Droit et Liberté n°442 - septembre 1985

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°442 de septembre 1985
    • Pas un sou pour l'apartheid: solidaire du peuple noir d'Afrique du Sud en lutte, le MRAP demande des sanctions efficaces et lance une campagne de boycott
    • Pour en finir avec l'apartheid: en France une mobilisation croissante (Afrique du sud)
    • Les complaisances de la CEE
    • Congrès: rapport de la commission internationale: agir résolument contre l'apartheid (Afrique du sud)
    • Le MRAP s'adresse à M. Gorbatchev (antisémitisme en URSS))
    • Action: France plurielle
    • Le racisme en justice
    • Les haines d'un été

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

droit et liberté MENSUEL DU MOUVEMENT CONTRE LE RACISME~ ET POUR L'AMITIÉ ENTRE LES PEUPLES • • -- N° 442 Septembre 1985 - 6 F ISSN 0012-6411 Pas un sou pour l'apartheid Solidaire du peuple noir d'Afrique du Sud en lutte, le MRAP demande des sanctions efficaces et lance une campagne de boycott Depuis que le MRAP e xiste, il lutte contre l'apartheid. L'une des difficultés qu ' il a toùjours rencontrées, c'est le silence (ou pour le moins, la réserve) des grands médias, sur ce crime permanent qui ensanglante l'Afrique du Sud. En dehors des grandes flambées de violences vite évacuées de l'actualité - l'opinion française est restée sous-informée. On a longtemps ignoré, on cache encore les causes, le fonctionnement du système sud-afr i ca in. C'es"c qu'il y a, comme on dit, un cadavre dans le placard. L'apartheid est la source d'immenses"profit~. Le rendement des capitaux investis en Afrique du Sud est de 30 % plus élevé que partout ailleurs. Parce que la négation de tout droit à la population noire, sa marginalisation, la répression féroce qui lui est infligée ont pour but d'en faire la main d'oeuvre la meilleure marché du monde. De Marignane à l'île d'Yeu LES HAINES D'UN ÉTÉ page 12 Ainsi, aujourd'hui même, voit-on s'exprimer, plus que la solidarité avec la révolte du peuple noir, l'inquiétude quant à l'avenir du système qui l'opprime. Pourtant, les images transmises par la presse et la télé parlent. L'indignation grandit. On doit admettre enfin que des sanctions, jusque-là déclarées "inefficaces", "préjudiciables à la population noire" (et que, pourtant elle réclame), sont l'ultime moyen de faire reculer Pretoria. Mais, ces sanctions, on les veut "mesurées", on les ajourne indéfiniment ("si ça continue, on interviendra plus vigoureusement" ). De fait, elles demeurent symboliques, elles ne mettent pas en cause les fondements de l'apartheid. Le MRAP, fidèle à ses principes, poursuit activement son effort d'information, de mobilisation, en même temps qu'il demande au gouvernement des sanctions vraiment efficaces. Il a pris part cet été à plusieurs manifestations . D'autres se préparent. Il a lancé une campagne de boycott des produits sud- africains vendus en France, qui rencontre de larges échos. Il n'est pas seul. Le mouvement de lutte contre l'apartheid s'amplifie. (lire nos inform ations p. 2 à 6) - l - ACTION Pour en finir Pendant tout l'été, le MRAP est resté mobil isé contre l'apartheid. Déjà, après la déclaration fai te le 31 mai par le Premier Ministre annonçant l'arrêt éventuel des investissements en Afrique du Sud ••• dans 18 mois à 2 ans, notre Mouvement s'était prononcé une nouvelle fois pour des mesures immédiates. Il s'était notamment adressé (18 juin) au gouvernement et aux groupes parlementaires pour demander des sanctions économiques globales et la ratification par la France de la Convention internationale sur l'éli.ination et la répression du cri.e d'apartheid (1). Paris et Prétoria Le 16 juillet, tandis que l a répression empire de jour en jour en Afrique du Sud, (l'état d'urgence sera procl amé le 21) le MRAP, dans une déclaration, sous le titre: "Ils s'attaquent .~.e aux .orts", dénonce "l'escalade dans l'infâ.ie" qui conduit les dirigeants de Pretoria à "refuser l'inhu.ation dans la paix et la dignité aux récentes victi.es de la répression policière". Il se solidarise avec "les héros inconnus ou célèbres Il qui affrontent la police et l'armée de 8otha. En France, une Il demande au Premier Ministre français "de .ettre en application dès nintenant - et non fin 1987 - l'intention procla.ée ( ••• ) de prise de sanctions écono.iques". Le MRAP intervient le 19 juillet auprès des parlementaires pour proposer qu'un débat ait lieu "sur la .ise en application de toute urgence des reco •• andations de l'ONU pour un boycott de l'Afrique du Sud", économique, financier, nucléaire, culturel et sportif. Le président de l'Assemblée Nationale, M. Louis Mermaz, répond le 2 août: "Votre demande me paraît pleinement justifiée, en raison de l'extrême 9ravité des évènements qui se déroulent dans ce pays. Mais, comme vous le savez, un tel débat ne pourrait se tenir que consécutivement à une déclaration du gouvernement, conformément au règlement de l'Assemblée Nationale. J'adresse donc copie de votre lettre à M. Labarrère, ministre délégué chargé des relations avec le Parlement". Le président du groupe socialiste écrit que les propositions du MRAP seront soumises "pour examen et décision à l'un de nos prochains bureaux". Le groupe communiste annonce le dépôt d'une proposition de loi pour des sanctions globales contre l'Afrique du Sud. Le 28 juillet, après la décision du Premier Ministre d'ar- rêter dès maintenant les nouveaux investissements, et le vote, au Conseil de Sécurité, de la résolution proposée par le Danemark et par la France, le MRAP se félicite de ces dispositions. Pourtant, sur 2 - la base de leur analyse détaillée, il regrette leur caractère limité, par rapport à l'importance de l'implication française dans la stratégie économique de l'Afrique du Sud. Le 19 août, c'est la conférence de presse organisée par le MRAP, avec les représentants en France de l'ANC et de la SWAPO, les mouvements de libération d'Afrique du Sud et de Namibie. Albert Lévy, secrétaire général du Mouvement, expose le point de vue du MRAP sur la situation et insiste, comme Dulcie September (ANC) et Tuliameni Kalomoh (SWAPO) sur la nécessité de sanctions rigoureuses. Il annonce le lancement d'une campagne de boycott par les consommateurs des produits sud-africains vendus en France. Deux semaines plus tôt, le 6 août, le MRAP s'était adressé aux trois chaînes de télévision pour demander que cesse la publicité en faveur des oranges Outspan. Information Pour obtenir un débat parlementaire approfondi, (n' y en a-t-il pas eu un, par exemple, au Congrès américain), pour des sanctions capables d'ébranler le système d'apartheid, les comités locaux du MRAP interviennent auprès des députés et sénateurs dans leurs circonscriptions. Pour sensibiliser l'opinion, ils organisent des assemblées d'information, des projections de films, des débats dans les villes, les entreprises, et, bientôt, les établissements scolaires. Ils distribuent abondamment avec l'apartheid mobilisation croissante les tracts sur le boycott, apposent sur les murs affiches et autocollants. Ils diffusent le badge "Apartheid stop". Le besoin d'information des militants eux-mêmes se faisant sentir pour mIeux répondre aux besoins, UNE JOURNEE D'ETUDE SUR L'APARTHEID A ETE DECIDEE PAR LE BUREAU NATIONAL. ELLE SE TIENDRA A PARIS LE DIMANCHE 6 OCTOBRE. D'AUTRES "JOURNEES" DECENTRALISEES AURONT LIEU ENSUITE DANS PLUSIEURS ' REGIONS. Toutes seront ouvertes à l'ensemble des adhérents et aux sympathisants intéressés (2). Manifestations Le MRAP était partie prenante de toutes les manifestations contre l'apartheid qui ont eu lieu à Paris cet été. Il a envoyé une large délégation, conduite par Charles Palant, membre de la présidence, au rassemblement appelé par la C.G. T. le 17 juillet, devant la Bourse du Travail. Il était également présent, le 24 juillet, à la manifestation mensuelle devant l'ambassade d'Afrique du Sud, avec le MAA et SOS-Racisme. Avec les Rencontres nationales contre l'apartheid, il a pris part, le samedi 24 août, à une après-midi d'information et d'animation devant le Centre Georges Pompidou. Surtout, il faut souligner l'importance de la manifestation contre les importations de charbon le 27 août, qui a commencé par un rassemblement devant le siège de l'A.T.I.C. (Association Technique de l'Importation Charbonnière), rue de Longchamp, et s'est achevée, après un défilé, au Parvis des Libertés et des Droits de l'Homme, place du Trocadéro. Cinq mille participants: c'était, depuis la protestation qui a suivi le massacre de Soweto, la plus puissante démonstration parISIenne contre l'apartheid. Albert Lévy représentait le MRAP dans la délégation qui a été reçue par le président de l'A.T.I.C., M. Hubert Dubedout. C'est lui qui a lu le message de solidari té adopté par la foule des manifestants à l'intention des mi li tants sud-africains qui devaient, le lendemain, effectuer une marche vers la prison de Nelson Mandela, près du Cap. Le 28 août, nouvelle manifestation devant l'ambassade sud-africaine. Anne-Marie Dumas, secrétaire nationale, prend la parole au nom du MRAP. A signaler également les délégations qui se sont rendues le 20 août, (à l'appel, entres autres, du MRAP) à l'ambassade d'Afrique du Sud, pour demander que soit épargné le jeune Benjamin Moloisé, accusé du meurtre d'un policier raciste, et dont la pendaison à Pretoria était annoncée pour le lendemain (3). Dans la nuit, on apprenait que SIX HEURES CONTRE L'APARTHEID A l'initiative des Rencontres nationales contre l'apartheid, et avec le concours de nombreuses organisations, dont le MRAP, se préparent, toujours devant cette forteresse du racisme, au 59 Ouai d'Orsay, SIX HEURES CONTRE L'APARTHEID, LE VENDREDI Il OCTOBRE, A PARTIR DE 17 HEURES. Des chanteurs, des acteurs se produiront sur un podium; sur le trottoir longeant le quai de la Seine, des tables offriront une documentation abondante; des militants, des personnali tés, portant à tour de rôle des pancartes, défileront en permanence. Ce sera la JOURNEE NELSON MANDELA, illustrée par une très belle affiche d'Erne·st Pignon-Ernest, s'inscrivant dans la Journée internationale de solidarité avec les prisonniers poli tiques d' Afrique du Sud. l'exécution était reportée au 30 septembre, pour permettre un réexamen de l'affaire. Le 19 septembre à 20 heures aura lieu un meeting de la SWAPO, à la Bourse du Travail, 85 rue Dans la série "Les Dossiers du MRAP" vient de paraître L'ABOLITION DE L'ESCLAVAGE Un dossier de 65 pages. PVP: 30 Frs. Remise aux Comités locaux. - 3 - ACTION Charlot. Un représentant du MRAP prendra la parole. Le 26 septembre, est prévue, à llinitiative dlassociations dlétudiants, et avec la participation du MRAP, une marche de la place Saint-Sulpice à llambassade dlAfrique du Sud . Clest là qulaura eu lieu la veille, le rassemblement désormais régulier du dernier mercredi de chaque mois. LE BOYCOTT La campagne de boycott des produits sud-africains vendus en France, lancée par le MRAP a suscité aussitôt un vif intérêt. 10.000 tracts, donnant une liste (non exhaustive) de ces produits et des firmes françaises les plus engagées dans le système dlapartheid ont été épuisés en quelques jours. Dlédition en édition, la liste slallonge et se précise, grâce aux indications que font parvenir des consommateurs et leurs associations. Il est intéressant de noter que, comme nous 11 avions demandé, la Régie Française de Publicité et TF1 ont annulé la diffusion dl une série de spots publicitaires, déjà prêts, pour les oranges Outspan. Par ailleurs, il convient de saluer les travailleurs du Havre qui, à llappel de la CGT, ont occupé un navire chargé de charbon sud-africain; les dockers de Rouen qui ont ensui te refusé de le décharger; ceux de Fos-sur- Mer, qui ont occupé et refusé de délester un autre navire de charbon en route vers 11 Italie (où tous les syndicats ont ensemble boycotté pendant une semaine les avions, bateaux et produits en provenance de 11 Afrique du Sud ou SI y rendant). A Bordeaux, clest un navire dloranges sud-africaines qui a été occupé, et une partie de sa cargaison jetée à la mer. KYALAIII Au plan sportif, la mobilisation de llopinion publique a condui t les dirigeants internationaux du Rugby à écarter llAfrique du Sud du prochain championnat du monde. Fair play, comme sait llêtre M. LES COMPLAISANCES DE LACEE Deux jours avant la réunion du Conseil des Ministres de la Communauté européenne, 12 Mouvements anti-apartheid dlEurope se sont rencontrés à Bruxelles, le 8 septembre, et ont rendu publique une déclaration commune. De France, étaient représentés les Rencontres nationales contre llapartheid, 1 1 - , AFASPA, le MAA et le MRAP. Le texte publié souligne le rôle décisif des pays de la CEE dans lléconomie sud-africaine; il précise que la Iltroîka ll (les trois ministres européens) qui sIest rendue récemment en Afrique du Sud lia succombé rapidement aux pressions de Pretoria et a accepté ses conditions ll • Il observe que IlIa pratique consistant à rechercher une position commune aux Etats de la Communauté européenne à propos de 11 Afrique australe, a permis de bloquer les mesures eFfectives ll • Ferrasse avec ses IIbons amis ll de Pretoria, ils ont permis aux tricheurs racistes de dire qu li Is lIse retiraient ll de leur propre gré. La Fédération internationale du Sport automobile, elle, avait cru pouvoir aider M. Botha et les siens, en avançant dl un mois la date du Grand Prix dlAfrique du Sud, qulelle a fixée au 19 octobre. Mais elle a été prise de vitesse par les évènements et la montée de llindignation. Le MRAP, pour sa part, est intervenu auprès du ministre fran çais de la Jeunesse et des Sports; de la Fédération internationale et de la Fédération française; des responsables de Renault et de Ligier. Il a écrit aux pilotes Alain Prost et Jacques Lafitte ••• Les prises de position du ministre, de la direction Renault, le refus de pilotes dlautres pays (Suède, Finlande, Autriche, Brésil) slajoutant aux déclarations des pilotes français, la décision enfin des syndicats australiens de ne pas décharger, pour llépreuve suivante, les véhicules qui viendraient de Kyalami tout cela mettait en - 4 - Sont énumérées ensuite une série de dispositions qui permettraient dlisoler réellement 11 Afrique du Sud raciste. On sait comment cette analyse a été confirmée le 10 septembre, lorsque le refus de la Grande-Bretagne a fait échouer 11 adoption de sanctions collectives. On ignore aujourd 1 hui si les neuf pays qui ont voté pour ces sanctions entendent les appliquer; tout comme dlailleurs celles du Conseil de Sécurité, gatoires ll • qui. ne sont pas Ilobli - Certaines pourraient représenter un léger pas en avant par rapport aux mesures annoncées par les Etats-Unis ou la France. Mais les réactions de Pretoria démontrent que les unes et les autres sont trop minimes, trop fragmentaires, pour faire fléc hir les criminels racistes. Llapartheid nlest pas frappé au coeur. cause le déroulement du Grand Prix et du Championnat du monde. Depuis plusieurs années, le MRAP demandait la suppression de cette épreuve. Alors que le sport amateur avait déjà clairement rompu dans de nombreuses disciplines avec , 11 Afrique du Sud et que celle-c i étai t exclue des Jeux Olympiques, Cl est la première fois qu 1 un tel mouvement se produit dans le domaine du sport professionnel. POUR DE VRAIES SANCTIONS ECONOIIIQUES Les progrès accompl i s dans l a dernière période résultent avant tout de la lutte menée sur place, avec héroîsme et lucidité, par le peuple sud-africain - toutes origi nes confondues - contre le rég i me dlapartheid. Dev ançant les mesures des gouvernements, des banques, des entreprises réduisent (ou camouflent) leur participation au sys t ème, parce que le pays nI est plus aussi IIs ûr ll. Des efforts désespérés sont entrepris un peu partout pour tenter de sauver l'essentiel, serait- ce au prix de quelques concessions •.. Mais c'est un véritable changement que réclament les antiracistes: l'égalité, la démocratie pour tous les habitants de l' Afrique du Sud. L'aide qu'attendent de l' extérieur ceux qui risquent chaque jour leur vie pour la liberté, c'est l'organisation généralisée de véritables sanctions économiques, qui briseraient les reins à l'apartheid. Ici, l'action continue pour les obtenir. ( 1 ) Cette convention, votée par l'ONU en 1973, ratifiée par 86 pays membres, est déj à entrée en application. (2) Renseignements au siège national du MRAP (806.88.00) ou auprès des comités locaux. (3) Un peu avant, des jeunes de SOS-Racisme, qui avaient occupé le siège de la compagnie aérienne sud-africaine, avenue de l'Opéra, étaient brutalisés par la police; plusieurs d'entre eux, conduits dans un commissariat, se sont plaints d'injures et ont signalé avoir vu des inscriptions racistes. Le MRAP a élevé une vive protestation contre ces comportements policiers. LE MRAP PRESENT A NAIROBI ET A TUNIS Dans le cadre de la clôture de la Décennie de la Femme qui s'est tenue à Nairobi du 10 au 26 juillet dernier, Rose Michalowicz, représentante permanente du MRAP à l'ONU (Genève) a participé au Forum des ONG. Au nom du MRAP, elle est intervenue sur le problème de l'apartheid et a tissé de solides liens d'amitié avec bon nombre de femmes mandatées par des organisations africaines. Durant la même période de l'été, Roger Bismuth, président de la fédération de la Gironde, de passage à Tunis, a animé un carrefour dans un lycée qui avait choisi pour thème du débat: "Vivre ensemble avec nos différences". LE BADGE DE LA SOLIDARITÉ Ce badge découpé sur .atière plastique, édité par le MRAP {en 2 couleurs} doit devenir le signe visible de la solidarité avec les ho •• es, les fe •• es, les jeunes qui luttent et souvent .eurent pour la liberté en Afrique du Sud. Portezle. Diffusez-le. L'unité: 10 F. A partir de cent: 6 F l'un. A retirer ou co •• ander au , Sl.ege national du MRAP, 89 rue Oberka.pf, 75011 PARIS, ou auprès des co.ités locaux. CE QUE LE MRAP MET A VOTRE DISPOSITION Pour agir contre l'apartheid, le MRAP met à votre disposition outre le badge ci-dessus: - Des affiches 40cm x 60cm reproduisant le même motif et une affiche "Liberté pour l'Afrique australe". L'uni té: 10 F. Tarifs spéciaux pour collages, à partir de cent. - Des autocollants, également illustrés par ce thème, et plusieurs autres (MRAP et MRAP-Solidarité) exprimant le soutient à l'ANC et la SWAPO, la solidarité avec les réfugiés sud-africains dans les pays VOlSlns, ou demandant la libération des prisonniers de l' apartheid. (L'unité: 2F; à partir de cent: 1 F). Des planches de quatre cartes postales illustrées, détachables, destinées au Président de la République et au Premier Ministre (pour demander des sanctions rigoureuses contre l'Afrique du Sud), à l'ambassadeur d'Afrique du Sud (pour la libération des prisonniers politiques et l'abolition du système d'apartheid), ainsi qu'au MRAP (soutien et demande d'informa- - 5 - tions). l'unité 5 Frs~ comités locaux 3 Frs. - Des cartes postales avec les portraits de Nelson et Winnie Mandela, pour leur témoigner la solidari té de l'opinion française. L'unité: 3F; à partir de cent: IF). - Des brochures: "L'apartheid contre le sport". 12 pages. Format 21x29,7. L'exemplaire: 5 F. - Des livres: "Diviser pour régner" (sur les bantoustans), de Barbara Rogers. L'exemplaire: 15 F. "L'apartheid, le dos au mur" (en français et en angl ais), recueil d'affiches de divers pays contre l'apartheid. L'exemplaire: 30 F. "Soweto. Soleils fusillés", poèmes de Paul Dakeyo. L' exemplaire: 15F. Et aussi: UNE LISTE DES PRODUITS SUDAFRICAINS VENDUS EN FRANCE ET DE SOCIETES FRANCAISES ENGAGEES DANS LE SYSTEIIE D'APARTHEID. 3 FIes 10 exemplaires. S'informer pour les frais d'envoi (806.88.00). Rapport de /a Commission internationale Agir résolument contre l'apartheid Dans son numéro de juin-juillet, Droit et Liberté a reproduit la plupart des rapports et résolutions adoptés au Congrès du MRAP, à Pantin, les 8 et 9 juin. Restent les deux rapports de la Commission internationale: l . un, de caractère général, sur les principaux problèmes qui préoccupent le MRAP à travers le monde; l'autre, sur la lutte contre l'apartheid. C'est ce dernier que nous publions ci-après, en raison de l'actualité brûlante. Présenté par JeanPierre Reyal, au nom des quelque 60 participants aux travaux de la Commission, il a été adopté à l'unanimité en séance plénière. L'autre rapport paraîtra le mois prochain, clôturant ainsi le compte-rendu du Congrès le nombre de pages dont nous disposons (bien que spécialement accru) ne nous ayant pas permis de le donner en un seul numéro. LE REGIME D'APARTHEID Redisons aujourd'hui ce qu'est le régime d'apartheid imposé à la majorité de la population d'Afrique du Sud et de Namibie. Le régime d'apartheid est la seule forme de racisme légalisé existant dans le monde. En Afrique du Sud, la population noire est harcelée, les arrestations arbitraires en vertu de la loi sur la sécurité intérieure se multiplient, les restrictions, le chômage, la misère, la malnutrition sont le lot des Africains. Les populations sont massivement déplacées vers des réserves - les bantoustans -, le plus souvent sans ressources minérales , sans ressources agricoles. A ce jour, 10 millions d'Africains ont été déportés. L'obligation faite aux Africains de prendre la nationalité du bantoustan qui leur est assigné transforme un peuple en étranger dans son propre pays. Ce régime brise les familles, dépossède les paysans de leur terre, déracine les populations et prétend interdire toute expression politique, toute liberté, tout espace démocratique aux peuples sud-africain et namibien. Les dirigeants des associations, des syndicats que la population africaine essaie de créer sont sans cesse menacés. Les principaux dirigeants du Front Démocratique Uni ont été arrêtés en février dernier et sont jugés pour "trahison", délit passible de la peine de mort en Afrique du Sud. LE DRAME DES FEMMES Pensons au drame que vivent les femmes dans ce pays s'efforçan t d'éduquer le plus souvent seules, sans ressources, les enfants qui ont survécu aux maladies infantiles. Pensons à l'automutilation imposée aux femmes noires, obligées d'absorber de dangereux contracepti fs pour pouvoir obtenir - 6 - un travail, un taudis pour loger, pour pouvoir inscrire un enfant à 'ce qui devrait être une école. L'EXPANSIONNISME SUD-AFRICAIN Terroriste à l' intérieur, le régime d'apartheid l'est aussi à l'extérieur des frontières de l'Afrique du Sud. La Namibie, reconnue pays indépendant par la communauté internationale, est une colonie où sont imposées les règles de l'apartheid en violation ouverte des décisions de l'ONU. La Namibie sert aujourd 'hui de base d'agression contre la République d'Angola. Ajoutons qu'il n' est pas de pays jouxtant l'Afrique du Sud qui n'ait eu à subir soit l'intervention de l'armée raciste, soit les destructions et les crimes des bandes armées par Pretoria. L'Afrique du Sud bafoue ouvertement les droits de l' homme, les droits des peuples et la Communauté internationale. UN REGIME NON AMENDABLE Dès lors, est-il raisonnable de dire que ce régime peut être amendé, aménagé par des retouches constitutionnelles successives, que seule la pression morale peut faire céder Pieter Botha et contribuer à l'évolution démocrat i que du système? Ce sont des hypothèses que la Commission r~unie hier n'a même pas jugé utile d'évoquer car, si tel était le cas, les condamnations répétées de l'ONU dénonçant l'apartheid comme crime contre l' humani té, les condamnations formulées par les représentants des religions du monde et par les humanistes les plus prestigieux auraient dû y suffire. Par contre, l'analogie entre le régime d'apartheid et le régime nazi n'a pas été contestée. Il paraît évident que Winnie Mandela Albertina Sisulu ont en face d'elles les mêmes forces brutales que combattaient, il y a quarante ans, Lucie Aubrac, Danièle Casanova ou Geneviève : e Gaulle. RElEVER LE DEFI Face à ces défis, face à ces crimes racistes, la Commission a retenu que le MRAP se doit de mener une action encore plus offensive. Nous avons à développer : - des actions de sensibilisation en multipliant, les manifestations, les expositions, les débats et en y associant largement les mouvements de libération d'Afrique du Sud et de Namibie, ANC et SWAPO. continuer ses interventions pour obtenir du gouverne.ent français qu'il applique les sanctions globales recommandées par l'ONU, c -està- dire l'arrêt des échanges économiques, culturels, sportifs scientifiques, l'arrêt des échanges dans le domaine nucléaire. A PROPOS DES DECLARATIONS RECENTES Certes, nous apprécions les souhaits exprimés par M. le Premier Ministre de développer les relations d'amitié avec les peuples sud-africain et namibien. Doubler le nombre des bourses, actuellement une vingtaine, est un objectif sans aucun doute réaliste: le budget de l'Etat peut absorber cette contrainte financière . ce accorde étudiants Sud. Souhaitons que la Frandirectement son aide aux réfugiés d'Afrique du Cela est plus satisfaisant que d'accueillir et de former les étudiants et chercheurs du régime raciste. Nous voudrions d'ailleurs dire à ce sujet notre étonnement d'avoir appris que le fils du recteur de l' Universi té de Bloomfontein, en Afrique du Sud, M. Duplessis, ait pu séjourner un an (en 1984) au Centre de Recherches de l'Ecole des Mines et accéder ainsi à une formation et à des informations d'un grand intérêt scientifique et technique. Nous pensons qu'il ne s'agit pas d'un cas isolé. La préoccupation du MRAP, dans la prochaine période, doit être le développement des initiatives en faveur des prisonniers politiques sud-africains, aux femmes emprisonnées ou bannies. Nous pensons notamment à Mmes Albertina Sisulu et Winnie Mandela. CESSER L'AIDE AUX RACISTES France, vestir En exigeant que la non seulement cesse d' inen Afrique du Sud, mais retire ses investissements comme commencent à le faire les universités et certaines entreprises américaines, et dénonce les contrats militaires, cesse de former les techniciens et chercheurs du nucléaire, nous satisfaisons à un impé- - 7 - Précisions On trouvera ci-après quelques préclslons complétant le compterendu du Congrès du MRAP publié dans le dernier numéro de Droit et Liberté: - Les travaux ont été suivis dans leur totalité par Mme Carrie MARIAS, de l'UNESCO (Division des Droits de l'Homme et de la Paix). Parmi les associations représentées, les participants ont salué la délégation de la LICRA, condui te par son Secrétaire Général, Pierre AIDENBAUM. La délégation du Parti Communiste Français était composée de Jean-Louis MONS et Marie-Thérèse GOUTMAN, membre du Comi té central, François ASENSI, député de la Seine-Saint-Denis, et Jacques ISABET, maire de Pantin. Nous prions les uns et les autres de bien vouloir excuser les erreurs ou omissions qui ont été commises. Par ailleurs, nous avons reçu après la parution de notre mensuel, un message de sympathie de Pierre BEREGOVOY, ministre de l'Economie, des Finances et du Budget. ratif moral et nous voulons créer les conditions pour retirer à la minori té raciste les moyens de sa domination, empêcher qu'elle accède à une réelle autonomie scientifique, énergétique et militaire. Faut-il rappeler que grâce à l'aimable contribution de -la France, l'Afrique du Sud, non seulement fabrique une partie de son armement, mais est devenue exportatrice d'armes? Un autre exemple: le contrat signé par Air Liquide, il y a quelques mois, avec l'Afrique du Sud pour une uni té de liquéfaction d'oxygène, nous paraît à ce titre inacceptable. Il permettra à ce pays de développer une technique de gazéification du charbon et d'être moins dépendant au plan énergétique. L'EFFET PERVERS Nous voudrions illussuite de la p. 7 trer, par un dernier exemple, l'effet pervers des relations économiques de la France avec l'Afrique du Sud. Nous avons reçu l'extrai t d'un contrat de travail que fai t signer une grande entreprise multinationale aux employés qu'elle envoie travailler en Afrique du Sud. Il y est mentionné que l'employé français, blanc naturellement, devra fréquenter des hôpitaux pour blancs, qu'il aura en fai t à se conformer aux exigences de l'apartheid. Ce contrat est à l'évidence une violation du Code du Travail français et sans aucun doute de notre Constitution. Par conséquent, il nous paraît opportun de poser la question suivante: quels engagements, quels contrats, les sociétés françaises engagées en Afrique du Sud font-elles signer à leurs collaborateurs? FAIRE GRANDIR LA PROTESTATION Pour conclure , permettez- moi de renouveler l'appel de la Commission qui s'est réunie hier. Le MRAP est aujourd'hui le principal mouvement à lutter contr~ l'apartheid en France. Sa contribution, dans la prochaine période, sera essentielle: multiplions les assemblées, les rencontres, faisons grandi r l"a protestation contre le régime de Pretoria. que, sous vernement réduire la Nous avons la certitude la pression, notre goupressera le pas pour distance qui sépare les intentions proclamées des actes. Mais, d'ores et déjà, nous invitons les comités locaux à contribuer à la souscription nationale lancée par MRAP-Solidari té pour l'achat de médicaments et hous aider à financer l'accueil de trois ou quatre enfants sud-africains et namibiens en colonie de vacances cet été. Tirage des bons de soutien Comme il avait été annoncé, le premier tirage des 80ns de Soutien du MRAP a eu lieu le 18 juillet. Les souscripteurs bénéficiaires des cadeaux sont: Frédéric CORNU, de Chilly-Mazarin (91): une semaine en Tunisie pour deux personnes (no 147.542) M. ou M.e JESTIN, d'Aubervilliers (93): une semaine en Grèce pour une personne (no 013.759). La diffusion des Bons de Soutien se poursuit donc. Si vous en avez reçu, n , ou bl·l ez pas, en les réglant, de J·oindre les talons pour le tirage. Vous aurez ainsi aidé le MRAP à amplifier son action. Rappelons qu'un nouveau tirage aura lieu le 12 décembre, pour la distribution d'un magnétoscope, d'un micro-ordinateur, d'un week-end à Londres, de jouets, de livres, etc. Nous rappelons aux aimables acheteurs des Bons de Soutien qu'un deuxième tirage doit avoir lieu le 12 décembre 1985. Le numéro de Droit et Liberté de Janvier 1986 donnera les résultats intégraux de ce tirage en indiquant avec précision les lots correspondants. - 8 - Le MRAP s'adresse à M. Gorbachev Le 3 juillet dernier, le MRAP s'est adressé une nouvelle fois aux dirigeants de l'URSS, M. Mikhaîl Gorbatchev, devenu depuis peu Secrétaire Général du P.C.U.S., et M. Andrei Gromyko, élu quelques jours plus tôt Président du Presidium du Soviet Suprême, pour leur poser le problème des "refuzniks". Dans la lettre signée de George Pau-Langevin et Albert Lévy, présidente et secrétaire général du MRAP, on peut lire: "Après votre élection aux plus hautes fonctions de l'Etat, nous voulons attirer votre attention sur le fait que diverses informations en provenance de l'URSS nous indiquent que de nombreux juifs subissent des préjudices quand ils manifestent leur désir d'émigrer en Israël, et que d'autres font état de difficultés dans les activités religieuses et culturelles auxquelles ils sont attachés. "Nous savons bien que ce n'est pas le cas de la grande majorité des juifs d'Union Soviétique, mais nous pensons que ces faits sont incompatibles avec les accords d' Helsinki et les pactes internationaux des Droits de l'Homme, dont votre pays est signataire. "Sans prendre position sur le sionisme, nous pensons que cette idéologie ne saurait être combattue par des mesures administratives, telles que des procès, des privations d'emploi, voire de liberté. "Nous espérons que l' arri vée d'une nouvelle équipe dirigeante permettra une meilleure prise en compte de ces situations pénibles, et que les personnes emprisonnées pour avoir manifesté leur intention d'émigrer en Israël seront rapidement libérées". Le MRAP a en outre proposé à l'ambassade soviétique à Paris l'organisation d'une "table ronde" avec l'un de ses représentants pour confronter les différents points de vues sur ce problème. ACTION France plurielle S'il est une des tâches priori taires du MRAP c ' est bien celle d'une éduca t ion à la fraterni té . Rien ne sert en effet de s ' opposer de façon ponctuelle et spectaculaire au racisme si l'on ne s'évertue pas à servir en même temps l'antidote de l'amitié entre les peuples. C'est cette prise de conscience qui a valu au MRAP de changer le contenu de son sigle près de 30 ans après sa création. En effet, au cours de son histoire, il s'est aperçu que les discriminations les haines, les violences qu il combattai t traduisaient tou jours le refus des différences. Alors qu'il affronte depuis ses débuts un lourd héritage de divisions, de concurrences et d'oppositions parfois sanglan t es entre groupes humains, son pari es t de vouloir voir naître une France sans racisme où l'on reconnaîtra au contraire les différences comme normales, excitantes et fécondes. Ce n'est l'affaire nI d'un jour, ou d'une année, nI de notre seul Mouvement, et nI la loi nI la contrainte ne sauraient l'imposer. C'est dire, dans le climat créé par des siècles de préjugés et entretenu par des démagogues sans scrupules, la complexité de la tâche. Il ne suffit pas d ' asséner des vérités pour convaincre, encore moins de formuler des incanta t ions ou des anathèmes. Il s'agit avant tout d'aller au-devant des gens, de leurs questions, de leurs inquiétudes en argumentant, en désamorçant les préjugés diffus dans la vie quotidienne, en multipliant les informations, en favorisant la connaissance réciproque des êtres humains et de leurs milieux respec ti fs en organ isant rencontres et échanges au moyen de réunions, de débats , de films d'expositions , de spectacles, de matériel pédagogique de toute sorte. C'est dans ce sens que va l'action des 250 comités locaux du MRAP dont nous donnons quelques exemples au cours de ces derniers mois. DES FETES A Marseille, une fête "contre le racis.e et le fascis.e" organisée par une cinquantaine d' organisations dont le MRAP local a rassemblé des milliers de personnes . Cette manifestation avait pour but de ".ontrer que face à la .ontée du racis.e et des idées fascisantes dans la région, une autre voie est possible". De nombreux artistes de toutes origines ont apporté leur concours. Une fête de "l'a.itié entre les peuples" pendan t 3 jours à Ollioules (Var) avec différents groupes de musiques provençales et étrangères, soirées avec textes et chansons de différents pays, rock, reaggae, exposition peintures et photos. Une fête "rencontres internationales, soli dari té" à Lé z an (Gard) avec musiques des peuples latino-américains, des textes de Victor Jara, Pablo Neruda, Violette Parra, des percussions d'Afrique Noire et du Maghreb. Une fête de l'a.itié, à Vitrolles (13) organisée par le comi té local avec participat ion de nombreux groupes de chanteurs, danseurs, musiciens des communautés diverses de la cité (yougoslaves, portugais, maghrébins, tziganes). Une large place a été faite à la Nouvelle-Calédonie avec un représentant kanak. Une "se.aine interculturelle: gens de tous pays" mise sur pied par le comité local de Pithiviers avec une forte participation des associations et ressortissants des pays de l'immigration. - 9 - Un festival de rock contre le racis.e à Limoges (8l) avec participation de neuf groupes locaux et interventions d'associations antiracistes. RENCONTRES CINEMATOGRAPHIQUES A Lunel, six films récents et de grande qualité (dont le "Thé au harem d' Archimède") sont projetés plusieurs fois et à des heures différentes dans le cadre des "Rencontres .éditerranéennes" organisées par le MRAP, l'ASTM, le CLIME et la MJC. Les spectateurs ont discuté dans de longs débats avec les réalisateurs et les associations organisatrices. En Avignon, pendant plus d'un mOlS à l'initiative du MRAP et d'UTOPIA, le "Festival Méditerranéen" a projeté 18 films représentant 13 des pays qui bordent la Méditerranée. Débats animés par le MRAP. REUNIONS DE REFLEXION Sur le thème ilIa lutte antiraciste, quelle(s) action(s) aujourd'hui" diverses associations ont participé à une après-midi de réflexion organisée par le comité local du MRAP de 8rest. Participation du MRAP à ilIa Quatriè.e Université d'Eté ho.osexuelle" où les interventions de 'notre représentante - 8aya Jurquet, présidente de la fédération des Bouches-du-Rhône ont permis de rappeler la réflexion de notre Mouvement et sa position sur les discriminations subies par certai -nes personnes à cause de leur mode de VIe. "Pre.ière Université du MRAP sur le racis.e" (voir encadré page Il) (sui te page 10) (suite de la page 9) DROIT DES TSIGANES ET GENS DU VOYAGE A Verneuil-en-Halatte (Oise) des représentants de la fédération du MRAP s'affrontent à la municipalité dans une manifestation où les élus marchent contre les nomades. Un des responsables du MRAP qui demandait une aire de stationnement pour les intéressés reçoit du maire cette réponse ..• très démocratique: "Monsieur, si je n'étais pas maire de la commune, j'aurais bien envie de vous jeter dans les champs". Sans commentaires! NOUVELLE-CALEDONIE A Valence et à Orléans, à l'initiative du MRAP, ont été organisées des soirées et conférences- débats sur la situation dans ce territoire d'outre-mer et les droits du peuple kanak. Il conviendrait de mentionner aussi la tenue de nombreux stands du MRAP au cours des fêtes organisées traditionnellement en juin et juillet par les partis et syndicats. C'est une façon pour le MRAP de se faire connaître et d'informer un public nombreux sur son action locale. Tout cela n'est qu'un aperçu du travail fantastique accompli par les comités locaux et trop peu souvent mis en valeur par la grande presse et les médias en général. Sans doute, s' il faut penser au relais médiatique pour faire prendre conscience au plus grand nombre de la richesse des différences, il serai t en même temps naîf et irresponsable de croire que seule une action à grand renfort de publicité médiatique pourrait changer les mentali tés. L'un ne va pas sans l'autre. C'est par une action quotidienne d'éducation à la différence et contre les situations génératrices de racisme à travers un travail lent, patient et persévérant sans ostentation ni tapage que se construit, avec toutes les associations concernées, la France plurielle de tous les jours. Les prochains numéros de Droit et Liberté en rendront compte de façon aussi détaillée que possible. EN BREF L~ RACISME EN JUSTICE MUSTAPHA (Gannat): La Cour d'Appel de Bourges 19B5, Alain a relaxé, le 30 mai Vallon du délit de provocation à la haine, pour lequel il avait été condamné en première instance, puis par la Cour d'Appel de Riom, dont l'arrêt avait été cassé en décembre 1984 (cf. DL février 85). Rappelons que Vallon avait publié la lettre à Mustapha, en octobre 1983, dans son bimensuel ilLe Chardon". PROVOCATION: Un élu de la commune d'Annoeulin, condamné le Tribunal de André Terrier, a été 6 juin 1985 par le Grande Instance de Lille pour avoir proféré des injures antisémites à l'égard d'un groupe de manifestants réunis lors d'une représentation de ballets soviétiques. 10.000 F d'amende, F de dommages et intérêts pour la LICRA, partie civile. OLIVIER D'ORMESSON: Ce parlementaire européen, élu sur la liste du Front National, avait tenu au cours d'un meeting public les propos suivants: "L'espace européen est en· train de devenir un espace habité par toutes autres sortes de races que ces vieilles races qui ont fait l'Europe; nous ne voulons pas que notre pays soit livré à une immigration insaisissable ( .•• ) Notre pays est colonisé par d'autres races que la nôtre". Le Parquet de classé la plainte du Pontoise a MRAP contre ces propos, "les faits lui paraissant insuffisamment caractérisés" (10 juin 1985). RELAXE: L'abbé Chavoutier, auteur d'un article injurieux à l'égard de la direction (composée de Juifs) de la Société Fusalp, avait été condamné pour provocation à la haine par le Tribunal de Grande Instance de Chambéry (cf. DL février 1985). Saisie en appel, la Cour de Chambéry l'a déclaré non coupable (10 juin 1985). 10 - MINUTE-PRESENT: Les jugements de la 17ème Chambre correctionnelle de ' Paris du 6 décembre 1984, qui avaient débouté le MRAP de deux plaintes contre ces publications (cf. DL janvier 1985), ont été confirmés par la Cour d'Appel le 13 juin 1985. "APPEL A TOUS": Ce tract diffusé à Garches pendant la campagne pour les élections européennes de 1984, constituait un appel au mépris et à la haine à l'égard de la communauté immigrée, de Français de confession israélite et de toutes personnes aux noms à consonance étrangère. Signé du Front National, il invitait le lecteur à voter J.M. Le Pen. Le MRAP avait déposé plainte en août 1984. Le Parquet de Nanterre, alors qu'il estimait que le tract relevai t bien de l'application de la loi du 1er juillet 1972, a cependant classé cette plainte faute d'avoir pu en identifier les auteurs (14 juin 1985). AFFAIRE DARDIE M. Riss, Premier juge d'instruction au Tribunal de Grande Instance de Lyon, a rendu le 30 juillet 1985 son ordonnance dans l'information suivie contre Klaus Barbie. Six associations d'anciens combattants et de déportés ont fait appel de cette ordonnance lui reprochant en particulier la distinction opérée entre les crimes commis contre les résistants, quali fiés de "crimes de guerre" et donc prescrits, et les "crimes contre l' humani té", imprescriptibles. Le MRAP a également interjeté appel de l'ordonnance sur ce point et sur la différence de qualification des évènements d'Izieu: les mêmes faits sont en effet qualifiés d'enlèvement, détournement et déplacement pour les mineurs arrêtés le 6 avril 1944 dans le foyer d'Izieu, alors qu'ils sont inti tulés déportation en ce qui concerne les adultes. CARNET ! UNIVERSITE D'ETE Organisée par le MRAP du 9 au 13 juillet 1985 au CIEP de Sèvres, cette première Université sur le racisme et l'éducation à la Différence a connu un vif succès. NOS DEUILS------------------~----------________________ __ Deux deuils ont frappé nos camarades du Comité d'Ivry: - le 17 juillet, la mère de Jeannine Cuinat-Tripoteau - membre du Bureau National - s'éteignait à l'âge de 90 ans, après une longue hospitalisation; - le 5 août, est décédé un des membres les plus anciens du Comité, Maurice DUCREUX. En dépit de la période de vacances, une foule nombreuse s'est rassemblée le 8 aux obsèques, à l' égl ise d'Ivry-Port. Bertrand Bary représentait le Secrétariat National. Plusieurs témoignages ont été donnés de l'action et du rayonnement de Maurice. Il s'est consacré beaucoup aux questions d'urbanisme et de logement. Son engagement au MRAP synthétise son combat contre toutes les exclusions, animé par une profonde foi chrétienne, et une présence attentive aux personnes. x X X Nous avons appris également le décès de Germaine JURQUET, mère de Jacques Jurquet, militant du MRAP à Marseille, et belle-mère de Baya Jurquet, présidente de notre comité local dans cette ville. Elle était elle-même membre du MRAP. Sous l'occupation, elle avait caché quatre enfants juifs, les soustrayant ainsi au génocide. Nous expri!1lOnS à sa famille nos sincères condoléances. Le 6 septembre 1985, après une longue et douloureuse maladie, s'est éteinte Sonia BEOIC, bellesoeur de Marijan Krcmar, responsable du comité local de Nanterre et secrétaire de la fédération des Hauts-de-Seine. Nous disons à ses trois enfants, à notre ami Marijan, à sa femme Mira et à toute leur famille notre profonde sympathie et notre sincère amitié. Jacqueline VICTOR-BRAUNER Nous avons appris avec émotion le décès de Jacqueline VICTOR- BRAUNER, membre de longue date du Comité d' Honneur du MRAP. Elle avait à maintes reprises manifesté son soutien à notre action. Lors de plusieurs expositions-ventes du MRAP, elle avait offert des oeuvres de Victor Brauner. Se voulant fidèle à notre idéal par-delà la mort, elle laisse un legs, qui ira à MRAP-Solidari té. Le souvenir de sa discrète et profonde sympathie restera présent dans nos mémoires. Madeleine JACOB Journaliste pendant près de 50 ans, Madeleine JACOB était connue et admirée pour ses reportages et chroniques judiciaires, publiés successivement dans une dizaine de journaux et magazines depuis 1923, avec un~ interruption sous l'occupation. Dans ses compte- rendus des procès antinazis de l'après-guerre - ceux de Pétain et d'Eichmann, celui de Nuremberg - et d'autres, où étalent en cause les valeurs démocratiques et humaines, elle n'hésitait pas à prendre parti pour les défendre, avec toute sa fougue et son immense talent. Elle avait maintes fois exprimé son dégoût du racisme lors de procès intentés par le MRAP, qu'elle suivait encore fréquemment après sa retraite, qui ne l' avai t pas éloignée des prétoires. C'est avec une peine profonde que nous avons appris sa disparition. De l'avis des 25 participants l'expérience est à renouveler. Quatre fiches apportent une synthèse sur 4 thèmes principaux. FICHE N° 1 FICHE N° 2 FICHE N° 3 FICHE N° 4 ACTIONS DE FORMATION EN SITUATIONS SIMULEES ET (OU) DIFFEREES( l'écoute; la relation d'aide; le respect, la reconnaissance de l'autre pour l'instauration du dialogue au sein de la classe). DEFINITIONS; EVALUATION DES SITUATIONS; ACCES AU BILINGUISME POUR TOUS. L'ECOLE ET L'EDUCATION ANTIRACISTE (râle de l'école; l'éducation antiraciste; l'ouverture de l'école; les moyens; les méthodes). SENS ET CONTENU DE L'EDUCATION CIVIQUE (connaissance des institutions nationales et internationales; étude et place de la Déclaration des Droits de l'Homme dans l'éducation civique; vie scolaire). Ces fiches peuvent être obtenues au siège du MRAP moyennant la somme de 10 Frs (frais d'envoi inclus). DIFFERENCES: OCTOBRE 1985 Le dossier du mois: LES PROTESTANTS EN FRANCE à l'occasion du tricentenaire de la révocation de l'Edit de Nantes. - 11 - ACTION EN BREF 16 juillet. Une délégation du MRAP condui te par Charles Palant représente le Mouvement à la manifestation commémorant la rafle du Vel d'Hiv. 28 juillet. Communiqué-déclaration du MRAP suite à l'initiative française concernant l'Afrique du Sud. 20 juillet. René Mazenod intervient au nom du Secrétariat national à la manifestation de Marignane suite à l'assassinat de Laîd Meghit. 24 juillet. Une forte délégation du MRAP conduite par Charles Palant participe au rassemblement mensuel devant l'ambassade d'Afrique du Sud. 30 juillet. Lettre à tous les membres du Comité d'Honneur leur demandant d'intervenir auprès du Premier Ministre pour un débat parlementaire sur le boycott de l'Afrique du Sud. 6 août. Courrier adressé à Michèle Cotta, présidente de la Haute Autorité de l'audiovisuel, Hervé Bourges, président de TF1, JeanClaude Héberlé, PDG d'A2, André Holleaux, président de FR3 et au Président-Directeur Général de la RFP leur demandant de supprimer la publicité télévisée en faveur des pamplemousses Outspan. 15 août. Télégramme à l'ANC (TD212) à la sui te du décès de Florence Mpocho, responsable des femmes de l'ANC. 31 août. George Pau participe au nom du MRAP à l'Université d'Eté du MRG où elle intervient sur le problème de l'emploi et des travailleurs immigrés, et du rôle des médias dans ce domaine. 5 septe.bre. Lettre à Raymond Forni, membre du Comité d' Honneur du MRAP, pour le féliciter de sa nomination à la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle et lui demander un rendez-vous. Les haines d'un été On le temps profite s'imaginerai t que durant des vacances où l'on en généralement pour décompresser "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil". Article inconnu des racistes qui, en France, n'ont pas désarmé pendant les mois de l'été et ont entretenu, cette année encore, la haine, la violence et la mort. En Juin, c'est Mohamed ben Djemaa qui a été blessé à Carpentras dans la nuit du 9 vers 20h.30. Quelques jours après, c'est un charpentier tunisien de 31 ans, Aîssa Gaida, qui trouve la mort par balle de 22 long rifle, à Nîmes. Le 20, en gare de Gagny (Seine-SaintDenis) 3 jeunes d'origine algérienne, sont blessés par balle de revolver après avoir été insultés par leur agresseur - un policier en civil. En Juillet, le 8 du mois, c'est Mme Micheline Koubi, 38 ans, originaire d'Afrique du Nord, qui est frappée et injuriée par des policiers dans le lIe arrondissement de Paris. Le soir du 14 où la France entière célébrait la liberté, l'égalité, la fraternité, Laid . Meghi t, ouvrier algérien de 30 ans, père de 2 enfants, en attente d'un troisième, est lâchement assassil'\é à Marignane alors qu'il rentrait chez lui après le feu d'artifice. Dans la même nuit, un ancien harki de nationalité française, M. Tayeb Bensol tane, restaurateur à Nice, a été frappé et insulté par des policiers pour soi-disant ••• tapage nocturne. Le 20 juillet, à l'île d'Yeu, vingt jeunes de Bondy (Seine- Saint- Denis) de diverses origines ethniques, en stage de voile sur l'île, sont contraints d'écourter leurs vacances après avoir subi une nuit de racisme, comme leurs camarades maghrébins de Pantin chassés de Belle-Ile l'an dernier à pareille époque. En Août, commencent les exactions des "hooligans" du PSG en déplacement à Auxerre, Laval, Nice, Le Havre, avec leurs 12 - inscriptions et leur salut nazis. Le 20, ce sont 24 militants de SOS-Racisme qui subissent des violences pol icières alors qu' i Is occupaient pacifiquement le siège de la compagnie d'aviation sudafricaine pour protester contre l'apartheid. Début septe.bre, à la suite de la mort tragique d'un des jeunes, la Paternelle, cité populaire de la banlieue marseillaise, est le théâtre de heurts violents entre policiers et jeunes de tous pays qui y habitent. A Angers, le lendemain, une dizaine d'étudiants noirs se voient refuser l'entrée dans une discothèque, refus accompagné de projection de gaz lacrymogènes et de coups de fusils. Partout, le MRAP est intervenu donnant aux évènements une dimension locale, départementale ou nationale. Il a pris contact sur place avec les victimes et leurs familles, a organisé des manifestations souvent importantes (3.000 personnes à Marignane), dans la majorité des cas il a saisi la justice. Il a demandé en outre au ministre de l'Intérieur que "des .esures d'urgence soient prises pour assurer la sécurité de tous et particulièrnent, en cette période de l'année, celle des personnes directe.ent visées par les tueurs racistes" et que "des sanctions sévères (soient appliquées) contre toute expression de racis.e dans la police". Droit et Liberté 89, rue Oberkampf, 75011 Paris Téléphone: 806.88.00 CCP 9239-81 Paris Directeur de la publication René Mazenod Maquette I(éronique Mortaigne Secrétariat de rédaction Monique Khellaf Comité de rédaction Bertrand Bary, Gérard Coulon René Mazenod N° de Commission paritaire : 61013 Imprimerie de Montligeon .(61)

Notes

<references />