Droit et Liberté n°406 - décembre 1981

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°406 de Décembre 1981
    • Editorial: le devenir de l'immigration par René Mazenod
    • Les racistes s’agitent, ancienne et nouvelle droite font une arme contre le gouvernement socialiste
    • La nouvelle législation sur l'immigration, commentaires de Me Geoge Pau-Langevin
    • Le racisme hors des cités
    • Afrique du sud : impérialisme et guérilla
    • Racisme et homosexualité

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

111111 1111111111 MENSUEL DU MOUVEMENT CONTRE LE RACISME ET POUR L" AMITIE ENTRE LES PEUPLES N° 406 - DECEMBRE 1981 - 3 F LES RACISTES S~GITENT Changement d'époque, changement de ton. Avec l'arrivée de la gauche au pouvoir, le racisme d'Etat n'a plus cours. Les nouvelles mesures favorables aux immigrés - régularisation des sans-papiers, droit d'association ... - ont traumatisé une opposition naturellement encline à « rejeter l'étranger» au nom d'un nationalisme désuet. CIl C C al CI) o o oC c. Ainsi, l'extrême droite, qui n'a que légèrement subi le contrecoup du 1 0 mai, et à sa remorque la droite traditionnelle plus marquée par la défaite, font du racisme un levier contre un régime plus favorable au Tiers-Monde et à ses ressortissants. Pendant que des actes discriminatoires continuent d'être perpétrés mais que la lutte antiraciste progresse, la campagne d'intoxication se poursuit, avec la complicité de certains médias. (lire pp. 4 et 5) A Aix-en-Provence. certains cafés cultivent le style « à la française » en refusant de servir les Maghrébins. Pour le « French café» et « La Belle Epoque» 15 jours de fermeture judiciaire à la suite de nombreuses plaintes. Une sanction exemplaire et qui devrait être plus fréquente ... Afrique du Sud' impérialisme et guérilla L'Afrique du Sud aurait-elle les yeux plus grands que le ventre? Alors qu'à l'intérieur du pays, la résistance au régime de l'apartheid se fait de plus en plus pressante, le gouvernement de M. Botha met en place une politique d'intervention sans précédent en Afrique australe. En Namibie d'abord, où le problème de l'occupation sud-africaine est loin d'être résolu, malgré les négociations en CO'Jrs. Dans le sud de l'Angola ensuite, où les troupes sud-africaines ont récemment monté deux opérations militaires -la dernière, baptisée Primevère date du mois de novembre - afin de détruire les bases de la SWAPO. Ailleurs, Prétoria travaille en coulisse, en Zambie, au Swaziland, au Malawi, et en An· gola toujours, en soutenant l'organisation UNITA. responsa· ble de la récente destruction de la raffinerie de pétrole de Luanda. Autre tactique, l'Afrique du Sud, de plus en plus isolée politiquement en Afrique australe, veut garder la mainmise sur ses voisins en essayant de maintenir par tous les moyens leur dépendance à son égard en matière de voies de communication. Toute velléité d'émancipation est chèrement payée. Ainsi, au Mozambique, des «terroristes » ont successivement saboté la route principale, la voie ferrée et le pipe-line qui le reliaient au Zimbabwe, où paralèlement les pressions économiques et commerciales, par lobby blanc in terposé, se font de plus en plus fortes, pour que tout continue de transiter par les ports sud-africains. Que cherche le gouvernement raciste de Prétor~a à travers ces coups de forces? En premier lieu déstabiliser a son profit. Ensuite, éviter l'alliance et la coopération économique entre les pays progressistes de la zone. Dans l'Océan Indien, le régime de l'apartheid fait preuve d'une activité débordante pour ne pas dire envahissante. La conclusion de contrats commerciaux avec l'île Maurice, le coup d'Etat manqué au Seychelles contre le gouvernement progressiste du président René, qui à son arrivée au pouvoir avait nationalisé l'industrie du tourisme jusqu'alors aux mains des Sud-Africains, ont montré l'intérêt porté par Prétoria à cette région du monde où la France reste très présente. Après l'échec de cette opération montée par des mercenaires sud-africains, il ne fait plus aucun doute que les mercenaires belges et français basés aux Comores, fief de Bob Denard, entretiennent des liens fort étroits avec Prétoria . Mais c'est bien à l' intérieur que se jouera la partie. L'ANC, le plus ancien des mouvements de libération d'Afrique fêtera bientôt son 70· anniversaire. En France, une soirée sera organisée à cette occasion le 7 janvier prochain à la Cité Universitaire d'Antony. Or, la situation est grave. Pour avoir voulu libérer leur pays des griffes de l'apartheid, six de ses militants sont actuellement condamnés à mort et la plupart de ses dirigeants sont emprisonnés à Robben Island. Tandis que se développe son action de guérilla, un récent sondage a montré que l'ANC représentait une force considérable en Afrique du Sud. Comment dans ces conditions le régime de Prétoria peut-il prétendre faire la loi en Afrique australe? DEUX PRISES DE POSITION La Pologne Le Bureau National du Mrap, profond ent ému par le drame que 1 e peuple polonais, dont il idaire, condamne les I~'Charles 20 mai 2011 à 09:38 (UTC)d' antisémitisme qui .... ,..· .. nnn,e d'inscriptions et • . émission de la I...,.,..,..,..".r l'armée. 'NlrtICHU!il"'tlécide d'inàftI, btiïi!Sadeur de - ,f'jOII!'Y.!"'" à de 'fAiif"tiintde Vivement pr la nécessité de réaliser u -Orient une paix durable f d la justice et l'entente entre 1 uples,le Bureau National Mrap condamne l'annexion par Israël du territaire occupé du Golan. Il demande que soit rapidement recherchée, par la voie de négociations entre toutes les parties concernées, une solution au conflit, prenant en compte les droits et la sécurité de tous les peuples de la région. TRIBUNE Elargir le champ d'action? En d'autres termes .' devons-nous nous cantonner à la lutte antiraciste ou inclure dans nos préoccupations toute atteinte aux droits de l'Homme? Ces questions sont déjà posées à travers des articles de notre presse (Différences) et dans des comités locaux. Elles se poseront d'autres fois, y compris au niveau de nos instances nationales. Pour notre part nous répondons qu'il ne faut pas que le Mrap s'écarte des buts qu'il s'est donnés dans ses statuts. Une interprétation trop large de sa mission même pour de nobles motifs, risquerait de diviser ses adhérents et militants, donc d'amoindrir ses forces. La lutte spécifiquement antiraciste doit à notre avis, rester r objectif « limité » - si l'on peut dire, quand on pense à l'immensité de la tâche! - qui nous réunit avec nos conceptions politiques diverses, nos traditions et nos comportements propres. La discrimination raciste, telle qu'elle se définit dans la loi de juillet 1972 donne déjà un champ étendu à notre action puisqu'elle englobe tout ce qui concerne les ethnies, les nations, les races et les religions. Il nous paraÎt dangereux pour l'efficacité, et même pour la survie du Mouvement d'attribuer au mot « racisme » un sens encore plus étendu englobant les handicapés, les femmes, telle classe ou catégorie sociale etc. En altérant le sens d'un mot on émousse son pouvoir mobilisateur. Il en est malheureusement ainsi de mots comme nazi, fasciste ou encore « S. S. » qui sont parfois utilisés à tort et à travers et risquent ainsi de se banaliser. La lutte contre le racisme, dans son sens le plus restrictif. c'est-à-dire le plus fort est un objectif tellement important qu'elle suffit bien aux forces du M rap. Le racisme et la lutte antiraciste s'imbriquent d'ailleurs avec beaucoup de problèmes actuels de notre pays. A l'échelle mondiale, les combats pour la libération des peuples sous tutelle et pour un nouvel ordre économique international, sont, aussi et surtout des luttes antiracistes. Mouvement antiraciste, le Mrap ne doit donc pas, à notre avis, se disperser en luttant par exemple pour des objectifs pourtanraussi essentiels que la libération de la femme, et le respect des droits des 9nfants - dont on sait que 40 millions sont contraints au travail forcé et que des millions sont également victimes, dans leur pays, de sévices ou mutilations sexuelles. Il en est de même en ce qui concerne l'homosexualité. Le comité parisien du 18e arrondissement a organisé le 9 janvier 1981 un débat avec des militants homosexuels qui, parmi d'autres re vendications, réclamaient l'extension de la loi antiraciste de 1972 à «(orientation sexuelle ». Nous ne pouvons rappeler ici les différents aspects de l'homosexualité, mais il nous semble impossible de considérer que les homosexuels sont victimes de racisme à proprement parler. Il en est d'ailleurs de même de tous ceux qui ont choisi de pratiquer une sexualité déviante ou minoritaire (pédophilie, sexualité de groupe etc.) qui ne peuvent pas non. plus, raisonnablement, bénéficier du soutien du M rap. Nous avons vécu au comité local de ClermontFerrand, l'expérience d'utilisation abusives du Mrap comme tf/hune servant à faire passer parfois des messages non spécifiquement antiracistes. Ainsi, au cours de spectacles ou d'expositionsventes, il est arrivé que certains militants aient en particulier fait des proclamations partisanes. Ceci a toujours apporté une confusion regretta ble dans (esprit de ceux que nous cherchions à toucher pour ~/argir la lutte contre le racisme. Il paraÎt donc essentiel de se garder de toute ambiguité et de craindre les amalgames, d'autant plus que nos adversaires ne laissent jamais échapper une occasion de déformer notre message. N'oublions pas qu'ils gardent aujourd'hui encore un très large accès aux « médias » ... Pour conclure, nous pensions qu'une extension abusive de la notion de lutte contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples risquerait de diminuer notre efficacité et de di viser profondément notre mouvement. Ce souci de conserver notre spécificité, pour raison d'efficacité, ne signifie pas que nous nous désolidarisons d'autres mouvements qui luttent contre d'autres formes de discrimination. .. «Différences » est là pour montrer ce souci de solidarité, et nous ne désavouons pas «Différences » pour son objectif plus large que celui du Mrap. Mais nous n'avons vocation ni à nous substituer à ces autres mouvements, ni à nous fédérer organiquement avec eux. Alors, des colloques de réflexion sur l'homosexualité, sur le sadisme, sur les handicapés ... oui. pourquoi pas? Pourquoi pas, aussi, sur les Basques, les Bretons ou les Occitants? Sur les gros, les petits, les chevelus? Peut-être conviendrait- il en priorité cr organiser des colloques sur des thèmes qui nous sont propres .' par exemple sur les pratiques administratives à l'égard des étrangers, ou sur le travail précoce (et illégal) des enfants d'immigrés, ou encore sur la place du Mrap dans le combat pour la paix. André LAVIGNON Texte adopté à l'unanimité lors de l'Assemblée Générale du 9 novembre 1981 du Comité Départemental du Puy-de-Dôme. Pas d'étrennes ... J 'ai entendu ce matin à Europe nO 1 un communiqué de la Mairie de la Ville de Paris interdisant toutes étrennes aux éboueurs de la ville. Or, on sait que la plupart sont des immigrés. Décidément, dans ce pays, on n'éprouve aucune reconnaissance pour ces hommes qui ont le courage de faire des travaux délaissés par les Français. Je vous écris mon indignation. Dominique PETIT 02700 Quessy-Centre Appel des policiers en civil Si la lutte contre le racisme, c'est d'abord de faire valoir que les gens ont le même droit au respect dû à touta personne humaine, quelle que soit sa différ ence de couleur de peau, de mentalité ou de civilisation Si lutter contre toutes les formes de ségrégation revient donc à faire reconnaÎtre le droit imprescriptible de chacun à ne pas être abaissé « à priori» à-un rang méprisable ou douteux, du fait de son aspect son origine, sa situation, Si ln Mrap a le ferme attachement à défendre {intégralité de ces principes sans envisager de participer lui-même à une quelconque forme de ségrégation Nous lui demandons d'accepter de nous soutenir, nous les policiers, « toujoursprésuméscoupables », chaque fois que nous aurons à nous défendre de la diffamation dont on nous entoure, sur la seule présomption d'appartenir à un corps dont on généralise, à prion: les excès de quelques-uns. Syndicat Nationale Autonome des Policiers en Civil Paris « Droit et liberté» et « Différences» En cette période de fin d'année, je viens vous renouveler mon adhésion au Mrap. Pour ce qui est de faire partie d'une commission je suis un peu trop éloigné mais je pense qu'il est possible de faire des adhésions nouvelles afin de créer un comité local. Je ~'ais donc essayer de m'y employer. J'en profite, au passage, pour dire un grand bravo à notre magazine Différences et à notre bulletin de liaison qui est Droit et Liberté. Est-il nécessaire que Droit et Liberté soit aussi complet maintenant que Différences semble bien pénétrer? Un simple bulletin de liaison aux mefTJbres du Mrap ne suffirait-il pas? Gilbert GIRAUD 04 Digne 1 DROIT & LIBERTE 1 89, rue Oberkampf. 75011 Paris - Téléphone 806.88.00 PRESIDENTD'HONNEUR :I Pierre PARAF PRESIDENT DELEGUE : François GREMY VICE· PRESIDENTS : Charles PALANT. AbbéJean PIHAN. M' George PAU·LANGEVIN. SECRETAIRE GENERAL : Albert LEVY Désireux de m'i nformer et de souten ir l' ac t ion contre le racisme. ~ p o u r l'am i tié entre les peuples J'adhère au m.r.a.p.. • • Je m'abonne à droit et liberté. I11III 2 C.C.P. 9239-81 Paris. Directeur de la publication Al bert Lévy Secrétariat de rédaction Véronique Mortaigne Comité de rédaction : Jean-Pierre Garcia, Frédéric Maurin. Robert Pac. Abdelahak Senna, Jean-Yves Treiber. Slimane Zég hidour. N° de Commission paritaire : 61013 Impnmerle SIRG 249 .24 .00 COMITE D'HONNEUR : Henri ALLEG. Georges AURIC. Robert BALLANGER. Maurice BEJART. Jacques BERQUE. Général de BDLLARDIERE. Bâtonnier Albert BRUNOIS. Aimé CESAIRE. Charles de CHAM BRUN. André CHAMSON. Ma· rie José CIiDMBART de LAUWE. Louis DAQUIN. Alain DECAUX. Henri DESDILLE. Maurice DRUON. Pasteur André DUMAS. Henri FAURE. Jean FERRAT. Max· Pol FOUCHET. Pierre GA· MARRA. Colette GUILLAUMIN. Monseigneur Guy HERBULOT. J ean HIER NAUX. Georges HDURDIN. Albert JACQUARD. Prol esseur Fran· çois JACOB. Pierre JOXE. J ean-Pierre KAHANE. Allred KASTlER. J ean LACDUTURE. Bât onnier Bernard LASSERRE. Michel LEIRIS. Gérard LYON·CAEN. Jacques MADAULE. Françoise MALLET·JDRIS. Albert MEMMI. Robert MERLE. Théodore MDNOD.Henri NOGUERES.'J ean PI· CART LE DOUX. Gilles PERRAULT. Marcel PRE· NANT. Wladimir RABI. Alain RESNAIS. Emma· nuel ROBLES. Armand SALACROU. J ean·Paul SARTRE. Laurent SCHWARTZ. Georges SEGUY. Vieira da SILVA. J ean SURET·CANALE. Haroun TAZIEFF. Alain TERRENOIRE. Jacqueline THDME· PATENOTRE. VERCORS. Jacqueline VICTOR· BRAUNER. Docteur Pierre WERTHEI· MER. lannio XENAKIS. Bernard ZEHRFUSS. Prenom âge Pr o feSSion Adresse Cone pc;t al Ville Le montant de la carte d 'adhésion (à partir de 80 francs) est laissé à l'appréciation du sous· cripteur, selon ses possibilités, compte tenu de la nécessité d 'apporter le soutien le plus effi cace à l'action du mrap. 'Abonnement d 'un an à droit et liberté (30 F) . Abonnement de soutien (100 F) . . Etranger (50 F) . Adhérents au MRAP (20 F). C.C.P. 9239·81 Paris • Rayer la mention inutile. mouvement contre le racisme et pour l'amitié tmtre les peuples (mrap) 89 rue Oberkampf · paris11 " tél. B06.BB.00 · c .c .p. 14·B25·B5 paris droit et liberté. n0406 • décembre 81 EDITORIAL LEDEV DE I! IMMIGRATION Dans notre tradition occidentale, la nuit du 31 décembre est liée à l'échange de voeux et de cadeaux à l'aube d'une nouvelle année. Aussi est-elle teintée de joie et célébrée festivement par la majorité des gens. Malgré cela, le 31 décembre 1981 va prendre une résonance tout autre pour un certain nombre de personnes vivant en France: je veux parler des travailleurs immigrés « sans papiers ». En effet, ce jour-là s'achèvera pour eux le processus de régularisation commencé il y a 4 mois. Les uns ont satisfait à cette obligation, parce qu'ils remplissaient les deux conditions mises par le gouvernement - entrée en France avant la 1 er janvier 1981 et travail stable-, d'autres y ont échappé soit, qu'ils n'aient pas voulu déposer leur dossier, soit dans l'immense majorité des cas, qu'ils n'aient pas pu y satisfaire, se heurtant à la mauvaise volonté de leurs patrons ou à l'impératif des conditions requises. Une telle situation a suscité des débats passionnés et des exigences inconditionnelles provoquant un climat d'angoisse et de peur chez les intéressés. Bataille de chiffres, de pourcentage de régularisés potentiels. C'est sans conteste, à l'heure actuelle, le problème majeur qui agite certains milieux de l'immigration, ou proches d'elle, occasionnant prises de position et manifestations. Or, pris en lui-même, ce problème est insoluble: il convient de le situer à sa juste place dans un cadre plus général car il soulève à la fois le problème de l'immigration en elle-même et celui du travail clandestin. En le grossissant démesurément ne deviendrait-il pas comme l'arbre qui cache la forêt avec un double risque? Le premier serait en effet de laisser croire que depuis le 10 mai rien n'a changé dans le domaine de l'immigration et que la politique du pouvoir précédant tant de fois dénoncée par le Mrap et les organisations démocratiques, continue. Or, nous savons que c'est faux. Nous avons dit dans nos derniers numéros ce que nous pensions des nouveaux textes de lois et des nouvelles dispositions en la matière, en soulignant à la fois nos motifs de satisfaction, de craintes et de désaccord. Nous n'y reviendrons pas. Signalons toutefois qu'en ce qui concerne le. régularisations, dès le 10 septembre, au cours d'une conférence de presse, le M rap regrettait la seconde condition mise par le gouvernement - la stabilité du travail - et précisait que le critère majeur de l'immigration clandestine était justement l'instabilité dans le travail. S'il est clair que des travailleurs sans papiers se heurtent à de sérieuses difficultés, seuls face à leurs employeurs qui, trop souvent, répondent par un licenciement abusif à toute demande de régularisation, il est clair aussi que le gouvernement a la ferme volonté d'en finir avec ce chancre du travail qu'est l'emploi clandestin. Si l'on tient compte des dispositions de la circulaire du 11 août 1981, des deux annexes la complétant et des déclarations successives de M. Autain, il semble que les autorités feront preuve de souplesse pour la régularisation de ceux des travailleurs immigrés sans papiers entrés en France avant la date prévue. Le second risque serait d'occulter le pourquoi de l'immigration et les pratiques d'exploitation éhontée encouragées pendant plus de 20 ans par l'ancien pouvoir. Même si les choses ont commencé à changer avec « la crise » mondiale, il est en effet établi qu'à partir de 1960, 85 % des travailleurs immigrés relevaient de l'immigration sauvage sans que les gouvernements successifs ne s'y fussent opposés. D'où l'accroissement des trafics de main-d'oeuvre avec leur lot de surexploitation, de non-respect des droits sociaux et de la législation du travail. D'où aussi, l'encouragement accordé à la mise en place de filières et d'un processus de rotation sélective de la main-d'oeuvre étrangère, appuyée sur la misère des pays du Tiers-Monde. Si l'on veut traiter le problème de l'immigration au fond, le poser dans toute sa complexité, il faut que se réalise un Nouvel Ordre Economique Mondial fondé non sur un profit accru des pays industrialisés mais, comme nous le disons dans notre Manifeste sur l'immigration « sur le développement indépendant des pays dominés en fonction des intérêts et du progrès de leurs peuples et sur des échanges avantageux pour tous les partenaires ". C'est pourquoi il paraît urgent de revoir dans ce même esprit tous les accords bilatéraux conclus avec les pays d'origine. Conscient de l'étendue de ce problème, c'est dans cette double direction que le Mrap fait trois propositions: - il s'adresse au Secrétaire d'Etat chargé des immigrés pour lui demander de proroger de 3 mois la date de dépôt des dossiers de régularisation; - il demande un débat parlementaire général et approfondi sur l'immigration; - il met sur pied pour 1982 un colloque sur le Nouvel Ordre Economique Mondial. Puissent de telles propositions aider à la solution du problème global de l'immigration. C'est un voeu que nous formons du fond du coeur et qui prendra une dimension toute spéciale le 1 er janvier 1982. René MAZENOD droit et liberté. 0 °406 • décembre 81 1 iffé ren ces va plus loin! Chaque mois, DIFFERENCES s'est fixé pour objectif d'approfondir les sujets dont chacun parle. LE JOUR DE LA RENTREE, le professeur Albert Jacquard réaffirme que les échecs scolaires ne sont pas inscrits dans les chromosomes. LE DEBAT POUR L'IMMIGRATION s'aiguise à l'Assemblée et dans le pays, en exclusivité M. François Autain, le ministre de l'immigration s'explique. LE BICENTENAIRE DE LA VICTOIRE DE YORKTOWN est célébré avec faste auxEtats-Unis. DIFFERENCES rappelle que les Noirs s'y sont aussi battus: pour la liberté des Blancs. LA GRANDE FOIRE EUROPEENNE DU LIVRE se tient à Francfort, DIFFERENCES est sur place et dénonce les nazis qui l'utilisent pour s'y refaire une virginité. LA POLITIQUE NE FAIT PAS BON MENAGE AVEC LES COUPLES MIXTES. On « rééduque» en Chine. DIFFERENCES enquête sur les couples de couleurs en France. DECEMBRE EST LE MOIS DES FETES. DIFFERENCESenquête sur les cadeaux exotiques. Sont-ils le symbole d'une meilleure connaissance des peuples ou une gigantesque affaire commerciale de plus? Enfin, chaque mois, DIFFERENCES se veut être le moyen de connaissances d'autres peuples, d'autres coutumes, d'autres religions. L'écrivain Tahar Ben Jelloun nous parle alors de son PELERI NAGE A LA MECQUE, Maxime Rodinson, Directeur d'Etudes à récole des Hautes Etudes, participe au dossier sur l'ISLAM . piedssensibles les chausseurs du confort et de l'élégance Choix unique en chevreau en sports et en bottes (1·'1 5. rue du Louvre (Métro Louvrel (9·1 Gare Saint· Lazare - 81 . rue Saint-l,zare (MO St -Lazare - Trinitél (6-i Rive gauche 85. rue de SévlJS (Métro Sévres-Babylonel (10-1 Gare de rEst - 53. Bd de Strasbourg (Métro ChAteau d'Eaul Magasins ouverts tous les lundis. mode enfantine RAINE77 PAR 1 S L ________________ ~ _ 20 mai 2011 à 09:38 (UTC) _____ ' 3 s , ' ... .,.",i_I.""nll du poo .... , om lUbi une d!I.,,~ 1. . 10 ma, il "'.,n ve pa. .... ~m. pow ln organi ... ions ,f • • U~, IIoit ... du moins si 1'00 en Cf'"' leur. r6c«n ... 16. dar.uons. Longtemps marginat, ..... IJao lrouvent en "fi", donsl. lun.contr. "\IOU_nemeHl de llouche m.tillre à "" ....... Il lAie. Ou ........ coup, les Il'-'1'''"11 n ....... ~r. dfV~ ... la,,- tern' I"uniuon dan. r-",on. A tout ... g""'" tout honneu,. '.CREeE, ch.mpion de ,. n",,~:. 1"" •. tout &n dr .... nl ~n ,6- ",,'sil";'. oévèfe de ,'.nclenne majorité .... présent •• n.,.." •• elu"lIe comme , ...... '11"""'" d'OppO.n"." c.pable 6"lII0I1., Uf\II 8Ue,,,,,,. •• ,délOllIlI eu _,ahome. S"" pon.-_.,.., Ar ... " 10 B.""" .. , .ouI'llne if .111",," _ .. pto .. ru poo","' p", les """'.Ii,,e. confirme 1 ... th_ clot .. n"""eli. droil •. ~ ... voir qu" fou' p,eodre ,. poo",", ou,,,,,eI e.e"" lellO'J'o')i, ~,,~_ c ... donc lU' 1. front idftolog"",,, ",,'yne 18t9'1 I,,,,,,ion do r •• "IIm.·drOlte. licid! le """""". Ir.r son.CI."" les clubs de réllpion, cerd ... d',· , ....... 'ell ... "ssenl L. PlMence6e l.ionel SloIéru et Ahee Saun, Of -S""é eu. côtbo le Lw i. PM/WtIls dans un mM1e col loque d,,.,,,,, i . ,""",,, .... f'!nC .i" qUI"""" ,~.igne'" p.' ... s«: ","sme ,.,. "",ni"a~ ,,,,,,11,,(;(,,"1/,,. fI' """./". quo /"'" la'" $i u,,"'/""'IHlf d~llIUt _ I.i .... P'fl.a\I'" d'u"" of· ,,,"S,"" plus I.'ge, S, c""ons .If,chen' un Dpt,mi$'fI .fulll"S· qr.u,Oamf "•" ',.' .,P. ..n iodpHI,. .. d ~e sn 'celni c.h.s "t ed ep "a',o mi,eo /,"eS" """' 1tV&C la _ •• ,03nce qu'.., débo.l' do siloc ... En p"""IlI. hgne, '" vl .... " chfIv.1 le bat.ill .. du ""io ... """'., L ... p,em,,, .. VI"" .on'. bHtn "n· l.ndI, ,., imm,\l'iIs. L"p""""'n"men' .p,omul. gue de """" .. 1 ... , .. " ... , l ,mm'g'.'ion, .. 'n ... lli· .... n'u , .. em-eH .... u. y ..... des i","' .. s5l11 ",," .. '61. c'.., 1. 1"",;,,Ie bou:Ii ... des. F'ano;&/I ""',onau._ , Vieilles idées, nouvelles stratégies. LESRACI Ancienne et nouvelle droite font une fu. "',,,"""',, ... dttv,.", "ml nke.ssf' urfIII"'.-. Not,.fftDUWIItIIHlf"· "$'. hllHm,," per_/.' Le netioneli_ rer::ooJY. dk""'-'" do boe" ~If.nge& nohons. L·eIf .... a ". 'emlse pOU' '" M,ap .. "u ...... m.,,.,. le la JustOce " Aue Notre·Oame·de·Nazareth. octobre 81 --' , ... " ..... -_.-' ... , ........ _... .. -'- ..' ,,_.':: _I . . . .. ""7~ ,"'., .. .. .., .. ..... " ....... ' "'" ... ,...·.. .· '-1-'· ".."..... . -. ..... .."'..... co" , .. '- ... ,. .... oC' .... '. _ .'" " .... ." .. ", "'""... ... . - '...... .,. ,_.. . _ . ..... ,1' • -- '" " .", _.,h" ., 0 ,,, " .... . " . " ~ .... ' W" ,~~ ~"', - ..-- ~.::~.~.e: .... ...- ................. -, ... ,.- 01"-' t , ...... . - ...... nI- .... ... .... ,...." • ..... " . .-0 ... ..... .' -...,. ,.."..'._...'. ... ~ .... LM .'gum."', d~kwM p., lM groupusQlI ... !· ... " ...... droi'. om !t, d'a, lleurl '&pris pfI' c"""ns aga ..... de p, ....... dont 1'_".- na"". ""'IIi.,.,- n. ,." ...... " doII'". moi. don' r_ence ail n""."u.nt plu. ""ndue, Invasion, délinquance. déficit de la Sécurité Sociale Ainsi. 1. F/{JlIIQ 'epr .. nd l'a'gum."h"'on .,,,van,. s, ,. SIcut"é soc' ........ n~icjt .' ... ". , ... ,. dol ,mm,grh ""i evec 'emmes.' "nf.n' .. grugen' ..,., budg .... L·."i"'e ,"". 'kI1 .. d'huil. ' cilé pol' 0 l. "'et,,,,,.,I _. pui . eIf/Ch! lU' 1. ""',. f~n ."IIqua". le ... "" ..... Pa'menuer ~ P"",I CfDIf"'" nla. pro ..m~ ,e.- .a.u-"; dKo Il. ,.... ro ~ch ni,' q1u.o "ti"dHuntn npeams"en..L.. D'abod ........ d111Q~'. le la délinqu.nce. Che, • Globel., Il dél,a""" est a l'ordre du jout • Plu· si"". m_s.·/U anl ~,~ robiM tH vo/S f!«:' turnes. . """lIUo.",,,,,,-- ~"....,,, dtJ CflS U/il ".i, prlk_ pa, J. vioit. d"". hl CONMI1 de/el"",nh fun gr_ d. dllWt au ",,;. lM''''''$ dtJ cau· 1"""., 1/ .... , don indiqu; d'M,. "'fI,I_/. Tel,. es, .. ci,,,,,'.;,. diffuo,;" poo, M, Hug. di'fIeI"" S~GITENT contre le gouvernement socialiste , 1 T eut ... ce. in/ama.,on. ditfuséfll "'" e&"ains orge"," le pr .... pose'" un p,obI .... de fond. (ly, 1 ... CO/NTlu"""e."" ;00,,,...1 Pou'quo; n. """,·"HM p., "",Ues .• Ior. """".0 ...... "n'. ."""""',, un ,.dom .. quoIdien '" ord' ... " •. ",i ... traWi. le d i""' .... mon,IIr". ,elusle ...,..i" coup. '" bl ...... ' ... lcomme. Ai:· .. "· ... _., oU 1. caM, ... , La S.II. Epoque •• !.i, rotlte' d'une !Mme"',. judoo .... de ",""e jeu .. pOU' ce mo .. 11 ~s".,jon. de m"" •• ,. goû, (li Pa'i,...18'. dM ieunes en ~,., di ....... alliellen,' leu, !"",,,. dM embIlJmes nNi.fIl dM c,oix gammtles. ,.". ,!tI. lU' la plain,. le. hflb~.n .. do ",.ft;" ... do M,api . 1_ , .. ilt., (' Sain, ... une di""",,,c. dll!l""". m"""'oni.l ••• nte ,. q.olli'~ le .... iI&Me ... dons '.,00'"," SodOue., '. ca,d"_.I1 ... .U .. n'aoc"",. p.,m, .... cl,e"" "i h.nd/Capft ,m-"".,,,,,,.. . ni A,_, ,~ ,. Ii.,. _'ongu.Ii' "n-Rétablir la vérité comm .. ",.1 • la CIlIIi ... EurOpéenne oiJ Meutle,' tous .... mag ...... ·Global. de f,.""" SEVICES HI TOUS GENRES Ckleltion ~inquance. ,.. Tlog8"M n'pn, pal malIeu'. """'.'1011 T~mo/"'" "l'," alf." ... ,~. cen,es 50"'" nues da"" 1. s..in ...... ·M., ne. A propM de vol •• S .... ·_·Se-ine. leu, joomau. 'ta- """ • • L'{st Eel ... '. de T'o\, .... al "L'U"",n ,""". bhcaine '. d. Raim .. publ,"'" """ a ,,;cl ... quali· li.n, ... cempemerul '"ganes d kola do c"me 81 do gang. Ouelqu .. ~ plu. ,ard. "" Mesnil",,- Am,,1ot. 'ouioo'. dons la S.,ne·et-Ma,ne. la poUce encercle un CIl",!' Ii. h ... ,,,,, du ma,in pOU' effoau .... une ""'SO'Kn '" dM cont,6I .... doobIés d"in' .. toOg8tCH' .... . f,e .... s.o.ro. enlon. "". ' • EII" ,isqu;, de _Ir" hl vua pour •• air dl· finOEJ SOli :II""", ""nUa des ~S" la ... ". dun khanged. coupsdet ..... ""' .... Gi,,,mou- "., .. Le JOO,n.' .L" 1' .... 1 S,i.,d' ,61ab/ ... ,. • ,n" apr" une .nqu~,. _oIondi. le séden, ai, .... iI ti,. '" prem, .. ,. Un,... ... Mauncien . t!t",~etCCll'lO.o" .., """'mi_let le poIie •• , .... qu'~ .n.n· lei .. a .... 150 ."" ... p",""""," ..... nglll ... de 1., •• ,~ .. ,_ u Ii ...... ,on "" Cen1'. d_1 du 12. ru. Lambert (P.,i.·l8"!. L·.gen, d .. pOl .. ", cn-g' d' .. "",,,;_ renen' • ... ,." "pl""" • I·imp.tienoe """ gens. "', .... "". h-oid • VOIII ftM dM .... m ...... on •• """" _"' .... d",,, •• , ... bIIr'illl ... ". L.;.une homm ... qu, , .. " alo .. oorti le 1. fiI.d· ....... ' .. , l'M' .... ..,,~ pa' ce mêm. 8\len,Oe poIOCfI (ochallglt de mal .. ""'. de COUJIS, 100M'.Uon le r_,.,.nc:e. c ... de pOl,,:., po-od:l-.. "bal r ""11'._ habo,,,,,, S"'on I1n""""' ..... po-incopal le poIOCfI. ~ "" peut y a_, III d·"" ,ed .... puisqua '" poli. c,'" en "",",oon lia" man,noqu&S. L" M,op 8 1Id, ..... une .... ". le PO-OIes .. '.", .... miniWo de ri",,,",,,,,, A T ............ oU le _ .... I""';,n."es 'eru .... ' 'ou,a.ro de _ dM chflmbr ...... ""'10""... le 0;001 .... , un J" _a", ml' ,oc.",- Abd"'"",, Khedt."". • ........ ,nK,i, •• 1. F ..... ," des Soa",," ...... , ... Ion d'y po-' • .. m., un D.E.A.. a pOrt' pI.,n •• _ onju'M •• cilt .... coupo et bI .... , ... En effet. dans .. '""'" .u 3 "" 4 ".,.....,br .. " ...... '" trCNoi ...... "" _'boIi" dl"bIIII il. 160:"" le P"'_ la n"'l d .... ,. seli •• h" ... ,e le la V.,. Mlf""""". V"'. une heu'" do malin il. 61' i ..... peU' """ un _m de la SNCf .• lIectII "" "IV/ce da pchce. Co.-.w" dons ... !OC..,. le 1. poilee le 1111" ~ . '" 0 pasH . ,.".., 0 pal ~ mlm. p",-,ne, L. Com'" ..... Jou. .."" du Mr.p. ",i sau, ... n. r .. uon le M K .... · , .. ,It"" No'.,.,. Qu· ...... n des .,deu, •• ,ml. "', ••• , .... , portic' • 1. pOU''. do n, la .ille n·. lit, ''1',,116. A r, .... du doll.i le go'Ie' \/IIfI. 5" Joune. geno On! \,\ 'crOUM ~ '. M.,son d'A"" le Cae". la meurtre d'un jeune Algérisn : trop d'indulgence 1 ....".. .. _ .. a ... d .... rolf_ ............. ... , .. ""....., ...... ,§ ...... J L_ ...... "P ."_ ... """ Il 1'.-"""'0/#. _____ • l'UIblh,,,. -.'.'.- __ .._.." .. ,.,... "'"._ Ie_. .jIunHM_ ... r ....... og, .. do,,, .U. _ 0" .. ,. r'~~' .. !et,,-..., __ CI .... 6c0n0m,_ 01 iur"'"'' 'le _ ........ ..-.. •• II ........... ,...' ....... goOnolor_·oI .. _ .. - ..._ 01'0'0'" ou Go dOl". m,_,. LI _, .. "" ... C, ..... ne".... ....... ",,'_,._ .. 'OM! déi' ...................... , .... 1 ... ;..r-, ... F,."" ........ """'gr'" .~ .... . "l' ._., " • 1 l CIl LOI n° 81-909 du 9 octobre 1981 modifiant la loi du 1" juillet 1901 relative au contrat d'associa1ion en ce qui concerne les associations dirigées en droit ou en fait par des étrangers. Art 1"_ - L - Dans la deuxième phrase du deuxième alinea de l'article 5 de la loi du l e, juillet 1901 relative au contrat d'association, les mots « et domiciles » sont remplacés par les mots : « domiciles et nationalités ~: li. - Il est ajouté, entre le deuxième et le troisième alinéa de l'article 5 de la loi précitée du 1"' juillet 1901, un nouvel alinéa ainsi rédigé : « Lorsque l'association aura son siège social à l'étranger, la déclaration préalable prévue à l'alinéa précédent sera faite à la préfecture du département où est situé le siège de son principal établissement : Art. 2. - Le titre IV de la loi 'précitée du 1" juillet 1001 est abrogé. Art. 3. - Il est ajouté à la loi précitée du 1" juillet 1901 un article 21 bi.; ajnsi rédigé : « Art. 21 bis. - La présente loi est applicable aux territoires d'outre-mer et à la collectivité territoriale de Mayotte. :t LOI n° 81-941 du 17 octobre 1981 modifiant diverses dispositions d:J c;:,de du t rava il rdat il/es à l'emploi de tral/ailleurs étrangers en situation irrégulière Art. 1". - L'article L.341-4 du code du 'travail est complété par les disposilioos suivantes : e L'étranger qui a obtenu le statut de réfugié est dispensé de cette autorisation_ :t Art. 2. - Les articles L. 342-1, L.342-2, L.342-3, L.34e--4, L. 342'6 et, L. 342-7 du code du travail sont abrogés_ Art. 3. - n est inséré dans la partie législative du' code du travail un article L. 364-2-1 ainsi r édigé: C .Art. L. 364-2-1_ - Toute infraction aux dig,positions du premier alinéa de l'article L. 341-6 est punie d'un empri~onnement de .deux mois à un an et d'une iUnende de 2000 F à 20000 F, ou de l'une de ces deux peines seulement_ e En cas de récidive, l'emprisonnement peut être porté à deux ans et l'amende à 40 000 F. c L'amende est appliquée autant de fois qu'il y . a d 'étrangers !:oDcernés. : Art. 4. - I. - Le troisième alinéa de l'article L. 341-6 du code du travail est abrogé. 0. II. - Id est inséré dans la partie législative du code du travail o un artide L. 364-'2-2 ainsi rédigé :

+
Art_ L_ 364-2-2. - En cas de condamnation pour les fait.

prévus à l'article L. 341~, le tribunal peut ordonner, aux frais g- de la personne condamnée, l'affichage du jugement aux portes ~ des établissements de l'entreprise et sa publication dans les • journaux qu'il désigne. ~ e n peut également prononcer la confiscation de tout 'ou ~ partie des outils, machines, matériaux, véhicules, utilisés ou CIl stockés à l'occasion de l'infraction ou qui auront servi à la • !:ommettre, ainsi que du produit du travail effectué par les g: étrangers dépourvus de l'autorisation visée à l'article L. 341-4. g e Le tribunal devra désigner les objets sur lesquels portera 3 la confiscation_ ~ CT ;; CI) Art. 5. - 1. - n est inséré dans la partie législative du code du travail un article L. 341-6-1 ainsi: rédigé: LA NOUVELLE LEGISLATION SUR l!IMMIGRATION Le droit d'association L'abrogation du Décret-Loi 39 ensérant le droit d'association des immigrés dans des limites étroites était réclamée de toute part depuis longtemps. Ce texte soumettait en effet les associations étrangères au régime de l'autorisation préalable du ministre de 1'1 ntérieur, autorisation qui pouvait d'ailleurs être ultérieurement retirée. En outre, la présence de 25 % d'adhérents étrangers ou d'un seul administrateur étranger suffisait à rendre toute association passible de ce régime, en sorte que la participation des étrangers à la vie associative se trouvait compromise. Dans un premier temps, le projet gouvernemental prévoyait bien la liberté d'association, mais il réservait la nullité d'une association quand ses activités étaient de nature à porter atteinte à la situation diplomatique de la France_ Une telle possibilité, fondée sur un critère aussi indéfini laissait la porte ouverte à l'arbitraire, sans pour autant garantir effectivement le pouvoir contre la crainte légitime du terrorisme_ . La diSQlJssion parlementaire a fait disparaître cet article qui atténuait singulièrement la portée de la réforme, en sorte qu'aujourd'hui les étrangers jouissent totalement de la liberté d'association, les pouvoirs publics pouvant seulement exercer contre leurs associations les actions dont ils disposent contre toute association française commettant des actes répréhensibles, c'est-à-dire intenter une action judiciaire en dissolution. La lutte contre l'emploi clandestin des travailleurs en situation irrégulière. Ce texte vise essentiellement à lutter contre le travail clandestin et compte tenu de l'ampleur actuelle des problèmes de régularisation, il revêt une importance non négligeable, encore que seule l'application en pratique pourra démontrer la plus ou moins grande efficacité des solutions adoptées en l'espéce. A titre dissuasif pour l'employeur. il est prévu que le Tribunal peut ordonner l' affichage du jugement aux portes des établissements ou de r entreprise condamnée pour emploi de travailleurs en situation irrégulière, prononcer la confiscation du matériel. ainsi que du produit du travail clandestin. «An. L. 341-6-1. - L'étranger employé en violation dei dispositions de l'alinéa premier de l'article L. 341-6 est assimilé, à compter de la date de son embaUChage, à un travailleur régulièrement engagé en ce qui concerne les obligations dl l'employeur relatives à la réglementation du travail définie au livre li du présent code et, pour les professions agricoles, aux articles 992 et suivants du code rural, ainsi qu'à la prise en compte de l'ancienneté dans l'entreprise. e 'En ce qui concerne les avantages pécuniaires, cet étranger a droit au titre de la puiode d'emploi illicite: e 10 Au paiement du salaire et des acccssoires de celui-cl conformement aux dispositions législatives ou réglementaires et aux stipulations contraètuelIes applicables à son emploi, déduction faite des sommes antérieurement perçues au titre de la période considérée; c 2° En cas de rupture de . la relation de travail, à une indemnité forfaitaire égale à un mois de salaire à moins Que l'application des règles figurant aux articles L. 122-2-1, L. 122-3-1, L_ 122.-8 et L_ 122-9 ou des stipulations contractuelles correspon. dantes ne conduise à une solution plus favorable. « La juridiction prud'homale saisie peut ordonner par provi· sion le versement de l'indemnité forfaitaire visée à l'alinéa précédent. e Ces dernières dispositions ne font pas obstacle au droit du salarié de demander en justice une indemnisation supplé· mentaire s'il est en mesure d'établir l'existenee d'un préjudice non réparé au titre desdites dispositions. :t li. - L'article L.324-14 du code du travail est complété par un nouvel alinéa ainsi rédigé: e Celui qui confie à un entrepreneur inscrit au registre du commerce ou au répertoire des métiers l'exécution d'un certain travail ou la fourniture de certains services, alors que cet entrepreneur, ne possédant manifestement pas lui-même les moyens pour assurer ces prestations, les sous-traite à son tour à un entrepreneur clandestin, est, tenU solidairement avec celui avec lequel il a traité et l'eritrepreneur clandestin au paiement des salaires et accessoires, impôts; ·taxes et cotisations dus aux salariés, au Trésor et aux organismes de protectioll sociale A raison des travaux ou services effectués pour son compte. :t Art. 6. - Il est inséré dans la partie législative du code du travail un article L.341-6-2 ainsi rédigé: cArt. L. ~1-6-2. - Les organisations syndicales représenta· tives peuvent exercer en justice les actions nées en faveur des travailleurs étrangers en vertu des dispositions de l'arti· de L_ 341-6-1 du présent code, sans avoir à justifier d'un mandat de l'intéressé, à condition que -celui-ci n'ait pas déclaré s'y opposer. L'intéressé peut toujours intervenir à l'instance engagée par le syndicat. : Art. .7. - Il est inséré dans la partie législaüve du code du travail un article L. 341-6-3 ainsi ré digé: cArt. L. 341-6-3: - Les associations régulièrement constituées depuis cinq ans au moins pour la lutte contre les discriminations peuvent saisir les organisations syndicales représentatives pour leur demander d'exercer devant toutes les juridirtions tous les droits réservés à la partie civile pour · toutes les infractions relatives à l'emploi de la main-d'oeuvre étrangère. :t Par ailleurs l'étranger employé clandestinement est assimilé, à compter de la date de son embauchage, à un travailleur régulièrement engagé et bénéficie donc des avantages pécuniers prévus par la loi. Cette disposition tend à faire échec à une certaine jurisprudence qui décidait qu'une relation de travail illicite n'était pas juridiquement protégée. Mais il faut bien reconnaître que cette jurisprudence était déjà quelque peu poussiéreuse et que les conseils des prud'hommes fréquemment, à partir du moment où la relation de travail était établie, accordaient le paiement du salaire et de ses accessoires, ainsi que le cas échéant du préavis. La difficulté essentielle consiste à établir la réalité d'une relation de travail, tentative qui butte généralement sur les questions de preuves. Pour renforcer l'efficacité de la lutte, le texte prévoit d'étendre la responsabilité et la solidarité financière à toute entreprise qui confie à un entrepreneur inscrit au registre du commerce au répertoire des métiers, l'exécution d'un travail ou la fourniture de services, alors que cet entrepreneur ne possédant manifestement pas '1ui-même les moyens pour assurer ces prestations les sous-traite à son tour à un entrepreneur clandestin. C'est la mise en échec de certaines pratiques bien connues dans la confection . Enfin le texte a tenté de pallier l'inertie ou la réserve trop fréquente de travailleurs immigrés qui n'osent pas déclencher les poursuites contre leurs employeurs, en disposant que les organisations syndicales pouvaient déclencher la lutte contre les employeurs clandestins sans avoir à justifier de mandats de: travailleurs étrangers iOltéressés, et qu'elles pouvaient être incitées à le faire par l'action des associations régulièrement constituées depuis 5 ans au moins pour la lutte contre les discriminations. Cette dernière disposition vise à légitimer l'action de mouvements tels que le Mrap. Mais force est de reconnaître que le législateur n'est pas allé jusqu'au bout de sa logique, car il aurait dû conférer au Mrap le droit d'agir directement, puisque jusqu'à présent il l'a toujours utilisé à bon escient. Commentaires: Maître George PAU-LANGEVIN Art. 8. - Les articles 3 et 4 de la présente loi n'entreront La première p artie a ét é publiée dans Dro it et en vigueur qu'à compter du 1"' janvier 1982. Libert é de n ovembre. ACTION Au jour le jour 16 novembre. R. Mazenod reçoit le groupe antiraciste du comité des églises pour les travailleurs migrants en Europe. Ce groupe, invité par la CIMADE et composé de représentants de Suède, d'Angleterre, d'Allemagne Fédérale, de Belgique, des Pays-Bas, de France et de Finlande a profité d'un séjour d'études à Paris pour mieux connaître le Mrap. 21-22 novembre. Anne-Marie Dumas, responsable de la Commission Relations Internationales, représente le Mrap au Congrès des droits socialistes de l'Homme. 21 novembre, A Lévy reçoit une délégation de syndicalistes israéliens venus à Paris à l'invitation de la CGT. A Lévy et R. Mazenod représente le Mrap à la réception organisée par l'Amicale des Algériens en Europe pour l'anniversaire de l'insurrection de 1954. 28 novembre. Charles Palant prend la parole, au nom du Mrap, à l'ouverture des travaux de la conférence annuelle de la « Presse Nouvelle » journal yiddish progressiste qui célèbre le 48e anniversaire de sa fondation. 1 er décembre. J. Cukierman représente le Mrap à la soirée annuelle de solidarité avec le peuple palestinien, soirée demandée par l'ONU. 2 décembre. Première réunion au Secrrétariat d'Etat chargé des immigrés, de la mission dirigée par François Gaspard concernant l'accueil, l'information et la culture des immigrés. A Lévy y participe. 3 décembre. Lettre à M. Khenfar, représentant général d'Air Al gérie, pour exprimer notre solidarité après l'attentat perpétré contre son agence. Envoi à Nicole Ouestiaux de propositions pour la poursuite contre l'article de «Minute » sur « Holocauste », à la suite de la plainte déposée par la Licra différente de ce lle du Mrap. Avocat : GeorgePau Langevin. 3 décembre. R. Mazenod rencontre lecomitédeToursqui l'avait invité à faire une animation sur l'A frique du Sud avec projection du film «La dernière tombe à Dimbaza ». 5 décembre. R.Mazenod, J. Cukierman et D. Kupferstein reçoi vent un responsable des syndicats de Cisjordanie invité par la CGT et s' entretiennent avec lui des problèmes du Proche-Orient. 11 décembre. AG. du Comité Rhône-Alpes. Le lundi 14 décembre, M. Savary, mi nistre de l'Education Nationale, a reçu une délégation du Mrap composée de François Grémy, président, Jean Pihan, vice président, René Mazenod, secréta ire national, Suzanne Monnerie du Bureau National et cinq membres de la commission Education : Michel Zoladz, animateur de la commission, Jackie Casanova, Samuel Darmont, Michel Lasnier et Claude Richard. L' accueil a été chaleureux et pendant près d'une heure, le ministre s'est montré très attentif aux nombreux problèmes soulevés par la délégation, qu'il s'agisse des maternelles, du pri maire, du secondaire ou des Universités. droit et liberté . n0406 • décembre 81 Le racisme hors des cités Ils ont noms « Les Capucins », «Bassau », «Monclar », «Champfleury », les quartiers H.L.M. où les êtres et leurs demeures se délabrent. Ils se ressemblent tous, de Gray (Haute-Savoie) à Angoulême (Charente), tous marqués par la lèpre du ghetto pour hommes marginalisés, immigrés ou gitans, « français- musulmans » parfois, comme en Avignon (Vaucluse). Pendant plusieurs jours dans ceS' localités, le Mrap a été au-devant de ceux qui sont exclus d'une société qu'ils ont grandement contri bué à édifier. Remise en cause A Gray, dans une ZUP de 2 000 habitants, plus de 150 appartements sont inoccupés pour cause de mauvais entretien. Pourtant les immigrés y vivent de plus en plus nombreux. Certains parents français retirent leurs enfants de l'école primaire du quartier pour.les envoyer dans le centre ville. Une classe a dû être suppri mée au grand désespoir des enseignants et du maire de Gray : «ça fait vraiment mal au-dedans de voir se développer dans sa propre ville un racisme insidieux comme celui-là », a-t-il déclaré. Les élus et le Mrap vont agir ensemble pour qu'un G .A.P. (Groupement d'Assistance Psychologique) soit créé dans l'école des Capucins. Des réunions vont être organisées dans le quartier avec toutes les associations et organismes concernés ... «Pour que la confiance s'établisse, il faudrait que les gens se voient davantage, en particulier quand ils s'amusent. Invitons les associations de travailleurs immigrés à la fête des écoles » a conclu le maire de Gray qui nous montrait ainsi que sa participation au « pot » amical offert la veille par le C.L. n'était pas une simple formalité obligatoire, mais l'expression de sa volonté d'agir contre le racisme, (il y avait d'ailleurs environ 30 élus locaux présents en ce 11 novembre). « anti structures » de naissance, comme le prétendait un élu d'une autre cité. Beaucoup d'aspects de la ségrégation auront été évoqués dans ces rencontres. Oui dira les difficultés qu ' ils ont à avoir simplement leur club de foot, qui dira la responsabi - !:nmbnUre tous le~'û;pect;~;~atiSmè IlÛ;~ qU'en SOlenI les auteurs DU les victimes en lieu Quete soif ;' Une assemblée générale à Angoulême. La situation des jeunes, leur « mal-vie» a été au centre de toutes les rencontres. Une proposition concrète a jailli : une structure, un peu à l'image du «comité pour un métro sans racisme », où pourront se regrouper tous ces jeunes qui subissent de plein fouet la violence d'une société d'exclusion. Un comité «le racisme hors des cités » va être mis sur pied, une carte d'adhésion à très bas prix sera établie. Elle mentionnera le nom du quartier et reproduira des extraits de la loi de juillet 1972 (contre le refus de servir dans les bars, les bals, etc.). Cet engagement des jeunes témoignera également qu'ils sont à même de prendre en charge leur propre défense et qu'ils ne sont pas lité de certains médias qui mettent en avant le moindrefait pour parler de « la bande à Bassau », des « pourris de Monclar » ... Bien sûr, les journalistes ne sont pas responsables du sort que la société réserve aux immigrés et à leurs enfants, mais il faut dire que bon nombre d'entre eux contribue à la dégradation de la situation par goût du spectaculaire ou du titre à sensation. Cette remise en cause de la presse locale fut très souvent au centre des discussions. N'était-elle pas justifiée, cette véhémence des jeunes d'Angoulême face à un journaliste de SudOuest quand on voit que l'article publié le lendemain de la réunion titrait à propos du M rap « Pour l'amitié entre les races. » ? Ici et là LYON: Que faire? Le comité local a tenu son assemblée générale le vendredi 11 décembre. Il vient d'éditer un double feuillet intitulé «Vous êtes témoin d'actes de racisme. Oue faire ? ... ». U ne initiative qui peut être utile à un grand nombre de personnes. (Comité du Rhône du M rap, Maisons des Associations, 46, cours de la République, 69100 Villeurbanne). TOURS: Afrique du Sud Les 2 et 3 décembre, deux soi rées ont été organisées par le comité local et le Mouvement de la Paix sur le thème de l'Afrique du Sud avec projection du film «La Dernière Tombe à Dimbaza ». René Mazenod, secrétaire national, a animé le débat du 3. ANNECY : Racismeetgénétique Le 8 décembre, le comité local du Mrap a organisé avec le Groupe Français d'Education Nouvelle, une conférence-débat avec Albert Jacquard sur le thème « Intelli gence, génétique, racisme ». Les 200 personnes présentes ont participé à un débat animé. 26 numéros de « Différences » ont été vendus ainsi que des affiches et autocollants en grand nombre. Le 5 décembre, le comité avait participé à un après-midi consacré à l'Islam avec Albert Samuel. 70 personnes étaient présentes. 40 numéros de « Différences » ont été vendus. NIMES: Bibliothèque Le comité nÎmois a organisé le 14 décembre u ne conférence de Me François Roux sur les « problèmes actuels des D.O.M. T. O.M.» avec projection du fil «Derrière le rideau de fleurs ». Le comité a mis en place une bibliothèque de prêt d'ouvrages relatifs au racisme. OLORON (Pyrénées-Atlantiques)

Dans toutes les écoles

Le comité d'Oloron a organisé du 12 au 19 décembre une exposition de dessins d'enfants préparée dans les écoles primaires sur le thème de la lutte contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples avec l'agrément de 1'1 nspecteur d'Académie et de l'Inspecteur Pri maire et sous le parrainage de la municipalité. Une trentaine de classes y ont participé. Pour cl ôturer l'exposition, u ne fête a été prévue avec la participation du «groupe folklorique des Portugais de Pau ». Rencontres Les bureaux des comités locaux de Saintes, Gray, Angoulême, Avignon, accompagnés de ·J eanPierre Garcia ont rencontré entre le 11 et le 26 novembre dernier des élus, des associations d'émigrés, des syndicats, des partis politi ques, ainsi que de nombreux enseignants et travailleurs soci aux. Ces multiples interventi ons concentrées sur trois jours furent riches pour tous les militants. Elles ont contribué à asseoir l'autorité morale des com ités, à éclairci r certaines questions et à lever les malentendus qui avai ent pu s'i nstaurer dans la derni ère péri ode. Ces délégati ons perm irent d' évaluer avec; exa ctitude la nou velle politique de l'i mmigrati on et de constater les nombreuses ca rences qui caractér isent les opér at ions de régular isation des sanspapiers (c. f. à titre d'exemple le t exte déposé au préfet du Vaucluse). , Jean- Frédéric MAURIN Festival du film contre le ra cisme - Amiens du 11 au 21 ma~s 82 .. 7 AU FIL DES JOURS Le coeur a des raisons que la raison (ethnocentriste) ne connaît pas Elle s'appelle Li Shu3ng, elle est chincise, artiste peintre. Le 5 novembre, elle a été condamnée à 2 ans de camp de « rééducation par le tra vail » pour être la fiancée d'un étranger, Emmanuel Bellefroid, diplomate français, smologue. Elle s'appelle Lisa Alexeieva, belle-fille d'A,:,dreï Sakharov, et vient d'obtenir son visa de sortie d'U.R.S.S. après la grève de la faim de près de 3 semaines de son beau-père, qui a fait craindre pour la vie même. du prestigieux physicien. Dans un pays comme le nôtre, qui a vu la naissance des Droits de l'Homme, ces deux histoires identiques révoltent à juste titre nos sentiments humanitaires qui nous font condamner de telles pratiques intolérables bafouant le droit le plus élémentaire pour toute personne humaine: celui d'aimer. Il est vrai qu'elles se passent dans des pays autres que la France. A toutes fins utiles, rappelons que du 2 novembre 1945 au 29 octobre 1981, la législation française faisait obligation à tout étranger résidant en France depuis moins d'un an et désireux de se marier, de se soumettre à l'autorisation préalable du ministre de l'Intérieur qui était souverain en la matière. Le Mrap a toujours dénoncé et combattu ce tristement célèbre article 13 de l'Ordonnance de 1945 qui était un obstacle inadmissible au droit d'aimer. «Le million»· c'est fini! Le " million » aux immigrés a été supprimé le 25 novembre 1981 par une circulaire du ministre de la Solidarité Nationale. Il avait été instauré par une note interministérielle du 30 mai 1977 et M. Stoléru s'en était fait l'ardent propagandiste. Sa théorie était qu' il fallait inciter les immigrés à rentrer dans leur pays pour ... résoudre le chômage en France. Bien que ce texte ait été abrogé en Conseil d'Etat le 7 décembre 1979 sur intervention du Mrap, il avait été maintenu par l'ancien gouvernement dès le 8 du même mois, sans doute pour donner un exemple du sens de la démocratie. Quoi qu ' il en soit, malgré les efforts répétés de MM. Giscard d'Estaing, Barre et Stoléru, il n'avait jamais eu le succès escompté. En un peu plus de 4 ans, il n'a concerné qu'à peine 100 000 personnes, travailleurs et familles confondus. La décision du 25 novembre dernier ne fait que réparer une discrimination raciste et une injustice envers les travailleurs migrants étrangers et les leurs. Crimes de guerre Heinzt Barth, un ancien officier nazi qui avait participé le 10 juin 1944 au massacre d'Oradour où 500 femmes et enfants avaient été enfermés dans l'église du village puis brûlés vifs, a été arrêté en République Démocratique Allemande. Cet ancien sous-lieutenant, déjà condamné à mort par contumace par un tribunal militaire fran çais en 1953, vivait sous une fausse identité depuis 37 ans. Il devra être rejugé pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité en Allemagne de l'Est, sa première condamnation à mort tombant sous le coup de la prescri pt ion. En effet, dans la législation frança ise seuls les crimes contre l'humanité sont impr escri pt ibles. Or, à Bordeaux, il avait été jugé pour crimes de guerre. !I r isque actuellement à nouveau la peine de mort. La RDA a adressé à la chancellerie fran çaise une commission rogatoire internat ionale, qui a été transmise au Parquet de Limoges. 8 RACISME ET HOMOSEXUALITE «Homosexualité et racisme », première réunion organisée à Parisen ~uedu colloque« Expression et répression des différences », connut un réel succès et réussit à rassembler des organisations qui en ont peu l'occasion. Regrettons cependant ici une participation relativement faible des membres du Mrap, Comment résumer près de quatre heures de débats? S'y firent jourune véritable attente à l'endroit du Mrap, et une sensibilité antiraciste manifeste de la part des sept organisations présentes. Le parallèle fut souvent brossé entre racisme et homophobie. Par le Beit-Haverim (Juifs homosexuels), qui attribue " le danger évoqué par le juif ou l'homosexuel » à « la bonne dose de subversivité » véhiculée par son existence. Pour un journaliste du Gai Pied, chaque groupe opprimé cherche " un lieu à l'opprobre » lequel semble se concrétiser ici dans le personnage de «la folle », l'homme dont l'aspect féminin dérange même les homosexuels. Pratiques discriminatoires Similaire encore le rôle des religions : le représentant de David et Jonathan (homosexuels ca tholiques) dénonça l'attitude anti -évangélique de l'Eglise, qui sanctionnait autrefois l'homosexualité de mort, mais salua l'émergence en son sein d'une compréhension nouvelle. Un membre d'Arcadie évoqua la situation dans les entreprises où l'homosexuel risque le licenciement sous couleur de faute professionnelle et doivent souvent «en rajouter » pour se faire accepter. Le droit à « r indifférence » Parallèle toujours pour le représentant du CUARH ~ Paris (Comité d'Urgence Anti -répression Homosexuelle), qui analysa les termes de " normalité » et de « différence » ; il conclut par un plaidoyer pour « le droit à l'indifférence » qui laissât l'autre vivre à son gré sans constituer de ghettos. La RHIF (Rencontre des Homosexualités en lIede- France) s'attacha aux discriminations dont souffrent les divorcés homosexuels en matière de garde d'enfants. Marie-Jo Bonnet, auteur d'« Un Choix sans Equivoque », souligna que les lesbiennes sont réprimées « dans la possibilité même d'exprimer leur différence », Le représenta nt du CCL (Centre du Christ libérateur) a borda de front le rapport racisme-homophobie: alors qu'on ne risque pas de devenir juif, noir ou arabe, l'homosexualité suscite d'autant plus d'agressivité qu'elle est moins agréable. Albert Lévy conclut sur la signification de sa présence, et rendez-vous fut pris pour le colloque. Un compte rendu in extenso sera publié incessamment et disponible au Mrap, LE RACISME EN JUSTICE Un responsable d'agence de l'A.N.P.E. à Grenoble, a comparu devant le tribunal correctionnel de cette ville, le 8 décembre dernier, pour discrimination raciale dans l'emploi. En 1977, cette agence de l'A.N.P.E. diffusait des offres d'emploi à caractère discriminatoire. Grand nombre d'annonces étaient libellées ainsi : - « Emploi proposé peintre. Européen », - « Profession femme de ménage. Européenne » . - «Conducteur. Pas de Maghrébins » . - « Emploi OS presse ou conducteur. Pas de Maghrébins ». - «Emploi maçon. Pas de Maghrébins. Interdits dans l'entreprise ». Ainsi 135 fiches ayant un caractère discriminatoire ont-elles été retenues par les enquêteurs. Or seulement 9 employeurs de moyennes entreprises ont été poursuivis ainsi que Gaston Villemin, responsable, aujourd'hui à la retraite, de l'agence A.N .P.E. de Grenoble. Le Mrap qui avait porté plainte a désigné Me Nelly Sel oron pour assurer sa défense. Le jugement sera rendu le 5 janvier 1982. L'AFFAIRE PAPON Le Mrap apporte son soutien aux familles de victimes qui ont déposé plainte contre M. Maurice Papon pour crime contre l'humanité, à la suite des révélations faites il y a quelques mois sur son rôle dans la déportation des juifs de Bordeaux. La justice étant désormais saisie et disposant de tous les moyens d'enquête et de preuves, le Mrap tient à souligner qu'aucune instance privée ne saurait se substituer vala blement à elle. CARNET Nos deuils Nous avons appris avec émotion le décès de Me Hans Philip, qui fut membre du Bureau National du Mrap et qui a toujours manifesté son soutien à notre Mouvement, notamment au plan juridique. Nous exprimons à son épouse et à ses enfants notre profonde sympathie. Décédé à 81 a ns, ancien directeur du journal yiddish «Naïe Presse », auquel il-a collaboré jusqu 'à ses derniers jours, Benjamin Fastag était un fidèle ami du Mrap. Il avait aussi écrit des articles pour « Droit et li berté ». Que son épouse, sa f ille, ses deux petites-filles t rouvent ici l'expression de nos sincères condoléances. Le poète Moché Szulsztej n, qui vient de mourir à l'âge de 70 ans, était l'un des plus émi nents représentants de la li ttérature yiddish contemporaine. Né en Pologne, il viva it à Paris depuis 1937. Son oeuvre - poésie, prose, essais - exprime les souffrances et les luttes des Juifs au temps du nazisme. Il fut parmi les fondateurs du Mrap. A Aix-en-Provence, injures racistes, coups et blessures au café « La Belle Epoque », à la suite d'un incident survenu dans la nuit du 14 au 15 juillet dernier. Le gérant, après avoir grossièrement refusé l'entrée à un jeune Africain qui voulait vendre ses col ifichets aux clients de son établissement, l'a poursuivi dans la rue et frappé avec une barre de fer. L'un des témoins a été insulté. Une fois la plainte déposée, les intéressés sont confrontés à la police, le 12 août. Le témoin reçoit une giffle et s'entend proférer des insultes racistes. Le Mrap S'est constitué partie civile et a désigné Mes Jacqueline Moutte et Monique Touitou pour le représenter. Dans son nO 36, le journal d'informations locales «12e Union » a publié une annonce discriminatoire. Le Mrap a porté plainte. Me Elimane Kane défendra l'affaire. Minute: Après opposition au jugement rendu par défaut le 24 juin 81 , condam nant Brigneau pour provoca tion à la discrimination raciale dans un article paru en janvier 1979 dans l'hebdomadaire Minute » , et intitulé « Les silences d'Holocauste » , l'affaire sera à nouveau plaidée par Me Pau-Langevin le 17 février 82, devant la 17e Chambre. H,R . Petit a été condamné par le tribunal correctionnel de Pontoise, le 1 6 octobre dernier, pour provocation à la discrimination et diffamation pour avoir publié deux articles qui condam naient la communauté juive, dans le périodique « Le lien du Lynx-Club » . L'affaire passera devant la Cour d'Appel de Versailles, le 22 janvier 82 à 14 h et sera pl aidée par Me Pudlowski. L'affaire Faurisson passe devant la 11 e Chambre de la Cour d'Appel de Paris, le 13 janvier 82. Faurisson avait été condamné pour provocation, discrimination et diffamation à la suite des propos qu'il avait tenus en décembre 1980 sur Europe nO 1. L'affaire sera plaidée par Me Rappaport. Naissance Nous avons la joie d'annoncer la naissance deSarah, fille de nos amis Babeth Vaure et Luc Cassius, animateurs du comité du Mrap d'Evreux. Nous leur exprimons nos félicitations les plus chaleureuses. Félicitations et voeux cordiaux également pour la naissance de Célest e, fille de notre amie Véronique de Rudder. APPEL AUX COMITES Etant donné l'importance des f ra is du siège en fin d'année, (salaires, loyer, etc.l, nous demandons aux comités de bien vouloir régler leurs factures en retard et de renvoyer les adhésions et abonnements au fur et à mesure des rè glements. D'avance merci. droit et liberté. n0406 • décembre 81

Notes

<references />