Droit et Liberté n°213 - octobre 1962

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°213 de Octobre 1962
    • Courage Meredith! (admission des noirs aux universités américaines) page1
    • Reflexions sur un référendum par Charles Palant page1
    • Le M.R.A.P. accuse: Poujade répond de ses excitations antisémites page1
    • La caravane passe par Oncle Tom page2
    • Que se passe-t-il? page2
      • U.S.A. où en est l'intégration scolaire
      • O.N.U. l'apartheid à l'ordre du jour
      • O.A.S. commando en échec
      • Allemagne: du 3ème reich à l'Etat de Bonn
    • Il y a un an (17 Octobre 1961) 'page3
    • Une communication du M.R.A.P. au 21éme Concile œcuménique page3
    • Démocratie et racisme par André Hauriou page5
    • Les chambres à gaz sont-elles une "invention": Olga Wormser répond à une imposture page5
    • Déclaration de M. Dioméne Catroux: Veillons! page5
    • A Paris, au théâtre Récamier: vibrante soirée de solidarité avec James Meredith page6
    • Le visage de la dignité (James Meredith) page7
    • Motion adressée aux antiracistes américains page8
    • Notes de lecture: la raison d'état (comité Maurice Audin) par Armand Dymenstain page9
    • Connaissez vous l'histoire de l'Afrique (jeu test) page9
    • A propos de thérèse Desqueyroux: un antisémitisme de bonne société page9
    • Il faut poursuivre l'effort par Julien Aubart trésorier du M.R.A.P. page10
    • Jusqu'à la veille de la Révolution, les juifs de France étaient soumis à un "péage corporel" par Roger Maria page11
    • Progrès technique et éducation antiraciste par Hilaire Cuny page11
    • Mouloud Feraoun: la Révolte (extraits et présentations par Albert Levy) page12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Réflexions sur un référendum A rléaf voerimllee cdoun rsétiftéurteionndnuemll es,u crh laaque citoyen s'interroge sur l'avenir de la démocratie en France. Moins que personne les antiracistes ne sont indifférents au sort de la démocratie. En effet, s i notre lutte 0 pour but que soient reconnus à toutes les femmes, à tous les hommes, les droits de citoyen à port entière sans distincton d'oppartenance raciale ou confess ionnelle, nous mesurons dans la pratique quotidienne de l'action que la véritable citoyenneté ne se réalise pleinement que dans la démocratie. r-----,-------PAR------------~ Charles PALANT Secrétaire général du M.R.A.P. Chère oux, antiracistes, la démocratie j'est encore parce que, permettant à tous les courant~ de s'exprime r, elle favorise l'addition des bonnes volontés humaines, dans la rési stance à l'injustice, inhérente aux imperfections de la société, Tout recul de la démocratie, toute restriction à la 1 ibre information, à la libre discussion, c'est-à-dire au libre jugement des citoyens, bafoue l'idéal des antiracistes, partie intégrante de la doctrine républicaine, essentiellement fondé sur le respect mutuel et l'estime réciproque des citoyens. Les antiracistes l1artogent donc ddnlS leur ensemble les préoccupations qui s'expriment dans les plus larges milieux républicains. RESPECTANT la grande diversité d'opinions de nos amis antiracistes, dont le lorge éventail fait la fierté et l'honneur de notre Mouvement, nous ne (Suite page 4.) 15 OCTOBRE 15 NOVEMBRE 1962 0,75 NP N° 213 Dura e, ere .1 1• LE M.R.A.P. 'ACCUSE ... Le 17 octobre à Limoges POUJADE . répond de ses excitations antisémites (Vair en page 4,) LE 20 septembre 1962 un jeune homme se présente aU bureau des inscriptions de l'Université d'Oxford, dans le Mississippi. Il demande son admission aux cours de l'Université. L'employée de service le regarde, interloquée, puis se frotte les yeux. Dehors, un groupe d'étudiants commence à hurler, en ricanant. Le candidat a vingt-neuf ans, se nomme James Meredith et il a la peau noire. Les jeunes blancs hurlent de plus en plus fort. Pour la première fois en effet, depuis la fondation de l'Université, il y a 114 ans, un « nigger » (sale nègre) ose en franchir les portes. Ce descendant d'esclaves, pourtant, ne fait que réclamer son droit. Un droit inscrit dans la Constitution des Etats-Unis et dans la Loi. En effet, depuis 1954, la Cour Suprême a ordonné que toutes les écoles américaines soient GRAND GALA ANTIRACISTE Dimanche 18 novembre à 20 h. 45 Salle Pleyel « intégrées », c'est-à-dire que les élèves noirs doivent y être admis au même titre que les blancs. Aujourd'hui, tous les Etats américains, sauf trois (le Mississinpi, l'Alabama et la Caroline du Sud) ont fini par eccepter le principe de l'intégration. Le principe seulement car, en fa it.. . Mais c'est une autre histoire. ... Et bien entendu, l'inscription de James Meredith fut refusée, en vertu de (Suite page centrale.) (~"""""'''''''''''''''''''''''~~ av.ec Colette RENARD et une pléiade de vedettes

  • Ne manquez pas cette soirée!
  • Les billels de 3 nF a 12 nF sonl en locallon

au Siege ou m.R.A.p., 30, rue des Jeoneurs PARIS (2'), Tel. : GUT 09·57 1 ~ ! JDIIN' tE NUMERO: ~ • André HAURIOU : Démocratie et racisme (page 5). • Olga WORMSER : Sur une imposture (page 5). • Hil.13ire CUNY : Progrès technique et éducation antiraciste (page . 11 ). • Mouloud FERAOUN : La révolte (page 1 2). • Julien AUBART: Il faut poursuivre l'effort (p. 11). • Notre jeu antiraciste: CONNAISSEZ - VOUS ? ... (page 9), ... ------ 2 ,l7-IX. - Le chef O.A.S. Canal condamné à mort par le Tribunal Militaire. Son adjoint Vincent, auteur de l'attentat qui aveugla la petite Delphine Ren'ard, condamné à la réclusion perpétuelle. l8-IX. - Ouverture à New York de la 17' session de l'Assemblée générale des Nations Unies. • Le Parti National du Peuple Allemand, qui fut l'allié du parti nazi lors de la prise du pouvoir par Hitler, tient à Cassel (RF.A.) son congrès de réconstitution. 20-IX. - Election de l'ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUANTE en Algérie. • Le jeune noir James Meredith se présente à l'Université d'Oxford, Mississippi. Son inscription est refusée. 22-IX. - Une information est (enfin) ouverte contre Soustelle, dirigeant avec Argoud et Bidault du C.N.R-O.A.S. • Des nazis américains en uniformes de S.S. manüestent devant la Maison Blanche contre l'intégration scolaire. 25-IX. - Première séance de l'Assemblée Constituante à Alger. Son président, Ferhat Abbas, proclame la République Algérienne Démocratique et Populaire. • Le gouverneur du MississipI, Ross Barnett refuse pour la seconde fois d'admettre James Meredith à l'Université d'Oxford. • « Circonstances atténuantes » au Tribunal Militaire, pour les assassins O.A.S. du Val de Grâce, qui avaient tué le gendarme Legros, alors qu'ils visaient Yves Le Tac. 26-IX. - Mosley chassé par les étudiants de l'Université de Buffalo m.S.A,» où il devait prendre la parole. 27-IX. - Vn cimetière juif profané à Felheim, près l'Ulm, en République Fédérale Allemande. • Le chef de la policc criminelle de Dusscldorf, Gunter Tabbert, arrêté : il avait participé au massacre des juifs en Europe orientale, en 1941 et 1942. 28-IX. - Accompagné par une escorte militaire, James lv1eredith se rend de Memphis à Oxford pour s'inscrire à l'Université. Mais, sur ordre de 'Washington, l'avion qui le transportait rebrousse chemin. Une croix du Ku Klux Klan brûle devant l'Univcrsité d'Oxford. 29-IX. - Désigné trois jours plus tôt 'pour former le premier gouvernement algérien, M. Ben Bella se présente devant l'Assemblée et reçoit l'investiture. • Plastic à Douarnenez. Attentats O.A.S. à Toulon et à Toulouse. 30-IX. - En fin de journée, les forces fédérales (2.200 hommes) arrivées par avion à Oxford, occupent l'Universit.é du Mississipi et Y FONT PENETRER JAMES MEREDITH. Au cours des manifestations, il y a dcux tués, dont le correspondant de l'AFP, Paul Guihard. 166 agents fédéraux blessés, dont 29 par balles. 176 personnes arrêtés, DONT LE GENERAL WALKER. 1-X. - Tandis que de nouvelles bagarres ont lieu à l'extérieur, James Meredith inscrit à l'universitê d'Oxford, assiste à son premier cours. 2-X. - Arrestation à Périgueux de l'assassin du général Ginestet : le jeune Oranais Jean-Louis Dumont. Trois tonnes d'armes de guerre, emmagasinées par l'O.A.S., découvertes dans le SudOuest. • Ouverture à Londres du second procès de Colin Jordan, chef du « Mouvement National Socialiste », à la suite de la perquisition opérée dans ses 10'caux. Il récuse un des jurés parce que noir : ce juré est remplacé. 3-X. - Septième voyageur humain de l'espace, Walter Schirra fait 6 fois le tour de la terre, cinq ans exactement après le lancement du premier spoutnik par l'U.RS.S. • Des croix gammées de .. mètres de haut barbouillées sur les murs de la synag.gue de Merano, en Italie. 5-X. - La MOTION DE CENSURE contre le gouvernement Pompidou est votée à l'Assemblée Nationale. • Soirée de solidarité avec les noirs et les antiracistes américains, organisée par le M.RA.P. à Paris. 7-X. - Le général Walker, qui était interné au centre médical de Springfield, est remis en liberté sous caution, celleci ayant été réduite de moitié par les juges. S-X. - L'Algérie indépendante ADMISE A L'O.N.U. par acclamations. Elle est le 109- membre de l'Organisation internationale. 9-X. - Protectorat britannique depuis 1894, l 'Ouganda devient lc 34' pays indépendant de l'Afrique. Sa population comprend 6.845 .000 Africains (98 %) 77.400 Asiatiques, 11. 600 Eqropéens. ' 10-X. - L'Assemblée Nationalc est dissoute par le général de Gaulle. Le gouvernement Pompidou, démissionnaire, est maintenu en fonctions. • La petite Delphine Renard, défigurée par une attentat O.A.S., arrive à New York, où elle doit subir des opérations de chirurgie esthétique. Mais on craint qu'clIe ne retrouve jamais la vue. U-X. - Ouverture à Rome du 21- Concile OEcuménique. qUE U. S. A. • Où en est « I/intégrôtion » scolaire? U'~ tableau, publié récemment par le New-York-Times donne quelques chiffres significatifs sur l'intégration scolaire dons les Etats du Sud des EtatsUnis. Sur 18 Etats, dont 11 sont typiquement q' sudistes », quatre n'ont pas encore pratiqué l'intégration. Ce sont la Caroline du Nord (264.200 élèves noirs), l'Alabama (267.000), la Géorgie (306.200) et le Miss issipi (283.000, dont 1 intégré James Meredith). 7 Etats ont « intégré » moins de 2 % d'élèves noirs. Ce sont la Lousiane (4 - quatre - sur 278.000) la Caroline du Nord (50 sur 319.000), l'Arkansas (100 sur 104.000, depuis les incidents de Little Rock), la Virgini~ (170 sur 211.000), le Tennessee (250 sur 148.000), la Floride (775 sur 201.100) et le Texas (3.500 sur 288.300). Dons les Etats qui sont nettement moins sudistes et où les noirs sont également moins nombreux la situation est plus satisfaisante, mois les chiffres prouvent que l'intégration est loin d 'être totale. Même dons le district le plus évolué, celui de Columbia où se tient la capitole Washington, sur 89.500 élèves noirs, 73.300 seulement sont ir.tégrés. Les outres Etats sont le Delaware (6.200 sur 15.000), l'Oklahoma (10.520 sur 40.900), la Virginie occidentale (12.000 sur 24.000), le Kentucky (13.000 sur 43.000), le Maryland (33.000 sur 135.200) et le Missouri (35.000 sur 80.000), Toutefois, ces chiffres ne tiennent pas compte de la nouvelle rentrée scolaire et il est probable que l'évo lution lente, mois continue, se sera précisée. Il faudra de longues années encore pour que les noirs obtiennent la victoire totale. Mois celle-ci ne fait plus de doute. o. N. U. • L/ apartheid à 1/ ordre du jour L E tragique problème de ({ l'Apar· theid » en Union Sud-Africaine préoccupe toujours l'O.N.U. qui a nommé une commission ({ ad hoc » chargée d 'étudier spécialement la question. Il est probable que les travaux de cette commission seront longs et tortueux, car les racistes vont tout mettre en oeuvre pour les faire échouer. On sait que le président du comité spécial de l'O.N.U. pour le sud-ouest africain avait publié, conjointement avec le gouvernement de Prétoria, le 26 mai dernier, un communiqué, affirmant que la situation dans ce territoire, ne constituait pas une menace à la paix et à la sécurité internationale. Mais à son retour de Pretoria, le président de la commission s'était récusé, affirmant qU'il n'avait signé ce texte que parce qu'il avait été drogué. L'O.N.U. ayant décidé de considérer le communiqué comme nul et non avenu, le représentant de l'Afrique du Sud à l'Asesmblée générale, M. Eric Louw protesta vigoureusement, affirmant qu'il ne participerait pas aux séances de la commission sur les problèmes raciaux. Pour M. Louw, la politique d' « apartheid » est une question ({ purement intérieure ». L'Union Sud-Africaine ne se laissera pas « détourner de sa voie, de sa nouvelle frontière, sa politique de dévelOppement séparé pour blancs et nonblancs ». Mais à la commission, cette politique a été l'objet de critiques unanimes. M. Menchikov, au nom de l'Union Soviétique, a particulièrement attaqué ceux qui condamnent en paroles la polWque ({ d'apartheid », mais soutiennent en fait le régime Verwoerd. Ce n'est en effet un secret pour personne que l'O.T.A.N. fournit des armes à M. Verwoerd et que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne investissent en Afrique du Sud d'importants capitaux. De cette situation, Verwoerd sait d'ailleurs tirer profit, en effectuant une manière de chantage. Au cours du congrès du Parti Nationaliste, dont il est le leader, il a déclaré que « le chaos, la misère et l'agitation » s'implanteraient en Afrique du Sud, si les blancs venaient à quitter ce t erritoir e. Or les blancs menacent justement de partir si la politique d'apartheid est mise en échec. Ce chantage influencera sans doute la position des pays intéressés à ce que l'Afrique du Sud reste calme ... pour que prospèrent les affaires. SE PASSE.T.IL? La caravane passe ... IL n'y a rien de plus stupide, à mon avis qu'un homme imbu de sa supériorité raciale. Les inconsolables de l' « Algérie française » se vengent de leur défaite en insultant « l'Arabe ", cause de tous leurs maux et de leurs aigreurs d'estomac. Un certain Georges Gaudy qui sévit dans le royaliste et fasciste organe de « l'Action Française », produit dans un article haineux, des citations tronquées d'ouvrages eux-mêmes racistes et qui prouveraient par A + B que « l'Arabe 10 est un être inférieur et cruel, surtout depuis qu'il est mahométan : ({ Le danger qui a surgi dans le monde arabe est mahométan et il ne v,arie pas depuis 13 siècles » ... J'oserai humblement faire remarquer à M. Gaudy qu'il y a treize siècles, alors que la civilisation arabe était hautement développée, les ancêtres des « Rois qui en mille ans firent la France » selon Maurras, marchaient encore à quatre pattes, moralement du moins. Parlant du Djihad, l'auteur de l'article nous inflige cette pénible citation : ({ Tous les coups, quels qu'ils soient, toute violation, toute piraterie, tout rapt, tout meurtre, tout massacre, tout chantage, toute violence, toute fourberie', sont des actes de Djihad, des faits de guerre méritoires » ... Il parle plus loin des « moeurs immondes qu'ont décrites, analysées, ~pliquées, il y a cent ans et plus, des observateurs effrayés par le fait arabe » ... Il ajoute aussi que l'Arabe si terrifiant est lâche : « Les Arabes passent... sans transition de l'insulte la plus outrée il l'a supplication la plus humble ». Et encore : « Il ne peut être que dominé ou révolté ». Mais il y a les autres : ({ Il y a de bons, d'honnêtes Arabes ... Ils ne demanderaient qu'à demeurer tranquilles s'ils n'étaient pas excités par les bandes sauvages qu'il nous appartenait d'exterminer. » Qu'on m'excuse de ces citations qui soulèvent le coeur. Mais il faut connaitre ces excitations à la haine, à la violence qui conduisent si facilement au fascisme. Je pourrais répondre point par point à ce journaliste hystérique et, à la rigueur lui rappeler l'Inquisition, Torquemada ou les Croisades. Sans parler des chambres à gaz qui n'avaient rien d' « arabe ». Je n'en ferai rien. La bêtise est une incurable maladie. Mais quand elle devient folie furieuse, il y a des moyens de la rendre inoffensive. Il y a des hôpitaux psychiatriques ailleurs qu'à Springfield ••. FRATERNITE • // Si tous les gars du d // mon e ... U'~ malade agonisait à l'hôpital de Grenoble, il y a quelques jours. Un ~eul médicament pouvait le sauver, mois ce médicament, fabriqué en Hongrie était absolument introuvable en Fronce . Un ami du malade, radio-amateur, eut l'idée de confier aux ondes le message de la dernière chance. Son appareil était de faible puissance, mois le message fut tout de même capté par un outre radio amateur d'Amiens, M. Claude Crépin qui possérait, lui, un poste assez puissant. Reprenant le message de son « collègue » inconnu, M. Crépin le lança à son tour dons l'espace. Le hasard fit bien les choses et un radio-amateur de Budapest, qui, par un -bonheur inespéré, comprenait le français capta le message et alerta la Croix Rouge hongroise. Celle-ci expédia immédiatement le médicament por le premier avion en portance. Cet avion allait à Bruxelles. De Bruxelles, toujours par la voie des airs, les précieuses ampoules furent acheminées sur Grenoble. L'opération n'avait demandé que quelques heures. Le malade est désarmois hors de danger. Dédié à ceux qui trouvaient « invraisemblable » l'aventure contée par ChristianJaque dons « Si tous pors du monde ... », film qui remporta, on s'en souvient, le Prix de la Fraternité. o. A. S. • Commando en échec Au début du mois d'octobre, un commando O.A.S., reconstitué et venant d'Oran, devait s'installer à la Cen· traIe gazière de Grand-Quevilly, près de Rouen. Il ne s'agissait pas d'une opération clandestine, mais d'une manoeuvre tout ce qu'il y a d'officielle, puisque les membres du commando, Francis Merello, Rossi, Roblès et Di Jiacommo, membres actifs et fort connus de l'O.A.S., qui avaient installés un fortin dans une usine d'Oran d'où les quartiers musulmans étaient bombardés chaque jour par des déserteurs du le R.E.P., étaient tous « mutés » dans la Centrale gazière. Avec en plus, des avantages financiers considérables. Les syndicats de l'entreprise ayant eu vent de cette curieuse mutation s'émurent. Le personnel fit savoir à la direction qu'il ne tolèrerait pas l'entrée ENSEMBLE POPULAIRE DE PARIS Pour la nouvelle sai.son artistique avec tournée estivale à l'étranger, l'Ensemble Populaire de Paris de l'U.D. de la Seine recrute: Chanteurs - Danseurs - Instrumentistes. INSCRIPTION : Mardi et vendredi, à partir de 20 h. 30, 85, rue Charlot (3'). Métro République. CLOTURE D'INSCRIPTIONS : Fin octobre. Oncle TOM. des fascistes dans la Centrale. La direc. tion informa alors les syndicat qU'eUe mettrait les nouveaux employés au tra· vail le 8 octobre au matin, par tous les moyens . Mais ce jour-là, devant la porte de la Centrale, tous les travailleurs et leurs dirigeants syndicaux, ainsi que des ouvriers des entreprises voisines, se mas, sèrent pour empêcher les membres du commando de s'ihstaller. Ceux-ci ne purent pénétrer dans la cokerie. Le Préfet a promis à une délégation de faire effectuer une enquête en Algérie sur les indésirables. En attendant, ils ne travailleront pas à l-l Gen, traIe. TRIBUNAUX • « L'armée tirait aussI» ON a jugé récemment, au tnbunal militaire de Paris, un jeune déserteur de 21 ans, Lrnandez qui avait quitté l'armée pour passer dans l'O.A.S. Ce n'est d 'ailleurs pas ce qu'on lui reprochait, mais sa participation, à Alger et à Oran, à des expéditions contre les Algériens dont l'une, la plus grave, fit une dizaine de morts, le 17 avril 1962. dans le quartier Saint-Eugène. Ernandez reconnaît bien volontiers avoir vidé deux chargeurs de son revolver sur les Algériens ce jour-là. Son système de défense est assez simple. On avait, paraît-il, menacé de s'en prendre à sa fiancée. Il ne se reconnaît pas d'autre mobile. Son avocat, M ' Delvoyé, lui tend la perche : « Racontez comment est mort (Suite page 3.) DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (2') Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 7,50 NF Abonnement de soutien : 15 NF. ETRANGER Un an : 12 NF Compte Ch. Post.: 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 60 fr. et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté Il ou s'abonner au « Cercle Culturel et Sportif Juif l,52, rue de l'Hôtel des Monnaies, Bruxelles 6. Les versements peuvent être effectués au C.C.P. 278947, de M. S . Gutman, Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FB. Abonnement de soutien : 150 FB. Journal composé et imprimé par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - Châteauroux Gérante : S. BIAN cm. qUE (Suite de la page 2.) votn père. » Ernandez reconte que son père périt dans l'incendie de sa maison, allumé, dit-il par le F.L.N. Le président paraît ému: « C'est donc ce drame affreux qui explique les actes qu'on vous reproche aujourd'hui.. » « Pas du tout ! » s'écrie Ernandez, démolissant ainsi le fragile édifice de défense de son avocat. Alors, celui-ci, changeant de tactique démontre que ce jour-là, à Alger, les Algériens participaient à une manifestation interdite et que l'armée avait tiré aussi. Rien ne prouve donc que les balles d'Ernandez ont tué. L'avocat général avait demandé 15 a.ns de réclusion. Le tribunal en accorde huit INTERNATIONALE NID-NAZIE • Ils continuent ... l..t: « Mouvement National-Socialiste » britannique, dirigé par Colin Jordan, qui avait organisé en juillet dernier l'une des manifestations antisémites de Trafalgar Square, à Londres, a exprimé bruyamment sa sympathie aux racistes du Mississipi. A. Son appel, un groupe de fascistes est allé protester devant l'ambassade des Etats-Unis contre l'entrée de James Meredith à l'Université d'Oxford. Un télégramme de félicitations a été adressé au gouverneur Ross Barnett pour son « attitude ferme ». Dans la même période, Oswald Mosley, Il führer » d'un autre groupement fasciste anglais, le Il Mouvement de l'Union » s'est rendu au Etats-Unis pour prendre la parole devant les étudiants de l'Université de Buffalo. Bien qu'il ait pris la précaution d'affirmer auparavant qu'il n'avait aucun rapport ni avec l'O.A.S., ni avec le nazi américain Rockwell, il ne put pas faire sa « conférence Il et fut chassé au bout de quelques minutes. Plusieurs journaux américains ont reproché au président Kennedy d'avoir accordé à ce sinistre personnage un visa d'entrée aux U.S.A. Non contents d'avoir prêté main forte awr commandos du général Walker au SE PASSE-T-IL ? Une communication du M.R.A.P. au 21e Concile OEcuménique A V ANT l'ouverture du ne Concile OEcuménique plusieltrs porte-parole autorisés ont fait savoir que parmi les problèmes qui seront sownis mtx représentants de l'Eglise, figurerait celui de l'antisémitisme et du rôle qui incombe au~; chrétiens dans le combat contre ce mal. n s'agit là d'ttn problème important, que nos lecteurs connaissent, et qui a fait l'objet, dans nos derniers numéros, de plusieurs articles de Nicole dc BoisangerD1ftreil. Aussi le M ouv'ement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pO'ur la Paix a-t-il élaboré à ce sujet un bref mémorandum qu'il a communiqué au S ecrétariat du ConciLe, en vue d'un eX01l}en par la commission campéte1Jte. Après un exposé de la sittwtion, évoquant, selon la formule de Jules Isaac, les origines chré-tienues de l'antisémitisme, mais aussi les efforts accomplis par l'Eglise, surtol!t dans la dernière Période, pour promouvoir l'esprit de tolérance et de fraternité humaine, ce document SOHmet à l'appréciation du Concile un certain nombre de sl/ggesf-Ïons. l.es mesures Iwéconisées, OH d'autres inspirées du même esprit, contribueraient de iaçMI décisive, estime le Bureau National du M.R.A .P., à créer de nouveaux' rapports non seulement entr·e chrétiens et juifs, mais entre tous les hommes sans distinction. N (lUS e1l donnerons prorhaillement une analyse détaillée. cours des émeutes d'Oxford, dans le MissiSSipi, les Il nazis américains » ont paradé le 25 septembre, en uniformes hitlériens ornés de croix gammées, devant la Maison Blanche, à Washington. Ils protestaient contre des membres de la société Il pour l'égalité des races » qui avait organisé un défilé. C'est seulement lorsqu'une bagarre a eu lieu que sept nazis ont été arrêtés. Le 13 octobre, toujours en uniformes de S.S., des fidèles de Rockwell ont tenté d'empêcher une réunion du Parti Communiste des Etats-Unis, à Philadelphie. Ils ont été chassés par les 2.000 participants. ALLEMAGNE • Du 3e Reich à rEtat de Bonn Le banquier Robert Pfermenges, (1 l'homme le plus riche d'Allemagne », qui vient de mourir, était l'ami intime d'A.denauer, le seul, dit-on, qu'ait jamais tutoyé le chancelier. Cette amitié n 'est sans doute pas l'élément le moins significatif dans la carrière de ce maître de la haute finance allemande, administrateur de 20 sociétés (textiles, compagnies d'assurances, sidérurgie) et président du conseil d'administration de 13 autres affaires géantes. Fondateur avec Adenauer du parti chrétien- démocrate (C.D.U.), après avoir échappé aux ennuis de la dénazification, Pferd· menges avait été l'un des piliers du régime nazi. Conseiller financier à Brüning, il avait reçu de Hitler le titre de Wehr wirtschafts führer (chef de l'économie de guerre). Il profita largement du pillage des biens juifs, s'appropriant notamment la banque Salomon Oppenheim, de Cologne. Aussi figurait-il, aux côtés de Krupp, Thys· sen, Roëhling, KlOckner, etc. sur la liste des industriels Il complices des crimes commis pendant la guerre co:'l.tre les peuples li établie en 1945 par une commission du Sénat américain, que présidait le sénateur Kilgore. Pferdmenges était plus encore qu'un personnage dE} premier plan : un symbole. • Culture ..• du nazisme Selon le journal ouest-allemand « Deutsche Zeitung », le ministre de la Culture de Bonn a décidé d'autoriser la présence dans les bibliothèques scolaires du livre de Hitler Il Mein Kampf » «( Mon Com· bat »). Il Y a un an ••• Cet ouvrage nazi, déclare le texte ministériel, Il jait partie de l'histoire et les élèves ont le droit de connaître dans ses détails l'histoire de cette période. Cette lecture, entre autres, permettra aux écoliers de devenir mûrs politiquement. li C 'ETAIT il y a un an, souvenez-vous, le 17 octobre 1961. Un photographe avait pu, dans la nuit, fixer ce ,cliché hallucinant : un vélomoteur renversé, des chaussur,)s égarées, des pièces de vêtements déchirées, de menus objets personnels éparpillés. Un peu plus loin des flaques de sang. Et plus loin encore, hors de la photo, des hommes étendus à terre, baignant dans leur sang, quelquefois morts, souvent mourants. Le bilan exact de cette journée n'a jamais été officiellement dressé. Mais on a, pendant plusieurs jours, retrouvé des cadavres d 'Algériens dans la Seine ... Que s 'était-il passé? Depuis le 5 octobre, des arrêtés préfectoraux instituaient officiellement la discrimination raciale. Un couvre-feu inhumain et méprisant était institué pour les Algériens vivant en France. Les brimades se multipliaient, accompagnées de sévices à l'égard des contrevenants. Des hommes disparaissaient de chez eux et leurs familles n'obtenaient pas des services de police la moindre nouvelle. Des camps de concentration étaient installés aux portes même de Paris, comme à Vincennes ... Pour lutter contre cette situation et affirmer leur droit à la dignité humaine, les Algériens de la région parisienne, le ]7 octobre, sortant des « bidonvilles » de banlieue ou des « ghettos » parisiens, envahirent les trottoirs de la capitale, silencieux, calmes, hommes, femmes, enfants mêlés, les mains nues et armés seulement de leur détermination, de leur cOurage tranquille. Afin de ne pOint prêter le flanc à toute provocation, ils respectaient toutes les règles de la légalité, y compris celles de la circulation. Et la police chargea, frappa, blessa, tira des coups de feu. Sous les yeux des parisiens horrifiés, ce fut une terrible « ratonnade ». On se souvient des nombreuses protestations que ces faits horribles soulevèrent et en particulier de celles du M.R.A.P., de la solidarité envers les victimes de cette affreuse soirée dont nombreux de nos compatriotes firent preuve. UN FILM SAISI Or, immédiatement après les événements, un groupe de cinéastes se réunit sous l'égide du Comité Maurice Audin pour témoigner. Des contacts furent pris avec les Algériens de la Fédération de France du F.L.N., afin qu'un film soit tourné - clandestinement - qui retracerait l'histoire de cette journée, de sa préparation jusqu'à ses conséquences. Le film fut réalisé, non sans difficultés. Mais il reste comme un témoignage implacable et accusateur, un document brûlant et extrêmement vivant contre le racisme et le fascisme. Les événements du 8 février 1962 où, au métro Charonne, le sang des antifascistes français vint à son tour tacher le pavé parisien, ont fourni d'autres documents qui, ajoutés aux précédents, forment un film complet, inoubliable. Ce film, intitulé « Octobre à Paris » fut projeté le 9 octobre, par les soins du ciné-club Action, devant un millier de ses adhérents. A l'issue de la projection. la pOlice a, contre toute légalité, saisi la copie du film. Mais l'arbitraire n'empêchera pas le cinéma de jouer son rôle d'illustrateur de l'histoire. Une saisie n'est jamais définitive : la pellicule, gravée d 'images terribles, doit être restituée à ses propriétaires. 3 ------ DES FAITS qui donnent A PENSER ... REAFFECTATION. l'Opéra d'Alger vient de réouvrir solennellement au son des tambourins €.t de 10 musique stridente de 1. « ghaïta ». Il servait jusque-là de « popote » aux militaires. De même l'Eglise d'Algérie a accepté de rendre à leur culte oTiginal les anc΀.nnes mosquées transformées en églises et en cathédrales au temps de la colonisation. CHEZ LES CRABES. Le très fasciste C' Charivari » s'est permis d'accuser « Aspects de la France lt de bénéficier de ressources « non orthodoxes ». Ce qui a mis en fureur le très orthodoxe Xavier Vallat qui pleurniche : et dire, qu'à l'occasion le « Charivari » se prétend notre ami! PROVOCATION? l'affaire Meredith émeut bien sûr nos fascistes. « Aspects do la France» (4 octobre) estime qu' « à vouloir réduire trop artificiellement et par force un « anachronisme » on commet peutêtre l'erreur de « provocation ». Moralité (tirée par le rédacteur de la feuille royaliste)

ne vous étonnez pas si les groupuscules

nationaux socialistes s'agitent au pays de Lincoln. Ces pauvres blancs sont tellement « provoqués » ••• LE PAVE DE L'OURS. Le voyage du général de Gaulle en Allemagne Fédérale a provoqué quelques retours de bâton qui ne manquent pas de logique. « Rivarol » reprend à son compte les exigences d'un député de droite, Ernest Denis, demandant au gouvernement de réhabiliter Pétain, Laval et tous les ex-collaborateurs, condamnés à la libération « pour avoir préconisé la politique actuellement suivie pqr tO France lI, Il R.iv~r91 " insiste : Pétain voulait un ropprôchement Ovec l'Allemagn~ contre le colosse soviétiqUé, li Butl semble-t-i l, ' de l'actuel président ... ». LE RECIPIENDIAIRE EN TOlE. Àvant les « grandes manoeuvres », le général Manu avait organisé une prise d'armel pour décorer un officier émérite, le lieutenant Giraud, porte-drapeau du 1 er R.C.P. Tout était prêt pour la cérémonie. Il ne manquait que le récipiendiaire : les gendarmes venaient de l'arrêter. Il avait participé à une tentative d'attentat contre le cheF de l'Etat. Comme l'a dit spirituellement un confrère : dix minutes de retard et les gendarmes emmenaient à la fois un assassin et un chevalier de la légion d'Honneur ... UNE DECOUVERTE. Un hebdomadaire allemand à grand tirage, « Bild li révèle que « plusieurs centaines » de criminels de guerre s'abritaient encore dons les rangs de la police allemande de l'Ouest. Il y en avait donc tant que ça ? MEPRISE. Un ancien marin sud-africain, héros de la dernière guerre, invalide et pensionné vient de voir sa pension réduite dE' moitié. De plus, il devra quitter sa maison et changer de quaTtier. Motif : une enquête minutieuse a prouvé qu'il possédait un peu de « sang de couleur » (sic). On l'a envoyé chez les nègrE'S. PAS DE DIEUX NOIRS SUR LE STADE. Plusieurs pays ofricains et asiatiques vont-ils refuser de participer aux prochains Jeux Olympiques ? Ils menacent de le faire si, dans la sélection de l'Union SudAfricaine, il n'est pas tenu compte des performances des athlètes de couleur de ce pays. A ce propos on se rappelle que Léni Riefenstal, la cinéaste nazie, s'était débrouillée pour ignorer dans C' Les Dieux du Stade lI, les performances du noir américain Jess Owen. ENVAHISSANTS. les exploitants familiaux' d'Indre-et-loire et les vignerons du Centre sont victimes d'une nouvelle occupation. leur comité de défense s'explique, dans un tract : « les Allemands, à coups de millions raflent nos terres (300.000 à 350 .. 000 francs l'hectare). Onze fermes, totalisant près de 900 hectares, ont été accaparées par des Allemands dans le seul canton de Montrésor (I.-et-l.) ». ATROCE! Trois jeunes blancs d'Atlanta qui s'étaient amusés à lapider des nègres ont été sévèrement punis par le tribunal municipal qui les a condamnés à « assister aux services religieux dominicaux pendant six mois lI. A cette mesure rigoureuse s'en ajoute une outre. Un couvre-feu leur est imposé, dont l'heure sera fixée ... par leurs parents. Quant aux noirs, ils peuvent sortir tranquillement pendant la durée des offices et après le couvre-feu. r 4 17 octobre à Limoges POUJADE REPOND de ses écrits racistes UN grand procès ,s'ouvrait à Limoges ,le 17 octobre 1962, au moment même où ce pr'ésent numéro de « Droit et Liberté » était sous presse, Ce procès, c'est celui que le Mouvement contre le Racisme i'Antisémitisme et pour la Paix intentait à Pierre Pouja'de, d'une part pour antisémitisme caractérisé sous la forme « d'injures envers un groupe de personne,s appartenant par leur origine à une ra,ce ou à une religion déterminée ~) ayant pour but d'exciter à la haine entre les citoyens ou habitants (délit prévu et réprimé par la loi) ; d'autre part pour diffamation et injures antisémites contre le Mouvement lui même. Ce proc~s a pour but de faire condamner cie fa;oll exemplaire l'un des racistes les plus virulents. et de décourao-er ainsi ceux de ses sen?blables. qui pourraient être tentés de l'imit~r. Dans ce sens, le proces de Limoges est l'une des plus importantes affaires judiciaires que le M.R.A.P. ait eu à engager ces dernières années. UN ARTICLE INJURIEUX . Rappelons les faits. Le 16 jU111 1961, le journal de Pierre l'uuJade, « Fratemité Fran;aise », imprimé à Limoges. faisait paraître sous un gros titre en première page, à propos. d'une élection partielle dans le 9' arrondissement, un article antisémite grossièrement injurieux et provocateur. Qualifiant l'élection de « victoire électorale au rabais » d'un « glorieux fils de David» (r), il évoquait une prochaine guerre « frai che et joyeuse » et ajoutait : « A ce moment-là, crois-:noi, petite Rebecca ou petit Abraham, quand il .y aura le retour de flamme tu n'a,uras pa~ besoi'l'! 1e chercher t.es grands dignitatres quz l auront provoqué. Rothschild sera revenu à Londres, Debré n'aura toujours pas d'étoile iaune, il se trouvera bien à nouveau uli J oanovici pour être « utile mt vainqu,eur » et les pétroliers seront les premiers à proposer leur argent aux vainqueurs, q~tels q~t'ils soient (. .. ) Prenez garde, M ess'ieurs les nou~ veaux maitr,es, que ce ne soit pas le signf. avqnt~coureur de l'ouragan. » Il y en avait comme ça. orès de çent cinqUante lignes en gros ' caractères. La simple parution de cet al,ticle aurait dû provoquer, de la part du procureur de la République, un reflexe légal et la poursuite automatique de Poujade pour infraction aux termes de la loi du 28 juillet 188r. Mais le procureur ne bougea pas, et c'est le M.RA.P. qui déposa entre ses mains une plainte en bonne et due forme, attirant notamment l'attention du procureur sur le caractère délictueux de l'artide en question : « En injuriant ainsi, sous la fOl·me d'une C011lmisération ironique, les juifs des deux sexes., pris. avec, deux noms jnifs qui, dans l espnt de l a1tte~w, se veulent dérisoirement cara.c,téristiques, et après avoir plaqllcs de marbre rie nos 11/onuments ml:, morts ... 2' LE DOUBLE PROCES On reconnaît là le style qui fleurissait dans les journaux sous l'occupation nazie. De plus Poujade accusait le M.R A.P. d'être formé de « provocateurs » excitant à la haine raciale, de « valets poljtiques » des fameux « vampires », etc. Notre NI ouvement déposa donc une seconde plainte, en diffamation, contre Poujade. C'est ce procès qui. joint alJ premier, se déroule à Limoges. Le Bâc tonnier Paul Arrighi, M' Jean Schapira et Me Henri Garidou représentent le M.R.A.P. L'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs, qui s'estime également diffamée par le passage de l'article de Poujade se référant aux plaques des monuments aux morts, s'est constituée partie civile et c'est M' Etienne Nouveau qui cJéfend ses intérêts. Le dossier des avocats est lourde .. ment chargé et Poujade en ressentira tout le poids. Car l'antisémitisme, chez lui et les siens, n'est pas accidentel. 11 fait partie de lui-même, d'eux-mêmes. le, fascisme n'existant pas sans le racisme. QUELQUES CITATIONS On pourrait multiplier les citations imprég-nées de racisme qui émaillent les « Antisémite, moi ? Pensez donc li .•• On verra bien! écrits et les Jiscours de Poujade. Nous ne nous contenterons de quelques-unes d'entre elles, suffisamment significatives pour situer le personnage : « Nous sommes gouvernés par une bande de métèques et de pédérastes » ... « Réjouissons-nous, si les métèques nous vo~ent nos terres, nos usines, nos maisons... » « Nous gavons des milliers de noirs et autres « évolués » qui crachent à la figure de notre peuple' à chaque occasion. » (( Fraternité Française ', du 14 octobre 1960). Dans ce même numéro est publiée une « Lette à Mendès-France » utilisant les mêmes « arguments» : « Comme c'est difficile pour certains d'aimer la patrie charnelle qttand on débarque dIt dernier navire ; quand on a quitté un autre sol et d'autre~ feux ... » « .•• Il faudra dire définitivement non à ce pottrrissement ( ... ) aux nOlLveaux français, à cette boue... » Autres citations : « Tous les chiens collchés de la, presse à gages, parlée Olt écri,te, ont jappé d'aise pour ~lne poignée d'os à ronger qu'un Hleinstein quelcouque leur aieté!?' ... » « Chaque Français dOl/ne Irois fois plus au.1$' nègres q~te l'Américain moyen... » « Fraternité Française », 21 juillet 196r). Dans un autre numéro encore (27 avril 1962) on retrouve le thème bien connu de la « juiverie internationale » ... Voici en fin quelques extraits d'un interview ,le Poujade à « Candide », du 8 février 1962 : ' « - Donc "'ous marche::: M'ec l'O.A. S. ? « - N 011:; lnt/ons pour le même bur. ( ... ) Si Salau me dit : « Tl fallt déclenclier le cirqup », Je ne ·resterai pas le c'Ul entre deux chaises. Avec les dix mille hommes de mon s.ervice d'ordre. j'ai de quoi foutre la baraque en l'air. » UNE ETRANGE MANSUETUDE Tout cela ne nous étonne g-uère.Racisme et fascisme ont toujours fait bon ménag-e. Ce qui est inconcevable, darÎs cette affaire, c'est l'étrang-e mansuétude dont Poujade a bénéficié jusqu'à présent, qu'il appelle à la guerre civile et se montre officiellement prêt « à foutre la baraque en l'air », qu'il excite à la h~i~e contre les juifs ou les noirs, qu'il appelle à la violence, qu'il injurie les hommes d'Etat (il y a une différence ei1tre la discussion politique, la défense des idées - même mauvaises - et l'injure ignoble attaquant tel ou tel individu, non pour son action, mais pour ses origines), tout passe comme lettre à la poste, sans que personne, officiellement, ne lève le petit doigt. C'est ce qui a amené le M.RA.P. à déposer sa double plainte. Notre action ne s'arrêtera pas au procès de Limoges. Nous mettrons tout en oeuvre pour que les racistes et les antisémites de notre pays ne puissent plus impunément, cracher leur venin. (1) En fait l'élu en question, M. Kaspereit, n'est pas juif. emPloyé plus haut les mots de « le qhetto du q. », faisant a.llusion à une hnmiliation des j~ûfs qui appartient à llt1 passé encore récent, comme s'ils devaient toujmtrs subir cette humiliation (Littré : Ghetto : S.M. nom dans ccI'taines villes de l'Italie, d~t quartier où les iuifs étaient obligés de résider), l'antelfr se rend coupable d'une illj?tre dont le but d'e l-citation à la haine et d la violence eçt évident, puisqu'il menace les iuif de nnllvelles persécutions qui les fra Neront comme 1/11 ouragan ». Réflexions sur un référendum UNE VERITABLE ANTHOLOGIE Et Poujade fut poursuivi. Ce quÎ ne fut pas de S011 golit. et il l'exprima clairement dans le numél'O du 22 décemhre 1961 de son journal. Cette fois, sans mesure ni retenue, il récidivait, s'en prenant hargneusement à notre Mouvement, sous le titre : « LE REGIME ET LES JUIFS. PTERRE POUJADE INCULPE D'A,VTISEMITfSME. UN COMBLE! » Cet article est une véritable anthologie de l'antisémitisme. On y retrouve, sous une forme à pei~ ne dég-uisée, les « arg-uments » grâce auxquels Hitler et Eichmann justifiaient leur « solution de la question juive ». Certes Poujade enrobe ses termes cJ'une sauce de « bonne foi » : « ... Si je m'appelais Lévy, .f'en serais fier aussi. Je serais fier d'abPartenir à une race à laquelle notre civilisation doit tant. Et .ie le prouverais en allant .travailler de mes mains à la résurrection de mon pe1tpIe, en IsraL'l, an lien d'intenter des procès 'aux gens qui m'hébergent (sic). » « ... La France est 'tin pays hospitalier. Jusqu'à l'excès. Aussi est-elle sttcé.e par une bande de vampires de haut vol qui va des Kaspereit aux Rothschild en passant par les Bleustein et les Mendès ... Mais on n'en voit pas beaucoup sur nos champs de foire de province, ni S1fr les (Suite de la première pogge) verse rons da ns le débat que les réflexions in spirées ou MRAP par sa propre expérience de ces dernières années. Au début de la défunte législature, deux propositions de loi, l'une visant à sanctionner les discriminations raciales dans tous les domai nes de la vie soc iale (emploi, logement, prestations de biens ou de services, etc ... ), l'autre visant la provocation à la haine raciste ou religieuse étaient soumises par le MRAP aux divers groupes parlementaires, Elaborés par une commission de juristes sous la haute autorité du Préident LyonCeen, ces textes dont l'opportunité était reconnue par les députés de presque tous les parti s, furent déposés sur le bureau de l'Assemblée Nationale sous les numéros 37 et 38 en mars 1959 ... mais ils ne vinrent jamais en discussion. Di sons tout de suite pour la clarté de notre propos qu'en quatre ans d'existence l'Assemblée Nationale n'a pu faire aboutir AUCUNE propOSition d'origine parlemen~ taire, tant s'est exercée avec obstination ie barrage clu pouvoir à toute initiative des députés. Ne pouvant nier le bien-fondé de nos propositions de loi, le gouvernement fit publier dans la presse, un projet de même 'nspirati(m, approuvé par la section de l'intérieur du Conseil d'Etat... mais qui n'a jamais été déposé Sur le bureau de l'Assemblée National e. Ce texte, il est vrai, prévoyait que : « sera puni d'un l'.'mprisonnement de deux moins à deux ons et d'une am"..,de de 30.000 NF ... tout dépositaire de l'autorité publique ... qui en raison de l'appartenance raciale ou confessionnelle d'une peysonne lui aura sciemment refusé le bénéfice d'un droit auquel elle pouvait prétendre ». Cela au moment même où, sur les AIgp. riens de Paris, s'abattait la répression féroce qui, le 17 octobre 1961, répondait à leur protestation pacifique contre le couvre- feu raciste institué à leur égard. Q UE dire encore de l' impunité totale dont jouit la presse raciste et antisémite, que les pouvoirs publics ne pcursuivent jamais bien qu'ils en aient le cevoir et les moyens. Suppléant à cette carence, le MRAP a déposé de nombreuses plaintes qui le plus souvent dorment dans les dossiers de la Chancellerie. Exceptionnel est le procès qui, cette semaine, à Limoges, nous oppose à Pierre Poujade dont les articles bassement antisémites ont motive deux plaintes de notre part. Procès dont taus les antiracistes attendent avec intérêt le jugement, en raison même de l'importance que nous attachons à la sanction judiciaire des menées racistes. Le racisme grossier d'un Poujade peut-il être séparé des autres menées néo-fascistes qui, ces dernières années, n'ont cessé de mettre en péril la paix civile? Un moment di ssoutes au lendemain du 13 mai 1958, les ligues factieuses se sont toutes reconstituées lors de la naissance de la cinquième République. Plus tard, leurs cadres, tous plus ou moins 1 iés à l'internationale néo-nazie, se sont insérés dans les commandos de l'O .A.S. Et l'O.A.S., bien que tant de fois dénoncée, a eu pourtant la possibilité de se développer et d'exercer sa terreur, sans qu'aucun de ses chefs responsables ait jamais payé ses crimes. MAIS tout aussi graves sont les réflexions que nous inspire le récent voyage du chef de l'Etat en Allemagne Fédérale. Véritable festival d'encouragement à l'irrédentisme pan-germaniste, ce voyage jamais ne fut l'occasion de se recueillir sur aucun des lieux où souffrirent et moururent les martyrs et les victimes de la barbarie hitlérienne. Ceux d'Auschwitz et de Buchenwald, d'Oradour et de Tulle ont ressenti avec une indicible douleur les propos tenus par le représentant de la France devant les cadres de la Buncleswher : « C'est le fait des Francais et des Allemands qu'ils n'ont jamais ~ien accompli de grand au point de vue national l'.·t au point de vue international sans que chez les uns et chez les autres, la chose militaire y ,:lit égale.ment participé. » Etrange conception de la grandeur qui relègue à l'arrière-plan penseurs et savants, philosophes et artistes : tous ceux qui, manuels ou intellectuels font jaillir de leurs moins ou de leur cerveau les richesses qui sont la source d'une civilisation tandis que la « chose militaire » ne devrait avoir d'autre tâche que de protéger le travail pacifique. CE n'est pas,nous dira-t-on, sur ces questions que porte le prochain référendum. Voilà ce qui donne justement à penser. Est-il normal que seules soient soumises au oui ou au non les questions choisies par le pouvoir, posées par lui dans les termes et au moment qui luï semblent opportuns? Est-il logique que les citoyens, pour tout le reste, s'en remettent à un seul homme, fût-il élu par eux, attendant patiemment qu'on veuille bien à nouveau les interroger sur un quelconque sujet ? Non, la logique, la démocratie, c'est que le peuple, par l'intermédiaire de ses élus, de ses organisations, de sa presse et par tous les moyens d'expression possible, puisse en permanence donner son avis sur tous les problèmes, et influer ainsi, au fur et à mesure, sur les événements dont dépend son destin . Telles sont les réflE:xions que peuvent formuler les antiracistes - qui savent de quel poids précieux pèsent les mille et une nuances de l'intelligence humaine dans la oromotion des idées et du progrès. Charles PALANT. ~"""'''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''~''~~'''''''~-'''''''''''''''~'~'''''~~,,V\.~'''''~ "~ ~ ~ 1 OEMOCKATI E ET RACISM E 1 ~ i ~ LA vériode que nous traversons .est, !Be semble-t-il, de celles qui incitent à réfléchir sur les liens qui peuvent ~ , eXIster entre la lutte contre le raCIsme et des institutions démocratiques. S ~ ,. Non pas, ~ertes, que les effo.rt;s déployés ,pour établir le Pouvoir Exécutif et, plus précisément, le ~ ( PresIden,! t de la RepublIque, dans, une p.oSItlOn de, superiorité absolue vis-à-vis du Parlement apparaissent, à ~ un de&re quelconq~e, dans la pr~sentatlOn d~s faits Cil dans la propagande gouvernementale, comme entachés )~

de racIsm,e., Ce seraIt, du reste, bIen maladrOIt du moment où le problème, pour le Gouvernement, est de ga-

~ gner le referendum. $ ~ . Mais simplen:ent pa~ce 5lue .les situations ont leu!" logique; qu'une atteinte décisive à l'équilibre des ~ ~ pOUVOIrs et d~ contn;le de l ,Exe~ut!f par le ~arlt;ment ~lesse profondément la Démocratie et que les régimes ~ ~ au.tres que ~emocratlques, c est-a-dlre, en fait, dlctatonaux sont ceux dans le cadre desquels s'épanouit le ~ ~ mIeux le raCIsme. ~ $ ~ ( L E , racisme est essentielle~nent ':ln péché c,ntre l'idée d'égalité. Il procède de cette constatation que si ~ $ 1 ho~~e , forme un~ espece :up~que du pomt de .vue zoologique, cette espèce, comme beaucoup d'autres, ~ ~ ~st dlv~see en p~usIeurs var~ete~. sta~les, à partIcularités physiques héréditaires, les races. Partant de ces ~ ~ dOI,lnees, qUI sont eVldentes, malS n Imphquent, par elles-mêmes, aucune discrimination, les théories racistes ~ $ affIrment que les races humaines ont des aptitudes intellectuelles et sociales différentes . que les hommes ~ .. de couleur sont inféneurs aux blancs '~ ~ parce que relevant d'une men talité :~"",,,,,,,,,,,,,~~ ... ,,,,,,,,~,,,,,\,,,,,,,,,,,,,,~,,,,,,,,,,,,\,,~,,,,,,~~,,,,,,,,,,,,,,,~ ( ~ ~ primitive, prélogique, irrationnelle et ~ $ qu'ils sont, par suite, incapables de ~ ( Se gouverner eux-mêmes ; que les ) ~ ju ifs, quant à eux, sont dangereux ~ ~ politiquement porce que incapables ~ ~ cie s' intégrer véritab lement dons une ~ ( société nationale, etc., e tc. .. ~ Les chambres à gaz sont-elles une «invention»? HistorIenne de la Dévortatlon Olga WORMSER répond , a 5 Une déclaration de M. Diomède CATROUX ancien ministre : Veillons! M. Diomède Catroux, ancien ministre, nous a fait parvenir la déclaration suivante : POURQUOI le diable 'renoncerait- i l à' souffler la haine, la discorde, ln misère, le racÎsm •• parce que nous a vons gagné une gUE.'rre contre le nazisme ? Pourquoi, profitant de la faib lesse, de la crédulité, de l'envie, de la vanité des pa uvres hommes, n' •• ssayerait-il pas de les tenter une nouvelle fois par de mêmes moyens ? Le p"ix des holocoustes, l'ampleur d •• s cha rn iers n' ont fa it que croît re, lorsque les prog rès techn iques ne servent que l'ambit ion de pauvres cervelles. Croire, à l'époque de la bombe atomique et de l'astronautique à la portée de toutes les bours'6, q u'il faille 'renoncer à la vigilance contre les égarements de la psychopathologie des fo ules se ... ait d' une naïveté morte lle. De rrière la na t ionalisme, il y a trop souvent le racisme; derriè re le racisme, toujours l'oppression, la viole.nce et l'injust ice. Nous veillons au même c rénea u. Jainais dans aucun t emps, notre '/'ElSponsobilité n'a été aussi grande. ~ C'est donc à l' encc-ntre de l' idée S d'égalité que se développe le ra- ~ } cisme. C'est même l'offense à l'i- ~ ~ dée de l'égalité entre les hommes la ~ ~ plus grave, parce que déduisant des $ $ conséquences psychologiques, socia- ~ ! les et politiques inexactes d'un phé- ~

. namène physique évident, elle ne ~

~ peut être surmontée que par une ~ ~ définition nouvelle de l'homme, qui ' ~ fas,e largement abstraction des ca- ~ $ ractères phys iques pour s' atta cher ~ ~ presque uniquement aux comporte- , UNE IMPOSTURE $ ments moraux ou soc iaux. Les iné - ~ galités provenant des différences de ~ fortune, d'éducation, d'origine so- , ciale laissent la place pour des éva - ~ sions personnell€s. Celles 1 iées à la ~ par André HAURIOU 1 ~ Professeur à la Faculté de Droit 1 $ ~ race, à la couleur de la peau ou du , -:less in du profi l ne peuvent se ré~ soudre que par des mutations g loba- $ les et, tinal€ment, elles n'ont chan- ~ 1 ce d'être surmontées que par un mé- ! $ longe de réflex ion et d'amour, qui refoule ce qu'il y a en nous d'animai pour permettre à l'homme de J (( So'éPan:~irC'est seulement dons un ;~s~· cadr~ démocratique qu'un pare il climat peut se déve lopper. ~ A la racine de la Démoc ratie se $ trouve, en effet, l' idée d'égalité. ~ La marche à la Oémo'c ratie politi: que a consisté à portager entre tous ~ les hommes ce qui, jadis, était le J privilège d'une oligarchie. Les droits ( individ uels, qui, avant 1789, étaient l'apanage de fait des classes dirigeantes, ont été reconnus à "COus ~ par la Déclaration des droits de . ~ l'homme et du ci toyen. L'extens ion , du droit de suffrage s'est faite sous $ la press ion de l'îdée d'égalité. Les i $ règles du service militaire, la diffu- ~J 5ion de l'instruction publique obéis - i $ sent aux mêmes règles, etc., etc ... La marche à la Démoc ratie économique est en train de su ivre les ~ mêmes chemins. Ici encore, comme S~ pour le pouvoir politique, il s'agit ~ de ré partir, de diffuser auss i égale- ) ment que possible e ntre les hommes ~ ( le pouvoir économique, l'a ction sur $ $ le monde physique et les avantages i~ ~ qui en découlent. Les moye ns pour ~:~~ réali ser cette Démocratie éconami- ~ $ que, peuvent être divers : nationa- ~ li sati ons, planification, co-gestion ) des entreprises. L'o bj ect if reste le S ( même que pour la Démocratie poli - ~ ~ t ique : il s'agit de foire régner l'é- ~ ~ galité ou, en tout cos, de s'a ppra - • $ cher d'elle. ~ ~ "y a donc, me semble-t-il, une ~ ~ affinité profonde entre Démocratie ~ ( et lutte antiraciste, puisque, dons .. ~ un cos comme dons l'outre, c'est une ~ $ requête d'égalité qui est à la ra- ~ ~ cine de l'effort. ) ( Mois le sens et le goût de l'éga - $ ~, lité peuvent être faci lement obnu- ~ ~ bi lés. Des classes ou des costes sont toujours prêtes à se prétendre diri- i ~:~i~~er~s; des races à se croire su- ~ ~ " fout savoir que tout se tient . Que ~ ! la montée du pouvoir personnel me,- ~ noce la Démocratie ; que le déclin ( de la Démocratie met en péril 1'1- S Idée d 'égalité entre les hommes e.t $ . que, lorsque celle-ci est obscurcie, le ~ racisme fait bientôt la loi. ~ "~~",'\,;",,,,,,,,,~,,,,,,,,,~,,,~,,,,,,,,,,,,,,.$ QUAND M. Rassinier jette sur le marché du livre, un nouveau pavé de fiel et de mensonges, la tentation est grande de le laisser sombrer dans l'indifférence, de ne pas lire les proses enthousiastes que lui consacrent aussitôt ses « frères spirituels » de « Rivarol » par exemple. Mais plus de vingt ans se sont écoulés depuis le génocide nazi, les témoins peu à peu disparaissent, la tragédie recule dans les archives de l'histoire. Nous pensons aux jeunes qui tomberont par hasard sur la prose de M. Rassinier, aux gens de bonne foi qui se laisseront prendre à l'appareil faussement scièntifique de ses preuves. Faute d'avoir le temps matériel de dénombrer méticuleusement ses fausses vérités hi storiques, espérant que notre thèse à venir lui apportera en bloc des démentis irréfutables. nous nous contentemns aujourd'hui, par quelques exemples choisis au hasard, le montrer de quelle obsession procède la méthode cie 1\1. Rassinier. OU SONT LES CHAMBRES A GAZ? Rappelons que dans le « Mensonge d'Ulysse » il voulait pmuver que les morts de Buchenwald étaient les victimes de la direction clandestine communiste et non des S.S. Ayant épuisé se~ arguments, il trouve une autre machine de guerre : le génocide des juifs est une invention non seulement des communistes mais de tous les alliés d'autrefois. pour étouffer l'Allemagne nazie sous une écrasante culpabilité. M. Rassinier aurait montré plus de suite dans les idées en enfçll1rchant toujours le même dada : à Auschwitz-Birkenau aussi il y avait une direction clandestine à prédominance communiste. S'il a renoncé à ce bouc émissaire. c'est Cju'il ignore tout du probleme cI'Auschwitz. Il ig-nore que Auschwitz T « le cami) moclèle ». construit en clm se trouvait à 4 kilomètres cie ·Birkenau . Il confond le crématoire cI'Auschwitz l, que visitent aujourd'hui les touristes, avec des « chambres à gaz reconstituées ». Il n'y a pas de chambres à gaz reconstituées à Birkenau, Monsieur Rassiniel-. elles sont enfouic, dans le magma monstrueux des crélll atoi rcs qui sautèrent lors de la I·évolte du Sonclerkommanclo. et n'ont pas été reconstruites. Il existe ,l cm:: Oll troi s survivants du Sonclerkommanrlo en FI·ance. M onsieur Rassini er, dont dcux médeci ns. clont j'ai en d'ill1 tres li c[lx ci té les témoignages. Ils "OllS nréç5seraif'nt quc le rasage des chevcux s'effectua it aval/t. l'extraction des dents après. ils vous prouvera ipnt la yéri té des photos c1ilnclestines dc ce travail sini strp. S ip"nalons en passant (!tle les ima?,p;. les films ne sont nas df's matériaux historiques pour M. Rassi ni el· - les textes non plus. S~ l1 r cpux c1\1 ' il choi sit. Les li stes rie l'opérat ion Rf'inharc1t chiffrant méthodinuement les hénrfices rie la « solution finalp » et flue i',.ti nu consulter il Maidanek et à Auschwitz. il les ig-nore. Tl situe pn octohre 4.:1 l'éyaclwtion '(l'Ausch wih~-" Ri rkenau et 110n cn i ~nYier .1'. Tl ass imile les conditions cie · Thel'esipntarlt à cellps (l'A uschwitz. ce 'llli n'a iamais étp fait par élUCUP hi sto rien 1'alall1p. Oue np "Ol1S êtes-yous promené en 194.S à Birkenau, à Maïdanek dans les fosses où la « flamme Durificatrice » brtJl ait par fournées entières les arrivants quancl la gamme cles crématoi res n'était pas achevée. Vous auriez pu lire aussi les réclamations du S.S. jeune marié qui n'avait pas encore reGu sa « voiture d'enfant » création Auschwitz. Au lieu d'ergoter sur la couleur clu gaz zyklon (extrait de petits cristaux bleu vert, j'en ai vu des milliers de boîtes en 45 à Auschwitz et à Maïdanek), pourquoi ne réfutez-vous pas les déclarations de Kramer, futur commandant de Belsen, qui fit au Struthof - ce n'est pas loin - les expériences du gaz zyklon sur des prisonniers russes? Pourquoi ne citez-vous qu'une facture de la :Maison Topf? Les archives d'Auschwitz pourraient vous fournir une correspondance éloquente, tant sur la construction des chambres à gaz et des crématoires que sur la visite cI'Himmler qui vint en 1942, veiller à leur édification. C'EST LA FAUTE AUX VICTIMES Où, avez-vous trouvé. Monsieur Rass ini er, une description des chambres il gaz cie Belsèn? Lorsque vous éc rivcz cyniquement que des juifs so i-disant cxterminés à Auschwitz ont été retrouvés vivants à Belsen ou ailleurs. vous feignez d'ignorer Que Belscn. à parti r du clébut de 1944, était un « mouroi r » extraordinaire pa r le seul fait que l'accumulation massive d'êtl·es hun1ains affamés, exterminés par le typhus. Peutêtre pourriez-vous demander au War Crime Office, le film de la libération de Belsen. Il vous montrerait le plus effroyable champ de caclavres qu'il soit clonné de voir. Nous avons eu clu mal à en extraire pour « Nuit et Brouillard » une séq uence qui ne fut pas « insoutenable ». Croyez-moi, ayant été à Belsen dès la fin d'avril T945, je puis vous affirmer que la mort avait du mal à ralentir son rythme. Le rythme efficace du B10ck 30 de Dachau, du J ugencllager du Ravensbruck (souvC'nez-vous de la fournée de Pâques 1944) du château d'Hartheim. Vous ci tez l'ouvrage de TheodOl· N. Kaufmen. « Germany must perish ». Je confesse mon ignorance, je ne savais pas que ce livre d'un juif américain publié en 1942 avait clonné aux pauvres S.S. innocents l'idée de devancer les visées meurtrières des juifs germanocides! Mais vous ig-norez par contre la correspondance échangéc f:"ntre le Docteur Clauberg et Himmler. qui mit un block cI'Auschwitz à sa disposition : ce gynécologue éminent n'avai t-il pas promis de mettre au point une méthoc1e DOur stérili ser toutes les femmes iuives? Nous pouvons même vous fai re connaître la li ste internationale de es victimes. Reconnu et dénoncé par des A llemands en A llemagne, vers 195~, il est mort un peu avant son procès. Pour les expéri ences médicales (avez-vous vu cles « Kanischen »?) vous vous en prenez à un déporté français qui fut contraint de les pl-atiquer. Mais pourquoi ne citezvous pas les contrats signés entre les S.S. et les firmes demandant à expérimenter leurs produits? PARLONS CHIFFRES ... Autre point : la statistique. Dans toutes les publications statistiques auxquelles nous avons participé, soit au Ministère des Anciens Combattants, soit au Comité d'Histoire de la deuxième guerre mondiale, nous avons toujours parlé cie « juifs déportés de France » et n011 cie juifs franGais. Nous avons toujours dit que les rafles de juillet 42, pratiquées sur des juifs étrangers avaient servi de bancs d'essai pour les opérations futures. Mais les enfants pris dans ces rafles, ceux des colonies de vacances, ceux de Lyon ou d'Angers, de Nice ou de Lille, les femmes enceintes, les vieillards ils ne sont pas en Amérique ni en Israël, Monsieur Rassinier. Ils ne risquent pas cie rencontrer le Docteur Mengele quelque part en Argentine, ils n'ont pas été immatriculés au camp d'Auschwitz, ils ont été gazés en arrivant. C'est pourtant simple. Faites l'expérience, prenez un ou dêux exemples de départs de convois de Drancy. Ils existent au complet. Confrontez avec la iiste des « enregistrés à Auschwitz » retrouvées pour quelques convois et comparez. Que sont devenus les T .200 hommes du convoi du IS mai 1944 partis travailler à Kttunas? Six survivants. Les têtes de quelquesuns d'entre eux YOUS pouvez les voir. .. dans une cuve. Parlons chiffres. L'extermination des tziganes est l'un cles fa its les mieux connus de la déportation, depuis le processus d'arrestation avant le début cie la guerre jusqu'à leur fin . Où avez-vous trouvé le chiffre cie 300.000? On comptait au camp familial cie Birkenau de J S à 20.000 êtres humains. Et l'extermination du ghetto de Varsovie? Contestez- vous le document Stroop? Que n'avez- vous visi té les ruines du ghetto en 194.~ . Vous auriez pu compter les pierres - compter aussi les ossements épars sur des ki lomètres. à Birkenau, à Maïdanek. Encore quelques détfils au hasard. , Pourquoi ne contestez-vous pas les « sélections à l'::trrivée » décrItes par des rescapés. souvent polonais ou hongrois réfugiés en Franëe, violemment anti communistes. donc peu suspects à vos veux? Des enfants juifs de plus cie quinze ans évacués cI'Auschwitz. vous avez pu en voir quelques-uns à Buchenwald après l'évacuation cie janvier 45, quelques enfants juifs de moins cie quinze ans peut-être arrêtés en 1941 ou 42 avant que les chambres à gaz d'Auschwitz ne soient éd ifiées bien sür. avant que le processus de la « solution finale » de (( l'extermination par le travail » ne soient mis au point. Mais les enfants des rafles de 42 en France, ceux dont W ell ers raconte l'exode sans l-etoulvers Pitchi1)oi. vous n'en avez pas vu à Buchenwald. et pour cause! pas plus qUC ceux de Neuengamme, exterminés par les docteurs Florence et Quenouille. (Suite p.~ge 11 J 6 A PARIS AU THEATRE RECAMIER VIBRANTE SOIRÉE DE SOLIDARl LE 5 octobre, au Théâtre Récamier, le M.R.A.P. organi.sait une veil lée de solidarité pour James Meredith et les antiracistes américains engagés, notamment au Mississipi, dans un combat déci,sif pour la dignité humaine. Cette soirée fut passionnante à bien des égards. Non seulement elle témoignait de la ferveur antiraciste de nombreux Pari siens représentant toutes les couches de l'opinion publique, mais encore son contenu fut d'un niveau très élevé : à la qualité des orateurs qui se succédèrent à la tribune, s'ajouta celle d'artistes de tous genres qui. entre les interventions, mettaient leur art au service de notre combat. Que tous les participants à cette veillée, orateurs., arti.stes et le public (qui comptait beaucoup de jeunes) soient remerciés de leur enthousiasme et de leur résolution . Pierre PARAF: « Déshonorer et désarmer le racisme. » C'est à notre président, Pierre ParaI, qu'il appartenait de présider cette veHlée, dans cette maison de la Ligue de l'Enseignement, qui est la demeure de l'Education et de l'Esprit. La réunion était improvisée. Il fallait agir rapidement. Pierre Paraf le souligna : « Nous avons tenu à envoyer sans tarder à nos frères des Etats. Unis l'écho de l'émotion, de la fraternité des esprits et des coeurs français. Au jour où de graves problèmes politiques nous sollicitent en France même, nous avons tenu à montrer que pour notre Mouve· ment, l'heure qui sonne au Mississipi est essentielle et qu'elle doit, à travers le cas symbolique de notre jeune frère à peau sombre, James Meredith, marquer une étape décisive dans l'histoire de l'égalité des noirs et des blancs, et de la conscience universelle. ,. Pierre Paraf évoque en quelques mots les événements d'Oxford où de jeunes 'blancs renouvellent la honte de LittleRock, soutenus par les fascistes d'Améri· que, un gouverneur colonialiste dont les idées remo.ntent à ceI1es des Etats sudis· tes de la Guerre de Sécession, un général héritier de Mac Carthy. Les Etats-Unis comportent 19 millions de noirs, spoliés (Jaurès disait aussi des juifs qu'ils sont « les grands spoliés de l'Histoire ))) sur le plan politique, sur le plan social, sur le plan humain. Malgré la décision de la Cour suprême des Etats-Unis prise en mai 1954, la ségrégation raciale continue de frapper les enfants des écoles, notamment au Mississipi, en Alabama, en Caroline du Sud. Mais la résistance s'est organisée. Cette action porte ses fruits . Le pré· sident Kennedy, auquel Pierre Paraf rend hommage, a relevé le défi des racistes: - « L'épreuve de force a été engagée. James Meredith est entré à l'Université. Et si le sang a coulé, hélas, si notre confrère de l'A.F.P., Paul Guihard, est tombé d'une balle dans le dos, nctime de son devoir professionncl, force est restée à la Justice et à la Loi )). Ecrivains et artistes Mais il faut rester vigilants. Les racis· tes du Mississipi sont les alliés de tous les fascistes qui se manifestent encore dans le monde ! « Six millions de morts ne leurs suffi· sent pas. Aussi, soyons vigilants, unis et souvenons·nous il. jamais 1 Redoublons aussi d'efforts pour désinfecter les âmes, dans l'éducation comme dans le compor· tement quotidien. On a trop parlé de «youpins ,de« bicots lO, de " ratons lO et pendant des siècles, insulté les " sales nègres ,.. Tout cela doit sortir de no· tre vocabulaire et de notre pensée. ,. Et Pierre Paraf conclut par un appel à poursuivre l'action contre l'hystérie raciste, dont les causes sont psychiques autant qu'économiques et sociales. « L'ordre et la paix ne seront rétablis dans les Etats et dans les âmes qu'en déshonorant aux yeux du monde les doc· trines racistes et en désarmant les bras à leur service. .. Jean-Claude MERLE Vice-Prés·ident de l'U.N.E.F. « L'Université doit être ouverte à tous ... » Jean·Claude Merle, vice-président de l'Union Nationale des Etudiants de France, est le premier orateur de la soirée. Il' rappelle la doctrine constante de son organisation qui veut que l'Université ne soit pas l'apanage de quelques-uns, mais soit ouverte à tous, sans distinction d 'origine, de classe ou de race. " Qu'on veuille interdire l'accès à la culture à quelqu'un sous prétexte que sa peau est noire est inadmissible, s'écrie-til. De nombreux étudiants américains ont protesté contre ces faits et les étudiants français sont solidaires de leurs camarades d'outre.Atlantique. ,. J.-C. Merle, évoquant la répression des manifestations algériennes du 17 octobre 1961, rappelle que le problème du racisme nous concerne tous. Le racisme, s'il est inquiétant aux Etats-Unis, dans ce pays qui atteint un énorme développement technique, ne l'est pas moins chez nous. Il n'est qu'un aspect du fascisme qui attend son heure. C'est pourquoi il faut que nous soyons très vigilants. E'wd . Ci·dessus: une vue de la salle du Théâtre Récamier, pendant la soirée d~ C,l.contre : la tribune au début de la manifestation, pendant l'allocution d Pierre PARAF (debout). On reconnait, de gauche à droite : M" Jean SCHAI C,laude MERLE, de l'U.N.E.F. ; Louis ROUSSELLE, de la ligue de l'Enseignel1l redacteur en chef, Albert LEVV ; Charles PALANT, secrétaire général du M.R" Dora TEITELBOIM ; William Gardner SMITH, et le pasteur Maurice VOGE. Dora TEITELBOIM : « J'ai vu le peuple de Little Rock. }) Dora Teitelboïm, écrivain américain de langue yddisch, auteur du recueil « La Ballade de Little·Rock », fait une pathétique intervention en français. Vingt millions d'Américains noirs, dit-elle, se sont levés pour abattre les murs du ghetto qui les humilie ou les étouffe : « J'ai vu le peuple de Little·Rock et je puis vous as· surer qu'il vaincra. » Elle évoque « la tristesse des yeux des enfants noirs, dont le courage et la hardiesse subjugaient leurs aînés. » Ces enfants, c'est une nouvelle généra· tion de noirs américains grâce à qui la détermination des simples gens est plus forte que toutes tes armes employées pour les opprimer. Jacques MADAULE : « Par tous les hommes et pour tous les hommes ... » L'écrivain Jacques Madaule parle de la tristesse que nous éprouvons de savoir que dans un pays comme les Etats·Unis, il y a un certain nombre d'Etats où les blancs soumettent à une exploitation sans vergagne les noirs. Mais il n'y a pas que les Etats du Sud. Jacques Madaule brosse l'effroyable tableau des « sIums » des gra.ndes cités industrielles camme Chicago, où les noirs vi· vent dans un climat de profonde inégalité raciale dans tous les domaines de la vie. En dehors deS Etats·Unis, il est en· core des pays où les noirs, qui sont en majorité, sont également soumis à cette affreuse exploitatioI! : « Pensez aux noirs de la Rhodésie, de l'Union Sud·Africaine, dp- l'Angola ! » '" Il faut conclut·il, que tous les huma. nistes. qu'ils croient en Dieu ou n'y croient pas, se dressent contre cela. ,. Dans le monde de demain « il n'y aura de liberté, de démocratie et de paix que par tous les hommes et pour tous les hommes. ,. louis ROUSSELLE (du Bureau de la Ligue' de l'Enseignement) (~ Ces crimes contre l'esprit. }) M. Louis Rousselle, membre du Bureau de la Ligue de l'Enseignement, avoue son plaisir d'accueillir les antiracistes dan." cette maison : « Nous nous associons de tout coeur à cette manifestation d'appui à tous ceux qui, dans le monde, ont obtenu qu'un étu· diant noir ait pu s'inscrire dans une université, où seuls les blancs prétendaient 1 se réunir ... oc Quand un étudiant noir VI devant lui les portes de l'U sont tous les noirs, tous les couleur qui voient se fermel les portes de la culture. La Il seignement est toujours prête devant ces crimes contre l'eSll Jean-Baptiste OBAMA (df! la Société Africaine de « Attention, Amériqu L'écrivain africain Jean·Bap représentant la Société AfriCl ture, qui édite la revue " Pi caine )l, évoque le martyre 1 des blancs américains antif! il développe surtout cette idée « Le racisme de culture est plus grave du racisme de « Tant que des gens, par le cepteront pas de voir fratern bancs de l'école et de l'univer ncs gens de toutes rllces, 1'1 (Suite Le général Quelques instantanés de la soirée : A, gauche, de haut en bas : les acteurs MICHEL PICCOLI et BACHIR TOURE. A droite: RENE· LOUIS LAFFORGUE et l'écrivain EDOUARD GLISSANT. Au ceùe : la poètesse américaine DORA TEITELBOIM remercie l'actrice L VOlA EWANDE qui vient de lire son poème : .. Aux enfants de Little Rock ". L nous faut particuli èr cmcnt remercier les a rti stes qui , la plupart cl u t emps « au J piecl-levé » ont accepté de partic iper il notre « veillée ». Leurs inte rventiomi ,ntrt celles des orateurs, ont donné à cette soirée un caractère parti culi è rement nriQi na l. Emot ion, humoul·. t endresse se sont succédé, grâce à eux, ur la scène du Récamier. BLIRANDO dit le poème Hug-ues : « Blues clu clés ' Au dessous, de gauche à droite . l'écrivain africain JEAN· BAPTISTE OBAMA et l'écrivain américain WILLIAM GARDNER SMITH. La j eune et charmante actrice camerounaise LY DIA EW ANDE a clit avec beaucoup de chaleur le poème cie Dora Teitelboïm : « A ux E nfants de Little- Rock »; 1'acteur BACHIR T OU RE a r ythmé au tam-tam la boulever sante «Ballade des cieux g rand-pères » cie Nicolas Guillen, tandis que RAOUL MICHEL P ICCOLI, deux répétiti ons au T héât où il va jouer « la N uit de Chr istopher F rv, a lu antiracistes américains et page de Victor Hugo sur (Suite ..... SOIRÉE DE SOLIDARITÉ La vitloire de Ji Ci-dessus: une vue de la salle du Théâtre Récamier, pendant la soirée du 5 octobre. Ci-contre : la tribune ou début de la manifestation, pendant l'allocution du président Pierre PARAF (debout). On reconnaît, de gauche à droite : M' Jean SCHAPIRA, JeanClaude MERLE, de l'U.N.E.F. ; Louis ROUSSELLE, de la ligue de l'Enseignement ; notre rédacteur en chef, Albert LEVY ; Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P. ; Mme Dora TEITELBOIM ; William Gardner SMITH, et le pasteur Maurice VOGE. Dora TEITELBOIM : « J'ai vu le peuple de Little Rock. }) Dora Teitelboïm, ecnvain américain de langue yddisch, auteur du recueil « La Ballade de Little-Rock », fait une pathétique intervention en français. Vingt millions d'Américains noirs, dit-elle, se sont levés pour abattre les murs du ghetto qui les humilie ou les étouffe : « .J'ai vu le peuple de Little-Rock et je puis vous assurer qu'il vaincra. » Elle évoque « la tristesse des yeux des enfants noirs, dont le courage et la hardiesse subjugaient leurs ainés. » Ces enfants, c'est une nouvelle génération de noirs américains grâce à qui la détermination des simples gens est plus forte que toutes tes armes employées pour les opprimer. Jacques MADAULE « Par tous les hommes et pour tous les hommes ... » « Quand un étudiant noir voit se fenner devant lui les portes de l'Université, ce sont tous les noirs, tous les hommes de couleur qui voient se fenner devant eux les portes de la culture. La Ligue de l'Enseignement est toujours prête à se dressflr devant ces crimes contre l'esprit. JO J ean-Baptiste OBAMA (dl' la Société Africaine de Culture) « Attention, Amérique ! » L'écrivain africain Jean-Baptiste Obama. représentant la Société Africaine de Culture, qui édite la revue « Présence Africaine », évoque le martyre des noirs et des blancs américains antiracistes. Mais il développe surtout cette idée essentielle : « Le racisme de culture est la fonne la plus grave du racisme de couleur. » « Tant que des gens, par le monde, n'accepteront pas de voir fraterniser, sur les bancs de l'école et de l'université, des jeunes gens de toutes rl!.ces, l'avenir de la (Suite page 8 .) (Suite de la première page la Loi d'Etat. La Constitution du :Mississipi, que le gouverneur Ross Barnett a juré d'observer et de défendre lors de son élection en 19.19, prévoit en effet la ségrégation raciale dans les écoles (de même qu'elle maintient, dans un autre domaine, la « pro.hibition » de l'alcool qui date d'un autre âge). Or, il se trouve que la Constitution des Etats-Unis prime sur celles des Etats, qui jouissent par ailleurs d'une certaine autonomie. Pour en faire respecter la lettre, le Président des U.S.A. a non seulement le droit, mais le devoir d'intervenir, par le truchement des troupes fédérales et des tribunaux, chaque fois que sont violés les principes constitutionnels et les lois fédérales. En 1957, le président Eisenhower dut intervenir dans l'Arkansas contre le gouverneur Faubus qui prétendait interdire l'entrée des enfants noirs dans les écoles de Little-Rock. Jusqu'à présent, le Président Kennedy n'avait pas exercé dans ce domaine les droits dont il dispose. Mais le geste de James Meredith lui posait un grave problème. Accepter de voir l'étudiant rejeté de l'Université d'Oxford, c'était laisser bafouer la Constitution et perdre son prestige international. Intervenir, comme son devoir le lui commandait, c'était se mettre à dos tous les « sudistes » ... Le 24 septembre, pourtant, ordre est donné, par la Cour Fédérale au gouverneur Barnett, d'admettre l'inscription de Meredith à Oxford. Une escorte accompagne le jeune noir qui se présente pour la seconde fois à l'Université. Barnett tient bon et refuse de nouveau. Le 28, une troisième tentative est amorcée, mais la situation ne semble pas mûre, et le cortège armé rebrousse chemin avant d'atteindre l'Université, sur Qrdre de Washington. Le même jour, le gouverneur Barnett, convoqué devant la Cour d'appel de la Nouvelle-Orléans, pour s'expliquer sur son refus d'appliquer la loi ne se présente pas devant cette juridiction. Il est déclaré coupable d'outrage à magistrats et on lui donne jusqu'au mardi 2 octobre pour « répa- ' rer sa faute en obéissant aux ordres fédéraux ». Cependant, dans la journée de dimanche, 2.000 hommes des troupes fédérales sont acheminées sur Oxford., gu'elles investissent. Sous leur protection, Meredith se présente une fois de plus à l'Université, où on refuse de l'inscrire - non plus pour des raisons légales, mais parce que c'est le « jour du Seigneur ». L'écrivain Jacques Madaule parle de la tristesse que nous éprouvons de savoir que dans un pays comme les Etats·Unis, il y a un certain nombre d'Etats où les blancs soumettent à une expJ.oitation sans vergogne les noirs. Le général Walker •• Un amI • Mais il n'y a pas que les Etats du Sud. Jacques Madaule brosse l'effroyable tableau des « sIums » des grandes cités industrielles comme Chicago, où les noirs vivent dans un climat de profonde inégalité raciale dans tous les domaines de la vie. En dehors deS Etats-Unis, il est encore des pays où les noirs, qui sont en majorité, sont également soumis à cette affreuse exploitatioI! : « Pensez aux noirs de la Rhodésie, de l'Union Sud-Africaine, dp. l'Angola ! » « Il faut conclut·il, que tous les humanistes. qu'ils croient en Dieu ou n'y croient pas, se dressent contre cela. » Dans le monde de demain « il n'y aura de liberté, de démocratie et de paix que par tous les hommes et pour tous les hommes. .. louis ROUSSELLE (du Burea1t de la Ligue' de l'Enseignement) ({ Ces crimes contre l'esprit. ~) M. Louis Rousselle, membre du Bureall de la Ligue de l'Enseignement, avoue son plaisir d'accueillir les antiracistes dans cette maison : « . Nous nous associons de tout coeur à cette manifestation d'appui à tous ceux qui, dans le monde, ont obtenu qu'un éh~diant noir ait pu s'inscrire dans une IIOJvel'sité, où seuls les blancs prétendaient se réunir ... remercier les artistes qui, la plupal't du temps « au de participer à notre « veillée ). Leurs In.ter:~ntlOn~1 ont donné à cette soi rée un caractère partlcul1erement tendresse se sont succédé, grâce à eux, sur la scène du camedit avec de Dora de Little- Rock »; l'acteur TIACHIR TOURE a rythmé au tam-tam la bouleversante « Ballade cles cieux grand-pères » de Nicolas Guillen, tandis que RAOUL BLIRANDO clit le poème de Langston Hugues : « Blues du désespoir ». MICHEL PICCOLI, venu entre cieux répétitions au Théâtre de France, où il va jouer cc la Nuit a sa Clarté» de Christopher Fry, a lu trois poèmes antiracistes américains et la très belle page de Victor Hugo sur John Brown (Suite page 9.) E DWIN WALKER, ex-général de son état, est le type même du fasciste hystérique. Raciste, antisémite, il est aussi un forcené de l'anticommunisme. Il dirige le fameux mouvement fasciste américain, la " John Birch Society .. qui voit des agents communistes partout : elle trai la ainsi Eisenhower, Truman, Foster Dulles et de Gaulle! Tout récemment cette même organisation lança une compagne de soutien à l'O.A.S. et à Solon. La " John Birch Society .. travaille, par ailleurs en étroite relation avec le Ku Klux Klan et le partt nazi de /.incoln Rockwell. Ce qui suffit pour situer Edwin Walker. Issu des grondes écoles militaires des Etats-Unis, Walker parti cipa à la guerre de Corée, comme commandant du 9· régiment d'infanterie. Puis le gouvernement américain le nomma à Formose comme conseiller militaire du g'inéral Tchang Kai Chek. Promu général, il commandait la garde nationale de l'Arkansas, poste qu'on attribue habituellement pour des raisons politiques, quand éclatèrent les incidents de little-Rock. Walker se trouva alors placé devant un paradoxe. Il dut opposer ses troupes ou gouverneur Faubus qui refusait l'intégration raciale à l'universi é. De cette activité, il garde un profond remords : " A cette époque-là, j'étais du mouvais côté, Aujourd'hui, je suis à la bonne place ", a·til affirmé. Envoyé en Aliemagne en 1959, il commandait la 24· divisi.:n d'infanterie à Ausbourg. C'est alors que le Pentagone s'aperçut que Walker organisait et en doctrinait d'une manière ouvertement fasciste les troupes qui lui étaient confiées. On le réprimanda, mois il refusa de se soumettre et il quitta l'armée, comme un quelconque officier O.A.S. Devenu oisif, il consacra désormais le plus clair de son temps aux activités de la " John Birch Society». Au mois d'août, il se sigr 010 à l'attention mondiale en faisant une fracassante déclara ' ion à propos de la bataille de Stalingrad qu'il décrivit comme une plaisanterie montée par les Soviétiques pour. attendrir les Américains! Lors des incidents de l'Université d'Ox- Toutefois, une chambre lui est accordée. Mais le général Walker, et sa racaille raciste et fasciste sont sur les lieux. Ils excitent les blancs, injurient les « marshalls » et les fédéraux en civil. Ils frappent, se déchaînent. Des coups de feu éclatent. Un journaliste français, Paul Leslie Guihard est tué, lâchement, d'une balle dans le dos tirée . par un fasciste. Il y a deux autres morts, et des centaines de blessés. L'émeute dure toute la nuit. Le Président Kennedy, à vingt heures, s'était adressé à la nation américaine pour proclamer que force resterait à la loi. Des troupes étaient envoyées à Memphis, à 80 kilomètres d'Oxford, pour parer à toute éventualité. JO.ooo homme! red offi dis et , l ditl fi Ct ente ( la ( fois sur tes, enc( nén caut mob LE VISAG J AMES MEREDITH est entré dans l'histoir, dignité humaine. SymbOle d'un moment de a franchie seul, il l'a laissée ouverte pour ql puissent la franchir à leur tour. Un jour viendra l'aux » pour que les étudiants noirs américains pays. Les racistes s'étoufferont encore dans leur f et rien ne dit que les enfants et les petits-enfani nom de leur père et grand-père gravé au frontOl le Mississipi où, grâce à son action, étudiants noi mêmes bancs, fraternellement unis. James Meredith a vingt-neuf ans. Descendant une famille très pauvre. Son père, Moses Meredit heure pour travailler dans les plantations. Il regr et son rève était de voir ses propres enfants y acct eux sont entrés à l'université, les trois autres sent ne fut acquis qu'au prix de' lourds sacrifices. Mais rage. Le courage de son père se lit sur le visage ( James Meredith se s'est pas contenté de possé a normalement droit. Il a voulu franchir un nom homme supérieur aux autres, mais il estime que J un droit sacré. Il veut être un citoyen à part enti pays (il est sergent aviateur). Il' sert aujourd'hu assure et garantit l'égalité entre tous les citoyens. Il a pour lui la Loi, le Droit et Il Je la tranquille assurance de la victoire. En ces rel face de lui les sauvages s'agitent, hurlent et laissent voir le vrai Visage de la barbarie. L'hebdomadaire Il Jeune Afrique Il, du 7 octobre dernier a publié un texte de James Meredith. Celui-ci y explique les raisons de son action: Il Je suis né dans cet Etat et je sais dans quelles conditions le Noir vit: exploité, persécuté, humilié dans sa dignité, bafoué dans ses droits. Mais ce qui se passe ici est plus important pour l'Amérique que pour moi. de l'O.A.S. ford, il fut remarqué à plusieurs reprises, alors qu'il excitait de la voix et du geste, les commandos racistes. Accusé d'incitation à la rebellion et à l'insurrection, risquant une peine maximum de 20 ons de prison, il fut interné pendant quelques jours à i'hâpital psychiâtrique de Springfield. Toutefois, la caution exigée pour sa libération fut ramenée de 100.000 à 50.000 dollars et ses omis la versèrent rapidement. Le voilà donc de nouveau libre. ces vi~ pourq~ lurieuJ jamais si je s me rer. ligent ? « No donner tion du ma dé pour If l'attenti de 1'01- m'estim « Cel admis par exe raient ou Prin chais. Z'Univer que je « Cert vent, po suis ach à cette « CeT! me lync, cherchen Le gouverneur Barnelt LE~ est un plique n'a pas tre don évident de la C'est soixante sa perse ton .. tions que, mille Mereditf cial leur les cone guère culqua sons quelconq rieurs, ou plus Barneti paya bier baskett-université 1926 année Battu poste 7 ..... TÉ La victoire de James MEREDITH (Suite de la première page la Loi d'Etat. La Constitution du ;"lississipi, que le gouverneur Ross Barnett a juré d'observer et de défendre lors de son élection en 1959, prévoit en effet la ségrégation raciale dans les écoles (de même qu'elle maintient, dans un autre domaine, la « prc,hibition » de l'alcool qui date d'un autre âge). Or, il se trouve que la Constitution des Etats-Unis prime sur celles des Etats, qui jouissent par ailleurs d'une certaine autonomie. Pour en faire respecter la lettre, le Président des U.S.A. a non seulement le droit, mais le devoir d'intervenir, par le truchement des troupes fédérales et des tribunaux, chaque fois que sont violés les principes constitutionnels et les lois fédérales. En 1957, le président Eisenhower dut intervenir dans l'Arkansas contre le gouverneur Faubus qui prétendait interdire l'entrée des enfants noirs dans les écoles de Little-Rock. Jusqu'à présent, le Président Kennedy n'avait pas exercé dans ce domaine les droits dont il dispose. Mais le geste de .T am es Meredith lui posait un grave problème. Accepter de voir l'étl1diant rejeté de l'Université d'Oxford, c'était laisser bafouer la Constitution et perdre son prestige international. Intervenir, comme son devoir le lui commandait, c'était se mettre à dos tous les « sudistes )J. •• Le 24 septembre, pourtant, ordre est donné, par la Cour Fédérale au gouverneur Barnett, d'admettre l'inscription de Meredith à Oxford. Une escorte accompagne le jeune noir qui se présente pour la seconde fois à l'Université. Barnett tient bon et refuse de nouveau. Le 28, une troisième tentative est amorcée, mais la situation ne semble pas mûre, et le cortège armé rebrousse chemin avant d'atteindre l'Université, sur qrdre de Washington. Le même jour, le gouverneur Barnett, convoqué devant la Cour d'appel de la Nouvelle-Orléans, pour s'expliquer sur son refus d'appliquer la loi ne se présente pas devant cette juridiction. Il est déclaré coupable d'outrage à magistrats et on lui donne jusqu'au mardi 2 octobre pour « réparer sa faute en obéissant aux ordres fédéraux ». Cependant, dans la journée de dimanche, 2.000 hommes des troupes fédérales sont acheminées sur Oxford., qu'elles investissent. Sous leur protection, Meredith se présente une fois de plus à l'Université, où on refuse de l'inscrire - non plus pour des raisons légales, mais parce que c'est le « jour du Seigneur ». Walker •• Un • amI , E DWIN WALKER, ex-général de son état, est le type même du fasciste hystérique. Raciste, antisémite, il est aussi un forcené de l'anticommunisme. Il dirige le fameux mouvement fasciste américa in, la « John Birch Society» qui voit des agents communistes partout : elle traita ainsi Eisenhower, Truman, Foster Dulles et de Gaulle! Tout récemment cette même organisation lança une campagne de soutien à l'O.A.S. et à Salan. La « John Birch Society " travaille, par ailleurs en étroite relation avec le Ku Klux Klan et le partr nazi de Lincoln Rockwell. Ce qui suffit pour situer Edwin Walker. Issu des grandes écoles militaires des Etats-Unis, Walker participa à la guerre de Corée, comme commandant du 9· régiment d'infanterie. Puis le gouvernement américain le nomma à Formose comme conseiller militaire du g '~ néral Tchang Kai Chek. Promu général, il commandait la garde nationale de l'Arkansas, poste qu'on attribue habituellement pour des raisons politiques, quand éclatèrent les incidents de little-Rock. Walker se trouva alors placé devant un paradoxe. Il dut opposer ses troupes au gouverneur Faubus qui refusait l'intégration raciale à l'universi é. De cette activité, il garde un profond remords : « A cette époque-là, j'étais du mauvais côté. Aujourd'hui, je suis à la bonne place ", a·til affirmé. Envoyé en Allemagne en 1959, il commandait la 24· divisi.:n d'infanterie à Ausbourg. C'est alors que le Pentagone s'aperçut que Walker organisait et en doctrinait d'une manière ouvertement fasciste les troupes qui lui étaient confiées. On le réprimanda, mais il refusa de se soumettre et il quitta l'armée, comme un quelconque officier O.A.S. Devenu oisif, il consacra désormais le plus clair de son temps aux activités de la « John Birch Society». Au mois d'août, il se sigr 010 à l'attention mondiale en faisant une fracassante décla ra ' ion à propos de la bataille de Stalingrad qu'il décrivit comme une plaisanterie montée par les Soviétiques pour. attendrir les Américains! Lors des incidents de l'Université d'Ox- Toutefois, une chambre lui est accordée. Mais le général Walker, et sa racaille raciste et fasciste sont sur les lieux. Ils excitent les blancs, injurient les (( l11arshalls » et les fédéraux en civil. Ils frappent, se déchaînent. Des coups de feu éclatent. Un journaliste français. Paul Leslie Guihard est tué, lâchement, d'une balle dans le dos tirée par un fasciste. Il y a deux autres morts, et des centaines de blessés. L'émeute dure toute la nuit. Le Président Kennedy, à vingt heures, s'était adressé à la nation américaine pour proclamer que force resterait à la loi. Des troupes étaient envoyées à Memphis, à 80 kilomètres d'Oxford, pour parer à toute éventualité. ro.ooo hommes maintenant protégeaient James l\leredith qui, le lundi matin, était enfin officiellement inscrit à l'Université, tandis qu 'éclataient de nouvelles bagarres et des coups de feu. La loi l'a emporté. Et James Meredith a gagné. Difficilement, car les difficultés ne font que commencer. Tl a entendu le lundi son premier cours ( histoire des Etats-Unis à l'époque de la colonisation ») et c'était la première fois qu'un homme de couleur s'asseyait sur les bancs de l'Université. Les racistes. furieux, désemparés, ne sont pas encore revenus de leur stupeur. Le général Walker, arrêté, puis relaché sous caution, est toujours prêt à mordre et à mobiliser ses troupes de choc. Le gouverneur Barnett, in culpé, mais toujouri libre, pourra agiter l'arsenal des lois, qu'en vieil avocat il manie à merveille. Le KKK, les fascistes de Rockwell, les racistes invétérés, les imbéciles de tous les pays continueront de fai re briller dans leur nuit les croix de feu, tracer des croix gammées, exciter à la haine. Pourtant, l'exemple de J ame ;'1'eredith, le jeune civilisé au courage tranquille. aura galvanisé des millions d'hommes et de femmes pour qui le droit à la vie et à la dignité ne sont plus seulement des mots inscrits dans des textes, mais un fait réel. Courage 1.1eredith! nous sommes avec vous, dans ce noble combat dont vous venez dc sortir victoricux. LE VISAGE DE LA DIGNITE J AMES MEREDITH est entré dans l'histoire par la grande porte : celle de la dignité humaine. Symbole d'un moment de la lutte antiraciste, cE'tte porte qu'il a franchie seul, il l'a laissée ouverte pour que ses centaines de milliers de frères puissent la franchir à leur tour. Un jour viendra où il n'y aura plus besoin de (( fédéraux )) pour que les étudiants noirs américains entrent dans les universités de leur pays. Les racistes s'étoufferont encore dans leur fureur, puiS les générations passeront et rien ne dit que les enfants et les petits-enfants de James Meredith ne verront le nom de leur père et gra.nd-père gravé au fronton de cette université d'Oxford, dans le Mississipi où, grâce à son action, étudiants noirs et blancs prendront place sur les mêmes bancs, fraternellement unis. James Meredith a vingt-neuf ans. Descendant des esclaves du sud, il est né dans une famille très pauvre. Son père, Moses Meredith, avait dû quittE'r l'école de bonne heure pour travailler dans les plantations. Il regrettait d'avoir été privé d'instruction et son rève était de voir ses propres enfants y accéder. Il €:ut dix f.nfants. Sept d'entre eux sont entrés à l'université, les trois autres sent bacheliers. Inutile de dire que cela ne fut acquis qu'au prix de· lourds sacrifices. Mais le besoin de culture donne du courage. Le courage de son père se lit sur le visage du fils. James Meredith se s'est pas contenté de posséder la culture à laquelle tout homme a normalement droit. Il a voulu franchir un nouveau pas. Il ne· prétend pas être un homme supérieur aux autres, mais il estime que l'égalité entre tous les hommes est un droit sacré. Il veut être un citoyen à part entière. Il a servi dans l'armée de son pays (il est sergent aviateur). Il' sert aujourd'hui la Constitution américaine, qui assure et garantit l'égalité entre tous les citoyens. Il a pour lui la Loi, le Droit et la tranquille assurance de la victoire. En face de lui les sauvages s'agitent, hurlent et laissent voir le vrai visage de la barbarie. L'hebdomadaire Il Jeune Afrique », du 7 octobre dernier a publié un texte de James Meredith. Celui-ci y explique les raisons de son action: Il Je suis né dans cet Etat et je sais dans quelles conditions le Noir vit: exploité, persécuté, humilié dans sa dignité, bafoué dans ses droits. Mais ce qui se passe ici est plus important pour l'Amérique que pour moi. de f'O.A.S. ford, il fut remarqué à plusieurs reprises. alors qu'il excitait de la voix et du geste, les commandos racistes. Accusé d'incitation à la rebellion et à l'insurrection, risquant une peine maxim um de 20 ans de prison, il fut interné pendant quelq ues jours à j'hôpital psychiâtrique de Springfield. Toutefois, la caution exigée pour sa libération fut ramenée de 100.000 à 50.000 dollars et ses amis la versèrent rapidement. Le voilà donc de nouveau libre. I( Je regarde autour de moi et je vois ces regards haineux, ces gestes insultants, ces visages révulsés. Je ne comprends pas pourquoi mes camarades de classe sont furieux contre moi. Qu'ai-je fait? Ont·ils jamais essayé de me connaître ? De ' voir si je suis différent d'eux? Si ma couleur me rend plus stupide qu'eux, moins intelligent ? ( Non, je n'ai aucune 'Ï!ntention d'abandonner l'Université. Même si cette situa· tion durait des mois. Si j'ai contribué, par ma détermimation à mener le combat pour le respect de mes drOits, à susciter l'attention du peuple américain d'abord. de l'opinion mondiale ensuite, alors je m'estimerai satisfait. (( Certes. j'aurais pu demander à être admts dans une autre Université, au nord par exemple. Plusieurs d'entre elles m'auraient accepté. Mais ce n'est pas Harvard ou Princeton ou Columbia que je recherchais. C'est l'Université du Mississipi, l'Université de mon Etat, de cette terre que je ':~e veux pas abandonner. ( Certaines (( âmes charitables )) m'écrivent, pour me demander pourquoi je me suis acharné à demander mon inscription à cette Université. (. . .) « Certains me disent qu'on finira par me lyncher. Je ne suis pas de ceux qui cherchent à devenir des martyrs. (( J 'aime trop la vie et j'ai un.e petite famille qui n'a que moi pour subvenir à ses besoins. Mais je pense que si tel est le sort qui m'attend, non pas parce que j'ai tué ou violé une femme, mais parce que Dieu m'a créé Noir, alors je vOudrais répéter que je n'ai pas peur. (( Cetie fouie hurlante qut m'a menacé durant ces derniers jours, est malade. Elle est malade parce qu'on l'a rendue irration· n olle et parce que trop longtemps nos dirigeants n'ont rien voulu faire, ou ont fait si peu pour que nos droits et notre dignité soient respectés . (( Et je ne peux PClS m'empêcher de me demander cOmment nous pouvons prétendre défendre la cause de la liberté dans le monde alors qu'elle est constamment bafouée chez nous. Je plains souvent ceux qui do:vent soulever cet étendard et le défendre ... )) Le gouverneur Barnett · «GOTT MIT UNS 1 » LE gouverneur Ross Barnett, qui est le plus farouche adversaire de James Meredith avec le général Walker, est un " Sudiste» de na issance, ce qui explique son aliénation mentale. Certes, on n'a pas osé, comme son complice, le mettre dans un asile de fous : mais il est évident que le cas de Ross Barnett relève de la pure psychiâtrie. C'est un robuste bonhomme, âgé de soixante-quatre ans, corpulent et imbu de sa personnalité. Son" mouvement de menton » qui ponctue chacune de ses déclarations est célèbre dans le Sud. Il se trouve que, comme Meredith, il est issu d'une famille pauvre de dix enfants. Si le père de Meredith fit tout pour élever le niveau social de ses propres enfan's, en dépit de leur état de nègres, celui de Barnett, dont les conditions matérielles ne dépassaient guère celles des anciens esclaves noirs inculqua aux siens des principes curieux : sans argent, ni intelligence, ni moyens quelconques, ils sont tout de même supérieurs, parce que blancs, au plus riche et au plus intelligent des noirs. Barnett, il faut le dire, travailla dur. Il paya ses propres études en faisant le barbier ou le portier. Jouant parfaitement au baskett-ball, il entra facilement dans cette université du Mississipi dont il sortit en 1926 avec un diplôme de droit. Depuis cette année là, il exerce le métier d'avocat. Battu deux fois aux élections pour le poste de gouverneur du Mississipi, il acquit une certaine notoriété parmi ses concitoyens en 1956, grâce à un reter;tissant procès qui se déroula dans le Tenessee : il y défendait un groupe de blancs poursuivis pour violences envers ries noirs au cours d'incidents ségréga :ionnistes dans une é:ole. Devenu le porte-drapeau des « conseils des citoyens » qui affirment la suprématie de la race blanche, il fut élu E,n 1959, grâce à leur appui. Le gouverneur Barnett possède deux armes essentielles dans son combat : la Bible r:t lé Droit. Il les utilise d'étrange façon. Pendant la campagne électorale de 1960, il s'écria : « Dieu était le premier ségrégationniste. il nous a fait blancs, parce qu'il nous voula it blancs, et il entendait que nous le suivions dans cette voie ". Sur le plan du Droit, il n'hésite pas à comparer l'intégration raciale à un génocide

" Nous ne boirons pas à la c '~upe

du génocide. Il n'existe pas de cas dans l'Histoire où la race blanche ait survécu à l'intégration raciale ". Il n'hésite pas à dire, non plus, que l'intervention des autoités fédérales au Mississippi: piétine la souveraineté de ce grand Etat .. et " détruit la Constitution .. des Etats-Unis. Borné, stupide, en retard sur son époque et marchant à nrands pas dans le sens contra ire à celui de l'Histoire, le gouverneur Barnett est prêt à recommencer la guerre de Sécession. Plaignons les êtres ds sa sorte. La . / sOiree du Théâtre Récamier (Suite de la page centrale) paix mondiale sera bouché ". affirme-t-il. En ce qm concerne les Etats-Unis, la :' 5- sistance des noirs est devenue telle qu'on risque de voir une sorte d'Alg'érie noire s'installer au coeur de l'Amérique blan· che. Alors, cenclut M. Obama, « Attention Amérique ! » Pierre VIDAL-NAQUET: {( Face au fasc isme, nous sommes tous des « bicots » '" Le professeur Pierre Vidal·Naquet s'efforce de t irer les trois leçons que nous imposent les événements du Mississippi. La première leçon est cell€' que nous ' onne J ames Meredith lui·même. Il au· Quelc;u ~s in sta ntan És de la so irée. De ha ut en bas M" David LAMBERT, de la Ligue des Droits de l'Hamme ; MM. Poul 'rEITGEN, ma ître de req uêtes au Conseil d' Etat ; Jacques ARNAULT, rédacteur en chef de « La Nouvelle Critique» ; le professeur Pierre VID'AL-NAQUET ; l' hi storien Jacques MADAULE. rait fort bien pu s'inscrire dans une Université du Nord, où les noirs peuvent ent rer, ou méme, dans son propre Etat, ent rer dans un collège réservé aux étudiants de couleur. Il ne l'a pas voulu, parce qu'il estimait qu'il était chez lui dans le Mississippi et qu'il pouvait prét endre au droit de s'inscrire dans l'Université de son choix, comme un l'ibre citoyen . La seconde leçon est à chercher chez les adversaires de James Meredith . Qui sont-ils ? Cette société blanche qui r efuse de laisser pénétrer les noirs dans son sein, nous la connaissons. Nous l'avons vue à l'oeuv,re en Algérie. Entre les hommes de l'O.A.S, et les blancs fanatisés du Mississippi, il y a plus d'un rapprochement à faire. D'ailleurs l'un des génér aux sur lesquels comptait le général Challe pour mener son action n'est autre que le général Walker. La troisième leçon est française : il y a un a n , le 17 octobre 1961 les Algériens ont demandé, au coeur de Paris, leur droit à leur propre dignité. On sait comment la police a répondu : deux cents morts par strangulation, noyade et coups ... Mais le général Walker est dans un asile de fous. Où sont les responsables du mas· sacre du 17 octobre? EÙfin, rappel'ant que le fascisme veille, le Professeur Vidal-Naquet lance cet avertissement

« Sachez que devant le fas·

cisme, nous sommes tous des " bicots ». Me David LAMBERT (au 11 (1711 rie la L ique ries Droits de l'H o'lIl/lI e) « Une lutte pour la liberté. » Au nom de la Ligue des Droits de l'Homme, qui vient de publier une motion votée à l'unanimité par son Comité Central, se r éjouissant que' la nouvelle manifestation du racisme ait été tenue en échec par le gouvernement américain, M' David Lambert affirme : « Ce fanatisme, ce racisme est à l'oJlposé de ce qui est à la base de notre action : la lutte pour la liberté. La nremière des libertés c'est celle de vivre. -'C'e~t la possibilité d'être complètement soi·même. » Développant une pensée de Camus : ({ Ce n'est pas si facile qu'on croit d'être un h.omme libre », M' Lambert démontre que le combat pour la liberté est une tâche exténuante et, comme l'affirmait l'écrivain, ceux qui consentent à ne pas s'y livrer pendant une mi:lUte ne méritent pas le nom d'homme. C'est dans cet esprit que nous devons soutenir la lutte de Ja· mes Meredith pour la liberté. William-Gardner SMITH; « Une invention diabolique. » L'écrivain américain William-Gardner Smith, conte avec beaucoup d'humour l'histoire suivante, qui a donné lieu à un roman. Un savant avait découvert une substance qui permettait aux nègres de devenir blancs, avec des yeux bleus et des cheveux blonds. Dès que ce produit fut répandu, une certaine panique s'empara des blancs. Tout être aux yeux bleus et aux cheveux blonds était suspect d'être un nègre. Aussi les bl'ancs se firent teindre les cheveux en noir, et s'employèrent à brunir leur peau, afin qu'on ne puisse pas les confondre avec les noirs devenus blancs. Alors le savant poursuivit ses re· cherches et trouva une substance qui permettaient aux blancs de devenir noirs. Ce qu'ils firent, et depuis ce jour-là, tous les blancs étaient noirs et tous les noirs étaient blancs ... Ce petit conte quasi philosophique, s'il mit en joie l'assistance, prouve que les questions racial'es ne s'appuient que sur des préjugés. Sur un autre ton, William-

~ "\~...,......

! TROIS TÉLEGRAMMES ~ Dès que fut connue la demande ,~ d'inscription de J ames Meredith à l'Université d'Oxford, le M.R.A.P. ~ a envoyé le 28 septembre aux ~ E tat s-Vnis les trois t élégrammes ~ suivants: ~ du Président des E tats-Unis " A u nom op1l1!On antiraciste française profondément émue affa ire l ames Mer edith, exprimons r.espedueusement espoir toutes mesures seront pri ses pour triomphe justice et humanité contre haine raciste déchainée. A James Meredith : ~ Au nom Optn lOn antiraciste ~ française unanime, vous expri- ~ ~ mOI1S chaleureuse sympathie et ~ ~ encouragements. Au gouverneur Ross Barnett Au nom idéaux communs et amitié nos deux peuples, opini.on t égration . J ~m~s Mere9ith .uni~er-l . s ite MISS ISSippi et arr et d echamements racistes. ,192.168.254.42 Aux antiracistes américains Voici le textE' de la motion adoptée à l'unanimité par les participants, il l'issue de la soirée : REUNIS le 5 octobre ou Théât re Réca mier à l'a ppel du M.R.A.P ., nous ad ressons notre salut fra ternel aux Noi rs des Eta ts- Unis et aux Blancs de plus en plus nombreux qui mè nent en commun, dans de d ures condit ions, une lu tte quotidienne contre la ség réga tio n, les d iscriminations et les décha îneme nts crimine ls du ra c isme. Sûrs d' inte rprét e r l'émotion de l'immense maj orité des François, nous ex primons en particulier notre sympathie chal e ure use à l'étudiant James Me redith Qui , e n tenant tête à la meute des raci stes a sso iffés de song, donne un exemple extra ord inaire de courage et de dignité humaine. OPPOSES à toutes les manifestations' du ra c isme e t condamnant avec vigueur ce lles qui se prod ui sent dans notre propre pays, nous sommes consc ients qu' il est du devo ir de choque homme d'ex iger partout le respect de s es semblabl es, que lle que so it la coul eur de, leur peau, leur origin e ou le ur confess ion . C'est pourquoi, approuvant les di spositions énergiques prises par le Président des Etats-Unis pour permettre l'entrée d'un étudiant noir à l' université d 'Oxford, nous souhaitons ardemment que, dans les délais les plus rapides, l'intégration scalaire devienne une ré al ité pour toute la jeunesse su r l'ensemble du territoire américain et que les barriè res de races y so ie nt abattues résolument clans tous les domaines de la vie sociale. COMBATTANTS amé ri cains de la fraternité, vas e ffo rts pati ents et vigou reux, votre obstination à vaincre les obstacles de toutes sortes, vos premiers succès rempcrtés cantre les forces obscures du passé, nous apportent le ferme espoir que vous saurez imposer dans le pays de Washington et de Lincoln l'égalité véritable de taus les citoyens. Combattants amé ricains de la fraternité qui bra ve~ avec tant de vaillance les brimades et les in sultes, les violences et la pri son, les ge ns de coeur du monde e ntier vous admirent et vous soutiennent. Combattants américains de la fraternité , nous sommes à vos côtés, votre lutte est in séparable de la nôtre ! Gardner Smith évoqua ensuite la dure lutte des antiracistes américains pour le triomphe de leur cause. M. Paul TEITGEN Maître des requêtes au Co nseil d'Etat : « Avoir le courage d'être seul, » M. Paul Teitgen, Maître de requêtes au au Conseil d'Etat, saluant James Meredith, admire son courage. « Il faut, dit-il, avoir le courage d'être seul dans une ac· tion décisive. » Pour appuyer son affirmation, il conte une expérience personnelle. Le' 11 novembre 1942, il se trouvait dans une vdlle française de 120.000 habitants. Radio-Londres avait demandé aux Français de manifester ce jour-là, dignement, contre l'occupant nazi, et notamment de se regrouper sur les places ou dans les églises. Lorsqu'il s'est présenté, le matin de ce 11 novembre, à l'a porte de l'église, il a constaté qu'il était tout seul. De même, aujourd'hui, le combat courageux de James Meredith peut paraître sans espoir. Mais ce n'est qu'en apparence qu'il est solitaire. Comme celui de la Résistance, ce combat portera ses fruits . Jacques ARNAULT Rédacteur en chef de « La N ouvelZe C1'itique » : « Qu'est-ce que la civilis,tltion ? » M. Jacques Arnault, dans une intervention fort documentée va développer ce thème: « Qu'est-ce que la civilisation-? » « On dit que la télévision est un moyen redoutable, lorsqu'elle met à nu , la vérité. Dans ce cas précis, la vérité a passé le petit écran lorsque nous avons vu évoquer les incidents du Mississippi. Nous y avons d'abord vu le visage de James Meredith, calme, serain, empreint d'une force intérieure sans pareille. Nous avons vu aussi des foules blanches, dans un stade, hystériques et hurlantes. Sur le visage de l'homme noir nous avons vu la culture et la civilisation. Sur ceux des femmes et des hommes blancs nous lisions l'inculture et la barbarie. » Le président Kennedy, dit encore Jacques Arnault, s'est résolu à envoyer la force armée pour faire appliquer la loi dans le Mississippi. C'est bien d'employer les armes pour faire admettre un jeune noir dans une Université. Mais si le président Kennedy est poussé dans son geste par des considérations électorales et de politique étrangère, c'est moins bien. Nous aurions préféré que cet emploi des armes fut sincère et spontané. Evoquant ensuite le discours du général de Gaune parlant des « pays qui s'ouvrent à la civilisaticn », Jacques Arnault s'étonne et demande de quelle civilisation le chef de l'Etat veut parler. Est.ce la « civilisation » qui a provoqué la mort de 90.000 Malgaches, de 300.000 Vietnamiens et 700.000 Algériens ? Or la civilisatio.n malgache, la civilisation vietnamienne et l'a civilisation arabe comptent parmi les plus anciennes et les plus riches qui soient. « L'inculture et la barbarie vont de pair avec le racisme », conclut·il. Le pasteur Maurice VOGE : « Quand 'un homme souffre de J'inj'ustice, nous sommes tous menacés. }) « Nous avons appris, dit le Pasteur Voge, que chaque fois qu'un homme est lnjustement traité parce qu'il a une certaine couleur de peau, une certaine race, une éertaine nationalité, une certaine idéologie, c'est chacun de nous qui est menacé. Lorsqu'un homme 'souffre de l'injustice, lorsqu'un homme souffre du racisme, nous sommes menacés avec lui. Nous ne serons débarrassés de l'injustice et du racisme que lorsque nous aurons combattu avec cet homme jusqu'à la victoire. » « Nous sommes heureux de voir dans cette lutte qui se poursuit aux Etats-Unis un grand aspect de dignité, dit-il' encore. Les noirs sont prêts à payer pour leur dignité. Comment ne serions-nous pas solidaires de ces hommes capables, sans violence, de dominer le mépris des autres hommes ? Cette attitude paye : ce sont les hommes blancs qui s'énerverit et se jettent dans la violence désespérée... ,. Edouard GLISSANT (Pri:;; 1 héophraste-Renaudo t) « Nous sommes tous responsables. }) Au nom des Antillais vivant en France, l'écrivain Edouard Glissant salue les noirs américains en lutte : « Nous sommes, déclare-t-il, Antillais ou noirs américains, issus du continent africain par suite de la traite des nègres. Il semble qu'il y ait une sorte de fatalité qui pèse sur ces cent cinquante millions d'êtres déracinés au cours des siècles. Les nègres d'Amérique s'évertuent, en employant toutes les armes qui sont en leur pouvoir pour qu'on leur reconnaisse le droit d'être des citoyens américains, droit qu'on leur déuie. Chacun veut être réellement ce qu'il est et il est normal que les noirs américains, vivant dans un milieu intégré revendiquent la qualité de citoyen, sans préjuger de leur qualité de nègre. « Les peuples antillais, eux, cherchent à être ce .qu'ils sont, alors qu'on s'évertue à en faire ce q~'ils ne sont pas. Nous vou· Ions être ce que nous sommes, des peuples qui aient le droit de décider de leur nationalité, de leur avenir, de leur dignité )). Et il conclut : « Ce combat, bien que ses Objectifs soient différents du nôtre, est le même que le nôtre. Nous sommes tous responsables, dans le monde d'aujourd'hui, et il n'y a pas lieu de fuir nos responsabilités. » DES MESSAGES De nombre,uses personnalités, qui n'a vai ent pu être pré,entes à la soirée, avaient adressé des messages de sympathie, qui ont été lus à la tribune. Ce sant : MM. Marius MOUTET, Emile CLAPAREDE, Jean PIERRE- BLOCH, Edmond MICHELET, Albert GAZIER, anc iens ministres , Waldek L'HUILlIER, sénate ur ; Claudius PETIT et André DILIGENT, députés ; René CASSIN, membre du Conseil Constitutionnel; le chanoine B. LALANDE, délégué général de Pax Christi ; Jacques MITTERAND, Grand Maître du Grand Orient de France ; des. écrivains VERCORS et Jean-Jacques BERNARD, les professeurs ETiEMBLE, Roger' HEIM, MarceJ PRENANT et Poul CHAUCHARD; l'Abbé ,PIERRE; Me Henry TORRES; Alexandre IKAMENKA ; Adolphe ESPIARD; Mme Morcelle ALBERT -MARQUET, ainsi que S.E. André MINTSA, ambassadeur du Gabon et le Consul à Paris de la République Malgache. LU - VU - ENTENDU


~----- 9
  • LA RAISON D'ETAT

(Editions dlr' Minuit) LORSQUE la vérité fait mal, il faut saluer le courage, l'obstination de ceux ou de celui qui persistent à vouloir clamer cette vérité, envers et contre tout. Les documents et les textes - tous authentiques est-il besoin de le souligner - présentés par Pierre Vidal-Naquet sous l'égide du Comité Maurice Audin, ont la sécheresse du couperet. Bien des choses sont connues maintenant sur la guerre d'Algérie, qui étaient tues' par les autorités ; mais ce que ce livre de 328 pages, bourrées de notes, révèle sur le processus inexorable de la « gangrène », tant en Algérie qu'en France même. bien peu de Français en avaient connaissance. Pierre Vidal~Naquet a fait oeuvre d'historien . Mais cette Histoire, qui est la nôtre, est toujours là, vivante, ses multiples acteurs n'ont point disparu de la scène et c'est pourquoi ce livre est capital. Pour beaucoup l' « affaire algérienne », selon l'expression consacrée, est désormais close. La ' jeune République ne vient-elle pas cr-être admise dans le concert international ? C'est oublier que nous n'avons encol'e rien fait dans notre pays pour extirper le mal. Tant que ceux Qui sont mis en cause par le rapport -de M. Wuillaume (2-3-1955), par le rapport de M. Mairey sur la Police en Algérie (1:~-I2- 195.';)' par le rapport de Me Maurice Garçon (12-6-19.~7). par le rapport du Gouverneur Général Delavignette (21-7- J9 .~7) pour ne citer que les plus anciens. auront toujours des fonctions d'autorité, tant flue les autorités officielles n'auront pas publiquement dénoncé, et les tortures et les responsables, les pires dangers sont à craindre. Le livre de Pierre Vidal-Naquet déborde largement son objet : une fois ces documents irrécusables lus. le lecteur. et il faudrait que ce fÛJ chaque citoyen. est amené à se poser des questions : comment tout cela a-t-il été rendu pos sible ? Pourquoi ? Pierre Vidal-Naquet ne pose ni ne répond à ces questions. Dans le cadre de son ouvrage il ne-lui était l)as possible de le faire, ou alors trop brièvement. Le régime colonial, le racisme constituent sans conteste possible les clefs des réponses. le racisme surtout. le racisme essel)tiel1ement. Le régime colonial L'art au service de la fraternité (Suite de la page centrale) ( ... Je sltpplie à ·mains jointes, avec un respe'Ct profond et filial, cette ill1fStre république américaine d'aviser att salltt de la loi morale l-tniverselle, de smwer John Brown de jeter bas le menaçant échafaud dit 16 décembre, et de ne pas permettre que, sous ses yeux, et, j'ajonte en frémissant, presqlte par sa falûe, le premier fratricide soit dépassé, Oui, qulr' l'Amériqlte le sache et y songe, il y a quelque chose de plus effrayant que Caïn tuant Abel, c'est Washington tuant Spartacus. ») Enfin RENE-LOUIS LAFFORGUE, avant de chanter sa chanson antiraciste « Le Grand Manitou », l'a présentée ainsi : « le suis né par inadvertance en Espagne, de parents français. Quand je suis sorti des jupes de ma mère, j'ai l'encontré de-s petits garçons de mon âge qui me disaient, très gentiment d'ailleurs

« Sale Français, retourne chez

toi, tu viens manger notre pain. » Ça m'a mis la pltce à l'oreille. « Et pltis ie suis arrivé en France- et ie me suis dit : « Je sltis ,tranquille, je SIt1S chez moi. » jl1alhelweusement je ne parlais pas l-tn traitre mot de français. Quand j'ai pu assimiler les finesses de la langue française, ce fltt pour entendre les J2ropos de garçons de mon âge qui me disaient : « Sale Espagnol, retourne dans Ion /a',s, fit viens mange'r flotre pain ... » Ça m'a encore mis la puce à l'oreille. « Puis est arrivé 19.'9, et le grand triomphe de 40. l'avais la tête que j'ai. le suis Basque et les Basques ont un grand tlez. Période étrange! On me disait constamment : « Alors youpin, et toi t'es ras dans le 4e compartiment? Et ton étoile? C'est pas sérieux ... » On 1I-te prenait pOl~r un juif ... « C'est ce q~ti m'a incité à écrire cette chanson... ~ étant en définitive une supra-structure qui repose sur le racisme. Par souci d'objectivité, parce que sans doute il considère le « racisme » comme un élément « passionnel » qui ne doit pas entrer en ligne de compte dans une oeuvre comme celle-ci, l'auteur n'a jamais souligné cet aspect. Pourtant l'Etat ne s'est pas fait faute d'en user et d'en abuser. Combien d'antiracistes sincères, de démocrates, de républicains n'ont-ils pas été ébranlés par les récits enthousiastes sur « la fraternisation » ? Ce Qui est proprement épouvantable, et que met en lumière « La raison d'Etat », c'est non seulement « le pourrissement » des personnels civils et militaires durant ces 7 années de guerre. mais la carence des pouvoirs devant le développement de méthodes qui furent pourtant solennellement condamnées par les plus hautes instances internationales après la victoire des peuples sur l'hitlérisme. Le rapport de M. le Gouverneur Général Delavignettc. membre de « la commission de Sauvegarde des Droits ct Libertés individuels » créée le 7 mai J9S7 par le gouvernement Guy Mollet, rapport en date du 2I juillet 1957, contenait ces lig-nes : « Les personnels militaires et ch'ils qui se laissent hapner par l'engrenage du contre-terrorisme reviendront un jour dans la métropole. Croit-on qu'elle les délivrera de l'automatisme qu'ils auront contracté en Alg-érie et qu'ils retrouveront les principes qui font l'honneur de leur arme ou de leU!' administration ? » C'était prévoir et le T:~ mai et 1'0. A.S. Si ces documents avaient été rendus publics en temps voulu" nul doute que la République en fût sortie grandie. Tant il est vrai que la vérité, si cruelle soit-elle. vivifie la démocratie tandis que la raison d'Etat. instaurée comme un principe permanent. abuse le peuple et ouvre toutes grandes les portes à l'aventure. Armand DYMENSTAIN.

  • MIL A 18, par Léon URIS (Laffont).

Le nouveau roman de Léon Uris « Mila 18 » (Laffont) a pour cadre la Pologne et plus précisément le ghetto de Varsovie pendant la dernière guerre mondiale. Excessivement romanesque et ne s'embarrassant pas de subtilités psychOlogiques, ce gros volume n'est pourtant pas dépourvu des qualités généralement indispensables à ce genre d'ouvrage, le « best-seller» dont le public américain est friand par défini· tion. L'auteur de « Mila 18 », en effet, a le don de la vie et sur ce point son livre est comparable, par la mUltiplicité de ses personnages et de ses péripéties à ses précédentes {( superproductions », « Le cri de la victoire l' et (4 Exodus ». De plus, il faut souligner que la dernière partie de son livre qui a trait aux événements tragiques et glorieux d'avrilmai 1943 ne manque ni de vérité ni de puissance. En somme, malgré certaines insuffisances ou complaisances sur le plan littéraire, Léon Uris, porté par son sujet, se montre ici le digne chroniqueur de l'extraordinaire fait d'armes que fut la révolte du ghetto de Varsovie. Guy BAUDIN. V O ICI UN dEU A NTIRACISTE l'histoire de l'Afrique Un antiraciste conséquent se doit de connaître parfaitement certaines notions de géographie, d'histoirE', de biologie... Nous vous proposons à partir du présent numéro un petit j •• u-test (puisque c'est la mode) qui vous permettra, chaque mois, de vérifier vos connaissances ou de les approfondir. Nous vous donnons la définition d'un certain nombre de termes, ou certainE's déclarations d'hommes célèbres, ou encore, l'exposé de faits précis. /1 est évident que ces définitions, déclarations ou faits sont vrais ou faux. A vous de le discerner. Comptez-vous un point à chacune de vos réponses justes. Si vous obtenez dix points, vous êtres non seulement un érudit., mais un antiraciste bi.", armé pour la lutte. De neuf à six points, c'est encore très honorable. Cinq points, c'est la moyenne et vous avez besoin d'une bonne révision de vos connaissancE's. De quatre à un, hum 1 Zéro, n'.'n parlons plus, el' attendez le questionnaire suivant pour prend1'e votre revanche ..• Mais vous pouvez toujours « coller» vos amis (SOLUTION EN PAGE 1 0,) VRAI FAUX 1 Le GHANA était, al! Mo:yen-Age, le litre (/'UI1 souveram. 2 3 4 5 Les SARAKOLLE ont une his,toire plus ancienne · que les Allemands. Les PEULS, qui habitent en Afrique occidelltale sont des descendants des Hébreua,-. Le MALI était le nom d'un empereur. Le FOUTA-DJALON Nt lm des hauts volcans dit lapon. & 7 Le royaume de GAO était lm 'protectorat por,tugais au~; Indes. BENIN, petit village insignifiant de Cninée 011 s'arrêtèrent des voyageurs au XV· siècle, a donné racine à l'adjectif « bénin ». a 9 Le « commerce triangulaire » qui a fait la for-· tune de Bordeau..r aHX XV Ile et XVIII' siècles consis,lait surtout en lexPortation d'instr'uments de -musique, essentiellement des triangles. 10 Jules Ferry a déclaré : « Les races st~périeures ont un droit vis-à-vis des races infé·rieures. ». Les « VILLAGES DE LIBERTE» fondés ait Soudan par Gallieni étaient destinés à donner asile aux captifs noirs évadés. 4 PROPOS Of « THfRESf DfSQUftROUX» Un antisémitisme de bonne ., , SOciete IL Y a quelque temps, dans un de ses fameux « Bloc-notes », M. François Mauriac écrivait: (( Le tribut de chair humaine que la communauté juive a pa:yé, nous ne l'oublierons jamais, le monde entier en est demeuré frappé d'horreur. » Et il ajoutait : « Ne croyez pas que cette horreur soit révolue, ne croyez pas que le nombre des ' martyrs de naguère ait diminué, si peu que ce soit, celui des bourreaux en puissance. Ils ont appris à se taire. Leur haine est devenue ce démon muet qui se garde bien de dire son nom : cette haine est plus redoutable peut-être depuis qu'elle est refoulée. Un voisin de campagne m'assure que dans des gentilhommières, il se trouve de bonnes ge."lS pour porter en secret le deuil d'Eichmann. La croix gammée a reparu sur les murs : cette araignée gorgée de sang des juifs et qui jeûne depuis bientôt vingt ans. » A ce propos et puisque l'excellent film de Georges Franju, « Thérèse Desqueyroux » est actuellement présenté, avec un grand 'succès, sur les écrans parisiens, signalons que ce roman de François Mauriac - et le film aussi - insiste sur cet antisémitisme de bonne société, fréquent dans les « gentilhommières ». Que l'action de « Thérèse Desqueyroux » se déroule avant Eichmann ' (le roman) ou après (le film), la « bonne société » décrite par l'auteur du « Noeud de ' Vipères » s'y montre profondément antisémite. Si l'on refuse d'admettre dans une de ces familles le jeune Azevedo, ce n'est pas seulement parce qu'il est malade . .c'est surtout parce qu'il est d'origine juive. Lisez d'ailleurs ce passage où s'opposent Thérèse et son mari Bernard Desqueyroux : « ••• Comme Bernard déclarait être bien tranquille, du moment qu'elle avait pris l'affaire en main, la jeune femme lui demanda pourquoi ses pare."lts étaient hostiles à ce mariage. Il crut qu'elle se moquait de lui, la supPlia de ne pas cam men cer à soutenir des paradoxes: « - D'abord tu sais bien qu'ils sont juifs : maman a connu le grand-père Azévéda, celui qui avait refusé le baptême. « Mais Thérèse prétendait qu'il n'y avait rien de plus ancien à Bordeaux que ces noms d'Israélites portugais: POESIE: UNE HEUREUSE INITIATIVE « - Les Azévédo tenaie."lt déjà le haut du pavé lorsque nos ancêtres, bergers misérables, grelottaient de fièvre au bord de leurs marécages. LA pOésie est généralement mal servie par l'édition. La France compte des milliers de poètes qui rêvent de se voir édités, mais n'y parviennent guère, quelle que soit la qualité de leurs oeuvres. Mais il arrive que les pc.ètes se groupent et fassent paraître, souvent à leurs propres frais - et toujours dans des condi· tions financières terribles - une revue. Ces petites revues, mal connues, prolifèrent, surtout en province. Nous nous faisons un plaisir d'E,n signaler au moins une à nos lecteurs. Il s'agit d'« ELAN POETIQUE ET LITTERAIRE» (1), dont le numéro 18 (mai-juin 1962) est consacré au racisme. Dans le numéro précédent, son ani· mateur, Louis Lippens, avait écrit : « Ceux qut croient en la Fraternité des races ne sont pas seuls au monde et la poètes seront d'accord avec Michel Beau, pour dire: Qu'importe ta peau, qu'importe ta race, Tes aspirations, ta langue, ta toi, Tout cela vois-tu n'est que carapace, Et je tends la main si tu viens vers moi. « Il faut briser les chaînes de préjugés qui écrasent l'huma"lité. Un auteur, dont j'ai oublié le nom, a écrit: « Je n'ai q'une patrie : la vie ». N'est-ce pas là une excellente devise pour tous les terriens que nous sommes? ». Cet article valut à la revue, une correspondance tellement abondante, que le numéro suivant fut presqu'entièrement consacré au racisme, sous ce titre : « Tout homme épris de poéSie est opposé au racisme l). Parmi leg très beaux textes pu· bliés, nous avons choisi celui-ci, de Max Jacob, intitulé : « Amour du prochain » : « Qui a vu le crapaud traverser une rue? c'est u·n tout petit homme: une poupée n'est pas plus minuscule. Il se traîne sur les genoux : il a honte, on dirait... ? Non! il est rhumatisant, U"le jambe reste en arrière, il la ramène! où va-t-il ainsi? il sort de l'égout, pauvre clown. Personne n'a remarqué ce crapaud dans la rue. Jadis personne ne me remarquait dans la rue, maintenant les e,"lfants se moquent de mon étoile jaune. Heureux crapaud! tu n'as pas d'étoile jaune ». (1) Animateur, Louis Lippens, 31, rue Foch, Linselles (Nord). Revue trimestrielle, abonnement annuel : 6 NF ; abonnement de soutien : 10 NF - C.C.P. 1978·31 Lille. « - Vo:;ons, Thérèse : ne discute pas pour le plaiSir de discuter ; tous les juifs se valent... et puis c'est une famille de dégénérés, tuberculeux jusqu'à la moelle, tout le monde le sait. (( Elle alluma une Cigarette, d'un geste qui toujours avait choqué Bernard : « - Rappelle-moi donc de quoi est mort ton grand-père, ton arrière-gra"ld-père ? Tu t'es inquiété de savoir, en m'épousant, quelle maladie a emporté ma mère ? Croistu que chez nos ascendants, nous ne trouverions pas assez de tuberculeux et de syPhilitiques pour empOisonner l'univers ? « - Tu vas trop loin, Thérèse, permetsmoi de te le dire ; même en plaisa"ltant et pour me faire grimper, tu ne dois pas toucher à la famille. » «JORGEN DE DANEMARK» A REIMS ET A LILLE L'opéra « Jorgen de Danemark », dont Pierre paraf a écrit le livret, et dont la musique est de René Challa"/" premier Grand Prix de Rome, poursuit sa carrière, commencée l'an dernier. Il sera représenté à Reims les 20 et 21 octobre, puis à Lille le 6 décembre. Nous lui souhaitons beaucoup de succès. 10 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES 2 MILLIONS SERONT ATTEINTS, MAIS ... Il faut poursuivre l' effort NOTRE appel a été entendu. « Il faut au M.R.A.P. deux millions d'ici le 15 octobre ! » disions· nous dans le dernier numéro de « Droit et Liberté ». Le 12 octobre, à l'heure où cet article est écrit, nous approchons la sOI?me ~~ 1.700.000, et l'on peut esperer qu a quelques jours près, l'objectif sera atteint. Tl est réconfortant de constater que tant d'amis se sont levés, pendant ces trois semaines, pour assurer, al! M.R. A.P. les moyens d'exister et d agir. Notre courrier abonde de lettres touchantes et combattives. témoignant d'un énorme capital de confiance autour dl' nous. Comment choisir parmi tous ces exe11lpIes de cette bonne vo l ontc' agl.s san te?. Dès le lendemain de la pa:u.tion de notre JournaL l'afflux quotidien des mandats pour le r~lement des Bons de Soutien, a été croissant. 30.000, 40.000, jusqu'à 7°.00°. anciens fr!lncs en un~ journée. Parmi les conutes lo~aux qUI ont fait aussitôt l'effort nécessaire, nous citerons particulièrement ceux de Lyon ct de Saint-Queutin. PAR Julien AUBART Trésorier du M.R.A.P. ~ous avons au;;si reçu des dons, .del) uis les quelques pièces que l'0l! vI~nt porter. en s'excusant de ne pouvOir faire mieux, jusqu'à ce chèque de 3.00°. NF Que nous adresse un généreux .a:111 du Bureau National. Une de l!0s ~111htantes parisiennes, Germaine Rabmovltch, ;onsacrant une partie de son temps hbre à collecter. a recueilli à elle seule plusieurs dizaines de milliers de francs ... ~oyez donc tou~ remerciés e! félicités: amis connus et mconnus, qUI avez . SI ~fficacement aidé, dans un moment difficile, notre Mouvement, votre Mouvement. MAIS' beaucoup .s'ét?nne~ai~nt s~ns doute si le tresoner disait mamtenant

« Tout va bien, nous

sommes à l'abri des difficult~s. » Ce serait en effet bien mal connaltre le fonctionnement d'une organisation démocratique telle que la nôtre, toujours sur la brèche « collant » à l'actualité, sans autres' ressources que celles qui lui sont apportées au grand jour pour une action poursuivie aux yeux de tous. avec le concours de tous. Tant qu'il y aura du racisme, sous quelque forme Que ce soit, il faudra se mobiliser pour le combattre. Se procurer les moyens matériels Qôle ce combat suppose est t~ne inéluctab!e nécessité; Et sans cesse. Il faudra faire appel a. la générosité, il la conscience!l.es antiracistes. Les deux millions d'anciens francs dont nous avions besoin, devaient nous l)ermettre de couvrir les dépenses des premières semaines après les vacances, oui avaient dispersé nos amis. Il s'agissait, en particulier, d'assurer la parution des numéros de septembre et d'octobre de « Droit et Liberté ». Mais, entre temps, il y a eu, par exemple, les événements du Mississipi. Et la soirée qu'il était normaL indispensable de faire, pour que s'exprime la solidarité des antiracistes français avec ceux qui, aux Etats-Unis, bravent les brimades et les violences pour imposer l'égalité des noirs. Cela nécessite des affiches, des tracts, une salle, et beaucoup d'autres choses ... Et puis encore, il y a le travail quotidien de propagande, de prospection, les voyages, les ré~nions, les meetings comme celui qui vient de rassembler à NImes plus de 600 personnes ... Il y a enfin, tout ce que nous ne pouvons pas faire, faute de moyens suffisants, tout ce qui serait utile pour étendre plus efficacement encore le rayonnement de notre idéal. Nous COH1pt0l1S sur eux, et sur tous, pour contÏI1uer et renforcer la campagne d'adhéllions, d'abonnements à Droit et Liberté, de dons et de collectes. Et puisque notre gala annuel approche, nous comptons sur tous pour que, DES AUJOURD'HUI, le placement des billets pr~nne un élan rapide. Il faut que la salle Pleyel soit pleine à craquer, le 18 novembre, pour cette soirée où, traditionnellement, les antiracistes se retrouvent dans une ambiance de chaleureuse fraternité. Il appartient à chaque militant de faire mieux et plus que les années précédentes, de n'oublier aucun ami, aucune connaissance susceptible de prendre contact, à cette occasion, avec notre Mouvement. e EST dire que, sur le plan des finances, comme sur tous les plans, nous devons redoubler d'efforts. Et puis, il y a, dans quelques jours, le procès si important intenté par notre Mouvement à Pierre Poujade, un procès qui fera date dans la lutte antiraciste en France_ Malgré le dévouement admirable de nos avocats, qui ont à honneur de défendre bénévolement notre cause, est-il besoin de préciser qu'une telle affaire entraîne d'énormes frais? Beaucoup d'amis ont eu déjà le ref1exe de nous répondre. Mais combien, empêchés momentanément par leurs occupations (ou simplement par négligence) conservent encore des Bons de Soutien non réglés! Nous comptons sur eux dans les tous prochains jours. Gagner de nouveaux souscripteurs, gaglJer à notre lutte de nouveaux sympathisants, c'est une seule et même tâche.

  • NOTRE COURRIER ...

DU COEUR Le M.R.A.P. et cc Droit et Liberté Il ont leur courrier du coeur. Du coeur de nos innombrables amis, dont les encouragements moraux et matériels va droit au nôtre, dans ce combat i~lassable que nous menons pour la fraternité humaine. Voici quelques phrases glanées dans ce courrier : cc ... Je ne pour rai pas participer à l'assemblée du théâtre Récamier et je le regrette vivement, mais je m'associe sans réserve à la protestation qui y . sera élevée contre les menées du racisme et du fascisme ... Le dernier numéro de cc Droit et Liberté » que j'ai trouvé à mon retour à Paris dit que le M.R.A.P. a besoin immédiatement de 2 millions. Je vous envoie ci-joint ma contribution personnelle ... » Adolphe ESPIARD. cc De lourdes charges présentes m'interdisent de faire mieux et j'en suis désolée. Voici 3 NF en timbres... Il Renée IMBERT. cc Ci-joint, les talons des billets de soutien. J'espère que vous avez déjà reçu un nombre important de ses pareils ... Vous pouvez m'en e:tlvoyer encore deux ou trois carnets s'il en reste ... » J. SANDLER. cc Ci-inclus vingt talons de billets de soutien ... Je souhaite ardemment le succès de votre entreprise face à la flambée de racisme qui empOisonne l'humanité. Il M. CERON, Marseille. « ... Ci·joint les talons de 2 carnets de billets de soutien ... Votre journal serait peut·être bie.~ accueilli par les personnes dont les adresses ont été inscrites au dos des talons. Veuillez donc faire le nécessaire... Cordiales salutations antiracistes. Il R. VELINSKY. cc ••• Veuillez trouver ci-joint le chèque de 7,50 couvrant mon réabonnement à votre journal... Toutes mes salutations à l'équi· pe qui fait un si beau journal, digne de la lutte qu'il doit mener contInuellement contre le racisme et pour la paix... Il M. GANDIVERG, Vandceuvre. cc ... Ci-joint les talons de deux carnets de bons de soutien 1962. Je les ai gardés pour moi et espère gagner quelque chose. Mais je pense surtout que cette mOdique somme que je vous envoie vDus aidera... » Suzanne JEANBOURQUIN. Besa nçon. cc Ci-joint u.~ chèque ck 15 NF, avec tous mes voeux de réussite et un grand merci pour ce que vous apportez li: vos lecteurs ... Il Mme MAYER·BLENEAU. cc Je lis cc Dr{1tt et Liberté Il avec beauco!f1) d'intérêt. J'aimerais le faire connaître à mes camarades de la mine où ie travaille. Pourriez-vous m'envoyer quelques spécimens du jour1'/Q.l, afin que je puisse faire de la propagande... La somme de 15 NF pour l'abonnement est très élevée pour ma bourse. J'avoue que je ne dispose pas toujours de cette somme, car :'Zous chômons actuellement à la mine. Mais je ne refuse pas le journal, bien au contraire, cela est indispensable pour tout al1tiraciste. J'autais aimé être rIche pour pOUVOir vous aider ~vantage. Il Vital SARFATI, 'Mqrseille. LE « CONTENTIEUX » JUDEO-CHRETIEN EST-IL LIQUIDE? Dans une lettre publiée par le dernier n-q,méro de cc Droit et Liberté )1 M. Maurice Vaussard esti1nf que Mme de Boisanger -Dutreil a eu tort de tustiger dans le spectacle cc Le vrai m1lfJtère de la passion », la conct:ptton du procès fait à Jésus. Ce thème favori des auteur~ t!atholiques - voir cc Procès lt. Jésus li de Dieggo Fabbri pr~,~nté récemment au Théâtr, Hébertot - en revient éter.", allement au crime commis f1O.r LES juifs de l'a.~cienne Palestine qui auraient condamné à mort leur propre coreligionnaire et pour lequel ils doivent éternellement payer. Mme de Boisanger-Dutreil avait, à juste titre, montré que ce genre de spectacles comPorte un grave danger : celui de raviver les préjugés antisémites. . Dans sa lettre, M. Vaussard fait une comparaison hattendue

cc Le procès de Jésus et

sa condamnation ont été montés et voulus par une fraction de dirigeants juifs d'alors, comme le procès Dreyfus par une _ fraction (large) de l'Etat-Major et du monde catholique français ». Ainsi, si je comprends bien, on peut comparer ces deux cc affaires Il et co:'!sidérer le cc contentieux Il judéochrétien comme liquidé ! Ce raisonnement n'est-il pas fa lia cieux ? N'est-il pas forcé ? Où, et quand l'église catholique a-t-elle cc payé Il comme le peuple juif cc pour le sectarisme passionnel », ainsi que l'affirme

  • M. Vaussard ? Et si on invoquait

l'Inquisition, plutôt que l'Affaire Dreyfus ? Quel pm devrait cc Payer Il l'église catholique ? Et la cc prescription judiciaire » ne peut-elle s'appliquer à un cc crime Il commis il y a 20 siècles ? Mais trève d'iro.~ie. Le pro· blème est par trop dramatique. Nous ne demandons pas à M. Vaussard de changer l'Evangile. Nous apprécions à sa juste valeur le changement apporté dans les prières de Pâques où l'on a supprim!l l'expression cc perfides Il cbnceinant les juifs. Mais nous demandons dava.~ tage, actuellement, après le massacre d'un tiers du peuple juif dans u-ne puissance « chré· tienne ». Le temps est venu de refuser l'imprimatur aux oeuvres prêchant la haine antisémite, de renoncer à des specta cles comme cc Le Vrav Mistère de la Passion li, ceux d'Oberammergau · et de -Dieggo Fabbri ; d'en finir, en un mot avec la cc responsabilité Il qui i.~combe au peuple juif pour la mort de Jésus. Le temps est venu d'exiger des catholiques qu'ils prêchent l'amour du prochain, en particulier du juif et qu'ils l'appliquent dans la vie. M. Vaussard est bien placé pour connaître la force de l'exemple et de la persuasion dans la lutte contre l'antisémitisme. Alfred GRANT. • ERRATUM. - Dans la lettre de M. Vaussard, qu'a publiée notre dernier :'Zuméro, il est question du cc Pasteur Demant/. n. Nos lecteurs auront compris évidemment qu'il s'agissait d'une ({ coquille n et que c'est du Père Demann que parlait notre correspondant. 'Nous nous en excusons auprès de l'un et de l'autre. Pour soutenir l'action du M.R.A.P. Connais s e z-v ous l'Afrique? (Solutions du jeu de la page 9) contre le néo-nazisme, contre le racisme et l'antiv.,,itisme JE SOUSCRIS LA SOMME DE .............. NF Nom Prénom Adresse ............................ • • • • • • • • • • • • • • • o •••••••••••••••••••• Effectuer les versements au M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris-2·, ou à « Droit et Liberté », même adresse, C.C.P. 6070-98 Paris. 1. VRAI. Le GHANA régnait sur le royaume de Ouagadou du III' au XI' siècles. 2. VRAI. Au III' siècle, les SARAKOLLE, avec l'Etat organisé de Ouagadou, étaient parvenus à un stade d'organisation politique bien supérieur à celui des Ger· mains à la même époque. 3. VRAI. C'est du moins ce que pensent certains historiens pour qui les PEULS descendent des Hébreux établis en Ethiopie et qui, par migrations, seraient arrivés en Afrique occidentale. Ainsi s'expliqueraient des traces de légendes bibliques, telle celle du Roi Salomon, conservée chez les Peuls jusqu'au XVII' siècle. 4. FAUX. Il s'agissait d'un empire situé dans la région du Manding sur le Haut-Niger . 5. FAUX. Ce fut, avant l'achèvement de la conquête coloniale, le seul grand Etat constitué en Afrique occidentale. 6. FAUX. Il s'agit d'un royaume du Moyen-Niger qui eut son apogée au XV' siècle, sous tes règnes du Sonni Ali et de l'Askia Mohammed. La capitale en était Tombouctou. (Ne pas confondre avec Goa.) 7. FAUX. Il s'agit d'une ville qui a ébloui les Portugais qui furent les premiers à la visiter. Sise sur le delta du Niger, elle était habitée par les Yorouba, dont la civilisation atteint son apogée vers le XIII' siècle. Le film d'Atain Resnais, « Les statues meurent aussi n puise largement dans les oeuvres artistiques de la civilisation du Bénin. 8. FAUX. La base de ce commerce était l'exportation de pacotilles (verroteries) vers l'Afrique, où l'on achetait des escla· ves, lesque.Js étaient conduits aux Antilles, d'où l'on rapportait le sucre et les épices. La traite des escfaves fut à l'ori· gine de la ricnesse de Bordeaux (entre autres activités). 9. VRAI. Jules Ferry voulait « justifier Il les conquêtes coloniales sur le plan « hUe manitaire » : la « civilisation » exportée à coups de canon. 10. FAUX. C'était un prétexte officiel pour disposer gratuitement de la main· d'oeuvre locale. Les Soudanais appelaient ces villages « Villages de captifs du Corn· mandant ». ,1 ------- Jusqu'à la veille de la Révolution les juifs de France éta.ienl soumis •• PEAGE CORPOREL Il .. a un Jusqu'à la veille de la Révolution française, le « péage corporel » existait en France. Les juifs qui voulaient entrer en Basse-Alsace et à Strasbourg étaient astreints à. acquitter un « péage cor~orel » comme le bétail et les marchandises : c'etait le « juden-leibzoll ». Un savant travail du rabbin David Feuerwerker apporte toute une documentation saisissante sur cette brimade humiliante dans le dernier numéro (septembre-octobre) de la revue « Les Annales » (Ed. Armand Colin) . cette situation incroyable quand on sait toutes les professions déjà interdites aux juifs : « En fait, il est interdit aux StrasbOtwgeois de faire commerce avec les juifs. » Encore faut-il ajouter qu'ils doivent verser en sus de ce péage corporel, le montant de toutes sortes d'autres droits : d'habitation, de protection, de réception ,etc. chal de Ségur, ministre de la Guerre, chargé de l'Alsace, le Procureur général Doublet de Persan et Lavoisier, l'illustre savant, auquel « la nation jlûve fut si reconnaissante de l'abolition de oe droit qu'elle fit 1/11 el députation de toute l'Eglise (sic) juive auprès de lui pour lui exprimer sa reconnaissance m! nom de toute cette nation et lui offrir les flâtea1tx de la Pasques en signe de frq.ternilé reUgteuse » (d'après une note de Mme Lavoisier-Rumford, découverte par le rabbin Feuerwerker dans les archiyes de l'Académie des Sciences). Si au début de janvier 1784 enfin, après de longs efforts, paraît enfin l'Edit royal qui abolit le péage corporel per~u sur les juifs aux portes de la ville, On apprenQ que « presque tous les tarifs de péages taxent les juifs parmi les animaux » et que c'est « à Strasbourg que l'on a conservé le dernier péage, inexpugnable'. A l'entrée de la ville, où les juifs ne sont pas autorisés à séjottrner, ils doivent acquitter ce péage qui s'élève à 31 1. 4 s. par jour e,t par personne

même en passant hors de la ville, ils sont assttjettis

à un droit de 32 s. ». Le magistrat de Strasbourg, sans doute pour des raisons de « facilité » avait affermé ce droit ~'t des juifs depuis plus de 60 ans. Quand on songe que, selon les dispositions antérieures, le taux du péage était plus élevé pour les juifs que pour les animaux, particulièrement le porc, on comprend mieux le chemin parcouru. Mais la victoire antiraciste allait plus loin : le péage corporel aboli pour les juifs à Strasbourg, ce fut le glas pour tous les autres péages. « Pour les juifs, c'est la première ·mesure générale prise pour l'ensemble dlt royattme et qui s'applique à tous. » La voie est désormais ouverte· à l'émancipation. Les esprits y sont préparés. -. Nous ne pouvons mieux terminer l'analyse de cette remarquable étude qu'en reproduisant la citation de Doublet de Persan, que M. Feuerwerker a placée en exergue et qui est valable pour tous les temps : " ~ A cette époque, les juifs étaient environ 20.000 en Alsace et cette vexation gênait considérablement leurs déplacements et empêchait leur intégration à une vie économique et sociale normale. Un des syndics de la communauté juive, Cerf Berr, prend la tête d'un mouvement de réforme pour la reconnaissance des droits et de la liberté de ses coreligionnaires; il rédige un « mémoire pour la Nation juive établie en Alsace, sur son état actuel et la nécessité d'y portfM' remède », dans lequel il s'élève contre ce qu'il qualifie de « droit aussi humiliant que contraire au voeu de la nature ( ... ) Il est facile. de concevoir combien ce droit est exorbitant en même temps qu'injuste. puisque cette ville, étant la caPitale de la province. droient le centre dlt commerce et qu'il est inOltï de faire paver un impô-t aussi considérable à des sujets oui y viennent pour acheter les choses les plus nécessaires, comme des comestibles. de-s étoffes POUl' se vêtir, 011 pOttr consulter pour leurs affaires Otl leur santé, n'ayant attcune raison d'utilité de s'y rendre, Intisqtte tout commerce leur est interdit avec les bourgeois par les s.fatltts partiettliers de cette ville ». Bulletin de péage délivré à Wl juif « Les iuifs sont hommes. Si on les considère comme tel s, pourquoi les lai sser plus longtemps dans l'esclavage et l'humiliation, pour.quoi ne pas arracher cette dernière racine de perséculion . ce dernier rejeton cl'erreurs, fruit des sIècles d'ignorance et cie harbarie? » (1)_ pour entrer à Strasbourg. encore iaut-il préciser que les intéressés, après la suppression, acceptent cle verser une indemnité sous forme de rente annuelle de 2.400 livres. Le 24 janvier 1784 le péage corporel disparaît à Strasbourg. Cependa_nt, il faut que les parlements des autres provinces enregistrent l'Edit. Certains résistent : Paris, Rouen, Bordeaux. Depuis T78 ans que le péage corporel a été supprimé dans notre pays, cette étude valait la peine d'être écrite. Que le rabbin David Feuenverber soit remercié et félicité de cet apport si intéressant et SI utile ;l l'histoire de l'A ncien Régime. Roqer MARIA. Plus loin, le rabbin David Feuerwerker confirme Si beaucoup d'oppositions ont freiné cette élémentaire mesure de justice, en contre-partie des hommes honnêtes et libéraux du siècle ùes Lumières ont favorisé l'évolution nécessaire, particulièrement le maré- ( 1) Doublet de Persan. procureur de la Commission cle~ Péages. Août 178.1, « Réflexions de M. le ProcUl ·eur Général » sur le péage corporel des juifs. adressées au « Contrôleur Général des Finances ». Progrès technique et éducation antiraciste A v mois de juin dernier s'est déroulé à Prague, sous l'égide de l'V.N.E. S.C.O., un « Séminaire international Sur les progrès dans la science et les techniques et l'éducation des adultes ». Tout notre programme de travail se résumait en ce titre: premièrement, prendre acte de l'énorme somme des connaissances modernes et de leur accroissement en progression géométrique; secondement, discuter de la possibilité de répandre ces connaissances parmi les hommes. Nous étions une centaine de délégués venus des horizons et des pays les plus divers. Dès lors on comprendra que nos idées et nos préoccupations puissent diverger dons de notables proportions. En gros, nous nous répartissions en représentants de pays capitalistes, de pays progressistes, et de pays « sous-développés ». Il faut tout de suite admettre Que la tâche de nos confrères des démocraties populaires est grandement facilitée par l'application de l'idéologie marxiste, dont les efforts convergent vers une éducation de plus en plus complète des masses. On peut dire que là, mieux que partout, et bien qu'il existe encore de nombreuses difficultés matérielles à résoudre, l'éducation des jeunes et l'éducation des adultes, atteignent un niveau exceptionnel. L'oeuvre éducative sous toutes ses formes présente par contre d'immenses difficultés dans les pays sous-développés. La plupart d'entre eux sont à peine libérés de l'oppression colonialiste ou sont encore en proie à un colonialisme larvé ou à un féoda lisme hérité d'un colonialisme plus ancien, comme c'est notamment le cas en Amérique du Sud. A aucun prix leurs représentants - ou du moins ceux avec lesquels nous étions en contact - ne veulent admettre l'intervention directe des pays dits " civilisés " dans leur programme d'enseignement. On les comprend d'autant mieux que certains délégués des pays capitalistes firent montre de conceptions que l'on voudrait voir disparaître chez ceux Qui ont la mission d'être des éducateurs. Pour ces derniers en effet, l'éducation des adultes se confond avec l'orientation profeSSionnelle ou avec la qualification industrielle. Leur uniaue souci semble être la " promotion sociale ». Or, si nous ne mésestimons pas, tout au contraire, ces formes éminemment pratiques de l'éducation parce que le métier est une part très importante de la vie des hGmmes, et que nous pensons même que le travail bien fait, librement accepté, est la source des joies les plus pures, il n'en reste pas moins que le problème de l'éducation des adultes, tel que nous l'entendons et tel qu'il fut défini dans. notre motion finale, e5t avant tout celui de l'acquisition d'une culture générale de base pour ceux qui ne purent le faire dans le~rs jeunes annees. Il importe cependant de préciser que la distinction entre l'éducation universitaire er l'éducation des adultes n'est valable que dans le contexte actuel. Les efforts doivent tendre à « rationaliser » la culture. La culture est essentielle à l'élaboration d'un monde d'où seront bannies les barrières sociales, nationales, et raciales. Ce n'est pas a priori que nous lutterons contre la tendance atavique qui est en nous de considérer le groupe auquel nous apportenons - et en passant notre propre individualité comme supérieur aux autres. C'est par une connaissance profonde de l'Univers, du microcosme au macroscome, que nous apprendrons de quoi nous sommes faits et notre parenté avec les autres formes de la vie, sans exception, Par Hilaire CUNY 1 existant sur l' une des nombreuses planètes d'un quelconque système stellaire disséminé dans une galaxie qui n'est que la centmilliardième partie d'un cosmos illimité dans l'espace-temps. Nous saurons que l'espèce humaine est un tout, et que s'il est vain de nier qu'il existe différentes races chez les hommes comme chez les animaux et chez les végétaux, il n'y a que de pseudo- infériorités raciales, dues à des défaillances éducatives, elles-mêmes originaires de simples carences protéiniques ou vitaminiques. N'ayons pas la sottise de sombrer dans la démagogie en prétendant que, dans l'actuel, les hommes sont intellectuellement égaux. Nous savons bien qu'il n'en est rien, mais nous devons savoir aussi que ce sont nous et nos pareils, prétendument « supérieurs » parce que nQtre force fut surtout de naître sous des latitudes clémentes, aux ressources innombrables Qui ne nous contentèrent cependant pas, qui sommes les grands responsables de la misère physique et psychique dans laquelle se débattent un tiers de nos frères d'Asie, d'Amérique du Sud et d'Afrique. Potentiellemfmt, ils ont les mêmes possibilités que nous pour s' instruire. Il suffit que, sans oucune arrière-pE'lnsée politique ou économique, nous ayons à coeur de leur offrir ce qui ne sera finalement qu'une restitution de nos exactions, pour que, en quelques générations, nous ne tormlons plus, avec eux, qu'un veste ensemble oeuvrant en pleine coopération. De rudes tâches nous attendent en effet dans un avenir proche. Notre espèce, en pleine expansion démographique, aura doublé en fin de siècle et, dans 150 ons, elle aura décuplé. Si nous n'avons pas fait réintégrer à temps aux peuples sous développés un circuit de production normal, la plupart des habitants actuels du globe qui n'o'llt pas dépassé la cinquantaine et a fortio,i ceux qui auront juste l'âge adulte en l'an 2.000, se trouveront devant une situation dont il serait malaisé de prévoir le~ aboutissements. Ces tâches ne sont pas au-dessus oe nos forces; ou du moins sont-elles très accessibles à une espèce humaine réellement évoluée où chaque individu sera solidaire des autres tout en conservant sa personnalité. Il est même certain que si chacun d'entre nous se muait en producteur, malgré que nous eussions l'obligation de prodlJire plus, nos loisirs (et partant notre capacité à nous instruire), pourraient s'accroître considérablement. Dans les pays capitalistes où on ne l'avoue pos, l'éducation des masses est virtuellement ralentie par le souci de conservc;, r un potentiel indispensoble de travailleurs manuels. Il ne fait aucun doute . que le raisonnement des défenseurs de ce principe est valable selon les normes a ctuelles, et si Platon ne s'éleva jamais contre 'esclavage, tout au contraire, ce fut en fonc~ ion de préoccupations semblables. Demain, pour les tâches essentielles qui permettront à l'humanité pléthorique de se ~ urvivre avant de tenter la grandiose aventure spatiale, c'est-à-dire pour fai re fructifier les terrains cultivables mais incul tes, pour exploiter rationnellement les res~ OUrC€9 océanes, pour mettre en valeur les terres arides et pour toutes les autres occupations qui . fourniront le nécessaire à tous, nous assisterons à la reconversion que nous promet l'automatisation. Contrairement à l'opinion courante en effet, la cybernétique et ses applications ne feront pas de l'homme un robot. C'est au stade du travail « à la chaîne » que l'ouvrier ESt un robot. Peu à, peu (des impératifs financiers seuls freinent les progrès de l'automation), le manoeuvre d'hier, dans 1'L:sine ou dans l'agriculture, va se muer en « surveillant de robots », ce qui ne nécessite pos, il est vrai, d'études supérieures, mais ce qui lui permettra de les entreprendre, car son labeur ne sera plus, ni abrutissant, ni harassant ... UNE IMPOSTURE (Suite de la page 5,) SON BUT VERITABLE Et si vous contestez le nombre de juifs polonais exterminés, que ne contestez- vous, dans les conférences de presse de Goebbels de 1940, l'invitation qu'il lance aux dignitaires nazis d'assister à la projection d'un film sur les premières exterminations de juifs en Pologne « séance strictement réservée ». Oui, le traducteur de Nyszli a « adapté » l'ouvrage du médecin légiste d'Auschwitz, et l'adaptation est mauvaise. J'ai dit ailleurs le terrible malaise que cause ce « compte rendu d'autopsie », qu'un de mes amis a lu dès 1945 à Budapest, en manuscrit. Terrible accusation contre le nazisme que celle de ce témoin qui a sauvé sa peau et celle de sa famille en s'en faisant le serviteur passif. Il est plus simple de contester des chiffres, Monsieur Rassinier. Pouvez- vous dire à un mètre carré près quelle était la surface de votre block à Buchel1wald? P our déterminer l'étendue exacte du génocide juif, Monsieur Rassinier sait très bien qu'il n'est possible de le faire qu'à un million près et je ne me permettrai pas aujourd'hui d'apporter des preuves statistiques. Mais celui qui mettant en cause les chiffres, les faits, noyant le poisson des responsabilités, dissertant sur les traductions, sur les principes, sur les surfaces, dans un embrouillamini d'où seule surnage son idée fixe, celui qui veut prouver qu'il n'y a jamais eu d'extermillation des juifs et que la « solution finale » représentait simplement un programme de croisière à Madagascar, quel but poursuit-il? Il lui est facile d'affirmer qu'il hait le racisme, la guerre, la bombe atomique, alors que ,!on but véritable est d'attiser la haine contre les rares rescapés du nazisme, et prenant la défense des bourreaux, de jeter le discrédit sur ceux qui poursuivent le véritable combat contre le racisme, 'l'antisémit.isme et la haine. Olga WORMSER. 12 ------------------------------------------------------------------------------------------------~--------------------- Mouloud Feraoun •• IL N'Y A JAMAIS EU MARIAGE Novembre-décembre 1955. LE temps est lointain, sans doute, où nos aïeux ont lutté contre l'envahisseur et tenté vainement de lui résister

ils ont été battus et se sont soumis.

L'envahiseur s'est installé en maître et nos aïeux sont devenus ses sujets. Puis la maîtrise. de même que la servitude se sont transmises ainsi de père en fils. Et voilà que maintenant tout est remis en question. Que s'est-il passé depuis un siècle ? Quels rapports avons-nous entretenus avec les maîtres ? Oh ! bien sûr le problème est très vaste et il exigerait si on voulait l'étudier, des développements très vastes. Il faudrait le voir sous tous les angles et auparavant, en poser toutes les données. Il ne s'agit pas de cela. Il s'agit simplement d'essayer de comprendre pourquoi cette unanimité dans la rébellion, pourquoi tout d'un coup la population dans son ensemble constate l'existence d'un large fossé et se tient prête à l'élargir davantage, pourquoi des gens si pacifiques, si peu exigeants, si raisonnables, sont devenus réfractaires du jour au lendemain, pourquoi le divorce est si brutal, si définitif et que ce sont précisément les plus faibles, les plus arrièrés, en somme les bénéficiaires de l'alliance, pourquoi ce sont eux qui prononcent ce divorce en dépit des menaces qui pèsent sur leurs têtes et des pires souffrances qu'ils supportent. La vérité, c'est qu'il n'y a jamais eu mariage. Non_ Les Français sont restés à l'écart. Dédaigneusement à l'écart. Les Français sont restés étrangers_ Ils croyaient que l'Algérie c'était eux. Maintenant que nous nous estimons assez forts ou qUi nous les croyons un peu faibles, nous leur disons : « Non messieurs, l'Algérie c'est nous. Vous êtes étrangers sur notre terre. ». .Ce qu'il eût fallu pour s'aimer ? Se connaître d'abord, or, nous ne nous connais· sons pas C .. ). Un siècle durant, on s'est coudoyé sans curiosité, il ne reste plus qu'à récolter cette indifférence réfléchie qui est le contraire de l'amour. L'IMPOSSIBLE PAIX DES COEURS 9 décembre 1955 APRES l'Ald, je suis revenu à FortNational Où j'al. retrouvé mes amis et mes habitudes. Entre eux, les Kabyles se moquaient doucement des Français qu'ils sentaient méfiants, pleins de haine rentrée à notre égard mais souriants et faisant toutes sortes d'avances,

omme si nous étions tous et au même

degré menaçants, machiavéliques et conspirateurs. Dans mes promenades avec Q. O., nous constations avec objectivité que notre situation était embarrassante, en effet. Nos amis français ou plus simplement nos camarades voudraient nous voir leur manifester une cordialité démonstrative qu'ils n'eussent jamais souhaitée naguère et ils étaient prêts à extérioriser pour nous des sentiments de fraternité qui, en d'autres temps, nous eussent profondément touchés et définitivement conquis. Nous ne sentions derrière ces tentatives aucune espèce d'hypocrisie. Nos concitoyens recherchaient sans équivoque « la paix des coeurs », l'impossible paix des coeurs. Alors, Q. O. et moi, nous constations avec objectivité qu'en dépit de l'apparence, la situation de tous n'était pas la même. -- Tu vois, me disait-il, au cours de nos promenades, ce pays tourmenté, ces vallées profondes, ces massifs couverts de maquis épais, qui se serrent les uns derrière les autres comme des hordes de guerriers barbares, ces villages miteux, en vigie sur les crêtes? Tout cela est en train de se réveiller de son engourdissement séculaire. Gomment expliquer à ceux qui s'étonnent et ont peur, comment leur faire comprendre qu'on demeure impuissant devant ce réveil, que nul ne saurait discipliner son élan; car sa colère est grande. Le pays se réveille, aveuglé par la colère et plein de pressentiments; une force confuse monte en lui doucement. Il en est tout effrayé encore, mais bientôt il en aura pleine conscience. Alors 11 s'en servira et demandera des comptes à ceux qui ont prolongé son sommeil. Chaque fois que nous franchissions les remparts pour rentrer à l'intérieur de la ville, nous rencontrions des Français avec qui nous échangions nos saluts habituels, nos sourires, nos bonnes paroles. Parfois, nous prenions l'anisette en groupe. Nous nous persuadions que rien n'était changé, et ne changera jamais. Nous avions plaisir à tromper nos amis et en toute humilité nous acceptions de nous tromper nous-mêmes. Cela dura ainsi jusqu'au mois d'août. Le changement brutal date du mois d'août. AU TRAVERS DE TOUS LES MI RAGES 18 décembre 1955 DE plus en plus, on voit les quelques Français civils s'agglomérer devant un de leurs cafés vides de Kabyles. Lorsque, en flâneurs, ils parcourent la grande rue, l'air sérieux, le regard plus sérieux encore, c'est en groupe de trois ou quatre, et les saluts qu'ils vous adressent sont de plus en plus cérémonieux et rares. Ils se serrent visiblement les coudes et font mine d'oublier leurs rivalités habituelles qui étaient la base de leur amitié pour les Kabyles. -- Du moment qu'ils s'entendent, c'est qu'ils sont contre nous; ils ont le coeur pourri de haine, se disent entre eux les Kabyles. D'ailleurs, à partir de l'instant Où il est admis de les apprécier tous en bloc, personne n'est plus gêné pour leur trouver tous les défauts. Il n'est plus question de M. Eugène ou Jojo, mais du Français conquérant qui a usurpé sa place et s'enrichit sur notre dos. Lorsqu'on se hausse aux généralités, on découvre avec stupeur de très larges horizons; on se sent l'égal de tous les hommes qui peuplent la planète et et l'on se demande quelle aberration, quel aveuglement, quelle veulerie nous ont tenus ainsi dans la servitude et la misère; pourquoi nous avons supporté des chefs, des maîtres, des patrons, des directeurs, venus on ne sait d'OÙ, spécialement pour nous regarder de haut, et amasser dédaigneusement et sans effort les sous que nous gagnons avec peine. Nous voyons subitement clair et loin. Si loin que nos regards passent au travers de tous les mirages qu'on essaie encore de faire miroiter pour nous tromper, si loin que nous ne voulons plus discuter parce que, enfin, nous possédons notre vérité et que notre vérité ne saurait se discuter. Elle est différente de celle des autres, d'accord. Mais cherchons-nous à discuter celle des autres? Alors qu'on nous laisse tranquille, bon Dieu! ... Les prépondérants habitués au beau rôle et au tutoiement en étaient à la peur ou la colère selon les personnes, le lieu ou les circonstances. Ils s'entêtaient à ne pas comprendre. Il faut se mettre à leur place. Lorsqu'on s'est mstallé dans une situation, qu'on a tissé son réseau d'habitudes, construit une existence sur un passé solide en vue d'un avenir raisonnable, il est difficile de concevoir l'écroulement de l'édifice. Il est difficile d'admettre que des hommes que vous connaissez pou r ê t r e accommodants, satisfaits de leur sort comme vous l'êtes du vôtre, que ces hommes p a c i f i que s viennent tout d'un coup vous demander des comptes, remettent en question votre passé et menacent votre avenir. Non, il faut garder la tête froide, faire confiance à nos gouvernants bien qu'on n'approuve pas leur mansuétude qui ressemble un peu à de la faiblesse. Il faut faire confiance à nos soldats : le brigandage cessera bientôt, la paix reviendra en même temps. Et de nouveau la vie sera belle. Ce qui se passe en ce moment aura servi de leçon. Nous n'oublierons certes pas. « Poignez vilain, il vous oindra ! » Oh! oui, il y en a qui s'accrochent, qUi sont pris de panique mais continuent à s'accrocher aux anciens privilèges, continuent de parler, d'agir en maîtres, malgré l'air narquois des Kabyles qui, eux, croient que la nuit du 4 août est largement dépassée car, d'abord, cette nuit du 4 août, ils n'en veulent plus. - A quoi bon? Nous sommes chez nous, non? L'administrateur, le juge, le notaire se comportent toujours en chefs et prodiguent à ceux qui les touchent leur condescendante protection ; le gendarme Joseph tutoie sans façon un dil'ecteur d'école pour lui demander ses papiers. Simplement parce que ce directeur est Kabyle et qu'il a sa femme voilée auprès de lui ( ... ) ! ~ ! L E 15 mars dernier, l'écrivain Moulaud FERAOUN, qui paTticipait, comme inspecteur de,s Centres Sociaux, à une réunion de travail, à Alger, était lâchement assassiné, avec cinq de ses collègues, par un commando de l'O. A.S. Peu avant, il avait confié à son ami Emmanuel Roblès, son Journal des années 1955 il 1962, lui demandant de le publie,r aux Editions du Seuil, dans la collection « Méditenanée » qu'il dirige. Cette publication vient d'avoir lieu, quelques mois après la mort tragique de l'auteur. Et ce,s mémoires d'outre-tombe constituent avant toute chose une dénondation des brutes sanglantes, des barbares qui, sortant leur revolver quand ils entendent parler de culture, ont voulu tuer en cet homme tout ce qui donne un sens au mot: civilisation_ « Oui, le voici, écrit Emmanuel Roblès dans sa brève présentation, tel qu'il était, patient, généreux, obstiné, tout imprégné des vertus de ces montagnards de Kabylie, épris d'honneur et de justice. Le voici avec sa sympathie humaine, sa canrinnce, dans les êtres et aussi a.vec ses déchirements .. . » Mouloud Feraoun n'était pas un « fanatique ». On le voit, au cours de ces six année'; et demie, chercher- douloureusement la vérité. Il lécrit au jour le jour ce qu'il voit, ce qu'il entend, ce qu'il ressent, « bon au mauvais, vrai ou faux, juste, ou injuste» .Ii ne faut pas attendre de lui une analyse politique: ce qui l'intéresse, c'est l'Homme: ce qu'il fait, ce qu'il devient au milieu de ce drame hallucinant. Mais s'il souffre de toutes les horreurs, de toutes les erreurs, d'où qu'elles viennent, s'il est, en un mot, sans parti-pris, il ne se place pas pour autant au-dessus de' la mêlée. Il vibre avec ses frère,s, dont sa culture fran~aise, ses fonctions d'enseignant, et les prc,ssioins de toutes sortes ne peuvent le séparer. Il veut comprendre, en dépit de sa haine l'our toute violence, ceux qui, se battant dans le maquis, expriment le degré le plus élevé de la conscience nationale. Et tout au long de ces pages tourmentées, la seule, certitude, le seul espoir, c'e'st le peuple, c'est sa révolte venue du fond de la réalité algérienne, contre l'oppression et le ,.acisme, pour la dignité et une vraie fraternité. Nous reproduisons ici, ave't l'aimable autorisation des Editions du Seuil, quelque's extraits du Journal où Mouloud Fe'I'aoun analysEl, précisément, les sources de ce mouvement unanime et irrésistible. C'est une pièce importante au dossier. du drame algérien, qui n'est pas prêt d'être fermé_ q ' Je crois, disait l'ascol, aux témoins qui se font égorger ». Mouloud Feraoun ~ Est de ceux-là. ~ Albe'l't LEVY. $192.168.254.42""",,,,,,,~,,,,,,,,,,,,,....,,,,,,,~~ POURQUOI SE LEURRER? 13 décembre 1955 LES gens de chez moi que j'ai pu rencontrer à Paris ou dans le Nord ont tous conscience de l'immense injustice dont ils souffrent. Ce sont des victimes qui n'ignorent plus leur état, mais qui en connaissent également la cause et les responsables. Ce Français chez qui ils viennent travailler, gagner leur pain, c'est lui l'ennui, c'est lui la cause de leur malheur. Désormais, un infranchissable fossé nous sépare, ce ne sont plus des maîtres, des modèles ou des égaux, les Français sont des ennemis. Ils l'ont toujours été d'ailleurs, avec tant d'aisance dans leurs manières, tant d'assurance dans leurs paroles et leurs actes et tant de naturel que nous avons été conquis, non par leur haine, mais par leur bonté. Les manifestations de leur bonté à notre égard n'étaient que celles de leur haine. Mais leur haine était si intelligente que nous ne la comprenions pas. Nous la prenions pour de la bonté. Ils étaient bons, nous étions mauvais. Ils étaient civilisés, nous étions barbares. Ils étaient chrétiens, nous étions musulmans. Ils étaient supé!" ieurs, nous étions inférieurs. Voilà cè qu'ils ont réussi à nous faire croire, voilà pourquoi leurs petites libéralités étaient pour nous les effets de leur bonté. Les plus sincères d'entre nous, les plus intelligents aussi leur manifestaient à l'occasion une reconnaissance infinie et une admiration sans bornes. Et à notre tour, nous avons fini par leur faire croire qu'ils étaient sincères avec nous, qu'ils étaient bons et supérieurs. Maintenant, il faut qu'ils déchantent. Il faut qu'ils sachent la vérité : ils ne nous tiennent pas et nous ne les aimons plus. Dès lors pourquoi se leurrer? LES CAUSES PROFONDES 26 novembre 1960. A présent, ce sont les Français que gagne la lassitude. Les Arabes eux, reprennent espoir et comprennent que la délivrance est proche. Une délivrance qui viendra de cette lassitude et se confondra avec la victoire. Oui, je pense que ce sera la victoire. Incontestablement, la victoire de la population qui a accepté la souffrance et surtout la victoire du fellagha qui n'a jamais cessé de se manifester peu ou prou, malgré les sacrifices les plus lourds et l'inimaginable disproportion entre la force dont il peut faire preuve et celle dont dispose son adversaire. L'indépendance est désormais ac· quise. Grâce aux patriotes, grâce au patriotisme. Vive l'Algérie ! Que vienne à s'instaurer n'importe quel régime, il sera le bienvenu pourvu qu'il émane des Algériens eux-mêmes. C'est tout. Ceux qui auront à méditer sur les causes profondes du succès se douteront que ce qui aura fait la puissance des Algériens, c'est le fait d'avoir eu à subir les Français un siècle durant. Cela nous a donné l'habitude de supporter les pires humiliations et de ruser supérieurement avec eux. Lorsque, à partir de 1955, ils se sont mis systématiquement à nous piétiner, à nous avi· lir, à nous massacrer, il y a eu parmi nous une longue période de colère, d'affolement, d'indicible désespoir. Puis, nous nous sommes installés dans notre malheur et chacun, pour son compte, a bien vite compris que nous nous trouvions replongés dans les premiers temps de la conquête, ces temps dont nous entretenaient les vieux et que nous croyions révolus. Alors nous 9.vons compris qu'il fallait revivre en vaincus et nous avons accepté la vie qui nous était proposée. Mais, ce n'était plus une vie bouchée, sans issue et sans espoir. Les maquisards derrière les barbelés des monstrueux « villages de France », tendaient leurs pauvres embuscades et mouraien'.: l'insulte à la bouche, nous exhortant à la patience et usant celle de l'adversaire_ Eternelle histoire du roseau ! Il faudrait que nos enfants sachent à quel point leurs aînés ont souffert, à quel prix ils héritent d'un nom, d'une dignité, du droit de s'ap· peler Algériens sans courber la tête, comme le frêle roseau de la fable ! On devrait pouvoir réunir une multitu· de d'histoires relatant les milliers de drames. Les milliers de morts, les clameurs de rage, les torrents de larmes et les mares de sang qui auront marqué comme des stigmates cette terre où nous avons eu le malheur de naître et qu'on veut nous enlever comme si nous étions des bâtards. Il serait bon qu'on sache tout cela plus tard et qu'on se dise : « Après tout, nos pères avaient tout de même beaucoup de mérite et nous pouvons en être fiers ».

Notes

<references />