Droit et Liberté n°00021 - 1er février 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Hors la loi ces organisations du crime! par M. Vilner -page 1
    • Les étonnements de la quinzaine -page 2
    • Dissolution du M.S.U.F. et autres officines du nazisme par Daniel Bess -page 3
    • La lutte pour le pétrole dans le proche et le moyen orient par V. Khatountzev -page 4
    • Le cardinal Midszensty trouvait que les "croix fléchées" et l'église catholique travaillait pour une même cause -page 4
    • Les juifs d'Orléans sont de mèche avec les arabes de Palestine pour faire sauter le Saint Sépulcre disaient les antisémites en 1009 -page 5
    • Le peuple d'Israël par Juliette Pary -page 6;7
    • Dans un puissant meeting, Paris exprime sa solidarité avec Israël en lutte pour son indépendance -page 8
    • Spectacles-Arts: De Vallès à Lénine par R. Payet-Burin -page 9
    • Jeunesse et vie: pin-up et petite vamp par André Fray -page 11
    • A Durban (Afrique du Sud), le gouvernement Malan présente les indiens en "juifs de l'Afrique" et incite les Nègres à agir en "purs aryens" par J.J. Debourg -page 12
    • Un dessin de Marc Chagall -page 12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

·" fI -, HEBDOMADAIRE FONDÉ DANS LA CLANDESTINrrÉ • "--,,-- ,~!oU:::;:VeIle,se'r: ::;ieN:o:::,;2: ;1(89): .' ',';_:~ :~',. "::::;;: ~" ::::::::l~~' ~r~rier, 1949.::,.." "' ::::::::":' " :;::::~ • . ' .

805. 'lA. ',101, '[ES' "ORGANISATIONS .. • • 1 DE tRIME·S .! : .. .

I L nous f~ut cho'ï"sir ' : avoir le~ S5 avec no~s, ou chez nous » ••• tel est le dilemme que Maurice 8ardèche, " pose en conclùsion de son livre abominable : « Nuremberg 'ou la Terre Promis~ ». Comme s? la possibilité de , ne pa's avoir les 55 du tout ne rentrait même pas en ligne de compte. Ou comme si« avec

nOus », ne voulait, pas dire en même temps« chez

nous ». Auparavant, il écrit : « II n'est pas vrai que l' Alle~ magne soit respo~able de cètte guerre .•• Il n'est pas vrai que le parti national-socialiste ait été une associa';' tion de malfaiteurs ••• ,II n'est pas vrai que les Allemands aient été des monstres... ». ' . Et encore :« L'extermination des Juifs ne nous appâ~ rait plus maintenant que comme un des procédés nou~ veaux de cette guerre ». Quoi donc d'étonnant que l'oeuvre de Bardèche ait déchaîné une vague d'enthousiasme chez les collabo~ rateurs et tortionnaires qui, revenus de leur peur, rêvent mai~tenant - déjà ! - de reprendre les postes dont ils s'étaient emparés et les fortu'nes qu'ils avaient pillées au temps de l'occupation •.• Voilà qui explique pourquoi les Paroles Françaises qualifient 8ardèche de« seigneur en'courage »; pourquoi J.-L. Lagor élève singulièrement le ton; pourquoi des bombes au plastic éclatent devant les magasins juifs .•• B ne nous semble pas que l'h~ure des traîtres et des vandales antisémites soit reveriuç. Nous inclinons plutôt à croire que ces hommes n'arriveront jamais à faire oublier, ni leurs crimes, ni leur bassesse, et qu'ils prennent leurs désirs pour des réalités. Comment ignorer que, malgré leur opiniâtre activité, ces hommes qui inisaient hier, comme aujourd'hui encore, sur Hitler, n'ont pas,en 1949, la co.te des événements mondiaux. Et la Chine ~n est un dernier exemple, éclatant. La vérité est . que la "démocratie progresse dans le ' monde' pendant que ,ces enragés aboient.·" ' , . ~ N'ElYlPECHE que la France commettrait une erreur fatale, pleipe de périls, si eIte laiss~it impuné.ment déverser à tout un peuple, en doses massives et dil~ées, pareil poison meurtrier. Puis, un nom- . bre de citoyens que nbus avons la charge morale de défendre se trouvent directement menacés, dans leurs biens et dans leur vie, par cette propagande nationale-SOI:ialiste et antisémite. C'est pour cette raison, et justement parce que les forces de démocratie et d'ordre sont assez puissantes, qu'une grande campagne s'impose pour mettre hors d'état de nuire, et pour réduire. ,au silence, ces agitateurs de massacre. Droit et, Lib~rté, fidèle à son rôle de tribune ' antiraciste, après avoir - le premier ~ans la presse française - dénoncé les agissements du M~5;U.F. et d'autres offidnes antisémites, se propose d'engager une vaste action politique et juridique pour mettre un !~rme à la propagande anticonstitutionnelle de haine . raciale., Tel est le sens de l'appel que nous publions 'par ailleurs. Pour cette campagne de salubrité publique, nous sommes persuadés d'obtenir l'appui le plus large- dans le pays, car à travers l'excitation raciale, c'est la Paix et la France qui sont visées. M. VILNER 1· .. Dans· cè numéro: . Un dessin médit de Marc :CHAGALL , ' .LE "PEU.P ·E D·'ISRAEL La lutte pour le pétro"le" dans le Proche et Moyen -Orient . .... . MAlAN DEMANDE AIlX NÈGRES, D'AGIR "EN "PURS ARYENS" L'allemand Joseph Pehm, dit Cardinal Midszenty ... J.\U fOf'ID -DU pu,·rs FEU sur les tuberculeux ! En rentrant chez moi hier soir, je trouvai tout l'immeuble en révoiution. Un véritable conseil de gue .. re se tenait dans la loge du eonciet"ge, tandis que, de tous les étages, les IIocaU·ires accouraient pour ,participer à la réunion. Assise dans un fauteuil en peluche vert-pomme, et entourée de 13 considération émue de toute la maison, Nora, la petite locataire du l'" à gauche, pleurait : /Jitous aimons .tous Nora : jeune (23 ans peut-êt.el, jolie, simple et courageuse, ene a su forcer l'estime de tous (eux qui ,'approchent. If y a deux .ans, son mari est t~ malade alors qulelle allaitait .feur p""",e.. _fant : tuberculose ! Tandis qu'il partait au sana, Nora se rendait au t, .. vaii : à force de labeu.', son gosse ,,,'a jamais manqué de rien, et son mari il toujour,s reçu les colis qu'il pouvait ,ouhoNter. Et gaie OlVe( ça : ·ja.mais une minute de decouragement ! MaiS ,a..-jollrd'hui, Nora pleurait ... J'entrai à mon tOll; dans la loge

fi Alors, qu'y a-t-il, petite

Madame, pour vous ,mettre dans un état pareil ? » Elle sanglota de pills belle: ( Ils vont me le tuer ! » ..:... Qlle me chantez-vous là '1 D'abord, quels sont ces ft ils » qui voudraient dll mal . à votre mari ? Et pllis, ne me disiez-vous pas vous-même, il n'y a pas plus de trois jours, qu'il étlit presque gué~i, ( stabilisé » Comme disent les 'médecins ? Et que bientôt peut-être il pourrait revenir à la maison! - Oui, je le croyais. Mais aujourd'hui, j'ai reçll une lettre : il fait une rechute! Depuis trois mois, il est à l'hôpital de Fontainebleau avec d'autres malades stabilisés en instance de départ pour ' un étabiisseinent de . post-. cure et de réadaptation qui doit, être ollvert par 1'0Hice p.ubfic d'hygiène sodale de. la , Seine. De ' semaine en ~E'maine, on leur fait espérer leu," départ. Toujours c'est , remi, à une date ultérieu~e. ' Et pendant 'Ce temps, ils n'ont pas le régime 'Iu'il leur faut. Ils sont 'très mal nourris. Vous savez ce , que «la veut dire, de mal manger pO'ur .des · tu1terc .. leux en conyalescence ! Et lIien, voilà : Us sont cinq aut'res avec I .. i qlÜ re. commencent à a.acher du' sang : 'ils ·vont repartir :au sana. ,, " , ,'.-. ·Mais .que"es explicattons donne-t-on .pOur justifier , ce re~ tard ""'ns leur départ au centre ,de 'post-cure , -::-:- Molnque de crédits. Je ne savais plus que ,dire' à 'cette pauvre petite qui recom' mençait 'à pleurer. Je remontoll che~ moi •. J'ouvris ' mon joUMoll. J'y lus. : '.,' " , • fi Le Maréchal Montgommery ,a été reçu PM le Prési.dent de la .République avec lequel if 1 dis, Cllt.é de, l'utilisation des crédits (400 mirtions' nécessaires ' pour , l'installation de "Etat-Major Occidental. II A Fontainebleall, j .. ,tement. L'INGENU, ~ : ImJlil". Centr. du Crlssant .~ 19, r -du Cr~lssant, Paris.2 ". . - r. ROCH"ON, imprimeur Rédaction et a~mirustration 14, Rue d.e Paradis, 14 Paris X· TéléphOM:PROvence $0-47 90-'48 C.C.p. ParIs .007~98 Tarit d'abonnement : 3 mois ........ ~50 irs CI mois ... -- .. 1 an •••••.....• 300 frs 600 irs Etranger : Tarit double. PQur tQut changement d'.adresse, prière de jQindre la dernière bande et la WD1me de 2() Ir.aRcs. Le gérant: Ch. OVEZAREK DROtT ET LIBERTE yr Fé",rier 1 949. - N" 21 (891 • • MANOEUVRES SANS MYSTlRl. •. Prenez note.,.!t. Quelque chose bouge chez les traîtres J EAN-LoUIS LAGOR, de l'Indépendance Française, est entré dans une grande colère. « Bardèche sera-t-il bâillonné? », s' écrie-t-il. L E MONDE d'aujourd'hui nous fera-t-il regretter « Le Temps » d'Adrien Hébrard ? Une feuille des hommes de Vichy, dite « Aspects de la France et du Monde» (curieux aspects ... monde nazi), essaie d'engager une discussion avec Lui. qui qualifie 1944 et 1945 d'années de mensonge et qui. ne cache pas sa nostalgie des années de l'occupation, passe maintenant aux menaces. notre journal. Depuis la proclaml)tion de l'Etat d'Israël, Le Monde a fait ' paraître en première page, et notamment les 13 et 17 novembre 1948, sous la signature de Edouard Sablier, de doctes articles' dont le but est de faire acCroire à ses lecteurs que la main· de Moscou dir,ige les opérations des corps-francs juifs en Pales- Il ne faut pas que les héritiers du faussaire Henry, de l'apologiste du faux patriotique et de la défaite « divine surprise ~ Maurras, de Ferdonnet et de Philippe Henriot, s'imaginent que nous pren « Aujourd'hui, écrit-il, la France secoue le ioug. Quelque chose bouge dans l'âme françarse, quelque chose a bougé dans les profondeurs du pays réel, les consciences se réveillent, etc... » drons part à une controverse avec eux. Nous ne poùrrons jamais que les mettre en accusation jusqu'au châtiment complet. tme, Les rédacteurs de Droit et Liberté sont tous des anciens combattants fra'nçais (juifs et non-juifs) qui n'ont ,jamais rencontré sur leur chemin, autrement que comme des ennemis de la France, les chevaliers de Montoire, les dénonciateurs de la police de Vichy et des nazis, les profiteurs de la spo- Votre impatience V()us aveugle, messieurs 1 Vous ne ga~erez pas « cette première bataille d'Jpinions ,qui ne soit pas une bataille rétros-. pective lJ. liation anti-juive appelée par Maurras et exécutée J»auvre Liberté! avec la protection de la Gestapo entre deux assas- B Ce qui devait peut-être paraitre sinals de patriotes. M . Manuel de iegnez, Prix e't.onnant aux lecteurs du Monde, d 1 h· de la Liberté 48 (!), prend b Qu'ils aillent donc iscuter avec eurs c ers amis aussi la défense.de M. Bar" c'était que, malgré le nom re crois- Xavier Vallat, Darquier de Pelle poix et les ex-offi- dè h (. d F Di sant de « judéo-bolcheviks ll, les 'c e ,touJours ans rance- - Etats-Unis ne semblaient pas don- ciers S.S. et de la Wehramcht. Ils se sont déjà si manche). Der leur concours entier aux intri- bien entendus pendant l'occupation ennemie. Selon M. Manuel de Biegnez, gues et aux prov~ations de M. Be- Il n'est pas donné à tout le monde de pouvoir f( M. 8ardèche n'à pas à se jusli. vin et cherchaient plutôt à étendre choisir pour patrie ••• ~iegmaringen. fier, il est' libre d'écrire ce qu'il leur influence Jans le nouvel Etat, DR' OIT ET LIBERTE. veut »' , _L pour appuyer 1e ur po1 i tique d, expan- Pour un lauréat d'un Prix ~ la sion économique et de conquête du l.!:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::~'~L:i~b~e~rt~é~. ~" _________ ~ pétrole. entreprise depuis plusieurs années dans le Proche et le Myen,. Orient. Une explication s'imposait et c'est pourquoi, le 21 janvier 1949, Le Monde relatait « Le Mystère des victoires israéliennes ». Voilà qui e~t impressionnant et devrait faire réfléchir tous les hom. mes d'ordre 1 « L' approoisionnemem d' Israël est effectué par une organiSiltion clandestine placée sous le commandement d'un célèbre pilote américain, ancien com7TU1nd4Tlt de marine el pilcle d'essai... dispOsant de plusieurs centres en T chécoslcolUJuie, en Y ougoshwie, à Odessa, à T elAoiv, etc ... Les pilotes israéliens peuver;,t atterrir et s'enlJoler de ces centres sans la moindre ' autorisation ... « Le service de Sécurité militaire Je Tel-Av;o Jomle l'i.ession que les « ~» de fous les S.R. s'v ronf donné rendez-vous. On .Il renc()nlre J~s ancieTlS officiers de l'I~e.fligence SerVice, les 'agents rescâp.ésede 14 'G e'siapo (ils nous ont lien caché les ju.ih qui seTlJaienl ,Jans 111 Gesla.to), et les représentants du N .K.V.D ... ~( 'Lés observateurs Jes Elals-Unis ne peucent rien ooir... Ces opéravaillée ,dans le sens réactinnaire, a été.émue par la nouvelle certaine de la formation en Egypte, par les Britanniques, de deux brigadës A et B composées de 6.000 prisonniers allemands destinés à être utilisés dans la guerre contre l'Etat d"lsraël ? , Ces brigades sont actuellement entraînées dans les régions de MarsaMatrouk et El-Saloum. Chacune 0' elles se compose de trois bataillons et dispose de l'armement allemand capturé' lors de la défaite de l'armée de RommeL Cinq cents offieiers subalternes sont recrutés dans ks camps d'officiers allemands prisonniers. Le commandement supeneur est choisi dans la bi-zone , anglo-américainé.. 1;n Allema~e, tout particuliè-' temenl :parmi ceux qui , se sont di$-' jingués, par les assassîriats.massifs de juifs en Europe. Citons le gruppenfuehrer , S, '5" Dirlvanger, ancien commandant tions sont exécutées par le cite! Je d:une division$.S. en Union Soviéla Sécurité" d' orif,fir,..e russe (tou- tique et en , Pologne, actuelle~ent jours' les mêmes n. Les IOftereSses oHicierd'Etat-Maior ~énéral de la tlolanles américcirres ' SDnt achelées LégulD' arabe en Transjordanie et (lUX Elals~'unis, alterrissent en Tché- de. J'l.rniée irakienne. ' cos!oooouie, sont équipées' Par les usines Sk,o'da et oonl, de là, bmkr- . Obergruppenfuehrer S. S. Wolf, Jer l'Egypte. devenu conseiller militaire de l'Etat- , Major ~yrien. . « Les juifs sonl aussi bien au Dé~ partement J' Filat ' qu'au Kremlin, ' Gruppenfuehrer S. S. Katchman, par .Jessu$ foui. ils ne sont ni russes, ex-chef d'une division spéciale de Di américains. Un général allemand, police aHemande en Pologne et emaJjoint .Je Paulus. aur.aii été (:1r.ê1é ployé l la destruction des juifs, se par la Russie aux hrttéliem, el celle , tmuve maintenant à Beyrouth. présence Je 'techniciens et Je maté- ' Standardfuehr.er ·S. 5: Bisanz, riel ,Je guerre rm.res, même au Ne- ancien chef de la brigade galicienne gueo, menace les cemres pétroliers S.S. qui gardait les camps d'exteret t4)ute la région . du c.anal de m~nation, est actuellement à Bag- Suez. » c:lad. Voilà où nous en sommes. Pour- Ces officiers S.S. et bien d'autant ' depUis, les « Protocoles des tres ont été achelllin~ de la bi-zone Sages de Sion ». noUs ont prévenus à Beyrouth à bord d'avions militaires de ce que tramait la tuiverie inler- a~lais. , nationale, Quelle e'Xcdlente illustr.a- Un autre groupe J'anciens offihon à une époque où l'on parle ciers généraux de la Wehrmacht est «l'une tension entre rU.R.S.S; et attendu à Damas. les' U.S.A., de l'union entre la Pour employer une fcrmuk 'conploutocratie américaine et les com- sacrée. au Quai d'Orsay, ( nous i1tmunistes rusSo-asiatiques. Et t,out tacherions du prix ~ connaître le ceci !Ous la férule du juif. sentiment » du journal Le Monde et . \ à apprendre pour queUes raisons il FAUT-IL croire Que Le MonJe soit inconscient d'une manoeuvre de diversion d'importance, à laquelle, il vient de servir? Pentil ignwer que même l'opinion américaine" pourtant si ,savamment tran' .. Jl8S publié les infermabcns cornmunÎ tuées par le journal prgressiste américain The Nation .au 'SecrétaÎ-re génbal de l'Or~anisation les Nations Unies. Joseph-Andre BASS. l'-lE f\.EVEf\.8Ef\.E-, i_·. L~::;:":~é- i_ Par Jacques FRIEDLAND. _i§_ pARIS dirait le proverbe s'il existait, vit de deux mamelles. 5 sa réputation et ses conséquences. Libre aux esprits viciés ~ .Charles. ~ha~!Charles 15 décembre 2009 à 11:25 (UTC); ~i:n~onséquences dans un bain de morale. ]Is n'y ;:~:, Reste à savoir quels facteurs sont intervenus pour ~ue Paris compte aujourd'hui, parmi ses visiteurs, le très honorable Kravchenko, ~lme soeur de la liberté, cette statue? Le sieur K ... (abrégeons car il n'en vaut pas plus) était Iermement convaincu de la nécessité de sa présence en Europe. - La Belgique? Trop petite. L'Espagne? Trop pauvre. La . France. Eh, eh ! ... la France. Heau pays, bons vins, hôtels con- ~ 5~:'. îortabJes, prestige, etc .... ~ etc. ' On l'encouragea. La France est le terrain idéal ~u'i) Jaut ' ,.~-:5;5 fumer de temps à autre. Le baromètre de rantisoviétisme y est bien bas, On y lutte pour la paix. Mauvais, ça ... . Et 1'011 expliqua à K ... que les " Let!res françaises » prétendaien't .quïl n'était pas l'auteur de SOn livre, ,·que tant ,ode perspicacité méritait ùne répolJSe décisive. K ... rugit, hurla, blasphéma Ct se :Iit chicaneau, plaideur, obstiné. " 5_' 5 J;ARPENTAlS il y a quelques jours J'ay~nue Momaigne. J'avais . ~ 5_ lu 'dans je ne sais plus quel journal ~ue I~ sieur K ... logeait à _5 grand frais dans Un palace de l'avenue. , ' J'itais sur le point d'examiner attentivement le hall de J'hôtel; ,~ . malgré le porti~r soupçonneux, lo~sque la , porte tolima, ~,]a' 5

vitesse d'un ventilateur, et. que surgIrent tr~s hommes dont] un '-~ me bouscula si fort, ~ue le portier dtlt me rattrnper au vol,

-- CE'te 'qstu iK sroanvtc hceesn kdoe,u xm eh ogmlismsae-st- isli àp rle'ossréesil l?e . ,_5_ - Ses deux gardes du corps. Toujours dans ']e même journal, j'avais lu qu'il Iépensait une ,;:~;. ' moyenne de deux millions de lran(.~ par Illois ~I J'hôtel. Ce ChiI_ Ë fre ÎantastÎ(jue m'avait laissé sceptWjue. Je nù!n' remis au por- :;; tier. . - L'Aga Khan, me répondit~:1, dépense plus' encore lorsqu'il vient chez nous, monsieur . Je n'insistai point. '5 DANS un immeuble du boulevard Monimartre yit une ,agence , ~ 5' Qui se dit photographique. C'est ~lIe qui a retenu les apP'Ir- Ë i§_ . tements (lu champion de la liberté, qui lui prête une voiture dont 55:_- il ,dispose à toute' heure. Elle - l'agence A,P.I.A, pour ne peint cncher son nom - verse des subsides aux térhoins ~u'on :il fait __ venir d'Allelllagne ocei(lentale. ~_ Un de nos confrères, naïf et plein d'illusions, frappait récem- 5_ Jnent;' la porte de ladite agence. . _$ - Nous sOlllmes, dit-il, très désireux de publier une photo de ~ Kravchenko. Vous est-il possible le nous vendre oette photo? ~_-' - Je m'excuse, monsieur, mais quel est le nom -du journal que vous représentez? Notre ami répondit et donna très honnêtement - il eut raiwn ~ - - le nom de son journal. , ~ C'est tout juste. s'il ne Iut pas mis dehors. Du moins avatt-il 'i 5 acquis la preuve qu'il cherchait. -: i§ C EUX qui orchestrent la publicité faite autour de K .. , croyaient ,~ -§ avoir roulé leurs adversaires en obtenlnt que la loi ne soit Ë 5 pas appliquée. Celle-ci inter·dit en effet .que' ta presse rende 1 5 creotmouprtne e cdoens tred éebuaxt.s d. 'un procès en diffamation. L'allaire se , i K ... n'a pas répooou aux questins de M, André WurmSer. Le . '5 !_ livre parle kmguelnent d'une héJ'oïne du th~Ît're d'Jbsen, fies~: drames révolutionnaires de Dostoïewski. K ... ne counaÎt pas les héroïnes d'Ibsen. Autant jeller Dosto1ewski. .. Je ne sais pas Quelle . est la portée juridique de J'argument. Toujours -est-il que l'opinion publique t:st convaincue. - "'"' i§_5 Et ne se laissera pas donner des leçons ' de fiberté par un 5 homme qui a trahi son pays. i§ ~III1I1I1I1I1I1IJ1UIIIIIIIIIIIIIIWIlllllIlUUIIlUHUIWWIIIIIIUIIUnllllllllllllllllll"III1I1!"mlllnIllIllJlllIII~ ...... - , .' Mon:: Er U9Eftl)! _----------------'----_-._-.-__. ~.. -•. - -.- • ff Droit et- Liberté ~ engage une action pour' arrêter les , agissement's antisémites . Dissolution du M.· S. ·U~F. et autres Otli~lnes du NazlsDie / CETTE fois, c'en est trop! L'antisémitisme renaît, il prend du souffle, il va croissant, non par le nombre de ses adeptes, qui reste heureusement très faible, mais en intensité ! Depuis le début de l'année, en moins de trois semaines, deux faits précis, irréfutables, sont venus à l'appui de ce que nous disons depuis ~rois ans. . Bardèche fait paraître son livre « Nuremberg ou la Terre promise », qui est .un cheid'oeuvre d,e la pestilence nazie! Nous ne reviendrons pas sur le contenu de ce « livre»; J.-A. B.ass et Roger Mària, dans le précédent numéro de « proit et Liberté », ont fort bien mis en lumière qui était l'homme et ce qu'il cherchait, Si le sieur Bardèche .il épcouvé quelque contrariété en apprenant que sa prose a été j,ugée par trop ... indécen' te - et, en conséquence,

qu'elle a été provisoirement

retirée de la circulation-, du moins sera-t-il satisfait en voyant que l'unanimité des « résistants à la résistance » s'est faite aùtour de sa chéti- . ve et fasciste personne. Toute l'canti-France, toutes les larves de . Vichy, de Sigmaringen, le gratin de .l'Hôtel. du Parc et du Majestic se congratulent ! par les chambres à gaz et les fours crématoires. A.u mois de mars 1948, Droit et Liberté attirait l'attention sur un « Mouvement Co~battant Français », dont le Président, un certain M. Pillet, disait qu'il était « créé pour rassembler les anciens combattants des deux guerres en vue d'une action civique :e.. Laq uelle? Référez-vous aux « Croix de Fe.u » de de La Rocque et aux factieux du 6 Février 34. M. Pillet précisait qu'en ce qui concernait les Juifs, son mouvement, « officiellement, ne prenait pas de position antisémite » ... Bel aphorisme, dont nous connaissons . la valeur ... et les suites! Ledit M.C.F. renaissàit des cadres de la « Légion des Combattants» de François Koch, des tortionnaires de Et, pour terminer l'année Buchenwald, 'et que les pour- «en beauté », une bande de suites contre la Résistance fascistes enfonce la porte du s'intensifiaient. • café « La Lumière » à Bellequi essaient de âiviser, d'exploiter les masses laborieuses, mais bien de la grande foule des Français qui travaillent, peinent et luttent pour gagner leur pain et la paix. Le tir de harcèlement avait réussi... l'offensive se déclencha. Dans le . courant du mois de novembre, des « crayons » de plastic font explosion devant une chemiserie appartenant à un Juif. OEuvre de mauvais plaisants, sans doute ... Le propriétaire, fut à même d'apprécier :a plaisanterie, lorsque son magasin f.ut quelque peu abimé par le souffle de ces engins ! L'agitation antisémite s'amp. lifia, se manifestant sous des formes différentes: tout le monde se souvient de la tentative amorcée par la majoville, attaquant sans motifs de paisibles réveillonneurs fêtant l'anniversaire d'un enfant. La police, aussitôt prévenue, arrive sur les lioux ... vingt-cinq minutes plus tard, arrête quatre des assaiïlants, dont un au moins était un dangereux repris de justice, titulaire de plusieurs cOndamnations, et les relâche peu après ! Quant aux autres émules de Petlioura... ils se portent bien, je vous remercie ! Pour nous rés.umer, on peut dire que .l'offensive actuelle des antisémites de tout poil se scinde, en quelque sorte, en. trois phases essentielles : 1) - La phase idéologique (é'dition et diffusion de tracts, brochures, livres, journaux, conférences, . etc.). ' 2) - La phase « légale » : tentative de discrimination raciale sur le plan administratif

ex.: Kremlin-Bicêtre;

3) - La phase active action directe, allant des mesures d'intimidation (menaces, dépôt de bombes), aux sévices corporels (St-Ouen, Belleville ). Cependant, nous ne devons pas nous contenter seulement de parer les coups; une fois pour toutes, les germes du nazisme doivent disparaître. Il faut tuer dans l'oeuf les « ,groupuscules » racistes 1 Un fait existe : il y a une poignée d'antisémites, qui s'efforcent de créer de l'effervescence, d'entretenir une atmosphère de haine, si nécessaire à leur dessein qui est de rétablir, en France un régime fasciste qui servira autnieux leurs intérêts. Dissolution ! . A LORS, que devons-no.us faire ? C'est à nous, qui sommes directement ' t9uchés par cette angoissante question, à réaliser l'union la plus large avec tous ceux qui, juifs ou non, sont menacés par ces calamités qui ont nom : misère, racisme, guerre. « Droit et Liberté » prend résolument la tête de l'action ql.!-i doit être, qui sera menée avec la dernière énergie pour Cependant, s'il est in1énia- exiger la 'dissoljltion de tous ble qùe les na,zis se regrou- les mouvements à tendance pent, c'est avec plai~ir que ' fasciste, pour exiger l'inter.}' on p~ut coh~tater que, fac! dic~ion des parutions hitlé·· ~, cette ,poignée d,e, bandits, .les ,riennes. ' Gare à. vous, disent-ils, noüs ne sommespi,us én 1945! . Ét, faisant écho à 'l~urs èris Les antisémites sont passés par Jà masses populaires , se dressent N ou~ lançons un appel à - unanimes. toutes lès organisations, ' à . de ,' haine, à leurs appels aux Valentin chè.re à .Pétain. · . • -.. - • • - J' , "pogro~,es~ . ~O~CI qÜ'e re.teptlt Vie éph~m,ère, car " les' "c'omle prult· Slnlstre ,des bombes... battants le , condamnèrènt "à j~udi 20 jan~ï'~r 1949, à trois heureS' dü matin, le ma- . ga~in du chemJsiérMay.rice. 59, rue de Rochçchouart, à Paris, est littéralement pou 1- . vérisé par une charge de plastic ... Dans un rayon de deux cents mètres, tous les immeub! es, toutes les boutiques ont subi d'importants dommages; la rue offrait, ce jour-là, un aspect de , désolation, qui me ·rappel.ait celui de nos villages alpins, dévastés par la Wehrmacht en 1944 ... Plus de deux mille 'carreaux brisés, des millions de francs de dégâts ... A nouveau. le fascisme marque de son sëeau le pas, sage de ses adeptes ! OEuvre de jeunes exaltés, diront peut-être' certains sceptiques, en haussant les ' épaules ; il ne faut rien exagérer ... A ceux-là, « Droit et Liberté » répond, en apportant

des faits.

Stratégie antisémite L'EPOQUE ,actuelle offre des analogies frappantes avec les débuts du national- socialisme, en 193,3, En Allemagne aussi, l'antisémitisme n'a pas commencé l'échec total! - E. M. Pillet, avec son mouvement avorté; rentra dans le néant d'0\t il s'était péniblement extrait. . . Ainsi, la première appari·tion d'un groupement antisémite. aux buts définis, avait écho.ué. Man que de préparation idéologique... Les néo-nazis le comprirent fort bien, et attaquèrent sur ce terrain. On vit surgir un livre, faisant l'apologie du sinistre Xavier Vallat, pourvoy'eur des crématoires, condamné à dix ans de prison: pour quelques centaines de milliers de Juifs passés au four, on en faisait des histoires. Il fallait « éclairer » l'opin~on pub1iqu~ ! Le livre fut édité. Ses lecteurs, certes, peuvent se compter sur les doigts de la main, mais, enfin, il parut. C'était un début. Peu après, ce fut le livre de Taittinger, traînant la Résistance dans la boue ... , Alors, nimbé d'une auréole de martyre, apparut Célin~ avec sa dernière oeuvre : « Le gala des Vaches », en mêm'! temps que l'on apprenait la remise en liberté de lIse , "t'. , *' , . ' rité "m un'i~ipale R.P.F.-so~ia:- . - " tous' les hommes sincères qui liste .de Krëmliti~'B~cêtre. pour 1 M' r~tablir; sur le plan « admi- " ILLE et ~n , fait~ nous ~e , , v:oulè~~ ' pllls rev~ir . l~s pro1,ivent ' qu~ 'la poi)U~ . ,!icènés' que nous:' àv(jns . v.élation française s'in. cues pendant la ' dérmè.re surge èontre les méthodes guerre.' nistratif cOnUnut:Ial :.; la loi du 3 octobre 1940, relative au Statut des Juifs. chères à Hitler, et à Laval.' Ensemble, nous étudierons M ' d Arl tt ' " les moyens destinés à exiger La re'actl'on pOTlulal're fit a ame e y, qUI pro- d - ' .' ·bl· 1 - t' ' clamait bien haut 'soO: « amitié ' es po,:vous .pu lCS e~ ~ereculer les adeptes de Dar- . d'f t'bl' , d' sures necessalres pour qu en- ' quier de' Pellepol'x . lCn' l"e ec 1 e a son gr, an ff am'i f'1 0 sO.I ent llq"UdI 'e s le' s vesh. - À Saint-Ouen, ' deux com- te lnle »',n at.pas ose al ~on- ges de l'occupation allemaner es reac IOns popu aues, d merçants 1 échangent des pro- et elle a dû renoncer à dédi- e. pos en yiddisch. Des indivi- cacer« Le Gala des Vaches ». Il n'y a point de liberté ' d~s les _ rouent de coups, Par leur unité , _ et leur pour ce.ux qui ve.ulentl'assasaprès les avoir co'pieusement ' action _, les Parisiens ont siner! injuriés. Un 'des deux hom- bl" 1 . d . bl ' L l' 0 Ige e retrait e certames A ceux qui prêchent la dismes est esse. a po Ice vitrines du livre calomniateur crirriinatiôn raciale, ' violant constate... , de Tàittinger. ainsi la Constitution Françai- Au début du mois de A u Kremlin-Bicêtre, l'im- se, à ceux qui rassemblent les décembre, une forte chamrengse ema,jo rité de la popula- bandits nazis, tombant ainsi de plastic explose avenue deh.o n a re'd U .l t a, néant les pré- sous le coup de la loi visant la Grande-Armée, devant le tentions discriminatoires de les « associations de malfatsiège de l'Office. Palestinien. la majorité municipale. teurs » (et nul ne pourra pré- L'opinion publique s'émeut; t~ndre que les SS ou les miles néo-nazis tentent une di- A Belleville, un meeting liciens constituent des « Co- verSI,O n, et 1, on par1 e , d ans lei de protestation, a vu ' les in- mités de Bienfaisance »), il colonnes de l'Aurore, l'Epo- terventlons des représentants n'y a qu'un seul langage, à que et autres feuilles, «d'at- de différentes organ~sations tenir: c'est celui de l'unanitentat terroriste juif contre démocratiques, Union des mité de la population qui iéun général britannique ... » Femmes Françaises, Union clame à leur encontre des medes Syndicats de la Région sures d'assainissement rigouLes hitlériens s'enhardis- Parisienne, Parti Communis- reuses. sent, et l'on assi~te à cette chose stupéfiante: trois ans 1te , etdc.' 'qu~ i sdont velnus' c rhi er 11-f'aut arre~ter le fas' cI'sme, à pem. e apre"s 1, ec rasement d u deur legout e' lt'ed les. -m' et .0 - il faut interdire les j'ournaux es, et eur so 1 ante agls- racistes. Reich allemand, un parti ou- sante avec les masses jUlves. vertement nazi, tenant un meeting Salle de la Mutualité, en plein coeur de ce Paris arrosé du sang de ceux qui tombèrent par milliers en balayant le Teuton et sa valetaHIe., doriotiste. , Et bien d'autres faits nou,; · montrent chaque jour le visage de la vraie France, non. pas celle d'une minorité de parasi tes, déclassés, hommes de main au service de ceux Il but que toute action antisémite soit mise hors la ioi 1 Une action politique et juridique s'impose ! Dar.:eI BESS. -- DROIT ET LIBERTE J'" Févf"ier :1949. - N° 21 (89) LA LUTTE POUR LE P'ÉTROLE L'ALLEMAND JOSEPH PEHM, DIT dans le Proche et le Moyen-Orient CARDINAL MIDSZE~TY trouvait que les "Croix Fléchées" et l'Eglise L Catholique travaillaient pour une même cause ES reSsources pétrolières du Proche et Moyen -O ri~nt sont, à l'heure actuelk, 1Objet d'une convoitise croissante des monopoles américains du pétrole. « C'est seulement aujourd'hui que n'Ous commençons il comprendre quelle importance én'Orme a pour nous le Moyen-Orient et! à que.! point .nQUs SQmmes intéressés à ce. qui se passe dans utte l'One », écrivait dernièrement la revue américaine i( Harper's Magazine ». En premier lieu les regards des brasseurs d'aff.aires de 'VaU-Street se sont tournés vers l'Arabie Séoudite, dont les sables reCèlent, d'après les évaluations d'un géologue américain, grand spécialiste des questions du pétrole, environ 20 milliards de barrils d 'huile minérale. Ce qui faisait déclarer dernièrement à M. Forrestal, ministre de la Défense des Etats-Unis, qu'une 4 mise en valeur complète des gisements de pétrQle de l'Arabie Séoudite doit avoir la priorité sur n'importe quel plan de construction , aux Etats - Unis même ". Le gouvernement américain a . conclu avec Ibn-Séoud, roi de l'Arabie Séoudite. La plus imun accord secret conférant aux Américains, des poss-ibilités illimitées dans ce pays. Actuellement 15 compac-nies américaines, dont 6 pétrolière!--, contrôlent toute l'économie de l'Arabie Saoudite. La plus importante est la " Compagnie Pétrolière Arabo - .Américaine !f, dont les concessions occupent une superficie de 4!lO.000 miles carr~s. teilant compte que le territoire tout entier de l'Ar:lbie Séoudite est d'un peu plus d'un million le miles carres, on voit quelle expansion l 'Amérique e.ntend donner à cette affaire. La pénetration américaine s'accentue Jans la vallée du Tigre et {le l'Euphrate, vers les riches g-isements pétrolifères de Mossol1l, (fui donnent 4 millions de tonnes (l'huile minérale par an. Là, comme dans les autres pays du Moyen e,t Proche-Orient, l'Amérique a tiré parti, en premier lieu, de la faiblesse eronomi] ue et financière de l'Irak lui ouvrant un crédit de 300.000 dollars et posant comme condition, le contrôle des br.anches les phts important~s de J'éCQn'Omie irakienne. A l'heure actuelle, selon les statistiques établies pour le premier seme'stre ) 948, la part des Ang-Iais dans l'ext raction le pétwle est tombée.à 54 %, andis que celle des Américains a atteint ~3 "/0 et tend à crohre encore. Les monopoles pétroliers des Etats-Unis (et les milieux diri-. ~eants americains étroitement liés à ces monopoles) visent: - Premièrement 'à assurer les marchés d'Europe Occidentale en revendant le Pétrole aux pays « marsha l1isés ».' Il va de soi que cette opération leur ' proCUrerait des bénéfices énormes. Deuxièmement, ils arrachent d'importantes concessions à leurs concurrents ang-Il'Iis. La politique des monopoles pétroliers américl'lins est directement liee aux projets militaires des impérialistes d 'outre-Atlantique. En mettant la main sur l'écoTlOmie des pays du Proche et

Moyen-Orient, les Etats - Unis

créeM des bases str.atég-iques, principalement en Arabie Séoudite et en Libye, à Chypre et · dans la zone du cariaI de Suez, en Irak et en Iran. C"est aussi la lutte con1:re l'Angleterre pour la suprématie dans le Néguev qu'ils regardent comme une base de première importance aux abords .du canal de Suez. Les antagonismes anglo-arneriCains n'empêchent cependant pas l'Ang-Ieterre et les EtatsUnis de faire front unique contre \1 'importe quelle manifestation du mouvement de libération nationale, pour le maintien du régime colonialiste. « Les monopoles pétrotier~, 8. dif dans un de ses discouJ,"5 Henry 'Vallace, leader du parti progressiste américai n, ne peuvent tolérer la pénétration des idées de progTè!'; et de démocratie dans le Proche-Orient, car ,ce suait la fin du regime féodal, gr.ÎCe auquel ils ont des profits si fantastiques ». Mais aucune mesure de répression n~ peut briser la résistance grandi~sante des masses populaires qui se dressent con- . tre la domin:lrion des impérialistes ,anglo-américains. On voit se développer dans les pays du Proche et Moyen-Orient un puissant mouvement de libération nationale, avec lequel les coloni..;' lateurs anglo-saxons, et leurs proté,g-es du camp de la rbtction intérieure, sOnt obligés de compter. V. ·KHATOUNTZEV. D'INNOMBRABLES c'ardinaux, archevêques et évêques cath'Oliques 'Ont F'rQtesté CQntre l'attentat à la liberté et à la « dignité humaine» .que cQnstituerait, selon eux, l'inculpation du cardinal Mindszenty. Quelques rares prQtes~nts se sont j'Oints à cette campagne. « La Ligue Américaine Juive » a également cru nécessaiJ'e de remettre un memorandum au cardill81 Spellman, précQ'nisant la nécessité d'une action CQmmune CQntre la «: tyrannie bolclte- ,"ique ». ' . Qu'est cette Ligue? Ses ,didgC'Ants nOnt pas CQnnu, sanS doute, les gratte-ciel de Drancy, n' 'Ont pas respiré la fumée nQire des crématQires de Maïdanek et. surtout, n'ont pas vu les fJQts rougis du Danube IQrsque les amis de MQnseigneur Mindszenty 'Ont abattu à .3 mitraillette des milliers de Juifs de Budapest. Pourtant, nul personnage n'incarne davantag-e le caractère symbolique de l'alliance monstrueuse du fascisme et de l'antisémiti~ ll1e que l'Allemand Joseph Pehm, plus èonnu sous le J\om de cardinal Mindszenty, nom magyarisé, soit dit en passant, lprès une requête adressée par 1'1I1téressé au ministère de "Intérieur ' hongrois, requête dans laquelle il avait fait état de ses activites 'contre-revol utionnaires pencl;tIlt la Commune de 1919. Mindszentv, chacun le sait en Hongrie, était un fen'ent partisan de la teneur blanche qui suiyit l'échec de la Révolution en de répit et de soi-disant consolidation, le régime du dictateur Horthv est revenu à ses premières aniours, c'est-à-dire à la forme bestiale du capitalisme, grâce à la montée du nazisme en Europe, c'est I\'Endszenty qui ,a dit, en 19a5, au cours d'une reunion ecclésiastique, que les « Croix Flechées » ne devaient pas être méfiants envers l'Eglise catholique parce qu'ils travaillaient tous pou r la même cause ... Ensuite. les lois antijuives se sont succédées sans que le très chrétien prélat ait élevé la moindre protestation. Et lorsque, avec l'occupation 'du pays par les Allemands, en 1944, les brimades et l'étouffement économique ont été remplaces par les ghettos, puis par le depart en wagons -plombés par centaines de mi1!iers, vers les abattoirs d 'Aus(; hwitz, ce singulier chevalier de la liberté n'a toujours par rompu son siknce qui, à ce moment, relevait de la complicité. Sa ré!';istance date de la Libération. Ses protestations devennient de plus en plus nombreuses lorsqu'il s'agissait d'assurer la vra ie liberté et la vraie dignité de la personne humaine par la Réforme agraire, la proclamation de la République, etc ... Joseph Pehm, Allemand et réactionnaire, n'a jamais renoncé à l'antisémitisme. Parmi les rêves insensés de restaur.ation de la lynastie des Habsbourg, d 'abolition du partage des terres, de retour aux privilèges médiévaux, il a toujours repl'Ïs ses vieux projets « d'élimination des Juifs et des demi-Juifs ", suiv~nt ses propres termes. Les dirigeants de la Ligue Americaine Juive, puisqu'ils sont en ,si bons termes' avec le cardinal Spellman, doivent -êt.re également versés dans l'histoi,'e de l'Eglise. Ils doivent connaître entre autres l' histoi re de &rtht-lemy Las Casas, le dominicain qui iii. généreusement · défendu, au XVI" siècle, les Indiens contre l'oppression des Conquistadors et qui a été honoré du titre de PrQtectQr IndianQrum. En Hongrie, contrairement à ce qui s'est passé en Bulgarie 011 en Roumanie, aucun prélat n'a mérité Je surnom le Pr6tec:tor Judaeorum. Et si nous par- 10lls de la personne même du cardinal Mindszenty, il n'a jamais protég-é, lui, que les magnats de l'industrie, les seigneurs des I~tifundia. et t~us ceux qui voulaIent servIr d~ !nt~ rê(S qui n'ont rien à vQir av~ l'Evangile. André LAZAR V.ide-~6et6 et e~ 1920. Lui qui, lorsqu'il s'agit de criminels de guerre ou d'autres fascistes, prononce des phra~es onctueuses sur l'amour du prochain, a préconise en l'920, dans un sermon, l'extirpation de la surface de h lerre le tous les communistes et soci.l listes. Lorsqu'après quelques 3;nnées par L. JUST LES réservQirs qui alimentent l)oe barr'lges sont à sec, et malheureusement nul grand savant n'a encore déoouvert la pluie artificjelle. Ceux du Trésor le sont aussi, mais ici l'on déverse sur les Français un ùéluge 'd'impôts et cl' augmentations : hausse de tous impôts indirects (timbres poste à 15 fr., augmen;tation du tarif général des P.T.T., taxe à la production portée de 10 .J. à 12,50, le litre d'essence passe à 43,5°, tarifs de ehemln de fer, etc ... ) le montant des loyers est augmenté dans des proportions considérables, et tous les prix indu~triels montent en flèclle. PLAN BLEU Deyant cette avalanche qui ne peut manquer d'entraîner une hausse -généralisée des prix (d'lil1eurs, c'est déjà chose faite) les grandes organisations ouvrièrf'5 ont adressé au gouvernement de pressantes requêtes en vue d'un réajmtement des salaires. M. Qnellille prétend, d'autre part, que la baisse du ooms des produits agricoles devrait suffire à oompenser toutes les 'C hausses qu' i 1 vient de nous imposer. ELA devait partir de Bretagne, comme un raz de marée. Le terrain était admirablement préparé : attentats. incendies de récolte~. La pren1Ï-~re action importante devait être l'attaque de la prison de Vannes. Le juge d ' instnH'tion \'erdeau, respons: lhle de J'arrestation du maquisard Crété serait abattu. Puis, l'insurrection g-agnant de proche en proche, quatre g-roupes 1 aetiques, convergeraicn t vers Paris. Quels seront les principes de 5:1 politique future? Les auteurs du plan bleu ne s'en !'ont guère préoccupés. Ils ont simplement pMlé de l'action à mener très rapidement contre les Juifs, piliers, disaient-ils, du régime à détruire. Jean faucher, l'un des plus i:',)ortants exécut:ilr '1ts du complot était parvenu à s'échapper en compagnie du baron Ducoudray dit de Mervelec. Ce dernier g-agna la Belgique puis l'EspaJ? ne. 1\ séjourna en particulier à Saint-Sébastien, ville où siègent les organismes directeurs de la « Secunda bis » (le service secret f r;:lnquiste, qlli cmploie aujourd'hui un grlnd nom'bre d'anciens membres de la Gestapo et de la Milicc). Nanti de ' nom'elles in!'tructions et de subsides , Ducoudray reg-agna la France. Il devait l'etrouver Faucher dans le Doubs. Objectif : la constitution (le l'Armée Française Loyale. Une filière fut mise en place, qui reliait Paris ~l la région de

\rontbéliard. Les « C:ildres » empruntaient

cette voie héri!';sée d'écueils. Car les relais étaient ~avamment espaces. Ne les franchissaient que ceux qui connaissai~ nt les mots de passe. Dans les foréts, des groupes :ilrlllés se constituaient. Doué d'une acti vité débordante, Faucher collectait également des fonds et reçut le meineur accueil aux usines Peugeot, à Sochaux. Ce fut enfin le coup de théâtre. Un matin. Ducoudray fut arrêté à Pont-(Ie-Maudeure. Une fois de plus, Faucher s'échappa. I! devait être pris à Paris, il y a deux moi,. Le complot est-il entièrement étouffé pour cela ? On peut poser qudques principes sans risque de se trbmper. Les instigateurs ne sont pas arrêtés. Seuls le sont, les exécutants. Le,; complices ? Il Y en eut de très haut placés ; ont-ils été poursuivis ? et pourquoi hésiteraient-ils à persévérer? Le génél'al Guillau( lot a été remis en liberté provi~ oire. On ne l'a plus revu. Intelligences avec l'ennemi (F .. \ucher fllt agent de la Gestapo), atteinte a la sûrete de l'Et~1t, teiles ~ont au moins les deux chlrges que l'on peut retenir contre les inculpes du plan bleu. Il en faut bien moins pOur être passible des assises ou d'ulle ,our de justice.

\.f:\gnanime, la justice de M.

André Marie, usant d'artifices de procédure, qu'elle ne connaît plus lor~qu'il s'agit de juger des gréviMes, traduit les conjurés devant le tribunal correctionnel. 11 n veritable procès pour rire. Le commissaire Antonini, appelé à la barre des témoins, dévoile la réalité et le danger des fils que tissaient le marquis de Vulpian et ses amis; le commiss tire Chevalor, qui enquêta (Ian; le Doubs, démonte le mécanisme de l'A.F.L. Tl, est certain que nous venons d'assister à un véritab}e effondrement des cours dans 'oertains cas (pommes de terre li. 2 fr. 50, haricots secs à 65, b~lisse sur le founage, la paille, le beurre), mais il s'agit seulen1ent des prix' à la production. On peut s'éton\l~r qu'une bais'ie n'ait pas eu lieu simultallément sur les prix de Jétail, Or, depuis décembre, et par suite de!' coupures de oourant, les ouvriers ne .travaillent - ~a\ls la plupart des entreprises - que guatre JOurs par semame, et ont vu le ûe fait lems salaires effectifs diminuer de 20 %. Pour le même motif, leurs employelll:s, tout en voyant leurs frais généraux augmenter chaque Jour, subissent une diminution de pnxluction dans la même proportion. . E l\FIN l ' éY ~~lem,ent. capital de ces d~rn.lers jours est le lancement ue 1 emprunt de, cent mIllIards. Si l'on songe que ce montant ne repres~nte que la trenüèn1e partie du budget de '.94.9.(OU deux moIS de la guerre d'Indochine), on compre~d .. dlfflclleme~t ]e tap~g~ au~our de l'opération. Cet exp&hent est destl11e plutot a demontrer la confianoe du peuple français envers son gouvernement. Avant guerre, ils auraient représenté la majorité des souscripteurs. à un empr.unt, ~'Etat. Il nous paraît impossible qu Ils plllssent le faIre a 1 heure présente : les ouvriers u'flrr1vmt pas à boucler l~u., budget e't la trésorerie des petils cOlllnu:rçants et mduslrlels est complètement à sec. Dans ces conditions, qui \'a assurer la réussite de cette vaste opéra/ion financière ! Nous craignons bien que commè toutes celles qui l'ont précédée depuis 4 an elle serve à f~voriser les combinards de tous poils, et à ma.~ql1er les h~néflces occultes provenant de toutes les spéculations illicites. t- F$vriet J9-49. - Nt 21. (89. - ------------ DROtT ET ll~TI ---------------------- , Les 0UIFS D'ORLEANS l sont de mèche, avec les' Arabe's de Palestine POUR FAIRE SAUTER ,LE SAINT.SEPULCRE -- A Bourges, il y a huit cenfs ans, des rabbins expliquaient les phases de la lune. - En êtes-vous sûr? - Je vous dirai même que dans l'oeuvre à laquelle nous devons ce détait, les Tossafoth, ou commentaires du Talmud, écrits par les disciples de Rachi, Bourges se nomme Gourgougea. - y eut-il de "bonne heure des ... GourgOUgeOlS? Un vieux texte nous est parvenu qui raconte qu'en l'an 568 il se trouvait. dans la ville qui fut la capitale du Berry, des Juifs. L'évêque, paraît- il, voulait les convertir de force au christianisme. PeQ.dant cinq siècles, l'historien perd leur trace pa l'ce que, sans doute, ils émigrent par petits groupes, selon la méthode connue, ou pratiquent clandestinement la loi de Moïse, lorsqu'ils ne se fondent pas dans la population chrétienne. LE ROI INCENDIAIRE ÉTEINT LES DETrES En 1185, sous Philippe-Auguste, et en vertu d'une Ol'donnance dudit, le « Juif de Bourges» Isaac Uradis cède ~n hôted. pal,tbculier à Mathieu, Grand Maître du roi. En 1204, un des coréligionnaires d'V radis, Benedictus Bitureods, ne semble pas vouloir justifier parfaitement son nom, puisque Biturencis vient de Bituricae, désignation latine de Bourges, et Que le monarque accorde à ce Berruyer le droit de séjourner (comme dirait la législation actuelle sur les étrangers) au Châtelet, une cor,nmune de la région. Cependant, consultez - si vous en avez l'occasion ... - le rôle des impÔts de Bourges (XIII" siècle), et vous verrez par l'importan.ce· de son apport fiscal que la communauté judéoberruyère fut nombreuse et prospère. Il n'est pas étonnant que le roi qui alluma le feu oll périrent les Templiers prit soin d'éteindre leS dettes contractées. envers les prêteurs gourgougeois. Quelques flottements ayant ici été constatés dans l'application de son oukase du 24 janvier Bl0, Philippe-le-Bel enjoignit à son Grand Maître, Jean Guedray, par lettre du 10 septembre de la même année, de s'en tenir rigolll'eusement à cc qui avait été décidé. Si Jean a « bonne réputation ». croyez-le sur parole! Il suffit Qu'il déclare qu'il s'est acquitté envers Isaac pour que la créance soit annulée. LE GARÇON IGNIFUGÉ VOlci un des mincies que la Sainte Vierge accoml,lit à Bourges : On avait converti un petit garçon juif et on lui avait donné le baptême. Soo fanatique de père le jeta SUl' un bl'lcher. Le petit garçon, tout souriant au milieu des flammes, sortit de Et sans la moindre bd'tlure. C'est du moins cc que racontent un cel"!:Ll.in nombre- de ballades médiévales qui sont autant de variations sur Ull thème que l'illustre Grégoirf" de Tours inventa au Vl" siècle. Plus tard, la légende du garçonnet (disaient les antisémites en 1009) Cette histoire de terrorisme judéoarabe, grossie et pimentée par le CI: Samedi-Soir » oral de l'époque, excita si violemment les esprits que les dynamiteurs orléanais du SuintSèpulcre durent s'exiler pendant quelques mois dans les environs de la viJIe. ignifugé devint le clou des « Miracles de la Vierge » du moine Pierre de Bourges, passa de ce recueil dans la Legendia Aureica et devint la tarte à la crème de nombreux poètes; Les uns sont attendris, les autres violents, tel l'auteur de cette variation intitulée « Don Juitel qui fut mis el four de voirre », qui prêche la haine réciproque: Entre Juis et Crestien..S'entreÎment comme chas et chiens BÎeIIl est droÎz. que noua les haionl Et ql,le contre cuer les aions. Traduction: « Juifs et Chrétiens s'aiment c(}lnine chats et chiens. Il est juste 'Que nous 'les haïssions et qu'ils ne nous aiment pas ». Mais selon une autre version, le Miracle de' la Vierge causa une telle impression sur la mère du miraculé qu'elle se convertit --- et avec elle, tous les Juifs de Bourges. Gontran, qui ignorait peut-être cette langue, joua au prince-à-qui-onne- Ia-fait-pas : - Vous êtes de perfides Juifs, s'écria-t-il, je 'vous connais, allez ! Vous venez me rendre hommage parce que vous avez une idée derrière la tête: vous espérez que je vous donnerai l'autorisation de construire une synagogue! BIENVENUE (en hébreu) Ils eurent tout de même leur synagogue - jusqu'au jour de 1182 où elle leur fut confisquée .et transfOl'mée en une église que l'on baptisa « Saint-Sauveur » • Dans cette église comme dans les autres, les prêtres ne pouvaient pas célébrer des « mariages mixtes », car certain Concile d'évêques tenu ~, Orléans dès 533, interdisait au Chrétien de convoler ave,c une 'Juive, et réeiMais le bon sens finit par faire justice de la « chicane », et au siècle suivant les tl'ès nombreux et très dislmtailleurs « Sages d'Orléans» purent corhmenter la Loi en toute quiétude, dans une Académie qui devint J'une des plus fameuses du temps. Le plus sage de ces Sages fut Rabi Isaac ben Men'achem, le maître de Rachi. Avant de manquer tout à fait à la piété en contractant avec sa cousine un mariage qui lui valut l'excommunication dont le peintre Je'an-Paul Laurens s'est inspil'é, Robert le Pieux, parfois, le fut un peu trop. TROP PIÉUX! , l)roquement. UN PETIT... EMPLOYE En 544, un autre Concile avait co- Ayant réuni sur la grand' place de Rouen tous les Juifs de la ville - cela se passait au XI' siècle, mais l'on assure que l'établissement de leurs ancêtres en Normandie remonte à l'époque romaine -, il leur donna à choisir entre la conversion et la mort. De BOUl:ges nous nous rendrons à difié les rapports entre les Juifs et Blois et nous serons romenés aux les serfs. Si un Juif emploie un serf Tossafoth. : à son service, Qu'il ne s'avise de 'le En sa vieillesse, l'un des plus im- libérer sous la condition qu'il emportants tossafistes, Jacob Tarn, se . brassera la rt:ligion, mosa~que. Par trouvait précisément dans la cité des contre, !e . serf pel!t a tout l~stant se bords de la Loire lorsqu'un employé ~endr~ lIbre en qUl~tant le JUIf -:- ~uf municipal 'y lança pour l:t première a ~r~ser .une Cel'~~lIle somme a 1 adfois en France, l'odieux efstupide ho- mtn.lstratlOn chretienne. C'est ainsi que périt le savant rabbin Schnéour, tandis que d'autres se suicidaient ou bien s'inclilù,ient devant le petit précurseur de Torquemada, pour ne pas être massacrés. Alors. au nom de ses côréligionnaires, Ja-cob ben Y ékoutiel se "endit en mission spéciale à Rome et obtint du l~aJ:){~ ' qu'il mît fin à la brutale pitfté du mi Robert. niment du « meurtre rituel ». C'était en mai 1171, à la veille de la Pâque juive. Les Juifs, déclara le calomniateur, ().tlt tué 'un petit Chrétien pour utiliser son sang dans leurs rites religieux, puis ils ont jeté le cadavre dans le fleuve. Le comte Thibault ne demandait qu'à le croire. Aussi ordonna-t-il d'a.rrêter immédiatement toute la communauté de Blois... mais comment prouver que l'accUsateur disait vrai? En organisant une de ces épreuves où Dieu reconnaît les siens - et qui sont typiques d'une certaine mentalité médiévale. On invite donc l'employé municiCOLLUSION TERRORISTE Le plus beau, c'est encore la « chicane» dont les Juifs orléanais furent victimes en 1009. De quoi les accusa-t-on? Je vous le- donne en cent, je vous te donne en mille, messieurs les émissaires' de M. Be\rin et de la Ligue Arabe qui hurlez aujourd'hui à la « profanation des Lieux Saints ) : On les accusa d'être de mèche avec les Arabes de Palestiné pour faire sauter le Saint-Sépulcre de Jémsalem! O'ail,leurs, les rois se suivent et ne se ressemblent JlaS. Lors, de la COllqu& te normande de )' An~letcrre (1066) un certain nombre de C0nvertis rouennais traversèrent la l\bnche: à peine avaiènt-its posé les ()remiers fondements d'une colonie judéo-anglaise que le fils de Guillaume le Conquérant leur demanda de retourner au judaïsme. En bons Normands, ils ne répondirent ni oui, ni non. pal à traverser la Loire sur une bar-.----------------------------------- que percée. Elle prend l'eau de toutes parts, mais' ne sombre pas et l'accusateur accoste sur l'autre rive, sain et sauf, au milieu des applaudissements. S'il ne s'est pas n.oyé, c'est gu'il est protégé par le Très-Haut lUI-même. En conséquence de ce miracle de l'eau, la communauté juive de Bourges - dont dix-sept femmes - péril'a par le feu! "ALENOU" Dans leur prison, en attendant l'heure suprême, les condamnés chantent. lis chantent « AI~nou ~, la vieille prière monothéiste, si persécutée à travers les siècles,. mais si émouvante, au dire de Joseph Hacohen d'A vignon, qu'elle fait venir les larmes aux yeux des bourreaux. Mais non élUX yeux de Xavier Vallat. Sait-on que ce pédant gredin avait lu la prière ( Alenou )) et qu'il la' cita dans ses écrits vichystes pour donner une note d'érudition à son antisémitisme de cambrioleur-gérant? Lorsqu'en 583 le roi de Bourgogne Gontran fit son entrée triomphéile à Orléans, une délégation juive se porta ,. sa rencontre lOllI' lui remettre un texte de bienvenue rédigé en hébreu. Bevin a dû céder de- PARIS ~no& lt annonca que les landaisas en Indonésie, vant l'indignation mon- Au cours de la. réu- Amé .. icains ont ~erminé les troupes frança'ge'S "jale ! Dans quefques nion des 'organisation la construction de leur au Viet-Nam ou' des jours. les 12,000 cléte- ;uives qui ont adhéré à ;l'us grande base aérien- unités arabes sous connus de Chypre auront la cilmpagne da ru. J. ne du Moyen-Orient. trôle britannique qui se quitté te camp. les ppe- R, E, contre la reCons- dans le district d'El battent contre les Israémiers conYo~ sont déjà titution d'une Allema-IDahran. Cette base a liens. partis pour Israël. &ne nazie, contre l'an- coûté 300 millions de • C'est une belle yic- tisémit,sme et pour la dollars. TEL-AVIV to!re de ~'opinion pu- paix, il a ~té ,constitué • Le Conseil d'Etat b!,qlle qu •. ,:",courage un comite dorganisa- BUCAREST d'Israël a autorisé le d autres batallres et no- tlon .qu, dev ~endra un Un théâtre iuif, su\:r gouverneme:nt à émett, am,~,en,t cene pou .. la organi sme p9rmânent. ventio.'1né par le gou- tre des pièces de mon- II~u.datJon d~. camps • vernement, .a été ouvert n~ie . L'ancienne désid Alfemagne . MUNICH officieHement €On pré- g.nation hébraïque de • La Cne.tte officielle se-nce du mini stre des « Prut3 » sera donnée LE TRAITE de BaVière a publié les Arts et de l'informa- à la plus petite unité DE COMMERCE noms des Juifs alle- tion. qui iusqu'à présent était ENTRE· ISRAEL mands et apatrides dis- • le {( Mil » ET LA HONGRIE parus qui ont été offi- PRAGUE * Un traité de com- ciellemern déclarés dé- L'Agence Télépress Le Dr. Fritz Bernmerce entre Israë+ et la cédés, réV'èle l'existooOe d 'une stein ministre du Com- Hongrie a été signé à • « chaîne » par laquelle merc~ et de l'Industrie, Budapest. ATHENES INès de 3.000 off,ciers a déclaré au Conseil Conformément a u Le correspof'ldant au et soldats nazis ont déjà d'Etdt que les relations nouvel accord, fa Hon- Caire du JQurnal « Eth- rejoint les troupes hol- commerciales avec l'Ugrie fournira à Israël nian Soviétique se dédes graines, des. fourra- veloppaient favorable- ~es, des m ôchinerie6, Dans le prochain numéro: ment, des produits de l'indus- trie lourde, tandis * qu'lsrafil enverra en HongriE- des teintures, des produits chimiques, des COI dages, textiles, dents artificielles. aura. .... tlacees et sous-prodUits de citrus, etc. lES HCONS DES H(rnOIS EN ISRAEL Les travaux Gnt commencé pour la créa-tion d'Uf19 ligne de chemin de fer long.ue de 45 kilomètres entre Hédera et Tel-AVIV qui se"a reliée au tronçon Hédet-aHaïfa. \.--- 1 .. j DAon l'f t.Hl~TIi (Extrait inédit d'un livre en préparation: (( Voyage 'en . Israël ))) par dulle tte ,PARyl----.--------~ l 'AVION vena12~ du Néguev att~rrit à deux heures du mat m, on nous emplIe dans un camion d'où, ceux qui savent où ils' vont, descendent. en cours de route. - « Où descends- tu? » me demandent d'es ".ddats. - « Je n'en sais rien, je ne connais pas la région. » _ « Tu as de l'argent? 'Tu connais la ville? Non?, Tu vas venir avec nous dans le camp de transit jusqu'il demain. » Le gardien de nuit dru camp ne se conten te pas de nous donner une paillasse et deux couvertures: « V ous devez avoir faim, il me reste la moitié de mon souper. Du pain, il y en a tant qu'on veut . R acontez ce qui se passe dans le Négu;v. » . gens. ' Elle est des nÔ,tres, pas la peine de se gêner! . , Je cherche- du ·travall; non pour me documenter et pouvoir écrire « Un mois chez les ouvriers d'Israël », mais tout bonnement pour Réfugié. de "etoll'. En principe, le camp de t ransit est militaire, mais,. entre les soldats ronflants, vagissent des poupons dans les bras de leurs mères et-geignent des vieux. Le matin, les officiers grognent, mais procurent des moyens de transport à tout le monde. On est en famille, qùoi !... gagner de l'arg e n t. Pilotée par un ami exlibr aire à Nur e ni ber g et à Paris; actuellement éleveur de poules dans une c o lon i e alleman d e conn ue par ses po ulaillers modèles e t surnommée « K far cocorico », je fais le tour des fermes à la r'echerche d'une place. La femIIIIie ch~ uffeur et l'aviateur tchang.ent les livres. DEPUIS des heures, je cherche en vain dans le port de Haïfa, sous le soleil de midi, une adresse compliquée; enfin, je tombe sur un passant qui est au courant; après m'avoir renseignée, il penche vers .moi sa figure ridée 'et hâlée et me demande avec cett.e familiarité juive qui traite les nouveaux arrIvants en membres de la famille, sur ce ton confidentiel d'affectueuse moquerie qui n'appartient qu'au yiddisch : . - Femme, pourquoi fais -t;u un visage de travers? Parce que voilà trois heur.es que je sue sous le soleil ! - Peuh! nous, voilà trente ans qu'on sue sous le soleil, et on tient le coup!

SOMME toute, dans la rue, les autobus, les cafés, les e~droits pub.lics, on rencontre . beaucoup moms de pohtesse et beauco.up plus de participation huma~ne et d'a~de ~ffectl'~e qu'ailleurs. C'est une fam ille mal elevee, malS une famille. Ceux qui sont établis là depuis longtemps · accueillent les nouveaux arrivants, les Olim, en frères cadets. Ils leur font sentir leur poigne, mais ils s'en soucient quand même. On se réins' talle dans la demeure paternelle abandonnée, on balaye les. décombres, on enlève les toile~ d'arai- · gnées, on repeint, on recloue, on tapisse, on bo,uscule les maladroits. Quand vous débarquez avec quelque cinq cents immigrants dans le port de Haïfa et que vous én sortez avec un lourd sac à dos, il se trouve toujours quelqu'un pour vous enseigner l'usage de la monnaie, pour vous hisser dans l'autobus, pour vous injurier d'avoir baillé aux corneilles a,u lieu de prendre votre tour, pour obliger un plus jeune à vous céder sa place: '« Laisse-la s'asseoir, tu ne vois pas qu'elle vient d'arriver! Qu'est-ce qu'elle pensera des gens d'Eretz! » - « Je m'en moque, de ce qu'elle en · pensera! » - « Nous pas, blanc-bec! Donne ta · place! » Il la donne en grognant, tout l'autobus participe. - « Et où allez-vous donc, la dame? Vous avez de la parenté en ville? Ou bien. des enfants dans un kiboutz? Des camarades? Dans Je'quel? Ah! j'ai un cousin là-bas! » Chacun a un cousin partout. Et si on gratte un peu, on se découvre une parenté avec n'importe qui. .. Voilà qui engendre ce ton familial, goguenard, bourru et cordial, cet t e ca~araderie rogue. Chacun se sent chargé de faire l'éducation de l'autre. C'est une vaste maison de rééducation, u n sana d'anciens déportés, une coopérative de travailleurs reclassés. To u t le monde s e fait mutuellement de la pédagogie. Dans aucun pays du monde on ne se permettrait de s'immiscer ainsi dans les affaires du prochain, quand ce prochain vous est inconnu. Mais que signifie inconnu? En faisant la queue devant l'autobus, à la tombée de la nuit, ma compagne, une mère de famille, aperçoit une très jeune femme avec un minuscule poupon dans ses bras . . V éhémentement, sans préambule, elle l'attaqu~ : « Etesvous folle de sortir un nouveau-né à cette heure-ci? » J'interroge t()ut bas ma camarade . : « Tu la connais? » - « Pas du tout! » - « MalS eIIe va te demander de quoi tu te mêles! » En quoi je me' trompe: la jeune femme éplorée l'épond sur un ton de très humbles excuses : « J'ai voulu montrer J e petit à sa tante, et il . s'est fait tard ... » - « Vous ne le ferez plus!. "» décrète la mère de famme, èlictatoriale. « Oh! non, je ne le ferai plus! » Ni plus ni moins une gamine qui promet: « Je serai sage! » A la matrone satisfaite par cette promesse, je chuchote: « Mais · enfin, Rachel, ça ne te regarde pas! » - « Comment, ça ne me regarde pas? La santé des enfants d'Eretz l'egarde tout le monde! » •.* * l b communauté forcée par le manque de place engendre une intimité de toutes les secondes. Une chambre d'hôtel coûte au moins une livre (milJe francs) ; alors on prend un lit p.our trente piastres, dans une pièce où il y en a deux . ou trois autres; on dort, mange, se lave, s "habille et se déshabi1Je en compagnie; one s t perpétuellem e n t e n « dortoir ». dans une atmosphère de « pensionnatauberge- casernecampement ». On est t 0 u s des con s cri t s en chambrée, des bleus p erpétuellement secoués par ces sous-offs d'indigènes! L'immigration domine tout: chaque demeure doit toujoura être prête à accueillir de nouveaux arrivants. Chaque lit (fabrication palestinienne) a po.ur double un lit pliant, caché dans la journée sous le premier. Les paillasses supplémentaires sont de rigueur, pas seulement dans les fermes collectives, mais dans les domiciles privés. N'importe qui peut arriver n'importe quand, et il reste à coucher comme, dans une maison européenne, il prendrait un café. A Kiriat Amal, faubourg ouvrier de Haïfa, je suis en visite chez une famiJle amie. Dans la seule et unique pièce nous dormons à cinq: la maman, sa soeur, deux bébés et moi. Arrive soudain le mari, soldat en permission, et il en amène un autre. Nous voilà sept - on tire des matelas supplémentaires, la large couche conjugale accueille un tiers. On tient je ne sais pas comment, mais on tient 1 J'arrive dans un kiPoutz isolé où j'ai un camarade; on ne me laisse même pas dire son nom t !(. Plus tard tu nous diras qui tu viens voir 1 D'abord, assieds-toi et mange! » • '" '" POUR concevoir ce mode de vie, il faut se souvenir du nombre des h abitants d'Israël q,ui n'a même pas encore atteint le million, et des dimensions du pays. Du haut d'un château d'eau, dans la plaine de Kfar Saba, je vois le pays d'Israël tout entier. Et ce n'est pas une façon d~ parler! On embrasse du regard le nouvel Etat dans toute sa largeur. De la mer à la montagne; une étroite bande de terre dont les proportions naines me De tous mes amis, le libraire est le seul qui prenne ma soif de travail manuel au sérieux. Il n'a peut-être mêm60 pas lu ' Gordon qui prêcha au début du siècle, aux premiers pionniers de Sion, la régénération par le' trcivail manuel ; ,en revanche, il a lu et ven.du aux lecteurs les auteurs européens les pIus' raffinés ; il connaît par coeur Mallarmé et Stefan . George ; il a enc.ore sur sa table, par habitude, le tout dernier Henruinn He'5se et les revues littéraires de '. Pari-s et de Londres, qu'il omet avec volupté de 'lire; son corps osseux, rouge brique, présente Dans le Neg~ev il y el a qui vivent dan. le. maisons et il y en a qui vivent en dessous. stupéfient. Un foyer si petit où couvent tant de feux! On racont~ à ce prop'os une histoire qui, pour être israélienne, n'en est pas moins juive: Un Israélien demande à un camarade qu'il voit de grand matin en tenue de voyage : . Où vas-tu? Je vais faiie le tour de l'Etat d'Israël! Et qu'est-ce que tu feras l'après-midi? '" ** SELON les nécessités du moment, je déclare « Ani 10 medabel'eth iv1'ith, ani i tonaÏt tzorfatit » (je ne parle pas l'hébreu, je suis journaliste française) et le mot « franç aise », plus encore que le titre de « jo,urnaliste », m'attire aide et sympathie ; ou je me présente comna!:. immigrante venant de débarquer et je m'expfi': ,que comme telle en un harmonieux mélange d'allemand, d'anglais, de français, de russe et de. yiddisch. Cela me vaut des rebuffades, mais aussi des entrées immédiates dans l'intimité des le phénomène d'un épanouissement de vigueur et de résistance à cinquante-cinq ans sonnés; après un surmenage de l'intellect pendant un demi-siècle, le corps sur compense sa soif d'action, et mon-ami le libraire, en short kaki, vaque à son clapier, à son poulailler, à son potager, fait des journées supplémentaires chez les fermiers voisins comme manoeuvre, et me dit sans aucune espèce de propagand~ ni de justification théorique, mais avec l'accent de l'authenticité : - Je suis heureux! Ce à quoi il s'est attaché dep.ui~ so~ installation en Palestine n'est pas une Idee, TIl un mouvement quelconque, mais la terre: Eretz. Il n'en fait pas une divin ité, simplement il l'aime, et cet amour transfig,u re son être. Politiquement, il ...J1~est pas encore devenu un combattant. Tout au moins est-il un travailleur, un exemple frappant de l'assainissement' par le travail manuel. Il se sent étoffé, basé, ancré, comme jamais il ne l'a été par le seul labeur cérébral. Sa peau brûlée par le soleil est de la même couleur que la terre; il me montre amoureusement la pourpre de l'ar- . gile dans laquelle il a creusé des tranchées (car en Palestine, le front est à trois kilomètres du village, quand ce n'est pas à trois' cents mètres, et les hommes de tous les âges vont au front); et, oubliant sa bonne éducation, il me prend par le bouton de 'ma veste, comme le ferait un vulgaire Juif polonais: - Il faut que vous piochiez cette terre, que vous en arrachiez les mauvaises herbes, que vous viviez à même sa rougeur, alors vous la sentirez! Malheureusement, les patrons des fermes ne sont pas de son avis; ils me considèrent d'un oeil torve: « Ni muscles, ni eXpérience! Il nous faut des ouvrières expérimentées, à défaut d'ouvriers de force. Revenez à la saison de la cueillette d'oranges, c'est le 'seul travail que vous soyez capable de faire!'» .' . . . Nous continuons nos recberches dans la colonie allemande: «Bonjour, Madame Bloch! Comment vont vos aubergines? Pas assez d'eau, cette armée! » Mme Bloch, impeccahle dans son tablier de cuisine bien tiré, au mil~eu de la courette n1éticuleusement propre de sa ferme, dit exactement d,u même tOn dont elle disait il y a dix-huit ans: « Cher ami, encore ' un petitfOUT? » - « Cher ami, voulez-vous essayer de mon grain pour vos poulets? » Chemin faisant, le libraire me présl!llte à son frère, un" médecin, qui me prédit sombrement une maladie coloniale, comme à tant de femmes d'Europe, si je travaille sans adaptation préalable en p leine chaleur... Les deux frères se disputent à propos de fumier: « Je te dis, ' Gottfried, qu'illaut sans tarder m'ettTe le {umier dans le chàmp de pommes de terre! » - .« Et moi, je t'affirme, Hellmuth , que pour le moment ce n'est pas sc)e/lti fiquement nécessaire ... » Peu à peu, la d iscus sion dévie sur l'histoire !ie la colonie allemande, l 'origine du nom hébreu de la localité et les :-acines grecques qu'on retrouve dans la lan gue hébraïque. ~ Je te dis, Gottfried, que, du point · de vue strictement philologique, ce nom est d'origine grecque. » - « Et moi je t'assure, HeIImuth,'que d'après Willamowitz ... » Nous ne t rouvons en fin de compte qu 'un travail de plongeuse dans une cantine (mais. c'est presque à coup sûr un eczéma des mains), une place de bonne à tout faire au pair chez un vieillard aveugle. ( Prenez-la quand même! me conseille l'assistante sociale de l'endroit. En EretZ, il faut prendre le premier travail qw se présente! Quand on verra que vous avez de la . bon·ne volonté, on vous aidera à trouver mieux») et finalement une situation . brillante. inespéree, à dix-neuf piastres l'heure, de distr ibutrice de lait de la coopérative : se lever avec le soleil et conduire la charrette à âne à travers le village en déposant un bidon devan t chaque maison, quoi de plus simple? Je suis terriblement tentée ... Mais le lait étant un élément liquide, l'âne un élément obstiné et moi un élément imprévisible, je songe au coût des bidons renversés e't je m'abstiens ... L'ex-libraire, avec' un amer mépris, me cingle: - Vous ne ferez jamais qu'écrire !

l ES moments o~. un Juif errant est t ent.,é de rester en Israel ne sont pas ceux ou on lui fait de la propagande, où on lui montre les parades des troupes et les conquêtes de la colonis.ation; ce sont les instants moijestes et imprévus de la vie de tous les jours, dans les autobus, les camions, les kiosques, le baraquements, les ch;lntiers où l'on coudoie ces immigrants à peine arrivés et déjà armés d'une pioche ou d'un fusil, ces anciens bo,utiquiers suant sous des sacs à dos, ces enfants yéménites incroyablement beaux, ces vieinards yéménites invraisemblablement laids ; ces soldats bruns, au type oriental, venus d'Allemagne en passant . par le maquis. français ; ces filles de ferme blondes et .plantureuses nées f!'h Argentine de parents russes ; ces Italiennes frisées aux yeux bleus, de mère serbe eot de père al)!;érien ... Et le tout est gros de rires, de bourrades, de services rendus avec un juron, de bonhomie épaisse et savoureuse ... Une histoire jui-. ve, et plus que cela : l'Histoire juive. Il faut se rappeler de quels éléments souvent de bas niveau, incroyablement hétérogènes, est faite cette immigration, et · combien, quand même, dans l'ensemble, .l'amalgame ré,ussit. Il peut y avoir des l1eurts entre différentes couches de la population, les immigrés de l'E.urope centrale peuvent mépriser les « Yekkès » (Allemands, boches), les Yekkès, à leur tour, dédaigner les « Frenk » (Nord-Africains, ChIeus), les Européens peuvent faire la grimace devant les Yéménites, la solidaI'ité est la plus forte : cette fameuse solidarité juive dont on parle tant et qui dans l'exil n'est souvent qu'une phrase mensongère. ~n Israël seul, elle est plus que de la philanthropie 1 . Au coucher du sole"il, une fois, dans le désert du Néguev, r.;." .... ~,.. . . .. " .. '" .... ... ,. nous étions une dizaine, armés de fusils et de 'grenades, à contempler un vaadi (creux naturel pierreux), no,us nous taisi 0 n S ; nous éti ons c 0 m m e dévorés par la gigantesque c avi té tapissée de pierres plates, avec, autour, le grand vide sablonneux ...

~Lh K « Oï, oÏ, oï ! ... »
1 soudain chantonné

un soldat d'une quarantaine d'années, le plus :vieux, un ex-intellectuel hongrois, en 'prenant sa tête dans ses deux mains et en 'scandant comme les vieux juifs en prière: « Oï" oï, oi, notre pêTe Moïse, tu n'étais vraiment pas malin! Quarante ans tu nous a traînés dans le désert pour nous amener dans ce pays! Tu aurais au moins pu nous conduire en Suisse! » Avec quelle passion farouche ils s'attachent à ce paysage qu'au début, comme moi, ils -abominent secrètement ! C'est leur maison, comme la baraque avec lit de camp est leur chez-soi. Ils trouvent au pays des beautés souvent imaginaires, comme un enfant à sa mère. ' Plus lents, plus lourds, plus trapus qu'on ne les aurait imaginés dans les pays de persécutiQn où ils n'étaient que nerfs, cléjii refaçonnés par la chaleur du soleil, ils peinent, ils s.uent, ils défrichent. • Dans un puissant Meeting,-Paris exprime sa solidarité ale( Israël en lutte pour son indépendan(e Ils ét.aiemt plusieurs miniers les P~ens qui se pressaient dans la grande salle de la Mutualité, le jeudi 13 janvier, repon· «tant à l'appel lan()é par rU.J.R.E. pour protester contre les ré()entes provoCations britalllniques en Palestine. Ils ont aiusi montré leur sympathie agissante POur le jeune Eilat d'Israël. ainsi que leur réprobation indignée à l'é~rd des fauteurs de guerre. En ouvrant la séance, Maître Charles Lederman, directeur de Droit et Liberté, se fait l'interprète de l'émotIon et de l'indignation du peuple de France, venu relever le défi des agres· seurs britanniques, et qui réclame du Gouvernement français qu'il reconnaisse au plus tôt l'Etat d·Israël. 4: Le Gouvernement anglais vient de commettre un véritable crime en se rendant compltce de ceux commis par les Mtlériens, il Vient aussi de lancer un défi au monde civilisé, un défi au plus sacré des sentiments rmcrés . au plUS profood du · coeur des peuples. Ce défi, le peuple de France ra relevé et l~ Parisien" aujourd'hui sont venus ·clamer leur vaines formules, et non pas en actes positifs, qu'ils restent fi· dèles aux engagements qu'ils ont souscrits, et qui sont les premiers à violer les Signatures qu'ils ont données et à considérer les engagements souscrits comme de vUtlgaires chiffons de papier. :. L'orateur dit la solidarité du Parti Socialiste Unitaire, avec la cause juive, parti qui ~ n'a rien de commun avec ceux qui, précisément, aujo'lrd'hui même, en Grande-Bretagne, sont membres du Parti Travailliste :. et il affirme son espoir de voir bientôt la victoire totale et définitive de l'Etat d'Israël oont. pour notre part, nous sommes décidés à être les artisans fervents et convaincus. dans le Néguev et vous savez les motifs pour lesquels i;l;s le veulent. . « Aujourd'hui 00 parle dans certaine presse du blocus de la Palestine par la flotte et peut-être les Anglais pensent-ils à de nouveaux « Exodus ». S'élevant contre · ~ la mansuétude anglo-saxonne à l'égard des criminels de guerre », Rayski souligne que: « •. .le combat qui se mène en ce moment en Palestine n'est pas seulement un combat pour l'indépendance d'Israël mais un combat pour la Uberté et la paix du moode. Son intervention est hachée par une salve dapplaudlssements lorsqu'il conclut : « C'est vrai, Israël est plus faible que la Grande-Bretagne, mais en fin de compte, les forces démocratiques et pacifistes sont Il travers le moode les plUs puissantes. Et Israël peut compter sur ces fOirces démocratiques Un coin de la salle de la Mutualité pendant le meeting émotion et dire leur volonté de . VOir mettre fin à l'agression ouverte ou à l'intervention camouflée du Gouvernement travail. lis.te. :. L'ABBE PIERRE En terminant, M~ Lederlilan passe la parOle à M. l'abbé Pierre, qui rappelle que, pour lui, la Résistance commença du jour où, dans la cathédrale de G.renoble, ra police vint trafluer des hommes . dont . le seul tort était d'être nés Israélites. 4: Huit jours plus tard, avec les dix premiers d"entre eux, à 3.000 mètres d'altitude, dans le Massif du Mont-Blanc, je faisais mon premier passage de frontière pour les sauver », ajoute-t-ll, salué par les applaudissements d'une fou l e émue. Ausm n 'est-il pas possible, lorsque oeux-ci font appel à nous en disa:n.t : « NoUS sommes en danger, êtes-vous encore avec nous? », qu'on ne leur dise pas: « Mais, bien sûr, on est encore avec vous ... » Quiconque me demandera de venir parler pour la liberié, pour la survie ct:un peuple. peut être sûr que je répondrai présent », te:rmine-t-il dans un tonnerre d'applaudissements. AtJres avoir · lu les messages · de plusieurs personnalités qui, empêChées. n'avaient pu venir, M. l'abbé Pierre passa la parole à M· Emile Buré, qui fit une brève. mais combien émouvante, intervention puis, à M. Elie BIoncourt, secrétaire du Parti SoCialiste Unifié : EUE BLONCOURT ~ « J e sui:s ici pour affirmer de toutes mes forces, en mon nom p6Tsc)nnel et au nom de tous ceux qUi sont grentpés au sein du Parti Socialiste Unitaire Français, . notre vo/;Onté ré$c)/ue, ardente, mébranlable, de tout mettre en oeuvre chaque fois que, s'llr lm point du 11Wnde, la guerre dévastatrice, cruelle, terrible, continuera de faire ses ravages ..•• Elie Bloncourt stigmatise l'attitude de : c ... Ceux qui afftrment en FLORIMOND BONTE M. Florimond Bonte, député du Parti Communiste Français, lUi succède à la tribune. D'emblée, il dénonce vigoureusement « .. .l'agression caractérisée d'une tierce puissance· cootre un petit Etat qui réclame purement et simplement l'exécution des décisions de l'organisation des Nati·ons Unies et dont on ne peut trouver d' autres W"écédents que dans l'agression du faSciste Mussoz.tni contre le Négus. et son Etat, l'Ethiopie. »- Fréquemment interrompu par les applaUdissements, M . Bonte démonte le mécanisme de l'agression anglaise qui aspire à dominer le Néguev, .région stratégique de première importance, au centre de toutes les co.mmunications aériennes britanniques du Moyen-Orient. L'orateur évoque lq rivalité d'intérêts qui oppose les « impérialistes des Etats-Unis à leurs concurrents directs mats qui, les uns et les autres, ne tiennent aucun compte oees décisions de l 'O.N.U. » Salué par une foule enthousiaste, M, Bonte achève son discours sur ces paroles : « Nous r éclamons l'application des décisions prises en novembre 1947 par l'Organisation des Nations Unies, c'est là, à notre aVis, le véritabl~ moyen de sauver la paix dans cette partie du monde et d'empêcher que les ' pe!tples arabes et juifs ne deviennent le jouet des impérialistes et ne SOient trans/or - més en chair à canon ... « Ven'tà la politique que nous préconisons, c'est la politique des hoonêtes gens, la pOlitique de tous les amis de la paix, la pOlitique de tous les défenseurs de La Démocratie. » A. RAYSKI M. A. Rayski. secrétaIre de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entr'aide, prend la parole en yiddish : « Le Gouvernement de Londres ne peut pas s'habituer à ce qu'Israël ne soit plUS tm~ colonie. Les impérialistes anglais veulent se. maintenir à tout prix en particulier $ur rUnion Soviétique et les nouve'fies ' démocraties populaires. :. M. l'abbé Pierre, avant de déclarer la séance levée, ajoute encore: 4: Nous croyons qu'en réalité le peuPle d'IsraëL triomphera, mals nous croyons que seuls pourront regarder la vie avec honneur et fierté ceux qui auront aidé le peuple d'Israël à triOmpher· Il insiste pour . que les décisions de l'O.N.U. soient respectées. Il y a des projets, il y a une décision de l'O.N.U. pour la création d'un Etat indépendant d'Israël, d'lm Etat indépendant arabe : il faut défendre cela. » ADRESSE A L'O.N.U. . Et il achève sur ces paroles emouvantes : « Nous voulons que la France ne tarde pas. plus longtemps à prOClamer qu'elle reco.nnaît le Gouvernement d'Israii).. Et parce que nous sOmmes Français et qU'en tant que Français nous sommes humains plus qu'il est possible à aucun antre peuple de l'être, ·nous supplions qU'on ne continue pas plus longtemps à priver les peuples du moyen de devenir eux-mèmes les gestionnaires des grandes richesses et des graneles ressources de l 'unirers. La séance est levée, non sans que l'assistance, unanime, ait ratifié par de Vigoureux applaudis3ements, le télégramme dont le texte suivant a été envoyé à. M. Trygve Lie, Secrétaire général de l'O.N.U· : « Parisiens rassemblés jeudi 13 janvier 1949 Salle -Mutualité - émus par aggravation situation Palestine et par dangers interventiOn étrangère - s'adressent II vous., - par votre intermédiaire Cooseil de SéC'Urité - pour d.emander user hazde autorité pour obtenir dans intérêt de la paix en Israël et dans le monde, l'apJJlication de la dêcision de l'O.N.U. du 29 novembre 1947 Visant à la création Etat Israël indépendant et Etat arabe indépendant en palestine. :. Dans les Sections de 1 J U~J. R. E. CharlesNW15 décembre 2009 à 11:25 (UTC)15 décembre 2009 à 11:25 (UTC)15 décembre 2009 à 11:25 (UTC)Charles 15 décembre 2009 à 11:25 (UTC)1~ Lë dimanche 23 .janvier une grande conférence sur la situation en Israël a. été organisée à Périg. ueux, avec la participation de M. Adam, secrétaire de l'U.J .R.E. 1 Dans un magistral discours qui a duré plus d'une heure l'orateur a développé les divers problèmes concernant la lutte d' Israël pour son indépendance. Il a dénoncé l 'impérialisme britannique et amérÎ: ain qui intriguent contre le jeune Etat d'I sraël. .Il a stigmatisé le rôle néfaste des réactionnaires juifs, comme Morgeilthau, l 'anciell ministre des Finances des Etat-sUnis, qui veulent transformer Israël en une base stratégique contre l'Union Soviétique. L'orateur a auss.i évoqué la si. tuation des Juifs de France et re danger de l'antisémitisme qui se développe sur un rythme accéltfré en conséquence de l'impunité des anciens collaborateurs. Il a insisté sur la nécessité pour les Juifs de se lier à tous les éléments prog:res ·sistes de France contre la recons. truction de l'AllE.magne et la préparation de la nouvelle guerre ~mpérialiste . tloo Jd'un comit~ uni, VU1' la base· d'égalité, pour l'aide à Israël. Les fonds recueillis dlOivent être direo. tement versés au gouvernement d'Israël. Le 8 ja.nvier en ~irée', la section de Strasbourg de l'U.J.R.E. organisait à la Salle de la Comédie, une grande conférence donnée par. notre ami F urmanski, Secrétaire Général de l'Association des l)é.. portés et Internés Juifs de France/ et Secrétaire de l'U.J.R.E ., qui· prit pOur thème : « La masse juive. de France devant l'action d'aide r.: Israël n. Dans un brillant exposé, l'ora.teur démontra la néc·essité d'une action commune pour la ~aganah. pas uniqueméut basée sur un appui financier. mais aussi sur ua appui moral et politique. Il démontra). preuves à l'appui, l 'action. Anglo-;::,.axone, tant _ sur · le piao. d'Israël que sur le plan international. C'est à contre-:oeur que l'heu~ tardi ve nous fit le\'er la séance, après bien déS questions posées ~ FUI·manski, en dehors même dl! cadre de la conférence . M.L. . Pour terminer la ·réunion, notre ami Simoni, qui présidait, · a exprimé l 'avis de tous les Juifs de -:--------------Périgueux, en demandant la créa- Nous sommes heureux d'adresser n'os vives félicitations ' à notre collabora teur RAPH FEIGELSON et à sa femme, à l'occasion de · Ia naissance de leur fils PATRICK lA RUaction et l'Administration de II: Droit et Liberté» Bravo! les femmes de Lunéville Nous vous remercions vivement pour yotrê envoi de colis destinés aux combattants d'Israël. Par ce . ge4te de solidarité, vous leur apportez un immense encouragement m ... ral. . Nous sommes convainc," q_ v ... tre exemple sera auivi par d'autres vines de province. . La Direction Centrale des Comité ... Populaires d'Aide à Israël. Jean Kohn, à l'occasion de son anni\'ersaire, a collecté avec son cousin Rirl, la somme de 1.435 fr., jl.u profit de nos foyers d'enfants. Merci ·à Jeanl1JOt et à son cousin. Les Anciens Combattants Juifs 1914-1918 ont retrouvé leur plaque Pendant l'occupation, les nazts ont a,l'raché la plaque qui avait été apposée SU[lfun mur de l'Hôt. el des- Invalides, pour perpétuer la mémoire de~: engagés volontaires juifs de la guerre 1914-13. CeLLe plaqtJefut retrouvée par la misüon milttaire française chargée de récupérer en Allemagne les souvenir.s de guerrl volés dans les musées f['ançais. Geûce à \'obl·igeanle interven. lion des autorités Eoviéliques, les souvenirs militaires, .et notamment cette plaque commémorah~~, furent renvoyés en France, ou ils re~t"Ouveront leur an-cienne place. Pour remercie!' les membres de la mission mitilaire française les anciens comlJaftants volon~ (aires juifE' ont offert., le 20 décembre dernier, une récepti()n A M. Je Général Rodes Gouverneur militai~'e des Invali(les, à M. le Général mane, chef de la mission el à ses officiers. Plusieul's al1oculion's furent proll()ncées. nolamme- nt par M. Je Général Blan!; et par M. VlJnikoff, l'un des fondal. eurs de rU.A. C.J. Une scOOe de la pièce antiraciste « Les Profondes . Racines », présentée par le ,« Yku't » (Compa g nie d'Art yddisch) THÉATRE DES BOUFFES DU NORD 209, rue du Fbg St-Denis (Métro: La Chapelle). _ T él. NOR. 34-79 La compagnie d'art yddisch {( YKUT » présente "LES PROFONDES RACINES" Le grand succès en 3 actes d'Arno OU880 et James GOY Misee en scène de J. KURLENDER. - Décors : SCHElNER Soirées les sam-edi. diman~he, lundi à 21 heu«s Location tous les joUTS de 11 h. à 13 h. e1 15 h .. à 19 h. , .. . ' .~. -, ' Il Févrler :1949. - N° 21 (89) \ ' . ..... \'. ~ , .. ' _. DROIT ET LIBERTE --•• ------____________ _ DE VALLÈS· A LÉNINE ;,-~;::: .:.:., :::.--:::::::---::::::::.:-::::-., :::1 Il LE THÉATRE : ou le ~, de noble femtM [[[Utilisateur:Charles|Charles]] 15 décembre 2009 à 11:25 (UTC)·.~~!!.!:~·~~i~] M ICHEl.lEON IiI~SCH a consacré un livre à évoquer la figure de Jules Vallès l'Insurgé (1). JI. .est de fa,it, qu'on parle assez peu de Vallès aujourd 'hui, et ce demh)ub.lj a de quoi surprendre. On mesure, en relisant cette biograpbié, la place qu"a tenue ' VaJlès en son temps. Une place incomparable. Exalté par les uns, hOflni par les autres, on peut dire qu'il n'a laissé personne indifférent. • Vallès était petit, râblé, les épaules en « porte-manteau », · comme dit Severine, la démarche chaloupée. Il avait le visage · taillé à coups de serpe, des yeux profonds et noirs, une chevelure · abondante jU 'il portait fièrement rejetée en arrière. Sa voix était · extranrdinaire, chaude, . caressante, m.ais parfois s'enflant comme la tempête et coupée de , terribles éclats de cuivre. C'était ·.une vraie force de la nature, cette voix, capable d'exprimer 'l'amour, la haine, l'enthousiasme ou la colère du plus passionné des hommes. Et maintenant, qu'on relise telle ·ou telle · page de l'Enf.ant, du B4Ichelier, des Réfractaires, de n'importe . lequel de ces livres où couvent les acclamations, les invoetives, les miUe explosions d'une verve jamais tarie. On comprendra comnlent Jules Vallès a pu subjuguer ses contemporains. M. L. Hirsch à eu cent fois ra.ison de faire revivre ce per- · sOn!lage hors du commun; Un · homme qui pendant vil1gt ans a fait figure d'apôtre révolutionnail'e appartient à l'Histoire. ' Vallès ressuscité, c'est toute une période qui s'éclaire, le Second Empire finissant, .IS70, lès subit les effets de cet ostracisme. Mais enfin une partie il11- portante et sans ceSSe 'grandisSante cie l'opigion devrait s'intéresser à lui pour des raisons strictement opposées. Oi-, elle n'en fait rien. Ses livrçs sont encore lus, bien sûr. A 'titre de témoignages SUr une période de notre histoire. Il ne viendrait à personne l'idée d 'y chercher un enseignement, une application pour le présent. C'EST assez dire pourquoi de l'immense ferveur qui entoura cet homme, il ne reste plus qu'un souvenir attendrissant. Le héros révolutionnair~ de notre temps, c'est celui qui pense autant qu ' il ag-it, qui sait déRager de la pratique les lois qui lui permettront ensuite de modifier le cOurs des choses. C'est un personnage appliqué, tenace, minutieux dans ses moindres .décisions. Il est moins pittoresque, sans doute, moins haut en cO\lleurs que Jules Vallès. Mais il s'appelle Lénine, et 'il a réussi en 'moins (le trente ans à faire triompher la Révolution ·dans le pa)'s le plus arriéré . d'Europf'. C't'st une véri~ (\ont même ses adversaires doivent convenir. Au reste, la commémoration, un . peu partout dans le monde, du vingt-cinquième anniveJ'saire le sa rnort, prouve de quelle re('() nn .. issance Lénine est l'objet. Il est l'homme exemplaire, l'homme nouveau, J'h-omme complet. Et d'autres hommes déjà se sont levés à son imilge, comme ce ]\I[.a~ Tsé-Tung qui est en mêmc temps le libél:ateur de la Chine, son g~nie politique et son grand poète. Voilà les révolutionnaires d'aujourd'hui. Ils ne s'opposent pas à ceux d'hier, ils les ·contiIluent. Il a fallu qu'il y .ait des Vallès, .avec leurs insuffisances et, leurs erreurs, pour que puissent naltre T:énine ,ou Mao. Cela Vil de soi. II suffit au fond de rc- . mettre chacun à sa place. il il Il H 1tE i: U ii ii il iil' II 51 tE !! n Si ii Ei :: l' Ef u Il il Il i! fj 11 il par Roger MARIA 1 LE PARTAGE DE MIDI 1 Trois ~ctes exceptionnelle-. . ment II1s~lpportables. Ces gens qUI ne semblent pas éprouver le moindre tourment de L'Onscience devant le monde clans lequel ils vivent et dont ils tirent parti sans lui apporter grand chose occupent leur oi~iveté mondaine (exotique un peu, car !vI: Paul Claulel n ',oublie pas ql! 'il a été ambassadeur en Extrême-Orient) à !:o'lm~oser mutuellement une bril1ilnte phr.aséologie poeticomystique sur leur encombrant amour. C'est le mari, la femme et l'amant, comme il se doit, mats en plus, M. Paul Claudel et ses angoisses bibliques. Il en a mis paTtout. Mésa aime Ysé qui est mariee mais il a la foi. Alors ce sont des milliers de spectateur~ qui en subiront le châ~ timent. Rectifions toutefois l'impression d'éreintaYe systémaJ: ique qui semble marquer ces réflexions rapides'" sur le ParE tage de J\tidi en disant bien haut que si le très grand poète qu'est M. Paul Claudel Yeut bien extraire de sa pièce, qui n'est pas du théâtre, la demi-heure de texte en plusiéurS morceaux qui relève de la haute poesie, une poésie d'une opulence verbale debordante, alors nous applaudil"Ons à ce récit~1. ]l,4.ais ces trois actes de fausse élévation, joués avec 'une intelligelwe pleine d ' in~vit;lbles artifices par de grands comédiens, m:11 à l'aise dans des rôles de cnfection professor~ lle, c'est une punit ion. L'Et·at de siège, le Partage de midi ... attention, JeanLouis 'Barrault : 1'.intelligel1'_'e authentique ne souffle pas tlujours là où les m'as-tu-pensé de 1 'intellif!"ence substituent le verbia~e à la vie. Reprenez plutôt Ampbitryo.fl, et maintenez à 1'.lffiche Ha,ntlet : c 'est avec ces deux,là qu'jl est bon de penser ..• Il 1 LE REVIZOR 1 . Cette excellente. co~.éd~e russe, Ji ' . Jouee pour la PI'en1lère fOIS Il Y a 113 ,1 'lns, peut avoir yieilli par bien (les détails; elle reste plciné .EI.~; d'agrément, car Gogol avait le sens du théâtre et André Barsacq le sert brillamment par ée rythme accéléré et cet "1::, esprit cocasse qu'il met dans toutes ses mises en sdne. 1 Petite bourgeoise de province naïve et ridicule, fonc- ~~ tionnaires corrompus et cruels avet insouciance, c'est tout 3! u-., monde, en dMinitive, que GOg-fll" fustige à la scène, le fi monde'dc son temps qui se prolongera encore quatre-vingts if ans aVilnt de sombrer misérablemen.t : la société tsari~te. jE ' On sent l'influence de Molière et de Beaumar'chais dans U cette oeuvre où Topaze est multiplié par dix. Il ne s'agtt ~i que ·ù'une pièce mincure, mais elle est ari1usan~e et ·se 1 1 5 1 a 1 1 · la Commune, les premiers pas hasardeux de la Troisième Républiquc. Autour de Vallès, qui se voulut le porte-parole de la Révolution on retrouve t.ous M. L. Hirsch, dit de Vallès qu!il fut " l~intellectuel le moins " intellectuel » qu'il 'est possible ». L'auteur porte ce trait de caractère à l'actif de son person'nage. Vallès s'en fut sans doute montré flatté. La foi révolutionnaire lui paraissait bien préférable à toutes les subtilités de doctrine. Avec son allure de conspirateur, sa voix .oe tr.agédien et sa verve jaillissante, torrentielle, Vallès est même exactement le type du révoluti-onnaire romantique avec ses .défauts aussi, qui sont une sentimentalité sans contrôle, l'absence de vues throriJues, le dédain pour l'action collective et ·organisée. Vallès est ail fond un rév-olté bien plus qu 'un révolutionnaire. La Commune le laisse désempare. Il fut incapable de lui 'Prêter un concours efficace; n'.ayant jamais envi!;agé SOl1 rôle au delà de l'insurrection. (1) Edition .. ,.lu MéIidiefl. ,5 léroule avec vivacité, jouée par une troupe que l'on sent S condui te avec discipline. Une soirée souriapte. .~---:. .::::::_-, ----:.: :::::::::::::::::::::::::::::J ceux qui luttèrent pour en faire r-----:-------------------------------------______ -1 une réalite vivante et 'souvent Il -A. I)!-~-'OA s'y s:-\crifièrent. ... . .. ~ ,....I .. I-...~" . édu·it un Cé8ar bon et doucement ..c..,e.." twJI;:~.. . D '?e~PI~i;: r~:;:\r~r~:Charles: . ~ . LE, ! -. ,." iir~ rI ........ :;-:~ P;:j ~h::~tile:u~.::~ UN LIVRE AMERICAIN SUR

\ l 'heure actuelle si mé- ~ _ __ ~ .-.... comme le ;our, un certain Marc- L'ANTtSEMITISME AUX ETATSconnu,

Son biogr~phe le sup- Ant.o'ne que, pas plus que l'Arlé. UNIS. pose V.I ct.i me d'une sorte de v~n- LA PARADE LA BI...:. .TE' sienne, oa ne v.erra paraître, ma;.s U NE. maI' son d'~ ditions de geilnce post 1l lIme. l 1. en v·a am. !;1. DU TEMPS PERDU AUX CINQ DOIGTS dbeanndt eG nco. fmNpilrolseérae tdoeu td éacuo rlso ndge dp'aucnoe- Boston vient de pUblier .pour b eauc~)up (le" cn'v.al l1sde OU LES CASSE-PIEDS tille, de costumes fantaisiste. et un ouvra-ge de CaI'ey Mac b '1 1 (Américain) Williams ayant pour titre Un SlM or(. Ils meurent, ~t eu r1 (Français) dont le re.:hnicolor est mauvais" masque pour les profiteurs: adversaires, c'est-à-dire les gen~ .u N film ri.diCUIe dent l'.atmsphè~ L'antisémitisme aux Etatis-Unis. cn place, les officiels, les aca· 'd' :EUX heur"" de saine gaieté. qu! se voudrait !raRique n'est -'-ette WOLNY. Dans ee livre courageux, l'audé miciens, les pontifes s' achar- Une excellente bande malgré quennuyeu .... et ou Victor Fran- teur analyse méthodiquem~mt nent sur leurs tombes eLtentent quelqle$ • trucs » pas très cen perd SOft te ..... " et son renom t-----..:...-----_____ les origines et le déve:oppement d c .d e, trll.l re J. usqu "a 1. e ur &Ouve- nouveaux mais qUe les auteu'rs dd'eu nbe onnt acino m(céedlilee nd. 'uCn' epsti anl'ihsit5el 0diére- de l'antl'sc'mltisme da~.,'"~" so'n nir. Comme Brun'etière qui dan5 ont su rajeuni..... Noël-Noël, .a,·vec funt) qui, my"térieusement coupée pays. Il en situ" le point de déun al' t·l e 1e sur \ 7a Ilè s e"mlt lUI' n ze . ubln brio 1 fie t L u- n talen• t d in1d énia- revient ~riod""uement pour J'ouer part dUlS le quatrième quart du · ~ rI" es, qua i e Jea' casse,pte s, es ra- ... -', XIX' Siècle et démontre la cor- Jours àp[",;;;, a rÎlort de ce UI-CI, seur., auxquels, avec humour, il IBa« Chacone' » de Jean-Sébastien réJation entre ce phénomène coml11ençût' en ~ CèS tçrmes $'identifie ... la fin ... toute. les for- ach ou pour étrangler un certain raciste et l 'apparition d'une .. C'pst d'un vilain hom'me 'lue me.. de « chronophages » de l'e,,i.- nombre d'individus· qui habitent le crise économique qui entraîna je vlis p~trler. " tence, depui~ "amie qui cnduit va.te châtêau. sombre, aux .alles des troubles sociaux é,veillant, 11 n 'est pas douteux que Val- avec désinvolture alors qu'elle vou. imm"nses et dHertes, qui ""rt de dans l'esprit des classes dhi-


' véhicule, jusqu'au postillonneur, en principal décor. Avec u·ne joie mor- geantes, l'idée d'une diversion

LA ROUTE INCONNUE C'est un nouveau film de l'.auteur €le « L'Appel du Si lence », Léon PoiriN. Film éga lement consacré à Charles de Faucauld et dont Robert Darène et une jeune Juive, Lema .... e Guéla, tiennent les principaux rôles. pas .. ant pa.-le farceur, le visiteur qui .bide, on se complait, outre,Atlan- violente et démagogique face au se prolonge, et celui qui ne renvoie tique, dans le crime et la folie. Et mécontentement justifié du pas !'ascennur. Tous ce. raseur", quand on éVCque « Les Raisins de la peuple. Il fait ressortir l'interenfin, contre lesquels nOlis pestons colère » ou • Les plus belle,; années dépendance de toutes les formes à longueu.. de minutes. de notre vie », .on ne peut que re, de discrimination raciale et Un film qui a bien mérité son gretter qu'il y ait, là.bas, des artis- comment le Chinese Exclusion prix Loui. Deluc. tes ... t des metteuro en scène de qua- Act, par exemple, fut invOf!ué lité pour consentir à tourner des comme un précédent juridique LES SPECTACLES DE PARIS Ce que v.ous verrez et enten.uez cette quinxaine Cinéma : Jody et le Faon, La route est longue, U,ne si jolie plage, Le mur irwisibl'e, l4l dernière étape. Théâtre : La Fête Noire (Hucf ette) , Aotigone (Atelier), L'Inconnue d'Arr.as et BajaZEt (Comédie-Française) . Music Hall: Lily Fayol (A.B.C.) Radio : Pièces POur guitare, par Jean Fuller (le mardi, à 20 h. 15, Paris-Inter). • Bête aux cinq doigts » ou autre par tout l'antisémitisme ulté- « DiIlinger ». rieur. ' Une seul" chose à en retenir : Carey Mac Williams suit pas cette « Chacone » qui revient com- à pas l'histoire de l'an tisé mime un lei-tmotiv et qui est admira· tisme dans ia société amérkaine blement interprétée. en l'expliquant toujours d'une CESAR ET CLEOPATRE (Anglais) ON vient, à grand,; renforts de publicité, de sortir ce nouveau fil ... , réa lis.. d'près Bernard Shaw. U est jndéniable que Bernud Shaw ait eu bealR:oup ·d'esprit, mais il est de fait que toutes les finesses et les demi,teintes de cette farce qu'il écrivit avec humour n'ont pa. été rendue. à l'~ran, où une Cléopitre ultra-moderne~uant à l'esprit, « La Sainte-Trinité », remarquée à j'Exposition d'art populaire Polonais, au Musée d'Art Moderne. façon solide, sans passion. Il réfute patiemment les erreurs les mythes, les contradictions' sur lesquels repose l'anüs€mitisme et dans son dernier chapitre. intitulé : Les Remèdes, ainsi Que dans sa condusion. il trace avet~ force la voie juste de la lutte conséquente de tous les op_ primés contre tous les exploiteurs. C'est un ouvrage complet, &avant, de grande valeur biswrlque et d'une lecture passionnanoo. R. M. \.': . \ ..•• ~- .."-...,,,.,""". . .,,-!~----- -----,--~~,..-~. "'~:--"'.!'-.- . ---.-.... M.04T El' L~TE ~ ... ' . La pa.ge d,~ la · Commission . Cen~ralè det'.Enfa-(lc~ : !Grippe; quand ••• ET LE SUCCÈS COURONNERA NOTRE KERMESSE! tu nous tiens ! " . ' .. 15 décembre 2009 à 11:25 (UTC)15 décembre 2009 à 11:25 (UTC)CharlesNV~~NV~~NV~~NV~~NV~~NV15 décembre 2009 à 11:25 (UTC) Une Conférence sur l'Education La Commission centrale de l'Enfance a organisé, en date du 8 janvier 1949, une conférence sur le thème suivant : L'Education en colonie de vacances est-elle possible? Cinquante jeunes y ont pris part. Le conférencier, M. Quillet, directeur du Centre de Formation du personnel pédagogique, a traité ce sujet avec beaucoup de compétence. Son e".posé a porté sur l'éducation à travers différents régimes pour aboutir à \' évolution vers une pédagogie scientifique dont le but est le développement de la personnalité et l'adaptation au milieu social, c'est-à-dire à la société humaine. Développant ensuite les p:randes caractéristiques de \' enfant, il a souligné: a) que l'enfant n'est pas un, homme en r.f:duction, . b) q'ue le développement d'un enfant se fait par crise, . c) que chaque enfant est un cas particulier, d) qu'il existe une très forte tendance à l'imitation chez r enfant. «' L'éducation est avant tout une affaire d'exemple, l'enfant étant un obseruatelrr perspicace : ce qui com/)Ie, c'est le comporlement du maniteur. beaucoup plus que ses connaissances techniques. ,» L'éducation à la colonie doit être basée sur \' observation de la réalité, et doit être introduite par des méthodes vivantes . Les , qualités à développer chez \' enfant sont: l'esprit de lutte. le désir de savoir, l'esprit d'initiative, le cran, le courap:e, \' amour de la justice et du prop:rès et le sentiment du réel. C HANSONS qui s'envolent, étiquettes que l'on colle, paquets qui arrivent et s'entassent, visites, présences : atmosphère fébrile qui précède ks jours de fête, atmosphcl'e joyeuse aussi ... J'arrive au siège rie la Commission . centrale de l' Enrance, 14-, rue de Paradis, ou j'ai le plaisir de rencontrer la syn'pathique responsable de la fameuse kermesse dont il est question, à l'heure actuelle, élans tous les foyers juirs de France ct, en particulier, a Paris ... Cette vente de charité-kermesse, à propos de laquelle je suis ven~le., sc déroulera les 4, !) et G mars 194.\l, ~I l' Hôtel Moderne, place de la République. Me souvenant du grand succès remporté par celle qui fut org'anisée en 1947, au Palais Berlitz, du magnifique programrne arti~tiqùe qui fut présenté et des nOlllbreuses occasions. dont j'ai pu, alors, profiter, je me suis empressé!' ,d'apporter ma contribution it cette fête organisée au profit des Enfants de Fusillés et Déportés. . 11 va de soi que je fus bien recue, comOle le sont tous les a,~is de passage et tous ceux qui suivent l'activit.é de ces foyers d'enrants et y contribuent. La responsahle de la kermesse s'est empress~e ' de me conduire au magasi n où son t en treposés tous les obje'ls collectés., déjll étiquetés et placés sur des rayons suivant leur catégorie. A mon tour je me suis extasiée devant les étagères si bien garnjes .. Le rayon du ravitaillement a, le premier, attiré ines regards : produits de toutes sortes, spécialités provinciales ou étrangères... à des prix défiant toute concurrence ( !) Et chaque rayon est une merveille d'imagination, un exemple de solidarité et d'amour : pullsover, v,stt's, laine, tabliers, pièces et coupons de tissus, articles de confection, imperméables, précieux parfums aux emballages luxueux, fourrures souples et chaudes, meubles, articles de maroquinerie... que sais-je encore! J'ai eu l'occasion de rencontrer là-bas Ics directeurs de différents Foyers et je puis vous assurer que les jeunes. travaillent pour celte vente, mais j'ai promis le secret. .. Ce seront autant de surprises pour les visiteurs. Chacun participe avec ardeur et courag'e à cette grande kermesSe que tous désirent cette annét;.. particulièrement belle et la Commis. ion centrale de l'En- , fance fait appel 1:1 tous les foyers jui(s de France pour verser des dons, en nat ure ou en espèces, a"fin de contribuer à cette oeuvre si humaine. Des artiste" célèbres, vos vedettes pdférées, viendront dédi- Assurez dès maintenant le succès de la Grande Vente de Charité cacer leurs photos et un prograflllme varié et recherché se déroulera au cours du bal qui sera organisé le samedi, de 21 heures . à l'aube, avec le gTand orchestre du compositeur Jean Delaunay. Cette belle et r'iche entreprise serl,l. présidée par ... mais j'en ai trop' dit et la responsable me fera les gros 'yeux! ' Donc, à bientôt, réservez bon accueil à tous les collecteurs car. .. je vous l'avoue avec plaisir, je me trouve parmi eux. C. ILIANE. Jeannot, d'Andrésy, a reçu des patins - à roukttes ! Les jeunes ont suivi , avec une atKermesse tention soutenue. cet exposé et se sont bien promis de faire le stage que la Commission centrale de l'Enfance envisage d' orgariiser pendant les vacances de Pâques . . qui aura lieu les 4, 5 et 6 mars 1949 dans les salons de l'Hôtel Moderne, place de la République. - PARIS La conférence s'est achevée sur une intervention de notre ami Isidore quant à l'importance de l'éducation en viddisch. AU PROFIT DE NOS FOYERS O'ENF ANTS Of,S FUSILLES ET DEPORTES DES CENTAINES DE LIStES CIRCULENT DE/A! FAITES BON ACCUEIL A NOS COLLECTEURS! VENEZ VOUS·MEMES CHERCHER DES LISTES ET DE COLLECTEURS, AIDEZ-NOUS A COLLECTERt DES MANDATS La Commission centrale de l'Enfance se propose d' orp:aniser une conférence, au mois de février, sur le su iet . Lectures et .cau$crics cn colonie de vaclnccs . La date exacte 5efa communiquée ultérie\!rement. S'adresser à la Commission Centrale de l'Enfance, 14, rue de Pa~adis (métro: Gare de l'Est) , AinsÎ, nous . Poursuivrons le but que nous- nous · sommes" assignés, à sav6ir : . .former 'des cadres pour nos coJooies 'de vacaôc~s ,et dOnner à des cen'taines èr~fants j~ifS,. en .plus de la ~nté, une éducation progressiste. COMMU~IQUE Il a été collecté la somme de 2.500 francs au rnariage de Mlle PCJJrQsol avec M . · Kolsky, par 'M , . Rosemàlatt · au prottt , des', Foyers pour enfants d·c Fusillés ~t Déportés : . Nos voeux . les ' meilleurs aux ' jeunes époux; 'L'EXPRESSION DES S~NT.IMENTS DE L'ENFANT PA·R LE DESSIN ' .. · (Exposition des Travaux d'Enfants de /'0. P. E. J.) L E.S dessins ,des enfants sur ' des rr.émes thèmes. 1\ prend des crayons , · thèmes donnés ou libres sont de couleur, la maison est gaie, éclail, lOombrables. Ils reflètent leurs tante de teintes vives, aérée. Le petempéraments divers, leurs orienta- tit éprouve même le besoin de peio.tions natùrelles, les influences de dre quelques roses à côté de la différents milieux sociaux et reli- maison, ~implement suspendues dans gieux. par lesquels ils sont passés, hé- l'air, ~ans support..., lui-même est · bergés, cachés par des gens qui ont a~sis devant une table, les mains li- · conservé dans la débâcle un trésor bles, le visage épanoui dans un souinestimable

un coeur humain. rire extasié.

Et parmi ces dessins, dans la Ce qui étonne et réjouit immensalle consacrée aux thèmes libres, sément clans cette E.lcposition des aux tests psychanalytiques, il y en a petits rescapés de la plus .grande traun , modestement dissimulé dans un gédie des temps modernes, c'est la

coin. Cependant, ce dessin pour- joie de vivre. ce sont les couleurs

rait servir aux animateurs et moni- vives, c'est l'élan unanime vers · teurs de cette oeuvre de véritable )' affirmation de la vie. enseigne moraie, ' En sortant de cette Exposition, Le thème est : MOI et MA nous nous sentons quelque peu · MAISON. L'enfant est âgé de 8 ébranlés dans nos traditions senti- · ans 1/2. Il sort du cauchemar ra- mentales. dans notre culte de la fa' cial. Il dessine sa maison au crayon mille, du foyer individuel. Nous noir: elle est pauvre, on ne voit pas MUS rappelon~ soudain l'idéal de de fenêtres, elle est sordide, désespé- notre prime jeunesse : l'idéal de rante. L'enfant se voit lui-même de l'éducation en commun. la façon suivante : debout, les bras pendant le long du corps, dans une attitude de défense passive et désespérée. Son visage est effrayant- à force de peur et de haine farouche logées dans ses yeux. Comme un chien inhumainement battu, il montre se, dt"lltS. Après un séjour de 18 mois dans une des maisons d'accueil, le même enfAOl fait deux dessin~ sur les deux Aimé ALEXANDRE. AMERIQUE DU SUD AMERIQUE DU NORD PALESTINE (( 0 C É ANI A )) VOYAGES - TOURISME 4 . rue de Castellane Tél, : Anjou 16-33 ,.1. WILLY - , De l'llnClen'ne . c:inlque popUlaIre ViSites ....., piqüres - Ventl,u&e6 '4/J ,' r~e Ramponneau - PARIS ,Métro: Belleville. Tél. MEN. ~- 17 AU POSEUR DE LINOS grand stoclt de Linoléum. Rémolé'um, Balatum Toiles cirées, P"piers peints, etc. Ets MAURICE WAIS 98. boulevard Ménilmontant, PARIS.XX· M.: pere-La'chaise. Tél. OBE 12-55 S'UJC~Lr."'" e : 40, rue de Rivoli, PARIS-IV- ' Restaurant CHEZ ALBERT 57. rue Notre-Dame-de.Nazareth Métro : St l'Qs bourg-Saint-Denis où vous trouverez 'toutes les spécia li tés roumaines, polonaises et russes aOULANCERIE-PATISSERIE JUIVE BERNARD 18. rue N .. D.·de-Na.:zareth, paris-3e Tél : TU Rblgo 9452 Pain de seigle meilleure qualité pâtisserie de III meilleure sorte CQnditions spéciales pour illllriages et IJanq uets On livre à dOmicile. Frix modérés Métro : Temple et RépUblique les meilleurs 'TISSUS Toutes FOURNITURES 'pour TAILLE~RS chez . ~i\JDEl 89, rue d'Aboukir - Paris:'2' Mo st-Den .s Réaumur. Sentier Tel: eUT 18-87 POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE · Édouard SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS-9" Tél.: TRI 88-56. Nuit: TRI 88-61 REMERCIEMENTS Nous exprimons notre vive '-econna

~ance à M. Hallouet, 48,

bd des E'atignoll e~, Paris (i 7·), pour la somme de 25.000 francs Q.J' ri a généreuserne.nt offert€' pour les enfants de déportés et fusillés. Organisation dei Juis Polonais 14, rue de Paradis. MONTRE SUISSE A AU8IS. FI OU GARÇONNET GMÇONNET . FILLETTE ANCRE IS RUBIS A 4-,. flLUTTE .DAIU . YERRE OPTIOUE 1 ""100 1tO"'E.TAOTn:US~ CENTRA'" A vos souhaits ••• DES gens mal intentionnés on~ souvent di.t des Français qu'llll forment un peuple malsain, c'est maintenant une nation bien malade, sans jeu de mots. Eternuements. toux, fièvre, migraines, insomnies, on croirait lir~ un prospectus publicitaire, et oe n'est qu'un faible aperçu des actuelles souffrances collectives. Nous avions oonnu la grippe espagnole, voici maintenant la grippe italienne. Les Méridionaux sont chauds, nOLIs le vions, voici à présent qu'ils nous le prouvent, thermomètre en bouche. Et pourquoi cette honte de natu .. raliser nos grippes ? Il faut leur donner une . a9pellation d'origine pour inspi.rer confiance sans doute, Les noms exotiques en imposent toujours ; dites que vous avez la grippe, on vous répondra' « Ça VIL mieux ? », affirmez que votre grippe est transalpine, votre interlocuteur en frémira ostensiblement. La périicilline s'épuIse, les hôpitaux sont complets, et les administrations se vident. La voilà, la guillotine tant recherchée, un peu expéditive mais ,sl énergique ... Voilà aussi la raison pour laquel·· le vous ne trouverez pas M. Badin à son bureau: il aura eu ,la ,griPpe. Et si d'aventure vous ne. recevez pas votre feuille d'impôts, ne VO\.L9 réjOUissez pas trop vite. . La grippe n'aura été qu"m compromis provisoire. Bombe atomique et hausse des prix nous mena-, cent, mais voilà maintenant un vieux système beaucoup ·plus désuet, moins massif, mais· tellement . plus romanesque. . . En tous cas, la grippe est à nos portes. Cependant n'imitez pas cet hom .. me auquel un ami. annonçait la mort de son épouse : « De quoi est-elle morte ? » s'enquit- il. - De la grippe ! répondit le veuf. Et notre ami de s'écrier : « Eh bien ! mais ce n'est pas grave! ». la * précaution oubliée EH bien, c'en est fàit. La de~ .. nière joie, celle qui consistait à se bien porter, en se pesant souvent, sera elle aussi au taux de notre' société de misère. « Qui sou· vent se pèse, bien ~e connait, qui bien .se connait bien se porte » disait le slogan publicitaire. ~our nous bien connaitre, il nous 'en coùtera 3. fr. de plu!?, c'est payer bien cher une déception que l'on attendtoujours et 'c'est une . dé'pense . très ' modeste si l:o.n arriv~ .après ~ela à garder la santé. « Hélas, sans la santé, que m'importe un royaume )f, • s'écriait. le bonhomme La Fpl:ltaine. Nous aUrons èncote' nos bascule~. ma,is.la santé, elle aussi" se fera pllloS rare, et &a valeur aug·· mentera. Tout corinne les mec!Îca:.' ments. Ces médicaments dont lés pharm~ciens justifient l'augmenta-.. hon depnmantr par des statistiques et des tableaux comparatifs. Alors, SoOmme toute, ce n'est qu'une oonsolation qu'on avait oublié de taxer, celle !le se savoir un . ~u plus florissant" ou un 'peu plus svelte. R. PINHAS. LE PLUS SUR MOYEN ... I .. de recevoir régulièrement Droit et Liberté est de prendre un abonnement. Tar'f : 600 h . pOur u.ne année 300 Er. pour six mois, . 150 Er. pou'" trois moi •. Versements à notre C.C.P 6070 98 Pari.. . . - Tarif double pour l'étranger, ~uf pour là BelgIque Où les tarIf. sont ,de frs belges 110 pour un,: annee, Ers b . 55 pour six mo s; versements à adresser au Coml?te Chèque Postal: ' Smet. Henn - 7249.95 - Bruxelles. ... • • ~_tl' Février .1949, - Ne 21 (89) DROIT ET LIBERTE ----------~------------------------------_,J TOI AUSSI, , , , TU PARliCIPERAS A CE GRAND DEBAT , PIN-UP ET PETITE VAMP ENCORE un attentat antisémite, vous êtes - vous écrié, en lisant dans les journaux qu'une forte charge . de plastic avait explosé devant ·une chemiserie de la rue Rochechouart. Et de constater, une fois de .plus, que le nazisme renait sous sa forme première, qui' est la manifestation bruyante, ô combien, de sentiinents racistes. Mais une' vertueuse indignation ne suffit pas. Encore moins l'attitude de certains mouvements de jeu. nesse juifs, qui font preuve d'une apathie étonnante. Même chez ceux que l'on appelle les « grands ainés :», tels· les membres du Consistoire ou du CRIF, on ne trouve · aucune traee de réaction en face d'agissements . aU~i odieux. Pourtant, il était du devoir de chaque organisation de réclaJllijr du Gotlvernement des mesures immédiates et énergiques pour arrêter le bras des criminels. . Dans ces conditions, il nous ~ncombait, à nous, jeunesse . juive démocratique de Francé, • de dire : « n est grand telllPs d'ouvrir les yeux. et surtout d'envisager les moyens de faire cesser ce terrorisme latent. :» Nous savons très bren, et de plus en plus nombreux sont les jeunes qui en sont persuadés, que l'antisémitisme ne peut être balayé que par un vaste courant démocratique. , Ceux qui tolèrent les activités des néo-fascistes ne peuven't qu'encourager de tels ·agissements. Les jeunes Juifs comprennent, de' jour en jOllr davantage, que ç'est en se rangeant du côté de ceux qUi luttent pour un avenir meilleur, pour la Démocratie, pour la Paix, que nous arriverons à éliminer radicalement 1 e s germes que les hitlériens ont laissés denière eux après leur défaite. C'est avec l'immense majorité du peuple de France que IlQUS oeUVrerons utilement pour nous débarrasser d'un tel lléau. VOilà ce que nous dirons au grand. débat organisé par le Mouvement des Cadets, le 9 février, à 20 h. 30, au Théâtre .des BoulIes du Nord, débat au cours duquel tous les -jeunes Juifs, organisés -ou pas, sont invités à donner leur point de vue sur « la lutte contre l'antisémitisme et le fascisme renaissants ». . TQUS et toutes, vous viendrez écouter les r·eprésentants des mouvements de la jeunesse juive. qui exposeront les · moyens de lutter contre ces méthodes héritées du national-socialisme. ' Vous aussi, par votre présence, par votre participation . à la discussion, vous montrerez qUe vous ne restez pas indifférents devant ces sombres menaces. mais que vous avez à coeur de participer à leur élimination totale et définitive. Tous, le 9 févr,ier, nous nous retrouverons aux Bouffes du Nord! D. S. • L A photo de la « ReitU du Bal des Cadets » publiée da11s notre dernier numéro flOUS a valu les reproches de guelgues amis bien intentionnés qui nous ont accusés (suprême injure !) de sacrifier au goût a'méricain et d'avoir voulu, nous aussi, consacrer des Pin-up girls. V oyollS (a.

  • L A pitl-U; girl (fille

de la vamP) est une jeune personne du sexe féminitl plus jue légèremem au indécemment vêt u e, photographiée .darls des poses }uggestives. Ce sont de filles ·atzirées, plu:lènes, p,ar lip,lIts et autres hoU ywoodiells. pauvres jeunes les SUl/mirages Une certaine presse diffuse à travers le monde leurs sourires stéréotypés. Et les films ainéricains; sous l' oeil bienveillallt des ligue.l de décence, nous les montrent viv-re daus UI.l cadre enchanteur CIl corton pâte. En multipliant et en dosant savamment pllOtos, articles, films, il est aisé de créer, da/ls certains. esprits, chez le5 jeunes surtout, une ÙIUI. f!,e de la vie gui n'a plus 'lue de lointains rapports avec la réalité. Combien de jeunes garçons admire/lt, avec envie, les cliaussures à triPles semelles et les complets bien couPés du gangszer américain. la mitraillette - loin de les effrayer - satisfait leur goût de l'ave1Itt/re. Combien de jeunes filles trOUVt1lt dam la Pin-up adulée l'idéal dt! leur vie. Jamais Cf/ure [es mmsons « sPécialisétiS ce n'ont vendu tant de faux seins que depuis que la pin-Ir! a lallcé la mode de la poitrine voluptueuse. .

  • C 'EST dans ce climat

que s'est déroulé le drame Guyader. . Niclile) .'lui a seize aIlS, joue la femme flltale, heureuse de voir tuer UII glrçOfl pOlir ses beaux yeux, satisfaite d ' être «interviewée ». Et tous as gamins · gui comtituaiellt sa cour, a"Ofldl~ sai ent letN argent de poche par des petites c 0 fil b i n es, jouaient ·du pistolet de papa flic ! ... voilà bien 1 e J .. surplus américams D. 'Et flOUS ne pouvons qu'approuver - mieux même: ap pl/)'er - ta réactili11 salutaire de 1/0S je.mes amis contre la littérature et le cinéma américains qui défig ure n t,dénaturent, abrutissent uotre belle jewzcsse.

  • M AIS ...

Il Y a un mais. Combattre le culte du gOllgster et de sa frangine, la pi1l-Up, c'esJ ulle cllOse. Tomber dans la pudibonderie, C'UI est une autre. Et taxer une belle et saine jeune f ille en snort de pin-up, c'est . aller un peu fort. Car c'est bien C1l entraîn01lt toujours davantage de jeunes Mns lis or.f!,atrisafions démocratiques à la pratique du plc11l air, du sport, du camping, 'lu' on appligue le meilleur antidote contre l'entre prise de démoralisation 'lui nOU$ vimt d' outre-Atlallti'lue .. André FRAY. .1\ VOS APPAREILS... 'PRÊTS... POUR UHI SlANG DI ,(INÉMA POUR NOS DlfFUSlURS ·LE GRAND CONCOURS. DE PHOTOS QUE de fois, profitant d'une journée sombre . et plùvieuse, Oll, lassé de regal'der la vitre , ruisselante, vous ètes-vousabîmé dans la contemplation de vas ' photos 'de vacances ou de camping. Q-Me de fois ave:t-vous pensé : - , Pas mal, celle~i, ~omme elle est jeune et . spontanée! . . ,~ Bien· ·sûr, c'est Sammy qui notis a pris, sa~s ql-lc nous nOlis en rendjoilS compte. - Qn s'est bien amusé, ce jour-là! . Et de sourire, gagné malgré vous par ce r:vthme contenu, ptr tout ce que ]a scè.ne YOUS suggère de vie et ~Je dynamisme. Que de fois anssi, lorsq-ue ' vous ' étie2 en compagnie d'autres "jeunes. VQUS êtes-v.ous récrié; - Ah! celle-~à ... ahsolument loufoq-uc! - Et celle-ci L .. NQn! mais, regarde! - C'est Maurice qu'on voit, ]à, entre les pattes de la chevre? Et 'une grosse bourr.ade dans les .côtes vous envoy.ait par-dessus la table pour vous iflviter à c?,ploser comme. tout ]e monde ·.J'une gaîté hilare. Ou encore, n'avez-vous jamais pensé devant une photographie, disJXlsée comme une ilJustr ation littéraire : . , . - CeJ.a me rappelle une scène que j'ai vue dans ce film... ou plutôt n'était-ce . pas un r»mm ? Ah oui : ce passage de " Trois hOf!1- mes dans un bateau» où les trois compagnons remontent la Tamise dans leur barque. Eh bien, si vous trouvez lIne ou Jeux photos vraiment earactérisüques, soit qu'eUes vous "'IaJ'aissent jeunes ou loufoques.. ou 'lu 'dies ~ uissent ïllustrer un passage de roman ou de film, envoyez-les il la « Page des Jeunes de 1( :Or9i~ et liberté », eh respectant les six règles én{)11(:ées ci-dessous :. ' Voici Le . r'ègle~neni de notre Y'l'and conCOUTS photos : l' 1'0us les envois devronl se , C01lfOTmer , au thè1ne qui ,aura été fixé dans la Pfl9'e des Jeunes (si le thème don-né est. le 'j)ay ·safl"! le plus poétique, qa/'dez-vous d'enVOi/ el' Ùl photo d'une bande de jeu1les goinfres sc disputant Hneportion dei béton »! ); 2" De toules les pholos que 1WtiS Qurous reç1.us SUi' le rnème thème, nous en pUblierons h'ois pm' numéro ; 3' Les photos parues samit pdmées ;- 4" il la {in du C{)UCOUrS, le Comilé de Réddc1ion de la Paqe de~ Jeunes de « Droil fil Litlulé )j Ql'gflllisel'llunp so·~rée, IIU cours de laquelle un jury (comp/'c11(1nl des jou'/'nalis/ cs, des plwloqralJhf's profess iomtels . et des arlis1es) décel'lte/'a lcs prix pour cha- 4Jue série, pa,. ord1'e de valeur- ; 5' J'OUI le monde, sans dIstinction, est invilé cl lJ'l,'lici.per knolN! con cours,' il suflira de découper dans la présente pllge k1 bonde qui illdi.fJtle1'n. le thème choisi ,- 6' ToUs les [o1"1nClts sont admis. _ Chaque envoi ·deu1'a co/npm·lcr néCeSSllil'ement le nom et l'Il!ll'esse du concurrent. En avant les gars! A vos souvenirs de vacances,' fouillez vos armoires et vos m~moires, exhumez les photos le famille, et que les meilleurs gagnent! , Date limite pour la réception des photos ùe cette série : Mardi 15 février, à 'IS lIeures. - Envoyez Ou apportez vos epreuves :1 la Page des Jeunes de " Droit et Libert~ ", H, rue de Paradis, Paris (lW), et n'ouhliez pas d'indiquer au dos de ehaque photo. vos nom et adresse! - : ~ """ "" " """" "" . " ' ' ' ' '''' ................................................................................................................................... , ................... BANDE A DECOUPER Thème choisi pour la première série : photos montrant la jeunesse, sa vie, ses activités, son dynamisme.

4 •....•... _.. _ .~
............... _ ....... ... _. .................... ~ ..•.... _. ..... .: ••• _.. .............................. ; ......................................................................................................:

·Le samedi 15· janvier, « Dl-oit et Liberté " donnait une· séance lH"ivoo de cinéma en t'bonneur -de ses jeunes diffuseurs et de ses oolla~ra:te,!rs. De nombreux jeunes. cildets c,t moniteurs, emplissaient la salle de leur bruyante- et sympathique ardeur. Roger. Maria, M' Ledennan, étaient également préEents. Tout ·le monde aJl·préeia fort ce geste amical, e·n exprimant ie voeu que de telles séances se rénO'u. velknt ... Et c'est ave(' enco-re davant,age d'ard~ur que tous nos 'amis; jeunes et vieux. diffuseront nO'tre journa.! ! ~ Sur rantenne du temps LA mode a dit: « Plus de cheve·uxl ~.: ', Et, en mO~lls de temps lu'il n'en faut pour l'écÔr.e, les J1l()utoqs ra.sés.. frisés, brillantinés, so,lt sortIs çle la ôcrgel;ie. Vous. le créateur du postiche invislb-le en fibre radio-açtjve, vous, l'inventeur éméIlte de la perru]ue mécani'jue en poil de zèbre ... , approchez, approchez ! J ',ai besoin de V()s con~eils. . Je suis plongée dans les plus terribles rerplexités ! .Ne m'abandQllnez pas dans cette douloureuse épr.euve. Voilà cc dont il s'agit: . Dois-je, oui ou non, couper mes cheveux ? Question primordiale qu'en ce ll1Q1nent toute jeune fille se pose ... Plus de cheveux, c'est lé mot .d'ordre. Le front. libre, l'occiput dégagé, tous les gtnjes, t-iJUS les cerveaux inrelligents bouillonnant sous la· zone désertique d'un beau crâne lisse et brillant. . Plus de cheveux, c'est la formule. La distioction ·et l'élé~ ganoe sont, dès a\!jourd'hui, fonction, à un cheveu près, des tètes chauves ou rasées. Et lorsque, . perchés au , poulailler d'un th~;ltTe à la mode, v.ous prospectez PQlchestre, VQ\.JS avez la visÏQo exacte d'un carernboJ.age inouï sur un billanJ au tapis rouge. . Plus de cheveux ? Alors, oonlment se coiffer ?... A la Jeanne d'Arc, ce n'est plus d'actualité. A la Ninon ... ni oui, ni non !... A la gaTçon~e ? La nuque rasée, la coupe à la guillotine? Non, l'excès en tout est un cWfaut. A la courge ... merci bien, pas d'élégances ~tagères ! Alors, que choisir après tout ? Eh bien. tant ris pour « Miss-Mode », ses créatio!ls et ses mannejuins. La mode que nous allons lancer, nous, est celle de la simplicité. Et hop ! ... laissons pousser 005 ~heveux si le coeur nOLIs eo dit. Line FRENK. ltl~--'-:';""";"";':"""'-_-------------- DROIT ET LIBERTE l or Février 1949. _,N° ,2J (S9) a !i)-ultlian ((lj4i1pudù&ul) où le iouve-rne ent Malan présente . . les In -ens en " JUIFS DE l'AFRIQUE" et intitè les Nèires .' ,.. '1r .. à agir en "PURS ARYE"NS" ' liiùii :' fonctionnaire du , , .' go6vernèhlent ' , ~ud - afri- ...... . cain ten~alt ünè ' conférence de presse. ' Cétte fOIs ' encore, ce meurtre' ' " , , " :.i . autorités offi~ielles: ' I50 morts, collectif ne pouvait rien leur l" p~r l' l ·500 blessés, 30 .000 sans abri. rapporter. Jean-JaUlDes DUBOURG Mais ce sont là. , les chiffres , Cette fois encore, c'est l'oppresseur commun at!x émeu- , tiers et à leurs victimes qUI recueillera les fruits d'un dra me dont il persiste à dire qu'i: ignore les raisons véritable!\ .. . A Durban, la tuerie faisait rage. A ' Johannesburg, le porte-parole de la vérité offl' cielle s'efforçait de tenir têt~ aux journalistes qui s'acharnaient à obtenir de lUI une versIOn plausible des ,sanglant~ massacres qui se poursuivaient dans la province de Natal, - Croyez-vous que l'affaire ait été préméditée ? - Non, _ Le gouvernement env:sage- t-il l'hypothèse d'une pro .. voc;ation ? - Non, N'oubliez pas qu'il s'agit de nègres et d'Indiens: l'instinct de meurlre et la foiie collective sont habituels chez les peuples infér ieur$. - Savez,-vous que l'on d1t des Indiens (aujourd'hui victtmes de ce véritable pogrome) qu'ils $ont les juifs de l'Afriqu~ du Sud ? Que pensez-vous de cette affirmation, à la lumière des événements d'aujourd'hui ? La que:,tion a laissé le représentllnt de ce gouvernement raciste du Docteur Malan sans réponse. Tout au plus a-t-Il murmuré, en dissimulant mal son agacement: « Oh! on dit tant de choses ... ' Il n'est pas besoi~ de s' attaide"r ' sur des propos sans fondçm~nt) ni Sllr ,çles calomnies ! H , LA TECHNIQUE EST CLASSIQUE l E désarr,ol du fonctionnaire montrait que le journaliste avait mis le doigt sur le p6int sensible. Les émeutes « spontanées ,. de Durban ressemblent, en effet, étrangement 'aux massacres « popul aires H dont furent victimes les israélites allemands, quelques mois aprè;; l'arrivée de Hitler au pouvoir, aux assassinats collectifs innombrables auxquels les jUifs ont dLI faire face depuis des siècles. Cette fois encore, c'étaient des humbles et des opprimés qui, sans motif apparent, ,s'étaient attaqués aux représentants d'une minorité raciale dont ils auraient deI se senllr solidaires. Qu'on en juge! EN ATTENDANT L'AUTOBUS C'EST dans une queue, à un arrêt d'autobus, que le . conflit est « 0 fhClelle· ment» né: un Indien s'y disputait avec un Africain. Quel. ques minutes après ce banal incident de rue, l'émeute ,~d,ltait: mystérieusement rass~mblée en un temps record, "me foule africaine extrêmement dense se pressait dans les rues de Durban. De féroces cris dl' guerre étaient pOllssés. Dès 10,rs, on pouvait s'attendre au pire. Un violent orage se déchaî· nant, perfDit de' penser un ins tant que la foule se calmerait, Mais, dès que la pluie cessa, ce fut le massacre: se ruant à l'assaut des quartiers indien::;, les Zoulou-5, armés de cou· t:eaux, de gourdius, de barres de fer et 'dë pierres, se·ùblaient gagnés par une véritable folie collective. Rien ne semblait devoir résister à leur volonté d'extermination. Et la police, singulièrement passive en Utt pays où d'ordinaire elle est connue pour son extrême brutalité, paraissait avoir des consignes pour n'intervenir que mollement.. Pendant ce temps, des, familles entières d'indiens étaient massacrées. Dans certains cas, elles étaient enfermées dans leurs demeures, auxquelles on mettait le feu. En quelques heures, la plus grande ' partie du quartier était la proie de~ flammes,- au lPilieu desquelles perçait le hurlement horrible des hommes et des femmes qu' glillaià1t vifs. Cette véritable orgie de meurtre devait durer près de deux jours. Lorsque les tanks de l'armée sud-africaine se furent décidés à cc ramener l'or· dre » (de la manière que l'on devine), le bilan de cette Hn 'de semaine tragique était dressé de la façon suivante par les du gouvernement de Johannesburg: il est à craindre que le nombre des morts, notamment, soit beaucoup plus élevé. LE BOUC EMISSAIRE qUEL intérêt, dira-t-on, le gouvernement sud - afncain avait-él à ces massacres? Tout d'abord, celui de faire diversion, suivant la . vieille Un dessin inédit de offert par l'artiste aux lecteurs de « Droit et Libert'é » Marc CHAGALL _ tethrùque ' éproùv6e " p-ar 'les gouvernemènts despotiques , de tous les temps, et par Hitler en particulier lors des alisasslnats de I933-I934- Dans ce pays où 2.300.000 blancs seulement jouissent de tous les droits (dont 7.700.000 noirs, 900.000 métis et 280.000 Indiens sont privés) il convenait de faire en sorte que les plus malheureux détournent leur rancoeur contre d'autres que ceux qui sont les véritables responsables de leur misère. La population blanche salt bien qu'elle ne pourrait tenir tête à un soulèvement de tous ceux qu:elle opprime. Et il devenait urgent de trouver uu bouc émissaire pour supporter la colère des plus opprimés. Or, parmi les hommGs de couleur, les Indiens sont ceux qui, en apparence, sont les moins défavor.isés: depuis quelques années, un certain nombre d'entre eux ont pu acquérir des terres ou de modestes fonds de commerce. Bien que les plus nombreux soient encore très misérables, 11 n'était, ' dans ces condition5, p~s difficile de les représenter, au'x yeux du prolétariat nOir, comme les affairistes et les exploiteurs à l'origine de tous ,les malheurs du peuple. ' Les juifs connaissent lrop b;en cette politique pour qu'il soit utile d'insisler ... L'UNITE DETRUITE E N o,utr~, .l'op.ération présentait pour le gouvernement du Doc'teur Malan une autre utilité. " Le « Syndicat des Travailleurs non~el1ropéens n, fon dé il y a deux ans, en dépit de toutes les persécutions, faisait des prog'rès considéràbles : par milliers, Indiens; Africains et métis lui apportaient leur adhésion et s'organisaient méthodiquement, Celte lutte commune de tous les hommes de couleur. créait un danger véritable pour le gouvernement du Docteur Malan. En suscitant les massacres de Durban, il a su bngeC pour de longs mois la solidarité qui commençait à unir tous les opprimés, qu'ils fussent Indiens, noirs ou métis. Mais il ne peut, malg·ré tout, se faire d'illusions et espérer retarder indéfiniment la marche de l'histoire: car les peuples [missent tou jours par s'unir pour éc.ras('r leurs opprec:. q·l1r~

Notes

<references />

Format JPEG