Droit et Liberté n°455 - octobre 1986

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°455 de octobre 1986
    • Vers l'asemblée générale
    • Tsiganes et gens du voyage: un été trop chaud par Jean-Bertrand Bary
    • Terrorisme: un appel du MRAP
    • Le MRAP a dit
    • Immigration: après le vote de la loi Pasqua: notre solidarité doit répondre à une situation nouvelle par Dominique Lahalle
    • Une déclaration du Bureau National
    • La nouvelle législation sur l'entrée et le séjour des étrangers
    • Questionnaire: des luttes, des structures, des journaux: questions pour une A.G.
      • Un MRAP plus efficace dans ses luttes
      • Décentralisation, structures et développement local du MRAP
      • Une initiative de popularisation du MRAP: les foulées multicolores
    • Différences et Droit et Liberté

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

droit et liberté MENSUEL DU MOUVEMENT CON,TRE LE RACISME~ ET POUR L'AMITIÉ ENTRE LES PEUPLES . • • ... No 455 OCTOBRE 1986·8F VERS L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE C'est la rentrée. Au MRAP s'est ouverte une période d'intense réflexion, car l'Assemblée Générale est le moment de l'année où nous tâchons d'interrompre le cours de l'action quotidienne, d'échapper au stress de l'actualité, aux urgences des cas individuels, pour essayer de prendre du recul, de réfléchir sur notre action, de l'apprécier, de la critiquer, de la confronter à ce qu'elle aurait dû être dans l'idéal pour répondre aux exigences du moment. Exercice particulièrement difficile mais nécessaire, alors que les évènements se bousculent à un rythme tel qu'il faudrait plus que jamais un mouvement anti raci ste détermi né, porteur, imagi natif pour organiser une riposte conséquente. Le choc conjugué de l'idéologie sécuritaire et de l a vague de vi 0 l ence qui a endeuill é Pari s créent les conditions d'une dérive raciste dont nous mesurons le danger. Plus que jamais, il nous appartient de sauvegarder les valeurs essentielles de la démocratie, de refuser les amalgames simplistes entre les évènements survenus et certaines ethnies, certaines nationalités ou certaines religions. Plus que jamais, il nous faut répéter que le désir légitime de préserver des vies innocentes ne saurait légitimer la violation des droits et libertés que possède toute personne humaine, et ne saurait légitimer non plus le fait de désigner à la vindicte publique certaines catégories d'hommes ou certains peuples dont la plupart sont innocents eux-aussi. Ces évènements survi ennent à poi nt nommé pour faire accepter par l'opinion les nouvelles réformes concernant les immigrés dont l'immense majorité est pourtant parfaitement étrangère au phénomène terroriste, mais voit se renforcer les contrôles discriminatoires auxquels elle est soumise, se multiplier les expulsions suivant une procédure sommaire, verrouiller le droit d'asile et se trouve donc désignée devant l'opinion de manière insistante comme responsable de l'insécurité que ressent la population. La tâche du MRAP n'en est pas facilitée, mais au contraire il est plus que jamais nécessaire de se (suite p. 16) ISSN 0012·6411 UN ÉTÉ POUR LES GENS DU VOYAGE (page2) Assemblée générale (18-19 OCTOBRE) : lES MODALITÉS (page4) UN QUESTIONNAIRE {pages 1i à 16} LA NOUVELLE LÉGISLA TlON SUR L'ENTRÉE ET LE SÉJOUR DES ÉTRANGERS EN FRANCE Le texte définitif (pages 6 à 11) TSIGANES ET GENS DU VOYAGE--------- Un été trop chaud Beaucoup de Gens du Voyage - dans une proportion difficile à bien préciser - sont quasi-sédentarisés, en bonne partie par la force des choses: carence de lieux de stationnement, obligations du travail et de l'école. Mais ils gardent au coeur l'amour de leurs tradi tions, et en premier lieu de la tradition du Voyage. Nombreux sont ceux qui reprennent la route pendant les mois d'été, mais pas seulement pour se dorer au soleil: ils continuent le travail, principalement les marchands forains (d'autres vont faire les cueillettes de fruits, puis les vendanges), tout en changeant d'horizon et en renouant des liens familiaux aux quatre coins de la France. Port-de-Bouc, le 31 juillet Le rejet du "nomade", du "gi tan" est tellement inviscéré et étayé de robustes préjugés! Etre "sédentarisés" ne les fait pas échapper à nos vieux réflexes. et l'été a été chaud pour les Gitans de Port-de-Bouc, le 31 juillet. Le mieux est de publ ier ICI le communiqué du comi té local de Martigues, à la sui te d'une conférence de presse: "Lundi 18 août à 18 heures, le MRAP et les amis de la famille des victimes ont tenu une conférence de presse à propos de la tuerie du Bar de la Gare à Port-de-Bouc le 30 juillet 19B6. Des éléments ont été apportés qui démentent la thèse selon laque Ile il se serait agi d'une affaire de banditisme. En effet, les principales victimes (3 morts et 2 blessés graves) sont des Gi tans venus régler à l'amiable un incident survenu 2 heures plus tôt entre un jeune de la famille et le gérant du bar. S'ils étaient venus armés et avec l'intention de tuer, ils ne se seraient pas fait descendre comme des lapins (certains ont été touchés dans le dos à plus de 30 mètres du bar, alors qu'ils fuyaient). De plus, ils ne seraient certainement pas venus accompagnés d'un enfant (miraculeusement indemne). L'autre objectif de cette conférence de presse était de désarmorcer l'escalade de violence raciste anti-gitan qui s'était développée depuis cette affaire. La famille victime de la tuerie est une famille d'honnêtes travailleurs vivant à Port-de-Bouc depuis plus de 30 ans. Le MRAP met d'ailleurs en garde contre les agissements d'une petite minorité raciste et fascisante liée au Front National (auquel appartenaient les tueurs) qui cherche à créer des incidents et développe la haine à l'encontre de la communauté gitane {inscriptions "mort aux gi tans", etc.)". Au cours de cette conférence, on s'est interrogé aussi sur l' attitude de la police. Pourquoi le bouclage par les C.R.S. des deux ci tés habitées par les Gitans, et les perquisitions au domicile ... des victimes? Cette opération n'a pas été sans accréditer la thèse du banditisme, et donner corps à la rumeur. Retour à Mont-de-Marsan Nous avions signalé rapidement (D.L. Juin) "la rafale irraisonnée", dans la nui t du 15 mars, qui avait failli tuer un enfant dans une caravane. "Irraisonnée", peut-être - préméditée, à coup sûr, puisque huit jours avant, il y -2- avai t déjà eu expédition nocturne et coups de feu. L'affaire a été jugée. Aux trois inculpés qui prétendaient que les Gitans faisaient du racket, et que la Justice ne faisait rien, le Procureur a répliqué: "Il s'agit d'un acte de racisme caractérisé"; la double expédi tion prouve qu'il ne s'agit pas d'un coup de tête. Il requiert et obtient des peines de prison. (On a beau, au MRAP, ne pas être de ceux qui crient à "l'oeil pour oeil, dent pour dent") avec le responsable du comité de Dax, nous nous félicitons que "procureur et juge aient gardé la tête froide". Travailler /'image de marque Quand on apprend, à la sui te d'un Séminaire de la très sérieuse ENA, que 75 % des Français refuseraient d'habiter à proximité d'un terrain de "nomades" ceux-ci battant en cote d' impopulari té les immigrés (en seconde position avec. 64 %) - on peut considérer que la lutte antiraciste, dans ce secteur _ conjointement avec les Tsiganes et leurs associations est de travai 11er dans le sens d'un souhai t du "rapport Menga": "obteni r une évolution positive de l'image que se fait l'opinion publ ique des nomades en généraL •. " Et l'on peut, ici, féliciter journalistes ou cinéastes qui écrivent ou produi sent dans ce sens. Ainsi, dans "Le Monde" du 4 septembre, à l'occasion du Pélerinage annuel de Voyageurs catholiques à Lourdes, Erich Inciyan, qui a voulu partager quelque temps la vie d'une de ces familles: "Sous leurs couleurs de fête, les pélerinages tsiganes ont souvent une allure de calvaire". Le 13 septembre, à TF.1, le film "Julien Fontanes, magistrat: Jamais rien à Coudoeuvre". Jamais rien ... si, des roulottes ... et des vols ••. et, bien sûr, le lien fai t entre les deux par la rumeur villageoise. Des Gitans présentés sympathiquement, un Maire-adjoint et un Officier de gendarmerie qui prennent leur défense! •.. Puisse cette fiction romanesque devenir réalité! Avec notre contribution! Jean-Bertrand BARY OERROR$ME------------------------- Un appel du MRAP Nous, signataires de cet appel, exprimons notre horreur et notre indignation devant l'es attentats meurtriers qui se multiplient en France. Aucune cause avouable ne peut justifier ces actes de tlTrorisme aveugle qui tuent, blessent et mutilent des innocents. Leurs conséquences tragiques créent un climat lourd d'inquiétudes et de tensions, dont se nourrissent la xénophobie et le racisme. C'est ainsi que se manifestent dans une partie non négligeable de l'opinion de déplorables amalgames qui tendent à mettre en cause non pas les exécutants et les responsables du terrorisme, mais, dans leur entier, des entités "raciales" ou ethniques (Arabes) , nationales (Libanais, Palestiniens) ou religieuses (Musulmans). Nous voulons, d'ans la diversité de nos convictions et de nos appartenances, appeler chacun, en ces circonstances graves, à une réflexion sans a-priori, à la défense des valeurs humaines et républicaines, au courage de maîtriser les passions nées de la peur. "Il convient d'extirper l'idée fausse qui consiste ( .•• ) à associer le terrorisme et le monde arabe", les attentats étant le fait de "groupuscules dont nul ne peut définir tr~s exactement l'origine, ni les intérêts, ni ceux qui les manipulent". Nous souhaitons que ce constat fait récemment à Alger par le Premier Ministre inspire à Paris l'action gouvernementale et le discours des responsables politiques, alors qu'il est si important d'éviter les dérives chauvines, racistes et fascisantes. Le terrorisme en France a des sources diverses. Il est notamment pratiqué par l'extrême-droite raciste. Au Proche-Orient, les injustices et les frustrations ressenties par des peuples dont les aspirations sont bafouées, alimentent les réactions haineuses et désespérées, que des forces mal connues détournent vers des opérations criminelles, aussi sanglantes que préjudiciables aux intérêts de ces peuples • • Ce n'est pas en frappant d'arbitraire la population d'origine étrangère, en maltraitant des personnes pendant leur garde à vue, en expulsant des immigrés ou des réfugiés sur qui ne pèse aucune charge, que l'on mettra fin à l'intolérable menace des tueurs. Pas davantage en flattant des préjugés xénophobes déjà trop implantés, ni en incitant à la délation, ni en favorisant le repli sur soi, ce qui ne peut conduire qu'à l'abandon par les citoyens de leurs responsabilités dans la vie civique. De même, les représailles militaires, qui font elles aussi des victimes innocentes, loin de suspendre l'escalade des violences, lui donnent de nouveaux prétextes et risquent de dégénérer en de dangereux conflits internatio~aux; les Etats qui encouragent le terrorisme clandestin et ceux qui le pratiquent eux-mêmes ouvertement sont également condamnables. Nous demandons que l'ensemble de ces données soient prises en compte par les Pouvoirs publics pour mettre en oeuvre avec résolution, lucidité et réalisme tous les moyens propres à arrêter la montée des périls et obtenir en particulier la libération des otages détenus au Liban. Nous demandons que la France, en toute indépendance, agisse hardiment pour une paix juste au f' roche-Orient et soutienne les peuples opprimés en lutte pour la reconnaissance de leur identité et de leurs droits. Droit et liberté, octobre 1986 -3- Ceux qui approuvent cet appel sont invités à le faire savoir au MRAP 89 rue Oberka.pf. 75543 PARIS CEDEX Il. Tél. (1) 48.06.88.00 L'assemblée générale des 18 et 19 octobre à Limoges l'Asse.blée Générale au niveau national se tiendra dans le cadre du 3e Festival de la Francophonie à li.oges. les élé.ents Qui sui vent co.plètent ceux déjà parus dans Droit et liberté de septe.bre. ORDRE DU JOUR. Sa.edi 18 octobre: 9h à 9h.30 : accueil des participants 9h.30 à 12h.30: Ouverture Rapport introducti f par A. Lévy, Secrétaire Général du MRAP Rapport tlnanCler par Marie-Christine Lucas, trésorière du MRAP Début de la discussion sur ces deux rapports 12h.30: repas 14 h à 17h.30: reprise de la discussion sur les deux rapports 18h.00: conférence de presse et pot de l'amitié 19h .00: repas 20h.30: soirée. Choix d'un des 4 spectacles donnés à Limoges par les participants au Festival de la Francophonie. (Droit d'entrée: 55 Frs). BULLETIN D'INSCRIPTION INDIVIDUEL (2) DEPARTEMENT : ...........................•.. NOM : PRENOM : ............................................. . ADRESSE : .....•......•.......•........................ Heure d'arrivée à la gare de Limoges-Bénédictins: Chambre à l lit (1) Chambre à 2 lits Chambre à 3 lits F. NUITEES Nuit du 17 au 18 (40F) * oui/non · ..... Nuit du 18 au 19 (40F) * oui/non · ..... Location des draps ( 15F) * oui/non · ..... Samedi matin ( 12F) * oui/non · ..... Samedi midi (40F) * oui/non · ..... REPAS Samedi soir (40F) * oui/non · ..... Dimanche matin ( 12F) * oui/non · ..... Dimanche midi (40F) * oui/non · ..... TOTAL Chèque de ........... F à l'ordre du MRAP

  • Rayer la mention inutile

( 1) Mettre une croi x dans l a case correspondante. Le pri x est unique quel que soit le type de chambre choisi. (2) Ce bulletin est à joindre à celui paru dans D&L de septembre. Retourner le tout au slege du MRAP, avec le règlement correspondant, 89 rue Oberkampf, 75543 PARIS CEDEX 11 - Tél. (1) 48._0_6_.8_8_._0_0_ ______________________________- J Di.anche 19 octobre: 9h.00: travail par Commissions 12 h • 30: r e p as 14h.00: mise en commun 17h.00: conclusion. COMMISSIONS Le questionnaire publié aux pages 12 à 16 servira de base au travail en carrefours qui seront ! donc au nombre de quatre: - Un MRAP plus efficace dans ses luttes. - Décentralisation, structures et 1 développement local du MRAP. - Une initiative de popularisation du MRAP: les foulées multicolores. - "Différences" et "Oro i t et Liberté". INSCRIPTION Il est demandé aux retardataires qui ne se seraient pas encore inscrits, de le faire avant le 10 octobre. Pour permettre une meilleure préparation et fac il i ter la tâche du comité local de Limoges. tous les participants à l'A.G. doivent re.plir le bulletin ci-joint ainsi Que celui paru dans D&l de septe.bre et les renvoyer avant le 10 octobre au siège acco.pagnés du règle.ent financier correspondant. VOYAGE Les adhérents du MRAP du Nord et de l'Est qui voudraient bénéficier du billet de groupe de la région Ile - de-France sont priés de se faire connaître au plus tôt au , siège. Départ le vendredi 17 octobre à 19h.02. Retour le dimanche 19 octobre à 22h.32. A tous les participants à l'A.G. qui viendront par le train. prière d' indiquer leurs jour et heure d'arrivée. Une permanence d'accueil sera en effet assurée en gare de Limoges-Bénédictins. 1 -- CE QUE FAIT MRAP-SOLIDAR/TÉ Pour répondre aux demandes fréquemment exprimées d'un soutien plus efficace aux victimes des crimes racistes et sécuritaires, MRAP-Solidarité annonce la création d'un Fonds National de solidarité dont la vocation sera d'apporter aux vic t i mes un soutien financier sous for.e de secours d'urgence. Les fonds disponibles, qui proviendront des dividuelles, de contributions inlegs, de dons ••• d'après les propocommission chargée dossiers qui lui seront utilisés sitions d'une d'examiner les seront soumis rapide.ent. et qui y répondra Après avoir envoyé plusieurs centaines de kilogrammes de médicaments, des jeux, du matér iel dans les camps de réfugiés sud-africains MRAP-Solidarité persiste et signe: 40 tonnes de .atériel dont une dizaine de tentes de 35 .2 partiront le mois prochain pour les ca.ps de réfugiés de la SWAPO à Luanda et pour les ca.ps de l'ANe en Tanzanie. B,ien sûr, MRAP-Solidari té continue sa campagne de collecte de .édica.ents et d'argent destinés aux enfants victimes de l'apartheid. MRAP-Solidari té tiendra son Assemblée Générale le 11 octobre 1986 à 10 heures au siège du MRAP, 89 rue Oberkampf. Des bulletins d'adhésion et les textes correspondants aux actions ci-dessus sont disponibles sur simple demande. Merci de joindre 3 timbres à 2,20 Frs pour la réponse. Offres de service et dons à MRAP-Solidarité 89 rue Oberkampf 75543 PARIS CEDEX 11 CCP 12.869.86 D PARIS Droit et liberté, octobre 1986 LeMRAP a dit A plusieurs reprises, ces derniers temps, le MRAP est intervenu auprès de l'opinion et des Pouvoirs publics. Faute de place, nous n'avions pu vous le signaler dans le numéro de septembre. Ainsi, les 19 et 26 août, après la mort à Toulon de quatre personnes qui s'apprêtaient à poser une bombe, le MRAP soulignait que de nombreux attentats racistes avaient déjà eu lieu dans cette vi Ile, et demandait la dissolution de l'association SOS-France, à laquelle appartenaient les quatre personnes. Une délégation est intervenue auprès du Premier Ministre, du ministre de l'Intérieur et du secrétaire d'Etat aux Droits de l' Homme pour renouveler cette requête. Le 4 septembre, apprenant que deux militants de l'ANC allaient être pendus par le régime de Pretoria, le MRAP a alerté l'opinion publique, demandant que soient envoyés des télégrammes de protestation à l'ambassade de Républ ique Sud-Africaine à Paris, et appelant à un rassemblement devant celle-ci. Le 7 septembre, après l'attentat perpétré contre la synagogue d'Istanbul, le MRAP notait que "l'ignoble tuerie antijuive d'Istanbul traduit une fois de plus les conceptions racistes qui étendent et détournent en affronte.ents religieux les conflits poli tiques du Proche-Orient". Le 9 septembre, une délégation du MRAP déposait une gerbe de fleurs au Memorial du Martyr Juif Inconnu à Paris, et participait à la manifestation prévue le même jour. Le 12 septembre, enfin, le MRAP envoyait à Charles Pasqua, ministre de l'Intérieur, un télégramme de protestation contre l'arrestation et la rétention arbitraire d'étrangers sur qui ne pesait aucune charge, dans le cadre de l'enquête sur le terrorisme. Dans cette période difficile, une note toutefois d'amitié et de solidarité, le télégramme de soutien envoyé au FLNKS en Nouvelle- Calédonie, à l'occasion de son congrès. Les nouveaux matériels du MRAP Trois rentrée dans Un nouveau nouveautés pour la le matériel du MRAP. badge, "Nationalité immigré", pour manifester son soutien aux immigrés particulièrement visés par les nouvelles lois des ministères de l'Intérieur et de la Justice. (Prix public: la Frs, C.L.: 6 Frs). Des briquets, imprimés MRAP et Oifférences (Prix public: la Frs, C.L.: 8 Frs), et la nouvelle pochette consacrée au nazisme, avec les signatures prestigieuses de Gilbert Badia ("Comment cela fut-il possible?") Roger Bourderon ("L'idéologie nazie"), Lucie Aubrac ("La Résistance en France occupée"), -5- Charles Palant ("Les camps"), Pierre-Alain Gourion ("L'affaire Barbie"), Bruno Ryterband ("L' affaire Faurisson"). Prix public: 40 Frs; C.L.: 35 Frs . Signalons enfin que le numéro d'octobre de Différences, outre des articles d'actualité consacrés au racisme et au terrorisme, propose un dossier sur la jeunesse japonaise, une réflexion sur l'identité (Bernard Lorreyte), un reportage sur les Tsiganes, une interview de Bertrand Tavernier pour son film "Autour de minuit", et toute l'actualité interculturelle (le numéro: 20 Frs, abonnement: 200 Frs pour un an). IMMm~nON------------------------- Après le vote de la loi Pasqua Notre solidarité doit répondre à une situation nouvelle La grève de la faim de Nasser Zaîr et de Dj ida Tazdaît et l' action des mouvements et associations de solidarité avec les immigrés n'ont pas été vaines: certaines des dispositions les plus négatives des projets du gouvernement ont été abandonnées ou amendées. Cependant, la législation nouvelle qui va être mise en application (voir le Dossier publ ié en pages 7 à 10 de ce bulletin) entraînera une si tuation critique et parfois dramatique pour un trop grand nombre d'immigrés. Deux traits caractéristiques de la nouvelle législation sont particulièrement graves: - le caractère imprécis des critères permettant à l'administration de prendre des décisions arbi traires, - le caractère immédiatement exécutoire des décisions permettant une expulsion ou une reconduite à la frontière, sans qu'aucun temps ne soit laissé à l'intéressé pour se faire assister et faire valoir ses droits. Ce n'est pas le renvoi massif des immigrés qui est le plus à craindre Il est peu probable que, dans le contexte politique actuel, le gouvernement décide un "renvoi massi fIl des immigrés car cela risquerai t de susciter des remous au sein même de sa majorité, et il n'en a pas besoin! Ce qui est le plus à craindre - et en fait c'est déjà commencé! - c'est que l'on assiste à la multiplication des cas individuels de refus de titre de séjour, de refus de regroupement fami li al et de reconduites à la frontière. La défense des immigrés qUI seront ainsi victimes de la nouvelle législation sera d'autant plus difficile à assurer que l'on restera le plus souvent dans l'ignorance des cas ou que l'on en sera informé trop tard. Il est donc nécessaire que nous nous organisions pour prévenir à temps l'exécution de ces décisions arbitraires et parfois à la limite de l'illégalité. L'antiracisme ne consiste pas seulement à condamner en paroles le racisme des autres. Il faut aussi agir pour empêcher une utilisation raciste d'une législation xénophobe et ne pas être complice, par sa passivité, d'un racisme d'Etat. Organiser sur le plan local le soutien des immigrés menacés Il est évident que le MRAP ne pourra pas, seul, faire échec aux conséquences les plus négatives de la nouvelle législation; il faut organiser, sur le plan local et départemental, un "front uni" de défense des droits des immigrés. Un instrument existe, sur le plan national, c'est le "réseau" consti tué grâce à la collaboration permanente de dix associations, organisations ou mouvements: Accueil et Promotion, le CAlF, le Collectif Femmes Immigrées, le ClEMI, le CLAP, la FAST!, le GISTI, le MRAP, la Pastorale des Migrants et le Syndicat des Avocats de France. Outre l'information réci proque, le réseau a pour but d' épauler les associations pour qu'elles puissent venir efficacement en aide à ceux à qui l'on refuse abusivement un titre de séjour ou le regroupement familial et qu'on menace du même coup d'une reconduite à la frontière. La si tuation du mouvement associatif n'est pas la même dans toutes les villes et les associations qui ont constitué à Paris le "réseau" n'existent pas partout, mais il est possible d'organiser partout, avec des partenaires en partie différents, un soutien effectif des immigrés en difficultés: l'objectif à atteindre est que, dans chaque ville où se trouvent en grand nombre des immigrés, une permanence d'accueil soit ouverte, grâce à la collaboration (et non la concurrence) des associations; ils doivent pouvoir y trouver une information sur leurs droits et une aide pour les démarches qu'ils ont à faire (il ne faut pas manquer de les accompagner, dans certains cas difficiles, car la seule présence d'un témoin averti empêchera souvent l'administration d'agir d'une façon trop arbitraire). Il sera ainsi possible d'organiser, si nécessaire, leur défense juridique, voire une action collective publique pour faire connaître leur situation et épauler ai ns i d'un e façon souvent très efficace l'action entreprise sur le pl an juridique. Partout où de telles permanences n'existent pas, les comités locaux du MRAP doivent prendre l'initiative de proposer aux partenaires possibles de les organiser en commun; là où elles existent déjà, les militants du MRAP doivent rejoindre ceux qui en ont pris l'initiative pour que, grâce à l'addition de toutes les forces, l'action pour faire obstacle aux applications les plus injustes de la loi puisse être couronnée de succès. Do.inique LA HALLE Une déclaration du Bureau national A sa réunion du 6 septelbre 1986, le Bureau National du MRAP a adopté la déclaration suivante: Multiplication des contrôles d'identité, refoulements, reconduites à la frontière et expulsions sous le signe de l'arbitraire; associations sous surveillance: tels sont, pour la population d'origine immigrée, les effets immédiats des lois sécuritaires et de celle relative aux étrangers, qui entrent désormais en application. Elles s'inscri vent dans un cl imat d' inquiétude, de méfiance et de tension, marqué par les amalgames délibérés entre immigration, clandestinité, délinquance et terrorisme. De plus, on annonce une prochaine mise en cause du Code de la nationalité. Par ailleurs, le gouvernement n'a toujours pas dissous l'organisation "SOS-France", qui a pour raison sociale la provocation au racisme, et dont quatre responsables ont sauté à Toulon avec les explosifs qu' i ls destinaient à des attentats. Qu'attend- on pour mettre hors d'état de nuire ceux qui s'en réclament ou partagent son idéologie? Plus que jamais, le MRAP, sa Permanence juridique, ses comi tés locaux s'engagent à défendre les droits des immigrés comme de toutes les minorités, à combattre avec vigueur les di s- 1 criminations, la haine et la violence, à exiger le châtiment des auteurs de crimes racistes trop souvent impunis. Plus que jamais, il est du devoir de chacun de se joindre à son dction. Qu'on ne s'y trompe pas. Nous sommes tous concernés quand une partie de la popul ation se trouve ainsi mise à l'index et menacée. En désignant à l'opinion des boucs émissaires, on s'efforce de la détourner d'une connaissance lucide des problèmes actuels de notre société. L'état d' espri t sécuritaire, systémati quement entretenu, est lourd d'injustices et de bavures, dangereuses pour tous. La démocratie est indivisible. Quelles que soient nos origines ou nos attaches, nous sommes tous solidaires! La nouvelle législation sur l'entrée et le séjour des étrangers Droit et Liberté présente, dans ce dossier, sous une forme résumée et facile à utiliser, un tableau commenté de la législation relative à l'entrée et au séjour des étrangers (ordonnance du 2 novembre 1945) après la promulgation de la loi du 9 septembre 1986, di te Loi Pasqua. le (( mode d'emploi )) On y trouvera l'enselble des dispositions légales telles qu'elles résultent du texte initial et des différentes modifications qui y ont été apportées notamment en 1981, 1984 et 1986. Pour la commodité de la lectu- Droit et liberté, octobre 1986 re, les textes de présentation et les résumés son t imprimés en caractères maigres, tandis que les extraits du texte officiel sont imprimés en caract ères gras. Les indications entre parenthèses indiquent les articles de l'ordonnance ou éventuellement des lois et décrets complémentaires. Lorsqu'il Y a lieu, l'indication de l'année où un article a été modifié est donnée par l'abréviation : modo suivie du millésime. Abréviation: 0 ordonnance; L loi; D décret; A arrêté; C circulaire. Le texte de nos commentaires volontairement réduits au minimum indispensable, est imprimé sur fond -7- teinté bleu clair. l'entrée en France L'entrée en France découle du principe de droit international de libre circulation des étrangers, en temps de paix, celle-ci étant ordinairement limitée à trois mois. L'étranger doit être muni: 1 ° des doculents et visas exigés par les conventions internationales et les règlelents en vigueur (art. 5 10): passeport avec visa. sauf convention de réc iproci té. A ti tre tempof'aire, compte tenu d'une situation exceptionnelle, l'obliga tion du visa délivré par le Consulat de France a été rétablie par le Gouvernement Chirac pour prévenir le terrorisme. 2° Sous réserve des conventions La décision de refus d'entrée internationales, des doculents pré- est illédiatelent exécutoire sauf vus par décret en Conseil d'Etat et si l'autorité consulaire delande un relatifs d'une part, à l'objet et aux conditions de son séjour et, d'autre part, s'il y a lieu, à ses loyens d'existence et aux garanties de son rapatrielent (art. 5 2° lod. 86) • Justification du séjour touristique ou du voyage professionnel. Certificat d'hébergement signé par l'accueillant et visé par le Maire (0 27.5.82, art. 2). Moyens d'existence? En l'absence d'un décret d'application, cette disposition permet les interprétations les plus arbitraires. Garanties de rapatriement: billet de retour ou attestation bancaire (0 27.5.82, art. 5 et 6). 30 Des doculents nécessaires à l'exercice d'une activité professionnelle s'il se propose d'en exercer une (art. 5 30). L'immigration économique est suspendue par décision gouvernementale, mais non interdi te par la loi. ~as particuliers. Les visas ne sont pas exigés pour les ressortissants des pays de la C.E.E. et les Suisses . Les documents exigés en 2° et 3° ne le sont pas - pour les ressortissants C.E.E. et les Suisses - pour les membres de la fami lIe d'un étranger résidant en France et venus le rejoindre au titre du regroupement familial (0 22.05.- 82, art. g). Pour les Maghrébins, le visa est remplacé par un dyptique. Exception L'accès au territoire français peut être refusé à tout étranger dont la présence constituerait une lenace pour l'ordre public ou qui fai t l'objet soit d'une interdiction du territoire, soit d'un arrêté d'expulsion (art. 5 Se alinéa lod. 81). Le refus d'entrée doit faire l'objet d'une décision écrite et motivée dont un double est remis à l'intéressé. Celui-ci doit être mis en mesure d'avertir sa famille, son consulat ou le conseil de son choix (art. 5 6° et 7° alinéas modo 81). sursis à exécution d'un jour franc. L'étranger auquel est opposé un refus d'entrée peut être uintenu dans des locaux ne relevant pas de l'adlinistration pénitentiaire pendant le telps stricte lent nécessaire à son départ, dans les conditions prévues à l'article 35bis (art. 5, dernier alinéa, lod. 86). Le caractère "immédiatement exécutoire" décidé par la loi du 9.09.86 est extrêmement dangereux. Il annule en fait les possibilités de recours en cas d'erreur de la police des frontières. L' intervention de l'autorité consulaire est en effet hypothétique et la famille ou le conseil choisi (par ex. une association) n'auront souvent pas le temps d'intervenir. Cette disposi tion risque d' avoir des conséquences graves quant à l'exercice du droit d'asile. le séjour temporaire Tous les étrangers ages de plus de 16 ans (attention: 16 ans et non 18, âge de la majorité civile) doivent posséder une carte de séjour pour pouvoir rester plus de trois mois après leur entrée en France (art. 6 et g). La demande de carte de séjour doi t être faite dans les 8 jours qui sui vent l'entrée en France ou, pour les mineurs qui y résidaient déjà, dans les 8 jours qui suivent l'anniversaire de leurs 15 ans (O. 30.05.45, art.3). Valent autorisation de séjour les récépissés de demande délivrés pour trois mois et renouvelables ou, en cas de sejour limité à quelques mois, une mention sur le passeport (0 30.06.45, art. 4, modo 84). Une carte de séjour temporaire, d'une durée de validité maximale de un an peut être délivrée - d'une façon générale aux étrangers autorisés à séjourner en France plus de trois mois et ne remplissant pas les conditions pour -8- obtenir une "carte de résident" (art. 10 et Il, modo 84), et notamment: - aux étrangers disposant de ressources suffisantes et qui prennent l'engagement de n'exercer en France aucune activité professionnelle ("visiteurs"), - aux étrangers disposant de ressources suffisantes et venus en France pour y sui vre des études ("étudiants" ), - aux étrangers venus exercer temporairement une activité professionnelle et qui en ont obtenu l'autorisation ("salarié"), - aux membres de la famille d'un étranger résidant en France autorisés à le rejoindre au ti tre du regroupement familial ("membre de famille") (art. 12, modo 84). Outre la justification de son état-civil et de sa situation économique, scolaire, professionnelle ou familiale, l'étranger qui demande une carte de séjour temporaire doit prouver qu'il est entré régulièrement en France (0 30.06.46 modo 84, art. 7 2°). Exception la carte de séjour telporaire peut être refusée à tout étranger dont la présence constitue une lenace pour l'ordre public (art. 12, lod. 84). Fin de séjour temporaire La carte de séjour temporaire peut être renouvelée, mais son renouvellement peut être refusé si les conditions qui ont permis son obtention ne sont plus remplies (0 30.05.46, modo 84, art. 5). L'étranger doit quitter la France à l'expiration de la durée de validité de sa carte à loins qu'il n'en obtienne le renouvellelent ou qu'il ne lui soit délivré une carte de résident (art. 11, lod. 84). L' insti tution de la carte de séjour temporaire date de la loi du 17.07.84 (auparavant, il y avait 3 types de cartes de séjour: 1, 3 et 10 ans et autant de types de cartes de travail). Elle accompagnait l' insti tut ion de la carte de rési dent de 10 ans renouvelable automatiquement. Pendant que cette dernière assurait une plus grande sécurité pour les immigrés reSl dents, elle soulignait le caractère préQaire du droit au séjour des étrangers venus plus récemment en France. La carte de résident renouvelable automatiquement La carte de valable pour dix renouvelée de plein .od. 84). résident est ans. Elle est droit (art. 16, Peuvent obtenir une carte dite "carte de résident" les étrangers qui justifient d'une résidence non interro .• pue, confor.e aux lois et régle.ents en vigueur, d'au .oins trois années en France. La décision d'accorder ou de refuser la carte de résident est prise en tenant co.pte des .oyens d'existence dont l' étanger peut faire état, par.i lesquels les condi tions de son acti vi té professionnelle et, le cas échéant, des faits qu'il peut invoquer à l'appui de son intention de s'établir durable.ent en France. La carte de résident peut être refusée à tout étranger dont la présence constitue une .enace pour l'ordre public (art. 14, .od. 84). Ces dispositions de la loi du 17.04.84 n'ont pas été modifiées par la loi Pasqua dans la mesure où ' elles donnaient déjà une grande marge d'appréciation permettant à l'administration de refuser la carte de résident aux étrangers titulaires d'une carte de séjour temporaire. L'attribution de plein droit de la carte de résident Sauf si la présence de l' étranger constitue une .enace pour l'ordre public, la carte de résident est délivrée de plein droi.t (art. 15, .od. 86). 1 ° Al' étranger urié depuis Droit et liberté, octobre 1986 au .oins un an, dont le conjoint est de nationaliti française, à la condition que la co •• unauté de vie des deux époux soit effective (art. 15, .od. 86). 2° A l'enfant étranger d'un ressortissant de nationalité française si cet enfant a .oins de vingt et un ans ou s'i.l e.s t à, la charge de ses parents alnsl qu aux ascendants d'un tel ressortissant et de son conjoint qui sont à sa charge (art. 15, .od. 84). 3° Al' étranger qui est père ou .ère d'un enfant français résidant en France, à la condition qu'il exerce .ê.e partielle.ent l' autori té parentale à l'égard de cet enfant ou qu'il subvienne effecti ve.ent à ses besoins (art. 15, .od. 86). 4° Al' étranger titulaire d'une rente d'accident du travail servie par un organis.e français et dont le taux d'incapacité per.anente est égal ou supérieur à 20 p. 100. 5° Au conjoint et aux enfants • ineurs de dix-huit ans d'un étranger titulaire de la carte de résident qui sont autorisés à séjourner en France au titre du regroupuent fa.ilial (art. 15, .od. 84). 6° A l'étranger ayant servi dans une uni té co.battante de l'ar.ée française. 7° Al' étranger ayànt effective. ent co.battu dans les rangs des forces françaises de l'intérieur, titulaire du certificat de dé.obilisation délivré par la co.. ission d'incorporation de ces forutions dans l' ar.ée régulière ou qui, quelle que soit la durée de son service dans ces .ê.es for.ations, a été blessé en co.battant l'enne.i. 8° A l'étranger qui a servi en France dans une unité co.battante d'une ar.ée alliée ou qui, résidant antérieure.ent en territoire français, a égale.ent co.battu dans les rangs d'une ar.ée alliée. go A l'étranger ayant servi dans la légion étrangère, co.ptant au .oins trois ans de services dans l'ar.ée française, titulaire du certificat de bonne conduite (art. 15, .od. 86). 10° A l'étranger qui a obtenu -9- le statut de réfugié politique. 11° A l'apatride justifiant de trois années de résidence en France (art. 15, .od. 84). 12° A l'étranger qui justifie par tous .oyens avoir sa résidence habituelle en France depuis qu'il a atteint au plus l'âge de dix ans ou en situation régulière depuis plus de dix ans et qui n'a pas été conda.né défini ti ve.ent pour cri.e ou délit à une peine au .oins égalè à six .ois d'e.prisonne.ent sans sursis ou un an avec sursis ou à plusieurs peines d'e.prisonne.ent au .oins égales, au total, à ces .ê.es durées (art. 15, .od. 86). En l'absence d'un nouveau décret d'application, on ignore si les étrangers répondant aux condi tions fixées par la loi devront en outre prouver qu'ils sont entrés régulièrement en France (0 30.06.- 46, modo 84, art. Il), ce qui semble contradictoire avec la for -: mulation légale: "La carte est délivrée de plein droit" . La nouvelle rédaction de l'article 15 appelle d'importantes réserves. 1° La notion d'ordre public, qui constitue désormais un préalable à l'attribution de plein droit de la carte de résident, est une notion très imprécise qui permet, en fait, des décisions tout à fait arbitraires (voir plus loin au chapitre "expulsions"). 2° Les restrictions apportées au droit des conjoints et parents de Français supposent une ingérence de l'administration dans la vie privée des couples. 3° La carte de résident pourra être refusée à des immigrés qui auront résidé et travaillé en France depuis plus de 10 ans, mais que les circonstances difficiles auront obligés à se trouver à certains moments "sans papiers" (travail noir). 4° La disposition qui prive de la carte de résident les étrangers, notamment les jeunes, qui ont au total été condamnés à un an avec sursis , manifeste d'un refus de favoriser leur bonne insertion. En IMMm~nON------------------------- ~récarisant leur situation, elle risque d'aggraver les causes de l'insécurité et de la délinquance. D'autre part, elle constitue une double pénalisation pour un même délit. Restriction la carte de résident d'un étranger qui aura quitté le territoire français pendant une période de plus de douze .ois consécutifs est péri.ée. la période .entionnée ci-dessus peut être prolongée si l'intéressé en a fait la deunde soit avant son départ de France, soit pendant son séjour à l'étranger (art. 18, .od. 86). La rédaction de cet article, différente de celle du projet de loi qui prévoyai t qu'après un an d'absence, le résident serait considéré comme un nouvel arrivant, signifie qu'il devra entreprendre de nouvelles démarches, mais n'interdi t pas qu'on lui attribue une nouvelle carte de résident. Les étrangers en situation irrégulière L'étranger qui est entré en France sans respecter la réglementation en vigueur et celui qui y est resté plus de trois mois sans ti tre de séjour est en situation irrégulière. l'étranger qui a pénétré ou séjourné en France sans se confor. er aux dispositions des articles 5 et 6 sera puni d'un e.prisonne.ent d'un .ois à un an et d'une a.ende de 2.000 F à 20.000 F. la juridiction pourra en outre interdire au conda.né, pendant une durée qui ne peut excéder trois ans, de pénétrer ou de séjourner sur le territoire français. l'interdiction du territoire e.porte de plein droit reconduite du conda.né à la frontière, le cas échéant à l'expiration de sa peine d' uprisonne. ent (art. 19, .od. 86). La nouvelle rédaction de cet article fait disparaître les dispositions, adoptées en 1981, qui garantissaient aux étrangers, condamnés parce qu'ils étaient en situation irrégulière, mais sans interdiction de séjour (par exemple parce qu'ils avaient été les victimes de trafiquants de main-d' oeuvre) l'obtention d'une autorisation provisoire de séjour, le temps de trouver un travail et un logement pour pouvoir être en situation régulière. De ce fait, un étranger qui n'aura pas été condamné à une interdiction de séjour risque fort de se retrouver en situation irrégulière à l'expiration de sa peine, passible d'une nouvelle condamnation avec récidive. Les régularisations. Les étrangers entrés irrégulièrement en France dont la si tuation a été régularisée par l'administration compétente sont en situation régulière, mais seul le temps de présence en France depuis leur régularisation compte pour l'obtëntion d'une carte de résident. La législation n' interdi t pas de nouvelles régularisations, mais dans les circonstances actuelles, elles sont pratiquement impossibles à obtenir. La reconduite à la frontière et les expulsions La législation distingue les recondui tes à la frontière et les expulsions. - La reconduite à la frontière es"t une mesure décidée par l' autori té préfectorale visant les étrangers en situation irrégulière. - L' expulsion est une mesure décidée par le ministre de l'Intérieur visant un étranger dont la présence est considérée comme menaçant l'ordre public. La reconduite à la frontière. le représentant de l'Etat dans le départe.ent et, à Paris, le préfet de police, peuvent, par arrêté .otivé, décider qu'un étran- -10- ger sera reconduit à la frontière dans les cas suivants: 1 ° Si l'étranger ne peut justi fier être entré régulière.ent sur le territoire français, à .oins que sa situation n'ait été régularisée postérieure.ent à son entrée. 2° Si l'étranger s'est .aintenu sur le territoire à l'expiration d'un délai de trois .ois à co.pter de son entrée en France sans être titulaire d'un pre.ier titre de séjour régulière.ent délivré. 3° Si l'étranger auquel le renouvelluent d'une carte de séjour te.poraire a été refusé s'est .aintenu sur le territoire au-delà d'un .ois à co.pter de la date de notification du refus. 4° Si l'étranger a fait l'objet d'une conda.nation défini ti ve pour contrefaçon, falsification, établisse.ent sous un autre no. que le sien ou défaut de titre de séjour. Dès notification de l'arrêté de reconduite à la frontière, l'étranger est i •• édiate.ent .is en .esure d'avertir un conseil, son consulat ou une personne de son choix. Si l'autorité consulaire le de.ande, la .esure de reconduite à la frontière ne peut être .ise à exécution avant l'expiration du délai d'un jour franc à co.pter de la notification de l'arrêté. Sans préjudice des dispositions de l'alinéa précédent, l'étranger qui a fait l'objet d'une .esure ad.inistrative de reconduite à la frontière et qui défère cet acte au tribunal ad.inistratif peut assortir son recours d'une de.ande de sursis à exécution (art. 22, .od. 86). Cet art. 22 constitue l'atteinte la plus grave aux droits acquis, en supprimant les garanties attachées à la procédure judiciaire. un ne discerne plus la nuance (maintenue dans la terminologie) entre reconduite à la frontière et expulsion: les deux procédures seront entre les mains de l'administration, avec suppression de la garantie (même insuffisante) qu'offraient le passage obligatoire devant un magistrat, et les possibilités de recours qui en dépendaient. La possibilité d'avertir un conseil, son consulat ou une personne de son choix n'est accompagnée d'aucun délai, ce qui rend son effet très hypothétique. Celle de déposer un recours devant le tribunal administratif n'entraîne pas automatiquement le sursis à exécution. Ces dispositions laissent prévoir de graves conséquences dans le cadre de contrôles systématiques visant particulièrement les étrangers tels qu'ils sont prévus dans la loi relative aux contrôles d'identité. L'expulsion. Sous réserve des dispositions . de l'article 25, l'expulsion peut être prononcée par arrêté du .inistre de l'Intérieur si la présence sur le territoire français d'un é~ranger constitue une .enace pour l'ordre public. L'arrêté d'expulsion peut, à tout .o.ent, être abrogé par le .inistre de l'Intérieur. Lorsque la dennde d'abrogation est présentée à l'expiration d'un délai de cinq ans à co.pter de l'exécution effective de l'arrêté d'expulsion, elle ne peut être rejetée qu'après avis de la co •• ission prévue à l'article 24, devant laquelle l'intéressé peut se faire représenter. Dans les départe.ents d'outre. er, l'expulsion peut être prononcée par le représentant de l'Etat. (art. 23, .od. 86). La seule différence fondamentale entre la rédaction nouvelle de cet article c'est que l'expulsion peut être prononcée si la présence d'un étranger constitue "une menace pour l'ordre public" alors que le texte antérieur (1981) précisait "une menace grave". La suppression du mot grave signifie qu'il pourra dorénavant suffire d'une menace légère! On voit clairement tous les risques d'interprétation abusive. L'article 24 modifié par la loi Pasqua précise les conditions Droit et liberté, octobre 1986 dans lesquelles peut être exercée une expulsion. L'étranger doit être entendu par une commission d'expulsion, mais l'avis donné par cette dernière n'a plus à être obligatoirement suivi par le Ministre. Etrangers ne pouvant faire l'objet d'un arrêté d'expulsion ni d'une reconduite à la frontière. 1 ° L'étranger .ineur de dixhuit ans, sauf si les personnes qui subviennent effecti ve.ent à ses besoins font elles-.ê.es l'objet d'une .esure d'expulsion ou de reconduite à la frontière et si aucune autre personne résidant régulière.ent en France n'est susceptible de subvenir à ses besoins; pour l'étranger .ineur de seize ans, l'avis de la co •• ission départuentale d'expulsion doit être confor.e. 2° L'étranger, .arié depuis au .oins un an, dont le conjoint est de nationalité français!!, à la condition que la co •• unauté de vie des deux époux soit effective. 30 L'étranger qui est père ou .ère d'un enfant français résidant en France, à la condition qu'il exerce, .ê.e partielle.ent, l'autori té parentale à l'égard de cet enfant ou qu'il subvienne effective. ent à ses besoins. 4° L'étranger qui justifie par tous .oyens avoir sa résidence habituelle en France depuis qu'il a atteint au plus l'âge de dix ans ou depuis plus de dix ans et qui n'a pas été conda.né définiti ve.ent pour cri.e ou délit à une peine au .oins égale à six .ois d' e.prisonne. ent sans sursis ou un an avec sursis ou à plusieurs peines d'e.prisonne. ent au .oins égales, au total, à ces .ê.es durées. 5° L'étranger titulaire d'une rente d'accident du travail servie par un organiue français et dont le taux d'incapacité per.anente et partielle est égal ou superieur à 20 % (art. 25, .od. 86). Expulsion en urgence absolue. En cas d'urgence absolue et par dérogation aux articles 23 à 25, l'expulsion peut être prononcée -11- lorsque la présence de l'étranger sur le territoire français constitue pour l'ordre public une .enace présentant un caractère de particulière gravi té. Cette procédure ne peut toutefois être appliquée aux .ineurs de dix-huit ans (art. 26, .od. 86). Le texte de 1981 réservait la procédure d'urgence absolue au cas où il s'agissait d'une "nécessité impérieuse pour la sûreté de l'Etat ou la sécurité publique". La nouvelle rédaction, plus extensive, laisse une grande latitude d'appréciation et donc d'arbitraire au. ministre de l'Intérieur. Droit et Liberté publiera dans son ,prochain numéro la suite de ce dossier: - le droit au regroupement familial - le droit au séjour des étudiants - le régime spécial des Algériens le régime des ressortissants de la C.E.E. Droit et Liberté 89 rue Oberka.pf, 15543 PARIS CEDEX Il Téléphone: 48.06.88.00 CCP 9 239-81 PARIS Directeur de la publication René Mazenod Maquette Véronique Mortaigne Secrétariat de rédaction Monique Khellaf Co.ité de Rédaction Bertrand Bary, Gérard Coulon, Claude Gavoille, Dominique Lahalle, René Mazenod, Claire Rodier. N° de Co •• ission paritaire: 61013 Imprimerie de Montligeon (61) Abonnement d'un an: 80 F QUESnONNAmE------------------------- Des luttes ... des structures.' .. des journaux ... QUESTIONS POUR UNE A.G. Plutôt qu'un rapport introductif, voici un questionnaire très détaillé qui peut servir de base à la réflexion individuelle et collective L'Assemblée Générale nationale du MRAP aura lieu à Limoges les 18 et 19 octobre 1986. Pour la préparer, le questionnai re ci après est proposé aux membres du Bureau National et aux militants des comi tés locaux. Sans être exhaustif, il peut servir de base à la réflexion individuelle et collective (A .G. locales et départementales) sur les su jets à l'ordre du jour, Les questions ont été classées en plusieurs chapitres mais la succession de ceux-ci n'a, en aucune façon . la signification d'une hiérarchie. Les réponses alimenteront sur place les débats pour aboutir à des conclusions aussi cohérentes et efficaces que possible, Mais le Secrétariat est intéressé à recevoir au plus vite des observations écrites. Outre leur utili té pour une bonne préparation de l'A G., elles aideront à l'élaboration d'un dossier à paraître en novembre dans Différences sur le thème : "Comment agir contre le racisme aujourd'hui? Un Mrap plus efficace dans ses luttes I.1. Le racisme, et particulièrement la xénophobie a pris de telles proportions qu'aujourd'hui nombre de partis organisations institutions Eglises inte~ - viennent pour le dénoncer. Comment définir les diverses stratégies et formes d action en présence? En quoi sont-elles complémentaires ou contradictoires? I.2. Quelle est et doi t être dans ce contexte la spécificité du MRAP? Comment peut-elle s ' affirmer? Duels objectifs se fixer à court, moyen et long terme dans le cadre des orientations fixées par notre dernier congrès (juin 1985)? I.3. En quoi la lutte contre le racisme xénophobe menée par le MRAP rencontre-t-elle les autres préoccu pations ( sécurité, égal i té, emploi, logement inserti on sociale, vie culturelle. ,, ) des immigré s et des jeunes issus de l'immigration? En quoi se différenclet - elle des activités de leurs associations et de -12- celles dites de solidarité"? Réciproquement, peut on penser que la lutte contre le racisme , avec le MRAP, est nécessaire à ces populations pour donner sa pleine dimension à la défense de leurs droits et à la construction de leur avenir? I.4. Le racisme ne peut être isolé de certains autres phénomènes sociaux et politiques (crise, chômage, habitat, école, délinquance, idéologie sécuritaire "bavures " , terrorisme, législation imposée par la Majorité, campagnes de l'e xtrême-droite et complicités à son égard, etc.). Un mouvement antiraciste doit en tenir compte. Comment? Où s'arrête sa compétence? I.5. Dans la prochaine période, une grande vigilance s'impose pour contrecarrer les effets de la nouv~lle législation relative aux immigrés, déjà adoptée ou en gestation (Code de la Nationalité). Avez-vous des suggestions à faire pour l'action à mener? Comment faire comprendre à tous que ces problèmes ne concernent pas que les étrangers? 1.6. Le MRAP est catalogué selon les milieux comme "sion iste:' ou "pro-palestinien ·:, "communiste ou "socialiste", "chrétien" ou "franc-maçon" , "bourgeois" ou "gauchiste". Comment peut-il faire mieux connaître sa véritable identité et faire apparaître sans conteste son indépendance politique et idéologique totale? Peut-on le qualifier d'organisation humanitaire? d'institution? de catalyseur? 1.7. Essentiellement engagé, en raison des exigences de l'actualité, dans le combat contre le racisme anti-immigrés, le MRAP ne risque-t-il pas de faire l'impasse sur d'autres manifestations graves du racisme (antisémitisme, néo-nazisme, hostilité aux originaires des DOM- TOM, aux Tsiganes •.. )? Quelles initiatives prendre pour éviter une "spécialisation" excessive? 1.8. Comment faire mieux connaître la loi contre le racisme et ses modalités d'application parmi les adhérents du MRAP et dans l'opinion publique, pour que les témoins d'actes racistes aient le réflexe de s'adresser. au MRAP national ou à ses comités locaux? 1.9. Au plan international, le principal sujet d'intervention du MRAP est l'apartheid sud-africain en raison de la gravité de ce problème Là encore, des initiatives nouvelles sont-elles nécessaires pour montrer plus clairement qu'il est concerné par toute manifestation de racisme dans le monde, sous quelque regIme que ce soit? Est-il nécessaire de préciser encore dans ces domaines la spécificité de son action, par rapport à d'autres organisations et associations également engagées? 1.10. Pour la prochaine période, que Iles prises de position quelles campagnes du MRAP répondront le mIeux aux données de l'actualité, aux aspirations des victimes du racisme et au mouvement de l'opinion? Décentralisation, structures et développement local du MRAP L'action du MRAP se fonde sur ses comi tés locaux, dont beaucoup font preuve d'un grand esprit de responsabilité (réaction adéquate à chaque manifestation de racisme) et poursuivent en permanence une intervention en profondeur. Mais leur présence et leur activité sont inégales selon les lieux. Il convient d'examiner où en est notre implantation et comment se réalise le processus de décentralisation et de restructuration entrepris depuis quelques années. 11.1. D'abord, le comité local. Comment assurer son existence réelle? Comment faire pour qu'il ait un nombre croissant d'adhérents? Comment doit-il justifier son utilité, manifester sa présence faire connaître sa spécificité? Comment le rendre véritablement "pluraliste" et l'ouvrir sans restriction à tous les antiracistes? Comment peut-il accroître ses ressources et celles du Siège national? II.2. Certains croient compenser la IIfaiblesse d'un comi té en l'intégrant dans un "collectif" permanent de lutte contre le racisme. Or, l'expérience prouve que Droit et liberté, octobre 1986 -13- ceux qui agissent par eux-mêmes s'affirment et se développent mieux. Quelles formes de relations établir avec les autres associations antiracistes? les associations représentant les minorités? les syndicats? les partis politiques? les Eglises? 11.3. Pour s' implanfer durablement dans les réalités locales et agir efficacement, comment intervenir "sur le terrain"? Quelles personnes, quelles associations doivent-elles être nos interlocuteurs privilégiés et nos relais (enseignants, animateurs, locataires, parents d'élèves, élus, etc ... )? Pouvez-vous faire état d'expériences concrètes, réussies ou non? II.4. Où en est la création de comi tés dans les entreprises? de clubs dans les lycées? de comités dans les quartiers ou ci tés? Rencontre-t-on actuellement plus de difficultés pour intervenir dans les établissements scolaires, (P.A.E., débats, etc.), du fait de pressions extérieures? Si Avez-vous par ailleurs ségrégation résultant des scolaire? oui, comment les surmonter? observé un processus de modi fications de la carte au~nONNAmE------------------------ 11.5. Les adh ésions à 30 Frs à l'intention des moins de 18 ans ne se sont pas encore traduites par un afflux de ceux-ci dans le MRAP. Pourquoi? Comment faire pour que ces jeunes dont l'avenir est en cause et qui sont l'avenir du MRAP deviennen t des partici pants actifs et responsables de notre lutte? II.6. Comment fonctionnent les fédérations existantes? Se montrent - elles utiles ? Comment en créer une dans chaque département? Là où il n' y a pas de comi t és locau x , peuvent- elles les préc éder? II.7. Alors que les régions administratives prennent corps, où en sommes-nous dans la mise en place des délégués régionaux du MRAP? Quel rôle peuvent- ils jouer dans l'e xtension de notre influence et de notre implantation? II.8. Comment parvenir à la mise en place de "permanents" itinérants, régionaux ou départementaux ? Quelles peuvent être les sources de financement de ces postes? à des Quelles Ces "permanents" formateurs ou seraient leurs seraient-ils choisis? pourraient - ils être assimilés "formateurs de formateurs"? fonctions précises? Comment II.9. La formation de nos propres militants est d'autant plus indispensable que beaucoup sont nouveaux au Mouvement et qu'ils doivent affronter un grand 1mbre de questions et des si tuations complexes. Que ensez-vous des proposi t ions suivantes: journées ou demi-journées d'étude du Bureau National sur un sujet déterminé deux ou trois fois par an? Stages nationaux ? Stages départementaux ou régionaux? Remplacement d'une réunion sur deux du B.N. par plusieurs réunions r eglonales simultanées, ouvertes à tous les responsables de comités locaux ? 11.10. Quelles dispositions prendre pour avoir, dans toute la France, des formateurs, permanents ou non, susceptibles d'intervenir systémat i quement (sur proposition des comit és locaux ou des fédérations) dans des stages extérieurs au MRAP? II.l1. Plusieurs Commissions existent au plan natlo nal, chacune ayant pour objet d'étud i er un th ème précis de l'action du MRAP, de faire des propositions au Bureau National et au Secrétariat, et de participer. aux r éalisations relevant de leur compétence. Comment faire pour que toutes jouent réellement leur rôle? Comment accroître leur apport aux comités locau x? Que pensez - vous de la création de Commissions départementales fonctionnant en liaison avec les Commissions nationales? II.12. Etes-vous satisfait(e) de la communication actuelle entre le Siège et les comités ou fédérations? Entre le Siège et les adhérents? Entre les comités locaux et la Permanence Juridique? Entre les membres du B.N. et les militants de leur département? Entre les fédérations et les adhérents isolés? Entre comités locaux et adhérents non militants? Comment les améliorer? Une initiative de popularisation du MRAP : les foulées multicolores Le Bureau National a arrêté le projet de "Foulées multicolores '! à l'occasion de la prochaine Journée internationale contre le racisme (21 mars 1987). Cette initiative Vlse à une large popularisation du MRAP, notamment dans la jeunesse et dans des milieux où nous avons encore très peu de contacts. Ce devrait être aussi un moyen d'accéder davantage aux médias pour promouvoir l'idée de la "France plurielle" unie dans sa diversité. L'A.G. discutera très concrètement de leur conception et de leur préparation. IILL Lors des Assises l' Vivre ensemble avec nos différences", de 1984, une première fois, le MRAP -14- s'est mobilisé pour une manifestation coordonnée au plan national, s'appuyant sur une action locale en profondeur. Nous avons rencontré des difficultés de mise en route et de réalisation. Comment les surmonter cette fois - ci ? Les conditions sont-elles meilleures aujourd'hui, et, si oui, pourquoi? 111.2. Il s'agit de faire courir à allure libre, "100.000 km de la France plurielle", soit environ 1.000 km par département, en additionnant les parcours de tous les participants (par exemple 1. 000 courant 1 km, ou 500 courant 2 km, etc.). Quelles sont vos suggestions pour recruter ceux-ci ? Quelles associations locales et départementales solliciter? Comment intégrer les "scolaires"? Faut-il créer autour de la fédération du MRAP un comité de préparation des Foulées? 111.3. Cette initiative peut être une bonne façon d'entrer en relations avec les jeunes d'origine immigrée, les originaires des DOM-TOM, d'autres communautés. Comment procéder pour les intéresser? Faut-il, à cette occasion, discuter d'autres problèmes que les Foulées? Si oui, lesquels et dans quel cadre? 111.4. Comment faire. dans la préparation et le dér'oulement des Foulées, pour que le contenu antiraciste se manifeste clairement? Comment assurer la présence et les options du MRAP et de Différences? II1.5. Au plan national, il est prévu de créer un comi té de parrainage de personnalités du Sport. Avez-vous des noms à suggérer? Faut-il créer aussi des comités de parrainage départementaux? 111.6. Faut-il prévoir uniquement des Foulées décentral isées par département, ou également un rassemblement final à Paris? Dans tous les cas, comment clôturer les Foulées départementales (fête, réception, distribution de cadeaux, de coupes)? 111.7. L'essentiel des dépenses se situera au plan national: affiches, conférences de presse, matériels d'information et de sensibilisation, animateur(s) pour contacts et pour aide aux fédérations, éventuellement fête. Par ailleurs, il est prévu que les bénéfices (s'il y en a) serviront à organiser ultérieurement des échanges entre jeunes de France et des pays d'où viennent les immigrations: ce serait une motivation pour les participants, et ensui te une seconde entreprise importante avec les enseignants, les associations et les jeunes. Avez-vous des propositions précises à formuler pour les modes de financem;nt à prévoir? (Par exemple: subventions nationales et locales, sponsors commerciaux, soutien par les amis et sympathisants) • 111.8. Sur ce dernier point, on a envisagé des "bons kilomètres" par lesquels les gens qui ne courent pas parraineraient un ou plusieurs coureurs. Qu'en pensezvous? Comment donner une grande ampleur à cette formule? 111.9. Avez-vous d'autres propositions à faire dans le même esprit, en vue de largement populariser le MRAP et le thème de la France plurielle à l'échelle nationale et locale? Différences et droit et liberté Alors que tant de publications périodiques sont nées et ont disparu, et que se poursuit d'autre part la concentration de la presse sous le contrôle de quelques magnats, "Différences", le magazine créé par le MRAP à la fin 1980, a "tenu", non sans difficultés. Il demeure le seul organe antiraciste ouvert à un large public. Par ailleurs, "Droit et Liberté" a pour objet d'établir un contact régulier avec l'ensemble des adhérents du Mouvement et d'apporter aux militants des éléments d'information, de réflexion utiles à leur action. La Lettre du Secrétariat s'adresse uniquement à ces derniers, avec des informations plus précises, plus "techniques". IV.l. Pouvez-vous préciser davantage comment vous concevez les missions respectives de nos différents organes? Comment améliorer Différences et Droit et Liberté pour qu'ils répondent pleinement, par leur contenu et leur présentation, au rôle qui leur est dévolu? Pouvez-vous donner des exemples précis d'articles ou de rubriqu&S illustrant votre appréciation? Droit et liberté, octobre 1986 -15- Avez-vous des propositions preCIses pour accroître l'efficacité rédactionnelle de nos deux mensuels? IV.2. Les 3/4 des abonnés de Différences ne sont pas membres du MRAP (ce qui correspond au but recherché) et 1/4 seulement des adhérents du MRAP sont abonnés à Différences (ce qui est regrettable). Comment faire pour que l'ensemble des adhérents du MRAP, lectorat potentiel important, s'abonnent, se servent de Différences, comme instrument de réflexion, d'information, d'argumentation et de sensibilisation? IV.3. Différences est diffusé par certains comités locaux, alors que l'ancien Droit et Liberté (jusqu'en 1980), unique organe du MRAP, ne l'était pas. Comment faire pour que notre magazine soit mieux utilisé par nos militants pour sensibiliser l'opinion aux problèmes du racisme? Tous les comités pourraient-ils s'engager à une diffusion minimum constante? Que peuvent-ils faire d'autre? auEsnONNAmE------------------------- IV.4. La r ubr i que régionale de Différences peut-elle être mieux utilisée par les comités locaux et les fédérations, pour s'e xprimer, collaborer aux articles et enquêtes, faire connaître et développer leur action (diffusion Spéciale) ? Peuvent- ils, à l'occasion d'un article régional, aider à la recherche de placards publicitaires? D'une fa çon générale , connaissez - vous des annonceurs possibles dans votre région ou au plan national? IV.5. Les rubriques suivantes de Droit et liberté doivent-elles être, selon vous, réduites, supprimées ou développées: compte- rendu des activités des comités locau x? réfle xions sur l ' action du MRAP? fiches documentaires? études sur des problèmes de fond ? Que pensez-vous des nouvelles rubriques "En direct avec ... " et "Agir ensemble"? IV.6. Différences a été handicapé par les dépenses de son lancement (son déficit actuel reste celui des trois premiers mois de sa gestion). Or, une relance est indispensable. Quelles initiatives prendre? Com ment les financer ? Connaissez-vous des personnes susceptibles de prendre part à l'augmentation du capi tal? Créer une société de lec t eurs actionnaires (comme l'ont fait d'autres journaux) vous paraît-il valable? Une société des adhérents du MRAP pourrait-elle également être envisagée? IV.7. Que penserie z-vous de l'encart de Droit et liberté dans Différences, à l'intention des adh érents du MRAP (après étude des conditions financières) ? IV.8. Différences et Droit et liberté nous permettent de compenser quelque peu les défaillances ou l'indifférence des grands médias au suje t du racisme et de l'action du MRAP. Il en est de même de tout notre matériel d'information ( affiches, tracts, brochures, dossiers, autocollants, etc.). Mais on ne peut s'en contenter. Comment obtenir dans les médias une présence plus importante de notre Mouvement? Différences peut-il servir de lien entre le MRAP et les autres médias? IV.9. Il Y a dans toute la France, parmi nos adhérents, des spécialistes de la communication ou des militants ayant des idées permettant de concevoir et d'améliorer notre matériel. D'autre part, des comités réalisent souvent des productions qui enrichiraient l'ensemble du Mouvement si elles étaient connues et éventuellement reprises au plan nationa.l. Dans quelle mesure et dans quelles conditions peut- on mieux utiliser ces compétences et ces réalisations? IV.lO. Des moyens nouveaux d'expression sont encore peu ou pas du tout utilisés par le MRAP: vidéo, communication à distance, etc. Avez-vous des suggestions à faire pour qu'ils soient mis au service de notre action au plan local? au plan national? Vers l'Assemblée générale LUNDI 20 OCT08RE SUR FR.3 à 12 heures TRIBUNE LIBRE DU MRAP: "C'est co •• e ça, et ça .arche ••• " A travers les réactions à la campagne d'autocollants lancée par le MRAP, une analyse de la situation actuelle: la France intercul turelIe, ça marche ou pas? Réponse le 20 octobre. TOUS A VOS POSTES! (suite de la p . 1) battre pour endiguer le flot, pour rappeler les valeurs auxquelles on ne saurait renoncer sans courir des ri sques pi res, chacun étant protégé par les pri nci pes et les valeurs qui fondent l'état de droit. Pour cela, le MRAP doit être un outil performant. Force est de constater que son action et son rayonnement ne sont pas toujours ce que nous, ses mi l i tants, pouvons en attendre, ce dont nos amis et l'opinion nous croient capables. Réfléchir de manière lucide, en pesant respectivement nos lacunes et nos atouts, nos acqui s et nos échecs, sans nous livrer à l'auto-flagellation ou à la mortification, mais pour déterminer les voies et moyens nous permettant de démultiplier notre action, d'être plus fiables, plus présents, plus écoutés, doit être le but que notre réflexion à l'Assemblée Générale doit viser. Le débat est donc largement ouvert, pui sse-t-il nous permettre de construire un MRAP plus dynamique et plus moderne que jamais. George PAU-LANGEVIN - 16-

Notes

<references />