Droit et Liberté n°129 - décembre 1953

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°129 de décembre 1953
    • Action unie des antiracistes pour faire échouer les plans monstrueux des revanchards hitlériens par Charles Palant.
    • Défendons les enfants Rosenberg par Catherine Varlin
    • L'humanisme français contre Maurras par Pierre Paraf
    • Un article exclusif de Howard Fast : ces hommes qui sont l'honneur de l'Amérique.
    • Yves Montand m'a dit par Colette Morel.
    • Pour les étudiants d'outre-mer, le racisme accentue la crise du logement par Albert Levy
    • Rivarol et Mac Carthy : les juifs et les nègres ennemis n°1 par Roger Maria
    • La France ne ratifiera pas ses propres funérailles (C.E.D.) : articles de C.F. Levy, P. Hentges, H. Bulawko.
    • Réhabilitons les Rosenberg.
    • Il n'y a pas d'antisémitisme à la française, mais il y a encore des antisémite en France.
    • La chicotte et la mitrailleuse ne viendront pas à bout des peuples d'A.O.F. Par Véra Cardot
    • Dans l'intérêt de la paix, l'entente est possible entre Juifs et Arabes.

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

ACTION UNI( D(S ANTIRACIST(S 1

avec toutes les forces de la nation pottr faire échouer les plans monstrueux N' 129 (233) DECEMBRE 1953 30 FRANCS des revanchards hillériens QUE leg acco1·ds de Bonn et de Pari~, eonsllcJ·ant la C?mmunauté E uropéenne de Défense, soient le plus •ut· camouflage de la nouvelle Wehrm><cht. qui oseJ'ail encore en douter après Je débat de l'au!l·~ sem~ine il l'Assemblée Nationale ? Que pa1'tout les militant• du M.'R.A.P. soient les meilleurs dans l'effol't d'unité. Les meilleur~J c'ést;..à-dire. les J)lus réfléch is, les p lus ~pte!< et les t>lus audaciellx à Jl!'~Odl'e ou à soutenir tou!el; Jes iuitl!d!vcs l>Crmctlant d'nhouti1· à l'action unie cie lous les unth·uci~te.~ t'3i15 exception. Avec toute.' le~ !ore~• de la nation n••ll~ f<r ron~ é~hQuer le• p lans monstrueux ttc la rev.J\nchc h illt!l'ienno ct vichystc. Un article exclusif de Howard FAST De tou$$ les discours prononcés, il restsort (tue non ~cu .. lement le militarisme allemand sct<dt intégralement recon•· tituôl mais encore que la France serait du mëme toup pJ·j .. vêe des principaux attributs de sa souve•·aineté natlonu.lc $111" Je plan politi<JUC. économi<1ue et mi!ilah·c. Des hommes qui sont l'honneur de ramerioue Que des F1·nnçais aient pu PAR .souserl)·e à un tel pJan, voilà qui souligue ~vec grnvité Je scepticisme de certains milieux dirigeants quant nu destin de la patrie. Quoi de pl11s mensonger et de plus humiliant <Jue cet « argument ,. renouvelé de Pétain, selon lequel ln faiblesse et la décadence p•·étendue de la F'J"ai'Ce, ln contraindraient; il subir le ·~armement allemand. Èt tluellc gifle pour les honunes fatigués. de Ja nation, que eotte oppositiQJl <lUi va gt·audi~sant t!allll le pa,.v~. contre le;~ projets de m<>rt pour 1<> France, "~ l'un~on ~e. rèal hse. entre des homme• de toutes opinions ct cle tous milieux. LES rutUraç;btc" pur l"i n,tillct, J~ ,,u·urr autnnt ( <Jlf'-" p~11 fn ru1.wn p4rÇ9ivent les immc.n .. u. dsJ•ge-~ ·$ d'u.tct·oig:semeot- du l'ltcl• m• et de l'an.t isémitis.m e contenus <Inn• le• projets ~ Cl'llf()J>é-cnA ,. del; pan-ains Charles PALANT sc ret.rouvent des hotnmes, hiel' encot·c dissemblables. .A lors~ lu FJ·ancc vivra. Alors, la paix l":linctll- /lhu•anl FAST, 1·· J:rrm;[ h·rÎJ•ulir amèrirain, mms n (flil fJl'nruir tlrrnii'n:mfnl tri 4tflirlt•. 11 y <'xprfmc ,v.~ ... r-ur' mrnl...: JU'tS()mrt!ls ·""' lt" tlé/f't· lrtm:Tt/ elu mar-r«rlll)'.<~;mr, tilfti:r qu:t~i .'illr /f".~ rmtrtr~et.~ St'.~ n:(1r/itm,, tJUÏI l'ff>l1lJIJIIt do la Wehrmucbt. ,------------------- - ------- Cc <fllU nou• dénonçons depuis de!! années- depuis lo ~ermcnt : • Jamais da11g le même tnmp que 1er; bour- L'~umanismc frmais tontrc Maurrasj 1·eaux n.RZÏA • -, se vél'ifie C HARLES /llOttrttJ,'\, le JmuH- GVt'W'it.- r't•o;-J tlillt:i. ql;t ciaflS le (~Ill,,. ltlrJ.!.t'1 ·s'v lrOIU'Uitul tJUS~ chaque jour et dicte H,,,x an- ras-.~ismc. él'OcJtWicnl p<:ur leur.~ ,anf!S on nommuil fa Rfl~ si implique~ les ptu .... wmul.!ô • d le~.· jrmzt.,, (tOIIflli~~ d:uvan/ puhl:qut -. s'en prcmmt /()U/ mouvt•metii:,- de. ln pi~nsée. 1!1 dt tiraciStes de s:umt· aus JPJ4 1« ;ormt to plus Jt(Wtcuse· spJâaltmcnt <1 t·oux qu'a raus.c J'histoire dl! ta Froua. l'act iOI\ commune. dt la rr!arlion. /,tt Rè"'"M" de 1789 dn••· E1~ eux :lim·umttil relit (lOI:· P AR mût pour wx unt l'nlrtpâse llk- VQici l'heure de l'effort trint figée, har::_,rc11se IJifc 11ous Pierre PARAF ilio por ta {rrmr-maço~~ncrie iJI- ~UJ>t~mc p6ur faire cc g rand (IVÎOII$ renronlrec. tout Cll{mzl, Umationalc t.l singulff.rcmenl rassernb)emen t a ntiraciste t/tltr$ la cour drs t]r(JlC.or. Ils ms~ por lrs. loges anglaise~. 1.. « tfi· piraÎI.'tll /cs c:tplcJil:$ dt: ceux tfUl manJisme flail « mttêquc ,_ I!J contre ta renaj~u.nce du dan.. teulaienl. ti lÜ,\' c'Mllq· "~ (lç dr la roultur th: lrw-:..~ r!w1'CflX Vit/Qr Hu;t,o. cl Zoltt, el j(mrt.~. J!er allcn~and. CiUÎ se tlcosine rm:.c:cr I'ÜtJ/ù:r juif toufwMc de tJJJ dr la ~u;nqril;! de ln1rs nfltm;, tl /unf de cCfl,"( qui ovoi~nl frlil cléfrmln· ('tmtM'rJ!f l)r~y{us. f!s i/.~ aoyalent [JcJUI't);, rttnftcr /ÇI ;:_loirt tl<: la Fmnrl', en nutian~ le» muttiplen initiali· .... t 1tresslu't•rr( 1m Quartrl'r J..nlm ptttmi les ml>J-fqroe.~. /lll'li$ côlumc l'rtliiJ targcmi..·nt .~>t.<o fmnli€ris. vcs oir de lx IJalie nn gommet derrière les pour/cndtttlr:> de la if;. dhmwi~"' 0 et ltrme 1.: ~llçn., l'! .w cu/lure /1 tous n·ux qm


--- -----:-----------: 11- · /fP.itnltli,toJ,ù;m~ucl ds'ei$tg mr,;aguum 1sl .'ithl:lUc.s Lse'a vpéU. ·.

PouT:• les éiudlan~s d'outre-1!Re~- Le racisme accentue la crise du logement ' IL est vrai, comme l'es t-lml\h rnont.oignc, quo la pensêe mar - s ohe mlcu x qUand marc~umt lt\s j<'l.mbes,. çct Otud:~nt gua deloupêen, assi&- lâ, J)f'è$ do mol, sur le Il\ bas, 'dott a voir du mEil a bion réfléchir. Un pas en lar<tcur, entra le mur et. le lit i q uatro pas on longu(:ut , de Il\ porte à hl tonitre, en c;ontourna~t. le lavabo : voil& -los posslbil!tê$ que lui of f re sa ehombrc, sltueo daM une ete ço$ « maisons » dê$a.trcc\êcs oU l'on co préoccupa!\ f Ol' \ peu, naguêrc, ~cs cxlgc:nc\}S de la pensée .• " On ne loue PC!Il aux nègres » ... c ondiUon" de ~t l o ft\. <Ja tra .. va,il déploJ"ablet, brimJ.dc::& «-:t vox a.t~ons dlvr:rsu : ainsi m'ap .. par ais$a.il, dês l'abOP'd, la s-ituation des étudjan~• d'outre-mer qui, au nombrt~ de 4.72.6 (chifftc officiel, non compris les Jy .. eé:cns, Charles* Claves du çollêg~s e:t ét~blis~mcnu· t.eçhnique-s) sont. vonus o;n 1903 çh-érchor f'!f\ France les hJmlêres de la selen .. co e~ do prog~s. thil nitt:ii cssenfidlcmt11f fh:rrn~ chr rrux (,dgtm; ... ~ ,; l'éfrtwul mnfèrid dn SQf. au rontrairr tfc .;clai de nos (ltu:)'dopédÎslt~ ri tic Rtntm tJui f!rtnaicnl nmrme (n1frimu d~ (a natÎOil /(i t0111niUIla( ll(: dt• slJUVtiJir.t ri d'espêran ccs. la I'QlontC de IJâUr ctrs(r.r ~ bt~ SIM destin. D'une le/le ducJrinc Il.• rom:ept de la Fram·e ~or/liU aim•i dé{t!rml:, rrtréd. UO.IIU)Ur cie /(J Pl! ~ trif risqt:aii ûêfrc rat•nlé à unr sorte de .~cntimr.nl lnstinrlij d'mrt Jomlllc jol()n~rmn~l Trr .. mée ... CtJJitmc dC.<; tnfanls f'!'ltr qrû /'rJ/IIhtlr dr~ f'Urrnl.~ lit•tulrml mth}tJriiU:nl tl<nrs la défense 1/ts mcvhlcs lrhilé!r du (!rhml·(li'rc d .qld uc sc S(Jllâ(!raienl po.~ dt• 1'/iérilogl' t'S.'iCt,ti.el, ltl cNfrll~l! tl i'illusfre~lion tlc tâmt twliu· l!<llt . Le rndswr (ic.v mnurrYs..\·icno.; s'o1·ùoit. ,.ummc fuus lrs raci~- (Stlile Cil page 5) Il ~ 1 lUI jlu:nl Clt• (lf.JHld, (J(tn" J, \ lt· ,t'un hniJllllfl ' d'mil' ul•tl11n. l'humurn C':-1 uu èlrr. lmut: tlu •·1 111 fl;tCi•m Ull (;tlt11!11: tl't'•t•·ts hum:un~. ~l'oute(,,l;o;. l'hl .. t.lh't\ ,, :riiNul ll'c-. r,mds: rit• 13: l,lus h~~,..:;e. d~lfl\l~ht\1•)1'\, ·.nfl do 111 tlltl'l tl,•::; hf11Hill('-<, ~<•U i(,~_~;, IIUII1Jfi~. o\lMi, f!)l:-. lill'. NI l<rr'll ttu'indi\'I!Ju-.. :L... S:.!""hit•ut. 11 .. u,vttut. 1 r:~.hi·~c.·ul, Mlomn:ehl. ••1 1cw. 1•nlrt.;. •·t'f~U!ôi<'•·•ml •lt·:.; dUIJ'IIÎt'l'l" 11 octobre 2013 à 16:34 (UTC)~ lulltl tPiht!"t'Nif' 1'1 tt'lnhlllll/iOil•'• h't' •tOIJ l'f'll\ dft UUVCI ls ;) IJ,Jf'ht~,ll, 1 ;t•,•l ••:.f un ftullll th- 1h·{lil ri. un II•< • UI~nl h J'flt,Jnni(J cesse fl't<lt·r~ 1111 hnln1tlll, f;'f'.:ol lJU TOI•III!' IIt Siln-!1 huflllt:UI' hl I'IÎih~lltJIIh. m. J1\ \'f'IIX Mt ('(o(t~ct'l' h"i ,1 t tf'll~ r ·,o; lrl',~f'J... l !t· ~·11H •J••... f'<t'J ffh.,rmem: ;t rlot4t Jml· el il,~ • UIH••ul h' \i~1g'~ tJtl cwl " Uil· ll1111 •litiiQ fll:•lri-.~\1 11 ' t!CI htJUléJ lllt.1h, •'s-••l•~î' 11:tth Jill! rt• "~~\'• lA• r••'•\ll•h:n• (\,1 Ct'llf' tlu ll~~>u .. l•·rr.tltl ,_,rnr·j(•r d\wft• Îlnu .MIIu .1 Il t•IIJin\h'h. :"OU Jto'!t' •·1 ti.l t>~Nir d tlttiH ,u•r-u.,"- •l'nJ•l,Jr•U" 1 ,,u, dtr ... c Il fui fut ur•f,uul tlt~ IH'I J•l'" 1•• 111 fl'liJtiiiH J.t\~•r• 1••1~, 11 ,.'!! Jttu .. :t~ nrgu"nr u·èi 1111 h lill fli ••1 !Ut I'Ch•IIII'HI •Ill l' .. ,,!~ l"h•,IOihN~H. •!liJ ~' IIHI .JJ · • ~ ur: n .. t"\,t•lo 1•ot r 11 ·;•tni'•1t """~ 11 t)IJ 'r.l•..,.hl 1, .,,Jil ~~·1r.lc •lu: fnrt•e,.; ' tJ•!IHil'" '· !'ol(.'l'tiud ,.,, __ l'l'tl t~riiJj du thu•l l'lU tf•,l ht.'l 1 l'lllflpth ~· \·.;n1. lHr1ilt\ï·i.·· ,,, 1·•\lli';tlè\lt t'i~ H• }~'"un~t-"· Vc-H;.Iur,t le •·Pcflnt JJro ... ••l·"' ,, .. H. 0::111ill1 ;) ~tlli'to, U ~'l'~'l,l tl'i•lt o tt!mulH do 1~ t1•~run• w •Jr,l.fnl 11 1;,~ nû.hu:c N ali t••mlt'tlli tlç lu J•hilv:wphie uuw .. xi"'tt~ · nu 1Ul dmuandu lthJr'.:) tiC it1Ué'r lW r(;IO fl'iU(I,)I'IIU-.ICo'll' ('1 tff' IIII)IICh(lnt Il '1-> 0 )' n;fll .. :t, ~" ~r·rv~nl .[\•HU' ~elu dl.!~ mf·lllf:$ ~~r{;lnl•tnt~ qu~ cc~u: du licul.('l .. nl,lnl H.uQulorloJ1. Slll" t111Vi. uu « jUJ;O • 1111 111 .. tlJgi'o lrvi.:: tu\n•'e~ t'.l'~IOprhot.l l l• ll(l t u~r'll !•\lUt' <- OffOlll'iC it 1:'1 CY111 "· ($11ilc p11gc ~) DfffNDONS L(S [Nf ANIS ROS(N8fR6 sur qui p è sen t les plus graves n~enaces , ID A VIoC l:t nuit du 2Uju\n 1953, on cr();•:ti1 dan.. le drame Rôsenb"Clg, aVt)ir touch!': lê rt)nd de l'horreu r. la limite de la persécution. Mnts non. On se 1rompait. Eth~l et j Joliu$ m<>rt$, l~ urs assassin$ n'ont pas désa.rmé. Tondis <lUe Mac Car!hy s~:tcbarne sur la méo1oire des hi•ro~. dicte ;, Orccoglass de notn"taux mensongcsJ c:.·.donmie - SJ'ns mëmc. se ~oucier de rrais~mbJance - c-eux qui ne l'euvt>nt plu$ h.li rC.pondt(:, rarhitrairc américa;n s 'abat sur lès •·nfanlll, Ailcha~l et Rober!. I.e, deux petit• (iarçons <Il e t 6 ao•)

wnient ln'IU\'é u~ refuge dans

urrc fan1illc a~J~icale. à la campa~ .:ne:. dans le Nev:-JeNey. l..â4 on s"cfll>l'~~it de leur re••drc le calnoe. ~le leur redQnnr-r une vic J)aisiblc, une douceur famHii:re. un j>t:ai de l!etle ambiance qu'fiiJel et ]l•lius ~waicnt ::i ll!CtveÎJit:nscmenf l'rÇée autour dt leUt$ premiCrcs and·c.~ d qui leur ;a, ... ,, ~té tragiquement arrtu.:. ht~. M:ùs- le .:-.JK>Cta.cl'! de ce rttnur à lfi -rir- de tfc:ux enfanl.i 11 1iù iotrc phJ~ (itlà le gouvernem- ent nmérk:dn n'en :1 pu sup· ))(Jrtcr. Jiru:-~qncrttt:•11 tl ,~ n quclqLICS !'>"'m:aincs, h' d~tectcür dt- l'é .. o1c que fréLJlWr.t:'lient Micha~l ct Uohhy •• f~it Mvofr t..tU';I n'"-t· lept.11! phi> " 1<"!1 g~~dcr. l.c ,.r~lrt ûr;m~~ -.t1 mt ... 'jt11t ~ lrllWI lïntC(\tr:(OJ1 CXtë: tUT~ ; c~ n'e-:t pA~ dt -toa pn')Ue chef qut le d1reeu11r rk l'~cQlt ~ pris ttltc inlnunainc d~1.-ision. Maitre. 1~1\\mll!\tl~l IUo~h, 1'3llmirable a\'Ocal ct ami d'Ethel ct de juliu~. à qui ils ont conn~ leurs p•til>." vu 1o dirette11r de l'écore. s·n • p~ o~lenir un délai de !'ràt.·~, un sutsi::. (MiChaêl et llobby font à nouveau connais· s:mce avec cé- mot} : ils ne seront c11a:;sés de l'école qu'à la f:-~r de déc.'Cmbr(:., Jeur avenir n'a de contours clairs que iusqu'au seuil de Ja nouv.èlle a nnëe. Et apres ? les menaces les plu$ graves pJancn.t sur les deux orphelins. Le testament d"E:hel tt de julius, par lequel il~ COll fiJitnf la tu telle de le~rs enfants a leur dèlensettr M" Bloch, n'a pns encore Cfé Vi-11h.lt!. Ur, aux Etals-Onis. un. testament n'a de- valeur légale que sam:- hounè ro:~r unf.' dùit-lt)n de ju~ IJtC (JUt: prcp:He:nl èDC.Ote 1~ a~assms des l~os.cnbe.r.~? Vtttl• nt-ns 1 uer Ethel et juliu$ une .:;econtle fois en dénie.nt ~ l~urs tnbn\s ltur dro'Jt it uu~.:- "·~~ normale, à un<: dduc~tion saine et libre ? Les l)ires hy(.><ltbè<es viennent â l'esprit, que .le silence hypocrite de 1\"ashmgton autotise. Que faire. pour s~uver les enfant~ R.o$.Cnbcrg et leur petn1P.ttrc de grandir et de se développe r notmalement comme FQnt ,·~,·(: leu.rs ra rents ? le < Journal

\n~ertcan » de New-York

r~ lai;!Së ~!<:happer, en ècrivant ié'ccunmtnt : ~ Lts pusècution.\ cO/lire Michai!( el Robby nt r••u 11tfll que S4.'ftrir une prCJXt!-4/f,fc 'mllam~ricaitlt dous le moml.: Au t r~.ncnt dit, seuJ lm mour~; ment d)opînion en f~we~r Ot:$ (!eu• petit$ l)eut les pre.se•vcr dè Jn ~h'l foire ' MUit:ûhclC- C1.U1 M.ac Cartl'l\' ..,; p~rmrttre n M• Emm~nuel "Bloch de remplir le ft13nd&-t sa ... r~ à IUJ cot1f1,: p .. t E1hcl et julius le )our de 1~• IHVJ\. DI::JA, au' J;tats-l)nis, 11n fO nds l"icnt de se conJ!tih iCI pour a!-Sur·er la subsistance dês tnfants dont r-:t situation rn.atérieHe est tra~iQnt. Mois les sommes indispensables pour cnvisagt.!r avec sécurît~ Catherine VARLIN. (Suite puge 4) Grand artiste et homme de coeur Yves MONTAND n1'a dit • •• D IRe des c hoses $Ur Yves MONT AND ... cela P.Cut paraitre ladie. Ne le> pensoz pas ! On est t~ntt! de n!pc(er une b•osraphie qui pour a·voir ét€ écrite des centaines ~t des centaulfS de fois, n'en tst p"s nloim; originale èt :>ympat~iqu.e. Sn jeunesse <\ Ma rseille, ses dêbuts, ses premiers enthousiasmes, t01,1t ct.la n~est·CC gas, qui l'ignore encore ? Qui ignore quï l ost à l'heure actuelle le plus grand chanteur français, Je plus pOJ>ulairc parce que justeme~t l i a su ne jam~is perdre çontaèt avec Ja ":ie : la vraie. faiic de Cravaif, ù"amÇtiê, de cbalc.ur; de joies ct ;wss.i d'amour ? ... Les chansonil de la joie La cinqua~ttième de ~ou recitnl ~u lh~i>~re de l'Etoile, l'ient d'être dépassée. Il obtient un triomphe p3rmi Je 1>ublic le plus large ; de· l'orchestre au poulailler. CIE Se!-. chansons ? Vous éll conn3 i $~et: uni.! q~:H1 lité. Ne me- dîtes pas <1n1e vous. n 'avtz jantah~ tredonm'• le 1;' Ga .. min de Pttrts ,, " Luna Patk t>u • U::oe; Ci(auds- Bôulevard$ .Mt!me si votre vojx u'est pa~ exact~mcnt au diaJlaSon. dans vos moment~ (le d.êtt ah:_, qu:-nd, nta foi, tout va bien, je sui:J s:ürt que vous y éte::; aUé de \'O$ :quelque. s mesures du • Galérièn . ·• Lotsqu~ vous re~;icudre:! du Colette MOREL. (Sufte pag~ ~) • • Vë\omenls I:)CndU$ i, une f ic.clle: o reproduction d'un Re noir, o bjets de toilette, llvres· .s u .~ f·e minu,cule gù6rtdon, plies; de Jinqe, chau:u~res , cahiers : dans cc pauvre réduit., il ne $8.Ura.lt '1 avo11' do .dparat.lon nette · entre tes choses d u corps et c.elles de l'esprit. El. cet-te pro mlscult.8 commo 1'6tro1tesse de-s llollx, n'est. pa, ra moindre dif fleult6 do J'étudia nt, q ui d.evrait., pour mener l bl,n son tra vall1 âtre libre d.e.s soucis m-._tërfols. E ncore faut·H pr-êclser : mon inte11loçut.eur n'~S't pat le plus mal loti. Bien ao contraire. Com· bien r;te c.o:..s jaunos gans ~ab o · rieux aouhalto-11alont ètve logé-e cgmme lui dtns Une mai$On communautalro ! L3: quete d'une chq.mbl'e cs\, pour eu x qui arrl· vont, la promièro et lt plus dou .. Jo urcuse a 'lenture-. Rivarol et Mac CartllY •• Les Juifs et les Contre la Coaununauté Européenne de Dâfense

Emile Kahn, Robert Lacoste, Léon

Lyon-Caen, Claude-Frédéric Lévy, André Spire, Pierre Hentgès, an pages 2 et 3. - J e vlan.& d'a.voir une a utre viGile, me dit - il. Colle d'un Inspect eur de po .. lice. L'an dernier, e'ét.alen t. los perqui&itlont. Quiconque sc t.PQuva lt posseSseur d'un livre od ~'u n:, brochure jugée peu o r t. 11odox.e, sc voya.lt a.ccu.sé de. ~ cof'n plotecr » oonn• la F r:~ n c e et priv6 de sa bourse. Aujour .. d'hui, 1~ polic-e, qui n'hê:sih pu à s'lngëror cf~ns 1 ~ vJe même de l' Université, ;. trouvê un nou .. ve~u pt6\exte J)OUr ve,nlr fO:u i• ner dana- l'lntimlté des étudiant$

Il s 'agi\. d tun « eon\r6-

le d.e scot•ri\ê », comme st lu Of'9a nlsme$ universitaires dfl'i· Qtô\nt. te-S maisons communautaires ne pouvaie nt pas exercer euK· m6'mes cc. contrôle ! ... Pos 4c roci1iMC çnlro 4!t~dio l'lh For·cês parfois do pas~or plusiei, Jrs oults dans res salles d1at .. t ente d" gare., Ils parcourent , teur matgrc bagagt l IJ: mllin, les ru" lneonnuea do la çapfta .. le. D'h0te1 en h6tel, dans tout le Quartfor L aUn, Il& ont. 11tçv le. meme rèponco : « complet ». A mojns que q uatr• murs ~ ordl des né leur s-lant Ctê proposés po'Jr dix ou douze mil1& fr-•ncs pal' mols (la bourse ma.;Kimum es.t de 21.00-0 fr• nes)_,.. A moin.s que, o.yniquern ent., un marchand de sommeil ne Je.ur ait lancê, e n Albert LEVY. (S<Iilc pogc 0) ' . . negres, ennemas .... LOHS de~ année$ 3(), Il était courant d'entc11dJ·c tnu·Jcr d'Hitler comme d'un énergumène :u-tiflciellement greffé sur la soeiété :tllemandc. Lèon Rlum, ])at· cxcmr> tc, écrivf,il, quelQUe~ K.etna ines seulement f<<'atlt J'àCCCS• s ion « légal'e > d'Hitler au IIOlwerncment qu'îl « était écarté tle l'esperance même du pouvoir • ; c'c$t avec de t<>Jics erreur~ d~ jugement (Jue l'on endort ln néee!fs~ i'l'e vigilance aes ll~uples guettés par le fascisme. Ct·sl avec des appréciations erronées du même ~enre, por .. tant L'ette fo!s ~ur Ja d~mo~ ~.:rat~é' >f :nnérkaine tt S(S bienfaits, que. l'on minimise ~'t·st~matiquèment, dan:; certaiil!' milieux, le rûle d'un Mnc CMthy aux Etats-Uni:;;. Do pui-ssanls intéri:ts. ont l'lf!tJr ct se tournent vers Il! d ~>njon y3nkl.!".: cmnmt! \'~f'~ le.m sauv~.:g:ude centr:~.Je : par conséquent. il nè faut p~s que la ,·éritê vienne troL-.bl<=r Il-.~ op~ration< psycholo~:iques ct politiques de la <.'IQaliiion militaire du monde < libre !Jo, Au~si 6vi· tera-t-on de i rop parler de la 11rC$er.ce de Franco ct Tchian-(f <ai Chek dans le front a tlan1iQU; e; à peine écrira-t .. on, dan~ dt pruden~s articles, que c'est là une ma1adressè rcf.,!rettahle. Oc sn~me pour Mat Carthy : on en parleJ bien sî1r, mais én par Roger MARIA dCf•>l'mant les- rait::. pour ~ccrédi· ter l'id~e qu'il $';,Charles d'~n « néyrot'C- bhn pour l'a..--;i1c t1'aliCnés,, (comme $'il était important it }' a vin~t ans de s-avoir si Goebbel~ étai f < iillelii~enl • <! J"· li us Strekh.er un < lmb~dle Jo !) : ce qu'6n veut ~urtout introduire da,.s lé~ e~prit:;;, c·tst que Elscnhower ct son gouw:rnentent sont contre les pitrerit'S de cet inqui .. siteur- d'occasion. ··~ Or. cette. pr-ê8en.tntion solunltnt fau.s~. Mac (Sui/e page 4) e$! ah· Car l ~y Sur « L'antisémitisme à la frcntçais3 » : André Lévy-Oulmann, Jeanne Lévy, Màrc Beigbede r, Paul Tuber!, Henri Wallon, en page S. L'entente est P<>ssib1e e'nlre Juifs et Arabes, en page6. et Da ns l'affaire Rosenberg, • l'antisémitisme a pesé dans La balance ». en page 4. 2 Puisqu'on! n e vous le d i t pas • • • 1 Le " pool » aux oeufs d'or J ournat tlnancltr, « Le~ Echos • n'tn l'cconn&tt fiat ·mol na que J.ll ,. ,nm\Un'ln:~ '""~1thlt' ~ , t'PI\O\J4,h •· :1 .!IJJ - f~"l J.!Ut(!lll' 'Il t .. :!ll}•h.:.; .-, 1. vt 4(, .\ • "r, .. , .1t:l Cù • (iftttJ.aH'Wht -· ,, f':' Ul."l QUe ltt tnJh, 11.I o• nll;&tt ra •"'.... l~.•o •.L ·h' Jdr • .. , :n • • ,. r•' ,- ,._. •lt•J .. Pots de vin La Haute A~loril• Ccro:a· nl.rne d•rlQMn\. du pOOl SCHUMAN) dl&pott d• "ètitables fond.., de propagande lnoonl.f'6t'•· Dana une lohr• aux mln1stN- t de 11fnt41rlt&JI'" el du Commlt'Ce, M. Mlchll DEBRë, S.6na\.lur R.P., ,, P"'c:ise : QU,anl JU' Jllf'!t'1\CIIIl111li, Ju dis l't J~ l••lh tfU•· ~.·ct &J•gtnt N.dyl<o)(l NUJ" l'l'.lllf(Ù .. l~ 1'el't .:.. fln~tn"'v' 1111•, l'r..,r• JI'Al1dt JIO\Itk)IH• Le corridor de la tentation Depull l'ouvtrtur• dei de~ u Jur c I'Euf'Ope "• envortt •P•t.taux d•Adtnautr e~ iUt..t.hN dt l'a.mbauade arner•t•fnt ont •nut\( 111 s.af- 1• d&e pa. perdue de I'At.acmbiH NAÜOI'IIIt. Celle .. c.•, pou,. lU deputes h.Ni\.an\t, soùmls au• pret. atons e.t bomb~rdu dt p,.o .. meu11, ea, dcvenut le cotrldoP de la ttn\otlon Mals c'ut noue qu'on ·1eut talrt danser. Participa tion aux frais La 90unrnrment ADENAUER wltnt d'aefOpC.:o le proJ•' de budQ't pour 1964- 1SIQ>. Tout- chap•tru dea Gep- tntu J aub•'U,\ unt ,..._ duc.Hon. Seulu ltt dèpenu, mi11SoaJfi'K C p11"\teJpa\lof1 a ta d•f•nJe) resttn' lnett1n9eos. eues att4indi"'n' 900 mitlfarCSt ,. troanea. La rance ~ ne L'Europe d'hier et la C.E.D. E •\' (~ontr l!t5:!, "" CtJura d'utt. tlt1 premiera dtbal.$ ttue l'il$.- emel~e NtltiOtttt'~' C011$0Cftt nur OCCOI"d$ de Bonn et de Paris, lt :u, rrlllrt de• A(/airea Etwni/Ore•. qlli ucmtait Il lo trobuno U curucter• a.udacocautmfnt not.'l{f(t-br du proJet de «Communavt- Europhnnt' de Dlrltnu ». fui .ntft'TOmpu ptlt cette remarque: de .M. LotJf• Vt~llon Il !1 ,,. dtJU ew lu L.V F » C..,'ltTalremf"ftt tl <:t' vut t'on JA)VTtuit pen.ut" ce 11ropos n·t, n·en. d'une bovl"df'. L 'tntf'Jrvp. LIIW él<11t !JGr(aitt""'M (on4t touligner rottal0f1tt t.rictant rr,~ tre lei deu.t conception• ,.t ft~ mobf~t 'fU; lec rupfreJtt. La nt· cOMité. pour lU natton• de l'Su· rope oca.fàentate. Mn teul1flliJitt

Je t'tmu m.OÎ4 (l~ $ '/ n~rer (t$

unes- uuz; (l utres. pour r4tl~tttr - le pil« <1 n:•t posslbla - au déferlement aes !lor/let I>Oichoviques. ~tuit "" du tMm!t 1•~ plus cheri< à Ill preuo a'occupit• lion et il .,.f(;t dt l'V r~ftr-r pOUt 1/ t'Oir tzprtmer de• ltn~ elance• d'une actualltl 1/nguN · rement bor.ùt>t'ffSrtn.tt' lA 11 (kil~ 1943. ~.fi lt d• lrt . < LA JIENACE COV'::I!I: LEUROPE •· ~rt d• Betlu· pùm ~u:utt d~nz • LE NA~ TI.V > • J Pour con1trur l~• tlot. 1ne· n(&('a.nt.t d:a bolc/IA!t~rme. 1l n·v a q&t'une dtgu~ c'tsl ctlle qul' lui OIJIIOse'nt courageu-~Mt"-r ~ l'&t ~~-" Allt'm,md~ (' l,.,lr.t at~ ue.s:. c. Pour Sl,luuttr I"Euro}h' " oommanfgme f'lttv,·cll. fi n'tt ·~ qu'tm remêdtt. c'c.'Jl t'ORGAN/ SATJON DE LA COU,\fOYAU· TB EUROPI:NNE )>•Ir t·uniqu• nat;,n en mefUrc d'v mmnttn1r roulte et lt• resp~l dt /11 t.•t.·tl:· $(1t1(1Jt r·est-44irt' ,,,.,, l'.411f-" ITII'!Q'ne A ~tte F.ur-oPf' nt!tllttJt•.J~. .!ru~ oet 94fnûruame11! nt. .. teo " adhûer •Il• U tturl.r C• & Vôlkixhtr s.ob1:C'IlttT 1. Or· pzne of!~~ rlu p<rrt1 nut dep!Oit pour elle loutn na tt· duct:.ORJ:, « L"Europe M plut trt. c.• JrJn~ la France. perr.mn• n'}' MALn·· dira. l>11t$ cette hf'ure , 'ft!tlt'C, lt• Fronc-e doit ru'Oir 'pTÜI/111 u la IJ'.érnO"t! ro-tt Plll...,nl Jlfl:#> ct qlk' l'otprit {NUif<Jif tt lu rérllitt.diona /ronr.auu ?'Il r.:rt· .~rtU IJOtu ra nclt~ oocid~n· l<ile CONSTITUENT POl:Jtt LA FRANCE UNE OB LI• ;AT!()N FOR.AfELL'C duns I.e lnl)tn('•1( prisent. • L'Europe de Goebbels ... Le 18 Jét'rier J!i!l:t. u; s,,ortt Palace. Ooebbel$ expU':i_UC: un t natioM de l'Europt' >-.:<.·urWc l~ sena du « choix » qu'on. prlhwl Jew fmpour- ., u monde n'c'J do~&c P" tt chOix entre .sa d•spe.r$ion m~ citnn.r tt ln ttOucellf Europ~, 101tt la dttl'Ct"ton de l'Aze. natnt b.en entre trne protection mllt· tuirr usrurh pm• lu pu,Jifln~• Jt l'A# ~~ une Eutope botcltf'rl* · Et ~ Zl mars sutt'(.lnt. a tu JOUTltée des llêros. le chtJnoelier HiUtr, •lprè& tU)Oir Uttu~ COlt-Ire 1~ Juifs fauteurs de au~rre. ~(.)()Que la mi&ion « ctullisatri· ce • de 1e.s arm~es en ~s ttr· mes: ,., Cc <Jl~ ft. $01dut. (lftemmt(€ tft le~ roldats ae~~(~o(Ü6:t tla l'Af .. /emaune protèg&nt auX>..,.a'hUI . ce Il<' ront pas les Q8Pectl llO"' rl3 <lu continent JU' tes carac. tér;auques socif1lts et sptrltttel· lt8, mois: la substance hlunoifi•"' ~ttrnellt> qui depuis l'antirJult# tu pru.s reculee. a: produ t lei t't'· trun <1&:· ont donnt' non utU& n ent Il lBuro~. d t ·Amériqu• 111111' ou.ui à 14 cfcdisation .1011 t .r19f" actuel • Ce ~ <Le /'..Uremagno. fi<IT· d1tnne dê ltt cttïfl:wtion et pro. t«.rrice de l"OCCi<Zeflt est: et)()qu~ a Son Francisco par tc chôncelier .-taenouer eq. da t-er· mtl qui n.t di!fè~nt P<l* .Bernt· par M· Claude-Frédéric LE.VY blement ~ ~ de aon tUlUtrt" pr4<1keaMur. " L'All•maqne "'obancJOnnero junllllo ., )llau "'" lo tltfe•· ,. d• l'Euro~.. L'Allemagne n'~tboncfonnuo J.lll' 10 J)loc.e cltiJU !a CommuMutê .EuroJ* tnn.t ~n. Cd.& d'llnificuUon. ou.trement ce lf'I'Q_ft ~ dbn~mbte-mtnt. de l'EUro~. • Et de mémfi' qu't~u)Ourd.'h ut. pau,. dd{endre ceUt- E-urope. 011 <'U (lppelrtil dBjft ù un~ arrt,4J:t « surope:enne ,, Le 21 (6vrler 1943. Dt. de /:ill• 11on. Prdtident <te !a L .V.F .. "' vtntdt tf'it.re reconnue d'uti .sl.J publlqut. pronoru;olt w• cU=ur• u l'occatlon d• la v. ]Our·née <lk wldat e1lro)llen ». « Lo journu du $0/dul europten. dU-11, e&t un •h::inemenl tl'unt gronde portft n êtoit )1J.tU. JI lt01l bo ... dt Mllfidérer tu " d• •u:r,/lce qu~ menent ""' le ch'"·1P d·· but~.ue ae l'e.t l~l dl/til~-"'• de ta cir1litatioa. <>ccldt>rttol{" et t'hrêrien.ne4 » Rt 1• journal c SIGNAL • "'"' •ucrMt ,,._ Jlun lm. tout UJt qr ltclfl (f ~ Ln Nfll~ance du SOldlr! &uro}Jh" » t>ll dts ta:rmes qu• elon nent a ~ re(Jretté pêriodiqut une curlt~ u~ allure de préctn"· ~eur. t< " MJidut europtien a UPlJOrLd cet te conscience l)t'Opreme.nt oor~tl»e11tol~ et a une époque ou suul.e lu conti Mn tt pe-uuent $Ub•'• t•r; le combat qu'il .souttcnt trtrnr.h~ l~ sort TJU{ .sera ulut rl'urt' EUROPE LIBRE. » ... et celle d'Adenauer D1en ""tir reoonllâitr<mt le C«niJnU d• tu COmmWlaut~ Eu· ropftnne- d~ Df!ense-. l~ mou .mt ta mhntl. le Jirittcipe elt le onlme et ,., aoldlltt allm/Jttd~ d'nujourd'hui reueml>lent <L'au· t.ant 1Xrn a ".u- d'hier qv'•l s'tn nfftrment ttrottemmt 001~ dllirtol. Nnia: lfuz Ull peu - ,. rou.a ut:~z l'OCCtlliOn de le trou· rfT - lt trtut4 quo nou. t"'U.. prea..o;u tlt mtJ/If'r Ad ~~,rn. l~J va:ton.tltl ~&~ndtqUU donr &0:1.3 """' oomrMI tntoum. Notre a,.mH wrOP6tnn.t ta:t tfirig~, n,,. plu• l'Il' un Clat-Major Al· ftmand utUII pur un Commll· sarlat de 9 mtmbrtl "" ron ne comptt ~u.ltltmme-nt out aeuz

·rança
as. moi• oil l'Allemagna

6le-m~me n'nu,., que deux re· prétentant&. Ge uulllurur tst fiUtl fes oolx 4tlltUI1<ttUlct .!lOtit celle$ d'un pays plu; PEupl4. lll<lu~trW/tment p'u:~- tort t·t lllli n'n ptlf épuisé ' ti s L'A llemagne oceid e!otale et la gangrène r aci~te Témolsnase d'un journaliste français L E racL&me u J<:s rcptt$tln.. t.<tnts dans tc couvc-rne!'Q('nt de Bonn. quai"' mlnJSI...,. Obt tté ronetkmtlP~~" du pctru nazt. L"un d'eu~. Wsld.emnr Kralt était commandant d'hOn. n.eur des s.s. un autre. h.· Dr O'betlaeruler ••t-.it commandant <kS S.A. S'agit-li do loups qui «· sont tnufUés d1ln..:. un~ bttetrie ? Non • Que.: e~ &Olt. )(' parlf'.. ment ou Ill bnuttt ndmtnt.str:ltlon. par tou' vous rcnoontrc1. l'nn cieu na1J fnno.ttquc. dont on peut sc tlclllander t\ bOn droit s'U a vraiment cM~g~. A· t·U vraiment "'"1~ Hllltl' et les JlOiTOmos. c•• d~puté de h< C. D.U. C Cnloa d~n>OCnttlqUL- 01\1'1' ttennt. p~trb d'ACStn:.ut:·rJ. cc~

mti.Sfmit~ dtmf"nt•·"'"l c:,ul ~r.,·a.tt

o;n UI3S • ( Je .sa1s comm•• chn: tltn qut• Ct\ derniers te-mps. on a vu .tr multtplffr !es profana.Uont <14' ctm•:tms juifs. J\ Iserlhon. t:'ri7• tombt.·s ont tlé renversées. A S>d Vllbol. dans lu Hesse. Q\&OtOtt,. pk-r· NS t.o-m.b3Jes Ont été détTUttea Oes: Caits seUtbb.bl~s S(' !Ont produits à Stutt.gnrl. A Monoh""'Giadbacb on avalt élevé :tp~s la premlùe guen't' mondiale un monument. uux a.neiens eombal-tant.s tsraéU· tes. LéS ha;;ls M1ütcnt ordonne\ de l'abatlre. On le rceonstrulslt au J>r1ntemps de 1953. mals ll vlc-nt à nouv\.o.au d'étrc- cndom· magé. A Bid vutx-1. un., platn,t· nyant ét.é élevf<• oonlrè la proran3. tion du cirnet!èrt. lt!$ ~\1· torllés répondirenl qu'Il ,.,.,.,_ satt Jâ de c Jeu.:t <l"enfants .... ~ur.ut-on mteu."'t eneouraatr lof"l couoabJes à continuftr ? l.,(o ra<:isme qu'on voi' aurv! .. vre dans I'Altem~gnc dt I"OUl"$t c d'ailleurs un eh.nmp de halnl" phl' ttc-nd11 C--'lCOff que kt racts.. m h!lh?ritn Ls " péril jaune " Pour t·ntrarn-e-r t~s Allemands dans la vok> de la rem.UJI.tlrlsatJon Lt dl: Ja rc:van~h('. on don .. n•· w1 contenu r:tciJ\t~ à 1'1décd ' l~u·ope. O.il1$ 601'1 Jivrr : c 0~ D~' peut pas c:on"nuer eommt• ç:. ». le aenernl Ow1•rllln <"Pli· quA qu·u faut \lnner cette c Ettrope

. •U veut dlrc- l' Allcro~rntdP

J'oueati a outrance. cur. au. tn·me-nt. « oela sifrJfteraSt ' Ja. lonaue h t'in d .... L"'\ r.1C:!' bl:lnche qui y a son Origil)to • et Ir lfi~mph.-. ciE' n}l')mJru'l -.uru- c-t. n<>U'. C"e-~t la ':'"i :-ill~ 11k d.C 01.111· itmf1tl> U "tUT le j)'·tO j~UQt, tn:lll vlllbJrmtnl pour l':$ dlrllt<$nts <k' Bonn. qt1f' df.,·orf' nnt- bat& Animal~ etc l'Unlon $ovJeiiQ.u'!. la race- jaune comm.encc au dib d,. l'Ode-r r-e. <le h\. N('lsse. Une l<'tllll• d'astrologie. • I;aa u "\.tl" Zc.-1!8-IU-r » vlsibletne-nt desUn «' • tovorl!or la poli\lque Cie l'farrru me-nt èt 00 gu?rre. r.;. pr•nd lOOS les !hèmes c!'Alfre<l R.osénbtorg et de son « M:rthc ctu XX· tlclelo >. Elle lnve<:tive OOD· tr" la c tfvolution rouge quJ a comn1rncé en Fran-ce en 1789 ·.t rt évlhtt'c. t'n mémt> tenm~ le d~.anat'r nsJatlquC'. « ce n·l'st ,pas aeul<·ment ctcpui$ 1917. 'leJ'it co~ journal cxtl'a..-luclde. QUe H tnOll dt' occtdontnt Y! b:l.t P':>~Lr N~lstrr Il ln Pr<IIIT"SSIO>I de l'Asie. D y :t dtS &lèeles dél'• qu'Il :l mene un dur combat contre les 3-rn:4>!s monaotrs d'un Gengfs--Kb!\n. ront.re k-a grand~ mvasion.s ru~·•· contre ln volonté d'e:~pom. on pOlonaise. contre les RunJ H le~ HussitéS. ::. l.a R#.'VOJutton C'rança~ «roucc •· h·~ Hvssu..-.s, !es Eltlll$.. le-3 ~taV<""'- h... Mongol.i. tt - 1\ t>T"'UW" l'"S tombes profaneea J•;t Juifs. t'e-st au.-: )'eux des an. cit:na b;;~.nctutrrs ou des anciens &t\né-lilux hhllrtens. UDP .Dl8.S$(o confuac' d'humanité in!trieure. Hf\lnP :-.bsur-de, Juhumtdne ! Muts er qu'elle recouvre en rna.. c'Nlt la volonté. de sc remettrr Jl rtU\rCh(' Vl;lS de llOUvell~S conq\t~tcs ,., de.- précipiter 1\ nouvrnu le m\111de dans 19 guert('. Jusca.u·à quels excès le Ta.Cit:-mc ('t le mil! :ui!ilUt• .-.Jtemands n·trnlcni·U~ P'\S â OOU.\""eâU c:b.nS ta vlolrncc et la: barbarie s'ils P?U91lle-nt rapit.R-mrnt ~m~ ? c.nt..Jl& IOJli :t. «l"' ~;v Q\U on~ qné <ka ~tCeords qui rcmettra!'"' nt Aur pted la Wehn:::.nc!U? V IIOnq:t'nt.Ua ceux qui \"'eUknt uu}ourd'hu Jes ratifie ? Pierre HENTGES. lt'S Jull$ v.lnt nos ··ru,cmls. Au·,....--- ------------ ---------lreio! S. tl$ ont rlou Jtsua ~t•r lM cro!:..: et ilô contlnuént ,1\ljourd'hul •? PIE~~TU R IE \ C 1 N lEM A 1 A propos de Thérèse Raquin }(urctue ln ('(ldrta a~ a1 Ju .. ~ nrmh tt JO~ fflAt-:"rJt r•r UM gtlf.T"~ q1i' durt' tftJIU t H Jll 1 u ... re *"' lu di-!enwur.- l!:S ~ ard~n:.. dt- to Commurwute Ellrop(cm~ tant lt.# prtmter3 n /)t!JOIW la potusu.t~. Tout <ton-. 'lt: donc •t 'Pfllltr qu~ di'Ut$ c-e (;'GJ~utU..tltlrill!. lt t1otel dtt l'Alle· m!Jg1.e . • -ncore (<ltJOI'tS~f! 11'" un ~vat•ti\C' cvnnplt:re dé' pondera· tton d(' t .,, ~ " {ataemertt ZJtM1t.•r l(~ l>ffluncr et fJUt> J'ar- •tt !"1.• Optttnn• d'nu:oun1'hw tt)mlfle crlCI tl'lue-r .~""- â direc. >n.FfluKI~d•. L'homme J\ pluS r1ch1 •·t 1 p1u& tnnu~m d'AlJr-m:,gn, •• lt· ban-QUier dt' COlo;n~ l.)ftrdm~,-•n· ger. Q.Ui Sitac ·dllUt un( trc-ntl\t· .ne de c:ons-·ù.s d'ndmmbtratior. a · t-lJ vrnimt•nt m·mdtl 1 • l .. mN oo bénlfitiDJ\t d-ttl m"!\1ft.). des « Les Amateurs lauréats d'Art » La place de Zola dans le Septième Art. n ur• ,,, ·~ ~ •llf/4 ecvr con.::rpt 'm t. L V T rt!l t Il d·t;;>'>' Ofl t Eltl·lol~jol' .4'/~!MM .. i U11e- rt,lon. com~ M Pt.Jrtd'c ri nJ llo 11 t·~ ""' •. 1 qoe .rn · 1 Q1 '1 A la G:tlerlc des. B••u•-Ar't), a •~~ Heu la $lmah'lt der.. "~. l'•xpo~ution des ctu,.. 'f f'C.S.-'ftt~ pO\U" lt CIOI'iC4.1Un •:tUt la S~~.--.. te .tt i Ana~u" 'J\n •• i:!~~ conu:O:onneu.rs org, u;:!c pt:-Jo-1!qutt:':e.nl • P OUH la ICCOr.4c :rou t:'J.I motos de tr~nte ,....,, •TI>I'rm IUQtmi1 vl<nt d'tt"' -lée a 1'6ctan n , a Plllklun ~· qU<· ZOla 'QUI lUI ~udant durant la pl'CIIll.rt #poquo du cln.,w l'un de. Plus IIT'Inds itUp!ral<! ur3 elu Je~>t~m• aru. n'tt>lt paru au cln<'tn~. ~· ZECOA Ul). dtt J)t""nth•r.s .téa· Uoateurs CfM9als. il <tUl Charles Pilth6 donna là cllreotlon de~ premJkcs productlons Cr~\nçai~ ~es. mont• dès 1003. ~u stucllo cie Vlnecnn.s. avi'C , LE REVE IYUN BUVEUR ·• quo·lqU<'S ~Pl· &Odet blt~n !.o·nus • d~ rAsso: nolr. Pl\alt"Ufl Uftllf't'S •pr('s. u ckvau s'Mtach~·r • recoiUfi. tw-.r ~n a11C tabl '\I.UX: l'c ,\ftWrt> Dreylu.s • Dès ct-tk'i Cbatto. I'UUlu,·nt~ .. dt .ZOla aur 1.- t1nttn:t ~·vnll $ acUOitrc. se stablllarr N <tJ.spar.ti· tre mo.mentant[l)("n&. vt~u les an- .ourn... ·n AU n. n u:c temps ks mt-'Hlt-urs elu ttnftn.\ d ·outre-Rhin C.Uhtrttll!' Hessl! ng 'f~ du metu•ur t·n ~ tWl oen tut l'hml,.,. Du meme ~auteur. 1l )' rut ~n 1938. la r llEl'E HUMAIN F; •· d.nns ht u·o~.cut:on du tUm noir dl! l'!iYUUl-guerrr uU I'Otl \'Oynlt ehemlnot I.A:fflli:R •Jron OQ· binJ JlOUISUl1fl par son hl-r,~hl' ·o.loooltque. dt•\•enlr uu ~tta.sJn. Il y Clll au~« AO BO!iHhUI't O.ES DAMES >. de Onyllll<. qui msistatt surtout sur ,,. cOtl· t\C• ces...<t01rc au. rorn.:m. ta. ~:wotr l'amour de lit. vendc.ms.· •~t du P•'· tron du n1A.\~s•n. &ans trop r•n· tn>.r daru ~ vhuabJl· drUm•·. C( .. !ui du peUt eom~rc.· uproptalo atu ~n«:te. du 11'0' ,r«~prl~tnl· "' Thérès:e Raquin Qu pr- nu~r TH: Rt;...;;.! RA· QV"lN l" • ·n...-uf'O r r:'\'H~:.R $1-- n~ 1913-1914 \ cc·nr 4'-J)Oqnt-. .._

\:prtS MeJJM. Nah•nt t·nua de-s

réaliwteura t\ J'heure· üChlt'll~ prcsq,ue tot.:dcath•nt oublh's du publJc. t.rls .To.s.&ct. N Monc-u par .. ticullèremt~IH :lttl\(;h~a à l'aut('HT de « J' AecM•· #, qui s'lis n~: ru ... rent ln~tt(IJ) Pt\r tmcuue oeuvr(' pllrtiCltllll:re. lnlJ>r~n~r,·nt eo qu'Us C'rcnt dt• ZOIQl~mt• à ttà· vers d.ts bündf·.& plus ou moJn~ m~Jodramattqur·.J dOJ.n!IJ '" traoltlon elu roa1an d•· la nn du 19 • début du 20 li~l,. sur h• Juttf~ anttakoellq•k" ~c t'On Strnhrlm 3·f·nn.lrgut111U par 13 $uU~· d,.. s'tnsp~~ rt'1' lw.auw a,. Dltktns. Mon~ pû$ant ~ ZolA. du tl'mps ~ù il '"-l&it dt" l'aut~ <'6t.li dt!' )a CAm"'· ra t:t ou tl dlrtct;Jit ch·~ oeu\'l'P$ 1prP.! rt \'iOII\ntrs, R.f.nofr quJ rut Jonet•·mps un de-3 plu! $1\-ll\0• parmt t~>s grnuda de J~t 1>roductton ctn~matogr3phlquo rr~n<;n!S<'. •·mreprlt en 1926 « NANA )lo, J'Omt\11 d'Unl• ttllc l~g~r·· qui rut un n lm rti'u.s~ 6!1. TARlF DES ABONNEMENTS DROIT ET LIBERTÉ 11 Ml~ ofr "hitt•"duo. Pnlt 91' T\1, : TJU •Ha: F~\~tl:. •1 IJ\Ifl\ UP-'JÇ\IS.,. l.'u am • 3tiQ fuur l'Al'~ fTRA\CI:n> Pn 1111 : Ul'l lr.111 'rARII ~PECI A~ POUR L.\ HELt; l•)l ~. CCtW(II« çb. , .. , •• : 6'tnM3 .,.,), Po-ar l« thtnt..-rof'nh •1 oJr .. u,c tn,~tttr fi) h>W. du JruUI,.ton. En· !Ju, une e:\f-cutlon mh"'IHtitu&~-. ra1Un~ . • Ginn Mtl-nt~ l .. t~•ll unt' 1'hr .. r-t-sc- msntisfai'e ct ltnobtt. prt:.. d'un m•rt ·~•millrl ch•ttt Cl d•un smant 'LllUf'ff'ltt prfméditant son crime afin d~> If\ d~ba. r~&Ser d~ l'~poux tro(l ~~nant c·('St ~n AlJPOl;}lt'k QU'e,ll lït'u ltt tournar~. dâns dt'S $tU. Ctios où lt :nodemilme ~ l'lns. ~-allanon t1. t•homog~ntlit~ cLl'équipe J)e'TIIÛ.Tt•nt •m trllt\-a.U plus prki• R~.S.Pf'Ct!lnt il Iii leUI'e' 1-. ro... man dr- ZOll. s':ttb\ehaot à wn • nat.ura1~ .. et- p3r li·m~~ a une des ~ cko l."'l trudu.1on du c1.nr~m!l tr:.nçaü.-;:. ~·dct sut tn f\Ure m-:».Jgft Q.llt>lt;tut"s talbh:~ st~ r~n ·tnrticuUer. eelk· d~ 11ntcrprétatton des acteurs alle. mancts qU.i .)cK1~Stnt C:tmUt,. et Laurt-nU une oeuvz:e- valabl\•. Cc.· fut sou .nu·the-ur lilm mul't. A UJOORD'HUI. l'udupt,Hiou de M"rc.l C"rn6 cqul était à Berlin lo Pl'llllll<r aw .. tunt. de Feyder> n·n (Nlcortqu'uvf'C des nuances). conserv~ QW: l:.l tnntie du Hvr1..• dt Zol~ f'edr. à 27 ~M. PNtn.l.Cr ve-ntable' tOJ'ftàtJ dont U devalt lul·mf-. a t- clitlqtll'r plus tard 1<~. no.:r. Cl"ur ~ns isSue. D-• .ns une a.eUot~ t-nansposee t:n 1963 H tra.ns:portff d'un v .. ss:a. ,.- J)S.J'iS!tn da.nt Unt' sombre rue dl" Ly-on. Qtrnt\ ·t f:On seènarls&~: ChôirJt·$ Spt.ak ont hum:&oi.St- le-i Pfrai'JDnages et nous les ont r('n~ dus sympathiques: Tbèra ,.t plu$ · ncoTc- Uurent.l'un(' étouf .. tomt. se rnourar,:t d•(>nntù pres d'un camille épousé par lor<le. l':mtrc franc. S:\in. mais col~rru": rt. vrolent. Sl. l l'tmcm1tr(> du rom~n. J-.' crlm• lei n'fSt pas pr~rnédlt.é. 11 n•tn reste pas mot.ns qu'tl c.sc. <ilflleile d'odmeme que L$urent clevttnn~. même. avec dfS (llr· t'Onst:lnct:s attéruaantcs. ra.s-.sas-. stn de C9rnille. crécu.urr. obscu. tt- rt- m~h:t.nte. Crux: qu1 eont'tl~t Lyon et 30n !"'Iii commem.o, vou.s cliron~ qu l' 1ttnoip.Won. y m JNrfa1t~ mt-nt rtndUt> Lu bouliqu d~ mercerie. dt-- 001' un1r.\l du nlm. re&Semble ~ IOUleS cellea qu'U $ l")SSil>le de voir <lftn.s un• ville de ~ vi~. Ots: qu•on y ~n~t~ ~ le• ITUChtment de J'ecran. l'lm· Pl'f..ISIOn dt Sf \•lv~ce qu'tl leD). ble eentlr l'Odeur parti<Uil~rc dN; p lfce• dt! tiS$u n~ut et ~ oc> Lon opprelé. L'on lmua t n~ pas il u tTd'IJ.Cn~ qujellr n'caL d6crite lM vie de 10 rnm lll~ Roquln dè.o 1< premlêres 1 nlOIJ'!S du r!lm. &ta tz:.1ltt dt ,,_ t~tlf" rontrel teJtornmurJsmt. l/1 Cornmunaut~ c~roP«.IVIC dt ~fen~· l!tn"-4tJ nu Comm.•a~tJrfllt /IJ tol4ltté de' l'a,mH tr R('l'lr~ mttrorJO! t'li• n~. rtt't"C te fJOUtiOir dt recruter j ktt oon«rita, ûo nor.• lr.;r lu otJICI,.,.,, da t:kr4cr du stationne· me-nt dea troupe1 <-t a. d•,t>O$er 4-'u'~ <'ertaJn. nomt>re d~ arolts trv'on rtllllll po11r illdi•pmuoblt rl l'e~14lence m6m• à 1une nation. Tout t·oml;l~ /lill. le prê-:4- ttent .:.1tf tH.Ir Al. LOt,f& V•1llo:t. '" 'tsl pu1 rlQ>Urt'U$,uuent valabl~. L•t L.V.F. n11 W>UI menait pas St /l)fn, un.;) Co Oo!oc. Et 1• Dr Hsr~ Ole ft •t ~

.t~l.Jourd'h.ù <"ODl.me &.""t'rtU.t~

d'Etat ~ lo cb&I:~Hlrro<' ltdtr>· 1:. !t plus pJ'Wh ... ((H13bOMU"'Ur cl Atoenau"!'. n-t--11 J)UDUer num .. tenant unr r~fut.at:on dC'S com· mentMrt"s aux !ols dr-- NuN·m .. ba'IJ qu'Il écrtv1t IJ y ·' vlntfl

\ns. à J!l dtm'l'nd~ dt>• dJrfgtants

hl~ll!tlen. 1 tl SC:ratt· nnH dl'. J'lttttndr·· 8 tant de converatous ,., 1'orr ne $8Ura1t compter &\Ir dr trls hommes pour ,..1,(-tndr~' h.•$ tlnm bées d•un raetstnl'" q_ul rte• S't•st pas ~teint dans l~t mf)turt• rn~ome Où l'Allcmagnl' Ck' 1'0U'"Sl l'~ tut ni dêmocl'attsér ni dt-notiCIM l..t6 la..:r~a~~ du d•u~ o:.( dl• ee-rn<:.'! s.~n: : 1e ~rcnt.et, •• )\lU• n• pe!nlt'-e. lfANKEL e te ,.cond LEASY. Vlt~KEL ~ auiPê ttahonl~on $U, lui dt., 1i$ uo eerU. 11 temps d6ji. Sa to:1;;!- t:u Salün o•,:;.utort\na a. été tris appr-#cl:t. SI on tu. a d~cc;o,lio O'IU coun ,.,. "lU (lll'rnieres

..
.•,~c: ptusl4urs prix,

e'en que son oeuvre, &a poinlu• r-o charnue:, aux rythmt~ vJo· lenls, vlrl !s , Rleine d'un temp6 .. ~mment Gxplo5'f m~lc bien or. Jotulié-, fa bion mêrit-é. ' AuiOut'd'huf, lo ptu; dts Amateul's d'Art, 'Vient dé eon&acrtr n renommê.e. Lli parti'-" des petits cbtv-aux: eompiHe ct ochève le tableau c!'uno ll<"lll<! bourseoioie $SIU '----------------------------~ ptraJII'Cllvt. hargn~,,.. et routi·' L l V R E S 1 "':. po:rr..:hon dons 1e <~•eau. ,_...,. ____ _. ...... .._. L'oeuvre de Joseph Zobel \lM partai~ direc-tion des ;w..

~~p;~i'Charles 11 octobre 2013 à 16:34 (UTC)!~~ Un réquisit oire contre le racisme

un tr•\• bon film fr.lnC1iô. Il T~"lt.·• be.:-.ucoup de choSt~.s è. cJtre • C'5nemQlOfràphtque~nt pnrJnn' • d(' 1·oeuvre de ZohL Nos r6nljs;tte·ur$ pourraiozu en· eor,. y pulser d~"S rujcts émtntm~ mtnt PQPitlnlrt$ ~t. éminemment J~um{'1ns c. M. • Défense de la Paix » l~n 'tl'ttt ,,ui fmi 14' tuut flu mc>nd~

-

,. ~ .. ,_iiT dr ... ., n·• li ,. ............. ltl; ,_./,,,.,,~, rwc,..,. \(\\1. lM... 1•:a : Rt."'"\ l$()n_ 1• ( ,::.IJ, •.>f.•"'" 1• /,.Îif, lficl•r•·l II•IIU o"--IJ• lu~l*'• 1/r : 'L le! P~"'""' "\"lto:'MU u:u 1 \II('IU.o~an"• : \L Jl••ul J:(JJ. I"\, .;.u;,ll'llf" ~•ri•li~1~ •H, I ~<i·t~u·~ : \L t:iu~rt..., "XITTI. tlh.,,..l thallttl • ) 1. Philii'Joeo lJ \n. H.f.:)., MtuH6 l;.R.A.:,, fFr.u••'f',, 1.•• 1•11)!•• •' 111 #l#'rl't' •1((1/IWJI(~ : Olm Au!lr.•u G \(:f,l!tt'•· 1 ... , \;lffDna Va1h'-'ll (Jill ,,...., 1l1• t" !!ltl.,,. : lll"r.-L BR' \."\ . l m;Jt• ~ tn11• tl'f.'"'"""'"'· ;; .. , ... ,.,,: · •l· 1;rgrr.••• t,U\' ,_,. ,..,1t.,,,. ,,,. f •• ,,. Co'.I'U~:in JI, , ... ,,: l11 '"""" " • \l,,.h,l v,I'.I,V. . I\ER. ,,..itd4 it·rilllf,_,. : J.,o ltfl•llf~ 114' (,~yw le.xfTIIII, : l.io.n f'F.l"CHTI' \ '\t.f.R. "" ·~ 1.41 •111 P01t•· lia/ci(), rMr 1n,o... tf,, : \ .... ,. rR-\TOI.l:'\1. J:~rt l.iw. ri-rif irrHit : \M-1 ~E(;Rl.R...._ u,_.,,,. "' n.t.inlrMIIlh Tc~'"'" : )I~Jf~ n \l \ "\ \"'\0. J ft 1 ltJ,.,. Hl• ptv Ulf ,,.,,..,,_ ~~oPri..,i- 1/11" ; olin \ ·r1oY. f, •l"'•ttllll,.r-.o llro llf nt~Uk otto 1• l•tlHI t Pnul D \W::O'. /.o ol• fil' /m,•t dt'll 11'"' 1 : J)r~f,... •( nr J.hm AP.'RTl'\. ' ·" 11111r dtt ..011 : (."r~" t., lo ,,,. CEOt'VItt.. 1,4'/o lmrrf.t1111 Pilèll)l' : • 1>< J, 1 .. \ f \RTl-:. /,ot 'lttmll•tll•' "" Y.cho••-$ : l tt~ n IJ.JoX.~lR. ·- n .. n. '"" ,,., kl"'fflUC',. ri Mbliorhè-q114't< dt- P•rif. ;\b,...,.ill,. /,,. ltiu•~'• ~ lM fron-r• \horlqn"•'" i c l)~frJ'br 4~ l;~~ Pai"\. u. ,.~ \'hi,..nu~ P\RI:' f!'l • 10.. 6 ·~ ,,. Il .,j_,. . ~ ,,. .. t;.. •:. r. tl;~r l'.a:rl- . .,~iM"" ~,.,, wr û-,H~ q...,..Ut R t:' TkA.\'T tir lu ,.,.lllr on· mir Ile- ' ClJtnil~ .\-(1/rr,nul de l~trll'llh.'i. ï<11ttis J•lttJ: ttà' 4/'mtt· jtmrnt;t' pur Di/lf!llt~ /Jic'/1 n•mt'lit•, lll(li.~ Jt' ~·mllwi Ure q;tt'lcjt , .. , fO#_ts tl<+ l;l La Pé/(• Il Pl•n ( 1). )•· i<'S ai ln:w 111/ttf.W ·;l'ulh' trut'~·. )'attrtfiN t'oUftt l'fJftftflifl't ÎIIIIIIIÎÛifl((.'nfi'!Jf /e· ... ~tulrrs tt'ln'f«'S tic j(h't•p/r z,,. hrl. JJ,, ... 111 stmmm• tJtli ·tÜI'il, jt• /i., f.'tliJilltl-~·uw.-r m·e~ la mi· Jrh j;•h· d Ill m~m•' rtiJtt.' d~ La rut• c., ... ·.~·.\'t\Jlrr, • l2) ,., tle D•u~'lo! (:1) l•l•i /Ill intrrdll u lit Murlinil/ll• ). flurr< ttl!•' dt: ltl$ ~r"Jrl,. ltdilb tft- main dr mmtrr. nt J~rut·t"nl t~U"upptarlr( 1t1 JCJi( l t'$ f WÎ f fii/I:UIJ l'Un/ ('fi:S• nrJJn. /-'~Ph z,,hd lrci/c' fr~ pr~Mhn,• .. dl· p/11" tfi plu., /nrgrmrnl. Qul'lqu, s unnc"·<. pitt lu· d, li' jrune homme· tilt\!(,/ à ttlr!.'l r tmn :ums. ptnrëlin cutuum\iruttl't<;-, une hnur.,t' pour NJIII~r:un S(',<i:. c~/uc/('$ d Pmi .... Il tt· l'li' IH'c.'l" ]..·on nnm tl'<llfllllt•. /ll·"'ff'lt Ha.sxtlm. rt I,'IÛ tlr1jct ,,. dt I"'YM /1 1!~'{ S('llf t'/ tlt1i/ ,v'm/tt/}(('1 till jrq1d, ù 1(1 .;;ul}ltul~·. 'l'·' tlt'fu. p!l!n( ltt., âifiH'u/U,<., dr /11 l'li ti Paris. la 1•illr mhumaiur> rf 111· <lijf(uuf~· .. \lai:o romnu· Oiqh't~'. jfJSeph porlt t'tl '"' WJI (:r~o~rtlr rhâltur. Bil·nMl lu t'Ille' "f!iJIHctnist. i! dicou1·u· l'ortt./1(', /c• ptllt• trrnps. fom,ur. Commr Viab'/c: dans ,,...-,n ri/ltlJ!t il orr.11nllr t;tlr joytusr rntr't~itf,• c/Jirt ft"' ,:tu· Jia.nts onlilluu. n/ll((ltn • ail!:trit"' · t•irtnnmiol • jrfJnran Lt li•·tt C$1 n'hi-mt•nl, dur d brulat, ('Qmiqur ,., trmlrc·. am,, ~~ pu di <lill', /VtJjmtr:-. (Opln•mrt LJauftut mtntil dti, p~III-~Jrr·. llUimrcr f,mrJq;u•foi., ~·":a IJlnStT. .ifai." f,·s com·ersolit'lh t':s.iudlêJII· lino: ~ont purfc'i·" ttiJ.w>lut.\. /Jt .vr-s pt•t ~mlnuttes sfllll des élu· .lùml~ dl! ronUur rp:i f<'S-'>tnleut. rux. riWtJUC jonr ,,.,,. outrmrces liu rdcismr. /fJst."ph Zobt.'/ ur mtirlh po~ ~t'· pt~rfilr.~. /! fu#iJ.:t' lt·,.._ rnc·ù;il'.~ qutllr f/llo• .'i(JÎJ lU roulellf dt lc_·u, ,,~'ttu. Cddi qui ~·if(l/t• tt r•.llli tJill ·w-"ctil -'t' n,chrr CtiÎ. dcm" Ct.:.· /rOt!' lil're:::; dt /tm., tri'.\ df/f;n·ut:~, vui ~tml trfJ;s f'i(JrtÎstlcnr~-'·· 7 roi ... tl'!:J"rc·, it /irt ri â fnirl.' fiu. Et t" on'il julll .. num: spufif;!lltr, lrmx '.\• rcllntl-t tom11n.J. Andrée CLA!R. ( 1) L1 T rthk rcn~dt• {2) Ed Jean Fro~<•arr {:-l) ~'Ju\'elle:;:. ëd•ti,n~ htin~:;~ Dtw... lJrab'f,t • lnuultul t'( ~ i'lnr~. Il IWII:• <li-prin/ ta rie 1.1'm1 prltl Pilllii{L' cfr pêchturs à.--------~ /u.ltnrlim;tm._ On le· HJ11Wmm; ~-------------------------· 1 s1 un J' Nttl/. Hl IJiulï','ll Charles 11 octobre 2013 à 16:34 (UTC) m~grr awragt•u.-.: rJ•ti n•fu.~t· Ill' /rdl'ftiller C01111ill' lllt t'S(UU•t pour ,,.,. a.~kcl,ç (Ir.\· txploilant... MttllfSJ, ,, idri;duit ww jUj't""* i'll/t'rmk puut Je ftht·ail tlllliJUI' f'Ollr fl•, Nlt•s. C"t's/ luut nmu•(nll, Si bh111 <JII,UII If.• t'i// df(tll'!i s.'t'Crlnm.- \lt.s!t( .' Si un fleau jour. /Ofb lt ni~tt Ju mondt l'ttt:lairnl ~t: Jttnnrr un roup d~ RI41U fo/tiiJI(' (11, /t'-"i U/1'0 t'lUX OUfrt~. !-llltllt ,.nrrtr •·irfoirr. hrrn! l,t., rrtt Cu~('~-.Vit.:rr~ mm rtJr,.u ltr <lurr lulle de m mmr Twr! 'l"; r,mJu,/ ~un pefil. fils /.o~f JU:iQtt'ttrt haaaltt«· r(:ctl. él (' lrarnlltc• sur tm rhump d~ ftrnm:,· mt t'lit· ut· 1't.'UI pas tJIIt .on prtil-/tl.' l'ù'Jtilt' à sou tour . Eth• n'a pu ,.,,,.,w Dia/J'ln

.·t /ilthtr cf;' n'l c:s.·Jm•trJ,:t'. Sn

fille ~st dwrtt•stlque. Son pelilfil• J~it lir• m.<lrutl ~~ librt•. Ellt met1r/ ilt• .'f('S prü•rlli.h•\ QVOIII le wc<'i' d• J~.<é. Lt /Qn ,.,tt calme~ Lt lit•tt r.,t un riqui ·"'"o;tt implacablt. j(Jsr o donc t'U unt • njattu tt 1 nt aciolt~ctn.·t: trtt dur~. mai$ t'dai[ $'df'.'Ç 1«" $0/til. Il ())'ilit ratftdÎOII dt' ~n ;twnd'mi'rr d'11Mnl, de '" mir. rn•uite. 1 D imurwhe 6 l)écfmbn· 1!1!13. it 20 h. 30 salle Plt)'el, '!71~. tlfl 'tu J'.tlfh,••II'J./ _:-.;dfii-JI••J•••h GRAIDE SOIRÉE DE GALA au profit dos Mal~oni d'Enfants <ft Fu:iflu st d:e D.eport•• tir· 1 t:(l\1\II!H•.'\ I"E:'\TI \I.F. u~: l.ï·:"'\!-\Xt:!-. AU PROG RAM ME pre•enté JIRr .\ndrc; CHANl'. de la Radiu l'rançol•~ ROSA Y Frnncis CL.\ l'DE 9'~ e<ti~to de!' l'tcro:'\ lo'! bt•iKWt:t <tl-~~ Irène JOA('HJ~I Lucienne JOIJRF!En ~ Opoforo-Co"t\tq.JO <OI'trotriot~ c:t. l"()oefo Pierre DAC t" .. nt .nb de nos ro~·<'r• dcuu. • no doM« Ballet de dh•c•rti•· en1en1 a,.kul~ ~~ dix petits rlll~ de l'Op~nl àloriuh IWNI lo tro.gêdionno ltro •I1C1nn~ le-If~ orr~uc tc»l..rm~.:: )1 ichelc BOUSSINOT otonht~. tour.001o du cc.ttcou JCKCt'-!Q Thlb-;:uo .. Mor;\lcrlto lono rrcm ~~ Pnx lnt<:mctionôl \953 .• EH ~ BARJJUS oron~ pePe (.'>1 d·&qo.J1" 19$2 Les blllata ' 200, 400 et 600 rr.ancs sont à relire!" i ta COMMISSION OIN.fAALE DE L'ENFIINCE 14.- Rv:- <1• Pote4o· - '.t.tUS·X· Tt! • PRO ~47 • ~-.cl Auention ! t:n •••·ht' ,,,1 Ir ;rr(!;nu ute· 'l'li .. t'r".JI w•ndu 111 , .. ,·u·-.. ,,~ 1 •• .;: ~. \ •••t" l'"n n>'l MJJ!n' un l1,.111 l.lt.INtn •fa 1 d tl \o)y.;t:n• ·l"' '.t ltttlr-. eon \1Jtrk1t" t,, lh •J.:•' auro1 iC'II d ... u ... '• ~-•l'• - -·- - ------ ------1 Sa toile primée repré.un\a un soldat. du Bey. Dans df'$ O.PpOthlon~ otees Il' rouoe dt won!• • •OU•ft~J •ye,ç •~• b l•u• for.c•• t't lts ortJ- ccnd.tM. Ce sltnl)le soldat lraltt aue- S&r g-esu e-\ re .. ""'ue en mtmo temp$, pat"alt d'une calme ;nndeu,._ élfg.ant. ~u,.•n\-11:, LERSY, ~:>Our sa nal-u,. mor~ 1 1• c.rucht '"' polnon, e-et d.lgn~ du Prix dts Oo1Jtct.1onn•urc. a:on que du premiei' :!.bord " r1ppo1lc tes dessina dè Buffet, •• matlëro e1t généreuse-, 1a fac ... turo rich&. Parm1 les oeuvPes exposéés1 plutleurs aont d'une t rês- hAute tenue. Rame.rquons en pPtmlor Hou, c&lh> du pôl'e de Ya.nkel, le poln,,.c Klkoine. S on paysage ett vloou,.eux, plein cfe ~avcur, do fra1choul", de lumf~M . Alde a une excellenle tolle cbns laquelle cer\lllns peu~-étre trouveront uoo do joHes••· Tl'ès bonne au&! • ett celle d'#tdnet, la, petJ .. tt fille au Ngs.rd in.t.nse, profond. De mëmt la grande tolle Ce Chwat1 lU bleu UUNi e\ roi.Jge wlol~ci, d'un rapport. de.s form" et d'un "h.me cap\!· vent. On rfltnarque ta t.oHe de Simone O.at, ric.hc en at.mos~h6- rt ; un lntirleur \l'ès robuste do Car• Cot~a. ou un plat, uno bou,eille, deux fruits, font. de .. v ~"~~' l'lntlmitê. Capi"'n ut -mttfn~ euatèr-e, moins vide que d •h:~bl .. tude. Lo tableau de Piketny, l'excollent fJoc:re, mêrite un: attention parllouliêro. U e:J~ tou\ en douces harmonie$, en aubtll1té, d'une tumlno-3ite intérieure , en t?.,, veloutes \l"ès agPêat>les.. • Drle_. en tort, convainca"t· Ooldenber-o l'nt moms, ~i<J originale, d'une peJn\u,.e. Jnqutè~~. un p•u mystérteusa. Pein:~.dn et\. <fftnnu piu' cbi,, m~:h: n'J:·t·ll pu perdu de ta protond• ur '! Monlltr.t t.tt t.ôlidc, mouvt:mont~. Z~l1d~r tit touJours radieu• tt donno da.,s le formalisme. Thto Kera, brillant. folt oratnGre un 61olgncment. de la pelntttro flgUNHIVt-. JI cu Nt{Jtetla.ble quo la t.cllc d'Ar~ov , qu'on préforo dans sea payuoeG, ait. ôté si mal a.coro ... oh6t. I lle pos-sède dos q ualités. 8N1un•wlg et Mondu.a1n don· nont dea portrait.a dans des gamMOo bien dlff4rtnt.es .. Oc Che .. reau, acutel, Jules L~rt~c. ae bont poy.sages. Sc:hedlln pens-ait qttt d'~a joutnaux. emp.llé:s lU un a tur lu 'u~:"es pouv.titnt for ... mor une pe:Jn;u'"e intère~s.ant.e. Thompson prûente un bon fnUrieur. L'Amateur. l..o Centre Culture-l aupHs de I'U.J R.G". vtont d'o:-g-an.h;er clar.s tOI loo.au•, 1-\1 1~ rue de Pattadia, uno oxo0$itlon l laquelle ont pria par\ 715 pein$rt:s ot aculpteurs julfa. Lo tu;ceh qu'elle- a connu Otait Jutsiftè par de nombr'-éux el b-ona envola, p"'rml le.squoJs rappclont. StlUIEm~nt c ou x d'J\bordam, A~ l en, Anlohtr, Mme 81Nmen, Betlowf, Blond, Mme Chobch&), Chwa\, Doêtyntkl, Go1dle.otn. K1k<lin•. Kil"uenb.sum, !<olnlk, Kr--e-migre, Mant-KAlXt M~l'le.itl, Mme Mua-Mot>dau, M!lhaud, r.tm~ Ge-.rm.aine Nord:rnan, Perelman, Pereu, Rubinstein, Schw.utt-AbrJ$, T•1çnu, Yank•lw lartln. DR OI T I T l- I BER T E 1 ses cc propres funérailles~~ GRANDE MANIFESTATION D'UNITÉ DU COMITÉ JUIF D·ACTION CONTRE LE REARMEMENT ALLEMAND 'Puisqu'on. 1•1 ne vous le ~ . dit pas •• •• N'oublions pas le passé Lo calendrier allemand d\1 ,otda\. pour 1954 a donnô un• pla.co d'honneur au fold•tn&r6ohal VON MANSTEIN, celui lA mèma qui f it ederml· ncr tous les .Juifs dt SIM· FEROPOL. lors dt l'avant• allemtnde en U.R.s.s. L E luncll 16 M\'Ombre, ~ Il Mutu>lit~. en p<nétrant dws lo 6'11· J_~, on t"~t frAJiJl6 p.mr Jo Sérieux - fiUI n"ueJut. JXlS l'tn1hou· , bWIDO - ~0 IO foule qui n roponclu ;. I'OJ>pcl du Comit~ Jult •L-\ction coutre to 1\éarmomon& Allema.nd. Les hommes et Jo:j rcrn· JtlOS J'assemlJttl:; loi no sont p3s mt)s J1-3r rfdûo •lo vengea11ec. Ils ont soullc>'L pourtant. Us Ont o.oo.nu - pour beaucoup cl'onlrc eux - tes comps d'extermlnaUon nuls oO, parmi lant d'autres, G millions de Jul!s ont trouvé la mort. Le& resc~ptl$, chJlque !ols qu'ils évoquent ce.s souvenirs, voJcnt encore monter lo !uméo dos or~mato!• ·os comme Ils •·ovolcnl los pltoyobles cortèges do ocul< 11U1 étalent menés vers la chambre Il gu_ Parml eux : dos remmeo, des enlonls, des \lelllord•. Tous des ln.ooeents. A leur$ e6t~,~ dCJ bn\"d ge'\S dç p,-ance, des JWl• tL des J:O'l· Julrs. dts Noirs aus.J. Ccu:t •:'.li (,nt cns:t.ë-c hlor Jour \'le Jli)tJrch! i~~er. J'\'m·ablssour ot qJI fit •·~vqltent à l'ldôo quo d'""""" voudraient lui J'tnclro ses :u·mes meurtrières. t;;. u;fmt cri monte de t\~Ue f•XJie ve-rs !ta orateurtl. Uf:u ~nrint

a me· •cc quo rtprt~<':'.!t

lo r-:.:armcmenL lJJ<'mAn·t ro c:1i e!lit t.:.C'luJ d'a•v peuple •ltJI lnf, conlr.1h'<'me.tt ol ocrlnlns JJ .... r cmentnlr. s ct ~·ollllelons n' •. V·'p.. o..l. 'du !bi en ail oL en a ..t n JHl~·:;. Les orateurs de toutes tendances .. ~eCRL'\SP.\.'i Ill la Uste 1"1 noJnbrcu~e dts J)CrsonnMitôs présrnles : des hommes de tous los horrlzons (1ollllques, des 1!3Vant~. des 4\'ecaf!, des <:crivaht.! ... Vuit-i lr-s (l+·Jt\11~~ : \1nl"<'Ot 11.\DIE (ll-1dlcal , lltll·i C \P/' fA:\1' Unc!en tnlnblr,• ;. uJJi ... ~l!} . 1~ ;:•~n~raJ J•J1.~ • t:.L•; • ri\JIII.IIon1:ol<') , ,'\ndr' tlt:4•:;.,: Pl.ll.t>. . lloloerl L.\COS'I'E. aoeltn mlnl&tre S.l".I.O. i1 cnVo)' 6 un mes,osc. vlcllmu du Mzlsmo. rn qu>IM de cllo~·cns fran-;:~ls ~ul almcnr. leut· palrt~. nous :n·u:u le dot \'Olt dtl n~>u.:; opp~ei' t rumé\l curopt~c.nnt. c.Jerr;:;re l.&quelle ... ., profil~ nelletncnt la \\'EIIII~ L\CII'I', teno que nous l'ovon• connue Il y n peu de temps. • M Anda•û OE!I!S, eépulû M.l\. P .• Mtfi'IIIO CLVCO neUclû, d(:tCn• dnnt uno cau:.o à l'euMotrc de la mojorllû de son pori! : c on n·:a p:~.s 1e droit de. se dl1· robor ~ ccr~ne< responsabliiU- s... Il est indispensable do llléth•o tin o.ux llnf~on!smc$ co fCUrOJ>O ••\I QI:;: la ,,::trmcmout O.l· lcml'lud 110 nu:•n(\ )1' s !\ ee...'. :.rprti$ Ctncnl. UJcu nu ~t>ntr.th·c. ~ A l'tldresso dtl3 1)'\rUs·Jn-; dtll accord-oc do Uonn •!!. .tu 1"tJit.t \le Parb. U 1.1nco : c Pcn,.-.z..,·out> ~l'J') •~ pt ur ru dr }'rance accrp1eii1 de "~ bJl· tre J)f•Ur rendra ;, I"AHcm;u.,t:IC lJrt't.ID\1 CL J(~nl~berg ! ~ ët Il r~pond fl\'CO rvfCI} : 4 1'\0~ t » •••

\l~dumo Ma.xa. XOR.O~\U pule

COtntne te01me eL eommo mi:· "'· A\'to Le•ueoup d'émot1on elrn o\nclens Cuml);altants Ju.i..[:::, qui ne sauraic.nl 1d1uct1re de \Oh- leurs ennemis it:OugutoaJres û'hJor• de\·cnb· lcur·s frürcs li'G.rmcs do dém~ln. ••• C'<>t au lour <le nen.! C.IPI- 1'4\~1\ ane1en minlilrc de l'EdueaUon

o;•uouale, d'apporter sen

témolgnaue. Après ••~Ir soullgn6 la ntlcesI!. H.: de rendre \'Jgueur 3u traité d'amllté fran~()-SO\'Iêtlque, J1 termine p4t uu OllP~I à l'union cont.rc la menace (JUI pi:sc sur la France. •"• .M. SCUUS~l::L:\1#\~. 'Tke-prè .. •ld~nt do b. F.S.J.P .. Jl3lle en ~vn nom pcnonne:l. M:&J.s JI es-t certain quo l'en6onablo de la F. S.J.I•', est eonselcnle du Srl"e danger que •·oe~lcnt los accords do Uonn pou.r. .l.a Franco. C'est nu tour du J,.gendat•·e hôros de l:l J\\?!lst:an(r. le sto~- 1'111 JOL'\'ILLE. mtmbre dU Colllilû Central du ParU Cotrui:.un! Sie Fnnç•l•. Apri:s a.\'oJr ~oullgn~. ü i<tR tour, la n6ce~Uü de !'l,mton, l'ornteur souUgno : c Depuls un eortaln temps., on rencontre sur les rnemrs hibun~ i <lts gen!l <lUI sont sou\·enc. oppos~;g Je.s uns au>< antres. ll )' Q long-te.mp$ qu'on ne t•avalt YU. Une grande Corte noui pousse le• 1•1rll<>n• do la C.E.D. \'lnc~nL U.\lJOE est un and1·n c.I~J~urlt:. U conwrcnd lct4 r•ll•t•lllli tjUI out anlmU l'ArnlcDlo t.lc~ Au· clous O~porlés Jui.Cs de I•'I'QHoe qui ont pris l'ln!Unllvo do l'••· tlon. l.o C.f:.D. onnonoe le rhtlt du milllatl!lme lllllem:tnd tndlli•)JInel qui, d'or•s ct <l~Jil, troU\'O ~n cxprenlon dans les rl'l&nl· le.lollont re\•one!Urdos ~UI .o multl(1llenl outrc-1\hin. Des mosso(les ent <'hl a ·o~Ul, notannnt'nt do .1\L Emllo J\,\llN, )lrl-sldent de lo Ligue dea DrOits ù< I'IIODllllo, de M. Léon L "1'0:0:· C.u;x, pr<!>ldent du ~I.II.A.P .. d• M. 1• prr.l•sseur t'uy SCII.\TZ~ I.\:'\ tt du gr4nd ~en,·.>Jn .\ndrli SI'IRE. Ill• OJ,t,i~t&L elôlure la ~:éan· co ct Il donne lecture des r(·fiJJ· lutions oondnnmaut 11 ratltlcoe .. lloJi dot (aceorde do Bonn et du TJ'i.dt•i tlo P3rls. CciJt>S•cl cont ado(Jl~C6 par \lceJ.:un.tllon.s. Le tn3gnJtique meeting r .. L n. ni. L'<ttllon conUnuc. Le Coulit6 Juif d'.\etlon contre le R(-ar.nt• u~nt All~mand préJl3,ro ua ru"moire o.u:c. d6putk et met on dreuJollon dos list .. do rcllllvn. ll utcra do tous Jes tnO)'cn• tn 801\ J)OUVOir pour t3h•o entendre 1~ vol• du judol!ln~ !rnn~ol• qui s'uPJ)()i!iO tau ré:armemeol dr:s <:tt rulnels. nu.Js. Henri BULAWKO. Quelque s décla rations de p e r s o n nalités : Léon Lyon-Caen Vous anz raison d'insls\er sur les motifs plrdculiets que res Français de confession Jsra~U\6 pe..nsent avoir pour s'ilevu eon· tr. ta NconstituUon d'une ar· mée allemande, quelle qu'en soit la forme, autonome 01.' fntigrôe. Le réarmement allemand, c'ett de toute •vldence la renals.sanu du mlliUrlsmo allemand. Lo militarisme a montN, pend•nt la do,.ni4r• ou••,... qu'il étolt fondamentalemon\ lmpr4gné d'an• tJI-êmi\isme tl YIN..It • la des .. 'rueUon1 P"' les moyens les plus barbares, des Julfl dans tous res P•Ys oeeuph par aes armi::es. Les faits trop connu• monttent que le$ futurS dirigeants de l'ar .. mée allemande n1ortl flen perdu do cette triste m•ntahtè. D'autre part1 11on uule.ment res unitéS allemand" de la c om· munaulê Europ6enne de Défen .. Prt>i<lent du MR.A.P. se, teno qu•eue est ptoJe•4o, .... ton\ nôcesulrement a.ous 101 ordtN d'anciens officiers s. s. ou do la WehrmaehtJ tes seuls en Ôta\ actuellement de prondre un commandemen,, un grand nombro anctens crlmlncll de ouerre tlbérés ou grlolh ptu" los a1116,a, 0\ non dêna.zlfiés ; mala enco~";e, les unités amelo,m•••• comprenant éven\uelleme 1\ dea miiiLAI,.t frança,is;, son\ appelées l 111 avoi.r pour- ohtft. Volt--on les boUI'ftiiUJ; d'Ascq, d'Oradour. du Ghetto de Vauo· vie, les anciens commandan\s d&.t o.amps de Struthof ou d'Autohwl\z, ê\ablir leur "•t .. maJor 011 Fr~n ce, ent.ror en con\ act avec d'anciens d'pol"\•• ou , .. dtscendanb de lcura anclonnta vlellmct:, rlsqutt auul de conwmlnt,. dt$ Fr:ançalt. appc- 16s • en\Hr- en ra:ppor\ avec. eua, Emile Kahn. Pré>ideul de la Ligne des Dfllils d~ l'Homme cl de r~nlller des aenUmen\.s r•cl.stes e\ 1nt1dmltC$ mal ê\otnts ! Pa,.eilfc altu:u.ton revolte c.-op protond.êmen1. ot la raison et lo $Cntimen\ pour quo, devant elle. le Judaltmo rrançais qui a tant. soufrer\ do l'activité gu(lr· r iêr-e allemande, no oe dres.so pastout enlier. Hoberl Lacosle Drputi, Ancien Ministre Presidcnl du Conseil Général de la Dordogne L 'EUROPE allemande qu'on est en train de nous faire n'est pas l'Europe : on ent~ tient par celle en1reprise ce que l'on appel!• la guerre froide en consolidant la division de I'AIIemac"r <1 de l'Europe ; on noie la Pronee dans un ensemble dëséquili~ré dont l' A!lemngne sera mnttrcsse, c'est .. à-dire, en réalité, le~ gr:.nds industriels germaniqc..es, expansionnistes et bellitistes de toujours, et des poli1iciens dont toutes les pensées sont contrairts aux printiJlf'S de notre civilisation_ démocratique et lib~rale N aux idées socialistes . l.t projtl que IIOilS démus- mi la /lt>.#algie de /~ conqutlc quons csl, en ses 132 articles tolulltaire tl l'uvidili de rtvan{ sans compltr t~s prolotolts ad- che renaissent, elle lts tnlraTttt dilionnels) un oulrogt à la •·t- oux m•tnlutt$ qut tes rtliDn· ritt. Il a eti eonru tl machini rhurds seront mailrts de pro••opour faire trairt à ta France qutr. A moins que, suivant dts qu'tUt se sauve quand elle se pr&Ments inoubliables, l'Alleperd. Rédigé dans t'ombre, de- magne réarmée ne conclue marmeure longtemps le secret de ra- elit avec l'U.R.S.S. el JIC lomne A d "' s • rcs initié$, if a suffi d'en decou- tOlllré f'Otcidcfl/ les armC$ rf· n re p1re vrir en{/11 te tc.~tc •pour faire ruts de ln candeur de I'Occid<td. ülater fe sca11dalc. On se dt- Il y a des heures dans ta vie Erri••Oin mande qutls esprits aberrants des pcuplrs ou tous lts probltont pu ridigtr ttls artides qui mt$ politiques. lou.~ lt.3 ctasst- T OCT Charlesn~•·n tram;al5, tout he-urtenJ lt bon stn.s et la sM- mtnls poliliquts. s·tf{attlll dt- hormuc • h,uu1t 13 ftan('e .ibzlilé nafionolt. qutl l'eni t•ont unt qutsfion qui Snt.iil lts nf" 1~uc AC'tf"r,1rr des fll- Il Invite lu fu\uret tec. rues â c g;u-der le fl.OU\'Cnlr dc!OJ ,c:r:tndJ.osts C·"iJHolt:t lnt .. lll.llro:l du p:l~st~ JIOUr mteut (l ...... utol· leur l.tlt•ho i• }'O\'C· \'Cnfl', » Comme l on fait son lit Il Dana ce mime c.a.lendrlet, VON KESSELRINCJ lU\,. \ mar,ch&l nul iotit: cQue 1.1 nOU\'C'liC \Vc1JfJl\Qehl Foll r• no;Jilut-e sur lJ,te b: )fi> lnlcrn( l,llonalc, cela ne nous prf.OCI'Inpo guère, ln. .1CUIH:$· ttO Rll~mandc. $AUI':l y (Otto son IlL 1'omme cllé veu~ sc ('0\lcher. • Noua ne doutons p.as qu'entnTnée l fa suite cl'vn tci.SSit..RfNC·, la Jounu•• allemande ferai\ son Ut. R \ c'est nous f:lUÎ atrlonJ couchb... e.n joue. Le Dr DEHLER rappelle l'histoire Le Dr DEHLEft, ancien "tlnla\te de BONN. dttmandl • la FPJnce d'.}W• plrJ i comJ'" I!":O"!'.ive su:- l.a queaU-,n fie ta, Sarre : m··~·•r:'IJto: •t'lui 1 ,, •t' ,.,,urril ru1,·lurc ~,.,._. 1'\JI('m:.~ue \lnc am~n~e : commo eue n'en :1.\1111 Jt~u,nls C(J IU\110 depUis CIHulemcapc, . .. Cha rlemagne l'Européen En eff•t, Charlemaqn• avait çons,;-uit l'l!ui'O,_ av•nt la lettre. Son e mp1re a'ittn· dal\ de.s: deus; e6tis du Rhin ol m6mc un pou aur- ••tt•Ho avec Alx-la. .. chapctlo pour capitale. Mals ce. tOt un chltoeu de table quf oe lui survtcat pu. Le Dr DEHLitt oubHa do le rappeler4 Cela le dtt• IK'"" d'en tirer tu conclu• slon1 ... historiques. N'a•t·ll pas ô~J• oublié la s.or' du tfi• d'a••tu.gle doci/il~ a pu soujfltr COII'itirncts, "et lts boultl'tf$t~ l(•nh:-.; h\lt\lllll!H•)ntlt'~ qut per. .. Rtlcn. sur lts homm(a qui y ()nt mis ç·o tt~ le! ras de l"affairt Drt)t.. tnètt.rnl<·nl A 1'.\lh·rMrne t•mnl..$- lturs $ignaturtt. A1•trtlsson, fus, de Munich cl. plu& prfs de tlt~l dn. '-<'.; ~·rhur!+1 t.I'P.Xelet>r ~on tB th <tu.~ des dcu.t AUMibl.!cs qui nQU<, de l1a{{airc Roscnl>ug. eonlro)le •ur l'•rmf.c lr.nralsc. • •• e er a rati/ltronl por lrur •·of,• dt$ dis- C'"'/lc ro .• aujourd'hui d~ Id c. de <IO:tnllrc •• ,1-tcuoc de IJ ••• aux grands pieds posiliQns Jtlks qut l'llablisst- E D. A lurs, (htuun u lt dt••oir tlt l'Nni"<' ~o•uuuntJ ftlliun ÇOU\'CI li• Le Dr OEHLE.R nt prend j ntnt cf~, tomn:andtmtnts ollt'- ,)c: pronont:cr hautcmtn! La LI· nt. Pt Il rcn!.la~JttH l" ·,j~JMe tn de l'hbtolre que tt qu~ 1u1 ,.~ tn Fro~r~ or: ta (Ompa- S:Ut ,fts Dro•ts d• I'Hllmt::f, RU 1>1 tt <n •1 1 ù~ •' V!'O$Cr ""1 coo.ient. 1 rat:on obl ~D/f}1rt> d~ 11oiJ.tll~ 4t rnt!aru Dayf(u. /id ~ b d ("laneh hl# !'tt d untt Dl tlf'lle Ah : une France~ • lhfe a jronrais d~ro.nt dt tonsclt.s d~ rtJprll d~ l'A(JaiU , .. ttJIIJft, - tTe rU 1 1 ,,. • tl ~ if I'A11emagn. awee 80NN .,_,,. fUCfrt allnr.at:d , qut ltur nom ~Cntrt bl C.E.D. dao.s lt ra.rtl dt. JUit b t"<.• splrot n ~tt-,. hu .. b. u.p.u.le 01. BIAftRfT% 'f' +fle ct ltar g~tt nt lttont pas or:;- /o 1lnli, dt lo d~mocralu tl Jt tiu1nc~r ... t'l t.let 8 n\:toUS.. C(..n·J front16~";e ... \'old lfrnc )1.\X.\ :iOIID.\l .. arUsl·~-pein're. -'lme- DrCOUROI: lll'iCUE, "a ~ e 1 nérul~ de l'.\...· )(laU D dtt ··J.m Il~ do nHJmi':! e.s ll.a.1t.1 rts -.cS.e JJ. lléoHUIU, ~IlOt L\.\ \\T.I:<TR\ Cil dU c ILICJtllUE!l- 11.\TZ-UI\ ~. wu,·r d'un hü~ ~c Jo Résl•toocc. J;;t pul• le pr<>tcs• cur IL\DMIARU. <rut csl ~· 'outcs Je~ noblrs lJO.IâiUcs, 1'6e1'l\'nln .rean t•nt;vu,u:. le prore .. cUJ' .TA!\K"LEVJ'rcn, de lo Sorbonne, le Or MODIAXO, PréSident du c. Il. 1.1'.. ~~· SCHL!SSEL:IIA:<, vlte·pn<ldtnt de la FêdêraUon dos Sotlélés Jul~es de Fr.a.nee, M. POZXliXSKI, Président de l'Union des Soolotés Juives de I'I'Onee et M. le Dr WlliSBtmG. secrétaire général du Comit~ Juil d'Action contre le MorDlemont Allemand, •1u1 • eu l'lnlllollve de eetto m•nlrcstaUon, rl d'oulres <Utt)te, tous rass.emblé~ M. ('elte tribune par te même senthnenl d'un tl:anger eommun. Do ta.,che ô droite : M• l.·derm••• M. Chbst1m.oft, Or Wtt.a.u,, Mits lW X lltc/ions prc<hainto. r~la~r~a~ix~·----------Charles 11 octobre 2013 à 16:34 (UTC)e~l:a~l':·':'.:_· ~· _______ .:_~::~~"'"::;::::::::::::::::::::t NC~us ne sommes pru les til· RMiiJ d11 ptupJt nllema11d. Non, uc croyotts pa$, nQut n'ill'Dns ja-mais tru. a ta dorlrine racislt de c filtrntllt Alltmagne >. Nous sat·ons qu~ou ltndtmain dt la dt{ailt, devant riltndut dt la dt/aile et st$ suitts, la ruine. l'occupation. ft morulltmenl, hcauroup d'Allemand< ont pris 1• IHOfcncur Ho4omard, M' Blul'\cl, 1. Korman, lo tfniro' JQiavUte-, M. co,lt•"l ct M. Iodle R-alter Ulbr icht l>r6sldont ou t.:rm~l'll de Ja lh~Jnahii(JUO Démvcra.lltJUè AUor.o.1ndc M' André BLU~IEL. Jl~•ldcnl du Comité Jul! d'ACtion contre ln 1\éarmcmcnt AllemBnd, ou,·r~ ln soll'1le en c•posont les l'oisons tJUI ont priSido à 1~ or<)ollon do <o CoOlitll dont l'ocllon n dé)~ çooou un grand telcntbsement.. c A la. fols. ca l.tnl •JIIC JuUs., Jo r~lJ>l'clle Jc.s hol'reurs eomnli~ cs p3r les nazl.s. .... ~I· Df..t;.\IE~ dunuo Jccturo du mo..oge de nobert L.\CO:;TE, absent do Puli, que nous J•U· !JIIons por ailleurs. Lo Dr CfXSilOUBC $'art~lo sur l'ospcct sclenlllique des co!mes 11a•1s. Los f011s qu'Il é\'e· que eoul~t'nt d'horreur ses cau .. dii~UN'. Co sont pou1 tant de& raits rteh. contrûlablu. qul ru~ rtnl contus par l'esprit crlmlnrl de~ t<"~nls du Tro!sii:mc Relth. les m~rnu qui s·apprGtenl l réapp• rt lll'e tels <!U'll• furenl. Do eoncluro &\'CC !oree. : c Noul!l. cloetcul's Julfi, n'Ac .. ccpt.cron~ jamais c.lc sorvh' o.ux CôléS do !;~.!) UIODdltCS •• ••• t~o llr U.\;\0\\":)K\" 31•Jmrtc Ju mt~!!-3~ dta tn~gt-s Volunt.il ... VQrs ra. rçnobsa.ueo de l'unltér------------oo. tlona.te... l..e$ l•'rAnt;l'llli !O dres~ent tl)ujour:~, unis dans le oomb.tt. quand Us bCnlent que leur pa.trte e~t en d.l.ngtr. » Unité de tou:s les Français 1 Lo puLIIe lui !aiL une O\'lillon au moment où, regagnant f?;tt pi~CC. il re-;olt. de Chllleureuse3 poignées de m:lln< d•• porleaoenlalrcs pr~s-ents. crs poignées do mains sont pour tous les prétcnts, Jo F)'mbolo tJ'une unité qui se- reforge raeo au danger C:t malgr6 les n1cnoceP., pressions c~ c:hanl..:agcs llo tvulcs sortes. Lo aornlor orateu1·, M. Vincent OADIE, do(>Uiô radlu~ 1. roll un• JntércssauLe enoll ~·~n cle!l <lltrdJ'ents vua;;raphe:J d<"~ lt!\lcs en l".aU,:,e. L"un avr\•-, l'twtrc-, fl l"étule les arguru('Jllt' ttnncés part'armee europeoooe et les rêves ] ; de conquête de Bonn « Nous voulons entretenir des relations pacifiques avec la France et amicales» la haine de la guerre et du ré- L n'y a pas qu'une Alle· • Au nom du gouuerDOOlent Ile glme qui les avait jelis dans lu J magne revancharde et !a 'JlépullllqU4 Démocratique Alguerre. Alors ln jtmltSse· alle- nazie. De l'autre côté do lema~. fe ddclaro que nous monde se tourt~ail cllnfianle vers la r•·ontière artificielle Ré- ooulons entretenir ""ec la Fran· la d•'m ocralit. Cellt Alltmagnt parant la République •~ édé - co ·d es1 relation• pacifiques et d'aujourd'hui, la Comnrunallté anuca es. » Européenne de Dl/tnSt la sacri- raie de Bonn (où tout le peu- c us relation• e11tre le ~pre fic à f Allemagne d'hier. ta livrt, pie allemand est loin d'éh•e allemand et Jo grande natum sous lt masqut douureux d'un d'accord 8\'CC Adenauer), ~e fronçaiu doloent Ure basées sur chancelier tomplitt, aux géni- trouve la République Démo- le respect de la oouuerameté na. roux de Hillcr rf aux magnats ct·atique Allemande qui n'a tîonale et du aro.ts déroocrattdc la Ruhr, commnmtiluires de cessé de proclamer, depuis quu de nos dcuz: peuptes. Nous /fil/cr. A a•cc la résurrection 68 ~onstitution, la nécessité ,"<mdnrnnons de la /(IÇOn la plus trlomphonlc de t'anli-démocralie de la lutte pour la Paix. 11 y éllerglque les lldclarution~ lli/f«· tu Atlcmngnr, r'eM Ioule la d~- 11 <!UCiltUC~ temps, 8011 P•·é- m<!ntes rép<mdues dOm !'aPi· morratie eutO[It'CJIJit, rt la nôtre sidcnt. Wilhelm Pieck, dé· nion publique ci'Nitrrwgne occ•- d'ahord, sur tllli pax,·eru la coJz- den.tt;le et partlculrtrement par tngion rëoctiOifnDirt. clouait à propos du réarme· 14 prea;c de Ut eoai.Jtron. !fOUutr- C'tsl ta poix M/iJI qur lu C. ment nllemand : n•mentale a·Aùna- ""'., ~ E.D. md ou pitt$ j!tand péril c ~J rêsi4tonce commu~ flet le ch.an.t.ogc turcë contre la «COmmuruouté européenn ... *'C.t cn{Jagée. pour la trolsfdm.O toa. $Ur l.a ooie <le l'agre•.tion. du zn,. Utnrlrn.e allemand. Et pui• il y a un Etat lprl• d• JY.liz. un Btat d4mocratltJUe. la 1Upu1>11que DbnDcroltqu. Ali~ maJ\de. où ~s monopolu et lta /Outnra de guerre ae .:>nt t·u enlever tout pouvoir et ou 1• pevple traiJOillcttr a feld ~~ balOB de la polz:. » LA FRANCE ENTIÈRE ... l.('s sours qui croient cocu re û. la C.f:.n. te sont les J\Jie .. m\lnd~. Pourquoi t Parce ~tu'll~ 1 (tUt tout l y gagner ct rien ~ y r~erûrt • .t\ujourd'hut- 13. .f·n.uc'-' a une année indépendant(". .el l'Allemagne pèse d<'jil plus lourd la C.E.D. v• donne,. à f'AIItn'tl• gno det aoldats e\ faire perdre â l'atm6o trança.i5e. son lnd,pen .. dance. On u•a. J)(J.S assct. soullgnl) Ccl 2ffnguUe1' a~J>CCt du JH"nhJù .. 1110 : IJan:t colle aventure 1'·\llc .. magne ne ti·,le 1·1cn ét t rt:tJit t{Ht~htue rho.:-o : la Pranw ru· re· .;uu. rlrn et c4·d~ qllrlquc l."hn~\·. (lui IMrlo d·.!galitt\ de ~nJncr-, rédptoque.;, d•at>and.ons 8\1114.~-ll'iques do ~ouvet·:'.linet.é' L'At .. IOIIt:tgn~ n\1;bttndonno 11en, uo donno r·1<1n, no se dépoutue: •le. rien. co.r clio n•a t'lon Q.\ljV\11'· d'llul co maUôrc mllilall'e. Lo Pr.1.nee. sans contrc·JI.ll'llt, obondonno son !ndtP<!ndance. qu'dit ait conuu depuis 1945. pat.raote~ lie France ct d' AUOIM· France. xout cela no rappelle La Lif!llt de$ Droit' ale rJJom- une contre zn reruoi .. ance du Que trop L'agl!<ltion dirlgü con· me n'a pas cessé de s'oppostr mWUlri&me ollemand e-n. AUema- tre. notre voisine. lu France, par foute entière au Hiarmcment dt Une Occtaer._tale, oui m..en<rce a~ les 11itler et le.s Uoebbels. dan-1 • Pour sa part - dit Wal~r Ulbrtol\t - ù gouucmcment de la RéJtublitJue Démocratique .&1- t.smrJ.nde fera tout ce quf eat tn aon povooir poliT qve, dé.f mumtenunt. des rdations OlluCtll~".s ,·~tabl~.sent avec U grund. I'""U· pie do Fronce. Lu jorcu 4/1"" de l><li< en Allemoo~~e odru.ent leur oolut auz oUutiert do Fran· ce, aw: 7XJVM" tra~ols. 4 tou 1 w• citoyens do FranC<> qul mt· nent une: lutte oourQgemo pour une pa{z durable et. contr• lf• traltü ae la • communaut4 !'U· ropéenno • quJ const.tutm UM !MII(lCC aussi l>ien pour t• ~p/ e niUmand ~ pour ù pevpl• trançufa, une menaoe wur la. poi;r; en Europe. • Lë magnifique mreliug du Comité juif s'inscrit dans llnt aclton où la Fronu s't:.l retrouvée toute entière ré~ olue à barru la rouit ou csyndic de fai/lile ~ qui a tnlrtpris de liquider noire indipclllfancc el 110!rc $tcurité. Maneillc, Toulouse. Nice, TariJtS, Annecy, Bordtallx, Strasbourfl tl son puissant cortiges dt 8.000 Alsatitns tl Lor- ~frod;oi.U .. , OÙ lfiGft;f•UColfAI 1 000 Pl"'FSOJ\ftf!t. O~·l 'rtGAilf'\IOHanJ. \l-Mt.labltt' .Uttftl l!cu don• NCS(Iwc tovtet l~h vllltJ dt Mire PO)'f rains, Ioules ces l'illts /}Qrmi /aJtt d'autres, ct tes quartiers, cl lts villages, ont prl.pnré, oppuyi. et pralong~ la rtltn/issanlt Confirtntt Nationale du 8 no••enrbu à Paris. Rtl~nli$$anlt tan/ par sa tomposmon qui timoig:noit d'lint d"crsili dt ftndanccs polillquc,ç l·amnis atlcinle, que par /(1 1•0 onlé commmre qui a su les rlunir contre lts [unes/cs accords. Lt 11 novembrt, fllt du souvenir, a donné â la proltstt:!ion nlaionale un caratt~u dt solenniti. A Paris nolonrmtnl, po.r delà lt torlègt o//idtl tl mtJlgré l'obstruction policilrc, lts vrais sentiments dt la populo/ion parisienne se son/ exprimés l'aprèsmidi par des déléf(<tlions iniiiJcrrompues, un rendez-vous permanent devant la statut dt Clëmtnceau. El tandis qut /t ptup/t de Paris dili/ail, unt imposante mani/ tsla/ion <filudlanl• et '"'" -cérémonie émoUI•anlt IJ la Sorbonne ossodaitnt l'Université a la protesta/ion poputa:rc. l' Allemagne, sou.~t (JuCiquc forme la 11uJme manidre let sécurtt~ na- l'esprit de la « race des sef· que ce soit. Mait elle lloil dirr. tionate do la France et do L'Al- oneurs. » que de tous les aspetls dt re lom~une. cr<!$ dam tes rupporu « Jo tten• 4 dire nettement a rtarmemtnl. ului qu'organise la tranco-all~and.& UM .stuot,on M. .Daladitr tt aux dépuUa C.E.D. n'tsf pos seultmtnl ft novoelte quo je salue de cout ae l'AssembU$ Ml>or.aù fran- L'Europe n'est plus qu'une plus hypocrilt, mais le plus dan- m<!n coeur. • l'Oise : Qui, tl 11 fi '"'luellems'lt or goe n 1 s 3.ll on d'élat-rt.ajl,r. s:u~ux. Ses prllcnduts garan- Le 25 nO\·embre, du haut rn Allemagne dcv:: Etats . la qu·uno t'MC1l,.'TIO sur des <'A .. ('r- tJ~s .. sts !iOÏ·disant Umilalions. de lu tribune de la Chambre Rëpubliqus fét:l.irale 1!.1 Bonn "JU n~"'· <JU'un JmJtexto vour arrrH.!I' sollf {atlacieu~es. prNe:; à .~uu- les ançieM m.onopo!IJ$ et le; gd· l' \Uoanc.gn••. quand I'~UI·opc <!Ill /cr 011 premitr clloc. Par r.onlrc, du Jleuple, à Berlin, M. Wal- nhau:z; ilo Till'"' '>nt Z•1}0w:oir. sc lè\'C il 1'11011<011 est une !;u- elle tllcilaine la fr.mce, la Bel- ter Ulbricht, président du c·es~ l'AUem(IQM occldet~lu!c ropc n!Jomande. Sans soldais gique, les Pa)•s-l)a.•. le Luxem- Conseil, proclamait enb·c au- qui, por tes trai<d.< ~• B?nll et I'AIIcmagno p~se d6}' plus lourd 1_b:.o::u::r.!gc...::à_u::;n::...:b::l:.oc:...:l:.:la::.lo:..·;a:::ll.:•n:::l:::o:::n::,d.:_.:.t<:o:...:_ __________.: :®:..:P..:ar::..:.:i•:..;•:::t:.:sous le ,..,.squo w. ln « Aderwuer. c'est le llttltr (l'lUA/014rct'1wi. a soull.gn6 t'n conclusion Walter 'Ulbricht. Le progrorume d'Adenauer. c'ut. ta • Mtln .Kompf • Ile Hitler. • dons la baloneo eutopétnoo que 1· la France txee son orm(-o naUon.> lo. ()u.ond l'armée rrao~al .. auro perou son lnd~pen~nro el que l'Allemagne ouro re~u des sold•t•. l'tlqulllbro ser~ rom11u d·une fo~on écrasant-e. Dix-neuf articles de u l'Aurore" pour nous attendrir Une ruli forgO l'Insh·um~Ol doC S.:l puBtl(Ul~O. I~AIIemagno JJ!)UI' .. nt rho1alr' alors Ubrem(lnt s., po .. IHfque : ou rcconqu~rlr son unita! notlonale par b. mcnaeo <le la lorce tl Le risque de guerre, ou dttour nPr son dyn.aml~flle dn r&.._t \·CHI l'Outst él untrier ln poUte J::urope sous c;un .antmilt .. Maurice DUVERGER. • Le Monde • du 18-J 1-o3 Sur ies SOUS le tiJa·e c Les Sept hommes de Spandau ,, le journal • l' AURORE • " publié une série de 19 articles sur la vie dtS 7 criminels de guerre~ que le Tribunal International de Nurcmt>crst a sau,·ê de la I)QfCn<.e qu•ils avaient pourtant largement méritée. A premiért' vue, on serait t~n- 7 criminels de Spandau! nbrenvc les lceteurs de la description des migraines~ des crampes, et des malai-ses de ces messieurs. Ptn~z donc, m3 chère, von Ncullth a dù fèrer son 80-" anni\'tNairt en prisonJ comme c·c.st méchant. Et. ce pauvre Hess <1uJ a tes nerfs si malades. Et cc hral'e Funk qui a du être opért.: en prison, au lieu de l'hôpital milolaire que les Américains rwnient 1>ropos~. prison. ses droits à la présidtn. ct c.Ju ~ouvernement alltmanc.J, droit qu'il titnt de Hitler luintémt qui. avant de se dor1ncr la mor! dans le bunktr de lo Chanctllerie, lui a\•ait tranami~ st"$ prérogath·es. Et, c'e!'t une lon~ue dîssertation sur la \'31t~r conslilutionnelle de celle tr.ns· mission de pouvoirs. Dls-111.oi qui tu hantes ••• lé de croire qu'un journal qui à l ont::~ur de colonnes prOne la nouvelle collaboration 0\'fC l'Allemagne et la beauté de la \\·ehrmacht ressuscitee, aurait intérêt à ne pas ranimer te l'OU· venir de ces < héros » du régi· me n~zJ. Mais penser ainsi, c't~t oublier que • l'Aurore » n'e$t plus nu stnde du pardon, mais déjà A celui de la revru1ehe, <le la revanche a.Jiemande, bien tn~ tendu. L~ brusque rappel du soC\'enir dts 7 de Spondau s'inlègre ain$i tOul naturellement dans 1:\ campa~ne t:énérate pour la rêhahililnlion du soldat allemnnd, réhnhilitation indispen:mhlc h tous. ceux qui rêvent d·une Ar .. mée Européenne composee J'IOur l'es_,cntitl dé bra\·ts S.S. Et, pensez donc que les dames de ces Messitu.,. doi\·tnt travailler. Rema.rquet qu'à la suite d·une interprêt:.tion :;:ênértuse des lois. elles touchent toutes des pensions de YUtves de guerre. Le 1>euple français d les pc~p! es de~ outres pays alliés, p~r leur act•on commune. <m tlll~· (hant la ratihcalion dts tro1t6 de Bonn el de Paris. eOlpkheront du même coup la réallution de~ rt:-ves de ces Oan1c$ cr de ces Messieurs. Ils llrou,·eronl à ct~ « journalis1e~ , que lfll!>r rrosc l!'n fnveur des criminels de J!Uerre .allem:!nd~ ne réusSit Lo Dr nutt. ~u_, Jllt1cr, J1f\l• HtJUall. daM lt\ r:unrs tlo con .. t:CI\tratiern. 1:1. \'lvhcclh•n :,Ur les .,lrf•o; humain~. IJtms. ~s rn.J~r•orl!l c m6dit• nnx », li fit i'n llt~ltllt lu a·~rit \le Kt~ « expt•rlell~' 1 'S • · Ou peut Hre J.tfr t'Xi'IUJ'II'l tPti ! c Apr.s.l'ou. verture de ra poitrine e\ du erlne, le coeur batt•lt encore •40· • Personnellement, Je pen$e que cea ea.pirie11ees. sur des ~tres humains ne ,ont p:t.s îm· mUi'.\fC"~, ~UI"lOU\ 611 l.,OlJh• 11~ (lue.f,.e », ê~,;.rh·•dl Il ,.,h'Hr\.· .. C'r .. l ~e mè11le Dr Rurt 'JU',\d<"n.'\Uf'r \1ent de no11Hntr rht"( tlu !'ler\·ico do reellct\'h("S de ln "'~C'IIon m<idkale do l'MrtlnaulhfHt'. n :\llcm:~:gn •• OrtldNlf: tlr. Jo:nlnnd .. il aussi 1111 r~llll'nlr Ô<' Uf•IIV~;UI~ C•)l\ly('~ 1 •"• Parmi lts magnats dt la Ruhr qui oni financé la c3mp3· !{ne électorale d'Adenauer, il faut sil!n:tiC'r r:articulièrrm("nt 1<" k•uquit•r l'h~nJl'llh.'Ug'\"!", l'un ,Je:-l 1-:r:.nds fi n:uu:ie:rs ~tc tlill~:r, f.IUi a ,·e.rsé à son nouvel ami 320 millions de marks. Pferdcmens:es tsl le dirigeant effectif du Jrusl Thy$sen qui produit déjà 720.000 tonnes de minerai ct ~.000 tonnes d'ader p:tr an. On romprendr3 donc aisément pourquo1 Pferdemenges a adressé à Adenauer au 1t.ndentain de son élection une énorme gerbe de myosotis, qui se disent en

tllrm:'lnct · .. "r'-!io;~n1rin-nitht ... ,

~··t'!,l-it ~dî•e ! •. tlf"i 111'uuMiN 1>aS ), l.a ~éri~ <le 19 (dix-neuf 1) artides nou~ donne donc dts nocvdles tol.)(es fraîches de oes vaillants précurseurs de l'Armée Européenne qui sont : Rudolf H<\~. f)ornif1, R:'letlt?r. \'llf\ ~\t'lü~ rttrh, Ftulk, \1111 N,·u.-:1111 t:f $peer. f!t, pcnll:.wt lU juurs, on En pass~nt, uous apprenons ainsi que leur ,uinciJ>nle activi .. té consiste dan:-~: des demarche~ de tootes sorte< pt'ur obt<nir la lib.\r•tion de lturs tendrts épou..< et qu'elles ont de sérieuses raison~ de croire qu'elles \'Ont réussir : que Ooenitz. qui clnit Nrr lîhf'C' tl:m~ quc·lqne~ mui:i, :-:c p1\·1•·H<' ;tdhcmcul :'t r;~irc wdoir, une luis sorti Uc llAS à nous faire ouhli~r Charles mil· iOn:t de victimes de ct~ dtr· nitr~. Et, qu'en définith·e, le rapJ'<'l du SOU\'tnir de ces fauttUf$ d~ ~uerrt sera une raison de plu~ f)OIIr <'•ln1h:tftno de foute nolrr t,'ll\.'r~il·. h.• r~·atni~IIICIII ,Je 1'.\1 lc:umguc uazie et rt-vtwch'MJc, 4 Puisqu'on ne vous le dit pas ••• «Voici le temps pour les coquecigrues » ..• dlul" Ftanç.ola VI L.LON. Volcî le temps da 11 chasse aux. aotci~ru. L.'Amtrtquo en tlt. subrne~Oe, 1urtoul do puis l'affaire WHITE • propo• de laquelle le r•publlcaln IROWNELL, ;.&luot minl$\t"e de la Justice, • alt.quo la gu;Uon de l'admlnlstl"atton TRUMAN, l'accuunt d'avoir nn nid d\'.,J•Iull~ II)Uu•• .. ..... Victime de sa propre invenlion •.• L'ancien pr411dtnl a cru tl"ouver une ripott• dètlnlti· ve en dec.la.r"&nt. en IUbstance

L.t ~uUJUIJ.,.._I,II ùt·- U•'-

11\li••..: ;~nll .. u •m~l \'lihl~ '! C'(lo,j III<Jl •tld ••Il o~ttll nu .. \ l 10 l••Ur •• .- ~ ... le catobeplas ... L'h.JsWrlt anUcommu· nltto q~oJI utaurna ln Ro· «nbero - $"8 Nttourne .:au .. Jourd'tlul eon\l'e ct~ult ttu1 ta crUrent eommo une b4t.e lnlltitblo qu'li tau1 loujouro nourrir. TRUUIA!If rait ponser o.u catoblep:<s-, :tnlmal dtl c:vornu, qui cht-on, to mange lul-m~me . Une bénôdiclion pohlique Mals çcne chant au" ~01'elêrea outro la peur ct '" suapJcion qui &'lmpllntent aux Etat$-Unis pOidda d'âul""es avanlages oour eeux,_ qul l'animent. Ainsi, lo pratld~ nt du parti Npubllcaln, M. Lêona."d HALL, aprh avclr tth. quelque: r~uervu, a utimô ecplndaru. que J;f'ff,oJ:t• \\1111't. '•PIIt.t'lon.l tf t'•o'HIIIJ•!t•r' 1111 t\,'\hf:tJrl f.,,•u1!rl1hlt• <.Ill'( .~k(.•tluns d(' l'llllt~'••• J•tlli'hr'lltll', ... Et une bénédiction ponti!b,.lo A p"Cpos de benjdlction, Mao Car\.ht qu· v•tnt do te mtrltl", a eu droit • <:elit du pa-pe • l'·d ••n•·lh •· ,•ltfhfnlhtllt\, Mels le sënotteur (fu \VIs .. coneln 1!1- t .. if prlt toute-& ••• precautloM ~vant dt prendre ftmm.e ? L" secnts c.onJuoau .. ne rltquent .. llt ou ~~ dt\'fft•l" DROIT ET LI B ER TE REHABiiLITONS UNE IMPORTANTE RÉUNION DU C 0 M~I T É FR A N ÇA i S J.• ,}t•1111 l'• Uu\'o•lllhrt•. l't• rl:o- 11-itl"' h-. :">. . J.-.L. . Ô•' 1 flult'l Lukl • 1 ... ('ururtor l'raOf'.lt ... JHJ 14 ,.;.h.rhiUiat i•m •h:::- Ro~n])el 0 a lt'ltll ruu~ ..... ,•n hh':.t· ù'lllfvr m tll~>n. Ut•\ ~ ul un llhtuhJ ~nx t•thJilui· J'l', t•lt•h,• th• pc•t ... llllfLtlil•:..: ••t •lt• n•Jm :o\'llflmt, 1h· .Jh·ef'o 1 :orul· t.~... 'r .,. 1.t ... ttou,. \'lt::'\;o.;t:' i'rt: .. j,L.Jii r•nt••llrr· do· .\t!ltC C:•·· t·.ud fiiiiJ.IPI't:. ~1. l".alJ!•· P•: 'rlTt'UI..\~ \l)f. l:liJIIf"., i•.\ L.\:\ r . .,,.,·r··l~titf• ,\!t'11•·r~1 liu \l tl. \.P ... \ JO.t.url \tl-:l(i;J.E, prt· .. J~ d~ul •Il& t;cull··· ù'!':'i.JI~n-"luu t't·au\·aiM·, 'til'rll:'\E ct li~ P.ttll \ ' ILL.\1\U, "'rl'l'l~tl)lr~ liU t!ulllllt• f•aH-:al,., •Pd \'il t' l,pvrl<'l" nn•· . ~i·ri,· II'JUfHIIU:\lfi•U._ \1'1J.tUl &.11•" l.~. \. Il r.-l'f' If •tU~ lo~ fll"o•ruH•rf' lA rlu •tUi .., ~· .. 1 t•,tp••..,,:,. à h•U., •JI rani 1.1 lt•1 rfblf' nuit .Ju l~1 jU111 r. • l•· : Il f Wl f'>~lllhHu·r IJ liiH•• Jhlll ln 1 •·\iiJJ()ll .!a J•nu•l•' '""" J1~o ... ••nlu'l ~ couo luUt a pl"ls un c'r;)ctbre d•autant plus Impérieux qUe la mort d'Ethet t\ de Julius n'a pas suffl l leurt beurr-e.a.vx. c'est la c•lomnle qui s'cil otforùe d'aceNdlter l'existence d'un cto.sslu secret, l'hypocrat1e aJoutant que les Ronnbti"Q av: lont b•n6flcl6 <ie tous tes re~ cours do la justice. L:t. pr6\0I)du., ox ist~ ne~ d'un douicr ncrol accuse le wldo do ctlui aur toque! fut çPOnonc4 lt ve"'ctlct •t 1• Cour Suprtme par 3 de tes membres - a a ~•ou6 n•awoir pu êtudler '"' doffter ea•t\ant, ct'vuisant pu là Cet 8'ffU, Depu•t, lo stnu.eur Maç Car-thl' a • obtenu • â iOJon~é des dêclor.atfons nouvelles de 11 pa.rt c:So Greenglatt sur lequel rcpo~ Sftl!. touto 11 ntrchina\.ton. ,,.aia, ,,.,,u .. uH \f• \'1(41.,\HIJ. nous avons. une cteux.ëme \lohe p-;êçist tt urgt:nte. MORTON $08El.l., jtutlt et noble s.: ••nt, &'Ut 'fU lnfUOtl' dans ta n.fmt _.ffaire-, 30 ans de p•ison. Il nous fau\ l'a,.rathtf du slniStf'e bagne d'ALCATRAZ. t'lous 1\YOns un aut,.c aevol1"1 celui q\11 nout Impose: la situa .. tion du enfants Ros~tnberg. « Not enfants &ont ta pruntl· 16 de not yeux, notre oJ'9Util e\ not.re fortune fa plut pl"ic;,teu.. • , l·~ri\'.!i& ~tl.~t \l Olh\ih. Dant. ce. t.Mtamtnt, eonLI'etlone par .Jullut, elit chal"gea.it teur courageux avoea\ de velllor tur leurs intértts moraux el. matériels. Or, en droit am6rlcaln, un testament doit être nhdé etAnt le$ e moiS:. 11 Pt l'tt\ pas encore. San.$. pal"ent.t, nnl tuteur ligal, Michaël et Robby vont .. fl.s tomber .sout la eoupt de I'Assis&. anc;,.e Publique 1 L'RUt fln ferait a lor• te qu'il voudraiJ. DAJl lt Directeur de ltur 6çole a enlroprla de lts en ohllSstr en arguant du ftl\ qu& let puents Rostnbero n'ételtn\ ptt domlciliU daos le retsort do l'ecote 1 ~;t ~[;. Vnl;mJ Jlt'•·••l.,t~ ,tU tiiiH4• tl 1Jt- l'•;moti•·J :.:• n t.tle : Micrtaë! et Robby, 6. l'•cole pubflque, cnt .1ubl un dl"lta.ble martyr. On les ba\.\l.lt, on leur crachttit au viUgt... C'étaient absolument deux 6trf:ls traqu6s, dans un ê l~t phyelqu• tel que 1e1.1r vlo f ut mêmo en danger. Tous çe.s fail$, t'•ltll'hll \1• \'11- t.ml. doivent insufler une •fe nouvelle aux Cotnitét. Hou• de• on$ atert.er, moblllaer t'opinion publique, travaille-r en eon\açt neo lu Comites des autre-s paya. t-:1 1tftl'• .... '" 11il' 1u•l!'(ll•· •tu't .. l Pli\ l,,ig:• lt' hUH'l1111NH d'URo• jol.oii!AI'rlf,lhott 1t.tll••l111lt• (ill fJI'ttrll tif' ... t.1Ufl•hl.-. ~'·il l"'.llw~ •• t•.tr (.h.1:4 ,,.., .. .,nu:tlilo~ .. •h• lulli• .. I••Uti;;Jil, • .,.... k :ot'j't';·t.tit~ oht f:dmH•· ... 11UII' .. J..,_ dtolll.llftlt l(lh' "Hit t •U\ t•rl 11 l:tt~4:" tf htl JttUll l'J ..... ., rnhl•~r t nr .u ... ..;u.:--..l•••t ,, .... \hPul· ,.'ltOifi'éC JU!-> ... Jt•\1. ;, l:tqth.'JI\t 11;1 rlh'Jpt•n' JII'I'I'UIIIIUUlt~oo n1JII't·,. tlllft\Ut~ \IC clh'N'JOt l:umH•~ .... :ohu ... J•t.• .... i•n\Jitrtu ~. Lu not.:I' .. .,Jh: lhl ftth··· ,., 'j ... ,.,. J,, prnC"i,: .... dt tJ,;fPI\tlt ,. \tl tUTU~ ~·m•:tt. ttr JUnl ~~ r .\tll"h .• r-1 .. ~ lluhh~. $... d·:~,rt•nl th tuUI ... Il• ... lnlet\4'Jttlun.,: h.. IUu\o·n .. •l'al'llt•n :-:.nr !fi 1•l•m Jm·ldilfuP tltll\t nt Nrt• ~l'l'li~•\!' t•·H' unt• ltt•lltlll lll!hli!]Ul~. t:h.ll !~:-;. P~lllnl. "'i!' tnh<" g,t_ ,.,.r,d 1111 ).(,1\ .. \.l' .. f1tll h J•••hlt ri•• J,t tH .. I'H"'~It~ll, Il rt•n .. l.alf' lulli ti'.Jitc•Jtl 'l •' J un11e d'at'llun •lt• 1• x_.u,m •Ill .. • ~ ro • 1 J tl ,l'uni h Hturt ... c•n un ~ ,·ul t;uJllil• '\":tlluu-=al th• f-h~h.ihHii:-.U .. n . l:nfc h·lll• tnllf•(uht.• utt•c•-. ... Jlt" d~· )tnllf(!<U'- eout~cl:-l, d~s JIIU\('fl)t ~l'lnfurtn;l t l,.at.. .. ~\ .. ,! "" ,let 'u " .~.,'i .~du.~ •m~ brot:IHII'\' t l. .. t• ... \rmtul"* tl•• la l.llJe•·t•; "· •·h:lt.llll' 1 ;,,lift• .J••il eu .:.J"Sllt'é't uo,.. Jir~o (Jirf~J .,h•J•. t:lrJrf •., V3l:.ant rapvet~ l'lh'"' lhm ..r.:j.) thllt-pri .. r. t~l':o •·ç 1· \";lin~ • .aaU .. (t ... qui s'allathcnl .. ptr~l'lutr leut· rn•~molrt. 1~ .. tou. nitipalit••"J t.tUI ont !l:tètVh~ \St ..tonner ;, unt• rue I.e nvm ûh no,~uberr. 1.~ 'c~r,~h,, , .• , K•~n , :r~tl Uu M.H. A.P. tJ('mandt< quf" 1i'amplltient ,,.., lll.t.nlrto;tcaUon .. l)e :,otldarll• • l'cn\'t,l th· rM ..... ~gts au ('UUrl· $'"\h: a\o,·at, ~ ... Rt~h. JI es.t dt Parmi h:s pcrso~;na1itl'S prC5vlll.:~ uu ass~eié-es à ltt réunion, diOn~ notnmmenl : M. J'Abbé Oau, Claude Jt•l· lien, Or Oin~bQur~. Mme Ha· haté, Edmond fle-u. Ré\~rend Père Oabo>villt. Jean·Paul Sartrt, Maurke Druon. J«'ao· Loui, Bory. Eug~ne H~nafl, Fraod11o jourdain, Gabnel 1'immot)', le {ténéra1 Petll, Mlle jcnnne L<!vy, Pierre Col, lt docttur Klou. M• Henro Torr~s. Hen ri L>util!eux, .~\arccl Cohen, E~piard. Fernand Urcnlcr, Claude Mor&_an, le JlTOfbstur Aubel. ·1 ristan Tz.;ara, Jt•litn Racamond, M• Blumtl. Htrbcrt Le Ponier. Ren~ L•poue. Pierr<: Parai, Je: professeur Bourgui~non, Ehè Bioncourt, le Rt!vcrend Père Bcr~:er. Fernand LéJ>tr. Je prof\Sl:lellt Bêdaridn, Pn:r .. re Bloch. le professeur T•anck. J.-j. Mayou Marc Btlgbcder, René Guyonnet. \1· Andre Haas, Demse Decourdemanche. Claude Ro)·. G. Soria. V Pozner ~h:. nott• devol,., IWIIJ' ... ni1~il t de noua informer conttamment du tor'l. ôe.s •nfanta et d t t-enir l'oplnfon publique •u eouran1.. Cela n•cet~ siu un travail ot'Qantsat.tonntl : LiES ROSENBERG 1• L, Anti!émitisme La liberallon de a pesé dans la balance ne doU pas dépendre d'un Ignoble marché 0 1' peul raisonnablement supposer, éct·ivait cLe. lllondea du 11 Décembre 1952, que si le~ l!osenberg n'avaient été Juifs. il~ n•nuraient pas o!lé aussi sévèremenl f•·appés. La <Supposition du joul'llali~te du • MonM >devient une réalité palpable lorsqu'on analyse le procès et l'atmoaphèl'e qui l'entoura : l'nnti•émitisme était là. Ï$ible et prhent. .\l 8rô1inin, présjdent du Conuh: Amêric:a.in dt Offense des Uosenberg, 10rs d'unt inter\'iew " D:oit tl Ubcrli ne croignaof pas de le qt•aliloer de déterminant dans leur eond:unn:\tion· Il n'a sans doute pns ~urgi """ Etats-Unis lor~ de l'allaire Ro•enberg. Il "ail méme sufhumment d'auditnt.:t:, cet âmbaM& deur du iasd:tmc:. pour ac-cn! dittr auprès dt l'opmion pt.lbl; que la <tdpabilitc cks attu•. s dès leur an .. lotion. Et la d~Ciarafion du procureur Saypol qualifiant le procès de sous-prq. tluit m!ctssmrc de l'dfl~ atomi• tue. CclaÎn, d::tns l't1 11tj~émitisme cc:t autre produit néc~s~ai re à la di,•ersion, à la crèauon d'un di· mat d'hyst~rie ct de pour qci, seul. powait pormtltre l'assassin: tt dt deux: innocorus.. Une campagne de c.alomnies racistes l.i't presse an:-:~t~m i te s'était c;harg~c du <::réer ce climat a\'ett_. reprise de Ooebbtl•. une argllmentation indigente tt menson:: ère. mai~ qui pui~ ~n force à <ere r~êlk mille loi,. Dès 1949. on pou,·ail lire dan, Tht Cro.$tS. En IP,J. cette même feuille ou de :.tmblahles. <Omm<: Tht 8room. Commnn Stmt &'en &•tndront :. dire qut' les RO.'Cnherg sortr cOUJl3bh~"S: part:t: qu• J••b< Ct! fnrct'*- •e limiJtr. t ;r.ux imprè,ati On~. :tux in-untati( ms rituelles ~vant le sacr, fi~ e)tpiatoin-. 1/.r; dOil'~nt mourir, rts ripércs ltumoln~s. .. • tbmc S'tl~ (lt'-S jujfs) nt Sônl pas tou, rougts (reds) il• snnt pour Ir moin,-; rosts (pink..,). C' t~l donc dtrriëre la fafctdt d' la llllft t:ontre le conmmms .. mu, ou nom du naJionaUsm~t qu'il rund se~ ravages dall$ te puy.< Jusqu'au Sino/ el au Ct"'· J:f~S. LC$ rn~n:tccs envers le ju~t t>o: gia, ont truU\'é dan,; .:<• as· ~ n bites un kbo qui c~<Jl,rme lt-.. déclarations dt M. Bro1inin· c Lu Jufts et 1es Nègr•c, ltl poraonnet nees • l'étranger • : Yulffl lt•., jlf'PIUlo'•r~.:' \"ihh•l-1 •Jt• l11 ~II'"JJI!•Iull 4'Uih'htl lllll' t'lltllll•• ru~>n•!t• ,,,,r IJ•·II~ J'r"re .... cur .. tlt\ v~~ ••liuln~ft•. ,\lwt· ,\hft'ft> J. \H fi U,\ 1•1 \f :-tu.u 1 ,, .• ~~uou . L'affaire Ro.tnbcrg •• ~itue dan.s 'etle atmosphère où fhystéric

\ pri$ le tus sur la raiSI)n

et 1; ju~tice. Ce climat aide à RANCE lJEVERl.fY siAOE tilla LE nom ri< ,\lor/on Sobt/1, condamni- à :iO ans dt' bagne pour n'arOtr pta acct:plê lie nJ(:fltir c,-;t intimi'mtml mélt! liUX /lOIIlS gltU(fiiX c/'Eihél c:l juliu.'< Rostn/Jn1f. m•tlc· qui il fuJ c jug,~ ;,.. Anu$t~ fllu$stmtnf fômme eux, ~e riclomant san, n•Ç,:,t de son wnùcttr"• Morton, dg; dt tr~nft .o;ix ans. u commt f~r~pulire dr frmr st~ joar$ dcm., le bagnt tt p/11s cruel de~· U.S.A. : Alcatmz. Ancu11t preu. 1•t, pti$ même t111 Stllfblaul. n'a pu Nr• apportée <O/IIrt lui. r:t pourtant, ~; nous n·obteuons la ,;vision dt son protè;,'. Ir ••oiâ pour toujoUT$ stparé de sa ltmme ct dt· ;sts dtmc tnJut~ l$. Paluotc r:<tmplairt (sc;r (Onduitt durant la drrnifrt f:'Jtru ra prouri). ~at·anl toujours avidl' d'tlpprttndrc, frtnft mt-; de bayne lui out ttt m[ligi.s pour m•oir t'Il t.•iuq convt rsa .. rion:t U\'l!( J uhu:~ Hu~cnberg- au 4.70urs d'unt' p~·rlolfc de tJeux ans ~~ demi à de~ int-:r\'allcs de 6 moi~ . Com·erMifiOII:I. !Janatts. s'tb; ~n fut, mois qur Ir JUI/t KauJmon. tnfourrhonllt Pa/ai dt la rhus- Un ponncou onthêmlfc 4oru &es rve:s

oit uu \Urrrtu '"mrdira cela

rommt c;fmrt la preu1·t ~u'il c·htrc.hmt d qu'il nt pou..c•tl troUt'Cf dl•idemmcnl. 1/jil pour/ fllll dier t,:ot~lrt: lui utl miséraliU• dl lu trempt de Otee11gla'i!'( : .U4Lt Elu:.httr. 1/u;, apt~$ avo1r bb•i/iric dt t'h~npi1(1(ilé dt Su· b<ll uur~nl "" anntt> ll'ht'<Jiu pd$ alors ~ut lt F.Bl. lt c le· uuil ,. puur J,HUjurt-r ù dir~ tl u ~(rift lôul tt qu..: f -c DCCli\U .. twn lui demanda. Un chantage odieux Mut/un Sobe/1 fil uppel. Lu r; . visi011 fu/ r<jtlit. La Cour Charles· prlnte ci son tour. lt mor.t dtr~ nitr. prit la mtm~ posdion. A 1/tltn Saht/1 tl a la m~rr dr Morton c1ui, opris aJ•oir ;t~ ù la lélt de /(1 campOk,llt pour su11·ow F.lhtl el ju/iusl(osenbers: sr bot/en/ saus rcl<lche pour tu Jibtiralioil dt Morton, tt prowff! llf Strypol a dl·rlarê cyniqm·ment: Vous vous t:tes refuse~ à routt coopération t;t vou..s conJJ· nuez i fairt prtU\'C de Ja même ob~tinatitln. Vous n'avez en aucune lnçon necepté de dirt cc qut \'Uus s:wtz. C'est pourquoi je peu:;e que \'Ous 4vez nuauvoi$e ~rAce à demander la clémeucc, alor~ que 1•ous n'ave"< rien fait pour :ltdtr au châtiment du t: rime lJU< S..bcll a commis. > Am>i. il tut fallu qu•dlt$ mtultnl /~u/u dtux ri qur umltmtnt c //t'!> •t mel/tnt ou ~trrlrt du F.B.I.. romma Eilch/tr, Ore~llf:lo~s t:l la mouc.·hardc pro .. fessiom~tllt Elisabeth Oeullcy. a{m rit· faire libértr Morlotl. Ccl udltu.Y chbnlagc n'a pas ébran/f la ftrmtlé de., dtux ftmmcs Puts."iOmmtnt aidéts JXlf lt -eComill América:n pour la llch>bi· Ulaeion des Rosenberg et la rë- ' hdon du proct-s de Morton Su· bell , tlll's ttmtinutnf à mtnf'r ta lu/tt .<an$ rtlâcht. Dn11s uolre pays, lous tes hoT/· uéle,,• f!t!ll3, unis C'IJtl)mt. pour la di/tn.ff d'Ethel rf dt f.u/111 $aurotll tmposer la rt!habilrlalion dt$ dtux h~ros américa;n.,, dili· si qut la liblrolion de Morloor Sttbtll ~,·u "'""'f fuat rrn.drt 6 un• ~ffen.. pouf IC' fi a 1 "t ... Op):'v~i11on gl'andhHal\1<:> ! Deux roses . l Dw~o; IHlt' I'O • .;traie tlt' lirt• .. l tWCJlt, tlt'IIX ro::.C$ SIJnt nc!t$ qui fon( la Jicrlt! dt l'hOt· n:t - ... \.tUt .. , lth oh• H Il , .. ,,.,. t•ll· \tlr1 ... tw'·n>l~ .. ' 'l"'illl- \'(rUI I' •)IUIJU! 111111 '", •h•t'hh•S :t Jtl o iU~H(\'~1' (.t /~tfll(tll', Crht' uA Fond' NatiOnal d"a•dt ... a. •nfaf'l\.1 ROMnbel'1k C.Ot'l\.w•,. ~·• d•uloppe.r un CO"'I\• de RihablhLI\ton qui aur• un• ex;jattnce permanente es. une. ac .. 11v11• rhllc. El, Charlea Pallnl donnf: lcu;tt~f'>e d'une lls1e de p t l'-. sonnalhh qur s'é-largit avec '• çoncourt do I'Assembtée. .~\:ais re \'irus:. fOl faif de con~ tftminec ht u:randt prt:s.;t. C'e!tt 1(' \·,.,., ror.\ Tim(.'l du 26 dewnbrt 1~51 qui ecrit : Il nj a p#S d'upions à J'tHint utonnqu~ dt Oa-k RidRe: - contra,umtnl d (..!;• Alllmos -paru ~u~ tt rr f. OU nd tsi tHrn/ttfltmtnl .1 purl' rau anglo-tax()nnt du T,.IIJid.'fSU qritntnl, C"c;/1 cm:or~ le V~•· Yot~· Tt•ft~tranz t,'jui (ommentc h: li\ït: [., .. , Elpion• Atomi~lll'3 où il est krit Tous /t! progressistts ~ont (1t.t tspiot~ cllomiquts d tuu. lt• Ja•l• dt' p<OI/rtssislts. l"a.ute:ur du l•nt, Oli\·er Pt. lat 1~ sug~:~re, lt journaliste tn t'St sût et renr.::h~nt en aflirmont qut IH j<unts Juifs du Clfy C'OUtge ol New York et leurs parents ont vendu leur p.tys. · c rcndrv qu GflTt.'S •" r br que rop.nlon '"" cntrcprrncurto: d\r proct"S Ro&enber~: ~1ent tu l':nt...o.ur .. n~t de 1':\voir '"df."rtÎl'té! C!IX ___ "" (amf/lt:.._ ____ ~ Michael et Robby chassés de leur école à la fin de ce mois ! SI l'ancien pritldent TRU~ MAN • rofusô de so prben- ) ter devant la commtsafon d'•t~quate.., ce r:e pout 6\N, en ce q_ul le tonc.,.ne, que ptrtle remi,e. C.r n•e~t C.O!'Ittste pu te principe - t\ pour cause ~ e\ ltl t'fpu .. blfc•lns revléndront • la ot'large. Plus s:;gnlfiçt.olf til le retua: de -cornparaJtl"t" du Juoe • 1• cOur Supr6mt Tom CLARK, Dt m6,.. 14 prore:. aturt. à,. PHiL.\OELftHIE ont rtru:si de rtponcrr~. L.'Amtrique n• tr..anquo pn d• cl&.oyens courageuJ., C'Mt eu.r qui édifient ft barrage tlle l'opinion pubhqut qui fe .. ,., reculer lés ohaueurs ôe eorciêres. Virus iiltran! On sart qve ~ , .. mlt.thodu mac·carthystes ont cru trouver un te-rrain fe!vorabto en France. Apris l'h•ctlon de M. Jollo.t- Curlc du Haut ... commluaf'lat à l'ônorglc atornlquo satuèe comrr•o uno vlototre par les chasuurs do 1orc;awes américain$ IJ1JuL, os 4~Ya.nts ont •t• <lep"';' Kar1's du C.N.R.S. Les ternieres t•r:tat••U or'lt eu l'olur obJet d'ox.ct•trt de:~ un:tlud-s des OJ:Iftl'"" et conçt•ura dt Padmlnt"i.tration, cela "ous couleur de discri· mln1\llon l)oUtJ ,luo. ... et mesu1·es de prophylaxie Mal.s la France a ri:.gi vi· gouuusement, et pu la voix 1 de ae-s plus emir:tnt«t per .. Jonnalités, un1ts aa.na diJ1Inctiona politiques, olle o. tloniflê clairement. aux apprenti& ,orciers qu'ella. ne leur permettrai\ pas d'utiflaet• ohoz noua lour ll\tlrall moyonloeux ni ltun mariffce-s. .\"u1rc <Jmi j. 1\CS~I.ER. m1· mill dr.:JI~ur de! /,.u Prt·'>u ,\ OUI'c.lft• •, ;l'if li( t.J'ftrt• l'irfim(' J'urr ;:rar•t-• ocâd .. ·nl c•t 11 •IIi ilre /m::,pdctlis~;. A l•t·~ IHJ,'( oeil.\ tfr Jlromut rétclhlis.ç._•mrut tJOIIS l'tt:t'iWOII~ de 1mtl(' twlrt• ~ym .. p,r/Jth·. li•••II<Ut ... Un jour, dt·ux.. tuuri'!tlc., umfrtruin,, f;oppt:s par ltur 1 bc·aul( clrmandtNnt à lt:c .,.l:dtr,. .. ' L'ho,tirutt(ur lt:llr r~pon-- 1 dl/ : - {~lrt'tpli' dl" l'OU$ t't'!rdrc ! rr.;; fi«'tt.t fleur.'>. mflis il Ullc! tt>trclition : que "<>11.\' lt·ur., t"Oif .ut•ic:. lrur ll0/11... EI(C.'i <apr><ll•lll Ethel <'t Julius t?v.;;t•nh~tJ:. Il J'(mllt •Jut 1~:t .lcu.v: •·•.:.•· kuf'i •ml umm.:(- 4 lt·ur ..,~·\ ..;ui-.llicm .\lu( ... ç("ih• l~odallh' •1•·11 .. 'Jo:-Jtlr .. ,. iJ.:UL.., :o•ut JU ,•uth•t u:>je('Uf tiU 1'e5tH~çl Ill· .. olt•tuli· , ... \'~ i••n1•::-o des ll.,...f'nlt~ ';: : c N-e laisnz J•mals attente,. Ot 11 drilé de nolrt Innocence. • C'fl 1•vuu4•1••i ~"Il 1•1 tJ-nlier ll•·u, au tenl) .. hr..•lu •J•· l<A mort th,•:, Ho,.cnbor{r, 1·· t:•11ull ~~ tl<' D ~ (('ll "l 5 Jl!'l-t l•• 1111111 , .. , COI\IÎtlt f'l'ànt;Ab pou•· rn 1Uh •l•tlll\ttl•• 1 tl•'"' flt•~c.n..bca·g. Il -... ·e· l .u.JI'l' .. ~o· :1 f't'U\ •lUi \1111 l'ri., ~UU\'f'DI ol \'\'1"" lnltbll\'('!< t.I;,UI .. 1,1 r".IUIJ"' ..'l ll"', t•l l'li t•.lflf. t'llfirr Charles t-:utml·· r:htt:tlt•n, ;-,lm. • \lu .,J .,,. t-ruHu.. t:t"U(' '".U u fJuelu•.·Uooto )Nr 1~ til ·menlt ,rmroru.;aliun, f~... •h~~ au point. l'~l.allol•tiuu Jh t&the~ 1 aecx;mvllr. J.'arOQn de tou~ ~· ,1 h·om·erJ ,:ltlail fe-. un1!h.:P Pl J.l' l~nl. f'IU• .rnr•••· t:n l.l\1.1 111 •Juui· ! ha I.JtSugur ,.,. 1uanqu,.. pth, nuJl:t la no.tlon trattC:ai"itt> :~ dt•fiU)Dtl'f~ rn~gnlfl •IU""nl qui' If' ... tause~ ju,.t~• •·••lllutt: c~t11e dt":-. Ru3~nbrrg po\I• ,U...I. Pnt 11 u1uftHJ .. tor luult enU • .\1 1ère }uüs et nèqres suspects n• 1 Brainin ~oulignail Je urac· politiqur dt «t antisémi- Voulez-vous devenir les dients de Mat tarthy 1 fa\·u,ri1oée aur l'apt•sêunti:;ml•, J':tff:.lrC" ,.. f.lit ~.candir â son tour. Il a rm:untcstablem~~:nt prési-.!\' .au 4-:h(IÎ\ du jury l:omme i ceJtJ: t.fts juJ!~ Le procur~~:ur Saypol ct lt ju;:e Jüulman. juifs l'un et 1';H.1tre. av:lient à .br3\'tr c:ette énorme pression extérieure pour requérir et jue-er en toute! !\éténité. Ils ont ~hÙisi, au con· trajre. dt tlonner. des g'ages, de se }avet eux-mi:mes l'::tccustttîon d'E:tre rouges ou mtme ro~b. Il• onl préférc hurler ~, . .., IH loups. oelo ressort de lo palo tt tard1\'t -oh ! combien l - mo .. tion de c.:cnsure de 13. Cc;ur Sll· pr<me: 1< juge KaufmM ne pouv:tit prononcer la pcinè l.lt morl que formulée PM le jury. Les S"YJ>OI el le• l<nufmnn 'n'ont J):l:\ fmi de donnt'r cit:s ;:a· ges. Et le rappn d~s deu1 !a\·anta de I'Unh•ersitë dt: Ntw· York projtttt de ~ombr.,. luturs &ur lt dl:emjn oit s'en,:ragenl lt$ USA. Dans un pay~ neuf, 11euplé exciUSi\·tmtnl par !'immi~tt\1iu11 -et qui a tire son dynami~me pour uue bonne part de ceur fusion de races - ltt haine racinle. la xéo•Jphubié accu~cnt cn(.'Ort: leur c;a nu! .. t~r. d'nb~urditl!s. ta peur de mtu:ltts txt..:riecre~ dans lcsquelh,.'$ 11 $'~t enferm.: luimême \'3 .. t·elle pousse:- te c~a.nl .unéri<••n. moderne U gohn. à dhortr otes tnfarn:- ? • (~mir de lu pag~ 1) n\. tl pas qudqu'an t.'Ommr .\br· cel But::trd ou Henri Bêraud a\'i nt :,tutrrt: : 1 o't-st pas ml...._ me c.·ompnrahle ft Jean~Paul Da~ \'Îd aujourd'hui, qui ne dispose d'nucun J>Ouvolr. instrunlt=nt nou\c3U, uhra·per• fcclionnC dt~ bourraJ.te de nânes aux main$ d.:s plu~ ;:rand~ f!f()llpc ... financiers.. Brtf, Mac Canh/'• dan~ h1~n de$ câs, t!St pl u~ ln hu:nt sur le~ ~vènements et h:-c dtci~ions d'Etat que lt f10uvcrnement américain lul·mCm\' ; il e:>t plus lt pou,·uir que- n'tmpQrtt quel mini:;;rre. exactement comme le Grand lnquisih:ur, ;\lt •tmpj du fanali::-mt romain, c1' f..,•.)!gn::! p:tr exempJt. extrçtut unt rl•t,;taturc de fait à l'ornhrc du tn'11e. • •* ur. on p~ut \'Oit :we~ stupéfactic. m ..tes dirigeant~ d'organi· s:t.lion~ juh•es françaises ou de:; rc.ipOm•ablc-s antlrad~t\!'S > nùnimiscr a\'t'\: ob~tination le rôle du famtuA ~areur du \Viscon' in. - ou par1er d'3utre cho$e. Tel Go.:bbcl>. .\lac Carthy amaJJ,Came des éléments dispar~i~ qu'il jc:ttt en pâture, comme boucs ~nti~s:.ires. à r Amêricam moyen ne~çunttnl dt la poli~que ~&ntr:liC de son gOLLvernc ... ment et dt S<:S n~aifres de ln hnute fi nance:; il oriente la co· Ière populaire \·er~ de-s minorités pousSé~ :tu oon·confonni•~ me par le sort humiliant qui leur t.~t fait ; s•il n'•joutt pa:s lts rommt ni!>ite:. ft sa trinite mysr; .. que, \ttst ptlrée qu'il \'a de :iOI, dans .a bouche, que les Juif•. h::- Noirs el le~ invertis sont au .. 10iftatiqucment coolmunistes1 que Jt! f>.-arti Commulliste ne recrute H~ n1embre:ï: que dans leu ·s ran~. cc qui est exactement précisé à la colonne suivant.: D'ailleur:-, nou.~ a,·ons r~"ttn'l'appuf dt l'énurmt appareil ju· didau•t= et pc>licltr dt-s F.t:n!l>· Uni•. Ce n'tst J>as un fou qui parli!.~ c·c:~t un Etat qui agit et qui ne f t'JI)Jlc pa~ au hasrtl'd, puisque notre opologislo ,le Mac Carthy explique que c huit .:-ur dlx de sts clients » sont de;;o isra_ëlilts . \'oukZ•\'OUS ùc-\-'enir tc."S c: dienes • de ,\lac Canhy, d'un nOu\~au julius Strtn:her et de leur représ~ntant à Pari$, Xa\' lcr V31lal. par exempte. qui peut toujoun• ~tr\'ir, 1>uisque ~r~eié par M. René Mayer. il ofIre A l'l.'torope • libre • le bên~ fice d'une expérience de POÎd..;? Roqer MARIA. 11 r~~•t une autre \'Oie· Il existe un autr(' visa~e de- I'Amé-. riquc, celui qu'incarnèrent hier jefferson. l.incoln, Roosewfl. et nujourt.l'hul. écla~rant l'avenir, Elhel tl Julius Rosenbcr~. Pierre GERBAL. mtnr entendu notre propre mi·,-------------------------( Suitt dt lfl pagt 1) tlplc.~ :o.IJI,!'I{e:.Uons ont élt: llp· I'S\enor dt .\\ithael " d• Rubb\• pork<> par 16 rtprêscnlan" dt doivent t=tre a.~c.c importanteS. t.:OOHié:C locaux de ré-habiblatio Aussi, un fond on•lo~uo est-il tl un comitë a élé élu (qui ni tn train de :;t çunstifuèr en prêt d':dlleur~ à enregistrer tous f'ranc:è (commt tn d'nutrts lè:> \'Oncours qui st présentepays). Il esl ,néctS$11ire Charles· IQus ront). ceux qui ont prl~ parti p•wr les ~** Rose-nbtr~ t:ontril>u~nr ~' fassent c ,\l~ le mon<le n·aura pa)'~ &a conlribuer a '" ronds qui sera dette a Elbtl, JuhU$ et ltUl'$ le témoignai<• de la 'olidarité enfants que le jour o6 l'indes ~ns d~ coeur tJe notr...- pays ju.5U(C stta proclamée cl ttcOn. '"'tc · le plu. cher trüor • ft':· nut oUicitlltme.nl, le jour cl'hon~ ué par Ethtl <1 JuloU>. neur oio la réhabilitation aur> Paralll~lt.>mcnt :, c.;et e-ffvrl ~ur êtê obtenue. Il serait impensable le plan mah~riel doit fl'j)!endr~ que le l)euple français - dont 1·io tl 4Jan la catllilR!<Ué pour la le• Rosenberg ont depuis long. rehabilitation de:'( Rosenberg, t~mps J{Bgnè le coeur ~t le SOU· pour la rêvision du Jlrocès. C'e$t tien - nt: soit pas aujourd'hui, JN:»Ur c.."'ordonnt:r de nombr~use-s tncort, :tu premier rang de cet .. mitiativts di\ ti"N:::- tr fts or1tnter r~·~·:b:•:t:a:il:'•:::p::o:u:::r:la::: us=ti=oe==::; \'étS une action put!'.."'antt er effiC3CC que !'o't:ot tenue le 19 no. \·cmbre. unt rCu111on d'informalion it I'J:16lrl Lu1~1i;1. Dt mul- Do 22 hourot li l'aube 9 BAL ANNUEL tlill .. lt... luH' dU Palais d'ORSAY Ol'éf.UIÏSt• l',,. '1 lllul\, d('"' .;. ng., g._~ \'tJiuul.ourt't •'l \ncit'fu r.c.mhOJUùnl ... Juif ... J939--l5 Deux OI"ChtSli"OfJ Nombreuses Qltraotlons Tombola, - Burtot .... Soupar llflh.•b; ··1 pl.u•r"' i1 r~tonir J•iJ11r Jr .. HtiJ••·r .tH ,;r;lf\g:e : 1S. rue dtl Messageries Parfs.-10 'J' ·1 Pitt). 1i·69 sur l'Affaire Rosenberg Ll&ot et dfffuset « LES AMANTS DE LA LIBERTÉ » tu I•AAi' .... : :o rrt~u('~ 1\('t rrx lit hrochurc au . Corr.ité Français pour la Réhabilitation des Rosenberg to. MJr dr ~h.-itea.1h.lru, Mac C.:arth~·. au contraire, c$t !-i.Jut d·abord du même parti Q1JC le pn.:sident Ei~t:nhowtr : il excn:e dt~ fon,lions offictellt ... COJI.tportant d~ J>OU\"OÎno. ré<:b btau,•)UJl ph.::-. Jmportants qu-.: t.:~ux dunt diSpù~tnt les mini:s-- 1 reto (:o;tcrêlai res c.J'Etat) rux-mê· me.<. Il peul f~ irt comparailrc d~:\'ant S.:l Conunissfon de:- acti .. r~tê:- rtntJ .. amêrh:atnc.;;, l)ui ho11 lui semble. m~me le secr~taire â Ja Justi(t bU un ancren pr~~idt:nf d~ ln Ri.-publiqut> et les plu ... hauL" per .. onna~es tremblent d ~ \ant lui. Il t-::-t en outre soutenu par domr,•nts lobbie$ (un lobby e-r un J.!NUI)t:nlent parltmen1:u· rt orttani~é pour lt soutien dt· ~:ertl:lin~ int\!rt:u•, par eï<tmpll' h: lobby dtinoi•J : ~lac Carlhy b~· néficic c.lc 1"tlpJ1ui bruyant du !'lUS ham pr~l:tt C~thOiiq;le ùe~ Etat!'!·Uni~. lè tardinal Spel~ Iman o tt "Urtout, ses moind~5o

n:ri,·iu.::- ~"' ,alomnits1 :-es act:

r.$.tt-•Jrr"'. nt~me le:~ ph~ ~ro~ $it-u:rrcnw · tupid~. $Ont répe: • .. ·vt(o:~ a' t~o: fav~ur par lts troitt vlu" unporranres 'C'haines de journ:w:< d\!~ Eull~· U"nl$ (l'un tl.E-$ pilu:-rs du vr~\i JlOuvoir) : les $-.'l'CiaJ)f.'S Hearst. Scripps...-Howard er .\\:.1.: <.:urmkk ·tt la léhh·ision. t.:omme d'habttt'dt, t"e ... l dont:

t no' s. quiJ apJ>3fh~nt d! tirer

l:1 ~nnt.·ne d'ali!trnu: èt U'appor· 1er Charles préei::ion~ utile~. Nou~ le h: t•ons unîquement, nujourd'hui, en puh;ant nos èlêmenh\ d'information dan:-. un or~ane, Ri\'arol du 16 o~tobre. bien placéJlOUr nous Cdourer sur fe rô!~ rsniculier de ~lac Carlhy dan• 1" :.cc1~ut qui nov~ intëresst S!ltci31tment. nictttt de l'Intérieur. M. Marti· na-ud .. Oc'f~lat. in~:uhc-r en terme$ radsth, du haut de la tribunt de I'A~senlbl~è, lès travaillc:ur:\ Nord-Africain$ er assimil~r le:t opposants A l'Armee dilo europétnne

\ dt:S eer,•ertis sexuels t

Aucune terreur n'a jamais eu raison de l'esprit humain C'.:~t aiRS! qu~ pari:uu dt:S rè~idl:$ dl' la ~odélé américolnt• , il prCcj~c · O~ns cette .:até;.corie, eut rent les Juifs. les nè;tres ct lt~ homo- 8(Xuel::.. , •• E1h<l •• Julius Ro>enb<rj! n"ont cherchê ni à $·enric.bk ni a obttnir dts a'•ant3ges !""" nd~ ~. rtconnait YOionhers le j<Jurnah~te :~n1~ricain W;),rrtn Hodges, nuteU>r de l'article de • Ril'arol : mals s'il fait cette ilaléniable constatation, c't!tt pour h:~ en .:~ccabler. commcd'unr cin.:on~tance aggra"·antt : il commtnh.• . tSUII< ete la Plll!< 1) L t ••.l:. ,fu litutcn.tnl 1\~dul·~\ h:h ~ ltf"UI·t\lu• 4'\1 C)Ut"l' IUf'-. pn:o•o·d('nl, t'li ,\li<•· "..aJJtt nuit: .,u .-n H!\lif" r~:o<'-b--. fP ~ lt> t.a~ t.hl •luc-h·ur PhHIPJ• ... lnf. n'rn fi :\lleuu puur nut.(H)t •1ue jfl -so.chr. 'tau~ lnute l'his ... IHh t ' df lu •·l\'llfS~ulln u rnnflerih,•, ClllU!ol I(IUt•'-~ t•PIJf';o, fil",._ Uftfitlll .. rlu monde. J•\Uf..; J•fll ... ti.Uho l.t h••llrlu~ 1•11• mlth··· .. ,;,, u·,. .. r ,,, ...... a11., ,,,. 1••· .. """• nt·.. ••· .. un.. 'l'l'Il tut •Ill • l'hommt n'a pas de plue Qrtftd amour qua Cêlul-ei : conner sa vJt pour un •ml ». .h,• \'"\l'" \Ill) r,. n•t .. tnu 1.1 pl !tif • r.('!enl••. \'••Nf(• •• , •. ~ .. \. J !}.;:; : •1ut Hu.• .. ,.... ~~·u,. d'tdPitcnct tl t" 1 1 'Ptllt• tft• t"ut'JI., hUIII3fR..._ tt tl J•ht;;:: urft• Ill •'11"4JIIfl'!' f•i IJIItlt~lf~, ll.aO" t~l;ttr .\uwrltautt d~ .M • .Eis.ebower el dr )f. lJulh.•.,, dt p:trler d'1-s-ptU humain d d'Am~ humaine. ~leal• )f J-:h.-llh')wer, nl )L Dulie.., Je-ur,.. .. uhot-di)OD•~$ dt bas tiltf;t' 11'(1rll ht\'('014'• uot- nom·cllc \)'· J'Mmh-. u .. onl set.11er•tl'O~ •:to.bt•· ,., •• Mir 111\\' llol'l'eut· :wcfenu~.

trtl<' l<t\fUt>Ut~ l'ho~umc til ;1

bkn ,•gJm4b .. aoo~- Mols llUeUnt \'h•iU lt-ntur n'a j.uuJ.ic PH r<ti .... n Ill' r~,Jrlf humain. GREENGLASS-LE-MENTEUR RÉCIDIVE ••• la ltgi:-latiun nonnalt n'of .. fre autune dëfc:nsc a la l'OIIt\.· th·irè rl>ntr~~: dl! tds t.nne:m'~ Peut .. nn, en dft-1, :tttcndn: qu'ils aient c..ommis lt' méfait JlOur eon~1:tt\'r la vi1JI:nion d'un nnide du code: ct :tfll)fiquer Il: chfl· liment rm:vu. ou faut ·il prucé· der d'une m:miè-rt préventive ·' li "Pf\3.fttnait ·' uu ju;c•· f•:<Jr.rul df'"' El.tt .... l uJ., t~·~\tn•·ritpU' dt t'o\mO\t>l h·,. •·;•UP .tt'llooll •• \1•~ ll••n nun .. ,.uh•tuMlf •'l'lll'lll' 1'1 hurriflh·. 111o1.i., i!rlto\JI •JHI ;;ul •1l.,lo.;ri.JIItt• lontlr ,~:.u~tnltt' 41('> la Jl.lll .ruu Jm' ,. q1.tl•h• th· t'•t•n ... uh•ltrt~ 1111 h·l ""· • l'homme n'a pas de plus orandt paulon quo çeUe·el : vendre ton ami pour quetque prix qu'li tuf tn sera offert ». 1 n• UU •lie" olt't'Uf d~ull t• .. tJ .. th' rtl ,.,: "'"' h· Ot•lU un ' P('ni.-.Rotnt•, •le 1.1: f~·uu· f.'nhta·al••, t.IU .;:,·,u,tl, Il•· l.t \ltti-iHII l;).IUo•h••: ).t 1'"\II'(Jnlll' tk t'infu: m,tl t'Ill' ~lvuL l;t oe••ttlt• \/:t'Ill .:-tt l..t h·~· hl"(lljj T.l. ('oo.j h• l'·• .. uil ]<" .. uï:' rt••, oh J• li loo t lt'\', 1t" 1"·1~1' tjlli nt':, olul!lll' If' 1wttn. la. 4'uun fi .. ~ lllll'•' 1 t l't· .. lulir. 11 a uu "*l\"P:Ilt \'}.!l~gc-. •·l'lut de I'JhwrNü ·, nu.-. unm•ttfll" mtNtr. ln f•U, lntem· fil· h1 hlnt•t. t:'t•:ot 1111 J!·•r .. rie bt3\'!'""~ $tC"II", h()hQN,•~ t•t lta\;&illf'll,.... t]UI J>ooRt jftll.;.;:: f'l Jm(. .\ l• .... , ..u. la hAiidP la plu. . Ju•\IM Ît> d f-..,{'nu• .. tl dt~ C"VUJot'U""' •h• ;:ur~+-... q11l .. ~ .... u j tnni ... \ 'lit ,ali lf""'•jJ· •rutH' u.ttlull. .1. ,. .. ullrnt• tf•JCit" .. ,,, • .,, ,. m.._ l""t•r·e I"J .. ith•n. 11 fUI 'ln lem! 1•i1, I'HIIIIIII' J.tll~ d'aUift'"' llilllt•rJC" Allt~, j11 ,.i\·:,ls d;m ... Ll ~l'f.lnh• \lni .. t'l' lt•r•IIJ- e..-:t J'•;\'OhJ. Lf'5 .. t•igru••ll· .. t.l~ Il\ bomhc atoml~ •fiH~ ,.,,11! ~ Ul.ç'oiÎI'(\;, N hiJII lM t'· .:1w .. (Ill .. rlt 11-: ui h•Jfln"ur '··' ttlo't'lt~ r:'tl U.tl \miss.lQt anlldO(to

, h tralnh• tl je-- sui~ lerrit,.l.-.

lut•IU rf,.r d'Un lieUttnant Radll• J• h•h toi dll fl0t'tf'11r Pt\UIJJP.., ,t.t~ "" r Jt,ul~ ,,,. :eut ,.Xi ... h·nl."e. .. ,.. ~~ •ëtn.t•::.""~" .1. •.rus_,. (,J. \~._ Jr j>;;t.I"IU"'IIl ll0.llhiJ 1•11 f;treo f' """~ ;t rec-olll\11 a .. (;.lllr ol' ,,j .. wl ,,.,. t:los .... t"ni .• nu .. :•il lt trl.h· ri•J,. '}"" IJa\ i1l lo ifl'lqtla,~ j(l..-,3 d!u\. l'llflol.lrt' u ... ~·n~ J,, '1· t '•·•n:~~oh••·-H ,f,.. ;.ul •l wr.n:nut. ,J.,.unu ,,.,. ,. l;i un p.;i-IIH" "~""' J touat• ,1,, f'.BJ_ ,;,..f',.aJJ .. rn-u.a ·.a l• to> • .qi ;~.PPrf-<. 1•lf'ifM' ·l'uttn.iNIU lt1. ~· <t tfC' la"'ib4tt\IC t't >rn .. \.,. .... -tlt ü!..el ••" •:•"' _,,. f>l"ltw~f.Tre- it h <11lili•" t:lo"f1r"l'"'· On •h •" •Ill'" vrill 1,...,, •• '".; it l't~rf•io,. Il ne- fi'L "n(bumt •Ill•;, 1S Charles· lh j)rÎ.ntt, Il "'fl lt'J!tl 11 octobre 2013 à 16:34 (UTC)~ Il•' Ill l• luiro l'l ,,11, ~· ,,1,1 ~ h•l \11 ., ;4ftl: .. ..,,,,;, allf"'" " L \i .. li.- Un, .. 1 ... ,, il llot'f!IC' n•aÎ .. Iflnl!WI J,.,u '"'""'"'(C'. l•f0:J l'ro ti11101Jtl(.- h•lll f~ Qll< UtUJH J,J,u le' Ji.O,f. •tui a\.uU Je If' .,..,Jâ~ 4'11rr- l'utlfhr' $1U QIIU,lntlllol. l.f'- Jtoht•lll.l rtr ~rtl Ulur1~ n111,Î l.t •·tut··e "" utrri~tr· "'lllliuttt•, \.-._,1 .\l:u Ccmh' ol~p;d1co·t - il ,,.; ;~J~nh " J).hitl C,c,o;l:a.--. ~"' Il,.,, ... cl.·nt ,.,., <'C' ..,.,, l:.i en tl.an· ~· nNt\"f'll~· coam~~·"· l'ttr ("\\"IDplc. "~-:.ni 1f• fj~ 1 ~,1.,.-.rt' d-.,m n;<ot'a;t d'~1•lan• ll&ft' •st t ..... ,.. t'tJ...:rinN'rl.tl olo! 'l~r ~r\( CARTU\ ~ lli'"f' •"· .tC't"u.,.. II'H! l•:lll' """' •ltf'llrollll .. n ••I'J >~trtttll<" ot J., 1 />v Ill> tl' t •IIIMJfiUII" l'ft;;. 1•11r J,t/,111 tt".)lll..-rz. Charles ,,.,.,,,, ,J,. ,.~o. •'h4rolw. ,,,. illl(/ lfi)\\Jt)t'fll r/t4 JIJIII"'I • • ,, •• '.~,., Vi! ... ,; .. ,~,, ' Il 11 .rn fui t.o••t.al ojui',:, .. u t'li l•,•t~t p., '""ll'"t' . .i •"Mlf' i-IH"'ill~'. il dail 'l"""'"~" ,. • .,,. pn•j•1 •l" lfl~!ld rttll,~ h fttl f(IIÎ tmtnlf•rud VItllll NIIP I(IIC'/• '"" 11'/l(mr J,. {, (1'1"1"\' •· jtr~ojt"l duni J"liu~ Hu\f'ul,.-,,_ 1':hlfllllr I'IHI',.I1!!llt, lui t;r,. .. n,_l,.~~ ~ \ujroiJttllu~J il ll•.ut::h til" tb~l" liOil • •"f tilt éf'I'U;IU m: .. Hriii!J~Ii', lrf~l.l'{ ot ,...ltlpl ,,. '" [CIJUU/ 1 J , .. r·io•: "'""'11" ••·1~,.,.,. U\. '"' 1\cfl ... C'rl'l~t-.. of~ \J.-. t:..nh•. lA nt:tuc,nnrltC' Grt'frftab•· ,... 1). .,,. J4•1JI d h••i I'Nnnr~ ltirr, llit lt lot.ofn tlt la •••n~. l:r1 flpJIO~II;•,n 1111o. fi,.r., 1'1 N•l\1'-:t ,:ell" Rl,o,tr;h"•-' Il uHr,. Ir •1•• • l!tt'll" riJt\l~,(liiUI ol!t 1~··111• uu)( l>~'~·ul'l• ltri,t<• 1""1' b • !'lllulr .t r·l tHJ lu lrt~lùtU l••t1Ju••r l'' •l\1('.1,• lill , •• ~··· d< \1 h ' " leur dépi:ti:IJ{c ? ,. Pe::ut..on hnas:inl't' l.ttc plu::- q·· nique R"IOrificatioll dt la pc n( dt nturt .. pré\·~nti\e? Or. il nC' $'~:;it f>:t~ lit d'une af:\crrahvn accldtnltlle, mais de la rtglc officielle au" E1ai$·Unis sous Jt rèf.,rne d'F.il'iènhfiwer, qui, en hwt I,JUt t)ré~idtnt. ;t ri$!<nlrttlr;CIUCIII

\!)ltliqu-: 1\·S JJrincip.:s fHc.·jsf~,_·~

,.j ilHIÎwlllltt'-t ûc M:t1. C:tdh\ datiS I'Mf:tire RM:enbctt!. tl\l'1.· C:t• b't•!H 1•·• ~ ~1111., IJ,f!'l'u li, uf ju~'>li(h·,dh•u •JHt• lt• ..... ,u.tr• ui'èη 'h•ttlal \"Nil •·h.w~ t'jnr.,~· t.lt: JUtJ,l-. t.l110"' l'••f•Îih•' h• rll1.'dt• li \ li JII'U c.f.tt'Jt",. ltiU" ,.t\ IU.,NIII.,, r•tll .. ri~ .. lt .. tt•tf;JIII'- 'i'h' IJ h .Jhi~ ooHU 11'lln ;\UIÏ. ;l'lill t" ff"llllllf', d'un J"'·1r. tl"llll tH ... •frtu trl•r(', t:n 4111 lnul. df' l11t1 o\IJ •· h\lln:tin. J, h1•IIIU'IU, f,, I'IIUfl.rtu•t (1"1111 lr•UUIIIC' 1111\ 1\r" :O.tlll f•H••;IUtfn, •·~f lt" Plh1rlfl ~ui lit• l.t t•h·lU,..""'Ii•m. hl .. ;ul ... ,•,•U.- •·untl~•ll('t'. li i11t• .. l l'ht_,. 1 huiUIIII' ut ~1 ... tnH· l'f•~.,lu~ h' .. ,u ... oirut· ~o'f"rtl\h•lnmt Inti~ 1..-.. .. rH&l~t·~ 'lU!tlilt~ .. ttlll •JIUI· lt' h.' tllo•I••.UJO,dt~ lit:.<.: lvUl•pul.;; ~ur .. lt,• lt lihtt- •·nltf'(tlf,, •• huntwllr ··••Um..rP. •li.!:n:tto hH· 11'1Ahtr. Orrt•'-. ~an•ir iiiiUutlr, 1f'llth·~,.. .. (', f'·"hiulio;,fll(', IUJOI<llll• 1··; ltutl •·,.la t•.:o-1 tui ... dr L"•ll••, H"llu(•, .. nuiJitl, l'-"' le .. ,•ltt>f"' dr Ill A·'t! lli .. •lll lhl Ul!lU41(" If hl,. 1·1w "t•tdt• \t•I'IU •lt•ltU.'1111' l1 tl-.ch; .. nrt 1'1 1., ~au:iliJ• •l••ull·· ml•ll~:ur t 1.,l Ls ..,(-Ill•· 111•'.:-ltr•· tl•· 1.1 \.-lrut· hmnaiut' t::Dir .. r•ltltl"llr l ~r lll' lt~lllll.., t:.,J 1'>'\t•lll. Ill' UO,~ .... mHII· l" 111111lt.ll· 11•'1' lung. h.thiJ~· t:f p.,.rtvlll. lt• IH'UJIII:l e'SI r.tiiJtUI~ cl' .. \1), tl Ir~ l,),:daiel'o'J t'ÇJliUd•· ttnl' luuuar lti.Jilt h;se tic lh:ti:..Qn !'l.tl.tie ..... tl··tl Il u~ .-t r.. . ~ t.t'f"'FIU("., lt11f' •~t !tU:<,: l'•••·( llll"li\'. .. ra Id ,.au ..... i, .. d\t"l f'h l•ft-..U.1d,. .. . Pvur le tunrm·ul, tr•IJh•fvt ... jf' v~··•riu::- p1.t~,·,. ;mx .,,,fo., 1lu lle:u~ h·hrlnl R.·u.Ju1ml .. h d du ctoc-lt- ttJ· Phili()JJ". ('1 •til ' IUt iilllS ~t' .. ~. l'"•lt'nf. •l1• f1:\l' mCin J~ol\!t, jr 111• \ub 1•1"' (1\,ul.r•• !•1 !>'(' fU•lll" fUI Jl11fllll11' 1ll~0~ ,, ,~ UO [>eU .!•• lt"ur tend ... u~.t l:l:thJ. m. 11 ···•·m. JOtL lore .... lb sont 1~ peu pl~ t.lunl je tAi~ parHr, il.; f!unl rn.l •·h~lr el ln••n saug. ,,,. ,, ... huiUii't' t'llr •'•• ">Odt lh·~ !HIIIItlll" htiiUH thil'"• Howard FAST ' 1 1 1 lfl:~J.«isqu'on ~e VOU§ le

fit pas •• *

Les Immortels ... se. tres.sen~o des a.ouPonoe5 d'lmmorteUu. Entrant à; I'A<:adâmlo, Guoh.c 411Ctnac eo11 p PêdéCU5CUr Grousset, et Weygand eocanse Guotto. O'est. Ull usage-. M3is Gaxotte e11 Weygand encensent rneurra8 l'un et l'a.utt•e. C'(!"t un&. profeS$ItJn de. fo1. ... Ont la tripe républicaine Ainsi lé _gènër.ll W eygand, t'eeevant. GalCottc, :l. faJt. sur· t-out unto apo-!ogie d~ M\.UJr' u. AVec un rappel d1sQ.rtt r-u x _s-plendeurs dU couronne .. ment de la reine d'Angletcr. roo, un t~oup d e. patte- en pa$ .. ~ant, 4 lit rholution cJe 891 et pour- ffnir, uno he.ute envolêe poliUque su:o les devoiP& de-e citoyens - qu'on pourrta1t rett'<luver encore sur t~ pr~téS cle monnaie ; t r.ayail, fa. rn lll~, Pat("ie. D'o Louis xv J .:o. P o-tain, por Maurpas, Of\_ a. 1~ Obrc. rèpubflca1ne A I'AcadCmle. Un secre'l bien gardé Moîs pour faire I'Giogc de Maunas, le nouvel :teadê .. m!eien GAXOTTE ne craint pas \1/ EVG.A,ND, f.~1· .. ,\111! .. mat hl... '"' .. ·~ tt "'"l'llh•nt jllJ~ dâcro.re .. t-lt froidement, 'lUi. ,1;nr..: l~lu• .. 11uh: ... s~:.;<.:nt:Tt.:~ , .• ,,) . i..t·;•· .. icl•l \l;l:Url'•lq l'lllllllll" 1111 t•fiii!'IIH o~t) .. thlt• til cl,ul~-.·t'f'U \, ... et une vérité a' re' vts. e>· Sl tes h ittèrlen& consldê-.. ~"a ient. MavrFo:~i comme un ennemi, noue av,ons \orL. nous, de !e croire un malt.re 6 penser du vlçhysme. L~ prcuvo, nous explique QJl .. xo ne-, ().1~st. qu'if a su.-v«u ô Viohy'! C't st b!en lâ une logique d'immortel 1 Autre swprise· NI coltaboJ ni vlchya:ta-, ni anUrépublicaln, ~outc \~J. f~(l.;; d1• J~1 t-'mn··~· . Du moinr, pas au point de &"être roèJouJ de la dOtal\<: cJo !a R4• put;lllque. l..'homme- qui voula it &t tra,..aHht plu' (ltun d&o ml-.si4cle4 i\trangiei' la. gueuse. te p3pe dont Ju vloh)r..tes apphquèrênt. tea bulles, t& dtl.lte.ur\ J•ineitat«ur " ta heine cont,•e les resl$\3.flt'• lo dènoncfatour de Jut r~. Ma.urrôl$, n'au~au~ p:t;s prononçO ta phf'aae dlèbre :_ 1,! lP.JIU· h IJ,l ·.-.. 1 nnt> dh'Î11 .. ,W vrJ.o;, • Tant, pit pot~r se$ amts, tl" no .,rôte qu'aux rtch~$ . 1 ... Ùn faux témoin 1 ~ Daos çe mê-m••. .hiJ'.'Cb; f "' lfl Fl'lme:~ • . Xavier V"L.- ~ 1 LAT a te $ini$llte culo1 d'ëcrfr.-i) : ,,e n<· ~mfS: poJ'· • ~ s 01 lémoi~tâ_c;r :::ut· lez; \!.3JUJ)& t< ~ tlc- ~c•n('I!J'\Ir\ltlun >llltmanllS)!. ~~ Par oontre, les p.risona de VI- ~, chy étaient croueet. Xavier \ VALLAT Je:ttent·de X, Y, %1 ' qui ~ firent dt& onquêtes. Le bu commiH\ilfro. <\U,X que$tlon& Jutves sc contentait <l'Y ef'lvoye.,. J~ autre$, Et des prl~on.s dC Vlehy com.me des camps; c.llemiind$, res tflSOC\• pés peuvent en tém.oignc~ consre lui. Qu'li s-e tals.ê, l'im .. pudêllt. Bpnté divine ! Poyr ~·étr<~ é hwé, une fols, cont~ tet méthodes· Cl'axplof. la.tlcn et de' vlolcnçe: qui s.,.. \'Îssa.m au Muoç, Franoo•s. 1 Mavr.a1;. s'est. .tttit"é- les rou .. ~ drcs divlnct. C'es\ le dl&tln- ~ QuO çttroniqueur de 1/Cib-~ • r'(!n'lJ:•·u 1 :.l!Jt•11if!H•• qui ~ rr.anie les verg~.s de ' Dieu f eqntre Mauria,o. Et1 U le re.n ~ voie au Jour du Jugement. 1 dernier, oû, à l'en çroire-, ros 1 rc:Gpon&ablts de l'offl'o)'abt~ } ~ misèf'e du pauplc rno.roc;:ain, ~ Str'OJ1t 1?SSI6 à la diolte du , Pôre. 1

Appel au meurtre

'

'""' 1'nnb-i r.-Jtn•:;IJ:-t' •'IJ.Jil.

1 • Ut• t- .. J t·•·:-t•'•" fll'tJfHn,Jttuwul W..r4·,·hu1Jtl•· "· ~·m ...1 }•J(

lu• ;ieul \Ni!l' tf~ f'SIUJII~t~Ntlt·

. ,If, tir Po rk m~l~ ,r,;. 1n tu~l c ~ ~~•r J•lth·~ !•!IJ o;(l- r•l ~·rn-" 1 lii(>\'('J1:'. 1 l't1oyens « J)ropres • S'if 11}0

fût, que ceux employes P*"

1 hts comrr.an-tos en traoL-Jon,

qui vont la nuit, uni6Yer che:.1

1 eux le.$ dlrige-ants hn'lf&le.Jls,

eL abandonr'lént leurs ~t'P'

1 crlblea de balles dans la çam- 1 -pagne. Il raut s 'appeleJ' nt~ \',JI til pour s\lmu1er ~tnsl fe f zêrc dt~~ nssa!&fns. Tu quoque filiae L 1 ••• ~~.u:tsl l~>' rn~. -5'icfl;t l\h·t1 • uf ~ l'adresse- de M ho,..n!, avocat et fil.s: -spirituel de Pétain. Celui-cl, en accep~nt de dilf&ndto les ~ t.el'rorl&~e5. 9 t.unl$ lens, a LMhl 1 ~ Tun1sie UUil,~\il~tll"'- 1 t1 ; II.Q. tr4'hl en m&.me tempa ~ la. QOnflance de Hh'ltl',11 • ~ et. de tU amis1 qut en ~va.iênt t fait un déput.ô (sfc). 1 On n'6s·t Jamais trah; que par tes. aicns. 1 \:ttw; ~·ummc-.'- he ur ~Il.'\ dt: pOill'Oit dmtttr:r ù fous nus amis d'.,_·:ue/tenlt· .." { IJOUPtl!t.t dr nolrt rridacti'U( '" ;·h•'f M~ul r.evr, t•l dt1 Umi.Jr.ciclr e·n $t'm nom Jout: rt•tu 1}111 lui rtlll mrrnlfN;J,· lem ~J'IUptd}u, ,; l'on·mîiiJit ;tt: 'ill nm/ flllcr • DROIT ~T LIBERTE a 11 n'v a pas d'antisémitisme "à la francaise" LA VIE DU M.R.A.Pu Magnifique meeting contre la C. E. D. dans le 20 arrondissement .. D-•-«~lt <:-t t.:boetli • e.c:hêv• ouf~uul'hq1 ft i'IJl~IRc c;u'l o ~t~r.~k at~o pr'è~ C:e dtv~U~I p~r~nnolltés sut l'.,l)tk.cmÎti!;me ~ lo (fOMOII.; •· Cotto to,mulotfon 4'\.1:\ O!ltls-ëmUh.-e\c: mcwrc e-1 ('Q'WIV'IrobJo pt~· t<:nd iun~t oppO!~ 0 l 1tgr.ob~ p:o:t#ut!~ ytkfonoNJ'ot o:-t ratU.tc.! ovolt f"'lt !JènOflef:r !'c.utcur d1un orUefc, ROOS, c!o ta ,.lon "'"'" C"t ~mpl• por- Ul'l orrét de fo Il• Ch ombre d<!- o Cour d'Appel dct Po1h .. HENRI WALLON (<Le procédé est à. lu portée de tous les ... Mais il y a (encore) des antisémites en France NOS .ec-IÎQn& n-: d1ÔitH!.IU JJIJ. f:J . lo o. o)i\J tlfl: ~ htiJ;.t h• O'tlrtfi•le!• tif'lll'i qui l.·ur_. ic<·oml~u!~ut ......... ~ ,., d J ... ~Otll n')ml•rc;n~~U. N',.n CÎ~Otl• tJU~ l h>i~o. l '"f plucr iutJ.Ot'I• M~ ll\lftf 11\o"l,._ : l.a h.lUC'! ('OJlltC !1• 1 é:n'!Ut-~~>t!l crb rCV:IH<'ttOin:l. ra-t:htot•,i:. J~ .b:naille 1'9nlré! Ils rro:tiJ!:;mc-e tle J'antt.-t.Jni'lli.r.u! f'J• frn n l'•·~ t"l ttoHn. ln dlffuti9n du ~ul V'1Uhl jo"rmaJ nutir: l'i.uto •lo oo1r(l l~vt. lta'eH Omit f' l.lbntl. s· arrondissement l. .. e- :!5 ,,~\~mlir.:. a SJ l\, tO liul ,j fa ull'! fie\ Yri.ro~m it:r.o. tu., J.b~ nrond, uu(' i.mporHinte Mnfén•Pt• Jr b ~(l('li'.I:J 1ll' ·$' rlu M. tt ..\. [' .• '.:r to th(.mc : .- 1/,.uti ~Ç,n it i ~nm Z. Al;:rr en 19-tl. l';mLid:tttitf!.l'llf'! P:,.• ri3', tll l~s:t ~'• ~ ~~n~rnr Tuhert I'!U~ ur:s lJrill:rmnlenl thwatll ln tlldtes et mililana •Al- nnrre- 1dou\"l."ftii!IH d .. ...... llto ..crtion : 111- t)r(!idct~ tituil :s•~ urc;to p•:: 1-: J)fOfe,teut )ao•(tli~ ,N'~ .. .. c;Ue. On rcn:nl:tlf"ll il •bine l ~ ni!~. {!firmi tl1! TIOitd)tMI~OI ltft(OtlUAJJt%, 1\t, Robt-rJ Phniç~i~J . j()u mD.It.u~ t•o~rle• rtem"'il'to. :tlrbi que R~ji[Ct MJUi~, w.:.~idl'n\ riO! ltr ,. .•. ,it)p-. 0~ nomill'l;lfl&n pcuonnofltê1 n•om- cr~ dr s'opJJOS~r • _at crnÇ:to MARC BEIGBEDER « LI, y a des assasst11s qui n~ettent des gants >> SOUS t•occupr.tion. COntmt:l votts nr J'ign6r~z p:.1s. mg_ls comme U c$t bOl'l di'! Pavolr toujours pré,,.nt à l"esprlt. s'Il exista un anLisê..l'Ditj&mc « à. l'allcmsndc ». il en iut un a~. eu 1.ônc sud. «à lf{ franç.~1se». _pour reprcndr~ un lnstant tes pseu. do-d!stlncuons tristemcN avali~ s p~r nos Jug~·s .. Cr dernfer. lard. fleurit. l'antW~miW.Sme ch~ r.inaue - uu&Sf blen <-1Ui~mauch· que « rraoçals ». •:railleur$ -. commr il y u unC" haln.c. u.n~.t ruJ1r: froides ,\litant pMslon. nées. ùH&ant v('nimt·uses C(HDD'IP il Y 'U dC'S Bssttr.sln~ C\\11 mrtti.'tnt.. de! g.Jnt~ qtû n ·o~>tlssa!t pas S<lu)ement ",-------gredins)> L'ARR"T d.e lo. Cour d'Appel du 26 mar$ 1,fl5.2 que vous me aommunlquea., hourto lo bon ~ens. B •"e parait. non moin" h l· dg.mment hourtQr t'f!Gprit. de la Joi sur la diffamation. • L -,;~ .:h.D.mpruns dl' < ttmlis~ ntilisme ~ /11 françois•· ($/t) S(ltl/ ( Ofllm, CC$ 1'0- /t•!trs Afld hurlenl · tw voleur! Eu ('..$S~)1<url de /t~in• aoire tjll'd:> tt'Cprouvtnl qioe répulsion, hatne t'l hQrrcur de1·a.nt lts mè· fllils commis ptrr tes aut re.s anfl. sémilts. i/.t l'tllli!lll uniqutml1tll échapper dtiX $0llr.'/f()fl$ pr'fvut•.- por lc1 toi. S'li ~uffit pour en ê't1ter- lc5. s.on.ctlons de déolatcr ce$ diffa .. matJonS fahcs dans une Intention 1 de oonccl"de, 1& procé.:Jé csL a la pof'té-o- de tous l•e. gredin$. !tlcti.s. 1/t' touu: êJ·tdellt.'", lt.:ur . .>J•mp(l/hic t~J /Qllfe C!Jrli'ère. tw.~ ptrsl:clllqur.s, t,JU)!.' spaUcrteurs, à ,•euX t}Ut pruUquaut le rtuisme d J'iuttisttmUismt ne tll'etll qui! Jo regrette qU'un arrèt. da pogrome$ cl autr~ ma:,·sat·n·~·. JVttlc& i"d iqu t~ 11hypoorlslè comme un moyen d'&i::happet i lo. juttic.c. lu eomrrumd.c du :vainque:ur. rnnl3 pomralt se- targUL'r de l'uu~ torit..f de: certains Français. con· $lsta dans dts c Jols ». qualü!ée$ d,C' <c justes ~~t necessaires ». b~-:.· s~s.c 6ut une « saine mê!ianee env('rs ~:s JQ:Its (cons.td&és c:om .. JEANNE LEVv •.... r.---.... ~ . ,, C'.tsl rtùr.v( <JII<" ftu - Charif> MAURRAS d<111s Jl.>pccts de la Frttnrt• fln 25 iu~IIDI 1~52, lut.~ ~u Pt'ft'tf l' ortille <!tL lou_p dt'llti'i rm post.w:ri,,fum (i 1111 1•ieiJ ar .. llt'lt• ·• , .. ,,1 •JII· •1-.· \1 •ltot·1111"" R,1pc,mlmtl à Ill' dt• .'f('s torfl.!:-; .. pontf(mt~ alt;:rirktt qui lui h·ri ... ,,,til . ,..,. aVmcnts les plu~ m·~ li(~ clt• l'Action Prançai$t' tu AIJ:t;ri;· mil l('dalrmml padu tk «Vous ave~ raison 1•opinion » ale-,ter J'At pn~ eom\Ul.SS3l\W ~e J'ar· têL de la Coti!" d' Appol qur VC\u.S: m'a\l'C'l: ndr~ssé ct com· nh· bt:iauooup, jt: suts llldJcn&~. Non. tl ne pc:u(l pa,s Y. ~woir « d';mt!$érnJttsrrw f\ Ja rrnn.çt\l· sc »! Il y n Jt' raeisme 4;"t qu<!lle$ qut,_· .soir:m ses fOMnes. U est tou .. jours la manifestation dt' ht hat .. n~ L'étt~Qtfon souJev{-e P.if un Lt·ll nrtêt n" !itt!tlt s-~ts. n est eont-.r::tire à 1•\ C<)nstitu· t.lon ttuQ,Çaise. n est cont{ftlnt alL't tratUUons de· notr~ fX\Y~. d'eneoun\g~r 1~ di~rimilutl,on raGil11e. mémi- .SOtu-: to. !ormr verp~lr. Ne no;,a.s t.wmoom pa;., octh' prOJ')l)g~ndl' h ypo~rttf>' •.-st< d!\1J~ gercust pour rovr.l}lr r1e ln Pranet· tout. a.uüt.tl~ qu'O!I'J e-st 1nJurleusc pour ootre- p.tupk. vous ave-z raison ...S'lllett"l' t•oplnfon r>Ubllque. ()·~·~ t\ ll qu·n Uppartiaut. de: meUt(' un 1 fn>!n b d~ <ellos vroePdfa. «Une théorie qui préconise la haine)> I'UI' fn lli.fïiÎIIc'IÎon tlfllrr l'unUsf~ mf/i. .~ ;t~lc dt· pt~t,u rf l'auliSbuiJi.,. ffll' cl' lltr f • ,\I.~UR#AS rc•(tûlldllll pur r·c,, 11Wt... r{trNâiNJr,.;; : Si celo flnil rr(IÏ, 1'1 lflli, (h'UI1!fi,'(C:JllCIIf, ur• p,•ul r'Nrt·, qut'flf•:; gnn•e.,• Jllufl•,, .' .HnN tfliCIIto,; ltJIIrdr.~. 'lllt'lf•l:i ,•tmrnu:s {ault:. ... tliJm•t·l· lt'!J uur•mt 8'é c'frmmÎ$DS JIOlll"> r11 l't'ft;, /û .. par /(• Jr,'..; e.rassrf t•l Ire:~ uhf./M( /~tllel. ,.. Ptwr' 1111 fi ~(·~ dtsÛJ11(~>, t'etJX tfil/ ,\·ont ,.._, plu ..; . â pMin dr e. c'(' nt ,WirJ/ ()aS /t'.'( Vkfflll(!,o;: dt fun..fl.-.. tfmifi~>JIIr' t/l• pt•au • re ,~uni (111 <'OIIIfôlfL' lt'$ PD:fffi/IIÎS!f!.~ t~/J!ig6, dt• t omme/lu lrt~r!\ tthtJnlirtt11J(t'·" t•rin~e$. L•• /tt·ld Mnurire SNITI<IUS. U;.!tt dt• 1 :-( uns 1 '2. qtiCIIt <-llhrL__ mt1 fauh· rfu-1-i/ pas tQ'mmise tlbn,'i lo 1•Uilëe cie Ch'c1·reus~, cet éli!. lui tlonl lu mêre ct le pêre sqnl morl:r en dépflrlation, po_11r m•oir Nf frappé ju~qa'à l'in~ r()itsrirnu par 1111 ântisëmile1 !tpd•.t (li'OÎr éf~ JJOrirSllÏI'Î par tl/l rhirt' J (~lttllf.> llilltlie$ fautes uni él( r•ummls" P."' M. KRONKOPP ri J~nr su Jillc pulmonaire pour aroft /•tl! tl~sail/i.\'. rt)Ués de t'hups pt~r dt·~ gtns cJUi n'o~aumt tJlH' dts !Jn ·c:,tlll 't.~ tmfisémite.~ à là boucht• .' /JI Mm/ame KAI<MASYN, t/OJI,.;: li' 12•. cllr qui a eu la do.u .. lr•ur tic pcrdr• 1111 (ih. s·on seul Jllx. M 1/éf!orln/iou. quelle foufr n'll·l-tlf,• pa.o; dO t·ommellrt pout Rfre injurié~,· d ospci'J(ée tl"etJu .' En ••f:nlè, lrs ()lliÎ.tibnilts pr-i .. /('JUiaemen/ û la fmnraist »· tmhfhmt 1•ilc /t'ur." lrDdWon.-: .» lorsque l' Oct;O.sirm.st>. préMnlt. Il,, ,,•(ln/ cHrull·mcnl rrsponSfl· 11/c. .; , elu rczain !l'anlisé.mlti~mc l'ir'l"' qui ~r ll{flnij(s~ de(ml.~ qtlt•lqm· ltnlP."· C'~.--sJ pur /t?rtr.S t.•t·rif,, ()tt'OE'( rnlr't•litnnent tt Nr· men/ nuusfa/J()ud l'l tes mia~- 111·" clam:u,•ux qm• ('.union lit. /Olt" lc antiraâ$lts ('/ de wu~ Il!.~ tlhnt~rwfl•s nl'll<riertl d /nul jo.nmi.'>, · Dr'~ û pri!Senl. il ttmt·ienl •1Ut! pariou/ le. front des rmtlraâ:~ll!s c•f tl~., 1/cJm,~(rOJc.'\ <'mnfchc: l'anli.to:tfmitfsmc d" ·sc fnire jour. lJIII~ f"'rloul mi "'C manife:,lt• utl r·a~ (/'cJnl(.-.t·mtfitmrt, s,• ctécnf ,/rS romîtt.!.~ d11 M.R.A!P, en !Îai ·"'u' m·u lt' sii!J[e ri"ulrol. Ainst. 11mts f'mp4chërôns r au. .. tisfmililmu· tf ... C.'> ;.:rfait.$ A. D. C(pendon.J, d:au Jto dow~ine dt~• rntillttt~rr, ,.~ll,~~otl t.,u . l! n•)Ul hut t•itilr turu o:9QJ'I'IiU' lu o;t('lion du 211' nrt'(lu di~UH:IU d( [•«tb tiUÎ, ]Mt lin ll'lnuU ,~.~~,;r,~l•·"~ f:i vfilrmuJ, a riu)• i un•· gro.odll! mouif~UI.Î~Jl ~l"t~ niri('(), un le f•rOjfl o·rlt~~lnel 1l1t rtÔ:Ilr:l'l t'" 1Ut"l11 nllt•mJtlll. Lè 1"~ Charles flVÎt:tot•• j~ur ... , IIi f-.. rc bien Charles 11 octobre 2013 à 16:34 (UTC):ud!lê. d'ubor\1 u1u: tOnfértntfl. ""*" ~ ~~il~ un ~ >.i$Jio;• d~ ~ininta ;, htfJncl l!! notrj' emi Clu;rJu Rlllrn:m pril l11 N• rt1h• tl('\•um mtl!. o..all•• o('lmf,flli. l.t' s• ~ .. ~fln, :tpri.•o.. 11\tJÎr ol.tt:nu tf' •"tl!~ ~ •tU:() rlOl~., llll\'l)lh lor~ de f:'l 1'C1U· Uroawr !UT fît C.E.D .. oÎJ loui .. lbrîn. rit cu lt':l;f)f~~ ,.i prê·d~. \'ÎÇlt( ltu •!' o:mf•('çer ii •an(' o:~tct'Jittll,. j01rée ,··,Jucath·f' iltr l'&nti~ufti .. mc. J.cr 3.'. Je~,-, Je 10". le J&·. le 19 f't ~1omrevil :'t te~.:a+ tour-~ .. ,,. à roeu\re, I.e~ ...,_,, .. a .... : manQue ~l· .No• mOi· t iJntc. -:ux, UC- lllti1Uf11èU1 pli" cl';ttdt:uf". 2· arrçmdissement L'tm\"" ,j,." numif,. tt~thm" lll" l,o~ " .. l ité:- •)t la •IM'Iil'lll c~l l 1o 'r~lltn4llt'IO)u r~f:1111(•fj' do ~~··ff.rf'.Jt«· lt'l'ljouri -.1û~ \1('(; !A\'o•o• lo11o•1'(':. l,o: lù.l"-li 1+ l llo\ ll,brt<, \t• '\~:rn and IH~IE>"'t~Tr;rl' ru1 tnl,rr 1ht lJur.._,.,i ~~ttilltwf. . ',.:i .m .... h.~ •ltm. une 1'11U• N,Ît" li (;,lM'" 1~ ,.J•fJI'•~d'll::mem hi~tori< 1tte r;'JIU'(' 1" \ltt-m:l:iW' oJ'I:{irJrr <:1 ••I"JI~ cJ,.. 81)1tllo il il IIIOnLr,:. j:J J',;l'lé• lo-:lliOtl de l*uror•t~r .. il t.ol iti1ru•~ C'l tt\il1~ ttlr~ adllt.l 11.rr t•·• J'l""" utb~miJr~ tl.,- l '(.ll<ltf~ d'Hit1N·. H•4h:utl tl~ J)I\.-.·UCit •f'u ot brothtu•· ..a.,. (:oebbrb. 4: /Al ),(;/ r'f-.:1/ /'u~in ,. JI a t,,;, l';s r•'('J\ .ar IHIIr" ti'l1•h .. purti<:rilitrt" ···lullitàrl~r,-.,, roout~ JI' uéf:l,.lt-i a~~ c.•vrch. \.v.-,t• urv• tllllrt k~rat iou ole: 1'at1• ditnirt' .. l';~("tl<• " lt111U~ttl'àt0 1&01 •ut•Ni de. l'npinion IW\1 ~c'rll J~t,. l•3rJ~u·n .. l air• ... oltl •eçr('•tr ftî\ llt't~~l" : ~n .. l:l•"b· p('t.f01'""1"- 1~<1" ~ f"'rlo l)(m r- 1' ,:Jn,i_....,.,\wnlo 11 ri~ •'fo t u.lriiJ~ t:t •'QnlrhulÎ< In 1l1' ,J(.Iê,::iul? !l• ir l1 ~qit« dr •·ini·tn c. md • tu titu 1(' : tlétt:mLrot. Ut arrondissemept lA" 1{01) d11 l3' o r.t\un,~ uur r<onfC. e()llt'~ ~O!'.t.re ;,.~ a~.-cords dt' Bonu. f-1 14!' T:~ilé ù.c Pnxit. ICIU~ Jo vri't!.tCrln' .1. ~f6n•ltur l'Ab!kt GR.AN'CTF.R. Ir nJtU'tli t1 , J k~n•htt'~ il 20 h. 30, ntlc Vtth:., 1!9, '""' " IUUI)C'I. 20• arrondissement Lt' 10' 'll't011 d.ft~'ffl1:'UI ~·knt de- ~ltl· n.:.~ a tr·· t'ne !!;ratl•lf' !c.llrf~ .r.llt'lion ,:'Ontrc lt'E St'<>r;'h dl' D-r,rm ~~ J~: l taird th~ J'uri•. Le m"rdi ~.J IIO'!t'co~bro, il J'S(Ipd dl! liOit<' l!ol't'tÏf.lft Jf.lt:!1e. ~QI' pcrt'conn.:e 6r: wn~ n:trouvë~ tJII.ns. la ~~alto: de PtUhambta CiJt~IUt. fN tltt J:2 \'HJ1'11t"· \.\'l!lt F""'it·é, :!V~ f!n(lJljl)l~. l"abiHatn'~ t'lttendil Ir ~~l)it~~ l Tnlotrl. q~ i 0:10J;lltnuutonl dlmoulnt ktr;,~ ill""' •f•nJ(t'!' ~Je ot•t ;~e~·ur-.!1. \~rê Jni. t\Qtrc- ami: ]Il~ cr •• t••. l,io\·r~ me-ni~ hl't:" oJo O·•;rt"tHI .'i~&rtonal il•• )ti.J{.~.P .. ll\~r. l(llll .t.M1 t:tft'.th. olêf!ll11il l t>JI~ JN ~r1111rn"' dt'!! Eu~;Qp,:Cu .. ., ~on d~·itr liua ~~n JttiU•d unmhrc dO t;.Charles 11 octobre 2013 à 16:34 (UTC)• ti-one -.ur le. bouune. Jo<~lhtqur,.. tl~ I'All.•mnt:nr ,I'Ad('n;~""'· • 1 "'" fee l(ltiU)tlt •lç h Jtc)filiqno• dr- l'e"~"Dil hf'. "\He '{~,ft lt:if•ll \foe~ln. oÎ(J't.llt•• r)U .-.Ç('l~ILr-, l!J!J•U!"W 1:1\é.r ,•ll:il t"tlt. f':,_dbi!!:i('Jl " Cf'0~1(1" !IIUII'II!to,Î\Iç ijç l':toti(()ll lm.'ll;;i', t:t:u•· tr~ t l>•'ll'!l .. ~..m ht&.-. ,ùut•iol· -~>u · la 11rëo..hlt'll•~ de~ 'l. Od!U'Ilo.ltf', ole-' 111'.-' it 'tb o:omJ.>aUIUII"· ('XJ)tis:nu hi11n. i'c~ i cr.n q::i fr. t(~ l ht'- L'"l•ffUt• an pt\·.- itliuru 011 rt·f.l1•rqni1ÏI nQ' nmÎ'• : J.~v). tl!'ftt~l\hml le '1o?ll\.ctuNit 1lC' lu .P.ù~ 1f;1 :!1}". C:utlih, ,),. l'litiÎom Pro l~rt'li§Î• tt! Mo t'îi'H·hnuu •• h•• l,1 ,. ... ~·tlon du ~.R.,\.P .. lo. •lottrpr UntQim•., lt'J.(otubr.- du C<'n; il~ C("l)trtd tfç l11 l . .J.(: .. .:\_ •tvi J•IJ= .,.. su~wl'"· ti!:.uoi~n~h de l'unité q:ti """ fO.t)t <C"b;UJ11P ~ur~ r • .., mn, ••• Ataro<JIJahf' », tl.3nn" c:ellt 1 ri·s ru.if~<lnlt' oirt.•, mc ~trangcrs) »~ fut prôné com ... me « mf:sur6 et ralsonnubte ». En tait. ce-s JoJs ct ç:U·crç ts S'CJ\. if.'.gE-&.tcnt dans \ln~ dlscrimîn:,ltiOn c.:.\Ci:lle (à. rl8rtcir de 50 ~ de p..1.rents~ vous étit".t. cat\llozuéJ etc pOr&.ée TSc:istc, ptüsque. par exemple. Us éliminaitmt dili touw .fol'letion admi.r)iSk'ativc et. }')tl· i>llque. lis prép:>.rer<'nt 1~ terrain à. ht tépreS$ion - contre le$ Jlûfs. rna.is a\lSSj contre tous lèS nommo.s: libres. suivant l'en· greuag<> dé!& bien <l.écrit par <'~ guy - el il:;. ~ll .étn{ent (lé}4 u.ne. li rn r.vau. ,~té de même en Al! l"m~e. oiJ l':.lntisémit1sme s'lnscriv1t d3ns d~s lois imtt\S otù ! '· Jusqu'au bout. d'auteurs. tl r eut paraJIHt•mcnt !\ Ta furie. en Fr~ncie ou en Allema-gne. des lOi~- d•s rorlj!ments Ile port de !•étoile .!<lune était « réglementf

>> q1ü étalent une êgale tune.

L'snti&t'mitlsm,.. eommenel." qwmd. dans uu p..'\ys. les JuU's cte ce pa}l.s tw se trouvent pll)s mts .sur l"' mi>me pled qu., le$ :nttret cito!·ens en tan~ qm.• Jutts. et d~a même qu'une ,, opUJlou • eu fonnul~ <lans '" sona. Il ronn~ tin toul<. non teulement par<~ que. en rail. Ull<> première mr.surt 2ppeU;-. ta.talement Je-.sSULV! l11~S. rn•.us paTC{I: q,u•cl1t> l~-1 contm.w.· 'daru son prlMipe par. PAU!. TU BERT J E coneldèl'e qulj cet. .artM contient des contr.adlctions tormtttlu : J En effet.. Ir pl'èciso que pout' q.uc tes élë.me.n~ oonsututlfs du cté11t. 'olenl. re:mplll, U faut qtte hl& injur-u ou dfffama~ons aiC!n\ •u pour but d'&xclter è. 14 ttaf· [ ne ~:-ttre eltoyens ou habtt&l11.6. YVES MONTAND (( n faul voter une loi» Q • JE c.ot- "'"'6'- ete la oour d'Appol dl!' "PuT•- frt\t~r·. . e ... rtu mo;n$. de $ ans •près la Ubèr3J.Ion de lif c.aolt.ele, n'•lt p~ elë dlv&liQuf' plù!'l LOt, -c·cu d&JA un grevo 51Qne de$ lempa ao\u~ls ! Mais maftlhtnAn\ que ee d'Oo\1 .. me-n\ f'$\ r~ndla pubhC, il éSl ln• tli~pansa.bl• qu'v:'l vaste mouvornen\ d1oplnfon oblige le légJs .. lô\ l C-IJI' • S-<!' 5.a1Sir de ta. qUUtiOJ1 en int-ePdlsanc. formellement t.oute actlvlr.è raelsle et antfs6mlte. El Il l"eUent QUO l'auleUr Oe i'QrUc;le lnorimlnt\, canv,e lu fec.teur li A une ~ so.fne mefltn· c.o opven fes Juif' '*• el Prfco~ mae un • af1tl$~mltltme à ta trançatso •· Or, qu'est-ee qu'une Wne méfiance envers les J ujfa. ? N'e st-ce. p~s Un sentiment qui pousse a la ha!ne ? tSIU(<" dr• lu (1(11(<• 1 f tb&Jtn: d~ l'Ei..HI•J, HU$ ;wtc:.l Jl'l$e llllt: s<rir6.e fotmr~abk e1 \'t)u-& ..". 'bnn3ih'tz niQrs. d'autreo.: •Eir.><ns (<1• l.enurque ou d"Het~h Cri•ll~l qu'\'••• MONT.\N! • \lf'nt th.: rnettrc 3 ~nil n:ruwlt. Il )' \ :t a de:; toute,;; ·impft ~o~ui ~ mh l.iPnn~nt ~ pcnstr1 il\ tt.: pour ccrtnio~ l.t'l'J~th.· t.~lles:, ur' lX::tÎt J1i:1Q:menr ou 'oeur, jt: p.!f!- ae, !Il Flnni~Hell il~ l'âf.s C.~l a I"Atlbc •· < !..c Chemin <Je., Olil·iers ... i.IU.(tupnra\·,>tnl, il \Jvnne id tOure la mt.t$.ur~ (le ~on taient. Un homme de coew D \N$ .:-::1 ln~~: jaune. et 'Hl .. Htr, t(,ruchc.:l) :tu mtJf clc mu1t•1)1e~ h'-légrnmmes~ ve· lt\l!'t l.lv tou"' !I.'S t.:911l$ du mbnJ~, 1~moi1(1>Cilt d~ ln svmpothie de .g-rRnd'5 nrti~'1~!'. r«:l; qtlt! PataCM\ 1. lin() Rll!.~i. GaT~ tWpH. Kfrd OOug-l~.s, et fen pa~se •.• Dans quelque·s i n~"tants, il ~era de nouveau de\·ant ie publit'. il veille: a fout... il b disposition do t"or(heslrl>' sur Ja ~cilne ... Au. cun détail ne lui ~~ indifferent. Simone SIÙN~éi e~t. comme chaque soir. près de lui. Nultc=- couvt'r$atit)l1 a commen..të, comme iJ ~e doit. par une a llusion nu .Petit Cireur de: Broadw01y dont il dit, tauand un lui demande. 1mnrquoi Il a çhcu~i cette chanson · -- Elfe ~st th~ Prt1l'.t'rl. ~JI~ m'tl fJ(tl p11r fe.' lrat/$ 4'ngCU(5- oJUf ,·fdiçu/lscnt le rlit'lli htmt, Q ·Mt• du dr: ur nmr. lfl'i met du ,o;;,?/r/1 vur Il'~ .MuUu<; (, de Broadwa.r, bien ~ûr .. il e$it fatiJe -de passer â Brooklyn, puisque. nous sommt$ â NewYork. Ut. nos \'Ïsages se S(1nt te.ndust pa_rce que le nom des Rosenb~rg est veJw sur nos JèYn? s. Nous a '•ons évoqut, toar ~'l tour, 1~ jours de Juttc, d'espoir, J)UiS Ja nuit d'hOrreur Ou mCiu~ rutent l~!' d~ux jeune::> amérj ... L'ains. Eux cvmnte nous, ne "'on. sidèrent J'~ Il\ lulle comm~ tern~~ nêe. 1. inrortilnde du sort <l~ -enfants. les lr.ac.asscries que subi! 111· BLOCH. à leur égard. tou! c•la es! ~n~ible lUI coeur Lft: de.u;.;: .:ranc:h a rtistcs qut m'ont décl~ro en conclUSion : L~., l?osu1btrg sont motls mais leurs enfants l'it·cnt. Les mil'lton$ tio géW tiè botüiHo~nté qui ont •ssayé de les sauvet de leur mort injuste se doi11cnl aujow·d"hui d'obtenir leur ré/ta· ltililation afilt que leurs deux orphelins plus "tard sachtltf que /turs parents r!'l:laient pas des bl!ildits mais bien des ·martyrs. ,. co quo - ce qui Ol<phqur cod~ l><t~lité. ~' tait il so nourrit chure conception qut nie l•hommc. proclui\e nc,m par rtflexfon, nl m~~ inst:ineL, mats par ces sentJmanb « surajoutés » de ,ha.tne. dont J.·P~ Sartre lt découvert. d:tn$ un livrt:) 1~ râcill'l': Si. Parce Qttt! toot antfsélnltlS.. m~ est déterminé par ce• sentiments lft.. jarpai~ 5ii• d".nutres. ni )amai$ par ratson. JIDrtte (aue. qUllnd Il aga<: d~s rnisolln,- elles ne ressortent qu'à b1 !oglq_Ùc p-._tt$JonnelJe. P<.l'ee qu'U -!"tt. touJour:; · pour implanw-.r. qut!l que SO!t ~~t.~n mode a•exp..ress!on. ces s..nUm•nts. JJ n·y Charles" qu·u11, u n't'~t d 'eux QUl" comm~ J~ hahlt". ht furi~.•. P!"uvent ètrto d'cU1ot ; a e6t6 dè J"anti~mltJ,sme ))rau- "fi \1'9UX o.rol•o en ettet qu• c'tst faute d'un texte tégiJ quo dèe maglttJo~t..s ... qui rt'Ont .sans doute pa,s porté l'étolie Jaune - font un dl$tinguo entre l'anti .. S-CmJtfsme to1.1t coul't et ""ntJ .. r~mft16m& « a la franoaiu .,. .. Qu'est-ee qu'un ah1.i.i:8ml\lsm& t 1::. fr:mçako ? N'cst·~o-pÎt$ !.' to.u-t de mèm·e de l'antla,mltlsmeJ ç'~st-â .. dlr-e un:c t l'léor-lo qut pr6conla& la halno <tes Ju1fs. A ra vérlt.è, sl lts éxpression$ n'étaient p"s omptoy,~s par une Cottr d'Appel, Je dl"als qu'elle~ conett\uont. d~ moyent diitourhéJl pormottent à l'autoUr dot a•dcJea de ne pa$ t.ombê-r eotJs le coup de la lof. 0 ·.wtres sont à 1~ glou:e de Paris (il débute <:t termim: $011 tour ·de l.l'ftttnt par un homntaqe {• lo ~3pital<:), P..uts encore, cDi$.moi joe ~~ • ~ 'fanatique du ]alt. , danslt-'-=t mimi- avec· Jn a11 Incomparable. ou la Oe-1 ---------------------- --------------- moi sene Stlr fa batanc;-oin: » et " D'Cinnt:~moi dttt sous jo• ntélantl raut flone faJrt~ voter une • ~e .d'ironh tendi'C ct d'iron~ fol dont la diseuulol'\,. au Parle- j ment obUg.era to.ut le.s nntlsëml. l tes • e:ê dêmnsque~ et fo gouver .. nemenL à flétrit comme il oon1 vltnl. los $emCur.s de haine et- les c11vlscurs de lo. nation oJt.l momont oô <;elfe-c-i est monac~c. pal" la ronaJuanCe du naz:isme et. per le r.6'1!f".mement. do I'Ailernaone. 1 D'allleuPs Ica commentalrq que la presse antisêri11te a tiré de cet arr6t suffiraient à mar .. q uer çombten la poursuite t!ot.alt tondêe. - mOrdantt: Donner .r d'une fraifc: plus de ,~ingt · c:hnnsons. cJir{' de~,x pÇJèm~ cl.e PréVcrt·'nve.; uu éri .. tnbl e ">t.:Jtlti. dC la ~:omédie,. cel~ th~lll dn miraete. M6ntand, rae~ o·<·n: J)h1 tl\'è~,.:. un rare IJfio. Pl~ sobre que precé.di?tnment.

wc....- l~ri~orc: pJus de mé1icr

La chicotte et.la mitrailleuse ne viendront· pas .'a bout des peuples d'A. O. F. LEt eC od•t~ f du TNl\'alr pour les , •••1 • un empto1• e •c".",'.·.o p'...•,,.. n .-,.o·;: - tl,1.) glt l, 01} J'Ra-Uf Îtapic, t:;U $OUcf3n, êtt6'r iv oortêe,s 1 1 d'1 'Oa uutrne . .a mn e,p aa;r buJt >nL cont"•nue •' loucher un ."".." • cm Gu.' nç• e, an CO t o d"ëvolre1 au Assemblée Nation~lc. • la rtt cinq fols p1us- Une que cc.. cametoun. 0 1 lui de iOn çonfl"ère atrlcain pta. A Da ka ... , pluslcur; grèves gë.- . r. 6 patronat, a.ve:: la corn- . ....... .1. pt.e1t~ de p3dminis&ration eoro ... . ce ......,ns !a l'nyfno catf;gotte. n4Pales ~e sont .s~Jo<:tdêc' -: les nlale, refuse d'ap~liquer ou ap- La haus:se: cru ço(l:t do 1:1 vic, 16 ~\ 17 juHiet, h,; 13 oc:tobll'&1 pllquo à. u manière, !es Ciîffé· PaecrolsS:emont du (;ilôl'l'to~.ga or;t lés 3, 4 é\ s novembte. une dèlêrents artfclas du Code. C'est ain- port,.) ;\.son comble la colêro a.s g..atton syndloalo, comprehant <tes s:l quo le- $ahtire au Jiou d'être cattulé sur 40 heures, l'est. svr 48 O:J 60 heures de t r avail. l.u heu~s- suppJémenf.air.cs bénéficient d:'n taux de 10 % au Heu dê 25 ~. L.o Co<1e fntt?rdl\. fa dlscrlmin,a .. Uon c-.tc.iolo entre s:starlés. Pour .. Un de peu pudeur 1 \,luc les Nufrs- è'.A iriquc ni~IH

-~:qui:-. l!eu ,:fb c.lrrht\t.., :.ptb· :.1

lrh~r;ttion, l.'~h LtllfWCtl~ .il: dr:-1'• mir u •·! .\,c3;sieuF::o. tJc Ri1· tt ul. P~lS une st-m<'-in~ où. 11:: 1Jc J'I1Jn- l tr\!fl1 ft ~l' -'Ujet tcnr m;;;f(eUf d'~ mc. I.e houquct, L't.::;:t ..:~t :trficJe du 14 ..". loût, d'où i1 tt·~--sort que les Nuir~ llë trn\':tillent pas tt que !e:; coh)ns blancA Wllt des: -hétOi- .\pré.< avv~r in$~1t(· basse~ m.::nt les l):trh:ntc:ltain-;; ;~fricono~. Rir;JrôJ ~·. .ô. t:ric · Nt)u;;: vous attendtms là-b:}s.. !'OU."~ le st)ltil ~umm~ lv .. .-oltm. b1 uuclttit la nutin, la matehett~ .au pvint. a\·~c..· lb lh-Ph:qt. ln l.:rnlpf·tl!m· fktc:. l~ ~t:üsst-pûl){Jtt: et le ri~

tl' ~ras ~OU$ les iuurs, drtnl'i

hmÙidit~ de la forêt tropic.ale, l~vë :i. cinq lleur~s. Cf.I\:Ché à nt!.uf, dévoré prtr les moustiques, ou perâu d,1n!-> l'inunense savaUne pap;ol'\no d' ,A, O. f nl! sahéliellne, ... nuits. sa1lS som· .- meil, pa1uct~snw sournoi$, sueur travaltlcuts afMcains. u, rPc13 .. qul)lldic:nnt!, etc., cH:.... mont l'application 1ntèorale du 6t pttndant que Il":' colûns se Ocde du Travail. hltml :IÎnsi :'t 1'(11IV.ng~ I,!(UntUe DeptliS lt'()ls mois, des mouve ... "le.;, ~scla\·es. lê,:{ t-"h:•ir:--. d 1:tctm 1M1\ts de 01-èv~ t>OIIl tiC)êt:\lé$ le snii mènem la vie de chiiteau ~MH94~ lot ltlfrilqlr~•,: a" s~- .r,,!Ç r~pr-ûenur.nts d6 toute.s les t endanc.< CJ.s, a é..tè rcç.uc por le gouYèrneut. Elfe a nffltm' la dèto;nllnatiot\ du u-~.,.AilloutJS d'obte ... nlr, dtlns J'unll,.l, d'tlC-tion, fei: <lrVI\S·'"I"'+rtf •""'· '~-<lod~.l,ln~ grêvc gén0raJe, de huit joui'$ cot·te fcis, est prévue pour le mQiS: a:a 'dàeemb~e ~(J c~s où let> tr-~vl\l1lowi n'obtiendrnle:nt ptt& .utisf'Jeikm d'!cl ... 14.. En Gufnëf), la gre.v~ dure de ... puis scpl semaines. L 'a.dminifltration c:o loma.le) bion Join d':tdmeure ICL justoSJ;e des revendicat'OI'I$ formt,~lê-es, os& pass;éo a J'ortenslve : Lè e novembre, • Oak.,,., elna Afl"fcains sont a:-rètés. prk d'un OhO\ntler en grève. Ocua seceoe .. laité:$ -~ndlca ux ont &gaiement eté :!rN-LSs. t..c 9 novembte, a Rul'lsquc1 des bombe.$ taerymogOne$ tan ... otes p.tr l a, police- d~ns un moc .. t1ng, ont ta1t quinze bi osses-graves. SJll arrestations ont' ~té malnunuèS. En Qu.inêe, c'est un employeur qui s'C-sl permis d'a-b.nve, en f)felne flUe , l'un do ns ouvrlor$ ct'l g.-eve. ces unglante$ reprê.s.at::es1 loin de d~co urag êro fe6. travéUIeurs oefricalns1 ont duroi teu,. detarmln;u.l otl. Ut. aonL soutenus par l 'en$emble do la popula!ion. Et te. n'est p~ une métaphore : un Jour de grève g~nér-.le u-ne vUio ;.tricaJne êSt une vitre: ll\or- 1e. Le$ oommerçan&i farme•lt boutinue: en stone dt- s ot;creritt. Les nan$pOI"ts en commun ces .. 'onl toute a,ctlvlti!. Los pay.s:.ns nt> ·li vr11nt plus sur lu matchés. Q:Li<tlle maonlrlque leçon de &o.IICf.ar1te ! U '1 auN 1t 10 bien d.es enseignements l dl"&l" par nos gouv•l'nants. Ils ont pourt{lnt déjà .appl-is à leur crèpens qu'on ne vient pss à bo u~ d'un peuple1 n; a~ec. la o111coue, nf aveo fa mitrallleu:se. Le Code du TraV-411. bien q u'Jmpartalt, appol"~ra ooe ame .. liora&ion nn.s:ible A la co ndl~lon midr3ble de$ .:s:afartés africains. L.e peuple. de France appuiera cot«!l Jt,lste demande, car er.tre peuples, la soHdar1té n'est jaN'RII'- un voJn mot~ Vf:ra CARDOT. MAURRAS N'A PU DffiGURI:R L( VRAI \'ISA6·[ Dt LA fRANC[ {Suite d(· lu page 1) II0/71 lJllt! l'mt moqut~iÎ Victor Jiugo, que fOJt /rdquait, lottl mfs. t•ntUC'/té~ d'erre-urt srle.nliji.. ,:omriw dt~ç Juifs- tl des ré.#S· 'fiiÎ!s joulfar{lenlaiM. Il prCit!n- tontsr ~·eux qui dans te pa,ç'St} ft.liJ ain$i atf~indre des israêt.- ftPaieu/ :oen•i ta grandeur de• • Jc.o; d<W! {Cs (uité.lr~s tutbi/airnl J'/Jwtut/llsme frOtJfais. Combien Ir· :Ml clt Oactc:.· m'ani t:tu.x' des dt 'ntJ/Jic.'O défcnsl!urs cft' ta Fran:. pf11,.o; onrif:lz....,· lft$ françois: Il nzé... c.e fqml>èreu{ ,r;ctimts elu maurt'O! Vtaisail le.~> t•crt~zs des lUJfé.. ras.S1smc, .sot/ par la t.'rUt. lltt apr<' llftS. cJe... 1'nriélês dOnJ l'har- P,licati<>n cl~s doclrlni$. rtrci'sles. f11()n/c• JttiiiQuMc es/ Jailt t'/ la .<;l)iJ par les oltenlals' nwurfrier$ f!TQndiur dt J'ade spoutauc•, vo.. <Jt:t t;('.~ lf()drint.~ m·ait•n( ;nspl- IQnlairJ' ({c.~ reltti qui J rontrcutc r~<::. un nwnàgC d'àmour t~i,ec Îlllt mzlicm~ .. SOI!S qu'a,ucwt lien dait.s C'est c!ll l'(IÎII~ tfUf' t"op :/c•l/orlr pa~~,; !"nil jamtiit reiff«çlrè ri ~'(l plus tard d't' l'l'tiSer ô /'anliclle. ~émitisnu: des jours rritmotcir.cs l'iut ln /!.llf!fft" de! 19141 QtÎ Ulle Sttr/C' tt'antfsémitisme il M faut cl)t11um;:.crs, de:. m~teque.~ ,. jrançaise (èommr .'li un. fel armon! rèrwt iJ ~·erJaim• cmltu:,~- t'dupl~mclll, n'était pa.t: un bfas- •JUtts: lie. vieitlt souche, contmC'Jfl phème), c:elui qui llt! IJrûiJ: pa~. vu dé/f mJ une pizlrie fi :ti u' e.'d fJ(ls entore. les temmes, et les pa,~ enc:orc ta 1•ôlrtt, cotmnctll ott t'li/anis. mais qur cl~$hOtlore .ft .<: la rflntltûerl pnr (e $a11g. de me- pfrtf:. lr.s roue an rlldmar.te el (J mt CJU ()n la (OJlquicrt dans 'la ta jamhu·. le.~ me1 au Qan d'un i!' ll«iK pùr Ir travaiL Lll batail/• noliun don/ ils ~ont Je., fils 41c"" Oat'/'11(1'. t'flirt' qr,tclque.~ au· loyau.\'. On ne /di/ pas sa pt1rl tru'. fui l'tmt• dt.s r.éponsr.s dl!s au crime. On ne rtlt>ilult pas dt·- fulf$· ,:,ronger~ ù Maurras l'/ ou ru111 lïpuu(JraliU· d'ttue do(frinr mam'ra.s.si$11tc.\ L'heurt u'édait- qv.i nt.' _..~·applique pas stulcment lriotiw1e. Et ce$ tentinfs d'l!aoles Ioules différentes qui, pour cider ù. une mode, par lturs fili(IS d'as.~assin~. par leurs romans dé.te.çpérl:s, 'délruiscnlJ incons· ciemmeJ(i parfois. les re$sorls (l'oplimisme, .de cauragi! tt dt foi de. /"âme nationale. ou~.·rlers. paysans, CcrittQÙlSI tl MilS de montrer. a1tx lms ~~ au.x autres !fui!, selon l'i</é!ll de la France, fil torce élie ttOmbr4 ne l(oivellt se placer qu'au .rerI'Îct ihr. Droi~ qu'ànciens tom-battanls, anciens résistants nous resto11s tidi:/e.<· a cé qui tait de l'aven/urt /tltmainl!_. iton pas cet- 1• suilt 1/e combats sons 6~1 et S(l!ls fin. mais. une ascenstoir f·ers la libéral/au. Sur lt risagc de la rJUtrie il 11'cst pa.< de p/IICe pour le mas. que dç la !la;nr. Sur !iOit vi.M .. ge génér~ux cl arcueillant t\fJmmt• S9tl çoeu-r, l'étudiant, l'ou~ J'rier. l'homme dr r.Qultur du monde enlier. tfQÎJ•cnl nr:omwl.lre la darlé ete Il~ $~·,.,nde patrie tle tnus lt'.'l homm;\-:, Pierre PARAF . t'If(' Pf.l-" 1'CflUC' f'Ot.li"/OU$ ('t!U.t qui aux jw#. muts a /t)ll~ les peU• Ol'm~,.ll/ rnmbtttlu tusemble..dt• rt· pics ile couleur. a f'c' qui consti· léguer à jcunl1i$ ('eS indigne~· tue la base mëmc (/C l'univct$0· prêju.gb: démenti~ par l'hl:slolrc /i.':m~ fronrais fcllJUt.' nos CtlCJ'·-------------- dc se ,·qmprttrdrr el de s'aim~r? rlopML•tes Ir' dl/inirt/11 et qu<' La J•ktpitt de lO IS porta un t()mpUfèr~o.ul n(J.') grrmd$ roman. c~up Sfvêrc rm.'\: maurrossiens tjques. Lt lan.qage- ... ;non les act(•,t-- Uu tc.'/ pru(,lèllif aujuurd'hut des l'Oifl(lucnr~. 1~ âimaf de ce.~ t.:ncurt.' corlfinue ti st' poser. Il CQmme l'année d( rniêtc "ou~ h·ez tou~ à la KERMESSE DES ETRENNES it'Jldc:mnin,~ /ib~rateurs n,'Q/Mien,t.. :-:'agit plus cjut jctnmb; de défen~ if~ pC.:; marqtoer faubc d'wle ère drc le'" palrimoi(JC jrauçais, que/nouvl!/ lè. c~ttc de~ id~ts di' 1;.. qu.e soiJ la rtllgion, I'Qrigin.e. lu her/i:, de.• justin· sociple, d'inter- doct,rine po/iliqpt· Cl socialt• au profit do f'urbre- de nalionali:;uu• qui Noient prè- elon/ Oll $e rh.:lame. c·onlra n· Noè1 de-· eufa1\tS de n~ .. â:;émcnt l'rml1mou,ras ?· douiJie péril. Le ma.urra.o;sismt• portés ct Fusillé~ de la Hi los. il !i!tJl fui ritn, La lut/; qui, ,,.,1 prt~clumt ,,_. ra.:rsme. la Rés:iErtanc(;".

,·r potuSuü•it à la fOi~ dOM /t>;s haine, exaJta,u /(7 1·ùJience t)au- les

t!rril.~ t'/ r(QJI.S les ades. De sin~ ré.')· s·tigmalisail ~us parfi$an~- ciJr-. royalistes <lili pouvaient re- comme les llteor/eicn.< Ile 10 ·1. 5. G. 7. J)érembJ·<' 1953 vcnlli<Juer dans 1• passé de <er- hrulalil<i 1/t.l'inNtic_ •• d,ép,rll· 84. ru-· J.-P.-'f'fmbaud rtaaitnis.m~ rtto .isse_ d .e.,.$,-...p (lr!trJèdr(et.inotm â.;l 'dt1Ce élclbltdU·~ ~d~e;;l;a;;!(;r~o,~·td;e;•;tr~ll~u;m;;cl;•~llt·; ~d;;I;L~ p:;11~-~;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;~;;;;~~ cie$ maunasslens. de même que. de.-t t hrt:liens génêreux que ft ma,urrtt~.~ÎSIIlé' allait prendre pour dblc ,Jt~ . .;;es flt1in~$ les plu~ PùJlcnte~·. l.i Front Popu~ luire• fut l'tm lif!.,~ êpisodtS d.c\ c•t•tle IIIIIL' 01~ l'ou <fiSfe(naÎt _se/ c}fl /t' Vt)f$ prtJIIOIIt'~ par \lft/Qr flug() .i :w d~nrière htur~. lft Cérémonie du sonvanir au Mont-Valérien ..:::!!!:!'"' t/u jour tl Ife Id ntti/ L ·,1 TROCE nui/ de t'ot,·upafion fil de Charles Malirrc~ un des mlliltt$ du jour. l'lill dr t•cux qu lt. gouvernement d2 Vic:hy n l'c>mwt pour maUre spirmul. JI rt~gnctil partout, tians t'61ft prt$$c'1 tfttti$ tetle ftU!i() f>Ù l'n11 IIOII>' iMultait. C'est tn sq11 Le diroanehc 13 dét.embre •• un·n lieu le tl·a(,titionuel n&h~J·)JJ!lge au Mont-Valél"ien, pour honorer le sonvenÎI' de tous le• fusilléa de la Ré$istan~e. Le cortège &~ra conduit pm- Mme Ma thilde PERl, pt'i>~i.dl>Qte de l'Association Nationale des Familles de 1-'ttsillé~ et MàSsacl·é~ de la RésiAtance Fl"ançaise, M. L!l<Jn LYON-CAEN, p1·é~ident du M.R.A.P., Jneque. q 'MADAULE, éelivain. Rendez-vou~ fixé à 16 hetu·e~, porte du fott. AutobtOE : Pont de Ne.uill)', 158 et 251! "'.·B. - 011 peut apJ>VI"ll>~• d~• fleurs _.' • • t • ~ .... , ................... - l • e DROIT I!T LIBERTE Puisqu'on ne vous le dit pas • .. . Au suivant de ces Messieurs En $Uppo_sant quo !a f:roan ... C"è traite directement de la C(uettton sarroru~ a"'O.~ to Dr DEtH ... :;R, cU~ n'~U1'.:t. QOlVde d'oublier vn a.rranoll)rneolt a 1'-a.m:.\lble avec cet. e~trc mlnjet. re <I'AdC"'nt\U(l:" : J3r.:Ob KIIISER. Cel ui- cl no peut penser • h GathÇdnltt ·.' d l3 Sh'tc!:bOU,.9 ~ons quo son ~a:ur .!~Igne. ... Mais c'est pas tout Lui aussi conna~L son histoire

" i':l"t .. r-.• • 1H~ la Frguce

Ill' •lt)p".'d l t~: i .: unu:-o n•rl· cJre tiC'~ \ille:-- ,·,•mmf' TtH ·r ...

XMiCY. ~IU:-iTiliol.l .\1\lo. 11111

~l.illl •le.·.: vllh·s. ll'•l l"lghw ~. 1 .. lem:\nd(l' 1 Je vais ravoir ... ma Normandie •.. Et <.IJna çon journal ~1 1 ' « OST-WEST KURJER », Jacob KAISER on raJou~o : « C..:~tr 1.111 ~••:um (', lu ~t ii'JIIllhc11(' n'•·"l f'J:o- flull plU-. Ullt' trt'J' ~ fr<~nt·r,i .. ,· ... ni lu \'!llo .to nV~~,.;L .. •)ut l'~'rt" li:• n.-uu de [..llh.•. x 0 11 ne pourra pas dire que cos nens là ont. v!d' de leur stsbstanca les terme ~ tlïnl6- grttH•m et d'fo!IHP(' uuiè contenus dans las açcoi'ds. « Nous parûmes à cent» Avanl que 1"- Wehrmacht soit de·,enue ct e\.lropê&tln• • te gouvernemc11t de BONN &n ?.- prévu l'encadrcmtnt. Il falf~t 20.000 hommes, un bure.au spècia.f, c fe bu· reau Slanc)t », orbê 1 oct éfrct, a rt!çu 1 oo.ooo d.em"'n .. dG S. « Ce que le sais le mieux ... .. c"twl num rommt ncemclll ~- un çetta.ln H~NS HITLeR, ntveu do l'aut.ro, o. f'.ê.c Oilè 2.743 voir a 1,1:r derniêrcs l!lactJons municipales de Hambourg. Nullcmttr1t. dêc;our~gè, Il c. d6t.fare : ~\f• • ll "lll'ltJ .\ù·M A t1 11 fll lllfmr• t~ a :llt'"i f•·~ I ' II' U.'t..'~ tOIHhfrfiJl"· Aul"alt-il oubliê comment fln1t. son on,te Adoff ? Le Rivarol d'Adenauer « llf\'.1 r"l est povr d'EII- .tO~t. t ien sûr. Et, e:ontrê îOîi~ "ê'ê~x'"·q~(Sô~t."Çôii'ti-e · : «le m!sèl'~bJc Daladior, Je $énile Herriot, Je Qllulll.$te Mfohetot • ct rnèmo tc br av,_ gén6Ntl de l\1ontsab.crt. se fopt vertement U'Jitcr d~ cosaq~ es.. ... el celui de Mac Carthy Sur 11aftalro WHITE, « espion rouge », onvers lcquof l'ancien pré&iden~ TRUMAN t 1est vu v.ccuser de faible.;ses .. ~ 111\"" l'ul • a autsi sa petite opln-1-on mac-c.arthyst.e. Mn.c .... cart.hystc, c'est peu di- 1'-0-, (l~r OJ.près TRUAlAN il met. dàns le t;\ain EISENHOWER lui-même. Ugolin AV IENNE Importante SeSSI• On - un Algérien ? du Conseil Mondial de la Paix Nous avons D le temps! O 23 au 28 no-vcmb~ a V1enne f Autriche). le COn· S$!1 Mondial de la Paix a t('nu sa v- session. P~r l'autorjté des hautes .JX:T· SOntl.!lHt~ qui le composent. par le souei constant- qui l'anime de raire. c.nt<:ud rc la vo!x des J>t1Uples et-de proposer des solutions vtrltab!ement hum:.uns aux ptobl~mcs qui diviSent la plan~· tc. I.e consoll Mondio.l de la Paix a acq~ds une audience con,sidérablc ot trouv~ un !!<:no lttSqu"il la tribun~ de l"O.N. U. n nts internationaux. à l'exem· ple de la pai, en COrée. a gilgn~ du terrain pa~tout. Dans Cé sens )a voie est' OU· vç.rt.e PO~ une réUnHicatton pa.. citiqtte de l'Allemagne P<"lltie ·esscntt'l)le contre l.a re_natssance du ro.ut!arlBme allemand. La résolut-ton attlrme notam. roen~ que Ja conféren~ à cinq d~>ns l'esprit ct la lettre de 19 Cbartre des Nations Unies res-~ grace à t'action prlmordiale des, peuples le moyen le plus cr~ ncacé d~ préserver Ja _paix. son existence méme atteste d~ .--__:~---------On a parlé dan• ces mêmes tolonnes, de~; màl"chands de ~ommeil qui ven· daient à prix fort <tuelqttes heures de •·epos aux t ravailleUI ·s algérien.s. On a diL l'efft• oyable situation de ces hommes v&nus d'un pays où la misère et une pt-opag-andc habilement menée leurs con~ eillent de fuh· ' 'eo·s la mélL" OJ10ic où ils croient !rouvet\ comme on leur a promis, du tt·o,·ail. de l'm-g~nt poUJ· o..xpé-dier chez eux, un .toit s i modeste soit-iL lu J)OS$lbilité f)C)ur Jes pwpres de \'lvre en paix. Et au cours de cette V• Sê$$lOn. cela. a revêtu un caractère parti.culier pOur nous anuraclst.es de France. AJnst on a pu entendre par exemple M. 'Gabriel d" AR130USSIER et M. BOURGHIOA exprimer. au nom des peuples de l' A.frJ.q_ue noire et de l'Atrlquo du Nord Ja solidarité avec fe peuple rrançais dans la tuc.te pour la paix. La r ésolution finale de cette \" session marque unf: étap3 nouvql~ d:a.ns le mouvement pour IR pat..'\:. EUe c3ustate q;;e l'idée d'un règlem:ml paclflctue des dl!lé- Encore • des rafles au faciés! I.e lundi 30 no\·embr~. à 10 heu re-s du soir. le 3" arrond:ssernenl a. :ts~isté à un déploh:ment ùe 1-o(ces pùlîciè.r~s à grand~ rni::>e en s<.·ênt.>, 8\'I?C détourne· mc·11 de 1~ ~.:!n.·ul:ttion, :trre:>t.1- tions <.h1.1l$ 1~ .rue. dans le$ restaurants et fe~ cafés, du quar! iers des Arts et A\~tie'~. C'était la chas...;e au:.: Nords-Afrit..-a~ns qui C$1 devt..•nue une habitude. Lt!.:;, procédés aussi restent l(s mëmc::. te teint ront-é. de-s cllc\' tUX" crênus deviennent des sig~ res distinctifs ~u:::pl.octs·, des rai:tons dïn1etpe11er le pa~anf : < Tes papi~rs 1 Ton l:net de, tril\·a'il ! .., Plusfeur·s dizalqes de i ravaHleur:ot ont ~u! ainsi conduits au Commi$-saria1. l .l~ l ~ttcurs de ii: Droit n l..ihtrté nfgnorent r'en dt;;: tOu· dition~ de rra\•ail d<!-:; NordArr- icains en Frante. NoJJs avons atl:'si dénoncé ce mcisme jour· nali$U.lue qui dans Ja rabrique dt:-. fail:-;. ~~\·er~ mtt tn valeur Il dcH!t commis par un NordA Jric.1in. ·,\tai~ la l>ré-fc:..:turc -dt Police, die non rtu·~, J1C p~t!t j;:-noter que le.s $tatistiquts s·lnscrlw:nt t.m faux contre la --4• ... , •• • • • •-OoO • w• •••- • f~tndauce nropa;t<·e pat une cer- 1ainc ptC:iSc à gr<>NS:r la crimi· nat if~! n()rd-afrh:.a inc. Aloti:. pourquoi t-e:; rafi\~S ? Elle' en 1appeUent d'autre~. d"un~ épô<IIH! non encore oubliée,.

.wec bri;;ade-s st>êt:jales.

arre:;tation~ s;.1i- simpJe: coup d'<X>il. c·est lè délit d"exister que poursuivait lundl la 1loliee. Nou.'i Sa\·on:; où il mène ce délit ~·f ln population du 3· arrondissement a fait ne-ttement compr.~ndrc auN policiers qu'iJs fai~aient iaus:-oe routt : le ra..cisme. l'hallali ~ur U11e catégorie de la popu1ation ne saurait e.n Frant= ::.· rencontrer rapJ>robation <.les au!ret. Au et en Maroc Tunisie Les m8thodes racistes sont en vlsueur les m~thodes de viofenc~ qui flO rtem ta marqu~: du rnêpris raciste se ~or)t arnpli·f:ees au M3· roc. d~nuh~; 1:\ dêposlfion du Sultan. R~ffes. ratissages eJ mêmes torturl':S dans les cornm i ~sari:t(~ de pofJce restent les s~ules rêronses aux a~pirations légilimesd'! m pcaple humilié. Ces aspiratiOn:) sc sont manifestée~ notamment par Jcs J.:"fè· \'es ~~ le deuil au jour de la fè ... te. du Trône. - 18 nO\"C:tnhrt - jour que le Sulian de la Rô•idence.

wait voulu supprinHJr.

En Tunisie. les méthodes sont les n\érnes . .Malgré les pronus:scs de <t dét2ntc » le nou,·cau Résident Général n'a: su trouver d'aube langage que la brutalilë èt la vjolenee. La population et tc .Bev lui-ml-mc. onl fait la ~ ~rt'Vt » des cérémonies. te IQ · novembre, qui marquait la fête du Mouloud. Il est temp$ que: la t= ranc.e, pây$ cl~; la DcclarallYn des Droits de l'Homn)e, offre un f'utre vi$age d-elle-même, qu'en Afrique du Nord comme ailleurs elle accorde ~e~ al'tes a. ~cs texte~ ct à ses t raditions. Dernièrement, il nous fut Conté cette histon·e révélatl" ice. Amar a vingt ans, .il C$t venu ct~mme beaucou1> de ses frère~, à Pnri~. Comme eux,

1 s'est trouvé sans toit. Avi$

ant. t-n tert·tün va,gue dn.us 1~ boulevao·d de Vaugirard, il y ape1·ço'it un trou. l'aménage, ~'y installe, y ... c. vit ... Un ap~ès-midi, le plafond de tet•re glissa. Qua•re t~nnos écrasaient Amar. 41,,,._ tés pal' Me..~ ctis~ ses- C.nnm·a· des, ap1•ès avoh· appelé Police- SecouL'S, s'employèrentà l~ tléga !fcr. Sa tête ~euh, i!épassail de l'amM du pic rros et de boue. Police~Se<:out·~ n•sll't·ivr.it pa•. Plus d"une beure lui a été l)écessair~ pou t' se d<·1>ht· eef· alors que nol'r:t~lentcnt eimt minutes suffi"~ent. Mais voi;à, e'était Lttl Algérien... alots ÇQI'n.l>renezvous, le temps ne. t•L·e.s$nit 118~ •.• A mar a finalenoPitt .\1 é l'&u.\·é : grâce à ses <'.-,m~u·acle• et à. la populoo•.ion du qua1tict qtti fu~lig"" ,·ivement ce rncbme bu·b~t·e. Abonnez-vous a' Droit el Liberté Le seul grand journal antiraciste, henlier et défenseur des traditions génér~ses de la France des Droits de l 'Homme. Droit et Liberté lutte inlassablement C<Jl• tr~ la renaissance du nazisme, contre le réarmement de l'Allemagne revan-:hcxrde . Droit et Liberté a été a 1.1 premier rang de la bataille "}Jour sauver Ethel et JuliU.!3 RO· SENBERG. Il continue le combat pour leur réhabilitation. Droit et Liberté éclai,re et alerte les horméteE qens sur les agissements de la preESe et des organisations racistes et· antisémites en France. Nom ........................ .. ~ ........ . Adresse .. . ... . - ... . ..... . ............. . ••• • •••••• • •• •• ••• 0 •••• • •••••• 0 •••• ••••• Profession . .... .. . ..................... . l)abonncm~nt d'un au : 300 Cr~ c.c.P. 6071}-98 "Paris- 10, I'UC de Châteaudun, Paxis·!)' Dans l'Intérêt de la Paix au Moyen-Orient L'entente est possible entre Juifs et Arabes DEPUIS plusieurs mols - - liens. ni pDr les Syr!cm. m~!s P)U.$ é.xa.ctemen,t, cteputs Ja par.... une soch~t~ lnt~rn<\ttona. \'l.site de M. ll'oster Dulles: Je. c'cst..à-d.ire pu les amCl;'I· dans le M.Oyen .. Q.rlcnt - nous cains. tcndun~e gènflraJe:nent ré-action· n airo. ont -réprouvé violemment ~· notes terrorlStcs ct <Cc)ama! ent .le châtiment d.es coupables comme pour un e.rtme eon· lre ta Natlon. assistons à une vérJtab!c vague on nu&.re ,exemple : aptc:s l'a{d~ inc!dcnts sanglan~.s ct de taire de K)1biâ. les «médiateurs» meurtres aux ft·ontières entre SOI~t. vè-ttls avec un autre « plfln !$raëJ et les J)ays arabes. Tan- <ie paLx :». envisageant Ja or~tôt c'est des « iniUtrts » arabes uon d'une o:~ardc hltcrnatlonaJe venant de Jordanie qul (Ont JI' de frontJ.res ». ce qui équivaut rups.Ion su.r le .territoire israe. - l~excmp)e de la Corée nous lten 'et y sèment La mort: tan- l"npp~od. suUi$n.roment - à une tOt e~e.n des groupes d'Israélifms vértta.b~c. intervention milltatrc armés qui assaille-nt u.n village a m.ér1calne: ::wee tout çe que ccarabe çn Jorda'nle ou dans Jil la comporte comme Installation z6nc de Gaz;• et y exéeutenc.. de ba,ses militaires ct comme. avcugl~ment. en « represailles » so\tree de nouvèl.le~ !rietloJ13 (:t de nombJ:"eu,:; habitants. Le nom. d.e nouve~\u;x conflits. bre de morts eL blesres .sc chi!tre déjà par ccnlalnçs c• te sa~ des innoçents des deux Côtés De cesse de COlùcr~ « Le coeur d'une mère llrabe -elisait J'un d'eux <« Dernières nouvelles »> - est-JI pj_rç. que le coeur d'une mère juive 'l Et l'innocence d'un rnfartt ara~ est-elle molnd~c tt_1n t•tnnoceut;e d'un enfant JuJf ?· Q()mment pouvons-nOu$ lancer à la J~ec de 1~ Ugton Mube 1 ~ honte de SOt~ Cïlme lOrSque now~môme nous nou,. déShonorons d'un tel crime ? » Ccte vague d'lnciüents de frontières. de me1Jrtres et de répression èst en même t.emps ac. compagnéé d'tme Clt'DJ)$guc de. baine chauvlniste qoi ne tait. qu ~aceroth:e Ja tension entre Is-r3ël ct les pays àrabes. e~ plt~Z g~néralement entre Jutfs ~~ ;\r:tbé$. .Après chaque inctdcot. apr~s chaqu~ mcur~re. les aecusaUOI\ s tuseJ)t non -pas contn tes vrais eoupt:~bles . • ma1s contre. tQutc. la popùlation. ar.>be ou ll/.h•e. et leS apl'e!S t'. la vengeanN: ret.c.nttsscnt- dans la prcSSë surc::xettée. J>Crpétunnt a.insi ~c. Cèroll! vicieux des aetes de ter~ reur mutuels . Un danger mortel L'inlé1·êt vital de tous Et lt journal « Hnarctz » écrivait. do son côté : Dans ces conditions. !aut-11 « Nous pleurons nos jt-uut>s S0\.1Hgncr qttc 1'1nt61·tt vital des qui tombent à la fleur de l':\jc pcu.ptes d'Isra~J et des pays ara- ct nous faisons preuve d'une in ... bts leut CQmmande à ne pas so dlftél.. e.. nce terrlb)e envers lc.l mê· prétêr aux intrigues des coto- res arabes. qui plc~rent leurs nialistes <;t. â s·om>Ç>ser de tou- cntânt-s.... Aux deux parUes ou c-es leurs torees à ceux. Q~d dans donnf! une imtt~e partiale et les couu.sses cssatenç. de tes éU- ffluS$ée. Chaque hlcident aug .. trainer dans une gul"..rre tratrlet- mente lâ t.cns\on... Dans ces dc. &ms tin . .Et raut-11 ajouter e~ttditi6ns comment arrlvcra--t .. que tous ceux q4i. soit par pur on à une paix dans notre régiOn ch.!luvinlsme. soit par calcul po- diviSé:!'- ? » Jitique, et not-amment pout' On ne peut que souscrire à Crêer twe. diversion aux preoe.. ces puolc.s sages. tle JQo.t.rnaux cupat ions du peuple ou pour :lrabes et JuUs. qut ne sont fçurnlr 19 prékxte à 1"« atcte • amértcalnc et à 1:1. course aux qu'un retlet de l'o;)positton armements. excitent à - 1:1 haine croiss:.mtc du peupl~ contre l'C:f· tusion de sang entre Julrs e:t et atiX vcng~anc:es - faut.-ll "rabes. Out. Il faut qut; le S<in~ à jouter' que tous ceu,:c-lA poru-;nt: cesse do couler aux fron,ttt!'cs une. at teinta grave à l<!llfS pro- entre lsrat!l ct- tes pays arab:tS! pres peuples et no servent en de. U faut. que cesse la haine nat)o- IJ est évjdent quo cette. va.gue finitlvc <lUC les int6réts des lm· na.J,iste ct ta lutte rratrletde! n de ~.rrorlsme constitue un dan- pér1alistes. 1 a u t qu'un rapprochement ger mortel pour les b'abltants c·ese CCJ, que certains mlllcux s·o·përr. enfin entre lsraeu~n.s et d'!.tt&êl et des pays $ràbes et ~olalrill: m~lheureuS.mont arabes, qui ont des int~rl!ts une vraie menace contre la paJx trop petits encore en tlOtn,btc - communs et ont tout è. gag_ne:: et ta sécurité au "Moye.o..Orient. nC cessent de rél)Ct.er depuis des de leur eollaborat.Son t Juf.(s ct. .El. la QUestion "" POSé : o~ est mols èt des mots aussi 1>ien en Arabes sont bien rratemelle· If' •'3Jscm de cec.te tension mc- ·nr"ël qû•;:mx pays arabe$, c·e-st men~ unls en France d:-&ns Jeur naçnnte- qui O!.: -".t: ~ <h.~ l. .• t@'~·••· ce qtti commence -l p~~rer au.Y. Jutte communt contre )e. rae1syer ? Qlli en $0rlt 1~ resi)Oll$8· .s1 ibns bJên d'-autr.ts mmeu" me- et 1:1 au.err.c. En Jnk", 1out b!e1 ? qw )usqu'a_rou ét.;ucut. i!tleo(e r~emm(lnt. Jqi!s ct ATabCS. em· Il,.. fltut pas t!trc gr.utd clerc empoisonnés par le venin eMu· pr>.,nnés du tait de leur Juu.: Jl(lour 'rouve-r Ja réponse : C'rst vlnl$tc et m~me rnctst.e. ru.nsi, pour h paix e~ l'i.nëlépendanee ~n prnmler üeu l~s coloniallstes Ill. Journnl PrOJrosslslo de Jor- nauonale. ont tc)lu tête ensem. ~ft\r.·.!flt~llios. 8'\fS\"-A ~lrrrv dm.\ç" « • m.,, M&liil.'KWllll. .. •tu. htg,cf~Ol:o)\t'r~"ll!"tfrf'il!b1f~rs~J·, ceux .. \\ u1êmes tl!.d l)IU t;..,.l;. 111t~,... Clli.\âbto » uc cessai~ de. met· rail même. l'action unie des 'tra,... ~t à ce que la ten$1on no 5e rl.. t rr en garde contre Je s vaUJem·s juifs et arabes pour le J6Cbc pas pour poavQir J)l.(rattr(t l~tt.c& Jrl:ltrieidcs entre Jord~- paln. ta. Uberté ct la paJx a gl\ensu. ü~ en « mMfatevrs » ct utcn~ et lsraé~icn!> et IQrSQ.ue. il g-né du terrain. Il faut que ces mettre leur main sur les pnys y a Plus d'un a.n. ~es s:renades exem.J>Jes de coJJabOrat._lon a.mlrespectlts êll i.Jn}:)osant leurs «SO· r:nt tté lancé~s COlltrê Utt'~ n1:1t- calo Cl'l.eou ras-ent tous 1es homlutions lt• AJnsJ. lorS' cle. }linet. ~on jQrd,."Jniennc. près do:- Ja rron- mes de bonne volonté en l$raël dent de Crontiêrc entre Israël ct tièr<:.. oh Sé trouvatcm.. <:w.s en· ct dans res ·pa.ys ~rabes à taire la Syrfc.. au sujet des travaux fant.s. ce jonrn~l contr~\rcm:t'l:O l'lmpo!.Jiblco· pour arrête &•erd'irrigatiOn dans ta zôuc dlhnl- aux ch:lnvlnïstes qui crî:ùen! luslon do sang et combattre ta: Utarisée du Jourdâin. les « ob· vengeance, répOndait : t:. CÀnnr~ haine nationale et l'csp.rlt de ~.tvaleurs » dit.) le ro.'.; !.) • ,,t (ltli allez-vous vous venger ~ vengeance J d'abOrd encouragé Je gouverne- contre dc.s enfants 1Wrs comme car c'est de ectc action que ment d'Israë'J d'en t reprendre ces les nôtres et 90ntre d~s r:nêrc$ dê)>end Cll définitive que les P<tUtra~ au;.c et ~r la suite J>Onssê Juives comme les nôtres ? » plcs aient Je dessus sur Jc.s in· Je goU\'Crnement·de Syrie de s'y LA coeur t.rigues cOlonialistes ct que Ja. opJ,>O.$C1'. Et lorsque les reJatiS)ns ~ pal.x et fa sécurité se rétabll.5· outre ces deux pays se sont sul- d'une mère arabe... se.Jll dan~ ceu~ rtgion nèvr~ltlsarnment envenimées. J'envoyé gl(lue du monde. qu•on cherche américain Johnston est venu De rnémc. a.prês J'attàque près â transformer e:n un Coye-r de proJ>Oser sa « solu~ton de paix» de O::tzs. a.însJ qu·amts J"afta1rc guerre. consista nt 1\. (t\ire exploltt.r t·c~u de 8;.ybitL plusieurs .}o\trnaux du Jourdain ni par les !.n at-- lsraéllcns. Cèrtafn,$ même de S. BEN ZWI. e 80Ntf - • Ju~"t midi elroq ... fffm " ~ moblo • sur Hitlt.r 1 tvo Bro~n. dcvolt ut til tur los iC'tons ~ ::u ....... 0«;····~· L'ienotlon soule:vê~ l'annone~ de corto ~~ jc-ction • ete .,; p1111 fOnte IQUG lo CCI't$U, du so1n·~ne:mcnt f~d~ toi o ~- ~onttointo !r==:d l'tnto,dire-. e MoScou - h grond A:oltb ScMolmo Scflloffn, P.r édent ~ lo Commwnoutê Juive do lo copi tol.o sovl.ifi!J;Jle-, o d~clori 0 l'oc cation de lo ncuvdle annêe : • Nous ptaflquons lo ro11.t iutvo cloru elof' co.rulitlons de toto libcrt~ rc:tsi:usc. Tolites tc-J co"\ Munautit ci'Unlo-tt Soviétl.qwc: pre.~ nMt !>Ott a lo tutte .~, fo Pob • Nous sommes sûts qu~ l•o"" ' qui vient oppotttro lo pobc e-t bonhcu' 0 to11tes les notions. • • TlL-AVIV - M. 8ti1 Go11rFon donné so d êft,'llssion do ptésld du Conseil d'luoë-1. • WA.SHIN"CTON - Lo Sen~ om4ricoln ,.ient d'~tto Jnform.! Qlol clcs f:c.oles de kvnes s onotten o ro-i ~t été ÔtgoniSCe' poli' en•• 9r'IQt OIÙC OPP«"n'fit - dt 7 0 l oros - l•j f"dimcrnts dt.t mf·U• oinsi qvo U!5 ~p$ratton.$ fCscrvë• gênholomo11t O!IX criMinels Cfndu~ ds : comhrioloees, volt ô mol! o rmfe* mewrtres. • TOKYO - M. R.chord Mf1t~ orcn.ant 1• parole ou bonC~vot d I'OutKiotlort . nipp~om~rJco.ifte. dit, entre O"he chosot : • Lo d.tsormccnc-nt du Jop opr~s lo 4tllxiêmo 9YfrtC mo,dl 1~ est une orrcur qv'll fo~;~t '"l' u!r. • • W.ASHINGTON - Un ~trd d'ofcrto aérienne o cu Uou à w. lhi.,9ton. Lo prisklont ct Mra: f tcnllo.wer pi·nd q .,~ du mlfHen d foncfionnoJrcs ovoiettt 90-91\é ku obrb reJpec-tlfs, Les autorités de fa d!Sfcnto po slv• ont dklorê quo cd c.xercl'c. o prouv& Qll't n c.os de rold ot~ mique r.:el u ne portio du P'tnl'j 9o1"1=o c-t "-"" pl)rtié!l d.u Cot~s rèf o, roient Cté onéonties. ~ • TVNIS - Los éludfontf df: ,, s ronde mosqu~ de Tunis u. son1 mh en gr-C:vtt, dem~i:tOJ'I"' ., nt, conl \/ t rc- lo lenteur Op~tortlo a l"od1· 't1 v omont des hO\"OUit do 1!1 eêlô un Yonitolrc. ' 1. 8 U CAP - L'O.N.U. 9yont COI.'I l dom.n.6 lo pollfi4t.t~ r.ocMo de: M l Mo lon en Afriq110 du; Sud, cc:l11 él s'o'st écriô ; • L"O.N.U. ost un cancer ou i ronge to Polle du Mondo. \ • I.e momt n t est Vtonv, o·•t•J dit, oÎ4 ~- Notions Un1e• doinn. "'odll·klr rodkoltmC'nt leur odtt t ·otion . cttt dk.po·roitro d ~ la wrto '0 do lo tc-rro. • Découverte ct•un compl , . neo·naza en Autriche o 1..- FUf,flliqn t}~ lff }tuu~u~ flt/ i-1'1 " lt1 l'ouf., •· ai1:1Ji t ÏHIÎiolo.il ll.llt: or;onÎIUititui n(.()~nnir •lllrif'bje.on ... dom la p<~J it-e de Vienne a •r~t~ ' rhl'ft, ç,,. i1éi1•llil~i~ l'l~ ltlll!lqu.JÎCUI JMt d'-,'(alter ft-• Vlèillr• l_déto• ,.le Ja G tt~nJ ~ .AIIeru.-.,:.-no d'J:f).llc·r. IIIUI pJu• (I"U( cl'}' a~t()t"ler lto• idée-. Of'lll\'ellt't ~nr J'• ElaroJ}t Un~ »· L"~r••u i ~l iol) étel)d &Ou ré~e-1.1.1 •urfG1\ t 1~ 1trr'i1 oirt< • l,ltti~,.ien. Et Ill ,,.,_ Hrn e~timf' cruo ,J('rri ~ r,. dJf.o ~c f'lt· ('hem d'al)(icnuCJ « t"J~u.,. > n~:~'l(i~,. Ai u ~ i WAI~Tim, l'adJoilu de SKOnSF. NY. •r•~l rèvl('nl 1l"un \•oya.:e ~h .. o\.f$tlnint. ,;~rt it l'i baoquier de rel• tl) or~a nl tuit>n cl 1le J)lu·&ieurll ; .rou• 1',." " S ..". '. el dtt « lUtltr Ju;:cud Ja) y:; 011 moin, (il l'lll'mflti#. La. Otla..1ls.e aux sorcières made h1 u.s .. A. fait penser â la ~tgcndo d'UGOLIN qui, dlt.-on, (~vornit sos cnf~nts pour Jour- conser.,cr Ut'l pèro. En effet, f';mçlco Comman .. d:anL Supt;êmc des Forces AJ .. liées en Europe, dèvollo « RJVAROL >, n'a.-t-11 pas ét.ê l'e)Côeut.anl des ordres de- la ctlqu.o Communiste de Washington l Depuis Abralta/IR Lincoln ••• Lo Cour S•prcn~e tir.~ {$latsUnis t:.~t appt 1;e t•n autlien(t: si.Jfrmwllc litt 7 dé~..·tuuiJre à "tl.ébtlltrc f/ll problè>mt tlts écoles mi.••fts (n<lir.~ et blancs). A LA CI TÉ UNIVERSITAIRE Nous ~cn.sons trouver d3ns let proçhaln r.umtro dQ c RtVAROL • des révelntlons sur MAC CARTHV lu!-mémé. F' aire respecter la loi Cela s•:mpose lorsqu'elle orrange: les afft~lros des pctil& copains co ll~tbM. Auu i, • rH\';II'fll leur hl\ assavolr qu'il ouvr.e dl!.sormais un .sorvrçc juridique pOUi' Sé défsn .. dre -contre l:s violations de la loi d'amnistie. A toull!~ f;ns. lt· gQll l't'tntur d~ fEtat de Oèorgic u pr;s /.:.~ dP••nnls c1t prê.-.(lllnnl au parlcwcnt /t;,·a{ ltll proje-t pour la 11Jin$/ôrr;mlion dr toutes Ir,., (~fôl<'s puMiqurs l'tl êtoles pr;~ t1éts. Ainsi, n-t-il déclaré, nous nou~ s-tJusfrairons â une C\•cntu<- llc (hh:is.ion dè la COL~r SuJHêmc favorfs...'lnt réga,lité rDc·iale ... $inon d~s ri\tièrc~ de :-:ang couJera:ent sur la Géorgie. > /,..a ridoirc.drs nordildt•s, dans ln J.:Ué.rre lie Si:rt:.<$sioll - t865 -. a1·ait con,~·aaé l'i:galilé ra fia . lt. Théoriqut>mttlll. Cenl tm~ pin~ ftlld. fe :(OIIl't' f llellf dft /(1 Oéorgit• i•ntënd (àirc' fare à cc tliM:;l!r. c:t au besoifl JUif des mtJ. IWCt:S. Pommes de terre journalisme et colla bora ti on lJn J!l'OJ$L'>to ~,·u porhmcs dt: tcrr~ de~ Hullc!S (m~Uer fort resp{.'Otable> a un violon d'lllgrt- s~ oeJul du journalisme: ses banéfîcr:s !"ont conduit à « cre.f~ r » tr.n h ebdom"ldairc- du nom bam\t "'· Sl,":nbJc---t·il, anodin de « · Di..'ll!L.r.clle Matin ». Qu'U y ~;t.-il donc 1à·rlf'dans qui mf(.rite un ~tdicle , pensez. VOU$ 1 Eh blf'n voli& r n·ançQ!.$ Vitmt-nll }' tart une b!en plat.e rubrtquè P:l:riSienne. n y conunente la cti~lque des .spectac~s. et . S.i tl n.'a d'autres d6SI.rs QU{} de- démolir d 'ml coup dè plume tout ce que l'on crée I!U ,.,. mcnn,.nt, f'n Fra.nce4 iJ h: 1:.1.11. t\\'00 un iliC(Iuh•:.:Hthk lm.·· prl~ de l;t plus pure objectivité. ~·t9iS encore ? pe.tlSCZ·\10US. Nous y arrivons, 11 nous e~t parvenu la nouvelle que le Fnmçols VlmeuU en Q\h. ~tion n'est autre emais out) quu Je collabOrateur Cà tous Jts sen 1 du mou de t J-e suts p3.r- · Lout ~ Vous ~ve-z--bien. cc.ltù qut hlt condamné pour trahison au leJ'!:<lern.),in de Ja Libération. U .1 tameu.." no.zt 1 Alou. si d'aventure: un ro~rChànd de journaux vous propose « 0 1manche Matin ». dttes~tuJ bleu pourquo[ vous lul refuSC1.:. M. Vtn ncuii -R~ba tet et sa pro. .~ n'onf l'ien A V9(t üvec lcN houuêt.e."l: JlC:ll$ (Sutle tle /11 pqgc 1) claqu ~ nl ta porte : -. Ici on ne loue PU aux nègrés !» ou « Rien pour les Nord-Afrlca•ins f » ••. Il y a, bien aùr, ruo Soufflot, le « Comité Pa.r:sfen des oeu· vrcs en faveur de ta jeunesse et des ~\udiants • (C.O.P.A.R.). Consut\er Je fichier des ehambres a louer no ooute rieo. Mais il n'ost. auounonlent oa.rant.J que le prix ~omandO .sera raisonna .. ble. E~ le c.o.P.A.R., oroantame gouvernemental, C;OU\II'an.t les racistes malgré les multiples protestat1ons des etudla.nts, ne craint rta:s d'indiquer, lu1 aussi : « Pa.s de. noit-$, pas do Nord· Aft'leains :e ... La Cité interdite Il y n , b:en se)r, la Cité Uni· ver.s·ïtalre. Parlons. .. on ! Certes, le c.adrc. est Agrl!able, Je& chambre.s .blen amenagées. Mais 729 êtudlAnts d'out.re-mer seulement, çhof5b aut.ant que pos41bfe d'après Jours oprntons politiques, y étaient açc;uelllls l'an d(lrnier. 11s n'ont méme pas priorité dans le pavillon dit « de la France d10utf'e-Mer :a, oo peuvent loger èg.:alcment. des étudiants «mâlropolltaln$lt, alors que l'acCès des pavillons • mé· tropoHtains » leur est systema .. tlquemen1. refusé. Quant aux prix, ila varient el)l- 1'8 6.000 e' 10.000 francs par mois, a,veç, penc{ant les: vacancas, une sensible ttugmentation1 que le locataire doit. paye.t 'Sous p"Oine de &':' retrouvtr &ur le. pavé à la rent.rêe. Nul n'a oubli-é les incidents de mai dêrnit:r à la Clt.è Universitaire. Une fol:& de plus, la p.o11c& e! l. inte, venue, matraqu·o haute, contre tes 1hudlant.s d'out(emer. qut dema,ndaiel'lt. à gérer h~ul·!l' pavillon$ se-ton lts S\atutsêl

.,u même titre ttue le$ auV()S

êtudiants. Seule, ta solidarite. do l'ensemble des hab1t-ants de la Cl~ a emplc.hé l'expulsion do pfusieurs Africains. Ces lnolctent.s éclairent l'état d'esprit du Conseil d'a,dminlstra\Jon da la Cltê Universitaire, ptésid! par M. André Françofs-Ponce.t, qu1, anelen colla.borateur do Pétt.ln ( et l ce t itre inéllgibfé) a fait rêe- emment un etogo r·CtenthS&I.ll du « ma,réçhal » à l'oc-casion de u rêcept:on à I'Aca.dêmlo Franç• lee. SI mal logês soient-ils, pour leurs 2.01)0 ou 3.000 francs par mols, fes étudiants des maisons communautaires (m;JriCs ou re .. eonnus « économiquement fal· bles ~) seraient donc reta.tive .. mont. prfvilêgiés s'lis n'ètaicn~, plus quo ~ous autres, l'objet ~o continuelles brimade-S et men.ace$ d'expulsfon. Toute part·lci .. patiort à uno fl\an ifest.ation antiraciste ou 'anticolonialiste leur es~ imputée à crime. Et. pOu r fa ciliter encore la &urvciHancc des pouvoirs publies, IC C.O.P.A.R. vJCnt da dénoncer les ae~ords en vertu des-quels, depuis 7 ans, los maisons étaient gérées., à la s:~ .. t lsfac.tion do tous, par des coml .. Us élus, I'Oprésentant lts ëtudiants. Ils. ne confondent pas ... . .. C'ost $~ns acrimonie, sans désespoir, que mon inr.erlocu .. teur, chiffres â l'ap-pui, m'cx'posc le$ différ-ents Mpecr.s de la ·c;on-dition estudiant-Ine, s lnguliêroForts do t'atnll.lê doot. les cnt. ourcnt 1 •Immense rMjorft.é de leurs ~ondisciplcs ct l'ensemble du peupJc ft'ançal&, Ils savent ne pas çonfondre ,_. mls.éro oü ils vivent, les misères qu'on leut fait, aVec la Franco gQnérou&e, qui a pPOclamO le dl"olt do ·tous les hommes à la 1ibEWL0 et. • Ja euUuro, la France véritable qu'ils conna1$$(lnt ct. qu'ils . ai· ment. men\. aogr.1.vêe pour los orlginai-,-------------rés d'outre-mer, comme. si l'on ch.crahalt à les détourner de • •~tude, commo si l'on voulait perpétuer r•analphabëtlsme dans le$ pays coloniaux . Ces Jounes, qui arrivent en Franoc pleins de bonne volontét ne sc laissent pas rebuter -par lés dêcepUons. fis luttent pour vivre ct poun mieux vivre. Au milieu de$ ph•os difficultes, Ils parviennent, à force de ten,cf .. té, à e,.êer abstraitement autoutl' d'eu 1( ceLte zone do silence ct. d& calme Indispensable au travail i11tettectuo1. _Le ventre ·souvent vide, ils ôtudlont avec aehJ rnemen ~ Et d'ans te palma~ s des examen$, chaque annêe, Hs tiennent un rang qui les honore et qui honore notre pays. 6~000 Juifs ? oubliés ••• Le Surc:au dC$ st.at.istlqucs de Francfort. vient de public,. une monooraphi& sur tes «: per t<:$. humaines de fa poputatltm de Francfort pendan~ ta 2 guerre mondiale ». Ce document ôvaluo i 23.000 le nornbré- des morts de la vil le, rêp01rti! en mill· talres, priao,.nlers et victi .. mes de-a bombardements. Ma16 Il pesse puroment ot simplement sous sll8f'lce le fat't. que 6.000 juifs de Franc.fort' ont péri d3ns les camp! Nouvelles mesures arbitraires contre les SERFATY Nous avon~ info rmé HO$ l~:ctellts de 1:1 (.iê.J>ortati"Qn :trbi-trai~ re eu France cl'Abrahati• SEH,FATY et de s;. soeur I!vclynr ... a.ut •i q:,c. Hl \'Oiontë: du gou(~rnéll1"- lli t..ic lt~ em·oycr al.â IJ-r~.. .. sil t:ll lt:ut en attribuant :~or\!-; èOU;' b nationalité. L':lriJHr::t~: .. contint:~ de ks J'(\ur.:h:\' '\ ' Une: ll'"'lh' t.;IJ..• r~··~ ; d~ I:Ct · 1 ; .• t \'iCIH ,,-!' fl'ttf Il n: a~s-~;rtf !: d:u:s h:: <.: '"·'"':. 0d~:.: ( ef le ~1Hnirc,. I";J;l!,~Cmitî$~ Ui! l ·: • ; • hll H: riiement - iiOn rôle, en f:tis:illt des ~Er~ FATV ûes citoyen$ diminués. Leur t.:ontester leur prorue nationatitû (\ ra.ru p1us facilè'. son u)lc. Julfs, le'i- St:l(l-'.'\TY I.e AI.R.,~.P. s·<':\1 as$ocié au Comitt de Défen~e dont !"action t,l()ii ('nhaînf:r fa $C;u1c mesurl' it•~te. MMI>t:iins, les SI'.RFATY doh'érrt rctrourer le.ur l)atrie. </div>

Notes

<references />