Droit et Liberté n°00010 - 15 juillet 1948

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • L'impossible neutralité (congrès juif mondial) par A. Raysski - page 1
    • 14 juillet par Charles Lederman - page 1
    • Parcequ'il ne veulent pas faire la guerre aux juifs, l'Angleterre fait arrêter les démocrates arabes de Palestine (Moyen-Orient) - page 1
    • Le carreau du temple menacé de mort - page 1
    • Lumières sur un monde en mouvement par Roger Maria - page 2
    • Henri Wallace met les points sur les I (U.S.A.) par Maurice Moyal -page3
    • Le Deutsche Mark coûte cher aux juifs par André Fray
    • Chroniques de notre temps -page4
      • Une historienne crache sur les tombes par Raph Feigelson
      • La France doit reconnaître l'état d'Israël
      • Une alliance antiraciste dans les faits (conférence nationale) ; déclaration aux déléguès de la conférence nationale de l'alliance antiraciste.
    • A Prague: cinq siècles d'histoire sous les sureaux en fleur par Albert Levy -page5
    • Les maudits par J.A. Bass -page5
    • Le 14 Juillet 1789 et le racisme par Marcel Prenant -page6,7
    • Le 14 plus fort que le 15 par Michel Baron -page6,7
    • 1789 vu par A. Rosenberg -page6,7
    • A travers les professions: la maroquinerie par Annette Joubert -page8
    • Chronique économique: France-Israël par Nathan Alalouf -page8
    • Spectacles: L'automne contre le printemps par Felix Fedrigo; Odette Garty prix de Rome de musique -page9
    • Les enfants de fusillés et déportés auront leur vacances -page10
    • Les jeunes juifs du nord tiennent à Saint-Quentin la conférence de l'unité -page11
    • J'ai vu des hommes qui ne deviendront jamais des esclaves (Israël) par L. Bruck -page12


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

'La Révolution Française .et le racisme' frj~ ; 20 francc. ' L~ GRAND HEBDOMADAIRE DE LA VIE JUIVE ~ Fondé dans la clandestinité , 15 Juillet 1948 RÉFLEXIONS ' SUR UN CONGR'ÈS L'impossiblé neutralité LA deuxième session. du ment sur l'action contre la reCongrès Juif Mondial a , n~issance d'une Allemagne qui réuni à Montreux, les re- porte' la menace d'un développe" présentants d'environ cin- · ment de l'antisémitisme, en Al; quanle communautés juives, qui - lemagne même et dans les pays se proposaient de définir l'alti- anglo-saxons. La question de tude . du monde juif en face des l'aide auxcombaltants ' d'Israël plus brûlants problèmes d'ac- peut également grouper toutes tualité. les tendances du Congrès, bien Ces assises ont été dominées qu'il {aille déplorer que certain~ par le problème de la liaison en- dirigeants du Congrès aient tout tre les eHorts des organisations' fait pour minimiser les responjuives contre la menace d'un re- sabililés de Londres et de Newnouveau de l'antisémitisme et Y?rk dans la dangereuse évoludu racisme, et la lulle des forces tion -des événements de Palesdémocratiques dans le monde en tine, VU!;) d'assurer une -paix durable ' 11 reste que le rôle joué au et la liberté des peuples. Congrès par les délégués des or- Une certaine presse" a délibé- ganisations démocratiques et de ré ment déIormé le sens des dé- formations sionistes de gauche, bats en les présentant comme a ' été prépondérant : seuls, ils une discussion entre les délé- ont apporté un programme ù'acgués ,de l'Est et de l'Ouest. . tion , ' efficace qui . corresponde S'il y a eu des divergences dl) ' réellement aux aspirations des vues, si deux tendances se sont populations juives. ' opposées, la délimitation n'était . Si leur point de vue n'a pas . pas géographique, mais plutôt nettement prévalu dans la résopolitique. Aucune délégation ' lutioh, c'est parce .qu 'ti ne. partie , n'fitait homogène, pas plus celle de , la dél~gation amércaine a des Etats-Unis- où les opi- ,men.acé de quitter le Congrès. . nions étaient partagées sur ' l' at- On ne peut non plus · passel sous silence l'altitude discrÎrùi.· natoire adoptée par des éléments non-démocratiques qui, fidèles aux slogans de la propagande- anticommuniste, se sont opposés à la représentation des organisations ouvrières des Etats- ' Unis au sein du nouveau Comité Exécutif. ,- Tous les, délégués honnêtes et démocrates ont refu sé de se faire les oomplices d'une politique qui a déjà abouti à des résultats né-' fastes pour la sécurité du monde et du peuple juif. IL dépend maintenant des di. rigeants de certaines orgam- i , sations juives, des 'Etats-Unis particulièrement, de faire en sorle que le Congrès devienne vraiment un instrument eHicace dans' la défense des intérêts d(}s pOpulations ' juives et 1m moyen po~r .' contribuer à la lutte de ' l'humanité pour la paix et l'indépendance; ou qu'il devienne un {rein contre lés aspirations des comI1lunautés juives à travers le monde. 'A. RAYSKI , titude à prendre dans la ques~ r---------------:------------,---- , tion allemande et envers la po- Pa'rce qu'ils ne veulent pas (aire la guerre aux juifs ' litique du gouverne'menl Truman - que les autres. , L'Angleterre fait ar l,êter Au fond, ce ne sont pas des doctrines qui se sont heurtées. Nous avous eu, d'une part, une conception réa liste de participation au mouvement de l'humanité vers le progrès et la démocratie et d'aulre part, une conception irréalisable de « neules délnocràtes arabes de Palestine . tralité » du peuple juif. Malheureusement, les résolutions rinales n'apportent pas , une clarté suffisanle. Néanmoins, elt'Js cons'tituent un programme minimum sur le,' quel les diflérentes organisations pe u vent s'entendre, parliculière- La guerre fait à nouveau rage en Palestine. Le Plan du « Médiateur » Bernadotte, serviteur zélé des Anglo-Saxons, visait à frustrer ' l'Etat d'Israël de so.'"' indépendance et à renforcer la tutelle colonialiste sur les Juifs et les Arabes. L'Angleterre s'l.vait bIen que ce plan • ne serait accepte n i par les uns ni par les autres. Aussi, après avoir savamment profité de la « trêve », a-t-elle donné l'ordre à sa « Légion Arabe» et à l'Egypte d'attaquer. Les combattants d'Israël O.'1t ripos~é avec vigueur. ' P~rsuivant sa cOl~.re-ofhnsive. la Hûganah a remporté la plus gra.'1de victoire depuis le début des hostiJités. L'armée d'Israël a reconquis les villes de Lydda et Ramlah, un grand nombre de villages, ainsi que l'aérodrome de Lydda. Devant cette riposte, inq,uiet du' Le carreau du Te_pIe Dlenaeé de lDort Le « Carreau du Temple» est ~enacé de disparaître. Le Conseil municipal de Paris vient d'adopter un voeu dans ce sens. A l'annonce de cette grave nouvelle, qui a soulevé "une vague ;l'indignation. parmi les commerçants du 111° arrondissement, nous sommes allés trouver Clément Beaudoin, conseiller municipal du secteur, qui avait fait une vigour~use intervention en faveur des commerçants du « Carreau ». Ce qui lui a d'ailleurs valu le reproche de prendre « .a défense des Juifs ». ,de la province on vient, lors. méconténtement qui se manifeste parmi les Arabes de Palestine, lec6,mma,ndant anglais de la Légion arabe, Clubb Pacha, a pris une série de mesures répressives. Ainsi, il a ordonné la dissolu tion imY'.édiate de la « Ligue Nati onale pour la Libération», qui a fait appel à la lutte commune des peuples arabe et juif contre les impéri1listes anglo-saxons, " Nouvelle série N° 10 (78) QUAND, en 1939, le peuple de France. célébrait le cent-cinquantième anniversaire de la Révolution Française, '. Alfred Rosenberg; , le théoricien du nazisme, s'élevait · dans ses discours et dans ses écrits contre cette glorieùse période de notre Histoire parce qu'elle éonsacrait les « funestes théories d'égalité des hommes ». Ce zélateur du racisme ne pouvait admettre la proclamation de la Déclaration des de l'Homme, ni concevoir l'affirmation que « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit ». Pour des millions d'êtres humains à travers le, . monde, l'énonciation de ces principes avait été l'annOnce de la fin de l'esclavage, la certitude de la destruction des murs, des ghettos, l'espoir d'une vie libre. . La France .devenait la République du Genre Humain. Plus de ci";quante mille Juifs de France avaient, avec la Déclaration, recouvré leur liberté. ' Ils anaient~ désormais, passionnément participer à la grandeur et aux malheurs de notre pays. L'~xemple que donnait la France allait être suivi. Grâce à elle, la fraternité des peuples poursuivait sa marche, l~ combat pour la liberté continuait avec des chances nouvelles • Depuis ces journées de 89, ce combilt n'a 1 ~ pas cessé. ,- 1 Les peuples ont fait récemment encore la preuve de leur volonté de vivre libres et indépendants. Certains, qui ont , déjà reconquis , cette indépendance, forgent en toute souverai- , neté sur des assises solides un avenir meilleur. D'autres sont encore en pleine bataille contre les forces d'oppression réactionnaires. Et c'est ainsi qu'en Palestine les Juifs, poursuivent au- ' jourd'hui une lutte épique pour leur indépendance nationale et leur liberté. Ils ont droit, ces combattants, à l'aide de tous les hommes, de tous les peuples libres. . Pourquoi le gouvernement actuel de la France n'a-t-il pas encore, à leur égard, fait le geste que dictent et son intérêt et le maintien de ses traditions les plus généreuses ? L'opinion " démocratique, unanime, exige la reconnaissance de l'Etat d'Israël. Charles LEDERMAN. Clément Beaudoin nous a fait le récit de cette séance ' du Conseil Municipal du 8 juillet où la question a été, débattqe et le , voeu .du vichyssois Cc;ntenot adopté par la majorité. . qu'on veut acheter me illeur mar- ' ché, au « Carreau du Temple 1. Les ouvriers, les employés connaissent bien le · « Carrea U 1 où les petits artisans de la chaus- Estampe 'p.opulalre. de la ~evolut,on trançalse portant en légenCle ces Cleux veo:s : Les morts sont égaux. Ce n'est pas b naissance, C'est ta seule vertu qui fait la différence. De tous les "oins de Paris et (Suite page 2 .) , 2 le 'tarreau d.11 Tè'mllie . '\.', .' • .II' menace Lumières DROIT ET LlNRTE . . / .Charles 24 novembre 2009 à 11:05 (UTC),!I:\Jti'!'~ ~ pm fRO-ge'i Mwda (-~--~~ W\I\I\lW\lW\MIWW\MMNW\/\MMMNV\MN\I\MIWV sur.' un monde ·en mouvement " N de'~ mort ~ns OUS allons flous borner, cette quinzaine, à donner quelques textes témoins, beaucoup de comm,entai_ dixième des blancs - comme aux Etats-Unis. Ces noirs sont au nombre 6.500.000 Bantous, généralement '« employés '» à 1.000 mètres de profondeur dans les mines, et « Io-~és » dans des compounds en beton armé au milieu des réserves de la brousse. Pour eux, le fouet remplace la. trique. pudents -: après leur massacre de nos frères et leur conspir~tion contre nos patries - serait un crime impardonnable. - passionné à la cause arabe en Palestine. Les Marocains n'en ont, en tout cas, retenu que ce "- qui était de nature à exciter (Suite de la première page) sur~, d\! la confection ou de la maroquiner~e viennent vendre, cn toute h0nnêteté et légalité, leur ma~.haJJdise. - Or; ceci, M. Contenot, Conseiller Muniêipal .R.P.F. du ,sec' t~UJ', Conseil Municipal sous Vichy, ,décoré de la Francisque de Pétain, ne peut le supporter. Il a donc déposé un voeu de' mandant à l'Administr::ttÎon Préfectorale, la, suppression pure et simple du « Carr,eau du Temple ». ' --...: « Qu'ils,2illent donc sur le M2rcbé aux Puces, tous 'ces fri. piers )), a-toi\' clamé à la séance du Conseil Municipal où Clé_ ment Beaudoiu_ ·et' Albari Satragn~,' Conseiller radical, se sont é1evés avec force contre ces pro: pos scandaleux. ' Quelle est donc la raison in," Oquée par M. Contenot? TI pal'a1trait que l'Ecole des Arts Appliqués, qui se trouve à proximité du " Carreau du Temple )), :1 besoin d'être agrandie. ":)r, il n'y a pas au Conseil

Municipal, le premier sou du

credit qui ser.ait nécessaire · à la oonstruction de nouveaux 10- {,~JX. Et même si oes crédits étaient alloués, il serait encore très possible de réserv.er les éta_ 1:'.es pour les ' besoins de l'école, ~t le hall, qui sert actuelfement ~ux marchands, continuerait à reur ,être réservé, d'autant plus (ju'ils ne l'occupent que le matin. Mais notre Conseiller R.P.F. ,ne veut rien -savoir de tout cela. N veut que !le « Ca't'r-eau » disparaisse. Ce sera, en même temps, la mort ,{lu commerce local, le tous ces petits magasins qui en' t6l,1rent le .« Carreau » et vivent ,de 'la même clientèle. ' . Et mus les amis de 'M. ConteIlot votèrent avec lui. Le v-oeu fut adopté, non 'sans que M.

Vergnolle" Conseiller Socialiste,

.rut dit, lui aussi, son désir de voir « ces spéculateurs et trafiquants » s'en aller ailleurs. ... Suivant pmbablement le principe en vigueur, selon le_ 'luel les véritables trafjquants et manitous du marché noir ~)flt toute liherté d'action - .et même tous les encouragements - alors que les petits commerças. ts qui vivent de leur trav.ail , è~ivent être relégués aux portes oe Parjs. Clp.ment Baudoin nous déC+-. tra : " Le voeu est maintenant ~opté. Il ne r-este qu'un moyen de le faire r.apporter, c'est è'inondelj' les bureaux des Con~ illers. qui l'ont voté, de pétitiéns et de pmtestations. Les commeJ çants du' .3e arroodissement n'v manqueron't certair.e_ men!! pas. ,. A. CflARlES. Droit et Liberté Rédaction et admimstration 14, RUe de Paradis, 14 Paris X· Téléphone:PROvence 90-47 90·48 .C .C.P PariS 6070-98 Tarif d'abonnement : 3 mols ........ 100 frs 6 mois ........ 200!rs 1 an. .......... ' 400 US Etranger : Tarif do'uble. Le gér.ant: Ch. OVEZAREK l'es. Pàssage du Malan Condusion : Dans « L'Intransigeant » du 31-5, un chmniqueur anonyme analyse ainsi la proclamatidn du Sultan à « son peuple génél'eux Il : 'Sur la situation en Afrique du Sud a la suite de l'accession au pouv~ir du pre-hitlérien Malan, voici une indication , d' André Viellis dans « La Tribune des Nations)) du 4-6-48: . L,'Eglise réformée -qui, d'allemande était devenue nazie, osa câbler à Washington et à Londres pour demander la grâce d~s monstres .de Nuremberg. Et J'un .de ses membres eut l'impudence de déclareT publiquement que les' An~}ais se conduisaient envers l'immonde Goering comme ils s'étaient conduits envers Jeanne d'Arc t En Afrique du Sud, comme ailleurs. les partis de troisième f~rce du gerire de celui de Smuts préparent l'avénement du fascisme dans toute sa beauté. Incitant ses sujets au respect de l'ordre public, ce n'est pas à J'esprit de justice, ou de sir,ple humanité que fait appel Si di Mohammed, mais à une « générosité » qui fait bizarrement penser à la mansuétude et à la pitié . d~ « justes » à l'égard de « pécheurs », voire de supéA l'école de l'ex-Mufti rieurs à l'égard d'inférieurs. de Jérusalem " Aussi mesuré et balancé que soit le document, il dévoile au lecteur attentif deux tendances profondément significatives de la conception chérifienne du pouvoir royal et de son exercice en ulle telle crise. Du journal « Er Rai El Amn ", organe du parti de l'Istiglal, le 12-5 : '. Dans « La Défense) du 25-6 : C'est l'Afrique du Sud qui a donné l'hospitalité au traitre Haskoris, ex-agent de la Gestapo dans les Balkans, organisateur de la rébellion de Madagas- Du p'bint de vue religieux, n'est-il pas dit dans le Coran que les Juifs SOl1t les ennemis les plus irréductibles des vrais "croyants ? .. D'abord, une ruscrimination raciale non point brutale, mais soutenue et qui s'exprime dans cette inégalité profonde de traitement ,: dans le même' temps que le Sultan demande.à ses sujets musulmans d'être en l'occurrence arabes avant d'être marocains, il ordonne à ses sujets israélites de 'n'être point jutis, mais seulement marocains, et « sujets marocains ». car. ' .. . ... • Précisons également que cette ({ démocratie occidentale « (on est toujours à l'occïident de quelqu:un) est issue d'un scrutin grâce .auquel 120.000 voix de moins égalent dix sièges de plus, que les grèves y sont . brisées . à coups de trilJ.ue (cda nous dit quelque chose), qu'eUe compte 80 % d'illettrés, 1.50,000 détemls poUtiqyes annuels, et des ~hettos pour les noirs, que J'/}n paye Je ' , D~ point de "ue national et social, ' nous 'est-il permis de nourrir de . l'amitié ,envers un peuF·le connu pour sa faus~eté, sa méchanceté foncière, son ambition, son égoïsme, ' son odieuse expl6itation des ressources et des richesses du pays sur lequ:eJ il vit ? ... Du nlême, le 26-5 : Voici, à oe sujet les réserves formulées par l'hebdçmalaire protestant « Réforme li, ' ,dans son numéro du 26-6 : II 'faut éviter de commercer ii"ec'" ces Juifs qui vous exploitent et vous dépo-uillent de vos biens qu'ils emploient ensuite à soutenir vos ennemis et les ennemis de votre religion. Toute coopération aYec ces Juifs im- L'appel au calme, lancé [-ar le sultan, n'a pas eu' la portée qu'on aurait pu en attendre, Le souverain, en €effet, y insistait surtout sur son attachement Il ,GRINGO/RE Celte fois-ci, il s'intitule « L'Indépendance française ))'. Grand maître ' : Garies Maurras: Doctrine: _ antisémitisme 'et rénophobie. Pr-emier objectif : Jibérer Pétain et en faire le chef de l'Etat. . Parmi les journaux de ce ~enre {« A~pects de la Fnn,ce }), 1( Pamles F tançaises )), etc.), cet (( organe .bi-mensuel du nationalisme français )J ~emble "ouloir rev,endiquer la succession d'un «( Pilori )J. • • Voici .dans 4( L'Indépendance frança~e )) du 15, juin, une caricature avec la légende: (( La République vous appelle JJ. Elle représente la République, poing levé, nez crochu; suivie d'un élu l00lmuniste et d'un autre -élu au profil sémite tJ:€s 'accentué, jetant des papillons qui portent le mot : «( Intérdiction »). l'nt.eJ:diction ? Mais oui. La preuve : « L'Indépendance françatse »' s'étale au grand jour. • Un livre scandaleux vient .de paraître : ~( Le procès de Xav,ier Vallat, .présenté par ses amis »). Le même numéro de (( L'lndépendancè française )J en fait la rédame : - Le cas de XaoieT Va1l4t est un cas exemplaire, oemme celui Je Pétain, oemme celui de Weygan-d, comme celUi de Maurras; XtltJi~ Vallet, grand Fr~ais, gT6nd chrétien, a fait face aux tribunaux réoolutionnaires aOec cette simplic.ité inébranla'61e qui est rune dt!$ f~rmes la plus haut~ du courage. Le procè3 de Xaoier Vallat est à lire et à faire lire ·; il est une dt!$ pièces majeures Je cette insurrection de l'opinion cantre " impostur-e gaullo-commur.. ïste dont oit Je régime, il oient renforcer l'effet 36lufaire et profond produit sur les t!$prits par Te « Montoire, Verdun diplomatique JJ, de Girard. • • Dans le numéro du 16 ' juillet, nous lisons : -( La Radio Vranzaise Oous caUse. )J (( Une produdion Max Doblor;1Sk,lJ sur une délicieuse musique de Joseph Kosma, aoec le conccurs Je JacJ& Rosenthal, hili Polack, Edgar Weinfeld, Rosa Kark,elmazian et le grand orchestre EmileAuguste Zoupooilch el ses boys 1 n. Hérold Paquis vous cause! Nous sommes en J948 et il existe pourtant une Constitution républicaine et antiraciste. • Toujours dans «( L'Indépendance française )J du J8l' ju!1let, un article d'un certain Maxence Bearne oo,!s le titre : «( Regards sur Israël en gÙerre )): contre la reconnaissance de J'Etat d'Israël par la F~ance. Et voici pourquoi: ' . Lraël ne sera jamais ' un Etai « ccmme l.es autres )J: en ce sens qu'il. dilJposerail fe/alement, de par tom 1 unioe", 4 une 5 colorme MInS rivale quant au A REPARU nombre el aUx moyenlJ .tf oGctio1llJ, auprès d.elaquelle la "5" c(}l~nne lJooiétique elle-même paraîtrait une b.e1'quinade, et que, malgré ses fmb/esses, il finira, gNce il elle, par établir un jour, serait-ce inCC1llJciemment, son universelle domination. Goebbels n' a-t-il pas écrit la même chose en parlant de la Révolution française : (( Israël..a entrepris dans le monde sa croisade de rapine )). ~( L'Indépendance fr.ançaise )) est aussi « françaISe » que (( ' L'Action )) du même nom. Le fasci'sme. c~est r escroquerie au titre. , •........................... 14 Juillet 1940 à Vichy Hitler à Paris. Des millions de Français sur les routes. Le Gouvernement, le ,.... Parlement capitulent. Pétflin est proclamé « Sauveur » de la patrie écrasée, enva: hie, IDutilée. _ Une dause de l'armistice arrête les tr.ains. Je m~ trouve alors à Ilivesaltes patrie d~ Joffre, qui va devenir à la fi~ de l'année, SU~ l'.ordre de Marcel- Peyrouton, une antichambre de la mort. Nous sommes isolés, mais le.l2 jbillet le trafic ferroviaire reprend. Dans Je premier train en partance p.our Vichy, on s'entass'e." Quel spectacle! Mais 4a bonne humeur finit par J'emporter. C'est lé jour même du 14 juillet que j'arrive dans la capitale de l' « Etat fran_ çais Je m'arrête devant J'Hôtel .du Parc. Maintenant, c'est la résidence du .« Marie, hal ». Un petit groUf~stationue - devant la porte : une "jeilJe , femme en pleurs, un soldat blessé, un prêtre. Nous "oilà ensemble, Symbole. Le soldat dit à la pauvre femme - ~~ pleurez pas, grand-mère, ce n'est pas flOl. . Tout ,à coup, une fenêtre du prel11ier et~ge s Ouvre et Pétain apparaît. 'Eberlues, nous nous taisons sans faire le "!oi~dre g~ste.. Seul, un ph6tographe s 'agite. PIUS, rIen. L autre rentre dans ses appartements. Le lendemain, dans « Le Journal» qui paraÎssait à Clermont, On pouvait voir une photo de Pétain .à son balcon avec cette simfo~e légende : « Le peuple acclame son sauveur. ». Joseph MILLNEIt leurs passions. . La propagande de haine et de violence à laquelle les milieux . populair~s ,marocains ont été soumis, a certainement joui on rôle déterminant dans les événements douloureux qui 6nt troublé Je ' Maroc oriental. Il faut espérer que le solide bon sens de l'immense majorité du peuple marocain saura endiguer la propagande fanatique des nationalistes qui les apparente, à b.ien des points de vue, aux plus strictes traditions du nationalsocialislQe allemand. . La voix ' d'un député anglais Dans une interview recueillie par notre collaborateur Raph Feigelson, pour « L'o.rdre », le député communiste anglaiS' William Gallacher précise la position d'une importante fraction de l'opinion britannique: Je trouve déplorable que ces frères sémites, les Juifs et les Arabes Se trouvent enga~és dans une lutte meurtrière. La responsabilité en incombe entiè-. rement aux impérialistes britanniques. Hs ont joué un double jeu sinistre en Pàlestine, promettant ' une chose aux Arabes et une autre aux sionistes. Mainten'ant - ils soutiennent ouvertement les cbefs féodaux arabes, leur fournissant subsides et armes dans le but de maintenir un contrôle britannique, - même indirect, SUr la Palestine. Le « Juif errant » ••• . Voici ta fin d 'un article émouv2nt de Louis Delrnas dans " Combat », du '2-7, où l'on trouvera un témo~gDage direct sur le OES l'un homme; le" Pr. P~ter E~ (onze camps de ~oncentration en lil{ afls) , qui I,ncarne la trllgédie et l'espoir le tout un peuple déchiré : «J'étais Autrichien professeur d'~onoinie politique à l'Uoiver' sité du Travail de Vienne. Le petit dUlDc.elier Dolfuss ferme l'Universit~ en 1934 ;je deviens alors repcr.sentant · en appareils d'électricité. En 1938, je suis interné comme Juif à Dachau et à Buchenwald. En 1939 Hitler permet aux Juifs de p'artir à condition qu'ils ne revien~'nt l'as. Je me présente au conS'ul français de ·Vintimille qui me dit froidement flue po~r avoir le visa d'entrée en France il faut Je visa de 'retour en all~magne C'est un ref6ulement pur et sim~ pJe. A vec quarante~dfux autres réfugiés, ie cherche à ga,gner la France, illégalement. par mer. Le bateau prend feu ; ,Iors(lue nous arrivons à terre, la police alertée par l'incendie, est 'su; place pour nous arrêter. « Le 6 septemhre 1,939 a lieu notre procès à Nice. Le procureUr de la ~éiTl1bliqDe , voulait nous renvoyer tous e,tI Al!ema- 1!I1C : il refusait di croire aux ~.trocité.s hitlérien.nes, ' Alors, je me 'SUlS déshabillé en pleine COUr de ,Îu;tice et lui ai montré sur mon coms ce Qu'étaient les ca"lPS de concentration nazis. » Peter Efldes se lève et retroussant SOf1 ",,"talon.' ~ me -""tre Sur ses iambes de; cicatrires ef1core visifllec; dïx ans l1~rès .. Pui~. il ~e tenil 1111 patHer 011 s(\nt nOtes D'le liste d.e dll+es et rle,s nn"lS, Ce sont les p.risons et camns Qn'i) a COnf1l1S ~'1I1S interrllJ)tion dev"i~ 1 !l39. Cama~ d'il1f.r.rnp""""nt do Gr3sse Il'Anti~es , iles NNe~ . de g.aint~ Crist(lJ1esa ~.Ié~ . du BOQuer de Drancv. en Frlmce : r,'l]is.' en 1941 , déportation en Allemagn'e, à Ann~herl!. Rlecbhllfflmer, An~ hait, Auschwitz, Dachau. / \ [15 juillet 1948. _ N° 10-78 ------- --- --..,- DROIT ET LI BERTE J Benry Wallatemet les points sur les i PAR le Homestead Act, quelques années avant la 1"'; guerre. de Secession, le gouvernement .américain ouvrait ,le Far-West aux défricheurs. Des centaines d'aspirants colons, venus à ch.eval, à mulet, en tilbury, en char-à-bancs, en wagon couvert traîné par des boeufs, campèrent à la frontière du territoire qui allait devenir l'Etat d'Iowa. Ils attendaient que la signature du Président de ·Ia République rendit la loi exécutoire. Au signal donné, ils se ruèrent en avànt. Premier arrivé, premier servi ! Il fallait se trouver dans le peloton de tête pour pouvoir se choisir un bon site, facilement irrigable, l.'eau étant le grand problème. , Le père de I:Ienry A. WaJlace arriva sinotl gagnant, du moins plac~ . . Politique et agronomie Wallace a grandi dans le milieu des fi omesteaders. Ce sont des paysans rudes d'écorce, .tendres de coeur, passionnément épris de leur indépendance, des franchises conférées par la constitution fédérale, et qui ont toujours résisté aux combinaisons politico-financières de WallStreet. Les slogans ,et les campagnes publicitaires 1ancés par les journaux des grands trusts sont toujours venus expirer à la COTn Belt - Ceinture dù Blé. Henry vYallace gagnera leur . oonfiance et la conservera toujours. Il lance l'hebdO(!1adaire F armers and Iowa H omesteact. et suit la filière classique : ({ Les Russes ne son1 pas les ogres qu'on nous dépeint» Aujourd'hui, la campagne électorale bat son plein. Mais que Dewey ou Truman soit élu pré- . sident de la République, ce Sf'fa blanc bonn,t et bonnèt blan~. l€s manitous républicains et démocrates sont - au moins 'd'accord. sur les points fondamen~ taux suivants: politique étrangère hostile à l'U.R.S.S~: restriction des droits ouvrièrs, abolitiolJ du COlltrôle gouvernemental sur l'industrie lourde. On tend ainsi à une rolîtique mondiale de plus en plus agressive et à une politique intérieure qui favorise 0: l'entreprise privée D. Un seul candidat barre la route -à· tous les boClte-feu qui nous la promettent « fraîche et joyeu- ·· se ». Il faut le voir dénoncer les psychoses de guerre; les paniques imbéciles, le bourrage de crâne de la grande presse, il faut l'enten- . dre dénoncer tout ce qu'il y a d'absurde et de criminel dans l'antisoviétisme : pas de mettre l~s points .sur les i dans le problème palestinien. Quand le président Truman, en ·U ne volte-face sensationnelle, abandonne la décision du 29 novembre: . Il est Tare que dans notre lûsfo;re une Lldmil1istr~tion ait renié d'une faço" auss~ flagrante son oeuvre et son . Itonmur, ait trJmpé aussi totalement le peuPle et les espoirs de Paix du monde. deux états: N.w-York et èalifornie. En Californie, il lui fallait 280.000 voix, il en a obtenu 484.000. Mais dans le Sud, les secrétaires à l'Intérieur peuvent arbifrairemer,t empêcher tout nouveau parti de présenter des candidats. Bien entendu Wallace pourrait attaquer. la légalité de leur décision. Mais les élections ·auront eu lieu depuis belle lurette avant qu'on ne statue sur le cas. Dans d'autres Etats, la chinoiserie des lois électorales est telle qu'il ne sembleras possible ' de pouvoir présenter Wallace dans plus de 20 à 25 Etats.: Palmarès · Wall Street est à l'origine de tous les ob~tacles qui emrêchent le Tiers Parti de prendre part légalemen·t au scmtin. L'oligarchie financière ne ' peut pardonner à. Wallace ses' courageuses accusa- . tIOns .. Elle enrage ce ne pouvoir le démentir lorsqu'il lance comme dans tel disoours à Madmc:n Square, ces cuisantes vérités : Que trouvons-nous à la' tête de notre département des Affair'es Etrangères ! Un se- , ~ré~aire d'Etat qui est un miblatre (le général lIf arsltall),u't sous-secrétaire d'Etat (Robert Levet!) ancien asso.cié de la firme bàncaire Brown H arrt- 'man, un 'SQus-secrétàire d'Etatadjoint (Charles Saltzman)· ancien vice-président (Je la Bourse des Valeurs de Neu;-York, l'ambaSîadeuT à la COUT de Londres, est Lewis Douglas. président de la puissante Mutual Life lnsurance Co. Puis nous tTouvons le secr,}taire d'Etat pour la Défense Nationale James Forrestal, président en congé de la gr.mde . firme bancaire 'de WallStreet Dillon Read Co, le secrétaire d'Etat pour le Commerce M. Avenel Harriman, le secrétaire d'Etat pour le T-rés-oT J o/m Snyder, banquier · de StLouis. Un àutre grand « tycoon .Jt de la Banque Dillon Read, lé major-général William Draper, vient à petrie dè Tetourner d'Allemagne pour assumer le poste de secrétairead joint POUT la {!,uerre. M êm~ le directeur de la World Bank John lI!c-Cley est le principal avocat de WaU-Street 1 Ces ilOmmes représentent le capitalisme' réactionnaire aux tendane~.~ monopolistiques, qui essaze d etrangleT la liberté. SI!1tS les RéPublicains, Wall Street g.çuve-rna l'Amérique ,. sous la présente administration, Wall Street bande toute son énergie pour ·diriger le monde entier. Lor~u'ils voient des million~ ,d'Américains s'opposer, avec Wallace, aux prétentions insolentes des rois du dollar, les hommes libres auraient to.rt de désespérer. Maurice MOYAL • . d'abord élu District Attomey de son comté natal, puis .envoyé à la Chambre des Représentants de l'Etat q'lowa (chaque Ètat possède sa Chambre et son Sénat), il est choisi par la Convention N on, la guerre n'est pas inévitable.. Elle n'est et ne sera pas 'nécessaire si nous modifions notre attitude à la fois agressive et soupconneus/J envers l'U.R . .',·.S. Les Russes ne sont pas les ogres qu'on vous ·dépeint. M~fiez-vous des récits et des argumems de gens dont le siège est fait à l'avanGe. La grande démocratie américaine ' peut tt doit s'el1tmdre avec les RéPubliques Soviétiques. Que tous ceux qui pensent comme moi, que tous ceux qui, simPlement, veulent finir leurs jours en Paix et assurer cette paix à .leurs enfantS, se groupent autour de moi. La- délégatzon des EtatsUnis prétend, avec un aplomb inégalable, que sa tâche n'est ,pas de forcer à l'application du vote de partage, mais de sauvegarder la paix. Ceci pen. dant que les assassinalS continuent. 1 ~~------Charles--------------~----------------------------- L"affirmation de M. War- L· D Démocrate de 'l'Iowa, et représente ensuite cet Etat à Washington. .1 Cependant, fils de fermier, fermier lui-même,' Wallace mène la vie d~ ses électeurs. A la suite de nombreuses expériences de sélections et de croisements, il réussit à produire une variété nouvelle de maïs dont tous les épis poussent à la même hauteur. La mort de Roosevelt, double malheur Wallace qui, dès les débuts de sa carrière politÏ.jue, s'était lié d'une solide amitié avec Roosevclt, coUabora à la mise sur pied du New Deal qui aida rartielle-ment ['Amérique à SUIlPOnter la crise. Le pays comptait plus de clouze · millions de chômeurs. Au coin des' rues, les vétérans sans travail devaient vendre des pommes à 5 cents pour ne pas creef de faim. On - peut dire que l 'hosti lité · d'! Wallace contre les p'uissances d'argent date de ce temps-là : il vit . de près toute leur malfaisance La confiance de Roosevelt le plaça au poste · de Secrétaire d'Etat à l'Agriculture. Chaque joür, petits et moyens propriétaires étaient expropriés, spoliés, par les grands trusts pour nonpaiement d'intérêts d'hypothèque. En moins d'un an \Vallace sut arracher à la rapa6té de M. Morgenthau, ·Socrét,ire au Trésor, 51.6 millio\ls de dollars pour aider les, H omes/eaders à tenir le coup. Plus près de nous, l'on connaît J'énergique opposition d~ \V~!lac~ à . la politique belliciste de l\T . Byrnes. Secrétaire d'Etat aux Affaires Etrangères. M. Truman lui demanda de cesser ses att.lques au nom de la solidarit~ mi · nistérielle. Wallace lui répondit simplement : « Monsieur' le Présiçlent, je ne fais que mon devoir. • 11 Y eut lion grand silence, puis, froidement, l 'homme du Missouri demanda à Wallace de lui remettre sa démission. . Lorsque Roosevelt mourut, le malheur gui frappa, .Ie~ _prQgre-· sistes fut double . : \\. ail ace n '~, cupait pl us alors la vice-préiden ce. Pour des raisons de d,,· sage, as;;ez sorrlides. la Con I~;.tion du Parti Démocr.lte ,le 19 -~4 av.ait Shoisi 1'1'1. Truman C0.dme second du l'ré,ielent. Ten Austin que les Etats-Unis e . eutsc' . he 'Mark supporteront les frais de l'ac- . tion des Nations Unies 1t'est La sincérité de son rrogramme, le dynanisme de son parti lUI valent la confiance des hommes et des femmes de coeur. Journellement, le Comité Central de \Vallace à New-York reçoit plus de 3.000 lettres. Beaucoup contiennent des contributions en argent,. souvent un seul dollar, mais combien ce doJlar, qui -vient des petites économies d'un métallo ou d'une midinette, est r:récieux ! . Les points $U~ les i '. Ce n'est pas faire de la littér:tture que de dire que Wallace a été à l'école de l'amour de tous les opprimés. Il doit à sa formation chrétienne, ou plus exactement évaügéliste, son horreur foncière des préj.ug~s raciaux, des haines nationales .. ' Il a • ressenti plus que d'aütres là monstrueuse . inhumanité du fascisme hitlérien. ... ldéalisme du croyant qlfI pose ell principe que Dieu a cr~ tous les hQ.mmes égaux en riroits,a- · t-on dlt ? Peut-être, mais idéal isme qui se, transforme en action concrète, e.f ficace. que pure hypocrisie. . Contre ceux qui . ·ber~a~ottent •• ; Plus tard, lorsque la guerre éclate en Palestine : . . ' L'invasion d' Israël s'esf. fade s~lon le Plan brttannique,

Selon les plans des potentats

arabes et selon les plans à odlttr de pétrole de notre propre départemem d'Etat. L'élection du Bronx a fait 'comprendre à M. Truman qu'il n'était pas si facile de piper les voix des J u.i fs' américains t:ondamnant, avec tous les vrais démocrates, les ·manoeuvres de la Maison BlaHChe. Rappelez-vous le moment où Wallace a , dit son intention de faire acte de candidature à la présidence. Quels ricanements accueillirent la nouvelle! Il est tout petit, il n'a aucune influence, aucune chance, s'écrièrent les journaux~ La vict9ire d'bacson, candidat de Wallace, fut une douche froide pour ces messieurs d- la 'press~ Hearst. . On a raconté, depuis, que la deuxièll)e volte-face de M. Truman - la reconnaissance de l'Etat d'Israël - avai t corrigé la mauvaise impression causée par la première. Outre qu'on escamote ainsi le's efforts constallts ·de Wallace en faveur d'une solytion juste du problème, on laisse supposer que M. Truman prenù ~e~ concitoyens pour des imUéciles. « L'odeur du pétrole » est totit de même trop forte. Et croit-on, e:"\ présence des manoeuvres qui -se déroulent à l'heure actuelle autour de la trêve, que M. Mars- . chail réussira à se faire passer pour la .'olômbe de la paix ? Démocratie à sens unique -:1\1. Truman, J'Our mieux m~ner son jeu. invoque là Bible ou s' annexe la Providence - la méthode n' ~st pas si nouvelle. Mais lorsque \Vallace eXill te les grands principes, les mots prennent un sens. A ce point de vue, il pré;;ente bien des trnits communs avec Roo- Il rest~ qu'en d~pit d'une( enor~ se\'elt. \Vallace a la même croyan- me .influence, la vi/:roire du Tiers ce en la dignité humaine et en Parti aux élections présidentielles même , temps le même sens aigu s'annonce bien problématique. des ré~lités et le même courage Ce 1,1'est pas la fa ute du ~t1ple ph ysique et moral. Il possède cette américain, mais bien clr'une · légisfermeté qui fait le grand leader . . lation qui assure aux larrons en A l'opposé de Ledru-Rollin oui . foire des rartis « démocrate » et déclara un jour« Je suis leur « lépublicain ,. un quasi-monochef, donc je les seris ., il sait "Pole de la vie publique. montrer ha rdiment la voie. - Thé0riquement. le parti pro- \Vallaoe brise les barrières, il gre~siste a le ·droit de présenter ap.pelle un Noir au bureau d'un des candidats dans les 48 états, meeting de Blanc~. mais il y a loin de la théorie à la "'la Illce stigmatise c()rr.me il pratique. Wallace ne peut rompfaut les antisémite5 et ne craint ter jUS(lU'à mai.ntenant que sur caOle cher .aux "uils 1 CI,« l'homme d,e' 1:, rue'» se préoccupe davantage de la reforme monetalre que des gros titres des journaux . sur l,a « guerre des monnaies» à Berlin. Tandis qu'il " .en resulte bea"!.coup de gêne pour les petits, les. gros reahsent des fortunes en spéculant. Qui spécule? Le Juif, voyons 1 e t d es. ossements qUI. bl anc h issen. t A nouveau, les nazis prématuré- au . soleil. "La direction du camp ment' amnistiés ou jamais inquiétés aVilIt proposé aux autorités allemande l'Allemagne occidentale, s' e~ de.s le rachat du terrain pour ' en donnent à ooeur JOIe. 1 Contre les faire un cimetière digne des marJuifs, ils sont toujours certains de tyrs. La doenande a été re:etée. trouver des adeptes. ' ' . Mais, il n'y a plus d' ~ntisémi- Les incidents se multiplient et tisme officiel. comme ceu,,", d'Offenbach (encore • u~!) les gendarmes {rançais, britanmquès oU américains. arriVent toujours trop tard. Kultur , L'Association des Etudiants Juifs de la ~ont; américaine comprend SOO adhérents. , Les nazis s'attaquent. .. - aux morts _Dans un ~écent rapport, elle constate que 1 absence de démizibca- Pour ~. attaquer dans la rue à ~ion crée une atmosphère telle que un Juif, Ji faut se trouver en nom-" ~9 % d 'entre eux songent à quiller bre. Telle est la courageuse logique ·1 Allemagne. , - d1s nazis. En tout cas, avec les . C ar on vi"s e a Ies liso Eer. n gémorts, on risque beaucoup moins. '1·1' 1 d V nera, 1 s n ont avec es étu iants oici les nouvelles qui nous a Il eman d s que 1e s contacts strictepar~ iennent d'un secteur de Fran- ment. indispensables. Le rapport en . come : questIOn explique que si l'antisémi- M. Rosenbaum,' le vieux presl- "/isme s'est atténué à la fin de la dent du Consistoire isra·ëlite de guerre, les signes Je la renaissance W urZburg. signale qu'au cimetière de ces courants se multiplient de de Hoehberg (à 15 km. de Wurz- 1 1 b ) 103 be p us en pus ... urg tom s ont été profanées. Il paraî'l que les autèurs de cet Le mot de la fin acte de ' vandalisme sont âgés de 1 7 ans. On appréciera la perspicaci! é de la police rurale qui li su déterminer l'âge des criminels, mais qu.i; · bièn entendu, tes recnerche en Telle' ~st la' vie des Juifs en Allemagne occidentale non dénazi: béé, -mais en pleine v.oie de relè- . vement prioritaire grâce à raide ~énéreuse qui lui vient de r extévam. neur. A Neustadt-sur-Sarh, 20 ' stèles Tous les espoirs sont permis à cér; ont été d~truites. A Koenigshofen, tains néo-démocrates. Ils le savent même chose. -A Memmingen, et bien. Et la fausse modesti~ de leurs dans deux autres localités, même , journalistes à gages vaut son pesant chose. de ... deutsche Mark. . Admirons l'escroquerie au senti\ -ment du journaliste germano-occiUn d€' nos confrères de Ham- dental qui ose écrire : bourg s' est rènclu à Belsen. Le 1 . . / 1 11 Bérgen-Belsen 1948 r . . . AI· . « ... e sorl]UI et e sort a epo ICler qUl d contro aIt Is.eEs 1 paPfle~s . mand dar.s leurs luites pour leur au. paIsIs·ag' e u pont sur ffb e., al- p1'a ce' d ans 1e mon d e. d ans 1e ur salf a uSlon aux « grosses a aires li grand 1 ff t" 1 qu'i1 allait traiter là-bas. tr g 'de.ur• pe!",s tSOUt rdances e b eur a e le resen en e nom reux , Ht.Iit mille -Juifs demeure!!t dans parallèle. Comme l'Etal des A Ile- 1 ancien camp de concentrahon: La . mands, l'Etat des Juifs restera /oup~ tence ~ ,dIsparu" !e .four crema- jours menacé. )) tOlre a ete recupere par un mar- A' II~' peut tl·rer c ha n d d e fe rraI· LI es. Reste Ie ·clm e- r' hp rIel s ceh e-"'l., on tière. Ici, il faut se garder de ne pas ec e e... umame. • marcher sur des bouts de vêtements Andre FRAY. .. .. ~ . . CROIT fT LIBERTE -------------"----- ilS Juillet 194P. - N- 10-78 . E_.T .. ..V•.O...I.C...I• •L.•E..S. ..A...M...I.S.. ..D..E.• •.X••A..V...I•E.•R.•··•V..A...L..L.•A T ~ ... 1. · Une ((historienne» crache sur les tombes I L Y a quelques semaines, j'ai eu l'occacasioll de passer par Drancy. Quelques . lignes sont encore gravées sur les murs d'un escalier. Des noms : Dave, P'tit Charles, Carmen, Danielle, ~égine, Jo, Maurice, Ida, Ety, ~aph, Raymond, ·Jacques ... Un espoir: yengez les jeunes 1 C'était en juillet 44. Nous avions été pris en pleine lutte. Plusieùrs furent deportés. Un de ceux qui resta mit une croix devant les noms des camarades qui allaient mourir" là-bas ». . * Quatre ans ont passé, et la " libération tra- Les " amis » ont au moins un porte-parole qui ne se cache pas. Le livre est préfacé par une « historienne », Marie-M~d('~èine Martin, qui ne prétend pas seulement justifier ceux qui " n'étaient coupables que d'une illusion pas!a ·gère ou d'une erreur momentanée », mai.s aussi et surtout " ceux qui n'étaient absolument pas coupables et qui avaient pour but unique le salut de leur pays, le service de leur pays, la protection de leur pays, restant fidèles ainsi à la définition même du patriotisme tout en employant des moyens différents de ceux que prenaient les -hommes de la Résistance ». LA DEUXIÈME SESSION DU CONGRÈS JUIF ' MONDIAL L A deuxième session du Congrès Juif Mondial a terminé ses travaux le mardi 6 juillet. Un Exécutif de 40 membres a été nommé. Le Dr Stephan Wise a été réélu président et le Dr Nahum Goldman, prés~dent de l'Exécutif. ' Les débats ont tourné autour de la question de savoir si le Congrès pouvait rester " neutre Il devant la lutte qui se déroule entre les forces de paix et les forces de guei're "a.us le monde, ou s'il devait prendre position, désigner les respo.uaoles · de la nouvelle vague d'antisémitisme et proclamer que le son des Juifs est lié au sort de la démocratie et du progrès. Défendant la thèse de la " neutralité », le Dr Goldman n'a pas craint d'affirmer que le souvent les forces progress~tes ont poursuivi des intérêts différents de ceux des Juifs» (! r Le devoir de colla'borer avec les forces de liberté a été vicoureusement défendu par A. Rayski, B. Adam, 1\'1. Mirski,- le Dr Sneh et d'autres délégués. A l'issue de la session, les neuf points suivants ont été votés :

.

hie " autorise la parade insolente des complices du crime. . Dans une librairie, au grand jour, voici un livre. Titre: " Le procès de Xavier Vallat pré, enté par ses amis ». Sur la bande publicitaire

f( Un document capital pour la récon.

Le modèle de ces « patriotes »? Xavier Val. lat! L'excuse ·du " double jeu » est dépassée: « la collaboration la plus loyale » (Xavier , Vallat, dixit) est présentée comme 'lin acte de patriotisme! 1) Unité du peuple juif; - 2) Indépendance et sécurité de l'Etat d'Israël; 3) Appel aux nations pour renforcer l'autorité des Na~ns Unies, seule garantie de paix et d'unité dans le monde; ,4) Collaboration avec tous les groupes démocratiques du monde pour l'avancement de la démocratie et pour le droit de tous les etres humains à la sécurité, à la paix et à la liberté ; 5) L'antisémitisme, 'danger de guerre et menace contre la survivance du peuple juif. Devoir des gouvernements de le déraciliation des Français ». . ciner partout où il se manifeste. Une nouvelle preuve nous est ' dqnnée du retour offensif de ceux qui aidèrent l'ènnemi à réconcilier les Français en les envoyant au fOur crématoire! Une nouvelle confirmation de ce que disait Rel)é Lacote dans son enquête d~s « Lettres Françaises» sur les « Revenants dans les boutiques ». Ils reviennënt dans les boutiques de librai. res en espérant, sans doute, placet de nouveau un corimlissaire-gérant dans d'autres? Les fausses élites et les aboyeurs de mens~ nges ont reparu. Leur audace s'explique : 10 ans de prison pour la mort de 100.000 homo mes app'e1\ent tout naturellement l'apologie du érime. Pourquoi se gêner? Puisque les « pouvoirs publics » laissent faire. * .. Lire « Le procès de Xalvier Vallat présenté par ses amis » est un véritable pensum où r on est partagé entre le mépris et l'indignation. L!! procès, nous le connaissons, tous les patrIotes le connaissent. Une brochure de l' U .J. R.E. en a dévoilé le fond. Vallat est, dans le plan hitlerien, l'homme de la première étdpe qui conduit 100.000 Juifs aux portes de la mort. L'extermination, il l'a rendue possitr.e, il en a créé les conditions. En ces jours anniversaires de juillet 42, ceux qui ont perdu un être cher apprécieront le cynisme des amis _de VaJlat. En ces jours anniversaires de la batnille de la libération de juillet-août 1944, tous les résistants se rappelleront la voix du traître qui succéda à Philippe Henriot pour les in jorier:. Les · vrais patriotes, eux, ont droit aux insultes de la préfacière. Risquer la mort sous les tortures de la Gestapo n'est pas faire preuve de courage, car : cc un individu peut s'enfuir pendant quatre ans au fond des bois, quitter la société, défier la vie en commun ", tandi" que VaIlat. .. Ne dites pas: la trahison de Vichy. Dites: Il Le point de vue de ceux qui ont cherché à préserver l'héritage réel de leur terre et de leurs cités » . Car tels sont les . mots dont une « historienne » OSe, en 1948, couvrir le pillage, la terreur,_ la livlaison de la France à . l'ennemi, la servitude légalisée! * . Il est vrai que l'in;lépendance nationale est une notion qu'on voudrait aujourd'hui faire oublier et c'est ce qui explique l'espoir des amis de Xavier Vallat. Ils font des offres de service à ceux qui reprennent leur, politique. Cette préface d'inspiration maurrassienne, plaidoyer pour les assassins d'hier et encouragement pour les mal-blanchis, les 'oubliés oe l'épuration et autres collaborateurs en liberté (ou en instance de l'être), est un manifeste de la réaction antisémite et fasciste qûi avoue clairement ses buts : continuer Vichy. Mais les amis de Xavier Vallat auront beau fourbir leur couteau de cuisine: c'est en défi. nitive la tradition nationale de la ' France de ] 7tl9, de 1848, de 1871, de 1944 qui balàiera , l'imposture et sortira victorieuse dans sa lutte pour le Droit et la Liberté. ~aph FEIGELSON. LaF rance doit · teconnaître l'État. d'Israël • 1 • La France doi.t reconnaUre l'Etat ralion Sioniste, consla le que l'opio les Juifs. Exaltnnt l'effort magnifid'IsraëL ., leI est le mol d'ol'dJ'e qui,. nion rr'all~;aise eL la presse veuJenL que de solidarité que les Juifs de domina le grand meeting du li juil: la recnllnait'sallce el exprIme sa Franre accomplissent envers Jeurs let ail Pajais de la Mulunlilé. Plu- , confiance dans l'ElDt d'Israël qui frères d'Israël, l'oraLeur lance un sieurs miPiers de personnes avaient saura arracher la victoire. appel ,\ l'unité d'ac tion eL à la colrépontlu

J'appel des organisations M. Moni/.owsl.i secrétaire de labOl:alion avec les forces démocraparLicipanles.

.• J'U ' d J'f tiques qui mll'on! seules raison de M. l'Abbé Boulier, qui préside la mon es UI s pour la Hésislance touLes Jes résistances. manifeslation, se fait I· ... cno du m"'- et J'Enlr'Aide, anulyse les premières eonlel)lemeu' de J'opini"o n publiqu"e conSéG,Ue:llC;e' de 1a n-o 11 -r eCOn01l1.S - « Lu France aurail d'O être la pre- devunt le re• tard du Gouvel'nemellt sance pal' la F. l '"~ nce d e l'E. I Il l ~"' 1 s- mière à reconnnilre l'Etat d'israël ". 'l'nllPal's à reconnal' ll'~ l'Elat d'ls- rU~v;;1 .. ce b- ont les "y 0 gromes Ù'Ou d 'J l1 a déclare M. Al/1ert Bayet . "'1u i croit .r'a"ë l,. .. et il ' évo"ue le lU~ llrlyre de Sl'X e t a utr es. j \ u nom de J""v 000 JUI.f s fel'Tlwmen L à la réconcilifll.ion enlJ'e millions de ]·u'i1f s. fran", a'1 8. morl S en dé 1;01' ta t·I on. au Juifs· et AI'ubes de Palestine et déDane uue vltll'ante allocution, M. nom U" cS A 11 C l. ens Co m h aI·l a n 1s . au ct·l ar'e. n'avoir rien Mco mpris aux mo- ~L/) RI' l" . nom des Combatlants (le la Hésis- Ifs mvoqu~ J)Ilr . Bidault. tiTL 19a e-xprlme enlJère SOII- tance. l'oraleur de-'-.'lnde pu' Gouver- - UF1Lé au Parli Communiste Fran- III u NI. André Philip exalte l'oeuvre des çais avec l'EtuL d' I:::'uël en lutte nelllen t français d'p cr-OlTîplir son Ju ifs 'en Palesline el l'ardeur de leurs bOur son indél;endance. M. Rigal, devoir envers le peuple martyr. combat la n.ts. On Ile saurait plus flui Il connu de nombreux Juifs dans L'oraleur flétrit ensuite les ma. meUre en doute l'exisLence d'Israël. JttS F . .. P. el les F. F. 1., rappelle n(1'uvres du • médiateur " 31'fna- C'est sur le nouvel EtaL que doit l'ardeur avec laquelle ces comool- dotte qui s'emploie à Trustrer l'Elat éll'e Ilxée maintenant la polilique t&nts onL défendu leur honneur de- d'israël de son ;nd~pend:)Oce . Seul françaIse en M(Jyen-Orienl. vanL les assassins nazis. li s'indigne le r~pecL des décisions du 29 no- M. Grabot's h:t, membre du Conseil de v6ir le même gouvernemenL ac- vembre peut servir de base paar J~fl\tional , d'Israël. apporte le salut upler le relèvement d'une Allema- l'élabli&'Sement de ln paix IIttendue d'Israël, ft le plu@ jeune Etat, le plus gne agressive el refuser la f'econ. par les Arabes, uussi bien que ,par vieu.x peuple '. cMlairses acnocnev adin' Icsura ëtll.u e Ml.e Hniogunvl els eE ldaéL- r----'----~------~-------'-------_ sel'a..un facleur de progrès d-lllls le Moyen-Orient. Sous les applaudissements unanimes, M. Higal assure J'assemblée que SOI1 parti ne ceSO'ern pas sa vigoureuse pression pour obljger le Gouvernement à faire le .ge,,;le de jus lice que tout le mOIHle nUent!. NOUVELLES. BRÈVES M. Jarblum, au nom de la FéMMONTRE SUISSE A RuelS. 0" GoAACONNlT Varsovie. - r.a coopérative polo n ais e " Spolem » a fait don de 100 millions, de zlo. tys au Club Artistique Juli de Var8')vie, OARÇONNÉT. FlLLETTl ANCRI: 15 RVIIIS UTTl .DANE. VI!Hll OPTIOUI NOMME. TROTTEU$1t CENTRALe . Budapest. - D'après un délit punissable. un nouveau code pé- Les leaders juifs qua.nal, toute manifesta- lifient ce nouveau cotion de sootiments ra- de de « grand procistes ou anti-religieux, grès dans la lutte consera considérée comme tre l'antisémitisme ». Munich. -- -Au COUI"! d'un procès intenté à d'anciens fonctionnaires supérieurS' du ministère des Affaires étrangères allemandoo un témoin a déclaré que l'ex-Muiti de Jérusalem avait reçu des Allemands, l'équivalent de . 7.791 livres par molS, pour son aide à l'effort de guerre allemand. Rome. - Un groupe de 35 réfugiés juifs, qui avait fui Tripoli est aITivé l\ Rome. 6) Coordination des efforts et des activités jUifs dans tous les pays et · soutien, à cet effet, du Co.ngrès Juif Mondial; 7) Constitution des communautés juives sur des bases démocratiques

-

8 et 9) Le but fondamental du Congrès Juif Mondial est de , poursuivre la mise en appUcation des principes ci-dessus en fonetionnant comme une organisation démocrallque et re»rèsentative du peuple jUif. . IJne alliante, anfiratiste dans les laits LE 3 jU1llet dernier, l'Alliance Antiraciste tenait une conférence nationale.. bn attendait avec intérêt les décisions qUe n'allaien.t pas manqué de prendre les militants àntiracistes. . Ceux-ci ne s'étalent pas réunis depuis le congrès de Juin 1947 où sous la pression des élém_ ents les plus antidémocratiques un certain nombre de. mi. litants en vue, représentant toute la gamme de l'opinion démocratique était exclu de l'organisation. A vrai dire peu de délégUés avaient répondu à l'appel de la direction actuelle, l~s débats se sont déroulés devant des banquettes vides. Tout antiraciste 'sincère ne peut que le regretter. Mais ce qui apparaît évident à tout observateur, c'est l'écrasante responsabilité de la direction actuelle dans cet état de choses. En effet celle-ci n'a rien fait pour améliorer et renforcer la situation intérieure de, l'organ1- sation qui doit aujourd'hui répondre à tant de tâches, devant lesquelles aucun concours n'est superflu. Toutes les forces sont nécessaires. Une seule voie est juste et efficace, celle de l'unité dans l'action. . C'est ce qu'ont compris les militants exclus en juin 1947, qui ont délégué Juliette Jouvaux, Madeleine David, Charles Lederman. t 0 u s antiracistes éprouvés, résistants , courageux, porteur d'une lettre à lire aux délégUés de la' conférence' nationale. Se présentant à la séance de l'après-midi présidée par MM, Lichtenberg et Castro, ils recevaient de ceux-ci, l'assurance qu'ils seraient reçus, à la seconde séance, à 21 h., et qu'ils pourraient y faire leur déclaration.. Le soir, une délégation comprenant Juliette Jouvaux Madeleine David, Charles F~ld se voyait refll.§.er les accès de' la salle des séances. Devant ce revirement soudain et devant la grossièreté_du fait, la délégation ne voulant pas gêner l'ordre des travaux, remettait au préSident de séance une lettre que nous mettonS sous les yeux de nos lecteur~. Paris, le 3 jUillet 1948. Aux Délégués ~e la Conférence Nationale de l'Alliance Antiraciste Chers éamarades, • Nous VOUlons profuer de la tenue de la Confé7ence Nationale de l'Alliance Antiraciste pour a.ttirer votre attention. sur l'action antiraCiSte et SUT la nécessité, 'pour chaque antiraCiSte, 'de redoubler d'elt(}Tt dans la situation actuelle. Celle-ci, comme vous le savez, es·t caractériSée par une renais' Sance de l'anti.Sémitisme due (); la pOlitique de compla,isance (); l'égard de nos bourreaux d'hier. Elle se traduit, à l!extérieur, par le reUvement rapide de l'Allemagne et p(U' le maintien en place des organismes et des hommes qui ont été à la base du développement de l'hitlérisme. C!'est ainSi que noUs pouvons vOt,. des homme! qwi hier ordonnaient les mesures' de déportation et d'extermtna.tion de 1WS parents, de nos frères et de 1WS soeurs, continuer à jouer un r6le dirigeant da,ns. les affaires de l'Allemagne occidentale. Sur le plan intérieur, les mesures de clémence à l' éiJ(U'd des anciens vichyssOis et collabOlrateurs permettent à ceux-ci de sauvegarder les btméfiCes de leurs spo!iations en même temps qU'eUes les encouragent à mener une agitation antisémite, antf.7Ultkmale et antidémxra.tique. Cette POlitique se manifeste avec plus de force encore devant le développement de la Situation en Palestine, puisqU'elle a déterminé Jusqu'à présent le gouverne~ ent français à la non-recon_ na.lssance du nouvel Etat d'/srai!! qt~ tous les démocrates et tous les antiracismes saluent co,!,me un espOir de liberté et de paIx dans cette partie du monde. NOUs pensons que, st violents qU'aiJent Pu être dans le passé les dissentiménts dus aux tendances diverses et quI Soe sont manifestés au sein de l'Alliance , Antiraciste, ils ne sont pas as;,ez 1!rof or;ds pour empêCher qu'au- 10urd hui une uni011. pOur l'action ne PUisse se réaliser Afin que cene-cf ait sa: pletne etticaciU, nous exprimons notre volonté de reprendre une place dans le combat. parmi tout les mtlitamts antiracistes. J.ANGHERT,DrJ. ARAGER, S. CHAYE, M. DAVID, C: FELD. J. JONVAUX, S. LATI'ES. C. LEDERMAN. Dr J. LEVY, R. PAYET-BURIN, A. RAISKI, STEFANI, VERDENNES, R. WELSCH. -. ,tS ;uiIet ....... - W ,to--l& A PRAGUE avec le guide en chapeau mou CINQ SIECLE-S, D'HISTOIRE SOUS LES SUREAUX EN FLEURS , . ( de notre envqyé spécial Albert LÉVY) APRAGUE les sureaux sont en fleurs et les oiseaux chantent, dans le vieux cimetière juif. 'Des milliers de pierres s'y pressent à rétroit, épaule contre épaule, ventre contre ventre, debout, couchées, obliques, semblables, dans la verdure, à une armée en dér~te qu'un enchanteur ilurait figée. les arbres frais, l'histoire d'une gravé sur la pierre tombale. Volhumble et glorieuse 'population. ci Fûchs" le renard ; Hirsch, le tempS 11 Y en eut comme ce bou4 cher David Koref, mort en 1656. qui à chaque fête juive d.Lstrlbuait aux pauvres un poida de viande égal à celui de sa temme et de ses enfants. Pour peu 110 'il ait été prolifique, cela représente pas mal de boeufs. La terre les prend à bras le paraît-il, pour respecter le sens corps, et quelq'les-unes affleu- de l'écriture. rent à peine. Devant elles dor- Le généreux Maisl en fit bien ment des ~orts, dont les pieds d'autres. A la fin du xvr siècle, toue:hent d autres morts. _ Les il orgamisa l'autonomie des Juüs g~lleratlons se décomposent, de Prague, _qu'il sépara du reste amsi, en, couches superposéeS,. de la ville par neuf portes mas~ Dans les. a~lées ombreuses, re- sives. Primat du ghetto, son nom' vent, les tourlStes et les peJintres, reste lié à toute une série de les poètes et les amoureux. travaux publics : bains. hOpl- I tal, école, asile des pauvres. Idylle sous la une C'est lui qui fit paver les rue&. Chaqoue nuit. un couple de L'une d'elles ' remonte vers le Ce cimetière ne fut pourtant cer!; Hahn, le coq ; Taube, la que le second en date, dans le colombe. ghetto de Pra~e. Les premiers A cela se joint .l'emblême de marchands jUlfs qui s mstallè- leur métier, qu'ils pratiquaient, rent là, près du fl!,uve, sous la j'en suis sûr, avec une consclenprotection du Chateau, enter- oe irréprochable : ciseaux pour raient leurs morts loin d~ .ha- les tailleurs, pincettes pour les bltati~ns, dans le c J'ardin lUlf:., médecins. pilon pour les pharsou~ 1 actuelle rue Vladisla'v. maciens ... Des mains bénissantes Quand' le roi de Bohême Pre-, symbolisent.les Cohen; une crumysl Otakar II établit le' statut. ,che, les Lévi. . Le boucher David Koref des Juifs le 29 mars 1254, fi n'avait pas. comme Xavier Vallat, d'intentions mauvaises. Blen au contraire, li proclamait: ,Isolés du reste des humains, Au-dessus des mort. squelettes s'échappe d'entre petit cimetière où il repose, parles parfums des sureaux, passe mi les 12.000 morts 'au parfum la Vltava toute proche, et se de sureau. rend à la cathé- ' -c SI un chrétien endommage, dans une orgueilleuse et déride quelque façon hostile que ce rolr€; autonomie, 11s travaillaient soit, leur cimetière, ou y pénêtre six jours, ces, braves artisans et par la violence, il sera condamné se reposai-ent le sabbat, en allant - .à mort et sa fortune écherra à à la synagogue Vieille-Neuve. la Chambre Royale. :. Les ruelles de leur prison retem.- Le guide au chapeau mOU qui évoque les siècles oubliés va d'une tombe à l'autre oomm~ s'il parcourait les piècés de son appartement.. li est chez kli, dans l'histoire. Mais lut qui arpente les rues calmes de l'ancien ghetto libéré-, qui déChiffre les vieux écrits sur les tom~8 gothiques. ,baroques ou renaLs-salnee, s'il se penche avec amour sur le passé. n'en a pas mQln.J foi dams le présent, et plUS encore dans l'ave~r. n a voté pour le Front NatiOdraie Saint-Vibus. nal. n me l'a dit. L'homme es't prêtre catholique. Pour s'être fait baptiser, 11 n'en continue pas moins à aime,r d'amour une bellè juive: Celle-ci. dont le portrait reste gravé sur la pierre, vient le chercher ' vers les Ht heures: Dans la cathédrale muette. ils jouent à l'orgue et chantent èles psaumes expiatoires. A u x douze coups de mi- Au premier plan: la synagogue -Vieille-Neuve. Derrière: l'Hôtel de ViUe de' Maisl nuit, les 'bienheureux que 1'11 vie séparait, mais ' que la mort a joints. regagnent leur dernière demeure. ,Le gothique iuif Où ' s·a.llong~, aujourd'hui, l'élégante Parizka trtdà, non loin d"l Parlement et de l'UnIversité, vivait encore, il Y a 50 ans, le ghetto de Prague. - Un guide en chapeau mou, qui parle françaiS, fait visiter ce qll"il en. reste. reliques ' pieusement conservées. L'orig1nal1té sans doute était la recherche première, la vertu majeure des architectes juifs, au moyen-âge et sous la Renaissance. Il faut dire que,le ciel les aidait. De\l'X anges apportèrent de Jérusalem les pierres fondamentales de la synagogue VieilleNeuve. Cela se passait bien avant que Prague existât, si l'on croit la lég,ençte... Le froid historien, lui, pour qui les arunéeS ' comptep.t 365 jours un qu~rt, en situe la construction au XIII" siècle seulement. Touj(}urs jeune~ pourtant, quoiqu'Un peu sinistre lorsqu'~ e , est vide, elle continue de rétmir les assemblées pieuses autour de ses riches chapiteaux. Un rabbin' aux prédécesseurs illustres monte encore à la « teva

. ornée de ferrures; les bancs

du fond servent plus que jamais à la circoncision; et les femmes, comme autrefois, se tiennent dans la froide pièce attenante, d'où quelques-unes à peine à travers une espèce de longU~ meurtrière, peuvent jeter ll!Ill regard sur les homme& qui ,prient. , De la Bohême au Japon A gauche, la synagogue' Klaus, ainsi nommée parée qu'iutrefois elle était « close :.. sorte de monastère consacré à l'étude et ' à la prIère. Deux hommes. il y - a q,uelques années, la tran.sformèrent en musée : Joseph Polak, conservateur du musée de Kosice, et François Zelenka, architecte- décorateur des théâtres de Prague. Tous' deux sont morts. Hitler les a tués. Les précieuses ' collections de manuscrits religieux :y, voisinent , avec les documents séculiers, ' tels oette «'liste noire :. éies ' ennemis d'Israël, soigneusement tenue à jour, au moyen-âge, de génération en génération. Admirons aussi' les objets du culte, ces manteaux de Thorah, de tous les âges et de tous les pays. même du Japon. Ce Colhem C'est le grand rabbin Jehuda LOw, fils de Baz'elel - Dieu ait son âme - qui fit, en personne, construire la synagogue Klaus. C'est lui aussi qui fabriqua, le fameux Golhem. Comme Dieu Adam, il le modela de terre et. pour son malhe.ur, lui donna vie en lui glissant, simplement; dans la bouche un bout de papier marqué de l'imprononçable tétragramme. Malheureusement 'le bon roI. ttssaient des coups de leurs mar- . ' teaux et des notes de leurs Les pierres du passé, dans le vieux cimetière, tentent en vain de s'arracher à la terre et aU temps qui les dévore, en. une lutte-- pathétique. D'entre elles poussent les sureaux. dont rom • bre humide et parfumée les cou· vre. Au-dessus des morts, !aée au ciel de la ville, chantent leS oiSeaux. disparu, le rabbm ':ie ~rague chansons, Mals, sous le poids des AVIgdor Kar! , - béru SOlt~ll - humiliations et de la misère, lis pouvait écr~e, en 1,389, une, élé exhalaient aussi de lon"'ues g~e .qu~ contIent ces mots deses- plaintes. et se réfugiaient dans peres . , des prières obstinées. • «Le c!met~ère non plus, le lieu Quand 'il y avait Chômage, de la hberté totale pour ceux 11s tâchaient d se d'b ill " qui sont morts depUiS des an- e e rou el' nées, n'a pas échappé à. la des- e~tre eux.: pauvret~ n'était pas tructlon. Les tombes ont été sac- Vice; Les nches ~YlUent. De tout cagées. Les os de nos' ancêtres disparus il y a longtemps (}fit été extir,pés du lie1,l. de leur repos, les pierres tombales ont été brisées; et les monuments rasés.

.

C'est après ce -cataclysme que fut utilisé le nouveau cimetière-, aujourd'hui vieux, acheté "","aux chrétiens mètre après mètre, · et dont les deux ailes furent "Supprimées. 1000s de l'assainissement

te 1900. _'

' Les immortels Comme 11 était. malgré tout, trOP exigu, et que la loi juive interdit la destruction des. tombe. aux,.on apport'l.it de la terre du .dehors et on surélevait le sol à chaque enterrement. n dépasse aujourd'hui de plus .de 3 mètres le niveau alentour. La première tombe reconnaissable çlate de 1439. Elle a~àrtient au rabbin A vigdor Karo lui-même. La dernière, celle de Moïse Lipman Beek, porte .le chiffre 1737. Entre les deux s'échelonnent, - au hasard. d'illustres noms gravés pour l'immortalité : David Gans, humaniste qui fréquenta Kepler ; Mardoché Katz. mort en -1592. dont l~ grand-.père créa l'une des premières imprimeries de Prague ; Nehemiah Feibel Dusenes. premier juif magistrat, - . en 1648 ; Joseph deI Medigo de Candie, élève de Galilée. qui mourut à Prague a'u cours d'un long voyage ; le grand rabbin Simon Spiro, dit 'Simon le Pieux; Jacob Basshevi , Treunberck, Le- Spadassins sont parmi nous ,.- L Conseil d'Etat' viellt d' .. nnu1er le ... ominations de C.,na· ",issaires de Police ,de Paris, pris. ,parmi res. agenta su bal' ternes de la Préfecture qpi se aont &ig_lés pendant foc' cupation potier leur attitude patriotiqu~ et ta résistance active" à l'ennemi, promus, après la libération, à titre exceptionnel Est-il exact que Lafont, ancien cbéf de servIce d·inspectio. administrative à la Préfecture de Police pendant l'occupati~ ennemie, collab';rateur direct des Préfets de Police aUlt ordres des nazis, révoqué après la Libération, se serait tout particulièrement intéress~ à leur sort? Une association des Officiers de Police et Officiers de Pai ... s'était émue de ces nominations, et a _engagé une procédure et des campagn~ qui ont abouti à ut arrêt, pendant que, av l'impulsion de certains conseillers municipau,", .le Paris, réactionnaires et parjures aUJ!. promesses faites par la radio de Londre&, ont réintègre dans leurs · Jonctions les complices de l'epnernÎ. A les entendre, on n'entre pas dans la càrrière d 'Officier de Police ou d'Officier 'de Paix comme dans un moulin. Il faut subir un premier concours pour obtenir ce grade, puis faire Ua sta~e de six ans en cette qualité avant d'être nommé Commis' saire de Police au choix ou après un nouveau concours..; ce. divers concours et stages offrant de sérieuses garanties de capacités juric'liques et ,de pratiq,ùe du métier. Les promus d,e la Résistance n'avaient pas, paraÎt-iI, réuni toutes ces conditions, on leur laisserait la porte ou'Verte par Un système de concours et d'examens ... ils n'ont qu'à les passer._ La' plupat'l d'entre eux ont largement dépassé la quarantl.ille. U. ont, pour la grande majorité, ",mpli, après leur nomination, avec dignite et efficacité, . leurs fonctions. Il. faisaient leur stage de tortionnaires ou se lavaient les mains com,me Ponce-Pilate. Un professeur de. faculté échouerait si on lui demandait à cinqu .... te ans, de passer sans préparation spéciale, le bachot doat il a subi brillamment les épreuves à t'âge de 18 _a. Ce repêchage n'est qu'un maul'ais prétexte, une satislaetio. illusoire aux sentim~nts de justice, c'est en réalité une sancti_ contre les pOliciers résistants, le grand problème est ailleurs. Nous ne le laisserons pas escamoter. Qué sont devenus les 66 Commissaires de PDtice nommés., dans la région parisielfne, par les homrn..ea de Vichy sur la recommandàtion des Allemands ou avec leur approbation d pris. parmi le. candidats dont les seules référence. étaient la fidélité agissante aUX occupants et aux traitres! Est-ce parce que leur arrêté de nomination a été rédigé ea des termes plus habile .... que la validité .le leur promotion .. 'a jamais. été mise en doute? Il est temps de voir clair dan.s les ténèbres de la police de Vichy pendant l'occupation. il n'y a pas de prescription pOIU' les crimes commis; les spadassius sont parmi nou •• Couronnant la nef à deux allées, les célèbres arcs à cinq broncfies, Pour ne pas imiter les chrétiens, ni re-produire le symbole de leur foi, les constructeurs ont complété la croisée d'ogives et tronqué le plan clas~ sique des édifice.; de ce genre. Ils inventèrent un style gothIque à le\.r usage exclusif. A la sortie du cimetière (gravure du XV· siècle) Il y a de nombr'!uses investigations à faire. il y a mille suieu d'urgentes enquêtes; il y a eu sur le territoire national. i .. stalléa par les h01nmes de Vich.y, des camps de ta mort, de. dt"mbre. de tortures. Ils sont au".i criminels que les assassins dea camp d'extermina'tÏon nazis d'AlI~magne et de Pologne. Maisl, le philanthrope , Le , gonfalon brunâtre qui se dresse près de la porte, est vieux lui aussi, de plusieurs siècles, Énorme, il fallait 18 hommes pour le porter dans les processions. C'est probablement Mordechai 'Maisl qui en fit_ don à la communaut-é. Dans la rue qui porte aujourd'hui son nom, oe philanthrope impénitent fit conlStruire un hôtel de ville, orné d'une horloge hébraïque. On se prend, en essayant le déchiffrer l'heure. à renverser la tête et à loucher. car les aiguilles tournent à l'envers et la grande marque les heures: c'est, LOw, héros du ghetto praguois relpecté à la cour impériale de Rodolphe II,, vivait comme Maisl, à l'âge d'or de l'histoire tchèque. Autant que le Talmud, li étlUdlait la mathématique et l'astronomie. Mort en 1609. il gît, entouré de ses disciples, dans le cimet1è~ re aux oiseaux. Quand ils lui rendent visite, les touristes américains qui, de tous, sont les plm; stupides, Inscrivent. de leurs stylos à bille leurs noms sur la pierre Qui porte 'le sien, dans ~e vain espoir. sans doute, d'être a~..sociés. ainsi, à sa grandeur. Le plus ancien statut des 'uifs Les tombeaux basculés ou droits, rongés par l'âge ou encore anguleux. racontent, sous mort en 1623. le premier juif tchèque anobli, dont on appelait la femme. Hendel, ~ mère des pauvr~s :t, Villes et bêtes Plus nombreux sont les hOIllmes du peuple qui n'ont donné aux autres que lell'r vie de labeur anonyme et qui sont l'immortel levain de l'histoire, Au cimetière chantant et ·parfumé. certains n'apportent que les noms des villes où sont nés leurs aïeux et qu'on a faits leurs : Wiener, Po",: lak, Lieben (Liben est aujour .. d'hui le ~ arrondissell1ent dt Prag.uel, Rondruc, Sobotka. Kolin.. Pribam, Nachod. D'autres n'ont pour patronymes, ,que des noms d'anima\:lx et l'an1mal de leur famille reste Ils se connaissaient d'ailleurs, il •• collaboraient» étroitem4!!nl. ils se livraient leurs. victimes et ils sont également coupable. et doivent être punis de la même manière. Nous honorons les combattants ' de l'intérieur de la Pol;ee. nous les honorons trop pour pennettre que d'autTes prenD.eat prétexte de leurs combats pour se blanchir. Nous n'al'ona 'pas la mémoire ' courte, la mémoire des morts et des YÎctimes cle la guerre commande. , On a trouvé des magistrats au Conseil d'Etat pour mépriae9* les services rendus par des policiers républicains, aUILCquel. noua a.Ire.sons toute notre sympathie, aux militants de la Résistance. aux réfugiés politique .. , aux persécutés de la terreu.r narie 1 N'y a-MI donc pas un jury pour trouver coupables et sancti_ner, ceux qui ont livré à fenhemi les meilleurs citoyena et ont conduit à la ,mort leurs femmes et teurs I!:nfanb ? C'est désormais à tous It!$ !émocrates qui ont au conserver leur courage civique, à les reconnaÎtr~, à le. désigner et à en faire l'objet de la vindicte publique. Il. n'y failliront pas. -Joseph-An.dré BASS.


....;,,-------------------'------:.----'---:-,.... "DROIT ET LIBERTE

L Lois attribuant/les droits civils aux Juifs ... " A Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, de 1789, débute par . ces mots: " • Les honunes naiss"ent et demeurent libres et égaux en droits. » En votant ce texte, l'Assemblée Constituante agissait de façon toute nouvel1~. Il y "avait eu," déjà, .. VU par A.- ROSENBÉRG A la véille du 150' a;niversaire de la Révolu.. tiOll F rançaise, en 1938, Alfred ROf.wberg, grand th éoricien du ltatioual-socialisme, a publié. dalls sm ouvrâge "(( KamP! um die Macht ·lI cette appréciation sUr 1789 où le faur"le ,dispute aU ridi- cule Mais ce 'lûi traj!.pe ~urtout dans ce terte de R osenberg; c'est, plus qu'un hommage involontaire qu'il rend à l'espTit et aux hommes de 89, la concordance .rigoureuse entre ~ès thèses sur, la R évolution Frartcuise et la doctrine histoTique de MatlTras et de l'Ecole d' • Action Française» 'lui conserve des adeptes. N'oublions pas 'lue c'est aussi dans ce geme d 'interprétation I)ue fiait une des sOUTCes de la trahison. L'année 1789 est devenue une année sainte pour "tous les esprits romanesques peu critiques el pour "les intrigants très critiques. Le~s uns s'enivrent, les autres profitent de ses eHets pour leurs buts. " . On ne peut pas njer que le vieux système en France ét~it mûr pour sa perte et ce n'est pas ici la place "d'examiner qui est le grand responsable de',cette économie rognée. C'ftt un fait : le système a éoulé . . A sa place est venu, non pas une g ' ande idée nouvelle et fertile, mals un jaillissement de phrases, dont l' action s'exerce, encore aujourd' hui com.me un poison d 'ivresse sur les peuples et qui les transporte dans le firmament des rêves et des illus.Îons. Le sentiment national du Français a su le préserver jusqu'à pré5ent d'une dispàrition pourtant inévi. table. Ce .entiment l'a aussi sauvé , de ses chefs bornés. Aussi est-il faux d'attribuer à la Révolution la consciènce 'nationale des Français. Elle exi.t·e et sub. liste ct'une façon organi~e - les Français le savent .- depuis la ré.union. de l'.Empire par Louis. X~ et jusqu'à nos jours. . . Ceci ett un aspect de la question. l' y en a ul).. \ autre : l'année 1789 signifie pour nous tous l'affran. chissement des Juifs : c'est l'heure de la ,!aissance "de resprit destru5teur d.n. la culture européenne. 0" sait comment Ceci arriva. Le Juif français Cerf Beer, grand fournisseur àes armées, alla trouver Moses Mendelssohn pour lui demander d' utiliser sa grande ÎnHücnce pa tmi les catholiques et de rédiger un mémoire en faveur de l'émancipation des Juifs. Moses Mendelssohn jugea cette façon d'agir peu pratique et non pas la meilleure. Il trouva un porte-voix en Dohm qui écrivit alors son ouvrage sur la réforme juive. Cl Mendelssohn pensait et Dohm écrivait » (Graeh ). Dans le salon juif de Henriette Herh, à Berlin, Mendelssohn présenta DQhm à Mirabeau, lui, endetté par dessus I-a tête chex les Juifs. C'est ainsi que Mirabeau est devenu le cha mpion de la cause juive. En vain, les députés alsaciens dé'montrèrent, d'une façon irréfutable, les conséquenCes néfastes qu'aurait l'attribution des d ,oits d'égalité à un peuple d'usuriers ; leurs objections n'étaient pas ~cout..é es. Oui, un « grand prédicateur », qui prêcha déjà alors la révolution mondiale, Duport, déclara même que la lutte èontre l'émancipation juive est en même temps une lutte contre la Constitution française. , L'idée de l'égalité des droits a porté ses fruits. Ses représentants ont jeté " has toutes les barrières, se sont démobilisés eux-mêmes, landis que le Juif, fédéré nationalement et internationalement, s'insta(13it avec une instabilité sans bornes dans les villes de l'Europe. Voilà pourquoi les Juifs du monde entier exaltent l'année 1789. Elle est pour eux, et à jusle raison, une année devant laquelle tout le reste dans l'histoire disparaît. Et, sous les fanfare. de cette idée, Israël a entrepri~ dans le ",onde .a c:roisade de rapine ••• Le 14 Juil el 1789 Racisme ~"",.w"""""""'.p;; ................ ..., ~ , 1 r. Marcel' PRE NAN T ~

Professeur à la Sorbonne ~

(les révolutions bourgeois·es : par exemple, la révolution anglaise du XVIII' siècle, ou encore la révolution américaine, vieille de quelqu.es années seulement. Elles avaient revendiqué des libertés, mais au nom d'anciennes chartes, et pour les seuls bénéficiaires de ces chartes, c'est-à-dire de façon très' étroite. La Révolution française, elle, proclamait d'emblée l'universalité des droits humains, et dans l'article IV de la memt:; Déclaration les affirmait « droits naturels D. Elle condamnait donc, à la fois, l'existence de classes pri~ vilégiées, et la prétention à distinguer des races sur:érieures et" d'autres inférieures, du point de vue des droits naturels. testants, du fait que l'état civil était entre les mam du clergé catholique, et que seuls comptaient officiel .. lement les naissances, mariages et d~ès enregistrés par celui-ci. En établissant l'égalité des cultes, et pre° nant en main l'état civil, la Révolution supprima cette différence. La loi du 27 septembre 1791, votée par la Constituante, accorda aux juifs les droits de citoyens et les intégra vraiment dans la nation fr ançai~e, inaugurant la série de mesures du même ordre qui, avec plus ou moins de retard, furent ll:rises par les nations civilisées. .1.Y éta·itf ·al1t e preml.e r pas , dans ·la h·bér·atlo n d!,s nol.T S l· .......... • ..... ••••• ......... ..,......· .... ~ tuante prenait un décret simplifiant les formalités de naturalisation des étrangers. Même après la déclaration de guerre, le 26 août 1792, la Législation rendait un décret sur les brevets de citoyens d' honneur, où elle disait vouloir « honorer les "hommes qui,. par leur courage ou par leurs écrits, servent la cause de la liberté et prérarent J'affranchissement des peuples, en déclarant que ces hommes ne peuvent être considérés comme "étrangers par une nation que ses lumières et son courage ont rendue libre ». et la suppression de la traite. Ici encore, la Révolution montr.ait aux pays civilisés l'exemple qui, à travers bien des luttes, devait être suivi partout au XIX· siècle. Ainsi, la Déclaration condamnait par avan;::e ce que nous appelons aujourd'hui le racisme. Certes, elle posait bien des principes qui ne reçurent qu 'une apV~lcation partielle. Du moins, ici la mise en pratiqtie ne tarda guère, vis-à-vis des juifs, des noirs et des étrm- . gers. P OUR les noirs, il y en avait un grand nombre soumis à l 'esclavage dans les colonies françaises d'alors: aux Antilles et à la Louisiane, notam-" ment; et les négriers en amenaient sans cesse d' Af rique. Le Code noir," édicté par Colbert en 1685, avait réglementé l'arbitraire auquel ils étaient soumis, sans cependant améliorer beaucoup leur sort. Sous l'influence des philosophes, et plus particulièrement" de Rousseaü et de Condorcet, ce sort avait ému l'opinion publique. En 1786, Brissot avait FU fonder une' Société des Amis des Noirs. La· Révolution abolit l'esclavage. Ce fut, il est vr;\i, pour peu de temps, puisque Bonaparte, Premier f:onsul, le rétablit le 30 floréal an X. Du moins " Un siècle nouveau va s' ouorir; que les palmes . cle Il humanité en cyment le fronliscipe. et que la postérité applaudi/J$e d'avance à la réunion de vos coeurs. Les Juifs sont membres Je ceUe famiile universelle qui doit établir la fraternité entre tous les peuples; et sur eux, comme SUT Vous la révélation étend son voile majestueux. Enfants du même père, dérobez taut prétexte à l'aoersion de Oos frères, qui seront un JOUT réunis dans le même bercail; ouvrezleur des cercles où ils pui/J$ent tranquillemer;t reposer leurs têtes el sécher leurs larmes, et qu'enfiTl le juif, accordant au chrétien un retour de tendresse, embTasse en moi sCYn concitoyen et 'son ami.» 1 C ETTE attitude, éloignée de toute prévention ra. ciale, était prise par la Révolution au moment . même Ile terribles revers, un mois à peine après le manifeste insultant du duc de Brunswick, alors que les armées austro-prussiennes venaient de prendre Longwy et allaient investir Verdun: une semaine tout juste avant que la Commune de Paris, la première, proclam:ît la Patrie en danger. Même dans ces circonstances tragiques, les révolutionnaires savaient ne pas t9mber dans un absu rde chauvmisme, et faire le départ entre les gouvernements tyran~iques et les peuples qui les suivent à regret et en victimes, comme le dit si bien La" MaTseillaise. Ils savaient aussi ce qu'ils devaient de respect aux défenseurs étrangers de la liberté. Il y avait à cette époque, en France, environ 60.000 juifs, qui étaient tenus à l'écart par des mesures d'excef'tion. Ils n'avaient pas même d'état civil, c'e,stà- dire que l'on ne constatait pas légalement leurs naissances, leurs mariages, leurs décès. Ceci résultai! d'ailleurs simplement, pour eux comme pour les pro- D ANNECKER aurait massacré les sans-culottes, Darquier/ de Pellepoix aurait émigré à CobleI! tz, Vallat aurait défendu ,la Bastille. Ces hommes de la Contre-Révolution du xx: siècle voulaient rayer le 14 juillet 89 de l'Histoire. Qu'oIjt-ils proposé à la place? Le 16 , juillet 1942. . Ce jour-là, Paris connaît des scè;1es. 'dign~s de la plus sombre féodalité. Le plan hitlérien d'extermination des Juifs à l'échelle européenne est entré ~ dans une phase décisive. C'est l'époque où Himmler décide la liquidation du ghetto de Varsovie et où Dannecker vient de recevoir du Reichsführer S.S. l'ordre de livrer 100,000 Juifs de France aux camps de la mort. Vallat a rempli le premier objectif le moment est venu de Darquier de Del· lepoix et de la seconde étape. Après le statut d 'octobre 40, la création d'un Commissariat aux Questions Juives. Après la création d'un Commissariat, la loi du 2 juin 1941 et le recensement général. Après le recensement, la grantie rafle et le pogrome. On a commencé par une exposition \ au Palais Berh!z, on opère .maintenant, à -vif, au Yélodro;ne d'Hiver. . .. " tente à l'avance plusieurs diversions." Et notamment, voici, après la vague aérienne sur l'Angleterre, une vague

mtisémite sur la France 
6.000 Juifs

sont conduits à · Beaune-la-Rolande et à Pithiviers.

Remarquons ·le machiavélisme. Il

s'agit d'immigré~,· Vallat, à Vichy, plus tartuffe que jamais, fait des distinguos en faveur de « l'ancien combattant israélite d'origine française » et les parrtin~ de l'U.G.LF. disent que les « éléments communisteS » sont les ·seuls visés. ,On dose le poison, et l'on espère ainsi mieux diviser non seulement les Juifs et les autres Français, mais les Juifs eux-mêmes. Bientôt, le 21 août, 1.\n raid dans le XIe arrondissemenLde Paris' va préfigurer le drame du Vel'd'Hiv. Drancy "commence à se remplir. • Cependant, Stuelpnagel ~age "et tremble : déjà plusieurs des sIens connaissent - première grande vengeanct de la France opprimée - le prix du sang et des larmes. . En décembre 1941, une sinistre Be-kannktmachung opposée sur les "murs · ~e Paris annonce que « cent Juifs, communistes et anarchistes qui ont des rapports certains avec les auteurs des . Abbé CRECOIRE. Vis-à-vis des étrangers, enfin, la Révolution eut une politique de large · compréhension, sans aucune exClusive. à allure raciste. Dès le 30 avril 1790, la Constitats escomptés. Il faut vider les usines allemandes d'une partie de leu~ maind'oeuvr~ pour tenir sur le front. La lutte des peuples opprimés s'élax:git. La persp~ctive d'un nouvel hiver de guer·

re inq'ljète le? dirigeants hitlériens. '

Ils veulent semer Ïa terreur, obliger les ouvriers à partir de force, intimider les petites gens. Notre Voix, organe illégal du « Rassemblement des Juifs contre~e fascisme , oppresseur », analysera ainsi les espo, rs hitlériens: . « ..• la monstruosité même de l'acte , de terreur dirigé contre les Juifs devait servir d'avertissement à la population française, dont l'esprit de résistance et la combattivité ~'étaient considéra~lement accrus apr..ès les premières ' défaites allemandes en U.R.S.S. Ces objectifs devaient être atteints avec la collaboration la plus zélée de Vichy et de sa police. II " L'homme qui l;évit alors à l'Intéri-eur a depuis longtemps donné ses preuves de traître. C'est lui, par /exemple, .qui a livré Gabriel Péri au bourreau. 11 appartient à la Synarchie et s'appelle Pucheu. • Son Secrétaire d 'Etat à la , Police, . Bousquet, -s'est entretenu au " mois de ' juin 1942 - le 7, l'étoile 3aune appamm Istres pour voir déporter les Juifs de zone occupée et non occupée. )] JO jours plus tard, à 6 h. du matin, ce n'était pas le laitier. Jamais peut-être, moeme sous un duc de Mqrny ou un Chiappe, Paris ne fut le théâtre d'un t el déploiement d~ forces de police. ,Des cars, ' des camions, des autobus. Des inspecteurs, listes en main, des brigadiers, des gendarmes qu'appUIent de jeunes gangsters à Déat et Doriot, jaloux des lauriers des S. A. Attaques convergentes sur plusieurs quartiers . Les brutes font irruption dans les immeubks habités par les Juifs polonais, ·tchèques, autrichiens, allemands, rUss~ s ou apatrides j la rue est cernée. La " nouvelle s'est répandue comme une traînée tie poudre. A travers les étages, c'est la panique, le sauve-qui-peut. Ils en foircent les portes. Des femm{:s s'évanouissent, des enfants h1,lrlent, dans un coin un .vielllard pleure et supplie. - Nous ne sommes pas ici au" Mur. des Lamentations, a déclaré un juré P.R.L. de la Haute-Cour à 'Un témoin qui chargeait Vallat. Une mère échevelée s'est jetée par la fenêtre. Ailleurs, une fillette de IO ans, ·devenue folle, s'est tuée dans' l'escaEt tout est lié. La terreur antJjUlVe . lier. Ailleurs, un homme gît dans la CUl. · se développe au même rythme que l'oftensive contre tout le peuple de Fr"ahc~. Rappelons-nous ! Plus la guerre. s'est accentuée, plus l'oppression est devenue lourde. MaIS, en même temps) plus la résistance s'est renforcée ! ,Le OUillorze plus lort que le Seize Les occupants, « polis et corrects Il du début, n'ont pas tardé à faire la grimace, hideusement. Ils croyaient que Montoire effacerait Valmy. lllèur . a déjà été répondu ---' à l'heUl~e même où· Jes capitulards, au Casino de Vichy, enterraient la République - que Jamais un grand peuple comme le nôtre ne deviendrait un peuple d'esclaves et ils ont pu s'en rendre compte le II novembre 1940 , sur les Champs-Elysées, en mars 194'1 dans les mines du Nord et du Pas-de-Calais. • Or, le fascisme, c'est le statut des Juifs quand il faudrait un statut des mmeurs. Parce qu'ils avaient peur de la colère et de l'union des Français, les Allemands et les traîtres ont perfectionné l'antisémitisme comme in s t i tut ion d'Eat. Quand Vallat va chercher sés premières consignes auprès d'Abetz, fin mars J941, l'échec des bombardements sur Londres, en se précisant, raffermit " notre peuple. Pure coïncidence ? L'agression contre l'V.R.S.S. $'approche, ~ avec elle l'alignement complet de notre économie sur le système de guerre hitlérien. L'ennemi qui connaît les sympathies de beaucoup de travailleurs poul: le pays du socialisme, attentats seront fusill~s ",). Parmi les otages, Gabriel Péri, Luëien Sampaix, M?Ïse Burstyn... Naïfs, les nazis qui comptent sur leur mot. d'ornre du « judéo- bolchevisme . )] pour discréditer les héros, dénaturer leur sacrifice ! De plùs en plus nombreux, les parti- · sans, les patriotes entreront dans la la lutte. Avec bien d'autres choses, ils ont compris, comme Gabriel Péri écrivant son. réquisitoire clandestin contre les nazis et les nazillons «( Non, le nazisme n'est pas le socialisme ll) que, dans ce pays de France, antisémitisme et Révolution sont des termes qui s'excluent. D'autre part, pour les militants juifs les plus valeureux, le 15 décem-" bre 1941 a été le signal d'une mobilisation de masse, pour venger les morts, organiser l'aide aux familles éprouvées, constituer des groupes de combat. . • Quand il prémédite le cnme du 16 juillet, l'ennemi est mécontent de Laval dont les efforts pOUl: faire « partir volontairement » nos ouvriers en Allemagne se soldent par un fiasco. Par ailleurs, la W ehrmacht reçoit de rudes coups dans les steppes du Kouban et du Don. L'offensive en direction du Caucase ne donne pas les résulrait et ... Vallat est nommé ministre plénipotentiaire - avec . les responsables S. S. chargés de la « liquidation de la quest ion juive ~) . Dans un rapport du 29 juin, Dan· necker note : « ... il a été communiqué au représentant de Bousquet en zone occupée, Legay, 'en date du 25 juin J942, qu'il nous sera:it agréable de recevoir des in- " formations de la part des autorités françaIses, pour que nous sachions à quelle date nous pourrions compter sur la li vraison des premiers IOO.OOO juifs. En même temps, nous avons def!1andé que nous soit soumis Un plan au terme duquel 22.000 Juifs remplissant les conditions ci-dessus pourraient être arrêtés dans la Seine avant la mi-juillet lI. Peu après, une conférence élargie se tient au siège de la Gestapo de l'avenue Foch, à Pans. Y assistent, côté allemand : Knochen, Dannecker, le S. S. Obersturmfuehrer Schmidt, côté vichyste : Bousquet ct Darquier de Pellepoix. Dannecker écrit « Le S. S:"' Standa enführer Knochen parla de· la question de la déport ation des Juifs. Bousquet expliqua qué le Chef de l'E,ta~ aussi bien qu~ le. Président Laval etaIent tombé d ac· cord au cours d'un récent Conseil des sine, le tuyau à gaz enfoncé dans' la boùche. Ailleurs, un médecin et sa famille agonisent sous l'effet d'une Plqûre. ~ . , . " " ' " Beaucoup, prevenus par des poliCIers patriotes, avaient pu s'enfùir à temps. D'autres avaient réagi avec assez de rapidité pour trouver refuge cnez un voisin non juif, ou bien s'étaient cachés dans ùen loge dè. concierge, une ca ve, un grenier. Dans certains cas, les sbires furieux de voir qu'il n'y avait: pas le compte, ·interpellalent les passants dans la rue - interrogatgires à la volante. • Les familles qui sont restées on dû produire leurs p lèces d'identité et aUSSlt~ t la pohce ,les a déclarées én état d' arrestation . • Quelques secondes pour emporter le stnct mmimum - si l'on n'a pas de proviSIOns' chez soi, tant pis, on jeûnera plusieurs jours - et direction Vel' d'Hiv. Modestes baluchons, pauvres vêtements, vl sages ravagés : la barbarie fasciste s'acharne sur dcs travailleurs, artJsans, ou vners. Dans · ie cortège, parfois, un malade ou une femme enceinte sur une civière, une paralytique sur une chaise roulante. Les jeunes de 16 ou 15 ans ne sont pas rares. Mais c'est la razzia des enfants qU-l . est la plus horrible. On les prend ·à par- Les Jacobins au pouvoir en 1793, ayant à faire face tir de l'"âge de deux ans et la rafle est . motivée par des besoins de maind'oeuvre ! Plusieurs étaient atteints de rougeole, de varicelle, scarlatine et même de typhoïde. Aucune pitié. Ru;; és ou violents, dans nombre de cas les bandits ont séparé les mères de leurs enfants. • Tifndis que les c;élibataires (3.000 hommes et 4,000 femmes) sont directe- . ment dirigés sur Drancy et qùe les raids se poursuivent, les familles vont croupir au Vel d'Hiv' pendant _une semaine. C'est l'ignoble sans interruption, "vingt-qJlatre heures sur ving.tquatre. On songe aux courses de vélos, à la joie des Six Jours ... La promiscuité est atroce. Chaque détenu dispose d'à,. peu près un mètre carré d'espace, sans paille, à même le ciment. Les deux premiers jours, on' ne .distribùe . aucune nourriture. Ensuite, soixante-dix grammes de pain et deux bols de bouillon kub par jour. On fait la queue de dix heures du matin à la fin de l'ap~ès-midi. · L'eau manque. Il n'ex~ste que deux douches auxqlJelles un caou tchouc a été adapté. Les quelques water-closets du vélodrome spnt bouchés, on patauge dans les excrément~. ' Et, au milieu de· cet enfer, encore \ des hurlements, encore des cris d 'hystérie, encore des femmes qui appellent la mort. Ils ont voulu dégrader l'homme. Mais la haine s'est accumulée au coeur des persécutés, ellé s'est transfor. mée en lutte contre les persécuteurs. Et les frères de ceux du Vel' d'Hiv' n'étaient pas seuls. • La mort menaçait des enfants juif/!;. Mais des mères françaises ont-diffusé ce tract clandestin : « Mères françaises. C'est une honte pour nous. Dressez-vous contre ces crimes monstrueux et agissez par tous les moyens pour les empêcher. .. Agissez vite, sauvez les innocents. Expnmez votre solidarité envers les victimes, envoyez leur des colis de vivres et des vêtementes, parraiNez et sauvez des -enfants abandonnés lI . Dans un manifeste, le Comité Parisien du Front Nation 1 avait raison de due: « Parisi-cns, Vous avez témoigné une solidarité active avec les victimes, ce qui a mlS en rage toute la racallle à la solde de l'occupant. Vous avez dans la nuit du 16 JUIllet" caché par centames vos voisins juifs en saU\'ant amsi dc la honte et d'une mort sûre des êtres humain~. Vous avez en . agi ssant amsi continué les traditions généreuses de notre peuple et sauvé l'honneur de notre Piltrie martyrisée lI. Les hommes des 14 juillet sont plus fort:; que les hommes des J6 juillet. M:c" el BARON

•.. qui leur ouvrent l'accès aux métiers au soulèvement" ae Vendée et à la guerre étrang.ère,. posaient, dans la Constitution la plu,s démocratique qui ai t jamais été pomulguée en France, des principes qu'en ces dernières" années, et maintenant encore, I;lOUS pourrions plus d'une fois rappeler à nos gouvernant-\l: Article TIS. -:- « Le peuPle franiais est l' ami 1t,~turel et l'.allie"- de tous les peuples libres. D Article II9. - « Il ne s'immisce point dans le ghuvemement des autres "nations, et il ne souffre po.int 'lue les autres nations s'immisce1lt dans le sien. » ' Article 120. - « il domie asile aux étrangers ~ all~s poUer la cause de la liberté, et il la refuse aux tyrafls: lt Article 121. "- « Il ne fait point la paix avec ; ennemi qUi occupe SOli territoire. D La Constitution de 1793 définissait là le vrai patriotisme, celui qui, ne reposant sur aucun' mépris de race, désirait simplement donner au peuple français.la A u lendemain de la victoire remportée par les ' p~uples libres sur les régimes qui ont lenlé d' asservir ·: et de dégrader la personne humaine, le peuple Iran- ' çais proclame à nouveau que tout êtr;. humain. san3 ; distinction de race, de religion, Tri de hoyance, pqs- . sUe des droits inaliénables et sacrés. li réaffirme solennellement les droits el les libertés de l'homme ' et du citoyen consacrés par "la Déclaration des droits , de 1789 el les principes fondamentaux reconnus par · lès lois de la Républiq'ue. ' CONSTITUTION ,FRANÇAISE. (Préambule) raix dans la liberté. Et il faut convenir qu'il était clairvoyant, ce . patriot!sm~ révolutionn.aire, " 'puisqu' il assurait à la France bien des sympa th les agissantes, qUi ne lui. avaient pas fait défaut, " à l'étranger, dès les premières journées révolutionnaires, et qui, la guerre venue furent pour beaucoup dans les succès militaires. " LE 19 JUill 1790 , le Prussien Anacharsis Cloots s'écrioit. devant l'Assemblée Constituante, au nom des délégations J'étrangers venus la saluer: « Quand je lève 1es yeux sur une mappemonde, il me semble que tous les autres pays ont disparu, et je ne ,vois plus que la Franoe, régénératrice des autres peuples .• Le même Cloots, qui désignait volontiers la France comme « la Républi'1ue du genre humain », devait plus tard recruter, pour sa défense, un~ légiOI~ ~erma" nique qui' combattit à Valmy. Cette léglon contnbua à sauver la france,. de même que la légion allolJfoge, comm~ndée par Desaix, une légion belge et liégeoise, et une lé".ion franche étrangère qui compUllt dans ses rangs des"Holl andais, des Luxembourgeois et des réfugi ~ de bien des nations. On peut dire, sans exagérer, qu'à Valmy combattirent, [:'our la liberté, les ancê~res des brigades l1lternationales, aux côtés des volontaJres de la Révolution. Rappelons.nous qu'à. Haïti, al:rS une des plu~ belles et des p lus riches colomes françaIses , le maladrOIt rétablis~ ement de l' esclavage par Bonaparte, produisit une vio]cnte recru descence de l'agitation que provoquaient chez les noirs les exactions des planteurs, et amena en quelques années la perte totale de l'île: nous voyons que la libération des noirs, par la Révolution, avait été une mesure aussi sage qu'humaine. Quant à l'ad~ mission des juifs à taus les droits des citoyens, il n'est que les fàscistes, agents de l'étranger, pour ne pas s'en féliciter. Les assemblées révolutionnaire! ont eu raison de condamner le racisme, dans les paroles et dans tous les actes. ) ." DRotI El" UaERTE 'A TRAVERS LES PROFESSIONS MAROQUINER-lE Une enquête d'ANNETTE JOUBERT. C'EST seulement après la première guerre mondiale que la maroquinerie a commencé à prendre l'extension qui devait en faire la grande industrie actùelle. Avant" 1914, il exist It bien une cinquantaine de f.abriques , en France, mais la maroquinerie n'était à ce moment qu'une industrie de luxe réservée à une clientèle de luxe. Puis vint. ·la guerre avec ses bouleversements, un plus grand nombre de femmes alla travailler en usine et il s'en suivit pour elles une indépendaflce matérielle flwS grande, développant leun; ·besoins. Les touristes affluèrent" vers notre ~ays, .favorisant l'essor de l'e'ICportati~n, et il fallut bientôt {aire appel à la main-d'oeuvre étrangère, tant la demande !le- , vint importante. , 1918-1948 contre bien souvent l'atelier familial, souvent .lUssi c'est une· pièce ou d~ux de l'appartement qui sert d'atelier. M. Prezman a, lui aussi, été longtemps ouvrier maroquinier et, m'en tiens à ces articles classiques qui se vendent mieux en province. ·Mais, malgré la concurrence le prix de revient est encore trop élevé, les fournitures atteignent des sommes fabuleuses et les sacs sont encore trop chers pour que chacun puisse en acheter. Comment une ouvrière qui a tant de difficulté pour vivre, pour acheter . le strict nécessaire, peut-elle songer à s'offrir un sac, même lorsqu'elle eu a réellement besoin ? Les artisans maroquiniers n'ai- -'. :~- Ce fut llussi, après 19i8, l'épocfue de l'immigration des artisans et ouvriers ju\fs qui, venant 1.urtout de Pologne, apportèrent à cet~ ·e industrie leur compétence e.t Jouèrent un rôle prépondélant d')'lS son développement. Parallèltment, se sont développées d'autr. es fabrications, celle des fournitures, des ferm~irs par exemple, que l'ou achetait à l'étranger, et les tanneries. En 1939, il Y avait à Paris mille fi,briques de mamqllinerie qui empl~ yaient quatre à cinq mille- ouv, piers,· h()ffimes et femmes. L'occupatiol'l allemande et 16- lois. ra.ci. a.1es oblighent une-partie d~ fabricants · et artisans à- 6!.uitter la capitale. Ils allèrent . donc créer de n&\i.veaux.- ateliers dans les villes de la. « zone· Hbre n. AujGunïbui, ces ateliers fonctionnent toujoucs. ~rmi les d~ortés, qui ont pu échapper au, masiacre, certains ont réussi, après leur retour, à remon- Un aspect- du stand cotlectif organisé par le Synélicat des Maroquinie.:s - à la dernière Foire de Paris depuis r933, il ~st établi dans un loca:[ - trop sombre et tmp étroit - de la Cité Popincourt. Dès l'entrée, v.Qus êtes _saisi par cette odeur caractéristique du cuir mêlée ·à celle de la colle' chauffée. Dans cette pièce, qui donne sur une cour, on travaille tOlite la journée à la lumière électrique. Autour d'une table, deoout, trois ouvriers coupent et montent les Souvent. on ~encontre l'at·elier familial ••• ter letl.rs anciennes maisons ou à en créer de n0tlvelles, Celles (joui se saut ouvertes durant la ' gu~rre continuent de· vivre, si bien que la France compte actuellement rrois mille fabriq:\le s. de- maroquinerie, . dont demc: mill~ à · P'aris. Mais dan~ les déportations et les combats, la graflde- majorité des OIlvriers maroquin.iers qualifiés ont disparu et, dès la liëération, ~'t';t posé le .grave problème de la qualification professionnelle. Avec la reprise par les spoliés, ou les anciens déportés, de leurs ateliers, de nou veaux trayailleu rs se sent formés. Ils seraient très capa.bles aujourd'hui de maintenir et d'amélilKer toujours la renemmée mondiale des articles français, si la maroquinerie ne venait à se trouver maintenant dans une impasse, celle même où se débattent toutes les autres branches de la petite industrie et de l'artisanat français. Le prix de revient est trop élevé Il existe, certes, d'importantes entreprise;;, mais la maroquinerie est essentlellement une production artisanale. Comme le travail TI€ nécessite, à l'origine, ni un outillage ni un emplacement très importants, il se trouve que la plupart des artisans maroquiniers sont d'anciens ou· vriers qui ont pu assez facilement s"installer et travailler à leur propre compte. J'ai rendu visite à quelques-uns d'entre eux : les méth9des de travail varieltt très peu et l~ on lf"nsacs. Au milieu, la « jatte" à colle chauffe sa.ns cesse - ici elle est chauffée au gaz - au mur des modèles en carton et des outils de travail, accroch~s à des c1ous. - Dans un renfoncement de la pièce, une mécanicienne pique le tour des · sacs sur une machine {fUi a l'aspect de toutes les machines à coudre ; dans UR réd-uit cORtigü un homme. fixe les fermoirs. Celuici d'ailleurs ne travaille là - :jUC quelques heures, puis s'en va ailleurs. - Il n'y a pas suffis~mment de travail en ce moment, m'explique M, Prezman. Pourtant, il ne Se plaint pas trop. Sa maison marche au ralenti, mais il y a de quoi faire tout de même. - Je fournis des petits ooutiquiers de Paris, et de province et je m'en tiens aux modèles classiCf, ues. Je fais mes modèles mQi-méme. comme d'ailleurs la plupart des artisans. Le bouleversement complet et subit de la mode n'a donc pas changé grand'chose dans un petit atelier comme celui-là. - Evidemment; dit M. Prezman, les ·sacs ont suivi les transformations de la mode. Ils deviennent en général plus petits, mais demandent par contre plus de recherche et de fantaisie. Et s'il faut un peu moins de cuir peur les confectionner, ils réclament plus de travail et de compétence de la part des ouvriers. Comme il est difficile actuellement de trollNer des ou.vriers parfaitement qualifiés, je

..

..ment pas, en général, la matière -pla·stique. EUe est difficile à travailler, à coller surtout et néce&site trop peu de travail à la taMe. La matière- plastique reste pour epx un. erSatz, ils: . appeHent cela de la « natur~ morte ... ExpG(fation et pouvoir d'Khat L 'atelier artisanal peut devenir une petite fabrique, la façon de travailler reste à peu près la mb me. ' Chez M. B ... , rue des Trois-Frères, le local est plus vaste, mieux agencé et permet une organiSl.tion pluoS rationnelle du travail. Mais a la table, les ouvriers se servent des mêmes ciseaux, du même « . plioir " - qui , ressemble à un coupe-papier - du même petit marteau, que les ouvriers du petit . artisan. L'outillage, d'ailleurs, n'a guère .évolué, seule la machine à piquer _ s'est munie partout d'un moteur électriqe. Id, en Pleine saison, on emploie .neuf ouvriers ; aujourd'hui, il n'y en a que sept.' M. B ... fournit les grossistes qui, eux-mêmes, fournissent les magasins. J e l'ai trouvé, assis près , d'une table, dans une pièce qui ser- _ vait auparavent de cuisine, et occupé à la (~fi nission " de poigllées. - Ma maison, dit-il, a dépassé le stade de l'artisanat et, en tant qlle f\lhcicant, j'ai plus de faci lités à obtenir des matières premières à de meilleures conditions, ce qui me pern1et de fabriquer un « article populaire " qui se vend à moins de: 2.000 fr. en magasin. D'une part, le très grand dé\"cloppement de la maroquinerie et l'augmentation du nombre de fabricants a inondé le marché intérieur - il n'y a jamais eu une telle quantité de sacs dans les vitrines des magasins - et d'autre part, la populatîon ne peut pas acheter. D.ans. la crise générale, la maroqumene connait le fléau de la mévente. Cèrtaines maisons, les moins bien armées, ne peuvent plus tenir. C'est la perspective du chêmage pour leurs ouvriers. Artisans, fabricants, représentants des .syndicats, tous s·ont d'a.cord sur ces points : Il faut trouver des débouchés extérieurs, développèr l 'exportation si l'on ne veut pas que cette industrie meure asphyxiée, D'autre part, il faut que la population ait enfin un pouvoir d'achat qui lui permette de faire vivre le commerce. Les artisans et petits fabricants, dont la plupart ne retrouvèrent après la libération, ni machines ni ateliers, ont su faire repartir ~ne industri~ gravement .ompromise et qui tient aujourd'hui une place extrêmement importante dans l'écQ. nO?1ie nationale, Cette place, elle dOit la conserver, mais elle ne vcrra ses difficultés définitivement résolues que lorsque toute l'économie du pays ser;a assainie. IS ;u;t6et .1948. - ... to..1t CHRONIQUE ECONOMIQVE France-Israel, LES possibilités futures d'échanges économiques entre la F-rance et le nouvel Etat d'Israël se présentent SOUs de favorables perspectives. La Palestine a été dans le passé ùne èliente fidèle de la production industrielle et agricole française. Les Im,portations se sont élevées à des milliers de tonnes, comprenant toute la g'amme de la production industrielle avéc une proportion importante de produits du sol (légumes secs). La France a, par contre, manifesté dans le passé un intérêt accru pour certains produits de l'industrie palestinienne

potasse de la mer Morte, diamants taillés, peaux

brutes, orapges, pamplemousses, bananes, etc ... La politique du commerce extérieur d'Israël étant à la base d'un libre échange avec les pays qui s'intéressent à la production nationale du Nouvel Etat, la France figure parmi les pays qui tendent à développer des rapports éco~ omiques fort étendus avec celui-ct. La marine marchande française est appelée, d'autre part, ~ jouer un rôle important dans les échanges économiques des deux pays. ainsi que dans ceux Intéressant la Palestine -avec les autres pays européens et les continents américain, australien, asiatique- et africain. Le pavillon français pourra s'assurer une plac~ d'honneur dans les communications maritimes, étaJ.1!t donné le voisinage des , deux pays en Méditerranée. . _' Sous de tels auspices, on ne peut que prévoir des ' relations fort cordiales et un avenir tres promoteur pour le~ liens fututs entre la France et l'Etat d'Israël. 1 PENSION MET'ROPOLE 6, AVENUE VICTOR-HUGO Place de rEtolle PARIS ( 16&) _ /- . - Pension de famille Tél. CoP 22-56 et 22-57 (groupée) ,. ~ . Tout conlort -.:.. Téléphone oon8 toutes les chambre. NE FAITES AUCUN ACHATavant d'avoir vu les en8emblee pré6entés par L'HARMONIE CHEZ SOI 221. faubourg St·Antoine. Paris Les meilleurs TISSUS Toutes FOUR~ITURES pour TAILLEURS chez: ZAJOEL 89, rue d'Aboukir - Paris-2· Mo : st-Denis. Réaumur. Sentier ' TéL: GUT 78·87 Nathan ALLALOUF. n ,.

1

BOULAJilGERIE-PATISSERIE dU.IV,E BERNARD 12, rue N.·D.-de·Nazareth, Par is·3'· Tél. : TURbigo 94·52 Pain de seigle mel!leure qualIté PatisserJe de la meHleure sorte COnditions spéciales pour mariages et · banquets. On livre à domicile . Prix modérés Métro: Temple et Républiqlle AMERIQUE DU SUD j AMERIQUE DU NORD PA.LESTfNE (COCÉA .NIA )J. VOYAtES - TOURISME 4. ru. de Castellan. Tél. : Anjou 16-33 POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE Édou~rd SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS-SI· Tél.: TRI 88~56. Nuit: TRI 88-61 BOTTIER JOSEPH Chaussures souples et élégantes CLINIQUIO DES PIEDS SENSIBLES PARIS : 12, rue de la Boétie Anjou 15-30 ' NICE et VICHY AU POSEUR DE LINOS grand st{)ck de linoléum, Rémoléum, BalatuM Toiles cirées, Papi en peints. etc. Ets MAURICE WAIS 98. boulevarif Ménilmontant. PARIS.XXe M. : Pèr~-Lacha lse. Tél. OBE 12-55 -S1QCCUr.Of! ie : 117 •• taub. ckI Temple, PARIS-Xe. Métro : Bellevlile et Goncourt Les annonces el abonnements pour notre journal peuvent être déposés au guichet des ETS IMPRE.SS 6, boulev~rd Poissonnière - PARIS-96 BIJOUX MONTMARTRE ACHAT VENTE EXPERTISE OCCASIONS TRANSFORMATIONS DE TOUS LÉS BIJOUX 42 • Faubourg Montmartre, 42 Tél. : PROvence 45-74 I-ARIS -Ixe "Chez MAMMY" Restaurant célèbre pour SES SPEUIALITES JUIVES dans un cadre tuPique el unique au monde. + DEJEUNERS DINERS 22, avenue Montaigne, PARIS M'IN! : Frank.;.in·ROo9&Velt et Alma Tél. : BAL. 44-57 et El.Y. 24·1& - .- ., ilS juillet 19"18. - N- 10-78 DROIT ET LIBERTE ! ~ •f'I•t •M• ,.

: : Ë
: :

ANS les annales du Grand. Prix de Rome de musique, c'est un. évènement: le jury a couronné cette an~ée une jeune fine de 26 ans, Odette Carty. . Depuis 16 ans, c'est la première fois que le Prix revient à une fèmme. femmes, ce qui est assez eJCceptionne/. '-" Coupés .entièrement du monde extérieur, les candi daIs au Prix de Rome allaient, pendant cinq semaines, se consacrer sans partage à la musique. Là, aUCUn souci d'ordre . matériel ne peut venir troubler les VA~~OVBfE la ville fantastique par' Paul ÉLUARD Avant. de connaître Odette- Cart y, nous connaissions Ion Rrand-père. Qui est' un des meilleurs diffuseurs de notre journal. . Qui n'a pas vu les ruines du Ghetto Ne connaît pas te ~ destin de son çorps Quand mort le fête et que son coeUr pourrit Odette Carty est une grande amie de « Droit et Li- - Quand son unique absence fait le vide berlé :.. Simple et accueillante, elle a évoqué pour nous les ~nn~s où « comme une petite Ji'I'le bien sage ~, eUe ' apprenait te solfège à l'école. artisles. Dans le calme absOlu du Gâteau, propice à la méditation et au travail, Odette Cart y a composé sa cantate lyrique. « La légende de Sainte-Ceneviève » était le sujet Pour qui -a vu les ruines du Ghetto Les faits humains ne sont pas à refaire Tout' doit changer sinon la mort 's'installe Mort eSL à vaincre ou bien c'est le déstlrt Il est vrai ciu' elle aimait déjà. la musique par dessus tout, le chant aussi et peut-être !es parents, petits commençants juifs, pensaient-il,. comme tant d'autres que la musiqtle pour leur fille ne serait qu' un", violon d'Ingres, Et puis on lui donna un profe~ seur de piano quÎ, très vite, pressentfl un grand talent, un ami de la famille insistà et OdèUe fit son entrée, à 9 ans, dans I~ premières classes du Conservatoire. A 14 "ns, elle obtenait ses premiers prix · de piano, premier prix d'Harmonie et et de Fugue. ' '- Voyez-vous, elit-elle, c'est · bien le hasard qui m'a donné celte vocation, noos ne comptons dans la famille aucun- musicien: Les parents d'Odette Carty gèrent leur petit commerce, elle mène auprès d'eux, de ses tleux frètes el de sa soeur, une simple vie de famille, enplie de ce travail ardent et. persévérant que réclame son métier d'artiste, et illuminée par son grand amour de la musique, Odette Cart y travaille beaucoup. Elle travélille seûle, à son grand piano, et ' de temps en' temps, va , rendre visite aux grands musiciens · dont les conseils lui sOl)t précieux. '- Mon maître est Darius Milhaud, que ï aime beaucoup, ditelle. Si vous lui parlez du Prix de Rome, elle vous répond : - Je n'ai jamàis considéré un prix comme une tin en soi . C'est pour moi simplement une récompense de mon travail et c'est pourquoi j'ai été si heureuse de l'obtenir. Je dois dire que c'était aussi une grande surprise, car je ne me présentais .que pour la seconde fois. · . Devenir concerliste, donner des récitals, composer, c'est' là son b~t, elle n'a ja~ais rêvé d'un autre métier 1 En novembre deniier, elle étaIt en tournée en Autriche et elle prépare, pour le mois d'octobre prochain un récital li Paris. Il r.estait, après le ' concours éliminatoire pré~lable, -cinq candidats qui entrèrent en loge au Gâteau de Fontainebleau. Parmi eux, deux imposé cette année. . Odette Cart y ]' a t~ut .de suite aimé parce que, dit-elle : - Dans mon · esprit, s'est fait un rapprochement errtre cette légende et la période de l'occupation allemande que nous avons subie. Paris assiégé, les Huns, Attila, _ tout cela m'a rappelé un temps si près de nous et dont le souvenir est resté pofondément gravé en moi. C'est peut-être parce que le sujet ravivait en elle des sen1iments très profonds et restés très vivants, qu'Odette Carly n'a pas eu à rechercher longtemps l'inspiration . Dans les six :m:emiers jours, elle composait la cantate, dans les quinze jours suivants elle orchestrail sa composifion, et quittait sa loge deux semaines avant le temps prévu. Laissons aux critiques spécialisés le soin de juger si le jury du concours a fait un juste choix. Quant à Odette Carly; sa joie est sans bornes à ]' idée de partir maintenant pour trois ans, vivre et travailler dans le cadre merveilleux de· la ViII Médicis à Rome. A. B. . Or c'est ici que se mOJ;1tre le monstre. Fier de sortir du coeur même cie l'homme De l'homme enchainé de l'homme rompu Qui ne voit plus clair qui ne penstl plus Le Ghetto mort son ombre est sous le monstre Mais son courage fut d'amours communes D'amours passées qui renaîtront futures Nouées fleuries de tête et de racines Et sous le ciel ployant de Varsovie La longue 'peine et la souffrance insigne Défont refont un rêve de bonheur L'espoir compose un arc-en-ciel de routes • L'homme en terre fait place à l'homme sur la terre

 :

APPEL -AUX ItJTELLEC.fUELS FRANÇAIS Le €ongrès' Mondial des Intellectuer- s pour ~a Paix (25-28 août à Wroc/aw, Pulogne) n'est pas un congrès comme les autres. " n'est pas la réunion en ""se clos d'un Intell.actuels français, ce Congrès est "ohe Congrès. Faites connaître au Comité d'Organisation votre approba·tion, vos suggestions, vos dé$irs, Max lWordau iF":::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::~~ H LA PREMIÈRE (ONFÉRENtf, EIJHOPE!NNE H Il . DE ~ lA [IJITURE JIJIVE Il . petit nonlbre d'érudits dheutant de questions a-bstraites. " porte une partie ete. espoirs de tous les hommes et de toutes I~ fem'mes qui "èulent "j"re en paix. Il intéres~ e do"c tous Jes hommes et femmes de notre pays et au premier chef tous les inteHedu!,ls. Sans eux, le Comi·té d'Orgnnisation ne peut rien. A tous les intellectuels de France, 'e Comité d'O.ganisation demande donc de Contribuer au succès du Congiès et de faire en sorte qu'il soit;' la fois un succès de la France ct un ~cès de la Paix. Il leur demande de lui adresser des déclarations de sympathie. ceS d ~ darations 'pour:ont prendre la forme que leurs al/~eurs jugeront bon de leur donner : une lettre, quelques lignes., une ' réponse à des questions, etc .•• r;lar Martha et Maxa NORDAU (Editions de la " Terr~ Retrouvée») Max Nordau est né à Budapest en H Les 10, 11, 12 et 13 juillet s'est d~ro'ufée à . Paris · uneH ~~ confére~e de la Cultu;re Juille. Plusieurs centaines de délé- H H gués de tous les pays d'Europe et de nombreux observateurs H g d'Amérique en Ont suivi les travaux, . is H Des rap·ports ont été présentés par MM, MARK {Polo- H ~~ gne sur le thème ,: « Destruction et Renaissance de la Vie H H Juive» ; LlTVIN, sur les courants idéoWogiques de la litté- H H rature; Dr. SLOVES, sur le rôle du théâtre; L. LOZOVSKI, H H $u·r les problèmes pédagogiq~es. . H· . ~~ hUn bureau permanent a été élu. ' H ~~ . No'..'s reviendrons plus amplement dans notre prochain ~~ g numéro sur ces importantes assises. g J 849. Sa veuve et sa fille Maxa 'viennent de lui consacrer un livre curieux et instructif à la fElis. Max Nordau - fut, en. son temps, une perSOnnalité vraiment parisienne et sa popularité, entre 1897 et 1905, devint énorme parmi les Juifs du monde entier. C'est presq~e Lm siècle qui se déroule devant nouS: Depuis l'enfance de Nordau, nous nous trouvons dans la· vie juive du g~etto hongrois, nous voyons se développer .toute la lutte juive pour l'émancipation ·et les divers courants qui se font jour. J. M. EXPO~ITIOlW i ;. ....................................................................................................................................~ ~ !I ......................... - ••• -_.-... _ •••••••••• ............ _ ...................... _ .............. _ ...... _ ......... .. Le groupement des p~ntres juifs de Fran~e org:J!'ise une très intéressante Exposition à l'occasion de la Coniérence de la culture (lui vient d'avQir lieu à Pans. . Edward Robinson est à Paris Mais son manager est un Cerbère qui n'aime 'pas les journalistes Cette exposition se tient au 14, rue de Paradis (l(~), du 10 au 24- juillet. EDe sera ouverte de 14 h. à 22 h. De~ visites collectiv~s s~Jn t prévues. L'AUTOMNE CONTRE LE PRINTEMPS NOUS ne verrons pas le PrÙtUmps de la Liberté. ~ous ne verrons pas ce film, , Février 48, le renversement ou rè.gne des banquiers, la proclamation de la Rérub1ique, l 'enthousiasme populaire. Les illusions des ouvriers d'alors, la sauvage répression ' de juin, la féroci\é de l.a bourgeoisie resteront dans les boîtes de bobines. Jean Grémillon a travaillé pendant plus de quatorzJ mois sur le Printemps de la Liberté. Son proo)Jcteur, le gouvememènt, vient de lui )~ couper les vivrés ». Il y a de la rlace pour les cuisses des pin-ups et les brownings des gangsters, mais pas pour les leçons de l'histoire de France. Il paraît qu'il est inconvenant, par les temps qui courent, de montrer certains passages, certaines trahisons, certaines hypocrisies. En somme, là comme ailJeurs, Lamartine et Eadiguet se donnent la main contre le. Primemps de la Liberté. Mais il ne restera tout de même pas au fond d'une armoire. Un grand hebdomadai·re commence la publication du scénario, et une émission radiophonique se prépare qui sera dirigée par Jean Grémillon lui-même. deux prises dç son, il est venu, ent~uré de sv;, équipe, à la buvette du stand central boire un verre avec nous, les jeunes, ses amis. Robus,te, le geste cordial, le langage simple, il nous met aussitôt en confiance. ' - Les raisoIJs pOur lesquelles le":PrÏtltt'1l1pS de la Liberté ... Il sourit à ma question, et de sa voix foite : - Je travaillais depuis quelque temp à un film lorsque le gouvernement, me recomm;mdant d'abandonner mes projets, me proposa. La révolution de 48 J . J'acceptai Quelques crédits me furent alloués. On se mit au travail. Puis, le gouvernement subit un cerI ain remanièment, Les crédits ayant été épuisés, je fis diverses démarches pour en obtenir d'autres. Les mTIieux intéressés m'objectèrent alors que les temps étaient difficiles : la viande chère et le beurre hors de prix .. . et qu'il fallait songer aux malheureux (sic). Néahmoins, on me promit vaguement quelque chose. Finalement, un matin, le plus simplement du monde, j'appris que le gouvernement revenait sur sa décision. ' Si les responl5ablt'!' de la viande chère et du beurre hors de prix s'en vont, nous verrons peut-être Il 1848 » à l'écran. En attendant, Jean Grémillon prépare un film d'après un texte de Jean Anouilh: « Pattes BIanches J. EDWARD ROBINSON J'ai vu, au cours de la fête annuelle de la ]eunp.sse à Neuilly-sU'r-Marne, le réalisateur de « Le ciel est à. nous J enregistrer lt!S bruits de foule nécessail'es à son film sans images. Entre FELIX FEDRICO. / • , '. { DROIT ET LIBERTE ________________ . 15 juillet 1948. ,- Ne '10-78 le grand lancement de DROIT ET LIBERTÉ LES ENFANTS "DE FUSILLÉS ET -DÉPORTÉS VERS les 3.000 au rani leurs vacances nouveaux abon'nés LISTE N' 8 Individuels ............... , ... Vilnel' .........•..•..•....• , •• X' ::iainl-Louis ............... . 18' ........................... . Clermont-Ferrand ............ . Avignon .. .•... ; .............. , .• Naucy ...................... .. TO'ulouse' .................... .. l\IIiJ'oellle ................. , .. .. 1\1' li'abien ................... . Delfort ....................... . Cndets LIberman· ; ............ .. 30 2 1 1 4 7 1 2 H 2 2 LE train est entré en gare ra1tgeront sagement sûr le quai d'Austerlitz. Des dizaines de du train pour Mont-solls-Vaudray, petits voyageurs, tout liraIt-" via Dôle. zés, les jOUl'S rebondies, le BOni/es vacances à tOitS nas jeunez sale, se précipitent vers nous. nes amis qui iront s'ébatf1re dans On s'embrasse et l'on se racortte les_ bois de la campagne jurasdéjà des histoires. VII mot revient sienne! Ll' magnifique château du en l eit motiv : Tarnos! Il rl'pré- Président Grévy a été aménagé sent pour Renée, !eannot, Fran- en une colmlie moderne où ils cine et leurs petits camarades un trou71erOllt un repos bien 71zérité pays lointailt et proche à la fois, et des loisirs divers. où l'on ' se baiglu avec de sympat1/ iqlWS moniteurs, . où l'on se * Quant à nos Gm11ds et à nos Ceux qui partent ... et ceux qui reviennent J merglick ......... .•....••• , •• l\lillner ....................... . 1\1. Bulkowiecl,i à Sedan .. .. M. Potocki il Bisch~iller .. .. Félicia ...................... .. ~('IILllheifer .................. , Froim ........................ . Thérese, du Bureau parisien .. Lyon ........................ .. 4 d (Ire ail soleil, où la nourriture 1 est saine et abm1dante, la maison ] agréable e; spac/euse. 4 , Le 1 S juillet, d'autres partiroltt 1 à lellr tour dans cettc· magnifique II colonie et leur joie sera Plus 3 ' gra1lde encore. 5 1 * Le T7, de nombrl!ux e11fa1tts en- 7'ahiront· la gare dt, Ly0 1l et S6 Cadets, ils organislnt cet été une colonie au chateau du Bac, à Compièg1le. Randollnées dans ta forêt, jeux dons le parc immenu~ baignades dans l'Oise : ils onL - promis dl' nOIlS écrire l't ce n'est pas la matièrl' qui leu':.... manquera. Ilia na. Lisle n' 7 .................... NOTRE , SOUSèRI?TION J.4 Liste N° 4 olTêtée le 7 ju.illel Collecte P:,eistag ........ . 19~5. 1.1,00 2.000 1.000 Les enfants de la maison d'A~DRtSY orl!anisent· une kermesse au profit des tolonies de vacantes M. Lapidus, f'liris .; .... . Auon.\'me ....... . .. ..... - M. Marlus~ Paris. 11· ... . M. Wclsc:h.... Paris, 2· •.•• Collecte naniela J. Burszlein, Iaris, 2" ••• , M. Rock, Paris, 1"- 1'.1 Gluck, Paris, 2" ~ Mme Kahn, Paris, 2· M. Karolicld, Paris, 2· ..•• M. Rlnuslein. Pari~. 1 l'le .... Dr Flaumbaum, Leval.-Per. H. Benvenisle, Paris, \1" .. G()() 2.6(J() 100 2.000 1.000 1.000 5.00u 1.000 fi (V)() 2.000 5.Wv Total de ta ,. .• lis~ .... ToLal. précédent •.••..•• 30.500 9')9 GOO ' 1.030.100 L'Institut Ort pour la formalion de professeurs ct moniteurs pour écoles ' professionnelles, à Anières-Genève (S ui sse), as~'Ure il ses élèves une calTière pleine d'avenir' ct une position en vue dans la société juive. L'In5titut, pourvu d'un internat, reçoit des élèves figés dé 18 à 22 ans, qui possèdent une instruction secondaire ou primaire supérieure. Durée des étude~: : 3 ans et demi. Cours de pâtisserie-confiserie L'O.R.T. ouvre au début de juillet un cou!'s d'inilialion il la pàtisserie-confisl'J'ic, dfs!.iné aux adultes de plus de 17 Ull:;. Durée : 3 mois. Pour l'in s~ri ~yon et , rpns~l. gnemfnls, s ad res._er à 1 O.R.l., ïO. rue Corlambert, PaJ'is (16') (métro: MueHe). PASSAGES Maritimes et Aériens pour toutes desti·nations , . LLOYD OIJTREMER ' 3, rue des Mat'hurjns, PAIUS-9' Tél. : OPE. 98·10 et 87-33 Gourniets~ attention ! .."., ,,,~ M. SIMON le Restaurateur bi'en connu de Bell!ville. fait connaître à ses nombreux Amis et Cl ients Qu'i) a repris le bel Etablissement : 13, Rue n, -D, de n'azarelh T~l. : ARC 64-36 Mo: RépubI1q Dans un cadre magnifique des menus choisis . Un essai vous convaincra Grande salle - Conditions spéciales pOl4' Noces et Banquets La maison r Hrira 5 % de la recette d. premier mois à la H gara, La grosse voix du haut-parleur ."st perceptible bien au delà .le l'enceinte qui entoure le manoir de Denouval. Des enfants guettent, devant l'en- ~rée, J'arrivée de leurs amis. Shorts bleus, chemisettes blanches, pieds nus. Teint hâlé de ceux qui vivent au grand air. ' Auc·une trace .le timidité, aucun esprit agressif non plus. Nous pénétrons dan~ les allées bien entretenues de l'immense parc. A droite, sans pouvoir y pénétrer, nous voyons les e ateliers s où les enfants pratiquent des travaux manuels le jeudi et le dimanche matin. Un peu plus loin, ce sont les stands simples mais ingénieux dont le but est d'alimenter les fond. des colonies de vacance •. Chaque gagnant touche un numéro lui donnant droit à un objet faI riqué dans les « ateliers » d'~n- AU COMIfE D'AIDE DU He A L'ARMÉE D'.SRAEL Le samecii 26 juin, le Comité d'aide du Il" à l'armée d'Israël organisait une fêt' dont le succès fut complet. En présence de nombreuse)' personnalités représentants des organisations juives et de la H a g~na, Me Charles Lederman Président de. l'U. J. R. E., fit I~ procès de la politique néfaste de J'impérialisme britannique et dé' lonça ses responsabilités dans la guerre actuelle 'en Palestine. Il formula sa certitude que l'héroïsme des combattants juifs s'appuyant sur l'aide des Etats oémocratiques pour l'application des décisions dé l'O. N. U., déjouera les plans des impérialistes et que l'Etat Juif vivra dans l'indépendance. Après l'appel rlu Dr. Grirnberg, ciélégué de Palestin: en France, en faveur d'une aide matérielle aux combattants, une vente aux enchères eut lIeu. Des chanteurs et danseurs espagnols avaient- apporté leur gracieux concours à cette soirée . . ................. ........ AGENCE PALESTINIENNE DE VOYAGE • DEPARTS IMMEDIATS POUR LA PALESTINE Vovaaes pOl4' toutes destinations 10, r. Chaussée-d'Antin, Paris-9" Tél. : PRO. 12-56 Affaires fiscales, juridiques. commerciales, artisanales. ré~ction aètes Sociétés. fonds de commerce, gérance, baux, registres du Coffimerce, des Métiers, déclarations fiscates, etc ... Simon FELDMAN CONSEIL JURIDIQUE ET FISCAL 132, r.u e Montmartre,, Paris (2'). Tél. : CEN'tral 27-68 Consulta'ttons tous les jours, saur dimanche, ae 18 h . à 19 h. 30. samedi de 15 à 18 heures et sur rendez-vous. et de ' 10 à 12 h. Je matin, au 5, rUe Bisson, Paris (20) drésy. Nous nous arrêtons longuement devant l'exposition .le ces traVaux d'enfants : protège-livre en raffia bien finis, cendl'iers, cadres, dessins (certains très ' curieux), petits meubles en bois, skieurs en' liège, ."tc. . Vers 16 heures le haut-parleur noua appelle à la pelouse où une quarantaine d'enfarîts se livrent avec un ensemble parfait à des mouvements !.ymniques. C'est ensuite la chorale avec, entre au·tres, c. Souliko " puis un th.éâtre de marionnettes. Les stands, le buffet et le reste, sont tenus par les enfants eux-rnêmes. Une confiance absolul!' règne et . le sèns .le la responsabilité n'est pas ici un vain mot. Ces enfanta se 'P.réparent à la vie. Myra HONEL. KERMESSE A MONTREIIIL Nos jeù ~H's des deux foyers pour enfants de fus ;fI(·s et déportés ont orgallisé le dimanche 4 juillet, il Monlreuil, il .la maisoll du 9 bis, rue Domhasle, une très belle kermesse il l'orgoni6ation de laquelle la section de rU.J.R.E. leur a apporté une aide très acL! ve. Au cours d~ la fête qui .groupai! plus de ]50 prrsonnes, en présence de M. Daniel Hellolilt. moire de Montreuil' 'et grand ami de nos enfants, garçons et filles çmt rivalisé d'arlI(' ur et de gentillesse. Un futur mét~lIurgiste nous a présenté des accessoires de mécanique de ~a fabrication. Un apprent i menu.isieA', un mAgnifique parc et meubles pour bébé. ainsi qu'une table de bureGu; un futur fourreur, un beau rO\1~sin en fourrure finement ouvragé. Les filles ont exéculi dIverses danses nationales. . La ehorll:e chAnta. On dit des poèmes de Perelz et d·Aragon. Puis, M. DanieL Renol/.tt exprima en termr3 émou·vanli l'appui de la Munici palit é. M. Scheiner, sccrétai re de la section de l'U.J.R.,E., de Monlreuil relata l'activité. de la section en fil: veur de nos deux maisons. IHad.e· leine Mi/stein exprima son attachement total il ros en'ants . Sonia /Jianc/ri, de la Commi~s ion de f'Enfallre. a retracé l'hisloriq.ue de. la maison de . Montreuil, la premll're de SIX maisons qui groupent aujourd'hui 4UO enfants recevaÇlI une étlucalion nr·('cicess:sle . Les jeune" sont orienti's vers des profeSSions, l'exposition de leurs travaux ilIuelre lès rés ulltlls obtenus. L'oratrice 1ouligne l'effort de la Seclion de l\lontreuil en favcur de notre ca mpagne pour I('s 8 millions. Elle fa.it un a [}l'el pr'es$unl il tous pour que soit a\.('int le uut que la Commissibn Centrale s'est fixée : envoyer d('s cl'ntaines d'enfan,ts juifs en co lonil·S. ries centaines d' enfants de nouvrnux immigrés, qui, après les camps nRzis, out besoin de refaire leur sanl\'. Une atn' osl, h0re de cordialité 'a régné [lcI.dllnt Ioule la fête, et tous les amis üe f10~ enfanls sont partis avec le fenne d(osir de poursuivre leur pfforl de soutien il nos maisolis pt cie co n ll'iIJ ~I('r Ilinsi il la formalion d'une générntion physiquement et moralemcn t ~aine. « Droit et· Liberté.. ell;prime ses plus vives condoléances à notre ami BERNO, du {oe, à l'occasion de La perte cruelle qui vIent de lLatteindre en la personne de son fils. LES SECTIONS A L'tEVI'RE 1"' ARR. - Grâce il l'activité 'de Mme Katzman, la somme de 27.875 Ir. a été collectée. 2' ARR. - Sur l'initiative de notre amie Mille Kahn, qui a déjà collécté 120.000 [r., le 2' arr. atteint 268.500 fr. 3' ARR. - Mme Goldstein a participé activement à la campagne qui a rapporté dans le 3' an'. 235.000 Ir. ... ARR. - Avec son sympathique Président M. Werne.r, qui à , lui seul a collecté 65.000 [r., le 4' arr. atteint 181.000 fr, S'ARR. - Il a été remis par la section hi somme de 114.000 fr. pour nos colonies de {.acances. 98 ARR. - Sur l'initiative de nos amis MM . . Got-hard et Judin la section a collecté 100.000 Ir. ; 10' BD.. - Le Comité de la section du 10t Bd. a organisé trois séances de cinéma qui ont ra.l)porté, ainsi que diverses collectes, la somme de 200.000 Ir. .______.. 10' SAINT-LOUIS. - Le Comité a organisé une tombola qui, 1 avec les collectes, a rapporté la somme de 68.000 [1'. ' lI' ARR. - Bra,vo ! Notre section du 11' a dépassé la somme qui lui a été imposée. Collecté à ce jour: 208.000 Ir. Ize ARR. - A organisé une séance de cinéma et a collecté au total 62.000 Ir. 13' ARR. - ~ remp3rté un grand succès grâce à une séance cinématographique très l·éussie. Collecté 'à ce jour : 128.000 fr. 14" ARR. - Sur l'initiative de. son dévoué PrésidentM. GranFlt-. stein, et, nos amis Susman et Céline Kon, un l)i·quenique très réussi a été organisé. Total pour la campagne

164.QOO fI'.

15' ARR. - A reç'u de la Société de secours mutuel 7.500 Ir. Totalise à ce jour : 37.000 [1'. 18" ARR. - A collecté à ce jour ·UO.OOO fr. 198 ARR. - Notre ami Perelman a collecté 20:000 Ir. La section totalise pour le momenf '92.500 fr. . ZOO BELLEVILLE. - No.tre grande et dynamique section a ol'ganisé trois séances de cinéma. A ce jour : 507.000 Ir. , Bravo ·Belleville ! ZII" AVRON. - A obtenu (organisadlm de 3 spectacles) 93.000 Ir. MONTREUIL. - Travaille activement et a dfià obtenu 175.000 francs (partidpation kel'lnesse, fête des mères). LIVRY-GARGAN. - A p~rticifJé à l'organisation de la kermesse de la Maison de Livry-Gargan t:t I)répare activement un concert a ... ec tombola. A ce Jour : 218.000 11'.1' BANLIEUE. - 26500 fr. U.S.J.F. - 700.000- fr. e' AMIS DE LA PRE~SE NOUVELLE '. - 400.000 fI'. e CADETS •. - 220.000 fr. ARTISANS. - 20.300 [r . JUIFS POLONAIS. -·80.000 Ir. PROVINCE Les sectiOnS de TOULOUSE, de VALENCIENNES et de PERIGUEUX ont collecté avec les Fédératio .. s Sionistes. Les sections de LYON et de ROANNE ont organisé une kermesse et des ventes aux enchères. LILLE: 275.000. - SAINT-QUENTIN: 80.000. - LIMOGES 10.000 (organisation matinée cinématographique) - LYON 75.000. - VALENCIENNES: 45300. - LENS: 25.000. . Total en date du Z6 juillet : 5.645.573 Er. C'OMMUNIQUES La Commission centrale de l'Enfance et la section de Gargan-Pa" ilions ont le plaisir de remercier "ivement Mme Stern, de Paris, pour son activiti! dévouée en faveur des enfnnts de fusillés et dé-portés. Mille Stern a déjà collecté ïO.OOO francs pour les cDlonies de vacances 1948, et 20.000 k. pour le Foyer de Livry-Gargan.

Nous remercions chaleureusement les amis de l'en.fance MM. DelhM:que et Sinay Qui ont remis en faveur de nos colonies de vacances respectivement 10.000 et 5.000 Ir.

  • La section de l'U.J .RE. de Drancy

et tous ses omis udre.;S{·llt Irurs meilleurs voeux il Mille et M \ ' a'/Sman, secretaire cie III SE'ct ion, il l'occn,;ion de ln nai"sn nee de Leur lils Alain, le 20 jUill 1!H8. Sous J'égic1c tie la SeC\Îon du IX· de l'lI.J.H.!':., ~t:'vr. Klipsfein et /11'diti olll respeèliv'~m e nt collec lé 8.0'75 el 4.300 rrn.ncs en fa\ ~ur 00 l'Elat d·l ~ rni;l. Ce" sommes ont été remises par M. SoLl1atd. M Elie R: ppoport adresse SES meilleurs voeux de bonheur à M. et Mme Max Wurzberg, à l'occasion de leur mariage. A l'occasion du quatrième anniversairc du fils de Mme HachllJ1\n, dont le mari est morl en dél)Ol'lation. il il été collecté 5.0:i0 francs en faveur cie la Ital-!an!l. Ex-prof. de Iycre donn leçons pnrt. et cours co:!ecl!fs de frulI~·tÜS il enfAnts et adullps. Condilions avunlag. S'odr. au journal no 1503. / 1 cl·, 1 " )S }uilJet 19048. - Ne .10-78 DROIT ET LIBERTE Pour, la paix . et la liberté - contrê l'antisémitisme -' - .. Les jeunes Juifs du ·Nord tiennent à Saint~Quèntin .. . la·· conférence de ,I~unité ne sont plus !'esétudia~ts q,ui disent: LES liVRES AU FEU ET 'LES PROFS AU MILIEU L;e Quartier Latin fait ses bagages. On a installé, au milieu de la chambre la vieille valise ou le gros sac à dos et on y empile allègrement pantalons et chaussures, dictionnaires et savon à barbe. Un coup d'oeil à sa «, turne ~ : à la table encombrée encore Pour la pppuJali-on juive de Saint-Quentin, cette journée est deux fois jour de fête. Sous J'énergique impulsion du .jeune et sympathique Seorétaire ' de I~U .. J.R.E., M. Jacques Trauman, . les Cadets ont pris l'initiative de .convier toute la jeune::,se juive dl:! Nord à ùne conférence régio_ . nale pour jeter les bases d'un grand mou'iement de la jeune6se juive ayant pour ·but d'unir les jeunes dans '. leur lutte contre l'antisémitisme, POUl' la paix et la liberié et de faire aboutir '].eur·s revendications qui sont celles d'e toute la jeunesse de Franoe. La Salle de la Conférence, non join de la Mair'ie, est déjà plei· ne lorsque les délégués de Paris font Jeur entrée. Trois ' énormes panneaux décorent · ses murs : derrière le présidium, une phrase rappelle à tous J'objeclif essentiel

Pour l'Unité de la jeunesse

juive. Les deux autTes panneaux marquent bien que les Cadets de St-Quentin savent ce qu'ils veulent et qu'ils cOl}naisdifficultés le ],a jeunesse juive - l) cite '~es "exempJesd'ucti.on en démontre clairement l'a né~e:-; llté commun : les munifestuti-ens .8, de J'unité. Toulouse, à PariE'. Toute 1a . .j~u- Vigoureusement applaudi, il nesse juive e~t d'aeoord, 8tH' la cède ensuite la place au Pl'é~i- nécessité de lutter contre rantidenl qui expese rapidement les sémitisme et le fascisme, part0ut réalisations des jeunes . de Saint- où il se trouve et pour expli(juer Quentin. Puis ce wnt les délé- aux jeune::, de France les. caus-es gués de province qui exposent la profondes de la guerre ,de' Palessituation de la jeunesse dans tine. Le vibrant appel.à l'unité leurs viltes' respectives. Valen- qui achève S:.a. péro/1aison -est chaciennes, le lait avec fougue et leureusement, applaudi. Lille avec JlUmour. Henri ouvre ensuile la discus- Enfin , la parole est donnée au . sion sur les' p)'{)positions faites Secrétaire des 'Cad-éts de Paris, par les Cadets et un vif débot · Armand Demenztain, qui s'appli- s'en.gage au coursàÙquel Valenquera

à démontrer le r'ôle' et les ciennes montre par sa Jougue 'et .

tâches 'Qui -incombent· à la jeu le nombre- de ses inlervention~' ness-e juive de France. quelle importance la jeunesso Devant un auditoire attentif;:l juive du Nord attaclle à l'Unité. fixe le:;.' buls de l'lJeure actuelle: Un plan .Ale lravail en oommun Les revendications de toute la .. est ébauc lll~ . pOUl' la ren trée et jeunesse, la lutte .con~re l'antisé- une gl'ande sC)I'We cham~1fè mHisme et le fascisme, l'aide à fixée ~our le '25 juHlet; toute la la Palestine comhattante, le dé- population j\1ive du Nord y étant veloppement de la culture juive, invitée. ' J'union. Un bal, ol'gani~ J)ll" .1 es- Caj] démontre qu.e ': la jeunesse dets de St-Quentin, lelmine cette juive peut très' bien être uni-eet - belle journée. , de brouillons. de plans· de travail, derniers vestiges de l'examen, au .miroir qui renvoie un reflet fatigué. . La clef sur la porte et au revoir Paris, au revoir la Fac, l'année scolàire est finie ! sent les ennemis de la jeunessê : ~-----------------~----------" La jeunesse veut des slaties, des piSCines, des bourses pour Cette année scolaire 48, sait- Mais les étudiants ont répondu les étudiants ». (( Nous suivrons .on qu'elle a été lourde de misê- par une manifestation: « les la voie de nos aînés en luttant l'eS, de ' fatigues, d:événements et profs ont raison ~. Et étudiants comme eux contre l'anUsémi- Ville d8 gUInguettes, vinage de tentes~ •. de . luttes pour les étudiants? ' et professeurs ont obtenu ce tisriie et le fascisme " ... . Plessis-Robinson. Des chants, partout. Dès la g'are, un. Si certains pe.nsent encore q'ue qu'ils demandaient. Out.re 1eR jeunes de St-Quen- véritable déltarquement de c"ampeurs. . le 'Quartier Latin est une sorte lIeureux présage pour 1949 lin, qui monlrent l'exemple à de parad~ 'doré, qu'ils lisent ~t que cette victoire arrac:h€e à la toute la jeunesse juive de Franmé~ tent ces chiffres: la cham- fin de l'année. Certes l'avenir ne ' ce, puisqu'ils sont tous uni~' au bre la plus modeste se paie 3,000 s'annonce pas brillant. Le plan sein des Cadets et la délégation Dans ce petit coi·n riche en guinguettes, la jeunesse juive de Paris 'S'est donné rendez-vous. Elle affIue à la . fête organisée par la Fédération Sportive du Yasket pa-: les francs; un re'J)asau restaurant Marshall tient en réserve, à côté d P . bd " Cadets de l'U. J. R. E. · . uni'{ersitaire, qui valait 19 fr. du chew-in'g gum et du lait en e ans au nom re e 5, on reen ,A..t.. , . cou" te m.a·lntenant 50 -~r. poudre, des professeurs et des li- smea 1rtqout'e unde Vimaplo'reta nte rep1r é- . Là, à cent mètres de nous, n...·ur un R .... uvl·e· r d'anatoml·e, ' · ~ ü IOn e enCl nnes; p us vIent de J'aillir de terre un ve' rl'- cu 'v '" vres pour « occideDltaIiser ~ la d 1- ' . f'il c'est '5:000 fr" qu'il faut trouver. ,culture franç' aise. dee L:)i lJlee,u ndees Sgoeinss5 0ents J. eune· s 1 es, . table ' village. Il comprend une Mais peut-être les b.ourses ont- Mais les étudiants se sentent qllirantaine de tentes bien di~- elles augmenté en pro'P{)rtion? plus forts; ils sauront se grou- C'est à, 16 h. préci~es que le posées. On chante, on danse, on Pas ·du tout: le maximum ·est per pour défendre leur dr~t. Et .président Simon Otlvre la séance. court, on crie de joie ... toujo'urs' fixé à 4.500 fr: par mois les roues du train qui les em- Après une . coilde adresse d~ . Chemin faisant, nous renconet il n'y a d'ailleurs que 5 p . .100 mène ' en , vacances disent qu'il bienvenlde, il rDsse la' parole à d··udiants boursl·~rs. . Jacques Trauman. Secrétajre 10- trons dClJx stands montés par çu - fa1,lt -« espéter, lutter, eSpérer, 1 C...1 D Conséquences? C'eit bien sim- 1 tt cal de rU.J. R.E. AP1'ès aVJÎl' re- ' es . a"e1's. e magnifiqucs panpIe: 40 \p. 100 d'étudiants tra- - u er ~... . gretté l'absence de Lens, celui-ci neaux *retracent la vie et exa1- ~aillent, '.Le ,jour ils gagnent . Odette ABRAHAM. bl'osse un rapide lableau deE' ten,t les buts de l'organisation; leUr vie, la nuit ils étudient . . t-_-. ___ ~ ________ -:--,--___ ...... -,--____________ ~ ______ ---: A force d'énergie. ils passent 1 leurs examens... ou ils ne les pass'ént pas. C'est, en effet, chëlll" '!es étudiants que la tuberculos~ fait le plus de ravage. D'autres, qui ne peuvent résister à ce régime, s'arrêtent au milieu . de leurs études. « Nous n'avons pa's besoin de cadres, d'ingénieurs, de techniciens, de professeurs, disent certaines personnes confortablement placées. Trop de jeunes veulent accéder à. l'ense!gnement supérieur! » Et on essaie de faire passer les droits du bachot de 400 et 500 fr~ à 800 et 1.000 fI". Fort heureusement. les 'lycéens ont protesté- et l'augmentatJOn n'a pas eu Heu. . . . . Car maintenant l'~tudiant lutte. Et non seulement ' il se ' -bat pour améliorer sa vie. pour ' le logement, la nourriture, des livres à un prix abordable, mais encore pour la vie de son école_ de son Université. . . Parce que les dépenses pour l'Education nationale sont r€~ duites à 6 p. 100 de l'ensem'ble du budget, parce qu'on accorde des subventions à l'école privée, les .étudiants ne trouvent pas de place dans les amphis, les bibliothèques leur offrerut des livres dépassés. C'est l'étudiant de demain qui est menacé avec l'étudiant d'aujourd'hui. . On avait peut-être pensé dé tourner la colère des étudiants contre les profess·eurs. Si on a tant tardé à accorder satisfaction aux justes r evendications des professeurs, n'était-ce pas pour que -se prolongue une grève gênante pour les candidats et leur famille. On espérait que les étudiants crieraient: c A bas le profs ! ~ .:., Bons et tnauvaistours du. TOUR POUR mai, comme je pen- sière au' dalls des tromiJ-e-s d'l'ail se po!tr tous ceux lJ1;ti, el1 enf,re deux haies de cris eJ/thou- 39, etaient trop Jl'unes siastes, tl1'eC sa caravane _intpour l'avoir conuu, le blicitaire, ses vedettes - chanToùr de France tilt l"an der- tl~trs, accordéonistes Olt autres nier u1le révélation. Certes, - ses camiOlzs, ses alltos, ses j'en a7~is elltn/du parler, mais motos sur lesquels sont il/cités, je n' ni connaissais pas cétte au mllzeu des ralles et des gujan/ bianct· de tiè7"re, cette pas- dOlls, les officiels, les radiosion qui, dÙ~ll1lt 20 à 25 jour'S~ . reporters et d'anciens cOIlTl'urs, s'empare des sportifs les moins tous gens célèbres que l'on a.verlis ël même des t/on-spor- · essai·e de re;:.onnaître a1~ pastzls, et qm fazi que ~ trOllve sage. et àllssi avec ses ... _ courelé!{. ué au sec.Uud plan de l'ac- reurs, princ.ipall·s vedettes du tu.~lité tOllt ce qu.i n'est pas vé- cir.que. . lo, CO,UTSt·, (( leader)} et mail- Au total, cette année, 120 ' lot jaune: . ' coureurs, quelque 400 ;ou'l1a- _ Et mailltenaut {jite j'en ni listes et reporters, 244 autos et vécu par l'esp?it, je me de- call1wlts e1/ tous genres, 65 mumande CfJmment j'.ai pu vivre tos et o;ussi qlU'lques aviolls quinze .O'llS san'!! Tour de Fran- pour lesquels il -sera brûlé près ce. de 22.000 litres d'essence et Une des raisons qui le font · un/sommé, pour les hommes, impatitmment atte/ldre de tous. 10,000 kilos de viallde~ 1.0 50 et des écoliers en particulier, kilos de sucre, 70 régimes dl' est sans doute ÙJ. date à laquelle bananes et 30.000 litres de 'Vin il commcnce. FÎ1z juin-déb'ut et de bière, Vraiment,1me bierl J juillet ... C'est déjiz. une fenêtre jolie cara7'alle qui, d'ailleurs, OU7:l'1'te sur les 'vacances, sur eût pu iJth' plllS importante si la liberle et, à /i.ette époqlle de les organisateurs n'y a'1.'aient l'aimée, on pel/t, SIl1IS soùci mis IIrl frein, et cela malgré les des pU1li/wus, négliger thèmes 300.000 frtl1/cs que chaqlle maiet '1.'e!siolls pour mieux « les" S01/, désireuse de taire de la '/Jusuivre à tra~'ers la FranC!. bl icité sur le Tour, dut verser Le To/{r, 011 lc vit déjà il1- a/{x dits orga-1'lisait'lIrs. tellsémcw 'un mois avallt ët un Parmi les be1!éticiaires de III thlcore tû/ mois aPrès, et lors- ronde de « géants ", il Y a les qu'il est terminé, on s'arme de (( bistrots ". Chacu1l d' eutre eUx patience 'pour attendu, le sui- se fait un de'1.'oir de cfJJmmmi- , vallt. q1ler les résultats d'éttlPl'S. On . QuelqU'Url a dit du Tour calme SOli tmpatit'Ilce en bu.qu'il était {( le Plus grtlud cir- 'liait! t.m 7Jerre, puis si l'ull des qt4e du monde ,,: Un cirque favoris a gag/lé, 0?1 arrOse la immense, bariolé, bruya1lt, qui victoire et iorsqll.e la radio fl11- Passe dans des nuages de pous- nonce de mal/1'ai.ses 11014'1.'elll'S r d'uue étape, c'est encore dans UI1 '/,'erre que l'on noie son chlgrin, car le sport, plus que tout autre chose, . pro'l/(;que les Plus g rll1ules joies wt les peines les Plus pralondes. Et nombreux furent ~eux ' lJui~ -l'an derllier, fermèrent leur porte avec amertume .après l 'annollce de l'étape qui conso,crait la défaite lie Vietto. . Albert ALCALA Y. Les . pieds @ -c'EST DU 8 AU 18 APUT que se tiend.ra, il Varsovie, la Co~férence Internationare ' de ~ Jeunesse, au cours de laquelle les jeunes t1'availreurs du mende entier discuteront de leuK conditions·. d'existence, de leurs luttes, de leU" espoirs. e LES JEUX OLYMPIQUES comr( lenceront le 29 juillet au stade de Wembley, prèsde Londres. Mais ils se présentent surtout comrr.e une vaste atfaire commerciale d'où sn!1t OKcl us des champio'ns authentiques, par exemple ceux de l'U. R. S. S., sous prétexte que, dans ce pays, le sport pp\:llaire n"est pas organisé de la même façun que dans les pays capitalistes. e LES DANSEURS ~ES BAll.ETS BULGARES .ont quitté Paris. ils vont donner plu51eurs représentations dans le Massif Central. notamtnent · à Clermont- Ferrand, Royat, etc. Avant de regagner leurs pays, les « da.l1seurs les plus rapic!es .» du monde paraîtront encore sur la scène à Paris, e _lES JEUNES T1iAVAILlE~RS ·DES tout eela ent-oure .de poMrai,ts de jeunes héros juifs tombés pendant la resi'stance, à côté de photos glJriJiant ]:a vte pOttr 'Iaquel- le ces "héros 'se Slnt sacrifi~s .. . .. Mais voila une compétition sportive. Des gars du VASK çt ceUl! des IllaisofiS de l'OSE s'affrontent au volley-b.a~l. Beau ,match . , ... Et enfin, le rassemblement de la jeunesse. 'Dans la grand~ clairière, s 'avance en tête un groupe du Y ASK, suivi des Ca_ dets - -les plus nombreux de -tous - puis des jeunes de la H ~ch()mer Atzaïr, cie Sport et Joie, et de I~OSE. Ii y a aussi un pn;gramme artistique ... , mouvements rythmiques ... , la .chorale des Cadets ... , danses follkloriques. Mais le plus 'beau speètacle, il e!?t dans ces yeux clairs, dans les corps' vig0u~eW'X de c~te belle jeuJlessé ' ! . . " A-IbeJ't E ~ N ER sur terre ..• USUIIES RENAUt. T, il Boulo,ne-Billancourt, oRt, par leur IUtt~, obtenu cie la .cJi,eetÎon, une sub~ntiôn d'un mihion de fr.aRCS pOiK leurs "acances. e LA FETE TRADITIONNELLE DES SOKOLS s'est clerewlée la semaine dernière à Prallue, au milie .. d'une aHluence cons~r..ble. Des centaines de milliers de spe:tafeu,s ont applaudi dans l'enthousiasme fes manif·cstations de la jeunesse sportive tchécoslovaque. • . les 3-4 iuillet, à Neuill,y, au ' cours de ra traditionnelle fête champêtre de _ la jeunesse, organisée par notre confrère « l'Avant-Garde » , journal de l'Union de la JeunEsse républicaine de France. la chorale des Cadets, po," sa deuxième sortie 'officielle a obtenu un succès tres appré- . dabte. En participant au programmo, les Cadets ont affirmé une fois de plus 'qu'ils faisaient partie de la jeunesse démocratique de Fmnce. Impr, Centr, ou CrOIS«.u, t 19, r du OrolsSant, Pa.rls-Z- 11. ROClfON, Imprimeur n DROIT. ET. LI BERTE ~ juillet 1948. - Ne J..0-1.& \ J"' · a,. z·, vu des n.omm es q~.t• ne .. . . " ·dêviendro~tjamais des 'esclav~s , . ~ ____ ,De notre envoyé sp~cial L. BRUCK' - - - .- Cette correspondal'lce nous est pat venue de Palestiné vingt-quatre heures avant que la « trêve inquiétante» n'y soit définitivement rompue. Oh verra qu'à distance les observations dè notre envoyé spécial prennent une singulière valeur. Aujourd 'hui, la ' guer~e se rallum.:, l'agression recommence, mais "'su," tous les fronts, l'armée d'Israël passe à la contre-offensive. Le pèuple juif de p'alestîne forge dans le combat 'son indépendance. J IL faut avoir vu l'annéé d'Israël au combat, il faut avoir parlé avéc la jeunesse des briga.des de la H~ganah et des groupes d'élite « Palmach », il faut avoir en. tendu les récits des femmes dans les kibboutsim le, . ' plus lointains, il faut 'avoir observé la population des .villes et des colonies pendant les alertes et les bombardements ou tout simplement au travail, pour comprendre cette guerre étonnante et si différente des autres guerres, cette guerre qui soulève l'admiration des hommes libres. - devant toute une armée d'Egyptiens. Plus tard, .!lIe a attaqué à son tour et fait reculer l'enn emi. A Sarafand, les Anglais, avant de partir, avaient remis à la Lé- · -gion arabe leur camp militaire, le plus grand et le 't'lus fortifié ~ de Palestine. Par un c()'up de main audacieux, .les soldats de l'armée d'Israël l'ont arraché aux Arabes de la Légion. Les prisonniers arabes · ont presque tous des vêtements anglais. Sur différents points, leurs unités étaient commandées par des officiers anglais et on enfenaait souvent, all moment des attaques, des ordres lancés eri anglais et répét.és àussitôt en arabe. On a même pu entendre des ordres criés en allemand. Une trêve inquiétante L~attitüde des autorités anglaises, si elle provoque la co· 1ère et l 'indignation de tous, ne surprend plus personne. Il y a une coritinuité dans la politique impérialiste des dirigeants de Londres. La politique de certaines autres puissances, pour être moins' violente, n'en est pas moins sévèrement jugée. Au cours des dernières semailles, j'ai visité le front montagneux de Galilée, au Nord, et le Neguev désertique, au Sud. J'ai vu le front de Latrun sur la route de Tel-Aviv à Jérusalem, et le front du centre, non loin de Toul.Karm, Le front de Jérusa. lem après la trève. J'ai vu TelIAviv, capitale d'Israël, et Safed où · le drapeau national flottait ' sur la citadelle nouvellement conquise, Haïfa la pittoresque, 0'Ù I.es Anglais s'accrochaient encorr., Samach, à peine recon' R,uise où les débris des camions T ~l-Aviv le bombardement meurtrier de la station d'autobus. La colère était à son comble. « Les ' assassins! ", disait-on avec indignation~ en pensant non seule- A Jérusalem, la bataille a fait rage pendant de longues ~emai. On peut constater ici, à tout nes. La ville était assiégëe, la . moment, combien est grande la ennemis fumaient dans les rues~ J'ai parcouru la vallée du Saron où, malgré la guerre, l'acti: vi té est intense. Partout, lutte pour l'indépen. ~ance nationale! « N~us lutterons jusqu'à la victoire ! » Dans les villag,es et colonies, souvent isolés du reste du pays, on voit les colons juifs travailler leurs champs, le fusil à l'épaule. Les femmes et les enfants des/ cendent chaque nuit dans les abris, mais ils ne songent pas à se faire évacuer. « Nous lutterons jusqu'à la victoire parce que notre cause est juste! » . Ces paroles ardentes contrastent avec l'esprit mercenaire de ceux qui combatt ent, non pom l'indépendance arabe, mais p0L1r les intérêts impérialistes des magnats du pétrole t't de leurs valets, les Ab. dullah and Co. Il n'est pas étonn ant que, ~algré la supériorité écrasante, en hommes et en matériel, de , l'adversaire, malgré l'aide incessante que lui fournissent directement ou indirectemeQt la Grande-Bretagne et t'Amérique, la petite armée d'Israël ait tenu victorieusem.ent. .~ttitcide · co;"rageuse de la population civile Un même ' courage anime la population des villes. J'ai vu à Dans les Krbboutzi'6 les homtrn!s labourent" fusil à ('épaule: ment aux exécutants égyptiens mais aussi, et surtout, aux An. glais qui fournissent les avions et les bombes. Mais pas de panique, pas de débandade. Pendant plusieurs semaines, à Tel-Aviv, on ne comptait pas moins de huit à dix alertes par jour, mais les nerfs se sont durcis et c'est av.ec calme et discipline qu'on observe les prescrip. tions de la défenst! passive. Sur, les différents fronts où j'ai été le témoin d'innombrable~ exploits. ce qui m'a surtout fr'appé, c'est la dignité 'des familles en deuil, la simplicité avec la- -quelle elles portent lèur douleur. Au sud de Rhototh, une petite poignée de combattants a te~u . route de Tel-Aviv coupée, le quartier arabe Catamon trans~ ormé en une véritable citadelle d'où les hommes de Glubb Pa'l'ha tiraient continuellement sur le centre de la ville et sur lè nouveau quartier de Rehavia. Les groupes de Palmac.h ont conquis ce quartier fortifié et chassé les légionnaires et leurs -Qfficiers anglais, leurs tanks et lew artillerie . Les officiers juifs ont cu raison du général anglais et l érusalf'm, avcc ses faubou~ gs, en dehors de la ville an. tique, se trouve actuellement entre les mains des Juifs. La guerre de BeVin volonté de toute la population de vivre dans l'indépe.ndance et combien la trêve, malgré le soulagement qu'elle a produit, suscite .d'inquiétudes, Il n'y a rien là, de guerrier ni d'agressif : bien au tontraire, chacun désire ardemment la paix, mais une paix qui garantisse l'exécution de la décision de l'O.N.U. du 29 novembre 1947. Or, dès ses premiers jours, voire au momept de sa préparation, la trêve est apparue comme une manoeuvre contre le nouvel F~tat juif. L'attitude du comte Be'rnadotte, sa p"artialité, son hostilité envers les ]uifs,.ses intrigues et ses combinaisons en vue d'amputer Israël et d'en faire l'appendice ou le dominion d'un Etat arabe, ne pouvaient que renforcer l'inquiétude. .' _ bateaux patrouillent le long du rivage. - « Ce n'est pas pour voir ' l~ mandat ang-Iais retl;lplacé par un mandat américain que nous avons combattu ", disent les soldats de la Haganah. Politique indécise du Gouvernement Sur le plan intérieur, la poli. tique indéGÎse du Gouvernement provisoire juif n'est pas non plus pour apaiser les crain. tes . ~ « Pourquoi le Gouverne. ment d'Israël n'intervient-il pas énergiquement pour réclamer que des observateurs de l'U. R. S.S. et c1'aùtres pays démocrati. ques participent à la surveillance de la trêvè? ", ai-je demandé à différentes personnalités. A cette ,question, je 'n'ai pu obtenir de réponse précise. On parle de « neutralité ", de « politique à long terme » et l'on ajoute : « Il faut attendre, on verra, le moment viendra. " Ces dérobades ne peuvent satisf. aire le peuple qui se pose les mêmes questions. - On ne comprend pas, par exemple, l'ordre donné par M. Ben Gourion dè dissoudre les groupes d'élite Palmach qui ont prouvé qu'ils étaient les unités les plus combattives et les plus valeureuses de la nouvelle armée. Mais il s'en faut que les combattants et la population soient désemparés. Ils connaissent \.' enjeu et sont prêts à 1 eprendre ' le combat pour défend.re leur droit à la vie. . Au milieu d'un ce~c1e de combattants 'où je me trot!vais, ces derniers jours, j'ai entendu ces paroles pleines _d'enseignements: -- « Nous ne redeviendrons jamais des esclaves. Nous savons que nous ne sommes pas ' seuls. Avec J'aide -de nos frères du monde entier, avec l'aide C;\U monde démocratique, pous nous défendronos et nous vaincrons. lt C'est la volonté de tout le J?euple d'IsraëL . L'armée anglaise porte une lounk part de responsabilités dans les massacres. Elle y a bien souvent partici pé. Ainsi, avant de quitter, le camp de Samfard qu'ils avaient transmis aux Arabes, les Anglais, en guise d'adieu, la ncè rent des obus sur la colonie., juive de Rishan Letsion. Ailleurs, un avion anglais mitrama un village juif avec des canons de 20 mm. J'ai vu moi-même, près de NesTsiona, un avion « égyptien " abattu par les soldats de la Haganah. Le moteur de l'appareil était de fabrication anglaise, les mitrailleuses américaines, type « Browning ". - « Il n'y a ricn de bon à at- . tendre de ces observ!ltcurs Les soldats de la Haguah regardent l'embarquement des troupes anglaises. A Tel.Aviv, pendant les bombardements, des avions de la R.A.F. sillonnaient le ciel , puis peu après, des avions ( égyptiens " ou « irakiens )l du même type, à peine camouflés par leurs inscriptions arab'es, venaient lâcher des bombes. « neu('res ", ai-je souvent cntendu dire. Ils déploient un zèle pour le moins suspect dans le contrôle du territoire juif ou de l'immi g-ration juive, mais 'font le mort dès qu'il s'ag-it ' de préparatifs militaires arabes. » - « On nous prépare un nouVf'au Munich! ", dit-on en commentant les lahorieuscs conversations de Rhodes . Pénétration américaine Une autre cause d'inquiétude est l'investissement de plus en plus 'visible des positions-clés de Palestine par les Americains. Les « observateurs " du comte Bernadotte sont pour la plupart des Américains. A Haïfa, le Américains pullulent et leurs Sous un bombardement.

Notes

<references />

Format JPEG