Droit et Liberté n°235 - septembre 1964

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°235 de Septembre 1964
    • Le vivant message d'Anne Frank page1
    • Victime de SON racisme par Oncle Tom page2
    • Coups de fusil vengeurs sur des enfants gitans par Louis Peyssard
    • Une école en feu à Dublin (gitans)
    • Pas de vacances pour les défenseurs de la race blanche par N. de Boisanger-Dutreil
    • Lyon: les piscines restent ouvertes à tous malgré les campagnes de haine
    • Roubaix; la folie raciste déchaînée
    • Ce n'est pourtant pas le Mississipi qui coule près de Notre-Dame
    • Ils sont tous comme ça par Roger Maria
    • Les devoirs d'octobre par Pierre Paraf
    • Pas de prescriptions pour les crimes nazis par Jean Boulier
    • Souvenirs et inquiétude par l'Amiral Muselier
    • Un ancien SS en voyage par Marguerite Kagan
    • Goldwater; un Tarzan poujadiste par Claude Faux
    • Rentrée; comment parler du racisme au lycée? par Henriette Hergot
    • Visite au maître graveur Georges Simon, auteur de la médailee d'Anne Frank
    • Un film poignant et généreux;"One potato, two potato" de Larry Peerce par Edgar Wolff
    • Le fou d'Elsa: un poème d'amour et d'amitié
    • Diderot; combattant de la fraternité humaine par Hermine Kallus

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

PAS DE VACANCES POUR LA HAINE RACISTE • PENDANT QUE VOUS ETIEZ EN VACANCES, la presse raviste poursuivait sa campagne d'été. D'un volumineux dossier de journaux et de ' coupures, rassemblé au mois d'août, Nicole de BOISAN· GER·DUTREIL fait ressortir les grands thèmes - que l'actualité ne renouvelle guère - de ces excitations à la haine fondées sur le menson· ge, la peur, l'appel aux bas instincts. (Page 4) • S'APPUYANT SUR LES ARTI· TICLES DE « MINUTE " ET SUR L'EXEMPLE DE SAINT· CLAUDE, des groupes racistes ont tenté, à Paris et à Lyon, de faire interdire les piscines aux Algériens. Grâce aux fermes protestations du M.R.A.P. et de nombreux démocrates, l'extension de cette mesure scandaleuse a pu être empêchée, et les autorités de Saint-Claude, sans la rapporter officiellement, ont pratiquement renoncé à l'appliquer. Pourtant, le Parquet de la Seine a décidé de classer « sans suite », la plainte déposée par le M.R.A.P. contre « Minute ». Et des discriminations raciales continuent d'être signalées dans tels cafés parisiens où l'on refuse de servir Algériens et Noirs. (Page 5.) • PARCE OU 'IL « N'AIMAIT PAS LES ALGERIENS ", Aristide Dujardin, l'assassin de Roubaix, a tué à bout portant deux de ses compagnons de travail. Folie ? Certes, mais folie raciste. Il y a souvent, dans la folie, sur des bases faussées, une sorte de logique infernale... Dujardin a poussé jusqu'au bout les conséquences de sa haine, nour· rie par la guerre d'Algérie. (Page 4). • BATAILLE RANGEE A SAINT· LAURENT·DU-VAR : des paysans ont fait des barrages sur la route, des coups de feu ont été tirés. A l'origine, un incident causé par une enfant. Mais cette fillette est gitane. La signification de ce drame, les leçons à en tirer, font l'objet de l'article de M. Louis PEYSSARD que nous publions en page 3. (Photo JI. Clair.) Les devoirs d'octobre • sous CE TITRE, PIERRE PARAF, président du M.R.A.P., fait le pOint des problèmes posés aujourd'hui par le racisme, des préoccupations et des tâches qui: nous attendent en cette rentrée (pa.ge centrale). • AUX ETATS-UNIS, en dépit des luttes et des efforts des Noirs, -soutenus par un nombe croissant d'antiracistes, la rentrée scolaire demeure marquée par la ségrégation. Le boycott est organisé contre certaines écoles où les enfants noirs ont été admis, et, seuls, quelques enfants blancs s'y rendent (photo ci-contre prise à l'école pUblique de Prince Edward County, en Virginie). Le racisme est au centre de la bataille électorale américaine, comme le montre Claude FAUX dans son article: Goldwater

un Tarzan pOUjadiste

(page 8)_ • POUR TOUS LES EDUCATEURS, la rentrée pose à nouveau la question : comment enseigner la frater nité humaine. Un professeur de philosophie, Mme Henriette HERGOT, nous fait par t de son expérience (page 9). 15 SEPTEMBRE - 15 OCTOBRE 1964 N° 235 Un franc Le vivant message d' ANNE, FRANK - • PARMI LES SIX MILLIONS de juifs exterminés par les nazis, il y avait près' de deux millions d'enfants. Parmi ces enfants, Anne Frank, symbole de l'innocence persécutée, apporte, pour tous, un immortel message. En .ce vingtième anniversaire de la Libération cie la France, l'Hôtel cles MonnaIes vient d'éditer une médaille à la mémoire de la petite martyre cl' Amsterdam (photo ci-dessus). Notre collaborateur Bernard SAN NIER-SALA BERT a rendu visite à l'auteur de cette belle oeuvre : le maitre-graveur Georqes SIMON (page 9). • VINGT ANS APRES, où en sommes- nous'? L'Amiral MUSELIER, ancien chef des FOI-ces Françaises Navales Libres, Compagnon de la Libération, nous' fait part de ses réfexions, quelque peu amères, dans son article : « Souvenirs et inquiétudes » (page ce11trale) . • LES CRIMINELS NAZIS, dont les peuples exigeaient le châtiment au lendemain de la guerre, restent, il faut bien le constater, pour la plupart impunis. Certains ont repris du service en Allemagne; d'autres voyagent, tels l'ancien S.S. Zech-Nenntwich, dont Marguerite KAGAN raconte le périple Brunswick-Le Caire-JohannesburgHanovre (page c,entrale); d'autres innombrables, se cachent. ayant échappé à la dénazification que le procès de Nuremberg avait inaugurée. Ils perdraient toute inquiétude et pourraient agit- s'ans aucun obstacle si le gouvernement de Bonn réal isait son projet de prescription en mai prochain. Dans son a rticle : « Pas cie prescripti on POUI- les crimes naz is ! » Jean BOULIE R . ancien professeur de la Faculté Libre de Droi t, soul ig-ne h gravité de ce pro jet, conti-aire à la fo is aux intérêts des' peuples et à la loi internationale (rage centrale) .


.-- 2

JUILLET l8·VII. - A la suite du meurtre d'un jeune noir par un policier, les Noirs de Harlem, à New·York, manifestent contre le racisme. La police tire : un manifestant est tué, plus de cent sont blessés ; nombreuses arrestations. 21·vn. - l"r'emière réunion àJ New York de la Commission d'ex· perts créée par le Conseil de Sé· curité pour examiner l'applica· tion de sanctions à l'Afrique du Sud. LA DELEGATION FRAN· ÇAISE REFUSE D'Y P ARTICIPER. 21·VII. - Réunis à New·York, les dirigeants des six principales organisations noires des .Etats·Unis décident de limi· ter les manifestations antiracistes jusqu'aux élections présidentielles et de concentrer leurs efforts contre le sé· nateur Goldwater. 23· VII. - Deux Algériens tués à bout portant par un raciste forcené, à Rou· baix, sur le lieu de leur travail. 25-VII. - Violents incidents à Roches· ter (Etat de New-York) où des manifestants noirs se sont heurtés toute la nuit aux forces de police : un mort, 80 bles· sés, 400 arrestations. 28·VII. - Plusieurs antiracistes arrêtés à Johannesburg. AOUT 2·VlII. - Deux morts au cours de rixes entre militaires américains noirs et blancs stationnés en Allemagne. • Incidents très violents dans le ~ew·Jersey, où des centaines de Noirs s'opposent à la police. 4·VIII. - Les corps des trois militants antiracistcs (deux blancs et un noir) disparus le 21 juin, sont retrouvés dans un marécage près de Philadelphie. 5·VIII. - Incidents dans le golfe du Tonkin entre la flotte américaine et les forces du Nord-VietrNam. • A Nicosie, vive fusillade entre Chypriotes grecs et turcs : 1 mort, 3 blessés. 14·VIII. - Le président de l'Union Na· tionale des étudiants sUd·afrkains, M. Jonty Driver, est arrêté par la police du Cap. 16·VIII. - A la suite d'un incident mi· neur, de violentes bagar'res éclatent à Chicago entre Blancs et Noirs ; la police établit des barrages ; bilan ': 60 blessés dont 2 par balles. lÎ-VIII. - Accusés d'attentats, neuf mem· bres de l' « Afri{;an National Con· gress » (A.N.C.) comparaissent devant le tribunal de Prétoria. 24-VIII. - A Atlantic City où se déroule le Congrès du Parti Démocrate des . Etats·Unis , des nazis portant la che· mise brune et la croix gamméc -sont arrêtés par la police. 26·VIII. - Heurts violents entre boud· dhistes et catholiques au Sud-VietNam. 27·VIII. - La « Convention » dé· mocrate ratifie LES CANDIDA· TURFS DE LYNDON JOHNSON A LA PRESIDENCE DES U.S.A., et du sénateur Herbert Humphrey à la vice·présidence. 28·VIII. - Un banal incident de rue -se transforme en émeute raciale à Phi· ladelphie (Pennsylvanie) : 197 arrestations, 341 blessés, noirs en majorité. • Le professeur Dennis Higgs, un blanc d'Afrique du Sud, adversaire de l'apartheid, est Iddnappé en Rhodésie du Nord, où il bénéficiait de l'asile politique. 30·VIII. - Des racistes blancs armés de fusils paradent dans les rues de 'Westminster (Caroline du Sud) ; les noirs rispostent : le couvre·feu est décrété. SEPTEMBRE ~'IX. - A New·York, Thomas Gilligan, . l'officier de pOlice à l'origine des émeures de Harlem (il avait tué un jeune noir) est déclaré innocent de toute intention criminelle. 2:·IX. - En Afrique du Sud, le profes· seur Dennis Higgs est remis en liberté, à la suite des protestations qu'avait soulevées son enlèvement. 6·IX. A Athènes (Georgie), DEUX MEMBRES DU KU· KLUX·KLAN, accusés du meur· tre d'un haut fonctionnaire noir, M. A. Lemuel Penn, SONT AC· QUITTES par un jury exclusivement composé de Blancs. lOf IX. - Le corps d'Henry Orsby, jeune Noir, âgé de 14 ans, militant antiraciste, est découvert dans une rivière du Mississipi. Il·IX. - La tension au Moyen·Orient : réunis au « sommet» à Alexandrie, les chefs d'Etats arabes décident dans la résolution finale, la création d'une armée palestinienne. 13·IX. - Ouverture de la 3' SES· SION DU CONClLE « VATI· can II ». 14·IX. - A New·York, les racistes boy. cottent les écoles pour protester contre la mise en application .du programme municipal d'intégration scolaire. l5·IX. - Georg Hempen, agent de la Gestapo, criminel de guerre condamné à mort par un tribunal français, est acquitté à Oldenburg en Allemagne Occidentale. CONCILE • Le schéma sur les juifs qUE AJOURNE lors de la seconde session, le débat consacré au « schéma » sur les juifs va reprendre et sans doute s'achever au cours de la troisième session du Concile OEcuménique, ouverte le 1.'i septembre. Le texte préparé par le Cardinal Béa, qui avait fait l'objet de critiques a été, semble-t-il, remanié sensiblement. Mais il est difficile de juger des retouches apportées, plusieurs versions diverses, parfois contradictoires, ayant été publées dans la presse. Ce qui est certain, c'est que des pressions se sont exercées sur le Concile, en vue d'atténuer la portée de cette solennelle prise de position. Dans les milieux juifs, s'exprime, avec une certaine amertume, la crainte que le « schéma » ne manque de netteté dans sa condamnation des préjugés et des accusations (notamment l'accusation de cc déicide») qui, dans le passé, ont contribué à dresser les chrétiens contre les juifs ; on redoute également que l'esprit de prosélytisme s'affirme d'une façon inopportune dans un tel document, ce qui risquerait d'en modifier la signification profonde. Il faut toutefois considérer que le nouveau projet soumis au Concile, quelle que soit sa teneur actuelle, peut encore recevoir des amendements au cours du débat, iusqu'à son adoption définitive ct sa publication, probablement vers la mioctobre. • Une note du M.R.A.P. LORS de l'ouverture du Concile, en octobre 1962, le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et poUl' la Paix avait fait parvenir, sur ces questions, un message et une note aux organismes compétents. Après avoir analysé les superstitions, et les haines « longtemps alimentées par des oppositions ou des conflits d'origine religieuse qui, fréquemment, ont suscité des campagnes calomnieuses, des mesures vexatoires, des violences envers Les juifs », la note évoquait les premiers remèdes apportés par l'Eglise : décrets et proclamation des Papes et des hautes autorités ecclesiastiques, révision de nombreux catéchismes, suppression dans la prière du Vendredi Saint des termes bles'sitnts pour les juifs, action des chrétiens contre l'antisémitisme et ses conséquences. Puis, soumettant diverses suggestions, le M.R.A.P. soulignait qu'elles pourraient constituer « un heurettx complément attx dispositions déjà mises en oeuvre. » En premier lieu, indiquait la note, « il ne fait pas de doute q1t'Une nouvelle condamnation de toutes les formes de racisme et d'antisémitisme, dénoncées solennellement par la plus haute instanc!! de l'Eglise, comme criminelles devant Dieu, l'Homme et la Société, serait assurée, dans les circonstances prés,entes. d'w~ immellse l'etentissement dans les consciences. » cc Afin d'attirer l'attention des croyants sur certaines interprétations ,erronées de la doctrine chrétienne, il serait opportun, poursuivait le document du M.R.A.P., de rappeler explicitement ce qui, dans celle-ci, rapproche chrétiens et juifs et vient illustrer la continuité des enseignements des Prophètes et de ceux du Nmweau Testament. Un commentaire circonstancié des Evan.qiles, rendu public dans les formes appropriées, soulignerait l'origine commune des deux reli,qions, et le fait que Jésus, né de mère j1tive, vécut partni les juifs et que, plus profondément, comme l'indiqua Sa Sainteté Pie XI, les chrétiens sont « spirituellement des sémites ». La Note abordait ensuite en ces termes, le pénible problème du « déicide» : A la mémoire de ZOLA Le dimanche 4 octobre, à 15 heures, aura lieu le traditionnel l'elerinage Littéraire de Médan, organisé par la Société Littéraire des Amis d'Emile Zola. Une exposition de documents relatifs à la vie et l'oeuvre d'Emi· le Zola. sera présentée dans l'an· cienne demeure de l'écrivain pendant la durée du Pèlerinage. Des exposés seront faits par MM. Jean Vidal, André Wurmser et André Dubuc. S~ PASSE-T.IL ~• 1 Victime de SON racisme J 'Al reçu une lettre (anonyme, bien sûr, mais j'aimerais tellement avoir l'adresse de son auteur - s'il se reconnaît, qu'il m'écrive à nouveau). Une lettre chargée de haine, mais pitoyable à souhait. Belle écriture. Pas de fautes d'orthographe. Probablement due à ce qu'on appelle un « vieux cülonial ». L'auteur a certainement bien connu l'Afrique, et pendant de longues années. Il n'y a rien compris. Pour lui, le colonialisme ce sont les routes, les hôpitaux, la « civilisation » Ilpportée à d'ingrats « sauvages » }Iaresseux. Aujourd'hui, le ton de sa lettre le prouve, il est lui·même dans la misère, avec une affreuse retraite pour tout bagage, et la nostalgie du temps où, blanc et riche, il vivait haï de ceux qu'il commandait : noirs et pauvres. Et il mâchonne sa rancoeur. Sa situatioll, il croit qu'il la doit justement à ces « nègres et arabes » qui (c nous » coûteraient des milliards, ces « fainéants » primitifs, et tout, cf tout. Je passe sur les termes employés et le langage méli·mélo dramatique que mon correspondant emploie. Ce que je retiens, c'est qu'il se défend avec force d'être raciste. Il en est au temps, seulement, de « la France aux Fran· ' çais ». Il voudrait une bonne retraite, des hôpitaux convenables, des logements, des salaires décents, tout ce qui manque à des millions de Français. Mais « les nègres et les arabes » lui ont tout pris ! Il n'est donc pas raciste, ma is ... J'ai lu cette lettre avec amertume. Car ils sont trop nombreux, ces pau, Tes racistes victimes de leur propre tare et qu'aucun sérum ne saurait guérir. Ils sont farcis de lieux communs, d'idées toutes faites. Ils n'en démordent point. Le nez dans la crotte, ils affirment que c'est une rose qu'ils sentent. J,c colonialisme fut la honte de l'humanité. Il s'efface peu à peu des faits, mais il reste dans les esprits. Mais ne faut-il pas dire qu'une certaine presse entretient aujourd'hui cc poison, en portant tout notre passif au compte de l'aide aux pays « sousdéveloppés » ? Ça permet d'ignorer le « reste Il. Mais ce reste - ici - ne me l'Cgarde pas. Ouvrez donc les yeux, pauvres gens ! « Ponr dissiper de dan.qereuses équivoques et effacer à jamais l'accusation odieuse de« déicid,e» cause de tant d'exactions, il y aurait lieu de faire ressortir avec insistance, dans un tel COIllmentaire, que Jéstts n'a pas été crucifié par les juifs mais que seule tme minorité de juifs d'alors (c'est-à-dire les habitants de la Judée) fut hostile à sa prédication,' qu'il fut condamné, dans tm contexte historique précis, par le procurateur romain Pilate, au supplice romain de la croix, et qu'il vint sur terre, selon la doctrine catholique, P01W racheter les pèchés du genre h1ttHain tout entier. « Il conviendrait enfin de mettre l'occent sur le fait que tous Les juifs de tous les temps ne sa·uraient, en tota état de cause, être tenus responsables et conpables d'un crime commis par des hommes déterminés, à 1tne époque déterminée. «Ces affirmations clairement exprimées, elles pourraient servir systématiqtwment de thème à la prédication et à l'enseignement de ceUX' qui ont pour char.qe de guider les fidèles et d'initier les Jeunes générations aux fondements de la religion chrétienne. Tous les chrétiens seraient ainsi mis en garde, en permanenc.e, contre les tentations d1! mépl'l's et de l'hostilité. » Enfin, le M.R.A.P. suggérait que soit réalisé. à la lumière cie ces données « lin examen minutieux des livres de cntéchisme, des mat11(els religieux, des livres d'enseignement » et qu'une atten·· tion toute particulière soit apportée aux « Passions» représentées sous la forme théâtrale, ainsi qu'à certaines coutumes qui sont les survivances d'un passé révolu ... « Nous sommes convaincus, concluait le document,. que, par de telles mesures, ott par d'autres inspirées du même esprit, I,e XXI" Concile OEcuménique contrib1wrait d'une façon décisive à créer de nou,veallx rapports non seulement entre les c!~rétiens et les juifs, mais aussi entre tous les hommes S011S distinction. » DICTIONNAIRE • L/exemple va changer D« EeICnI DlEa . pQeuris oenstn em eduur trCiehrr idset D: ileeus, Juifs déicides ». Nous avons protesté, il y a plusieurs années déjà contre cet exemple donné par le ' « petit Larousse " pour expliquer un mot dont l'emploi a fait couler tant de sang. En 1961, « Droit et Liberté" publiait à ce sujet un article de Jacques Madaule. Aucune modification n'étant intervenue, le M.R.A.P., alerté à nouveau par une correspondante, intervenait encore, en mars dernier, auprès de la célèbre maison d'édition. Cette démarche a été utile. Par lettre du 31 juillet, le rédacteur en chef des dictionnaires fait connaître à no· tre Mouvement les dispositions qui vien· nent d'être prises. « Nous regrettons vivement, écrit·il, que l'exemple utilisé, pour illustrer le mot déicide ait pu échapper à la plume de l'un de nos collaborateurs, et je puis vous assurer que nous faisons le nécessaire pour le remplacer, dans la prochaine édi· tion par : (( la lance déicide ". Une décision dont se réjouiront tous les antiracistes. Oncle TOM. MOYEN-ORIENT • La paix difficile EN décidant la création d'une armée de libération de la Palestine, le « Sommet arabe » réuni au début de septembre à Alexandrie, a confirmé que le Moyen-Orient demeure l'un de ces « points chauds » du monde où la détente internationale tarde à faire sentir ses effets. Pour les antiracistes sincères, qui recherchent sans parti-pris la fin de toutes les tensions entre communautés humaines, il est navrant de voir persister des oppositions apparemment irréductibles dans cette région, berceau de trois grandes religions, où les hommes et les peuples liés par les origines lointaines, l'histoire, les affinités culturelles et ethniques, les intérêts présents, sembleraient devo:r se comprendre et s'entendre. Le contentieux israélo-arabe est certes lourd. Sans prétendre en analyser toutes les données complexes, il faut remonter, pour expliquer la situation actuelle à la période de l'occupation britannique. L'impérialisme anglais, là comme ailleurs, a toujours été expert à « diviser pour régner », appuyant tantôt les juifs tantôt les Arabes, attisant les haines entres les opprimés pour les détourner d'une lutte libératrice efficace contre la puissance qui les dominait. Aujourd'hui encore il ne fait pas de doute que les intérêts économiques et stratégiques des puissances occidentales (les Etats-Unis s'étant joints d'une façon prépondérante à la Grande-Bretagne) pèsent c1'un poids énorme sur ces terres à pétrole. Un journal algérien souli- (Suite page 3_) DROIT ET LIBERTE MENSUEL 38, rue des Jedneurs • ParIs (11 Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: - 1 Un an : 10 francs Abonnement de soutien : 20 francs 1 ETRANGER Un an : 18 francs Compte Ch. Post.: 6070-98 Pana Pour les chaniements d'adresse eDvoyer 1 franc et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer Droit et Liberté, ou s'abonner, au siège des Amis de Droit et Liberté, 43, avenue de Berchem Saint· Agathe, Bruxelles 8 - Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'Hôteldes · Monnaies, Bruxelles 6. Versements au C.C.P. 723895 de Léon GRINER, 9, Square Robertpequeur, Bruxelles·7. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 PB. Abonnement de soutien : 150 PB. ~ Journal compost§ et Im~ ~ par des ouvriers syndiQUé5 S.P.E.C. - ChAtea.urom:: <1éraDt. : B. BUNCBL qUE SE PASSE-T-IL ? Coups de fusil vengeurs sur des enfants gitans (Suite de 10 page 2) gnait récemment que « les intérêts américains en pays arab.es sont supériel{rS à ceux investis en Israël. » (<< Révolution Africaine », 1.1 juin 1964.) La création en Palestine - souhaitée par l'O.N.U. en 1947 - d'un Etat binational judéo-arabe ne s'étant pas effectuée

Israël étant devenu un fait historique
il est évident que toute tentative

de modifier les frontières et la configuration nationale dans cette région (comme partout ailleurs dans le monde), entraînerait la guerre. Ne serait-il pas plus logique et conforme à l'esprit de notre temps de s'orienter vers une solution politique des problèmes très réeis qui se posent : réfugiés arabes, eaux du Jourdain, condition des Arabes en Israël, etc .... ? Si tel n'est pas aujourd'hui le désir des gouvernements intéressés, ou s'ils n'en ont pas les moyens, notre sympathie va à tous les hommes, s"ans distinction, qui s'efforcent d'agir dans le sens de la paix. On regrettera, à ce sujet, que le Mouvement de la paix d'Israël n'ait pas été invité à la conférence qui réunissait en juillet dernier, à Alger les mouvements de la paix de tous les pays du bassin méditerranéen, pour discuter de la dé.nucléarisation de la Méditerranée. L'appel final cie cette conférence, préconise pourtant « l'action commune de tOliS les peuples méditerranéens contre le danger atomiqloe et pour la vie », et souligne, à juste titre, que « la dénucléarisation n'est pas l'affaire d'un seul gouvernement ou d'un seul peltple. elle est celle de tous les peuPles, de l'humanité ,entière ». Dans une telle lutte, aucun effort, aucune bonne volonté ne saurait être ignorée. D'autant plus que seule la paix peut permettre de dépasser les multiples contradictions qui déchirent le MoyenOrient, tout en satisfaisant la dignité et les aspi ration de tous les peuples. ANTILLES: • Un paradoxe A la suite des incidents qui ont eu lieu à Fort·de-France, en ju,in 1963, MM. Tîmothée, directeur du journal « Justice » et Armand Nico· las. secrétaire général du Parti Communiste Martlniquais, étaiept poursui'vis par le tribunal de Fort-de-France sous l'inculpation de « publication de faus· ses nouvelles de nature à troubler l'ordre public », et d' « excitation à la haine contre une partie de la population », aux termes du « décret·loi Marchan· deau », qui punit la diffamation et l'i'njure racistes. MM. Timothée et Armand Nicolas ont été condamnés respectivement à cinq mille et six mille francs d'amende. On s'en souvient, la presse s'en étant emparée, les événements qui ont motivé cette lourde condamnation avaient pris à l'origine, une forme apparemment anodine. De jeunes métropoli~ tains du lycée Schoelcher, à Fort·deFrance, avaient lancé la mode de cer· tains tricots tout en prétendant en inter· dire le port aux élèves martiniquais. Des groupes de Métropolitains atta· quèrent et molestèrent ceux des Marti· niquais qui arboraient ces tricots, déclenchant des heurts regrettables qui, dans le climat régnant là-bas, se transformèrent rapidement en violences. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, les seuls à être poursuivis furent de jeunes Martiniquais - dont plusieurs c'est tJÛJJu!, , EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameublement et les grands Magasins. ont été frappés de peines de prison ferme - ainsi que M. Timothée, di-rec· teur du journal « Justice », où, à deux reprises, cette situation avait été dénoncée, et M. Armand Nicolas - le Parti Communiste Martiniquais ayant diffusé un tract dans le même esprit. Le décret-loi Marchandeau, qui a servi à c'ondamner ces deux derniers, est le seul texte de la législation fran· çaise qui puisse être utilisé pour frap· per les racistes. C'est une dérision que ce texte (que l'on refuse si souvent d'appliquer, dans des cas flagrants d'injures ou de diffamations racistes ou antisémites), soit invoqué aujourd'hui contre des personnes qui en ont précisément demandé l'application. M. Louis PEYSSARD, inspecteur général de la Santé Publique et de la. Population, président du Comité National d'Information et d'Action sociales pour les « gens du voyage» et les personnes d·on· gine nomade (C.N.LN.>, a bien voulu écrire pour « Droit et Li'berté » cet article sur les incidents qui se sont produits en juillet à Saint· Laurent-du·Var. Nous l'en remercions très vivement. Dans un communiqué, le M.R.A.P. souhaitait « que, dans le cadre de la loi, les véritables responsables des inci· dents de juin 1963 soient amenés à répondre de leurs actes » et soulignait « l'impérieuse nécessité de mesures susceptibles de mettre fin à toutes les menées qui peuvent encourager le racisme aux Antilles. » AFRIOUE DU SUD • Pas de racisme aux J. o. MIS en demeure par le Comité Olympique International (C.LO.), de déclarer officieUement que. « l'apar. theid était inapplicable dans le domaine des sports ", la Commission Olympique Sud-Africaine a fait parvenir au chancelier du C.I.O., M. Otto Mayer, une fin de non-recevoir. IL n'est pas rare que nous ayons à réa· gir contre des brimades subies par des Gitans, inconsidérément accusés, quand cela n'est pas phYSiquement atta· qués. En cette mi-juillet, nous avons appris avec stupeur que les agissements de Gi· tans : maraude de que lques fruits par des enfants affamés, ont « fait parler la pou· dre " à Saint-Laurent-du·Var, dans le dé· partement des Alpes Maritimes. Cette aberrante sanction est l'aboutisse· ment de toute une histoire, toujours un peu la même il est vrai : des Gitans, à qui le nécessaire vital n'est pas accessi· par louis PEYSSARD ble, sont obligés d'y pourvoir par des moyens de fortune. Ils devaient, dans ce cas, traverser des propriétés cultivées pour se procurer l'eau qu'ils n'ont pas au camp. Les blessures d'une victime de 11 ans que 1'6n transporte à l'hôpital déclenchent les ptotestations du groupe ethnique ac· culé à une vie de parias et, violence pour violence, les Gitans attaquent les cultiva· teurs barricadés chez eux, les cultivateurs organisent des barrages de routes... Le cycie infernal des réactions antiraciales s'inscrit·iI chez il0US sous le nom GI· TANS? Ceux qui subissaient en silence lèvent la tête. Il est grand temps, il est encore temps d'oeuvrer pour la justice ! Un climat d'apaisement s'est instauré au lieu de cet incident. Le coupable a été légalement jugé et condamné. Mais il est dommage, ainsi que l'a fait justement remarquer la presse locale, que des actes de violence de part et d'autre en aient été le prix. Le Paradis de 1938 n'avait pas fait leur coin de sérénité aux nomades, et c'eût été possible, alors : le problème n'était pas posé. Les incendies nationalistes qui s'allument partout dans le monde, et dont la France ressent cruellement les effets donnent une autre dimension aux rapports ethniques. et, pour nous, aux problèmes gitans. Que les justes causes soient pressenties et défendues avec justice. et vite! L'Afrique du Sud, qui avait difficile· ment accepté d'introduire des noirs dans la composition de son équipe olympique (7 noirs pour 77 blancs !) ne sera donc pas représentée aux jeux de la XVIII' Olympiade à Tokyo . DIMANCHE SOIR 22 NOVEMBRE Une école ' en feu GRAND GALA ANTIRACISTE , a Dublin SALLE PLEYEL Location au M.R.A.P. 30, rue des J eûneurs Pa r is-2' . GUT 09.57 « Justice pour les nomades » RECEMMENT, la municipalité de Dublin décidait d'expulser, sous prétexte de « sauvegarder l'ordre publie », plusieurs milliers de Gitans sta· tionnés dans un quartier périphérique de cette ville (Ballyfermot). la manifestation de Dublin Un triste anniversaire pour le peuple tsigane (7 L y a vingt ans, dans la tluit dit 31 ju-illet an l ,er août 1944 étaient massacrés les J", .)0.000 déportés tsiganes du camp d'Auschwit::. Déjà, en 1941 et 1942, les tsi.qanes d'U.R.S.S. et de P%glle oCC1lpées, ainsi que ceux de Yougoslavie, avaient été exterminés eu /liasse, en-même ' temps q/~e les Jlüfs, soit en rase campagne par les S.S. des unités spécial,es « Eisatzgruppen », soit dans les camps de concentration de Chelmno, près de Lod::: (ia'llvier 1942), Treblinka près de Varsovie, Belzet:: et aulr,es. En janvier 1943, Himmler signe l'ordre du génocide des tsiganes habitant l'Allemagne et l'Altt·riche. Et à partir de mars 194.,. c'est par trains .entiers ql/'on amène des milliers de tsiganes à Auschwi/:: où l'on c'réé mt camp spéciaL à leur intention. Les conditions d'hygiène épouvatltables et la famine font des .ravages parmi les déportés. frappant surtout les enfants. Un certain nombre de tsiganesiellnes et encore forts, fU11el1t envoyés d'Allschwit:: dans les l/sines allemandes. 111 ais dans la nuit dl~ 3 l juillet, sous la direction dIt sinistre Dr !v! engele, tous les déportés tsiganes étaient chassés de leurs baraqlteS, entassés dans des camions, et condlûts cl la mort par le gaz, dans l'enc.einte des crématoires d'Auschwitz. Deux des accusés dit procès de Francfort, Boger et Kaduk participèrent direc/ e'l1lents à cette action. Boger, de sa propre main, tua les qwelques lIlalheureu.t: enfa/ lts qui cherchaient à éviter la mort en se cachant. 31 juillet J944, 3I juillet 1964, un t,.iste anniversaire pour le pe1lple tsigane. Les Gitans refusèrent de partir. Une partie d'entre eux cependant ne résistèrent pas à la pression de la police qui avait employé la force, incendiant une école construite sur l'initiative de l'écrivain irlandais Lynda Doyle par des pro· fesseurs et des étudiants de Dublin pour éduquer les enfants gitans auxquels l'ac· cès des écoles primaires est souvent refusé. Les Gitans qui avaient cédé furent obligés de s'installer en dehors de la ville, loin de tout point d'eau. En collaboration avec la Communauté Mondiale Gitane, « l'Itinerant Action Internationai » alerta l'opinion publique, exigeant que les Gitans ne soient plus l'objet de telles brimades. Seule réponse du gcuvernement irlandais

l'arrestation de M. Grattan Puxon,

président de cette organisation, qui fut relâché deux jours. plus tard. Des meetings et marches de protesta· tion contre cette arrestation arbitraire avaient eu lieu à Belfast, ainsi qu'à Ottawa et à Londres avec la participation du député britannique Norman Dodds qui, depuis des années, lutte en faveur de l'amélioration du sort des Gitans en Grande·Bretagne, et celle de M. Martin Ennal, secrétaire général du « National Council for Civil Liberties ». Sur le plan international, une pétition a été lancée demandant aux autorités ir· landaises d'abandonner leur plan d'ex· pulsion totale des Gitans du camp actuel. Le M.R.A.P. en signant cette pétition. a tenu à manifester sa solidarité aux Gitans d'I rlande qui luttent pour de meil· leures conditions de vie. M. Grattan Puxon, président de l' « Iti· nerant Action International », a adressé au M.R.A.P. une lettre de remerciements, où il écrit notamment : « Il est certain que l'action rapide de nos amis ' à l'étranger a emp~ché que la Municipalité de Dublin ne procède à une autre expulsion. « Quiconque a vécu dans des condi .. tions « civilisées », dans une maison avec eau et électricité, ne peut qu'~tre étonné de la satisfaction exprimée par les familles de 'Ballyfermot. Elles considèrent presque comme wn luxe le fait de pouvoir rester au même endroit, dans un champ boueux, sans eau, ni installations sani· taires. « Nous espérons pouvoir nous maintenir sur ce terrain durant l'hiver, car une expulsion e<ntraînerait des protestations internationales contre le gouver· nement. Maintenant, nous demandons qu'on ·nous redonne l'eau, coupée sur l'ordre des autorités. »

4 Hitler lui offrait des fleurs ... Pas de vacances pour les « défenseurs de la race blanche » SON FILM « Les Dieux du Stade)} passera-t-il à la télévision franc,a ise ? LES Jeux Olympiques étant à l'ordre du jour, un film, " Les Dieux du Stade ", est an noncé à la télévision pour les dimanche 27 septembre et 4 octobre. On est en droit de s'étonner de ce choix lorsqu'on sait que ce film, tourné dans le cadre des Jeux Olympiques de 1936 à Berlin, par la collaboratrice familière d'Hitler, Leni Riefensthal, dressait un tableau des valeurs chères aux nazis : culte de la force, exaltation de la " race aryenne ", sur un fond de croix gammées et de défilés au pas de l'oie. • Leni Riefensthal, c'est cette dame qui, dès 1933, rallia les services de Propagande du Dr Goebbels et produisit, à l'occassion du Congrès du National-Socialisme, à Nuremberg, un film intitulé" Le triomphe de la Volonté ", ou la vie saine et joyeuse des SS. Alors qu'en 1964, l'Afrique du Sud vient d'être officiellement exclue des Olympiades de Tokyo, parce qu'elle refuse de dénoncer l'apartheid dans le sport, et d'intégrer des Noirs dans son équipe, il est plutôt mal venu de rappeler les Jeux Olympiques de 1936, illustrés par la colère, la furie d'Hitler lorsqu'il apprit que c'était un noir, le grand coureur américain Jess Owens qui ava it remporté la médaille d'or. Il est d'usage que le chef du pays invitant serre la main au vainqueur. Inutile de préciser qu'Hitler ne se conforma pas à cette habitude" décadente ". IL n'y a pas si longtemps, je pensais que les thèses racistes avaient fait leur temps. On trouvait par-ci par-là dans la grande presse des relents de racisme an ti-algérien ou anti-noir, mais c'était un racisme camouflé, presque honteux. Me VOiCI, en periode de vacances où le fanatisme pourrait se mettre en sommeil, en présence' d'une importante série de documents. N ivarol, .·1spec ts de la France Chariz'a ri ,. E urope-rl ctioll, et davantage encorc Europe-Réelle dont les buts mêmes s 'étalent en gros titres : « D éfense de la No ce » .... » L es htifs et 1/ous! » ... Autant dc publications' où bien souvent la niai serie le di spute à de dangereuses excitations à la haine. Ailleurs encore, dans Carrefour, dans L'Aurore le raci sme figure, mais plus subtilel{lent. Les penseurs sont restés les mêmes. Europ,e-Néelle consacre un grand article à Gobineau. « P01U' lui, ni le lien 1/i le climat, IIi les institu.tions, ni le.; cr0'J'a1lces n' ollt une actio1l efficace sur le desfl1l des hO/l1mes. Cn facteur Imiquc cOllduit l'évolutioll hn11laine. C'est I.e cOllflit des races ef leur mélaNge. » Afflrmatlon plutôt ahurissante pour quiconque observe les hommes. Lisons pl\ls avant. La ni ce blanche. et parmi elle la famille aryenne. sont nobles par excellence .. L'arianisme !'erait la spécialité du phIlosophe H.S. Chamberlain (lui condamne tout mélange de sangs dif iérents, pl'ône la sélection raciale et recommande cie ne laisser survivre que les meilleurs. Aspects de la Frallce s'extasie clevant la largeur de vues d'Edouard Drumont de mauvaise mémoire au temps de l'ai~ fall'e Dreyfus, qui parmi les juifs « distwglle des nomades, 1t11 civilisé issu d'ulle famille longtemps fixée alt Portu. fIai. » Drumont appl iquait le slogan antisémite s"il en fut : chacun son juif. HITLER, CE GRAND HOMME ... Par quoi s'imposent ces blancs ? Riva~ l'ol nous répond : « La. grandeur de la l'ace blanche a été sa combativité. son bellicisme. li ne faut pas lltUer poltr la sup pression de l'arme a.tomique mais c011struire des abris et des lIsin~s S01f.terrain es. » Dc lù il penser qu'Hitler. défenseur des blancs cont rc lcs nègres ct les juifs. avait raison, il n'y a qu'un pas. EllropeRéelle considère que ce n'est pas lui mai~' les juifs. tenants par tous le~ moyel~s de la puissance financière. qui ont declenché la guerre. Dans un article glorieux sur Doenitz. Rivarol cite ces paroles de l'amiral : « Hitler hait 1!n homme d'une qrandl' il1telliqence et d'nUi? qral1de autorité ... li apparut comme 1tH sauveur aux yeux de la plupart des Alll'Illallds. » P.tiR Nicole de BOISANGER-DUTREIL Française, dc Léo Hamon, nOlllmé l11el11 .. bre du Conscil Economique, du ministre Jean de Broglie. DES EPOUVANTAILS Et les Algériens ? Le 14 jui llet dernier. on ne pouvait, aux dires de Rivarol, sc promener il Saint-Germain-des-Prés infesté par « la pè.qre algérienne et africaille ». Cet été, impossible de fréquen. ter le piscines pari siennes où les enfants étaient guettés par «111/ ramassis d'al/orlllaux. de sadiques et d'invertis qéllérelfselllellt cxpédiés par Bell Bella ». Les nageurs ont dù surmonter leur terreur puisque les piscines g-rouillaient de monde. Ces Algériens travaillent souvent en France. Ils formeraient, si l'on en croit E'lfrope-A cfion, « la nouvelle armée ÙIdustrieUe de réserve » qui, non seuleseraient à croire qu'il y ait en Amérique plus de blancs que de noir ~·. LA LIBERTE... D'OPPRIMER C'est aux Etats-Unis préci sément que s'opère dans la presse raciste la métamorphose du prétendu arriéré en criminel organisé. Organisé contre quoi? Contre la sé grégatio~, pas possible ~ Dans L 'Aurore, Jules Romains (complai samment cité par Aspects de b Fra Il CI') nous en [ait un tableau idyllique. A propos des transports publics, il dit que « les 1/oirs montaient sa1ls 11/anv aise Imlll cur aPParenle dalls la portion de véhicule qlli leur était allouée, .. En revanche ils savaient fort bien rappeler à l'ordl'e un blanc qui avait cru pouvoir occnper une place chez les coloured pecpie » . On comprend les noirs. Qui ;t partagé le véhicule en deux? Par ailleurs ceux qui gagnent bien leur vie ont de jolies demeures et mangent dans de bons restaurants. Oui, mais où? A Harlem. Carrefour suggère que le racisme est une « sorte d'instinct de conservati01/ familial » qu'on ne peut violenter. Les mesures de déségrégation feraient fi des libertés des Etats et des collectivités locales, et le peuple américain aurait le sens de ses libertés. Desquelles? Des libertés blanches? Et si l'Amérique est vraiment libre. comment s'expliquent les révoltes de Chicago, d'Harlenl. de Dans une lettre au Directeur général de l'O.R.T.F., le M.R.A.P., exprimant l'émotion des antiracistes, demande que les services de programmation de la Télévision expurgent leurs émissions de ce film qui constitue une injure à l'idéal de la Résistance et une atteinte à l'honneur des sportifs. Passons en revue les cibles de nos feuilles racistes. Sauf dans EuropcRéelle. les juifs sont - relativement -éparg- nés. . On mentionne comme une tare les origines juives d'Eugène Web/ er. auteur d'un livre hostile à l'Action Le dernier mot de la supériorité blanche ... (selo Il « Rivarol » ) Ce n'est pourtant pas le Mississipi qui coule près de Notre-Dame, .. L E « Paris Londres », ce café près de la gare du Nord, où l'on refusait, nagUère encore, de servir les gens de couleur, n'est malheureusement pas le seul à Paris. On nous signale que d'autres établlssements pratiquent la même discrimination. Et ce café sis rue du PetitPont, non loin de Notre-Dame, semble être un spécialiste en la matière, comme en témOigne le récit suivant. Il y a quelque temps, un étudiant martiniquais s'asseoit à la terrasse de ce café et commande un « express » : « Il n'yen a pas », répond le garçon, qui s'en va. Un quart d'heure après, le Martiniquais n'est toujours pas servi, tandis que ses voisins, blancs bien sûr, commandent du café à volonté. Entre temps, un de ses amis, un économiste noir américain, le rejoint et à son tour demande du café. Même réponse : « Il n'yen a pas ». Excédé, l'étudiant martiniquais va trouver le barman, qui avoue avec embarras qu'il ne peut les servir : « Je ne sers pas les étrangers, sinon je me fais eng .. .ler ». L'étudiant martiniquais, cet « étran, ger », originaire d'un département français, avisant un agent de police, lui demande de venir constater les fàits. Refus du représentant de l'ordre. L'étudiant se rend alors au commissa, riat, où il est accueilli, plutôt fraîchement

« C'est une affaire commerciale,

lui explique-t-on, qui ne relève aucunement du commiSSariat ». Cet établissement qui « sélectionne » aussi soigneusement sa clientèle ne nous est pas inconnu. Déjà, un arti-ste antillais, M. Math Semba, y avait essuyé le même refus. Et plus récemment, trois Malgaches étaient victimes des mêmes· procédés. Comme ils protestaient : « On vous avait pris pour des Algériens )', leur fut,il répondu avec candeur. Des sanctions sévères s'imposent contre ces établissements qui exercent impunément en France, ce que l'opinion publique condamne aux ,Etats-Uni·s. Dimanche 22 novembre, salle Pleyel GRAND GALA ANTIRACISTE Retenez votre soirée ment va réduire au chômage les ouvriers français, mais encore les appelle à faire la queue derrière elle au_< bureaux d'embauche. Je croyais pourtant qu'on a besoin de main-d'oeuvre en France. Enfin , Charivari fait endosser à Ben Belh la responsabilité des morts' nombreuses d'automobilistes en France. L'arget:t qu'on lui envoie devrait Hre conS'acré à réparer les routes. Et voi là un alibi pour les chauffards et les ivrognes qui méprisent le code de la route. Pour nos racistes, juifs et Algériell3 sont de véritables épouvantails, les uns abattant sur la France leurs mains crochues, les autres voleu rs. assassins, érotomanes. Dans le dossier noir. le plus épais en volume et en inepties, on trouve une contradiction bien étrange. Les noirs v 5'ont tout à la fois représentés comme des enfants naïfs et incapables, et des révoltés fanatiques et dangereux, obéis, sant à des idées criminelles, mais cohérentes. Parlant de la conférence de l'Unité Africaine qu'il baptise « grand palabre », Rivarol nous décrit une sorte de fête costumée où, un faux amiral suisse côtoie « Ut! macaque qui paraît avoir été costumé ,en général pour une parade foraine ». On laisse entendre que rien Il'est sorti de ce bal puéril, sauf - et cela compte pour des antiracistes - une condamnation des méthodes colonisatrices portugaises en Angola et au Mozambique, pays où les noirs, si l'on veut en croire l'auteur de l'article, se consacreraient uniquement au cannibalisme. Aspects de la France raille les 20t1 - lou qui , à un match de rugby gagné contre les Springs, « se contorsionnaient dalls UII déchaînement de primates, ivres de foie à l'idée que les Afrikanders racisles avaient été battus par Français décolonisateurs. » Ces « primates» avaient des notions politiques et sans doute d'assez mauvais souvenirs des maîtres blancs. Dans Aspects de la France égaIement, Xavier Vallat appelle cc bande de pays nouveau-nés» les Etats' africains représentés à l'O.N.U. Enfin. aux EtatsUnis, 6 % de noirs - ce n'est pas une forte proportion ~tatistique - se refu~ Little Rock, d'Oxford, cie Rochester, etc ... Rivarol lcs dépeint à sa manière. On n'y trouve que violences noires. Les morts sont noirs, pourtant. Partout des titres explosi [s : la violence est pou" clem~in ; un bain de S'ang. De sang blanc, bien entendu. A coups cie récits terrifiants, on crée dans la conscience et dans l'inconscient cie l'homme blanc une image du noir qui l'amènera au moindre incident à presser sur la g-âchette. Ce fut le cas à Harlem lorsqu'un jeune noir de quinze ans, James PO\.veÜ, fut tué par la police après « provocation )} - Carrefour dixit - d'un autre noir qui avait été injurié par une concierge blanche. Significative aussi, l'attitude de Rivarol devant le refus d'admettre, malgré la loi, le noir James Meredith il l'université blanche d'Oxford. Nouveau tableau idyllique de la ville au temps de la ségrégation quand noirs et blancs vivaient en paix. Et Rivarol reprend à son compte la phrase du gouverneur rebelle de l'Etat du Mississipi : « Il n'v pas de cas dans l'histoire où la race blanche ait sltrvécn à l'intégration raciale. » Ainsi, affublées des termes n01tvean ou néo comme ces vieilles femmes faussement rajeunies par un plâtras de maqui llage, des doctrines dont on rirait parfois si elles ne causaient tant de morts continuent d'être prônées. Un ami me disait : « A quoi bon attaquer de, .iournaux que personne ne lit ? Personne! Rivarol a plus de ,so.ooo lecteurs: AsPects de la France environ 24.000. Cela compte. EuroPe-Réelle, ouvertement raciste, n'en a guère. Mais dans quelle'i mains risque-t-il de tomber ? Une certaine jeunesse qui n'a pas encore été formée à l'antiracisme pourrait se laisser abuser par un jargon péremptoi,'e, l'appel au chauvinisme. la quasi divinisation de la race blanche, les ,'êves délirants d'empires et de conquêtes. Dénoncer les méfaits de la presse raciste, réclamer la supDl'ession d'excitations à la g'uerre. à la division. aux persécutions, c'est notre mission éducatrice. LYOn • • Les piscines restent " -;- ouvertes a Charlestous •• <P molgré les compognes de hoine A la fin du mois de juillet, les abords de deux piscines lyonnaises (l'une était nou· veHement inaugurée) étaient inondés de tracts injurieux, véritables appels à la haine raciale, visant bien entendu les Algériens. Ce n'est qu'un des multiples aspects de la campagne raciste qui, orchestrée par une certaine presse, ne cesse de se développer aux travers des sévices, des exactions, des brimades. Cette campagne avait atteint son point culminant lorsqu'à Saint-Claude, dans le Jura, un règlement avait été édicté qui limitait l'entrée de la piscine de cette ville, aux Algériens porteurs d'un « certificat de bonne santé ll. Le M.R.A.P., comme de nombreuses organisations, s'était aussitôt élevé contre cette mesure discriminatoire. CeHe-ci fut Une déclaration du Dr Wertheimer Le Docte'ur Pierre Wertheimer, de la Faculté de Médecine de Lyon, à qui nous avions demandé son avis sur les discriminations pratiquées à Saint-Claude, nous IL fait parvenir la déclaration que voici : « Le simple bon sens enseigne Qu'une surveillance médicale des piscines, si elle prétendait être valable, exigerait la pratique systématique, sur tous les baigneurs, de prélèvements bucaux-pharyngés, oculaires, uréthraux et vaginaux, seul moyen d'assurer une prophylaxie efficace aux affections dont les piscines sont à juste titre tenues pour responsables. « Il ne me semble pas que ces raisons médicales puissent fournir une justification aux mesures vexatoires et intolérables prises par la Municipalité de SaintClaude.

.

sur la gravité de ces provocations, lui demandant « de prendre toutes mesures utiles pour y mettre fin ll, et ajoutant qu'il était inadmissible « que des individus puissent impunément semer la haine raciale par la diffusion de tracts de nature à troubler gravement la tranquillité ·sociale )1. La réponse officielle fut donnée à une délégation de onze jeunes travailleurs par un adjoint du maire de Lyon, qui leur a assuré qu'aucune discrimination ne serait pratiquée dans les piscines lyonnaises. Il faut déplorer l'ar restation de cinq jeunes antiracistes qui avaient distribué des tracts dénonçant toute mesure discriminatoire qui serait prise à l'encontre des Algériens. Pourquoi n'ont-ils pas bénéficié de la même indulgence que les racistes lyonnais? 5 ROUBAIX •• La lolier aciste ùéch~Inéc." P« AtRirC lEes qAul'iql énriee npso unv,a iat inpsais qsuen'il l'a déclaré après son arrestation, Aristide Dujardin, père de sept enfant;,-, manoeuvre employé aux Etablissements Bossu-Cuvelier, rue de Cohem, à Roubaix, abat à coups de carabine, deux de ses compagnons de travail, Belkacemi Saïd, 40 ans et Lyamini Ben Lameri , 24 ans. Personne ne s'opposant à sa fuite, Dujardin part en voiture. Parvenu devant un café, il s'arrête et demande "une femme : « C'est bien 1tn café nordafricain qui est en face r » Sur une réponse affirmative, le forcené ressort SDn arme et se met à mit railler la façade et les fenêtres de l'établissement. Dujardin remet sa voiture en route en criant aux témoins : « Ce n'est rien, après tout ce ne sont Qne des bOllqnoztls ! » Arrêté, le meurtrier ne manifesta aucun remords : « J'ai voulu venger le bri.qadier Descamps. Je le connaissais bien ». (II s'agit d'un brigadier de police tué par des Algériens en septembre 19S9). Dujardin, ancien d'Indochine, a combattu aussi en Algérie où, affirme-t-il, il a été blessé dans le dos. " Ivre », « fou », « en pleine crise de paludisme », les journaux se perdent en hvpothèses. Fou, Dujardin l'est à coup sùr, mais c'est un fou raciste. Car, tirer des hommes comme des lapins, justifier ensuite son acte en lançant à la cantonade : « Après tout ce He sont ~. ~ que des Bougllouls n, cc qui les prive à ses yeux de toute humanité et les ravale au rang d'objets nuisibles, n'est-ce pas là l'argument de défense d'un raciste ? Dujardin, poussé par une généralisation absurde, n'a pas su résister à sa haine envers les Algériens qu'il rend tous coupables sans distinction de la mort de son ami et cie sa propre blessure. Son désir. de vengeance s'est reporté sans discernement aucun sur les plus proches cie ces Algériens qu'il a appns à détester et à tuer. Cette démarche, si elle n'aboutit pas toujours au meutre, est celle-là même du racisme. Le comité du M.R.A.P. du Nord a immédiatement exprimé sa solidarité aux familles des victimes et à l'Amicale des Algériens en France. Dans un communiqué, il a demandé à la presse et aux autorités civiles et religieuses, qu'elles participent activement à la lutte contre les préjugés raciaux et les haines, séquelles cie la guerre d'Algérie. CANNES, BOBIGNY : «Justice» expéditive Le 1" septembre, sur les Allées, à Cannes, Martial Poët, dont la femme tient un kiosque à glaces, interpelle un Algérien, Mohamed Larmouche, 24 ans, qui aurait inSulté· et gi·flée Mme Poët. Larmouche s'éloigne, refusant la discussion. Martial Poët sort alors un pistolet 22 long rifle et fait feu sur M. Larmouche qui s'écroule mortellement blessé. « C'était pour lui faire peur, je n'ai pas visé, n dit Poët, qui, présenté au parquet de Grasse, sera inculpé d·ho-· micide volontaire. Le 6 septembre, Mme Courtois, qui se promenait avec son mari sur les berges du canal de l'Ourcq à Bobigny, lui désigne un homme qui l'avait, diteHe, insultée. Emile Courtois, 43 ans, ferrailleur, rentre alors chez lui, prend son fusil de chasse, rejoint l'homme et tire deux fois. Atteint au ventre, Hocine Slimani. 29 ans, s'écroule ; il est hospitaliSé, tandis qu'Emile Courtois se livre à la police. Le racisme a-t-il JOUé dans ces deux attentats ? C'est fort probable. Il suffit de se souvenir d'Emmett Till, ce jeune noir lynché à mort parce qu'il avait « sifflé 1) sur le passage d'une femme blanche. rapportée, sinon officieHement, du moins d&Di; les faits, puisque le règlement incriminé a été enlevé du panneau d'affichage de l'Hôtel de Ville et de la piscine, juste avant le meeting organisé par notre Mouvement à Saint-Claude. Tous coupables parce qu'Algériens ? (Photo Elie Kagan) On peut supposer que si Larmouche et Slimani n'avaient pas été algériens, leurs agresseurs respectifs auraient su mieux mesurer leurs réactions. Si ce premier résultat, positif grâce à l'union de tous les antiracistes, a été acquii;, il n'en demeure pas moins que le règlement limitatif de Saint-Claude a créé un précédent dont malheureusement se réclament les racistes_ Ainsi les tracts qu'ils ont distribué à Lyon en toute impunité reprenaient d'une part tous les arguments de « Minute II (<< l'invasion algérienne H ••• cc la gangrène algérienne : comment ils envahissent 110S hôpitaux, dévalisent la Sécurité Sociale ... le, maladies qu'ils répandent (lèpre, trachome, tuberculose, teigne, etc ... ) )J. Et, d'autre part, ils se reféraient au maire de Saint-Claude pour exiger de M. Pradel, maire de Lyon, « que les Algériens soient vaccinés pour qu'ils aient accès à la piscine municipale ll. « C'est un problème de Un témoignage A la suite des campagnes calomnieuses visant à écarter les Algériens des piscines parisiennes, un étudiant, ami du M.R.A.P., Thomas Marc, a fait une enquête personnelle et est resté tout un samedi aprèsmidi à la piscine Edouard-Pailleron. Il a pu voir divers incidents, mais aucun Algérien n'y était impliqué. Son témoignage a été diffusé sous forme de tract. salubrité publique ll, ajoutait le tract, en vue d'effrayer la population lyonnaise, confondant à dessein le racisme le plus pur et une mesure valable si elle était aIr pliquée à tous. Le tract, signé « Les Nationalistes ll, appelait à lire et à diffuser « Europe Action Il et « Minute ll. Cela se passe de commentaires. Le Comité de Lyon du. M.R.A.P., aussitôt alerté, s'est adressé à M. Pradel, maire de cette ville, pour attirer son attention • • • • • • « Ils sonl tous comme c-a ... » LE meeting de ~ai n t-Cla u de, auquel Albert Lévy et moi avons apporté notre contribu tion, a coïncidé à 41! heures près avec l'arrestation de « l'Etrangleur. n Ur, au moment du débat, un assistant nous a demandé si nous ne craignions pas que notre antiracisme développe_ .. le racisme. C'est une rengaine usée. Mais qui donne l'occasion de se poser la question : voulez-vous imaginer, la PAR Roger MARIA société qui est la nôtre étant ce qu'elle est, ce qui se serait passé si, au lieu de s'appe;ler Lucien Léger - « comme vous et moi n - l'assassin du pctit Luc Taron s'était appelé Ibra.him ben Saddok ou Isaac Klopfenstein. Et le plus grave, ce n'est pas qu'il se serait trouvé toute une presse pour alimenter les plus basses des campagnes racistes, c'est qu'elles auraient trouvé des échos, il faut bien le reconnaître, dans une fraction importante de l'opinion publique. Je ne sais pas si ce Lucien Léger est Breton, Franc-Comtois ou Limousin, mais on peut constater que nul ne songe à faire rejaillir sur toute une province le sang qu'il a versé. Alors, pourquoi, lorsqu'il s'agit de juifs qui se conduisent mal, mettre en cause l'ensemble des juifs ? Pourquoi cette même extension abusive dans le cas des travailleurs algériens en France? Le racisme réside essentiellement dans cette attitudc absurde et finalement criminelle. Elle a, entre au tr-es résultats, celui d'obliger les antiracistes que nous sommes à mettre en lumière son contraire, par exemple les nombreux cas où l'on voit des travailleurs algériens se conduire bien . Remarquez qu'il n'y a pas plus de conclusions à en tirer que dans les cas opposés, mais il est impossible de faire autr-ement si l'on veut faire ressortir l'inconséquence des racistes. .car on est en droit de le leur demander : pourquoi, dans le comportem~ nt d'.un ou plusieurs individus d'une couleur de peau donnée ou d'une certaine nationalité, choisissez-vous, pour les étendre à l'ensemble, les traits négatifs plutôt que les positifs ? Vous vous rappelez cette histoire de deux pêcheurs à la ligne, sur les bords de la Marne, fin juin dernier, qui ont laissé se noyer sans intervenir, un garçon de quinze ans. Ils ont été quand même arrêtés et inculpés de non-assistance à personne en danger. Peu importe leur nom et leur origine : il est probable qu'ils sont « bien de chez nous n_ Pourtant il n'y a pas de généralisation « nationale n à en tirer, et nul n'y songe. Pourquoi, en revanche, sommes-nous Obligés de souligner que les deux travailleurs qui, au même moment, dans la région lyonnaise, ont permis de faire arrêter Un individu qui tentait d'abuser d'une jeune fille de quinze ans, étaient Algériens ? Et même de relever que l'agresseur portait le nom tout ce qu' il y a de plus français de Cathelin ? ~inon parce qu'une intense campagne de presse - nous pensons surtout à « Minute » - jette la peur et la haine à tous les vents parce que de ft ..... '_$". Rn • jeunes Algériens, dans telle ou telle piscine, ont pu « draguer n des filles d'une façon grossièrement insistante, en profitant de la promiscuité bien connue de ce genre d'endroits pour aventurer leurs mains ici ou là sans le consentement des intéressées. C'est probablement vrai et il n'est nul besoin de faire une enquête pour s'en assurer _ Mais est-ce une exclusivité « arabe n ? Et est-ce une raison pour soupçonner et humilier tous les Algé. riens ? J'en parlais à un haut fonctionnaire de l'Ambassade d'Algérie à Paris. Il me dit: - Qu'on laisse faire la police des nôtres aux nôtres et on verra que ces comportements indécents auront tôt fait de disparaître. Nous sommes les premiers soucieux que de tels faits ne se produisent pas ; mais que chacun balaye devant sa porte. Enfin, comment veut-on que d'innombrables citoyens ne tirent pas les mêmes conclusions du ra.pprochement de ces deux faits divers récents : pour « avoir exercé des violences dans un poste de police sur dcs Algériens », trois gardiens de la paix ont été condamnés à un mois de prison avec sursis, alors qu'un lycéen de dix-huit ans, pour s'êtr-c servi de ses poings lors du monôme du bac, a écopé, lui, de deux mois de prison avec sursis ? C'est facile d'être raciste : il suffit d'ériger son ignorance et son manque de coeur en règle universelle_ Nous, nous choisissons une voie plus exigeante

d'abord on a du coeur ou on

n'en a pas. Ensuite, il faut armer son coeUl', il faut s'informer exactement. nfléchir, raisonner. Nous sommes là pour ça, et le progrès est certain. Les devoirs d'octobre L ES ... lIc~. le. ,',llaJn de Fr;o""e onl cé~b~ le vinaIle"", 3n""" ....... ..., de la LIberation. Le M.R.A .P. S'C~I ~,sock' de loul<.- ..... f~n"CIJr "', partout oU il le """ ... i,. de ... partICipation ,"cti,c •• l'annh"cnain: d' ..... ktoirc qui évoque pour 1.,. aiois tant de JOur. fra",~. lant d" coml.>aLs, 13nl d'espoit"$_ La fin d'un Ion, <aucl><mar OU ....... 1. onl ~Il ... i'<)ll ceux qui. au tond du Ii"\Ifrl, "roya;,-nt en cUc. C""~ qui IUllè~nl J>OI" la fai,,, <'<:Iore cl q ui, au~ plu. sombres t""' ..... ,. pc!lloaicIl ' <umme cet ,,"urge du Io\MUo de Vu"",.';" : Ne d ,. jamai. : cc pa. ""'" mOn dernier "". Maint"""nt n,ici la ! rande fa mi lle du M.R.A'!' réunie. t..c. ,'a~a',"e5 ... nl lOie •. Pour les pareOl. C<,>mme POUt les "nlants, n"'urumen,,, .. U les de, ... i •• d"octobre. Au "ou ... oc ~cl él~. d ... incendies ont cominut de flamber en <.II\crs points de la lerre . Clwprc. le Cona<>. le Sut).};SI a.;allq"" Les hai""" ra"",le> cl nationales oonl lOuJoun trop ~tootcnlCnt rni:lm pour '1"" par ces di~n connitJ ..... "" Mou'el...,nt ne >c .sente aussi C<)no:cmo!. CrêI! .-oroIre le TQ"-,,,,e el f'O III p<lU:. comment ne d&Ioncc.... iI·'1 p;os aVtt "ijilance les. impérialismes el les ra ... u .. """, qullroublent crUe p,,,~ ? Comme'" ne t" .... ill .. "'it-ll ;, mobiJ;""r partOUt les CQrUC;e"""" pour la ""'lI""iation. oontre la ~Iolence ~ Cumment ne """, .. ,Ierai'·il ,"OiT <k'mililari..,r. """. lrali ..... SOU. do: ""Iides &a",nties. """ fOl'en de ",erre enlrelcnu. pa r des ~u,·ememen'. inhumain. donl cer'ain' "-""FUient de. mercenaires fuel ...... dom d·~u. .- P ierre PARAF "*""",,, ~, \1 . • . "' .. """ l'rol,,,,,,,n, i""lik..,en' d'all"OCl'$ combal •• au me!pris de la 'olont~ de leur< pa.ples ? PenlOns;, C\'S Arri. n'n •. ~ ~, h<"ln.omlCn,. con,inWln' de conl1lliu.., tt ""'rl\,e qui ,'k""'" pour nou. par la LII><!"'tion de " .. S LK loi ,~rtc illl,m'"ionak du """'IC. n~n "" 1'1". ..., cocore el] Lnion .... d.fri""i...,. ... st. .'. "" n:pruba'lOfI m'crnauona'" "" .... lfil pli' • mettre a la ra'",n 1.' tlern'tf> tenant, du .... dsn,.,. s..'8:~. ,,,,no l'I',,,,n frapl'"nt a,« la ITI<;mC r,au" Je. humll'e, "" 1"", P"-'Pre ..,1 en ",ison de la oouk"Ur Je kur I .... 'U, u.n'I"e le' CIII,HlI, Ju dcbul du .k'd" ""tcn.l:licnl pader de' htr<iiquc. Boa, ""ulenant Une Iruerre d~>cs, ln,,, .. ,ml,~ de, cm'alti'ur, bntal\nIQues, IO!"MI,,',I_ acdnmaicrll le, ,0Id~l~ ,ud ... fricain~ de 1914 ro!co" .. ". li.;, a"e la lib<'l'ak An~lel~rr~. nul n'llnqinall Que leu" f,l, ,'1 leu" ",-"t;I,·hl< for""""';cnl I"ul!!me bat-lion d'o" ,000lli.I",nc ~,,,,n,icllcm,,n' rad,le, A ""'-'. do: prtkr, d'clablir tous 10 con'acl, aVtt fr""" ,ud.;lIr ..... i"" ok 1"". montrer Qu'il • ..., son' pa, ..... 1., Au, ,", .. jo·ln". Lo ba'aille dttloraJe ....... la forme 'u"'uhue"..,. 'J)L"t/!Culai"". Qu· ... le • COUlume ok rc,·~ lir. bat <on plein. Id J'cnj"" <k la rom~tition int.!,......, dit<-.;tcn.ent les antif3oCisl", que nou~.sommei 1..: Pn'.id,·n\ Johnson el M. Humphrev <>nt ,.h. t. plu iL~l" l'~pn,,,,~. """ décla"'lion. " .. pin", p.ar 1".,. l'rit d~ J,.p, Kenr""l\, les "'nglanls incident' qui <>nt o!cLo,~ dan, le, E'a" du Sod "t don' de nombn"Ux ",-,Ira 'lui auron, de plu. cn plu; d" ""i"" , ~.'dcr leur pa. I,çrl,e. ",ni 'KlImc'. le rad""" SlXi ... 1 qui ><h',t dans le. Elal, du l'ourd. in'p<>SCnl une ""lil;qu" <!nc'iiquc. On pcu, ~ralnd..., que, lant Que dure la crlrnpo!llll. ." , d(:>r~lc. il faille l5C conlelll~r de parole •. En attendant ccrla,n n,"io""li,,"C noir"" durci' De. pn;mxalcunr 'elll,nt d'cnlrai""r <"rlain. habilanls de Iln,lem dans ~ bag;o • ...,' anti>cmitco. le, juif> """t le. r",,..., des "";"". r ... ·'c, d~ pcr,,,,;oll;on< dan. le pa ..... friores dan, le ~u"'bat de replilc _de l"aM' ... " t. l·'n.dlectuel et au .... bb." 1.<" hrun an""",i.tcs dt> Etals--Uni. ,,,,,U,,, run' ;1 ,'e que ritn "" "en"" le, .... ,.."'r, Et. b~n que I~ M,RA p,.., la_ une rqle de ne pa, s'n.mi",,"" dan. la """Iique .nl<lieu..., <In pcup"". l'c,,,,,,, de la lutte ~,' '<Op .""~ !>'lUr que "(lU n'adjure le .",nd p""ple amerieain Ik ".' ",..,enir de Wa.hinll'<>n, d'Abraham Un.oln. <k frallklt" R"""'.-elt LE I,rcmier. le plu> IIrand d~ noo de"'if> d'oclobre

1I<U'hlle il n,,, <'dU<
3teu~. ..

1-"$ ill.,I,luleur. de !a T ro,,,~,,,c RepubltQue on' fail la France de 191. qui ........ la liI"'rt~ du monde sur ks ri,", dc la Marne '-Ju. in,lilut""r., n<>S profc~""urs. qui ont oi lIén6. reusemenl acco,dé leur contours au M.RAP .. doh'ent u"" roi> cnoo,~ dunne. l'eu'TTlple. s'allac~r ). former 1"" """",11", ~""ra,it>ns dans l'coP'>1 de La r"'lernll~. "'" au,;s onl c'pose le prol>lbne aH'" t"'t' de poln6. 1",1....,. IrUp d'up<'rknc,,- pour '1"" j)' ""'·..,n .... k",· guom""t cn cel an;"' <k ""mm. Faut-il ,ni,Slcr our le Pn'Jullc raci;ol au risque de le créer ch« C<:UK qui J"ijnoren, ? Mai, n·",,'·l1 pa< plu< dangereu~ de le pat-ser """ »le""", alonr qu·il .. le re-nc<>n'..,ront ralaJo. "",ni ,ur leur routc ? D<>i'-<>n. prosctire (cnain e.\Ol,~ mc iX'ne qu'.1 tM le ",tic qUI a perm .. de cac~r 1 ... plu. duuloun"U. problemes ? M.ai, pourq""; se pri,..,r de cct ~I<' ..... nt allraY"nt qu'csi le riIlQl"~"'. pourquoi ne pa, app ..... ndre au.' enfallis QU', faul aimer 5Of\ lOIn' Mi ... aut"", QU" ""n l'ro<;hain. q"'" "e!< d,lfén:""e., qu'" n'y a l" !I. """her ne o.onl que de!< ",-"""" ... mes de la ,""Sie unile I\"mal..., ? "'u,om <le qU<'.liun. qui", po..,nl il la "'Ir"CII~ de. cdu,·a'"",." l!t "cllc de. paTents qui ne doivent pa' "bdl. Quer 8U fover leur haule mission. (;h",.. amI> du M.KA P .. Hlmlll"nçon, awc euu"'le. ~,,-".; cnm"". cc, ~rand. de,";", d'oc'obre 0." m,lIlon< • d'humiliés el d'offensés. attendenl Que ""'-'~ uhl<'nions une bon .... ",-,'e" nos examenS. Pas de prescription SOUVENIRS ET INQUIÉTUDES pour les crI• mes LE """'..,.".,,""', '' &0 ... A ,In·b,,' .P..f.<. 'i'<'n"pt','on '"t . ..<." '" ""p rleo< I6~ ......... ,, ,<u)n6r; poo' 1"'" les ""."" <1< ~ .... l't 1 .. c,i ..... """"'" rh""",n'I •. n, fi< pou,.-ont I~U' dé. 10" I~i,. l'objet ,le """"Ulk'<, <lu mom. p>< 1 .. tr,I"",,,,,x <le la R~ 1>1, ...... <'" Bonn ... l'un·ad""",. Ji .. le ... <I<tnano~ ........ " ..... "q ..... ""'t ,.._ ,~ Il ... mutile ,le .-r!,kl\t'r '" ..... "r.;d'""" ,<Ile _.~ prilOl ... ,~I."-" ... ..... mat;';.. "" ~ .... , _bonal. La loi • Bonn ...... au _. da d"';' ,\oro 1fftM. lb ....... .-Ir ... ,onmtoJ ...... ..,... .... _w.-.. ÛI< ......... .i -"rat .0 . ...., il<e i<.n..t"....- .b.u. -"""• _la.l.U ._.. . _hobon<tto. _" 'uni ~o ... "'" _""'H .... ' 1""""", ln ~. [Ji ..... , """,i, • r .... bre .. ma._ cl>n- ............. "" ~nd Iou' 0.- l'lu,. "'" ft"lh.",. _ <l<IIm, ..... les ~ .u, ..... 1",,1> ,,,,,- PlII._, """ roi .. <i<, COIIli", ... on .. ,1<-0 a_i ....... .-,.,. 1 ..... ,i ... '1 <10, ....... "" I~ .. "~,,le ","h'<'I,q"" <h, • _m ,Ir. <li-pOt, • ""lU ",.",,,i, <'1 .. ,kl.m" Jdc.- .; l'i,Jo·","" ' .... ',,, , ... ,1" <1<po I_",r.< '," ' .".'". " ~1". ",",.I',u. t ,le b ,'<IIl' <'" J_ 1..~,I(Urn<tI, n· .... "", .. n •• <-pIi<,,,,,, D'u"" l'"n. \. ,1"';1 .,,~l>i. n'_ pa, I~ ~ti",ion on ""'l,.,. ~,inundl. cl ùst u,,.. hoi<:lo. ron"M"bI. , l',,"i ... .. Ii,é i ",'1 ,lu ~,ir.c,,,,, D·.,,, .. 1", ,1 fi< ,·OIt" "", <1< ,1 ... , '"1<'11< ..... i. du ,!roi, in' ...... I ''I. [ci. COlI,"", l' .... ,..;,....il mon mail" Al.j"n. Jean BOULIER '~-'-' . .... jW U_ .. DoeI . .... _ dm AI-aru. il DO l"lIt ... Kouocr • ko «"'we. ~a d,oit c,.,[ • Il. ri< ..." .... admis 1< u . ropoler. • .., d,o.t ,n'...,...i"",,1. """un 'ac" <1< d'oit """,IIr na!~il I~ J>f'e'<. iption en n ... ,h. <"" dro" c""" .... I. I~ ~, ,"", ...... " ' lloon .... ~ ,kInc in",,· '1"" pou. !"".ri" oon ,ni,i'l,," >\JCon 'ra,,,'. a,lCU" ""~'«'m .... ' Il .. ~n ... ,Ooml. LlO ~ DI: NuRn.tBf3J:G D',,~' __ " ....., 10'-'<. l'II< __ m',,,, .ta ........ ... ~_ho""", ' ...... 1 .. ,' " ........ ",, .,e. ... ,....,..In ."'" ç .....~ ,... laWft """"'"u~ à l' .. ,,,,,, "" I~ c,..,_. J(>.. ]»T Je. \1<11 ...... (['.\ .. ""1"",, fi Je. ,. ~",;"" c.cI.<, ' rOt". <1<t. <1 ...... ,,, qu< '·oppr<>pri';"". 1. . 1' '" Q,,',t, ~iat "" ~u, .... ( ... ",,11 .. ,,\. t'I, -1.. . ,,1,,',.,,,, ,,~,,r,d, <n' .·.. .1.'"' "("['.' t' .." r" "i .."." ",1u 'c _t « ",m" ",u., ',u,,,',, ,1,,»,,,.i.". "a, l,,L,,'<"".w ", 'n1.' . .Q, II<lII 'tt',~P" 1 J. "',. "' ,,~,Lu<t. IkJ~ ... Ion<!. la ....... , ..... "". _. 1 ...... <1< No u.- "_"O <c. UMti: . leS dl'.rlorn,,o,,". ,.,., ...<.n.f t:la'tIc b"<'M. . •.•. ..... , b" """""'" _ """"_ .... «._1 .11 __ .tIl<- _.... t*' le li.,........,.. .... ..-1 11Jdr.< .. "". L'A_ ","-1;"" inl<"nl>.ti<>nole .... l~" .. a ....... c",, .,.,.;. ... -"""("'"_ --• "•""' "' "p .".,.,.,. ..l.'.. . ."" """ ""'"' .L.o. "",,,,,,ct.. <1< l·act .. iU ..... n;ui. d&ru 1'.\I1"""'l(t>< ... Bonn ('l't" c_ .. - ....... , .. , ,,,,,,ic rn 'I",n ,Ir'n' ;, \'~,. ""' .... . \1 1. (·on .... i 1« 1/,,11 ... 1. ' lA Cour ,"" (·a.",",~,." f"',ti«po" Il Cff Ir,· ,,"u., .-\ l'u,,",n,m". t. 1'<0 ,:. 1100" <1 une pT< cri!.~on \IOU' ln <rin ........ ,i. ,. Iut ", ... !am'" ,i"O" n< 1.""". ".b, ..,p ~" '.<.n'" -,..p. :o1 ._. ..". ... ... "'o' r:1u"< U,.' <lan, Lo pI~ ,In -"'" ....... ,inn. ~ ... i1i""" .. ",,le ...-n" dm< .,n.i un <1< ..... t" ... ,,..·, ';-", .. " .1 • .l,,,,, ........ IL t.ut >I~ ,.tu, .,," ct J' __ ,,"',1 i.u. ,1". 'fi'< b JI>,u" """ d" cTi .... <1< ~rr. "" ,hl cri_ «"". lh" ... ,,,,<, ,end imll' ,t~. hr .... pI'~"'" \.;. \ .. ",,<,il~"~', (' .. , ,',;m", ,." 0'1" <ld,n" po. 1. S"'. lu, <lu 1'"",,,,,1 inl .. "oaI"' .... 1 ' Nu,..., 1><'J qui. <i<pui,. "'1. <le, .. ,,, 1~,I "Km vour te. "aI1On. l'II'" .n "u ' I~ ,ln-Ia .. t,,,,, ~ui r~ .. krj~ •. L'n" "",,i· •<•"" , n adwoo nd"r"o.. 1I I"-'rn . l.a.. ..Ü." <"),n.. .I.l. . h.o'n" 1'0"' 1.~ . ~_;.s. qUI <1<60". U C,,'" "","c'" l, .... """< 1'1,,,,,,,,,,,,,. Il rnull •• <"" 1<.1 .... ~,>< "" c",.,.... nui· in,.~ ....t ,_ 1.. .. 1,.t>.I.. ",,',1. 1,,""b."1 ""'" lm, corn .... """ ... <lU .... Je,. ";"'-'mml. r ..... t. qucl qu'd 1<><1. .., """pl" ..... "bbpl"'" "'" la, incombe rn .enu <1< 10ft ..... oi' • 1" ..... "1 ,1< 1".,. __,,<.', nE~n~ ," oud·,I.,". .,,.=.. .l.e. .c. ...". ,. .,...,., bdc'lu>n- <inoi .... , .... , n'", ... n; •• <looot 1. R~. b!iqu< d'A,~,,,,,, ~1I,.i. d;, .. 1'" .... qu' .nn, 1",- C", crime< ""'1 .' ~"". ,l, ""'" Url ..-1 .\t"",,,, ~ 1" .ur ... ctr .. humain,. qU<" ('t"\J, qui k. <".""",! ",n' ml> "("~ b [." .1. 1""""""'1<' .. 1"""",it; au ha" ,!~ t'u",,· ... . Comn""'l ,Ii" ~'" 1"" «." ... i,,,,-,,1. un V.." jIC\It_il ",1" .. , <1< le. I"~",u,,'n: ... '" Ic c< .. ",n'...,..." ,,"'n,,'" cie ,,,.,, lM AG( .... in' ........ "" 1><"""" ,,11<1 <!an, ""', cho,m""" 1 t.:n CharlesI. (lOUe ml<- ra.""" ...... ""." 'l<\nt ""'" pr<><Iomr .. lUI< p«'OCnpt,on, 1 1 1 1 1 1 nazis' MAIS ,1 f"", ,,1101 "'".. ""~ datIII r&rWy.... . ln cr.ma ... ,,, "'" =, d< co..act",ioti_ <tU',l> 'If" """ fIOO' .... cri""", indi._ •. Un """"',. un 0/1,· cic, ,le>. 001<1> .. au" ord.", ,1',," trIfi· coer: .., 11 ... ent Il ..... ,·101.11 .... ,la kM. <1< b """" .. : ,1. Plll .. ", ,1 •• lOIent. ,1. 'onurftlt, do tDUQC"", il. , ........ i .... . c.. lOtI' les cri..,.. d·,nd,,~Iuo. C· ... """ ,.~ ""i icb, •. _la.. 1. """"'" .".....,. <Ile .. ".. ... , ... r>md>", la 1\&" ... <»in d'_ \10« .. ,!&n • .- ...... r..: ct-' ... _ .... QMICt"""'. ""-J do ... actIeJI _ ,1 l'f'fI'" ._ ."C _ ~ioeo. b _Pi" :!""O< TOUl. ""' ...... '" c.-- <1< na-r<, le cri ...... conl'" 1--......< le <_ .... R"""".", Ici le cr._"'" n'O((1' _ .... <n .. ... ... 'mpul ...... bnrWet, Il pmi ..... _ .. c<I.o .' ... Y1J _ loro ................ bon I>&c <le. lam,II •. bIC lendre "u .... Iarru, 'u~ ~n"."~. c.. qu, le """" a,,,,,,"'. c· ... qu'il rxôcute la """ .... d·.,.. Eta, cri",incl. ~ act ... b,,"',,""I>1 .... ,1 1"" • (Sillf. po,_ ,.\ • .;,,1 ., .... dotOl"""""" .. dot ..... ~ r ... ,,,,lté mll".I, •. ~ .... ml .... ~-oI""' d'""" "'n" .. ~, ., qu'thll P. ,1. quo lq,," "-........ , l'ent,," dot • AII_ •. Au botrl rie dO< """' •. ~ "". qu;",,' ..... HIII •. clando.l_n, lU' 10 _ C~,*""" •.• iew, <:horto:>nn,-, "'Itl.!. ~ parUt. _ ~ r.oprlt "'1 .. 11.1. qu; rognai' IIrnl """', lOI. ""1,,,,_ quo clio. lM ci'ltl •. .o.m..I • Cilbrott.-. rob__ '- .. 1_' dot ~ bail ....... ."."..',._... ... "" dot _,.,. ... qui -..11- Ioo~f _ F __ ....... J'y .......... 001 ... oen.In _. d·_,our. ~ de F ...... "" du_ CoMlltt._ .- .. hl dot "".1 .... Kt_ A londr-oo, JI lu. ml, ... .,.,,.., • ...., rAmi'6, PU" _10 ........ 1 ... G.ul· 10 qui .... m'_ 1.110116 pt><>r mon .. t"", il C,br.II." me -..... ".. _ Or .... du 1- ju,I.II I~O, .... c:onvr- _, dot. FOI'C.' ..... "1 ..... f,_"IH' , ... tée. h1>re. _II ... qu'tll.' ..,. ... , ., _1 quo ""1 l'_rot, oU .1'-. H ''" _, • C· ..... ln.1 que fUI..,1 c_. a Gllbr"I,,, d· ..... d. Cf<I"tton conA, ...... il tondre •. 1 .. F N.f.l .1 1 •• F f, .. l rie '" F,....,. ltbr. _ n·"""" _ bul poIlI ....... ....... ""'" ....... dlll"'. __ loiG"'" lOII. 10. ordre. du ~ dot c.ul· 10 q.>t .... -'t 6ta ........... 1* 10 _. _' brltonn_ """""" 10 chef dot ,ou. le. fronçai ...... "nl conti .... , 1. 'ulle Uno t>WI,. rie l'E,,,,,,,, 1._. ,,1110 1" F, ..... u",," PlU ...... , non .... '" C'H;!uOe', _. """. Id60l ...... 10 W. 1"_. ."..".".". *'-"' ou' g....,.c.h.o,,. ." "P"i>"" _".,," ""'" "........ '" "'I~ ... "'"'" ..... ~,. lit _, dl "M' Uno dot" t,,\Ie. le. 1>1<>. ~'9I'nt ... """. '-. ".I.ton" .... do • 01'1'0'" .. lX ~ .... 0<\".1_ 1. PI.' ""plion rio" en_. dot g<>I<l •. o.. 10 ...... d'oetobte pn>cI'Io,n Deg,.11o .. 1\Of.<\'O!, ,onl ... , en 8e1g1quo ....... cH· _ e' y .'e ... ,. ~ """-"-'. -. oct! ... M!as'" e'. dM- ~ mol. dot mo.t ptod". t_...anm..ri ,n,. d,I n6an idPoOuUr,' . _. .. 1001. . .I..l.".,., , 'oduotr I_" •. lae_lMI .............. _ •. _ _ ",II •• , .. " de '" Ionnetlon ... '" __ qui ... I.tli. , .. ~ IUh".'I. _ hotrt. loi .. dot _ "*"" Cen. "'"" ....... 1 ......... 1* , .... """. • H' ..... J C<wItIo,,, PM l , Il ... ..- Iotnpo dot "l~""", .. "" lui ,-'... _ ............... onort.qui .. _ .... m .. , cmy.., M""" lUX lot>- no. un _ ... Ii,-,' Oe pl ... , .... "", .. "" .. _, ,t"" /kIt1o. Il< _ni, rio tour. lui' .. peo. ..... ' I~I .... opeclO, 1 ..... 116 "1'10- ".. Il rOll'. il 'ou' prl .... ",l', .1-.. Il no nou. "'e p"," ",,'1 • • r.' lU' rio. l>6tceIt< ......... 1 .. i dot. I"",bo • • BRUNSWICK GENEVE Un anCI• en ss en voyage lE (AIRE JOHANNESBURG HANOVRE 1 '--- L ~; ~\ .,"1 Il)/.4, .... ~ ,t ,1 Lo ,,,i~., 'k' Il,,,,, ~"' •. 1 l,\< .. 2 .... (k",Im,~I'1 . IL"" Il .,1,,· l...-~· S"""w",h ...... , ... n",,,~, ~~ ,Ir <>,·.1"", «:ot<d>t,,,", """ 1,~Ir' ,,1,.. ,,~ 1 ...... l"<' .,,, <'" l"'i""'.I' """ l'' ,.. .. , "" <'" ,le !.lQO 'U.!, ' 1'",1. 1..,' ,",i,", ",~,hlr, , ... """"",..", , ... , ~.-," " .. , •.• if., ..... 1"", ,," ,,,,,,, ,,, •• ,,,.. .. d< b r"ibJ,e,."" ,1. 1 • ..-nl"",,," ,'n 1.," 0"""".' <,"" .i. "",..let- le P,.,.Irtt, Il .... F,,<atcr. ~ui &o"ail ,Ii.i~,·, 1. ,,,,,,',,. 1", '«u ln ~." ... ,i ... l'.",. """' """' 1 C ... <tU<" F" ....... «, un """"" •• ,." .... ',1" "-"' ",""" <!a, .. 1"" ~ l't 1'<", RI ",,',1 "'" fu' , .. ~_, • """ .. 1'.>1. 1 d "'. 1· ...... i. "" ... ,,..,,,,,,, \. ~ir«lioon <1< b ><><;.,<, 1 (,. r ....... " ...... I .. "'~' ",", di-port,. ct .1." Ir Z"don BI • /~" l'K''' 1'<'1" '1 Oc",." '" ........ , " - ... _, <1< _ 'rop ~_ .... ~ ~ ,. UNE lVAIIOH • Ul/IIIIE • 1 ..... ci...,.,.. ur ion ... Z ... h " ....... ~ do 1' ..... ." P"" "" "" .. n, ""lU,"""' ..... 0" """,,_nt ~U'lUI <!co J(>.nli .... <i< 1. 1><'-' n'<'l,io~ I. ... .,.nn. un .nei ... J:I&l.'. lu, " """'" '" «IlIlk. r.i<!a", • f ....... h,. tix 110 ..... ... ,,,,,,il1<-e.. ,"';, "n ",u, hou, ,10 I~U.' <1< c"><r mL~-' ~I .. "" ~I<inh<uc:r. \'.", ... , ... Il ... , \\'01"" Zccb·"""",,,',<h. l'~n ... I"1 dan. """ ""ru"" I_'",,_~~ "'" ttt><t><lon' 1< t<n>JI!I d'>I"", 110,,.. "" ,If:m, a .. ,.,...~. '"'" n.,""- Pu .. ,1 ~ .~ .. ,"" ..... «...-.-'" <1< """ ........ 1......,.1"""" li< Klo"""""" .. ~......... .. ... r fb'" "",,-, , .... ' ... ' on «",t,. ,~, .... , « ,"', ., J ' .. , "JI.\. t..un 1 lire"',,, ' n'"",,k_ l Il ~". <Ir "»1 "utt.\ 11«1 ...... l "n Ir .. ,,,,1 .. " .... ""'<;li'" .n t'~' ,l,· U,_ Il <'<l'C' "." "'X',,,,' .' ".""'. 1. ,,_Ir n .... , .. "ni", .k .II~II,ti"" ... n:Un. ,., "'. ,'" ,1., ",,,,,,,,.,, <'"" .. " • Il,<<... ,1 ~ """ u •• • """..,., ,'n '\'~."II .... t:" Il,il l,~ "'-l'un o,dT< .J'Jh_~ .. ,. ,h'l ,1 d.'" r",I",i", di,,· .... "" f ..... ,. ~"'( ,n·hl·ll"" ... ~ h<,,,,,,~, ~, ". .. " I«i .... , l' MS~ ""·"1 .... , "y<~ "" <!'" .... m" qO<"","" dm, ""11.,,, ... ,n" 1 .... _.-..~ ,,,' llirMi .", <1<'e """"""" q... t,..."... .'~" """ "'" ........ ...-•• <' ",100. po' ... 1It .... "". ........... i. Il ..... ~It"""""........ ... Zcdo·.~..., ____ 110 ,.-- .. _ Id'où D • ",ion a .... " n ...... , ...... '-rn ~""" '<mm' al'f<> r~.-.... <In ,.., ....... - <Iomnmt 7...,b .......... ' .. h A. \.;. 11'."."'. <1< Il,_'<10. .. \',1 ....... ... !Ill,... _h~_' _ L·ka· ton a .. i, "" 1'<"Il 1. 1_1, ; It. ."d,,,,< ~,,<ndi ...... , iU"lu'au i ... 11 1' ,,,l,,",," 1. ,.rocu,"", <'" • 1",10:"""" • <"" ....... n'· ,,·icb. I.e pme", .. ",. Il,,, "",..-.1<, ... ro .... un inu .. .,-,,,. ,r",I",,"r I"l'~ ,,1 ,n,'.'.' '.~.'.1. n "' .'.'.' . Z,hClC·'b1_. ..'.'.' m pnh'ot,"c hd.u 1l" .W.. ""L" l~m.n.· dll. .\'Oi, "" ......... , à ........ _ "", ....... ,. ... n ............... I .... ' ............. "k. ,.", • ln.< ... ·. "" ,~ II'"'IOtI. «""" ... ,., l'a ,a. <tU', rh«r..,,>" Je,. Cltooruwl«> ~w-. ,Ir '" ~"' d·.~I1 ....... " ... n <"'~" .rri .......... F.~lpt. 0(" l'n.,' .\rc,.".n , ..... , ,,,,,,,'1<1' d"

"",,,,,1 ,11 .... ,,,.1 • di. ~ .. ,n " i<l1,.li·

<IUffi' l'in",.,..,""n ,k ,,,,,1< ", ... "" ... 1" .• ,,,'" ""< "n,,',,'"' ,"."t""",,, ... ,,,,i '1.' .\Ior;. '" 1"' U'k' 'li'" ,,,"' "u, , o'l(>.nioi. mte •. , ,;.", "...,."""1",,. "'" aq" "', .. ;~ i ' .. <',."lrr ~,,,,h S"""'«h UN AMI INFlUl N' "mn'..-"'h, ,,1'- -i .... ~$. <l< I .. i a,·~" i. par. • b. .. CU d • .,.. .. r au .. Ibo:~ y 'Ia ".. ju,l. dot: Il ... ~,,~ <tl .'»~ l't '<)01;' Ik<h<,. ,""".Ii-,o' " ....... ,,,,,,, .. 1_ ." m",~r< 1Il<-.<'~ <'1>" pro;....,l """' ,'" Lo • ""K<>C' .... ".. • .,." .. <li-mtlh ,,,,,, Fieln"'nn n t.. " .. ,"""'" ;UlI j,..\ B"nd .-., .. 1~ 1""""" il l'Ali ..... """ "" 10."0" <,.mi"", "" kha" .... ,10 la .;. "',,n ,rilli,., ,1. ilIIf-. " ... ,. ''''['<lOn h" .... "." ,1' .. 11",,, ,r,"b" lM.." .. m'· ,",,'!li« , !\:u.""r .... t <tl '<II'. il ,1<'-<10 .. ou',l n·.,.;' """"'. ..." ""'I~ .. 1. .. 'Uh' r .... "'i' ,,'llinwn!rt- "' '."Ir '""n' .... '" ,~u, Kr.ID<l """""'" ,,", ;\lil. ' la ""'". n ... , .......... 1< •• \\CU <1< ,,,,,,,,, po; ... ·min n ", n.i'KUh_ pa' t.. '" • ."" < )1 .. , .-.« '" """'" , ... 1.«" "nltlt· ",<h • Ilrun " ..... "" <"'" ,," <Ianoi"<"' . ",o"1r " 1'",«,_ "'", .. 1"",""",. 1.«1,·

-,."",,,icl, • <'-" .... , ,,"'_ , .... ,"~"' • r"In .... n 1. ,~u, ;,c", 'k' .- ,,"u,~i,'c

"-\" .r,,o,.c o,a,,,<,",,",, ,<,,',", , <.,<l '. l.'.'.'.'• '1',,,, 1,"1,' U.. """ 1,~"""'"u cut. .... \J1M' \""r< .l'Ihmmk, ,l,,, .. ,1. IOn,·i .. "1--1.', ........ "', ", U ... "'" p",,, ... ' -.:,.,.1, ~~,..-" ,t.r.. 1. <",~"" ",.,tr· Iro """>-bon,,, ... . )1>,. • ...... '1"",""", 'l' m ..... ""IN" ".. ...... ,,,,,",, "'~,, 1'" ,lit .... ,.... <Ir ... ; l '. , «'1 ..-l,'._ 'ID'" Ik<torr. _ cl 01 "'. <I<",bIo- , Z .. ~ :-. .... wif;to ••. ln ..... .., • i""" _ .... don ,,,""."" 1'<' 1"" ..... u d' ..... ", ""'" f.,1r q~'.1 1 ..... '1 .,.,.< ""'" ,uil_ ,,,,na,,,,, .... b d. .......... d'"" , ..... ~ ....... n • dir ~,';n .... 1. r.l",i~ .. ""',,,,,,.. ~.,..."'" na"" l't cl"""" """ ,""",.,tn" .. ", 4r. p, ..... I .. "" cho,~ .""' h"I< .. ",", <o".I.m ..... <An' 1 .. ,hU ..... ,., , ... .-,., .• 1< ""' la, .. < <,.ad •• .- ct , ... "" • r ... ,.",~<. • L' _ \ra'J:f ' .• ' .. , .11. , 1. " .... <1< ",111",,, .. ,,, <"" • 1'1I" .. ",,,,,,,.k 'k"'~ " .... 1 1. f"",""u, • , I"A"I"d,i", TI...,,· <~" Suo.:-t-k. E" 1 ... , .11 ... 1 ,iJO, .... "J« po' Je. I .. ci .. ", .11 ...... "'1 •. bol ..... l't ,W'm, ~knTZ'-"", D"J' ~"i v.' n .. ' I\&i,iblnn<-nt ... h"""", n Il<>,. ,,1>< .... ~l'" "'" """>l"'" "".\J1M' '-'"Cl"", Mdi,....," """,",",,,,,,,Irt > ....... ~. as NOUM15 _ , DANGlll("~ .~""' .•• « 1<'" on <'" 11.", WoI' ... Zec1._ ......... "."'h. ...... 1 ........ pl ... . KI>O>< le probI<-nw <1< la ...... , ........ "" . 'I~ .. "lin .... ' l'idOo"".". hi.· J.ito_ C"",. qui I~ pmi ...... ", 'l'" la .<'h",., lm, <i< 11"-'.'" """""'. ",~'l C<"O " Q"'. >u kn<i<ma," ,Ir 1" ""I","h.,,", .11""",n_ <le. '·<tl/ui,..,., .... ~n,;'i",,.. ,lu ~,~I, ~ E<,..", .... Ml AI,;,..,,", 0 .. Mo,"" Ori..,-.I, <""'an' ! .. Iii, ..... ,.." ... ,,~ ,l'<vo,; >"",'01 mi, <u. "i ... l, 1--""" "",i", """l'f<Il'Ii. l't 1 •• m,,,,,, =p," .'.~,' ,,' ',~'> <'"<"" ..• c' .-non,p~hn""o, ~,11 "..,.1 «, "',m. .i ,: · al .... >, <tl s_""" •• 1"""",11<-0 '. """"""'" .... 1"" d'ul,ht+ .. ,bI,_ mm. ... la • H LI Co ' ...... ,.,.n ..... «"' . l.\ct "."" J. .,,,1< .. « J. • ""' .. ~ .. ra""", .. ,_n ... \;0> •• M',...Ut<..., .... "" "",.,. "'" ..... 1><1 ...... 'h,hc,m •. " ..... ~ ... " ,Ir 1 .. 1 l' IroD<;>". ~~, 001_ b",lai', tl.n<>i, n .IIt,"'I" ...... CIte_ ,,,,,,... ln,..,, > 'I>.I,<tl,. """:Khi. you. ~,,,Ia,· .. , , "",~ ~""h_ • l".'R""L .. il"" .... ,00'<' 10, """"i ..... af<JlIl'<' "",."",,, '" .. ,,'u""o<" db 1-' '. lion .. I.~" /""" .. "" , vI<I,i,. Eu"""",,, <1<: L,~,""" '. En -"'<11' ""ri,, le. "'J<.",~,,,,,n. in. ... """n.""'<·, q", .. 'kr.." ..... ,. ,1'1>I1( ,,""'" ~!i->"' ...... , JI "" I~", <~ ... ,,,, .. "',,,,<", le .... ubo]e <Ia""",,'I" "ur ' ....... "'< l' .... """ du ~s Ih", 11'.1' .... Z ... I,.Smnt ~idI_ "-,'b.,, b· .... ·," ..... ......., <tU'i1 au, "i, n' '" ~ 1,""' ......... 1 ... " ' ,1 , .. ......Ia.~"..... 'IOJ_.u l.' ... )[&1 l'bi>l,." ,,," <flt~ n_ <tU. .«...1.t.n.p.:.o. I,I.< . ..<.1<. ..n..n.~.I I\"~'!M" ".". ,,,h"," "~ "..,.t... .b.o.e.<1 • <1"'" n ... " ..... i k ... "', ....... P<l' ,l'an· 0;"" no" .. """hic n", le rtfUR< i,1NJ 1'~" un <rOmu,..1 , .............. 1 ... 7 ."il,. Z",·I'·S<n",,,·,,h '."",ai, .n Ba',.,·~a~ •. il Il,,.,,,<, "il il .. l,,,. i la I""i«. r,oct,"'L>."1 .. '" itl,~. ct. ,<'<""".nl ;( ,",'",,,n ,,< lOI! p~. 1'«'00 <~.,I,",'n. ,\n,"<",I« 1>'" 1. )'~-'QU<I <i< Brun,,,·,c~ ... ""i ,k.i, ",'oie li ...... "c!oh,c), Ra_ko<" 'II'" 1".-. d'uno "It~,,'i.,.· dan, b <apil>.l. <t--pl,"""". ~-«~ ........ nt. "id< ., .. i, <kct., •• l'lo~.-.Ia,,~ , Oie Stertt • : " .11 .. u. •. ", ~ n""' .... Mf. '" "-" ... n0.-n.'- •. '_. ." . ,".1 ~., 4,Jb<O l or •• d. ..... .i, ..,. _'III~_ .. j ...... ,,/ ~ ..r.t f>M<I. ........ lU k ~. }"_fl..,], J. ,~ J • .". frOû,. C'~ ...z ·_ rUr 1.. " ,. /". ri i'. ,<Ni ,rh"" .• Quand on ....... ""i' le po .... ho,('" <1< ~ "".i. t. """,·.fI. ' ~>tI T<'IOtIr. ,!an. .... """,t""",, "",,'.1. n.lin, ,"-"ru, ••. "" la""" 11"-' ,1'<1<0 '1I<IuiOl.n' .. L'~ <.-ad<' , ... < ... Ir .... · ... u, •. "00' h l,,,,",,. ,le m""'·"""1 "",,,I.t. 1<>lal •. ne <,<u' ,... «,,,,Ii,,,,,, ,'Mi.' ... ". i-l,~ ""n.,i" rl. l'"",",,,,,, s", <1«lam""." ,h .. "i~"""1 <Ir "'" a. un ....... l't ... no "\JCun <\nul<, ,1<: Mu. 1" romol ... i:, ,~"" il j""'1 -~-,"""P II"'~ ,·il, lui "IL"';, .u chO'i_ Marguerite KAGAH


8

GOLDWATER •• Un Tarzan poujadiste LE monde entier est désormais familiarisé avec les portraits qu' « IL » aime à donner de lui-même: cow-boy, bricoleur, gros buveur de whisky, mais aussi grand-papa-gâteau, politicien averti, technicien moderne, bref, Américain cent pour cent, sans façons mais efficace_ Le contraire, en somme, de ces intellectuels ramollis qui, aux quatre coins de la planète, ne songent qu'à flirter avec les rouges, les noirs ou les jaunes_ Ces intellectuels impuissants et pusillanimes qui avaient réussi à brouiller les idées de feu John Fitzgerald Kennedy_ Barry Goldwater a déjà une légende. Il ne peut - dit-on - s'endormir sans avoir entendu l'enregistrement phonographique des frais murmures d'une source de l'Arizona, sa terre natale. Ce « poète » est cependant dangereux. En quelques mois, il cristallisé sur son nom, tout ce que les Etats-Unis comptent de nostalgiques de la guerre (froide ou chaude), de racistes et, plus simplement encore, d'imbéciles pour qui un raisonneversifs du monde moderne que sont la Sécurité Sociale, le syndicalisme, la planification, l'instruction publique et, naturellement, l'intégration raciale !. .. Ce philosophe à cheval, qui prône le retour aux lois " de Dieu et de la nature " (sic) préfère indiscutablement les généraux - " hommes fins, compétents, bien éduqués " - aux chercheurs qui lui sont pa r --------------, Claude FAUX suspects. " Il semble ", remarque-t-il par exemple, " qu'il ne soit jamais venu à l'esprit des savants que Dieu ne . réserve pas ses don$ à quelques hommes et que, si quelques savants n'avaient pas trouvé le secret de l'atome, d'autres hommes l 'auraient fait ... " De telles énormités flattent et rassurent ceux qui pourraient avoir des complexes Ses supporters et ses all iés : « Rivarol » et les aut res feu illes racistes. « L'Espr it l'ublir » trouve tout naturel de le rapprocher de Bidault, port e-pa role de l'O .A.S. ment cohérent est, à coup sûr, un traquenard communiste. quant à leur matière grise. C'est pourquoi on a pu dire que Goldwater était le candidat des nouveaux riches et des jaloux. En tout cas, ses alliés" naturels " seraient compromettants si l'homme était à une compromission près ... Le Ku-Klux-Klan fera campagne pour lui. En Europe, le journal « Deutsche National Zeitung " , spécialisé dans la réhabilitation des anciens nazis, accorde une large place aux déclarations d'I sénateur de l'Arizon a. Et celuici, n.e refusant aucune aide, a précisé qu'il ne pouvait condamner l'organisation fasciste « John Birch Society " puisqu'elle " ne figure pas sur la liste des groupements subversifs " !. .. Certaines personnalités amencaines, peu suspectes de " progressisme " , commencent à s'interroger sur les conséquences catastrophiques qu'aurait, pour les Etats-Unis, une victoire de Goldwater. Au moment des incidents du golfe du Tonkin, le mois dernier, le Département d'Etat a qualifié le bouillant sénateur d'irresponsable. Mrs Clara Boothe Luce, femme du propriétaire de « Time " et " Life » écrit que ceux qui suivent Goldwater sont des fous ou des primates ... De son côté, le " New-York Times " estimait, il y a quelques semaines, que la désignation de Goldwater serait un désastre, tandis que le " Times " de Londres estimait que" voir un grand Parti approuver et soutenir un homme aussi dangereux dans sa politique étrangère, aussi en retard sur le plan intérieur et aussi faible dans sa pensée, serait un coup sérieux pour le prestige américain à l'étranger • ... LE drame, pour les Etats-Unis, réside dans le fait qu'en dehors de toute autre préoccupation, ce sera la question raciale qui va peser le plus lourd dans l'élection présidentielle de novembre. Le vote intervenu sur les droits civiques est, en effet, pour la majorité des Américains, un événement beaucoup plus considérable que la conjoncture économique ou le contexte international. Or, ne l'oublions pas, Goldwater a voté contre les droits civiques. Et de nombreux « démocrates " des Etats du Sud n'hésiteront pas à apporter leurs suffrages au « républicain " Goldwater, uniquement parce qU'ils voient en lui le défenseur du Blanc. Goldwater essaie de profiter au mieux de la situation . A l'extérieur, il est le plus violent contre les " Viets " . A l'intérieur, ses amis politiques, les activistes de ces Comités plus ou moins clandestins qui ont assuré ses premiers succès , ne reculeront pas, dans les semaines qui viennent, devant les pires provocations pour que la hantise noire atteigne au paroxysme. Certains dirigeants de couleur risquent, du reste, de céder à la tentation de la vi olence. Un des leaders d'un mouvement nationaliste noir, Malcom X, déclarait récemment qu'à son avis, il vaudrait mieux que Goldwater soit élu, car les Noirs sauraient alors clairement à qui ils ont à faire. Malcom X ajoutait que Johnson et Goldwater étaient « à peu près pareils " à ceci près que Johnson était un renard et Goldwater un loup. " Etant donné le choix qui lui est offert ", concluait Malcom X, « il ne reste plus au Noir américain qu 'à choisir celui qui le mangera parce que, de toute façon, il sera mangé ... » On voit bien à quelles imprudences pourrait mener un tel pessimisme. C'est ce que veulent éviter les grandes organisations de la communauté noi re américaine, qui ont demandé à leurs adhérents de mener campagne contre Goldwa- . ter mais de renoncer à toutes manifestations de rue jusqu'aux élections. La situation n'en demeure pas moins préoccupante . Si Goldwater était élu , une nouvelle forme de Mac-Carthysme s'implanterait !lUX Etats-Unis. La politique internationale ne pourrait pas ne pas s'en trouver dangereusement affectée. Récemment, le pasteur Martin Niemoel- 1er déclarait que Goldwater, c'était la guerre. En .tout cas, la paix serait sans aucun doute gravement menacée par cet homme qui joue avec ostentation les sherifs des plus mauvais westerns. Pour qui le monde n'est qu'une vaste réserve où l'on parque les troupeaux et les Indiens. Et qui ne voit guère plus loin que le bout de son colt. A la mémoire de trois martyrs I l Y a quelque deux mois, trois jeunes militants antiracis tes de l'Ohio - deux Bla"f!cs .et un Noil' - se r endaient dans le Mi ssissipi, pour encourager les Noirs à s'inscr i re sur les listes électorales et à lutter Pour leurs droits civiques. Arrêtés près de Philadelphie pour « excès de vitesse )l, et l i bérés quelques heures après, les trois j eunes gens, Andrews Goodman, Michael Schwerner et James Chaney disparaissaient sans laisser de traces, si ce n'est leur voiture brûlée. Si certains leaders sudistes se permirent de faire des déclarations d'un goût douteux «< superchene mon tée à des tins publicitaires »), nul ne douta qu'il s'agis· sait d'un crime raciste. Hypothèse confirmée lorsqu'on découvrit les corps des trois jeunes mi litants dans un mar écage pr ès de Philadelphie. Nous publions ci-dessous un extrait de la déclaration que les parents d'Andrew Goodman ont jaite après la mort de leur fils au cours d'une co."f!férence de presse : « Notre douleur, bien que personnelle, est eelle de notre nation . (( L~s valeurs que notre fils a défendues en allant dans lc Mississipi sont les fondements mêmcs dc cc pays - sa Constitution , sa loi, sa Déclaration des Droits. (( Tout au long de notr-e histoire, d'innombrables Américains sont morts pour la cOonquête de l'égalité_ NOoUS cOontinuerOons à lutter dans ce scns et nous cspérons vivement quc Ics Américains engagés dans cettc nOoblc mission seront aidés et protégés. « Nous sommes fiers de l'cnga.gement de notre fils ct de ses camaradcs maintenant décédés, de celui dc ses camarad~ enCOorc vivants, enCOorc dans le Mississipi, de tOoUS ceux dont la moindre action expr'ime c~ vérités illccntestables. » Pour toucher le coeur de cette clientèle médiocre - mais, hélas, nombreuse ! - le sénateur de l'Arizona utilise des arguments du niveau de ceux qui , naguère, eurent un certain succès, en France, avec Poujade. Une des différences qui existent entre le démagogue de Saint-Céré et le cow-boy de Phoenix est, malheureusement, assez notable : Goldwater peut un jour - s'il est élu - disposer de l'énorme arsenal atomique des U.S.A. Sur ce point, il n'a jamais dissimulé ses désirs. Selon lui, l'O.T.A.N. devrait être dotée d'armes nucléaires tactiques afin de pouvoir intervenir contre toute " invasion locale " des communistes. En clair, cela signifie que toute manifestation d'indépendance nationale pourrait être réprimée par la bombe atomique. Pas e prescription pour les crimes nazis Avec de telles concept ions, Goldwater répond au besoin profond qu 'éprouvent beaucoup d'Américains " moyens» d'affirmer leur virilité personnelle et politique. Il est , à leurs yeux, une sorte de Tarzan en chasse contre les fauves de l'Est et, sautant de liane en liane, le voici qui met à mal tou s ces grands mythes sub- Bientôt à Paris La Passagère Le 15 octobre, aux Studios SaintSéverin et de l'Et oil e aura lieu la première f rança ise du film polonais " LA PASSAGERE ", réa lisé par André Munk et distri bué par la société " Pleins Feux sur le Monde et les Hommes: " . " LA PASSAGERE " a obtenu le Prix de la Critique Internationale au Festival de Cannes 1964, et le Prix des journalistes italiens au Festival de Venise 1964. (Suite de la page centrale) accomplit en exécution des lois, des règlements, comme fonctio nnaire de l'admin i ~'trat i cn. Il n'est pas un simple assassin, Il assassine par ordre. Il est l'agent d'un Etat bandit. C'est pourquoi il peut invoquer pour sa défense l'o rdr e qu' il a reçu. Mais ce n'est pas unc excuse. Le statut de Nuremberg l'a prévu. Le criminel ne pourra pas se dérober à sa responsabilité clans le crime en invoquant l'ordre cri mi nel, mais le tribunal ti endra compte de cet élément dans l'établissement de sa sentence, Et ici comment ne pas dénOncer un concept juridique dont le gouvernement de Bonn fai t le plus grand usage, le B!'fehlsllotstand. Comment traduire ? Littéralement : l'état de néces sité créé par l'ordre. C'est la contradiction flag rante clu Statut cie Nuremberg qui proclame que Vorch-e criminel n'enlè" e pas à celui qui l'exécute sa respon· sabilité. Ifais naturellement. selon les circonstances, cela peut créer une circonstance atténuan te. Le général von Choltitz, refusant de détruire Paris, montre biell qu'une volonté d'honnête homme Ile recOllnait clans un ordre criminel aucune nécessité d'obéir, au contrai r,:: , il estime nécessaire, pour son honneur, de désobéi r. Toute autre obéis 'ance est une obéissance dé,:,raclante. la servitude d'un esclave. :-.ralheureusement c'est la conception qui règ'ne à Bonn où l'on ne fait rieli pour effacer les souvenirs de l'obéissance sans condition au Führer. Tel est le caractère du crime de guerre : il est exécuté conformément aux ordres d'un Etat criminel. MAIS l'Etat est une abstraction. Ce qui existe, ce sont les gouvernants, leurs ordres, leur administl'ation, leurs agents. Ce sont ces composants qui font l'Etat criminel. On ne peut atteindre et punir l'Etat-bandit qu'à t ravers ses agents, quel que soit leur gracie. Le ma réchal Goering, le maréchal von Keitel ont été pendus. Ils avaient exécuté les ord res criminels de leur Etat. Or, l'Etat de Bonn se prétend successeur du T roisième Reich. Il revendique d'étendre s'a compétence j usqu'à ses front iè res, les fro ntières de 1937. Il porte dans ses armes' l'aigle impér ial, il con- • serve comme hymne national le D etûshland über alles qui fa isait entrer les nazis en hystérie. En quoi cette succes'sion fait-elle de l'Etat de Bonn un Etat différent du T roisième Reich ? C'est par sa législation, si elle est vraiment démocrat ique et par sa procédure pénale, si elle poursuit comme criminels les actes que le Reich nazi prescrivait comme légaux. Mais. s'i - comme on le prépare - la Constitution et surtout le droit pénal reviennent aux règles du Troisième Reich, et si par la prescription le gouvernement de Bonn refuse de poursuivre les criminels nazis qui sont sur s'On territoire, il n'est pas seulement successeur cI'un Etat criminel : il s'en fait le continuateur. Un E tat qui tolèr e sur son ter ritoire des cr iminels comptables à l'égard de l'humanité de crimes atroces et refuse de les poursuivr e en invoquant la nécessité d'obéir à des lois infâmes et en les couvrant pa r la prescription devient lui-même criminel. Devant un parei l Etat, la communauté des E tats n'est plus en sûreté, et l'humanité apprencl avec horreur que des crimes d'Etat dont elle voudrait effacer jusqu'aux clerni ères traces sont clans cet Etat, de nouveau mis à l'abl' i de toutes poursuites. Telle est, semble-t-il, la raison de clroit in ternational qui s'oppose à la prescription en mat iè re de crimes contre l'humanité. La S'ltreté de la communauté humaine exige que tous les criminels qui s'en sont rendus coupables soient immédiatement livrés aux j uges et jugés selon le droit des gens fo ulé aux pieds par l e u r~' fOl·fai ts. Naturellement la Justice doit tenir compte de toutes les circonstances du crime. Mais la permanence même de l'Etat exige la per·- 1\Ianence cles POUl-suites et écarte toute idée de prescri ption. Il faut être vigilant. Les assassins sont parmi nous. Seul leur châtiment exemplaire permettra cie construire sur des bases purifiées et sûl'es la communauté des hommeS' que le monde attend_ .J.B Comment oarler du racisme au lycée J IL est Jréquent d'entendre dire qu'il n'existe point de discriminatior:- raciale clans nos ecoles et lycées. En un sens c'est exact et je ne laisserai personne accuser l'ensemble du corps enseignant d'ignorer que l'impartialité est le premier devoir d'un maître et çle ne pas y tendre de toutes ses forces. Par contre, la lutte ouverte contre le racisme et la xénophobie n'est pas généralement éprouvée comme nécessaire. Lorsqu'on y fait allusion il vous est répondu qu'on « dramatise » et que point n'est besoin de « dénoncer un mal qui n'existe pas ». (L'Afrique du Sud n'est pas notre affaire et l'Algérie ne l'est plus. Quant à l'antisémitisme, il est clu passé, même en Allemagne ; les juifs n'ont point de peine à se loger, de quoi se plaignent-ils ?). Les noirs, c'est différent, mais que chacun s'occupe de son domaine. Nos élèves noirs sont à égalité avec les blancs. . . est compréhension de l'autre, si . traitant des passions, elle tait une des plus C0111- muné1llent répandues, la pas's ion raciste? Sartre clans son « Esquisse d'une théQrie des émotions» souligne que la colèr~ Ile tombe pas sur IlOUS mais que nous nGUS « lIJettons » en colère ... et, dans ses « Réflexions sur la question iuiye " , 'lue le raci ste de même a « choisi » la permanence de la pierre, l'imperméabi lité

'[ toute expérience.

(Suite page 10) 9 (Photo M. Clair). Lorsque des tracts du:\1.R.A.P. furent distribués aux portes clu lycée, de nombreux professeurs. loin de demander qu'on parlàt ouvertement de la question à l'intérieur. s' indignèrent cie cette « <,io/cllcc (sic) faitc il /a callsciCllcc dc 1I0S é/èz'es ». Ceux-là y yoient de la pol itique au sens partisan du terme ct ne s'aperçoi vent pas qu'ils respectent moins l'en fant. l'adolescent (qu'ils ont pour devoir d'éclai1'er) que le prétenclu droit des parents de maintenir l'enfant clans l'ignorance de ce qui n'est pas ~'on étroit milieu familial. Ce qui fut toujOUL; une autre pol itique. conservatrice. D'antres craignent qu'en dénonçant l'ant;sél11iti, me sous sa forme larvée on ne réveille malaclroitement ses partisans agressi fs de « fcune Nation » ou autr s. Ils soulignent là un clanger réel. doublé du ri sque moral d'accroître l' inpar Henriette HERGOT Visite au maitre-graveur Georges Simon auteur de la médaille d'Anne Frank Professeur agrégé de phi losophie au Lycée Ju les-Ferry sécurité affective des minorités et d'in· troduire discrimination et malaise là où l'on voudrait oeuvrer à la fraternité et la paix. 'foutefois" il est toujours plus facil~ cie s'abstenir que de trouver les' modalités d'une action échappant le plus poss ible à tous ces risques. Qui ne fait pas le bien fait le mal. (Pour ne parler que cles juif~,. Sartre a raison lorsqu'il dit qu'il ont des accusateurs passionnés, mais pas de défenseurs passionnés). Les « démocrates » de nos écoles sont sou yent bien timorés. Nos élèves ne sont pas racistes me dit-on, lorsque je rapportai les tribulations qu'avait à souf·hir à la porte de l'école de sa commune une petite noire. mais « il se troll,/)" quc » cette en fant est associable, (refuse de se mêler aux autres. est irascible) ... coïncidence qui fait réfléchir. Peut-être que dans les écoles où petits noirs ct petits blancs se prennent parla mai 11. l'influence prh'elltiz'c du maître a-t-el1~ rendu impo;"sible cette situation de i"éciproque agressivité ? Notre jeune public au lycée est un extrait de 110tre société. Il contient des esprits ouverts. d'autres issus de milienx clos, sù rs cie leur supériorité, de lenr « seH-righteousness ». N'ai-je pas des élèves de bonne foi convaincues Cine la chrétienté n'e5i~ r es ponsable (J'ue des bonnes oeuvres sociales de ses ordres et rien que de cela, et, partant. « la plu'i charitable» cles sociétés ? Les Croi saclcs et expéditions coloniales ? - missions 1 L'Inquisition et ses bùchers ? - excès bien intentionnés au départ. « L'enseignement du mépris » dont parle Isaac ') faiblesse humaine d'ailleurs exagérée <L loi sir. Le silence sinon la complicité :i. l'heure des pogroms ? - franche calomnie 1 Ce n'est point qu'on nie le racisme" mais on le nie chez soi et c'est tou jours la faute du noi l' ou du jui f s' il n'est point aimé : et puis l'erreur c'est de vouloir contraindre par les lois à une intégration qui se ferait tellement mieux, en Amérique par exemple, Terre de liberté, si elle était laissée aussi libre que le commerce 1 MAIS COII/Jllellt ell serait-il antrement si l'enseignement ne prenc! pas le taureau par les cornes, .'H l'hi~torien ou le professeur d'instruction civiqùe n'est pas tenu, quelles que soient ses . cl~ovances idéales. d'enseigner les réafités, " le Décret de la Sainte Inquisition sur les juifs affiché en 17.11 « ta/lt dans· les iuiveries que hors desiniven'es » etc ... , comme « l'Arien parag; laph » des pasteufs allemands du '« Mouvement » de 19:n ou les déclarations du Cardinal Faulhaber, chef de la hiérarchie catholique allemande. La laïcité n'en sera pas plus molestée qU(~ par la dénonciation de l'évêque Cauchon. Comment en s'erait-il autrement si le professeur cie Lettres passe pudiquement sur la signification profonde des affaire,; Calas. Drevfus, etc... si le professeur de philosophie ne fait pas' pratiquer au sein de sa classe la vraie tolérance qui LE -t AOUT ' T9·+-+' la Felcl-Polizei faisait une descente dans l'Annexe, la cachette de la famille Frank, qui vena it d'y passer plus de deux années. arrêtant les occupants t't les envoyant clans les camps cie concentration ... Pa l'mi les papiers abanclonnés su r place, il y avait le Journal d'Anne, cette enfant de quinze ailS qui devait, par la grâce éblouisS'ante de sa pureté et" tIc sa foi. devenir l'un des livres les plus importants de l'après-guerre. Traduit en trente-cieux langues. adapcontexte qui servit à sa matérialisation. « ... ainsi c'est en Hollande où elle z'écllt les longues anNées de sa claustration qne /a médaillc d'Alllle Fra 11/,' fit sa l'r.elllière apparitiOIl publiqlle. » Lauréat cie la V ille cie Paris pour la ~'eu lpture en H)27, couronné en I()49 cie la ,\ lédaille d'Honneur (Sculpt11l'e et Gravure) clu salon cles Artistes Français, Georges Simon eut aux Beaux-Arts les m'litres IC's plus réputés : Dropsy, Lavrillier, Bazor, Grégoire... Ent1"é en 1931 - il n'avait alors que vingt-cinq ans - ;l la ~\Jonnaie cie Pari!';. il y est Georges Simon àans son atelier té pour IC' théàtre dans tous les pays, puis pour le cinéma par la 20 th Ce1ltury l'OK, avec l\1illie Perkins clans le rôie d'Anne Frank, plus de ,Soo.ooo exem" plaires venclus récemment dans une édition populaire de poche ... c'est une gloire posthume payée fort cher, tt"OP cher : au prix cie la jeunesse et de la vie d'unc toute jeune fille. Ainsi, après le grand succès en 1 ibrairie du « Journal d'Anne Frank », après ce grand silence qui suit les bonnes ùpérations comlllerciales, il est réconfortant cie voi l' qu'un grand artiste français cautiofl1lé par notre très officiel « Hôtel des' Monnaie » rend un nouvel hommage à la petite juive cie quinze an~ en lui offrant l'immortalité dans cc qu'clIc a de plus durable clans le moncl ~ des hom111es : la méd::ille. Et i'ai vouln re7Jcontrer, pour vous, Ceorges Simon, maitre-graveur, l'auteur de cet émouvant témoignage. DANS un vaste atelier clu quai cie· Conti, avec la Seine C01l1me toile cie fond, il il bieu voulu me rece- ",(Ji r ct me parler des rai sons qui l'ont

)()us,é il créer cette médaille.

Le « TournaI d'Anne Frank» a. clès la première lecture, éveillé en lui les échos inoubliables cie souveni1"S personnels (Georges Simon a perclu certains membres de sa famille clans les camps de concentration nazis) . L'idée, latente, germait en lui d'un hommage personnel à la jeune héroïne. Le cOllg-rès' de juin J96,: à La Have. cie la Féclération Internationale cles Erliteurs cie Médailles (l'IDEM) fut le lll;tintenant maitre-gr;l\·cur. Cc titre envié ne l'em pêche point de se liner ;L des travaux anonymes où se déploient toutes les ressources de sa technique C~ de son art sens ible : réfection de maquettes cie décoration. retouches cie lll()dèles fournis pour de futures monnaie, ou médailles. cI'une facture encore im propre

l la frappe.

IL faut entendre Georges Simon parler de « son » Anne Frank, l'une de ses créations qui lui sont les plus chères. Il paraîtra bien facile, en partant ANNE FRANK par Georges Simon FACE : effig ie d'An ne Frank apparaissant sur un mur. " Il semble que ces murs gardent l'empreinte et le souven ir de cette enfant except ionnelle ... REVERS : Les primevères et les barbe lés évoq uent son premier amour et sa captivité. Diamètre: 72 mm. Poids: 225 g. Prix : 21 F (bronze) ; 130 F (arge nt) . Les commandes pe uvent être adressées à « Droit et Liberté ", 30, rue des Jeûneurs , Paris (2'). C.C.P. : 60-70-98 Paris . (Ajouter 2 F pour les frais d'envoi). de lui, cie lui trouver un profil de médaille ... ct pourtant c'est bien cette impre~', jion que laisse le visage aux traits nets et au colJier de barbe qui soulig-ne 1111 sourire tout en demi-teinte, aux yeux: perçants, tandis que les mains carrées ajoutent aux paroles le détail suggestif d'un geste précis de sculpteur. Ecoutons-le : « ... pallr le visage d'Anne -il n'exis" tait qlle très peu de documents, de plus Je voulais faire t'essen/il' l'idée que cetle extraordinaire personnalité a marqué .iusqu'aux rauvres 11/urs q1ti l'entoul'aieut ... » C'est ainsi qu'apparait ce sourire nostalgique, cet ovale pur. comme jaillis~' a nt clu mur usé... L'usure, l'usure d'l temps, de l'àme, des nerfs, cette lenteur toujours répétée cles heures toujours plus nomhreuses dans cette prison qu'était l'Annexe, nous la retrouvons dans le calibre « informe » de la médaille. pareillc à un galet uS'é par le ressac tou jours recommencé cle la mer, comme ces jetons que les doigts d'enfants frottent à longueur de journée contre les mU1"S, le sol. .. C'est hl une des plus jolies, une déS plus belles trouvailJes de cet artiste tout de nuance et de sensibilité. A u revers, dans un réseau de barbelés, une primevère, symbolis'ant le pre- 11lier amour d'Anne : son jeune ami J'eter, s'élance, fragile et tena'ce, comme une insulte à la haine et aux brutalités, la négation mê111e de la mort. GEORGES SIMON qui, outre ses médailles commémoratives (Guerre de J939-1940, Conférence de ]'ari s, Biennale cie l'Information, .Musée de l'Homme) a lai ssé son nom à toute une ~\~ rie d'éditions de la Monnaie cie Paris concernant de . grancles figures universelJes : Saint-François de Sales, Schubert, Robespierre... touche ici à la plénitude cie son art. Les qualités humaines cie l'arti ste, sa grande ' bonté, son esprit cle tolérance clans tous les domaines, en passant par ses' outils de graveur, se sont cristallisées clans le simple et beau visage cl' An- _ ne Frank, qu'il a marqué à jamais cie sa création exceptionnelle. Et c'est là le « c10n » cles grands artistes que de nous faire reconnaître, par leur vision propre des v1sages que nous n'avons jamais intimement connus. Ajouterai-je que Georges Simon est 11n lecteur intéressé cie « Droit et Liberté »? On l'aurait deviné 1 ... IL y a vingt ans, le 4 août 1944. la Feld Polizei faisait une descente dans l'Annexe, cette cachette de la familJe Frank, arrêtant les occupants ct les envoyant en camps de concentration . En ma1"S 1945, Anne mourait dans le camp cie Bergen-Belsen ... C'était deux 1110is avant la libération cie la Hollande 1 Be rnard SANNIER·SALABERT. lO----------------------------------------------------------------------------~---------------------- illlllllllllllllllllll.111111111111111111111111111111111111111111111111 1 LA VIE DU ~ E M. R. A. P. ~ - ~JlIIIIIIIIJlIIIIIIIIIIIIIIIIJlIIIIIIIIIIIIIIIIIIJIIJIIIIIIIIIIIIIIII~ APRES un repos bien mérité, les militants, les amis du M.R.A.P. reprennent leurs activités. Le succès de la ISe Journée Nationale et des diverses manifestations qui ont marqué l'année du 15' anniversaire de notre Mouvement ; les efforts accomplis pour réorganiser l'ensemble des structures du M.R.A.P. et développer notre propagande

la multiplicité des réalisations dans

la période qui a précédé les vacances : tout cela crée de bonnes conditions pour un (( démarrage » rapide. Certains comités, comme ceux du Nord et du Rhône, devant faire face à des manifestations concrètes de racisme anti-algérien, ont réagi malgré les vacances, avec toute la promptitude et la fermeté souhaitables. D'autres, grâce a une reprise immédiate des contacts, sont déjà à pied d'oeuvre : ainsi, celui de Champigny, dans la Seine, qui, bien que provisoire encore, prépare une soirée pour la fin octobre. Des séances cinématographiques avec débats sont annoncées pour ces prochaines semaines, notamment à Pau, à Caen, à Paris (dans le 90 arrondissement)_ Ces premiers exemples, c'est certain, stimuleront les retardataires, et les initiatives seront nombreuses en octobre et novembre, pour répandre par des conférences, des débats, des films, des tlXpoSitions, des ventes de livres, les idées qui nous sont chères; pour alerter l'opinion sur la réalité du racisme, à combattre d'abord chez nous, et exprimer notre solidarité à ceux qui s'opposent courageusement aux discriminations, dans des conditions si difficiles, que ce soit aux Etats-Unis ou' en Afrique du Sud. En ce qui concerne les objectifs urgents à a.tteindre, il faut placer au premier plan les propositions de lois antiracistes élaborées par le M.R.A.P., soumises au Parlement, et pour l'adoption desquelles nous devons mobiliser tous les antiracistes, tous les démocrates. Parmi nos tâches immédiates, figure aussi, pour les Parisiens, la préparation du grand gala. antiraciste du 22 novembre, pour que cette traditionnelle manifestation réunisse comme chaque année un grand nombre d'amis de notre Mouvement. En ces temps où le racisme apparaÜ comme un grave problème d'actualité et suscite la saine réaction de tant de citoyens indignés, le M.R.A.P. doit ètre à la hauteur des nécessités. Le travail ne manque pas dans nos comités locaux, et nos commissions nationales. Recruter de nouveaux adhérents, de nouveaux militants, accroître la diffusion de notre journal, recueillir les moyens matériels indispensables : ce sont donc aussi des tâches importantels et quotidiennes. La conscience autiraciste ne suffit pas. Il faut lutter, et pour cela, s'organiser. NOS JOIES Nous avons appris avec beaucoup de joie, la naissance de Judith, troisième fille de nos amis Charles et Daisy PALANT. Que le secrétaire général du M.R.A.P. et sa famille trouvent ici les c.ordiales félicitations de notre journal et de notre Mouvement tout entier, ainsi que les voeux les plus chaleureux de santé et de bonheur pour la petite Judith. M. Max MENDELSON, vice-président de la société ({ Secours aux Amis » vient de fêter son soixante-dixième anniversaire. Nous lui exprimons nos félicitations amicales et nos meilleurs voeux. NOS PEINES Nous apprenons avec douleur la mort de Gaston LAROCHE (colonel F.T.P.F. Boris Matline), chevalier de la Légion d'Honneur, médaillé de la Résistance, croix de guerre 1939-1940. Gaston Laroche avait été pendant de longues années secrétaire général du C.F.D.I. (Comité FrançaiS pour la Défense des Immigrés). Que Mme Laroche ainsi que toute sa famille trouvent ici l'expression de nos sincères condoléances. M. Elie GOZLAN est mort à Paris, à l'âge de 88 ans. Né dans les Aurès, il fut secrétaire général de la Fédération des Société Juives d'Algérie et fonda avec le cheik EI-Okbi, l'. « Union des Croyants monothéistes », daps le but de rapprocher mu-sulmans et juifs. Elie Gozlan s'était associé, ces dernières années à diverses manifestations du M.R.A.P. Nous exprimons à toute sa famille nos sincères condoléances. ETANT ETUDIANT AFRICAIN ... J'ai été très intéressé par votre journal à cause de son action humaine, de sa prise de position devant certains faits ignobles qui déshonorent l'humani: té entière et empêchent la compréhension universelle de se réaliser et surtout votre combat contre ce mot « racisme Il que j'éprouve de la peine à prononcer en sachant combien d'êtres humains en souffrent. Et j'espère qu'un jour, certains égarés, entendront la voix de la fraternité humaine qui est la condition sine qua non pour un monde meilleur. En ce qui concerne l'abonnement, j'éprouve vraiment le désir de souscrire mais étant étudiant africain qui doit bientôt rentrer en Afrique, il me serait impossible d'en souscrire actuellement mais dès mon arrivée, je compte m'intégrer dans la famille de tous les lecteurs fidèles de votre journal. K.M. Cherbourg (Manche). UNE REALITE BIEN ANCREE J'ai bien reçu les exemplaires de « Droit et Liberté » qui m'ont été adressés et je donne volontiers mon adhésion à votre Mouvement auquel j'aurais dG appartenir depuis longtemps. Pilote du port d'Oran, j'ai dG fuir l'Algérie quelques heures avant l'arrivée de tueurs chargés de me prendre en charge, après avoir été préalablement blâmé, plastiqué, pillé, condam~ né à mort par l'O.A.S. J'ai eu sans doute tort de ne pas appl'ouver les sentiments antisémites que l'on manifestait autour de moi et les crimes contre la communauté musulmane. Je rentre actuellement du Congo-Brazzaville où j'ai pu, à nouveau, éprouver les méfaits d'une « maffia européenne » profondément raciste et qui cherche, par tous les moyens, à étouffer les aspirations d'un peuple vers le progrèS social, la liberté et le travail. Les officiels de la Banque, du commerce, de l'industrie, certains fonctionnaires, font preuve d'une grande hypocrisie dans leurs rapports avec les Africains. On pourrait penser que la ségrégation est abolie depuis longtemps dans ce pays, or, elle est en réalité bien ancrée, mais diffuse, sous-jacente. On manoeuvre pour empêcher les Africains de s'inscrire à un cercle, pour éviter de les inviter à un cocktail, pour les empêcher de s'installer dans un immeuble ; mais devant le ministre africain on se montrera d'une grande urbanité et on fera preuve d'une grande servilité pour assurer que l'on travaille à la prospérité du pays, alors que l'essentiel est de conserver son poste et de rapatrier le maximum de francs C.F.A. car le franc C.F.A. est noble. Dans le secteur où je pratiquais, où l'on était profondément raciste et où régnait en même temps l'incompétence et l'ivrognerie, j'ai vu refuser l'accession à des postes de Congo· lais qui, sur le plan technique et intellectuel, avaient une qualification supérieure à celle d'Européens qui en étaient pourvus. Si l'on affiche des idées timidement libérales et si l'on marque un peu de sympathie et de compréhension envers les Africains, on passe rapidement pour un huluberlu, voire pour un fou et l'on devient vite un être dangereux qu'il faut éliminer. On cherche par tous les moyens à vous atteindre

on mobilise contre

vous (ce qui n'est guère difficile dans un pays où les nostalgiques de l'Indochine et de l'Algérie française sont nombreux et où l'on klaxonne encore « Algérie française ») on dirige sur vous un faisceau de calomnies, les mains ne se tendent plus et sur le plan professionnel, on vous tend des pièges. La méthode n'est sans doute pas mauvaise. N'ayant pas, hélas, des nerfs d'acier, j'ai succombé à tant de mauvaise foi, de fourberIes et J'ai dG demander mon rapatriement, les nerfs à bout, déprimé, écoeuré, vaincu une nouvelle fois par le colonialisme. Je sais que maintenant on s'attache à empêcher mon retour où je constitue un réel danger pour mon entourage. La promotion africaine constitue pour trop d'Européens une dangereuse hypothèque sur leur venir, l'essentiel pour eux étant de durer, il n'est pas possible d'obtenir un changement dans leur mentalité et encore moins un sentiment de sympathie pour l'homme africain et le milieu dans lequel il vit. Je participerai très volontiers aux actions que vous menez contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. C. T. (Seine-Maritime) . A LA MARTINIQUE La situation se détériore chaque jour davantage, et les incidents prennent souvent une tournure raciste. L'administration poursuit ses erreurs jusqu'à la démesure. Mais le peuple martiniquais n'est plus passif.:. M. R, (Martinique) . « PAS DE LA MEME RACE» Le 3 juin 1964, alors que je me rends à mon travail, je suis témoin d'une scène inadmissible à là bouche du métro située devant le Théâtre Saint-Martin. Il est entre 7 h. 20 et 25. Un policier parle irrespectueusement à un homme se trouvant en bas des escaliers de la bou che du métro. J'ai alors pour ce policier un regard exprimant ma réprobation. Accompagné d'un de ses collègues, il me rattrape et me demande mes papiers. Tout en cherchant mon portefeuille, je lui fais remarquer qu'il est plus correct avec moi qu'avec le monsieur d'il y a un instant. - Vous n'êtes pas de la mê· me race, me répond-il. (L'homme pris à parti était un Algérien.) Devant cette réplique, je remets mon portefeuille en place et refuse de montrer ma carte d'identité. Ils me trainent devant le car de police, déboutonnent ma veste, fouillent ma serviette, menacent de m'amener au poste, sous les regards du chef de patrouille, tandis que je tiens plaqué contre moi mon portefeuille. Un groupe d'une dizaine de badauds s'étant formé, Us renoncent à vérifier mon identité, déclarant que je suis un intellectuel. Le car de police est immatriculé 601.892. André CHALARD Paris-XI'. UN APPEL A LA PAIX Fin 1963 - début 1964, l'Ensemble des Choeurs de r Armée Soviétique a donné une série de récitals à Paris. Dans leur répertoire figurait un chant, intitulé « Le Glas de Buchenwald ». Après le départ de cet Ensemble, un disque a été édité : « Les Choeurs de l'Armée Soviétique à Paris 1963-1964 », microsillon « Chant du Monde» (LDX - S - 4290). « Le Glas de Buchenwald » a été exécuté en russe, donc incompréhensible pour l'auditeur français (et quelques lignes « explicatives » sur le programme ne pouvaient, évidemment. donner tout le contenu de la chanson). Ma femme et moi, nous l'avons traduite en françalS. Ce n'est pas une traduction littérale : malgré notre désir d'être le plus proche posstble du texte original, il n'est pas possible de traduire d'une langue à l'autre ( mot à mot » en rîmes tout en gardant le rythme. Mais le rythme est fidèlement conservé. Aussi, ceux qui ont aimé ce chant, qui connaissent la mélodie ou pOSSèdent le disque, pourront le chanter en français. Je vous envoie sous ce pli cette traduction. Je veux croire que les lecteurs de « Droit et Liber té » aimeront ce chant et que ma traduction leur plaira. Et plus nombreux seront ceux qui la chanteront, mieux ce sera pour la cause de la paix. LE GLAS DE BUCHENWALD Hommes, debout ! Minute de silence ! Ecoutez, écoutez, ça hurle de tous côtés Le glas de Buchenwald remplit l'espace, Sonne à toute volée, sonne à toute volée. Il survole la terre et va s'étendre ... Vie et force renaissent soudain partout, Les victimes ressuscitées des cendres De nouveau debout, de nouveau debout, Innombrables, innombrables, De nouveau debout. (Bis) Des centaines de mille de brûlés vifs, Pas à pas, coude à coude, rang après le rang Les colonnes internationales Parlent avec nous, parlent· en marchant. .. Entendez le grondement de tonnerre, Ce n'est pas l'orage ni l'ouragan, Sous le vent de l'ouest qui l'enserre Râle le pacifit]ue, hurle comme un démen t. Et il gronde, et il gronnE' L'immense océan. (Bis ) Hommes debout ! Minute de silence ! Ecoutez, écoutez, ça hurle de tous côtés Le glas de Buchenwald remplit l'espace. Sonne à toute volée, sonne à toute volée. Il s'étend, il plane au-dessus de la terre, Et en frémit l'éther angOiSSé. Braves gens, soyez sur pied de guerre Préservez la paix, préservez la paix ! Prenez garde, prenez garde ! Préservez la paix! (Bis) Odette et Alexis BODIK Boulogne (Seine) . '


,------

Comment parler du raci•s me au lycée? (Suite de la page 9) Après avoir lu ce livre, voici ce que des élèves en pensèrent : « Peta-être, étant athée, est-il facile à J.-P. Sartre de considérer tous les hommes comme éganx ... mais n'est-il pas NORMAL que le chrétien ait, l1ti, cette répugnance envers le jnif. .. répugnance « sPirituelle ? ». Le respect de la laïcité vraie commandait- il alors de « laisser passer », ou de faire connaître à "l'élève chrétienne, ignorante de son propre Evangile. le travail du grand historien Jules Isaac sur la genèse de l'qntisémitisme chrétien, et de l'exégète catholique le R.P. Démann, préfacé par le Cardinal Saliège ? Une auh-e réflexion d'élève sur le livre de Sal'tre est réconfortante : « Jusqn'alors je pensais: un juif est un homme comme les autres, il ne doit pas y avoir de racisme. A partir de mainte- 1/ant je vais m'efforcer de penser au juif en tant que juif. C'est plltS géné·· reltx car J.-P. Sartre vise à ne pas faire du jl/if lin être à part sans lui interdire son originalité. » L'élève avait compris ce que Sartre souligne : nous sommes tous « des libertés en situation ». La ~ ituation d'une personne en milieu hostile lui donne tantôt une passion ardente' pour la justice, tantôt un complexe de persécution, de culpabilité ou même de grandeur, mais toujours une sensibilité plus vibrante. L'ignorer c'est s'exposer. si l'on est un ancien raciste, converti à une bonne volonté de surface, à des retombées dans un racisme d'autant plus grave cette fois qu'on croit avoir tenté un « loyal essai» contre lui. En outre, rien ne dessert plus les juifs ou les noirs que de ne parler d'eux que comme des victimes ... cela irrite ceux qui n'ont pas ce privilège et puis c'est aller contre la vérité. Le racisme engendre le racisme, naturellement. « On Les croit méchants, nous, les chrétiens », me disait une élève israélite. La conférence récente du professeur 1farc-André Bloch au Lycée Jules Ferry, a fait beaucoup pour la justice et la compréhension mais, après un exposé d'une si pure noblesse, les questions des élèves, émues d'ailleurs, déconcertaient parfois. « Doit-on, à votre avis, faire porter aux jeunes Allemands les faute~' de bealtcoup de leurs pères ? » - « La meilleure manière d'éviter le retour de l'antisémitisme est-il « le groupement des jl/ifs e'ntre el/X » ou leur « assim;- lation ? » - « Comment « expliquer> cette haine, cette barbarie à l'égard des juifs en particulier », demandait une élève (alors même qu'on venait de rappeler les égales persécutions contre les tziganes aussi). Or, de toute évidence, tout racisme était condamné, l'antigermanisme tout autant ; et le testament de Marc Bloch, mort pour la France, montre assez que cette assimilation danS' la patrie, ce ne sont pas les juifs qui.la refusent, fussent-ils attachés à des croyances autres que les croyances catholiques, mais bien, plus ou moins consciemment, les milieux conservateurs qui se « groupent entre eux » et pour qui les mal-pensants sont toujours un peu des mauvais patriotes, eussent-ils tous leurs morts au champ d'honneur. Tout ceci prouve à mon sens que l'éclairement persévérant de l'intelligen ce doit aller de pair avec l'appel aux sentiments de fraternité, sinon ceux-ci resteraient stériles. Ce n'est pas, je crois, péché d'intellectualisme. « Une grande clarté dans l'entendement, rappelait Descartes. engendre lme forte inclination dal1s la volonté. » Henriette HERGOT. UN FILM POIGNANT ET GÉNÉREUX « One potato, two potato » DROIT ET LIBERTE » a pu- « blié dans un précédent numéro (mai 1964), une correspondance de Jacques Deltour, sur le film « One potato, two potato ", lors de sa présentation au Festival de Cannes. Cet article était accompagné d'une interview du jeune réalisateur américain, Larry Peerce, dont c'est la première oeuvre et qui résumait ainsi ses intentions: « Nous avons voulu faire une histoire d'êtres humains. » J 'ai bcaucoup aimé cc fi lm, parce que la violence n'y a aucune part. On nous a trop présenté de bagarres entre noirs et blancs, c'est-à-dire que nous connaissons bien les paroxysmes sans' connaître l'humble réalité quotidienne, les drames de la vie familiale. Richard, un noi l', épouse Julie, une blanche, que son mari avait abandonnéc avec une riIJette. Celle-ci sera heureuse dans la ferme que Richard a achetée, où elle vit avec les grands-parents noirs et avec le petit frère métis. Mais l'épotE blanc revient et réclame sa fille. Nous sommes en Alabama, dans le « deep South », et bien que le divorce ait été prononcé en faveur de Julie, la fillette sera reprise flar le père. Tout est en teintes douces et tendres, la colère de Richard n'explose pas en actes agressifs même quand il apprend que le premier mari de .T ul ie a essayé de la reprendre, d'abuser d'elle. Mais on sent que la corde est prête à se rompre : les imprécations contre les blancs cons;tituent un substitut de réactions' plus violentes. qui sont près cl' éclater. [ TIELIE~II~II()/'illi LE 29 juillet, la première chaîne a programmé un film tourné pour la télévision belge par Jean Antoine au début de 196:). Le sujet : un étudiant congolais, Rafaël, est fiancé à une jeune décoratrice belge, Odile. Ils envisaRent de se marier et de partir au Congo. Rafaël est brusquement nommé à un poste important à Léopoldville. Le dénouement se précipite. Les fiancés se heurtent. C'est la rupture. Il part seul. A première yue le film peut certes paraître ambigu. Je sais que certains téléspectateurs en ont conclu hâtivement, avec plais·ir. ou consternation : « les mariages mixtes sont impossibles ». Mais si l'on pousse un peu l'analyse, on 'aperçoit que l'ambiguité provient. non pas des intentions de l'auteur, mais d'une maladresse certaine dans le choix de l'héroïne. Le fait de situer Odile dans un milieu bourgeois à préjugés racistes, pouvait rendre le problème encore plus passionnant, s'i la jeune fille avait été autre chose qu'une poupée inconsistante Les jeux de physionomie des principaux acteUl'S sont vraiment admirables : Barbara Barrie (Julie) s'est vu clécerner par le .T ury de Cannes, le grancl prix d'interprétation féminine. « One potato, 1\\'0 potato » : un film que tous les antiracistes doivent voir. Un film qui apporte sa pierre à notre combat. Edgar WOLFF. Projection pour les omis du MRAP Le dimanche matin 4 octobre, à 10 heures, le film « One potato, two potato » sera projeté à Paris, au cinéma « Le Biarritz ", 79, Champs-Elysées, pour les amis du M.R.A.P. Pour tous renseignements, s'adresser au siège du Mouvement, 30, rue des Jeûneurs, Paris-2'. GUT. 09-57. « L / ours en peluche » et égoïste, face à un être aussi exceptionnel que Rafaël. Sans nul doute, elle aime son fiancé, mais clle ne s'intéresse pas' à son milieu : parmi les Africain,,;, elle s'ennuie, et ce qui est plus grave, elle se sent gênée. A-t-elle jamais relié SOIl problème sentimental au problème plus général des rapports de deux cultures, de deux l'aces, dans une situation politique complexe ? La scène de jalousie qu'elle fait à Rafaël, et qui provoque la rupture n'est au fond qu'un prétexte inconscient pour rester à Bruxelles et sam'egarder sa très bourgeoise sécurité. De toute évidence, les' personnages africains sont de beaucoup supérieurs à leurs protagonistes blancs. Ils discutent. ils agissent, en un 1110t ils vivent. Chacun aborde S'es problèmes et essaye de les résouclre avec logique, même Henr:, qui « ne veut pas diluer la race ». Ce n'est pas. à propl'ement pader, une attitude raciste, car pour lui il ne peut actuellement y avoi1' de s'olution individu~ lIe et sentimentale : le problème est un problème politique à l'échelle cie l'Afrique. Le manque cie personnalité d'Odile ne peut d'ailleurs guère l'inciter à nuancer sa position. Le film aurait mieux posé le problème racial s'i les termes cie l'épuration avaient été égaux. Mais on l'a vu, la psychologie des Belges est par trop fluide. Il reste que le suj et est traité avec courage et franchise. C'est la première fois qu'un metteur en scène se penche avec autant de subtilité S'ur des Africains qu'il nous montre comme des hommes véritables, et non pas comme des êtres primaires. On peut s'étonner qu'à l'exception du journal « Le Moncle » la presse n'ait pas cherché à analyser plus profondément le fi lm et s'e soit contentée de quelques 1 ignes anoclines ou destructives. Jean Antoine n'a pas tout dit. Il est difficile d'épuiser le sujet en une heure, mais on peut certainement he<lucoup attendre cie lui pour la défense cie la cause il nti raciste. Claude TOURE. Il Dix sur disque CHRONIQUE DES TRES BONS DISQUES. PAR BERNARD SANNIER- SALABERT. 'L ES Rnmanis aux Saintes-Maries-dela- Mer (Chant du Monde, référence LCX A 4.283). C'est, dans la très belle collection des reportages-images, dirIgée t::t réalisée par PIC pour Chant du Mende, que va paraître les jours prochains, le microsi'llon consacré aux Romanis. La qualité sonore et l'authenticité de chaque enregistrement présenté est, comme toujours dans cette collection, le souci majeur des producteurs et, avec l'originalité des sujets traités, à l'origine de son succès. Ce disque est un document unique : enregistré lors du rassemblement des gitans aux Saintes-Maries-de-la-Mer, les 24 et 25 mai· 1963, il a été entièrement réalisé dans les rues, les places, les plages, et tous les décors naturels qui servent de contexte au prestigieux pèlerinage, qui perd peu à peu son véritable sens religieux et ethnique pour tourner à la foire, à l'entreprise touristique ... La Communauté Mondiale Gitane et l'Association des Gitans et Tsiganes de France ont cautionné ce disque et travaillé en étroit accord avec PIC et André Camp à sa réalisation. Des familles, parmi les autres, les Bal!i.ardo, les Demeter, les Doerr et les Adel, onL bien voulu faire revivre les ai.rs les plus typiques du folklore gitan: la marche des Man-ouches, la complainte du peuple Rom, ].a marche des Tsiganes de Hongrie... auxquels s'adjoignent quelques beaux exemples de musique instrumentale pour guitare No-no-no, variations Man·oucnes, des chants vibrants ou nostalgiques. Le disque s'achève Sur « Nous marchons tout joyeux », ce chant d'union des Tsiganes évangéliques, dont le succès, depuis quelques années, dépasse de loin le milieu gitan. III ustrés de m€iTveilleuses photogl'Brphies de Pic et d'un très pertinent reportage d'André Camp, l'album s'achève sur une mise au point des prOblèmes sociaux des Gitans et Tsiganes de France, par Juan Fernand8'./:, président de 1" Association des Gitans et Tsiganes de France qui, en ce bref article éclaire ce difficile - et souvent méconnu - problème à la lumière de ses travaux personnels. C'est la première fois que le disque présente une revendication en faveur de l'antiracisme. Bernard SANNIER·SALABERT. LOUiS MARTIn-CHAUFFIER a l'InSIiIUI Nous avons appris avec plaisir l'élection de notre ami Louis MARTINC'HAUFFIER, à l'Académie des Sciences Morales et Poiitiques. Nous lui exprimons nos vives félicitations. « LE FOU D'ELSA » •• Un poe"' me d'amour et d' amitié VISIONNAIRE de l'aven ir et d'une félicité nouvelle, Louis Aragon s'identifie étrangement ici à un poète arabe d'il y a quatre siècles qui, dans Grenade assiégée, rêve des jours que nous allions vivre, d'une femme qui viendrait alors répondre à son amour, réalisant pour lui toute la perfection imaginable. Elle a nom Elsa. C'est cantique d'amour que « le Fou d'Elsa » (1). Seule la bien-aimée, à présent comme aux jours de Salomon ou de Kéisan- Nadjdî, donne accès à la beauté du monde. Mais le couple aujourd'hui, loin déjà sur la route « précisément » qui monte, se sait responsable de l'avenir humain. Il a priS place au coeur du combat, du malheur ... Sa légende ici, par un mys· tère qui nous semble trop clair, s'est confondue avec celle de Grenade. « Cette Gre· nade qui tant ressemble à notre vie... » La Grenade du pOème fait penser à quelque foundouk où se croiseraient guerriers et rois, nomades, voyageurs de partout venus avec l'expression changeante des préjugés qui les séparent, à un carrefour que hantent morts et vivants, gens des temps à venir, personnages imaginaires traversant les légendes... Les siècles s'y a.ffrontent, avec les événements, les hommes qui les marquèrent, les perspectives différentes de l'histoire. C'est ici la Grenade du dernier roi maure à qui la beauté des jardins semble dérision. Le défi du long siège aux rois catholiques s'achève dans la faim, la peste, la trahison, la persécution sanglante des juifs, les combats fratricides entre musulmans... Puis s 'allumeront les bûchers de l'Inquisition, et l'on traquera les Infidèles, 9n pourSUivra les Gitans par les sentiers de montagne ... Dans la ville à feu et à sang, le Medjnoûn, le fou voyant que suivent les enfants, a vision d'autres guerres, d'une autre défaite, d'autres martyrs dont le nom reste en nous comme une plaie ... Le poète a trouvé comme jamais prise sur le temps. Il Et j'ai cherché de Grenade perdue au siècle d'Elsa la loi du progrès le mécanisme Par quoi l'homme dépasse l'homme et chaque gé.nération Est à l'échelle un barreau supérieur. )) Ce pas en avant d'une génération sur l'autre, on en doute parfois. Dans le frisson d'épouvante, l'horreur, le remords qui nous saisissent à la vision des charniers récents, des crématoires, de l'offense indicible faite sous nos yeux à l'être humain, nous avons la sensation de vivre un temps anachronique. Notre univers ressemble à la Grenade de 1492. D'où le passage perpétuel du poème de l'avenir au passé, du passé au présent. La marche des générations vers le règne de l'amour et de la solidarité exige une haute conscience du respect dû à l'être humain. Le poème contribue à cette lumière intérieure lorsqu'il nous fait vivre la tragédie des hommes jetés les uns contre les autres. Il en éclaire les racines. Il ouvre au delà d'elle des perspectives inouïes pourtant réalisables ... N'est-il pas d'hier, le déchirement de cette nuit dans Grenade, où la colère aveugle du peuple se tourne contre les juifs qu'une rumeur anonyme accuse de souiller les puits, de répandre la peste ? Il Toute une longue nuit la rage et le pillage ouvrirent les demeures juives, en jetèrent au ve.nt les tapis, les ustensiles, les livres, la vaisselle et la verrerie. Le sang coulait, les passions les plus bases défigu· raient le désespoir lui-même. » L'on s'étonne, on refuse de comprendre comment les choses peuvent en arriver là. La lucidité du poète nous aide à voir clair: Il Et pourtant tout cela d'abord, poursUit ·i1, était venu de l'humiliatio.n contre l'injustice, de la sainte fureur de la patrie bafouée, de ce qu'il y avait dans ces hommes de dévouement et de pureté, de croyance aveugle en un dieu dont ils dé· fendaient ici l'ultime forteresse... » S'appelle-t-elle Anne ou Simha, cette pe· tite fille qui n'avait pas l'âge de mourir? Pourtant, rapporte le poème, Il c'est alors que chez son père, Ribli Nahon ben Samuel, fut souillée et tuée à treize ans Simha dont le nom en hébreu signifie la joie )J. L'adolescent fidèle au Medjnoûn, celui qui le suit et note ses chants, Zaïd, aimait la jeune fille de toute son âme. Pour Zaïd, il n'est désormais plus de joie. Seule, l'interminable plainte de celui qu'on a dépossédé de son amour.

  • (1 Tous les soirs dans Grenade

Tous les soirs il meurt un enfant... )J chantait Lorca, dans Grenade, où le vol inverse du temps fait passer des poètes d'aujourd'hui, Nazim Hikmet, Paul Eluard ... Et le chant de Grenade revient mystérieusement comme un leit-motiv au I( Rendez· vous des Etrangers » (2). De très loin aussi dans le temps, voici monter l'amitié entre des hommes qui n'ont souci de race, ni de préjugé religieux. Personne ne sait d'où vient le Medjnoûn, le merveilleux chanteur. Zaïd, qui toujours le suivit, nul ne dira jamais s'il est Gitan, ou s'il fut volé par les Gitans dans son enfance. Zaïd aime Simha. Le père de la jeune fille avait appris l'écriture à Zaïd, avant qu'il aborde I( le Fou ». Malade, ayant perdu la raison devant le malheur de son peuple, le Medjnoûn est recueilli dans une gitanerie où viendra le soigner un jeune médecin juif, qui comprend cette magie du miroir dans lequel on traverse le temps. L'homme du Mardj, dans l'ancienne Grenade, chantait déjà: Il Nous avons inventé la rime et la musique aussi bie.n pour les autres que pour nous-mêmes Car nous partageons toute chose de plaisir et d'utilité Avec celui qui vient pacifiquement s'asseoir sur notre terre chaude et fertile... Il Cet esprit d'accueil, cette solidarité venus du fond des temps, « le Fou d'Elsa Il en nourrit ce grand rêve de l'avenir inséparable de son amour, sa force devant l'atrocité du malheur ou de la vérité, ce déchirement d'une désillusion si terrible qu'on n'en peut rien dire encore ... Le courage de voir clair, de dire vrai, de chanter au delà du visible et de l'instant, anime d'un grand battement de coeur l'espérance commune. Juliette DAR LE. (1) Editions Gallimard . . (2) Roman d'Elsa Triolet, dans lequel reviennent souvent quelques vers d'un poème de Mikhaïl Svetlov. -- 12 OIOIROI [JI combattant de la fraternité humaine LA vie de Diderot se confond avec la grande aventure de l'Encyclopédie. Ce ne fut pas seulement un ouvrage étonnant, ce fut encore un grand événement historique par le tumulte et les passions qu'il souleva. Deux camps s'étaient formés'. D'un côté les défenseurs de l'ordre établi; de l'autre, les philosophes et leurs amis, promoteurs d'un nouvel humal11sme. Il semble que, de nos jours on oublie, on néglige un peu trop de parler de cette véritable « guerre de l'Encyclopédie », qui occupa une grande partie, du ~Vln' siècle et dont les' combats preparaient la o-rande bataille de I789. Au Parlement, des ~rateurs fanatiques vitupéraient contre l'Encyclopédie, contre les philosophes. On pensait qu'il serait bien, pour l'exemple, d'en brüler au moins un; le pire d'entre eux le plus irrespectueux, le plus témérai~ e le plus dangereux : Diderot. Po~r échapper au feu et à la corde, sans abandonner la tâche qu'il s'était fixée, Diderot devait rester prudent, ruser sans cesse rester calme et courageux dans la tempête, travailler en secret, faire front au danger ou s'esquiver avec une pirouette selon les nécessités du moment. D'ailleurs les souscripteurs de l'Encyclopédie, eux non plus ne se laiss~ient pas intimider. Aucun ne renon~a" meme sous les menaces. On cherchait fébrilement, à la parution de chaque nouveau volume, les articles les plus hardis qu'avaient écrits Diderot, d'Holbach, le chevalier ne Jeaucourt ou Voltaire, LES NEGRES ET LES JUIFS Avec beaucoup de controverses et de remises en question, après un immense remue-ménage, l'effervescence philosophique, politique et sociale s'apaisa 9t;elque peu. Un nouveau conformisme s etablit. Les porteurs d'éteignoirs réapparurent, et s'activèrent contre l'Encyclopédie. On fit glisser ses grands et substantiels volumes vers la poussière et l'oubli . On laissa entendre qu'ils étaient devenus désuets, qu'ils étaient peu intéressants et d'ailleurs ennuyeux à mour ir. Il était vraiment nécessaire de décourager la lecture d'un ouvrage qui restait si dangereux pour l'ordre public par des articles tels que celui-ci : « NEGRE : les E uropéens font depuis quelques siècles commerce de ces nègres, qu'ils tirent de Gt{inée et d'autres côtes,1e l'A frique pour contemr ~es colon Les,. qu tls ont établies dans plusielfrs endrOlts de l'Amérique et dans les îles Antilles. On tâche de justifier ce que ce commerce a d'odieux et contraire au droit natnrel en disant que ces esclaves trouvent ordinairement le salut de leur âme dans la perte de le!{r liberté. » Et ces lignes du fidèle chevalier de Jeaucourt n'étaient pas moins cont raires au maintien des préj ugés traditionnels : « Qlwnd on pense aux horreurs que le ç Juifs ont éPro!wées depuis Jésus-Christ, au carnage qui s'en fit so!{s quelques empereurs romains et à ceux qui ont été répétés tant de fois dans tous les Etals chréliens, .. ~ AU CENTRE DE L'UNIVERS Dans chaque article de l'Encyclopédie transparaît s'On but principal. : instruire! éclairer rendre l'homme meilleur en lUi donnant le sens de sa responsabilité envers l'humanité. Abordant une méditation sur l'intolérance Diderot interpelle ses lecteurs : « Hdmmes que j'aime, quels que soit vos sentiments ... >; Il les conjure de descendre en eux-memes et de rejeter l'esprit d'in tol.ér.ance qui. rend les individus cruels' et 1111ustes. qUI ne convient ni à un esprit droit, ni à un coeur généreux. Il faut d'abord raisonner, puis écarter de soi tout dogmatisme et, en toute franchise, toute lucidité refaire l'examen de nos idées. sans l'i en ol1hlier, sans rien ménager. Darce flue: « L'homme est le terme unique d'où il faut partir et auquel il faut tont ra11'umer n, préci sera-t-il dans son article « Encyclopédie ». « L'homme y sera introdud au centre co/lime il est dans l'Univers ... » « L'hom .. me dtt peuple et le savant auront toujours égaLement à désirer et à s'instruire dans une EncycloPédie. » Pour certaines formes de pouvoir, entreprendre une action éducative sur une grande échelle, apparaît comme éminemment subversif. Toute la réaction ';e coalisa contre l'Encyclopédie, dont la diffusion aurait gravement menacé un appareil gouvernemental déj à chanc('lant et au rait aug-menté les manifesta ·

  • « Hommes

., . que 1 mme, quels que soient vos sentiments ... »

  • tions du mécontentement populaire. La

misère était g-rande dans le pays, misère dont Diderot avait relevé le caractère désintégrant : « Il y a peu d'âmes assez fermes que la misère n'abatte et n'avilislisse à la longltc. Le petit peuple est d'une sl1tpidité incroyable. Je ne SatS ql{~l prestige lui ferme les yeux sur sa 1n$sère présente et sur nne misère plus grande encore qui attend sa vieillesse ... » De telles phrases ne sont-elles pas bien proches d'un appel à la révolte? Et cette autre définition, encore, était propre à le renforcer : « Journalier. : ouvrier qui travaille de ses matns, et Une brochure à lire et , a .conserver " L'Assemblée Générale des Nations Unies a adopté, le 20 novembre 1963, une" Déclaration sur l'élimina· tion de toutes les formes de discrimination raciale ". qu'on paie au .i01tr la journée. Cette espèce d'homme formant la plus grande partie d'une nation, c'est son sort qu'un gonvernement doit avo,ir princiP,al,ement en vite. Si le jOltrnaher est mtserable, la nation est mùérable. » UNE OEUVRE ENCORE ACTUELLE La g-uerre de l'Encyclopédie dura 2:; ans. Diderot y sacrifia ses plus belles années. Pour l'achèvement de cette oeuvre collective, il renon~a à la tranquil.lité, a une immédiate g-loire littéraire. Rien ne l'arrêta rien ne le découragea. Même pas les' abandons retentissants d'importants collaborateurs qui s'en allèrent par lâcheté ou par oppol·tunisme. La rupture la plus tumultueuse - et la plus douloureuse pour Diderot - fut celle de Rousseau, dont l'aversion g-randissante pour l'athéisme et le matérialisme de ses anciens amis, le fit se retourner contre eux et attaquer sans ménag-ement Diderot et d'Holbach. Pour conduire à son terme une oeuvre aussi vaste, dans des conditions aussi diffciles, ni le courage, ni le génie ni une exceptionnelle érudition n'étaient des qualités' suffisantes. Il fallait encore cette ténacité et surtout cet amour de l'humanité qui donnèrent leur marque à la vie et au caractère de Diderot. Actuellement, des extraits de l'Encyclopédie sont réédités et une nouvelle publication complète est envisagé~. · On s'aper~oit que la plus grande partte d<!s articles sont encore actuels, et que leur lecture est la meilleure introduction à l'étude du siècle des Lumières, de ce gr~nd XVIII" siècle fran~ais encore si meconnu. Hermine KALLUS. " Il s'agit là d'un événement très important, un des plus considérables survenus dans l'activité des Nations Unies depuis la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, votée à Paris, le 10 décembre 1948. " Aussi, le M.R.A.P. est·iI bien inspiré de publier le nouveau texte, en le plaçant dans le cadre de l'ensem· ble des mesures déjà prises, où il s'insère ... " Ainsi débute l'avant-propos écrit par le Président René Cassin pour la brochure que le M.R.A.P. vient d'éditer : " LA COMMUNAUTE DES NATIONS CONTRE LE RACISME ", LII eOMMUPlIIUTE OEf NIITIONf Cette brochure réunit l'ensemble des textes adqptés par l'O.N.U. et l'U.N.E.S.C.O., depuis leur création , sur le probl ème du racisme. C'EST UNE BROCHURE D'ACTUALITE: l'Assemblée Générale de l'O .N.U., lors de sa prochaine session, dans quelques semaines , doit discuter d'une Conventi on sur l'é limination de toutes les formes de discrimi nation raciale, fond ée s ur ces textes. C'EST UNE ARME POUR L'ACTION : en annexe figure la Résolution fin ale de la XV· Journée Nationale contre le racisme, l'a ntisémitisme et pour la paix, montrant sous que lles fo rmes et par qu elles méthodes peuvent être appl iquées, en France, les décisions et l'ecommandations des Nati ons-Unies. Quiconque s'intéresse au combat antiraciste se doit de posséder et de consulter ces textes que le M.R,A.P. est seul, dans le monde, à avoir réunis. (L'exemplaire: 2 fra ncs.) r 0 N T Il E LE illltlfME Avant-propos de René CASSIN Membre et ancien Président de la Commission des Droits de l'Homme des Nations Unies ~---------------------- Pour recevoir • cette brochure ... Remplissez et envoyez le formulaire ei·llessGus au M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris (2' ). M . . . . . . . ... .. .. . . ,- . .. . . ................. . 1 1 1 t\dr'esse ............... ...... . ....... .... ..... .... 1 .. souhaite reeev~iI' ........ exemplaÎre(s) de la brochure « La communauté des Nations con- 1 • vous adresse la somme de . .. ..... (2 francs par brochlire) en timbre poste, ehènue ban- Documents présentés par le Mouvement· contre le Racisme l'Antisémitisme et pour la Paix (M,R.A.P.) 1 tre le racisme ». caire, mandat-poste, chèque postal (au C.C.P. de « Dr()it ct Liberté )) : Paris 60iO·98). 1 L. __( R_ a_ y_C~r __Ie~ s_ _m_ _en~ ti~o_n_S __Ï1_ 1u ti_ le_s_.)_ _________________________~ _______________________________________________. -------------------------------------____~PAS DE VACANCES POUR LA HAINE RACISTE • PENDANT QUE VOUS ETIEZ EN VACANCES, la presse raviste poursuivait sa campagne d'été. D'un volumineux dossier de journaux et de ' coupures, rassemblé au mois d'août, Nicole de BOISAN· GER·DUTREIL fait ressortir les grands thèmes - que l'actualité ne renouvelle guère - de ces excitations à la haine fondées sur le menson· ge, la peur, l'appel aux bas instincts. (Page 4) • S'APPUYANT SUR LES ARTI· TICLES DE « MINUTE " ET SUR L'EXEMPLE DE SAINT· CLAUDE, des groupes racistes ont tenté, à Paris et à Lyon, de faire interdire les piscines aux Algériens. Grâce aux fermes protestations du M.R.A.P. et de nombreux démocrates, l'extension de cette mesure scandaleuse a pu être empêchée, et les autorités de Saint-Claude, sans la rapporter officiellement, ont pratiquement renoncé à l'appliquer. Pourtant, le Parquet de la Seine a décidé de classer « sans suite », la plainte déposée par le M.R.A.P. contre « Minute ». Et des discriminations raciales continuent d'être signalées dans tels cafés parisiens où l'on refuse de servir Algériens et Noirs. (Page 5.) • PARCE OU 'IL « N'AIMAIT PAS LES ALGERIENS ", Aristide Dujardin, l'assassin de Roubaix, a tué à bout portant deux de ses compagnons de travail. Folie ? Certes, mais folie raciste. Il y a souvent, dans la folie, sur des bases faussées, une sorte de logique infernale... Dujardin a poussé jusqu'au bout les conséquences de sa haine, nour· rie par la guerre d'Algérie. (Page 4). • BATAILLE RANGEE A SAINT· LAURENT·DU-VAR : des paysans ont fait des barrages sur la route, des coups de feu ont été tirés. A l'origine, un incident causé par une enfant. Mais cette fillette est gitane. La signification de ce drame, les leçons à en tirer, font l'objet de l'article de M. Louis PEYSSARD que nous publions en page 3. (Photo JI. Clair.) Les devoirs d'octobre • sous CE TITRE, PIERRE PARAF, président du M.R.A.P., fait le pOint des problèmes posés aujourd'hui par le racisme, des préoccupations et des tâches qui: nous attendent en cette rentrée (pa.ge centrale). • AUX ETATS-UNIS, en dépit des luttes et des efforts des Noirs, -soutenus par un nombe croissant d'antiracistes, la rentrée scolaire demeure marquée par la ségrégation. Le boycott est organisé contre certaines écoles où les enfants noirs ont été admis, et, seuls, quelques enfants blancs s'y rendent (photo ci-contre prise à l'école pUblique de Prince Edward County, en Virginie). Le racisme est au centre de la bataille électorale américaine, comme le montre Claude FAUX dans son article: Goldwater

un Tarzan pOUjadiste

(page 8)_ • POUR TOUS LES EDUCATEURS, la rentrée pose à nouveau la question : comment enseigner la frater nité humaine. Un professeur de philosophie, Mme Henriette HERGOT, nous fait par t de son expérience (page 9). 15 SEPTEMBRE - 15 OCTOBRE 1964 N° 235 Un franc Le vivant message d' ANNE, FRANK - • PARMI LES SIX MILLIONS de juifs exterminés par les nazis, il y avait près' de deux millions d'enfants. Parmi ces enfants, Anne Frank, symbole de l'innocence persécutée, apporte, pour tous, un immortel message. En .ce vingtième anniversaire de la Libération cie la France, l'Hôtel cles MonnaIes vient d'éditer une médaille à la mémoire de la petite martyre cl' Amsterdam (photo ci-dessus). Notre collaborateur Bernard SAN NIER-SALA BERT a rendu visite à l'auteur de cette belle oeuvre : le maitre-graveur Georqes SIMON (page 9). • VINGT ANS APRES, où en sommes- nous'? L'Amiral MUSELIER, ancien chef des FOI-ces Françaises Navales Libres, Compagnon de la Libération, nous' fait part de ses réfexions, quelque peu amères, dans son article : « Souvenirs et inquiétudes » (page ce11trale) . • LES CRIMINELS NAZIS, dont les peuples exigeaient le châtiment au lendemain de la guerre, restent, il faut bien le constater, pour la plupart impunis. Certains ont repris du service en Allemagne; d'autres voyagent, tels l'ancien S.S. Zech-Nenntwich, dont Marguerite KAGAN raconte le périple Brunswick-Le Caire-JohannesburgHanovre (page c,entrale); d'autres innombrables, se cachent. ayant échappé à la dénazification que le procès de Nuremberg avait inaugurée. Ils perdraient toute inquiétude et pourraient agit- s'ans aucun obstacle si le gouvernement de Bonn réal isait son projet de prescription en mai prochain. Dans son a rticle : « Pas cie prescripti on POUI- les crimes naz is ! » Jean BOULIE R . ancien professeur de la Faculté Libre de Droi t, soul ig-ne h gravité de ce pro jet, conti-aire à la fo is aux intérêts des' peuples et à la loi internationale (rage centrale) .


.-- 2

JUILLET l8·VII. - A la suite du meurtre d'un jeune noir par un policier, les Noirs de Harlem, à New·York, manifestent contre le racisme. La police tire : un manifestant est tué, plus de cent sont blessés ; nombreuses arrestations. 21·vn. - l"r'emière réunion àJ New York de la Commission d'ex· perts créée par le Conseil de Sé· curité pour examiner l'applica· tion de sanctions à l'Afrique du Sud. LA DELEGATION FRAN· ÇAISE REFUSE D'Y P ARTICIPER. 21·VII. - Réunis à New·York, les dirigeants des six principales organisations noires des .Etats·Unis décident de limi· ter les manifestations antiracistes jusqu'aux élections présidentielles et de concentrer leurs efforts contre le sé· nateur Goldwater. 23· VII. - Deux Algériens tués à bout portant par un raciste forcené, à Rou· baix, sur le lieu de leur travail. 25-VII. - Violents incidents à Roches· ter (Etat de New-York) où des manifestants noirs se sont heurtés toute la nuit aux forces de police : un mort, 80 bles· sés, 400 arrestations. 28·VII. - Plusieurs antiracistes arrêtés à Johannesburg. AOUT 2·VlII. - Deux morts au cours de rixes entre militaires américains noirs et blancs stationnés en Allemagne. • Incidents très violents dans le ~ew·Jersey, où des centaines de Noirs s'opposent à la police. 4·VIII. - Les corps des trois militants antiracistcs (deux blancs et un noir) disparus le 21 juin, sont retrouvés dans un marécage près de Philadelphie. 5·VIII. - Incidents dans le golfe du Tonkin entre la flotte américaine et les forces du Nord-VietrNam. • A Nicosie, vive fusillade entre Chypriotes grecs et turcs : 1 mort, 3 blessés. 14·VIII. - Le président de l'Union Na· tionale des étudiants sUd·afrkains, M. Jonty Driver, est arrêté par la police du Cap. 16·VIII. - A la suite d'un incident mi· neur, de violentes bagar'res éclatent à Chicago entre Blancs et Noirs ; la police établit des barrages ; bilan ': 60 blessés dont 2 par balles. lÎ-VIII. - Accusés d'attentats, neuf mem· bres de l' « Afri{;an National Con· gress » (A.N.C.) comparaissent devant le tribunal de Prétoria. 24-VIII. - A Atlantic City où se déroule le Congrès du Parti Démocrate des . Etats·Unis , des nazis portant la che· mise brune et la croix gamméc -sont arrêtés par la police. 26·VIII. - Heurts violents entre boud· dhistes et catholiques au Sud-VietNam. 27·VIII. - La « Convention » dé· mocrate ratifie LES CANDIDA· TURFS DE LYNDON JOHNSON A LA PRESIDENCE DES U.S.A., et du sénateur Herbert Humphrey à la vice·présidence. 28·VIII. - Un banal incident de rue -se transforme en émeute raciale à Phi· ladelphie (Pennsylvanie) : 197 arrestations, 341 blessés, noirs en majorité. • Le professeur Dennis Higgs, un blanc d'Afrique du Sud, adversaire de l'apartheid, est Iddnappé en Rhodésie du Nord, où il bénéficiait de l'asile politique. 30·VIII. - Des racistes blancs armés de fusils paradent dans les rues de 'Westminster (Caroline du Sud) ; les noirs rispostent : le couvre·feu est décrété. SEPTEMBRE ~'IX. - A New·York, Thomas Gilligan, . l'officier de pOlice à l'origine des émeures de Harlem (il avait tué un jeune noir) est déclaré innocent de toute intention criminelle. 2:·IX. - En Afrique du Sud, le profes· seur Dennis Higgs est remis en liberté, à la suite des protestations qu'avait soulevées son enlèvement. 6·IX. A Athènes (Georgie), DEUX MEMBRES DU KU· KLUX·KLAN, accusés du meur· tre d'un haut fonctionnaire noir, M. A. Lemuel Penn, SONT AC· QUITTES par un jury exclusivement composé de Blancs. lOf IX. - Le corps d'Henry Orsby, jeune Noir, âgé de 14 ans, militant antiraciste, est découvert dans une rivière du Mississipi. Il·IX. - La tension au Moyen·Orient : réunis au « sommet» à Alexandrie, les chefs d'Etats arabes décident dans la résolution finale, la création d'une armée palestinienne. 13·IX. - Ouverture de la 3' SES· SION DU CONClLE « VATI· can II ». 14·IX. - A New·York, les racistes boy. cottent les écoles pour protester contre la mise en application .du programme municipal d'intégration scolaire. l5·IX. - Georg Hempen, agent de la Gestapo, criminel de guerre condamné à mort par un tribunal français, est acquitté à Oldenburg en Allemagne Occidentale. CONCILE • Le schéma sur les juifs qUE AJOURNE lors de la seconde session, le débat consacré au « schéma » sur les juifs va reprendre et sans doute s'achever au cours de la troisième session du Concile OEcuménique, ouverte le 1.'i septembre. Le texte préparé par le Cardinal Béa, qui avait fait l'objet de critiques a été, semble-t-il, remanié sensiblement. Mais il est difficile de juger des retouches apportées, plusieurs versions diverses, parfois contradictoires, ayant été publées dans la presse. Ce qui est certain, c'est que des pressions se sont exercées sur le Concile, en vue d'atténuer la portée de cette solennelle prise de position. Dans les milieux juifs, s'exprime, avec une certaine amertume, la crainte que le « schéma » ne manque de netteté dans sa condamnation des préjugés et des accusations (notamment l'accusation de cc déicide») qui, dans le passé, ont contribué à dresser les chrétiens contre les juifs ; on redoute également que l'esprit de prosélytisme s'affirme d'une façon inopportune dans un tel document, ce qui risquerait d'en modifier la signification profonde. Il faut toutefois considérer que le nouveau projet soumis au Concile, quelle que soit sa teneur actuelle, peut encore recevoir des amendements au cours du débat, iusqu'à son adoption définitive ct sa publication, probablement vers la mioctobre. • Une note du M.R.A.P. LORS de l'ouverture du Concile, en octobre 1962, le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et poUl' la Paix avait fait parvenir, sur ces questions, un message et une note aux organismes compétents. Après avoir analysé les superstitions, et les haines « longtemps alimentées par des oppositions ou des conflits d'origine religieuse qui, fréquemment, ont suscité des campagnes calomnieuses, des mesures vexatoires, des violences envers Les juifs », la note évoquait les premiers remèdes apportés par l'Eglise : décrets et proclamation des Papes et des hautes autorités ecclesiastiques, révision de nombreux catéchismes, suppression dans la prière du Vendredi Saint des termes bles'sitnts pour les juifs, action des chrétiens contre l'antisémitisme et ses conséquences. Puis, soumettant diverses suggestions, le M.R.A.P. soulignait qu'elles pourraient constituer « un heurettx complément attx dispositions déjà mises en oeuvre. » En premier lieu, indiquait la note, « il ne fait pas de doute q1t'Une nouvelle condamnation de toutes les formes de racisme et d'antisémitisme, dénoncées solennellement par la plus haute instanc!! de l'Eglise, comme criminelles devant Dieu, l'Homme et la Société, serait assurée, dans les circonstances prés,entes. d'w~ immellse l'etentissement dans les consciences. » cc Afin d'attirer l'attention des croyants sur certaines interprétations ,erronées de la doctrine chrétienne, il serait opportun, poursuivait le document du M.R.A.P., de rappeler explicitement ce qui, dans celle-ci, rapproche chrétiens et juifs et vient illustrer la continuité des enseignements des Prophètes et de ceux du Nmweau Testament. Un commentaire circonstancié des Evan.qiles, rendu public dans les formes appropriées, soulignerait l'origine commune des deux reli,qions, et le fait que Jésus, né de mère j1tive, vécut partni les juifs et que, plus profondément, comme l'indiqua Sa Sainteté Pie XI, les chrétiens sont « spirituellement des sémites ». La Note abordait ensuite en ces termes, le pénible problème du « déicide» : A la mémoire de ZOLA Le dimanche 4 octobre, à 15 heures, aura lieu le traditionnel l'elerinage Littéraire de Médan, organisé par la Société Littéraire des Amis d'Emile Zola. Une exposition de documents relatifs à la vie et l'oeuvre d'Emi· le Zola. sera présentée dans l'an· cienne demeure de l'écrivain pendant la durée du Pèlerinage. Des exposés seront faits par MM. Jean Vidal, André Wurmser et André Dubuc. S~ PASSE-T.IL ~• 1 Victime de SON racisme J 'Al reçu une lettre (anonyme, bien sûr, mais j'aimerais tellement avoir l'adresse de son auteur - s'il se reconnaît, qu'il m'écrive à nouveau). Une lettre chargée de haine, mais pitoyable à souhait. Belle écriture. Pas de fautes d'orthographe. Probablement due à ce qu'on appelle un « vieux cülonial ». L'auteur a certainement bien connu l'Afrique, et pendant de longues années. Il n'y a rien compris. Pour lui, le colonialisme ce sont les routes, les hôpitaux, la « civilisation » Ilpportée à d'ingrats « sauvages » }Iaresseux. Aujourd'hui, le ton de sa lettre le prouve, il est lui·même dans la misère, avec une affreuse retraite pour tout bagage, et la nostalgie du temps où, blanc et riche, il vivait haï de ceux qu'il commandait : noirs et pauvres. Et il mâchonne sa rancoeur. Sa situatioll, il croit qu'il la doit justement à ces « nègres et arabes » qui (c nous » coûteraient des milliards, ces « fainéants » primitifs, et tout, cf tout. Je passe sur les termes employés et le langage méli·mélo dramatique que mon correspondant emploie. Ce que je retiens, c'est qu'il se défend avec force d'être raciste. Il en est au temps, seulement, de « la France aux Fran· ' çais ». Il voudrait une bonne retraite, des hôpitaux convenables, des logements, des salaires décents, tout ce qui manque à des millions de Français. Mais « les nègres et les arabes » lui ont tout pris ! Il n'est donc pas raciste, ma is ... J'ai lu cette lettre avec amertume. Car ils sont trop nombreux, ces pau, Tes racistes victimes de leur propre tare et qu'aucun sérum ne saurait guérir. Ils sont farcis de lieux communs, d'idées toutes faites. Ils n'en démordent point. Le nez dans la crotte, ils affirment que c'est une rose qu'ils sentent. J,c colonialisme fut la honte de l'humanité. Il s'efface peu à peu des faits, mais il reste dans les esprits. Mais ne faut-il pas dire qu'une certaine presse entretient aujourd'hui cc poison, en portant tout notre passif au compte de l'aide aux pays « sousdéveloppés » ? Ça permet d'ignorer le « reste Il. Mais ce reste - ici - ne me l'Cgarde pas. Ouvrez donc les yeux, pauvres gens ! « Ponr dissiper de dan.qereuses équivoques et effacer à jamais l'accusation odieuse de« déicid,e» cause de tant d'exactions, il y aurait lieu de faire ressortir avec insistance, dans un tel COIllmentaire, que Jéstts n'a pas été crucifié par les juifs mais que seule tme minorité de juifs d'alors (c'est-à-dire les habitants de la Judée) fut hostile à sa prédication,' qu'il fut condamné, dans tm contexte historique précis, par le procurateur romain Pilate, au supplice romain de la croix, et qu'il vint sur terre, selon la doctrine catholique, P01W racheter les pèchés du genre h1ttHain tout entier. « Il conviendrait enfin de mettre l'occent sur le fait que tous Les juifs de tous les temps ne sa·uraient, en tota état de cause, être tenus responsables et conpables d'un crime commis par des hommes déterminés, à 1tne époque déterminée. «Ces affirmations clairement exprimées, elles pourraient servir systématiqtwment de thème à la prédication et à l'enseignement de ceUX' qui ont pour char.qe de guider les fidèles et d'initier les Jeunes générations aux fondements de la religion chrétienne. Tous les chrétiens seraient ainsi mis en garde, en permanenc.e, contre les tentations d1! mépl'l's et de l'hostilité. » Enfin, le M.R.A.P. suggérait que soit réalisé. à la lumière cie ces données « lin examen minutieux des livres de cntéchisme, des mat11(els religieux, des livres d'enseignement » et qu'une atten·· tion toute particulière soit apportée aux « Passions» représentées sous la forme théâtrale, ainsi qu'à certaines coutumes qui sont les survivances d'un passé révolu ... « Nous sommes convaincus, concluait le document,. que, par de telles mesures, ott par d'autres inspirées du même esprit, I,e XXI" Concile OEcuménique contrib1wrait d'une façon décisive à créer de nou,veallx rapports non seulement entre les c!~rétiens et les juifs, mais aussi entre tous les hommes S011S distinction. » DICTIONNAIRE • L/exemple va changer D« EeICnI DlEa . pQeuris oenstn em eduur trCiehrr idset D: ileeus, Juifs déicides ». Nous avons protesté, il y a plusieurs années déjà contre cet exemple donné par le ' « petit Larousse " pour expliquer un mot dont l'emploi a fait couler tant de sang. En 1961, « Droit et Liberté" publiait à ce sujet un article de Jacques Madaule. Aucune modification n'étant intervenue, le M.R.A.P., alerté à nouveau par une correspondante, intervenait encore, en mars dernier, auprès de la célèbre maison d'édition. Cette démarche a été utile. Par lettre du 31 juillet, le rédacteur en chef des dictionnaires fait connaître à no· tre Mouvement les dispositions qui vien· nent d'être prises. « Nous regrettons vivement, écrit·il, que l'exemple utilisé, pour illustrer le mot déicide ait pu échapper à la plume de l'un de nos collaborateurs, et je puis vous assurer que nous faisons le nécessaire pour le remplacer, dans la prochaine édi· tion par : (( la lance déicide ". Une décision dont se réjouiront tous les antiracistes. Oncle TOM. MOYEN-ORIENT • La paix difficile EN décidant la création d'une armée de libération de la Palestine, le « Sommet arabe » réuni au début de septembre à Alexandrie, a confirmé que le Moyen-Orient demeure l'un de ces « points chauds » du monde où la détente internationale tarde à faire sentir ses effets. Pour les antiracistes sincères, qui recherchent sans parti-pris la fin de toutes les tensions entre communautés humaines, il est navrant de voir persister des oppositions apparemment irréductibles dans cette région, berceau de trois grandes religions, où les hommes et les peuples liés par les origines lointaines, l'histoire, les affinités culturelles et ethniques, les intérêts présents, sembleraient devo:r se comprendre et s'entendre. Le contentieux israélo-arabe est certes lourd. Sans prétendre en analyser toutes les données complexes, il faut remonter, pour expliquer la situation actuelle à la période de l'occupation britannique. L'impérialisme anglais, là comme ailleurs, a toujours été expert à « diviser pour régner », appuyant tantôt les juifs tantôt les Arabes, attisant les haines entres les opprimés pour les détourner d'une lutte libératrice efficace contre la puissance qui les dominait. Aujourd'hui encore il ne fait pas de doute que les intérêts économiques et stratégiques des puissances occidentales (les Etats-Unis s'étant joints d'une façon prépondérante à la Grande-Bretagne) pèsent c1'un poids énorme sur ces terres à pétrole. Un journal algérien souli- (Suite page 3_) DROIT ET LIBERTE MENSUEL 38, rue des Jedneurs • ParIs (11 Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: - 1 Un an : 10 francs Abonnement de soutien : 20 francs 1 ETRANGER Un an : 18 francs Compte Ch. Post.: 6070-98 Pana Pour les chaniements d'adresse eDvoyer 1 franc et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer Droit et Liberté, ou s'abonner, au siège des Amis de Droit et Liberté, 43, avenue de Berchem Saint· Agathe, Bruxelles 8 - Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'Hôteldes · Monnaies, Bruxelles 6. Versements au C.C.P. 723895 de Léon GRINER, 9, Square Robertpequeur, Bruxelles·7. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 PB. Abonnement de soutien : 150 PB. ~ Journal compost§ et Im~ ~ par des ouvriers syndiQUé5 S.P.E.C. - ChAtea.urom:: <1éraDt. : B. BUNCBL qUE SE PASSE-T-IL ? Coups de fusil vengeurs sur des enfants gitans (Suite de 10 page 2) gnait récemment que « les intérêts américains en pays arab.es sont supériel{rS à ceux investis en Israël. » (<< Révolution Africaine », 1.1 juin 1964.) La création en Palestine - souhaitée par l'O.N.U. en 1947 - d'un Etat binational judéo-arabe ne s'étant pas effectuée

Israël étant devenu un fait historique
il est évident que toute tentative

de modifier les frontières et la configuration nationale dans cette région (comme partout ailleurs dans le monde), entraînerait la guerre. Ne serait-il pas plus logique et conforme à l'esprit de notre temps de s'orienter vers une solution politique des problèmes très réeis qui se posent : réfugiés arabes, eaux du Jourdain, condition des Arabes en Israël, etc .... ? Si tel n'est pas aujourd'hui le désir des gouvernements intéressés, ou s'ils n'en ont pas les moyens, notre sympathie va à tous les hommes, s"ans distinction, qui s'efforcent d'agir dans le sens de la paix. On regrettera, à ce sujet, que le Mouvement de la paix d'Israël n'ait pas été invité à la conférence qui réunissait en juillet dernier, à Alger les mouvements de la paix de tous les pays du bassin méditerranéen, pour discuter de la dé.nucléarisation de la Méditerranée. L'appel final cie cette conférence, préconise pourtant « l'action commune de tOliS les peuples méditerranéens contre le danger atomiqloe et pour la vie », et souligne, à juste titre, que « la dénucléarisation n'est pas l'affaire d'un seul gouvernement ou d'un seul peltple. elle est celle de tous les peuPles, de l'humanité ,entière ». Dans une telle lutte, aucun effort, aucune bonne volonté ne saurait être ignorée. D'autant plus que seule la paix peut permettre de dépasser les multiples contradictions qui déchirent le MoyenOrient, tout en satisfaisant la dignité et les aspi ration de tous les peuples. ANTILLES: • Un paradoxe A la suite des incidents qui ont eu lieu à Fort·de-France, en ju,in 1963, MM. Tîmothée, directeur du journal « Justice » et Armand Nico· las. secrétaire général du Parti Communiste Martlniquais, étaiept poursui'vis par le tribunal de Fort-de-France sous l'inculpation de « publication de faus· ses nouvelles de nature à troubler l'ordre public », et d' « excitation à la haine contre une partie de la population », aux termes du « décret·loi Marchan· deau », qui punit la diffamation et l'i'njure racistes. MM. Timothée et Armand Nicolas ont été condamnés respectivement à cinq mille et six mille francs d'amende. On s'en souvient, la presse s'en étant emparée, les événements qui ont motivé cette lourde condamnation avaient pris à l'origine, une forme apparemment anodine. De jeunes métropoli~ tains du lycée Schoelcher, à Fort·deFrance, avaient lancé la mode de cer· tains tricots tout en prétendant en inter· dire le port aux élèves martiniquais. Des groupes de Métropolitains atta· quèrent et molestèrent ceux des Marti· niquais qui arboraient ces tricots, déclenchant des heurts regrettables qui, dans le climat régnant là-bas, se transformèrent rapidement en violences. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, les seuls à être poursuivis furent de jeunes Martiniquais - dont plusieurs c'est tJÛJJu!, , EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameublement et les grands Magasins. ont été frappés de peines de prison ferme - ainsi que M. Timothée, di-rec· teur du journal « Justice », où, à deux reprises, cette situation avait été dénoncée, et M. Armand Nicolas - le Parti Communiste Martiniquais ayant diffusé un tract dans le même esprit. Le décret-loi Marchandeau, qui a servi à c'ondamner ces deux derniers, est le seul texte de la législation fran· çaise qui puisse être utilisé pour frap· per les racistes. C'est une dérision que ce texte (que l'on refuse si souvent d'appliquer, dans des cas flagrants d'injures ou de diffamations racistes ou antisémites), soit invoqué aujourd'hui contre des personnes qui en ont précisément demandé l'application. M. Louis PEYSSARD, inspecteur général de la Santé Publique et de la. Population, président du Comité National d'Information et d'Action sociales pour les « gens du voyage» et les personnes d·on· gine nomade (C.N.LN.>, a bien voulu écrire pour « Droit et Li'berté » cet article sur les incidents qui se sont produits en juillet à Saint· Laurent-du·Var. Nous l'en remercions très vivement. Dans un communiqué, le M.R.A.P. souhaitait « que, dans le cadre de la loi, les véritables responsables des inci· dents de juin 1963 soient amenés à répondre de leurs actes » et soulignait « l'impérieuse nécessité de mesures susceptibles de mettre fin à toutes les menées qui peuvent encourager le racisme aux Antilles. » AFRIOUE DU SUD • Pas de racisme aux J. o. MIS en demeure par le Comité Olympique International (C.LO.), de déclarer officieUement que. « l'apar. theid était inapplicable dans le domaine des sports ", la Commission Olympique Sud-Africaine a fait parvenir au chancelier du C.I.O., M. Otto Mayer, une fin de non-recevoir. IL n'est pas rare que nous ayons à réa· gir contre des brimades subies par des Gitans, inconsidérément accusés, quand cela n'est pas phYSiquement atta· qués. En cette mi-juillet, nous avons appris avec stupeur que les agissements de Gi· tans : maraude de que lques fruits par des enfants affamés, ont « fait parler la pou· dre " à Saint-Laurent-du·Var, dans le dé· partement des Alpes Maritimes. Cette aberrante sanction est l'aboutisse· ment de toute une histoire, toujours un peu la même il est vrai : des Gitans, à qui le nécessaire vital n'est pas accessi· par louis PEYSSARD ble, sont obligés d'y pourvoir par des moyens de fortune. Ils devaient, dans ce cas, traverser des propriétés cultivées pour se procurer l'eau qu'ils n'ont pas au camp. Les blessures d'une victime de 11 ans que 1'6n transporte à l'hôpital déclenchent les ptotestations du groupe ethnique ac· culé à une vie de parias et, violence pour violence, les Gitans attaquent les cultiva· teurs barricadés chez eux, les cultivateurs organisent des barrages de routes... Le cycie infernal des réactions antiraciales s'inscrit·iI chez il0US sous le nom GI· TANS? Ceux qui subissaient en silence lèvent la tête. Il est grand temps, il est encore temps d'oeuvrer pour la justice ! Un climat d'apaisement s'est instauré au lieu de cet incident. Le coupable a été légalement jugé et condamné. Mais il est dommage, ainsi que l'a fait justement remarquer la presse locale, que des actes de violence de part et d'autre en aient été le prix. Le Paradis de 1938 n'avait pas fait leur coin de sérénité aux nomades, et c'eût été possible, alors : le problème n'était pas posé. Les incendies nationalistes qui s'allument partout dans le monde, et dont la France ressent cruellement les effets donnent une autre dimension aux rapports ethniques. et, pour nous, aux problèmes gitans. Que les justes causes soient pressenties et défendues avec justice. et vite! L'Afrique du Sud, qui avait difficile· ment accepté d'introduire des noirs dans la composition de son équipe olympique (7 noirs pour 77 blancs !) ne sera donc pas représentée aux jeux de la XVIII' Olympiade à Tokyo . DIMANCHE SOIR 22 NOVEMBRE Une école ' en feu GRAND GALA ANTIRACISTE , a Dublin SALLE PLEYEL Location au M.R.A.P. 30, rue des J eûneurs Pa r is-2' . GUT 09.57 « Justice pour les nomades » RECEMMENT, la municipalité de Dublin décidait d'expulser, sous prétexte de « sauvegarder l'ordre publie », plusieurs milliers de Gitans sta· tionnés dans un quartier périphérique de cette ville (Ballyfermot). la manifestation de Dublin Un triste anniversaire pour le peuple tsigane (7 L y a vingt ans, dans la tluit dit 31 ju-illet an l ,er août 1944 étaient massacrés les J", .)0.000 déportés tsiganes du camp d'Auschwit::. Déjà, en 1941 et 1942, les tsi.qanes d'U.R.S.S. et de P%glle oCC1lpées, ainsi que ceux de Yougoslavie, avaient été exterminés eu /liasse, en-même ' temps q/~e les Jlüfs, soit en rase campagne par les S.S. des unités spécial,es « Eisatzgruppen », soit dans les camps de concentration de Chelmno, près de Lod::: (ia'llvier 1942), Treblinka près de Varsovie, Belzet:: et aulr,es. En janvier 1943, Himmler signe l'ordre du génocide des tsiganes habitant l'Allemagne et l'Altt·riche. Et à partir de mars 194.,. c'est par trains .entiers ql/'on amène des milliers de tsiganes à Auschwi/:: où l'on c'réé mt camp spéciaL à leur intention. Les conditions d'hygiène épouvatltables et la famine font des .ravages parmi les déportés. frappant surtout les enfants. Un certain nombre de tsiganesiellnes et encore forts, fU11el1t envoyés d'Allschwit:: dans les l/sines allemandes. 111 ais dans la nuit dl~ 3 l juillet, sous la direction dIt sinistre Dr !v! engele, tous les déportés tsiganes étaient chassés de leurs baraqlteS, entassés dans des camions, et condlûts cl la mort par le gaz, dans l'enc.einte des crématoires d'Auschwitz. Deux des accusés dit procès de Francfort, Boger et Kaduk participèrent direc/ e'l1lents à cette action. Boger, de sa propre main, tua les qwelques lIlalheureu.t: enfa/ lts qui cherchaient à éviter la mort en se cachant. 31 juillet J944, 3I juillet 1964, un t,.iste anniversaire pour le pe1lple tsigane. Les Gitans refusèrent de partir. Une partie d'entre eux cependant ne résistèrent pas à la pression de la police qui avait employé la force, incendiant une école construite sur l'initiative de l'écrivain irlandais Lynda Doyle par des pro· fesseurs et des étudiants de Dublin pour éduquer les enfants gitans auxquels l'ac· cès des écoles primaires est souvent refusé. Les Gitans qui avaient cédé furent obligés de s'installer en dehors de la ville, loin de tout point d'eau. En collaboration avec la Communauté Mondiale Gitane, « l'Itinerant Action Internationai » alerta l'opinion publique, exigeant que les Gitans ne soient plus l'objet de telles brimades. Seule réponse du gcuvernement irlandais

l'arrestation de M. Grattan Puxon,

président de cette organisation, qui fut relâché deux jours. plus tard. Des meetings et marches de protesta· tion contre cette arrestation arbitraire avaient eu lieu à Belfast, ainsi qu'à Ottawa et à Londres avec la participation du député britannique Norman Dodds qui, depuis des années, lutte en faveur de l'amélioration du sort des Gitans en Grande·Bretagne, et celle de M. Martin Ennal, secrétaire général du « National Council for Civil Liberties ». Sur le plan international, une pétition a été lancée demandant aux autorités ir· landaises d'abandonner leur plan d'ex· pulsion totale des Gitans du camp actuel. Le M.R.A.P. en signant cette pétition. a tenu à manifester sa solidarité aux Gitans d'I rlande qui luttent pour de meil· leures conditions de vie. M. Grattan Puxon, président de l' « Iti· nerant Action International », a adressé au M.R.A.P. une lettre de remerciements, où il écrit notamment : « Il est certain que l'action rapide de nos amis ' à l'étranger a emp~ché que la Municipalité de Dublin ne procède à une autre expulsion. « Quiconque a vécu dans des condi .. tions « civilisées », dans une maison avec eau et électricité, ne peut qu'~tre étonné de la satisfaction exprimée par les familles de 'Ballyfermot. Elles considèrent presque comme wn luxe le fait de pouvoir rester au même endroit, dans un champ boueux, sans eau, ni installations sani· taires. « Nous espérons pouvoir nous maintenir sur ce terrain durant l'hiver, car une expulsion e<ntraînerait des protestations internationales contre le gouver· nement. Maintenant, nous demandons qu'on ·nous redonne l'eau, coupée sur l'ordre des autorités. »

4 Hitler lui offrait des fleurs ... Pas de vacances pour les « défenseurs de la race blanche » SON FILM « Les Dieux du Stade)} passera-t-il à la télévision franc,a ise ? LES Jeux Olympiques étant à l'ordre du jour, un film, " Les Dieux du Stade ", est an noncé à la télévision pour les dimanche 27 septembre et 4 octobre. On est en droit de s'étonner de ce choix lorsqu'on sait que ce film, tourné dans le cadre des Jeux Olympiques de 1936 à Berlin, par la collaboratrice familière d'Hitler, Leni Riefensthal, dressait un tableau des valeurs chères aux nazis : culte de la force, exaltation de la " race aryenne ", sur un fond de croix gammées et de défilés au pas de l'oie. • Leni Riefensthal, c'est cette dame qui, dès 1933, rallia les services de Propagande du Dr Goebbels et produisit, à l'occassion du Congrès du National-Socialisme, à Nuremberg, un film intitulé" Le triomphe de la Volonté ", ou la vie saine et joyeuse des SS. Alors qu'en 1964, l'Afrique du Sud vient d'être officiellement exclue des Olympiades de Tokyo, parce qu'elle refuse de dénoncer l'apartheid dans le sport, et d'intégrer des Noirs dans son équipe, il est plutôt mal venu de rappeler les Jeux Olympiques de 1936, illustrés par la colère, la furie d'Hitler lorsqu'il apprit que c'était un noir, le grand coureur américain Jess Owens qui ava it remporté la médaille d'or. Il est d'usage que le chef du pays invitant serre la main au vainqueur. Inutile de préciser qu'Hitler ne se conforma pas à cette habitude" décadente ". IL n'y a pas si longtemps, je pensais que les thèses racistes avaient fait leur temps. On trouvait par-ci par-là dans la grande presse des relents de racisme an ti-algérien ou anti-noir, mais c'était un racisme camouflé, presque honteux. Me VOiCI, en periode de vacances où le fanatisme pourrait se mettre en sommeil, en présence' d'une importante série de documents. N ivarol, .·1spec ts de la France Chariz'a ri ,. E urope-rl ctioll, et davantage encorc Europe-Réelle dont les buts mêmes s 'étalent en gros titres : « D éfense de la No ce » .... » L es htifs et 1/ous! » ... Autant dc publications' où bien souvent la niai serie le di spute à de dangereuses excitations à la haine. Ailleurs encore, dans Carrefour, dans L'Aurore le raci sme figure, mais plus subtilel{lent. Les penseurs sont restés les mêmes. Europ,e-Néelle consacre un grand article à Gobineau. « P01U' lui, ni le lien 1/i le climat, IIi les institu.tions, ni le.; cr0'J'a1lces n' ollt une actio1l efficace sur le desfl1l des hO/l1mes. Cn facteur Imiquc cOllduit l'évolutioll hn11laine. C'est I.e cOllflit des races ef leur mélaNge. » Afflrmatlon plutôt ahurissante pour quiconque observe les hommes. Lisons pl\ls avant. La ni ce blanche. et parmi elle la famille aryenne. sont nobles par excellence .. L'arianisme !'erait la spécialité du phIlosophe H.S. Chamberlain (lui condamne tout mélange de sangs dif iérents, pl'ône la sélection raciale et recommande cie ne laisser survivre que les meilleurs. Aspects de la Frallce s'extasie clevant la largeur de vues d'Edouard Drumont de mauvaise mémoire au temps de l'ai~ fall'e Dreyfus, qui parmi les juifs « distwglle des nomades, 1t11 civilisé issu d'ulle famille longtemps fixée alt Portu. fIai. » Drumont appl iquait le slogan antisémite s"il en fut : chacun son juif. HITLER, CE GRAND HOMME ... Par quoi s'imposent ces blancs ? Riva~ l'ol nous répond : « La. grandeur de la l'ace blanche a été sa combativité. son bellicisme. li ne faut pas lltUer poltr la sup pression de l'arme a.tomique mais c011struire des abris et des lIsin~s S01f.terrain es. » Dc lù il penser qu'Hitler. défenseur des blancs cont rc lcs nègres ct les juifs. avait raison, il n'y a qu'un pas. EllropeRéelle considère que ce n'est pas lui mai~' les juifs. tenants par tous le~ moyel~s de la puissance financière. qui ont declenché la guerre. Dans un article glorieux sur Doenitz. Rivarol cite ces paroles de l'amiral : « Hitler hait 1!n homme d'une qrandl' il1telliqence et d'nUi? qral1de autorité ... li apparut comme 1tH sauveur aux yeux de la plupart des Alll'Illallds. » P.tiR Nicole de BOISANGER-DUTREIL Française, dc Léo Hamon, nOlllmé l11el11 .. bre du Conscil Economique, du ministre Jean de Broglie. DES EPOUVANTAILS Et les Algériens ? Le 14 jui llet dernier. on ne pouvait, aux dires de Rivarol, sc promener il Saint-Germain-des-Prés infesté par « la pè.qre algérienne et africaille ». Cet été, impossible de fréquen. ter le piscines pari siennes où les enfants étaient guettés par «111/ ramassis d'al/orlllaux. de sadiques et d'invertis qéllérelfselllellt cxpédiés par Bell Bella ». Les nageurs ont dù surmonter leur terreur puisque les piscines g-rouillaient de monde. Ces Algériens travaillent souvent en France. Ils formeraient, si l'on en croit E'lfrope-A cfion, « la nouvelle armée ÙIdustrieUe de réserve » qui, non seuleseraient à croire qu'il y ait en Amérique plus de blancs que de noir ~·. LA LIBERTE... D'OPPRIMER C'est aux Etats-Unis préci sément que s'opère dans la presse raciste la métamorphose du prétendu arriéré en criminel organisé. Organisé contre quoi? Contre la sé grégatio~, pas possible ~ Dans L 'Aurore, Jules Romains (complai samment cité par Aspects de b Fra Il CI') nous en [ait un tableau idyllique. A propos des transports publics, il dit que « les 1/oirs montaient sa1ls 11/anv aise Imlll cur aPParenle dalls la portion de véhicule qlli leur était allouée, .. En revanche ils savaient fort bien rappeler à l'ordl'e un blanc qui avait cru pouvoir occnper une place chez les coloured pecpie » . On comprend les noirs. Qui ;t partagé le véhicule en deux? Par ailleurs ceux qui gagnent bien leur vie ont de jolies demeures et mangent dans de bons restaurants. Oui, mais où? A Harlem. Carrefour suggère que le racisme est une « sorte d'instinct de conservati01/ familial » qu'on ne peut violenter. Les mesures de déségrégation feraient fi des libertés des Etats et des collectivités locales, et le peuple américain aurait le sens de ses libertés. Desquelles? Des libertés blanches? Et si l'Amérique est vraiment libre. comment s'expliquent les révoltes de Chicago, d'Harlenl. de Dans une lettre au Directeur général de l'O.R.T.F., le M.R.A.P., exprimant l'émotion des antiracistes, demande que les services de programmation de la Télévision expurgent leurs émissions de ce film qui constitue une injure à l'idéal de la Résistance et une atteinte à l'honneur des sportifs. Passons en revue les cibles de nos feuilles racistes. Sauf dans EuropcRéelle. les juifs sont - relativement -éparg- nés. . On mentionne comme une tare les origines juives d'Eugène Web/ er. auteur d'un livre hostile à l'Action Le dernier mot de la supériorité blanche ... (selo Il « Rivarol » ) Ce n'est pourtant pas le Mississipi qui coule près de Notre-Dame, .. L E « Paris Londres », ce café près de la gare du Nord, où l'on refusait, nagUère encore, de servir les gens de couleur, n'est malheureusement pas le seul à Paris. On nous signale que d'autres établlssements pratiquent la même discrimination. Et ce café sis rue du PetitPont, non loin de Notre-Dame, semble être un spécialiste en la matière, comme en témOigne le récit suivant. Il y a quelque temps, un étudiant martiniquais s'asseoit à la terrasse de ce café et commande un « express » : « Il n'yen a pas », répond le garçon, qui s'en va. Un quart d'heure après, le Martiniquais n'est toujours pas servi, tandis que ses voisins, blancs bien sûr, commandent du café à volonté. Entre temps, un de ses amis, un économiste noir américain, le rejoint et à son tour demande du café. Même réponse : « Il n'yen a pas ». Excédé, l'étudiant martiniquais va trouver le barman, qui avoue avec embarras qu'il ne peut les servir : « Je ne sers pas les étrangers, sinon je me fais eng .. .ler ». L'étudiant martiniquais, cet « étran, ger », originaire d'un département français, avisant un agent de police, lui demande de venir constater les fàits. Refus du représentant de l'ordre. L'étudiant se rend alors au commissa, riat, où il est accueilli, plutôt fraîchement

« C'est une affaire commerciale,

lui explique-t-on, qui ne relève aucunement du commiSSariat ». Cet établissement qui « sélectionne » aussi soigneusement sa clientèle ne nous est pas inconnu. Déjà, un arti-ste antillais, M. Math Semba, y avait essuyé le même refus. Et plus récemment, trois Malgaches étaient victimes des mêmes· procédés. Comme ils protestaient : « On vous avait pris pour des Algériens )', leur fut,il répondu avec candeur. Des sanctions sévères s'imposent contre ces établissements qui exercent impunément en France, ce que l'opinion publique condamne aux ,Etats-Uni·s. Dimanche 22 novembre, salle Pleyel GRAND GALA ANTIRACISTE Retenez votre soirée ment va réduire au chômage les ouvriers français, mais encore les appelle à faire la queue derrière elle au_< bureaux d'embauche. Je croyais pourtant qu'on a besoin de main-d'oeuvre en France. Enfin , Charivari fait endosser à Ben Belh la responsabilité des morts' nombreuses d'automobilistes en France. L'arget:t qu'on lui envoie devrait Hre conS'acré à réparer les routes. Et voi là un alibi pour les chauffards et les ivrognes qui méprisent le code de la route. Pour nos racistes, juifs et Algériell3 sont de véritables épouvantails, les uns abattant sur la France leurs mains crochues, les autres voleu rs. assassins, érotomanes. Dans le dossier noir. le plus épais en volume et en inepties, on trouve une contradiction bien étrange. Les noirs v 5'ont tout à la fois représentés comme des enfants naïfs et incapables, et des révoltés fanatiques et dangereux, obéis, sant à des idées criminelles, mais cohérentes. Parlant de la conférence de l'Unité Africaine qu'il baptise « grand palabre », Rivarol nous décrit une sorte de fête costumée où, un faux amiral suisse côtoie « Ut! macaque qui paraît avoir été costumé ,en général pour une parade foraine ». On laisse entendre que rien Il'est sorti de ce bal puéril, sauf - et cela compte pour des antiracistes - une condamnation des méthodes colonisatrices portugaises en Angola et au Mozambique, pays où les noirs, si l'on veut en croire l'auteur de l'article, se consacreraient uniquement au cannibalisme. Aspects de la France raille les 20t1 - lou qui , à un match de rugby gagné contre les Springs, « se contorsionnaient dalls UII déchaînement de primates, ivres de foie à l'idée que les Afrikanders racisles avaient été battus par Français décolonisateurs. » Ces « primates» avaient des notions politiques et sans doute d'assez mauvais souvenirs des maîtres blancs. Dans Aspects de la France égaIement, Xavier Vallat appelle cc bande de pays nouveau-nés» les Etats' africains représentés à l'O.N.U. Enfin. aux EtatsUnis, 6 % de noirs - ce n'est pas une forte proportion ~tatistique - se refu~ Little Rock, d'Oxford, cie Rochester, etc ... Rivarol lcs dépeint à sa manière. On n'y trouve que violences noires. Les morts sont noirs, pourtant. Partout des titres explosi [s : la violence est pou" clem~in ; un bain de S'ang. De sang blanc, bien entendu. A coups cie récits terrifiants, on crée dans la conscience et dans l'inconscient cie l'homme blanc une image du noir qui l'amènera au moindre incident à presser sur la g-âchette. Ce fut le cas à Harlem lorsqu'un jeune noir de quinze ans, James PO\.veÜ, fut tué par la police après « provocation )} - Carrefour dixit - d'un autre noir qui avait été injurié par une concierge blanche. Significative aussi, l'attitude de Rivarol devant le refus d'admettre, malgré la loi, le noir James Meredith il l'université blanche d'Oxford. Nouveau tableau idyllique de la ville au temps de la ségrégation quand noirs et blancs vivaient en paix. Et Rivarol reprend à son compte la phrase du gouverneur rebelle de l'Etat du Mississipi : « Il n'v pas de cas dans l'histoire où la race blanche ait sltrvécn à l'intégration raciale. » Ainsi, affublées des termes n01tvean ou néo comme ces vieilles femmes faussement rajeunies par un plâtras de maqui llage, des doctrines dont on rirait parfois si elles ne causaient tant de morts continuent d'être prônées. Un ami me disait : « A quoi bon attaquer de, .iournaux que personne ne lit ? Personne! Rivarol a plus de ,so.ooo lecteurs: AsPects de la France environ 24.000. Cela compte. EuroPe-Réelle, ouvertement raciste, n'en a guère. Mais dans quelle'i mains risque-t-il de tomber ? Une certaine jeunesse qui n'a pas encore été formée à l'antiracisme pourrait se laisser abuser par un jargon péremptoi,'e, l'appel au chauvinisme. la quasi divinisation de la race blanche, les ,'êves délirants d'empires et de conquêtes. Dénoncer les méfaits de la presse raciste, réclamer la supDl'ession d'excitations à la g'uerre. à la division. aux persécutions, c'est notre mission éducatrice. LYOn • • Les piscines restent " -;- ouvertes a Charlestous •• <P molgré les compognes de hoine A la fin du mois de juillet, les abords de deux piscines lyonnaises (l'une était nou· veHement inaugurée) étaient inondés de tracts injurieux, véritables appels à la haine raciale, visant bien entendu les Algériens. Ce n'est qu'un des multiples aspects de la campagne raciste qui, orchestrée par une certaine presse, ne cesse de se développer aux travers des sévices, des exactions, des brimades. Cette campagne avait atteint son point culminant lorsqu'à Saint-Claude, dans le Jura, un règlement avait été édicté qui limitait l'entrée de la piscine de cette ville, aux Algériens porteurs d'un « certificat de bonne santé ll. Le M.R.A.P., comme de nombreuses organisations, s'était aussitôt élevé contre cette mesure discriminatoire. CeHe-ci fut Une déclaration du Dr Wertheimer Le Docte'ur Pierre Wertheimer, de la Faculté de Médecine de Lyon, à qui nous avions demandé son avis sur les discriminations pratiquées à Saint-Claude, nous IL fait parvenir la déclaration que voici : « Le simple bon sens enseigne Qu'une surveillance médicale des piscines, si elle prétendait être valable, exigerait la pratique systématique, sur tous les baigneurs, de prélèvements bucaux-pharyngés, oculaires, uréthraux et vaginaux, seul moyen d'assurer une prophylaxie efficace aux affections dont les piscines sont à juste titre tenues pour responsables. « Il ne me semble pas que ces raisons médicales puissent fournir une justification aux mesures vexatoires et intolérables prises par la Municipalité de SaintClaude.

.

sur la gravité de ces provocations, lui demandant « de prendre toutes mesures utiles pour y mettre fin ll, et ajoutant qu'il était inadmissible « que des individus puissent impunément semer la haine raciale par la diffusion de tracts de nature à troubler gravement la tranquillité ·sociale )1. La réponse officielle fut donnée à une délégation de onze jeunes travailleurs par un adjoint du maire de Lyon, qui leur a assuré qu'aucune discrimination ne serait pratiquée dans les piscines lyonnaises. Il faut déplorer l'ar restation de cinq jeunes antiracistes qui avaient distribué des tracts dénonçant toute mesure discriminatoire qui serait prise à l'encontre des Algériens. Pourquoi n'ont-ils pas bénéficié de la même indulgence que les racistes lyonnais? 5 ROUBAIX •• La lolier aciste ùéch~Inéc." P« AtRirC lEes qAul'iql énriee npso unv,a iat inpsais qsuen'il l'a déclaré après son arrestation, Aristide Dujardin, père de sept enfant;,-, manoeuvre employé aux Etablissements Bossu-Cuvelier, rue de Cohem, à Roubaix, abat à coups de carabine, deux de ses compagnons de travail, Belkacemi Saïd, 40 ans et Lyamini Ben Lameri , 24 ans. Personne ne s'opposant à sa fuite, Dujardin part en voiture. Parvenu devant un café, il s'arrête et demande "une femme : « C'est bien 1tn café nordafricain qui est en face r » Sur une réponse affirmative, le forcené ressort SDn arme et se met à mit railler la façade et les fenêtres de l'établissement. Dujardin remet sa voiture en route en criant aux témoins : « Ce n'est rien, après tout ce ne sont Qne des bOllqnoztls ! » Arrêté, le meurtrier ne manifesta aucun remords : « J'ai voulu venger le bri.qadier Descamps. Je le connaissais bien ». (II s'agit d'un brigadier de police tué par des Algériens en septembre 19S9). Dujardin, ancien d'Indochine, a combattu aussi en Algérie où, affirme-t-il, il a été blessé dans le dos. " Ivre », « fou », « en pleine crise de paludisme », les journaux se perdent en hvpothèses. Fou, Dujardin l'est à coup sùr, mais c'est un fou raciste. Car, tirer des hommes comme des lapins, justifier ensuite son acte en lançant à la cantonade : « Après tout ce He sont ~. ~ que des Bougllouls n, cc qui les prive à ses yeux de toute humanité et les ravale au rang d'objets nuisibles, n'est-ce pas là l'argument de défense d'un raciste ? Dujardin, poussé par une généralisation absurde, n'a pas su résister à sa haine envers les Algériens qu'il rend tous coupables sans distinction de la mort de son ami et cie sa propre blessure. Son désir. de vengeance s'est reporté sans discernement aucun sur les plus proches cie ces Algériens qu'il a appns à détester et à tuer. Cette démarche, si elle n'aboutit pas toujours au meutre, est celle-là même du racisme. Le comité du M.R.A.P. du Nord a immédiatement exprimé sa solidarité aux familles des victimes et à l'Amicale des Algériens en France. Dans un communiqué, il a demandé à la presse et aux autorités civiles et religieuses, qu'elles participent activement à la lutte contre les préjugés raciaux et les haines, séquelles cie la guerre d'Algérie. CANNES, BOBIGNY : «Justice» expéditive Le 1" septembre, sur les Allées, à Cannes, Martial Poët, dont la femme tient un kiosque à glaces, interpelle un Algérien, Mohamed Larmouche, 24 ans, qui aurait inSulté· et gi·flée Mme Poët. Larmouche s'éloigne, refusant la discussion. Martial Poët sort alors un pistolet 22 long rifle et fait feu sur M. Larmouche qui s'écroule mortellement blessé. « C'était pour lui faire peur, je n'ai pas visé, n dit Poët, qui, présenté au parquet de Grasse, sera inculpé d·ho-· micide volontaire. Le 6 septembre, Mme Courtois, qui se promenait avec son mari sur les berges du canal de l'Ourcq à Bobigny, lui désigne un homme qui l'avait, diteHe, insultée. Emile Courtois, 43 ans, ferrailleur, rentre alors chez lui, prend son fusil de chasse, rejoint l'homme et tire deux fois. Atteint au ventre, Hocine Slimani. 29 ans, s'écroule ; il est hospitaliSé, tandis qu'Emile Courtois se livre à la police. Le racisme a-t-il JOUé dans ces deux attentats ? C'est fort probable. Il suffit de se souvenir d'Emmett Till, ce jeune noir lynché à mort parce qu'il avait « sifflé 1) sur le passage d'une femme blanche. rapportée, sinon officieHement, du moins d&Di; les faits, puisque le règlement incriminé a été enlevé du panneau d'affichage de l'Hôtel de Ville et de la piscine, juste avant le meeting organisé par notre Mouvement à Saint-Claude. Tous coupables parce qu'Algériens ? (Photo Elie Kagan) On peut supposer que si Larmouche et Slimani n'avaient pas été algériens, leurs agresseurs respectifs auraient su mieux mesurer leurs réactions. Si ce premier résultat, positif grâce à l'union de tous les antiracistes, a été acquii;, il n'en demeure pas moins que le règlement limitatif de Saint-Claude a créé un précédent dont malheureusement se réclament les racistes_ Ainsi les tracts qu'ils ont distribué à Lyon en toute impunité reprenaient d'une part tous les arguments de « Minute II (<< l'invasion algérienne H ••• cc la gangrène algérienne : comment ils envahissent 110S hôpitaux, dévalisent la Sécurité Sociale ... le, maladies qu'ils répandent (lèpre, trachome, tuberculose, teigne, etc ... ) )J. Et, d'autre part, ils se reféraient au maire de Saint-Claude pour exiger de M. Pradel, maire de Lyon, « que les Algériens soient vaccinés pour qu'ils aient accès à la piscine municipale ll. « C'est un problème de Un témoignage A la suite des campagnes calomnieuses visant à écarter les Algériens des piscines parisiennes, un étudiant, ami du M.R.A.P., Thomas Marc, a fait une enquête personnelle et est resté tout un samedi aprèsmidi à la piscine Edouard-Pailleron. Il a pu voir divers incidents, mais aucun Algérien n'y était impliqué. Son témoignage a été diffusé sous forme de tract. salubrité publique ll, ajoutait le tract, en vue d'effrayer la population lyonnaise, confondant à dessein le racisme le plus pur et une mesure valable si elle était aIr pliquée à tous. Le tract, signé « Les Nationalistes ll, appelait à lire et à diffuser « Europe Action Il et « Minute ll. Cela se passe de commentaires. Le Comité de Lyon du. M.R.A.P., aussitôt alerté, s'est adressé à M. Pradel, maire de cette ville, pour attirer son attention • • • • • • « Ils sonl tous comme c-a ... » LE meeting de ~ai n t-Cla u de, auquel Albert Lévy et moi avons apporté notre contribu tion, a coïncidé à 41! heures près avec l'arrestation de « l'Etrangleur. n Ur, au moment du débat, un assistant nous a demandé si nous ne craignions pas que notre antiracisme développe_ .. le racisme. C'est une rengaine usée. Mais qui donne l'occasion de se poser la question : voulez-vous imaginer, la PAR Roger MARIA société qui est la nôtre étant ce qu'elle est, ce qui se serait passé si, au lieu de s'appe;ler Lucien Léger - « comme vous et moi n - l'assassin du pctit Luc Taron s'était appelé Ibra.him ben Saddok ou Isaac Klopfenstein. Et le plus grave, ce n'est pas qu'il se serait trouvé toute une presse pour alimenter les plus basses des campagnes racistes, c'est qu'elles auraient trouvé des échos, il faut bien le reconnaître, dans une fraction importante de l'opinion publique. Je ne sais pas si ce Lucien Léger est Breton, Franc-Comtois ou Limousin, mais on peut constater que nul ne songe à faire rejaillir sur toute une province le sang qu'il a versé. Alors, pourquoi, lorsqu'il s'agit de juifs qui se conduisent mal, mettre en cause l'ensemble des juifs ? Pourquoi cette même extension abusive dans le cas des travailleurs algériens en France? Le racisme réside essentiellement dans cette attitudc absurde et finalement criminelle. Elle a, entre au tr-es résultats, celui d'obliger les antiracistes que nous sommes à mettre en lumière son contraire, par exemple les nombreux cas où l'on voit des travailleurs algériens se conduire bien . Remarquez qu'il n'y a pas plus de conclusions à en tirer que dans les cas opposés, mais il est impossible de faire autr-ement si l'on veut faire ressortir l'inconséquence des racistes. .car on est en droit de le leur demander : pourquoi, dans le comportem~ nt d'.un ou plusieurs individus d'une couleur de peau donnée ou d'une certaine nationalité, choisissez-vous, pour les étendre à l'ensemble, les traits négatifs plutôt que les positifs ? Vous vous rappelez cette histoire de deux pêcheurs à la ligne, sur les bords de la Marne, fin juin dernier, qui ont laissé se noyer sans intervenir, un garçon de quinze ans. Ils ont été quand même arrêtés et inculpés de non-assistance à personne en danger. Peu importe leur nom et leur origine : il est probable qu'ils sont « bien de chez nous n_ Pourtant il n'y a pas de généralisation « nationale n à en tirer, et nul n'y songe. Pourquoi, en revanche, sommes-nous Obligés de souligner que les deux travailleurs qui, au même moment, dans la région lyonnaise, ont permis de faire arrêter Un individu qui tentait d'abuser d'une jeune fille de quinze ans, étaient Algériens ? Et même de relever que l'agresseur portait le nom tout ce qu' il y a de plus français de Cathelin ? ~inon parce qu'une intense campagne de presse - nous pensons surtout à « Minute » - jette la peur et la haine à tous les vents parce que de ft ..... '_$". Rn • jeunes Algériens, dans telle ou telle piscine, ont pu « draguer n des filles d'une façon grossièrement insistante, en profitant de la promiscuité bien connue de ce genre d'endroits pour aventurer leurs mains ici ou là sans le consentement des intéressées. C'est probablement vrai et il n'est nul besoin de faire une enquête pour s'en assurer _ Mais est-ce une exclusivité « arabe n ? Et est-ce une raison pour soupçonner et humilier tous les Algé. riens ? J'en parlais à un haut fonctionnaire de l'Ambassade d'Algérie à Paris. Il me dit: - Qu'on laisse faire la police des nôtres aux nôtres et on verra que ces comportements indécents auront tôt fait de disparaître. Nous sommes les premiers soucieux que de tels faits ne se produisent pas ; mais que chacun balaye devant sa porte. Enfin, comment veut-on que d'innombrables citoyens ne tirent pas les mêmes conclusions du ra.pprochement de ces deux faits divers récents : pour « avoir exercé des violences dans un poste de police sur dcs Algériens », trois gardiens de la paix ont été condamnés à un mois de prison avec sursis, alors qu'un lycéen de dix-huit ans, pour s'êtr-c servi de ses poings lors du monôme du bac, a écopé, lui, de deux mois de prison avec sursis ? C'est facile d'être raciste : il suffit d'ériger son ignorance et son manque de coeur en règle universelle_ Nous, nous choisissons une voie plus exigeante

d'abord on a du coeur ou on

n'en a pas. Ensuite, il faut armer son coeUl', il faut s'informer exactement. nfléchir, raisonner. Nous sommes là pour ça, et le progrès est certain. Les devoirs d'octobre L ES ... lIc~. le. ,',llaJn de Fr;o""e onl cé~b~ le vinaIle"", 3n""" ....... ..., de la LIberation. Le M.R.A .P. S'C~I ~,sock' de loul<.- ..... f~n"CIJr "', partout oU il le """ ... i,. de ... partICipation ,"cti,c •• l'annh"cnain: d' ..... ktoirc qui évoque pour 1.,. aiois tant de JOur. fra",~. lant d" coml.>aLs, 13nl d'espoit"$_ La fin d'un Ion, <aucl><mar OU ....... 1. onl ~Il ... i'<)ll ceux qui. au tond du Ii"\Ifrl, "roya;,-nt en cUc. C""~ qui IUllè~nl J>OI" la fai,,, <'<:Iore cl q ui, au~ plu. sombres t""' ..... ,. pc!lloaicIl ' <umme cet ,,"urge du Io\MUo de Vu"",.';" : Ne d ,. jamai. : cc pa. ""'" mOn dernier "". Maint"""nt n,ici la ! rande fa mi lle du M.R.A'!' réunie. t..c. ,'a~a',"e5 ... nl lOie •. Pour les pareOl. C<,>mme POUt les "nlants, n"'urumen,,, .. U les de, ... i •• d"octobre. Au "ou ... oc ~cl él~. d ... incendies ont cominut de flamber en <.II\crs points de la lerre . Clwprc. le Cona<>. le Sut).};SI a.;allq"" Les hai""" ra"",le> cl nationales oonl lOuJoun trop ~tootcnlCnt rni:lm pour '1"" par ces di~n connitJ ..... "" Mou'el...,nt ne >c .sente aussi C<)no:cmo!. CrêI! .-oroIre le TQ"-,,,,e el f'O III p<lU:. comment ne d&Ioncc.... iI·'1 p;os aVtt "ijilance les. impérialismes el les ra ... u .. """, qullroublent crUe p,,,~ ? Comme'" ne t" .... ill .. "'it-ll ;, mobiJ;""r partOUt les CQrUC;e"""" pour la ""'lI""iation. oontre la ~Iolence ~ Cumment ne """, .. ,Ierai'·il ,"OiT <k'mililari..,r. """. lrali ..... SOU. do: ""Iides &a",nties. """ fOl'en de ",erre enlrelcnu. pa r des ~u,·ememen'. inhumain. donl cer'ain' "-""FUient de. mercenaires fuel ...... dom d·~u. .- P ierre PARAF "*""",,, ~, \1 . • . "' .. """ l'rol,,,,,,,n, i""lik..,en' d'all"OCl'$ combal •• au me!pris de la 'olont~ de leur< pa.ples ? PenlOns;, C\'S Arri. n'n •. ~ ~, h<"ln.omlCn,. con,inWln' de conl1lliu.., tt ""'rl\,e qui ,'k""'" pour nou. par la LII><!"'tion de " .. S LK loi ,~rtc illl,m'"ionak du """'IC. n~n "" 1'1". ..., cocore el] Lnion .... d.fri""i...,. ... st. .'. "" n:pruba'lOfI m'crnauona'" "" .... lfil pli' • mettre a la ra'",n 1.' tlern'tf> tenant, du .... dsn,.,. s..'8:~. ,,,,no l'I',,,,n frapl'"nt a,« la ITI<;mC r,au" Je. humll'e, "" 1"", P"-'Pre ..,1 en ",ison de la oouk"Ur Je kur I .... 'U, u.n'I"e le' CIII,HlI, Ju dcbul du .k'd" ""tcn.l:licnl pader de' htr<iiquc. Boa, ""ulenant Une Iruerre d~>cs, ln,,, .. ,ml,~ de, cm'alti'ur, bntal\nIQues, IO!"MI,,',I_ acdnmaicrll le, ,0Id~l~ ,ud ... fricain~ de 1914 ro!co" .. ". li.;, a"e la lib<'l'ak An~lel~rr~. nul n'llnqinall Que leu" f,l, ,'1 leu" ",-"t;I,·hl< for""""';cnl I"ul!!me bat-lion d'o" ,000lli.I",nc ~,,,,n,icllcm,,n' rad,le, A ""'-'. do: prtkr, d'clablir tous 10 con'acl, aVtt fr""" ,ud.;lIr ..... i"" ok 1"". montrer Qu'il • ..., son' pa, ..... 1., Au, ,", .. jo·ln". Lo ba'aille dttloraJe ....... la forme 'u"'uhue"..,. 'J)L"t/!Culai"". Qu· ... le • COUlume ok rc,·~ lir. bat <on plein. Id J'cnj"" <k la rom~tition int.!,......, dit<-.;tcn.ent les antif3oCisl", que nou~.sommei 1..: Pn'.id,·n\ Johnson el M. Humphrev <>nt ,.h. t. plu iL~l" l'~pn,,,,~. """ décla"'lion. " .. pin", p.ar 1".,. l'rit d~ J,.p, Kenr""l\, les "'nglanls incident' qui <>nt o!cLo,~ dan, le, E'a" du Sod "t don' de nombn"Ux ",-,Ira 'lui auron, de plu. cn plu; d" ""i"" , ~.'dcr leur pa. I,çrl,e. ",ni 'KlImc'. le rad""" SlXi ... 1 qui ><h',t dans le. Elal, du l'ourd. in'p<>SCnl une ""lil;qu" <!nc'iiquc. On pcu, ~ralnd..., que, lant Que dure la crlrnpo!llll. ." , d(:>r~lc. il faille l5C conlelll~r de parole •. En attendant ccrla,n n,"io""li,,"C noir"" durci' De. pn;mxalcunr 'elll,nt d'cnlrai""r <"rlain. habilanls de Iln,lem dans ~ bag;o • ...,' anti>cmitco. le, juif> """t le. r",,..., des "";"". r ... ·'c, d~ pcr,,,,;oll;on< dan. le pa ..... friores dan, le ~u"'bat de replilc _de l"aM' ... " t. l·'n.dlectuel et au .... bb." 1.<" hrun an""",i.tcs dt> Etals--Uni. ,,,,,U,,, run' ;1 ,'e que ritn "" "en"" le, .... ,.."'r, Et. b~n que I~ M,RA p,.., la_ une rqle de ne pa, s'n.mi",,"" dan. la """Iique .nl<lieu..., <In pcup"". l'c,,,,,,, de la lutte ~,' '<Op .""~ !>'lUr que "(lU n'adjure le .",nd p""ple amerieain Ik ".' ",..,enir de Wa.hinll'<>n, d'Abraham Un.oln. <k frallklt" R"""'.-elt LE I,rcmier. le plu> IIrand d~ noo de"'if> d'oclobre

1I<U'hlle il n,,, <'dU<
3teu~. ..

1-"$ ill.,I,luleur. de !a T ro,,,~,,,c RepubltQue on' fail la France de 191. qui ........ la liI"'rt~ du monde sur ks ri,", dc la Marne '-Ju. in,lilut""r., n<>S profc~""urs. qui ont oi lIén6. reusemenl acco,dé leur contours au M.RAP .. doh'ent u"" roi> cnoo,~ dunne. l'eu'TTlple. s'allac~r ). former 1"" """",11", ~""ra,it>ns dans l'coP'>1 de La r"'lernll~. "'" au,;s onl c'pose le prol>lbne aH'" t"'t' de poln6. 1",1....,. IrUp d'up<'rknc,,- pour '1"" j)' ""'·..,n .... k",· guom""t cn cel an;"' <k ""mm. Faut-il ,ni,Slcr our le Pn'Jullc raci;ol au risque de le créer ch« C<:UK qui J"ijnoren, ? Mai, n·",,'·l1 pa< plu< dangereu~ de le pat-ser """ »le""", alonr qu·il .. le re-nc<>n'..,ront ralaJo. "",ni ,ur leur routc ? D<>i'-<>n. prosctire (cnain e.\Ol,~ mc iX'ne qu'.1 tM le ",tic qUI a perm .. de cac~r 1 ... plu. duuloun"U. problemes ? M.ai, pourq""; se pri,..,r de cct ~I<' ..... nt allraY"nt qu'csi le riIlQl"~"'. pourquoi ne pa, app ..... ndre au.' enfallis QU', faul aimer 5Of\ lOIn' Mi ... aut"", QU" ""n l'ro<;hain. q"'" "e!< d,lfén:""e., qu'" n'y a l" !I. """her ne o.onl que de!< ",-"""" ... mes de la ,""Sie unile I\"mal..., ? "'u,om <le qU<'.liun. qui", po..,nl il la "'Ir"CII~ de. cdu,·a'"",." l!t "cllc de. paTents qui ne doivent pa' "bdl. Quer 8U fover leur haule mission. (;h",.. amI> du M.KA P .. Hlmlll"nçon, awc euu"'le. ~,,-".; cnm"". cc, ~rand. de,";", d'oc'obre 0." m,lIlon< • d'humiliés el d'offensés. attendenl Que ""'-'~ uhl<'nions une bon .... ",-,'e" nos examenS. Pas de prescription SOUVENIRS ET INQUIÉTUDES pour les crI• mes LE """'..,.".,,""', '' &0 ... A ,In·b,,' .P..f.<. 'i'<'n"pt','on '"t . ..<." '" ""p rleo< I6~ ......... ,, ,<u)n6r; poo' 1"'" les ""."" <1< ~ .... l't 1 .. c,i ..... """"'" rh""",n'I •. n, fi< pou,.-ont I~U' dé. 10" I~i,. l'objet ,le """"Ulk'<, <lu mom. p>< 1 .. tr,I"",,,,,x <le la R~ 1>1, ...... <'" Bonn ... l'un·ad""",. Ji .. le ... <I<tnano~ ........ " ..... "q ..... ""'t ,.._ ,~ Il ... mutile ,le .-r!,kl\t'r '" ..... "r.;d'""" ,<Ile _.~ prilOl ... ,~I."-" ... ..... mat;';.. "" ~ .... , _bonal. La loi • Bonn ...... au _. da d"';' ,\oro 1fftM. lb ....... .-Ir ... ,onmtoJ ...... ..,... .... _w.-.. ÛI< ......... .i -"rat .0 . ...., il<e i<.n..t"....- .b.u. -"""• _la.l.U ._.. . _hobon<tto. _" 'uni ~o ... "'" _""'H .... ' 1""""", ln ~. [Ji ..... , """,i, • r .... bre .. ma._ cl>n- ............. "" ~nd Iou' 0.- l'lu,. "'" ft"lh.",. _ <l<IIm, ..... les ~ .u, ..... 1",,1> ,,,,,- PlII._, """ roi .. <i<, COIIli", ... on .. ,1<-0 a_i ....... .-,.,. 1 ..... ,i ... '1 <10, ....... "" I~ .. "~,,le ","h'<'I,q"" <h, • _m ,Ir. <li-pOt, • ""lU ",.",,,i, <'1 .. ,kl.m" Jdc.- .; l'i,Jo·","" ' .... ',,, , ... ,1" <1<po I_",r.< '," ' .".'". " ~1". ",",.I',u. t ,le b ,'<IIl' <'" J_ 1..~,I(Urn<tI, n· .... "", .. n •• <-pIi<,,,,,, D'u"" l'"n. \. ,1"';1 .,,~l>i. n'_ pa, I~ ~ti",ion on ""'l,.,. ~,inundl. cl ùst u,,.. hoi<:lo. ron"M"bI. , l',,"i ... .. Ii,é i ",'1 ,lu ~,ir.c,,,,, D·.,,, .. 1", ,1 fi< ,·OIt" "", <1< ,1 ... , '"1<'11< ..... i. du ,!roi, in' ...... I ''I. [ci. COlI,"", l' .... ,..;,....il mon mail" Al.j"n. Jean BOULIER '~-'-' . .... jW U_ .. DoeI . .... _ dm AI-aru. il DO l"lIt ... Kouocr • ko «"'we. ~a d,oit c,.,[ • Il. ri< ..." .... admis 1< u . ropoler. • .., d,o.t ,n'...,...i"",,1. """un 'ac" <1< d'oit """,IIr na!~il I~ J>f'e'<. iption en n ... ,h. <"" dro" c""" .... I. I~ ~, ,"", ...... " ' lloon .... ~ ,kInc in",,· '1"" pou. !"".ri" oon ,ni,i'l,," >\JCon 'ra,,,'. a,lCU" ""~'«'m .... ' Il .. ~n ... ,Ooml. LlO ~ DI: NuRn.tBf3J:G D',,~' __ " ....., 10'-'<. l'II< __ m',,,, .ta ........ ... ~_ho""", ' ...... 1 .. ,' " ........ ",, .,e. ... ,....,..In ."'" ç .....~ ,... laWft """"'"u~ à l' .. ,,,,,, "" I~ c,..,_. J(>.. ]»T Je. \1<11 ...... (['.\ .. ""1"",, fi Je. ,. ~",;"" c.cI.<, ' rOt". <1<t. <1 ...... ,,, qu< '·oppr<>pri';"". 1. . 1' '" Q,,',t, ~iat "" ~u, .... ( ... ",,11 .. ,,\. t'I, -1.. . ,,1,,',.,,,, ,,~,,r,d, <n' .·.. .1.'"' "("['.' t' .." r" "i .."." ",1u 'c _t « ",m" ",u., ',u,,,',, ,1,,»,,,.i.". "a, l,,L,,'<"".w ", 'n1.' . .Q, II<lII 'tt',~P" 1 J. "',. "' ,,~,Lu<t. IkJ~ ... Ion<!. la ....... , ..... "". _. 1 ...... <1< No u.- "_"O <c. UMti: . leS dl'.rlorn,,o,,". ,.,., ...<.n.f t:la'tIc b"<'M. . •.•. ..... , b" """""'" _ """"_ .... «._1 .11 __ .tIl<- _.... t*' le li.,........,.. .... ..-1 11Jdr.< .. "". L'A_ ","-1;"" inl<"nl>.ti<>nole .... l~" .. a ....... c",, .,.,.;. ... -"""("'"_ --• "•""' "' "p .".,.,.,. ..l.'.. . ."" """ ""'"' .L.o. "",,,,,,ct.. <1< l·act .. iU ..... n;ui. d&ru 1'.\I1"""'l(t>< ... Bonn ('l't" c_ .. - ....... , .. , ,,,,,,ic rn 'I",n ,Ir'n' ;, \'~,. ""' .... . \1 1. (·on .... i 1« 1/,,11 ... 1. ' lA Cour ,"" (·a.",",~,." f"',ti«po" Il Cff Ir,· ,,"u., .-\ l'u,,",n,m". t. 1'<0 ,:. 1100" <1 une pT< cri!.~on \IOU' ln <rin ........ ,i. ,. Iut ", ... !am'" ,i"O" n< 1.""". ".b, ..,p ~" '.<.n'" -,..p. :o1 ._. ..". ... ... "'o' r:1u"< U,.' <lan, Lo pI~ ,In -"'" ....... ,inn. ~ ... i1i""" .. ",,le ...-n" dm< .,n.i un <1< ..... t" ... ,,..·, ';-", .. " .1 • .l,,,,, ........ IL t.ut >I~ ,.tu, .,," ct J' __ ,,"',1 i.u. ,1". 'fi'< b JI>,u" """ d" cTi .... <1< ~rr. "" ,hl cri_ «"". lh" ... ,,,,<, ,end imll' ,t~. hr .... pI'~"'" \.;. \ .. ",,<,il~"~', (' .. , ,',;m", ,." 0'1" <ld,n" po. 1. S"'. lu, <lu 1'"",,,,,1 inl .. "oaI"' .... 1 ' Nu,..., 1><'J qui. <i<pui,. "'1. <le, .. ,,, 1~,I "Km vour te. "aI1On. l'II'" .n "u ' I~ ,ln-Ia .. t,,,,, ~ui r~ .. krj~ •. L'n" "",,i· •<•"" , n adwoo nd"r"o.. 1I I"-'rn . l.a.. ..Ü." <"),n.. .I.l. . h.o'n" 1'0"' 1.~ . ~_;.s. qUI <1<60". U C,,'" "","c'" l, .... """< 1'1,,,,,,,,,,,,,. Il rnull •• <"" 1<.1 .... ~,>< "" c",.,.... nui· in,.~ ....t ,_ 1.. .. 1,.t>.I.. ",,',1. 1,,""b."1 ""'" lm, corn .... """ ... <lU .... Je,. ";"'-'mml. r ..... t. qucl qu'd 1<><1. .., """pl" ..... "bbpl"'" "'" la, incombe rn .enu <1< 10ft ..... oi' • 1" ..... "1 ,1< 1".,. __,,<.', nE~n~ ," oud·,I.,". .,,.=.. .l.e. .c. ...". ,. .,...,., bdc'lu>n- <inoi .... , .... , n'", ... n; •• <looot 1. R~. b!iqu< d'A,~,,,,,, ~1I,.i. d;, .. 1'" .... qu' .nn, 1",- C", crime< ""'1 .' ~"". ,l, ""'" Url ..-1 .\t"",,,, ~ 1" .ur ... ctr .. humain,. qU<" ('t"\J, qui k. <".""",! ",n' ml> "("~ b [." .1. 1""""""'1<' .. 1"""",it; au ha" ,!~ t'u",,· ... . Comn""'l ,Ii" ~'" 1"" «." ... i,,,,-,,1. un V.." jIC\It_il ",1" .. , <1< le. I"~",u,,'n: ... '" Ic c< .. ",n'...,..." ,,"'n,,'" cie ,,,.,, lM AG( .... in' ........ "" 1><"""" ,,11<1 <!an, ""', cho,m""" 1 t.:n CharlesI. (lOUe ml<- ra.""" ...... ""." 'l<\nt ""'" pr<><Iomr .. lUI< p«'OCnpt,on, 1 1 1 1 1 1 nazis' MAIS ,1 f"", ,,1101 "'".. ""~ datIII r&rWy.... . ln cr.ma ... ,,, "'" =, d< co..act",ioti_ <tU',l> 'If" """ fIOO' .... cri""", indi._ •. Un """"',. un 0/1,· cic, ,le>. 001<1> .. au" ord.", ,1',," trIfi· coer: .., 11 ... ent Il ..... ,·101.11 .... ,la kM. <1< b """" .. : ,1. Plll .. ", ,1 •• lOIent. ,1. 'onurftlt, do tDUQC"", il. , ........ i .... . c.. lOtI' les cri..,.. d·,nd,,~Iuo. C· ... """ ,.~ ""i icb, •. _la.. 1. """"'" .".....,. <Ile .. ".. ... , ... r>md>", la 1\&" ... <»in d'_ \10« .. ,!&n • .- ...... r..: ct-' ... _ .... QMICt"""'. ""-J do ... actIeJI _ ,1 l'f'fI'" ._ ."C _ ~ioeo. b _Pi" :!""O< TOUl. ""' ...... '" c.-- <1< na-r<, le cri ...... conl'" 1--......< le <_ .... R"""".", Ici le cr._"'" n'O((1' _ .... <n .. ... ... 'mpul ...... bnrWet, Il pmi ..... _ .. c<I.o .' ... Y1J _ loro ................ bon I>&c <le. lam,II •. bIC lendre "u .... Iarru, 'u~ ~n"."~. c.. qu, le """" a,,,,,,"'. c· ... qu'il rxôcute la """ .... d·.,.. Eta, cri",incl. ~ act ... b,,"',,""I>1 .... ,1 1"" • (Sillf. po,_ ,.\ • .;,,1 ., .... dotOl"""""" .. dot ..... ~ r ... ,,,,lté mll".I, •. ~ .... ml .... ~-oI""' d'""" "'n" .. ~, ., qu'thll P. ,1. quo lq,," "-........ , l'ent,," dot • AII_ •. Au botrl rie dO< """' •. ~ "". qu;",,' ..... HIII •. clando.l_n, lU' 10 _ C~,*""" •.• iew, <:horto:>nn,-, "'Itl.!. ~ parUt. _ ~ r.oprlt "'1 .. 11.1. qu; rognai' IIrnl """', lOI. ""1,,,,_ quo clio. lM ci'ltl •. .o.m..I • Cilbrott.-. rob__ '- .. 1_' dot ~ bail ....... ."."..',._... ... "" dot _,.,. ... qui -..11- Ioo~f _ F __ ....... J'y .......... 001 ... oen.In _. d·_,our. ~ de F ...... "" du_ CoMlltt._ .- .. hl dot "".1 .... Kt_ A londr-oo, JI lu. ml, ... .,.,,.., • ...., rAmi'6, PU" _10 ........ 1 ... G.ul· 10 qui .... m'_ 1.110116 pt><>r mon .. t"", il C,br.II." me -..... ".. _ Or .... du 1- ju,I.II I~O, .... c:onvr- _, dot. FOI'C.' ..... "1 ..... f,_"IH' , ... tée. h1>re. _II ... qu'tll.' ..,. ... , ., _1 quo ""1 l'_rot, oU .1'-. H ''" _, • C· ..... ln.1 que fUI..,1 c_. a Gllbr"I,,, d· ..... d. Cf<I"tton conA, ...... il tondre •. 1 .. F N.f.l .1 1 •• F f, .. l rie '" F,....,. ltbr. _ n·"""" _ bul poIlI ....... ....... ""'" ....... dlll"'. __ loiG"'" lOII. 10. ordre. du ~ dot c.ul· 10 q.>t .... -'t 6ta ........... 1* 10 _. _' brltonn_ """""" 10 chef dot ,ou. le. fronçai ...... "nl conti .... , 1. 'ulle Uno t>WI,. rie l'E,,,,,,,, 1._. ,,1110 1" F, ..... u",," PlU ...... , non .... '" C'H;!uOe', _. """. Id60l ...... 10 W. 1"_. ."..".".". *'-"' ou' g....,.c.h.o,,. ." "P"i>"" _".,," ""'" "........ '" "'I~ ... "'"'" ..... ~,. lit _, dl "M' Uno dot" t,,\Ie. le. 1>1<>. ~'9I'nt ... """. '-. ".I.ton" .... do • 01'1'0'" .. lX ~ .... 0<\".1_ 1. PI.' ""plion rio" en_. dot g<>I<l •. o.. 10 ...... d'oetobte pn>cI'Io,n Deg,.11o .. 1\Of.<\'O!, ,onl ... , en 8e1g1quo ....... cH· _ e' y .'e ... ,. ~ """-"-'. -. oct! ... M!as'" e'. dM- ~ mol. dot mo.t ptod". t_...anm..ri ,n,. d,I n6an idPoOuUr,' . _. .. 1001. . .I..l.".,., , 'oduotr I_" •. lae_lMI .............. _ •. _ _ ",II •• , .. " de '" Ionnetlon ... '" __ qui ... I.tli. , .. ~ IUh".'I. _ hotrt. loi .. dot _ "*"" Cen. "'"" ....... 1 ......... 1* , .... """. • H' ..... J C<wItIo,,, PM l , Il ... ..- Iotnpo dot "l~""", .. "" lui ,-'... _ ............... onort.qui .. _ .... m .. , cmy.., M""" lUX lot>- no. un _ ... Ii,-,' Oe pl ... , .... "", .. "" .. _, ,t"" /kIt1o. Il< _ni, rio tour. lui' .. peo. ..... ' I~I .... opeclO, 1 ..... 116 "1'10- ".. Il rOll'. il 'ou' prl .... ",l', .1-.. Il no nou. "'e p"," ",,'1 • • r.' lU' rio. l>6tceIt< ......... 1 .. i dot. I"",bo • • BRUNSWICK GENEVE Un anCI• en ss en voyage lE (AIRE JOHANNESBURG HANOVRE 1 '--- L ~; ~\ .,"1 Il)/.4, .... ~ ,t ,1 Lo ,,,i~., 'k' Il,,,,, ~"' •. 1 l,\< .. 2 .... (k",Im,~I'1 . IL"" Il .,1,,· l...-~· S"""w",h ...... , ... n",,,~, ~~ ,Ir <>,·.1"", «:ot<d>t,,,", """ 1,~Ir' ,,1,.. ,,~ 1 ...... l"<' .,,, <'" l"'i""'.I' """ l'' ,.. .. , "" <'" ,le !.lQO 'U.!, ' 1'",1. 1..,' ,",i,", ",~,hlr, , ... """"",..", , ... , ~.-," " .. , •.• if., ..... 1"", ,," ,,,,,,, ,,, •• ,,,.. .. d< b r"ibJ,e,."" ,1. 1 • ..-nl"",,," ,'n 1.," 0"""".' <,"" .i. "",..let- le P,.,.Irtt, Il .... F,,<atcr. ~ui &o"ail ,Ii.i~,·, 1. ,,,,,,',,. 1", '«u ln ~." ... ,i ... l'.",. """' """' 1 C ... <tU<" F" ....... «, un """"" •• ,." .... ',1" "-"' ",""" <!a, .. 1"" ~ l't 1'<", RI ",,',1 "'" fu' , .. ~_, • """ .. 1'.>1. 1 d "'. 1· ...... i. "" ... ,,..,,,,,,, \. ~ir«lioon <1< b ><><;.,<, 1 (,. r ....... " ...... I .. "'~' ",", di-port,. ct .1." Ir Z"don BI • /~" l'K''' 1'<'1" '1 Oc",." '" ........ , " - ... _, <1< _ 'rop ~_ .... ~ ~ ,. UNE lVAIIOH • Ul/IIIIE • 1 ..... ci...,.,.. ur ion ... Z ... h " ....... ~ do 1' ..... ." P"" "" "" .. n, ""lU,"""' ..... 0" """,,_nt ~U'lUI <!co J(>.nli .... <i< 1. 1><'-' n'<'l,io~ I. ... .,.nn. un .nei ... J:I&l.'. lu, " """'" '" «IlIlk. r.i<!a", • f ....... h,. tix 110 ..... ... ,,,,,,il1<-e.. ,"';, "n ",u, hou, ,10 I~U.' <1< c"><r mL~-' ~I .. "" ~I<inh<uc:r. \'.", ... , ... Il ... , \\'01"" Zccb·"""",,,',<h. l'~n ... I"1 dan. """ ""ru"" I_'",,_~~ "'" ttt><t><lon' 1< t<n>JI!I d'>I"", 110,,.. "" ,If:m, a .. ,.,...~. '"'" n.,""- Pu .. ,1 ~ .~ .. ,"" ..... «...-.-'" <1< """ ........ 1......,.1"""" li< Klo"""""" .. ~......... .. ... r fb'" "",,-, , .... ' ... ' on «",t,. ,~, .... , « ,"', ., J ' .. , "JI.\. t..un 1 lire"',,, ' n'"",,k_ l Il ~". <Ir "»1 "utt.\ 11«1 ...... l "n Ir .. ,,,,1 .. " .... ""'<;li'" .n t'~' ,l,· U,_ Il <'<l'C' "." "'X',,,,' .' ".""'. 1. ,,_Ir n .... , .. "ni", .k .II~II,ti"" ... n:Un. ,., "'. ,'" ,1., ",,,,,,,,.,, <'"" .. " • Il,<<... ,1 ~ """ u •• • """..,., ,'n '\'~."II .... t:" Il,il l,~ "'-l'un o,dT< .J'Jh_~ .. ,. ,h'l ,1 d.'" r",I",i", di,,· .... "" f ..... ,. ~"'( ,n·hl·ll"" ... ~ h<,,,,,,~, ~, ". .. " I«i .... , l' MS~ ""·"1 .... , "y<~ "" <!'" .... m" qO<"","" dm, ""11.,,, ... ,n" 1 .... _.-..~ ,,,' llirMi .", <1<'e """"""" q... t,..."... .'~" """ "'" ........ ...-•• <' ",100. po' ... 1It .... "". ........... i. Il ..... ~It"""""........ ... Zcdo·.~..., ____ 110 ,.-- .. _ Id'où D • ",ion a .... " n ...... , ...... '-rn ~""" '<mm' al'f<> r~.-.... <In ,.., ....... - <Iomnmt 7...,b .......... ' .. h A. \.;. 11'."."'. <1< Il,_'<10. .. \',1 ....... ... !Ill,... _h~_' _ L·ka· ton a .. i, "" 1'<"Il 1. 1_1, ; It. ."d,,,,< ~,,<ndi ...... , iU"lu'au i ... 11 1' ,,,l,,",," 1. ,.rocu,"", <'" • 1",10:"""" • <"" ....... n'· ,,·icb. I.e pme", .. ",. Il,,, "",..-.1<, ... ro .... un inu .. .,-,,,. ,r",I",,"r I"l'~ ,,1 ,n,'.'.' '.~.'.1. n "' .'.'.' . Z,hClC·'b1_. ..'.'.' m pnh'ot,"c hd.u 1l" .W.. ""L" l~m.n.· dll. .\'Oi, "" ......... , à ........ _ "", ....... ,. ... n ............... I .... ' ............. "k. ,.", • ln.< ... ·. "" ,~ II'"'IOtI. «""" ... ,., l'a ,a. <tU', rh«r..,,>" Je,. Cltooruwl«> ~w-. ,Ir '" ~"' d·.~I1 ....... " ... n <"'~" .rri .......... F.~lpt. 0(" l'n.,' .\rc,.".n , ..... , ,,,,,,,'1<1' d"

"",,,,,1 ,11 .... ,,,.1 • di. ~ .. ,n " i<l1,.li·

<IUffi' l'in",.,..,""n ,k ,,,,,1< ", ... "" ... 1" .• ,,,'" ""< "n,,',,'"' ,"."t""",,, ... ,,,,i '1.' .\Ior;. '" 1"' U'k' 'li'" ,,,"' "u, , o'l(>.nioi. mte •. , ,;.", "...,."""1",,. "'" aq" "', .. ;~ i ' .. <',."lrr ~,,,,h S"""'«h UN AMI INFlUl N' "mn'..-"'h, ,,1'- -i .... ~$. <l< I .. i a,·~" i. par. • b. .. CU d • .,.. .. r au .. Ibo:~ y 'Ia ".. ju,l. dot: Il ... ~,,~ <tl .'»~ l't '<)01;' Ik<h<,. ,""".Ii-,o' " ....... ,,,,,,, .. 1_ ." m",~r< 1Il<-.<'~ <'1>" pro;....,l """' ,'" Lo • ""K<>C' .... ".. • .,." .. <li-mtlh ,,,,,, Fieln"'nn n t.. " .. ,"""'" ;UlI j,..\ B"nd .-., .. 1~ 1""""" il l'Ali ..... """ "" 10."0" <,.mi"", "" kha" .... ,10 la .;. "',,n ,rilli,., ,1. ilIIf-. " ... ,. ''''['<lOn h" .... "." ,1' .. 11",,, ,r,"b" lM.." .. m'· ,",,'!li« , !\:u.""r .... t <tl '<II'. il ,1<'-<10 .. ou',l n·.,.;' """"'. ..." ""'I~ .. 1. .. 'Uh' r .... "'i' ,,'llinwn!rt- "' '."Ir '""n' .... '" ,~u, Kr.ID<l """""'" ,,", ;\lil. ' la ""'". n ... , .......... 1< •• \\CU <1< ,,,,,,,,, po; ... ·min n ", n.i'KUh_ pa' t.. '" • ."" < )1 .. , .-.« '" """'" , ... 1.«" "nltlt· ",<h • Ilrun " ..... "" <"'" ,," <Ianoi"<"' . ",o"1r " 1'",«,_ "'", .. 1"",""",. 1.«1,·

-,."",,,icl, • <'-" .... , ,,"'_ , .... ,"~"' • r"In .... n 1. ,~u, ;,c", 'k' .- ,,"u,~i,'c

"-\" .r,,o,.c o,a,,,<,",,",, ,<,,',", , <.,<l '. l.'.'.'.'• '1',,,, 1,"1,' U.. """ 1,~"""'"u cut. .... \J1M' \""r< .l'Ihmmk, ,l,,, .. ,1. IOn,·i .. "1--1.', ........ "', ", U ... "'" p",,, ... ' -.:,.,.1, ~~,..-" ,t.r.. 1. <",~"" ",.,tr· Iro """>-bon,,, ... . )1>,. • ...... '1"",""", 'l' m ..... ""IN" ".. ...... ,,,,,",, "'~,, 1'" ,lit .... ,.... <Ir ... ; l '. , «'1 ..-l,'._ 'ID'" Ik<torr. _ cl 01 "'. <I<",bIo- , Z .. ~ :-. .... wif;to ••. ln ..... .., • i""" _ .... don ,,,""."" 1'<' 1"" ..... u d' ..... ", ""'" f.,1r q~'.1 1 ..... '1 .,.,.< ""'" ,uil_ ,,,,na,,,,, .... b d. .......... d'"" , ..... ~ ....... n • dir ~,';n .... 1. r.l",i~ .. ""',,,,,,.. ~.,..."'" na"" l't cl"""" """ ,""",.,tn" .. ", 4r. p, ..... I .. "" cho,~ .""' h"I< .. ",", <o".I.m ..... <An' 1 .. ,hU ..... ,., , ... .-,., .• 1< ""' la, .. < <,.ad •• .- ct , ... "" • r ... ,.",~<. • L' _ \ra'J:f ' .• ' .. , .11. , 1. " .... <1< ",111",,, .. ,,, <"" • 1'1I" .. ",,,,,,,.k 'k"'~ " .... 1 1. f"",""u, • , I"A"I"d,i", TI...,,· <~" Suo.:-t-k. E" 1 ... , .11 ... 1 ,iJO, .... "J« po' Je. I .. ci .. ", .11 ...... "'1 •. bol ..... l't ,W'm, ~knTZ'-"", D"J' ~"i v.' n .. ' I\&i,iblnn<-nt ... h"""", n Il<>,. ,,1>< .... ~l'" "'" """>l"'" "".\J1M' '-'"Cl"", Mdi,....," """,",",,,,,,,Irt > ....... ~. as NOUM15 _ , DANGlll("~ .~""' .•• « 1<'" on <'" 11.", WoI' ... Zec1._ ......... "."'h. ...... 1 ........ pl ... . KI>O>< le probI<-nw <1< la ...... , ........ "" . 'I~ .. "lin .... ' l'idOo"".". hi.· J.ito_ C"",. qui I~ pmi ...... ", 'l'" la .<'h",., lm, <i< 11"-'.'" """""'. ",~'l C<"O " Q"'. >u kn<i<ma," ,Ir 1" ""I","h.,,", .11""",n_ <le. '·<tl/ui,..,., .... ~n,;'i",,.. ,lu ~,~I, ~ E<,..", .... Ml AI,;,..,,", 0 .. Mo,"" Ori..,-.I, <""'an' ! .. Iii, ..... ,.." ... ,,~ ,l'<vo,; >"",'01 mi, <u. "i ... l, 1--""" "",i", """l'f<Il'Ii. l't 1 •• m,,,,,, =p," .'.~,' ,,' ',~'> <'"<"" ..• c' .-non,p~hn""o, ~,11 "..,.1 «, "',m. .i ,: · al .... >, <tl s_""" •• 1"""",11<-0 '. """"""'" .... 1"" d'ul,ht+ .. ,bI,_ mm. ... la • H LI Co ' ...... ,.,.n ..... «"' . l.\ct "."" J. .,,,1< .. « J. • ""' .. ~ .. ra""", .. ,_n ... \;0> •• M',...Ut<..., .... "" "",.,. "'" ..... 1><1 ...... 'h,hc,m •. " ..... ~ ... " ,Ir 1 .. 1 l' IroD<;>". ~~, 001_ b",lai', tl.n<>i, n .IIt,"'I" ...... CIte_ ,,,,,,... ln,..,, > 'I>.I,<tl,. """:Khi. you. ~,,,Ia,· .. , , "",~ ~""h_ • l".'R""L .. il"" .... ,00'<' 10, """"i ..... af<JlIl'<' "",."",,, '" .. ,,'u""o<" db 1-' '. lion .. I.~" /""" .. "" , vI<I,i,. Eu"""",,, <1<: L,~,""" '. En -"'<11' ""ri,, le. "'J<.",~,,,,,n. in. ... """n.""'<·, q", .. 'kr.." ..... ,. ,1'1>I1( ,,""'" ~!i->"' ...... , JI "" I~", <~ ... ,,,, .. "',,,,<", le .... ubo]e <Ia""",,'I" "ur ' ....... "'< l' .... """ du ~s Ih", 11'.1' .... Z ... I,.Smnt ~idI_ "-,'b.,, b· .... ·," ..... ......., <tU'i1 au, "i, n' '" ~ 1,""' ......... 1 ... " ' ,1 , .. ......Ia.~"..... 'IOJ_.u l.' ... )[&1 l'bi>l,." ,,," <flt~ n_ <tU. .«...1.t.n.p.:.o. I,I.< . ..<.1<. ..n..n.~.I I\"~'!M" ".". ,,,h"," "~ "..,.t... .b.o.e.<1 • <1"'" n ... " ..... i k ... "', ....... P<l' ,l'an· 0;"" no" .. """hic n", le rtfUR< i,1NJ 1'~" un <rOmu,..1 , .............. 1 ... 7 ."il,. Z",·I'·S<n",,,·,,h '."",ai, .n Ba',.,·~a~ •. il Il,,.,,,<, "il il .. l,,,. i la I""i«. r,oct,"'L>."1 .. '" itl,~. ct. ,<'<""".nl ;( ,",'",,,n ,,< lOI! p~. 1'«'00 <~.,I,",'n. ,\n,"<",I« 1>'" 1. )'~-'QU<I <i< Brun,,,·,c~ ... ""i ,k.i, ",'oie li ...... "c!oh,c), Ra_ko<" 'II'" 1".-. d'uno "It~,,'i.,.· dan, b <apil>.l. <t--pl,"""". ~-«~ ........ nt. "id< ., .. i, <kct., •• l'lo~.-.Ia,,~ , Oie Stertt • : " .11 .. u. •. ", ~ n""' .... Mf. '" "-" ... n0.-n.'- •. '_. ." . ,".1 ~., 4,Jb<O l or •• d. ..... .i, ..,. _'III~_ .. j ...... ,,/ ~ ..r.t f>M<I. ........ lU k ~. }"_fl..,], J. ,~ J • .". frOû,. C'~ ...z ·_ rUr 1.. " ,. /". ri i'. ,<Ni ,rh"" .• Quand on ....... ""i' le po .... ho,('" <1< ~ "".i. t. """,·.fI. ' ~>tI T<'IOtIr. ,!an. .... """,t""",, "",,'.1. n.lin, ,"-"ru, ••. "" la""" 11"-' ,1'<1<0 '1I<IuiOl.n' .. L'~ <.-ad<' , ... < ... Ir .... · ... u, •. "00' h l,,,,",,. ,le m""'·"""1 "",,,I.t. 1<>lal •. ne <,<u' ,... «,,,,Ii,,,,,, ,'Mi.' ... ". i-l,~ ""n.,i" rl. l'"",",,,,,, s", <1«lam""." ,h .. "i~"""1 <Ir "'" a. un ....... l't ... no "\JCun <\nul<, ,1<: Mu. 1" romol ... i:, ,~"" il j""'1 -~-,"""P II"'~ ,·il, lui "IL"';, .u chO'i_ Marguerite KAGAH


8

GOLDWATER •• Un Tarzan poujadiste LE monde entier est désormais familiarisé avec les portraits qu' « IL » aime à donner de lui-même: cow-boy, bricoleur, gros buveur de whisky, mais aussi grand-papa-gâteau, politicien averti, technicien moderne, bref, Américain cent pour cent, sans façons mais efficace_ Le contraire, en somme, de ces intellectuels ramollis qui, aux quatre coins de la planète, ne songent qu'à flirter avec les rouges, les noirs ou les jaunes_ Ces intellectuels impuissants et pusillanimes qui avaient réussi à brouiller les idées de feu John Fitzgerald Kennedy_ Barry Goldwater a déjà une légende. Il ne peut - dit-on - s'endormir sans avoir entendu l'enregistrement phonographique des frais murmures d'une source de l'Arizona, sa terre natale. Ce « poète » est cependant dangereux. En quelques mois, il cristallisé sur son nom, tout ce que les Etats-Unis comptent de nostalgiques de la guerre (froide ou chaude), de racistes et, plus simplement encore, d'imbéciles pour qui un raisonneversifs du monde moderne que sont la Sécurité Sociale, le syndicalisme, la planification, l'instruction publique et, naturellement, l'intégration raciale !. .. Ce philosophe à cheval, qui prône le retour aux lois " de Dieu et de la nature " (sic) préfère indiscutablement les généraux - " hommes fins, compétents, bien éduqués " - aux chercheurs qui lui sont pa r --------------, Claude FAUX suspects. " Il semble ", remarque-t-il par exemple, " qu'il ne soit jamais venu à l'esprit des savants que Dieu ne . réserve pas ses don$ à quelques hommes et que, si quelques savants n'avaient pas trouvé le secret de l'atome, d'autres hommes l 'auraient fait ... " De telles énormités flattent et rassurent ceux qui pourraient avoir des complexes Ses supporters et ses all iés : « Rivarol » et les aut res feu illes racistes. « L'Espr it l'ublir » trouve tout naturel de le rapprocher de Bidault, port e-pa role de l'O .A.S. ment cohérent est, à coup sûr, un traquenard communiste. quant à leur matière grise. C'est pourquoi on a pu dire que Goldwater était le candidat des nouveaux riches et des jaloux. En tout cas, ses alliés" naturels " seraient compromettants si l'homme était à une compromission près ... Le Ku-Klux-Klan fera campagne pour lui. En Europe, le journal « Deutsche National Zeitung " , spécialisé dans la réhabilitation des anciens nazis, accorde une large place aux déclarations d'I sénateur de l'Arizon a. Et celuici, n.e refusant aucune aide, a précisé qu'il ne pouvait condamner l'organisation fasciste « John Birch Society " puisqu'elle " ne figure pas sur la liste des groupements subversifs " !. .. Certaines personnalités amencaines, peu suspectes de " progressisme " , commencent à s'interroger sur les conséquences catastrophiques qu'aurait, pour les Etats-Unis, une victoire de Goldwater. Au moment des incidents du golfe du Tonkin, le mois dernier, le Département d'Etat a qualifié le bouillant sénateur d'irresponsable. Mrs Clara Boothe Luce, femme du propriétaire de « Time " et " Life » écrit que ceux qui suivent Goldwater sont des fous ou des primates ... De son côté, le " New-York Times " estimait, il y a quelques semaines, que la désignation de Goldwater serait un désastre, tandis que le " Times " de Londres estimait que" voir un grand Parti approuver et soutenir un homme aussi dangereux dans sa politique étrangère, aussi en retard sur le plan intérieur et aussi faible dans sa pensée, serait un coup sérieux pour le prestige américain à l'étranger • ... LE drame, pour les Etats-Unis, réside dans le fait qu'en dehors de toute autre préoccupation, ce sera la question raciale qui va peser le plus lourd dans l'élection présidentielle de novembre. Le vote intervenu sur les droits civiques est, en effet, pour la majorité des Américains, un événement beaucoup plus considérable que la conjoncture économique ou le contexte international. Or, ne l'oublions pas, Goldwater a voté contre les droits civiques. Et de nombreux « démocrates " des Etats du Sud n'hésiteront pas à apporter leurs suffrages au « républicain " Goldwater, uniquement parce qU'ils voient en lui le défenseur du Blanc. Goldwater essaie de profiter au mieux de la situation . A l'extérieur, il est le plus violent contre les " Viets " . A l'intérieur, ses amis politiques, les activistes de ces Comités plus ou moins clandestins qui ont assuré ses premiers succès , ne reculeront pas, dans les semaines qui viennent, devant les pires provocations pour que la hantise noire atteigne au paroxysme. Certains dirigeants de couleur risquent, du reste, de céder à la tentation de la vi olence. Un des leaders d'un mouvement nationaliste noir, Malcom X, déclarait récemment qu'à son avis, il vaudrait mieux que Goldwater soit élu, car les Noirs sauraient alors clairement à qui ils ont à faire. Malcom X ajoutait que Johnson et Goldwater étaient « à peu près pareils " à ceci près que Johnson était un renard et Goldwater un loup. " Etant donné le choix qui lui est offert ", concluait Malcom X, « il ne reste plus au Noir américain qu 'à choisir celui qui le mangera parce que, de toute façon, il sera mangé ... » On voit bien à quelles imprudences pourrait mener un tel pessimisme. C'est ce que veulent éviter les grandes organisations de la communauté noi re américaine, qui ont demandé à leurs adhérents de mener campagne contre Goldwa- . ter mais de renoncer à toutes manifestations de rue jusqu'aux élections. La situation n'en demeure pas moins préoccupante . Si Goldwater était élu , une nouvelle forme de Mac-Carthysme s'implanterait !lUX Etats-Unis. La politique internationale ne pourrait pas ne pas s'en trouver dangereusement affectée. Récemment, le pasteur Martin Niemoel- 1er déclarait que Goldwater, c'était la guerre. En .tout cas, la paix serait sans aucun doute gravement menacée par cet homme qui joue avec ostentation les sherifs des plus mauvais westerns. Pour qui le monde n'est qu'une vaste réserve où l'on parque les troupeaux et les Indiens. Et qui ne voit guère plus loin que le bout de son colt. A la mémoire de trois martyrs I l Y a quelque deux mois, trois jeunes militants antiracis tes de l'Ohio - deux Bla"f!cs .et un Noil' - se r endaient dans le Mi ssissipi, pour encourager les Noirs à s'inscr i re sur les listes électorales et à lutter Pour leurs droits civiques. Arrêtés près de Philadelphie pour « excès de vitesse )l, et l i bérés quelques heures après, les trois j eunes gens, Andrews Goodman, Michael Schwerner et James Chaney disparaissaient sans laisser de traces, si ce n'est leur voiture brûlée. Si certains leaders sudistes se permirent de faire des déclarations d'un goût douteux «< superchene mon tée à des tins publicitaires »), nul ne douta qu'il s'agis· sait d'un crime raciste. Hypothèse confirmée lorsqu'on découvrit les corps des trois jeunes mi litants dans un mar écage pr ès de Philadelphie. Nous publions ci-dessous un extrait de la déclaration que les parents d'Andrew Goodman ont jaite après la mort de leur fils au cours d'une co."f!férence de presse : « Notre douleur, bien que personnelle, est eelle de notre nation . (( L~s valeurs que notre fils a défendues en allant dans lc Mississipi sont les fondements mêmcs dc cc pays - sa Constitution , sa loi, sa Déclaration des Droits. (( Tout au long de notr-e histoire, d'innombrables Américains sont morts pour la cOonquête de l'égalité_ NOoUS cOontinuerOons à lutter dans ce scns et nous cspérons vivement quc Ics Américains engagés dans cettc nOoblc mission seront aidés et protégés. « Nous sommes fiers de l'cnga.gement de notre fils ct de ses camaradcs maintenant décédés, de celui dc ses camarad~ enCOorc vivants, enCOorc dans le Mississipi, de tOoUS ceux dont la moindre action expr'ime c~ vérités illccntestables. » Pour toucher le coeur de cette clientèle médiocre - mais, hélas, nombreuse ! - le sénateur de l'Arizona utilise des arguments du niveau de ceux qui , naguère, eurent un certain succès, en France, avec Poujade. Une des différences qui existent entre le démagogue de Saint-Céré et le cow-boy de Phoenix est, malheureusement, assez notable : Goldwater peut un jour - s'il est élu - disposer de l'énorme arsenal atomique des U.S.A. Sur ce point, il n'a jamais dissimulé ses désirs. Selon lui, l'O.T.A.N. devrait être dotée d'armes nucléaires tactiques afin de pouvoir intervenir contre toute " invasion locale " des communistes. En clair, cela signifie que toute manifestation d'indépendance nationale pourrait être réprimée par la bombe atomique. Pas e prescription pour les crimes nazis Avec de telles concept ions, Goldwater répond au besoin profond qu 'éprouvent beaucoup d'Américains " moyens» d'affirmer leur virilité personnelle et politique. Il est , à leurs yeux, une sorte de Tarzan en chasse contre les fauves de l'Est et, sautant de liane en liane, le voici qui met à mal tou s ces grands mythes sub- Bientôt à Paris La Passagère Le 15 octobre, aux Studios SaintSéverin et de l'Et oil e aura lieu la première f rança ise du film polonais " LA PASSAGERE ", réa lisé par André Munk et distri bué par la société " Pleins Feux sur le Monde et les Hommes: " . " LA PASSAGERE " a obtenu le Prix de la Critique Internationale au Festival de Cannes 1964, et le Prix des journalistes italiens au Festival de Venise 1964. (Suite de la page centrale) accomplit en exécution des lois, des règlements, comme fonctio nnaire de l'admin i ~'trat i cn. Il n'est pas un simple assassin, Il assassine par ordre. Il est l'agent d'un Etat bandit. C'est pourquoi il peut invoquer pour sa défense l'o rdr e qu' il a reçu. Mais ce n'est pas unc excuse. Le statut de Nuremberg l'a prévu. Le criminel ne pourra pas se dérober à sa responsabilité clans le crime en invoquant l'ordre cri mi nel, mais le tribunal ti endra compte de cet élément dans l'établissement de sa sentence, Et ici comment ne pas dénOncer un concept juridique dont le gouvernement de Bonn fai t le plus grand usage, le B!'fehlsllotstand. Comment traduire ? Littéralement : l'état de néces sité créé par l'ordre. C'est la contradiction flag rante clu Statut cie Nuremberg qui proclame que Vorch-e criminel n'enlè" e pas à celui qui l'exécute sa respon· sabilité. Ifais naturellement. selon les circonstances, cela peut créer une circonstance atténuan te. Le général von Choltitz, refusant de détruire Paris, montre biell qu'une volonté d'honnête homme Ile recOllnait clans un ordre criminel aucune nécessité d'obéir, au contrai r,:: , il estime nécessaire, pour son honneur, de désobéi r. Toute autre obéis 'ance est une obéissance dé,:,raclante. la servitude d'un esclave. :-.ralheureusement c'est la conception qui règ'ne à Bonn où l'on ne fait rieli pour effacer les souvenirs de l'obéissance sans condition au Führer. Tel est le caractère du crime de guerre : il est exécuté conformément aux ordres d'un Etat criminel. MAIS l'Etat est une abstraction. Ce qui existe, ce sont les gouvernants, leurs ordres, leur administl'ation, leurs agents. Ce sont ces composants qui font l'Etat criminel. On ne peut atteindre et punir l'Etat-bandit qu'à t ravers ses agents, quel que soit leur gracie. Le ma réchal Goering, le maréchal von Keitel ont été pendus. Ils avaient exécuté les ord res criminels de leur Etat. Or, l'Etat de Bonn se prétend successeur du T roisième Reich. Il revendique d'étendre s'a compétence j usqu'à ses front iè res, les fro ntières de 1937. Il porte dans ses armes' l'aigle impér ial, il con- • serve comme hymne national le D etûshland über alles qui fa isait entrer les nazis en hystérie. En quoi cette succes'sion fait-elle de l'Etat de Bonn un Etat différent du T roisième Reich ? C'est par sa législation, si elle est vraiment démocrat ique et par sa procédure pénale, si elle poursuit comme criminels les actes que le Reich nazi prescrivait comme légaux. Mais. s'i - comme on le prépare - la Constitution et surtout le droit pénal reviennent aux règles du Troisième Reich, et si par la prescription le gouvernement de Bonn refuse de poursuivre les criminels nazis qui sont sur s'On territoire, il n'est pas seulement successeur cI'un Etat criminel : il s'en fait le continuateur. Un E tat qui tolèr e sur son ter ritoire des cr iminels comptables à l'égard de l'humanité de crimes atroces et refuse de les poursuivr e en invoquant la nécessité d'obéir à des lois infâmes et en les couvrant pa r la prescription devient lui-même criminel. Devant un parei l Etat, la communauté des E tats n'est plus en sûreté, et l'humanité apprencl avec horreur que des crimes d'Etat dont elle voudrait effacer jusqu'aux clerni ères traces sont clans cet Etat, de nouveau mis à l'abl' i de toutes poursuites. Telle est, semble-t-il, la raison de clroit in ternational qui s'oppose à la prescription en mat iè re de crimes contre l'humanité. La S'ltreté de la communauté humaine exige que tous les criminels qui s'en sont rendus coupables soient immédiatement livrés aux j uges et jugés selon le droit des gens fo ulé aux pieds par l e u r~' fOl·fai ts. Naturellement la Justice doit tenir compte de toutes les circonstances du crime. Mais la permanence même de l'Etat exige la per·- 1\Ianence cles POUl-suites et écarte toute idée de prescri ption. Il faut être vigilant. Les assassins sont parmi nous. Seul leur châtiment exemplaire permettra cie construire sur des bases purifiées et sûl'es la communauté des hommeS' que le monde attend_ .J.B Comment oarler du racisme au lycée J IL est Jréquent d'entendre dire qu'il n'existe point de discriminatior:- raciale clans nos ecoles et lycées. En un sens c'est exact et je ne laisserai personne accuser l'ensemble du corps enseignant d'ignorer que l'impartialité est le premier devoir d'un maître et çle ne pas y tendre de toutes ses forces. Par contre, la lutte ouverte contre le racisme et la xénophobie n'est pas généralement éprouvée comme nécessaire. Lorsqu'on y fait allusion il vous est répondu qu'on « dramatise » et que point n'est besoin de « dénoncer un mal qui n'existe pas ». (L'Afrique du Sud n'est pas notre affaire et l'Algérie ne l'est plus. Quant à l'antisémitisme, il est clu passé, même en Allemagne ; les juifs n'ont point de peine à se loger, de quoi se plaignent-ils ?). Les noirs, c'est différent, mais que chacun s'occupe de son domaine. Nos élèves noirs sont à égalité avec les blancs. . . est compréhension de l'autre, si . traitant des passions, elle tait une des plus C0111- muné1llent répandues, la pas's ion raciste? Sartre clans son « Esquisse d'une théQrie des émotions» souligne que la colèr~ Ile tombe pas sur IlOUS mais que nous nGUS « lIJettons » en colère ... et, dans ses « Réflexions sur la question iuiye " , 'lue le raci ste de même a « choisi » la permanence de la pierre, l'imperméabi lité

'[ toute expérience.

(Suite page 10) 9 (Photo M. Clair). Lorsque des tracts du:\1.R.A.P. furent distribués aux portes clu lycée, de nombreux professeurs. loin de demander qu'on parlàt ouvertement de la question à l'intérieur. s' indignèrent cie cette « <,io/cllcc (sic) faitc il /a callsciCllcc dc 1I0S é/èz'es ». Ceux-là y yoient de la pol itique au sens partisan du terme ct ne s'aperçoi vent pas qu'ils respectent moins l'en fant. l'adolescent (qu'ils ont pour devoir d'éclai1'er) que le prétenclu droit des parents de maintenir l'enfant clans l'ignorance de ce qui n'est pas ~'on étroit milieu familial. Ce qui fut toujOUL; une autre pol itique. conservatrice. D'antres craignent qu'en dénonçant l'ant;sél11iti, me sous sa forme larvée on ne réveille malaclroitement ses partisans agressi fs de « fcune Nation » ou autr s. Ils soulignent là un clanger réel. doublé du ri sque moral d'accroître l' inpar Henriette HERGOT Visite au maitre-graveur Georges Simon auteur de la médaille d'Anne Frank Professeur agrégé de phi losophie au Lycée Ju les-Ferry sécurité affective des minorités et d'in· troduire discrimination et malaise là où l'on voudrait oeuvrer à la fraternité et la paix. 'foutefois" il est toujours plus facil~ cie s'abstenir que de trouver les' modalités d'une action échappant le plus poss ible à tous ces risques. Qui ne fait pas le bien fait le mal. (Pour ne parler que cles juif~,. Sartre a raison lorsqu'il dit qu'il ont des accusateurs passionnés, mais pas de défenseurs passionnés). Les « démocrates » de nos écoles sont sou yent bien timorés. Nos élèves ne sont pas racistes me dit-on, lorsque je rapportai les tribulations qu'avait à souf·hir à la porte de l'école de sa commune une petite noire. mais « il se troll,/)" quc » cette en fant est associable, (refuse de se mêler aux autres. est irascible) ... coïncidence qui fait réfléchir. Peut-être que dans les écoles où petits noirs ct petits blancs se prennent parla mai 11. l'influence prh'elltiz'c du maître a-t-el1~ rendu impo;"sible cette situation de i"éciproque agressivité ? Notre jeune public au lycée est un extrait de 110tre société. Il contient des esprits ouverts. d'autres issus de milienx clos, sù rs cie leur supériorité, de lenr « seH-righteousness ». N'ai-je pas des élèves de bonne foi convaincues Cine la chrétienté n'e5i~ r es ponsable (J'ue des bonnes oeuvres sociales de ses ordres et rien que de cela, et, partant. « la plu'i charitable» cles sociétés ? Les Croi saclcs et expéditions coloniales ? - missions 1 L'Inquisition et ses bùchers ? - excès bien intentionnés au départ. « L'enseignement du mépris » dont parle Isaac ') faiblesse humaine d'ailleurs exagérée <L loi sir. Le silence sinon la complicité :i. l'heure des pogroms ? - franche calomnie 1 Ce n'est point qu'on nie le racisme" mais on le nie chez soi et c'est tou jours la faute du noi l' ou du jui f s' il n'est point aimé : et puis l'erreur c'est de vouloir contraindre par les lois à une intégration qui se ferait tellement mieux, en Amérique par exemple, Terre de liberté, si elle était laissée aussi libre que le commerce 1 MAIS COII/Jllellt ell serait-il antrement si l'enseignement ne prenc! pas le taureau par les cornes, .'H l'hi~torien ou le professeur d'instruction civiqùe n'est pas tenu, quelles que soient ses . cl~ovances idéales. d'enseigner les réafités, " le Décret de la Sainte Inquisition sur les juifs affiché en 17.11 « ta/lt dans· les iuiveries que hors desiniven'es » etc ... , comme « l'Arien parag; laph » des pasteufs allemands du '« Mouvement » de 19:n ou les déclarations du Cardinal Faulhaber, chef de la hiérarchie catholique allemande. La laïcité n'en sera pas plus molestée qU(~ par la dénonciation de l'évêque Cauchon. Comment en s'erait-il autrement si le professeur cie Lettres passe pudiquement sur la signification profonde des affaire,; Calas. Drevfus, etc... si le professeur de philosophie ne fait pas' pratiquer au sein de sa classe la vraie tolérance qui LE -t AOUT ' T9·+-+' la Felcl-Polizei faisait une descente dans l'Annexe, la cachette de la famille Frank, qui vena it d'y passer plus de deux années. arrêtant les occupants t't les envoyant clans les camps cie concentration ... Pa l'mi les papiers abanclonnés su r place, il y avait le Journal d'Anne, cette enfant de quinze ailS qui devait, par la grâce éblouisS'ante de sa pureté et" tIc sa foi. devenir l'un des livres les plus importants de l'après-guerre. Traduit en trente-cieux langues. adapcontexte qui servit à sa matérialisation. « ... ainsi c'est en Hollande où elle z'écllt les longues anNées de sa claustration qne /a médaillc d'Alllle Fra 11/,' fit sa l'r.elllière apparitiOIl publiqlle. » Lauréat cie la V ille cie Paris pour la ~'eu lpture en H)27, couronné en I()49 cie la ,\ lédaille d'Honneur (Sculpt11l'e et Gravure) clu salon cles Artistes Français, Georges Simon eut aux Beaux-Arts les m'litres IC's plus réputés : Dropsy, Lavrillier, Bazor, Grégoire... Ent1"é en 1931 - il n'avait alors que vingt-cinq ans - ;l la ~\Jonnaie cie Pari!';. il y est Georges Simon àans son atelier té pour IC' théàtre dans tous les pays, puis pour le cinéma par la 20 th Ce1ltury l'OK, avec l\1illie Perkins clans le rôie d'Anne Frank, plus de ,Soo.ooo exem" plaires venclus récemment dans une édition populaire de poche ... c'est une gloire posthume payée fort cher, tt"OP cher : au prix cie la jeunesse et de la vie d'unc toute jeune fille. Ainsi, après le grand succès en 1 ibrairie du « Journal d'Anne Frank », après ce grand silence qui suit les bonnes ùpérations comlllerciales, il est réconfortant cie voi l' qu'un grand artiste français cautiofl1lé par notre très officiel « Hôtel des' Monnaie » rend un nouvel hommage à la petite juive cie quinze an~ en lui offrant l'immortalité dans cc qu'clIc a de plus durable clans le moncl ~ des hom111es : la méd::ille. Et i'ai vouln re7Jcontrer, pour vous, Ceorges Simon, maitre-graveur, l'auteur de cet émouvant témoignage. DANS un vaste atelier clu quai cie· Conti, avec la Seine C01l1me toile cie fond, il il bieu voulu me rece- ",(Ji r ct me parler des rai sons qui l'ont

)()us,é il créer cette médaille.

Le « TournaI d'Anne Frank» a. clès la première lecture, éveillé en lui les échos inoubliables cie souveni1"S personnels (Georges Simon a perclu certains membres de sa famille clans les camps de concentration nazis) . L'idée, latente, germait en lui d'un hommage personnel à la jeune héroïne. Le cOllg-rès' de juin J96,: à La Have. cie la Féclération Internationale cles Erliteurs cie Médailles (l'IDEM) fut le lll;tintenant maitre-gr;l\·cur. Cc titre envié ne l'em pêche point de se liner ;L des travaux anonymes où se déploient toutes les ressources de sa technique C~ de son art sens ible : réfection de maquettes cie décoration. retouches cie lll()dèles fournis pour de futures monnaie, ou médailles. cI'une facture encore im propre

l la frappe.

IL faut entendre Georges Simon parler de « son » Anne Frank, l'une de ses créations qui lui sont les plus chères. Il paraîtra bien facile, en partant ANNE FRANK par Georges Simon FACE : effig ie d'An ne Frank apparaissant sur un mur. " Il semble que ces murs gardent l'empreinte et le souven ir de cette enfant except ionnelle ... REVERS : Les primevères et les barbe lés évoq uent son premier amour et sa captivité. Diamètre: 72 mm. Poids: 225 g. Prix : 21 F (bronze) ; 130 F (arge nt) . Les commandes pe uvent être adressées à « Droit et Liberté ", 30, rue des Jeûneurs , Paris (2'). C.C.P. : 60-70-98 Paris . (Ajouter 2 F pour les frais d'envoi). de lui, cie lui trouver un profil de médaille ... ct pourtant c'est bien cette impre~', jion que laisse le visage aux traits nets et au colJier de barbe qui soulig-ne 1111 sourire tout en demi-teinte, aux yeux: perçants, tandis que les mains carrées ajoutent aux paroles le détail suggestif d'un geste précis de sculpteur. Ecoutons-le : « ... pallr le visage d'Anne -il n'exis" tait qlle très peu de documents, de plus Je voulais faire t'essen/il' l'idée que cetle extraordinaire personnalité a marqué .iusqu'aux rauvres 11/urs q1ti l'entoul'aieut ... » C'est ainsi qu'apparait ce sourire nostalgique, cet ovale pur. comme jaillis~' a nt clu mur usé... L'usure, l'usure d'l temps, de l'àme, des nerfs, cette lenteur toujours répétée cles heures toujours plus nomhreuses dans cette prison qu'était l'Annexe, nous la retrouvons dans le calibre « informe » de la médaille. pareillc à un galet uS'é par le ressac tou jours recommencé cle la mer, comme ces jetons que les doigts d'enfants frottent à longueur de journée contre les mU1"S, le sol. .. C'est hl une des plus jolies, une déS plus belles trouvailJes de cet artiste tout de nuance et de sensibilité. A u revers, dans un réseau de barbelés, une primevère, symbolis'ant le pre- 11lier amour d'Anne : son jeune ami J'eter, s'élance, fragile et tena'ce, comme une insulte à la haine et aux brutalités, la négation mê111e de la mort. GEORGES SIMON qui, outre ses médailles commémoratives (Guerre de J939-1940, Conférence de ]'ari s, Biennale cie l'Information, .Musée de l'Homme) a lai ssé son nom à toute une ~\~ rie d'éditions de la Monnaie cie Paris concernant de . grancles figures universelJes : Saint-François de Sales, Schubert, Robespierre... touche ici à la plénitude cie son art. Les qualités humaines cie l'arti ste, sa grande ' bonté, son esprit cle tolérance clans tous les domaines, en passant par ses' outils de graveur, se sont cristallisées clans le simple et beau visage cl' An- _ ne Frank, qu'il a marqué à jamais cie sa création exceptionnelle. Et c'est là le « c10n » cles grands artistes que de nous faire reconnaître, par leur vision propre des v1sages que nous n'avons jamais intimement connus. Ajouterai-je que Georges Simon est 11n lecteur intéressé cie « Droit et Liberté »? On l'aurait deviné 1 ... IL y a vingt ans, le 4 août 1944. la Feld Polizei faisait une descente dans l'Annexe, cette cachette de la familJe Frank, arrêtant les occupants ct les envoyant en camps de concentration . En ma1"S 1945, Anne mourait dans le camp cie Bergen-Belsen ... C'était deux 1110is avant la libération cie la Hollande 1 Be rnard SANNIER·SALABERT. lO----------------------------------------------------------------------------~---------------------- illlllllllllllllllllll.111111111111111111111111111111111111111111111111 1 LA VIE DU ~ E M. R. A. P. ~ - ~JlIIIIIIIIJlIIIIIIIIIIIIIIIIJlIIIIIIIIIIIIIIIIIIJIIJIIIIIIIIIIIIIIII~ APRES un repos bien mérité, les militants, les amis du M.R.A.P. reprennent leurs activités. Le succès de la ISe Journée Nationale et des diverses manifestations qui ont marqué l'année du 15' anniversaire de notre Mouvement ; les efforts accomplis pour réorganiser l'ensemble des structures du M.R.A.P. et développer notre propagande

la multiplicité des réalisations dans

la période qui a précédé les vacances : tout cela crée de bonnes conditions pour un (( démarrage » rapide. Certains comités, comme ceux du Nord et du Rhône, devant faire face à des manifestations concrètes de racisme anti-algérien, ont réagi malgré les vacances, avec toute la promptitude et la fermeté souhaitables. D'autres, grâce a une reprise immédiate des contacts, sont déjà à pied d'oeuvre : ainsi, celui de Champigny, dans la Seine, qui, bien que provisoire encore, prépare une soirée pour la fin octobre. Des séances cinématographiques avec débats sont annoncées pour ces prochaines semaines, notamment à Pau, à Caen, à Paris (dans le 90 arrondissement)_ Ces premiers exemples, c'est certain, stimuleront les retardataires, et les initiatives seront nombreuses en octobre et novembre, pour répandre par des conférences, des débats, des films, des tlXpoSitions, des ventes de livres, les idées qui nous sont chères; pour alerter l'opinion sur la réalité du racisme, à combattre d'abord chez nous, et exprimer notre solidarité à ceux qui s'opposent courageusement aux discriminations, dans des conditions si difficiles, que ce soit aux Etats-Unis ou' en Afrique du Sud. En ce qui concerne les objectifs urgents à a.tteindre, il faut placer au premier plan les propositions de lois antiracistes élaborées par le M.R.A.P., soumises au Parlement, et pour l'adoption desquelles nous devons mobiliser tous les antiracistes, tous les démocrates. Parmi nos tâches immédiates, figure aussi, pour les Parisiens, la préparation du grand gala. antiraciste du 22 novembre, pour que cette traditionnelle manifestation réunisse comme chaque année un grand nombre d'amis de notre Mouvement. En ces temps où le racisme apparaÜ comme un grave problème d'actualité et suscite la saine réaction de tant de citoyens indignés, le M.R.A.P. doit ètre à la hauteur des nécessités. Le travail ne manque pas dans nos comités locaux, et nos commissions nationales. Recruter de nouveaux adhérents, de nouveaux militants, accroître la diffusion de notre journal, recueillir les moyens matériels indispensables : ce sont donc aussi des tâches importantels et quotidiennes. La conscience autiraciste ne suffit pas. Il faut lutter, et pour cela, s'organiser. NOS JOIES Nous avons appris avec beaucoup de joie, la naissance de Judith, troisième fille de nos amis Charles et Daisy PALANT. Que le secrétaire général du M.R.A.P. et sa famille trouvent ici les c.ordiales félicitations de notre journal et de notre Mouvement tout entier, ainsi que les voeux les plus chaleureux de santé et de bonheur pour la petite Judith. M. Max MENDELSON, vice-président de la société ({ Secours aux Amis » vient de fêter son soixante-dixième anniversaire. Nous lui exprimons nos félicitations amicales et nos meilleurs voeux. NOS PEINES Nous apprenons avec douleur la mort de Gaston LAROCHE (colonel F.T.P.F. Boris Matline), chevalier de la Légion d'Honneur, médaillé de la Résistance, croix de guerre 1939-1940. Gaston Laroche avait été pendant de longues années secrétaire général du C.F.D.I. (Comité FrançaiS pour la Défense des Immigrés). Que Mme Laroche ainsi que toute sa famille trouvent ici l'expression de nos sincères condoléances. M. Elie GOZLAN est mort à Paris, à l'âge de 88 ans. Né dans les Aurès, il fut secrétaire général de la Fédération des Société Juives d'Algérie et fonda avec le cheik EI-Okbi, l'. « Union des Croyants monothéistes », daps le but de rapprocher mu-sulmans et juifs. Elie Gozlan s'était associé, ces dernières années à diverses manifestations du M.R.A.P. Nous exprimons à toute sa famille nos sincères condoléances. ETANT ETUDIANT AFRICAIN ... J'ai été très intéressé par votre journal à cause de son action humaine, de sa prise de position devant certains faits ignobles qui déshonorent l'humani: té entière et empêchent la compréhension universelle de se réaliser et surtout votre combat contre ce mot « racisme Il que j'éprouve de la peine à prononcer en sachant combien d'êtres humains en souffrent. Et j'espère qu'un jour, certains égarés, entendront la voix de la fraternité humaine qui est la condition sine qua non pour un monde meilleur. En ce qui concerne l'abonnement, j'éprouve vraiment le désir de souscrire mais étant étudiant africain qui doit bientôt rentrer en Afrique, il me serait impossible d'en souscrire actuellement mais dès mon arrivée, je compte m'intégrer dans la famille de tous les lecteurs fidèles de votre journal. K.M. Cherbourg (Manche). UNE REALITE BIEN ANCREE J'ai bien reçu les exemplaires de « Droit et Liberté » qui m'ont été adressés et je donne volontiers mon adhésion à votre Mouvement auquel j'aurais dG appartenir depuis longtemps. Pilote du port d'Oran, j'ai dG fuir l'Algérie quelques heures avant l'arrivée de tueurs chargés de me prendre en charge, après avoir été préalablement blâmé, plastiqué, pillé, condam~ né à mort par l'O.A.S. J'ai eu sans doute tort de ne pas appl'ouver les sentiments antisémites que l'on manifestait autour de moi et les crimes contre la communauté musulmane. Je rentre actuellement du Congo-Brazzaville où j'ai pu, à nouveau, éprouver les méfaits d'une « maffia européenne » profondément raciste et qui cherche, par tous les moyens, à étouffer les aspirations d'un peuple vers le progrèS social, la liberté et le travail. Les officiels de la Banque, du commerce, de l'industrie, certains fonctionnaires, font preuve d'une grande hypocrisie dans leurs rapports avec les Africains. On pourrait penser que la ségrégation est abolie depuis longtemps dans ce pays, or, elle est en réalité bien ancrée, mais diffuse, sous-jacente. On manoeuvre pour empêcher les Africains de s'inscrire à un cercle, pour éviter de les inviter à un cocktail, pour les empêcher de s'installer dans un immeuble ; mais devant le ministre africain on se montrera d'une grande urbanité et on fera preuve d'une grande servilité pour assurer que l'on travaille à la prospérité du pays, alors que l'essentiel est de conserver son poste et de rapatrier le maximum de francs C.F.A. car le franc C.F.A. est noble. Dans le secteur où je pratiquais, où l'on était profondément raciste et où régnait en même temps l'incompétence et l'ivrognerie, j'ai vu refuser l'accession à des postes de Congo· lais qui, sur le plan technique et intellectuel, avaient une qualification supérieure à celle d'Européens qui en étaient pourvus. Si l'on affiche des idées timidement libérales et si l'on marque un peu de sympathie et de compréhension envers les Africains, on passe rapidement pour un huluberlu, voire pour un fou et l'on devient vite un être dangereux qu'il faut éliminer. On cherche par tous les moyens à vous atteindre

on mobilise contre

vous (ce qui n'est guère difficile dans un pays où les nostalgiques de l'Indochine et de l'Algérie française sont nombreux et où l'on klaxonne encore « Algérie française ») on dirige sur vous un faisceau de calomnies, les mains ne se tendent plus et sur le plan professionnel, on vous tend des pièges. La méthode n'est sans doute pas mauvaise. N'ayant pas, hélas, des nerfs d'acier, j'ai succombé à tant de mauvaise foi, de fourberIes et J'ai dG demander mon rapatriement, les nerfs à bout, déprimé, écoeuré, vaincu une nouvelle fois par le colonialisme. Je sais que maintenant on s'attache à empêcher mon retour où je constitue un réel danger pour mon entourage. La promotion africaine constitue pour trop d'Européens une dangereuse hypothèque sur leur venir, l'essentiel pour eux étant de durer, il n'est pas possible d'obtenir un changement dans leur mentalité et encore moins un sentiment de sympathie pour l'homme africain et le milieu dans lequel il vit. Je participerai très volontiers aux actions que vous menez contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. C. T. (Seine-Maritime) . A LA MARTINIQUE La situation se détériore chaque jour davantage, et les incidents prennent souvent une tournure raciste. L'administration poursuit ses erreurs jusqu'à la démesure. Mais le peuple martiniquais n'est plus passif.:. M. R, (Martinique) . « PAS DE LA MEME RACE» Le 3 juin 1964, alors que je me rends à mon travail, je suis témoin d'une scène inadmissible à là bouche du métro située devant le Théâtre Saint-Martin. Il est entre 7 h. 20 et 25. Un policier parle irrespectueusement à un homme se trouvant en bas des escaliers de la bou che du métro. J'ai alors pour ce policier un regard exprimant ma réprobation. Accompagné d'un de ses collègues, il me rattrape et me demande mes papiers. Tout en cherchant mon portefeuille, je lui fais remarquer qu'il est plus correct avec moi qu'avec le monsieur d'il y a un instant. - Vous n'êtes pas de la mê· me race, me répond-il. (L'homme pris à parti était un Algérien.) Devant cette réplique, je remets mon portefeuille en place et refuse de montrer ma carte d'identité. Ils me trainent devant le car de police, déboutonnent ma veste, fouillent ma serviette, menacent de m'amener au poste, sous les regards du chef de patrouille, tandis que je tiens plaqué contre moi mon portefeuille. Un groupe d'une dizaine de badauds s'étant formé, Us renoncent à vérifier mon identité, déclarant que je suis un intellectuel. Le car de police est immatriculé 601.892. André CHALARD Paris-XI'. UN APPEL A LA PAIX Fin 1963 - début 1964, l'Ensemble des Choeurs de r Armée Soviétique a donné une série de récitals à Paris. Dans leur répertoire figurait un chant, intitulé « Le Glas de Buchenwald ». Après le départ de cet Ensemble, un disque a été édité : « Les Choeurs de l'Armée Soviétique à Paris 1963-1964 », microsillon « Chant du Monde» (LDX - S - 4290). « Le Glas de Buchenwald » a été exécuté en russe, donc incompréhensible pour l'auditeur français (et quelques lignes « explicatives » sur le programme ne pouvaient, évidemment. donner tout le contenu de la chanson). Ma femme et moi, nous l'avons traduite en françalS. Ce n'est pas une traduction littérale : malgré notre désir d'être le plus proche posstble du texte original, il n'est pas possible de traduire d'une langue à l'autre ( mot à mot » en rîmes tout en gardant le rythme. Mais le rythme est fidèlement conservé. Aussi, ceux qui ont aimé ce chant, qui connaissent la mélodie ou pOSSèdent le disque, pourront le chanter en français. Je vous envoie sous ce pli cette traduction. Je veux croire que les lecteurs de « Droit et Liber té » aimeront ce chant et que ma traduction leur plaira. Et plus nombreux seront ceux qui la chanteront, mieux ce sera pour la cause de la paix. LE GLAS DE BUCHENWALD Hommes, debout ! Minute de silence ! Ecoutez, écoutez, ça hurle de tous côtés Le glas de Buchenwald remplit l'espace, Sonne à toute volée, sonne à toute volée. Il survole la terre et va s'étendre ... Vie et force renaissent soudain partout, Les victimes ressuscitées des cendres De nouveau debout, de nouveau debout, Innombrables, innombrables, De nouveau debout. (Bis) Des centaines de mille de brûlés vifs, Pas à pas, coude à coude, rang après le rang Les colonnes internationales Parlent avec nous, parlent· en marchant. .. Entendez le grondement de tonnerre, Ce n'est pas l'orage ni l'ouragan, Sous le vent de l'ouest qui l'enserre Râle le pacifit]ue, hurle comme un démen t. Et il gronde, et il gronnE' L'immense océan. (Bis ) Hommes debout ! Minute de silence ! Ecoutez, écoutez, ça hurle de tous côtés Le glas de Buchenwald remplit l'espace. Sonne à toute volée, sonne à toute volée. Il s'étend, il plane au-dessus de la terre, Et en frémit l'éther angOiSSé. Braves gens, soyez sur pied de guerre Préservez la paix, préservez la paix ! Prenez garde, prenez garde ! Préservez la paix! (Bis) Odette et Alexis BODIK Boulogne (Seine) . '


,------

Comment parler du raci•s me au lycée? (Suite de la page 9) Après avoir lu ce livre, voici ce que des élèves en pensèrent : « Peta-être, étant athée, est-il facile à J.-P. Sartre de considérer tous les hommes comme éganx ... mais n'est-il pas NORMAL que le chrétien ait, l1ti, cette répugnance envers le jnif. .. répugnance « sPirituelle ? ». Le respect de la laïcité vraie commandait- il alors de « laisser passer », ou de faire connaître à "l'élève chrétienne, ignorante de son propre Evangile. le travail du grand historien Jules Isaac sur la genèse de l'qntisémitisme chrétien, et de l'exégète catholique le R.P. Démann, préfacé par le Cardinal Saliège ? Une auh-e réflexion d'élève sur le livre de Sal'tre est réconfortante : « Jusqn'alors je pensais: un juif est un homme comme les autres, il ne doit pas y avoir de racisme. A partir de mainte- 1/ant je vais m'efforcer de penser au juif en tant que juif. C'est plltS géné·· reltx car J.-P. Sartre vise à ne pas faire du jl/if lin être à part sans lui interdire son originalité. » L'élève avait compris ce que Sartre souligne : nous sommes tous « des libertés en situation ». La ~ ituation d'une personne en milieu hostile lui donne tantôt une passion ardente' pour la justice, tantôt un complexe de persécution, de culpabilité ou même de grandeur, mais toujours une sensibilité plus vibrante. L'ignorer c'est s'exposer. si l'on est un ancien raciste, converti à une bonne volonté de surface, à des retombées dans un racisme d'autant plus grave cette fois qu'on croit avoir tenté un « loyal essai» contre lui. En outre, rien ne dessert plus les juifs ou les noirs que de ne parler d'eux que comme des victimes ... cela irrite ceux qui n'ont pas ce privilège et puis c'est aller contre la vérité. Le racisme engendre le racisme, naturellement. « On Les croit méchants, nous, les chrétiens », me disait une élève israélite. La conférence récente du professeur 1farc-André Bloch au Lycée Jules Ferry, a fait beaucoup pour la justice et la compréhension mais, après un exposé d'une si pure noblesse, les questions des élèves, émues d'ailleurs, déconcertaient parfois. « Doit-on, à votre avis, faire porter aux jeunes Allemands les faute~' de bealtcoup de leurs pères ? » - « La meilleure manière d'éviter le retour de l'antisémitisme est-il « le groupement des jl/ifs e'ntre el/X » ou leur « assim;- lation ? » - « Comment « expliquer> cette haine, cette barbarie à l'égard des juifs en particulier », demandait une élève (alors même qu'on venait de rappeler les égales persécutions contre les tziganes aussi). Or, de toute évidence, tout racisme était condamné, l'antigermanisme tout autant ; et le testament de Marc Bloch, mort pour la France, montre assez que cette assimilation danS' la patrie, ce ne sont pas les juifs qui.la refusent, fussent-ils attachés à des croyances autres que les croyances catholiques, mais bien, plus ou moins consciemment, les milieux conservateurs qui se « groupent entre eux » et pour qui les mal-pensants sont toujours un peu des mauvais patriotes, eussent-ils tous leurs morts au champ d'honneur. Tout ceci prouve à mon sens que l'éclairement persévérant de l'intelligen ce doit aller de pair avec l'appel aux sentiments de fraternité, sinon ceux-ci resteraient stériles. Ce n'est pas, je crois, péché d'intellectualisme. « Une grande clarté dans l'entendement, rappelait Descartes. engendre lme forte inclination dal1s la volonté. » Henriette HERGOT. UN FILM POIGNANT ET GÉNÉREUX « One potato, two potato » DROIT ET LIBERTE » a pu- « blié dans un précédent numéro (mai 1964), une correspondance de Jacques Deltour, sur le film « One potato, two potato ", lors de sa présentation au Festival de Cannes. Cet article était accompagné d'une interview du jeune réalisateur américain, Larry Peerce, dont c'est la première oeuvre et qui résumait ainsi ses intentions: « Nous avons voulu faire une histoire d'êtres humains. » J 'ai bcaucoup aimé cc fi lm, parce que la violence n'y a aucune part. On nous a trop présenté de bagarres entre noirs et blancs, c'est-à-dire que nous connaissons bien les paroxysmes sans' connaître l'humble réalité quotidienne, les drames de la vie familiale. Richard, un noi l', épouse Julie, une blanche, que son mari avait abandonnéc avec une riIJette. Celle-ci sera heureuse dans la ferme que Richard a achetée, où elle vit avec les grands-parents noirs et avec le petit frère métis. Mais l'épotE blanc revient et réclame sa fille. Nous sommes en Alabama, dans le « deep South », et bien que le divorce ait été prononcé en faveur de Julie, la fillette sera reprise flar le père. Tout est en teintes douces et tendres, la colère de Richard n'explose pas en actes agressifs même quand il apprend que le premier mari de .T ul ie a essayé de la reprendre, d'abuser d'elle. Mais on sent que la corde est prête à se rompre : les imprécations contre les blancs cons;tituent un substitut de réactions' plus violentes. qui sont près cl' éclater. [ TIELIE~II~II()/'illi LE 29 juillet, la première chaîne a programmé un film tourné pour la télévision belge par Jean Antoine au début de 196:). Le sujet : un étudiant congolais, Rafaël, est fiancé à une jeune décoratrice belge, Odile. Ils envisaRent de se marier et de partir au Congo. Rafaël est brusquement nommé à un poste important à Léopoldville. Le dénouement se précipite. Les fiancés se heurtent. C'est la rupture. Il part seul. A première yue le film peut certes paraître ambigu. Je sais que certains téléspectateurs en ont conclu hâtivement, avec plais·ir. ou consternation : « les mariages mixtes sont impossibles ». Mais si l'on pousse un peu l'analyse, on 'aperçoit que l'ambiguité provient. non pas des intentions de l'auteur, mais d'une maladresse certaine dans le choix de l'héroïne. Le fait de situer Odile dans un milieu bourgeois à préjugés racistes, pouvait rendre le problème encore plus passionnant, s'i la jeune fille avait été autre chose qu'une poupée inconsistante Les jeux de physionomie des principaux acteUl'S sont vraiment admirables : Barbara Barrie (Julie) s'est vu clécerner par le .T ury de Cannes, le grancl prix d'interprétation féminine. « One potato, 1\\'0 potato » : un film que tous les antiracistes doivent voir. Un film qui apporte sa pierre à notre combat. Edgar WOLFF. Projection pour les omis du MRAP Le dimanche matin 4 octobre, à 10 heures, le film « One potato, two potato » sera projeté à Paris, au cinéma « Le Biarritz ", 79, Champs-Elysées, pour les amis du M.R.A.P. Pour tous renseignements, s'adresser au siège du Mouvement, 30, rue des Jeûneurs, Paris-2'. GUT. 09-57. « L / ours en peluche » et égoïste, face à un être aussi exceptionnel que Rafaël. Sans nul doute, elle aime son fiancé, mais clle ne s'intéresse pas' à son milieu : parmi les Africain,,;, elle s'ennuie, et ce qui est plus grave, elle se sent gênée. A-t-elle jamais relié SOIl problème sentimental au problème plus général des rapports de deux cultures, de deux l'aces, dans une situation politique complexe ? La scène de jalousie qu'elle fait à Rafaël, et qui provoque la rupture n'est au fond qu'un prétexte inconscient pour rester à Bruxelles et sam'egarder sa très bourgeoise sécurité. De toute évidence, les' personnages africains sont de beaucoup supérieurs à leurs protagonistes blancs. Ils discutent. ils agissent, en un 1110t ils vivent. Chacun aborde S'es problèmes et essaye de les résouclre avec logique, même Henr:, qui « ne veut pas diluer la race ». Ce n'est pas. à propl'ement pader, une attitude raciste, car pour lui il ne peut actuellement y avoi1' de s'olution individu~ lIe et sentimentale : le problème est un problème politique à l'échelle cie l'Afrique. Le manque cie personnalité d'Odile ne peut d'ailleurs guère l'inciter à nuancer sa position. Le film aurait mieux posé le problème racial s'i les termes cie l'épuration avaient été égaux. Mais on l'a vu, la psychologie des Belges est par trop fluide. Il reste que le suj et est traité avec courage et franchise. C'est la première fois qu'un metteur en scène se penche avec autant de subtilité S'ur des Africains qu'il nous montre comme des hommes véritables, et non pas comme des êtres primaires. On peut s'étonner qu'à l'exception du journal « Le Moncle » la presse n'ait pas cherché à analyser plus profondément le fi lm et s'e soit contentée de quelques 1 ignes anoclines ou destructives. Jean Antoine n'a pas tout dit. Il est difficile d'épuiser le sujet en une heure, mais on peut certainement he<lucoup attendre cie lui pour la défense cie la cause il nti raciste. Claude TOURE. Il Dix sur disque CHRONIQUE DES TRES BONS DISQUES. PAR BERNARD SANNIER- SALABERT. 'L ES Rnmanis aux Saintes-Maries-dela- Mer (Chant du Monde, référence LCX A 4.283). C'est, dans la très belle collection des reportages-images, dirIgée t::t réalisée par PIC pour Chant du Mende, que va paraître les jours prochains, le microsi'llon consacré aux Romanis. La qualité sonore et l'authenticité de chaque enregistrement présenté est, comme toujours dans cette collection, le souci majeur des producteurs et, avec l'originalité des sujets traités, à l'origine de son succès. Ce disque est un document unique : enregistré lors du rassemblement des gitans aux Saintes-Maries-de-la-Mer, les 24 et 25 mai· 1963, il a été entièrement réalisé dans les rues, les places, les plages, et tous les décors naturels qui servent de contexte au prestigieux pèlerinage, qui perd peu à peu son véritable sens religieux et ethnique pour tourner à la foire, à l'entreprise touristique ... La Communauté Mondiale Gitane et l'Association des Gitans et Tsiganes de France ont cautionné ce disque et travaillé en étroit accord avec PIC et André Camp à sa réalisation. Des familles, parmi les autres, les Bal!i.ardo, les Demeter, les Doerr et les Adel, onL bien voulu faire revivre les ai.rs les plus typiques du folklore gitan: la marche des Man-ouches, la complainte du peuple Rom, ].a marche des Tsiganes de Hongrie... auxquels s'adjoignent quelques beaux exemples de musique instrumentale pour guitare No-no-no, variations Man·oucnes, des chants vibrants ou nostalgiques. Le disque s'achève Sur « Nous marchons tout joyeux », ce chant d'union des Tsiganes évangéliques, dont le succès, depuis quelques années, dépasse de loin le milieu gitan. III ustrés de m€iTveilleuses photogl'Brphies de Pic et d'un très pertinent reportage d'André Camp, l'album s'achève sur une mise au point des prOblèmes sociaux des Gitans et Tsiganes de France, par Juan Fernand8'./:, président de 1" Association des Gitans et Tsiganes de France qui, en ce bref article éclaire ce difficile - et souvent méconnu - problème à la lumière de ses travaux personnels. C'est la première fois que le disque présente une revendication en faveur de l'antiracisme. Bernard SANNIER·SALABERT. LOUiS MARTIn-CHAUFFIER a l'InSIiIUI Nous avons appris avec plaisir l'élection de notre ami Louis MARTINC'HAUFFIER, à l'Académie des Sciences Morales et Poiitiques. Nous lui exprimons nos vives félicitations. « LE FOU D'ELSA » •• Un poe"' me d'amour et d' amitié VISIONNAIRE de l'aven ir et d'une félicité nouvelle, Louis Aragon s'identifie étrangement ici à un poète arabe d'il y a quatre siècles qui, dans Grenade assiégée, rêve des jours que nous allions vivre, d'une femme qui viendrait alors répondre à son amour, réalisant pour lui toute la perfection imaginable. Elle a nom Elsa. C'est cantique d'amour que « le Fou d'Elsa » (1). Seule la bien-aimée, à présent comme aux jours de Salomon ou de Kéisan- Nadjdî, donne accès à la beauté du monde. Mais le couple aujourd'hui, loin déjà sur la route « précisément » qui monte, se sait responsable de l'avenir humain. Il a priS place au coeur du combat, du malheur ... Sa légende ici, par un mys· tère qui nous semble trop clair, s'est confondue avec celle de Grenade. « Cette Gre· nade qui tant ressemble à notre vie... » La Grenade du pOème fait penser à quelque foundouk où se croiseraient guerriers et rois, nomades, voyageurs de partout venus avec l'expression changeante des préjugés qui les séparent, à un carrefour que hantent morts et vivants, gens des temps à venir, personnages imaginaires traversant les légendes... Les siècles s'y a.ffrontent, avec les événements, les hommes qui les marquèrent, les perspectives différentes de l'histoire. C'est ici la Grenade du dernier roi maure à qui la beauté des jardins semble dérision. Le défi du long siège aux rois catholiques s'achève dans la faim, la peste, la trahison, la persécution sanglante des juifs, les combats fratricides entre musulmans... Puis s 'allumeront les bûchers de l'Inquisition, et l'on traquera les Infidèles, 9n pourSUivra les Gitans par les sentiers de montagne ... Dans la ville à feu et à sang, le Medjnoûn, le fou voyant que suivent les enfants, a vision d'autres guerres, d'une autre défaite, d'autres martyrs dont le nom reste en nous comme une plaie ... Le poète a trouvé comme jamais prise sur le temps. Il Et j'ai cherché de Grenade perdue au siècle d'Elsa la loi du progrès le mécanisme Par quoi l'homme dépasse l'homme et chaque gé.nération Est à l'échelle un barreau supérieur. )) Ce pas en avant d'une génération sur l'autre, on en doute parfois. Dans le frisson d'épouvante, l'horreur, le remords qui nous saisissent à la vision des charniers récents, des crématoires, de l'offense indicible faite sous nos yeux à l'être humain, nous avons la sensation de vivre un temps anachronique. Notre univers ressemble à la Grenade de 1492. D'où le passage perpétuel du poème de l'avenir au passé, du passé au présent. La marche des générations vers le règne de l'amour et de la solidarité exige une haute conscience du respect dû à l'être humain. Le poème contribue à cette lumière intérieure lorsqu'il nous fait vivre la tragédie des hommes jetés les uns contre les autres. Il en éclaire les racines. Il ouvre au delà d'elle des perspectives inouïes pourtant réalisables ... N'est-il pas d'hier, le déchirement de cette nuit dans Grenade, où la colère aveugle du peuple se tourne contre les juifs qu'une rumeur anonyme accuse de souiller les puits, de répandre la peste ? Il Toute une longue nuit la rage et le pillage ouvrirent les demeures juives, en jetèrent au ve.nt les tapis, les ustensiles, les livres, la vaisselle et la verrerie. Le sang coulait, les passions les plus bases défigu· raient le désespoir lui-même. » L'on s'étonne, on refuse de comprendre comment les choses peuvent en arriver là. La lucidité du poète nous aide à voir clair: Il Et pourtant tout cela d'abord, poursUit ·i1, était venu de l'humiliatio.n contre l'injustice, de la sainte fureur de la patrie bafouée, de ce qu'il y avait dans ces hommes de dévouement et de pureté, de croyance aveugle en un dieu dont ils dé· fendaient ici l'ultime forteresse... » S'appelle-t-elle Anne ou Simha, cette pe· tite fille qui n'avait pas l'âge de mourir? Pourtant, rapporte le poème, Il c'est alors que chez son père, Ribli Nahon ben Samuel, fut souillée et tuée à treize ans Simha dont le nom en hébreu signifie la joie )J. L'adolescent fidèle au Medjnoûn, celui qui le suit et note ses chants, Zaïd, aimait la jeune fille de toute son âme. Pour Zaïd, il n'est désormais plus de joie. Seule, l'interminable plainte de celui qu'on a dépossédé de son amour.

  • (1 Tous les soirs dans Grenade

Tous les soirs il meurt un enfant... )J chantait Lorca, dans Grenade, où le vol inverse du temps fait passer des poètes d'aujourd'hui, Nazim Hikmet, Paul Eluard ... Et le chant de Grenade revient mystérieusement comme un leit-motiv au I( Rendez· vous des Etrangers » (2). De très loin aussi dans le temps, voici monter l'amitié entre des hommes qui n'ont souci de race, ni de préjugé religieux. Personne ne sait d'où vient le Medjnoûn, le merveilleux chanteur. Zaïd, qui toujours le suivit, nul ne dira jamais s'il est Gitan, ou s'il fut volé par les Gitans dans son enfance. Zaïd aime Simha. Le père de la jeune fille avait appris l'écriture à Zaïd, avant qu'il aborde I( le Fou ». Malade, ayant perdu la raison devant le malheur de son peuple, le Medjnoûn est recueilli dans une gitanerie où viendra le soigner un jeune médecin juif, qui comprend cette magie du miroir dans lequel on traverse le temps. L'homme du Mardj, dans l'ancienne Grenade, chantait déjà: Il Nous avons inventé la rime et la musique aussi bie.n pour les autres que pour nous-mêmes Car nous partageons toute chose de plaisir et d'utilité Avec celui qui vient pacifiquement s'asseoir sur notre terre chaude et fertile... Il Cet esprit d'accueil, cette solidarité venus du fond des temps, « le Fou d'Elsa Il en nourrit ce grand rêve de l'avenir inséparable de son amour, sa force devant l'atrocité du malheur ou de la vérité, ce déchirement d'une désillusion si terrible qu'on n'en peut rien dire encore ... Le courage de voir clair, de dire vrai, de chanter au delà du visible et de l'instant, anime d'un grand battement de coeur l'espérance commune. Juliette DAR LE. (1) Editions Gallimard . . (2) Roman d'Elsa Triolet, dans lequel reviennent souvent quelques vers d'un poème de Mikhaïl Svetlov. -- 12 OIOIROI [JI combattant de la fraternité humaine LA vie de Diderot se confond avec la grande aventure de l'Encyclopédie. Ce ne fut pas seulement un ouvrage étonnant, ce fut encore un grand événement historique par le tumulte et les passions qu'il souleva. Deux camps s'étaient formés'. D'un côté les défenseurs de l'ordre établi; de l'autre, les philosophes et leurs amis, promoteurs d'un nouvel humal11sme. Il semble que, de nos jours on oublie, on néglige un peu trop de parler de cette véritable « guerre de l'Encyclopédie », qui occupa une grande partie, du ~Vln' siècle et dont les' combats preparaient la o-rande bataille de I789. Au Parlement, des ~rateurs fanatiques vitupéraient contre l'Encyclopédie, contre les philosophes. On pensait qu'il serait bien, pour l'exemple, d'en brüler au moins un; le pire d'entre eux le plus irrespectueux, le plus témérai~ e le plus dangereux : Diderot. Po~r échapper au feu et à la corde, sans abandonner la tâche qu'il s'était fixée, Diderot devait rester prudent, ruser sans cesse rester calme et courageux dans la tempête, travailler en secret, faire front au danger ou s'esquiver avec une pirouette selon les nécessités du moment. D'ailleurs les souscripteurs de l'Encyclopédie, eux non plus ne se laiss~ient pas intimider. Aucun ne renon~a" meme sous les menaces. On cherchait fébrilement, à la parution de chaque nouveau volume, les articles les plus hardis qu'avaient écrits Diderot, d'Holbach, le chevalier ne Jeaucourt ou Voltaire, LES NEGRES ET LES JUIFS Avec beaucoup de controverses et de remises en question, après un immense remue-ménage, l'effervescence philosophique, politique et sociale s'apaisa 9t;elque peu. Un nouveau conformisme s etablit. Les porteurs d'éteignoirs réapparurent, et s'activèrent contre l'Encyclopédie. On fit glisser ses grands et substantiels volumes vers la poussière et l'oubli . On laissa entendre qu'ils étaient devenus désuets, qu'ils étaient peu intéressants et d'ailleurs ennuyeux à mour ir. Il était vraiment nécessaire de décourager la lecture d'un ouvrage qui restait si dangereux pour l'ordre public par des articles tels que celui-ci : « NEGRE : les E uropéens font depuis quelques siècles commerce de ces nègres, qu'ils tirent de Gt{inée et d'autres côtes,1e l'A frique pour contemr ~es colon Les,. qu tls ont établies dans plusielfrs endrOlts de l'Amérique et dans les îles Antilles. On tâche de justifier ce que ce commerce a d'odieux et contraire au droit natnrel en disant que ces esclaves trouvent ordinairement le salut de leur âme dans la perte de le!{r liberté. » Et ces lignes du fidèle chevalier de Jeaucourt n'étaient pas moins cont raires au maintien des préj ugés traditionnels : « Qlwnd on pense aux horreurs que le ç Juifs ont éPro!wées depuis Jésus-Christ, au carnage qui s'en fit so!{s quelques empereurs romains et à ceux qui ont été répétés tant de fois dans tous les Etals chréliens, .. ~ AU CENTRE DE L'UNIVERS Dans chaque article de l'Encyclopédie transparaît s'On but principal. : instruire! éclairer rendre l'homme meilleur en lUi donnant le sens de sa responsabilité envers l'humanité. Abordant une méditation sur l'intolérance Diderot interpelle ses lecteurs : « Hdmmes que j'aime, quels que soit vos sentiments ... >; Il les conjure de descendre en eux-memes et de rejeter l'esprit d'in tol.ér.ance qui. rend les individus cruels' et 1111ustes. qUI ne convient ni à un esprit droit, ni à un coeur généreux. Il faut d'abord raisonner, puis écarter de soi tout dogmatisme et, en toute franchise, toute lucidité refaire l'examen de nos idées. sans l'i en ol1hlier, sans rien ménager. Darce flue: « L'homme est le terme unique d'où il faut partir et auquel il faut tont ra11'umer n, préci sera-t-il dans son article « Encyclopédie ». « L'homme y sera introdud au centre co/lime il est dans l'Univers ... » « L'hom .. me dtt peuple et le savant auront toujours égaLement à désirer et à s'instruire dans une EncycloPédie. » Pour certaines formes de pouvoir, entreprendre une action éducative sur une grande échelle, apparaît comme éminemment subversif. Toute la réaction ';e coalisa contre l'Encyclopédie, dont la diffusion aurait gravement menacé un appareil gouvernemental déj à chanc('lant et au rait aug-menté les manifesta ·

  • « Hommes

., . que 1 mme, quels que soient vos sentiments ... »

  • tions du mécontentement populaire. La

misère était g-rande dans le pays, misère dont Diderot avait relevé le caractère désintégrant : « Il y a peu d'âmes assez fermes que la misère n'abatte et n'avilislisse à la longltc. Le petit peuple est d'une sl1tpidité incroyable. Je ne SatS ql{~l prestige lui ferme les yeux sur sa 1n$sère présente et sur nne misère plus grande encore qui attend sa vieillesse ... » De telles phrases ne sont-elles pas bien proches d'un appel à la révolte? Et cette autre définition, encore, était propre à le renforcer : « Journalier. : ouvrier qui travaille de ses matns, et Une brochure à lire et , a .conserver " L'Assemblée Générale des Nations Unies a adopté, le 20 novembre 1963, une" Déclaration sur l'élimina· tion de toutes les formes de discrimination raciale ". qu'on paie au .i01tr la journée. Cette espèce d'homme formant la plus grande partie d'une nation, c'est son sort qu'un gonvernement doit avo,ir princiP,al,ement en vite. Si le jOltrnaher est mtserable, la nation est mùérable. » UNE OEUVRE ENCORE ACTUELLE La g-uerre de l'Encyclopédie dura 2:; ans. Diderot y sacrifia ses plus belles années. Pour l'achèvement de cette oeuvre collective, il renon~a à la tranquil.lité, a une immédiate g-loire littéraire. Rien ne l'arrêta rien ne le découragea. Même pas les' abandons retentissants d'importants collaborateurs qui s'en allèrent par lâcheté ou par oppol·tunisme. La rupture la plus tumultueuse - et la plus douloureuse pour Diderot - fut celle de Rousseau, dont l'aversion g-randissante pour l'athéisme et le matérialisme de ses anciens amis, le fit se retourner contre eux et attaquer sans ménag-ement Diderot et d'Holbach. Pour conduire à son terme une oeuvre aussi vaste, dans des conditions aussi diffciles, ni le courage, ni le génie ni une exceptionnelle érudition n'étaient des qualités' suffisantes. Il fallait encore cette ténacité et surtout cet amour de l'humanité qui donnèrent leur marque à la vie et au caractère de Diderot. Actuellement, des extraits de l'Encyclopédie sont réédités et une nouvelle publication complète est envisagé~. · On s'aper~oit que la plus grande partte d<!s articles sont encore actuels, et que leur lecture est la meilleure introduction à l'étude du siècle des Lumières, de ce gr~nd XVIII" siècle fran~ais encore si meconnu. Hermine KALLUS. " Il s'agit là d'un événement très important, un des plus considérables survenus dans l'activité des Nations Unies depuis la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, votée à Paris, le 10 décembre 1948. " Aussi, le M.R.A.P. est·iI bien inspiré de publier le nouveau texte, en le plaçant dans le cadre de l'ensem· ble des mesures déjà prises, où il s'insère ... " Ainsi débute l'avant-propos écrit par le Président René Cassin pour la brochure que le M.R.A.P. vient d'éditer : " LA COMMUNAUTE DES NATIONS CONTRE LE RACISME ", LII eOMMUPlIIUTE OEf NIITIONf Cette brochure réunit l'ensemble des textes adqptés par l'O.N.U. et l'U.N.E.S.C.O., depuis leur création , sur le probl ème du racisme. C'EST UNE BROCHURE D'ACTUALITE: l'Assemblée Générale de l'O .N.U., lors de sa prochaine session, dans quelques semaines , doit discuter d'une Conventi on sur l'é limination de toutes les formes de discrimi nation raciale, fond ée s ur ces textes. C'EST UNE ARME POUR L'ACTION : en annexe figure la Résolution fin ale de la XV· Journée Nationale contre le racisme, l'a ntisémitisme et pour la paix, montrant sous que lles fo rmes et par qu elles méthodes peuvent être appl iquées, en France, les décisions et l'ecommandations des Nati ons-Unies. Quiconque s'intéresse au combat antiraciste se doit de posséder et de consulter ces textes que le M.R,A.P. est seul, dans le monde, à avoir réunis. (L'exemplaire: 2 fra ncs.) r 0 N T Il E LE illltlfME Avant-propos de René CASSIN Membre et ancien Président de la Commission des Droits de l'Homme des Nations Unies ~---------------------- Pour recevoir • cette brochure ... Remplissez et envoyez le formulaire ei·llessGus au M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris (2' ). M . . . . . . . ... .. .. . . ,- . .. . . ................. . 1 1 1 t\dr'esse ............... ...... . ....... .... ..... .... 1 .. souhaite reeev~iI' ........ exemplaÎre(s) de la brochure « La communauté des Nations con- 1 • vous adresse la somme de . .. ..... (2 francs par brochlire) en timbre poste, ehènue ban- Documents présentés par le Mouvement· contre le Racisme l'Antisémitisme et pour la Paix (M,R.A.P.) 1 tre le racisme ». caire, mandat-poste, chèque postal (au C.C.P. de « Dr()it ct Liberté )) : Paris 60iO·98). 1 L. __( R_ a_ y_C~r __Ie~ s_ _m_ _en~ ti~o_n_S __Ï1_ 1u ti_ le_s_.)_ _________________________~ _______________________________________________. -------------------------------------____~

Notes

<references />