Droit et Liberté n°231 - avril 1964

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

Numéro au format Pdf

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

15 AVRILlS MAI 1964 (VOIR PAGE 15) Où en sommes-nous FRANCE ?•

N° 231 Un franc VERCORS L Edimanche 24 m~i se déroulera, au Palais de l'U.N.E.S.LO., à P~r.is, la XVc JOURNEE NATIONALE CONTRE LE RACISME, L ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX, organzsee par le M.R.A.P. . Les rapports qui seront présentés, les débats qui auront lieu, porteront essentiellement sur une résolution recente de l'O.N.U. qUI analyse les différents aspects du racisme à l'heure actuelle et suggère des moyens propres ~l le combattre. Où en est le racisme aujourd'hui? Le texte, adopté le 20 novembre 1963 par l'Assemblée générale des Nations Unies, souligne que la discrimination fondée sur la race, la couleur ou l'origine ethnique dans certaines régions du monde « continue à être une cause de très sérieuses préoccupations ". Ce problème préoccupe-t-il également les Français? Beaucoup seraient tentés, semble-t-il, de ne voir du racisme que ses formes les plus spectaculaires, les plus violentes, telles qu'elles apparaissent, par exemple, en Afrique du Sud, ou. dans le sud des Etats-Unis. Il se manifeste pourtant, t rès souvent, autour de nous; nous l'ignorons parfois, par une étrange presbytie, ou bien nous ne savons pas le reconnaître, ou encore certains l'estiment négligeable. En \' • \ l' }.....,. - - . ~ . confrontant la réa lit é française avec l'analyse générale faite par l'ONU, la Journée Nationale devrait permettre aux antiracistes de faire le point 1IIIItAl ~IIIIII Al 1IIIIIDtD ~~ IIIIIIE tD IIIIIIIIIIIIIR 1IIIIIe 31 janvier 2012 à 13:49 (UTC)g~~:?/31 janvier 2012 à 13:49 (UTC)rriCharles Prix de la Fraternité 11 ~~54~ Ce magnifique document du photographe tchèque Karel Hajek a obtenu récemment le premier prix dans une exposition internationale. Son auteur lui a donné pour titre: la Madone noire. Nous soumettons en page 5, il nos lecteurs, quelques données de la si· tuation qui pourront servir de base à leur ré· flexion. Nous serions heu· reux qu'ils concourent

LUX travaux préparatoires

de la Journée NaLionaie

!n faisant, d'ici là, connaî'

re au M.R.A.P., leur point de vue. Nous espérons, en outre, qu'ils participeront nombreux aux assises du 24 mai. Sur quelques aspects du problème du racisme en France, on lira également: « L'Algérien bouc émissaire ", par Nicole de BOISANGER-DUTRElL ; « Les gitans, ces parias ", par Roger MARIA. C'est l'écrivain Jean Vercors qui s 'est vu décerner, pour 1964, le Prix de la Fra· ternité, pour l'ensemble de son oeuvre, à . l'occasion de la création, par le T.N.P., de sa pièce « Zoo ou l'assassin philanthrope ". Le Prix de la Fraternité, fondé par le M.R.A.P., est destiné à couronner, chaque année l'oeuvre littéraire, artistique ou scientifique qui a le mieux servi l'idéal de fraternité entre les hommes, sans distinc· tion de race, d'origine ou de confession . En désignant Vercors, le jury a tenu à mentionner ptusieurs autres oeuvres anti· racistes, dans des domaines divers, et Il rendre hommage à M. Josué de Castro, à propos du film « 1 onnerre sur le monde -, réalisé sous son autorité. le Prix de la Fraternité sera remis so· lennellement au lauréat, ie dimanche 211 aVI'iI, <lU Palais de Chaillot, au cours de la soirée du XV' armiversaire du M.R.A.P. 011 hl a en page 15, nos informations à ce sujet, ainsi qu'une déclaration de Geor· ges Wil son , di recteur du T.N.P. . . . - - -. /.' -" Sur la brochure ULe iudaïsme sons fard" La brochure parue à Kiev, sous le titre « Le judaïsme sans fard» a suscité dans le monde une vive émotion. Elle a été condamnée par le Parti .communiste de l'U.R.S.S. et par divers journaux soviétiques. On trouvera en pages 4 et 6, nos informations et un article de Charles Palant. U.S.A. : La loi et les hommes La loi sur les droits civiques des noirs, débattue au Sénat américain sera une étape importante de la lutte antiraciste, mais quelle sera. sa portée immédiate aux U.S.A. ? Jacques Amalric répond à cette questlOn en page 3. Avril, le mOIs du Ghetto Avril, mois anniversair.e de la révolte du Ghetto de Va~sovie, sera marqué par la première du film « Samson », au T.N.P., le di~anche 26, mais aussi par la création d'une pièce de H. Slovès, « Tu leveras ton front », dont nous donnons en page 16, un extrait. Voir ~~aleme~t,. ~ages 12 et 13, la présentation de l'album de Maurice MendJlsky, dedie aux combattants martyrs du Ghetto. 11·111. - A Parakou (Dahomey), de violents incidents entre des élements ol'iginaires du Sud et du Nord font 50 blessés . • Les délégués sud·africains décident de quitter l'Organisation Internatio· nale du Travail (O.I.T.), avant que puisse avoir lieu un vote entraînant leur expulsion. 12·111. -: A Mézières (Ardennes), des parachutIstes attaquent et saccagent des cafés fréquentés par dcs travail· leurs algériens. 13·111. - A Rio de Janeiro, mceting.monstre en' faveur du président Goulart qui venaIt d'annoncer des réformes sociales. 14·IU. - Au procès de Dallas, les 12 jurés ont reconnu à l'unani· mité, JACK RUBY COUPABLE DE MEURTRE AVEC PREME· DITATION. Il est condamné à la chaise électrique. 15·111. - Verdict du procès de Rabat : 11 militants de l'Union des Forces Populaires condamnés à mort dont 8 par contumace. 17·111. - Tombés dans une embuscade 21 ouvriers musulmans sont massaeré~ par des Indiens à Calcutta. • A Ncw York, NOUVELLE GREVE SCOLAIRE EN FAVEUR DE L'INTEGRATION : 250.000 enfants, en majorité noirs, boy. cottent les cours. 19-]111. - Par 66 voix contre 23 -et 6 abstentions, l'Afrique du Sud est privée de son droit de vote au sein de l'Organi. sation )Vlondiale de la Santé. 20-111. - A Rio·de·Janeiro, mutinerie de 1.500 quartier.maitres et matelots qui s'opposent à leurs officiers réactionnaires. 23-111. -' Ouverture à Genève de la cou. férence des Nations·Unies sur lé eom· merce. et le développement, à laquelle partICIpe 123 pays. • A Alger s'ouvre le 6c Conseil de Solidarité afro·asiatique. . • 80 noirs arrêtés à Jacksonville (Flo· l'Ide) au cours d'une manifestation contre la ségrégation raciale. 24-111. MANIFESTATIONS CONTRE LA SEGREGATION RACIALE A JACKSONVILLE (Floride) : une femme noire est t~ée d'un coup de revolver, plu· sieurs personnes sont blessées, des bombes explosent en divers points de la ville. 200 antiracistes sont arrêtés. 24·111. - Nouvelles manifestations anti· racistes et bagarres à Jacksonville. 26.U~. - A Jacksonville (Floride), les nOIrs boycottent les magasins « Jim Crow " (qui appliquent la ségrégation raciale). 29-111. - A Jackson (Mississipi), mani· festations anti·ségrationnistes . dans deux églises méthodistes : dans la première, 7 blancs et 2 noirs qui tentaient d'y pénétrer, sont arrêtés; dans la se· conde, deux év~ques méthodistes, un blanc et un nOIr, voulant entrer ensemble, sont refoulés. 30·111. - 10.000 personnes au rassemble· ment de Compiègne organisé par le Mouvement de la Paix, demandent le désarmement général, et affirment leur volc:nté de paix, tandis' que d'autres Marches pour la Paix se déroulent en Allemagne Fédérale (100.000 personnes) et à Lon.dres (15.000 personnes). 31·111. - Coup d'Etat au Brésil : deux Etats (Sao·Paulo et Minos·Gerais) se r ebellent contre l'autorité fédérale, pen· clant que la plupart des chefs militaires abandonnent M. Goulart. I·IV. - La mère du gouverneur du Massachusetts, Mme Peabody, âgée de 72 ans, arrêtée pour s'être rendue avec des noirs, dans un restaurant réservé aux blancs, à Sainte-Augustine (Floride), est inculpée de désobéissance à la loi, de conspiration et de viol de la « loi sur · les clients i'ndésirables ». \ 6·IV. - A Nice, UN « PIED-NOIR» TUE UN ALGERIEN qui dan· sait avec une Françajse. 7·IV. - Nouvelles manifestations à CIe· veland (Ohio) : des intégrationnistes s 'opposent à la construction dans le quartier noir, d'une nouvelle école primaire, qui ne sera pas intégrée du fait de la ségrégation dans l'habitat. Un pasteur blanc est écrasé par un bulldozer, 15 blessés, 22 arrestations . • Accord avee Salazal' : une base française destinée à la force de frappe sera installée aux Açores ; en cont:epartie des navires de guerre seront fournis par la France au dictateur portugais. 8-IV. - Aux électi-ons primaires du Wisconsin (U.S.A.), le gouverneur de l'Alabama, George Wallace, farouche partisan de la ségrégation raciale remporte 30 % des voix. ' 12·IV. - Ouverture à Londres. sous la. présidence de M. Mongi Slim, ministre tunisien des Ar· fa.ires étrangères, d'UNE CON· FERENCE INTERNATIONALB SUR I.ES SANC'l'IONS ECONO. MIQUES A PRENnltE CONTRE L'AFRIQUE DU SUD. • En Afrique du Sud, 4 pOliciers €ct un employé de tribunal sud-africains sont condamnés à des peines de prison po~r .brutalités ct violences ayant en. trame la mort d'un détenu africain. AFRIOUE DU SUD • Neuf hommes en danger qUE - LE tribunal du Cap a reconnu « coupa· bles .. neuf hommes, neuf Africains, membres de l'A.N.C. (African Natio· nal Congress). Ils étaient tous accusés de « sabotage .. parce qu'ils luttaient de toutes leurs forces dans leur propre pays, pour que dix millions de noirs ne vivent p~s comme de~ esclaves, parqués, dépor· tes dans des reserves qui sont de vérita· bles .camps de concentration ; parce qu'ils luttaient pour que soit reconnu l'égalité entre blancs et noirs, pour que chacun jouisse des mêmes droits. Parmi les neuf inculpés reconnus « cou· pables .. figurent le grand leader de ('A.N.C., Nelson, Mandela, Walter Sisulu, ancien mi~eur, militant syndicaliste ; Go· van Mbekl, Raymond Mhlaba, Ahmed Ka· thrada, Lionel Bernstein et Denis Goldberg. Si le tribunal du Cap, après un an de parodie d'instruction et de procès a dé· claré coupables ces neuf hommes, 'il hési· te pourtant à définir les peines. La mort est bien sûr requise contre eux. Mais le ver· dict d.e'.'ant ~tre rendu public, cela gêne les autorltes qUI savent toute l'émotion qu'une telle décision soulèverait dans le monde entier. - 1 1 t 1 - - PASSE.T.IL ? - , Anticipation « Parmi les cosmonautes amerrcains qui suivent actuellement un entraînement sévère en vue d'aller sur la. Lune, se trouve un Noir, le capitaine Edward J . Dwight. Il sera le premier Noir à prendre pied sur la Lune. » (Les Journaux.) CE fut un jour de liesse. On dansa à Moscou, Bamako, New.York, Paris ct Dallas. Et partout ailleurs. Pour quelques heures, le monde oublia ses querelles : la Terre avait vaincu la Lune. Les poètes triomphaient les savants et les techniciens aussi. Certes, la technique américaine reprenait son avantage et si Moscou avait eu Gagarine, Washington possédait désormais D,:"ight. Mais tout le monde était heureux. Ce qui comptait, c'était la vic· tOIre de l'Homme. Edward J. Dwight était un garçon modeste. Pendant son aventure il apprit en riant que le Président l'avait nommé général. Dès qu'il fut sur la Lune il lança un message aux peuples de la Terre, message repris par toutes l~ radios et télévisions du monde, en direct. Il eut une phrase émue pour remercier sa patrie, qui faisait de lui le plus grand pionnier de tous les temps, mais il fit s'esclaffer ses auditeurs en affirmant qu'il était mOins méritant que Christophe Colomb, lequel ne savait pas qu'il allait découvrir l'Amérique. Il faut rappeler que la préparation de l'expédition durait depuis six mois. Pièce par pièce, les techniciens américains durent envoyer sur notre satellite des équipes de robots télécommandés qui construisirent une base exception. nelle destinée à recevoir la premiêre équipe de pionniers. Tout était prévu dans les moindres détails, et on plaisanta les Etats·Unis parce qu'ils reconstituaient là·haut, « l'Ameriean way of life ». Les cosmonautes y trouveraient, da.us ~ grande base de matiêre plastique leur univers quotidien : « gadgets )) en toot genre, frigidaires et photos de stars déshabillées ct déjà épinglées aux faux m~rs. ~à, c'était la petite histoire. Il fallait, tout de même, qu'un homme osat, lUI, tenter l'aventure. On avait choisi Dwight poor ses qualités remal" quables 'et son incontestable supériorité physique et morale. Il précédait ses amis ... Le général Edward J. Dwight, fourbu et ravi, après avoir envoyé son message, décida de se reposer. Il gagna la cabine spéciale qui lui était réservée dans la . base. Il ne pouvait pas se tromper. La porte était marquée : « OnIy for eoloured man ». Tout était vraiment prévu. Oncle TOM, - - - - - _1 HIER Ces « valeur.elt,"C » soldats de l'armée hitlérienne, qui s'attaquaient à des enfants, n'eUl'ent aucune peine à les emmener. On fit monter les captifs dans les camions : sept adultes, quarante-trois enfants partaient pour un long calvaire dont les stations furent les camps de Montluc, Drancy, Metz et Auschwitz. ET AUJOURD'HUI Partout, à l'étranger et en Afrique du Sud, on condamne le régime ségrégation· ~iste, raciste de Verwoerd. Des organisa· lions, des personnalités, adressent quoti· diennement des protestations au gouverne· ment sud·africain. M. Thant, secrétaire gé· néral des Nations·Unies a lancé un appel urgent, demandant la vie sauve pour les neuf hommes. Cent six pays, au cours de la dernière session de l'O.N.U. ont exigé du gouvernement sud·africain qu'il nbère les milliers de prisonniers politiques actuellement en prison et qu'il épargne les inculpés du procès en cours. Plus ré· cemment, le Conseil de Sécurité a été saisi d" cas des condamnés à mort en Afri. que du Sud, « accusés du seul crime. d'avbir réclamé pour tous les Sud-Africains, le respect de la dignité humaine . ', a dit M. Diatlo Telli (Guinée), président du Comité anti·apartheid des Nations·Unies. • Le souvenir Seule une éducatrice, Mlle Feldblum échappa par miracle aux fours créma~ toires Il appartient à tous cel~."C q:û luttent POIW que plus jamais le terrible fléau d~t fascisme ne domine le monde, de dédier en ce tragique anniv ersaire, ftlle pensée a11."C 4~ petits martyrs. L'inquiétude est d'autant plus grande que le gouvernement de Verwoerd annonce qu'en quatre ans, 396 personnes, dont 30S. Africains, ont été pendues en Afrique du Sud. Mais combien sont morts sous la tor· ture, en prison, dans les camps. Il est encore possible de sauver ces hommes. La protestation mondiale doit s'élever avec plus de force. Une pétition cir::ule, exigeant la libération de ces neuf patriotes qui sont l'honneur du peuple sudafricain. Il faut la signer, la faire signer. L'opinion publique française doit s"élever contre cet inique procès, contre le régime monstrueux de l'apartheid. Si on n'essaie pas de juguler la folie raciale de Verwoerd et de ses acolytes, « il est évident, a dit M. Telli, président du Comité anti·apar· theid à l'O.N.U., que les conséquences d'un éventuel conflit raciai ouvert ne se li· miteraient pas à l'Afrique du Sud. Le continent africain et le monde entiei" ne sauraient être épargnés en cas d'explosion en Afrique du Sud ». c'est UÜPte , EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameublement et les grands Magasins. de Buchenwald LE dimanche 5 avril, a eu lieu au cimetière du Père-Lachaise, l'inau· guration officielle du Monument élevé par les rescapés du Comité des lntérêts Français créé clandestinement <lerrière les barbelés de BuchenwaldDora et dédié à la mémoire des héros et martyrs de ces camps. Des délégations d'anciens du camp de Buchenwald étaient venues de Belgique, <lu Luxembourg, d'Autriche, de R.F.A., <le Hongrie, d'Italie, de Yougoslavie. De nombreuses personnalités assistaient à l'émouvante cérémonie qui s'est déroulée devant le Monument : MM. Marcel Paul, Eugène Thomas, Albert Forcinal, anciens ministres, les ambassadeurs d'U.R.S.S., de Norvège, d'Autriche, de Tchécoslovaquie et de Yougoslavie; M. Bertin, représentant M. Jean Sainteny, ministre des Anciens Combattants; M. Tollet, président du Comité de Libération de Paris, etc ... Une délégation du M.R.A.P., conduite .var le président Pierre Paraf et le secrétaire général Charles Palant, participait aussi à cette cérémonie du souvenir. • De Izieux à Auschwitz JI 'J moment où se déroule le procès M des bourreaux d'Auschwitz à Francfort, un triste annivel·saire prend la valeur d'mt témoignage qui s'ajoute à tous ce1lX des rescapés de ce camp de la mort. Il y a vingt ans, le 6 avril 1944, à f ::ieux, dans l'A in, quarante-trois enfants, âgés de quatre à dix-sept ans, de confession israélite ou catholique, appartenant à des familles dispersées, menacées ou engagées dans la Résistance, étaient arrêtés. Ces enfants avaient trouvé refuge dans une colonie fondée par M. et Mme Zlatin. Des réfugiés juifs, une institutrice, des fermiers voisins aidaient M . et Mme Zlatin pour essayer d'épargner à ces enfants les horreurs de l'époque. Ce jour-là, veille de Pâques, la colonie prenait le petit déjeuner lorsq1l'~tne voiture grise et deûx camions firent irruption dans la cour. Des soldats casqués, Les armes à la main, encadrés pm' des officiers et conduits par des agents de la Gestapo, cernaient la maison, puis pénétraient à l'intérielw et chassaient à coups de crosse édllcatew's et enfants. • Autour du « Vicaire» LE 11 juin 1940, le cardinal Tisserant, actuel Doyen du Sacré Collège, adres· sait, à titre privé, une lettre au cardinal Suhard, archevêque de Paris. Les archives de celui·ci ayant été saisies par la Gestapo, le texte est aujourd'hui publié par un éditeur allemand. Parlant de la politique du Vatican à l'égard de l'hitlérisme, le cardinal Tisse· rant écrivait : « Nos gouvernants ne veulent pas corn· prendre la nature du vrai conflit et ils (Suite page 3) DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (1') Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: 1 Il '1 Un an : 10 francs '~ Abonnement de soutien : 20 francs ~ 1 ETRANGER Un an : 18 francs ' 1 Compte Ch. Post.: 6070-98 Pa.r1a Pour les chaniements d'adresse en- 1 1 voyer 1 franc et la dernière ba.nde. • 1 EN BELGIQUE : On peut se procurer Droit et Liberté, ou s'abonner, au siège des Amis de Droit et Liberté, 43, avenue de Berchem Saint-Agathe, Bruxelles 8 • Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94- ainsi qu'au {( .Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'Hôtel· des-Monnaies, Bruxelles 6. Versements au C.C.P. 723895 de Léon GRINER, 9, Square Robert- t 1 Pequeur, Bruxelles-7. Le Duméro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 PB. AbonDement de soutten 150 PB. ~ Journol compos6 et Imprbft6 ~ por des ouvriers syndiqua 8.P.E.C. - Ch&tM.uroux 06nDte : 8. BI.&:NCBI. qUE SE Pi\SSE-T-IL ? (Suite de la page 2) s'obstinent à s'imaginer qu/il s'agit d'une guerre comme dans l'ancien temps. Mais les idéologies fasciste et hitléTienne ont transformé les consciences des jeunes et les moins de 35 ans sont prêts à tous les délits pour la fin que leurs chefs cQmmandent. » Et il precisait qu'il avait demandé (( avec insistance au Saint-Père... de faire une encyclique sur le devoir individuel à'obéir au dictamen de la conscience, car c'est le point vital du christianisme ... » « Je crains que l'histoire n'ait à reprocher au Saint-Siège d'avoir fait une politique de commodité pour soi-même et pas grand'chose de plus. C'est triste à l'extrême, surtout quamd on a vécu sous Pie XI. Et tout le monde se fie sur ce que Rome ayant été déclarée ville ouverte, personne de la curie n'aura rien à souffrir : c'est une ignominie. » Cette lettre, écrite par un haut dignitaire de l'Eglise à l'époque où les nazis mettaient en application leur sy(itème d'extermination systématique et totale des juifs, est d'autant plUS importante que J'on sait la polémique soulevée par la pièce de Rolf Hochhut, Le Vicaire. Le 25 mars dernier, le cardinal Tisse· rant a donné, au Vatican, une confé· rence de presse au cours de laquelle il a confirmé l'authenticité de sa' lettre de juin 1940, précisant cependant qu'il n'avait pas demandé à Pie XII de condamner le racisme et le fascisme, ces deux idéologies ayant été déjà condamnées par Pie XI, et que s'il avait regretté que le pape n'eût pas répondu à sa lettre, il avait voulu critiquer toute la curie romaine, qui comprend à la fois les cardinaux et le pape. Puis le cardinal Tisserant a ajouté : « Si le Vatican avait été au courant, je crois qu'il awrait été bon de faire quelque chose. Je ne suis pas sllr que cela aurait aidé les juifs. Mais personnellement, je crois que j'aurais fait quelque chose. » .~... . ..'~ .'. " .. " Dans le même temps, une revue italienne, Vita, révèle que Pie XII avait préparé un discours condamnant les persécutions des juifs par les nazis, mais qu'il renonça, au dernier moment, à le prononcer, redoutant les conséquences qu'il aurait pu avoir : Il Une heure avant l'audience, écrit « Vita », Pie XII, qui avait coutume de peser tous les mots de ses allocutions, relisait une fois de plus le texte et réfléchissait. Il le lut à une personne de son entourage immédiat, d'une voix vibrante VODKA WYBOROVA Importée de Pologne en c·gisses d'origine par ROBERT DELAKUPEIAn Halle aux vins 22-23, Préau des Eaux-de-vie PARIS (5e) Téléphone: DANton 29-87 d'émotion et de colère. Il se concentra quelques instants. Soudain, il déchira son discours en disant : « J'ai le devoir de « simplifier, non pas de compliquer les « choses. » ...'." ... " .. Sur le problème du silence de Pie XII, le Révérend Père Riquet a fait une conférence au Cercle Interallié, ' intitulée « Le Vicaire a-t-il trahi? » L'orateur a rappelé que, dès 1937, Pie XI, avec la collaboration du futur Pie XII, avait publié l'encyclique Mit Brennender Sarge, condamnant le racisme et le totalitarisme. Par la suite, Pie XII a repris ces mêmes thèmes dans l'encyclique Summi Pontificus et, poursuit le R. P. Riquet, il a protesté contre les persécutions infligées aux Polonais, contre la violation de la neutralité de la Belgique, de la Hollande et du Luxembourg, et est intervenu auprès de Horthy pour empêcher la déportation des juifs hongrois. Enfin, l'orateur a insisté sur la déclaration solennelle de Pie XII en mars 1945, demandant que soient répudiés « les orgueils de la race et du sang », et qui a été suivie d'une nouvelle vague de meurtres des nazis. « Le Vicaire n'a pas trahi, », a répondu le R.P. Riquet. DlseRI MINATIONS • « C/ est fermé ... » LA rue Franklin-Roosevelt, à Vincennes, c'ést la grand'rue du quartier, la rue commerçante. Ce jour-là, il est midi et les femmes se hâtent de faire leurs achats pour le déjeuner. Pa~~e une mère accompagnée de ses deux enfants. Elle s'arrête devant une épicerie : les frui·ts et les légumes y ont bel aspect. Et son mari a l'habitude d'y aller lorsque c'est lui qui fait les cour· ses du ménage. Elle attend que l'épicier finisse de servir des tomates à un client pour demander une livre de bananes : - C'est fermé, répond le commerçant. _ Comment ?... mais vous venez de servir ce monsieur. - Je vous dis que c'est fermé. Et puis je ne sers pas les noirs ! Cette maman a la peau no}re, elle est antillaise. Le triste sire devait penser que « ces gens-là » n'ont pas besoin de bananes. Debout sur le bord du trottoir, toute désemparée. la jeune femme essaie néanmoins de se défendre : « Vous vous rendez compte, s'exclame·t-elle, le « salaud }) a refusé de servir une noire. » Les gens commencent à s'attrouper. Une amie du M.R.A.P., Mme P ... , qui entend cette phrase, s'approche de la jeune femme et lui demande ce qui se passe. Elle lui conseille alors, ainsi qu'un agent de police, témoin de l'affaire, de porter plainte, et surtout connaissant l'action du M.R.A.P., de s'adresser à notre Mouvement pour que l'affaire suive un cours judiciaire. « Ça ne m'étonne pas de lui» me dit Mme P ... , ce bonhomme est bien connu dans le quartier pour ses opinions ra· cistes et antisémistes. Il y a quelque temps, il tenait une épi-cerie un peu plus bas dans la rue. J'attendais avec une amie qu'il nous serve. Nous apercevant, voilà qu'il s'exclame : « Tie.ns, il en reste encore, je croyais qu'on . les àvait tous gazés. » Nous avons tout de suite jugé le personnage et nous n'avons plus jamais mis les pieds dans son magasin. Encore un de ces cas de discrimination raciale qui empoisonnent trop souvent la vie quotidienne, et qui justifient pleinement la lutte que mène notre Mouvement pour l'obtention d'une législation antiraciste. Vacances Printemps-Eté en ISR~EL Départs spéciaux par avion EL AL ou AIR-FRANCE Prochains départs: Le 3 mai --' retour le 18 mai Le 14 mai - retour le 31 mai Le 17 mai - retour le 6 juin Le 24 mai - retour le 7 juin Le 31 mai - retour le 21 juin POUR LE PRIX: à partir de 1.240,00 FRANCS (Hôtel et petit déjeuner compris) Nombreux départs en juin . juillet et août Par bateau : à partir de 710,00 francs PRIX SPECIAUX POUR GROUPES Pour tous renseignements, s'adresser à l'agence de tourisme bien connue L'OFFICE DE VOYAGES LAFAYETTE (Direction : M. KOTZKI) 18, rue Bleue, PARIS (9<) - PRO. 91-09 78, boulevard Barbès, PARIS (18<) - ORN. 09-00 BILLETS DE CHEMIN DE FER, AVION ET BATEAU POUR TOUS PAYS 3----_ LA LOI el L,les D'ICI quelques semaines au mieux, quelques mois au pire, la discrimination raciale sera officiellement interdite sous toutes ses formes aux Etats-Unis. Une législation nationale la déclarera illégale sur l'ensemble des territoires des cinquante Etats qui forment la fédération américaine. La dis'crimination raciale n'en aura pas pour autant disparu. Les projets de loi antiracistes examinés en ce moment par -------- Jacques AMALRIC par le Sénat - ils ont été approuvés par la Chambre des Représentants le ID février dernier - ne sont pas un remède miracle. Inscrivant dans la réalité judiciaire le respect des droits civiques de tous les citoyens ils constitueront cependant un appréciable outil de la « révolution noire » devant les tribuhommes sentiment bien precIs : la crainte de voir les noirs américains se lasser de promesses jamais tenues, sc lasser de manifestations non-violentes auxquelles ne répondent bien s'ouvent qu'amendes, jours de prison, morsures des chiens policiers, matraquages ou décharges d'aiguillons électriques en principe r éservé au bétail. Les leaders intégrationnistes et les libéraux, noirs' ou blancs, craignent aussi que le slogan de l'ass imilation n'apparaisse . en définitive (lUe comme un mythe, comme un mirage salis consistance et qu' il soit de plus en plus abandonné au profit d'une nouvelle fOrIlie de s'égrégatioll, préchée par exemple par les musulmans noirs, que l'on pourrait appelel' . par opposition à la ségrégation imposée par une minol'ité, la « ségrégation dans l'égalité ». Le danger de voir demain un Etat noir se créer quelque part autoU1' de la Géorgie l'este inexistant, mais celui d'assiste!: à une vague de violence, est beaucoup plus réel. Les noi rs américains, en outre, n'ont pas besoin d'un nouveau facteur de division. La concurrence à laquelle se livrent déjà certaines organisations intégrationni stes nuit sufii s<l11l111ent ,( leur action. Une barrière infranchissable '! naux et l'opinion publique. Mais les prolongements de la lutte juridique en faveur de l'égalité raciale ne suffiront pas à rendre inutiles les manifestations de rues, les « pélerinages » de la liberté, la lutte contre la ségrégation « de fait » qui remplace peu à peu dans les Etats sudistes la ségrégation « légale » et qui s'installe dans les Etats du Nord et de l'Ouest à mesure que le problème noir gagne toutes les régions des Etats-Unis, conséquence logique de l'émigration intérieure des Américains de couleur. Bien qu'elle ne soit pas une panacée nationale, la reconnaissance solennelle des droits civiques est impatiemment attendue par la communauté noire. Depuis une quinzaine d'années en effet la lutte en faveur de l'égalité raciale devant les tribunaux a constitué la pierre de touche de la « révolution nl)ire ». L'adoptation définitive par le Congrès des projets de loi mis au point par le président Kennedy et repris à son compte par M. Lyndon Johnson constituerait d'autre part une victoire de la démocratie au sens organique du terme : la majorité des représentants du peuple approuvant l'accession d'une minorité à l'égalité, le respect de la volonté du peuple implique obligatoirement que cette égalité soit inscrite dans les faits. Pour théorique qu'il soit, ce raisonnement reste en partie vrai : l'immense rJ:laiorité des Américains, blancs ou noirs, croient fermement aux vertus de leur système de gouvernement, et ,font confiance aux autorités ou'ils se sont données. L'impatience avec laquelle est attendu le vote sur les vroiets de loi KennedyTohnson est également due à un autre DE L'ESCLAVAGE A LA SEGREGATION Le chemin parcouru par les noirs en direction de l'égalité raciale est long. Sa première étape remonte à 1862, date à laquelle Lincoln proclama l'émancipation des esclaves. Le Sud profond et raciste vaincu, les noirs purent se Goire un moment arrivés au bout de leurs peines avec la période connue sous le nom de « Reconstruction » et marquée par une alliance révolutionnaire entre les « petits blancs » et les noirs. Mais les puissants planteurs et l'essor de la culture du coton, qui exigeait une main-d'oeU\ï'e bon marché, mirent ces projets en échec. Une vague raciste succéda à cette période d'euphorie : la plupart des Etats (lui possédaient une population noire se dotèrent, avec l'appui de la Cour Suprême du pays, d'une législation ségrégationniste. La ségrég-ation remplaça ainsi l'esclavage. La domination de l'homme sur l'homme par le biais de la propriété légale avait été remplacé~ par l'hyp - crite doctrine officielle alors en vigueur : séparés mais égaux. Il fallut attendre un arrêt de la Cou;Suprême en 1954, pour que cette théorie de la séparation dans l'égalité soit l'éyisée. Les juges de la Cour Suprême estimèrent alors que la ség-ré!?,'ation dalb l'enseignement aboutissait à fournir aux noirs un enseignement inférieur. Au nom de cette même é!!alité dont s'étaient prévalus leurs prédécesseurs pour appuyer la ségrégation, ils la déclarèrem illégale. Restait à promouvoir l'égalité, (Suite page 14) 4 ~111111111111111111111111i11111111111111111111~

=

= L'ANNONCE de la publication, à Kiev, de la bro- == chure cc Le judaïsme sans fard », a provoqué une émotion bien légi- Sur la brochure "Le Judalsme sans lard " time dans les milieux antiracistes - := les plus divers. Le M.R.A.P. a exprimé cette - éU1otion en un comtTIuniqué largement reproduit par la presse. _ Mis à part ceux qui, en toutes circonstances s'acharnent à gonfler jusqu'à la démesure tout ce Qui peut nuire au prestige de - l'U.R.S.S., la peine éprouvée, de- - - vant le navrant OUV1'age de T. == Kitchko est proportionnée pour - chacun à l'amitié Cju'il porte à _ l'Union Soviétique. = = Charles PALANT. Secrétaire Général NOTRE d.erni.er numéro était sous presse quand deux journaux du soir ont diffusé, à Paris, les premières informations concernant la brochure parue à Kiev, sous le titre Le Judaïsme sans tard. Le communiqué du Porti Le M.R.A.P. et Droit et Liberté se sont aussitôt préoccupés de rechercher toutes les précisions indispensables. Les journaux qui se référaient à cette brochure le faisaient sous le couvert de correspondants à l'étranger (Rome ou Bruxelles). Le seul document que nous ayons pu nous procurer, avec bien des difficultés, est une plaquette de 192 pages portant, sur une feuille de garde, l'indication, en anglais, qu'il s'agit d'une reproduction en offset de l'original. Il semble qu'aucun exemplaire de l'original, lui-même, n'ait circulé en France, dans les milieux de la presse. Et le Bureau d'Information Soviétique, auquel nous nous sommes également adressés, n'en possédait pas non plus. Communiste LE M.R.A.P. PREND POSITION Le 23 mars 1964, le secrétariat du M.R.A.P. a rendu public le communiqué suivant : Des journaux français ont fait état, ces jours derniers, d'une broechure de propagande antireligieuse publiée à l':iev, dont certains passages et caricatures, p.ar leur contenu diffamatoire et blessant pour les juifs, donnent à cet ouvrage un ca· ractère grossièrement antisémite. Cette information a provoqué une émo. tion compréhensible, d'autant plus grande qu'il est notoirement connu qu'en Union Soviétique, la eonsittution et la loi interdisent les atteintes à l'honneur ct à la dignité de tout groupe national ou ethnique. Le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.) partage cette émotion et s'est adressé aux organismes soviétiques compétents pour obtenir tous éclaircissements. Le M.R.A.P. entend réaffirmer qu'il condamne sans réserve toute attitude tendant à jeter le discrédit sur quelque communauté humaine que ce soit. n souligne que l'affrontement des idées philosophiques ou politiques se détourne de son objet dès l'instant où ne sont plus respectées les valeurs attachées à la personne humaine, où l'on recourt au déni· ~rement systématique et aux généralisations abusives. Ce communiqué a été reproduit par la presse, tant à Paris qu'en province. Cer· tains comités du M.R.A.P., comme celui de Lille, ont publié, dans le même esprit, leur<" propres communiqués. Dif.erses autres associations ont exprimé leur 'émotion, notamment l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide (U.J.R.E.), la Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes (F.N.D.I.R.P.), l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs, l'Union des Sociétés Juives de France, le Cercle Bernard-Lazare, l'Amicale des Anciens Déportés Juifs, l'Union des Etudiants Communistes, l'Amicale des Juifs Anciens Résistants, la Ligue Internationale contre l'Antisémitisme, le Conseil National des Israélites de France. D'ABONDANTS COMMENTAIRES D'abondants commentaires ont été publiés dans la presse sur cette affaire. Le quotidien progressiste de langue yiddisch, La Presse Nouvelle (Naïe Presse) écrivait notamment, sous la signature de M. Vilner : cc La présentation, sinon le contenu de cette brochure est susceptible d'alimenter les haines antisémites là où le terrain serait propice. Elle est, en effet, illustrée de plusieurs caricatures malveillantes et de mauvais goût, qui risquent de flatter et favoriser les sentiments de mépris envers les juifs ... cc Voilà pourquoi, tout en nous élevant avec force contre les campagnes antisoviétiques, tout en exaltant le rôle historique de l'U.R.S.S. pour extirper l'antisémitisme et pour sauver des millions de juifs de l'extermination, nous le disons franchement : cette brochure nous choque, nous jugeons ses dessins nocifs. Ce genre de caricature est une arme d'excitation, et ne saurait servir pour convaincre, pour parler à la raison, ni pour défendre une cause juste. » (Suite page 6) de l'Union . Soviétique Voici le communiqué de la Commission idéologique du Comité Central du Parti Communiste de l'Union Soviétique, tel qu'il a paru dans la « Pravda » du 4 Avril 1964 : « La Commission idéologique du Comité Central du P. C. U. S. a étudié la question de publication de la littérature scientifique athée. « Elle a constaté que les éditions centrales et régionales ont publié une sene des livres et brochures utiles, dons lesquels il est procédé à la critique de l'idéologie religieuse sur la base des conquêtes de la science contemporaine et de l'expérience acquise dons la propagande de l'athéïsme en U. R. S. S .. La publication de tels livres ou brochures contribue à le formation d'une conception matérialiste du monde de l'homme soviétique. « Lors de cette réunion, la Commission a attiré l'attention des orga_ nes de la presse. des éditions, des institutions scientifiques sur la nécessité de relever le' niveau idéoen évidence la nature réactionnaire de la religion juive, ont traité incorrectement certaines questions concernant l'origine et le développement de cette religion. Toute une série Dans la (c Pravda » du 4 avril ... logique et scientifique de la littérature traitant de l'athéisme. « Les membres de la Commission ont surtout critiqué les graves erreurs contenues dons la brochure de T. Kitchko, « Juda-isme sons fard », publiée fin 1963 par l'Académie des Sciences d'Ukraine. L'auteur de la brochure et les outeurs de la préface, tout en s'efforçant de mettr", d'informations erronnées et les illustrations de la brochure sont susceptibles d'offenser les sentiments des croyants et d'être interprêtées dons l'esprit de l'antisémitisme. « Or, comme on le soit, une telle question (l'ontisémitisme) ne se pose pos et ne peut se poser dons notre poys. ~ . Depuis la Révolution d'Octobre, a dit N. S. Khrouchtchev, 10 ques· tion juive n'existe pas chez nous et ceux qui l'inventent se font l'écho d'une voix étrangère lI. M. ADJOUBEI • • « La brochure a été « Les informations erronnées contenues dons cette · brochure sont en contradiction avec le léninisme et la politique du parti dons la question des nationalités et en matière de reli ·gion. Elles donnent matière aux insinuations antisoviétiques de nos adversaires idéologiques qui essaient à tout prix de créer une sorte de « question juive ». • mIse au pilon « Cette brochure a eu un faible tirage, mais elle est aux mains de beaucoup de Français parce qu'elle a été rééditée aux Etats·Unis. Elle contient des caricatures orfensantes. Pourquoi les répandre ? Ne vaut·il pas mieux la détruire ? Chez nous, on l'a mise au pilon et on en a détruit tous les exemplaires. » .C'est ainsi que s'est exprimé M. Alexis Adjoubei, rédacteur en chef des « Izves· tia ", interrogé sur la brochure « Le judaisme sans fard » lors du déjeuner de l'Association de la Presse Diplomatique, dont il était l'hôte, le 8 avril, à Paris. Répondant à diverses questions, M. Adjoubei a souligné que les juifs jouissent en U.R.S.S. des mêmes droits que les autres citoyens, et il a cité de nombreux juifs occupant des places éminentes dans » les arts, les lettres, les sciences, le journalisme et la vie politique. InterViewé quelques jours plutôt, à Grenoble, par « Le Dauphiné Libéré », M. Adjoub8i avait déclaré : « Ce livre sans v.:Ileur n'a pu être lu que par des petits exprits, mais pas par de vrais communi$' tes ... Il existe en U.R.S.S. des livres anti· catholiques, antimusulmans, . antiprotes· tants : nous sommes antireligieux, nous ne sommes pas antisémites. » ({ C'est pourquoi les passages erronnés de la brochure de Kitchko ne peuvent que susciter la réprobation de l'opinion publique soviétique. « La Commission idéologique recommande aux travailleurs de l'édition et de 10 presse de foire preuve de plus de soin dons l'édition de la · Iittéroture athéiste scientifique ». LA Déclaration des Nations Unies sur l'élimination de toutes les formes de discriminalion raciale, adoptée le 20 novembre 1963, à l'unanimité, par l'Assemblée générale de l'O.N.U. souligne que « si l'action internationale et les efforts déployés dans de nombreux pays ont permis de réaliser des progrès dans ce domaine, la discrimination fondée sur la race, la couleur ou l'origine ethnique dans certaines régions du monde, continue néanmoins à être une cause de très sérieuses préoccupations ». Cette résolution, qui examine les divers aspects du racisme à l'heure actuelle et les moyens de le combattre, sera au centre des travaux de la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, le dimanche 24 mai 1964, au Palais de l'U.N.E.S.C.O., à Paris. Une attention toute particulière sera accordée f la situation en France, en vue d'une action concrète et amplifiée, dans le sens indiqué par les Nations Unies. Le présent document a pour objet de proposer à tous les Français que ces problèmes préoccupent, quelques thèmes de réflexion. En faisant connaître leur point de vue au Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, ils contribueront à enrichir les débats de la Journée Nationale. Où en sommes-nous en France? EXCIT ATIONS A LA HAINE RACISTE ET ANTISEMITE. La résolution de l'O.N.U. constate « le développement et la diffusion, dans certaines régions, de doctrines de supériorité raciale et d'expansionnisme ». EN FRANCE, des périodiques (hebdamadaires et mensuels), spécialisés dans la diffamation contre les juifs, les noirs" les Arobes, paroisser1t et sont librement diffusés. Certains se réclament ouvertement des slogans hitlériens. D'outres, sons se référer directement à un passé qui soulève la réprobation de la majorité des Fronçais, fondent pourtant ' .Ieur idéologie sur le racisme. Leurs articles, qui vont souvent jusqu'à suggérer des mesures discriminatoires, sont autant d'excitations à la haine et à la violence. • Plusieurs de ces publications s'appuient sur des groupements, rattachés ou non à l'internationale néo-nazie, qui se livrent par d'outres moyens (inscriptions, réunions et manifestations, menaces, agressions ou attentats), aux mêmes excitations racistes, et dont le programme comporte l' instauration de mesures discriminatoires. • Il arrive fréquernment que des campagnes plus vastes, englobant une partie de la presse et même des organismes de l'Etat soient orchestrées contre tel ou tel groupe de la population, à propos d'un crime commis par un membre de ce groupe (ou qui lui est attribué). C'est ainsi que l'on suscite, concernant les Algériens ou les Gitans, des sentiments d' hostilité et de peur. l'O.N.U. constate que, dans certains pays, celles-ci « sont imposées par certains gouvernements au moyen de mesures législa.tives, administratives ou autres, notam · ment sous forme d'APARTHEID, de segrégation et de séparation ». « Aucun Etat, indique son article 2, ne doit encourager, préconiser ou appuyer, par des mesures de police ou toute autre manière, la discriminatian fondée sur la race la couleur ou l'ori_ gine ethnique pratiquée par des grou pes' des institutions ou des individus. » EN FRANCE, il n'existe pas de législation raciste comparable à celles qui instituent l'aportheid en Afriqu ~ du Sud ou la segré ·· gation dans certains Etats du sud des Etats-Unis. '. Il convient, toutefois, de signaler un cas particu . lier : celui des Gi tans. Bien qu' ils soient citoyens fran .. çais, payant impôts et faisant I~ se;vice militaire, une loi de 1 912 leur impose le système humiliant du carnet anthropométrique 5 que pouvons-nous faire? La résolution de 1'0. N. U. propose, pour l'élémination du racisme, un certain nombre de dispositions concrètes, qui coïncident souvent avec des initiatives en cours de réal isation en France. Elles méritent toute l'attention des antiracistes. LEGISLATION « Tous les' États, indique la résolution, devraient adopter toutes dispositions lé gislatives en vue d'interdire les discriminations raciales. .. ». Et encore : « Toute propagande et toutes organisations fondées sur l'idée ou la théorie de la supériorité d'une race ou d'un groupe de personnes d'une même cou leur ou d'une même origine ethnique, faite ou agissant en vue de justifier ou d'encou rager une forme quelconque de discrimination raciale seront sévèrement condamnées ». EN FRANCE, le seul texte législatif existant dans ce domaine est le décret-loi Mar chandeau de 1939, condamnant la, diffama tion raciale. Mais il s'est avéré d'une appli cation difficile et n'empêche nullement les excitations que répand la presse raciste, graphie, Jo litté rature? Pour approfondir ces problèmes, le M. R. A. P. a pris l' in itiative d'un co lloque d'enseignants et d'éducateurs qui s'est réuni en févri er 1960 à la Sorbonne A l'issue de ~ette journée d'étude, le Ce ~tre de Liaison des Educateurs contre les Préjug.és Raciaux (c. L. E. P. R.l a été créé. Il organise des conférences et des débats édite un bulletin, « Education à la Frater~ nité a INFORMATION ET PROPAGANDE « Information, afin d'assurer la recon · naissonce et l'application universelles et effectives des principes énoncés ci-des sus » i ainsi s'exprime la résolution de 1'0 . N. U. EN FRANCE, tout en reconnaissant l' intérêt porté par une grande partie de i:J presse au problème du racisme, la multiplicité des créations littéraires et artistique" dont· les meilleures sont cou ronnées, chaque année, par le Prix de la Fraternité; la va ·leur de certaines séquences de la télévision, on peut regretter qu'un effort systématique d'éducation de l'opinion publique CIe soit pas e ntrepris. En ce siècle où tout devrait rapprocher les hommes, il convient d'aider les citoyens à se mettre rapidement au diapason de l'évolution historique et scien- - tifique. La radio, la télévision, la presse,. le cinéma ont là un rôle essentiel à jouer_ De nombreux groupements se consacren tégalement à cette tâche. Syndicats organisaticns féminines, associations de j;unesse Eglises, partis, cercles culturels. Le M. R: A. P .~ dans toute la mesure de ses moyens, appUIe toutes les initiatives dans ce sens en aidant à l'organisation de conférences' expositions, débats, projections, diffusia~ de livres antiracistes, etc ... AIDE ET PROTECTION DES MINORITES « Des mesures spéciales concrètes, affir. ment les Nations Unies, devront être prises dans les circonstances appropriées pour assurer le développement ou la pro~ ec:.tion .odequate des personnes appartenant a c,:rta.,ns groupes rociaux, en vue de ga , rantlr a ces personnes la pleine jouissance des droits d'hommes et des libertés fonda mentales ». • Ces sentiments se transforment parfois en violences. Récemment encore, des '.:afés algériens ont été saccagés par des groupes de parachutistes dons l'Est de la France, selon une méthode pratiquée pendant la guerre d'Algérie. A Nice, un Algérien a été tué par un raciste qui lui reprochait d'avoir dansé avec une Française. ils sont soumis à de multiples contrô · les et interdictions de stationnement par la police et les autorités locales. ET POURTANT, IL TOURNE ... EN FRANCE, cela Suppose que cessent les brim,!des et l'arbitraire à l'égard des groupes tels que les Gitans, les Algériens les Africains, certains immigrés. Cela sup~ pose aussi et surtout des mesures positive, pour leu'r alphabétisation, leur formati on professionnelle, l'amélioration de leurs conditions d'existence, Plus profonde e3t leur détresse, plus grands sont nos devoirs envers eux. Et les multiples initiatives privées qui témoignent d'une conscience aigüe de ces devoirs dans bien des milieux seraient insuffisants si les pouvoirs p~blics n'apportaient pas le concours des moyens dont ils disposent... LES PREJUGES. Le préjugé de supériorité raciale, indique la résolution de l'O.N.U., nuit à l'J compréhension, à la tolérance et à l'ami tié entre les nations et entre les groupes raciaux. C'est le stade premier du racisme au niveau de l'individu. EN FRANCE, entretenus par une partie de la presse, séquelles des haines séculaires, de l'occupation, du régime colonial, les préjugés racistes et antisémites sont une réalité de tous les jours. '. Ces préjugés se rencontrent dans les conversations où l'on parle avec mé pris de « ces gens-là... » : LES juifs, LES noirs, LES Gitans, LES Arabes. « Ces gens-là ... » à qui l'on attribue, en bloc, certains défauts ou certaines manière ~ d'être, se raient tous semblables, alors qu'on reconnaît des différences individuelles très importantes entre les membres du groupe ouquel on appartient. Ces préjugés se sont sensiblement développés dons la dernière période à l'égard des peuples anciennement colonisés, dont les difficultés et les problèmes sont attribués à leur « race », sans tenir compte de la situation économique, sociale, politique dans laquelle ils se trouvent placés. • Les fréquentations se ressentent sou-' vent des préjugés r.aciaux ou confessionnels. Certains groupes vivent dans l'isolement. Des enquêtes réali sées pormi les travailleurs ou les étudiants de couleur montrent qu'ils n'ont, en général, que des rapports superficiels avec l'ensemble des Français, y compris leurs camarades de travail ou d'études. .• Ils arrive que dans un lieu public, un blanc refuse de s'asseoir à côté d'un homme de couleur. Plus fréquemment en·· core, les préjugés racistes enveniment les conflits entre voisins, entraînant des insuites, des bagarres, dont les tribunaux sont parfois saisis. i' DISCRIMINATIONS. Poussé à l'extrême, le racisme conduit aux d iscriminations. La résolution de • Des discriminations raciales ont Le « mobile » de Calder, devant l'U.N.E.S.C.O. (Photo U.N,E.S.C.O.) lieu, parfois dans des établissements publics <Cafés, restaurants, hôtels) qui refusent de recevoir les noirs ou les Algériens. Des incidents provoqués por ces discriminations ont eu lieu récemment à Lyon et à Paris. Dans le domaine de l'embauche et des sa la ires, des discriminations fondées sur l'origine ethnique, voire confessionnelle, sont fréquemment signalées. Certains propriétaires, refusant de loger des étudiants de cou leur, un organisme parisien d'aide aux étudiants indique sur ses 1 istes, en ,regard des adresses de chambres à louer, celles qui sont réservées aux Européens (i)U aux Français s.eulement. Enfin, <:ertaines hab itudes datant de la guerre d'Algérie, ne sont pas ent ièrement abandonnées : il arrive que, pour rechercher un suspect, ou pour d'autres raisons, les forces de police procèdent à des rafles « au faciès », visant les Algériens, alors que ces méthodes ne sont employée~ à l'égard d'aucune autre catéoorie de 10 population. ' LES f'ARIAS. La résolution de l'O.N .U. évoque le cas où des groupes de personnes appartenant à une race déterminée, ne bénéficient pas de « la pleine jouissance des ' droits de l'homme et des libertés fondamentales » et se trouvent, en conséquence, retardés dans leur développement économique et social. EN FRANCE même, sans parler des an .. ciens pays coloniaux et des départements d'outre-mer, on constate que la misère, la maladie, l'analphabétisme frappent plus particulièrement certains groupes : Gitans Algériens, Africains, immigrés portugais: peuplant en majorité les bidonvilles, les taudis et les caves. Les bas salaires, les mauvaises conditions de logement constituent souvent pour eux un handicap insurmontable. Faute de mesures pour les aider ils mènent une vie marginale. Face au~ problèmes de l'existence, ils se trouvent placés, par rapport au reste de la populotion, dans un état d'inégalité, d'infériorité flagrante . C'est pourquoi le M. R. A. P. a soumis au Parlement deux propositions de lois, l'une destinée à réprimer la discrimination raciale dans tous les domaines, l'autre, la provocation à la haine raciste. ENSEIGNEMENT La réso lution de l'O. N. U. insiste sur la nécessité d'adopter, pour combattre !e racisme, des mesures dans les domaines de l'enseignement et de l'éducation. EN FRANCE, on doit souligner l'orienta .. tion humaniste de l'enseignement et les efforts poursuivis par un grand nombre d'instituteurs et de professeurs pour éduquer la jeunesse dans un esprit de fraternité humaine. Mais, les programmes scola ires sont-il s suffisamment explicites dans ce domaine, en ce qui concerne notamment l'instruction civique et la moral e, mais aussi d'autres disciplines telles que l'hi stoire, la géo- POUR PARTICIPER A DEUX DOCUMENTS. Et vous qu'en pensez-vous? Ce rapide tour d'horizon est loin d'épuiser la question du racisme en France et dans le monde. L'objet de la Journée Nationale est précisément de l'étudier plus avant et d'en tirer des conclusions d 'action . Ces a s~ i ses sont ouvertes à tous, et tous les avis sont précieux pour ce grand débat qui s'inscrit dans les plus généreuses traditions du peuple français. POUR FAIRE CONNAITRE VOTRE POINT DE VUE, VOTRE EXPÉRIENCE ET VOS S,UGGESTIONS, ÉCRIVEZ AU M. R. A. P., 30, RUE DES JEUNEURS, PARIS 2e• POUR SUIVRE CE PASSIONNANT DÉBAT, PARTICIPEZ A LA JOURNÉE NATIONALE. LA JOURNEE NATIONALE Pour préparer la Journée Nationale, la présente page sera éditée en tract mis à la disposition de tous ceux de nos lecteurs et des amis du M.R.A.P. qui en feront la demande, en vue d'une diffusion autour d'eux. D'autre part, le texte complet de la résolution des Nations Unies (20 novem· bre 1963) qui servira de base aux débats, est édité avec d'autres documimts de l'~.N.U. et ~e \'U.~,E.S.C,O., sous la forme d'une brochure, préfacée par le préSident Rene Cassin. On peut la demander au M.R.A.P., contre 2 francs en tim· bres-poste. CARTES DE PARTICIPANTS. Le M.R.A.P. tient à votre disposition les cartes de participants nécessaires pour pouvoir suivre les travaux de la Journée Nationale_ Elles vous seront adressées sur simple demande. Si vous désirez participer également au déjeuner amical qui aura lieu à midi à l'U.N.E.S.C.O., dans le cadre de la Journée Nationale veuillez envoyer la somme de 30 F., par mandat, chèque bancaire ou chèqu~ postal (C.C.P. 6070-98) à " Droit et Liberté ». Adresser toute correspondance pour la Journée Nationale au M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris·II'. Téléphone: GUT 09·57.


6

LES GITANS, ces parl•a s L'IGNORANCE n'est pas une excuse. Qui connait les GiLap.s, les Tsiganes ? Qui ne les connaît pas ? Je n'ai connu ni Spartacus ni l'appareil d'Etat des Césars, mais je sais bien de quel côté penche mon coeur, allié à l'intelligence. Nul n'est besoin d'avoir vécu parmi les Noirs de Harlem pour avoir une opinion sérieuse sur la ségrégation raciale. Vous n'avez pas été déportés dans les camps nazis et c'est très bien ainsi; je suppose, amis lecteurs, que vous en pensez ce que j 'en pense. Et si j'ai reçu des coups de pied dans le ventre de tel officier S.S., je me sais en désaccord avec tel ancien déporté comme moi, qui a connu la même dure expérience, et qui trouve normal le réarmement allemand. Passons. Vous ne connaissez pas les Gitans, les Tsiganes? Ce n'est pas la question, et c'est pourquoi, aujourd'hui, nous n'aborderons pas les divers aspects de leurs particularismes. Nous voulons commencer par le commencement. Et au commencement était le droit et la justice, dironsnous en paraphrasant la parole biblique ; au commencement est et reste l'homme et sa dignité d'homme, l'homme et sa légitime et incessante aspiration à là liberté. CES GENS-LA ... Or les Gitans et Tsiganes, parce qu'ils vivent souvent de façon assez différente des « indigènes », ce qui est leur affaire, sont brimés par l'administration et traités en citoyens de seconde zone. « Il est interdit aux nomades de stationner sur le territoire de la commune ... » Chacun a pu lire cette formule à l'entrée de certaines villes, sans y prendre garde, sans imaginer tout ce qu'une telle mesure discriminatoire représente de tracasseries, d'empêchement de vivre pour toute une population. SUJi D'un côté, les racistes disent: « - Qu'est-ce que vous voulez, ces genslà sont toujours par monts et par vaux ; ce sont des nomades ; la vie moderne est caractérisée par la sédentarisation, mieux: l'urbanisation de la population, etc. ». D'un autre côté, en gênant leur installation là où ils veulent se fixer, même pour quelques semaines, les racistes empêchent ceux qui le désirent de se fixer, de changer de mode de vie. Précisons-le bien : il ne saurait être question d'obliger, même pour leur bien, PAR Roger MARIA les Gitans et Tsiganes à adopter un mode de vie sédentaire, s'ils ne le désirent pas. Mais, a4 moins, si c'est le voeu de beaucoup d'entre eux, q4e nul n'y fasse obstacle à l'abri de la loi, mieux : que les municipalités facilitent leur installation. Sur ce point, au nom des principes qui sont communs à sa vaste et très diverse famille, le M.R.A.P. appuie tout naturellement les revendications des Gitans et Tsiganes et nous sommes décidés à agir auprèS des organisations de maires et conseillers municipaux pour qu'une solution soit trouvée dans le sens de l'humanité et du refus de tout racisme. DES MESURES NECESSAIRES Il faut savoir qu'il existe plusieurs associations groupant Gitans et Tsiganes. L'action de certaines, surtout ces dernières années, prouve que le stade du paternalisme est dépassé: l'émancipation des Gitans et Tsiganes doit être l'oeuvre des intéressés eux-mêmes, et notre rôle est d'appuyer, en toute fraternité, et selon nos moyens, les meilleurs de leurs frères engagés dans la lutte. Nous n'avons pas de leçons à leur donner; il nous appartient seulement de les aider selon leurs demandes, sur le plan national - propagande, éducation de l'opinion publique et législation à promouvoir - et, dans chaqu. e cas, en intervenant auprès des autorités locales, ainsi d'ailleurs que nous avons déjà eu l'occasion de le faire. Il faut obtenir l'abolition de la loi de 1912 sur les nomades, favoriser la création de lieux de stationnement, même payants, à proximité des grandes villes, aider les Gitans et Tsiganes à trouver du travail, comme tous les autres ouvriers, créer des roulottes-écoles pour permettre la scolarisation des enfants, supprimer le scandaleux carnet anthropométrique dont le résultat est de multiplier les vexations administratives inutiles, alors que la carte d'identité nationale, comme pour tous les Français, devrait suffire; même égalité pour le registre du commerce, devant les lois sur l'artisanat, etc. Il convient que la commission interministérielle qui existe depuis des années pour s'occuper des populations nomades soit amenée à agir d'une façon plus efficace. Nous y reviendrons. Il appartient aux Gitans et Tsiganes de comprendre que, minorité persécutée hypocritement depuis des siècles, maintenue dans l'arriération sociale et la semiclochardisation par une société sans âme, reposant sur la puissance de l'argentroi, leurs alliés directs se trouvent du côté des forces démocratiques, les syndicats ouvriers particulièrement, les intellectuels progressistes, les organisations de jeunesse, le M.R.A.P., enfin. AUTREMENT QUE NOUS ••. Nous pensons tous - c'est pour nous un principe fondamental - que lorsqu'on porte atteinte aux libertés d'Une minorité en raison de son origine, on vise aussi les libertés de l'ensemble de la population et qu'il nous appartient de réagir avec vigueur et sur les points sensibles : « Non, les gens n'aiment pas que L'on suive une autre route qu'eux. » cc J!.e ~me a dit Georges Brassens, dans une de ses joyeuses et fraternelles chansons. Nous voulons que les Gitans et Tsiganes puissent continuer à vivre autrement que nous, si c'est leur goût - et, s'ils veulent changer leurs habitudes, il faut qu'ils puissent le faire sans entraves artificielles. Notre prochaine Journée Nationale donnera tout le retentissement désirable aux justes revendications de nos frères Gitans et Tsiganes. Appel aux députés La Communauté Mondiale Gitane a soumis à tous les députés, une série da revendications dont la satisfaction permettrait d'améliorer sensiblement la condition des Gitans et Tsiganes_ 1° Abolir la loi de 1912 concernant les nomades. ~ Créer des lieux de stationnement, payants si nécessaire, à proximité des gran. des agglomérations, où les Gitans pourront trouver du travail pour gagner leur vie ; que ces lieux de stationnement soient aménagés avec eau et électricité. 3" Adjoindre à chacun de ces lieux de stationnement, une roulotte école, dirigée par des instituteurs français et des pédagogues tziganes. 4° Supprimer le carnet anthropométrique, donner aux Gitans, comme à tous Français, une carte nationale d'identité. 5° Donner la possibilité à chacun de ces Français, d'avoir un registre de commerce pour qu'il puisse payer ses impôts dans des conditions normales. 6° Favoriser l'administration des terrains de stationnement par les Gitans eux-mê· mes, sous le contrôle de l'Etat. 7° Que les responsables de la commission interministérielle existante, chargée de la population nomade en France, travaillent d'un commun accord avec tous les intéressés. Cette collaboration est indispensable pour arriver à faire un travail efficace et constructif. (Suite de 1a p.nge 4) UNE LETTRE ET UNE DEMARCHE Le M.R.A.P., pour sa part, a adressé au 1='résident de l'Académie des Sciences de Kiev, sous l'égide de laquelle la brochure de Kitchko a été éditée, une lettre soulignant le caractère diffamatoire et nocif de cette publication:, ainsi que l'émotion soulevée en France : en France, oeuvrent à l'amitié entre les hommes et les peuples. » .-'.' ..' Le 4 avril, une délégation du secrétariat du M.R.A.P_ était reçue, à sa demande, par M. Manasserian, Premier Secrétaire de l'Ambassade de l'U.R.S.S. à Paris. de 'Un commentaire Radianska Kou/toura « L'existence de cette brochure étant maintenant confirmée, écrit ensuite le M.R.A.P., la peine profonde éprouvée par les antiracistes est d'autant plus grande que nous savons avec . quelle sévérité la Constitution et la loi soviétiques condamnent les atteintes à la dignité et aUJ respect de tout groupe national ou ethnique. M. Manasserian, informé des prises de position de notre Mouvement, exprima, en son nom personnel comme au nom des autorités soviétiques, un désaveu formel de la brochure de Kitchko_ Il fit part à la délégation du communiqué _de la Commission Idéologique du ComIté Central du P.C.U.S. Il souligna l'importance de cette condamnation, le Comité Central du Parti Communiste étant, en U.R.S.S., l'organisme suprême de direction pour toutes les affaires du pays. L'Agence soviétique Novosti a donné un compte rendu détaillé de l'article paru dans RadianSka Koultoura et critiquant la brochure de Kitchko. Nous en reproduisons ci-dessous de larges extraits : Le journal « Radianska Koultoura », paraissant à Kiev, a publié UJ71 article de Lobovik et de Iampolski sur le livre : « Le Judaïsme sans fard », paru à Kiev. Les auteurs de l'article relèvent ( .. .) les plus grands défauts du livre : « L 'auteur cherche surtoUJt à montrer le rôle réaction'naire du judaïsme dans la « Nous sommes là, très loin de la propagande antireligieuse, dont la loi, en Union Soviétique assure le droit, en même temps que le libre exercice des cultes. « Loin de favoriser le libre affrontement des idées, qui suppose le respect mutue~, la renonciation à tout dénigrement systematique, comme aux généralisations abusives, des ouvrages comme « le jud.aïsme sans fard », 'ne peuvent que nuire à l'entente entre les peuples et au prestige de votre grand pays. La prise de position des « Izvestia » « Dès lors, tous les amis de l'Union Soviétique, si nombreux en France, où demeure vivant le souvenir des sacrifices consentis par l'U.R.S.S_ pour la libération du monde de la barbarie hitlérienne, souhaitent que l'Académie des Sciences d'Ukraine désavoue sans tarder l'ouvrage de M_ Kitchko. L'annonce prochaine de mesures prises contre les auteurs et responsables de cette publicatton comblerait l'attente et l'espérance de tous ceux qui, " Les Izvestia " du 5 avril ont consacré un article à la brochure incriminée. On peut y lire notamment : Disons-le tout de suite - ce livre contient des erreurs. En sol-même, la conception d'un tel livre ne peut donner lieu à aucun doute. Le judaïsme comme tou!e autre religion peut et doit être critiquee du point de vue scientlflque_ Ceci se fait chez nous dans notre littérature de vulgarisation scientifique ayant pour but de mettre en évidence l'essence ré actionnai- Ce que dit ,.,la Constitution de l'URSS ••• Art. 123. - L'égalité en droits des citoyens cie l'U. R. S. S., sans distinction de nationalité et de race, dans tous les domaines de la vie économique, publique, culturelle, sociale et politique est une loi imprescriptible. Toute restriction directe ou indirecte des droits ou, inversement ,tout établissement de privilèges directs ou indirects pour les citoyens, selon la race et la nationalité à laquelle ils appartiennent, de même que toute propagande d'exclusivisme ou de haine et de mépris racial au national, sont punis par la loi. .,. ET LE CODE PENAL SOVIETIQUE Art. 597. - La propagande oU' l'agitation tendant à ranime.r l'animosité ou la mésentente nationale ou religieuse, la diffusion, la préparation et la dissimulation des écrits portant ce caractère entraînent une peine de 2 ans de pr~vation de liberté. Ces mêmes activités, en temps de guerre, ou au cours de désordres entraînent, en outre, la confiscation partielle ou totale des biens et, en cas de circonstances graves, jusqu'à la peine de mort. re de toutes les religions quelles qu'elles soient: chrétienne, judaïque ou n'importe quelle autre. En Ukraine, en particulier, mais dans d'autres républiques fédératives aussi, a paru récemment toute une série de livres traitant les sujets antireligieux C .. ) Toutefois, il Y a dans cette brochure, à côté des positions justes, des erreurs historiques et des erreurs de fait, des imprécisions et des passages fort embrouillés qui peuvent être Interprétés dans un sens contraire à la politique de notre Etat dans le domaine des questions de la religion et de l'Eglise. De nombreux dessins qui se trouvent dans cette brochure ne peuvent provoquer chez les croyants, rien d'autre qu'un sentiment d'offense. Certains défauts de cette brochure ont déjà été critiqués. Le journal « Radianska Koultoura w s'était prononcé sous forme de remarques critiql1es à l'égard des positions erronées de cette brochure ( ... ) La politique nationale léniniste du Parti Communiste et de l'Etat Soviétique est - bien claire-:-En Union Soviétique-existe l'égalité en droit effective de toutes les nations grandes ou petites et y sont créées toutes les conditions pour l'épanouissement de leurs dons ou talents. société exploitatTice. Bien souvent, et ~rfois sans aucune raison, il cite la BibZ., le Talmud, les nombreuses déclarations des penseurs religieux au lieu de montrer d'après les faits de la vie contemporaine l'inconsistance de la religion. Qumtd il s'agit de montrer le préjudice qu'eZle cause dans les conditions actuelles, il ramène tout à la conduite indigne de certains membres du judaïsme et se borne à des déclarations générales... » « Les réalisations de la science moderne ne sont pas suffisamment utilisées pour réfuter l'idéologie religieuse. Dans bien des cas, l'auteur expose simplement les conceptions ' religieuses sur. « l'UJ71ion Il de la religion et de la science sans do1mer d'appréciation, sans les critiquer par des arguments de poids et il se borne à des déclarations du genre : naturellement tout cela c'est de la bêtise. « L'auteur du livre ne donne pas une juste explication de certaines questions importantes. On 'ne peut accepter son affirmation selon laquelle les Hébreux étaient conquérants et qu'ils n'avaient rien lait d'important ni dans l'industrie, ni dans l'agriculture, ni dans le domaine de la culture. Cela est réfuté par les données de la science. « On ne peut pas accepter 'non pZlts, est-il dit dans l'arttcze, que l'auteur criUquant le sionisme en tant que cour4n.t nationaliste bourgeois, étende cette crittque à la vie intérieure de l'Etat d'Israël. En effet, il est notoire qu'outre les organisations sionistes, il existe à Israël les organisations démocratiques ·et progr:essistes des travailleurs qui interviennent fJOUJr la paix et la coexistence pacifique, pour les libertés démocratiques, contre le colonialisme et l'impérialisme_ » « En général, il nOus semble déplitcé, écrivent les auteurs de l'article, qu'un lme consacré à la critique de l'idéologie religieuse contienne des appréciations (par ailleurs quelquefois erronées), sur l'activité d'Israël en tant ~ qu'Etat et de son rôle dans les relations internationales. » . « La présentation du livre mérite lies critiques sérieuses, écrivent les auteurs de l'article_ Beaucoup de dessins eonteIIUs dans le livre sont prétentieux et exécutés « à un: bas niveau artistique et ne pett'IXI1tt « que susciter un sentiment d'humilfaHon « parmi les croyants. » " ,. TUE pour ovoir donsé L'A L G É RIE N. bouc ovec une Fronc, oise l ES lieux changent, la situation politique évolue, le contexte social n'est plus le même. Mais les préjugés, les haines ne disparaissent pas pour autant. Ce qu'illustre fort bien un « fait diyers » relevé ces derniers jours dans la presse quotidienne. Dans un dancing de Villeneuve-Loubet, près de Nice, un rapatrié d'Algérie : Henri Behem, 35 ans, a abattu, de deux coups de feu, un Algérien, M. Ali Guessad, 27 ans. Les témoins du drame ont vu le meurtrier s'approcher de Ali Guessad alors que celui-ci dansait avec une Européenne. Henri Behem voulait empêcher le NordAfricain de continuer à danser et chercha à. le séparer de sa cavalière. Comme l'autre lui résistait, il lui dit : « SOTS avec moi, si tu as du courage. » L'Algérien sortit et, aussitôt, on entendit deux détonations. On trouva l'Algérien baignant dans une mare de sang. II devait décéder peu après. L'assassin a été arrêté au col de Perthuis, au poste frontière franco-espagnol. Des années de domination et d'éducation colonialistes laissent obligatoirement une empreinte. Pour Henri Behem, Français d'Algérie, il n'est pas pOSSible qu'un Algérien ait, comme lui, le droit d'inviter à danser qui lui plaît. Rapatrié, il a apporté avec lui les haines racistes héritées du régime colonial et exacerbées par l'a guerre. Ce drame sanglant qui vient de se produire en France, est un meurtre raclal comparable aux pires lynchages de noirs aux U.S.A. Un effort d'éducation, de compréhension s'impose pour surmonter les séquelles d'un passé douloureux. DANS une interview, Paris-Presse rapportait récen?ment les 'p~opos - que nous esperons exageres - d'un Algérien de Paris, affirmant que lorsqu'un car de police s'arrête dans une rue pour embarquer des Algériens, les mêmes Français qui, pendant Ja guerre, montraient une vive sympathie pour les victimes de rafles, se frottent aujourd'hui les mains. A l'usine, déclare-t-il encore, quand les Algériens protestent, leurs camarades français leur disent : « Vous avez voulu être indépendants. Fichez-nous la paix » ... Dans mon coin paisible du XVI" arrondissement, on parle beaucoup, depuis quelque te!pps, de barricader sa porte, de laisser sans réponse les coups de sonnette. Ces explosions de crainte sont penodiques. Elles éclatent souvent lorsque la grande presse, à court de sujets, en revient au crime avec abondance de détails affreux. Ce furent les blousons noirs. Aujourd'hui c'est plus grave. Les gens me disent : « Avec tous ces NordAfricains qui rôdent, on n'est plus tranquille ... » - « La police a dû fouiller leur casbah. » Et comme s'il s'agissait d'une nouvelle invasion des Huns : « Ils arrivent par centaines, ils sont partout. » Enfin : « Que font-ils chez nous ? » Je réponds qu'ils travaillent, tout simplement. Sur le pavé de Paris. sur les routes et les autoroutes, les Algériens réparent les fissures ou bétonnent la voie. On me concède que c'est vrai pour en revenir aux vols, aux agressions, aux assassinats surtout. TROIS crimes sensationnels ont défrayé la chronique du mois de mars. Dans un cas seulement, on relève de fortes présomptions contre un Algérien. L'affaire a été exploitée en- La gangrène raciste Aux campagnes plus insinuantes de certains journaux quotidiens cités par NicoI:e de Boisanger- Dutreil, la feuille « Minute ». étalée dans les kiQSques parisiens, apporte le renfort de la grosse artillerie r.aciste. Ces ignobles titres, et le texte qui les accompagne constituent une véritable agression contre l'ensemble des Algériens vivant en France, accusés avec virulence de

ous les maux dont

nous souffrons. I~~!.~~!~~ L'INVASION ALGERIENNE EN FRANCE « Rivarol » et « Aspects de la France » ne sont pas en reste, évlη demment. Le premier (4 mars 1964) voit dans la maind'oeuvre algérienne en France « un danger chaque jour grandissant » ; le second (2 avril) pose dramatiquement la question : « La 1 France deviendrat- elle une colonie algérienne ? » 1 ...... - • anutE•. 1·',' .!"'3d,J,Nif' di f m+" ""'d M; 1 .: il tO .mt UI' Ch ........ ...u.4l1 l,50 F _ ... tAARAGAN'R1N' ALGÉRIE'" Ces odieuses dlversions, ces flots de haines, sont une honte intolérable pour notre pays. Les pouvolrs pu· bUcs se doivent de prendre des mesures contre de telles provocations, si contraires aux traditions républicaines. Commenfils" envohissenl ! nos hôpilOUX iévoliseol ~ Sécurllé tlole el \tédlleol ~ qui ' 01(:;,) Promiscuité ... à retardement Un instituteur du Gard exerçant dans la petite commune de B ... a ouvert une école d'alphabétisation pour ouvriers algériens. Ils étaient 25. Pour mener à bien cette tâche, l'instituteur a demandé l'usage des locaux scoiaires au maire. Celui-ci a refusé après avoir consulté « quelques parents d'élèves ", au nom des arguments suivants: • Hygiène, malpropreté, maladies de certains à l'état endémique ... promiscuité (à retardement) par contact du jeune corps des élèves avec le mobilier, précédemment en contact quelques heures avant avec le corps de ces travailleurs " ... Malgré cette discrimination raciste, l'école a été ouverte. Elle fonctionne dans une écurie aménagée avec un matériel de fortune. suite, - ô combien ! - contre la mas·se de ses compatriotes. Le dernier en date de ces crimes, Je meurtre de la femme et de la fille du restaurateur des Ternes, Laget, reste tout à fait mystérieux. On y désigne pourtant aux soupçons, pour n'en faire plus mention le lendemain, un individu en gabardine beige, « au visage basané, brun, frisé» qui s'est attardé, la nuit de l'assassinat, dans un café voisin de la maison des victimes. Depuis un mois, le mot « basané » revient bien souvent dans nos journaux. Ne serait-ce qu'à propos d'une autre et double mort, celle du docteur Jarty et sa P4R Nicole de BOISANGER-DUTREIL fille, à Boulogne. Pour ajouter au caractère odieux du crime, la jeune fille était nue et ligotée sur son lit. Qui pourrait l'avoir perpétré? On se souvient aussitôt d'un basané. U Aurore titre en grosses manchettes : « Une piste dans le crime du sadique de Boulogne. Un ALgérien suspect numéro 1. » En première page, à côté du portrait de Mme J art y décomposée par la (fouleur et au dessous des mots : « chasse au monstre ), Paris-Jour annonce qu'une piste semble s'offrir aux policiers : un Algérien du nom de Abbès, un colosse de 1 m. 80, au visage barré d'une énorme moustache, qui rendit d'inquiétantes visites à un médecin de Boulogne, voisin du mort. Le témoignage de ·ce· médecin intéresse aussi France-Soir qui, après avoir parlé de « l'homme grand et basané» - nous y voilà encore ! - estime que seul un sadique a pu- commettre l'horrible forfait. Pour l'Aurore, il s'agit d'un « mystérieu% musulman » qui aurait pu tenter « une opération emprunt » chez Je docteur J arty. PAR petites touches, on impose à l'esprit l'image redoutable d'un Algérien type, énorme gaillard brun et frisé à mine patibulaire qui par appat du gain serait devenu le monstre, le sadique, le fou meurtrier des Jarty. Quand j'ai discuté de l'affaire, je n'ai remarqué nul doute sur l'hypothèse, mais une sorte d'acquiescement, comme s'il était normal qu'un musulman algérien, - que vient faire la religion là dedans ? - fut sadique, monstrueux et éro· tomane par dessus le marché. Dans la nuit, la police, à la recherche de son suspect, sillonne les rues de Boulogne et des communes avoisinantes, et opère des rafles. Dans quels milieux, on s'en doute : parmi les Algériens. Mesures vexatoires et inutiles puisque le lendemain Mohamed Abbes se présente spontanément au commissariat et fournit un alibi qui l'innocente entièrement. Ses compatriotes n'en restent pas moins suspects. « Ce crime atroce, ce n'est pas possible qu'lm de chez nous l'ait commis », déclare le maire de Boulogne. Le Parisien Libéré signale que les enquêteurs continuent à s'intéresser aux vagabonds de tous poils. « Le docteur fie rechi.qnait pas à soigner les économiquement faibles ... Parmi ces malheurelu:, beaucmtp de clochards, notamment des Nord-Africains. » « CHARIVARI M. Jacquemart, directeur du « Charivari » nous fait grief, par lettres (7 mars : Simple, 27 mars: recommandée), de classer sa publication dans la presse. fasciste, raciste et antisémite" (. Droit et liberté » du 13 février). Il pose un dilemne

ou nous écrivo.ns • n'importe quoi "

et il laisse « tomber ", - ou nous cherchons à lui nuire et il nous attaque en justice. M. Jacquemart oublie une troisième éventualité, préCisément la seule qui soit réelle : celle qui supposerait que, combattant le racillme, nous le dénonçons à tout coup. Ce qui n'implique de notre part ni d'écrire n'importe quoi (la collection du • Charivari " en témoigne), ni de chercher à nui~e à M. Jacquemart, de qui, s'il ne dirigeait une revue comme la sienne, nous hOus moquerions éperdument. Cela étant, .signalons à nos lecteurs : un éloge de l'apartheid sud-africain (N° 69, janvier 1963l. un article ségrégationniste concernant· les Noirs américains (N° 63, Juillet 1963; n.-b. : l'erreur de numérotation des livraisons n'est pas de nous, mais du • Charivari »l. un nouvel article, fort habilement tourné sur le même sujet, paru le mois suivant (N° 64, août 1963) et la place nous manquant, pour les citations une par une une série d'articles, d'échos et de billets 'en l'honneur de l'O.A.S. (hommes et doctrines). Le tout dans le style » 7------ IT. • emlssalre Personne n'a oublié que la piste « basanée » abandollnée, les soupçons de la police se sont portés sur un monde tout à fait étranger aux rôdeurs et aux vagabonds, algériens ou non : le mondc de l'inceste familial et bourgeois. Mais l'exploitation d'une autre affaire dite du XIX' arrondissement, va renforcer la psychose anti-algérienne. Un chauffeur et un automobiliste sont abattus, dans la nuit du Ig au 20 ma rs·. En mourant, le chauffeur a dit qu' il s'agissait d'un Nord-Africain. L'Aurore sans perdre de temps, titre : « Le s;tspect mttlléro 1 serait nord-africain. » Alors que ~<;s pist.es sont encore très vagues. Le Parzs.zen-übéré affirme qu'il s'agit très certa1l1ement t1·un musulman algéri en. « U I! fou, nn sadique, 1tn r évolté ? » Nous retrouvons les composantes de l'image ~ I'oquée penc!ant l'affaire Jarty. Aussltot les assassl11ats commis, commence la chasse aux Algériens dans un secteur où l'Auror,e, souvent peu tendre pour eux, constate qu'ils n'ont pas fait parler d'eux depuis des mois. Des rafles sont effectuées un peu partout dans les cafés et les restaurants des I~ et Ige arrondissements fréquentés par des Algériens. 120 d'entre eux sont conduits dans les commissariats centraux où ils sont fouillés. Pas un seul n'ava it d'li;rme .. Ces rafles, (!ites « passa.qe au pet.qne fm dans les mzlienx 11l11S1dmans » n'ont rien donné. On annonce pourtant que les opérations cie police vont s'étendre les jours prochains dans les bidon. villes. C'est lors d'un simple contrôle d'identité que.Ia police se trouve en présence de Brahlm Boukhacem, porteur du pistolet qui a servi aux deux crimes. Interrogée sur l'opportunité de mesures pénibles et humiliantes. la Préfecture de P?lice donne le motif suivant : une certame recrudescence de la criminalité nord-africaine. Aussitôt Parisp'resse parle, ?'une dramatique progressIOn. de 1!1. del1l1quance. Elle serait clue à l~ dlspanbon des services de police spéCialement affectés à la surveillance des Nord.-Africains, notamment des forces de police auxiliaires, ces harkis dont-'es Algériens de France et d'Outre-Mer ont garné un souvenir plutôt sinistre. Et de gémir sur ]'aulmlentation de la population nord-~fricaine en France! . Un crime .isolé sert à attirer l'attentl. on du public sur le fait que les Algériens sont nombreux chez nous. On nous dont;e l'impression que nous sommenoyes sous leur masse. Un activiste m'ann~ mce Que nous' allons devenir une colome de Ben Bella. LA press~ ~lgériellne a vigoureusement reagl contre la campagne fIe presse emphatiquement menée à l'occasion des assassinats du XIX· et contre les rafles ensuite opérées. « On n'a jamais vu », écrit Le Peuple, « la police lancer des opérations aussi spectacul~ires chez les Auvergnats de Parts lorsqu on soupçonnait l'un d'eu% d'un crime. » Et Alqer-RéPublicain décèle « une campa.qne tendant à développer dans l'opinion publique un sentiment de haine et de méfiance à l'éqard des Al.qériens ». . Redoutons l'effet à longue échéance des attaques, nettes parfois, insidieuses souvent, qui contribuent, en jetant le dis crédit sur l'un ou l'autre, à le répandre .sur l'ensemble d'une population venue en France pour y travailler avec 'nous. • ne varie pas propre au « Charivari ", style dont, sans dout~, M. Jacquemart croit pouvoir se pré . valOir pour: 1° poser sa candide question (comment en sommes-nous venus à la conclusion . etc., voir plus haut) ; 2° se croire le droit de nous menacer d'un procès. En quelques mots, le procédé du « Chariv~ ri ... est le su!vant. Primo, aller jusqu'à I~ ".slere du faSCisme et du racisme (colo! lia Il ste surtout, le sentiment anti-arabe étant trop fort pour ne pas freiner, à de très rares exceptions près, l'allusion anti. juive), mais éviter de passer cette limIte ; l'hyper-nationalisme permet de réaliser ce tour de force. Secundo, présenter les fas· cistes 1964, soit comme des non-violents. soit comme ayant renoncé à la violence (ainsi l'OAS.), soit - si le cas est trop flagrant - comme une cinquième colonne de l'antifascisme (ainsi les nazis américains). A quoi s'ajoutent un perpétuel lar· moiement sur les • nationaux » emprison· nés et un total oubli des plasticages et des massacres qu'au nom des • valeurs de l'Occident », ces héros ont consommés ou provoqués. En résumé, un minimum d'esprit analytl· que met le • Charivari " à sa place : il côté de • Rivarol D, de « Défense de l'Occident D et des autres publications fascis· tes et racistes. LES PHOTOS REUNIES DANS CETTE PAGE EVOQUENT QUELQUES-UNES DES MANIFESTATIONS DU M.R.A.P. , En haut à d roite : ,\u Cf)urs de la réceptiol' organisëe l' II jalwltr 194>3 cn loue de l'c:qJosiiion-venle .. Les artiste!! conln: It n.ci ..... e •. Il1'1 r. .. ·.~~u 'r-· trelÏellt a,'ee l'tl. André l\laurois cl le prkhlent Parar. Au contre : Pour le p rodtl intenté à poujade (octobre 196%), 13 d ~ léption du Hureau "alional du M.H.A.P . ard\(' au l'alais de JII~tI('e de Lilllogts. CI-contre: Le dernkr tncctin, (18 jUill 1933) au \ 'e1' d ' IIi> '. en ra· H~ur d ' .;thcl et Ju· lius nosenbt'rg. qui aUalent elre cxécu lcH 10 h' ndemaln . Comme aux jours sombres de l' OCCupalion.M EN PLBN PARIS "..~.~ ;"0~ §'.~.'.~f.I.§'.~.'~.. F~I~:IiS:' ~.'.:'.~.':..~...;'.:."'.~.~".~.. ..'.. ................ ',. .. . .......... ~ ,l' '1 ... ................ -.; , »t:s sf'ptt'mbnl 1950. It M.R.A.P. dénonçait par ceUe affiche, pratiquees contre 11'11 AIcériens. les rafles .. au faciù • Confirence à l'Uôlel Moderne contre le réamlement allemand, en présence de nombreu5eS lM"r1IOlmallté!i et de 600 di lépés (13 décembre 1951). CI·de~sus ; L'une des phls récentes manifestations du M.R.A"'. contre le racisme aux Etats· Unis ; la lioirée de solidarité organil'ée lors de l'entrée de James Meredith à l'Uni\ersité du l\1issl~iIJi (octollre 196~). Ci·dessous : A III Sorbonne, Je M.R.A .... COllllllémore l'éman cipation deli juifs et des noir1l par la Révolution .' rançaise (sep. tembre 1961). Alloculionli du R .... Rilluet. de MM. Roger Garaudy. Grunebaum.Ballin, le bâtonnier Sala le pal>teur Westphal . Jean Obama et de Pierre Paraf. 15 ANNEES D'ACTION contre le racislne O UINZE <1ns. L'âge de l'adolescen«. L'âge de respêrance. Ce (luill:r.i~llIe anni\"er';:Iire hoque l)Our notre Mou\' ement unI' longue suite dp. COlll bat~·. Il inscrit a l'honneur de chacun de ses militants ulle somme de s"lcrifices matériels et moraux, mais aussi d'enthousi3smes dont leur vie se trouve êclairêe. ennoblie. La g rande famille du M.R.A.P. Cl>t celle où l'on dt.'meure fidèle au testament. «rit ou silencieux, de nos innombrables frères des maquis et des camps dont la place est vide parmi nous. Celle où l'on prépare de plus clairs lendemains pour leurs enfants. Le MR.A.P., c'est la Résistallce q"i ('outintll!. " " RE~OXCER le racisme, partout où il exerce sc", méfaits. le prévenir partout où il menace, lutter contre ce crime 1>'1r la Loi. !>'1f l'Education, !mr la mobil i" alion constallle de l'opinion, e'~t à quoi depuis quinze all5 nous nous SQlUmcs efforcés. A "ec des moyens fort 1l10de~tes (lue le dê\'ouement de nos camarades a progressivement accrus ct qui sont encore loin de repondre aux besoins de notre tache. avec une structure administrati"e insuffis.1nte, qui doit s'adaptcr sur le plan parisien comme !>'llr le plan régional à 110~ noul'caux devoirs. de 1949 à 1Q64 le M.R.A.P. a ~ t é a la pointe de toutes ces bataille ~ conlre le racisme ct IlOtIr la fra ternité. Cest un 1>.1thetiQue chapitre d'histoire Que celui qui revivait dans la simple énumération des actions de notre MOIII·cment. ~Ol1ll1ise :î. notre dernier Conseil. Le M.R.A.P. e~t créé en pleine f!tlerre froide. alors que l'Internationale 11l'O_l1azie, cncouraj;!ée 1>.1f les divisions de ses "ain( Iuellr~. se r«onstihle. Le racisme antisémite lauce ses défis en Allemagne. Des pOJ.:TOmes sont perpétrés en Irak. Un an. tleux ans plus tard, les persécutions contre nos frères noirs aux Etats-Unis aboutissent

1 l'électrocution des noirs de Martins\'ille

ct de William Mac Gee. En 1 9~.1 se déroule, dans lIne atmosphère d'hystérIe antisémitc, le Ilrocés d'Ethel ct Julius Rosenberg, qll'OIl appehl J'affaire Dreyfus de la guerre froide. En lIotre France même, la nation qui la IlreTllière proclama l'émaneip;'tioll des j ui fs ct la fin dt: l'esclavage, ks racistes osem rcle\'er la tête. dêclencher sur les mur~ l'offensie sacrilègc des croix gammées. innoire, nous a\'ons pris place :IUoff~ nsés. Nous avons marqul: tlllC meurtris par chacune de I ~uri .,,,,,;,;; .... re\'endiqul: l'honneur de têmoienvers eux notre étroit~ solid:\rité. ,. " CE.KfES. COI~lII}e le souligne 111011 Iri:~ • emment prMtteSSeur. M. le Premier Présideut 1.ion Lyon·Caen, nOtI ~ 'Ons rcncoutré maints obstacl"" sur 110tre Pierre P~RAF Président du "uller Ic~ victimc" s ur\' i\'aL1te~ de leur (tél1ocide. Contre les travaillcurs alKériens 'lui !.Ont nos hôtes. des ranes 1/11 fociès sont pratiquées. En Union Sud-Africaine la :;éJ.:' ré~at;on. l'oppression <les hommes de couleur (lui constituent la majorité de la POIlUlation sont consacrl'es dans la Constitution. Il n·e~t P.1S \Ine de ('es atteintes à 1:1 consciellce humaine qui n'ait suseitê racti\'e ré~ist:Lnr;e Ile 1I0S call1arade~. A\'ec l'apl)11I tics g randes centrales synd icales ct dcs m:lsses l)Opulaires. en maintes ocCaSiOlll.' leur ol1l)Osition s·CSt avérée efficace. Tous CCliX Qui e~ol11ptaiel1l <le la l ;l~,itllde et Ile 1"0ul;li le COlllmen<:elllellt de leur revanche. nous Ollt troul'ë~ COlltf(' eux fidCles et rê!. Olus. Face aux 1l0stalJ;:'ique" des fours crématoires. aux orJ;:'anisateurs (if' ratonnades. :\ ceux (lui refuscnt rl'pa '- 011 10,l:::CTlICllt aux cito)'<:n5 des Antilles françaises ou de M. R.A. P. lPute. Non ~cuklllent ceux qui ~<lnt inhérellh " la vic d'un l\IOl1\'cmellt cn pleine accélérat~ n ct dont il faut assurer l'diicacité pour 1I\II'il ne déÇOi\'e tJaS la ronfiance de :.e~ '~~llis. Non .!'Culement les furietlM's atta(juc~ (les lloo·nazlS que notre \'iJ:::ilance :1 ju~It' · l;~tIIl inquiétés. mais des malentendus :n'CC ('§ hOl11mes de IlOlIne foi qui 01lt l'U : (' n;~llrendre SUf le M'n~ de notn' :lctioll. t\ l'Ct éj;!ard 1l0t{C \'Igourensc et efficace Il..-otestatioll <:ontrc uuc brochllr<: :Intisémite e ~l Ukraine allfa pu le~ rassurer. ~ou, ~IOI1, Il,ontrerons d'autant plll~ exig-eant" dans la hJue antiraciste que les P.1)'S. Oil I('~ :lch" r'Cpréhel1siblc~ sc l)roduisent. ont mis le ~~ci slne hors la loi. Dans toutcs lc~ l1ation.."' jll mondc, de la grande Rél)lIbli<llIe .Il·' ~-r.tats-Unis d'Amérique allx j;!r:ultlcs I{l'PUliQues so\'iélique~, cn dénonçant le raci,Ul\·. Ci.dessus, :IU colloque dcs enseijfnants tI tfdurateurs à la Sorbon Ile (r""rlrr 1960), le prtfsldenl l'hm.Caen. n . ~b)'er, Il. Fauri. l'allllé Pihan. le rallbln S\ral, le Ilroftssenf F.liclllbie. Ci·de!>.'>Ous, meetinl' de protntalion salle unery, all rè!l 11"5 • rat~nnade • d'octobre 1961. A la tril,une, Mme Collette. Kahn. Pierre Parai, Charles ~aJallt. le proresseur Kastltr. le puteur LlK-hllrd, le ehanolllc CIne\: le rabbin Si rat Etienne Noul eau. . Photo du haut ; Délésation Il la prefecture de police pour demander .. tnterdletlon d'un meeting de Xavier Valla! Il Paris (953). Autour du professeur Hadamard. on recon· nalt . Ch. Palant. A. Youdine. le Dr Otnsbourg. Louise Alean avec trots autres membres de I"Amtcale d·Auschwltz. Photo du bas ; Délégation à l'Ambassade d'A(rique du Sud. après le massacre de Sharpevllle (1960) ; le conseliler Attuly, Je Dr Aujoulat, le pasteur Voge. Ch. Palant. M. Manville. ... ... 1l0U!> défendons l'lKllllleur de lel1r~ ~uples ct l'amitié tlllC nou~' leur porton~. . " CE lIleSs.1j;!e <l':umivcrsaire Ile j)rétend pas êtrc un bilan, ni un 1lrogramme. Ce sera la tache de 110ITe Journée Nationale (/UC de dresser eelui -I:I ct d·expo$ Cr «:Iui-ci. Cepelldam. lIal'l1li les I11l1hillles actn'Itcs (lue le M.R.A.P. pcut re,·endiquer. com1l1ent ne 11<IS siR"naler le Cent re d~ Liaison des Edllcateur~ contre les Préjugés Raciaux (C.L.E.P.R.) créé sous SOli égide, qui l'longe aux sources mêmcs du lIlal en pratiquant dès l'écolc J'educat-iOIl il Ja fra ternité, et le Prix créé I/oU le :\1.R.A.P. qui porte ce nom même tle Fratcrnitê et dont on peut con~tater qllc les l:luréats I"honorellt autant qu'il honore CCliX qui l'om obtcnu? Au seuil du quinzième anni\·cr$.1ire du

\rou\'clllent comre l'A llt isémitbme, cOlltre

le Racisme ct I)OUf la Paix. que lllCl>' <:amaradc~ Ille I>crmeltent enfin de Icur exprimer 111a rCCOl1nai ~sance Ct ma fierté de ~r:h'ai ll er à leUfS côtés dans une atmosphère de COnfiance et d'affcction (lui fait de ehacune tic IIOS réuniOIlS un rendez-\'ous amical. Et \'OIiS. chers CO!lIl>'1j;!1I0IlS du ;\{otl\·cment NatiOIMI contre le Racisme d'oit le ~t.R.A.P. a surgi. di~ t filll1teuN 'le ;r.1ct~ clandestins, audacieux • IllanQlIcurs :. d'enfants juifs. je souhaite l'luc l'ous Irou\·ie1- cn lIotre Moul'ement le dignc <:ontinuateur dc ,"otre eSlJérancc - qui brillait dans le'l brumes de Lyon ou SOIiS le soleil d~ Grenoble. quand nos frères toml>'1ient et 'lue la Libération etait si lente a \'enir. Le péril demeure. Mais le racisme a par_ tout r«ule. L1 conscience du monde s'est él·eillée. Dans ce nom'cau cycle de (Jnim:e année.'l. qui s·oll\'Te a lui. le :\1.R.A.P. ira ,"crs rie 1101l\'clles aurores. ~UlIIIIIIIIIIIIIUl11I11I1111111 1 11111111111m1l1Ul1mltllmllllllllll1l1l1l1t1l1Ul11ll1Ll11L11t1ll11111ml111111mlll1l111I11111111111l111111111l1111I1ml1~ ! m. Leon LYOn .. CAEn : 1 · "',;~:"~d;:o;""" 1 - ~ - {( Une conquête continue ... » LE A"-1t.A. P. celt:bre, le 26 avril prochain, le quinzième anniversaire de sa fondation. Pendant quinze ans, notre associat ion, dont la présidence m'a été confiée de 1953!t 1962, a défendu sa ns déL:lillance nos généreux idéau.'C qui sc confondent a\'ec les idéaux de la Républiq ue. Quin7e ans de campagnes conlre le racisme, quelles qu'en soient les - formes. qucls q u 'en soient les auteurs ou les victimes! - Qu-in7.e ans de lulle incessante contre les d iscriminatio ns et les haines - raciales el confessionnelles, cont re les aueintes portées il. la dignité humai· ne , aux libertés publiques fondamentales, !t I"égalité e ntl'c les citoyens, dans 1 == "~ quelqu\! pays qu'elles sc manirestent ! _ L'l tac hc fut souvent rude c t malaisée. Nous a\'ons trouvé la voie semée - - d'obstacles, que dressent l'ignorance, l'apa thie, la mauvaise foi, des préJu, = gés surannés, ct certains prétextes d 'ordre politique ou écono mique. _~=====_- Si les résultats peuvent apparaître ne pas correspondre à nos efforts, ne no us décourageons pas. Car ces libertés, ces droits de l'homme, dont nous avons entrepris la défense opiniâtre, c'cst une conqué te continue. Inlassable-ment, il raUI recommencer le même combat. Il est plus que jamais néces· sa ire. L'l victoire es t loin d'é tre remportée. Je souhai te aux courageux dirigeants de notre Mouvement la même fidélité, la méme persévérance, la même hauteur de vues qu'ils ont montrées pendant le.) q uinze années ccoulées depuis sa créat ion . 1=_- P"ml" Pmld,," ~::-d' ,:! :.:.,:: :7 Prkldent d'Uoillicur du M.R.A.P. ~ ~lUlltlllUnUllnlnI1U1U1U1I111UUll1l11nl1U\lIl1mlllnIlUlIlIlIUItl .. nllllnnlUlillllmtllnIllUlIlI1I1lUlIUlUllllnllUll l.llllUmmllllUlOE Me André BLUMEL: ({ Regarder vers l'avenir» M' Alldrf IJfUlllrI. qui 1111 Ir: pr~, mier prrsidelll dll MoR.A.!). (de 1949 à 19 _~.l), II0US a fail ~etle dicfar(llioll . UN mOll\'cment par définition doit regardcr vers l'avenir ct un anniver!> aire dOit êt re un tremplin pour les besognes rutures. Le M.R.A.P. voit son champ de travail s'étendre c haque jour. Non seulement il doit luttc r contre to us les courants de I<\cisme, d'antisémitisme, d'espri~ belliqueu.x qui s~ i sse nt encore plus ou moins intenses dans les vie ille .. nations, mais il doit combattre, dans les Etats nouveaux, ces mêmes courants que l'indépendance éveille et parfoi s s timule, c l aussi dans les pays où un régime nou\'c.'lU n'est pas toujours un\! panacee ct oil subsis tent des séc;:ueltcs d'antisémitisme.ou des relents de racisme. L'immensité du labeur qui nous avait été parrois dissimu lée, ne doit plS rebuter le M.R.A.P. qui n'omet pas du reste cette lu tte dans son propre pays. L.:: s isne tangible de la s incérité du pacifiste, de l'antiraciste ct de l'anti· ant isémite est dc balayer devant sa porte ... 1961,62 : I.e M.R.A.P. participe aux jfrandes manifestations contre l'O.A.S. (ci-dessus) . CI-contre, la manlrestation du MimoriaJ d u .\lart)'1' J I/Ir Incon nu, lors de ta ('!I mpa~. des croix p mmEes. (lanl'ler 1960.) 1 ,i· III ' DES FAITS qui donnent A PENSER ... • La « DtCHtANCE DE PLEIN DROIT de M. Maurice Lenormand de sa qualité de député de la Nouvelle-Calédonie est annoncée par I,e Journal Officiel, à compter du 31 Janvier 1964 ». M. Lenormand avait exigé à plusieurs reprises un aménagement des institutions territoriales destiné à favoriser u'ne certaine autonomie locale. '. TRENTE-CINQ MILLE FRANCS ANCIENS 1 - C'est l'amende payée par un Blanc (en Afrique du Sud), qui n'avait fait que ... « jeter un jeune Noir dons un fl euve infesté de crocodiles » . Heureusement, les crocodiles ne sont pas racistes ! tt TIXIER-VIGNANCOUR TRAVAILLE ACTIVEMENT, dit-on, à la préparation de sa campagne pour la J"~ésid.ence de la République. Pierre Poujade, qui nourrit les mêmes ambitions, entre aussi en lice. A propos: aux U. S. A., le chef du parti nazi américain, George Lincoln Rockwell, et George Wallace, gouverneur raciste de l'Alabama, ont annoncé qu'ils seraient candidats aux prochaines élections préaidentielles. '. INQUISITION MODERNE. - Dons " A.B.C. ,,(revue madrilène), Gaspar Gomez de la Cerna réclame l'intervention du Saint Office pour organiser un autodafé, au cours duquel serait solennellement brûlé le film c Mourir à Madrid », de Frédéric Rossif. Ni plus, ni moins ! .. . .« NOUS NE POUVONS RENONCER A NOS FRONTIÈRES DE 1937 », a déclaré à Bonn le Chancelier Erhard, au cours d'un Congrès des associations d'Allemands originaires des territoires recouvrés par la Pologne et la Tchécoslovaquie après la défaite nazie. • ,PARMI LES OUVRAGES « INDÉCENTS, OBCÈNES OU SUJETS A CAUT oN », la censure sud-africaine vient de désigner le livre du cosmonaute TITOV : c 700.000 kilomètres dans l'espace ». Lo vente et la lecture de ce livre est donc interdite en Afrique du Sud. • LE « FUHRER » DE « JEUNE NATION », Jacques S,idos a été condamné à 10 ans de détention criminelle. « Algérie Française » a - t - il crié lorsque le tribunal a rendu son verdict. C'est à dormir debout. .J1>.CQUES MEY,RAN, paraît-il, a c:ommencé sa carrière durant l'occupation allemande en faisant rire les B.O_F. de la collaboration. Son répertOire truffé d'histoires anti-juives pour plaire aux fêtards de l'époque n'a pos changé, malheureusement pour ceux qui entendent ce comique peu .. marrant », si l'on ose dire pour rester à son niveau. Il pourrait fui arrÎver de se foire clouer le bec avant longtemps. • UN COMITÉ POUR LE RETOUR DE UON DEGRELLE EN BELGIQUE s'est constitué à Bruxelles. Le chef du mouvement Rex, condamné à mort par contumace en décembre 1944, vit en Espagne où il attend la « prescription » : selon la loi belge, celle-ci entre en vigueur vingt ans bprès la condamnation. • 70'0 MILLIONS D'ANALPHABÈTES DANS LE MONDE indiquent les dernières évaluations de l'U .N.E.S.C.O. Et ce nombre s'accroît au rythme de 20 à, 75 millions chaque on née. SUR LA NOUVELLE CALEDONIE (suite) Dans une lettre que votre journal a publiée dans son numéro de février, M. Pierre Bas écrit ceci : « J'ai demandé une réforme agraire en signalant, page 34 (de mon rapport) que 53 propriétaires disposaient de 1.000 à 20.000 hectares, soit 46,6 % de terres appropriées, et qu'un propriétaire dispose de 32.669 hectares, soit 9,8 % du sol approprié_ « Les propriétaires en question ne sont pas des Mélanésiens

les réserves autochtones

s'élèvent à 341.000 hectares ». Monsieur Pierre Bas, si je comprends bien, confirme que son projet de réforme agraire, non seulement ne vise pas les 341.000 hectares des réserves laissées aux autochtones après la spoliation de leurs anciennes terres, mais qu'il ne les concerne pas; sans doute veut-il dire qu'avec leurs 341.000 hectares, les autochtones ont assez de terres et doivent être tenus en dehors d'une éventuelle réforme agraire ? Cette réforme serait faite au profit d'une nouvelle immigration européenne, de rapatriés -, d'Algérie, vraisemblablement, c'est - à - dire d'une néo-colonisation des terres appropriées. En général, les chiffres se passent de commentaires, mais dans le cas particulier, les chiffres, au contraire, appellent des éclaircissements et des précisions. Sur les 341.000 hectares de réserves autochtones, il faut savoir que sont compris les 187.300 hectares des Iles Loyauté, ce qui signifie que les Mélanésiens de la Nouvelle Calédonie proprement dite où doit se faire la réforme agraire, ne dis P 0 sen t que de 120.700 hectares. Or, ces 120.700 hectares englobent également .tes terres non cultivables: montagnes, landes et marécages. Depuis 1958, l'Etat français a, par surcroît, revendiqué la propriété de la zone maritime sur laauellp sont inst,'l.llés de nombreux villages mélanésiens

5.000 hectares sont ainsi

contestés aux originaires de ces terres. Les parties cultivables des réserves, sur la Grande-Tprrp'. sont représentées par 7_500 hectares de cocoteraies, 3.200 hectares de caféières et 1.200 hectares de cultures vivrières, soit, au total. 11.900 hectares de terres de culture. Il y a 30.000 Mélanésiens sur la Grande-Terre et 15.000 aux Iles Loyauté. Ces 30,000 Calédoniens autochtones n'ont donc que 4 hectares par' tête, dont seulement un peu plus d'un tiers _d'hectare comme terre de culture. En ce qui concerne les Européens, M. Pierre Bas nous signale qu'un propriétaire dispose de 32.669 hectares, soit 9,8 % du sol approprié. C'est un fait exact et connu puisqu'il s'agit du domaine de la Société Ouaco, aujourd'hui à Sénateur de la lédonie. appartenant M. Lafleur, Nouvelle Ca- S'il est exact aussi que 53 propriétaires disposent de 1.000 à 20.000 hectares de terres, il faut préciser que sur ces 53 propriétaires, les trois plus importants détiennent 71.472 hectares, soit 22 % du sol approprié. En totalisant les surfaces possédées par les sept plus gros propriétaires, on arrive à 165.000 hectares sur les 318.000 hectares de terres concédées jadis à la colonisation européenne. Mais, la réalité est encore bien plus éloquente si l'on précise que sur les quelque 1.833 propriétaires ruraux européens de la Nouvelle-Calédonie, plus de la moitié (51 % ) soit 970 agriculteurs ne détiennent ensemble que 10.800 hectares, en fait, à peine 3 % des terres de colonisation (simple coïncidence des chiffres, nous avons vu que les autochtones n'ont également que 11.900 hectares de terres de culture). Ajoutons à ce millier de petits cultivateurs blancs, 300 éleveurs moyens qui possèdent environ 200 hectares chacun et nous constatons alors que 553 propriétaires ruraux détiennent ensemble près de 300.000 hectares, laissant seulement 18.000 hectares pour les besoins de vivre de 2.133 petits colons européens. Certes, ces 533 gros propriétaires (300.000 hectares) et, au moins, les 53 plus gros (148.200 hectares) risquent un jour ou l'autre d'être l'objet d'une réforme agraire; M. Pierre Bas, dans son rapport, a constaté lui-même qu'elle est possible et nécessaire. Mais, peut-on penser qu'elle doit et puisse se faire au profit de nouveaux immigrants européens, alors que les habitants du pays n'ont pas assez de terres, que les 1.000 familles de petits colons européens ont chacune moins de 10 hectares et que les 30.000 autochtones de la Grande-Terre n'ont qu'un demi-hectare de terre de culture par tête ? . Les autochtones qui risquent de voir, après la spoliation de leurs terres ancestrales, ces im,menses domaines incultes passer en d'autres mains que celles des paysans calédoniens, noirs et blancs, au lieu de contribuer à les sortir d'une situation cruciale, ' n'ont-ils pas raison d'être inquiets devant ces nouveaux projets d'accaparement qui seraient bien à tort intitulés « réforme agraire ». Michel LAMBERT, antien - Mini~tre des Travaux Publics de la Nouvelle-Calédonie (1958-59). JE SAIS COMBIEN VOUS FAITES Etant sous les drapeaux à l'heure actuelle, je ne peux hélas! participer, même d'une façon minime, ne serait-ce que financièrement, à l'activité du M.R.A.P. Mais je lis votre journal, et je sais combien vous faites pour le combat antiraciste quotidien devenu international du fait même de l'actualité et de la nécessaire solidarité qui unit tous Ceux qui haïssent les racistes et le racisme, tous ceux qui sont contre l'internationale néonazie. J. H. LES SEULES ARMES J e me suis souvent interrogé sur la transformation que le M.R.A.P. pouvait opérer dans les divers milieux qui entendent sa « voix lI. Veuillez m'expliquer ce que vous espérez tirer d'une loi sur le C( racisme » en France. Peuton obligp.r les hommes à s'aimer? L'amour n'aurait aucun sens. Officiellement, la France se déclare pays de la liberté, de la fraternité et de l'égalité. Alors, que lui manquet- il légalement pour que chaque Français respecte au moins la dignité de tous les hommes, la liberté des étrangers que son pays accepte -avec calcul peut-être -- d'accueillir pour le travail ou pour la formation? Je crains que la loi ne soit tournée en ridicule, car le racisme est un prétexte qui oriente et accentue le mal qu'on est à même de faire à son propre frère. Le coeur et la raison demeurent, à mon avis, les seules armes efficaces. TOMAGNIMENA Gbobja, Toulouse. COMME LE CATOBLEPAS Je vous remercie pour votre dévouement, votre courage dans cette lutte si difficile face à un adversaire de force inégale, puisque déséquilibré, monstrueux. Le dialogue -- si on peut appeler cela un dialogue! -serait tellement plus facile avec un opposant intelligent, aux arguments solides et sérieux ! Mais « ces gens II sont tellement stupides avec leur haine aveugle que parfois on désespère de ne jamais arriver à les maîtriser et on se demande si, nous, tolérants, pacifiques, qui aspirons à la paix et au progrès, ne devonsnous pas 'mener une bonne fois une campagne, une lutte (dirais-je presque violente), contre ces intolérants, ces antisémites. ces racistes et tous ces 'êtres vivants qui « ont un cerveau comparable à celui du catOblépas, animal tellement stupide qu'il dévorait ses propres pieds », comme l'écrivait le regretté académicien Maurice Donnay dans son C( Retour de J érusalem 1), mais à propos des militaristes qu'il faut haïr. Max MEMMI. La Courneuve (Seine). BEAUCOUP DE BIEN ••• Je suis une infirme paraly. sée, qui lit votre journal que je trouve fort intéressant. Je ne sais combien coùte le prix d'un abonnement, mais je vous envoie la somme de 10 francs pour me permettre de suivre le journal, bien entendu, je ne peux pas vous dire si je resterai tou· jours fidèle à l'abonnement. Je tiens aussi à vous remercier pour la parution de ce journal, qui est une très grande oeuvre, qui fera beaucoup de bien à la nation fran· çaise. Je vous parle ainsi, c'est parce que je suis Marti niquaise. Mlle A. C_ Clichy (Sei" e). POUR UN GRAND AVENIR Je veux vous dire -q ue Je suis ravie de recevoir chaque mois votre numéro q ui me donne chaque fois beaucoup de satisfaction. Puisse chacun penser comme vous et oublier toutes ces haines passées. Tous nos souhaits pour un grand avenir de votre Journal. Simon LlPCZVC, Anvers (Belgique). NE PAS REPONDRE PAR LA HAINE ... Je vous remercie du bulletin d'adhésion que vous m'avez adressé il y a quelques jours. J'y réponds bien volontiers, car je crois qu'un Mouvement comme le vôtre est capable, en effet, de contribuer à la compréhension et à l'amitié entre les hommes et ent re les peuples. Recevez donc mon adhésion pour continuer et pour accroître encore l'elIort que vous avez entrepris dans ce &ellS. Comment un chrétien ne serait- il pas sensible aux idéaux de fraternité, d'égalité, d'amitié que vous cherchez à pro· mouvoir? Il formera le voeu que, jusque dans les ripostes nécessaires 'aux menées racistes et antisémites, le M.R.A.P. ne réponde jamais à la haine par la haine -- mais qu'il sache étendre à ses a dversaires le désir ardent de fraternité qui anime son action. Abbé GUERIN. Ancenis (L.-A.) . Apr s la condamnation Il mort "de Jacob Buoistein ••. " nécessairo de rappele~, 'e"n 'q~elque'B' mots, le passé au perDvnnage. ~. - ' il Gst, n& ùans ~e _, &hetto de Chicago i -son père y 'était e"!,gloyé du ' rabbinat aux abatoirs (Viande kasher-) i dès l'âge de 15 ana il est comprOffilS dans Ulle aflaire Pour susciter la haine de racket; . . . : . après avoir ét~ einployé dans une "boit'e ùe nuit", cie New-York, il re'/ient à Chicago pour' y 'ouvrir sa propre "maison" ••• :"" ,- . .: ., . , .' . . . - en moins de quinze ans il se trouve. in cil é' i\ plus d'une" douzaine 'ù'affaires ùe drogue , et de racket; il participe à un hold-up qui fit 5 morts; - en 1949, recherché par la <,olice, il part pour Dallas où il ouvre Qe;, 'établissements de strip-tease; , C'OAt à la :même éroque ' qu'il organiss le racket des restaurants; . . . , ' ", ' - en 1955 il : ouvré .. "J,e Carousel" qui ùevient r a2idement une affaire très florissante; quoique de réputation très douteuse , sa "boite" voit d ~ filer des pe rson": nalitas connues;' il se' ,fait r emarquer par son a ssiduité à la s~na§opue ainsi que par l'importance des dons -faits aux dive rses organlsat.l.l1ru!~!UX"l, 1U - cela rie fut point inutile .puisqu'à peine an-êté un comi té' israéli te gauchisant . dirigé ·par Nelson , :JolI annonce qu'il l'l9t .:;'-.:BS ctiClpoeitiOJ. oies fonde illimités · t les !Deilleurs avocats ciu pays -.. , ~-------~-----~--------- \. Jacob Rubiste'in et l es 2.§:l9hiatre s .. '. . '. . , psychiatrcs commis par la justice, les Drs Roy 3chaffer et . Walter . Bromberg, Rublstein "devait' soulaeer son su oconocient en a battant l'ancien mari ne converti au marxisme". , Souffrant en 'effet ct' "épileprJie ' l'sychomotrice", il . pouvai t "sous ,l'influence ci 'unc forte tension élaotionnelle" _ passer a "un état ','. mental explosif". "De m~me.i c'est . ""our ou·olier · sa co!'dition de juif"gue le...E!:2= llriétaire deo cabarets de strip·.. ·tease de Dallas, se.rait devenu "le type même du. . bagarreur-redresseur. de ,torts". LeD médecins ajoutènt, 'Qlua matérialistes, que . Rubistein a eu 5 iJlenliorasie.s .et 1 syphillis. Enfin, ce r edresseur .de torts , : serai t aussi amnésique. C' ee t , ce qui 'lui ·a permis ct' écrire ses mémoire.'" en pri'- _ Bon • •• ( .l!:CI est un extrait d'un bulletin édité par la Fédération des Etudiants Nationalistes ( Paris-Droit-Nationaliste)_ rour alimenter les préjugés et la hame antisémites, les auteurs de cette diatribe insistent lourdement et bêtement sur l'origine juive de « Ruby Il, l'assassin de Lee Oswald. Le procédé est classique_ Et nous approuvons les étudiants antifascistes qui ont mis en déroute les distril:iuteurs de cette écoeurante littérature, en dépit des « gorilles » qui les encadraient. BARDECHE, L'AMATEUR DE GHETTOS Poursuivant son « étude Il sur la « question juive Il, Maurice Bardèche, dans Défense de l'Occident, de mars, reprend son thème favori, à savoir que « les juifs ont nourri eux-mêmes l'antisémitisme Il. Il propose, pour mettre fin à l'antisémitisme (mais oui !) que les juifs renoncent à toute une série de « professions qui mettent fatalemen t en vue » et se maintiennent dans leurs propres « zones d'habitat Il -- autrement dit, des ghettos. Il se prononce contre l'adoption d'une législation antiraciste, qui constitueTlÛt, selon lui, un « viol de conscience II. Cette attitude n'a rien d'étonnant. Ce qui l'est plus, c'est que, même dans le cadre de la législation actuelle, Bardèche et ses semblables puissent poursuivre leur ignoble besogne de provocation à la haine. A BRUXELLES Le 22 mars, au Centre des Jeunes, à Bruxelles, Mo Armand Dymenstajn, secrétaire national du M.R.A.P., était invité par la Fédération de la Jeunesse Juive de Bel· gique, à participer à une journée d'étude. Devant un public très jeune et très -norabreux, il parla de la lutte contre le racIsMe et l'antisémitisme, en 1964. II l -A ()lJ Une réunion du Conseil Nalional consacrée au L - E Conseil National du Mouvement contre le Racisme et l'Antisémitisme et pour la Paix s'est réuni le dimanche 12 avril à l'Hôtel Modernr. à Paris. A l'ordre du jour figurait la préparation des grandes manifestations prévues pour le IS· anniversaire du M.R.A.P. : Gala au T.N.P ., le 26 avril; Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, le 24 mai, au Palais de l'U.N.E.S.C.O.; expositionvente d'oeuvres d'art, les 29 et :w juin au Musée Galliera. Tout au long de la journée, -le développement de l'action du M.R.A.P. en fonction de ces manifestations et des problèmes de l'actualité, a fait l'objet d'un débat apgrofondi, présidé par Pier- . re Paraf, apres les exposés de Charles P alant et d'Albert Lévy. Les participants. parmi lesquels se trouvaient les délégués de plusieurs romitês de province (Lille, Lyon, ClertnorJt -F errand. Vitlefranche, Cannes) se • • anniversaire sont préoccupés également de la nécessité de donner au Mouvement les moyens mat&iels qui lui permettront de réaliser les tâches fixées. Sur ce point, après l'exoosé du trésorier, Julien Aubart, sont intervenus notamment Charles Ovezarck et Louis Lefèvre. Armand Dymenstajn a évoqué l'action du M.R.A.P. au cours de ses q<1inze années d'existence. Ont pris également la parole dans les débats : Michel Kerhervé et Benveniste (Lille), Aelion, M· Georges Sarotte, Jo., eoll Creitz, Gilbert Weisberg, J acqueline Marchand, Mme Ascoli, Léonard Sainville, Alain Gabor. ]. Belsie, le Dr Rennert, le professeur Marc-André Bloch. De ces travaux résultent de nombreu!; es suggestions .que les comités locaux et régionaux. ainsi que l'ensemble des militants du M.R.A.P. mettront à profit au cours des 1)rochaines semaines, pour que soient célébrés dignement les 1 .~ ans de notre Mouvement. Débat sur cc Le Vicaire ») Cormeilles 1# en 1# Parisis , a l laisir de Connaître recevait à Cormeille& en-Parisis, le mardi 24 mars, Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P. et François Darbon, metteur en scène du Vicaire. I.e Vicaire, de R. Hochhuth était le sujet de la réunion. Mais au delà de la pièce se dessinaient les multiples prOblèmes du ra· cisme et de la responsabilité humaine. Comment ne pas avoir été bouleversés, émus par le récit de ,Charles Palant, ancien déporté d'Auschwitz et homme libre qui nous a dit: Nous avons eu la chance de survivre, il faut que cela serve à quelque chose:" Ce quelque chose, c'est une tâche immense à laquelle il se voue sans relâ· che : faire prendre conscience à chacun de nous du racisme sous toutes ses formes existant dans le monde entier. Avoir voulu ignorer que des millions d'êtres humains étaient massacrés pendant la 11' guerre mondiale, que pendant 7 ans, en Indochine, en Algérie, des massacres d'êtres humains avaient lieu, ignorer aujourd'hui qu'il y a 4 ans, à Paris, on jetait dans la Seine plusieurs centaines d'Algé· riens, ignorer les actes fascistes de l'O.A.S., ignorer qu'a.ujourd'hui des fascistes fran· çais se réunissent dans un café de la Bastille en uniformes nazis, que leurs journaux sont vendus librement, c'est conduire le monde à des actes indignes vis-à-vis de la personnalité humaine. Puis, François Darbon résuma la pièce et pa.rla du travail de mise en scène. Le Vicaire, par le choc psychologique qu'il donne aux spectateurs est une pièce utile et il faut rendre hommage à l'auteur, à l'adaptateur Jorge Semprun, au metteur en scène François Darbon, aux comédiens, à la directrice de l'Athénée, Françoise Spira. Nous sommes reconnaissants à nos invités de nous avoir procuré une soirée riche d'enseignements et d'avertissements. Vingt ans après, il est nécessaire, urgent, de rappeler ces faits à nos aînés, d'en instruire et avertir les jeunes. Nous espérons aussi que cette soirée du 24 mars à Cormeilles-en-Parisis, sera une pierre de plus apportée à la construction de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme que mène d'une façon exemplaire le M.R.A.P. Nous souhaitons que notre collaboration ne s'arrête pas là et que des liens de fraternelle amitié nous lient les uns aux autres. Françoise TRIBONDEAU. Conférences et assemblées « LA JEUNE FILLE » ••• A LILLE Le 18 mars, à Lille, Marie·Magdeleine Car· bet, membre du Bureau National du MRAP a présenté le film de Bunuel, La jeune fille, devant un public nombreux et attentif. '" A VALENCIENNES Plus' de 750 personnes assistaient à la soirée cinématographique organisée le 24 mars, par le comité de Valenciennes, avec la participation de Mo Schapira, secrétaire national, qui assura la présentation du film de Bunuel, La jeune fille. Deux nouveaux succès à l'actif du dynamique comité du Nord de notre Mouvement. Week-end antiraciste dans le 18- Le Comité du XVIIIe du M.R.A.P., en collaboration avec la Maison Verte (129, rue Marcadet _ Paris - 18'), organise deux journées consacrées au racisme. Le samedi 18 avril, à 20 h. 30, sous la présidence de M. le Pasteur Voge, aura lieu Jo projection du film « Come bock Africa ", présentée par Armand Dymenstajn, secrétaire national du M.R.A.P., suivie d'un exposé de Mlle Alice Hogeman, de l'U.N.E.S.C.O., sur la lutte des Noirs aux U.S.A. ; }ê président, Pierre Paraf clôturera la . soirée en parlant du racisme en Fronce. Le dimanche 19 avril, une exposition de photos et documents sur le racisme sera inaugurée officiellement en présence de personnalit~s diverses et de représentants d'associations locales, tandis que se déroulera une vente-signature de livres antiracistes. A L'ASSEMBLEE GENERALE DES TRAVAILLEURS ANTILLAIS Le 23 mars, au cours de l'après-midi cuiturelle, clôturant les travaux de l'assemblée générale de l'Amicale générale des Travailleurs antillais-guyanais, Joseph Creitz, membre du Bureau National du M.R.A.P., a exposé les Objectifs poursuivis par le M;.R.A.P. dans la lutte antiraciste, insistant sur la discrimination dont sont victimes les gens de couleur à Paris. A LA RE.SIDENeE UNIVERSITAIRE D'ANTONY Le 14 avril, le M.R.A.P. a organisé à la Résidence Universitaire Jean-Zay, à Antony, une conférence sur le thème « Racisme et antiracisme en 1964 », avec la participation de Léonard Sainville, professeur et écrivain, membre du Bureau National. A l'issue de la réunion s'est tenue une vente-signature de livres antiracistes. A LA CITE UNIVERSITAIRE Le 15 avril, le Comité des Résidents de la France d'Outre-Mer a organisé, 45, bou· levard Jourdan (Paris-XIV' ), à la Cité Uni· versitaire, une soirée au cours de laquelle a été projeté le film de L. Rogosin : Come Back Africa. M' Dymenstajn, secrétaire national du M.R.A.P. a présenté le film et a fait lUl exposé sur l'apartheid en Afrique du Sud. A LEZIGNAN: LE PROBLEME GITAN Le 15 avril, à Lézignan, dans l'Aude, à la Maison des Jeunes et de la Culture, Roger Maria, membre du Bureau National du M.R.A.P., a fait, sur le problème gitan, une conférence qui a remporté un très vif succès auprèS des auditeurs venus nombreux. De multiples adhésions· au M.R.A.P. ont été enregistrées. A LA MAISON DES JEUNES DE COLOMBES Sous l'égide de la Maison des Jeunes et de la Culture de Colombes, aura lieu le samedi 25 avril, à 16 heures, une conférence- débat, avec la partiCipation de Me Schapira, secrétaire national du M.R.A.P. Au cours de la réunion sera projeté le film : Come Back Afriea. .;. ... AU STUDIO RANELAGH Le comité du M.R.A.P. du XVI' arrondissement organise le dimanche 10 mai, à 9 h. 3Q, une sé~çe çinématographique al,! cours de laquelle sera projeté Come Back Africa. M' Schapira, secrétaire national, pré· sentera ce film et exposera la situation en Afrique du Sud. Les organisateurs comptent sur la participation active des Lycées du XVI< arron· dissement. ({ DESCRIPTION D'UN COMBAT» A LILLE . L'action des lycéens Le comité du M.R.A.P. de Lille, organise le mercredi 20 mai, à 20 h. 30, au cinéma Il Le Paris », une soirée au cours de laquelle sera projeté le film de Chris Marker sur Israël : Description d'un combat. M' Schapira, secrétaire national du M.R.A.P., présentera le film, en présence du premier secrétaire de l'ambassade d'Israël. ~ I. Y a deux mois, quelques lycéens ~ décidaient de créer, au Lycée Jac· ques-Decour, un Comité antiraciste qui rejoindrait le M.R.A.P. dans la lutte contre le racisme. Il est nécessaire aujourd'hui de faire un bref bilan de notre action. A la faveur des représentations du Vicaire, organisées par le M.R.A.P., nous avons éveillé l'intérêt de nos camarades et nous avons pu amener cinquante d'entre eux, lors de la projection du film Come, Back Africa, organisée par le Comité du M.R.A.P. du IX' arrondissement, et présentée par M'Armand Dymenstajn, secrétaire national du M.R.A.P. Encouragés par cette réussite, nous organisions, le 22 mars, une matinée cinématographique au Studio 43, avec le film germano-bulgare réalisé par Konrad Wolf, Etoiles, qui fut suivi d'un exposé de M' Schapira, secrétaire national du NOS DEUILS C'est avec ~ne profonde émotion que hOlls avons appris la mort du professeur Edmond Vermeil. Cet éminent germanist&, ce grand résistant était l'un des fonda· teaIs de notre M01Jvement et appartenait à son Comité d'Honneur. Nous exprimons à sa famille notre douloureuse sympathie. Nous adressons n*os très sincères condoléances à M. Adolphe Espiard, membre du Comité d'Honneur du M.R.A.P., qui vient d'avoir _ la douleur de perdre sa ff!lll!me, Mme Adolphe Espiard. M. R. A. P. sur l'Internationale néonazie ». Deux cent quatre-vingts lycéens, lycéennes et étudiants, représentant vingt lycées et quatre facultés, participaient à cette réunion, à l'issue de laquelle ils vot$rent, à l'unanimité, une résolution dans laquelle ils décidaient : « 1. D'engager des actions simultanées destinées à informer l'ensemble des lycéens de tous les aspects du néofascisme. « 2. De demander au gouvernement français, en vertu des prinCipes affirmés par la Constitution et par les instances internationales : « a) D'interdire la publication des journaux racistes et antisémites, tels que Le Vicking, Europe Nouvelle, Défense de l'Occident, etc. b) De sévir énergiquement contre les groupes d'inspiration fasciste, tels que : Fédération des Etudiants Nationalistes (F.E.N.), Restauration Nationale, Parti National-Socialiste Prolétarien ,etc. » Cette résolution a été signée par des représentants des lycées et facultés suivants

Jacques-Decour, Honoré-de-Balzac,

Jules-Ferry, Lamartine, Janson-de-Sailly, Victor-Hugo, Racine, Edgar-Quinet, Courbevoie, Verlaine, Condorcet, Voltaire, Claude-Monet, Charlemagne, Colbert, Fénelon, Buffon, Rodin, Louis-le·Grand, Henri-IV, Faculté de Lettres, Faculté de . Médecine, Faculté de Droit et Faculté des Sciences. D'autre part, nous avons procédé à la distribution de tracts antiracistes dans les lycées, et tout particulièrement dans ceux - Voltaire et Buffon - où sévit la propagande fasciste des organisitlons d'étudiants nationalistes (F.E.N., Restauration Nationale, etc.). Des comités antiracistes de plus de cinquante membres fonctionnent dans de nombreux lycées (J.-Decour, Honoré·de- Balzac,_ J .-Ferry, Louis-le-Grand). Leur action est coordonnée par un comité parisien qui se réunit chaque quinzaine et qui est placé sous la présiâence d'honneur de Denise Decourdemanche, la soeur de Jacques Decour. Nous envisageons d'étendre le mouvement en créant des cercles antiracistes dans d'autres lycées. Pour assurer la liaison permanente de ces différents cercles, nous préparons un bulletin ronéotypé. Seule une action vigoureuse et réfléchie peut en imposer aux nostalgiques du national- socialisme et faire prendre conscience à tous les jeunes de la nécessité de la lutte contre. le racisme. L'aide rencontrée auprès de nombreux professeurs et les perspectives de création d'une commission de jeunes au sein du M.R.A.P. ne peuvent que nous faire progresser dans cette voie. Alain GABOR et Hervé KERIEN. DANS LES SOCI ETES • Le 22 mars, la société mutualiste « Les Amis de Przytick » commémorait le pogrom sanglant perpétré dans cette vil1e polonaise en 1936 et la liquidation du ghetto par les nazis pendant la guerre. Charles Palant, secrétaire général dU M.R.A.P., a pris la parole au cours de cette manifestation. • A l'issue de la réunion du ConseU National du M.R.A.P., une délégation s'est rendue dans la salle voisine de l'Hôtel Moderne, où se tenait une assemblée culturelle organisée par la sociét.S des originaires de Varsovie et ses envi· rons. Charles Palant, chaleureusement applaudi, a salué en une brève allocution, la nombreuse assistance. Au Club Amitié Nos jeunes amis du Club Amitié ont réalisé le mois dernier, une série de brillan· tes conférences, très largement suivies. Le 11 mars, l'écrivain Jacques Mantet, a parlé du « Voyage du Pape Pâul VI au MoyenOrient ». Le jeUdi 2 avril se tenait une conférence- débat sur la pièce de Vercors « zoo », avec la participation dè Georges Ricqql.er, comédien du' T.N.P. La réunion du 15 avril était consacrée à la pOéSie antillais~ avec la participation de Gilbert Oratiant et d'Auguste Armeth qui dit, accompagné à la guitare, -quelques-uns des poèmes de son recueil Il Le cri antillais Il. Leur programme à venir promet d'être aussi très intéressant : le 22 avril, JeanPierre N'Diaye, sociologue, parlera de la condition des travailleurs noirs en ~ce ; le 29 avril, à 21 heures, pour célébrer le renouveau du club, une soirée cinématographique, animée par Roger Maria aura lieu au Studio 43 : au programme, le ftIm de Jacques Rozier, « Adieu Philippine Il ; et enfin le 6 mai, Me Nadd, fera un exposé sur le problème posé par la jeunesse délinquante. Toutes ces réunions, sauf celle du 29 avril ont lieu à 21 heures précises, 44, rue de· Rennes, Paris-VIle. , 1 ! 1 , i i i , ' i! ! 1 1 1 12 MAURICE . MENDJISKY Une symphonie pathétique du nOIr et du blanc L'HOMME injurié, humilié, crucifié ... L'homme renaissant à la vie ... Que de versions de ce martyre et de cette épopée la mémoire et la piété ont pu, hélas! depuis des siècles, des millénaires, éprouver et connaître ! ... Que de Pâques ensanglantées, que de Passions! ... A sa honte, notre temps a eu les :;iennes, innombrables, et pires peut-être Qu'aucunes autres - en' tout cas :noins excusables - alors sciehce et religions semblaient devoir empêcher à tout jamais Que l'humanité, surtout en la personne de ceux Qui s'en proclamaient les rejetons les plus évolués et les ~ui~es, s'avilît jusqu'à surpasser dans le crtme les plus ignobles barbares du passé. Et pourtant, deux noms suffiraient pour déshonorer une époque et une horde de gouvernants : Oradour ... Varsovie ... Varsovie!... Quatre mots de Vërcors suffisent à exprimer le chaos à 'Quoi réduisit la volonté systématique de destruction ordonnée par Hitler: « Sahara de ruines pulvérisées. » Oui, un chaos de murs informes dressés comme un suprême -, cri d'appel, de révolte après les explosions multiples, les é<:r~ulements meurtriers dans la lueur S1I11stre des incendies ~t la brume des fumées. Les pierres elles-mêmes, pas plus QU~ les objets et moins encore Que les etres, n'étaient épargnés; leur drame les abattait pour les instituer décors plus conforme à la tragédie des hommes ... Ce martyre de la capitale de sa patrie d'origine, de la ville de s.a jeunesse, .Mau: rice Mendjisky ne l'avait pas vu nt subi lui-même puisqu'il avait quitté ,sa Pol?gne natale à l'irrésistible appel de Pans, pôle universel des argonautes de la forme et de la couleur. De Lodz à Vars~vie, de Varsovie à Paris, il était venu riche de son lucide regard aigu, de ses .. dons (Qu'à hérités son fils S.erge Men?Jls~y) et il avait eu, avant meme Que d attel?dre à la large audience du grand publtc, le privilège de conquérir l'estime d~ ~enoir l'amitié de Picasso, la consideration' de Matisse. Et cela, peut-être parce que la ferveur de son idéal plas~ique l'avait convaincu « de renoncer a ~n art jugé trop facile afin de pOUVOir s'appliquer à réaliser. des chefs-d'oeuvre qu'il savait d'avance 1I1vendables. » (Cette observation, qui émant; de son fils, permettons-nous de la so~ltgner pour mieux pouvoir assU1:er Q~e ~I s~ule la qualii:é d'une oeuv.re determ1l1al! 1 ~ption des amateurs, rIen ne res.teralt. dl~ponible des toiles e~. des dess1l1.s lats~es par Maurice MendJlsky, depUiS treize ans décédé.) Un album de grand luxe, contenant la reproduction de .15 dessins, CO~llment~s par Vercors et accompagnes d ~n. POIgnant poème de Paul Eluard ( ~dlttons des Boulingrins, à Monac.o) vient ùe paraître sous ce titre éloquent : « H ommage aux combattants martyrs du :7hetto de . Varsovie. » Nous sommes (n~ futur, nous sommes la [promesse .. . S'éveiller opprimé accentuait -le combat .. . Nos frères avaient faim, étaient pillés, . [meurtris ... Mais la rose de fe I! de lettr san,q' survi[ vait ... Et c'est pourquoi, après le défilé des images montrant les atroces visions, N. l ' jury, ni réçolTlpenses » sous cette fière devise, çpnjuguQnt un âmour passionné de légalité, sous le signe et dans le cadre de la démocratie; avec une dévotion totéle, ' donc déSintéressée à l'art, une société naissait en 1884 : celle des a,rtistes indépendants. Elle entendait, face au Salon, avec un grand S,au Salon unique (donc, officiel), permettre à tous les artistes de se présenter au public, à, la critique et donc, le cas échéant, de se révéler, à leurs risques et périls, à la seule condition que l'exposant ait pu disposer inoubliables - exode, mises au tombeau, fuite d'un infirme ou d'une mère :;ous le bombardement, maternités, « pietà » civiles, invocations des regards au ciel, etc. - c'est pourquoi l'ultime image, l'effigie d'une jeune femme, au lumineux visage empreint d'une austère beauté, portant dans ses bras les fleurs qui sont peut-être l'hommage d,. la piété du souvenir en même temps que le symbole du renouveau de l'espoir dans la vie ... Et, comme chacune des' planches ,le ce livre admirable elle -aPPol·te la preuve décisive que le talent de Mendj isky ,~tait digne de l'épopée tragique de Varsovie. de la modique somme afférente ou droit d'accrochage. Quatre-vingts ans ont passé depuis lors. Le Solon des « Indés », sous la présidence de P.aul Signac, de Luce, cI'Urbain, a ~i bien assumé la mission que lui avait assignée Dubois-Pillet, celle que l'aidèrent à accomplir Luc-Albert Moreau, Metzin .. ger, Roger-Marx, Angrand, Schuffeneker, etc ... , celle que patronnèrent Edouard Herriot, Georges Huisman, Albert Sarraut, Léon Bérard, Paul Léon, etc "', cell,~ que soutiennent de nos jours Jacques Jau- Monument graphique Qui rejoint en poignante éloquence le . monument de bronze du sculpteur Rappaport et la bouleversante série des dessins, cres est~mpes de Kulisiewicz, cet ouvr~ge cbn~t!tue bien « la véritable symPhome pathettque du noir et du blanc )) qu'a admirée Matisse, Ci-dessus : P: Signac: « Les ,Andelys» (1886). Collection G. Signac. Ci·dessous : « Le bateau-lavoir du pont de Charenton ». Musée de St·Etienne. (Photo Jossue). Elle est plus encore : elle est le cri d'un âme noble à jamais meurtrie par la déportation de sa compagne, par la mort de son fils Claude, fusillé par les nazis le 22 juillet 1944 i Nice. « Inspirés par son combat et par sa mort » ces dèssins sont ,dédiés au héros :ldolescent pour ,qui ,l'artiste paraît murmurer le thême d,es Phéniciennes devant la tombe d'un jeune soldat : Ne' jetez pas non plus sur elle La fleur de Vét1u.~. l'asp~od~~e Si vous voulez qu nu 110tr se10ur Son ombre descende fleu,rie Cueillez tous les lall1'lus daJ1s les !J(lis [d'alentour Mon fils est mort pour la Patrie. Eluard, lui, en des' strophes magistrales a trouvé les mots les plus fraternels, les' plus intégrés au cataclysme, i. la torture infligés cl Varsovie et à ses ~labitants. "bétàchons ces' images qui hurlent .le vérité et expriment en lettres CP flue les traits 'du crayons gras de Mendjisky 0nt inscrit sur le papier : ... U1! vieillard gît. poupée de rien... " L'enfer défunt sèche à la pointe ries ,do- [ch e1~s ... Le mal cherchait son partenaire, il l'a rtro!wé : C'est le désert à tout jamais .. . . À' tout jamais? Non. car s'i tout a ,~té tiétruit J Tout. est soeuvé ' .. " .-;" , . Voici deux oeuvres d'un très v,if intérêt; elles sont au catalogue des ({ Indépenda<nh » ... ! Mais ' hélas :! on n'en voit qu'e la reproductio'n/'car' tronqué, priv~ des ' trois quarts dé " son ' 'espace . éoutû~ier auGrând-~' Palais, le' C~mtté r de ta 'vieillé et', preStigieusè' SoCiéfè, 'n'à' pu' lnsfallèr," la rétro!lpectiv,e' 'f)ré~u'è 'en ' faveur de ' ' ses Fo'nd'ateurs- èt' piémiérs expbsanb ' de J 884.;' ", ., .. ,', '. r: .:f":':'~ '::, .. , jard, Robert Rey, Yvon Bizardel, George Besson, Dunoyer de Segonzac, Claude Roger-Marx, Maximilien Gauthier et bien d'Outres esprits compétents et amateurs fervents, ce cher vieux Salon des Indés, qu'anime depuis quelque dix années le dynamique et ardent d.évouement du grane! expressionniste qu'est Armand Nakache ... ce cher vieux Salon, manifestation à porl' entière d,e la vie ar,tistique ' française, a fa'illi ne 'pas avoir lieu Expositions , . a vOIr Le SURREALISME, Galerie Charpentier. - Salon de gravure : LE TRAIT, Musée Municipal d'Art Moderne. - Salon de la NATIONALE DES BEAUXARTS, Musée Municipal d'Art Moderne. , - R. GEORG~IN (l'Automobile et la Vie) à la Palette bleue. - TOFFOLI (gouaches), Galerie Dulac. - MUSIC, Galerie de France. - Les lauréats d!l' prix Fr. Smith ; Fr. GALL et GRAU SALA, Galerie Montmorency. - SERU·' SIER Ruel. (rétrospective) • Galerie Durandft Alors qu'était prévue, organisée uni: rétrospective consacrée à ses fondateurs , et exposants de 1884- 1885, à deux mois de la date du vernissage le Comité était aVIsé que, ou . lieu des ga'teries du premit!r étage du Grand Palais - dédié en 1900 par la République aux Beaux-Arts - les. Indépendants ne disposaient... que des galeries Nord, Le reste habituellement disponible de l'édifice étant promis à ... uneexposition de philatélie et, surtout, affecté à une partie des services de l'Université de Paris ... Bornons-nous à consigner le fait. L'avenir prononcera son jugement et décidera si priver les grandes associations artistiques (Artistes français, Indés, Automne, etc .. .l de locaux cI'exposition, répond exactement à la notion courante et peut-être logique de défense des affaires culturelles. Impossible pour la vieille société de renoncer sans se renier. Elle accepta donc le défi constitué par la décision officielle ~ t se résolut à accomplir le tour de force exigé par l'habituel contingent des exposants, soc iétaires ou non. Le miracle s'est réalisé : à l'aide d'épis, d'alvéoles, d'accrochages sur deux ,rangs (autrefois famili e rs dans les musées) 4.126 numéros sont insc rits clans le catalogue si bien présenté, de 1964. Une fois de plus, nous entendrons rabâcher les mêmes grogneries, plus ou moins. réfléchies, plus ou moins désintéressée" Une fois de plu s, les séides d'une certaine « politiqu'e » artistique feindront d'ignorer ce Salon infiniment divers dont Jo médaille a son avers et son inévitable revers. Sa grandeur et sa servitude sont là, dans le fait que chacun peut y envoyer son oeùvre, (dans la mesure ~es places disponibleS). La loi du nombre n'empêche pourtant pas la qualité de persévérer à y exposer ni de s'y révéler. Combien de célébrités y ont en effet débuté ? N'en doutez pas : il est possible en 1964 d'y vo:r, comme naguère, un panorama bien va ste de toutes - je, dis toutes - les tendances. Et possible aussi d'y voir des oeuvres d'authentique' valeur jusque sur les pourtours où seront « logés » les nouveaux exposants. Loin de moi la prétention de signaler' toutes .les toiles ou oeuvres intéressantes. Pourtant - outre les rétrospectives comme celle du sculpteur Vlach -qu'il me soit· permis de consigner les noms pointés sal:e par sa lle, au cours d'une visite (je cite d'après le parcours, et non par ordre alpha" bétique ou prioritaire). Delaveau, Grosperrin, Gilles, Murique, Conjura, Cerro no, Hézarifend, Faustino, Laffetat, l. Rivel, Schoeller, Nakache, Soteras, Rommel, Menguy, Tordo, Joffrin, Vermot, Nordmann Schwartz Preaux Benn, Monneret, He~ry de Waro~uier, Guil ~ bert, Depré, Ardissonne, D. Fuchs, Yan" Crusat, Vergne, Sekiguchi, Letellier, Baudin, Napper, Ben'mayor, Lorjon, Mottet, Frenel, Salntgery, Auffray, Toppi, Keroue .. dan, Bray, Adamaff~ Loirand, M. Luka, Delaporte, Pinson, Floure, Loizan, Carron" Navarre, La Vernède, Travert, Chabrier, Bourgeois, Rosan, Lacaze, Georgein, Lekman, Grauer, Morgan Snell Boitel Terzieff, Blasco Ferret, Marg~tton, Sigaldi dei Debbio, Cadiou et son groupe .. . Et combien d'autres dont je m'excuse de ne pouvoir citer . Ies noms; cette énur: nération ne suffit-elle pas à . démontrer qu'un Sal.on groupant au moins une cen. taine d'artistes chevronnés ou jeunes, mqis tous , dignes d'estime reste une institutior.lqui mérite et l'attention des amateurs d ~qrt" et le respect des pouvoirs publics. 13----- UN MON-UMENT Maurice Mendjisky était juif ... Un juif de Lodz, en Pologne, où il naquit en 1889. Jeune homme, il avait promené ses songes par les rues et les ruelles du ghetto dt' Varsovie, là où chaque mur banal se hausse au tragique d'un Mur des Lamenta.tions ( ... ) Il faut éprouver une à une, longuement. ces teniblès images, l'ouvrage suprême de Mendjisky ; l'ouvrage magnifique et déchirant du rare artiste qu'oublièrent les marchands ; l'ouvrage deux rois "engeur d'un maître « invendable » ; l'ouvrage à propos de quoi Picasso put évoquer Goya; l'ouvrage conçu, poursuivi, achevé dans les pires douleurs morales ct physiques ; ces planches sur lesquelles s'est exhalé le derniel" souffle de l'artiste. André SALMON. artistique et littéraire A lA GLOIRE des insurgés et des martyrs du GHETTO de VARSOVIE Avril, mois anniversaire de l'insurrection du ghetto de Varsovie ..• Nulle oeuvre ne peut mieux illustrer cette épopée que l'admirable « HOMMAGE AUX COMBATTANTS MARTYRS DU GHETTO DE VARSOVIE », de Maurice Mendjisky. Ce magnifique album, présenté sous jacquette et couverture fortes suédées, contient 35 dessins SUr planches d'une poignante vigueur, inspirés à l'artiste par le combat et l,a mort de son fils Claude, fusillé par les nazis. Ils sont précédés d'une émouvante biographie de Maurice Mendjisky, par André Salmon, d'un commentaire admirable de Vercors, et d'un poème inédit de Poul Eluard. Tous les exemplaires de cet ouvrage de très grand luxe, sont numérotés. Il ne fait pas de doute que les amateurs de' beauté, et tous ceux qui n'ont pas oublié le douloureux passé auront à coeUr de se procurer cet inestimable témoignage d'un artiste génial, d'un père transpercé de chagrin, d'un homme qui n',a cessé de lutter pour 'fa liberté. Réalisé par les Editions des Boulingrins, à Monaco, 1'« Hommage aux t:ombattants et Martyrs du ghetto de Varsovie » est en vente à « Droit et Liberté » au prix de 200 francs. ... Et si la. jeune femme qui se dresse, tranquille et muette, de. vant un décor de ruines, n'ose pas tout à fait sourire, le sourire est proche pourtant au-dessus de la gerbe de fleurs qu'elle porte comme l'espoir, et cet espoir et cc sourire, la, mort ne les effa. ccra plus. VERCORS. Tout est détruit, je vois d'avance le désastre. Un rat est Sur le toit, un oiseau dans la cave. Les lèvres dans les livres ne bourdonnent plus. Tous> les tableaux sont à l'envers en épaisseur. Souvenirs ct temoins s'obscurcissent ensemble. Les combattants du Ghetto de Varsovie moururent pOur l'honneur des juifs, de tous les Hommes : chaque mort de Varsovie repose au coeur de chaque homme de coeur. VERCORS. Offre exceptionnelle aux lecteurs de «Droit et Liberté» A l'occasion du 21 · onniver.saire de l'insur·rection du Ghetto de Vorsovie, le magnifique album de Maurice Mendjisky sera envoyé à tous les lecteurs de « Droit et Liberté » qui en feront la demande avec le bon de commande inclus dans cetle page pour la somme de 200,00 F., port et embollage compris. J~ suis né pour mourir et ~ut meurt avec moi. Paul ELUARD. Les clichés reproduits dans cette page ont été aimablement prêtés par la revue « Le Journal de l'Amateur d'Art» Paul ELUARD. DE COMMANDE M. Adresse. .......... . . .. .... . . . . .. désire recevoir l'album de Maurice MENDJ ISKY « Hommage aux combattants martyrs du Ghetto de Varsovie », et vous envoie la somme de 200 F.

Le présent bon de c01llma1lde doit être adressé à « Dro it et Liberté », .)0, rue des Jeûnenrs, Paris (2") . L es versements peltve'llt être effectl{és par chèque bancair~, tllandat-IJOste Olt chèque postal (C.C.P. 6070-98 Pans) . , 1 f


14

Sidney Poitier, âgé de 37 ans, fils d'un fermier de Miami (ci-contre), a été consacré par l'Académie américaine du cinéma, comme le meilleur acteur de 1963, pour son rôle dans le film « Lilies of the Valley »_ C'est la première fois dans l'histoire du cinéma, qu'un acteur noir reçoit un tel Oscar_ Les spectateurs du Civic Auditorium de Santa Monica à Hollywood, où avait lieu cette 36' distribution des prix, ont manifesté leur approbation pour le choix de Sidney Poitier en applaudissant à tout rompre_ Les auteurs de cette décision ont voulu montrer que le septième art aux Etats-Unis était « sans couleur », et même antiraciste_ Il faut signaler, dans le même ordre d'idées, la campagne de boycottage menée par Marion Brando (ci-dessus) contre les salles de spectacle pratiquant la ségrégation raciale. Au cours d'une conférence de presse à Londres, il a annoncé que plusieurs acteurs et écrivains, parmi lesquels : JeanPaul Sartre, Françoise Sagan, Tony Richardson, Sir Laurence Olivier, Peter Law- Notes de lecture • LES JUIFS ET LE MONDE ACTUEL, de Jacques MADAUlE QU'ES-CE qu'un juif? Jacques Madaule, écrivain catholique, se. pose la question. Une fois de plus, un sort est fait ou slogan antisémite de la race. Depuis le début de leur histoire, les juifs se sant mêlés à toutes les nations. Il en est de blonds, de bruns, il en est même de noirs et de Chinais. Ce ne sont pas non plus les disciples d'une foi puisqu'un grand nombre d'entre eux ne pratiquent plus la religion ancestrale. Pour Madaule, les juifs ont en commun, à la manière dont les Français non pratiquants sont à leur insu imprégnés de chris- Pour la première fois à HOLLYWOOD ... ford (beau-frère du président Kennedy), C. P. Snow, Christian Marquand, Frank Sinatra:, Burt Lancaster, s'étaient joints à ·cette irutiative. La chanteuse suédoise, Birgit Nilsonn, a annulé, à Jackson (Mississipi), une représentation au cours de laquelle elle devait chanter devant une assistance uniquement composée de blancs. tianisme, une tradition d'origine religieuse, à la fois particulariste et universaliste. Sans cesse dispersés, ils s'helléniseront, se romanisel'On t, s'arabiseront sans abandonner leur foi et leurs pratiques rel igieuses, en l'absence même d'autorité religieuse centrale. Les per.sécutions, en les contraignant - pour employer le langage de Sortre - à se voir autres, différents, ne feront que renforcer ce particularisme. De nos jours, ils choisiront, malgré des difficultés presque insurmontables, de fonder une nation en Terre Promise. Mais, il ne s'agit pas d'une foi étroite, d'un sa lut réservé aux seuls Juifs. Tout homme qui observe ' les préceptes de la loi 'donnée à Noé avant l'Alliance, c'està- dire à l'humanité tout entière ,se saLlve sans se convertir au judaïsme. La venue du Messie coïncidera avec l'avènement du Royaume. Idée dynamique, le Paradis est devant soi, et il faut en préparer ici-bas la venue par le travail et l'amélioration du monde. Disciples du progrès ,les juifs tiendront une place éminente dans le développement des civilisations, celle de l'Islam notamment. Plus tard, ils se rallieront avec enthousiasme à la Révolution française qui proclame un droit nouveau commun à, tous les hommes. Les pogroms russes de 1880, l'extermination de 6 millions de juifs par les nazis (l'héroïsme des résistants et du ghetto de Varsovie infirmeront, avec la bravoure dèS combattants israëliens, la légende qui veut qu'un juif ne puisse être un soldat), la création de l'Etat d'Israël et la décolonisation des pays musulmans vont modifier considérablement la physionomie du judaïsme contemporain. En 1949, l'Etat d'Israël sera fondé et admis à l'unanimité à 1'0. N. U. Là aussi, Madaule voit un mélange de particularisme et d'universalisme. La loi, dite du Retour, admet en Israël tout juif qui n'appartient à aucune religion. Pas de constitution puisqu'ouvert à l'immigration des siens, Israël ne veut pas leur en impaser une toute faite. Par ailleurs, la vocation universelle du pays ne peut s'épanouir pleinement à couse du désaccord permanent avec les nations arabes envi ronnantes. Désaccord peut-être évitable si la Gronde-Bretagne ,,,'avait, au temps de la colonisation, dreSsé juifs et Arabes les uns contre les autres. Mais à l'ouest, par le truchement de la France, Israël s'est rapproché de l'Europe et il a noué des relations très fructueuses avec les pays du Tiers-Monde qu'intéressaient les kibboutz, les fermes coopératives et les méthodes de culture des sols pauVl"es. Il existe aussi dans le monde 11 millio'1s de juifs dont 5 à 6 millions aux Etc'! 5- Unis, 2 millions en U.R.S.S., 1 million en Europe occidentale, en France et en Angle-terre surtout. Nationaux des pays, ils sont séparés' en droit et en fait d'Israël qui n'exerce pas ' non plus d'autorité sp.rituelle sur eux : nulle prééminence du Grand Rabbinat de Jérusalem sur les rabbinats nationaux. Reste un lien affectif qui se traduit par des dons financiers 'mpartants et de nombreux pèlerinages. Le judaïsme étudié, Madaule passe à l'étude de ce qu'il appelle « Les juifs et les autres». Hors les difficultés présentes, musulmans et juifs ont des profondes affinités. Même religion monothéiste sans trinité. Un long passé d'entente mutuelle. Enfin, de nos jours, les pays musulmans' semblent op-pelés à se tranformer en Etats nationaux qui tendront peu à peu à se laïciser, Les explosions de fanatisme religieux ;ont vouées à s'éteindre et un fructueux dia logue israëlo-arabe paurra s'ébaucher. Les autres, c'est aussi le monde athée, celui de tout Etat qui proclame sa neutralité religieuse. Problème complexe. Trop souvent on se sent « Français de souche », héritage d'une manière de penser qui n 'a rien de religieux. A gauche aussi, des in terprétations idéologiques erronnées font que certains esprits, prêts à respecter l'in dividu juif, refusent d'admettre le fait socio-religieux. Le monde évolue vers 1'0- théïsme. L'effort de tous les juifs e t de tous les croyants doit changer de caractère

il fout tendre à donner aux hommes

une image nouvelle et acceptable du Dieu qu'on adore. Et les chrétiens? Née en 1942, un sair de rafle, sur le pavé de Lyon, l'Amitié Judéo-Chrétienne aboutira à un grand mouvement pour une meilleure compréhen . sion réCiproque. En 1947, sous l'impul&ion de Madaule et du grand historien Jules Isaac, un congrès de dix-neuf pays rédigera les Dix Points de Seelisberg, charte de l'entente judéo-chrétienne qui, entre autres, fera un sert à l'accusation de peu .. pie ({ déicide », lancée contre les juifs. Enfin, sous l'implusion du Pape Jean XXIII le qualificatif « perfides » qui leur fut appliqué sera retiré de la prière du Vendredi saint. La loi et les hommes De nos jours, le grand problème ql>1 se pose à tous, juifs ou non juifs, ne ser01t- il pas celui de la coexistence entre des na tions économiquement et techniquement développées et d'autres qui le sont moins? Ici apparaît le rôle d'Israël avec ses surprenantes réalisations en zone sous-développée, et, dans un sens plus large, -celui de toute une pensée juive qui s'est ellemême définie comme celle de l'espérance. (Suite de 10 poge 3 ) dans les écoles et dans tous les secteurs de la vie nationale, puisque le jugement de 1954 devait faire tache .d'huile. C:c~t encore à cela que s'emplOient les dlngeants des vingt millions de noirs que comptent les Etats-Unis. La reconnaissance et le respect des droits civiques des noirs, qui auraient été révolutionnaires il y a seulement une vingtaine d'années, sont. pourtant considérés déjà comme insuffisants. C'est que de nouveaux champs d'inégalités sont apparus aux leaders' intégrationnis~es, Qui ne seront pas réglés par l;s proJ~~s de loi encore sous la menace d un « flltbuster » sudiste c'est-à-dire d'une obstruction oratoi;e systématique. Sans Qu'aucune loi ne l'ait imposée, une ségrégation de fait s'est i~posé~ d~ns les grandes villes en mattere d habitat: et ce dans le Nord ou dans l'Ouest, qu~ ne se sont jamais réclamés des doctnnes racistes. Ces ghettos ont automatiquemen~ ~n: gendré des écoles ~ imr~lens~ ma,on~e noire, et ce phénomene n a faIt qu acce: lérer le départ des quelques 1?Iancs ~U1 vivaient encore dans les quartiers nOirs. Cette résurgence de la ségrégation, sous une forme moderne, a deux. caus'es prlllcipales

une cause économ!qu~ .d':lbord;

les noirs ayant un revenu 11Ifcneur :lUX blancs, se voient attribuer normalement les plus mauvais logements clans les quartiers les plus désagréables', et U11e cau~e raciste les citoyens blancs du Nord d~couvra~ t le problème noir à mesure Qu'Il se développe. Il est djfférent de prô~er l'égalité raciale et de partager son lmmeuble avec des noirs ou d'envoyer ses enfants dans une école à majorité :loire. C'est cette attitude qui est à la base d'une récente manifestation de parents d'enfants blancs de New-York. qui protestaient contre un projet de déségrégation des écoles de la vill e, grâce à la mise en place d'un système de tran spol·t d'enfants par autobus. UNE BATAILLE DE LONGUE. HALEINE La ségrégation dans le domaine seo- · taire e"t pourtant une des causes essentielles de l'infériorité des revenus des noirs américains par rapport aux revenus des citoyens blancs. Aucun ministère de l'éducation n'existant aux Etats-Unis, l'enseignement est en effet confié :lUX autorités locales - un conseil d'enseignement - qui sont chargées' de recruter les professeurs et de fixer le montant de leurs émoluments. Il en découle tout naturellement que ce sont· les professeurs les moins qualifiés, c'est-à-dire les moins payés, qui se retrouvent dans les écoles « noires ». Ayant une formation moindre que les blancs (ce phénomène est encore accentué par une durée de scolarité moindre, les parents noirs dans leur ensemble n'ayant pas les moyens de payer à leurs enfants des études aussi longues et complètes que les parents blancs), les jeunes noirs se retrouvent très souvent en chômage dès leur sortie de l'école. Et à équivalence de diplômes, on leur préfère au moment de l'embauche des blancs ... Pour lutter contre cette discrimination, les projets de loi antiracistes prévoient une proportion obligatoire d'employés de couleur dans chaque entreprise. mais cette clause est violemment attaquée par les mil ieux sudistes et conservateurs. Afin de favoriser l'adoption de ces textes, certains sénateurs Qui en ont pris la défense, parlent mainten'ant de supprimer cette précision. En fait il en est presque de même pour chaque paragraphe qui, dépassant un cadre général. impose une mesure res- ' trictive. C'est qu'en effet, le foncI du problème noir réside bien là depuis r862 : comment appliquer un principe que la ma jorité des Américains :lcceptent mais qu'ils se l'efusent à soutenir activement. Chaque nouvelle école inté~Tée, chaque nouveau restaurant cu hôtel déségTég- é représrnte une victoire sur Je racisme; ,es séries de succès ne suffiront pas A donnel' aux noi rs la juste pla('r' qu'il<; revendiquent au sein cIe la société américaine tant Qu'ils seront acouis maloré l'apathie de la maioritp rles blancs. Cette bataille de long-ue haleine aura cependant le mérite d'avoir fait des citoyens noirs américains un des groupes ~ociaux les plus dvnamiques des EtatsUnis. Leur lutte interùit à 160 millions de blancs de croire sincèrement au conformisme et à la satisfaction de soi qui menacent la patrie du capitalisme. Jocques AMALRIC. Nicole de BOISANGER-DUTRER. (1) Jacques Madaule : « Les juifs et le monde actuel» (Flammarion), • AU FOND DU BOURG, de Léonard SAINVILLE PAS un ami n'aborde en ce moment un Antillais sans interro~er : « En quoi consiste le probleme, chez vous ? Racisme ? Politiquc ? Economie ? Est-ce vraiment grave ? )) Voici que, sortant opportunément, le dernier livre de Léonard Sainville promet réponse aux non-initiés. Déjà, son titre « Au fond du bourg », évocateur des mornes, et ravins campagnards, des moeurs et du langage antil· lais plonge le lecteur né aux Caraïbes dans son atmosphère familière. Une lumineuse bande ja.une.or annonce « Le premier roman qu i traite des luttes sociales a ux Antilles d'expression française H. « Qui traite » en toute modération. Sans prétendre solutionner. Ni même tout exposer. En effet, la question, beaucoup trop complexe pour être embrassée en son ensemble dans un seul roman, fût·il parfait, ne montre ici que tels et tels de ses aspects. Au moins ont·ils le mérite de la . sincérité, de la véracité. Sans parti pris, d'une plume honnête et sobre, l'auteur présente une situation vraie, des personnages parfaitement vraisemblables. Aucune exploitation littéraire du pittoresque et de l'exotisme du cadre. Le tableau, tracé sans bavure, d'un style dépouillé, d'hommes, tels quels, ni meilleurs ni pires que les autres. Travailleurs des champs de condition modeste, voire pitoyable, mais coura· geux, solidaires, génér'eux. .. Petits bourg'eois ambitieux et bornés... Gros pro· priétaires, attachés, comme partout ail· leurs, à leurs prérogatives et privilèges, aveugles ct sourds à la misère environnante, insoucieux de l'excessif, du dangereux dénivellement social... Couronnant le tout, une administration qu'on pourrait difficilement taxer de clau'voyance et de justice. Aux Antilles, dans une abnégation qui frise l'héroïsme, les mères élèvent, au sens complet du terme, leurs fils, le~l"s filles, haussant, du même coup, inlassablement, le niveau de la classe de cou· leur. On peut regretter que, vu la place, piteuse, faite à l'élément féminin du cru . dans son récit, l'auteur ait manqué l'occasion de porter, en passa·nt, un témoi· g'na·ge plus équitable, plus véridique sur la femme. Ni sotte, ni légère, elle vaut mieux que les héroïnes du « Fond du bourg », Ce reproche, venu sans doute sous ma plume pour j\lstifier une sévérité qu'à priori Sainville me prête, n'entame eu rien le mérite de son oeuvre. Le romaa est de ceux qui se lisent d'un seul trait. Il emporte l'intérêt. Il n'est d'ailleurs que l'un des numéros· pilotes d'une nouvelle collection, cene des « E.N.M. H, les Eeriva·ins Noirs du Monde. A ceux-là, nous y sommes déterminés, il sera donné dans l'avenir le moyen de reprendre le dialogue avec le lecteur, plus aisément que par le passé. Non seulement le lecteur noir, le premier concerné, m.a.is aussi, mais surtou.t, le blanc d'Europe et d'ailleul's, mal inf.r .. mé des questions « exotiques », le blaae mal à l'aise devant les affiches·réela.mci chantant les vertus du rhum X ou dll déjeuner .z... Celui qui sent que fronu lisses et rires béats sur les images publicitaires figurent l'arbre cachant la forêt ... la masse des hommes décidés à sauvegarder leur dignité, pressés de conquérir &11 soleil leur place en ce monde qui, de pins en plus vite tourne ct tourne en rond. Morie-M~gdeleine CARBET. 1::; Dimanche 26 avril, au 1. N. P. Le Prix' de la Fraternité • sera remis r A déci sion prise ces jours derni:r;; L par le Jury du Prix de la Fraternite est formulée comme suit : . E' Prix de la Frate rn ité pO ur l'année 1964 e ~~ décerné à Jean Vercors pour l'ensemble de son oeure, à l'occasion de la création, pclIK le Théâtre Nationol Populaire, de sa piêC\e C( :ZOO ou l'ASSASSIN PHILANTROPI' " " transposition dramatique de ron romOln C( Les Animaux Dénaturés ». Avec une louable continuité, depuis « Le Silence de la Mer », Ve rcors s'est attaché à formuler une morale fondant sur l'unité de notre espèce l' intangible dignité de l'homme et condamnant comme anti. huma ines les divisions et les haines liées ou IfQcÎsme. C:efte recherche lucide, le talent par l eq~el elle s'exprime confèrent à l'oeuvre de cet éminent écrivain, dans la litté ra · ture et l'humanisme de notre temps, une place de choix que le Jury a entendu souligne r.

  • • •

ID,' autre part, le Jury salue avec une toute particuliè re émotion le film « TON · NERRE SUR LE MONDE », réalisé sous le patronage de l'Association Mondiale de Lutte contre la Faim, dont le président-fon_ dateur est M. Josué de Castro, film qui est largement diffusé en France por l'Associa tion Française de Lutte contre la Faim et diverses autres organisatio.ns dons un esprit de solidarité humaine qui a ppelle le plus grond respect. . • • , a VERCORS Claude ROY, écrivain; Georges SADOUL, critique cinématograp'hique. LES PRÉCÉDENTS LAURÉATS Fondé en 1955 par le M. R. A. P., le Prix' de la Fraternité d'un montant de 1.000 Francs, fut attribué la première fois en 1956 au cinéaste CHRISTIAN-JAQUE pour son film « Si tous les gars du monde ». Les a utres lauréats ont été successivement

Elsa TRIOLET, pour son roman « Le Rendez-vous des Et rangers » ; Georges NEVEUX, Marguerite JAMOIS et Pascale AU ORET pour l'adaptation, la réalisation et l' interprétation du Journal d'Anne Frank où théâtre. Jules ISAAC, pour l'ensemble de son oeuvre, à l'occasion de la réédition de « Jésus et Israë l »; Jules ROY, pour son livre « La guerre d' Algérie » ; Robert MERLE pour son roman «L ' Ile »; Jean SCHMIDT pour son film « Kriss Romani »; REMISE DU PRIX Nulles circonstances ne pou~aient être mieux choi.ies, cette année, pour la remise du Prix à J ean Ve rcors, que la soirée du 15" anniversaire du M. R. A. P., au Théâtre Notional Populaire, où la pièce «ZOO » a créée et poursuivra sa carrière pendant deux ans encore. C,' devant une grande affluente et, e n p senee d'un grand nombre de pe rsonnalités éminentes qu'aura lieu cette importante manifestation. le grand film de A. WADJA SI ce ~/est déjà faÎ t, hâtez-vous de retemr vos places ( r) pour la grande soirée de gala qui aura li eu le dimanche 26 avril au Palais de Chaillot pour le 15" anniversai re du M.R.A.P. Au cours de cette grande manifestation antiraciste, sera projeté pour la première fois en France, le film « Samson », du célèbre cinéaste polonais Anclrzej Wajda, l'auteur de « Cen,dre et Diamant » et cie « Kanal ». C est un événement, non seulement parce que ce film est consacré au ghetto de Varsovie. qui s'insurgeait il y a juste 2 r ans. mais parce que, sélecti~nn~ . pour 1e F estival de Venise 1962, Il etait depUi S longtemps attendu. C'est le mérite de la société « ,Pleins F eux sur les Hommes et sur le Monde » d'avoir décidé sa distribution. Salué il y a deux ans par les éloges unanimes des Critiques, « Samson » est promis il une iongue et bril • lante carrière. Le j eune acteur français Serge Merlin. qui ti ent le rôle principal, sera présent dans la salle, où l'on verra également de nombreuses personnalités f rançaises et étrangères, entourant les lauréats du P rix de la Fraternité. P remière des g randes manifestations prévues pour le 15" anniversaire du M.R.A.P ., cette soirée marquera une date importante dans la vie de notre Mouvement. Vous qui approuvez notre action, ne manquez pas cI'assister à cette chaleureuse rencontre dédiée à la fraternité des hommes et à la paix. ( r ) Billets à 4 F . 50, 6 F . 60 et 8 F. 80. en location au T.N.P. et au M.R.A.P .. w. rue des J el111eurs, Pll.r is (2") (GUT. 09-9). Les commentaires de la presse Voici quelques extraits des arti:: les parus dans la presse, lors de la présentation de Samson au Festival de Venise. « Il est certes étonnant d'avoir à qualifier Wajda de cinéaste « existentiel », alors que sa réputation d'esthète le rangeait plutôt parmi les apparentés de l'esthétisme polonais. Mais si le fond révèle des choix philosophiques, la forme reste fidèle au style~ de Wajda, récit poétisant, volontairement nébuleux, riche de symboles, fuyant l'anecdote et la facilité. Inc!J,mé par Serge Merlin, Samson est l'un des plus passionnants personnages du cinéma polonais. » (H. Cha. pier, dans COMBAT.) « Samson a trouvé en notre compatriote Serge Merlin un interprète d'une sobriété émouvante. (.. .) « Le metteur en scène raconte cette his . toire ter rible avec infiniment de talent. » (PARI S-PRESSE.) li Samson est une oeuvre ingénieuse, émouvante et belle, et qui nous révèle un jeune acteur français de tout premier rang : Serge Merlin. » (Morvan: Lebesque, dans l 'EXPRESS.) Pa·,mi les multiples productions litté. roires et artistiques qui lui Oltt été soumises et qui témoignent d'une géné re use volonté de servir l'idéal de la fraternité, l' attention du Jury a été spécialement retenue, dans le domaine de la chanson, par deux oeuvres émouvantes de Jean FERRAT : C( NUIT ET BROUILLARD » et C( QUATRE CENTS ENFANTS NOIRS » (Disques Philips); don~ le domaine sociologique, par l'ouvrage de Michel LAUNAY : C( PAYSANS ALGÉRIENS » (Editions du Seuil) et celui d'Albert- Paul LENTIN : « LE DERNIER QUART D' HEURE » (Edition Julliard) ; dons le domaine cinématographique, par le fi lm de Maurice DEL BEZ : « RUE DIS CASCADES ». Georges WILSON nous dit. .. Il Le (1 Fellini de Varsovie ») - d'est ainsi que l'on surnomme Andrzej Wajdà en Polo. gne - a présenté à Venise Une oeuvre sévè. re, violente et cruelle : l( Samson l), histoire d'un jeune juif évadé du ghetto pendant la dernière guerre mondiale. Paradoxalement, le film de Wajda nous fait découvrir un acteur français, Serge Merlin : il fait d'excellents débuts en Pologne. ( ... ) LE JURY L.e Jury du Prix de la Frate rnité est cOll'llllposé des personnalités su ivantes: Mme Marcelle AUCLAIR, écrivain ; MM. Morcel ACHARD, de l'Académie Fran ~ ise; George BESSON, critique d'art ; René CLOZIER, inspecteur général de J'Education Nationale; Louis DAQUIN, cinéa ste; Odet DENYS, avocat à la Cour; Hubert DESCHAMPS, pro fesse ur à la Sorbonne; Alioune DIOP, écrivain ; J ean DRESCH, professeur à la Sorbonne; Jac ques FONLUPT - ESPERABER, conseiller d'Etot honoraire; Max-Pol FOUCHET, écriva in ; Jean- Paul LE CHANOIS" cinéas_ te; Léon LYON-CAEN, premier président honora ire de la Cour de Cassation, pré,. sident d'honneur du M. R. A. P.; Jacques MADAULE, écrivain ; François MAURIAC, de l'Académie França ise, Prix Nobel; André MAUROIS, de l'Académie Fran çaise; Louis MARTIN-CHAUFFIER, écri vain; Jacques NANTET, écrivain ; Charles PAlANT. secrétaire général du M.R.A.P. ; Pie-rre PARAF, président du M.R.A.P. ; (( TU (Suite de la page 16) avec tous ceux qui se battent ! (Entre F..:::ra , ell cOltrant, suivi de Miriam et de Jacob) . EZRA. - Ils arrivent ! Vite ! Au

,onterrain '

SL\ION. - Combien sont-ils? E ZRA. - Deux ou trois ! Je n'ai pu di"tinguer 1 Au n0111 du ciel !l)cpêcholls! . T:\ION. - Jls sont loin ? E ZRA. - Là-bas, derri èr e ... Vite ! Par pitié ! SUION. - D~,,-id ? (David fait oui de la tête.) Eya? (en e est deboltt, toute prêle) . C'est moi qui commence! (ils se mettellt à courir, c /lsemble, vers 7a gauche ). E ZRA. - (Qui se troltvait dé.ià près de la COl/l isse droite. se retourne, COltrt derrière ellX, C011l11le pour les retenir.) Simon! Où vas-tu. Simon? L'entrée est par ici ! (Silll on, David et Eva sont w rlis

E:::ra réalise tont à coup, blêmit et.

d'UI1 ras traînant, se diriqe vers la droitle.) Ah, c'est donc a insi ? J nsensés ! F ous! · Sans-coeur! MIRJAM. - (Dans 1m murmure.) Le dernier! (elle se laisse tomber sur les décombres) . EZRA. - Rien n'existe pour eux ! Ni père, ni mère! Ni foi, ni loi! Rien! (il a atbeint la coulisse droite, se retourne et appelle) Miriam! Beau-père ! Qu'attendez- vous? Plus une seconde à perdre! Allons! L e ·th éâtre est 1111 moyen d'aider les hommes à se mieu.:t; CO II naÎtre, donc à se comprendre et à se rapprocher. Nous avons l"alll bition, au T. Jv.P. , en servant le T héâtre, de servir l' JI O1nme. L a création de « Zoo » COl'- 1',cspond pleitlemell t à se souci, à celte nécessité. Est-il besoin de dire cO lllbien nous sommes heureux et fiers que le Prix de la Fratcrnité soif, à l'occasion de noire réalisation, atl ribtlé à l'am- 1:re de Vercors. Il élait tOllt natu rel PO II1' ! LO US, a llssi, d' offri l' l'hos pitalité au très beau film d'A ll dre.i Wa.ida, « Sa IIlson », à l' occasio11 d1t qltin::: ièl/lc anuiversaire dit M.R.A .P. )) ... MIRIAM. (Bntsquement, fort) Non! E ZRA. - (Va 've rs elle, sur pris et inquiet) Qu'as-tu, Miri am ? Il faut entrer dans le sout~rra in! Ils sont à côté ! (Miriam, tête baissée, se tai! ; ~zra se préci pite vers Jaco~) B ea~l -pe re! Je vous en supplie, beau-2ere ! Dltes-lul! , TACOB. - (S ans 1tne parole, s asseoit par terre, ferme les .vett%; ses Iev res remuent en silence; s.es éPaules se balanoent, t:ès doucement, d'avant en arrière.) EZRA. - Qu'e5t-ce qui se passe ? Mais ce n'est pas possible 1 (il revient vers Miriam. la saisit par les épaules) Miriam. au nom du ciel! MIRIAM. - (Lève latéte. le v isa.qe hain.eux) Nonl Non, te dis- je! (1 Déjà lauréat à Cannes et Venise, avec Kanal et Cendre et Diamant, Wajda offre cette année une oeuvre solide, intelligente et bien faite. » (PARI S-JOUR.) « Le déroulement de ce récit sans construction dramatique et presque sans événements, ne se plie pas aux règles habituelles. C'est une longue attente, la chronique d'une longue souffrance tout intérieure. Pour interpréter ce personnage, Wajda a fait appel à un jeune acteur français, Serge Merlin, très influencé par Jean-Louis Barrault. Son interprète qui ne parle pas un mot de pOlonais et fut donc doublé, a été placé pendant toute la durée du tournage dans un isolement comparable à celui du personnage. La talent de Wajda a su tirer de cette méthode des effets t rès sobres qui donnent à ce film difficile une densité et une profondeur certaines. » (TELERAMA.) l( Wajda appartient à cette génération de nouveaux cinéastes qui se sont affirmés dans leur pays et peu après à l'étranger, vers 1956. Ils n'étaient plus des enfants quand ils ont connu la guerre, qui les a marqués et qu'ils ont évoquée, à maintes reprises, dans leurs oeuvres. Il n'est donc pas surprenant que Wajda revienne encore aux années d'occupation nazie qu'il nous fait revivre cette fois à t ravers l'histoire de Samson, un jeune juü enfuit du ghetto de Varsovie. ( .. . ) « Wajda, sûrement, n'a pas voulu prendre position, mais exposer un prOblème et ses prolongements. Il l'a fait avec talent, quoique le film souffre de trop de symboles et d'esthétisme. » (LE MONDE.) « Andrzej Wajda nous offre avec Samson, son film le plus sobre, le plus dépourvu d'effets et le moins suspect de symbolisme malgré la clarté de la parabOle que suggère son titre. (.. .) ({ Il faut louer dans Samson la rigueur du récit et la cohérence de l'interprétation . Jakub Gold est interprété par un Français, Serge Merlin, dont nous risquons fort de relire le nom au générique de films prochains. Les deux femmes sont remarqua· bles dans les deux rôles difficiles : elles s'appellent Alma Janowska et Elzbieta Kepinska. » (FRANCE-OBSERVATEUR.) 16 v'. '''''''''''''Charles . Comment vivre, .co,mment !!,ourir lorsqu'on est juif dans le ghetto de Var· ~ sovle ? Tel est le probleme pose en termes bouleversants par Henri Slovès dans ~ sa pièce " Tu lèveras ton front », jouée à partir du 21 avril au Studio des Champs· , Elys~es, 15, avenue Montaigne à Paris. Les personnages mis en scène, sont les ~ dermers survivants du ghetto, six mois après l'écrasement militaire des insur· ~~ gés .: trois combattants, le père, la mère et le grand·père de l'un d'eux, l'ancien gardien du Temple errant dans les ruines, figurent diverses positions possibles, correspondant en fait à des réalités hist oriques et, plus encore, humaines. Dans ~ l'extrait que nous reproduisons ici, et qui se situe au centre de l'oeuvre, on assiste à la conf rontation des thèses opposées, et débattues au cours de ce drame où l'horreur d'un temps maudit donne à l'amour, à la vie, comme à la mort des dimensions épiques. Il faut être reconnaissant à Henri Slovès, de nous offrir, en ce XXI' anniversaire de la révolte du Ghetto, cette oeuvre forte et vraie. La distribution comprend Samson Fai nsil ber, Pierre Asso, Marie Mer· gey. Jenny Bellay, Pie rre Perney, Saddi Rebbot, Al exis Nitzer, Marcel Champel et Marc Eyraud. DAVID. - (Entre.) Tu m'as fait appeler, Simon? SIMON, - Oui. (Il réfléchit,) Tout est calme? DAVID. - Pour le moment. Je viens de faire une reconnaissance dans ces ruines. Excellents débris, de~'rière chaque pan de mur. J'ai placé le corps bien en évidence. Ils l'apercevront de loin. EVA. - Voici l'aube! .DAVID. (Regarde sa montre.) CmQ heures cinq, La patrouille sera là bientôt. SIMON. - Rien d'autre à signaler? DAVID, - Rien. SIMON. - (Lentement.) Chez moi - si... (un silence; ils le re.qardent S'urpris.) Il y a par ici un abri secret ... Une cache souterraine. DAVID. - Par ici? SIMON. - Sous nos pieds. Je l'ai visitée. DAVID. - Tu as pu entrer? SIMON. - Oui. La meilleure cache Que j'aie jamais vue. Eau, lumière, beaucoup de ravitaillement. Même un poste de radio (Un silence.) La cache est à mon père. . DAVID. - Alors? SIMON. - Mon père ... nous offre ... son hospitalité ... EVA. - A nous tous l c'est ce Que nous répondrons ensemble - toi, Eva et moi. DA VID. - (Sourit.) C'est-à-dire - une réunion? SIMON. - Une réunion! (un silence) Qui demande la parole? SIMON. - Oui, de l'eau ... Beaucoup .. . Un puits ... Et de~ bancs ... Des matelas .. . Même des draps... (lm silence). DAVID. - (Souriant.) A propos de réunions... Il nous arrivait, naguère, en ghetto, de débattre, dans des réunions extrêmement importantes, un seul et unique point à l'ordre du jour : Quand et comment - mourir ... Les dis'cussions passionnantes, se prolongeaient des iluit~ entières ... (il rit, devient grave, regarde sa montre). Il est cinq heures douze maintenant! Tout à l'heure, il fera jour. Ils peuvent être là · dans Quelques ins.tants. (Un temps) Eva est fatiguée, Simon! SIMON. - (Bas.) Je le sais ... EVA. - Mais 1\011 ~ DAVID. - Si. Très fatiguée. Peutêtre même, malade. .SIMON. - (Comme avant.) Je le sais ... EVA. - Que vas-tu encore inventer? DAVID. - Ton projet de tenter une sortie, est-ce Que tu le maintiens? SIMON. - (Après 1tn t.emps.) Il Je SIMON. - Oui. A nous tous! C'est à peine croy<:ble, mais pourtant vrai. Bien entendu, il a commencé .Rar moi, mais dut se l'ésigner - d'abord à toi el nnalement, à David aussi... . De gauche à droite: Pierre P ernt'y (David), J enny 'a" Simon) pendant une répétition. Bellay (Eva), Sadd' Rebbot 1"'-. EVA. - (Sa voix tremble d·émotion.) L'hospitalité - comment ?... Pourquoi? SIMON. - Tout simplement. Pour nous sauver la vie.. . On attendra ensemble la fin de la guerre ... DAVID. - (Avec 7tn lon.q sifflement.) Et Qu'as-tu répondu? SIMON. Ma réponse a moins d'importance. Ce Qui importe vraiment, EVA. - Ne pourrait-on pas ... trans- 10rmer le souterrain en... en point de combat... je ne sais pas, moi ... en poste de commandement ? SIMON. - (Lentement.) Peut-être ... A condition - d'employer la force, contre mon père ... EVA. - Et il y a ... Il y a ùe l'cau - là-bas? ENFIN! Un Club de Disques q-ùi comble TOUS les goûts

.,o31 janvier 2012 à 13
49 (UTC)"'<:::>.::::~::::::><?'<?<: VOUS INVITE A ACCEPTER

Le Ooncert de CÏJoix UN ~lICROSILLON2F 33 TOURS 50 POUR SEULEMENT ÜSll Schum.nn. B"hms, Ovor.k. Pouv ons-nous vous en en voyer un, sans aucune obli gation de votre part? Choisissez sim pl em ent un d e ces quatre mi cro sillons 17 cm 33 t ours, illustrés i c i et inscr i v ez-le sur le bon c i-d essous. D ès que nous r ec e v rons votre bon, nous v ous en verrons le disque de votre choi x pou r se ule_ ment 2,50 F. Pourquoi un prix aussi bas? Chacun des microsillons décrits ci-dessus vous coûterait normalement dans les 10 F. Nous vous en offrons un pour 2,50 F seulement car nous voulons vous convaincre des heures d'écoute délicieuses que vous offre aujourd'hui un microsillon 33 tours et de la détente agréable que pEut vous apporter un bon disque. la commande d'un de ces disques ne vous oblige en aucune façon à nous en acheter d'autres par la suite . Nous réserverons provisoirement à votre nom et sans obligation de votre part une adhésion à cette nouvelle et passionnante fo rmule créée par la Guilde Internationale du Di sque « Concert de Choix ». Vous ne vous engagez qu'à no us informer, après avoir écouté ce disque d'essai, si vous vou lez ou non profiter de


- ---------------~ BON POUR UN MICROSILLON SEULEMENT 2,50

Guilde Internationale du Disque. 91. rue Jean-Jaurès. levaUois-Perret (Seine) Veuillez m'envoyer le disque d'essai que J'ai Indiqué ci-dessous e t me rése rver une a d hésion a u Il Concert de Choix" le nou veau e t passion na n t Cl ub de Disques d écrit ici. Si a près avoir reçu mon disq ue je décidais de ne pas devenir membre du "Concert de Choix" je n'o uro; qu 'à vous écrire dans les dix jours .. Ann ulez ma réservation ". Sinon, ma réservation sera automatiq uement co nfirmée. De toute faço n , je peux g a rder le disque po ur seu lement 2 ,50 F. o CIA SSIOUE 0 MUSIOUE llS(RE 0 fOlKlORE 0 VAR/tTtS Signature : (obligatoire) (Signature des parents si vous n'Ivez pas 21 ansl C. 524 Nom : Adresse : _ Ville :_. ........................... .. .. ....... Dépt _.. . _.. ....... 1 1 1 1 1 1 1 1 1 ce nouveau et avantageux Club de Disque. Si vous ne le voulez pas, écrivez-nous simplement « A nnulez ma réservation» dans les dix jours qui auront suivi la réception de notre envoi. ~ De toute façon, vous pourrez garder le disque d'essai po"r 2,50 F seulement. Voici comment fonctionne le " Concert de Choix ". Tous les trimestres, le « Concert de Choix» vous propose. au moyen d'un bulletin illustré, 4 magnifi ques nouveaux microsillons 30 cm : - Un bel enregistrement de musique légère - Un superbe microsi llon classiq ue - Un disque de folklore français ou international - Un disque de variétés entraînant. Dans le cas où votre préférence irait vers une autre catégorie que celle indiquée par le choix de vot re disque d'essai, vous pourrez nous renvoyer la carte que nous vous fournissons avec le bulletin en indiquant le nouvel enregistrement choisi. Si vous n'indiquez rien, nous vous enI/errons le ( Concert de Choix» de votre catégorie: un disque de musique légère si vous préférez la musique légère, un disque de variétés si vous préférez les succès du jour. etc ... Les disq ues sélectionnés sont touiours de nouveaux enregistrements 30 cm comportant presque une heure entière de merveilleuse musique et ils ne coûtent que 18,20 F 1,55 de frais de port et d'emballage, soit jusqu'à 15 F de moins que les prix du commerce. La seu le obligation de nos adhérents est d'acheter un minimum de 4 disques par an. Vous n'êtes pas obli,)és d'accepter les disques qui ne vous plaisent pas. Vous pouvez choisir parmi les 16 merveilleux enregistrements du « Concert de Choix )} ou alors puiser dans le vaste répe rtoire de la Gui lde qui comprend des dizaines de magnifiques microsi llons de tous les genr~s, et tous à des prix guildiens. Ne vous décidez pas de suite! Ecoutez d'abord le disque d'essai. Sans aucune obligation, vous aurez obtenu un en registrement de votre choix pour 2,50 F seulement, mais ne tardez pas s'i l vous pl aît ! Nous ne pouvons vous promettre de ren ouveler cette offre. Choisissez maintenant le disque que vous voulez, indiquez-le sur l e bon ci-dessous et renvoyez-le nous aujourd'h ui même. Guilde Internationale du Disque. 91, rue Jean-Jaurès, levallois·Perret (Seinel faut. Nous n'avons pas de ch0;~'. C'est notre devoir. DAVID. - Comme tu voudras. Je te propose simplement cie le retarcler de vingt-quatre heures. SIMON. - (Az'(!c cmpreSSe1J1OlIt.) Et tu vienclms avec nous? DA VI D. - Non. 1 e te l'ai dit. :.\bis un jour de repos, c'est important (et souli.qllallt) l'our tous! (nn temf") et cie toute façon, il est tard. SI~ON. Pas trop tard o.:l1corc, peut-être ... (il 1·éfléchit). Ainsi, tu proposes le souterrain? DAVID. - Oui. Pour Ic telllps (lUe nous devons resjer ensemble. Un jour, ou davantagc, on verra cela clem. in. Une bonne cache dans la journée, pcur pouvoir attaquer cie nuit - cette ,·olution me paraît presquc parfaitli! SIMON. - (Hochant Irisl clllt:Jlt la tête.) Presque, en effet... (un siicnce et puis, doucelllcllt.) Tu n'as pas vu. David. les murs éventrés de notre abn central - cache souterraine du Quarticl Généra1... Rue Mila 18! Quartier Général de toute notre insurrection! ::Vloi. si ! Te les ai vu! De mes propres yeux! Quelques heures à peine après la catastrophe ... Toute la journée les combats n'arrêtaient pas un instant! A la tombée de la nuit, je me dirigeai vers le Quartier Général... Le ghetto flambait cornme une torche... Leurs patrouilles grouillaient... On n'avançait Qu'au prix de mille difficultés... Je ne parvins rue Mila qu'à l'aube... et brusquement - le Quartier Général! (il se remémore, en .>ilellceJ. Un cauchemar! La terre - déchirée, éventrée! Toutes les entrées secrètes - grandes ouvertes! A l'intérieur flottait encore l'odeur fade des gaz asphyxiants. Et par terre - les camarades... Morts! Quelques-uns rcspiraient encore ... Ils ont l-endu l'âme, sous mes yeux ... (un silence). C'est un piège, tu comprends? Le ghetto, c'est l'abîme! La cache souterraine . dans l'abîme du ghetto - encore un piège! DAVID. - Mais aussi, parfoi s. la retraite la plus sÎ1re! SIMON. Oui... Parfoi ~... C'est possible ... Parfois oui et parfois non! Et si cêétait - non. Cela dépend de quoi De qui? Du hasard? Du destin? (ct (lvec un sourire amer). Te n'apprécie pas beaucoup la collaboration du destin! (Ult .~ilence) . EVA. - Il y avait avec nous. dans notre groupe, une jeune combattante ... 17 ans à peine ... Tombée dès les premiers jours ... Elle aimait l'épéter : :\Ous avons ar raché au destin ses ailes, pour les fixer à nos propres épaules ... DAVID. - Une petite romantique attardée ! Le destin qui avait des ailes ? Première nouvell e ! Cinq heures dix, les amis, il faut prendre une décision. SIMON. Les ailes du destin! Que n'ont-elles pas couvert ! Notre douleur, nos larmes, notre sallg ! Que n'ont-elles enveloppé, étouff~ ! Notre cri même ! V ous avez vu mon grand-père! Les 5'ouffrallce ~ ? Qu'est-ce, pour lui, des souffranceli? Lorsqu'on t'abaisse, c'est en réalité une élévation, car Dieu préfère celui qUl a les yeux baissés ... Or nous, nous ne voulons pas' avoir les yeux baissés ... Et mon père? Il a trouvé une consolation lui aussi. Aucun autre peuple n'a ja~lIais subi cie telles épreU\'es, n'a été aussi purifié - dans les larmes et dans la mort. .. Encore les ailes du destin! Notre grand, notre noble destin - une belle mort, une mort pure! Et tenez, même à l'abri central, rue Mila 18, il y avait encO~' e du jeu de destin! Un rescapé Ilevalt relater par suite : au dernier moment, lorsque les camarades voyaient les nappes de gaz envahir les coins les plus reculés' du souterrain, ils décidèrent (je se clonner la 1110rt! Ensemble, fraternellement, comme on rompt le pain. ils ~;e mirellt il rompre la vie, pour COmll1Ulller dans la mort! Dans un geste sublime, le Quartier général de l'insurrection du ghetto cl'aujourd'hui est brusquement redevenu une vieille, très vi eille COlllIUUnauté juive, une sainte communauté d'autrefois, cernée par J'en nemi qui ':nfonçait les murailles! Comme au temps de jadis, on mit fin à ses jours, de Ges propres mains, à l'heure choisie par soimême, 'sans être souillé par la ma in Ile l'ennemi, pour la sanctification du nom de l'Eternel! Encore et toujours - notre destin! Et accepté! Et sanctifié :),tr notre propre sang! - . DAVID. - Tais-toi Simon! Tn manques affreusement cl'imagination! C'est presque du sacrilège, ce que tu vien<=; ne dire! SIMON. - Sacrilège? Parlon,,-en! Il n'y a qu'une chose de sacrée, en ce moment, qu'une seule ....,. tu entends? - le combat! (il crie prcsque). Rien ,l',lUtre ne compte! Rien n'existe! ( lin temps, plus calmc). Du fond même de l'abîme, dans le malheur et la désolation infinis - oui, en vérité, infinis! - nous avons levé le front pour dire : non au destin. Le dire passionnément, certes, mai.s calmement, avec unc détermination froide! Non pas en désespérés! Nous ne SOIlImes pas des désespérés! Nous disolls simplement, calmement: non, à ce destin cruel, ayeugle, insensé. Alors, il faut Que le non soit dur comme roc - pour tout, à tout, à tous 1 (If IL silellcc : il f>rc1ld la main d'Eva et, très don.'!;) Eva, ie te demande pardon, je n'irai pas Jans le souterrain. DAVID. - Même si lIOUS pOU\'t os l'utiliser comme point de combat? SI::vrON. - Même alors! (1m temps). Si je m'étais trouvé, ce jour-là, dans l'abri central et Qu'un ordre ait été dOlUlé - ordre du commandant! - je n'aurais pas hésité un seul instant. Comme tous les camarades. j'aurais mis' fin à l'Iles jours. 11 ais ici, le commandant, c'est moi! \ -ous m'avez nommé vous-mêmes, toi et E\'a ~ Vous pouvez modifier votl-e choix. Je l'efuse de me suicider! Tomber au combat. oui! ::",1ettre fin à :;;es jours - 11on! A cela aussi - non! (nn temps.) DA VID. - (Bas .) L'épopée du g'hetto se termine, Simon! SIMON. - La bataille du ghetto, oui, elle est terminée 1 ;'[ais la gU\'lTC continue! DA VI]). - Nous 11e llPUS apparte llons plus ._. tu Ile Ic ,"ois pas' Nous :;onillleS déià - la légende! STMON, On dirait. tu as pem survivre! DAVID. Ce n'est pas une peu;' ,le soldat? SIMON. La yenue de Yan est un messag-e. un orc!t'e : il faut re jcindre !e front! Gagner les bois! DAVID. - C'est dans les ruin e~ 'lue passc tou jCJ11rs notre f ront. Chaquc : \1 S'tant de ,1l11'ée c"t UIlC nou\'cllc vidoirc! SHroy .- \ïrtoire ol"'Jmhres! DAV[l), :'Iais nous somme,; ,ks omhres! SIMON. Non' Notre nhc\' ·-'st partout où se déroulc la lutte! PartOl1t· où l'on livrc hataille! Parmi tou" "1'11'(', (Suite page 15.) ..................................... ..-: ~ ~ T arils réduits ~ ~ ~ pour les lècteurs ~ ~ ~ ~ de «Droit et Liberté}} ~ ~ Sur présentation de ce journa'I, ~ } une réduction sensible sera accot - ~ ~ dée pour tous les billets, aux gui- ~ ~ chets du Studio des Champs Elysée s, .\ ~ pour tou tes les représentations de 10 :\ ~ pièce « Tu lèveras ton front ». ~ ........ ............................................................................................................................

Notes

<references />


Catégories