Droit et Liberté n°034 - 16 juin 1950

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Ils étaient plusieurs milliers debout, enthousiastes acclamant ce manifeste (journée nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix) -page1
    • Cirque d'hiver le 11 Juin: toutes les conditions, toutes les opinions, une seule volonté: sauver la Paix -page1
    • Petite campagne électorale dans l'Etat de Bonn: "Hitler est le sommet de la civilisation" déclarent les néo-nazis -page1
    • Simone Signoret en a assez de faire la mauvaise fille et défend le cinéma français -page1
    • L'antisémite de la rue Julien Lacroix opére à 1 heure du matin -page1
    • La guerre n'est pas fatale, le racisme et l'antisémitisme non plus (compte rendu de la journée nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix)-page2 et 3
      • La bombe multiplierait par cent et par mille l'horreur d'Auschwitz
      • Le pasteur Rognon: le racisme est la pire négation de la foi chrétienne
      • Et maintenant, voici ce que nous devons faire...
    • Howard Fast écrivain de la liberté jeté en prison -page4
    • La passionnante histoire d'une émancipation; une bombe: l'essai de l'abbé Grégoire sur la regénération physique, morale et politique des Juifs -page4

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

r '. ILS· T IIJSIEIJRS MILLIERS DER lIT ND 34 (138) Jf. 20 fr. BELGIQUE 5 fr. TOUS LES VENDREDIS 16-22 Juin 1950 ENT OIJSIASTES ace/amant ce manifeste L L E L ' A NT IS É M IT I S M E , P O U R L A , MAGNIFIQUE SUCC S DE LA DEUXIÈME: Petite campagne élertor e ans l'ftat de Bonn H HITLER est le SOMMET de la CIVILISATION déclarent (tranquillement) les néo-nazis, qui rêvent aux beaux jours de la Wehrmacht Id, notn CO""pondante partl.uU.,.: MYRIAM HECHT) A propo.s du !Jee&ions prévues dana clDQ laendn. (ou paylt) d'Al- Simone Signoret (Dt DËE D'ANVERS) en a assez oe faire . ta 'If maJV se fille" ... et défend le cinéma froocais 0 11 \', da.lI ' milunlH' JUlp. Ott la trolt M eha.nu, trh'nl" l b rfoUtf, la- pe,""'nl1,llilld. " ... n. 11111.0' " bt. \.Out autre Ilé,.nt mal. slmpl , joUp f't clouet, cêl èbr ., atcuc-manlC" ... Ue mr r ol t dana $On petit Uudt.o, au ,. etalc, • Neuilly, a ..... · .. ou. QU'on lIIunüt "rh bien PU ne Jamata la 'Connt.lrte "? _ 101'11. du I .,., I.nl 1. 'IV' . .l, m. trouve tiltl' a PAri,. p •• 6e mtUtr1 peu .-II'Iont. Q UI'! '.Ir. , 11 f.ut que J. t' .... me. Le . Inam. m. unte IHa.uG " " ... , com- III'I I"U ",. r 1. rllur.Uon, bCu:he d arr • • n. pl.d, It on tHI.u JOur, on "". I!lnne un tll'u t ptltll rOle dans LUt> fil m. lit VOilA .. , QJ,Irlq Llei n néea plu! tard. une Irande acUate n.ls.a;aU. 81 lea part"I. df' S,lmanl Illno, e' n'lfelu pu, pu la torce df's t=hole-•• ue obll ll6R d(' 1.I r I .. m .me: .. Pa.rU se d brO\l Illl"r, .u:Jt'Mlrd'huI. Slm.I)1t(I ne U!'8.lt. certalne-ment PoU ce Qu' l1e tn, - VOLre prf"m.lf'r l'Ole Im"",,tanl; ? lf'm.ll'I'W" O«"ldl"nl..ale poor le renouveUl!' ment tles parlemen ts locaux,. on au lste au départ d'une nI'lUVf"Uo offl'nslve des (Toupes rH>(I-nazls QUI. encouragés par la

>oUtlQue d'Adenauer, redoublen t

d'atTOlance nationaliste et. r evanchardl'_ DAru du partis n é o-naz l conn UI. (:I)mmil le Parti 10013.11 .. 1. du Reich m.I tt' Part i du Reich .U.mal' 1d , membre dl!' la coo.Ullon 'QUvernement alc, dlnq\ll Lanl -'l pet'sonna.; n wrient de l'ombre et ge poussi"nt aD prrmler plan « Le ' l'lational-sociailsme t;lt le lomme1 de la civilisation occidentale dont l'Allemagne est le centre », a dt clari: le Dr DORLS. une et-1,rU ence de pr f! am a\ !'e la mand .. ) de l'aCQuittement dans la m ml" vitI!" - mi l.« VrU- Huran. S\'U 1111& flandanl la I,elur. du manifeste, la ' lIUt. kOut. debeul, tandis que 51.11' la plsle des enfanls de h,.lIIa al., lM"rlU CO"'P>M4tH . .e leur. ballons Il mOI PAIX CIlUtUE D'IUI'EU, ... n T " Toules les conditions, louJes les opinions Une seule volonté: SAUVER LA PAIX! EN cr mtlllrl r!r'olt'il! du Il jlllfn 111 I()IIft: rt r1Jo!:' JI]! p,r'w' trll..t porte1 lirr Cirr:tI" d.'Hn·("r. L , t.T"de"f. de Dr'I. it et L.:.b rt

 .. JtJ"Od'foul>Il.

Q tUt tll'II!!' pour r( dè,'tl1Ut8 de , r· r""UI·. r t d,. rNlctlri!r.rr ((es ,If tu:,/I 12: La fO,", "tal'e t:( t;ibnwt : !Q":' 11I -olttlr.l/. d l' l-alr l ;)U, ('-,J Ol! trout IH"l' OUf.'nlWlf l'f.'Z'pt)- NM,e. IDflTfarlh. D .. )'C't..h grOl/- .<>:: du t:rr i,t D-tNtrll! dQIIC naÜ p , baoorrft-'J! IIlr! t,,'r/olr tlla 1 mlfl 'r& ' COlolr! ccm.'Pu II Nr t'ILd ·t'rI1rt'r. A:, po/liCalU. dt',J ma"dal.I, P", '.'l "':>lIt nt "'(>11, 'II, lite .. ql1l 011 r b:';'-'('1/11I' l't 011 laIt 1ftrf.'1u·. dOit lite '1olre (tljl, conth.:crrrct " Ma'" JI/firme" , 'u dtl(Q b (fe C't : dtr1t.f l'l/,l'I:lllIi la l"'JU lorge de JUor:t,it't'. l" irs a"f gll('" d tO('ft- '/)11, (f.l pa.trfoll" , art'(! tolU Ct'IU _ D'.'a d'Anvlrt, an 1tU • • , ""a"" 1 .n 1'" fu rant ...-r:dment 1 .. 'tu. film. dhl.U. pou t mol, 81.m;!ne SIa:norf'1 n'{'o p.!111 UfV' 1nc:onnu . maLt loto dl" toP r t'pop"r L'antisémite de la rue Julien-Lacroix Il.,, 8(" dJ,.,g.'nt l'OS la plarl! qui q,.,t 1I:.aU :>111 'I! II1tu!'rr ... 1, 1'Ilcflme Ij ,. ,. t , ",('.,>(e. ,., rantW'i'I'Il.'/ll·U. a rIZ lutle R marq'ldb1t'17t .. ,j( d coré cl prut t,TC l"!dCH'lf'ltL!e . • ur la renomrn f'. ...llt vltnt de  ;: ===:::::::::==l • warn r plu.lru.rK !I1n\.l qu" /lO'IM H rrOM bLclUi')t sur k a t.' rimi ,athieru, AV.f1.-\·01.H Il.mr la .. \f> d'yM dr. 'YM pUiot)nnll 1I aù poLnt de Hmlotr ta "h-re rtdlt'm,.nl ? W'"I Il UI vrai que J'al eU to rtoutf utqu'. pI.""f, à Inu, no' ci • • '"'MlII""les ol'lImWUqll""" Alml'll".voua chan,t'r il' ,enrt: de \'/)1 r6lu 'P (Iull& pa,_ 4,) • ---_ .. _-- MOSLEY A PARIS O ""lI.l d "' .. Irr, 1 .. r.lII,u ... ,,,,...-1 ... 1 .... a""tab_ Il .1;' .N:I!.lIIflll i."UIl .. a' la"\&lJ.lIdlUr brll:i'lIn . , Sir o U" u Il.JoI-fr. " • hono,., lit .. "' ffll('e • ••• , '.tpIJ" n '11,,1 •• "."h.11 1: ! :::.:;:::_ h-". brifa .. "',., r . rHII,.., rtll ",.lIIlbIU ... df 'II .... a "ub,. ... 1 ._ t.'lIl1e ... x lIell.,lp ... ,IA.I. fi IJ'lJI"w ... • ope. re à 1 heure du molin DF,a "" r s I!)' emml:'nt r1 llJt l:'!'.. dt" v('ix, dr"ll u i.'". le hrûlt d·I.Int> nolen ... Gllf'  : icn. 11 I un IWLlff du m.un au 7. ! JI:': JulienLlcr/); oll. o(j l\8 l 20-. \m l'Pf{aln a}'e nCO" lnr.pp . ,O!,W .. P'T-dr hl.ll"fn . M. J Mar:II l'.lJIIn l'l. ul1 111U,"!lr ("11- 11/'1111101, alltHUt\lqull'l'.l' r,. (D It [1' l'n }l'I\e/!' r.t Il'Pr .. Ur:tf Frall.dltl' M. }l'.çM, ' Il "II', pi' Ilotnll'r  !t "t la i1..-t , .. 'U MilL, .. 1I...,mm JR" , " IIP' la t-> rlr,l'. 1IT1eTtm l 1l1 .0S('. Il 'l'ra birnt .... t tnu1tDOl"U à. l1 io)p.1x1 T,ntm, où ao t'-1II:lI:1r.a un .. rr.cturt> d'I rl'tn ('. )f:ryf!ncon r 1 "" r<lr\'C'",J!-, TOI"I l, 1 ( bcm f r t:'l.pp r lm f1nI dp "IIrs. un 1::111.11' 1. foo COU\"'n:1r d- L1 bal' , ft ord 1t'<.. Le l.'nd.'"n.a n l1:1li lin, dln.' Il" 1"11110(1. rwol.!l" {(J .... 6fo 1. conr r,r... \l'. I tr"w H'ront l1nr t\"llu" (1, ,: Tl,. IoJ r' n fI'l '1, . I '1"1 "nr" l III "'1 v," 1 1 M. " ... :a rxrtl .... ul :'n d'f>':rf' r"",, 1 - t- M-1rl" ".-,. "n • "cc,.nt - ml!s d'noir une J urve fJO'1f' tr-mmr Car Mm" p:rlfT,r f);::f'n;!. .-tfooo-dacLy!o. "" .1 1"X'. Et rd". Mil' 1 0'1)<:1'111 nf' Ir. p rdon lll" Ill". t,an !o'm l ft \l nl! ft"dl. le Ciro. U;lI i 'c , ave 2.) !lUt CH't'! r, IIIX 'ICmt 1,.., 2 03<\; d · r------- -----ltgutl « III de3l.llt"l JOl,lrnël' N tI().n.ai c • .'nlre te Ra.eJsme cl rAntlsem! Usm" t""tur 1:1 Palx. A!I .... tt,\,\u. !lt la OrG'Ide POr t{'. le Sl' HIIC'nJ .- oC Je jure de rester ![dtle cl la rn cmOJ."" (lrtt mil/iClIf dlf nOs !rires 'lIfrf!t , ( lIti" lUI C!lorr,,) I[t bmar/ll"_

le, mI /Jf.t UtHlS It , t:httmbrcJ

ft aa::: el (,.!! lOI/ra ('rf.m /oJ'tt. 1- ,"II' lu "(' ,, >'l , 'jI"t' rc,tH"Odtretlnn drl Ir:>llh,J.Jrnnd dedit lttr,r "fOr iru..c combaUQ'I1r " 11 Ghrllo de Vano· t:le. A cO,· II I! g!gl:lr.lUAq1HI «ppel de SIDCk'lolm, aOm,jnO'I1( loute l'C1\ICelllt ... T rm! ard' ur (Ir' III .1CL!lt, Cl'! lettu: rot/II .. J, court t,"" J IIQ I! (' d ,. 00'1,11;"0/1'.1' .. / de p ·'"rrl'tl':l.Z porl1l!"I r 1. "lot PAIX. t"l letlre, hrUl'lofI'I'a, L·I'"t.t mll. m f' , «mme a runn t. n 't"-t pa.. tatal, Ll,lltcr pour la Pl . c'est combllltrc le raclslTlll' e l'anUséml t! omo. Dl" 11>8 Qtlutie:n;, dans Jt>s mal:" Jf1a. tortnfJn de!'; comites dl" de( 1'0"(1 df' la. p:.lx, contre: le raclsml" 1 raMt hl'lUlsmc, SO/lda '1 le sJ/t/lca . e l all Notn ami Mau,ice Gr1lllporc CI'1!t!IIf',IIC .. la lectr:n' dll r alJJJort 1_ GudJ!o1rt GOEBBELS A CHICAGO , ' IJlALD' 1.. Je. R"CTH. rlUl . '-.1' mite n- l dts U.I$ ....... r 1\ 1!C<rll!.

'I'U; DialntelllLllt le jmunal à

ar.nd tll1lill! Ç't'IJtO O l"Tlbu ltt', qUi tTIIt1! lld la a:of"ms .otlwmllY; du peUl lorchon fa:sr:Dt r TA. ç,\'»j . ' k t. F/oI, PIlI'llo 'm .meut arU..lc- dl' 100 CCltr .. PI;mll.Rnt • WlUh.1ndon, Je CIt"'Il 1rJ TnhJui .. r:q:ao ...... 1\ n drd qûe e ell 4 "3 JUIl. qUe ,'!'!nl tlJUt l mil - 1. ml . 1ère et le cll6nn-=:t'. 1:\ (Uf'rn froide

 la "mhoe! atomlQI.f!' . &olmi (# "1ItfUIW!"

ae La d!"enlott. Il "l'trra t unI!' -tlIte d, \rlUrhHtaL Jul.t, cUrll;\:unt rn BI1 101 poIl1iqOl' .m ,Ita1m, et comPlW' du JUll'n pr!ll' Pnllkl urtet. dt! '-"'riMeUr Hrrbi-rt L .. hlnolll n dt Henry M l ,pnl l'lat!. C. t "'111 maun,., tor.t ""PU.,', 1.,... ... rn D le:;. buuCl e:r.lJisal d. Or'1'.}(I L. K sn Ith et 6C5 .. mis, l.-"rtx:lc- d'l Ch_1ft' Tribune Il SUSCil. lUl.C vtVl' I!JT.'NI' . !LA MADINI C'rM ·.m r(oc d' vj ',. 0It'. i l ., ;1 q1:lclq ... 1':\1'1111. il I; ("n Ilrnt#·l.a 1:n 1I1.IIrr It>cl'.1\r d '  ;SOn M \'Il"h.. lh lm. p"'\Jr h 10('111" r,' '1 U'1I I--------------...J , 1\/ .l'nt De m rtr ... " M. CI"t"'O .:1. 1",li hlblt .. . lur 1\" ' 1. :no r u" J'·Il,t,a rl ·n:x. l'O'iS 1\ n'r '1 I " .. " ... ,,,,..,,, l ;!'f""'_

n nllit m.,n·r  un" rlKml<1Rbt. CI>'

TM' ""t .... '!."I, • ;>or,>! , Jnif, , ... "". (I e-I"f!' r "I)n chl .. n TI • rn"l'1'W" t rn"W dl> mrll r.jlp ,·, rl l1I. n t, II m 1 vue pa, 1. KAMB alM'Utrl'". JI. 'l'OJ' l k .. · t·' 'l" rl 1" "'"1 ..... 11 lA \'rr1l1" [l'lIT lin « s.a lf ln '\" ;l1 J . Il:n 'Pr"""rn !r ' r , 1\'1)1'. n"r" \11 ',,"" f lll (" " ". unI: 1"11"" -rm <1 " .n' ri 'l • un peN Ilm.rdt', EU ref!'lI;t it j",I,., mrn : d lhiwt'·,,,. _ Il \'" " II tl ' " "" "x . o · , ", .(" If' CmTI"k n' .. I,d <1 "' 3" ' "' fi n"', f'lf')fl!,.r If" n' n m'n d l f t'l' , 011.: : _ J " Mt' .:u.l.!l ouit', "Oll ooln· p,...".' M...... f' n II. lClrIlP r_nprol d t;:tl)t'lCh"'ll"ll. "n .. 1 n..."" 1"1 lU "'om 01" ..,,, m !ll 1 S'lr le 1 II',T l'l .• 1;" Il fC1t : • JfMo.-'larb EJ1tn:r> lu1 't'm"nl a l'U';I'I'ta1 T#JklD '·Ior:lim ... ·.Ile .,," ,",ott raa'ir. " LA CIIALI::t:R ORLY c::' : c::J _ 's ._-., ... ' r l.ull.en:aln.! • JOURNÉE NATIONALE CONTRE LE RACISME ET L'ANTISÉMITISME. POUR LA PAIX 2.034 délégués s'engagent à intensifier la campagne pour L'APPEL DE STOCKHOLM 37.500 SIGNATURES rec ueillies le M. R. A. P. , a ce jour par HOM'-tlS. FEMMES. FRERES ET SOEU S 2.03 '" M léJu ..... 1. J nurn i N,Honale contre IIP ra· !:(o dame fit l'antlIémitismt. pour lA P. i.-. qJjlI lÙ!!It tenue I Il juin 1950, .u tirqu d'N"..

'.dressenl à \OU5-

Nous sommeil comnu' VOU"" ' hommu,. t enlMef., JIU"". de toui .s les conditions socialeS. de dl ve rH conctptloilla et croyBn(;('e., Plus dt: 10(l nrranlAtioftS, assochlllon ... lOC.llth ft.,n ,-' goguei;, '·Myndicats. corporaHons. u.lne. et. atelier .. {nqu'Ha du danger hrrible d'une &,Utcc .. atomique u .termift.trÎu. el de la renll.i 8nce du cacÎlmle el. de · l '.ftt i imitie m t. nou' ont Mligués. en .. dizaines d'uaemblH:1I populllltf't'. lenUti à Paris f't dans le!;! "ilIes de pr inc , ntlu, onl t lu. powles représent r. Nous sommeil venus ('n votre nom il toulL anx.i&ux. du

ort de IlOS t millt.tl. lie nos enfants. fid,tu au t • • tame"t

des million!'! dc nln; fl' h e!'! et soeurs disp .. 'II11. .a't4' et "etUi, . par les criminels nazis_ CENS PAISIlLES DANS la fièvre, des armes atomiques s'atc=umu lIPnl dont 1 • (oree de destruction el!Jt de loin supirie ucc • ctlle d,II chambres à gal: el des fours crématoireL t el! pr«pa, a tÎr. de guerre &Ont 8cr.Qmpagné5 des prémice. ,,,.n,, ce .... troÎa.nt, de nrci:'lrne, d'a ntlilëmili!ime t d lItnophoble. Un .. A.rmée d mc rc n8 irll!" condult par dn .fnecaux OIu:i" i'W lève à Mu eau sur If' Uhin. Dee Journaux hltltr1en pa ralliHol II!n loutt Iihl"fl t-f déjà: le tribunal de Ha. .... bounJ lIul l'.,ui-ernltl .. me nOIl plu pou.r un Mllt. Iti>W pour IVl e: lIpÎa in, po,IlIÎflUf', En Fta"c , 1t"4 lI,,,ti. ,,,,I It' M I!-t Ic radJ'iln dc"'enntlrt to ujour5 plu .tto;:an.t.t., plus menllçants. LeI coup.blta clfl l'utermin.lion du J uifs a vec â leur lêt.e Xuler VaUat, &(IIIC Iib n"". Ils recommcn«nt les attentilis conln le!! rnllufn. CIl les habitatiolls de J uifs, ib reconstituent leI lieu .. r.rtteu ses. Il:!! les unlent et dressent du lu..IH de JuU. l abattre. Les imp Erl. H t n;armenl leurs Etat_ """"","ua dlll .. le Muyen-Ori cnt. Leu l' intrigue!> visen!. .. filin! entrer l.nël dans une coltlition ag'H65i ve 11 \ cc les 1' lllt . a rab oô dé(ede une " "J:'ue d 'anl m iti8.me. CeM Intrlrueil t.'Ompro m ll4"nl ,paix d u muud .. , la &uuveraineté et r n:I51IPI1Ci! Jtlrm de l'Etat d'Iflrllël. I\e du co'nbat héroïque d dllO pe-uple iP:t du »out k,,, Rclif de tOU8 le"", démocrates. ' LE SALUT EST DANS NOTRE UNION . Des centa ines de milllürut d'hommn ,.1 de feJ\'u nu ft tran:r& le mondt' s'c-Iêven t contre la perllpfdh'e d'un nou· veau carnuxl'. Par delà les divergences de crey.ne'" nu d·jdfoJu .. i .... U. prenl1cnt conscienc.fr quc IH p plclj; onl la for ce d· m p icher hl .rour e. La Jue"1' n'.-">i pa" t.lale. lA rad14m'e, l'a nlisê m i hs m el la xénop hoi)it' nt'ln plu". . IL F,t,UT RALLIER LE FRONT DE LA PAIX DE !:it H,holm nuU5 vient un appel acceptaltle pour IU\LI! h'uda nl i l. ml,." hor8 Il'/; loi de l'u me .tor"lqu ln"'rument d'extermillation massive des pop lll èt tiol\ Cet IlPpc-1 dl! : 1" UUIiiI exi!ft'on .. l'infeHtidion ah,.;olue dp l'UMe .tonllque ... nn d'É-I)()UUnle el tI'utermlna.llun me." ive d t':5 pupulations. 2- Nou ... rxigeons rêtablis,;ement d' un dl'ollicua: COtr t ril le intern!l.tional pour a urer l'4tppllrlltlan d lP celte roe8ure d'interdicti on, 3 - NUIl Pl "nnsidérons que le .cuuYun ment qui. III! pce. mier, utili:lerait contre n'Importe qU t paYI5 r.tm. atomique. commellrait non li(' oI nlcn i un frime de \!;uene l"lJIIb un cri mB clmtre l'h ulRa " ltè IPI schil '" 'nhtr ("Ilmme l'ri min III dt' IlUl'l'rr. ConscI l'"I de lit terri hie rnen!tce qUI l'.H .ur hlul le: j;l'tl\re humain. nu u!J 2ignon et nouli \ OU" Ill.pr l.,n. loUJ- Il sili:'lu'r IlV "ourS l'A ppei de too.:kh" lm Nou. ni ('oll" ftue le ral'Îgme et l'Ilntl « rnitii!mIP lWit.t11 mis ho rs h .. lu i et ,;évèremenl punis. flue lu dt"lllnÎ(Ultionlf rActieuses anti ... émites soient d i .... . uutes. Nous l'x primoos notre soli d8 , it ", \' el le:»] rnn'( de "ai ... l'II Israël , 1I!T.,u pér:-l autour d(',; ParU"",n_ de la Paix. d8n8 leur lullf' pour la paix. la libl' rt c- e l I ut ind p(:ndall(,c nationll ir. Nou!! ju r of' 1,If' dëplo)'er hJull'$ Il,?1'I ro'eC'", pOUr a ... f" ft la (:II U"' "'l.'l'ee de la paix t ('tU_ ceux quI m'lt lIOurrIPrt tt qui souHreht du t:u:Ît'lme. de l'tl.nti mÎti 8 me cl d\' 1 .. lIf-OO' I.hobie. ItHI.i ...: ux QQÎ .. 'Hhent l'untrl' IIP" dl"'C:'.rimfnaUol"lll hacba re,.; enlre les hum meS' . (';ous jurons de 101.11 (!tire ]"Iuur .1Ipporlcr lwlrt' illide Ji lM. lut h: .ïgalltesque des million!' d'h llmml!'1 el dl' (cmMH dltn. I mood(' t:fltiet pour (aire illterdÎ", Itc .,nlU d·t!pou· \.nie. utvr S.\lIVER L \ P.\I:'\.. _ If '" taU.if hl .ta ) tr .ae .i M.,nAt." ,un. "Il. In ".III1U ,uIllHo4u II " "u'r.t. _ ç. ,-,,.11 •• ...t ."P"'u ,ullui., 4, l'u' . DROIT ET 118fRTlE LA GUERRE N'EST PAS FATALE ••• .------------------------------------------- --- --- (LA BOMBE ATOMIQUE MULTIPLIERAIT por cent et por mille rhorreu d'Auschwitz> 1 tort,,,. Qae ceux qui. pour des ral on.s médiocl'I!!I1en t pù1\tiClues, Ollt dénigré cette lutte. r.,.r-i t l.ur examen de consc!t!'lce, iii Notre actiOn /l'a été pCtSSlble qu e: p!lTCl. que nOlis L'avons lIlellte da ru fC'1Jrit de la pl us large urt/ft. sans dbt ittction d'opl" iolI8 au de crOyan. ces p::n#;quc.! pliilosopld ques Olt fe· Jîfltt' U' , . H'R'homer H at a.ir, i, parli io ni st e rl!présenté il c tte j"'Il'née nation;/.· le par plus de \'In;t ·dé l i:ub de Paris. Stl."a bourl::, l\{f't7., Bordeaus , Lynn. .ulvrons el In·teltelflerOns natn eff rt, Les trnaill.urs juifs de lot C.G,T. au coucl à ,oud lVec I.urs G mlr.dts. Avcc Jacquca LEDERMAN, secrétaIre de l'Intersyndicale Juive. c'eat la volx de mtll1ers de travail' leurs Juifs organises dans la C.G,T, qui se fait entendre. Il Nous qUI, depul. plus de 40 ant.. luttons au coude a coud. aVell l'ouni'r tranc:ais, noua saurons noue du!tir tOUJOl.lfS davantact contrt lu !'Iréparam. d. gUIf", contre le 'aeeleme et l'antldmltlsm. renaiS' .anu J. Schalom! Paix! Lu Jeul'1es étftlel'1t nombreux I L en dl;>;: heurC'5 du matin lorsque. deval t une salle déJa plt!ne, M<tur!ce Grim;pon, .iecrêtaire général du M.R.A.P., commence son rapport par l'exposé du très. riche bilan dt réalLsations dont le M.R.A.P. P'!ul. s'cnor&:ueilIIr pour sa prcnllère année d'cxlstencp., dcpui5 le 22 mal 1949. Int. ervention au pree" de la S.E.C., campagne ron\t,. lt projet de faire !"(!pantltr. 1.. Shnner, immt nse mou1'l"mtnt. cl. prottl.\atl::m Coll\t.re la mli.e cO IIbtrtt de Xat'lu Va!lot, v'nu lonl qUtlqut's-unes dta phu Importantes actions Qui Ja· Iotlnf'rtt sa route : '" Le M.R.A,r /l'nI rll v4h!!, till/oZ JlI! !I.:z: de to . çom· '11' 1.:tI mOUVfment dJmamlque el CltttS.btIul{. poslédant d'exceill!71U roth:;re.t jamaIs avare de Ims e[w L'arme atotltlqlll', qllf fne .. aCIl autourd·hui. Ct Jrcraft l 'UJ.I S.Jl llat CIL série. la (fluiorisation d , fu I.l'rminatfoll I1w.ulce. rh 0 r r e " r .j'A uscfttllft.: ,,,,,,lUpllde par C l1t Il por IIlIUa. Dtl •. :>our te salutai re A"'p'!1 de Stockt.olm. les slgnatu 1 t,l. lue:nt d.e taules lu couches a. 1& popul. tlon Juive. A ce jour. lot M.R.A,P. il l'cl.:uellll plus ae 37,500 sllnatu es. M.I, JJ faut faIre plus. beaucoup plus, C'est parce que lUlUS ne voulons plu.'ll de massael'1!:S or,allliés lOdentIllquement que naulf luttoftlS pour la pai,. si I:'r:avemenl OIenacte au· jourd'hui. Fidêles il nos C<lmarade I)ul mènent actuellement le combat dans le Ne:;-uev, 'f'S eenLahl!J Ile Chomrlms de France qui onl déJ,. rait siml!r quaol1t de bullello! d ".pll"-' Il. st kbol llI "p eHC!nt lo. I )tune1 J uifs de Fra.ntf\ .a., ex· t'Plloo a rejoindre 1C!j l'Joni!! de rw qui t!1b.AttUlt PQur l'iodrptlld .. oe ,UllfU'tfl de 'f::'a' d' .... 1 de ceua (Iut tembEl1!f'1I1 radulu', et l'antiffmilbme de ceux q lll corn' battent pour :sau,'er la paix du monde. CI Dan. le Talmud, il ,st dit que deux ,Julia qui se nllcontnmt dol· v8nt parlar non •• ulem.nt d. leun afta/ru prl .... a" mait! d. la chotle publique, AUlsi bien leur salut dolt·il Ure: Sehalom! La paix! Notre bonjour, notr. ei,nl! de rai· lIem.nt? Schalom! La paix! paix entre. noull Pail( entre tous lu Ileuplea 1 Paix chaque Jour, en tout Instant! Scl1alom! li Telle est la conclusion, très vivement a.ppla.u· die. de Maurice HONEL, vlee-présldent de l'Amicale d·Auschwltr. [IRDUE D'HIVER, Il JUIN A l'appel des mères d'Auschwih: .•. Les déportes juifs sont lier d'avoir eté parmi les premiers il donner I,yr adhésion RU M,R.A.P., dér:Jllrc Mme CHAPIRO. rescapée d'Ausc.:h'WIU : CrUe gront.!JO't lorArlf e ,,'UlrG d' liftA t, afl"ltr .! du crJlltba l pOr,r l4 ""Ir, contrt Ir 't'crhttlna:t!O"S ree!gU, . 2,03" dtlc!uu.c! . Et Il JI aura cc sofr tI't pu_Jle de plusieurs mtllleTS Ile per.10"'It'$· Qllcllt' ,rolJ!N:sûon de force. de Q rc:1ru1t r qlle de VOir. d'en bas. sur k , "radllll. ces hommes ct Jelllw rn , ,(!.mes I!t vieux. ven!!s de ImL' I( 00111., de Frallc/?, Ç'ut Ul'lf: plllje de tonrurre chaq t..( /qU qt..t .«a 'IS la vaste cllce /nle., d é/crlClIII 1'I11 puissance /{'.1 apJ] ldlkUUll'ntcnl,' de ces· allliracistes db lOt.lfU o"inions - Cr01l4ntl, nOll-cr4:fllanb. Sloll/stel, non-slon/st

 , memhres de tous les partis el

i ILorg.Q'II{"t" - ql/'wltt Ime l/ulmc t'tWan:lod. S "l h. u re8 dl/ra nt.. l'arlcll/ion 1f(l IIIU /olbli, CGr il IL'cst pa.1 lme j ltler nt.Oll de délégué qllL 7i'U/}j) ort. du baume d.ans le cccur. Parmi les personnali tés présentes .•. M damu : BAHr, Uluon des Femme:; Frant'III,.

l'Ilüthe DllPU1" JoriUe : Elthflr L[Kt\IN , lll'\  ; MM.: Oatjrlel rI'AR80USSlER. vicepré, ld-lr'L1 de )'Assen1blée dl.' l'UtLICln f'ra n ta i e : norlmllLud BONTE, d_l'uté de PITI .. : Ro rl CUAlIIBEIRON', d6pute cl •• \ 1"lf1I; Mine DAL8AÇE, des Amies de 1 .. Pilo t". te d«ll!ur DALSACE. secrétair I@l1tnl du MCIIJ\'tmen\ de M.det"l11l pI)Ur la d.feUSe de 1. p.lil : le pral. OV.SOlLLE, de la Farult' de Médecine de Paris: Allolpllll ESPIARD. du Conseil aalioual iI", Combatt anl.ll ile la palll : 'l'VI'!! PARCi!:. ancitll ministrE'. Prt1Jdfllt du Comb .. ll:lnll de 1. P.lx et dl' la Lib!!:rtê. : Anl.lnd FLEJSCHl\IAN. prési d l de la Fondation Fleiscir m.n; li: p:nf. IlAUAMARD, membre de l'IMtUut : 1. duct.vr l.l:oeQVICI, Amicale rit'$ M . et ChJrurg. Denll\ k: Ju..!!B; M' CbJrlu IJmE R lAN. présidGn, de l'U .J,R.E.: Ja.ulIIJes MARION. secrétaire d 1. C,G.T.: le prof. Marcel PRENANT, pro· fuU1ir il la So bom]CI ; lJle PELOO. rlJrC'l'tC'ur du Dépt dy tlo)'en·O n\ t'AlellL't! "1.I \·é : I rt:utl!lI IlCX;NON: RlZAFlNDRAI.J:: mO, dn l'A - JiX'. dt'" Et udiants Malgllch€s; M' SARO"M'E. ",vocat à la Cour; Ibdn SPI RE. poète: Unu STR,\USS. prês, du };:,md, C"M •• r p. m{. U,S.A. d CIUl..; ftCIIU J_SCHTInN, écr)\,aln: Je t'locUouf SLOVES. a l.ltfur draft'latJQu

M' "I[!NNEY, avocat â la Cou r : lJLBER'rtN, d l'Inatit, Pasteur: TAIIIF DES ABONNEMENTS à Il....,L_,<,! .. "",,1, r..'_'Q Llltr, • "ARIS (:l') _ TtL 1 rRa t OI ,. TAI 11-14 - "",./'Ile. lS1' UN ION .. ",,,,.CA"I 1 • 1II-.tI ...... ".... &00 ft. 1 ... LI ............ 300 ft, 1 •• . " ••• ", .... , 1.100 Ir. p,,'a .. ntAHGttli'1 1 , m .. l. ... .. ... . .. u a Ir, 1 I ' ....... " ... ltNL Ir. 1 .. ..... " .. . .. .. .... ft. T .... IP IPIC1 AI,. "III il UJ,:I.GIQUE CnM"U t..tt:tu. IHlU II.I 1 1i I O· H ""EliS ••1" '1q1,.,. , l1n1 ,trI OII"l" l'al u,n.,,"n ." r..d rUuI H..I ... tA l'ru' , Cl! ()VE'LARE ".Io! !"!' 8' '" , pt 1'110 r ... ,JtoO" ' , I ro..-Olta PAlUS 1'" LA Totol .. Ir..s templ!rame:nb & r7FIt Ilr(llU/c.,UJ. Da". les ilr teno .. rrtloll.t q!Û tOlltls avaicnt pour !lICe cti· rectrice lïnterdict!01 de l'annc atomiqUe on sentait ti"e le! préoc.r upat/ ons étaient dtvtrBU se/on qr.u pariait un croyant. )me lemme ou fil! ancien combattant . Mme Chapiro, rescapé;! d'Azuch.witz, ,s'ecrie : « ... NOUs avons VII les naûs !!trallgler des bébés avec leurs sa. IC$ pattes ! Nou , allOns Vit Jaire dea expériences sur des torplI humains comme sur dCM coba'llell. Non, IIOU8 Ile VOIlions plus revoir de p(lreille .. choses ... Il 1111 wJJft "as rte le dire, il faut tout faira CO/lIre la guerre, , Tres émue. Mme Chapfro fetrH/ rne il sa place, !.orsqu'un ?/Irmsieur d'u'n certain âge s'approche d'elle, les larrnes aux .veux, et Iv! flnnrmde U7L bul1etin de l'apPel de stockholm: ( Je veux signer, mol ailssi. > Le deuxiCme balcon est llI!fn de ièutl c,'l vU3.pes attentifs, sérieux. de t');a n de jru" ea gen. el jeu· tles 11lItl". ArriVe ltne délégallon de .dêmocrate malgaches. Du ralaIes d'applaudUisemettts ettlhO!I., tastes saluen t nos frére$ de cOuleur. Le ProftJl! lIr Marcel Ptenant présIda 1'2 tlance de clôtllrc. (.Ine enceinte archfcomble! La Joui,. se prea.!1ait en bOrdure dIt cirque. On sentait. comllle fUIe vibration plus Jorl_e de l'atmo.,ph4\rc, une "'! eTvesce/we grandissante. Les messagers de la paix Les acclamations salL Jin ./Uw cu illirlmt Yves Farge, le P il Leu r Rognon, Florlmond Bonte, RClb rt Chambelron, Jacques Mar!on. Gabriel d'Arboussler. Après l'élection du tlouvr.au Comité d'ac/ion (lu M.R.A.P. la Mar· ,o.clllaise jaillit. pr%nde. /m1'o·

al1te. suivie de la Hatlkva.

Lorsque /.es inviMs apportent' le salut de leflr, organul'ttions avee lm! tcllecha/cur -le raisonnement calme ete Jacques Marion, la paasiOn de Florimond Bonte. la '10-' blesse de l>cnsée du Pasteur Ro non, le bOft selLS de Hob rt Cham· belron. la maturilé de Gabriel d'At. boussl r - les 13pplaudùJsem(!llt.t crépitelLt COmtnd gréle et puis on bat des mains t 'I codenee. et de nouvcau les am::!clldf.5.se1l1ellts cr . pitent. P.lGI!J) t,nl • La victoIre avee nous S'9.vance , ... Ou!, eUe s'alianee aVec l'lOS jeu.Il! .. pldllf de vigueur et de foie 11' lltue, TCI'fGl'lt à la main un ballon il.s a pp!lrabJerrt .fUr la piste dans un ardT4 tCll que lfU', groupe forme I mOl. PA/X , ! La fllU/'.' dC'l)Ob l sca1l.d.  : • Nous voulon. 1. paJx. Jo AtOrs. nO/ TC ami Charl .. s Palant prtnd la parole: e Hommès, lemmes. frèrES Et soeur$ .. , , SOudaill. lin silence plc :: de ferveUr .f'c t répandu dans la saUe. Les délc!g!t s .se lèVC/Ll. Puis d'u/le voix forte et grave, Pala"t donne lecture dll maniA Icste elt frallçab traduit ensuite CI\ lIiadlsch par Youdlne. Et pour clore cetle (lrande jourlu.! e. la choralc juive cl la ChOrale

)opulalre al! Paris réuldes. illterprUcnt

I I! • Chant des Partisans dll GhcUo ,. Alon. M' Blumel en quelques mols ('/lllleureux remercie lc::s per. o Pln41U't. et crie: Sehalom r (la Pou 1 J en pltl.!e cfau révoir Il cen3 laWfi cnthowlastc, Au d llofl. t ClI'lIfI,f que lU d 1i · "'Jds se ch rr1lenL ct 'iltterPtt. le nt, U 11 ft d 01'l1 l'a ir "ne Gllt- 1D'1\!$.te f'tIlI'Y:QU,hWlte. La l b;4"" .Onl radt, tU:. Oll .alue t , amis. on se serTe 'les m llj n . La conJf4nce ae lit "tl.r l OU3 ,., viJ alles. La lutte .,era liurt lt. tous unis, 1I0US pou t'On, Cl d tIO ns la conduire iltSqu'd la pfetotre. DÉLÉGUÉS VOULEZ-VOUS VOTRE PHOTO? Atln qUEl , ,,,, d/>l uhI PUI"liIflllt MII.!I.rl er lin . D •• lr !l la. ln"· II'LI011Ul! et 11KK1'1:1Ua'l:lle juurn/6 du 11 juin 111;;0, u Cirque <t'H!l'I! r. le lien"r" rh.torraphique dl • D,L. • tien t A lrur dlspOl'dlion db pkutnJI d. groupe de dl!l ,u s, Cliaque pen;om,e peut, au pris olodique Ile UO fr .. se proeulf'r une photo 'rlmd forma' "n la commandatlt .. J'adminhillllHon du Journal, 6. Bd Poissotlnitre. • - NolP }vons vu les nuls t louffer I heMs Ave\'. leurs lIaJu llattes ! Mamanll, dêtendollll nO!l en· rllnts. dHendon tou les enfant! conlre la menace d'un nou 1 HI· roschima qui ccntupltl'lil les IIIJrrc. urs dcli camps de la lI'1ort ! ... tous les Juifs de S,int-Quentin ont déjâ rêpondu on sicnant contre la bombe. C'cst comme une Ill'emière rèponse 8U palhétiquc Rppcl de Mme Chapiro et de s :s; con)J')A;;nl.'S qu'.IIPp( Jrte l'Intervcntion de M. GOL· DRING, délégué de Sal!lt·Quenlin, la Villfi de France ou tous \c$ Juifs ont déjà. sillne l'ilPpcl de Stocl,holm

_ Noire ('(lmmunauti!:. dit-n, se sauvitnl de ,I!S morl , C'e8t pour' quoi nous avon.1i slmé â cent pour ('ent. Pour les abonn ments à « O. l. l) Dynamique entre loutes est ln Sl'CUon du M.R.A.P, de Montreuil. commc: l'attestent, entre Elutres. les dix-sr.pt nouveaux abonnements Qu'elle a rc ucilli pour D. L .•. N(Ht [\ 'OI. tQlIjour re!;}\!, t\O\1A ligne M. GRllUBLATT. UD bienveillant

\ccuell de III pOllulathlll mlltatreulllolse,

la preuve r-n IL é " dannce par les mMUniQ (lf1"nl S contre la mise en hbc:rl de Vauat. et surtout. contre le.. attenU.1i au pllUlJ.t< CCtmmbl eOl'll1f' un pototit indUlU'I. t Jwl. l ',tlicacltê cf. ""nlon A Nancy, La tJun des jeuno du M R A. P. de. Nancy. lorsqu'tollt' ,'ebt JUluée n·avait. peut-être P4 une très netle l·on5Cience du ttanlCer antisèmit!!. Or, void 1O! j nt 1"1"· k lstein, nlemhre de eelt'l aection. Dans un procb qui I\li !il été intenté dev",nt le tribunal de Nancy, il Il été l'objet de la part du procurcur de propo! relev.tnt d 'un antidmitismc car .. rl. r l , Il tir .. l e:! ltçorlll de &On procêll, .mdltn .. nl : . Nous avons ell la prC'UHi qu'il dait possible dl! Iuttti' conh'e Ip. r;td tlf: avec l'appui total de la 1lJ.UMI dl! la populathm. Entre 1. ltte' mltn et la deuxième audle.te. 1, prOCureur a notl tlaSlliU la ptoll!staUon populaire. P1)UI' lui, le velldredl j'étal,,: un Il ,Ieune Israélite T" mais le lund! matin j'Ualll un Il jeulle Francais 1t ! M' Andrê Dh.unel. - Le M.R,A, P. slCllalèra. Ir, tas d substitut de Nalu" a '1. Je ,arde des scea u , Cela lai dlr-.l peut·ttre Quelque cbn·

 (v,f> ftpplaud i semcnts).

Un jeune du H chomer C'est aU"!li un ,jeune M. ZEt:V. Vnicl Yves Farge. le préstd.Pl t qui interVient en!>uitE' 3\1 nom du dts CornbaUatlh de la Paix _, d -e la Liberté, qui monte a la t ribune. r -------'-------------------------, «OBJECTIVITÉ de la radio ... Son langage f!:;t n et, dircct. Les applaudissements ct Ic::! hOlvra$ des delégll'Cs ci iln>i l/! mOlltteut qu'ils oht Ulle C011:lCÎcnCI! rlÎr;fic de la gravité dll 1/WIILcllt et marqlle?l! leur a!i. enti"ullt de deVe/L!r d'ac· fils militants dc la paix et de la libert!!. La victoire avec eux s'avance Instunt émmwant! Les cl/tant" de. maisons de fusillé:; et rlc dd. portés s'avancent sur 111 p151/l elrc! da.tre. Vét .. s de blanc, ils chan- LI. (1 (lTandr pr.n. (a deux ou trois exceptIon. pris} "1 la radie ont f.lt la conlplrltlen du IU.nee au lultl ctl Ik 2' Journh Nationll. contre le raolsm' " l'antlsOmlUlme, pour 1. Paix. C'nl pourtanl un /l1/'namlnt qui compta dans 1. 'Ile dl 110tr' ".1' 2.031 d"hues, rI' prU,nl.nt du dr tllnll d. mllnen de Pt'rnnnH de tOUI '.s mlfllux, d .. ttmtn opmlan , nill. ne se lIofl pas taus les Jours. L.I plus élementairt objectllllté devait Inciter les argtne chargés d'lnlorOitr l'oplnl n, à en lair. - pour le moins _ mention, L.es mêmes Jour· naux qui n'ont \)a. 'ait allusion Il !a Iotrant!lose mal'1ltutattan du Cirque d'Hiver ont cru dll" vair relatlr Uf' con IIr$s d'une « union Intarnllia· "ale .ntlraelSt. qUI 9'est tel1\,1 Lr mime Jour el au' qUII ne parllel' pallnt l'lUI quel, ques dlu.lnll de perlonnn, P urquol CI tif discrimination 9 ESI-ce Plrca OUt 1 .. 2.031 dél.,u 1 du CirqUE d'Hlver St 501'11 pranonc', en faveur de 11 Ilampag:na. d. Il· gnatures c ntr. 'S !)olllbe UomlQua. tlndls qUI l'autre con."'5 écld.1t df

 ni pas souscrlr.

. "'011 dl Stock' holnl 1) ? N Il U • somm"

ara qU8 les ludl'

t.urs luseranl s6' vèrl1ft,nt l'attltu· de de la radio el protesteront a .... c energll eontr, de telles falsifications des f.llI, 011 mcmc Il' antlraclstc: ,Inc.ru qui IInnl des Journaux Iyllii partlclpt Il cetlr conspiration du $1- l.ncI, p,uront sans lucun dout. Unr lU conclullom et pr.ndre • ., 1ftUU' rH qui l 'Imposent. Nous publ iC"rons. dans notre prochain numéro. IG lIIeS$lIIgcs de MM. Pierre PARAF. SerIe RONTCUF.\'SK;Y. le th'l><eur Louis VrENN't \'. qui. COl  :lMs, n'ont p oJ II»lIlar .il la DeuxlAme J ournée naHM.le contre le Racil'me. l'Al'1tlsemltl$me. pour la Paix. ... et d'une certaine presse Et maintenant, voici ce L ES 2.fI:H déléJ{uct! rcutti le dilHunchc 11 juill U);)I) au Cirque d'Hi\'( 1' il P:lri!!·su 1II0nll'Ut où le spcl'tre d'une ;:UCf\'e alomÎclue ile cuncré- Ij c et où l'humanité est mcnace!! d df!!..truction tutale, flll n\Qmenl uit hl. l'eCrUue5l:encC' ùe l'anlist\mi· lisme I!-t du raci"nu! laisse prévuir des f1lans cri· millt! 15 dl!' i:énud dl!' lC i ant e"lq ul!, prucl:ll1nent l' ur.Jt l·nlE' n«€ll4'IIHé d' nd re l'union au sei n du Iou\' emenl C1)ntre le n arlbme. l'Anti8émÎlI!'ime tl !)our. la Paix ft\! RA,I'_I. Le M R.A.P p artie In ttJ:rante de \R scctJon rran("& lie 4 PllrU.ans de la Paix, considère Ci)ITTmf' -,on ct oj r l>3.cN de ra.lte sllLler l'appel de StockhOlm contrl' l' mpla.t lie l'l.1'm atomique. n JOUtiendra tOIl!n 1('11 InlUaUvC'S d 'ou Qu· ... Urs vl.ennCllt qllt d', d,..lenl ., l'!nkM!.:t10n dl' 1';;.:':::(" atQm u. t au oonuotl!' unl "{'r 1 d(l eetll' lntercSh:: Uon Il e lm Il.\ s,yftlpathl" el .a. .uJld.a l1 alUH,ante au combaUanL5 de la l'aa. vietlmn de ltu.r dtvouJl· tI11":nt. ct d., leur abnt-a;at.1ott Il sera dl;;nement reprcsenté au deuxième.' COllirès mondial des Partisans de la Pa!x, Il incombe au M.R.A.P. d'enCQul'i,lgf'r et de dlrlj(t'r tout.es les actions contr(> la pl'opa,\\'audt' ct l s menées l'act. tcs et ant.lsémltes Qui s'inscl·lvt:1lt dans le cadre dl. la prllpRl'atlon IdéoLo IQut:' Il Ja I;uerre ct qui PUI'tcnt attelntf' <f.ux IIbcrté. dernocrstlQu! s tt républl calnc comacr ('$ par la. com,t't utLon d·oetobn 1946. De llwner campa:;nl pou It' \Ott' et IR mise l'Il application d'une 101 pénale lanctlortnant la propaA l'andt' rt \'activili' anth;t nUte ou racla'!:', L E M.R.A.P. soutiendra tout" les vlctimps dE' l'oppression !-'t de la discrimination raclalell. 1.1 Le M.R.A.P t'st OUV<'H A toute. les ,)rfl:antsaA lions ou oeuvres ainsi cnrat:lx nommC'cl!. femmes, Jeunes non 01 ganh.h. IndePf'ndamment dE' leurs opinions politiques, phlIOSoDf1IQUcs. croyances et ocmditlon sociale_ 2'> DQm; les camU"!! lnrauy d tf ff"o.e f' t d .. lutte ('xiltlJ.nt 1anli 1. ..> 0 !ltT\mdlw·m..nu. dt! Par15 Pt l'n In'CJvln t' d1n& lt'Ii Quvll'..... 1", tmmO>l,blCI Ir.A a uU n i truo.aux droh'l!'flI dl' ,1",_ tl plu. , .. t tn('()1\tftt lfIùJI Ir.. t\nmml!' de bonnt' vo l(ln t qui dutrenl eu,mln M' HUtmbt la s ituation et trou- • les anciens combattant! juifs. lutte t pour la paix C'at et ('l ui r et...ll(lrt CI. l'interven· tion rie M, Bc11('[. dêlél ué de l'Union de, enla,e. vo\uot.ires l't aatJer.. O)mbattant. juifs. qu! en· tendtfll min nd_h" a l'idéal Que IlL IraMle VOIK l'le bI'lUrice de Bar- 1'11. oftlldent de rU.F.A.C. .• ex· prad tL daant : \'ouloir la rtliX ne avrtit l'ILS. 11 faut a,dr. lutter sans e e$lle pour la dérendre ! Un das pein tres de l'insurrectÎon du Chetto d. Varsovie Le :: Juillet IMt, mon fils. franc - ,Ireur et parLIs"n fra. 'tesl rltorl :wus les balles nazies. J .. l

iurf, de lout faire pour que ,'ieUal

M .• mu .... ,. tudtr '1Yftdlc.a1 .m,rL· cain. parle de sa vje se réalise a I!LlfI"l commen' ce le peintre MENDJINSKI qui a IIh.slrê, en compositionl .a1l:1.I-an· tl'. de réalisme et de fui en I · ve· n. r, l'insurrection historique du ghetto de Varsovie. Son soud constant est de mettre son art au scrvice de la Daix. 11 cite l'e:..:emple illustre dt' Daumier. de Goya, de Delacroix. de Courbet, • Pourqllll1. artiste:>;, ne pas nous inspirer dt Cd e emfll,-, 1_ » Cinq sociétés juives parmi Gent autres C'est la mêlne leçOfl nlutA:.re, r'f'st le meme vibrant appal il l'union la pluJ larle eon\r. les Maux ins . t's du raci .. mlii et de la ,urrre, '1w e dêiage d,ts interventions de MM. BERGMAN, BRAVERniAN. GOLDHECHT, MA· ZUR et KZEPISKJ, au nom dei so· cietes Ju ives: ft t:.ntr'aide fraternelle •.• Amlli du XV' et du XVI' lt. Il Plork lt et ft Clientocltova a. La jeunesse, daM (·union . peut vaincre la mort M . PICARD. pn\sidcnt de la i(>Ctlon lyonnaJ.\C du M.R.AJ' . (luvtl!i la première eanee do l ' .. m1dl. cn exposant Ica belles ro!allia tlons du M.RA.P, dam le d /!pa tcm ent du Rhèmc, Dans J enceinte. 1. d\aleur s'alourdit. ma.is l'att l!'nUon d l!& dc' l iUés ne faiblit pas. Au con 'raire. dIe grandit Quand, d,ynamlqtle tlt combattU. il'l JèUIl(' pomerana pari!! au nom j'hi1\ C.d@u. 11 salue cor· dialemcnt .Mo6 dNêt"J t" des lola.· reulS isra(lItn, au Oordonla, du Macabi, de l'O_R,T., des Jeunu du Bund, du Ski', du Dror BorOllhov, du Hachomtr Hah:air, etc .. pn · sents dans la ,salle. " Nous pouVOliS dire que l'ur1iti da la JeunlSSO juive est reallsable el qu'eU. ut 8n bOllne voia: 11 s'ecrle-:·II sou les applaudissements. • Rien qu'à Paris, nou. avons re· cueilli 1'2.00!) signaluru pour l'ap· pel de Stookllolm, mais CI n'ut qu'un dibul. Jusqu'au 14 juillet tI pendant les 'tacancu, nous pour- La voix d'un syndicaliste améA ricain. e Vous mcrltH la croix de Cer ! ,. On connalt Ill. clnclanté riposte du leader s,yndlcal BEN GOLD. pré- sldent du syndicat- des travailleurs de la fourrure et de la confection des Etats-Unis, à. Jlm CAREY, dirlgE'ant sclsstonlste du C.I,O., qui avait déclaré que dans une nou" velle ,uerre Il n'Mslterait pas il. s'ailler aux fasclstes. C'est au nom de Ben Gold ct du confrès qUI groupc 20 syndicats 'représentant un mlmon de travalllc:urs. que M. STRAUSS. syndicaliste Juif américain, participe à notre Journée natlonalc. « ,J'al fait 'a guarn, le 8al8 ct qu'elt la guerre, It j. vous die qUI la politiqua de mon ).Iay .ublt une fascisation aodltr , en vuo de la ,u.rre. Mais la proies· tatlon du peuple américain rran· dit de Jour en Jaur con ln la preparation d'un m ..... re qui •• rait bien pire que 1. prtcéll.nt. 1 Hel'lri Bulavko: « Un Sioniste consequent ne peut rester à l'éurt de ce combat »- C'est d 'abord :. d ncncer les a!>· scrtlons de ceux qui prt ndent que le (}Ombat contre l'antisémitisme ne peut tre l'aItail'e dei Juifs que s'attache. dàns un I(:()urs 'Iltrou· reusement applaudi, Henry BULAVKO. secrétaire général du Ha· IhotnlT Matzalr; Il II riste r.lalr que 'ta Ilonlstt. eonsequtntl, tout en oeunant a ... 1IiI .rdeur .t ablle· ,tliion pour la rèal1satÎolI du llonleme et l'edlfioatioll de l'Elat d·l.ra l, ne le rehunront jamais Il appuyer Ica manU luivu dans l'action conlr. l'agitation antid' mite lU racIste. lin cela n ue rts· tonl' fldtl' II. nos camarades du ,llottO de Varsovle,et aux Ilorieux dif$neeurs dl la Ha,anah Il du PalmaDh. C'lIt .ulli en .Ionl.tes COIl"qu.nt. que noue avon. dêcide d. partlelr,.r à "action pour la pail, app. ant tou. le •• Iolliata. il • I,nlr l'app,l de Stookholm Il, Aidons materielh:ment « Droit et liberté 1) ! C'est sur la ntceSlilté de donner un plus luite ICIU Y(I!n encore c Droit f t Llber t4 • qu'Insiste parUeuUtl'Cment Jô;)(I!ph MINe. ctu se".r ,ari.t du M.R.A.P,; Il Il .\-GUS taul tcla1rer l'opinion, Dan. utta action . IlQUS n. sam mes pas dill.r. n'lh, Nbtr. tt.,domadal,. " dU" fait ne preuv" ., L.es médetins déf.rHf.nt la yie Un médecin, un Cloc-tcur DOur fonction Cssen ltll. de prtlotrver, de sauveg-arder du ezllttntu huma1nes. Comment te nfllU't.it.-1l à .11'ner l'apptl de Stockholm, J'appel de 11\ ll! 1 La Or LBIBOVICI. au nCllf' de l'Arnkalc dei t1'I declns et dtnUa /'.'. lulrs. laultgne

Il Dt li dt ".mbrllix mid.cln.

,Ienn.nl • IIOUa. A ceux qui df,IIItll notre acll' n, noue re· pondonl par It mot de R malll Rolland: Il MItUll ... ut avoir der· rltre 101 1. rire dll .otl que le pltur des \'IU"I ., A l'Intré" 0" vendait ; D. L., sable convalnor. toua lu IH!eltants de la ncousili vitale de vlnlr reJoindre lu rangs du M.R.A.P., Rf' m. puinante danl la lutlo Lantre le raol.me et la gutna ll, souUilm.' M. OSTROY. de la societe Les Ami' de Lad'!:. Nous apPelons a clar' glr lu baen dt notre actlvlte pour Blltrainer Ils ,Juifs qui n'ont pas eOGori camprle _, dcclarc :l son tour. au nom d(l!s artlulls et des fabricant., M. STAMFATEP. Une uul volonté: Nous unir, agir, Ct Nous lommu tous iCI anlmelJ d'une Il!ule vQ1onli: nou unir, agir c:otltre lu ln. l'laus d'une horrible guerre d·ulermlnaUon. Let dlzalnu dl mllll.rs d'hommlll ,t de femmoa qui nt répondu à l'IIp, pel du M,R,A,P. n ul ont donn!l le mandat d. renforcer notre front II, s'ccrlc, .sous 1ell applaudillsr. mcnts, M. VILNER, Si'eretalre q:A_ néral de l'U.J.R,E, Enfin, pour clore cettt' deuxl/:!me séance, c'cst la jeune FANNY. de· lIl::uée du Drar BorocllOv (tul, apres avoir exalie III 'glorleuse jeunesse Juive du ghetto tie Vanovle et de la Hazalla, H'lndiJnt' de voIr quI'.' ({ l'impàrlallsm8 anrlo · saxon a tout fait pout réorgallleer la force militaire d. l'Allemal"e da l'Ouellt qui IkI4 t IBrvlr de bau contre let p.,. qui 1l0UI Ollt aide dans 1I0tre luit. conln les aa:rl1Bturs arabu, ".l'Ilt dl l'Impérlali,me ... )1 Messages de solidarité r.... ptr.., nnll-iU .. su lv ll otn ont Il t,..1: de. men. le. de .ymplInU" hl! t "e 1I"fltI " la . Jour· Z'liaUoolH, d(l :'1 R.A.f'. Pierre \Bft.\lIAM. A rlv a _n; l\-Iau rloe dr 8ARRAL. prhtcknl d.I·UVA.C : le rabbm " alll BAUER. du COllalSUllle d.e Parti. "aïlll St, '" J SI "Tf:. If .. lualrld : ,Jt>an - bcqlWll< Bt:J\ -ARO, k l (vain: l'h'n_ hI,.ANCH,\R, IIflllle dramal. qut' : PI""rftl ro' •• alldtn min.' r .. fi ... putt rS.o la ton,.r : Allur' P'Oll'C:ODlnN, P"il\lt , le Irand r.bb.n Imoa rtJKs" d • {;otmar P r •• d '1l1n (0 \ ", 1\"'\ lM minl.\re, dt putf 1· ..... : "lIltllll GODARD. U!'lln minlai ..... HAISSL'o,'SK\' . df' l'lanllut du (tu R Han ; Fruclll JOURDAIN. IK"l iv .. lt'I. F:rant RAllANt. du Ceulre r,.· 1 ':11.&1 fi.. " l"htt1eh,' ar "nt" o;.rrf! "Am EOSKI, rnn .. l1Iu fTIl1nklpal dl! '.f1I' tilt ; le pral, JUIla& LE\'\ ', dt' It h· tult ch MM4'I·m. de"' Paru : Jean de LORME, k.r:ivaln : Louit "lARL ancien n'lin l'Ile. dépul  : l'.bbl HOllOrê MARTY, ete rplln .. n; le (lrof, RONTCHEVSKl'. lie SU.abouril : Arl'illlnlt SALACROU, h:fl'Iin: STERNUCU't •• nt o Vlce-s:Lr!'1 df'nt ée la Ura • l..,yofl Matt\: SZW RC. lIr:uJp '.u, j le "ra!. Pierre WURTIt[UIER. dl' 'a r.ILr. de M'dK. r'e L,ynn ; LeI Oflamnt 1  :luivsnte onl q.lt.-mer.' .. \",, # . m •• • nib COl\ollTH VR,;\' CM Ut IJ Ft:NSB Des J. L'lJGl\tS : Convaincr. 1.5 hOftrt.t" cens qui n'ont pu encor. compris, • OuI, noul "rons vl,II.llt., nou. eauron, par u" Ira ... aU hUas· KN!8Sl."T·U5RM;L. d .. Mele. ' SPORTINO-Ct.t:B Il Bill- XOCHRA a. SU-ubour,: l l.J RA.P .. dt Br'u'.I1 ..... : que nous devons faire . •• orll n1aant une f'ftpll,D (! pour 1.000 abonnh nounauX. v r t:'n commun les moyellll d'action qu'lmpc cnt les tvenements. 11 faut cre, r des com!tts locaux pa.rtout oû Il n'('Il existe pas. 3.) Le M.R.A.P. pourra. coordonncr Ol1 .etivlliL .'te eeile d'autrrs oq:::anlsatIOn.!i d'unt· f&(On p.rmanente ou occasionnelle. LC' M,R.A.P. est solidaIre des {orc(', d t J:c juJvu ct arabes cn IsralH et du Comité hr.ffiVl du Paul· sans de la Paix, section du Com1tt mondial, d.n .. leur lu t' .. CJUUr sauvegarder la d moerat1e. la IIbtrté, l'inA de pendanc\' et la paix cn Israël. Illnll Qu'au MoyenOrient. CONSCIENTS d!" I1nfluence néfaste exercée par la pre antisémite sur J'opinion publique et du rOle primordial joue par DROIT Er LlBenn da.ns le combat contft" le Raelsme. l'Antldmlth'mfll et pour la Pai,x, les cll'légués ,'eOP lent, à eoU.barn

 r:'!t:l':  nl. av e:: la ri':1 actlon   !!' fI_ f)[T ET UBERTt

afin d'assurer le dév('loppcment et l'amtllor!ltlnn du J<'urnsl. A p uvegarder J'rxiAUnre de leur tribun+, par les mu)'rfU; 5uhill\u : 1., Au,me.n:.t.r le nombre d'abOnntA au Journal en • 2.) En toulA Geca.lQll. dlinA \ou!ea Ira unlOn.1 , 51:11- r artl.5Uquea. bah. ftutultr DROIT 11' LiStA· 1"1. «Iinl du M,RAP .. et dty,loppll par ((J U IN n\O)' llJI la ve-n Le al1 num'M. 3.) Le3 I)rlanlaa:.lon" oclét •• ou part!cuUl'rs. a urnn\ *' coeu r' de sou'crlrr d . abonnf'nlt'ntto pour 1,1,1" amb de Paris CL III pru't'Irwl.' aflll 'IUt' nfllN p t t:ut! anUradstr ])tuetrt. partuJ t I!t ct1zHrecarrt les effets du poison an UU'mltc. 4.) Collt;ç.ter cn permanence des don au proUt d •. DROIT ET LIBERTE. A FIN d·aldcr 1 la réaltS<lllon do notre pro.ramme les d.f:!,ués Mcldent : 1.) d'ouvrir une sousc:rlpUon de 5,000,000 dl!. francs, au cours dfi l'hlnr 1950-51. 2.1 Chaque organlaatlon. aocli't.t. t om.: t d IA M H,AP. s'enla,e à VcrMr .. III lrt&ore.rle au Mou\>em,nl uo'" Rl\mm vaJ"'Jant enm 1.000 f't 10 ,';)0 tral1r., par an.

U Lo . omunWion dt. IInô'J.nc {lue il la Journ 8

Natlmial@' !:,\ <."(lJ\1Oldtrte eummf' prr rnanrnU! 0:. S@' rtunlf& rf:cull!re1nl!'nl PClur dltl",r :I,utn lm af:t1Ma U na nc:Ji're du MlJuvtml!nt, j • 1 , 1 • 1 • \ - ... l , .1. 1 , .

 , 1

+ 1 l ) , t , , , . , 1 1

1 \ .. . ,

-1 . ' 1 1 DROIT ET LIBERTE i - Il. .LE RACISME ET L'ANTISÉMITISME NON PLUS Que chaque signataire de l'appel de Stockholm devienne un actif militant de la paix YVES FARGE , , ti .. nc. 10I, n",U. d' c'o'ure. Le prOI S$ellr Marcel Pren,", ((lft\JOtltl pasid,. " NOus Il. u rons Jamais lI:"'5 le m.llI.

'\D que lu bCHlrr8lUll nuis JI. raOpl!II0·l-jI, éllDqUal1l ,. '/lrrtlln' <tu M. A. A. P. On dlstineu. autour da lui. sur la

ttlbune. d. ,.IIChe Il drol1. : MM. floberl Chantb,iron, F1orlmond 80nle. A.n L.ng, 'a-ul Viennt" André Spire. YV['S F';\\'ji: C:. ancIen milll tr,:. pré jd(' l t des combaWmts dt' la paix N de la liberté. reprc:;ente a ta triIJunt:' du Clt'qut d'Hiver la mas,;e des re:mbllcains. de:> parti· sa.ns de la paix. df's Français !lonnttes. tout ee /lui dans notr(l pays tr».\'alHe: (>t lult.e, tous les hommes de l'a\·cnir. Comme If dIra André 8Ium<'!, f'n clôturant ct'tte magnifique Journte: ... l'OU5 ne <lommes pas seuls! ;, EU, ',I.g, Alben Youdln • • Mmes Marlhe Dupu)' fit Esltler L' kaln. MM. Yves Farge el Gabriel d'Arboutsillr. Le pasteur ROGNON: Le négation de la • pIre racisme est la foi chrétienne LC's milllers d 'hommes et do:: fl'mmes réunl!\ là sa'lent Qne leur combat contre le rarlsmp ·et rall- 111I1'mitismc c;st In5tpar:able du r. ombil.t pour la I\\)crtt. le prngres. la -paix. C·es!. ce Qu'Ils pxprlment Illtr l·\ntt:rmin .. bl!' ovation Qui sahl le dIscours dircct Ct exaltant d'Yves Fal'l;e. lA' 'PIT·t'.IIr Ro(ullm , membre rie la cr'lll.m!.I,Jfa'l Jl"!'r1Itallellte des c mba!ll'mi!! dt la Pafx ct de III L J Ilr! ", ,la!4,tCt G la frrbu ne. Tall tEfl Q'::,e IJ(JT t! Ctl PIIo,,,,rne rClnd . an t· L /.IlI e tClllrJl'('1l!4, la IOUJ écoule 4:'-!'r Da ton ee rnruage fraternel 1II:1ttt 11 cltaleur, la rl nCCl'ltc émeut C.11rtCliII au plil Prl)/O t,d, ail son tl · /1 parLe da'ts u" . Ilence tcmtu, B. CHAMBEIROtl: Chaque fois qu'un J uiE est insulté, c"est un pa de plus vers la (J'lierre t? M. Rob!!rt Chambclr-On. deputé dF., Vosges. Intervient ail !tom de l' UIl/O't des Républicain" Pro{Jre. - 8istH S ANS doute y a-t.-il parfoiS QudquF) chuse de douloureux dt prnser que Clllq annécs aJ'rh une vIctoire /lur le fasci me TIll2lportée au prIx de $acrjflr:es in ls uà nous r.roylom avoIr en.... '1l"a 1\ Jl'lmals Ics systèmes pol!tlQUM basés ,ur la d! se r mll1atlon et ,"ur l'opprcsslon nous wyons de nouveau contraln l\ examiner les moye)lS de lut.ter contre la vague rtoolll&unh" d'jlnH-rmlU'Il'l' .et. ar. cIAm!" dans notre pays ... . Nlm. !."n verite nous eommeU-rions une. frrtll r 1I:rave si nous pcnalons QUI' t"'J faits ne sont pas lits, '!"out .'" tll'Ilt. ct chaque fot!> qu'un nt':Ir,. tU, lnJmlé ou tué parce qu'lI '" la peau noire, chaQue rois qu'un Juif u t Insulte parce qu'JI est Juif C'(,I\ une attelnt.e il. la llbef t lIrL D de fait dam; la diro.!ct1on CIe la ll"rr . fllrc.e QUf! nous sDmmeS des homtnra cI. progrt':s parce que nous 6OTI1mCI les défen l!urs des tradl! lOti!! qnr.- nous ont l guées nos' .. lU:': qUl \l'ont pas seulement prorl .. m la Ub(' l'té. l'égalité et la ffalernlté . de (.('15 ou U: ls Fram;ais mals (] IJ)US If's hommes. nous IQmm aveC': vous dan:; le combat Q'.Jf' vous ave)IJ entrepris. flll.e rompt plusirurs fois U7l!! !)rl. [lue à'appiaudi,lscment.s jrrEisl tf· oies. Il est à la fo ill t rn nl)lnnt et hu· mlliant pour un hr!tlf' n de pl'l:'Ll· dre la parole danl !.Int a scmblèe comme l[l. v6tr , P:lrt .. /lue , I cc congrè:s a lieu. c'elt QU'U y a f:ncorc dans le monde. dat" un mOllo de qui se dit "o on\ltn chrêtJen, dam des nations où l'on se l't· clame de la fol chr tl enne, du raelsme et de l'9.nt1! mltlsme . che? nous ct aU:eurs. Et c'est le plu,( flagrant déml'ntl .t cett·e Fol dont on sc réclame. Etre chrétien cela ne peut slg'nl· !ler cOl}crét l'lr.ent, qu'une chose. C'est. avoir découvert tn toUt hommc quel Qu 'il soit ct'Iu\ qui est prochc, celui qui est Irère. Et voilà que notre Fol chré. tienne appar:"llt comme ull mC'nl'onge. comme une hYPOcriSie et comme n·l'tant p u finalC'llll'nt que la derni re forme qu 'à rnclu ce vieux phénomène social de la religion. si elle ne signifie pa!\ la conviction Ciue tout être e:t. proche de moi. qu'en far.e dl:l tout être. je ne pourra!!; Que vouloir me sentir à sa pla er. Oui, le racisme. ou!. I,:anttsèmltisme. c'est la pire négation de notre Fol. Et h\ OÙ ils existent. Il faut. que nous le disiom. nous chrétlc.'l1s. avec force et avec humilité, Il n'y a pas vtrltablement. llIcme derrière la fidélif,é f'xlérieurc a la rel!· glon. mtmé cl!'rrlere toutes les oeU\'f{'S de pMté Qu'on voudrA, Il n'y a pas véritablement de fol chrétienne. La N'l! lon n 'I'Mt pl \l Que l'alibi dont se parent. 1".( pul anecs d ce monde tapplaulHsselnent.\) pour mainteni r les dlvlslon , les injustices, les souHrances Qui ser aiC'nt de droit divin, Alml Ull chrétlen ne peut pas ttre parmi VOlIS sans d'abord con· fe ser pour ainsI dlrc devant \'OUS ce qu'il y a dc paradoxal dans un monde Qui se dit encore souvent chrétien. où les puissances de ce monde se disent souvent ch ré · Uell1leS, e.e qu'!! y a de paradoxal li parin de raclsme et, d'antll êml· tlsme. Il ne peut qu'ajoutcr bien sl1r, dans son humble volonté d' tre fidèle à ce qu'il croIt, <lu'll est d'accord avec voùs tous, Qui Que vous soyez. qu'Il se réjouit de vous voir Ici luttanJ, contre le racl.me et l·ant.!sémitisme, et Il ne pem Florimond BONTE: La bombe atomigue . tuerait sans dis tin ction L"ut 101 tonl/errc d'aJ)Jlhlltljuell e71ts qllÎ hlterrompl 11 pltl l, urS ' IPj-I ':.: l'appel vibrant ft fU'lton lallct par F lorîmond Bonte. dt.(J !J tt Clr pUrl5. JIl€1llbrc du Camilo! Celltral du Parti Communi.,lr Fr lfr,ç4û, u /'lInlQn l't li l'action COllfre le danger qu.e reprt!4 n(fn! l'anhb·tmlt1l1Tl Tt"11a:I lIt cl III menace de {Jllerre atomique, dll!iI,t fléaux dont r: mon/ re avec Inslstauce la lIa on étroite. P ENDANT long!.cmp.5 le peuple . frl nçais n'avait pliS pu COllee' " I_ r 1'1:1115 tou\e son horreur l'.t !'()('e . i ni!ic Uol1 de cc Irrmt bClI·bart· : I"ad me ct anli"' mlll mc. Et auJourd' hul cr alnt les ban· dits nspom .blr.s de ccs exterminations qui t" pal' n('nt avec 111·

o:encl' partout JI) que dans les

avenues du pouvoir. Ils n·ont. plus aucun sentiment humain. Leur COEur est dur com· me la pIerre, sec comme lf' sable du dcsert. Ils ont la férocité d'tll1 Hitler. l'hypocrll;le d'un O(ll::bbC'I. . la l'age d'un Goering ... Ils sont pret.s qu'adn' ('r un appel à c:; rrtre eIl la roi. en ll."ur dls:tn t : Voyez. C'est 11I1e chose sérieuse, ,!.I vot.re l'c:lgion n'(' t p a lUI" p u 'ant [( , . -pou r vainc!"1' Ct'la, si vou!> fU', en. 0 N a Qua[,flé de genocldu [es COl'(, victlml'".'1\ , la fols de proplL. terribles ma eac.r s q.ul entre gaml e. à la. rols de prcJlIltl. ll. .. 1939 et 194;> declma,ent . de! la tois des etrolt e s es !'t Gt'J or- dlzames t t dt8 dizaines de nlilhons gue!ls de nations. dl' raç . a iors d'Ilommu et de femmes. vt:l.lment. Vt)US n·aver. pas encore La guerre que l'on nOU5 prépare compris ce que e'e::t que voUe fI'l I)OUr demain s'apparente à cel ef· Le pOlslwr ROGNON fort d'u termlnation massive et pose pour toutu lu consciences des prObltmes qu'II fallt rèsoudr8 dalls te talme. Nous sommes bien obligli. de tonsiderer aujourd' IIIII que dans l'Hal d. "rvillide dans lequel se trouve notre p ys nous rllquon. de deve nir le point de dipart de l'aarusion atomique et nous sommes bien obllrés d'évoquer le lemps où nou, luttions contre l·oc· cupatlon militalr. de flotre paye ... L'oeuvre entreprise aujourd'Ilui par 118 combattanU d3 [a paix et d. la Liberté t'appareil te étroite· ment a oette oeuvrs dl! [a résietance françaIse: avec ta oampagne que nous mellons contre [a guerre atomique, IIOUI avon, renouvele l'action de la réaillance française. 11 faut aujourd'hui Clue les Ilommil et lae f,mm" qui ont signé l'appel de StoC\kholm - et J'sn suis sûr, lai, tout le monde l'a sIgné - se consid rent mobilisés, 11 ne lu"lt plus, dans [a gravite du moment prèee,.,t, de l 'attacher a applaudir tlu orateurs dans les r6unlons publlqutl et à leur mar· quer votre a"ll nllment, I[ faut de· venir d'attlfs militants 'de la pah qui, constamm,nt aur la ortcll!, ent,ndlnt ,ntrainer aujourd'hui tOUI IIIJI qui VOUI ,ntourll1\- HI,r, la commlulon na'tlonal, JI .. r. mane':ntt du combattants de la Jacques MARION •, Union de tous les travailleurs sans distinction de race ou de religion C· t M. J acqu,, Marion. s crl" l alre dt: la C.G.T .. qui apporte le nlut de la Irnndc centrale syndicale ûrs t rl\'a1l1 \ll's de Fral ce. La C,G.T. CC tOu1ours ellere/lé a. nfuTl lr 10U$ ltls t_ravailleurs qui SII Pli", II/. ta!l,s le 11I ml! sort ct souffrf lll rie: la nulmc cxploita/ion capHal ur('. C'f_ t po-u.rqu{)i il CH bien du da". scs stotu/s qlte la C.G.T. p-ro IlP:! et tend à grr>upcr Lo/l..<; Ic t ral.'Om! lIr sans distillclfon de raer, de TeligioTf, d'ovinions pol/liQ U!' Ol( philD,'iopldqllcs. C'est dire Q"" 1, nWllveme'lt syndical est pur d t/Tm'foTl, lfla/ULairement ee:mlre le raci.ullc. l'allfjSo:mili ?'le comme il est par tradflwlI pOlir la pai:r. M(li. Ic capitalistes ql/i misent Sltr la division des Ira.tlai!1eurs pour aS !lrcr l'hégemollie emplo/ ellt t01lS !Cij T/wy(ll$ pour créer celle dIVIJio/!, et parmi ces mo!/cns j/,T lancent III théorie raciste c t l·alltiscmiti.smc. C'cst ain i qu'a /'h!!lIre actuclle on a.IMstc il u ne re('flldf8CCIl{'C de rrwtsmc el d'lnt/LI·é)ni!ism.e rto.1I3 tOII les prJ://S capitalistes qui w, bM. €1I1 lUI(? crl,\'e écrmamique .W?1S prccerlellt . c rle van/ l'ampleur de la lutle de la clas c ollvriérl" i/. .\ont eOlltraint.,- de plus CIl pUIS de rruH1f tous I tlr.! moyC",, de diJJfs loll. Il' rccrlltrt1 l'almospnere Ùf! l'acisme ct d 'C-ItU;)Îmlffsme, ils re créent lm p.sprlt chauvin. pour !Jré))urcr ICI (Iucrr.e. El C."C81 sur/out QI/X Etats-Vltis, 'Pa.!/ ail. la cOl/central/o ,1 capitaliste est r , plu.t Intefl.Se qlU! nous as iI;tolt! a. eeU/! j.'Joill lqu" ,M:tJff: ,. Un (Wlre aspect tU dlfcrtmtnilti'Jll raciale e'est It: c ')l(mitll -m-t. l.'erploitatlon et la m/.sttll! d n call/arade.! noirs ct NOrd-AfriCal<ts $Ont conllUcs. La C.G.T. a dtpcnt! ,m m.::l1Iorandum aux NatfDn:o: Unies POllr déllo'lctr le Ir4l'vail tOrr./! ('t la vmflQllc de la df.JC'rimilllltiOn racial e. da'1.! les terrttaire.! de l'UniOlt française. En Francc. où la dlscrjmlllati01I raciale n·Cl.iste PlU ollietellcmellt 011 fuil tOlit ce qll'U faut pour pré, l)urer le rclOltf des vlchystes dOT,! Oll 1C rappelle la haillt mUitante con/re les J!lij . lCI$ COmm1w!stcs c Ic, fronc-muçOlt!. Ind6fcctlblement attaché aux nr)b]t'a prIncipes de I1berte, d'égallté ct d. frat-emlté h1scrlU dans la Dktllnl,l,lon drs DroIts de rHumm!. Il lu! étaIt dl Welle d'lln!1llij lnrr .qu 'Il puis:·!? exister sur la t!"rre drs bIItes: fauves a Cace humaine a raIre péril' au moyen de la bom· [;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;1 be atomique des crntalncs de m!!- lions d'étl'c hU!naln, . 0)/ reUOl';l/e Georf)C.'l T e!. sier cl Jolfot,Cw'lc mais cm IIbére Xavier Val/at ct Hcnd Bérnud. Les ca' aml/iI's. Ic f'11Iar: dO/lt ())I Clcçable les P artl (",. rie III Paix. le. f m-ces dé"ôocm!imns, le. 1Jror/re $! stCl Pot la C.G. T., l'fm/ieammll lIisme

I'i(]d ('n fa)lllti , me préparent

le retOur d('. métlLoae. la$cisles

!t Il!1Uri 'llIc , du raCisme l't

ct" l'anlhémfllsmc ... F[orlmond BONTE rap .. b d(O commrHte 1iB.n.s rou. Ill; 1- , J!)rhlt1 Ir" pl.l:1 rfllllllrul. llts et le' nLmcs le p.u. l roclU.

J 1[. P 'na. nt les loni;ues :lOuées

t t'mnl,. au (:nu: d!"!iqlleJle notre f. JI a ,Hl; '.uL·J ';I r la pr6Kncc litcu.'UU' de la loldalUQut hltll"rwn nP. Il a. compris dans Ip. JrI!1l11 . ..."er. r .• t dou lourf'Ux Of! sa chair m"ur· trh: 11: dèchlrte quP le raCIsmE. Que j'lnll.t.tmlt1J;mCl n'l! ' alem pas K U·

I'me nt une Ihéorle antl <O!(lentIUque.

un tnèmf' de rropu::ande réa.: ti.,nll:olIn-, nJaJs IoU III t &urt-ou t l',,,,,, ,mat t!taQtltl. JOur. i cha( Iii .. hl'u", dt' Illlllh:n rt dr ml!ller" d t\omm ' e d ·enfanl,)". La bombe a tomique n'tp:ngnera personne. Alors. dans e('s conditions. alor!> Que 1I0US savons qu'el!e t ue rait )('1\ enfant-s au berceau. les aïeuls (On prière, et lei'; hommes au travail. Qu'elle détruirait. qu'elle Anéanti· ra it. tout, nous. les prochaine\; " ie· Umrs nous fe rions des dlstlnclions. nous nous classerions pal' ca t,orleli, sur la base dl' dlvrrgences pollUqur". philolol'hlques, rellgieu · ses ou 1(I I(l gIQu" 5? Est.<e Que. dnn.a les hC'ures sombres de l'occupation nazie nOIL avons fa it des distinctions entrc C!'\.lX Qui luttaient. lie sacr1!\aJrl'tl .. mouraient pour la liberatlon de la France du Joug odieux des \)ourrc[ l.UX hitlcr!cns ? Un r tiNle chose comptait. ; la bonl'lt" vulun ...... k dC'·ol,lcm1!'nL. le t'.ourage, la \l 1l[(Ian· cc cl l'herolsmfl ... PourQuoi ('n serait-ii ut L'ement aujourd 'hui QU'1l "111:1\ d al'rtter le bras des lllcrndl.l rel avant Qu'lls aient eu le It'ln,,!; ê:r !ê.cher sllr le monde \c-ur mOllstrueux engIn de cannlbaJes 1 N'attendez donc le rUllsl\ement IUlubre d _ $.:tl'les d·alarnH'. ni le v ronlbl cm(nl sin istre de!> bombardiers IIfomlqut5. .. Le reportlle pbolnllTlIplth;ue

 "l1r 1 .. 2' ." Url1 .  n·,l\on:l'. conu"

,l , le': rOlC':Îs nle':. la.pliVllIllI. ... lI\f! et pour I p.ab a lotI!, rblbt pu le !<Iudlll L M,\fl.TtL, lI. rue Bert

 tbe, ... "ria IJII'J,

SAMEDI, A 15 HEURES AU PERE - LACHAISE Retour des corps de onze héros de lu Résistance Le s;\medj 11 Jum. il 15 hCLUI!II aura lieu :lU clmeticre du püe L.t.c hA\.:;:c unr. cél'él1l0me il r{lCc,," !on du tn frxt dr c0l"/J de 0117,(1 héro de 111 bnce !t;"'l!lr\ \.1,,1' lc AllemAl1(Ùi, RI/fia!} ZETLER Il mDrim .ur rl III l'rp.!\,;c nouyclle illhalc). BClli/(/JIi/1 .lOVRlST lcmploy(!l. Georges PlT, RD 'avocat). Mr!!lrict nOBl.'I'ET 'licutm allt !". T,P.I. Adr!e)1 VANDERDHEl'DEN (lieutet( mal\l FT.P. l Maurice GOVRnNKlEL. 2\ ails. croix dl "Uf'n e avc palme. !llClJrf LIST, r.omb.l\!.anl des bril;lIc\ r..ll Il'Iu·nnt!oll<llc". Anrf ,.,. 8ERTHF.LOT. Ir jour M Mm eXN;l,Itlon refit il st.> tll(all15 .. Vo ne velu >.,Uv ll'l!drcx pas de nlol. nI:l15 Nnc1H 1. dAl"., la 1'1" rest.er hotlllÎ"tcS. Je Ile \'0'. [ .. Lw l'BS d'hé ri JI'('. malS un nom jlT0l'le. ,llIc/lrI ROl..YfK AS (avo :o.r C«d, 1 SOSNOWSK1' <F.T.P.I, HAJJE '.\"0(:>111. Durant raprr -;- :dl, des amii fl ul {. -nUIt\lC'Jll le combat de en h rOll mont ront U1'" j! rtIc d'honneur. Du /)fai t,," de diHérl'"Ot/:. 0fTIll.· ... • liON prendJ ont la parole. Lb 1U11110 '" D.L. «IIU cllI'dla:cr.' Irm In'fila " ",Iii' fltr"'mnnJ . • W rcl("tlls r:me'll i mmclt.\'c de l'almei de Stockholm rioil e 1"0- lOI/ocr enCOrc ct da!'!l111aqc, pOllr exiger l'itlterrlicHon de 1(1 h'Jmb,! atomique. pour rCtldre 10 gu!rr imposMblc, pOur Ildtcr ral'ënelne/lt fl' llII mOlld Ir/ell/Cllr. (VUs applolUd lssem('n t ) . Très grand choix GA8A OINE. '! Tissus PEIGNE TISSUS ANGLAIS Chez SIMON 10, rue Leon MON. 81-41 .................... , . , FABRIOUf Of TRIOETS • • • ps GANA Sn,,1.1. , rupon .. r01l11. "mU" .. . u "'.Pllal dt 'III)UOI) r.n ... 64. 'u,. de r .nblgo. 64 PARIS ""') • ,'.' '."'" ,", '.' '. '.' ", ..... ,u" '. "." "", ••• " ... , ," h' paix et de la IIbllr(e a enreglstrt te darnil!r chIffre des 5ilj:l1aturu. Celui·ci s'eleve deja pour [a Franoe il. 5.600.000. A Londres, la semaine paute, avec le bureau du cona:rea Illon' di31, IIOUS avolls app rla que 100 millions d. ciloytns avaient 'Igni l'appel de Stockholm da llS le monde, Mai5 cela n'est rit n, 1\ faut ((Ile eette première. protllltatioli unive. rselle contr, la l'utrrt entralne tOIlS les pellple!; 11 faut qUI (:ha· (:un de ces IJremien nllllion . de signataires devienne UlI \.Ir0113 - gandiste de l'apllel de. Stockholn1 ; et c'est a cela que nous vous convions, parce qU! noul aVOII!! cOlIscienoe du dan.-er, et parce que nous 5entons bien aujourd'hui qu'on essaye encore de laisser [es lieu pies dans J'ignorance pour [es entrainer au carnage. Yves FARGE pendant son Inlervcntron Nous pensons cela paroe que 1I0US avons encore garde le sOlive. nlr de nos deuils, paroe que nous savons qu'a force de vouloir sella· rer les uns de5 autres les hommes libl'es de tous les pays - _ lei hommes libres de notre paya ... on s'acharne ft Ilaralyser la Fnulce pour la precipiter dô\na UI1 1I0Uveau malheur et cela, les combat· tants rte la paix et de la liber! ; entendent 1'6viter 11 tout prit ... LE SALUT DES PARTISANS DE LA PAIX' D'ISRAËL Nous nous servons des termu dt

 verite,

I:t, pour terminer, je veux rap· peler la parole d'un grand ami des Juifs. l'abbe Gregoire, qui avait dit: Cf O'abord apporter la verlté, "lIuite marquer du setau dt l' In, fI. ",le t01l1 lu provocateurs Il •. -!C'ut oe que 1I0US fahonl, M. EUe Pp.leg, lHrecteur du departemcnt du Moyen-Orlt'nt dc l'Agt'llce Juive. 'l Ient saluer la 2èmc Journee n&t-Ionale au nom des forc s de paix d'Israël. dlrigees et 01'ganJsees par le Comite des ParUsans de la Pa.lx, A UJOURD'HUJ. alors Que l·hys· térle belliciste cree Llne psychose de guerre et essaie d'habltuel" _ le cerveau e_t le coeur des peuples à l'Idee d'un nouveau Gabriel d'AB BOUSSIER: Où sont les barbares? Les applaudIssements se prolonr;ent Indéfiniment tandis que Gabriel d·Arboussicr. président du Rassemblement Drmoeratlquc Africain s'avance à la tr\b\lnf'. Les dtltgués et le public saluent en lui le fl'ère de combat. Je représentant des vlct-lmcs du racisme antlnoir Qui luttent avec courage et eHlcacJt.ê pour la llbC!I't.é, pou r la fraoernité des peuples. CHERS amis, je ne pen,ais pas avoir la joie d'Hn parmi vous aujourd'hui, puiSllu, je devais, sans doute a la même heu· re, prendre la parole devant une confere ne. n a:re de toua les Etall· Unis il Chlca..co. Mal. lu Imp'ri,,tistu de Wall·Snet, soulïeuc uni doute de m'épar,ner un Ion, ""a· ge, m'ont interdit d'tntrlr dans leur grande démocratie ... Pour nous, de l'Afrique, pour nou8, hommes de oouleu"" com· ment Ile terions-nous pas GOt1lre l'anti,émitlsme, lonque not frè· re\!! eouffrent précisément d, ce raci8mt, 80uffrent pnlcieement de cette oppression en raison de cette théorie qu'II y aurait ulle Iné,alltil entre les hommes, que Ills uns le· Et alors que nou! savons lu souffranclS que ces peuples. ces peuples qu'on nOliS a enseigne il l'école litre des peuples eivillsés, et qui pretendllient vUlir civiliser nos peupll'l parce Qu'il y avait des roitelets . anpinalr .. le .rb.rcs qui en elorJ:eaient d'autr ... to rsqu' noui sa.on5 '.a &Ouftrances que ces peuples ont Infligees. ·ors· que nous vOYOIlS les eflot3 de cette dernière &: 1,1 e r r e, lonque nous .oyons les mill iona de vos frères il vous, qui sont morts dans des camps, dan3 des fours .:rématoirea, nous noua demandons où 50nt les oivilie6t et ou 'ont [es barbares." Et noua vous remerciollS de me· ner cette lutte pour ta paix, de mener lIetts lutte contre [e racisme parce qu'II est ulle grande loi pour Isa hommes, Il'est que si l'on ne se dHend pas soi-même, II y a peu ds chance pour que d'autres viennent voua défendre. Et quand à nous, en Afrique, nous avons appris lIussi que Il'est en luttant nous;mêml8 que nous arriveron! n ml&uat:reo, une rwu,,#T (' <:1I.11pa.iD_ a.n1:'tnu.P - OU\ "u caml)'_I. lite - ml"nat"-C' 1('. toyl'u JUUa die-pl! ml df: pa.'1. le ml'Jr.dt'. not&m' ment f'n Alterna ne occldPnt.a.le el, dans les pays du Moyen-OTlf'nt. Par conséquent la solldul'@ dU masses d' I s ra l et de Jeun fru"," juifS s'p;xprlme par leur ftme volontê de réaliser l'union a'I le front de la paix dJ.ns le mond. ... front ayant p'lur b t de f.lrll echouer les ttntatiH' dU t'\lt de guerre. de eombatLrt rb1. nle be-Uiclste et d'en dfra lntr lM manifestations IdéologlQ\lt": l'antJsemtlisme. le raCisLll1!', la ".enophObL • .. Le mouvement des PllrUSalli. dL!: 11 Paix en IsraN IL port.é devanl , 'us les gens paisibles, honnl!tes 4" l in cères .dE! notre pays. l'apptl de Stockholm dont le but est d'lntudire l'emplOi d'armes dE'sUl)tU .. l'extermination nusslve dtll POpu. lat.tons. Tous lc-s Partisans dfl la PaUl: en Israël ont !I. cOEur une pa_1 rirl' table avec les peuples "nllI1n.& du Moyen.Qrlent. sans QU'eUe lolt pa.-. tronnée par des pulssaneu f.t.rlngères, cherchant à a fur'r (l'ara intérêts strat glques r églonllulC... Les rOlctl du pay. d'lUarl alrll1- dèren\ qd.1" 1& r emlt d jan.f rJ des c 3 Il"a.nds • au aUjet. 411 Moyen-Orient, r eprtltn\.e un ilU de plus dans la tcnta!h'e IhJ) ul. ner ee5 pays à préparer une nou. velle :::uerre. SI la dklaralkln p* tend garantir les tronmrt'I cS'If-. l'aR nous nous permetton, Cfe> douter de J'ertlcar.tté de cette p. rantJe donnée au moml'lU m me où les traites de paIx nt'! sont a encore signés. au moment 'tIu l'une de5 armélls d'Invasion - l.a Itfl'!ll2 arabe - se trouve encore 1!'n ttrrltolre palestinien, Les forces de paix n hf1lfl .. ! avec elles, tous les plltrtoLe.s mI!: reS.!iistell et gens sineèr r l. ne bJaseront pas sacrJt jer !·lndéPtnd.nc:e véritable, la SOU f1rAjneté .et. 11l uberté de I·Etll.t d1anel. cnoomusm ed éVlOivUrI ere n d[uu ttaJonut gv oucsO larornl·i all =:;:===:::========:; verez a vous délivrlf de l'antlsemi. tlsme It du raolsme, Le, meilleur, TISSUS Gabriel d'ARBOUSSIER raient de race t u&ér[Bure, et [os autres de race InferIeure' Mis dans [a lutte que nous m , nons contre le racisme et contre l'antisemitisme. contre toutes les formes d' ollPr esaioli raciale, nous n'a vona jamai5, quant il nOliS, le· pare cette quealion de la quution sociale. car c'ut la grande lutte qui dans le I .. ollde st mè ne au· jourd'hui pour l'émancipation hu· maine et donl la lultt contrc 10 racisme Il'est que l'uni du parUe\ et l'litre aujourd 'hu i dans te: grand Iront de la lulle pour [a pail . Oui , la guerre contre le raollme, oui, la guerre cOlltn l'antisemitls· me. c'est la guerre à 1,.. guerre contre l'oppre85ioll dl peuples pour la liberte et pour la paix . (Applaud!sscm<,n ts. ) La seotion [ocale du M.R.A,P, de Montreuil fell()lte M. ct Mme Arkilowitch Honr[. trésorier dc notre section !lour [a nalSllan c ne leur petite CatherIne, a la· quelle nous Goul,aitons beau· coup ne bonheur, La rédaction et l'admlnletra· tioll de D, L. Joignent leurs fe· licitations a el!lIu du M.R.A.P. de Montreuil. C'est à BAillET que vous irez les 23, 24 et 25 juin 00. Irez..vous, If'S 23, 21 ct 25 JuIn? A BaBlet, bien 5' r . ou. dans le canre enchanteur du Chate!'u se deTOUlp.ra la Grandt Fete cham, pétrc organisée par les Cadets dl:: l'U.J.RE, tt l'A.S. f"'raternlt -Yase. Il y aura du sport. de la Joie. Un prOR;famme formidable, Les campeurs formeront une vra.le ville de tentêl:. C'N,t le ( wt"ck-cnd :. dont vous rêviez! Toutes F ourniturell pour Tailleurs ZAJDEL 89, r. d'Abo \l ir P,ri.-Z

.I ... , S\'ll.,. •• Il .. \Otl'll,jt -..all.l

T' I 1 GU'l 18·81 AMEUBlEMENT liTERIE .. TRP ISSfQ IE 'ri o ";

 j H L ;,! e .p  ,   t  J? l !,R ..

Cure d ' Qir - Convolescents - Déficients - Nerveux 1 CUl! , Iu 8oul"" ard Hourdo .. (;;On Clm ld l'lan· d 1,. Oa tllI., (l'aft d" Clairon) Mm. llaUNF.T Oz .. uë •• l t,\'o lOI JI IS,·C I.) T'1hon. fT Petite Fabrique 00 Petits Prix GRANDE SPECIALITE ECOSSAIS TOUS GENRES Marinières - Chemises - Blousons homme. dame, enfant PRIX LES MOINS CHERS 9, rue Geoffroy-Langevin, 9 - PARIS Tel p!'l,ll1C : ARChlvf J3·n Mhr<) : Rambu ll-lu

 •..." ............ , .... ' .......' ". ... ..,.  ..' .". ........." . ... , , ........... ' . ' ..... , , .. -....   ,
 PENSION pour ENFANTS  
â de 5 " 14 .ans (H.aute·Vienne IOLl PARC - FORET ;:':1 .: -'

.; R :U:!b!z S E -;.: IOS  : 1 e E  ! i  :' r'"A== . .•.•. ".',. ".'d..it. ""-'t•e• t•o Li-- .'. .'. .• ", .":' l'1_' 'H1 ' . ..'I.a.l.n,. .. 1r U•I• .•., ·,,. IO1 IlI t,J -t 1T H1 .• ,": ,-l"O"t'" ."=':.- ' POMPES FUNEUES ET MA 8RE R IE EdoUMd SCHNtEBfRb Il, ..... 1. \ ,r •. " ,,\. 1'·. ToU 1"Rl ,..:0. 1'111..1 tlU U-II 1 , - .. DROIT ET LISERTE 1,,\ P'SIiOIO:\':\'.' "n'] '1IIS1'OlUF, I<m . .\:\'ClPATIO:\' (1) HowardFAST UNE BOMBE " L'Essai (de l'abbé Grégoire) sur la régénération physique, morale et politique de s Juifs" •• , ecnvam d.e la liberté . Jete en pnson ,. /I·tme condrrm rtatlon d "';.,; .• , '.'tu: mol.J rU prIson sa ns H.:tttlard tt Ica 5/eTl.! 1:.',,'. ;. .;., .•• : .• COurageuse aUIO N commençait il en parler, On en discutait de plus en Illu<;. On se pronon :ait pour ou t'ontre, Bientôt, la question fut posée devant l'opinion. « E;:;t,il moyen de rendre les Juifs plus utiles et plu;; heureux cn France? » Tel est le sujet que la Société noya le des Arts et des Sciences de la Ville de Metz mit au concours de l'annee 187;J. Un r.oncours d'Academie de provinee? Qu'on ne s'y méprcllne point: au XVIII' Ièclc. bl/èn souvent" un concours de ce genre n'a valt rien d' .. ac:ldcmlQue . Il pou\' alt devenir un mf).y n d'actlon poUUque con tre 141 r/èa;lme de l'al'bltraire et. deI prlvnêges. N'est-ce pas en réponse â. une qu("'\tion posee par l'Académie dt' Dijon que JeanJacQue- s ROlllllt' .... 1 f'Crlvlt IOn la nleux Dhcôtirs .tur l'orl"ure de l'inégalité? L'abbe Crêgoire remporte le prix L'AcadfMle de M tl. comptait au nombre de se .. membres QuelQUeS uns d,s esprits les plus éclairés de \'époque. Il y avait là de. avocats, des légistes. des écrlva,Lus. des sa vants. qui s'ouvraient aux Id tes nouvelles et sympathisaient avec la philosophie des EneyelopMI "es. ces Idéologues de la bourgeolslc rtvolutlonnalre. raln, l'abbé Grégolrc connaissait bien leurs conditions de vie, Il s'etalt 11{ rI'affection avec plusieurs d'entre ClIX. notamment !tVPC un Int.e!1eetuel dt' M!'t7-. du nom de Beer-Bi 1lQ. avec qui li devait, sous la J«Ivolutlon, çchanger de nombre us.es leLt.res sur les questions du jour. « A 1(1 hO/ile de 'lOire siècle. s'tcrle-t-Il dan5 son .. Essai sur la rcg én ratlon des Juifs ". le llOllL full cst el/core CIL 01",roore, et S01I vent eucore les di ei v/es d.u mai tre le plus chorltable i nsu/tellt de.l malheurCIlX dont le crime e. t d'tire JllI!s et QU'On rencontre sllr nos routes couverts des lambealii de la In/sere. Cela. Il l'a écrit, après l'avoir vu, ri a visite de près ces ahetto qU'on nomme « Juiveries . ces « quartiers sépa.res , dont, il dénonce avec vlgucur l'institution comme le mejIJeur moyen d'appro-, fond Ir .. /ïntervalle Qui separe les Juifs de nous . En Quelques mots, 11 dcpelnt les

r écuUons  ublt's par les Juifs

au courFi du moyen Î!. fl pour en Ul't'r la leçon d'actual1tc. " Phll i/Jp!1 le Hardi. apTes leur CHlol!' ddfclldu de se bal/mer dm,, les rivierc,ç où 61!l bai{'J/lCllent les chl'étlem, /r;. nbliQco, il. mettre /llie con!c a leur omwct,' a!lleurs. oil les a !orr.t de )JortCT des chapeaux jl1lmes. ries T!)!lCS SII1 leurs habi!.!, etc. 01/ 11(' leur (t laisse que la l i (J//re humai flc . encore a·t-fin VOto/u attae/ur url s/(me rl/.çtLnctil Cil sin! Julansant let/rs costumes. Ht'las ' Que rJ(/{1ne-t-(JIl CI/. avi/juaru l es lLOlILmes? A coup sûr, OIL le.t rend piTes! C·est. magistralcml'nt qu'Il analyse les conditions economlques eL sociales 00 les Juifs ont ete enlermes dans la societé Jrodale. vs Juifs, observe-t.-U, ont été courWI> sous I JOUI! de l'oppression. accables d'Impôts au point qu'lIs ont dû payer jusqu'a l'aIr Qu'Ils respiraient. Le persécuteurs du peuple juif ont alm;1 « ... limttd l'objet de son tnH'c /!.. lie ses bras, ct flar la. j'ollt fo,u à deveNir comm,erça./lt, .. LI" prPl-_ chant rles Juifs â j'usure i d tme

ujtc de Icl/r positiMi malheureuse

dans le dij!èrf'llts V(1JJ Faut-il s'y resia;mr:? Les chost!s resteront-elles en l'état. toujours. eternellem nt? Non pas, les homme changent. en m me temps (JUP cl angcnt les conditions OU' Ils vi_ vent,

 Il est etJident. écrit l'abbc Gré,

Ij:oire. Qu'unr- revolution de lellr elat en produira Ime .Juire dan" leur COl1duit , Dell/mus dtol/tl!$. l'ulure Ile ,çera prIS plu Cot1WW'le cl!c eu:r: que chez le.J alttr sI/jets de l'Etat auquel il seront assimiles . • N'ou,; somme il. la veille de 1789 , cette appréc!at.lon n 'est-elle pas d'un vrai révoluUonnalre Qui salt non seulement jUjtu l'histoire, mals appeler à l'action DOUr le progrès? Mieux : l'abbê Gregoire mOlltre les avalltaf1e que III nation retirera de l'emallcipllti01l des Jui}s. MirabeaU a.u:;».l, à cette éVOQue, a\'aJt prl'ssenll .. l'a"antaie Que la F rltllce poufT'JI.lt tirer de ses pAies Hebreux une fols remontt;s , (A suivre.) LES " QUINZAI1\fES " SE SUIVENT ET - L'agonie d'un sous-marin M. Jeanson n'a plus d'es prit Louis Seigner, jeu solide La nuit commence à l'aube O ECfDF.MENT. le Cinéma an tel" LIi l ap;:.clt a supplanter de l'tus n plus les rHms « ioQt amêricaln '. comme on dit pour les elll .;&.rl'tt e , Les PL'ojoctions de ces dtmltrs mols al!e.tcnt un .. rcmarQllabl,. cont;nullr. dans la qualité de la part des studios br:tanniques. trè nH" ja t i pourtant. par lA. eoncurren4:C puri'ment financl re d liatrl.»es de Hollywood. « La nuit commcnce à l'aubp :retraCf: le rt.cH simple. sans éclat artlflclel. d'un sous-marin coiÙé par une mine pl'rdue . quelqltps hommes peuvent s' nA'XM!r ; les derniers mourront au fond de la mer. Les péripéties d(' 1'1'11,. lent.e aconle- Soul. rendues pU!>Que fro idement

les faiblcsses humaInes

et la grandeur aus 1 de J't"1Iprit de sacrifier. sont mon rN>1I "CC tact. On peut regrctter M!ultment que Cf!S ' hommes. en dehors d'un re pect un peu automa!.fque des tra- SE RESSEMBLENT dttions. !le set.'l'lhT/"nt pas lUs entre eJ:': plus humalutlnent ... t touS ells/ èm!J!p. !t des v,," l'urs Qui Ju!!tlflen l ur héroïsme. Mals 11 l f st pU abusif, a nrtl tnut. df' con,t. .. t,.r QU 'lIli on ' les wOld.t. d'UM pul s!;

111'f' t1 fo liI tI"'n1" : It  ur n'y t-Et

n'u f f> l!lm n'en r('lte: pal motru a tr..c.tum. L .. dy P.n.ntl L 'IDE;:: n eta it .. mU'fllR. aprèli l'avalanche d'oeu\lte.t t- i('I'JUlnl III - par .. It-U -belle t,,"Qup de 1')00 d, (.'tt' te"\· .. !', Ir P.rl dr anni'e .. 182.5, L 14'. f.I t 1T',tIIM orll.n,:e df' 4:hoblr le m'lnti,. du nuu';c-haU !)DUT n nl"unlr Quo: Qu'II rD Jt 1,. rt4ultat tat ma'I' ·flh. f" r' t l'&.u'f'ur IOUt6 Cf.rtl'lr' ,... "'1 film qu'U lau\ fin fen( lrt ·l On.a le. c'ut·i-dJrfl 1. l'il", 'lui fut "rOlr Hf'nrl Jrarurm. Metz. d'ailleurs. était unf! ville très ( libérale. '. frondeuse même. qul,·à plusieurs reprIses. avaIt ma.nlfesté sa solidarité aux opprimés, Elle avait. condamné .. avee dégoClt. les pers(!cutlons eXI' I"Ck'1I par le pouvoir royal contre lu protestants, Ses mllle!.!x les plUs aV;ll1ei: ne manquèrent 'pM de s'Intéresser au 50rt. encore plus ' ml5êrable, dont les JuifJ tt.ltient victimes. Un écrivain révolutionnaire Mals à ses Informations de premlp. re main aux enQuêtes Qu'i1 a pu mener personnellement. 11 joint une profonde connalssa.nce de }'hls\.Olre et.. surtout, une très grande sureté de jugement. A le lire, <>11 s'émervellle de la somma des .Ou rç qu'Il a dii consulter. aut.o.nt que de sa maitrlse ct de sa c!alrvoyance d 'écrivain poli tique, BALZAC et cinéma à Saint-Germain-des-Prés ou la SAISON DE PARIS est-elle faite pour les Pa(s1ens? 'TI'I(l. TI"' 1.I",n rlel Ulte •. le. sItU:H lon. ,·nl fols "ues nous IOn' resso!'n'I"" t II hat, .'t'et une sunbl'lntiJ.nrl"' d rl'!)!Icut:a d'auteur QuI d "ourafe I·attentlon. Toul f' m-nnée C." . YII" ; on srnt carinul le m tltr ctlul du rllaIC1lru\ 't • ' rur,s {'( t Un 41; du

omtdl n nul font rh_eun leur

s'{etch san! se préoccuptr du '101- sin. ' Bien 51lr. SUly Delalr ne marllJUe pas d'entraIn. ma.ls. hel..-, ,Ue manQ ue rh r'on"lI·tJt)n - ft noUi aussI. Ct' n'f'st 0'15 sa tau . ni la nOtI'f'. Rayrnc<nd SOUDlt)r confirme <:u 11 !"r.t ri('OlII' d'un" btlTe volX wJ· vr . m.·da Oll ra le b.,be telle· mEnt dp. 1OUf'r 1. ('t'ImMj,. QU'!t nous CI1f.rtlnr rtllN: t'tnnul DOW' couvrir S(.m t fnbatra. deVint 1. camt!r., Le concours tut Ijn grand ret.rn tissemcnt bien ail delà de la ville, ml'i l'abord, le Journal Le Mercure de France Tul 4:onsacra un cam- ; _________________ ' mentaire excèllent. 1 O ZE he urcs, 1)la\:c S:.inlGenuain - des· Prè;, · mut) ren:til lI\'ec le \'ieil el le e nda i l'e oll)nilJUI- I;tde leinelIushlle. Qu(ltlurs lJallllud.... l'IrllllflC"r1 IlOur 11& Itluvarl, runl tult' ItI\' , lIIen:uJe d 'en\'irun IIne hellre a Inl\'f'r5 St -GerlllaH1 -d -r·ri Si !II !ldl tll ces rC lllflo; n'. t,. !lrix d1iln;:ro de 1 rI', ;,11 en I!!J/. il p a8âle .. 100 lr. l'II t9SU .. , , 1 Dégageant. l'efi,}':Irlt des neuf mémoires p l>entés. M. Le Paye':. président dt' rACIlr1êmle de Metz, devait dlrc. le Jaur de la. remise solennelle de-s récompenses : « lis accusent nos · 1Jre;uyes d'ttre la cause première des vices de. Jul/s, et notamment de celui oui nllla révolte le plu.! : 1'1lsure :-. Sur les neuf mèmolres, trois turent retenu's : ceux de M. ThlerrJJ. avocat au parlement de Nancy; de M. Zalkind-Hountz, Israélltf! po lonals; et enfin de l'abbé Gréf{ oire, qui obtint le prix pnur II-on Essai su.r la régénération VlLlIslqlle. mor'ale et poUtique des Jul/s. Le mémoire couronné était mIeux qu'un essai : un réQuisitoire vigoureux contre l'antisémitisme féodal. une puissante contribution l l'oeuvre d'émancipation deI> Juifs, « Des 'malheureux dont le criMe est d'et,re Juifs .. , Dé. a. Jl r m1tR' Jeunesse. l't.bM Orflolrw:, a lot'l ,, de 28 ana, s'ttail passionné pour ce Qu'on p 'apPe1aJt pas encore « la que Uon juIve , 8n "'9, déjà. Il ava.lt publié un cou r t., m.aJs pertinent, Mtmofr,. &IU' ICI mD]ter.:$ de rcerter le ' pli!!",,,I lufr ct ete le rendre à: la verl u l', ou !'Jf)1lheur. La Tutu, le bonheur ... C'était: par avance, une première réponse aux préoccupations Que l'Académie de Metz avait exprimées en demandant.., peuvent-Il.! être plu$ utiles, plus heureux 7 C'était. dans une langue où l'Influence de JeanJacques est assez scn81ble, un premier coup porté à l'antisémitisme fèodal. ç.> ( a mPli)\: Mil-dt<ll'Inf' BuUlle, plua que cent.ena.1rf', e..t. UlUI oon· t 5le, le clou de la qulnU1fH! de St-Otormain-des-Prt.J, or;anlVc â I lnat .. r de la quinza ine de III. ro.e. du c1néma. eUl._ Dkldement. l .s. • Ilutnzalnel' le suivent et. se reS5l."mblen:, JI "oit vrai Que c'est um laçon (ltImm une autre de distraire les "Iurlstes venus nombre,.x actuellement /t Paris, AinsI. Jules Romaln, prtsldcnt du Comite d'orgMlntloo de la Saison dt' P arIs. veu talre de la up!Lale lm 11eu dl!! plaisir, el de la Funee le Luna Park de l'Occident. Cela ne vous rappelle r\eJ'1? Ancien a&tnt de propaunde n:12.l dan .. le comitt Franc.e-Allemalnt', or,ane de la V' colonne dJr1,. dans Ir_ QOuU.l1JoC.t; par /l.beta, Il Joue IUJollt'd'hlll a .... ent !k publlch,. du toW1mll" Mals k.& Du1.lltn, nr r.e laJif.1,f'nt pU prf'nctre ... seS IWt.QIres. EN se promenant a st.-Germalndes ·Prés, dan ce quartier historique et IIl U.f.tH:, on trouve beaucoup de petites boutiQues charmantes. des encadreurs 'et des libraires. des antiquaires et des reHeurs. Nombre d'hommes celèbres y naQuirent. d'autres y moururent. 'Bustes et statues d'écrlvains, peintres, grands méde;Cin8 ornen les sQuares et boulevards. Dans le cadre de la quinzaine de St-Germain-des-Pres, un concoun de vltr!nes a lieu, où les commerçants rivalisent d'In,énloslté pour composer leur étalai!!. UN GALA Au nombre de 32.000 environ, les Juifs d'Alsace et de la Lorraine formaient la communauté israellte la plus nombreuse de France, Lor- (uatnl. Grand'" vue par un étalaglsu' dl 1 .. rua Tou rnel". Certains écrivains, conférenciers DE FI LMS SOVIETIQUES SEI,ECTIONNES

", I\l an , Plluv aclenl,uIQu,,",

CI&lIIA n dill/l"" populaires rUMes d'un_ qu.lité ellcepti.onnelle ",","pl"'" lUi tnor1lW .Iuceb , OU STUDIO DE L'ETOILE , .. tul sa 1'.10'" 14 - 'AAla.n· (Traduit de l'américain par Yvonne Desvignf!sl CoP7c1ght b,. Drol! ., Lltl '" fi EdW<lH. d. MI""II. 'foUI dr .. ". r4s r ... 41. Focua _ P'rd.tln, m·sleu· Où Ut le 41-39? _ u"u a 06t4. dt" Newman, en Indiquant du dol;:1 la mg,lJNI de 'lm!. _ M..,rt:1 mille rota, 15\1 le ilOl'l homme. Avec son comJ: ItlIInOII, 11 Ir YIPfN la pdouse, es alada lourdement les m.n,b '&' t\ IOUi d ux enlrè\'ent ch z Fred. Ji_IlII.D cotnPrit que s'Il touchaU Gertrllde. tHe e met· tr..,t .. burl r . Il !a i arda. à peIne édairee par la lampe du .AlQ - Q\.I' ...... ,(!,,,? - QtnJtl Qu ,qfl," m'n'ILeS ·é>.'outèrent. On n'entencbll aucun bNlt Yf>lUItH d eh · :r. P're l 1..1i il.1·aient du de!cendre, t Il r ..... !111! lc:m"R " d sur le 501 de brique. _ Ct Rdi ... une "·,..pUon. eonc:ut-'!'lIe rI'un ton accu! Iltllttr. Il n'y " (114 d 't'mm('$. C'esl un n t ing, _ C'", probab'e. [t a\'.I de battements de coeur et Il

 ..   p»ttlon Jll'l'jr les arrtter. « Et. puis 3 p!'8? 1

dU'lI d'ua wn l'MIIIp.nt, ml. n .. rt-pontll\ pM. Enll't'mble. lb;. tendtrmt l'oreîlle, .,.... .tn .100 ne . e tl d. t,hel' f d. _ 1:1 put. . r+L. n"rt' 11111" qu:sUonna-t·ll. Ail lIOnl d'un H;;6 .• n!, el e t", r> la en direction du r.oi n, p'. J«i,A 111'1 ('oup ,l'oeil de l'autre c6té et !rur ;es deux vo,ILllC!'. 1511a .., ina el .... ne Il lle n 'l!" 'IIl.!11 rn fa..-..se aU'ant, ..... dltllM un la. rortof 4t la mlW>n. _ Monlens. chloe le tranQuLlrml' nt. Et el'e rt'ntra t\;UlS la :rrl.l'\.lQ'n.. Il .. leU. t 1l00ve121'!!ol 1", suh'it à Jlnl@rl,·ur.

 t .q1l.  pLeotla du Itt, dant; le p!!Ut fauteult re  O\l'

r6t dt Qhn Il !abIJ"I'\' ll t"ndl! Qu'j"deml adOSit'e il. :a CV-"l du IlL "Jl l'iIttali M' 19111_ ptndre S;Jr le 'o lrd. Son TLla,,* Il;:ti.l\ _ .. n" que 1111 !I.lIiIIl IlIlIlr lamp. fie chnltit. m!1 roflllVUr. "IClhtt'n:ql! amlol, F l. l'OJt 1 lue s· ullnt eL re· Ulrntwu'l au ryr.hme imptt"uIJ.-"e de sc .. pen5Ces, Il ronleJJ.I_ "'lIt litt ... )'twt • (lf!IDt (luv"t1& I ta voyait Ims l';lMiol2 romm. " travar. UlM ,!ace, - ully. CI:I!Qtn nç.-t'elle ."'K a !me, 91)111 II: ifl u j'al lA. •• dL1e. PtUl"l, . J',,'.ra. dQ te le dire des l!tI clébut, pl'utttrt pal r.tW P,DI &U1CII tu :a'a, caché qtlelqu cho!e : ainsi. C".n \II) pri·t l'lOW' lm telld _ Où.t.-ft qùtl Je t'al 3 hl ? - A rr('PÇl<i! 4t Il' polt.bo!-li.l'. L'aellvUe du Front dans cell' DAnC·" - J. l'l')' a""U \'lI4 .uKbf If'lm pol1anu JfI ni: \'(I..Ii mltne ))oU fl'\l.lnJotMnt pnw-q!JCH ctLt. en aura,L _ Aou. 1A1 , mnt tl'lntlnQlr· Sn p 'I1j'f :='Il .. Illt a'I:"_ f'fl14. lui ;"Ia:a '011 <oup d rapIde ctmm pour tt.ir &11 ft.lt t.chi. (lujl &fi nm • IIx .. r un ))IIln dtVi.1 de\'&/:l, e.,e. _111_ FOCUS a,vee une exprel'"lon eOl1cen\n'!e. « En pr mier lirll, tu ne peu:.; pas ron llt1l1 er a. faire celui qui ne vua rien. O l tu \'ail trnuv r f'red ct :u ildhère au Front, ou nuus fichons le c!lmp d'Ie i, tl le )Jlus tot ra le mieux. )} 11 e'Jt :'Imr lol1 que le soi c dérobait SllU5 lUI. - Q1lOI.. quoi? bégaya·t-il. _ Jc l'al dit et tu as palfallem nt cnlllp:is, 011 re:; rrl le IUY,lU. r Il y A un gumd meetlna- mardi oir, Il lau q,ue tu y llJ:les. 1 _ Cûmment sals·tu qu'il l' a un me'rting mal'!1 !lOir? _ Je rJts mes \'(J ur <i n5 , .. q\.Mrtier. L"s bOl·t!qu ont é:é Inondees dr pro'pectus. Tu It'l; as bien vus! JI le r'conmlt V:\!' son llence - Tu n'as ? - J ne 5 IS pa ..... - P Otll'qltOl n .. al i-tu lIas? _ 11 Y a lon::tem;», Fred m'avait. deja. parlé d'un meeting de ce geme, . Oui ? dit·elle d'un ton ncow·8.gf:ant. _ Ma il< Il ne m'f:1I a plus. Jamais reparle. Je veux dire, Je ne sais P;\$ 1;11$ U!lldralent :II ru}' \'oir, _ Et bien \'a,;-y ct tu VI:rr.uo que tu seras bien ccuellli. _ Je n'fil suis ptu; SUt. _ 11 faut Que tu y atllc.5, L>I!ly. Us SOllt en t.rain de tnocer un cel'cle autour d nCUI\", SI tu Il t' chapplll; pa...- tout de suite. 11.1 n'en "attiras jlltnlllS. Il la reg;\I'da 10IJgucm nt. _ Commellt es-tu SI bIen rcn jgnée sur le lront ? dcmlj, nd .. -t.l1, .II. contrf'_coeur, Elle demeura songeu"t:. _ Peu Importe, dlt·eUe avec un !llOUVement de tête. Mais vas-y. _ Pourquoi ce g'·05 homme l'a-t-Il fait peur? Je n'al peur de per onnp. _ Tu le COllnal.s. n·c.:>t-c pas ? - Non, Il se leva . _ 51. Je t'<:n pl'iro. G.:c, dis·mol la vérite. cette rois, n \'lnt lI'asaeolr !our le bord nu ht, de manière à lui faire face. Elle continuait a regarder dans le vide. U r.e savait si (le allait. se mettre â pleurer ou lalre une :.oe.nr. maLs t'Ue était Illlmé d sentiment.! violent.! qu'ellt! f!il.salt effort pour conu:nlr. - /1. /lU.,1 b(I (kor . .I1 LU t:I m d.lI tJlI& 1& veillA Il IOUleva ta maJJI '1 la brWA . Il tlie 1 el) prl. I' ,.!l'II prie. 'Us-mol t. Cne lal :.. khapper \Ln petit soupa n , Je rt:proant jusQU au fOJ)d. d r )'C:.lll: comma pour Lt J.ua:e:r : _ Jt vau t.out te "ln. d e lan.- t..-cl - 107 - RESUME DES .CHAPITRES PRECEDENTS M. NewmaR, p lIltalit 'Ort 001l6ge IÛ!. noc , /UsiTe paner qlULQues fOUTS da"", UR flofer où a a mieu daM' s.a jeultuJe. L·tlabline1ltent ut 301-disan' complet. A la porte on lit et3 111011: " Cliellt!!le chOISie '. Il Ilooit &ouhaiU inaucl'Urer avec Gertrllde Ulle Jtouvr:Ue vic IlL ootld que ceci,

i rn)uVtau, ri$qaait tU loltt gdcher,

Tout a coup, Il /! souvint de 10; poubelle. R,t;ntri! CIUl CIIZ. ;/.5 appnmncllt qu'une oogarr 0;. C'-U liC!1L det:O;l1t ehe leur 'alsj n Fred, melllbre du Front Chritien. FOCO'S Il attendit. elle IlUmecta se.-; lèvre.-; et abaLo.sa le yeux sur u. robe : _ Avant la guerre. j'al vecu avec un honune, _ Vécu avec lui ? _ 01.11. Tu Lll d.outlll bien qu'il y avait eu quelqu!! chose comme cela. n'est-ce pi!.ll ? - ... Oul. oui. _ Alan, \'ollà. C'itait en Call1ornie. _ A Hollywood ? _ Dans !l.s euviron.:;. _ C·(!;, .... tt un acteur? _ Non. Je I)'at JlI.mais rencontri d'acteurs. L·a.eteW'. c'étai ulle InventIon de ma part.,. _ POUrQuoi '1 _ Je ne uill' pas. Je suts tout le temps en tra.1n d'Inventer des eho8<s. _ Ne pleure pas. Gontlnue. Je t'en pri . Oer, n pll'ure pa.. , _ Je ne pleure pas. _ Qu s'est-Il paast ? Qui etait-ce 1 _ U avait. Ul\ ébbl\.<Nement de soil'l!i pour chielu. Je t'en al p3rlê. _ C ' e t lui qui ét.l it SI i1mt.iJ avec loi 1 - ... Oul. _ Combleu de temps avcz-vous \'t.cu eru;ernble ? . . Prtli de trolA ans. Un p u moins. _ Juste apl'ts que tu ua; essayé de te tl\lre mbaucher comme ehanteu.s  ? _ Je n'al Jllmal.!i été chanteu.se, Pas vralm nt. _ Alors quoi ? _ J't!til.I8 dactylo dans un tudio. Su,no-dact,\,lop·l.pht . Je prenaIs des leçon de chant en dehors, mais ça n'a jamalll marche. , _ Je Ille dcmandal pourquoi je ne t'entendl!.i5 jarollis chanter. _ Jc ne p:ux pa$, Je ne ,'aux rien. Mais J'ai essaye. Toute nla vic, J'a! vo\ I!I l:tre une chanteuse. C'étalt le lI'euI moyen de hlre nu cinema. PUisque je ne suis pas photog nIQue, je v ux dll·e. _ OuI. lU m'u dit que tu a\'al!; tait un essaI. _ Jllmals on Ile Ill'a IdSbe e.>. ayer, _ Ah! _ J'al fait un!' demande, mais J' lais dactylo et ces Juifs IlvaleJl\ décld qu Je n serais jamais rien d'olutre, _ Ah' _ J al fini pllr !:."l a\'mr auez. C'ESt, alors que 1'1.1 uneoaltt cct homme. que nOUI nawr; $Ommeti lIts ; Ilou J'Il "ehe ma .Ilt\al.tloc J'&'..L1 rwla I;(II:runaç mis en ménlt'" - Et IIOfS. l'l""_t -l1 alTlvè ? - lq8- • • e rudit parlent, dedlca ent leurs oeu'Wres dans Quelques-unes d(" mbTtlples librairies. Toutes les vitrines sont con acrees â la .. Comedie H l nA)nt' . c'est-a-dire it Balzac. il yale b .u:e de Raymond Queneau en mart'. ·.1.s des Lettres de l'epoqUe, Cesar d!rotteau et le fameux t'llnnel Ch'\· berl. 011 volt aUS3J Eug n! e Gran· det, le Cousin Pons. un sliperbe lys d'or dans la vallee et des contes plus ou moIns drûlatiQues. Il l':st regrettablc Qu'aux cotes de!! oeuvres rie Balzac figurent 1c:> ecrits de vlehystes ct collabos. d'André Maurois à Pétain, Cett'e promiscuité est unc injure à un grand écrivain, et il n'est pas donne l l'étranger une juste Idte de la cultur françaIse, DANS un hôtel, lï3. Bd. St-Gernlaln. c'est d'une autre e xrositlon Qu'Il s·aglt. Celle des ,rands hommes QU! ont appartenu A St-Ger ln-des-Prés. Là. Il Y a pour ainsi dire, tout le monde : Baudelaire et Lamartine. Victor Hugo et Balzac , Sarah Bernttardl. Salnt-8al!ns, l'bcophlle Gautier, etc ... S I .le prestige de l'histoire et le charme fane du passe .y renalt. . St-Germaln-des-Prts est aussi l'hôte du cinéma. En effet- deux films sont en preparation. A 'pelne Marcel Paillero eut-II commene!!: les' prises de vue de « La R05l! Rouge ,. a.u cabaret du méme nom, que Jean-Paul Le Chanois dévoilait les secrets de son prochain mm, « Parti sans laisser d'adresISe

.

, 'Paillero et Le Chanois ont [:lltl un compromis. Le premier occupe, ra le quartier du coté gauche du 1 Bd. St-Germa.ln et Le Chanois du coté droJt, . Espiron.. Q\H: « s films dnnnemnil. de Par(t. 4t cie tll. réalltê lin. 11'n1l.,it!! 1 pl vrak qllr,",s • Quinl.ice<: , dl' tet!e saison de Pari" _ans pllrUI n.l • • ,• par le Maitre PR08LEME N. 31 E, RUCHL YSES 1947 (Taschkent) fi Schachmaty Il - 1 , . , . • . , 1 1 i • H Les I.nel ,cucnt et fon mat cn deux COli"", DEFENSE R, Ichnder ND 38 NIMZOWITCH C. Stahlberg I.


.I"'M1tn' Il laUl l'nt' JUIU :

Louh ,Tnuvet .... ' un aund oomtdlen, et 4:"1'. unt a"racUon dlinfJ dl' rf't('nlr lM ,m,leur. d, turlolIIr,... "Jnolma'ol:raD-hlqueJl que de le ,"o:r flans 1,. phu maU'IIIlI rt.le de .sa earrl n:, Un ce,t i" monsieur Ex .ortAnl c1" la lialll' (l t'scur., J on :l l'tm:)rt'ulon de n 'ave4r rten' vu d'l l'lut. c Un ce.rtA ltl nlIfls!cur '. eir un tUm pO!l ei.r plat, Qel nt' parvient Pit l exej'rr l'tntfirtt. r ourbnt'. plusJeun leUn rt situ tl"n· Il nn!l'nt TYI l'rUer .. d s t'Uet,' 11e Ur"'I!' . rJe l'If' ynu, (t!ra,! pas lesQuelle-;'. car nn U doit jamais rar.onrcr un mm pollci.r , m .. ma médl<)('r,. l. Pnul"Q llol rf'ue-t-on sur sa r .. lm ?' Jo croll (tue le d.faut prm.clp,al du mm resiae dan. ses dlaJn;llr l;. tnéra1 f'mtnt 'tUl! talres ,., lal' ,·le. L'autre In.alti - , sance. c'ellt le mA.nQ Uf' d çoord lnation dcs "Hors : on ... .nL que persoMo!' n'a l;.r'I.!wm.rnt prLs ce trava,t1 4!n maint f*lr 1,. lI'l tqu, r d'un€' pl'hI.mn:lJ:· et lui 4:onl" son unl1l M&fs )rio .II"· lrll sont Il'Jua Ul"eJ· l ntA. par1lCul t :nenl. Louis 8(1'{· Iner pulu_nt bonhnmmf', ln p!tl nt po.sM:lII n d,...,.. mll,..n .. IObre d i U'l( f't qui ... uy", de 1 .. b.lna· IItf le fOl'! ronventlonncl qn'on lui a donnt. ROJ'er MARIA. COllMIUlliN CIHl'nALI DI L'INFANCE I!Ief'U(ln Gu lit' Coton  !-rl",I_" u: MARDI 1(1 dUIN '1$(1 • fi tI. O OIlANDE Soiré' UJitmato,·'.phiqut At/' CTNEUA RENAIf:jB4rfca 12, 1" , . ,.. •• " ,,, (l)r lh. m ttrQ J&lIru ' ProJ !',,", li" il'and fl:m W<1 tt.qlU SE RMENT U du '·m : ... """' •• • AUBERVILLIERS. HERN I::TSli y )_ d ' . Cl li : 2. ç(, te : " Çç), n. ;'

, f I , l'.' • ". F tl3, (;ç6 t . , (;cl. '5 1

T, Il .... h't' L f':l((, U : Il, Ü, CH 1 ln_ c\4, f"4:1 \ U. D C"; U, d. ,,,, u , Fel. CIII U, 1l111, cn t 11. (;1.". •• 14 : III, ni'. rr. ; li. rJ. 40." ; 1,.. Cil". Fhl; I!. Ttl , Jo',t +; .. B.I. CU, 21. hi. tS Don U \:111 mlloH . JI, U,,1I1! Les bJl1llti Ill! ndonnent car atJfb u... li:xhol, Cha !l \ll 011 22 .. ... ,14, lJt l mil \' SOLUTIONS %9. _ .. 1I1t(.It,\.:ISARV ... .... ·t;TZ • io Il .. Ù'lnul.)' • tHe " Tf1 U),1d ,.sI l .. 0 <1\1+' 2 rdl m;:Jtl ; 1. l: .. n + kIt«1f ; " ..... 1 ,""nh (.l.M 4.. Tfi m,li . 3 ... Ce' : J, T,lof , ( 11 1 ... R.n l'l, comble d'fI C'l)mtlt, •• CCC lOfIt 1 ... aD!U ri 11>-11l lu blabtl' CI"! ,nt "I : .u, _ _ lo" l.I'rZK y • hmU)' • 19 ('h, : 1 R;,)' l"&UeaGl 1'1 cI.l.boltque. '·lrt.r,l.c I". ' D"I+, "'1 1 .. "'ri 17LI1. 1 . JW I : L 041 . Jb. l 1 .1.. U .. l mil 1:' Ro-i ; .l Dai roo..l1 - t,y 110 1 ), lh' + , RU •• Iln l. Pd .. aL ---_. SIMONE SIGNORET (SUITE DE LA PREM IERE PAGEl Enormt!m nt, J'en al asslIZ de 'aln 1_ mau"aiae litI •. .le voudraie Jouer quelque choae de complete· ment dll1ertnt. Sur h, ,Ililatlon du clnêma trançals, Simonl Signoret a. t,"lI.l me nt son avis, - On nt Uouffé par 1. un.ma étranger, Tant qUi notre pays lIeta envahi par la pr.ductfon amérÎcaine, nOllll Ila pourrons exporter nos IIIm. d 'unl 'aton e,al . D'autre part, ln iii,." coOt."t trts cher, ln crédit. tOlU [n,,'filAnt.., pal d'ar • • nt 1 Simone al,noret n'est Pal s-ewemen une Irande artiste. elle m. aussl 13. maman d'une mJ oone petlte Ulle de 4 &nI>. CalhrrJne. Comme to\Itcs ICIi mamaft.l. elle aime sa. Catherine. et veut la voir ,randlr, devrnit une beUr jeune nUe. I)I:)UJ' <el.., colle dit Il Non 1 • 111, bt:Imbe at.orn;qu!!, Non , l Il CUf'rre. L',pp.1 cr. atoak"Olm, J. l'al .1,", pa,"1 qUI " .,,1, Il conl,. Il 1. bom qtomlcwu& au mtm. tII,-. quA" 'II ftula .onlrl ,. Irenad ... main, la "ilIOr'llU!1ta au cano ... , eu le lanell· IIAnlm . ... Le racisme et t·an t.l.\tmltllm 1 ...:.... Connall pas! .le fla reCO"nlili a perBonnt la droit da 18 pr.'tlser contrt ou pour QUllqUt '... !lU' ce .Ioit. J·a.l drmllnd(!; à Simone Sllnorct de dédicacer une pholA pour IfS kcte1Jn da DL. . AVI' plalllr, dit-elll, .Elli l'ut lNitaUj1,o 0.: 1& table. On aur.lt d.lt une tlht ,tud1cult • • po plJ.q ut!! e. Arnkalf men eUe me tIIç(iOJnp" ,nI!' à t .... DOtlf'. _ A bll ntOI. . , ,

Notes

<references />

Format JPEG