Droit et Liberté n°450 - mai1986

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°450 de mai 1986
    • Plus que jamais le MRAP présent
    • Apartheid: 10 ans après Soweto: la mobilisation solidaire de juin (Afrique du sud)
    • Justice: le tribunal administratif condamne la discrimination contre le 3e enfant des familles immigrées
    • Inégalités: le droit 'bafoué) de vivre en famille
    • Après le discours du premier ministre: immigration et insécurité
    • Foyer: grève contre l'augmentation abusive des loyers
    • Saint-Avold: un comité local qui va au charbon
    • Fêtes et rencontres de la France plurielle
    • Racisme et instruction civique

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Soweto 76-86 : luttes et solidarité (voir page 2) droit et liberté MENSUEL DU MOUVEMENT CONTRE lE RACISME~ ET POUR l'AMITIÉ ENTRE lES PEUPLES • • . ... No 450 - Mai 1986 - 8 F Plus que jamais, le MRAP présent Sa.edi 3 ni: pas de pont chô.é pour les "hautes instances" du "RAP. Un Bureau Nati.nal tassé et débordant, co •• e d'habitude ••• On a beau dire et prendre des résolutions: un grand sujetdeux au uxi.u.-par séance .ensuelle, chaque délégué vient avec ses préoccupations, la tête pleine des actions et des problè.es locaux et régionaux, et les petits sujets deviennent vite grands! Après l'approbation du co.pte - rendu du B.N. précédent - hors d'oeuvre parfois pi.enté - vient le point sur l'action du Secrétariat pendant un .ois; l'application des décisions ou orientations du B.N. et le face à face avec l'actualité. Ca pose déjà des tas de questions. Cette fois - ci, le face à face, c'était avec la nouvelle si tuation poli tique. Quel que soit le Gouverne.ent, et quelles que soient les inquiétudes devant tel ou tel progra .. e, le MRAP ne pr at i que r a pa s l a s t r atég i e de l a cha i se vide : il a de.andé à rencontrer les responsables au plus haut niveau, dans chaque secteur qui le concerne. Le sujet de fond, le plat de résistance prévu était l 'act i on j urid i que et, de fait, c'est copieux, et .aintes fois coriace. La Loi de 72, ce n'est pas du gâteau quand il s'agit de la faire appliquer ••• et quant à la régle.entation! des spaghettis qui se tirent dans tous les sens et se .angent à toutes les sauces ••• Un autre sujet i.portant: le 16 j ui n qui approche. Or, cette année, ce n'est rien .oins que le 1De ann iv ers aire de So we to , un anniversaire qui ne peut être si.ple et pieuse co .. horation. Il a fallu débattre de l' actuali té touj ours brûlante de la lutte contre l' apartheid. Enfin, les vacances - .ais des vacances où l'on ne chô.era pas non plus ••• Entendons - nous: pas question de faire des .ilitants des forçats. "ais il y a tout de .ê.e cette Université d'Eté ••• les possibilités offertes vis - à- vis des jeunes par les Centres de vacances, les ouvertures culturelles offertes par un F esti val d'Avignon... et j'en passe. Avant les vacances et avec les jeunes: présence à la Fête de la JOC- Villavenir , le 18 .ai à La Courneuve et à celle de la J.C., le 31 à Bobigny. Bertrand BARY ( su ite page 5) - 1- Allocation pour le 3e enfant: LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF CONDAMNE ISSN 0012-6411 LA DISCRIMINA TION DE LA VILLE DE PARIS CE QUE VAUT LA VIE DU PETIT TOUFIK EN DIRECT A VECu, SAINT-A VOLD (page 3) (page 3) (page 6) SE COMPRENDRE .' RACISME ET INSTRUCTION CIVIQUE (page 8) LES OBSTACLES AU REGROUPEMENT FAMILIAL (page 4) Dix ans après Soweto • • La mobilisation solidaire de juin 600 mo r t s, plusi eurs milliers de bles sés , 5000 ar res tat i ons ... Ils ava i ent 15 ou 17 ans et r ef us aie nt l' or dre bl anc de Pr étor ia . C' était le 16 j uin 1976 . Soweto all ait dor énavant marq uer l' hi s toi re de l' Af r iq ue du Sud et deve ni r po ur to ut un peup l e symbo l e de l a lutte co nt re l'a partheid , un i da ns l e même souve nir que Sharpevi ll e dans l a co ns cie nc e d'un peuple . Dix ans aprè s, le 16 JUIn 86 se ra do nc, en Afriq ue du Sud et à l' étranger , jo ur née d'actio ns et de manife statio ns co nt re l a po lit i que de vio l ences et de rep r és s ion menée par Prétor i a . En effet , et jo ur ap rès jo ur, ma l gré l 'i nterdiction faite à l a pr esse de témoig ner , des nouve ll es dramat i ques nou s pa r vie nn ent. En mars der nier , Pi eter Botha ava i t ann oncé hypocrit emen t l a suppre ssion des "pass" . In fo r mation qui ne pe ut co nvai ncre ceux po ur qui l' apart hei d est l a mei ll eure défe nse d' un système éco nom i que et socia l fort r entab l e pour l es déte nte urs du po uvo ir bl anc . Par ai ll eurs , de soi-disant réformes so nt annoncées avec tapage . I l n' en re ste pas moi ns que l a division des Noirs en 10 "nat i ons" , l a ségrégatio n r éside nt i ell e, l' ens eig nemen t séparé, l es trois piliers intouchab l es de POUR L'ACTION LE MRAP MET A VOTRE DISPOSITION - L'APARTHEID , dossier de 150 pages. Prix: 40 Frs. - "APARTHEID- STOP: SOWETO 76- SOWETO 86", cassette- vidéo. Prix: 250 Frs. - APARTHEID- STOP, badge. Prix: 10 Frs. - Des affiches, cartes postales, autocollants, livres (Voir DL nO 442 - Sept. 85). l 'apartheid, resteront la triste réa l ité quotidienne de l'Afrique du Sud. Le peup l e noir ne s' y trompe pas. Les sy ndicats noirs et l es orga nisatio ns anti-apartheid qui avaie nt ap pel é à un e grève gé néra l e l e 1er mai, ont réussi en grande partie à bl oquer la machine éco nomique . Sel on les obse r vateurs étrangers , le mouveme nt a con nu un succès rete ntissant . L'ang l oaméricai n, co nglomérat industrie l et minier , a fait état d' un abse nté i sme chiffré à 83% . Travai l leu rs et éco l iers ont bravé l es interd i t s et fait de cette journée " l e plus important débrayage de l 'histoire ouvrière de l'Afriq ue du Sud". Certaines entreprises se so nt vues contrai ntes de payer ce jour, et la manifestation au stade d'Orlando , à Soweto .• a réu ni pl us de qui nze mi ll e personnes . Le 1er mai 86 r este r a une date da ns l a ,lu tte ouvrière noire . De part et d'autre s ' él èvent aujou r d'hui des voix pour co ndamner ce régime soutenu par de trop nombreuse s ta l es . Les évènement à l es fidè l es puissances occideneveques catho l iques , so uligner, ont appe l é bl ancs non seu l ement à rej eter l e pri ncipe de l' apartheid, ma i s aussi à entreprendre des actio ns spécif i ques co nt re ce système. Lors d' une rencontre entre l a co nfére nce des évêques catholiques et sud-africai ns (SACBC) et l e Co ngrès Nat i onal Africain (ANC), les év êques ont affirmé leur opposition active du régime d'apa r the i d, déclara nt quil ne pouvai t y avoir de neutralité dans le co.bat contre le racis.e et l'apartheid" . Pl us encore , Mgr Desm on d Tut u, Prix Nobel de l a Paix, a l ancé , en av r i l dernier, un appe l pressant pour des sanctions éco nomiq ues contre Prétoria . Est-i l be soin une no uve ll e fois encore de ·2· rappeler le rôle émi nemme nt négatif que joue nt dans cette affaire les entreprises françaises? Les échanges commerciaux France-Afrique du Sud ont augmenté de 25% entre 1982 et 1984 . Fruits , l égumes, charbon sont impo rtés du pays de l' apartheid et notre matériel militaire sert directement à la répression . .. LE MRAP SERA PRESENT: 13- 14 Juin Sy.posiu. des ONG à Genève (ONU). 13- 14 Juin Conférence-débat au Sénat organisée par l'OSPAA (Organisation de solidarité des peuples d'Afrique contre l'apartheid). 13-15 Juin Ile de Gorée. Conférence internationale "contre le racis.e et l'apartheid" à l'initiative de la Fédération Mondiale des Villes Ju.elées. 16 Juin avec le MRAP. Grande .anifestation à l'appel de l'ANC MAA, l'AFASPA et le 16-20 Juin Sous l'égide de l' - ONU à Paris: conférence internationale sur les sanctions contre l'apartheid. Présentation dans ce cadre de l'exposition , du MRAP "Fe •• es, enfants, apartheid". C'est pourquoi plus que janis en ce dixiè.e anniversaire des nssacres de Soweto, le MRAP entend développer sa lutte contre l'apartheid en apportant son soutien actif à l'ANC. D'ores et déjà , de multip l es i nitiatives, ma nifestations so nt pr év ues dans toute l a France où le MRAP , avec d' autres associ ations, sera entièrement partie prenante de ce mois de lutte anti-apartheid (cf. encadré) . Le tribunal administratif condamne la discrimination contre le 3e enfant des familles immigrées No ve.bre 1984: le Conseil Municipal de la Ville de Paris décide de limi ter l'attribution de l'allocation parental e d'éducation, octroyée à la naissance d'un troisième enfant, aux familles dont les deux parents sont de nationalité française. L'argument est démographique

cet t e allocation ( de 2. 000 F

par mois) doit être un outil privilégié de la politique nataliste que la vil l e entend mener. Devant les nombreuses protestations qui s'élèvent contre ce t te mesure discriminatoire (en particulier de la part de Georgina Dufoi x, ministre des Affaires Sociales de l'époque, qui annonce publiquement qu ' elle demandera au Préfet d'introduire un recours pour faire casser cette décision ) , le Co nseil de Paris modère sa position: en mars 1986 , un rectificatif réduit les cas d'e xclusion de l'attribution: les fami lles pourront bénéficier de l'allocation si au moins un des deux parents est français, ou s'il s'agit de ressortissants de la CEE, réfugiés politiques ou apatrides. Restait l e cas des autres étrangers, essentiellement maghrébins et africains, pour l esquels l e MRAP estima nécessaire de maintenir le recours qu'il a introduit devant l e Tribunal administrati f contre la Mairie de Paris . L'argument démographique semb l e en effet bien curieux! En app l ication du Code de la Nationalité, nombre des enfants issus de couples étrangers résidant en France auront l a possibi l ité d'avoir ou ont déjà l a nationalité française. Ju stifier la privation du bénéfice de l'allocation d'éducation à l eurs pare nts au nom de la relance de l a nata l ité française consiste à nier cette réalité, ou, ce qui serait plus grave, à laisser supposer qu'il Y aurait deux catégories de Français: une, do nt i l faut encourager la reprod uction, et une autre . .. Mise à part cette discrimination , le pri ncipe de l 'égalité des droi ts, pour des habi tants d' une même ville ayant l es mêmes charges, ne pouvait être battu en brèche . Le Tribuna l Administratif, dans une décision re ndue le 19 mars 1986, a donné raison au MRAP , dont le recours était défendu par Maître Jouet, en i ndiquant notamme nt qu ' ': aucun intérêt général, en rapport avec le serv i ce public .unicipal, n'étai t de nature à j usti fier la rup t ure d'égal i té entre les usagers du service public re.pl i ssant par ailleurs les autres conditions d'octroi (de l'a l location) ". Dans l e co ntexte po s t-é l ectoral, ce rappel à l 'o r dre de l a justice pre nd une ré sonanc e qui dépasse les limites de l a capita l e; on se souvient en effet que le programme de certains partis politiques prévoit de réserv er l 'att ri bution de prestations socia l es aux Français . La déc is ion du Tri bun al Administratif pèsera do nc d'un grand poids da ns son app li cat i on. De toute façon, quels qu e soi en t les recours j urid i ques dont cette décision fera l'objet, l e MRAP restera vigi l ant et combatif . ERRATUM Une .alencontreuse erreur s'est glissée dans Droit et Libe r té de urs 1986 (nO 448): chronique Justice, p.6. Au lieu de Besançon, il fallait lire lons-le - Saunier. Nous prions le co.i té local de lons - le- Saunier, qui s'est .obilisé efficace.ent depuis deux ans sur cette affaire d'accepter nos excuses. . J . CE QUE VAUT LA VIE DU PETIT TOUFIK Les i ngrédients : une ci té br uyante, l a cha l eu r , des go ss es qui jouent sur le bitume, un homme énervé . Le bilan: un enfant de neuf an s meurt d'un coup de carabine . La sanctio n: cin q ans de prison do nt de ux ave c sursis. C'était au tr i bun al de Bobig ny l e 22 avri l, au procès de l 'ass ass i n de Toufi k Ouann ès, ce pourrait être à Lyon ou à Mar sei ll e demain. On commence à s'y hab i t uer , à ce tarif dérisoire; comme si c ' était le "mi nim um ob l igé" que la J us tice se doit d'appliq ue r, pour le pri nci pe • . • Crime sé c ur itaire, crime racist e? Le débat, de toute faço n, ne re ndra pas l a vie à Toufik, mort à La Cour neuve en j uillet 1983 . Mais on peut se demand er qu ell e image de la Justice cherche nt à do nn er l es tribu naux qui pre nnen t l a re s pons abilité de te l l es décisions . CHRONIQUE DU FLAGRANT RACISME Ce petit li vre est toujours d'actualité. Ecri t dans un langage simple, il contient une mine de renseignements sur l'application de la Loi du 1er Juillet 72. Au moment où des conceptions grandissent à l'encontre des idéaux du MRAP. Achetez, Îaites acheter ce livre. Indispensable pour tout militant antiraciste. Prix promot i onnel. Télépho nez au ( 1) 48 . 06.88 . 00. INÉGALITÉS- Le droit (bafoué) de vivre en famille Le droit de V1vre en famille pour les immigrés en situation régu l ière est un droit fondamental, reconnu au niveau des principes, tant par les conventions internationales que par la loi française. Les programmes des partis et les déclarations gouvernementales sont curieusement avares de précisions à ce propos. Ce droit n'est pourtant pas respecté, dans les faits, par la France. Lorsque le gouvernement, après avoir décidé en 1974 l'arrêt de toute nouvelle immigration de main-d'oeuvre, avait tenté d'interdire en même temps la venue des familles rejoignant un travailleur déjà régulièrement installé, les dispositions qu'il avait prises sur ce point avaient été annulées par le Consei 1 d'Etat. Ce qui n' avai t pas empêché l'administration de refuser au moindre prétexte de nombreuses demandes de regroupement familial. Depuis mai 81, les gouvernements successifs, avaient, quant à eux, hautement affirmé leur volonté de "garantir" le droit au regroupement familiaL . • en s'assurant que les famil l es pourraient jouir de "bonnes conditions d'insertion", mais ils avaient, assorti l'exerC1ce de ce droit de conditions souvent irréalisables dans l'état actuel du logement urbain, ce qui rendait inopérantes et illusoires leurs déclarations. En effet, un grand nombre d'immigrés, en si tuation régu l ière et disposant de resso urces normales, mais modestes - c'est à dire un sa l aire qui ne dépasse guère l e SMIC - ne peuvent pas trouver de logement répondant aux normes fixées par la circulaire ministérielle de janvier 1985, n1 dans les logements sociaux ni dans le parc locatif privé . Il apparaît à l'évidence que la responsabi li té des mauvaises conditions de logement dont pâtissent souvent les immigrés ne provient pas de leur fait mais incombe aux autorités publiques qui n'ont pas pri s les mesures nécessaires pour assurer la construction d'un nombre suffisant de logements accessibles aux familles à petits revenus, françaises et immigrées. En s'opposant sous ce prétexte de regroupement familial, le gouvernement viole un droit qu'il reconnaît lui-même. Séparation et clandestinité Le GISTI et le MRAP ont déposé l'année dernière des recours en Conseil d'Etat contre les dispositions de la circulaire ministérielle qui imposent aux immigrés des conditions discriminatoires en matière de logement et les obligent soit à rester séparés de leurs femmes et de leurs enfants, soit à les faire V1vre dans la clandestini té. Certains s'étonneront que nous demandions la levée d'une règlementation qui protège en principe les fami Iles immigrées contre les dangers d'un logement insalubre ou trop exigü. Oulon nous permette d'abord une première observation : les étrangers ressortissants de la C.E.E. ne sont pas soumis aux mêm~s normes que les autres étrangers; les Français non plus d'ailleurs! On ne peut supposer que le gouvernement français soit indifférent à leurs conditions d'insertion ... Il s'agit donc bien d'une discrimination de type "raciste" fondée sur la nationalité ..• Mais l'essntiel n'est pas là . -4- Subordonner le droit imprescriptible de vivre en famille dans le pays où l'on travaille à des conditions de logeme nt, c'est mettre le monde à l'envers. La seule poli tique acceptable consiste à prendre les moyens nécessaires pour que les fami Iles de ceux qui résident et travaillent régulièrement en France puissent y trouver un logement. Cela est d'ailleurs également vrai pour les familles de nombreux travailleurs ou chômeurs modestes. français aux revenus L'action pour le "droit de vivre en famille en France" est inséparable d'une action pour la construction d'un nombre suffisant de logements sociaux, comme nous l'avons souligné lors de notre Congrès 85 (cf. rapport d'activités). Le programme du gouvernement Chirac, avec l'abrogation de la loi Ouilliot, rend plus urgente que jamais une action unie pour réclamer des logements à bon marché accessibles à tous sans discrimination raciale. Droit et liberté 89, rue Oberk a.pf. 75011 PAR IS Tél éphon e : 48.06.88 . 00 CCP 9 239- 81 Paris Di r ec t eur de l a publication Renr Mazenod Maquette Vér onique Mnr tai gne Secrétariat de ré daction Monique Khel l af Co.i té de Rédact i on Bertrand Bary, Gérard Coulon, Claude Gavoille, Dominique Lahalle, René Mazenod, Claire Radier. N° de Co •• ission paritaire: 61013 Imprimerie de Montlige on (6 1) Abonnement d'un an : 80 F Après le discours du Premier ministre Immigration et insécurité Le MRAP, dont l'action se situe en dehors des partis politiques, entend faire les premières observations suivantes sur les points re l atifs à ses buts et à ses pri ncipes, dans le discours du Premier Ministre : 1) Si des contrô l es accrus sont décidés pour lutter contre le terrorisme (cartes infa l sifiabl es , visas d'entrée , vérifications d'identité), il serait anormal de ne les appliquer qu'à certaines catégories d'étrangers . Le terrorisme actue l n' est-i l pas aussi l e fait des ressortissants de pays d'Europe et même de Fra nçais? La sé l ection ann oncée ne pe ut qu'apparaître comme un moyen de jeter l a suspicion sur une partie de l a popu l ation d' origine immigrée ,iva nt en Fra nce . 2) Les garanties judiciaires en matière de recondui te à la frontière devraient être améliorées et non supprimées, si l'on souhaite réduire les risques d'arbitraire et assurer les droits de l'Homme, sans discriminations . 3) Il est dép l orable question de la popu l ation que la d'origine immigrée ne soit abordée que sous l'a ngle de la sécurité et reliée au terrorisme, alors que ces hommes , ces femmes, ces jeunes sont partie intégrante de la société française dont ils partagent les difficultés et l es ' aspirations. Le MRAP appelle tous les gens de coeur et de raison , quel qu'ait pu être leur vote aux récentes él ections, à s'unir avec l ui pour défe ndre les valeurs et l es traditions républicaines de so l idarité et de fraternité . FOYERS: GRÈVES CONTRE L'AUGMENTATION ABUSIVE DES LOYERS Depuis l e 1er fév r i er 1986 , dans certa i ns f oyers de t r avai lleurs immi gr és, des augm entatio ns de l oyers de 27 à 40 % on t été déci dées s ans j us t i f ic at i on. Le s r ési den t s de nom br eux foye rs de la r ég i on par i sienn e (AF RP, SONACOTRA, ADEF et ATFM ) r ef usen t ce t t e aug me ntat i on et contin uen t d'adr ess er l 'a nc ien lo yer majoré de 2,7 %. Les ad héren ts et com i tés peu ve nt pre ndr e cont act av ec les fo yers pour leur apporter un soutien mor al et j uridi que, éven tuellement po ur ai de r à l a mi se en plac e d' un comité de ré si den t s. C' es t auss i l ' oc cas ion de voi r avec ce s t r ava ille urs les di ff icult és conce r nant l' obt en tion de la car te de s éj our, l a ce ssation de paiement des allocat i ons fam iliales pou r les enfants de ch ômeurs qui sont r es tés au pay s, ai ns i que les multiples pro bl èmes individuels. Une permanen ce peut êt re org an lsee dans le foy er même. Le MRAP peut ess ay er de rompre l 'i solemen t des tr availleurs i mm igr és et de développer les occ asions de re ncon t re, d' éc hanges et de sol id arité mu t uels en t re le quartier et les ré s id en t s du foy er ( fé t es, pr ojec t ion, dé ba t s , i nf ormati on s munici pa les, alphabéti sation, et c. ). -5- Le MRAP présent (suite de la page 1) Quant au prochain B.N . , le 7 jui n, dé j à un débat a été récla. é. l es questi ons internationales, lybie, l iban, appel l ent une réfle xi on. le MRAP ne peut .onter la garde de la .ê.e f açon à tous les créneaux où apparai ssent .enacés les Droits de l' Ho .. e et ceux des .inor i t és. Il s'agi t donc de préciser ceux qui touchent de plus près à ses ob j ectifs spécifiques. Te nir l es crén eaux , c'est bien, il faut du .onde • •• des militant s ••• des adhér en ts . Refrain connu? tant pis! refrain usé? non! Le MRAP n'a pas atteint son objectif d'adhésions . On aurait pu attendre que la banal i sation du racis.e, la .on t ée de l'extrê.edroi te, déclenchent un grand sursaut type "après- Copernic". le grand sursaut n'a pas eu lieu. Il ne faut pas se boucher les yeux. Il faut se dire que bien du travail reste à faire sur le te r rain pour déclencher le déclic qui fera des sy.pathisants des parti cipants de la lutte antiraci ste et des artisans de fraternité , de "c onvi via l ité". Et pourquoi ne pas ter.iner sur ce .ot, puisque j'ai débuté par des co.paraisons culinaires? Bertrand BARY DIFFERENCES Juin 86 Point chaud: le Mexique avant la Coupe. Régionale: Av i gnon Dossier: le jazz Cultures: Des artistes pour la paix l'été des festivals. Réflex i on: Racis.e et psychanalyse. Histoire: le Front Populaire et les i .. igrés. EN DIRECT A VEC. .. - Saint-Avold •• un comité local qui va au charbon Il Y a un an, à peu près à la même époque-exactement en juin 85- la petite ville de St Avold en Moselle (18.938 habitants) voyait naître un comi té local du MRAP qui s'est étendu depuis lors aux villes voisines de Forbach, Freyming-Merlebach, Faulquemont et Creutzwald. D'où sa dénomination de comité local du Bassin Houiller Lorrain (BHL). Dès sa naissance, le bébé s'est montré très vigoureux et n'a pas attendu sa majorité pour agir efficacement. Est-ce dû à la fée venue de Metz pour le créer, (en l'occurrence Gianpero, représentant le comité local de cette ville), au tempérament pugnace des Lorrains ou à l'esprit collectif et festif issu du "speckmahle" (orthographe non précisée)? Sans doute, les trois à la fois. Qu'on en juge plutôt! Le premier geste du comité a été d'envoyer à toutes les municipalités des cantons voisins la Loi du 1er Juillet 1972 (modifiée 85) contre le racisme, de déposer plainte et d'intervenir contre deux inscriptions racistes sur un des murs de la ville et à l'intérieur d'un établissement public. Interr ventions couronnées de succès, complétées par une vaste campagne d'affichage sur le Bassin Houiller le tout ayant contribué à sensibiliser la population à l'antiracisme. Commémoration suspecte Dans le même élan, le comi té mène une action très vigoureuse en liaison avec la communauté juive et diverses associations pour qu' anciens soldats américains et SS ne se retrouvent pas à une commémoration commune au cimetière américain de St Avold (voir DL 443-444 Octobre-Novembre 85). Le comité n'oublie pas pour autant que l'action fondamentale du MRAP est la prévention du racisme par le biais de l'amitié entre les peuples. C'est pourquoi il a animé sur St Avold une grande fête de l'ami tié en octobre dernier où le "clou" de la fête a été une chaîne de l'amitié de plusieurs kilomètres dans les rues de la ville. Dans le cadre de son action culturelle, il présente dans plusieurs villes une expo-photos sur l'immigration et les difficultés d'insertion, projette vidéo-cassettes et montages -diapos, anime des débats sur le racisme. Il est à l'origine d'une semaine d'animation aux Collèges Paul Verlaine et Pasteur à Faulquemont sur le thème "Vivre ensemble avec nos différences" où il présente à 600 élèves et 50 parents des panneaux explicatifs, une VIdéo- cassette sur la Marche des Beurs, un montage-diapo sur l'apartheid, et dialogue avec eux sur le racisme. Une présence variée Le comi té a aussi le souci de rendre le MRAP présent dans des actions dont il n'est pas l'initiateur. Ainsi, il participe et intervient à la soirée organIsee par l'Action Culturelle du BHL à Forbach, au colloque international sur "les Droits des Mineurs en Europe Occidentale", au congrès de l'Association des Travailleurs Turcs à St Avold et il profite d'un stage du CLAP dans cette même ville pour donner une conférence-débat sur le racisme. Soulignons aussi qu'une des grandes activités du comité est de s'investir depuis plusieurs mois dans un collectif de 16 associations - tout en gardant son identi- ·6- té MRAP - pour demander le retrait d'une mesure administrative créant un bureau unique à St Avold, pour 8.200 "étrangers" vivant dans 3 communes différentes. A cet effet, il a fai t appel à Dominique Lahalle, responsable de la commission immigration du MRAP pour donner une conférence de presse à Metz en décembre dernier sur ce sujet. Un rôle d'impulsion On pourrait ajouter que le comi té est présent aussi dans les médias (radios prIvees, radio et télé sarroises), qu'il a le souci de la formation de ses militants (une journée a eu lieu le 8 février qui a réun i plus de 50 personnes), qu'il s'ingénie à décupler son action en créant d'autres co mi tés locaux (l'un est né récemment à Thionville, 2 autres sont sur le point de voir le jour), qu'il tient une permanence hebdomadaire à St Avold et Forbach et qu'il a le sens de la solidarité avec les autres comi tés locaux de France (une délégation a participé à la manifestation organisée par le comité du Puy après les crimes racistes de décembre). Ce comité comme beaucoup d'autres en France que les lecteurs de DL découvriront dans les numéros à venir - contribue par son action à faire connaître et reconnaître le MRAP. Tous nos voeux l'accompagnent pour qu'il garde longtemps l'ardeur de sa jeunesse pour continuer la tâche qu'il a entreprise avec courage dans une région douloureusement touchée par le chômage qui est lui-même bien souvent une terre où lève facilement le racisme. Fêtes et rencontres de la France plurielle Notre rubrique d'aujourd' hui ne sera pas exhausti ve sur les actions entreprises par le MRAP sur l'ense.ble de la France depuis fin .ars; un prochain nu.éro de Droit et Liberté s'en chargera. Voici seule.ent aujourd'hui quelques échantillons variés de cette action per.anente. "Pour .ieux vivre ense.ble". Tel était le titre donné à la fête organisée par le MRAP de Voiron avec d'autres associations, pour la troisième année consécutive. De nombreux groupes musicaux et de danses traditionnelles vivant sur place y ont participé: Algériens, Marocains, Tunisiens, Turcs, orlglnaires d'Afrique Noire et des DOM-TOM, Portugais, Latino- Américains, Espagnols, Italiens. Une grande fête mul ticolore et conviviale qui a attiré le 27 avril dernier la population non seulement du Voironnais, mais de toute la région Rhône-Alpes. Toujours sur le thème "Vivre ense.ble", le MRAP a participé à Graulhet le 24 avril à une journée de interculturelle en la jeunesse. Une direction fête très joyeuse avec une exposition sur les différentes cultures présentes dans la ville, des projections de films-vidéo, des débats, un repas, du flamenco, un chanteur occitan, un orchestre "terrible" dont la batterie était tenue par .•. le président local du MRAPl Une journée d'une chaude amitié. Dans le même sens, le comi té de Lons - Le-Saunier avec les associations amies ont mIS sur pied une grande fête le 19 avril. Plus de 500 personnes toutes origines ethniques confondues. A noter que d'un commun accord avec le MRAP local, les bénéfices de cette soirée ont été versés à l'ANC. Les 12 et 13 avril a eu lieu à la Maison des Allobroges de Cluses un week-end intitulé "Eveiller aux Droits de l'Homme" organisé par huit associations dont le MRAP. Etant donné l'importance et l'impact que cette journée a eus dans cette vallée de l'Arve où le Front National a fait un score en moyenne de 30 %, nous y reviendrons en détail dans notre prochain numéro de Droit et Liberté. A Toulon, le comi té local NOS DEUILS Le MRAP a été touché par la disparition de Si.one de Beauvoir. On trouvera ci-dessous le co •• uniqué qu'il a fait paraître à cette occasion. Marie-Claude Lerner, .e.bre du Bureau National, conduisait une délégation de notre Mouve.ent à ses obsèques. " Simone de Beauvoir n'est plus. Au - delà de sa contribution majeure aux luttes que mènent les femmes pour la conquête de leur identi té et de leurs droits, c'est à nos côtés en tant que membre du Comité d'Honneur du MRAP qu'elle a, depuis toujours, combattu le racisme et l'intolérance. Elle restera dans nos mémoit'es, comme celle qui n'a jamais manqué de reconnaître en chacun et chacune, sans distinction de sexe, de race ni de religion, le suiet de sa propre histoire". Nous avons appris tardivement le décès de notre ami Gustave DURUP dans sa 85ème année. Adhérent de la première heure au MRAP et militant actif, cet éminent universitaire a participé à d'innombrables initiatives de notre Mouvement. Jusqu'à la dernière période de sa vie, il a contribué assidûment aux activités de notre Commission "Antisémitisme et NéoNazisme". Nous exprimons à sa fami lle notre profonde sympathie. Notre ami Paul MUlARD, membre du Bureau National de la fédération ·7· se mobilise suite aux déclarations fracassantes et inquiétantes du nouveau maire de la ville, M. Trucy, qui semble bouloir surpasser celles de son prédécesseur qui l'avaient conduit devant les tribunaux sur plainte du MRAP. Sous couvert de réhabilitation du centre- ville, il veut "rééquilibrer les populations qui y habitent" en chassant les 5.300 immigrés qui s' y trouvent. Le MRAP local a dénoncé solennellement cette scandaleuse opération dans une conférence de presse tenue le 7 mai, et ne compte pas s'en tenir là. de l'Isère, a eu la douleur de perdre sa mère le 19 avril dernier à l'âge de 85 ans. Nous lui exprimons notre fraternelle sympathie. DISTINCTION Notre amI Léon HERZBERG, président d'honneur du Comité nancéen du MRAP, a été nommé, en février, Chevalier de l'Ordre National du Mérite, en reconnaissance de son action contre le racisme, au sein de notre Mouvement. Arrêté et interné comme juif sous l'occupation, Léon Herzberg a été, en effet, un actif militant du MRAP à partir des années qui ont suivi la Libération. Fondateur du comi té de Nancy, dont il fut président jusqu'en 1984, il a impulsé ses nombreuses initiatives, Toujours ouvert à l'union la plus large, il fut souvent à la tête de cortèges et de rassemblements, porte-parole des , di verses organisations participantes, par exemple en 1950, quand fut empêchée la venue en Lorraine de Xavier Vallat, l'ex-Commissaire aux Questions Juives du gouvernement de Vichy, ou encore lors de la mobilisation qui a suivi l'attentat de la rue Copernic, en 1980. Léon Herzberg a été attaché d' enseignement à la Faculté de Chirurgie dentaire et a signé plusieurs ouvrages relatifs à ses travaux dans cette discipline. Nous lui exprimons nos très fraternelles félicitations. SE COMPRENDRE------ Racisme et instruction • • cIvique AGIR ENSEMBLE. Cette nouvelle rubrique a pour but de .ettre en valeur une action exe.plaire (d'un adhérent, d'un co.ité local, d'une fédération) susceptible de servir à d'autres. Cette première nouvelle rubrique a été Lunel. initiative présentée dans le cadre de cette prise récemment par le comité local du MRAP de nale, comité Racisme Tout en se référant à l'agrément du MRAP par l'Education Natioet aux instructions officielles du Ministre du même nom, ce a constitué un dossier "Instruction Civique" portant sur le et les Différences. Ce dossier était composé des éléments suivants: - des dossiers MRAP (entre autres: "P.A.E.: la rencontre des cultures" et "Le racis.e, vous connaissez?") - des livres pour enfants (petits, .oyens, grands) une docu.entation fournie sur l'apartheid - une sélection de nu.éros de "Différences" - un des nu.éros de la revue de l'UNESCO sur le racis.e. Ce dossier a été présenté à l'Inspecteur Départemental de la Circonscription de Lunel qui l'a agréé et a envoyé une circulaire aux directeurs des écoles du canton leur recommandant l'utilisation de ces documents pour alimenter les séances d'Instruction Civique sur le racisme dans leurs établissements. Parallèlement, le comité local a fait circuler ce dossier pendant un mois parmi les enseignants. Depuis cette date, il se trouve à la bibliothèque pédagogique de la Circonscription où il peut être emprunté par les membres du corps enseignant qui apprécient ce précieux instrument de travail. Cette heureuse initiative du comité local de Lunel, avec d'autres, comme celle du comité de Rouen qui a procédé de façon à peu près semblable auprès du Rectorat de son Académie, pourrait être reprise partout par les Fédérations et les comités locaux. On peut s'adresser: - au nIveau du département, à l'Inspection d'Académie; - au niveau académique, au Rectorat, auprès de la mission académique de formation par exemple; - aux deux niveaux, auprès du Centre Départemental (ou Régional) de Documentation Pédagogique. C'est facile, c'est pas (trop) cher et ça aide puissamment à la diffusion des idées du MRAP. Si, vous aussi, vous avez lancé une action qui vous se.ble pouvoir aider d'autres adhérents, co.ités locaux, fédérations du MRAP à agir dans le .ê.e sens, envoyez un courrier détaillé au Co.i té de Rédaction de Droit et Liberté, 89 rue Oberka.pf, 75543 PARIS CEDEX Il. Nous ferons au .ieux pour la publier intégrale.ent. ·8· EN BREF----- USA, NAMIBIE, MEDIAS ... 3 FEVRIER. Rencontre d'Albert Lévy et Robert Pac avec Martha Nathan qui, après avoir obtenu satisfaction dans l'affaire de Greensboro aux Etats-Unis où son mari a été assassiné par le Ku Klux Klan, est de passage à Paris. 5 FEVRIER. Message au Conseil des Eglises en Namibie dont le siège à Windhoek a été l'objet d' un incendie criminel. 10 FEVRIER. Albert Lévy rencontre Aviva Koutchinski qui prépare deux listes de "refuzniks" soviétiques: ceux qui demandent à partir pour raison de regroupement familial et ceux qui ont fai t leur demande de visa il y a au moins ,10 ans. 18 FEVRIER. Lettre aux PDG des 3 chaînes publiques de la télévision française pour leur proposer la projection de "L'Enclos" soit le 21 mars, soi t le 27 avril (Journée de la Déportation), soit le 8 mai. 20 FEVRIER. Albert Lévy et Gérard Coulon participent au colloque organisé par le Comité Français de l'UNICEF sur "l'image de l'étranger vue par l'enfant". 20 FEVRIER. Une délégation du MRAP participe au Colloque sur le thème "Médias et Immigration" organisé par le Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes (CFPJ). 3 MARS. Lettre de condoléances au nouveau Premier Ministre de Suède après l'assassinat d'Olof Palme. 10 MARS. Après le meurtre de Philippe Brocard à Croissy-sur-Seine par un membre du Front National, lettre à son épouse et au président de la Fédération Socialiste des Yvelines. 15-16 MARS. Marie-Claude Lerner représente le MRAP à Bruxelles à la rencontre préparatoire à la Conférence Internationale sur la Namibie sous l'égide de l'ONU. 17 MARS. Lettre de solidarité à IIJeune Afrique:: après l'attentat qui a eu li eu dans la nui t du 15 au 16 mars contre les locaux de ce journal. lB AVRIL. Rencontre avec M. Claude /1alhuret, Secrétaire d' Etat chargé des Droits de l'Homme, d'une délégation du MRAP conduite par George Pau-Langevin. 26 AVRIL. Anne-Marie Dumas représente notre Mouvement au congrès de la Ligue des Droits de l'Homme à La Rochelle.

Notes

<references />