Droit et Liberté n°226 - novembre 1963

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°226 de novembre 1963
    • Ils ont la nostalgie de Hitler! par Albert Levy page1
    • Progrès par Oncle Tom page2
    • Le mythe du gitan illustré et combattu par Gérard Guicheteau page4
    • Le racisme est-il une simple opinion? En l'affirmant, un délégué français à l'O.N.U. refuse de voter une résolution demandant des mesures concrètes contre les menées racistes page5
    • Pièces pour un procès (ghetto de Vilna) page5
    • Racisme 63 par Jean Schapira page6
    • Sur une réédition intempestive (essai sur l'inégalité des races humaines de Gobineau) par A. Leroi-Gourhan page7
    • Une offense à la mémoire des martyrs (diffusion des "volontaires" de Saint-Loup) par Pierre Bloch page6
    • Qui est Saint-Loup: quand Marc Augier "épurait" les Auberges de Jeunesse par Henry Bulawko page8
    • Une délégation du MRAP au ministère de l'intérieur (publications néo-nazies) page8
    • Theilhard de Chardin antiraciste par Ernest Kahane page11'

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Plumitifs de la haine, comploteurs impénitents 1 S NOVEMBRElS O,ECEMBRE 1963 DIMANCHE 24 novembre à 20 h. 30 SALLE PLEYEL N° 226 Un franc Ils ontla nostalgie de. Hitler ! Vigoureuses protestations contre la diffusion du livre «Les Volontaires» odieuse apologie des crimes de guerre et du nazisme Une délégation du M.R.A.P. au Ministère de l'Intérieur demande des mesures efficaces contre la propagande raciste et antisémite (Page 8 ) Pas de ça L'affaire suit son cours... Le 5 novembre, dans l'après-midi, les cinq Antillais qui s'étaient vu refuser des consommations au café « Paris-Londres " près de la gare du Nord, ont déposé leur plainte au Palais de Justice. On les voit ici, sortant du bureau du Doyen des Juges d'Instruction, accompagnés de leurs avocats, M" Rolande Attuly-Jacobs et Fernand Benhaïem. Le M.R.A.P., d'autre part, s' est adressé aux autorités de la ville de Paris et du département de la Seine, chargées de contrôler les débits de boissons, pour attirer leur attention sur les inadmissibles discriminations raciales pratiquées par la direction du « Paris-Londres ». Il faut que des sanctions exemplaires soient prises! (Photo Mardyks.) (Page c entrale) chez nous Pourquoi la France n'a-t-elle pas voté la résolution condamnant le racisme à l'O.N.U. ? (Page S) Le Professeur LEROI .. GOU RHAN réfute les élu cu brations pseudo .. scientifiques de Gobineau, récemment rééditées (Page cent rale) Solidarité de to us avec les antiracistes des U. S. A. •• les hori z ons, con ti nu e nt d'a ff lue r les sig na tures (Page 4} Des documents accablants sur le bourreau Mürer (Page 4) C'EST indéniable: nous assistons, depuis un certain temps, en Fronce, à une recrudescence de la propagande néo-nazie, des excitations à la hoine raciste et antisémite. Nos derniers numéros, et celui-ci encore, reproduisent un certain nombre d'extraits de la presse spécialisée dons cette besogne. Une presse qui, de « Rivarol » à « Aspects de la France », de « Défense de l'Occident» à « La Nation Fra nça ise », de « Fraternité Française» à « Nouveaux Jours », tire, ou total, à plusieurs dizaines de mil liers d'exemploires. Aux journoux s'ajoutent des livres, tels que ces « Volontaires », écrits por un ancien collaborateur de l'ennemi qui fut, à ce titre, condamné à mort par contumoce après la Libération. On va même, pour amener à la rescousse des « arguments » pseudo-scientifiques, jusqu'à rééditer dons une collection populaire, l' .. ' Essai sur l'i négalité des races humaines », de Gobineau. Non contents de diffuser leur poison, les rocistes impénitents témoignent de leur nostalgie du passé le plus honteux, en organisant, par exemple, une manifestation publique à la mémoire de Pétain; ou encore en créant une « Société des Amis d'Edouard Drumont », qui groupe toute la fine fleur du vichysme. SUR un outre plon, alors qu'on pourrait croire les discriminations raciales étrangères à notre pays, des incidents récents à Saint-Etienne, à Lyon, à Lille, à Paris montrent que ces pratiques odieuses ont cours dons des établissements publics. On nous rapporte quoditiennement les vexations et les rebuffades dont sont victimes les étudiants ou travailleurs noirs qui cherchent un emploi ou une chambre. Sons parler des cos, comme cela s'est produit à Montpellier ou à Toulon, où des excités se livrent à des raids sanglants contre les Algériens. ON peut s'étonner, dons ces conditions, de la réponse faite en juin dernier, par M. Foyer, Garde des Sceaux, à un député qui Jui demandait, à la suite de notre Journée Nationale (1) s'il ne jugeait pas nécessaire une législation antiraciste. M. Foyer déclorait alors que « La France a sujet de se félicite r de l'absence sur son territoire d'actes de discrimina t ion ou de ségrégation raciale. .. « Il n'apparaît pas nécessa ire, précisaitil, d'ojouter a ux disposit ions légales en vigueur. . Et c'est sons doute en fonction de directives inspirées du même état d'esprit, que le délégué de la Fronce à la Commission Socia le des Notions-Unies a refusé, l'outre jou r, de voter une résolution condamnant le racisme; la raison donnée était, en effet, que le texte demandait aux Etats membres de prendre des mesures concrètes contre la propagande et les associations racistes. CETTE opinion n'est pas partagée par les députés appartenant à la quasitotalité des groupes Communistes, sccialistes, radicaux, M.R. P. et U.N.R.) qui ont déposé, à trois reprises différentes, depuis moi, les deux propOSitions de loi élaborées par le M.R.A.P. pour réprimer plus efficacement la diffamation et les discriminations racistes. A la lumière des événements récents, l'adoption de ces textes poraÎt, plus que jamais, nécessaire. Et nous espérons, comme 1'0 souligné la délégation de notre Albert· LEVY. (]) Question écrite de M. de Chambrun, en dote du 16 moi 1963. (Suite page 8' J 2 l7-X. - Le Rév. William Blaxall, missionnaire anglican, condamné à 28 mois de prison, en Afrique du Sud, en raison de ses positions antiracistes. • Une bombe éclate dans une église noire, aux Etats-Unis, à Chattanooga (Tennessee). l8.X. - Successeur d'Adenauer, M. Ludwig Ehrard prononce son premier discours de chancelier de la République Fédérale Allemande. Il réclame lui aussi la révision des frontières allemandes, et le développement des forces militaires. 20-X. - Manifestations des noirs dans l'ensemble des ch.antiers de construction de New York, pour protester contre les discriminations à l'embauche. 21-X. - La Cour Suprême des EtatsUnis annule les condamnations de 373 noirs, qui avaient été jugés à Orangeburg (Caroline du Sud) pour avoir manifesté contre la ségrégation. • Le gouvernement canadien décide de cesser tous envois d'armes à l'Afrique du Sud. 24-X. - 27 pays d'Afrique et d'Asie demandent une réunion du Conseil de Sécurité pour décider de nouvelles mesures contre le gouvernement sud·africain, qui n'a pas du tout tenu compte des précédentes recommandations de l'O.N.U. 26-X. - A Philadelphie, un noir, accusé de vol, est tué à bout portant d'une balle dans la tête par un policier. Plusieurs centaines de noirs manifestent violemment. • Plusieurs milliers de personnes, Juifs et Arabes manifestent à Nazareth en Israël, pour la suppression de l' « ~dministration militaire » appliquée aux Arabes. 27·X. - Importantes démonstrations antiracistes aux Etats-Unis, notamment à Cincinnati (Ohio) et Trenton (New Jersey). 28-X. - A la commission sociale des Nations Unies, adoption d'une RESOLUTION CONDAMNANT LE RACISME. Le délégué de la France s'abstient. • A Saint-Louis (Missouri), .plusieurs centaines de personnes, parml lesquel· les une forte proportion de Blancs, manifestent contre la ségrégation raciale. 29-X. - Pour mettre un terme au conflit algéro-marocain, le présiden~. Ben Bella, le roi Hassan II, le pres~dent Modiba Keïta et l'empereur Halle Selassié se réunissent à Bamako (Malt). • Ouverture à Prétoria d'un procès contre 10 dirigeants de la lutte antiraciste. 30-X. - Le procès de prétoria, contre l~quell'O. N.U. s'était élevé~, est ajour~e, plusieurs chefs d'accusatIOn ayant eté abandonnés par la Haute Cour. • Un confiseur de philadelphie tue un enfant noir de 13 ans, sous prétexte qu'il « refusait de sortir de son magasin ». 31-X. - A la Nouvelle Orléans, la police expulse violemm~nt 15 .m~m.bres d'u~e délégation de NOIrs, qUi etaient entres dans un café « réservé aux Blancs ». l-XI. - TROIS AFRICAINS PENDUS A PRETORIA. Ils avaient été condamnés à mort pour avoir participé à des manifestation contre l'apartheid en novembre 1962. 2-XI. - Heurts entre la police et plusieurs centaines de manifestants antiracistes à Newhaven (Connecticut). 3.-XI. - Après l'accord conclu à Bamako, le cessez-le-feu est effectif à la frontière algéro-marocaine. 4-XI. - 67 Africains comparaissent à Port-Elizabeth (Afrique du Sud) sous l'inculpation de « sabotage ». 5-XI. - Le procès des 10 dirigeants antiracistes ajourné le 30 octobre, reprend à Prétoria. ' 6-XI. - Ouverture à Sarrebruck (RFA) du procès de Georg Hempen, ancien membre de la Gestapo, accusé d'assassinats dans un camp, à Metz, pendant l'occupation. 8-XI. - A Toulon, un fusilier-marin tire des rafales de, mitraillette sur des Algériens, dans un quartier où ils vivent en grand nombre. Cinq sont blessés, dont un grièvement. • Encore un Africain pendu à Prétoria. 13-XI. L'assemblée générale de l'O.N.U. décide des sanctions économiques contre l'Afrique du Sud, en raison de sa politique d'apartheid. Six pays, DONT LA FRANCE, votent contre. 14-XI. - A la suite des vives protestations qui se sont élevées, la préfecture de police interdit la vente-signature du livre « Les Volontaires », qui devait avoir lieu le 15 dans une librairie parisienne. QUE ALLEMAGNE • Les juifs en R. F.A. LE célèbre magazine de Hambourg Der Spiegel a publié, récemment, une enquête sur la situation des juifs en Allemagne Occidentale. Il rapporte des propos tels que ceuxci

« Notre valise est toujours prête. Je sais que c'est idiot, mais chaque fois que l'on apprend qu'on a encore découvert u:n nazi important, ça recommence : nous nous demandons où nous allons partir. On ne peut se sentir en sécurité ici. » Ou encore: « Comment accepter que mon fils soit soldat lorsqu'il y a des officiers nazis qui commandent? » , De son côté, le Dr Van Dam, secrétaire général du Conseil Central des Juifs de la R.F.A., a déclaré: « L'insécurité des juifs est un signe de l'insécurité qui règne en général. Je suis d'avis que la République Fédérale devrait avoir une vie politique telle que les juifs puissent y vivrent en tant que juifs. » • Sur une exposition LE 14 octobre 1963, le Président du Bundestag a inauguré, à Cologne, une exposition dénommée « Monumenta J udaïca » qui se propose de retracer l'histoire et la culture des juifs établis le long du Rhin pendantdèux-millénaires. C'est probablement la première fois que tant de reliques inestimables ont pu être réunies en un seul endroit. Pour donner une idée de la richesse extraordinaire de cette exposition, il suffira d'indiquer qu'elle comprend, entre autres, de nombreuses pièces de monnaie juives, du temps de la première guerre contre Rome (70 après J.e.), des verres dorés du 3' siècle apres ].e. avec inscriptions en hébreu, trouvés dans les catacombes de Rome, des centaines d'objets du culte, d'une rare beauté des documents et livres par milliers. 'Le catalogue, qui contient des centaines de reproductions, souvent en couleurs constitue, en lui-même une oeuvre d'art: A première vue, cette manifestation - comme toutes celles gui rappelleront à la jeunesse allemande -la vie et la fin de la communauté juive de la Rhénanie - ne peut être qu'approuvée. Mais en parcourant les salles comme nous l'avons fait, nous sommes nécessairement amenés à nous demander dans quelle perspective s'inscrit cette manifestation. Dans son introduction au catalogue, le Président de la République Fédérale allemande, M. Lubke, écrit : « Je' souhaite à l'exposition «Monumenta Judaïca» qu'elle fasse comprendre que l'antisémitisme n'était pas seulement un crime mais, aussi, une erreur historique fondamentale.» Si tel a été le but des organisateurs" il faut avouer que l'exposition est un échec retentissant. Car, enfin,que voit-on dans les salles? Des objets du cultes, des documents se rapportant aux règle régissant les communautés juives , avanl et après l'émancipation, une soukkah (tabernacle) etc. etc ... Tout cela est très beau et très instructif. Mais l'essentiel, c'est à dire, le problème de l'antisémitisme et la lutte contre ce crime, l'éducation de la jeunesse dans un esprit de liberté et de tolérance que devient-il dans cette exposition ? Force nous est de constater que ce qui, selon les organisateurs, était l'objet de l'exposition, a été traité en «parent pauvre ». Il était évidemment difficile de passer sous silence la période nazie. Aussi nous montre-t-on de cette époque quelques affiches, quelques photos sur la déportation, quelques lettres, au tom! 8q documents sur des milliers et des milliers que comporte l'exposition ... La lutte contre les crimes de l'antisémitisme est-il donc vraiment le but recherché? Olt sont alors les photos des pillages de magasins et appartements juifs de Cologne? Où sont les photos des habitants de cette ville, en délire devant leur Fuhrer? Où sont les textes des lois de Nuremberg Où sont les commentaires de ces lois infâmes Vous cherchez en vain ces documents. Pourquoi? Parce que ces documents auraient pu dénoncer l'activité de personnalités bien vivantes, occupant encore à l'heure actuelle des postes très importants, comme par exemple, le Docteur Globke, secrétaire d'Etat et éminence grise de Konrad Adenauer au moment où s'est ouverte cette manifestation. ,,'- Le véritable esprit de l'exposition nous est indiqué, non par le Président du Bundestag, ni par Président de la Répu- PASSE.T.IL DEla simple matraque, dont, de près ou de loin, bien ' des citoyens ont eu à connaître chez nous, pour peu qu'ils aient la faiblesse de croire à la paix, à la démocratie, à la justice et autres idées subversives, de la simple matraque, disais-je, aux lances à incendie, des chiens policiers d'Alabama aux bombes lacrymogènes de poche vendues aux racistes sud-africains, de la. magnéto à la baignoire d'eau sale qui ont fait leurs preuves à diverses occasIOns, il est de nombreux moyens de maintenir l'ordre dans les situations difficiles. Mais rien n'arrête le progrès. Ainsi, des techniciens ouest-allemands viennent d'apporter à notre civilisation une nouvelle invention dont nul ne saurait nier la portée : ils ont conçu la MATRAQUE ELECTRIQUE, réunissant en un seul objet les avantages que l'on demandait, jusqu'à présent, à plusieurs. A l'intérieur de cet ingénieux bibelot, dernier cri de la technique, des piles alimentent un transformateur, que commande un interrupteur placé dans la poignée. Lors du ... « choc n, l'électricité ajoute encore à la « commotion classique » et le rendement obtenu, on s'en doute, se trouve sensiblement améliOl'é- Décidément, le génie humain n'a pas fini de nous étonner. N'en voilà-toit pas, après tant d'autres, une illustration particulièrement frappante. bligue, mais par le Maire de Cologne, M. Burauen. Dans son discours inaugural, le bourgmestre de Cologne a, en effet, déclaré : « Des centaines de milliers, peut-être, même, des millions d'honnêtes gens on~ capitulé à la suite du poing brutal qUI a pesé sur eux ... « Ils ont alors payé un tribut au système en devenant membre d'une de ses organisations. Ainsi, ils furent enrégimentés, portèrent les insignes de ces org,anisations au revers de leur veston, de ëi, de là, portèrent même un bout d'uniforme. Mais, au plus profond de leur coeur, ceux à qui je pense restèrent honnêtes, des hommes qui n'étaient pas convaincus par le système (nazi) ; il leur manquait seulement un peu de courage mais la honte ne leur faisait pas défaut. » il ne nous est pas possible devant de telles affirmations, de ne pas rappeler quelques vérités simples. D'abord, qu'Hitler n'est pas venu au pouvoir par une opération miraculeuse. Il a -été soutenu par d'importantes forces politiques et surtout économiques, par la haute finance et la grande industrie. Il a obtenu des millions et des millions de voix qui firent, finalement, du parti nazi le tLlus forJ parti de l'Allemagne de Weimar. Et ceux qui se considéraient comme l'élite de la nation allemande, les penseurs les savants, les intellectuels, les politi~iens, tous ceux dont c'était le. métier de penser, étaient-ils, eux aUSSI, de simples comparses ? Et les foules encadrées par les nazis, qui incendièrent les synagogues, hurlèrent à mort quand les juifs furent déportés, pillèrent les magasins et demeures des iuifs, tous des honnêtes gens, de simples comparses ? Tous ceux qui, comme le signataire, ont eu le triste privilège de voir les professeurs de Facultés, après avoir prôné les mérites de la Constitution démocratique de Weimar, chanter du jour au lendemain, les louanges du Führersystem, savent à quoi s'en tenir sur l'honnêteté de l'élite allemande, et ne peuvent admettre que l'pn escamote aus~i facilement les crimes et les responsabilités. Ajoutons à cela que M. le Bourgmestre de Cologne a été membre d'une commission de dénazification ; son état d'esprit permet de .c?m~rendre le ph~nomène de la proltferahon des anciens nazis et S.S. dans l'administration, la Justice et la police allemandes. . On comprend mieux, aussi, l'étonnante discrétion avec laquelle on passe - à cette exposition - sur la période nazie. Si l'on y trouve, par dizaines, des reproductions de textes antisémites, on constate que ceux-ci datent du MoyenAge et font, en quelque sorte, partie du folklore allemand. Mais, dès que l'on touche à la période brûlante du nazisme, les documents disparaissent, comme par enchantement... -'. Les autorités n'ont pas regardé à la dépense pour cette exposition, tout comme elles n'ont pas lésiné sur le coût de la synagogue de Cologne, reconstruite aux fraÎs de l'Etat. Bien que Cologne ne compte que quelques centaines de juifs, on a reconstruit un bâtiment immense, pouvant contenir des milliers de personnes. Toutes ces âeclsîons et manifestations ont un but bien précis. Faire oublier dans quelles conditions, par quels moyens, avec quels appuis le régime nazi a pu s'instaurer en Allemagne. Faire oublier ce qui est la grande faute du peuple allemand c'est-à-dire d'avoir porté au pouvoir ie plus grand criminel de l'~istoi:e, l'avoir soutenu dans ses entrepnses Illhumaines, jusqu'au moment où la coalition des peuples libres ait réussi à débarrasser le monde de cette vermine. Or ce n'est pas en construisant de belle; synagogues, en organisant des expositions coüteuses que les autorités alle- Oncle TOM. mandes convaitlcront le monde de leur transformation et rendront possible une véritable et durable amitié entre nos deux pays. Pour cela, il faudrait - avant tout - qu'elles veuil1.ent bien regarder le passé en face, sans cacher quoi que ce soit. Il faut qu'elles débarrassent leur police leur armée, leur administration, leurs as'semblées politiques, de tous ceux qui, directement ou indirectement, ont soutenu le régime nazi. Tant que les pouvoirs publics de l'Allemagne Fédérale ·seront ce qu'ils sont, ces manifestations de philosémitisme seront éminemment suspectes et devront être considérées comme une tentative de camoufler les vrais responsables de la tragédie des juifs allemands. M. IMERGLIK. • Les « oublis }) de Globke LE Dr Hans Globke, qui fut jusqu'au dernier jour, le fidèle secrétaire d'Etat du Chancelier Adenauer (qu'U a accompagné dans tous ses déplacements récents) a comparu devant un tribunal à Hanovre, en République Fédérale Allemande. Qu'on ne s'y méprenne pas ! L'ex-rédacteur et commentateur des « lois raciales }) hitlériennes ne s'est pas présenté devant les juges en tant qu'accusé, mais comme témoin. Témoin à décharge pour deux anciens officiers S.S., Guenther Fuchs et Otto Bradfisch, qui dirigeaient, pendant la guerre, la Gestapo de Lodz, en Pologne. Au cours de sa déposition, Globke n'a pas craint d'affirmer qu'il n'avait jamais entendu parler, sous le régime hitlérien, de l'extermination des juifs, qu'il a pourtant rendue possible en élaborant et en faisant appliquer avec zèle sa législation, destinée à désigner et isoler les victimes. Il n'a pas cru devoir aller « s'expliquer » ainsi - et pour cause ! - devant la Cour Suprême de la République Démocratique Allemande, qui l'a condamné, le 23 juillet, par contumace, aux travaux forcés à perpétuité. Le Monde, commentant cette déposition, écrit à juste titre : « Le Dr Globke se place dans une (Suite page 3) ,'--------------- DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jedneurs - Paris (Z·) Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: ' 1 I [ I l Un an : 10 francs 1 [ Abonnement de soutien : 20 francs ' ETRANGER , 1 Un an : 18 francs Compte Ch. Post.: 6070-98 Pana Pour les chanllements d'adresse en- " voyer 1 franc et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté lt ou s'abonner au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 53, rue de l'Hôtel des Monnaies, Bruxelles 6. Les versements peuvent être et- , fectués au C.C.P. 952021, de M. S. Gutman, Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 PB. Abonnement de soutien : 150 PB. ' Journol composé et Imprf"" par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - ChA.teauroux G&ante : S. BIANCHI. qUE SE PASSE-T-IL 9 • Sur les lieux cl li crime LE monsieur qui contemple une plaque scellée sur la façade de la gare Montparnasse est le célèbre von Choltitz, que l'on voit également signant son acte de reddition, le 25 août 1944, dans les mêmes lieux. France-soir dw 24 octobre 1963, en présentant ce triste touriste, croit devoir écrire qu'il s'était mis à aimer Paris. D'autres plaques, dans les rues de la capitale, modestement fleuries Chaque été, témoignent encore de « l'amour» du général hitlérien. Von Choltitz, quand il s'est arrêté à Paris, venait d'Espagne. Dans la Valle de Los Caïdos, 8.000 anciens combattants de la Werhmacht, des troupes de Mussolini, de la légion Azul, s'étaient réunis le dimanche 13 octobre, sous le patronage de Franco, afin de « défendre l'Europe contre le matérialisme ». Là, rien qui ne soit habit'liel à ce genre de rassemblement. Où les démocrates français s'indigneront et protesteront, ce sera en apprenant qu'un général français, le général Koenig, un « conseiller du comte de Paris », M. Coutant, et diverses personnalités présentes SUITE DE LA DEUXIEME PAGE - singulière contradiction. De deux choses l'une : ou bien, comme il vient de le prétendre, il a ignoré l'extermination des juifs. On se demande alors pourquoi il aurait fait tant d'efforts pour en sauver, ainsi que le relèvent beaucouip des témoignages qu'il a allégués à sa décharge. fi Ou bien il a été au courant, et sa déposition de vendredi est un faux témoignage. « Elle est très difficilement acceptable. Après uine enquête très minutieuse et offrant toutes les conditions d'impartialité, le Comité d'Action de la Résistance judiciaire avait d'ailleurs conclu, voilà' un an : « Sans avoir assisté à la fameuse conférence de Wannsee, où, selon la formule nazie, fut décidée la « solution finale de « la question juive », le Dr Globke en avait · connu l'existence et les résultats. » Ces résultats, le prOCès Eichmann les a mis en pleime lumière. « Au surplus, le Dr Globke a mis sa signature sous le commentaire des lois raciales de Nuremberg où figure cette phrase : « La ségrégation est la seule solution possible. » Il a ensuite collaboré au développement des conséquences de ce principe. » POSITIONS • La CGT contre le racisme LE journal « Réforme» ayant écrit, il y a quelque temps, dans un article sur le racisme, que « la C.G. T. n'a pu concevoir l'entrée des ouou representées, se sont mêlées à ceux qUI furent les bourreaux des pays asservis par les armées du fascisme et de la haine bestiale. Si nous n'y prenons garde, un jour viendra où l'on nous présentera le criminel Lammerding sur les lieux illwstres de son humanisme « spiritualiste » - à Oradour. vriers musulmans dans son sein », ~:organe de la grande centrale ouvnere, « Le Peuple », en date du l novembre, s'élève avec indignation contre cette. assertion . et publie, avec une vigoureuse mise au point, une lettre de M. Schaefer, secrétaire confédéral, à M. Finet, rédacteur en chef de « Réforme », ainsi que la réponse de celui-ci. Rappelant que, selon ses statuts, la Confédération Générale du Travail a pour but de grouper les salariés « sans distinction d'opinions philosophiques et religieuse », M. Schaefer écrit : « Ce texte est tou.iours pleinement valable, et continue à dicter l'attitude de la Confédération à l'égard des travailleurs - TOUS les travailleurs - quelles que soient leurs origines sociales, leur appartenance à une race, à un gro·upe ethnique ou à une nationalité quelconque, leurs opinions politiques, leurs cro.vances religieuses ou leurs conc.eptions philosophiques ... « A tous les échelons de la Confédération, du Burea1t confédéral .iusqu'au syndicat - fût-ce celui d'une petite entreprise - tous ses membres ont à coeur que ces principes soient scrupuleusement respectés, ce qui conduit à combattre ct à mettre en échec toute velléité de discrimination basée en particulier sltr le racisme ott la .t:énophobie ... « Pour réPondre plus diredement à votre assertion - les travailleurs alqériens, 1narocains. tunisiens sont plus nombreux à la C.G.T. que dans aucune autre centrale ouvrière; -et il en est parmi les Algériens qui occup.ent, sous son égide, des postes électifs dans les organismes légaux. » Citant el~suite le texte de son intervention à la Journée Nationale organisée par le M.R.A.P. le 12 mai dernier (que « Le Peuple» reproduit intégralement à la page suivante) M. Schaefer souligne ensuite que « la classe ouvrière est, d,e toutes les couches sociales, celle qui peut encottrir le moins le t'eproche d'être raciste, alors que les oppositions apparentes d'intérêts entre travailleurs français et travailleurs immigrés, suscitées délibérément par le régime capitaliste, pourraient si facilement les induire en e'Çreur et les porter à une attitude pour le, moins xénophobe. » Et il conclut : ' « L'organisation syndicale se doit, en tout état de cause, d'éclairer ces problèmes. Elle le fait à tottte occasion et dans des conditions que la mentalité des travailleurs, naturellement fraternelle à l'égard de compagnons de labeur t'end assez aisées. » Dans sa réponse, M. Finet précise : « Tout de suite, .ie dois dire que vous avez raison et que, mon expression était maladroite. Je n'avais iamais voulu dire que la C.G.T. était rac{ste dans son principe et dans ses activités. C'eût été une contre-vérité. Je voulais simplement dire que la C.G.T. se heurte parfois à Hn s,entiment raciste de la part de certains de ses adhérents. Vous savez bien, comme moi, qu'il y a parfois des difficultés dans les entreprises entre, ouvriers français et ouvriers musulmans, et qui opposent des ouvriers français à des ouvriers étrangers. VottS me direz que c'est humain et, en effet, c'est humain; que ce n'est pas un racisme conscient et or.qanisé. et c'est bien vrai; mais c'est quand même l'expression d'un racisme inconscient que nous portons tous en nous et contre z'eqttel nOlIS devons rutter. » TOLERANCE • Le Concile et les juifs DANS les milieux proches du Concile, on annonce que le « Schéma sur l'oecuménisme », qui sera adopté avant la fin de la présente Eession (4 décembre) comportera une déclaration sur les rapports de l'Eglise avec les juifs. Le document qui a été distribué aux participants. et qui doit servir de base à un prochain débat, soulignerait. en particulier Que « la responsabilité de la mort du Christ incombe. non pas aux .iuifs mais à l'humanité pécheresse tout entière ». Il indiquerait encore que « le rôle ioué par les leaders fuifs n'exclut pas la culpabilité de tout le genre httmain », et Que « de tout,e façon, les fautes de ces leaders ne sattraient être implttées à l'ensemble du peuple fttif ». En cons'équence, cette déclaration ajouterait que « rien dans les événements que rapporte la Bible, et, en particulier le récit de la crttcifixion, ne Sattrait justifier le mépris, la haine ott la persécution des fuifs ». Et il demanderait aux prédicateurs de se souvenir « qu'i.l est in.iuste de considérer le peuple ' .iuif comme déicide, ou de le considérer comme maHdit par Dieu ». Le M.R.A.P., qui a fait parvenir au Concile, lors de son ouverture, un mémoire sur cette question, salue avec un vif intérêt l'élaboration de cette importante prise de position. • Une pénible affaire LA garde des enfants soulève très souvent, dans les cas de divorce, des problèmes délicats, voire dramatiques, avec des péripéties plus ou moins specta culaires et d'interminables procès. Dans « l'affaire Kovacs », qui défraie actuellement la chronique, un élément supplémentaire vient ajouter à la complexité des données habituelles : le fanatisme religieux, dont les manifestations évoquent l'affaire Finaly, a, sans aucun doute, joué un' rôle dans l'enlèvement des petits Francis et Pierre. Bien qu'ils aient été confiés à leur père, un chercheur scientifique de Strasbourg, et que celui-ci, d'origine juive et libre penseur, ait accepté de donner aux deux enfants, baptisés, une éducation catholique, leur mère, Mme Hanff, entend les placer dans une institution de son choix. Elle est conseillée, en cela, par l'abbé Jean Bayer, que l'Eglise a d'ailleurs désavoué, en raison de ses positions, et qui, lié aux milieux « intégristes », aurait quelque peu frayé avec l'O.A.S. On s'étonne Clue des mesures énergiques n'aient pos encore été prises par les pouvoirs publics pour retrouver les deux jeunes garçons, .1 es rendre à leur foyer et faire condamner ceux qui se sont livrés au rapt, sans souci des répercussions que pourraient avoir sur ces enfants, les chocs et les pressions auxquels ils sont soumis. 3 ANTILLES • Mesures arbitraires UNE fois de plttS, notre ami Me Marcel Manville, a été fraPPé de l'une de ces mesures arbitraires qui sont réservées depuis quelques mois, à un oertain nombre de Martiniquais. Alors qtt'il se rendait en Algérie, oùl il était invité, il a été empêché, à Orly, de prendre l'avion. Rien de précis ne lui est reproché. Il est simpleinent « sttspect », parce qu'a_ vec beaucoup d'autres originaites des Antilles, il s'élève contre les abus de type colonial qui subsistent à la M artinique et à la Guadeloupe, en dépit de la « départementalisation ». De même les huit i,eunes Martiniquais emprisonnés à Fresnes pour avoir dé'/ Joncé ces mêmes abus, se sont vu imposer, pottr leur prochain procès, des conditions inhabituelles qui rendaient leur défense particulièrement difficile. A la suite de lettr décision de faire la grève di la faim, certaines de leurs t'eqttêtes ont été prises en considération. Sans nous prononcer sur les données politiques du problème des Antilles, et nous plaçant sur le plan humain et antiraciste, il nous Paraît qtt'au lieu de la répression et de l'arbitraire, il serait plttS 'utile de recotwir à des mesures de justice, de démocratie. Après tant d'expériences douloureuses pour notre pays, ne serait-il pas sage de comprendre et de satisfair,e 1&s aspirations léqitimes d'une population qui ne demande qu'à vIvre dans la di,qhité et la liberté, TOPLIZ Des recherches systématiques ont commencé dans le mystérieux lac de Topliz, en Autriche, où l'on pense que les nazis ont caché un important trésor de guerre et des documents compromettants, clans des containers étanches. Depuis 1945, dixsept plongeurs auraient trouvé la mort dans ce lac, après avoir tenté d'en explorer le fond. MADRID Franco, qui conserve encore le pouvoir octroyé par ses compères Hitler et Mussolini, menace les intellectuels qui dénoncent ses brutalités policières. C'est ainsi qu'il a fait comparaître devant le juge d'instructian de M.adrid, Pedro Lain Entralgo, ancien recteur de l'Université; Vicente Alexandre et Jose Bergamin. Ces trois personnalités avaient protesté avec une centaine d'outres, contre les sévices dont ont été victimes les grévistes . des Asturies. BURGOS Le poète basque Vidal de Nicolas, Vicente Luis Llopis, Jorge Conill connaissent actuellement l'affreux régime du cachot dans la prison de Burgos. Ces trois hommes réclament à l'administration pénitentiaire du régime franquiste qu'il soit mis fin à une pratique scandaleuse l'assistance obligatoire à la messe pour tous les prisonniers politiques, que cette assistance soit volontaire, et non un acte arbitraire, une humiliation. MOSCOU Dans un récent numéro, la revue sovle·tique « Temps Nouveau» révèle que plusieurs bourreaux nazis d'origine russe, qui s'étaient mis au service des forces d'occu·potion, séjournent actuellement en France, à Lyon, Paris et Pont-Sainte-Moixence. CIZRE Aux termes d'un accord conclu entre le gouvernement turc et le gouvernement irakien, 2.500 Kurdes (parmi lesquels un grand nompre de femmes et d'enfants) ont été transportés cie Semdinli (Turquie), à Cizre (Irak), Ces Kurdes s'étaient réfugiés en Turquie pour échopper à l'armée irakienne. Le fait qu'ils oient été .Iivrés aux autorités de Bagdad constitue une violation scandaleuse des principes les plus élémentaires des Droits de l'Homme. Ces 2.500 Kurdes sant menocés de mort. Soixante détenus politiques ont été récemment massacrés dons un convoi de déportation.


4

DES FAITS qui donnent A PENSER ... • « FELICITATIONS POUR VOTRE LIBERTE » . L'ex-vice-président des Etats-Unis, M. Nixan, en visite en Afrique se faisait présenter les leaders nairs des pays devenus indépendants. Il s'entretenait avec eux et disait à chacun: « Félicitations pour votre liberté ... 'l' Un noir refusa de lui serrer Ja main et, avec un sourire ironique, lui déclara: «Pour moi, pas de liberté... Je suis du Missouri ... ». , . •• • MARIAGE IMMORAL. - Le Ministre de la « Justice » du gouvernement Sudafricain vient de déclarer « immoral» le mariage de John De Lange, 67 ans et de Dora Benghu, 48 ans et leur a ordonné de se séparer. les deux époux ont vingt-cinq ans de mariage, six enfants et plusieurs petitsenfants. Mais voilà!.. Le mari est blanc, la femme noire. Si John cherche à revoir sa femme, il ira en prison. .•. • POUR ETRE « FRANÇAIS ». - Un replié d'Algérie s'adresse à une Justice de Paix de l'Ain pour obtenir un certificat de nat ional ité française. Naus. rapportons ce qui lui a été dit, bien qu'il eût présenté sa carte d'identité, san livret de famille, san livret militaire et celui de son père portant la mention « Mort pour la France » : Tout ceci ne nous prouve pos de façon formelle que vous êtes v' Français» ... Vaus pouvez être aussi bien... musulman ou israélite... Nous vous considérerons comme « Français » si vous nous procurez des pièces justifiant que votre grand-père paternel n'est, ni un musulman, ni un isra'ëlite. • VILLA A LOUER. - Un Directeur d'établissement d'Alger a répondu ainsi à une demande de logement: « J'ai l'honneur de vous informer que je possède... une villa que je viens de refaire à neuf. Je consentirai à la louer uniquement à des collègues métropolitains ... ». Comme l'écrit « Alger-Républicain» qui rapparte la chose, « ... il y . aura un bien vacant de plus d'ici peu ». , . • • • SONDAGE D'OPINION. - Les Américains blancs ne sant pas racistes, non. C'est maintenant établi. Un sondage d'opinion a décélé une majorité très nette qui accepte de travailler à côté d'employés noirs, une majorité plus légère en faveur de l'intégration scolaire. Mais une forte majorité des mêmes (dons le Nord, comme au Sud) est v~aiment peu enthousiaste à l' idée de voir s'installer des locataires noirs dons son voisinage. Quant au comble de l'horrible, cela paraît être de laisser sa fille « sortir avec un noir». 97 % des personnes intérragées s'y refusent. , • UNE VICTIME. - « Angoisse, humiliation, commotion mentale» : ne vous y trompez pas, ce ne sont pas ,là les effets du racisme, mais les maux causés par les noirs de Gadsen, dans le Sud des EtatsUnis, à une de leurs concitoyennes blanches, Mrs Reeds. Car Mrs Reeds s'est trouvée mêlée Cinvolontairement, ô combien!l à une manifestation contre la ségrégation, ce qu'elle n'a pu supporter. Aussi réclamet- elle au dirigeant de la lutte antiraciste, !e pasteur Martin Luther King, un million de dollars de dommages et intérêts. t.*.' • OU L'ON RETROUVE DES HITLERIENS. - Membre de la S.A. hitlé rienne dès 1933, membre dévoué du porti nazi, « conseiller juridique» nommé por Hitler et dans ces fonctions, exerçant au Tribunal nazi de Bydgoszcz, en Pologne accupée, à partir de juin 1944, le procureur de Carlsruhe (Allemagne Occidentale), Loesdau, possède un éloquent passé. Cela lui permet de contin uer brillamment sa car·rière. Il a commandé l'arrestation de Günther Hofé, directeur d'une maison d'éditions de la République Démocratique Allemande, venu à Francfort pour la Foire internationale du Livre. Aucun motif n'a encore été donné pour justifier cette mesure. .. .. • SUICIDES A HIROSHIMA. - Deux « atomisés» d'Hirashima se sont donné la mort pa rce qu'ils étaient désespérés de ne pouvoir recouvrer la santé. Ces deux suicides ont eu lieu séparément dans la même journée. Les deux personnes qui ne se connaissaient pas, souffraient de la maladie atomique ayant été exposées aux radiations de la bombe du 6 août 1945. L'une s'est jetée sous un train, l'autre a ouvert le gaz. Notre solidarité chaleureuse et fraternelle .... 4'~ j,., a.'("J . ""' ~~ l. ~vQ A.t L.ur~çat ôP~ 1; n.-) Je~e ('. Jean Riga/,4..~HiCl;aY~ :ircêr.!.,e.1. e~';r~ o. ~pozzdoi Borgo J_~~ ~e JoSePhl:;':sel ~;;;:/Charles" -'i Vlf-.- '-:' ~~ ;::~DeiannOY \ \.André Spire" \ Maurice Voga ./.oiy ... · / Anne Phi :: yr', , . ,.,II .. - l'...,,,rn 1 ~ . Lyon-Caen ,Q~J401U. . Î~ fi t!J~J-. {(JYJû.JIIr'frv.. ~.,_ Robert Davezies ~N ~ r (' - 1 IV ' EtJ.enne ouveau '" BOUCHe ." . "l..tch~eancaous s ,. .. ,-'~ ~/"A_ "" _ rIO a.rùelev . ~"d-~ A"~ 'l .~ ~ Rog;er L e~,.;............ ' Guillevic ~:r Arrigtu: /1/, II~ ~',J .. J r-c...~ . R. Ba~et René Jul.lian . t//I \1 tir-, N. Gourfinkel 11"). fI.,n ,.v~ ~ B. Halpern, Abbé Glasberg ~ ~ -- ~ Geor1;' s 'Neveux ~. ./ O. Hussenot B. Lavergne ~ ,L. Philiber:.; /' J2Jtd?-J47. rL) li ., Q cALt~" ~/ ~ \ 'T\I~~' 0~ J. Chabannes -r- - R. "~.~IJIh/ Rika Zara! ..----- L / /'f I~ I~ g.llPlfM~ 0 ~ p. {)qarra ' Armand Lanoux .C ... ~ 'H . Torres· ~.. ~ r-

laurice Curie ~ A. MeJII!U P. Abrahu (J ~t-:Ii~

r;.t'7~ ~ ~ ~ '~.~:-., ~ ___. .A Gillot~ . F. Grenier ' J' • N'a nt e t ,Marcel Achard J-l~ Domenach Henri Martel l . J-Ir ~;;~artz I_V.:!.~.,Charlese (ù ,.--L I~ A. Cornette' 1. Laurent ' ~Lv1 . U~ --";Marius l'1outet J. J:. .• aJL, .. , ~ ." T'- \] l , 1 ~ ~~ ~- . . ' Suzanne cr"é-III·l. -e..u ·x ----- ~ 'IH4-" . ' P Grosclaude Jacques Dl.XIIU~e /"'Ir, • . Justm Belsl.e. . ' 1 . - ".;.. ~.~ ): l\ ~ .A'~ ~~/' ,.; C~ Sadron IG . Ilirscili' R. Carcassonne ' .J-J Bernard . ile-Foul l / .1 ~J) If"'~ _ --~('\ I ' l~ D,,)~ A .~Chl. '//(;/ f( r:Co-rt'ev'lfj1~r. ~~ ~~' ~ ~/,G. PhilipPl?n . l 1 ::::::----- Jean PendJ.er . .L "-;G. lamousse V . Léa ~amon . ':')/7 ,uMil Alex RO'lbert \1..-~ .p ~g~ ~',Charles- .~ v- 1':1 --- ~4_.-_Ma rcel Cohen PJ.erre DOl,ze H. Quatrema1re~ _' -::...-: Raymond Guyot Paul Cermolace Les listes de notre pétition reviennent chaque jour au siège du M.R.A.P. couvertes de signatures_ Le texte qui recueille ces signatures est celui qui parut dans « Droit et Liberté» : « Profondément émus par les crimes barbares auxquels les racistes se livrent, aux Etats-Unis, contre les Noirs, hommes, femmes et enfants, qui réclament l:e respect de leurs droits, « Les SOUSSignés élèvent Wle protestation douloureuse et indignée contre ces actes inhumains. Ils demandent que les coupables soient châtiés sans défaillance (1) que des mesures énergiques soient prises par les autorités compétentes pour arrêter le déchainement des haines, pour mettre fin effectivement à la ségrégation et aux discriminations raciales. « Saluant le sang-froid des organisations antiracistes, ils soulignent les grILves dangers que la persistance de l'injustice et la succession des violences feraient peser sur l'avenir du peuple américain tout entier. « Ils expriment leur solidarité chaleureuse et fraternelle à tous ceux qui, dans l'ensemble dés Etats-Unis, luttent courageusement pour l'égalité et la dignité de tous les hommes. » Les signatures que nous reproduisons ci-contre émanent de personnalités diverses

députés et sénateurs de différente!

tendances, professeurs, écrivains, artistes, prêtres - parfois plusieurs noms célèbres sur la même liste. Et puis, il y a les milliers de signatures recueillies dans les H.L.M., les bureaux, les écoles, les usines, Signalons, notamment, la liste que le chanteur Rimé-Louis Lafforgue a fait circuler, où se trouve également le nom de Jean Ferrat et celui de Christine Sèvres; celle que le chansonnier Jean Rigaux nous envoie de la « Lune Rousse » ; ou encore celles des étudiants d'Antony, des employés communaux de BagneuX', etc ... ( 1) M. Marcel Achard, en signant, a rayé ces sept derniers mots, estimant qu'ils « risqueraient d'entretenir la haine ». 1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111IIIIIIIIIIIIIIIIIIIInllllllllllllllnlllllllllllllllllili11111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 Le mythe du « Gitan » illustré et combattu DANS son allocution de Lille, à l'occasion de la remise du Prix de la Fraternité à Jean Schmidt, le Président Pierre Paraf évoquait les légendes qui ' ont cours sur les Gitans, disant justement qu'elles conduisaient au génocide. Ces légendes se transmettent le plus souvent oralement ce qui atténue sinQn leur portée, du moins leur virulence. EDUCATION ET ,RACISME Il n'en est pas de même de celles qu' « on » imprime. Surtout si nous les trouvons au beau milieu d'un cours de « lectures suivies » destiné aux enfants d'une dizaine d'années. M. Vié Arsène a fait paraître aux éditions Hatier un volume intitulé « Par les grands chemins » où nous relevons, pages 14.1 et 146, ce passage « à suspense », bien propre à frapper les jeunes imaginations : « Comme ils arrivaient en bordure du bois, ils dressèrent l'oreille aux accents d'un accordéon. - Tiens, tiens! dit le .fe·une gendarme. Je crois qu'une surprise nous attend. Ils avancèrent à travers les buissotls, écartant lentement les branches, et débouchèrent dans une clairière. Elle était occuPée par des bohémiens. Dans l'herbe haute, qu'un vieux cheval pelé, attX oreilles tombantes, brOtttait dtt bout des dents, la roulotte reposait. Non loin de là, deux hommes assis côte à côte tressaient des brins d'osier pour en faire des paniers; de1tx femmes aux oreilles chargées de lourds anneattx de cuivre, qux robes de couleurs criardes, cttisinaient sur un feu de bois; des petits enfants dépenaillés se roulaient dans l'herbe; 1tn .iettne homme .louait de l'accordéon. Toits avaient le teint basané, {es cheveux très noirs, les yettx luisants, un ie ne sais quoi d'inquiétant dans l'allur,e. A la vue des .qendannes, le .feune musicien, se dressant d'lm bond, esqnissa un mouvement de fnite. - Halte-là! on .fe lâche mon chl:en, cria le brigadier. Le bohémien s'arrêta . - Mon garçon, dit le brigadier. on tle craint pas les gendannes quand on est innocent. Ta fuite est !tn aveu. - Il n'a rien fait de mal! protestèreHt les outres bohémiens. - Et ce lapin? Peut-on savoir d'où. il vient? demanda l'antre ,e,endarme, en soulevant le cowJercle d'une casserole d'où s'el/volait lme a.qréable odeur de civet. Personne fie t'épondit. - Allez! En route pOlir la prison! dit le brigadier att ieune bohémien. » Voilà! Nous voyons là un ramassis de tous les mythes antigitans et, ce qui est grave, un aperçu de la « justice » raciste présentée comme le Bien, le triomphe du « Bon» sur le « Méchant ». . Nous espérons que ce livre a connu le seul emploi qu'il mérite : l'allumage du poêle dans les écoles de campagne, l'hiver de sa sortie, car les instituteurs possèdent, fort heureusement, le sens de leurs responsabilités. Sectarisme? Nous aurons « l'amabilité » de ne pas citer un passage relatif à la découverte d'un village africain, dans ce même livre, pages 156 et 1 .17. PAUVRE PECHEUR Louis Godard, signataire d'un article de la revue « La Pêche et les Poissons », numéro 221, d'octobre, a dû apprendre (mal) le français dans ce manuel si nous en jugeons par ce qu'il écrit dans un « papier » titré « Rat et Bohême :.. Nous citons (encore) ... « '" Ceci est pour le rat, mais j'et! arrive à l'autre espèce de prédateur haïssable qu'est le Romanichel ou Gitan ... » Malgré la répugnance que nous avons à donner de l'importance dans nos colonnes aux torchons racistes, nos lecteurs doivent savoir ce qu'a écrit le méprisable auteur de ce véritable appel au génocide. - Appuyant son argumentation par les propos d'un prétendu « capitaine de gendarmerie en retraite », C. D ... , il affirme: « Nous savons très bien que leurs petits métiers de chaudronniers, vatlniers, réParateurs de porcelaine, brocanteurs de voitures, maquignons d'haridelles ne sont qu'un camouflage qui dissimule un trafic de devises, ou de marchandises, ou d'armes, aux frontières, nous savons aussi qlt'ils ne prennent pas de permis de chasse ou de pêche. Changeant de commune sans arrêt, songe::: att nombre de cart.es d'A.?.?. qu'ils devraient prend·re! Alors ils utilisent leur adresse à tourner tous les obstacles que leur oppose votre société organisée ... La. règle la contraint.e, la loi, les charges sont 'pour vous. A eux la liberté! 4.1 millions de citoyens et SO.ooo gendarmes sont tenus en échec par tt11e poignée de nomades, comme fiasco , c'est complet! » Conclusion? Il demande leur « expulsion du territoire national »! Il y a vraiment des coups d'osier qui se perdent ... Nous avons communiqué l'article à un de 110S amis, spécialiste de la pêche, auteur d'un livre remarquable sur les poissons et les pêcheurs. Outre son écoeurement il a tenu à préciser ce qui suit : « Les Gitams possèdent m!e science et lm respect du poisson que pourraient leur envier qt~elques-uns de nos braconniers- dtt-dimanche qui opèrent en toute liberté sous couvert d'tme innocente partie de pêche ... « De plus, en fait de « prédateur haïssable » .le connais lm grand destntcteur de poissons contre lequel so.ooo gendarmes sont bien impltissants : les usines qui déversent lenr poison dans nos ri'; Jièr.es. » , La calomnie de Lucien Godard se trouve donc !'emise, « scientifiquement »,

l sa place.

BRAVO TINTIN! , ~ , S'il faut se garder d'apprendre à lire dans certains manuels et de se documenter sur la pêche dans la l'evue précitée, il peut (une fois n'est pas coutume) être agréable de feuilleter « Tintin ». « Les bijoux de la Castafiore » présente les habituels protagonistes des aventures imaginées par Hergé aux prises avec des « voleurs de bijoux ». Une tribu tzigane est mêlée aux événements. Après que Tintin et le capitaine Haddock aient l'encontré cette tribu et jugé de sa condition, ils l'invitent à venir s'installer près de leur demeure. « Obliger des êtres humains à vivre dans un pareil dépotoi r, c'est révoltant! », s'écrie le capitaine en quittant le dépôt d'ordures municipal qui est imposé comme résidence aux nomades. Un vol est commis. et l'on soupçonne les hôtes des héros. La police les arrête et les maintient sous surveillance ... jusqu'à ce qu'on découvre J'auteur du larcin

 !tHe pie.

Si nous mettons ainsi « Tintin » cn yedette, c'est qu'il démontre ass'ez bien (cel·tes, de façon simplifiée) les re.ssorts et les mécanismes de la psychologie cles racistes . Au travers de ces exemples, nous 1"emarquons une constante de la calomn.ie raciste. Celle qui transforme en assassl11 et voleur le représentant d'une minorité ethnique. Il fut un temps où. l'on accusait le « T uif errant » de manger les enfants... Maintenant qu'une pareille légende a sombré sous sa propre il.llhécillité. il paraît évident que les Gitans. mangent clu lapin et du poisson. (jérard GUICHETEAU. 5 Le raci•s me est--il une simple opi• ni•o n " • LA Ille commission de l'Assemblée générale de l'O.N.U. s'est réunie, fin octobre, pour discuter d'un projet de déclaratiOl sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale. Il a été adopté par la grande majorité des représentants. Se sont abstenus les pays suivants : Islande, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, NouvelleZélande, Norvège, Suède, RoyaumeUni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, Etats-Unis d'Amérique, Australie, Belgique, Canada, Danemark, Finlande, France, Grèce. Le projet adopté comporte II articles. « Article premier. - La discrimination entre les êtres humains pour les 1110tifs de race, de coulettr ou d'origine ethnique est tme offense à la dignité humaine et doit être. condamnée comme u Il désaveu des principes de la Charte des Nations Unies, comme une violation des droits de l'hO'lntne, comme tin obstacle aux relations amicales et pacifiques entre les nations et comme tm fait susceptible de troubler la paix et la sécurité des petfples, 1 « Art. 2. Paragraphe 1. - Aucun Etat, 111stittüion, groupe ni individu He doit faire de discrimination sous qttelque forme que ce soit en matière de droits de l' ho11lme et de libertés fondamentales à l'égard de personnes, de groupes de PIECES Au mois de juin dernier, à Gratz, en Autriche, le chef S.A. Mürer, qui fut notamment « rapporteur pour les questions juives» du ghetto de Vilna a été jugé et acquitté. L'Association des Vilnois en France, qui groupe quelques-uns des rescapés d1;l ghetto et leurs compatriotes, a proteste auprès de l'Ambassade d'Autriche en France s'élevant « contre le déroulement du procès au cours duquel la partialité évidente du tribunal a encouragé les néo-nazis à manifester en faveur de Mürer, lequel a été accueilli avec des fleurs à sa libération ». Le 5 novembre, de nombreuses organisations, dont le M.R.A,P" se sont associées à cette protestation. D'importantes délégations se sont rendues à l'Ambassade d'Autriche, où un groupe de personnes, parmi lesquelles deux survivants du ghetto de Vilna, ont été reçues par le représentant de l'ambassadeur. Celui-ci a promis de transmettre la protestation et a demandé que soit constitué un dossier sur Mürer. AU PROCES DE NUREMBERG Ce « dossier » existe depuis longtemps et l'on se demande pourquoi le tribunal ne l'a pas compulsé. Le Document D. 964 du Procès de Nuremberg, Cote d'audience ,G B-597, rapporte la déclaration de Gol Szlana de Vilna, en date du 10 août 1946, sur l' « Administration de Vilna par des chefs S.A. .- déterrement et incinération des cadavres de 80.000 juifs, prêtres polo- ,.. .. ""~""""'~''''''~~~,,~ ( ~ ~ ~ ~ Pour participer ~ i au tirage des i ~ 80 ns de Soutien i ! ~ ~ Sans daute avez-vous reçu, il y ~ ( a un certain temps, les Bons de ) ~ S(mticn édités par le M.R.A.P. Ces ~ , Eons donnent droit à un tirage ~ ~ et à la distribution de nombreux ~ ( lats, parmi lesquels une caméra et ~ .. un pl'ojecteur, plusieurs voyages ~ ~ (en Israël, en Corse, aux sports ~ ~ d'hiver), deux postes de télévision, ~ .. deux bateaux pneumatiques, une ; ~!i.. cravate de vison, un collier de per-! ( les, un électraph9ne, des disques, des livres, etc ... 'C'est le dimanche 24 novembre, au cours du gala de la salle Pleyel, qu'aura lieu le tirage. $~!~! A vez-vous fait le nécessaire pour 1 ' y participer? Pour cela, il faut que vous ayez réglé ,vos Bo,ns et envoyé les talons. Si vous l'avez négligé jusqu'à présent, il ne vous ~ reste plus que quelques jours. Hâ- ( ~ tez-vous! Ne perdez pas votre S fi chance! ~

11 juin 2010 à 10
03 (UTC)11 juin 2010 à 10:03 (UTC)11 juin 2010 à 10:03 (UTC)11 juin 2010 à 10:03 (UTC)~~

En l'affirmant, un délégué frallçais l'O.N.U. refuse de voter une résolution demandant des mesures concrètes contre les menées racistes perSOtlHes on d'institntions pour des raisons fondées sur la race, la couleur ott l' on:qine etlmiqtte. « Paragraphe 2. - Aucun Etat ne doit encouraqer, préconiser on appnyer, par des mesures de police on de toute antre manière, la discrimination fondée sur la race, la couleur Olt l' o'Yiqine ethnique pratiquée par des qroupes, des institutions Olt des individlts. » Le paragraphe ,) de ce même ;'trticle demande que des mesures soient prises pour « assurer le développement Olt la p,'otection adéquate des personnes appartenant à certains qroupes raC'Ïaucv ». Les articles ,), 4, S, 6, 7 et 8 condamnent la discrimination raciale sous toutes ses formes et demandent instamment que soient prises des mesures, à l'échelon des Etats, en vue de « favoriser la compréhension, la toléranc,e et l'amitié entre les nations et les .qrottpes raciaux, et de diffuser les b!ûs et les principes de la Charte des Nations Unies, de ia Déclaration lf11iverselle ainsi que la Déclaration sur l'octroi de l' indé pendance aux pays et aux pettples coloniaux. » « Art. 9. Paragraphe 1. Toute propagande et totttes organisations fondées sltr l'idée ou la théorie de la snpériorité d'~tt1e race Olt d'tm groupe de p,ersonnes d"une même couleur ou d'une, même origine ethniqne, faite Olt agissant en vue de ïustifier ou d'encottrager fine forme quelconque de discrimination t'aciale seront sévèrement condamnées. » « Paragraphe 2. - TOltte incitation à la violence ou tous actes de violence, que ce soit par des particuliers ou par des organisations contre ttne race ou contre un groupe de personnes d'tt1le autre coulenr ou d'ttne autre origine et/miq1te seront considérés comme outrage à la société et tombant sous le cou! de ia loi. « Paragraphe .). - En vue de donner effet al/X buts et aux principes de la présente déclaration, tous les Etats prendront immédiatement des mesures positl: ves, y compris des meS1f7'es législatives et autres, pour poursuivre et, le cas échéant, déclarer illégales les organisa- , pour un proces Mürer et Hingst, les deux bourreaux de Vilna nais et prisonniers de guerre russes, sUir l'ordre des chefs S.A., au cours de l'hivér et du printemps 1943-1944. » Dans cette déclaration, nous relevons les passages suivants, concernant Mürer « 2. L'administration du ghetto de Vilna fut assurée par la S.A. Le commissaire de la ville de Vilna était un chef S.A. du '/Zom de Hingst. Le commissaire de la province de Vilna était un chef S.A. du nom de Wolf. Le mpporteur compétent pour les questions juives était un chef S,A. du nom de Mürer. » Gol Szlana rapporte les conditions de • « travail» de quatre·vingts juifs du ghetto, dont quatre femmes et lui-méme, puis il donne des détails sur l'attitude des gardiens: d'attendre sur les marches de l'escalier, Mürer se montra au bout d'une heure. « Le Dr Vigodski s'approcha, se présenta et dit aUi nouveau maître les iniquités commises à l'égard de la population juive. Mürer ne souffla mot, mais tandis que le docteur parlait encore, il se ganta de blanc et le jeta en bas de l'escalier. » Ce fait se situe dès les premiers jours de l'occupation de Vilna par les na;;is. En le liant avec le témoignage précédent, on voit bien que Mürer a exercé ses fonctions de ' « rapporteur aux questions juives » pendant toute la durée de l'administration de Vilna par les S.A. n doit donc êtr~ tenu pour responsable des massacres de juifs et châtié en conséquence. tions q1li e1lcouragent la discrimination raciale, illcitent à la violence ou qlti lIsent de ~,iolence. à des fins de discrimi- 1lOtion fondée sur la race, la couleur Olt 1'0rigil1e etll11ique. » Les articles 10 et II terminent le projet en recommandant aux Etats de favoriser une action énergique encoura~eant ,z le 'respect et l'applicatioll des droits de l'ho1l/IllG ct des libertés f01ldalllcntales ». ... Comme on peut le remarquer, l'article, 9 cie ce projet rejoint les demandes répétées que le M.R.A.P. a faites ;'tuprès des A 'semblées et du g-ouvernement français afin que soient votées des lois sanctionnant toutes les formes de racisme. On peut s'étonner devant la position française et se demander qui a suggéré à M. Comba1. représentant de la France à la 3' c?mmission, pour la 1.24.1' séance, celle du 28 octobre 196.). une déclaration concernant plus particulièrement l'article 9, que l'on trouve ainsi analysée dans le compte rendu de séance, page .s : « M. Combat (France) fait observer que la commission a, depuis le début été unanime quant aux objectifs fonda~ mentaux qui étaient vis'és, et il est COI1- vairl.cu que cette unanimité aurait pu se refieter dans le texte de la Déclaratioll_ S'il en avait été ainsi, le document aurait eu une force morale qui l'aurait placé au-dessus cie toute controverse et en aurait fait un monument durable. M. Combal regrette l'introduction cie clauses qui ont soulevé inutilement des problèmes. IL N'El\I\IT PAS NECESSAIRE DE PORTER ATTEINTE AUX LIBERTES D'OPINTON ET D'ASSOCTATION NT D'INTERVENIR DANS LES AFFAIRES INTERNES DES ETATS ET DANS LEUR SYSTEME CONSTITUTIONNEL Il n'était pas nécessaire d'inclure des dispositions qui sont du ressort d'une convention et nôn d'une déclaration qui devrait être l'affirmation de convictions et de désirs communs. La délégation française, qui est violemment opposée à la discrimination raciale et qui s'est efforcée d'nbtenir le meilleur libellé possible de la Décaration, regrette d'avoir dü l'abstenir lors du vote sur l'ensemble du texte. » Ces propos se suffisent à eux-mêmes. 11s traduisent un état d'esprit qui n'est nullement conforme aux aspirations des démocl'ates français de toutes opinions, qui réclament une action vigoureuse contre le racisme. Selon M. Combal, appartenir à la « Société des Amis de Drumont », tenir et imprimer des propos suant la « supériorité aryenne », éditer « Les Volontaires» c'est faire état d'une opinion respectable. En ce cas, tous les anti racistes seraient des sectai res, des intolérants, voire des cl·iminels. M. Combal a-t-il pris de lui-même l'initiative de défendre une telle position? Nous aimerions savoir. dans cette hypothèse, s'il représente toujours le « peuple français» à l'O.N.U. Nous espérons que, lors du débat en Assemblée générale, la France tiendra un autre langage. « Les trente gardiens restant étaient en partie des Lituaniens, en partie des S,D, et S,S, Au cours de ce travail, les gardiens lituaniens eux-mêmes furent tués, prObablement pour qu'ils ne puissent pas trahir ce qui avait été fait, Le commandant de tout le cha:ztier était le che j S.A. Mürer. » Contre l'apartheid De ces quatre-vingts personnes, « onze furent fusillées pendant le travail. » Quarante·trois d'entre elles réussirent à creuser un tunnel, à rompre leurs chaînes et à s'enfuir dans la forêt. UN AUTRE TEMOIGNAGE A. Souckever, dans « Le Ghetto de Vilna », rapporte l'entrevue d'un vieux mécène de Vilna, le Dr Jacob Vigodski, avec Mürer : « Le vieillard, malade, quitta le lit et, de noir vêtu, .les « étoiles jaunes » fraîchement cousues, se rendit, en s'appuyant sur une canne, chez Mürer, le rapporteur aux affaires juives. « Le S,S., de faction devant la porte, ne le laissa pas entrer et lui demanda TANDIS que le racisme sévit en Afrique du Sud avec son cortège de procès, de tortures, d'exécutions capitales, la conscience universelle s'émeut et, dans le monde entier, des forces se lèvent pour s'opposer à la barbarie de l'apartheid. A l'O.N.U., que ce soit dans les organismes spécialisés, au Conseil de Sécurité, dans les commissions de l'Assemblée Générale, ou à l'Assemblée Générale ellemême, des résolutions sont adoptées à des majorités massives, condamnant le gouvernement sud-africain, demandant aux pays civilisé de lui refuser des armes et d'organiser un boycott économique auquel il ne pourrait résister. Dans chacun de ces votes, les représen , tants de la France se prononcent, avec constance, contre ces mesures. Le dernier en date de ces votes a eu lieu sur une résolution de la Commission de Tutelle, le 8 novembre, à propos de la politique d'apartheid étendue par le gouvernement de Prétoria au territoire du Sud-Ouest Africain, sur lequel il exerce sa tutelle au nom des NationsUnies. Cette résolution demande que cesse l'envoi, non seulement des armes, mais aussi des prOduits pétroliers à l'Afrique du Sud. e Le M.R.A.P. participe actuellement, en liaison avec différentes associations, à la création d'un comité français de lutte contre l'apartheid. Celui-ci tiendra prochainement une réunion pUblique à Pa· ris, Sa dale n'ayant pas encore été défi· nitivement fixée, nos amis sont invités à s'en informer dans la presse quotidienne. li RACISM-E 63 1 - Ce titre n'abrite pas un bilan, mais les éléments d'une ré· • flexion. L'objet en est de savoir si nous suivons d'assez près les muta· tions du racisme, autrement que sous l'angle des événements. Plus précisé· ment : à force, pour la plupart d'entre nous, d'avoir, depuis 33, combattu le nazisme et, depuis 45, les racismes antiindigènes liés aux guerres d'outre-mer, le préjugé n'est·i1 pas né, chez les antiracistes, que ces fatras de redites et cette succession de sadismes, si apparemment semblables à eux-mêmes, sont un seul et même phénomène, un S.S. après tout 'valant un tueur de l'O.A.S., lui-même à peine différent d'un massacreur de Johannesburgh ou de l'Angola? Par là, ne sommes- nous pas un peu sclérosés, c'est-àdire aveugles aux « modernisations » du racisme et moins efficaces dans la riposte? « Racisme 63 », - l'expression signifie donc : est-il possible, en cette fin d'année, de déceler les tendances actuelles du racisme? J'essaye, ici, une brève ré· ponse en ce qui concerne la France. La recherche devrait être, documents à l'appui, étendue au monde entier. Il - Not-ons, pour commencer, que cette recherche vient à l'heure. • D'abord , naturellement, parce que les événements d'Afrique et du Sud des Etats·Unis sensibilisent alternativement l'opi nion. Ensuite, parce que, dans cette opinion, les jeunes, surtout à l'Université, réagissent de plus en plus vigoureusement : avoir « fait » l'Algérie, réfléchir aux cas du style Meredith, cela les concerne en personne. Or, aux jeunes, on ne peut se Jean sëHAPIRA ] borner à décrire Auschwitz : il faut, parmi leurs contemporains, désigner qui, sous une forme ou sous une autre, rêve d'autres Auschwitz, pourquoi , par quels dé· tours. A cet égard, ni Globke, ni Per Engdal ou Degrelle ne leur paraissent déterminants. Les plus de quarante ans devraient, je crois, songer à ceci : il est des . indignations que les générations qui suivent ne ressentent qu'affaiblies. Troisième facteur, enfin, découlant de celui qui précède : l'antiracisme, sous le coup des circonstances présentes, s'enrichit aujourd'hui d'innombrables analyses originales : la récente interview de l'écrivain noir James Baldwin, consacrée à l'Amérique, est un modèle du genre (1). De tels efforts, à base fréquemment d'expériences propres, incitent forcément, de proche en proche, à regarder de plus près la structure et la fonction des racismes. Aidons en cela, les jeunes, ne serait ·ce que pour leur épargner, faute de vues d'ensemble, d'aboutir, comme il advient parfois, à des conclusions étriquées (2) . III - Cela étant, le premier trait qUI frappe, dans le racisme 63, c'est • la place qu 'y reprend la formulation prétendûment théorique. Certes, avant tout, le racisme est un ensemble de pratiques. Mais, si des « penseurs " justifient ou orientent cet ensemble, sa nocivité s'accroît : 1° Parce que les pratici.ens agissent pour le salut public, donc sans frein ; 2' Parce que le racisme devient une branche de l'enseignement. L'importance, sous Hitler, de la littérature raciste en général et de la géopolitique en particulier, répondait à cette double fonction . En tant qu'affirmation doctrinale, le racisme, en France, disparut de la scène après 45 : organiquement uni au nazisme, il ne pouvait, dans les conditions historiques de la Libération, que se terrer. Il lui fallut six ans environ pour émerger. En fait, d'ailleurs, sa réapparition s'alimentait à plusieurs sources et revêtait plusieurs formes. On peut distinguer jusqu'ici les courants suivants: - la renaissance du nazisme orthodoxe ou, si l'on préfère, vieux style (3) - le pamphlet, ou simplement la grossièreté, entretenant la haine sur la lancée de l'ultranationalisme, style presse antidreyfusarde, mais sans véritable plateforme théorique (4) - le néoracisme compensateur de la perte des colonies (5). Bien entendu, ces courants, que l'analyse sépare pour la clarté, se sont parfOiS mêlés (Poujade), ou, dans certains cas, se sont succédés chez le même personnage : Bardèche, parexemple, participe en 1950, à Malmô, lors d'un « congrès national européen " à la création d'une internationale antisémitique (nazisme orthodoxe), ce qui ne l'empêche pas, dix ans plus tard, dans l'optique d'un racisme blanc, de parler de « l'hystérie antisémite " (néoracisme colonial) (6) . Nous reviendrons sur cette évolution. Quoi qu'il en soit, deux constatations s'imposent. La première est, jusqu'à une date ré· cente, la prédominance, dans le~ écrits racistes, de l'injure et de 'la diffamation, jointes à la menace : « Jeune Nation », sur ce point, atteignit naguère une sorte de perfection. Seconde constatation : depuis déjà quelques années, la littérature raciste française n'est plus le monopole des goujats

il s'y mêle des plumitifs plus doctes.

Mélange d'ailleurs, pour ceux-ci, sans risque juridique, à condition de respecter les formes (7). L'équipe à cet égard la plus représentative est celle de « Défense du l'Occident ». On s'y embarrasse assez peu de documentation, à moIns qu'il ne s'agisse de Gobineau ou de Vacher de Lapouge (8). On y regarde l'histoire de haut, on s'y pique de verve (9), on y critique les livres, les pièces, les expositions. Bref, toute proportion gardée, comparé à « Rivarol " ou aux « Nouveaux Jours ", on y est intellectuel. Avec la « Société des Amis d'Edouard Drumont ", les « têtes » du racisme marquent un point de plus sur les Simples POUjade : le dessein du comité de patronage n'est-il pas de diffuser « l'enseignement » du grand homme ? On apprendra sans surprise que Bardèche et Vallat sont membres du comité. Problème : comment s'explique la propension du racisme 63 à dogmati.ser ? C'est ici qu'un deuxième trait intervient. VI - Ce deuxième trait, il est sans doute, depuis l'éclosion de l'hitlé- • risme, la mutation la plus profonde que le racisme ait subie. Désormais, eil effet, la couleur de peau fait prime. Voici par quel chemin. L'Indochine (les jaunes), l'Afrique (les noirs), l'Algérie (les bistres) perdues l'une après l'autre, l'Europe dépossédée est proclamée en danger de mort : la défense du blanc devient le devoir n° 1. L'avenir du monde blanc, question du siècle, c'est l'union sacrée, nos racismes in· térieurs prenant rang de querelles de famille. Le Juif, notamment, se serrera le coude avec l'Aryen, sauf à lui abandonner la conduite de la bataille, à laquelle le préparent mieux ses vertus (10) . Vacher de Lapouge l'avait d'a illeurs prédit (11). Dès lors, puisqu'un racisme dépouillé, simplifié, sans bavures inutiles, se substitue désormais aux vieilles hiérarchies entre groupes de nations .(Ies Germains, les Latins, les Slaves, etc ... ), un immense effort doctrinal doit être entrepris - exactement comme, en 33, il fallut aux nazis galvaniser l'Allemagne par le racisme alors fondamental, celui de la primauté germanique. Dès lors, également, le combat des Malan et des Goldwater est le nôtre, puisque l'apartheid est la protection du blanc (12). Dès lors, enfin, les Soviets ont leur place en Europe - blancs parmi les blancs que menace, sous couvert de dis· senstion idéologique, le « péril jaune • (13) . V -Si tels sont vraiment les traits du racisme 63, des tâches • précises en dérivent pour nous. Contre la séduction que toute théorie, en tant que telle, risque d'exercer, nous devrons préserver la jeunesse par l'explication. Contre la tentation du simplisme blanc, ce sont nos amis blancs d'outremer à qui nous devons nos soins, et d'abord aux Juifs d'Algérie : l'O.A.S. ne s'est que trop vantée d'en compter dans ses rangs. V 1 - Cet article atteindrait son but s'il ouvrait un débat. • (1) James BALDWIN : « Pour libérer les Blancs », Preuves, octobre 1963. (2) Par exemple, celles de Rachid BENOUAMEUR, dans Jeune Afrique: des 13-14 juillet 1963 qui, sous le titre : « Leur combat n'est pas le nôtre », nie toute solidarité entre les Africains, qui se sont battus pour ne pas être PortugaiS ou Français, ou Anglais, et les Noirs des Etats-Unis, qui se battent pour être Américains. (3) V. Roger MARIA, Droit et Liberté, N° 225. A noter que ce nazisme se trouve indirectement soutenu par un certain RASSINIER, qui nie les chambres à gaz, notamment dans la revue de la Bundeswehr Deutsche Soldaten-Zeitung, novembre 1960, p. 4. (4) V. RIVAROL, Fraternité Française, etc., ainsi que le Dimanche-Matin, du regretté CAPGRAS. (5) V. mon rapport à la Journée Nationale du 25 mars 1962. (6) Défense de l'Occident, septembre 1960, p. 5. (7) V. l'arrêt de la Cour de Paris, du 26 mars 1952, Recueil Dalloz, 1953, p. 342, qui soustrait à toute répression les responsables « d'un article conviant à une saine méfiance envers les juifs et préconisant un antisémitisme raisonnable qu'il oppose à la persécution raciste lI. (8) VACHER DE LAPOUGE, 1854-1936, auteur de l'Aryen, dont le chapitre final est publié dans Défense de l'Occident, mai 1963, pp. 73 et ss. (9) Extrait de la verve de M. BARDECHE

« ... Le racisme fait partie de ce

barda que tout intellectuel transporte sur son dos, comme le fantassin portait jadis son sac. Cette paire de godillots, fabriquée en série, comporte une large empeigne de jérémiades taillée dans une information incomplète ou fausse et une solide semelle de serments cloutés qui ouvrent notre coeur, notre bourse et nos chambres à coucher aux noirs, aux juifs, aux jaunes, aux gitans et, d'une façon générale, à tout ce qui peut se goberger à nos frais au nom des principes sacro-saints de l'antiracisme. » (Défense de l'Occident, mai 1963, p. 3.) (10) BARDECHE, Défensè de l'Occident, ibid~p. 3 et ss - adde : Nouveaux Jours, 6 septembre 1963 : « Les 50 lignes de Machiavel lI. (11) Cité dans Défense d-e l 'Occident, réf. supra, note 8 : « Les races colorées, Homo Asiaticus, Homo Afer, sont des concurrents de l'avenir plutôt que du présent. Dans l'avenir, quand le demi-mil· liard de jaunes de l'Extrême-Orient sera parvenu à un degré de civilisation plus analogue au nôtre, les difficultés deviendront plus grandes. Il en sera de même quand les populations noires de l'Afrique, douées d'une si grande fécondité et que nous empêchons de s'égorger, rempliront le continent de leurs masses compactes et fardées de civilisation. » (12) V. Défense de l'Occident, septembre 1960, pp. 17 et ss. Le temps de la haine. (13) BARDE CHE, Défense de l 'Occident, mai 1963, p. 9 : « ... Ce réaliste, raciste sans le savoir, pensera nécessairement lue la Russie, même soviétique, peut devenir, un jour, par la force des choses, un boulevard du monde blanc contre l'in· vasion mongole. ». - A noter que ce n'est pas l'avis de M. LEBRUN, dans Fraternité française. 6 septembre 1963. Co.ntre les juifs, les noirs, les Arabes, les inscripti( fleurissent dans les couloirs du métro. Là, les chevaliers de la haine n'ont rien trouvé - sombre ironie - pour tracer leurs infects grafl affiche où il est question du « temps d'aimer » ... (Photo Elie Une ollense , a la J Vives protestotions contre 10 diffusion des « Volontoires » QUI EST " SAINT-LOUP" ? (Voir notre article en page 8.1 La sortie du livre « Les Vo· lontaires )), signé du pseudonyme de « Saint-Loup )) a provoqué une prOfonde émo· tion parmi les a n cie n s résis· tants et déportés, dans tous les milieux atta· chés aux idéaux démocratiques. Cette émotion s'est encore ac· crue, à l'annonce d'une manifesta· tion publique au cours de laquelle l'auteur devait signer son « oeuvre », le vendre· di 15 novembre, à la librairie Dauphine, 58, rue Mazarine. Le 8 novembre, dans un communiqué à la presse, le M.R.A.P. s'élevait avec vigueur contre cette provocation, soulignant que le livre de « Saint-Loup », qui constitue « une apologie des crimes de guerre et de la collaboration avec l'ennemi )), « exalte d'une façon éhontée l'idéologie nazie et le racisme le plus grossier )). Notre Mouvement appelait « les antiracistes, tous ceux qui ont souffert du nazisme et qui s'y sont opposés, à se mobiliser pour empêcher cette odieuse manifestation, cette offense à la mémoire des héros et des martyrs de' la Libératio:'! de notre pays )). En même temps, le M.R.A.P. adressait aux ministres de l'Intérieur, de la Justice et de l'Education Nationale, à M. Malraux, ministre d'Etat, ainsi qu'au préfet de (Suite page 8' La «vente signature» prévue pour le 15 novenmbre n'a pas eu lieu des Il LES amis de l'Allemagne hitlériel ont fêté avec une particuli audace l'anniversaire du 11 vembre. Dans un grand hôtel de Pa la fine fleur du fascisme voulait dl cacer un disque à la mémoire de l Maréchal Pétain. La Préfecture Police a interdit cette manifestat pour le moins déplacée. Par contre, en toute liberté, «Presses de la Cité" viennent publier un ouvrage à la gloire de L.V.F. (1) « Aspects de la France ", Xavier Vallat, l'ex-« Commissaire ftJ'faires Juives", «Rivarol" qui : semble comme un frère à «Je .l Partout" ont exulté de joie. On a ( au génie. Le romancier «est hors pair", affirme Jacques Valmont d « Aspects de la France ", et il ajou Un article de Pierre BLOCH Ancien Ministre Vice-Président du Comité d'Action de la Résistance « Je l'estime supérieur à H emingwQ Et, en quelques jours, 40.000 lecte ont acheté cet ouvrage. Dans ce concert de louanges de g qui ont activement participé à « Kollaboration " et dont certains du sang sur les mains, nous n'avons entendu la voix de Monsieur le Ga des Sceaux. Car nous sommes de c qui pensons que, vingt ans aprè~ est scandaleux pour nous, intolén pour le souvenir de nos morts, de ' paraître un livre à la gloire de l' forme nazi. En effet, c'est une revanche r ceux qui ont porté l'uniforme allem pendant que les patriotes tomba sous les balles' des nazis, de sa sans vergogne la sortie de ce livre. Le scandale est intolérable; c publication est en infraction de 12 qui réprime l'apologie des crime~ collaboration et de trahison et des mes de guerre. La loi du 5 janvier . n'a pas été abrogée, que je sache, m dans une séance de nuit du Parlen à la sauvette. (1) « Légion des Volontaires França qui combattit sous l'uniforme hitlérien. E 63 Sur , 'dele une 'ree 1 14 publié dans Défense de l'Occident, i 1963, pp. 73 et ss. (9) Extrait de la verve de M. BARDEE

« ... Le racisme fait partie de ce

rda que tout intellectuel transporte sur n dos, comme le fantassin portait jadis n sac. Cette paire de godillots, fabriquée série, comporte une large empeigne de émiades taillée dans une information complète ou fausse et une solide semelle serments cloutés qui ouvrent notre ur, notre bourse et nos chambres à ucher aux noirs, aux juifs, aux jaunes, gitans et, d'une façon générale, à tout qui peut se gOberger à nos frais au m des principes sacro·saints de l'anticisme. » (Défense de l'Occident, mai 63, p. 3.) (10) BARDE CHE, Défensè de l'Occident, id~p. 3 et ss - adde : Nouveaux Jours, septembre 1963 : « Les 50 lignes de achiavel ». (11) Cité dans Défense de l'Occident, f. supra, note 8 : « Les races colorées, omo Asiaticus, Homo Afer, sont des ncurrents de l'avenir plutôt que du prént. Dans l'avenir, quand le demi-milrd de jaunes de l'Extrême-Orient sera rvenu à un degré de civilisation plUS alogue au nôtre, les difficultés devienont plus grandes. Il en sera de même and les populations noires de l'Afrique, uées d'une si grande féconditë et que us empêchons de s'égorger, rempliront continent de leurs masses compactes et rdées de civilisation. » (12) V. Défense de l'Occident, septeme 1960, pp. 17 et ss. Le temps de la haine ••• ( L'« Essai sur l'inégalité des UNE édition « de poche" vient récemment de publier une reprise partielle de « l'Essai sur l'inégalité des races » de Gobineau. Il est certes utile de disposer d'une édition courante du grand classique du racisme, du livre de chevet des raciologues du III' Reich. Etait-il in· dispensable pourtant, dans un livre destiné au grand public, souvent peu entraîné à la critique des idées scientifiques du XVIIIe siècle, dans une introduction qui est assez habile, de laisser passer le Gobineau pour une source scientifique toujours actuelle, pour autre chose que l'ouvrage de doctrine étayé de données anthropologiques défaillantes qu'il est. « L'Essai sur l'inégalité des races » est un témoin monumental des artifices dans lesquels à toutes les époques, de la préhistoire et de l'histoire, le dominateur temporaire a essayé de justifier ses actes. En ce début du XIX' siècle où l'ouvrage est né, on ne se demande plus si les par André LEROI- GOURHAN Directeur de l'Institut d'Ethnologie (13) BARDECHE, Défense de l'Occident, ai 1963, p. 9 : « ... Ce réaliste, raciste ns le savoir, pensera nécessairement ue la Russie, même soviétique, peut evenir, un jour, par la force des choses, Co.ntre les juüs, les noirs, les Arabes, les inscriptions racistes fleurissent dans les couloirs du métro_ nègres ont une âme, c'est désuet depuis longtemps; on essaie de prouver qu'ils ont un petit cerveau. A quel point cette démonstration s'insère dans un courant d'idées qui portent sans vaillance leur siècle de vieillissement n'est pas dit au lecteur non prévenu. On ne lui explique pas que I8so est à peu près le sommet de la domination du monde par l'Occident civilisé, que déjà de forts courants partagent l'opinion à l'égard des formes inférieures de la vie humaine comme le noir qui coupe les cannes à sucre pu le blanc qui pousse les wagonnets de charbon. On néglige de situer le comte de Gobineau dans sa réaction contre le monde qui s'entrouvre, dans la recherche d'une justification qui emprunte ses (lreuves à la science d'une ép09ue où l'on découvrait encore l'enchaînement des etres. la hiérarchie du singe a l'homme, les lois de l'hérédité, les bosses du crâne, dans un mélange où les intuitions scientifiques côtoient les plus fantastiques aberrations. Dans ce courant, Gobineau a pêché ce qui paraissait soutenir sa thèse. Il aurait fallu dire, surtout, que toute l'oeuvre est fondée sur une totale confus'ion entre la race eUa cu~ure. L'interminable exposé des raisons pour lesquelles il y a des groupes humains inférieurs et des groupes supérieurs joue sur la confusion des inégalités de niveau culturel avec des critères d'inégalité psychologique. Ici encore, il aurait fallu dire au lecteur que la pensée du boulevard du monde blanc contre l'insion mongole. ». - A noter que ce n'est s l'avis de M. LEBRUN, dans Frater' té française. 6 septembre 1963. Là, les chevaliers de la haine n'ont rien trouvé de mieux - sombre ironie - pour tracer leurs infects graffiti, qu'une affiche où il est question du « temps d'aimer » •.• Photo Elie Kagan.) Une offense la , . memoIre Vives protestations contre la diffusion des « Volontaires» QUI EST " SAINT-LOUP" ? (Voir notre article en page 8 ' La sortie du livre « Les Vo· lontaires », signé du pseudonyme de « Saint-Loup» a provoqué une prOfonde émo· tion parmi les a n cie n s résistants et déportés, dans tous les milieux attachés aux idéaux démocratiques. Cette émotion s'est encore ac· crue, à l'annonce d'une manifestation publique au cours de laquelle l'auteur devait signer son « oeu· vre », le vendre· di 15 novembre, à la librairie Dauphine, 58, rue Mazarine. Le 8 novembre, dans un communiqué à la presse, le M.R.A.P. s'élevait avec vigueur contre cette provocation, soulignant que le livre de « Saint-Loup », qui constitue « une apologie des crimes de guerre et de la collaboration avec l'ennemi », « exalte d'une façon éhontée l'idéologie nazie et le racisme le plus grossier ». Notre Mouvement appelait « les antiracistes, tous ceux qui ont souffert du nazisme et qui s'y sont opposés, à se mobiliser pour empêcher cette odieuse manifestation, cette offense à la mémoire des héros et des martyrs de' la Libératio."l de notre pays ". En même temps, le M.R.A.P. adressait aux ministres de l'Intérieur, de la Justice et de l'Education Nationale, à M. Malraux, ministre d'Etat, ainsi qu'au préfet de (Suite page 8.) 9Jec.nièc.e CMliltule ~ La « vente signature» prévue pour le lS novenmbre n'a pas eu lieu des martyrs LES amis de l'Allemagne hitlérienne ont fêté avec une particulière audace l'anniversaire du Il novembre. Dans un grand hôtel de Paris, la fine fleur du fascisme voulait dédicacer un disque à la mémoire de l'exMaréchal Pétain. La Préfecture de Police a interdit cette manifestation pour le moins déplacée. Par contre, en toute liberté, les «Presses de la Cité" viennent de publier un ouvrage à la gloire de la L.V.F. (1) « Aspects de la France ", de Xavier Vallat, l'ex-« Commissaire aux Affaires Juives ", « Rivarol» qui ressemble comme un frère à « Je suis Partout » ont exulté de joie. On a crié au génie. Le romancier «est hors de pair», affirme Jacques Valmont dans « Aspects de la France », et il ajoute: Un article de Pierre BLOCH Ancien Ministre Vice-Président du Comité d'Action de la Résistance « Je l'estime supérieur à Hemingway». Et, en quelques jours, 40.000 lecteurs ont acheté cet ouvrage. Dans ce concert de louanges de gens qUI ont activement participé à la « Kollaboration» et dont certains ont du sang sur les mains, nous n'avons pas entendu la voix de Monsieur le Garde des Sceaux. Car nous sommes de ceux qui pensons que, vingt ans après, il est scandaleux pour nou s, intolérable pour le souvenir de nos morts, de voir paraître un livre à la gloire de l'uniforme nazi. En effet, c'est une revanche pour ceux qui ont porté l'uniforme allemand pendant que les patriotes tombaient sous les balles' des nazis, de saluer sans vergogne la sortie de ce livre. Le scandale est intolérable; cette publication est en infraction de la loi qui réprime l'apologie des crimes de collaboration et de trahison et des crimes de guerre. La loi du 5 janvier 1951 'n'a pas été abrogée, que je sache, même dans une séance de nuit du Parlement, à la sauvette. (1) « Légion des Volontaires Français », qui combattit sous l'uniforme hitlérien. L'AUTEUR signe Saint-Loup et tout laisse supposer qu'il s'agit d'un ~ des anciens dirigeants de « La Gerbe» et du « Combattant Européen» organe de la L.V.F. « Les Volontaires» - puisque c'est le titre du livre - se présente comme une sorte de reportage romancé que l'auteur prétend fondé sur la vérité et auquel il mêle ses commentaires à la gloire d'Hitler, du nazisme et du racisme. Les personnages, se livrent à des professions de foi nettement définies. Le Lieutenant Le Fauconnier - que le critique de « Rivarol» désigne comme le « porte-parole» du romancier - s'exprime ainsi: « Le service de mon Führer est aussi exigeant que celui de 'votre Dieu!». Il a d'ailleurs, comme tous les membres de la L.V.F., prêté le serment: «Je jure d'obéir fidèlement à Adolf Hitler, chef de la Wehrmacht, dans la lutte contre le bolchevisme, en loyal soldat ». L'idéologie de ce personnage inclut évidemment le racisme, « racisme scientifique» bien entendu: « Les races supérieures dominent irrésistiblement les races inférieures, par le jeu de leur cérébralisation plus poussée» (p. 219). « Je - marche contre n'importe quel adversaire, Français compris! Français surtout! " dit-il encore (p. 418). Et «Monsignore» Mayol de Lupe exhorte ainsi ceux dont il est le « directeur de conscience»: « En attendant d'ouvrir votre coeur à nos ennemis, sabrez, taillez, portez de bons coups à l'infidèle! Comme nos preux qui ne s'embarrassaieC pas de conscience chrétienne à l'heure du combat». Cette profession de foi le conduit à prêcher pour les S.S. : « Notre Führer nous appelle à ses côtés, au nom même de cette fidélité exemplaire que vous avez montrée. Et maintenant notre raison d'être, notre raison de lutter va s'inscrire dans la devise de la W affen S.S. qui maintient les dernières valeurs morales que nous respectons en ce bas monde: « mon honneur s'appelle fidélité » (p. 496-97). Le ; porte-parole» s'écrie: « Si j'arrive un jour au pouvoir, la France re. grettera Hitler avec des larmes de sang!» (p. 282) et, devant la défaite imminente, explique ainsi le but: « Si (Suite page 8 ,) XIX· siècle n'échaJ?jlait pas à cette confusion et que l'école de Broca, qu'on ne songe pas à accuser de racisme, liait l'étude du crâne à celle des institutions et des coutumes matérielles. Cette idée d'un atavisme culturel a mis très longtemps à se dissiper dans la conscience des intellectuels même ; il est plus facile de dire que les Russes ont le don des langues ou les noirs celui du rythme que de prouver pourquoi de tels faits n'ont qu'une consistance historique. La démonstration raciologique de Gobineau, si l'on fait abstraction des matériaux dérisoires qu'il emprunte à l'anthropologie physique, est toute fondée sur des considérations empruntées à l'Histoire, laquelle n'a absol)1ment rien à voir avec les propriétés raciales telles que Gobineau les conçoit. S'IL est une chose dont la mise en lumière doit être faite, c'est précisément le caractère étonnamment sommaire de la démonstration scientifique. .L' « Essai sur l'inégalité » pourrait passer pour une démonstration de la supériorité que la puissance matérielle donne à certains groupes sociaux, ce serait placer l'ou-

  • Com lt~ d 'Eta blissem e n t HISPANO-SUIZA ..

La COlJlllli83iolt I ... oisirs f'l Gulturc OrfltH,iHI' eH ro llulmrutiotf ('IJt~C le MOUVEMENT tllln le RAClSME, l'ANTJstMITtsfr4E .1 ,01/' 10 PAIX, ulle confér e nce su.- Le RACISME (lar Maître SC HAPIRA le JEUDI 24 OCTOBRE à 18 h. 30 -- Salle ~es loisirs ~u C. E. è 17 h . 45. projectlClr"l du documentaire oc SOUVIENS - TOI .. il pa rli,· du ~I a"d i 22 OCloh.-c. ulle cxpllsi lioll su,' les IO"mcs et Ics aspccls du ,·acislllc. SC"a visihle dans la Sa lle des Loisirs. raCE vrage tenir peupl€ d'autrl problè jugem tion sincèr plus! aspect consis pologi férene les qu'on gné serait pérati relIes est-or: préfa, montl ces f( II tation vrage cielle un s: nivea derne est il traigl faible rie d, Mi probl SQU.S sentil XIX' de l'~ dans des c sanc~ donn l'épol l'acc! devie perse rellel ceux l'aryl la n cent noml tous revêt exerr Le les t 10isiI sente bre c par vrier mis menl Cid'éta les « la CI Sur , 'dete une . ree 1 Ion intempestive ( L'« Essai sur l'inégalité des races humaines», de Gobineau) UNE édition « de poche" vient récemment de publier une reprise partielle de « l'Essai sur l'inégalité des races» de Gobineau. Il est certes utile de disposer d'une édition courante du grand classique du racisme, du livre de chevet des raciologues du III" Reich. Etait-il in· dispensable pourtant, dans un livre destiné au grand public, souvent peu entraîné à la critique des idées scientifiques du XVIIIe siècle, dans une introduction qui es't assez habile, de laisser passer le Gobineau pour une source scientifique touiours actuelle, pour autre chose que l'ouvrage de doctrine étayé de données anthropologiques défaillantes qu'il est. « L'Essai sur l'inégalité des races » est un témoin monumental des artifices dans lesquels à toutes les époques, de la préhistoire et de l'histoire, le dominateur temporaire a essayé de j~tifier ses actes. En ce début du XIX· siècle où l'ouvrage est né, on ne se demande plus si les par André LEROI- GOURHAN Directeur de l'I nstitut d'Ethnologie nègres ont une âme, c'est désuet depuis longtemps; on essaie de prouver qu'ils ont un petit cerveau. A quel point cette démonstration s'insère dans un courant d'idées qui portent sans vaillance lem: siècle de vieillissement n'est pas dit au lecteur non prévenu. On ne lui explique pas que I8so est à peu près le sommet de la domination du monde par l'Occident civilisé, que déjà de forts courants partagent l'opinion à l'égard des formes inférieures de la vie humaine comme le noir qui coupe les cannes à sucre .ou le blanc qui pousse les wagonnets de charbon. On néglige de situer le comte de Gobineau dans sa réaction contre le monde qui s'enfrouvre, dans la recherche d'une justification qui emprunte ses treuves à la science d'une époque où l'on découvrait encore l'enchaînement des etres, la hiérarchie du singe à l'homme, les lois de l'hérédité, les bosses du crâne, dans un mélange où les intuitions scientifiques côtoient les plus fantastiques aberrations. Dans ce courant, Gobineau a pêché ce qui paraissait soutenir sa thèse. Il aurait fallu dire, surtout, que toute l'oeuvre est fondée sur une totale confus'ion entre la race etJa culture. L'interminable exposé des raisons pour lesquelles il y a des groupes humains inférieurs et des groupes supérieurs joue sur la confusion des inégalités de niveau culturel avec des critères d'inégalité psychologique. Ici encore, il aurait fallu dire au lecteur que la pensée du XIX· siècle n'échap,j)ait pas à cette confusion et que l'école de Broca, qu'on ne , . emolre rtyrs L'AUTEUR signe Saint-Loup et tout laisse supposer qu'il s'agit d'un r r des anciens dirigeants de « La Gerbe» et du « Combattant Européen» organe de la L.V.F. {( Les Volontaires» puisque c'est le titre du livre - se présente comme une sorte de reportage romancé que l'auteur prétend fondé sur la vérité et auquel il mêle ses commentaires à la 1 gloi.re d'Hitler, du nazisme et du raCIsme. Les personnages, se livrent à des professions de foi nettement définies. Le Lieutenant Le Fauconnier - que le critique de « Rivarol» désigne comme le « porte-parole» du romancier - s'exprime ainsi: « Le service de mon Führer est aussi exigeant que celui de 'votre Dieu! ». Il a d'ailleurs, comme tous les membres de la L.V.F., prêté le serment: « Je jure d'obéir fidèlement à Adolf Hitler, chef de la Wehrmacht, dans la lutte contre le bolchevisme, en loyal soldat ». 1 L'idéologie de ce personnage i~clut évidemment le racisme, « raClsme scientifique» bien entendu: « Les races supérieures dominent irrésistiblement les races inférieures, par le jeu de leur cérébralisation plus poussée» (p. 219). « Je - marche contre n'importe quel adversaire, Français compris! Français surtout! » dit-il encore (p. 418). Et « Monsignore» Mayol de Lupe 1 exhorte ainsi ceux dont il est le « directeur de conscience»: « En attendant d'ouvrir votre coeur à nos ennemis, sabrez, taillez, portez de bons coups à l'infidèle! Comme nos preux qu.i ne s' embarrassaier,: pas de conSCIence chrétienne à l'heure du combat ». Cette profession de foi le con~~it à prêcher pour les S.S.: « Notre Fuhrer nous appelle à ses côtés, au nom même de cette fidélité exemplaire que vou~ avez montrée. Et maintenant notre ratson d'être, notre raison de lutter va s'inscrire dans la devise de la Waffen S.S. qui maintient les dernières valeurs morales que nous respectons en ce bas monde: « mon honneur s'appelle fidélité » (p. 496-97). ". . ., Le « porte-parole» s ecne: « St J arrive un jour au pouvoir, la France re. grettera Hitler avec des larmes de sang!» (p. 282). et, d~v~nt la défait~ imminente, explIque amSl le but: « St {Suite page 8' songe pas à accuser de racisme, liait l'étude du crâne à celle des institutions et des coutumes matérielles. Cette idée d'un atavisme culturel a mis très longtemps à se dissiper dans la conscience des intellectuels même; il est plus facile de dire que les Russes ont le don des langues ou les noirs celui du rythme que de prouver pourquoi de tels faits n'ont qu'une consistance historique. La démonstration raciologique de Gobineau, si l'on fait abstraction des matériaux dérisoires qu'il emprunte à l'anthropologie physique, est toute fondée sur des considérations empruntées à l'Histoire, laquelle n'a_ absol)1ment rien à voir avec les propriétés raciales telles que Gobineau les conçoit. S'IL est une chose dont la mise en lumière doit être faite, c'est précisément te caractère étonnamment sommaire de la démonstration scientifique. .L' « Essai sur l'inégalité » pourrait passer pour une démonstration de la supériorité que la puissance matérielle donne à certains groupes sociaux, ce serait placer l'ou-

  • Comité d·Etabllssement HISPANO-SUIZA *

La Commi81J;Q" LOÏl~ i r8" ~ Cultu re Or!llI1lÎHf' el! ru llflboratiO J! avec le MOUVEMENT (On',. 1. RACrsMf. l'AHTIS~HITISME ft pour 10 PAIX, IIl1r conférence SUI' Le RACISME pa r Maître SCHAPIRA le JEUDI 24 OCTOBRE à 18 h, 30 -- Salle ~es loisirs ~u C. [ SI 17 h . 45. p ",Ojection du documentaire .. SOUVIENS· TOI " à pa r ti ,· du ~I a " d i 2"1 Oclou,·c. IIne ex position su,' les IO"mes el Ics aspecls du "ocisOlle, sC"a visible dans la Salle des Loisirs. vrage sur son plan véritable. On peut soutenir que par vocation céleste ou autre, des peuples sont prédestinés à la domination d'autres peuples, le lecteur est devant un problème simple et il reste maître de son jugement. En âffirmant que c'est_ par vocation génétique, Gobineau était peut être sincère, mais cent ans plus tard, on n'est plus sinc..èr~ lorsqu'on ne dit pas que cet aspect essentiel de sa doctrine est sans consistance. Aujourd'hui encore, l'anthropologie se débat dans la recherche des différences physiqiogiques ou psychiques entre les races ct I~s nuances sont si faibles qu'on ne saurait dire en quoi le plus éloigné de l'Européen, l'aborigène d'Australie serait différent de nous après quelques générations passées dans les formes culturelles les plus évoluées. A plus forte raison est-on loin- de pouvoir dire, comme dans' la préface de ce livre, que « Gobineau démontre qu'il est des races fortes et des !'aces faibles ». Il serait inutile d'entreprendre la réfutation du contenu anthropologique de l'ouvrage car la comparaison la plus superficiellè avec les données accumulées depuis un siècle situe la « démonstration » au niveau qu'auraient pour la physique moderne les explications alchimiques. Ce qui est inexplicable, c'est qu'en I96~ on contraigne encore à discuter l'aspect le ·plus faible, encore que fondamental, de la théorie de l'inégalité des races. Mieux vaudrait sans doute aborder le problème plus franchement et le reprendre SQU.S l'angle sociologique et historique. Le sentiment de supériorité que procure au XIX· siècle la longue vocation culturelle de l'Occident est un fait non discutable et, dans l'optique de Gobineau, la recherche des causes de cette supériorité des connaissances objectives et des moyens matériels donne matière à une transposition qui, ·à l'époque, n'avait rien de très exceptionnel : l'accumulation millénaire des connaissances devient hérédité intellectuelle. La hantise personnelle de la « race » le portait naturellement à puiser dans l'océan des faits ceux qui berçaient le mieux son rêve de l'aryen idéal. Il aurait été bon de dire que la race pure aryenne s'est dissoute depuis cent ans dans la poussière, que des travaux nombreux ont miné le mythe du dolichocéphale blond, que les théories historiques contenues dans le livre font aujourd'hui figure de curiosités désuètes aux yeux des orientalistes comme des archéologues. On aurait sans doute servi le lecteur en lui confiant les ressorts de la pensée gobinienne, qui n'est guère mieux étayée que celle .de Bernardin de Saint-Pierre, mais qui a marqué beaucoup plus. LA vitalité de l' « Essai» est liée en effet à des causes psychologiques profondes. L'hostilité spontanée à l'égard de l'étranger, surtout s'il est socialement différent, trouve sa justification la plus parfaite si l'on donne la preuve qu'il est marqué physiquement par l'infériorité. Bien avallt que le XVIII' siècle poursuive les premieres justifications scientifiques, toutes les civilisations montantes, tous les groupes vainqueurs, avaient refusé une pleine humanité à leurs esclaves ou à leurs parias. Le XIX· siècle de Gobineau avait beaucoup plus besoin qu'aucun autre de se trouver des excuses, il était le premier aussi à pouvoir forcer l'autorité scientifique à prendre le relais des prétextes tirés de la religion. Plus que la violence faite à la révélation, la violence faite à la science convient aux siècles éclairés. C'est pourquoi, depuis plus de cent ans, tous ceux qui ont voulu pallier leur inquiétude secrète se sont alignés dans l'ombre du grand-père du racisme moderne. Quoiqu'au dos du livre, on dise au lecteur qu'il faIlait cependant l'imagination perverse d'un Hitler pour puiser dans cet « Essai )J la justification d'Auschwitz et de Ravensbrusck, il est désolant de voir aujourd'hui cet ouvrage périmé chercher ses lecteurs au niveau du livre de poche. La couverture porte un dessin à la plume oit l'on voit un palais assez mal construit, couronné de potences auxquelles des hommes inégaux attendent qu'on les accroche; mais les potences sont devenues trop petites, car les hommes ont l'air d'avoir grandi, l'édifice est prêt à s'écrouler et le soleil qui se lève laborieusement derrière perce à travers les barreaux de ses baies. Cette image symbolise assez heureusement, quoique de manière involontaire, l' « Essai sur l'inégalité des races humaines )J. Chez Hispano-Suiza ... LE Comité d'Etablissement de l'entreprise Hispano-Suiza, à Bois-Colombes, a pris, le mois dernier, une initiative dont tous les antiracistes se fé liciteront, et qui revêt, sous bien des aspects, un caractère exemplaire. Le jeUdi 24 octobre à l'heure où sortent les travailleurs, eut lieu dans la salle des loisirs, une conférence sur le racisme, présentée par notre ami Jean Scha,pira, membre du Bureau National du M.R. A.P. Suivie par plusieurs dizaines de personnes - ouvriers et employés - cette conférence a permis de mieux faire connaître notre Mouvement dans cette importante usine, et les Ci-contre : l'affiche éditée par le Comité d'établissement. Ci-dessous : vues partielles de l'exposition et de la salle pendant la conférence. participants seront désormais mieux armés pour combattre les manifestations de racisme, quelles qU'elles soient. Il convient de souligner l'excellent travail effectué à cette occasion par la commission culturelle du Comité d'Etablissement. Une affiche placardée en divers points de l'entreprise avait annoncé la conférence. De plus, une très belle exposition de photos avait été organisée, montrant les différentes formes du racisme, exaltant la tolérance, l'esprit de fraternité humaine, conformes aux plus nobles traditions du peuple français. Cette exposition qui dura près d'une semaine, avant et après la conférence, a été visitée, avec un vif intérêt, par des centaines de travailleurs. Des exemp.1aires récents de « Droit et Liberté », des brochures du M.R. A.P., des listes de pétition ont été distribués en grand nombre. Expérience probante à renouveler en d'autres lieux. ---·-8 QUI EST SAINT-LOUP? CELUI qui signe modestement « Saint-Loup » est connu. Il s'agit, ni plus ni moins, de Marc Augier, qui, en raison de 5"on passé préfère se cacher sous un prudent anonymat. Avant-guerre, Marc Augier était dirigeant des Auberges de Jeunesse, et, après la « divine surprise n de l'occupation nazie, vomi par sa propre organisation, il se mit à la disposition des' vainqueurs. Dès lors, une carrière digne de son envergure s'offrait à lui. « La Gerbe }} et « te Combattant Européen }} telligen,ce avec l'ennemi - maIs condamné par contumace. Ayant trouvé un refuge sûr, il s'employa à écri re un premier livre s'ur les sanglants exploits de la L.V.F., qui fut publié en allemand par une maison d'édition néo-nazie en Argentine, sous le titre . « GotterdanlLl1erung » (Le crépuscule des dieux) en 1945. Lorsq u' il s'estima hors de danger, il se présenta devant les juges (en 19S~). Défendu par :Me Biaggi, il écopa une peine symbolique de deux ans de prison, a ussitôt amnistiée. Ainsi, A ug ier n'a en rien payé pour sa c0111'pli cité avec le nazisme. Il a pu reprendre ses activités « littéraires » sans encombre. Peut-être que, tout de même, il est allé trop loin, cette fois ... Une délégation du MRAP au , ministère de l'Intérieur. Au mois de mai dernier. par une lettre de son secrétaire général, le MRAP attirait l'attention du ministre de l'Intérieur sur des publications néo-nazies, violemment racistes , telles que Le Vicking ", " L'Europe réelle ". etc ... . diffusées ouvertement dans les kiosques parisiens. Il demandait que des mesures soient prises pour faire échec à cette propagande hitlérienne. Quelque temps après. le cabinet du mi nistre répondait qu'il n'éta it pas possible à celui-ci d·intervenir. car « l'Autorité administrative ne peut prescrire la saisie d'un ouvrage que lorsqu'il porte atteinte à la sûreté de .l'Etat ". Se référant au décret-loi Marchandeau. qui concerne « les injures et diffamations commises contre un groupe de personnes appartenant, par leur origine, à une race ou religion déterminée ", cette réponse ajoutait: « Il vous appartient, en conséquence, et si vous le jugez utile, de déposer plainte entre les mains de M. le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de la Seine. qui appréciera de la suite à donner à votre requête " ...

Or. on sait que . dans le cadre de la législation actuelle. lorsqu 'une organisation - et le M.R.A.P. l'a fait à maintes reprises - engage des poursuites contre une publication raciste. cette organisation est très souvent déclarée irrecevable. Quant aux Parquets qui pourraient prendre eux-mêmes I·initiative. d'ouvrir des procédures dans ce sens. nous ne connaissons pas de 'cas où ils soient intervenus spontanément. Il y a donc une véritable impasse. dont notre Mouvement montre depuis longtemps la gravité. car la propagande raciste en bénéficie d'une façon permanente. Rédacteur en chef de « La Gerbe n, il exalte, semaine après semaine, la « révoltttion européenne » accomplie par Hitler, « dont la première tâche devrait être de bris,er la ploutocratie fuive » (18 décembre 1941). Augier est récompensé de ses efforts : Xavier Vallat lui confie un poste d'administrateur de biens juifs. Mais il fait du zèle. Proclamant ,« Hitler, ça c'est un homme! » il lie rend sur le « froilt de l'Est » comme correspondant de guerre et sergent dans la L.V.F. Il est édifiant de lire les articles enthuil5iastes qu'il envoie au « Combattant Européen », où, en phmses ronflantes, il chante l'héroïsme des incendiaires qui mènent « un combat à la vie à la 1lIort, pOlir le salllt de la race blanche » (aoÎlt lc)4~). Quand Marc AUGIER « épurait» les Auberges de la Jeunesse Pour exposer cette situation. doss iers à I·appui. et pour souligner la possibilité d'une action efficace des pouvoirs publics. le M.R.A.P. a demandé audience. '

Comme suite à cet échange de correspondance. une délégation comprenant notre secrétaire général. Charles Palant. M' Jean Schapira. Me Henri Garidou et Albert Lévy a été reçue. le 31 octobre par un membre du cabinet du ministre de 1·l ntérieur. Dans ces textes, on trouve déjà en germe le style et parfois' les phrases mêmes de son livre « Les Volontaires », qui est, en somme, le prolongement de ses activités passées. Une première moûture des « Volontaires }} Ce fanatique de la haine et de la violence allait être, au lendemain de la Libération, condamné à 1110rt pour in- UN nom remonte à la surface. On le croyait enterré dans l'ombre. Mais les anciens na:::is et leurs complices, après le temps de la honte, n'ont pas cmmn celni dn remords. 'par prudence, tont.efois, on ~ttilise un pseudonyme. En l' occnrence - SaintLonp. Derriè1'e ce loup, qni n'a rien d'lin saint se profile lin certain JYfarc A7tgier. VOltS en sonvene:::-vous ? Dans son récent ouvrage (De n'est pas le seul qu'il ait fait paraîtTe après mie Libération particulièrement lIIagnanime) il chante les e:vploits des « volontaires» , de ces traîtres qui prire71t les annes contTe leur patrie, car c'est la France qu'ils combattaient sur le front de l'Est 011 se LES PROTEST AllONS (Suite de la page centrale) police, des lettres attirant leur attention sur ce scandale et demandant q:le des mesures soient prises pour y mettre fin. Le 12 novembre, salle Lancry, les délégués de diverses associations se réunissaient pour examiner la situation. Etaient représentés, outre le M.R.A.P. : le Comité de Liaison de la Résistance (groupant 47 associations et organismes de mouvements et réseaux), le Comité d'entente des réseaux P.F.C., l'Association des Dépor~és et Internés de la Résistance (A.D,I.RJ, l'Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance (A.N.A.8.RJ. l'Association Nationale des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance française. la Fédération Na~ionale des Déportés et Internés Résistants e:; Patriotes (FNDIRP), l'Amicale Nationale des Aveugles, Mutilés ·et Invalides de la Résistance, les Amicales des camps de Neuengamme. Mauthausen. Auschwitz, Sachsenhausen - Orianenbarg, Buchenwald, Ravensbrück, l'Union des juifs pour la Résistance et l'Entraide Une offense à la mémoire des martyrs (Suite de la page centrale) nous devons survivre cl une guerre perdue, c'es) uniquement pour préparer la suivante, avec d'autres méthodes, mais . un objectif inchangé ... » (p. 284). Cette menace de Le Fauconnier ne revêt-elle pas une singulière actualité? Et la conclusion du Livre se passe de commentaires. Il se termine par les félisitations du Commandant en chef de la 4' Armée, un quelconque général nazi: Gotthard Heinrici qui, sans doute, occupe un poste important dans la République de Bonn. Qui sait? Ce livre sera peut-être proposé comme prix à la fin de l'année de l'année scolaire 1964. Nous avons vu beaucoup de choses, mais nous n'avons pas fini d'en voir. P.-B. (U.J.R.E,), l'Amicale des Anciens Déportés Juifs, l'Amicale des Juifs Anciens Résistants (A.J.A.R). l'Union des Sociétés Jui· ves de France, le Club Amitié. Tous ces groupements décidèrent d'appeler ceux qui partage;û leur indignation à se rassembler », a:l cas où la manifestation dl1 vendredi ne serait pas interdite, devant le lieu où elle était prévue et à la même heure. Une lettre dans le même sens était adressé au Ministre de l'Intérieur et au Préfet de Police. C'est le 14 novembre, au début de l'aprèsmidi que celui·ci a fait savoir que la ventesignature des « Volontaires» était interdite le lendemain. Nous ignorons encore si des dispositions ont été prises pour appliquer pleinement la loi. Mais le 15 novembre, à 17 heures, la librairie Dauphine était fermée, son rideau de fer baissé. L'insolente manifestation n 'a pu avoir lieu. La vigilance et l'union des antifascistes ont triomphé. c'est • ·SafJ.Ol!t EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameublement et les grands Magasins. décidait le sort de la démoc1'atie et de la, liberté. Je l'ai connn à 111!e éPoque où -il ';.IOUlut mettre au pas les Anberges de Jennesse. . Après l'occupation de Poeris, certaills rêveurs crurent que les A.!. pannaient poursuivre Zenr activité pacifique, le C.L.A.!. fut réuni en assemblée plénière, rue de Valois, et 1tne fille admirable du, nom d'Abraham (Sn::;aI!1Ie était, me se1llble- t-il SOI1 préllom) mcna la bataille pour t~lIter de sanvegarder l' esprit A.J. Marc Augier, de « La Ge1'be ». était ~'enu, déjà an service des autorités occupantes. pour 1101lS « 'rais01lner » et obte1lir l'adhésioll vololltaire des Aiistes aux principes de la Kollaboration. Il fnt accueilli par un tollé de protestations (d'ont la miellllc) ét ailt filer qua1ld il 11sa d'arguments antisémites pour attaquet: la camarade .r1brahml1. qui - maigre son patrou}lme n'était pas fuive (clle devait être all'l.'err/l1at c, si ma 1IIémoiTe est bon1le !). M allicUrCUSc1IIellt 1Iotre victoire fnt de courte durée . Batt1l sur le terrain de la démocratie, Marc Augier et 1me bande de nervis fascistes assaillire7lt quelques fours après les locan.r dn C.L.A.!. , molestèrent ct chassèr,ellt les présents, et occupèrent les liell.r ./Jar la force. On peut considérer qlle Marc .r1u.rJier fut UII p-récurselfr des « miliciens » et antl:es .(jestapistes fral1çais de siuistre mémoue. Il sait qlle tous Ii'S Français n'01lt pas la mémoire courte et il pl'éfère 1/e pas mettre son 1Iom en avant. Mais le ~llasque de Saint-Loup est mité et Irallspal'ent. Il est peut-être temps de lui fail'e CO7/!pl'endre (à lui et à ses semblables) que sa place est an fond d' lInc tanière. Ou e1/core dans 1t7/ :::00. si !es vrais loups veulellt l"admellre parmi eux. Ce dont fe doute. Henry BULAWKO. LISEZ CHAQUE SEMAINE Jeune Afrique Vous y trouverez TOUTE L'AFRIQUE POLITIQUE ECONOMIQUE SOCIALE CULTURELLE BUREAUX PARISIENS : 55, Bd de Sébastopol (1) Tél. : GUT. 14·62 Insistant sur la recrudescence des excit ations à la haine raciste par voie de presse. la délégation montra qu'elles sont assimilables. en fait. à une atteinte à la sûreté de I·Etat. car elles constituent un ferment désagrégateur de l'unité nationale. et une menace directe pour certaines catégories de citoyens : le décret-loi Marchandeau . le seul texte - bien imparfait - qui soit actuellement applicable contre le racisme n'a-t-il pas été adopté. en 1939. comme une mesure de défense nationale face à la menace d'agression a llemande? D'autre part. les représe ntants du M.R.A.P. ont suggéré que l'attention des Parquets pourrai t être attirée sur les écrits racistes qui tombent sous le coup de la loi. afin qu'ils interviennent. ne serait- ce que dans les cas les plus flagrants et acceptent les constitutions de partie civile des organisations intéressées. La délégation a demandé enfin que. pour pallier à la situation présente. le gouvernement. qui détermine souverainement l'ordre du jour de l'Assemblée Nationale. permette un débat prochain sur les deux propositions de lois élaborées par le M.R.A.P. et déposées par trois groupes parlementaires différents depuis le début de la présente législature. Ils ont la nostalgie de Hitler (Suite de la page 1) Mouvement qui s'est rendue, le 31 octobre, ou ministère de j'Intérieur, que tou tes dispositions se ront prises prochainement à cet effet. CERTES, le raci sme est aujourd'hui ./ sur la défensive. Les horreurs nazies, l'émancipation des peuples d'Asie et d'Afrique, les progrès techniques et la multiplication des éc hanges dons le monde - tout cela fait s'accroître le nombre des hommes de bonne volonté qui souhaitent la ccmpréhension, l'égalité, la frotern ité . Mais il serait naïf de croire que tout danger est écarté . Porce que certains oubl ient ou ignorent ce qui s'est passé ou temps où Hitler asservissait l'Eu rope; parce que beaucoup n'ont pas encore « digéré » la déco lonisation - laquelle n'est d'ailleurs pas ent ièrement achevée; parce que les difficultés économiques peuvent toujours être exploitées à dES fins de division, nous devons demeurer vigilants, face à ceux qui n'ont rien appris, rien oubl ié, et qui n'attendent que l'occasion de la revanche. S'il ne se manifeste pas toujours de. façon spectaculaire, le feu couve encore sous la cendre . Et l'éventualité d'un incendie ne saurait être absolument exclue. C'est la tâche du M.R.A.P., soutenu par tous les gens de coeur, de l'empêcher. A. L.

  • * :REFLEXIONS ceux qui ont pour devise : Je me permets de vous envoyer

le positif et le négatif d'une photo de vacances. I! s'agit de ma fille et de sa petite amie noire de Londres. Il m'a semblé que cette photo, illustrant J'amitié sans préjugés de deux enfants noire et blanche pourrait vous servir de cliché ... Je serais heureuse si je voyais cette photo servir votre bel idéal, à l'époque où dans un pays réputé démocratique, on tue les petites filles noires et on lâche les chiens policiers contre leurs parents ... courageusement sur tous les fronts, contre le racisme et l'antisémitisme, soit si modeste. C'est évidemment une très belle oeuvre que celle entreprise par le M.R.A.P., mais il doit, selon moi, éclairer également tous ceux qui sont les premiers à protester contre tout acte susceptible d'être taxé de raciste. Parlant de mariage avec un Africain, il me confia ceci : «" il condam- I( Aimer et servir » et cela sans que la question de race influe sur leurs actes et leurs décisions. « Par votre vaillant journal, Droit et Liberté, j'ai eu connaissance de l'éclatant succès remporté le 12 mai 1963 au Palais de l'U.N.E.S.C.O., par la grandiose manifestation qui s'y déroula contre le racisme et l'antisémitisme, ces deux hydres sécrétées par l'obscurantisme et la haine. Une de vos lectrices, antillaise noire, antira· ciste dans les f!\its. ne le mariage d'un Africain avec une blanche car l'enfant issu de ce mariàge, le petit mulâtre, n'ayant pas de race

risque de souffrir de sa si·

tuation » ! Je ne sais pas ce que vous pensez de cette opinion, mais moi je J'appelle du racisme. Je pense, au contraire, que tous les sangs mêlés symbolisent l'unité. Si mon interlocuteur m'avait soulevé des diffkultés provenant du genre de vie, du climat, de la nourriture ou autres, je serais entièrement de son avis 1 mais toute considération te- . llant à l'épiderme est pour moi une manifestation du racisme. La personne humaine ne doit jamais souffrir en raison d_ la coloration de sa peau. Elle doit être considé ·rée en fonction de son intelligence, de ses qualités morales, intellectuelles, manuelles, .humaines en un mot. I! faut bien faire compren- dre dans votre organe que le racismc n'est pas un phénomène à sens unique. Le fait peur un noir de ne pas aimer les sangs-mêlés, de ne pas aimer les blancs, de surélever sa race dans ses écrits ... de faire naître chez les jeunes "par J'ascendant qu'on a sur eux des revendications d'ordre racial, tout cela, et bien d'autres choses encore que je ne veut pas citer f.aute de tem~,s ," tout cela dis-je constitue du racisme. On ne peut condamner le racisme et en faire de son côté. Ces deux attitudes sont lllconciliables, à moins qu'on veuille sauver la face vis-à-vis de certaines personnes en s'inscrivant au M.R.A.P. Ça fait en effet bien de figurer parmi les adhérents du M.R.A.P. Alors un conseil : méfiezvous des faux antiracistes. Ils risquent de jeter le discrédit sur votre belle oeuvre. Les vrais antiracistes sont N.D.R.L. - Nous demandons à notre correspondante, qui s0ulève dans sa lettre divers autres problèmes, de bien vouloir nous faire connaître son adresse, afin que nous puissions lui répondre. UNE AMITIE SANS PREJUGES ... Je tiens à vous marquer mon attachement à l'idéal que vous défendez en vous envoyant le montant de mon abonnement pour un an. Je regrette de ne pouvoir aider plus efficacement votre Mouvement pécuniairement, mais je vous communique les adresses de deux personnes susceptibles d'adhérer ... Je trouve votre journal de plus en plus courageux dans le précision des causes qu'il défend et dans les mesures concrètes qu'il recherche, car l'idéal n'est rien s'il ne passe pas dans la réalité. Mme BACQUET, Institutrice (Lot). Je vous promets de faire l'impossible ... « ... J e vous remercie pour la documentation et les journaux reçus qui m'ont vivement intéressée. On ne peut qu'applaudir aux idées que vous défendez et je vous promets de faire l'impossible pour faire connaltre autour de moi votre Mouvement et recueillir des adhésions, condition vitale pour mener à bien votre lutte ... « Mes relations dans le milieu africain sont assez étendues et je suis sûre que la plupart de mes amis seront intéressés par vos articles. Il est bon qu'ils sachent qu'il n'y a pas en France que des racistes, prêts à jeter l'interdit sur eux. « Vous souhaitant réussite dans le combat entrepris, par-" ticulièrement en cette période où des pays comme l'Angola, l'Afrique du Sud et les Etats du Sud des U.S.A. retiennent toute notre attention et doivent nous sentir solidaires de leur cause, je vous prie d'agréer, Messieurs, mes sentiments les meilleurs. » Mme C. MONGE; (Côte d'Ivoire). L'éclatant succès ... « Veuillez trouver ci-joint chèque de virement au nom de votre Association du montant de 50 F, soit ma cotisation pour l'année 1963 (30 F), plus 20 F représentant ma souscription à votre effort quotidien. « Je regrette seulement que ma contribution à la lutte implacable que vous menez si « L'on ne peut rien contre l'évolution de l'Histoire. Et la lumière, partout de plus en plus puissante, dissipe les miasmes où se complaisent les esprits attardés et les aventuriers de tous genres. » M. SAMAMA, (Fresnes) . Ces jeunes pour qui je parle « Si cette lettre, sans doute pas unique à marquer sa sympathie aux manifestations antiracistes, si cette lettre peut être un témoignage de plus, une signature de plus en bas d'une liste de solidarité envers les noirs des Etats-Unis, alors vous me savez heureuse de participer, heureuse de me joindre, d'aussi loin que ce soit, à vous, à tout votre Mouvement que je ne cesserai de regarder comme une initiative généreuse et combien naturelle. Que seulement mon nom s'ajoute, se mêle à cent mille autres, afin de prouver l'existence d'une solidarité venant tout droit du coeur pour des hommes qui sont des hommes, et qui doivent vivre comme tels. « J'affirme ici que ma signature représente un grand nombre de témoignages identiques au mien, que ces jeunes pour qui je parle, quelque dispersés qu'ils soient à cette heure, sont présents aujourd'hui, se manifestent dans un même élan de sincérité et de conviction, même si l'expression en parait naïve ou maladroite. Elle est, elle existe, et le nombre compte aussi. « Soyez assuré de mon attachement à votre Mouvement et de tout le dévouement dont je suis capable, pour toutes les circonstances, présentes et à venir ... » Marie-Claude DUMONT, (Aube). Un éminent ami de notre Mouvement: Francisque GAY LE M.R.A.P. vient de perdre un de ses grands amis, en la personne de Francisque Gay, ancien viceprésident du Conseil, ambassadeur de France, membre de notre Comité d'honneur. A de nombreuses' occasions, cet homme éminent nous avait manifesté sa sympathie et apporté son eftectlr soutien. Sa vIe pu~lique, Franci sque Gay l'avait consacree a ses activités de militant chrétien de gauche, d'homme politique, d'écrivain et de directeur de publication. Il compta parmi les compagnons de ~arc .Sangnier qui fut l'un des fondateurs du M.R.A.P. Pendant l'occupation nazie, il prit part courageusement à l'action de la Résistance dont il fut membre du Comité général d'études. En juin 1960, en dépit de ses soucis de santé, il voulut bien présider le meeting organisé par le M.R.A.P. au Cirque d'Hiver, pour demander le juste châtiment d'Eichmann, qui venait d'être capturé. Au cours de cette vibrante · soirée - l'une des dernières manifestations publiques auxquelles il ait participé - le président Francisque Gay devait déclarel': « Comme aI,IX heures les plus f.erventes de la Libération, notts d~vons affirmer notre résolntion commune de demeurer fid èles all programme et à l'esprit de la Résistance. « Le titre même du Mouvement qni nous a réunis ce soir peut servir à définir notre engagement : contre le racisme et l'antisémitisme, pour la paix. » ••• Une délégation, conduite par le président Pierre Paraf, représentait le M.R. A.P. aux obsèques de Francisque Gay. Il y a deux ans, mourait S. KORNBLUT VOILA deux ons, le 10 novembre 1961, dis,paraissait notre ami 'Kornblut, terrassé par une crise cardiaque. Autour de sa famille, notre amie Renée Kornblut sa compagne, sa fille et son gendre, ceux qui furent ses proches omis sont allés l'outre samedi, se recueilir sur sa tombe, dons le petit cimetière de Gif-surYvette, où il repose, tout près de cet outre ami de tous les hommes, le grand Fernand Léger. Deux ons se sont écoulé.s depuis la mort de notre ami, qui n'ont rien effacé de la merveilleuse et affectueuse amitié qu'il savait dispenser à tous ceu,. qui l'approchaient. Militont du M.R.A.P. dès la première héure, il fut parmi les fondateurs du Mouvement, l'un des plus clairvoyants, des plus lucides, alliant l'intelligence la plus vive, servie par une vaste culture, à un sens élevé des responsabilités. 1\ fut le premier trésorier du M.R.A.P., et bien des mois après les premières atteintes de la maladie qui devait l'emporter, sa préoccupation demeura d'aider de toutes ses forces, et sur t,ous les plans, le MOuvement.

Kornblut était de ceux dans lesquels

le militant ne parvient jamais à estomper l'homme, l'ami dont la fraternelle sollicitude allait à chaque compagnon, avec un sens de l'humain, que son esprit si ouvert rendait sensible à tous les problèmes. Deux ans après que son coeur généreux a cessé de battre, son souvenir demeure vivant parmi nous et son exemple continue d'inspirer ceux qui poursuivent son oeuvre. Charles PALANT. Nous avons eu la doulcur de perdrc notre ami Maurice MEDZINSKY, décédé le 20 octobre à l'âge de 73 ans. Ce militant exemplaire, qui fut parmi les fondateurs du M.R.A.P., demeura jusqu'à ses derniers jours un des animatcurs de notre comité du 20' arrondissement. A son épouse, à ses enfants, à toute sa- famille, nous exprimons nos sincères condoléa-nces. Avec Blanche BEL*F ER, décédée lc 19 19 octobre 1963, à l'âgc de 62 ans, notre Mouvement perd une amic dévouée qui, depuis de longues années, se dépensa-it sans compter, dans notre comité du 18' arrondissement. Que son ma-ri, Simon Beller, trouve ici l'expression, en ces douloureuses circonstances, de notre affcctueuse sympathie. Nos voeux Notre ami EDOUARD, mcmbre du Burea- u National du M.R.A.P., qui a été victime, cet été, d'un gr'a-ve accident d'automobile, se réta-blit peu à peu. Tous nos militants et amis s'en réjouiront, et souhaiteront qu'Edouard revienne très rapidement reprendre sa pla-cc parmi nous. Nous exprimons *ég a-lemcnt nos voeux de prompt rétablissement à M. BURGHO, président du comité du M.R.A.P. de SaintQuentin, qui a été, lui aussi, gravement accidenté, et dont l'état de santé ne cesse de s'améliorer. Félicitations Nous sommes heureux de féliciter nos amis Mme et M. GOLDSTEIN, à l'occasion du mariage de leur fille Sylva avec M. Brian KERNER. Tous nos voeux aux jeunes mariés. Nos félicitations e*t nos voeux les plus cordiaux à M. Berna-rd KAUFCICK, président de la. société « Piotrkov », à l'occasion de son 75' anniversaire. 9 ~IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII111111111111111 LA VIE DU 8 décembre· importante réunion du Conseil National .Depuis quelques années, et surtout dons la dernière période, l'action et l'influence du M.R.A.P. se sont accrues considérablement. Le problème du racisme pas.sianne un très grand nombre de Fronçais, dons tous les milieux, particulièrement dons la jeunesse, qui attendent de notre Mouvement qu'il répande pleinement à leurs aspirations. Il en résulte pour nous des tôches multipliées" des activités dons les domaines les plus divers, notamment sur le plon culturel (conférences, soirées artistiques et cinématographiques, expositions, etc ... ), des efforts d'organisation et le renouvellement de nas méthodes. C'est cette situation qui sera ou centre des "travaux du Conseil National du MRAP, le dimanche 8 décembre, à Paris. De premières mesures ont été prises à la suite des débats qui ont eu lieu à ce sujet lors de.$ précédentes sessions du Conseil National. Mois il reste à réaliser de nouveaux progrès importants pour que notre Mouvement puisse foire face à toutes les nécessités, pour qu'il puisse se développer encore, en fonction des possibilités et des exigences de notre temps. Nous rendrons compte, dons notre prochain numéro, des décisions qui seront prises à cette importante réunion. r·· -..... i~:;--: 1:" " 1 / / 1r4Π!mWilill'llDII Des conférences sur le ' racisme Notre ami Roger Maria, membre du Bureau National du M.RAP., a fait, le 2 octobre, une conférence sur le racisme à Châteaudun, sous l'égide de l'Unio~ Rationaliste. C'est la quatrième fois , depUIS un certain temps, qu'il est amené à exposer ce même problème dans différentes villes de France, à la demande de cette organisation. Le secrétariat vient d'établir une liste de conférences, constituant un cycle complet, sur les différents aspects du racisme, et qui peuvent être assurés par différents conférenciers particulièrement qualifiés. Cette liste est à la disposition des comités et associations qui en feront la demande. LILLE: Assemblée générale le 1 décembre Le dimanche matin 1" décembre, à 10 heures, se tiendra, à Lille, l'assemblée générale des adhérents et amis du MRAP. Un exposé sur les aspects actuels du racisme sera présenté par Roger Maria. Pour vos expositions Le M.R.A.P. tient à la disposition de ses comités et des associations qui le désirent, des photos de différents formats , susceptibles de servir à des expositions sur le racisme et la lutte antiraciste. Des planches de contacts, permettant de faire un choix, peuvent être envoyées sur de· mande. En Afrique Un de nos amis camerounais, M. Bernard - Clément Bekah, nous fait part d'une assemblée antiraciste qu'il a organisée récemment dans son pays, à Dizangué. 300 personnes enthousiastes ont participé à cette réunioQ, où l'orateur a fait le compte rendu de notre Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, qui a eu lieu en mai dernier à l'U.N.E.S.C .O. Le problème des incidents racistes qui se sont produits dans une entreprise locale a été également évoqué, et des sanctions exemplaires ont été demandées par les participants. Ceux-ci ont en outre décidé de constituer un comité antiraciste. Plusieurs centaines de signatures ont été recueillies sur les pétitions du M.R.A.P. appuyant le combat des antiracistes américains.

Un mouvement antiraciste est égalemenr en voie de constitution à Stanleyville (République du Congo), sur l'initiative d'un groupe d'amis du M.R.A.P. Des dispositions ont déjà été prises pour faire circuler des pétitions et diffuser «Droit et Liberté ". JO NOVEMBRE: \ CERTES Paris est accoutumé à voir se multiplier les expositions de tout ordre en novembre. Il va de soi que 63 n'a rien à envier aux années précédentes: en moins de cinq jours, plus de quarante vernissages viennent de démontrer que si l'Agriculture manque encore de bras, il n'en est pas ùe m;!me de la pcmture. De la peinture en tout genre, évidemment. Car il est admis maintenant qu'on désigne sous cette appellation plus ou moins contrôlée, toutes sortes d'activité~ témoignant au minimum d'une regrettable volonté d'exhi.bitionnisme Mais laissons de côté toute incursion sur les terrains de l'humour ou de la politique et efforçons-nous de signaler les manifestations marqmmtes de cet automne. En premier lieu: le Salon d'Automne justement. Si par certains de ses aspects il suscite d'âpres polémiques, du moins mérite-t-il l'attentive visite des amateurs au moins par le zèle que mit son Comité à réaliser un hommage à Paris qui rassemble des oeuvres inspirées par Paris à la nombreuse, à la prestigieuse cohorte des maîtres qui, précisément, participèrent aux « Salons d'Automne» qui se succédèrent depuis 1903. Une rétrospective André Lhote, en outre (parmi Pathétique «Bretagne» de Minaux PARMI les ({ jeunes ({ qui, depuis 47, se sont révélés puis imposés comme les plus robustes tenants d'un réalisme nouveau, André Minaux n'a cessé de démontrer la force et l'indépendance de sa personnalité. Six ou sept expositilons de peinture, deux lithographies, outre sa participation à des Salons, ont jalonné sa carrière depuis le Prix de la Critique (49). LES "BUCOLIQUES" DE SAVIN Au coeur du faubourg Saint-Honoré, les pinceaux de Savin viennent de planter les agrestes décors où UN VRAI plusieurs autres), honore aussi le rassemblement (inégal, forcément) opéré au Grand Palais. En face, au Petit Palais, les Arts de l'ancien Japon - tels en tout cas que les veut circonscrire une haute autorité particulièrement sensible à l'ésotérisme de la philosophie dite du Zen. Non loin de là, Galerie Charpentier, « l'Ecole de Paris» telle du moins que pensent, par leurs choix, la constituer en 63, onze peintres connus chargés de grouper chacun onze invités. Jeu de société à la portée de tous: aller voir si l'on est d'accord. Au rez-de-chaussée du Musée municipal d'Art Moderne, rétrospectives de deux pionniers de l'art Un maÎtre FESTIVAL du XX· siècle: Larionov et Nathalie Gontcharova. A la Bibliothèque Nationale. juste hommage rendu à un éminent peintre-graveur: Goerg. Dans le nombre, en tout cas, ahurissant des expositions particulières, détachons-en trois qui se détachent à coup sûr de l'ensemble: celles de Savin, de Minaux et de Michel Ciry, Et bornons-nous, par force et à regret, de seulement mentionner celles de, Valentine Prax (Galerie Katia Granoff), d'Yvette Alde (Galerie Montmorency), de Laure Malclès (Galerie du Passeur), de Birr (Galerie SaintPlacide), de Hassan-El Glaoui (Galerie Petridès), de See1inger (Galerie Michel Dauberville), de Terzief (Galerie Bernheim jeune), etc ... de l'aquarelle: CIRY T ITRF. exact certes, puisque se rapportant à Michel Ciry, tel que le représente la présente exposition. En fait, titre trop limitatif puisque désigné à l'estime des connaisseurs les plus éminents dès t'âge de vingt ans par ses prouesses d'aquafortiste, Michel Ciry a, depuis lors, glané de constants lauriers sur tous les plam; OLI s'exerça sa personnalité. Celle-ci a, au surplus, de quoi stupéfier, par la multiplicité de ses dons (il RSt aussi musicien virtuose et compositeur) - par une po~:;(, ssiol ' du de~sin de nos jours paradoxale - et aussi par l'ampleur d'une très abondant0 production. Michel Ciry en donne ici une éclatante démonstration: 40 aquarelles de format; 3 inusité8 (allant jusqu'à 0,74 X 1,06) le prouvent aussi exact interprète de paysage:; aussi contrastés que la banlieue de Paris, New-York, la Bretagne, Venise, 13 Pr0vence. Sa scrupuleuse fidélité à la réalité, que permet seul un graphisme stupéfirll',( de précision et d'adresse, tire de sa maîtrise dans le maniement de l'aquarelle, exclusive de tout « repentir ", des ressources remarquables, puisque son extrême sensibilitt joue au mieux des nuances d'un ciel, des moirures des eaux, des couleur:; d'une grfV8 ou d·une ruinE' gÉ.anle de même que son dessin tire des effets sUQge8tifs de l'Univers géométrique des gratte-ciel, de Manhattan. 0 merveille ! Michel Ciry p:étise New-York et ses buldings cyclopéens ... Le grand aîné, André Dunoyer de Segonzac. a grandement raison de louer son cadet d'incarner si remar· quablemen+ l:l volonté d'indépendance dans le respect des disciplines fondamentales qui meu! la meilleure part des jeunes artistes d'aujourd'hui (Galerie de Paris) . L'enrichissement de sa palette ne l'a pas détourné de son goût, toujours affirmé, pour la solidité de la construction de ses sujets et pour la fermeté des cernes qui souvent enveloppent ses figures. Mais c'est en profondeur, si l'on peut ainsi dire, qu'il a exalté son colorisme, sans nul recours à une pyrotechnie prodigue : jamais encore il n'avait atteint à autant d'émouvante, de dramatique puissance .que dans la série de toiles récentes qu'il englobe sous le signe de ({ la Bretagne ». son rêve édénique fait surgir un peu- Ile-de-France au ciel couvert (1963) Usant volontiers de tons ({ froids », Minaux leur confère, par son art de les moduler et de les accorder, un étrange pouvoir qui ajoute au pathétique du spectacle qui l'a le plus ému dans son séjour et ses méditations non loin de Concar neau : celui des cimetières de bateaux. De leur vision se dégage, grave certes, mais poignante, la sensation de percevoir le secret dialogue échangé entre le peintre et l'âme de ceux qui hantent toujours ces carcasses déchiquetées. Nul recours à l'anecdote facile; nulle concession au ({ pittoresque » et moins encore à la déformation : une facture virile, qui affronte et sublimise le réel en disciple résolu, mais novateur des maitres classiques d'autrefois. Nota bene. - Pour les connaisseurs qui joignent le culte de l'intelligence et celui de la connaissance de la peinture à l'amour de l'art : un texte de George Besson présente magistralement Minaux, son caractère et son oeuvre, face au désarroi du monde pictural actuel. pIe en liesse ; moissonneurs évoluant dans les élans d'une -danse joyeuse, couples énamourés, baigneuses à la chaste nudité ... Toute l'humanité heu ['Cuse d'un âge d'or ... d'un or qu'à lui seul évoQUO si bien l'~ventai1 subtil des jaunes, des orangés dont s'illumine la palette de peintre. Visions de joies sans fièvres, de sains bonheurs; voilà ce que dispensent ces personnages . NOUVE L LES BREVES dont· les uns semblent descendre des paysans de Brueghel et les autres, des déesses dodues de Rubens - toutes et tous ressuscitées par le sûr, le savant talent d'un artiste depuis longtemps notoire, l'un des plus personnels et des plus complets d'aujourd'hui. (Galerie Drouant.) Bal champêtre • Depuis le 15 novembre est ouverte, . galerie Romanet, l'exposition d'une très imp.ortante collection de dessins et d'aqua~ relles de Renoir à Picasso. • Le 10 décembre, à la galerie de Paris, vernissage d'une exposition de Marquet: les AnimGu.-r (peintures et dessins). • Le 27 novembre, galerie Ror Volmar, exposition de dessins et sculptures du maître animalier Georges Guyot à l'occasion de la parution d'une monographie de Guy Dornand, dans le cadre de l'e2:'position de ].-C. Bourgeois et de P. Duteurtre. • CEnophites et amateurs d'art, attention

le catalogue Nicolas est et restera

celui d'un millésime recherché ... car il comporte - sur le thème des Péchés Capitaux - dix l-emarquables l"eproductions de compositions inédites de Claude Schurr. • Galerie Vendôme', le 19 novembre. vernissage de l'exposition c\'Eyvarc\ (Mme Jérôme Lévy).


~------------------------.------------------~-----------------------------11

Teilhard de Chardin antiraciste H ürT ans après la mort du Père jésuite Teilhard de Chardin, il faut se rendre à l'évidence. Le succès qui a accueilli la publication posthume de son oeuvre n'est pas un succès de circonstance. Il ne doit rien à l'impression de scandale qu'a éprouvée le public en apprenant les interdictions diverses qui ont jalonné la vie du grand homme, et les véritables pel sécutions qu'il a subies de la part des hautes autorités ecclésiastiques. C~ n'est pas une vogue passagère qui a porté des dizaines de milliers de lec1eurs, des commentateurs par centaines, vers les ouvrages de Teilhard au fur et à mesure qu'ils voyaient le jour. Le public trouvait enfin, et avec soulagement, un chrétien profondément sinûre, imprégné de pensée scientifique, qui s'efforçait de montrer une voie par laquelle la foi pourrait se concilier avec la science dans un système cohérent, au lieu de la juxtaposition habituelle de ses contradictions. Peu importe que la démonstration ne soit pas irréfutable : la tentative à elle seule est déjà un effort -digne de respect, et les notions scientifiques incorporées par Teilhard à sa conception religieuse méritent la plus grande attention. Il ne s'agit pas d'analyser ici de quelle façon Teilhard infléchit la doctrine chrétienne classique. Je l'ai fait avec quelque -détail dans mon petit livre des Editions Rationalistes (1). Je me propose d'attirer seulement l'attention des lecteurs de Droit el Liberté sur l'ampleur des conceptions -de Teilhard et son aptitude à faire entrer dans sa synthèse jusqu'aux sujets ·qui nous occupent habituellement ici. LE système de Teilhard est fondé sur l'idée de l'universelle évolution. En paléontologiste et en préhistorien qu'il est, il scrute le passé de notre espèce, et il montre de quelle façon s'est opéré le surgissement d'un être doué de pensée par la transformation d'espèces animales plus imparfaites, puis l' hominisation progressive de cet être. Fort de cette perspëctive qu'il offre du passé, il anticipe sur l'avenir, et examine le sens dans lequel se poursuivra l'évolution, car elle est loin d'être terminée. Un facteur nouveau est intervenu entre temps, c'est l'action de l'homme lui-même, qui n'est plus, comme les espèces antérieures, un jouet de l'évolution, un objet passif soumis à des forces Qu'il ne comprend pas, il a pris conscience de ses capacités, de ses besoins et de son intérêt, il est act!1, il assimile les 10is de la nature, et les exploite pour rmposer aux transformations du globe terrestre et à sa propre transformation la direction qu'il juge la plus favorable. La morale à observer, et j'ajouterai même, allant peut-être un peu plus loin que Teilhard, la morale à créer, se trouve imposée par cette perspective. 'Elle n'est pas arbitraire, elle est déterminée par la loi même suivant laquelle 1'espèce humaine peut subsister et prospérer à la surface du globe. Il n'y a pas de solution de rechange. il n'y a qu'une seule voie, qui est celle de l'accord le plus général, de l'union universelle de tou~ les représentants de cette Humanité en formation. « Nons voulons communiquer, dit-il, avec les frères que nous ambitionnons (1) Teilhard de Chardin, var Ernest Kahane, préface de Jean Orce!. Editions Rationalistes, 16, rue de l'Ecole-Polytechnique, Paris CS'). par Ernest KAHANE Professeur à l'Université de Montpellier Secrétaire général de l'Union Rationaliste de réunir. C'est sur la notion de Progrès et sur la Foi au Progrès que l'Humanité, aujourd'hui divisée, doit se compter, et peut se reformer. » Il précise bien qu'il n'y a pa,s d'exclusive dans cet appel à l'union fraternelle de toutes les bonnes volontés; et il atteint, sur ce thème, aux sommets de cette éloquence persuasive qui lui est particulière

« Faux et contre nature, l'idéal égocentrique d'un avenir réservé à ceux qui auront su égoïstement arriver à l'ex.trême du chacun pour soi. Nul élément ne saurait se mouvoir ni grandir qu'avec et par tous les autres avec soi. « Faux et contre nature, l'idéal raciste d'une branche captant pour elle seule toute la sève de l'arbre, et s'élevant sur la mort des autres rameaux. Pour percer jusqu'au soleil, il ne faut rien moins que la croissance combinée de la ramure entière. » Ce n'est pas par hasard que sa pensée s'arrête sur le racisme pour le condamner. C'est un sujet sur lequel il revient à de multiples reprises. En plein régime de Pétain, en mars 1941, il s'exprime comme suit dans une conférence à l'ambassade de France à Pékin : « Pour. avancer, toutes les directions ne sont pas bonnes. Une seule fait monter, celle qui par plus d'organisation mène à plus de synthèse et d'unité. Arrière donc, les purs individualistes, les égoïstes, qui pensent grapdir en excluant ou en diminuant leurs frères, individuellement, nationalement ou racialement! » QUANT à l'influence de Teilhard, faut-il démontrer que c'est dans le sens antiraciste qu'elle s'exerce? Les témoignages ,en seraient innombrables, et je n'en citerai qu'un seul.

  • « LES SIRENES HURLENT TOUJOURS

», par Aline EDESTIN (Editions du Scorpion). Pour presenter eet émouvant reeueil de nouvelles du temps de guerre, nous ne saurions mieux faire que reproduire quelques extraits de la préface qui a été demandée à notre ami Roger Maria : « Les nouvelles d'Aline Edestin sont tra- Du livre Le célèbre .. ' bestseller " de Jean-Charles est devenu, par la grôce de Louis Daquin, un film - ou tout ou moins le thème d'un film. Cor dépassant les « mots » cocasses empruntés (ou prêtés, mois qu'importe) à de joyeux potaches, le metteur en scène a réalisé, sous le même titre, avec Pierre Tchernia, une série de sketches sur le monde scolaire. Cette oeuvre charmante, poétique et humaine, fera les délices des petits et des grands. Auparavant, « La Foire aux Cancres» avait inspiré à Dorville une série de cortes postales à grand tirage, dont nous reproduisons ici un exemplaire. Le dessinateur a su fréquemment, par . ses trouvailles, ajouter à l'humour d'une erreur de syntaxe ou de vocabulaire. L'un de ses disciples les plus respectueux, M. Max H. Begouën, apporte son témoignage dans le numéro des Cahiers Pierre Tailhard de Chardin consacré aux Réflexions sur le Bonheur. On y lit les lignes suivantes, comme le résultat d'une expérience menée en Afrique « .,. La confiance des hommes devenait plus precise. Peu à peu, qu'il s'agisse d'un Noir de Guinée ou d'un Arabo-Berbère de l'Atlas marocain, des amitiés se sont éveillées. Si elles s'exprimaient avec des nuances souvent très fortes, elles m'ont cependant toutes permis de trouver l'Homme sous les hommes, cet Homme avec lequel je pouvais m'entretenir ... « Si le marxisme trouve aujourd'hui une telle audience auprès des peuples aspirant à l'indépendance, c'est que ceux-ci voient en lui le seul instrument capable de faire reconnaître à la face du monde leur personnalité et leur dignité d'Homme ... « Tous ceux auxquels j'ai pu exposer les principes de Teilhard, ont été instantanément se'duits. Pourquoi ? Parce que Teilhard exalte la prise de conscience des « personnalités » (individuelles ou de groupes) ; parce qu'il montre la valeur originale et irremplaçable de ces personnalités; parce qu'il proclame que Ja richesse de l'Humanité planétaire de demain sera faite de l'union des différentes personnalités, union qui, bien loin de les détruire, exalte les différences en les harmonisant. Il n'impose rien. Il ouvre au contraire les voies de la véritable Libération de l'Homme. » IL n'est pas surprenant qu'un homme ayant 1 ampleur et la profondeur de pensée de Teilhard de Chardin, sa générosité, ait adopté l'attitude antiraciste. Le contraire eut été inconcevable. Ce qu'il est remarquable de constater, c'est que Teilhard ne recourt à aucun argument sentimental, et fait apparaître cette position. qui est notre position, comme la seule compatible avec la vérité de l'évolution et avec l'intérêt de l'espèce. Certes, nous n'avons besoin d'aucun argument supplémentaire, nous ne recherchons aucune caution supplémentaire, rour justifier le combat antiraciste. Il n en est pas moins intéressant et stimulant de trouver un Teilhard parmi les antiracistes les plus résolus, et nous devons lui savoir gré que ce soit plus encore au nom des nécess'ités de la raison que de celles du coeur. versées par un profond courant d'amour de la vie, sans cesse contesté par les coups de la guerre, les procédés écrasants de l'ennemi. Mais l'ennemi lui-même doit subir les ripostes de l'espoir invaincu des combattants de l'ombre. Des juifs, parmi eux, ont refusé d'être dénombrés pour l'abattoir; ils ont pris leur juste place parmi ceux qui luttent. « Ceux qui vivent ce sont ceux qui luttent », a écrit Victor. Hugo. « Les sirènes hurlent toujours », la menace n'a pas disparu, mais les hommes ont le droit d'avoir de la mémoire. Aline Edestin pense sans doute que c'est même un devoir et elle veut contribuer à l'affirmer dans des récits simples et directs, qui évoquent des souvenirs, encore des souvenirs - mais comme tournés vers l'avenir avec une grande confiance malgré tout. « Qui est Aline Edestin ? Née en Pologne, elle émigra en France à l'âge de 16 ans. « Elle s'orienta d'abord vers la pédagogie

admise à l'Institut Pédagogique Gay·

Lussac, elle voit pourtant les portes de l'enseignement - sa vraie vocation - rester closes devant ses capacités, son aspiration à éduquer, à guider : elle est étrangère ... « Elle suit toutes sortes de cours. Elle s'initie à la chorégraphie. Pendant toute cette période jalonnée de déceptions, elle s'occupe avec ardeur de patronages d'enfants, de groupes de jeunes. Pour eux, elle écrit en français des chants, des pièces de théâtre, car elle a toujours pensé à la littérature, à travers toutes ses expé· riences. Elle écrit aussi en pOlonais des poèmes et nouvelles. « En 1947, conseillée par la grande éducatrice que fut Mme Lahy-Hollebecque, elle publie un conte sous forme de pièce de théâtre : « La fée solidarité ». « Les nouvelles du présent recueil ont été écrites pendant et après la dernière guerre. Les faits qu'elles relaten.t sont authentiques. Mais la manière de l'auteur est bien à elle, Ecoutez, lisez Aline Edestin, car « les sirènes hurlent toujours ». R'ENEE LEBAS, au retour dc nom. breuses tournées à l'étranger, effectue, cette saison, sa rentrée pa. risienne à Pacra. Elle vient d'enregistrer (chez Barclay) un nouveau disque de quatre chansons nouvelles, où l'on retrouve son charme, Son talent si profondément humain. Renée Lebas a triomphé à de no,mbrcuses reprises sur les scènes des musichalls parisiens. Personne n'a oublié les succès de « Mon Légionnaire », « De l'au. tre côté de la rue », « Tire l'aiguille », « La Saint·B.onheur », « Java », « La Ballade irlandaise » ... Qui n'a pas repris ces refrains au cours des dernières années? Le nouveau répertoire de Renée Lebas est très divers, composé de chansons d'amour tendres ou violentes. Des titres

« Un amour comme un amour »,

« La fête est finie », « La complainte de Paris », « Les printemps d'aujourd'hui » ... Nul doute que les Parisiens iront nombreux les applaudir, à partir du 28 novembre. Malgré ses occupations, Renée Lebas a eu à coeur de participer activement, avec Anne Béranger, à la préparation de notre gala du 24 novembre. C'est grâce au concours, au dévoue. ment de nos deux amies qu'avec notre Mouvement, ce soir-là, de grandes vedettes de la scène et de l'écran présenteront au public de la salle Pleyel un spectacle d'une exceptionnelle qualité, dédié à la fraternité humaine.

  • L'actualité, toujours débordante, nous

a fait ajourner le compte rendu d'une excellente initiative qu'il convient de signaler, même avec quelque retard. En s~ptembre, notre ami Philippe Trouvé, dlrecteur . de la Maison des Jeunes et de la Culture d'Epinal, qui effectuait un stage dans l'Aude, a organisé à Lézignan une exposition de ses oeuvres picturales, au profit du Centre socio.éducatif pour les Gitans. Il a pu ainsi, à la faveur d'une manifestation culturelle d'une haute tenue, attirer l'attention du pUblic sur un problème qui se pose avec acuité dans la région. Qu'il en soit félicité.

Le tome 1 de l'Anthologie des roman. ciers et conteurs néga-africains, réalisée par Léonard Sainville, vient de paraître. Il y a quelques mois, nous avons publié des extraits de la préface, où, après avoir étudié différents aspects de la littérature négro-africaine, l'auteur conclut : « En essayant de défendre à notre façon l'hom_ me noir, nous voulons nouli mettre au service de toute l'humanité. 1 Les textes de 45 écrivains réunis dans ce volume, et classés par thèmes, constituent un ensemble impressionnant de grande qual~té artistique. La lecture en est non seulement instructive, mais passionnante. Un ouvrage indispensable aux enseignants, et, en général, à tous ceux qui veulent connaître la vie réelle des peuples noirs.

  • La dernière émission de Claude Santelli

« La Case de l'Oncle Tom », sur une adaptation d'Yves Jamiaque, a été vivement appréciée par les téléspectateurs~ Mis à part les mouvements d'humeur de « Rivarol » et autres « Aspects » de l'obscurantisme fasciste, la presse quasi unanime a souligné le succès de cette réalisation. Avec un rare bonheur, l'auteur et le metteur en scène ont Su lier, en le rajeunissant, le célèbre récit anti. esclavagiste à la plus brûlante actualité, Ils ont bien servi l'art et la fraternité humaine. _--12 D TIR E - DIMANCH Un spectacle extraordinaire 24 novembre animé par li 20 h. 30 Pierre LOUIS Salle PLEYEL et 252, FI Saint-Honoré Odette LAURE Métro: Tern .. avec

  • Guy SEART

Liane DAYDE et Michel RENAULT danseurs-étoiles de l'Opéra

  • Isabelle AUSRET

Le Sallet PETROV 1

Harold NICHOLAS

et Evrv GUITLIS Henri VIRL01EUX Léonide-Lorca MASSINE { ~~

PLACES DE 4 à 15 F. Location au M.R.A.P. 30. rue des Jeûneurs PARIS·2' Téléphone: GUT 09·57 TE

Julien SERTHEAU Sociétaire de la Comédie Française Jean RAYMOND

Notes

<references />