Droit et Liberté n°270 - février 1968

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Le dossier du mois: Moyen-Orient un face à face, un israëlien, Isaac Israël, un égyptien, Lotfallah Soliman, deux spécialistes français, Jacques Nantet et Claude Cohen répondent aux questions de Droit et Liberté pages 17-25
    • Le cœur et l’apartheid ( 1ère greffe du cœur en Afrique du Sud)pages 6-10
    • La Paix est indivisible par le Pr Brückner page 13
    • Deux grandes dames de la peinture: Sonia Delaunay et Vieira da Silva pages 27-28
    • Un livre mémorial: la déportation (article de Pierre Lasnier) pages 28-29
    • Peut-on encore être juif? Roger Ikor parle de son prochain livre page 30


numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

). Revue mensuelle du Mouvement contre le Racisme. l'Antisémitisme et pour la Paix FEVRIER 1968 - N° 270 - PRIX 2 FRANCS yentrlcule droit ---tf!:!U~"':'" veine cave _..----;- orthe pulmonaire oreillette gauche MOYEN-ORIENT Rain-~ En 1967, "Droit & Liberté" a publié ••• j) LES GIlllIS i SANS MYSTERE LEI IRES DE PITHIVIERS /. "i.'1. LA POlITIIUE DES BULLES VlOIIAM: UNE GUERRE RACISTE? LE MOYEN-ORIENT DEAAZ LES MINORITES é AUX ETATS-UNIS ~ et ' quantité d'autres dossierl, études, enquêtes, reportages. En 1968, il publiera des textes sur LE RACISME ET LE SPORT, LE CINEMA AFRICAIN, L'AFFAIRE ROSENBERG, LA FAIM DANS LE MONDE, L'ANTISEMITISME AVANT L'AFFAIRE DREYFUS, LE NEO-NAZISME, LES ANTILLES, LA LUTTE DES NOIRS AMERICAINS, LES BIDONVILLES, ETC ... ABONNEZ-VOUS 1. •• BULLETIN M """", .. , ... . .. ,.. ..... Ad resse .... ... , .. ..... , .... , .... , . ... , ..... , , , , , . .. , . , . , ..... . S'abonne pour un an (abonnement ordinaire, de soutien (1). Paiement joint par chèque bancaire, mandat. chèque postal (1) (1) Rayer la mention Inutile. • DROIT ET LIBERTE - No 270 - FEVRIER 1968, ! i • 1 4 Indispensable à tous ceux qui s'intéressent à l'Afrique Pour la première fois une publication entreprend de faire le point sur l'ensemble du continent. Quarante journalistes spécialisés étudient depuis le début de l'année la situation politique, économique, sociale et .culturelle de chaque PilYs. Documenté et sérieux, vivant et facile à lire, AFRIQUE 67-68 répond à toutes les questions que vous pouvez vous poser. C'est Un outil d'infoI1mation incomparable. Date de parution: Décembre 1967. Deux éditions séparées, l'une en Français, l'autre en Anglais : 400 pages, 500 planches en couleurs, format 22 X 28. Bon à retourner à Jeune Afrique, 51, avenue des Ternes - PARIS-17~. Veuillez 1 1 m'abonner à prix ;éduit à , Jeune AfJ.n"Jq ·u·e"!!!'!!JII·s·eo!lmaines à 25 F) . Veuillez m'envoyer Afrique 67-68 au prix de prepu lcatlon. 10 F pour l'édition française, 25 F pour l'édition anglaise; NOM: . . , . ....... . ..... ..... . .. .. . ADRESSE: ... .. , . . ... .... . ..... . , .. .. ..... ....... . , . .. .... .. . .. ..... .. ': ....... ..... .... . (Jeune Afrique C.e..P. Paris 166 7551) Enfin en France! distribu';e par LA FAMEUSE BIf:RE DE ZYWIEC IMPORTATION DIRECTE DE POLOGNE ROBERT DALAKUPEIAN . Importateur exclusif pour la France de la WODKA WYBOROWA (Varsovie) 12 ·à 15. avenue du Petit Château PARIS BBRCY - Tél.: 34319-88 dans ce nUDlèro LE COEUR ET L'APARTHEID La greffe du coeur pose des problèmes de tous ordres, d'autant plus importants qu'elle a été réalisée au pays où le racisme , est roi . ...... ... . .... . . . .. ...... ..... . 6-10 LA PAIX EST INDIVISIBLE par le professeur Brückner, qui dirigea à Hanovre les manifestations an ti-néonazies de novembre dernier . .......... . ... . .............. . 13 LE DOSSIER DU MOIS : FACE A FACE SUR LE MOYEN·ORIENT Un Israélien, Isaac Israël, un Egyptien, Lotfallah Soliman, deux spécialistes français, Jacques Nantet et Claude Cahen, ont accepté de s'asseoir autour d'une même table et de répondre aux questions de « Droit et Liberté » . . .......... 17-26 DEUX GRANDES DAMES DE LA PEINTURE Sonia Delaunay et Vieira da Silva.. 27-28 UN LIVRE-MEMORIAL « La déportation ». Un ouvrage indispensable .. .. .. .. . . .. .. .. .. .. 28-29 PEUT-ON ENCORE ETRE JUIF? Roger Ikor parle de son prochain livre .............. . . . ............. 30 DROIT ET LIBERTE - No 270 - FEVRIER 1968. DISTANCES Ci REFFE du coeur au Cap. Tremblement de terre en Sicile. Accident « atomique » au Groenland ... Le monde est petit; les nouvelles nous parviennent instantanément ou presque. Et nous nous sentons solidaires de ces humains inconnus, lointains, dont la télévision apporte chez nous l'image bouleversante. Mais cette solidarité a d'étranges limites. Parce que chacun craint la mort, Il est normal que l'on suive avec espoir et 'angolsse les progrès de la médecine et de la chirurgie qui ouvrent la perspective d'une prolongation de la vie. Il est normal aussi qu'un événement qui survient dans notre entourage nous sensibilise plus profondément que s'il se produit à une grande distance. Pourtant, lorsque le gaz fait exploser un paVillon près de Paris, pensons-nous assez, dans notre légitime émotiot:J, aux explosions des bombes à billes qui tuent à Hanoï? Pensons-nous assez au napalm qui rôtit vifs les corps d'enfants, aux gaz qui détruisent toute vie humaine et végétale? L'atrocité du drame sicilien, qui justifie pleinement notre compassion et notre geste d'entraide, est quotidienne au Vietnam - et trop peu s'en préoccupent ... Mais voilà : au Vietnam, ce ne sont pas les éléments qui se déchaînent, ce sont des hommes. En Inde, en Afrique, en Amérique latine, la faim, la misère, l'analphabétisme ont des causes essentiellement humaines. « C'est de la politique » - et l'on détourne la tête. Alors que, justement, il devrait être plus facile de supprimer les (Tlaux sociaux que les calamités « naturelles ". ON s'accoutume aisément aux souffrances des peuples hier colonisés qui semblent voués congénitalement à subir l'oppression, l'humiliation et la violence. La passivité, le repliement sur soi devant leur détresse, traduisent souvent une mauvaise conscience, le refus égoïste des responsabilités, de l'action. Mals il y a surtout l'ignorance: et ce sont les moyens d'information qu'il faut incriminer. A des degréS divers, la « grande presse ", les radios, la télévision font deux pOids deux mesures dans l'actualité : les victimes des bombes n'ont pas droit aux mêmes reportages que celles des inondations; on s'étend plus volontiers sur les états d'âme des souverains que sur les souffrances des peuples. Et, pour prendre un exemple à notre porte, disons que la défense des travailleurs immigrés suscite moins d'articles Indignés que la défense des animaux. Que l'on compare les gros titres consacrés à n'importe quel incendie dans l'agglomération parisienne, aux quelques lignes évoquant (pas toujours) la mort de quelques habitants d'un bidonville ' dans leurs baraques calcinées. NE soyons pas pessimistes. La campagne qui s'achève en vue de frêter un bateau pour le Vietnam, montre d'une façon émouvante que, chez nous comme ailleurs, d'insondables ressources de solidarité se manifestent, pourvu que les gens soient alertés, mobilisés. Mais cela suppose que la vérité se fraie un chemin à travers la masse des préjugés et des préoccupations multiples. à travers les silences étouffants et les diversions tonitruantes. C'est précisément la noble tâche de mouvements comme le M.R.A.P., de militants courageux et persévérants, de notre revue, que de dégager de l'actualité dévorante et de ses sollicitations innombrables. une véritable notion de l'humain - de susciter un égal respect pour chaque peuple, une égale sympathie pour chaque victime, quelle que soit la cause de son malheur, quelle que soit sa farroille spirituelle, son option politique, sa nationalité, la couleur de sa peau. La technique et la science qui réduisent les distances dans l'univers ne suffiraient pas, sans cet effort, au rapprochement nécessaire des hommes . DROIT ET LIBERTE. 5 6 Dorothy Haupt (en haut), donna le coeur de son mari mort, Clive, à Philip Blaiberg (ci-dessus, à l'hôpital de Groote Schuur) . Le docteur Barnard (ci-contre) opéra. Mais les chiens policiers, ~ux funérailles du donneur. rappelèrent que le don du coeur d'un • coloured » ne modifiait en rien l'apartheid . LE COEUR ET L'APARTHEID DEPUIS le vol de Youri Gagarine, aucun exploit n'avait à ce point accaparé la une des grands journaux: la greffe d'un coeur humain dans un autre organisme humain. La science-fiction, une fois de plus, faisait dans la vie quotidienne une irruption spectaculaire. D'autant plus spectaculaire que c'est en Afrique du Sud, le pays où l'apartheid est roi, où plus de 2 habitants sur 3 sont promis au ghetto, que la greffe eut lieu et que des deux protagonistes, s'il est permis d'utiliser ce mot en l'occurrence, l'un était noir et l'autre blanc. L'exploit en revêtait, semblait-il, une signification nouvelle. Mais quelle signification? On ne le sut plus très bien dès lors qu'on entra dans le dédale des problèmes scientifiques et moraux, voire religieux et politiques, qui furent soulevés dès l'instant où les agences de presse répercutèrent aux quatre points cardinaux l'étonnante nouvelle. Rappelons d 'abord brièvement les faits. Le 3 décembre, de l'hôpital Groote Schurr, du Cap, le professeur Christian Barnard greffe à un mourant cardiaque, Louis Washkansky, le coeur d'une jeune fille, Denise Darvall, 24 ans, morte quelques instants plus tôt dans un accident de voiture. Il prélève aussi sur la morte un rein, qui est greffé sur un jeune noir. LA SANTE EN AFRIOUE DU SUD EN Afrique du Sud , dit Minute, « lorsqu'il s'agit de sauver des vies humaines, les médecins sud-africains ne font aucune distinction dans la qualité des soins ... Les soins sont les mêmes, si les hôpitaux restent rigoureusement différents ». Hélas, les documents officiels sudafricains démentent eux-mêmes ces affirmations. On peut certes penser que les médecins font en effélt leur métier et leur devoir sans distinction. Mais disons que les moyens mis à leur disposition varient Singulièrement. La tuberculose frappait, selon le ministère sud-africain de la Santé, 200.000 personnes (chiffre de 1964). Un Noir sur 1.000 était tuberculeux, un Métis sur 2.000, un Asiatique sur 4.000, un Blanc sur 20.000. La classification raciste de Prétoria distingue quatre groupes

les Blancs (3,4 millions). les Africains (12,2 millions).

les Asiatiques (535 .000) et les Coloured, métis, 1,75 million) . Une maladie est liée à la malnutrition, à une carence en protéines, le kwashiokor. En 1964 furent recensés par le ministère de la Santé, 14.130 cas : 1 chez les Blancs, 753 chez les Métis, 18 chez les Asiatiques, 13.358 chez les Noirs . Les services publiCS de la Santé de la ' province du Cap calculèrent qu'en 1964, pour un cas de kwashiokor, il fallait compter 30 ou 40 maladies de carence plus bénignes. Ces maladies sont toutes des maladies de la misère ; il est d'autant moins étonnant qu'elles se manifestent chez les Noirs que les différences de revenus sont énormes. A Johannesbourg, alors que le minimum vital est de 290 livres, le revenu moyen annuel des Blancs est de 425 livres, celui des Noirs de 39 livres, celui des Asiatiques et des Métis de 54 livres. Mals, disent les supporters de l'apartheid, D'après · l'ouvrage officiel A Survey of Race Relations (étude des relations entre races), publii à Johannesbourg, la mortalité infantile chez les Blancs était, en 1963, de 28,6 p. 1.000, de 119,6 p. 1.000 chez les métis et de 56,3 p. 1.000 chez les Asiatiques. Aucun chiffre n'était donné pour les Noirs ; selon des estimations non officielles, la mortalité dans les réserves africaines, ces • bantustans " qui sont l'orgueil des politiciens de l'apartheid, atteint 400 p. 1000; la mortalité moyenne noire est de 250 p. 1.000 ; c'est le taux le plus élevé du monde. • ces gens·là ont moins de besoins que nous ". Trois jours plus tard, alors que Washkansky semble se rétablir peu à peu, le chirur gien américain Adrian Kantrowicz transplante sur un bébé de .18 jours l'organe d'un enfant mortné. L'échec est immédiat. Un match Puis Washkansky meurt à son tour. Le 2 janvier, Barnard fait une seconde ten tative; un jeune métis, Clive Haupt tombe frappé d'une hémorragie cérébrale sur une plage (en Afrique du Sud, janvier, c'est le début de l'été) ; transporté à Groote Schurr, il y meurt. Un chirurgien-dentiste, Philip Blaiberg y a ttend, au bord de la mort. Le transfert du coeur s'y passe dans de bonnes conditions, l'opération, plusieurs semaines après, semble réussie. Le 6 janvier, aux U.S.A., le professeur Shunway (qui a mis au point sur des animaux la technique chirurgicale qu'utilisa Barnard), entre à son tour dans l'arène; il donne à un ouvrier métallurgiste, Mike Kasperak, le coeur de Virginia Mac White, morte par accident. Depuis, Kasperak est entré dans un semi-coma ; il a subi trois autres opér ations puis est mort quinze jours ap rès la greffe, sans qu'on puisse dire DROIT ET LIBERTE - Nu 270 - FEVRIER 1968. il ne faut pas chercher ailleurs l'explication au fait que l'espérance de vie pour un Blanc est de 68 ans , et de 43 ans pour un Noir. que celle-ci ait été un échec. Le 9 janvier enfin, seconde tentative d'Adrian Kantrowicz : Louis Block reçoit le coeur de Helen Krouch, morte d'une tumeur au serveau. Il meurt aussitôt. Deux mois après la première tentative, le score est le suivant : une réussite, un cas douteux, trois échecs. Ce n'est pas par hasard que le mot « score » vient sous la plume; c'est bien à une sorte de match que semblent s'être livrés les chirurgiens sudafricains et américains. Le professeur Lenègre, l'un des cardiologues français les plus éminents, l'a relevé sévèrement lors d'un entretien avec ParisMatch: « C'est la compétition qui a dirigé tout cela. Or, en médecine, il ne doit pas y avoir compétition» (1). Comme des corbeaux Les médecins européens, en général, ont accueilli fraîchement cette série d'expériences. Il y a là, disent-ils, un grave problème d'éthique professionnelle. On sait maintenant que la mort ne se définit pas si facilement, que les organes ne meurent pas tous en même temps, que l'on a réanimé des gens cliniquement morts. Un autre cardiologue français, le professeur Soulié, raconte: « Nous avons eu un malade, un jeune homme de 17 ans, qui a fait un arrêt cardiaque sur la table pour une opération du canal artériel. Il est resté décérébré, avec un électro-encéphalogramme absolument plat pendant six jours de suite. Nous avons pensé qu'il était perdu. Après ces six jours, il a repris conscience. Actuellement, il est en première et va passer son baccalauréat. Par conséquent, l'étude de l'électro-encéphalogramme n'est pas une preuve suffisante de la mort réelle! » (2). Or, le professeur Barnard dit s'être assuré de la mort de Clive Haupt par « des critères très précis: pas d'activité de l'électro-encéphalogramme pendant au moins cinq minutes, pas de respiration spontanée, plus de réflexes » . (3) Lorsque Clive Haupt est entré à l'hôpital, il vivait encore. Le journal belge Pourquoi pas? écrit à ce propos: « L'organe doit être prélevé dès que le décès du donneur est constaté: Autrement dit, il faut que la décision d'opérer soit prise lorsque le donneur est encore en vie. Or, jusqu'ici, on n'a jamais admis qu'un malade ou un blessé grave soit tenu pour un mort virtuel. Ce seuil est d'ailleurs tout le problème de l'euthanasie ». L'hebdomadaire anglais The economist est plus direct- encore : « La vitesse est capitale dans la transplantation et il y a quelque chose d'horrifiant dans .-1 RACE ET, BIOLOGIE par L. C. DUNI professeur de zoologie à l'unlverslt6 de Columbia -+ L'opération d'Afrique du Sud, par le fait que le ' coeur greffé ait été transféré d'un Individu à un individu d'une autre race, a donné un regain d'actualité aux études scientifiques qui prouvent l'unité profonde de l'espèce humaine. Le professeur Dunn écrivit récemment un bilan des recherches dans ce ' domaine. Ce bilan parut dans l'ouvrage collectif édité par l'U.N.E.S.C.O. aux Editions Gallimard, Science et racisme. En voici les principaux passages. LA première moitié du XX· siècle a vu naitre la génétique, et celle-ci a radicalement transformé , la façon dont nous .devons considérer la race et les différences raciales entre les hommes. Le jugement de la biologie est, dans le cas présent, clair et sans équivoque. La conception moderne de la race, fondée sur les faits rF,connus et sur les théories de l'hérédité, prive de toute jJstification l'ancienne conception selon , laquelle il existerait des différences fixes et absolues entre les races humaines et, par conséquent, urie hiérarchie de races supérieures et inférieures. Pour les savants d'aujourd'hui, les races sont les subdivisions biologiques d'une espèce unique, celle de l'homo sapiens, chez laquelle les traits héréditaires communs à toute l'espèce l'emportent de beaucoup sur les différences relatives et minimes qui séparent les subdivisions. Ce changement de perspective biologique tend à revaloriser la conception de l'unité humaine que l'on trouve dans les anciennes religions et 'mythologles, et qui avait disparu au cours de la période de séparatisme géographique, culturel et politique dont nous sortons actuellement. L'hérédité La façon dont s'est opéré ce changement radical d'attitude à l'égard de la race est étroitement lié à la découverte du mécanisme de l'hérédité biologique. L'hérédité biologique est la transmission de certains caractères par cette passerelle vivante que constituent l'ovule et le spermatozoïde, et qui est le seul lien biologique entre les générations. fi importe de spécifier qu'il s'agit ici de l'hérédité biologique, car tous les êtres humains sont profondément influencés aussi par un héritage culturel - langage, coutumes, éducation - qui ne se transmet pas par le corps. Bien que le courant interne et caché dè l'hérédité biologique se transmette continuellement des parents à leur descendance par le seul moyen de la cellule reproductive, ses effets ou ses manifestations dans l'individu lui-même dépendent des conditions dans lesquelles vit cet individu. fi est évident que nous ne pouvons pas hériter de ces caractères en tant que tels, car des traits physiques, comme la taille du corps ou la pigmentation de la peau et des traits mentaux, comme le don des mathématiques, ne sauraient être présents en ' tant que tels dans la cellule unique et minuscule d'où un être humain tire son origine. Ce qui se transmet par hérédité biologique, c'est un ensemble de possibilités précises qui lui . permettent de réagir de telle ou telle façon particulière à l'influence du milieu. Une personne qui a • hérité • d'un talent musical ne peut en donner la preuve que dans certaines conditions. fi en va de même des caractères phYSiques, mais la chose ,est moins évidente, car l'adaptation peut se produire très tôt au cours du développement, comme c'est le cas pour la couleur des yeux, la nature du système plieux et autres traits du même genre. L'hérédité biologique est donc la transmission de parent à enfant d'aptitudes diverses lui permettant de développer une série particulière de caractères en réponse à tous les milieux pOSSibles qui s'offriront à lui. L'être humain, comme tout ce qui vit. est le produit combiné de l'hérédité et du milièu. cc Sangs mêlés ) et cc quarterons ») , Quels sont les agents phYSiques de cette transmission héréditaire? Avant 1900, on la concevait comme le transfert l'image de docteurs attendant comme des corbeaux qu'un donneur meure ». En fait, ce n'est pas la première fois que le progrès scientifique pose des problèmes moraux nouveaux et, au premier abord, 'très inquiétants. Jamais, depuis les greffes du Cap, on n'a tant cité la phrase fameuse de Rabelais selon laquelle Science sans Conscience n'est que ruine de l'âme. L'utilisation en bien ou en mal des découvertes de la science est affaire de morale, donc, en dernier ressort, de politique. Il est bien évidemment impossible de répondre facilement aux inquiétudes et aux préoccupations que peut susciter le dilemme ouvert par l'opération du coeur: il , faut qu'ùn homme meure pour qu'un autre puisse hauteur d'une législation et d'une morale, que le feu vert a été donné à l'expérimentation du transfert d'un coeur humain. Qu'au pays de l'apartheid, un coeur de noir batte dans la poitrine d'un blanc a été interprété, de bien des façons. Cl Science sans conscience» A propos de la greffe du coeur, un avenir vertigineux s'ouvre à nos yeux, un avenir à l'étude aujourd'hui même. Un cerveau a pu être maintenu en vie hors d'un corps; un professeur roumain a retiré l'utérus d'une chienne enceinte, puis l'a regref(é sur la même chienne qui a mis bas normalement. Lorsque les problèmes du " rejet » par un organisme d'une greffe venue d'un autre organisme seront médicalement réglés (et ils sont en passe de l'être, d'innombrables expériences, dont les greffes du coeur elles-mêmes, le prouvent), il sera possible de « donner » à une femme stérile l'utérus fécondé d'une morte. vivre. ' Il est par contre un point sur lequel il est possible (et nécessaire) de s'inquiéter très légitimement. C'est en Afrique du Sud, pays fasciste, pays où la ségrégation raciale est élevée à la Un ange dé~hu La réaction la plus pessimiste vint d'Allemagne, du professeur Forssmann, prix Nobel: « ... Encore pires apparaissent les possibilités (qu'ouvre une telle opération) dans les temps d'instabilité politique... Le retour à la peine- de mort sera réclamé; les exécutions ne seront plus faites par le bourreau, mais dans des cliniques aseptisées par des chirurgiens et des anesthésistes. Les prisons deviendront des institutions de pré-transplantation. Les déte- , des parents aux enfants, d'un principe qui, telle une subs- ' tance fluide, pouvait se ,mélanger et se fondrè dans le rejeton. L'apport de chacun des parents, communément appelé • le sang " perdait, croyait-on, son individualité propre du fait du mélange qui se produisait dans l'enfant, et ce mélange se répétait dans les enfants des enfants et dans toute leur descendance. On croyait que chaque personne héritait de chacun de ses parents la moitié de sa nature - de chacun de ses Çlrands-parents le quart de sa nature - et ainsi de suita par fractions décroissantes et en remontant la généalogie. Si les parents différaient par la race ou le type, les enfants étaient des • sang-mêlé " les petitsenfants des ft quarterons " etc. Des races pures et uniformes? Cette théorie du mélange ou du • sang • reposait sur un postulat dont on a démontré l'inexactitude. Ce postulat était que la substance héréditaire pouvait se subdiviser et se mélanger à l'infini, comme une solution. Dès 1865, Mendel, le fondateur de la génétique, montra que l'hérédité consiste en la transmission de particules élémentaires • discrètes • aujourd'hui connues sous le nom de • gènes '. Les gènes sont des unités vivantes et stables, peut-être les plus petits éléments dans lesquels la vie puisse se perpétuer; leur particularité est justement qu'ils ne se mélangent pas et qu'ils ne perdent jamais leur individualité, quelles que soient les combinaisons auxquelles ils participent. Il n'est donc pas étonnant que les idées relatives aux différences raciales entre les hommes aient été si profondément modifiées par la théorie des gènes. Selon l'ancienne théorie des mélanges, ou du sang, on pourrait s'attendre à voir la ressemblance s'accentuer de génération en génération, entre les descendants de parents qui présentent des caractères héréditaires différents. On pourrait donc s'attendre à voir apparaitre des races pures et uniformes, même si elles provenaient du croisement de deux races différentes, Le mélange devrait évidemment tendre à fairedispàraitre la variabilité des types et les différences entre individus apparentés. ' Une seule espèce 'Si au contraire les caractères biologiques se perpétuent par la transmission de gènes qui ne se mélangent pas, nous devons nous attendre à ce que la variabilité héréditaire du type, une fois qu'elle s'est produite, persiste indéfiniment. Dans une 'espèce comme l'espèce humaine, {jui se reproduit normalement par le mariage de personnes sans lien de parenté entre elles ou dont la parenté est lointaine, les différences de gènes - si ceux-ci ne se mélangent ' pas et s'ils ne sont pas modifiés par les combinaisons auxquelles Ils participent - doivent subsister. Les • races pure's • par conséquent n'existeraient pas, si l'on entend par là des groupes d'individus identiques, ou même d'invidus conformes à quelque type racial idéal; et les races diffère raient vraisemblablement les unes des autres de façon relative plutôt qu'absolue, puisque les mê· mes éléments (gènes) peuvent circuler en elles, par suite des intermariages qui peuvent ou qui ont pu se produire. Si nous considérons les hommes qui vivent actuellement sur terre, il n'est guère constestable que ce que nous voyons est à peu près ce à quoi nous pourrions nous attendre, à supposer que la théorie des gènes fut exacte. Il est clair que tous les hommes appartiennent à une seule espèce puisqu'ils se ressemblent par tous leurs caractères physiques fondamentaux. Les membres de tous les groupes peuvent se croiser et ils le font; ils l'ont fait d'ailleurs, selon toute vraisemblance, depuis fort longtemps, puisque les divers groupes d'hommes· primitifs étaient déjà des races d'une même espèce. Leur ressemblance est probablement due au fait que, descendant d'ancêtres communs, ils ont puisé la plupart de. leurs gènes d'une source commune. nus des 'camps de concentration ne seront pas gazés, mais serviront, bien nourris, bien traités, de réserves d'organes, Ainsi le médecin connaîtra finalement le statut d'un bourreau, d'un Lucifer, d'un ange déchu" (4), Une anticipation aussi effroyable peut paraître délirante; mais le docteur Forssmann se s'ouvient des médecins nazis qui ont pratiqué sur les détenus des camps de concentration des expériences barbares et - généralement mortelles. Dans un ouvrage sur ce sujet, Les médecins maudits, le journaliste Christian Bernadac fait remarquer en gUise de conclusion que « il existe dans le monde plus de dix mille associations pour lutter contre les expériences animales, mais pas une seule pour réclamer l'interdiction des expérimenratiqns humaines » (5) , Or les spécialis.tes semblent, pour la plu. part, d'accord pour dire que les cinq expérienèes de greffe du coeur tenaient plus de l'expérimentation que de l'intervention chirurgicale maîtrisée. que d'avoir une influence sur l'apar. theid ", il répond: « Non, pourquoi? Il y a des années qu'on donne du sang de Noirs aux Blancs et vice-versa. Si vous recevez demain du sérum de cheval ou de cochon, est-ce que vous serez çhangé en cheval ou en cochQn pour ça? »' (6). DROIT ET LIBERTE - Nu 270 - FEVRIER 1968. On a dit aussi: « C'est une faille dans le régime de l'apartheid, Le professeur Barnard a jeté un défi aux autorités racistes 'de Prétoria. » Certes, la publicité donnée à l'opération a contribué à anéantir un préjugé encore assez répandu, même chez des gens qui ne s.e pel1sent pas racistes, et qui croyaient qu'on ne pouvait transférer le sang d'un noir à un blanc (ou viceversa), ni, à plus forte raison, un organe. Mais c'est là un effet tout à fait secondaire. Le professeur Barnard a lui-même remis les choses au point: « Ici, nous croyons à ce que nous faisons. Notre ~ouvernement croit à ce qu'il doit fatre et il le fait, Il a confiance en ses chirurgiens et il les laisse agir » " et, à la question « Pensezvous que votre dernière o.pération ris· Le nègr.e coûte moins cher, Et d'ailleurs, la presse raciste y trouve son compte. A commencer par Rivarol: ' ' « Le second donneur était, un métis, ,Du coup, tout l'apartheid, était , par terre, Mais en tant que juif, le docteur Blaibergest-il autre chose qu'un très ancien métis? Alors'? En revanche, en tant que citoyen blanc, il doit être partisJJJ1 de l' c apartheid » c,ar la fin 9 ET SI e'ETAIT LA PEAU ?. LA performance médicale que constitue la greffe du coeur vient compléter une longue série de performances; voilà des années, par exemple, que l'on sait greffer le rein, d'un organisme sur un autre. La grande difficulté vient moins de la complexité de l'opération en elle-même que de l'existence, dans l'organisme hum;lin, d'incompatibilités tissulaires un peu comparables à celles qui existent entre I&s divers groupes sanguins. homme pourra être, d'Ici quelques années, greffée facilement à un autre. L'une des premières greffes que la médecine ait su réaliser, c'est la greffe de la peau; l'incompatibilité entre organismes nécessite encore que la peau soit prélevée sur le malade même à qui la greffe doit être faite, sur une autre partie du corps. Imaginons un compatriote du docteur Blalberg et de Clive Haupt grièvement brûlé dans un accident d'automobile. Il faut lui greffer une nouvelle peau sur le visage. Imaginons aussi - ce n'est pas impossible - que le ou les seuls donneurs disponibles soient noirs ou métis. Laissera-t-on mourir le malade? Ou lui fera-t-on les greffes, auc;.uel cas il sera, après sa guérison, rejeté de sa communauté parce que son visage aura changé de couleur? S'il revient dans son quartier, il en sera chassé; s'II regagne le domicile conjugal, Il sera jeté en prison car il lui sera désormais interdit d'approcher une femme blanche. Ouand il reprendra

.on travail, il touchera deux ou trois fois moins d'argent, à

moins que sa profeSSion soit interdite aux Noirs et aux • coloured -. Bref, son sort sera tragique, inhumain; aussi tragique, aussi inhumain, que celui de doùze millions de Sud-Africains que la couleur de leur peau fait tomber quotidiennement sous le coup de la loi. Mais les recherches pour vaincre les incompatibilités entre organismes se poursuivent activement. Elles progressent et la réussite de l'opération du Cap prouve que la médecine n'est pas loin de venir à bout du problème. On peut donc prévoir sans grands risques que la peau d'un de l' « apartheid » signifierait la fin de l'existence très aisée de l'importante minorité juive d'Afrique du Sud » (7). Passons sur l'appréciation « juif égale métis » qui contredit l'argument quelquefois employé par Rivarol ou par ses collègues et selon lequel les · vrais racistes sont les juifs qui refu:ent le métissage, alors que nousmêmes sommes de solides métis de Ligures, de Celtes, de Romains, de Francs etc. Ce qu'il vaut mieux indiquer au passage, c'est que tous les blancs ne sont pas partisans de l'apartheid, même si le système leur assure une « existence très aisée » que nombre d'entre eux sont en prison pour cela et qu'un proche collaborateur de Barnard, le docteur Raymond Hoffenberg, vient d'échapper à l'arrestation au nom de la loi sur la répression du communisme (et chacun sait si en Afrique du Sud, le mot « communisme » est pris au sens large: il a même servi à inculper des prêtres ou des pasteurs 1), et qu'il est réfugié à Londres depuis quelques jours. Rivarol ajoute: Il On parle déjà de coeurs de chimpanzés» (c'est un pur mensonge; personne, au niveau des spécialistes, n'a même abordé cette éventualité); « les Bantous et les métis vont pouvoir respirer. Mais saiton . qu'un chimpanzé vaut, au bas mot, un million d'anciens francs et que c'est un luxe auquel doivent renoncer bien des che.fs de laboratoires qui estiment avoir besoin de singes pour leurs expériences. Il est beau d'affirmer superbement que le rôle du médecin est de soigner, quelles que soient les incidences financières pour la société. C'est vouloir ignorer délibérément son rôle de citoyen» (8). Si l'on comprend tO bien, cela signifie que le singe est hors de prix, que le Bantou revient moins cher, - il semble même, que Clive Haupt, en l'occurrence, n'ait rien coûté - et que le civisme des médecins sud-africains doit leur commander de se contenter de nègres là où ils souhaiteraient disposer de chimpanzés. Eh bien, pour une fois., nous serons d'accord avec Rivarol: l'apartheid, c'est pour Prétoria une exigence économique, qui lui permet grâce à une maind'oeuvre quasi-serviÎe, des profits fabuleux, qui attire donc, du monde occidental entier, des capitaux sans cesse croissants. C'est cela la réalité sudafricaine; le professeur Barnard transplanterait- il, comme certains antiracistes l'y ont incité, le coeur d'un blanc dans la poitrine d'un noir, que le problème de l'apartheid n'en avancerait pas d'un pouce vers sa solution. cc 'II nous faudra bien trouver des coeurs " Et puis il y a pire. Quatorze condamnations à mort ont été prononcées tout récemment en Rhodésie, contre des militants antiracistes africains (certains sont sud-africains) ; or, les noms de ces condamnés, et le lieu de leur détention, sont gardés clandestins. 3S militants du Sud-Ouest africain ont été jugés le mois dernier; le verdict sera rendu le S février. 32 sont passibles de la peine de mort. Le mois . dernier, nous hésitions à poser le problème de l'utilisation possible du corps de ces condamnés; ce qui serait déjà inadmissible si ces condamnés étaient des « droits commun » deviendrait cri minel s'agi~sant de prisonniers politiques. « Vos craintes ne sont-elles pas exagérées? ,. nous ont demandé certai'1s lecteurs. Laissons le docteur BaLlard répondre à cette question: « Pourquoi ne pas exécuter les condamnés dans des conditions aseptiques ? Il nous faudra bien trouver des coeurs. Je ne comprends pas qu'on fasse tout ce remue-ménage de grands principes à propos du coeur alors qu'on n'a rien dit pour les ' greffes du rein ». (9) Il est curieux qu'un homme de science ne comprenne pas cette évidence: l'ablation d'un rein n'entraîne pas la mort du donneur. Et le professeur ajol,lte : « Faites-nous l'honneur de croire que nous ne serons jamais des bourreaux » (10) . Nous ne pouvons pas· nous pr~noncer. Car la logique d'un régime criminel, c'est de transformer en bourreaux, ou en complices de bourreaux1 tous ceux qui ne le rejettent pas, qUI ne luttent pas sans compromis contre lui. . Georges CHATAIN. (1) Parll·Match, 20 janvier 1968. Entretien avec . Marc Heimer, page 27. (2) Id. (3) Id. Entretien Christian Barnard - Georges Menant, page 19. D'autres médecins se sont étonnés que l'on n'ait pas tenté la trépanation de Clive Haupt. 0Rération généralement pratiquée dans de pareils cas. (4) Id. (5) Editions France·Empire, page 266. (6) Parla-Match, voir note 3. (7) N' du Il janvier 1968. (8) Id. (9) Paris-Match, voir note 3. (10) Paris-Match, voir note 3. QUE SE PASSE-T-II ? ~6-XII. - Cinq cents Américains, bibliothécaires, éditeurs et employés d'édition, ~éclament l'arrêt des bombardements au Vlet nam. 27-XII. - L'aviation portugaise bombarde trois villages du Congo-Kinshasa. ' 28-XII. - Mme Indira Ghandl, Premier ministre de l'Inde, demande à nouveau l'arrêt des bombardements américains au Viet nam. - 31-XII. - De violents combats opposent maqUisards du M.PLA. et soldats portugais dans le nord de l'Angola. 1 _ 1. - Un camp de réfugiés est bombardé en Jordanie. Tel Aviv affirme que ce sont les Jordaniens qui ont ouvert les hosti lités. 2-1. - Hanoï réaffirme : l'arrêt des bo mbardements américains doit être le premier pas vers la recherche d'un rè glement. _ En CISjordanie, des personnalitéS arabes protestent auprès des autorités Israéliennes contre l'expulsion du président de la Cour islamique et de deux avocats communistes. . . 3 • 1. - Le Dr Ben Slimane, préSident du Comité tunisien de la Paix, est limogé de son poste de médecin-assistant de l'hôp ital de Tunis : il avait protesté contre la guerre du Vietnam. A Chypre, une bombe explose da ns une mosquée de Kyrenia. 7 _ 1. Le Parti africain pour l'Indépendan ce de la Guinée • portugaise • et des Iles du Cap-Vert (P AI.G.C.) annonce que 131 militaires portugais (dont deux officiers) ont été tués entre le 29 novembre et le 19 décembre. 8-1. - Un violent combat oppose for ces israéliennes et jordaniennes installées de part et d'autre du Jourdain. 10 - 1.- 12·1.- 15·1. - 25·1.- 20 - 1.- 21 , 1.- Cependant que l'offensive des forces populaires se poursuit dans tout le SudVietnam, le drapeau du F.N.L. flotte sur Khlem Cuong. il 25 km seulement de Saigon, ce chef-lieu de province a yant été occupé. Les autorités portugaises décident d'Mendre la du,'e du .el'\(lce militaire de un à trois ou quatre ans. Sur l'aérodrome de, Kontum, des membres du F.N.L. font sautl" 29 hélicoptère. am'rICIIln •. A Saigon, 8.500 ouvriers .e mettent en grève. Au Yémen, un mercenaire d'origine française, Jacques Benoit, est tué. Il avait été enr616 pour servir le. royan.te •• Le pasteur Martin Luther KlnS! rend vl.lte il la chanteuse Joan Beez qui accomplit une peine de 45 Jours de prison. Le F,N.L. fait saute, le cNp6t de munition. de la ba.e am',ICIIlne de Khe Sang, au Sud·Vletnam. Les représentants de huit organisations palestiniennes, réunis au Calre\ décident la cr'atlon d'un • contell militaire. et envisagent la formation d'un .' comltéexécutif -. L'arrivée du port.-avlon. lrn6rlcaln Enterprl ... , lU JlPon, provoque de nombreu· ses manifestations. 393 personnes sont bleade., 432 'tudlants sont arrêtet •• Un avion militaire , am'rlpaln s'écra.e au Groenland, Le. quatre bombe. il hydro· gène qu'II transportait tombent au fond de la mer, il travers la banquise. 22-1. - Une grenade lacrymogtne .st lane6. dans un eln6ma de Biton-Rouge (Etats-Unis). Un film 6voquant l'hlstol re d'un Instituteur noir et de ses 61tves blancs en Grande.Bretagne 6talt projet6. st' _ De violents incidents ont lieu à l'i1e Maurice, faIsant 18 morts. L'ile MaurIce, en· core sous domination britannique, doit accéder à l'indépendance le 13 mars. Ouverture au Caire du procèS de douze personnes accusées d'avoir fomenté un complot milltaire l'été dernier. En Israël, les partis Mapaï, Ahdout Avodah et Rafi fusionnent. 23 - 1. - Grave incident au large de la Corée du Nord: un pa(rouilleur coréen arraisonne un navire de renseignements améri cain qui se trquvait, selon les autorités nordcoréennes, dans leurs eaux territor ïales. DROIT' ET LIBERTE - N° 270 .:.... FEVRIER 1968. Immigration DU FOYER A LA RUE I L existe dans le 11' arrondissement de Paris, boulevard Ménilmontant, un foyer pour travailleurs africains géré par le Groupe Amitié Loisirs Education Travail (G.A.L.E.T.). . Il en coûte 60 francs par mois à un travailleur d'être hébergé dans un dortoir avec quin;~e ou vingt de ses compagnons. De plus, il ne reçoit pas de quittance . Certains des « hébergés » du boulevard Ménilmontant ont demandé au directeur du Centre un reçu de ce qu'ils versaient. Il n'en fallut pas plus pour que quatre travailleurs se retrouvent à la rue avec leurs affaires. Le directeur du Foyer avait appelé « Police-Secours »! Les quatre victimes ont assigné ce dernier devant le Tribunal des Référés. Rappelons que jusqu'ici seul un tribunal était qualifié pour ordonner une expulsion. De plus, une loi interdit toute expulsion du 1" novembre au lS mars. Il semble bien que le G.A. L.E.T., du moins le directeur du Foyer, a une conception très oriainale de l'Amitié . . "DE COURAGEUX TRAVAILLEURS" DANS une récente séance de l'Académie de mé· decine, le professeur Robert Debré a évoqué ainsi le sort des travailleurs alaériens immiarés : « Il faut rappeler le comportement de ces ouvriers algériens si courageux qui ( ... ) travaillent jusqu'au bout de leurs forces. S'ils deviennent tuberculeux, après quelques jours d'hospitalisation, ils retournent à leur chantier pour envoyer la presque totalité de ce qu'ils gagnent à leurs familles. Il va de soi que pour protéger cette population contre ' la tuberculose, des méthodes particulières doivent être employées et des moyens spéciaux fourniS aux responsables de la lutte antituberculeuse ». ... 11 ,1 1

zs
:'"

HUMOUR (( TRES)) NOIR I L paraît que c'est la République Sud-Africaine qui fournit les universités de la République Fédérale Allemande en ce qu'on appelle les « cadavres frais ", autrement dit des corps d'hommes ou de femmes morts récemment, mais en bon état, pour servir aux différentes dissections. Mais les étudia nts en médecine allemands commencent à se plaindre, et l'Afrique du Sud risque de perdre cet important marché d'exportation qui porte sur plusieurs milriers de cadavres par an. Parce que seuls des corps de Noirs sont expédiés par la société chargée de ce macabre trafic, et que les universitaires de Bonn ou de Munich trouvent que la coupe déborde. Ils exigent des cadavres de Blancs. Humour noir ou leçon · de dignité? En tout cas un petit commerce qui va encore faire faillite. On ne peut pas exporter de cadavres blancs d'Afrique du Sud. Ça coûte trop cher. Le Noir, lui, ne vaut pratiquement rien. Même mort, on lui demande de rapporter! UNE INTERVENTION EFFICACE V bIC! quelque temps, à Levallois ,une baraque devait être détruite, ce qui entraina l'expulsion de plusieurs Africains. Le M.R.A.P. était intervenu pour que les personnes ainsi lésées soient relogées. Sept personnes ont récemment obtenu d'être hébergées dans un Foyer de Drancy. "MINUTE" RÉCIDIVE L E 9 juin dernier, le Tri· bunal correctionnel de Paris avait déclaré irrecevable la plainte déposée contre M. J .-F. Devay, directeur de Minute, par Omar Benaï et Slimane Cheik.h, étudiants algériens, et Mourad Labidi, au nom de l'Association des Etudiants Musulmans Nord·Africains (A~ E.M.N.A.). L'hebdomadaire avait gravement diffamé l'ensemble des immigrés nord-africains à partir d'un viol d'ailleurs imaginé (1). Le 17 janvier, la Cour d'Appel de Paris a confirmé ce rejet. Mais elle a estimé explicitement que la poursuite pour injures et diffamation raciales n'était pas le monopole du ministère public. Si elle a rejeté la demande de l'A.E.M.N.A., c'est que celle-ci a d'autres buts affirmés que de lutter contre le racisme. Omar Benaï, Slimane Cheikh et Mourad Labidi se sont pourvus en cassation. Minute cependant, dans 12 son numéro du 11 janvier, récidive! Evoquant un horrible forfait rapporté par L'Aurore - un père, Abdel Krim Zaïd, martyrisant ses enfants, Minute écrit : « Abdel Krim Zaïd, vous l'avez deviné, est Nord·Africain ». Et de conclure ·: « Abdel Krim Zaïd est écroué à la prison de Fontainebleau mais chaque jour des centaines d'autres Abdel Krim débarquent chez nous "'. Ces Abdel Krim que M. Jean-François Devay aperçoit peut·être parfois sur les chantiers et dans les bidonvilles! (1) Voir Droit et Liberté de janvier. Oncle TOM. INTERDIT AUX NOIRS UN travailleur d'origine guyanaise, M. B. Holda, voulait alle.r au bal avec sa femme et deux amis. Mais au Boléro, rue de la Croix-Nivert à Paris, l'entrée lui fut refusée sous le prétexte qu'il n'était pas blanc. C'était la nuit de Noël... M. Holda a déposé plainte pour répondre à cette me· sure discriminatoire. Il y a quelque temps, le propriétaire et le gérant du Paris-Londres avaient eu à se repentir d'avoir refusé de servir des Noirs. Ne pour· rait-on pas rappeler à certains propriétaires d'établis· J OHN ALBERT HECKEL. que ses parents nourriciers appellent Johnny, a 10 ans. " est né le 31 juillet 1957 dans une mat!3rnité des environs d'Augsbourg. Sa mère le laisse dès sa naissance dans un établissement· tenu par des religieuses. Elle ne s'occupe jamais de l'enfant et depuiS huit ans qu'elle vit aux U.S.A., elle n'a jamais donné signe de vie. La première année de son existence, Johnny reçut toutes les semai'nes la visite de son père, un soldat américain « de couleur ". Lorsque celui-ci repartit aux EtatsUnis, il ne donna plus de ses nouvelles, lui non plus, et Johnny resta seuL .. Lorsqu'il avait deux ans, une jeune infirmière le prit en affection et décida ses parents à le garder chez eux, comprenant que personne ne voudrait le faire car l'enfant avait la peau sombre et, de plus, était de naissance « illégitime ". cc Les péchés des parents » Tout aurait donc pu se passer normalement si les parents n?u~riclers, M. et ~me Schumacher, ainsi que l'enfant, n avalent rencontré 1 hostilité des habitants de leur village. Mme Schumacher déclara ceci : .. On m'Interpela dans la rue alors que Je faisais mes commissions : « Comment avez-vous pu prendre ce nègre, après tout, le père est peut-être un criminel ? ". .. Une autre fols, une femme sements publics les obligations que leur donne la loi ? Depuis quelque temps en effet, de tels incidents se font plus nombreux. Antisémitisme SURVEILLANCE INEFFICACE LE l e, novembre dernier, des inscriptions racistes avaient été faites sur les murs de la synagogue de la rue Buffault, dans le 9' arrondissement de Paris. Une manifestation avait été organisée par le M.R. A.P., qui réunit quelque 1.200 personnes. Parallèlement, le comité local de notre Mouvement appelait l'attention du Pré.fet de police sur la gravité des faits. Celui-ci vient de répondre qu' « en vue de prévenir de tels agissements, les services locaux de police· s'attachent à surveiller très étroitement les alentours des synagogues. Malheureusement, la rapidité et la facilité avec lesquel· / AIDONS LE PEUPLE VIETNAMIEN La campagne de solidarité avec le peup le du Vietnam se poursuit activement à travers toute la France. Le M.R.A.P., avec quelque vingt autres organisations, a souscrit à l'appel pour Un bateau pour le Vietnam. les agissent les auteurs de ces inscriptions ( ... ) rendent difficile leur interpellation en flagrant délit. Seules des surveillances . statiques permanentes pourraient assurer une meilleure protection des bâtiments visés. Les nom- 200 francs, c'est une trousse chirurgica le; 250 francs, c'est un kilo de quinine, un appareil de réanimation ou une bicyclette. Dans quelques jours, la campagne pour le bateau sera close. Envoyez rapidement votre participation au M.RAP. (C.C.P. 14 825 - 85). (Préciser : « Pour le Vietnam •. ) . breuses tâches auxquelle ... doivent faire face les services de police ne me permettent cependant, à mon grand regret, d'organiser cette surveillance qu'au moyen de rondes de police effectuées par des cars et des agents cyclisltes. Ces rondes sont d'ailleurs poursuivies ». Peut-être alors faudrait-il interdire les organisations qui revendiquent la responsabilité des provocations racistes et des actes de violence. La loi le permet, l'ordonne même. MEETING A . VILLIERSLE- BEL A la Cité des Carreaux de Villiers-le-Bel , vivent 350 familles d'origine juive venues JOHNNY d·Egypte voici une dizaine d'années. Au début décembre, au coeur même de cette cité, des inscriptions étaient faites

croix gamlilées et

• Mort aux Juifs» s'étalaient sur les murs, évidemment accompagnées de l'emblême d' « Occident ». De nombreuses organisations politiques et syndicales, la municipalité appelèrent à un meeting de protestation. Réunis à la salle du Stade Léo-Lagrange, les manifestants adoptèrent la résolution suivante : « Les habitants de Villiersle- Bel, émus et indignés par les appels aux crimes antisémites, signés de croix gammées et du sigle « Dccidans la rue a craché devant mol et une autre, sur un ton violent me dit de faire partir ce .. chien noir -. , John·ny aurait pu avoir des camarades, mals les mères Interdirent à leurs enfants de jouer avec luI. Dans leur détresse, les parents nourriciers s'adressèrent au curé du village. Ils le prièrent de faire appel en chaire aux sentiments chrétiens des habitants du Village. Malheureusement. Il déclara : " En définitive, c'est ainsi, les enfants ont à souHrlr des péchés des parents -. A toute occasion, les enfants s'en prenaient à Johnny, le battaient et le traitaient de « nègre" (nigger) et d' « anthropophage " (menschenfresser). Sa mère nourricière devait l'accompagner à l'alle'r et au retour de l'écolé et son mari le dimanche pour aller à l'église. Un jour, l'enfant rentra ,à la maison avec un tympan crevé. Un peu plus tard, un jeune voisin lui lança une brique et il dût s'aliter. Les parents nourriciers s'adressèrent alors au service pour l'assistance à l'enfance d'Aichach. Au lieu d'y recevoir une aide, le fonctionnaire qui est le tuteur légal de l'enfant, décida qu 'il fallait trouver pour Johnny une autre possibilité d'hébergement. Une volonté inébranlable C'est une solution que les Schumacher ne voulurent abso- DROIT ET LIBERTE - N" 270 - FEVRIER 1968. dent ", sur les murs de la ville, - décident de rester vigilants contre toute forme de racisme, cher au fascisme hitlérien, dont la renaissance s'affirme en Allemagne fédérale par la constitution du parti néo-nazi N.P.D., et trouve en France même des échos ; - demandent au gouvernement français de prendre toutes mesures pour que les monstres fascistes, qui · apportent la haine sur notre sol, soient poursuivis; - exigent que l'appel au meurtre, d'où qu'il vienne, soit puni comme le veut la loi! JO. A Villiers-le-Bel comme dans le 9 arrondissement de Paris, on sait bien que l'ap· plication de la loi serait efficace. A L'HEURE DU " CHARIVARI" L E Syndicat d'initiative d'Auteuil a un organe officiel - « Le village d'Auteuil» - qui, si l'onen juge par son numéro de décembre 1967, s'est mis à l'heure du Charivari . Ce bulletin publie en effet les « histoires drôles de Stanislas ». Il y est question d'un Lévy à l'accent très particulier, d'un Jacob « en manches de chemise (sales) pourvu d'un pantalon de velours (plein de taches) » et dont l'auberge ressemble plutôt à une porcherie... et d'un Dupont égaré dans cette galère . . On peut se demander par quelle aberration · les responsables du bulletin d'un svr· . ~ lument pas accepter. Le Docteur Michel Melster, qui est le chef du service pour l'orientation psychologique d'Augsbourg, a examiné l'enfant Il y a cleux ans et a donné son avis : .. Retirer l'enfant serait la pire chose que l'on pourrait faire -. Le médecin de la famille donne un avis analogue. Le service pour l'asslsta·nce à l'enfance d'Aichach, qui avait Intenté une action en restitution d'enfant, -vient d'être débouté de sa demande, mals il est à présumer qu'il va faire appel. - . tes choses en sont là ... J'al écrit à la famille Schumacher pour .. leur exprimer la sympathie d'un Français qui avait parfOiS connu le mépris lors de sa captivité en Allemagne -, Je viens de recevoir Une réponse de ces braves gens. La famille Schumacher confirme sa volonté Inébranlable de conserver l'en. fant : " Pour mol, tous les hommes sont semblables et je recommencerais ce que J'al fait, en dépit de tout le mal que cela pourrait nous causer -, dit M. Schumacher. René WILFART. Nos lecteurs doivent soutenir la famille Schumacher. Pour cela. Ils peuvent leur envoyer la preuve de leur sympathie et de leur soutien , une carte portant les mots Sie baben recht (vous avez raison) à l'adresse suivante: Famille Schumacher, 8897jPôttmes, Schwedenstrasse·23, R.F.A. (affranchir la carte à 0,25 F). 13 '-. LA PAIX EST INDIVISIBLE par Peter Bruckner Profflsseur à "Université de Hanovre Nous reproduisons ici le texte complet de l'intervention faite par le professeur Peter Bruckner au meeting or:ganisé par le M.R.A.P. contre le néojnazisme, le 11 décembre à la Mutualité, et dont nous avons publié le compte-rendu dans notre dernier numéro : V OUS m'avez invité pour prendre la parole ici - dans une capitale que nous admirons à cause de sa tradition républicaine, cette capitale dont l'histoire nous offre un Marat. un Babceuf et un Condorcet ... Paris n'a pas connu seulement cette violence révolutionnaire tournée contre les oppresseurs, il a connu aussi la violence et la brutalité de l'invasion nazie et des exécutions ordonnées en vain par les S.S. pour abattre toute résistance. Paris a vu 'l'épouvante sur les visages des juifs persécutés. Pour mes amis et pour moi, le fait que renaisse maintenant en Allemagne, audacieusement et ouvertement, cette tradition fasciste , provoque non seulement notre colère mais notre honte. O'autre part, ce développement nous fait peur : nous ne pouvons pas oublier les souffrances de millions d'hommes. Nous n'oublions pas que Hitler a assassiné ses adversaires tout comme il a décimé les hommes politiques allemands. Le N.P.O. et ses complices sont incapables de s'apitoyer sur les malheurs que ces prédécesseurs ont causé aux peuples d'Europe après 1933. Ils sont toujours prêts à provoquer de nouveaux malheurs politiques. Ils se servent pour cela du même vocabulaire maudit et traditionnel. Peut-être le N.P.O. et ses complices ont-ils aujourd'hui le droit d'être tolérés si l'on se réfère au droit public, mais il n'existe aucun dro.it sur le plan moral qui nous permette de les tolérer. Au contraire : nous devons ôter à l'extrêmisme de droite toute apparence de respectabilité bourgeoise afin de dévoiler son véritable caractère de demi-gangstérisme. Le N.P.O., le Vietnam, la Grèce ... Il serait injuste, d'autre part, de refuser de considérer que le néonazisme est aussi bien l'expression d'un développement politico-économique contemporain que le retour d'une tradition néfaste. Le N.P.O. n'est pas seul à ne pouvoir accepter et supporter les conséquences de la guerre en Allemagne. En Allemagne, le N.P.O. n'est pas le seul groupement qui nourrisse des ressentiments contre la démocratie. Quand nous constatons la résurgence des mouvements fascistes extrémistes, nous devons y voir la conséquence des difficultés intrinsèques de la société capitaliste. Il s 'agit d'un développement qui n'est pas limité par des frontières de langue ou de nation. C'est pourquoi nous combattons le néo-nazisme en demandant la démocratisation de la société entière. Nous exigeons la participation de la population au processus politique, y inclus la participation économique des travailleurs. Les étudiants de gauche, mes amis de l'Université libre de Berlin, de Hanovre, et de partout, attaquent le fascisme et découvrent ses fondements

l'oligarchie constitutionnelle,

qui est en train de remplacer la démocratie parlementaire . En même temps ils protestent contre la guerre au Vietnam, contre les événements de Grèce et contre la concentration économique incontrôlée. La paix est indivisible. Supposons que notre analyse soit correcte: en ce cas le combat contre le N.P.O. ne reste plus l'affaire d'une minorité d'experts. Pour construire les horaires de chemins de fer européens , quelques spéCialistes sont évidemment suffisants. Mais le combat contre le fascisme a besoin de l'appui des masses. Enfin, le combat pour l'amélioration de la société n'est pas exclusivement une affaire nationale. Les relations entre les peuples européens deviennent de plus en plus étroites. En conséquence, il nous faut essayer de coordonner nos activités politiques . Mme Roland, le 5 mai 1791 , fit remarquer à son compatriote Bancal, qu'il était absolument nécessaire d'organiser l'union universelle des Amis de l'Humanité. Aujourd'hui encore cette sorte de confédération nous manque. Attaquer les formes nouvelles du fascisme, c'est une question de morale personnelle et d'engagement individuel, mais en même temps , c'est surtout une tâche d'alliance collective pour la liberté. En ce sens, permettez que j'ajoute ma voix à vos voix décidées. di.:at d'initiative arrivent à ses élèves : " M. Halpern, c'est celui qui nous a assommés à la télévision, avec le lymphocyte. C'est un Parisien, un juif parisien, espèce particulièrement nocive : vous remarquerez que je n'al pas dit Israélien. • terme Incriminé ne s'appliquait pas aux Israéliens. » Parlant de 'Français d 'origine juive, M. Fabre indique qu'il ne visait pas ... les Israéliens! choquante et dangereuse. De leur côté, plusieurs de nos amis ont écrit leur indignation à l'O.R.T.F. " apprécier » des histoires racistes qui ne sont même pas drôles. Ailleurs, dans Paris Tel, organe du 17' arrondissement, un irascible habitant du quartier réclame un ratissage (coIIlJl1e au temps de la guerre d'Algérie!). Les Africains et les Espagnols sont paraît-il, trop nombreux dans le qùartier. UNE «ESPÈCE NOCIVE» M FABRE est titulaire de • la chaire d'anatomie pathologique de la Faculté de médecine de Toulouse. Et il a déclaré, de\'ant 14 L'Union des Etudiants juifs de France a informé de ces propos le ministre de l'Education nationale, le Recteur de l'Académie, le Doyen de la Faculté de Médecine et plusieurs organisations. Le professeur Fabre a présenté de bien étranges excuses, en déclarant : " Je n'al jamais voulu. ressusciter un antisémitisme qui me fait horreur, je croyais d'ailleurs avoir pu donner tout apaisement en précisant que le PAS DROLE U NE histoire a été racontée au micro de FranceInter le 14 janvier dernier à 10 h 30. Elle aurait pu être drôle si on ne s'était pas senti obligé de préciser la religion des protagonistes et de contribuer ainsi au développement des préjugés raciaux. Le M.R.A.P. a demand~ au directeur de l'O.R.T.F. qu'il fasse rechercher les responsables d'une initiative: aussi Nous attendons donc qu'on nous informe des ~anctions prises. Hier et aujourd'hui UN BOTE OFFICIEL L E 3 février, M. Heinrich Luebke, président de la République fédérale allemande, sera à Paris. Il vient inaugurer les nouveaux locam. de l'ambassade de la R.F.A .. rue de Lille. Le bâtiment avait éié le siège de l'ambassade du III" Reich. puis mis sous séque~- tre à la Libération. Il a été récemment restitué aux autorités ouest-allemandes. Quant à M. Luebke, il n'est pas inutile de rappeler qu'il fut arrêté par les nazis en 1933. Et rapidement relâché. Il devint alors ingénieur des travaux publics contrôlés par l'Etat. En 1944, il dirigea la construction du camp de concentration de Leau (annexe de Buchenwald), des usines secrètes où les nazis produisaient les V-l et les V-2 et où furent employés des milliers de déportés. En 19.47, M. Heinrich Luebke était déjà ministre de l'Agriculture et du Ravitaillement du land de Rhénanie-Westphalie; en 1953, ministre fédéral de l'Agriculture. En juillet 1964 enfin, il devient président de la R.F.A. C'est à partir de 1965 que les anciennes activités de M. Luebke ont été révélées_ Il s'est cependant officiellement « rendu aux raisons du gouvernement » ouest-allemand en ne s'expliquant pas sur son passé et ep renonçant à poursuivre j:eux qui en faisaient le rappel. UN PROCÈS L E 20 mars dernier à la Guadeloupe, à BasseTerre précisément, un négociant en chaussures, Vladimir Srnsky, lançait un chien de berger sur un Guadeloupéen. Il avait été - paraît-il - excédé de voir ce dernier travailler - il cloutait des chaussures devant son magasin! De graves incidents allaient suivre, qui firent de nombreux morts et blessés. Basse-Terre connut trois jours de manifestations. Le 25 mars, un engin explosait à Pointe-à·Pitre et cette explosion entraîna l'arrestation de plus de quatre cents personnes «('.Ii furent relâchées). Le 26 mai, les ouvriers du bâtiment inanifestaient pour que l'augmentation des salaires décidée soit réellement appliquée. Là encore, il y etJt de violentes bagarres. Le 27 mai, les étudiants manifestaient à leur tour pour protester contre les violences de la veille. De nombreuses arrestations allaient être opérées, tant à la Guadeloupe qu'en France. Depuis des mois, plusieurs dizaines de personnes sont emprisonnées, tant dans l'île qu'à la Santé. De nombreuses personnalités et organisations ont protesté contre la prolongation de cet emprisonnement. Les Guadeloupéens arrètés à la suite des événements de l'an dernier devraient être jug~s prochainement. Mais la prolongation de leur emprisonnement ne saurait résoudre aucun des pro- ' blèmes qui se posent à la Guadeloupe - et notamment. celui d'une discrimination raciale de fait sinon de droit. Etats-Unis LE SORCIER IMPERIAL DE LA JEUNESSE L E Ku-Klux-Klan va créer son mouvement de jeunesse. Il va recruter parmi les jeunes de douze à ..... z: li: 1! li! e c Oe grands travaux sont actuellement en cours dans le quartier de la Oéfense, à Paris, ce dont personne ne saurait se plaindre. Cependant, les bidonvilles de Nanterre - où vivent de nombreux travailleurs immigrés avec leurs familles - sont grignotés peu à peu par les chantiers. Par temps de pluie, l'écoulement des eaux ne se fait plus, et les baraquements sont noyés peu à peu . Ceux qui, aujourd'hui encore, marchent dans la boue, ne sauront pas où aller demain. vingt ans, à qui il enseignera «le patriotisme et la morale constructive ». N'y seront admis ni les noirs, ni les catholiques, ni les juifs. Le « Sorcier impérial » Robert Sheteon a annoncé cette décision lors d'une réunion à Tuscaloosa, dans j'Alabama. Il a souligné que ce mouvement de jeunesse sera clandestin parce que, dit-il, « il y a toujours des éléments libéraux qui essayent de mettre en pièces nos organisations avant qu'elles commencent à fonctionner "_ Il n'a pas précisé en quoi allait consister ce " fonctionnement » ; mais si l~s jeunes du Ku-Klux-Klan marchent dès douze ans sur les traces de leurs aînés, on peut s'attendre à quelques séries de lynchages, d'incendies et d'assassinats. BENJAMIN SPOCK INCULPÉ L E Dr Benjamin Spock est un pédiatre de renommée mondiale_ Il est aussi adversaire de la politique que les autorités américaines pratiquent au Vietnam. Ainsi, il a été l'un des organisateurs des marches de protestation contre la guerre du Vietnam. Le Dr Spock a été inculpé, par une Chambre fédérale de mise en accusation siégeant à Boston, de « conspiration visant à empêcher les jeunes de servir sous les drapeaux.» Quatre autres personnes ont été inculpées en même temps que lui : le Révérend W.S. Coffin, aumônier de l'Université de Yale : M. ~ PIEDS SENSIBLES Les chausseurs du super-confort et de l'élégance Ctolix UNIQUE en CHEVREAU, en SPORTS et en TRESSE MAIN Femmes du 35 au 43 - Hommes du 38 au 48 6 largeurs différentes (9") GARE SAINT-LAZARE, 81, rue St-Lazare (MO Saint-Lazare. Trinité) (6) RIVE GAUCHE, 85, rue 'de Sèvres (Mo Sèvres - Babylone) (10") GARE DE L'EST, 53, boulevard de Strasbourg (MO Château-d'Eau).


Magasins ouverts tous les lundis ---------

DROIT H LIBERTE - Nu 270 - FEVRIER 1968. 15 -+ Marcus Raskin, directeur-adjoint de l'Institut d'Etudes politiques de Washington ; M. Mitchell Goodman, écrivain; M. Michaël Ferber, étudiant. Le Dr Spm:k a tiré ainsi l'e-.lseignement de l'événement

« Notre procès jettera

une lumière encore plus dramatique sur la guerre illégale et immorale du Vietnam, et si ce procès renforce mon action pour y mettre fin, cela n'en sera que meilleur. Nous avons donné à de jeunes hommes le soutien moral et financier nécessaire pour qu'ils refusent de participer à cette guerre ill~gale et immorale et commettent des actes d'insubordination civile, parce que nous sommes absolument convaincus que cette guerre est illégale et immorale. » Les membres de la chambre d'accusation de Boston ont estimé, eux, que la guerre que les Etats-Unis font au ORADOUR-SU,R-MEKONO 16 V INGT-DEUX années séparent ses deux photos. La première a été prise le lS avril à Nordhausen. Des monceaux de cadavres jonchaient la cour de la Boelke Kaserne quand les soldats américains y pénétrèrent. L'Allemagne nazie vivait alors ses derniers jours. La seconde a été prise dernièrement au Vietnam. D'autres soldats américains venaient de • pacifier » une population . Devant le Tribunal international contre les crimes de guerre (Tribunal Russell), un témoin américain, Dave Tuck, a déclaré : « Chaque fois que l'on tirait sur nous d'un village, nous pratiquions la « minute de folie ». Cela veut dire que pendant une minute chacun d'entre nous pouvait décharger à l'aveuglette l'arme en sa possession (tank, mitrailleuse ou autre chose) dans le village. » - Combien d'Oradour connaît aujourd'hui le Vietnam? Le poète trappiste américain Thomas Merton imagine d'ailleurs un processionnai pour un lieu hérissé de fours, dans lequel un nazi s'adresse aux soldats américains: « Leur amour était. brisé net par nos fours perfectionnés mals leur anneau d'amour était récupéré ... » « Pendant tout ce temps j'obéis à la perfection. " « Aussi ai-je été pendu avec les honneurs dus à mon rang... » « De mon temps nous travaillions dur. Nous voyions le résultat de nos actes, nous étions d'une conscience scrupuleuse, le tra. vail était irréprochable et minutieux. » « Ne vous croyez pas meilleur parce que vous brûlez amis et ennemis avec des projectiles à tête chercheuse sans jamais voir ce que vous faites. JO .. 1 1! ! e Q peuple vietnamien était légale et morale ... Dans le même temps, le Dr Vennema, directeur du programme canadien d'aide médicale au Vietnam indiquait que les Etats-Unis utilisaient un type de gaz mortel au Sud-Vietnam. Le Dr Vennema a lui-même soigné des Vietnamiens - hommes, femmes et enfants - 'lui avaient été soumis à l'effet de ce gaz. LES SUITES D'UNE EXPLOSION L E 1er mars 1954, les Américains faisaient exploser une bombe thermo- nucléairè à Bikini. L'équipage d'un bateau de pêche japonais, « Le' Dral{on bien- . heureux ", fut déCImé. Les habitants de plusieurs atolls des environs durent être évacués. Quelque deux cent cinquante victimes, plus ou moins brûlées, devaient être suivies par les médecins. Un tragique bilan vient d'être dressé : 84 % des enfants qui avaient moins de 10 ans au moment de l'explosion souffrent aujourd'hui d'anomalies thyroïdien'nes. Économie CONFÉRENCE MONDIALE SUR LE DÉVELOPPEMENT I L Y a trois ans, à Genève, se tenait la première conférence des Nations- Unies sur le commerce et le développement. La deuxième doit se tenir q: mois·ci à New-Delhi. Entre temps, les représentants des pays du Tiers-Monde se sont réunis à Alger pour étudier leurs problèmes communs. Vous dites? LE COMPLEXE OCCIDENTAL CHARLES Exbrayat est un écrivain connu; ses romans policiers sont lus par un vaste public; il est aussi journaliste et tie'nt, entre autres, une rubrique régulière sous le titre .. En suivant les jours » dans le Journal du Centre. Un lecteur nous a envoyé avec indignation un de ses récents articles : « Le complexe occidental ,,; nous reprenons ce titre à notre compte, car ce qu'il est cO'nvenu d'appeler un complexe est, en effet, une maladie psychologique, et que le complexe soit d'infériorité ou de supériorité, Il relève de soins appropriés; or M . . Charles Exbrayat est visiblement souffrant; il rabâche des notions d'une extrême vulgarité Intellectuelle sur la situation des pays colonisés d'hier, d'avant-hier et d'aujourd'hui. Il Ironise sur ,es dirigeants des pays 'nouvellement indépendants d'Afrl4ue noire qui, d'après lui, viennent avec constance .. ponctionner le trésor français que nous alimentons lt et, à travers cette constatation, il fait passer ' le tral'n complet des préjugés racistes les plus usés. Il semble qu'il ne lui viendrait pas à l'esprit de faire les Simples const.:!~tlons suivantes : • SI le gouvernement de Georges Bidault, comme ce fut le cas dans les mols qui ont précédé la signature des accords de Genève, va mendier des dollars à Washington auprès de M. John F"ster [)lIlIes, pour prolonger la guerre d'Indochine, la situation lui paraît normale sans doute, mais si c'est un président d'un pays d'Afrique noire qui vient demander des crédits à Paris, on se livre alors à d'Ironiques plaisanteries racistes sur les rois nègres, etc. • SI M. Harold Wilson, comme Il l'a fait avant la dévaluation de la livre, supplie les gouvernements • amis • de sauver la monnaie britan-nique à coups de centaines de millions de dollars, M. Harold Wilson n'étant pas un • roi nègre -, nos racistes impénitents feront une analyse technique de la situation, mais ne se livreront pas ,à des plaisa'n- La Conférence de NewDelhi semble donc devoir être moins politique que ne l'avait été celle de Genève et beaucoup plus technique. Des problèmes concrets seront en effet étudiés tels que ceux de la stabilisation des cours des matières premières, du financement des stocks régulateurs, de l'importation des produits manufacturés ou semi-finis en prevenance des pays en voie de développement, de la constitution de marchés régionaux, des conditions des prêts et de l'endettement des pays sous-développés, etc. C'est dans la mesure où ces problèmes seront étudiés sérieusement, indépendamment des préoccupations d'influence politique, que les Nations Unies aideront au rapprochement des peuples : car c'est dans les pays du Tiers Monde, qui ne sont pas toujours martres de leurs propres ressources, que la faim rèil1e. Mode "POSTERS" INOPPORTUNS I L y eut la saison des porte-clefs puis celle des badges. Mais toute mode a une fin. On vient de lancer sur le marché celle des « posters ». De grandes affiches présentent, dans une position plus ou moins avantageuse, des personnages historiques ou du monde artistique. Nombre de nos lecteurs ont cependant été choqués de ce qu'on ait présenté des personnages qui furent les auteurs des massacres de la dernière guerre mondiale, à commencer par Hitler en personne. Est-il opportun d'offrir aux mouvements d'extrêmedroite des images de leurs idoles? Et de les afficher à la vitrine des magasins? DROIT ET LIBERTE - Nu 270 - FEVRIER 1968. terles racistes; mais si c'est un dirigeant de l'Afrique sortie à peine de la colonisation, alors on dira, comme M. Charles Exbrayat, que ce sont des pays où « la sousproduction relève d'une apathie naturelle lt et que les crédits accordés .. sont une sorte de prime à la reconduction de cette apathie désastreuse ». • SI M. Charles Exbrayat pouvait faire preuve d'un tant soit peu d'esprit critique, il aurait observé que les dirigeants des pays d'Afrique noire ne sont pas à mettre indistinctement .. dans le même sac lt : les uns ne se maintiennent au pouvoir qu'en raison du soutien financier qui leur est accordé par l'ex-puissance colonisatrice ou les services de Washington; d'autres font des efforts courageux pour accomplir par étape:l des progrès possibles, d'abord e'n échappant à l'emprise de la finance étrangère sur leurs affaires, qui n'a évidemment aucune raison de favoriser leur véritable développement, mais qui, efl multipliant les manoeuvres et les cpérations de corruption - et les coups d'Etat militaires - n'a en '.ête que la préoccupation de maintenir un état de fait profitable à d'énormes intérêts en quête de matières premières explOitées par une main-d'oeuvre bon marché, des gouvernements dociles pour permettre la perpétuation du système et des marchés garantis, même s'ils sont relativement restreints. • Est-il si difficile de comprendre que les puissants intérêts auxquels je fais allusion tiennent à ce que les frais généraux qui conditionne'nt les profits rapides soient assumés par les anciennes métropoles, c'est-à-dire par les contribuahles, étant entendu que toutes ces subventions qui viennent de Paris sont utilisées pour acheter des produits français, si bien que, finalement, la masse des contribuables voit attribuer une certaine part de ses versements non volontaires dans les caisses de l'Etat à des subventions qui ne vont pas du tout aux peuples d'Afrique noire, en règle générale, mais à leurs couches dirigeantes, ce qui a pour résultat le retour de cet argent entre les mains de sociétés trançalses ou cosmopolites. C.Q.F.D. Ainsi la boucle est bouclée et M. Charles Exbrayat n'y a rien compris; pour tous ceux qui ne veulent pas voir la réalité en face, la déviation raciste constitue la tentation toujours disponible, comme c'est le cas dans cet article qui reste à la surface des phénomènes. Roger MARIA. , ERRATA Quelques. coquilles. se sont glissées dans le dossier Les minorités aux Etats-Unis • que nous avons publié le mois dernier. Dans le texte de James Baldwin, cité page 20, en 3' colonnes (1er alinéa), il fallait lire " CAPITOLES JO et non pas « Capit.ales ». Page 22, 3- colonne, au 2' alinéa après le sous-titre, il fallait lire: « ne peut-on craindre D ••• au lieu de " ne peut-on orienter .. (!) Le nom du romancier William Styron (page 20) a été orthographié Styren, et le nom de la ville de Greensboro (page 22) s'est vu modifier la voyelle finale. Nous prions notre collaborateur Jean-Jacques Recht de nous en excuser. Nous regrettons aussi que, page 30, le nom de MarleMagdeleine Carbet ait subi une légère • transformation' • typographique. Nos lecteurs auront néanmoins reconnu qu'il s'a!:j:~sait bien de notre amie et collaboratrice, membre du Bureau National du M.R.A.P. Précisons que son recueil de poèmes « Suppliques et chansons ", que présentait Roger Maria, est édité aux éditions du CerfVolant. (En vente ' chez l'auteur : 224, rue Raymond-Losserand, Parls-1S-.) 17 ~---- 18 [OFFICIEL DU PRETAPORTER est la REVUE PRESTIGE de la profession Sa présentation , sa qualité l'importance de sa diffusion en font un support publicitaire INDISPENSABLE pour votre maison CHARLES MANDEL. 17. Faubourg Montmartre • Paris·g· COLLECTION PRINTEMPS-ETE 67 Deauville Blouson Velours pour Hommes Femmes Enfants Blouson Brando ~ Pantalon à pont f1 '"' . ' , 1 • l \ ' BIRf! ~12, Rue SI·Martln ty ,ARIS . 272 12·95 V~TEMENTS SPORT ET VILLE • Vesles • Nylon • Blousons • Velours • Cabans • Tergal • Panlalons • Gabardine • Foam.Backs • Lainages • Pantalons à ponts • Imperméables • et toutes les nbuveautés teen· agers • el tous les panlalons tallle·bas" el panlalons marins Catalogue sur demande MAILLE LISSE' EXTRA .. SOUPLE Dtatrlbudon : Sanaêne • Merci: NS. Bouly, 71, rue de Provence,Parls·'" • Tél. : 744-67-59. Evoquant la très difficile mission de son envoyé spécial au Proche et au Moyen·Orient, M. Gunnar Jarring, M. Thant, secrétaire général de ]'O.N.V., a récemment déclaré que les gouvernements intéressés admettent « l'opportunité de poursuivre les mesures destinées à améliorer l'atmosphère générale tout en recherchant des solutions pour les problèmes fondamentaux' ». Si l'espoir demeure donc de voir s'instaurer, dans un avenir relativement proche, une paix véritable dans cette région du monde, on ne saurait sousestimer le danger d'un nouvel embrasement. Le 19 janvier dernier, M. Mohamed Hassanein Heykal, rédacteur en chef du journal égyptien Al Abram, écrivait en effet : « Une solution politique de la crise est à peu près impossible car nous repoussons ce qu'Israël accepte tandis que ce qui nous semble acceptable né l'est pas pour Israël ». Le même jour; le général Moshé Dayan, ministre israélien de la Défense, déclarait: « Nous devons prendre en considération la possibilité d'une quairlème guerre. L'Egypte ne reconnaîtra' pas les lignes de cessez-lefeu actuelles •. Les pays arabes ont reconstitué une ~an~e partie d~ .leur potentiel! militaire; les orgamsatlOns palestIniennes ont entrepris un processus d'unification; dans les territoires occupés depuis le 5 juin, résistance et répreSSIon sont le lot permanent des populations; les incidents militaires se succèdent. C'est donc clans un contexte particulièrement difficile que Droit et Liberté et le M.R.A.P. ont organisé une .f.onfrontation sur les problèmes du Proche et du Moyen-Orient. A cette confrontation ont pris part un Arabe, M. Lotfallah Soliman; un Israélien, M. Isaac Israël; DROIT ET LIBERTE - N° 270 - FEVRIER 1968. DROIT ET LlBBRTE - N° 1'70 . FBVRlBR 1988 MOYEN-ORIENT FACE , a FACE deux Français, MM. Claude Cahen et Jacques Nantet. A nos visiteurs, Charles Palant a expliqué ainsi l'initiative du M.R.A.P. : « Le devoir qui nous alÎime est celui qui nous lie à tous les hommes dont nous voulons qu'ils soient des hommes qui vivent et non des hommes qui meurent ». C'est bien ainsi que l'avaient compris MM. Soliman, Israël, Cahen et Nantet. Au dossier que nous présentons, ils ont versé leurs préoccupations, leurs idées, leurs sensibilités et aussi leur loyauté. A notre connaissance, c'est la première fois que des hommes aussi engagés que peuvent l'être MM. Soliman et Israël acceptent de s'asseoir face à face pour répondre aux mêmes questions. On remarquera que, tout comme MM. Cahen et Nantet, ils ont rejeté catégoriquement toute interprétation raciste des conflits du Proche et du Moyen-Orient. Il aurait certes fallu beaucoup plus que ces quelques pages pour que nos interlocuteurs puissent débattre de tous les problèmes. Cependant, cette confrontation, ajoutée au « lexique » que Droit et Liberté a publié (nos· 265 et 266) donne à réfléchir. En en. pu"?liant le .résultat, notre revue remplit son devOlr d InformatlOn, une information qui entre dans le cadre de la lutte contre le racisme l'antisémitisme et pour la paix. ' L'importançe que nous accordions à cette rencontre était soulignée, le 13 janvier dernier, par la pr~s~nce, · autour des participants, de Pierre Parai, president du M.R.A.P., des membres du secrétariat national du M.R.A.P. et de la rédaction de notre revue. 19 " CLAUDE CAHEN ISAAC ISRAEL JACQUES NANTET LOTFALLAH SOLIMAN Professeur d'histoire musulmane à la Sorbonne. Journaliste israélien. Prépare actuellement à Paris une thèse' de doctorat sur J'es rapports d'Israël et de l'Allemagne fédérale durant la période Ben Gourion-Adenauer. Ecrivain, historien, critique et essayiste. Animateur de la Fraternité d'Abraham, qui réunit des chrétiens, des juifs et des musulmans. Journaliste et écrivain égyptien. Auteur d'un livre - « La révolution arabe » - qui doit par ait r e prochainement. DROIT ET LIBERTE. - Il Y a eu cette guerre du Moyen-Orient au mois de juin; au mois de novembre une résolution , a été adoptée par le Conseil de Sécurité de l'O.N.U. Cette résolution, quel que soit le jugement que l'on porte sur elle, présente cet intérêt qu'énumérant tous les problèmes qui se posent dans la région, elle souli~ne la com{llexité de la situation. La questIon prélimmaire que nous voulons vous poser, question « de principe », est celle-cl: « Pensez-vous qu'il y ait, au Proche et au Moyen-Orient, place pour des juifs et des Arabes sans pour autant qu'une communauté - celle des Palestiniens - continue de vivre la condition d 'expatriée misérable ou qu'une autre - celle des Israéliens - connaisse cette condition? " Une question de terminologie LOTFALLAH SOLIMAN. - Je soulèverai une question de terminologie. La question parle de juifs et d'Arabes, de Palestiniens et d'Israeliens. Il faut s'entendre sur ce que l'on appelle juif, Arabe, etc. Si « juif " veut dire une appartenance religieuse à la religion hébraïque, c'est une chose; si « juif " veut ,recouvrir le terme de nationalité, je trouve qu'il faut choisir entre J'uifs et Israéliens. Une fois on a parlé ' e juifs et une autre fois d'Israéliens. Je demande donc que l'on nous dise ce qu'on entend par ces notions. DROIT ET LIBERTE. - Une autre question portera sur vos positions respectives par rapport au « problème juif ", au sionisme, à Israël, au monde arabe ... L. SOLIMAN. - Ceci est une autre question. Actuellement, on parle d'Etat juif, de peuple juif, d'une collectivité juive qui est en Israël. et on parle d'Israéliens. Si je suis anti-israélien, suis-je antisémite? Je tiens à préciser les notions afin de pouvoir savoir sur quel terrain je marche, ce que je dois dire, ce que je dois penser même. \ Si le terme « juif " recouvre une communauté religieuse, il peut y avoir des juifs arabes; si au contraire, on veut lui donner une signification nationale et étatique, c'est un autre problème. JACQUES NANTET. - Notre ami Lotfallah Soliman a très bien fait de poser cette question préalable ; en effet, pour se comprendre, il faut employer un vocabulaire commun. 20 Premièrement, quand on dit « peuple arabe ", on emploie un mot qui me paraît clair et qui couvre tous _ ceux que l'on appelle généralement les Arabes et les arabisés. Ce monde arabe comprend deux catégories confessionnelles: la confession musulmane qui est majoritaire à 95 %, et une catégorie minoritaire qui est celle des chrétiens des différentes appartenances. Mais l'intrusion du monde occidental dans le monde arabe a provoqué une mutation profonde qui s'est faite à ~a suite, à son imitation, et en même temps en réaction contre elle. Elle a divisé ce monde arabe et musulman en un certain nombre d'Etats nationaux, territorialement déterminés, et qui sont un reflet de la situation européenne. Ici, nous avons urie notion nationale territoriale qui me paraît avoir été exportée dans le monde arabe en général, lequel était constitué essentiellement d'une certaine forme d'unité à travers l'Islam. Je distingue la minorité juive. Elle s 'affirme d'une ethnie proche mais . différente. Il se pose donc là un problème d'ethnie et de, religion. Les juifs du monde arabe appartiennent à ce monde, tel qu'il se définit traditionnellement avec sa mljlj\rité musulmane. En effet, les juifs, comme les chrétiens, doivent, aux yeux du Coran, bénéficier d'un statut d'ordre particulier, qui est une des bases du droit international dans ces régions, statut qui les situe dans ce monde arabe à majorité musulmane. Voilà comment se définissent, à mon avis, les structures du côté du monde arabe. Quant au problème ju4f, notre embarras vient du fait qu'il est complexe. Qu'est-ce que le Judaïsme? Le judaïsme est, à mes yeux, manifestement basé sur une inspiration spiritualiste et religieuse au départ; mais cette inspiration spiritualiste et reli~ieuse s'est concrétisée en un peuple jUlf qui, à la suite de ces mutations que l'on connaît, s'est répandu au cours de la « diaspora " notamment dans le monde arabe, puis dans le monde européen et aux EtatsUnis. Nous avons donc pour le judaïsme une inspiration religieuse au départ, une tradition culturelle qui s'est greffée sur cette inspiration et une ethnie supposée qui, dans une certaine mesure, s'est maintenue à travers les tribulations dont nous parlions. Alors est venu se surajouter à ces traditions historiques le nationalisme territorial qui a pris naissance d 'abord en Europe. C'est ainsi que nous nous trouvons dans une situation complexe. Des Français, des 'Anglais juifs, par exemple, sont, à nos yeux, pleinement, français et pleinement anglais, et ont aussi une tradi· tion religieuse particulière ou le reflet de cette tradition religieuse, avec souvent, il faut le reconnaître une ethnie particulière. Sur ce dernier point, il y a des modifications profondes qui se font avec le monde nouveau et son évolution (les « mariages mixtes" sont très fréquents). Il n'en reste pas moins que nous avons des traces de cette ethnie; dans certains milieux particulièrement traditionnels, elle se maintient. Voilà comment je définirais le monde juif et le monde du judaïsme. Il existe un Etat israélien CLAUDE CAHEN. - J'ai un peu peur; nous sommes ici tout de même pour essayer de faire oeuvre utile sur un problème précis. En oe moment, je ne sais pas si nous gagnons beaucoup à prendre les choses de si loin. Nous sommes ici pour essayer de voir ce que l'on peut faire dans le cas particulier du conflit' qui oppose actuellement des hommes au Proche-Orient. Il faut partir du fait qu'il existe actuellement un Etat israélien, qui a donc une forme politique, mais qui, en même temps, considère que la raison d'être de cette structure politique est l'appartenance commune à une certaine ethnie. Là-dessus, je ferai beaucoup de réserves: je ne crois pas que les juifs venus d'Europe et ceux venus d'Orient puissent véritablement être considérés comme appartenant à la même ethnie. Peu importe, ils ne sont pas forcément conscients de cette différence. Nous avons donc un Etat qui considère que sa légitimité, sa raison d'être, repose sur l'appartenance commune à une certaine ethnie et à une certaine tradition culturelle. Il y a donc, qu'on le veuille ou non, en Israël, une interconnexion de ces différents aspects, ce qui fait que dans la manière de poser la question à notre ami égyptien, je pense que plutôt que de lui demander si on peut envisager une coexistence des communautés, il vaut mieux lui demander à quelles conditions. et dans le cadre de quelles conceptions on peut envisager une telle coexistence. En lui posant cette question, je ne doute pas que, sous certaines condltions, li l'accepte, parce que c'est conforme à toutes les traditions de l'Islam; mais les problèmes actuels sont très neufs p ... r rapport aux traditions de l'Islam, et par conséquent, je crois qu'il faut lni demander dans quelles conditions, sous quelle forme on pourrait envisager d'après lui la coexistence. Quelle coexistence? ISAAC ISRAEL. - Je suis tout à fait d'accord avec ce que vient de dire M. Cahen. De quoi s'agit-il en fin de compte? S'agit-il d'une coexistence entre juifs et Arabes? Entre Israéliens et Palestiniens? Entre Israéliens et Arabes? La raison pour laquelle je me range du côté du professeur Cahen est qu'il est clairement dit dans la question : « Sans que pour autant l'une des communautés - celle des Palestiniens - ou une autre - celle des Israéliens - se trouve dans la condition d'expatriée misérable ». S'il était question uniquement du peuple juif ou bien du peuple arabe, la notIon d 'expatriée n'aurait pas de sens; elle ne peut avoir de sens que s'il s'agit de collectivités à base territoriale. La question est celle de la coexistence possible au sein du monde arabe, dans le Proche-Orient, entre Israéliens et Arabes en général. .. L. SOLIMAN. - Si j'ai tenu à poser cette question, ce n'est pas par simple formalisme. Elle touche au fond du problème. La définition donnée par Jacques Nantet est particulièrement dangereuse, parce que si on commence à parler « ethnies ", on peut aller très loin, et cela risquerait de justifier certaines opérations que je considère, pour ma part, comme aberrantes et condamnables. La question est importante dans ce sens qlle si on parIe d'Israéliens et de Palestiniens ou' d'Israé· liens et d'Arabes en tant que notions poli· tiques, je peux être anti-israélien sans être accusé de racisme. Si je tue un Israélien, je suis un assassin tout court; s'il s'agit d'un juif, on veut doubler le fait que je suis un assassin d'une accusation d'antisémitisme. J'ai tenu à faire cette précision, parce que vous remarquerez que je suis terriblement antiisraélien -_je tiens à le _ préciser à mes amis du M.R.A.P. - et terriblement contre tout racisme et terriblement contre tout antisémitisme. DROIT ET LIBERTE - N° 270 - FEVRIER 1968, Si la confusion est · maintenue, si je suis dans l'obligation de considérer que je ne peux être anti-israélien qu'en étant antisémite, vous m'enfermez dans un dilemme, vous me donnez à choisir entre peut-être la trahison de ma cause nationale, de ma cause patriotique, pour ne pas être antisémite, ou adopter une position également aberrante, à mon corps défendant: à force de m'accuser d'antisémitisme, contre lequel je me défends, eh bien! je l'assumerai. Ne me mettez pas dans le dilemme terrible que je refuse, contre lequel j'ai lutté toute mavie. Pour moi, un juif peut être Arabe : la terre arabe appartient aux musulmans, aux chrétiens et aux juifs, au groupe national qui a un destin commun, une histoire commune, une lutte , commune, des intérêts économiques communs. Je suis moderne, j'essaie de mettre la question sur un plan moderne. Je ne veux pas être antisémite, je ne le suis pas, je lutte catégoriquement contre toute velléité d'antisémitisme; tout au long de la crise, vous avez pu le remarquer, nous avons éprouvé une douleur profonde; très souvent, des hommes de gauche de mon espèce, ou bien des intellectuels humanistes, qui ont passé leur vie à lutter contre le racisme, se sont trouvés acculés au mur, se sont trouvés pris dans une souricière. J'espère que le M.R.A.P. nous offrira l'occasion de sortir de cette souricière, parce que si nous n'en sortons pas, il n'y aura pas de solution possible et imaginable au problème; nous tomberons dans les guerres de religion. Peuples et nationalités J. NANTET. - Dans la mesure ou Je parlais d'ethnie, il s'agissait bien évidemment surtout de l'idée d'une ethnie ; et cela nous ne pouvons le nier. Probablement le professeur Cahen a raison de dire qu'entre juifs orientaux et juifs e.uropéens il y a une différence profonde d 'ethnie; il n'en reste pas moins que l'affadissement de la tradition religieuse mène à une conception culturelle, qui, elle, débouche sur des groupes existants. J'aimerais volontiers imaginer un juif arabe, mais je me demande si on peut y arriver vraiment. En revanche, le Coran ouvre de grandes perspectives à l'égard des confessions, des traditions minoritaires auxquelles est due l'hospitalité. Mais nous rencontrerons une difficulté. Nous parlons de peuple arabe comme Une vue 'de la salle pendant la confrontation. De dr. à g.: MM. Lotfallah Soliman, Claude Cahen, Jacques Nantet. Pierre Paraf. A l'extrême gauche: M. Isaac Israël. nous parlons de peuple juif et nous sommes obligés de surajouter à ces no· tions fondamentales les nationalités ter· ritoriales telles qu'aujourd'hui elles sont conçues. Au fond, c'est là que la jonction se fait difficilement, par le fait qu'il y a un Etat israélien et aussi une Syrie, une République arabe unie, une Arahie séoudite ... Je crois que nous sommes probablement, au Proche-Orient, je m'excuse de le dire, « dans l'âge ingrat » de cette région, parce qu'elle est en pleine mutation et qu'elle est agitée par des conceptions encore très fortes et qui se trouvent en contradiction avec de nouvelles implantations d'idées. Ce qui rend les problèmes plus confus et plus complexes. à la fois à exprimer et bien entendu à régler. DROn ET LIBERTE. - On procède souvent à des identifications que ~ertains estiment fondées et d'autres non. Nous voudrions que vous définissÎez vos positions respectives par rapport au « problème juif ", au sionisme, à Israël, au monde arabe (en particulier à la communauté palestinienne). Aider les hommes en cause Cl. CAHEN. - Je voudrais dire un petit mot pou'!" la communauté palestinienne, parce qu'au fond nous devons essayer d'y voir clair et d'aider les homQl.es en cause. Un Français voit peutêtre '.Un peu les choses du dehors. avec les inconvénients et les avantages que cela peut comporter. Dans les entretiens assez nombreux que j'ai eus avec mes étudiants et d'autres amis arabes d'un pays ou d'un autre, bien souvent nous parlions de cette communauté palestinienne comme partie intégrante ou partie principale d'une nation palestinienne en formation . Dans les discussions Que j'entends , il est souvent question d'organiser un Etat palestinien dans lêquel les uns et les autres trouveraient leur place. En ce qui concerne le Proche-Orient et spé· cialement le Liban, il faut faire une place importante à la communauté chrétienne. Bien entendu, les Palestiniens musulmans ont leur mot à dire en premier lieu dans cette affaire, mais j'aimerais savoir si l'ensemble des Arabes et des musulmans considèrent véritablement qu'une solutio!1 pourrait être trouv'ée uniquement dans le cadre d 'une organisation de coexistence, d'un tête-à-tête - je ne précise pas sous Quelle forme - entre Israéliens 21 et juifs, Palestiniens et musulmans, dans la petite région définie comme étant la Palestine historique. J'ai été surpns quelquefois, je dois le dire, des choses que des hommes, musulmans, m'ont dites à cet égard parce qu'il ne me semblait pas que le problème pouvait être posé de cette manière sans aborder les autres questions. L. SOLIMAN. - Nous sommes au XX, siècle et nous sommes dans la seconde moitié du XX, siècle; les problèmes qui se posent à nos pays, même pris individuellement, Egypte, Syrie, Lybie, etc., sont ceux du dév.eloppement et de la promotion sociale en premier lieu. Et vous savez que nous ne pouvons pas vivre au XX, siècle, à l'époque où les économies se font régionales, continentales, mondiales, et envisager des développements insulaires. Si on se penche sur les problèmes du développement de l'Egypte par exemple, c'est aberrant : 15 000 km2, 30 millions d'habitants, une nature particulièrement pauvre. Ma génération et la génération qui me suit ne pensent plus au développement qu'en terme régional, global; nous ne pouvons plus penser autrement. Qu'on amène les plus ~ands planificateurs américains et soviétiques et qu'ils nous proposent un plan de développement de l'Egypte insulaire! Ce serait impossible car ce serait vouloir incruster dans une économie mon. diale du XX, siècle des parcelles d'économie du XIX' siècle. La Palestine, un paragraphe Dans nos par,s producteurs de pétrole, par exemple 1 Algérie, l'Irak, le Koweit, nous ne pouvons même pas penser à une industrie moderne; nous sommes dans l'obligation de penser en termes de supranationalité, Certains s'imaginent que parce que l'Europe a passé par la phase des nationalités insulaires, le monde arabe, né au nationalisme un siècle plus tard, doit y passer. Je trouve que c'est une vision de l'Histoire qui n'est pas con. forme à la réalité. Chez ceux qui naissent à l'expérience aujourd'hui il y a une accélération de l'HIstoire, ça se tamponne. Nous naissons au XX, SIècle, c'est-à-dire que nous naissons à l'époque où l'Europe se fait. Nous ne naissons pas à l'époque où le Luxembourg est en train de se faire, mais à celle où l'Europe se fait. Malgré son histoire conflictuelle, celle-ci est en train de chercher des moyens • de supranationalité. Alors, en naissant au nationalisme, les pays arabes pris individuellement naissent en même temps à leur collectivité supranationale. Lorsque le professeur Cahen me pose la question : est-ce qu'on peut penser, dans les limites de la petite Palestine, en termes de coexistence, je crois que c'est une parcellisation du problème. Dans le problème qui se pose, la Palestine est un aspect, qui devrait être immédiatement dépassé par une incrustation dans la ré· gIon. On peut l'envisajler comme étant un 'paragraphe, mais il t'aut le poser en tant que paragraphe. Il n'y a pas d'avenir, pas de développement pour la Palestine insu- 22 lairement. La preuve, c'est ïu'Israël es· saie actuellement, par tous es moyens, de s'intégrer,à l'Europe, au Marché commun. Certains, en Israël, pensent que l'intégration doit se faire dans le cadre de la région. Il n'y a ras d'avenir qui s'appelle te avenir Israë " ou te avenir Palestine ". Lorsque nous parlons de communauté palestinienne, de création d'un Etat palestinien, d'un nationalisme pales· tinien, qui serait, si vous voulez, judéoarabe, je pars toujours des mêmes principes. CI. CAHEN. - La moitié des Israéliens sont des juifs arabophones d'origine ... L. SOLIMAN. - Exactement. La Palestine est un paragraphe à placer dans une thèse d'intégration de la région qui, elle, a le droit et l'ambition de se dé· velopper. CI. CAHEN. - Je suis pleinement d'accord, c'est un des éléments fondamentaux de l'approche des problèmes actuellement. Tout de même, j'avais en vue aussi une autre question : est-il bien vrai qu~ulJle Palestine, quelle qu'elle soit, et sous quelque nom qu'elle soit, ne pourra jamais vivre toute seule, indépendamment d'un encadrement plus vaste? Il me semble que dans l'état d'esprit d'un grand nombre des gens qui peuvent être appelés à y vivre, il y a quand même, mettons, une entité palestinienne qui, même si elle est incorporée à quelque chose de plus vaste, a sa réalité pour elle-même. Je pensais aussi à un autre aspect de la question : une éventuelle coexistence, sous des formes étatiquement organisées dans une Palestine à · définir, peut-elle être réellement envisagée par les intéressés (je ne me place pas sur le plan du développement, mais sur celui de la politique), indépendamment d'une intégration beaucoup plus vaste? Si je me place dans l'hypothèse des Israéliens restant ce qu'ils sont, et des Palestiniens restant ce qu'ils sont, il est évident que, dans l'état actuel des choses, les deux communautés qui seraient ainsi appelées à coexister dans une Palestine à organiser ne seraient, ni du point de vue numérique, ni du point de vue du développement, à égalité; par conséquent, la coexistence, si elle est uniquement organisée dans ces limites, me paraît pour une grande part illusoire. Le sionisme aujourd'hui 1. ISRAEL. - Le « problème juif ,., à mon avis, a deux aspects : Il yale pro· blème juif tel que "le ressentent les juifs ~t un problème juif tel que le conçoit l'extérieur. Ces deux problèmes se sont ppsés en termes différents au cours de l'Histoire. Quand on dit te problème juif ", évidemment, dans l'esprit des Arabes, cette expression mène directement au sionisme. Alors, il faut prendre le te problème juif " tel qu'il se présentait au XIX· siècle .et voir ce qu'il est devenu de nos jours, en 1968. Et aussi prendre le sionisme à ses origines f!!II voir ce qu'il signifie de nos jours également. Or le problème juif dans sa base n'a pas changé. Il y a un parti. cularisme juif qui est quelque chose d'insaisissable, d'indéfinissable, qui échappe pratiquement à toute définition cohérente. La notion même de « peuple juif " n'implique pas seulement une identification religieuse; il reste toujours un attachement à des origines. historiques communes et à une certaine culture. J'ai eu la curiosité de consulter récemment un dictionnaire pour voir la définition du mot te peuple » ; j'ai eu la surprise dé trouver, parmi les autres, une définition établie uniquement pour le « peu- . pIe juif » : « Ensemble qui n'habite pas le même pays, qui est uni par ses origines, sa religion ou par un lien quelconque ». Ce « lien quelconque " peut tout englober et ne rien dire ; c'est un concept insaisissable, mais réel. Là-dessus vient se greffer l'antisémitisme et voilà donc le problème. Quant au sionisme - je parle du sionisme politique tel qu'il est né au XIX' siècle -, il est inutile de revenir sur ses origines historiques, elles sont connues et trop débattues, bien que certains historiens ne soient que trop tentés de le situer dans le cadre du colonialisme, voire même de l'impérialisme. C'est une allégation que je réfute absolument car à l'instar des autres mouvements de réveil na· tional du XIX' siècle, le sionisme ne fut rien d'autre qu'un élan idéaliste et généreux. Ses pères spirituels ne voyaient d'ailleurs pas l'Etat, ou plutôt le Foyer juif comme une fin en soi mais plutôt comme un moyen de résoudre le problème juif. La conscience nationale existe Or, depuis, que s'est-il passé ? L'Etat existe, ~is on s 'aperçoit que le problème juif n'en est pas moins réel. Dès. lors, il faut se poser la question : que signifie le sionisme de nos jours? Il suffit · de lire toutes les discussions qui ont eu lieu ou qui continuent d 'avoir lieu en isrAël en vue de redéfinir le sionisine et ses buts, maintenant que l 'Etat existe. Op ne peut pas s'attendre à ce que les Israéliens déclarent : « Bon, nous voilà devenus une nation, nous n'avons plus rien à voir avec les juifs qui ne veulent pas venir en Israël. » Les sionistes israéliens voient dans l'Etat un centre spirituel qui devrait avoir une fprce d'attraction pour cette partie de la communauté mondiale des juifs qui voudrait venir vivre parmi eux. Le ministre israélien des Affaires étrangères a formellement déclaré à l'O.N.U., deux ans après la création de l'Etat, que « l'Etat d'Israël ne parle qu'au nom de son peuple, qu'il ne représente aucunement les intérêts des juifs qui vivent dans les autres pays ». Cette déclaration dit bien des choses; mais il n'empêche que le problème des liens entre les juifs et le sionisme existe toujours. Sur ce point, j'ajouterai ceci: il y a une certaine gestation à cet égard, certains processus sont en train de s'accomplir. Tout le monde se souvient de la grande offensive de Ben Gourion en 1957 : il avait essayé de poser, en termes assez brutaux d'ailleurs, la question: qui est juif, qui est sioniste? Celui qui veut vivre en Israël, qui vient s'y établir? En fin de compte, c'est la communauté des juifs de par le monde qui a rejeté cette idée. Les sionistes européens ou américains ont dit : « Nous pouvons très bien être sionistes, ,voire tout faire pour soutenir Israël, sans pour autant être obligés d'y vivre ". Ce fait est assez significatif de l'état actuel· des choses. i J'accepte d'ailleurs tout à fait la définition qu'a donnée le professeur Neher des liens entre les juifs du ' monde et l'Etat d'Israël : il a dit qu'Israël est devenu pour les juifs qUI veulent vivre dans leur pays d'origine une « fratrie ", par opposition à la notion de « patrie ". On ne peut pas exiger qu'Israël dise

« J'appartiens peut-être à cette « fratrie

», mais je ne suis plus un Etat juif ». Je n'affirmerais pas que d'ici 20, 30 ou 50 ans, les Israéliens . continueront à dire : « Nous sommes juifs » ; ils seront peut-être des juifs différents des autres. Justement, parce qu'il y a en Israël la croissance d'une conscience nationale, qui n'existe pas pour les autres juifs de par le monde. C'est un fait qu'on ne peut ni négliger, ni ignorer. Peut-être, à la longue, amènera-t·il des différenciations radicales entre Israéliens et juifs de par le monde. Le temps des grands ensembles Dans ce contexte, la coexistence dans le Moyen-Orient, entre l'Etat d'Israël, Etat juif et qui veut demeurer juif, avec les peuples arabes en général et avec la communauté palestinienne en particulier, est·elle possible? Je suis bien d'accord avec l'analyse de L. Soliman : à l'époque où l'on parle de grands ensembles, dès qu'il est question du développement d'une région, il est difficile de l'envisager sur un plan uniquement national ; mais la conscience nationale existe, elle est irréfutable

quand on parle d'intégration dans un

grand ensemble, il s'agit de savoir ce que signifie cette intégration. Je suis tout à fait d'accord avec l'idée de « coopération possible » sur tous les plans. Il n'est, par ailleurs, même pas besoin de voir la difficulté de faire coexister dans un cadre de supra-nationalité Israéliens et Palestiniens

pourquoi ne pas voir les difficultés

qu'ont les Arabes eux-mêmes à se dé· clarer supranationaux à l'heure actuelle? La difficulté est réelle, mais elle ne découle certainement pas de l'existence de l'Etat d'Israël. . Deuxième aspect : la communauté palestinienne. Y a·t·il jamais eu une nation palestinienne? La réponse ne peut être que négative. Je dirai cependant qu'une certaine conscience palestinienne s'est développée avec le temps ; j 'ajouterai que toutes les manifestations de cette conscien· ce ont été étouffées dans l'oeuf par les pays arabes eux-mêmes. C'est seulement depuis deux ou trois ans qu'on parle de nation palestinienne. Il y a une certaine contradiction à parler d'expatriés en ce qui concerne les Palestiniens. Si par « expatrié » on veut dire un peuple qui habitait une certaine terre et qui a dû la DROIT ET LIBERTE - Nu 270 - FEVRIER 1968. quittér, d'accord. Mais d'autre part, on ' n'entend que trop souvent parler (du côté des Arabes, je crois que c'est plus ou moins la thèse officielle) de patrie arabe. Disons qu'elle englobe toutes les régions arabes du Moyen-Orient; dans ces conditions, quand on parle de « condition d'expatriés ' " pour les Palestiniens, il s'agit d'abord de définir ce qu'est la Palestine. Est-ce que des réfugiés palestiniens qui se trouvent en Cisjordanie sont des expatHés ? La Cisjordanie faisait partie, ainsi que la Jordanie, de la Palestine. Si on accepte le concept que toutes les régions du Moyen-Orient arabe forment une patrie arabe, alors il n'y a pas d'expatriés ! S'ils vivent ailleurs, les Palestiniens se trouvent to_jours au sein de la patrie arabe. J. NANTET. - L'intervention de M. Israël, avec laquelle je ne suis pas entièrement d'accord, a pourtant l'avantage de nous mettre en présence d'un certain nombre de réalités. Son analyse de l'Etat d'Israël, de ses relations avec le peuple juif et le monde, ce sont tout de même des choses que nous devons connaître, si nous voulons appréhender les problèmes pratiquement. Et L. Soliman, lui, nous a . projeté vers l'avenir. Revenons à un certain nombre de réalités dont nous sommes obligés de tenir compte. Cela dit, je ne pense pas, comme M. Israël, que les Arabes aient découvert les Palestiniens il y a seulement deux ans ... 1. ISRAEL. - Je n'ai pas dit qu'ils ont découvert le problème palestinien, mais qu'ils parlent de nation palestinienne. Une Palestine à dé~inir J. NANTET. - La Palestine, nation, ou peuple, ou entité, est une chose qui, au contraire, a été très présente depuis 1950 dans le monde arabe. C'est bien pourquoi je pense que nous ne pouvons pas bondir en avant avec l'optimisme de M. ' L. Soliman sans tenir compte justement de ce qui existe vraiment, notamment une Palestine, qui reste d'ailleurs à définir. Le problème de la Palestine est l'un des problèmes essentiels pour la recherche d'une modalité de paix. CI. CAHEN. - La vue que notre camarade israélien a présentée des rapports entre Israéliens et juifs à travers le monde est tout de même une vue un peu simpliste. Mon exemple personnel est peutêtre mauvais... Je ne renie pas mes ancêtres, mais cela ne signifie rien dans ma conscience; mais il y a beaucoup de personnes, en particulier en France, pour lesquelles Israël est une chose, et le fait d'appartenir à telle ou telle comrnunaute historique en est une autre. Comme les partisans des deux conceptions, étatique ou religieuse, disposent de moyens d'action collectifs et que, par définition, les autres n'en ont 'pas, puisque les autres ne se considèrent pas comme vraiment liés à. ces organisations, l'opinion publique n'entend parler que de ceux-là, que de ceux qui ont, sous une forme ou une autre, cette solidarité avec le comportement d'un Etat donné. Je pense que dans le cadre du M.R.A.P. en particulier, il faut qu'il soit souligné, avec toute la clarté nécessaire, que le fait de porter un nom juif ne signifie absolument aucune espèce de solidarité, ni avec le iouvernement d'Israël, ni avec le irand rabbin de France. Le sionisme et Israël 1. ISRAEL. - En ce qui cctncerne la remarque de M. Nantet, je SUiS tout à fait d'accord sur le fait que le 'problème de la Palestine est au coeur du conflit. Mais au début ce problème se posait pn termes fort différents. En 1950, quand on parlait de Palestine, on ne parlait pas de « nation palestinienne » ; il suffit à cet égard de rappeler les conditions dans lesquelles fut créée la Jordanie. Et puis, Q'explique-t-on pas l'acharnement des Sydens sur la Cl,.uestion palestinienne par le fait qu'ils la considèrent comme un lambeau de leur propre chair? . En ce qui concerne la remarque du professeur Cahen, je n'ai jamais dit que . tous les juifs se sentaient solidaires ou qu'ils devaient se sentir solidaires d'Israël. Evidemment, il y a des juifs religieux 'qui sont anti-sionistes; d'un autre côté, parmi les juifs catalogu~s malgré leur propre désir comme tels, il y en a qui ont pris conscience d'une certaine so. li dari té, ne fût-ce qu'une solidarité tout à fait diffuse, sentimentale, avec l'Etat d'Isniël, comme elle s'est manifestée pendant la guerre de juin. D'autres ne se sentent pas du tout engagés par les agissements de cet Etat, et encore moins par ceux de son gouvernement. L. SOLIMAN. - La question est posée : définir nos positions vis-à·vis du problème juif, du sionisme, du monde arabe - patrie arabe" nation arabe - et d'Israël. Je voudrais d'abord dire que le problème juif serait très long à débattre, et je ne voudrais pas l'aborder aujourd'hui ; il est posé, il appartient aux historiens, il nous appartient à tous de rechercher pourquoi il s'est posé, à travers l'histoire, de voir comment le dépasser, et d'oeuvrer en ce sens ; mais je ne crois pas que ce soit le problème qui se pose actuellement dans ce débat. Le sionisme, quant à lui, ne s'est pas toujours confondu ' avec Israël. Nous savons qu'il a commencé en tant que mouv.ement culturel et généreux, nous savons qu'à une époque les sionistes voulaient être près de leur centre religieux, nous savons égaiement qu'à ses débuts le sionisme voulait donner un refuge à des juifs persécutés dans certaines régions du monde. Ce sionisme·là ne se confond pas avec Israël, nous ne sommes pas aussi simplistes. Et puis, il y a eu le sionisme politique qui, dès sa première phase, visualisait la création d'un foyer ou d'un Etat juif où les juifs pouvaient être à l'abri de toutes persécutions. Or, dès qu'on a parlé de foyer - je le dis en tant qu'Arabe - nous avons eu l'impression à travers la lecture des textes et de l'histoire, que ce n'était qu'un euphémisme, que le terme " foyer ,., à partir du sionisme politique, se confondait avec " Etat ». Maintenant, il se peut que notre inter- 23 -,,----------------------------------------------------------------------------- prétation historique soit fausse ; cela ne change pas le fond du débat actuel. D'autant plus que le sionisme politique était combattu par des juifs qui en voyaient les conséquences; les président et secrétaire de l'Alliance Israélite Universelle ont fait tout leur possible pour arrêter ce mouvement, qu'ils considéraient comme un mouvement politique venu s'incruster à l'intérieur de quelque chose qu'on voulait créer et qui n'avait absolument rien à voir avec le problème juif. On ne peut pas dire que l'Alliance Israélite était antijuive, il ne faut pas confondre les notions. En ce qui concerne ce concept 4e « foyer ", nous avons les déclarations de l'époque, de ceux qui négociaient le « foyer juif ", disant qu'ils entendaient « créer un Etat en Palestine qui serait aussi juif que l'Angleterre était anglaise ». Il est vrli. comme le dit M. Nantet, que nous sommes encore à « l'âge ingrat ", à l'âge du balbutiement, mais à travers notre balbutiement, nous essayons d'étudier notre histoire, parce que notre avenir ne peut en être que la projection. Lorsqu'on nous a parlé de « foyer juif ", c'était uniquement une façon de nous présenter les choses, de le,s « faire avaler» à tout le monde, à nous aussi. Ensuite, il y a eu le « foyer juif » et il y a eu Israël. Le monde arabe J'en arrive au monde arabe. On m'a demandé s'il y avait jamais eu une nation palestinienne. Je poserai la question : y a-t·il toujours eu une nation française ? une nation allemande ? La nation est une notion, un fait historique. Elle est née historiquement à un certain moment du développement. Il y avait, en Europe, le Saint-Empire Germanique. A l'époque de la chrétienté triomphante, il y avait une notion chrétienne de la patrie et puis, avec la Révolution française, cette notion a pris un autre . sens. On ne peut envisager le présent qu'avec des projections dans l'avenir ; lorsque aujourd'hui on se préoccupe du développement économique, on fait des plans qui s'échelonnent sur des années, sinon ce serait de l'opportunisme. C'est donc uniquement avec une projection dans l'avenir que je peux fixer ma politique d'aujourd'hui, et ma projection doit être liée avec l'histoire dans le passé. Lorsque nous parlons de patrie arabe ou de nation arabe, c'est une projection dans l'avenir de cet ensemble qu'il nous faudrait créer et dans le cadre duquel notre développement humain serait possible. C'est notre développement humain qui nous intéresse particulièrement, nous le projetons d.ans l'avenir. Dans ce cadre, la notion de nation arabe ou de patrie arabe devient une notion tout à fait moderne. Avant, il y avait le « khalifat ", comme il y avait l'Europe chrétienne. C'est cela notre projection. J'en arrive à Israël, aux conditions de coexistence. Nous pouvons aborder le problème proprement dit, cela devient un peu délicat. Pourquoi parlons-nous de désionisation? Pour qu'Israël commence à 24 se définir en tant que nation. A partir de là on pourrait peut-être, à la rigueur, je ne sais pas encore comment, aborder le problème. Mais Israël, vision vague liée à un tas de choses, Israël dans son histoire, parce qu'il en a une - disons qu'il est né le 15 mai 1948, comment se définit-il? A notre avis, il se définit comme une projection de l'Occident dans notre région. On a eu le « courage " - disons que cela 'demandait du « courage» de la part du ministre des Affaires étrangères israélien . - de dire devant le Conseil de l'Europe qu' « Israël appartient à l'histoire de l'Europe, non seulement par sa contribution à l'histoire de l'Europe, contribution historique •. mais par les persécutions subies dans les camps ». Lorsqu'on nous dit, au moment de l'émancipatio]l du monde arabe : « J'ap, partiens à l'Europe culturellement, historiquement et même à l'histoire aberrante de l'Europe ", permettez-nous d'en tirer les conclusions! Cela n'est d'ailleurs pas nouveau. Je crois pouvoir remonter au sionisme politique, lorsqu'on présentait la créatioll du « foyer ", euphémisme pour « Etat " : il devait être une barrière contre la barbarie et une défense des valeurs occidentales. Permetteznous d'avoir nos valeurs et de considérer que nos valeurs sont également des valeurs humaines, qu'elles ne sont pas nécessairement vouées à être civilisées par l'Occident; c'est peut-être une 'vue un peu chauvine; elle peut, peut-être, être comprise par les Européens qui sont passés par là. Avec quoi coexister? Nous ne savons donc pas avec quoi nous devons coexister. Par exemple - je saute du coq à l'âne -, il se pose un problème important : lorsque l'entité palestinienne (ou les Palestiniens) a émergé 'sur la scène après 15 ails de patience et de camps de ' réfugiés, en ·tant que patriotes qui essayaient eux aussi de libérer leur patrie - le mot «libérer" peut choquer certains, mais on a dit que Jérusalem était «libérée» -, lorsqu'ils ont voulu libérer leur pàys, eh bien on a dit que c~s Palestiniens n'étaient pas des Palestiniens! Ils n'existeraient que depuis deux ou, trois ans! A cette époque, Abba Eban, de passage ici, a dit que pour défendre les frontières d'Israël et les protéger contre les incursions des « ' terroristes ", il fallait construire une sorte de « ligne Morice JO. Cette déclaration a été faite au début de 1966. Mais la politique d'Israël a consisté à faire assumer aux pays arabes voisins le rôle de gendarme, à ses frontières d'alors. La déclaration de M. Eban était un voeu pieux - parce que je veux considérer qu'il était de bonne foi, et qu'il ne disait pas seulement cela pour la consommation extérieure! Mais aujourd'hui, Qn pense sérieusement à cette «ligne Morice " après avoir occupé toute la. rive occidentale du Jourdain : pourquoi ne l'a-t-on pas construite avant? Ainsi, Israël, avec lequel on nous demande aujourd'hui de débattre la coexistence, est indéfini, indéfinissable, nous ne savons pas ce qu'il esL ~ur résumer, nous pensons qu'Israël est une incrustation occidentale dans un monde arabe à la découverte de lui-même, qui veut se dégager de l'emprise occidentale; et nous pensons qu'Israël est expansionniste. De plus, dans les conditions où Israël est né - je regrette, je vais dire maintenant quelque chose d'énorme, pardonnez-moi -, avec les hommes qui l'ont formé, qui ont vécu les tragédies des pogromes de l'Europe de l'Est, des camps de concentration, sans avoir eu le temps de se réconcilier avec eux-mêmes en tant qu'êtres humains, ces hommes mis en confrontation avec d'autres êtres humains, qui leur sont inférieurs dans le domaine de la technologie, se comportent, par un phénomène de compensation, comme des bourreaux. C'est assez difficile pour moi à dire cela, parce que j'ai parmi les hommes qui ont souffert des amis el il y 'a parmi eux des êtres dont la valeur humaine est très grande. Le droit à l'existence d'Israël On a attiré l'attention sur des événements comme ceux qui se sont passés il y a de cela trois jours, de punition collective. Lorsqu'il y a un camp de .réfugiés duquel part un Palestinien patriote pour faire un acte de résistance à l'occupation, on vient et on rase tout le camp. Même sous l'occupation nazie la punition collective était sélective. L'exemple de Lidice et d'Oradour demeure pour vous : il y a actuellement pour nous de nombreux Lidice et de nombreux Oradour. Les gens qui se comportent de cette manière sont mus par une grande complexité psychologique. Vous le voyez, nous ne savons pas qui est Israël, il n'a pas de définition, il est dominé par des gens qui font des expéditions punitives collectives. Lorsque vous nous demandez de coexister, vous nous demandez d'arrêter la résistance pour que l'agresseur arrête l'agression, je ne crois pas que ni au M.R.A.P., ni ailleurs, cette logique puisse être admise. De sorte que, pour ma part, je ne vois pas que les clés d'une coexistence puissent être entre nos mains actuellement. Celles qui sont entre nos mains : une résistance à outrance. J. NANTET_ - Je voudrais répondre à M. Soliman. Premièrement ' je ne suis pas, comme il l'a peut-être pensé, ennemi, ni même profondément sceptique à l'égard de la notion d'unité du monde arabe. Je dis seulement que nous n'en sommes pas là. Mais c'est une possibilité. J'ajouterai que c'est une possibilité à laquelle je suis personnellement très sympathique : le problème serait, contrairement à ce qu'on pense généralement, peut-être plus simple qu'il ne l'est actuellement. L'unité du monde arabe ne veut pas dire que la guerre l'emporte sur la paix au Proche-Orient; pas du tout. D'autre part, je dois dire qu'on reproche quelquefois à nos amis Arabes d'être emportés par le verbe. Eh bien, la simplicité et l'effiçacité avec lesquelles M. Soliman a exprimé son opinion m'ont frappé. Lorsqu'il a dit que le problème de l'existence de Ci-dessus. des habitants d'un Village d'Israël attendent . d'un bombarmement. Ci-contre, l'univers des réfugiés palestiniens. l'Etat d'Israël était « un peu délicat ", il a même en quelque sorte employé une litote. Je termine par une question qui est au bord de nos lèvres : compte-tenu de toutes ses analyses, de ses réserves, de ses hésitations, et de tout ce qu'il y a à dire sur la politique de l'Etat d'Israël, sur laquelle on peut faire des observations, M. Soliman reconnaît-il, de toute façon, le droit à l'existence de l'Etat d'Israël comme entrant dans le cadre d'un règlement pacifique du problème? Cl. CAHEN_ - M. Soliman vous a répondu qu'il n'acceptait pas l'existence de l'Etat d'Israël. Je comprends très bien les raisons qu'il fait valoir. Toutes les tragédies qui se déroulent actuellement, indépendamment de la condamnation que nous pouvons porter sur tout cela, proviennent précisément de ce que le problème n'est pas résolu. Je comprends très bien le point de vue des Arabes de l'espèce de M. Soliman, même si la perspective d'une solution est encore lointaine, même si matériellement il n'yen a pas la possibilité actuellement. Je pense que l'opinion qu'il exprime correspond à celle de beaucoup de ses compatriotes. Par ailleurs, il est bien évident que beaucoup, comme c'est mon cas, regrettent profondément les conditions dans lesquelles, historiquement, s'est constitué le foyer juif. Cependant, nous ne pouvons pas supprimer le fait de l'existence de l'Etat d 'Israël, alors la question que je pose tout de même est de savoir s'il y a une perspective d'avenir. On entend souvent dire, comme l'a dit M. Soliman : iL faut désioniser l'Etat d'Israël. M. Israel a dit que l'Etat d'Israël n'était pas impérialiste, c'est une question de mots'; il n'est pas impérialiste en ce sens qu'il ne représente pas la projection d'une patrie étrangère dominant les pays du Proche-Orient, en ce sens qu'il y a des kibboutz. Mais il est une prôjection de l'Europe dans une région qui cherche à retrouver son identité indépendamment de l'Europe. Cela étant, entre l'exigence d'une suppression de l'Etat d'Israël, formulée d'un côté, et le refus de cette suppression évidemment de l'autre côté, peut-on envisager comme ÙDe perspective d'avenir, qui tout de même' aiderait à la solution du problème particulier du moment, une espèce d'organisation fédérale dans laquelle l'Etat d'Israël garderait, sur le plan intérieur, DROIT ET LIBERTE - N° 270 - FEVRIER 1968 , toute l'autonomie à laquelle il ne peut pas ne pas tenir? Mais par ailleurs l'organisation fédérale permettrait d'inclure cet Etat dans une fédération et par conséquent de neutraliser les éléments d'influence étrangère, de convenir de tout ce qui est politique ou général, économique ou militaire, sur un plan commun du Proche-Orient et du Moyen-Orient. Je demande s'il n'est pas possible d'orienter les esprits vers une perspective de ce genre. Les Palestiniens n'acceptent pas le tête-à-tête avec les Israéliens; mais dans la mesure où ce tête-à-tête ne serait plus solitaire, où il y aurait une organisation d'intégration, il pourrait peut-être devenir possible. C'est une hypothèse qui n'est pas déraisonnable. A part cela, on peut supposer soit des circonstances particulières, qui permettraient aux Arabes de prendre une revanche militaire, soit, d'une manière plus durable, que la persistance d'un état d'incertitude, d'insécurité, finisse par décourager la jeunesse israélienne, et que celle-ci reparte pour une autre « diastora ». Cela est possible, évidemment à longue échéance. Mais je pense tout de même qu'il y a peut-être moyen de s'orienter vers une solution fédérative. Encore une fois, i! est plus facile de dire cela dans un bureau de Paris. qu'à Tel-Aviv, au Caire ou à Damas, je le comprends fort bien. Mais c'est de cette manière que je voudrais poser la question à M. Soliman. Tout est possible 1. ISRAEL. - Tout est en effet possible, la paix comme ra guerre. Il y a certa~ns mythes qui ont été créés. Il y a d'abord le mythe d'Israël projection occidentale. J'ai posé dès · le début la question : que signifie l'intégration? Je sais, les peuples arabes cher- 1 , chent à se définir, essaient de retrouver la culture qu'ils avaient dans le passé. Mais finalement parle-t-on d'une culture nationale arabe englobant l'ensemble des nations arabes, y compris le Maghreb? Je crois qu'il est difficile de l'affirmer. Intégration, oui; libération de la tutelle européenne sur le plan économique, tout à fait d'accord; mais en quoi le fait qu'Israël soit de culture disons judéo-européenne devrait gêner l'affirmation arabe? Au contraire, sur le plan économique, personne ne peut contester qu'Israël pourrait apporter beaùcoup à la libération, au développement de cette région; car quand les Arabes parlent de libération, cela signifie sortir du stade du sous-développement pour atteindre le stade de la société industrielle. Des exemples ... Il a été question de « bourreaux ». J 'al été choqué, M. Soliman, par ce que vous avez dit, mais je n'entends pas discuter pour des raisons bien simples : en tant que journaliste, je me méfie des informations qui me paraissent tendancieuses. Je n'étais pas sur place, je ne discuterai donc pas sur ce plan. En revanche, dois-je évoquer les nombreuses brochures, des centaines, qui ont été publiées pour illustrer toute la haine qui a été inculquée aux Arabes contre les Israéliens et, partant, contre les juifs. M. Soliman, j'accepte parfaitement que vous fassiez la différence ·entre Israéliens et juifs; vous êtes anti-israélien et non antisémite, je vous crois: Mais d 'un autre côté, j'ai assisté, il y a deux ans, à une réunion d'étudiants palestiniens ici à Paris ; ceux-ci ont édité une brochure que j'ai eu la curiosité de lire. Or, dès la première page, ils font l'historique du peuple juif au temps des }haraons et je cite une phrase seulement : « Joseph, aux temps bibliques, était trésorier de l'Egypte; il y fit venir ses parents. Sous le règne de Ramsès, les juifs, devenus nombreux, 25 l commencèrent à intervenir dans la vie économico-politique de l'Etat. Leur redoutable influence amena le fils de Ramsès II à les persécuter. Les Juifs quittèrent alors le-pays ». Dois-je citer les articles élogieux sur Eichmann publiés dans la presse arabe en 1961, lors du déroulement du procès? ou bien des livres tels que « Le danger du judaïsme mondial pour l'Islam et la Chrétienté » publié au Caire en 1964? On peut citer aussi les livres scolaires. Exemple : « Onzième élémentaire ", publié en 1953 par le ministère syrien de l'Education, dit : « Les Juifs sont nos ennemis » ; ou bien les différents manuels p,ubliés en Egypte. Bref, ce genre d'exemples pourraient être cités à tort et à travers, mais qu'estce qu'ils illustrent? En fin de compte on revient toujours au même cercle vicieux; vous ditf:.'i que cet Etat d'Israël ne s'est jamais défini. On ne l'a jamais laissé se définir, on l'en a toujours empêché. Il faut lui' poser la question. Mais sa réponse ne peut être donnée qu'autour d'une table ronde. Le professeur Cahen a dit « tout est possible ». Evidemment, sauf une chose : l'élimination de l'Etat d"Israël qui, lui, veut et peut coexister avec les pays arabes. Ici, le débat est interrompu_ Il ne reste plus de temps que pour des observations. Pour un désarmement psychologique J. NANTET. - Dans le cadre des observations finales, je voudrais dire mon impression. Cette table ronde a été sympathique, mais elle ne nous a pas beaucoup fait progresser. Les reproches qui ont été adressés de part et d'autre sont fondés. Ce sont là des réalités, qui sont à l'arrière-plan du problème posé devant nous. C'est bien cela qu'il s'agit de surmonter. On devrait aussi se demander quel rôle pourraien~ jouer les textes sacrés? Moi qui suis \m militant catholique, je suis de ceux qui pensent que les textes sacrés, la Thora, les Evangiles, le Coran, peuvent et doiyent être utilisés positivement. Un désa~meIrient psychologique serllit déjà un élément, pas suffisant bien sûr, mais positif. Je veux dire ' aussi à M. Soliman mon immense sympathie pour le peuple arabe; je l'ai prouvé au moment de la lutte d'indépendance de l'Algérie. Enfin, on 'il parfois évoqué le Liban; peut-être, en effet, dans les techniques libanaises d'approche des problèmes gouvernementaux, trouverait-on une voie de règlement interconfessionnel? Je voudrais en tout cas envisager certaines possibilités. CI. CAREN. - Il est évident qu'il, faut que nous arrivions à sortir du cercle. Nous nous adressons les uns aux autres des reproches qui sont fondés. Nous ne pouvons pas indéfiniment discuter les erreurs des extrémistes. Nous avons à faire à des tas de braves gens de part et d'autre, que nous ne 26 pouvons pas supposer pleinement complices des exagérations et des abominations. Les extrémistes rentreront dans l'ombre si nous trouvons des éléments de solution du problème, des éléments qui feraient appel à toutes les réalités historiques, qui tiendraient compte des réalités présentes. Je ne pense pas que nous ayons résolu, ici, le problème. Mais notre débat nous aidera à mieux y réfléchir dans l'avenir. Les questions préalables L. SOLIMAN. - Je conclurai sur deux points. Je suis l'un de ceux qui ont dénoncé publiquement tout ce que je considérais comme aberrant, comme c'est le rôle de l'intellectuel nationaliste et universel - il ne peut se taire devant certaines exagérations. J'ai dit aussi que dans notre société, qui n'est pas homogène, il y a des antisémites, des « salauds », des vauriens, mais j'ai dit également que, chez nous, il y a une lutte assez sérieuse qui se développe. Si on regarde dans la projection historique, on remarquera que la lutte contre le fanatisme, contre le racisme, en Egypte par exemple, a fait des progrès depuis l'époque où, il y a vingt ans, les Frères musulmans dominaient la scène politique. Nous espérons vaincre tous les vestiges de ce passé. Malhet1reusement, ils sont alimentés par d'autres éléments, cela fait partie de notre lutte. Je dénonce tout excès raciste d'une manière catégorique. Mais je trouve qu'il y a une différence entre le racisme politique d'Etat, c'est-àdire exercé par des gens au pouvoir et le racisme «populaire ». Je ne suis pas pour la responsabilité collective des gens - les peuples ne méritent pas toujours les gouvernements qu'ils ont lorsque les excès sont l'expression d'un pouvoir ou bien -d'une bureaucratie. Mais le phénomène devient beaucoup plus grave lorsque le racisme s'exprime dans le comportement des gens. Par exemple, je trouve que le racisme américain est particulièrement grave; le gouvernement se dit officiellement antiraciste, c'est le peuple qui s'exprime de façon raciste. C'est beaucoup plus grave que si c'était le gouvernement qui organisait des fours crématoires pour les Noirs. Les gouvernements peuvent changer, mais les hommes eux, vivront l'avenir. Le professeur Cahen m'a posé une question qui résume tout. Il me demande si on ne peut pas projeter dans l'avenir une sorte de fédération. Je n'aurai pas la fatuité de préconiser une solution quelconque, mais ma tâche, en tant qu'intellectuel, est d'exiger d'abord que les questions soient bien posées, car les questions mal posées ne peuvent qu'entraîner de fausses réponses. Alors, avant de penser même aux solutions, il faut poser le problème. Je rappellerai · tout simplement une chose : je commençais l'article que j'avais donné aux « Temps Modernes ", six mois avant le conflit, en disant que je me refusais à l'absurde, c'est-à-dire la guerre ; je terminais en dis:mt : il y a deux questions préalables auxquelles il faut répondre : la première est de savoir qui a fait des juifs des victimes? A partir de quand faut-il comp· tabiliser « l'agression » en ce qui concerne les Arabes? Ce sont des problèmes qui sont terriblement importants; sj on ne les pose oas d'une manière correcte, on ne peut avoir que de fausses réponses. 1. ISRAEL. - Poser le problème de cette façon ne ferait que le ·perpétuer, parce que les préalables sont à mon avis, mal fondés; ils empêchent l'instauration du dialogue. Ils supposent déjà une façon de résoudre le problème. M. Soliman rçprésente évidemment un certain point de vue. L. SOLIMAN. - Je suis un individu qui représente une sensibilité plus ou moins collective ... La Bible. un livre d'histoire 1. ISRAEL. - Il y a d'autres façons de poser le problème, mais le temps ne le permet plus ... Je voudrais aiouter deux mots sur la question des Livres Saints. Je ne suis pas croyant et mon lien avec le peuple juif, c'est à travers Israël que je l'ai. Pour la majorité des Israéliens de nos jours, la Bible est surtout un livre d'histoire, un livre de géographie. Je félicite M. Soliman pour sa courageuse attitude antiraciste, mais je dirai en même temps que ce n'est pas en puisant dans la Bible que les Israéliens ont lancé un slogan tel que celui de « guerre sainte ", qui a été lancé dans les pays arabes malgré le fait que l'influence des Frères musulmans est pratiquement négligeable. L. SOLIMAN. - Je n'ai pas parlé du Grand-Rabbin qui a été au Mur des lamentation sonner du cor! Vous ne connaissez pas l'arabe : on parle de « guerre sacrée », comme en. Europe en 1914, en 1939, on a parlé de « guerre sacrée ". Le terme « sacré " ne veut pas dire « saint ». 1. ISRAEL. - La Bible a moins d'emprise sur les Israéliens, en tant que religion, que l'Islam sur les masses aral:! es! L. SOLIMAN. - Vous ne connaissez pas les masses arabes ... J. NANTET. - En toute sympathie pour le peuple juif, je peux dire que, s'il y a guerre sainte, il peut y avoir aussi la sainte paix! Ch. PALANT. - Nous arrivons au terme d'un débat dont il faut souligner la parfaite courtoisie, la grande loyauté de tous ceux qui y ont participé. Nous ne tenons pas les diplomates en si basse estime, que nous nous sovons fait illusion sur la portée pratique, en tout cas immédiate, d'une telle rencontre. Mais si nous n'avons avancé que d'un seul pas sur le chemin de la compréhension, je crois que l'effort que nous avons accompli ensemble en valait la oeine, et il est prometteur d'autres efforts que nous aurons à faire ensemble, guidés par notre souci légitime et noble d'avancer sur le chemin de la paix. Sonia Delaunay: Tango au Bal BullIer. - Peinte sur toile à mate las, cette oeuvre de 4 mètres de long a été achetée par l'Etat à l'artiste, pour le musée d'Art Moderne de Paris. Le rythme des formes en mouvement, les couleurs chaudes traduisent I·ambiance. de la danse qui faisait alors fureur. Vieira da SIlva: Carène: - Dessin au fusain sur toile, cette oeuvre est caractéristique de la recherche actuelle de l '.artiste. Cette carène pourrait être aussi le réseau d'ogives d'une cathédrale gothique. C'est, de toutes façons, un chef-d 'oeuvre d'équil ibre archlte ctural. DEUX GRANDES DAMES DE LA PEINTURE DROIT ET LIBERTE - N° 270 - FEVRIER 1968, UNE grande rétrospective de l'oeuvre de Sonia Delaunay vient. d'être présentée au public parisien. Nombre de ses oeuvres sont visibles en permanence au Musée National d'Art Moderne auquel elle fit il Y a 4 ans une très importante donation, Sonia Terk qui naquit en Ukraine, vient à Paris à vingt ans ; la passion de la peinture lui fait connattre le peintre Robert Delaunay. Ils élaborent ensemble un art original tout entier tourné vers l'exaltation de la couleur. Très liés au milieu intellectuel et artis· tique de leur temps, ils se battent avec leurs amis contre l'art académique et même quelquefois contre certains de leurs amis pour faire admettre leur vis.ion particulière. A l'époque où tout ce qui était d'avant-garde était cubiste, ils n'étaient pas tout à fait cubistes, ou plutôt, Robert l'était un peu et Sonia pas du tout! C'est Guillaume Apollinaire qui inventa pour eux le nom d' « orphisme ", comparant leur art à celui d'Orphée. Sonia Delaunay a en effet quelque chose d'un Orphée: poète de la couleur, elle réalise la première « peinture- poème " dont Je texte dédié aux mùsiciens est d 'un aut H' ami poète. Blaise Cendrars. Il s'agit de la Prose du Transsibérien et de la petit.e J ehanne de France dont les 444 vers furent imprimés sur un long p apier plié à la chinoise, à l'aide de plus de dIX corps de caractères tYp'ogral biques différen ts. Les vers - libres - chevauchent l'illustration ab s traite exécutée au pochoir avec un grand fas te de couleurs: « Et le monde, comme l'hCJ"loge du quartier juif de Prague tourn.: éper. dument a rebours »... dit Blaise Cen· drars e t semblent dire les formes ciro culaires qui font dès maintenant partie du langage de Sonia. En même temps Sonia Delaunay mettait au poin t se~ recherches picturales pour les adapter aux arts appliqués: affiches en papiers collés, objets peints, reliures, tissus, couvertures, vêtements, costumes de théâ tre et même jeux de cartes et tout dernièrement une carrosserie automobile. De tous les peintres abstra its elle est le seul qui se soit battu pour faire descendre l'art dans la r ue. Pour cela, elle n'hésita pas à éditer elle· même ses tissus! Après toute une vie de tra vail, de lutte, Sonia dit simplemen t, parlant d 'elle-même : « J'ai acquis une liherté d'expression, que l'on trouve dQlH mes -+ 27 28 Katerina TEXTILE FOURRURE 30, rue Beaubourg - TUR. 20·62 -+ dernières oeuvres surtout, les gouaches, qui sont des expressions d'états d'âme, des poèmes ». Vieira da Silva ne lui ressemble en rien, sinon par la qualité de son art. L'exposition de ses oeuvres n'avait pas l'envergure d'une rétrospective puis.qu'il s'agissait seulement d'une présentation de ses peintures les plus récentes. Vieira da Silva, d'origine portugaiser arrive à Paris en 1927, au même âge que Sonia Delaunay. Peutêtre même avait-elle vu, enfant, des oeuvres de Sonia qui .séjourna et peignit cinq ans au Portugal. Toujours est-il qu'elle se place d'emblée sur le même terrain: un art qui ignore la fausse querelle de l'abstrait et du figuratif et qui utilise toutes les ressources de la peinture. Presque tout de suite elle se trouve au sein du petit milieu d'artistes qui ne se contentent pas des sentiers battus. De son passage dans l'atelier de Fernand Léger, elle garde le goût de la ligne et celui de la couleur. Mais elle utilise lignes et couleurs de façon tout à fait différente. Sa sympathie pour le surréalisme et son amitié avec Marcel Duchamp lui font élaborer un art très proche" du surréalisme. Mais sa préoccupation principale reste celle de la recherche d'un espace. Trompeur, intérieur, infini, vertigineux. Les oeuvres qui étaient exposées à la galerie Jeanne Bucher témoignent d'une évolution qui va dans le sens d'une plus grande austérité. Les couleurs se raréfient jusqu'à disparaître dans la lumière comme dans les toiles blanc sur blanc, Parabole, Ordre, Equité, ou dans l'ombre comme Entreprise impossible; une très belle oeuvre qui semble montrer que l'entreprise n'c;:st pas vraiment impossible. D'autres oeuvres utilisent un système d'harmonie colorée très simple: deux couleurs (par exemple bordeaux et bleu) et toutes les variations possibles du blanc au noir. Si la couleur se retire, c'est au profit de la matière comme dans Les Peupliers. Mais les oeuvres les plus riches, à mon avis sont celles où les contradictions semblent s'affronter sur la toile: le réseau statique des lignes horizontales et verticales ne résiste pas aux attaques des obliques ~ui brouillent le jeu, amorcent un oynamisme comme dans l'oeuvre intilulée justement Dynamisme organisa-' teur. Il arrive aussi, bien sûr que les obliques s'immobilisent dans des compositions symétriques, Carène, ou rayonnantes, Sandgrave. Que sera la prochaine exposition de Vieira da Silva? Celle-ci est à peine terminée que déjà nous attendons la suivante. Eugénie DUBREUIL.

  • Sonia Delaunay et Vieira da Silva

sont toutes deux amies du M.R.A.P. Lors de notre vente-exposition d'oeuvres peintes et sculptées de 1964 elles offrirent chacune une toile. .. 1 "f J! ë Q Plusieurs sirent à se libérer eux-mêmes, en volant leurs armes à leurs bourreaux à l'approche des armées alliées. Ils réussirent ainsi à éviter I"extermination totale. Ici, des résistants à Mauthausen, lors de la libération de leur camp. UN LIVRE MEMORIAL LES photos qui témoignent de l'horreur concentrationnaire nazie ne sont pas très nombreuses

on les connaît toutes ; de la

pendaison en musique du camp de Mauthausen à l'unique,vue du Vel'd'Hiv transformé en camp de triage pour les juifs parisiens, il n'en est pas une que l'on ai vue et revue. Et pourtant, comme on dit, « on ne s'y fait pas» ; on les regarde toujours comme si c'était la première fois. L'ouvrage La Déportation, que vient de publier la F.N.D.I.R.P. (1) regroupe la quasi totalité des photos prises dans les camps, les convois et les prisons. A ce seul titre, c'est un livre indispensable. Mais il contient plus : une documentation sur les camps, sur leurs kommandos, une bibliographie très complète qui font de La Déportation une somme et un document de base. . . On sait trop peu, par exemple, qu'avant même le début de l'expansion nazie, en mars 38, 32 camps étaient déjà en fonction dans l'Allemagne même, dont les principaux : Orianenbourg (1933), Dachau (1933), Sachsenhausen (1936), Buchenwald (1937) ; c'était avant l'emprisonnement massif des juifs allemands, qui ne commença que dans la « nuit de cristal » du 9 au 10 novembre 1938. C'est donc pour les démocrates et les anti-nazis allemands que les camps furent ouverts d'abord; c'est .là que des dizaines de milliers subirent la torture et la mort avant (1) Fédération nationale des déportés et Inter· nés résistants et patriotes. ID, r. Leroux. Parls·1S', Introduction de Louis Martln·Chauffier. 270 pages. 60 francs. même la grande hécatombe finale. Et ceci, on ne le redira jamais assez. Une, atmosphère cordiale Ce qu'on ne dira jamais non . plus assez, c'est le profit que tira la grande industrie allemande du bétail humain que le nazisme (qui se disait socialiste et anti-capitaliste lorsqu'il fallait enrôler les chômeurs berlinois sous la bannière des sections d'assaut ou de la S.S.) mit à sa disposition. Krupp, Thyssen, l'I.G. Farben sont les plus notoires. La Déportation reproduit d'ailleurs la célèbre photo du Führer souriant visitant la Ruhr, guidé par Fritz Thy'ssen. Elle reproduit aUSSl, en fac-simtlé, le procès-verbal des négociations menées en 1941, à l'apogée de la puissance hitlérienne, entre les quatre dirigeants de l'I.G. Farben et Krauss, directeur admnistratif des camps, pour la construction d'une usine à BunaMonowitz. « M. Faust (ingénieur en chef de l'I.G.F.) a demandé pour l'année en cours environ 1.000 manoeuvres. Pour l'année prochaine, on annonce un besoin de 3.000 'détenus. L'effectif du camp (d'Auschwitz) doit être porté à environ 30.000 détenus. Il est impératif qu'on puisse se procurer le fer et le nombre de kapos nécessaires. Ces kapos seront choisis parmi les criminels de droit commun des autres camps et seront transférés à Auschwitz. Le temps de travail est au minimum de 11 heures. » « Toute la négociation, conclut le document, a été menée dans une atmosphère cordiale, les deux parties soulignant leur désit· de s'apporter mu- DROIT ET LIBERTE - Nu 270 - FEVRIER 1968. tuellement toute l'aide possible. » Cette « aide» aboutit à la mort de 30.000 dé· portés, tombés d'épuisement dans l'usine de Buna-Monowitz. Comment cet épuisement était-il possible ? Une autre photocopie l'explique. Le document émanait, en 1942, de l'Office central économique et administratif des S.S. « Le travail (effectué par les détenus) doit être; au vrai sens du mot, épuisant, pour ,qu'on puisse atteindre le maximum de rendement. Le temps de travail n'est pas limité ... « Tout Ce qui pourrait abréger la durée du travail (temps de repas, appeL". etc.) doit être réduit au strict mini· mum. Les déplacements et les pauses de midi, de quelque durée que ce soit, ayant pour seul but le repos, som in. terdits ». La grande industrie fut complice Mais c'est toute la grande industrie allemande qui fut collaboratrice et bénéficiaire du monstrueux système nazi. Siemens avait une usine dans le camp même de Ravensbruck. Les détenus d'Auschwitz travaillèrent pour Vacuum, ceux de Buchenwald pour BMW; ceux de Dachau pour BMW, pour Unic, pour Messerchmidt, pour Agfa; ceux de Flossenburg pour Zeiss-Ikon; ceux de Neuengamme pour Volkswagen et pour Shell. Partout l'esclavage fut le même et la rentabilité proportionnelle. L'utilisation de cette main-d'oeuvre permit à la grande industrie un essor prodigieux. Lorsque, après la guerre, les Etats-Unis « remontèrent,. l'iI)dustrie ouest-allemande, ils le firent sur la base de la puissance acquise par les firmes avant l'effondrement du Reich. C'est pourquoi il n'est pas exagéré de dire que c'est grâce aù génocide hitlérien que l'industrie allemande est aujourd'hui la mieux placée dans la perspective toute proche du Marché Commun. Cette énumération des profiteurs du nazisme prouve en conclusion que le nazisme n'était pas une aberration de l'histoire échappant à toute analyse. Marx disait que le capitalisme à l'état naissant du XIX' siècle ne donnait aux travailleurs que le strict minimum nécessaire à la reconstitution de la force de travail pour la journée suivante. Grâce au nazisme, les industriels allemands économisèrent cette dépense même; les déportés n'avaient pas besoin de reconstituer leur force de travail

lorsqu'ils étaient épuisés, la chambre

à gaz les attendait s'il leur restait assez de forces pour s'y traîner, et des trains entiers amenaient de l'Europe occupée leurs successeurs. Des millions étaient ainsi gagnés; c'est pourquoi revient encore une fois en mémoire, en conclusion de La Déportation, la phrase légendaire de Brecht. : « Le ventre est encore fécond d'où a surgi la bête immonde. ,. Pierre LASNIE~, EUROPE La revue EUROPE, fondée en 1923 par un gn»upe d'écrivains en collaboration avec Romain ROLLAND, poursuit la tradition de ses fondateurs orientée vers un large humanisme, avec le sou· cl d'intensifier les échanges culturels entre les peuples pour le maintien de la palx. Depuis 1949, elle a multlplfé ses ' numé· ros spéciaux consacrés, les uns à des créateurs Illustres. les autres à des littératures étrangères, permettant au vaste public de langue française à tra· vers le monde d·entrer en contact avec des oeuvres jusque·là enfermées dans leurs frontières / linguistiques. Son programme pour 1968 et pour les années suivantes permettra à , ses lec· teurs de continuer à explorer , la cul tu· , re mondiale et en même temps de se tenir au courant de la production française (littérature. théâtre, cinéma, musique, arts plastiques), dans ce qu'elle a de plus valable. EUROPE qui, depuis quarante-clnq ans, a diffusé les première pages écrl· tes par des auteurs qui ont aujourd'hui atteint une renommée universelle, a Cour devoir de rechercher et tte publier es jeunes poètes, les jeunes conteurs, dont les oeuvres futures ajouteront à la gloire de la littérature française. Le Comité d 'EUROPE Pierre ABRAHAM , ARAGON, Ga, briel AROUT, Emmanuel d'AS, TlER, Madeleine BARTHELE· MY·MADAULE. Roger BORDIER, Maurice BOUVIER·AJAM, ' Roger CHA T E AU N E U, Ma rie·Anne COMMENE, Pierre GAMARRA, Jacques GAUCHERON, ~ acques MADAULE. Jean ORCEL, Pierre PARAF, Lucien PSICHARI. Emi, le TERSEN, Elsa TRIOLET. EUROPE a publié récemment des numéros spéciaux sur : RACINE ELSA TRIOLET et ARAGON BAUDELAJlOE PIRANDELLO, o. MIRBEAU RAMUZ, THOREAU CINQUANTENAIRE D'OCTOBRE SWIFT LITTERATURE CATALANE LITTERATURE POUR LA JEUNESSE Chacun de ces numéros France : 10,50 F Etranger : 12 ' f ' Abonnement (12 numéros) France : 1 an 45 F - 6 mois 25 F Etranger : Un an 55 F Demandez la liste complète à : EUROPE ZI, rue de Richelieu, Paris 0 " ) C.C.P. 4560-04 Paris 29 n':\ccordent à leurs interlocuteurs qu'une bouchée de pain, « quelque chose, disent-ils, de proportionnel à ce que les grands trusts pétroliers accordent en fait de « royalties » aux Etats arabes « indépendants » et producteurs de naphte. » . de bol d'air tentative systémaUql;l:ouffée par les hebdomadaire vite e'te enfouie sous gaz d'échappement, VI iorités non resles flots de sang des. pr dans les incenpectées, vite évanouIe mbolées. dies des bagnoles car deux pitoyable~ Perdus là-dedans, de Marx et de WEEK-END Un monde en panne « Week-end », c'est le chapitre IV d'un essai sur la civilisation contemporaine filmé par Jean-Luc Godard, essai dont les trois premiers chapitres s'intitulaient « Made in USA », « Deux ou trois choses que je sais d'elle » et « La Chinoise ». enfants du siècle, ceupompidou, deux Coca-Cola revus pa~ (Jean Yanne et tout petits bourgeoIS Mireille Darc). n'est pas nous, C'est de la fiction, ce aS disent cerça ne nous concerne p ~u trop vite tains qui oublient, un rr la portière les insultes crache~s p bien ainsi, en des automobiles (c jst bilan officieux France, en 1968 ?), e sur les routes, et partiel des mortr quotidiens du publié le lundi par. e~ en France, en matin (c'est bien alllsioirs et les ma- 1968 ?), les balayeurs ni hantent les noel:lvres algériens q.u rs de cons truccanIveaux et les ch.an~le en France, en tion (c'est bien amSI, essives des da- 1968 ?), les oeillade.s agr rient sur nos mes dévêtues qUl s.ou orges ou des murs pour ... des souue'~;i en France, apéritifs (c'est bien al , UN Africain et un Arabe : ils conduisent une benne à ordures · dans un petit bourg de Seineft- OIse et conduisent peut-être aussi c:: Spectateur de « Week-end» le deriller film de Jean-Luc Godard, à se ~osel q~elques questions nouvelles ur a reaIité du racisme en 1968. Civilisation des « loisirs », dit-on souvent bien vite (des loisirs comment et pour qui?) lorsqu'on essaie de définir le mode de vie dans les pays occidentaux économiquement développés. Godard répond, souvent pêle-mêle, barbouzes, conditionnement publicitaire, grands ensembles et malthusianisme du district parisien, aventurisme confus d'une gauche « révolutionnaire ». Un Africain et un Arabe : ils s'exprir~ nt, mais chacun pour l'autre. « Mon {ere Noir parlera pour moi » dit rtralbe: Et ce sont des propos sur la vo utIon en pays colonial... Ils mangent des sandwiches, ces b SOUS-développés », et parlent la g~~che pleine aux deux jeunes bourOIS perdus après un week-end apo- M!yPtIque du côté de Saint-Cucufa. m t;me pas polis, l'Africain et l'Arabe, eme pas . reconnaissants puisqu'ils Aujourd'hui, avec Week-end, c'est le grand travelingue sur un monde en panne, le plus long traveling du siècle sur les voitures encalminées dans les embouteillages du week-end, cette en 1968 ?) . . W ek.end est un C'est bien ainsI, e « civilisation film réaliste sur nftre ôtre du moins des loisirs ». Sinon .a n osé~. celle qui nous est ImP R. P. JO PEUT-ON ENCORE ETRE JUIF? par Roger IKOR I?ans .lt:: courant du etre lUlf aujourd'hui mois, les Editions Bernard Grasset doivent publier un nouveau livre de Roger Ikor, « Peut-on ?» Nous avons demandé à l'auteur de nous dire comment il a conçu son étude. L A question est celle-ci : comment se pose à un juif, aujourd'hui, sa condition de juif? Depuis Les fils d'Avrom, je voulais prendre le taureau par les cornes, ~a nOUveau livre est une réponse à tous les problèmes qlui s~ Sant posés à moi et que j'ai posés aux autres avec es fils d'Avrom. · Je .c?nsidère la façon dont J.-P. Sartre a évoqué la « question )Ulve » comme dangereuse et fausse parce que philoS? phl~ue . 1/ nous a présenté en effet un personnage • en ~'tuatlOn ., prisonnier de cette situation, statique. J'aborde onc le problème sous son aspect historique. · Il . Y a d'abord une période qui va des origines au chrisganls!"' le. y a-t-il eu un antisémitisme avant le christianisme? n . n observe alors aucune hostilité particulière du monde ~nvlronnant. On ne parle pratiquement pas du peuple juif ~usque trois siècles avant Jésus-Christ. Hérodote a parcouru d out le Proche-Orient: il ne parle pas du tout du peuple es Hébreux. La « question juive • commence à se poser réellement ~u . ~oment où la communauté juive s'affirme sur le plan polltlqu~, militaire, matériel. Le christianisme est devenu la ~ranche la plus universaliste de la religion juive. Il veut faire ~ tous les hommes des élus tandis que le judaïsme veut f_alr~ des seuls Juifs des él~s. Le christianisme, triomphant, ~?Ialre alors les juifs sous une lumière particulière. Je consiere ~ue. J'antisémitisme est né de l'enseignement du mépris par 1 ~ghse catholique. Certes les premières grandes mani~ lestatlOns de l'antisémitisme datent du début du IX' siècle : 1 a donc fallu un millénaire pour qu'on en arrive à considérer le Juif comme l'ennemi principal. sinon le seul ennemi. . our constater J'étudie bien sûr la période contemporaine p u'il n'est nul· que l'antisémitisme est un fait historique et q le juif • qui lement attaché à la substance même du • peuP n'a rien d'exceptionnel. . l'antisémi- Je suis d'ailleurs optimiste quant à l'avenir d: disparition tisme. Je pense en effet que nous allons ve.rs . s me. Chacune progressive. Il y a plusieurs raisons à cet Optl~'Ss permettent est sans doute insuffisante mais, réunies, e f e du jour au d'être confiant (je ne dis pas que cela se er~ causée par lendemain bien sûr) : il y a l'horreur réell~":1~n,. l'aggiornales massacres hitlériens, réaction de sens~b'l!'te, (qui touche mento de l'Eglise catholique et des autres ~g Ise\daïsme et égaleme~t I~. religi?n juive) - l'hostilite /u l'hat d'Israël celle du judalsme s estompent; l'existence. e semblables qui fait la preuve que les Juifs sont des ~trt~e quitte le aux autres. Le racisme en définitive se dep ans' le monde, Juif. S'il y a aujourd'hui une poussée raciste da une dilution l'intégration ~e poursuit parallèlement. Il Y at La difficulté de l'antisémitisme qui continue à peser pourt~ln . 'y a pas de de résoudre • la question juive " c'est qu 1 n question juive... " t t' Je n accep t: Depuis la guerre, on dit. juif • avec nette e. une certaine donc comme Juif que celui qui se dit tel pour israélien, le raison: le juif de religion, le juif sioniste oU elle. juif de communauté, le Juif de dignité personn besoin de plu~ L'évolution actuelle se caractérise par un ce livre contrlen plus impérieux de netteté. J'espère que buera à rendre les problèmes plus clairs ... TENESSI.) (Propos recueillis par Jacques • Chêne et Lapin~ angora, de Martin Walser, s.: jouera au T.N.P. à partir du 8 février. Martin Walser est l'un de ces jeunes Allemands en colère dont les plus célèbres sont Günter Grass et Hans Enzenberger. Dans Chêne el Lapins angora, il traitera du nazisme et des profonds traumatismes que le III' Reich a laissé dans tout un peuple. LU - VU - ENTENDU Eddine, Assia Djebar, Mouloud Mammeri, Albert Memmi Kateb Yacine, Driss Ch~aïbi, et une pléiade de jeunes moins connus. « Présence du Maghreb» a son siège à Saint·Ouen (93), 21, rue Villa-Biron. Béatrice Arnac slclens contemporains : Ber· toit Brecht, Kurt Weil! , Paul Eluard, etc. • Deux congrès importants viennent de se tènir en Afrique. A Tombouctou, une conférence étudia sous I·~gi· de de l'UNESCO, l'histoire africaine. A Dakar, ensuite, le Théâtre Daniel Sorano accueillit quelque 2.000 afri· canistes venus de 54 pays. • Présence du Maghreb vient de publier son premier numéro. Il se consacre à l'art et la culture maghré· bine d'aujourd'hui. Au sommaire : Ahmed Cherkaoui, Mohamed Khair· • " Sept dans un bunker », le livre de Charles Goldstein, dont nous avons publié les « bonnes feuilles» dans no· tre numéro de novembre, vient de sortir aux Editions Gallimard. Il a été accueilli par l'ensemble de la presse avec un grand intérêt. • Béatrice Arnac chante jusqu'au 19 février au Studio des Champs·Elysées. Son nouveau réc.ital est d'une grande qualité : elle chante d'abord les chansons françaises du XV' au XIX· siècle, puis les poètes et mu- Ce 2 Congrès des Africa· nistes (le 1"' se réuni t il Accra en 1962) se termina sur deux projets impor· tants : la promotion des lit· tératures nationales africaines; la rédaction d'une en· cyclopédie d'histoire africaine. BASTA! L RERES de l'Homme, voici un li· r vre pour vous. Toute bibliothèque antiraciste devra posséder ce « Recueil des chants de témoignage et de révolte de l'Amérique latine , que nous offre, avec en appendice leur musique, et dans leur contexte histori· que, l'éditeur François Maspero dans sa collection Voix. Par le massacre, l'arrivée de l'Eu· rope catholique réduit de 40 à 12 mil~ lions, les Indiens qui chantaient et dansaient leur accueil. Mes petits nègres affamés. Et le noir, le bois d'ébène doit à la pitié du missionnaire Las Cazas pour les Indiens, d'être par masse vendu et déporté, esclave. De cette honte blanche, s'est faite la richesse des ports de l'Atlantique européen. Dors, dors petit noir / car ta mère est aux champs / et elle travaille / elle travaille toute la journée. Elle travaille oui / elle travaille mais elle n'est pas payée. ... Quand je reviens de la mine / fa tigué du chariot / je trouve ma négresse triste / abandonnée par Dieu / et mes petits nègres, affamés. Le curé Hidalgo. Cependant la constitution des Etats· Unis, la Révolution française, et les victoires de Napoléon ouvrent les possibilités d 'indépendance. San Martin monte du Sud, Bolivar traverse les Andes. Dansons la refalosa, mon âme / La patrie va triompher! / Descendant des Andes / Vient un brave général. DROIT ET LIBERTE - N" 270 - FEVRIER 1968. Enfin va venir / le temps espéré / où l'insurgé / ne sera plus esclave. Mais l'indépendance n'a pas changé les structures économiques. Les conservateurs sont Les Crabes. Crabes à la lutte / crabes en cadence / un pas en avant / deux cents en arrière. La chanson indienne s'attriste sur le curé Hidalgo qui, au nom de Notre Dame de Guadalupe, abolit esclavage et tributs, et fut fusillé; mais elle n'a que fàire de s'apitoyer sur le sort de Maximilien d'Autriche responsable « de drames si sanglants », et !'infortunée Charlotte «( Adieu, Maman Charlotte »). Aux empires européens ne succède que l'empire bananier. Les gringos commandent une « Triste Patrie , : Même dans l'ancienne Babylone la corruption ne fut plus grande. Ici n'importe quel bouffon Est président ou dictateur. Mais on célèbre la lutte du Mexique

Voilà les gros pieds qui arrivent les gringos américains en disant qu'ils vont en finir avec les Indiens mexicains ... Quand ils arriveront ils verront qu'on les attend ... L'insulte populaire Pancho Villa, le cruel bandit-providence, y devient une épopée. Dans la guerre civile, que provoque l'insurrection des propriétaires et du clergé (unis aux monopoles pétroliers) contre une Constitution postulant le droit au travail et à la terre, se fait l'Union: Les paysans et les ouvriers / vont travailler ensemble / pour vaincre la bourgeoisie / ... Ne te décourage pas paysan / Unis-toi à l'ouvrier, / car le riche use d'artifice / pour conserver son argent ... Contre « le Militaire Fou et Assassin » au Nicaragua, au Salvador, au Guatemala comme aux Caraibes fleurissent les Guerilleros, dès l'entre-deuxguerres. L'insulte populaire de nouveaux sans-culottes accable « La Femme du Goret » Perez Jimenez. Car elle cuisine au pétrole Poum, pourouboum, pourouboum, [boum, boum Que le cocu donne aux Yankees Ay, Carmela! Ay, Carmela! Eisenhower l'avait décoré du Mérite, pour camps concentrationnaires et massacres d'étudiants. Et puis « On a tué le bouc» Trujillo. C'est un « Ça ira » car « Les Coquins sont partis ». Mais qui reviennent. Alors comment s'étonner de la ferveur qui, sur 29 pages, 30 chansons monte vers la Révolution cubaine. « Alors est venu Fidel » - « Air de l'alphabétisation » - « Nous avons gagné la lutte» - « Vive la Révolution de notre chère soeur ! , - « Regarde-la comme elle est belle! » - « La Route » - « Nous vaincrons ». Alors monte le « Cri du peuple » : Personne ne peut étouffer un chant [nouveau Il fleurit dans la bouche du vent ... Assez de léthargie, peuple paragayen. montent les nouveaux chants des « Guerilleros » colombiens : Le trouble qui émeut mon peuple opprimé et violé par la foi me met le fusil à la main et me remplit d'une nouvelle foi .., Je ne suis que courage. des pieds au chapeau. Et La Galopera de l'Espérance L'espérance porte / ton couplet paysan / un printemps qui vibre / criant la liberté ... Depuis l'Aranca / Jusqu'au Plata / Du popoca au Tupungata / les peuples s'unissent ... / côte à côte, comme de. pumas / Ils se prëparent à saut er Jean CUSSAT·BLANC. 31 l 32 Les hitlériens à Paris par Vassili Soukhouline, E.F.R., 246 pages, 16,45 F. Vassili Soukhouline fut, de la révolution d'Octobre à 1963 (l'année de sa mort), correspondant de journaux soviétiques à l'étranger, et surtout à Paris. Il y était lors de la défaite française en juin 40. C'est son journal pariSiien de quelques mois (juin 40 - juillet 41) que nous livrent les Editeurs Français Réunis. Soukhouline connaissait bien le ToutParis des arts et du journalisme. Il nous livre une galerie de portraits exceptionnelle à une, époque où, entre les fascistes triomphants et les résistants de la première heure, la plupart essaient de « sauver les meubles » et de naviguer au mieux (du moins le croient-ils) de leurs intérêts du moment. Mais, homme de grande culture et de grande lucidité, Soukhoul,ne sait les limites de ce milieu. Il discute aussi avec les garçons de restaurants, les marchands de journaux, note des conversations entendues dans les bars. Ainsi ses mémoires donnent- elles une image précise et vivante du Paris des années sombres. Les carnets secrets de la décolonisation par Georges Chaffard, Calmann-Lévy, 439 pages, 21,60 F. Du règlement de l'affaire indochinoise à l'indépendance de l'Algérie, ce sont huit années d'histoire contemporaine encore brûlante que- résume avec brio le grand journaliste Georges Chaffard (L'Express, Le Monde) dans le second tome de son ouvrage sur la décolonisation. On peut regretter le titre, fait pour le commerce. Les «secrets» de l'histoire sont toujours bien minces, et sans importance réelle. Ils ne surprennent personne. Aussi bien Georges Chaffard, en dépit du titre de son livre, ne nous livre-t-il pas les « dessous » mystérieux de notre histoire récente ; rien dans son livre n 'apparaît que laissait ignorer une lecture attentive des journaux de l'époque, quotidiens ou hebdomadaires. C'est dans l'analyse et la synthèse de ces événements connus que Chaffard met son talent; et c'est bien plus important que de savoir ce qui se serait passé si le nez dé Cléopâtre avait été plus court. Pierre LASNIER. Les peintres témoins de leur temps Le 17' Salon des Peintres Témoins de leur temps est actuellement ouvert au Musée Galliera. Ce salon a été fondé en 1951 par le peintre Isis Kischka pour réagir contre l'envahissement de l'art abstrait. Dans son principe qui est de proposer chaque année aux artistes qui désirent y participer, un thème général, il est assez particulier. Parmi les thèmes traités les années précédentes il y a eu le Travail, le Bonheur, le Sport, l'Age mécanique et bien d'autres. De très grands artistes y ont participé surtout dans les pre· mières ànnées : Léger, Matisse, Dufy, Picasso, Villon, Braque, Chagall. Le 17' salon est placé sous le pa· tronage très officiel de MM. Chaban· Delmas, Malraux, Frey, Herzog, Doublet et Caldaguès. Le thème traité est Achl8l1l , ", M're vietnamienne. • celui de « L'année 1967 », chaque ar· tiste ,évoquant dans son oeuvre le fait le plus marquant, pour lui, de l'année passée. C'est ainsi que voisinent des thèmes tragiques comme " Bombar· dement au Vietnam » de Blasco Men· tor avec des thèmes futiles comme « Le triomphe des minis ». Des sujets si différents ne prouvent qu'une chose, c'est que, même les pein· tres peuvent avoir sur le monde des avis très différents, voire opposés. La seule chose qui pourrait les réunir dans ce cas, est la recherche de la qualité. Un fait est à signaler cependant, le nombre de peintres qui sont préoccupés par les grands conflits de leur époque : la décolonisation ( Lutte pour l'Indépendance à Djibouti » de Henry d'Anti, « Les Guérilleros » de Fontanarosa, « Vie et mort de Che Guevara » de Weisbuch, la guerre du Vietnam traitée par Jacqueline Bez, Fo'ugeron, Raymond Georgein, Blasco Mentor. Pour notre part nous avons surtout remarqué l'oeuvre du sculp· teur Achiam intitulée « Mère vietna· mienne ,. dont les formes simples et ramassées rejoignent le tragique contenu de l'art aztèque. E. D. la poèsie Citoyens de beauté par Jean Sénac. Editions Subervie. Beaucoup en Algérie, en 1963, raillèrent Jean Sénac d'avoir écrit: « tu es forte comme un comité de gestion ». Les uns eurent un sourire de commisération, d'autres un rire franc. Eux savaient lire. Des hommes, des femmes luttaient cependant avec acharnement pour que triomphe le système d'autogestion né de la libération du pays - la terre à ceux qui la travaillent, l'usine à ceux qui la font fonctionner. Ceux-là étaient le plus souvent analphabètes. L'oeuvre de Jean Sénac est louée par les uns et rejet,ée par les autres dans son propre pays. Il est probable que la publication de Citoyens de beauté relancera le débat. La qualité indéniable de cette oeuvre est bien pourtant sa profonde « algérianité ». On peut certes s'étonner de ce que Jean Sénac soit considéré comme un authentique poète algérien. Né en 1926 à Beni Saf, dans une famille ouvrière espagnole, il a bien sûr été nourri de soleil et de mer mais aussi de culture française. Cependant, en 1961 déjà, Mostefa Lacheraf - qui s'y connaît en matière de culture nationale algérienne - écrivait du sensualisme du poète: « Il nous restitue une grande part de l'esthétique algérienne popu· laire, les vieux thèmes de la tapisserie maghrébine, ceux de l'imagerie anatoHenne acclimatée par les Turcs, enfin toute la fraicheur suggestive des fleurs et des frults de chez nous et certains de ces emblèmes floraux et autres si chers à Lorca qu'on rencontre dans les copias andalouses d'Alger et du Sahel... La grande leçon que nous don· ne la poésie de Jean Sénac - Issue tout entière de la tradition et, de l'enseignement du peuple - ne sera pas perdue pour la Httérature algé. rienne de demain ,. (1). A cette restitution évoquée par Mostefa Lacheraf s'est ajouté le reflet du profond mouvement du peuple algérien à l'aube de son indépendance. Jean Sénac est profondément enraciné dans la terre d'Algérie, sa poésie le montre bien (" Le laurier, le cumin, l'ail et la goutte d'ombre ,. ne vont ensemble que là-bas). Peut-on vivre sans SA patrie? La poésie de Jean Sénac est une longue réponse négative. Que celui-ci appelle son peuple à construire l'autogestion (ou plutôt à défendre ce qu'il en reste), à construire une culture nationale et sans races montre aussi combien il est proche des plus humbles. Les plus nombreux. J.·P. S. (I) Préface à Matinale de mon peuple. le cinéma Le prêteur sur gages Dans un quartier noir, un impitoyable prêteur sur gages (Rod Steiger) fait un transfert (au sens psychanalytique du terme) sur ses victimes

en effet, il est juif et il a été

déporté. Toute sa famille a disparu dans les camps de la mort. Un problème de notre temps, douloureux et grave ... Mais le réalisateur américain Sydnet Lumet n'a su en tirer qu'un film ampoulé et cabotin, d'un schématisme outrancier, dont les ficelles, grosses comme des câbles, sont disposées là (en principe) à l'attention Ju public « engagé " ... Douze salopards Un réalisateur célèbre (à juste titre) pour son efficacité dans les films d'action, une vedette (Lee Marvin) et une série de solides comédiens de , second plan, de la pellicule 70 mm, musique stéréophonique : tout cela donne « Les Douze Salopards ", un film bien ficelé, doublé d'une mauvaise action. L'intrigue est simple. Avec une poignée de militaires destinés à faire du gibier de potence, un officier antimili- Jim Brown et Telly Salavas. La guerre des blancs. taris te fabriquera un excellent commando de choc qui va se distinguer sur les arrières allemands au moment du débarquement de Normandie cela, c'est le film bien ficelé. La mauvaise action réside ailleurs : Aldrich a la manière subtile pour faire d'une oeuvre présentée comme antimilitariste, un plaidoyer pour l'armée américaine. Où cette dernière ' opère-t-elle en 1968? Au Vietnam ... Mais, direz-vous, l'action se passe en 1944 ... Alors, comment se fait-il qu'Aldrich mette en scène un Noir refusant de faire la guerre des Blancs, si ce n'est pour réactualiser l'action. La lutte contre les nazis était juste, celle contre les Vietnamiens ne l'est pas. Raymond PRADINES DROIT ET LIBERTE - No 270 - FEVRIER 1968. les disques Jérusalem, Aznavour et le folklore L'un des plus anciens et des plus riches folklores du monde est, sans conteste, celui du « peuple d'Israël ». D'une discographie riche à l'extrême j'ai retenu quelques-uns des enregistrements les plus représentatifs et les plus soignés. Ce sont, tout d'abord les Chants d'Israël, du Chant du Monde (LDY 4074), par la chorale israélienne Rlnat sous la direction de Garry Bertini. Issus de toutes les « diasporas », utilisant les ressources de la musique occidentale, les six chants de ce trentetrois tours illustrent bien cette l'en· contre des textes anciens avec le présent, cette présence du biblique dans le contexte mouvant de l'actualité : Miracle des Miracles, Sur les Collines de Shek Abrk, Car de Sion sortira la Loi, etc. Chants Populaires Yiddish, au Chant du Monde (LDY 4087) par Charles Denner, Basia Retchitzka et Léo Knout sous la direction de Robert Cornman. Parmi les dix chants réunis ici, se discernent les resurgences internationales. Quelques airs nous sont plus ou moins familiers : tels Nisslm (Miracle) que l'on connaît dans l'harmonisation de Maurice Ravel, ou Az der Rebe Ellmelech, dont la variante anglaise est Old King Cole. Le Néo-Folklore - le « moderneo: cidep-tal ", par opposition aux chants de « 1 ancien biblique et oriental » - c'est par la voix de Rika Zaraï que nous le découvrons dans ce qu'il a de plus sympathique et de plus commercial - internationalement parlant - sous la référence Bel-Air 211048. Quatre titres récents: Bine ma tov, Vayhazkem, Bava netse Bamahol, Erev chel Chochanim. Mais Israël, par sa personnalité même, par l'extrême importance qu'il a pris récemment dans l'actualité, a fait fleurir divers refrains de circonstances aussi vite oubliés que déposés à la SACEM. Et, par contre, un refrain qui risque de devenir un classique est le « Yerushalaïm » de Charles Aznavour (Barclay 71203). « Yerushalaïm » fut composé pour illustrer un film franco-israélien que Charles Aznavour devait tourner en Israël. Pour des raisons de moyens et d'opportunité, le tournage fut remis et la chanson remisée, pour un temps, dans les cartons de l'auteur de la Bohème. Quand, bien après la cessation de la guerre, l'enregistrement fut diffusé, c'est sans doute ce contexte qui cristal· lisa l'intérêt du public. L'émotion qu'expriment texte et musique a fait le reste. Bernard SANNIER·SALABERl C la télévision Les dossiers de l'écran En avril 1967, avec la relance de la deuxième chaîne une nouvelle émission hebdomadaire voyait le jour : ft Les dossiers de l'écran JO d'Armand Jam· mot. Depuis cette époque elle s'est acquis un large public et est devenue une des plus populaires émissions de notre T.V. ; des sondages d'écoute ont révélé que, certains mercredis, ses auditeurs étaient plus nombreux que ceux du « Palmarès » de Guy Lux. Son succès tient à plusieurs facteurs : d'abord les « dossiers de l'écran » sont historiques et, depuis la suppression de « La Caméra explore le temps », l'histoire faisait plutôt figure de parent pauvre sur nos écrans. Or le téléspectateur moyen aime l'histoire. Quelle histoire? Armand Jammot, producteur de cette série, a su doser habilement les sujets historiques d'intérêts fondamentaux avec ce qu'on peut appeler « la petite histoire », l'histoire contemporaine avec l'histoire plus ancienne, donnant ainsi satisfaction à tous les publics. Nous notons pour notre part qu'au cours de ses dix mois d'existence cette série nous a valu des soirées du plus grand intérêt. On se souvient du débat sur la résistance antinazie en Allemagne, Mein Kampf, l'Exodus, la Révolution d'Octobre, la Chine, et plus récemment sur le Régiment Normandie-Niemen. Le succès de la formule ne tient pas seulement à notre avis au choix des films mais surtout au débat qui suit. e Les dossiers de l'écran » 'sont une des rares émissions qui utilise le « direct " pour un débat. Le procédé est payant. Il nous vaut parfois des minutes exceptionnelles de vérité. Ce " direct " ne signifierait pas grand chose sans le choix non limitatif des participants au débat. C'est un des mérites d'Armand Jammot de ne pas hésiter à réunir dans une même soirée des hommes de points de vue totalement opposés. L'intérêt de la discussion naît précisément de cette .confrontation d'idées. Si nous devions définir en trois mots cette émission nous , retiendrons : histoire - « direct " - et confrontation. Son auteur, Armand Jammot, est à l'origine d'autres grands 1 succès télévisés: Avis aux amateurs (1960). L'homme du XX, siècle (1961-1964). La Bourse aux idées, Verdict (1965). Le mot le plus long (1965-1966). Mots croisés et Vingt millions de témoins (1966). Pour les prochaines semaines il nous annonce des soirées sur la Commune de Paris, Mussolini, Les Chemises rouges, etc. Souhaitons longue vie aux ft Dossiers de l'écran ». Jean CONTE 33 34 CE MOIS CI Vendredi 9 février: Conférencedébat sur le N.P.D, et le néo-nazisme, organisée par le comité du M.R.A.P. de eréteU, 41, rue Juliette- Savar, en collaboration avec l'A.N.A.C.R. Projection d'un film, présenté par M' Roland Rappaport. Jeudl 8 févrler : Alain GaU6sel, secrétaire national du M,R.A,P., animera un débat sur les travailleurs immiarés au « J1"Oupe Tyrol » des Auberaes de Jeunesse, rue Mouffetard. Vendredi 16 t'vrier : Conférencedébat à la Maison des Jeunes et de la Culture de Beunçon, avec la participation de Jean-Francis Held, co·auteur du' livre « Les Français et le racisme ". Vendredl 1er mars : Grand débat sur le racisme, organisé par le Centre Culturel de Dunkerque, avec la participation de Pierre Paraf, président du M.R.A.P., de l'abbé Gérard Leman, vice-recteur des Fa· cuités Catholiques de Lille et de M. le professeur S. Agblemagnon. Vendredi 1er mars: Soirée-débat sur le « problème noir» aux EtatsUnis à la Maison des Jeunes et de la Culture d'Epernay. Projection du film « Harlem Story ». Conférence. LE 21 MARS SE PRÉPARE C'EST· la seconde fois, le 21 mars, que sera célébrée la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale dont l'O.N.U. a décidé l'institution. D'ores et déjà, elle se prépare un peu partout, et l'on peut affirmer qu'en Franc!!, elle aura un retentissement plus profond que l'an dernier. Le M.R.A.P. a préparé un dépliant contenant des informations et de très nombreuses suggestions pour ceux qui veulent (et peuvent), à cette occasion, agir utilement contre les préjugés et les discriminations racistes, pour la compréhension entre les peuples et la paix. Associations culturelles, maisons de jeunes, comités d'entreprises, municipalités, écoles, journaux, etc., y puiseront mille idées fécondes, de même que tous les antiracistes désireux de « faire quelque chose • ... Les uns et les autres auront, en parti- ' culier, à leur disposition, des listes de livres, films, photos, thèmes de conférences qui leur permettront de réaliser les initiatives les plus diverses. Précisons également que le M.R.A.P. édite des timbres de petit et grand format dont le dessin sera le « leit-motiv • de la Journée, et dont la diffusion permettra de faire face aux dépenses indispensables (1). Voici quelques-unes des premières initiatives qui nous sont signalées. A Nanterre (Hauts-de-Seine), le Théâtre des Amandiers prépare un Festival cinématographique consacré à l'Afrique, dont l'ouverture aura lieu le 21 mars, sous l'égide du M.R.A.P. et du Comité de Liaison contre l'apartheid. A Champigny l'Office Culturel prévoit, pour le 21 mars, dans le cadre « CinéJeunes ", la présentation du film • Le . Journal d'Anne Frank "; les 22 et 23, c'est le film « a Salto" qui sera projeté, sous le patronage de la municipalité; la bibliothèque municipale organisera du 18 au 23 une exposition sur le racisme, de même que la Maison des Jeunes, où se déroulera, en outre, une conférence· débat, avec la participation d'un animateur du M.R.A.P. En Meurthe-et-Moselle, le Foyer des Jeunes et d'éducation populaire de Tomblaine annonce également une exposition. A Reims il est prévu une importante conférence-débat, faisant suite à une vente de livres antiracistes. . Le Comité du M.R.A.P. du Nord met sur pied une série de manifestations dans le département. A Haubourdin, notamment, il est prévu au cours d'une « Semaine antiraciste • : une exposition, la projection d'un film, un débat, ainsi qu'une cérémonie amicale, au cours de laquelle les lots gagnés par les souscripteurs des Bons de soutien du M.R.A.P. seront remis à leurs bénéficiaires. Le ciné-club de Vernon (Eure) signale pour le 20 mars, la projection du film • Les Tripes au Soleil ", suivie d'un débat, et une exposition pour laquelle les photos ont été déjà retenues. A Paris même, il est prévu, entre autres, une journée d'études sur les problèmes des travailleurs immigrés, à laquelle le M.R.A.P. se consacre activement. ' Parmi les réalisations les plus remarquables, signalons les « valises culturelles • élaborées .par la Fédération des Maisons des Jeunes et de la Culture, et contenant plUSieurs schémas de conférences, des livres, une filmographie, une discographie et des panneaux d'exposition. Nous donnerons, dans notre numéro de mars, un programme aussi complet que pOSSible des manifestations de la Journée internationale qui, dans bien des cas sera une lemalne, et dont les échos '8 prolongeront sans doute, comme en 19157, pendant plus d'un mols. (1) On peut demander dépliants, Il,tes et timbres au M.R.A.P., 30, rue des JeOneurs, Parls-2' (GUT 09-57). Les timbres de petit format (55 X 25 mm) sont à diffuser à 1 F pièce; ceux de g.rand format (140 X 105 mm) à 10 F. (Remi •• de 50 % pour le. comité. et a •• ocl.tlon •• ) CHARLES PALANT A DIJON Sous l'égide du Comité local du M,R.A.P., Charles Palaut, secrétaire général du Mouvement, a donné une conférence à Dijon, Cette soirée, à l'ancienne Faculté des Liettres, était présidée par M. Dehaussy, doyen de la Faculté de Droit, Après l'exposé, un débat courtois et animé a eu lieu sur les divers aspects du racisme en France et dans le monde, contemporain. A son arrivée en gare de Dijon, Charles Palant avait été interviewé par la télévision; ses déclarations furent diffusées à l'émission régionale du soir. Les deux journaux de la ville, «Le Bien Public» et «Les Dépêches », ont rendu compte en détail de sa conférence, qui contribuera sans nul doute ' à développer les activités et le rayonnement de notre comité local. • Le 22 janvier, en fin d'après-midi, Charles Palant était l'invité du club U.N.E.S.C.O. du lycée Rodin, à Paris. Son exposé, devant une cinquantaine de jeunes et plusieurs professeurs, a été suivi d'un débat passionnant qui s'est longuement prolongé, après la réunion elle-même. CARTES 1968 La banderole du Comité d'Agen lors d'une récente manifestation pour la paix. Les cartes 1968 sont à la disposition de nos amis. Le montant de la cotisation (à partir de 5 francs) est laissé à l'appréciation du souscripteur, selon ses possibilités, compte tenu de la nécessité d'apporter le soutien le plus efficace à l'action du M.R.A.P. UN COMITE A NANTES Un comité du M.R.A.P. vient de se former à Nantes. Il est constitué de la façon suivante : Michel Plé, président; Henri CrussO\(, vice-président; Hélène Oigo, secrétaire; Josette Oussau, trésorière; Josiane Tisserat, ·archiviste ; Yves-Michel Biget, responsable à la diffusion de Droit et Liberté. Nous souhaitons plein succès à cette nouvelle équipe. • Une délégation du M.R .A.P. a participé, le 7 janvier, à l'après-midi culturelle organisée, rue de Rennes, à Paris, par le Regroupement de l'Emigration Martiniquaise. • Le comité d'Agen du M.R.A.P. a organisé, le 19 janvier, une réunion publique d'information. • Une conférence-débat sur l'apartheid, animée par notre amie Elisabeth Labrousse, a eu lieu le 16 décembre à Châtillon-sous-Bagneux, dans le cadre des activités du Centre social A.L.F.A. • Le comité du 20' fait parvenir au Bureau national du M.R .A.P. une motion par laquelle il s'associe à l'action entreprise pour la condamnation du • Charivari » dont la « propagande de hai~e pathologique » doit être vigoureusement dénoncée devant l'opinion publique. I! faut que les cartes soient diffusées très largement dès ce moisci, comme il est nécessaire que la diffusion de Droit et Liberté progresse de façon continue. Notre Mouvement ne peut étendre son influence que si nos amis sont conscients de ses problèmes financiers. Nous espérons qu'ils recueilleront des adhésions autour d'eUA et des abonnements à notre revue. En 1967, de grands progrès Ol'lt ~té enregistrés. En 1968 ils doivent et-re plus grands encore. IPa, PRESIDENT D'HONNEUR : Léon LYON-CAEN (Pre· mler Préaldent Honoraire . de la · Cour de Cassatlon); PRESIDENT: Pierre PARAF; SECRETAIRE GENERAL: Charles PALANT. BULLETIN D'ADHÉSION Approuvant le combat de « Droit et Liberté » et désireux de soutenir l'action contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, COMITE D'HONNEUR SAlonnier Paul ARRIGHI, Georges AURIC, Claude AVELINE, Robert BALLANGER, Roger BASTIDE, Jean CASSOU, Almé CESAIRE, Diomède CATROUX. Charle. de CHAMBRUN, André CHAMSON, Pierre COT, Docteur Jean DALSACE, Louis DAOUIN, Hu· bert DESCHAMPS, Henri DESPILE, Michel DROIT. Maurice DRUON, Pasteur André, DUMAS, Adolphe ESPIARD, Henri FAURE, Max·Pol FOUCHET, Marcel GROMAIRE, André HAURIOU, Charles·André JU· LIEN, Alfred KASTLER, Joseph KESSEL, Alain Le LEAP, Michel LEIRIS, Jaenne LEVY, André MAU· ROIS, Darius MILHAUD, Théodore MONOD, Etienne NOUVEAU; Jean PAINLEVE, Jean PIERRE·BLOCH Marcel PRENANT, Alain RESNAIS, Emmanuel RO: BLES, Françoise ROSAY, Armend SALACROU, Jean· Paul SARTRE, Lau",nt SCHWARTZ, Jean SURETCANALE, Jacqueline THOME·PATENOTJlE, Général Plul TUBERT, VERCORS, Dr WERTHEIMER. Robert AHULY, Vincent AURIOL, Georges DUHA· MEL, Yves FARGES, Francisque GAY, Jacques HADAMARD, Georges HUISMAN, Jules ISAAC Frédéric JOLlOT·CURIE, Jean LURÇAT. Amiral MUSELlER, Marc SANGNIER. André SPIRE, Cha· noine Jean VIOL~ET. J'ADHERE AU M.R.A.P. • Jom Prénom . .... , ..... .' .. ..... , .... , .. , . Profession , .............. , , .. Adresse . .. .. , ..... , , ....... . • •••••••••••• 1 •• • • .' ••••••••••••••••• , • , • •• , •• •• • Je vous envoie, à cet effet, la somme de .... , . . .. ....... (1). Je souhaite (2) : • recevoir une documentation complète sur le M.R.A.P, • être invité à ses réunions et manifestations, • participer à l'un de ses Comités locaux ou professionnels. (1) De 1 à 10 F: Ami du M.R.A.P. : da 11 à 50 F·: Souscripteur; de 51 .. 200 F: OonllteUr : au-dessus de 200 F: Bienfaiteur. (2} Rayer les mantlons Inutiles. .. _______ MOUVEMENT CONTRE LE RACISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX (M.R.A.P.) 30, rue des Jeunaurs - ParIs (2") • Téléphona: 4884J9.S7 - C.C.P.: 1~5-85 ParIs -------.1 DROIT ET LIBERTE - No 270 - FEVRIER 1968. 35 36 Le privilège d'être disséqués Peut-être Mme Mathiot (Droit et Liberté N° 269, p. q) interprète;t-«:lle avec ~ excés de pessimisme une Information du Figaro: Que le Dr Barnard « bénéficie d'usez de donneurs .. peut vouloir dire qu'il entre dans son hôpital assez d'accidentés incurables - et la fin de la phrase peut signifier qu'il n'est pas sflr malgré tout d'avoir constamment sous la main un mort frais dont les caractéristiques tissulaires répondent aux besoins. Cela déjà n'est pas très joli, et vous avez parfaitement raison de ne pas communier avec l'enthousiasme naïf de ceux pour qui commence une ère nouvelle de l'art médical. Je constate d'abord que, pour prolonger (de combien de temps et dans quelles conditions) la vie de quinquagénaires malades, lesquels sont nombreux et le seront de plus en plus; nombreux se tuent brutalement. Plus il y aura de jeunes quise feront tuer, plus on pourra prolonger les 'lieux. Nous serons tous vieux un jour, si Dieu nous prête vie, vous comme moi avons déjà dépassé l'âge d'être donneurs, nous aurons bientôt celui d'être receveurs : cela ne me fera pas changer d'avis. Il vaudrait mieux empêcher le massacre des jeunes : les hé.: atombes routières, les accidents du travail, la guerre - et supprimer la peine de mort ... Le second donneur du Dr Barnard était un métis. Le bénéficiaire, auquel on souhaite une longue survie, a probablement pendant toute sa vie refusé à cet homme et à ses semblables de s'asseoir à côté de lui; il a en tout cas accepté par rapport à d'autres, et de lui-meme un privilège absolu. Il faut être énormément naïf pour s'imaginer qu'il va changer d'attitude. « Le Monde .. se félicitait récemment que, des nombreux CQUps de téléphone parvenus au service du Dr Barnard a:près la seconde transplantation, pas un n'ait évoqué la question raciale. Cela l'rouve simplement que les Blancs d'Afrique du Sud acceptent comme une chose toute naturelle et sans problèmes un régime qui accorde aux no~rs et aux métis le privilège d'être disséqués, dès leur dernier soupir, au bénéfie de la race supérieure. Comment réagiraient-ils, si, par impossible, le coeur d'un des leurs était greffé à un paria? Paul DEHEM, 94 - Le Kremlin-Bicêtre. Archives et non hommages M. Werner Epstein écrit (1) qu'il s'étonne « de voir les monnaies symboUques frappées en . or, représentant les chefs de la deuxième guerre mondiale, exécutées par la Monnaie de Paris ... « J'ai été étonné, ajoute M. Werner Epstein, de l'homo mage que l'on rend ainsi il Hitler, Mussolini et Rommel il côté de Leclerc, Roosevelt et De Gaulle ... Ces pièces Q,ui ne sont pas « des monnaies " mais de petites médailles, frappées en bronze doré, n'ont pas été frappées pour rendre homo mage à aucun des « chefs de la deuxième guerre mon· diale ". Elles constituent seulement unè suite métalli· que historJque comme il en existe depUIS celle des por· traits des Empereurs ro· ,. mains, des Médicis, des Réformateurs, des Papes, des rois de France, etc. Ces médailles n'ont d'autre valeur que celle d'archives métalliques qui conservent les portraits d'hommes qui appar~ tiennent à l'histoire. Josèphe JACQUIOT, Conservateur à la Bibliothèque Nationale (Cabinet des Médailles). (1) Lettre publl6e dan. le numéro 267 de Droit et liberté .ou. le titre • Etrange hommage '. Cela s'est passé au Cap Sans mettre en cause l'extraordinaire opération des chirur~ens de l'Afrique du Sud, Je dois mallP"é tout, vous signaler un fait concernant ce p'ays. En 1956, lors de la première /PIerre entre Arabes et Israéhens, le canal de Suez était comme aujourd'hui, impraticable à la navigation. Les navires et en particulier les pétroliers faisaient le tour par Le Cap, comme en ce moment. Je me souviens, dans cette même ville de l'Afrique du Sud, en cette année 1956 du refus de tous les dentistes blancs de soigner le membre d'un équipage français originaire de la Guadeloupe, pris d'une rage de dents à bord du navire sur lequel il se trouvait, qui était, en l'occurrence, un pétrolier. Malgré l'intervention du représentant de la France dans cette ville, le malheureux a dfl se contenter de souffrir, car le quar· tier nègre qu'on lui indiquait était trop éloigné, le navire étant en partance. Il faut aussi signaler l'intervention de la police de ce pays auprès de l'officier franyais qui l'accompagnait pretextant qu'il était interdit de circuler en ville avec un nègre. Moi qui suis nègre, originaire des Antilles françaises, je suis scandalisé et étonné en même temps d'apprendre qu'un dentiste de cette même ville, qui avait peut-être lui aussi refusé de soigner le malade guadeloupéen cité

plus haut en 1956, accepte auJourd'hui

que l'on greffe sur son co~s repectable, l'organe vital d un « sale nègre _. Voilà qui nous prouve, que tout dans ce monde n'est que prétention et que nul ne peut régler son vrai destin. Lorsqu'il s'agit de la souffrance humaine, nous nous retrouvons tous au même point n'est-ce pas? On me dira, sans doute, que ce coeur greffé n'est pas tout à fait celui d'un nègre mais d'un métis. Je suis en mesure de vous préciser Q,ue le malade qu'on a refuse de soigner était justement « métis ». Edouard FLORENTINY, Paris (18'). DANS UN Je me permets de vous relater, avec un retard dont je vous prie de m'excuser, le fait suivant: Jeudi 9 novembre 1967, à 16 heures, dans les couloirs du métro Concorde, mon attention est attirée par un attroupement qui s'était formé autour d'une Gitane et de son enfant en bas âge qu 'elle portait sur le bras. Une dizaine d'hommes et de f.emmes vociféraient autour d'elle et accentuaient leur pression. la Gitane était en larmes. Je demande la raison de cette grande colère. On m'explique que la Gitane avait tendu la main (je n'ai pu savoir si c'était sur le quai ou dans un couloir du métro). On la poursuivait d'une part pour l'obliger à quitter la station, d'autre part' pour la contraindre li se rendre dans un poste de police puisque, paraît-II, elle n'avait pas de papiers. Je proteste, et Il s'ensuit entre les gens et mol l'échange d'aménités que vous Imaginez. Je demande à' la Gitane de me suivre pour échapper à ses poursuivants qui, très vite, abandonnent li l'ex:eptlon d'un vieillard chétif, voûté, de mise assez élégante, qui se déclare décidé li nous suivre en tous lieux et li me faire inculper ... La Gitane, l'enfant et mol reprenons le métro li Concorde. l'acharné vlellrard y monte aussi. Nous descendons à Madeleine, car Je dols me rendre li la M.G.E.N. (Centre médical de l'Education nationale), S, rue Caumartin. Toujours suivant, le v Raciste? Antisémite? Je lis avec un vif intérêt et une égale estime le journal que vous dirigez. Contrairement aux élucubrations d'une certaine presse tout au plus justiciable d'un haussement d'épaules, aucun des articles de votre publication ne saurait me laisser indifférent. J'ai lu avec beaucoup de peine et un insupportable sentiment d'injustice, dans votre n° 268 de décembre dernier, les passages de l'article de M. Mouscron ( Les racistes dans la France contemporaine _) consacrés à M. Raymond Bourgine et au groupe de presse qu'il dirige. Si la bonne foi de M. Mouscron était en cause - et la vôtre - je ne me donnerais pas la peine et le ridicule de vous adresser cette lettre. Or, je sais qu'il n'en est rien. Il ne s'agit que d'une erreu~. Mais d'une erreur grave, tant pour la personnalité qui en est victime que pour la juste cause dont vous assumez la défense. J 'ose donc espérer qu'après lecture de ces lignes vous aurez à coeu'l', vous et votre collaborateur, de rectifier cette erreur afin de donner à vos lecteurs, de M. Bourgine et de ses journaux, une image plus conforme à l'exacte réalité. De cette réalité, je suis le témoin depuis vingt-cinq ans car j'ai connu Raymond Bourgine dès les années 1942- 1943 à Alger. Je suis deveIlU' son ami. Je le suis demeuré. Et tout en dirigeant le « Journal du Parlement », j'ai l'honneur de collaborer à ses publications depuis un certain nombre d'années ... Raciste? Antisémite? Sa manière de ne point l'être consiste à ne meme pas se poser la question de savoir si tel homme à qui il a · affaire est juif ou ne l'est pas. Je ne lui connais pas ce genre de hantise. En vingtcinq ans, j'aurais eu plus d'une occasIOn de .m'en rendre compte. Très jeune, en 1943, en pleine guerre, Raymond Bourgine s'est engagé dans l'armée d'Afrique en formation. Plus tard, il épousait une combattante de la Résistance, sa collaboratrice à la Compagnie des Journaux ... Dans les trois grandes publications qu'il dirige ( Le Nouveau Journal », «Le Spectacle dU! Monde» et « Valeurs Actuelles _), les positions pro-israéliennes, et même pro-juives de J3ourgine et de ses collaborateurs pourraient constituer une ' Impressionnante anthologie ... Pourquoi toutes ces considérations dans une lettre déjà · si longue ? Parce que les juifs ont assez d'ennemis pour n'aller point s'en inventer d'imaginaires. Parce que le groupe de presse Raymond Bourgine est ac- COULOIR DE METRO vieillard crie que la Gitane a loué cet enfant · pour mendier plus facilement et qu'un souteneur attend ,sa collecte ... A la M.G.E.N., je monte avec .:na protégée directement au premier étage et, avant qu 'elle ' n'entre avec son enfant, j'explique aux deux employés préposés à la réception l'Incident qui s 'était produit. J'en informe aussi quelques personnes qui attendaient dans la salle. l'accueil que Je reçois est plutôt froid et embarrassé. On veut bien que j'Introduise la Gitane, mals pour le moins de temps possible. De nombreux sièges sont libres, on la laisse debout, son enfant dans les bras, et l'atmosphère de contrainte ' est telle que, mol non plus, je ne l'Invite pas à s'asseoir. quis, soyez-en sflr, à l'antiracisme et à toutes les formes de libéralisme ou d'hu-, manisme. Claude-Henry LECONTE, Président-Directeur Général du cc Journal du Parlement ». N.D.L.R. Nous prenons acte avec ln· t6rit des •• ntlmente de .ympathle que notre co ..... pond.nt témoigne au M.R.A.P. et à • Droit et Llbert6 •. Mal. nos appréciations étalent amplement Justifié.. à l 'ég.rd de publications qui comptent parmi leurs collaborateure des prohltl6rlan. /iOtolres qui se sont slgnal6. par ' leur attitude recl.te et antl.6· mite (et dont certains ont 't' pour cela condamn6.). Quant à l'orientation de · cette pre ... 'voquée par M. Claude. Henri Leconte, nous continue· ron. de la .ulvre aveé atten. tlon et obJectlvlt6 dan. une situation qui exige plus que Jamal. du M.R.A.P. la plus extrirne vigilance. Vérifier les sources Etant mis en cause dans votre numéro de décembre 1967 au COlKS de l'article de votre rédacteur M. Louis Mouscron, en page 8, 3e colonne, je tiens à vous signaler que je n'ai pu être sous Pétain dIrecteur de quoi que ce soit, puisque j'ai été fait prisonnier de gUerre en mai 1940 et que je suis resté en captivité pendant toute la durée de la guerre jusqu'à la Libération. Après être passé quelques mois à l'Oflag VIII F et au Stalag VIII C, je suis resté en Prusse Orientale au Camp des Aspirants et ne suis rentré en France que ' fin mai 1945. Votre rédacteur fera bien de vérifier ses sources d'information. Je figure bien dans la liste des membres de la S.A.R.L. des Editions Jacquemart, entreprise que j'ai quittée en juillet 1952. En conséquence, je vous prie de bien vouloir insérer une rectification dans votre prochain numéro, votre fausse information risquant de me porter un grave préjudice et d'être reprise par d'autres journaux... J'ai en effet des amis lecteurs de votre journal qui ne savent pas forcément que j'ai été prisonnier pendant la durée de la guerre. Serge LAMOTIE, Paris (1.,.) . N.D.L.R. - D'après nos sources d·lnformatlons . M. Serge Lamotte fut. avant guerre, secréta ire du - Cercle la Tour du Pin • d'Inspiration maurras. sienne antisémite. et corpora· t lste. puis membre de l'Institut d'études corporat ives et socla· les , parra iné par Pétain. Son nom figura it . sous l 'occupation, dans le comité de pat ronage de cette organisation. S·agl. ra lt· iI d'un homonyme? Notre correspondant reconnalt qu' i 1 f igure parmi les membres de la Société des éditions Jacque· mart qui publient Le CharivarI. Nous croyons savoi r que. même s'iI a quitté l 'entreprise en 1952. Il a participé à I·aug· mentatlon de capital qui a eu lieu en 1964. la société ne semble pas avoir été modifiée depuis. carte en précisant que, par bonheur, il ne côtoie pas toujours des gens de basse espèce. Il appartient en effet « au Service des renseignements généraux de la Préfecture D. Je n'ai pas la présence d'esprit de regarder son nom. Il me réitère ses menaces d'inculpation et affirme qu'il saura ret rouver et faire châtier la Gitane. Néanmoins, les feux agents lui redisent d'abandonner la partie et de se retirer. En attendant mon tour, Je descends à plusieurs reprises pour voir si le vieillard a délogé. Il est toujours à la porte de l'établissement et il a même entraîné jusqu'au rez-de-chaussée un agent contractuel (II y en a deux en service dans la rue), lequel refuse d'aller plus loin et regagne le trottoir. Je me montre, et le vieillard me désigne avec force gestes et vociférations aux deux agents à qui je présente mes papiers et explique les faits. loin de manifester une complicité raciste, ils se déclarent désagréablement surpris par l'Incident et Invitent l'énergumène li s'éloigner. Cellli-ci leur tend alors une Entre temps, je remonte au premier étage de la M.G.E.N., fais sortir la Gitane de la salle d'attente et lui conseille de s 'asseoir dans l'escalier qui · conduit à l'étage supérieur. Cependant mon tour est venu. Une demi-heure plus tard , à ma sortie de consultation, les employées de la réception m'i nfor. ment que la Gitane est rentrée quelques minutes auparavant dans la salle d'attente pour leur dire que, désormais , elle croyait pouvoir partir et regrettait de ne pas m'attendre. Dans la rue, les agents m'assurent qu'Ils ne , l'ont pas remarquée et que le Vieillard est reparti seul un moment auparavant. . Sans doute, la Gitane s'est-elle lassée d'attendre et glissée hors de l'Immeuble. Je ne saurai jamais la fin de l'histoire. DROIT ET liBERTE - No 270 - FEVRIER 1968. L. F., Professeur agrégé de Lettres, Paris. 37 Un poème de Gabriel Cousin

.- .

/' 21t~$ LA TREVE DL YMPIOUE Dessin d'Eugénie Dubreuil 38 Gabriel Cousin est professeur d'éducation physique, poète et dramaturge. Un spectacle de lui, l'Opéra noir, fut présenté l'an dernier au Théâtre de la Commune d'Aubervilliers. A l'époque, Droit et Liberté avait publié (dans son numéro 259, de février 1967) de larges extraits de cette oeuvre, éditée depuis quelques années chez Gallimard. Entre autres oeuvres, Gabriel Cousin écrivit une pantomime, l'Usine, qui fut montée en Italie sur une musique d'Arthur Honegger, et un recueil de poèmes, l'Ordinaire amour (Galll· mard). Il publia aussi l'an dernier un recueil de poèmes polltl. ques, Nommer la peur (avec Jean Perret, aux Editions Pierre· Jean Oswald). Au moment où s'ouvrent les Jeux Olympiques d'hiver, en prélude aux prochains jeux de Mexico, Gabriel Cousin, qui vi: à Grenoble, nous a fait parvenir ce poème inédit. L L A guerre, tête baissée, était en plein travail. Les javelots et les épées mordaient les épaules et les cuisses de baisers sanglants qui tarissaient l'oxygène. Autrefois au temps des chansons grecques. Couvert des fleurs blanches du chemin, le messager parut, annonçant la lune sur Olympie. Dans la chaleur, les combattants s'assirent. Ils savaient que la trève était venue. Ils marchaient dans la fraîcheur du soir, se hâtant vers le vallon où veillaient les statues, vers la piste aux deux bornes, car la lune maintenant était une grosse balle. 1 Aux carrefours leur nombre croissait, mêlant les guerriers dans la sécurité d'une même parole, d'une même pensée, d'une même joie. Olympie plus forte que les combats. Le feuillage de l'olivier préféré au bronze des armes. E soleil se lève et se couche sur les siècles. La nuit musculaire s'étend sur l'Europe. La maigreur des salaires remplace le fouet. L'homme rêve. oubertin rêve. Des ballons rebondissent sur les distinguées pelouses d'Angleterre. Des vélos ensemen· cent les routes de France. Des poings dan· sent sur des visages bosselés d'Amérique. DROIT ET LIBERTE - N° 270 - FEVRIER 1968, L ,nesse rêve. Les anneaux des cinq continents s 'entrelacent et les drapeaux des nations refleurissent sur les stades tous les quatre ans. La jeunesse rêve. La guerre ne s'arrête pas. Et Jean Bouin tombe. La jeunesse rêve encore. La guerre continue. Et Rudolf Harbig tombe. a guerre plus forte que le stade. Les chars, mordant notre terre comme une lèpre, préférés aux gradins illuminés par les mains applaudissantes. Le messager n'apparaît plus, levant le bras pour commander aux vents calmes. Mais l'aveugle tête de casque frappe les enfants. Le vin empoisonné de l'esprit se répand sur le blé. Lancés du ciel sur la pierre des fontaines, les insectes porteurs de noms noirs tombent. Où est l'air de sagesse qui lançait, de la crevasse de ,Delphes, la conscience et la santé ? Jours ténébreux d'aujourd'hui malgré le diamant des records. Nuits de feu crevées des bombes à billes, au temps des Olympiades. Quel champion, populaire comme un Tour de France, ouvrira des Jeux fermant la guerre ?, ..... 39 TREVE OlYMPIQUE -+ Quel décathlonien, beau comme un portique, fera face à la violence ? Quelle nageuse, douce comme une sirène, séduira le monstre napalm ? Quel gymnaste, aérien comme un arc, maîtrisera l'éclair désintégré ? Quelle équipe, unie comme un regard, intelligente comme des doigts, entraînée comme un moteur, maniera le ballon de la paix? 40 Quel skieur, quelle patineuse, planant dans le froid, arrachera la haine, déchéance de l'homme? Pour que les Jeux de Grenoble Et ceux de Mexico Soient purs comme l'enfance. Ces Jeux Olympiques Fête de la jeunesse universelle. Gabriel COUSIN 1952-1968 LA GAMINERIE 137, bld Saint·Germain PARIS ROME OENEVE MONTREAL CONNAISSEZ-VOUS LES IMMIGRES ., e L'immigration en France - e\. dans l'Europe entière - est un phénomène contemporain. On sait les problèmes que pose cette situation, et le nouveau visa· ge qu'elle a donné aux manifestations de racisme. Mals ces immigrés, on les connait mal. Leur monde est celui du ghetto. Voici dix questions sur l'Immigration en France. A chacune correspond un coef· flclent. SI vous avez plus de 15, bravo. Au·dessus de 10, vos connaissances sont bonnes. Au-dessous de 10, vous devriez les préciser. DROIT loT LIBERTE - No 270 - FEVRIER 1968. Lorsque Jacques Cartier atteignit le Nouveau Monde, au début du XVII' siècle, il fut étonné de la chaleur avec laquelle Il fut reçu : te Se rendirent au devant de nous mille personnes, tant hommes, femmes qu'enfants, lesquels nous firent aussi bon accueil que jamais père ne fit à un enfant. » Cartier vécut en excellents termes avec les Indiens; il donna le nom de leurs tentes - Canada - au pays qu'il avait atteint. Il revint en France avec un relevé précis des us et coutumes de ses nouveau amis, qui fut publié en planches gravées (cl·contrel . Aussitôt après, les voyageurs pacifiques allaient céder la place aux conquérants sanguinaires, qui se soucièrent moins de corn· prendre ces sociétés inconnues que de les faire disparaître pour s'approprier leurs biens. Délices du monde entier CARPE A LA JUIVE Tuer, écaillér, vider, laver une carpe. Réserver les oeufs. Couper le poisson en morceaux. Saler et poivrer. Tenir au frais jusqu'au lendemain. Hacher finement persil, oignons, ail: Dans de l'huile (en cocotte) , jeter trois cuillerées de farine à dorer puis les herbes. Mouiller d'eau chaude. Rectifier l'assaisonnement en ajoutant du gingembre puis mettre les morceaux de carpe. Cuire à feu vif 20 minutes, sans couvrir. A mi..cuisson, ajouter la laitance et des champignons hachés. Retirer sur un plat. Faire réduire la sauce. En napper le poisson et laisser refroidir. 1. Il Y a en France 2 millions de travailleurs Immigrés 2. Les plus nombreux des Immigrés sont les Algériens OUI NON OUI NON 3 3. Les travailleurs Immigrés, la plupart du temps, font venir leur famille avec eux OUI NON 1 4. C'est dans la région parisienne que la population immigrée est la plus concentrée OUI NON 2 5. Les travailleurs Immigrés, qui n'ont pas de qualification professionnelle, sont peu productifs pour l'économie française OUI NON 3 6. L'immigration clandestine est en régression, et de plus en plus réprimée par la police des frontières OUI NON 2 .7. C'est dans nndustrle métallurgique que les travailleurs immigrés sont les plus nombreux OUI NON 1 8. En France, un ouvrier sur quatre est un immigré OUI NON 2 /' 9. Chaque nationalité ,de travailleurs Immigrés est spécialisée dans une profession particulière OUI NON 2 10. Le gouvernement et l'Industrie françaiS ont Inauguré avec le 5' Plan une politique qui vise à réduire au maximum l'Immigration OUI NON 3 (Réponses en page 42) 41 LE CARNET DE D.L. Robes et Ensembles MARIAGE Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage de notre collaboratrice Marle-Madeleine Blais avec M. Ibrahima Dlakité. Le M.R.A.P. leur présente ses voeux de bonheur. NAISSANCES Mehdl est né au foyer de nos amis Monique et Maamar Khellaf. Nous présentons au nouveau venu nos voeux les plus sincères. . Nous avons le plaisir d'annoncer la naissance de Laurent, petit-fils de notre ami Maurice Fenlgstein, membre du Conseil National du M.R.A.P. Nos félicitations et nos voeux amicaux. DECES Le grand journaliste Emile ServanSchrelber est mort à l'âge de 79 ans. Il était un ami sincère de notre Mouvement auquel il avait à maintes reprises manifesté son active sympathie. Nous présentons à sa famille nos sincères condoléances. NGS PETITES ANNONCES 5 francs la ligne Etudiante donnerait leçons d'anglais, allemand. latin, français. Ecrire au journal. 42 CONNAISSEZ-VOUS LES IMMIGRÉS? (Réponses de la page 41) 1. - NON. Ils sont environ 3 millions . 2 - NON. Les Algériens (600000 environ) ne vlenhent qu'en troisième position, derrière les liallen. (700 000) et les EspagnOls (650000) . Mals l'émigration des Italiens tend à diminuer avec l'Industrialisation de leur pays. 3. - NON. Trois Immigrés sur quatre viennent seuls. C'est surtout l'Immigration d'ancienne date (Italienne et espagnole surtout) qui venait s' Installer • en famille •. 4. - OUI. Dans Paris et sa banlieue, 26 % de la population totale est étrangère, puiS viennent la Provence et la région lyonnaise. 5. - NON. Il est vrai que la qualification des Immigrés est généralement très basse (beaucoup sont analphabètes' 57 % sont manoeuvres et 31 % ouvriers spécialisés), mals Ils 80nt d'un très grand rapport' pour l'économie françalsa parce qu'Ils font les travaux les plus durs à des conditions que les travailleurs français n'acceptent plus; Ils évitent elnsl des Investissements pour la modernisation. Les économistes évaluent à 4 milliards de francs actuels le bénéfice net que rapporte chaque année, la main-d 'oeuvre Immigrée. 6. - NON, Cette Immigration clandestine est au contraire en augmentation froissante : 70 à 80000 par an; les clandestins sont plus recherchés que les autres parce qu Ils sont moins exigeants (c'est ce que raconte le film 0 Salto), et la • clandestlnté • des entrées en France est quasl·organlsée. Il est d'ailleurs Impensable que 200 personnes entrent chaque Jour en France, à des points de passage bien précis, sans l'accord tacite des autorités. 7. - NON, C'est dans le' bâtiment et les travaux publics qu'Ils sont les plus nombreux (40 % du total des effectifs) . Dans la métallurgie, Ils représentent 20 % du total. 8. - OUI. 9. - NON, Il est certes des professions où certaines nationalités ont un quasi· monopole : les bonnes espagnoles, par exemple; de même l'agriculture utilise (dans le Sud·Ouest et la Provence) une main-d 'oeuvre espagnole ou, plus rarement, Italienne. mals presque Jamais algérienne . Mals ce sont là des exemples très minoritaires . 10 . - NON. Bien au contraire, les pouvoirs publiCS et l'Industrie veulent accroltre l'Imml· gratlon. On estime que, dans l'état actuel de la France, le chiffre optimum de sa population serait de 60 millions d'habitants. L'économie française a besoin de maln·d'oeuvre. et l 'Immi· gratlon constitue un apport précieux. Certes, Il y a du chômage par ailleurs. mals c'est là le résultat de mécanismes économiques complexes, qui tiennent davantage de la nature de l'économie française qu'à une surpopulation. 58, Faubourg Poissonnière Paris-10· Tél.: 770-34-82 - 824-53-63 GANTS - TETINES Chez votre pharmacien Imprimerie COTY, 11, r. Ferdinand-Gambon La directrice: Sonia BIANCHI, OROII El IIBERIE, SES ANNONCEURS El SES lECIEURS Nous terminons ici la liste des annonceurs de « Droit et Liberté » dont nous avons donné le début le mois dernier. de façon permanente et intensive à la diffusion, et à la multiplication des abonnements. Dans notre précédent article, nous signalions l'effort de modernisation entrepris par « Droit et Liberté » pour offrir à ses lecteurs une revue documentée, agréable, que l'on aime conserver. Nous attirions l'attention sur les dangers qui menacent l'existence de la presse et plus particulièrement des publications telles que la nôtre. D'autre part, nous remercions nos annonceurs qui, par leur soutien, aident notre revue à accomplir sa mission. Nous voulons croire que nos lecteurs auront à coeur de donner, pour leurs achats, la préférence aux annonceurs qui nous témoignent leur sympathie. Qu'il nous soit permis, à nouveau, d 'insister auprès de nos lecteurs pour qu'ils contribuent Bernard KORSAKISSOK. Chef de Publicité. MACHINES A COUDRE GLASMAN, 28, bd de Strasbourg (Hf) . MAILLOTS DE BAINS BILITIS, 22, rue du Mail (2' ). MAROQUINERIE DE LUXE LA BAGAGERIE, 13, rue Tronchet (8' ). HERMES, Paris. PLOMBERIE JOSEPH CREITZ, S, rue Jules- Jouy (18' ). PRET A PORTER SONBEL. LA GAMINERIE, 137, bd SaintGermain. MATCH. MICHEL FLAME, 134 et 139, rue d'Aboukir (2' ). PIERRE MONCEY, 9, rue de Mulhouse (2' ). MICHEL PELTA, 45, rue du Sentier (2'). CAPRICES D'ANTIN, 58, Chausséed'Antin. JAN-VIC, 137, rue d'Aboukir (2). ODILENE, 14, rue du Caire (2'). HIT-PARADE, 35, Chaussée-d'Antin (9'). PRONUPTIA, 18, rue du Fg Montmartre' (9'). MAISON ADOLPHE, 160, rue Montmartre (2'). MODELES DE PARIS, 56, Fg Poissonnière (9'). MAXI LIBRATI, 132, rue d'Aboukir (2'). POLEJO, 3, rue du Mail (2'). CREATIONS F. BONIART, 44, rue Turbigo (3'). SIGUY, 36, rue du Caire. ANNUAIRE DU PRET A PORTER: CHARLES MANDEL, 17, rue du Fg Montmartre (9') . RADIO·PHOTO-TELEVISION PYGMY RADIO, 25, rue du Landy, La Plaine Saint-Denis. LA F.N.A.C., 6, bd de Sébastopol ( 4' ). LA THEQUE, 89, bd Haussmann (8' ). FERRANIA « 3 M» Pellicules. REVETEMENTS-LINOS WAIS, 46, rue de Rivoli (4). SPECTACLES OL YMPIA Music-Hall. THEATRE GERARD-PHILIPE, de Saint-Denis, 59, bd Jules-Guesde. CINEMA LE MARAIS, 20, rue du Temple (4'). LES CINEMAS GAUMONT: AMBASSADE. BOSQUET. COLISEE. LES FOLIES. GAUMONT-PALACE. GAUMONT-RIVE GAUCHE. GAUMONT-THEATRE. LUMIERE-GAUMONT. MADELEINE. MONTROUGE. PALAIS-ROCHECHOUART. RICHELIEU. TISSUS D'AMEUBLEMENT T.N.R., 80, rue Traversiere (12'). TISSUS SAINT-PIERRE, 3, rue de Steinkerque; 133, avenue Mozart (16' ) . TISSAGE DE GRAVIGNY, 9 à 17. rue Diaz, Boulogne. ETS LASKIER (Tapis). TEXTILES TATI, 18 à 22, bd Rochechouart (18' ); 12, rue de Steinkerque; 106, Fg du Temple (lI'). IMMOBILIER RESIDENCE DU STADE, 27, rue Carle-Hébert, 92-Courbevoie. TOURISME OFFICE THERMAL ET TOURISTIQUE, 32, av. de l'Opéra, Paris. DAX - SAINT-CHRISTAU - EUGENIE - BARBOTAN - MOLIGT GREOUX. LOISIRS ET VACANCES DE LA JEUNESSE, 4-6, rue de ChâteauLandon (10'). OFFICE DE VOYAGES LA FAYETTE, 18, rue Bleue (9' ). VOYAGES BARBES, 78, bd Barbès (18'); 2, rue Caron (4'). TRICOTS DE LUXE TRICOSA, 25, rue Royale (8'). TRICOSIM, 41, rue du Sentier (2'). VETEMENTS DE SPORT ET DE VILLE B.I.R., 312, rue Saint-Martin. SYM, 70, rue des Archives (3'). RAINETT. BEGYL. VETEMENTS SUR MESURE GILLES ESTIER, 100, rue Vieilledu- Temple (3'). Personnalité, budget? Pronuptia tient compte de tout __ _ .. De quel budget disposezvous? .• Lorsque l'hôtesse d'accueil vous a discrètement posé cette question, tout devient merveilleusement facile chez Pronuptia : vous savez que la toilette de vos rêves, celle que vous allez choisir parmi des centaines de modèles exclusifs ne va pas vous entrainer à une dépense excessive, dépassant vos possibilités. Et pour accompagner et harmoniser votre robe, toujours selon votre personnalité, Pronuptia vous propose un choix prodigieux de coiffes, voiles, jupons spéciaux, lingerie fine, gants et chaussures blanches ... Absolument tout ce dont vous avez besoin pour la cérémonie de mariage se trouve chez Pronuptia, à tous les prix. (Robes de mariées de 159 F. à 2000 F.). KAT/A, robe à traîne en gros-grain, forme empire,' 349 F. ALENÇON, 57, cours Clémence.u AMIENS, Tour Perrat ANGERS, 53, rue Soint·Aubin AVIGNON , 40 , rue Bonneterie BASTIA, 10, bd Auguste-Gaudin BAYONNE, La Féril, allées Poulmy BELFORT, 3, avenue Wilson BESANÇON, 17. Gronde·Rue BEZIERS, 4, avenue A.-Ma. BORDEAUX, 12, cours d ' Intend.nce BREST, 39, rue Emile Zola CAEN, 6, place de la Ré5istance CARCASSONNE, 43, rue du Marché CHATEAUROUX , 12, av. de 1. Gare CHERBOURG, 3 bis , rue Christine CLERMONT-FERR:O, 14b, pl Gaillard DIJON, 22, rue Michelet DOUAI , 14, rue deJ Ferronniers

3RENOBLE 15, rue de la République REIMS, 7, Golerie d'Erlon PRONUPTIA

LA ROCHELLE, 38, rue Slint· Yon RENNES, 6, rue de Il Monnoie LENS, 75, boulevard Basly ROUEN, 13, rue Grlnd·Pont LILLE, 50, rue Faidherbe ST·ETIENNE, 29, av. de Il Libération LIMOGES, 1, t"Je Jean-Jaurès SETE, 18, rue Alsace-Lorraine PARIS, ouvert de 9 h. 30 à 20 heures (jusqu'a 22 heures le mercredi) 18 Faubourg Montmartre 770-2379 LORIENT, 11 , rue du Couëdic STRASBOURG, 4, r . d .. Fu·Beurgeois LYON, 8, place des Jacobins "TOULON, 15, rue d 'Alger MARSEILLE, 79, rue de Rome TOULOUSE, 5, rue de Rëmusal Thérèse-Boutique, 106, av. Général Leclerc (14°) 828-1869 METZ, 15, rué des Clercs TOURS, 6, rue Nalionale p ______________________________ _ MULHOUSE, 25. rue des Beulonger. TROYES, 24, rue de la Répuhlique NANCY 20, rue Gambetta VALENCE, 36, rue des Fav.ntin., 1 BON : vauillez ma faira parvenir gracieusement votre documentation OJ NANTES, 3, rue de Gorges VALENCIENNES, 25 rue de Famar~1 t: NICE , 2, avenue Molousséno VENDOME, 6 bis, Fg Chartrain 1 Nom . 11 NIMES, 31, rue de la Madeleine NOUMEA, S, avenue Foch 1 . ORLEANS, 54, rue des Carmes ' âj PAU, 14, rue des Cordeliers BRUXELLES, 16, rue Jules Van Praet • Adresse (ville, rue, n' , départ.)I ______________ _ PERPIGNAN, 20, rue de l'Ange LAUSANNE, 35, rue d. Bourg • POITIERS, 164, Grande Rue MONTREAL, Galerie Benaventure • 1 1 Date du mariagel ______ _ A retourner A, 1. Maison PRDNUPTIA 1. plus proche de votre domicile ... Charles--------------------------------_------ I

Notes

<references />