Droit et Liberté n°023 - 31 mars 1950

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • La 5e colonne (D'Adenauer) à l'oeuvre -page1
    • En Israël aussi, le peuple a engagé la bataille pour la paix -page1
    • Discuter ne suffit pas par Maurice Grinspan -page1
    • Une heure avec Maria Casarés -page1
    • Puisqu'on ne vous le dit pas (chronique) -page2
    • L'action du MRAP: deux millions pour le fonds de lutte contre l'antisémitisme -page2
    • La vie et les basses oeuvres du triste commissaire Vallat -page3
    • Seder 1943 à Auschwitz: cette année esclaves
    • Protestation unanime contre la mesure arbitraire frappant le Dr David (Eure et Loir) -page3
    • Pendant le procès de Grand Bassam: sur la lagune des barques avec des banderolles demandent justice pour le peuple noir -page3
    • "Papa fait grève pour que nous soyons plus heureux" -page4
    • Jusqu'en Europe le KKK poursuit de sa haine Thelma Johnson Streat -page4


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

, • • se C L NNE (d'Adenauer) A L'OEUVRE N° 23 (127) -TOUS LES VENDREDIS 31 Mars·6 Avril 1950 L A cin.quiiomc colonne et la Gestapo d'Adenauer fonctionnent déjà activement en Allemagne occidentale et daM le monde. LeurA. origine  ? Elles prulonfil"cnt, directen14?nt lu Mlitani8me8 ....... 20 fr. B LGIQUE 5 fr. { POUR UNE HEURE · AVEC MARIA (ASAREs EN ISRA2L aussi, LE PEUPLE A ENCACt LA BATAILLE nAzis du même nom. D 1'i Juillet 1945. deux mols à. peine apres la. caplt.ulation dc Hit.- 1er, un réunIon srcrète rassem. blait, sous la direction de Martin Borma.nn, les représent.ants de la Gestapo et ceux de l'/l.bw hr, le service d·t:'. plonnage allemand. CI Apres la défaite » ... En vtortu de l'accord conclu, la Gestapo apport.alt 500 mUlions de funcs suisses · répartis dans dlflérenLf s banques suisses, des groupcs de sabotage, et des renselgne menu recueillis dans les pays oceupts. L'Abwehr a pportait surtout l'on expérience du travail d'espionnage et un r eau Intact en Amérique du sud, aux Etat. -Uliis et n Anglet.t'rre. Ainsi na(jult l'organisation l'loch Nil!derschlao (AtJrb la défaite). Ses buts rendre à. l'Allemagne le régime nazi et lui assurer la domination du monde. Ses moypns . le noyautage de l'Etat allemand. l'aeUon dans les pays étrangers, comprenant la corruption, la mise en place d'hommes dévoues à la cause du tir. maln/enan/, l'inrl,rl$trie oITemande doit compl'clldre Que l/J "lIcrre ne pourri, pa.' elre rJaon;:e ct qu'elle aura à llr ndre a/!3 m6- s!lrc. pour la r;amIJaplze commer.ciale d'avrèS-f}!ICTrc ... :l- N Chaque indultrlel doit faire des contratl et du alliances avec des firmu Hran,ères, ma!. ceta doit Ure fait Individuellement et sane èvefller l'attention. De plua, Il sera néClualn de préparer le tirrain POloU emprunhr des lommll considérables dan. '1$ limèrent. paYI du monde apT" la luerre ... • Les Industriel. dolnnt prépa· rer eux·mimu Je Urtancement du parti nazi, qui sera tord d' \llvr. dane la clandutiniU. Apre. la difaîte de l'Allemagnl, le parti nazi na 81 falt '.Ullun • . lIIu./on eur " , condamnation. qui attendent qUII . ques-un, de ,u diri,e.n't l , ,:Iue connu', Cependant, le parti ,'aI" ranlera pour placer .18 membr., let plUI capables comme uperta techniquu dans , •• difféuntee u,i· nu Allemandes. II: (V()lr 1 •• uite en :!. JII'.,eJ POU·R L PAIX f!tselsme, l'édlLlon d'une littêra- '----------------tu!' e ta5 lste, 1ft. constitutIon de p.roilpes armés ('n Allemagne oeeldrmtale et dans différents pays ellropeens.

 "--  ";) 'k

.J... ('...:,.,. ?_ r..:v.. ....... Â.

-

C'e t dans !Ion lop;e, :Ill Ihf"àtre Ht:'berlol, que :\\aria Ca!l:(lTèlli m'a 1' tH'. I) nmtls '('IlX bru liS, lin sourire humain, plein fie J;:ympalhie, t!'({ ( h \· eux. noirs hril];!nls li rf"s t'l1 :lI·l·i( rc ... el ,'ingl - ix prinl ent llN. 1'ifot! f'n E Jl"rne, ch!l !!ée tI*' snn pa,. pJlr I.a ,,,erre, ('1lP, f'lOt pnC lre Ve .!fIun". ( 1,' "'fllI) lor3q ll· 1I .. l'Ir,1, f' en Fr,,"c . Elle Icrmln", J!.e .JtIklM • Pllrt!!, J\U lyeée VlelorOIl'tII . _ En Hj"' , je ."O(lIs Ihl (;(ln.'!en·a."" te "Pf"b "olt l'Iuh'l les cour" Renll SIIIIOII et .Ift JOI,t:"nl'll pOllr t IhHtlrfl dt!' hlh\lrlns ,," oonl,,,t de l. .... l'I IO n!!. O,...itdfe o:Ioe Douleur!! rul J'IUt pi'l!ml rp r"·'ltllon. Inpul" IlIlt M"I re lh trl'Ie 'e 1 p(lur,,,,,i,,;p l'IlI t le htlcotendtl, .·ért r igt) et 1"" FrtTe." K!lfflmlU"ov. I _. . E"l phani !'J el aell!t'lIe'llenl 1""" J.."IM. t.'illI ' .I ... 4'7Ili1I. m .. IIIII 111' .... 1111" ron"r Mllrl" CA."Il1rè:o ju ql1·à lion Il .. r;'·f .. ell Frlln(. ._ Au l.I'rfe, un .. (t"l l'lins .. " 'lut IIfont le plus ,·ton""p, ('·ut ol'enlen' lu.elque ehm'e Il ("hllnté rl{'JlUllI Cfl premiers temll " 00\ ,'()n m'I'n INI" lait: c·"""t qu'alorJ; le Ion don, OU· lain"'J; gens prononl:"leot It mOI_ ma,t:"iqutS me lalll!!"!1 ",,,rprll',, rt ln, lIrtércnte {'f, lUI', m"lntenAnt q .. '" Je ... al!!, il me ré"oU" el fPo11 nl'Urt: en mol une Nllère dUflcJle II. 01 .. 1- tri.\ler. » (:'est ('n 1l("«'llllOnt II' r( le tle Nil.Il ... lie qnl 1,,' ;;Iail. o""rl ,lIu,"" 1"$ EnfanU du Paradis "1.,, Maria Ca· ",. ri': fit .'le" dMm' "" rlno!mllO. Qui III' ,..fI ..... In·lent dl' la fen .. "p pa".I,...· nt'ment Il'"otlu,u"e fit Il.eI,,j ée PllO' . ml lIIarl 'l' . ",,,,lte, nn" .. rllOvnnc lIOn_ mlrp" 'Ian .. tI" ... rillll" :,,0jI!!1 dlv .. r, '1111' MIll lal .. "t: 1 .. ,. DIIOm 0:1(\ Boi",d.., - Boulogr'H'. Rllg .. r-la-Honle. la (Suite tn " "'I:C 3) CLAUOIN[, , , Une interview de M. BREI7STEIN ZVI, délél ué israéilen au Comué Mondlal des PartIsans de ta Paix Ifetour dl! Stockholm où il a participl!-, ('onlmc mcmllrl.' de la dilë}l'iltinn j"faélienne, il la dernière

leMion du Comil i monditll d ... l" P"rti"ans d e la Pnix, M. Breitstein Z"j 8 bicn \'oulu, lors. d'un nrer

plu:lSAge R 1 8ri s. accorder il. « nro il et Liherté _ un (' inlen'iew !'Our le comha' pour ia IHtix en Israël. Noire interlocuteur f' 1 l'un dt s did;:ealll.'l du (.omif IUlti"n"! i"n. lien pour la PHi",. " e$( li.g dt"

H IIn Arrh·e ('0 I ... raël en 19:1:1, il ' a f'serc:e din'r:o. metier.\, donl Ct'lllÎ d·ou\' rÎt r ël('ctrkit 1\ et N."lui

de lerraASiu, lo ul en pou·rsuivant ses êtud ('F il J'l1n i\'en ih' Hti hraïqut". Enl{lI ê vulonlaire dans la Origilde Juive, il a fait :-IuccessÎvellle f11 li·);; ,· .. mp I::II(' ... d ' E YPh et (ntali!.'. parikipant notam ment il 1'1 hataille du Muni Cassin. Lihirê en 1916. il e,.t entrt .-" journal illTiI(:lien le liol Haam », dont il t'î't Al!io urd'hui le redacteul' en cher. De cur 1•, eux marchaods de. Lableaux ! - L mouvement pour la paix en Israel. nouli dit M. BreltlIt(' ln Z 'I, prelld de l'Importance ct entrai ne. r.haQue jou r. d e plu!! lar- 2"es couches dr la population. Notre C()mlte national pour la pa'-:. élu Ion de la con rél'('nce dn 9 mars, comprend les l' epré tm tant. 0\1 M.A,P.A.M .. du Parti COl/WW lIÎs! e. de l'Union dcs Jemml';. jUÎlie$ pro.Qressisle.,. de rUnlo» dêlllocraliqllc (les fel/II/le.' nrabl!.!, du Congrés rIes oU!Jrlers arabe,l, de 1'.Association flOU.; la cult71rc popu·· laire, de l'Union dc. etudian1.1 juif.l. ainsi que d'aut.res organisa I, lon.s et. de nombl' eus(! p::rSOll11A. lité écrivains. arU"tes. uvanl,5, parmi le Quels le docleu Schm//cl (Voir 1", uHp- "n z· paf ) Lei précautions des mc:t9nCllh nazis LA. Gest.apo ct la c\nQulémll eo Ion ne, ainsI que les groupements néo - nazis. qui pullulent en Allemagne occlde nt.ale. sont au servicE' exclusif des maJ;"naU de la Ruhr e des hobereaux prussiens Qui les financent. La creation de NaeIL Niedersehlaa ('st la consequence directe d'unf! lI utre conférence secrète qui fu t Vnue, celle-là. avant la dé faite. If' 10 août 1944. à l'Hatel de la Maison- Rouge. à. Strasbourg. Parmi tes hommes présents à cette conférence. figura Ient le Dr Ka par. repré entant de Krupp. le Dr Tolb . representant. Rhein-Met.a.II. MeslIf! rSCh01ldt. et, Roecl1l!ng avalent cialement envoyé leurs mandants. Lc Dt Scheld. directeur des compagnies Hermanndorf e:t Schoenberc;. rp.suma l'objet de la réunion en ees termes

 La batatll  de Frallce e. t perd1le

pour l'Allemagne, cl a partir Pend."nt l'o('.(:upation, lei; Anemand ont pillé 'le$ IIppanemen des Juifs. Le gouvernement fnnçaL " recupéré une iArtie d.ell objeb "in i vo!e. . ·cntre "utres dc lllbleaulo:. u d05 ,dtsQuel f;Jurent l'Inscription c Judé • ! Sans tMlyer de rechercher );1 fes propriétllrlll de tes oeuv sont vivan\.! , la direction des domalna les vend aux r"cA"',',. HM. rue RidiP.lI.tu. Ivec d'lIutrl3 Objo'ù d·ameublem ..fl: _ DISCUTER ne suffit pas· Plusieurs personnu se trouvant II. ces vente ont reconnu des lableaux leur APPlirtenant. Elit'!! ont Immédiatement lait . oppooo;ltkm u r Ct!! objet.R qui lurent reUré de la vente : mfll

 retiré   ne veut .pl iS dire   rendu  . ••

A. une question posée /1, un des commissaires- prIseur : « Comment peutI) n vendre lin tflbleau dont. le propriétaire est en ,·Ir ? , il 11 V répondu : « Personne n·a le droit d·exiger la fl'nltut!on .• De cette ",Ull'rnat.Îon. il r",,,, ort Que le biens de Jull. appartiennent. aux dDmfllnl! et que lr propriétaires légaux n'ont "ucun droit. ••• F.nfln. 0\\ V" l'ugent de ceR l'tnl ! POUI'qUO! n'R t-on pas annonei chdn:m nt 1" provenance de CP.5 objeu (l'tIl1, sur les arflehe ct inVItations ? . Un tel SCllndale doit cesser !mml/odlillement. C·est un de,'olr "acr d'cdIrer des polU/Oir Vl lJl;c que soiem rendu II.UX ! poliê", les bien leur 31)parl. enant.. Au ca. .. mi. ceux-cI ser:liput dkédh. ,,;Olll l .. i5.' tr d·herltler3. nous

n501l  quc 1('1  obJeL  doivf!nt èt  Ttml 

,,\lX orgl'nlslltion juivl" pour lil Tt vtndu& l'n 'a"eur dc. enfan1-' dont le peril et t" mere ! Iml morL d ll. les lMane" 11 zi . TOll Ir)," honnetes gt.n erollt lI"!(. noo pour I"r..xlger, Ilt engager ]';'\C'.hll ntceasalr ... M. BREITSTEIN IVI par MAURICE GRINSPAN secrétaire général du M.R.A.P. f 1 t: momenl esl \'t'11I1, ê lanl donOl:e la gr:l,'i lè fie la J;itualion, de ..J mellre ICJ; dlOSeJ; ail poinl. - l.e. adY('J'sai,'I": O du .'i.H.,\.P. lml ohli f;s de reconnaÎlre l'ampl cu]" de notl"  !llOUY{'I1l{'lIL ci la ('on fiance qur. lui temoignc 1., grande nwjo]"i\c dc la ]lo!lulnlinn juil·c dc Franc:e, Il ne fnudl" lit p;l eroire poUl' auhlnl quïJ.-; dé. a)'m(,I1L li n'en e "t riel1. J·en ai ClI. CQnflrm lt'on $Ill eOUl" de diverses cl)l,,'c\" atio!l.'. ilin i. qll·A la dernière session dlJ Comitlo centr l de la Fedêration de Sociêl .Il1ive de France, dont j",

\l11\ membre.

Le dlscOU1·, de M .. 1effroikin fut PAI'Uculièrrmenl instructif,·- ·· LA PAQUE JUIVE (Pessach) qui se fêlu sans doule avanl Moise excitait particulièrement les antisémites du Moyen-Age M . .Tetrroikin'. président d'honneur de Iii Féderati[lIl drs Soei,étés Juive de l'rRI"I(:C, qui doutilit, il y 'il: Q'ucl· ques mci . de l'efficacité de nolr

eti()n,  e rend compte maintenllnl

Que le M.R.A.P. plong de racines profOndes dan les mas.o;e juives et t'( r!ète leur volonte de lutte contre l'anti mitisme . Tout en affirmant la nécessité impforieose de lutter CO/lIre l'antisemi lisme, d'unifier el de mobiliser 10ute, Je!! [orees pour ce combat, il deforme la vèrité. pl'êtendanl que Je M.R.A.P. ne re Jln:: ente .. Ill·une tendance ,. A ccci nOUJ; l'épandons : il chaque occasion, d(o la erêatinn de notre mO\lv('ment, nou avons appelê au combat commun  ;ms distinction d'opin ions PolitiQ\ie ou philosoplliqtl. e. . rlf. quetque -lInl'l'l ,., 111' eI\ Ul!lr .. dr r------------- ---------------- --- ,lire: • UnI'! lellt! '.' ("est un(! Jul\·, ... » - J'lltj,nUn.I.'I l'JllJnurs qu'on ... ·p,xpllquI.! la rKl on .t l' crtte 1111U'qUI' pt qu'A eelle IITtlrmntlon !!ucc"'rI" une Ion!:" .. !! ht.dnlre, oil le fJ\'lt Il'êlre l.! ' .... Ille ITnll" eTI\11 son Impnrtaol"'c. At l« rien "" ""n:llI, N, ln pl'Ul" p" 'a t' 11\"1111 l'Illr ,,'l'nfI'TIII( r "n

11" .. In me loul nn IIllmol", ,,'hb"nir 

qui IIt'fj,,1! pllrrlll'f"I1('1'1 !Jwonnll. XAVIER VAlLAT DANS L'EURE.[T·LOIR T Un {::l'fIIld nombre d'homme et de (cmm('s nous ont ntelldl1s : les dirigr.:: tntti de la f'.S . .I.F. le avent micl1x Que Quiconquc. Mcmbre m: tir du M.R.A.P., memtHe dll Comité Ccntnü de la F.S. J. '., j'ai déjà arljun les dirigeants de I:ette dernière organisation, et je le [/lis encore une fois, de ne pas I·\" tel· Noi::;néa de la lutte quotidil'nne ctcs m,,$Scs juivo:'s conseientf'H rie leurs intérêts, et de venIr

" ·O .•  il· le  rang.  de nos combathmt,;;.

Les Juih d jo'l'Rnce jugel'onl s vèl'em nt l'attitude dcs dirigeants ('(\fltin ê-s dlm de.o rliscus:.ions stérik . 11 e.qt encore lemps de oouper {'ourl AU vaines discussions ct de l'rjnindn' noll grand mouvement

lui s·Mfirme rhaque jouI' davanta;:

e. Les por1CI' du M.R.A.P. sont l 1r.: "m('ot C IIW!.1.Cl . IC C'est qu e. '· oy 7, -"' . ",. " I1I1.1:ne. III qur.:.l1ol1 Juh·1' n·"xi. t;.Jt l'a . nu n'Il p'll:O; l':.:hdol. ri" J\luln.' "nllr 111"1. ·JaI1l3l1" J'ot qn'1I10r .l" ·/ln;t elltl'n! tu dire d'. '1Ilelll,,'I: « II e l Juif ou Il n'e:;, j1a. Juif . pt .IP- ,,1' "011- ' ·als "rrl\"f r II. WJlll. "llrc ce qllt eeb. lI iKIIIII:ttIt, . • pul"""1 a r l'Il'yi· If' me l'I'x pli-

  1. JtJ r m.l$ jf! ,,'ai j lnt:tll!! r " ...., 1 à e"

aalsir la ""I .. nilleall"n el f' ... r" 11 11- jaurll'h,,1 lorl'Qllt' j'{'1I1t" .... la f'('.tll e ph",.jI. , pUr nullllql1e p,,"r nllll rien d'autTe 'tur, ,,1 1'01\ 111(' ,!Isalt: « Il I!'!It hrun 011 li ' ·I hl nnrl li. LA MESURE ARBITRAIRE PRISE CONTRE LE Dr DA VID 1 \:: ;,::t ::::"d::;;'::'..;:; ,::::;:;;:;:t".;::',i:'U:::,; ' :; H : ;;);q président du Comité déparfemenral de la Paix .J !! a\'fil. • • provoque une protestation unamme Il {'.\ t prllhahle tlllO la l'iIQul' jui'·r (P&ltQchl et la l'Rqut chr · tiellill" 0111 la mënl f ()r i . in(' lointAine rin dt' l'hiver, retour du printemps. PaQuel' el'Ôt la let(' de la vic, E:t PARCE qu 'II cst prel;ldenl dll,--- -------------,--------------, Comité d·Eure-et-Lolr des Combatl.ants de la Paix et de la Llbert·é. le Dr. Eruut David vlpn!. d'eUe suspendu dc ses !onc' tlons de medec!n'chef df' dlspcnsalrrs du dcpartemcnt par Je t ré· touLes le5 ttllJ10ns ont toujours ma n ifest en CI'Ur: période la joie et I"espoir Qui s'emparent . df's homm('s QII:illd avril l·amène le 5Q' lei! CI. les cllul "ufll du beau temps. let Rastel. Cette dée! !on :l {:t.é vrrt.u d'un arrêté dan. peut Ure : prl " lequel o'"n Loui, ..,.OUSCRON. Clichr. r; tI("s u. : H':,:,'.'. bd·· t (I,h"m ld' PUl'arh. d·apr",];1 ft , IV('n isP, ' 823.) t\otre action a aml,1cment rHulr: L'II"/l:umt'n l ))rincipal dc nns l;!dvcr ; lIr (' s "lui con iste ft ( dil'(' que la luite oi('l' .Juib c,)JJln 1"::mtisllmili,,,, c cst . Rn  !cndem;:tin. HonnêtelSuite P (C 2) \ 1 1 -/è, 'O': ' 1 \ Polston d"' avril t tO W"SHINt!TON. _ M, Truman a tir Cid' dl d (tul" 1" stOCk, existant' da bombn atomlQU" te d'Irr.t.,. la fabrlcallon des bombu H. ,."AIS. - On annonce une bal" •• ..n', al. du prix, PARIS. - "'. R.n' "'.,.r, Gard. "" $te.ux, vi,"' d. f.l" ",m'Ure .n orlson Xlvl.r Vallal. _.Ca ne lonl, h,IIU pOUf la momen t, que des pollSonl d 'urll, Mail l'unhln et 1'.Ollon d •• .,rttuni da 1. Paix p.rvl,ndront bien 1 Impou, rh1tement, c·nf urtlln, la juStlc4, la paix, une vtl dtllne pour tous. • "Oll  :H' ll ,n alnl{'na"\ à 'IU ... I poInt, cp.lle .tl1p tio" n'ilntj,mlll!1omp, Pllul 11I· t' "'l rnl",10,... TOIII"'nl"" Le torchon a hrûlé ta Perpignan 1\ Vu un tract igllê lIar hl doc· teur Ernest David ln la quallte de prhident du Comite departe' mental des Combll ttantl de 1.. . Pail et de la Liberte ... Le bel exemple de Montbéliard A !'-erpllnan, dl' n(!l:ti!.II'UII" rMi.o.t." t., f('IIJI .. nuI' pOlr t... population. "nt .rrëU !l'a camlollnllll ('!J lino; m lIa, eril!S 'lui trans))flrtMh:!IIt la "ernlér .. r,I.rJ:lI.\On dll • n all me 1t el de ... P;u"!n Irnl çabe , . Plusleun, 1I111l1('r tI 'pxenlplalr .... dll {'ts JnUtll:l"X \'ic .. ' · ... II',.. .. 1 rad,..le . nl "U brio! HI.

'!i r llut .lIcai ...... ( ! 1,,,hluIIlS rI('. 

r yrt nh! -Or' f!"I":e-" ..,nl ,.In"i 1'1.1",, 1- fl 4! l4!ur 'o!onU Il .. nI' "a l,.lslI"!' 1': Hf pre5 , ( t'rftld,p I !\ IDJ;JI"!I .. , lM ""'m " l (le Gll'ehbelto.. (( COlIslderant la ctmcluslon d M. le Commissaire aUl Renseigne· ments gênéraul lf'Eure-&t-Loir qve le docteur Ernest David : ROUMAIN D'ORIGINE ET NATURALI· SE FRANÇAIS EN 19,11, HEURTE PAR SON COMPORTEMENT, LES SENTIMENTS DE CETTE: AI· CION. e 'e-st dans un hureau où sitl\:3 Jf'an Moulin que. six ans après la Liberation, un prtfet. mcml)rc du parti j;()Cialiste. a. gljmé ce lextt di lle de Xavil"r Vallat. Et. d·autant. plus men"nn:;er Que le doctf;'ur Ernest Davlct 'I"st ae( Suite pli'" .\.) Notre amie Su -. nne Katz. d'Aud! ncourt. !lOU':; commun)qut une re. olution slgné par les fepré &tn(, ants de I.outes les tam!l1es juiVl'6 de la COmml1n llU de Montbéliard et des envlron1'o' Les membre., rit! la commll ' In ule i.çraClilc de Montbéliard et des en viroltS flon! lc. 110111_( suit;('nt [Jrol este"l cllcrOÎQueme,! 1 contre /4 libertl'.Îolt. avrt" lIQ.f deui . de Xavier Valla t. coulJUblc d,c la. db)OTt'ltîOIl de 120.000 Isrlltlîtc.!. Ils e;SpCTcllt. par l'actio ll énergique rlu M.R A..P., u-PpuYÜ de tous ceux qlli le soutien/lent, que cct hOlnnLt J'/!!/Jrendra le chemin d. la pd., on. Cettt' r solut.Lon est suivie de 26 I !inal.ures. AfIn de participer â l"actlon enraite par le M.R.A.P. les signataires ont faIt des versements au tonds de lutte contre l'antlsémltlsm() et· pour la p3llx. Georl:ea Weill, ZOO fr.: Uon Bernht! lm. 200 Ir.; M. Salmon, 200 Ir.; Mme F,m llr- B,·rnt ... im :!OO Ir.; M. Blum. %00 I r.: M. Gcola:es Levy. 200 fr.; M J\( ll n Bemhtlnl ,·t fa. fa mille, 400 fr .; M Rene w elli. mabon OUr.a.s. 400 ft.; lamliJt Jonpb U vy. 400 fT .: M. Rl'm! Bernhelm, 400 Ir .; M. Grehammer, 250 fI': Dr Hlrsch. 50 fT,: M. Stern, 300 Ir.. Af. tlkaun, 260 Ir.: 1.!, BfUru:(h 'li. 200 ft, D'aut.re part. 10 abonnements a Dro!! et Liberté ont eté souscr1ts. Nos UlIc\t.atlonJ; t Suzanne Kau et aux membres de La communauté juive de Montbéliard. En agissant. ainsI. II o n t apporté leur contribution à la campagne de protestat ion contre le scandale provoqué par la Ubëratlon de Xa vier VaUa.t. A l'exemple de nos amis dl!l Montbeliard, multiplions nos protestations. nos pétItions t:t pa.rUeI!) Ons activement à la camp"". d 'abOnnement.! à D, .1.. • --2 ROMAINS-PERON Sus aux Mongoloïdes! On Il d jà vu Que les lMcs d M. Jule3 Rl)malns 5t.:r la Iluosllon noire aux Etats-UI11.oo. c S! Ur.llt .. peu près au niveau de ln. philosophie d'un sousDr! I on du Ku·Klux·Klall. - Ce n'c&t PlU mol qui dmmerais mil Jill à; 1t14rier 6. un ni:(lrc ! Notre homme de bonne volônté rcs. semble à Gérald K. Smith. n ne veut pas voir d' .. in rmarlage "', comme dit l'autre dall/; son jargon, paree que c I"cccouplement de hl bt41lehe et ctu flolr , sifnî!îeralt. la tin de notre c.lvllisa lon ct. l'aventDlen du régne de ... Mom:oloide! ! .L • • b.oux couples Al!. fond, M. Jules Rcma1ns. raciste, ne nlanQue pas da Imite! dam les lo:té . I)6s 19SE1. Il appelait de ses voeux la

l ll)n  '\ln autre mariage, dam

""n ramelJ:t bouquin pro-nazi, « :..eo

k: }'rance-Allcmal1ne _,

Un plrl que M. Jule.! Roma l ll e8t entièrement d'3C«lrd, lI.uJourd'hul, avec 1er; proj t.s de c fusion l' de MM. Adenauer t'L de a1tu!le 1 Le noir leur foit peur ... S'as Issant dell Nolf"$ am riealn." . Jr. journal R.P.,.. Ce Matln·Le Ptl!J3 nourrit lu même: Inquiétudes que M. Jules Romains. SYMPTOMES II REMEDE DES symptômes dangereux d'antisénlltlsme. de :xéno· phobie, de racLsme se ma· nUe.o;tent dans Dotre pa)·5. 11 ne se P:!.!\.' e I,a$ de jour Qu'on ne nous rapporte quelque odieuX" iI1ddent. ! A I.$o;oudun, un pUron po.. 1 éOmme condition i. l'emploi d 'un ouvrier qualifié Qu'Il ne soll pa Juif. A Paris, un .Jul( est Insulte par un chauffard qui :lvait failli l'waser. Des Inscriptions" 1I1orl !lUX Juils • reoemmencent il fleurir dans lu couloln du m · 'ro (notamment A l\1art'.adet· Poissonnière) et Jusque sur les mur.! d 'UM institution pbllan· tbro[llque du 18' arrondisse· ment. A Montreuil. at entat au i plastic contre le JlavlHon d'un 1 PHU Indul'ltrlel braélite. Des po· Uclers, au Quartier LaUn, Jars d'une mllnUe!itatioll pour la paix, ne eralrnent p:lS de matra· quer avec une violence partieu· lIèr le. I!tudlants juifs et cola· 1 nlaux Qu'Ils lie dêslmtnl du doilft. Il est un rl!;S plu!! symbolique tnr.ore : celui du docteur ErnestDavid, suspendu de $M tom .• i tlons tlfflelelles, avet: pour tri· pIe motlt, le tait Qu'II est luif, 1 naturalisé et partisan de la. paix. • Pour falre oublier uns doute à se(oO !rctturs le v!\ritables dan ers Qui se dcveloppent outre Atla.ntlque, Il In vente un peril noir. Effrayante menace pour le monde occidental ... LI sez plutôt;

 Verra·t·on. 1er noirs redulre le$

lIlane.' en csdavage larmer un. c Blac" Ku·KIILX·Klan S polir IlInclter ctuz d'entre CILX qui auraient manqui de relpect (i UM ILe leurl !emmcl et Iire IlIl prul'lUllt d couleur ! ,. II: 11 !( a c{"rtl:J un I/uage I/()ir da"l le rIel .• Et une petite Araignée forrest..1.lienne au plafond du reporter de Ct MaUn 1 Truquage contre les docktlrs 0ar0J le ... caves de Saint Germ.ln Iles· Près. M. Marcel PagllerO est deve nu existentialiste. Il n'y aurait PU tu erand mal à cela s'li ne ,'Halt .vis de transporter u. petite vision person· nelle des gens et des choses dans l.es ca! s du Havre. De là, ce film, c Un homme mtr che dans la ville 'l', Qui ctlmme par ha

ar d est projeté à Parü au moment.

même ou les docke1's donnent un I !nagni!ique exemple de comba.ttlV"lt6: Sous prétel!:te de réa.llsma, M. Pa "liero nous présente les trl.vl.lIleur& du gnmd port !rançals comme d ivro;nt"s. Et meme oomme des r.u:l.stC$ (lui s'e);primerAient à la manlcre d'uo vul· (l:alre lecteur de l'AcUoli FrallÇ4l1e qui a toujours à la bouche les mou de c mêt&lue ,. et de e bicot ,.. La solidarité du nuvrlef8 français, noirs et nord·llfricaln! est un dnillant d mentl à ce truQualle aMeZ &candI.' leux. Trente ons d'Adenauer c Il 1/ a trente ans. je pul vou. la dlrc, que je luis avec inUrét et con sidtratlon les actes et leI propo! l'tt CO/lrad Adenaucr . a avou l'autre jour le chef du R.P.F. I! Y a trente ans exactement, lU lendemain de l"autre guerre. Qu'un ob servateur très averti de.! choses alle_ mandes, le marquis de Lilllel's, por· t lt ur Adenauer ce jugement pro· phétiQue ;

 AdtltaueT ira Iobl, l'oeil Dauelte

lué sur son Ezcellcnce d'Abarnan, Clln!:I Us!Zdeur de Sa Ma;uti brUan:-/· que. l'oeil droit lU/' le nonce de Sts Saintete le Pape ... et lu malru tell.· dUCl, tan!6t imp/oranm. I.4ntôt secou· rable:. vers la SclUDerlnd:utrle de la Ruh.r. ,. C'oeL tout. Les yeux ... L-iditorialiste ct'unP. [euiil Qui M prkente comme l'organe du étudlt.nu juifs, examinant le probl me soulel' par la libération de Xavier Va1lat. pose cette Question : ( Quellc est l"OE/Iit1u!c du jl1daïSn1e français ? ... Et ose aussitôt donnrr c tte ré· ponse : " Quelques matd/es/aHons laible! et dl!sordonn  !. salis risulfa!$. , Avtuglement. mauvlu;e fDI ou dMal tlsme ? Les trois peut-ètrll!. ... fermes ? LII!s protestations et lea M!et.mgs ln nombrables, tant à Parb qu'en province. l'Inoubllabl! manlfatatlon de la pla.ce. Vendome obligeant Ren Mayer à fi 'e:zpllquer et i. se dimu· Quer. les répel'C\I:!S!OIlS oonsidèrsblf'.!I provoqut.u dall:l toute la eommuniU: Juive par l'action du M.R.A.P., lez cond!tlons crées par une ardente cam pagne polir Que la question soil dl!5or· mais po,ü devant l"Auemlb natumnaZe, la multiplication des délegatiol1.'\ Auprh des élu . le. positions et le j\ngagementll prl.'\, etc.. tout ccla IlC aeralt que faiblesse et d ordre ? Nnll& Invllom le r dac ur estudian. tin .. se JoIndre à un des IIroupes qui dana le1I JOUf"$ prnçhains infervi('n· dront lI pr611 dell é:u. . Ii poun'a v,," rlll.er lul·meme l"eHica.cité de ce corn· bal. Deyine .. lu sourçe ... SOus la titre c GlI4oria ut par. tout '". nous lisons un article Illustré de nombreuses photos ; • Ce x'ut pas uniquement 1!4n.s l"arm allemande, I1U1fs dans lt monGfel tnlillT que le cOloncl-Q(im!lral Gwd.rlcm. 1. père /t.., eh.ar3 d'as34ut IlfhemQ;lIfS. It! Z.ieth.m d'acier, flst de· VIIIIIU prelque labulelLX. ,. Extrait d'un Quelconque Rcader'& Digut qui a lue l'arrlvêe à. Washing· \.On du général Guderian venu drcs er iur place un projet d·êta.t-major des EtaU·Unls ? Non, plus classlqUl'mcnt eKtralt d'un ;u"t.lcle du maguloe hlt1êrien Si· gnal. numéro d'octobre 11141. Actuelll et lmtructlfs. n'est-ee pu, ee& petits pelerlnaiet; aux sources f '.ron. pompier Comme tala lu lea.ders fascist.es, le c ph!sldent ,. Peron a du cynlme a revendre. D d claralt J'autre jOlU' ; c L's.nttsémltlsme en Argentnl.., venait de J'Influence nazie : IL S'EST ETEINT GRACE A MOr. ) Au m.!me moment, la presse néo· nulo dont peron favorise la dlffu· sion ( o!pendant que sont bi\ilIonnés tous lu }ournaux: qui rechignent 1\ ehanur le.! louanges d'E;vÎta) engaIu. lt une nouvelle campagne antisé· mite! Le PUort publié à Buenos·Aires &DUS le nom d'Allianta lroprlmal  : • La bombe atomique Ctit une arme Mmlt.e. '" _ n me semble avoir déjà vu cette t explication , quelque part. - En effet, cher lecteur : dam l'en· Qu te dt D.L .. c Comment J'antisêmitlsme se fabrique au,; U.S.A. : ' ... Gerald K.. Smith a des disciples pe· ronlstes 1 • U. G. l, F, argentine Pel'on lallSe dire Que la bombe !!.!. l mlque est une arme juiv.., - et Interdit fonnellement d'en demander l'Interdiction. Il fi. d6clar Ill gal le Comité Argen· tin pour la paix. Ce n'est pM l'Organj;!:acion Uraelitll Argentintl quI prottst.era. . Cttte Ugue de bons Zisraéiitrs représente, en effet, quelque chOM comme I·U.G.l.P'. de Peron. Des pantins ont été nommés iL Sil dhution. qui ont es.s.tntleUement pour role d'opiner du bonnet ou de battre de.\ malm quand le c Chef 1'. dans dt$ dl$cOuJ"a ad hOl:. se dorln.e poul' le pompier de l·a.ot mIUsme en Arsentine. CUrieux extincteur que ee Peron qui Jette lul·même de l'hulle sur le leu ! DROIT ET Ll SERTE Où se trouve Timisoara 7 A TlmU;oll.rA, dans une usine de moteur!J êlectrlque , un certain Nlcolti S itan A publiquement tenu d.e$ propo.s Antisémites. AUIlsit t M.I I, 18 Comltt d'entreprlse convOQue une usemblée g nérsle du pel'5onnel pour lui demander de e prononcer sur le cas d'un Individu qui a tenté, en utUbant. une detl armes elassiquu de la réaction, de diviser les travailleur •. se. c.mara 1e.s. A l'unanimité. les 600 ouvriers de l'U!Îne votent le renvoi 4e Seltan. TimlSOATa t. une ville de Transyl· unie. en Roumanie. latlon des Etats-Unis. ses racarlérls tiques, son habitat, etc. Ben voyons ! LeI; fiches secrètes de 1.. . 1".B.I. ? . Mals Ics G.M. de M. Hoover réunb· sent tout simplcment le maUrlel né. eC&'lalre 11. des travaux, fort dh;lntt. rli:. Jv..!\, de soclolOlile : ... D'un recensement à l'outre

 U
 L'ACTION DU M. R. A. P.

Deux millions pour le Fonds de lutte contre l'antisémitisme UN EXEMPLE A SUIVRE Col!e té 11. 1,)'(1 )1 : J.Il-;"fE o j; . MM. i'I1 ub.!, 1.000 , j\tC lUal, 1.OOtl : 1'Clt\lIno\\'llcb, 3.000 : ,\ chilte G(JI  !'omann. 500 : .W )"1. GOO : Mmes Lch. notL'e a.ml cr ltz 1. fa It un exposé sur man, MO ; l.e\·y, rue Paul·sert 500 . Sodel oomm.tre. 1Ir. tl II , 500 '; i\JJl.i l'actlVlte du M.R.A.P. M. Idts:;cs, pr · Ma.uss. !\I ... ",{rne, :;.0-0 : Bera"-a, SOO ; lA! lundi 20 mars, !'. ru lieu un I\ss/)mbl e I:én rale (Ir. la ocl té Blkr"lu ·HollIn. de Montmartn , où. sident la 5OÇ1 té a ehaleur u,semem ell 'm,serle Nya. O(I : l'tIM. Ec:hell' La Commission i\ Iluol e.s li le nom approuv J"aetlon générale du M.R.A. baum, .jtla ; 8thar. 1 .1)00 : GuleJ.;cb. p:lorieux de M. Parnell ThOffiU établlt mldt. 5.000 : Benmusu Victor. ,_ . actueI l e.ment une liste mon.,tre dt! P'"'r P M surtout ron combat contre la li· Cobn. 5.000': 8 envenlJt.e H., l.v.vv ,1 SOllnes ayant une aetivu.li non-am rl bération de Xa.o;ier Vallat. Santiilllll ArdUU. %.00/1 ; Aboual. 1.000, caine. , _ UV, rllt l'Uôltol.d.t· \lllie. J.,*, ; CetLe lis(.e n'est p , eulemen' Stumpl .. r Mu, 1.000 ;. Wilder, 1.000 : La soe ét . qui eSL a!ftl iee au M.R. R' d P' " , '00' " J •• •. , IlOire. elle doit Ure mondiale... ICaI" • . t .. r,. ;" me nae ..... , L ,. 1 • A.P., a exprimé son attachement à I.oon; MIIJ. Sudaskl. 1.000 ; Cape, ego i.e ne reste pas sur le LorsqU'lIfl salt le sens vbltable du notre MO\Jl\'emcnt en votant i l'una· 1.000: ,\bT&m.O'Irhl. J.OOO ; B-ourni, papier mOI. c unamerlca.n '". on heml!. de nimlté III. propos.itilln du président t C Gambetla ), 1.000 : Hit, .. 21100 ; solller au travail d'Hercule que la Wormser. 2.000 ; Rawu, 2.000 ; Our:r. L Rn 1 • '11 •••. Id'-sses rie soulenlr le FOnds Ile JuU,· %.'00'. Bcle·r. 1.00' '. App'l. 1.- '. • "m.n , _, "n. 'P" q". WlDm"""JOn devra Illlattre. si elle veut ... ' u ...... " ,," po- con re l'antlUmIUsme, le racisme -.:1 AI'lrdor, 1.000 l Cohen-, 1.00 1 ; Cerf. pulaire, où les usines appartiennent à mener son recensemellt A 'olen. .... 1.000'. Sium,." J., ...... , .... '. ""'_ l .. c1a sse ouvrlére. C· t.n ' 'Jo' l't par ,.n'a·ln e s d e mil ".,"..",,", r ' Ia paix. IIVec une aomme u-..; Sarha. S.MO j Arl nt, 1.1)00 . LJ"U l.Io. I1"f" Li-bM la. constltut\"n proclame ré. lioll que Sil! comptent aujourd'hui A 10.000 trancs. En pl:.l . notre am.! CrCltz 1.000. " iallt en drolt.o; dll'l tous les travail. travers le monde les combattants dt a tait plusleuu aoonntmentl pour Total I •. \"on : 66 .. OO tranu. leurs uns dbtlnctlon de rflce ou dc la paix ! II: Droit et Liberté •. tlCi t.! Tomuzox. 10.oon : Colleete l'ellglon. ______________________ _____ _______ M.R.A.P. HI' FHel, 1.'10 : Colle(lt.c b,an· Comme lei ?' qUl'l Nllw:; DWl)r, 2l.O00 : MM. Joft, et Tn,khotr, pr M.B..A.P, 18', 200. Seulement. là bas, elle ost a.ppllquee. U 1 tt t dl' U • n des Total de IR. 0' Uste : 91.850 tra.nc . 33 questions ne e re ouver e e nlo 'rntl] l'n\cédent : 333410 franc,. M. T"m.n vlonl d·"""n",· """, Sociétés Juives de France à la F,S.J.F.j To""" .1""' , ,,",26' n .... opérations du dll!:.,eptlèml « reeense-

 : J  d eennal , s'ouvr iront le 1er ec L % ii ·    et  cJ  ':e d ur      !i1 :iU:: !;  !I V!lUI r ndrr oempt! Discuter ne suffit pas

Excusez du peu: chaquc Amt rlaaln au Comi.té. Clen.rta! de la. «IéuIHln Qu'a" lMnttn! (lu. !IOtre oroa7lisatiOIl . dps Sooc reles J.lIVC!". En VOICI quelques gageait Ull (tbl;UUinli 5u.r f'antut- (Suile de ]1. lIrtl'llltre pa,e) ' .. pa..s8age5 essenMels mltl&rrn:. ICI prandU orgam:sa/lol'U d ' 1: Vlltre Comité fCII/ml $1: rtuI/11 rI! II/OC(1tiquel Irallçaues )"I!I/{l!CIII bl.er· ment qui pourra it encore l"aHirmel" ses.ion ordinaire ,.n p"'9;"lli/ (i W/I or· plquelnenl p' Jitwn contre Il!t IMnü, aujourd'hui? dr du jour le problbnc de r(f" /u ,,,,;· n.nUsèmiLCi." Les 20.000 partlcipants des A. sifis. ne. Elayant oeHl' afflnDlI.lÎon sur III' ... es de b . Paix ct de la Liberté c Mallu:ureusemelU, l'ezpérîence n'lmb!'CU)( excmples, la le ttre roulign exprimant le point de vue et la vo· proU!1e que le l'rtJblé1lu dt. l'tHlfut", j· que; lonlé rie la e:rande majorité dll!s tisme ne peut être réwlu Jlar dc StIJl.. 1: I.el démOCTates français df! f" lr& FrançaÎs ont flétri l'antisémitisme ,".'$. If.ÎS.Cll.ls.im.u.. .' .- siJ"IUltiOl/. r:t;f,c ''e toipainld elmon$ lrIet.l a o lfIil4/,v.ari/lilo!nn/ daell l"XI:a lnliot"trr"e V oarl-· e , le j·i'lCIS mE'. armes e.prou.\lec s de l Il actÎfm illerl1iqu (! ! manu j"ill l 1.", I"",' "r, ",. ont aCl.'flmpa"lIl rêaction. ,.v ra .-.., pon d re • JJ qu."'.v 115 .' pOlir la de/en!c de leur pie. n.ll/.r e .dt.ltg n...t.w. n /lupr , du 7IIinbtr"t dtG "rac e a. •l . .. etion quotidienne et in· Et Il II!n est de bi n curieuse. par la 1: l.v" dc lIot re Congre.! annurl. le III Jull iCl , R en Mayer. Jassable du M.R.A.P., l'opinion pupetite odeur POlicl re et raciste '" dùtmbre 1945. noUs if1.lOn .. prvJIO. t 1: JI noIre tll'ts le pilU imJlQ1"tunf ri.· blîquc frança ise t1 été alertêe et III. Qu'elles dégAgent... la CO?/! !itt/.U01i d'!HL co7niM a ,·oortli· id.e dOlu le lait Que liS deu.r/ë11U" AS- prise d ,o ition des A,,;, •• d. 1. Mals le Préaldent a tenu a raSlSUfcr natido'n" qui ,11ê/inira. i/ 1Iol-ammttl!d jt 1! f-I '141 1a na l eJ. , e 1a Pa'lX el 'e , n p,,', n"" ",",. d·,·mm.n." _,• . '" -m,atrl.ot,s. c PM .uestlon,' c1o nl 1 U/(I1/S o:t 1I1n-t ar.tI0.1.l .co.m munc 011$ 1, I..•. ."., r/ , . aut : , pun "• ' . 000 d.'," aue.$ ra· p"t,·v,".. " ." w lt Il e con.lre 'al!tl$amltl mlli! el /ll)tI.r " 1 1 ri F" " • "l.il d't, • d. ',ni' "mp"" " ,es ren- la paI.X . , UprUoIc /laem l!O qUuI e 1l$" alclo/ in.I, miel bmer ann' ec,.t opnlU A"m S! es 1 prouve•e . une fois de seilJncm nt fournis eu t,anl a !a lIi· Après avoit rappelé Ill, thèM: nuV'. fatal. et cnnaam.,! J(;lenllellcm'lIt la plus. la jU$tc. se de notre conviction tuatlon penonnelle de l"Intél'cMé, nUe par M. Je!l'oikin, rcpré.';tl!laut d Ubirallol de VaUat. profonde selon laquelle la lutte Qu'jJ s'agisse c de ,on e1llplol Oll de 1110 F.S.J.F. el seion 1.'que:J .. l'a.ntisénll· Celle llQsfllon fnllu ncer,," certai· contre l'antisémitisme et le racisme la règlement4/ioll de l'Immigra lion ! lil me ne re'It être combattu Q,uc pltl ' n 'ncn, /"a lJ/l nlr. I.e principc «L'anli· est indissolublement liée ,\ la lutte les llon·Juifs, 11\ Icttr enumerC lM !emltinrtc n'Clt pCl.!J (aial " est Cil pour la Paix. Des sociologues .. , divers aspecll: du dll.[lt!er Cl"OiSSall rie r.ontrad.ir,lIo,. allre le,j théorla de M. Ce n'est que daus un monde de l'antis mlt\sme et appelle i une ripoaLe Ji.cllé Mailer Qui lI lI.'e Que I·antisém(· . d 'b , Il ne s'agit que d' tobllr des staUs· Immédiate des masses j1.liws dan5 ru. Il!nI u!,trra R"U! longlelnp& qu'U Il paiX, c ;urass do tou les propatl( lues générales IntêressAnt la. popu· nlon. aura d.e$ J!d{,. ,. gatrun de haine raciale que les r - ------------------------------------------------- dJue ifbs onchoenunra iterto ndte pnft·jons péurnit é.a veni, Pour y parvenir. plus que jamais, l'union de tous s·lmpose. LUTTE pour la paix en ISRAEL (Stllt.e dl\ la premJAn P.I.] EiS I14tOEdt, M. F trtman, Je poèt.e II!t pUblJelste AUzatlder Pen. etc. [,Ilr quel/es qll stlOru avezVOU!! in5!:Jtê d stockholm ? _ Notre délégation. composee de Mme Jona. Goand. M. Menahll! m Dorman et mol·meme. a particulièrement I\04,l1iné le danger d'un renouvellement de la guerre en Israël. Ce danger s'exprime, .aujourd'hui. de façon visible, par l'envol ma.s.slf d'armement5 _ tanks, canons. matériel lourd. et" surtout, avions _ aux voisins arabes, Egyp e, Syrie. LIban et Irak. cependant Que notrc gouvernement s'adresse offiCielle· ment aux Anglo Saxons pour recevoir des armcs. Les AmérIcains sont éminemment Intéressés è. la course aux armements entre Israël ct les { aYS arabes. Ils comptent ainsi louer gagnant :sur les deule tableaux à la fols. D'une part, par l'accumulation d'arme· ments dans le Proehe·Orltmt. Ils completent leurs préparatifs de ruerre su r le plan d'ensemble. D'autre part, Ils espèrent a ccroltrll! la dependance des pays tri· butalres de ces annements à tous les point.' de vue : polltique, économique. stratégique· - Aitl i. la question dt;s arme m nls. dans cette r DiOlI, comme ailleurs. se: trouve -placte au pre mler pla" de l"acLtUllilt ? - En effet, li résu lte de la J;I tuatlon qU'tln des devoirs essen· ttels pour les combattants de la paix est d'appeler l'attention sur cette question et de tout lalre pour s·oppo.. er à l'envol des eng!ns de mort. Le Comité à Stockholm n'y a pas manqué. SM deux prin· clpaux mots d'ordre é talent : .. L combat pour la paix egt raJ!airc de tous le,') peuples 'l' , et • Ulli sons ·nous pour arrtl.er la courSe alLX armements et imposer l'inter· diction de /.a. bombe atomlquc 1' . Va.! fmpress/Oll.! sur a.! débat. ? - Toutes les interventJo\1s et résolutions ont été marquécs d'un sentiment très vI! des responsabIlités. Partout. on se rend com"S)te que le danger de guerre est réel. Aussi accuell!e-t-on. avec Joie, les progres successifs accomplis pllr le camp de la paix. Chaque délé gatlon a tracé un tableau des for· ces de paIx dans le pays considéré, et Il n ·e;;t. pas de déLall qui n'alt été apprécié par toutes les autres. sérieusement et dans l' nthou · slame. - El ·vott3 intervenus dans la ducu,uton ? - Oui. les partisans dl' la paix tsraéllens demandent IIU ComIté mondial de nommer une déléga· t lon qui sc présentera devant le Pjl.rlemcnt d'Israël et les parlements des pays arabes. De plus, nous avon$, ptoposé la convocation d'une conférence pour la paix de t./)!)S les pay. du Proche·Orlent. Le seerétartat du Comité mondial s'cst déclare d'accord avec ces pro· pos!tlons. . - Dû elt est l'organi8ation du Mouvement de la paix en Israël ? M.G. Contre 1 a libération de Xavier VaUat L'Assoclation des anciens' déportés et internés Juifs (9. rUe GU1- Patin) . aHlllêe au M.R.A.P, ft adreasee une lettre à tous le$ dé[ lutés anciens déportés ou Internés. Nos amis 5e rendront en délt'lgatlon auprès de.s dtputés pour demander à leurs camarades de souffrance l'apP" 1 total pour faire cesser le scandale Vallat. Que le!!. autres or,anlsat1ons s'inspirent de cet exemple pour mener leur action. COMMEMORATION d. 10 LIBERATION DES CAMPS La FMêratlon Internationale dM Anciens prbonnletfJ poHtlqu s (F.I. A.P.P.) or,anl,. unfl .lollrn". Internationale

le la. Ubkatlon dM

Camps Ile la. Mort, Je ., 1 avril pro. ehR!n. lA YldératlOft nationale dee V".. porlés el lntern.!:t rt!:sistant.s et pa. ltlot (Hl, rite urou), or,taDlse, le 10 avril, l 18 h. 30, I.In RIlNII!Dlble. ntent all Cl!am\ 6-Ei)'4W. pour rA. l'lImer lA Jllamm.., du SOl1.· nlr ail tOnlbeau III s.,ldat Inoonnu, À l'Aro de Triomphe. C'EST bien la preuve Que )'antisémllisme est le (ruit amer des p par aurs d'Ulle trolsltme guerre mondiale. pré· paratus qUI néeeuitent notam· ment la mise ell liberté d'UR Xavier Vallat. Soulignons loulerols que la ré· rlproque est y taie : efu" Qui lut· tent réeUcment c11.lltre la guerre luttent aussi, logiqucment, contre l'a.ntisémitbme. Et Ils Mnt dêji\ Ilir1oD, en France, dans le monde entier. CINQUIÈME COLONNE - Il est évident que nous nI! sa urions nous contenter d'une coordination, par le sommet. de l'act. lon de deux partis politiques : le M.A.P.A·M. et le P.C. Israélten. Nous voulons l!larg1r sans CeSse le cadre de notre mouvement. et. pour cela. multlp!ler lr.s comités de d"éfense de la paix à. la ville comme a la campag-ne. surtout dans les entreprl es et les quartlcr . Nous sommes très loin d'avolr &pul5é les possibilités oC· tUtts pour un large rassemblement, comme en mol&"ne le re· tentissement trts profond qu'ont déjâ eu. dans le pays. diverses manltestatlons publiques pour la paix, L'expresslon de notre volonté de paix doit, en dehors de nos belles réunions. ae doubler d'un travail concret, quotidien. amenant toute la population ;\ l'tendre conscience du danger. A cet égartl. les pétitions de masse pour la. paix constituent. d'ores ct déjà. une lorme plus poussée de notre combat. J lendemain, 11 avril. A 2(1 "euns. IIurli lieu, à la MutUAlhé, un lra.nd rn«Hnr: où lfférent!! orateur!! évoqueront le HUl'enlt dfl nOIII morts et la lloblirlltion des Cl'lJlfl.", NOllll Ilppell(lnll t11.U.il nOo!l amis, d IIurlOut les anelE'fIIiI déportés, Internl/is et familles: A p3rtlelper è. ces IIIflnl. festaUon!l, l1li1 .. de cnmlllém11.rér lIl. A l'app:li d r.eUe "érltê, un Jn ment le sacrifice de nos morts, autre faU symhollque : les corn· battants de la pllix dl! Pt:rpl· lfDan, aUJ)uyés par l'ensemble de la population. viennent de faire brûler un stock de 1: raroles Française!'! » et 1: Réalisme », ces odieux t11.rchons fa ebtes et an· listlmites. D'autre put, la mesure arbi· 1 traire qui frappe le docteur 011-' vld a soulevê la protestation unanime des honnetu /t'eRS de clIC"l Itous. US J\s,,!ses de la Paix ct de la Liberte viennent de se tenir à Paris; n'ont·elles d'ailleurs pa affirm la volonté du pcuple fr.ançaj de combaUre l'anti!Jé· mU me. arme cmp ... l onnte de. .. , fauteurs de , ... etre '! • L E camp de la paix et de. la fra!ernit(! humaine est fort. Il le lien. plus encore s'il affirme l!ia cohr.!!oj/Jn, la eon1\· clenee de SCil'I inunenl'les posslbl· lités, s'Il manifeste sa puissance par l'actlon de mag e , Dans chaque quartier. dans chaque rue, dans chaque pUé de maisons doivent lie t.Onstituer des t.Omités de dHense cooh'e ranti· dmiti!;me, a.J;is5anl cu liaison avec lu oonsell!!o communaux. Les honnêtes ,ens doivent reliO· lu ent s'unir. s'or,anlser de. vant le d3.ll er pressant. Ils peuven!. 11 ; sauront rr,*"r les condlUun!! d'un monde de pail!: et de jusliee. .. Les méthades de la cinquième colonne Révélateurs des méthodes et perspectives de la cinquième co· lonne nazie sont aussI deux docl1w ments sécrets de l'amiral Canaris. che! de l'Abwehr. réccmmr.nt pu bilés aux U.S.A. L'un d' ux, daté du 28 Juin 1943. precise: c NOU3 avons inlonni amlcnlement le service d'csptOlll1tt(lC CIL Sl!ls5 de ne pas déranger les liaisons entre certa.hu llostC$ enrtellll. ert Suisst: et nos agents ca ",ouJUs comme anlbla.zfs ". L'autre jette une lumière crue sur les liaisons des nazis aux U. S. A. Elle est datée du 15 mars 194.4. (deux mois avant la victoIre aillée) :

1 No  avo" .  à notre dÎ.'lpO.Sttion

al/x U. S. A.. des contacts eJJicaccs que nouS avons so!gneust!llllmt co" serves pel/dant la guerre. lA C(lm JJaQlle déclencJH e var Roosevelt et les Juifs contre tout ce Qui est al· lcmalld a tem.porairemcnt réduit. au. silence le a/oc pro-allelnond aux U. S. A. Cependant. il li a boit ()Slwir que cc/.le situation soit complètement m.odifiée dans quelques mois ". " Roosevelt ct les Jul!s s : C'cs l le langage que nous retrouvons dans la I1ttéra.ture du panl natlo nal-chrt'ltlcn de Gérald L. K, Smith. qui n'ose pas se nommer c nltt!onal-soclallste,. L'antlsé mite n " 1 des Eta.ts-Unls applique non seulement dans l'esprit m .. ls à la. lettre les directives de Ca.nans et de Bormann. l'a, nazi circule CClul-ci est en Are:entlne. où Conctlonne le centre flnaneler du grand complot n o·nazl. Dès ava.nt la gUl!rTt. 365 mil· !Jons de dollars etaient 1nve&tls (SUITE DE LA PREMIÈRE PAGE) p.n Argentine par 200 firmes allemandes. Le grOupe SChroeder y etait le plus actl!. Depuis. les agtmts nazis, les or[ Iclers de la Wehrmacht s'y sont rendus en srand nombre. La plu· part Se sont méme vu conrter des emplOiS orrlclels. C'est en Argcntlne que se clistrlbue l'or na I, qui circule ensuite dans le monde. Goerlntt:, avant sa mort, a pu Caire transférer à. Buenos- Aires 25 millions de dollars. Une fols établis les plans. fourni l'or, Il faut les hommes. fi l'Araignée» L !s agenta nal:ls, Qui firent leurs preuvcS au Service d'Hitler, quand les autorités occldcntales d'occu· patlon ont pu s'en saisIr ... ont He remis en circulation. Otto Skon:eny. qui ll"('st opportunément évadé d'un CAmp de detenus en Bavière, a pu. dernH:remont, venir 8'lnstall r dans la r glon parisienne peur oq::aniscr sa sl'I.le beso ne - avêc quelles protfletlons? Cc n'est qu'après avoir éte photographié sur les ChampsElysees qu'lI a I;ongé rent.rer dans la 1: clandestinité l' _ sans

tre le moins du monde inquiété.

Il travaille. dit-on. pour les serviCeS secrets américaIns. Ce qui est certain. c'est qu'Il est aussi à la t!t.-e de ce réseau d'espionnage, élément de la nouvelle cinquième colonne. qui a non Die S1l11t1ze (L' A.ra.lgnéel, . DIe Spfnm: étend sa toile sur toutll! l'Europe oeelden· tl'l. Ie et pionce ses racines dans la Deutsche Bank. repliée n Arlentlne, Yoi,i quelques spécialistes Un autre spéclallst.e de la einqul mo colonne était le .énéral Ernst Wilhelm Bohle. Il rut désl· ané par Hitler IlU poste de Hlhrer de tous les Allemands vivant en dehors du Troisième Reich. Dan cr. rÔle, Bohle dIrigeait. la propagande et l'espionnage nazis il. l'éehelle mondla.le. En 1938. Il décla. rait: ., LeI citoyens du Refcl vir.;cmt en A./lemaglle ne peuvent 1lll& avoir u.n voinl de vue. et ceuJ: Qllt vivent Cil de1!.()r$ de nos JrOlt· Hercs Ult autre. NOTI.S exipeons que les cftoyen.! dll Releh vivant il. Z'tlranaer aient la possibilité à·or· ga.niser leur vie, dalls les grOllllCl qu'ils constltueltt. conformément auz pri1lClpe& du national-socla· lisme. ,. En 1945. Il tut condamne à Clnq ans de prison par une cour amer!caine. Quatre ans apr s, 11 a été IIbére sur parole à l'occasion de Noël 1949. On révèle également que l'ex·général Eugen Ott. ancien attaché mlUta.!re na.zt è. Toklo. est su r le point de reprendre du service dans le nouvel Abwehr d·Adenauer. Ce ne sont la que quelques fait! - les plus slgnlflcatHs. Le plus récent en date, et non le moins scandaleux, est l'acquittement. !e 22 mars, de deux chefs de la Gestapo de Munich, le colonel S. S. Schaefcr et son adJoint. le docteur Lebkueehncr. La raison de cette Incomprehensible clémence? c III ,,'avaient !a.ft qu'exécuter lcs ordres à'une pusonne qu'Ils -plaçaient au·dessus de Dicu : Adolf HUlu " a. dit leur avocat. On se souvient aussi de ce Wal· tcr-Theodore Klein, qui tt.molgna au proces Gaveau, à la fin de l'annee dernltre ; ancien tortionnaire de la. Gestapo en France. ce voyou opère maintenant dans notre pays comme membre d'achats t de l'Ouest. d'une « mlsl;!on l'Allemag:ne de Ceux de la quatrième et ceux de la cinquième Les hommes de la quatrlèmr. co· lonne (1). Inflltrés dans les servl ees de l'Etat de Bonn, sont char· ges de mettre cn place la nouvelle Gestapo et la cinquième colOnne. Cc travail n'est pas COnfié li. n'Im porte QUI. Le chef dU personnel du ca.blnet d'Adena.uer n'est Autre Q.ue le Dr Globke, l'un des princ ipaux auteurs des tristement cêlèbres 1015 racistes de Nuremberg:. Au ministère de l'Intérieur . c'es Behnke qui assure la mémA beso· J:ne. Sous Hitler. li a écrit un corn· mentalrt'. devenu officIel. sur le 1: droit admînh;t.ratl! l' nazI. Quant au eonselllcr juridique du ministre de l'Economie. un Certain Hubcr. il est l'autcur d'un t traIté du droit constitutlonel du Reich Grand Allemand ;. . La Gestapo sévit déjà durement cn Allemagne occidr:ntale, pour· suivant Ic démocrates, épiant tout. cc qui se dit. Plusieurs organes d lIatson cxls I.ent entre les hommes de III cinQuième colonne néo-nazie Die Briick.c (Le Pont). Der W Cf} (l.n Route) et Der Kondor, édités en Amérique du Sud ct répandus R de centaines de mllllr.rs d'exem plalres en Allemagne de l'Ouest en Autriche. Le (rand complot néo-nazi est déjà bien or:anlsé. JI faut que les hon n tes gens. les part.lsans de la paix s 'unissent. alertent l'opinion. aglsscnl. ('xigent une polltlqu.· suscep tible de le brIser. Il) Voir dan. l'. lemler num ro  :1 ': • D. L. • : 1.€3 t .IRq COI01l."  !fU .. conlui me. - Quelle cd la participation des Arabel d cc combat ? - Je puis vous cilre Qu'elle est à la hauteur de la tâche que nous nous assignons. Dans notre der. nitre Conférence nationalé pour la. paix. tenue le 9 mars dernier. les r eprésentants des ma es: ara. bes n'Nalcnt pas les moins dyna. mlques. Les Interventions d'un Arabe relic:leux de Nazareth. d'Une dêlél:uêc des femmes arabes et d'un representant des syndicats arabes ont été particulièrement rp.marquées et applaudtes.. TARIF DES ABONNEMENTS à Q",,-.,_l_ • , enw. t'o' "I\",trc . PII.,lIS (9'", _ Tt!. , PRO Ll-OI I r,\J 11·14 - FRANCE T UNION "Ri\NÇ,\ISB , e mol. ............ BOt Ir. l mnl' ............ 30() Ir. 1 u ... ........... 1.100 Il. PAYS f;TRANGf;RS 1 l mol. .. .......... 450 Ir. R mol. ....... ..... 850 fr. 1 ln ...... ........ 1.500 Ir. TAItIF $N;ClA1. poar la aE1.GIQV!: C(lmplil chtllUt pootilT : 6111-91 PARtS rI/ur lU chln,t ntntl d'adruu .. nvoyer . Ir. tl la d .. rnttri band&. COMITE PEt DIRK ...". TION 1 Andrt BLU IItL Maurice GltlNSPAN ("/tarlU t.f;D8RMlIIoN Pleru_R.II,nd LEV V l.e hanl , '::h O\lEZAftf;Jl IIIM.,. ... .s N P Imp P"'$sonnlere e. baul f'qi ..... nnltre l'A1US 19') GRAND MEETING DANS LE X' Pour pouvoir r Wllr plua sou\'ent 1. amis de notre section. nous avo " c:anls une soiree cln mat.osr ... unl.ft;.e. Le mm hongrois oC Quelque Pltrt en !:urope • a helllé en nous les souve nil-s 'un paSl proche. AU reste, lu questlOl\S soulevés par ce mm ·Jarais. senL d'une actuallû br lante. Nous n'avons pas encore pan e LOutu ]('$ blessures dc b . dtrnlére guerre Que rlejA. nous $Ommt$ deVAnt Je péril d'une nouvelle \tuerre. La nëcessll" de la lutte pour la paix, contre toutes les dl$crlnllnatlons. a éUi comprise pAr P:UII dc .00 auislanu qui cnt suivi IIIVCr. "nll suention .&ou. tenu,,! le d:r.c:ourll dt notre ami Charlf.s P-. JAl1.l, le III lIireellon du MAA.P • Bonne wjr t Qui permettrll d'&pprl) fondlr le trAvail (le notre section. • LE BAL DE .MONTREUIL A ETE UN VIF SUCCES ToUJour .. l'honneur, notl'l sectiOn df: MOlltreull déplolt' unt! Aetlvlt..4 11'1-

nse. Son cOnl!lé IOCR! quI a

"'!nrt i Res bues I:I'àce 1\ l'afflux de nOuveAUX Idhtl'ents Se réunit régu4 uhement chaque vcndredl pour pas er en revue les êvtnements de la 5t maine et Cll tirer toutes les leçons. La Se"ctlon ·c.'\1 i gnée la sympathie de (.(Jute la population r"publlcalne. encouragement A pers verer dans la bonne voie. ses manltut.atloru sont dl! bell ... s r ussiteJ; ; alrw. l,· «ra nti b,,,[ qU'elle a orgllnl&ê le 26 man., e' que M. Daniel Renoult, maire de Montreuil. a. bien voulu honorer do sa presenee. A cette occa"ion, notre dévO' camarade Mjchel a pris la parole pour J rCsen er un bilan de l'action du M.R.A.P., CL dWnlr les u.ches QW nous attendent dan, l'Imn\Mlat . , , , \ A l , J \ , , A • DROIT ET LlBERH La vie et les basses oeuvres du triste commissaire Vallat (4) PROTESTATION UNANIME

',n, 'l,!  .'in,I.,. \'" :",, "_ ' .il rmnm i'

'l ,, I'J"f" m l d rf. 'r, l' ...... t"' :l .... ll nl J""'I •• - Hh,rc r ,It' .n' 'l'" , . h_r I;'·" dn 1'1" , c . ",h "li nl""",;lr ,l,l'LA' L{)n ,;. dM .. 't" ,(OU ... ,,,ni_II ". h,,, .. , 1)."" .... 1 ,... Qu,.""" ,t' m,,"r!" . r", r) .... I 1r\H tn 1 " " •• 1& r'l.n,l " d . .. :' 1 hl (n,1 j".l r, I. "n.,- k"r n'" qllP ' "Uilt " n . Il\n,lh 'l'" \'"U t .. . ·nn ....... nr • hurl.r '11 1I111U ' d .. , • Juif- • olh Ir l'n" "I"I" ri. r.". .. .. "tr.· •. 1';" ' rU, ,. ,· ... t ,Ir l ' l,·.'A,," n ' il"h .. p,u' trr .. nn' nl . 1.. h "r dr \". 1., " 'é tait l' h ,·lIr . Il rAU ,,,,, , """ I.n _. . h l .. . VE.R 80Ti r-c-1NT""E"'R-.,'-r; AU

rUI FS

.. ,'CIiT ""•,

1 I-"i. ,, l" ·I . :\0 ,1 .. "t. fi·ur fI'in",

' · "r "" j. I"'" ,,,·,\':'Il" ';quo ". ! pU e f\'. Ii»n .. hi " i'· ... Ir rlu" ,";n ". ( "mfIJ rie lH mMI .' lbl,,,·  : I· " nllunr ,le b r.n"l r.

 :.r. n   "". m&1 t " '·D ,II . 'U ".""1 a

., 10, r ,...h ... , fiu " . ",,:. f"'".(a l ... cntr. t ... ", .. IIni ,·1.", ,, . AII.", .... fi . Q " ,,tI \· ' ,1 ',r" "" r " 10, ... ,. h ... h' 'lUi ln! 3 fi .. ""p: ,O .. , Il .. r'1 ,, ; r d .. 1' "lIel"" . ' " .mi. ,,""lra 'lU'" r'r.udll k ' ·" "rll,,;.'" t ... WU" ".rb"J." 1. la,· p"n ... "t l '' I 1 • • J u.h p:tr X ,'i .. \',,1l 1 /,,1 pr. mtlln 01_ ,.",, .... r plus I"h, I·, .. ",-r' "' IO P" ]j,t: r. 1""1 .e lif. ,,,,,1 · .. och l"e. l.'I"\m,,, 'p" Ir" I j! ,j, ,· ,·h,·, " " Il.'"T.' r, . r , 1",,,,. ).3  ;",," " "._, "" .. pl"i ""·,,, d h,,,n,,I_ , \,s :"""_ ,, II J1n .,... "hi'l"u l' I' r:,IlT I,, ,," I .u y u" ". "'u' '1'" .. " n.,.,' _ ,u ... ,IJl"it. .,, ' .k_ j;. "]I .'t .. 'Inl ,nr, ... nl I ur "" .. 01 .... lon' l·U. r nt .. "I' 1 I,,,d',· d. cnlt,,,. .. , 0 .. TonnaI! , 1 JiI !. m. lb no) 'Ini o: on j le 10

   !h ror • tu .xo,gi- u " .udilc_ .ur l 

1· lmt'" ri ]" fI..blr, Ta",Jh "",. J ... f Jj" $ .. b l'.Q .. I .• • r.tuln .bn 1 .... ,,,, •• r ... mb. .. m .. rI ... knt It . n.l l- i""In ",,1 "". h"u· Tique Juive; mA'S il y " pite : san Vanat, V;C\Ot R3sch n 'aurAit pu Hl: tu" ... PESSACH, des origines à nos jours (SUITE 1\ UJOURD'HUI. de plus, PrsJ. sach a la slgnltlcatlon d'une tê e cie la llbpr t.é, du bonht.ur. Elle s. pour but de ctlP.brer la libéraIbn dcs H breux. qui, conduit r. ,r Mo"j$e. quittèrent masslven nt l'Egypte. la c maison d·csl. avage ,. Cela se pas5:J.lt. prtcl. r mt les historiens. cn l'an de &,'àcc 1250 lavant Jésull-Chrl!it). S ,lon la légende. les pérégrinations dc Hé breux dans le désert d urèren t. quarante ans. Mals les froids hlst.or iens pe\lven t. prouver, g:-tce a.ux Inscriptions deehUfrtes sur uoe sUie de g-rallit. noir, rptrouvée · à T hèoos da.ns la chapelle mortuaire du Pharaon Memepuah. que les Anciens esclaves av aien t gagné dHlnlt.lvement la terre de Canaan d!'!s l'anné 1227 (avant Jésus-Christ ). Ils ::Lvalent donc mIs. au maximum, vingt-trois ans. M. Theodor H. Gaster. prof(' fleur de Relll::lon r.omparé Il. Philad

l phlp- ( 1) SOullc-ne que. selon

la Bible clle-mêmp-, la féte dl': Pi- La rUle r(Jr)I(t e dt' Pilhom. dprès 1;\ Ha,ada de Pra.;ue 115271 Ques était déjA UIlc In!.t.ltution é tablie aVl'lut que les Hébreux ne QUittent. l'ERypte. La danse et le le'loin I L sl'mbl\':, en ·effet.. qur. certains rUes dl" lA Paque Juive, au cours de la cérémonie du Seder, re!lètent l(!s traditions mménalre. de la primitIve fête du prlntemp . Le mot ( Peuach 2 J:IO\U'raft deri ver d'un mot. hébreu Qui signiDE LA PREMIÈRE PAGE) et exploita les Hcbrp-ux au (")olnt Que ceux-cl accuellUre!'lt. comme un I!bérateur Moïse, qui leur mon ra le chemin de la révolte et de \'Ind pendance . Ramsès, tyran guerrier, felgn!t de consjd rer les Hébreux comme la f; cinquième colonne , de .:;es adversaires et.raniers. Il Ics f!m ploya donc à const.rulrf! dans la vallée d Goschcn. où 118 étalent. rasemblés, les villes for tifiées de Pithom f!t de Ramsè!l. Autour de ces faits h istor iques, la tradition biblique et post·blbllQue a grefCé nombre d'a necdotes et. récits légendaires. Qui Cont du Livre de l'Exode une veritable èpopèe de la liberté. MoIse ':1 apparait. non aeulcment comme un homme de DIeu, un chef oe guerre. un législatt"ur, mals comme un Hre humaIn, épris de justice. dont la fi:;-ure est partIculière· ment attachante. Sage politique. Moise SUt trQUVl'H' des alliés dans les peuples voisins de l'Egypte, Inquiets des plllagr.J des Pharaons. Il !It méme un dé, tour pour s'assurer l"appul des premIers Forgerons (Kenltes), qui exploitaient 1eR mines dp- CuIvre et de turquoise de la région de Serablt el Khadem. De la mer Rouge au Rhôn. l ES savanL'l donnent une exp!!, J caUon scientifique du passaic de la mer Rouge (nommte alon ml"r (jes Roseaux). QUI. selon la Bible. fut ouverte par Dll'u .• lIn QUI" les Hébreux puissent passer Asec entre dt'ux murs d·eau. On cite des cas où un vent. pul 5s an sépara a insi le eaux t't n t même

-emonter des rivières à leur

5Ouree. En 1945 et. en 11146. on rappor Que les caux du Rhône furent. repoussées vers le I;J.C dC G e nève sur une distance d·un Quart de lieur, R et lu habJlants pouvaient descendre sur le sol sec entre lU ponts et palier d'une rive à l'autre . L()$ CommentaIres rabblniQuf's ont encore apporté nombre d'InterprHations ina:énleuscs des tex' tes bibliques. On raconte. par exemple, Q\1+:', lor5 de la quatrleme plal _ les bètes sauvsg-I'!s - envoyM par Dieu aux EgyptlcnR, ceux-cI tenIkrent dl'. se prottlier 11 se barri cad all derrIère leurs portel. Dieu, sur-le·champ. crea donc un ter· mite spéclalc Qui pui.!lse traverser le bols. Le prophète Elie et J' antisemitj'me 1 L t'st prcscrlt Que. le soir du Sedcr (premier lIolr de P l Ques). Quatre verres de vins soient bus par les convives a certlllns points précis de la lecture de la Haga.da. (récit de I"Exode) et à la tin du repu. Un verre est réservé au prophr.te Elle, :\ une place vide, ou 11 est sensé venir s'asseoir. InviSible mal présent. La bO!lison reste Intacte? Cela n'p,; ;t vas. selon la tradition, une vreuve de ce Que le prophète n·a pa!! bu. C'est au moment de l'absorption du Quatrième et dernier l'erre Que J'on ouvre la porte au prophéte Elle. SI un Jeune homme entre a ce moment. Il est sûr d'épouser dans l'année une fille de la maison. Mals cette partîe de la eerém()nIe rappelle des souvenirs dramatiques. Au moyen âge, les Juifs étalent L, momie du Pharaon RamsH Il. accusës de sacr irler. à Piques, des enfant. ;: chrétiens. L'ouverture \.Qu grande de la porte avait aussi pour but de montrer à qui n'aveuglait pas la. haine antisémite combien Innocent ttalt le repas tamUhl.1 du 5eder. Ce que "on chante à Carpentros 1 L 'il a de tout dans la Haga .:a : des l'tclts, des anecdotes, des maximes, des cons i1s pêdagoglqup- s (comment expliquer aux rntants la sortie d'EgypteJ. des chansons. Celles-ct varient. suivant les rêglons. Par exemple, les Jults de Carpentras, au moyen a.ge. chant.alent : En EII'YP t. quand !ls célébrèrent cctt I fêtr., ll p.talen a. bsou. ct libres: Mais nou Qui mnlCS Ir.l, il SelgntUr, SOmmes e.)urbês SOlL'; l a. t·:lrnnnie ... Bien Que Ir-ltf nourriture ait ét.. Ir. ['Pain non leve t: les herbes amè!fCS leur IoL. Tu lh as nourris, seigneur. Nourri&[ nom; a uul. Dk rêle nOIre liberté ! .. _ Ces deux s trophes suffisen t .1 montrer Que la condition des Juifs d'alors n'était pas enviable.. En demandant la liberté, Inséparable du pain, lr.s Juifs de Carpentras rpstalent dans la tradition dr. Pessacl1. Car cr.tt.e féte. débordant Ir. ca.dre religieux, rcste pour tous la féte du printemps, de t.ous les printemps. !le c sautiller . - danser ", cet r--------------------------------acte étant J'expression de la JoIe printanière ou, pl::ut-Ot,re, du dCull qui résalt() dl'! la mort d,) l 'hiver dlvlnillel. t"D"·a',u trf! part, cctto t He du prin· était J'occasion d'un rrsscrnIT. t. de:; lI en.1 familiaux: le rcpas devenu 1,. Sed('r). la consom· mation en hate dc pain non levé (l'Idée de levaIn Ctll.nt liée il. cclle de putrtlfaetlon ). la marque faite (en Egypte ) sur les maisons avec le san;;: pur d'un a gneau . .!'iont au ta. nt. de symboles dl' cette manUel taUon d'unlon sacré , de cctte consècraUon collective en vue d'une a nnée riche Poil troupeaux prollfiqucs et en abondAnteS récoltes. Unl" seuil' !'Pc l-e dans le mondt! célèbre cneorc Pessach comme 11 convien t. selon la Blblt'. en Egyptc : ce sont les SamaritainS. Qu i vivent il Nabhu, en Palestine. Ils ne sont Pas l'lus 11(' deux ccnl,ll N· Ils sacr lflc-nt cl1aqut! ann c J'a nrau pasr.al \lr le mont (;uerl lm. R.amsès, le tyran Il AMSES II fut, Ir p!Jar:l.On d,.. l'Exode. Plus ('ncC)H' Q.u son prédécr. sC'ur S t.1 l'., Il prr tcut,a - -- \ 11 Tl1 odur H. G". trr " t'MS"l'n, i1. hb(ory a:lrI tr.HIt \il"t . " Très grand choix de Tissus GABARDINES. PEIGNE TISSUS ANGLAIS Chez SIMON 10, rue Lt on . MON. 81-41 Mt". , C ,ÎI ... _R w •• SUR LE FRONT DE LA PAIX Al'ant la ('.)ôtUfC des tuvaux du ('f\milé mon,Jial, .. S(OCkhO ln un l:l"lIIu oi mretlnl:' pUblic fi eu )irlJ' dlln 1:1 i': u t;"r.m :Jr. sa:le d ]:\ I·U I . P:us d':.me c.cntalnr "e pe rsonn/l :!. t s inlerna1ionl.lc:s .' .uédoJsca SA l"niSMicnt la trIbune. l1ldctv. Ehrt.n bourl! ct le docteur Andrew. du comité sm!dob. Ollt pti sla parole da.ns une a tmosphèrc enthousla.ste. La. ,·ommisâon na:l"na],· p "rmll' Ilntl' ,, ('JI; CnmbatU\nts de lA l)( .. t ole IR Li rtt! "n France t l é ril 1, 1\ agf·nces officie "e$ QUi. pa r de ln· fotma Lion, ausJ ;;tô( tI ':mell!il'$. comme c(' I;(' d'Il ne ,·"pérlrnce M: la bornb H. , ;'as cient aI/li; malloe U Vl" rie .. (Hern' froid,· • d·un )il."otnenu:Ol'·llt qui fa 't délibén  :,n rnl p .:-r Slll" I·hum fln\lé III m nac,· dll t.errnri me :\tom!quc. El l' "l'mande !\UX coruells commu· m'lU.' t Al\.' cDmltt. d la paIx rl'a,·c' ·ntU 1" lJ amp \l'n conl:"!' lfl bomb Jlo.niquc· aUI"l's ,I!'. a ellllJl !os éi'I··s. Les partisans de 10 Poix catltr. le débarquement d'armes américaines A Ro.\nnr, en prt,·I I(,n ()I\ rl !p;l,n 'l' Ull t.rain de llIatc ;· I ] Ilc g · l ne, )1':, oq;:an :sat ion d !m" C 1"at!Qlle ds la ,'Lle &\·a,..tl l pr vu un,. manitcHa\lon ri /': protts aticn. L,' cuvriers +l l'ar· senll, ayant dtiblll ) . k rend t rel\ ,,,'C!C ]r.:! autres mamfc. l ant en ni· l'I'ction du lieu tl Mpa: du train. ]"s f;)rent :ltTttt!$ \),'11" 'I mpo. :mles r0 1"C de C.RS. el a.utres pohcien. Un .. baClllnl , ;·en \li\·It. On compte J) \/Sicur" b]p sts de part el d" Ulre ,·1 21 aITc. tat;uns. parmi ]tM" u ls un joom3;;.:!I"', M. Ben J1. ,·orrNJpcon:1 6nt du PutlioU. A T llnis. IC5 dockers lnt vnlé. au cOllr __ ri-u n aSll' mtllé' . une motion "'1 l'S aff\rml'nt \" lIr ,·olor:l1t. df 1'1" r i l'" Aucun l ravail dèstl n aux préJ)RI"IW. de guerra. E l même ll'lllp&, 1_5 10 partisans de hl pAix OZlt is U!, dans la méme vi li ... à. Un m ttni dr. prottslalion contre la prod\ainc arrh'ée du .. Dixmude , . Dans unt. réSOluti .... n, ils dél'::nt.ol Qu'tl .soutl"n;]root 'le Jr.:II· .oollùarité a wante c I I' Iral'ailleurs qui relul" c rorll de déchat"Ju cc ma lériel de /t 'ttrre '. En dtplt !les b:l rl-agC'l Ile la )lO:icl', u n .Ielt!gat.lon A réu.-o;s, il. n! D1 ltte cette ntl)tlOtl il. la pl'ésid nc'!. La com!ll19;ion d:! affaires ét.rllnlI'èr(' s d,· l' A.S6I'mb:êe nationale a mt,!; it 1'",(\.", du Jour fie Jl;3 prochatn.'

a n ce le 211 la m ", hors la loi

de la bo'mbe Atnmique, ain..ii QUI' I p ro WII! ]llOns rcmis s par la délégat( on in(nn:tllonaJ", ,]e parlL al"ls de .a 1111.\ /t la p!"ési(len('(' de I·A"scmbI6e na/ionale. Les syndicots indiens et la paix 1.03 1'1::3 icn récente du ron r .s des

yndlca!, !Zldlrtls a lan  un appel

pour !lue Ja s"main/! du 23 Rvril IH' l _r ll\ i oil I"tlébrù dans toul le pft )'S comnu: lm,: e;ll1\i ne de la paix. Au C :I\\I· d'" cet.k r.mlljn . eronl popu:arl t, s le! einQ. pror,. lt.ions !Ill comité mon,ita) des pa.rtisans d.e 1" plix. La lutte paur la paix en Roumanie JUI\ I ,d . Cl' Jour, l3.f .\8 comilé.. pour la ,\ erel'l e de la paix 011\ éU! censt iIllés. I I gro·lp,.nt drs OU\'I iers, pay. $fins, Inll' Il octuel:;, des membres du ,.j,·togi. alOsi qu·nn for t pourcentas", d femmes et de jeun' s. R ce:n ·n en t A eu ]j,'u une Il,,ssion du ,·o!\llté p,-rmlnent A-\,(,(; la PArttcl lJu· lion dr !'écriv:un ,llI.llotJ!i Martin Aod

 rM' n NI':  . qui Il !all. un exposc!;  ur

Ill. IU!.le du Pf'.uple danois pour la pa .. ; et le prorrès. 'J"M VoU.t IIU'tlt, 1,. fi "' , IU , 1. «.mm; u ri , n\iJ"if. ,1 lo ir" lI! rjlt .)" ' •• n,nu. n " 1. ,;"·nmrCn *. "" .. ,1 ' 1. L. ,"," Iii pla Ir ',,"" "A" pC IU ,1. .. ""Ii"ne •. c ... mbl_ ,]'»"jO n("", nnrnm p" ... ,n" .. "I" ,In r" lm ... ).., i Jnin Ion. l inur ". "". nÎl r",'fnp"1I! fi '("r l ... " D'" nDrd le l nl l 'f(.'1lnl .. . le r "Io,Il. J "!I', il ... , n ,'nu l ",;nl lrr pl n ip"t. nl 'ft; .e .. , 3"',,· 01.' .... 1.'" " U_, ... fh,, .! ... "' hr. d,. Vi,· " ,. .. \ .... t. '1u """I_I! , .. " .... iD ..... c"n' i"n .. r ,,, pnhli' I"r. d'Utin '\IH'I , IlrlllChf " ,·" bi,,'" ,1 .. t. '· .1 n}. r ] .. l u".'jon fDllc"!"n. nt 1 · !(r! .. "I!", .. CI '1' l'M I_ talllrrn , '. '1'" i""UI-U f i ", o no" l'I' III "or ho pollt'que fi. )"1'1" .n ,·"n""u r.nt • p ..... lIr .. r IIn p"y,. n ri il "UHn'H le 11'1 .. ' n n t".i'. ? Crl' "fi."t 1"" I . "',!Il"u. I ,h.,"h _ ri / fI .. ,,1 ... o " ,, .. h ... III " .... fi':.., .. .".j d m, l h u ri, J ulf ri 01 .. ppt.r,,"I " . 11 ," 1,; .. " .0\\ j .. "r,. un prrm"', rl,l .la .. , l:t mUf",:tfie ,c h v T" : m .. ""t.re ,lu t:"JI ,1 fi. S'"rrl .... de ,,, rra "d.'1" ."" ;,\"' , JlI ' r;bn l .. u r fil" rr""!."', ,le rro doc .... rh' rI dc , rufk h "·',,,,,,, .. lIilllo' t,""nr .e CO"'I'1r d 1· I i n ... CONTRE LA MESURE ARBITRAilRE FRAPPANT LE Dr DAVID (SUITE DE LA PREMIERE PAGE) !juls dans t.oute la ré!:"ion unc t.rf' fo r t('. p opul ar!1. en raison de son dé vouement lnlsJ;l;able ! Mcdccill-chel des dispensaires d·Eure-ct.-Lolr d puls 1946, il a men . une lutte acharnée contre ]a t.\lberculose, parmi les ou...-rl('rs des entreprises de Ch.1tcaudun et de Notccnt-le-Rotrou, le personn el deli admlnisLrations départemen· tali"S, ICi collecUvltés. les enfants dcs écoleli. l'tc ... Bien Que grand blessé de I;ucrrc-, il a parcouru, jour et nuit. en lous sens, lt: dcpanemt:"!\t, POUl "('nir en aide aux malades. Chacun l'estime autant pour sa valeur professionnelle que pour 1 ..

olldltt CIe !es convictions républicaines.

PENDANT LE PROCÈS DE GRAND BASSAM A\Il; 1. la mesure qui vient dt frapper le Dr. Erncst David a-t-ell, provoQllé dans l'Eure-et-Lolr. un mouvement unanima. rassemblan\ dans la mtm protestation, la C.G.T ., la C.F.T.C., le parti corn' mun!ste. l'Ordre des médecins, les Peres Jesuites. les religieuses de l'Immaculée Conception. etc ... Jus-qu'aux conseillers génêraux: dll propre parU du prHet Rastel. .. Dé. lcg-ation sur déltgatlon se sucee. lient 11. la prt!tecture. Ava.n d'Hre c démls 510nn ", 1. docteur David r eçut la visite d, dp-ux Inspecteurs de Renseignements généraux. L'intcrrogatolr, dura trol h eures. A la qUestion : c Que!!/! es! votre religion ? JI (mals ou\). le docteur David S8 leva et dcc1ara avec dignité : Su .. la lagune, des ba .. ques avec des banderoles demandant justice pOUl' le peuple noi ..... _ Cela me rappelle trop l'occupation pour que je réponde. Mail Je tiens à voue dire ceci : J'al fait sapt ans de guerre et de eaptlvlte. " ·ai été efti PARCE QUE "II N'AVAIS PAS PEUR ... Non. Xavier Vallat. n'aura pu

a revanche ! En Eure-etrLolt.

comme partout ailleurs, les COm-battants de la Paix et de la Libert. é se dressen t. un.ls. aglsJiant&, contre les nouvelles mét.hodes da Vichy. I.tl prod'!'\ raeh tc .Je (;j' lI1IIBa!'\!'\ am \' ienl fIc Jlrendre. rin. O n ( I ou viellt Itle le /)rdeS le en 1.1 l: lé les incîtlen ls 1 Il 6 fënier !!I·HI, m o nl!!:- ;·1 I\hidj:l ll,

ll'r':s la brill:m le m:mifcsla l iol\

Ilu RllSSl"mblemenl n êmOl' r:IIÎ' Ille ,UrÎc.:t; n, il r(\('(:asion l ie la. I('nue de son cOI\f:(rcs inler-IrrJ ·i io d al. où ,lts )ll"o\'ocntcu\"$ onl lire sur la fouip-. Us Jours ulvants, 40 militants dont. 8 dirigeants du parU démocratique de Côte d'Ivoire étalent arrêtts, Jetés en prison et torturés. Ils n'avalent, commis d'autre crime que de se trouver mêlés à une bagarro de reunlon publique, provoquee par leu!' adversaire. Cc n·cst là Qu'un simple prétexte pour frapper el'! vaste mouvement démocratique qui ra ss m ble el1ectlvement l'Immense majorité de la population. En Afrique noire. Je racisme ct le coloniallsmp- ne font qu'un. Dtojà les libertés sont entravées; si les réun ions du R.D.A. 1I0nt Interdltr.s c·est parce qu'II cst. un mouvement Indigène . On tolère même les provocation s. les agls.scments antIconstitutionnels dont se rend cou· pable le R.P.f'. Au conrs de ce procè.!'i. n e.!'it ap· paru qu'aUcun acte précis de pil lage n pouvait !t.re reproché aux accusés. Sur l'ensemble des témoIns QuI ont d éfllé ;\ la barre du tr!bunal. le plus grand nombre était des taux té-molns, don t l'u n , Bernard KuaMI a été arr t.é r.n pleine aUdience, Un certain nombre de mlHLant.s on t été arrètt.s alors Qu·a.ucune plAinte n'avait ét : déposée contre eux. Depuis 13 mols, Instructions. confrontations ont large men t prouvé Que les Inculpés étalent Innocents. A lp-ur greve héroïque de la faIm, pours uivie Jusqu 'a J"extr me limite de leurs forces. la popu latlon unanime répond J'lar une sol!darltt agissante. Dès l'ouverture du prncés, une foule nombreuse Hait. m,, st e de· vant le t ribunal (pourtant à. 40 kt· lomètres d'Abidjan). A 100 mètres sur la lagune. une cent-a ine de ba · Ques portaient des banderoles exigeant la libération des innocents l't le châtiment des vrais coupa· bIcs. NI les manoeuvres d'intimida· tloll. ni les barrage! établis à ln sortie d'Abldja.n et sur la rou te. ni le survol du tribunal par Qu atre avions militaires QuL l urent hur.s, n'empêchèren t cett.e foule de l e retrouver à chaque audience, sol!- M. DDUDOU-GUEYE VICE - PRESIDENT DU RASSEMBLEMENT DEMOCRATIQUE AFRICAIN déclare à D. L. Nntre luttel:ontre le {'.olo,t1aIisme, le racisme, continue: elle n t_essera qu'avr.c le triomphe des forces de liberté el d paiX. Le verdid qui a été prononcf, par le tribunal marque un reeûl ' de la reac1ioD colonialiste Qu i n'a pu, Irrl\ce il. la dHcnM; t à l'admJl'Ilble attitude de nos t'A marades, prononcer les pei nes qui devaicnt lui perme ttre de soustraire définitivement nos Cftmarades il la luite. Notre prbideDt Fr,lix Houpbouet a drjÀ,. dit, avec raison, que ce verdi ct. Joln de nous abattre. nous stimulait. Nous sommes sûrs que nolt:o: ohtiendron la. cassation ùe re ju ! rement inique. Notl'e confiance est très grande, ear no1U'i savons que tons les honnHe .l'cn de Fran('c seront avec nOlis pour l'exige,'. Notre lutte l'ontre le co· lonlalisme, le raclsme continue, elle ne :o;'arri'1era Qu'avec le triomphe des forces de liberté et de paix. , SeJer 1943, a Auschwitz (ETTE ANNEE, ES(LAVES ... p REM/En hiver au cam)). Des transports de 1942, nous n t! somme.i rC$tés QU'lmtl voipnée. On tient le (1)1I)), bien que de 1101/· lIealU; tra.n5portl arrivtnt ri: lwe cadence accélérée, dt divers pays d'Europe. Le printemps fait $Oll armarilion. tin bon $oltil, r échall-ffa7lt. On revient ri: lit vie. on rtmwe dcs sou11enirs. Le mal du Jlay. . II! mal de la famUle. Les yeux brillent. On parlt, 011 "pari Il beaucot/p. C'est aprp.$ st Ct. Ii 11 11 rad. l,a preuvll est donnée que l'ar7l1ü de Hitler n'cst pa.' !nvinciolt:. que la victoire appror./1 e. Bie,,!O!, ce ura la raqUe. ChocIm sOltge d sa manière li cette fUe. ct des grOllpe. ., Jorml'n t pOllr parlu, parler encore. 011 parlait. Quiconq1u! a vécu la vie de.' camps comprend pourquoi d comment f. on parlaU :t. On JUlrlai! (le li/lerte, du pilSst de l'avenir_ de tout. (le Utcs ct de rcfKU. oui. de repas, el méml'! beaI/COUP. C' t a it tut moyelt de s·a.ccroc/tcr, de lllUer POlIr -'!troi· I/re. On oHEr ma.it s"n existence son espoir de redeven ir un jour des I,olf"'les libre". Demailt. la Pe1qlle 190 ... les ait· tiens. qui. étalent là. depuis un al cl plus. nOlis diS(Jielit .. A chaque tHe, I!:l surtout il "Aques. lu S.S font une sélectIon. I1 transfor ment les Journée de !Me en jour· ,- - nées oc deuil . Fêtl), Rt-ter.tion, dl:!til... Notl , t !lUOII! , o!ts le eOllp de ce. mots Mal.' m al qr tont. lin lIlou.vemen .TC dcsstlledt dans le camp. CEUX d'clll rc le3 bdfs QU i ela/tm! croyants sc mettllien l'II devoir d'oote,,!r le millimltn pOlir I VmIJol/ser un Seder. Le allt1e$ égre11aiellt des sOlive llir. 0,. sentait qu·fls voulu/ent à tau prix. de qutlque Jaçon que ce jû.t marquer cette fourllce. , ,, ,,. 1 - Voici la ,oirée d.u Seder. L'appe vasl'C comme d·habitude. Nous al telldorls... L'aD 1 terminé, pcut l!trc e flt('l/dro1/: - 1tou.s l'ordre Iugu bre ., Alle J uden a n trcten ! Rauemblcm.cllt de tous les JI/ifs --

,! Nof!.. rÎen. 0" dulriolle la "'OfJp ct lc pafn., CltacUll. gaglle 8a place LOI heures coulent. Toul â coup. dans un coin. de. chants montent e.n sourdine. I.a· Ha.gada ... Je m'approche. Devant moi. Ttlt groupe de Haeftlinge autour d'une /XIuteme de vin, de qu clQue. morccal/..'t rie pain a ·ymc, I!t méme d'un livre. la " Hagada ... La tradition est observée, El Olt chante. Ici, dans ce lieu d.e mort, on chante l'espOir. Cette année, des c5clavcs. L'annèe prochaine, des hommes libres. Jamais pCltl· étre ces parOle' n'ont aC(JllM un scns ausst plelll qu'à Auschwitz-Birkenau. E NCORE une fou, chaelln, a a J façoll, trOitvait l'énerule Ile· cc.,. aire pour luttcr, pour survivre. Cc soir-la, le camp me parut ditJércnt. Il avait suJ11 qu l 'es poir qlli vivait Cil nolIS s'exprimât Cette année, des csclavcs. L'année proch:\lne, des h ommes libres. Ce ne fut " , .. ramlée pro· chainc . mai.s pilis tant. beau· COU)) pLus tant.. La libération. tOltt de mem,c. est vcmte. 011 a el' rai· son d·espérl.'r. 49-248 il. AUlrehwlb. Le. meilleurs TISSUS Toutes F oumitures pour Tailleurs 1hp2 ZAJDEL 89, ,. d'Aboukir Patis-Z' Mtt..: S t-Den.s. t!CiiUlnU I. nlllT TH ; eUT 78-81 POMPES FUNEBRES El MARBRERIE Edouard SOENEEBERG U • • ue d ,. 1I. I",re. r,,'U ::I -:ITH.: TRI 1lIl_541. Nuit: TRI sa-G) " da{re de ceux Qu 'elle considère comme ses vrais détenseurs. On n 'a pas hésité A ut.lliscr la troupe Dour tuer femmes, enlants. anclcns combattants. 43 morts sont à déplorer , plus de 200 blcMés. pr s de 2.900 empri.!'ionnés. On a parI(: de ri:volte. Une population Qui comPte près de 2 millions SOO mille membres. au milieu de laquelle vivent QuelQue 3.000 Européens, des colons, des commerçants! Isolé.s dans leu r campement en pleine brousse. Malgré la répres· sion. malgré les morts, malgré les emprll onnts pa.. un Européen n'a tté molesté. Les promoteurs de la rêpresslon et de la paniQue ont. rmbarrassés, car Ils ne savrntplus comment j ustltier tant de cruauté, tant de sana- vers . Ils ont dû. Imaginer une mise en scène pour faire dérouler If! procès dans \lne at· . mosphère dt!avorable. Malg rè l'effondrement total de l'accusation, la mal orlte des accusés ont éte déclar s coupables de plllage et de complicité de plllagp.. Sur les huit mf'mbres du comité dlrectr.u r du parU démocratique de la Côte d.'lvolre (section du R.D.A.) un seul f ut. cqultté : Seri Kor e. Lama Camara a été condamné ;\ dr.ux ns de prison: Dadle Bernard à t rois am;: Vlera Philippe. Ekra Mathieu, Williams Jacob, Paralso Albcr t et Mockey Jean· Baptiste à cinq ans. Preuve rnanltestc de la tra.glHté du dossier, la cour doit accorder le sur ls à Dadle Bernard, Lama Ca.mara ct Vlera Phll!ppe. Les manlff!statlons de 5Olldarlt.é l'n faveur des accusés, la puissance du R.D.A .. Qui a. tout le peuple avec lui. prouvent que là-bas comme lel, le racisme sera écus!':. Où est Georges Zanis? nl'\puJ. pl" ... leur/ii .jour!!, une t'li. rl eU!l « dil'pMltiolt » ne lais!;/) PA , Il'!TIfluIHer 10U(Ij lM r "Pllhll_ (' " In de Marseille. Un .rI!SMdl"'-"iAnt Y/lugoe;la ... t'. )1. GfIOr /!'fi Zani!;. ft. Hé ArrNIJc par l:1. police 1\ 1:\ .."!orHe d n dOlnlclJe l;a n5 qu' il al' été I· hl. de "'Avoir /lÎI Il 3 "lé condull, nI CI! Qu 'Il t de.·t'nu. 011 liAit

c,lil'!ment qu' ]] A t!lé  x ""t'!é_

H:ommc Irreprocha ble, ;\1. 7 .... nI.,. est 1.11 a nrien ent!("a..cll \"I)]on_ Llli ec le ]9,19 et un ,Iorleux com· blltlllnt F .F'.l. La. mes ... re QuI le frappe - et L !l\lol Une cerhine x nopbo b jl'J ne srmb]e pt\5 éfc:ln;tore - .st 1t'lI.utant plu. IdlsputabJe !lUt, rie noouhreux Jmmlgr"'" f"" .. lsles, ml'mbrll8 Ile l'Inll'rnat\ona]e. ries ImltrC'!', lW'u\'ent ! e livrer impnn Ulent ,;ur notre Jl;o] il. dc. actlv! t .. _ N)ntulrl's Jt la loi. rrépj on 'Iull M. Goorl':"f'S Zanis nc nourri Au .. une sympflth!e pour le .rouvf) rnE'm'1nt Tlt{). ... a ... HAMBOURC Ce qui Jl 'e 1 pas \)on pour lu H .. ml: ourJl: eol le scra pour les Ffan ai ! Un \'apel;.f ch rge IlOran 1.200 \.onnr.S d'oranges de premlrr choix poUl' Hambourg ... IR:; HambOUfg-cols étant délicats, 7.000 casir.rll ont M l'rfusés JXlur mauvaise Qualité! LI: Il laissé pour compte » a été cxpédié sur Marsell' . TOKIO Pa r /lrdrc du gcul'emctnc.nt. 2M instituteur et prO! fw.Ur8 japonaU ont élt! r vOQués pour leurs opinIons progrt.ulstN;. 600 autre" membrflll dt' l'I'nseISMment llpi)nais ont uh l \In inluTog;llolre, BUCAREST Un poèle juil hOllore. M. Tama, membre dt: i'cad mie, IL été coré de l'Etolle de la République PopUlaire Roumaine, une dt!s J)l.t1S hautt's dIslinCtions du. lUys. Le présidcnt. du Prisidium de la Ré-publique PnpIliaire de Rouman!e, les t rois Vi présldents, alnsl Que lc p!" mjcr ministre, on.t assisté .. une iW.Mlon dl'! l'AOILd6mie des Seletwes roumaine, cn son honneur, ATLANTA (US.A.) I.e: b hl f1 J(lbn 1,ynch et 50n adjoint WlllllI.m Hartllne ont Ilvrè

wpt nèll'feS au Ku-Klux·Klan.

Ils risquent ... un an de pri on! et 1l.OOO dol1Ars d·amcnde. La. sent. cnce II. ét.6 5uspcndue. la poosih)lit d'un nouveau procès étll.n ec· vjnll' . BER.L1N (Ouest) Ië 11OIr U . [,(! g.o f') dl'! Hitw( Hf'lnrich Nol!, de GJeI! n, aspirai a être choisi pour joue:- le r6le tif.l'ex- t ùh:C'r MilS IlJl film 1LlnJ!rlcain. Aussi sol;nfllt-n partioul ment . coiffure et sa moustaehe, ma\. . de mlluvais )llat lI.nls. prof!· tant d son Ivresse, Qnt  :oup4 1 .. mi:che et rlUé lA moustache. JOHANNNES80URC " La e" .panl' r ptlur aller voIr leur femme. IJCS ouvrieu nol Id·Afrlque d.u Sud qui ,'culent ha· biter avec leurs épouse!; léiitlmeJl, doivent avol:- SUl" eux en pcrttL1. ncc un lalsscz-pa.s.s r. Sans re

rmls. la cohabllat-Ion  s t imposSible.

Près f1 i 5.000 noirs sant ar· T ttS chaque :l.nnée pour défaut lie po:-t de ce 1n.!s.scz-pMsrr ... BUCAREST I.e co,, 11 munic,lpal d@ aueare5t \'Ient de publl r un dJ.oret rendant la llatIOl1al\t roumain,) à tous ceux Qui n avalent (-té privés par unC loi promulguée en 193.8 pendant le r glmC flntisém!tc de Cog . ...... MARIA CASARES (SUITE DE LA PREMIERE PAGE)

epli!me por te, l'A.rtOur a ulour de

]" maison, Bagarres et La. Chartr"' u6e de Pa rme où elle tel1alt. al'X ('MM de G"-rllrd Pbllip!!. k» rn]lI 1"1 ubU ll ble rie ]11, duehe.oo.sll Ile San S6 ... éri"," . Elle ... ]rut d'lIcbevcr Orphée, film \I@ .J!'!An Ct e tt'au, A"CC .,J"'nn i'IIaral . F'rll"çol Périer, Mllrie n"a t. NO\l. IUlrOn.5 bientôt ]a joie Ile la reyolr sur le.!'i OOrl"l. plirÎl'i"n. . Mar]a. CIlS!\ rès A +1+'"5 projetos. _ JUon phL ch r dOslr l'il'rnlt d " me rCIH)f;er d ull: mols a la ('ampaI1; nl'. li!Jls lllt , je pRrUral r lIt-"lrl! l'Il J(1lJ!1} OH au .Mex1'l""" mais il n'y a cllcore ricn dll CHln!n. jfl pul"" CIInnAUte uoe , ·il') an5 Je décDlrement .tel sépa r allott.!! autrui '1"r. eeUI'l 1111"- l'e:d stenoe IlOmporle, un monde 8an. "Iur". 8a," criS, &:a1l5 Illrm .. .s, saM erhu!!s, ru" bou]even;e fie .Ill ne IIA I, qltel "eslig& de bonlieur, « l-;t \'ous me lIe"t"Tlde7. ,.1 je !luis lin", RmSe 11(' lit. p:l.i:c ? Ah oui 1 Non rn o1 'unl! pltl:t, mals Ile la pal-.:, tout Iilm pl(lI11enl. ,. Amir.llle-mcnt, :M rill. Cas ttrès me raccolllpagne A. III llnrf.e ct sa loge ri va rejoindre ltl plateau dll théA· t re H b('ftnt.. .- Au fr vni r, MMia CIlEOa rèll. Bon ne. chanef', Ct... il. bien!.ôt ! AVAnt tir !lultl.:-r Maria C:a r{-s, ______ _________ _ .If' Ill! Il! demancl  !llt'('II1' IK'1l. alt 1" df! la. lutte dr. l'onlhattnnt de la P"I. , Sourlninl' n nt plls,o;l/lnn (', t'ile s'excla.me: _ La pah l je n'en connal;' h é]a  ! !lue le mot et tout ]""" ri'vericli qUf 1 .. IOnt pcut é\'eiller. " J'III eonnu la uerrfl 3U montent ni, J'" pou\'al,; oommeneer il. rcalif f'J ('e que e·es t. que la pllill. et depul: i, II prt.!'i la .rucrre .l'E.!'ipa !:,II p., j'al "écu Id la dr"'l Ife I:'IH'rrf'. La "c rc l" m: lnl Jl lt ! On !nt" par]t' de la !tuerr .. 'roide. " La pAIx A donf' Il!lur 1I1Il; la lurnltrl' 11."" rnt'l . ou,·r n i rl!l tI'l'nral1{' Ont lard et l'Id seule Q.1I.'\Ul Iour "'""",,,,,,, ", ........... "." ."." ... ...... , ... "., .•. , .. ,.",,'"lI l FABRIQUE OE TRICOTS !

• • •

GANA Socttl. S respcr.'At un. IImltH lu capital (le &1)1) 000 lun i

64, rue de foubigo, 64
 PARIS (tll')

" i TEt... 1 AnCbt\'u n--u •

"I . .nl lu,ulJlI""" IUIU'IoI"'UIU. I"I U... ll

• - DROIT ET LIBERTE Il PAPA FAn GRÈVE POUR QUE NOUS CINÉMA - Il ne faut pas tuer les femmes Concert dirigé par M. Albeniz L'épopée des reflexes condîtionnés Un don Juan à cheveux blancs Clair, le diable et quelques - .• SOYIONS PLUS HEUREUX" Jeudi dernier. au foyer de l'Union des Juifs pour la. résls.tance et l'entr'aide du XI' arrondissement. côte à' cOte. ca.thollques. Ju lts. tcmmes. jeunes, républtcains ont offert un goilter aux enfants des Rrévlstp .. Autour d'une tabll'i bien gl\rnie, des bambins Joyeux, aux fr\mou ses r os'es. chantent. rient. Ils ont pour. quelques heures oublié les • in.ic:ill de Jeurs parents. Dans un r,oln, je vois une maman qui essuie une larme : _ Il n'li a 1'/11.8 Utl SOIt li la ma/' 011., et malgré cela., 1/ faut tenir. lb: connaissent le mauvaIs j our bien jeunes., \cs cnfAnt.. de chez noua! Trois mod_stes billets Le mari de Mme v.btuQu('r e t ouvrier métallurgiste dans le 13' arrondissement. _ A.vec 4.000 franc& par umaint:, rloe.I n'arrivons Vlus n nourrir 7103

l'tlalre petits. Les $alaire.  sont t rDp
Gl, Il faut 7lrtvI!T les e1lfants de

tmzt. Vot/à !lourquo! mali mad fall fl:T ve. 3.000 Ir. ce n'est ):la,s le r rlZtlll, flt c'est tout ce QII'1l der/wnde: SDI9- patron rt dit nOll 1 Lu! QU I ,pule .nlT l'or. li, refuse de donner la ïro modestes b!!lets n cessairu pour améliorer notre ordinaire 1()U'1I' /l:lier. Cnrnme on comprend qu les tra l'ailleurs . .les mamans. en aient as& oeil dt' priver leurs petits. qu'Ils se ba t.ent pour obtenir une aml'llol'flUan de salaire. FBlre grève.

'est ('.Qnscnt.lr a de dures soufrrancés

momEmtanlles. Un cathoIIQ u du Nord écrit: «: Un grl!ve

'e-l pas IIne partie de plaisir. ni

de eongé payé. ni UM t réve d'hom fDI'-. s ratlgués . . Avp..z-vouJ': Ilensé i chacun de 1.'·8 Itrévtstes. lUi à Mln r éveil se demande avec angoisse cp. Qu·n \'a donner à maneer 1\ sa femme. .. IW!I enfants. comment Il va tenir un jour de plus dan!; sa. lutte. AuJ()\I!;'d'hul. Qui pourrait manr- r un morceau de, pain ou de viande sans le partager avec celut l'luI n'en a pas ? Solidarité octi,.. Notre solidarité ' acMve, chaleuf 1!lY Se, fraternelle, dol!. entourer . c::eux' qui luttent pour vaincre l,a ml re, la faim. A ravers toute la FUllce, dans d'Innombrables loca.l1tés se sont

ut.jtué:;: des comités de' soutien

&!.lX arévistes, des comlU!s d'aide nu de parrainage. Comités t rès larges. qui groupent. des personnalltés des divers milieux, politique, religieux, culturel et social. Il appellent toutes I COlJ,chef; de la. population f\. ga rtidper act1vemen ail grand mounmtnt de lIdarllé en faveur JOSQU EUROPE ... LE K. K. K. POURSUIT DE SA HAINE Thelma Johnson· Streat lA 22 dccembJo dernier, loe speetaULIn r unls è. la salle Pleyel applau· dLMalent un mervellleux r eltal de d.afp;e donné par Wle artiste noire américaine. mllss Thelma JoIHl Oft S rol'(l.t. Cette femme n'AlIalt pRa finir d'(!:tomner l s Pi\runel1,s. Qu lqll es JOU1'S DIUII Lard, elll'i e"posalt dAns une de l'I1Jô galeries tlne série de tableaux d'Ull

r.lngl'l pouvoir de suggestion.

""antfestallt d dons CI'ulle varlétc

  'Unc rlllhesse peu communu, tour

.. tour chortigrR.phe, pelnt:n , compo· slteur de \ntU;Jque, comédIenne. miss 1'1!:t'lmIJ Johns/m Strellt pulse le meUtflur de wn Inspiration dans lu mill/!f'IIII!, lr.s e3 ranCe/l et les luttes de ses lrkt.. de couleur. O'&t Une! utlst.e courageuse qui (Om .a. cre tous 8Cl effort.' à combattre 1&1 dlllcrimJnatlOl15 et ll' pr;:ju.gé5 dont .!Ou1frent . lu Noirs aux Etat.' -Unls. $go activIté ne pouvait. que déplaire I:wt rllCiII\.eI; d'outre-Atlantique qui n. t.r('lllvenl nulll!'trumt à leu!' gOUt .--es luits freiqul'4 murales oû elle dênonce l'hypoerîsle des c clvllisateurll • Wancs. et. :::'adressant t lut pllftlcul!èrement au" enhnts el. aux JCllnt'8. monue, en couleurs violentes. les c otr.k t l;:: [ e ; ta. haine mis! Thelma JOlll1MIl Strcat... Depu.b quelque tem , eUe r eçoit. en BImlpe de! I .. t.tr anonymes qui ont IIOftt des Ill naces dl! mort. - Je pen ai d'ahord qU'n ne 'agl _ .. Il que d'un vieux manlllque. cllt·elle. Mals malnt,enant.. Je ne peux P'U! me b.ITe d'i1lWlon l'ur IN: v!':rltrtblp.8 expêdl ur . Je MI qu'j1 existe un grouPE' d'A m;'rlcalfUI puls ant.s qui 11l veulent du 1Il 1. d'abord 'parc Que j'al III pe u nl'!re. erullll!../! PlHC qlle j'Rrrjve a djr 1& v r lt(o . ' 5t. de montnt une fêullle de P'lpIH

lfr ou' on peut, lire ce  lia;nf'.5

vac f'S d'U1le écrJtm't' m lhabile et vl Ib:ement. d!!gulsée : c Si VOltS (ene. a 'Ol e 3tcurite, nt mon:rt:Z p(1.$ IIO (lib/eaux par Ici. N'alU Il: r.,::f( tmi.!S/oll d..f' tel OOWll. Sinoll. t'QIl' 1i rre la CroIx de Ft'u. L4 Crolx de Feu est le synlbole qUI! It.:s lyncheurs du K.K.K, )alss.ent ur leur palloSage. aprk avoir eommll; leurs méfaits. Dans J'hOtel londonien où elle ha tc, mls6 "('hj !ma J ohn..!On StrtAt a ttalement reçu une Invn.aUl)n ÎL se fojIoMre • BrWlelles. La lettre venait dun • Centre belge du éehllnrrs InUrD. I\lonau" d·.rU lyriques et cho_ rt.rr.ph lqu 1. ApTts enqu te, 11 a ét prolh' que ce centre n·exlste p&!i. dcs grevlstf'S et, d Jeur f:\mlll e. Environ 120 mimons ont. t. col lectes dans la rrglon parlslcnne. Il taat citer, parUculil!r('mp.nt : 35 m1l1ions dcbloQués par le Consell général de la Sp..ine et 25 mil lions par le Conseil municipal de Paris: 100 mimons vo t.é par le:o:. consel\s municipaux de la région pari sienne. Slgnalons. d'autre part. /ilnc l'Union des juifs pour la résistance et l'ent.r'alde a collecté 358.000 fr. ct. une deml-t.onne de vlvn s. Mgr Feltin, archevèQue de Parl6, a versé 25.000 trancs. A Saint-Ouen. grace lUtX tommerc,; ant..s du March aux Puces. les métallos de chez Sirugues ont. pu ten ir 7 semaines .. « Trois fois p4S semoine, nous donnons notre dessert :Pt l..es gars de la maison d'entan lJ\ dl' fusillés et de deportés dirlrie par la C.e.E. à Mont.reull. Qui ont eu à souf!rir du plus grand de,; chagrins, celui de n'avoir plus de parents. se sont entièrement dé voués Pour aider les gr vlstc . Ce Jours derniers. plus de 40.000 francs êtalent collectés. Nous avons joint. nos amis d Montreuil et leur avons demand : comment Ils s'y prennent pour t'amasser tant d'argent. _ C'est bien simple. Trou lol, par· 3emaine nous n,- manQ'eo?t p(l de dessert . et nous dOlLnons cet argent pour les grévistes. Tou tes les semaine.'. 110IIS prélevons 50 à 1,00 francs sur notre argent rit' poche. Mals ccci n'C5t ,'Ien, no,' cafllI1rlUles font cc sacrifice avec j oie. Chaque dimt1rlche, 1l0UJ (1110113 collecter citez les c01ltmerçanh qui. le pllU SOUlHmt, acceptent volontien d'aider les tratJailLeurs en - li faut quI!' les ouvrier.' 30fenl mieuJ: pallé . Les gros patrons l'mt fait des t(U d millions de bent/i ces, ils l'cuvent donner if leurs OU" rier,' ·un salaire leur perm.ettant rie vivre ef. de fair, !1t!1re leur fa mille. .le Sttis de tout coeur QPCC CI'UX qul SOll!!rent. ceux qui luttent. - Je crois que vous avez fait beaucoup PQur la liOlidarlt.è . - Ol/i. effectivem.ent, le groupe Ouvrier J"if. OEltQlfCl fappartie7l.f. participe aclivem.tmt aIl comite de .Iolidarité lormè avec leI': syndicats. C.G,T .. C.F.T.C .. M..$ doctcurs. abbé3. l'U.J.R.F .• !a. J.O.C., satu la vri.1fdence de ttf. Da1tiel Renard!. maire de Montreltil. Plus de 650.000 f r. ont tU collecte chl! l commerçants de MontreuU. Cantines $colaire. . visiles médicales. soiru daw; les disf) fllt5alres et ch.e2 cinq mêdccins de la ville Ollt .oratuits pour les grtI, I$l r. t:t leur famillc. Quatre . eMur.' de SOO fr. plu:r 100 fr. par c tl./ant ont tU ver:re:r à chaque mcno, ae. 1.700 replU . ont :rervis 0'(1.tuitel1lcnt chaqu'- jO,jr. l e Conseil municipal a voté UII crédit de 3 milltons. En me qult.tant. M. Max me dit: - Ne croyez pa,f que 7!O". allons nOU$ arriter en si bon chemin. Tatlf Qu'il 11 aura des otmrjers ell (lrive, nOlis les aiderons. A l 'exemp l des jeunes de Mont, reull de M. Max. du com1t-é de so· lldarlté du XI' arrondissement où curé t't. organisation juive trav;\ J\hmt n cummun. aidez le. ; Krévlstes, Renforcer; encore la solidarité, donnez. donnez toujoun plus, parrai nez les [amlIIes d es courageux t ravailleu rs en lutte pout Je pain de leurs enfants. Frédéric JOLIOT-CURIE a 50 ans I Rt:DERI(; JOLIOT·(;t:RH::. haut eo'nml u,lre â l' \\trl:ie .ltomlque, Prix .'-'obr.l, .lJr idenl du COll,rh MOn· diod dl'!l Parti ... ns de la P"lx ... 50 a.n!!.. . l, ,'.and l'avan t J oHot·(:llri a enrichi la !d l1'Ce fn m t:.n n, iIolH'oir et snn inldlir",n(" ail nlc du peuple. JI l'", pr( uv par sa cOU rIl.Jeu f. actlOIl .rou l'occupatioll Pt depuiS. Il rMt toujn\lt Kttltrhé aux , romhal quotlrl. ien de lou I 'P euple pour la 11- brrl" tl h: bl)nhcur. Prf,s d'ulI nlllliartl dt personnes. rait, san 'Prê cdlen t dlinA l'hlstolre d l'humIlIlH:. ,o n ro"']l êe d,an le ",rand mouvemrnt de patltsans dt la paix qu preside a"ell tarot (lr. dévoue_ ment et d'aulorlté Fr6df.rln JoBol-Cutir. Dr Il'Iu, I(! CO'"S du ,1011 .. Je,. l'oeux h'-II plu thaJeureux :\CllOmpalnent Joliot- Curl .. il. l'OI:("llSlolI de on annh' r.! oair" rar l'In volt MI lui II' rmoo l e de lA pai,; ",t de 1 .. liberté « Dr&Ît ,.t Lib("Mé " 't Je M.R-A.P.

  • !ullaU,nt à l'rédéric Joliot-Curie

loncne vie ('t I.l 1'lIi-; oli,oatil'ln de l'id;lI l AUqUel it eonucre toute u \· I . grève. Ce n'est pas toul .. Nolre ca- r ---------------------------------lIlarade Marcel Zagollri, avec lm de ses cO'P/lhts, est parti dans l'Yonne. Il est rp.venu avec unI! tOlme de pommes de terre, Quelque3 centat"e de kilos de lèglt mes . ec.!. de III /nrhle, de.t jrla.n due pOltr les elilalils et 19.000 fr. M, Max, artisan cordonnier J'al demandé à. M. Max comment marchent actuellement lcs affaires.

 Quoique petit patro 7/.. je ne

suis pas plus riche QU'- beaI/COUp de wlariés. Ma clienUle s'ame nuise de m.ois en moi.!:. je "aur r aL dire de semaine en semai/le: LA BATAILLE DU LIVRE MARSEILLE A ete le théâtre cette sema ine d'une r.xper"iencf étonnante. Des milliers d  :Mars eillAis rie toutes COnditions dockers, etudiants., met,allos, proCesseurs, !ioe sont trOuve" engage!( du même côté dans une bataille :sans précédent, la Bataille du Livre. pldement envahI par une production médlocrc et malsaine, ou le/l t.raductlons a.mérlcalnes. on doIt le reconna1trc. t.enalcnt la plu;; grande pIllee. On vit méme reve nlr, sur la couverture de certaIns livres. la signature de gens qui - Réné On ne .triche 'pas avec la vie C'est une histoire simple 1 t h onnétc. racontée sans préu:ntlon artistique une doctoressp. au grand eoeur (Madeleine Robinson) s·lns· talle dans un village de France pt lutte courageusemen con tre Jp. préjugés Incarnés par une vle\lle a\'ort,euse. Albeniz: Un !!lm argentin sur le !;'rand compositeur espa,nol. Inutilemen t, allongé par des épisodes seeondalres et un dialogue !.rop bavard. Mals le t ravail est soh:né et. Alben lz "alalt bien Qu'on lui eon saerAt. cette illust.ratlon e\nêmato;raphlque. On passe aisement sur Ip.s défauts pour se soumettre au charme d 'une mUsique ensoleillée qui danse de toutes ses notes. Pavlov SI \'ous en avez assez des fUms d'Hollywood où l'on tue a tous les coins de rue. allez voir .. Pavlov ., !r( SQue grandiose al' service de II!. vie: les savants sont plus Interessants Que les gan·gsters. SI VO\lS en av z assez des dumes Individuels {relates où dcs messieurs et des dame5 à compr.cs ESPIONNITE en banQue bien garni", tournent en rond dans leur cirQue à cocuages acrobatlQucs, aller. voir .. Pavlov où la dcstlnee Simple ct désintéres ée du gr 'nd a.ead mlclen russ g'ldcntltle avec celle de son peuple. ,,8. e1. !1bre pour le vénércr sans rèLlchl. me. Après c Le triomphe dt' la vj(' ct .. Mll.ehourlne , Jc cinema sovietique s'afflrme comme le senl au monde qui liolt. capable dt' nou,; donner delii mms dont les vedettes sont la 5clencc, la vie et l'homme véritable. Le Marie du Port Marcel Carne vaut mieux que cela. Quoi! Tant d'a rt et d'tntelli, ence authentique du cinema. t ant dp. photos expressjves (Henri Alp.kan). un met de n:uslQue brillant I om me une eau courante (Joseph Kosma). et au sl le climat Simenon tauteur du roman): -plus ees solldes pcrsonnalltés de l'écran que sont Gabin, Blanchette Brunoy, Carette ct (pendant trois ou quatrp. minutes seulement. hélas). cc puissant comedien qu·cst. Louis Selgn r, et t.ous ces éléments de qua.lJté pour un sujet raM.ché ,t des -personnages dépourvus de ET BOMBE H o autres tout illtf ret humain. PQur une Intrigue

t de  situations Qul ne

réussissent pali il. nous émouvoir . Et pow·tant. vous t.rouver e;!:, dans cc mm. dc momf:nl.S IntcrCf,· sants. epars nns liout,I!, mflis ou VOliS l'e :onnalr.rez le grand :;tyl d'un des nlaltre .. da CIJlcm:::. lrancal dont l:iCS lldmira t.e urll attendent maintpnant une ll'UVre pleine. une r llss1t.e en '\\VlI.nt. sI l'on PP.ut dire. Les omants pClSsionnés Aupre;; dt' c Primavera . cet.te reMltlon de «: Brève rencontre parait dérisoire. L'auteur a cer tes garde tout son art cinématographique. toute sa maitt lsc. mals Il ne parvient pas il nous intéresser à ses personnages mondaIns. ct. 01- sUs rep chts dans la ulerle pous· slèreuse de Geor;es Ohnet. C'est 10nll: r.t surchaul\. alors Que Brè· ve rencontre " Hait un che/-d'oeu· vrc de sn.brlt ê. cie tact, et de bou· lcversan te scnslblllté, La beauté du diable C'est l'histoIre du doctcur Fausf, qui a vendu son Ame a\l dla1-)I(l. 1" grand dlalOj:uc entre les .t1I:i11sir de la "Ic et. le pouvoir de 1 hom'Tl sllr la mat.ltre -par la r.icnce RI!ni! CI .!r r:t Armand Salacrou ont transposé le célèbre t.h /lnlf! en une .. tra I:Î-r.Omédle ('ul lie d roulc au mUieu du slt:c1e dernier dans un pays im , inalre. Enrichi par un art bien a.u pnlnt ou l'on retrouve l'auteur de " FlInt6me- a vl"ndre , et. celui de «: L' Inconnue tI 'A rras li. ce film sans en· nul reoré!'entc un rcmal·ouable re('. ord de l'équiVOQue Intellect.uellp. On y méle la maltdictlon contre l'or à la satire antl.sclentlfloue. les .. Idées enéreu s • (qui dlspt'nsent si bien de penser Juste et d'a· girl et ll"s thèmes de la sottise hu· malne Oa sottise de • autr es . toujours. dans ccs cas- là). et l;l,. jeunesse aux prlsu aVl'e l'amour et le de t\.n. Un mm bien décevant. par lion contenu. malli attachant.. plein de trouvaUl es d'art Dour l'art et dl! beaux morceaux de dialogue. Enfin. vous verrez Michel SImon ct Gérard PhJ\lpe faire merveJllR dans des roles Qui échappent aux cat.égories conventionnelles, !toger MARIA. Cil n'est pas que les gens n'aient pa.' besoin de faire reuem.eh:r leltr. chaus.mres. mau ils ne le peuvent pas ... Qu.ant aux impôt" ils ne ,·amenuisent pas. eUI. DP.s écrivains étalent. venus d Paris: Janine Boulssounouse, Dominique Desanti. Simone Tery. Elsa Triol et.. Pierre Abraham Araton, PIerre Daix. Roger Garaudy. Rlmaud de Jouvenel. Georges Soria. André Wurmser.. Ces f. combatt, anu du livre '. pendant. huit. Jou rs. n'ont pas eu de cesse. Mals pourquoI cette c bataille . ? C'est que le livre [lIança !s traverse une crise ,rave. Il a pourtant connu. au lendemain de la Libération une période de santé f1orlssa. nt.e. Apres Ja nuit de l'occupaUon, le public était. avide de Ihres êcrlt..s. penst: . sen tis par des auteur'i français de coeur et· d'esprit. Mals le marché de la librairie il été raavalent. ,mIs leur -plume au servIce NOIl, pa Cille-là ! ... V(lU5 m. larla! t'loir des ,nnuls 3,'Iec la poilu. deLs esN apzoisu.v oirs publlc n'ont rien I.  :;-::-  :_  ;: ::_:;_  ;;:;:;:;;::;:; :;:;:;:;:;:;  :;:;  :: m lait. pOur Introduire un peu d'ordrp. \'Idéal de vérité, de justice, de 11 - pt de propreté dans le domaine de bert.é dont la grande t.radltlon lit· 1 - C - Que pensez-vous de la lutte menée par le:s travailleurs ? r&Ut.ion. Msult.at : le public s'est t.éralre Ir ançalse. de Voltaire il , E CHE S peu à' peu lassé d'acheter des 11 - Zola et a. Romain Rolland porte vrcs dont le prix augmen tait Sans le reflet.. 1 cesse t':n mtm t.emDlI .que baissait L·audacleuse entreprise de Mar- Ia QualJ té. Mals 11 fa ut. remarquer seille a remport.é un suecès écla - , par le Maitre L SHERNETSKY qu'!) n'a pas boudé tous les livres. tant. L'exposition du livre. rut! , A STRASBOURC Il n 'a pas boude Les Communis- Pavillon. n'a pas dcsenlpll. Les tes. d·Aragon. qui atteint le 80" rcunlons êtalent noires de mond . mille. n i L/l Temvete ' d'Ilya Ehrenbourg. qui vient d'étre réédltce. Il est à remarquer qUe la. ",eainsI Que Du solelt vlelll le coeur, le malne du Ih're s 'est déroulée pen· rêclt de la vic de Danielle Casa- dant Que les dockers de la JoUet.te. PROBLEME N" 20 .J. SCHEt:I, CASO l'l ( :t:SK yeu SACtUSTU 1:119 Lfl Section locale de l'IJnlon df', Jull pour la. Ré818ta. t I!t l'Ent, ·a.ldn Orill!l.s le 4 a .. ri!. il.

O h. 30. au ThéÂtre RU's de stra.o;bourp:

nova. cette héroïne nationale. par les mél.allos d'es chantiers n vals. Simone T éry. GoUtiUnePlT.$ de la les ouvrIers des savonneries se R03Ü, l'extraordinaire roman dl') battaient pour leurs 3.000 francs. Jacques Roumain sur la condition Op aurait pu penser, d'abord, Que des -paY al1S d·Haïti. Le mnt mi ces hommes seraient trop OCCUP H l!r.ur ... ca.marad.cs d'André SUL la' pour participer en outre à. la Ba· révélatlon littéraire de l'année tatlle du LIvre. Mats on s'cst vite • • • .-: " ., l'ë UN GALA ARTISTIQUE DE L'ENFANCE JUIVE dernière, et J'on pourrA,lt citer des aperçu qu'ils ne manquaient pas dizaines d'autres titres. une rêunlon. Ils avalent. compris ,• ( RU profit des huit, mai.. on, ; d'èD! Rn de deportts et tu.sille.\. d la Commission ocntralc de l·enfllnce. Ces livres $rmt natur eJl ement' les premiers Qu'obtenir lei 3.000 francs et sauver le Livre français. trl!s différents IP.$ uns d.es autres c'étaIent deux opérat.lons d'une • .ïft;.. Au programme 36 enfant, k la malaon dt Livry-Gargan. ' par le genre et par II'. '.on. Ma.ls seule et méme bataille. Ils on QuelQue cholle de commun. Ils sont égalemcM Inspirés par Roger PAYET -BURIN. • • G 0 , , G " RESUME DES CHAP ITRES PRECEDENTS l...tt blantl jouent et font mal ell deu:\: tO UD , Solutlon11i t.es a ltentlon ! Fait.c nOlli !Iarveoir \'05 solutlor.s 3van\ le 8 avnl. No 25 - PARTIE FRANÇAISE BtlUles : :- AJDORF Noirs : Gl:D'I.\RD l, 1'4. 1'6; Z. dol. d.;: 3.. Cd2.. c ; ... C.r 13, CIS.; 5. e . Cd'; Go Cbl. (T raduit de l'améCicain par Yvonne. Desvlgn s ) M. NtlPnan. cll f'.rchaftl du travafl. t: tr',U!J6 erl prelN'et dl' la SC!rêlaire. q'ol'il at'alt re/Ulll d'embtlucfltr /or _ qu'il è/al( chel du perwnnr!. ptJTC(' qu'il ln CTO:JR,t Juive .. Pr tir r,o;7Iw rd.i. il lui adrESse de excusrs. La 11".1U;e le',.w .... I ra I! ma:timll1l1. auptc de WI! patron }l',ur /1Uo;' M. Newman In!t l\ guQI!. Ce\tf. laçon de }ou('r l partie IrAn. ça. iMi ,le menqur.rl' pOint d'Ctonner tous lM anciens r...onnaiSI\CIlr5. En ef· let. nous 5Omm ", en prtSf'oce d'une ,'ulant/" rel8 ,ÎI'ement jeune mise lÎo C"torthtllt bJ D'oll " l.Abtr,4 ct Rdifl",., 1/. Mi" II. j'nu. d."us r lerd l , FOC 08 E::e regarda sa monlre. - Euh, oui. disons une h un . ,Je lui pal'l rai dr vous. Leur regard., e crm èrent. Il Merci mllle fols , dit·)l, un peu contract " '![ Oc lien , !iI-cllr. ..$ans paraltn !'ema!'Quel' son émoi et allant. il. a ffischlne c:)e E.(1 mit a t,a,pel' npldr.melll .. En gagnant la prJrte. il n'tourna. ou!"la!l t" mais eJ\ n leva pa les )'eux \ 11 . nl·tlt·. Une fols dans :a rue. Il Il'ttonn de ne pa,; avoir dllmandt lt chlf1re de lies Appolllt.ement.. . Bien e!1t ndu. cela n'avall pit.s d·imporlanpe. Rien, p l U rien ne ., mblait e . .omptcr en ddlOt';l; d· lle. Tout CIl marllh .. !ll. ï e\tt Ill. sens;!.tiol\ d'être il. nouve u rltvcnu lndispenM,blt·. ElIt' r ava i -prat!qut'mr.nt supplié de revenir, Ce qUI. i f!!' : .. mom nt, etait l'equ:valcnt dl' Fr et Car!l;OQ., plus Gargan et M. LorFJCh. I.e !"éunis. ant pI'IUt donner une rttl'pllon en 1101.1 honnfur; et en tout cas la prben« invls! blt; dl! Ii nlcr ne 5e trouva Cf Jour·iâ nu b part sur son passage. CHAPITRE XII Il n· t.alt pas h ureux . Au bOII de qu!nre jOl1n. Il lie ren· dait bien COmplf: Que lIOWl je titre pomp u:-.: d·mlrcducteur. Il IIr fais.il: t. en réa lité quïndiqu"r Icur chemin a I!e ... représelltlUI\.. s dnnt aut:'un n e "enalt pour 1" ,·olr. lu!. 1: n'était pas hf'urem. mail' jllm"ls il n'Ilva ! mit; /llltanl d'cmptfll;S!'ment .. il sc r nrlr .. il; I On t ravail Ir. ma lin. Il sr. n l ajl III vi\ ·lI.nt depuis quï: la connll ,' (lit quc t'lutes leI! Allnet'II qui

'Cja l cnt tcouié!'  aupullv::tnt lUI TlllralMalcnt malnlrn::l.n l

\'ldes tt tupldl'mcnt gA pi I J"'(',1:. Un .wir. ):, arpentllirnt JI', Cloqui m A\' nue, où rfgf!.\it un .. légeu brIse. Parfois. r I 1\ QUI :,. pou.. sa!t vera die d!';venait si intense Qu'll df\' it se reteulr pour !le pas l'enlacer rI : ' p mbn r en pl(lne lUP.. Surtout Inr ue !e r)(,mm . comme auj')Urd·hui. ,..': )'RtOIU'!Hllenl .sU!' son p3ss3ij:e, a:or QU'll n'aura!t cn Qu'a l: tnt:hrr VC1'S elle er. lu i d"mander sa mam r)our t l'  :'ll: ePte. il E'n était abl'oOlumcm. CI'rtaln, C'Cr. it POUl' lui un,., rho ,. nu"'. dal\ n "Ir. qur de n'avOlr QU'&. se penchE'r ])OlIl' obt"nir ce qu'll ,'on\'oitalt. LI!. br;:e ri large aven elalt pr SQue de.s t·!·tf:, " nl. i l'on poul'ai; porkr I!b,rmrnt. Elle venaIt d a\at l' deux verres d whisky. re qui I [ro!lbla. ! \In peu car il avaIt :ouloul"$ E'U des notions assez pl'écisf.5 ur :es f"'lnm s QU! afPluuent l'a lcool · Qui plus Nit. r.1l ne ccs.«att de parler lo!·t. - Oui. disaIt-rUe (et elle pronO!1('il lt: oua ). I( nc suis pas préc ! sèom n t 1:1' que vous appt:lerin une (",ouve!1tme. Elle le f"gardll la dérobée, prè:c il éclll.ter de rire . .. Ça vous choquf". pas vr : ? It - Je Pfl1l'oe bl n. et il rit.. romme ill en b llait plu. oue ... cla pour le choquer. Qu!.lld elle par lalr. ainsI. li la dlslcait pÎu.s aro"mment. qUE. jamais ... en même '.emps. Il e 1 ff rayalt. - J 'éta lt ur 1", point d'epoustr un Acteur. Ne rallC' Ja ma i - 73 _ P'Of;US cela, E\J rit en p S Lnt ur gO\1 bt·u. Il rIt aus. ol mOins rort Qu'elle. Chaque fols qU'elle avait bu. elle glls., alt dans la conwrsa( ion une a llu lon ÎI. cet acteut·. « 11 était. plus ,jeun" Que moi. mais très bl'an. Et vraiment chlll'mant. vous 1I\'rJO J . Ses paupières palUrcnl $· lllSonlbl·I!'. Jamai. encore elle n'avait pulé d lui n terrnell aussi t:o.:pllclle , « J" l'ai cmbra. «sé avan t Qu'li sortr. un matIn eumme les aul,l'c , et il n'cs/' jamais rent,\'(': ». E!le embl ait prête!\. en dir,. plU6 IOilll: . ul' CP. lIuJr .. t.. - - E t·"c (jw· .... Je guppoee que vou l' lIIlC toujours. risQua N I\'Il\El..n. - Moi? Elle '"Ul un rirt, mépflAo'ln t. Jr. uifi devenu : une lemme Irés rnd1}I·Cte. slgnor, il. ce Jour. Phnl. t..: curieuse Qu'ellc répetalL de temp!! /1 aUl re. Ma c' e4 VOUII qui ne cellSà rie m·intrlll:uer. Est-« que. vrahntnt, vOUS'n'avez jamais été marit' ... - Oh non, j'al tQujou t ,- un vieux céhbalairc. d;t'I I en saunanl.

 Comment taltFs·vous pour avoir l'a ir si soiGné?

-- C'est quc Jt fais a kn tion, \'0!1i1. tou . - C'est I·ra l, fi t,cUe en lt d vlu; i rallt . l'a ir un pcu Inlrlg\. Ié. Vous EI s du Y Pt sot,ntux . .oI UenhOfmé, ... - Ce;a I pend dr" jou , III.!) un IWU ;ellé. r: !;':llisa quc pour la ' prcmi;,re foi s. lU. !oC racon\1I1CIll mutuel!,·mcnt. ï un il. rautrr. I ls avaient alll!.lnt c Pilrc ct \l p"lr!'nl piate ..:lU:' \In b",ne d·ou.. ils pouvllienl ob erver lu; a;rands hôullll en fa .ad ur la Palk Plua. Une file de volturM il. cheVAl st lionnajt prts d'eux Ir :"ng du tl'Otlolr ct, "Ul)!'e! de "haque II.ltf'Ir.:;1e H t('· nait un vIeux cocher. 'coi!f (l'tm chapPlu dr. :!Ok Derr!én flUX, un garçonn, t. aMi ur It !·r.IJO d (j'une font ine de mil!bl" . laL. ...q ait. tro:i!nn ....· 5 Plcl1$ dan! l' a1! 'dont on p p:,..'vllil l clapol i , EUe ne lâcha pail son bl'll: , n!cmc Ime f{)l qu',", e lurC'nL Il ...... i . .. ILo; d meuré!'ent un ', in,,! sil nr.!eu)i '.lbs,'!'v' ' llt lu limOlj s im. Qui \'en",ient st ranl;et' devant lel e ntr ii etlllcelantes de,; :uxueu:\: hôv.I$.' Elle demand ... douoement : - Comment est \'01re l'oitul'e ? - C'cst ulle PiymQuth. - Je veux d!n', Qurlk' carrosserIe ? - Unf' conduite Int r\eure. d!t-II. t.ltndil Qu'une torp do gris(: passait SOIl$ leurs yeux. EI:e dit, fiunt lu voitures qui difll"ienl : - Qudlf's sont ' vOs d i;rractJo prê!ér es? - J E. n'ai gutn..' eu le leM])$ d' ln s '(1)ir. J'al t tl§ trop occupé toul.c ma rie, jt n';J1 eu qUf mon t ra\·t il. - Il ' en a qui ont toules les In . Et d·autrl'.s :OUleS le!' Joies. - i4-' Foces 11 almôj.it SI!5 soudalnt· r pl!ol·lte phîosophiqur. Elle en devenait pr t;Que pnêI1Q U'·. pal'fois, _ Ce doit tre cela, Je pelll!!. E pourtant. J'ai eu ma part de joies dt· e mond , !SOupIra-H I. _ Oui? Quo!. par e"emplc? demanda·t-elle n{\fichalaffiment. _ Et, b!cn, un Inléri ur a3'i'éable. l·t... mon Ot 'n oui. une bonn" iIUl!.(.jon. __ MlI.j . V"U5 nt VOUl' èl jllnl1\15 (un u é ? _ C·csHt-dil'r,. Je.. Il a la it (!ir QU Il Junalt au." hOU I,, a\'O'{; l'red. 1 ;\n Ir, v m]'\.' . "1, .u si qU'il aimait raia d . gl':mde l'andonné s dans  ;t \·onurt. Mau.: sc ll'urna\ll \' rs ell e. il dit.: « J3mau' au cn ou l'OUS t"ent.ender. •. _ C'cst il. caU$( de cela quI' cela ne va p:u. Laun nt 11 se stnW Irès petit Garçon de\' ll t e\!e el ne rroU\·a que cette f ible l'êponsc ; - Je llC 'UiP que je sui. un l'Cfoulé. Gertrude. _ C'es P"lIT (!(:Ia l'IUt Je tombe tOuj"urs SUl' q ... !o actel.! rs., fI TIf: "omprit paoli tres btclI ce qu'clic !'tllfndall pal' « tomll"!"

u r ». maiS il ehu1'll:  tt e pcCUt. ot Les a ct cur  1I1l! sou,  nt

de r a: 1lI"C' m s qu'lis Ont O!a'llê un dOllar. i; dép:n5el1t aus l!l t liOixanle- tum:te ,·,.IlUI Tous le AnuC1 metter\ de ' argr. llt dl: CÔU': JO • Elle mb ' a l hll Illil. ('n t"nd"" qu'e 1·· avait. c qu'i l lui "n II.Vlltt c,,(l le Ile dtp"nl t'r (kus ," "lars q\l3rant c nu ])Our leun p l ae,· il R"dh ... Clui deux joul'S pl u tôt. - C·,· t l'lU" 'e "ct .llr Gagn !lI bca\lCOUP phl.  !!I,e .•. Pa L n! Que t; . l'OU r!n .:I.onne Cela 1'0\13 f l';tlJ pj l i r d'aller dans un" bai.: de nuit, un :;(lin ? dem nda·t· i l EIlr 'c reg;ud:l. n MU!·it\!tt: - Ca vot\." "51 dl!Jit. IllTI'é ? P 3. il.. Nnl··Y,,\'k, AUT,!'"l!H . J n freqllcllt.: i une II. Q(! en  ;\\' r. Fred . 0·C61. ln l·tl : !O dont .Ie l'Ou. ili fl"i'l . - Une hoite d,' 111\lt a Quec11. ? dit-e:l, - Cr'ia nI! nlanQue p'u d' :nd!'olts oh;'·ohl', 11. QU f n . - El (!n fOIS :il;·bu. qU"'SI -C" qu, \'ous l.lI.lier. ': - Eh bi('ll. 01\ bUI·II:lt. "11 dllnSo\l1. - V'lllt a!neni z quelqu'I I1 ? - En gentral, pas. D'habltud!:'. le da:lsll!:, avcc ,3 {etnm,. de l'rtd. 1\1ai$ Je n'a i m ]) , b iU« 'OU]} la daTM. La plupart des femn1U nI 'ennUlent, Je veu;.; di!"". e(]e l\!' font pas tntén. santf'. . sr hàla-l·!l d·Ajouter. - 'VOUS bllvl! beaucoup 1 - Ca n m'arrlve pal' UV!' nt seulement Il "o::;u,.sion. 111. restèr OI que!ques minutes lIat\s rIen d,n ·. Ell ne quittail pas dt"-5 YE.u:': I J'a nJ'e d·llOt.ds do: l·au re côlé ,'e.. l'avenut-. - " Quoi pcnscvvou ? t1iH. af!tetant un tOn de pJa l!'ôOn I nf' .. -7!i - . " la. mode p:;Ir de praUclen. ,lQvlaU .. qlle3 depUis la dernièn. IUtlTe mM,diale. Noul recomman nI &1.1. I.e:· \.t.. un désln,nt l'approCondlr {t,  :udc.' i thp.(\rlqu rs que nous lui avon. consaerfl" dilon 1, Bulletin Ouvr,er des Echees (F.S.Ci.T.! n o' 1·Z2 tt 25-26. R... H1; 7. t'b6. Cçb8 : 8. 0-0 ilS lA. trois dernjer coups d(:J TIIltTll cOt stituent un expérlmcn\ ItbClant l. rentol'c ... r le Jeou habitue! de, boior •. Najdor! V::I. démontrer trell IIrlllamm ! nt Que d,. telles « p:rttS dr tl' lIPS'" St paient t.rt$ r:he!·. 9. Fd3. ç. : 10. dx('. . C 6: Il. l'cl, Cxç5; (2. CX1.;.5. f}: 5; 13. Cil Le MbuL d'une trè pul JlIr ;t'_ taque. Par leur jeu f blul'n _. 'l'S nOirs Ont plus ou moinl prornqQt J 10Udrell oui vont leur tomber oScaIlM. 13.... h6 : U. DM, Tf1, Sur 14 ... 0.0. Il s'en&uit 15. Ch'1, TeS ; 16. P"h6 ! l"h6; 11 Dxh6. F'el; 18. C16 ;.. Fx16: 19, Ph'7 + Rha ; 20_ Ft  ;.. l'Ulvi dl! Oh7 . tt Df'f mal. Sur 14.-. Dç' ; 1$. Cxf1. D)I'f7 11 : 16 FgS. el.e. 15. Chl, TM: 16. 0 ( 4, 1:6_ Encore U'l aHalbt!SS lmenL Rtlali .. vemen' ml!lI1eur élal' 16. Pf3 , bua OU'après l' Cxf3, RdS: Ills b'.arcJ doivent tllakmellt vtmr â hôut (j U rés!stanf:e Qui leur tilt O\)POU.t. 17. Cr6 + · ,tr  : If. ))114, Rt' : U. brl. h.5. Sur lL C:-.: 5?: . Cl!" of Le5 blanes ga.çuenl,. 20. Fr5. Fe': nke ah· t p ur p r,_ venIr la mtUIiCt C:-.:M + fllll'I t' 1 Fxd3, etc %1. r . b.5: 22. 3. T.i· l. FiZ. Avec la mellact .4. Fxl15 ,P.t s' :'i ... g : h5: alors 25. f'h6 4 . .;. !Rxtltl: '6. DitS mat. Tandis Que ur 24. TX'· : les blancs ij:A.l;j'll en! par :15 . G 'r!i ;gxM: 36 Fxe7 '" tc. z:t ... RfR: :H. Rh!. U1.o6: . U · F'or :ll 1'0uVCl't\!!'e d., Iigr.c:. .il 25.. xf5: 26 C:{d5 !taane tllr dF CI.! 25 ... ;r:x!5 r L [)unl pa.r 26 P " I , Txh6: '3' . 0;8 1l\1I. 25 .... h4 :Z . Df,1 qW C unr nlllJ " .. ml!n;\te ... 27 F"ij +, tG.. a .... ':7, hg:6. (""ri: U. 'fIl: t mcn t ::9. CA d;; ct :W. l)f7 ITI;H ! : U .... F'd8 ()(;j; 3U .. Il •. f)x,,.l. ._ Ou 30 .. n13 : 31 Dg4. Cxe,, : l'l. Dd4 p.t ll!s blancs Wner!t . 31. CM .... T: 'h:;": ou 31... ,:-.:h5 ; 32. F16 .;. Pxf6 : 33. Oxf6 .;.. R;a: 34. ofB mal .. O'autr, part. S.I les noirf -C'! usent le sacril itc et continuent pllr 31 ... Rh' Ils lIO'l mat en '7 roup. pu 32. DM +! T  :f'7: 33, T :f7 i' R;8 ; 34. Ta:7 · RIS ·I : 3 Fil · P:6. 16 1"'I..f -+ Re8 . 3' . F'X:;6 ! Rd8 ; 13. T f1 do:;ble rcnr ': fI nlll. t. 31:. Df8 r.h1 ; :::\. 'rn Tdi : 34. n .d'] l. Rh. : 3. . Ud " f t les r.olrJ ab..llndonne!lt pui :ttn15 IIOnt m·'t .. r;'. 3;;. R;,l7: 36 , 0"118 .. RfB ; ;7. Tl:l ·; f tr.. '. LE SERVICE •• LIBRAIRIE •• de DRO Il ET LI SERrÉ vax! J.H', J'All,\l'!1U , : r\·r F .. \R; f:r, : t.a RtpUbliqUf est .. n dl',,r . "" .. , Ot r . R- d· .I0li\'I·::-:I'.:L : Tito. 1111. rr hlJ tif ' tnl..l\,·u ' .. , .... 18n " A. WURM!:lER : L'r 'I 'nI Cil' chainr Ir"'l'dl i ·r.' . l fl t..:f; \ · : l,,,, Ot'f lit. . .. ,. 1. F:HRENCOI ;RG , 1" T m .

', fI '" .

l'f'V .. !b:'o"h !! :t,jO .. Ce3tt"n.! ro'!l I .I' r .. mnl'lId t SOI1l 'Idr!!"er l'a 1rnm" Ira..tiou lI' .. (). L ... , .('('ompa; .. t'r _h' ,.,Ioutant du lh'rt' el m ... jorer, de h, 101n1l1r dt .u fnoue..s pou, 1"1 fral ,fup;dlilon. Cellr-d !le {ela )tJ .. " r eorn",alld " . 1 1 •

Notes

<references />

Format JPEG