Droit et Liberté n°439 - mai 1985

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°439 de mai 1985
    • Nouvelle-Calédonie: l'engrenage?
    • Pantin 8-9 Juin: le congrès national du MRAP
    • Comités locaux: manifestations contre les crimes racistes
    • Le racisme en justice
    • Les droits civiques des immigrés: projet de prise de position

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

NOUVELLE-CALEDONIE L'ENGRENAGE ? Le 8 mai 1985 en Nouvelle-Calédonie, 40 ans après les massacres de Sétif qui avaient fait des dizaines de milliers de morts, des violences racistes contre la population kanake, ont montré la volonté d'une poignée de privilégiés de recourir aux moyens les plus brutaux pour sauvegarder leur domination, en entraînant dans leur entreprise néfaste de simples gens qui n'ont rien à y gagner. Le MRAP a, tout en rappelant les évènements de 1 Sétif lors des rassemblements du 7 mai, appelé les démocrates sincères, ici et là-bas, à méditer les leçons de l'Histoire, et à agir pour la justice et le respect des droits du peuple Kanak. Dans cet esprit, il a participé à la manifestation du lundi 13 mai de la Nation à la République. Mai d -t . et iberté mensuel du mouvement ~ contre le racisme et" pour l'amitié entre les peuples • ~ 1985 5 F - N° 439 ISSN 0012-6411 Pantin 8-9 iuin Le congrès national du MRAP Ce numéro de Droit e t Liberté est le dernier avant notre Congrès trisannuel des 8 et 9 juin prochain . Il porte d'ailleurs essentiellement sur cet évènement d'importance pour notre Mouvement et pour la société française plurielle d'aujourd'hui. Depuis 3 ans, l'un et l'autre ont changé. Si la montée du racisme s'est traduite de façon plus intense, plus violente et plus meurtrière, elle a soulevé en revanche un engagement plus important et plus vigoureux des antiracistes. Le nombre de militan ts et la Jeunesse des 250 comités locaux sont là pour le prouver. Gageons que ces 2 jours d'échanges et de réflexion seront le creuset d'orientations dynamisan tes, riches de promesses . Les thèmes de réflexion pour le Congrès, publiés dans Dr oi t et Li berté de février, ont reçu, globalement, l'approbation des adhérents du MRAP, lors des assemblées générales des comités 10càux et des congrès fédéraux. Des extraits en ont été reproduits dans d'autres publications . Il n'est parvenu au Secrétariat national que peu d'observations, portant sur des points très précis, ainsi que quelques "comptes-rendus d' assemblées générales, mais trop tardivement pour pouvoir paraître dans ce numéro . Bien entendu, il en sera tenu compte dans le rapport présenté à l'ouverture du Congrès, ou, par ailleurs, chaque délégué pourra intervenir au cours des débats. UN 7 MAI D'UNION ET DE LUTTE A l "occasion du 40ème anniversaire de la victoire sur le nazisme, le MRAP a organisé dans de nombreuses villes de France, le même jour et bien souvent à la même heure, des manifestations qui ont pris des formes diverses . Elles avaient toutes le même but: rappeler le délire raciste d' hier - qui a conduit à l' horreur monstrueuse du nazisme - en le r eliant au racisme d'aujourd'hui qui tue en France. Des dizaines d'organisations démocratiques se sont jointes à ces initiatives qui ont suscité partout un vif intérêt. 1 ACT/ON Comités locaux Manifestations contre les crimes racistes De toute la France, nous par viennent encore des échos des manifestations d'indignation . 21 février: à Millau , mise en garde de la popul ation contre le candidat du Front National aux élections cantonales . 6 mars : à Tours , 14 organisations , politiques, syndicales ainsi que des associations dont le MRAP, organisent une conférence de presse pou r dénoncer la montée des idées racistes . 9 mars: au Puy , à l'occasion d ' une manifestation pacifiste antiLe Pen, le MRAP diffuse un tract récusant le thème: "2 millions d ' i m m i g ré s 2 mi Il ion s de ch ô m e u r' s" . 25 mars : à Beauvais , organisation d ' une réunion d'information par l a Fédération départementale . 30 mars: communiqué de presse par le comité local de Pau. 2 avril : projection du film " Train d'e nfer" suivie d'un débat par le comi té local de l' Isle- surSorgue. Des manifestations antiracistes se so nt tenues: le 6 à Chateauroux; le 7, à Lons- Le - Saunier où un rasse mb le ment silencieux à l'appel du MRAP' a réuni environ 250 personnes; le 13 avril , à Libercourt, 200 personnes majoritai r ement des enfants d'immigrés - ont manifesté à l'appel du MRAP; le 18 avri l, assemblé e-dé bat à Argenteuil présidée par J osette Audin et Pierre Ch enaille . De toutes parts, des tracts d 'in forma t ion s ur l a situation des i mmigrés et l a montée du racisme: 14 mars: co mi té de Montreuil : "Non à la violence raciste" . Co mi l·~ du 9è.e arrondisse.ent de Paris : "L ' antiracisme, c'est l' affai r e de tous" . 23 mars: le comi té local du lOè.e- llè.e de Paris , avec un collectif d'assoc~ations, diffusent un tract "Halte aux discriminations qUl frappent les immigrés et les Français" . AUTRES ACTIVITES DES COMITES LOCAUX Le comi té de Rodez a obtenu l'effacement d'une inscription ra ci s te s ur les murs du club de quilles après intervention auprès du Maire et du Président du club . 14 mars : pr ojection gratuite par le comité local de Saint Cyr l'Ecole - Fontenay - Le - Fleury - Bois d' Arcy du fi lm "Train d'Enfer" au cinéma le St Cyr pour soutenir la directrice du cinéma, victime d'une campagne d'intimidation, de menaces et injures . 25 mars : communiqué de presse de Léon Hersberg, président du comi té local de Nancy à l'adresse de Jean Dutourd et de ses articles pour le moins anti-immigrés . Depuis le 25 mars, le comité local de Lunel s'est vu refuser l a salle municipa l e de la Bourse du Travail (accordée depuis 15 mois) et a dû annuler ses permanences juridiques sous prétexte d'un incident survenu 3 mois plus tôt l or s d'une soirée reggae , en l'occur r ence 10 mégots retrouvés au sol . Le comi té local a engagé une action auprès de la municipalité à la sui te de cette atteinte au dr oit d'association injustifiée . 26 mars: le comité l oca l de Strasbourg, ainsi que 31 asso-, ciations dont la LDH et le Sy ndicat de la Magistra t ure , condamne le projet de centre de détention en attente d'expulSions pour immigrés qui doit prochainement s'ouvrir à Strasbourg . 13 avril: à Dijon , le MRAP a participé à une délégation auprès du Consulat marocain composée no- 2 tamment de la CGT, de la CFDT et des organisations des travailleurs marocains en France pour protester contre l'interpellation d'un délégué syndical de Dijon appelé d'ur gence auprès de sa mère malade. La po l ice , après l 'avoir inte r rogé sur ses activités syndicales en France , lui a ret i ré son passeport l' empêchant de reprendre son travai l. 17 avril : à Saint- Maxi.in, le 1 MRAP participe , avec SOS-Racisme et Am nesty I nternationa l , à une marche 1 co ntre l e rac i s me or ganisée par les

jeu nes ani mateurs de la MJC en

butte à des me naces de mort . 14 avril : l e comité l ocal de Levallois adresse une lettre ouverte à l a Ma ir ie qui tente de disc r éditer l e Mou vement, notamment auprès des pa r ents qUl demandent l'i nscription de leurs enfants dans les co l onies de vacances de l a ville . Il s'i nsurge également cont r e la circ ul ai r e municipa l e instaurant une disc r imination entre enfants f r ançais et étrangers en mater ne ll e . 13 avr i l : l e comité l ocal de Nérac ti en t un stand d'information sur l e ma r ché . Le comi té de Mont- de - Marsan a org anisé pendant l e pr emier trimestre , 5 co l loques da ns des établisse men ts sco l aires; d'a utres sont pré vus en avril et en mai . 17 avril: à Angoulhe, la Fédération départementale des Chare ntes a ap pe l é à une manifestation sym bolique. 30 organisations ont répo ndu et 1.500 participants dont de nombr eux jeunes et immigrés ont déposé un e fleur sur une si lh ouette dessinée sur l 'artère piétonne. Un appel demanda nt l'application et le respect de la Loi de 1972 a été remis au Commissaire de la République qui a dit être très impressionné par le nombre de manifestants rassem blés . ACTION 21 MARS Antony a projeté le film "Et si les immigrés partaient", soirée suivie d'un débat animé par Véronique de Rudder . Le comi té de Pau di ffus e un dépliant d'information sur le MRAP en langues française, espagnole, portugaise, arabe pour les 36 ans d'existence du Mouvement. CAMPAGNE VIVRE ENSEMBLE La campagne "Vivre ensemble" d'ampleur régionale a suscité pluSleurs initiatives soutenues ou impulsées par le MRAP. Parmi elles, nous relevons les suivantes: Dans la Loire, 32 associations et les services préfectoraux ont choisi de soutenir des manifestations culturelles (expo sur l'immigration, projection de films avec débats) . Une commISSIon réfléchissant sur les problèmes du logement s ' est mise en pl ac e. A Séclin, dans le Nord, la municipalité a décidé d'organiser une campagne régionale prenant appui sur les associations, les Eglises, les organisations syndicales . Le MRAP participe à cette action dont le temps fort a eu lieu le 16 mal. Parti cul ièrement axée sur la jeunesse, des échanges auront lieu en juillet prochain avec la Yougoslavie et l'Algérie . NOUVEAU-NES Création des co.ités locaux de Berre (13), Bonneuil (94), Car.aux (BI), Cognac (16), Maisons- Al fortAlfortville (94), MonhorilIon (B6), Pierrelatte (26), Société Générale Paris -9è.e (section d'entreprise). Constitution des fédérations de l'Aveyron (12), des Bouches- du - Rhône (13), du Doubs (25), de l'Eure-et- Loir (28), de la Loire (42), des Yvelines (78). LE RACISME EN JUSTICE Diffa.ation. Gabriel Domenech, journaliste au Méridional, a été condamné le 31 janvier 1985 par la 17ème Chambre correctionnelle de Paris à 2. 000 Frs d'amende pour aVOIr di ffamé le MRAP. Dans un article publié le 25 mai 1984, il accusai t le MRAP d'avoir attisé la haine des ressortissants d'Afrique du Nord contre les Français et d'être une officine du Parti Communiste. Le MRAP obtient 3.000 Frs de dommages-intérêts . Relaxe. Parties civiles à la suite des propos contenus dans des tracts du Front National diffusés à Rouen en novembre 1981, le MRAP, la Ligue des Droi ts de l' Homme et l' URASTI ont été déboutés par le tribunal de Grande Instance de Rouen (mars 1985). Ce tribunal estime que dire "1 es statistiques le prouvent: la délinquance urbaine est en majeure partie causée par les immigrés" ne relève pas de la Loi de 1972 puisque lice tract ne fait allusion qu'aux critères de nationalité et rien •.. ne permet d'affirmer qu'il vise l'origine ethnique, la race ou la religion". Le Parquet, qui avait engagé les poursui tes, ne fai t pas appel. Affaire Arreckx. Le MRAP débouté. La Cour d'Appel de Montpellier a débouté le 22 avril 1985 le MRAP de sa plainte contre M. Arreckx, maire de Toulon , pourSUIVI pour avoir tenu, lors d'un meeting public, des propos tels que "il faut refuser d'être la poubelle ' de l'Europe" en parlant de l'immigration. La Cour reprend par cet arrêt les motifs de la décision du tribunal correctionnel de Montpellier du 19 novembre dernier. Le MRAP s'est pourvu en Cassation. Contrôle au franchi par de la Cour avril 1985, faciès. Encore un pas la Chambre criminelle de Cassation, le 25 dans l'interprétation des textes régissant les contrôles d'identité. Le décret de 1946, qui oblige les étrangers à présenter leurs - 3 papiers à toutes réquisitions, n'est certes pas abrogé. Mais les conditions des contrôles sont nettement définies par cet arrêt: le décret de 46 ne sera applicable, d'après la Cour de Cassation, que lorsqu'apparaîtront "des éléments objecti fs déduits de circonstances extérieures à la personne même de l'intéressé". En termes clairs, on ne pourr a plus interpeller quelqu'un parce qu'il a les cheveux frisés, ou le teint un peu foncé. C'est du domaine des "éléments subjecti fs", qui choquent la Cour: "toute distinction tenant à l'apparence physique, la façon d'être, serait insupportable et discriminatoire". En revanche, demander ses papiers à un indi vidu qui li t un journal en langue étrangère, ou circule dans une voiture immatriculée hors de France, ça c'est un "élément objec ti fil, qu'on peut admettre .•. Il est vrai qu'il y a des susceptibili tés à ménager. Pour l'avocat général, '~ce serai t dangereux de désarmer ou de décourager les forces de police ou au contraire de les crisper maladroi tement que leur interdire tout contrôle préventif au nom ,d e ce qui pourrait être un procès d'intention". A quand l'abrogation du décret de 46? Droit et Liberté 89, rue Oberkampf, 75011 Paris Téléphone: 806.88.00 CCP 9 239·81 Paris Directeur de la publication René Mazenod Maquette Véronique Mortaigne Secrétariat de rédaction Monique Khe/laf Comité de rédaction Bertrand Bary, Gérard Coulon Dominique Dujardin, René Mazenod ND de Commission paritaire ;,61013 Imprimeurs Libres - Paris SPECIAL CONGRES 85 Les droits civiques des immigrés Une prise de position sur ce thème est prévue au Congrès . Le projet ci-dessous soumis au B.N . du 4 mai s'appuie sur l'argumentation de l'article de Droit et Liberté de mars 19B5. Il est destiné à être amendé, SI besoin est, pour adoption définitive: Plus des t r ois-quarts de ceux que l'on appelle générale.ent - et parfo i s i .propre.ent - "les i •• i grés", sont i ns t all és défin itive.ent en France; bon no.bre d'entre eux y sont .ê.e nés. Ils partagent avec les nat i onaux les charges de la société, .ais sont privés du dro i t de par t i ci per aux décisions qui les concernent autant que l es au t res. Le MRAP cons i dère que les i nstitutions républicaines frança i ses, av ec l 'affir.ation des principes de 1 iberté, d'égal i t é et de fraternité, i.pliquent que ceux des i •• igrés qu i r és i den t depuis un certain te.ps en France et ve ulen t continuer à y vivre, puissent jouir de leurs dro i ts civ i ques en .ê.e te.ps qu'ils assu.ent t ous les devo i rs des citoyens, sans être obligés de ro.p re l es l iens qui les rattachent à leur pays d'or i gi ne . esti.e que les prive le du systè.e droi t de En ce sens le MRAP institutionnel ac t ue l , qu i voter et d'êt re élus fassent "natural i ser" jouir de leurs droi t s ou exige d'eux qu'ils se (changer de nature!?) pour ci viques doi t être réfor.é. Devraient, pour l es .ê.es raisons, être abandonnées les propositions qu i tendraient à ne les leur accorder que d'une façon tronquée (par ex. le droit de vote aux élections .unicipales seule.ent) ou ségrégative (par ex . la constitution de collèges séparés pour él i re des inst i tut i ons spécifiques). Le MRAP considère que la solution de ce problè.e nouveau doit être re cherchée dans un renouvelle.ent des institutions per.ettant à tous les résidents de participer aux déc i s i ons, quelle que soit leur nationalité d'or i gi ne, à partir du .o.ent où ils sont décidés à partager les charges et les responsabilités liées à la citoyenneté. La reconnai ssance des doubles nationalités et une distinction des notions de citoyenneté et de nationali té se.blent être des orientations qui per.ettraient de sortir des i.passes actuelles. ATTENTION! ERRATA ••• Deux erreurs té , et se sont Droit et dont nous glissées Liberté : indépendantes de notre volo nvous prions de nous excuser, dans le précéde nt numéro de l'une , concerne l e prix des repas qui est fixé à 40 Frs ; l'autre, la pn se en charge (par l a caisse des transports du MRAP) du voyage de 1 délégué par comité local . Le texte origina l spécifiait qu'el l e reposer2.it sur un abatte.ent initial de 500 Frs. C'est donc sur cette base qu'elle s'effectuera . - 4 - congrès national SAMEDI 8 ET DIMANCHE 9 JUIN 1985 Gymnase Léo-Lagrange, 10, rue Honoré, 93500 Pantin (Seine-Saint-Denis) Métro: Aubervilliers-Pantin 4 Chemins (Ligne nO 7 Aubervillie rs-Mai rie d'Ivry). SNCF: Pantin (dIrection Villiers-sur-Marne. Départ Gare de l'Est). Autobus: nO 130 (Porte de la Villette-Porte des Lilas) no 150 (Porte de la Villette-Mairie de Stains). nO 152 (Porte de la Villette-Ougny-Pont Yblon). nO 170 (Porte des lilas-Saint Denis), Arrêt : 4 Chemins. Déroulement SAMEDI 8 JUIN 9 h 00 Réception des délégués et invitcs fr~nçais et étr~lngers. 9 h 30 Séance plénière. Allocution d'ouverture de George Pau-Langevin, présidente du MAAP. 10 h 00 • Le MRAP face à la montée du rJcisme : vivre et agir ensemble dans la France plurielle d'aujourd'hui. Rcpport présenté par Albert Lévy. secrétaire général du MRAP. • Rapport financier. présenté par Marie-Christine Lucas, trésoriere du MRAP. 12 h 15 • Réception de la presse et des invités (le lieu en sera précisé ultérieurement), • R'epas (self-servjc~. Centre Administratif. l, rue Victor-Hugo). 14 h 00 Travaux des Commissions. • nO 1 : Expression et communication (Le Mille-Club. 42, rue Edouard-Vaillant) • n° 2: Culture et rencontres culturelles dans la société et à l'école (Bibliothèque Elsa Triolet, 102, avenue Jean-lolivel • nO 3 : Action locale: enracinement dans la cité (Gymnase Ll-OLagrange) • nO 4: Commission internGt ionêlle (Gymnosc léo-Lagrongel • nO 5: Nationalité et Citoyenneté (Bourse du Trav3il, 1, rue Victo::::~Hugo) 20 h 00 Soirée-Concert ouverte au public avec le groupe musical " A~l!· t hcid Not -. Buffet africain. DIMANCHE 9 JUIN 9 h 00 Séance plénière. Compte-rendu des trélViJUX de::; commi~sions. Discussion générale. 12 h 15 Repas. 14 h 00 • Poursuite de la discussion généro!e. • Adoption des rapports et résolutions. • Election du Bureau National. 17 h 00 Conclusions. 1. Gymnese l~· Uigr.ng e 2. MIII'Club 3. 8 ibliotneque E.·Trio let 4. Bourse du Travai l 5. Self·service 6. Mairie

Notes

<references />