Droit et Liberté n°151 - décembre 1955

De Archives
Aller à : navigation, rechercher
  • n°151 (255) de décembre 1955


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Assez de crimes racistes aux U.S.A.! page1et6
    • 2 janvier: faisons échec aux campagnes de haine et à toutes les discriminations page1
    • Noël ouest-Allemand sous le signe de la croix gammée page1
    • Ce que j'ai vu en Algérie par Marcel Mainville page1
    • A la veille des élections: redoublement de l'agitation antisémite par Albert Levy page3
    • L'affaire Lamine Traoré: pas de verdicts racistes chez nous page3
    • Ecrits et images dans le combat antiraciste page4,5
      • Roger Ikor a peint avec sympathie une famille de juifs immigrés
      • "Hallelujah" chef-d'oeuvre ou duperie par J.F. Held, Georges Sadoul, Léon Moussinac, Claude Roy
      • Au ciné-club "Amitié", un public enthousiaste a applaudi "la vie d'Emile Zola"
      • L'Algérie ardente de Mohammed Dib
    • Racines
    • Le meeting de Rouen sur l'affaire Emmett Till page7
    • La petite cousine: une nouvelle de Mohammed Dib page8


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

ASSEZ DE CR RIES RACISTES AUB U.S.A. 1 (Voir en page 6) N° 151 (255) 20 DECEMBRE 1955 30 FRANCS , 2)anvier : Faisons échec Noël ouest-allemand aux campagnes de haine les ILE M.R.A.P. qui unll des hommes et des femmes venant de tous les horizons politiques, philosophiques et religieux, n',. cessé, depuis sa fondation, d'Inte .. - venir dans la vie publique pour dénoncer et combattre, en dehors de toute option politique, les manifestations de racisme et d'antisémitisme quelles qU'elles -soient. et a" toutes recrudescence de l'antisémitisme et du racisme, et la solution oaclfique du problème allemand, facteur primordial de la détente l et -de la sécurité en Europe, se trouve dangereusement compromise. Il y Co lieu de souligner égaiement l'aggravation sur notre sol des mesures racistes à l'égard dès t.ravalileurs nord-africains et la pounulte, en Algérie, d'une politique qui aboutit à exciter les haines et à mettre la paix en danger. ••• Dans ces conditions, le M.R. A.P. exprime le voeu que les antiracistes condamnent les responsables des mesures qui, directement ou Indirectement, contribuent à l'aggravation du racisme et de l'antisémitisme. Il les Invite à choisir parmi les candIdats ceux qui s'engageront à oeuvrer efficacement contre les discriminations raciales et pour la paix. Le Bureau National du M.R.A.P. A l'heure où la nation souveraine est appelée à se prononcer sur l'avenir de la France, le M.R. A.P. croit de son devo .... , dans le cadre de ses principes fondamentaux, de souligner les préoccuDatlons actuelles des antiracl-ates. .--------------------.....:----.;--__ _

  • ......

Nous avons assisté, ces dernières années, à l'Inquiétante prOlifération de Journaux et organisations développant une propagande raciste et antisémite con~ralre à la loi et. à la Constlt.utlon, ainsi qu'aux t.radlt.lons et à la volont.é du peuple françaiS. Des racistes et ant.lsémltes, collaborateu rs notoires, ont. ét.é libérés et Qnt pu reprendre ouvertement leurs néfast.es act.ivltés; Ils ont été parfois officiellement. honorés et certains osent se présenter aux élections, tandis que leurs hommes de mains pl'ofit.ent de la période électorale pour propager leurs appels de haine et que des groupements, ,prétendument professionnels, se livrent également. à de violentes campagnes antisémites, xénophobes et antlrépubllcalnes. En dépit de la protestation unanime des antiracistes, la précédent. e législature a été marquée par un événement comportant de graves conséquences: le vote des accords de Londres et de Paris conSacrant le réarmement de l'Allemagne. Des armes !l'Isquent d'être ainsi rendues aux criminels qui ont sur la conscience l'assassinat de millions d'Innocents. Il en résulte déjà, outre-Rhin, une Ct OU[ J'AI VU (N AL6UIL. A peine sorti de l'avion d'Air- 1 France, j'avais aussitôt la confi rmation que cette terre d'Afrique du Nord avai t quelque chose qui la diffé renciait absolument de ce que je venais de quit- , ter de l'autre côté de la Méditerranée. Cette atmosphère irrespirable créée par l'état d'urgence, les C.R.S., mitrai llette au poing la misère ,effroyable à côté de l~ richesse la plus impudente : l'Algé_ rie, malgré le mythe de la dépar- Notes de voyages de Marcel MANVILLE du Bureau National du M.R.A.P. tementalisation, Il'est décidément pas la France. Alger n'a pas beaucoup changé depuis les jo urs d'août 1943, où j'arrivais pou r la pr,emière fo is dans cette vill e, qui fut naguère la capitale de la France libérée. L'Al gérien a toujours autant le sentiment d'êt re étranger su,r sa propre terre, tout se pass,e en dehors de lui et souvent contre lu i. (Suite en page 7) D,olt et Liberté • sous le s•i gne de la . , croIx gammee LES ventes traditionnelles de fin d'année battent leur plein en Allemagne occidentale, les vitrines illuminées réservant de gentilles surprises. Côté enfants, on y peut admirer un grand nombre de mignons petits modèles du « Messerschmidt 109 », muni de sa croix gammée d'origine. Ces jouets, importés d'ailleurs des EtatsUnis, voisinent avec la p::tnoplie du sheriff du Far-West comportant une paire de men ottes ainsi que le pistolet (crosse à nacre). Côté adultes, parmi les cadeaux sélectionnés du « Weinacht », un jeu de cartes, impeccablement imprimé sur beau carton par une vénérable maison de Stuttgart pour le compte des « Stahlhelm » (Casques d'acier). Ce jeu représente une carte du « Reich » allemand dans ses frontières « légitimes ». L'organisation des « Casques d'acier» recommande aussi ce jeu à la jeunesse. Des tanks, des avions de guerre, la croix gammée et le casque d'acier ... Que manque-t-ll encore dans cette vitrine illuminée à III veille de Noël pour rendre plus parfait le symbole de la « démocratie » du docteur Adenauer? Sans doute une édition soigneusement « dézanif1ée » d'un néoStuermer quelconque ... Menottes, casques et croix gammée - voici la réalité quotidienne de la rue ouest-allemande. Le 12 septembre dernier, les « Casques d'acier », précisément, tentèrent d'organiser. sous la protection de la police de Berlin- Ouest. une réunion « d'anciens combattants ». Cette organisation nazie, dirigée par un rescapé de l'échafaud. Kesselring, et protégée par le gouvernement de Bonn, a choisi pour sa réunion une brasserie du secteur françaiS. Les ouvriers berlinois. prévenua à temos, manifestèrent contre cette indécence qui n'a pas eu lieu car les fascistes savent lier l'insolence à la lâcheté. M\ls les SChupos ont donné ... Il y a eu des blessés I-armi les courageux manifestants. Bilan: 371 « communistes » arrêtés - clamp. une « grande » agence occidentale, dl1ment démocratique et européenne. (Suite en page 2) DR Nf tE NUMERO: Page 3 : • Redoublement de l'agitation antisémite à la veille des élections, par Albert LEVY. • Une oeuvre (oubliée) de M. Carcopino. P ages 4 et 6 : • Hallelujah. chef·d'omvre ou duperie? Le point de vue de Léon Moussinac, Claude Roy et Georges Sadoul. Page 5 : • Une lettre du docteur Jacques-Emile Zola. • Le Prix de la Frater- 1 nité . Page 8 : Jans u.n monJe Je pai'X. et Je ~tatetni.ttZ hu.maine Cette photo (extraite d'un Journal allemand) a été prise lors d'une récente manifestation des Casques d'Acier. • La Petite Cousine, une nouvelle de Mohammed Dib. r li 2 DROIT ET LIBERTE 1 Puisqu' ~n ne vous dit pas 1 1 1 POUR ASSURER AU M.R.A.P. LES MOYENS D'ACTIONS INDISPENSABlES • • • --DANSE MACABREM ~RCHAND de canons et hitlérien notoire, Alfred Krupp i vient de donner une petite sauterie: seulement 600 personnes amenées de Bonn par train spécial. Toutefois, Krupp, a annoncé qu'II ferait mieux l'année prochaine: un bal avec plusieurs milliers d'invités. En considérant le réarmement de l'Allemagne comme une extension de commerce pour le magnat de la Rhur, on peut penser qu'II n'aura garde d'élargir aussi le cercle de ses Invités · à ceux qui votèrent pour: de Chaban-Delmas à Guy Mollet, en 'passant par Mendès-France et Daniel Mayer, sans oublier Isornl. La « Danse macabre » de Saint-Saëns donnerait le ton à ce 1 bal« kolossal » si le choeu·r gigantesque des 100.000 déportésesblav: ls de Krupp pouvait en donner la mesure, ... . L'ONCLE TOM. -12 mars 2010 à 10:57 (UTC)12 mars 2010 à 10:57 (UTC)Charles---12 mars 2010 à 10:57 (UTC)- « Les muets du sérail » AprèS un réquisitoire de pure forme, le tribunal des forces armées de Paris a acquitté Horace de Carbuccia, ancien directeur de « Gringoire ». Carbuccia était plutôt discret devant ses juges. Il n'avait plus cette superbe du valet arrogant qui renchérit sur le maître. « Le statut des Juifs a donc paru, nous l'avions l'éclamé depuis longtemps ... La loi est d'une modération extrême ... ». (( Gringoire », 24 octobre 1940.) Les Juifs ont eu le temps d'ap' précier le libéralisme de Vichy. Mais un délateur sanglant comme Carbuccia sort la tête haute des tribunaux de la République. Laquelle a toujours été bonne fille pour ses ennemis. « Un révolutionr,!Iire » j;--.; Un autre grand ami de la -France "et de la République, le comte de paris, exprime dans « L'Express» sa petite idée sur ·le salut du pays. Il ne mâche pas ses mots, le descendant des · « quarante - rois - qui - firent - la France» (Maurras dixit). Parlant de la nécessité de rétablir une · « autorité légitime », il appelle · cela une « révolution ». Le dictionnaire définit la révolution en astronomie comme le 'mouvement d'un astre qui par- · court une courbe fermée ... Cela doit être le sens révolu · tionnaire comme l'entend le '. comte de Paris. Une marche en avant qui nous ramènerait à "'Hugues Capet. Scories . Laure Dissart, plus connue à. la Wehrmacht sous le nom de Frau Walter et au SHAPE sous celui d'Anika Moor, a escroqué des centaines de millions. Cette précieuse « collaboratrice » en robe du soir n'a rien changé à ses occupations. La chronique judiciaire nous fournit actuellement une série d'ïnformations qui ont un air de famille avec cette histoire de collabo- escroc: _ On vient d'arrêter un fauxmonnayeur qui fabriquait des dollars pour lui-même aprèS en avoir fait pour le compte de Hitler. _ Une autre bande de faux- DROIT ET LIBERTÉ 91, Fbg St-Denis - Paris-trJo Tél. : ITAl. 48-11 et 45-26 TARIF DES ABONNEMENTS FRANCE et UNION FRANÇAISE Un an 300 francs PAYS ETRANr.I:RS Un an : 430 francs ABONNEMENT DE SOUTlEN : 1.000 francs TARIF SPECIAL POUR LA BELGiQLE - 1 Compte Ch. Post. : 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 20 francs et la dernière bande Le gérant : Ch. OVEZAREK S.I.P.N., 14, Rue de Paradis - :-. PARIS (X') - :- i Trov. eue. par de! ouv. syndiqué. monnayeurs avait pour' chef un ancien adjoint de Darquier de Pellepoix, commissaire aux Questions Juives. - Un certain Algaron, frère et admirateur du directeur de ({ Je suis partout », terrorisait sa femme; il l'a poussée à égorger son enfant. La parenté entre toutes ces affaires? Elles sont unies par les liens du sang et de la boue qui, à certaines époques, s'étalent au nom de l'intérêt général en pourrissant les particuliers. NOEL (Suite de la page 1) Qu'il y ait une collusion entre le gouvernement de Bonn et les cadres nazis, cela ne souffre pas l'ombre d'un doute, même pour les petits gosses allemands qui collent leurs nez aux vitrines de Noël. Cette vérité, pourtant élémentaire, échappe toutefois à certains journaux français. Nous avons pu voir ainsi récemment, dans l'organe quotidien de M. Mendès-France, une photographie des généraux allemands • Heusinger et Speidel, venus au Grand Quartier Atlantique de paris, tous les deux vêtus de nouveaux uniformes de l'armée allemande (coupe démocratique - veston à deux rangées de boutons). « Ils ont été passés au crible », assure la légende ... Car les artisans des Accords de Paris et de la nouvelle Wehrmacht n'aiment ni entendre ni écrire la vérité sur l'Allemagne de Bonn. La vérité blesse les consciences inquiètes « Veritas . odium parit » (la franchise engendre la haine), se disent sans doute les partisans de la tactique de l'autruche, en paraphrasant le vers de Térence. Et pourtant... la vérité sue par tous les pores de « l'Etat fort » du Dr Adenauer. Le bilan de fin d'année de la république ' de Bonn? Mais c'est le réarmement à outrance, la poussée hystérique du révisionnisme revanchard et le retour en rangs serrés vers le nazisme antisémite. « Bonn n'admet pas de limite au réarmement de l'Allemagne occidentale », « La future marine allemande atteindra près de 100.000 tonnes et sera construite en quatre ans », « L'Allemagne occidentale se prépare d devenir la deuxième puissance atomique du monde l ibre ». Ces phrases, qui ponctuent la honte de la politique des artisans des Accords de Paris, ne sont pas rédigées par l'auteur de ces li~nes. Ce sont de grands titres glanés au hasard des éditions récentes de la presse. Ainsi, nous apprenons que malF\'ré des assurances solennelles, Bonn pourra bientôt stocker les combustibles nucléaires et fabriquer des bombes atomiques grâce à un puissant réacteur nucléaire en cours de construction aux environs de Munich. En 1956, la Compagnie ({ Farbenwerke Hochst » produira de l'eau lourde à ~rande échelle, tous ces préparatifS étant supervisés par le ministère de la Défense de Bonn. Par ailleurs, nos LA CARTE D'AMI 195& L'ANNEE 1956 a montré plus que Jamais la nécft8slté de l'action menée par le M.R. A.P. 4u cours de cette année, les antisémites ouverts ou camouflés se sont manifestés avec audace. La campagne élootorale montre, maintenant, qu'Ils ambitionnent de reprendre dans l'arêne politique la place qu'Ils ont perdu à la Libération. Un Tixler-Vlgnancourt, qui a défendu contre le M.R.A.P. les prOducteurs du film antisémite « Les Nouveaux MaTtres ». présente de nombreuses listes de vichystes. D'autre part, sous prétexte de défendre les commerçants, Poujade et ses «lieutenants accentuent leur propagande Inspirée de DOriot et de Goebbels. Or, Il faut bien le dire: ces racistes disposent pour leur action quotidienne, poulr leur presse et pour les élections, de centaines de millions. Par contre, notre Mouvement souffre de difficultés financières chroniques. C'est au nombre et au dévouement de ses amis qu'il doit le succès croissant de ses grandes campagnes et manlfestatlons: contre le racisme bestial du' Mississipi, pou," l'Interdiction des meetings de Xavl81' OUEST voisins d'outre-Rhin étudient les pOSSibilités des rayons cosmiques et des rayons atomiques. Les voilà, les véritables intentions de deux messieurs en complet-veston de coupe « à pe'ine militaire » qui - selon « l'Express » - « ont été passés au crible ». Le crible tenu par qui? Quant à la nouvelle Wehrmacht, le nombre de ses divisions dépassera de loin celui prévu il y a un an. Le S.H.A.P.E. (haut commandement atlantique en Europe) considère cette situation comme complètement naturelle. Quant à la future aviation de guerre ouest-allemande, les amis du Dr Adenauer vont encore plus loin que leurs protecteurs américains eux-mêmes. Ils font remarquer que les appareilS livrés ou prévus par les U.S.A. ne seraient pas adaptés au combat à partir des bases allemandes. Aussi proposent- ils de baser leurs appareils sur territoire étranger (France, Afrique du Nord ou Grande-Bretagne). Nous voilà donc assurés. Les monstrueux Accords de Paris se concrétiseront d'ici trois à quatre ans en une armée, une avi~tion et une marine, parmi les mieux dotées au monde. Les cadres nazis Pour mener à bonne fin une tâche de telle importance, quels sont les hommes « dQment passés au crible » par les dirigeants atlantiques? Outre le criminel de guerre Kesselring, chargé par Bonn de la direc'tion des organisations para-militaires, on retrouve tous les « grands » noms du gotha national-socialiste. Que des politiciens à conscience inquiète le veuillent ou non, la collusion du gouvernement de Bonn avec les cadres nazis est devenue Vallat, sans oublier les Journées. Nationales, les galas annuels et le bal de février dernier. Ces succès seraient plus éclatanta encore sl les efforts de nos militants et amis étaient aussi Importants dans le domaine fJnanoler que dans les autres domaines. Nous enregistrons chaque aa. née un appui moral et matél'ïel aocru de la part des sociétés mutualistes, au moyen des su bventions, des cotisations, ainsi que par la vente des cartes d'Amis. Par contre le prOblème de l'existence matérielle du ·M.R.A.P. n'est pas suffisamment compris par certaines sections. A Patois comme en province, ns sootions devraient envisager au plus tllt de prendre des mesures pour rem&iler à ces lacunes dès le début de 1968. Chacune d'elles pourrait, à l'exemple des sociétés, créer un petit fonds antiraciste local, qui lell'r permettrait d'amplifier leur action et de verser au M.R.A.P. des cotisations régulières. Comment alimenter ce fonds? Par les ristournes des Cartes d'Amis (20 %), par l'organisation de soirées cinématogf'aphlques, de petites fêtes, de vins d'honneur, avec la participation de membres du Bureau national; par des réu- . nions d'abonnés et lecteurs de « Droit et Liberté » en présence d'un rédacteur. Pas un antiraciste sans sa Carte d'Ami: tel doit être ' notre mot d'ordre! Le danger raciste et antisémite n'a Jamais été aussi réel. Il faut y faire face avec tous les moyens possibles. Multiplions nos forces pour l'année 1968, pour déraciner définitivement le racisme et l'antisémitisme, qui ont engendré de 1939 à 1946 tant d'horreurs, de souffrances et de deuils, pour ne plus revoir les fours crématoires, pour une vie fraternelle, entre toutes les races, entre tous les peuples. A. CHILL. NOTRE SOUSCRIPTION Menton : 1.500; Cherzbaum : 2.000; Galdberg : 10.000; Menton : 1.700; Mlle Marchand : 1.000 ; Baullp : 15.000; Section du Y' : 1.300 ; Dr Averbuch

2.000; Jacqueline Isal : 2.800;

Roubi : 2.000; Thiar : 2.000; Blumenfeld

2.000 ; Banateanu : 4.000;

Paris-lB' : 1.000; Benveniste : 20.000; Marseille : 9.000; Société Minsk : 5.000. -ALLEMAND ami personnel du docteur Theodor Blank, ministre de la Défense de Bonn, sera bientôt remis - assure-t-on - dans ses fonctions de membre d'état-major. Fett a maintes fois représenté l'Allemagne occidentale dans les conférences atlantiques. On Signale par ailleurs le projet d'un transfert en bloc des cadres des « gardes frontières » dans la nouvelle armée allemande, ces cadres ayant été recrutés parmi les anciens S.S. Et en attendant de doter tous ces messieurs des uniformes de la nouvelle Wehrmacht (coupe démocratique - deux rangées de boutons), on leur verse des pensions fabuleuses. Les autorités de Berlin-Ouest ne remettent-elles pas mensuellement aux ex-nazis des salaires d'attente allant de 1.500 à 2.100 marks, alors que 15 % de victimes du nazisme sont mortes faute de secours dans les secteurs occidenta!J.x de la capitale allemande. Le renouveau d'antisémitisme Le S.S. Simon, condamné à mort pour le crime de genocide par un tribunal britannique, vient d'être acquitté par un tribunal 'allemand. Le Dr Hans Clauberg, ancien chef de brigade S.S., qui avait pratiqu~ des expériences médicales sur les êtres humains au » Bloc n° 10 » d'Auschwitz, responsable de la stérilisation et de la mort de milliers de femmes - est en passe d'échapper à la justice. Le parquet de Kiel, chargé de juger ce criminel, vient en effet de l'interner dans un asile pour ... débilité mentale. L'impudence des nazis est sans bornes. N'ont-ils pas tenté de profaner les vestiges de l'ancien camp de concentration de Dachau? . « Je suis d'avis que les camps de concentration nazis se justifiaient parfaitement », a titré récemment le « Bulletin des Etudiants de Bonn ». Jugeant le jeune auteur dudit ({ article » trop imprUdent peutêtre, les dirigeants allemands ont pris contre lui des mesures disciplinaires de pure forme. Ces dirigeants pensent sans doute que « certaines choses se font mais ne' se disent pas ». Mais que l'on ne s'étonne pas de cet état d'esprit de la jeunesse estudiantine si des S.S., protégés ouvertement par le gouvernement d'Adenauer, pratiquent ouvertement la propagande fasciste et antisémite. Un fonctionnaire du gouvernement de Bonn, en consultant la récente édition d'une plaquette contenant les noms d'antisémites célèbres, n'y a-t-il pas trouvé ceux de six hauts fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères de son gouvernement? Ce dernier vient d'ailleurs de relancer dans la vie publique deux autres nazis de marque: le Dr Werner Neumann, ancien secrétaire d'Etat au..ministère de Goebbels, et Wilhelm Meinberg, exchef d'état-major de l'organisation S.S. de "Berlin. Que, l'on ne s'étonne donc pas du foisonnement des feuilles antisémites, des profanations de cimetières juifS, des menaces cruelles prOférées contre les résistants. Les fêtes de fin d'année sont placées, eR Allemagne occid,entale, sous le signe de la croix gammée. Cette dernière n'est pas un signe faste aux Ides de janvier pour les artisans des Accords de Paris. un truisme. Un très grand nom- -----------------------------bre de faits a déjà été rendu pu- :.l""""""""""""I""""""""I""""""""""""""""""""I"I"II""""1l'I'I ''I!! Charles;e~n n~~CimCharless p~:Charles 12 mars 2010 à 10:57 (UTC). entre 1 4V4ENEZ NaOMBRREUX AAU NI B A L ~ Reinhard Gehlen, ancien diri- e - geant du puissant service des renseignements hitlérien, la - « Fremde Heere Ost », est l'émi! - nence grise du régime de Bonn; organisé par la Société ses 5.000 agents, triés parmi les « BIKOR CHOHIN » DE MONTMARTRE nazis les plus éprouvés, « forgent le moral des populations entre Cologne et Remagen », à force de corruption, de menaces et de terreur. Muller-Hillebrand, ancien général de brigade nazi, a été désigné comme chef de la section du personnel militaire près le ministère de Guerre de Bonn. Muller-Hi lebrand faisait partie du quartier général de l'armée hitlérienne. Le colonel Fett, artisan des représailles exercées en 1942 contre les conjurés anti-hitlériens et au profit des enfants de ses déportés qui aura lieu DIMANCHE 15 JANVIER 1956 de 16 heures à mlnu.it, dans les --- Grands Salons du Cercle Militaire Place Saint-Augustin, PARIS-VIII" - avec le célèbre orchestre ::: GREGOR NEZO - Il y aura de la Jeunesse et de la gaité ! ~ ATTRACTIONS - Buffet bien garni à des prix m.odérés : ~1"1""I"III""IIII"IIII"IIIIIIII""IIIIIII"IIIIIIIIII"11IIIIIIIII""llllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllii'i l , Ho," ET LIBERTE "" A la veille des élections L'affaire Lamine Traoré Redoublement de 1/ agitation PAS DE VERDICTS RACISTES ANTISEMITE "MANIFESTEZ-VOUS! » Tel est le mot d'ordre lancé par « Rivarol » à ses lecteurs, à la veille des élections. « Il faut mettre à profit la période électorale pour faire auprès d'un pu- . bli~ nouveau une propagande acharnée », proclame « Aspects de la 'France », héritier de « L'Action Française ». AppelS qui ne r estent pas sans effets. Tandis que ces feuilles - et quelques autres - redoublent de r acisme et d'attaques antirépublicaines, les hommes de main descendent dans la rue, souillent les murs de leurs slogans infâmes, les commandos apportent l'argument de leurs poings dans les réunions électorales, les candidats vich ys tes et néo-fascistes développent au grand jour les thèmes éculés que, naguère, ils osa ient à peine suggérer . Cette soudaine agitation d'hommes spécialisés dans l'excitation à la h aine contre les Juifs, les noir s, les Nord-Africains, représente un incontestable danger. Elle requier ~ la vigilance de l'opinion antiraciste. « Jeune Nation» et Tixier-Viqnancourt C'est par une multiplication d'inscriptions èt d'affichettes antisémites que se sont manifestés les amis de « RivaroL » dans les 3' et 4' arrondissements, au début de décembre: « La juiverie n'est pas la France », « Les Juifs veulent s'enrichir aux frais· des Français »... autant de formules directement tirées de l'arsenal hitlér ien. Et sürs, sans doute, de l'impunit é, les provocateurs indiquaient leur adresse. C'était signé: « Jeune Nation, 15 bis, rue Blomet . » « Jeune Nation », rappelons-Ie, est un groupé de nervis étroitement lié au « Rassemblement Nat ional » de Tixier-Vignancourt. On les a vus manifester ensemble, salle Wagram, il y a quelques mois, aux cris de « Mort aux Juifs ». Pourquoi se gêneraient-ils? Leur « grand homme » est candidat dans les BasseS-Pyrénées et il n'a r a té que de quelques minutes son appar entement avec Guy Petit (indépenda nt) et de Chevigné (M.R.P. ). On peut imaginer la campagne que mène là-bas TixierVignancourt, avocat de l'antisémitisme dans l'affaire qui oppose le M.R.A.P . aux prOducteurs du film « Les Nouveaux Maîtres ». Avec Ybar negar ay, sa liste est la seule en France qui puisse se vanter de compter deux anciens ministres de Pétain! La parade des inéligibles Plus de trente listes ont été dépOSées par Tixier-Vignancourt, puisque le « Groupement pour la réforme de l'Etat et la défense des l ibertés électorales », qu'il patronne, est reconnu « groupement national ». A Paris, chaque secteur comporte une liste se réclamant de lui, et le leader du premier secteur, Jean Montigny, a tenu déjà une conférence de presse et plUSieurs réunions publiques. Salués par les cris de « Vive Pétain» et « Vive le roi », lui et ses congénères ont fait l'éloge de la « collaboration », récbmé des mesures fascistes et appelé de leurs voeux la format ion « d'une droite qui n'aura pas peur de dire son nom ». Il faut constater que d'anciens inéligibles - donc des collaborateurs notoires - se présentent en dehors dU « Rassemblement Na- • tional ». « Rivarol » en publie complaisammént la liste: AUemane (4' secteur de la Seine), porte l'étiquette R.G.R. ; Georges Bonnet, l'ancien ministre des Affaires étrangères (Dordogne), se réclame du parti radical; Bergery, RObbe, ' Reibel, Sarret ont constitué en Seine-etOise des listes d' « indépendants d'union républicaine anticommuniste »; Saudubray, d'Aillères, Goussu (Sarthe) et J.-M. Renaitour (Yonne), ont reçu l'investiture du Centre National des Indépendants (Pinay). Enfin, il y a Dorgères. Poujade, Dorgères ••• Le comte Henri d'Halluin, dit Dorgères, organisa dès 1930 les « chemises vertps » de son « Camité de défense paysanne ». L'occupation venue, Pétain le chargea d'organiser sa propagande dans les campagnes et il constitua une milice participant à l'action contre les maquisards. Aujourd'hui candidat dans l'Ile-et-Vilaine, Dorgères répand, à l'intention des agriculteurs, les mêmes mots 'd'ordre démagogiques, antiparlementaires, antisémites que Poujade à l'intention des commerçants. Ses groupes de choc et ceux de l'U.D.C.A. ont d'ailleurs collaboré à plUSieurs reprises au cours des derniers mois. Nous citerons en particulier la mise à sac de la perception de Léoville, en Charente - Maritime, manifestation Dans le 3 r A.rrondlssent Une délégation du M. R. A. P. proteste sont signées du « Mouvement Jeune Nation », 15 bis, rue BIomet, connu pour son hostilité au régime républicain et ses attaches avec d'anciens collaborateurs de /' occupant hitlérien. typiquement fasciste. « Défense de l'Occident », le journal de Bardèche, qui en fait le compte rendu détaillé, souligne que les dirigeants de cette attaque prirent la parOle pour « fustiger une « colonisation » de la France en des termes que le décret Marchandeau interdit de rapporter ». Le décret Marchandeau interdit, on le sait, l'excitation à la haine antisémite : il faut croire que les pouvoirs publics n'ont pas cru devoir, en cette circonstance comme en beaucoup d'autres, en faire l'usage nécessaire. ••• et Xavier Vallat Ce n'est pas forcer la réalité que de relier Poujade à Dorgères, a Tixiex;-Vignancourt et aux divers groupements vichys tes. Dans les discours, les écrits des uns et des autres se retrouvent le même style, les mêmes thèmes parvenant mal à masquer la même absence de programme avouable. Un fait particulièrement frappant: les maurrassiens, amis de Xavier Vallat, ont organisé, le 8 décembre au Quartier Latin, une réunion publique où parla notamment un nommé Le Pen, qualifié de « jeune et puissant orateur ». Or, ce même Le Pen est candidat dans le 3' secteur sur une liste poujadiste, et il prenait la parole, quelques jours plus tard, à ce titre, salle Japy. La nostalgie des temps maudits A quoi vise cette agitation? Il suffit, pour s'en rendre compte, de parcourir les journaux qui l'alimentent, en particulier « Aspects de la France » et « Rivarol ». Les Xavier Vallat, les Cousteau et autres collaborateurs de l'oecupant exhalent à longueur de colonne leur haine de la République, leur fidélité à Pétain, leur mépriS de toutes les valeurs qui font partie de la conscience française. Ce qu'ils veulent, c'est prendre leur revanche, c'est réoccuper dans les affaires du pays la place qu'ils ont perdU à la Libération. Ce qu'ils souhaitent dans l'immédiat, c'est ressusciter les menées antisémites et racistes qui ont fait tant de mal à notre pays. La haine raciale est POul' eux, aujourd'hui comme hier, un levier contre le régime républicain. Sans doute ne se font-ils pas beaucoup d.'illusions. Le peuple français les honnit. Mais s'ils gagnaient, ça et là, du terrain, ils se croiraient en droit d'aller encore de l'avant. Le fait même qu'ils aient pu reparaître impunément sur la scène politique, grâce à la mansuétude des autorités, n'est-il pas pour eux un précieux encouragement? Il appartient donc aux électeurs de leur faire partout échec, de condamner tous leurs complices et de contribuer à l'union de toutes les forces démocratiques et antiracistes, qui balaieront définitivement ces nostalgiques des temps maudits. Albert LEVY. ehez nous La 23' chambre correctionnelle prison. On lui refuse 1a liberté qui a condamné le jeune étudiant provisoire, aux motifs inexacts guinéen Lamine Traoré à deux qu'II « n'offre pas de garantie mols de prison n'a pas Jugé, selon suffisante de représentation en la formule, ({ au nom du peuple justice », pour enfin le condamner f'rançals ». à deux mois de prison sans sur- Notre peuple n'est pas raciste, sis, malgré la défense de son Il l'a prouvé au cours de sa glo- grand avocat M' de Moro-Glaf_ rieuse histoire. ferl, venu protester à la barre De l'affaire Dreyfus au calvaire contre l'injustice qui menaçait de des Rosenberg, les exemples foi- frapper ce jeune noir. sonnent qui prouvent que notre Lamine a fait appel de ce jugepays a toujours dénoncé le ra- ment typiquement raciste. Notre clsme, l'antisémitisme, et toutes Mouvement proteste solennelleles dicrlmlnations faites en raison ment contre de telles décisions de la peau ou de J'origine. jUdiciaires qui ne reflètent pas la C'est pourquoi notre Mouve- conscience du peuple de France, ment ne peut sans protester lals- dont les traditions généreuses ser conda,mner cet étudiant noir vis-à-vis de tous les hommes, avec une sévérité que seule ex- quelle que soit leur couleur, leUlr plique son origine guinéenne. religion ou leur origine, restent Quels sont les faits? vivaces. Lamine Traoré a 27 ans. ( II est Ici ta 101 est égale pour tous, étudiant en droit à Paris. Il est qu'elle protège ou qu'elle punisse. normalement domicilié. Il a un ~ ___________ _ enfant reconnu âgé de 6 mois. Il vit avûc une jeune parisienne depuis 3 ans. Comme ses revenus sont modestes, Il touche régulièrement du territoire guinéen un secours. Il va au ministère, au cours de J'été dernier, à plusleu'rs reprises, pour faire activer le paiement de sa bourse. 'L'argent manque à son foyer. A plusieurs reprises on le renvoie de service en service. Le temps 'passe. C'est alors que le 16 mal Il se rend à nouveau au ministère où le reçoit un Inspecteur de la France d'outre-mer. -Lamine explique sa situation. Le fonctionnaire n'a pas le temps, Il écourte la dIscussion et dit à ce Jeune noir: « .JE N'AI PAS D'ORDRE A RECEVOIR DE VOUS, ALLEZ DANS VOTRE PAYS SI VOUS N'ETES PAS CONTENT. » Ce fonctionnaire, M. de Chrlsten, pour l'appeler par son nom, tente de faire sortir Lamine. ee dernier, devant l'attitude méprisante et brutale de celui qui est. là pour recevoir les doléances des étudiants noirs, lui administre ~ne gifle. Cela peut aisément se comprendre'. S'il s'était agi d'un étudiant parisien qui, dans les mêmes circonstances, aurait giflé un fonctionnaire, cet étudiant aurait été traduit devant le juge de simple police. Même si on avait cru devoir le déférer devant le tribunal correctionnel, il aurait subi ~ne condamnation d'amende, tout au plus une peine Indicative de prison avec sursis. Mais il s'agit d'un noir qui a giflé un blanc. C'est un crime de lèse-majesté, de lèse-race. Aux U.S.A. Lamine aurait été lynché. En France il est navrant de constater l'acharnement de la justice contre ce Guinéen qui a osé défendre sa dignité d'homme devant l'attitude Insolente, raciste, de ce fonctionnaire du ministère de la France d'outre-mer. Lamine est Jugé "'par défaut, alors qu'il est en vacances. Il est condamné à 12 mols de prison ferme. On lance contre lui un mandat d'ar rêt, mesure exceptionnelle selon la JUl'isprudence. Il ~ev~ent. Il est arrêté, Jeté en UNE OEUVRE (oubliée) de M. CARCOPINO M. Carcopino vient d'être élu à l'A cadémie Française. Voici l'une de ses oeuvres qu'une grande partie de la presse G négligé de rappeler : le décret instituant lû numerus cl a usus dans les universités. M. Carcopino était alors ministre de PJtain. 2 i Juin l!)H JOOE:-IAL OFFICIEL DE L 'ETAT FRAl'\ÇAlS N° 25ïû. - LOt du 21 juin 1941 réglant les coaditions d'admiasiol1 des itudiants juil. dans le. établlssemenls d'enseigne. ment superieur. "' ,)u~, \I;)J'édlll ile Fl'3 ll ce. chd dc l'EI , t rranC:li", ILe cC lIscil ùes lD:IlÎ strr3 ell lC ll tl u , D,:né!on:o .~rl. 1" . - Le n(}mllre des éLuJil ll t. juil!! admis a s'i,!lscr ire pour cha que an· née ù'é hldes d'tlne Clculté, d'ulle école ou {j'un insutu l d'enseignement supérieur, ne peut "xcéder 3 p. \00 d05 étudiants non juifs in~J'il5 pour cetle même annee dut'Jll t l:.nnnéc sr.olaire {ll'ccédenlc. A'rl. 2. - Dans chaque C" uIté , institut Ou é(ûle. 1 commission 11~ prores!/" ,,,lit u"- "'rlicle 3 . . \.../' déJa. 0: ,fots se [1 ... ....unlre CClM'! décision ÙC9antle se..t"taJ,l Il'Etat à l'éducation naliolllle. . Art. 4. - Si les renseignements fournis à Ia commission sont reconnus el'ronés le doyen ou le " irecteur peut prononce; l 'an nnL~lion des in,criptions qui ont été prl:;es ln,hlment. Cette décision entratna le. plein droit 1.1 nullité des exaruens subis par le candida t. . Art. 5. - D ~s ùécrels Cixeront l'a pvllc~. tion de la pre:;ente loi en Mgéri~, aux colome5. en Syrie et au Uban. Art. 6. - Le present acte sem pubJi6 au Joun .. l Officiel ct publié COlUlllC tot da l'Etat. l'~il à Vichy, le ~ 1 j uin 1941. pu. PÉTAIN. P':~.~"çJ!~,~rl"l de l'rance. cher de l'Etat L 'amiral de la floUe millish'c v;cc--président d1/ conSt17 .. ,1 DARLAN. ) '--~Le--sccr"lcire il'El. l'édu cation 71atioruzIe et à la jeu.n ~'R Ù\.f g. c.m. col' !:'IOo. Pour p roteste r contre la multipli ca tion des a ffiches antisémites da ns le 3' a rrondissement, une délégation d,u M.R.A.P. s 'est rendue, le 8 décembre, auprès du commissaire cent ral de cet arrondissement. Elle éta it conduite par Cha rles Pala nt, sec rétaire gé nér al du M. R. A.P ., et M' Craiss ac, président de la s ection du 3' a rrondissement. Les habitants de notre arrondissement, qui ont connu naguere les méfaits de l'antisémitisme, ne peuvent admettre cfe telles provocations qui visent, particulièrement dans la période actuelle" à fomenter la haine entre les citoyens. cAu liL dea. i-l!JUCa. ••• « Charles MaUr! as eût été heu reux de la brill a nte élection de M. Carcopino », constate allègrenu nt « Aspects de la France ». Evoquant ce décret infâme, la fe uille de Xa vier Vollat n'hésite pas à écrire : « Il y a, dans La lettre s uiva nte a été dépo- la vie de M. Carcopi no, des actes sée: 1 . Au nom du Mouv ement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, nous tenons à attirer vot, e attention sur le fait que, depuis quelques jours, des CJffiches et inscriptions d'un antisémitisme villlient se multiplient sur les 'murs du 3' arrondissement. Elles • Le cha ncelier Adenauer vient d' accorder aux nouveaux soldats de la Wehrmacht le droit de porter les insignES et décorations gagnés sous Hitler. Nous nous permettons de souligner que de tels agissements sont contraires à la loi et à la Constitution. Certains d'interpréter l'émotion de lQi oopulation, nous demandons aux pouvoirs publics d'intervenir pour empêcher que soient ainsi souillés nos murs et pour mettre hors d'état de nuire les tenants de l'antisémitisme. Veuillez agréer, etc ... Une lettre semblable a été 'adressée à la Préfecture, concernant l'ensemble de Paris. Contre l'acquittement de Carbuccia Le Conseil Représentatif des Juifs de France (C.R.I.F.) a élevé une protestation contre l'acquittement d'Horace de Carbuccia, ancien directeur de e Gr;ngoire », qui constitue « un véri .. table ol/trage aux familles des victimes du nazisme, quelles qu'aient été leur condition sociale et leur religion ». Les Algériens en France L'Institut National de la Statistique et des Etudes EJConomiques signale que 208.540 musulmans originaires d'Algé~ Ie vivaient en France en mal 1954. .Is se répartissaient ainsi: 187.000 hommes (15 "'In et plus); 9.680 femmes (15 ans et plus); 11.780 enfants. En souvenir des otages de Drancy Une cérémonie solennelle, en souve .. nir des 48 Juifs de Drancy fusillés comme otages le lS décembre 1941, s'est déroulée le dimanche 18 décembre au cimetière du Père-Lachaise. Cette cérémonie était placée sous le patronage de diverses personnalités., parmi lesquelles Edmond FLEG, écriva in; le p~ofesseur HADAMARD, Léa HAMON, sc'nateur; le professeur JANKELEVITCH, le président Léon LYON-CAEN, Charles PALAN T, secrétaire général du M.R. A,P.; Mme Mathilde GABRIEL-PERI, présidente de l'Association des Familles de Fusillés; le professeur E. SCHATZMAN, André SPIRE, poète; M' Henry TORRES, sénateur. que, recte ur de l'Université de P a ri s, puis ministre de l' Instru ction pL.ob lique, il a a ccompl is a li service du pays. » Et de conc/ure : . « La France r ~e ll e, à l'Acadé mie Française, a cassé les se ntences iniques que la Fran ce légale avai t rendues. » Les antiracistes, eux , ne peuven/ que s'indigner de vo:r effacer aussi cyniquement les me,iures prises à la Libération, et honorer les hommes qui ont pro fit é des malheurs de la France pour imposer un odieux « r::ntisémitisme d'Etat ». Cette belle image est tirée du livre de Dominique Darbois, ft Agossou, le petit Africain _, qui paraît opportunément pour Noël et le Jour de l'An aux Editions Fernand Nathan. Ce livre, qui enchantera les enfants de 5 -à 10 ons, est le. récit, illustré par d'excellentes photos, d'une journée vécue par un petit Africain. Ago,sou, sa petite soeur, sa mère et son père suscitent irrésistiblement la sympathie. Ceux qui le connaîtront se sentiront très proches de lui, en dépit des différences de peau et de coutumes. Après avoir sa'ué • Moudaïna • et • Le mur gris de toutes les couleurs " d'Andrée Clair (Editions Bourrelier), nous nous félic itons que ;les écrivain~ et artistes manifestent ainsi la préoccupation de prémunir nos enfants contre le virus du racisme. ECRITS ET 1 AGE « QUAND J'ENTENDS PARLER DE CULTURE, JE SORS MON REVOLVER », proclamait naguère un nazi célèbre. C'est que la culture - la vraie culture - est un facteur de rapprochement entre les hommes, un facteur de fraternité. ' Il est des oeuvres, pourtant, qui se parent indûment du nom de la culture. ' Des oeuvres - livres, films, pièces, tableaux - qui, loin de favoriser la connais-' sanlCe des hommes, ne font que renforcer, par des moyens divers, les préjugés et les haines, aboutissant parfois à de Eanglantes tueries. . Il y 'a, là aussi, un combat antiraciste à mener. C'est pour favoriser ce combat que la JOURNEE NATIONALE CONTRE LE RACISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX, qui s'est tenue le 12 juin dernier à Paris, sur l'initiative du M.R.A.P., a décidé, à l'unanimité de ses 2.000 délégué" l'institution d'un PRIX DE LA FRATERNITE. C'est dans le même esprit que notre Mouvement ·a lancé l'idée d'un ciné-club antiraciste qui, déjà, a tenu sa première séance, avec l'approbation chaleureuse des représentants les plus éminents de la culture cinématographique. Nous avons ra~semblé dans cette page des éléments divers - critiques et débats - qui montrent l'importance de ces problèmes fréquemment abordés, d'une façon plus ou moins positive, dans tous les domaines des lettres et des arts. Roger lKOR. (Prix Goncourt) a peinl avec sympalhie une lamille de juils immigrés Avec « Les Fils d'Avrom », de Roger Ikor, les Goncourt ont couronné une oeuvre présentant non seulement d'incontestables qualités littéraires, mais une valeur profondément humaine que nous nous plaisons à saluer. Plus qu'un rom:tn proprement dit, ces deux volumes constituent la chronique d'une famille juive, du début de ce SltcIe à la fin de la deuxième guerre mondiale. On y chercherait en vain une action passionante, des rebondissements spectaculaires. C'est la fresque, minutieusement tracée, d'une évolution naturelle qui aboutit à l'intégration dans notre pays d'élements venus de lointains horizons. Aussi bien, l'histoire de la famille Mykhanowitski est-elle significative à plus d'un titre. A travers les problèmes posés à ces juifs chassés de leur pays par les pogromes et à leurs descendants, c'est la vie de tous les immigrés dans leur pays 'd'adoption qui se trouve éclairée. ROJer Ikor développe le vaste thème des « eaux mêlées », de la formation de cet amalgame divers et indissoluble qu'est la nation française d'aujourd'hui. Il fallait à l'auteur, pour cela, • beaucoup de sympathie pour ses personnages, et Roger Ikor n'en manque pas. Grâce à lui, les Juifs acquièrent droit de cité dans la littérature, sans être l'Objet de calomnies ou victimes d'une vision partielle et partiale. Cette famille juive, arrivée en France vers 1900, elle compte, au bout de trois générations, des ouvriers, des artisans, des (Suite page 8) Un " On 'Public no lités div Pierre Schlosbel Lanoux, ainsi qUE reau Nat D'autre sentes, a par des inaugura teur Jac professe cc~té de Le pn Patrick // HALLELUJAH 1/ / chef .,dl oeuvre ou duperie? poinl Le film « Hallelujah ~, de King Vidor, actuellement pro jeté dans un cinéma parisien, est-i! un chef-d'oeuvre ou un faux classique? Apporte-t-i! un élément positif dans la lutte antiraciste? Les critiques et le public sont partagés. A la suite de l'article publié dans notre dernier numéro, nous avons reçu, parmi de très nombreU:ies approbations, quelques remarques exprimant un désaccord avec notre position. C'est pourquoi, étant donné l'importance des problèmes posés, nous cro)'ons utile d'ouvrir un débat qui éclairera le contenu et le rôle d'un tel film. Avec des extraits de deux lettres contestant notre position, nous publions donc, ci-dessous, une mif:e au point de notre collaborateur Jean-FranCis Held, ainsi que les déclarations d'éminents critiques et écrivains: MM. Léon Mous.. lnAc, Claude Roy, Georges Sadoul. Mme Paulette Giraud nous écrit : Suivant avec intérêt les artieles de « Droit et Liberté », je crois utile de vous faire part des réactions fâcheuses que peut susciter la parution dans les colonnes de ce journal d'une critique aussi ahurissante que celle que vous a inspirée le film de King Vidor: « Hallelujah » ... Pensez-vous qu'il soit aussi scandaleux d'oser faire un film snr les nègres, leur mystique et leur sens religieux si particuliers, leur admirable expression musicale, sans faire obligatoirement allusion à la situation pénible qui est la leur dans le sud des Etats-Unis? Estimez-vous qu'un film, une pièce de théâtre ou n'importe quelle forme d'art n'est valable que si ell€ sert à souligner les injustices qui existent de par le monde ? .. Vous n'avez même pas l'excuse d'avoir aperçu dans «' Hallelujah » l'ombre d'un bon - patron - blanc - au - coeursenSible; non, rien, que des nègres entre eux et dont les conditions de vie matérielle ne sont pas dépeintes sous un jour très favorable. Le blanc est absent, le problème racial n'est absolument pas abordé et il ne devait pas l'être dans un film qui se propose de tous autres buts (aussi honorables que ceux qui auraient suscité votre enthousiasme) et qui ne fait d'ailleurs nullement l'apologie d'un état de fait que nous réprouvons. Vous n'avez même pas oulu épargner le côté musical qui est pourtant excellent. .*,., D'autre part, nous avons reçu de Mlle N. G ... une lettre exprimant un point de vue semblable, en ces termes: Le problème racial n'est pas abordé dans ce film ... Vidor a voulu montrer la vie quotidienne des noirs et non traiter le prOblème de leur pénible condition dans le sud des Etats-Unis (sic). Il a, voulu exprimer leurs travaux, leurs peines, leurs joies. Vidor n'a pas cherché à démontrer mais à montrer. Nous les voyons vivre entre eux et pas une seule fois U n'est question de blancs .... Peut-on reprOCher à Vidor de n'avoir voulu exprimer que la poéSie si particulière du peuple noir? Une C'EST à desseIn que la rédaction de « Droit et Liberté » a choisI ce classique de King Vidor. La réaction de notre lectrice ne nous ~tonne pas. Cette réaction ne met évidemment pas en question Eon attitude sur les problèmes raciaux : il s'agit seulement, à notre avis, des critères qui lui servent à juger la valeur qu'il convient d'attribuer à un film. Or, le Nclsme ne se traduit pas to ujours par des lynchages ou des camps de concentration. Il revêt souvent des formes in- •• Dans un esprit tout à tait opposé, M. Gassama, Paris-12, nous écrit: Le film Hallelujah. de King , Vidor, tourné au debut du cinéma parlant à Hollywood, est l'expression-type d'un certain racisme américain. Sous prétexte de faire jouer uniquement des noirs, le metteur en scène a collectionné tous les préjugéS des seigneurs du Sud, qui présentent les no~rs comme des naïfs, des superstitieux ou des damnés à évangéliser. Le film est d'autant plus susceptible de semer la confusion qu'il masque les véritables conditions de vie dans le sud des Etats-Unis des noirs, naguère esclaves, aujourd'hui citoyensesclaves. Les difficultés, les malheurs que l'on veut bien nous montrer viennent non pas des explOiteurs racistes mais. .. des noirs euxmêmes. Des films comme « Hallelujah 1), « L'Intrus », « Je suis un Nègre », etc ... devraient laisser la place à de vrais chefsd'oeuvre exaltant - sans miévrerie - la fraternité des races. Dl•I Se au pAR----- Jean-froncis HElD finlment plus Insidieuses auxquelles nous sommes parfois très vulnérable:. Cette polémique sur « Hallelujah » le dépasse donc largement. Nous sommes heureux de pouvoir l'engager. « Estimez-vous demande notre lectrice, qu'un film, une pièce de théâtre, ou n'importe quelle oeuvre d'art, ne soit valable que si elle sert à souligner les injustices qui exIstent de Voir en page 6 le point de vue de Léon MOUSSINAC, Claude ROY et Georges SADOUL. par le monde? Vous au·riez là une singulièr·e conception de la « liberté » d'un auteur à faire oeuvre d'art gratul~ et non de mathématicIen acharné à démontrer le bien-fondé de son théorème. » Nous ne l'estimons pas. Ce n'est pas du tout à une « gratuité » éventuelle du film de Vidor que notre critIque s'adresse. Au contrai re. Comment pourrait-on faIre de l' « art pour l'art » (en admettant que ce fut jamais possible) en décrivant la vie d'un peuple? « Hallelujah » est une histoire qui se déroule au sud des Etats-Unis. On y volt les noirs vivre, travailler, se distraire, s'aimer, souffrir, prier, chanter. Il ne s'agit pas là d'un divertissement éthéré, extra-temporel et hors du monde. Au fond, c'est bien un « film de moeurs ». Il ne s'agIt donc en aucun cas de €avoir si « Hallelujah » est « engagé » ou non, si Vidor a fait de l'art pour l'art ou autre chose, mals de savoir si la descrl, ptlon qui nous est donnée de la vle.et des moeurs des noirs américains cultIvateurs de coton est vraie ou fausse. Et aussI, si oui ou non elle comporte des caractères racistes. Nous penEons que VIdor a accumulé les plus spectaculaires, les plus « filmIques » de tous les clichés qui traînent aux Etats-Unis - et ailleurs. - depuis longtemps, sur ces « grands enfants lO que sont les n\lirs, quI ont des côtés si sympathIques, mals qui ne savent pas 'réfréner leu·rs Instincts, passent · du l'Ire aux la l'mes en un Instant, etc. Bref, les noirs sont présentés comme des ébauches humaines, tenant une place intermédiaire entre les « vrais » hommes et les ouistitis, lesquels, d'ailleurs, ont aussI des côtés t·rès sympathiques. Seulement on préfère ne pas en avclr une douzaine dans son salon. Ceci dit, Iain de nous la pensée qu'il s'agIt d'une décisIon machlavéliquement conçue de VIdor et payée par les· planteurs dl! coton de New Orleans! Non, (Suite page 6) Une des effo Mouvem jeunes a tié. ToU! le Ciné-( tre les p mieux s procher sans exe nime l'i « En! déclara menstajr nir l'in~ lett du Dr. Jacques- El Le docteur Jacques-Emile Zola, fils de l'auteur de « J'accuse », avait adressé au Ciné-Club Amitié la lettre .suivante : .J'aurais été très heureux d'atslster à la séance Inaugurale de votre CIné-Club, mals cela m'est ImpossIble. .Je vous félicite du choix de votre programme, l'idée qui a présIdé à la réalisation du film « Emile Zola lO est très belle et l'action se déroule p apothéol Malgr que je ~ prétatJol reconnal titue p( très bel .Je for réussite et vous Monsleu €entlmer gués. Dr ,J CRITS ET 1 AGES DANS LE· COMB « QUAND J'ENTENDS PARLER DE CULTURE, JE SORS MON REVOL », proclamait naguère un nazi célèbre. C'est que la culture - la vraie lture - est un facteur de rapprochement entre les hommes, un facteur de terni té. Il est des oeuvres, pourtant, qui se parent indûment du nom de la culture. ' s oeuvres - livres, films, pièces, tableaux - qui, loin de favoriser la connaisnce des hommes, ne font que renforcer, par des moyens divers, les préjugés et haines, aboutissant parfois à de ~ an g l an t es tueries. . Il y 'a, là aussi, un combat ant iraciste à mener. C'est pour favoriser ce combat que la JOURNEE NATIONALE CONTRE LE CISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX, qui s'est tenue le 12 juin mier à Paris, sur l'initiative dq M.R. A.P., a décidé, à l'unanimité de ses 2.000 légué:, l'institution d'un PRIX DE LA FRATERNITE. C'est dans le même esprit que notre Mouvement ·a lancé l'idée d'un ciné-club tiraciste qui, déjà, a tenu sa première séance, avec l'approbation chaleureuse des résentants les plus éminents de la cu lture cinématographique. Nous avons ra:semblé dans cette page des éléments divers - critiques et bats - qui montrent l'importance de ces problèmes fréquemment abordés, d'une çon plus ou moins positive, dans tous les domaines des lettres et des arts. lE08. (Prix Goncourt) a peint avec sympalhie une lamille de juifs immigrés oger « Les Fils d'Avrom », ger Ikor, les Goncourt on t né une oeuvre présentant eulement d'incontestables és littéraires, mais une profondément humaine ous nous plaisons à saluer. qu'un rom3.n proprement es deux volumes constila chronique d'une faJuive, du début de ce Sltla fin de la deuxième mondiale. On y cherchen vain une action paste, des rebondissements culaires. t la fresque, minutieusement tracée, d'une évolution na turelle qui a boutit à l'intégrat ion dans notre p ays d'élements venus de lointains horizons. Aussi bien, l'histoire de la famille Mykhanowit ski est-elle significa tive à plus d'un titre. A travers les problèmes posés à ces juifs ch3.ssés de leur pays par les pogromes et à leurs descendants, c'est la vie de tous les immigrés dans leur pays 'd'adoption qui se trouve éclairée. ROJer Ikor développe le vaste thème des « eaux mêlées », de la formation de cet amalgame divers et indissoluble qu'est la nation française d'aujourd'hui. Il fallait à l'auteur, pour cela, • beaucoup de sympathie pour ses pE'rsonnages, et Roger Ikor n'en manque pas. Grâce à lui, les Juifs acquièrent droit de cité dans la littérature, sans être l'objet de calomnies ou victimes d'une vision partielle et partiale. Cette famille juive, arrivée en France vers 1900, elle compte, au bout de trois générations, des ouvriers, des artisans, des (Suite page 8) hef,d' oeuvre ou duperie polnl ? • Une à dessein que la action de « Droit et ertè » a choisi ce clasKing Vidor. La réacnotre lectrice ne nous as. Cette réaction ne emment pas en quesattitude sur les s raciaux : il s'agit t, à notre avis, des ul lui servent à juger qu'II convient d'attrln film. r.acisme ne se traduit urs par des lynchages amps de concentration. souvent des formes inl! nl •• esprit tout à f ait op. Gassama, Par is-t2, it : Hallelujah, de King urné au debut du cinéant à Ho.\!ywood , est ion-type d'un certain américain. rétexte de faire jouer nt des noir s, le metscène a collectionné préjugés des seigneurs ui présentent les no:rs Dl•I Se au PAR----- Jean-rrancis HELD finlment plus Insidieuses auxquelles nous sommes parfois très vulnérable ~ . Cette polémique sur « Hallelujah » le ' dépasse donc largement. Nous sommes heureux de pouvoir l'engager. « Estimez-vous demande notre lectrice,. qu'un film, une pièce de théâtre, ou n'Importe quelle oeuvre d'art, ne soit valable que si elle sert à souligner les injustices qui existent de Voir en page 6 le point de vue de Léon MOUSSINAC, Claude ROY et GeorgES SADOUL. par le monde? Vous auriez là une singulièr·e conception de la « liberté » d'un auteur à faire oeuvre d'art gratul~ et non de mathématicien acharné à démontrer le bien-fondé de son théorème, » de la vi. et des moeurs des noirs américalna cultivateurs de coton est vl'Qie ou fausse. Et aussi, si oui ou non elle comporte des caractères racistes. Nous penEons que Vidor a accumulé les plus spectaculaires, les plus « filmiques » de tous les clichés qui tralnent aux Etats-Unis - et ailleurs. - depuis longtemps, sur ces « grands enfants » que sont les nplrs, qui ont des côtés si sympathiques, mals qui ne savent pas . réfréner leu·rs Instincts, passent · du rire aux larmes en un Instant, etc. Bref, les noirs sont présentés comme des ébauches humaines, tenant une place intermédiaire entre les « vrais » hommes et les ouistitis, lesquels, d'allleurE, ont aussi des côtés t·rès sympathiques. Seulement on préfère ne pas en avclr une douzaine dans son salon. Ceci dit, loin de nous la pensée qu'II s'agit d'une décision machlavéllquement conçue de VIdor et payée par les planteurs da coton de New Orleans! Non, (Suite page 6) Au ~,. AMITIJ Un public enthousiaste -·a a " LA· VIE D'EMILE Z~ C'EST le mardi 6 décembre que le Ciné-Club « Amitié» a tenu sa première séance, à la salle Yves-Toudic. On reconnaissait, parmi un public nombleUoX, des personnalités diverses : les cinéastes Pierre Laroche et Léopold Schlosberg, l'écrivain Armand Lanoux, M. Jacques Leman, ainsi que les membres du Bureau National du M.R.A.P. D'autres personnalités, absentes, avaient tenu à s'associer par des messages à cette soirée inaugurale, notamment le docteur Jacques-Emile Zola et le profes~eur Desoilles, de la Facudté de Médecine de Paris. Le président du Ciné-Club, Patrick Golicki, puis M'Armand Dymenstajn, au nom du M.R. A.P., présentèrent en quelques mots cette initiative, qui résulte ment, de la désinformation, du racisme. Et c'est ainsi que nous avons pu tous senlir dans nos chCJirs et dans nos âmes la nocivité de films tels que « Le Juif Süss :1 de Goebbels. « Tout récemment encore, n'es/-ce pas par un film, «. Les Nouveaux Maîtres :1 , contre lequel se sont justement él.evés les antiracistes de France, que les gens de Rivarol, d'Aspects de la France et autres antisémites voulaient distiller leurs thèses abominables? c: Le cinéma est un art nouveoeu, à l'image du siècle présent: son destin n'est pas de devenir le trouble instrument de la ségrégation et de l'in/olé- La dégradation de Dreyfus. - La scène représentée sur cette gravure a été exactement reconstituée dans le film d. Dletarle. des efforts communs de notre Mouvement et d'un groupe de jeunes antiracistes, le Club Amitié. Tous deL:1X soulignèrent que le Ciné-Club, destiné à combattre les préjugés racistes, à faire mieux se connaitre ·ef se rapprocher les hommes, est ouvert, sans exclusive, à tous ceux qu'anime l'idéal de fraternité. « En/re des mains mauvaises, déclara notre ami Armand Dymenstajn, le cinéma peut devenir l'instrument de l'abrutlsserance. C'est pourquoi, déjà, de nombreuses oeuvres ont su montrer les beautés de la fraternité, de l'égalité, de l'amitié entre les hommes. ... c: II manquait 'un ciné-club antiraciste, qui non seulement ouv/if une discussion tEChnique, mais égCilement portât la discussion sur la valeur morale, éducative, antiraciste d'un film . Cette lacune est comblée ... :. LA VIE D'EMILE ZOLA pirati-on. C'est un hymne puissant à la lutte pour la justice, pour la vérité. Et l'on comprend qu"au moment où s 'effaça it la dernière image les a pplaudissements nourris de la salle unanime aient salué cette oeuvre cou,rageuse et exaltante. La discussion qui suivit montra l'intérêt porté par le public à la fois aux problèmes techniques et au c·ontenu du film. Nous en donnons ci-dessous le compte rendu, en regrdtant que, n'ai C, t ot.;,t cès Clul soni drol deu; film cha( qui (\ mes La discu~ Voici quelques extraits du débat qui s'est déroulé aprèS la projection du film « La Vie d'Emile Zola »: Léopold SCHLOSBERG. et l' sod FraI réac trail Nous venons de voir un film qui J . a été interdit en France pen- now dant 15 années, sous l'étrange Dan prétexte qu'il ({ porte atteinte à exen la sécurité de l'Etat ». Ce film vea reste interdit. C'est un grand privilège que vous avez, dans Ul votre ciné-club, de voir de tels foull films. ceux Evidemment, cette oeuvre n'est justi pas parfaite. Mais jusqu'à pré- nim sent, les conditions sont telles sauv Ul qu'il n'a pas été pOSSible à des réalisateurs français de faire un film sur l'Affaire Dreyfus. Les FraI gens de qui dépend aujourd'hui que ' la production cinématographi- J . que ne permettraient pas que les l'on traite un tel sujet. nous Ce film évoque un certain pour aspect du racisme. Et l'on doit se féliciter de la création de ce men ciné-club antiraciste, car actuel- liber lement encore, le racisme, sous Je cette forme ou d'autres, n'est pour pas mort. reux Malgré ses faiblesses, il faut M . J souligner que « La Vie d'Emile « Be Zola » est une oeuvre vraiment un 1 g6np.reuse. (Applaudissements.) écrit UN SPECTATEUR. - Il sem- cuse ble que ce film a quelques De lacunes. En particulier, il ne milI! traite pas suffisamment de l'as- r emE pect raciste de l'affaire Dreyfus. Ciné Pierre LAROCHE. - Il n'est pou pas conçu comme un film anti- film raciste. Mais c'est un film très par courageux, compte tenu surtout le t qu'il a été tourné en Amérique. nôtr Même imparfait, il reste vala- . ble. (Applaudissements.) ----J UN SPECTATEUR. - J'estime 1 que la vie de Zola est traitée de façon assez désordonnée . UN SPECTATEUR. - Ce sont ' plutôt des épisodes de la vie de Zola, choisis assez arbitrairement. Mais il est bien que l'affaire Dreyfus occupe la place p!incipale. UN SPECTATEUR. Est-il vrai que la femme de Dreyfus soit intervenue auprèS de Zola, comme le montre le film ? L. SCHLOSBERG. - Non. C'est, en particulier, après une intervention de Clemenceau que Zola a ' priS la décision de défendre Dreyfus. es naïfs, des super stides damnés à évangéest d'autant plus susde semer la confusion que les vér it ables cone vie dans le sud des Nous ne l'estimons pas. Ce n'est pas du tout à une « gratuité » éventuelle du film de Vidor que notre critique s'adresse. Au contrai re. Comment pourrait-on faire de l' « art pour l'art » (en admettant que ce fut jamais possible) en décrivant la vie d'un peuple? « HalieluJah » est une histoire qui se déroule au sud des Etats-Unis, On y volt les noirs vivre, travaille!', se distraire, s'aimer, souffrir, prier, chanter. du Dr. Une lettre Jacques- Emile Zola On ne pouvait faire meilleur choix, pour cette pr·emière séance, que c: La Vie d'Emile Zola l , le célèbre film de William Dieterle, dont la plus grande partie est consacrée à l'affaire Dreyfus. Réalisée en 1937 aux Etats-Unis, cette oeuvre n'a été projetée en France que quelques semaines, en 1952. Elle reste interdite par la censure, pour « atteint/! au moral de l'armée l - la formule même qui servit à empêcher, pendant de longues années, la réhabilitation du capitaine Dr.eyfus. Jacques LEMAN. - Zola eut l'attention attirée par l'Affaire au cours d'un dîner chez Daudet, où il entendit raconter la dégradation du capitaine Dreyfus. Il douta de la culpabilité de Dreyfus et se rendit chez Clemenceau. Après cette conversation, et aprèS avoir étudié les dossiers sans interruption pendant 24 h eures, il écrivit cette fameuse lettre à M. Félix Faure, auquel Clemenceau donna lE' naguère citoyensficultés, les malheurs veut bien nous montrer non pas des exploiteurs mais... des noirs euxms comme « H3.lleluL'Intrus », « Je suis », etc ... devraient laisace à de vrais chefsexaltant - sans miéla fraternité des races. Il ne s'agit pas là d'un divertissement éthéré, extra-temporel et hors du monde. Au fond, c'est bien un « film de moeurs ». Il ne s'agit donc en aucun cas de Eavoir si « HalieluJah » est « engagé » ou non, si Vidor a fait de l'art Dour l'art ou autre chose, mals de savoir si la descrl, ptlon qui nous es t donnée Le docteur Jacques-Emile Zola, fils de l'auteur de « J'accuse », avait adressé au Ciné-Club Amitié la lettre .suivante: J'aurais été très heureux d'aEslster à la séance Inaugurale de votre Ciné-Club, mals cela m'est Impossible. Je vous félicite du choix de votre programme, l'idée qui a présidé à la, réalisation du film « Emile Zola » est très belle et l'action se déroule pour se termIner en apothéose. Malgré toutes les réserves que je dols faire sur l'interp, rétatlon de mon père, je reconnais que ce film constitue pour sa mémoire un très bel hommage. Je forme des voeux pour ra réussite de votre Ciné-Club et vous p!'le d'agréer, cher Monsieur, l'hommage de mes eentlmenta les plus distingués. Dr Jacques-Emile ZOLA. Ce film, il est vrai, présente quelques erreurs, des anachronismes, des naïvetés. Mais on ne saurait contester la valeur de l'interprétation de Paul Mwni, et surtout la générosité de l'ins- _ titre : « J'ACCUSE ». (Applaudissements.) UN SPECTATEUR. - Pourquoi la foule a-t-elle conspué Zola lorsqu'il a passé en jugement? UN SPECTATEUR. - Parce qu'on avait excité le militarisme DANS LE· COMBAT Au Ciné-Club' ~~ AMITIÉ" public enthousiaste a applàudi A· V'IE D'EMILE ZOLA " 6 décembre que le Ciné-Club sa première séance, à la salle i, parmi un des personnales cinéastes et Léopold l'écrivain Armand Jacques Leman, membres du 8udu M.R.A.P. nnalités, abu à s'associer à cette soirée le docZola et le , de la Fade Paris. du Ciné-Club, puis M'Armand nom du M.R. en quelques qui résulte ment, de la désinformation, du racisme. Et c'est ainsi que nous avons pu tous sentir dans nos chars et dans nos âmes la nocivité de films tels que « Le Juif Süss » de Goebbels. « Tout récemment encore, n'es/-ce pas par un film, «. Les Nouveaux Maîtres », contre lequel se sont justement élevés les antiracistes de France, que les gens de Rivarol, d'Aspects de la France et autres antisémites voulaient distiller leurs thèses abominables? ~ Le cinéma est un art nouve{ llU, à l'image du sièclE! présent: son destin n'est pas de devenir le trouble instrument de la ségrégation et de l'intolépiraHon. ' C'est un hymne puissant à la lutte pour la justice, pour la vérité. Et l'on comprend qu"au moment où s'effaçait la dernière image les applaudissements nourris de la salle unanime aient salué cette oeuvre COl:\rageuse et exaltante. La discussion qui suivit montra l'intérêt porté par le public à la fois aux problèmes techniques et au contenu du film. Nous en donnons ci-dessous le compte rendu, en regrettant que, vu l'heure tardive, elle n'ait pu se prolonger encore. Cette première séance, en tOl:Jt cas, laisse augurer du succès que doit rencontrer le CinéClub c Amitié . Nombreux sont les antiracistes qui voudront y adhérer, afin de voir deux fois par mois d'excellents films et de pal ticiper, après chaque projection, à des débats qui s'annoncent passionnants. (Voir en page 8 les programmes du Ciné-Club « Amitié ».) la discussion Voici quelques extraits du débat qui s'est déroulé après la projection du film ({ La Vie d'Emile Zola »: Léopold SCHLOSBERG. Nous venons de voir un film qui a été interdit en France pendant 15 années, sous l'étrange prétexte qu'il « porte atteinte à la sécurité de l'Etat ». Ce film reste interdit. C'est un grand privilège que vous avez, dans votre ciné-club, de voir de tels films. Evidemment, cette oeuvre n'est pas parfaite. Mais jusqu'à présent, les conditions sont telles qu'il n'a pas été possible à des r~alisateurs français de faire un film sur l'Affaire Dreyfus. Les gens de qui dépend aujourd'hui la production cinématographique ne permettraient pas que l'on traite un tel sujet. Ce film évoque un certain aspect du racisme. Et l'on doit se féliciter de la création de ce ciné-club antiraciste, car actuellement encore, le racisme, sous cette forme ou d'autres, n'est pas mort. Malgré ses faiblesses, il faut souligner que « La Vie d'Emile Zola » est une oeuvre vraiment g()n~reuse. (Applaudissements.) UN SPECTATEUR. - Il semble que ce film a quelques lacunes. En particulier, il ne traite pas suffisamment de l'as- . pect raciste de l'affaire Dreyfus. et l'antisémitisme. C'est un épisode de la lutte menée en France entre le progrès et la réaction, la justice et l'arbitraire. J. LEMAN. - Cette lutte, nous continuons à la mener. Dans l'affaire Rosenberg, par exemple, il aurait fallu un nouveau Zola ... UN SPECTATEUR. - Mais la foule, alors, ne conspuait pas ceux qui combattaient pour la justice. La France quasi-unanime a lutté pour tenter de sauver les Rosenberg. UN SPECTATEUR. - En France, oui. Mais en Améri-. que ? ... J. LEMAN. - Nous sommes les héritiers de Zola. Mais il nous reste beaucoup à faire pour que triomphent définitivement les idées de justice et de liberté. Je profite de cette occasion pour dire combien je suis heureux de faire la connaissance de M. Armand Lanoux. Son livre, « Bonjour Monsieur Zola », est un des meilleurs qui aient été écrits sur l'auteur de « J'accuse ». (Applaudissements.) De plus, au nom de ma famille et au mien, je félicite et remercie chaleureusement le Ciné-Club Amitié d'avoir choisi pour cette première séance un film qui exalte la lutte menée par Emile Zola. Cette lutte, je le répète, reste et restera la nôtre. (Applaudissements.) lRACISTE Printemps 1956 LE PRIX' de la FRATERNITÉ C'est dans quelques mois que sera attribué, sous l'égide" du M.R.A.P., le Prix de la Fraternité, dont l'institution li été décidée en juin dernier par la Journée· Nationale contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix. D'éminents écrivains, artistes, cinéastes ont, d'ores et déjà, accepté dé participer au jury. Nous en donnerons la liste complète dans Dotre prochain numéro. Voici, par ailleurs, le règlement du Prix: ARTICLE 1"; - En exécution des décisions prises au cours de la 7' Journée Nationale' contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, tenue à Pari!;! le 12 juin 1955, il est créé un PRIX DE LA FRATERNITE, décerné annuellement sous l'égide du M.R.A.P. Ce Prix, qui sera attribué pour la première' fois en 1956, sera d'uni montant de CENT MILLE FRANCS. ART. 2. - Le PRIX DE LA FRATERNITE est . destiné à couronner chaque année l'oeuvre ou la réa. lisation française, dans les domaines littéraire' artistique (théâtre, cinéma, peinture, etc.), scienti~ fique ou philosophique, qui aura le mieux contribuê à servir ou exalter l'idéal d'égalité et de fraternité enltre les hommes sans aucune distinction d'origine de race ou de religion. ~ ART_ 3. - Le Prix sera décerné par un jury coni~ posé de personnalités des Lettres, des Arts et de la Culture en général, représentant les courants les plus divers de la pensée antiraciste. . Les décisionsi du jury sont prises à la majorité absolue. ART. 4. - Le secrétariat du PRIX DE LA FRATERNITE est établi au siège du M.R.A.P., 91, rue d)l Faubourg-Saint-Denis, à Paris. : L'Algérie ardente de MohaDiDIed DIB Mohammed Dib s.'est fixé pour LAche, sel{)n sa oropre expres~ ion, « de donner un tableau aussi vrai que possible de la vie en Algérie et surtout des milieux populai1'8s.... de saisir le mouvement historique, pour ainsi dire, qui remue l'Algérie en ce moment ». De .ces Intentions, il vient de donner une nouvelle et remarquable lllustraLiJD avec le j'ecueil qu'Il publie: « Au Café » ( 1 ), après les deux romans: « La Grande Maison » et « L'Incendie ». Dans les sept nouvelles de ce dernier recueil, . Mohammed Dib confirme avec éclat sa maitrise, son aptitude à tràduire une brû_ L'exotisme, ici, prend tour son sens: c'est la peinture réaliste d'un milieu dont les particularités sont dépouillées de ·tout caractère Insolite, parce 1 "que .iustifi ~es, expliquées par :' les conditions économiques et· sociales. Les coutumes, la manière d'être spé1llfique des "per sonnages, loin de les rendre t1tranges et incompréhensibles, ne font que les rapprocher de nous. Ainsi s'affirme l'authentique humanisme de l'oeuvre de Mohammed Dib. 1 On lira en page 8 « La Petite Cousine ». une nouvelle tirée de ce recueil. . (1) Editions Gallimard. lante émotion avec les moyens 1 ____________ -'-__ en apparence les plus simples, les plus directs, avec, se rait-on tenté de dire, une admirable dignité. "Racines" Pierre LAROCHE. - Il n'est pas conçu comme un film antiraciste. Mais c'est un film très courageux, compte tenu surtout qu'il a été tourné en Amérique. Mblêem. e( Apimplpaaurdfiasiste, miel nrtse.s)t e vala- ._ _____________, ;....,;.... ___________1 .. Zola les réserves sur l'Intermon père, Je ce film consmémoire un ux pour ra Ciné-Club réer, cher e de mes plus dlstln- ZOLA. rance. C'est pourquoi, déjà, de nombreuses oeuvres ont su montrer les beautés de la fraternité, de l'égalité, de l'amitié entre les hommes. ... c Il manquait 'un ciné-club antiraciste, qui non seulement ouvlÎt une discussion tahnique, mais égC!lement portât la discussion sur la valeur morale, éducative, antiraciste d'un film . Cette lacune est comblée ... LA VIE D'EMILE ZOLA On ne pouvait faire meilleur choix, pour cette pr·emière séance, que « La Vie d'Emile Zola , le célèbre film de William Dieterle, dont la plus grande partie est consacrée à' l'affaire Dreyfus. Réalisée en 1937 aux Etats-Unis, cette oeuvre n'a été projetée en France que quelques semaines, en 1952. Elle reste interdite par la censure, pour « atfeintç au moral de l'armée » - la formule même qui servit à empêcher, pendant de longues années, la réhabilitation du capitaine Dr·eyfus. Ce film, il est vrai, présente quelques erreurs, des anachronismes, des naïvetés. Mais on ne saurait contester la valeur de l'interprétation de Paul Mwni, et surtout la générosité de l'ins- UN SPECTATEUR. - J'estime 1 que la vie de Zola est traitée de façon assez désordonnée. UN SPECTATEUR. - Ce sont ' plutôt des épisodes de la vie de Zola, choisis assez arbitrairement. Mais il est bien que l'affaire Dreyfus occupe la place principale. UN SPECTATEUR. Est-il vrai que la femme de Dreyfus soit intervenue auprès de Zola, comme le montre le film ? L. SCHLOSBERG. - Non. C'est, en particulier, après une intervention de Clemenceau que Zola a ' pris la décision de défendre DreyfUS. Jacques LEMAN. - Zola eut l'attention attirée par l'Affaire au cours d'un dîner chez Daudet, où il entendit 'raconter la dégradation du capitaine Dreyfus. Il douta de la culpabilité de Dreyfus et se rendit chez Clemenceau. Après cette conversation, et après avoir étudié les dossiers sans interruption pendant 24 heures, il écrivit cette fameuse lettre à M. Félix Faure, auquel Clemenceau donna le • titre: « J'ACCUSE ». (Applaudissements.) UN SPECTATEUR. - Pourquoi la foule a-t-elle conspué Zola lorsqu'il a passé en jugement? UN SPECTATEUR. - Parce qu'on avait excité le militarisme •.,', \ « Raices ,. (Ratines), le meilleur film préu'nté au VIII ' F~stival international de Cannes, n'a pas obtenu le grand prix qu'iI ~, mérltait. ct Raices » n'a pas même figuré ' dans le palmarès du l;rand Jury. cc Raices )~.~, a été purement et simplement boycotté. Ainsi s'exprimait Simone Dubreuilh " dans notre numéro de mai dernier. Plusieurs mois :après, « Racines », cett~ oeuvre antiraciste · ~ d'une bou 'eversonte humanit é, est enfin projetée dans un cinéma l parisien (Le Vendôme). Nous ne sOurions trop le recommci~der à nos lecteurs. • DROIT ET l.18ERTIt ASSEZ DE CRIMES RACISTES AUX U. S. A. , • SI les procès de Sumner et de Leflore ont suscité l'indignation et si, à la suite de leurs inqualifiables verdicts, on a P' enregistrer en Amérique un,e résistance au racisme, celui-ci ne s'est pas pour autant apaisé. Des procès comme ceux que nous avons dénoncés du seul fait qu'il mettaient en accusation un blanc effrayaient l'âlme des colonisateurs. Non pas à cause des sentences rendues. Elles sont conformes à ce curieux parti-pris, à cet état d'esprit monstrueux qui veulent que l'homme noir soit différent. Tellement différent que J'humaine justice ne saurait lui HI e applicable. Mais les procès ont lieu. Sans doute sont-ils u·n défi à la pudeur. Mais ils existent et c'est déjà admettre un soupçon de personnalité aux victimes de couleur. D'où la grande peur des racistes blancs. Au s urplus, un .autre mouvement se dessine qui risque d'éliminer les derniers vestiges de ce conservatisme stupide si fortement enraciné dans le sud de l'Amérique. La Cour Suprême des EtatsUnis a sévèrement condamné la ségrégation des enfants noirs dans les écoles du Sud, l'estimant anticonsti tutionnelle. Dernièrement, la Commission fédérale des Communications et des Transports vient de décréter qu'à partir du 20 janvier 1956 la ségrégation dans les trains comme dans les cars - ~e même que dans les salles d'attente - serait désormais lettre morte. Décision courageuse si l'on pense que dans les Etats du Sud, l'homme de couleu,r qui prend place dans un compartiment réservé aux blancs commet un délit sanctionné, soit " par une peine d'amende, soit même par une peine de prison. Etant donné ces fJuelques décisions et le courant antiraciste qui se dévelopoe à trav,ers les EtatsUnis, il ést permis d'imaginer que les préjugés, sudistes courent vers de nouvetles défaites. Toutefois, elles n'iront pas sa'ns amener de représailles et sans soulever de nouvelles bourrasques de colère. Déjà, des manifestations en faveur de la ség régation s'organisent et un sénateur - démocrate bien entendu - élu du Mississipi, M. J"mes Eastland, n'hésite pas à battre le rappel au nom de la morale et du droit. LES BOURREAUX D'EMMETT TILL FONT ECOLE Il n'est pas inutile, toutefois, d'indiquer quels 'usages il est fait de ces principes dans le sud de ce pays qui se pose si volontiers en champion de la démocratie. En Louisiane, une institutrice qui avait eu le front de mêler des enfants bla'ncs et noirs pour l'enseignement du catéchisme, a été sauvagement maltraitée par trois de ses compatriotes qui se réclamaient de la morale chrétienne. Dons le Mississipi encore, M. Court, un noir âgé de 65 ans, membre de l'Association pour le Progrès des Gens de Couleur, a été grièvement blessé à coups de revolver par plusieurs « inconnus de race blanche ~. Dans le Texas, M. Hebert JOhnson, un noir âgé de 60 at;ls, égaIement membre de l'Association pou,r le Progrès des Gens de Couleur, a été découvert assassiné dans la cour de sa ferme, après avoir été assommé à coups de gourdin, attaché à sa propre voiture et traîné sur un kilomètre, sans que le sheriff du lieu fasse la moin~re diligence pour découvrir les coupables. A Allanta, capitale de la Géorgie, le gouverneur, M. Marvin Griffin, pou,r -défend re « l'inté grité de la .race ~ , interdi l la par- ~---- PAR André SAINT-CYR ticipation d'un joueur noir à un tournoi de football. En Caroline du Sud, le révérend pèr,e Paine, pasteur noi ~ bien connu pour ses activités contre la ségrégation raciale, a dû se réfugier à New-York pour se mettre à l'abri. NOUVEAU CRIME A SUMNER Enfin - toujours dans le Mis·· sissipi - dans c-ette même ville de Sumner déjà rendue tris tement célèbre par l'affaire d'Emmett Till, dans laquelle le gowvernement fédéral entend se ga rder de toute intervention de manière à laisser pleine et entière liberté aux odieux assassins du j.eune noir - un nouveau crime vient d'être accompli. MM. T. W. Millam et Roy Briant ont su faire école. Le nou veau crime de Sumner est a l:ssi ignoble que le précédent et s'inspire de prétextes aussi futiles. Un automobiliste blanc avait demandé à M. Clin ton Melton, un pompiste noir, de lui servir pour deux dollars d~essence. Celui-ci, se trompant, a fait le plein du réservoir. Il n'en falla it pas davantage pour qu'il soit abattu, à bout portant, de plusieu,rs coups de revolver. La victime était âgée de 30 ans. , Elle était père de 5 enfants. IL FAUT EN FINIR! Etant donné le précédent que constitue l'affaire Emmett Till. l'attitude du jury de Sumner, celle du « Gr a n~ Jury ~ de Lefore, la position récemment prise par le gOllvel nement fédér.ll - qui vient de refuser une nou,velle fois d' i'ntervenir pour défendre la justice - les antiracistes ont le ~u HALLELUdAH " che'-d'c:euvre ou Georses SADOUL: «Et s'il s'agissait d'A 19ériens 1 . .. )) PIJISQUE vous ouvrez, dans votre journal, une controverse sur « Hallelujah », laissez-moi vous dire que je trouve excessif le voeu de votre cri tique que ce faux classique aurait dû rester enfermé au fond de la cinémathèque. avec interdiction d'en sortir. Le film de King Vidor cont ient de beaux épisodes comme la mort du jeune frère et la poursuite da;],s les marais. Il a le mérite d'être interprété par des acteurs noirs (habituellement réduits à la figuration par Hollywood) qui y montrent un talent exceptionnel. Et enfin, à l'arrière-plan. on devine, dans certains épisodes, la misère des semi-esclaves vivant dans les plantations de la Géorgie ou de la Virginie. Ceci était encore toléré à Hollywood en 1930, mais ne le serait plus aujourd'hui. Un autre film « nègre », « Carmen Jones », vient de le démontrer. Il était donc intéressant de revoir aujourd'hui « Hallelujah ». Ses qualités éparses ne devraient pourtant pas masquer, surtout aux antiracistes, qu'Hallelujah est dans son ensemble parfaitement conformiste. Je veux dire conforme aux impératifs racistes d' Hollywood et de l'Amérique réactionnaire, qui s'expriment au cinéma par des pamphlets ou des caricatures visant les noirs paresseux. joueurs, dépensiers, luxurieux, couards, supersti tieux, etc ... Si ce propos n'est pas clair, qu'on prenne une comparaison et qU'on imagine un film réalisé par un Français, mais entièrement interprété par des Nord-Africains, et dont. les thèmes, pris dans la vie contemporaine, seraient voisins d'Hallelujah. niaux en tournées. Et l'on montrerait, dans une athmosphère bacchiques, lés vendanges, avec les NorcJ,..Africains remerciant par leurs cantiques Allah de leur donner tant de vin et tant de richesses. La misère des campagnes ou des bidonvilles serait enfin aussi bien escamotée que dans ce documentaire de Georges Régnier, ({ Le Voyage d'Abdallah », dont le héros, un pauvre berger du Sud, traverse une Tunisie prospère, couverte d'écoles et de barrages pour trouver à la fin un travail si bien rétribué par un gros colon qu'il peut aussit6t se marier somptueusement. Pourrait.,pn dire alors que cet hypothétique Hallelujah nord-africain ne défendrait pas au fond et en définitive les mémes thèses que le racisme colonialiste? Vers un Congrès de la culture noire Le héros, client des cafés maures, serait joueur et prompt à jouer du couteau. L'héroine serait une prostituée. une ouled nail aguichante, débauchée et rapace. On entendrait d'admirables chants et musiques berbères (par exemple), on assisterait à ces danses du ventre, à ces cavalcades, à ces mechouis. à ces fétes folkloriques qui viennent distraire traditionnellement les administrateurs colo- Le propre du racisme n'est-il pas de mettre l'accent sur certaines particularités ethniques, véritables ou caricaturées, en escamotant l'essentiel : le mode de vie et les rapports d'une « race » avec d'autres catégories sociales appartenant à une « race » qui se dit sa .« supérieure »? Un appel vient d'être lancé par un certain nombre d'artistes e' d'écrivains noh'S en faveur d'un CONGRES DES HOMMES DE CULTURE DU MONDE NOIR, qui aura lieu à Paris du 19 au 22 septembre 1966. « Le monde noir, le plus Ignoré de l'Histoire, n'est pac le dernier, souligne cet appel, à a6plrer à l'exercice de ses responsabilités culturelles. Nos civilisations, parce qu'elles n'avaient pas toujours' cru bon d'Inscrire leurs lois dans l'airain des monuments, souffren' du mépris Inconsidéré des autres ... ». Et Il poursuit: « Les hommes de couleur du monde entier pensent que la libération de l'Initiative des peuples doit enrichir sensiblement la culture humaine ... C'est l'art né de la volonté libre des peuJ! les qui dessinera la figure Intime des humanités non européennes ... « Les hommes de culture noirs ne se connaissent pas. Ils n'ont pas pris encore la mesure de leurs possibilités réciproques, ni de leur condition commune. Ils sont dlepersés et souvent isolés dans des milieux où leur personnalité est Insuffisamment mise en 1 valeur. « Nul n'ayant encore estimé tout l'apport des nol'rs au patrimoine humain, la tâche leur revient de le décrire et de définir le génie de leurs peuples. » Le programme du Congrès des hommes de oulture du monde noit est ainsi défini : 1. Situation des hommes de culture noIrs. 2. Apport des noirs à la culture humaine. 3. Tl'èmes, styles, genres quI caracVrlsent le génie de nos peuples. 4. Rapports à établir avec le monde culturel moderne. 5. Diffusion à donner aux oeuvres. 6. Aide aux jeunes écrivains et artistes. Parmi les premiers signataires de cet appel figurent : Peter Abrl1ams (Afrique du SUd), Louis Armstrong (V.S.A. ), Joséphine Baker (France), Habib Benglla (Soudan), Almé Césaire (Martinique), René Depestre (Haïti), René ' Maran (MartinIque) , Léopold Sedar Sengnor (Sénégal), Richard Wright (V . S.A.). Léon MOUSSINAC : VOUS me demandez mon opinion sur « Hallelujah :. 1 Elle reste celle que j'ai formulée à l'apparition de ce film en 1930, c'est-à-dire que je considère celui-ci comme dangereux, parce qu' il peut faire illusion à des spectateurs C'est un remarquable truquage à tous les points de vue: Cinématographiquement, Hallelujah demeure un faulX chefd'oeuvre qui témoigne seulement de l'habileté de King Vidor à exploiter dans un sens purement commercial les débuts du film parlant sans recherche aucune de ces caractères spécifiques qui se sont d'ailleurs affirmés dans quelques films du même cinéaste; ASSOCIATION DES ORIGINAIRES DE POLOGNE POUR LE RESPECT DES FRONTIERES SUR L'ODER ET LA NEISSE, 9, Cité du Retlro, PARIS (9') Samedi 31 décembre 1955 de' 21 heures à l'aube SALLE DES SOCIETES SAVANTES 8 bis. rue Danton. Paris (6e ) /1 Un truquage" Socialement, Hallelujah n'est q u'un camouflage, une diversion que j'ai dénoncée déjà en 1930, écrivant par exemple : «Le nègre qui chante en smoking, la néglesse qui danse nue, l'Amérique en fait parade pour qu'on ne voie pas l'ombre de ceux-là qu'elle fait balancer au bOllit d'une corde... » Il n'y a pas d'art gratuit, de chef-d'oeuvre sans vérité, pas plus au cinéma qu'ailleurs et, aux U.S.A., le racisme demeure, hélas! encore un fait dont on ne saurait ne pas tenir compte dans l'apprécia1ion de toute création artistique qui entend se référer à la réalité « noire ». Claude ROY: ({ Une GRAND BAL DE ,t--OUVEL AN (ORCHESTRE POLONAIS) J BVFFET (avec spécla.lItés polonaises) - TOMBOLA - BAR H ALLELUJAH me semble le type de ce que les Améril.: ains nomment l' onc/efommerie. 11 y a quelqtJes scènes pittoresques, e' d'un intérêt documenta ire, sur les religions et les Ii prophètes » noirs. Mais l'ensemble du film est médi ocre. Bons nègres, un peu bêtas, capables tout juste de trimer, de chanter, de jouer aux dés et de danser, les personnages d'Hallelujah sont de convendroit et le devoir de se demand.er - avant même de s'inquiéter du sort de ce nouveau procès ~ si l'Amérique n'entend pas prendre les mesures qui s'imposent afin d'éviter de telles provocations. Elles sont non se u,lement dirigées contre 19 millions d'Américains, mais contre tous ceux qui ont un sens et un emploi du droit et de la morale tout différents de ceux qui vont les proclamer dans le sud de l'Amérique. Est-il possible, enfin, que ce soit le même s heriff si acharné à défendr.e T. W. Milan et Roy Briant à avoir la charge de l'enquête dans cette nouvelle affaire Clinton Milton. 11 y a des défis q u.'il ne convient point de renouveler. 11 y a des ombres qu' il vaut mieux lais. ser s'estomper. 11 est des verdicts qu'on ne prononce pas trois fois. L'Amérique est-elle capable de penser qu'une conscience est née qui veut que le noir a cessé de se sentir différent et coupable en rai son même de cette différence et qu' il faut en ten ir compte pour se voul oir une démocratie? duperie? Mise au point (Suite de la page 4) Il s'est laissé bercer par l'ambiance, Il a préféré le pittoresque « tout court », avec ce que le terme peut parfois comporter d'odleux, au pittoresque « en profondeu r », c'est-à-dire le vrai. Qu'on aille voir « Racines », le « Sel de la Te.rre », « Nanouk ». ou ce film français sur les Indiens· de l'Amazone tourné par Flornoy. On verra la différence. Vidor avait peut-être de la sympathie pour les noirs. Il a bien dirigé ses merveilleux acteurs. Mals Il a ,péché par oonformlsme. Aujourd'hui, on ne ferait plus « HalieluJal) ». Et ce ne sont pas les qualités formelles très réelles de son film qui doivent « racheter » Vidor. Au contraire, devrait-on dire. Par sa renommée même, pa·r la place Indiscutable qu'II occupe dans l'histoire du cinéma, « Hallelujah » contribue à diffuser auprès des spectateurs les Idées très profondément fausses qu'il contient. La scène de folie mystique collective, où les assistants tournent Inlassablement, sur un rythme obsédé, est par exemple très belle: ni l'éclairage durci, qui met en valeui' les visages extasiés, ni la prise de vue en contre-plongée, aucune des nouveautés. cinématographiques que le film comporte ne nous ont échappé. Nous les apprécions à leur valeur. Mals elle mettent un accent d'autant plus fort, Insistant sur des asp~ts d" la vie des noirs qui, J}our être authentiques, . n'en ~ont pas moins que des aspects, d'où la déformation. AJoutons que l'intérêt formel de « HafleluJah » est surtout réf.ro~ pecUf à notre a v Is. Et Il ue la musique même est bien plus commerciale qu'authentique, comme on peut s'en convaincre à l'audition de vrais ensembles de « spirituals ». Mals ceci est une autre histoire. Jean-Francis HELD. onclelommerie » t innnelles marionnettes. L' intérêt musical du film est nt:1. 11 existe des milliers d'enrt- gistrements a uthentiques de « congrég-a ti ons » et de « jubil ces » noirs qui nous font sentir aujourd'hui combien les au teurs du f: lm ont affadi, tripa touillé e: holl ywoodisé les spiritua ls. Je suis tout à fait d'accold avec votre critique Ha/leluyah est un pseudo-class iqlie et un faux chef-d'oeuvre. DROIT ET LIBERTE CE QUE J'AI. VU EN ALG~RIE (Suite de la page 1) Le racisme sévit partout, il a aggravé une répression qui dépasse toute limite - il sert de justification « idéologique » au décl)aînement des passions des colons et de tous ceux, petits ou grands, qui, dans la population fra'n- Un oubli? M. Soustelle, gouverneur général de l'Algérie a cru devoir quitter la casquette de Bugeaud pour répondre en intellectuel au manifeste des intellectuels contre la guerre en Algérie. Mals le professeur agrégé qu'est M. SOustelle, tout en réclamant des Il!tellectuels des jugements de valeurs différentes de ceux de l'épicier ou du plombier-zingueur, fait délibérément débuter le problème algérien au 1" novembre i954! ' Le plombier-zingueur savait déjà, lors de son certificat d'études, que la conquête de l'Algérie date de 1830. Il a appris par la suite que la spoliation ' et l'oppression des populations autochtones durent depuis cette époque. Accord sur le fond Et l'opinion autorisée du président de l'Assemblée de l'Union Française rejoint ce constat des simples gens. « La colonisation n'est qu'une entreprise d'intérêt personnel, égoïste, unilatéral, accompli par. le plu$ tort sur le plus talIJLe. :l'elle est la réalité de l'histoire. » En fait, le prOfesseur Soustelle ne dément pas tellement ce point de vue, puisque 125 ans après la conquête de l' Al~érie il doit terminer son plaidoyer en parlant au futur de « l'oeuvre de progrès soaial à accomplir en Algérie ». « La plume au fusil » Mais, entre le passé et le futur, M. SOustelle prend ses aises avec !a réalité pEésente. Particulièrement lorsqu'il traite de l'excitation à la haine raciale contre le non Musulman. Dans un pays où la discrimination de fait: économique, politique, culturelle, maintient l'ensemble de la population indigène dans la misère et l'analphabétisme, décime les enfants au berceau, contraint les adultes au chômage ou à l'expatriement, l'intellectuel M. Soustelle s'indigne d'appartenir à une minorité opprimée. Alors, à bout d'arguments, il réendosse le costume de gouverneur général de l'Algérie et fait appeler les soldats du contingent. Bravo. Mickey Rooney 1 çaise, pensent qu,'à défaut d'intégration, l'extermination serait une . solution au douloureux problème algérien. LA JUSTICE VINDICATIVE Un tract distribué massivement à Bone, pour tenter d'expliquer les actes qui, quotidiennement, sont infligés à la population musulmane, qu'il s'agisse de ce que les porte-parole officiels qualifient de rebelles, ou de' simples citoyens suspects en raison de leur pea'u, contenait par exemple cette ph rase : « La population chrétienne d'Algérie avait besoin de réconfort, de sympathie, de prières pour les pauvres victimes du terrorisme; on leur a servi des reproches immérités, des leçons inopportunes et des conseils de charité et de justice ... » Cette littérature à façade chrétienne, mais sanguinaire, nous donne le ton du déchaînement raciste en Algérie à l'heure actuelle. Il ne s'agit pas, ici, dans les colonnes de notre journal, de polémiquer avec les partisans d'une politique ou d'une autr·e, dans ce qu'on appelle faussement les trois départements d'Algérie, il s'agit pour nous, en tant qu'antiracistes, de protester, de dénoncer, d'agir, afin que les hommes, là-bas, ne soient pas victimes à la fois de la Le MARDI 17 JANVIER . . à 20 h. 45 à l'HOTEL MODERNE Place de la RépUblique CONFÉRENCE de Marcel MAN VILLE Membre du Bureau National du M.R.A.P. de retour d'Algérie LE . RACISME ET LES PROBLEMES NORD-AFRICAINS VENEZ NOMBREUX! situation qui leur est faite, et su.rtout de leur origine radale. Nous ne saurions admettre que les bons chrétiens d'Algérie s'inclinent devant la douleur des victimes de la guerre quand elles sont européennes, mais tentent de justifier les effroyables tortures infligées aux musulmans ou les razzias qui sont faites dans les « mechtas ». Comme si l'on pouvait distinguer entre la douleur de mères qui 'Pleurent leurs enfants, cene qui a la peau blanche et celle qui est musulmane et voilée. Nous ne saurions admettre que la justice ne soit pas punitive, mais qu:eUe devienne vindicative, au point que le suspect, l'apolitique ou le combattant soit condamné avec la même sévérité, quand ça n'est pas avec le même mépris des principes qu'on transgresse bien volontielrs lorsqu'iiI faudrait les appliquer à l'Arabe. SOUS LE SIGNE DE LA SEGREGATION Le racisme est partout. L'Algérien continue de s'adresser au Service de l'état-civil musu,lman, où il ne risque pas de rencontrer le citoyen de 1" classe que constitue l'Européen. On imagine mal, à Paris, où l'intégration a parfaitement réussi, un Breton, par exemple, s'adresser dans un service spécial, sur cour, pour retirer un extrait d'acte de naissance. A l'école, les mêmes principes de ségrégation existent: les enfaillts européens ne jouent pas ·avec les petits Arabes. On ne le leur intendit pas, mais au berceau" dès qu'ils n'étaient pas sages, on les menaçait d'aller chercher « l'Arabe ». En prison, l'Arabe est égaIement différemment traité: alors que le Français détenu pour délit politique peut continuer, dans le cadre des règlements pénitentiaires, à recevoir les visites de sa famille, la femme de l'Algérien poursuivi et détenu se voit refuser systématiquement tout permis de communiquer. C'est la solitude, l'isolement, la mise au secret de fait, pendant de longs et pénibles mois. J'ai vu une femme qui, au dire des passants, chaque semaine venait aux abords de la prison de Bone, dans l'espoir que l'habitude lui recréerait un droit dont les pouvoir locaux l'avaient frustée, aUI mépris de tout sentiment d'humanité et de justice. Le courrier des emprisonnés n'est pas acheminé s'il n'est pas écrit en français. On imagine la douleur, l'angoisse des familles qui attendent depuis 10 mois la lettre de réconfort du condamné ou de celui qui sera . jugé ... L'odieux racisme a consisté également à ne jamais mettre dans les mêmes camps de concentration les détenus européens et les à utres. POUR LA FRATERNITE Ces quelques tristes notes de voyage brièvement rapportées nous permettent de mesurer toute l'ampleur du virus qui atteint actuellement l'Algérie. Nous autres, antiracistes, nous dénonçons devant l'opinion publique toutes les manifestations de la haine raciale qui, depu,is les douloureux événements qui déchirent l'Algérie, viennent considérablement aggraver le sort des populations musulmanes. Nous pensons, malgré le débordement tumultueux des passions, que le jour est proche où les peuples de France et d'Algérie tr.O'u.veront le chemin de l'amitié et de la fraternité virile. Le grand acteur Mickey Rooney avait invité un ami noir dans un cabaret de La,s Vegas où il .devait se produire. La direction de l'établissement refusa au noir l'accès de la salle et Rooney refusa son concours au programme. Le professeur Hadamard a 90 ans Remplacé au pied levé par un noir, Sammy . Davis, celui-ci déclara, en apprenant l'incident, que sa bonne foi avait été surprise sinon 11 aurait imité l'exemple de Mickey Rooney. Sans commentaires • Messerschmidt vient d'acheter à la société française Fouga la licence de fabrication de l'avion « Magister 170 R ». Elle envisage de construire près de 300 de ces appareils pour 'es besoins de la nouvelle Luftwaffe. • « .Il est improqable que les chats pourraient supporter l'idéologie du monde communiste, car ils respectent la dignité individuelle de chacun d'entre eux », a écrit le vétérinaire Robert T. Orr à l'Académie des Sciences. de Californie. Nous ne Tappellerons pas à nos lecteurs, à nos amis qui est le professeur Hadamard. Ils l'ont tous vu monter allègrement les marches d'une tribune et entendu d·étendre vigoureusement les justes causes. Aussi les étonneronsnous peut-être en leur disant que cet alerte combattant antiraciste fête en ce moment son 90· anni- . versalre. Citoyen courageux - et déjà lors de l'affaire Dreyfus - savant de ,renommée mondiale, le professeur Hadamard a bien mérité de la Patrie et de j'Humanité. Membre du Comité d'honneur de notre Mouvement, le M.R.A.P. Uent à lui exprimer sa gratitude et à 111i souhaiter longue vie encore dans cette jeunesse du coeur qui est l'apanage des meilleurs.

  • '1'*

Répondant à une lettre que lui avait adressée le président LyonCaen en son nom personnel et au nom du M.R.A.P., M. Jacques Hadamard écrit: « Oui, mon concours est touJours acquis à la cause sacrée que vous défendez, aux aspirations qui nous sont communes et qui, toute ma vie, ont Imprégné le plus profond de mon âme. « C'est dire quelle résonance ont éveillé en mol les sentiments que vous exprimez, vous qui menez le grand combat pour les Idées qui nous sont chères. « Encore merci à voua. et aussi • nos amis du M.R.A.P., si uni. dans notre lutte commune. » 7 LE MEETING DE ROUEN SUR L'AFFAIRE EMMETT TilL Nous n'avons pas pu donner de détails, dans notre demier numéro, du meeting qui s'est déroulé à Rouen le 18 novembre, à l'appel lu M.R.A.P., sur l'affaire Emmett Till. Il n'est pas trop tard pour revenir sur cette belle manifestation d'union antiraciste. En signant l'affiche qui invitait la population à y participer, diverses nersonnalités avaient tenu à s'associer à cette initiative: MM. le pasteur Hernbel, le docteu,r Yves Gueguen, SaintCyr, conseiller. municipal; M' Meyer, avocat au barreau de Rouen, ainsi que les organisations suivantes: Syndicat National des Instituteurs, Jeune République, Mouvement , de Libération du Peuple, Parti Communiste Français, 'Nouvelle Ga'uche, Amis de Témoignage Chrétien, Secours Populaire Français, Confédération Générale du Travail, Comité de Résis!ance à la Guerre et à l'OppressIOn. Ouvrant la séance, M. A. Vallée, secrétaire de ia Fédération Départementale de la Ligue des Droits de l'Homme, qui présidait, rappela le crime du Mississipi et le verdict infâme qui l'a suivi. Condamnant toutes les discriminations, il déclara notamment : « Il n'est pas d'homme digne de \ racistes amér-icains aux crimes du Mississipi, il montra la nécessité pour tous les gens de coeur, dans notre pays, de renforcer encore leur lutte pour la justice et pour la fraternité. M. le pasteur Hérubel, à son tour, fit le procès du racisme, dont les manifestations s'oulignent qu'il constitue une menace pour la civilisation et la dignité huma(ne. M. Vallée remercia les orateurs et salua ce fructueuoX échange de vues. Une résolution demandant le juste châtiment des criminels racistes fut adopté à l'unanimité. Outre les personnalités citées plus haut, on notait la présence dans la salle de MM. Jonquais, conseiller général, représentqnt le Parti Communiste Français; Legagneux (C.G.T.), Legrand (jeune République), Foursin (Nouvelle Gauche), Dubois (Secours Populaire Français). Cette manifestation, à l'actif de la section de Rouen, que dirige notre ami Slanosky, constitue un important encouragement aux antiracistes rouennais qui, nous n'en doutons pas, poursu.ivront leurs efforts, avec le M.R.A.P., sous le signe de la plus totale union. ce nom qui ne doive se sentir à ,.-------------- la fois lurmilié et menacé par le racisme et l'antisémitisme. » Notre ami Marcel Manvllle intervint ensuite; au nom du, Hureau National du M.R.A.P., évoquant l'action poursuivie par notre Mouvement. Rappelant la riposte des anti- LE Remerciements Mme et M. Frida et Samuel Maier, 139, boulevard Sébastopol, Paris (2-), expriment leur vive reconnaissance au docteur Marcel Leibovlcl pour l'attitude profondément humaine avec laquelle " a soigné leur fille Jeannette. 118GRAND BAL ANN'UEL de l'UNION DES ENGAGES VOLONTAIRES ET ANCIENS COMBATTANTS JUIFS aura lieu la NUIT DU REVEILLON le SAMEDI 24 ,DECEMBRE 1955 'de 21 heures à l'aube dans les salons du Palais d'Orsay (Métro: SOLFERINO) avec • l'Orchestre Jazz-Tango Georges IHARAUD • la célèbre Formation VINITZKI • la Vedette de la Chanson Colette MARS r-...::-_...::-__ ...::-_...::-"I""'...::-__ _ SOUPER BUFFET COTILLONS TOMBOLA ENTREE : SOO Francs 8 .. DROIT ET LIBERTE • LA PETITE COUSINE • ELLE descendit l'unique marche du perron; l'insolite, d'abord, ce fut ce soleil (1). Elle n'avança plus. En même te'l1PS elle eut envie de retou,rner sur ses pas, Mais déjà, elle se trouvait presque en., pleine rue. La léverbération lui piquait les yeux. Elle larmoya. Jusqu'à l'extrême bout, la rangée de maisons en face d'elle se . résorbait dans le soleil. La présence seule de certains détails: quelque porte, qu.elque bàlcon, noirs, donnaient à la rue uri caractère de réaLté. Mansouria, la petite cousine, revint sous le porche, fit trois 011 quatre pas ... Elle s'arrêta de nouveau. Un seul bruit éveillait le silence engourdi de midi, celui de ses babouches inconsistantes qu'elle traînait sur les larges dalles de · pierre grise patinée. L'endroit baignait complètement dans la pénombre. Elle distinguait à peine, de chaque côté, les delùC palmiers qui vibraient au-dessus de ' Ieurs fûts métalliques. A peine savaitelle qu'ils étaient là, toujours à la même place. L'impression de la . rue grésillante oblitérait sa vue, la clarté compacte, d'un tol1 gris, jouait dans sa tête. Elle en oubliait sa peine. Un camion déboucha dans la rue, et les murs tressaillirent. Son fracas résonna dans le vide. Avec régularité cette souffrance s'absentait pUlis resurgi, ssait. Elle finit par se fixer, en un point douloureux dans sa poitrine. Le bruit du camion, 'au loin, n'était plus qu'un frémissement léger. La petite cousine essaya de gémir comme si elle était encore à l'hôpita, l; elle souffrait, cette fois, ça V était, elle souffrait. Ce n'était plus l'affreuoc désespoir impassible. 4: .le ne veux pas! je ne veux pas », ne pouvait-elle que geindre. Elië était bien obligée de s'en aller. Mais elle ne voulait plus retourner à la cua~ d~~. (2) SA souffrance l'abandonna d'un cùup. Le bruissement du camion cessa. 'Maintenant il fallait rentrer à la cliladra. La porte qui conduisait à l'intérieur de l'hôpital était vert foncé. La petite cousine ne résista pas et poussa le battant qui pivota devant elle. Elle se trouVa dans u!1e galerie qui bordait une grande cour entIèrement carrelée de rouge. Elle ne cümprenait pas la décision qui la rejetait de cet endroit. Elle revoyait la même propreté partout: cette propreté qui sentait la pharmacie Ini était devenue familière. L'édifice récent, de style colonial, se délabrait déjà. Il , avait un air de lieu public. Une sensation de satisfaction renaissait dans l'âme de Mansouria. Etre obligée de partir. .. Elle se trouvait en train de dire depuis un instant qu'elle ne le pouvait pas; elle longeait à présent I·a galerie jalonnée de piliers. palpait doucement le badigeon lisse, froid, gris des murs. Elle n'éprouvait plus qu'un vagulC contentement. Elle continua d'aller dans la galerie qui plongeait dans la fraîcheur. Elle serait si rèconnaissante s'il di posait d'elle, s'il avait des travaux qu'elle pourrait faire: laver, balayer le parterre, essuyer les vitres... Elle en était à ces pensées lorsqu'clle vit une petite porte au fond de la galerie. Fermée. On n'eût su dire à quel Dernière heure: détail cette porte semblait conduire vers un souterrain; elle n'éventrait pas le mur comme le font la plupal t des portes. Elle ,était plutôt pratiquée comme une incision. Dans sa partie supérieure, à un mètre du sol, de petits carreaux opaques et blancs l'occultaient entièrement. La petite c·ousine s'isola dans ses pensées. TOUit cet édifice, depuis sept jours, elle le connaissait bien, le connaissait par coeur. Le mur à sa gauche portait des éraflures, on aurait dit que des ongles l'avaient zébré; plus haut une croisée exiguë équarquillait l'oeil; au fond, les sailes. La porte s'ou,vrit. Un homme, la main sur la poignée et le visage tourné vers l'intérieur, I·a maintint entrebâillée. Sa voix et celle d'un autre, enfouies dans la pièce, parvenaient jusqu'à la petite cousine, qui entendait tout: le bruit de la conversation, l'ac-cent d'enjouetout le temps gentil? Et pourquoi, aujourd'hu. i?.. Il n'avait rien à lui reprocher. Est-ce qu'il avait une chose injuste à lui reprocher? Elle ne l'avait pas offensé depuis qu'elle était arrivée. Alors pourquoi? - Et puis le Grand Docteur dit... ce n'est pas la peine de revenir. Les malades qui sortent d'ici, nous ne pou.vons plus leur donner des soins. Nous ne voulons même plus les connaître. Elle se rappela que le Grand Docteur lui411ême était venu, le premier jour, lui demander ce qu'elle désirait manger. Un litre de lait iui avait été accordé. Un litre, ma petite mère! Une sorte de rayonnement l'avait remplie. Elle avait un litre tout pour elle. Dep"is qu'elle avait cessé de téter sa mère, la petite cousine ne connaissait plus le goût du lait. Et voilà qu'elle était vieille maintenant. Et elle avait un litre par Moha rn rned DIB ment des deux hommes, mais qui ne comprenait pas wn mot de ce qu'ils disaient. C'étaient des Franç'ais. C'était le Grand Docteur et un autre Français. A ce moment, l'homme ouvrit la porte toute grande et s'en fut, suivi du docteur. Celui-ci, jeune encore, rasé, avait un bon visage frais. Il passa devant elle sans la voir, Mais, brusq,uement, il s'arrêta après qw'il eut fait quelques pas, et se retourna. - Tu es el1fore ici. toi? lui dit-il. Va, va. Ne reste pas là. La petite cousine comPrit. Le Grand Docteur faisait un mouvement de la main; elle comprenait qù'i1 fallait partir. Il n'était pas méchant,. le Grand Docteur, la petite cousine le savait. Elle avait même remarqué de la genti\lesse dans sa voix. Et il la laissa là. Il s'en alla rejoindre l'autre Français. Le Grand Docteur avait fini son travail ici : il ne venait à l'hôpital indigène que quelques heures le matin. La petite cousine conservait toujours un petit carré de papier plié dans le creux de la main. Voilà qu'elle se mettait à frissonner. D'un seul coup l'anxiété la reprit. Il ne lui restait plus personne à voir. Elle se retint de respirer. Un violent tremblement l'empoigna, agitant son coeur de vagues sombres. " l L E Grand Docteur l'avait fait appeler le matin) et la Mauresque qui s'occupait des' malades é~ait venue avec elle. Avec son tablier blanc. cette femme avait vagueme'nt l'air d'·u.ne Européenne. - Fatma, dis-lui... avait ordonné le Grand Docteur. Fatma. au fur et à mesure qu'il parlait, traduisait à la petite cousine: 4: Voilà. on ne peut plus te garder à l'hôpital, dit le Grand Docteur. C'est difficile ... On a trop de malades, on ne sait pas où les mettre. Et puis toi, c'est qu'on n'a pas de salle pour les l contagieux ... Tuberculose oulmonaire ... Tiens ce papier. Le Grand Docteur a écrit dessus qu'ün t'a soignée pendant sept jours. » La petite cousine ne devinait pas ce qui s'était passé dans la tête du Grand Docteur. Mais pourquoi, pourquoit avait-il été de lait pour elle seule. '« En restera-t-il au moins pour les autres? » s'était-elle demandé avec inquiétude, ce jour"'là, en regardant les malades qui se trouvaient dans la salle. - Il te faut UIll bon régime, avait dit alors le Grand Docteur. Des fruits, de la viande ... Sans qu'elle ait pu y prendre garde, ses larmes avaient jailli. Elle avait pleuré, la netite cousine, honteuse de sa personne qui lui valait tant d'égard~. Puis elle avait été changée et couchée dans un lit, elle qui n'avait jamais posé . son corps dans dès draps. Qui ne savait même pas ce que c'était qu'un lit! L A petite cousine s'engagea dans la rue blanche de soleil. Les pieds nus dans les babouches, ellp. sentait la chaleur de la chaussée monler autour de ses jambes comme une cendre brOlante. Les murs renvoyaient impitoyablement l'embrasement de ce midi d'août. La ville sombrait .dans la torpeur. La petite cousine était secouée par de petits frissons de temps à autre. Nul être ne paraissait vivre dans ces maisons. Seu.les les cigales, du haut des arbres de l'hôpital, régnaient sur l'ardent silence. Toute la force du jour se réduisait à leur stridulation extrême, à la solitude qui entourait la petite cousine. A présent, la petite cousine commençait à tolérer l'angoisse qui l'habitait, qui se muait en une espèce d'ou.bli, sans cesser pourtant de mobiliser: son attention. Elle put penser à tous les riens qui constituaient son existence. Et alors elle eut l'impression qu'un monde se refermait devant elle, où elle n'avait pénétré que par surprise, comme on se tromperait de porte, un monde défendu. Elle retournerait dans sa cuadra. Dans la cwadra, hommes, femmes. poules, bourricots. enfants, s'ébattaient tous ensemble entre les cahutes, pérorant, picorant, mordillant, se vautrant, brai\lant. Les gosses allaient, les tignasses en bataille, crasseux et noirs. Ils se poursuivaient et se colletaient furieusement sur des d~ combres. Roger IKOR, Prix Goncourt Au centre de la cuadra, un immense tas d'ordures, de fumier et de gravats, plus haut que les autres, formait un monticule sur lequel poussaient des herbes sauvages. Tout autour, assises en rond, les baraques s'adossaient au mur d'enceinte. Dans .les - coins s'étageaient toutes sortes de ferrailles; il se dégageait une odeur fétide de ce fer qui se décomposait Une ronde d'enfants, hâves et violents, s'ébaubissait aUr' tour d'un puits à la margelle ébréchée qui occupait le fond de la cour. ' La petite cousine serait certainement accueillie par les clameurs perçantes de la femme d'Eduardo, la gitane, et de sa fille Paméla) si, à ce moment-là,. la mère et la fille n'etaient pas en train de vendre aux Mauresques des quartiers arabes des ru,. bans multicolores, de tulle et de la dentelle, en lançant: « Aïe, roflès! roflès! » devant chaque porte. Toute la journée, de l'atelier du tonnelier Salah Esseban, s'élevait le son régulier des coups de masse. Un feu était toujours allumé entre les côtes d'u.n baril qu'il allait cercler. La flamme léchait le bois mais ne l'entamait pas. Des apprentis courbés sur les flancs rebondis des tonneaux maniaient des racloirs. La voyant arriver dans la cuadra, Salah Esseban s'écrierait à coup sÛ'r: - Alors, ma petite cousine, te voilà revenue? Dieu m'est témoin, j'ai plaisir à te voir! Je t'ai dit qu'ils te soigneraient bien là-bas. C'est lui, Salah Esseban le tonnelier, qui l·uJ avait offert cette niche en planches où elle se réfugierait. Inopinément, la petite cousine se prit à penser à la mort, à sa mort. Elle se dit: 4: Il faut que j'aille à ' Dar Sbitar, voir Aïni et ses enfants, deux 'ou trois fois dans le temps qui me reste. Je leur dirai : 4: Aïni, ma petite cousine »; et aux enfants: 4: Vous, tous, mes enfants, je vous aime bien. Dieu me pardonne, je suis restée lo'ngtemps sans venir VOUIS voir ». Deux ou trois fois, pas plus. La' pauvre Aïni, avec ses petits, a bien des difficultés pour vivre. Puis j'irai chez la cousine Hasna. Une fois, et c'est tout. Elles sont riches. Je ne pourrai pas aller chez eux plus d'une fois. Puis je reviendrai à mon gîte. Et j'attendrai la mort. Ce n'est pas que l'aie assez de vivre. Je regretterai, pOUir sOr, tous les braves gens du monde. Mais je dirai à la mort : 4: Viens à moi ou j'irai à toi ». Bien sûr, que je regretterai Aïni et ses enfants ... Je suis vieille et fatiguée. La vieillesse ne tue pas. Ce n'est pas non plus la mort qui vous tue. C'est la vie que vous recevez en partage. Il se trouvera bien des âmes char ·itables qui me coudront un linceul et voudront bien m'enterrer décemment. Ahbab Rabbi besef ... (3). Combien nombreux et fraternels sont nos semblables. Existe-t-il rien d'aussi beau que la vie! » (Copyright br !Librairie Gallitnord, Pori •. ) 0) Voir en page 5 notre article Bur Mohammed DIB. (2) Cuadra (mot espagnol): écuries. (3) Ahbab Rabbi be1ief: les amis de Dien IIOnt nombreux. X. Yallat cOnlre-allaque Nous apprenons que I~xte commls~aire aux Questions Juives », Xavier Vallat, a décidé d'intenter des Doursuites aux organisations qui ont protesté contre sa venue à Lille, en mal dernier. A la suite de cette protestation, qui émanait de la Résistance unanime, du M.R. A.P., des organisations Juives, des syndicats et des partis républicains, le préfet .. avait dO Interdl·re la manifestation prévue par l'antisémite n' 1 de Vichy. (Suite de la page 4) cürnrnerçants, des intellectuels. Voilà qui correspond enfin à la réalité et bat en brèche les campagnes de « Rivarol ». De ces Juifs, Roger Ikor nous montre la vie quotidienne, les joies, les difficultés, les peines, qui sont celles de tous les gens du peuple. Aucun parti-pris favorable non plus: défauts et qualités voisinent, sur le fond de la lutte entre les vieilles traditions sclérosées et les exigences de la vie moderne, le processus d'assimilation qui, finalement. l'emporteront. qn peut faire, certes, quelques r~proches à Roger Ikor. Il passe trop rapidement sur deux époques particulièrement importantes de l'histoire des Juifs de France: l'affaire DreyfUS et l'occupation. Le seul militant antisémite qu'il représente se révèle, en somme, comme un galant homme. C'est ne pas assez tenir comote de cette réalité brûlante qu'est l'antisémitisme politique, contre lequel il s'agit, précisément, de porter les coups essentiels. Il est clair que Roger Ikor, artificiellement, a voulu passer sous silence les luttes sociales, quitte à escamoter les explications nécessaires. rance qui, du cas particulier, se hausse dans l'épilogue, à l'exaltation de la fraternité humaine, de la vie: « Les grandes noules de l'nistoire roulaient sur le pays. La ville gagnait, trop puissante pour une nation dev3nue trop petite, ville-capitale à l' écnelle ù'un continent ... « Des nommes, des nommes, partout des nommes, venus de partout, que la ville brassait, fondait et assimilait, avant de les lancer sur les cnemins de la terre. Peuple neuf, régénéré, et qui s'élargissait pour ne pas mourir, qui sentait l'appel du monde de demain et aspirait à de plus vastes équilibres; et déjà. sous sa poussée, se lézardaient les murailles de la vieille nation . PROGRAMME du Ciné - Club "AMITI! " • Jeudi 12 Janvier: LA P... RESPECTUEUSE, de Marcel Pagliero et Charles Bra_ bant, avec Barbara Laage, Ivan Desny, Marcel Herrand. Dialogue de J.-P. Sartre. (Français.) L'EMIGRANT, de Charlie Chaplin. (Américain.) • Jeudi 28 Janvier: MAXIMKA. Une oeuvre admirable dédiée à la fraternité des races. (Soviétique.) On volt que Xavier Vallat ne se tient pas pour battu. Nul doute que les antiracistes lillois sauront relever ce nouveau défi. NOS DEUILS C'est avec une profonde émotion que nous apprenons le décès de' . notre ami le docteur Dwoïrln. Militant de notre Mouvement depuis sa fondation, le docteur Dwoïri!l présidait avec dévouement- la section du 9" arrondissement. ,~"'Nous exprimons à sa famine notre douloureuse sympathie. FABRIQUE DE TRICOTS EN TOUS GENRES • Eta BAULIP Société Anonyme ou' capital de 9.500.000 francs • SIège Social;13ureaux et Magasins : 13, rue d'Alexandrie PARIS (2") T61. CENtral - 60-39 ---~---~--- Il reste pourtant que, de « La Greffe du Printemps » et des « Eaux Mêlées », se dégage l'idée que des nommes d'origine différente peuvent vivre ensemble. dans la compréhenSion mutuelle et dans la paix. Que la mort d'un enfant dans la Ré' sistarice, des années de vie sur la terre française lient à cette terre de nouveaux venus, aussi bien que ceux dont l'origine se perd dans la nuit des temps. C'est une belle leçon de tolé- « YanTeel MyTenanowitzTei trottait sur la route de crête. Il n'avait plus d'dge, il avait dépassé l'âge de mourir. Un pas, encore un pas sur la ·route. Et un. autre pas. Pourquoi ' s'arrê.ter ici plutôt que ld? Pourquoi mourir aujourd'nui plutôt qu'nier? La vie est bonne, non? Alors? » . Le livre de Roger Ikor contribue à ce que la vie SOit meilleure. KATAKHALI. La vieille danse dramatique du Malabar. (Indien.)

  • Pendant toute l'année 1956,

les séances auront lieu le 2' et le 4' jeudi de chaque mols, salle Yves-Toudlc, 21, rue Yves': Toudlc. (Métro: République.) Inscription: 200 francs. Cotisation mensuelle: 200 francs (pour deux séances). On peut adhérer au siège du Ciné-Club AMITIE, 91, Faubourg- 3aln t-Denis, PARIS (10-), ou à la Salle Yves-Toudlc, au début des s.éances.

Notes

<references />