Droit et Liberté n°00007 - 1er juin 1948

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Le combat pour la paix par M. Vilner -page1
    • La France a trop tardé par Charles Liederman -page1
    • Mon point de vue par Julius Streicher -page2
    • Au delà des combats par Roger Maria -page2
    • Pour la reconnaissance de l'état d'Israël par la France, M. Bidau:t reçoit une délégation des organisations juives -page2
    • Salut circonstancié au jeune état d'Israël par André Ulmann -page3
    • Impressions de Hollande: de Rembrandt à la Royal Dutch par Joseph-André Bass -page4
    • D'autres peuples souffrent et lutent: Hitler sévit-il à Johannesburg-page4
    • Au coeur de l'orage par Daniel -page4
    • Le rabbin de Kiryat-Yearim versait par enterrement une livre de poivre au curé de Nîmes par Joseph Millner -page5
    • Les maudits par J.A. Bass -page5
    • J'ai vu Israël au combat par L. Bruck -page6,7
    • Les 15 premiers jours du nouvel état -page6,7
    • Lettre de Marseille: Marius n'est pas antisémite -page8
    • Nom Israël, nationalité Corse par André Fray -page8
    • Cinéma: révolution et résistance à la sauce Hollywoodienne par Felix Fedrigo -page9
    • Paris tel-Aviv: Mane Katz extraordinaire ambassadeur par Henri Schinezer -page9
    • Au Vel d'hiv archicomble, Paris enthousiaste salue la naissance d'Israël -page10
    • A propos du Grand Meaulnes: y a-t-il un éternel adolescent par Louis Mouscron -page11
    • Opiums (journaux illustrés) par Georges Villach -page11
    • De l'air, du soleil, des vacances: 8 millions pour le départ en colonies de 2500 enfants -page12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

.

i~NS è;i;MiR~ iT~;~ita-~i,--;;;';Charles 24 novembre 2009 à 10:48 (UTC)--:-~-O--::"l- '0

Ë ;; ~j 5: :1
..5:.. . ............. .··..·.1..1. .••. .•.•.••.•.•.•.•. ......... .···.··.··...·.·...". .... ._... ........................................................................................................... .u........'.......... -..-.... par A, n d re' ULMANN "_' ... ................................................'.. .......................................................... -...•.•.•. ..•. •.•.•.•.•.•.•.•.•.•..•.•.•.•.•.•.•.•.•....•.•.•.•.•...•...•.•.•.•.•.•.•.•.•.•.•.•.•.•.•.•.•.•.•.•.• 5• ;i - ~ ...

/_ Prix ; 20 fran~s. ~ ) j '. <,.. 1 • _. <"l . . 'LE GRAND IIEBDOMADMRE 'BE LA VIE JUIVE . .' • ·.1 '" • '.~ . ' ... ' • ',. 1 ~ . . . . " ~ , ~ondé dans IÇl ,clandestinité ' " rr Juin 1948 ,Y • • Noùvelle série : . Le COM13A~p6ur la o'PAIXL OMMENT oeuvrer à la pacification de la Palestine? Peut-on aux intérêts britanniques .•• · Sa légion est dirigée par des officiers arrêter cette agression caractérisée sans respecter les déci- anglais. Récemment encore, il a ,dû réprimer dans le sang une révolte sions internationales et sans désigner du doigt les coupa- de vitesse Ibn Séoud. Le roi Farouk, en mauvaise posture chez lui depuis bles? A-t-on le droit de refuser ' àide et assistance aux le départ des troupes britanniques, cherche à prendre de l'importance victimes? pour se vendre au plus ~ffrant. Tous agissent contre les peuples arabes, Tous les peuples avides de paix - et quel peuple en hommes des féodaux. n'est pas avide de paix? - suivent avec angoisse et stupéfaction cette guerre criminelle de Palestine imposée à la 'fois au jeune Etat d'Israël et aux Arabes qui ne demandent qu'à vivre libres du fruit: ,de leur travail. Le monde horrifié frémit à nouveau aux récits des envoyés spéciaux relatant les scènes de combat et de bombardement des villes paisibles. La confusion créée par le bruit du canon et les cris déchirants de femmes et d'enfants massacrés se dissipe cependant petit à petit, et les agresseurs apparaissent un par un, chacun avc son double jeu et ses intrigues destinées à satisfaire des desseins de rapine. Quoi d'étonnant dans le désarroi jeté pë.rmi tous les possesseurs - et les aspirants à la possession - des richesses du sol et du sous-sol, A l'annonce d'un Etat indépendant dans ce Moyen-Orient colonisé! Leur embarras est tel qu'ils n'arrivent même plus' à prendrJ les mesures nécessaires pour cacher leur jeu. 'EST l'Angleterre qui porte l'écrasante responsabilité de ,la ,guerre. JI 'fanait encore à la puissance britannique en déclin, déchirée entre la rivalité américaine et les mouveIhents de libération dans le monde arabe, cette agression inqualifiable pour marquer son rôle de réaction et de déCadence dans l'apr.ès-gUerre. C'est Washington, par une série de manoeuvres et de volteface qui s',est employé à rendre la guerre inévitable. Le gouvernement américain espère ainsi racheter à meille~i' marché pour ses . Compagnies, au milieu du fracas de la guerre, l'héritage de l'Empire britannique. , Et les pantins ? Ibn Séoud, après s'être vendu à Londres, a changé de patron I?arce que Washington payait plus cher. Le roi Abdallah a été hissé sur son trône par les Anglais pour veille,r La France a trop tàrdé DONC, la France n'a pas'encore reconnu l'Etat d'Israël. Il En 1791, notre pays donnait aux Juifs le droit de ~e dire hommes libres et d'agir comme tels. C'était la fin du ghetto, en France. C'était la lutte a~orcée, grâce aux ' idées généreuses des révolutionnaires français, contre tous les ghettos du mor:tde et contre tous les racismes. ' Notre ,pays donnait l'exemple. Notre pays ; était le premier, parmi les plus grands. Les années, par décades, ont passé. Dans le combat, 600.000 Juifs de Palestine ont forgé leur Etat. . ,~ . La lutte a été effroyablement dure. Elle l'~st encore. Elle se pourSUit inexorable et sanglante, faite de la vol6nté des Juifs de conquérir définitivement leur droit à la vie, et dU: désir de certains autres de conserver aUSSl longtemps que possible' privilèges et pétro1e et le moyen de diviser, pour mieux asservir. La France n'a pas eu, depuis le 29 novembre dernier, la pohtique qu'elle aurait dû. " Ses déJégués se sont trop facilement laissé convaincre par leurs collègues américains et anglais. Ils o~t eu tort de penser comme eux. , , En ~evenant, comblen aisément, sur une 'déci~ion à laquelle ils avalent hé le prestige de l'O.N.V., ils n'ont pas aidé à la grandeur de notre pays, , Chaque fois que la France oublie les engagements qu'elle a pr~s envers les peuples ou les hommes libres, chaque fois qu'elle romp,t avec les idées de progrès politique - même pour tènter de satisfaire des alliés riches - la France, si elle risque souvent d'y perdre son indépendance,'y perd, en tout cas, toujours, de sa grandeur et de son rayonnement. , La France se devait d'être la première à reconnaître l'Etat d'Israël. , La France; en tout cas, a àéjà trop tardé. " Uharles LEDERlIIAN. ET pendant que le peuple d'Israël se dHend avec un héroïsme qui soulève l'admiration du monde, déjà le gouvernement d'es EtatsUnis tâte le terrain auprès du gouvernement du nouvel Etat, • offrant dol'Iars et égards dans l'espoir d'obtenir abandons et sClodrnissions. C'est ainsi qu'on, entretient la guerre quand on ne respecte pas les décisions internationales. La paix, bienfaitrice des peuples, est mortelle pour les agresseurs et leurs desseillS. Cependant, il faut gagner cette paix en même temps que l'ind& pendance. Ce ne sOnt pas les agresseurs cachés, même dans leur rivalité, qui faciliteront la rude tâche d'un peuple en défense contre l'anéantissement et la servitude. Comme Jadis, face à l'agresseur hitlérien, la sympathie agissante des peuples va ve-rs ceux qui combattent pour la liberté. Notre solidarité est pour eux un secours indispensable et de poids. Au gouvernement provisoire à faire appel à tous les concours désintéressés et à refuser tc)ut marchandage qui tuerait l'Etat d'Israël 'et n'arrêter~it pas, pour autant, la guerre. Tout notre appui à 'la tâche ' sacrée, telle est la sauvegarde de l'indépendance d'Israël et de son développement ' dans la paix. M. VILl\lER. Le Jeune pilote d'lsracH s'envole pour empêcher les « Spitfires» d'attaquer la .Jixlltlliatiionpaisible Une démarche aaprls ,de M. Bidau,lt, pour

la. r:ec~,.naissance 'ilsrail par là Franc~

(Voir pages 2 et 3) ~ar JuliusSTREICHER Sieg Heil! Rassemblez-vous, vieux compa' gnon. de la bataille Bational-socialiste ! Tenez-vous prêts, valeureux combattants .le l'antisé· miti~ ... e! L'heure .le reprendre , le. armes va bientôt sonner ..• M!,is, vrai! Ce peuple juif est un peuple .le démons ... Pendant dea. ,siècles, ,.le pogrom en p0- grom, les nations civilisées se sont appliquées à le faire disparaître. Pendant douze années, le Grand Reich Hitlérien, reprenant à son compte cette mis. .ion .le désinfection internatio· nale, a au, _méth.;oiquement, supprimer par millions les survi' l'ants .le cette engealce maudite. Et a10ra qu'enfin le monde J<1U'" y,a.it espérer être dé-barraosé du , judaïsme exécré, voilà que, ressurgissant d'on ne sait où, plus ÏRsolent que jamais, il a Vaud ace .le créer un « Etat d'Israël » lIn'il jette ' à là 'face des peuples comme un défi! Eh bien, ce défi, le. peuples le relèvent! De partout, à travers l'es hémisphère., l'indignation déferle devant cette nouvelle provoca' ti<;n. Certes, les Juifs pourrisseurs conservent à leurs côtés leurs amés traditionnels, les communi. te. assassins. Certes, les U.s.A. ont été obligés (in extre· mis, du bout des lèvre .... et pro' f'isoirement peut-être) de s 'incliner de"ant ce coup .le force : la tactique ' .le surenchère démagorioI- "ue le State Departement eet obligé d'adopter face à l'U.R. S.s. rendait cette humiliation inévitable. Mais, partout ailleurs, la mi.tance .'orRaniu:: le. hommes ci"i1iaé. 'ne se laisseront pas faire 1 Déjà l'Angleterre a su lancer les peuples ara'bes dans ta ba· garre ; elle continue à les soutenir en leur linant _n matériel le plus moderne ct en fountÎs' .ant à leur. armées l'aviation et le matériel lourd, qui leur sont Jbdispensables. Mais il faut main· teuant aller plus loin ... Men ... a"ons bien que l'inter. 'l'cntiOft armée des puissallces eUropéen_ s est encore prémahr Re ; pour l'in.tant, il leur appartie .. t seuleme .. t .le déclencher uae ' .. flensin pcycholoeique; et déjà, l'action menée par leurs hommes Politiques les ph.. ludci. d.e..s le. incite à s'tengaeer cette "oie : ainsi, les dé· putés français eaulli.ants et démocrates- populaires, lorsqu'irs re. fusèrent (le. un. par l'ho.tilité, les autre. par J'ab.tention) .le voter une motion projui"e qui était présentée (et. qui fut hélas! adoptée) par leur. collèeues ... Quant à VOlN, vieux cama rad~ s, vous devez vous tenir prêts : Si, convenablement conseillés par no. amis, tous ceux-là continuent avec .uccès dans la "oie où il. .e aont engagé., ce sera bientôt à "otre tour d'interve- ' lOir , . .le façon décisive cette fois, à la manière nationale-socialistc 1 Heil Hitkr! p .c.c. : J.-F. DOMINIQUE. Droit et Liberté Rédaction et admlnlstration U, Rue de Paradis, 14 Paris X· ,.'"phone:PROvence 90-47 110-.. O.O.p. P~ eo'7CHl8 Tarit d'abonnement : 3 mols •••• __ JOO trs G mols _. _ • • • • 200 trs 1 an •.•••••.••• 400 tra Etranger : Tarif double'. Le . ,érant: _ Ch. OVEZAREK , . ." , " DROIT FT LIBERTE .1'" Juin 1948. - Ne 7-75. , l • t • 1 ~ ~ • • • t • _ . .': t . .... AU DELA COMBATS L'Etat Juif, civilisé, moderne, constituerait, dans le Moyen-Orient, un exemple terrible- _s ment dangereux pour tous les exploiteurs de la misère du peuple arabe. C'est le contenu social de cet Etat que les féodaux de la Ligue Arabe veulent détruire par le fer et par le feu. C'EST Marcel Fourrier, ji se démasquent. C'est ainsi le Mouvement pour le triomphe qu'attester la méfiance et les ridans Franc-Tireur du 18 que le député d'Algérie Ahmed des libertés démocratiques en nlités qui divisen.t et opposent mai, qui apporte cette Mezerna qui a dit, lors du débat Algérie (l'ancien P.P.A.) com- la Transjordanie et l'Irak, d'une . vue profondément juste à l'Assemblée nationale sur le me une organisation équivoque part, la Syrie et l'Egypte d'aude la situation présente. salut à l'Etat d'Israël (<< Journal liée à la Lig-ue arabe. tre P!lrt. Fait plus grave pent-.. Le b d l' 11 officiel » du 20 mai) : Divisions arabes être, les Arabes de Palestine out e orel e - ' n'ont pas répondu à l'appel de En voici une confirmation, Je regrette de dire il nos col- M. Marcel Hoden, -dans L'In- leurs dirigeants, comme si la dans un article de M. Robert lègues de la gauche qu'une fois transigeant du 20 mai, soulig-ne cause pour laquelle on voulait Vaucher, ' dans La Tribune de,s : de plus ils ,ont . réalisé l'accord d'ailleurs les profondes divisions les faire se battre ne les intéres- NatIons, du 7 mai: sur le dos des Arabes, ' , qui agitent les milieux arabes: sait pas. Siles Juifs arnvent il avoir fait du nationalisme étroit et L'intervention, d'ailleurs farun Etat indépendant, ce sera la fait, une fois de plus, apparaître dive, des armées arabes, n'a fait C'est ce qui est confirmé par' porte ouverte aux émigrants èt une correspondance du Caire c'est contre cette éventualité que r------------------------------, adressée par M. Jacques SaUetous les Arabes du Moyen- hert au Monde du 15 mai; il Orient s'insurgent. Elle appor- flO-UJt fa wco..n~,6ancé de l'Etat d' !].-6'tail parle des Arabes palestiniens réterait en Palestine des éléments fugiés en Eg-ypte : tout à fait hétérogènes. On ne pa~ la fl'Ulnce Pour eux, il se produit en Papourrait pas les contrôler, 'en lestine un phénomène inexpUeaparticulier en ce qui concerne le 11 El () AU'-T ble auquel ils ne comprennent l'as communisme. Les Arabes ne - grand cho~. et quand on leur veulent pas que, sous couleur de • parle de repartir pour la Pa~- sionisme. le communisme pénè- , tine, pour défendre leur pays. il tre dans le Moven-Orient. re CO.-l une d e~ ,1 e-~a l.B 0 'n n'est absolument pas question Les féodaux' arabes, les néo- iJ pour eux de repas~r la froocapitalistes « indig-ènes » ne re- d tière • doutent pas telIement les Juifs, es organisations juives conduites par ~;e t~I~~ 1Charles:u~~e, pCharles;:sm;~i~ André PBIIIP, Me de MORO 614FFERI L'éternel palliatif par l'élévation du niveau de vic ' et la culture, porte atteinte au Florimond BONTf et l'Abbé BOUIllER Devant cette situation, les féo- ' daux arabes ont recours à l'antijudaisme traditionnel pour exciter les populations. Témoin cet extrait de la revue égyptienne Minbar el Chark : vieil édifice social de misère masqué par le fanatisme religieux et faussement nationaliste. Une voix arabe Tous les Arabes ne suivent pas nécessairement la pente où veulent les entraîner ceux des leurs qui ne sont que des valets de l'impérialisme étranger. C'est ainsi que El Mahdi écrit. dans La népubliquè algérienne. du 16 avril, tout en faisant des réserves sur Ce qu'il appelle l'aven_ ture sioniste : Pour les populations arabes et iuives de la Palestine, l'histoire du mandat britannique n'a été qu'une suite d'opp-ression et d'exploitatio.n. L'occIlP.ation militaire continuelle et le régime d'administration coloniale ont eu pour effet d'étouffer l'économie palestinienne et de tenter de dresser l'une contre l'autre des populations qui avaient vécu, durant des siècles, dans une complète entente. Voix Juives MalJ!ré cela, chaque fois que les Juifs et les Arabes collaborent, ils arrivent à coup sûr à des succès. C'est M. Mikùnis, réprésentant

uif à la Commission d'Enquêt~

de l'O,N. U., qui a fait cette dédaration. Et M, Emile Naiar, porteparole de l'Agence . juive pour l'Europe, a pu déclarer à Paris le l!) mai: Il n'y a pas de conflits e~tre Arabes et Juifs de Palestine, mais des interventions ,étranJ!ères dans les affaires palestiniennes. Qui sont les envahisseurs ? Michel Rouzé, dans Ce Soir du 20 mai, les désigne et les stig-mati~e :- L'artillerie et les Spitflre de S'a Majesté britattnique, camouflés aux couleurs transjordanienne s, s'emploient à massacrer de leur mieux les reS(;apés d'Auschwitz et de Chypre. La guerre d'Hitler continue. Le Colonial Office, qui fut, llutrefois, l' instigateur du sionisme, utilise à présent son oeuvre pour parachever la beso~ne nazie d'extermination des Juifs. Il faut choisir Dans ces oonditions, les forces arabes qui appuient les dessein~ des océupants anglais ne représentent nullement la volonté d'émancipation des masses du Moyen-Orient et les dirigeants qui se déclarent solidaires des AbduUah et des Fatni el Kaouk- UNE délégation composée de MM. Grinberg, Vanikoff, Blum, Lederman, Kelman, Wilner et Grant, représentant respectivement le Comité Général de défe~se juif, l'Vpion des Anciens Combattants et Engagés Volontaires 1914-1918 et 1939- 1945, l'U.J.R.E., la Fédération des Sociétés Juives de France, l'Association des Anciens Déportés Juifs et l' Union des Sociétés Juives, a été reçue le jeudi 27 mai, par le Ministre des Affaires Etrangeres, M. Bidault. La délégation, venue remettre un mémorandum en vue de la reconnaissance, par la France, de l'Etat d'Israël, au nom des org-anisations JUIVes mentionnées ci-dessus et sur l'initiative de l'V.J.R.E., était conduite par les parlementaires André I~lilip, S.F.I.O.; Florimond Bonte, Parti Communiste; Me Moro. Giafferi, Rassemblement des Gauches ; Ma~ Sangnier, M.R. P. ; -ainsi que l'Abbé Boullier, ProfesseUr à l'Institut Catholique. M. André Philip, au nom de la délégation, a , exprimé 1'émotion <le l'opinion publique de d'une conséquence grave et un encouragement à la Ligue Arabe dans ses menées en Afrique du 1\ord Française. M' Moro-Giafferi, ,à son tour, se fit l'interprète de l' émo~ion considérable soulevée par ce qu'il définit comme « un soufflet au monde civilisé ». f( Cette agression doit être stigmatisée. Les Juifs ont prou, vé, par leurs efforts et leurs sacrifices, qu'ils sont dignes de leur indépendance. La France doit reconnaître l'Etat Juif. " M. Florimond Bonte a souligné l'intérêt de la France à voir se consolider l'Etat d'Israël, facteur de progrès et de paix dans le Proche-Orient, favorable au rayonnement spirituel -de la France dans cette partie du monde. Il a insisté également sur les répercussions de la reconnaissance par , la France de l'Etat d'Israël pour faire régner la P~tix. Le Ministre, dans sa réponse, a admis que les Juifs étaient victimes d'une agression de la part des Etats arabes qui refusent d'obéir à l'ordre de cesser le feu 'Mc\ pa:- le Conseil de Sécurité. Tous les Israëlites résidant dans les pays arabes doivent être considérés comme des otages. Ce sont eux qui doivent payer pour chaque Arabe tué en Palestine. Nous devons mettre la main sur leurs 'ortunes etutiJi.. .' ser leur argent pour financer la ' guerre contre le sionisme. LA GUEnnE JUIVE C'est le titre d'un livre de feu Paul Ferdonnet. C'est dans le même ,sens que s'exprime aujourd'hui Pierre Boutang dans Aspects de la France (initiales A.F.) qui est l'org-ane des résidus du maurrassisme (numért du 25 mai), : Voici que de nouveau les Juifs, par leur destin même, apportetJt la guerrp ail monde. Ainsi, ce sont les Juifs qui portent la responsabilité de la guerre en Palestine! Envahissent- ils les Etats arabes; persécutent- ils les Ang-lais? Qui bombarde Tel-Aviv? Mais inutile de répondre plus

want à , un journal où l'on Re

trouve pas moins de deax grands articles débord'lnt d'élog- es pour Xavier Vallat, pourvoyeur des camps d'extermination et aboyeur radiophonique de la trahison. L'un de ces articles E'~t de :Mme Léon Daudet, plus connue sous le nom de Pampille. Elle a l'impudence de titrer sa prose larmoyante : Une bene âme : Xavier Vallat. Ti rons l'échelle après celle-là et, pour terminer, précisons que F'ierre Boutang, 'entre 'autres charg-es, est ce professeur qui, ayant à faire passer le bachot à Cusset pendant l'occupation, commença par demander 'aux jeunes candidats, alors même qne la lég-islation de Vichy ne l'y obligeait nullement : " Que les étrangers sortent! ». Comme personne ne bouge, il répète. Etonnement, mais ' personne ne De gauche à droite: MM. Blum, Kelman, Wiloer, Mo de Moro-Giafferri, se lève. Furieux, il appelle les . Flocimond Bonte, Vanikoff, André Philip. abbé Boullier, Grinberg, g-ar;çons. dont le n~m avait une. M' Lederman, Grant. consonance juive et, devant leur voir le Gouvernement Français Il a parlé notamment de cc défi refus ou leur hésitation, c'est lui . tarder à re.connattre l'Etat 'd'Is- à 'la conscience humaine Il. Il qui les a sortis, br~talement et raël en butte à une agression s'est néanmoins abstenù de don- en les injuriant. caractérisée des pays arabes. ner des precisions concernant la Si c'est là un aspect de la Il a insisté tout particulière. l'ecionaissance, par la France; France, nous ne sommes pas dé .... ment-sur l'effet fâcheux que ris- de l'Etat 'd'IsraëI: cidés à oublier que la France 'a ' querait de produire l'hésitation A la fin de cet en'tretien' 'de changé - de visage depuis ' ces ' de la France à consacrer, par quarante minutes, là 'délégation temps de lutte et que nous ne l'acte de reconnaissance, les dé- ' a remis' eritre 'les mains du Mi- laisserons plis"reprendre ûne pocisions de l'O.N. U. nistre un ' mémorandum dont sition prépondérante aux clisci- Un t@l manquement serait nous publions le tèxte en page 3. pies français de Julius Sueicher. " ',. ',. " . :.,1. -" . ', .. 1 '. _ ' ..• ' .t: •. , .• 't1 \ .r .1 Il juIn 19411. - ~ 7-75 DROIT ET LIBERTE J Salut circonstancié Lorsque, l'enfant ,paraît ••• :',' " , A~nsi commence un poème célèbre de notre Victor Hugo, et les images les plus tendres et les plus toùch~lIites ne manquent pas de s'y , enchaîner ensuite 'tout naturellement. ' ' , f Pourtant, un enfant est apparu dans la grande famille des peuples et des nations: le jeune Etat d'Israël. Mais il n'a pas été salué par le cercle de fa.miIle comme l'enfant du poème. ' Des coups de canon, des raids d'avions, une sourde ' inquiétude, un remous nouveau dans la situation internatiopale semblent avoir été les plus êclatants effets de sa naissance. Cela ';st-i1 juste ? Cela est-il d'ailleurs entièrement exact ? Quelles conclusions et conséquences devonsnous et doit-il lui-même en tirer ? Telles sonlt quelques-unes de. questions auxquelles nul n'a le droit aujourd'hui de se dérober. C'est pourquoi nous transcrivons ici quelques réflexions et constatations, comme. nous avons été bien ohligés de le faire pendant ce; derniers jours. Rappelons-le d'abord : dam moins que le temps d'une génération, par deux fois au moins, tous les citoyens du monde ont été obligés de prendre conscience, brutalement et tragiquement, de l'existence d'un certain problème d'Israël. ' Ce fut d'abord, à l'occasion des persécutions hitlériennes et fascistes, d'une manière en quel que sorte négative, où l'indignation et la pitié n'avaient peut-être que trop de part: je l'écris comme je le pense. Nous l'avons bien vu dans le camp de concentration ou nous étions. Plusieurs convois' de 'Juifs, de divers pays de l'Europe orientale, y arrivèrent, destiné~ à être anéantis. Nous réussîmes à en sauver un grand nombre : bien miel/J{, à imposer aux SS eux-mêmes qu'Ils nous laissent les employer à des postes où ils pourraient à la fois se préserver et aider leurs camarades. Mais cela, à juste titre, ne parut pas suffisant à ceux qui portaient la responsabi 1 ité du comité illégal de notre camp. Il p~rut indispensable. afin de lutter conbre un état d'. esprit de simple pitié à leur égard, et pour ne ras développer en eux-mêmes un inadmissible sentiment d'inféfiorité de les faire participer directement à notre, lutte illégale contre les nazis" à l'intérieui:.'du camp. Plus encore, et parce qu'il y avait eu, qu'on le veuille ou non, un prohlème créé par des préjugés tenaces et des idées routes faites, il fallait leur demander de mériter cett~ par.ticipation au comhat commun pn une action difficile. Il était, on s'en doute, à peu près impossible de trouver des armes à l'extérieur et de les faire entrer dans le camp. Pourtant, c'est précisément cette tâche que nous avons décidé un jour de leur confier. Et cela dans un délai déterminé. A J'étonnement et à l'ad:.. ,miration de oeux qui leur avaient imposé cette épreuve (d'ailleurs nécessaire aussi, cela , va de soi, du roir,!,t de , v~e de, ,notre comité mil ita i're) , _nos ' camQra.de~ . juifs réussirent cet exp~it; . 'dap.s un

témps . moins .long ,nlême que, celui

que nous leur avions imparti. • ;, •. • .' t \ .. ~- t ... , .. . A, Ilartir de ce !Uoment, ce q~ .11 but oién appeler' le' problème jUlf .. 'dllns flot ré ,camJ1' pout' des millictS , " d'hommes, étaIt à peu près resolu. JE ne raconte point ceci par seul souci d'une histoire pittoresque, ou pour remuer des souvenirs en un jour qui entoure le troisième anniversaire de la libération de notre camp de concentration ' (qu'on m'excuse : je suis de ceux qui ne se permettent pas d'oublier). Mais cette aventure me paraît parfaitement significative. Et je crois qu'on reut tirer de cette expérience politique un enseignement valable dans les circoDstances actuelles. Est-il besoin d'insister, aussi bien auprès des hommes de l'Etat d'Israël que des autres peuples du monde? On dira, bien sàr, que ly monde d'aujourd 'hui est infiniment plus compliqué qu'un malheureux petit camp de concentration d'une douzaine de milliers de déparoes, même si ceux-ci représentaient une trentaine de principales nationalités différentes. Mais il n'en reste pas moins: 1) Qu'il s'agit à présent d'ur!') épreuve décisive, également, pour Iè~ hommes de l'Etat d'Israël comme pour les autres peuples, et d'une érreuve qui met en question la paix et la solidarité con~tructive entre les nations; 2) Il s'agit aujourd'hui., égÇ\lement, pour lee:; organi<;mcs internationaux de donner l'occasion à. l'état d'Israël de faire ses preu\ ·es. dans le domaine qui est le sien ; mais cela sans fausser le jeu, sans piper les dés. Pour reprendre l'exemple cité' plu's haut, qu'aurait-on dit du Comité International du camp si, en , même temps , qu'il soumettait les Juifs à cetteéprëu'Ve 'décisive, il les avait privés de tout moyen'" ou même dé-noncés aux S. S. du camp ? J'entends bien ce qu'une ' pareille hypothèse peut avoir de monstrueux. MaÎ$ ne , croyez-vous pas qu'un certain comportement actuel, à l'échelle internationale, qui n'aurait pas d'autre effet que 'de multiplier les massacres ' en Palestine et de tricher les conditions de l'expérience, ne serait pas moins monstrueux ? B L apparaît ainsi qu'on arrive à quelques principes simples, à la' portée de chaque conscience honnête, pour juger des événements de Palestine par rapport à la situation initernationale. Puisque, par aille<trs, l'eltpérim prouve aussi." qu'on ne peut . fonder la paix et ' III <::00:" 'fi nce internationalé: iur la' r.richerié et ,le mensoogè, il 'sémble que nQus en ayons assez dit sur le!; , rri.ncipes. ~ourta.nt,' les faits imposent d'aller plus avant enoore dans c:ette analyse. Je lis l'article généreux que vient d'écrire Claude Bourdet sur cette question et qui l'honore une fois ' de plus. Il s'adresse à la fois aux Juifs et 'aux Arabes et les adjure de ne point tenter de rien résoudre par la terreur. Il se félicite du choix par l'O.N.U. d'un médiateur, le comte Bernapar----, André ULMANN dotte, dont ori sait qll'il s'est dépensé sans compter à des tâches humanitaires pendant la dernière gIJeire. Enfin il fait appel à tous, 'et d'abord au sentiment de solidarité humaine qui devrait animer tous les hommes. Comment ne pas applaudir à de telles paroles ? Et pO~trtant avouons qu'elles, ne nous satis funt pas entièremenlt. Pourquoi ? Parce qu'il ne suffit pas de faire appel à la générosité des uns et des autres. Parce que des intérêts considé· rables sont en j;:résence. Parce que c'est seulement en luttant contre la primauté de cc;; inoerêts - qu'ils soient stratégiques ou pétroliers - que i'on pourra parvenir à une compréhension simplement humaine du pro" blème posé, dont dépendent les vies de tant d'hommes. Parce que la question de la paix en Palestine est inséparable de la lutte, dàns le monde entier, contre les séquelles du fascisme et dontre les appétits, les intérêts qui provoquent ~raditionnellement le fascisme et la guerre. AB * PRÈS tout, il n'y a pas de problème juif. Ce n'est pas seulement parce qu'il faut répudier tout racisme, dans un sens comme dans l'autre, que j'écris cette phrase, une fois de plus. C'est aussi parce que cents évènements, loin de ce problème de tous les l'y ramènent. les réséparer' autres, Qu'on me permette de citer iCl tout au long l'excellente lettre que m'enrvoyait la semaine dernière le correspondant de la Tribune des Nations à Tel-Aviv: Le vicomte de Gobineau se retourne certainement dans sa tombe en apprenant la création du quatri~ me Etat juif, appelé officiellement Etat d'Israël. Une des conséquences de cette étonnante et brusque apparition d'une nouvelle natiot! dans le consortium des nations du monde, c'est que l'antisémitisme, cette force négative et obscure, perd aujourd'hui l'essentiel de sa légende. En effet, c} ["origine de cette légende, il y eut ,ce que l'on appela pendant des siècles «le Juif errant », ~tre curieux, impersonnel et sans patrie, inspirant c} la foi!( pitié, m~fiance et surtout curiosité. Cette légende du « Juif errant », principale base d'un antisémitisme primitif lié étroitement aux conditions de transition économique de la féodalité en mercantilisme moderne, qui n'était que ["expression du souci que le seïgneur féodal montrait envers une bourgeoisie naissante, a donné lieu aujourd'hui c} un antisémitisme qu'on pourrait appeler moderne, qui fut fondé sur des théories pseudo-scientifiques. Les principaux ,points de cette théorie dont M. Gobineau se pronEMORANDUlJI L:s, repTésentants des organis":tions juives de Fra~ce ~ussignées ont l'honneur de soumettre à M. Je Ministre des Affaires Etrangèreli la présente requête en vue de la reconnaissance, par la Fra,nce, de l'Etat d'Israël. , ,La France généreuse, qui a été la premlere na~ tion à émanciper les' Juifs en leur accordant les droits de l'homme et du ' citoyen, et à , proclamer le droit, de tous les peuples de '!.ivre libres, rèstera fidèle à elle-même et à ses glorieuses traditions en reconnaissant le jeune Etat d'Israël, lequel s'est engagé, dès sa naissince, à observer les ' principes démocratiques énoncés dans la charte de l'O.N.U. Par la haute autorité morale de la France, ce geste de son Gouvernement, consacrant une décision de justice et de réparation à l'égard du peuple juif,' est de nature à amener l'apaisement et l'en~ tente entre,Juifs et Arabes et à hâter une solution pacifique du confl~t qui ensanglante la terre sainte. Mandatée par ces organisations pour effectuer cette démarche, la délégation exprime sa confiance en la France et prie M. le Ministre de ne plus tarder à accomplir l'acte de reconnaissance de l'Etat d'Israël. Avec tous les démocrates de ce pays, tous les hommes épris de liberté et de justice de par le monde applaudiront à ce geste.

.

ASSOCiation des Anciens Déportés Juifs. , Uuion des Juifs ' po.ur la, Résistance et l'Entr'aide. ' Coinité Général de Défense Juif. Fédération clama le créateur. étaient notamment: 1- La Ulchet~ du luif; 2" Le manque de valeurs ttflurl- , ques chez, les Juifs, qui voulait ex/Jliquer le refus des Juifs cl participer âux travaux agricoles; 3" L'absence d'un sentiment national territorial. Nous savons c} 9uoi ont abouti les contradictions Inherentes c} ut antisémitisme moderne expiiqué vseudoscientifiquement. D'un côté, on attaquait la prétendue concentration d'un énonne pouvoir entre' les mains des Juifs, tandis que d'autre part on critiquait le manque d'unité provoqué par une désagrégation séculaire qui devait aboutir, toujours selon cette théorie, c} une dégradation et une dégénérescence complètes de ce qu'on appelait très paradoxalement : la race juive. Car en l'appelant « race juive J), on lui a donné précisément ce caractère monolithique d'unité qu'on voulait effacer. Déshumanisé ainsi, il n'était pas étonnant de voir d'un côté le Juif représenté comme un être lâche, vil et inférieur; d'un autre côté, doué b. l'extrême, être d'une intelligence surprenante et d'une emprise dynamique dans certaines activités sociales. Il y avait certes une réalité dans le fait de la spécialisation des Juifs dans le secteur de la distribution et du commerce dans le monde. C'était précisément cette réalité qui était visée et, si l'on va au fond des choses, elle préconisait au delà des Juifs la destruction du petit et moyen commerce. Nul n'ignore les lois féodales qui in· terdisaient non seulement aux Juifs, mais b. cette bourgeoisie naissante, l'achat des terres, en traçant deux voies c} suivre dans l'évolution sociale

l' extr~me mis~re et la proMtarisation

ou, sinon, la sublimation de ce manque de forces telluriques en une activité cu/turelle libérale. Mais n'est-ce pas là le probl~me fondamental des classes moyennes dans le monde entier? Ces deux fausses maximes d'une fausse théorie aboutirent au troisi~me point qui vient d' ~tre démenti aujourd'hui d'une façon éclatante, avec la création d'un Etat territorial national juif. N'est-il pas d'un paradoxe unique dans ["histoire que les cousins sémites, représentants de cette « race inférieure », soient c} la moitié du cTlemin dans ["évolution de cette fausse théorie? 'Jes Juifs sauront-ils tirer de leur histoire les conclusions nécessai· l'es? Toute la solution du probl~me palestinien en dépend. La France, par contre, a déjà démontré qu'une victoire contre l'antisémitisme était aussi une victoire française.

  • APRES tout cette analyse de

la prise de conscience de ~ ces responsabilités histori' ques par le peuple d'israël en Palestine pourrait nous s'ervir, très concrètement, de conclusion. Je voudrais y ajouter <:e que m'a dit le leader du mouvement juif de Roumanie, il y a quelques semaines à peine : a: Dans le cadre même de la question des nationalités, nolJJS avons résolu ici le problème juif. Il n 'y a plus de problème de d minorités », pour nous comme pour les nombreux autres, Hongrois. Bulgares, etc. Alors qu'avant la guerre ces minoritk"étaient autant d'armes de division aux mains des gouvernements réactionnaires ou des nazi~, tes nouvelles «' natlotlalités » réussissent à vivre harmonieusernent par ie jéu d'une commune' démocratie. Et nous-mêmes des Sociétés JUives de Frarce'. Union des ,.Anciens Com~attants et EngaI;' és . Volont~ires JUifs 1.914-1918. Union des Ancitms Comba.ttants et , avons' organisé 'démOcratiquement ' , notre mouvement jùif, en oonser- , va.nt nQs partiFularités culturelles,' ' " m!li,s ~n , ,' partic,ipan.t à J~oellvre . , ooay:oo!)e de tou~es'}1OS forces. » , .', En~agés Volontàüles JUifs~ 193'!t-1940; , • "union des! Soeiétés Juivés. ' ' , ,- C'est là aussi un e~emple: " DROIT ET LIBERTE IMPRESSIONS DE HOLLANDE M De Rembrandt à la Royal 'Dutth Au Coeur de l'Orage Au moment où trop de ;ournaux et une certaine littél'llture attaquent perfidement la Résistance, et à l'instant même où on a t'audace de pousser devant les tribunaux de magnifiques patriotes, Au Coeur de l'orage ne pouvait paraître sur nos écrans avec plus d'opportunité. En effet, Ce n'est pas un film préfabriqué dans les studios de Hollywood comme l'on e,n a, hélas 1 trop vu, sur les combatÛlnts de l'intérieur. (de notre envoyé spécial Joseph-André BASS) MALGRE les dures épreuves subies pendant la guerre, les Pays-Bas offrent au voyageur un visage souriant et u'n accueil chartnant. Et pourtant la Hollande porte toujours les traces apparentes des années d'occupation ennemies, des bombardements aériens, de la famine, des déportations massives, de la lutte clandestine des militants de la Résistance Intérieure. ' Les quartiers centraux de Rotterdam ont été entièrement rasés, On se rend compte des suites des bombardements même à La Haye, résidence du gouvernement de la Reine. Amsterdam, la. capitale, qui est sans doute une des plus jolies viIles du monde, fut épargnée par l'artillerie et l'aviation, mais de très nombreuses maisons du vieux , quartier juif n'existent plus : le visiteur croit parcourir un lieu sinistré. Tous les logis furent détruits, après la déportation des Juifs, par les habitants voisins pour être converttis en combustible, car les derniers hivers de la guerre ont été pa.rticullèrement froids et le bois de chauffage faisait totalement défaut. accords éventuels, aussi nécessaires à la reconstruction économi" que de la Hollande que l'oxygène à l'existence de l'homme, ne sont possibles que si, se rendant 'compte de leurs véritables intérêts nationaux, ' 'les Pays-Bas conservent leur indépendance, leur liberté de décision, et perdent certaines illusions. La guerre d'Indonésie où la Hollande engloutit son trésor bien diminué à l'instigation des trusts coloniaux, et fait le sacrifice de ses hommes -pour rétablir une situation définitivement compromise, sans espoir sérieux de reprendre le contrôle et le bénéfice de ces énormes richesses, a une répercussion très fâcheuse 'sur le budget. sentation, ce qui a facilité pendant quelques heur'ès sa distrib\ ltion. Les occupants ont voulu obliger tous les étudiants néerlandais à signer une déclaration de « non appartenan{!e à la race juive . Beaucoup s'y sont énergiquement refusés, ils ont dû suspendre leurs études et vivre en réfractaires. DE SHELL A CHURCHILL La vie politique des Pays-Bas se ressent du fait que le gouvernement néerlandais s'était réfugié à Londres pendant les années d'occupation et que le Cabinet en exil a organisé son fonctionnement sans conltact avec la population du pays et sous l'influence des grandes compagnies anglo-néerlandaisescomme, -par exemple : le trust de la margarine Unilever, le trust de la soie artificielle Aku, le trust pétrolier Shell, le trust de l'électricité Philips. ,Les hommes d'affaires d'origine hollandaise, mais dont la résidence principale et les attaches d'intérêts étaient surtout britanniques, ont voulu, apres la liJbération du territoire, amener au pouvoir des gens qui leur soient dévoués, pour réaliser un régime autoritaire à l"lntérieur du pays et une pollttique d'assujettissement à l'égard de l'Angleterre. • Cela ne leur a pas entièrement r éussi. Les traditions démocratiques en Hollande, l'action des masses libérées après l'occupation, ont mis en échec beaucoup de ces tentatives, mais le « jeu anglais) continue et c'est peutêtre l'une des raisons prinCipales pou r lesquelles M. Winston Réquisitoire irréfutable par son authenticité, ce tilm est une réponse impitoyable aux manoeuvres de tous les « résistantialistes " et autres littérateurs belliqueux, qui cherchent à démolir l'oeuvre de tout un peuple. e( Dans Le commun comb,,~, celui qui croyait au ciel, celUi qui n'y croyait pas, disait, qu'elle vive et qui vivra verra ». C'était cela la grandeur et la force de la Résistance. Au;ourd'h~i, n'en déplaise aux Guignols, l'union n'est pas près lie mourir et Au coeur de l'orage aidera le public à une prise de conscience saluÛlire. ' . L'âpreté des images, l'extrême dépouillé du texte - et c'est un des mérites essentiels du réalisateur - contribuent à laire de ce film, une oeuvre bouleversante et inoubliable. Sur tous les jronts de guerre, avec émotion, 'nous nous 'rouvons tou;ours Il au coeur de l'orage ». Que ce soit à Stalingrad. lors de' la jonction des forces soviétiqu.es encerclant l'armée de Von Paulus, en Normandie comme en Afrique du Nord, partout nQUS suivons la lutte de ces peuples courageux et unanimes dans leur volonté de débarrasser le mondé du fléau nazi. DANS l'ensemble de rous ces jaits de guerre, se situe l'éJJOlJée du Ve:co~s. Avec ~ es vues, n~us atteign~ns au pathétique. La pOLgnee de mam de MontOIre, les pretentions oratoires de Déat, les fielleux discours de Ph. Henriot, et les serments des milices de Damand devant le drapeau tricolore, tout cela devient odieux devant la simplicité, la dureté des ÎTTUlges défilant devant nos yeux. 11 jaut voir les patriotes préparer leur repas, nettoyer léur$ a:mes, '!10n~er .la garde et surveiller les étroits sentiers par où l, ennemL pourraLt les surprendre. Il jaut les voir affronter les nazis a la grenade, à la mitrailleuse, très inférieurs en nombre et en "!atériel: ~IQrs que. le ~ommandement allemand n'hésite pas à utilLser avtalto~ et artûlene. Il faut les voir, vivre et mourir, simplement. parm: eux, Jean Prévost, romancier, a préjéré la mort en com b~tt~nl a la hon!e de trahison, co,,!me ce rtains. Et l'on songe au cr!mmel « attentls,:,!e » de ceux qUL, malgré les appels répétés, refuserent des armes a ceux qui se sacrifÎllient dans la Métropole. Une lettre prise sur un prisonnier suffit à situer exactement lâ cru.elle inconscience des hommes-robots de l'ennemi lettre dans laquelle il raconte, en détails, à sa famille , le mass~cre conrmis sur la p~rs0n.ne des ~alades et des , infirmières, d'une injirmerie du maq~!s , ou to.us, dit-il , lurent exterminés ;usqu'au dernier. Ces Instantanes des. massacres nazis sont d'une telle horreur qu'il est impossible de les oublier ;amais. Dans les salles se trou~ veront .sans doute des parents, des amis de ces ieunes hommes tous tues au ·combat. En sortant de la maison de Rembrandt - on en a fait un musée - 4, J'odenbreestraat, on aperçoit l'emplacement d'une ancienne boutique juive dont il ne reste plus que quelques poutres, sans doute trop grosses pour être enlevées. BENELUX Churchill est venu à La Haye. , patronner une conférence inti- . l! jaut féliciter la Coopérative Générale du cinémà de cette initlatrve et J.-P; Le <;hamois, du choix et l'assemblage de tous les documents : Il confirme sa pleine maîtrise d'e la technique ciné"! atographique. et qui Jait de Au coeur de 4 'or~gt! une oeuvre authentLque que tous les Fran~is se doivent de connaître. Apparemment, la situation alimentaire est meilleure en Hollande que chez IrOUS, bien que .le rationnement subsiste, même pour le tabac ; mais on sert dans les bars et d3ns les restaurants un excellept café avec du lait et du sucre à volonté. ALLEMAGNE PA YS DE L'EST INDONESIE Pourtant, la situation économique est sérieuse, le niveau de vie des salariés a ' baissé d'environ 30 % par rapport à l'avantguerre et les Pays-Bas doivent résoudre de multiples prOblèmes dont la solution a une importance primordiale dans la "ie du pays. Au premier plan, le prOblème allemand. Avant les hostilités, rAllemagne oecupait la première place cians les importations n~.erl~ndalses et la deuxième dans les eXJ)ortatlons. Le commerce avec l'!\llem'3.gne et son hinterland cOm!tituait l'un des principaux tac:tenrs de la. prospérité des Pays-Bas. Aujourd'hui, la l{ollande a perdu à la fols son meilleur client et son fournlssel1r Je plus lmportant. Les négociants Ü les industriels rechèrchent, dans ces conditions, de nouveaux débouc."lés. Ils voudraient que les Pays-Bas tiennent, vis-à-vis des pays de l'Europe Centrale et Orientale, le rôle de transitaire qu'ils avaient autrefois par rapport à l'Allemagne. Cela suppose que la Hollande noue des relations actives avec la Tchécoslovaquie, la Pol()glIle et la Hongrie. Une mission commerciale néerlandaise se trouve actuellement à Moscou pour étudier un accord avec l'Union Soviétique, mais ~utes ces conventions et ces Les accords Benelux où les mi- tulée un peu pompeusement.« le lieux officiels voyaient une Congrès de l'Europe et qui fut étape décisive vers l'a'mélioration présidée par M. P. Kerstens, andes rapports économiques avec cien ministre du Cabinet néerles payS voisins ne semblent pas landais à Londres. DANIEL avorrdonné, jusqu'à présent, des r------------------------------------------------------------------------------------------résultats bien tangibles. Je m'en suis rendu compte quand, allant de Paris à La Haye, j'ai pu comparer les visites des douaniers et des policiers des trois nations à la frontière française, à La frontière belge et à la frontière hollandaise. n'il ulres peuples soullrent el lullenr La douan.e entre la Belgique et la Hollande est particulièrement sévère et cependant ces deux pays appartiennent au Bénelux. Ces accords n'ont conduit qu'à la fixation commune par la, Hollande, la Belgique et le Luxembourg, des prix et salaires, ce qui n'a' servi que la concurrence étrangère. Le Plan Marshall présenté comme la panacée universelle ne semble pas donner une solution aux difficultés du pays, ralentit ou arrête certaines industries nationales. LA RESISTANCE J'ai vu à 'Amsterdam, les 5 et 6 mai, une foule nombreuse, mouvante, active, fêtam,t le troisième anniversaire de sa libération; des gerbes de fleurs furent déposées aux endroits où sont tombés. pendant l'occupation et les journées de la libération, les soldats et les militants de la Résistance. Parmi le.s héros du combat clandestin dont le sacrifice est commémoré par une plaque fleurie ces jours-là, j'ai remarqué celle qui rappelait la mort d'un jeune juif allemand, membre actif de la Résistance néerlandaise, responsable du service des faux papiers. . Les étudiants vendaient au proUt des victimes de la guerre, la reproduction du numéro paru le 1« mai 1944 du journal « De GU (Le Cri). C'était le titre d'un journal de prov-ocateurs nazis néerlandais; les universitaires patriotes éditèrent ce jour-là un jOurnal de la Résistance.. . avec la même pré- CREeE Les exécutùms capitales sc multtplimt à travers le t erritoire. Dam le courant de la settWÏne dernière, plu' sieurs diza~rtes de femmes ont rlOtamment été fusillées. A At/lines, deux enf allts, âgés resp ~ctiverltt'nt de quatorze et douze .mIS ~mt . été passés par les armes. Et le f.~verne ment 111 0 n (l 1'cho- fasciste, repoussant la protestotion du monde civilisé, amwlIce qu'.Z entend umtinuer à t-a,ire rég1ur la terreur ... ESPACNE


A Soragosse,

plusieurs di Z 8 i nes d'arrestatiol1s ont été opérées da11s les mielieux syndicalistes de la ville. Le secret ft plus absolu est (llu1- vé (1Uwur ie Ci. arrestatio1'ls. Les services de ;~ , Iûce 5C co." tetlient d'ann 0 n , t r l'ouverture pr-oc}IOÎtle d'un « procès ». A Vallildolitl, un ouvrier Père ~I: trois enfants, ç(,Jtl - cllez eDsta, a été HITLER SEVIT-IL A JOHANNESBURG? , Une agence de presse américaine a récemment annonce, ~el~n des « sour~es dignes de foi », que Hitler se seraIt evadé de BerlIn lj.vant la prise de la ville par l' Ar~ée .Rouge et vivr<l it actuellement dans la capitale ùe 1 Afrique du Sud 1 , Pou~ sensationne~l e qu '.elle .eût pu être, cette nouvelle 11 ,a guere }:tenu ! attentIOn 1114ernation ale. Sinon, il n eut pas ete malaIsé de constater que l 'esprit de Hitler en tout c.as, est présent au pays de Smuts. , ' U~ vive recrudescence de la politique raciste se mamfeste en effet depuis plusieurs mois à travers tout le {:ays. Pour commencer, ce furent des lynchages de,vant l~q~~ls la. police fit preuve de la plus com~ pIete passlvlté. PUlS, ce furént des manifestations « de masse 1 pour demander ~ux pouvoirs publics de mettre u? terme , au~ « provocatIOns, aux attentats et aux activlté~ ~ubverslves dont se rendent coupables les nèO'f'S, les JUIfs et les oommunistes ». 0 -, . Et, enfin ce ~ut le projet tendant à supprimer le syndICalis_ m e. ouv, rier. et destiné à le remplace r par une org'ta mdsat'J on eta.t lqlle ' raciste et belliciste . Il ne s ,ag.ls - sai e nen mOl11S en véri té que de mettre les syndicats s, ous 'lde co ntrÔled 'a bsolu du gouvernement , d e 1e s obII'gè, r a cre~r. es s)'n Icats « inferieurs Jt réservés aux nègres aux JUlf~ e~ aux natura~is~, et de rédiger une chart; du syndlcahsme sud-afncam qui se terml'n 't ho t t· ' 1 eral par .. . une ex r a, !on l;l a lutte contre l'U.R.S,S. Devant 1 emotlOn soulevée {:ar un semblable pro'et sa réalisati?'l a été .différée. Toutefois, des événem~nt~ symptomatIques et ll1quiébants se déroulent un peu r art~ t dans le pay~ .: des arrestations illé~ales sont opé_ r~t!s da~s Iles 1~l1h~u; ouvriers,. ainsi que parmi les neg.r es 01. es m1l10ndte s d'origine étrann.,e ' re . D es provocalilOns a~ '!leurtre, es Sct:~es de violence et de pil1acre sont quotIdIennement enreO'lstrées sans que' . ï police intervienne." pmals a Hitler s'apprêterait-il à prendre le pouvojr en Afrique du Sud? COllf.édié de S(l"l ilS;" ne pour avoir déclaré 'lu'« avmzt ln f.uerre civile, il ,agnmt suffisamntnt d '01'gent pour f' poyer du pain blanc tous les jours. » PORTUCAL - D e nouveau, des réfu~és 'IJOZil;ques espag1lols, 6nt é t -é oppréhmdés, umdults à la fronti~ re et remis 0 111 pol; ,e fr.fl.lIq.u;sü,. Pa.,mi eux, un ancien lJfficier de l!,uer- . rtlle'f'()s, condamné • mort il y .(J quelques mois par un .riounal 'militaire tS~tJ~ f.nol et évadé '7uelques jours ,JfJO"t 111 date prévue fil'" son exécuiivn_ BRESIL o n '(lnn,mee de~ mesures Jiu;Plinaires (ul t.oilles , allant jus fju' à la révocation) à 1'e,zco,,tr. c de jonctümnoires d ~ Mitzisûr' des Affaires Etumgères cou p 0 b 1 el ' d'o1HJir facilité l'octroi de visas d 'entrée (lU Brésil il des étrangers « politi' lue114ellt non sûrs ». DttOfT Er LIBERTE Le rabbin de KIR Y A T -YEARIM versait, par enterrement, une livr~ de poivre au curé de NIMES, où Daudet s'appela David " ",' a~ ~ • ", d y • -": .'.'. '. .. -', '.j o.; ~.~. ~., -...:c" " . ;_':"J.; _ . _ '. '~_.. ..,". • . , 1 gNà l~!e:"~":':;~ ,"'; nagogue t 0 u t e proche de l'égli~ se Notre-Dame. Dans ses rapports avec le rabbin, le curé ne manquait l'U de sel : un jour~ il lui ac:corda l'autorisation d'enterrer chaque mort moyennant une livre de poivre. Ceux qui s'étonneraient de c:e troc aussi piquant que macabre doivent savoir que les restrictions ne datent pas d'aujourd'hui. Nîmes vient de Nemausus et Nemaustts de nèmus qui veut dire forêt. Ce n'est sans doute pas sans raison que dans la langu~ hébraïque l'actuel cheflieu du Gard, outre son nom dérivé du latin, Nemchi, s'appelle Kiryat Yearim : II( ville forestière Il. L'étoile de 1284 C'est au bord de la rivière qui l'arrose que vinrent s'installer en 672 les quelques centaines de Juifs espagnols auxquets le comte de Nimes avait bien voulu donner 'l'hospitalité. La communauté allait devenir un grand centre talmudique au XII" siècle avec Rabi Abraham ben David, alias Rabad III, qui, adversaire de la philosophie de MaImonide, sut gagner à ses vues les rabbins {.le Lunel et de Montpellier. Les Juifs de Nimes purent se passionner à ces conLroverses philosophico - religieuses jusqu'en l'an de grâce 1284. A cette date, l'évêque Bertrand proposa à ses collègues réunis en Concile 'de 'voter toute une série de mesures discriminatoires au premier rang desquelles figurait l'obligation de porter ... l'étoile jaune, .ou, t0l!t au moins ce signe dlstmctlf qui devait inspirer, beaucoup }llus tard, la faible imagination des congressistes de Nuremberg. C'est ainsi par exemple que les Chrétiens se virent refuser le droit de cohabiter avec un Juif de faire appel aux services 'd'un médecin qui ne pré. senterait pas l'anatomie désirable et de « souiller la race Il de la' manière que l'on ' devine. David-Daudet Vingt ans plus tal'<!, les Nimois « non-aryens li, en butte il. une p~rSlécution de jour en jour accrue, ~taient contl'aints de quitter les lieux, en y laissant tous leurs biens. Ils revinrent en Ü~59, maie; leurs hôtes leur avaient préparé un~ belle petite Juiverie. Entendez : un ghetto. Mais c,e terme était alors inconnu; Il ne fit son apparition qu'en 1516 à Venise Où le quarLier juif voisinait avec la ghetta. La ghetta ques-aco? Une us IDe de canons! Souvent, au Moyen-Age, la Juiverie était une véritable boîte à sardines. La Juiverie de Nîmes ne faisait pas exception, qui consistait en une ru elle exll'aordinairemcnt ét.roite. ILes 10cCltaires cleman' dèrent la premission de « déborder)) un peu. Lrs autorit.'és les reçurent à coups de bâton. - A bas les Juifs! cria un Léon Daudet mlédiéval. Mais ce n'était sans doute pas un ancêtr,e du compère de Maurras. Car à cette époque, mUrmurent les mauvaises ,langues, les Daudet s'appelaient tout bonnemer _ David ... Un érudit qui a eu la curiosité de consulter le cadastre nimois de i366, a constaté que la ville ne comptait alors que « trois propri1étaires d'immeu· bles )1 d'origine juive. En fait, il n'existait pas de Juifs gtos proprios. Lorsque en i394 ils furent expulsés pout' la deuxième fois - sur l'ordre de Charles VI - le pouvoir royal fut très ~çu. La spoliation n'était pas une bonne affaire. Mis à la Raison Les Juifs revinrent tout de même à Nîmes, mais l'on conçoit qu'en dépit du modus-vivendi judéo-chrétien qui s'établit peu à peu, ils aient saJué avec joie l'aurore de la RlévoJution. Ils ne se contentèrent pas seulement, comme au clébut de 89, de répondre à un appel au porte-monnaie ian& f.lar ceux d{)nt ils allaient devenir en septembre 9i les véritables concitoyens. Ils p'l.jèr~ nt surtout de leur persr,nne dans la lutte pour ,la liberté. Cependant certains croyants eurent quelques moments pénibles à passer sous la Terreur. On signale la fondation en i794 d'une nouvelle synagogue, d'un bain rituel (mihtrah) et même d'un fourneau spiécial pour la fabricatiun du pain azyme. Mais au même moment, M{)rdéchai Meyrargues, « ministre officiant Il, est sommé de se convertir au culte de la Déesse Raison. Robespierre et l'Etre Suprême ne badinent pas : un coréligionnaire 'de Meyrargues, José Carcassone, se fait mettre à mal pour n'avoir pas voulu se rendre à ... la Raison. Adolphe Crémieux Au siècle suivant, Adolphe Crémieux, célèbre enfant de Nîmes, contribua pour Qeaucoup à parfaire la li))ération de 91, fonda « L' Alliance Isra~lite Universelle Il et donna son nom à ce fameux décret qui, en !émancipant les Juifs d'AlFérie, allait devenir l~ caucheJ. !'lr d'un certain nombre d 'dllUsémÏtes et de colonialiste~ nùtoires. Cu décret, était progressif puisque Vichy l'abrogea 1 Crémieux appartenait à une vieille famille juive où les traditions républicaines /étaient trèS fortes. Son père avait été a)J pe lié au poste d'officier m uniciral par les délégués de la Conv~ ntion en i 792. TouLe la vie d'Adolphe Crémieux (ut consacree à la défense des prin cipes démocratiques. Il stigmatisa impitoyablement la dictature de l'Empereur, défendiL la liberté de presse contre les ordonnances scélérates de Charles X, dénonça la - p{)lilique de démission nationale de Guizot, anima la campagne des banquets de 18'17, mérita le titre de ministre de la JusLice dans le gouvernement provisoire de 48, rnpna une l'6sistance souterraine contre Napolt'on-IePefit. et s i'égea aux côtés de VicLO-r IIugo à l'exLrême-gauch~ du Sénat des débuts de la Troisième République. Son oeuvre mérite un livre. Le livre existe. S. Posener- l'a écrit en 1932 (Ed. Alcan). Un crime: chanter la « Marseillaise » ••• Crémieux attaqua le racisme dès son inscription au barreau de Nimes. Le Président de la Cour lui demanda: ' - Monsieur Crémieux, prete- rez-vous s~rment more iudaïcQ? par Joseph MILLNER Cette formule ~tait une survivance des discriminations féodales. Crémieux répliqua : - Est-ce que je suis dans une synagogue'! Non, je suis dans une salle d'audiMce. Estee que je suis seulement Juif? N{)n, je suis en même temps citoyen français. En conséquence, je prête le serment du Juif citoyen français. . Pendant la Restauration, trois jeunes gens de Nîmes avaient éVé traduits devant les Assises pQur avoir chanté à pleins poumons la M arseillaise sous les fenêtres de la Préfecture. Adolphe Crémieux fut leur avocat. Dans sa plaidoirie il récita avec passion le chant llualifié de séditieux, non sans l'accompagner d'un vibrant commentaire politique. Sur la Cour et les jures, l'effet fut foudroyant. - Eh bien, s'lécria Crémieux, voilà le chant qu'on veut déclarer criminel... Criminel? Dites admirable, dites sublime. Berçons nos enfants aux nobles accents 'de la Marseillaise. La cause était entendue. Dans la cage aux fauves Un autre judéo-nimois, .Bernard Lazare, fut un .grand nom dans les milieux liWéraires parisiens aux environs de 1890. Homme de gauche, ardent dreyfusard - pour ne pas dire : premi~r dreyfusard - il se jeta avec passion dans l'Affaire. Son livre sur « l'Antisémitisme Il souleva des tempêt. es. Bien qu~ dépassé par l'Histoire, il abonde en aperçus originaux qu'on ne lit pas sans profit encore maint.enant. Sait-on que Xavier Vallat c{)mmit l'insolence de s'en réclamer dans la Préface qu'il donna à son « Statut Il des Juifs? La pédante canaille qui sévissait au Commissariat aux Affaires Juives voulait couvrir le cannibalisme moderne du manteau de \' « érudiLion »-. Bernard Lazare mourut à l'âge de 38 ans, au début de ce siècle. La municipalité jauressienne de sa ville natale honora sa: mémoire en lui !élevant une statue que les chirurgiens esth~les 'du Sabre et du Goupillon virent d'un assez · mauvais oei l. La nuit, ils lui coupèrpnt le lIez! Pnssant par le jardin municipal de Nlmes un jour de 1008, j'ai pu constater moi-même celte ... ablation. Depuis l'antiquité grecque, on reconnalt les Barbares à ce fait qu'ils muLilent les statues - lorsqu'ils ne les convertissent pas en canons. Unf') infirmité bien plus terrible frappa dès sa naissance ' - en 183-1 - le Nîmois Louis Vidal. Ce Juif aveugle devint pourtant un sculpteur animalier de très grande classe. Pour créer son fameux « Lion rugissant Il, il entra, en compagnie du dompteur, dans la cage aux fauves d'un cirque. La renommée des oeuvres de Louis Vidal - on connait surtout sa « Panthère couchée Il, sa « Lionne Il, son « Kob Il (cheval arabe) - fut aussi grande à Nimes qu'à Pétrograd d la fin du XIX· siècle. De la Aestauration à la « Révolution Nationale » N tm e s devait connaître une « Révolution Nationale )1 Où il fut comme autrefois séditieux de chanter la M(J"$eillaise... La vieille « Kiryat Yearim Il était alors bien triste ... On y manquait de tout. Lès sourires avaient disparu. Les patriotes et tous les « Crémieux Il étaient traqués. - Le clandestin « Comité de Nimes )1 qui réunissait des représentants de différentes organisations juives, des prêtres catholiques, des personnalités politiques, organisa l'aide aux (Mtenus de Gurs, de Rivesaltes, de Noë et d'ailleurs. Il fut dénoncé aux autori~s vichystes par le digne succes.seur du Préfet de la Restauration , qui n'avait pu supporter qu'on chantAt la Marseillaise sous ses fenêtres. Mais de nouveau, un jour. la Marseillai:se éclata au soleil d'une France libérée. LA Cour de Justice de la Seine vient d~ condamner Daniel Per.:et-Gentil, citoyen hélvétique, traître à sa patrie d'origine' et à la France qui l'a accueilli, agent du service de renseignements allemand, _dit aussi Gérard von Deimling, Hans Jurgon, Ludwig Bedel, ou Duval. Corresponoa'nt de presse étrangère à Paris depuis 1923, il entre en c'ontact dès 1929 avec un officier des services spéciaux ' allemands, le baron von Deimling CJui l'enrôle dans l'Abwehr. Devenu -ainsi, grâce aux protections occultes des hommes de la trahison déjà subventionnés par l'Allemagne, collaborateur de « Gring~ire » et de « Je Suis Partout ., il effectue, de 1932 à 1937, de nombreux voyages en France, en Italie, en Esp4l, gne, en Belgique et en Abyssinie. En 1937, cet espion avéré se fait nommer rédacteur en chef des radio-actualités fra.nçaises. Dès le début de l'occupation, il joue Un rôle très important dans_ la répression des militants de la Résistance Intérieure et dans la chasse aux réfugiés p~litiques et confessionnels. Il est directement responsable de l'arrestation, de la déportation et de la mort de nombreux patriotes, notamment à Nancy et à Lille, où il s'était présenté comme un officier brita.nique. En même temps, il écrit des articles pour le jOURlal « La France au Travail » et assume les fonctioons de directeur d'un périodique nazi de langue française « Le Canard Ctandestin _, où Jes écrits anti-juif. sont particulièrement violents. De ai brillantes références ont sans doute désigné cet agent de l'Abweh,r, matricule HF 7146, pour occuper, après la Libération, un poste important dans les services français de sécurité en Allemagne. Il n'a été arrêté qu'en 1946, alors qu'il se prélassait à Munich, capitale de la zone américaine d'occupation, son lieu de refuge, ses nouvelles fonctions ayant été découvertes par les familles de ses .ictimes et le scandale devenant par trop fIacrant Qui a permis à cet assassin, à cet espion notoire, d'échapper au châti11lent depuis la libération jusqu'à son arreata'ioll, et même d'être chargé de missions officielles dans cette Allemagne occidentale qui est restée le paradis des nazis ? Il y a quelques jOQrs, le. juge. de La Haye avaient à connaître de l'affaire d'un autre agent de l'Abwehr, Van der Wals. citoyen ' hollandai., dont les ignobles agissements pendant l'o.ccupation ' ont causé la -mort de nombreux combattants de la Résistance néerlandaise. Or, après une campagne de presse, on a arrêté ce tortionn~ ire en Allemacne occidentale, où, sous le nom de Van den Meer, il assumait les fonctiO'Rs d'officier de liaison hollandais ! Après son arrestation, il s'est défendu en disant qu'il avait servi avec zèle l'espionnage et la police nazis, sur les ordres de J'Intelligence Service dont il aurait fait partie depui .. longtemps. Etranges protections qQi font penser à d'étrances alliances! Comment expliquer l'impunité persistante, malgré de nombreuses plaintes, d'un Fritz dit Fred Sabarsky. né le 30 mars 1912 à Vienne, appartenant à une famille autrichienne d'espions allemands en France, escroc des victimes de la ".erre pendant l'occupation, qui a gagné sa fortune en trafiquant avec la Wehr. macht et qui a été en relations étroites avec la Gestapo? Après la libération, il a fait de nombreux voyages à l'étranger, muni d'ordres de missions officiel. français. Pour le compte de qui? Prévoyant une condamnation possible, il a pu - grâce à quels complices haut placés? - se faire décerner tout dernièrement une décoration française pour pouvoir prétendre éventuellement au bénéfice de la loi d'amnistie. Oui, les services nazis n'ont pas seulement prévu la victoire de Hitler, il. ont aussi prévu 5a défaite et tous les exemples nous montrent qu'ils se sont organisés pour y survivre et ont placé leurs hommes, petits ou grands, jouissant d'appuis discrets, mai. très effectifs, dans tous les milieux pour préparer la revanche. Nous ne cesserons pas de 1 ... démasquer. Nous les réduirons définitivement à l'impuissance. Joseph-André BASS. ,~ Une paysanne tient le fusil pour défelWlre sa terre. L'ENVOYE spécial de Droit et Liberté a obtenu le visa .n° 3 de l'Etat d'Israël. Cè ne sont pas des choses qu'un journaliste oublie lorsqu'il est amené à toucher de si près l'Histoire. , . L'Histoire venait de frapper un coup retentiss\ Ôlnt .. Le .17 mai - trois' jours après la. J'roclamation - notre avion s'est posé à Haïfa. Je n'ai pas eu le temps de séjourner dans ce port, et c'est de loin que j'ai aperçu les fameuses nffineries qui transforment - ou plutôt qui transformaient jusqu'à ces derniers temps - le pétrole venu de Kirkouk. On nous attendait à Tel-Aviv. Spectacle unique: les gens avaient envie à la fciis de danser dans la rue et de se réfugier dans les caves. Un peuple célébrait sa libération sous les bomDes. Imaginez cet extraordinaire mélange: la liesse d'un 14 Juillet unie à l'angoisse des alertes. La première nuit, ce n'est pas la CI menace )) d~s bombes anglo-égyptiennes qui m'a empêché de fermer l'oeil, mais la sensationnelle situatlon de ces Juifs qui devenaient libres dans le black-out de Tel-Aviv nocturne, où le drapeau bleu blanc et or disparaissait dans le noir. . Tout était calme. J'entendais, dt: ma chambre d ' hôtel, le bruit de la mer et le roulement sourd de quelque convoi camouflé de la Haganah. Partout règne une formidable volonté de lutte. Avant l'expiration du mandat britannique, le Conseil National provisoire proclame l'Etat d'Israël... ••. tandis que, à Amman, les cheh de la Ligue Arabe, obéissant " .. " ordres de leun maîtres, méditent ùne "gression. I)A()IT lT U8ERTE •• * 7 'AI VU ISRAEL "A.U " CO AT Partout, sur les vi~ages d 'hommes, d~ femmes et d'enfants se lit une énergIe farouche. ' - Les Juifs de Palestine ne revendiquent que le droit à la vie, m'a tranquillement dédaré . 'ce sergent de la Haganah qUI, sur le front, dix fois, a frôlé la mort. Il dit vrai. Il exprime une aSp'iration extraordinai.r,ement légitime. Rien, sans doute, de plus pacifiqlle; d~ moins expansi{mni~Ü: que' la volonté d ' Israël. Mais l'on 'préte,nd bafouer Israël, l'on prétend,le r.éduue par la guerre et la il'us~. A toutes 1er, menélces, le~ Juifs .répondent. Par la lutte. Par le sang. Par la victoire. Durement et magnifiquement. Aux agressions cyniques c;le Londres s'ajoutent les dangereuses manoeuvres de Washington. Il s'agit de préserver et de consolider l'indépendance nationale, la souveraineté naissante, contre tous les . marchands de servitude. Il s'agit de combattre et, dans le combat, de forger la paix juste •. ContJ:e l'ignominie des pétroliers et de leurs agents, la colère se transforme en héroïsme et la patrie s'affirme. Israël est né, il veut vivre, il vivra. C'est une certitude pour quiconque a vu à l'oeuvre ces combattants de la liberté qui s'égalent aux meilleurs des antifascistes. J'ai songé en les voyant aux maquisards du Vercors, aux F. T. 1; •. héroïques aux insurgés du ghetto de Varsovie, aux patriotes du monde qui ont arraché la victoire.· Ils les continuent et ils savent que l'hi stoire ratifiera leur sacrifice. Quelle détermination de briser à tout jamais les chaÎtfes et en même temps, quel1e finesse, quelle intelligence ' politique ' au milieu même de la bagarre 1 Alliance de la pensée et de l'aètioil ... Malgré le tonnerre du canon, ils voient très bien Aui tire les ficelles ,des pantins . munis d 'arm~s automatiques étr.angères ... c'est. une u drÔle de guerre »,parce que }·in50~ l'étrange, le contradictoire y sont plus que paItoot ailleurs monnaie courante. Le paysage. change rapideJnent .. A un tournant (le route, vous déCQuvrez un désert. Vous venez de ....~. it~r. .l 1ne ville moderne . o~ des sacs de sable · FOtègent ~,?es maisons , géométriqueS, avec . de~ • ieurs .-de- Journaux comme à Paris ' ou à New' Y«k, et tout· à coup vous saisissent des lmages quasi . bibliques. ....... -. de' notre envoyé spécial ... sur les Fronts de Palestine L. BRUGK par câble ' Chair de la . chair d'Israël Mais la guerre est, là,. rationneUe et empmque tout à la fois. Autos blindées et chevaux, fossés antichars, mines et vieilles guimbardes ... La Haganah, partout présente, est la chail' de la chair d'Israël. . '. Voici Moïse B ... C'est un garçon blond, bronzé, ingénieur- dans le civil. n a ·fait . les - campagnes d'Italie et de Belgique dans les rangs de la Bri- Ils montent la garde. . " :" . gade Juive. Regard clair dans .un visage qui portel la poussière du désert et la faligue du combat. Mais il sourit. Il sait qU€ je viens de Paris. Il sait que Paris, le Paris de la Libération; le Pari$ de Fabien et de Rayman est avec tous ses cam~ rade!, de la Haganah .. C'est lui qui me pose des questions. Et je regarde, sans lui répol)dre, la pauvre mitraillette ·Sten àvec laquelle· il doit se battre contr. les armes ultra-modernes' sorties des arsenaux an. glais et américai~s . Les poings et les se tendent ••• fusils Dans une petite boutique, j'ai entendu commenter avec passion, au milieu des verres de limonade, les détails du départ du Haut Commissaire britannique à bord de l'Euryalus. Les 15 premiers jours du nou Etat , i - Bon d ébarras! Mais Cunningham a laissé derrière lui, avec les bandes en lesquelles Londres et Washington mettent tant d'espoir, Glubb Pacha. Les poings se tendent au seul énoncé de son nom. Les fusils et les mit.railleuses également ... Le front est à quelque 20 kilomètres de TelAviv. Accompagné de gardes et d'un officier de la Haganah, je suis parti en direction de Ramleh. En taxi ... avec deux confrères. Si l'expression n'était équivoque, on dirait que IOn haut: BEN COURlON, debo .. t, lit la proclamation de la nai.sance de l'Etat d' Isra;;l. En bas, de gauche à droite : EMIR MECRID ARZLAN, ministre de la Défense Nationale du Levant ; DIAMIL REY MARDAM, premier ministre de la Sy.ie ; ABDALLAH, roi de Transjordanie 14 Mai L'Etat à'Israël eot proclamé à 16 b . 45 (heure locale) au M ... ée de Tel'Aviv par David Ben Gurion, présiàent du Conseil provisoire. Minuit : fin du mandat britannique lur la Pale.tine et nai.sance de l'Etat d'Israël. 15 Mai Le. Etat •. Uni., le Guatémala et l'Argentine reconnaiS<lent de facto l'Etat d'lsra;;l. Les troupe! égyptiennes pénètrent en territoire palestinien et troi~ avions égyptiens bombardent Tel-Aviv. La Légi .... Arabe attaque simultanément sur la frontière orientale les co· Jon;es de Gesher, Shaar Hagolem, khath Yaakov et Eingev. L'A."eJTlhlée Générale de l'O.N.U rejette une motion américaine de tutelle ~ur JérlllSalem et at:lopte une résolution nommant un médiateur pour la Pales· tine. 16 Mai La « Jégion transjordanienne ", COIYImamfée par le g"nél'al ...,glal. Glubb Pacha, pa~!.e le Jourdain, 1 parvient aux abords de Jérusalem et pilO'Dne le quartier ju.if. Les unité!! égyptienne~, après avoir pris" Gaza, se dirigent vers JérusaJem. Tel-A ... iv subit le buitième bombardement depuis deux- jours. L'Etat d 'Israël .ollicite son admission à l'O.N.U. Le Docteur Weizmann est nommé pr.ésident du Conseil NatioDal. Le gouvernement provisoire juif clédare qu'il ellt disposé à accorder aux Arahes de. sièges dans le Go .. verne· ment et à l'A •• emblée. 17 Mai L'Union Soviétique reconnaît officiellement et sans réserve. l'Etat d'Israël. Glubb Pacha bombarde sauvage' ment Jéruaalem, où le<! COIn battants de la Haganah ,.ési..ten~ avec acbarn~ ment. Les troupes égyptiennes atteignent Deir Suneià, à mi-cb.:min entre Gaza et Jaffa. A l'extrême-nord d., la Galilée orientale .. la Haganab repouoRl le. violente. attaques de l'armée oyylenne et, plus à l'oue..t, àe l'armée libanaise. Deux officiers anglais aont capturés dans la bataille de JéMMalem. Le Parti CommUJJi.te français se pro' nonce en faveur cie la reconnaissance de l'Etat d 'Israël. 18 Mai La Pologne, la Tchécoslovaquie et la Yougmlavie reconnai'8Aent l'Etat d'Israël. La bataille fait rage à Jénl.aleJTl où cbaque ma;son est tr .... donnée en fortere •• e. La situation des 100.000 Juifs qui y &O<1t assiégés est des plus criti' ques. Une grande manifeotation, à Paris, pO'lJr célébrer l'Etat d'Israël, "éunit 40.000 penonnes au Vélodirome d'Hiver. 41 Juih, hommes, femmes et enfants, .ont tués et 60 blessés au 4:011"'" du bombardement de TeJ..Aviv. Le Mont-Sion est pria par la Haganah. La LégtO'll Arabe aUaque la vieille ville de Jérusalem. L'envoyé .pécial de 0: Droit et Liberté », L Bruek, arrive à Tel'Aviv, muni d' .... dea premiers visas de J'Etat d'lsrae1. 19 Mai En France, le Ccmsen des Ministre. repou.... la ft!coDllaisoanee de l'Etat d'Israël. Cepend!,Dt. la eommi •• ion de. Affaires .étrangèrew de fAssemblée sa' lue Je nouvel Etat. 50.000 penonnes MIi.tent à Chicago · à un meeting organisé par l'a8!ociation américaine pour la Haganah. L'artillene tr8l'l"jordanienne bom· barde sana arrêt Jél'lUalem. Au Conseil de SéC1lO'Îté, le délégué ukrainien, r.a. Taraaenko, Ace"",, la Grande-Bretagn'e « moralement et ju.ri· diquement resptVllsable des opérations des forces tran5jordan~nnes ». Le comte Folke-Bernadotte "st nommé « m.édiateur • de l'O.N.U. en Pa· Ie.tine. 20 Mai Mo.he Shertok, mini.tre àe. Affaires étrangères de J'Etat d ' loraëJ, adres.e un télégramme à l'O.N.V. révélant que l'Angleterre a fail parvenir à la Légion arabe 48 canom, 255 tonnes d'anne' ment. et du m .. t.ériel divers. Sir Alexander Cadogan, à l'O.N.U., ,,'oppose à l'ordre de « cessez le feu •• Le maire de Tel-Av;v proteste dans un télégramme envoyé au Président 'l'ruInan, à M. Molotov et à M. T rygve Lie contre l'assassinat de femmes et d 'enfants à Tel-Aviv par le. a vion. égy'ptiens. A l'hôpital Saint-Antoine à Paris, une « Banque de Sang à'hr .. ël » vient cl'être créée pour soigner le! blessés «le l'armée ju.ive . La communauté séphardite de France envoie un message au Gouvernement d., l'Etat d'Israël, L'aviatioJ' . juive entre pO'llr la pr.,. mière fois en action. 21 Mai Le Canseil provisoire de 1'.Etat d'Is' raël ratifie l'ordonnance dé6ni.sant l'autorité dU gouvernement. Qu.alre .pit6re. britanniques de la R.A.F .• urvolent Tel-Avili. Des combah acharnés continuent à .e dérouler à Jérusalem où Glubb Pacha fait bombarder l'Univer.ité h .... brai'que et )'hôpitaJ Hada.sab. Le Comité d;r~ct"u.r de la S.F .I .O. invite Je Gouvernement à reconnaÎtre, l'Etat d'Israël. L'1'1loun et 'e Stern se déclarent prêts ~ c:Jiuoudre leurs organisations et à Se joindre à l'armée de J'Etat. 61 Juif. d'Amérique qlli se rendaient à Haïfa .ont débarqués àe force à Bey' routh par la police libanaise. Prêts ·fI reprendre le travail paismle~ pour vivre dans l'indépendante et en bon voisinaëe avec les peuples arabes .. .. ... .' . 22 Mai C. Wasson, consul général des EtatsUnis en Palestine, est t'lié à Jéru.alem. L'U.R.S.S. et les Etats-Uni. demandent au Conseil de Sécurité une ma' tion énergique de rO.N.U. pour met· tre fm à la guerre en Palestine. Les forces de la Haganah, encerclées dans la vieille cité de Jérusalem, maintiennent leura positions. La garde personnelle du roi Faroul, quitte Le · Caire pour la Palestine. Le Conseil de Sécurité de ·l'O.N.U. adopte' la ré.., lution àe « ce.sez le feu D. 23 Mai De sévèree attaques contre les posi~ tion. juives- de Mont'Sion ont été Nt· poussées. Les forces aériennes d'Israël bombardent le village de Shaafat qui .er vait de base militaire à la Lég;on Arabe. Névé Yacov, au \Dord ne Jérusalem, est évacué. Le gouvernement d'lsraë1 décide d'ordonner à toute. les forces de dé· feol5e juive €le ceS1\er Je feu, à cO'lldition qUe J'autre parti [a.se de m"me en mêJne temps. 24 Mai I.e. Etat. Arabes, appuyé. par Lem' d..es, réélament un nouveau dé1ai cie 48 heure. avant à'ordonner le « cessez le feu •• L'Union SUd' Africaine reconnait l'Etat d 'Israël. Le. armées tran.jordanienne et égyptienne opèrent leur jonction à trois kHomètre. au sud de Jérusalem. M. Douglas, ambassadeur des Etats' Unjs à Londre5, a deux entrevues avec M, Bevin. Le Conseil de Sécurité accorde le nouveau délai de 48 heures réclamé p'!r les Etat. Arabes. La colonie juive de Kinerelli, ' sur le lac de Tibériade,. subit un bombarde' ment aérien. 2S Mai Le pTé~jdent Truman a reçu en au .. dience le Dr Chaim Weizman. L'Arabie Séoudite rejette le « ces' sez le feu •. Réunion des Etats Arabes à Am· man. Démarche anglaise à Paris pou ... la non'reconnaissance de l'Etat d'Israël. La Turquie annonce sOn aide mili· taire aux pay~ arabefl. Jaffa, Jéru.alem et Kinéreth lont b",mbardées. La Tchécoslovaquie établit de. communi<: aliOlls p04!taIes Dormales avec Ioraël. 26 Mai La Ligue Arabe rejette le 'c Ces.ez le feu! .. L'U.R.S.S. se déclare prête à écbanger des représentants diplomatiques avec Israël. Un porte-parole de la Maison Blanche déclare que la levée .re l'embargo sur les expoTtations d J armes à destination de l'Etat d'Israël n'est pas imminente. Viol'ents combats autour àe Latnln. Tel·Aviv à nouveau bombard.ée• Londres fait pres.ion sur le. payA du Benelux contre ]a reconnai:u~ance de l'Etal d ' Israël. 27 Mai M. Gromyko (U.R.S.S.) demande au Conseil de Sécurité d 'ordonner le « Ce.sezz le feu! » A Londres, nou.veaux entretiens Bevin- Douglas. Le commandant Jackson remet à M. Bevin un message de M. Trygve Lie. Violents combat. à J.éru.alem et à Latrun_ Une déiégation àe. organi.atioD. j .... velS cJe .France demande, au c:ours cl'un~ entrevue, à M . BidauJt~ minjstre de. AHaire~ étrangères, la reconnais~ anc" de l'Etat d'Israël. Une Yue de la Cité Univenitaire de Jérusalem qui a été bombardée. j 1 1 , DROfT ET lt,BERTE ---------------. ,,- , .... 1948. - Ne 7-15 Lettre de Marseille MARIUS n'est pas antisénlite KERMESSE à LIVRY-GARGAN La Maison de Livry-Gargan a préparé un beau programme ch<r raI et i.rtistique. Une kermesse a été or.-:anisée où l'on a exposé des travaux d'enfants, in&tallé des stands, une tombola et un buffet. ~ R'QUE vitte a les Juifs qu'eUe '-A mérite. Si le dicton est vrai, n doit être interprété lout à l'hon. neur de MARSEILLl!: où exisle depuis longtemps, une communauté juive nombreuse et florissante. L'histoire des Juifs à Marseille ~lTre celte particularité qu'elle est Jnséparaole pratiquement de celle de la Cité phocéenne elle-même. J.'activilé intense du port, le pero pétuel brassage de populations qUi s'y effectuaient, avaient fad.t de MARSEILLE une sorte de havre internati<ma.l enclavé dans ~ territoire hostile et . fermé. Les Juifs, -semb1e-t-il, s'installèrent à MARSEILLE de très bonne heure. Ils furent rapidement nombreux, mais peu d<e documents nous mettent sur la trace de cette .communauté pour~ nt aussi importante que celles ~'Avignon ou de Carpentras, C'est qu'à MARSEILLE, les !l'uifs étaient mêlés au reste de la J!()pulation ,bénéficiant de franchises municipales, ils prenaient une part directe aux princiPales ~Uvités. de la Cité. Au Moyen âge, on retrouve des Civis Massilia Naturellement, une activité économique aussi intense et variée s'appuy.ait sur un régime politique assez libéral. Les Marseillais du Moyen âge n'étaient ni meilleurs ni pires que l'ensemble des populations. Mais Marseille était par sa situation économique considérablement en avance sur les territoires de l'intërieur. Elle constituait une République de marchands. Elle jouissait de statuts qui comprenaient des K Chapitres de Paix, Libertés, Franchises et Privilèges. " Même lorsqu'en 1257 le Comte de Provence, Charles d'Anjou impose sa suzeraineté à la ville de MAR· SEILLE les statuts demeurèrent en vigueur. Ils devaient subsister jusqu'à la veille de la Révolutio'! de 17.89. Les statuts reconnaissaient e.plicitement aux Juifs le titre de Civis Massilia - Citoyens de Marseille - avec bOutes les libertés, immunités, franchises, coutumes et usages y afférents. C'est ainsi que les Juifs étaient admis à exercer des charg,es municipales comme celle de courtier. LES MARSEILLAIS HONORENT CEUX QUI ONT ETE' ASSASSINES PAR US NAZIS Les Juifs de Marseille ont élevé un monument à la mémoire de ceux qui sont morts dans 1es bagnes hitlériens. Une poignée de cendre symbolique provenant des fours crématoires d'Auschwitz a été ensevelie dans les fondations de ce monument et un Livre du Souvenir portant les noms de ceux qui ont été déportés de Mars~ille et ne sont pas revenus, a été déposé dans le coffre que l'on voit sur notre cliché, sous les Tables de la Loi. ~uifs dans tous les corps de méti. ers. Beaucoup d'entre-eux exerçaient leurs trooitionnelles professions'

la médecine et le corn,..

Jl\erce de l'argent. Mais il y avait parmi eux, une majorité d'artisans

bottiers, tailleurs de pierres,

tailleurs d'habits, boulangers, etc ... Plm;ieurs JuiIs oocupaient des places influenl.es dans' Je oommerce maritime comme armaleurs pour la circumnavigation en Méditerranée. C'est un luif aussi, CRESCA Davin surnommé SABONNARIHS qui introduisit à MARSEILLE l'indus· trie de la savonnerie. . Enfin, au début du XIV' s.iècle, 'tln assez grand nomboe de Juifs possédajent des immeubles' ou des terres sur le territoire de J4arseille. - .. AU POSEUR DE LINOS grand stock de Linoléum, Rémoléum, Balatum Toiles cirées, Papiers peints, etc, Ets MAURICE WAIS 6UCC!Lrll1/e : 117. faub. du Temple, PARIS·X·. Métro : BellevUie et Goncourt 98. boulevard Ménri mCHttant. PARIS.XXM.

Père-Lachaise. Tél. OBE U-55

Les meiUeures étoffes et toutes les fournitures pOUl' tailleu ... chez ZAIDEL 98. RUE D'ABOUKIR (Métro : Réaumur et Sentter) Tél. : eUT. 78-96 Ouvert ~ lundi Juiverie et bayIons D'importantes exclusives exis· taient cependant contre eux. D'abord la, juiverie qui étendait son quartier réservé sur une partie de l'emplacement du Vieux-Marseille et sur l'actuelle rue Colbert. Mais la juiverie n'était pas un ghetto. Les Juifs pouvaient en sortir et y rentrer à leur gré. Ils. étalent seulement tenus d'y habiler. Encore s'en fallait-il de beaucoup que cette dernière prescription fùt unanimement reg.pectée. - La juiverie était une sorte de petite vUle autonome, avec son hôpital, son marché, ses trois synagogues, ses aumôneries, voire un bain rituel pour femmes, etc ... Jul'idiquement, la juiverie était assimilée aux coqlOrations de métiers. Elle était administrée 'Par trois syndics ou « bayIons " qui la représentaient auprès de l'Administration m.unicipale et des Comtes de Provencé. Enfin au contraü'e des ghettos des villes du Comtat Venaissin, la juiverie connaissait un va-etvient continuel. Elle recueillait d'innombrables Juifs poursuivis par des massacreS' ou atLirés par la richesse commerçante de Marseille. Beaucoup s'y établissaient définitivement, Ils ne tardaient pas à acquérir la citoyenneté. Il suffisait pour cela d'habiter Marseille depuis dix ans ou d'épouser une citoyenne. De telles ' libertés allacbèrent profondément les Juif,,' il. la Cité. Ils ne furent pas les derniers il. la défendre, quand, en 1423, elle fut assiégée llar le Roi d'Aragon. Après une résistance de quelques semaines, les Marseillais capitulèrent. Les troupes d'Aragon mi· rent la ville au pillage. La juiverie fut saccagée. La communauté juive considérablement amoindrie eut dès lors, ses années comptées. Marseille et la Provence devaient bientôt passer sous la coupe du Roi de France. L'absolùtisme de la monarchie eut de lourdes conséquences pour la communauté jUive de Marseille; la fin du XV· siècle vit l'expulsion et la. dispersion d·e tous les Juifs de Provence sur l'ordre du Roi de France Charles VIII. On ne devait plus guère entendre parler d'eux jusqu'à la Révolution. Marius n'est pas antisémite L 'histoire ne se répète pas. Mais aucune volonté individuelle, si forte et si despotique soit-eIle, ne peut empêcher de reprendre . le chemin de la vie et de le poursUIvre. La vie de MARSEILLE, c'est son port lar~ement ouvert sur la diversité du monde. Le creuset qu'était MARSEILLE dès le Moyen âge n'a cessé de s'a,ggrandir. La Révolution de 1789, puis les grandes découvertes coloniales qui firent de MARSEILLE « la porte de l'Orient n, ont fait sauter depuis longtemps le cadre étroit où la. monarcWe prétendait l'enserrer. Aujourd'hui, la communauté jUive de MARSEILLE est redevenue l'une des plus importantes de France. Comme déjà au Moyen âge, mais avec une a.mpleur décuplée, ses préoccupa-. tions, ses aspirations, sont ceneslà même de la population mar· seillaise. Ce n'est pas un simple hasard si le Président de la Commune insurrectionnelle de Marseille, en 1871, fut un jeune avocat juif, Gaston CREMlEUX. Comme l'ensemble de la population marseillaise, la communauté juive demeure soumise à de constants changements. Les . mouveme.nts les plus importants furent, d'abord, l'afflux 'des Juifs d'Afrique du Nord à la suite de la campagne antisémite menée par Max Régis au moment de l'affaire Dreyfus. L'incendie de Salonique provoqua une autre vague d'émigrations, pUis vint celle des c Juifs du Nord :., Polonais, Roumains ' OU Allemands qui, en route vers les EtatsUnis, se sont arrêtés et ont fait leur vie dans l'acoueillante cité phocéenne. Les troupes du Roi d'Aragon sont revenues SOUs les traits des . soldats de l'Allemagne nazie. En janvier 1943, les boches ont rasé les vieux quartiers, comme autref() is les Aragonais, la juiverie. Ils ont raflé et déporté q~s milliers et des milliers de Juifs. La cour est surpeuplée et nos amis s'affairent dans une ambiance de fête et de joie. On est venu nombreux de Parris en autocars, nos amis de Livry- Gargan sont tous .présents, et nous avons le plaisir de compter parmi nous plusieurs pel'SOBIl,alités: M. le Maire de Livry-Gargan, les instituteurs de l'Ecole Comtnunale, une déléguée de la CroixRouge, etc ... Ce dimanche 9 mai a été marqué l)ar un grand succès, qui aura. permis d'as.9urer une nartie des fonds nécessaires pour le départ en vacances de nos enfants du Foyer de Livry-Gargan. • Le Foyer pour enfants de FIl:sillé5 et Déportés de Livry-GlU.'" gan vient de recevoir' la lettre Suiw. nte : C'" Serge et Viviane Gra.nbe~ se font une joie de vous adresser un chèque de dix mille francs pour leul'$ frères et soeurs dont lea parents sont déportés. GRANBERG Mais en ces heures sombres de - l'occupation, des Juüs se sont dressés pour défendre, aux côtés Ameublements - Décoration. aux Tràvailleurs 25, rue de Ve~un et 2, rue de Nanterre, Suresnes de la population marseillai.se, leur (Seine) vie, leur liberté et leur honneur. Ils sortaient, pour la plupart, du prolétariat et de l'artisanat juifs qui s:e sont développés en même temps que le prolétariat marseillais. ' 'Les Marseillais ne connaissent· pas le sens du mot « antisémitisme n. Ils savent seulement que dans leur grande et laborieus'e cité, il y aura toujQurs de la place pour tous ceux qui veulent travailler il sa. prospérité. POUR TOUS VOS ACHATS DONNEZ LA PREFERENCE AUX COMM~RÇANTS QUI FONT LEUR PUBLICITE DANS DROIT ET LIBERTE NOM : 9~Jtaël NATIONALITÉ ': par &vt6e 1 André FR-AY C · E titre n'a rien de séparatiste. Il constate un fait. A preuve, cette petite hiStoire : Un de mes amis, instituteur à Marseille, questionne ses élèves sur leur nationalité. Il demande ': « Qui est Français ) " Huit mains se lèvent. Italiens) Cinq. Arméniens) Quatre. Espagnol) Deux. Corses) Les vingt. lascars qui n'avaient pas encore répondu se dressent d'oo bond : '« Moi, m'sieur ... moi m'sieur ... » été possible de découvrir à quand remonte natTe installation 'dans l'Ile. Par la fenêtre grande ouverte pénètre l'odeur du· dehors. Celle du pastis domine 'Ôe plus en plus et se fait . tentante. Comment lui résister? • La scène se passe à Marseille, dans une petite 'rue qui débouche sur le Vieux Port. A gauche, l'éventaire d'un marchand de coquil. la~s. A droite, W\ bistrot bien frais, qu'un rideau de perles protège comre les mouches. Entre les deux, là où se mêlent l'odeur de la mer et celle du pastis, l'entrée de la maison et, au premier étage, l'étude d'un jemte avocat du barreau : Me Gaston Israël. Un cabinet de travail moderne, bien rangé et sobrement décoré. En bonne place, sur le vaste bureau, une petit~ statuette de Napolé6n Bonaparte. . L'efligie du Petit Caporal se rencontre habituellement chez les bonapartistes fervents, qui sont assez rares, ou au foyer de {o~ les Corses, ses compatriotes. Maitre Israël nolIS rassure quant à ses convictÎons politiques et nous 'affirme qu'il est, en effet, Corse. Un Corse, comme chacun sait, est un monsieur qui. entre autres caractéristiques bien caractéristiques, possède celle de porter un nom qui se termine en « i lI, à la rigueur en « e lI, mais jamais par une consonne. Quant à Israël. .. Nous insistons poliment : CI( Vous voulez dire que vous êtes né en Corse ) Il « Parfaitement, répond notre interlocuteur, comme mon père, mon grand-père, et ainsi de suite, tant qu'il a été possible de suivre la lignée. Nou5 sommes la seule famille juive corse et il n'a jamais Sur un coin du bureau sont apparus deux venes, une boutei1le et une petite gargoulelte, corse elle aussi, qui a le secret de conserver \' eau très fraîche. . Et nous continuons notre conversation. Maître Israël nous parle du temps où il était un petit garçon entre tant d·autres. Ces autres n'étaient nullement choqués du fait qu'il avait un «. i li au commencement de son nom et non à la fin. Plus tard, quand il commença à courir les filles, c'était pareil. On était trop absorbé par la lutte électorale entre Léandristes et Piétristes pour se préoccuper des Juifs. Parce qu'il faut vous dire que, de temps immémorial, ces deux fractions se sont livré une guerre impitoyable pour tout mandat électif. Pendant ce temps-là, des villages manquaient d'eau, le paludisme faisait des ravages... mais ceci est une autre' histoire; et d'ailleurs, ça vient de changer. . Puis il a quitté l'Ile de Beau'lé pour continuer ses : études sur le Continent, comme ils disent là-bas. Il , y est resté pour faire fortune, comme tout jeune ' Corse un peu ambitieux. Ce n'est que sur le Continent qu'il a appris à connaître la misère de bien de ses coreligionnaires. Tout jeune inscrit au barreau de Nice, il a eu à défendre nombre de réfugiés allemands contre les rigueurs d'une a<tninistration tatillonne. Puis, à Marseille, il a mis son talent au service des organisations démocratiques. II continue d'ailleurs à défendre les journaux des mêmes organisations devant les tribunaux, au point d'être devenu un spécialiste des délits de presse. Pendant l'occupation, cette activité, à laquelle s'ajoutait sa qualité de Juif" faillit lui attirer des ennuis. Mais ses « compatriotes )l veillaient et grâce à e~x, il a pu se soustraire à la vindicte vichyste et nazie. Quand on vous dit que les Corses ne sont pas comme les autres ... PASSAGES "Chez MAMMY" Maritimes et Aériens pOUf toutes destinations • 110YO OIJTREMER 3, rue des Mathurins, PARIS-9" T.éI. : OPE. 88-10 et 87-33 . Restaurant célèbre pour ses .§PÉC1LA.L][TES JU][VES dans un cadre typiqUe et unique au mande. , .. 22, avenue Montaigne, PARIS Métro : F.-D.-Roooeveit et Alma Tél. : BAL. 44-37 et ELY. 24·18 ,.~ • r • DROIT ET LIBERTE ~~-----LE THÉ AT R E P.A\HIS~1flElL~A. VII\\' ,~ : l'autJte · MANE-KATZ extraordinaire ambassadeur 6.;O-I"i , ." . . . au 'lliéâbte f];1tançai6 " C 'EST une belle aventure qui arrive à ManeKatz. Il quitte Paris ces jours-ci à destination d'Israël, pour ina;ugurer, à quelques kilomètres du front, l'exposition rétrospective de. ses oeuvres, qu'organise le Musée de Tel-Aviv. cc l'étais r autre soir au Théâtre Français ••• » non pa3 à /a salle Richelieu, mais à celle du Luxembourg, l'ancien thé&tre de l'Odéon, de fort pous$Ïéreuse mémoire. L'aJ)ant parfOis fréquenté (]I){}nt guerre, il me wu Venait d'une salle démodée aux fauteuils mités, ClUX peinturC$ écaillées sur IC$quelslC$ lustrC$ dédorés répandaient une c( obscure clarté li, .de décors fatigués et . Je costumC$ fanés offerts à un publiC rare et réticent. Projetée depu.1,s de nombreux mo1s, cette importante manifestation artistique avait été préVUe pour juin 1948. Les événement.'! - et quels événements ! - survenus en ce point du glObe La salle du Luxembourg a el/acé' J'ûn coUp mC$ souvenirs. Tout est neuf, net, $atIS luxe excessif évidemment, mois paré de cet éclat qu'on aime à trouver aux salles de speci4cle. Le plafond n'est pas beau, mais le bar du foyer C$t fort plaisant ·et d un modernisme sympathique. . . La troupe a fusionné avec . celle Je la salIe Richelieu. Aulant dire la première troupe de France. Et peut-être en-ce le principal mérite de notre théâtre national de nous offrir toujours , des misC$ en scène sam outrance 'et Jes distributions d'une parfaite homogénéité. Pas de figurants: dC$ acteurs toujours, et des acteurs de qualité, quelque mince que soit leur r6[e. Enfin le cuisinier semble i50rtir de sa cuisine, le cardeur' de laine de i50n échopPe, el non point l'un ou l'autre ramassés sur, un banc de la Maubert, Nous ne voyons point s'agiter, autour d'une ou deùx vedettei5, une escouade de fafllcches, déplacéii sur la scène, mal à l'aise dans . des costumes « d'époque li, ne sachant que faire de leurs bras et Je leurs jambes. Non. Ici, le rôle semble choisir son interprète. Le personnage sernble vivre devant nous, naturellement, aisément. Et du même coup nous pD'uvoru un moment oublier que nous .ommes au thé&fre et « croire », croire vraiment à l'action . qui se déroule. / . La troupe a d'ailleurs été rajeunie. A cSté de cieux sociétaires de la Comédie-Française, cle nombreux rSles, et non des moinJrei5, sont incarnés par Je nOUVeaux venus. A in$Ï l'autre soir, dans La Peine Capitale de Claude-André Puget, Jean Davy, Une Noro et Use T opart étaient parfaitement à leur place aux cStés de Renée Faure et de Julien Bertheau. Il faut souhaiter à notre vieil Odéon rajeuni une longue et brilIonie èarrière. C'ei5t un voeu i.ntéressé, car nous comptons bien pouvoir JI' retourner souvent et JI trouver toujours un plaisir égal. Hélène SAX. MANE-KATZ vu pélr Picasso. CHRONIQUE DES FILMS RlÉ-VOILUVDON ET RÉSDSiANC~ 'U la sauce hollyUJoodienne Enamorada LE cinéma mexicain' a une fenêtre sur Hollywood : on y retrouve maints sentiments maladifs et nombre de ponci~s inspirés du Code Hayes. Le Mexique est, par excellence, le « pays des révolutions ». Il semble que les hommes y dressent chaque fin de mois des barricades - sans raison toujours profonde d'ailleurs. Les cinéastes mexicains; .à l'encontre des cinéastes américains, ne pourraient-hls nous conter 1 'histoire du' paysan et de l'ouvrier surexploité par les compagnies 'américaines ? . Ena/1U)r.ada est surtout un film ' d'amour. La révaliltion mise en scène n'est qu'un simple prétexte à enrichi.r ie cadre, Lui, un beau général de rebelles. Elle, une jolie fille de l'aristocratie mexicaine . .Ils 'SOnt -donc. ennemJs mais ils s 'aiment .. , Naturellement cela ne -va 'pas sans quelques tiraillements de pa'rt et d'autre. On lIevine la s.uite. Cependant, si l'amour est vainqueur, la révolution est vamcue, ~t la beJ.1e aristocrate suit 60n beau ~énéral dans '3 défaite. Le jeu de la camera est prenant. Les imal:es sont riche,:;, soi~nées, comme des " toiles ». Mais cela ne '6Umt pas il f-air-e un bon fiJm, Enamorada ne J!Cut nous faire oublier MarÎil Candela ria, de la meme équipe. .' Gabriel Fij(ueroa est bien le champlon du IlOIr t:t blanc. Em~lio Fernandez a une personnalit~ sYlllJlathique. Si vous aimez jes belles anatom!~, vous IIpprécierez Pedro Armendariz, le. beau ~neral, 'et Maria Felis la belle aristocrate. SI vous el'es romanesque ou 'amateur, de belles i( toiles», vous '~oûrerez particulièrement HI sérénade nocturne sous les fenêtres de la .. belle ". Devant lui tremblait tout Rome S J je devais un jour fai:e .un film comique, je son.iciterais sans héSitatIOn .Je concours ~ M. Carmine Gai'Jone, réalisateur de DeWlnt lm tremblQit RolTU. Gela serait certainement très réussi. Mais ne plaisantoll6 )las trop avec \es choses sérieUse6. La résistance est ici mise en cause, et ce mm :a-pparaÎt à nos ~ux comme \Hl outrage aux Combat/anis de la nuit. D€VDnt lui tremblait Rome ..• Il ne s 'agit pas d~un méchant homme qui terrorise toute une vil~e. Il s'agit simplement d'un chant. On le chante au m0- ment où les Allemands cernent l'Opéra pour arrêter deux " héros " -de la lutte clandestine : una priTTUI donnQ, et son fiancé , il -grande lenore, qui ont recuei. lIi 1111 parachUlaste angiais. On le chante au moment où les Alliés prennent la ville à temps pour sauver nos courageux résist'ints de la prison et du par Félix FEDRIGO reste, Le tout . sur l'air de la Tosca, dont les trémolos pathétiques arrachent des ]armes... de ' rire au plus triste. On se demande parfois comment on peut tourner de pareilles absurdités. Il ya vraiment des gens quJ n 'ont rien de mieux à faire, et trop d'argent dans la Jl(Cbe La réa.1isation est quelconque. Les acteurs : Anna Magnani et G. Sinniberghi semblent des p31ltins cassés. Ces excellents artistes méritaÎe1lt mieux. Les voyages de Sullivan 'p",UVRE vieux Sulliv31l ! II voulait f~lÏ-f.e .un film social. Mais il a compris : SuHivan, le naif metteur en sc~ne, fera « un fi·lm coll!ique, .. pour faire rire le pauvre nwrule ,. (Sic : dialogue). Puisqu'en vous dit que ça ne .sert .à Tien -de se donner du m1l1 ... Droguez-vous de rêves, et 'Vo~ oubj'ierez votre misère. Les 1( huit grands » qui régissent HolJy-w.ood ne sont quaoo même pas si bêtes. IJto; ont vu la question -de près. lois savent très bien -ce EJu 'il taut din peur faire rire le pl!uvre monde et lui fermer i'eS yeux. ' Les voyages lie Sullivan est un ·film de -M. Preston Sturges, président" -d'une Compagnie de proouctien finmlcée .par le ·trust de l'aviation H{)ward Hughes. Une référence, en somme. Ce fabriquant de drQgue est né à Chicago. 11 fit se6 véritable6 débuts avet GlIlnd Mac Ginthy (1940), qui lui valut un oscar. Son Sullivan' $ trQvels est lI11e oeuvre pbilosophj,que doot ~'intelHgoooe a rarement été égal« dans le genre : li Prenez votr,e, mal en panence, un jour la Société •.. etc ..• J ou : " Rêvez, me.s agnoeux, le rêve est plus beau que la réa.1ité )l. La phot-ographie est d'excellente qualité. La camera, très douée, est sootilement mouvaRt~. Les acteurs jouent admirablemCfJt. Bref, Preston Sturges nous révèle une puissante personnalité. Mais toot f}ÎS pour ces qualités : ce film est un opium, et ij' convient de le dénoncer. par Henri SCHINEZER n'allaient-ils faire tout remettre en question 1 Le Musée de TelAviv n'allait-il pas reculer l'ouverture, ce qui eût paru logique, à une échéance plus lointaine? Question que Katz ne cessait de remuer avec une anxiété évidente. Car ni les bombes, ni Abdul1;: th et sa c Légion ~, n'avaient refroidi son enthousiasme. Un beau' matin de la semaine dernière, u,n ' télégramme laconique lui arriva de Tel-Aviv : c Conservons date exposition . Splendide. Malgré Glubb Pacha et ses ' VickerS, Tel-Aviv n'oubliait pas la. culture. II est clair que dans les clrconstances présentes, un tel acte revêt le caractère d'un symbole. Le voyage de l'artiste français prendr~, a,ux 'yeux du peuple d'Israël. nous en sommes sûrs, la valeur d'un témoignage d'amitié et de cQnfiance. Déjà" qu.cIgue quarante toiles de Kat~ ~ont arrivées à Haiffa. Bonne chance à cet ambassadeur e1Çtr3,br<Hnaire et prusse la sagesse des hommes, faire en sorte qu'Israël go.üte. en même temps que le plaisir de sa première ~nanifestation culturelle, la Joie du retour à la paix. COOLUS, 'MAQUISARO ARDÉ.-CHO IS ~ien" d'avoir 80,ans ~ OMAIN COOL;US, un ~ des derniers survivants de la« Revue Blanche », vient d'avoir 80 ans. Philosophe, comme Condorcet, il eut pour condiscipjes Marcel Proust, Fernand Cregh et Pierre Veber, à l'époque où il préparait l'Ecole Normale Supérieure dans la classe de Darlu • . Au lendemain du concours, comme il montrait sa copie, Darlului dit : « Ou vous serez noté au maximum, ou c'est un four ! » Coolus fut reçU' prem,ier rue d'Ulm. - Vous voyez que Darlu était un type remarquable, aime-t-il à. dire lru:squ'U évoque ce souvenir. Déjà rue d'Ulm il ne négligeait pas ses amis et se rendait chaque semaine rue Véze!ay, chez un jeune garçon nommé Paul Bernard, futur avocat, auteur plus connu sous le nom de Tristan Bernard. j'avais vivement recommandé à R0- bert de Flers. Auteur aramatique et normalien, comme Giraudtux. Coolus est un oonteur délicieux et un délicat poète, comme en pourraient témoigner son Marquis de Caraoos ou ses ExOdes et Ballades. sans àucune Ilrétention: d'ailleurs, comme il le dit lui-même : .' « Que mes' vers soient des tempo- " raires, Je n'en àireonviens pas, j'ai ~ mlté l'horaire Oui. j'ai raté rexpreS3 de l'lm mor[ talité. Mais d'abord tqut est vanité Après, je les ai faits surt()ut pOur . me distraire 1 » Souple -et svelte avec d~ bras de lutteur, comme son viell ami Tri.&tan, Coolus est un 'sportif qui & pratiqué la boxe et c'est ce qui lui permit de s'en tirer lorsqu'il passa. 'sous un autobus il y a une quinzaine d'années: ce jour-là, en une seconde. il a bénéficié de ses trente ans d'entraînement. Poursuivi et traqué pendant l'occURation, Coolus fut placé IiOUS la protection des maquis de !'Ardb· che qui avaient reçu l'orc.cp d ~ s'emparer de lui pour le prutége.· de la Milice. CHAT-EM. C'est là que naquit la Revue Blanche, cette N,RF'· du symbolisme, fondée par un Mécène, Adam Natanson. et qui gl'01l0a des colla- .--------------borateurs tels que Vf'rlaine, Pierre Louys et Gide. Le succès de la Revue Blanche fut considérable et Ccolus, jeune agrégé de philosophie, quittait bientôt sa classe de Chartres, pas.sant du livre ... à l'acte - et mème aux trois actes - non sans avoir fait disparaitre un jeune garçon de son âge, René Weil, « qui lui res.semblait comme un frère ll. C'est donc du nom de Coolùs - une petite station de l'Est - qu'jl .allait signer ~es dix volumes de .théâtre, A 24 ans, i: écrivait ~a première pièce Le ménage Brésile. AntOine la retint pour son théâtre et l'adressa à Gémier, son régisseur. Cette pièce audaCIeuse, créée le même soir que Mademoiselle Julie , de .Strindberg, provoqua un scandale, bien que Coolus ait ;l'étendu 'avoir tenté là « un essai sérieux de psychol~ie ironique » ! Il donne de nombreuses pièces .comiques et, en particulier. La Sonnette d'alarme, En dix ans, de 1893 .il. 1903, il avait touché 300 fr. de ,droits d'auteur. Admirateur de Mallarmé, Romain 000:\18, que ses intimes apIlelaient « -Coco " est une mine de souvenirs, car il fut aUSSi bien l'ami de Romain Rolland, Bergson, Briand et Anatole France Que de Vuillard, Maillol ou Toulouse-Lautrec. Et de sa voix familière qui se fait aphone à certains moments : - Je me souviens encore parfaitement des mardis de Mallarmé, rue de Rome. Je lui ai dit un jour: «Je vous aime trop, mon cher, pour revenir chez vous, car il y a vraiment trop d'imbéciles» et Mal-· larmé m'a. répondu: « C'est aussi mon avis. J . - Et l'Académie França~ ) - Je vous dirai que j'ai toujours été contre et que je le demeure, malgré Ioe nombreux amis que j'y oompte. ToutefoiS, je me félicite de leur avoir amené un homme qui les honora en acceptan.t de siéger parmi eux : c'est Pa\Ù VaMry, que MENKÈS LE hasard, ce dieu d~ policers - et aussi des journalistes - m'a tait · rencontrer le peintre Menkes à la terrasse d'un caté de saint-Germain-des-Prés. M enkes, dont le dernier séjour parisien remonte à 38, a • débarqUé ~ ici le 1" mat. Il m'a dit $U joie de renoUer a.vec Paris, où il retrouve n-on · seulement de merveille lU SOU-venirs, mais le climat si nëcessaire à l 'artiste qui veut taire le point. Il ,participera au proch,ain Salon des Tuileries, qui ouvre ses portes 'le -g juin. A cette intention, il a ramené des Etats-Unis· une oeuvre qUi a r-emporté là-bas un succès retentf3sant. J'ai -vu c Fin de JOUr , qui a -valU à son auteur le Grand Prix de New-York. C'est une vaste composition, techniquement très fjOUSsée et d'un caractère dramatique soutenu. Sans doute ici le sujet joue-t-il un r61e important, mais c'eS't par ses qualit'és plastiques que l'oeuvre s'impose. _Maître d'une palette opulente, Menkes est un coloriste qUi use de gammes chromatiques raffi~ e3 et difficiles. Regrettons que ce peintre remarquablement repréunt-ée dans les musées d'outre-Atlanti_ que, n'«it apPQrté que deux ou tr0Ï'3 toiles. Touteto-ts, la p<Jssi,bilité d'une ,expositiOn M enkes à Paris, dans un laps de temps plus OU moins rapproché, n'est pas exclue. On l'attend avec im: patience. i La campagne de lancement de "DROIT & LIBERTÉ" , Plus de 2.200 nouveaux 'abonnés En avant pour les 3.000 ct la fin du DIois de Juin Abnnements reçus du 1.3 au 26 Mai 1948 .J~ht .............. , •.•.• ~ •• : Individuels •• , •••••••••• Toulouse •. _ ••••. -l ......... , Perpignan _ ' ••••.•.•.•••. M. Bass ....... "1 •••••••.•• Livry-Gargan ............ ' •• Lille ~"" "'. '_" .~ ••••••• Cadets .... ' ...• , .••..••••• Section du 1se ._.. ........ Avignon ' .... '; ~ • ; ••..••••• M. Rosemblit .. ;.; ~ ~; ..... . Sectiondiu 13" .~.:.;.~ •• StrasbOurg :. :': ....••• ~ . ' • . Section XX· Bell. . Mme B. Raiss ....••.•••• pr Samat ............•• Rachel· Dorfman ..••..•• Section du 3" •••.•••••• ~ ' •. Section X· S.L .••..... •• Marseille .. .................. . Metz ............... ................. ' Montreuil .. _ .•••••..•••. Mlle Felicia ............. , Secti.on du 28 •••••••••• , • Foyer de Jeunes Filles de Montreuil , ......... , 2 84 5 9 15 '1 3 1 1 23 6 1 1 -5 4 3 1 2 1 6 4 1 3 3 2 Drancy.. ................ ......... •• . 2 Section du 5· ...•...•••• . 1 Périgueux ............. _ 6 Lens .................... " 1 196 Listes précédentes ...•.•••• 2.006 .. ........ .. Total .. , , • , , , •• ,,~ .•• _ 2.2()2 RECTIFICATION Lors de la pUblication des noII1.9 des donateurs pour la campagne - d'un million, nous avons omis de mentionner les noms SUIvants : Fogelne.st ........ Fr. 5.000 It Sztern ...••• , • • • • • • • 3.000 » Amelbaum ...... .. .. 5.000 » BoLender ............ 5.000 Il Nous . demandons à nos amis de bien vouLoi-r nous excuser et ,accepter nos meilleurs remer- . ciements. L'ADMINISTRATION. lettre à "DROIT ET LIBERTE" C'est avec un grand plaisir que rai vu réapparaître le ;ournal Droit ~ Liberté. - La nécessité se faisait sentir d'une presse lib're et indépendante, dont le s·eul véritable souci soit d'informer ob;ectivement sur les 'événements mondiaux non seulement tous les JUifs mais encore f()us les hommes aimant la vérité et 1« ;ustice. Après la plus grande ' persécution ire l'Histoire, les pionniers du no ll' IIel Etat Juif sont menacés d'un ~uveau massacre. La tentative de distinction entre la 'religion et la natio'lalité n'est pas .ne. nouveUe forme de l'antisémitisme, mais elle réapparaît à l'heure /J'Ctuelle pour les besoins de la eause. On disait autrefois que l'élite 'd'Israël vivat't sur la terre française . 'Les fils d'Israël reconnlli~sants à la 'France de ce qu'elle a été la première nation à Les affranchir (décret 'de la Constituante du 27 septembre .1791) se considé.raient à çon droit comme ses enfants. Ils l'ont prouvé e-n rendant à la nation française d'immenses services dans tous les IÜJmaines, et leurs fils .. continuent. AU;àurd'hui une nouvelle élite ;uive se trouve (in Palestine où elle 'mène avec courage le co.mbat pour la consécration du droit à la vle et à la liberté du peuple ju.ïf. Cette liberté est menacée par 'ceux-là mêmes qui l'avaient solenne llement promise et à la tête des armées arabes, nous retrouvons les c#l.efs qui ont tou;ours combattu la 'France, les mêmes que nous avons • BOTTIER JOSEPH Chaussures souples et élégantes CLINIQUE DES PIEDS SENSIBLES PARIS : 12, rue €le la Boétie Anjou 15-30 . NICE et VICH!. 'AMEIRQUE DU SUD AMERIQUE DU NORD PALESTINE « OCEANIA :. VOYAGES - TOURISME 4. rua da Ceste<lIa-ne. Tél. : Anjou 16-33 trouvés dans les rangs des armée~ fascistes. C'est dire combien les combattants de Palestine doivent être aidés dans leurs efforts, non seulement par l'aide matüielle et morale de tous les Juifs du monde .. mais encore par la compréhension cle' leur situation et de leur idéal ; car que l'on ne s'y trompe point, si les armées composées en grande partie des rescapés des camps de concentration nazis étaient écrasées en Palestine, la situation, la liberté et l'existence même des Juifs européens seraient vite à nouveau menacées. Il est donc indispensable que les Juifs, les Français de longue date qui ont ;oui de tous les avantages que leur a apportés la Révolution française soient instruits et éclairés, comme ceux venus en France depuis quelques années sur la signification réelle des événements actuels et de leur conséquence inévitable. De Leurs informations dépendra toute leur attitude à venir. ... Seule la presse peut les informer; mais la presse habituelle beaucoup plus politique que d'information dénature trop souvent les faits suivant la tendance du ioU!rnal. Il est impossïble de s'y reconnaître. Seule une presse ;uive dont les collaborateurs connaissent bien tous les problèmes ;uifs est qualifiée pour remplir cette tâche. Droit et Liberté doit étre diffUSé et lu par tous. Je souhaite que les compatriotes juifs et non ;uifs . comprennent l'idéal qui nous anime et se joignent à nous. Ils en seront les premiers béné ficiaires car la légende du juif laibJ.e n'aimant pas se' battre a vécu. Mais ils seront encore plus re!pectés, car ils seront forts et u.nis. Un lecteur de Marseille. FABRIQUE DE BONNETERIE D'ALSACE 108, rue du Faubourg-du~ Temple Tél.: OBE. 86-44 dt.9vose actuellement d)e stOèk8 de ttssus triPOtés : jerSell coton. inter/ I)Cl, et jersell wime vour are-- 00'11.3 bOnnetiers CONFDEZ TOUS VOS TRAVA,UX A LA Sté F,A.C.O.P. NICKELAGE CHROMAGE CADMIAGE CUIVRA.GE ETC •. , 62 bis, avenue de Paris, à VILLEJUIF Tous travaux de protection et coloration, décoration des métaux Prix i'ntéressants pour les vélos (\ffaire$ fisCales, juridiques, commerciales, artisanales, rédaction actes; Sociétés, fonds de commerce, gérance, baux, registres du . Commerée; dés Métiers, déclarations fiscales, etc .. : _ • , , Simon FELDMÀN" -

-

DROIT ET LIBERTE lI" fuln 1948. - N& 1-7S • 'A'U " 'VEL ' D'IV'! ARCHICOMBLEParis enthousiaste salue la naI•s sance d'Israël L ES rames se succèdent à ' intervalles réguliers, déversantsàns répit leur chargement humain.' Il est vingt heures. A dix-neuf heures trènte, les premières vagues déferlaient déjà du métro aérien vers le Vel'd'Hiv'. C'est une course' aux places et les barbus ne s'en laissent pas compter. - Regards clairs et riants, visages décontractés d'où l'angoisse a disparu, où perc" l'espoir. .. L'Etat d'Israël est né! Rêve bout, entonne le .chant de · commillénaire, réalisé aujourd'hui. bat « 'Tehzilknaï Yedé ... :. Un peuple a brisé ses chaines, devient libre, indépendant. . bans la vaste enceinte. les . frères des combattants de la Pa_L lestine viennent célébrer cet événement historique. . Sous la verrière du Palais des Sports, les lampes jettent une lumière crue sur la piste de patinage, bientôt envahie par un magnifique défilé. M. Jarblum, plus ému que jamais, prononce les premières paroles. Les gradins sont pleins à craquer, on se tasse tant bien que maL on joue des coudes. Plus de 30.000 personnes annoncera le speaker. Mais le métro déverse encore des retardataires et dans la rue Nelaton. la queue s'allonge! Tandis que s'élève le drapeau Derrière la tribune, une tenture aux couleurs nationales juives, bleu et blanc, frappée au milieu, de l'étoile de David, toute scintillante d'or. Au-dessus, en grosses lettres " Vive l'Etait d'Israël! » On entame les hymnes nation. aux ; Marseillaise, Hatikva. Suit la levée des couleurs que hissent un ancien déporté et un arlJCien combattant. Moment solennel; moment tant espéré par des milliers d'innoceruts, morts dans les chambres à gaz. On songe malgré soi à un autre Vel'd'Hiv, celui de juillet 42 .. . Les yeux s'embuent de larmes .. . En face, une pancarte : « Il y a six ans, en ce même endroit, des milliers d'innocents étaient entassés... » On 'n'oublie pas. Mais ces larmes d'aujourd'hui ne sont pas les mêmes. Ce sont des larmes de victoire. de joie, d'espérance. Flotte. flotte petit drapeau ... L'hymne n3.ltional juif est repris par tous. Mais le service d'ordre est débordé, la tribune envahie ... Sous le poids de quelque trois cents personnes, elle s'écroule, soulevant une vague de poussière, et jetant un instant la consterna' tion parmi la foule. Une femme est emportée. Son visage est tordu par la douleur mais elle laisse bientôt errer un sourire sur ses lèvres : « Continuez, ce n'est rien ». Déjà, M. Jarblum s'est emparé du micro et hurle : c La séance continue ! :. Débauche de couleurs ••• Le défilé commence; banderoles et drapeaux en tête, les groupes passent. Engagés volontaires 'de 14-18 et 39-40, anciens déportés, anciens F.T.P., rescapés dû ghetto de Varsovie, la Haganah. les cadets de l'U.J.R. E; dans leur· uniforme bleu. les jeunesses sionistes, le sporting club Maccabl. le sporting club . Hakoah, l'hachomer-hazair. les borohovistes, les mi.zrahistes, les étudiants juifs de France ... Une jeunesse vibrante, saine, enil: housiaste toute barriolée de couleurs éclatantes, dans une atmosphère de fète. Nouveau défilé, mais cette fois des orateurs : MM. Locker, Fische. Rémy ROl!re, Rayski. Florimond BOIIlte, M· Bernfeld, André Philip et un représentant de la Haganah se font tour à tour entendre ,et leurs discours sont hachés par de nombreux applaudis1lemeruts. Et toute la salle de- Rayski parle c Longtemps lé monde s'étonnera de la naissance d'Israël en dépit des impérialistes et de leurs vassaux. Ce n'est ni un miracle, ni un .hasard mais ' la COnséquence logique d'un combàt juste pour une cause sacrée. « L'Etat d'Israël sera, parce que tous ses combattants savent qu'ils ne sont pas seuls. que tout le peuple juif, que la grande for_ ce que constitue la démocratie internat10nale avec la classe ouvrière, les soutiennent. « Dans ce moment inoubliable de l'histoire juive notre - reconnaissance va vers ceux qui ont sacrifié leurs vies pour que le rêve des générations devienne réalité. pour que le peuple juif so.it un peuple comme les autres. égal aux autres. «La guerre entre Juifs et Arabes n'est pas fatale. Nous voulons la PaIx. La Paix sera gagnée dans notre lutte . pour l'indépendance. Cette lutte encouragera également les peuples arabes qui se libèreront de l'emprise des impérialistes d u Moyen-Orient et créeront la base solide d'une collaboration fraternelle. . « Nous envoyons notre salut fraternel à tous les combattants qui font le sacrifice de leurs vtes pour Israël, et non pas pour qu'une colonie anglaise devienne une colonie américaine. Au C'apital de l'or et des dollars notre peuple opposera le se~l capital valeur : le travail. « Nous. Juifs de France, qui attendons que la France reconnaiSse l'Etat d'Israël. n'avons pas le droit de ménager nos forces pour porter secours à Israël en lutte pour son indépendance. «Les martyrs de ' 2() siècles nous appellent : avancez dans la voie de la libération dans un monde de Paix, de JusHce et de Liberté. ,. 24 novembre 2009 à 10:48 (UTC)24 novembre 2009 à 10:48 (UTC)24 novembre 2009 à 10:48 (UTC)~~. Grand Meeting, L.undi 31 Mai à 20 h. 30 DANS LA SAI.J..E LANCRY, 1, rue~ de Lancry Nous ~ntendons J'appel et ju~ rons de rester fidèle à 'l'idéal. Vive l'Etat dlisraël indéPendant et démocratique! Vive la Paix et la Fraternité .. entre les peuples 1 Florimond Bonte et André Philippe succèdent à l'orateur et font applaUdir par l'asserp.blée vibrante la solidarité agissante 1es démocrates de France. ... de chants et de da~es La partie art1stiq~e du pr<gramme vi/ffit ensuite. Chants hébraïques et poèmes sont très goûtés et bissés. • II est vingt-trois heures trente et la foule s'écoule lentement vers la sortie. Les gradins se vident, mals la pelouse est toujours envahie. Des chants fusent, on esquisse des danses folkloriques. Les plus âgés s'en vont, les jeunes veulent rester encore. On danse, on chante et dans ce tourbillon frénétique, le micro hurle : « Engagez-vous dans la Haganah! :.. Au Cirque d'Hiver Une a u t r e manifestati0'1 monstre s'est déroulée le mercrecU 26 mal au Cirque .d'Hiver. Dix mnIe personnes ont envahi la vaste enceinte et d'autres " milliers n'ont pu entrer. Tour à tour Flonmond Bonte, Mo de Moro-Glafferi, André Philip, Marc Sangnier et d'autres orateurs ont vivement critiqué " le gouvernement français qui hésite à reconnaître l'Etat d'Israël et dénoncé les agresseurs et leurs intrigues. Alain ADLER. WILLY De l'ancienne clinique popula.lre visites. piqûres. ventouses 18, rue Ramponneau - PARIS Métro: Belleville. Tél. M.EN. 56-t7 ROBES - MANTEAUX TAILLEURS HAUTE COUTURE A FAÇON L. A U8PI'I'Z 3, rue d'O.sel - PARIS-18" Mt/r • .' lJar~ts·Roch.ch.""r' où A .... ,. , NE FAITES AUCUN ACHAT avant d'avoir vu les en5emblea préSentés par L'HARMONIE CHEZ SOI 221. faulNlurg St-Antoine. Paril - OONSE~ JURIDIQUE ET. FISCAL . '-- .• Prendront la parole : ,. .. . . . lU, rue M0l!t~art.e, Paris (2'). !éI. : CE~t.al 21-6~ , .. , '. ~nsltltat{~_ 1&1lli- l~ Jours, ,saUf dimanche .. de 18 h ... ! 19, h . 3(). Samed1 c1a 15 ~ 18 Q.eurës et aur l:endez-Tou8. et . <1~ 10" li b. \" :." · .. ~e .matÎJ;h a.~ Ii~: rue Bi"."It. ~. (I~) ".: ',. '. ' .. . . M~' VILNER;' l.· Mme ~IANQUI, ·R.édacteu~ en chef' de 4:Dro~~ ,et 'Litier~:',:J "et un représentant du C6m1té Central'de 19; Haganah . " . , ; • • J . ;. • . ..... ~ . t \. r , , f r r

J" Juin 194ft - N° 7-75
. ': ~ 1 : • . : ' 1

mcm A propos du GRAND HEAULNES " " Pour Gilles ~ pour ceux des miens, des nôtres, qui n'en reviendront plus. . Seigneur, pUIsqu'il dort contre moi, f~ites t~jre les bruits de Votre (iel, les bruits de la terre . et les: bàttem'ents dé mon coeurj' qu'il prol6nge ,indéfininient la canlkur de ses songes, ,. Car, Seigqeur; lot:sque pr~\Jldra fin ton silence .. , ,;.tai I,~ur , ~e son premier regard d~innoce~c:e. , .:...- Mon ~tit, mon tout-petit, mon nouveau-né, . . \,Je n'ai , plu,~ rien, plus rien 1 - plus rien à te donner!

',,lls m'ont tout pris. Pourtant, du fond de pos âges"

".', Tu nOus avais donné à tous en partage, '\ ,.ô Seigneur, les mêmes biens élémentaires. Mais ils nous ont pris l'air, l'eau, le feu, la terre popr suffoquer nos râles, briller nos' os, ' et noyer nos cris et murer nos sanglcts 1 , - Dors, mon bébé juif. Je n'ai rien désormais . ',' ,pour toi -,- que la route - la route à lamais, , celle qui nait là-bas, · vers Jérusalem, celle qu'ont prise pour mourir ceux qUe j'aime, la route qui entaîlle la chair du monde pour drainer notre misère vàgabonde, la route nue, dure, ouverte aux quatre vents où de siède en siède erre le Juif errant, route de désert, route sans ~arrefollr 1 sans halte, sans puits, sans amis, sans amour ... M ais regarde phlS loin, enfant de ma race, car au bout de notre route, dans l'espace, plus loin que la nuit et plus loin que la mort, à t'horizon - il Y a Je ciel, l'aurore! .............................. o ............' •• ,......., ~ ,....., y a-t-il un éternel adolescent· ? Dans cet artirle "UT le Grand Meaulnes, Loui:s Mouscron s'efforce Je prouver qu'il n'y a poe J'éternel AJolescent. que le" jeunes J'aujourJ'hui n'ont pas le m.~me Jestin ni les m~mes caractère:s que ceux J'autrefois, en un moi qu' (l on ne peut séparer la psychologie de l'histoire ». Ce point de Vue peut ~tre Jiscuté. I:'Ious Jerna~dons à nos lecteur" de nous envoyer le leur. Nous publieron" les lettru les plus intéressantes et ainsi s'ouvrira Jans cette page lin . grand débat de la jeunesse: Y a-t-il un éternel Itole.scent 'i Dors, RIon bébé juif, dors, mon tout-petit, dors bien longtemps eneore. Et Vous, oh Vous, Seigneur, avant l'heure où il déchirera ee corps T CUS les manuels de littérature l'affirment: le Grand M eaulnes est, par excellence, le roman de l'Adolescence. Tout le monde le sait. Tout le monde le dit, même sans avoir lu le Grand Meau~nes, tant cette idée, désormais- traditionnelle, se transmet avec ténacité. Sewes quelques g~nérations, pourtant, ont pu lire ce livre de rêve: c'est en 1912 qu'Alain Fournier, âgé de 26 ans, l'a écrit. héros. Meaulnes, voulant affir.,. Jeunesse d'aujourd'hui mer sa virilité, s'évade, se lance né de mon corps, ce coeur né de mon ~oeur aux routes barbelées de notre destin, avant les premiers' pas gémis ~u calvaire .. éternd, ah! laissez-moi, à mi-chemin ," ën1re Votre _ ciel et notre lourde terre. aa creux de mes bras levés en boudier ", 'C&IItre les blessures, Jes coups, les tourments, " , flue je veux lui faire à l'avance oublier, dans un grand eX'Ploit, et le "oi- Les jeunes gars qud défilaient là qui se retrouve dans une es- l'autre dimanche à Vincennes, pèce de pays de Cocagne se:nti- ceux qui campent, ceux qui mental, dans le fameux Domai- chantent èn: groupes joyeux, les ne, royaume des enfants. Il combattants de la Résistance, les éprouve là une liberté totale qui jeunes métallos et ·les étudilWt$ , permet l'accomplissement de d'aujou.rd'hui ont7ils qu.elque tout caprice, 11 moissonne les chose de commun avec le Grand inoubliables souvenirs qui reste- Meaulnes et ses amis? ront en lui, plus vivants que la Certes, en poussant très lodn ,: lafssez';riioi le' ljerc:er, Dieu.de nos . foyers, , longtemps l - sauvageme~t vie. l'abstraction, il est ~ible d'l- Désespérément. Il doit y avoir du vrai dans cette appréciation si répandue. dentitier, dans les deux cas, des De Lohengrin à Werther caractères fondamentaux sem- OPIUMS Cette histoire d'un serment d'enfant qui se réalise à l'âge adulte met en relie! des états ~chologiques, des actes qui semblent bien -être ceux de l'adolescence. S AVEZ-VOUS que 88 p. cent des jeunes délin- Un pays de Cocagne quanta arrêtés &Ont des lecteurs assidus de jour- sentimental naux illustrés po~r enfanb ? Augustin Meaulnes symbolise 'Cette infonnation figure en bonne place à l'exposi. res tendances qui peuvent se re- ,," f . d 1 trouver, plus ou moins martiop consacrée à la presse en antme ans es nouveaux quées, orientées de façons dive:r- A cette complaIsance pour le blables; d'où l'intérêt du Uvre rêve, Alain Fournier ajoute les d'Alain Fournier: Mais ces traIts poncifs du romantisme ancien spéCifIques de l'adolescence s'oet moderne. Cette course des rientent, aujourd'hui, vers des adolescents, puis dès adultes dIrections tellement nouvelles! après leur jeunesse perdue, rap- Désir de connaltre le monde et pelle les chevaliers quêtant le de le transformer, besoin de lisaint- graal, et le serment d'Au- berté, exaltation de· la vie collecgustin celui de, Lohengrin. tive, suppres.si.on des fossés abFrantz de Galais joue au bohè- surdes qui séparaient garçons et me en philosophant à la ma':' f1lles, adultes et adolescents ... nière de Werther et de René. Les élans dIV Grand Meaulnes, Yvonne de Galais est aussi belle, . s'lis ont la même source que' chez les jeunes d'aujourd'hui, et I~aux du ministère de l'Education Nationale, rue de ses, en tout garçon de son âge: Châteaudun, à Paris. l'audace et l'imagination, la naÏ- , veté et le besoin de sacrifice, le n..s exemp'-s pree' ,'s nous ront dans les conseils de cabinet une po- At d ill t d .,..'" le gO.. U merve eux e u so- aussi bonne, aussi pâle et fragile foumis en même temps., d litique qui provoquera à plus ou lennel, le sentiment de la sol1- que la plus pure des héroïnes Dans les huit pages d lII'I e ces moins longue échéance la mort de tude et l'honnêteté foncière. A lamartiniennes. Si elle ne meurt hebqomadaires, on a pu relever vingt- tout journal indépendant, enfantin cet âge naissent les premières he 1 ci". ."..," ",morts violentes par strangula- ou noo ? préoccupatl'on•.f .t, de l' a m 0 ur ,mê - pqua'se llet um erucurt eeunse ,d-oncn'easnt t lpaa rvciee tion, fusillade, assommade, etc ... - Pourquoi ne pas dO"lner les titres lées bizarrement aux préoccupa- au premier deocendant du Grand sans compter quatre fautes de fran- des mauvais journaux ... et des bons? tions quotidiennes de 'l'école.. Meaulnes. · çais pour douz€ dessins. Et enfin, si la campagne contre la Le malheur c'est que l'auteur Un petit rat d'église qui, à l'aide mauvaisp. presse est nécessaire, n'ou- a mis l'accent principal sur une drA ladi n Fotui rnier1 ar ev oulut redn - d 'une aiguille à tricoter enduite de blions pas qu'il existe à .la base de seule catégorie des caractères l' ed 1r amna 'q ue a1 ncodn reé 1e POtX, vidait les troncs à la Tri."lité et la criminal ité enfantine et J'uvénile de l'adolescence. Il n'a insisté Ma 10 e'1sc e ce avterc e mo1n e r de . ailleurs, avait appris son « truc» bien d'autres causes et, ava.nt tout , que sur l'aspect sentimental, Il . a1s dl n'e m. on e 'pila s e mont e dans son J'ournal favori. des raisons d'ordre social auxquelles ree, e meme qu ne mon re s'~ de plus, pour ainsi dire, toute l'adolescence ' Comme cet autre, jeune aide- il faudra ' bien s'attaquer un jour sé- plis au jeu. Dansîe cadre de sa pas . .fomptable, s'y était instrui~ sur la rieusernent. fiction, il a rendu réel ce qu'au- Ses personnages ne sont jafaçbn de fabrtquer o~ze b,lIets de Georges VILLACH. raient pu imaginer ses jeunes mais plus adolescents que lorsmille francs neufs avec dix anciens, ,..--------.....- --------------------; qCuelUst! à dcee vmraoimenetn t êqtur'eil s amdèunlteens.t Ne souriez pas. Un autre a pendu LES CADETS DIFFUSENT PARTOUT la vie la plus folle. . s: E~~::::·:~o~EI:~c:~~:o:Sti:: . duL24 novembre 2009 à 10:48 (UTC)r q~~l Charles 24 novembre 2009 à 10:48 (UTC)t P~é~if;~! DROIT & LIBERTE" pas peint l'adolescence en reanare ont eu raison de dénoncer le liste, mais en s'enfermant dans danger moral que constituent nom- les mythes les plus traditionnels bre de ces journaux. ' Les Cadets dilfusent régulièrement 1( Droit et Liberté)) de l'adolescence. Le G. 1. brandit un impressionnant dès sa paru.tion. Nous ne discutons pas la vapistolet automatique, la pin-up mon- Pvur le grand rassembùnnent du VeZ' d'Hm, ils ~étaient. leur morale d'Augustin Meaultre ses cuisses et cache à peine ses fixés comme but d'en venCÙ"e 1.000 exemplaires. L'objectif nes, resté fidèle à sa parole. mais Seins standardisés, le gangster roule a été atteint. les conditions dans lesquelles il en voiture de luxe et ne camoufle "o'ici les groupes et les ·vendeurs qui sont· à l'honneur cette a prononcé son serment, et surmême plus. sa mitraillette dans une $emaine : tout l'atmosphère qu'exhale boîte à violon ... Des hommes volants - Groupe Liberman : ,150 journaux par quinzaine; 310 au l'oeuvre d'Alain Fournier. Les soulèvent à bout de bras un trilin Vel'd'Riv - se sont distingués: Nadia Kowalski, Léon malheurs consécutifs aux errede voyageurs. Des gorilles géants en- Kalssinsktl, Albert Erner, Georges Bender, Herin Ko· ments des héros sont décrits lèvent de belles femmes blondes. Et pC:l.ah., elc... avec tendresse, dans un style tout un arsena.l de monstres hideux - Groupe Marcel Rayman: 70 à 80 journaux; au Verd'Biv musical et lent, idéalisés sur le s'étale sur 'des pages enluminées de liG - sont à l'honneur: Léon Rechter, Bernard, Jacqueline, mode romantique. Ce roman couleurs criardes. Adèle Amon, Rosette MiLste~n, Jeanine Krzelowski, etc... semble s'adresser à des jeunes " est très bien de dénon<;er · la - Groupe Raymonde Royal: 50 journaux; 42 au Vel' d' Hiv' gens qui, à l'occasion, pourmalfaisa~ e de telle$' publications. - meiUeurs vendeurs: Léon Stem, Koceneltmbogen. Albert raient vivre l'aventure du Grand Très bien d'elCpOser les ré5ultats d'un Goldstein... ' Meaulnes. coneours tendant à ~Iiorer la qua- Et temt d'autrES... En relisant oè livre de l'Adopar Louis MOUSCRON lité de5 jOUfnaux d'e"fants. . Jeurl.f!s Juifs qui ~tes intéressés par ce journal, .propa'ge:i- lescence, on est , en droit de se Mais pburquoi se b6rner à des ma- le, constitu.ez des équipes de vendeurs. demander si,' de nO\! jours, il nifestati?'ls platoniques et ~~rmet.tre Faite~-~ . savoir \lOS perlON/lance, 1 . ," e.mte encore des ,adolescents .. la même nature, nous paraissent souvent peu justifiés, tendus vers des buts vains, Un nouveau type de jeune est né. On ne peut séparer la psychologie de l'hIstoire. L'éternel Adolescent n'existe pas. Et pas davantage l'éternel roma.n de l'Adolescence. Qui écrira la vie du Grand Meaulnes 1948 ? CHEZ LES JEUNES • Le Club sportif Yask-Fraternité a commémoré, le vendredi 14 mai, dans son local, le souvenir des héros membres du Club qui sont tombés dans la lutte contre le fasci~me. . L'.usistance était nombreuse. • Le Mouvement de Jeunesse Juive de Nancy, qui groupe 150 jeunes et qui compte aussi une section de Cadets, a convoqué une Assemblée générale pour exposer les problèmes de la jeunesse juive de France et surtout son attitude devant la lutte en Palestine. Le camarade A. K1ein, du bureau national des Cadets, y assistait. " a explique la position du mouvement des Cadets par rapport à ces problèmes. . Lutter Contre la réaction, pt'ur la démocratie, telle a été la conclulion de cette' Assemblée. Impr:. Centr, du Croi~~.nt 19, r ' du OrO\.sSa.Df. f'aï\,,-2- ... ii.OCH'ON, 1mpr1.m<rur ., \ • "12 e tg eR01'TET LIBERTE ---~------------"----_ J- jl'ilH 11)!f8. - Ne 7-7'5 'air, usoleil, sva e LES DONS AFFLUENT LISTE N° 9 M. Gerson de New-York, 15·000; Livry-Gargàn (collecte), 20;740; Mlle Gaby (collecte). 1.000. Total de la liste •••• 36.74O)t Total précédent .....• 984.269 » Total général . . . . . . 1.021.009 » LISTE N° 10 11° AItt". (collecte), 18.000; 13' Arr. (collecte) 15.000; 19. Fab. (don de M. LaIldschneider), 5.000; 14- Arr. (collecte Comité), 55.000; 15" Arr. (collecte), 3.600; « Amis de la Presse Nouvelle lt du 2()e Arr. 8.000 ; Valenciennes (COllecte), 5.300.; Gaby, 11° Arr., 2.100. Total de la liste ••• _ 112.600» Total précédent •..• 1.021.009 » To1t~1 général • • . . . • 1.133.609 » LISTES 11 ET 12 « Amis de la Presse Nouvelle », 8.500; 19- Fabien (collecte), 20.400; Dr Dvorin (collecte), 3.500; M. Rosen. blitt, de Levallois (collecte), 5.500; «Amis ùe la Presse Nouvelle » du XI' Arr. 6.700 ; 50 arr. (collecte), 3.000; 20" Belleville (collecte) , 28.028; 10< Bd (co:!ecte), Total de la liste ...• 80.626» Total précédent •• • • 1.133·609 » Total général ....... 1.214.237 » , LISTE 13 3- Arr. 15.000; Xl' Arr. (collecte), 37.300; 18" Arr. ~collecte), 2.500 ; 2- Arr .. (collecte), 62.000 ; JO< Bd (collecte), 11.000. Total de la. liste •.•• 127.800» Total précédent •.•• 1.214.2:n )t Total génénal ....... 1.342·037 » L1sn 14 « Amis de la Presse Nouvene » du .20· Arr. 11.500;' Ile Arr. (collecte), l.500; Amicale des Epiciers (collecte), 5.500; Mme .Jucht (col. lecte) , 10.000 ;. 10< Bd (collecte) 30.000; Lille (COllecte) 100.000; Oadets 2.060; 20< Arr. (collecte),

n.400.

Total de la liste 191.980 » Total précédent 1.342.037 » Total général •.•....• 1.534.017 » LISTES 1 5 ET 1 6 MaiSon d'enfants de Livry-Gargan, 50.000; 4< Arr. (collecte), 46.000; 190 Fabien (collecte), 4.700; 19< Fabien (collecte), 4.700. Total de la liste ••.• 105.400 lt Total précédent .•.•• l.534·017 )t Total général ........ 1.639.417 » LISTE 17 U.S.J.F., 74.000; Société Praga, 35.000; Mme Kahn 2° Arr. (coJlecte), 80.000; 2- Arr. 18.000: 9. Arr. 30.000; 4° Arr. (collecte de M. Werner), 10.000; Livry-Gargan, 15.000; MoIl-treui, 25.000; Drancy 6.000; 50 Arr., 4.000; M. le Président du Grand Oercle. 20.000; M. Grimm (don), 5.000; Collecte insignes. 2.925; Collectes individuelles, 4.000; «Amis de la. Presse.NouveUe » .du 18" 9.400; Nous constatons, trois ans après la guerre, chez les en. fants juifs, des signe<i profonds de déficience. ))es dizaines, des c~ntaines de cas inquiétants nous sont signalés journellement. Les enfants subissent toujours les suites de la guerre d'une manière alarmante. Filles et garçons sont obligés d'interrompre l'année scolaire et de délaisser. les bancs dt: leurs classes pour retrouver vie et santé dans un préventorium: ' . Ces maladies subites et la faiblesse de nos en'fants les empêchent de vivre normalement. . A chaque occasion, ils doivent quitter la viPe et partir à la campagne prendre de nouvelles forces, Quels sont ces enfants? . Des enfants de fusillés et de déportés, d'anCiens combattants, de nouveaUX immigrés qui se sont réfugiés en France à la suite des persécutions et de la détresse des camps et vivent, à présent, dans des conditions matérielles déplO. rables : dans d'étroites et sombres chambres d'hôtel, où l'on ne peut même pas faire chauffer de l'eau. Les enfants de nos fo}ers qui subissent les conséquences de la crise économique, ont connu la souffrance dès leur plus jeune âge. . La population juive de France a toujours rempli son devoir envers ces enfants abandonnés. Elle a toujours prouvé sa générosité et son dévotiement à l'Enfance juive. La populati:m juive de France a toujours répondu avec enthousiasme à chaque campagne organisée par la Corn. mission centrale de l'Enfance et c'est pour cette raison qu'elles ont toujours été couronnées de sn(lcès. 2.5(10 enfants juifs doivent, cet été aussi, j~uir du repos, du soLeil et de l'air pur et nous comptons sur tons nOs amis pour nous aider dans cette tâche. Aucune famille, aucun foyer juif ne peut refuser sa contribution à la grande campagne de 8 inillions lancée en faveur des colonies de vacances. AJl)EZ~NOUS ! La Commission centrale de 'l' Enfance, Cadets, 15.000; W. Lazare (collecte) 15.000. .. . fotal de la liste ;... 368.325» otal précédent ."... 1.639.417 » T'otill général .•.• :... 2.007.742 » LISTE 18 Bureau Rég. Parisienne (COllecte) 7.000 ; 15· Arr. 10.000 ; 20 Arr.: 13.000; « Amis de la Presse Nouvele » 59.750; Collectes individuelles, 1.600; 19° Fabien 3.000. Total de la liste .. ;... 94.350» Tot:ù précédent •••• 2.007.742 » Total général ...•••.• 2.102.092 » LISTE 19 Cadets (groupe T. Fogel). 9.585 ; 120 Ml'. 10.500; 1()e St-Louis, 2.600; 3· Arr. (collecte M. Liberman) , 3000; se Arr. 22.000; Syndicats de., Maroquiniers.. 20.000. Total de la liste .• ;... 67.785» Total précédent ....... 2.102.092 » Total général .....•.• 2.169·877 » LISTE 20 n- Arr. 25.000 (collecte de Mme Sonia .Bianchi et M. Baranowsi{i); no Arr. 5.250:. Total de la liste 30.250 » Total précédent ..•••• 2.169.877 » 2.200.127 » Vivent les vacances! A Tarnos, la « Maison )) est priJle. Bient6t. sur la route déboucheront les cars amenant nos petits. . Ce spacieux Mlliment de deux . étages cons.truit en 19.-19, a été occupé par les ... occupants. Aujourd'hui. il abritera les peti ts garçons . et les petite~. filles des ltéros et des martyrs persécu. tés par le nazisme. C'est en 191·6, {iOur la pl'emière fois, que 150 gosses li sont venus passer qu.elques semaines de joie et de paix. Tout a un air de fête : réfectoires étincelants de propreté, tables de bois blanc, plafonds fratchement repeints ... Ici, la nourriture sera saine et abondante. Nous tenons à Tlmtercier ici la municipalité de Tarnos pour l'aide si airmable qu'elle nous apporte dans l'orqanisation de la colonie. IlYANE. 'POUR LÉ [)~PART EN COLONIES DE .:- - - ASSUf\Ol'IS lf\ Sf\"fE DE , lOS Ei'lff\","rS

..

Pa~ le flocteur" Pierre GRINBERG L ~ maladit:s naias~nt ~ l'~mbre et guéri .... . . sent au aoleil » affirme un vi~x pl'C,)" , . nrbe romain. La sèience médicalè: e't ea '.' particulier la médècine sociat~ ont ~ro l'ement confirmé ce que la sagesse populaire a bi~ .. YU par la seule observation empirique.' ,.' Cette relation qui exi,.te entre Ië soleil, l'air- et llil santé est particulièrement frappante chez l'enf9.nt e$ l'adolescent. N'observe-t-on pa:. · chez .Ie llourrisll9 .. et le jeune enfant des maladies graves . (spaamophr lie, tétanie infantile) qui se décla~nt uniquement en hiver ou dans les crèches aans air ni soleil ? P~rsonne, à l'heure actuelle, ne peut contester les bie,.· faits de l'air pur et du soleil ' sur la santé de~ ', e",fants, leur action thérapeutique et surtout préve~ . tive. . L'air des grandes villes, surtout des cités ind~s· trielles, est souillé de gaz dangereux, surtout d'oxyde ' de carbone, produit par 1... combustion incotP,pIète du charbon dans les foyers industriels ou dPI' mestiques et par celle de l'essence dans les autOl" mobiles. L'existence de gaz sulfureux, de vapeurs chlorées et ammoniacales a été signalée. D'Arsonval et Bordas ont montré qu'en février 1926 il était ~mbé 13 grammes de suie par mètre carré sur la terrasse du Palai. Royal. L'atmosphère urbaine, chimiquement impure, est également souiHée de microbes (20.000 microbe" par mètre cube d'air, place de la Madeleine). Les fumée,. et les brouillards forment un écr .... devant . les rayon~ lum.ine~, inEr~-r"?~e. et· .ultrN violet.. Cette carence solaire, accrue par l'encomr brement et l'insalubrité de certains quartiers popw leux, augmente la fréquence 'du rachitisme et d'aar tres maladies chez l'enfant. Les statistiques récente, de mortalité en fournisaent des preuves éclatante .. MORTALITE PPUR 1.000 HABITANTS (1932-~) • 100

11-

4- 1ge 2()O 13< Arrondissements avec îlots insalubres .. .......... ~ ....... ' WI ................. 127 ............... ' 143 , ................ 135 ...... ._..... .................. . 114317 Ar~ondissements sans îlots insalubres ......... ' .... ; ..... . . ............. . 1~; 1()2, HU 98 Ces que/qu.es chiffres prouvent l'inégalité sociale devant la 1 aladie et la mort. Ils prouvent aU$Si que cette inégaHté touche particulièrement la population 'juive, car les arrondissements contenant des îlots insal'ubres sont justement ceux où cette population est la plus dense. L'enfance juive, en particulier, paie un lourd tri.but de santé aux circonstances de vie si difficile!! des années d'occupation et d'après guerre. En dép~t ' des efforts déployés en sa faveur, sa situation est loin d'être satisfaisante. Beaucoup d'enfant.. subis:. ent les séquetles de la guerre et continuent à vivre dans des logements sans air et .!lns soleil. Pllr ailleurs, l'espace libre favorable à leurs ébats, si nah~· reIs à cet âJe, leur fait défaut. A ceux que nous suivons depuis quelques ~- . nées, s'ajoute un grand nombre d'enfants nouvel\eo ment ' immigrés, qui ont connu les camps et la misère et qui échouent dans les chambres d'hôtel de.8 quartie.... insalubres. ' Aussi avon,.-noua trouvé . parmi ces enfants mal .. heureux un fort pourcentage de petits malingres et chétifs et dépisté plusieurs cas de primo-infection wberculeuse. Cet état inspire la plus grande inquiétude aux médecins et à tous ce' qui se dévouent à la cause de l'enfance juive. Sur notre initiative, I~s médecins représentant les oeuvres médico-sociales juives ont fait part au « Joint » de ces inquiétudes, en lui demandant de les aider à organiser des colonies de vacances. Le « Joint ", hélas, n'a pas cru devoir répondre favorablement à notre requête. Nous noua inclinons devant cette décision, tout en rappelant la phrase dé Calmette : « Ceux qui proposent des éco- . nomies et des réductions budgétaires au dépens des oeuvres de préservation de l'enfance préparent pour l'avenir de formidables dépenses d'assistance publique. Les subventions allouées au.. institutions de plein air sont, en réalité, un excellent placement national •. C'est pourquoi les médecins juifs sont reconnais· sants à la Commission Centrale de l'Enfance pOUl" aon initiative d'envoyer 2.500 enfants à la campagne ou à la mer. Ils appuieront par tous les moyena cette activité de gra.""\de utitité sociale. La population juive répondra elle aussi généreusement à son appel. ts

Notes

<references />

Format JPEG