense d autre chos·e en travaülqnt, on perd ses allaires .. cela s'appene de la distraction. Tiens, la voilà ta gomme. Robert se remit à la tâche. Bon père liEait le journal. On entendait le tic-tac de J'horloge. 1 _ Papa, tu n'as 1ainais été à Alger, tu n 'as pas vu l'Atlas? - Non, non, travaille, mon garçon, répondit le père sans lever la tête. Robert appuya trop fort sur son crayon et le cassa. - Fais d01lc attention, c'est comme ça que tu' uses les crayons'! Je te l'ai acheté l'autre jour, regarde où il en est ... Le fils. un peu boudeur et mécontent de lui-même, se mit à tailler son crayon. Après avoir travaillé en silenCe un bon moment, il s 'adressa de nouveau à son père: - D is, papa, raconte - mot quelque chose sur l'Ethiopie. C'est un pays montagnè.ux? - Mais Robert, laisse-moi lire man iournal en pa i x quand 1e reviens du travail, ie t'en prie! Jete l'ai déja dit tant de tois, voyons, ne peuxtu pas le comprendre? C'est cependant bien simple. La voix de M. B ... était presque fâchée, et son regard dur. L'enfant se jeta au cou de son père, les traits angoIssés : - Ne te f~he pas, petit père ne te triche pas! Malgré la fatigue de la journée, les énervements et les soucis, nous devo~ trouver un moment de contact avec nos enfants. Cont,act sentimental, intellectuel, suivant leurs besoins. Une parole amicale. un encouragement par-ci par-là coütent si peu et produisent tant d 'effet sur nos jeunes qui nous aiment et pour qui notre avis compte. Quand no u s 1 .~, J'J\ 0 '( , CROISES PROBLEME No 3 I--+-+--t--t--+-- 8 H -+-+--t- 9 .-t-+- HORIZONULEMENT 1. Lancer a.vec force . Lettr~ grecque. - 2. Fait de. erendes toUea dana Ju Jard ins. Souvent mena.ça.nt - 3. Av'léa Imprudent Qui tut · réclplté dans la mer - 4 Trou ver sur ee. route - 5. Prin· te.sse ((lll tut enlev~e par Hercule. _ 6 Se r~use A entendre. impression dana l'tf!iDr i t. - 7. R I ~ole. En chair. - 8. Re. volt~ . - 9. Chôisir, Donna. de l'a ir - 10. MlA.htre. Camparnle '1. cent. con54quN VERTICALEMENt • l Oecltaon du p~uvolr exécutif'. J-'oue. I lf. - U CUisant Concurrent. rival. - lI! Grou!!,e Habltuda rid1cul~. - IV. Parler abondamment 'ur un sujet. - V, Fln d'Infin iti f Jl:o vol Prenom @liPa. gnol - VI Pomme dont la. pUll e5t tachetée. - VII. Leltrefi de cachet.. Donne à regret. - VU Pot.ard. - IX Groupe de corps reprOducteurs. Tendrement a.lmé, - X. Sancr, artlvlté. MeaW" a li'erlenne DU SOLUTION PROBLEME 2 HORIZDNTALEMEtlT-. - ,. IMAOl!:B. HUM - l . MORAL. CASE - 3. PIÈCE. HUER - • . ENCHEvtrRII. - ~ . RB. O:OE - B. STELE AU. - 7. TOUT. IVAN - 8, IR EUIS - g. V AL. ARSENE. - tO ENLIst SES VERTICALEMENT. - l IMP"tIiArIVE _ II. MOINE OR.~N . - m AREC SU. LL. - lV GAaHE'l'TE. - V &UlE. LAS. - VI. VOLIÈRE - VU, CHtNl':VIS, - VUI. HAUTE ASES - IX. U"ER AN_ NE - X. MEREAU. DItS. manquons' i e connaissances JEUNES qui aimez; les pour leur répondre. ouvrons cbants, l'art dramatique, veun Larousse ensemble avec nez au cercle artistique «les eux, tes Idées nous viendront. Cadets sous la direction de Quand M. Adenauer, chancelier du nouveau Reich occidental déclare sans r ire : SI tous . les peuples du monde hajssai~nt la guerre et aimaient la paix Deux tombes du cimetière juif de Dusseldorf-Gereshelm, après le paltO sare des brutes nazis. (Photo inédite en France}. DIRECTEMENT AU CONSTRUCTEUR VOTRE poCharlesIl;~~. ~ 1.000 FRANCS ou ~An7;:~HONO toute la gamme de nt!c~pteurs dé qualit~ ~ E L S 0 GARANTIE TOTALE CHOIX EXCEPTJO~'OEL DE POSTES DE GRAN!ES , AspiratlturS,. Cire.usa, llaehin~s à la\"I!!.t, ltouhns à. )IARQUÉS café, etc ... RADIO-MAINE ET ELSO WEB E B 184, av, du Maine, Paris-14' Ingén.leur-C6nstruc~eur Tél. SÈG. 35-99 (MI Mouton-Duver.) OUVERT mus LES JOURS DE 9 HEURES Â ~O HEURES POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE Edouard SCHNEEBERG 43, rue de la Vletelre, PARIS-fit Tél.! TRI 1l8-56. Nuit : TRI 88-61 ,. 11 l U 1 11 1 11 1 11 1 111 11 1 11 1 11 ' Il 1 111 H I II I II I II 1 11 1111 11 1 H ',II ' I ~ 1 FABRIQUE DE TRICOTS} ~ * * * jEts GANAI f Société à re.pons~billté l1{ntth. ~ au capitalo de 500.000 fralles i SUISSE: A. RUBIS, F'ILLET'TE OU GARÇONN~T GARÇONNET. FILLETTE ANCRE 15 RUBIS FILLETTE,DAME. VE~IU OPTIOUE HOMME.TROTTEUSE CENTRALE 1450 1950 3285 3485 - . 4885 ! 64, rue de Turbigo, 64 !I--:--------------________ _

~ PARIS (Ille) ~ ~ . ;; TEL.: ARChIves 31-48 ; ~ ! ~tn.' I I II I II I II . II . ll . l " tI . tI . ll . tI . tI ' II . II . I' .II. II . II . U ... Les meilleurs TISSUS roules Fournitures pour Tailleurs chez ZAJDEL ~~" ''D'ANS 'Q\UELQU'ES, 'JOU'RS\ ."""""~"~ z ~ ~ OUVERTURE DU MAGASIN ~ 1 AU MEUBLE C80lSI1 ~ • 53, Boulevard Voltaire - PA~IS (XI') ~ ~ M'tro : Richard-Lenoir et Sajnt-Am~ro,"e _ Tél. Roq. 73-~5 ~ les commentaires, et cela leur Langlals. Tous les j8udis à. fait tant plaisir! Sans parler partir du jeudi 5 jallVier, 14, 89, r. d'Aboukir P1ris-l' du goût pour l'étude que cela rue de Paradis, hâtlment C., MéI.: St-Oen, •. Réaumur. Septler ~ QUALITÉ GARANTIE ~ développe. vous viendrez chanIer et POK ET BIMBOLET ~ ___H _,N _EC~A~S. ___ Hl. : OUT 7*-87 Jan_e_VI_....NC_EN_T .,. .... _Jou_ er. ___. .-..-_________- -_ ~ Cadea.u à tout acheteur lJelldant la quinzaine d'ouverture ~ ~~"'''''''\'\~~''\''''''''''''''''''''''''''''''~ Fin ,( ';;",;",;""~~II"""i"","',',""""",'''''l'~ ~ - ---- ., ~ ~ ~ SAMEDi 28 JANVIER 1950, d~ 21 heures à l'aube ~ \ . ~ ~ DANS 'LES SOMPTU~UX ~ ~ SALONS BARADUC, 55 bis, rue de Ponthieu ~ ~~ Métro : F.·D.·Roonvelt it Oeor,• •V ~~ ~ S ~ BAL ANNUEL DU YASe ~. i aVeC l'~xcellent orchestre de la Rcdio ~ ~ RED PERKSEY ~ ~ ~ ~ !totlrer lu bUlota au l'ASC, t\, fue de PaU.dls 1 .~., ""~',"""~,,.,,."'f".I".,,", "","",.',.,,,,,,.I,.,,"","'.'AIi. ) -' . f · 1 ) ... 1, 1 !E OR:Olii E1i tTeERTE " "1 , \ 5- AIR DE FLUlE IMPROVISÉ lïn[!s;;! il Béaucoup de jeuues geus' sout ahsents " LES POUR L'ANNIVERSAIRE au "RENDEZ-VOUS DE JUILLET" " _ DE H E NR I HEl NE _ LES ~è~téurs en sctne nè Non. Images d'lm mllleu, a~sistant, dpnt le seul rôle JUSTES par Pierre MORHANGE Qu,e seul un ehil.nt de nàfé au]ourd'h~ alïu et tendre ~Dd ule le nom. trh 11er et très c\oux De Henri Reiné Car danS no~re.. e~ur. il est vrai, vit un f.ut/hue l'lus vivànt gué dOus mèmêl! et qui se ~tt~ _. . , Sur eb&eun de nos déSastres et dt sa.. frenésle nous dèél;lrè [lu~qu·'u loft4 lia qui chev.auèha.nt ehacun~ dé nos jftféi lei éperQJl.e plllS bAutêa t et ièumailtea C'est Henri Hel.J\.e Quà.l'ld l'inJusticè éh,ue noS iorréj de 101\ bi!stial marteau Et que le IIIl'WlollKe nimà.;a.t'It ud mottèl sDUriri achh. notre . . . (8Cllitûdè Nous SOl'èonS qU'il fut un Christ plus èilun;ellll: èt phlà IIle.1é No~ Henri Heine MAis q \land La. 11l!ldité ~réine et mOqueuse Vient rire et &rUlèr A nos dents Quànd nos poiina\'1is et DOS ptlntemps . ~rûlent la traiM iles oUenses Quand la: grand·liOiI d'hevrel Mureuaêl! Né veut s',hancher qu au :8Gn~eur Nous caressons dânÎl nos paupièrei et d&Dà i10i eoeixts La oonnlvencè Avec Henii HeIne ~t quand A én lDourir Nous aimons Le ehant trop beau des c1àltôtU dM tltad~llês Quand les cloches deS catbédr~le5 Descelldent ~ns nos CIt!Ill'S la nMta.lcle tH la iUHl~ Et qu'èn bas dès monU trop inll;èts 4t trop Iminortels NOII6 cherchOns ~ plaie enJorèelante .~II, fifr~ allemaJ\d. Ah ! cette tralli80n è'est Henri Heine . Folie. abandon. amour o cal caire 1870 S:èele blanc Blanc de ses squelettes Blane de l'écume dès h~Jlèn!ée5 .,t 9ti.lea vl.io~ Temps très br.au dont eneorè Mpt f.Us · nOt èoeul'!l T~mps de Rimbaud et de Hélne Mon pètlt Juif HenrI Heine tu croques un olg-non Un oIgnon de Jérusalém Au nez d., boÎll des hitlérleru . Mon aérir-n tu chantes. une chanson vllor.ovlenue Je leur ai mis. l'~ ]i6uèè dans l'âme Tu la désavoutr;!." ceile-là Notre Cbrist léger ? Pour toujo~~ tu leur a.!I cinglé l'!tisolelÎk Le ~lus faible. de tous Du bou t de ta détre$..I! 'XII as prédit là , sangh~nte lolll'lle boue C'est une odeur hum;" ... e Sur les hommes de, terre. et d'animaul C'est le rossignol de l',hrmlr quand Ruidle Chantant sur le gib~t des &ôurreaux C'est le seeret muet et suprême Pàssant au coeur du tlisera.nd ~ouv.à. Et plus ils bl'isen~ ta statue . Plus tu embaumes l'air èt nos coeurs De l'Immortelle odeur Uu lin blbltque Et des yeux juils Allemagne qtand te rèverral-lè , Cher Est très cbère RhénaÎ'lle '! C'étalt pOur. ce te~ps-ci . .' . Qvr., c:4a.ntalt le .plip.t .propheiè . \" ~ __ . Très vial très doulou,reux très lI'Iloqueur de Her.r1 H.,ine dl!vraient jainais oublier d 'un quartier même, mals c6:.sl$teràit à ramenér lé met- .({ue les spèctàteurs ont non ,pàs ima.ges de la jeu- téur ên scènè sur la tétre dé tendance à générallsèr ; que nèsse de Paria. » dans son èn- temps en tép:ps. « Rendezle publiC voyait dans Antol- semble. Il aurait faUu mieux vous de julllet ~ allrait une ne et Antolnétte ~. pftr exèm- situer 1'2 ' tion. tout autré portée s'il se troupIe. le jéune couplè ouvrier L'immense talent d.: Bec- vait mieux « situé ,. lIans son « en génér. : :.. d'où reproches ker. malgré son réalisme par- pétit coin de jèune~s~. (de CAMUS) ou

'

et critiques réclamant pour ticuller. sa façon vivante. pré- Le jour où je suis allée voir , , d'autrès « jeunes couples ou- cise. vraie de voir les hommes ce film, toute une bande de vriers ,., dont toute la vie ne et les choses. garde un côté jeunes. qui Lemblàlént dèSs 'oriente pas autour d'un bll- Prévert. un côté Jean de hi. céndus de l'écran envahlslet de la Loterie Nationale. Luné qui fait du reste Ul'le salent là sallé. Ils f~isaient un Le ~ Rèndez-vous dè jull- trande partie. de son ~harme. chahut épouvantable. ttès éxlet

" . du même auteur. Jac- Il voit juste. et Il voit en poé- cités à l'idée de se v 0 i r

QUes Beckér. encourra des re- te. Quand il abOrde un sujet. symbollquèment reptésentés. proches plus graves. que le il s'én imprègne. il s 'y laisse C'étalt fort amusant. Ils se Jiprogràmme résume en présèn- entrainer. offrant dans sès V'rètent à un béau concért de tant le spéC" :.cle ainsi : films des images aussi sincé- sifflements qua.nd M. Nord « imaités d'un 'n.neu et d'une res que s'i1 les vivait lui-mé- Hng. :,ux Actualités. reçut la les "révolutionnaires " 'ù la tête entre les mains jeunés~e... celle de Paris en me dans la peau de ses pel'- Lé*lon . d'honneur pour sa ' i , . 1948 ... ~ sonnages. Il lui fàudrait un l trêve :. : ce qui tendrait à LA dérruere piècé d Albert Camus. Les Justes. est très lns- Deux EXPOSITIONS: ABSTRACT -NIGAUDS J E sais que lorl!qu'oii se ha· ~i&rde à crltlquêr, avèo t&ute la dv~rltè nécessaire en l'theil ci~5. certaines forMes de « l'ava.nt-iar'~lsme », on èst tout aussitôt tué de réactionnAire et d'esprlt borné par les Sl'Qb' et lès esthètes. Mals Il est temps de leur dire qu'll!! n'ont pflS 6. M i ~lilliJer Id e to us 1 es gr~lldl! nèmples de « Refusb! ». Ces mebli!urs ile l'abstraction. pour se donnér lé droit de le mépriser. confondent volodtalremi!qt lé, téaljsmè a..v"c les productions les plus plates du naturàlisme. Mais lèur art _. comrnê jadis le surréalisme n'est qu'un ersàtz mall'lonn~te d., l'académism., et. commè tel. il est décadènt, périmé et sans avenir. On a fait grand battage. cès temps derniers. autour des expositions Henri Moore (1) èt de Ad,m • Maltres contemporains de la sculpture abstrâite

••

' . théorie _ mooresque qui consiste

, à ne PilS imitér les particuUrités

des formes - voilà l'erreur du naturalisme - mais dé pénétrer la loi fondamentale, la natura naturans... _ etc... etc .... avec le souci acharné d'un réâlisme sans cesse plus poussé qui a animé à travers des siècles de recherche patiente. ceux 'dont on se réclame ki. Mais il est vrai que lès modelèurs des Bisons d·Ar,llt. - Qu.nd ça. n., s'àppelle pa. .. figure» ou « composition », oD prouver à Becker que même tructlve. Elle nous apprénd à la fols comment on fait les cette jeunessé-là _ un peu . révolutiOns et comment 6n les empêche. Pour leS faire. on tr,) coifféè et be-lopante _ a lance des bombes sur lés tyr~ns. Lés tyra.ns Pé~iBsent, et VIV~ d'a.utres préoccupations .... ùe la Russie (ou la Frànce. ou 1 Espa~e ou .la Bolivie) nouvelle. de~ expéditions chez les Pyg_ Mais il. condit1.6n Que les .tyrans nima~ent pas. par un surmé~ s ou des voyages en J-éps- croit de mal1gnité. de sortir accompagnés de leurs enfan ts. amphlblês... ~ans ce cas, conune On ne saurait lancer des bombes sur des Jeunesse de guerre. ISiue de enfants, la. révolution rate. mil1èux cOmmerçants ou pet1ts-L.~ ___________ , Eh bien. dira·t-on, il faut at- tendre que lès tyràns sorten t bourgeois. en pOsseSSion de . seuls. Ouais 1 Mais s'ils ne saI'- diplômes Qui ne lui servent tent jalllâts seuls? Ah! Et puiS, pas à grand'chose, vivant tuer les tyram. même tout seuls. d·expédients. 1.:n peu désaxée, vous rendez-vous compte à. quèl chérchant avec le couràgé dès point c'est pénible. Un tyran. ça je n à tI d' là l:le vaut pas cher, bien :;llr. mais u es se rer e ,sans HAMLET Club des Vèdettes '.ln a$sassin non plus, même si aucunè aide de pers ... rue. et (Métro Rich.-Drouot). C'èst l'assassin d'un tyran. Juste dé l'Etat moins que de tout ciel 1 comment tuer quand on est autre : voilà ce que Beckér a LE SERMENT, Studi.o Pinnen· pur. et comm~nt ré.ster pur voulu peindre. Lui séul pouvait tier (Métro Goncourt). quand on a tué! Comment aile fairé. Lui séul sè penche mer quand on doit haïr et com· passionnémént sur des sujèts OCOUPE·TOI D'AMELIE, Nor- ment hàïr 51 1'6n n'est pas « gué- Qui constituent p6ur le ciné- ma.ndle (Métro GeQrgé-V). Olym- ri de son coeur l)? ma actuel des éléments es- pià- (Mètro Opéra.) , Alhambra Je m·excu..'I'è de ce verbiage exsentlels de renouvellement. Ij)t (Métro R~publiCju~). travagapt. mais c'est a.ssez tidèléi 1• f It... · , , . lT\ent eêlui qU'em",loie M. Camus. s on a .. son sUjet des . VOLEUR DE BICYCLETTE. Cès questions bls[6l'nu~ ou. pour restrictions sévères. c'èst ~â.r- Palais des Glaces (Métro Répu- employer un terme cher à l 'à·J· ce que l'on attend béaucoup blique), Ba.taclan (Métro Obér- te ur, absurdes. ce so:Q.t bién, cellês (le lui. kampf, Impérator, (Mètro Par- (j.ue s~s personnares se posent Jazz et swing, rythmé et mentiet), Savoie (Mêtro Voltal- péndant cinq actes. TOut cela danse, trompettes . ét Jeeps, rel. BD{nln (Métro Nati6n). sous le couv~rt d'une pl~ce I;llstopipés et bài'bè$. càstump.s il. C6urtèline (Métro S t-MàndéJ. rillUe et politique, ayant pour su· . • .l. ï Lyon-Pàthé. · (Mêtro Gare dé jet un épLsMe de b Révolution carreaux et robes volautes ; ... é r"~'e de 1905, l'attentat contré le t ili ' d' è Lyon). T"lne-Pa.lace. (M t. Dau- ~o a e ers ecO!: s de masques mésni!), Belleville (Métro B~lle- Grand Suc serge. oncle du Tsar. ou' !l'un surrea.lIsme désuet; ville). Séverine (Mét. Gàmoetta) . et diins tout cela. l'amour Ingénu ou l'àmour ditiicile, lés riValités. lés jalousies... Une morale gentllle pour dire qlle celui qui veut vraiment quelQue chose finit par l'obtenir; Que le ta.lent· réussit à péréer; que la bèauté a tort de tenir lieu de talent. etc ... Un film délicit\ux. vivant. comme Becker sa.it les fâire, plein de notations plttoréSques et vriLlés. d'images aussi jolies Que les filles qui le jouènt. Entrez voir LE PROCES PARADINE. Un. grand metteur en sriène : Il est probllble qu:auprès ,d'un cèrtaln p·lbllc. M. Albert Camus va. passer pO\lr un auteur bien audaci ~ J.lx. Pén~ez donc 1 Làch'~ r comme ça 4es « révoluti~n:riaires » sur scelle, les montrer en train de fa.ire la. Révolution. mais c'est à vous donner le grand fris· son . .Je parle du pUblic qui ne sait pas C'e qU'est un révolutlonna.ire. ou qui le sé.lt mal. ou qui croit le savoir . Ce public-là. poSté , devant la scène du théJI.tre Hébertot comme dévant une grille 'du Z60 de Vincennes. a.tJ~rélidra. da.ns un délicieux méfailil"e d'eUroi et de soula. gément què les révolutiofu'lal. l'es : . l' Vivent à ètu~tre ou cinq qaDl une chambre aUlli murs nus 4011t Ils ne sort~nt jàmat:;, sinon Pour lancer dès bOInbès ; 2' N'ont aucun contà'ct av~c le peupl'e dOlit l1s se demandent parfois. par une c'Jriosite sans lènd~main. ce qlt'j] Jlêut bién penser des con)oncturès ; 3· Conçcilvènt. organisent, exécutèn~ la Révolution à eux s'èuls, ce qUI est a.bsDrbant, on en ccp.viendra èt léur fait oublier. défi~ nltlvjlmènt. la couleur du clél e~ la bea, uté dés fémllles; . 4- sOnt dévores d'hésitation,s, d·inqulétu~es. de scrupulés, qu'Us ne S0l1t jamais sllrs d'èux-memès et de le~ cause. et pllrfaltement capables. à la. dernière m\liute, de tout planter là et d'aller fiX'èr leurs jours à la campà.gl'le. Quant àu puolic Ci,ui à. si peu que ce soit. connu de vrais rèvo· llutiQnnairès. c'est-à-dirè des iens décidés à changer l'ordré état;l1 et à remplacer l'ol'P~IiIOli p!!,r la lIbél'tè : r~sistants ou synt1ica.liS~ s ou militants des 'pàrt\s oU- . vrjers. le public qui salt cqmmel'lt la démocratie . a pu s'établlr sur plus du quart de ,1'Ji.umanj~e. ce pUblic rira franchement diM; élucubrations dé M. éJalJlus. ce « révolutionnàirè il la t~tè entre les mains ».

  • ~*

Il me ré.stè, maintén~nt . à. ~lCprimer .une série de retrets. R.egr~ t que Maria. çasa.res. l'une , du prenllères actrices de ce tèn'l]3s, se soit fourvpyée da.ns ce mélo), R.egrèt que Serge RJeggianl. un dés jeunes comédiens qui paraissènt assurés du meilleur avenir, l'y ait suiv •. Règret pour céux quI les aceompagnént. qui fO}:lt bien leur métier. mais leur métier Ici est , .Imllossible Regret pOur le Théâtre Hébertot . . où l'on pén~e à TcMkl'lov. à Tolsto'i. à. :llisen. à s teinbeck et à tant d'autres Qui y fur~nt joués, . ava)lt Alb~rt Ca~ mus èt Cént coud~s au-dessUS. Roger PAYET-BURIN. • Le. secret de son style échappe à la possibilité d'analyse . se garguise le préfacier du luxueux càj;tlo$lie de M. Moore. Et de jongler . a:ec des formulel! bien ctS!uses dont se sont gargarisés après lui q4.lque~ admirateurs c névropathes

• fidélité à la matière »

(qu., ne la modèle-t-il ? aurait dit- Mirbeau) ; • relation spatiale -; . formés universelles auxquelles le subconcient de tout le monde est conàitionné ... _. Je nè vous ~nfUgerai p~s plus de ce boniment d'une préte\1tion insol~pte à l'ut"te , des snobs et de$iin~ à dit c sculptàge _. . Hitchcock. De .bons actèurs , : surtout Ann TOdd et Charles Lâ.ughton. Une hIStoire de crime. d'amour, de vengeance. Un 'Procès dont l'lntérêt ne fléchit pâs un in.stànt. Un bon film en sainme. Surtout. un travail bien fait. Quand de tels métteurs en scène auront dés. scenarios à la mesure de leur talent. Ils feront de g.an ds films àu lieu d'en fai: re dé bons. Romain ROLLAND • faire .les plus ,invraisemblables , élucubrations. Ce~t$.ins évoquent ' à leur sujet la sculpture ou des civiU$a\ions anciennes. .Je voudrais bil!n savoir comment ils conéilient le . point essentiel de la « Becker s'é~t fait ensorceler par les zazous :.. disait un zazou da.ns la sàlle. Et c'èst les sculpteurs en rondé-bosse vrai. Et c'est vrai que cette magdelénièns. les atLcêtré~ 4e Phi- jeunesse-là se lance dans des diàs qui taillèrent les Apollons 1Il'- avéntures courageuses. et fol~ chaïques. l'auteur génial du Seri- les, selon dés modes ancienbe accroupi ne s'embarrassaient nès et littéraires. Et c'est, vrai (SuIL de 1& preulière pa,' e) allèmand _ celui d·avant. :BiS~ pas de psychanalyse parce qu'Us 1 i j ..., . . ne s·adress.aient pas à un public que a mus que de azz est marck - uné très profond!) Passez devant de détraqués. ensorcela.nte aussi. HANS LE ~IARIN. - A moins mocrates Qut seule ~ut pré- · sympathie. Mal s qu'élit-U Maxime GORKI donne une leçon aux peti tshourgeois On jugèra mieux que par toutes Mais il fallait le dire. ô Jéan que vous li'aYez somjIleU. On server la. paix du monde, as- ""ènsé des scandaleuses indull d 1 L V là 1 s'ennuie horriblement . .Jèan-Pier- J' es descriptions. par la reproduc- e a une. oi un fi m que ' sur&r la sal"t dé·· peuples! . g~nces quI' l'on témol'""e à. tl6 d d t t 1 d re Aumont joue bi,n, Lily Pal- ~ ~ ... ., " y ", .. n que nous onnons e c'~ ou e mon e ain'lera. Mals mer aussi. le livre de Pelason d'où Romain Rolland méprisait c~s nazis Qui n'ont rien abdiMquoeo res. onEtt . pleusi sqcureé atnioounss vdeen oMns. tout le monde voudra-t-ll bien l e fi'1 m aét é ti. ré n'inspire pas du et comba.tt a i t tous 1e s f a' u te urs qué de 1e urs cri me?s , Et ,d u de parler des gens qui c font. comprendre Q u • 11 manQue tout l'ennui. Hans le Marin erre de guerre. lès p.ntlsémites. les foSsé toujours plUS profop~ d:).ns la psychanalyse. je ne com- beàUCOUP de jeunes au ren- à la rechèrche de la traditionnelle racistes quels qu'ils fussent, qui se creuse entre ceux qui prends pas. qu'ils n'aient pàs ~té dez-vous de Jumet ? La ma- fille du,port sur l'écran d'une fa- oppresseurs de blancs, de jau- furent les campagnons d~ la. fràppés dè la particularité èssen- jorlté en somme. ft~ateI~~.q~~oCharles Charles 2 février 2010 à 11:15 (UTC)le'l~tf~~a~~ nes et de noirs. même croisade pour la Iibérà.-, tièlle de ces statues gui en fait 1,In Catherine MAI. est du côté de l·assassin. II éprouvait pour le p~uple tlon humaine? • univers d'êtres à tete d · épingl~. _ _ A la lumlèr& de R""" a1n ReJl-

Tête d'étingle _. le mot est de ".. ..................................................-. ......" ". ..........- -................- -....." .".. .........................................- ---......................- -.....- .....- ---.~... .-. ', " .....

Cltmi et l'on ne saurait trouver land nous voulons la pâ.1X dés rnièux. Car c'est bien d'une fu- peup~el!. la pàiX des hQ~mes.. mieterie qu'il s'agit. Il serait tèmps de retrouver Quant à nos pontiies officiels et notre âme commlfne de ces MAXJME 9"ORIC1 occupe, dans la littérature de 50n pays. mie place U1i1què, D étart cêlèbre avant I:!. Révolutioll d'octobre, . il fut en!l0re plus eél~bre après. D fait en quelque 150rtê 111 c pont » entre les deux période!!, non pas obmme on a pu dIre bêteméut qu'il se soit « rallié» au. régime nouvoeu, mals bIen parce que toute sa. vie, toute son oeuvre, le conduisaient à rejOindre les Soviets. prè ihtelligence :. Au reste. le

petit bourgoi!l :. Klim SamgUiné

oonstatait qu'il y avait dés opinions qui lui étà.ient org~ niquèmènt hostiles. Celles des révolutionnair~. 'Par exemple. Tel était l'intellectuel russe : Klim Sa.ffi&'uine. S'i! n'a pas lal~sé de tra.ces en Union So'viétiquè, il semble bien, là aU1lBi. qu'il ait une nombreusè descendance danll d'autres pàys. R. P. B. à M. Cassou, conservateur du Mu- derniers 'jours de 1944, notre sée d'Art Moderne. ils sont eux .' é ' " aussi sans excuse d'avoir fouriü èspérancè poignard e p,r "el leur caution à cétte m;miiestation divlsiàns funestès. , de mauvais goût. Il est vrai qu'ils Le siècle a cmluante aps. ont dO\1né dejà suffisamment dè n serà.1t temps pour la Francs preuVeS que la raison qui les gui- d'y rel'rêndre Sa. plàce wijn., dait n'était pas exclusivement ar- pour le guider vérs de plu. tistique ... (2), (Traduit de l'américain par Yvonnè Desvignes) clairs destins .• Jacques BILLIET. RES UME DES CHAPITRES PR ': CEDEt...JTS (1) Au M~ée d'Art Moderne. (2) Le parr41nage du :Brltl~ Council Il d '$111eurs égalenlènt ex~rcé uli.e influence certàinê sur la crlüque. l'tu à :Ptu se de3sine la curieus4 përsonnalité ete M •. Newman, chel du pèr$Qnnel dans une grande entr~rtse ... Il vient de rècevoir Mme Gertruds H/!,tt, candidate iJ, ~n em~loi. Cette lemthd le ,trouble. Quand elle ZlJ.i apprénd qu'elle « falt partie de l'Egltse épiscopale :1. une "eur Inexpltcable s'empare 'de M. Nèw7ltan. On le prenait pour un Juil. 1 ... Et qu'il ait un mcmènt héI! lité, douté même du succès de la Révolu.tion à ses débuts. n·1I. fait que l'y attacher plus forte· ment à partir du jour où il oomprit qU'elle suivait la bonne voie, la seule voie. A partir de ce jour, Gorki employa toute 8a fougue, toute flc;m ardeur combattivlI cOntre ceux qui continuaient à ne pas veir l·évidence. En Union Soviétique même, un certain nombre de gens ne trouvaient à diré. devant l'expérience extrl'Lfiait pour lui. comme lè philietin pour Ga;the, là etupièlité béate et fière d·elle-même. Il faut lire cette suite de pamphlets. dont la verve endiablée a dù faire hien des ravagea, De fait, la mentalité petite bourge9Î1! e ;) n'a plus cours aujour.i ~. .._ _. .......-. --.....- -..... -.......................... .-_-.-...............- ...........\ d'hui en Union soviétique. Mâ.is CopyrlalÎl by Droit tt Llb.rll et Editlolt. d. Minuit. TOUl droits r~.ervé5. ft • II' • ordinaire qui se déroula.it eO,u8 leurs yeux, que des rài1lerie15. des quolibet~. iies Bottisel!!, Cette tournure d'esprit, où la vanité se mêlait à l'envie et à l'aigreur exaspérait Gorki. Il l·attaqua. dans une série d'artlcles que la Il Nouvelle Critique » vient de réunir et de publier sou~ le titre

~ petits bourgeois :..

On peut tenir pour assuré que Gorki aurait approuvé ce titre. Le petit bourgeois :1 pereonnilFIERNENT SOVI'TI QUIi AU STUDIO PARMENTIE ... AVENUE "ARMEN.TIEIf elle est si flori~ante par ailleurs (et tOQt près de noue) qua ce livre garde. selon la. fOrmule consacrée, toute son actualit~. Les Editeurs français réunis ont eI).ttèpris de publier II!.! oeuvre8 co~plètes de Gorki et ont commencé par la prèmière partie d'un ouvrage monumental qui n'a pas pu être achevé tout à fait. IllI'àgit de La vie de KIim Samguine ,., c'eet-àdire d' « un intellèctuel de valeur moyenne qui passe par toute une série d'états d'esprit à la rechèrche de la plàce là. plua indépendante poesible qui lui aseure le confort ma.tériel et la. tranquillit~ intérièure . Le livré se déroule sur Qlla.' rll.nte aflnée!! et se trouve mêlé de très prèll à l ·l\istoirè. On y voit la célèbre foite de NijniNovgorod, inaugurée par le tsar, on y llS8 illle au couronnemènt de Nicolas II : là foule écrasée, les blessés et les morts et la fête qui continue. Enfin, nous passons par une suite d'événeménts bouleverel!.nts.mais qui n'arrivent pàs tout de mémé à émouvoir Klim Samguine. « Car. nous dit Gorki, Klim Sàmguine ~cell& vite à placer lion opinion entre le oui et le non. ce qui consolida e!l réputation de gàrçon indépendant i:I 'èsprit et capable de vivre avec lei; ressour ces de sa pro- LES ENFANTS POtTES poèmes et ballades de CLAUDE PARIS "lustrés Pif Arthur KOLNtK LIVRE El'( V1Ü.TE C8lZ L'AU'ttUR 129, BouleViIJ'd Man Ma. 1Z~ P(\JtlS (13') et 1 « DROIT ET LtBE!ttlt • Prix : 400 francs POCUS ., ça va bien. ce soir ? ... Persénne d'autre n 'étalt visible d~nS . tout lè 1 bloc. 11 plissa les yeux en. poursuivant sa marc~ e et son . bras .sé crlsllait légèrement sur la poche déformée. Une- nuée poussiéreuse flottlüt sur la rue et il avait Ï'impresslOn dè baigner dam uné sueur nolrâ.tre. Sa douche l'appelait apmme ,le seuil étmcelant d'une vie nouvelle. - Tu ne 8u~P'!nds pas ton v~ton ? lui 'demanda sa mère. t4ndis qu'lI S'éngagealt dans l'escaJer qui ménait à sa chambre. Ce ,complet va partir chez le teinturier. marmonna·t-il tout en montant. UcrJ~ fois dans sa chambre. il sOl'tit le porte· plume Olt l'enfouit au fond d'un tiroir où l'on rangeait les couvertures de ~ alne. Il se tint sous la douche avec le v'isage dreSSé. afin que le jet fl'appât dir~ctement les yeux. Une fois vêtu. il s'arrêla sur le seuil de la porte. revint sur ses pas, retira le porte-plums du tiroir et demeura Irréso; u, regardant autour de luI. La mémoire lui revenant. il prit une chaise, la posa à l 'intérieur de la pend~rie. gr\mpa dessus et posa stylO et support sur là plUS haute plan ché. que la b6nne n'essuyalt jamais. Sa mère l·appelait. Il descendit. mit Ms lunéttés et humà les croquettes dè viande q'jl étalent en train de cuIre. Il remplit une casserole d'eau et s·attabla. tandis que sa mère s'asseyalt près du fourneau. prête à jeter dans la cassero:e deux poignées de spaghettis. Elis s'Informa : - Il faisait chaud. dans le céntre. aujourd'hul ? - Je crois bi'en. dlt-il. en passant la maIn sur son vl.!age brÙ:ant. Il ota .ses lunettes et les èssuya avec un coin d~ sa s·erviette. - Op m'a dlt que de.; gens tombaient morts dans la ru~. - Cela ne m'étonnerait pas. dit-il. EI:~ a ttendit qU'1l eût disposé et commencé à manger son repas. puis elle roula son fautèijil derrière lui et s'absorba dans la. cQl1templation de la courètte à travers la porte ouvert-s. . - La !lIaison de campagne de M. Gargan doit êlrè bien agréable en ce moment. dit-elle. Il murmura. qu elque chos~. la bo uche pleine. - Il pourrait bien t ·y inviter, une fois. .11 hàuSSa les épaules et ten ta ~e se rappeler s'il n'y avait pas ~ ur la planche supéri~ure de son p:acard queque chose quI risquait d'y a ttirer la bonne. Apr~ d lner. il se rendit. sur la. terrasse et s'instàlla dans un dès fauteuils de bord. Tout le long de lâ. rue. les porches se garnissaient de gells. A cinq maisons dè distance. Blli:h le héla. Il le salua è! ~ la. l'nain en souriant. _ 11 a fait assez chaud pour votre goût? dit Bltgh en riant. . " • Newman en riant lit au.sl un signe dé tête appropr ié. Puis. -36 -. FOCUS détournant la têté. il ôta. râpidemeht ses lunJ;ttes et ies tint il- la main. Daru la rlJe, de-ci de.là.. les tUY~llx d·arrosa.ge entraient en ~cVon, ta.nd i~ que dé leur. tert'asses. les ~ eI\S suivaient néglig~mment des yeux les voûtés d'eau fralche. Un l'Ire de jèune fille s'éleva et s·évanouit. Toutes les fenêtres étalent ouv.rt~s. La chute d'une casserolle sur le carreau d'une cuisine retèntit le loog de la ru~. M. Newman entendit sa mère qui se rénda lt da.ns le living-room. E:!é niit la radio et un soprooo s·élèva. . - Tu ferais bi~n d'arroser la pelouse. dit-elle a travers la. fenêtre. Sans cela. el!è va grJ:ler. c'est sûr. I l approuva de la tête, milis ne bougea pas, Le momènt était mal choisi pour Il'éloignJr : touil les géns etâlent sur l'e pa.s de leur porté. et li se sentait trop nervinx Poil\" faire la. conve~sation . Jusqu'à ce jour. cela ne l'avait PII-S gêné de p(lJ't~r (tes l~ettes da.ns la ~u e ; hier encore. et le jour pré· cédént. il étàit de tàllle à affronter les coups d'oeil étonnés. . N'élli.lt-Il pas. hier éncore. ~ Il rt:Ti' l'homme qui travaillâ.it à. ..;..A~ .1 lA.\:l- la Ç6rporalion ? Tou· -1rL~. jours. dans ses discus- 1 · si ons avec Ca.rlson. ou . (L' ~.~, Bligh. ou Fred son voi- O ~ ' ... ':. ~in. il avait ~Ié l'homme \ .. '.: '. qui travaille à. la. C0rr!0- ." ration. Rien de ce 'que "....' ~ .~,.\.~'~ ses verres pouvaient leur donner à. penser ne tien. ' ':J'f._; dl'~it pas levant ce sim· ~ p:e fait. Mals voilà. qui .' éta.it fmi ; il se présenté- V· rait dèsormais dévant ~ ~':; eux nu et désarmé, l"OU"

.' : .; ~Irait devant leurs re·

nr; ~ il a. r d s insista.tlts et. s'appuyant tantôt sur un hOnte de son apparence. comme un étranger, pied. tantOt sur l'autre. Il aurait De l'autre côtl de la rue. Ca.rlson parut. [raInant son tuyau d·arrosage. M. Newm:p1'té détourna.. Malgrè et déiuingahéié. l'hol'!lme 1'lnLerpe:ait. plUsàln)1ltnt : - Vous n'arrosez pas? - Je me repose, répondit Newmkn, souriant lér~remél1t. ' Il p~lssa l".g yellX el !lxa la l-olt\t~ de as SGuliafS. EntOUi d:j.n~ lion fauteu i:. il ,aUl'alt !ouhalté qu'i1 fIt iéjà nuit. Une fois Clans l·obsourité. 11 po urrait r~5semblf.r 5~S l/lIIes et s'orgànlstr. Il y avait vingt-cinq ans qU'1l n'â.vait pas -37- FOCUS cherché d'elll,p loi. Il fa:lait trouver lmmédiatem~t. Alors 11 pburrait 5~ montrer àu grs.nd jour, en train d'arro,-;èr son gazon et m uni de ses verres. D ~maln. Il se lèverait de bonné hew-e. prendrait le l1iêm ~ train que lés ~ulrGs Jours et sa dirigerait... où ? ,Une porte claqua. q ue:que part dans le h:oc. et 11 si! r~tourna pour voir qui sortait. Un homme :l.pptrut sur la t~rrasi;e de la maison voii;lne du bazar. M. Néwman se 'pencha 'en avant pour mieux voir. Il regarda autour de lui \1 vant de mettre ses lunettes C'étalt un inconnu, nouvea:l vepu da.ns le bloc. Une barbe. longue ét grise, Grand Dieu. n'était-ce pas une calotte noir. qU'il portait ? Une calotte noire et une barbe 1 Lè vieillard prenait placos. Il déplia un journal. De sa b~rbe émergeait un long !ume·clgarette qu'il tenait entre le pou~ et l·indo.x. M .. Newm,an demeura bouohe bee à déylsagér l·inconnu. ~ ~evait être le Père dt'! Mme P'inkelsteln. Il se ra.pp!lè.lt vl/-guement avoir entendu dire que le ~ère de Pinkelsteln ètalt mort. V6ila dOllC C'd que voulait dire Fred. Un nouvel arrl. vant avec une lon.ue barbe grisé, une calotte et un fumecigarett~ ... Son regard se détourna de l'homme et parcourut toute la. rué. Il fut frappé. aussitôt dé son aspect insolite. Les :Sllgh se t aisaient et se ténalent I.mmobiles. contemplant le vieillard de l'autre côté de la. rue. L'orphelin cl1uchotalt dans l'oreille de M. Kennedy, en reia.rdant l'étranger. En face Carlson. son tuyau à la main. fronçait le sourcil. LeI! yeux de Newman pàrcouralent les )lOrches l'un après l'autre. Tous les visages étaient tournés dans la même direction. On n 'entenda. lt plU!! dans la rue que le sifflement des jets d·eau. Il se l'edrEJl;sa. et d'un geste rapide retira. ses lunett~6 ei les glissa dans la. poche de sa chemise. 1~5 yeux écarl'juilles. allX aguets. un fri.sson d'éxcitation gagna jusqu·à. son estomac. Il se leva de son fauteuil de bel·d. descendit la p~nte. tràversa la petite pelouse et ga!;na tranquillement ~ la porte du garai~ q U'il ouvrit. A 1·lntéri.eur, il trouva le tuyau rep:lé en anneaux QU'il dér041a 'èn le tirant le Ion, de la rampe. Retournant au aarage, Il donna l'eau et se hita vêrs le lazbn, où il ramassa 19. lance. L'eau jailllt dans tous les ~ens. pUis u régularisa. en un flot puissant. Il leva la t~t~ et regarda e'n dirèction de l~ maisoD du coin. L'anlmatlon avait repris darts la Ne, ntB.ls ère paraissait, ce lte fols. plus calme. Sllr la terr~~e. les converu.tlrns n~ . fusa.le nt pas en ée!ats de rire. le ton des discussions Ille s'~levait pas. 011 ét~ It en préslÎnce ct' un étrangèr. -38- • • TOUS LES-VENDREDIS 30 DEC. 1949 - S- JANV. SO N° 10 '(114)' 25 fr., Aux extravagances des noceurs JE PRÉFÈRE MON PETIT RÉVEILLON FAMILIAL SOUVENIRS DE NOUVEL AN I L y a Noël et il y a les «Noëls ». Chacun fête ce jour traditionnel à sa manière, mais aussi et surtout selon ses moyens. D'aucuns vont dans les boîtes de nu it, au milieu d'entraîneuses généreusement déshabillées et des bouteilles de champagne à six ou sept mille francs pièce. . D·ésormaisen Chine la terre D'autres déambu lent toute la nuit de Pigalle, Montmartre ou Montparnasse, les mains dans les poches. au hasard de leur bonne fortune , seuls désoeuvrés comme des épaves ... tourne du' soleil Le Noël de « Monsieur Tout-le-Monde» Quant à la grande majorité d'entre nous, elle a réveillonné ~: quand même . .: Quand même parce que bien souvent le COEur n'y était ,pas. Evidemment, on aurait bi en acheté un jouet pour l'enfant, un briquet ou un portefeuille pour monsieur, une parure ou des bas nylon pour madame, mais il n'y avait pas, cette année, le moral des Noëls d'avant guerre. par Jean MONTAGNEY A PEKIN, j'avais pour voisin un vieux lettré; Monsieur Hou, expert en louLes sortes de sciences. Il m'honoq.it de ses visites, apportant toujours avec lui, dans une cage de . bois, sa perruche favorite. Un jour - c'était vers 1936, au moment où le KUQmintang tenta de substituer le calenChau~ sures en peau \le léopard, drier romain au calendrier lunaire'"- M. Hou se"précipita chez moi. Le pauvre homme pa,ntalon en fuseà!l; gants de daim, décolleté exotique ; cette pa me porte le J;llus récent modèle sports ' d'hlv\j'r. N'ayez crainte, elle n'Ira ,p(\i; s'aventurer sur la neige. ~t aceoutrement est, spécialement étudié pour l'heure du thé, à , Cllamonlx faisait n'eine à voir ': ' _ Voilà qu'ils veulent chan- L'expllc~tion se. heur.ta, dès ger le cycle des jours et des le déQut, à une enorme ,dlfflnuits matntenant! C'est une . cuIté. Il me falla1:t, en effet, . . . prendre pour base la terre revoluttOn pIre que la chute tournant autour du soleil . Or des Empe-reurs. Pouvez-vous M ' H ét it é' 1 é ' m'expliquer çe qU'e:;t ce ca- comm~ . ou a , Pl' cs - lendrier (i,es hnrbare3i? ment persuadé du contraire, 1'~ , . ma démonstration fut arrêtée net. Màis mon viel ami PEI. NT' U, R E ET ,M É T R,O était 'plein' d'indulgence pour ce qu'il. appelait les folies des Occidentaux: . - Enfin, mettons, dit-li doucement. Mais 'comment honorerons- nous nos dieux et nos ancêtres? Tout' s,era décalé et ne' signifiera plUs rien. Et nos fêtes, Monsieur, " 1 - Un Chemin 'Vert, un Château R~uge, une: Porte Dor~e ... - Pafdon, c'est , une hi~toire e:l\istentialiste ? .- Vous n'y 'êtes PaS. Ce sont des noms de stati,ons de' métro. - Exact, et , àlors? " . . - Alors, ce son\ , probablement ces stations qui ont inspiré ies OEuvres des employés de Et puis, vous savez, ,c'èst une exposition vraiment démocratique. ' ' . . L~ tout le monde ex!,ose, sans distinction: machinistes, chefs de groupe, conducteurs et même la fille d'urt des directeurs du métro ... lacq~eline WEIL la Régie autonome' des trans-;-o ____________ _ ports parisiens. Le quatrième salOn de la T.C,R.P: s'est oùver. t , cette seml!ine'". dans ',upe Itation de méî~o, éviaemmejlt. - Rratique 'pour y: allcr. - Pas tant que 'vous croyez. L'cl'position se , tient à, Cluny. C'est uri~ 'station .fermée, ' Le Salon , comporte trois seè-, tions : peiFlture, scUlpture, céramique, et si -vous faites le tour de ' l'exposition vous" pourre/: v.oir encore, avant q 'arriver au terminus, les OElJ.vres d'art des employés ,du métrQ lpndonien qui ont , été invités à expOS'er avec leurs camaraqes français. - Le • mëtro in'spire:t-il les tablea4x exposés? - Fort peu. Les t~iles représentent · surtout 1 dés paysages, des arbres. des ·sous-bois. Quand on poinçonne ' des 'tickets toute une journée, on ' a ' bien raison de vouloir s'évader : un peu". ' : On demanda un jour a plusieurs chefs d'orchestre iiaHens, parmi ,lesquels, se trouvltient Tosc!1nini et Mascagni; de bien vouloir participer a un grand gala donné li la Scala cie Milan en l'honneur de Verdi. Mascagni, violemment jaloux de la cél,ébrité de Toscanini, n\accepta qu'a une seule condition: être payé plus cher que :ce dernier. '- Ne serait-ce que d'une ' Ure, ajouta,-t-il. Le lendemain ' du ' 'spectacle, Mascagni se préoenta à la caisse d'u théâtre et t.:etonna de ne toucher qu'une "-Te. , Toscanini, peut-are dans un esprit de vengeunce, avait abandonne généreusement la totalité de son 1 cachet. ' nos tèt,es?.. . Il est évident que, sçus le rapport des fêtes, le. calendrier chinois dépasse, ' et de loin, tous les autres. Si l'infor- ' tuné' coolie voulait' les observer strict~ment il ne travaillerait guère qu'un jour' sur trois. Mais comme 11 faut manger, seul le Jour de l'An est fêté comme li convient et, comme on va le voir, ce n'est pas une 'petite affaire. Ajoutons pour être précis, que les deux tentatives du Kuomintang pour ' irhposer le ca;lendrier romain échouèrent radicalement. Et sou.haitons meilleure, chance à Mao Tsé Teung, qui a inscrJt, la réforme dars son programme. On ~e prépare dès le d~but de décembre Le nouvel an est essentiellement variable' quant à la date. Il coïncide avec la pre. mlère nouvelle lune de janvier. Mais, ' dès le huitième jour du" douzième mois, ' la fête commence par les,offrandes aux tablettes ancestrales. On dépose dev.ant l'iutel des bo:s de riz, de viande, de poisson. Et; bien ,eptendu, , comme la cOnsommation des honorables morts est · assez ' limitée les vivants 'p~ennent 'une ' p'àrt ac- Alors' rien sur ·le métro? tive ' au fe'stin.' " . - Que' vous 'êres exig"'fint... Je vous ai dit f91't 'peu ·mais l'lon « rien "11. J:ai vu une grande tpile, une composition t6ut c~ qu'i! y a de plus il1étropolitaine. C'est l'entrée; d'une station vue par l'employé . . J'ignore si c'est à force ' d'entendre parler d'Etoile, de' Jasmin; de Sentier et de ' Gaîté: que le peintre a traité son OEuvre en poête, mais je vous assure que le métro, tel qu'il le voit,' est tout à .tait cha'l'mant. Pas' de bousculades: ·des sourires, des par le Maître I. SHERNETSKY enfants et des fleurs". . J'ai remarqué ·aussi un , tablfi, au représentant un « Autobus nommé 48 'Il. Très réussi. , . . , Partie N° 8 - Début Reti BLANCS ' : M. DEII1KOV (Moscou) 'NOIRS : B. PEfRSITZ (TOUla) Jouée dans un tournoi par correspondance en U·R.S:S, en 1947. 1. cn, Cf6 ; 2. ç4, ç5 ; ~. Cç3 d5 ; 4. çxd5, CxdS ; 5 é4, Cb6. (5. - Cb4 était i;lus aggre.slf et plus dans le style du début), 6. dt, çxd4 ; " Dxd4, Fd7 ; B. é5, Cç6 ; 9. DIt, Db8, ; 10 Fb5, é6 ; ~~" "," """""""'''''''''''''''''''. ''.' ""'~ ~ IlA -S'1ë D1N l1ë ... 1 ~ ~ ~ N0US avons eu un beau révei!lon. Le premier ré- ~ ~ veillon de l'abondance, comme disent' les journaux. ~ ~ Avec dinde; ' foie gras, bourgogne, 'champagne, ~ ~ bûches de Noël et. tutti quanti. ' ~ ~ Moi, je veux bie?t. ~ ~ Il parait que . c'était moins cher, les pavillons des ~ ~ Halles étant surchargés et la demande étant moins forte. ~ ~ Les commerçants vous faisaient des sourires jusque là ~ ~ et même davantage. Ils' avaient décoré leurs devantures ~ ~ avec du coton hydrophile, des branches de sapin, des ~ ~ conf~tti, du papier d'ârge;nt et des étQiles de mer. On se ~ ~ croyait avant guerre. ~ ~ C'est ce qu'il 11 a de plus . vrai. ~ ~ Je me suis cru exactement avant guerre, et ça m'a ~ ~ donné des hauts-le-coe'ur, ' je me suis demandé si réelle- ~ ~ ment le .cycle aUait se refermer et qu'après la guerre, ~ ~ la disette, les remords et les bonnes résolutions, on allait ~ ~ obLigatoirem~nt· revoir l'abondance, le jem' enfichisme les ~ ~ . querelles de boutiques et enfin la guerre. ~ ~ Evidemment, j'ai des bons souvenirs d'avant 'guel·re. ~ ~ Et même de gu~rre. J'allais nlors au lycée et on dansait ~ ~ deux fois p'ar $~maine 'avec champagne, f~irt, luckYrstrike, ~ ~ conversations philosophiques et pantalons étroits. On 101'- ~ ~ gnait avec envie l'uniforme du jeune aspirant, 'et' l'on ~ ~ aspirait à son él~gance et à sa gloire. ~ ~ Et puis, après juin 40, ça a changé. " .. ~ Mais, pour certains jeunes qui ont dix-sept an.~ ce ~ ~ moi!,-ci, est-ce que ' cela a beaucoup changé? En conver- ~ ~ sant avec eux on s'aperçoit qu'ils en sont là où nous ~ ~ étions à leu'/" âge en' 1939. Et on n'est pas fier. A qui la ~ ~ faute? Oh! pa'S à' nous bien sûr, pas seuLement à nous_ ~ ~ Nous, on a au moins la consolation d'avoir fait notre ~ ~ devoir et de con tinuer. On n'arrête pas de parler du ~ ~ nazisme renaissant, ère Dilchau profané, des pogromes ~ ~ d' Ira,", et de tout cet « avant-guerre II ignoble qui "e- ~ ~ prend du poi~ de la béte. Mais trop de jeunes ne nous ~ ~ écoutent' pas. Ils nous prennent pour de précoces gdteux. ~ ~ Pour des emmerdeurs ' publics. ~ ~ Que ce soit notre titre de gloire. ~ ~ Et bonne année, messieurs. On continuera à vous ~ ~ emmerde'r jusqu'à ce que vous ay/lz compris. Et il faudra ~ ~ bien que vous compreniez, comme beaucoup d'autres ~ ~ l'ont fait - heureusement! - avant qu'il ne soit trop ~ ".. tard. ~ ~ Je vous souhaite un bon réveillon du jour de l'an. ~ ~ Mais attention au réveil. ~ ~ Paul ). RENNE. ~ ~ ~ ~ ... ~f 'Mre~ AM~lUJlft~ ~ ~ , -- ~ l"""""""""""""""""""",,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,~ 11. Fe3, Fe' ; 12. Tdl, Dç7 ; 13,0-0, 0-0 ; 14. D ,3, Tld8 ; 15. FM, Ffi ; 16. Ce' ! CU ? ; 17. _Cf6+Rh8 ; 18. Cg5 !! Aucune 'des d~ux pièce! en prlse à 16 et hG ne p"euvent ~tre prises car la, menace 19. Cx17 mat devient une réalité: 18. Fé8 (forcé). - 19. FxeS (menaçant toujours 20. Cxf7 mat) 19. - Cf5. Il semble que les Noirs doivent, l'e!agn~r lelir ",â!érie(car les Blancs ont )eur Dga. les Fous à h6 et é8 ainsi que le Cf6 .attaque mais ... 20. Dh3. !! . Les ~oirs abandonnent càr : A. - 20.- Cxh6 ; 21. Cxf7 + et les NoÛ's' doivent 1 donner leur dame 1 car, 21. - Cx.f7 11 ,.permet 22 . . Dxh7 mat. ' . ' B. - 20. - Txé8. 21. Fxg'7+ I! et après R, F ou Cxg7 22, Dxh7 m"t, C, - 20. - gxh6 ; 21. Cxf7 + Rg7 . ; 22. Dg4 n:\at, D, - 20. - gxf6 ; 21: Fg7+ 1 Envoi ·de 22. Dxh7 mat, E. - 20, - g6 ; 21. Fg7+ avec la même suite. 8 7 5 4 3 2 Problème N° 8 c. S. KIPPING " Chess » 1948 ABC D E F Q H Les blancs jouent et font mat · en d~ux coups Comment ? Les noirs avec une pièce et trois pions de plus que leur adversaire ne peuvent plus se sauver ? Cela pàrajt incroyable. pourtant c'est vrai ! Cherchez bien et envoyez-nous la solution avant le 7 Janvier. SOLUTION DU PROBLEME l'RA TIQUE N0 3 Blancs : RaS, Fa2 et pion b1. Noirs : Rd3, FM et pion ç2. Les Blancs jouent : 1. b8D et après 1. - Fxb8 ; 2. Fbl Il et les Noirs en prenant cette pièce ne peuvent ni faire une Dame ni Tour sans que les Blancs soient pat. SoJutions exactes reçues de MM. Arnold, Axelrod. Blum, Davidson, Gerson,' Lepel, Schneider et Tauber. PETITES NOUVELLES Le vingtième jour arrivé il faut s'occuper de la ma;s~n, la rajeunir et faire disparaître les , traces du passé. Le b.Qnheur doit s'installer dans un nid bien net et bien propre) Che21 les riches, on fait repeindre les portes, remplacer le papier des fenêtres. Quant aux pauvres diables, 'ils se contentent de laver, de nettoyer du mieux possible. Le vingt-troisième jour est marqué par des sacrifices à un Dieu redoutable : celui de la cuisine, le gardien du foyer ,: Tsao Chun. Et pUis voici venir une période critique: la Petite Nouvelle année. " , Alors que l'on a tant

. de dépenses nouvelles ...
Elle commence le 25' jour,

cette Petite Nouvelle Année, et elle est pleine d'embûches,. de traltrises. Alors qu'on a tant de dépenses ' sur les bras , : achat 'de fleurs, de pét.ards, de présents, l'usa.ge v'eut qu'on liquide l'arriéré, qu'on paye ses dettes afin de repartir à zéro pour la radieuse année qui vient. Aussi l'on assite à des poursuites épiques, l'infortuné débiteur ne · sachant où se cacher. Ii n'a qu'un espoir: disparaître, se · rendre invisible, jusqu'au ,premier jour du premier mois. Ii ne sera pa,s ~itte, certes, mais il aura gagné un' répit qui durera jusqu'à; la Fête' du Dragon, c'est toujours autant de gagné. A ' l'aube 'pu ,trentième jour, on respire. Les débiteurs réapl jlraisseht et la joie écIate partout; On ' colle sur les n'lurs des' sentenées de bonheur sur papier rouge et, comme il faut tout de même penser à soi, on exprime du mieux possible ses voeux : fortune, descendance ' mâle, ,et, si l'on est fonctionnaire; avancement. 'Tous lés 'membres de la fa~ mllIe sont 'assemblés. Certains venu,s de.- fort ·loin pour prendre. part à la fète. On cuisine éperdûment, on fait des proVisions, car durant trois jours tout, travail cessera : les génies doivent, eux aussi, profiter du , congé annuel. N'esSayeZ pas de demander à votre boy, à votre hama (servante) quoi. que ce soit, le jo.ur de l'an es.t sacré. Les adieux à la dernière Lune que les choses demeurent en ·l'état. Un pays qu~ va vivre sa véritable jeunesse, Un pays qui s 'éveille d'un songe de trois mllle années n'a pas besoin de tant de haltes stériles. Il no~s faudra dire adieu à cette viellIe Chine, que certa, ins voulaient. « immuable ,et inchangée ». Elle est b i e n morte. Le dernier dragon en papier, la dernière lanterne décorée s'en vont en fumée et les « Fils du Ciel . regardent désormais vers un a venir de lumière. On a surtout « èssayé » de s'amuser A huit heures bien sagement, toute la famille est ,partie au cinéma, en sortant chacun a bu un petit apéritif et bébé la grenadine réglementaire. ensuite le retour à la maison s'est passé ma foi, sans. grand enthousiasme. Imaginez 0e que montre le Père Noël Beaucoup de volailles, peu d'acheteurs A minuit ou une heure du matiJ?-, on a commencé le .: réveillon alimentaire , avec quelques extras en foie gras, huîtres ou escargots, une bonne bouteille, un café et une fine. A trois heures du matin, les lumières étaient .Heines, chacun dormait. Une petite chanson par-cl parlà a bien tenté, avec beaucoup de bonne volonté, de créer « fambiance , mais elle s'arrêtait au milieu d'un silence, révélateur, trahissant les préoccupations des convives. Noëls de guerre Car on peut féter Noël ; lorsque toute la famille ut réunie on se rend bien souvent compte qu'il y a une place de vide: celle du fils, du père, de la maman, mort en déportation ou quelque part sur le front, au cours d'une même nuit de Noël, d'un Nqël de guerre où nous avions nos préoccupations, nos misères, n"" souffrances. D'une .pe ces nuits de réveillon de 1942 ou 1943 alors que la neige' tombait, qu'un immense linceul blan~ recouvrait le monde , taché en maints endroits du sang de nos martyrs, de nos héros .. Noël de confiance Cette fois, nous n'avons pas pensé à l'alerte qui pouvait ,survenir, à la fusillade du lendemaïn matin, mais nous avons réfléchi à l'avenir, c'était plus fort que nous. L'avenir immédiat, celui de demain. de la semaine prochaine. parce que les dépenses avaient été trop importantes et que l'on aurait bien des difficultés à « boucler

le mois; l'avenir plus lointain,

avec son ciel chargé de nouvelles menaces, mais que l'on envisage quand même avec confiance, parce que les gens honnêtes, sincères, tous ceux qui travaillent et qui peinent sont les plus forts et qu'ils peuvent, maintenant, empêcher un nouveau massacre. Parce que l'on sait bien qu'il y • encore des Dachau et des Buchenwald en Irak, mais on sait aussi qu'il y a tout un monde qui se crée, qui relève ses ruines et construit un avenir meilleur pour tous. Noël q,uand même Ce Noël de 1949, il était plus triste, bien plus triste que les Noëls de 1944 ou 11145, où l'enthousiasme et la joie d'avoir recouvré une liberté qui nous est si chère dominaient toutes nos préoccupations, nous avions réUSSI à oublier, vingt-quatre heures seulement, nos malheurs et nos misères. Mais aujourd'hui, malheurs et misères ont été les plus forts, ils ont jeté un voile gris sur notre joie. Malgré tout teci, Noël a quand. même été Noël, on l'a fêté à tout prix et personnellement je préfère mon petit réveillon familial, bien sage et bien tranquille à celui des. noceurs qui sont revenus bras-dessus, bras-dessous, incapables de suivre le trottoir trop étroit pour eux. Et puis j'ai quand. même un avantage: je n'ai pas mal au foie! Pierre DEUTU: POUR CINQ MILLE NOUVEAUX .- ABONNES A _c, D. ·L. " AU TABLEAU /J'HONNEUR Le M.R.A.P. - Montreuil a atteint son obiectif (50 abonnements) dont 32 recuellis Dar M. Badower ... ... et ce n'est Das ·tout ! .. " Voic quelques-uns des derniers résultats de la campagne d'abonnement, à D.L., qui nous sont parvenus. Dès que vous avez recueilli des abonnements, venez nous en rendre compte, ou écrivez-nous, ou mème téléphonez au journal, pour que nos informations reflètent exactement, chaque semaine, l'actualité.

Notes

<references />

Format JPEG