Droit et Liberté n°230 - mars 1964

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°230 de Mars 1964
    • Première du film de Wajda sur le ghetto de Varsovie "Samson" à l'occasion du 15éme anniversaire du M.R.A.P. page1
    • Courrier du coeur par Oncle Tom page2
    • "Le dernier quart d'heure" d'A.P. Lentin: du mépris à la peur page3
    • Un homme nommé Hitler page3
    • Ce qu'il faut savoir sur les Antilles par Marie-Magdeleine Carbet page5
    • Un livre qui vient à son heure: "La révolte noire" par Madeleine Reberioux page6
    • Les lois antiracistes devant le Sénat américain page6
    • Pour combattre l'apartheid, divers groupements et personnalités ont tenu ensemble deux journées d'étude page7
    • Ils sont menacés de mort à Pretoria (apartheid) page7
    • Le monde vu par la presse raciste par Albert Levy page8
    • De Nuremberg à Francfort (procés de nazis) par Max Gonfrevillepage8
    • Auschwitz: ils y étaient... témoignage de W. Spitzer page9
    • La polémique du "Vicaire": Lettres à "l'Athénée" page9
    • Cinéma: le journal d'une femme de chambre presenté par Samuel Lachize; commentaires de J.C. Carriére, Michel Piccoli, Georges Geret page14
    • Une oeuvre extraordinaire sur le ghetto de Varsovie: "Samson"
    • Le jardinier de Sainte-Hélène extrait de la pièce "un jardin sous la mer" de Claude Vermorel page16

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Première du grand film de WAJDA sur le ghetto de Varsovie : le 26 avril au T-. N. P. l'occasion. du , a PAGE S : Ce qu'il faut savoir sur les AINIIIIILILIES 15e du par Marie-Magdeleine CARBET • anniversaire M. R. A. P. Michel PICCOLI Georges GERET J.-C. CARRIERE commentent Le lournal d'une lemme de-chambre (Page 14.) lS MARSlS AVRIL 1964 LE MONDE VU par la presse raciste Lorsqu'on suit régulièrement, pendant plusieurs semaines, quelques-unes des publications qui répandent l'idéologie raciste en France, on découvre peu à peu un monde déformé par le mensonge, la rage impuissante, la haine. Albert LEVY, en page 8, analyse et démçmte cette mystification honteuse et pleine de danger. Sur le racisme hitlérien, la pièce « Le Vicaire » a ouvert un débat passionné, Qui se reflète non seulement dans la salle du théâtre et dans la presse, mais aussi dans les lettres r~ues à « l'Athénée ». On lira en page II, l'analyse de cet étrange courrier. N° 230 Un franc- L'apartheid et nous ... L'Afrique du Sud, c'est loin. Le problème de l'apartheid, ce système raciste anachronique et de plus en plus isolé, concer· ne·t·i1 les Français ? Oui, ont démontré les deux Journées d'étude qui vien· nent de se dérouler à Pa· ris sous l'égide de cinq groupements, don t 1 e M.R.A.P., avec la partici· pation de diverses person· nalités. Nous en publions le compte rendu en page 7. " Samson " n'est pas un film historique au sens habituel du mot. C'est l'histoire d'un homme, d'un jeune juif dans la Pologne d'avant.guerre, puis dans le ghetto de Varsovie, d'où il s'évade sans échapper pourtant au cruel destin de tous les siens, jusqu'à la révolte finale, et à la mort, debout dans le combat. Mais à travers cet homme, dans une époque, dans un cadre bien définis, l'art de Wajda nous fait revivre l'Histoire d'un temps encore proche. " Samson» n'est pas non plus un film" à thèse ", au sens habituel du mot. C'est un grand film psychologique, une oeuvre vraie, humaine, exaltante parce que vraie. Un gala organisé par le T.N.P. aura lieu le dimanche 26 avril, pour la première de " Samson ", au Palais de Chaillot, à l'occasion du XV' anniversaire du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix. On lira en page 15 une présentation du film et des indications sur cette soirée. En page 12, sont évoquées les diverses manifestations qui marqueront le XV, anniversaire du M.R.A.P. 11·11. - A Madrid, 13 condamnations au procès des socialistes espagnols. • Accord de ccsscz-Ie-feu entre les maquisards kurdes et l'armée irakienne. • Tchang Kai Chek rompt les relations diplomatiques avec la France. 12·11. - « Suicide » du médecin hitlé· rien, Werner Heyde, après celui de son co-inculpé Friedrich Tillman. 13·n. - Nouveaux combats entre Grecs et Turcs à Chypre : 50 morts. 15·11. - A Berlin, les négociations sur les laisscz-passer sont rompues. • En Alabama, les élèves blancs désertent deux établissements récemment intégrés. • A War ran (Ohio), deux « cocktails Molotov » lancés contre la demeurc d'un léader intégrationniste noir située dans un quaI tier blanc. • A Atlanta (Georgie), manifestation de 150 noirs appartcnant à des profes· sions libérales. 16·11. - A Jacksonville (Floride), atten· tat contre la demeurc d'un noir, où loge un enfant fréquentant une école

écemment « intégrée ».

• L'Afrique du Sud cxclue dc l'O.I.T. (Organisation Internationale du Travail) . 17-11. - Ouverturc du procès de « Ruby », meurtri.er de Lee Harvey Cswald, assassin présumé du pl'és;dent Kennedy. • Le procès de 5 a nciens S.S., accusés d'avoir participé au meurtre de 5,200 juifs en U.R.S.S., s'ou vre à Brunswick. J 8-11. - Coup d' état à Libreville (Gac bon) : Léon M'Ba arrété. Des forces armées gabonaises s'emparent du pouvoir et annoncent « le rétablissement des liber tés publiques ». 19·11. - Grève dans plusieurs entreprises des Asturies (Espagne). • Attentat à la bombe contre une ég'Jise baptiste noire en Pensylvanie (U*.S .AIn.)t.e l'vention des troupes françai· ses au Gabon : M. M'Ba reprend ses fonctions . 20·II. - Une étudiante blanche d'Atlanta, Mlle Mordon Walker, condamnée à 18 mois de prison et 1.000 dollars d'amende Jlour avoir manHesté contre h Ség·réga tion. 2'?-1I. - A Prineess Ann (Maryland), LA POLICE LANCE SES CHIENS CONTRE 300 ETU· DIANTS NOIRS qui manifes· taient à l'entrée d'un restaurant réservé aux blancs. 28-11. - A Pietermaritzburg (Afrique du Sud), 18 patriotes, accusés « d'aetelO de sabotage », sont condamnés à des peines de prison allant de 5 à 20 ans de prison. '29·11. - La 10 Chambre de la Cour d 'Appel de Paris refuse la mise en liberté des 5 jeunes Martiniquais dingeants de l'O.J.A.M., détenus actuellement à Fresnes. • Le chef de l' « O.A.S. Métro-Jeunes » et 14 étudia·nts membres de l'or· ganisation subversive appréhendés â Paris. }·III. - La conférence des pays membres de l'O.U.A. (Organisation de l'Unité Africaine) réunie à Lagos, décide- en particulier l'intensification de la luttt' contre le racisme en Afrique du Sud et en Rhodésie du Sud ainsi que la dénucléarisation de l'Afrique. • Arrestation d 'un criminel nazi à Buenos Aires : ie Dr Gerhard Bohne est accusé de 15.000 meurtres dans Je cadre du programme nazi d'euthanasie. 2·111. - Jacques Soustelle, ancien mini. stre français et ancien membre du C.N.R. O.A.S. dirigé par Georges Bi· da.ult, cxpulsé de Suisse, se trouve en Italie. • A San Francisco, manifestation contre la discrimination raciale : l'ac· teur noir Dick Gregory et 80 personnes arrêtés. 3-111. - M. John Mc Keithen, candidat démocrate ségrégationniste, est élu gou· verneur de Louisiane. • La Rhodésie du Sud et Aden à l'ordre du jour de la commission de décolonisation de l'O.N.U., malgré les Objections de la Grande-Bretagne. 4-111. - M' J .ames Kantor, avocat de Johannesburg, un des 10 inculpés du procès de Prétoria, est acquitté et lavé de toute accusation par la Cour Suprê· me. • Le leader intégrationniste. Mart.in Luther King, annonce LA REPRISE DES MANIFESTATIONS A BIRMINGHAM. les autorités de la ville n'ayant pas tenu les pro· messes de déségrégation. 5-IU. - Chypre : accord unanime au Conseil de Sécurité sur la résolution proposant l'envoi d'une force de sécurité internationale contrôlée par M. Thant, et la désignation d'un média. teur. 7-111. - A San Francisco, plus de 100 arrestations à la suite d'une manifes· tatiün organisée devant le « Sheraton· Palace », qui pratique des méthodes discriminatoires dans le recrutement du personnel (80 % des 1.500 manifestants étai.ent blancs). 9·III. - Chypre : les combats reprennent. M. Inonu déclare : « La Turquie interviendra si cela est nécessaire. » • En Afrique du Sud, le docteur In. gakane, gendre de M. Albert Luthuli, Prix Nobel de la Paix, est arrêté pour avoir enfreint les lois d'exception du Transkei. qUE POSITIONS • M. Thant et le racisme LE 4 février, M . Thant, Secrétaire Général des Nations-U'f1ies, prenant la parele devant l'Assemblée Algérienne, aprés avoir dénoncé l'apartheid en Afrique du Sud, a fait la déclaration suivante .- « Je comprends bien la réaction passionnée et même la fureur que la discrimination raciale, appuyée sur la force physique, peut provoquer chez ses victimes. Il faut cependant traiter ce mal comme une force extrêmement dangereuse de maladie, plutôt que comme un motif de vengeance et de violences. C'està- dire qu'il faut le traiter avec de la modération, avec un très grand soin et avec la conviction profonde que les racistes sont des êtres humains, tout en étant des malades mentaux qu'il faut sauver et guérir d'une infirmité dont ils ne reconnaissent parfois pas même l'existence .. . « ... C'est sans hésitation que je demande aux victimes mêmes des préjugés de s'occuper de ce problème avec de la modération et de la compréhension, car ces qualités sont indispensables si nous voulons créer un monde nouveau qui remplisse les promesses de toutes les idées généreuses et de nos immenses possibilités. De même, j'ose mettre en garde ceux qui ont souffert des préjugés raciaux, pour qu'ils ne se laissent pas, eux-mêmes, contaminer par ce détestable virus quand les rôles seront renversés dans la structure du pouvoir. Le préjugé racial est l'élément destructeur de toute société, quelle que soit la couleur de ceux qui l'appliquent et de ceux contre lesquels il s'exerce. » • Une conférence de presse de M. N. Goldmann Au cours d'un déjeuner offert à Paris aux représentants de la presse française et étrangère, le Dr Nahum Goldmann, président du Congrès Juif Mondial, a évoqué les grands problèmes qui se posent au judaïsme contemporain : « Le judaïsme mondial, a-t-il dit tout d'abord, est plus intéressé qu'aucun autre groupe à la réduction de la tension entre les deux blocs du monde d'aujourd'hui, et intéressé vitale ment au progrès rapide de ce qu'on appelle la politique de co-exis-' tence.. . 'C'est par conséquent l'un des principaux devoirs du judaïsme ' mondial d'utiliser toute son influence et toutes ses ressources pour soutenir towtes les tendances et mouvements tendant à établir la sécurité du monde et à promouvoir un désarmement contrôlé et une' politique de co-existence pacifique. » Au sujet de l'antisémitisme et des manifestations néo-nazies il a déclaré: « Il ne faut pas exagérer leur importance,. mais, d'autre part, il ne faut pas non plus les sous-estimer. Les juifs, comme les démocraties, ont payé très cher pour avoir sous-estimé les dangers du mouvement nazi dans ses premières années, et chacun d'entre nous aevrait retenir cette tragique leçon et rester sur le qui-vive pour s'opposer à toute renaissance de ces idéologies de haine et d'intolérance raciale, natiOnale et religieuse ... Il « L'antisémitisme, a-t-il ajouté, est un dangeT en puissance pour les juifs et l'humanité en général, non seulement en Allemagne, mais dans de 'nombreuses parties du monde, ainsi que l'ont démontré des événements récents dans quelques pays d'Amérique Lati.ne, et un front uni devrait rassembler tous les groupements démocratiques et épris de liberté dans le monde, afin d'exercer la vigilance nécessaire et d'écraser de telles tenda1J.ces dès leur apparition. » Examinant en particulier le' « problème des juifs en Union !Soviétique )1, le Dr Nahum Goldmann a souligné que ce problème « n'est pas celui de l 'antisémi· tisme, bien qu'il existe dans certai'nes parties de la population, résultant de traditions, d'habitudes et de sentiments séculaires. II « Il serait iniuste, a·t-il poursuivi, de ne pas reconnaitre que la Constitution de l'Union Soviétique garantit l'égalité à. tous les groupes 'nationaux et que t'incitation au racisme est un crime tombant sous le coup de la loi. Ce serait commettre une erreur historique que de ne pas reconnaître avec une pro· fonde gratitude, la contribution de l 'Union Soviétique, marquée par tant d'héroïsme et tant de sacrifices surhumai'ns, à la S~ PASSE.T.IL ~• Courrier du coeur POUR les ':llIours princières affichées dans la presse du coeur, j'affiche, moi, le mépris qu'éprouvait Mac Nab au siècle dernier, chantant à tous les vents : « Quand nous déban-assera-t-on dc ces N. de D. de princes. » Et peu me chaut que la princesse Z., héritièl'e du trône de X. épouse le prétendant au royal siège de 8., lequel fut balayeur à Oslo, le « pôvre ", avant de rencontr'ër un armateur grec (comme tous, les armateurs) qui lui légua sa fortune et sa maîtresse, laquelle était au mieux avec le ma,har,adja détrôné {l'une republlque dlamantilel·c. t;t quand les drames éclatent dans ces ramilles. c'est toujours pour des questions dc préséance et de bienséance. A croire que ces gens passent leur vie à chercher un siège dor'é pour poser leurs dcrrièl"es , et que pour fairc parler de leur noble séant, ils inventent des histoires de ... mais vous m'avez compris ! ... La dernière en date concerne la princesse Irène de Hollande et Carlos de Bourbon·Parmc dont lc père, Don Xavier de Bourbon-Pa,rme, descendant plus ou moins direct de Louis XIV est respectueusement traité d'Altesse l~oyale par le journal de Franco « Ardba ». Vous ne suivez plus ? Eh bien sachez que ledit Xavier dc Il.·P. est allé penda.nt la guer're d'Espagne, direc· tement chez Franco, après avoir donné à ses partis.ans qui revendiquent son accession au trône, l'ordre de sc battre du côté de l'Ordre, celui qui régnait là Guernica, quand les futurs assassins d'Anne Frank se faisaient la main av:!nt d'envahit' la Hollande. Vous Ille suivez mieux ? Donc le fils de Xavier, Q.ui porte, outre le prénom de Carlos celui de Benito (il est né, alors qu'un certain Benito régnait sur l'Italie, et qu'il fallait bien rendre hommage aux amis de papa) est à la fois cspagnol ct fra,nçais , cc qui ne me chagrine pas, ~~ mal.s traditionna.liste. c'est·à-dire qu'il soutint, en tant que Français, les $

  1. exploits de l'O.A.S. pour « l'Algérie Française » .

A Amsterdam, dans la, rue qu' habitait Anne Frank, au bord d'un joli ~ canal, on commente doucement ce mariage. L'incident ébranle le trône, ~$ dit-on. Et les gTand-mères plelll'ent au récit des amours contrariées de la Princesse qu'on cr'oyait. si sage, ct qui ira vivl.'e au Portugal après ses noces. 1 Au Portugal où, entre autres choses Oll ne peut pas parler de l'Angola. Ma;' là .. j' m, dm ••• d, ,[ ,·ou, ,omp,,'" to.t , , .. Oncle TOM. ~ ,»"""""""""""'''''''''''" ..... ,,'''''''''''''''''''''''~~~'~ défaite du nazisme qui, eût-il été victo: rieux, aurait exterminé les juifs. L'Union SOViétique a également sauvé des centaines de milliers de juifs fuyant l 'offensive nazie, et a contribué à la décision historique des Nations-Unies en faveur de l'Etat juif en Palestine ... » Cependant, constatant que « les juifS dans presque tous les pays du monde ont obtenu l 'égalité des droits et sont intégrés dans la vie politique, économique et culturelle de leur pays », le Dr Goldmann s'émeut de certaines conséquences de cette situation. Il considère que « le grand danger qui menace la survivance juive n'est plus à présent celui de l'extermination physique ou de la discrimination économique Ou politique contre les juifs à titre individuel », mais la difficulté pour les minorités juives de « mai.ntenir leur identité en tant, que groupe distinct ll. C'est un fait que l'intégration des juifs, qui va de pair avec les progrès de la démocratie, entraîne dans le monde entier (et en Israël même), la régression de la langue" yiddisch, des pratiques religieuses israélites, et du particularisme juif sous toutes ses formes, liées aux persécutions ou à la vie dans les ghettos. Il s'agit là d'un phénomène général, qui fut déclenché en France, par exemple, par le décret de 1'791 accordant aux juifs la citoyenneté avec tous les droits et devoirs qui s'y rattachent. Or M. Golddann regrette qu'en France « beaucoup de juifs éminents s'opposent à la création d'écoles juives » et acceptent « l'assimilation ». Mais ses regretsl se changent en griefs lorsqu'il parle de l'Union Soviétique. Niant ou minimisant les indéniables réalisations soviétiques dans le domaine de la culture yiddisch, présentant le recul du sentiment religieux comme un fait ne concernant que les juifs, il rend le régime de l'U.R.S.S. responsable d'un processus historique qui n'est pourtant pas propre à ce pays, puisqu'on peut en constater les effets dans tous les pays et sous tous les régimes démocratiques. Parlant enfin de la situation au Moyen· Orient, le Dr Nahum Goldmann a déclaré que « le problème principal d'Israël, celui de réaliser la paix avec ses voisi.ns arabes et de s'intégrer à la famille des nations du Proche-Orient, 'n'est pas sans solution. » Il a préconisé un accord Est· Ouest pour empêcher dans cette « zone sensible » une guerre qui risquerait de dégénérer en conflit mondial. MOYEN-ORIENT • Un débat / paSS!Onne LE 4 mars 1964 a eu lieu à la Mutualité, organisée par l'Union des Etudiants Juifs de France, une conférence-débat sur les possibilités de rapprochement entre Israël et les pays arabes. Une assistance fort nombreuse, largement dominée par la jeunesse, a suivi les exposés avec beaucoup d'attention. M. Eric Rouleau, le professeur Rodinson, M. Rash, représentant du Mapam en France, ainsi que M. Serge Mallet ont, tour à tour, évoqué les divers aspects du problè· me. Il faudrait, toutefois, noter que les a.rguments avancés n 'ont pas toujours recueilli l'apprObation de l'assistance et, notamment, des étudiants arabes dont les porteparole ne se sont pas fait faute, lors du bref débat qui a suivi la conférence, d'exposer leurs griefs. C'est ainsi qu'il fut violemment reproché au représentant de l'Union des Etudiants Juifs d'avoir, dans son introduction, singulièrement limité le débat en posant comme préalable à tout rapprochement, la reconnaissance du fait sioniste. Des étudiants arabes ont, de même, fait remarquer la partialité de certains arguments, notamment ceux concernant le douloureux problème des réfugiés palestiniens. Il nous parait, par contre, utile de mentionn. er tout particulièrement l'effort louable du prOfesseur Rodinson de situer la question dans son contexte historiquEl, en évitant tout propos empreint de passion chauvine. Il a courageusement dénoncé les intrigues impérialistes et néo-colonialir:;tes dans le Proche-Orient, critiqué sans complaisance aucune ceux qui, en Israël comme dans certains pays arabes, se prêtent à un jeu dangereux. Toutefois, on peut se demander si cette conférence-débat aura réellement quvert la voie à un dialogue plus large et utile. cette rencontre, cependant, a eu le mérite d'aborder un problème d'une actualité brûlante, mais dont la complexité nécessite que. l'on exprime ses pensées à la fois avec plus de prudence et plus de hardiesse et, surtout, que l'on se débarrasse de tout êentiment étroitement nationaliste. H. C. DROIT H LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs. - Paris (%.) Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 10 francs Abonnement de soutien : 20 francs E:I'RANGER Un an : 18 francs Compte Ch. Post.: 6070-98 Pa-l'1a Pour les chan~ements d'adresse envoyer 1 franc et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer Droit et Liberté, ou s'abonner, au siège des Amis de Droit et Liberté, 43, avenue de Berchem Saint-Agathe, Bruxelles 8 - Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'Hôteldes- Monnaies, Bruxelles 6. Versements au C.C.P. 723895 de Léon GRINER, 9, Square RobertPequeur, Bruxelles·7. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FB. Abonnement de soutien : 150 PB. Journal composé et ImprfrM par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - ChAteauro1D' Gérante : S. BIANCHI. qUE SE PASSE-T-IL 9 • HIER ET ,AUJOURD'HUI • Un homme nommé Hitler. .. r E portrait du Führer sur la cou verL LUre d'un magazine : c'est l'hebdomadaire allemand « Quick » qui commence dans son numéro du 23 février une série d'artÎ'cles consacrés à Hitler. Cette publication à grand tirage va-telle déncncer les crimes hitlériens, démonter les mécanismes de l'idéologie na.. zie qui a conduit au plus monstrueux des génocides, qui a amené la désolation dans des milliers de familles et des dizaines de pays, apprendre à la jeunesse que des hommes ont uni toute leur intelligence et toutes leurs forces au service de la destruction systématique d'êtres humains « coupables» d'être des juifs, des gitans, des polonais, des démocr ates ? ... Rien de tel dans l'article de « Quick ». Qu'y trouve-t-on ? Un vrai cocktail : ie nombre des costumes d'Hitler, le récit de la, mort de Roehm ordonnée par HitJer certes, mais avec des larmes, et des sursauts de conscience ; ses amours avec sa nièce Geli Raubal, sa naissance, sa famille .. . Bien sür, l'auteur de l'article se réf~ re à des faits apparemment exacts. Seulement à la lecture, on ressent un manque, une gêne. Imaginons, en effet, la réaction d'un jeune Allemand, de la génération d'aprèsguerre. Son entou rage, ses professeurs, ses mf}nuels d'histoire ent fait qu'il ne sait rien de la période hitlérienne, ou du moins peu de choses. Hitler restera à jamais pour lui un espèce de héros de « Série Noire », chef de gang qui règle ses comptes avec ses rivaux qu'il désigne d'un simple coup de crayon, est aimé des femmes, et dispose des hommes à son gré. Ce même jeune Allemand, en lisant « Quick », aura l'impressi.on qu' Hitler a tout fait, tout seul, qu'il est l'unique responsable des crimes commis. H:Uer disparu, il est trop facile d'en faire un bouc émissaire, alors que c'est tout un système qui devrait être mis en accusation : le nazisme n'était pas le fait d 'un seul homme, le nazisme, c'était un climat politique, c'était l'intérêt financier des grands trusts allemands, c'étaH une idéologie échafaudée par des théoriciens et mise en pratique dans les camps d'extermination, dans les chambres à gaz. La disproportion entre la place accordée aux méfaits du nazisme et celle consacrée à la vie privée d'Hitler témoignE' de la volonté d'human',ser, de rendre le personnage proche du lecteur, et en définiti ve de le réhabil i ter. Des photos ut ilisées par la propagande naz ie " Le dernier quart d'heure" d'A. P. LEtHI~ Du mépris à la peur « Le Dernier Quart d'Heure )) d'Albert-Paul LentÏtb (Edition htillard) , est un livre sur la guerre d'Algérie, mais parmi tous les livres consacrés à ce sujet, il occnjJe ?tne place à part. En effet, Albert-Paul Lentin, né à C onstantine, fils et petit-fils de « pied-noir », est bien placé pour comprendj'e et analyser le comportement de ses compatriot,es, européens et musulmans. De plus, journaliste, spécialisé dans les affaires d'Algérie et du Moyen-Orient , il sait faire dt~ lecteur un témoin participant à L'action et atM; fvénements, qu'il décrit avec verve, truculence et humour. Il nous a pant intéressant de reprod'uire quelques pages de ce livre, où Albert-Paul Lentin fait le portrait psychologique dt! « pied-noir ». mettant l'accent sur l'irréversibilité du mécanisme raciste, l' analysant, le disséquant pour miell.1; montrer C0111 meut il a condn-it inéluctablement au drame que L'on sait. T A consclence plus ou moins claire L qU'ils ont de former en commun un coktail médite-rran'ien plus savoureux que chaque alcool pris séparément n'empêche nullemen t chacun de défendre âprement son particularisme, et de refuse'.' d'être confondu avec son vOisi.n , qu 'i1 considère superbemen t comme « un métèque »), et dont il dit volontiers pis que pendre, insultant la race à longueur de journée. Un vocabulaire local particulièrement riche en termes péjoratifs affuble chacun d'une épithète aussi malsonnante que consacrée. Il suffit que s'échauffe le ton de la discussion sur les résultats de l' arbitrage du dernier match de football, sur l'importance res· pectIve du port d'Alger et du port d'Oran, ou sur l'intelligence comparée des Espagnols de l'Ouest ou des Italiens de l'Est algérien, pour que jaillissent les apostrophes qui font de Martin un patos, de Paoli un Corsico, de Zerbib un Youpin, de Gonzalès un Pepete, de Di Stefano un macaroni et de Mikalef un Maltouf de mes deux. Dans l'ensemble et sauf exceptions, tout cela fait d 'ailleurs d'excellents Français, d'excellen ts soldats qui mar chent au pas en temps de guerre du côté de la fron tière belge, des Vosges ou de l'Alsace et en temps de paix, le 11 novembre ou le 14 juillet, derrière les drapeaux des Associations d'anciens combattants. Tous leurs « microracismes ) trouvant en effet un dénominateur commun dans 'un « macroracisme ») qui fut tou jours fondamental et virulent, le racisme envers les autoch tones, qu'on n'a'ppelle que les Arabes, quand ce n'est pas les bicots, les troncs de figuier , les ratons ou les melons. Le racisme, c'est d'abord le mépris, et s'H est vrai qu'en Algérie , le « Français de pure souche )), mépriSé par le « Français de France » méprise à son tour l'Espagnol qui méprise l'Italien qui méprise le Maltais qui méprise le juif, tous ont toujours pu se retrouver dans un racisme compensatoire pour celui qui, jusqu'à aujourd'hui, avait toujours été au plus bas de l'échelle, juste au-dessus du bourri'cot: l'Arabe. Pendant des décades, l'Arabe écrasé, exploité, cléoersonnalisé, n'a existé pour le Pied-Noir que comme un décor, parfois pittoresque, plus souvent désagréable (Que ce pays serait sympathique s'il n'y avait pas tous ces Arabes D, une commodité, une utilité. Il était normal de le voir porter les valises, ramasser les ordures, nettoyer la chaus · sée, laver les carreaux, s'occuper à toutes les tâches subalternes. N'était-ce pas là son goût, sa vocation, sa nature, son essence puisque, n 'est-ce pas, il n'était pas « bon à autre chose »? La domination politique et la prépondérance économique de la race des seigneurs avaient tout à gagner à la théorie de l'incapacité congénitale et des « défauts héréditaires ) du vaincu , primitif, sauvage. sale, l oleur. menteur, sournois, bref « Un termensch )). Il était normal de voi'r « l'Arabe » tutoyé (Dis, Ahmed, dis Fatma !), bousculé par le policier ou interpellé, en t ermes peu amènes, par 1'e bureaucrate impatient et sarcastique, derrière son guichet. Il était normal de ne pas ou de ne plus prêter attention au bout d'un certain temps, quand on venai.t de France. à son effroyable misère, ct de consi · dérer que le bidonville, le gourbi', le va· nu-pieds en haillons, le mendiant affamé ou le vagabond crachant ses poumons dans la poussière, au bord des routes de campagne, faisaient immuablement partie du paysage algérien . Les P ieds-Noirs avaient des yeux pour ne pas voir et des oreilles pour ne pas entendre, et ils voulaient tout ignorer - la langue, les moeurs, les penSées - de « ce monde groui'llant et pouilleux des indigènes ». Leur devise était: « Je ne veux pas le savoir. je ne veux pas les connaltre. ») Leur première barrière défensive fut celle du désintérêt ct l'Européen qui s 'avisait de vouloir franchir ce mur implacable (peu de liens d'amitié, très peu de marÎ'ages mixtes, ou même de relations sexuelles, entre gens des deux communautés) était considéré comme un hurluberlu tout à fait orig;nai et bien vite dangereux. Le 1Jremier acte révolutionnaire de ma \'ie fut, à quatre ans, cl'aller « en enfant mal élevé », jouer avec les « petits Arabes ), provoquant les soupirs consternés des commères du voiSinage et la réprobatioll des matrones du quartier. (. .. ) A partir de 1958, le racisme pied-noir qui n 'avait Jamais été, il est juste de le dIre, le racisme systématiquement ex termi. nateur des nazis, ou le racisme méthodiquement ségrégationniste des Anglo- . Saxons, s'atténuera, sur certains plan s, tout e.n demeurant t rès sensibilisé sur la question des femmes (Putains d'Arabes! Ils nous montrent pas le bout du nez de leurs femmes, mais ils ne pensent qu'à voir les fesses des nôtres!J. L'Européen finit par prendre l'habitude cle certaines fréquentations, il accepte un certain côtoiement des musulmans, mais il ne peut se transformer, sauf exceptions, au point de modifier en lui, 'par exemple, l'image première de « l 'éternel Arabe )) incapable, et « bon à rien ») (Le travail arabe, dans le langage des Pieds-Noirs est synonyme de travail mal fait). La « promotion musulmane ») lui apparaît comme une comique absurdité. Comment voulezvous qu'un homme qui porte burnous, puisse exercer une fonction d'autorité, puisse deveni'f « sérieusement )) maire, sous-préfet, magistrat? C'est le comble du grotesque. Tous les maîtres ont cette faiblesse de croire que leu r style et leurs habi tudes, marqués du sceau de la supériorité, ont un caractère universel, alors que ceux des serviteurs ne relèvent que d'un particularisme fol klorique. La. « promotion musulmane »), qui, au début, était apparue ainsi a ux Européens comme surtout ridicule, l ui: apparaît , par ailleurs, aujourd'hui, comme une dangereuse hypothèque sur leur destin. Les « petits Blancs ») se montrent d'autant plus attachés à leurs minces privilèges que ceux-ci constituent les derniers signes de leur fragile prépondéran ce, les dernières marques distinctives qui les situent, socialement, au-dessus de « l'Arabe )l. Ayant, par ailleurs, sous les yeux le spectaCle de la démographie galopante des Algériens, et du chômage et du sousemploi régnant en milieu musulman, ils sont aisément portés à se dire - et ontils tellement tort? - que beaucoup de leurs petits postes ne tiendront sans doute pas t rès longtemps le jour où, dans l'Algérie indépendante, des milliers d'Algériens politiquement émancipés réclameront des places et où de nouveaux appétits menaceront les situations acquises et les ( fromages )) si minuscules soIen t-ils. L'interrogation sur les lendemains apparaît comme un des symptômes multiples du mal chronique et aujourd'hui exacerbé dont souffre l'Européen d'Algérie face au Musulman : la peur. 3 Les photos illustrant l'article, masquent, elles aussi, la réalité. Ce sont les photos de la propagande nazie : Hitler, symbOle de la puissance, Hitler, éducateur, entouré de blondes jeunes filles regardant leur idole avec admiration et 1 espect, Hitler et ses victoires, figurées par les monuments qui auraient été élevés dans tous les pays d'Europe (on ne dit pas sur quelleci ruines !) s'il avait gagné la guerre ; et surtout Hitler et ses femmes : Eva Braun, sa nièce Geli Raubal montrant ses cuisses, au bord (l'une rivière. La grande presse nous a habitués aux scandales, aux photos à sensation. Mais là, ne dépasse-t-elle pas les bornes ? • Vestiges ... L'OFFICE du Tourisme du Puyen- Velay distribue une « plaquette artistique ) sur la ville qUI nous fait douter de son « bon g:oût ». En effet. le dépliant conseille la visite de la « Rue des Tables » et de la « Fontaine du chori~'te» qui est un vestige d'un J1Ionument élevé à la mémoire « d'UN ellfant de choeur lué par It1l juif et ressuscité par la Vierge » . Pourquoi l'auteur n'a-t-il pas mentionné le caractère légcndaire de cette anecdote? Pourquoi 11e pas l'effacer complètement de S'Oll texte. puisque le monument ne porte aucune inscription relative Ù l'anccdote? Ce faisant, l'auteur ne diminuera certainement pas l'attrait touristique de la ville et é\'ite ra que ccs all usions chargées de riel n'empoisonnent l'esprit des gens. DISCRIMINATIONS • Blanc comme 1/ aspirine ... POUR exercer la profession de ph;::rmacien. ;l, Paris. il semhlait qu etre c!tplome de la l'acuité de Pharmacie suffisait. Evidemment une sain~ . m.oralité professionnelle paraît aussI 1l1dlspensable - les produits vénéneux sont si nombreux! Mais nous venons d'apprendre qu'à cela, il faut ajouter. pour le postulant pharmacien. l'obligation de posséder une peau parfaitcment hlanche. c'(',t du moins cc que pense certain pharmacien du TSe an-ondissement. Celui-ci cherchait un remplaçant. Un de nos amis, jeune pharmacien diplômé de sérologie, ayant déjà exercé pendant plusieurs mois, offre ses services par téléphone. Accepté, il se présente à l'officine

hélas L la place venait d'être

pourvue... Quelque~' minutes après, une amie téléphone de nouveau à la pharmacie à tout hasard. La place est vacante, qu'elle se présente rapidement. répond le pharmacien de Tre classe ... T'ai omis de signaler que notre ami est originaire du Dahomey. . Vos diplômes. Monsieur le pharmacien du Ise sont frères jumeaux de ccux de votre jeune confl-èi-e. Peut-être en êtes-vous même moins nantis que lUI. Vous' exercez une profession qui consiste je crois il soulager, guérir. sauver, en étroite collaboration avec la médecine. les êtres humains, tous les êtres humains. Au fait, préféreriez-vous vous abandonner à la souffrance plutôt que d'accepter un analg:ésique que vous tendrait une main noire? T'en doute. Cependant, selon vous, la -main qui vend vos' conlPrimés d'aspirine doit être aussi blanche qu'eux. T ,e racisme est un poison mOl-tel qui ne fig-U1-e pas dans le répertoire pharmacologioue. Sp.rait-il une spécialité de votre officine? C'est un produit vénéneux dont l'uti lisation met en cause votre moralité. Droit et Liberté dans certains kiosques parisiens A partir du présent numéro, notre journal sera vendu dans un certain nombre de kiosques de divers quartiers parisiens : Grands Boule· vards, Quartier Latin, RépubliqueBastille, Belleville-Ménilmontant. Nous nè doutons pas que nos lecteurs et amis auront à coeur de contribuer au succès de cette ex· périence, en la faisant connaître autour d'eux et en incitant leurs amis à acheter « Droit et Liberté » chaque mois chez le même mar· chand. A tous, merci. 4 ~~DlrIE~ IOlE ILIE~[lr 'U IRIE

  • LA PLANETE DES SINGES, par Pierre

BOULLE (Editions Julliard). Pour certains écrivains de « Sciencefiction », le merveilleux scientifique est un jeu de l'imagination, une fin en soi, pour d'autres tels Ray Bradbury ou Pierre Boulle dans « La planète des singes », les données de la science moderne ou à venir ne sont qu'un moyen, voire un prétexte à la création de situations extrêmes qui sont autant. d'invites à réfléchir sur la condition humaine. Ainsi Pierre Boulle, plaçant son héros Ulysse Mérou au milieu des « simius sapiens », habitants de la planète Soror au nom symbolique, nous convie à méditer sur le sentiment assez généralement répandu de la supériorité de l'espèce humaine sur le reste de 'la création, non sans régler joyeusement leur compte au passage aux fal,lx savants, aux prétentieux imbéciles de tout poil, c'est le cas de le dire ... Un livre d'accent voltairien, sérieux et divertissant. G. B.

  • LA DERNIERE MISSION, par Nicolaï

TCHOUKOVSKI. Traduit du russe par Gustave Welter (Editeurs Français .Réunis), Cette dernière mission s'effectue à Berlin, où dans un mélange de ruines et de cimetières, un monde va changer, le jour même où l'Armée Rouge y termine le combat. (( De Moscou à Berlin, écrit Vladimir Pozner dans la préfa,ce de ce très beau roman, ce n'était pas le plus simple des voyages, Il fallait traverser des centaines de kilomètres d'une Russie dévastée, toute une Pologne corrodée, parcourir à pied une ville portant toujours le nom de Varsovie et dont il ne restait plus rien, .sinon justement le nom ... , poursuivre son chemi,n et pénétrer dans un autre pays, détruit à son tour, et qui était l'Allemagne ... » Après tous ces morts que le lieutenant Serge Netchaïev avait vus tous les jours durant des années, il fallait, à présent, voir les survivants. Et Vladimir Pozner conclut ainsi sa ,préface: (( Je ne connais pas de romancier qui ait décrit avec autant de précision, de véracité et d'intelligence, un moment de l'histoire où l' (( on ne sait encore s'il va y avoir une Allemagne, quelle Allemagne, ni quand », aucun qui ait su dire simplement : « En Allemagne, la guerre a fait souffrir le plus les hommes qu'on pouvait accuser le moins. » Personne n'a donné des quelques Journees cruciales - depuis l'entrée à Berli:n des soldats de l'Armée Rouge jusqu'à l'arrivée des troupes américaines - une image aussi fidèle, image d'une ville dont dépend, aujourd'hui encore, la guerre ou la paix de demain. » De ce roman, l'impression dominante demeure celle d'une évocation grandiose et singulière de la paix renaissante et d'une grande pitié pour l'imperfection et le malheur des hommes, d'autant plus émouvante qu'elle se passe de sermons et naît spontanément sous la plume de l'auteur. C. P.

  • PARIS QUI ME GRANDIT, par Simone

BORUOHOWICZ. C'est une petite plaquette, éditée à compte d'auteur. Simone Boruchowicz y publie des réflexions personnelles, souvent intimes, écrites au fil de la plume, un peu partout. Une incontestables poésie, réaliste, qui donue a VUlr le r'aris popuuHre: la rue des Trois-Bornes, la rue Oberkampf, la rue Jean-Pierre Timbaud, tout ce petit univers un peu masqué par les hautes maisons de l'avenue de la République. vit singulièrement, avec ses cafés-tabac, les boulangeries et les épiceries quotidiennes. A l'autre pôle, les galeries d'exposition, les Impressionnistes au Musée du Jeu de Paume, en passant par la rue de Rivoli. Et les souvenirs poignants qui traversent les notes, brutalement: « Ici, il y a quelque chose d'insupportable pour le souvenir (parce que la mairie du XI' arrondissement détient l'enregistrement officiel des décès de mes parents dans les camps de concentration). Enfants instrumentistes en pantalons lOongs blancs, soleil, jeudi, c'est la fanfare de Charenton qui s'apprête à jOouer devant la mairie ... » La mort surgit dans la mémoire : mais la vie, toujours, submerge de ses beautés les impressions de Simone Boruchowicz. (Cette plaquette est en vente à la Librairie des métallurgistes, 94, rue JeanPierre Timbaud). J. D. TOUTE FO,RME DE COLONIALISME ... Je viens de lire avec grand intérêt l'article de Jean Schapira dans «( Droit et Liberté Il du 15 novembre - 15 décemore et je tiens à vous dire combien j'approuve ce qu'il a écrit sur la nécessité (( d'actualiser Il la lutte antiraciste. Les remarques qui suivent sont destinées simplement à appuyer son point de vue à partir de quelques unes des observations que je puis faire dans mon rôle d'II assistant technique» dans un pays excolonisé. 1) Il ne faut pas sous· estimer la persistance de formes ( archaïques » de racisme chez des gens qui n'ont nen appns et rien oublié. Il ne suffit pas de rebaptiser un ex-fonctionnaire colonial « assistant technique» pour changer sa mentalité. Savez-vous qu'il est même arrivé pendant la période colo· niale que l'on envoie ( outre· mer » des gens condamnés par des faits hes à l'occupatlOn nazie en France - et qu'ils y sont toujours... Et que des Malgaches torturés en 1947 par tel policier le revoient en libre circulation dans les rues de Tananarive. Cependant, je m'empresse d'ajouter que les plus valables des c( combattants antiracistes » ne sont pas toujours les gens les pius récemment arrivés de F'rance. 2) Il faut noter également que les blessures psychologiques causées par le mépris raciste ne disparaissent pas du jour au lendemain chez ceux qui en ont été les victimes. Il ne suffit pas pour cela de proclamer l'indépendance, il faut encore que celle-ci devienne de plUS en plus une réalité vécue dans tous les aspects de la vie : politique, économie, pédagogie. Ce n'est pas encore chose faite. Et je crains que les effets d'une répression comme celle de 1947- 48 ne mettent très longtemps à s'effacer - même et d'autant plus que ce sont des faits dont ( on ne parle jamais Il. 3) Cependant, et c'est là une note optimiste que je voulais apporter, je suis frappée de l'ouverture et de la disponibilfté d'esprit des jeunes. Les classes où j'enseigne (classes de philosophie et propédeutique) comprennent des jeunes Français et des jeunes Malgaches. Ce sont de jeunes Français qui, par deux fois, m'ont dit (( Nos parents sont racistes» avec une espèce d'indulgence pour des erreurs qu'ils ont, eux, dépassées. Il est certain que leur expérience de travail en commun avec leurs camarades malgaches a une grande valeur positive. Du côté de 'mes élèves malgaches, je suis frappée du très vif intérêt qu'ils et elles prennent à la lutte antiraciste sous tous ses aspects. Ils ~e sentent concernés par les persécutions antisémites du nazisme plus que par tout autre aspect de l'histoire européenne et la lutte des noirs américains les passionne. Il y a là un facteur très favorable pour dépasser certains aspects de la société malgache traditionnelle, où existait et existe encore dans quelques milieux, un certain racisme interne à l'égard des tribus différentes et surtout à l'égard de la caste jugée inférieure des anciens esclaves. 4) Cependant, je crois qu' « être antiraciste », ce n'est pas suffisant, si cela ne prend que la forme négative d'opposition au racisme. Il faut que cela prenne la forme positive d'II éducation à la fraternité» (comme le dit le titre du Bulletin du Centre de Liaison des Educateurs). Pour cela, il me paraît urgent de développer, non seulement la tolérance, mais le respect actif, la compréhension sympathique des aspects divers des diverses civilisations, dont aucune n'est « supeneure ». Je déplore à ce propos que les programmes en vigueur à Madagascar, bien qu'il s'agisse d'un pays indépendant, où les enseignants français ne sont détachés qu'à titre ( d'assistants techniques» soient restés jusqu'à prësent identiques aux programmes en vigueur en France où l'accent est naturellement mis sur l'histoire, la géographie de la France. La langue malgache n'est enseignée qu'à titre de deuxième langue vivante, facultative. Il est très grave que les futures (( élites» soient ainsi devenues presque étrangères à la vie de 85 % de leurs compatriotes; nos élèves en sont d'ailleurs conscients et en souffrent. Il est urgent aussi de dépasser toute forme de « colonialisme :culturel». 5) Il faut aussi développer en France une curiosité, un intérêt actif, une sympathie pour tous les aspects humains, esthétiques, sociaux des civilisations africaines et malgaches. Je suis sûre que cette « ouverture à autrui » est l'un des aspects importants du combat autiraciste. 6) Je déplore que dans certains milieux' en France, on développe actuellement de l'hostilité à l'idée d'« aide aux pays sous-développés ». Il faut montrer ce qu'il y a de valable dans ces critiques, c'est-à-dire les équivoques qui sont celles de ce que l'on désigne communément sous le terme de « néocolonialisme» : soutien déguisé aux sociétés françaises installées en Afrique et à Ma· dagascar et dont les intérêts ne coïncident ni avec ceux du peuple malgache ... ni avec ceux du peuple français. Il ne faut pas sans doute dissimuler les faiblesses des actuels milieux dirigeants dans ces pays (d'où le mérite de la franchise d'un livre comme celui de René Dumont « L'Afrique Noire est mal partie ») mais il ne faut pas non plus oublier les difficultés gigoentesques auxquelles Hs doivent faire face lorsqu'il s'agit d'instruire des enfants de plus en plus nombreux, de construire des routes, de développer l'agriculture et de jeter les premières bases d'une industrie nationale. S'il faut envisager àans l'avenir le dépassement de l'aide dite (( bilatérale » d'une ancienne métropole à son ancienne « colpme », que ce n,e soit pas pour le repli égdiste sur « la France seule » mais plutôt au profit de formes nouvelles, de type « multinational », de la lutte contre la misère. Bien sûr, rien ne peut remplacer l'effort propre d'un peuple résolu à (( en sortir» : mais que peuvent faire - par exemple - les pays pauvres, producteurs de matière première, si le cours des produits tropicaux ne cesse de baisser sur le marché mondial ? Tous les efforts nationaux risquent d'échouer s'ils ne sont pas secondés par un effort de solidarité internationale qui est d'ailleurs conforme au véritable intérêt de notre pays puisqu'il est la condition de la paix mondiale, qui ne peut s'établir durablement sans un minimum de justice économique entre les nations. Je crois que les antiracistes doivent aussi s'intéresser à ces prOblèmes et essayer de les expliquer inlassablement autour d'eux. Je fais tous mes voeux pour le développement et le succès de l'action du M RA P, et je vous assure de mon sentiment de solidarité dans le combat commun. Anne-Marie GOGUEL, Tananarive. PLACE DE LA .REPUBLIQUE En octobre dernier, je me trouvais place de la République, à Lille, entre 3 et 4 heures de l'après-midi, assis sur un banc public, le pied gauche s'appuyant sur le bord du banc parce que j'avais mal à pied. Un agent de police passa, il me dit: « Pourquo} mets·tu ton pied sur le banc? » Je répondis : ( Parce que j'ai mal au pied. » Il dit: « Si tu as mal au pied, donne-moi ta carte. » J'ai donné ma carte, il a noté mon nom et adresse et le 13 janvier dernier, j'ai reçu une contravention de 10 frs pour avoir sali un banc public. Je vous fais parvenir cette contravention. Mohamed D., Lille. ANTISEMITE . Ou ANTISEMITIQUE? Félicitations pour un excellent numéro de ( Droit et Liberté », celui que je viens de recevoir. Permettez-moi, cependant, de demander si tout a été fait pour que ne se retrouve plus presqu'à chaque page d'un mensuel spécialisé dans la lutte contre le racisme, le solécisme

« un propos, un livre

une opinion antisémite ». Pour le petit Larousse, antisémite n'est qu'un substantif et ne peut s'appliquer qu'à une personne: « X. Vallat est un antisémite ». De l'adjectif, il n'ex- J'AVAIS BESOIN DE VOUS DIRE ... Voilà le genre de prose qu'on trouve apposée dans les couloirs du métro. J'ai trouvé ceci à la sortie de l'escalier mécanique qui conduit aux correspondances à la station Gare d'Orléans-Austerlitz. Il y en avait deux autres qui avaient été décollées par quelqu'un d'écoeuré sans doute. Il en restait quelques traces. Nous sommes habitués sans doute à la prose héroïque de ces courageux défenseurs de la pureté de la race française, mais cela me fait mal . J f"'ç~ S -L éJ RA BE.J LEL/-fJ PVlAlA/j'-L6J-Ct/IlÈS TOu T t..E',S E /'7(/-1 NÇ[Rj' ~ LA -PC) RIE- .é.S SOé/..J ~LI...r J"R/-1/V{'.I//j .fU~,ftVL MEA/r FRA Ale /1/.1 Tll!AS L:..eJ r/'I.~S A A/i'ÇRé- ~ "h ViVE NOIi t- chaque fois. Je suis française, mes parents, grands-parents aussi, autant qu'on peut raisonnablement être sûr de son ascendance. Je n'en tire nulle gloire. J'ai de l'amour non pour un drapeau mais pour l'humanité. Je me sens diminuée et honteuse chaque fois que j'assiste à un acte de racisme. Quand un « bon Français » comme ce monsieur se targue de défendre les Français, cela me semble aussi stérile que les guerres de religion où l'on se tue au nom de Dieu. Il n'a pas voulu cela. L'humanité a besoin d'autre chose. Cela pourrait être si beau la vie avec amour et entraide. J'avais besoin de vous dire mon dégoût. Entre les grarfiti pornographiques et ces écrits de haine je ne sais plus ce qui est le plus sale dans le métro. Mme PAYET, Châtenay-Malabry.

iste que la forme : « antisé· mitique ». A propos du débat sur «, Le Vicaire», puis-je vous signaler

l o que malgré la légende, il est difficile (photo p. 11) de «( reconnaître» Gilbert Badia ... 20 Et, c'est plus important: que je suis parfaitement d'accord avec M. Maria lorsqu'il souligne le rôle des résistants non-chrétiens; mais que dans une pièce où l'accusé principal était le Chef de la Chrétienté, il me paraît normal que l'auteur ait montré seulement des résistants chrétiens. Après tout, dès qu'on lui reproche de n'avoir pas mis en scène des résistants communistes ou li' béraux, on pourrait s'étonner qu'il ait mis au pilori Pie XII, et pas Hitler ... Puis-je enfin vous signaler que, ayant passé à Münster, dans ce bastion du catholicisme westphalien, trois mois fort intéressants, j'ai pu constater la vitalité d'une «( association judéo-chrétienne » qui organise deux ou trois fols par mois des conférences et des débats, fort suivis. Cela ne suffit pas, maïs c'est quelque chose. J'y ai même eu un élève juif, auquel, par un scrupule que vous comprendrez, je me suis gardé de poser aucune question, mais dont je puiS attester qu'il était parfaitement' intégré à sa classe. P. DEHEM, Kremlin - Bicêtre (Seine). RECTIFICATION Je tiens à vous faire savoir que votre compte rendu - d'ailleurs fort intéressant .,.... du débat qui a eu lieu sous l'égide du M.R.A.P., le 28 janvier à l'Hôtel Moderne, paru dans votre numéro de février, mentionne la présence de M. Gaston Kahn, secrétaire général de l'Alliance Israélite Universelle ! Or, en réalité, M. Gaston Kahn est président d'honneur de la Loge France-Paris des B'nai B'rith, membre du Consistoire Central des Israélites de France et d'Algérie et du Consistoire de Paris et trésorier du Conseil Représentatif des Juifs de France. Par ailleurs, c'est M. Eugène Weill qui est secrétaire général de l'Alliance Israélite Universelle. Veuillez donc avoir l'obligeance de faire un rectificatif dans votre prochain numéro. Maurice MOCH. Nous remercions M. Maurice Moch de cette précision, que nous publions très volontie:rs en présentant toutes nos excuses pour l'erreur que nous avons commise. UNE EXCELLENTE IDEE ... Veuillez nous adresser le numéro de janvier de Droit et Liberté où - nous en sommes convaincus - nous prendrons un vif intérêt à l'étude consacrée à la pièce de Rolf Hochhuth, Le Vicaire. Nous vous félicitons d'avoir eu l'idée (excellente), de réunir une documentation complète sur une question à ce point brûlante, qu'elle soulève partout des passions. LA MAISON DE LA FAMilLE (Halluin). UN VOEU POUR 1964 Puis-je vous dire que je remercie le M. R. A. P. pour la soirée-débat à la suite de la représentation du «( Vicaire.» et pour tout ce qu'elle a pu m'apporter. S'il m'était pel'lllis d'émettre un voeu, ce serait que 1964 et les suivantes voient se multiplier des manifestations de ce genre. C. STORCH, Colombes (Seine).


,---------------------------------------------- 5

• Ce qu'il faut savoir sur les Antilles UN groupe de jeunes Antillais plus riches de courage que d'expérience et de moyens, vient de passer en correctionnelle. Ils étaient, paraît-il, dangereux, et menaçaient l'intégrité du territoire. Il a bien fallu, aux débats, évoquer le problème économique et social propre aux D.O.M. (Départements d'Outre-Mer ). L'un des avocats de la défense (elle -avait la partie belle) s'est attaché à démontrer, sans équivoque possible, la pérennité du régime colonial sous les tropiques. Cette question, et quelques autres, soulevées à cette occasion, mériteraient une large audience. La géographie se renouvelle. Les Etats surgissent. Les frontières bougent. On baptise, on débaptise des 'Contrées. Le bon public finit parfois par ne plus s'y reconnaître. Haïti... Tahiti... Jamaïque... Martinique ... rimes qui se croisent et jouent à cache- cache dans l'imagination des mieux intentionnés. Pourtant, il devient urgent que l'opinion, alertée, soit éclairée. « A la Matinic... Matinic ... C'est ça qu'est chic, Jamais malade, jamais mourir ... :. Sur les lèvres du Métropolitain, ce latitude moins favorisée, nourrit deux fois plus d'habitants au kilomètre carré que les îles françaises des Caraïbes. Et les Belges jouissent d'un revenu annuel moyen cinq fois supérieur. Ils seraient donc fainéants, ces Antillais ? « Pas de veston, de col, de pantalon, « Simplement un tout petit caleçon. « On a du plaisir, du plaisir, du plai[ sir .... » Regardez sur les quais, les débardeurs baignant dans leur sueur... les femmes, en files, haletantes, pressées comme fourmis, charger de houille le ventre énorme des bateaux; faites, au crépuscule, le compte de la journée du coupeur ... Il a tranché, étêté, de son coutelas, des tiges de cannes à sucre, des tiges, des tige~, des tiges ... 10 pour un tas. 20 tas pour une pile. 20 piles pour une paie! Par 35" ou plus, au soleil. Quelques racines, un quignon, ou une poignée de manioc, un bout de morue salée, dans l'estomac. L'alcoolisme fait des ravages, certes. Mais sûrement comme conséquence et non cause de la misère. La consommation moyenne d~alcool est moins élevée en pays de rhum qu'en région vinicole. II faut donc chercher ailleurs. II faut chercher dans l'application du vieux sys- L'ouragan Flora est passé par là ... (Photo H. Barclay) refrain a longtemps fait pendant au ridicule « y-en-a-bon » qui stigmatisait l'Africain. Or, en dépit de l'agrément du climat et de l'exceptionnelle richesse du paysage, les D.O.M. sont misérables. La fierté, la pudeur légendaires des autochtones réussit par miracle à dissimuler l'étendue de leur dénuement. Le soleil, la bonne humeur, une souriante générosité, un héroïsme réel, contribuent à donner le change. LABEUR ET MISERE Pourtant, si épaisse soit la verdure autour des cases, si dansante l'allure des passants, l'entass-ement des bidonvilles et leur lèpre ne peuvent échapper complètement à la vue, ni la détresse et la sous-alimentation d'une énorme fraction de la population, passer inaperçues. Au besoin, les statistiques détromperaient l'observateur porté à se leurrer. Revenu annuel et âge moyen de vie désastreusement bas. Ration alimentai re courante, de famine. Mortalité' infantile très élevée. Par ignorance, mauvaise foi, ou mauvaise conscience, on incrimine, qui la surpopulation, qui la paresse, qui l'alcoolisme ... Aucun de ces fl éaux ne résiste à un examen sérieux. Situation démographique ? Infiniment . moins peuplée que la Martinique ou la Guadeloupe, la Guyane est encore plus pauvre. . En Europe, la Belgique, malgré sa tème colonial persistant sous le masque de la départementalisation, la source de l'infortune des D.O.M. Chercher? Ce sera vite fa it. LA MONOCULTURE ET LES CONSEQUENCES Sans recourir aux chiffres des statistiques économiques, ~)l1 peut cons.idé~er, en gros, qu'aux Antilles (en p~rtlc~hel' , en Martinique) la terre appartient a u? nombre très restreint de colons : envIron 72 % entre les mains de 2 % de la population. . La monoculture y prévaut. Ananas '2t bananes prennent, depuis peu, une partie de l'espace longtemps réservé presqu'exclusivement à la canne à sucre. Les cultures vivrières n'intéressent pas les gros planteurs. Elles ruinent les autres dont les moyens sont trop limités. Donc, importations massives de produits alimentaires. Farine, conserves, viandes, salaisons, poissons, légumes frais ou secs, fruits, et jusqu'aux oeufs, au lait, au chocolat... Non-sens monstrueux dans un pays où se fabrique le meilleur sucre du monde (qu'on a soin de raffiner ailleurs), où le cacao vient à volonté, olt les arbres fruitiers poussent tout seuls et fleu1"Ï ssent jusqu'à deux et trois fois l'an. Un vavs où les racines comestibles poussent à l'état sauvage, une île, en plein océan, où: la pêche individuelle, sans organisation aucune fournit des sardines, du thon, des la;1goustes, en quantité. Des départements d'outre-mer, la saignée en capitaux est régulière, méthodique. Aucun capital ne se réinvestit sur place. L'industrialisation est nulle. Pas de formation professionnelle de maind'oeuvre. Pour quoi faire des ouvriers s'fJécialisés ? L'artisanat, travail du bois, de l'or, des fibres végétales, poteries, céramiques, s'asphyxie doucement. Sa production est d'un prix de revient très élevé. 'i ., J': Là encore importations exorbitantes, environ go % des objets manufacturés. Les exportations ? Elles consistent en sucre, rhum, ananas et bananes. La masse de la production a connu de brusques par Marie-Magdeleine CARRET poussées. Pour les bananes par exemple, elle a pu quintupler, en l'espace de 20 ans : passant à I6g.000 tonnes en I9SQ, contre .10.000 en ~g. Cet effort considérable n'a guère eu pour conséquence que de provoquer la ruine d'un grand nombre de petits et moyens propriétaires. Paradoxal, dites-vous ? Sur plus de 7.000 kilomètres, l'Atlan- . tique s'interpose entre les côtes européennes et les terres françaises de l'Amérique centrale. Ce qui représente une traversée de JO, I2 jours en bateau. Or, ces terres françaises sont comprises dans une zone bigarrée où les affaires se règlent en dollars, florins, livres, etc. Jamais en francs. Mais, elles ne disposent pas, ces malheureuses contrées, de devises étrangères. Ni du droit de se fournir de quoi que ce soit dans le voisinage. Importations, exportations sont à traiter strictement, obligatoirement, exclusivement, avec la métropole. COMMERCE A SENS UNIQUE Nous disposons d'un client. d'un fournisseur unique. Client unique. Notre production se limite forcément aux seuls articles agréés par lui. Aux quantités, Clualités, et conditions qui sont les siennes. Comment en ce cas, attendre d'elle qu'elle puisse faire face à des besoins sans cesse croissants, ne serait-ce qu'à cause du coût continuellement en hausse de la vie? Prix d'ailleurs agrémentés de droits Encore Notre commentaire (1 ) sur un article paru dans ( Lui », à propos de l'assassinat du président Kennedy nous vaut une lettre de M. Philippe Labro, auteur de l'article. Voici cette lettre : « En vertu de l'article 13 de la loi du 29 jUillet 1881, je suis contraint de _vous mettre en demeure d'insé.rer dans votre plus prochain numéro, aux mêmes lieux et place, que ceux de l'article i'!criminé, le te:rte suivant .' « Je reste assez abasourdi de l 'incom· préhension qu'ont pu provoquer mes pro· pas au mensuel Il Lui )). « Je ne pensais pas qu'il me serait né· cessaire de préciser que je n'ai en aucun cas voulu insulter les juifs, américains ou non. Vous m'obliger cependant à vous donne,r une précision à mon avis bien inu· tile .' j'ai fait allusion, après de nombreux criminOlogues (dont Burton Turkus et Sid Feder, auteurs de « Meurtre Société Ano· nyme )), paru dans « l 'Air du Temps ))) au . rôle incontestable joué par la pègre de B rooklyn et, entre autres par des italiens, des Polonais et des Juifs . Est·ce à di"e que je considère tous les Américains d'origine polonaise, italienne ou de confession juive comme des ga'!gsters ? certainement pas. Ai·je pu le laisser entendre? encore moins. Une lecture plus attentive de mon inter· view et permettez-moi de vous le dire, une citation plus complète (et donc plus honnête) vous en aurait aisément con· vaincu. Je vous prie de croire, Monsieur le Ré· dacteur en Chef, etc ... )) Sans porter de jugement sur la bonne foi de M. Philippe Labro, rap· pelons que, si nous n'avons certes pas cité tout son article, nous avons pourtant reproduit intégralement le passage où il pose la question des « tueurs juifs )). On ne peut nier que la pègre comp· te des gangsters d'origines diverses. Mais on peut se demander en quoi il est utile de les désigner - sans explications - selOn leur origine, alors que c'est leur condition sociale de douane. Parfaitement, on en paie, des redevances douanières, de l'autre côté k l'eau! Prix qui seraient encore considéré5 comme doux sans les invraisemblables frais de transport. Dix à douze jours de frêt, cela suppose une note salée. Eu. plus, elle ' est amère. Car survit « le privilège du pavillon ,. i Nous n'avons pas le droit de nous adresser, pour les transports, aux rafiot5 de notre choix. Ni dans un sens, ni dans l'autre. t D'ailleurs les installations portuaires sont propriété privée. Quel que soit 60n pavillon, tout navire qui accoste est tri. butaire de la compagnie maîtresse des lieux. Nos opérations commerciales déjà bien lourdes ne sont pas améliorées par cette dernière particularité, on s'en doute. CETTE CHOSE APP'AREMMENT SIMP'LE .•• Il résulte de tout cela, et de certaim autres détails impossibles à passer en revue ici, une économie boiteuse, UR coût excessif de la vie (ce qui fait éche: au tourisme), un paupérisme tenace. Les élites antillaises, jusqu'à ces derniers temps en service dans les autres territoires cie « l'empire » : Asie, Afrique. Madagascar. etc., n'avaient guère pris conscience de la stagnation de leur propre pays. Les jeunes de la génération montante n'ont plus devant eux qu'un énorme point d'interrogation. Ils tournent et retournent les données du problème. Ils en concluent, et tous les braves gens avec eux, qu'il e .. Îste certainement un moyen d'en venir à bout. Il doit être humainement possible de réaliser cette chose apparemment simple, équitable : que des hommes de bonne volonté trouvent sur leur terre - pal' la grâce du ciel, douce, accueillante et riche - à s'employer, bras et matière grise... Qu'ils gagnent de quoi apaiser la faim de leurs enfants, et conduire · ces enfants à l'âge d'homme... Que cesse pour eux l'inexorable alternative : végéter ou s'expatrier ... Vivre dans les conditions décentes d'hygiène et de confort. réaliser son plein évanouissement dans l'effort et la dignité. le peuple antillais le mérite. Il est prêt à payer le prix. L'humanité. la sagesse commandent à la société de l'aider à y parvenir. « LUI » .ainsi que certains aspects de la vie amencaine qui déterminent leur comportement - et non pas le lieu de naissance de leurs ancêtres. N'y a·t·il pas aussi, aux Etats-Unis, des gangsters dont l'origine est pure· ment anglo·saxonne ? Et M . LabI'G ne craint·il pas que de telles dési. gnations favorisent les préjugés con· ·cernant LES italiens, LES polonais, LES juifs? Dans sa lettre, M. Labro fait, à juste titre, la distinction entre l 'origine nationale (polonaise ou italienne) et la confession juive. Dans son article. cette distinction n'apparaît pas. ( Tout le monde sait, écrit·il, que tous les crimes commandés par le syndicat du crime, do,'!c par les Italiens ou des Polonais étaient, la plu· part du temps, exécutés par des gangs de tueurs juifs, venant de. BrooklvJn ( .. ). Des tueurs' juifs, oui, c'est une tradition ... je ne sais pas pourquoi, mais c'est prouvé par les statistiques. La plupart des tueurs à gages du syndicat du crime sO.'!t des petits gangsters juifs. Ce que je veux dire c'est que ça colle si parfaitement que c'est troublant ))' Comment faut-il expliquer une telle insistance? Pourquoi juxtaposer des nationalités et une confes· sion - deux notions qui sont diffé· rentes et peuvent se chevaucher ? N'y a·t·il pas des tueurs de confession catholique ou protestante ? Et M. Labro ne craint·il pas qae ses généralisations catégoriques ne dé· passent quelque peu la réalité ? Ne craint·il pas enfin, en éclairant ainsi le crime de Dallas, d'apporter de l'eau au moulin de l'extrême· droite la plus fanatique, aux EtatsUnis et ailleurs, qui présente cette affaire comme un « complot judéobolchevik )) pour détourner l'attention de ses propres responsabilités ? (1 ) « Droit et Liberté ») du 15 février. , . 6 Un li\lre qui \lient son heure ... a "La révolte noire" V OICl déjà traduit au Seuil - et bien traduit par Edmond BarcilIon - ce livre important qui à la fois porte témoignage sur la lutte engagée par les noirs d'Amérique et tente d'en donner une analyse sociologique et historique. Sur ce grand sujet que les feux de l'actualité éclairent jusqu'en notre Europe lointaine, sur ce fait humain décisif, si sensible à tous les antiracistes, Lomax nOGS apporte une étude originale et souvent forte. Il était particulièrement qualifié pour ce faire. Noir lui-même, il est né en. Géorgie, dans le « Sud profond », le Sud du racisme, des lynchages et des ultimes résistances. Mais il vit depuis longtemps dans le Nord, ou plutôt, comme il le dit, « au delà dtt Sud », là où se pratique souvent « la forme la plus débilitante de discrimination » : de celle-ci aucun aspect ne lui" est donc inconnu. D'une famIlle de pasteurs et d'intellectuels, il connaît d'autre part de l'intérieur cette ar,deur à parler et à écrire, cette passion de convaincre qu'il nous montre portées au plus haut chez Martin Luther King. Son âge enfin - la quarantaine - sôuligne son appartenance à une génération tournante; il est encore de ceux qui ont fait leurs études dans les écoles et universités noires et qui gardent reconnaissance à ce que leurs maîtres leur ont enseigné; mais lorsque la grande r évolte commença il y a une dizaine d'années, il était encore assez jeune pour s'adapter à des formes de lutte nouvelles. POUR un Français la lecture de ce . livre n'est cependant pas aisée. Non que le langage en soit obscur ou la pensée recherchée, mais l'on se sent gêné plus d'une fois, surtout dans les cent premières pages. Et d'abord, de ci de là, par l'expression d'un anticommunisme si totalement hors de propos qu'il en revêt une allure quasi rituelle : faut-il vraiment penser Que l'intégration des noirs dans la nation américaine a pour but de permettre à celle-ci de mieux « faire face à la menace communiste»? (page 20). Ce genre d'argument n'est d'ailleurs jamais développé

le lecteur se dit que Lomax doit

écrire cela pour être lu de certains; il y a de quoi laisser rêveur. Plus durables, quasi permanentes, d'autres impressions étranges nous assaillent tout au long du livre. La pratique du flash-back, les techniques journalistiques en affaiblissent sans aucun doute le pouvoir démonstratif. Rien ne fait aussi totalement défaut à l'auteur que le souci d'un développement continu. Sa rétrospective de l'histoire des noirs américains, si intéressante par ailleurs, présente d'étranges lacunes et multiplie inutilement les sauts dans le temps. Les citatiens non datées sont légion, trop d'entre elles sont tirées de journaux dont un lecteur non américain, et sans doute le lecteur américain lui-même, sont incapables d'apprécier la représentativité. Et lorsque l'auteur veut définir les intentions de telle ou telle organisation, on saisit mal l'intérêt qu'il y a à substituer l'interview de tel militant à un dépouillement sérieux des revues et des congrès où: s'exprime la pensée collective. Il y a là un faisceau d'attitudes qui fait naÎ- Par ____ --. Madeleine REBERIOUX tre quelqu'inquiétude et empêche de voir dans ce livre si vivant un ouvrage de référence fondamental. Mais quelle richesse! Nous ne disposions encore en France de rien de comparable. Le passage de l'ensemble de la communauté noire à la révolte, les fornies qu'elle prend, les problèmes que pose sa direction, tels sont les principaux thèmes abordés par Lomax. C'est, dit-il, le 1-" décembre 19S5, à Montgomery, en Alabama, Que tout a commencé : ce jour-là une jeune femme noire, Rosa Parks refusa, dans l'autobus bondé qui la ramenait chez elle, son travail fini, de céder sa place assise à un blanc et fut arrêtée pour ce crime. Cet incident, banal aux Etats-Unis, 6'Onna le glas de toute une mentalité noire contre laquelle certains - en particulier le docteur Du Bois - s'étaient bien souvent élevés, mais qui, forgée dans les dernières années du XIX· siècle, après l'échec de la « Reconstruction :. démocratique de l'Union, avait persisté jusqu'au milieu du XX' siècle : lorsque la Cour Suprême avait en 1896 énoncé la doctrine selon laquelle les noirs étaient aux Etats-Unis « séparés mais égaux» des blancs, elle avait certes fourni une image altérée de la réalité, car « l'injustice est soeur siamoise de l'inégalité :., mais elle avait en même temps défini les cadres à l'intérieur desquels l'action des noirs allait se mouvoir pendant un demi-siècle. « Les noirs américains ont passé la première moitié du XX' siècle à s'adapter à la ségrégation légalisée qui avait tout envahi, et à essay·er de s'en relever » (p. ~7). Lomax évoque leurs efforts pour créer des écoles noires destinées à ennoblir le ~ travail subalterne , une presse noire, des entreprises commerciales noires, des politiciens noirs, etc. : « les masses nqires, diri. qeants en tête, se transformaient en tribu » (p. 49). Cette période est symbolisée par Booker T. Washington, fondateur de l'école de Tuskegee et, en 1900, de la National Negro Business League. Il y a dans les chapitres 4, 5 et 6 un tableau passionnant des tentatives faites par les dirigeants noirs américains pour s'adapter à la situation qui leur était imposée par l'Etat fédéral et pour figer la communauté noire dans sa négritude. Vainement. Brossant dans le chapitre sept un portrait bien documenté du « Noir dans les années 50 :., Lomax prouve que, dans le Nord comme dans le Sud, il était en proie à toutes les humiliations physiques et spirituelles. Non content de reprendre à grands traits ce gue les antiracistes français connaissent déjà dans les grandes lignes (la ségrégation à l'école et dans les services publics, la fréquente privation des droits civiql.!es, les brutalités policières privilégiées qu'illustre la photo de la couverture du livre), il étudie d'après de sérieuses enquêtes l'infériorité constante à laquelle le noir, salarié ou membre d'une profession libérale, est soumis dans 60n travail. On comprend à le lire que les gens de couleur ne soient plus aujourd'hui « qu'une boule de ressentiments et de souffrances sur le point d'exploser » (p. 88). On 'le comprend d'autant mieux que les décisions de déségrégation scolaire formulées le 17 mai IQq par la Cour Suprême . n'ont, pendant de longues années, pas été appliquées; d'autant mieux aussi que la lutte contre le racisme hitlérien, à laquelle tant de noirs avaient participé. et la libération de l'Afrique ont sensibilisé en profondeur les masses noires à la situation qui leur était faite et les ont amenées à radicaliser très raoidement leur action. Le Tor décembre T95.~. en la personne Les lois antiracistes devant le Sénat américain ENGAGE le 9 mars dernier au Séna,t. le débat sur les projets de lois antiracistes risque de durer plusieurs mois : comme on pouvait s'y attendre, les sénateurs ségrégationnistes, opposés à l'adoption de ces textes, se sont livrés, dès la première journée, à des manoeuvres d'obstruction systématique destinées à ralentir et même à éterniser le débat. L'opposition a marqué un premier point par une simple manoeuvre de procédure. En effet, selon le règlement, une motion peut être adoptée aussitôt, sans donner lieu à un débat, si elle est déposée dans les deux premières heures de la session. Et justement la motion que le sénateur Mike Mansfield voulait présenter, demandait qbe les projets de loi soient immédia, tement débattus en séance plénière sans passer par les commissions. On en comprend facilement l'importance quant à l'accélération du processus de ratification des lois. sur les droits civiques. Mais en faisant lire, comme il en a le droit, les minutes de la dernière réunion du Sénat et en y apportant des amendements, le sénateur Richard Russel, démocrate de Georgie, et chef de l'opposition ségrégationniste, a occupé la tribune pendant plus de trois heures, em. pêchant ainsi le sénateur Mansfield de déposer sa motion dans les fimites réglementaires. Bien sûr, le sériateur Mansfield a fini par soumettre sa motion au Sénat, mais personne ne pouvait plus empêcher le débat qui ri~que de se prolonger fort longtemps. La discussion sur les proJets de lois antiracistes s'est ouverte dans une salle où, s'il n'y avait qu'une vingta.ine de sénateurs, le public était venu très nombreux, montrant ainsi l'intérêt de l'opinion publique qui mesure toute l'importance de ce débat. Tout de suite, le sénateur Mansfield a obtenu l'appui du sénateur républicain Jacob Ja,vits, qui a souligné que le moment était venu d'agir vite po.ur que le (Jongrès montre qu'il est digne de ses responsabilités. Mais le « filibuster » (manoeuvres d'obstruction) s'est engagé immédiatement après la présenta.tion de la motion et l'exposé du sénateur Javits. Un sénateur sudiste et ségrégationniste, démocrate de l'Alabama, M. Lester Hill. s'est mis à lire un discours de trente pages, entrecoupé de citations, de documents parlementaires ou juridiques. M. Hill pense que le projet de loi concernant les droits civiques des noirs, s'il est accepté p&.r le Sénat, donnera carte blanche au pouvoir exécutif (c'est-à-dire au gouvernement 'fédéral) pour contrôler et réglementer le commerce, l'éducation, les élections, et toutes les phases de la \7Ïe nationale. . Si on constate d'une part, un certain découragement du sénateur Mansfield qui voit la. discussion durer de longs mois, et d'autre part Je triomphe non dissimulé du sénateur Russel affirmant que l'opposition est prête à poursuivre le débat jusqu'à la victoire fina.le, c'es1-àdire le refus de la. loi par le Sénat, Il ne faut pas oublier, ni négliger la force de l'opinion publique, extrêmement sensibilisée par les ma.nifestations noires de plus en plus nombreuses. [.a pOlice lance ses chiens cOntre les étudia.1Zts noirs, à Prlncess·Ann dans le Maryland de Rosa Parks, les masses noires entrent dans la lutte. Elles rejettent les objectifs et les méthodes légalistes qu'avait définies pour elles « la classe dirigeante traditionneUe des noirs » dont Lomax montre bien le processus de formation. Elles inaugurent la grande campagne contre la « séparation :. pour l'intégration. Lomax évoque les tactiques souvent originales auxquelles les noirs ont recours depuis sept à huit ans : le boycott de masse des transports en commun urbains lorsqu'ils pratiquent la ségrégation, le mouvement des « sit-ins » qui organise depuis 1960 le soutien aux étudiants lorsqu'ils vont s'établir dans les quartiers ou les restaurants où 1'011 refuse de servir les noirs, les « voyages de la liberté » à travers le Sud pour mettre à l'épreuve, depuis 1961, les pratiques de discrimination raciale au terminus des cars qui franchissent la frontière d'Etats ségrégationnistes. Il fait plus qu'évoquer. Il raconte la naissance de ces modes nouveaux d'action, il en narre d'émouvants épisodes. Certaines de ses remarques nous donnent à penser

ne manquons-nous pas parfois

d'imagination dans nos méthodes de corn bat? D'autres éveillent notre esprit critique : il a sans doute raison de souligner les insuffisances d'une tactique qui serait fondée sur la seule intégration scolaire (elle laisse à l'écart des millions de noirs et suscite une inquiétude larvée dans le personnel enseignant des écoles noires), mais ne sous-estimet- il pas l'écho que cette campagne a trouvé hors des Etats-Unis et le soutien qu'elle a ainsi apporté à la cause des noirs américains? Un thème de réflexion parmi d'autres. AINSI se trouve posé le problème de l'actuel leadership noir. Lomax fournit de précieuses informations sur les organisations déjà anciennes : la N.A.A.C.P., National Association for Advancement of Colored People, fondée en 1010; la Ligue Urbaine. Il nous apprend à connaître celles qui se sont forgées dans la lutte de ces dernières années

le C.O.R.E., Congress of Racial

Equality; la S.c.L.c., Southerl1 Christian Leadership Conference que dirige Martin Luther King. Membre lui-même de plusieurs de ces organisations et y exerçant des responsabilités, il s'efforce de rendre justice aux plus anciennes, mais il lui paraît qu'elles ont perdu le contact avec la masse et qu'il leur faut pour survivre se transformer profondément. Quant aux autres, dont il présente les dirigeants de façon vivante (voir par exemple le portrait de Martin Luther King, p. 92 à 100), il leur donne le conseil, sans doute sage, de coordonner leur action et de se rencontrer localement pour établir ensemble leur programme. Faute de quoi le potentiel anarchique qui couve dans un mouvement de masse privé d'une direction ferme, affleurera à la surface. Le danger le plus grand lui semble être celui d'un racisme à rebours qu'il étudie à travers l'Association des « Musulmans Noirs » que dirigent Elijah Mauhammad et Malcom X (1) : Lomax souligne l'écho que trouve leur prédication passionnée auprès de l'homme noir de la rue; plus que la revendication d'un Etat noir séparé des EtatsUnis d'Amérique perspective peu vraisemblable - c'est l'enseignement de ' la haine du blanc en tant que blanc Qui non sans raison. l'inquiète. Un des grands mérites de 'son livre à nos yeux réside dans le caractère radical de son antiracisme. De ce point de vue le chapitre qu'il consacre aux libéraux blancs est particulièrement imnortant. Il prend nosition avec fermeté pour la présence de blancs dans les organisations noires. non seulement à cause du soutien historique que dans le passé certains blancs ont apporté aux noirs et à cause de leur soutien financier encore considérable, mais parce que « la présence de blattcs dans une organisation noire empêche la révolte noire de dégénérer en conflit racial :.. La lutte pour l'intégration sera dure. Lomax pense que dans le Mississipi, l'Alabama, l~ sud de la Géorgie, il faudra recourir à la loi martiale. Beaucoup dépend de l'attitude de l'administration fédérale. Il salue la campagne engagée par le Président Kennedy pour l'inscription électorale des no.irs. La grande majorité des noirs qui a considéré l'assassinat du Président comme un immense malheur, partage sans nul doute ce point de vue. Mais au bout du compte c'est à la combativité des noirs, à leur union pour de iuste objectifs, à l'alliance qu'ils sauront renforcer avec les éléments blancs progressistes que sera due la victoire de la « Révolte Noire •. (1) Ce dernier vient de fonder un nouveau mouvement. 7-----_ Pour combattre l'apartheid Divers groupements et personnalités ont tenu ensemble deux Journées d'étude CINQ groupements s'étaient unis pour organiser à Paris, les 29 février et r "" mars, deux Journées d'étude sur l'apartheid en Afrique du Sud : l'Association pour la Coopération Franco-Africaine, le Comité Anti-Apartheid, la Ligue des Droits de l'Homme, la Ligue Internationale contre l'Antisémitisme, le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.). Ce furent des journées passionnantes et utiles. Chacun sait que le racisme sud-africain demeure aujourd'hui le ' plus cruel et le plus insolent, qu'il constitue, en cette seconde moitié du XX" siècle, un dramatique anachronisme. Ce problème, pourtant, mérite d'être examiné en détails, et les spécialistes qui sont intervenus en ont souligné tous les aspects. Au cours de la séance du samedi, à la Ligue de l'Enseignement, M. Henri LAUGIER, ancien secrétaire généraladjoint de l'O.N.U., a évoqué les rapports établis sur l'Afrique du Sud par la commission qu'il présida. On entendit également un rapport sur les implications économiques de l'apartheid (M. STERN), sur les origines et le fonctionnement du système raciste, par le professeur Jean ZIEGLER, de l'Université de Genève. Le problème juridique fut exposé le lendemain, salle de l'Encouragement, par M· Léo MAT ARASSO, tandis que Je chanoine AUBERT, le grand-rabbin SCHILLI, le pasteur CHRISTOL faisaient entendre la voix des Eglises et que diverses associations (C.G.T., C.F . T.C., aPrti Communiste Français, P.S.U., U.N.E.F., Fédération de l'Education Nationale, Ligue de l'Enseignement, Christianisme Social, exprimaient leur sympathie par leurs orateurs, leurs délégations ou leurs messages. Il convient de signaler encore deux interyentions d'une portée particulière : celle d'un juriste britannique, M. Tom KELLOCK, observateur au procès qui se déroule actuellement à Prétoria; celle enfin de M. Rob,ert RESHA, dirigeant de l'African National Congress, qui traça en termes remarquablement clairs et précis un tableau de la situation présente en Afrique du Sud. La conclusion de cette rencontrez c'est la conviction unanime des particlpanls que le problème de l'apartheid, en dépit de la distance, concerne directement les Français, comme l'exprime avec force la résolution adoptée. C'est aussi la volonté de poursuivre ensemble, au sein d'un Comité de Liaison, l'action contre ce mal mortel et contagieux. Une importante délégation du M.R. A.P., comprenant notre secrétaire général, Charles Palant, ainsi qu'Albert Lévy, Marie-Ma.qdeleine Carbet, Renée Lacombe, Joseph Creitz, membres du Bureau National, M" Georges Sarott/!, et :le nombreux militants, a participé aux travaux de cette conférence. Après ce succès. notre Mouvement l·edoublera. quant à lui, ses efforts pour informer et mobiliser l'opinion antiraciste dans le cadre de la lutte commune. Un problème • NOUS qUI concerne •.. Dans la résolution adoptée à la fin des Journées d'étude sur l'apartheid, les participants soulignent notamment « que, dans la lutte contre l'apartheid, les Français ont · une responsabilité particulière du fait que, suivant le dernier rap· port du comité spécial de l'O.N.U. sur l'apartheid, notre pays est l'un des fournis· seurs d'armes du gouvernement sud·africain ". Ils « assurent de leur solidarité agissante tous ceux qui, quelle que soit la couleur de leur peau, luttent courageusement contre l'apartheid en Afrique du Sud ». En outre, les participants unanimes décident : 1) de participer activement à la campagne mondiale en faveur de la libération des prisonniers politiques en Afrique du Sud, déjà réclamée par l'assemblée générale des Nations Unies ; ils exigent la libération immédiate des dix accusés du procès qui se déroule actuellement à Prétoria ; 2) d'engager, chacun selon ses principes et ses mo~ens, les actions si possl· ble simultanées, destinées à informer l'opinion publique de tous les aspects de l'apartheid ; 3) de mobiliser de la sorte tous les secteurs de l'opinion publique française dans la lutte contre l'apartheid en vue d'amener le gouvernement français al à cesser toute livraison d'armes à l'Afrique du Sud; b) à appliquer scrupuleusement les résolutions de l'O.N.U. ; c) à soutenir les propositions destinées à combattre l'apartheid, qui seraient à l'avenir soumises à cette organisation ; 4) de faire partie du Comité de liaison chargé de confronter leurs idées, leurs actions et leurs expériences, de centraliser l'information relative à l'apartheid, ainsi qu'aux actions envisagées ou menées par chacun. Ils sont menacés de mort à Prétoria A Prétoria. capitale administrative de l'Afrique du Sud, le 9 octobre 1963, 11 hommes risquaient leur tête. St l'avocat de la défense obtint un ajournement, si depuis grâce à l'action décidée et rapide de l'O.N.U. , le gouvernement Verwoerd a abandonné les chefs d'accusation contre deux des accusés, il n'en reste pas moins que 9 hommes sont encore quotidiennement en danger de mort pour avoir agi en hommes intègres et en héros, pour s'être opposés, dans la lutte pour la liberté de leur peuple, à un gouvernement raciste et nazi. De gauche à droite: Nelson Mandela, Walter Sisulu, Lionel (Rusty) Ber;nstein, Govan Mbeki, Dennis GOldberg, Ahmed Kathrada, Raymond Mhlaba Qui sont ces hommes que le gouvernement Verwoerd essaie de présenter com- . me des crimi·nels. Sept d'entre eux: Nelson, Mandela, Walter Sisulu, Lionel Bernstein, Govan Mbeki, Ahmed Kathra· da, Dennis Godlerg et Raymond Mhlaba sont accusés selon les lois répressives d'Afrigue du Sud de faire partie de la direction nationale « d'un mouvement révolutionnaire. l'A.N.C. (African National Congress) ayant pour but de renverser le gouvernement ». Ils furent capturés, sauf Mandela qui était alors en prison, 101\s d'une opération policière spr la ferme Goldreich, à Ri· vonia, près de Johannesbourg. Tous sont connus en Afrique du Sud et dans le monde entier, comme des adversaires implacables et courageux de l'apartheid, et tous ont déjà subi à plusieurs reprises eux et leur famille, la féroce répression de Verwoerd. NELSON MANDELA, 44 ans, fils de maison royale, sportif, avoué. C'est un des plus célèbres diri'geants de l'A.N.G. Il fut pris en juillet 1962 et condamné à 5 ans de prison pour avoir dirigé la grève de trois jours en mai 1961 et pour avoir ensuite quitté clan· destinement le pays pour un voyage dans les pays africains. Il est marié et a deux enfants. WALTER SISULU : né le 18 mai 1912. Ancien mineur, H devint secrétaire général de l'A.N.C. au moment où ce mouvement entrait dans une phase d'action militante. En 1963, il est condamné à 6 ans de prison « pour avoir persévéré dans les buts de l'A.N.C. » interdite. Placé en résidence. surveillée 24 heures sur 24, avant l'application de sa peine, il s'échap· pa et vécut dans la clandestinité jusqu'à t'l'opération Rivonia ». Sa femme,. Alber· tina, infirmière, et son fils Max, âgé de 17 ans, furent également détenus en ap· plication de la loi « no-trial » (détention qui peut être reconduite durant 90 jours sans qu'il y ait procès). GOVAN MBEKI, RAYMOND MULABA et AUMED ,KATURADA qui fut un des leaders de l'organisation militante « Transvaal Indian Youth Congress », occupent tous des postes importants dans la direction de l'A .N.C. ; ils sont surtout connus dans leur région, la province du Cap Est. LIONEL (RUSTY) BERNSTEIN, architecte de 43 ans, membre du Parti Tra· vailliste, du Parti Communiste et du « South Afncan Congress of Democrats » (organisation de blancs liée à l'A.N.C. et interdite maintenant). Il est aussI: écri· vain de talent et collabora avec des journaux et des publications maintenant interdites dans lesquels il s'élevait contre l'apartheid. Sa femme, Hilda, est journaliste et ancien « City Councillor » (conseiller munici'Pal) de JOhannesbourg. Ils ont quatre enfants. DENNIS GOLDBERG, né en 1932, s'en· gagea encore étudiant dans la lutte contre l'apartheid et fonda à l'Université du Cap. l'organisation antiraciste « Mo· r22 juin 2010 à 12:31 (UTC)22 juin 2010 à 12:31 (UTC)22 juin 2010 à 12:31 (UTC)22 juin 2010 à 12:31 (UTC)22 juin 2010 à 12:31 (UTC)22 juin 2010 à 12:31 (UTC)22 juin 2010 à 12:31 (UTC)~ ~ , ~ , ~ DOROTHEE BIS ~ ~ , ~ 37 - 39, RUE DE SEVRES ~ , ~ , ~ LIT : 86- 11 ~ 22 juin 2010 à 12:31 (UTC)22 juin 2010 à 12:31 (UTC)22 juin 2010 à 12:31 (UTC)22 juin 2010 à 12:31 (UTC)22 juin 2010 à 12:31 (UTC)22 juin 2010 à 12:31 (UTC)22 juin 2010 à 12:31 (UTC)~~ dern ' Youth Society». Il était ingénieur, lorsqu'il devint président du « Congress of Democrats », mais fut licenci·é sous la pression de la police après son arrestation durant· l'état d'urgence de 1960. Sa femme Esmé est aussi en prison en application de la loi « no-trial ». Ils ont deux enfants. Avec ces sept leaders de mouvements politiques, quatre autres furent arrêtés lors de « l'opération Rivonia» et accu· sés d'avoir exécuté avec eux de nombreux actes de sabotage (plus de 200). Ce sont : ELIAS MOTSOALEDI, 42 ans, syndicaliste connu. et membre de l'A.N.C. jusqu'à son interdiction en 1953. ANDREW MLANGENI, ancien conducteur d'autobus, militant de l'A. .N.C., qui joua un rôle important à la C0nférence Panafricaine de Maritzbourg en 1961. Les deux derniers sont maintenant re· mis en liberté : Bob Hepple, dès l'ouverture réelle du procès le 29 octobre 1963, et James Kantor, il y a quelques jours. Ce dernier avait été arrêté simplement parce qu'il était le beau-frère et associé de Harold Wolpe qui s'était enfui de prison et avait quitté l'Afrique du Sud, luelques mois avant.

Tous ces hommes luttent depuis longtemps pour que règnent la démocratie et la liberté en Afrique du Sud. Mandela, Sisulu, Kathrada et Bernstein furent parmi les accusés du « procès pour trahison » intenté sans succès à 156 personnes, de 1956 à 1961. Les sept leaders ont été empri:sonnés des mois durant, sans chef d'accusation ni procès, lors de la déclaration d' « état d'urgence » en 1960. Après leur arrestation, les accusés ont été incarcérés en vertu de la célèbre loi « no·trial » «( General Law Amend· ment Act }) de 1963). Jean Ziégler, dans son livre « La Contre- Révolution en Afrique » paru aux éditions Payot, définit parfaitement cette loi : « Il (l'officier de police) peut garde,· le suspect en état de détention pendant une période de quatre·vingt dix jours et le mettre au secret le plus absolu de manière qu'il n'ait de conta.ct avec un avocat qu'a..vec l'autorisation des autorités. Ce délai de 90 jours n'est pas un maxi· mum : quand il a pris fin, le suspect peut être Immédiatement arrêté de nouveau et détenu pour une autre périOde de 90 jours, et ainsi de suite jusqu'à ce qu'il ait répondu d'une façon satisfaisante aux interrogatoires. H. . On peut facilement imaginer ce que' cette dernière phrase sous-entend : tortures mentales, accompagnées de mena. ces et de tentatives de corruption pour briser le moral de l'accusé, et brutalités physiques (deux détenus, Solwandle Ngudle et John Simon, sont morts après avoir été torturés dans leur cachot ; deux autres sont enfermés dans un hô- pital psychiatrique). Des accusés physiquement ruinés, des témoignages anonymes, des questionnai. res, débats, et interrogatoires de pureforme, à l'aspect dérisoire encore accentué par le rituel de la pOlice sud-africaine, une presse acquise au gouvernement qui ne pUbliera jamais ce qui est dit à la décharge des inculpés, la volonté de Verwoerd de faire condamner à mort, avec une apparence de légalité, tous ces dirigeants : tels sont les éléments du procès de Prétoria. Et, si les accusés plaiden.t non-coupables, ce n'est pas par· ce qu'ils nient avoir lutté contre le fascisme qui règne en Afrique du Sud, mais parce qu'ils estiment qu'aucune notion de culpabilité ne peut être retenue contre ceux qui combattent un régime inhumain. Pour sauver la vie des neuf hommes une puissante campagne mondiale d'in: formation et de pétitions est organisée. Déjà, par 106 votes contre un (celui: de l'Afrique du Sud), l'Assemblée Générale de l'O.N.U. a adopté une résolution condamnant le gouvernement Verwoerd, l'appelant à cesser d'user de l'arbitraire, et à relâcher tous les prisonniers pOlitiques. Une pétition circule et il nous appartient, à nous antiracistes conSéquents, de la signer,. de la diffuser, de tout mett:-e en oeuvre pour que la vie de ces démocrates, de ces militants antiracistes soit sauvée. (On peut demander a u M.R.A.P., 30, r ue des Jeûneurs, Pari·s.2", le texte de cette pétition.) le monde vu par la presse raciste I L existe en France des journaux qui fondent l'essentiel de leurs articles sur le racisme. Quelques-uns se réclament sans ambage des théories et des méthodes hitlériennes (1). D'autres - la plupart usent de procédés plus subtils, mieux adaptés à notre temps. Ces derniers ne s'affirment pas racistes, et même, à l'occasion, se défendent de l'être, avec une machiavélique ironie. Leurs lecteurs les plus enthousiastes se recrutent, bien sûr, parmi les nostalgiques du nazisme et de la colonisation, attachés par divers liens matériels ou sentimentaux, à des privilèges, à une « supériorité raciale » que le cours de l'Histoire a compromis. Mais ils veulent se faire entendre d'un plus large public. D'où leur relative discrétion. Le racisme, aujourd'hui, suscite généralement la méfiance, l'horreur. Il est donc préférable - hommage du vice à la vertu ! - de le pratiquer sans le dire pour mieux atteindre les naïfs, quitte à ce que ceux-ci deviennent des racistes sans le savoir. En attisant des préjugés déjà réels, en feignant de répondre aux préoccupations les plUS courantes des Français, en opposant aux . problèmes les plus complexes les solutions les plus démagogiques, ces journaux s'efforcent, au fil de l'actualité, d'imposer leur conception raciste des événement& et de la vie. Quand on s'impose le pensum d'en lire quelques-uns pendant plusieurs semaines, on voit peu à peu se dessiner ce monde mensonger, ce monde grimaçant modelé par eux à des fins monstrueuses. LES « RACES » : UNE EXPLICATION 1 Le postulat sur lequel repose le système, c'est que la division de l'humanité en « races » prime tout et explique tout- Le mot « r2·ces » n'est pas à prendre, évidemment, .!jans son acception scientifique_ Pour les ~soins de la cause, les Arabes iOnt une « race », les juifs sont une « race », ou encore les Hutus et les Tutsis. L'histoire, la politique reflètent non pas des luttes entre groupes sociaux, économiques ou nationaux, mais des heurts antre des « races » aux contours et aux caractères immuables. Ce qui explique, par exemple, les complications du problème du pétrole, c'est « la subtilité et la rouerie des Arabes », (Défense de l'Occident, janvier-février 1~4), car chacun sait que les compagnies pétrolières internationales, elles, n'ont rien à se reprocher. Si ça va mal au Congo, c'est ni plus ni moins parce que « le génie st particulier des Bantous a eu tout loisir d'exercer ses ravages », (Le Charioori, mars 1964). Quant à. la guerre de 1939-45, elle a pour cause, tout simplement, la maligne hostilité des juifs contre ltitlElr, qui ne leur voulait qw~ d.u biEl!l : « Ils se trouvêrent, éux, juifs, en état -de guerre avec le national-socialisme avant que la guerre fat déclarée. Et l'état de guerre effectif eut pour résultat de mettre --à leur disposition des millions d'hommes, qui n'étaient pas juifs... » Voilà. à quoi -lie réduit, pour l'ignoble Bardèche (2), qui écrit ces lignes provocatrices (Défense de l'Occident, janvier-février 1964), le combat des peuples démocratiques contre l'oppression sanglante du nazisme ! Cette rigide et obsédante classification en « races » comporte un double corollaire

1. L'appartenance d'un homme a. une « race » donnée détermine congénitalement sa façon de penser et de se conduire. A l'intérieur même d'un groupe racial, il n'y a pas des « bons » et des (c mauvais ». Ce sont les « races » qui sont bonnes (la IC race aryenne »), ou « mauvaises » (toutes les autres). Ainsi, Bardèche explique le « mystère » des persécutions antijuives, non par des facteurs extérieurs, mais par la nature même des juifs : « C'est comme si les juifs avaient sous la peau une certaine substance ordinairement invisible, et qui se colore en rouge ou en noir quand la température atteint un certarn degré. En somme, ils sont juifs. » (Ibid. ). 2. Réciproquement, à partir du comportement d'un homme ou de quelques hommes, on peut induire les caractères généraux de leur race. Bardèche (encore lui), énumère pèle-mêle Spinoza, Jambrique (?), Maïrnonide, Comelias Hertz (?), Julien Benda, Trotsky, Rosa Luxembourg, Marx, le théâtre yiddisch, les opérettes de Meilhac et Halevy, la politique du gouvernement israélien, pour cc définir » ce qu'il nomme cc l'esprit juif ») (ibid.). Pour (1) Les plus virulents sont Le Vicking, Europe Réelle, Jeune Europe, etc., dont nous avons analysé la prose dans nos derniers numéros. (2) Suite de la « réponse » faite par Bardèche à notre ami Jean Schapira. (Voir le commentaire de celui-ci dans notre dernier numéro.) Le Spectacle du Monde (janvier 1964), l'intolérance et le fanatisme de certains groupes religieux en Israël suffisent à montrer que les jUifs sont intolérants et fanatiques. 1 LES « ARYENS » AU-DESSUS DE TOUT ... La « race blanche » - si l'on exclut les juifs, les Arabes, les Slaves, les Anglais, les démocrates - monopolise toutes les vertus, toutes les valeurs, en un mot la civilisation : tel est le second postulat de l'idéologie raciste. Les journaux dont nous parlons ignorent, bien entendu, ce que les antiques civilisations asiatiques, arabes ou africaines ont apporté à la nôtre. Ils ignorent que l'avance technique de l'Occident n'a pas toujours existé; qu'elle est née de conditions historiques particulières, aujourd'hui modifiées; qu'enfin la civilisation ne se réduit pas à la technique, mais suppose aussi des facteurs culturels, sociaux et moraux. Pour démontrer la « supériorité » des Blancs, leur thème favori, qui emplit les trois quarts de leurs colonnes, c'est la décolonisation en Afrique : la décolonisation vue à travers leur rage et leurs haines, donc soumise aux plus grossières distortions... . Tout ne va certes pas pour le mieux en Afrique, et ce n'est pas faire preuve de malveillance que de le reconnaître. Encore faut-il expliquer pourqUOi, rechercher ).es responsabilités passées et présentes, surtout mesurer à la mème aune les événements de ce continent et ceux du reste du monde. Rivarol (6 février 1964), flétrit, dans une dramatique envolée « les désordres et les massacres qui se succèdent dans tous les pays d'Asie, d'Afrique et d'Amériqu'e qui ont été naguère des colonies calmes et prospères » ... Et il ajoute : cc Avain~ tous les progrès d'ordre scolaire, social et économique apportés aux peuples de couleur par les Blancs, le grand bienfait de la colonisa- · tion, qui conditionnait d'ailleurs tous les autres, était l'établissement et le maintien de l'ordre public, l'exemple donné par les fonctionnaires du service désintéressé de l'Etat. » Il y aurait beaucoup à dire sur les progrès d'ordre scolaire, social et économique, sachant qu'en quelques années d'indépendance ils s'avèrent nettement supérieurs à. ceux qui furent accomplis en deux ou trois siècles de régime colonial. Mais surtout, en fait de massacres, ce journal oublie, hélas! les guerres de conquête, la répression féroce contre les ffi9uvements démocratiques (les 90.000 morts de Madagascar sont-ils donc si loin ?) . Il oublie qu", d!!rI)s leurs propres pays, l'histoire des Bl!l.ncs comporte une suite affligeante de tueries, dont la dernière en date, la guerre de 1939-45, a fait 50 millions de morts ... Il oublie les crimes et les attentats de ses amis de l'O.A.S., qu'il considère pourtant comme des parangons de la « race blanche ». Ou encore l'assassinat du Président Kennedy ... Quant à la prospérité, c'est sans doute celle des grands seigneurs de la colonisation qui aveugle Rivarol. En fait, les heurts, les soubresauts (somme toute assez limités) que connaît aujourd'hui l'Afrique, résultent essentiellement des conditions souvent violentes dans lesquelles se réalise la décolonisation; de l'héritage lamentable laissé par le régime colonial (frontières artificielles, analphabétisme, sous-équipement, dépendance économique), des passions exacerbées ou des intrigues encore poursuivies par les anciens colonisateurs, et aussi par les luttes de classes qui n'ont pas fini de se développer. Mais, se refusant à tenir compte le moins du monde de ces vérités objectives, Carrefour (19 février 1964), parle- de « la panique du Noir au départ du Blanc ». Nouveaux Jours (14 février 1964), de cc la furie raciale et tribale qui ensanglante l'Afrique décolonisée li. Défense de l'Occident (janvier-février 1964), du retour à la cc b~rbarie pré-coloniale ». Aspects de la France (27 février 1964), du « génocide en: bonne et due forme qui apparaît comme l'effet direct de la « décolonisation ) précipitée par les Nations-U'nies aux ordres de l'afroasiatisme ». La Nation Française (5 février 1964), voit dans la décolonisation « III plus grande erreur du XX' siècle, puisque c'est, en définitive, elle qui fait couler du sang, tandis que la colonisation, pOUSSée jusqu'à l'intégration, fait régner l'ordre, la paix et la prospérité en Angola, au Mozambique et dans tous les territoires portugais d'outre-mer ». (Sic.) Pour cette presse, les Noirs ne sont pas seulement des « sauvages », mais aussi des « incapables ». Les difficultés créées par le départ massif des techniciens, l'absence d'industrie, la mauvaise volonté patente des firmes européennes, qui ren· dent impossible, par exemple, de changer une pièce à une voiture, de réparer un ascenseur - ou encore la priorité donnée à la destruction des bidonvilles sur le goudronnage des routes, tout cela donne matière à la verve mauvaise des plumitifs racistes. cc L'économie congolaise est au bord de la catastrophe, écrit Le Charivari (mars 1964) ... Le matériel d'équipement devient progressivement inutilisable ... Progressivement, la végétation recouvre les belles routes et les pistes que les vilains colonisateurs avaient tracées au temps de leur présence abhorrée... » Aspects de la France (20 février 1964), dépeint l'Algérie comme une cc terre qui ne pouvaient vivre que tenue à bout de bras par la Framce et qui - la France partie - meurt lentement, poussée dans la mort par des hommes qui ne subsistent que comme des naufragés, pillant l'épave sur laquelle ils flottent... » Nous n'en finirions pas de citer ces propos hostiles où les réalités sont systématiquement falsifiées, et où, si souvent, les désirs sont donnés pour des réalités ... « COOp·ERATION » ET DIVERSIONS ... Il est clair que, vue dans cette optique, toute cc coopération » entre les pays européens et les pays décolonisés ne peut apparaître que comme un scandale. Ce problème, il est vrai, qui donne lieu actuellement à un débat spectaculaire, déclenché par le journaliste Raymond Cartier, mérite qu'on s'y arrête. cc Il faut aider les pays sous-développés », proclame-t-on d'un côté, en insistant sur les devoirs · des peuples européens et sur le caractère « désintéressé » de l'aide. (c Cette politique est ruineuse, rétorque-t-on, nous dilapidons notre argent, qui serait plus utile en France même ... » De fait, si l'on examine l'utilisation des fonds versés à la (c coopération », on est en droit de craindre qu'ils ne visent à favoriser une certaine orientation éco- Albert LEyY. (Suite page 10) De NUREMBE LE proeès qui se déroule à Francfort frappe d'horreur la conscience universelle. Le cynisme de ces tortionnaires révolte, bien sûr, ceux des nôtres qui ont vécu cette sombre époque. Il émeut aussi, en dépit de ce qu'on croit souvent, une jeunesse que l'enseignement officiel laisse cependant trop mal informée d'événements qui n'ont pas encore trouvé la place qu'ils devraient avoir dans les programmes de nos écoles. Rendons cette justice à l'Allemagne fédérale que ce ne sont plus que ses tribunaux qui sont appelés à connaître de ces sortes d'affaires. Pas pour bien longtemps, puisqu'en l'état actuel de la législation de l'autre côté du Rhin, la prescription sera aCQuise à compter du 5 mars 1965. Mais le fait même que des poursuites soient encore engagées par le Ministère public et que les débats de Francfort. comme ceux de Limbourg, paraissent très sérieusement conduits, constitue tout de même, cie la part d'un pays qui nous a fait tant de mal, une sorte de répar'ltion morale à laquelle les Français ne doivent pas être insensibles. Néanmoins, avant d'être pleinement satIsfa its, il est prudent d'attendre le verdict. I\Iême s'il est sévère, comme il devrait l'être. il n'atteindra qu'un nombre très restreint d'indiviclus. parmi les centaines ou les milliers de ceux qui ont torturé et massacré des millions d'hommes et qui continueront à caioler leurs enfants et à cultiver leurs roses, sans même paraître se souven i r de leurs forfaits. IL faut bien reconnaître que lorsque la répression des crimes contre l'humanité est poursuivie sur le plan national, elle risque toujours d'être très imparfaite. Il faut, pour en comprendre la cause, amalyser ta nature juridique qu'ils revêtent. Les crimes contre l'humanité sont réprimés par les lois internes de tous les pays comme des crimes de droit commun; ce sont des atteintes à la vie, qui relèvent de l'assassinat dans toutes les législations du monde. Cependant, ils se caractérisent spécifiquement par le but recherché par leurs auteurs. En effet, à travers chacune de leurs vîctimes, ces derniers poursuivent l'anéantissement d'un groupe humain, en raison de son appartenance à une llationalité, à une race, à une religion, ou encore en raison de la foi politique,' qu'elle soit de droite ou de gauche, que partagent les membres de ce groupe. Les crimes contre l'humanité sont le plus fréquemment perpétrés en temps de guerre; mais en temps de paix aussi, il arrive que la violence se déchaîne avec son cortège de tortures, de camps de concentration et de mort, atteignant des individus qui ne sont coupable que d'être ce qu'ils sont, c'est-à-dire d'honnetes gens auxquels on ne peut faire grief que cie leur origine ethnique, de leurs croyances ou de leurs opinions. Bien sûr, tant que durent les hostilités, ou que se perpétue le régime qui tolère, favor ise. commet ou fait comllIettre cie tels actes, il est vain d'espérer que les responsables soient châtiés. Il taut attendre, pour que sonne l'heure de la « justice immanente» - hélas pTus ou l1loins lente à venir - le retour à la paix pal· la victoire des peuples qui se sont levés au service du Droit, ou la défaite cles forces du mal par une révolution venant de l'intérIeur. Dans l'UI1 et l'autre cas, les Tribunaux cie l'Etat, dont ce sont des nationaux qui ont perpétré de tels crimes, ne sont pas qualifiés pour rendre une justice qui soit sereine et suffisamment dégagée des contingences politiques locales. S'ils ont été commis en temps de guerre, à supposer même que des poursuites soient un jour effectivement enp. C D r j: v q f: Y h êl p: pi m p: te p: dt p: v( l'; ra pé ne qt se co la pa a"tic at pa qt a presse raciste dent impossible, par exemple, de changer une pièce à une voiture, de réparer un ascenseur - ou encore la priorité donnée à la destruction des bidonvilles sur le goudronnage des routes, tout cela donne matière à la verve mauvaise des plumitifs racistes. « L 'économie congolaise est au bord de la catastrophe, écrit Le Charivari (mars 1964) .. _ Le matériel d'équipement devient progressivement inutilisable... Progressivement, la végétation recouvre les belles Toutes et les pistes que les vilains colonisateurs avaient tracées au temps de leur présence abhorrée... » Aspects de la France (20 février 1964), dépeint l'Algérie comme une « terre qui ne pouvaient vivre que tenue à bout de bras par la Framee et qui - la France partie - meurt lentement, poussée dans la mort par des hommes qui ne subsistent que comme des naufragés, pillant l 'épave sur laquelle ils flottent... » Nous n'en finirions pas de citer ces propos hostiles où les réalités sont systématiquement falsifiées, et où, si souvent, les désirs sont donnés pour des réalités ... {( COOP'ERATION » ET DIVERSIONS ... Il est clair que, vue dans cette optique, toute « coopération » entre les pays européens et les pays décolonisés ne peut apparaître que comme un scandale. Ce problème, il est vrai, qui donne lieu actuellement à un débat spectaculaire, déclenché par le journaliste Raymond Cartier, mérite qu'on s'y arrête. « Il faut aider les pays sous-développés », proclame·t-on cl'un côté, en insistant sur les devoirs ' des peuples européens et sur le caractère « désintéressé » de l'aide. « Cette politique est ruineuse, rétorque-t-on, nous dilapidons notre al'· gent, qui serait plus utile en France même ... » De fait, si l'on examine l'utilisation des fonds versés à la « coopération », on est en droit de craindre qu'ils ne visent à favoriser une certaine orientation éco· Albert LEyY. (Suite page 10) De NUREMBERG , a LE proeès qui se déroule à Francfort frappe d 'horr eur la conscience u niverselle. Le cynisme de ces tortionnaires révolte, bien sûr, ceux des nôtres qui ont vécu cette sombre époque. Il émeut aussi, en dépit de ce qu'on croit souvent, une jeunesse que l'enseignement officiel laisse cependant trop mal informée d'événements qui n'ont pas encore trouvé place qu'ils devraient avoir dans programmes de nos écoles. cette justice à l'Allemagne ce ne sont plus que ses qui sont appelés à connaître sortes d'affaires. pour bien longtemps, puisqu'en actuel de la législation de l'autre du Rhin, la prescription sera aCQuise compter du 5 mars 1965. Mais le fait même que des poursuites encore engagées par le Ministère et que les débats de Francfort. ceux de Limbourg, paraissent sérieusement conduits, constitue tout ême, de la part d'un pays qui nous tant de ma,l, une sorte de répar,Lmorale à laquelle les Français ne vent pas être insensibles. Néanmoins, avant d'être pleinement sfait s, il est prudent cI'attendre le ict. Même s'il est sévère, comme il devrait il n'atteindra qu'un nombre très Ipl~rpint d'individus. parmi tes centaines les milliers cie ceux qui ont torturé massacré des millions d'hommes et qui nueront à caioler leurs enfants et à leurs roses, sans même paraître souvenir de leurs forfaits. lUlalyser la nature juridique qu'ils revêtent. Les crimes contre 1'humanité sont réprimés par les lois internes de tous les pays comme des crimes de droit commun; ce sont des atteintes à la vie, qui relèvent de l'assassinat dans toutes les législations du monde. Cependant, ils se caractérisent spécifiquement par le but recherché par leurs auteurs. En effet, à travers chacune de leurs vÎctimes, ces derniers poursuivent l'anéantissement d'un groupe humain, en raIson de son appartenance à une nationalité, à une race, à une religion, ou encore en raison de la foi politique," qu'elle soit de droite ou de gauche, que partagent les membres de ce groupe. Les crimes contre l'humanité sont le plus fréquemment perpétrés en temps de guerre; mais en temps de paix aussi, il arrive que la violence se déchaîne avec son cortège de tortures, de camps de concentration et de mort, atteignant des individus qui ne sont coupable que d'être ce qu'ils sont, c'est-à-dire d'honnetes gens auxquels on ne peut faire grief que de leur origine ethnique, de leurs croyances ou de leurs opinions. Bien sûr, tant que durent les hostilités, ou que se perpétue le régime qui tolère, favorise, commet ou fait com- 1l1ettre de tels actes, il est vain d'espérer que les responsables soient châtiés. Il taut attendre, pour que sonne l'heure dc la « justice immanente » - hélas plus ou moins lente à venir - le retour à la paix pal- la victoire des peuples qui se sont Icvés au service du Droit, ou la défaite des forces du mal par une révolution venant de l'inténeur. Dans l'Ull et l'autre cas, les Tribunaux de l'Etat, dont ce sont des nationaux qui ont perpétré de tels crimes, ne sont pas qualifiés pour rendre une justice qui soit sereine et suffisamment dégagée des contingences politiques locales. S'ils ont été commis en temps de guerre, à supposer même que des poursuites soient un jour effectivement engagées contre quelques-uns des coupables, comme c'est aujourd'hui le cas en Allemagne fédérale, une indulgence excessive rIsque fort de se manifester, d'autant plus Que ce sont plus souvent les ouvriers des chambres à gaz Que les chefs qui sont invités à répondre de leurs forfaits. Si, au contraire, c'est une révolution par Max GONFREVILLE yenant de l'intérieur qui a fait tomber le régime coupable ou complice, ce peut être de la part des juridictions instituées par le nouveau régime, une répression par la vengeance, ce Qui n'est pas mieux. Il est vrai que, du moins dans le premier cas, les Tribunaux nationaux des pays victorieux peuvent recevoir compétence pour connaître des crimes commis par des ressortissants ennemis. C'est ce qui s'est passé après la deuxième guerre mondiale. Le résultat n'a pas toujours été très heureux. Pour ne citer Qu'un exemple et ne parler Que des Tribunaux français, souvenons- nous du jugement rendu dans l'affaire d'Oradour-sur-Glane. Pour des motifs qu'il est ici inutile de rappeler, et qui tiennent pour une large part aux nécessités de la politique nationale, tandis que le général Lammerding, qui vit paisiblement aujourd'hui à Dusseldorf, n'était condamné à mort Que par contumace, les soldats et sous-officiers de la division S.S. « Das Reich ~, qui comparaissaient effectivement, s'en tirèrent avec des acquittements ou des condamnations sans rapport avec la monstrueuse atrocité du crime auquel ils avaient pris part. C'EST qu'en vérité, les crimes contre l'humanité sont spécifiquement des « crimes internationaux :., qui devraient intéresser et concerner non AUSCHWITZ Le témoignage de W. SPITZI Le peintre Walter Spitzer, qui fut déporté à l'âge de 17 ans dépendant d'Auschwitz, en a ramené des gravures olt il exprirr bouleversant l'horreur dont il fut témoin. Nous le remercions d'a' nous confier, pour nos lecteurs, quelques-unes de ces oeuvres, e FRANCFORT pas tel ou tel pays, mais la collectivité des peuples tout entière. Il est bon qu'Eichmann ait été déféré à un Tribunal israélien et condamné à Jérusalem. Il eût mieux valu qu'il existât une juridiction pénale internationale permanent te pour le juger. Ajoutons qu'il eût même mieux valu que son arrestation, 'au lieu d'être le fait de la police israélienne ·sur un territoire étranger, eût pu être pratiquée par les soins d'une police organisée sur un plan international, comme l'est l'Interpol pour la recherche des trafiquants de la drogue, de la traite des blanches, ou des grandes escroqueries. Au lendemain de la dernière guerre, fut institué par les puissances alliées le Tribunal international de Nuremberg. Encore que sa compétence fût limitée aux fait s postérieurs au 1'" septembre 19~9, il a ,"endu le 1'" octobre 1946 contre les « grands criminels » civils et militaires du III" Reich un jugement qui constitue un monument mémorable de jurisprudence: notamment dans le domaine des crimes contre l'humanité. Tel qu'il était constitué, le Tribunal de Nuremberg ne pouvait sans doute se perpétuer. 'On pouvait néanmoins espérer que l'O.N.U. parviendrait à y subsfituer cette juridiction pénale internationale permanente dont la création était à iuste titre souhaitée par beaucoup de juristes, parmi les plus éminents. En France, le Comité d'Action de la Résistance judiciaire, présidé par M. André Boissarie, Qui fut à Paris le Procureur Général de la Libération, avait dès 1948 étudié comment il était possible de la constituer. On peut retrouver dans la Revue ;nti! t"nationale de Droit pénal (numéro du troisième trimestre 1948) le texte du projet Qui fut alors élaboré. Après avoir défini la des crimes contre l'hUI réglementait : 1 0 La composition iuges appelés à constit aurait siégé à La Haye 2° La constitution d'u national en liaison ave sécurité, l'Assemblée gé crétariat de l'O.N.U.; ~o Les conditions dans l'ouverture de toute il enquête devait être ordl 40 La réglementation ooursuivie contradictoire Quet international, en pl défendeur et éventueller plaignants; 5° Le déroulement de dience, les condamnatÎI d'être prononcées contn complices, les gouvernan tants, ainsi que les répal des victimes, dont la C cas de besoin et d'urg€ sécurité ; 6° Les pouvoirs confié sécurité pour assurer l'e: cisions de la Cour. Sans doute les auteurs sont-ils fait beaucoup d' Ils ont même envisag( l'Etat défendeur et do' accusés, accepterait Ut ment :1 ou un « règlen permettant en fait l'exe pression par les Tribunal cet Etat. En fait et pour les rai ment indiquées et que peut-être mieux aujourd' une telle éventualité n'é haitable. Surtout, le projet a, constituer un acte de foi rité accélérée du Droit G , a quelques-uns des coupables, . le cas en Alleune indulgence excessive de se manifester, d'autant ce sont plus souvent les ouchambres à gaz que les chefs ités à répondre de leurs forune révolution par GONFREVILLE l'intérieur qui a fait tomber coupable ou complice, ce peut part des juridictions instituées régime, une répression pg'ea:ncle, ce qui n'est pas mieux. que, du moins dans le pre- Tribunaux nationaux des peuvent recevoir compédes crimes commis ennemis. s'est passé après la mondiale. n'a pas toujours été très qu'en vérité, les crimes conl'humanité sont spécifiquement « crimes internationaux :., intéresser et concerner non AUSCHWITZ •• ils y étaient ... Le témoignage de W. SPITZER Le peintre Walter Spitzer, qui fut déporté à l'âge de 17 ans dans un camp dépendant d'Auschwitz, en a ramené des gravures où" il exprime avec un art bouleversant l'horreur dont il fut témoin. Nous le remercions d'avoir bien voulu nous confier, pour nos lecteurs, quelques·unes de ces oeuvres, encore inédites. FRANCFORT pas tel ou tel pays, mais la collectivité des peuples tout entière. Il est bon qu'Eichmann ait été déféré à un Tribunal israélien et condamné à Jérusalem. Il eût mieux valu qu'il existât une juridiction pénale internationale permanenl te pour le juger. Ajoutons qu'il eût même mieux valu que son arrestation, 'au lieu d'être le fait de la police israélienne .sur un territoire étranger, eût pu être pratiquée par les soins d'une police org-anisée sur un plan international, comme l'est l'Interpol pour la recherche des trafiquants de la drogue, de la traite des blanches, ou des grandes escroqueries. Au lendemain de la dernière guerre, fut institué par les puissances alliées le Tribunal international de Nuremberg. Encore que sa compétence fût limitée aux fait s postérieurs au 1"" septembre I9~9, il a rendu le 1er octobre 1946 contre les « grands criminels » civils et militaires du III" Reich un jugement qui constitue un monument mémorable de jurisprudence; notamment dans le domaine des crimes contre l'humanité. Tel qu'il était constitué, le Tribunal de Nuremberg ne pouvait sans doute se perpétuer. On pouvait néanmoins espérer que l'O.N.U. parviendrait à y substituer cette juridiction pénale internationale permanente dont la création était à juste titre souhaitée par beaucoup de juristes, parmi les plus éminents. En France, le Comité d'Action de la Résistance judiciaire, présidé par M. André Boissarie, qui fut à Paris le Procureur Général de la Libération. avait dès 1948 étudié comment il était possible de la constituer. On peut retrouver dans la Revue internationale de Droit pénal (numéro du troisième trimestre 1948) le texte du projet qui fut alors élaboré. Après avoir défini la nature juridique des crimes contre l'humanité, ce projet réglementait : 1° La composition et le statut des iuges appelés à constituer la Cour qui aurait siégé à La Haye; 2° La constitution d'un Parquet international en liaison avec le Conseil de sécurité, l'Assemblée générale et le Secrétariat de l'O.N.U.; ~o Les conditions dans lesquelles, avant l'ouverture de toute information, une enquête devait être ordonnée; 4° La réglementation de l'information, ooursuivie contradictoirement par le Parquet international, en présence de l'Etat défendeur et éventuellement du ou des plaignants; 5° Le déroulement des débats à l'audience, les condamnations susceptibles d'être prononcées contre les auteurs ou complices, les gouvernants ou les exécutants, ainsi que les réparations au profit des victimes, dont ta Cour pouvait, en cas de besoin et d'urgence, assurer la sécurité ; 6° Les pouvoirs confiés au Conseil de sécurité pour assurer l'exécution des décisions de la Cour. Sans doute les auteurs de ce proiet se sont-ils fait beaucoup d'illusions. Ils ont même envisagé l'hypothèse où l'Etat défendeur et dont relèvent les accusés, accepterait un « acquiescement ' ou un « règlement amiable :1, permettant en fait l'exercice d'une répression par Jes Tribunaux nationaux de cet Etat. En fait et pour tes raisons précédemment indiquées et que J'on comprend peut-être mieux aujourd'hui qu'en 1948, une telle éventualité n'était guère souhaitable. Surtout, le projet avait Je tort de constituer un acte de foi dans une maturité accélérée du Droit international. (Suite page 11) POUR tous ceux .qui auraient oublié ou qui n'ont pas connu l'enfer d'Auschwitz et de la déportation, les déclarations des accusés et des témoins, au procès qui se déroule en ce moment à Francfort, permettent de dresser un tableau hallucinant d'horreur et de vérité de la "vie» à Auschwitz! Dr OTTO WOLKEN, 60 ans, médecin à Vienne, déporté à Auschwitz-Birkenau: cc Je n'éprouve aucune haine et aucun désir de vengeance. Je suis juif, mais Auschwitz n'était pas uniquement réservé aux juifs. En fait, toutes les nationalités et toutes les religions étaient représentées dans la liste des morts. En particulier des Russes et d'autres Slaves, et des combattants français de la Résis· tance étaient aussi envoyés de temps à autre dans les cham· bres à gaz. cc Je me rappelle un petit garçon tout nu qui me disait : « Je n'ai pas peur. C'est tellement horrible ici. Je suis sûr que je serai mieux au ciel", cc J'en revois un autre. Il n'avait que quatorze ans, mais c'était le chef du groupe des garçons dans le camp. Ses cama· rades pleuraient et tentaient de s'interposer quand les 55 voulurent le placer à bord d'un camion qui partait pour la chambre à gaz. Il leur a dit: « Ne pleurez pas. Vous avez vu vos parents et vos grands-parents mourir. Maintenant c'est notre tour D. Puis il s'est tourné vers les 55 : « Vous ne vous en tirerez pas comme ça. Votre tour viendra » . . cc Les 55 battaient le garçon dans le camion qui l'emmenait. « Vers la fin de la guerre, les fours crématoires dégorgaient. On brûlait les corps sur des bûchers. Ça sentait partout la chair cc Les prisonniers devaient couper les cheveux des femmes avant que les corps soient brûlés. Des dentistes arrachaient les dents en or. " Montrant du doigt l'accusé Baretzki, le témoin poursuit : cc Vous, monsieur, je vous ai vu tuer de vos mains, un prisonnier qui n'était plus qu'un squelette vivant ». Mme L1NGENS, doctoresse autrichienne détenue deux ans à Birkenau, pour avoir aidé des jUifs à s'enfuir: cc Je ne pouvais pas tout d'abord croire, que les gardes 55 brûlaient des enfants vivants. J'ai vu un garde jeter quelque chose sur un tas de vêtements et d'autres choses en feu à proximité des fours à gaz. J'ai d'abord pensé que c'était un chien qu'il précipitait dans le brasier. Cela gesticulait dans les bras du garde et je pouvais distinguer la tête ballotant d'avant en arrière. Mais une prisonnière, qui était une aide médicale et regardait aussi, me dit que c'était un enfant vivant qu'ils brûlaient. Elle a ajouté avoir vu d'autres enfants brûlés au même endroit. « Tous les médecins 55 avaient leurs petites manies. Je me souviens de la petite Dagmar. Elle était née à Auschwitz et j'avais aidé à la mettre au monde. Elle est morte après que Mengele (l' .. ange de la mort" d'Auschwitz) lui eut fait des piqûres dans les yeux pour tenter de déterminer si l'on pouvait modifier la couleur de l'iris. " HERMANN LANGBEIN, écrivain viennois , ancien déporté d'Auschwitz: « Lorsque des femmes mettaient au monde des enfants, le seul égard que les gardiens avaient pour eux étaient de leur tatouer leur matricule sur la jambe parce que leur bras était trop petit... . .. " J'ai apprIs que Josef Klehr (un des accusés), faisait lui-même les piqQres de phénol en plein coeur, et je l'ai vu de mes propres yeuk chercher des victimes . ... " L'adjudant 55, Wilhelem Boger (un des principaux accusés) m'a dit un jour : « Ici tu vois beaucoup de choses. Si tu parles de ce que tu as vu, tu sortiras par·là ", en montrant la cheminée du four crématoire ... CI Boger a déclaré une fois avec fierté que sur sept détenus choisis pour une exécution, six l'avaient été par lui. « A Dachau j'étais le seul homme requis pour rédiger les actes de décès. A' Auschwitz, il y en avait sept qui tapaient, jour et nuit, ces actes (qui dissimulaient, évidemment que les morts avaient péri dans les chambres à gaz) ... ,. Parlant de la marche du camp sous la direction de Kaduk : " Auschwitz connut alors sa plus grande action de meurtres avec l'arrivée des transports de Hongrie. " Dr HANS WILHELM MUENCH, ancien médecin SS : « Officiers 55, gardiens et médecins chargés des « sélec· tions » de détenus au camp d'Auschwitz touchaient des ra· tions d'eau-de·vie supplémentaires. " Dr CONRAD MORGEN, 54 ans, ancien juge SS, actuellement avocat à Francfort: cc J'ai découvert à Auschwitz un enfer de corruption et de vice. Ce que j'ai vu dans les locaux réservés aux 55 au camp de Birkenau m'a donné un véritable choc. Sur les divans som· nolaient quelques 55 dont les yeux étaient vitreux. Des femmes juives les alimentaient comme des princes des mille et une nuits. J'ai entrepris une perquisition dans ces locaux et j'al découvert des devises de tous les pays, de l'or et de l'argent, de véritables fortunes. cc Boger (un des accusés) était le bras droit du chef du ser· vice politique. Il organisait des « interrogatoires renforcés ... Ceux-ci n'étaient pourtant admis qu'avec l'accord de Berlin ou s'il s'agissait de questions d'importance nationale. En pratique les choses allaient au camp bien au delà des règles". Dans ses dépositions au cours des interrogatoires, OSWALD KADUK qui fut commandant du camp ~'Auschwitz, déclarait n'avoir qu'un seul regret, celui de n'avoir pas tué l'actuel président du conseil polonais, Josef Cyrankiewicz alors qu'il était détenu dans le camp: cc Je l'ai battu parce qu'il s'éloignait, mais il n'a pas réagi. Si j'en avait eu la possibilité, je l'aurais tué car je hais les communistes ... » « En ce qui concerne les enfants, tous, à la seule exception de ceux qui étaient choisis comme cobayes pour les expériences (médicales), étaient envoyés aux chambres à gaz, Si les mères faisaient une scène au moment où on leur enlevait leurs enfants, on les envoyaient elles aussi à la chambre à gaz pour avoir la paix ... « J'ai tenté de m'en aller d'Auschwitz, mais j'avais le coeur si bien accroché que je ne m'effondrais pas ... Je n'étais vrai· ment qu'un tout petit rouage dans la machine. Les vrais criminels, ceux qui ont eu l'idée de ces crimes et qui les ont orga· nisés, sont libres. Cela (cette injustice) me rend fou. J'en ai eu des dépressions nerveuses. . .. . . . .. « Quand je vois Oberlaender (1 ancien ml11lstre des refugles) et Globke (ancien secrétaire d'Etat à la chancellerie fédérale) condamné à la réclusion à vie dans la zone soviétique, courir librement en République Fédérale, je dois dire qu'on juge avec deux poids, deux mesures. • la Le monde vu par (Suite de la page centrale) nomique et politique des anciennes colonies, de même qu'autrefois les fonds investis dans la, colonisation et la « pacification » n'étaient nullement des dons gratuits_ L'orientation actuelle contribuet- elle suffisamment à renforcer l'économie de ces pays? Leur apporte-t-elle l'équipement de base qui serait nécessaire à leur indépendance réelle? Ne profite-t-elle pas surtout à certaines sociétés commerciales et industrielles qui, déjà, au temps de la colonisation, avaient quelque activité en Afrique? Qu'on ne nous parle pas, en tout cas, de désintéressement ... Peut-être serait-il plus judicieux, pour situer le débat em cours, d'évoquer la concurrence entre . groupes financiers, entre puissances coloniales. Peut-être aussi poserait-on plus logiquement le problème en demandant que les grands bénéficiaires du système passé paient maintenant pour le développement des pays africains aux dépens desquels ils ont accumulé, sans contre-partie, d'énormes richesses (3). En somme, ce n'est pas la coopération qu'il conviendrait de mettre en cause, mais bien plutôt la façon dont elle est · pratiquée. Car, conçue différemment, dans un esprit de justice et d'égalité, elle pourrait être vraiment utile aux peuples africains comme au peuple français. Tel n'est pas, bien sûr, le souci de ceux qui, aujourd'hui, crient à la faIlite, et que ne gênent nullement ni les milliards engloutis dans la guerre d'Algérie, ni les contestables dépenses de la force de frappe_ On retrouve, dans la presse raciste, à propos de la coopération, le leit-motiv habituel : cc La France, écrit Rivarol (27 février 1964), paye pour éviter la ruine économique qu'elle a provoquée, en abandonnant ces peuples à eux-mêmes. » Carrefour en appelle chaque semaine aux contribuables dépouillés. Le Charivari spécialise même l'argumentation, espérant toucher ainsi diverses catégories de Français, Il affirme que la « coopération » sert à « entretenir grassement des fonctionnaires noirs, dans le même temps lJue les nôtres sont ma,!. payés » (mars i§64. Ou bien i1 ironise: « Si les auto- · mo'bilistes français payent de bien substantielles taxes sur l'essence, en revanche, ils ont la satisfaction que cet argent

sert à quelque- chose_ C'est-à-dire à subi

ventionner Ben Bella, plus une tripotée · de rois nègres. » (Mars 1964.) Si vous payez de lourds impôt, si les priX augmentent, ne cherchez donc pas plus loin, c'est la faute aux nègres, aux · Arabes, et - déjà - aux Chinois (si l'on · en ' croit Le Charivari) . On conçoit que ceux qui craignent la prise de conscience, par l'opinion, des véritables caUses de la vie chère, ne voient pas d'uil mauvais oeil cette sorte de diversion... C'est classique ! L:N « COMPLOT }) UNIVERSEL --_..: Nous abordons ici l'un des ressorts fondamentaux de la propagande raciste le sentiment de frustration, la peur. A en croire les journaux spécialisés, nous serions en présence d'un complot universel des peuples de couleur, animé par les juifs, visant non seulement il, dépouiller les « Blancs », mais à les subjuguer. Nous n'exagérons pas!... Lisez plutôt : « Les milliards de fmncs ne suffisent pas, il faut aussi le sang français! » (Carrefour, 26 février 1964). « Comme nous lui donnons, pour une raison ou pour une autre, absolument tout l'argent qu'il exige, M . Ben Bella peut se permettre beaucoup de choses et se livrer à toutes ses fantaisies . » ( Le Charivari, février 1964.) (Si nous n'y prenions garde) « les graves avertissements donnés dans ce jOurnal par Pierre Poujade sur la menace d'une subversion fellagha en métropole française, seraient tragiquement confirmés. Ce serait le premier stade de l'occupation colo'nialiste de la France métropolitaine par les Fellaghas pro-chinois! ». (Fraternité Française, 28 février 1964.) « L'immense Chine constitue déjà pour l'Europe et toute la race blanche, le péril numéro un d'après-demain. )) (Le Charivari, janvier 1964.) vrier 1964), ce sont les Angolais qui pratiquent « le génocide contre le Portugal )). Comment en sommes-nous arnves à cette terrible situation où les « Blancs )) sont menacés, purement et simplement, de disparaitre ? C'est, explique cette presse, parce qu'ils ont perdu leur combativité_ « En d'autres temps, les princes étaient plus chatowilleux et c'est ainsi que le prince de Polignac ... n'eut de cesse, pour l'honneur de la France, de l'Europe et de l'Occident, que nos troupes ne s'en allassent conquérir ce qui n'était pas encore l'Algérie_ Il est vrai qu'aujourd'hui, l'Occident est bien plus soucieux de sa précaire quiétude que d'un honneur qui n'est plus qu'inexistamt. » (Rivarol, 6 février 1964.) « Vautrés devant la télévision, les Blancs sont-ils encore capables de combattre pour sauver leur civilisation? Tout le problème est là ... )) (Défense de l'Occident janvierfévrier 1964.) « La nation, se rétractant sur elle-même, a voulu ignorer ses ennemis et parfois leur a sacrifié ses propres enfants ... Elle n'a participé que malgré elle à la tâche exaltant~ qu'elle confiait à ses fils; elle n'a pu être témoin de leur ,dévouement ... )) (Carrefour, 26 février 1964.) Le Charivari (mars 1964), dénonce « la décolonisation voulue par un Occident aveuli.._ ») Et quelle est la cause de cet affaiblissement soudain, de cette tragique lâcheté? C'est que les « Blancs ») ont été pervertis, intoxiqués par les progressistes et, en dernière analyse, par les juifs. Maurice Bardèche, dans Défense de l'Occident (janvier-février 1964), expose avec force détails, comment les juifs, pour se défendre de l'antisémistime, notamment lors de l'Affaire Dreyfus (4), sont parvenus à inculquer aux Français « l'idéalisme humanitaire, virus de toutes les propagandes ... )1 La ({ fraternité humai'ne )), voilà l'ennemi pour Bardèçhe t:!t se~ ~emblables. Que l'esprit démocratique se développe, que les hommes se comprennent mieux et se sentent plus solidaires, cela les met hors d'eux. Et ces sentiments généreux, qui sont pour les ~rançais. une profonde tradition, ils n'y voient qu'une duperie, une trahison. Ils tournent en dérision « la conscience universelle )), le « sens de l'histoire )). . Carrefour (26 février 1964), s'indigne que la télévision montre les Noirs victimes du racisme aux Etats-Unis et la cruauté de ce racisme. « On se demande, à la longue, écrit-il, si l'antiracisme n'est pas plus virulent que le racisme luimême. )) Selon Rivarol (13 février 1964) « la conscience Universelle prompte à s'enflammer pour des trublions antillais, des meurtriers noirs et un pochard ghanée1J, »), ne réagit pas lorsque « la France », « les Blancs )) sont attaqués ! Ainsi, les antiracistes ne seraient donc que des agents du grand complot qui vise à détruire la « race )) aryenne et la civilisation ! ULTIME ESP'OIR L'APARTHEID Avec l'énergie du désespoir, face à une réalité qui contredit chaque jour leurs constructions absurdes, les racistes voudraient bloquer ou faire reculer le grand mouvement d'émancipation humaine qui transforme aujourd'hui le monde. La reconquête, ils y rêvent de moins en moins, même si Rivarol, dans un paragraphe cité plus haut, exalte avec nostalgie le « sens de l'honneur )) que montrait le prince de Polignac en occupant l'Algérie. Faute de mieux, ils s'accrochent aux derniers bastions de la « civilisation blanche ») - entendez de l'oppression coloniale et raciste : l'Afrique du Sud et les territoires africains du PortugaL « J'ai trouvé ici ce que je cherchais en (4) « Je laisse de côté, note-t-il, la question de fait de l'innocence ou de la culpabilité de Dreyfus. )) la presse raciste vain en France, écrit d'Afrique du Sud une lectrice de Rivarol (27 février 1964): un peuple prêt à se battre pour C04server intact le patrimoine de ses ancêtres. Dernier rempart de la civilisation blanche en Afrique, il représente l'wltime espOir du monde occidental... A l'heure actuelle, l'apartheid. est une auto-défense du blanc, sans quoi il disparaît. )) Du Charivari (janvier 1964) : « L'Union Sud-Africaine pourrait servir de modèle à bien de nos détracteurs ... L'apartheid peut se résumer par la formule : chacun chez soi. Cela n'a rien à voir avec la ségrégation. ») Du Charivari encore (février 1964) « La politique générale de l'Occident, depuis des années, et mise à part l'attitufde courageuse du Portugal et des Sud.! tfricains, est une politique de démission. ) Et de Rivarol (12 mars 1964) : « Le Portugal est en tram de vaincre. Je veux dire que l'obstination prémonitoire de Salazar - la volonté d'un seul homme contre la lâcheté de tout l'univers blanc - est en fort bonne route de triompher. )) C UN DANGER ET UNE HONT-E- _..:: Oui, on peut lire dans des journaux édités et vendus en France en 1964, l'insolent éloge du racisme de Salazar et de Verwoerd, qui perpétuent en Afrique les méthodes nazies avec une ~troce cruauté. L'ultime espoir de ces journaux, de ceux qui les écrivent et de ceux qui les lisent, ce sont ces régimes inhumains où règne la terreur, où le sang coule à flots. Ces journaux ne sont pas les plus influents, dira-t-on. Ils sont pourtant diffusés, au total, à plusieurs dizaines de milliers d'exemplaires. Ils constituent la pâture indispensable des groupes de nervis qui multiplient sur nos murs les croix gammées, les appels à la mort des juifs, des noirs ou des Arabes, qui attaquent à la porte des lycées les jeunes garçoIlt! distribuant des tracts antiracistes - ce! mêmes nervis qui ont tué pour l'O.A.S. et restent toujours disponibles pour le!'. coups de main et les coups d'Etat. Même s'ils ne parviennent pas à imposer à de nombreux Français leur odieuse vision du monde, ces journaux encouragent, dans la vie quotidienne, les attitudes racistes qui se traduisent si souvent. par des vexations, des insultes, des heurts, voire des discriminations. Ils alimentent les préjugés par des « arguments ») indéfiniment répétés. Leurs mensonges éhontés contribuent sans au doute à empoisonner une partie non négligeable de l'opinion, à excitèr les passions, les peurs, les haines qui dressent aveuglément les hommes contre leurs semblables. Ils constituent, dans la nation, un rerment de division et de désagrégation. On aurait tort de sous-estimer cette menace. Menace contre une partie des citoyens et habitants de ce pays, qui se trouvent en permanence diffamés et désignés à la fureur vengeresse des trublions racistes. Menace aussi contre l'ensemble des l"rançais que cette presse s'efforce de mystifier, d'entraîner dans des conceptions erronées, avilissantes, contraires à leurs propres intérêts. En cette seconde moitié du XX' siècle, il est humiliant et dangereux pour un pays comme le nôtre, qu'une telle lèpre puisse encore y proliférer. L'une des deux lois antiracistes soumises au Parlement par le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.) a pour but de combattre ce fléau. Ces deux textes tl'autre portant sur les discri· minations raciales) ont été déposés, il y a près d'un an, par des députés apparte· nant à tous les groupes. Il est temps qu'ils soient discutés et adoptés ! Dans un livre de classe ... YOICI une page extraite d'un manuel de géographie, largement utilisé dans l'enseignement primaire (classe de fin d'études) et que des amis instituteurs nous ont fait parvenir. Ce manuel, de Louis Planel, édité chez Eugène Belin exprime une étrange conception du rôle de l'éducation . La 30' leçon, pages 62 et 63 intitulée : « Le rôle de l'homme blanc dans le monde », souligne dès le début : « A l'exception du Japon, tous les Etats qui jouent un rôle important dans le monde, ont été constitués par des Blancs, habitants de l'Europe ou originaires de l'Europe ". Le résumé à apprendre par coeur affirme que « l'homme blanc a établi sa domination ou s'est imposé, pacifiquement ou par les armes, sur presque tout le globe terrestre, grâce à son génie inventif et à son sens de l'organisation ... « Grâce à ces deux qualités, il a pu transformer complètement le monde ... " L'homme blanc a donc JUSTIFIE sa domination sur le monde par d'incontestables bienfaits. » Diverses photos illustrent ces bienfaits incontestables. Celle de la rubrique • Bâtir » porte cette légende : « Dans cette Afrique du Sud qui n'était qu'un désert, les blancs ont bâti la belle ville de Johannesbourg » . C'est tout... Inculquer ainsi à des enfants qui vont quitter définitivement l'école, l'idée de la supériorité native des blancs, qui justifierait leur domination, y compris par les armes

leur présenter sous une forme

idyllique le régime colonial, sans dire un mot de la décolonisation ; ignorer l'apartheid et ses crimes en Afrique du Sud, nier le rôle des civilisations non-blanohes voilà qui n'est guère propre à leur faire comprendre le monde où ils vivent et les transformations qu'il subit 1 Alors que l'enseignement scolaire devrait les rendre plus ouverts, plus fraternels . à l'égard de tous les hommes et de tous les peuples , un tel manuel tend à en faire des proies faciles pour le racisme et tous les méfaits qu'il engendre. « .. :Ce charmant appartement meublé et décoré avec ce goût certaim que ne possèdent plus - et pour cause - les métèques dont notre pays est saturé.. .)) (Fraternité Française, 28 février 1964.) ~ 1 TOU T L.' HAB 1 L LEM E N T F E MIN 1 N On voudrait croire à de l'inconscience de la part de l'auteur; ou qu'il s'agit d'une édition datant d'un siècle ... Pourtant, le soin avec lequel cette leçon est présentée, la mention d'une ({ mise à jour en janvier 1963 » ne semble laisser aucun doute sur ses intentions. te Les Algériens déferlent sur la France à plus vive allure que du temps de Charles Martel ... )) (Le Charivari, mars 1964.) Et pour Aspects de la France (20 fé- . (3) Souvent, l' « aide )) accordée aux pays nouvellement indépendants sert à indemniser, préCisément, les maîtres de la colonisation. .Julien 66, Bd Rochechou4:lrt PAR 1 S (XVIIIe) OBAR Tél. : MON_ 20-88 ORN.26-33 Métro: ANVERS les enseignants, dans leur immense majorité, envisagent heureusement, leur devoir d'une toute autre façon. Mais on aimerait savoir ce qui est envisagé en haut lieu pour empêcher qu'un ouvrage aussi 'locif (qui se réfère aux programmes de 1947) soit retiré de la circulation .


-. 1 1 - .--------

LA POLEMIQUE DU «VICAIRE» : Lettres « LI Athénée , a » C j ~ n'est pas sans réticence que l'on reparle du « Vicaire »; si nous voici à répandre une encre nouvelle c'est qu'un bilan est à faire, passé le p;emier vacarme - le bilan des lettres qui chaque jour se pyramident sous le paillasson du Théâtre Vivant. Première constatation ; la pièce a ébranlé la paresse du spectateur qui a rejoint le partisan; l'affrontement de la salle se retrouve dans la boîte aux lettres. Il y a là plus que les habituels excités de la plume ; c'est tout l'éventail humain étalé. Il n'est guère question des valeurs artistiques : c'est le sujet, c'est le scandale qui font écrire. Comment classer ces lettres sans rien retirer à la richesse du dossier, sans schématiser à l'extrême les sentiments qui ont inspiré les juges anonymes? A ma droite, maigre mais virulent paquet, hérissé d'injures, imprégné de ces ordures qui, certains soirs, envahissaient la scènc. Cela va jusqu'à la négation pure et simple des camps d'extermination. En face, la pile des encouragements sans nuance - pas tellement nombreux, les enragés du dithyrambe. Et entre les deux - de tout, de tout. On est frappé par l'étendue du vaste marais d'où partent des exclamations effarouchées, mais dignes; où la condamnation n'exclut pas les sentiments dis- 1ingués. Six douzaines de lettres, à la machinc ou il. la main, lisibles ou non, avec et sans fautes, anonymes ou signées avec énumération des titres. Médecins, avocats, dentistes, provinciaux, parisiens, colonels en retraite, mères de famille, inconnus; sans parler des 40 mille lecteurs d'une publication spécialisée qui s'expriment par la plume de son rédacteur cn chef. Soixante-et-onze fois on apprend ainsi que Pic XII était un saint 110mme. \'énérablc et vénéré, que c'est un grand péché que de salir sa mémoire et de le calomnier, que la pièce n'est qu'un tissu de mensonges et que le scandale doit cesser avant que ne se manifeste la colère divine. Ce n'est certes qu'une hypothèse. mais la concentration géographique et le ton de certaines lettres laissent supposer qu'an moins ,Ieux pensiônnats de jeunes filles ont eu l'idée de manifester individuellement leur indignation. D'où: l'ahondance et les ressemblances constatées dans cette catégone. Ce que l'on fustige, c'est le mercantilisme de la direction qui, sciemment, s'adonne au scandale afin de faire affluer la foule. Le ton monte progressivement depuis les lettres qui expriquent à Mme Spira que, comnlice d'une mauvaise action, il faut qu'elle ouvre les yeux, chasse cette mauvaise pièce de son plateau afin de mériter le pardon popr lequel on priera, jusqu'à celles qui « regrettent que nos meilleurs soldats soient en prison et ne puissent vous ramener à la De Nuremberg à Francfort (Suite de la page centrale) D EPU~S lo~s, beaucoup d'a~né~s ont passe, qUI nous ont epselgne que si l'O.N.U. avait solennellement affirmé, su.r le plan international, les droits de l'homme, elle a été jusqu'ici impuissante à en assurer la protection effective. Moins encore, a-t-elle pu se préoccuper d'organiser la répression des crimes contre l'humanité, dont cependant il n'est malheureusement pas exclu qu'ils puissent à nouveau ensanglanter certaines régions du monde. Il faut le regretter, tout en comprenant qu'en ce domaine, lorsque des progrès ne sont pas réalisés en période de crise, comme ils auraient pu l'être tout de suite après la conférence de San. F;ancisco, ils deviennent ensuite singulièrement plus difficiles. Gardons tout de même notre foi, mais une foi rai~nnée qui ne devrait pas être seulement celle des juristes, mais celle de tous les hommes informés d'un problème dont il ne faut pas dissimuler aujourçl'hui que la solution sera lente à venir. Souhaitons tout de même qu'il y ait Jes juges à Francfort. Mais disons-nous bien que la Justice courrait moins de risques et se serait en tout cas depuis longtemps étendue à tous ceux qu'elle laisse encore indemnes, 51 les juristes avaient été mieux écoutés. Les doctrines juridiques sont quelquefois aussi, comme les doctrines politiques, des prophéties. Il y a des prophéties qui se réalisent. Il y faut toujours du temps et l'impatience est vaine. Max GONFREVILLE. raison » (I). On lit ainsi que « ... La capitale de l'intelligence se déshonore par un spectacle aussi monstrueux » ... , que « tout cela porte tort à l'autorité morale et religieuse de l'Eglise et cela dans un temps où plus que jamais et en part iculier pour la jeunesse, cette autorité est nécessaire! » Ce n'est pas une caricature, mais fort souvent la lettre se r ésume par : « L'analyse de cette pièce que je n'ai ni lue, ni vue, m'a .démontré qu'il s'agit d'une entreprise de mercantilisme d'une part, d'une entreprise nouvelle de déchristianisation de la France d'autre part... cette pièce était indigne d'être française... votre conscience vous reprochera cette mauvaise action ... on n'insulte pas impunément les serviteurs de Dieu ». Le fait est que l'auteur est moins ménagé encore que la direction. Ce ne pouvait être que l'oeuvre d'un Allemand aigri et probablement animé de sentiments antipapistes, qui a méconnu totalement la noble figure de Pie XII. Son propos était de reporter sur autrui la respon sabilité des Allemands, de blanchir les nazis en salissant le Pape. Au contingent de ces soixante-et-onze protestations indignées', il convient de joindre les quatorze autres, qui prouvent que, de Verneuil à Grenoble, leurs auteurs ont suivi dans la presse le débat sur la pièce ef en ont retenu le témoi- En hommage à Albert Béville (Paul Niger), disparu l'an dernier, dans un accident d'avion, la collection des Ecrivains noirs du monde, a édité son dernier roman " Les grenouilles du Mont Kimbo ", sorti des presses le 10 février. Il est vendu en librairie au prix de 9 francs. Dans la même collection, notre ami Léonard Sainville, pu· blie son dernier livre " Au fond d'un bourg n. Notre ami He nri Bulawko est l'auteur des paroles d'une des chansons « Ou 'est-ce que ça fait ? " , enregistrées par le jeune et sympath ique chanteur Simon Saguy, aux disques Philips. La jeune revue poétique" Strophes » annonce la publication de son deuxième numéro consacré à Tristan Tzara, avec l'appui d'éminents collaborateurs : Michel Leiris, Jean Cassou, André Spire, Claude Roy, Jean Marcenac, René Lacote (" Lettres Françaises ,,), Jean Prasteau ( Figaro Littéraire ,,). Jean-Pierre Rosnay (RTF Club des Poètes) , etc.·_ ( Strophes ", 3, allée Denis-Papin, La Garenne-Colombes.) Notre ami Raph Fe ige lson vient de publ ier sous le t itre « L'usage de la Parole », un recuei l d'a rticles et de chroniques , préfacé par Anna Langfus , aux éd)tions Jean Grassi n, dans la collection « Idées pré'sentes ». « La Passagère », un nouveau film polonais, vient d'être présenté à Varsovie. L'action se déroule à l'intérieur 'du camp d'Auschwitz - Birkenau. Les réalisateurs ont utilisé quelques-uns des documents provenant des archives nazies. Ce f il'" a eu d' u"!{ metteurs en scène : André Munk, décédé il y a deux ans, e' Witold Lesiewicz. Le deuxième volume de l'Encyclopédie soviétique, qui vient de paraître, publie, concernant le théâtre juif des articles détaillés sur la vie et l'oeuvre des acteurs, auteurs, compositeurs, peintres-décorateurs, metteurs en scène et critiques d'art juifs, soviétiques et étrangers. y figurent, entre autres : 1. ;Eikhel, A. Wolfson, A. Gotliber, S. Etingher, Mendele Mohier-Sfori'11, 1. Axenfield, Veniamin Zouskine, Moissei GOldblat, Anna Gouzik, Esther-Rohl Karminska, Ida iKaminska, Avraam Goldfaden ... Michel Drach, l'auteur d' « Amélie ou le temps d'ai.,-er », annonce dans « Témo igna~e Chrétien» : « ._. un léger détour pour revenir a'l " Violon du bal », un sujet sur l'a.ntisémitisme •. « Je ne pense pas me tromper, déclaret- il, en pensant que c'est un état d'esprit latent, bien souvent, ici autour de nous, et sans avoir la prétention de changer la lace du mo·nde avee un film, si je pouvais faire seulement réaliser à Quelquesuns... « qu'on est toujours le juif d'un autre », j' aurais l'impression de ne pas avoi-:- perdu Dion temps... » gnage de certaines personnalités j uives en faveur de P ie XII. Les correspondants s'attachent à réfuter la thèse de Hochhuth et opposent aux silences du P ape son oeuvre personnelle en faveur des persécutés : « ... La protestation du Saint Père aurait entraîné une déportation massive et une extermination encore plus grande des juifs épargnés ... mieux valait l'action efficace et secrète qui sauva tant de vies :1 ... On trouve le contrepoids de ces indignations « modérées » dans la pile des lettres qui, s'accordant à condamner le silence du Vatican à l'heure des persécutions, doutent de l'opportunité de la pièce qui les dénonce. « Ce n'est pas à l'heure de l'oecuménisme et du rapprochement qu'il faut ranimer les haines » ... « Cette manifestation risque de réveiller l'antisémitisme, regain dont vous serez responsables » ... Le plus marquant est ici l'envoi de cette femme juive de 7.5 ans qui, sensible avant tout à l'accalmie présente et ne désirant que la paix, craint le réveil de vieux cauchemars. Mais que de chrétiens pour rappeler, en termes voilés, cette même menace! Il y a enfin la catégorie des lettres d'encouragement - non pas ces missi .. ves passionnelles qui condamnent ou accablent sans discernement, mais le fruit de réflexion individuelle induite ou cristallisée par la plece. Ceux qui voient la tragédie chrétienne conçue par l'auteur, par celui qui « fustige parce qu'il aime :. ( ce sont les seuls, soit dit en passant, qui parviennent à porter sur la pièce un jugement de valeur artistique - à croire que, seuls, ils ont poussé la réflexion au delà de la passion). Ceux-ci apportent au théâtre la marque de leur reconnaissance, non pas pour la valeur artistique précisément, ni même pour la justesse de la thèse défendue dans la pièce, mais pour l'occasion donnée à chaque spectateur de réfléchir aux problèmes que le silence recouvre avec trop de complaisance. Sans porter de jugements polémiques, je crois que ce sont là les témoignages intellectuellement les plus honnêtes, ceux qui se gardent d'apl2!'ouver en bloc et scrutent l'intention profonde au delà de la thèse apparente et de la réussite de forme. Leur relative abondance est une source d'encouragement pour l'entreprise du Théâtre Vivant, et leur poids préva~t sur celui de l'indignation conformiste de ceux que la pièce dérange dans leurs habitudes et dans leur confort. J. B. (1) Cette dernière émane de l'Association Féminine pour l'Union et la Concorde! « LE GRAND CONTESTE» 1 1 LA compagnie Jacques Mignot présente au Studio des Champs-Elysées, à partir du 22 avril: « Tu lèveras le front " (ou « Le grand conteste ») , pièce en trois actes de Henri Slovès, avec Samson Fainsilber, Pierre Asso, Maria Merik. Pierre Pernet, Sadi Re bbot, Jenny Bellay, Marc Eyraud, Marcel Champel, dans une mise en scène de Jacques Mignot. L'action se dé roule lors des derniers jours de l'insurrection du Ghetto de Varsovie. 1 1 C'est la première fois qu'une pièce française sur ce sujet, sera jouée à Paris. 1 Les jeunes, s'ils sont informés des atrocités de la guerre, ignorent souvent que la résistance existait au Ghetto, que des hommes, des femmes ont lutté 1 jusqu'au bout dans des conditions inhumaines. Et il est bon de le rappeler, 1 1 1 21 ans après l'insurrection glorieuse d'avril 1943. " Le grand conteste » ne montre pas les atrocités commises au Ghetto, mais présente trois jeunes combattants du Ghetto, les derniers survivants qui, du fond de cet enfer, ont gardé l'espérance. L'un des personnages s'écrie d'ailleurs, à la fin du deuxième acte : « Vous tous qui êtes derri ère ces murs ! ... sachez ... nous portons cette espérance pour vous également ! Sachez : le drapeau du Ghetto n'est qu 'un cri pour notre libe rté et la vôtre !. .. » Car le combat des résistants du Ghetto était le même que celui des défenseurs de Stalingrad ou des résistants du Vercors. Dans " Le grand conteste ", on assiste à l'héroïsme de ces êtres qui poursuivent la lutte jusqu'au sacrifice suprême malgré un choix complexe et déchirant : se cacher pour survivre, fuir pour lutter dans les maquis, poursuivre la lutte à l'intérieur du Ghetto, malgré les risques immenses. .. Le grand conteste n n'est pas une mise en accusation, c'est un drame humain

c'est une pièce qui reflète des réalités toujours actuelles, car le racisme

n'est pas une erreur du passé, mais une tragédie qui se continue ... - - -1 Un colloque international d'histoire africaine s'est tenu en décembre dernier au Tanganyika sous l'égide de la Société Africaine de Culture. En Union Soviétique, Tikhon Kbrenikov vient de composer la musique d'un poème écrit par Peretz Markish et intit ulé « Lechaim ». Trois thèmes ont été examinés : principes et méthodes de l'historiographie africaine, b-istoire africaine et sciences associées, organisation et questions pratiques de la recherche historique africaine, c'est . SalJ,Ol/l. ~, EN VENTE dans toutes les bannes Maisons de Literie et d'Ameublement et les "rands Magasins_ u Lechaim » figure au r épert oire de Neshuma Lipschitz, la plus populaire des chanteuses de folklore juif d'U_R_S.S. L'année dernière, elle a donné quatre. vingt-cinq récitals devant plus de soixante mille personnel. nudine berger prêt à porter de luxe - créations collection jeunes filles .S2, rue de sèvres paris 7" seg. 36-48 28, rue du four paris 6· lit. 39-3 l 12 Pour le ann•i versa.i•.-F r e du M.R.A.P. 1964 est l'année du XVc anniversaire du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (MRAP). Diverses manifestations le marqueront avec un éclat tout particulier. Retenez les dates ci-dessous, afin de pouvoir y participer et les faire connaître autour de vous. Ainsi, vous contribuerez au renforcement du M.R. ,4.P. et de son action, au rayonnement des idéaux qu'il sert sans défaillance depuis 15 années. Dimanche 26 Avril à 20 h. 30 GRAND GALA AU T.N.P. pour la Première de « SAMSON» (Voir pogge 15.)

  • Dimanche 24 Mai

JOURNEE NATIONALE contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix au Palais de l'U.N.E.S.C.O. Lundi 29 et mardi 30 Juin LES ARTISTES CONTRE LE RACISME Exposition-vente d' oeuvres d' art au Musée Galliera

  • • Dans le courant du mois d'avril, le PRIX DE LA FRATERNITE,

fondé par le M.R .A.P. en 1955, sera attribué pour la huitième fois par un jury d'éminentes personnalités à « l'oeuvre qui aura le mieux contribué dans l'année à servir et exalter l'idéal antiraciste ».

  • • PLUS] EURS OUVRAGES ET DOCUMENTS sur le racisme et la

lutte antiraciste seront édités pendant l'année 1964 avec le concours du M.R.A.P. Uonférenees et assemblées Le professeur Alfred KASTLER à l'Académie des Sciences M. Alfred KASTLER, professeur à la Faculté des Sciences et à l'Ecole Normale Supérieure, l'u n des physiciens français les plus éminents vie nt d 'être élu à l'Académie des Sciences, en remplacement du professeur Ribaud. Nous adressons à M. Kastler, qui est membre du comité d'honneur du M.RAP., nos plus vives félicitations.

Jean LURÇAT à l'Académie des Beaux-Arts Un grand ami du M.R.A.P., Jean LURÇAT, le rénovate ur de la tapisserie française, peintre, céramiste, fresquiste et décorateur, a été élu à l'Académie des BeauxArts, au fauteuil de Jean-Gabriel Domergue, par 36 voix sur 38 votants. Qu'il trouve ici l'expression de nos félicitations chaleureuses. NOS DEUILS Léon MOUSSINAC Nous avons appris avec émotion la mort de Léon MOUSSINAC, à la suite d'une crise cardiaque. Il était âgé de soixantequatorze ans. Il fut avec Louis Delluc, le premier des critiques Cinématographiques, et aussi un des premiers écrivains du cinéma. Promoteur des ciné-clubs, c'est lui qui révéla au public «Le cuirassé Potemkine" et Eisenstein. Président du C.N.E. (Comité National des Ecrivains), il avait maintes fois manifesté sa sympathie à notre Mouvement. Il était membre du Comité de Parrainage de l'exposition d'oeuvres d'art qui aura lieu cette année sous l'égide du M.R.A.P., au Musée Galliéra. Nous exprimons à Mme Moussinac et à sa famille, notre dou loureuse sympathie. • Notre dévoué ami, M. NUTKOWITCH, militant de la Société Lodz, a eu la douleur de perdre sa femme dans un tragique accident. Nous voulons lui affirmer ici, en ces circonstances doulou reuses, notre affectueuse sympathie. • Nous avons appris avec douleur le décès de notre ami Simon BERENBLlT, préside nt de la Société « Fraternelle Israélite ". Nous exprimons à sa femme , à son fi ls et à t oute sa famille nos sincères condoléances. POUR LES LYCEENS : - « ETOILES » LE 22 MARS Le Comité du M.R.A.P. du Lycée JacquesDecour organise, le dimanche 22 mars, à 10 heures, au Studio 43, une séance cinématographique. Le film germano-bulgare, réalisé par Konrad Wolf : «Etoiles ", sera projeté, et suivi d'un exposé de Jean Schapira sur l'internationale néo-nazie. Les jeunes organisateurs comptent sur la présence de leurs camarades des Lycées Jul(ls-Ferry, Lamartine, Condorcet, Voltaire, Honoré-de-Balzac, Buffon, Charlemagne ... A CORMEILLES-EN-PARISIS « LE VICAIRE » Sous l'égiae du cercle culturel «Plaisir de connaître ", le 24 mars, à la salle Perrier, 38, rue Gabriel-Péri, aura lieu un débat sur «Le Vicaire» et le nazisme avec la participation de François Darbon et Jorge Semprun. Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P., assurera la présidence de la soirée et interviendra au nom de notre Mouvement. A ST-REMY-DE-PROVENCE L'Union Rationaliste organise le 14 avril, à Saint-Rémy-de-Provence, avec la participation de M' Jean Schapira, secrétaire national du M.R.A.P., une conférence sur le thème: « y a-t-il une question juive? ». A LEZIGNAN: LE PROBLEME GITAN Le 15 avril, à Lézignan, dans l'Aude, à la Maison des Jeunes et de la Culture, Rooer Maria, membre du bureau national du ~ M.R.A.P., fera une conférence sur le problème gitan. EXPOSITION DANS LE 18" Le Comité du M.R.A.P. du 18' arrondissement, organise, avec le groupe protestant de la Maison Verte, une exposition de photos et documents sur le racisme, durant laquelle auront lieu diverses conférences et projections cinématographiques. Cette exposition se tiendra les 18 et 19 avril, à la Maison Verte, 127, rue Marcadet . CLF_I.MONT -FERRAND LE RACISME EN 1964 La section clermontoise du M.R.A.P. organisait, le 19 février dernier, une conférence ayant pour thèrne: • Le racisme dans le monde en 1964 -. La réunion était placée sous la présidence de M. Dantziger, président du Comité local. Mme Schnerb, professeur honoraire, agrégée d'Histoire et de Géo- UN DEBAT A « TRIBUNE AFRICAINE » le 20 février dernier, M' Jean Néjdd, membre du Consei l national du M.R.A.P., a fait une conférence sur le racisme à • Tribune Africai ne", association qui groupe de futurs hauts fonctionnaires français et africains d'Afrique francophone . Devant une assistance nombreuse, le conférencier parla des lignes de force et des thèmes d'inspiration du racisme, de ses manifestations principales et des moyens de lutte, puis engagea le débat au cours duquel plusieurs auditeurs africains firent part de leur expérience à l'égard de ce «racisme latent» qu'ils doivent affronter dans leur vie quotidienne . Puis, furent abordés les problèmes du racisme africain à l'égard des blancs et du racisme interafricain. Nombreux sont les auditeurs de cette conférence qui se sont déclarés très intéressés par le M.R.A.P. et son action. graphie, présenta la conférencière, Madeleine Rebérioux, assistante à la Sorbonne et membre du bureau national du M.R.A.P. Devant un auditoire très intéressé, Madeleine Rebérioux évoqua successivement les formes que revêt le racisme aux U.S.A., en Afrique du Sud, en France, et èonclut sur la nécessité d'une législation antiraciste plus vigoureuse, selon le but que s'est assigné le M.R.A.P. « LE VICAIRE » ANIMES Sous l'égide du Cercle n[mois de la Ligue de l'Enseignement, notre ami Roger Maria a donné, au Lycée de garçons, une conférence sur « Le Vicaire ". La soirée était présidée par M. le Professeur Raulet. Un publie nombreux et attentif, montra, à diverses reprises, son ' intérêt pour les nombreux problèmes que soulève « Le Vicaire ". « La Jeune Fi lle » ... à LILLE Au cours de la « première " cinématographique dl! film de Bunuel, « La Jeune Fille ", le 18 mars, au cinéma « Le Paris ", Marie-Magdeleine Carbet, membre du Bureau National du M.R.A.P., assurera la présentation de l'oeuvre de Bunuel. '" et 0 Valenciennes Le 24 mars, c'est M' Jean Schapira, secrétaire national du M.R.A.P., qui présentera le film à Valenciennes. « Come Back Africa )) au Comité d'Action du Spectacle ... Le 11 mars, une soirée consacrée à l'Afriq ue du Sud et placée sous l'égide du M.R.A.P. était organisée par le Ciné-Club du Comité d'Action du Spectacle. Le programme très cha rgé se déroula devant un publie nombreux : une partie artistique avec la chanteuse Colette Magny, un court métrage e ntièrement réalisé par des SudAfricai ns : « La s oupe à la ci t roui lle » ; l'intervention de Marie-Magde le ine Carbet au nom du M.R.A.P., et enfin le film de Rogosin : « Come Back Africa '. ... et QU Ciné-Club Gérard-Philipe Le 20 mars, à 21 heures, au Ciné-Club Gérard-Philipe, 3, avenue Mathurin-Moreau (Maison des Syndicats) aura lieu la projection de « Come Back Africa ". Albert Lévy, secrétaire national du M.R.A.P. fera un exposé sur l'Afrique du Sud. Albert MEMMI et Roger IKOR à l'E.N.S. de Fontenay-aux-Roses EN invitant Albert Memmi et Roger Iko:-, notre but n 'était pas de rouvrir une polémique autour du « PortraiL d 'un Juif» et des « Fils d'Avrom » mais de voir quels problèmes fondamentaux ces deux livres posent aux antiracistes. Il s'agit d'abord de comprendre ce que peut signi·fier concrètement la lutte COlltre l'antisémitisme. Quels en sont les tenants et les aboutissants? Une première direction s'impose: procéder à une démystification complète de l'homme juif, procéder à un inventaire détaillé de la condition juive en tant que conditiûn opprimée; rechercher les mécanismes de l'oppression pour découvrir les moyens de les détruire. ' C'est à cet inventaire que se livre A. Memmi dans le « Portrait d'un Juif ». Pour A. Memmi, la « question jUive » existe encore parce que les conditiûns sacio-historiques qui créent « le malheur d'être juif » n'ont pas encore ·été modifiées. Elles peuvent l'être, mais comment ? Sans doute, Memmi ne nous a pas encore livré « d'issue », il n'a pas encore donné la réponse spécifique à ce type d 'oppression particulière ; cependant il en a posé d'une manière sousjacente la condition: « de quelle manière cette réponse peut-elle tuer l'oppression sans que pour cela l'homme juif soit nié comme tel ? » Nous cernons là un pro· blème important que nous avons pûsé avec beaucoup de vigueur, sans pour autant être parvenus à le résoudre. En effet, la seule « raison » du racisme en général nous la trouvons dans un certain nombre de conditions Objectives telles qu'elles créent le « malheur d'être juif » ou. le malheur d'être noir ou le malheur d'être arabe ... bref, le malheur d'être autre. Et certes nous pensons que la lutte antiraciste doit viser d'abord il. faire accepter que ces différences soient reconnues comme telles et non pas valorisées ou dévalorisées... Cette attitude allant de pair, réaffirmons-le, avec une lutte pour que changent les conditions socio-historiques génératrices d'oppression. Bref, il s ' agit de reconnaître l'autrè comme un homme à part entière, ni meilleur ni pire que nous, mais sans le nier pour autant dans sa spécificité, san~ l'obliger à renoncer à lui-même. Maio; qu'est-cc que cela signifie exactement pour le juif ? R . Ikor répond : cela ne Signifie rien pour un homme d'orig~ne juive qui n'est pas religieux et qui n'appartient pas à la nation juive. Et certes, pour le petit fils d'Avrom, la « question juive » n'a aucun sens. Il n'est pas séparé. Le fait d'être d'origine juive ne lui est pas consubstantiel. Allons plus loin ... dans l'optique des « FHs d'A vrom » poser une séparation, une différence, apparaîtrait ici au contraire comme une attitude raciste. Alors? Nous ' ne restons pas sur cette contradiction apparente car une question rebondit

nous savons, et chaque jour,

nous en apporte, hélas, le témoignage, que l'antisémitisme existe encore, que certaines conditions objectives subsistent ici et là, qui font du juif un opprimé. Défini alors négativement par l'oppresseur, sa revendication ne peut pas être une revendication d'intégration puisqU'on le rejette. Il veut alors s'affirmer positivement, affi-rmer sa judéité, et cela qu'il soit ou non religieux. Cluel peut. être ?lors le conteJ'lu de ce mot « judéité », s'il n'est ni religieux ni national ; est-ce qu'il n'exi.ste pas chez tout juif un attachement irréductible à sa communauté, même s'il ne s'agit que, com"1.(' lp nit, Rngpr Ikor, d'un attachement « sentimental »? C'est à ce problème final que nous ont amenés respectivement « Portrait d'un Juif» et « Les Fils d'Avrom » et peutêtre, par ce biais, pouvons-nous soull· gner la complémentarité de ces deux recherches plutôt que leur oppositio!l radicale comme on l'a fait bien souvent. Nicole CARNEZ, Secrétaire du Comité du M.R.A.P. de l'Ecole Normale Supérieure, Fontenay-aux-Roses. III ce tnCU6 de WEISBUCH LA tradition le veut, mais les années ne sont pas toutes aussi propices en mars à une floraison d'expositions d'aussi bonne qualité. Signalons donc celles qui nous paraissent les plus ' dignes d'intérêt : WEISBUCH et l'expressivité vigoureuse du graphisme de la série nouvelle « Du Portrait d'homme » (Galerie Hervé). Paul COLLOMB, virtuose du dessin mais coloriste raffiné apte à célébrer toutes les joies de la nature et de la vie (Galerie Vendôme). Gunnar NILSSON, suédois, depuis 1928 Parisien dont la science de la statuaire fait le plus séduisant interprète des grâces de l'adolescence (Galerie Simone Badinier). Jean LURÇAT : inutile de dire l'intérêt de ses dessins, etc. (Galerie du Passeur) . 13------ LA GRAVURE SOUS LE SIGNE DE JACQUES VILLON SI évidents, si incontestables que soient les mérites et les progrès de celle-ci -, fruits d'un incessant et remarquable perfectionnement technique -- il faut 1 que chacun se persuade qu'une reproduction industrielle, si parfaite soit-elle, n'est jamais (jamais) qu'une image sans valeur artistique, car elle échappe à l'artiste, au créateur. Tandis que l'estampe : gravure (eau-forte, burin, tai lle-douce, pointe sèche, aquatinte, ou manière noire) o~ lithographie (en noir, ou e~ couleur,s) ~t. en principe, une oeuvre d'art, parce qu elle porte la marque, 1 empremte de l artiste qui l'a réalisée, tirée lui-même - parce qu'elle est reproduite à peu d'exemplaires - ~~B IJ Il f 1 fit l i OGUISS. Japonais... de Paris ou Parisien de Tokyo, dont les Venise plaisent autant que ses visions des humbles demeures de nos vieux faubourgs ... (Galerie K. Granoff) , etc. (Hélas ! il faut se limiter.) Mais ET SON « MUSEUM » Pour s'étonner du thème choisi par Bernard Buffet - les Insectes, le Monde animal - en vue de son exposition annuelle chez David et Garil vous faut aller voir le plus vivant, le plus divers des Salons : COMPARAISONS (au Musée Municipal d'Art Moderne)_ Jacques VILLON: La lutte, 1939 - Eau forte nier, il faut n'avoir pas connu la fièvre, les prédilections de l'entomologiste.. Il faut être fermé au monde animal, du rhinocéros au crapaud, pour s'ébahir de ,"oir Buffet mué en Henri Fabre de la peinture. Tout comme le prodigieux ermite de Sérignan, Buffet s'est penché sur le scarabée ou le capricorne, émerveillé devant un Robert-le-Diable, inquiété deva,.nt une mante religieuse. Devant celle-ci ou tel lépidoptère il s'est plu à imaginer le redoutable monstre qu'ils seraient si la nature leur avait donné une taille supérieure à la nôtre ... D'où les statues' faites de tubes métalli~ ques, de filins, de bois, de carton, coloriées ... mais toujours avec la plus rigoureuse fidélité à la couleur. On (on : les sectateurs de l'informe) le lui pardonnerait si cela ne }'essemblait à rien. Mais non : Buffet ne s'en ressent pas pour le défiguratif! Excusez-le - ce que vous ferez plus volontiers encore après avoir lu le très beau, très lucide texte écrit par Maurice Druoil - les légendes, si intelligemment compréhensives et poétiques d'Annabel qui accompagnent les éloquentes photos de Luc Fournol (vivant reportage à Château-l'Arc) et les très nombreuses reproductions (pleine-page) d'oeuvres de 1'album ci -dessus cité, consacré à B ernard Buffet (Hachette, édit.). Un juste hommage à BElA CZOBEL ARRIVE à Paris en 1904, poussé vers la Mecque de Ïa peinturé par UI1 I\ vocation déjà affirmée qu'attisait l'influence de l'impressionnisme sur la peinture hongroise ou début du siècle, Czobel nous revient, prodigieux de verdeur' vivace, en dépit de ses quatre fois vingt ans. L' admirable c'est que ni son regard, ni son esprit, ni son pinceau n'ont pris de l'âge. Du fauvisme initial qui le subjuguait il a gardé le sens de la vie intense, la passion de la. couleur. Mais son SOUCI pel'manent, sa possession du dessin, sa méditation ont conféré à ses dons de coloriste une persuasive puissance d'émotion. Ainsi que l'écrit. George Besson, dans hl gerbe d'hommages r endus à ce maître par un nombre important d'écrivains répondant à l'appel chaleureux de Waldemar Georges, George Besson a. .raison d'écrire ces mots : « II est équitable que Paris reconnaisse, en 1964, avec quelque solennité, le caractère exceptionnel de la magic de la peinture toute de feu et d'ombre de Bela Czobel. Grâce à la somptuosité de son très savant langage pictural, le plUS Parisien des Hongrois et le moins exhibiiionniste des peintres s'est installé, depuis longtemps avec autorité, parmi les représentants les plus originaux de l' Ecole de Paris, c'està- dire dans l'histoire de la peinture européenne de ce siècle. » Nul doute à garder : Czobel est bien l'un des plus eliractéristiques représelÙants de l'Ecole de Paris et - entre Soutine, Vuillard et Rouault, le chaînon hongrois des liens profonds reliant le lyrisme et le mystère poétique de l'Est au réalisme et au pathétique humanisme français. M. BORDET et ses filles-fleurs de rêve Close maintenant VOICI bien l'une des plus séduisantes expositions de cette époque : celle des lavis dans le climat poéti, que desquels cette artiste, éminente par sa scien· ce du dessin et sa connaissance de la morphologie, suscite et anime des êtres vénustes porteurs d'ésotériques et troublants messages (Galerie Ror Volmar). Marguerite BORDET Les Coquillagés. Bela CZOBEL Jeune Fille assise (1962) en un mot, parce qu'elle est une oeuvre personnelle au même titre qu'un dessin, une aquarelle, voire une huile. (Rappelons les prix considérables obtenus aux enchères par les estampes d~s Grands de jadis ou d'hier,) Or, il advient que grâcè à quelques 1 zélateurs tenaces, et bien sûr, d'abord grâce au talent d'artistes authentiques, l'estampe connaît lm eSSor bénçfice çlont témoÎgneiit Quelques manifestations exceptionnelles coïncidant avec l'annuelle exposition (la 47') de la Société des Peintres Graveurs Français (à la Bibliothèque nationale, galerie Mansart). Présidée par le pur artiste, par le peintre, par le graveur éminent qu'est Pierre Dubreuil (avec Lurçat et Gromaire l'un des résurrecteurs de la Tapisserie), cette société qui peut se flatter d'avoir accueilli ou invité tous les maîtres contemporains de l'estampe, n'a pas cru pouvoir mieux démontrer fidélité à sa mission organique qu'en rendant, un an après sa mort, un hommage fervent à" Jacques Villon. A Jacques Villon dont même les plus séduisantes prouesses du coloriste ne peuvent rejeter dans l'ombre les virtuosités, les réussites du graveur

que ce soit celui qui illustra le

Courrier français, l'Assiette au beurre (et même le Froufrou 1) ou que ce soit l'étonnant, le prodigieux orchestrateur de compositions linéaires qui constituent une part primordiale de l'apport du cubisme. Aux justes éloges que lui décerne Julien Cain, comment ne pas joindre le témoignage majeur - si exact - que lui clédie l'admiration de Marcel Gromaire évoquant la ' clarté de son regard bleu : « ce regard qui, face à un monde qui se débat dans l'absurde, affirmait la présence humaine clans ce qu'elle a de meilleur ». En même temps qu'à Paris est adressé à l'oeuvre de ce vrai maître un hommage mérité. grâce à la dynamique action de Louis Carré : le « Museum of Fine Arts » cie Boston (Etats-Unis) s'honore en présentant un panorama complet de l'oeuvre cie Villon « master of graphie art n, FELICITATIONS AUX JURYS DU SALON DES PEINTRES TEMOINS DE LEUR TEMPS, QUI, AUTOUR DE KISCHKA, ONT COURONNE, POUR 1964, COMME CRITIQUE, ROBERT REY ET, COMME PEINTRE, MICHEL KIKOINE. --- 14 1 CINEMA Le Journal d'une femme de chambre lean-Claude CARRIERE (dialoguiste) : «Par ce film BUNUEL a voulu dénoncer le racisme » ... JEAN-CLAUDE CARRIERE, qui a collaboré avec B.unuel, comme scénaristedialoguiste, et qui tient le rôle du prêtre dans le film, s'est très gentiment prêté à l'interview : - Avez-vous apporté beaucoup de modifications à l'adaptation cinématographique du livre? - Que 1 quesunes. Dans le livre, le personnage de la femme de chambre est wn personnage essen- Jean-Claude Carrière tiellement passif, qui subit l'influence de Joseph sans se rebeller. C'est un personnage-spectateur, c'est Octave Mirbeau lui-même. Dans le film, il fallait qu'elle ait une espèce de révolte qu'elle dénonce Joseph, qu'elle fabriqu~ une fausse preuve pour le faire accuser du meurtre de la petite fille. D'autre part, le film a été rajeuni; il se passe à une époque plus proche de nous : l'action se déroule, non plUS en 1895, au moment de l'Affaire Dreyfus, comme dans le livre, mais dans les années 30. Joseph ne lit plus La LiOrt, :;'(l-role, de Drumont, mais l'Action Française. - 1930, n'est-ce pas l'année même de la sortie du film de Bunuel, L 'Age d'or? On 8J dit, dans la presse, que Le Journal aient attaqué le Studio 28 où passait L 'Age d'or? - L'antisémitisme peut difficilement se séparer d'un état d'esprit général de la bourgoisie de droite de l 'époque. Et en attaquant Bunuel, qui é.tait un esprit libre et gênant, démolisseur de la morale bourgeoise, les antisémites avaient la volonté - En réalisant Le Journal d'une femme de détruire un finnemi. de chambre, Bunuel a-t-il voulu dénoncer l'antisémitisme? - C'est absolument certain. L 'antisémitisme n'es/) qu'un élément parmi d'autres, d'u·n état d'esprit C01Y-tTl~ lequel Bunuel se lance avec toutes ses armes depuis très longtemps. Bunuel va à fond. Dans Le Journal d'une femme de chambre, cela prend d'autant plus de relief que le film se situe au début de la périOde hitlérienne. On a prétendu que les problèmes soulevés par Bunuel étaient démodés, qu'il était inutile de réveiller des querelles étreintes. C'est faux. Et, je suis tOut à fait d'accord avec Bunuel sur ce plan. Cette querelle est loin d'être éteinte. Et des oeuvres comme celle-ci, comme Le Vicaire aussi, sont nécessaires. Par assimilation et ressemblance, il faut mettre le spectateur en garde contre des manifestations antisémitiques qu'il pourrait constater aujourd'hui encore. Les insultes envers les juifs, dans le film, pourraient aussi bien être destvnées, et elles l'ont été, aux Noirs, aux Jaunes, à tous les « métèques ». Je dois ajouter, d'ailleurs, que Bunuel, à l'époque de L'Age d'or, avait été aussi traité de « métèque » par ies « activistes » de 1930. - Pour conclure, comment définiriezvous ce film? Françoise Lugagne, Jeanne Moreau, Georges Geret et Michel Piccoli (de dos) , dans une scène du film. d'une femme de chambre était une revanche de Bunuel sur les manifestations - Je pense, et je suis sûr que Bunuel seraH d'accord avec moi, que Lü Journal d'une femme de chambre est un film qui milite à vos côtés. Mais, je tie'ns encore à insister -sur l'assimilation qui est faite de l'antisémitisme et du sadisme. C'E:st un monstre qui crie « Mort aux juifs!», et il ne sera pas puni. CeZa risque de troubler les gens, mais à cette epoque, on n'internait pas les gens qui criaient .- « Mort aux juifs! », et cette abse·nce de châtiment laisse prévoir les émeutes de 1934 et la montée du nazisme. Michel PICCOLI : «Le monde haineux de notre siècle » •.• « Un film où l'on crie « NIort aux juifs» passe dans un cinéma parisien » 1 ... Un spectate1tr qlt~, salls doute, l1'a pa~ VI! le film en e11tler , Olf 111? l a pas pleln, ement compris, s'en est r!1111f et a protesté. Michel Piccoli, qui tient 1In rôle· important daHS « Le ] ournal d~1I11e femt~!e de challlbre », tlO1tS a el1V01'e cette rmse alf point : SOUPÇONNER Bunuel de pouvo~r faire un film raciste, cela serait méconnaître l'homme et son oeuvre; ce qui peut être par.donnable; . l e pas avoir connu ou Ignorer 1 eXIstence d'un Chiappe pourrait l'être. également. Chiappe fut l'artisan de l'mterdiction de « L'Age cI'or », film pilote de Bunuel et du surréalisme. On lacéra l'écran et l'on cria «A bas les communistes, à bas les juifs », encore, déjà. Chiappe est donc présent ù plus d'un titre dans ce film. Bunuel est un homme honnête au sens noble du mot, et un combatif au sens respectueux ~Ie l'indivi?~. ,Chacun pleinement conscIent a participe au tournagp de ce film peignant froidement le monde haineux de notre siècle. A quiconque ayant pu interpréter ~e cri « Mort ~u.?' juifs » comme une sUIte aux mots a ordre qui se sont élevés si violemment depuis .10 ans, je conseillerai ~t même o~donnerai de bien vouloir faire les fraiS d'une nouvelle' place cie cinéma et ge regarder ce qui se pas'se, ce qui se dit. et comment et pourquoi dans « Le jour' nal d'une femme de chambre ». La foudre finale est bien plutôt l'orage annonciateur des catastrophes suivant les années 28, époque oè se situe l:action du film et qui fut bien un des lllds du cataclysme hitlérien. Ou bien encore la pluie qui lavera tout cela. Soupçonner ce film d'être un fi.lm antisémite deviendrait une prol'oratlOn douteuse. nationalistes qui avaient accompagné les représentations de L'Age d'or. - Je ne le pense pas vraiment. vous savez qu'urne certaine campagne de la presse de la réaction avait réussi à faire interdire L'Age d'or par le préfet de police de l'époque, Chiappe. Et comme Joseph crie : « Vive Chiappe! » lors du défilé des « activistes » de l'Action Française, peut-être y a-t-il eu assimilation. Georges GERET : « Une leçon à ne pas oublier » ... GEORGES GERET, dans le film, incarne le personnage de Joseph : mll'tant rcyaliste, faSCIste et antisémite convaincu, homme à tout faire des riches propriétaires du « Prieuré ». le domaine normand des Raboul' : valet. cc cher, garde-chasse aux allures inquiétantes et bourrues. Mais Georges Géret , dans la vie, est un homme extrêmement sympathique, tout le contraire du sinistre Joseph : - Georges Géret, vous interprétez dans le film, un des principaux rôles. - Oui, je suis Joseph, cet homme inquiétant qui, lorsqu'il n'est plus le valet aux tâches dumestiques, devient un )lropagandiste royaliste, agitateur )lolitique lisant « L'Action Française », inondant la région de tracts antisémitiques, ct criant « Mort aux juifs» dans les manifestations fascistes. Joseph , c'est aussi un indicateur de )lolice, et surtout Ull meurtrier, Ull monstre sadique qui a violé une )letite fillc... Tout cela se tient. - Cela doit être assez difficile de

,;'identifier complètement à un aussi

tri.ste personnage. En réalité, le roman de Mirbeau intéressait Bunuel pour pllisieurs raisons. D'abord un certain aspect érotique débouchant sur le fétichisme. Toutes les perversions sexuelles intéressent Bunuel, qui est très r enseigné sur ce sujet, mais qui garde tout de même, à cet égard , l'aUitude d'wn humoriste ; et surtout, la peznture d'une bourgoisie décadente qui pratique, d'ailleurs, toutes ces perversiom sexuelles. Pour la première fois, il trouvait dans un livre le portrait d'un extrémiste de droite doublé d'un assassin sadique. Il a mis l'accent sur ce deuxième aspect, à savoir que dans le roman,. o~ n'est pas absolument sûr de la culpabllxte de Joseph, tandis que dans le film, xl n'y a plus de doute, c'est vraxment Joseph le meurtrier. Bunuel a voulu conserver ce personnage parce que c'était pour lui une façon indirecte de dire ce qu'il. pensait des extr émistes de droxte. Il lux faxt d'ailleurs ten'tr des propos tels que : « A bas les métèques ... mort aux juifs! » ... « Moi, des juifs, si j'en rencontrais, j'en tuerais tous les jours », ou « Ah! sx j'étais à Paris, j'en étriperais d? ces maudits youpins ». Mais Bunuel na faxt que reprendre ces passages chez Mirbeau. _ Comment expliquez-vous le faIt que - Je dois dire que j'incarne très souce soit surtout les ligues antijuives qUl l'ent des )lulicicrs, des « durs », des Interviews recueillies par Marguerite KAGAN gangsters, tous personn~ges .lvec les· quels je ne m' identifie pas. Mais je joue c'e)lendant avec le maximum de eonvietian pour atteindre le but, qui est dc l'aire réfléchir le spectateur_ Dans « Le journal d'une femmc de chambre », il importait de jouer vrai pour que le speetateui' touche vl'aiment du doigt un problème. celui de l'antisémitisme ici, problème tuujours existant. Le )lersonnage de Jose)lh, je le comparerais volontiers avec Arturo Ui ; c'est un )lorte-parole prophétique. Il exerce une espèce de fascination sur le public, comme Joseph, d'ailleurs : c'est le pou voit' de fascination du monstre, - 'Pensez-vous qu'un tel film constitue un apport à la dénonciation de l'antisémitisme? - Mais absolument. « Le journal d'unc l'emme de chambre » a une portée éduc~ tive. Ce sont les événements qu'il rebte, ces manifestations, où l'on criait «Mort aux ,juifs» sous la protection de la )loliee qui ont )lermis à l'antisémitisme de prendre la forme violente que l'on sait_ Je pense d' ailleurs que le coup de tonnerre, l'éclair de la fin préfigm'e la montée du fascisme ct son aboutissement, avec la périOde 1939·1945_ C'est une leçon. « Il faut fixer et condamner ces évé· nements que 1'011 a trop tendance à oublier ... " LE JOURNAL D'UNE FEMME DE « . CHAMBRE» est un film de luis Bunue l, tiré du fameux roman d'Octave Mirbeau. Bunuel a transposé le récit de l'héroïne de Mirbeau, qu i se situait à la fin du sièc le dernier, dans les années 30. Ces années 30 avaient vu la montée, lente. mais sûre du fascisme en Europe. On ne prenait pas au sér ieux les crétins au béret basque qui brandissaient " L'Action Française ", pas plus qu'on ne te'lait pour inte lligent un certain Adolf Hitler, peintre du dimanche et caporal, qui faisai t des plaisanteries de mauvais goût dans des brasseries munichoises. Un peu partout, dans cette même Europe , mal remise d'une vieil le guerre, on trucidait les juifs. il fallait bien que jeunesse se passe, et un juif de plus ou de moins, n'est-ce pas, ma chère? Ne sont-i ls pas le sel de la terre, et notre terre commence à être trop salée, etc. On connaît tous les lieux communs. Les petits fascistes étaient des rigolos, après tout. Or, ù la même époque, le cinéma cherchait sa voie. Un jeune cinéa~te cspagnol, lié aux surréalistes ~ dOllna~t « L'Age d'or », un film qui demantelalt al'ec fureur et fébri lité une société basée sur la folie et la dégradation de toutes les yaleurs humaines. Ce cinéaste était Luis Bunuel. Et le S décembre 19~0 . Je Studio 28, qui projetait « L'Agc d'or ». fut saccagé par les « Jeunesses antijuives » aux cris de « Mort aux juifs! » et « On va voir s'il y a encore des chrétiens en France! » Le récit de cette manifestation fut fait par différents journaux et on peut citer, entre autres, « Le Petit Oranais » du 12 décembre 19~O (cité par Georges Sadoul dans « Les Lettres Françaises » du .ï :1Iars dernier) ; « Une importante w.anif('station antij-uive a e1' lieu à Paris fians nn cinéma iudéo-bolchéviste. Depuis quatre fours ' le scandale s'étalait sur l ' écran. 'Les ~ntisé11!ites ont troU'ur! ou'il avait assez dnré, et qu'il fallait infli,qer 1tne leçon à ces messieurs de la sV/loqoque. C'est ainsi qu'une centaine de fcr: wnl1es appartenant tant à la _~i[JlIe des Patriotes qn'mtJ.; Jewoesses anttJuwes ( ... ) se rendirent an cinéma. bien rlécidfcs 0 protester contre cette infection. Qlle {es iuifs se tiellncnt tranquilles. et nous !lOltS tiendro11s tra/lqnillcs ... » La vengeance, dit la sagcssc de::. lIations - ce bouc émissaire de toutes les imbécillités - est un plat qui se mange f roid. Il y a belle lurette que « L'Age d'or » est reconnu comme un chef-d'oeuvre et BU1!Uel comme un cinéaste univer~ el d'un talent inégalable. En portant à l'écran le roman d'Octave Mirbeau, il a su mettre en scène des monstres, ceux qu'imaginait Mirbeau, mais en leur donnant une certaine dimension. C'est ainsi que l'intendant Joseph, J\Icarné par Georges Géret, ne vaut R'uère mieux que ses patrons. Mais si ces derniers ne sont que des maniaques l'efoulés et pervertis, Joseph donne à ses propres perversions un sens politique. Il est camelot du roi, et en même temps' vicieux. Il tient à la morale traditionnelle (autrement dit. il ne couchera pas avec une femme qui lui promet de l'épouser, sans régulariser la situation devant Dieu et les hommes, mais il violera et ass'assinera une petite fille. 11 tient ;\ la propreté (comme ses patrons), à l'ordre (comme ses chefs) c~ rêve d'une Révolution nationale, qU! débarrassera la France des « métèques ». Il est contre la Républ ique, mais il ll'h~sitera pas à proposer il la femme qui veut l'aimer, de devcnir une « ,-espectueuse ». On dira que Bunu~1 exagèr~ et qu'il cancature nos ennemiS, ce qUI atténue la valeur de sa démonstration. Mais on aura tort, car les symboles bunueliens. s'ils appartiennent à la fiction, ne dépassent pas la réalité. Les S.S. qu'on juge aujourd'hui pour leurs crimes commis dans les camps' de concentration, ne sontils pas de bons pères de famille, des époux exemplai'-es et des employés moclèles, estimés de leur concierge et admirés par leurs supérieurs? Quelle .Ji fférence existe-t-il. pourtant. entre le viol d'une gamine et le sadisme des hourrcaux d'Auschwitz? Aucune. Bunuel a voulu montre!' que le fascisme et le raci sl11e engendrent des lllonstres et que. quelle que so it la farade de ces monstres. :'1, restent ce (ju'ils s'Ont. Et c'est pourquoi nous pouvons considérer « Le Journal d'une femme de chambre » COlllllle un sérieux avertissement. Ils crient « J\f ort aux juifs! » sous la protection de la police, débonnaire. On rit, on ne croit pas en leur force. ?lfais demain, si n Oll les his'sons faire? Samuel LACHIZE. Face ail racisme déchaîné ... LE GALA du dimanche 26 avril T.N.P. Le gala organisé par le Théâtre National Populaire, le dimanche 26 avril, à 20 h. 30, au Palais de Chaillot, pour la première de " SAMSON » est placé sous le signe du XV' anniversaire du M.R.A.P., ainsi que du XIX' anniversaire de la libération des camps nazis. 1:' Une oeuvre extraordinaire sur le ghetto de Varsovie A PRES « Kanal » et « Cendre et Diamant », le réalisateur polonais Andrzej Wajda nous offre un nouveau iilm : « Samson ». Ce film raconte l'histoire d'un jeune juif, qui à la veille de la chute de Seules l'action et la révolte redonneront un sens à son existence. Les colonnes du temple sont renversées_ En luttant contre l'oppression, il rencontrera d'un coup la dignité et la mort. Vivre pour lui n'aura duré que le temps de mourir. Serge MERLIN nous dit ... LE personnage principal est interpré té magistralement par le jeune acteur français Serge Merlin. Je suis allé voir Serge au Théâtre de Poche Montparnasse, où il répète un spectacle. Je connais Serge depuis longtemps. Nous avons parIé du film si souvent que poser des questions et attendre des réponses en vue d'une interview, nous est apparu absolument dépourvu de sens. Nous avons parlé de la prochaine sortie de « Samson », au gala du , T.N.P., de sa d.iffusion par la Société « PLEINS FEUX sur le monde et les hommes », qui vient d'être fondée pour produire et distribuer des oeuvres servant la vérité, la fraternité humaine, le progrès ... Nous avons évoqué l'expérience du tournage de « Samson » en Pologne. Etant donnée l'importance de cette soirée, nos amis sont invités à retirer DES MAINTENANT leurs billets, et à participer à leur diffusion. L'appel de l'amour, dn b071hellr ... « Pour Wajda, m'a dit Serge Merlin, le cinéma ne cons-iste pas à mettre des mots en image, mais à faire surgir des pensées sur un visage. Les mots deviennent secondaires. L'acteur parle quand il n'a plus rien d'autre à faire, quand tout est passé sur ses traits. Le mot devient le point d'impact. La pierre que le corps, le bras, le poignet, la main ont jetée ... ·--------------4 LOCATION • Au Théât re Nat ional Popula ire . • Au M.R. A.P. , 30, rue d es J eûneurs, Paris-2e (Té léphone GUT. 09-57). Places ,~ 4 fr_ 50, 6 fr. 60 et 8 fr. 80_ MORANBONG LA censure gouvernementale est une curieuse girouette. Dans l'espace de 4 ans, elle interdit puis autorise le même film sans invoquer la moindre raison hormis cE;lle d',Etat sans doute. Il faut dire que ce film se passe pendant la g\;en-e de Corée, en partie sur le 38' parallèle, en partie en Corée du Nord. Depuis on s 'est aperçu en haut lieu qu'une importante nation, la Chine, existait

et la guerre d 'Algérie étant terminee,

certai'ns rapprochements entre deux pays également meurtris par la guerre et. entre des patriotes en lutte risquent d'être moins brûlants. avec une sensibilité et une humilité admirables. Son souci de véri,té. sa pudeur au contact des souffrances souvent insoutenables de ce peuple si digne et si fIer éclatent à chaque tableau. La concisien des dialogues le dispute à la pureté des images. On n'oubli.era pas l'attente anxj. e~se et recueillie des femmes à la porte des prisons, le visage bouleversant cie Yang-Nan vivant sous terre son amour tragique, le regard froId du prOfesseur coréen parcourant sa ville en flammes en répétant sa haine de la guerre et de ceux qui l'entreti!,!nnent. L'évasi.on de Tong-Il par sa sobriété et sa tensIon contenue neus rappelle qu'Armand Gatti, l'auteur de « L'Enclos », a écrit le scénario du film . C'est une oeuvre profondément humaine et pacifiste à la glOire de gens simples qui deviennent des héros pour refaire de leur terre « le pays du matin calme ». la Pologne devant le déferlement nazi, fait connaissance avec le racisme dans son université. La brutalité, la prison, le ghetto vont être sa « mise en condition » à l'époque où le fait d'être « aryen » et nazi donne droit de vie et de mort sur le reste de l'humanité. Nous revivons dans l'oeuvre de Wajda l'évolution psychologique du jeune juif en face d'un monde qu 'il n'admet et ne comprend pas, pou r lequel, il ne se trouve pas moralement préparé. « Samson » a tué volontairement pour se défendre contre les violences de ses camarades d'université en nleine crise d'antisémitisme. Il a slÎbi la prison, hébété et surpris. Dans lé ghetto, il subira la compagnie quotidienne de la mort. Un jou r, presque fortuitement, « Samson » s'échappe du ghetto. Le remords le tenaille. La mort qui s'abat sur le ghetto l'obsède. Y retourner pour subir le sort des juifs devient son idée fixe. C'est le désarroi de l'homme obligé de cacher son visage aux yeux de tous. L'appel de l'amour, du bonheur, peu t-être possible, le laisse indifférent. Il se retrouve dans une cave où la claustrophobie finit de détruire en lui sa jeunesse, sa pensée. Il ne vit plus que la peur de l'impuissance, de la culpaoilité, de la décomposition vi" ante. « Wajda a tourné son fi lm pendant cinq mois et demi, au jour le jour, se réf érant à un canevds. L'idée maî~ tresse s'exprime dans le comportement, la psychologie du héros, qui traduisent son origine, son destin particulier. Dans le context? de la. Pologne occupÙ, ta sltuaéion est évidente. L'écriture cinématographique de Wajda est déterminée par la pensée de ses personnages_ Le rythme en découle. Chaque film de Wajda est une tranche de vie ... « La vic cinématographique en Pologne n'a rien de commun avec ce que nous voyons en France. L'acteur est un homme qui fait son métier_ Il n'étale pas sa vie privée. Il ne cherche pas le scandale. « Ainsi, le cinéma remplit sa mission, il crée. Il provoque l'élévation de l'homme sur lui-même. C'est un art expressif et émotif. Tragique ou divertissant, jamais fade ni niais ... » G. K. Moranbong est une colline qui surplombe Pyong-Yang. Là régnait le Théâtre Classique Coréen. Les bombes de l'O.N.U. le rasèrent. Le désir de vivre de cet admirable peuple esthète se manifesta alors par sa ferme volonté de maintenir à tout prix son art, symbole de ses tradi.tions. Il enterra son théâtre sou,:; la colline et contin\;a à célébrer les amours de Tchoun-Hi'ang et de Nong-Lion : deux amants persécutés qui, grâce à l'intensité et à la pureté de leur amour dominent toutes les souffrances pour se retrouver enfin définitivement unis. Cette histoire, la ravissante Yang-Nan, actrice clu théâtre Moranbong et Tong-Il, ouvrier coréen, la vivent de part et d'autre du 38 parallèle pendant une des guerres les plus dévastatrices qu'un pays ait subie. LES PARAPLUIES DE CHERBOURG Tour à tour, combattant dans l'Armée Populaire, blessé, arrêté par les Coréens du Sud, H aura à peine le temps d'apprécier la douceur de l'amour de Yang~ an qU'ilTa perdra brutalement, emporté par le tourbillon de la guerre. Mais Yang~ an continuera intensément à chanter son amour déchiré, certaine que sa force et sa lumière ramèneront son amant auprès d'eUe. Tong-Il s'évadera et comme dans la légencle retrouvera la tendresse delicate de Yang-Nan. Jean-Claude Bcnnardot, le metteur en scene, sait approcher les êtres humains MERLIN a choisi le 7" art pour nous émerveiller. Il a troqué sa baguette magique contre ,de la pellicule, de la musique et de la couleur et nous offre ce ravissement moderne: « Lés parapluies de Cherbourg », L'éclat harmonieux des teintes que Bernard Evein a plaquées sur les gens et les choses, participe intimement à la définItion de leur personnalité. Tels les extraordinaires papIers peints d 'où semblent émerger Catherine Deneuve et Anne Vernon, tant les coloris de leurs robes se confondent aux murs chatoyants de leur intérieur. Un merveilleux livre d'images qui évoque les délicates enluminures d'autrefois. A cette orchestration r echerchée des couleurs, se joint celle de la musique de Michel Legrand, qui se fouel dans l'ouvrage tout en le soutenan t d'une Laçon ossentielle; car tous les dialogues sont chantés. Pas de morceaux cie bravoure; des phrases quotidiennement utilisées par tOut un chacun, mais qui, au lieu d 'être « parlées », ici se chantent, selon la volonté de Jacques Demy, notre magiCien moderne. De plus, ce conte enchanteur prend racine dans notre temps: non par son thème qui offre peu d'originalité - l'amour vient et passe, un autre survient - mais à travers le comportement des personnages en présence cles événements qu'ils vivent. Leur ma nière de réagir face à des problèmes éternels est très moderne et peu conformist e : telle l'attitud)) très compréhensive de cette veuve, petite bourgeoise si remarquablement typée par Anne Vernon, à l'égard de sa fille, future mére sans époux. De même, cont:-airement aux contes de fée classiques, les amants ne meurent pas d'amour, mais après l'avoir perdu, chacun à sa façon construIt un nouveau bonheur, l'un sans l'autre. Ce ne sont ni Tristan et Yseul t. ni Roméo et Juliette, mais des jeunes actuels, avec une façon de penser nouvelle. La méchante fée qui toujours persécute, se nomme ici Guerre d'Algérie. Ce drame commence à imprégner sérieusement notre cinéma : de « Adieu Philippine » à « La belle Vie », de « Muriel » â cette comédie musicale, il est l'élément déterminant qui perturbe et brise les amours, déforme les esprits, avilit les hommes. Il faut féliciter Jacques Demy d'avoir utilisé ce clrame comme un des élémentts importants de son joli conte de fée moderne et de dénoncer ainsi une fois de plus son rôle destructeur. Guy LACOMBE. 16 ------------------------------·--------------------·------------------------------------------- FANNY (avec lm enthousiasme dont on n·e découvre que pe!~ à peu l'ironie). - ... Un homme de couleur ! E t il a tout fait! Lui-même. Tout calculé, prévu, pris chaque idée, comme vous dites par le cou, les pieds, les mains, la tête ... Et l'avez-vous vu faire face, prévoir l'argument, r éfuter d'avance, bousculer balayer, et la brèche ouverte, foncer; sabrer, disperser les dernières rispostes : j'ai cru voir à la fo is Berthier, Davout ~t ~1!rat. Et soudain ce ton, ce geste Impeneux , vous avez raison, Sire, on eilt dit même ... . A u bO!ft de sa course N apoléon se retourne violemment comme si elle allait blasphéme1'. Elle n'achève pas, mais il est évident qu'elle a dit tout haut ce qu'il pense. Et il est prince ! Nos ancêtres, paraîtils, poussaient la charrue s'ils en avaient une, déjà les siens régnaient. Et il est jeune, si beau ma fo is, un héros de )'0- man, Madame de Montholon en avait les genoux tout tremblants. N apoléon lève rageusement sa badine. Tobie se précipite au de, vant du coup, protégeant sa fl.eur. 1 0BLE. - Non! Napoléon s'arrête, sur!n'is, la badine en l'air. Tobie s'eXct~s e, mais explique. . Il ne faut pas... La fleur vi t... T out vit... Tout se tient, se retrouve ... , Il a un geste rond, mystérieux, s excuse encore. Nous croyons chez nous. NAPOLEON. - Tu pa rles français, toi aussi ? Si les Anglais l'apprennent, ils te chasseront. par Claude VERMOREL TOBIE. - Pourq uoi veux-tu que je parle français à un Anglais? NAPOLEON. - Qui t'a appris? T OBIE. - Un Français : il est mort. NAPOLEON. - Quel est ton nom ? TOBIE. - Le père anglais m'a nommé Tobie. Dans l'île où j e suis né, mon nom voulait dire collier de fleurs. Moi aussi tu vois, j'ai plusieurs noms, comme toi. NAPOLEON. - Que faisiez-vous dans ton île, vous vous croq uiez un peu les uns les autres, au moins les jours de fête, non? Il parle avec une sorte de hm'gne comme s'il voulait prendre une revanche sur Tobie, dit à Fanny : Le bon sauvage, noble, pur et doux, encore une des redoutables inventions de ce pauvre Jean-Jacques. Je les ai vus en Egypte vos hommes de couleur. Paresseux, vaniteux, menteurs, imprévoyants, battus et battant, tyrannisés, tyrans, incapables de rien, abrutis millénaires! Quatre-vingt mille Turcs sltrs d'eux, et leurs tourbillons pétaradants, avec une division de mes grognards. je les rejetais au désert et à la mer! Les ancêtre de ce petit Mexicain, leur but dans la vie, leur religion, c'était l'hécatombe, le carnage décoratif. Chaque an- Tarifs réduits aux amis du M.R.A.P. Dans un cadre historique où il n'a introduit que quelques inven· tions de détail, Claude Vermorel a placé, au centre d'une action dramatique riche en péripéties, des personnages et des problèmes qui ne peuvent que passionner les antiracistes. Sur présentation de leur carte du M.R.A.P., des tarifs réduits seront accordés à ceux de nos amis qui iront voir « UN JARDIN SUR LA MER » entre le 14 et le 30 mars, au théâtre de l'Alliance . Française, 101, boulevard Raspail. (Places à 8 F 50 et 6 F 50 ; 5 F 50 pour les groupes de 20.)

  • Mise en scène par Jacques

MAUCLAIR, dans des décors et costumes de DOUKING, la pièce est jouée par Claire MAFFEI (Fanny Bertand), Renée COSIMA (Albine de Montholon). Jean MARTIN (Hudson Lowe) , Douta SECK (Tobie), Med MONDO (Huan), André CHAUMEAU (Marquis de MonthoIon) , Pierre MARTEVILLE (Cipriani), Guy MOIGNE (capitaine Nieholls), André VAR (comte de Montholon) , Michel GUDIN (générai Bertrand) et Jacques MAUCLAIR (Napoléon) . ~"'.,~"""~ ~~"",,,,,.. UN JARDIN SUR LA MER n, la nouvelle pièce de Claude Vermo;el, i c:c: nous montre, à Sainte-Hélène, Napoléon déchu, hanté par sa grandeur ~ passée, et poursuivant toujours le rêve dérisoire d'un nouveau ' « retour» triomphal. Mais surtout, entré /vivant dans l'Histoire, l'Empereur ~ r echerche en lui-même et à travers ses proches la justification de son destin, ~ il s 'emploie à modeler pour la postérité son propre personnage. $ Même sur cette île lointaine, pourtant, la r éalité se heurte aux illusions, ~ à la légende : la double confrontation de Napoléon avec deux hommes de ~ couleur, un indien du Mexique, Huan, et un domestique malais, Tobie, , mettra en lumière toute l'ambiguité de l'aventure na poléonienne. Huan, bravant mille obstacles, a fait le tour du monde pour venir délivrer Napoléon, en qui il voit le flambeau de la Révolution française, le libérateur des peuples. Il veut l'emmener en Amérique ou, prenant la tête des « 3.000 insurgés de la Sierra Madre» il apportera à « dix millions d'hommes qui n 'ont jamais souri », « le signal qui les dressera face aux porteurs de fouets » ... Mais, déçu, le jeune r ebelle devra bientôt admettre que son héros n'a que mépris pour lui et ses pareils, les hommes de couleur, les pauvres. « S'il vous suivait, lui dit Fanny Bertrand, qui connaît bien l'Empereur, avant trois mois, il prendrait la tête des troupes de l'ordre pour vous exterminer ... » Tobie, l'ancien esclave, vit avec le souvenir du bon maître qui l'a émancipé

Lefranc, un jaCObin exilé par NapOléon lorsque, Premier Consul, il

écartait brutalement de sa course au trône tous les Républicains qui le gênaient. La scène que nous reproduisons ici, avec la bienveillante autorisation de l'auteur, met face à face Napoléon et le vieux Tobie. Celui-ci ignore encore que l'Empereur et le Premier Consul, le tyran que hafissait Lefranc ne sont qu'une seule et même personne. La clairvoyante Fanny Bertrand, après avoir fait l'éloge enthousiaste de Huan, souligne par son commentaire ironique l'absurdité des jugements de NapOléon sur « les sauvages » ... née il leur fallait leurs milliers de victimes offrant leurs poitrines au fer dans les fumées, la gloire des dorures et des plumes rares, cinquante mille d'un coup par fois, cinquante mille candidats à la mort, parés, décorés, chamarrés, criant de joie sous le glaive, acclamant leur bourreau, l'insatiable Dieu de la guerre ... Il s'arrête tout à coup : il vient de décrire aussi ·une bataille, il regarde Fanny. FANNY (doucement). - Ces sauvages étaient complètement idiots. Il rompt, mal à l'aise, attaque enC01'e Tobie. NAPOLEON. - Et vous, avec quoi faites-vous' la guerre? Des a rcs, des llèches, mais bien hypocritement empoisonnées et quelque bâton à feu déjà, acheté contre du bon bois d'ébène, la viande à travail des f rères vaincus. Non? avec quoi? TOBIE . - La guerre? NAPOLEON. - La guerre. Celui qui t'a appris le français a oublié ce mot? Il compte pour tant dans la vie des hommes. H é bien ? TOBIE. - La guerre? FANNY. - Ces sauvages sont complètement idiots. NAPOLEON (,essayant de se mettre à la portée de Tobie). - Tu as vu les Anglais dans le camp. Une, deux, une, deux . Arme sur l'épaule! A mon commandement! Première ligne, feu ! TOBIE (ravi) . - Oui, tout rouges, on dirait une plate-bande d'hibiscus. Et les capitaines, ils ont sur le chapeau tout le derrière d'une aub'uche! C'est la guerre? C'est bien joli. élu pour notre chef. Il voulait tout comme tu dis, et toutes les autres îles où il ne pouvait même pas aller : les diables avaient tout tourné dans sa tête. Le conseil du village a décidé, on s'est empa ré de lu i, on l'a conduit sur T OBIE. - Le consul! NAPOLEON (saisi). - Le ... Quet consul? T OBIE. - Lefranc disait encore le Corse ou le Tyran, il avait aussi plusieurs noms. Il était venu chez les blancs comme l'aigle sur le troupeau. L'aigle est 11n oiseau t rès méchant. Quand il veut manger le mouton, il lui crève les yeux ; le mouton ouvre la bouche pour appeler et l'aigle arrache sa langue. L'aigle alors il a tout son temps, te berger ne viendra pas le déranger. Lefranc il avait appelé, et le Consul J'avait enfermé au fond d'un bateau avec beaucoup de ses amis, et il les avait envoyés perdre, loin, et ils sont morts, un peu partout, dans les îles. Napoléon regarde Fanny. Elle ne dit mot. Il tord 1~n sOllrirc. NAPOLEON. - Ce Lefranc ressemblait peut-être à ton fou dont vos chants couvraient les cris. S'il t'avait dit par exemple : « Tu vas croire avec /lIoi, tout ce qu'il y a da)1s mon livre, ou je te coupe le cou, et à tous ceux qu î ne croiront pas comme moi ... » TOBIE. - Pourquoi n'aurais-je pas cru tout ce qu'il y avait dans un si beau livre, et la parole de Lefranc. Nous faisions le cercle autour de lui, le soir, pendant que les taros doraient sous la braise. Lefranc lisait, et nous savions que tout cela, l'homme noir tout pareil à l'homme blanc, les îles' sans maîtres ni serviteurs, ce serait pour les enfants de nos petits-enfants, mais les g rands mots de la République montaient dans le silence et restaient penchés sur nous com- NAPOLEON. - La guerre ce n'est pas seulement joli. Si d'autres soldats arrivaient sur la mer, bleus et blancs comme ceux-là sont rouges, ils avanceraient les uns vers les autres, les bâtons cracheraient du vrai feu, il v aurait par terre de vrais mor ts, beaucoup, avec des trous au front, des bras arrachés, le capitaine Kicholls peut-être, le major Gorreauer, et le Gouverneur. .. Douta SECI\: (à gauche) et l\1ed MONDO TOBIE (éclate de rire). - Non ... il n'y a personne assez méchant pour faire cela. ]\'a/,oléo ll j'egal'de Failli\' . FANNY. - Ces sauvages sont complètelllent ici i Ot5. NAPOLEON (furieux et voulant avoir le dentier 1II0t). - Pas de guerre n.lors clans ton île, alors pas d'armes? Avec quoi preniez-vous le g-ibier? Vous ne mangiez peut-être pas? TOBrE. - On mangeait le poisson. NAPOLEON. - Celui qui voulait ta femme. tu le laissais faire? TOBIE. - Oh non, il payait pour cela. C'est prévu. Celui qui ne le fe rait pas, les vieux le gronderaient, et les femmes le fui raient. NAPOLEON. - E t les habitants de l' île voisine, ils' ne sont jamais venus pour vous prendre votre terre, vous fa ire t ravai ller pour eux? TOBIE. - TI y aurait assez de place pour tous. E t Dieu sans doute a été bon pour nous, ce n'est que chez les blancs qu'on travaille. Le marchand angla is qui m'a gardé sur son bateau, m'a a ppris à faire pousser les fleurs, c'est bien : ma is chez nous elles poussent toutes seules. _ NAPOLEON (rageant). - Et dans votre île fo rtunée, il ne s'est jamais trouvé un ci toyen qui veuille tout pour lui tout se.u! et prenne sans payer et casse la t ête à ceux qui protestent. TOBlE (avec re.qret). - Si, une fo is. NAPOLEON (triomPhant). - Ah! TOBIE. - Nous l'avions pourtant pendant un~ r~pétition du « Jardin sur la mer }) (Photo Jean-Pierre DutOUf une toute petite île, très loin. Et toutes les pirogues sont reparties sur · la mer. Il criait sur le rivage, mais nous chantions plus fort que lui. Il avait de quoi manger. Alors on n'a plus reparlé de ce malheureux : c'était ce qu'il y avait de mieux à faire. Napoléon regarde Fam!y. Le silence cette fois est pl1~s lourd, pllts long, et c'est d'une voix plus sourde que Fanny dit... FANNY. - Ces sauvages sont complètement idiots. Un nouveau silence. Napoléon fait quelques pas nerve!,.'!:, revient à Tobie, comme aimanté. NAPOLEON. - Ton Français, il est mort ici? TOBIE. - Oui. NAPOLEON. - Comment se nommait -il? TOBIE. - Lefranc. NAPOLEON. - Un beau 110m. T OBIE. - Tous les noms de Lefranc étaient beaux. C'est lui qui m'a donné le mien, le nom de mon coeur, comme toi « Votre Majesté ». NAPOLEON. - Quel nom ? TOBIE. - Maximilien. Napoléon se retourne, saisi. C'était le nom de son ami, le nom de celui qui a fait le livre avec lui . NAPOLEON. - Quel livre? TOBIE. - Le liv r e où il m'apprit à lire, le livr e où il est dit « Tous Tes hommes ils viennent dans le monde tous libres, tous égaux, tous f rères ». Comme dans mon île. Un silence. Napoléoll re.qarde Fan1n'. mais elle j'est,e sileucieuse. NAPOLEON. - Qui l'avait envoyé là, ce Lefranc? me les pal1l1es, avec le sourire con:;olant des Dieux de mon pays. Non, pour envoyer un homme aussi bon que Lefranc mourir loin des siens, il fallait que ce consul fut un' vrai diable . . NAPOLEON. - Alors, il a été puni? TOBIE (avec regret). - Non. Lefranc disait : . « Il rit, il vit, il ne ~Il.it même pluS' qu'il nous Cl cloués là, il mourra triomphant. 0 Dieu, tu abandORnes donc tou jours tes fils les plus chers sur la croix? » Non! Tobie a crié ce second « HOI! ». NAPOLEON. - Tu dis? TOBIE. - Je dis « non ». Le tyran saura, et il mourra, seul lui aussi. loin des siens, malheureux ... 1l s'approche de NapoléoH ct comme au début, mystérie1tx. Il le faut... tout se retrouve ... tout est rond... nous croyons chez nous. NAPOLEON. - Tu sais ~l onc qui était... ce consul ? TOBIE. - Dieu sait. Moi ... Il est revenu à s,es fleurs. il a un .qeste h!~nl ble et se remet à sourire. Un pet it buisson qui envahit tout, étouffe les autres plantes et qui n'a même pas de fleurs, je l'ai appelé le consul. Et je l'a rrache, et je lui coupe tous seS' cous, tous les j ours ... Moi .i e ne suis pas bon comme Lefranc, je suis jardinier. Napoléon le re,qarde, 1'egarde Fanwy. Elle a ltn ,qeste des defU mains. FANNY. - Ces sattl'ages sont complètement ... NAPOLEON (b1'lItal). - Assez!

Notes

<references />