Droit et Liberté n°00026 - 15 avril 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°26 (94) du 15 avril 1949 [Moyen-Orient; Afrique]
  • Défendre la vie par M. Vilner -page Une
  • Lu pour vous par Roger Maria -page 2
  • Une intéressante conférence de Me Paul Vianney sur l'état d'Israël -page 2
  • Les pélerins de la paix par Michel Debonne -page3
  • Le consortium Ruhr Lorraine par Marcel Boucher -page 3
  • La forme du crâne Bismarck ou les mauvaises raisons: l'intervention de Romain

Rolland par G. Peyroules -page 4

  • L'uranium du Congo par Ph Gratvol -page 5
  • Le congrès mondial des partisans de la paix -page 6,7
  • De l'air et du soleil pour 2500 enfants; appel à la population juive -page 8
  • La bombe atomique et Maïakovski par Roger Payet-Burin
  • La paix, ce bien qui nous permet de vivre, penser, cultiver; libérer par Yves Farge
  • La dot; un conte par J.L. Peretz

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Bienvenue aux pèlerins de la paix ! . .... ... André WURMSER et té ..... .. " " .,' .. ..... '" .... .. . " '" ...... , Nouvelle séri~ N° 26 (94)' LA CLANDEST 15 AVRIL 1949 ITE Pri)( : 25 fr. Gabriel D'ARBOUSSIER le Jeudi 21 -Avril à' la Tribûne Parlée de " DROIT ET UBERTÉ " ARIS, capitale du monde ••• Paris .du Congrès P Mondial des Partisans de la Paix du 20 avril ••• . Vers Paris, convergent tous les regards, tous les espoirs. Vers Paris se tournent les meilleurs de nos contem:porains. Vers Paris affluent, de tous les coins du globe, les pèlerins de la paix. Si notre pays mérite aujourd'hui cet honneur, c'est peut-être aussi en raison du rayonnement, toujours si vi,f, 160 ans après, des idées de la Révolution Française. Dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, proposée par Robespierre, l'article 37 est ainsi libellé : « Ceux qui font la guerre à un peuple pour arrêter les progrès de l,a liberté et anéantir les droits de l'homme doivent être poursuivis partout, non comme des ennemis or.dinaires, mais comme des assassins et comme des brigands. » Depuis le jour où le grand Conventionnel a tracé ces lignes, le monde a marché de l'avant en dépit de toutes les interventions, en dépit de toutes les doctri. nes de réaction, y c~mpris le racisme. . Aujourd'hui, c'est le- rayonnement de l'Union Soviétique et le développement des démocrati~s popu • . laires qui donnent des cauchemars à ceux qui « veulent arrêter les prog,rès de la liberté et anéal:ltir les droits de l'Homme ». C'est pour maintenir leurs pri-. vilèges et pour entraver le progrès social qu'ils voudraient jeter les peuples aux fers, égorger la moitié du genre humain pour continuer d'écraser l'autre. ~INSI, le premier anniversaire du plan Marshall coïncide avec la signature d'un pacte de .guer. r re.« L'aide économique» se transforme e~ « aide militaire ». Et à peine l'encre du texte « atlantiqu~ » est-ellè sèche que survient l'accord des Trois sur l'Allemagne occidentale : d'un coup le péril renaît aux frontières. Désormais, un Etat allemand de 50 millions d'habitants, avec les anciens nazis à sa tête, menace la paix. Halder et Guderian, généraux hitlériens, en dirigeront l'armée. Déjà, ils s'emploi';nt à justifier les « cruautés .nécessaires » de Ié\ dernière guerre pour parler de « l'esprit de revanche juif » et annoncer que « la prochaine guerre sera plus atroce que la précédente ». (..eur faisant écho, le sénateur du Texas, Edd, crie à la radio américaine: « Tous les Juifs doivent être considérés comme communistes (sic) et traités comme tels ». Et le journal W omeRS Voice, de re·nchérir en déterrant une vieille fable : « Les protocoles juifs sont cause de la première guerre mondiale, de la deuxième et déjà de la troisième » ! 1 UI peut nier encore que la nouvelle Sainte Al· Q Iiance fera nécessairement appel aux « -théo.. ries» racistes et que les anciens nazis seront .. iCI a éur affaire? N'est-ce pas une raison supplémentaire pour les éventuelles victimes' d'accroître leur vigilance? Un lecteur de Montreuil, P. A., nous écrit: « Ma femme, mon fils de 17 ans et ma fille de Il ans m'ont été arrachés par les bandits hitlériens. J'ai eu du mal à surmonter le désespoir. Et voilà que de nouveau la guerre peut venir. Eh bien ! non, plus jéUllais ça ! Nous ne pouvons rester passifs et consentants ». Des millions et des millions d'hommes, de par le monde, sont animés de cette volonté de paix. Ils forment une légion innombrable, sans cesse grandissante et agissante. Dans leur union et leur action réside le salut. t Oui, la résistance antihitlérienne a été une bonne leçon : les honnêtes gens ont pris conscience de leur force et de l'efficacité de leur action. - L'action conjuguée des peuples pour la paix est une idée neuve dans le monde. M. VI LN ER CONSO TIU (Voir page 5) • Dans ce numéro: .2, rue de l'E_ysé·e ••• li "PONT AiRllN " AU SICOURS DU "JUIf SUSS" La bombe atomique et MAIAKOV,SKI Un poème de Madeleine Riffaud . . RUHR - LORRAI E ·2 f\U FO~'D .DU pu,·rs M Et la reine de . Belgique? Aujourd'hui, mon ami-du-matin - que - je _ rencontre ~ tousjours- en-prènant-·le-métro était furieux. En s'asseyant à côté d.e moi, il seCoua·it la tête d'un au indigné et grommelait des mots sans suite. t! Que vous arrive-t-il l », m'inquiétai-je. « Il m'arrive Clue j'en ai assez de tous . les doubles, triples et CluadrUflles jeux 1 Il m'arrive que j'en ai assez ete voir des milliers de braves types odieusement hOftl9és par les exploiteurs du courage et des souffranes des autres ! Il m'arrive que je suis écoeuré de voir des hommes, 'lui se prétendent les guides de la communauté la plus éprouvée du~ rant la dernière guerre, se faire les COnliJllices de nos bourreaux et les sergents recruteurs de la prochaine guerre qu'ils appeu.ent de tous leurs voeux ! Il 'm'arrive· que jè suis !évolté de voir tâcher d'entraîner la communauté israélite dans une aventur·e où elle n'a à. gagner que de nouy·eaux deuils, . d~ nouveaux pogromes et de nouveaux- fours crématoires ! » . « En dé.pit de certaines outran_ ces de langage, je reconnais que YOUs avez en partie raison, lui répondis-je. Mais ce que je voudrais savoir, c'est pourquoi, aujourd'hu. i justement, cette ex,plo~ sion de fureu. 1 •.. » « Pourquoi l - ricana-t-il. - . Mais tout simplement parce qu'ils deviennent chaque jour plus virulents. Ils ont pris parti pour le Cardinal traître à sa patrie Mindszenty qui· avait, sous i'occupation, re·mercié Hitler d'avoir déporté les juifs hongrois. Et aujourd'hui, non seulement · ils s'acharnent dans leùr presse à inju~ier les par_ tisans de la Paix, mais encore ils se refusent J faire quoi que ce · loit pour éviter la guerre ! » « Que voulez~vous dire l JI « Dans quelques jours s'ouvrira à Paris le Congrès Mondial des PartiSans de la Paix. Croyez-vous que la Fédération Sioniste et le Congrès Juif Mondial, par exemple, ont donné leur adhésion ! « Vous exa,érez peut_être: je crois que surtout, as ont eu peur de paraître prenMe une certaine pos.tion politique .•. » « Allons. allons, je vois ce que vous voulez dire : ce sont là les arg"ments qu'ils servent à leur clientèle pour t~cher de se justi~ fier. Le Congrès, ce sera le lieu de rendez-vous de tous les homm-es de bonne volonté qui, sans distint:t'on d'opinion, veulent s'opposer à la guene. Croyez-vous · que Charlie Chaplin, qu'Einstein (qui ont donné leur adh,ésion) soient des communistes ? C,oyezvous que la Reine-mère de Belgique, la femme du Roi-Sollat AI~ bert l or (qui sera la p.résidente d'honneur de la section des femmes belges) puisse. de près ou .de loin, être une bolchévik ? Le supposer un instiWIt serait une imttédllité sans borne. Non, l' ........... ent de ces Messieurs est SMIS v~leur.» Je n'ai rien trouvé à répondre. L'INCENU. Droit et Liberté • U' " ... WI ., ...... .e~,., "'" ~II .11,,., Rédaction et admirustration 14, Rue de Paradis, 14 Paris X' Téléphone :PROvence 100-47 90·48 C.'C.p. Paris 6070-98 Tarif d'abonnement 3 mois ........ 150 frs 6 mois 300 frs 1 an .......... 600 frs Etranger : Tarif double. Pour tout changement d'adresse prière de joindre la dernière band~ et la somme de 20 francs. Le gérant: Ch. OVEZAREK . OR-OIT ET l.:IBERTE ---------------: J5 ·/wli! J:949 . ..... · W·26· «(9-4) 'Charles."- _-._.~:. -'-.:." . -- - - - --.- - - - ~- DANS 11 TRAmTION « Il GIF 1 STE » Le grand rabbin Weill souhaiterait sans doute que l'on ne parlât plus de son message de sympathie aux organisateurs du meeting en faveur de Mindszenty au Ver d'Hiv'. Sur l'initiative de notre journal, les protestations se sont multipliées conbe cette collusion de certains milieux juifs avec un haut prélat hongrois traître à son pays et soutien actif des milieux antisémites et fascistes. Le jeu déshonorant qui consiste, pour des juifs importants, à se montrer cordiaux à )' égard des ennemis actifs des Juifs n'a d'ailleurs jamais entraîné les résultats apaisants que les machiavels de synagogue en escomptaient. Au contraire : les intéressés, en pareil cas, se disent toujours

puisque ces juifs poussent la

flagornerie jusque là, alors on peut leur marcher sur le ventre. . C'est exactement ce que yient de faire La Croix elle-même, le fa. me-ux quotidien clérical ayant paru soUs l'occupation avec du maréchalisme à toutes le~ rubriques. . Dahs son numéro du 7 avril, ·une longue correspondance des EtatsUnis relative à J'Etat ·d'Israël a été publiée sur cinq colonnes en troi- . sième page. M. Jeon-]O(ques B(RNARD répond à une vilainie de M. Bernard llCl(HI Dans son précédent numéro, « Droit et Liberté» faisait mention d'un échange de correspondance entre ·M. Bernard lecache et M. JeanJacques Bernard . Nous reproduisons aujourd'hui ~n extenso ces lett.·es qui nous ont été transmises. : Coebbels pas mort , Afin de vous donner tout de suite le la de r article, voici· une citation assez remarquable, je crois : Reste à savoir si l'O.N.U. capituiera encore devant les · exigences toujours croissantes de la juiverie internationale . On croirait lire les dia~ribes nazies sur la S.D.N. . Mais lisons J'article Ce peuple errant. qu'on disait inpar Roger MARIA , capable Je porler les armes et Je se battre, a montré sur les champs de bataille lm · cran indubitable. Il est vrai que les armées arabes, hâtiveml! trllevécs. manquaient de matériel et surtout du nerf de la guerre . Ai~si' reparaît la ,plus insidieuse des calomnies ansitémites: .Ies Juifs, · c'est r argent. Comme si les mercenaires d'Abdallah et leur Glubb Pacha et les roitelets d'Egypte ou d'I"rak ne bénéficiaient pas, de leur côté, du « nerf de la guerre » via Londres et Washington. les Juifs plus criminels qu'Hitler! Mais écoutez ces jérémiades : .'_es membres du gouvemement (d'Israël) jubilent de varr les Arabes fllir sous la poussée de ia peur et faire place nette aux immigrants juifs. Toits ceux qui {!(latent un peu de pitié au coeur bouillonnaient J'indf!! naiion quand Hitler chassait les Juifs d'A ilemagne ou les envoyait dans ses camps Je concentration pour les exlenniner. En expulsortt les

A rabes de leur pairie pour s' emparer

de leurs terres, les Israéliens se rendent coupables du mbne crime qu'ils reprochaient à Hitler, il y a quelque dix ans. Ainsi T..AI Croix trouve le moyen de se montrer plus antijuive, plus antiisraélienne que les féodaux arabes eux-mêmes qui, pour le moment, ne vont pas jusque là dans leurs propos officiels. Appel pour une nouvelle croisade contre les infidèles Les quelques 100.000 juifs qui aliendent en Allemagne ou ailleurs de l~mbllrquer pour la Terre promise verront bientôi la réalisation Je leurs rêves. Pendant ce temps, les Arabes palestirri~s chassés de leur pairie errent en quête d'un r..ouveau gUe. Et clevant cette injustice, le monde s'éionne et l'O.N.V. se tient coi. C'est la conclusion de r article. Elie est nelte : si J'O.N.U. était une organisation digne de ce nom, elle dédencherait la guerre sainte contre ce peuple errant « qui chasse de leur patne » les pauvres Arabes qui étaient si heureux avant. etc. . Alors qu'il n'est pas question. de . chasser qui· que ce soit, ce que savent les travailleurs arabes vivant en Israël : ils voient bien que leurs conditions d' existt"'llce sont de beaucoup supb ieures à celles que connaissent leurs frères des pays arabes IÎrpitrophes d'Israël . M. le Rabbin, vous avez cru « politique » de verseT vohe pleur autorisé (par qui?) dans le concert des lamentation~ mindszentystes. Voilà comment le journal au crucifix traite les juifs ': votre faute initiale, votre complicité vous font nécessairement participer à cela! Vous aurez des comptes à rendre ! (-Suite numéro 3) L'attitude d'u rabbinat français el\ fill/eur du cardinaJ Mindszenty a soulevé une vague · d'indignation dans tous 1&6 m·ilieux juifs. ~j Dans son dernier numéro, « Droit et Liberté » a publié une lettre de notre ami Serge Kriwkoski, dans laquelle il est dit entre a·utres : Cette attitude rejOint celle du Grand Rabbin de France qui, à t'oc::casion d'une' semblable manifestation au VélOdrome d'Hiver, envoya un message. tout en n'y assistant pas. Il s'agissait du Crand Rabbin de Paris (WeiU) et non pas du· Crand Rabbin de France (Izaïe Scltwartz). Aus~i c'est bien Yolonti~ que nous donnons la rectification que nous recevons de M. Schwartz : ~lonsieur le Rédacteur en Chef, Dans le numéro du 1er avril 194-9 de « Droit et Liberté », l'auteur d'un article intitulé : « Dans la . tradition Ujifiste » m'attribue, in fine, un message que j'aurais envoyé au Vélodrome d'I-Iiver. L'erreur est manifeste. Pour le constater, il vous suffira de vqus reporter à l'article de votre journal du 1er mars 1949 paru sous le même titre. Au surplus, je vous prie de prendre connais~ ~;ance d'une découpure de Journal ci-jointe que vous voudrez bien me retourner . En conséquence, je vous prie de vouloir bien faire ·dans votre plus proc.bain numéro et sous le mêmeiitre la rectification qui s'impose. Veuillez agréer, etc. Le Grand Qabbin de France. Isaïe SCHWAQTZ. Lettre de B. LECACHE A LA TRIBUNE .PARLÉE DE DROIT ET LIBERTÉ . Le 17 mars 1949. A M. J. J. BERNARD Cher Monsieu~, Afin d'évite·r toute confusion dans votre esprit et a'pprenant que ~u! avez accepté de faire partie du Comité d'honneur du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, je ~iens à VOlIS signaler que notre organisation : Une intéressante conférence de ·PAUL VIENNE~ Ligue internationale co·ntre le Ra. cisme et l'Antisémitisme (L.I.C.A.) décline toute responsabilité dans la constitution de ce mouvement. Celui-ci nOlis paraît inspiré par des tendances contraires · aux intérêts que nous déIendons et nous vous le signa·lons afin qu'il ne puisse pas y avoir de confusion dans vo· tre esprit. Croyez, cher Monsieur, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs. Signé : Bernard LECACHE. Réponse de M. Jean-Jacques BERNARD. Paris, le 22 mars 1949. Cher Monsieur, Je prends acte de votre lettre touchant mon adhésion au Comité d'honneur du Mouvement contr~ le Racisme, J'Antisémitisme et pOtlr la Paix, avec le regret que des hommes ayant souffert de la persécution ne puissent parvenir à trouver un terrain d'entente. L'adhésion que je puis donner à rout mouyement inspiré par l'hor" reur du racisme et l'amour de la paix ne va pas au delà et n'entraîne de ma part aucune dépendance d'ordre politique. Au reste, je n~ puis mieux faire pour dissiper sur ce point tout malentendu que de vous joindre copie de la lettre par laquelle j'ai adressé mon adhésion il M. Isi Blum, le 16 février dernier. Veuillez agréer, cher Monsieur, l'assurance ... Signé: J.-Jacques BERNARD. Jeudi 7 avril, à la « Tribune parlée de Droit et Liberté », Salle Lancry, a eu ,lieu une conférence fort intéressante sur le thème : ( Israël au carrefour ». Maître Paul Vienney, avocat à la Cour d'Appel de Paris, directeur de la revue « Peuples amis », développa, avec la compétence et l'autorité qu'on lui connaît, ce sujet particulièrement difficile devant un auditoire qui ne lui ménagea pas ses applaudissements. En commençimt, le conférencier souligna l'intérêt qu 'j,1 prenait aux questions concernant la situation et l'avenir des Juifs dans le monde : fils de pasteur protestant, il ,a d'abord étudié l'his(()ire du peuple juif dans la Bible. ,JI situe géographiquement l'Etat d Israël : I( RegarJons la carle, e1 nous vet. rom que si, pour son bonheur, Israël ct pu puiser les éléments cl' UIW? civili~tion très riche sur les bords de la MéJiterranée, pour son malheur, le jeune Etat se trouve placé aux confins Je nombreux empires. » Et M' Vienney, dans un style incisif, indique qu'il ne croit guère aux « missions hisloriques » des peuples, dont CCI tains se gargarisent, mais bien plutôt à l'impératif économique dont Israël est un exempIe: si ce pays prend une telle imdoseph -André BASS envoyé spécial de « DROIT ET LIBERTE », vient d'effectuer un voyage d'études en Hongrie et en Tchécoslovaquie. Dans le prochain numéro, nous com.mencerons la publication de sa passionnante enquête : DERRIÈRE LE RIDEAU DE MENSONGES l'Etat d'Israël portance dans la Politique mondiale, c'est surtout ('n fonction des gisements de naphte du Moyen-Orient (42 % des · ressources pétrolières mondiales) · et . du pipe-line qui amène le pr~cieux liquide à Haïffa. « Il est tout à fait évident que les Britanniques, pour Jes raisor..s J'ordre économique et stratégique, con~ idèrent ce port comme une base ~entielle pour leurs menées au • Hoyen-Orient. ») Chaleureusement applaudi, M"' Vienney tennille en soulignant qu'une nouvelle guerre compromettrait irrémédiablement )' existence d'Israël. Seule, la paix peut assurer et consolider J'avenir du jeune Etat. Un débat public s'engagea, · té. moignant de l'intérêt des auditeurs pour tous ces problèmes, dont M~ Vienney précisa plusieurs points avec une aisance qui emporta )' adhé. s.ion de tous . Notons en passant qu'il existe . ..---------------- égale.menl un pipe-line, très impor- A METZ tant, .qui aboutit à Beyrouth: il est non moins évident que les Anglais Le Juif FAGIN possèdent -en cette région des in té- . rêts I( qui expliquent tout llaturelle- a perdu son procès ment les récenü éoénernent~ · qui 1 S L'Union des Engagés Volontaires viennent Je sedérou er en yrie ». Anciens Combattams Juifs de Metz Après avoir démontré ridentité a engagé une action contre le Hlm de vue des impérialismes anglai5 et «Oliver Twist ». Elle a eu ga~!1 ·de américain quant à leur stratégie au cause. No~ donnons ci-dessous quelMoyen- Orient, malgré la concur- ques extraits des at'endus de référé rence qui les oppose, l'orateur évo- du jugement : que l'avenir d'Israël. I( israël a obtenu un prêt de 100 n;illiom de dollars des Etals-Uni3, Jont il n'a reçu d'ailleurs qu'une première tranche de 35 million3. Nous saVons fort bien ce qiJe signifie l'aide américaine, et de quelle3 conditions elle s'accompagne. Nou3 sommes c( payés » pour connaître le prix de la générosité d'Outre-Atlan. tiql1e. » Me Vienney, qui fut panni le! jpristes qui assistèrent au procès de Hoess. J'un des tortionnaires du camp d'Auschwitz, responsable de la mort de plus de 3 millions de dé~ rtés, en arrive à poser cette ques~ lon : « Peut-on imaginer que les Juifs participeraient un jour, à une agrèssion anlisoviéUque aux côtés de ceux qui assassinèrent lelJrs familles? » Attendu: .......................... Que i€ héros principal est le juif du nom cie Fagin du roman de Dicke.' 1S ; Que le film en fait un personnage particulièrement odieux et même répug.' 1ant ; Qu'au physique il ressemble tfait pour trait à la caricature du juif, oréée et divulguée pour les besoins idéologiques par une presse qui fut considérée même par les nazis comme devant exploite: de bas instincts ; Que la version française du film, surenchérissant la ve!sion origL'léIle, a même trouvé i,'1diqué de prêter à· Fagin une diction ca·ractéristique ; •••••••••••• o ••••••••••••• Vu l'urgence qu'il y a à statuer, Interdisons la projection du film « Oliver Twist ») da'1s la salle du cinéma Vox à Metz. .......................... ; (Sceau du Tribunal.) Signé : BENGEL. .1 5 Avrit "~49 . - N- ,26 «)4) 'DROIT ET LIBERTE J "les Pélerins de "la Paix SI vous pénétrez dans le double hall de la Maison de la Pensée Française, vous serez immédiatement surpris par crtte multitude de personnes qui se glissent dans diverses pièces parmi une envo~ lée des affiches de Pablo Picasso l eprés"ntant la douce et blanche colomb!,! de la paix. On parle là toutes les lang'ues du monde, parce que de tous les pays du monde arrive le flot ininterrompu des délégations. Sur le côté gauche du hall, une salle spacieuse (sur les murs les tapisseries ra j'onnantes et chaudes , de Lurçat) donnant sur une terrass,, sert de refuge à la sect ion de l'l:esse du comité de préparation. C'est là que les journalistes vien nent aux renseig'nements, c'est de là que partent -vùs les juatn: coins de la planete les Paul Robeson (U.S.A.) informations, du Congres. C'est là enfin que naquit et s'élabore le plus jeune quotidien de la capitale, qui a déjil quelque six cents millions de lecteurs : « Le bullelin de liaison du Congres Mondial des Partisans de la Paix », En divers pays, les journaux, les radios, les hommes · politiCJues aussi, pleins de haine, prêchent une grande' èroisade, une nouvclle guerre, une nouvelle source de ruines, 'de dévastations. On arme IL outrance. ~n mobilise. il ne reste plus qu'à déclencher le mécanisme de la yaste tuerie. Mais , aussi, les peuples du monde enlier en ont assez des morts, des ruines et des dévastations. Les femmes du monde entier, les jeunes du monde entier, les' vieux et les vieilles, les paysans et ·les intellectuels, les ouvriers. et les religieux, toutes les coulc~lrs, toutes les races, tous les pl:uples ont dit: « Non. En voilà assez de misere. Nous voulons construire en paix, vivre en pai x, tra va iller dans le bonheur de nos foyers. » Ccs millions et ces millions de simples gens de tous les pays ont, pour la première [ois, dt'-cidé de s'unir pour arrêler l'atroce mécanisme, Ils ont délégué les mei lleurs d'entre eux ~l . un vaste Congrès qui cloit se ten ir ,à Paris, le 20 de Ce mois , et au cQurs duquel ils j.etleront à la face /des fomentateurs de troubles à grande échelle, leur opinion paisib le, la force tranquille de tous les hommes qui veulent la paix. Et Paris sera pendant huit jOUl-S , car tel est le voeu des peuples de tous les pays , Paris sera la capital,e rnond.i.a le de la Paix. Une idée qui a fait son chemin L 'IDùE du Congrès fut lancée par le Bureau International de Liaison des Intellecpar 'Michel DE BONNE tuels pour la Paix et par la F édération Démocratique Internationale d·~s Femmes le 25 février 1:H9, Ce fut un appel aux orgaIlisations et aux personnalités de tous les pays dont le souci essentiel est la paix. Quelques jours après, partout dans le monde, ce furent par millions que se lèvèrent les partisan·s de la. pa ix. Le 21. mars, ils étaien t 250 millions. Le 25 mars, c'était 310. Le 27 . 400 millions d 'ùdhésions. Le 28 mars, 430: Le 6 avril, moins de vingt jours apres, le chiffre record ·de G50 millions était dépassé. . Des OIlvriers, des paysans, àes savants (comme . Lyssenko ('t Einstein, Joliot-Curie 'et Hal lane), des musiciens (comme Chostakovitch et Désormières), des artistes (comme Suzanne Banki, la jeune fille de « Quel~ que paà ·en Europe », Charlie Chaplin, Paul Robeson), ' des . écrivains, des journalistes , ad hé- . raient au Congrès. • Nous. irons à Buffalo C ES ml!1ion ~ et millions de pa~tisans ne faisaient pas qu' adhérer. Ils se mettaient au tr'!. vail avec une passion nouvelle . Dans chaque pays de grandes manifestations s'organisent. En France. une' gigantesque exposition est en préparation . Dans les villes et les villages, des 'pelerinages aux monuments aux. mOrts auront lieu. Des chars . construits par les jeunes gèns vont bientôt sillonner les routes. . Par caravanes entières, des fouIes immenses seront rassemblées dans la capita le' française. On imagine diflïcilement la physionomie de Paris le 20 avril pro-' cllain. Déléga tions de tous les pays, visiteurs venus d'Italie. de Suisse, d'Angleterre et de Belgique.,., milüer\ et milliers de déléga tions provinciales, Toutes les routes de France conduiront ft Paris les caravanes de· la paix. On y viendra par k · train, par avion, en péniches fleuries, en Le doyen de Canterbury, H. Johnson (Angleterre) cars, camions, bicyclettes. Part0ut il y aura des banderoles, des bannières , des drapeaux. Cc sera, pour la clô! ure du Congres, au Stade Buffalo un fourmillement d'hommes,' de femmes, de jeunes en costumes folkloriques, gui voudront être présents pour ces grandes heures de la Défense de la P a ix. Sur toutes les routes clu monde, i travers les champs fleuri s , les montagnes verdissantes, les forêts qui renaissent au printemps, dans les cieux éclatants de soleil, sur les flots azurés des océans, des lég·i~ns d'hommes de tous les points de l'univers sont en marche vers Paris, pour qu'il n'y ait ·pas de nouvelle guerre, pour que jamais plus il n'y a-it de camps de la mort lente; jamais plus de fours crématoires, jamais plus de chambres à gaz, jamais plus de persécutions raciales. ' Car ceux qui vivent, ce sont (De gauche à droite) p, Hervé, Boresza (PolQgne) , Varda (Argentine) ceux qui luttent. Mme E. Cotton, J. Amado (Brésil) et la délégation du V-énézuela. '. .. CONSORTIUM RUHR· LORRaiNE Reportage de Marcel BOUCHER cc ES casques n'ont · pas le même aspect que ceux rencontrés sur le carreau des mines, dans le Nord. Et la lampe que porte chaque mineur de [el' est une simple lampe à acétylène. Ni grisou, ni coup de poussière . ne sont à craindre, ici. Mais'le travail n'est pas môins dl,ll'. Le puits oll je travaille , et que vous voyez lù - mon interlocuteur me désigne un chevalement qui se découpe sur l'horizon - est ex[loité depuis plus de cinquante ans. Plus que les mines jeunes, ,celles qui commencent à prendre de l'âge deviennent progressivement dangereuses . de par la multipli,cation du nombre des galeries. Il me mène ensuite vers le délégué de la fosse voisine : le puits Anderny-Chevillon, Tucquegnieux, MeUl·the-et-Mos.eli.e. ' . - Ce qui se passe dans notre puits, me déclare le délégué, est significatif. NOliS extrayons mensuçllement 55.000 , tonnes de minerai. Nous en expédions 10.000, ce qui revient à dire que les stocks constitués fondent ~l 'vue d'oeil. La majorité de nos expéditions est faite vers l'étranger. Chaque jour, à 9 h. 35, part de la mine une rame de wagons à destination de la Sarre. Ils contiennent 1.120 tonnes de notre meilleur mine ai, celui qui renferme 34 % de fer. Le reste des expéditions est fait à des-tination .du Luxembourg, de la Belgique. Lorf. !u'on sait que le Luxembourg par exemple n'a jamais consommé que son propre minerai, que la Sarre est absolument incapâble d'absorber le total dès tonnages qu'on y expédie, les conclusions s'imposent d'elles-mêmes. 'E N effet, la co*m paraison entre les chiffres de pmduction de la fonte et de l'acier dans les p~ys cités plus haut, et le tonnage du minerai que nous y envoyon~ (auquel s'ajoute le minerai extrait sur rlace), cette comparaison démontre irréfutablement que les quatre cinquièmes pour ne ras dire la totalité des minerais exrortés sont Idestinés, ,sous ,le· 'couvert d'étiquettes aussi variées que possible, à l'industrie de la Ruhr. .- Nous ne l'ignorons pas, ajoute le délégué . .La mystification est cousue de fil blanc. et si les directions minières se sont battues pour que nous appliquions l'horaire hebdomadaire de quarante-huit heures, c'est bien qu'elles prévoyaient l'augmentation des demandes formulées de l'autre côté du Rhin. L'ACIER COULE A FLOT L ONG\VY, Thionville, Villerupt. le bassin . sidérurgique lorrain n'est pas éloigné du bassin minier de Briey. Ul encore, la production augmente sans cesse. Dans certains ateliers, les plafonds- records atteints en 1929 ont été dépassés. Aux aciéries de Rombas., la direction vient d'offrir le champagne ~l ses ouvriers, pour les remercier d'avoir établi un nouveau record de production. Mais pOUl'quoi tant d'acier? Un fondeur de la Société Métall urgique de Knutange, usine appartenant au groupe Schneider, me disait : - Nous fabriquons depuis six mois des aciers dont la composition sc rappro-éhe sensiblement de celle des aciers que nous coùlions pendant la guerre. Les charges comprennent une certaine quantité de pe- ~ tit charbon et de · soufre, ce qui- permet d'obtenk des aciers spéciaux, particulièrement cassants. De ceux qu'on utilise dans la fabl'ication des obus. . Un employé des aciéries de We,ndel. à Hayange : . ' - Il m:est parfois 'donné de voir les bordereaux d'expédition des commandes. Nous livrons à Krupp, à d'autres clients pour lesquels nous travaiHions pendant l'occupation. Il est absolument certain que nous travaillons ici pour le relèvement de l'Allemagne et dans le cadr~ de la préparation à la guerre. C'est ce qui explique la montée subite de la production. CONFÉRENCE EN ALLEMAGNE L E 5 janvier dernier, s'est tenue, à Dusseldorf, · aux contreforts du bassin de la Ruhr, une réunion de la plus extrême importance. Le secret avait été bien gardé. Eu principe, tout au moins. Les représentants de l'indus~rie lourde française, luxembourgepise et sarroise assistaient à la conférence, aux côtés de Fritz Thyssen, de Otto Horatz directeur de la Compagnie Felten et GuiHeaume, de Cologne, (Iu Dr Heinrich Albert pour la filiale européenne du trust Ford. A l'ordre du joUI' figuraient un certain nombre de poiots dont nous connaissons l'essentiel alujourd'hui : exclusion cle la liste de démantèlement de toutes les usines de guerre importantes, mise en exterritorialité de ces mêmes usines, utilisation extrêm.ement [)oussée du bassin lorrain et surtout, création du Cartel de l'acief de l'Europe Occidentale.

  • Art ETTE fois-ci. s'il se réfère aux prin-

~ cipes déjà établis il y a vingt ans, le plan est de source · américaine. Il n'est que le contre-coup des pactes déjà signés. ou de. ceux qui le seront demain. Ce sont des pactes de préparation ù la guerre. Le plan de cartellisation, qui tend ~l mettre sous la coupe de la Ruhr notre industrie et nos usines lorraines entre dans ceux de préparation à la guerre. Et Je Comité des Forges s'y connaît pour donner un coup de pouce ~l la machine. Mais il faudrait investir quelque cinq millards de francs rom' reconstruire ct équiper le pays, mais nous avons un P lan Monnet Qui, s'il se réalisait, nous permcttr~ it d~ trouver l'emploi de toCit notre mllleral. A condition de constl'llire des tracteurs et des locomotives, sachant que demain sera jour de paix ! 4 -------------------------------------------- DROIT ET LI BERTE « Ce n'est pas que je regarde, ainsi flue vous, la guerre comme une fatalité. Un Français ne croit pas à la f'ltalité. » mait que les Prussiens sont des hommes de l'âge de pierre : des Allophyles; et il étudiait la forme du crâne de Bismarck pour justifier Cfltte juste guerre. Enfin, Gérard Hauptmann donnait le ·mot de la fin, en p.roclamant

fiaient la date de naissance de R.omain Rolland (le faire naître deux ans plus tard, c'était le porter déserteur). Mais l'époque à laquelle Romain Rolland était présenté comme le mauvais maître sur qui il faut faire silence, était celle-là même où les gens de Vichy faisaient de Charles Péguy, compagnon de R.omain Rolland aux Cahiers de la QUinza.ine, le b.edeau de la Révolution nationale. Ils impri-: maient des phrases de Péguy sur des « pap11lons ;) ( Il faut bouter les Anglais hors de France

), signé Jeanne d'Arc et

Péguy). Et cela était collé (c'était leur façon d'honorer Péguy) dans des lieux isolés où l'on pensait que les hommes sont plus près de leur conscience. On parlait de l'Europe. Mon collègue du lycée de N ... (celui qui regrettait que Rolland se fût mêlé 'à tant de choses) fondait en ce temps-là le groupe local de Collaboration à la Faculté où il exaltait devant des salles réduites l'Europe nouvelle. Nous pensions alors : quel plus bel Européen que Romain Rolland? (LE! vrai Européen, selon Nietzsche, c'était déjà un Français, c'était Stendhal.). Ne représen- (Romain ROLLAND à Gérard Hauptmann.j Ce (lui donne à l'oeuvre de Romain Rolland son sens tragi! tJe, c'est qu'elle soit exactement encadrée par' deux guerres. Elle enseigne aux homme;; conscients que la guerre n'est qu'une « fatalité» de !:'eoond degré; que c'est Beethoven et que c'est Michel-Ange (lui sont des" fatalités» majeures. En nous. donn~ nt quelques grands compagnons de route, ce sont des valeurs de combat que Romain Rolland nous 'propose. « Le socialiste d côté du bourgeois, 1.e paysan à côté du savant, l~ prince à côté d.e 1'ou- 1,'1'Î.eT : tous combattent pour un riche trésor national, pour des biens qui servent et au progrès et à l'ascension de l'humanir' té ... :) U lycée de N ... , il Y avait, en 193!.l, un professeur de lettres, musicographe distingué, qui un jour me confia : " C'est pour- ' tant bien dommage, voyez-vous, qu'un homme qui aime la .musique lè'Omme Romain Rolland et qui la connaît si bien, se soit mêlé à tant de choses ... D'ailleurs1 ajoutait-il, je ne fais pas de -politique. ». Il en faisait, la guerre et I!ooeupation allaient le prouver. En vérité, ce qui irritait cet int.ellectuel, ce n'était pas que Romain R-olland se fût mêlé à la vie; il bl:'imait seulement Je sens de cette intervention. Dans ces proclamations qUi ne sont pas tout à fait claires, nos ........ -...•......... •p.a.r. .•G.. .• .P.e..y.r.o..u.l.e•s. oreHIes bien éduquées· ne reconnaissent- elles pas les thèmes joyeux " Est-oe que nous ne 'savons pas de quel prince et de quel ouvrier on veut célébrer le mariage? On est en bon train . d'habill~r les fiancés, la noce A mesure qu'ils voient Romain Rolland s'é!oigner d'eux et se laisser envahir par le scru~ pule du social, les intellectuels du, type Tharaud (Jérôme et Jean), font la grimace. Il est plaisant, à leur sens, qu'à plus de cinquante ans, un homme remette en question l'essentiel de ~ idées. Ils s'étonnent et se scandalisent que le bon sens d'un Français bien né l'entraIne si 10'in; ce parfait Occidental les trahit; quand ils le voient prendre sa place dans la mêlée contemporaine, il leur semble qu'un peu de boue rejaillit sur eux et qu'elle les crotte. Mais l'idée de la Guexre les transmute. C'est derrière les plis du drapeau qu'ils se livrent à leurs convulsions favorites. (Souvenons- nous que l'Affa.ire, c'est la jeunesse de Romain Rolland.) · Que la patrie soit en danger leur est indispensable. Ils y contribuexont, et toutes les fois que le temps est propice aux massacres, on les voit entrer en tranSe - comme les bêtes ont leur période de rut; on reconnaît leur chant dès son apparition. Romain Rolland nous les faisait entendre pendant la première guerre mondiale. Il .nous les montrait affolés, brandissant le palladium de la Civilisation. est prête. Il n'y a que le « oui :) qui n'est pas encore prononcé. Il y avait longtemps que les manue'ls de littérature falsi- C'était le temps où l'Académie ,-----------------------------, des Sciences morales, par la bouehe de Bergson, proclamait que' « la lutte engagée contre l'AlIemagne est la lutte même de la civillsation contre la barbarie. ~. A quoi l'histoire allemande, par la bouche de Karl Lamprecht. répondait que « la guerre est engagée entre le germanisme et la barbarie. et que les combats présents sont la suite logiqUe de ceux que l'Allemagne a livrés au cours des siècles contre les Huns et c()ntre les Turcs. ;). Pendant ce tempS, un savant du Museum procla- Sous la faluche POUR LA VIE Française. Dans sa naïveté, notre ••• dirait la ·Haèodah Le rôle de. étudian", selon la ami Ralph FeigeJson , . au nom des lormule de Langevin est de donner "tOO.ianis Progressistes qu'il repréà l'avenir un peu plus que ce qu'ils sente, avait propl"é au comité exéont reçu du passé. Aussi est-ce avec cutif de l'U.E:.J.F. de s'associer aux une douleur où se mêle l'inquiétude ' travaux de ces Etats. Mais la majoque nous avons appris le suicide rité des dirigeants de l'U.E.J.F. s'y d'un étudi_t juif. La misère ' et la est opposée. Toujours au nom de la maladie l'ont tué. Il y a quelqu.es _int.e neutre lité. Comme si les enmois un autre .avait tenté de mou- nem;" de la culture étaient neutres! rir. Il ne eonvient pas de Je~ aeca • . Le. étudiants sont usez conscients bler. Derrière leur manque de cou- pour, malgré le. boniments, défenrage il y a 1. ... fausses élites qui prê- dre aux côtés des intellectuels de chent Je lâche abandon comme un notre pays, ce qui est leur raison « credo ». Il y a ceux qui, sous pré- ' d'être. texte de la seule aide philantropi- POUR LA PAIX I L Y a un an, à cette même époque, la lutte qu'Israël menait pour sou jndép~ndance était la préQccupation de tous. Chaque jour apportait une nouvelle victoire d'Israël sur les envahisseurs, et nous nous sou"' cnons encore de cette joie, de cette espérance qui se Iisaien~ sur les visages à l'annoncp., la "eille de Pâque. de la prisé de Haifa var la Haganah. A cette lutte pour la liberté et l'indépend'ance d'un peuple longtemps brimé, tous les -démocr .. tes prenaient part avec la volonté de briser à vill sera préparé pour le ' prophète Elie cl on laissera la porte ouverte. Qu'il apparaisse ou non, le chef de famille le"ant son verre s'écriera : " 0 prophète! tourne ta colère contre les méchants, contre ceux qui oppriment... ». Texte ancien inchangé, valable pour l'an 5709. Cependant la Hagadah poursuivrait

(( Paix, Justice, Liberté, trois

choses que le peuple de France et les autres peuples surent imposer millgré les pactes d'.Atlantique et autres lieux. Signe des peuples qui, par leur puissance... )J. f. POHEL. que, bava relent sur la « neutralité ». Les revendications, la lutte pour des conditions matérielles et morales plus décentes ? Inutile, voilà quelques billets d.e miIIe pour végéter ... Démoralisation, sous-alimentation, 6urmenage, telles sont le. consé'{ Uences de la politique de « ne.'tres » bêlant de passivité. Mais les étudiants juifs poursuivent le corn: bat avee tous leurs camarades pour étudier dignement et défendre le",rs droits. POUR L'INTELLIGENCE Les conditions d~ J'inte.llectuel 60nt menacées. Contre ce danger se "ont tenus le. 25, 26 et 27 mars les Etats Géné .... ux de la Pensée Pour défendre la paix aussi. Car dans le trouble rie.n de durable ne Ge crée et la guerre, avec 'ses atrocités et 'ses cadavres, a Vl: ses douleurs et ses ruines, anéantit la culture. Si l'intelligence se révolte à l'idée d'un conflit et élève sa voix pour l'interdire, les dirigeants de l'U.E.J.F .• e refusent encore à agir, avec tous les intellectuellJ, pour défendre la Paix. Ont-ils oublié les crématoireG ? Ne voient-ils pas que les étudiants qui ont perdu. des êtres chers et qui ont combattu, refusent de ~evenir les alliés de leurs bourreaux nazis dans une guerre contre k.s libérateurs d'Auschwitz ? R. FEIGELSON. tout jamais Je colonialisme op- • ______________________________________ .....:.. _ -. presseur. L'indépendance natio.nale du jeune Etat, à peine conquise, est menacée dt" nouveau par l'intrigue. Et de nouveau planent les menaces de guerre. Il nous vient à l'esprit ce'lte phr~e de Ra~k.i pro.noncée au VeI' d'Hiv', .1«5 de la c~éb,ation de la na~sance d'Israël, il y a presque un an : ~( Les martyrs de 20 siècles nous appellent : av.ancez dans la voie de la libération .lans . un monde de paix, de justice el .de li~rté ». ... EI à l'heure actuelle l'I:.gypte est une colo.nie américaine. H est sans doute nécessaire d'établir une no.uvelle Ha~adah mais à l'èchelle mondiale. Et eù l'on no.us · raoonter~ comment les .peuples o.pprimés secouemnt le joug des impérialistes oppresseurs. Nous pourrions ainsi lire: Il En l'an 57-09 un pacte, dit d'Atlantique, redonnait à l'AtlemaI( ne, encore nazie, le potentiel industriel qu' elle avai~, Hitler régnant. Et en France, à peine relevée de ses ruines, le chômage augmentait et le coût de la vie ne ~essait de croître. .. i). En annexe, dans la page des Matistiques

(c pain azym, 'prix 5708 :

11.5 francs le kilo.. Prix 5709 : 145 francs le kilo. li •.. Et, en celle année, les herbes amères pourrirent sur les étals des boutiquiers. » sYiQnt la tradition, un "ene de Parce que les peuples veulent vivre libres •.. U.S.A. - En 10ute liberté : Mlle Betty Connelt, .se- ' crétoire adjointe du Parti commun~te américain, chllTg~ du recrutement, a été .arrêtée sans motif, .incarcérù sans inculpalicm, et maintenue illégalement ~n prisen bien qu'-elle ait versé la c:Jution qui lui était de1l"tt'.'tClù. Le gouvernement aurait décidé de l'expulser du territoITe américain. Jll5tice -sereine : POlIr aoorr refusé à Les A ngelès de répondre cl des qI/estions que leur poMit un grand f ury F écUrai chargé d'enquêter sur « les menées antiaméricames », neuf témoins ont élé coodomnés · à des peines de prison, varianl de douze mois à.. (c une période indéfinie ;) 1 PORTUCAL Lendemains d'élections

pll#Ïeun centaines

Dans les . monts Grammos 1.es communÏqués de 'Victoire du gouvernement d'Athènes, les fanfaronnades des cc techniciens » an{!lo-saxons qui affirmaient que la Ré~istance Populaire allait bientôt cesser en Grèce, viennent de subir de cinglants démentis. En effet, r Armée Démocr .. tique a ref\lporté d' éclatants !uccès . L' o.ffensive- décleochée depuis quelques jours dans les Monts Grammo.s a permis aux troupes républicaines de reconquérir tous les points perdus l'année dernière et de libérer de nouveaux territoires. Les partisans ont occu~ les secteurs d' Asimoho.ri, de Strackni et d'Amaranda ainsi que les monts Golio, Tabouri, Fliana, Kardhari, St",no, Pirgos, Voliano et Yttissa. Jls se 50n1 emparés du Q.G. de la 75' brigade monarcho-fa-sci~te. En EpÎTe,d' autres wccès' démocratiques se précisent. Les troupes gouvernementales ont été ba.tues dans le secteur d'Arta et y ont perdu 1.000 tués et blessés. La 8" DivisiolJ Populaire, de son cJté, poursurt sa marche sur la route Janina-Konitza ain~i que dans les secteurs de PogoniQl1 et Mmgana. Pendant ce temps, les fonctionnaires de toutes les région$ encore soumises au gouvernement d'Athènes se sent mis en grève malgré les menaces du Ministre de la Guerre qui a affirmé que les travailleurs qui ne reprendraient Pas le travail seraient considérés comme déserteurs, traduits devant des tribunaux militaires et kurdement co.ndamnés. On sait ce que cela veut dire à Athènes ... d.;: Portugais, cc sustJedés J' (IVoir voté contre 1~ gou- , L'ernemeni lors du récent scrutin )) 'onl été arrêtés. Par uilleGfS, soixante oppOMllls cmt élé condamnés à d-c lourdes peines de pri.~ on. ES'PAGNE -- En 1,lage : Tandis que Franco demande à entrer dans la Sainte-Alliance Occidentale, le-s 1l'lQ$S(].;res se poursuiver;.t: IBO communistes ont · été abat/us en Catalogne en vertu de la fameuse loi J'éo(lsion. CHINE - A près s'être regroupées, l~ armées pooulaires ont franc},i le YangTsé- Kiang en de nombreux points. Elles viennent de déclencher IUle offensiVe sur un jront de plus de 1.00- lcilomètres. te-t-ll pas toute une Europe, celui-là qui nous propose pooc " compagnons de route ~ . (c'est le titre d'un de ses livres) Shakespeare, Beethoven et MichelAnge et Goethe, dont il rappelle souvent ce mot : « L'esprit du réel est le véritable idéal :) ? « Avant d'o,rganiser le monde, disait Romain Rolland aux nationalistes de la première guerre mondiale, vous avez beaucoup à faire d'organiser votre monde intérieur. ;) C'est· que fidèle à l'esprit de Péguy, 11 ne traite pas la politique pacifiste autrement que Péguy ne traita la politique dreyfusarde. Au cours d'une entt'evue avec Ghandl, Romain Rolland prononce ces propos qu'un témoin (Charles Bau... douin nous rapporte : « Romain Rolland parle des « résistants à ·la guerre ). Mais cela ne suf~it plus, dit-il, de résister à la guerre! On raisonne toujours sur les données de 1914 (comme en 1914 on raisonnait. sur celles de 1870). Aujourd'hui, la résistance violente ou non vi()lente ·de tout un peuple ne saurait empêcher la guerre technique. L'homme compte d'autant moins que la machine compte d'avantage, et les leviers de commande. Ainsi, ce n'est pas à la guerre, mais aux Etats fauteurs de guerre Qu'il faudrait résister, avant que la guerre ne fût déchaînée. ;) . Ainsi parlait Romain Rolland en 1931. Qui nous dit plus clairement

JI n'est de fatalité que

celle qu'on impose ! Une lettre du tonshteire (utral des Juifs de Buloarie à M. Stephen WISE au (onarès Joij Mondial Monsieur le Président, Il est de notre devoir de vous co.lIlllluniquer que Je Consistoire Central des Juils en Bulgarie, dans sa séance du 28 mars 1949, a examiné la situ.ation internation:1le. \oIous "ous faisons la propositio.n de C'Onvoquer le Bureau du Coinité Exécutif du Congrès en une séance extraordinaire, :\fin (le s'occuper de la question llu langer (l'une no.ul'elle guerre mondiale et de la position du Congrès Juif Mondia.! sur cette question vitale pour les Juifs du monde entier. Vous savez' vo.us-même qu'en ce Qui concerne la paix et la ~Ierre, les juifs n'~:mt jamais été indifférents, du fait même de leur llispersion. Surto.ut actudlêment les juif~ du 1ll0nle entier sont bien inquiets et avec raisoil. Le nouveau danger de Ruerre vient quatre ans à peine après l'extermination des 'cleux tie1's de n'OS frères curopéens. Pour cette r:lison le ÀnsÎstoÎre Central des Juifs en BulRarie estime que J.e Àngrès Juif . Mo.ndial ne peut pas rester neutre en ce .qui concerne la question de la paix et de la guerre, en cette allernatÎve, il ne peut y :\\'oir 'H1cune neutralité .... ... Le Consistoire fie doute pas lue vous con,'oqncrez le Bureau du ' Comité Exécutif et lue ce dernier nommera et enverra des délégués

lU Àngrès M~ntli:1J pour la défense

de la paix ~i Paris. Le Consistoire ne donte pas Que cet acte du Bureau du Comité Exécutif sera -approuvé par toutes les sections du Congrès .Jnif Montlial. Ainsi, le Congrès Juif ]\1on(/;'I.1 manifestera qu'il est soli,laire de la lutte pour la paix menée par to.us les peuples dU mo.nde, avec, •• leur tête, Jes peuples de l'U.R .S.S., et que cette voie est la seule q\li assure le développement pacifique de tous les peuples épris de libel·té parmi lesquels vivent no.s frères; seule, cette vo.ie peut nous défen,Jre du danger Je nouvelles exterminations. CONSISTOIRE CENTRAL DES JUIFS EN BULGARIE. Le Président : Prof. Jacque. NNrHAN. • • JS Awi~ 1949. - W 26 «94. L'URANIUM DU· CONGO '(De notre correspondant particulier à Bruxelles) L E 11 juillet J 945 expiosait dans le désert du NouveauMexique la première bombe atomique de l'Histoire. Tenue secrète â ce moment-là, la nouvelle arme allait faire son entrée dans le monde, si l'on ose dire, à Hiroshima, puis à Nagasaki. (c L'ère atomique » était ouverte. La bombe atomique ne représente toutefois qu'un aspect Hmité de l'utilisation possible de l'énergie nucléaire. L'autre aspect, le plus intéressant, consiste en la libération de cetté énergie par des procédés scientifiques, pour une utilisation industrielle. C'est à la fin 1942 que le professeur italien Fermi construisit à o,icago la première pile atomique, instrument libérant l'énergie nucléaire. Le professeur belge Cehenniau a calculé que la désintégration de 20 tonnes d'uranium suffirait à fournir toute l'énergie électrique nécessai.re â la Belgique pendant 10 ans (1). Le Congo belge est à l'heure actuelle le plus important producteur d'uranium du monde, ses gisements sont les plus riches, car· alors qu'ils donnent 500 · kgs d'uranium par tonne de minerai, les gisements de Suède par exemple n'en donnent que 300 grammes à la tonne. Le professeur belge Libois, membre du Sénat, estime que le Congo bei ge possède 70 % des réserves mondiales du minerai d'uranium actuellement connues. . Or, le mystère le plus complet plane sur les chiffres de production, sur les chiffres de vente ainsi que sur la destinatiOlO pré~ cise de cette production. Il semblerait logique q'ue, en possession de ce minerai d'un tel intérêt pour les sciences et la civilfsation, la Belgique en fournisse abondamment ses laboratoires et les laboratoires de tous les pays capables de mettre au serviee de la paix l'utilisation de cette énergie. Il n'en est rien.

  • Officiellement, on connaît les

chiffres d'extraction jusqu'en 1944. CelUi de 1944 est de 9.000 tonnes de minerai. Les chiffres de 1945, 1946, 1947 sont omis dans les documents offici.els~ Un fait est connu, officiellement: tqute la production est vendue aux U.S.A. qui en cèdent une J:nfime partie à l'Angleterre. Quel but poursuit le gouvernement belge en dissimulant ces chiffres ? Le profess€lU1' Libois réPOnd : « Il ne s'agisSait pas de cUsSfmtùer l'aide apportée au gvu· vemement des U.S.A. pend.a1ltt la guerre, mais l'aide apportée aux trusts américains en temps de paix de façon unilatérale au préjUdice non seulement des pays alliés, inais d'e la Belgique elle-même. :. Si la vente aux U.S.A. était justifiée pour soutenir l'effort de guerre, pendan' la guerre, aujou·rd'hui rien ne justifie encore ce privilège. Dès le mo~ de mai 1946, des parlementaires ont, à différentes reprises, demandé à combien se chiffraient les. livraisons d'uranium aux U.s.A. depuis 1942. Quel était leur prix de vente ? Paul Henri . Spaak, Ministre des Affaires Etrangères, n'a jamais répondu à ces questions. Depuis qu'il est Premier Ministre, 11 s'est même permis de répondre grossièrement aux ' parlementaires communistes qui l'interrogeaient à ce sujet. Une conclusion. s'lm- . pose : si les accords signés avec les U.S.A. ne sont pas divulgués, c'est que leurs conditions sont défavorables pour la Belgique. Donc, le plus grand producteur mondial d'urani'um (la Belgique par le Congo belge) le fournit entièrement à une seule grande puissance (les U.S.A.) à des conditions inconnues, jalousement gardées seerètes. Une indication est apparue qui permet d'évaluer, de très loin, les bénéfices de ce marché. « Le Soir du 18 novembre 1947 reprenait ulDe dépêche de,l'Assoclated Press qui, citant le « Daily Express cLisait : « Les U.S.A. achètent 1.460 doUars la ' tonne le minerai d'uranium. :. Si la Belgique au lieu de vendre son uranium à 35 francs belges le kilo (1 dollar 50 frs belges) le vendait au même prix que son charbon (plus ou moins 400 francs belges la tonne) elle pourrait - et cette estimation est extrêmement - mOdérée - DROIT ET LIBERTE encaisser un milliard de francs belges par mols si on estime qu'elle produit mensuellement près de mille tonnes de minerai. La l;Jelgique perd donc actuellement un milliard de francs par mols. e Pourq'Uoi le gotlvernement belge garde-t-il toujou·rs un silence étrange ? , Le« Soir )} du 13 mars 1947, remarquait que « les ressources d'uranium du Congo belge excèdent en énergie (potentielle) les ressources mondiales totales dé charb1n. :. Cet uranium,* v endu brut aux U.S.A. pourrait facilement être traité en Belgique, de deux manières différentes : 1° Eh rendant techniquement pur l'uranium et en le vendant à l'étranger qui devrait encore le raffiner en vue de l'utilisation de son énergie nucléaire. Un nouvea'U secteur industriel belge aurait ainsi l'occasion de naître et de se développer. 2 En le raffinant en Belgique, ce qui semble actuellement scientifiquement possible. . Le professeur Libols, déjà cité, précise en quelques phrases concises la seule voie à suivre pour une saine utilisation ·du minerai d"m'anium congolais (Bulletin teChnique de l'association 'des Ingénieurs sortis de l'Université Libre de Bruxelles N· 4 ,1947) : « .... Le minerai d'uranium doit être fourni à un prix commercial aux divers pays démocratiques en quantité permettant à ces pays de travailler à la construction de piles expérimentales... Les quantités d'uranium nécessaires à la construotion de piles expérimentales sont de l'ordre de 1 % de celles a.ctuellement fournies aux U.S.A. :. Un rapport américain paru en 1946 dém~mtre que des piles à plutonium (le pLutonium est obtenu à partir de l'uranium) peuvent produire de l'énergie électrique à des prL'C inférieuil's de 5 à 15 % à l'énergie produite par Je charbon. . L'eX'{loitation de l'uranium par la Belgique permettrait de diminuer le coût de la consommation de l'énergie électrique, et par là même diminuerait les prix de revieht, c'est-à-dire les prix des marchandises. Le standard de vie des travailleurs augmenterait d'autant et les exportations seraient facilitées. Bien au contraire, après avoir refusé de livrer du minerai à la France, le gouvernement belge permet de le livrer llIU,X U.S.A .• qui de no);oriété publique, en font un usage militaire. Il se fait ainsi le complice du chantage atomique des impérialistes américaIns. Ph. CRATVOL. (1) 20 tonnes d'uranium son·, fournies par 40 tonnes de minerai, teneur des gisements de Shlnkolobwe (CXlngo belge). s DE NOUVELLES PERSONNALITÉS adhèrent au "Mouvement contre Je Racisme J'Antisémitisme et pour la Paix~' , . , QUI ELIT SON PRESIDENT Yves FA.RGE : Je m'empresse de vous donner mon appUJ ~our la création d'un mouvement contre l'antisémitisme, le racisme et pour la paix .. Les idlées que vous développez en m'écrivant me sont chères et je vous prie d'être assuré de tout mon dévouement. " Albert BAYET: Le prési'dent Albert Bayet m'a pri!ée de vous informer qu'il accep tait bien volontiers de figurer au Comité d'honneur du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémilisme et pour la Paix.

  • Edmond FLEG:

Je m'excuse 'de venir si tard - Lrop tard peut-être - vous dire que je figurerai avec grand plaisir au ComiLé d'honqeur don~ vous m,'avez parlé dans volre lettre qui, par suite d'erreur, vient seulement de m'être remise. M" ·André BLUMEL, Président du M.R.A.P. Robert CliAMBEIRON, député des Vosges (U.R.R.) : Je m'excuse du reLard apporLé à répondre à votre lettre et c'est bien volontiers que j'accepLe de figurer au Comité d'honneur de votre Mouve" ment. TRIBUNE PARLÉE DE "DROIT ET LIBERTÉ" Jeudi 21 Avril 1949, à 20 h. 30, SALLE LANCRY (B) 10, rue de Lancry, Mét~o : Jacques-Bonsergent, République M. Cabriel d'ArbollSsier Sous la prési.dence de M. Andre WURMSER M. Gabriel D'ARBOUSSIIR ·Vice-Président du R.D.A. Vice-Président de J'Assemblée de l'Union França!ee parlera sur POGROME OUIIIDIIllHllAllnllllllllllllllJUWUUDl1 ET LYNCH aulllllllllll_...wumr LE CINÉASTE PRÉFÉRÉ DE GOEBBELS 1 de notre correspondant parriculier à Berlin Claude CHAILLEl auteur du film raciste "Le Juif, Suess" FAIT MOBILISER ·POUR PLUSIEURS AVIONS SA DU REHABILITATION Le cinéaste préféré de _ Goebbels, auteur du film raciste « Le Juif Suess ., fait mobiliser pour sa .réhabilitation plusieurs avions du pont aérien. Le pont aérien de Berlin a déversé ces jours-ci oor les défenseurs un peu ahuris du 1: bastion avancé de la .civilisation occidentale' • un chargement Inattendu. Venant de Hambourg, une cour d'assises complète, avec son président et ses jurés, avec ses dossiers, son greffier et son procureur, avec l'accusé' flanqué de ses avocats et avec une nuée de témoins, a débarqué de l'l l1s~iéll's avions spéciaux britanniques. Pendant quelques jours, la ville a eu sa diversion : un « procès à vedettes D. Tristes vedettes en vérité, dont la célébrité a pour toile de fond le plus monstrueux crime des temr~ modernes, le mas.;ar.re par millions des juifs d'Europe. Il y avait plusieurs .;em:1in~s que se déroulait à Hambourg le procès du cinéaste nO l du Troi~ ième Reich, Veit Harlan. Cet homme est l'attoeur d'un film raciste que Goebbels faisait projeter sur tous les écrans de tous les pays occupés: « Le Juif Suess •. Har1an est aoeusé d'avoir, en tournant, à la demande expresse de Hitler et en collaborant étroitement avec lui, contribué pour une bonne part à créer le climat psychologique d'où pouvaient naître chambres à gaz et fours crématoires. En de nombreux cas même, il y eut relation directe de cause à effet: c'est en sortant de la projection du film que les S.S. allèrent incendier les maisons et tuer les hommes. Malgré l'écrasante responsabilité qui. pèse sur Harlan, une cour de dénazification de Hambourg avait osé le réhabiliter il y a un an. Ce verdict scandaleux avait déclenché une tempête de rrotestations. Il avait fallu reprendre le procès devant une cour d'assises cette fois, et en formul ant COll!tre le propagandiste de l'antisémitisme l'accusation de crime contre l'humanité. Les débats de ce long procès .ont, tan.t à Hambourg qu'à Ber- PONT AÉRIEN lin, largement dépassé la personne du ~ cabotin arriviste et infatué de lui-même qu'est en réalité ce prétendu grand homme du cinéma allemand. Leur. véritable intérêt est dans la révélation de l'indescriptible lâchété, de la veulerie, de ropportunisme et du cynisme qui animaient tout un monde d 'artistes de premier rlan. Ce n'est ras qu'aucun scrupule ne leur soit jamais venu. Mais un bon cachet et la vedette sur les affiches en avaient toujours et immanquablement raison. Ces genslà vendaient leur conscience, vendaient leurs amis et confrères, auraient vendu leurs père et mère pour un « beau ,. rôle à jouer ou un «: beau » sujet à tourner. De cette vérité, et de leur cupidité de parvenus, Goebbels sut jouer en maître. Un grand nombre d'anciens collaborateurs et collèg-ues de l'accusé Harlan oot été cités comme témoins. Tous ont peu ou prou parl'icipé à l'élaboration du film et contribué à en faire un chefd'oeuvre d'ignominie. Les uns invoquent leur « indifféceooe politique » qui, disent-ils, ne leur permettait de voir dans le film à tourner que le. seul intérêt artistique. Les autres admettent avoir compris quel genre de métier on leur faisait faire, mais prétendent q'ù'il était impossible de ne pas exécuter un ordre de · Goebbels. Pensez donc: il y allait de leur situation ! On leur a'urait peut-être interdit, en représailles, l'exercice de leur profession ! Echarper à de pareilles menaces justifiait à leurs yet1x toutes les bassesses. Ils s'en tireraient, déclarent-ils sans rire, en exigeant des cachets extraVlgants (50.000 marks, par exemple, pour le grand rôle tenu par Werner Krauss, lequ::-I est d 'ailleurs lui aussi ruhabilité). Malheureusement pour eux, les chèques futent signés sans sourciller. Goebbels, ~ savait ce qu'il voulait, savait altssi y mettre le prix. Il eut ainsi de brillantes complicitis. Toutes ces colBsciences achetées firent preuve d'un zèle à toute épreuve, s'efforçant de rendre a'USsi suggestive que pos.sible leur oeuv·re d'excitation r:aciste . .. Aujourd'hui, avec un superbe détachement, ils prétendent s'en laver les mains. Ils o[]t, proclament- ils, agi sans conviction; en suivant uniquement leur vocation d'artistes. On reste rêveur devant l'impudet1ce d'un homme comme Harlan qui, ayant trempé jusqu'au cou dans cette abjection, ose en appeler à l'orinion. Les « convictions ,. des girouettes comme lui et ses semblables, on s'en moque éperdument, ainsi que de lell'f « vocation artistique ,. qu'ils prennent apparemment pour la chose la plus préciew;e du monde. On est frappé par la complaisance un peu nostalgique avec laquelle les épisodes au passé fétide qu'évoque le procès sont étalés dans la f'resse et accueillis par le grand public. On est effrayé enfin d.e voir que la plupart de ceux qui représentent ce mond:e d'artistes, trop bornés ou trop malins, ne font pas mine de comprendre, encore aujourd'hui, te rôle de complices qu'ils ont tous tenu (de bon gré, le plus souvent) dans.les entreprises da nazisme. , DROIT ET· LtBERTE 20,21,22, 23 Avril LE (CONGRES :MO~DnA\1L 24 Avril DES PARTISANS DE LA PAIX à BIJFFAIO . . à PLEYEL ..... Dans cette l\\aJ•. son 600 millions d~adhérents la Paix ont installé les Partisans de leur Etat-Major BUREAU DU COMITÉ L'ADHÉSION, C'EST LE ... L Y avait une fois uv homme qui - trompant PLUS SACRÉ DES DEVOIRS ... la confiance des Français - devînt empereur. On le baptisa Napoléon III. C'était un caractère faible mais orgueilleux, d'une intel1igence moyenne mais pleine de vanité. Un jour cet homme offrit. à ceIJe qui partageait sa c.ourpnne un petit hôtel particulier dans le Marais des Gourdes. Une ruelJe déserte séparait l'hôte1 du spacieux palais de l'Elysée. L'impératrice Eugénie aimait s'y reûrer dans la quiétude et la tranquil1ité. ' Le soir, une petite forme blanche traversait rapide'ment la sombre ruelle po:ur s'engouffrer ,d'a.ns le parc verd·oyant. Et puis Napoléon III s'en fut en guerre. !1 combattit, Je sang des soldats coulait sur les terres de Champagne et de la Marne. 'Et les ennemis encerclèrent Paris. L'Elysées et le petit bôtel furent abandonnés tandis que la population de la capitale soutint le ·long · siège qui dura près l'un an. Sans vivres, sans abri; so'Us un · continuel bombardement. Les enfants pleuraient de faim, 'les adolescents et les vieillards, au ven~re baJl.onné qui les faisait souffrir, s'en allaient sur les « fortifs " faire le coup de feu contre les enva'hisseurs. Les fermes s'occupaient des blessés. EUes traversaient quelquefo'is le~ 2, Rue de l'Elysée", . . 'C'est dans ce bijou a-rchitectural que s"élabore 11 Congrès Mondial. C'est ici que se retrouvoot les délégations et le flot des « pèlerins de la paix»

Jui~ ne 6,eJiO-itt jamaÏ6

LES ALLIÊS. DES .NAZIS '-'barlie (l).ap1in sera à, Paris .. LOS ANGELES. - Je ne suis que trop heureux de me . joindre à la légion d'hommes qui, à travers le monde, désirent la paix et le bon sens. Voulez-vous avoir la bonté d'a jouter mon nom pour le Co' mité international de liaison des intellectuels pour la P1iix. Excusez mon retard à vous répondre. Lettre suit. le manifeste des intellectuels juifs L;s nline$ saDI nombre causées par la dernière guerre ne ~ont pas encore réparée! et .déjà les homJIles 600t e·n proie à unE profonde angois&e en face cles :nouvaux d·angers cie guerre. Nous pIeuron! encore nos ~ix JDilliClllls cJe cJjsparus et déjà la vision des nouvelles horreurs et d'anéantÏlssement place à nou' veau s.ur nous. La guerre qUE Ie.o impérialj,te. préparent avec l'aide des nazi. menace l'humanité t'Ou-te entière, tous les peuples, et en paTticuli" r le peuple juif, ain.i que l'Etat d'Israël. La culture et la civilisation humaine sont menacées de des~ tTU'Ction et de disparition. Les fauteurs de guerre veulent transformer !a teTTe, mère de p~rité et de fertilité, en un cimetière gigantesque. En donnant notre adhé.ion au CONGRES MONDIAL DES PARTISANS DE LA PAIX, nouo lançons v·n appel soleil1nel à tous les intellectuels juifs en France, aÏnsi qu'à toute la Comm.uuauté juive: ~ . Donnez vQtre adhésion au Mouvement unÎve.r8CI pour la Paix l' La· paix rend po ... ible le développement de la culture un;ver' oelle ! . La pajx, ~telt l'existence m~lJle c:1e notre peuple e.t de Dotre culture ! Lès femmes demoCTates juives et arabes répondent avec enthousiasme à voire appel pour la Conférence de la défenSif! de la Pcuix contre les pré')Jl11'ations de U1Jerre des fauteurs a~ guerre anylo-.a.méricains. L'orga1l1i.sation progreSSiste des Femmes Israéliennes a décidé, lors de sa sesswn du. 25 mars, d'envoyer une délégatiml. et demande détaUs. Adresse DC»'a Jeffe Benami. Street 10. Dora. Jetle, Tel AViv, LUlu Sabag, Nazareth. "N.,us .. .,u •• .,u.,e .. ., ... " écrivent les Etudiants juifs ADHESION DES . ASSOCIATIONS JUIVES . L'Union des Juits pour la Résistance et l'entr'aide, née en 1943, sous l'occupation nazie 2dre~ son adhésion au Congrès et déolare : C( No.us OO41sta· tons avec i nqu iéot'ude les préparatifs d'u~ nouvelle guerre. De nouveaux fauteurs de guerre tont apfIel aux anciens nazis SS, et la population juive oraint avec jus.te raison, que la proch&ine guerre amène de nouvelles déportations et des maSS31:res Il. Raph Feigelsn, mellbbre du Comité exécutif de J'Union de. Etudianb Juif. de France, déporté, évadé "j'Au.chwitz, rnélaiIle cIe la Résistance, en donnant !ion aGhésjoD, écrit à Frédérjc Joliot-Cu.rie : .. Nou. ne pouvonl, sana trahir la mémoire de •• ix millions de Juifs assuMnés au cours du cJ:ernier conflit, assi.ster passivement à la préparation insensée à une Douvelle guerre q:ui entraînerait de nouvelle5 h~catombes _ • Noue ne pouvons pas accepter de devenir le. complices de DOS ancjens boUTreaux Dazia dans une guelTe contre le. vain .. queurs de Berlin et les libérateu ... d'Auschwitz. -.: Le souvenir du dernier conRit est encore "Vjvace dans notre esprit et nO'll$ noUf., souvenons trop de cel! horreurs sane n0111, cles ordonnances an\ijuives ",t du nUilnerus-c]ausus aux tortures et aux fours crétnatoires-, de. raOet "ur D'raney aux extel'mi .. nations d~ Maïdanek et d'Auschwitz, pour l'ester indifférents devant l'imminenee de la menace. C'est . pourquoi, fidèle. à leur volonté de Paix, je ...., 4i. ici l'interprète des Etudiant. Juifa Démocrates. :t C'est pourql\J(ti., exprimant la voton·té de nos 10.000 adhérents dans 10000te la France; nous donnOfll! notre adhéSion au Con· grès Mondial des Partisans de ' la Paix qui doit devenir une grande rmI.nifes-tation des repré· sentants des centaines de millions d'hommes et de femmes du monde entier décidée à coordOnner leurs effMall po.ur ne pas permettre un nouveau oeta· olyeme. « L'ÉTAT D'ISRAEL EST IJN MAILLON DANS LIl (DArNE DES PEIJPlES LIBRES.)) Ainsi s'expriment des artistes, écrivai ns, hommes de sciences israëliens Le 'Centre de culture progressive dans l'Etat d'Israël représentant l'immensE' majorité des ,intellectuels, hommes de science, écrivains, artistes, ' déclare, en donnant son adhésion : Le peupLe juif se penche en-' core Sur l'abîme dans lequel furent engloutis six millions de ses fils. Ce ne sont pas selûement les dépOUilles de millions d'in noc ·ents qui furent consumées dans les fours 1U!zis de M aiidanek et d'Auschwitz. Dans ces j(;urs sataniques, les barbares modernes s'efforçaient- de détrui.re toutes les valeurs humaines. Les intellectuels de 'l'Etat d'Israël. ne se bornent pas à être des assoC'bés fidèles à la grande oeu- 1Y1'.e de ooncen.tration du peuple . jUif dans sa patrie, à la créaticm d'une nation laborieuse, démocratique et libre; ils savent que l'Etat d'ISraël n'est qu'un maillon dans la chaine des peup-Ws libres n'ayant d' autre alterna~ tive que l'indépendance réelle ou l 'assujettlssement et l'éc-rase- 1'I'I.ent sous les roues de la machine impérialiste. D'autre' part, la fraction du premier Parti Ouvrier Unifié au premier parlement d'Israël expriman. t la volonté de larges masses d 'ouvriers. de soldats de fermiers colleetivistes et d'in'tellectuels progressistes, « annonce son affiliation au mouvement pour la paix qui trouvera son expression au Cangrès de Parts ~ . ~ Nous sommes, dit le télégramme, pleinement solidaires du mouvement mondial dirige contre les provocateurs de guerre, cantre les forgeurs de pactes atlantiques, qui veulent Intégrer même l'Etat d'ISraël dans une zone antisoviétique et contre tous ceux qui attaquent sans cesse la forteresse de la paix mondiale : l'Uruon Sovietique. ) lignes ennemies pour chercher des pommes de terre . De chi.ens, chats, rats, il n'en re'stait plus : on les avait depuis longtemps mangés... . 11 Y a de cela cinquante ans à peine. La ruelle déserte est aujourd'hui une belle rue près des ChampsElysées. L'hôtel d'Eugénie est touj.o·urs ce bijou d'architecture et . possède de no'uveaux maîtres. Mais le silence et la tranquillité n'y trouvent plus abâ. C'est qu'au 2, rue de l'Elysée, à la Maison ,Je la Pensée Française, règne maintenant une activité fébrile. AJJ.ées et venues incessantes le Jong du vaste escalier, cliquetis des machines à écrire, sonneries des téléphones, renseignements .qu'on demande, réunio'ns qu'on . prépare, entretiens à mi-voix dans les couloirs, entre deux portes ouverteS. Dans la rue, les voitures vont et s'arrêtent et repartent. Des motocyclettes stoppent dans un grincement de pneus sur le pavé. La lourde porte d'entrée toujours en mouvement ne sait plus au juste si eIJe doit rester ouverte ou fermée. C'est que depuis le siège de 1870; d'autres guerres plus vi.olentes et plus meurtrières ont semé la mort et la misère à travers les cinq continents. C'est qu'aujourd'-hui, dans l'ancien hôtel de J'impératrice, le Co·ngrès Mondial des Partisa'ns de la Paix a installé son Etat-Major. M. D. f~;):{Charles 7 janvier 2010 à 11:23 (UTC):!;·j,::~t:·:;· . ,t.r.'lOtH &I.)'~UF; WH i ClJtTU~E .· ' Î~xf~{~il}iCharles 7 janvier 2010 à 11:23 (UTC)f~! It t;T:,~~I~t . 'Ji ~(;I.i'U:.~1I é~~N .. · bS( .. :r.HI.~r Di: CIlLT.1J!lr 'MG ~BI .• ~~P. (l · !IIRMH,~' .slH()~UY de nombreux téléuramm.es sont arrlvéa fZ'Isra.ël. de Préparation du Congrès de la Paix PRESIDENT: Le Professeur JOLIOT-CURIE. VICE-PRESIDENTS Mme Eugénie COTTON; M. Louis ARAGON; M. Louis SAILLANT (France). M. Pietro NENNI, - secn!taire gbléral du Parti Socialiste atalie). M. Alexandre FADEEV, écrivain (U. R.S.S.) . M. le Professeur BERNAL (Grand-\!-Brdagne). Le Général CARDENAS, Qncien Président de la R~puhUque (Mexique). SEC.lOETAlRES ,1 FRANCE: Abbé BOULIER; ·M. Yves FARGE; M. VERCOnS: M. Pierre COTi M. Gabriel d'ARBOUSSIER; Mme Marie-Claude VAII.LANT-COUTURIEn; M. Guy de BOISSON; M. Alain LE lEAP; 1\1. Laurent CASANOVA. GRANDE-BRETAGNE: Le doyen de Çanterbllry H. JOHNSON; M. J -G. CIWWTHERj M,me D.-N. PRITT. U.S.A. Mme Ella WINTER; M. Albert KAHN; M. Louis UTERMEYER. U.R.S.S. : Mme Wanda WASSILIEVSKA, auteur de .' Arc·en-Ciel. M. FEDOSSEEV, et le Pr~sjdenl du Soviet d'Ukrafne ' M. AI~xandre KORNElTCHOUK. • iTAJ.1E . Mme AlEXANDRINII M. SERENI, . . ~énateur, M. VIttOrio GUI; M. DOMINI. ..\. LLEMAGNE : M.Bernhard KELLERMAN; Mme Anna SEGHERS. POLOGNE: M. BOREZZA, Mme PRAGUEROV A. ESPAGNE: 111. José G IRAI., INDES: M. Ray MULKANAND, BlOESIL: M. ,Jorge AMADO, CHINE: Mme TSAJ-TCHANG; M. KUO-MO-SO; M. LUI NINfa I. AG' o.nt ,pa6 cW.nné leu'i acl/ié6ûm ••• ,lU INfANU DI fUSniÉS._ L'Alliance Isra';lite ·Le Consistoire Central Le Congrès Juif Mondial La Fédération Sioniste La Fédération des Société Juives La L.I.C.A. Le Bund Mais leurs adhérentS Les 58 enfants de fusillés que le Secours populaire français a pris en charge dans sa maison de la "ilJette-aux-Aulnes (Seine - et - Marne) préparent, eux aussi, leurs ciHavane de la Paix. Plus encore que tous les autres enfants, ils ont leur mot à dire devant la menace d'une nouvelle guerre. Ils ont déjà envoyé, à l'E,,position de la Paix, de nombreux dessins, lettres, cahiers. Ils ont peint des ba.nderolles destinées à orner le camion qui les transportera à Buffalo et appris les cha.nsons pour la. route. " Ma (oi ôe catholique me porte au Congrès Mond,ial. » Le prOfesseur Hadamart et G. d'Arbott.sosier Le Comité de préparation a reçu Je télégramme suivant d·e Rangoon : « L'Association du rassemblement populaire vietnamien ou Lien Viet, composé par les Unions des femmes, des jeunes, d'étudiants, de paysans, de tra, a i Il eu r s, d'associations culturelles, de groupements boudhiste, catholique, baodiste, des associations de Viet-Namiens il J'étranger et de nombreuses personnalités représenta·nt Il millions' de membres, demande à participer au Congrès mond'ial de la paix et délégue;ra des représentants. » Nina POpova (U.R.S.S.) " Je crois en ra Paix car je cr?is en J'Humanité et au progres. 'l D'EMIL PlOTR EHRLICH directeur de l' Institut d'Etat d'Administration lndustrieJ1e de Varsovie. écl'Ïve1l'1 ceux d fi 13 uchenwa! d . L'Amicale des déportés, résistants et pa1riotes du C,1mp de Buchenwald, en donnant son adhésion collective, déclare : H Lors de la libération du camp de Buchenwald, nous avons iait le selment de rester unis et de lutter pour la construction d'un monde nouveau dims la Paix et ia Liberté. {( Nous avons fait ce serment le 13 avri,1 1945 devan'! le cénotaphe des 51 .000 détenus assassinés par les nazis dans le camp. « En adhérant au Congrès Mondial pour la Paix, nops demeurons simplement ~dèles à notre serment, accomplissant ainsi le plus sacré des devoirs. 1) •• 11 Le Parti Socialiste Unitaire· aux côtés des Partisans de la Paix Le Parti socialiste Ullitaire . cO»amm, ique : Au moment où un ministre français Va apposer sa signature au bas du Pacte Atl antique, le Parti socialiste unitaire tient 11 déclarer solennellement que p.~s un seul travailleur socialiste et que pas un senl . pacifiste ne peut ac:epteT CJue notre peuple soit ainRi entrainé dans le fatal engren..'lge d'une alliance de guerre. III •• TO'kio, 7 avril. - Les 19 délégués qui doivent repré'Senter I.e .Japon au Congrès Mondial de l'aris n'ayant pas encore' reÇu, .de'S autorités occupantes américaines, l'autorisation d 'embarquement qU'ils ont depuis longtemps so!Iicit.ée, ont décidé d 'organiser à Tokio un ~ngrès parallèle au Congrès Mondial, aux mêmes dates, sur les mêmes rapports. Yves Farge; les prOfesseurs Aubel et P. JOliot-Curie. LE SALUT DE LA , GREeE LIBRE ~. Miltiadis P~rphirogenis apporte au Congrès le salut de la Grece Libre et declare : « Notre combat en Grèce contre j'jnterventIOn etrangere et les monarcho-fascistes est le combat de tous les peuples pour la défense de la liberté et de l'indépendance natIOnale ... Nous avons confIance dans la victoire, étant certains que notre malheureuse mais héroïque expérience sera profitable aux autres natIOns. Nous ferons notre devoir envers la culture et la Paix. » la Reine Bisabeth de Belaiqge formule des voeux pour la pleine réussite du Congrès BRUXBLLES, 4 avril. - " La reine exprime sa solidarité avec le RaSsemblement des Femmes pour la Paix et formule ses voeux pour la pleine réussite du Congrès_ J) Tel est le texte d'un message de la reine Elisabeth de Belgique lu au cours du Congrès du Rassemblement des Femmes belges ,pour la Paix, qui s'est réuni samedi et dimanehe., à Bruxelles. seront avec les autr."'S le 24 AVRI L à Buffalo Henri DENIS. pr à la Faculté de Droit de Ren~es. Louis Aragon, wanda Wassilevska, le professeur Bernai, et An714 Seghers Dans la soiree, Mme Cotton, qui assistait au Congrès et qui avait été reçue dans l 'après·midi par la reille·mère, annonçait l'adhésion de celle-ci au Congrès Mondial des Partisans de la Paix. '1 L'Abbé Boul1er et le prrofes'seur Haldane ln: tête des délégations FRANCE Pier.ré · ABRAHAM Pro JJcn ri WALLON Clullde AVELINE Dl1clle s~e d'A YEN Albetl BAYET .Tean CJ\s,sOU Aimé r:ESAJnE Françb CRBMlEUX Palll ELUARD FOUGEHON Marcel FOURRIER JcD.n GREM1LLON Justin GODDARD Jean GUIGNEDEHT Mme liA LBWACllS-BASCII Jacqlles M1TTERAND (Conseiller de t' Union Fmnçatse, ~ecrCtall'e oene"al des R{ldlcaux . de gauclLe) Mme LAHY-HOLLEBECQUE Fcmand LI,}GER

Jean LUHÇAT

Amiral MUS'ELIER Louis MAIHIN-(:HAUFFmn. PICASSO PIGNON Marcel PRENANT Jean PHQAL Tl'ü;lan HEMY Piprre RENOm PT. RIVET Mme Homain BOLLAND A. SALACROU FiCHe STlBBF. Elsa TRIOLET Tristan ' TZARA VEn CORS And.ree VlOLLTS André WURMSER U.S.A. Guy EMEBY SJllPLER AI'lie SHAW Ar·thur MILLER .Johallnes STEEL Ra}}bin J. X. COtlEN Howard ~S'J' . Langs10n HUGIIES Comite .un e'rLcaln' des Ecrtvalnt ArNstes et flvrl'"O.U JUil,'! • sous la présidence de Albert EINSTEIN U.R.S.S • GOnDATOV Léonid'e LEO~OV CIIOLOI(JJOV Hya EHHEN,130URG PiJ.ll'ial'cht' A LEXIS (EglIse OrlILodol'e de loutes les RUlSteS) LYSS",NI(O Consu.lI1tin SJMONOV MEXIQUE Général Lawro CARDEN.\S (Anden /'re"llenl de la ReI1U/)joI,)Uc) Vincentc LUIIII)LJl'ùo TOI,E.tJANO (l're'Wenl des TrovoLlleur3 d·.1 mer/.,lJe Lal/ne) ALLEMAGNE ~me Veuve f\o,,;a TJJ;\ELMANN BELGIQUE PI'. Max COSYNS Pastt'III' Mal'{'cJ DUPONT Henri LAVACIIERY {CQn.~eTV(lI()l1T Pit die' (le! mU$ées '}'oyml.l; Il ' .4 rt et flïtt."lot-Te) Pl'. Palll r."lnOJ~ Chal'Irs Mn.ISs,E Pro .Emilie IIOALET Pro Jenn HHACIOET ANGLETERRE John PL:\TT·MILLS ID~l,lIIt pux COI/l1IlUne3) PI'. Hvman LEVY Dougjas· COOPER Thomns HUSS,EL D. N. PHITT (Con3eiller du Roi, deputé aux Com",Une~) ITALIE Is .• MlR.ANt1A Giosrppil Dl VITTORIO AMAD81 Organ/sI/Iton Inl"'IlI!ttona~ (Ü~ J0l4T1WltSli'3 . 30113 la .~fgn{JttH·p. dU SecretOire flell€ra' : HHONETZKI • ./ -- De l'air el du soleil IIIlUnUWIDUllUlUlllllllllllllllllllllllllllllllllllnllllDlIlIlIIOIlIIlDlIIlIIlIIlIlIIllIIlIl' pour 2.500 enfants ! OROIT_ ET LIBERTE 7 Avril 1949 • Au Comité d'Organisation du Congrès Mondial des Partisans de la Paix, 2, rue de l'Elysée, Paris. Messieurs, ,. a" cancans La boîte '101111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111101111111111111111111111 - La Commission Centrale de l'Enfance qui, sous l'occupation allemande, a sauvé des milliers d'enfants juifs de la déportation et de la mort et qui, depuis la Libération, élève des centaines ' de petits' orphelins, victimes de la guerre, dans ses Foyers, apporte son adhésion enthousiaste au Congrès Mondial des Partisans de la Paix. • Jacques Becker tourne un nok'veau film : « Re1MeZ-VOUS de juillet », pour lequel on a reconstitué, au Musée de l'Homme, un cours sur les pygmées. , APPIl A lA POPUlATION JUIYI Chers Amis; De nouveau, çomme les années précédentes, la Commission centrale de l'Enfance vient vous parler de~ vacances enfantines. Il s'agit de donner l'air et le soleil à- cette enfance qui est notre avenir et pour laquelle un ou deux mois pastés en dehors des grand~s villes sont non pas un luxe, mais · '\ttle garantie minima d'un développemen. t à peu près nor~ al. Cette année, nous ~vons fait un très graner effort pour mettre à la disposition de nos enfants non seulement une bonne çolonie à.la mer, dans l'immensité des forêts de pins des Landes, mais. aussi une magnifique colonie à la montagne, eIt Savoie, à 1.300 mètres d'altitude. Là pourront reprendre forces et çouleurs -ceux de nos enfants dont l'état de santé supporte mal le climat marin. Et, quant à nos jeunes, nous leur offrons, pour cette fois-ci, la plage au sable fin de la Baule. De plus, nous aurons tou-fours nos. trois colonies dans lés Vosges. Fait nouveau :ette année : '!tes enfants fragiles des v~ie;s Pespiratoires auront la poSSlbltfté de fa.ire une -cure pour les mz gorge et oreilles à AlleVard- les-Bains, dans l'Isère, ~ci dans des conditions parti- DIIIIUIlIlIIlIIIIIIIlIIIIllIWIlllllIIlllI ...... Si vous allez au théâtre .•• (Séle:tlon notée de 0 à 1() Ne m~nquel: pas : P·hèodre : 9. Ardè'le ou ta Marguerite : Il. Les Temps difficJ:I~ : 8. Les Fourberies de Scapin : 8. L'Archipel Lenoir: 8. La Soif: 7. Co médle-Fpançalse-Rlcbetleu: tout i{~e 7 à 10). Allez voir: L'Inconnue d'Arras : 7. Occupe-toi d'Amétie: 7. Knock : 7. La Reine morte .: 7. Sébastien : 7. La Seconde gurprlse de l'amour: Jo A la ri«ua .. , : L'Immacu·lée : 6. !.ph'génle : 6. Les Mal-Alm~s: 6. La Peine capHa!e: 5. Interdit au pub'lic: !J. Le Maitre de Sant4,1go: .. A évitet' : Les Mains sales : t. Partage de midi ': t. . lJes autres spectacles : mirle regre~ s, le ne \es al pas eocore vus, _1 ...... 1 AUJIIIIIIIIIIIIn culièrement intéressantes. Pour les enbnts qui ne supportent pas la vie en collectivité, nous avons prévu un placement familial chez des personnes contrôlées par nous depuis des années et qui présentent toutes les garanties. Enfin, une çertaine partie des enfants de nos Foyers pren- . dront le chemin de l'étra,nger : l'Angleterre, la Hollande, la Norvège et la Pologne. Aussi, pouvons-nous dire sans crainte d'exagération que, cette année, nous sommes encore mieux outillés que les années précédentes pour donner de belles vaqnces à nos petits et à nos adolescents. Il faut arriver absolument à réaliser tous c~s projets malgré une situation économique très mauvaise ou plutôt à cause de cette situation qùi fait que les enfants mangent moins bien malgré l'abondance, car leurs mères, veuves de déportés, ou c~ux qui les ont à leur charge et qui n'ont pas assez d'argent pour les nourrir con venablement. Et ces enfants aussi, nouveaux immigrés qui, après de longues années passées dans les camps, vivent toujours entassés à 5 ou 6 dans de serdiies chambres d'hôtel dépourvues doe la plus élémentaire hygiène. Nous avons confian-ce dans l'esprit de sacrifioe de la Commun. auté juive de France qui il. toujours fait le maximum pour ses enfants, sauvés de la mort sous l'occupation au prix de tant de dangers, pour les filles et les garçons qui nous continueront et qui perpétueront notre peuple. Il faut que cette génération nouvelle soit saine et vigoureuse, capable de se défendre dans la vie, assez forte pour empêcher cIe nouveaux massacres et créer une vie digne et heureuse dans la paix. Nous faisons un appel pressant à tous nos amis, à tous ceux qui ont tant oeuvré pour la réussite de notre Kermesse, à tous ceux qui nous ont aidés poor les colonies de va-cances I948, pour qu'ils SI' mobilisent dès maintenant en vue du çollectage de la. somme de 8 milljolls de francs sans lesquels nos enfants' ne pourront pas partir. La campagne des colonies 1949 est ouverte 1 Le Secrétariat de la Commission -ceatrale de l'Enfance. Nous sommes de tout coeur avec les centaines de millions d'hommes et de femmes qui, de par le monde, clament leur désir de paix et veulent s'unir pour mettre en échec les instigateurs à 'un nouveau conflit mondial qui, s'il se déclenchait, serait une véritable catastrophe pour l'huma,nité. . Nous qui remplaçons auprès de nos enfants leurs parents disparus, nous · faisons le serment de tout faire, afin qu'ils ne revoient plus jamais les atrocités de la guerre, et la honte de la haine 'ra- . ciale. . . VeuiIIez recevoir, Messieurs, avec l'assurance de plein appui, l'expression de 'DOS sentiments:les meil. leurs: Pour la Commission Centrale de l'Enfance, La Secrétaire générale : S. SCHW ARC. lE Pf\."rrE~'PS L E printemps arrive. Qui pour- OUI, c'est la paix Q.ue nous vourait l'empêcher de fai.re comme Ions, c'est la guerre que nous toutes les annéès ? Bien sûr, per- condamnons, que nous bannissons sonne, même si quelqu'un le vou- même de notre vocabulaire pour lait ; on ne peut rien contre la n:a- qu'elle ne reste plus qu'un lointain ture. souvenir. A l'approche de cette saison, les Pour la paix, nous devons lutter, enfants commencent à se réveiller nous devons nous sentir forts, nous de l'engourdissement fri,leux de l'hi- sceller les coudes et river d'un mêver passé. Nous suivons avec émo- me jet nos regards sur l'ennemi, à tion l'éclosion des bourgeons, l'ap- qui nous saurons faire baisser les parition des premières violettes, l'al· ' yeux. Avec tous les enfants d-u monlongement des jours et, surtout, de, avec tous les hommes qui veul'éclat du soleil. C'ést bien sur lui lent vivre, nous ferons de ce prinque nous comptons. Sans lui, pas temps aussi, un printemps de paix. de promenades exténuantes, pas de Emile J ..• • Marcel Blistène, le mettewr en scène de « Mabadam » va réaliser son prOChain film en Palestine. • Poursuivant son cycle d' expDStfion, le groupe Jeune . Peinture Belge présente un ensemble important à Anvers. • Jusqu'au 9 septembre 1944 la Bulgarie ne comptait que 63 bibliothè. ques ouvrières. Sous l'impulsion de la C.G.T. le chiffre des bibliothèques ouvrières fut porté à 278. En 1946, ce chi/Ire s'éleva à 1.868 avec 231.494 livres, pour atteindre, en 1947, 2.567 avec 601.167 ouvrages. • A Varsovie, la Société des Sciences vient de mettre en vente un ouvrage posthume ai professeur Brs- J . towski, masMCTé par les Allemanda. ' • C.onformément aux réSOlutions a.doptées à Wroclaw, le comité des intellecttrels ·roumains' a déCidé d'or. ganiser, à BucOiTest, du ·29 au 31: mars, un congrés des intellectuels roumai1l$. • A titre ïi.e membre étranger, ~f,. casSo vient d'être .élu me1I'I.11re de l'Institut des Arts et des Lettres des Etats-Unis. . • Le Prix de Poésié « Louis-P~rot _ sera décerné le 15 àctobre 19-49 . et les manUSCrits devront. parvenir àu Secrétariat au plus tard le 30 juin 1948 à « La Pipe en écume lt, 23, rue Paul-Valéry, à Paris (166). • Du 1er mai au 1.5 juüiet seront préSentées au musée de Reims les tapisseries des sacres ainSi que des toiles de . Corot et de l'école tran-. çaise imp.-essionniste. • Le Grand ballet de Monte-Carlo, donnera du 8 au 9 mai, sept specta.cles exceptionnels, au Théâtre des Champs-Elysées. • Pierre Fournier, de retour de Scarvdinavie, est reparrti pour 1/1 Belgique, la Hollande et l'Angleterre. . • Peter Wallfish, lauréat cru. Prix Béla-Bartok, revient d'une tournée de quinze concerts, en Hongrie et Tschécoslovaquie, et se rendra prochainement de nouooau à l 'étranger. camping, de nature verte, de bains (Foyer de Livry-Garga".) rakaichissants, pas de bonheur... 1-----------------:-----:-----------~ T pourtant, çette année, il sem- LE COUCOU. Il:Jble que le soleil n'a pas son beau regard des jours heureux. Peut-être est-ce une illusion ?, Si non, il n'y a qu'une réponse à ce visage: le malheur. D'ailleurs, nous l'avons déjà vue cette gl"Îmace, et nous savons qu'eHe signifie la guerre. Quel funeste mot .et quelle énorme tache dans un printemls. Eh bien, nous avons résolu de l'effacer cette tache, nous avons l'ésolu de rendre le sourÏee à notre ho. soleil et de profiter lo.nguement de ses rayons. Si vous aimez le cinéma Siréna. La vérité n'a p~ de frontière. Quelque part en Europe. Vania. Les parents terribles. Jean de la Lune. Les casse-pieds. Manon. Antoine et Antoinette. Les amants de Vérone. Les frères Bouqutnquànt. Fandango. Jody et le faon (pout vos enfants. N' allez lPa~ voir t Ninotchka. Pampa barbare. La piste de Santa-Fé. • Si vous visitez les expositions ••• - Ohoix de p'ièces précieuses et rar~ (BIbliothèque Nationale). - Exposition de 1j.umisma.tique (à 1 'Hôtel des Monnaies). - Bo&eo Tatielt (Galerie Jack). - Le romantisme moderne (Ga· lerie K'Iéber), jusqu'au 25 avril. - Exposition des Provinces françaises (cours Albert-!"'), juaqu'au 18 avril, avec pro· longa tion éventuelle. - Exposition et kerme .. e des Partisans de la Paix, au Cirque d'Hiver. • ••• et si vous écoutez la radio Musique sm: la Ville (WalBerg et son grand jazz symphonique), tous les dimanches soirs à 21 h. 45 sur la chalne parisienne. Guitare, 1/4 d'heure hebdomadaire, Jl.vec le virtuose Jean Fuller, le mardi à 20 h. 15, Paris-Inter. De tout un peu., tous les dimanches matins, à 11 h. 18, Paris- Inter. Voulez-vous bien be plus dormir, tous les dimanches matin, à 9 h., chalne parisienne. lJue route en lacets,·" c'est le . chemin du Paradis UNE route qui monte le long ' de la montagne, . tortueux lacet qui passe tout à coup dans un nuage, et au-dessus de ce nuage : le soleil. C'est le cMmin qui conduit /SM paradis des enfants. 500, 700, 1.000, 1.300 mètres. et enfin un vaste plateau où la blanclteur de la neige fait cligttc" les yeux. Ouvrez·les tout grands vos yeux pour admirer/tout ce qu'elle a de plus beau, la nature vous l'offre, ici, comme un présent: ses hectares de forêt de sapin, HS prés, ses champs, son air pur et Ct soleil éblouissant. Oui, tout cela sera pour flOUS, chfres têtes blondes et brunes, qui vot~s penchez sur vos cahiers d'école, car au fond de ce plateau merveilleux se dresse sur un rideau de saPin vert, le « Coin de Feu. Je vois d'ici votre étonnement... le coin du feu 1 Il s'agit du nom du chalet qur lrl Commission Centrale de l'Enfance a loué pour les enfants qui ont besoin d'un séjour à la montag1~. Ne VOtAS avions-nous pas pro. . mis, Nicole, Monique, Jean, Gérard, que vous passeriez vos ViJcances dans la joie et l'air pur , /11 ais si nous pouvons tenir notre promesse, c'est surtout grdce ail dévouement de nos amis. Vous tous, enfants de nos foyers, qui avez si bien oeUvré à la réussite de la Kermesse par flOS travaux, vous avez pu remarquer combien de centaines d'amis lI! déPensaient sans compter pr-ur apporter leur pierre à l 'édifice que cotlStruit pour vous la Commt)'sion Celltrale de l'Enfance. Demain triCOTe, tous nos ami~ seront encore à nos côtés lorsque nous entamerons la campagne des colonies de vaCances qui vous permettra à la meT ... à la montagne ..• à la campagne de passer des vacances jQyeuses. FL9RA. 1 1. Il' Avri! 1949. - ~ '26 ((94)' ,Les Femmes Le charmant poète qu'est Madeleine Riffaud a offert Ce poème à « Droit et liberté », à l'occasion du ,Congrès ." Mondial de la Pai~. D ' ES, ,femmes, les mères, .If , ~e àpnnent. la main, , De village à ville , \'j A pâys laintain. " Les f emmes 'de fer Se donnent la main \" . , ,\" S'aida.n't l'une, l'autre, A mar9her plus loin. Les femmes de chair ,l, ' , Se dOnnent la main, On y voit plus clair, On n'a peur de rien. Les femmes de pierre Tiennent tête au vent, On entend derrière, Jouer les enfants. Le voilier de guerre Attendra longtemps Les femmes, ies mères, Ont brisé le vent, WXLrait du Livre ~ Le CouT{)ge d'Aimer ", qui vien t df. paraLLl'c,) OROtT ET LIBERTE ! ~ •fit• •~• 9 ta bombe . atomique et Maïakovski 1 par Roger PA YET-BURIN 1 U N hebdomadaire parisien, qui donne beaucoup dans le ~enre (( ~essOus et falbalas », a publié, il y a quelque deux mOIS, un arilcle d'un ton tout différent. L'auteur de cet article était, disait-on, un savant français retour d ' Amérique où il avait étudié les questions n~déaires. Il 5' était particulièrement intéressé à la bombe atormque et .déslrait mettre ses fraîches connaissances à la portée des lecteurs habituels de cet hebdomadaire froufroutant. On se dit qu'iJ 'a dû troubler plus d'une digestion. Pour rendre en eHet les choses plus « parlantes », l'anonyme savant avait imaginé qu'une bombe était tombée sur le Palais-Royal, au coeur de Paris. Et il décrivait les conséquences de ce bombardement qu'on peut bien, compte teI) U des moyens utilisés {une seule bombe}, qualifier de « très léger ». Il convient de laisser ici ,la parole à ce p~ophète de mauvais augure : 1'" zone (J km. de rayon) : Desirud'ons mas3ilJes. Les maisons d' habitation seraient pulvérisées. Le Théâtre Français, le Palais-Royal, le Pa/ais du LouVre seraient écrasés. Les pants sur la Seine seraient rompus, le métro i1lO1ldé. L'obélisque de la "Concorde resterait sans doute debout. Les passanls dans les rues, }es prom..-neura des T IA/eries seraient tués s~ [e coup par le souffle, la chaleur et les radiations conjuguées. Quant aux Irès rare-s sUl'vivan1s , mortelleme1l. t atteints d'ailleurs, nul espoir de leur porter secours: [es mes seraien-t méconnaissables et tout le quartier serait · en flammes. 7:' zone (de 1 à 2 km.) : Dég8ts considérables. Les immeubles ordinaires seraient détruits. Seuls subsisteraient p la périphérie les batiments solides, mais [es porles et les fenêtres seraient (JJTQChées, les toitures enfoncées et l'intérieur gravement endommagé. Les rues seraient jonchées Je décombres, de matériaux. Je voitures détruites. ' La coupole de l'Opéra, celle de l'Hôte[ des Invalides et du GrandPalais s'effondrerd:ent. les tOUTS de Notre-Dame seraient soufflées, l'Hôtel-Dieu inutilisable. Les arbres du Luxembourg seraient ébranlés el grillés. Les trains stationnés dans les gares Saint-Lazare. du Nord et de l'Est seraient détruits ou brûlés, les rails disloqués, [es sJ}Stèmes de s,'gnalisation détruits. Le , feu ferait rage dans }oute [a zone. - Quelques personnes seraient tuées sur le coup ; la plupart présenteraient de-s lésions graves el généralement mortelles. L'autre soir, j'étais à la Mutualité à la Conférence d'Elsa Triolet sur' « Vladimir Maïakovski ». Et j'entendais Aragon dire avec une passion farouche un poème que Maïakovski composa en 1924 et auquel il donna ce titre: La Guerre. C'est un poème d'anticipation. L'auteur imagine le bombardement futur d'une grande ville. Trois cenis ' avions sont venus la survoler quelques secondes, à neuf mille mètres d'altitude. Quand i!s ' sont passés, que reste-t-il de la ~ille ? Rien. , Comment ne pas évoquer ici la célèbre phrase 'de Rimbaud: « Je veux être poète et je travaille à me rendre voyant. » Oui, le pOCtme de Maïa~ovski est d'une extraordinai intuition. 11 est une version anticipée, vingt-cinq ans à r avance, de l'article cité , ci-dessus, Il est marqué de la même horreur. il sème, comme lui, l'épouvante. Mais il a quelque chose de plus. Ce quelque chose cie plus, c' èst la cûlère du' poète contre ceU'\: qui préparent la guerre-" contre les Morgan et les Krupp, rois de la finance et marchands de canons, et 'C'est, pour finir, son grand appel aux ouvriers et paysans du monde entier pour qu'ils refusent d'entrer dans ce jeu de massacre ' : Jamais plus! On ne marche pas ! Au fait, le messa~ de Maïakovski apparaît aujourd' hui si dangereux à certains que, sur un ordre formel du Ministre de l'Education nationale, il a été ,défendu de le faire entendre à la Sorbonne, Ainsi vont les choses au printemps 1949,' que le lr anniversaire de la mort du ' plus grand poète soviétique, d'ailleurs commémoré sur une initiative privée, a été considéré en haut lieu comme un événement inquiétant et Qu'on a interdit sa célébration dans ùn bâtiment officiel. Il ,v a ceux qui consentent et ceux qui refusent. Il y a donc deux façons ,de parIer de la guerre. La première, lui est permise et même encouragée, c'est celle de ce curieux savant qui, dans un journal à sensations, épouvante le public et se borne à cela. Ajoutant ce seul commentaire: «. La puissance ainsi démontrée est telle qu'il parait vain de chercher un moyen de protection. ». Et sans doute. quand la guerre est déclarée, est-il un peu tard pour empêcher que le cataclY5nK" ne s'abaue. ' JI faut s'y p~endre avant. Cet~e ' guerre. dont quelques puissants de ce monde osent faire l'épouvantable proje'!, il faut la représenter autrement que sous l'image d'un Moloch inexorable, devant léquel les peuples n'auraient rien à fair'!, sinon se laisser dévorer. La guerre n'est pas fatale, quand on connaît ceux qui la préparent et qu'on est résolu à les en empêcher. C'est le partÎ d'un Joliot-Curie et des intellectuels rassemblés avec lui dans le Congrès mondial des Partisans de la Paix, qu.i sont les plus grands savan!'s, les plus grands émissaires, les plus grands artistes du monde, d'Einstein à Haldane, de Paul Eluard à Alexandre Fade"èv, CIe Paul Robeson à Charlie Chaplin . C'~s'I à ce congrès qu'on parIera de la guerre comme doivent le faire les hommes dignes du nom d'homme, en r~renant le grand appel que lançait il y a vingt-cinq ans Vladimir Maïakovski : « Paix pour des millions de siècles aux hommes par millions [ ». lE "rr' ,!": :jr'-, "r""l' -..~., Par, Roger MARIA LE CiNEMA ':'----"-Jos_etteP~_rOlN_IY Phèdr.e. - " C'est Y énus tout entière il. sa proie altachée, » 11 fallait (lue ,\farie Hell s'cm parût !le cc granJ lûl(:. trouùk, chargé de sex ualité, JXlur qlle 1\ Phèdre» retrouve, ~U.J' la scène dl! Frali (,'a is, une préSf'nce aut.henllquement J'Ucinienne, Elle est l'andante de désir inassouvi. , L'ECOLE BUISSONNIE,RE Ifrançais) Voilà un excellent film ! Une bande charmante et pleine de qualités. Parfois drôle, parfois ém~uva,n~e: Une réussite dans sa SimpliCite même. ' C'est l'histoire d'un instituteur qui, dans un v.ilage, a ses ' idées personnelles sur l'éducation des ieunes gens car cet imtituttur (Be:n.ard Blier) "eut instru_ire en amu~ant et au lieu d'infliger des pun,tlOns et d'appliquer une discipline rigoriste, ii poursuit sa méthode, achète une petite i11lprimerie et chacun traitera le sujet qui l'intéresse. BiErt entendu il aura des ennemis, tous ceux que le progrès dérange et il sera suspendu jusqu'à complément d'enQuête. Au certificat d'études tous ses élèves - même le cancre - sont reçus et il re"ieFldra en triOmphateur. II aura même trouvé l'amour ... Bernard BI er dans son jeu sobre es! simptement magnifiçue. Delmont, Maupi (Maupi, le charmant ami qui vjent, hélas, de disparaître) et luliette Faber, complètent la distribution, avec tous les gosses d'une école de Provence. Car, en fait, cette eco:'e existe et ces 'méthodes y sont aPllliouées avec succès. Le Chanrwy a parfaitement réussi. Dans la so,bdété même il a fait une bande qui restera parmi les classiques du cinéma français. LES TROIS CABALLEROS (américain) J'ai toujou, 's eu une prédilection pour les Walt Disney. A condition de les prendre pour ce qu'ils sont : d'heureux passe-temps, Et Donald Duck, Donald le canard, grincheux, gavroche, mal élevé et bon enfant, a toujours eu ,ma préférence, Aussi me suis-je divertie à la projection des « Trois Caballeros » dont la vedette est justement Donald, qui grogne dans un f ,ançais quasi in- .4f compréhen.rible « qU'est-ee qui se paSse là-dedans » ou « qu'est-ee que c'est qu' ça ». , C'est U1L essai (heureux ou malheureux, l'avenir le dira) de mélange de person7l4gC$ vivants et de d~ns animés. GUILLEMETTE 'BABIN (français) Un film. qui aurait pu être extraoroinaire si le sujet en avait été mieux traité et qui - parce qu'il aurait dû être un chef-d'oeuvre et ne l'est pas - déçoit autant qu'un ratage total. , Joli et prenant est le début de cette bande : une ' ferme éclairéE: aux chandelles. Des fileuses. Des chuchotements étouffés. Un crapaud ç!Ui, soudain, jaillit d'\.I(l pot d'eau. ,Le craquement d'une cruche que 1 on écrase sur le bois de la table. Les soli"es dans la pénombre. La flamme .Ji couve dans l'âtre. Et puis, lés cris d'un bébé. Gui:lemette Babin est nêe. ' , Mais là s'arrête l'ench·antement. Tout se gâte. Ce film est adapté du l,ivre de Maurice Garçon : " Le destin exécrable de GurllelJl2tte Babh ..... ' D eux possibilités intéressantes .'(JoUraient, el~s ont étê laissées da côte : i » en faire ,un film démontr lillt le rôle néfaste de l'Eglise mêMe à l'Etat et en tirer les conclusions

2» faire ce film sur la sorcellerie

pure, tel " Ma fe~e est une sorcière ... Mais on a eVlte so.- gneusement le chef-rl'oeuvre l , J'avoue une préjérence marquee pour les films d'époque et pour tout ce qui, en général, touche le moyen âge. Ici, les cos~umes sont sobres et jolis, la technique et les ph(Jtos exce'lentes. Une scène du film tchéque ' « SLRE~ NA », qui passe actuellement au studio de l'Etoi,le. Malheureusement, toutes les scènes manquent d'enchainement logiq'ue, ce qui lait que l'on suit très mal l'action et que, par moment, on s'ennuie ferme. L'homogénéité est un art qu'il faut savoir ne pas négliger, même sous pré:exte de fantaisie. Quant à la scèlle à laquelle o.n tint sans doute à donner la "edeUe, celle du sabbat des sorcières, elle est d'un ridicule si, achevé qu'elle en est lassante. Guillaume Radot avait réalisé un premier chef-d'oeuvre avec " Le loup des Malveneur ", on ne peut que regretter qu'il n'.ait pas tenu les promesses qu'il laissait es~rer. LES ,ClNQ TULIPES ROUCES (Français) Un fûm polidl'f ~nl il n'!J Il Pas grQ/1-d'cliosf! à dtr(!, PMfois ~!'61e, parfois loug. Oll SIN,I, ({{"s te dèu111, qui l's i le cT"iminp,: qUi /3'n vO'ir: ses luLiW's r01./Q('s IIj~nL de lue!' .. , .l'/-Ul le pO':irin de trnàblion 11 ' 1'11 sail /ou iours rien. C'e$ t un fUm t'II marge du Tour df. Fra/lct', //lais où t'on Ile l"I7'01.Ioe que très i11lpar/,ailemelll l'allll{)spflt'Jre du 1'01/.r, I; t oela lienl essentiellc1/Irllt au sc('naT'io, JJ ien i0'11 e! par A1I1l.(!lIe PoitJrp, Suzanne Dchel1?/ (quo iqu'e lle ait un p eu ou/!'e! son 7'(ifc), B!'Oc/lIll'ct et Pierre Louis. Les aU/ l'es mi-fif/ue, 711 i·raisiIJ, insi' mifinnls, Iphigénie. - L es Il'agédies de naci ne, à l'occusion de son !?5()e alllliveJ'saire, se sl livent et ne se resS{'mLl,ent pas, Autant" Alexundl 'e-le-GI'aIlCI » et " Pllèdre » m'ont PU,I'U de gr'andes oeuvres. d'uil intérêt de tous l e,; in sta nts, aulunt " Jp.hi~ é nie en Aul iclC' » m'a ennuyé, nwlg~'é des ùeaulés clail 'semées. YUllnel (,\.rtamell1non) el HC'née l'aul'e (E.['Iphlle) "on t les seuls de ],inl~rprétation il s'élever au llivl'au du st yI,} lrugique. ' I&s Préeieuses ridicules. 1Iolièl'e submergé pal' le~ ll'ouvailles scéniques, Cn décor parfai,t ùe T O:lc l,~'Ues, SeulQ Yvonne Gaudeau, qui joue pointu, selon le genl~ de la fau sse femme du monde, él' ile de tOlllÙl'r dans les excès qui lIuisenl au "imple dbtonlem,ent ,de eeLle comédie-bouffe. Feue la Mêl'e ~ Mada.me. - Encore Fey{lau et personne ne ~'en pluindm, d'uulallt plus que (u ne fojs n 'cst JKI6 coutume au Fran;ais i IIlony Dalmès monlre (un peu) ses jeu})()s seins au cours (}lulle discussion sur leu,r éCal'te/l1~llt. Les Boulingrins. - Du Courlcline, cetl.e foi s, llne r,Jrce endiablée : le specla,lel1l' a l'im'f}ressioll Ù() participer il un chahut d'étu(\iant~. ' L'Immaculée, de Philippe Hériat, ou la parlhénogénèse il la seèlH'. - , Les amateul's des ouvl'Dges de Jran Hosland Eeront inlére",:sés par ce cours appliqué dépollrvu de 1' ~J1nni qui guette dl'! tels sujets. L'excellente comédienne Sylvie lans le J'Ole puissant de la mère ~alls époux: Le Maître de santiago. - 1Ionthel'iunt en baisse paü rtlP'Poli fi. " La Reille mode» ; on retrouve ici les thèmes collnus et J1rételilieux de cet auteur brillant, au langage du.r, qui l'este pou rtûnt loujou rs inléressanl. La Seconde' Surprise de l'Amour, de Môrivaux, complète, au Théàll'e Marigny, " Les FOl~l'bel'Îes de. Sc~pin », d{)nt j'ai pendu compl '3 dans le dermer numéro~ SI vous aime:l. Marivaux ... Ah! qu'en' lel'me~' gulants ... Cct, al:l de dire des riens avec des grâces de senlin?ents et de diSSimulation ce cl1urme du temps perdu qui porlalt ma ,'olsme à me' chuchotel': " Qu'il l'ernùrasse et qu'on n'en parle plus ... )J, c'est, Marivaux et ses araùcsq\1e~' ÙU ,coe1.~r el ,du beau parle'r. " QU'OIL n'en parle plus? )J Mal ~ SI, qu on en àisserle et luissez-v01,ls sédlllre par 1ar'lVnux sans 8ITi èle-pens'éc, et plll ~ encore par l'adorable M'.lde!eine 1.'enau}, dont Je jeu sans ar,lif,i,'e là où tout ~s,t,u l' l1fI CJe rafrme avec des Ilésors de senS ibilité 0f, en déCmlllve, de naturel. Ajm~r d.~ Palll Céruldy, réveille les souvenirs d'une épQ(lue th J':LI 1 nIe qui s'éloigne, L es hésitr. lions d'une honnNe femme en tre le muri et l'amant possible. Un dialogue serré; de" cu ra clères nppl'Orondis; une, grande Sil'lp!ificalion du c1év r loppement dl 'amatique; tl'ois personnages seulf'Olcnl, inl crpl 'étés m'ec beaucon,p de talent par Claude Nollier, lkl11'i nollnn et ~1aurice Esc~nde. ,: . 10 -----:-------------------- DROIT ET LIBERTE .15 Avril 194~. - N& 26 {(94~ . NOUS VOUS"RECOMMANDONS • • • U. J. R. E. COMMISSION DE L'ENFANCE Section du XX· Samedi 16 Avril 1949 DE 21 HEURES A L'AUBE . avec PARTIE ARTISTIQUE DÂNS LES SALONS DE L'HOTEL MODERNE Place de la République ORCI-tESTRE JAZZ Vedettes de Paris BLJFFET TOMBOLA PRIX D'ENTREE: 250 FRANCS DÉPARTS PROCHAINS POUR ISRAËL PAR BATEAUX LES /6, /9, 26 AVRIL /949 Départs réguliers par avions 4 moteurs Département· spécial pour envois de bagages et ameublement ~ ~ AGIH(IISRAllIINNI DI YOYAGIS 10, rue de la Chaussée-d'Antin PAR 1 S (9") Tél.: PRO 12-56 BOULANGERIE-PATISSERIE ISRAELITE Spécialités étrangères Pains de seigle 18, rue N,.D.-de.Nazareth, PARIS (3e) Tél. : TURbigo 94-52 Même malsdn : 1. rue Ferdinand·Duval Métro : Saint-Paul AU POSEUR DE LINOS grand stock de linoléum. Rémoléum. Balatum . Toiles cirées. Papiers peints. etc. Ets MAURICE WAIS 93. boulevard Ménilmontant, PARIS.XX' M.: Père·Lachalse. Tél, OBE 12-55 . Succurslle: 40, rue de Rivoli, PARIS.IV" Fabrique de vêlements HOMMES - JEUNES GENS " BICHARD " 26. rue Rambuleau, Paris-3' Tél. : ARC 58-28 Les meilleurs TISSUS Toutes FOURNITURES pour TAILLEURS -SOCltT~ 'C'HORLOGERIEdu DOUBs ' .' ,.' 10S •• LAFAYE:TTE: - ; · PARIS . . chez. ZAJOEL 89, rue d'Aboukir - Paris-2e Mo : St~Dens Réaumur, Sentler Tél. : GUT 78·87 POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE Édouard SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS-9° Tél.: TRI 88-56. Nuit: TRI 88-61 • o 44 MONTRE SUISSE A RUBIS, FILLETTE L 44 OU GARÇONNET . F 44 GARÇONNET, FilLETTE ANCRE 15 R'UBIS A 44 FILLETTE.DAME. VERRE OPTIOUt D 44 HOMME. TROTTEUSE CENTRALE 1450 1950. 3285 3485 4885 A MARSEILLE .C. _o. ..n. _f. .i.s•.e..r••i•e. ' du Muguet ~ ......•.............••. Société anonyme au capital de 10 millions de francs 5, rue Maurice-Korsec - MARSEILLE • BERLINGOTS, BONBONS ANGLAIS, BONBONS ACIDULES, CARAMELS AU LAIT, DRAGEES SURFINES, GRAINS D'ANIS, CAILLOUX DE _ MER, PRALINES, BONBONS FOURRES, HALVA, etc ... t .-} ARTICLES POUR FORAINS • fI.4wt un 6.o.n po.jle 'tadio. l' UNE MAISON AlUJIOOl@(i?iOlUJM ~AIDD@ 97, rue de Rome - MARSEILLE AGENT OFFICIEL : PHI LI P S Conditions particulières aux lecteurs de « DROIT ET LIBERTE» 1 MOTEURS ÉLECTRIQUES TOUS COURANTS TOUTES PUISSANOÉS Maison R. CHALHON VENTE - ACHAT - ECHANGE 71, rue de la Fontaine-au-Roi . OSE IS-.\!2 ORE IS-92 REPARATIONS - BOBINAGES Travaux exécutés dans les plus brefs délais ] 4, rue de l'Académie MARSE'ILLE • LA MAISON ' DE L'IMPERMÉABLE ........................ COMMERÇANTS - ARTISANS - INDUSTRIELS Canadiennes - Blousons Parapluies Tissus Confection' - Bonneterie Savez-vous que 3'5.000 lecteurs de touoS milieux s'intéressent à ce journal ? .~. Confier c'est votre . Publicité à augm.enter " DROIT ET LIBERTÉ" vos recettes •1 adUj,6e~-fU1.U6, à not'te · Se'tttice fPu6.ticité "DROIT ET .LIBERTÉ " 14, Rue de Paradis, PARis-xe - Téléph .. PRO. 90-47 ~ STUDIO DE L'ETOILE ~ Métro : Etoile 14, rue . Trôyon ETO 19-93 PREMIER GRAND PRIX INTERNATIONAL PREMIER PRIX POUR LA MUSIQUE A LA BIENNALE · DE VENISE Film TCHEQUE en version origina le sous-titres français CHANT JUIF (Chant d ,es Partisans) ~ ~ COMMUNIQUES Nous apprenons . le mariage de M. Armand Demenstein, secrétaire nat~onal du Mouvement ,des Cadets, avec Mlle José Korolitski, responsable des diifuseUl'S de « Droit et Liberté » de la région parisienne. Nous souhaitons à nos amis un heureux avenir et tout le bonheur qu'ils méritent. La rédaction et l'administration de « Droit et Liberté » j le Mouvement des Cadets, ainsi que tous leurs amis de l'U.J.R.E. ... Mlle Estelle Baran a tenu tout spé·· cialement à associer ses voeux aux nôtres et à souhaiter un brillant avenir à son ami. d'enfance et à sa jeune femme. ... Au mariage de Mlle Sztajnberg et de M. Julien Kichelewski, il a été collecté par notre ami Félix, du 18' arrondissement, 1;3. somme de 3.750 francs au profit des Foyers d'enfants de la Commission Centrale de l'Enfance. ... Les. Amis du poyer de Livry-Gargan, la Direction et tes enf.aols du Poyer sont heureux de présenter leurs fétlcltations à Mme et M, Lapidus, à l'o.ocasion de , lta rralssance de leur flds Bmmanuel, La section U.J.R.E.'de Livry-Gar~ an exprime ses meilleurs voeux de bonheur à I\1.me et 1\1.. Lapidus, :'. l'occasio.n de la naissance de lelAf fils Emmanuel. Loo enlanls du Foyer de Livry-Gargan remercient vivement l'Amicale (anc. A.R.) qui (eur a remis, par t'entremise de M. Rozenhlitt~ la somme de 7.300 Ir. à fOcCo&ion de (1!ur fête de Pourim. ... Le Comité de Souri en de deux Foyers pour enfants de fusi liés et déportés de Montreuil, en s.a réunion plé."ière du 7 avril, à' laquelle assistaient une trentaine de personnes a adhéré avec enthousia,me au C~ngrès Mondial pour la Paix, afin que les enfanlS victimes du nazisme ne revoient plus les horreurs qu'ils ont vécues. ...........•.......... La Commission Centrale de l'Enfance présent'e ses féliG:itations à Mme et M. ROGOF, de Montreuil, à l'occasion de la naissance de leur 'petite fille Jeaon:ette. La Commission Centrale • Prix spéciaux pour revendeurs AMÉRIQUE DU SUD AMÉRIQ..U E D'-' NORD ISRAEL , «OCEANIA» VOYAGES -TOURISME 4. RUE DE CASTELLANE Téléph.: ANjou 16-33 Un classique du théâtre juif LE DYSBOUK Ti/é du chef-d'oeuvre d'ANSKY 1 est un film q(je toute personne : intellige."te doit voir ... Actuellement au STUDIO PARMENTIER 158, avenue Parmentier MéI:ro GonOJurt - NORD 31·27 Parlant Yiddish Sous-ti tres français Lund!i et mardi : 1 soirée à. 21 heures. Mer~redi, jeudi, vendredi : 1 matmee à 15 h . 15 j 1 soirée à 21 heures. Samedi: 1 matinée à 15 h. 15' 1- 2 soirées : à 20 h . 15 et 22 h. 15', Dimanche et Fêtes : Permanent de 14 h. à. 24 h. ORO/'t"ET LlBERit -------------------------.;.' : H PAIX~ bien j LA ce qUI permet de · vÎvre~penser~ cultiver~ libérer. (Yves FARGE) A ce jour, plus de 600 minions d'êtres humains ont déjà donné leur adhésio.n au Congrès mllndial des Partisans de la Paix, qui se tiendra à P.aris du 20 au 24 avril. Pour la première fo.is dans l'histoire, un quart de la population du globe manifeste sa vo.lonté de paix. La jeunesse est partout à la tête de cette lutte, car elk serait la première victime de la guerre. La guerre! ce mot abho.rré so.nne comme un glas dans le coeur des jeunes. On n'en veut pas! 1.a preuve? * Ont récemment donné leur adhésion : l'Union de la Jeunesse Vietnamienne, Mongole, Travailleuse Roumaine, la Jeunesse Libre d'Allemagne. 1 * En GRANDE BRETAGNE ont adhéré: le Conseil International de lQ Jeunesse. la Fédération d€s Etudiants Travaillistes, la Ligue des jeunesses Communistes. Parmi les délégués du Syndicat des mineurs écossais figure Steve· Pearson, qui participa à la Conférence Internationale de la Jeunesse Travailleuse. L'Union Nationale des Etudiants enverra un observateur. Le Conseil International de la Jeunesse diffusera 5.000 « dEapeaux de la Paix '. Ces insignes porteront sur une face « la jeunesse s'unit Plur la Paix» et sur l'aU!tre « Paris 1949 ». _*' Plus de 1.000 jeunes BELGES à P,aris participeront aux manifestations populaires qui accompagneront le Congrès.

  • La Commission de la .TEUNESSE de la C.G.T. ITALIENNE

(C.G.I.L.) participera au Congrès où elle enverra 10 délégues. * Le COMITE DANOIS de ia F .M.J.D. et les organisations de la jeunesse démocratique de Suède participent aux Comités préparatoires du Congrès de la Paix dans ces deUx pays. * La délégation du VENEZUELA au Congrès comprendra cinq représentants de différentes organisations de jeun~e. * Au BRESIL, l'Union Nationale des Etudiants et l'Union des élèves de l'enselgnement seeondaire ont décidé dt' participer au Congl'ès Mondial. * En FRANCE: La semé11ne mondiale de la J~unesse, qui S'est déroulée du 7 au 14 avril, a V11 l'intensification des préparatifS d'Il Congrèsmondia,:ll des partisans de la Paix. Dans tout le pays s'organisent «]~s Assises de la jeunesse pOUl' la ~aix ), a,vec la participation de différentes organisations de jeunesse et des personnalités. En voici quelques-unes : A Aubervilliers, dix réunions de quartier. A Montreuil et Saint-Ouen, les jeunes font des prises de parole dans les entreprises, les écoles, les centres d'apprentissage, les stades, les cinémas_._ Dans la Seine-Inférieure, le B3,s-Rhin, le Finistère, les Côtes-du-'No'rd, etc ... , pendant plus de djx jours se dérouleront des galas Pour la Paix. De grandes réunions sont prévues à Toulouse, Rennes, Nîmes, Lorient. Des milliers de jeunes se préparent à venir à Paris. L'idée des caravanes de la Paix, lancée par le Comité de Soutien au Congrès Mondial les a séduits, et de partout ils mahifestent leur IntenJtion de venir à vélo. en car ou en camion. A Marseille, une caravane se prépare. les jeunes me l'ont dit « Nous savons maintenànt que l'on nous prépare une guerre. Mais de cette guerre nous ne voulons pas! » J 'en ai attrapé quelques-uns, au hasard, dans la rue, à la sortie de l'atelier. après l'école. et leur réponse a été unanime. Ce jeune brouillon impétueux qui traverse en trombe, défonce les camions et emboutit les réverbères. je l'ai déjà vu quelque part. Il s'appelle Jean M .... 17 ans. électricien. c( Si on nous prépare une guerre ? Tiens, pardi ! Tu comprends, il est plus facile pour certains de s'enrichir en vendànt des canons qu'en fabriquant des lessiveuses électriques. Une preuve encore ? Tous ces journaux et tracts antisémites qui paraissent. Ce n'est pas l'effet du hasard. car tout le monde sait que pour régner, il faut diviser et que pour diviser, rien de mieux que l'antisémitisme. Mais, tu vas voir. Les jeunes comme tpus les hommes s'organisent et elle ne passera pas, la guerre, elle ne passera pas ! » Une jeune fille maintenant. Elle est gaie. alerte, débordante de vie : Annette ... , 16 ans et demi, étudiante

(C Oui, on ·nous prépare une'

guerre. Tiens, regarde : murs. supersoniques, bombes extra-atomiques, guerre bactériologique. Mais maintenant retourne-toi de l'autre côté, vers les murs de Paris : « Nous voulons la paix )J, « Nous défendrons la paix », « La guerre ne passera pas ». Tous les hommes clament leur volonté et les jeunes 'Juifs avec tous les autres di.ront non' à la guerre, dont ils ont déjà tan.t spuffert. » .' _ Et une autre réponse prise dans une des assemblées de jeunes Juifs. Ce n'est pas un orateur professionnel, ce jeune qui parle, mais on voit combien tout ce qu'il dit, il le pense sincèrement, profondément. « Quand il y a mainmise sur un pays, ce n'est pas pour y étudier cc les dégâts ' occasionnés par les doryphores sur les plantations de pommes de terre. Jeunes, attention! TI ne suffit pas . de dire que vous ne voulez pas la guerre. Il faut le prouver par des actes. Venez avec nous toujours plus nombreux et avec tous les jeunes de France épris de paix, nous dirons partout, par des meetings, des tracts, des journaux, que la jeunesse juive ne veut pas la guerre et que jusqu'au bout elle défendra son « droit à la vie ». - Jeunes, vous avez raison, vos réponses ne nécessitent aucun commentaire. Les jeunes ne laisseront jamais passer la guerre. A bon. entendeur, salut ! Line FRENK. JI? JBI. o 1[; o § Nous avons reçu cette semaine deux bonnes photos, que nous nous empressons de publier. Vu le raleIltissement qui s'est soudainement manifesté dans notre concours, ~ous avons décidé d'en sup. primer le troisième thème, qui, étant aSsez ardu (illustration d'une chanson, 'd'un livre, d'une légende, etc.), .n'aurait pu que freiner davantage les envois de photos. Donc, .plus de thèmes 1 Mais envoyez- nous toutes ICI! ' épreuves ' que vous jugerez susceptibles d'être publiées... . Et ne manquez pas d'imiter l 'heureuse initiative qu'a eue Monique Marxon, de Suresnes, en nous faisant parvenir, avec ses photos, une enveloppe timbrée, afin que nous pUissions les lui n ,nvoyer. .~ a'musant cliché nous vient encore de Belgique (photo nO 10.) HISTOIRE VRAIE QUI N'EST PAS -UNIQUEMENT. •• ..•"••.•.•. ............... ...... .•. .•• POUR LES ENFANTS SAGES Vous nje croirez si vous . v().l1llez. j'ai un COusin qui s'ap]JIeJle Anatole. Vous me direz que ça n'a rien de drôle. Evidemment, mais Anatole et moi. nous sÛ'mmes en désaccord .complet. Anatole a une bêt,-e noire... une chose qu'il n'aimt' pas La bête noire du CoUsin Anatole, c'est la Paix_ Vous comprenez que je ne SOis pas SÛ'uvent de son avis, au cousin Anatole! Il faut vous dire qU'Anatole porte un uniforme. Bleu marine avec des boutons dorés. Il est même gradé_ Maiscela ne m'intéresse pas. -Mon cousin Anatole est flic! J'ai aUssi, Comme tout le mon~. UiQ oncle d'Amériquill. II s'app~lIe Bm. Il est fabuleusement riche. Et Bill non plus n'~ime pas la Paix. Ce matin, ,en faisant mon marché dans mon quartier, j'ai 1"CJI1conrtré Anatole. Il y avait un attrou'pement devant deS saltimbanques. Eux c h l\l n t aie n 1, faisaient I~ C)lowns, . perdaient leurs perruques c().uleur poil de ca rotte. Et Anatole riait... riait ... sans trop C'D avOir l'air, mais je le connais bien et je savais qu'il s 'amusait ferme, le cousin. SeUlement, voilà... un dillS « poils de carotte », dans une chanson. parla ' de paix. II eut même le mauvais goût d'insister S'ur ce mot subversif. Je VOus assure q~}e fait est auth, entique. Alors, Anato:e se fâcha. Tout rouge. II demanda les papiers, les éplucha à la lbupe, fit le méchant et voulut jouer du bâton blanc. OUi. Mais la foule aussi se fâcha et Anatole dut battre en retraite asse2: vivement. S'il écrit ça à l'oncle Bil', c'est celui-ci qUi ne va. pas être content et Anatole, en fait de doIlars. pourrait bien avoir des haricots. Moi, les haricots, je préfère les maOEIger en paix. Vous -aussi, pas vrai ? DOUCE. Vive le sport! ' - Parmi la jeunesse juive, des meetings ont été organi& ès par le Mouvement des Cadets, à Pa.ris, dans les 3e• 4". 11e , 18', 1ge et 20· arrondissements, à l'occasion de la Semaine mondiale de la Jeunesse pour la paix_ Ces meetings ont eu lieu avec la participation de diffé;rents mouvements de jeunesse juive, et avec des représentants de la jeunesse démocratique mm-juive: Vous avez 15 minutes u. Le 27 mars 1949 s'est eoUTU le Cross de l 'O. RE. dont voici les résultats (faute de place )lOUS ne citons'" que le premier dans chaque catégorie). Ju~u'à présent, seul des' mouvements de jeunesS€ juive, l'organisation des Cadet.s a donné son adhésion au Congrès mor.dial. La conclusion ? C'est une fillette Ù~ 12 ans qui nous la donne. A la fête des patronages, dimanche 3 avril'. au théâtre des Bouffes du Nord, Clara monte sur la scène, de sa propre autorité et dit: « Chers parents et chers camarades, « Je m'adresse à tous les enfants qui ne veulent pas la guene parce que c'est la chose la pIns atroce. Je me rappelle pendant la guerre, j'étais dans un petit village oil des bons Français nous avaient recueillis. Les Allemands nO\lS avaient tous enfermés dans une église pour nous fusiller. Grâoe aux partisans, nous avons été sauvés et quand je suis arrivée chez moi, j'ai appris que mon père a été déporté. Je ne veux pas que ça re ommence. C'est pourquoi je Je dis aux enfants: La guerre est la CllfJSe la plus atroce ! « ."vIais il ne surfit pas de parler. II faut montrer qu'on peut faire quelque chose. Dans notre patronage, nous avons déjà écrit aux combattants de la paix et de la liberté .pour leur dire qu'on est avec eux. II faut que tous les enfants viennent chez nous jeudi et dimanche Nous yerrons tous ensemble ce qu'on peut faire pour la paix. « C'est ainsi que la fête finit aujourd'hui et je souhaite à tout le monde d'avoir la paix ! ), Dany SENAZ. Problème n" 3 Horisontalement. - 1. Produit peu d'effet sur les sourds. - Il. Préposit.ion. ChiH'ge d'une bête_ - III . En puissance. - IV. Possédés. Courte distance . - V. Regrette sa liberté perdue_ Frui t du Midi_ - VI. Conspuer. Délicieux produit exotique. - VII. Btillent sur de vieux I:vres d'heures. Absorbé. Exercice. - VIII. Au monde. FQnCtionnaire espagnol. - IX. Ile grecque. Fin de verbe. - X. Accumulera. Veoticalement. - Permet de di·:e des sottises if son prochain sans risquer un soufflet en retour. - 2. Fait un travail présidentiel. - 3. Règle. Ville allemande. 4. Bieo inestimable. Note. - 5. Pâtisserie. - 6. Les soldats ont cela de oommun avec les forçil ts. - 7_ B.rave bête. Ordre. Démonstratif. - 8. Eut des égards. - 9. Ile. Favoriser. - 10. Préparera pour la lessive. Solution du problème nO 2 Horlzontalement. - 1. Huit. Salut. _ II. Urne. EV. Né. _ III. Ee. Tar ifs. _ IV. Emmuse la. _ V. la. Nitre. _ VI . Fermoir. Or. _ VII. Ta. Lai. - VIII. SaignEment. - IX. Ernée. Né. '-- X. E.S.E. Saules. Verticalement. - 1. Huée. Fusée. _ 2 . Urémie. Ars. - 3. In. Martine. _ 4. Têtu. Mage _ 5. As. Nés. _ 6 . Sérénité_ - 7 . Avilir. Mou. _ 3. Rat. La. - 9. Uns. Roanne. GA.RÇONS Scolaires: 450 m. ': Boutboul J03eph, .&.lÛÙI 1k3 Jeunes. Jeunes Mi1limes: 600 m. : KazlI-.acher Jacques, O.8.E., Glycines. Minimes: 800 m. : Rapp Georges. O.8.E., TafJcnty. Caàtrts : 1.500 111. : Hirschman J.-P_, Y (J3k-Frat~nité. Juniors: 2.500 m. : Rubr"'n Isidore, O.S.E_, Bellevue.. Seniors: 4.500 ~n. : &iclunan, Maccabi. FILLES Scolaires: 450 m. : Szapmn Madeleine, O. S. E., Dra1)6il. Jeunes Minimes: 500 m_ : Cohen Marie, .Aliah, Verberie. Minimes: 600 m. : Zommennall Ginette, O.S.E., Vésinet. Cac1ettes : 800 m. : Marxon Nicole, Ya8k-Fra~. nité. J C' 'les filles, jeunes gens, qui aimez le sport, inscrivez-vous au Yask, ]4, rUe de Paradis: une ]?ermanenee est ouverte tous lell Jours, de 8 heures à 12 heures et de 14 heures à 18 bèures. r [ l12 DROIT ET LtBERTE 15 Avril .1949. - N" 26 «9" J.L. PERETZ Desst1fJ RER OZAR HOFFENSTAND est un Juif riche (Que Dieu le préserve du mauvais oeil), il est peut-être millionnaire; c'est un homme écouté dans ce monde et dans l'autre aussi, bien slÎr! Le voici à tahle. Il va déjeuner. QueUe tab'-e! Que Dieu en donne une pareille a tout 'bon Juif 1 Le festin commence par des hors-d'oeuvre : des harengs, des anchois, cres sardines ... Et que d'argenterie partout! Comme si elle n'avait pas plus de valeur que du bois. Elle brille sur la table, dans le buffet ouvcrt; tout autour de la chambre, accrochés au mur, brillent dix plats d'argent que le buffet ne peut plus contenir. Sur l'armoire resplendit un grand candélabre aux branches d'argent ciselé, et des deux côtés s'élèvent, tels des sentinelles, deux immenses chandeliers, çon, a été soudain possédé par u~ « dibbouk li! Il s'obstine à vouloir aller à l'école! Rien n'y fait: ni paroles, ni sup~ ~lications! n,i .scènes, ni même les coups ..• n a fallu une montre en or pour lui faire entendre raison! - Reb Ozar fronce davantage ses sourcils

il voit bien clairement, avec ses

vieux yeux qui ont tant pleuré, qui ont lu tant de psaumes, compté tant d'argent, vu tant de cho:;es, il voit clairement que l'époque est sans pitié, qu'elle balaie tout _ ce qui est vieux, moisi, sacré! L A porte s'ouvre. Entre un Juif. Il est courbé en deux; sa longue barbe blanche et inculte se m~le aux fils de son vieux caftan lustré; son visage ,est pâle sous sa casquette graisseuse. C'est la Misère qui entre. - Que la paix soit avec toi, Mendel! lui crie le millio!lnaire. - Que la paix soit avec toi, lui répond Mendel-la-Misère. Il s'approche de la table. Le maître de la maison enveloppe sa main d'une serviette et la lui tend. Les gendres, les petits-fils, font de même; seul un petit-fils fait la grimace. Si on lui avait acheté une breloque pour sa montre, il se serait abstenu, lui aussi, de faire la grimace! Mais Mendel ne le remarque pas et il sourit : - Il me semble, Ozar, que tu as bien des femmes à ta table ? - Toutes des parentes! répond Ozal' sérieu:;ement, en soupirant. - Mais, dans le fond de son coeur, il a un doute : une belle-fille est-elle· vraiment une parente? - Sais-tu ce que. je "ais te dire, Ozar? femmes de la salle li manger par l'âcre Pas bête! plaisante le riche. ' V fumée de sa pipe. n sourit, content, re- - Je me moque de ce qu'il dit! ~ais garde autour de lui et aperçoit ce qu'il il faut que je bouche sa gueule d'irpn;e cherche: le canapé. Sa tête est lourde; C'est pour cela qu'il me fau~ les eiQlj oela fait longtemps déjà qu'il n'a eu l'es~ , cents roubles, la somme entièr.el tomac aussi bien garni. Il se lève pesam~ . _ Et pourquoi est-ce moi sP4l: qui, (lOii m~nt de S:l chaise, se dirige d'un pas les donner! incertain \'t'rs le canapé et s'y étend. . - ~n outre, continue Mendel-la-Misè('e. Ozar lui demande. : Vai besoin d'argent pour les dépenses du - Tu veux dormir un peu ? mariage, comme cela se ~ratique, .. J'ai - Oui, 'après je te parlerai. déja 'les vêtements ..• n bâille et ajoufe : - Moi, « tout .. ? redemande Reb Ozar, - Je passerai chez toi quelques jours; si pas très content, pourquoi ne vas-tu pl\~ Dieu le permet. voir Berel, ou Khaïm ? - Eh bien! dors, dit Reb Ozar en Mendel-la-Misère se 'fâche : sortant. Les autres hommes le suivent. Q UELQUES heures après, Ozar revient et trouve Mendel encore couché, mais les yeux ouverts. ~ Eh hien! ça va, Mendel? lui demande .. t-il, et il s'asseoit sur une chaise à son chevet. - Comme ci, comme ça, répond Menael. N.'aurais-tu pas un verre de thé? Oz~r soune et demande le samovar à sa femme qui se montre à la porte. - Que fais-tu ici, à vrai dire? demande le riche. , - Ce que je fais ici? ,répète Mendella- Mi:;ere. Je marie mon enfant 1 - Ton fils Schmérel? - Non) j'ai une fille qui vient 3valft lui.., . -Ah! ah! - Mais ouL .. - Eh bien? - Eh bien! eh bien. On a besoin ... Tu comprends? La dot ... '--, Moi, je te donne tout de suite vingtcinq rouhles 1 - Je t'en prie, tu veux donc ma roo,rt?, Est-ce que j'ai la force de marcher d;ln~ vos flIes pavées de pierre, de monter "QS esc\liers interminables? Moi) à mon âge, tu veux que j'aille sonner aux portes!' Il se lève et soudain lance avec CQ~ 1ère: - Les hommes habitent d~ns ' des rues' longues comme l'exil... Et les escaliers sont plus hauts que des 'maisons ... Moi, qui !.uis asthmatique, il faut que ce soit moi qui y aille, moi! Vas-y toi-même J'ai -déjà assez marché ! Cela ne me regarde plus, moi! Quand moi j'avais, j donnais) moi!. .. Ozar se tait et Mendel se rasseoit. -"tEt ce thé? demande-t-il avec im patience. Ozar sonne encore une f~is et de l'au tre chambre on entend sa femme dire lql-le le thé va être prêt. Mendel b(lille de nouveau. - Je parle ,sérieusement, , continl-l Ozar, tu me demandes de fournir toute somme? Tu devrais être un peu juste .. ,- Tou'te la somme. Que Dieu m'e garde,. répond Mendel, prends l'arg'ent ('). tu veux, mais moi, je ne peux pas mllr cher! Je ne peux pasl Reb Ozar lui-même est un petit Juif desséché, et il semble presque perdu dans son grand fauteuil de velours rouge. Sa. large casquette raiçle, en velours veTt, dépasse à peine le dossier. Cette casquette, c'est lui-même qui en a dessiné le modèle! Grâce a elle, son nom se perpétuera dans l'histoire hassidique, de bouche en bouche, jusqu'a la fin ~es siècles 1 Au Paradîs, il en sera déjà à l'étude du Talmud (et il aura dlÎ commencer par Un conte hassidique de j. L. PERETZ Traduit du yddish - Est-ce ma faute ? - Ecoute, Ozar! Il me faut cinq cerit roubles pour la dot et cinquante rouble pour les dépenses; j'ai quelques vêt ments, je te l'ai déjà dit. .. Pour le rest je l'aurai, le vieux rat ... En tout, il m faut donc cinq cent cinquante roubles .. Pas un kopeck de moins! l'alphabet!) que nos arrière-petits-fils (espère-t-ilj porteront ce genre de cas- Je boirais bien un petit verre de vodka. quette, la casquette « Ozar li. - Eh bien! - Il mange en silence, la mine sérieuse, - Allez, petits « goïs li, faites de la le front et les sourcils contractéS, et il place! n'a pas un regard pour les c()'nviv~s. Et la « Misère )) se glisse entre deux Pourtant toutes les places sont occu- . petits-fils et se verse \an verre de vodka. pées de chaque c!'Hé de la longu.c table. _ Et quelque chose avec ;1 dernande- A droite, une rangée de femmes : son "1 l ' . h'd' l 'i é 1 f "ll bell CU t-I, evant ses yeux uml es sur a mapou se! ses ~ eux, 1 es, sa e- 1 e avec tresse de maison. ' ses troiS petites-filles; à gauche, les hom- . ' . mes : l'es cu:.t eux f'1l S son gend re e t 1e urs Ozar é Jetdt e fu n regard funeux sur toute t . - d é r la rang' e e emmes : qu'attendent-elles, roLels gahrçons, es 'co t le h rs' b 'llé 1 ne voient-elles pas qu'il faut donner quels ommes son a l s c lacun 1 dl;là sa mant'è re. R e,o. 0 zar, lU'l , p 0 r te son que chose pour accompagner a vo {a.. h t d f 1 'd' So ' f'ls Sa femme .comprend son regard, mais ' « au - e- orme » laSSI Igue. n l " , . " • 1 . t h t d fo ha _. Il est VISible qu elle n a pas envie de se Ul, por e son -« au - e- rme» SSIclique, Son fils est coiffé d'une calotte lever ... - Prenez un morceau de cuisse de « haute », ses gendres portent des calottes « plates » où s'impriment des coins. poulet! fait-elle. Les écoliers portept déj~l des casquettes - Mais pas du tout! répônd Mendel. et Reb Ozar les reg'arde de temps" en Je n'en mangerai qu'après m'être lavé temps avec irritation: le c tl ape1 ·1er ,n a pas les mains. En attendant, donnez-moi du fidèlement exécuté le modèle; il les a fai- gâteau, comme il sied, pour accompagner tes trop étroites et trop plates!. .. La semaine d'avant, on voyait encore à la table un mallre en lévite à basque entière; mais un petit village l'a élu comme rabbin et Reh Ozar devra aller cQl1suller son nlbbi sur le choix d'un aUttte maître. Il ne prend pas n'importe qui! Il regarde autour de lui, et il voit qu'à chaque minute le temps descelle une pierre du mur dont il s'est si habilement entouré pour se séparer du grand monde « novateur li où le range sa fortune. L'époque nouvelle s'infiltre pareille à l'eau dans la vieille arche grâce à laquelle il dev'lit traverser le « déluge novateur li, sans que nul, dans sa famille, ait même les pieds mouillés! Mais il n'a pas réussi! lJ ne de ses p'tites-fitles qui a appris' à lire et à écrire a déja été surprise en train de lire un roman. Sa belle-fiUe a dénoncé la petite ; ces r:omans, ce n'est rien de bon, sans doute ! Un autre de ses petits-enfan,ts, un garla -vodka. . « Dis donc., Sarah, dit-il en s'adressant il la mahresse de maison, tu n'as pas marié d'enfant depuis que nous nous sommes vus, hein? '" U n~ des jeunes filles fait une griruace, mais apporte tout de même un morceau de g'âteau qu'elle a sorti du buffet, Mendel-la-Misère boit à la santé de tout le monde et mange son gâteau. - Maintenant, je vais me laver les mains! Il jette un regard autour de lui, aperçoit la fontaine et s'en approche. Sur ('es entrefaites, une servante apporte une soupière fumante. Ozar jette de nouveau un regard furieux à sa femme. _ Remporte-la, pour le moment! ordonne la femme. Nous avons un hôte! La servan~e jette un coup d'oeil mécontent sur la « Misère ... Après le repas suivi de la bénédic[ion rituelle, Mendel-la-Misère a chassé les Mendel se soulève sur le canapé - Tu me fais rire aux larmes! - Mais ccmbien veux-tu? - Combien je veux? Il me faut cinq cents roubles! , - Cinq cents roubles? s'étonne le millionnaire. - Je les ai promis! - Et après? -- Tu es bête! C'est ce que j'ai pensé en promettant, mais il m'est arrivé une histoire ... Ecoute, tu verras ce qui peut se passer! Ma fille a été un peu mnlade ... La belle affaire,' quoi ... Mais tu connais bien Moté, le « chaïguet? )' ? (1 j J'ai eu avec lui une altercation à propos du contrat de mal'Îage ... Il était parmi les arbitres... Et que fait l'impie? Il écrit au père du fiancé, ni plus, ni moins! -,- Pas possible! s'écrie Reb Ozar, avee un'.! grimace - C'est comme je te le dis! - C'est vraiment un coquin! - Je vai~ justement voir notre Rabbi pour ce,tte affaire; Moté aura ce qu'il mérite.:. Mais il est arrivé à ses fins; ' sai~-I' u ce qu'il a écrit? « Qu'elle était épileptique! » VoiHI ce qu'il a écrit! Mais, tu peux me croire, elle n'a eu ,qu'une crise, peut-être deux, pas plus, Dieu merci r Mendel se repose et tire un peu sur sa pipe refroidie. - Prends un cigare, dit l~ riche. Mendel le p~end, l'allume et ajoute : - Et maintenant, comprends-tu, le père du fiancé dit qu'il veut tout l'argent d'avance! - Quel impertinent 1 dit le riche, fâché. - Je pense bien 1 Le chien est prêt à rompre les fiançailles 1 Et il veut se débarrasser de moi sans même payer' l'indemOlté 1 (1) Jeune mécréant (N, d. T.) Ozar hoche la tète; il admet presque 1 chose; mais ... - Et voici ce que j'ai! dit Mendel,' n luiïaissant pas le t-emps de placer un mo Il sort de sa poche intérieure et jet sur les genoux d'Ozar un petit sac de toi graisseux. - Compte, dit-il. Ozar prend 'le sac, en retire un pclqU de billets froissés et compte cent soixant quatre roubles. - J'ai vendll mon logement" expliql Mendel, c'est comme cela que j'ai de l'a g-ent. Ozar remet 1 :argent dans le sac et tend à Mendel. - Non, non. (Mendel se détourne J'ai les pieds enflés... Je n'irai p frapper aux portes ... Garde cet argent. J'ai chez toi cinq cents roubles! Et je donne du temps. Je reste chez toi qu qlfes jours; comme cela tu auras assez temps 1 A propos, je vais me reposer peu chez toi et manger comw.e il faut, comprend'5 ? En un mot : tu as assez temps! Avant mon départ, tu me do nera:; une traite de cinq cents roubles; me donneras clnquante roubles compta pour les dépenses du mariage et tu m' ajouteras cinq pour. payer mon voya chez le Rabbi de Guer. Et prends l'arg-e chcz qui tu voudras! Cela ne me regar pas! -- Eh bien 1... murmure Ozar. - Et je me fixerai à Guer, contin Mendel. Si j'en ai envie, de temps à tre, je viendrai passer quelques semaines ch,!z toi. - C'est bon, c'est bon, murmure, de ...... nouveau Reb Ozar. - Et je dormirai, continue l\:lendet. sur ce même canapé) ici, il est très bon. ce canapé ... , TRIBUNE 'PARLEE J de •• Droit ,et Liberté·· • Le" leu6!i 7 Avril, 1 à 20 h. 30 SALLE LANCRY (B) ' - . 10, Rue de Lancry \ . Métro : Jacques~8orisergent et République . \ "' . . • / Sous la présidence de M. Loui,s MARTIN-CHAUFFIER, /


'. '. - -------.. -.....-..-------t- -- ----:------ -- -- · •• - -- '
l ' '; ISRAEL .

• l - • ( '. t 1

AU, CARRE'FOUR ... :: 1 ---------- -----' - . ---- ----- 1 1

. . • Conférencier : 1 M~ 'Jacq'ues, VERNANT J ' - Agrégé de philosophie, Secrétaire de l'Institut de Politique Etrangère, . Membre du Bureau Politique du Parti Socialisle Unitaire \

DEB.AT . P 'UBLIC • _MPRIMERIE S. L P. N. _ 14. rue de Pwadioo, PARIS ~ .. .. l'" •• E III ut .•.. ': Il de Droit et Liberté" vous invitent à leur ll~ 1118 lUJ INIIE IP' A I~ IL lÉ lE qui aùra lieu le Jeudi 7 Avril 1949, à 20 h. 30 SALLE LANCRY (B) • 10, rue de Lancry . METRO : J,â,CQUES-BONSERGENT, REPUBLIQUE Sous la présidence de M. Louis MARTI~.CHAUFFIER ·SUJET TRAITt: : ISRAEL AU par M. Jacques VERNANT ••• Agrégé de philosophie, Secrétoire de l'Institut de Politique Etrangère, Membre ~ Bureau Politique du Parti Socialiste Unitaire DEBAT PUBLIC

Notes

<references />

== Format JPEG