Droit et Liberté n°007 - 9 décembre 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Ils ont peur des cadavres (profanation à Dachau) -page1
    • Les socialistes et le danger allemand par J.M. Hermann du PSU -page1
    • Voici le plan de reconstitution de la luftwaffe -page1
    • Henry Ford, le big businessman complet -page1
    • Vichy à Paris: X... Tel qu'il est -page1
    • L'affaire Gromb (antifasciste allemand expulsé): des pratiques contraires à la tradition française -page1
    • Que se passe-t-il au Japon: l'empereur Mac Arthur n'a pas détrôné les vrais maîtres du Japon -page3
    • Il y a 11 ans, l'assaut nazi contre les synagogues -page3
    • Nous n'oublions pas la décision historique de l'ONU par Henri Bulawko (situation en Israël) -page3
    • Quand MM Adenauer et Heuss veulent faire du sentiment (sur les juifs) -page3
    • Les souvenirs d'Emile Buré: Je reçois un coup de "Barbe à poux"
    • Pour 5000 nouveaux abonnés (départ de la campagne d'abonnement et du concours) -page6

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

r T P'EUR DE ADAVRE ••• 1949. Lu 03Setnent! d,e! vict/ma de Dachau sont exhumés et dis .. persés pa#' untfjirme IIl1em4nd.6 80(18 16 couvert des autorités 4'occupatio1&. 011 f1ffUt effacer touu trace de3 crimu 7U!zis CetI:4 fll'ofâ.7U!tfon Il vivement ému l'opinion française. Ut F N .D1. A. P. envoie sur place une commission d'enquête. Le! journaU3: dl A.~ occtdental~ annoncent à grand bruit 8011, arrivée, pour rlZCClUe:r ensuit~ d.6 vouloir nuire aU3: c rapports franco·allemands • TI!1Idts ~ M. EhranJ, ministre-président du gouvernement de Ba.mèra, mal Il l' aise, s'embroùil16 dans ses explications, puis insulte la commission M. ·VILNER. RACONTE: ce qu'il vient de voir à Dachau. 1 LE jour même où la commission d'enquête de la F . N. D. 1. R. P . sur la profanation des ossements de Dachau quittait la ville de Munich, le Dr Ehrard, ministreprésident du gouvernement de Bavière, qualifiait de crime ... quoi? La profanation des tombes des victimes de l'hitlérisme? Non, l'enquêle de la commission! Ainsi, en Bavière, à la veille de l'an 1950, c'est un crime que de vouloir faire respecter la mémoire des morts. nous avons découverte, et que nous démasquons. Nous revenons de là-bas avec - des preuves irréfutables, acca- ALLEZ VOIR SUR PLACE ... blantes. Le charnier profané en . 1949 se trouve à Leitenberg, près de Dachau où les ossements de vingt-~inq mille cadavres jonchent encore le sol. Son existence était connue depuis longtemps des auto.rités allemandes et alliées. AUJourd'hui, en dépit de tous les démentis la profanation continue. C'est une vaste conspiration qui a pour but d'effacer les tr.OM des erlme. nazis. que On se souvient de l'origine de notre enquête. Au mois de septembre, le bruit s'était répandu que des travaux d'extraction avaient été entrepris lSur le terrain d'un charnier, et (Sutte page 4) ·M. VILNER Membre die la C01nmission d'en.. quéte de la F. ·N. D. 1. R. P. , préBident de r A$$OCia.tton da Anciens ~hJI' TOUS LES VENDRE01S. Na 7 (111). 9 - 15 Décembre 1949 2S fr. ~'. • '. '. '... .' '.... • , • , '\ t • '... • .. \ 'r ~ .' , Petit ... ~temel1t trop long, b"nn~t enfoncé sur les y.u~, un n,umérp matricule an côté, ce petit Japona.is ~st un orphelin de 'gue"Te. Voir 1 en page 3 le reporta&e de ' Jean Montagney ' ; • QUE- SE , PASSE-T-IL AU JAPON ? » Un leader syndical du C.I.O .. Me Blndma.n, avait Invité chez lui, pour diseuter d'une grève de marins, tluelque!! camarades de son syndicat. Il n'en a pas faJlu davantage pour que 500 gangsters se rassemblent devant sa maison et la bombardent. durant plu"ieur. heures, de plenet! et de projeetiles de toutes sories. Il iaut hre que M. Bindman, qlli a dé.ia été l'objet des plus furieuses menaces des réactlonnires de Chicago, a ' le tort nO\l .eulement d'être Juif, mais Ile fréquenter des Noir. et ...:. crime inexpiable - des « rou· ges )J. Une délégation de syndicalistes se rendit à la munlcipa.1lté de Chicago pour protester contre ceite agression, mais le maire, M. -Martin ·Conna.lys, ne daigna point la recevoir. Ce refus fut interprété eomme 1111' encouragement par les éléments fascistes 'qui, dès le lendemain matin, re· doublaient de violence : 80US J'oeil impassible de la police, la maison de M. Blndman fut à nouveau attaquée par des ceriiaines d 1ndiV:ld1l5 recrutés dans les basfonds. Une deuxième délégation .yndieale tenta alors d'intervenir à J'hôtel de ville, mai~ sans plu. de succès que la première. Le jour suivant, un vendredi, c'était plus de dix mille vOyQUS surexcités qui d'@etmellltient~ "ir.l:P.~ 'dan-s di vers quartiers Ile Chicago, atta,quant et blessant d..,. Noirs et des • Juifs, ta.ndis que la maison de , LE fait est là, brutal. Quelques années à peine après que soit dissipée dans le ciel d 'Allemagne la ' fumée des crématoires, nous sommes forcés de ,parler d'un péril allemand renaissant. Des millions de morts, la plus effroyable régression de l'humanité . que 'l'Iristoire ait connue depuis . les temps mérovingiens, Bien entendu, il n'est pas' question de réarmer l'Allemagne oeèidentale. Mais déjà, comme par hasard, les généraux nazis s'y emploient . activement eux .. même!. Voici (quelques jours après la .érie de cônférences dont Paris a ' été le Siège)' des révélations sur quelques ... unea d~S manoeuvres souterraines que ces" généraux sont en train de mener,; en vue de "cOntrôler le pouvoir. tout cela est oublié. Pendant la guerre, sous la pression des masses, les · gouvernants avalent promis d'extirper à jamais les racines de cet impérialisme allemand don~ Hitler ne fut que la dernière et la plus' apocalyptique Incarnation. La preuve était faite que .cet impérialisme était l'oeuvre non seulement des mllltaires prussiens, mals des maîtres de l'industrie lourde du Reich, qui payèrent, soutinrent et exploitèrent à ' leur profit la teIl-tatlve du Fuehrer de conquérir le monde. Aujourd'hui aux portes de la France -:- trois fols envahie en une vie d'homme - se reconstitue un Etat -allemand occidental plus peuplé, mieux outillé, plus puissant que ,la France, et 011 sont au J)O.uvoir _a.vec leur richesse in, tacte et leur même volonté les mêmes rois dè l'acier, des 'mines et de l'industrie chimique. MULTIPLES' sont les responsables de cette faillite de la Libération et de cette nouvelle menace qui 'pèse sur notre avenir. Mais particulièrement lourdes sont, à notre ' avis, les responsabilités des socialistes de droite dccldentaux. TIs 'ont été dans leurs ' pays respectifS au pouvoir, le sont souvent encore. TIs n'ont· tout se réduisit à ' !le v.aines paroles, tandis que dans les faits Ils permettaient, par leur active. collaboration, la mise en place de ce dispositif stratégique du capitalisme mon- · di al dont la Ruhr, ·M. Adenauer et l'Allemagne de Bonn ne sont qu'un élément. (Suite page 4) Le journaliste démocrate allemalld Léo Gehrard, de Dusseldor!, a réussi à participer personnellement . à une rencontre d'anciens aviateurs et parachutistes .. nazis, organ~sée par le général student, sous le camQuflage d'un Bierabend (réunion amlcale où les amis boivent de la ,.biére ... ) · . fait que favoriser la polltlQuer-------------I des financiers américains de Le premier soin de ces buveurs de bière fut de déterminer ce qui sauvetage des trusts allemands et . de reconstruction, en Allemagne occlqentale, d'un bastion nationaliste et réactionnaire. T::t\ ... ·.. .. e-ll':\~el\ Die mtel'tSlCl(l.GemtlnKhaft elltm.ri,u: ~O\~'~L~ Ort."'f.rbaDd M~l dorr ... lld •• Jt~ 'lIIfd.ua "tid" Wtlthit •• ,.' ......... . . 'W'etheverummlung • ... DonatrtUc. t7. No,.br", 20' UlIor, HattI .. S~4t KamDvte luntHh titI. 1 •• ,,.(I.tll di~ Kunrt'.dca HL".'Ii1,g." SlI1mplf Oh'; l'hlOodo. Wlsdl -"""-......ufI "'"-'lI,.. ........ t o.t;~ ........ ....a.IS.c.., ........... ~,

  • Pae-.imlIé d'mle

eute d'invitation envoyée par 1 ••

nazls STUMPFF

et WISCH à leurs' anclens cafnara_ des de la Wehrmacht ,..,. .... _...

Plus que tous autres fis avalent"des motifs de s'opposer à 'ces plans. Au souel des sécurités nationales et à la haine du fascisme aurait dll s'ajouter 'dans leur esprIt la vo~onté dl! br1.6!ll' les puiss.an, ces' d'argent, de lIqulqer les grands capitalistes les plUS dangereux d;Europe. Hélas! M. Bindman subissait des assauts ______ -,-______ -..;. ____________________________ , répétés. On assista à des scènes scandaleur;;es. Des groupes de fas-· cistes 5 'acharnèrent sur des pero . sonnel isolées qui, rouêe. d~ eoups, restaient 5ur le pavé. serait dit l la presse. à l'issue de leur réunion~ et ce qui 5erait soigneusement caché. Ils se préoccu .. pèrent, en fait d'établlr la liste des adresses des aviateurs c les plus expérimentés ~. et, à partir de là. de jeter 1 .. bases d'une • Association • qui rayonnerait sur tous les Laenders~ Automobiles PTotocole~ . des Il Sages Sion ." Le gén@ral Laun, adjoint de Stu- ,En Conclusion, ,le ra-pporteur donna Goering ' en exemple à !les · audf· teurs. Goering. en effet, a 'foIlç16-'la Luftwaffe à l'intérieur des soejé~ privées d'aviation. Des .généraux nazis aux Finances de Bonn '1 Au cours d'une réunjoll clandestine d'anciens o~iers, ' l'un des prJncipaux personnages de la Luftwaffe, le général Stumpff, a déclaré qU'il entrerait bientôt. en compagnia de son COllègue, le général BRAUN. au ministère des. Finances du gouvernement de Bonn. en qualité d'ancien dirigeant ' de l'Intendance de la Wehrmacht. On lui conlierait la mission de cr'éer une nouvelle Intenda_nce. W1 cpnsti.tueralt l'un. des principales ' bases· du réarme. ment de l'Allemagne de l'Ouest. L'actuel mini~tre des Finanbes de Bonn, achaefer, montrerait pour ce plan beaucoup de compréhension. Au cours de la même réunion, lea conspirateurs ont précisé qu'il ne serait pas opPortun pour le Dloment de poser publiquement le problèMe de la remilitarisation :' - En a.ttendant, a' dit le général Braun, nous disposon.s d'mt exeellent moyen pour agir : la. voie ad. minlotra.tlve., Charles 22 janvier 2010 à 10:32 (UTC):~ HENRY FORD, 'tE BIG BUSINESSMAN COMPLET les plus menacés, mais il était r-..:..-----------...:..---------------------------- tdreo pt rtèasr dn:o monb teololmx pbtel eassuéjso, uredt 'h.luesi IL y a toujours d1e s gens qui croient aux légendes, Par dégâts matériels n'ont encore pu exemple Renau t était un petit. mécano et Henry Ford être éva1ùé.. aussi. Tous deux sont arrivés honnêtement, par un tra. Vive est . l'inquiétude de la po- vail acharné, ' à employer des dizaines de milliers d'oupula! ion de Chicago qui com- vriers. C'es,t un beau conte de fées, qu'un enfant de six msueéntcued eà jduegse rp oséuvvèoriersm epnutb lliac sm adne-sept ans écouier:iit avec délices. vant cette , offensive 'de ganstors ' TI y a. donc la légende et racistes. En toUlt et pour tol1t. les faits. Bien souvent, Il n 'y onze bandits ont été arrêtés. a que le nom des acteurs qui N.D.L.R. - Le jour même où est authentique dans la lénous parvloot cette correspOn- gende. Henry Ford, « le bon dance de ' Chicago, nous avons lu patron" « l'ami de tout le dans un magazine parisien un monde. , quel travailleur! article à sensation sur la d'èrnière quel technicien! minute du... dernier gangster de Chicago. C'est exact. Un technicien x ... 1 VICHY il PARIS 1 TEL QU'IL EST LES vichystes, les oollabos qui se regroupent e.n France, dans une seml· elandestinité, et souvent au grand jour, avalent préparé une opération spectaculaire. Les affiches de 10 mètres carrés, représentant .le visa!l'e de Pétain, qui ont eté s3;lsles la semaine dernière, avalent un but précis: faire ressembler nos rues à ' ee qu'elles éta.ient entre 1940 et 1944,- quand s'é· talait partout la sinistre face du maréchal-traître. Ces affiches Immenses devaient être placées sur ' des panneaux éloignéS du sol, en des points pafticullèrement défaite, et il n'est pas spécifiquement a 1 Z e man d, ainsi qu'une propagande intéressée voudrait le faire croire. La lutte contre le péril juif battait ~on plein en France, à la fin du 19' siècle, U 11 a plus de cinquante ans ... , Il est grand temps, comme on le voit, de mettre une digue à ce flot envahisseur qui menace d'engloutir et de noyer les plus purs éléments de la nation. L'antisémitisme n'était évidemment qu'un aspect de cet- Albert LEVY. (Suite page 4) en antisémitisme, en krachs et escroqueries, en exploitation ' du sang ' humain. UN INDUSTRIEL ET UN TRAITRE Reportons-nous à la fin de' la première guerre mondiale. Le fiasco du « Navire de la Paix ~ que Ford avait envoyé en Europe est consommé. La Russie a fait sa révolution. Comme dans toutes les révolu tions, Il y a des traitres, etes émigrés, des aventuriers. . L'un de ceux-ci, Boris Brasol, agent -secret al}léricain n° BI, arrive aux U,S.A. n dénonce la révolution bolchevik comme un c complot juif in:ternational •. TI répand à profusion c les Protocoles des Sages de Sion , auxquels Il rajoute quelques passages antisémites et tzarlstes. En 1921, il publie « The World at th~ crossroads ~ et écrit à un autre émigré blanc, le majorgénéral comte V. TcherepSpirodovltch

-« L'an dernier,

j'ai écrit trois livres qui ont causé plus de mal aux Juifs que dix pogromes :t. Ces écrits devaient avoir une suite 011 Henry Ford in- Jacques LERQAT. en vue. •_ ____________________________________________(_S_u_i_f_e_ _p_a_g_e_ __6_)·_ ________ 1 TI s'agissait d'une véritable provocation. Ayant saisll'aff1che, le gouvernement lance uné c Information contre X ' . C'est là faire bien du mystère. D.L. et d'autres journaux ont déjà révélé que « X , c'est le groupe Réalisme (car il ne s'agit pas seulement d'une ' revue, mais d'une organisation politique clandestine), établi 51, boulevard Saint-Michel. Nous sommes en mesure de préciser davantage les tenants et aboutissants de ce eX •. Fasciste de longue date Le directeur-gérant des éditions Réalisme, qui est en même temps président du syndicat de la presse « acquittée " et a_dminlstrateur de La Liberté de Seine-et-Marne, est le collaborateur, le fasciste CoUard. Sous l'occupation, Il dirigeait le journal L'Abeille d'Etampes, où. par exemple. on pouvait lire, le 30 mal 1942, ces lignes: c Le problème juif n'est pas fJl'PU'tt avec 14 (fU~re et 14 Parait que les Françat. .oDt -vellil' étudier, id, la' ~n 4e reoonstruire. Pour réparer votre maclrine~ à coudre, vous pouvez aclzeter (aux Puces) ,un moteur d'avion - Où vas-tu avèc ce réveil ? - Je rentre à la maison, je viens de faire une bonne affaire ! ... - Ah! TI marche bien? - Non, Il est cassé, tu "Clis, 11 manque' les aigUilles, le ressort et le timbre· de sonnerie ... mals je, l'al payé 100 francs. Comme je suis bricoleur, dans deux jours Il fonctionnera ... - C'est un horloger qui t'a vendu « ça ,. ? - Non, je l'ai acheté au marché aux « Puces _ - Ah J j'al compris 1. « Les 'Puces » A la porte de Clignancourt, sur l'ancienne c zone , des brocanteurs, des tailleurs, des marchands de briquets ~ même des fakirs s'installent sur des tables plus ou moins en équilibre ... et même directement sur le sol. On ne va pas aux « Puces pour . acheter. on 1 :va _pour . • voir, pour saisir l'occasion exceptionnelle. Il est d'ailleurs complètement impossible d 'établir une liaison quelconque entre le « Carreau et les c Puces :'. Sur ce dernier marché, on ne trouve presque uniquement que des c occases . ... et l'on se demande même comment il est pOSSible d'acheter, par exemple, une moto sans moteur, un vélo sans roues ou bien, comme notre ami cité plus haut, un réveil sans ressort, ni aiguille. ni sonnerie? Les visiteurs du samedi Les « Puces ,. ne sont ouvertes que les samedi, dimanche et lundi. SI vous faites la c semaine anglaise , allez donc y faire un tour le samedI.. Vous v'errez de lUlÇUeuses v 0 i t ure s américaines, des hommes' en cha.peau c à bor4 roulé ,. et gants beurre frais. des femmes en mantell-u de fourrure, qui, comme des ba.bitués, fouillent dans les tas de ferrailles, marchandent une caisse de culasses de revolver tout"s rou!Uées qu'Us emportent pour « un sac . précisent-Us 'en vouIlj.nt llren. dre l'accent « du coin :t. Les spectacles Aux côtés de tous ces marchands de vieilleries, périodiquement viennent s'installer des c spectacles . Vous pouvez voir c l'homme qui mange le feu '. l'avaleur de sabre, le fakrr qui couche sur les pointes et le dompteur de puces. Je ne sais si c'est à cau~e de lui que le marché s'appelle c les Puces " mals Il est difficile de résister à la curiosit6 d 'entrer sous sa tente. Pierre DELATIl!.. .(Suite 'PQ(/f 4t. • ~-- L· --------------~--------------~----~--------------------------------- DROIT ET tlBERTE Diffidle! Alors 011 « la » réarme ou on C la » réanne ps.S? Bien entendu, « on » ne demande pas mieux qu~ de « la » réarmer. « On » convient même a.vec honne grâce que ce serait dans la. lOgique drs rho~€'ô. Mals c on » n'est PM toujours mallre de!! ëvénemen :.. Et M réarm el: 11ent de l'Allemagne occldenta,le, .. lors même qu'li n'est qu'à j'état d 'embryon, a prpvqué un tel . l)'louvement d'opinion - en France no~a'mment - qUe les persanna. lilés américaines ont rlû mettre bas plusieurs· portées de « nifel" es » et de « dém.entis ». Comme le disait un jour un certain M. Shaefer, sénateur de eon état et belliciste par inclination

- Si la Fr~nce dit non, ce sera Cli!flcile au début ... Or la Prij.llce dit non. Pout' que ce soit imposable. Ce n'est pas par hasard Q Uil le docteur Aden,auer fasse, dins UJle Inter· , vie", accordée à. un journaliste an~lsls, une décJ8orat\ 1m d,hnagoglquo lur · la né. c~s~lté pour les Allem,ands de reparer les crimes antisémite. commis pendant la gue,rre, et voilà aus~itôt à l'étranger des Julh, naïfs ou malins, qui pre/llleat a u sérieux les " usur. nce. dll chancelier fédéni " et s'en félicitent comme d'une « m,arque d'incontèd8o\ lIe lionne volo)1té ». 11 y 6n a vraiJUent q:!1 1.'~nt rien apprh. L 'Anglo-Jewlsh · Association, pour tiC pas la nommer, est" Ile il. c.e poInt engagée dans le soutien de la p.olitlque aUemande de certaJnes puiss,ancea llccldentale~ qll'elle doive prenère pour parole d'Evangile tout ee qui Jort de la bouche d'u)1 personnage aussi inquiétant qu'Adenauer? Las! Quelques jours Jilus tard, interroge il. 50)1 tour sur J~ perlécufloR anUjuh'e des nazis, le "président" lieuss (des pleIn. pouvoirs à Hitler) ni~lt fOI;'\nellement tnutft responsabilité . du peuple allemand ... Vollà bien les c démocrates" qui ont été placés il. la tête de l'Allemagne occidentale

tartufe~, 10l'Squ'l!s

ne sont pas cyniques. ON ne 6uspeetel'll pas un journal ilussi lié au Départemtnt d'J;;tat que le New-York Times, d'h~stilité systématique il. 'l'égard de M.M. Heuss et Adenauer. l'ourt~ nt on peu, lire dans Je NeW-Yllrk 'Tlme5. SOU! l," 51- iUature de son correspondant en Allemagne, Andrew I\1lddleton, que les nazis, s'Ils jouent un rOle prépondérant en Bavière - et la profanation des 055ements de Dachau ne laisse plus llucun doute à eet éra.rd -, ne sont pa. moins malfaisant dans les autres provinces : « Bien qu~ les plrtls extrémistes ne l'Incluent pas officiellement dans lem' doctrine, l'antisémitisme flèurit dans tout l'Etat et les politiciens a.mbitièux· peuvent y faire appèl en cas de beSOiq. La rena: zÙicatlon bat son plein », écrit ~I. 1\1ld dleton. MAIS le New-York Times se soucle-t-II de sa.volr qui, en dernier ressort, .st respOns.able de cette rena~~ leatlon? Car enfin, si les nazis, en Allemagne occidentale, tont rdleurir, comme Il le dit lu.i-m~me, l'antisémitisme dans tout l'Etat, c'est Que cet Etat et ceux qui contrOlent cet Etat les Iaissenl t",ire, 10rllqu'lls ne les encour, aient pas. On peut penser ~ que l'on' veut du gouvernement de l'Allemagne de l'Est, p13ls I~-ba~ les tombes sonteU', profanèes? là - i;las un Schaeht, un Haldel', un Gu· derian maooe\lvrent-ils pour 'reconstituer le potentiel économique et militaire de Hitler'? li ne lufflt p.as de. dire que l'Allemagne a été travailleè par deux decades de nazisme, qu'elle est en quelque sorte traditlQnnellement et étern.lIement anti&émlle et raoiste. L'antisé· mitisme Ile tombe pas du ciel, comme ça, en vertù d'on ne &ait quel , mystère. Il rait touJours partie d'un tout. Et ce tout, en Allemagne occldenl,ale, s'appelle justement : renazitieatlon, c'est-a-dire sabotage des accords de Yalta et · dé Postdam, remilitarisation e 1 déjà réarmement. Ici, mieux qu'allleurs encore, se vèrlfle cetté loi, maintes fois proclamée par nous, que le racisme et la prépara, tlon à la merre sont Insépa. rllbles. Alertê. par le M.R.A.P., de, millier. et des millier. d'honnet~ s gelis ounent les yeux Jur le péril et forgenl chaque jour dans les faits une très lar"e union sans distinction d'oplnlon ou de cNlyance, En luttant contre l'antisémitisme hitlérien, Ils luttent pour la sécurité française. Et réciproquement. Un « compromis» N'lj.lIez pas écrire toutefois que les pe!'sonna!ilés arriéI' icain~ s en queüion qui jurmt leurs grands dieux.. craOEhent iL terre,.. la main EUr le coeur. ont renoncé! Que non, que non Le Wall Street Journal déclare très crûment que 1'19 plaü:anIEPie.; les mollleur€l: ne d6ivent pa~ dur .. r longtem P!· Et, pour tirer les PQ1'5onnall lés elériralne,~ d'emb:trras. le Wash. ington Post suggère la forlnlltlon d'une « Lè[/ion européenne unifiée 1 qui ra~Eemblerait ùaM "-"$ rangs. cOte a cOt. et SOU!; le m~me uniforme, le maquisarrl du Vercors el le S.S. de la divisIon « OlS Reich », le déport~ et le tortionnaire, le prisonnJer de guerre et son gardien· . Tout simplemeat. Qui dit non 'f Le S.S. de la di·v~ion « Das Reich », le tortionnail'è de Buchel;lwald, d'Au~chwitz et do Ma.uthau!en s'accommodera.ient fort bien {j 'une lelle Eituatlon. Dil leur côté. pue ùe ditricullés. 4! gouvernemenl de Bonn ne dIra évidemment pas non. Oar le jour où il ne répondrait . pa,s oui à ce qui vient de Washington, il ne seraIt plw; ;e « gouvernement» de Bonn. Quant au gouvernement français ... Bon. Reslent les maoulsards du V~l"cors, le pri;onnier, le déporlé .. · Sans lesquel:: on ne peut riep. L.V.F, et L.E.U. Il 'J avait ' une 101 nazie qui oonfén.lt à tous les élr~!lg'~I's combal tant au côté des W!dlts allemands et" fOUS le menu uniforme, la nationalité allemande à titre honoraire. Voilà qui aurait fait plaisir , au maquisatrd, au fJrieol\nier, au déparié enl'ôlé '\a.n8 la « TArlfoil Européenne Unifiée .. (L,E.U.), du WashingtOn l'ost. Pas vrai? Malencontreusement, un! orqonnan~ e du' hauk:ommillSula.\ allié a aboli cette loi. . En oclobre 1949. Moins avantagés que Je! roudards de la L.V.F·, le. con!;Crits de la L.E.U. n'auront même pM cette « distinction •. Quelle nationalité? Par la même occasion a été abrogée d'ajllfli'rs la loi qui con- Chéneaux von Leyritz pourra exercer une "répression exemplaire" N OU$ sorames quelque,. uns, de 1", résistance tou- lounlne, à nous souvenir. Nous sommes quelquetuns à ne pas avoir ",ubllé la m.ort de noCre cam.arade MarceI Langer, guillotiné par les bourr~a ux de Vichy, pour avoir été un des organls.at~urs des F.F.!. dans le Sud-Ouest de la France. Nous nous rappelons encore comment, aprè$ avoir iubl les tortures les plus alrocel sans parler, il a marché courageusement au supplice. Comment, refusant le verre ne rh1,Jm que ses assassins lui offraient avant de le jeter sous le couperet, il s'est redressé et, railleur, Il a une dernière foll cl;"lllé sa fol en la victoire finale

- Gardez-le donc pour vos maltres boches ! Ils vont bientôt en avoir besoin ... Et lorsque nos' cam80rades des groupes-francs abattirent en pleine rue de Toulou.e le magistrat vychl"te Lespinasse condamné a mort par la Rêsisf..a.nce pour avoir fait guillotiner le patriote Marcel Langer, nous avons bonne mémoire : un fonc·tionnalre de J'Etat Français prit publiqu~ ment parti pour la trahi; Ion et contre la justice : le Préfét régional de Vichy ChéJ; leaux de Leyritz, alors même que la plupa.rt des hommes de Pétal.n, sentant confusémén t qu'en abattant Lespinasse la Rêsistan.ce avàlt fait bonne justice, prétér.alent se taire, réclamait centre les « terroristes » une " répression exemplaire )), Il appelait I~s traitres frança,s et les bourreaux allem80nds à, Intensifier encore leur chasse 80UX p,atriotes. Il jouait, cartes lur table, le jeu de l'homme de VIchy auxiliaire, à. l'occasion, de la police .allemande. férait de force la nalione.lilé allemand eaux AI sacifns et aux Lorrains. D! ~or l e qu 'Il Il y a, moins de deux mois que les Alsacien!) et les Lo r raiJlS ne sont plus des Allemands 1 L'auriez-vous cru? Et nous 10Mmes quelquesijns, enfin, à nous' souvenir d~ ces ~ml .. ionl de la RadlQ de Londres aU cours desquelles M. ~laurlce Schumann .tI,matis. ait l'aotlvité hitlérienne de celui qu'il nommait « Chéc neaux von Leyritz)) et auquel Il prometta.lt, pour l'heure tant attendue de la LlbéraUon, le poteau d'exécution réservé aux traîtres. Mais les temps ent changé. M. 1\1.turlce Schumann a, petit à petit, oublié ce langagp. viril. qui, aux heufes les plus lombres, nous a louvent gonflé le coeur d'espoir. M. Chénea. ux de Leyritz en a profité et, éch,appant au chàtiment, a pu, du même coup, faire effaccr petit à petit le « von " I,nomlneux qui semblait irrémédiablement attaché il. son nom. Et l'on apprend aujourd'hui que l'homme qui réclamait Il une repression exemplaire )) pour les patriotes qui venaient de venger M.arcei Lanfer vient d'étre nommé Maitre de Requêtes au Conseil d'Et8ot ! Au moment oit l'Allemagne non dén80zifiée de l'Ouest devient, par la grâce du gouvernement actuel de la France, notte aillée bns la guerre antisoviétique que l'on veut nous Imposer, le coup est régulier, M. Chéneaux de Ley' ritz est promu pour service, rendus. Et li lui sera délor· J:\1ais possible d'obtenir, pour nos camarades, la " répression exemplaire » qu'il réclame del'uis six ans : n'est~ee l'as eet ~ hiver, que le Conoeil d'EI .. t, réIntégrant les collaborateurs dans tous les postes qu'un~ insurrection radieuse les avait contraint d'a.bandonnel;', va ch., ~.er , les "",trlote. aux'l.u~ls le peuple libéré avait cru devoir faire confÏl~nce ? J.-F, DOMINIQUE. La question est maintenant de savoir quel1e va être leur nationalité. ....!. Nous sommes Français bien Eûr, protestent-ils. A Wa.;hington, on ne J'entend pas de cell. oreille. Av!c l'histoire du « combinat Ruhr-Lorraine ». Et l'armée occidentale. gendarmes aux ordres de l'administration aliértenne auraient Incendié des habitations, pillé, violé des femmes et semé la terreur. On nous a même'apporté è.l'appui des témoignages, des preuve~, des documents photographiques. Après avoir gardé longtemps le silence, M. Jules Moch, ministre de l'Interieur, a démenti. Sans plus. Disons tout net que, s'il n'y a pas eu crime raciste, on eut &Imé voir M. Jules Moch en faire plus ample démonstration. Et que s'il y a eu crime raciste on eOt aimé voir M. Jules Moch sévir. Au bon accueil El! attendant les compagni~s de navigation font, en Afrique du Nord, une bien belle propagande: - Allez t.ravailler en France, disent-elles, vous y serez bien accueillis, bien payés, hien logés, bien Jloul'ris, etc ... Il y a des Nord-Africains pour s'y laisser prendre. De moins en moins. Oar en arrivant ils trouvent le chOmage, la misère. Et ça' finit par se 'savoir. Un gougnafier Un qui mérite qu'on lui botte les fesses, c'est cet hôtelier de la rue Carnot à Boulogne-Billancourt. Qui a pour locataires deux honnêtes travailleurs algériens. Or, Ç& ne lu! plait pas à ;e monsieur d'avoir ces deux locll-taires- là. Pourquoi? Parce qu'US sont Algériens. Alors pour s'en débarrasser II a imaginé un bien malin stratagème. . Il ne donne pas aux ~ . indésil'ables. des couvertures en suffisance. Et les laisse grelotter oo.ns leurs chambre~. . Bien entendll, le commissaire dé police s'~st déclaré Incompétent. Un ghetto? t'our éviter ce genre de dés8ogr~ ment aux hôteliers de cette sorte, U11 M. Pierre Oorva), con~ eiller de l'Union l'Tançaise, a, dans ses 'cartons, un bien joli projet. 'Il préconise, M. Piel'l'e Corval, 1.& construction, aux portes de ParlR ,d'une cité Il.raboberbèl'e. Une sorte de ghetto, en sommft! A "ec interdiction ,d'en sortir le ~oir après 8 heure$, peut-être ? L'AFFAIRE GROMa Des pratiques contraires à la tradition française par M. VINCIGUERRA PRÉSIDENT DE L'U. G. E.. V. R. E. LE retrait de la. flatural1sation . dont vient d'être frappé notre bon cama.rade Gromb, du Comité Directeur de l'Association. des Engagés Volontaires Ancien" Combattants Juifs, a suscité dans tous les milleux d'anciens combattl1-nts au , service de la France, un émoi considérable, Mais nous pensons également Que la. longueur ' de cette procédure, Qui est comprise et admise par nos camarades, doit être pour eux la garantie Que les enquêtes qU'ils ont subies donnent une stabllllé certaine au a1écret de naturalisation. Nous estimons que 3 années d'enquêtes sont suffisantes pour mettre en lumlere l'intérêt que présente la naturalisation de tel ou tel postulant. Et 11 nous semble dé,; lors un peu parad@xal Que l'application 'de l'article 111 puisse 'annhller d'un seul coup 3 années d'attente, 3 années d'eilQu~tes, et toute une vie cte probité et de labeur. Emoi ' bien cO!Roréhenslble d'ailleurs si l'on considère que l'application faite de plus en plus largement Par l'Adminllitration de l'article 111 du Code de la Nationalité suspend sur la tète de tous les anciens combattants naturaliSéS \lne menace qui ne manque pas d'être redoutable. D'autant pl us redoutable que l'applica- Nous· l'avons dit plus haut, tion de cet article 111, dont l'article 111, dans notre esprit, on avait pensé JUSQu'à, présent devait être limité à Quel"lues qu'il ne devait être utilisé que cas raréS et absolument indisdans des ca$ raNS et absolu- cutables. ment indiscutables, . , d e\'ie.nt Le retrait de la naturallsamaintenant dé plus en plus fréquent et ne laisse pas, à tion lalft·e peser sur celui qui ceux Qu'il fral'pe, un moyen en est l'objet une suspicion quelconque de se défendre. plus grande qu'un ajoul'nemept ou même qu'un rejet, Il Le cas particulier de notre n\! viendra à l'idée de personcamara. de Gromb a suscité à ne qu'un retrait (ie naturalljuste titre un concert de pro- sation ait pu être effectué testations. Depui~ de longues parce Que l'intéressé ne remannées en France, Gromb est plissait pas une des conditions , marié et père de deux enfants _ et dans quelle mesure, du français. Enga~é. vol~ntaire en re~te, cela est encore .à dé- 1939, il a partICIpé a la cam- montrer _ nécessaires à l'ael'lagne de France dans . les - quisitlon de la nationalité rangs du glorieux 22' Régiment. française. Tous ceux Qui apde Marche des Velontaires prendront une telle nouvell~ Etrangers. Fait ,pris0t;tmer en seront persuadés. et à juste jul,n 1940, II n a éte Il?éré titré, d'allleurs, que cette mequ en 1945" après 5 ans d ~ne sure n'a pu intervenir que captIvité d auta~t ~Ius peni- pour uIle faute extrêmement ble ~ue Gromf{ est, lsraéllte. . ~rave de l'intéressé et sur lui . Des son retour li Allemagne, règnera d~sormàls un légltlil avait présenté une demande me soupçon 'Qui constituera de naturalisation à I~quelle 11 pour lui un complexe redouavait fallu 3 ans pour abou- tab~e tir. Trois aus d'enquêtes, d'exa- . mens. Loin . de noul l'Idée Mals cette mesure est plus d'émettre ici une crltlque grave encore peut-~trè a.u quelconque contre les lenteurs point de vue pra.t1q'tle. L'intéd'une prOCédure quI devrait ressé avait peut-être, avant sa être, iL notre avis, une garan- na.turallsation, une nation alltie pour le postulant à la na- té. Il se trouve. après le returallsation, Et de fait, il trait de sa naturalisation, sans semble sage et nécessaire .Que aucune protection, rmisQu'll l'Adminlstration s'entoure de n'a plus ni sa nationalité d'oritoutes les précautions Indis- gine, ni la nationalité franpensables ça,ise, AUSSI p~ns6ns-1'I01j.s Qu'une réforme urgente E'lmpo~e du Code de la Nationalité. Un Comité juridique présidé pa,r M' de Moro-Glafferri, et auquel a.dhèrent les IJlus grandI noms du barreau francals 'at de hautes personnalités, se penche actuellement sur cette question et un projet de loi 3era prochainement dépOSé 8ur le bureau de l'Assemblée Natiottale. Pès à présent, l':!.ttention de ·M. le Ministre de la: Santé Publique et de la Po~ pulation a été attirée sur le cas particulier de notre am! Gromp. LA Ciolestion pour nous dépltsse du reste ce camarade, car nous estimol18 Clue le maintien dans III! Code de Il!; Nationalité dé l'article 111 serait de nat!lre ft. nulré gravement aux intérêts de la France. Nous avons toujours déclaré auX différénts min!str"~ dè la Santé ~ubllque et de la Popullltlon qui se sont suc. cédé depuis la Libération, qu'une des conditions esSentielles à l'arrivée nécessaire et désirée d'immigrants ,étran. -gers, était la naturallsatieTl prioritaire et accélérée qe' ceux Qui, viva:nt en France depuis de longues année5: ont consen t1 à ce pays le sacrifice le plus granct Qui puisse .être demandé, celui de l~ur sani. Nous pensons Que cette première condition serait Inopé" rante Il ces derniers n'avalent pas un minimum 'de garanties a.Urès l'octroi de leur naturalisation, C'est jeter de la poudre aux yeux que d'accorder un décret Que l'on. peut, dàns l'année qui suIt et mal- · gré trois années d'enquêtes, retirer ~elon le bon vouloir d~ l'Administration et sans ,qU\~ l'Intéressé puisse même pré, enter un slroul&cre de défense .. MANSTEIN VoUs êtes, leur dlra.·t-on bientôt, Frltaluxl~ns \ r----------- du 'M. '/R. 'A . . P. Si les pouvolrs publiCS tillnnent absolument a.u màlntien dé cet article, Il importe, et ceci dans l'intérêt même ,du pays, qué l'Intéresse ~ ait lé, droIt de faire entendre sa volx et de présén tn les obs~rvatlons qUi lui semblent s'Imposer. En retirant un décret de naturallsation. l'Administratio. n fait ta. preuve .Qu'è,llè s'est trompée une première fols en accordant la nationalité franç&ise ; elle doit co~prendre QU'4ne deuxième er. reur est possible et il est de son intérH d'éclairer sa lanterne en' permettant à l'intéressé de présenter sa "défense. kamerad LE général 1\1ansteln, responsable de l'assaulnat de millions de Russel, Juifs, p;J.rt(sanl et prisonniers de guelTlI polonais, sourit. Il est s.atlstalt. Et il y a de quoI. Aueun jurlsle nazi allemand n'Ilunlt fIS;' raire un plaidoyer 1111,31 aussi fulgurant que Mister paget, sun drfenseur anglais. Même la presse allemande aemblait élonnée. La plupart de! journaux d'outre-Rhln se lont !lor. nés à publler la dithyrambe de l'admirateur du " rrabd iénéral » sans aUçun commentaIre. En substance Paget .0uHent Ja thèse qUe " Manstein n'a rien su ". Les .trollitel, corn· mises en Pologne ? Uniqué. ment deI mefalts des SS, l'armee était Impuissante. Et eo s'adressant dil"'ctement au Irlbunal. Pa"et ,'écrie, l'Indes levé : ". C'est le dnolr il'un ofllcler d'obéir Iveurlement li. - On Q essayé ICI, dit le fasciste anglais Paget eo terminant son plaidoyer .énla. lionnel, d'attaquer la réputation de là II: Wehrmacht, » et de son plus grand chef. Mals on est arrivé exactement au contraire. L'armée allemande s fait preuve pendant cette iuerre de la plus gnnde discipline et j'en suis cOntent· (OffICieux du Quai d'Ol say) {( Le Monde » jetterait- il le trouble ? occidental J'espére que nou.~ tous. nous nous retrouverons un jour en caMarades, si jamais Il faut défencire l'Europe occidentale. Je SUIS persuadé Que personne en Allemagne ne croit qu'un Manstein pourrait être un crimineJ de guerre. Il ~st le plus graud héros de SOU peullie et Il le restera. C'est pourquoi je demande l'acqultlRment pour mon cll~nt et .le crois Que cet acqulttèment fera honneur à mon prOpre pays 1 Donc, le citoyen anglais Paget est content de l'obélssancr. que son client a ttmol,né~ au Futhrer. Il se r~jouit de ce que les vlttlmes d~ Manstein ne pourront l'IU~ se baUre à la Il pror.haine " C'est toujours QI de gard ! Et à ceUe " prnchaine ~ quo Paget espère uns dout .. pour li",ntôt, Il IP hat· tra côte à côte avec « son Kamerad " Manstein. Quant Il l'honneur de l'\nrleterre que P.get croit avoir détendu en demandant l'aequittemént du ,, ' plus ,rand heros allemand », U y aura peut-~tre encore quelquel tra. vaiUIIIU britanniques, sanl parler dll peuple anglais dan. JOn Immense majorité, qui ne seront pa. tout à tait de son avis. Ida CHEVANT. M, Johnson. •• crétalre d'Et .. t améric.ain à la Guerre, a d~cla.ré · : c Il n "y aura pas d'~rmée alle· mande .. , et le général Om~r Brad· ...... NU ley, chef d'état-major américain, ST\ A 'T ES MAN & pr6cisé quelq1jes heure. plus tard: .r1. « Pas pour le moment . • L'Aube , A· ND N A'TION journal du plf..rtl de 1\1. Schuman. J-\. y voit une confirmation des (bonn) • Il1tentlons du gouverneItl"l1t : c Tout (Londres, travaitl1steJ cela demontre que ceux qui Ollt voulu continuer dè suspecter:, pendant tout le débat (à l'Assemblé. nationale) ses déclarations solennelles, étaient de m~uvaise foi e.t 11 'avaient pas d'autre put que qe jeter le trouble et de ,arder un motif de propagande ", te Le Monde ~ , officieux du Quai d'Orsay, veut done jeter- le trou .. ble : On remarquera la rtstriçtion • pour le moment " qui donne toute léur .1~nificatl0n aux li'aroles du général. En réalité Il est notou'e qu'il est partis,n. comme le maréchàl Montgomery, de l'utill.,tion du potentiel militaire allemand ... Ce démenti, qui vise l'imm~dl.t, ne concerne pas l'avenir. même proche. C'est sur quot insiste dé)l la presse britannique. c Il est dlffJcHe. écrivait hier r c Observer ". de voir comment le déficit pour la . dèfe""e d. l'Europe OCCidentale pourra être comblé sàns la participation de J'Allemagne. • On lisait le m€me jour dans le c Sunday Times • : c Le désarmenlent de l'Allemagne ne !:era pas accepté ni imposé inMflniment. Sa fjn. est impliquée dans l'admission dt J'Allemagne dans la famlllè eul'opéenne, • Il faut noter d'ailleurs que dans ces journatL'X, cOlnme aux Etats .. U'liS ou en Alle/Ylagne, on n'envili, e pas tant une nouvelle, armée allen,ande qu'une armée ouropéenne où .eraient incorporés de. Àllemands. Le modèle d' 1;IVl~nt guerre ? n en ~it qui se rendcllt çompte du dangers dont est ,roose l,ur propre politique. Ainsi du c New S tatesman » : Le démant~lement _ devrait - cesser, l'Allemagne occidentale' devrait ~ être admise au Conseil de l'Europe, le potentiel énorme de la Ruhr • devrait • être intearé '1vec lés trusts de J'acier d du fer de. voisins de J'Allemagne. Mols 1. question est : par qui et dans qu~1 but ? Selon le chancelier allemAnd, les Vereinigtè Stahlwerke ont dressé un plan pour .uil1'1enter leur capital do 300 mUllo"s de marks pour se r6équiper. 225 millions de Inilrks provH~ndl'8i.ent de Cèl'ttaux étrangers. Le plan, ,,-t-il ajouté lors d'une conférenëe de presse, a été soumis aux ministre! des Affaires étranlèrès à Pa ris. Son acctptation d~pendra vraisemblablement d'une garantie très vague de c sécurité :J' - la p~rtlcipation de l'Allemagne à J'auIDrlté de la Ruhr. Ce pl,ln serait certainement le silne avantcourè", r d'autres plans similaires ~our èJrganiser une ellten te franco .. allema.1de sur le modèlé familier d'avant &,uerre, A moins qu'elle ne soit établie selon de vêritabies nor .. mes socialistes, toute entente oemblable dans les circonstanc •• actuelles d.Oit conduire à la domlnatien écOnomique da l'Europe occidentale • Nou~, ça nous élonI;lerait qu'Ils veuil,ent. . L'as-tu vu .. ,? · Oh 1 oui, ce fut une bien bèllé cérémonie que celle au. COIlTS de laquelle le f,énéral Juin, résident général au Maroc, prit séllonce à. l'Académie des sciences colonii!.\es dont il a été élu membre titulaire. Il y avait là M. Letourneall, ministre de la France d'outre-mer; MM. Aujoulat et Gorse, secrétaires d'Etat. Il y avait là le général Weygand qut fut l'homme de confiance de Pétain en Afrique du Nord. Dans SOIl dlsCOllT5, le gémÎrai Juin 80. tiré son chapeau au général Weygand. Ce qui a bit plaisir à. toute Passistance. "' . Une oeuvre humaine ... - Il n'y a pas, en Afrique du Nord, de, oolonialisme fr:\.nçals, mals seulement une oeuvre humaine ·et morale Incllspensable à l'équilibre et 8, la sùreté du mônde occldenta.l, a dit le général Juin. . Nous, on ve4t bien. Ma'5 on aimerltlt connaître 80ussi le sentiment des hahltants du douar de Sidi-Ali-Bounab sur la question. Car, enfin, on nous a affirmé que le douar de Sidi-Ali-Bounab a été réoemment le théAtre d'une expédition punltl.ve à caractère de razzia, au cours de la,quelle les par les forces capitalistes allemandes et françaises qui portèrent Hitler au pouvoir et mèneront en définttive au réannement de i'AlIemague occidentale. cette mise en larde est diredèment a.dre·ss~e :!lU travailU~te E. :Bevin. L'èntendra-t-il ? LE'POPULAIRE (Paris, dirigeants S.F.I.O.) Curieuse logique Voici troi. extraits d'un m.ime arel. d. M. Lton Blum : (1) Une cruelle expérience ne nous obliae..t.-elle pao à la méfi~nce, au soupçon ? Serait-on plu. tr •. nquille avec la pUi;$ance militaire d~ l'AUemagn, qu'avec sa puiss~nc~ de production industrielle ? Comment pourrait-on s'assur~ r qu'elle ne sérait pa& divertie de son objet, qu'à la faveur de circonstances impossibles à prl!:voir ~l1ê ne serllit pas retournée contre le! Alliés qui en auraient autoris~ et favorisé la formation ? (2) On )lourrait concevoir une ~orce mlUtalre allemande qui ne folt plus au o.rvice da l'EU.t allemand, qui ne filt )la. davantale au service de la France ou deI Alliés, qui f'dt au $etvic~ de l'Union ou de la Fédération européenne. de la paix européenne, de la défense européenne. (3) A l'heure présente, c'est-.dire cinq ~n~ après l'ètfondrement de l'.empire hitlérien, Il L'action Belle manifestation du souvenir à Mont;euil organisée par la section du M.R.A,P. et l'Amicale Israélite dimanc:he 4 déeembre Dimanche 4 d,cembl'e s' ~ ' t cléroulée une belle manifestation du souvenir à la mémoire des vi~ti' mes dcs persécutions nazies d~ MONtreuil. A l'appel de ia ~ection du M,. R.A.;'. et de. l'Amical. Israélite de MOl!:reuil. la population juive avait repondu nombre~e. Ont successivement pris la parole à ce bea u meeting, pla,cé sous la présidence de notre ami Maurice Essemberg : M. t'aul Eisemberg, président de l'Amical~; M. St,~rl\t7. de la ser.t;'ltl loca le du M.R.A.P. ; Mme Mi1steln, de l'U.P.F.; le jeune camarade Boski. de la maison d'enfants de Montreuil; M. Sliferstein, du comité d'action du M:R.A.P. ; M. le rabbin Tulman. qui, dans une émouvitnte péror.aison précédant le service religieux, ."ppel~ tOU3 les Juifs à lutter pour que rie Fj)ient ni' oubliés, ni renonvelê~ les crimês des llazis; et enCln notre camarade Oha.rles Pa.lant. du secrétariat national du M.R.A.P. n'existe aucun danger rajsonnab !e d'agréssion armée je la part' de l'Allémagne occidentale. Rallce-soir A l'issue de Ip réunion. 26 9 bopllementa à. c Droit et Llbèrté furent remis à notre ami Palatlt, première contribut;on de MOll, reuil à la campagne nation&lè d~ lat.cçment. MEETING ANTIRACISTE dans la 1 S~ arrondissement organisé par la section du M,R.A.P. . Lundi 5 décembre a eu lieu un meeting àntiraclst~ et pour ln naix dans la salle de le. l'ue de Trétaigne, dans le 18' a.rrondls~ __ mel1t. 'QIl~ la orpsidpnce de M Joseph Créitz, ancien re.."pons:ioble de la section de la L. 1. C. A. du 18', entouré' des camarades de la s-ctn locole du M.f?A.?. o~'I!'" nisateurS dè la réunion. On l'emarquait à la tribune la présence de deux Martlniquai.s. No.s amis Simon et 'Thérèse ont successivement p rlsla: )Jarole. t'aisant la démonstration de la sunérlorHé. pn nomhre et en, ,.,ui.sance. des ferces de paix, Charles Palant, au Jlom du secrétariat national. appela ensuite · tous les antiracistes à joindre le front de la pail. Les applauQ!i;semenls et les nombreuses adhésjoJlS recueilliè8 témoignent de la volonté farouche de l'auditoirê de lutter plus Bn· (Paris, progressi3te) Manque d'enthousiasme Au terme: d'un vôyare en Europe, une • personnalité am'ricaJnt, M . Mànsfield. membre de 1 .. Cha.mbrt des Repr~sentants. a tenu ces propos pleins de s~n5 : c A mon avis, l'AUemagne est le pays le plus fort d'Europe, En France, par contre. j'al cru d@celtfr un manqué inquiétant d'enthousiasme. Je me demande comment le plan d'aide milita ire peut tonctionner alors (lU 'il doit compter sur le peuple français (Paris, sociatiste de drOite) comme principale force terrestre. La chaîne du réarmement M. André Stll relève. trolo aveux. c P6ur le réarmement de l'Alle- dans cette déc1aratlon : malne, certaines llle~ures auraient . Voiei souligné une fois de plus, f:té . prises par les Américains. Mais ce qui est à pe ine nécessaire après la Fr.nce a reçu l'assurance de ne les entretiens qui viennent d'avoir pas ftre placée devant le fatt ac- lieu à Paris, le rôle primordial que compli. " Tel est le titre donné à joue, dans les plans américains un rêctnt commentaJre de Pertlnax. d 'agre5$ion centre l'Un jan SoviHiLe lecteur preué n'en aura sans que,}' Allemagne de l'Ouest relevée doute pas lu la conclusion essen.. et rt.rmée sur les ml!mes bases que tlelle ; l'Allemagne hitlérienne. c Si les Allemand. de l'Ouest ne se Ensutte, voici dit en toutes . lotbattent pas avec nous. Us se bat- tres que dans ceUe guerre d'."re.tront contre nous ~, tel est le rai- sion on compte sur la France pour sonnemènt sur lequel butent tou- fournir c la principale force tertes les objections que, de notre restre~. Si l'on rapproche de celé. c6t~. l'on l'eut pr~senter. Et ce rai- 1. déclaration d'ul'l autre député sonnèment n'appartient pas en pro- américain, M. Poage : « NOus dépre à nos amis américaln9. Ma.is les truirons tous les ponts. nous inon~ objection ne sont-elles pas les plus dorons tou tes les houillères, noUs fortes ? Armor l'Allemagne de raserons toutes les cheminées d ' usj~ l'Ouest. m!me fragmentairement. ne en B~lgique et dans le Nord de n1ême sous la forme de guérilla$ ÔU la France -, on péut se faire un idée de maquis, c'est mettre en mouve- de la partie qUé l'on rève de nous ment une chaine de mesures con- faire jouer dans cette guerr'~ induisant 1nfailliblement. ImpeccaQle.. sensée où nous sèrlons les J'rinciment au réarmem.ent total. De. 1'avit; palt!1 v ictimes, . des observateurs les plus sagaces, M4iS enfin , et iurtout, il y a. dans c'est pr"clplter 1.. conflIt avec l. déclaration do M. Mansfield l 'Union Soviétlque. L~ nlonde occi.. quelque chose d'absolull1ent récon~ dental dispose de ressources assez: fortant : il s!. rend compte que les étendues pour ne point avoir à en Français ne sont pas du tout d~(li- 1'8sse:r par la résurrection nlilitaire dés à se lais5~r pousser à la tuerie. de l'Allemagne, chargée de ~onsè-_ Le. amis de 111. ~l:\nsfleld s'inqutè- . qu.nees imprévisibles. tent. l)n veut s'en réjOUir. Ainsi s'écroule l'ariumentatloll de - ceux qui rtpHent : • On ne peut _ pas faire. autrement Jo. Une autre . ' polltlque est posslbl •. S, NEP. 'lmp Poissonnl~re 6, botjl l'oissonnlère PAAlS (~) core contre l~ raelsme, l'antisémitisme et le danger d'une nouvèlle gwirrè. . A LlVRY-GARCAN Soirée cinémato~raphique Mardi dérnier a eu wlu, à Mon CIné, une Boir~e de cinéma où fut projeté, avéc la « Prise de Berlin , le film du M.R.A.P. sur là journée du 22 mai 1949 au Cirqué d'HIver, qui obtint un vit succès. Cètte soirée, organisée par la, section locale du M. R. A. P., fit salle comllle. Nous avoJlS remarqué, fra,ternellement mêlée, la quasi totalité dê là. pOl'lulatlon juive, les membres de. la société ~ La Fraterntlle _, de l'D.J.R.E., etc... . Pendant l'eJltr'acte, notre ami Voisin, du secrétariat de II!. région paris ienne du M,R.A.F. prononça une allocution sur l'action dé notre mouvement et termina par un appel à. l'union de tous pour empècher le retour à la barbarie hitlèrlenne et pour assurer la paix et la. sécurité iii nos toyers. Les applaudissements unanimes et enthow; lastes ont témoigné de l'accord complet entre le public et l'orateur. Bonne soirée pour le M.R.A.P. et félicitations aUx dévoues organisateurs. Nous vivons encore, Dieu merci, dans un pays qui s'honore d'une tr&dition de justice et de loyauté. Ce serait · un préCédènt lourd de conséQuénces que de continuer .des pratiques qui sont ~bsolument contraires à l'esprit" a. ·1'h6nneur et au bon sén! de la France. . TOUS LES VE"IDREDIS DROIT ET LIBERTE contre I~ racismè et l'anti. Sél1litl~me. pour la paix COMiTE DE DIRECTION And,. BL U AI EL tlenrl BULAWKO Maurlee GR1N~PAN Charles LEDERMAN Plerro-Reland LEVY Rédaction et administ~ation : 8, Bri Poissopnlère, PARIS-STél.: PRO 15-01 et TAL 81-14 Le g~r.nt : Ch. OVÈZA!ttK Ils et .approuvent soutiennent D. L. Le 4' congreE de l'Union a".l Sociétés juives de France s'est déroulé d & n s l'enthousiasme et l'esprit d'unité, samedi et dimanche derniers. Les délé!!,ués de 60 'Gcletés y assistai en t. n~nimité, soulifnent en partlcu. her les dangers de guerre, la nécessité de lutter contre 1'&"'106' mltis~e qui,~st un des aspect~ a, la preparation à 1& gu~rre. Les délégués s'élèvent contr. 17 l'p.armement de l'AUema,ne d~ 1 Ouest 'at la menac~ qui en déc0l! le bour la France. . Lp. nouveau comIté central a ëU elu à la fiN des débats. Une pla c~ lrés lm[lol' ta.nte a. été con~aCl'e e , \ant dlln~ le compLe l'e1)du à'activité présenté par A. POZNANSKI Une déclaration le prés i dent Je M.,A . Poznanski Pozna~~i que dans le rapport du secrÉtaire gé- , M .. A. Pl'ilnt%ns/G. .i, .pré'!·d-nt d' néral Alfred Grant, à la lutte 1 U 0 0 contre l'antisémitisme, l.~ racisme mon des socIetes iuives de et pour la Paix. :Le rôle primor- France, nous a déclaré : dial de « DrOIt et Liber :é » a été Jt soutiens à. fond Droit et LIsouligné, et le èongrès s'est en- berté pour deux raisons : gagé à souténir le combat qua l' Parce que Droit et Lib~té mènent le M.R.A.P. e ~ « Droit et est l'organe du M.R.A.P., mouve~ Liberté ». ment qui poursuit le but de Illt- Le congrès ~ envoyé une délé"a- trr sincèrement contre l'antlséml. tion à la Fédération des Sociétés 8me ,ét le rà.cisme et qui s'ès! ' j i d F assocl~ àux centai!les de milll"'n' u ves ~ rance pour nropoeer de braves O'ellS q 1 • là. création d'un comité drentente • u, de par l~ entre les deux organisa:lon.s, avec monde, combattent la guerre et un programme restréint, notam- ne veulent plus conn~lire d~ ment : massacres entré les peupl~s. l') Unir 'et coordonner l'Ilcti- 2" La conqu~te de la paix est vltl médicalè; . actuellement notre plw; cher dèsir. Un peuple qui a perdu plul 2') Fusionner les caisses de d'un tiers de son effectif humain prèt ; n 'a pàs le droit d~ s'e!1hgel' dam 3') Créer un comité d'aide &u un sentIer qui, de ;:Ires ou mêlJl8 peuple d'Israël; de loin, le conduirait 8, de ll"'U- 4') Mener en commun l'action veaux Auschwitz ou à de 1')6ucontre l'a.ntlsémltl·.m'e dt pour 1a veLau x Buchde'nl w.a "l1d . PaIx. e pays sr&e, par sa situa. Le comité central de la F .s.J.F . • tlon lléO~rapniqué et pal' !a néèst venu saluer le conilrès mais cesslté d assèôlr son écollomlè sur J I ' .' des bMes solides a besoin d, 'une a r~, eté es proposI tIOns d. l'U. tr~s ll'ngue périOde de paix a.usll ~.J.F. . . bien en Moyen-Orient que dant Les l'ésolutlOnt, adllptées à. l'u- le monde entier. , 1 , ' /1 ... . \ ,J .l .,.. .' Un reportage de Jean MONTAG NEY Il Y a onze ans ... QUE SE PASSE-T-lL AU JAP'ON ? -~-r---------- L'empereur · Mac Arthur,L'ASSAUT NAZI .contre les synogogues n'a pas détrôné les v,rais maîtres du Japon T DUS les militaristes d'Europe ont prôné, chanté, donné en e~mple le soldat jllpon!; lis. Au vrai, le fils du peuple, le paysan à grosse tête, était enfermé dans une , armature rigide de sous· officiers et d'officiers. Il subissait une cure d'abrutissement sans équivalent dans les armées euro péennes. Une prppagande savante et insidieuse le poussait à s'enrôler dans les « com battants de la mort ». Il y avait, collé dans le livret de ces derniers, une feuille de « conseils » ' qu'il 6tait bon. de connaltre : «Si t.on fusil est bri!\t, co."bats avec t" baïonl1ette, si t.a baïonnette est "risée, frappe avec tes poings. til te. poings soot tranches, IIttaque avec tes dents ... Pouvait- on pousser plus loin le fanatisme? OUi, puisque ~ès qu'un pilote d'avion' « suicide » aVait signé l'engagement, on adll'essait à la famille l':!'cte de d~cès de l'homme. Les pal'ents mGntraient, parait-il, avec orgUeil, le sinistre papier aux voisins, • La bombe atomique n'aurait pas terminé la guerre. Il a fallu la; décision de l'empereur, le « resèl'it li solennel pour arrêter les combats. En apprenant qu'une arme nouvelle avait brûlé OOS ~illes, des' femmes, des enfants, le , soldat japonais serrait les poings mal5 voulait se battre encore. Le capitaine Okamoto m'a raconté que dil.ns sa rage, pour ne plus entendre la voix de J'emperllUr, proclamant à la radio la capitulation sans cOllditlorul. 11 avait, à coups de crosse de pistolet brisé les lampes de IOn poste, • Et quelle n'étalt pas la froIde eOlère, le racl~me exaspéré des Américains e'n voyant des It jaunes », des «hommes de couleur J faire face courageusement à leur matériel ultra-moderne. Pouvait-on concevoir pareille outreculqance ? A ussi, à Peine débarqués pour l'occlJpa· tion, les hommes en kaki exigèr~ nt-i1s pour eux ' seuls des waK\ ns dans le métro, des autobus . réservés, des restaurants privés. Mals - tOll~ comme cela se l'~sse aux Etats-Unis pour les négresses - . les G.I. trouvèrent foIt agréables les petites dan, euses et les pensionnaires des maisons de poupées. « La démOcratisation » du Japon La' déclaratIon de Potsdam de- 1\1,I}dflit - que soit « ranimée et !Qrt!fi~ la tendance démocratique du peuple japonais li. Les partis politiqu~s se mirent done IL l'oeuvre pour présenter un proj~ t de Constitution qui tiendrait compte du désir des alliés .. En ce qui concernait le maintien de l'empereur, seul le parti communist, e fit montre d'opposition, les autres groupements étaient pratiquement tous d'accord pour LE MIKADO garder précieusement le .Fils du Sol~il, Aussi le projet présenté Le 7 février 1947 D'était-il, en somme, qu'une démarcation de l'ancienne Constitution, Il débutait ainsi : « Article premier : Le Japon sera . une monarchie. Art. 2 : L'Empereur sera un monarque et exercera le pouv,: _. souverain conformément aux . clauses de la Constitution », Quand ' MM . . Adenauer et Heuss veulent faire du sentiment (sur les Juifs) Après Adenauer, Heuss La paternité de ce mirifique projet revenait au parti conservateur (plan Matsumotc). C'était, comme on dit vulgairement, aller un peu fort, Aussi le 6 mars 1946, une autre formule vit le jour, un peu plus libérale : ({ Article premier ; L'Empereur sera un symbole, le symbole de l'Etat· et de l'unité du peuple. Il tirera sa souveraIneté et sa p0- sition de la v()lonté souveraine du peuple ». La discussion s'ouvrit à la Chambre des Representants sur ce texte et le nouveau cabinet .. présidé pal' M. Shigeru Yoshida, le fit approuver par la Diète. Les Américains se déclarèrent satisfaits et la démocratjsation du Japon . commença. Dix tonnes de documents ..• On a dit que les notes, circulaires, directives et avertIssements de Mac Arthur diffusés pour le plus grand bien des J aponals ne tiendraient pas dans un camion de dix tonnes. C'llst possible, car les Amêricains adorent écrire. Mais quel pouvait bien en être l'effet ? Dès que la capitulation fut décidee, les cliques, la haute police, les militaristes mirent en pratique leur « stratégie de la dé· faite :t qui avait été soigneusement préparée. L'ordre de 'liétruire toutes les archives compromettantes - aussi bien pour les Zaibatsu que pour les criminels de guerre - fut donné, Pour gêner les enquêteurs dans leurs recherches, on opéra des 1( mutations " dans le personnel, de faux ordres de service furent établis et nombre de personnages, . fort compromis, apparurent sou· dain plus 1'1ancs que neige, ... el les actes En bref, Mac Arthur se se.rvalt des membres même de ces Zaibatsu que les Alliés s'étaient engagés à détruire: Le baron Shideara, chef de Cabinet, n'était-il pas le propre beau-frère du baro,n Iwasaki, l'un des chefs du trust Mjtsuibishi ? Le sort des monopoles n'avait-il pas été remis par le gouvel'Oement entre les mains d'un cQmité de banquiers japonais? Quant à la. « réforme . agraire H, elle était parfaite - sur le papier. Les terres devaient être vendues al1X fermiers et payées à l'aide d'un prêt consenti· p31' le gouvernemen t (chaque parcelle représentant, par famille, environ cinq hectares). Seulement voilà, les tnfortunés fermiers devaient passer, pour l'operation, par l'intermédiaire des associations agriclles qui. toutes, sans exception, étaient contrôlées par les grands prollriéta,ires terriens. Les pressi.ons, les désiste· ments, les ventes iL des « hom, mes de paille H ft.:l'en t la règle. (A mivre). L E 9 no,'embre 1938, le fa·ible son d'un coup de pistolet tiré à. Pari .. , declencha.lt en Allemagne un délire. « Spontanément )), la population allemande . se ruait sur les synagogues, sur les rn.aisons des communaute. juives, sur les habitations des Juifs, incendiant, détruisant, PILlant. violant, mutilant et massacrant. Une vague de folie semblait déferler sur ce pays qu'on comptait pourtant autrefois pannl les na.' tions les plus civilisées, et dont des centaines de milliers de JUifs avaient fait leur patrie et la servaient fidèlement. SI ce pauvre je une dése~lIéré n'.avalt pas tiré sur ce conseiller de l'Ambassade allemande, Von Rath, ce 9 novembre 1938 serait arrivé quand même, plus tard, mais sürement. Le prétexte aurait été trouvé comme on Cn avait trouvé un pour le boycottage. Les Juifs avertis s'.attendaient à quelque chose de semblable. Il fallait bien que la haine semée par le régime nazi, que l'antisémitisme soigneusement développé sur tous les terraIns pal' la propag. ande hitlérienne, que toutes les calomnies, tous les menson· ges répandus par la presse, que l ' exc~tation officielle contre « la race inférieure )) trouvent un aboutissement un jour ou lautre. I:N ce qui cdncerne la « sponta. néité », nous publions ici un document qui en dit long, m~is il ~st indénLab.e qu'une grande part du peuple allemand participa activement à ce. ,journées du 9 et 10 nove~bre. Des millions de personnes .ont assisté à ce spectacle poignant où des hommes et des femme. crachaient, à la figure des vieillard •. Des millions ont /.pplaudi ies mots orduriers jetés aux femmes 'juives qui, souvent l'enfant sur le bl'as, form.u e lll avec les hOlllnles jeunes et vieux, ces cortèges qui finissaient dans les camps de eonccntratlon, dans les cbambres à gaz, dans les fours crém.atoires. Il est vain de vouloir rappeler toutes les scènes atroces auxquelles il nous a faUu assister ; la 2rofanation des temples, les rnccridles qui s'allumaient de toutes part" les meubles qui valarent par leo fenêtres ; cet émule de Streicher qui devant les Juifs rassemblés à coup de crosse, nu-tête, dans une synagogue, déclamait sur le ton d'une prière des extraits du « Stürmer H. Enfin tous ces massacres de milliers d'êtres hum,alns. • 1 NCLINONS·NOUS devant les victimes de ces journées, dont la' plupart n'ont même pas une tombe sur. laquelle un pr.oche parent pourrait venir se recueillir, mais surtout. n'oublions pas. Les synagogues fureot les premières ruines dans l'Allemagne nazie. L/. roue de l'histoire a continué à tourner et d'autres ruines sont v.enues s'y ajouter ; les ruines d'une guerre sanglante. Les Juifs qui survivent à l'extermination, ont entrepris de reconstruire. Pourtant c'eot. avec une' angoisse sourde qu'ils se posent la question : « Y -a·t·il quel. que chose de Changé depuis 1938 ? Ce délire ne peut-i1 pas .e reproduire ?... " Le m,;olheur elt, qu'actuelle· ment, il est perm.l~ de douter. Violette ADAMS. Dokument des Wannsinns.t Wte .,-stematlsdt dl" .. Sponta.nlt!U- orll nl$iert \I."\.Irde, geht aUI einem ersc:huttemden Dokument heryor. da! wir am besten ohne weiteren Kemmentar "ad1tolgen~ zum Ab~ l4!ruck ' bl'1ngen. Es bt der DokumenteftummluJ'l, !e, Obtrtlten $prumgerichl.l entnomrrlt ..

.;.). ....t trlgt da. Akl. !nze1ohen G. J. Nr, 98
1

lIA. der NSDAP ".~ .... U. N .... mbor 1t31. Rri,arie ao (Starkenburct ~teHun. F BI'. Nt. 4301 Ail SA-aro!,," It u r p la la at •• ltb.Jm ,Am 10. Il. 1933, • \Ihr, erffidlt.-lI'Ildl f.llen~er lIer.hl:. - ,.Au! Belehl dOl dnlppenltihrer. al.d ..,rwt !nnerhaJ~ der IIrlptI. sn "mU",,", III,. slschen Synagogen JU sprengen oder ln Brand zù utzen. Nebenhliu~. die von arltchtr Bevolkenln& bewohnt werdl'!n, dUrien nlmt beschadi,t werden. Die A,klion tat la ZlvU aùszufühTen. 'MeutereJen oder PIOnderungen sind EU unterblnd4rft. Voll:tugsmeldun, bIS 1.30 Uhr an Brigadetühru oder OiensuteUe". Oie Standerlen(ührer wurden yon mir .oton &larmier\ und ,enauelten.a #inltruJ~rtt .nd mit dem VOUlU' sotort begonnen. ' Ich melde hlermit. es wurden ufstort lm Bel'el:he der Standlrle IlS! "l:"Sote in Dannstad~ Bleld1.strl~ . fI· SJlbagj;, 1""}ann~tadt, Fuch!.lItraOe 1: J'Il a. i1 : SlYpJr'.eun1otri':' rn .fI" ~. ". n LanX~1) inge.r. e·.7, :~ielsbl~ 1: 8~l'felden • f . S ln ~lsladt a. S agog~ in ~ s;nBgOge in 1/0. t'.. 1I0n .0 ebui-g J:' Ag01e ln r .s i "SYttagoZe f" Pra 1: Sil cfa 1'" te 2"'z'ltel .. J. s:~"«Ole unef 1 : , 1. Syn:gOKe. Il] Rt!"Pel1. III .. Srn gO~e ln D selh."" O~, "--. 40g. b! '" O·'""hhelm --q. 01(sJcebl.., durd1 Brand urstôrt durch Brand zer~torl lnnenraum und EIAI·ichtuni zertrümmert InnenrauM und Einridlt\ang urtrihnmert t.,nenra).lM und Elnrithtunl urtrommert ii~"" j1nd EinTichtunl urtri1~ert d 8rarJ(f"'tilrt d lI.l'ciJ BralJd ~rr.fr.ort ura, Bl'Ind ""Ill,.. zel'3tl)rt Ce document est tiré des archives de la Cour supréme de NuremlIerg. Il porte le numero G. J . No 98. . l! s'agit de 1a Lettre du chef de [a brigade 50 des S ,A. à Darmstadt, dans laquelle H rend compte de ['exécution d'un ordre qu'iL . a "eçu le 10/11/38, li t,'ois heures du matin, ' lui enjoignant de Jaire sauter ou d'incendie,' toutes Les synagogues de son district. La le ttre indiqJ.l.e .pour cette seuLe brigade La destruction de 36 synagogues. ' . 3- NOUS N'OUBLIONS PAS LA DÉCISION HISTORIQUE DE l'O. N. U. Heol'Y BUL&WKO 29 novembre 1947, tard dans la soIree. tins et les défenseurs juifs Installé confortablement daAli un lun/eux appartemant l'ont réalisé, Mais pour Bevin de cet hôtèl de la place Vendôme, rendez.vous des grands et son vassal Abdullah, pour seigneurs de ce monde, le grand dignitaire de la Ligue les tyranneaux de la Ligue Arabe a commandé du champagne, plusieurs bouteilles et arabe, que la défaite a divisés du meilleur. la partie n'est pas jouée. Il attend des amis, tous les le. Le sénateur Austin ne tar- La menace pèse sur l'Etat notables de la L1$'ue, actuel- dera pas à proclamer irréal!- d'Israël, menaçant l'intégrité lement à Paris. Le cl1ampa- sable le plan de partage de de son territoire. La nouvelle gne est Installé sur un pla- l'O.N.U. Cette affirmation don- offensive diplomatique vise Jéteau, tout près d'un Immense nera le signal à une grande rusalem, le Negev et la Gal1- poste de T.S.F. « Phillpps,.. offensive arabe. Les coups lée. Ce sont les Anglo-Saxons Pour le moment, le poste est sont portés de toutes parts à qui en ont pris la tête. S'ils fermé. Tout il. l'heure, lorsque la colonie juive de la Palestl- n'obtiennent. pas gain de caul'Assemblée sera au complet, ne que les AnglaiS ont privée se les armées arabes s'apprê-· on l'ouvrira. On tourne le bou- de toute possibilité de se dé- tent à rentrer en action. ttm et New-York vous parle. fendre. Cette .fois encore le combat On entend clairement chaque Mals les Juifs de Palestjne du peuple d'Israël appara1t mot. « Nouvelles de Lake-Suc- sont décidés à ne pas laisser comme' le combat de forces de cess. A 18 heures (minuit heu- échapper la grande chance paix et de progrès contre les re française) l'Assemblée gé- historique qui leur est offerte. fauteurs de guerre impérial!snérale de l'O.N.U. a yoté, par Ils ne marchandent ni le cou- tes, qui inspirent et soutlen- 33 voix contre 13 et 10 absten- rage, ni les sacrifices pour con- nent la réaction la plus noire tlons, la résolution de la COlll- quérIr leur liberté. Ils affron- du monde arabe. mission ~éciale pour la Pales- tèrent, presque désarmés, les Dans ce combat l'Etat d'Istine concernant le partage du armées des féodaux arabes raël doit, et ne. peut s'appuyer pays et la création de deux soutenus par l'impérial!sme que sur ses alliés naturels, qui Etats' indépendants - un Etat anglo-saxon, l'aideront toujours à déjouer juif et un Etat arabe ,.... L'Etat Juif sera proclamé et les intrigues impérialistes dl- Parmi les 33 pays (_Ut ont les forces d'agression conte- rigées contre tout facteur de voté cette décision, les U,S,A. nues et vaincues. La Hagana, progrès dans le Moyen-Orient. se retrouvent aux côtés de ru· avec son corps d'élite, le ~ Pal- C'est là une des grandes le~ nion Soviétique. mach », écrit une épopée éga- çons de l'Histoire. C'est la consternation. Au- ' lant en glOire et héroïsmsr _____ --.-______ _ tour du champagne préparé celle deI! sans-culotte de la pour fêter la victoire diploma-. Révolution françalM. matique ' des Etats arabes, Les mercenaires arabes coaconseillés par la Grande-Bre- Usés, armés et commandés par tagne, les visages ont aban- des officiers anglaiS, encouradonné toute expression joyeu- géS par la ,yolte-face-. le blose. Un juron a retenti. Allah cus américains, ' ne sauroni) ne serait-!l plus avec' les te- qu'empêcher la création d'un nants de la Guerre Sainte? Etat arabe indépendant en Pa- On boit le ,liquide gazeux. lestine, Mais l'Etat d'Israël de· On le boit tristement au dé. viendr'a vite une entité devant but, puis son effet se fait sen- laquelle!l leur faudra s'lnclitir, on boit jusqu'à l'ivresse: ner. Mais déjà !l est clair pour ces dignitaires du royaume des • sables, qu'après le champagne le sang devra couler. Le sang de l'infidèle, le sang du Juif, Les Anglais vont quitter le p a ys, abandonnant 700.000 Juifs à eux-mêmes, seuls ei sans défense. Les perquisitions dans les colonies sionistes vont se' poursuivre et les armes trouvées seront remises . sans tarder aux bandes arabes qui vont accentuer leur pres~ sion. Bientôt les armées régulières d'EgypJ;e de Transjordanie, de Syrie, du Liban et d'Irak entreront en action et liquideront la poignée de Juifs qui ne .saurait leur résister. Non, la partie n'est pas terminée,

« La partie n'est pas encore terminée , c'est ce qu'affirmera, un peu plus tard, Ernest Bevin répondant à l'interpellation d'un parlementaire anglais, Les Anglais ont encore leur mot à dire danl! le MoyenOrient. Et les Américains ne vont tout de même pas s'unir à l'U.R.S.S. et combattre les plans britanniques, En effet, les U.S.A. n'oublient pas quelle carte l1s ont à jouer dans cette région stratégique, carrefour de trois contine~ts, où coule le pétro- On a parlé de miracle dans cette victoire juive. Ce mot ne signifie rien. Les causes de la victoire sont matérielles palpables, réelles. C'est tout d'aDord le courage des r1éfenseur..s juifs, l'héroïsme des pionniers qui ont transformé chaque Kibboutz en une forteresse prête à subir les plus féroces assauts, Souvenons-nous de Mischmar-Haemek, de KfarEtzion, de Negba. C'est encore la mobilisation du peuple juif dispersé dans le monde qui répond à l'appel lancé par les combattants, . C'est aussi, et dans une mesure ,incommensurable, l'appui apporté aux défenseurs juifs par les forces démocratiques du monde entier, notamment, par lés démocraties populaires et l'Union Soviétique, Depuis le retentissant discours de Gromyko, reconnaissant les droits du peuple juif il. l'indépendance nationale en Israël, cet appui ne s'est pas démenti. Dans son combat contre les assauts impérialistes, l'Etat d'Israël a obtenu le soutien effectif de tous ceux qui dans le monde combattent pour' la paix, le progrès et la démocratie. Deux ans ont passé, Ce que l'O,N.U. a proclamé, l~s pionniers, les immigrants clandes- Vienn.! • En 1946" M· Léopold KU11.ffhak conjuguait (textuellement)

« Je suis, j'étaw, je

serai antisémite ». Il a d'ailleuts tenu parole. AtlI'è1 quelqu€ S échanges de coups dans la salle, . ïl vir.nt l'être élu président du nouveau parlement au trIchien, 8rêm", • Enfin, on démilitarise ! Dans la Ville aJlemande de Brême, à la. demande de trente ()rgani~ations, les magasins de jouets 1'\'exposeront plus d'articl e.: t.els que : La panoplie du parfait fanla~sin, Petit canon à deux coups, Revolver pour enfants, etc. Washington • Au cours du procès Hiss. il a été fait mention d'un mémorandum en date de 1938 où M. William Bullitt aff!rme que M. Yvon DelJbos, alors ministre des Afail'es étrangères de M. Daladier, « espérait prendre des mesuree ac[ïves , en vue d.'un rapprochement avec J'Aliemagne ». . New-York • On e!t1me à 600 le nombre de savants allemands, spéciailstes de l'armement moderne, qui travaillent actuellement a ux U.s.A, La plupart sont employés par les instltuls expérimentaux de l'ar· mée : Port BUss (Texas). NewMexico et Wright Field (Ohio) où opère Wermer von Braun, ancien technicien du V 2. Birmingham . Le. journal conserv,ateur anglais Jèwish Chronlcle publiait datls ~O11. "(Iit/I,èrO du 25 novembre une Cnteroiew du Dr Adenauer, le chCLneelier de l'Allemagne Occi· dentale. Dans un style doucereux, Ol(. 4donaueT expliquait que les ,Jlüfs n'avaient rien à craindre en Allemavne OCcidentale, bien qu'il « comprenne » leurs inllUiétudes devant .l'antisémitis?11.e renrti~ 5'C/.nt. En ler11l.€s vagues; il Voilà une apprécia/io.n raisonnable des propos du br Adenauer ! Mais )JOUI'quoi le J ewih Chl'onicle. en mén~e temps qu'il publie ces lignes cruit-il bon d'uf· Irir à ses lecteurs (dans le méme numero et sans mise en garde) la prose du Dr H euss, président du Reich Occidental ? Voudraiton blanchi.r les politiciens de Bonn (pour' des raisons qui n'ont l'ien à voir aVeC ia lu.tte contre l 'antisémitisme) qu'on ne s'y pren.drait pa, autrement. LES SOUVENIRS INÉDITS D'ÉMILE BURÉ: (V) • Il 1 aut stériliser tous les anormaux / vient de déclarer J'évêque de Birmingham, E. W. Earnes. Conclusion.-; n~ zies de pl'éml.sses mallhus:a~ nistes ; en disciple conséqu~lJt de William Vogt ce prélû a toujours j}Tofessé que l'Angleterre était surpeuplée et ne pouvait acheter les quantité~ de nourriture néce~saire.s à son alimenlation, . parlait de « combattre l' antisé' mitisme » auquel il est oposé « . pour des raisons humanitai" es », 'exprimait .',on '« espOir » c!~" voir les synagogues ,·econstrui· tes t;t ùmgagellit méme à 1 aire lion à 1'Etat d'Israël, au nom du gouvernement de Bonn, d'une "'mme M 10 millions de Deutschfntùks (850000 livres sterling). Réseryes ... à retardement Si rA 11.glo J ewish Association a ~is pot.r argent comptant les dé- . cl'oro,tjons de M, 4-denauer. elles ont provoqué dans le -public an· glais pour le mOins du scepticisme et en M nomllre'uJ; cas, une légitime indignation. Car enfin, c'est f1Tàce à la passiv ité - la complicité méme - du Dr Adena. uer el ri.e ses amis que les groupes nazis. se rec()nstiWent, quo les journaux nazis reparais&~ nt. que de nouveanx inciden ts antisémites se prOd!Jisent en AIk: ntagne Occidentale. Sou, la )Jressioll cle ses lrc.teurs eux,·mémes , le Jewish Chronicl. a dOnc été amené à' émettre de serieuses réserves SUl' les déclarations du Dr Adenauer, dans 'OTt n!l.mé'ro dn 2 dérembre. ~ Même dans son Interview, .ou· ligne l'édilori'al de cet h011oral"le htbd,omadaire, If Dr Adenauer a dn admettre qu't1 y a encore ues oignes de nazl&me. rJonL la pro-· bnation des cimetlèrf's ju i f6 est un exempte typique et traditionnel... « Personne ne peut b'âmer .les Jui(s allemands de manifester de la répugnance à voir une SOllrre de sécud lé dans les ~u r allc~S 8.p-parelnment honorables el bien il)tent{ollnées du Dr Arl rnfl Il l 'r... De mêm~ que les Juifs espa.gnols, qui, "prè~ l'Inquicition, se con len· talent d'Ilbs"rve:' (le loin la décadenr. e d'Ull emoire qu'ils avaient aidé à bâtir, d~ même les Juifs d'AlIema.gne sont exc UllIbles de cherchpr enr'Ore à quitter Ir cimetière dp leul':'l rrères. ei de se déo,inléresser, à distance. des tentatives actuel les d'un pays où ils onl tant wufft'rt ... « Avant d ~ pouvoir infillencer l'opInion d~~ Juif", Il jaudl'ait que le DI' A,j enauer montràl au moins autant de dële~minal ion et de ~uccès à extirper l'antisémitisme qu'il en a !)lontre à faira 8.'$outir' les exilfences allemandes &uprès des Alliés J , Le Dr Heuss veut t enir los ,nême8 propos rassurants que son chanceller. Du néo-nazisme, il n'est pas question. « Je vous dirai franchement, déclare-toi!, que tout bon Allemand éprOUVe un sentime\ 1t de hon te d'appartenir à un peuple qu i fit des Juifs l'objet d'u,n massarre sans précédent ». C'est beau" te repentir... Tout beau ' ! .. Le Dr Heu's 8'em7J)'csse de préciser: « Je rejelte avec for· ce ' l'idée qu~ I~ peuple allemand dans son ensemble puisse être tenu collectivement responsable des atrocités commises ». C'est ce point de vue-Iii qu, oppose "adicale men t les dirigeants de Bonn à ceux de l 'Alle11tagne Orientale. Plus loin, le Dr H euss déClare quït « arcueillerait avec i oie les Juifs qui reviendraient en Allemagne, spéCialement c ~ ux qui res;enlent une parenté spI rituel· le avec Ce pays et eeux qui y ont des Intérêts économiques », Mais comm.e le r elJOrter du Jewlsh Chronicle dentand. à son int l!r - 10cutcIlr s'il n'a pas l'intention de lanrer un appel à ces Juifs, le Dr Heuss s'écrie : « C'est im· possible. .. l'Allemagne, aujour· d'nui, est terribl~ment surpeuplée. » NOlJs avons déjà cnlelutu ce langage - ct ce qu! s'ensuit:. On aimerait que le Jewjsh Chroniclr dénonCe clairement l'équivoque, le double jeu des di· rige(lItts de Bonn Qui, apnis les élrrtio11s n'A llemagne Ocdden· tale reJusèrent (ainsi n'ailleurs que Scl!umacherl de recevoir les dif'igea'tts de la. communaute iuive d'Allemagne, et qui. brusque 'nent, se décident (pas l'ar h a,ard) à donne1' interview sur inte rview. Le J eWÎBh Chl'onicle ne contribne-t-il pas ainsi à donner le change sur la véritable politique des hommes de Bon11. et des Alliés qui les patro111/.ent ? 011 aimerait aUSsi que le Board of Deputies, dont le J ewish Chronicle est le porte-paf'ole, condam- 11.e. plus énerViquelftent q,,'il ne 1 ait, les activités antisémites et fascistes d'un Moslell, dont , iustement le livre « L'Alternative » est en ce moment dillusé à des milliers d'exemplaires en' Allema· pne Occidentale. \ Je • reçoI• s un coup de canne de « Barbe à Poux » Au printemps de 1894, ayant perdu une assez forte somme au cercle de 1 a rue Royale, le marquis de Morès s'adressa, à l'instigation de l'ancien préfet de police, le député volontiers facétieux A n - drieux, à Cornelius Herz, qui consentit à lui remettre cette somme à condition que Drumont vint chez lui la lui demander. Le fait ayant été révélé au procès intenté par Clemenceau il. ceux qui l'avaient accl, lsé d'être vendu à l'Angleterre sur la foi de pap)ers dérobés il. l'ambassade de ce pays par un nommé Norton qu'elle employait ( patriote de l'ne Maurice, » avide de vengeance, prétendaient-ns), Morès écri vi t au F.iÇJaro: q: J' avÇl.is à payer cette somme. Je m'adressai à quelques amis. And1'Îoox me dira: Je me suis informé, un seul homme li Paris vous prêtera cet arÇJent, c'est CorneLius AHerz. Mais il a une idée fiare: il veut absolument que Drumont lui en tasse la demande, Drumont savait le sacrifice que j'avais consenti moi-même fi sa cause et il accepta. ~ f)rumont en èolère Quand l'auteur de la France juive lut en première page cette déclaration, sa colère fu t indescriptible. « Du secrétariat, raconte Raphaël Viaud, nous l'entendions rugir et lorsqu'Il entra dans la salle de rédaction, il était l!vide ~. Sa réponse n'est qu'un long cri de douleur et de colère; « Au printemps de 1894, Morès avait perdU au cercle.de la rue Royale; il ne ponvait payer et allait être affiché, ee qui, para.ît-il, est très grave dans ces endroits-là. Il pariait de se brûler la cervelle. Chacun, après tout, organise sa vie comme il l'entend. Mals avec la prodigalité d'un patricien, II dévore une fortune dans la vie charmante de jeune officier de cavalerie. Pendant ce temps. je restais quelquefois des journées entières sans manger je ne savais pas souvent où dormir. Après avoir beauc,oup travaillé, je ne serais pas fâché de mourir dans un lit qui m'appartint, d'être enseveli dans un drap à moi, de laisser de quoi ltétribuer le prêtre qui dira sur moi le Libera. Je n'ai pas envie de jeter vingt mille francs dans le gouffre du baccara •. « Ce fut alors qu'une fantaisie de millionnaire juif passa dans la tète de Cornelius Herz. Il dit à Andrieux : • Je veux bien obliger M. de Morès, mais !l faut que M. Drumont vienne chez moi •. C'était le pendant de la baronne Hulot chez CreveL Je dis à Morès: « J'aimerais mieux être fouetté que d'aller là. Je n'en ferais pas autant pour mon frère si j'en avais un; mais enfin puisque vous vous êtes dévoué pour notre cause, Je vais me dévouer aussi .. Je me transportai chez Cornelius et je dois dire qu'il fut trés bien ... et moi aussi. Il avait éloigné tous les domesUques pour qu'on ne m'annonçât pas et les portes s'ouvraient toutes seules ,. Je tiens il. reprOduire d'a- 'près la sténographie de la plaidoirie de Clemenceau le passage qui vise Morés : « M. de Morés m'insulte parce que . M. Cornelius Herz a été actionnaire de mon journal de 1882 à 1885, et lui l'antisémite Morés a emprunté une La dégradaüoD du capitaiDe Dreyfus .cravure d'époque). somme importante à ce même Cornelius Herz,.. ,. Clemanceeu youlait-il tuer Drumont? Sur ce duel ClemenceauDrumont, beaucoup de racontars ont circulé. Il est tenu pour certain par beaucoup que Clemenceau désirait tuer Drumont. Or mon vieux maitre m'a déclaré; « Drumont m'envoya des témoins après la pUblication dans l'Aurore d'un article de Philippe Dubois. J'eusse désiré que celulci lu! répondit, mais il me déclara qu'il ne pouvait se battre avec Drumont à qui il avait envoyé ses livres avec des dédicaces flatteuses. Je ·dus donc prendre sa place, mais croyez-mOi, ,sur le terrain, ce n'est pas Drumont que j'eusse voulu tuer, mais Phlllppe Dubois. Est-ce vrai? Je n'en sais rien naturellement et ne l'accuse pas pour cela d'espionnage, Mais c'est lui qui m'accuse d'être un agent de l'étranger. TI me demande sérieusement dans la Libre Parole pourquoi je vais tous les huit jours chez lord Roseberry, que je n'ai jamais vu ~. Clemenceau avait en 1898, le 26 février, rencontré Drumont' au Parc des Princes. Mals li semble bien que tout en redoutant le pistolet de Clemenceau, Drumont, lui, edt été désireux de venger Morès, C'était l 'opinion dE' ses collaborateurs. Jules Guérin, grand, fort et brutal, en voulait a'lX Juifs à cause des échecs que lui et son frère avalent essuyés dans l'industrie pétrolière. Il dirigeait la « Ligue antljuive , et le journal · de cette ligue Z' Antijui!. TI était le chef Incontesté et Incontestable des assommeurs anti~émistes qui accompagnaient Edouard Drumont paJ:tout où il lui plaisalt de se rendre pour la défense de la cause qui leur était commune. Des tueurs de La Villette ... Quand celui-ci fut élu député en Algérie avec Firmin Faure et Morlnaud, et qu'ils revinrent triomphants il. Paris coiffés de magn!flques chapeaux grIs perle, je suivis un cortège qui conspuait le directeur de la Libre Parole. en criant avec ' mes camarades du Quartier ' latin: t. Barbe il. poux, Barbe à poux! :. et je reçus de lui un coup de canne bien administré, A la LiÇJue antisémite avait succédé le « Grand Occident ae France l par opposition au « Grand Orient de France ~. dont il était le grand maltre et dont les affmés faisaient précéder leurs signatures de deux points - deux poings sur la gUllule, précisaient-ils. Il dirigeait également l'Antijuif, dont l'Imprimerie 'était 45. rue Chabrol, dans un immeuble dont l'Installation témoignait de son imagination romantique. ' Toutes les fenêtres étaient pourvues de volets doubles en tôle. des sonneries électrlqueSl des appareils téléphoniques le desservaient de la cave au grenier. .A quatre mètres en retrait de l'énorme porte cochère s'élevait une haute grille de fer forgé et droite. A droite, entre cette grille et la porte cochÈ're, s'ouvrait. cui· rassée également. une petite porte de service derrière la· quelle constamment. jour et nuit. se tenait un personnel choisi parmi d'anciens tueurs des abattoirs de La V!lIette. CA. suivre:, Oswiec:im • Un Musée-Souvenir sera élevé à la mémoire des 5 millions de morls d'.tf,usehwttz (Oswiecim) .. Le gouvernement a retenu un plan pour la r.onstructlon de quinze stands illuslrant J'nistolre du sinis· tre camp. Makronissos • Le' gouvernement d'Athènes a trandonné l'Ile de Mar kronissos en un « Dachau grec ». 1.200 parti.sans vien· nent d'y èlre soumis à un « traitement spécial » : des poli ciers et des ~o ldat,s mona~ chiste3 se sont relayé~ pendan t dix heures pou r les rouer de coups. donn • Des photos rie pin-up avaient remplacé les petites croix gammees que les fabricants allemands pla~aient dans les paquets de cigaretles qu'ils mettaient en vente. La police des moeurs vient de sal; ir les photos. Athènes • l.e roi de Trans10rdanie aurait chargé le maire arabe de Béthléem, H. Isra Sand;p.1!, de transmettre au roi de GreCe une leltre secrète deman~ dant aux dirigeants d'Athènes leur aide pour )':j.nnexion de la partie arabe de la Palestine au royaume hachémile. Istanbul • Encore une ,collfél'ei\ce secrète, celle qUe viennent de tenir à IstanbUl les diplomates américains du MoyenOri ent. Un commw11quéa été tout de même publié. déclarant que la réunion s'est terminée pal' « la définition. d'un/: ligne commune pour lutter contre le communisme en MO/Jen:Orlent ». On s'en dou' tait, lassy • Un second théâtre d'Etat en langue yddish vient d'être inaugw'é il IasS1/, le pTemler ayant été ouvert, il Y a un an à Bucarest La prrese soulignB que lé gouvernement Ile la R~publique Roumalne d()nlle ainsi une nouvelle preuve du soin qu'li apporte, au dévelop pement culturel de teus les travailleurs sallS distlnçtion d'origine, J 1 ~. 1 1 -4 DROIT ET LlBE~TE \. ., ILS ONT· PEUR DES CADAVRES ... x ... tel qu'il est (SUITE DE LA PREMIÈnE PAGE) (Suite de la première pare) Qu'une grande quantité d'ossements avait ainsi ~té déterrée et transportée ailleurs, en vue d'unè « exploitation industrielle ». D'abotd, un porte-parole du gouvernement militaire améri-' cain reconnut ces faits. Puis les démentis se succedèrent. Démentis alu commandant américain. Démentis du Dr. Philipp Auerbach, commissaire général allèmand pour ' les crimes de démenti!!! Ile succédèrent_ Démentis des autorités françaises. On sè souvient aussi que M. Michél~ t lui-même, président de l'Amicale des anciens déportés · de Dachau, tenta, au cours d'une démàrche auprès du Président de la République, de réduire la chose aux proportions d'un petit incident. Cependant, des rapports seerets ·et très graves étaient parvepus au Ministère des Affaires Etrangères. Et nous-mêmes a vioM été alertés par l'loi! camarades aile. m$.lld1! anciei18 déportés. ç'est alors que, suite à une campagne menée par divèr~e~ organisations ét notamn'lént par rU,J.RE., la Fédérâtiém Nationale des Al'lciens Déportés et Internés Résistants èt Patriotes prit l'initiative d'enquêter sur place. Une commission fut désignée, · qui comprenait les députés Charles Serre et Marcel Rosenblatt, l'abbé de Firminy-Ploton, M. Mottet, M. Prunières et moimême, tous anciens de Dachau. Le jeudi 24 novembre, elle prenait le train pour Munich. UNE COLLINE EN BORDURE D'UNE VOIE ·FERREE. Nous fûmes accueillis, à notre descénte en gare de Munich, • par les représentants de l'org.anisation allemande des anciens déportés V.V.N . . Immédiatement, la commission se transporta à Leitenbèrg, pr~s de Dachau, C'est une petite colline que borden t des champs labourés, non loin d'une ligné de chemin .de fer. Les premières fouilles nous révél èreilt qué cette colline - large de cent mètres, longue de dèux cents, environ --' est une vaste fosse commune : y sont enfouis, l'tir couchès superpos.ées, de très nombreux cadavres de déportés morts ou exécutés sur place. Nous avons trouvé, méléès aux . ossements, des cartOl, lches portant les millésimes 1937, 1939, 1941 et 1942. La direction locale des chemins de fer allemands, en accord avec la muniCipalité de Dachau, a autorisé Il firme Goettler à axtreire du sable sur le flanc nord-est de la colline. La firme GoetUer commenca alors l'extraction ... Et une fois les ossements découverts, elle continua! Aucune mesure ne tut prise pour assurer une sépulture décente aux restes des dèportés, On voit seulement une planchette clouée sur un bout de bois et portant l'inscription : Zauchengefahr. Zuttrit verboten (Danger de maladie. Défense d'approcher) ,.. . Au mépris de l'évidence, au mépris du respect le plus élémentaire qui est dû aux morts, on a voulu faire accroire que ces ossements remontent à plusieurs générations et on en a prélevé quelques uns pour les etlvoyer à une commission scientifique américaine à Washington! Un interrogatoire serr~ des habitants et dés ouvriers de la firme · nous a vite permiS d'établir les fâits et lés respon- , sabilités. ' . M. LE MAIRE DE DACHAU Dès la libération du camp de Dachau par l'armée américaine, en mal 1945, les autorités américaines connalssalènt parfaitement l'existence du charnier. Elles avalent même donné l'ordre aux Allemands d'eriger un monument c01!Ullémoratl! à. cet endroit. Lès matériaux nécessaires a valent été livrés à. M. Schwalber, 'bourgmestre de Dachau, nutill les travaux ne furent- jamais entrepria: la c01!Ullune de Da,::hau employa le ciment à la construction d'un nouveau pont. Le même M. Schwalber est ac, tuellément sous-secrétaire d'Etat à. l'Intérieur dans le gouvernement de Bavière. Quant au personnage qui dirige en ce moment les travaux SUl' la colline de Leitenbérg, et qui n'est autre que le Lanètrat de Dachau, nous savons qU'il est J'un des principaux nazis de la région. C'est sous sa direction qu'une nouvelle route a été ouverte à. travers Leitenberg, sans qu'il se souciât le moins du monde dés osse'ments découverts, qui, parfois, affleurent au sO!. . Lorsque les autorités d'occupation apprirent que des squelettes avaient été mis à jour; Monsieur Schwalber prétendit Ignorer l'existence d'une foSse commune et nia les détournements qu'i! avait opérés sur les fournitures accordées pour l'érection d'un monument commémOratif. Après une confrontation à Leitenbe~g même, 11 dut se rétraeter. Le Dr. Ehrard et le Dr, Auérbach volèrent au secours de Schwalber. Puis, sur ordre venu ct 'en haut, le silence se fit. LE SORT DES CHIENS? On pense bien que la présence de cette commis~lon d'énqlj~te de la F.N.D.I.R.P. en Allemagne occidentale, à J'heurè au l'on entend dire partout que la dénazification est terminée, qu'il n 'y a plus de nazis, etc., a dû provoquer une certaine agitation dans les milieux gouvernementll-ux. La presse de Munich s'est f!chée ; notre enquête, dit-elle, pourrait avoir de graves conséquences sur les rapports . franco-allemands telle Q\l'elle les conçoit. D'où l'Intérêt et l'attention que les personnalités gouvernementales n 'ont cessé de )'lOUS manifester tout au long de notre séjour. C'est ainsi qUè le Dr. Ehrard lui-même Il'est offert à. nous donner des • explications • et nous a rètènu plllS d'une heure en audience. Mais Il n'a pu trouver qu'une série. d'affirmations mensOIigères, pretendant, par exemple, que « les Allemand1! n'avalent pu droit d'acèès à Léitenberg Il y a encore huit jours •. Son attitude a été jugée ridicule par son propré vice-président le Dr Müller, ministre bavarOis de la Justice, qui nous a déclaré téxtuellement : « Il 1/ (1 tU profanation évidente, le3 Allemands ont une lourde responsabilité et ce t~' est pas parce que les nazis ont abattu les déporté& commè des chiens, traité les martl/rB de Dachau comme des chi~ns, que les ossements de ces martl/rs doIvent subir le sor t de ceu.x des chiens ~. . Mals pratiquement ? M. Müller s'pst contenté de vagues promesses ... L'homme que nous avons le plus recherché, le capitaine Bonenfant. représenté.nt fra.nçals en Bavlère pour la décounrte des crimes de guerre et la surveillal1ce des tombes, est reslé intl'ouvable durant tout notre ~A LLER aux sports d'hIver 1 Qui n'a pas eu un jour envie de ee lancer sur les pistes neigeuses de.s Pyrénées ou des Alpes? De d~valer à une vltMse '\1ertlglneuse, sur un tapis IIlano, les pentes tles plus belles montagnes? Hélas. tous cee rèves ne peu- francs. Si vous désirez étre te propagande fasciste, dlrigéé contre le!; patriottS, con7 trli\ les Alliés, contre tQu te pens!!e 11 ore. Est-Il comJ;1réhensible Qu'à l'Muré actuelle, le triste Collard puisse diriger un journal, une maison d'éditions ét une organisation al1tirëj)ubl1- caine? Son collaborateur L. PaulIain, secrétaire ~enéral cle R~alisme est aussi, nous T'avons signé.lé, un vlchysté IlOtoire. Est-Il norm!l.l qu'Il puisse agir l1bremÈlnt comme li le fait? De Pétain à de Gaull. Mais il faut cherchèr plus loin les ramltjcà.t1on~ du gra.nd complot contre la :République, dont le groupe Réalisme semble être le cerveau. Lh hommes de Réalisme se sont donné pour mission d'unir toutes . les factions antLrépublicainés. Ils y sont. d.ans une large mesure, parvenus en partlcul1er dans ', l'àctlon en faveur de Pétain. De Gaulle vient de lancèr, dans ce cadl,'e. unè offensive. Ce fut d'abOrd la c6l'1térence de presse où 11 demàndait pour lé vieux traltrè une pelouse et des arbres ,.. Puis les députés RP.F. de l'Assembléè algérienne demandâiènt la libératiOn du « plus vieux prisonnlèr d.u monde ,., démarche suIvie par une autre semblable de 6 députés gaullistes de l'Assemblée Nationale. vent se réaliser actuellement. seul alors payez 38.000 fr. ! , . L~ ski, l?- luge restent des - Mais je n'ai pas d'équipè. Le {( pool de la presse amie» sports « rlches :.. ments, direz-vous. Alors dé- Pour un employé de banque, boursez encore 18.000 fr. pour Daps unè léttre à un vlèll jour. par exèmple, qui gAgne envi. vos ~êtements et. votre maté- ami. Que le dernlér numéro

      • l'on 15,000 france par mois, il nel . dé D.L. a citée, le secrétajre '

Il ressort n~ltement de notre lui faut quatre payes pour :Voyez, nous. ne sommes pas ~énéral de RéaHsmt fa!Sait enquëte que la vo:onté de mini- ~'évader des mure gris de Pa~ 100n dés 60.0GO francs... . allusion à un 4: pool dé la m1ser la profanation el d'effacer rls où du ciel enfumé de la 11 eXiste bien, éVldémment, pressé amié ~, l'une des forles tracés des crimes ~ubsis te la- banlieue. des organismes tels Tourisme mes prises par le 4C r~groubas. ' et Travail qui vout!! permettront pement ~ de Vichy. ~ue ,sont dèvenus ' les autres' Essayons cependant de partir d'aller à Mégève pour 16.800 charniers de Dachau, que nous vers F,ont.-Romeu, à 1.8,00 mè- fran "". ma'IB abandonner 1 Etudiants, le journal des , . it t d 'lt t d d ~ ... éditions Réalismè déstiné au n avons pu VlS el': Amfing, Kau- ries ,,1 U e ans 1 un dei! . jours de salairE'l!, èn plus des Quartlér latin, técoll'lmande fermg, Landsberg? . p us beaux Site!! des Pyrénéel!. frais, c'est encore trop, beau- Il nous fa ut obtenir aujour- Pt. la lecture des journaux sui: d'h ui que la surveil:a.ncè des our. sep Jours, en, voyage coup trop, pour tous ceux .qui vants. dont, par consêQuè1'lt. camps et charniers SOIt soumise collectlf, il fàut compter 32.000 travaillent, on peut être sftr q1).'l1s a!,!,artiennent au pool :. en questlon: Ecrits de Paris, 354. rué Sal).'lt-Honoré ; Parole$ Frrwçalsts, 17, rue 4es Prêtres- Saint- Germain - l'Auxerrois; Indépêndance Française, 37, rué des Mathurlns ; La RépUblique Libre, 66, rue des Martyrs ; I.e Bulletin Hebdomadaire dt Francé-Documents, 71, il.vénue Fra.nklln-Roosevelt . De Ma\.lrras à de Gaulle Mais Il en ést d'àutres. Le Bulléttn ' France-Documênts rappélle l'agenCé nàz!e Inter-France, de triste mémoire. Dans Aspects de la France. Pierre' Boutang en Cite de lOngs extraits avec délectation. Aspects de la Franc~, comme lUCflisme, n'est pas seule~ ént un journal. Derrière la facade journalistique le cachtnt les groupes de CamelOt8 dU Roy reconstitués. S'Il faut encore des précisl(i)ns sur lés rapports entre Aspect.~ de la prance et Réalisme, en voicI. Lé desslnatêttr fasciste :Sen illustre aussi bien Aspetts de la France que Réalisme, Independance FrançaISe. l'Ep~que ou Pa,rol/ls Françaises. Dans son dernier numero. Réalisme cité de longs passages (en eXI'rlm:mt son accordl d'un apP'el lancé par Aàpects de la, France aux officiers de l'armée française que les séides de Maurras appellent à, une (: action civique 1(ésolue ~ contre la République. . Réalimte a r~ceminent publié en long et én large une lettre du colonel Josse, réclamant la libérlition dé Pétain, Or, le colonel Josse se trouvait au banquet d' A8- pects de la Fra.nce qui s'est tenu à. la. porte . dé Versailles en octobré dernier. On doit donc pouvoir trouver des renselJl'nements int~eS5ants sur « X ~ au siège d'Aspects de la. France, 16, rue Vezelay, Paris (8'), au permanent de l'Or-I _____ --------------________________________ ____________________________________________________________________ ganisation Internationale des An- 1 ciens Déportés (F.I.A.p.p.), aglss, ant en collaboration étroite avec lé V.V.N. Et seule une commission permanente des déportés qui tra· valllera.lt sur place pourrait nous donner la garantie què la mémoire des morts est réspectée. J.-M. HERMANN QU$.llt aux l,;sp.onsabllité!;, "Ues sonL assez lourdes pour qu'une instruction judiciaire soit 11!UIlédiatemellt ouverlè. (SUITE DE LA PREMIÈRE PAGE) Le Congrès de' Lourdes Un certaJn nombre de journaux ont )ll'otesté - oul, protesté _ contre la saL', des aUichés de Rea.lI8rne. Parmi eux naturellement, l'Elloque et ItUS$1 l'Aurore. Ce Mlttln-Le Pa.ys en a parlé sans commentaires, mais ce journal ne manque pas une oecasiol\ de défendre Pétain. On connalt les attaches gaUllistes de Ce Ma.tm. Il faut aiouter que certains mem ~res ' (je sa rédàctlon sont én l'elatlons étrOItes avee les mtllèux maurrasslens. Quant à l'A~rore, Il est peu de nt,lméros de Realismè ou elle ne soit comp1alsammênt citée. A ~éa. ltsn;t, en i.PPI'~cle pàrtièulihe_ iml'll «. ~a.yon Z li,' qui rlfnt uné rubnque da.ns le journâl de M. Lazunk et qui n'esi autre qut le fils de L.-O F'ro&$ard. Le vychlste P.·E. F1andin eollabol'e aussi à I·Aurore. n ., e~voyé un message au '" Congrè8 mondial du comité lntèrnationa.l c~ntre l'escl~vII,ge politique :, qui s est tenu a Lourdes au début d '~t obre et qui tut l'a~faire de Reall3m~. Cecongf~ peut nOm donner quelques indications qual'lt à. la pèrsonnallté' du X • colléetif qui est poursuivi d'aut8.nt plUS 4ue la libération dl! Pétàin fut, avèc la proliagand.t anti~ovlétique, l'ul'l d'es pl'incipaUlC thè~~ développés au congrès de Lou:des. A ce con,grès, ont pris not,mment la parole le cs.r4inàl T~serà. nt, lég.t lu p~pe. M~!t Théas, évêque dll Lourdes .et q,. TUbés; Pàul Lesburq, directeur des journaux l'Observateur càtholique ' et Clergé-Réformation; Mme de Suzannet, l'a.bbé Popot,· aumÔnier de Fresnes, !e prof. ~ Rougltr, Parmi les mèssages, citons ceux du ché.nolne De~*rallges;. du colonel' Rémy, chef d" « groupes de protef\tlon : gaUllistes, et des détenus du « complot de la Pentecôte , gaullistes actuellement à, la Sante. Il serait intéreSOEant, ailS,!i, '18 connàltre les a.ctlv1tés dé certains lnunlgrés, telS; que UlleinRevltzky (Hollgro!S), le Dr Mikus, anclèn chuté d'.th.ire.s tchécoslovaque à . Madrid, ~t l'Allemand Henrich Pl;ggé. Ces person!'! ages qui Ollt pris la parole à Lourdes n'ignorènt sans doute pas qui ' est « X .? L'ét.:l~ue du !nôl On devine, li. trave:rs ees quefques falts, l'étendu/! du mt!. n fàut sévir, car lé dahgér .se pt~clÇe. Vichy renait en pleit\. PàTlS, plus virulent, plus .greslif que jamais. Il faut couper toutes les tentacules dé la pieuvr~ qui se prépt,rè à. étouffer là RépuJ;llique. Il ne faut fèrmér les ' yeux . sur aucune complicité. LES PUCES Le Labour Party gouvern~ la Grande-Bretagne depu.!s lé lendemain de la Victoire, mals la S.F.I.O. française, M. Spaak en Belgique ont souhaité, appelé, accepté avec enthousiasme d'abord la création d'un « bloc occidental ), puis celle du pacte Atlantique dont 'ce bloc n'était Que la première étape. ter le premier d'aligner sa Politique allemande sur celle dè Wall Street. Ce fut la création de la. « bizone », prémier pas vérs la création de l'Etat séparatiste 'de Bonn. Ce fut la lenteur calculée apportée au démontage de ~s usines de guerre que dès la pre. mière heure et au mépris dès accords interalliés les U. S. A. avaient décidé de sauver. Ce fut sur ce ' point comme sur tous res autres le travaillisme pratiquant ' la politique ètrangère traéiitionneUe des conservateurs anglais et soucieux avant tout de relévèr t'lu plus vite l,llemagne valncuè. l'EurOpe Marsna.llî ~lrttlen des usines dépa.lsant es 5ervi()~s pacifiques du pèuplè alle~a!'ld, ètc. Pas une seconde Jls l'lé cessent le feindre !gnor~r 'lue cette AIJemagne- là, c'est c~lle ~S Krupp et des Thyssen. qu.e cette Europe- là. c'est la Sainte-AllIancê de eèux que Paul Faute appelait l'Intérnatlonale dés march:l.nds de canons. magne. La lluls~ance de,; ptollrlétaires terriens et Clés grandS usinièn; àuralL été détruit~ & jama.is L'Allemagne, à ro.bri dé :11. tra.d!- . tlonnelle cr~ de conquête, prête à un~ vraie démocratlsatlon,aurait pu sans arrière-pensèes êtré !).ccuèi11lè dal1S lé concert des 'nat Ion s eUl'o~nnes pour qui ~lIe n'aurait plus été un danger et qui l'auriümt aidée dl!.nS· sa l'lOU velle can'ière. Louis Roug1ét; collaborateur de Réalisme, écrit dàns le dérnitr numéro de P.ltre/es FrançaUt!. qu'avec une délégation, 11 II, récemment porté aux ministères de la Justice et de l'Inforniatlon, ainsi qu'à la présidence de la. Républtque, lès résolutions votées par lé Congrès de Lourdés, Et il tient cê langage : (Suite de la. première page) Il n'existe, parait-il, plus de domptéurs, c'ést peut-êtré la raison pour laquelle on doit faire c la queue. pour entrer. A l'Intérieur, on .peut voir, presque à la loupe, six c sautèuses ~ tirer un carasse, miniature évidemment, se mettre à table, danser, viv~e presque comme un petit mO,nde à part. N'ayez crainte, si vous entrez, vous ne Sèrez pas pJqué, mals instinctivement vou s vous gratterez. Observez vos voisins, vous vous apercêvrez Que vous n'êtes pas le seul... Les « casseurs » Mals parmi toute la foulé, se g 11 s sen t quelquefois des «durs,., les recéleurs d'objets 15 décembre: limite du concours de scénarios 1" Le Concours de « Droit eL Liberté l) est ouvert du 29 octobre au 15 dé:embl'€, . 2° Ne peuvent y participer que les jeunés de molils de 25 Al'I$. 30 Chaque concurrent devra écrire le sèénario d'uné lJande illustrêe, mettAn t.~ n scène Pok ~L

9imbolet. Il surfit dè racontér ~a

vcèllè, Il n'p~t pas nécessaire de la. desslmr. Cinq dessins au maximum .doivent être prévl';. 40 Chaque scénario tloit être a(\J."esé il. « Droit et Liberté » (COl~COU~). 6, boulevard POissonnièrè, PA.l'IS-g,. en y joignant une bande de pok et BiI1'ltlole! parue dal'l6 un numéro dé « DrOlt et Liberté l. fio Un mime concurrent peut envoyer plUSieurs scénario" Po cond.itlon d'y jOindre le mème nombre de bande!; découpées dlJ,ns le journal. 6" Dans ce cas, les dltrérentB scénarios peuvent être envoyéë dans une même enveloppe· 7° Les meilléul'ti scénariOs té, ront fidèlement Illustrés par Kamb, sélon lès il'ldlcatlons écrllèe de leurs auteurs. 80 Les auteurs des scénarios alnsi Illustrés recevront de noml) I'eux pris : livrés, abonnéments à « Droit et Liberlé ». Lé prémiel' prix sera une montre. go Lr. jury èlit composé par la rédaction d ' « Droit et L1b~rté » et les dessinateurs collaborant au journal. Il ev! interdit aux jeun~ s travaillant pour « Droit et Liberté 1) où ayiult des relation,· avec un Quelconque colJaoorateur du jou'rnaI, de participer au concours. 10° La. pr~mière bande Illu~ tr8l11 un scénar iode conc urre nt paraltra d3ns le premier numéro de janvier POK ET BIMBOLET volés. Il y en a très peu, évidemment, car la police leur fait la chasse et le « métier ~ devient de plus en plus dangereux, Vous êtes en admiration devant l'étalage d'un horloger Qui a retapé ~ can.sciencieusèment un bracelet-montre, bien souvent quelqu'un s'approche de vous et tout ·doucement vous munl'lure : - Une demi-livre, la tocante ... Ce Qui en b.on français signifie Cinq cents fràncs la montré ... SI vous l'achetez et qu'un poliCier vous a vu, vo~ pouvez être accusé dé recel... alors gare aux ' achats clandestins. Les vendeurs ne sont pas contents Comme tous lés comm.rc; ants, les marchands dès« Puces )} ont des difficultés. Impôts tr..op élevés, taxes de dlvérses formes, etc. Un véndéur nous déclarait d'alllèurs : - Non, j'a~ l'Impression que le gouvernement ex·agère un peu, qu'est-ce qu'il nous (sonne ~ avec le percepteur. ({ Regardez un peu à quél prix on vend la « came "', faut être sérieux. « La seule solution, c'est de réduire nos forfaits et on pèut le faire. Nous ne sommes pas des « vacheS à lait ", . « Notre clientèle, c'est les « prolos "', les bricoleurs, cèuX Qui font une machiné à coudre avec une Jeep, alors comme Us sont tous 0( fauchés " si on vend plus cher, tout nouS restéra, .. « Le seul moyèn de s'en sortir, c'est de réduire les bénéflces... vous voyez bien que nous sommés àussi deS commerçants ... Ah! si les ollvriers gagnaiént plus, 011 s'fm sortirait sftrement. « Vous vous sOuvenêZ en 1936 ou 37 ? .. : - Non, j 'étals tout jéul'lé. - Là. ça ( gâtait ). ôn ga.- gnalt notré vlé tâlsbnl1a1Jlèméùt. ' '" Oul. 3q, 37 ét 38 .. , c'était la . belle époque, pour lés commerçants et leI ouvriers. ~ Pierre DElATRE. . . Ce pacte Atlantique met au premier plan ' dès préoccupationS et d'es charges' l'Ion pas le souci d'éviter une llouvellè vague d'impérialisme agressif allemand, mals la préparation militaire d'une guerre contre l'U.R.S.S.' et les pays de l'Est, nos alliés dans la guerré an ti-hitlérienne et d'où ne nous vient aucunè menace. Une Allemagné reconstruite et réarméè demain y a sa place réservée. Comment en sommes-nous arrivés là? ON ne se souviént dé Stalingrad que pour spéculer 811r l'antlsoviétisme et le désir de vengeancé des vaincus. Commé lé disait « Le Monde », le réarmement allemand est contenu dans le pacte comme lé germe dans l'oeuf. Pour en arriver là, on a systémâtiquement épargné les éléments les plus dangereux du III' Reich, jugés d'autant .plus sûrs pour la prochalnè guerré qu'ils étalent nos ennemis dans la dernière. Or ce pacté, cetté course aux armemênts, cèttè l'eh:\.issal1ce du pangerma.nlsme, rien de tout cela n 'aurait été possible si MM. Bevin, S p il. a k et Léon BI u m s'y étalent opposéS. Que M. 'Robert Schuman ou M. Churoh!1l aient poussé dans ce sens, rien de plus normal. Que des socialistes les y aient suivi ou précédé. c'est impensable, mals c'èSt, hélas, vrai. La responsabilité du pacte Atlantique repose lourdement sur leurs épaules. Elle n 'est d'ailleurs Que la con~équence d'une autre, aussi écrasante et qui est à l'origine . de celle-ci: la l"ul'lture. par craInte de la concurrencé communiste. éleetorale ou syndicale, de l'unité ouvrière, la rupture de l'Occident avec ses alliés naturels dè l'Est qui s'en est suivie. On à vu lé Labour Pa.rty, mat. tre absolu d'! 13 plus fOrté c:;zs nations occldenta.les a~rè6 lés U.S.A., céder le premier, accep- • • Ce qu'est le « MOUVèment sacialiste pour les EtatsUnis d'Europe » LE parti de M. Léon Blum va encore plus loin. SI aujourd'hui les travaillistes débordés cherchént, sans succès. à sauvér quelque chosè . de leur Indilpéndance vis-à-vis dès América.ins, la S.F.I.O. se colle entièrement aux concéptiohs de cèux-i:i. Derrière un confus jargon de « fédéralisme » et d' «unité èuropéenne », Léon Blum ou la « délégation frança,isB » à cet étrange « Mouvement socialiste pour les Etats-Unis d'Europe » défendent POlpt par point le programme mIS Sur plecl par lé hàut co'l'lmissaire américain McCloy et le Dr Konrad Adenauer, puis avalisé à Palis par la conférence des Trois sous la direction de M. Dean Acheson: admission de l'AUemagne de Bonn /lU ConSèll de Strasoourg, « lntêgration » da.ns

11 111 1111 11,1 11 1 111 Hl ll ll l I Ul lI l li l lI l ' ll !! 11111 1111 1 11 1 11 1

1 FABRIQUE DE TRICOTS

~ * * * GANA ! S6ciHé A réspollsâllllté lImitéb ~ au capitiù de 500.000 fr'l\~a - ruê de Turbigo, 64 PARIS "',) TI!:L. : ARChIvés 37-48' 'l'iIIlIUIUIUrtlllll tllrlI UI II IUIIlI !i I Il I II " ' I II IUIIi I Il BOULANGERII-PATISSEtUE ISJtAEt,.lTE Spécialités él~n.ére., Pâins ilé téll/l. BERNARD 18, rlle N.-oamé-de-Nua.retb pAiUS-3' TélépllOne : TUrtbllO 114-5~ M~me ma,son: 1. r. F«dln.-01jva, ~16 tro Sail\(-PàuJ .' + Ils se lancent à corps perdu derrière le « chancelier » Adpnauér. réactionnaire çlérical et porté·liarolé de l'industrie lôutde. Ils vont plus loin énC01'e que les Anglais qui M méflènt d~s \lerSpèctivès . de l' «.!ntérttation , c'é$t-à-dJrè (!!'ullè Eutopé d6rnilléê pa.r lèS ma.gnat6 dé la ~hut. En A!1èma.gné, Il~ sont d'â.ccôrd àvêc , lé g(l)uvetl'lêmént réact!onllâiré dé

90111'1, contre lèur ami sOélaldémOératé

5chumachèr! " Le rôle de 5chumacher MAIS $1 celui-ci combat avec une véhémence frénétiqu!\ les Actes de son chancelier, il n'en est pas moins 1 ui aussi 'lourdeLa division dé là classe ou' Vrièrè allemande il. permis la division c~ l'Allemàgne; ' eUé II, permis le sabotàge de' la démocroltisation en zonés occ;dental~: elle Il Ii,ermis 1& naissance de l'Etat dè Bonn, natio~9.1i5te, cllpit~listt. dé;à revéndicatit ét cl li! mal n 19l'e$Sif, Lès ' auteurs de cette divlilon t'mt par là ouvjll't Iii v6Îe à, un futur Hitler, èn m~me t~!1ll'* qu'ilS rehda!ent .p;),S~ible cette trolsll!'me guel'l'e mondiale, d(!)1l\. personne aUjourd'hUi ne pourr:i,lt pâl'lêr si dans tol1té l'muropè l'unité des foroes poPulail'ès avait permis la rblisation intégral!: d~s Programmés 6! lé, Résistal'lce. MMs J'hillt61rl! les jugl! d~jâ. .111ipO IS.b 'r d'fma.gi" pr, de la part des dirt!!cteiLrs qui nous reçUl'eltt, a.ccueil PlUs ,courtais, ·compréhen~ ion "lus sllmpa!hique /ti, pour tout d're, 'accord plus (Lésar; nlt.1it .' « Vous préchd tie& convaincus sur la n~cessiU ae l'arn/lÎs ;ie m.ettallt lin à l'inddglii,~. mzt/Onalt, a rinêligibilite, à 1 .epura.iion péna! e ct aimilti.itrQ.lIVe. JI C'est :à" sè:on lé siêu.r' Roui1~ !e .po1l11 de vué d~~ . directeu.rri des n).imst~l'es int~l'es;~s. M. Ml!yer, M. Bidault p$uvenHll! I~ démen. tir? Nous le ~oUhaito'1S, Cl\r st re§ prQpos étaient ,authét\tiques. c'esl trU Mut qu'il raudrait chhcl, 1er l!s « X » qui pl'épfl.rent 's. rellabi Italion de Pétain ~t pi!nsent av~o nostfl.'gfe eu ten\~& ds sa. splendeur sânglante. ment coupablè de j'état dé cho-.-------------A. L. ses actuel. Dès les premiêrs jours de l'ocCUJlll. tlOll alll~e, il prit ):!arti avéc vlolènce contre l'unité d~ là. él"s. $é ouvrière allemande. Si, lib!ré de l'oppression naziè, èélle-ci a vAU pu coordonner ~es forcés dan/! l'Allemagne entière, la follé politiquè dont nous commençons i. pressentir les frljits aurait été iInpossible. Les réformes de struéture prévues par lès acèords de Potsdap1 auraient été réaliséè{l non seulement en Allemagne orientale mais dians toute l'Alle- Les meilleurs TISSUS . Toutes Fourniturè's pour Tailleurs Cllez ZAJDEL 89, r. d'Aboukir Paris-2' Met.: St-Den, •. Réaumur. Sentier T~l. : GUT 78-87 L ' 0 . T. s. F . E N visitant l'Exposi tion du Salon de l'Enfance qui sè déroule actuellement au Grànd.Pal&is, ne man quez p~s de VOus arrHer devant le stalid dé là Commission centrale de l'Enfance, situé près du village des Lilliputiens. VIENT DE PARAITltE CLAUDE PARIS LES ENFANTS-POElES ~è - &r ' Y . a - " Trente-neuf poèmés Oèssins de Àrthur Kalnik TOUS t.ES JEUNÉS' SÉf10NT AU GRAND BAL ,DE LA JEUNESSE JUIVE ori"nt.~ 1àr lé Mou,.ment ilè! Cid.t, aU!lr'. de l'UJ./I,I;. su., lé pall·Ottag, d. DRq/7' EI' LIBERTE le DIMANCHE 18 DECEMBRE, dt.: 14- heures à minuit OEilns la SALLE DES FETES Dt LA MAIRIE DU XI& Place VbttAlre (~élro : VoUloi ... ) , . avec l'ORCHESTl'tE GILLES itOGER nU rüAE - DÊ L.' JOIE DE LA DA:\SE et ... LOLEH BELLON, la vedette du « P6int du JOur» N G C 'R É DIT ÉLECTRICITÉ E L S à ASPIRATEURS CIREUSES PAT HE· MAR CON 1 MAC ln 1 NES A LAV E R DUCRETET 'M 0 R S - H 0 à. V 1: R ~ADIALVA_ , et c .. , C A D 1 L l. A C, etc ... , , Sut~r 5 limJ'@!' t. c .. 7.9';0 ft., ou • crédit 1.000 fr. par mois V1I:N'l'E, - ECHANGE - REPARATIONS tlADIO - MAINE 184. Av@!\u6 au M~ln,. _ PAl,tlS (14') !!!O. 85-99 '":: Mètro Mou\~I).Du~';I~"et Jo;' CTN EST A5S~Z. fi LA f iN . SI vCUS vOULE Z lE. li RE , PRE..NEZ LE _~ POMp~S FUNEBRES ET MARBRERIE Edouar~ SOENEEBERG' 43. rue de la VtctOl'l't, PA.RtS_yl 1'~1.: TRl 88-56 NUl\ : TRl 89-61 Achet~l vatrt maison, appartement, commerc, P' RE-TS fot\g,",~3 e0c h.. oMe ~oi..ir ... CRÉOIT COOPÉRATIF FONCIER Service x 49, ru. G~orge·V. PlJris·8· rser en cas dédlS (!JU d'i J 1 f , j « • . , DROIT ET I,.IBERTE Le Goncourt • J "MES ENSOR vient de mourir. Un fl'and peintre disparait, qui à une oeuvre alerte)) AM lE Si mais désespérée (c'estlamode) ( "1 'EST l'ouLsider qui l'a emporté au Prix Femin4' Mtis, sans la voix prépondérante .. de ~hne Andrée Corthis présiclé!üe du jurY, en faveur de « La Dame de Coeur ~ (1) " de Mme Maria Le Hardouin, ces dames M séraient peut-être 4stretnles à voter vingt-trois fois, comme elles l'ont fait l'a Il dernier, avant de se mettre d'accord sur le choix d'un candidat, avait réall~é l'essentiel de SQn oeuvre il y .. ~ien lonçteml's, Qui ne peignait plu:;, mal8 Que l'on aimait savoir vivant dans O~tllnQe la Grlse~ En plein hlvet', cet hiver de 1947 où la lÛer gel~e se hérissa.it d'étranges vagues Immobiles, où les mouettes marchaient enire les bateauX ' sur la glaCe du port, nous avons vu Ensor pOlU la dernJ~ re fois dan. ~a maison paisible. Ce sont, au contraire, les deux fav~ris qui ont été, cou~ ronnés lundi par les académiciens Goncourt et les membres du jury Théophraste Renaudot: M, Robert Merlè a reçu le prix Goncourt, pour . « Week-end à Zuydcoote :0 (2), dès le second tour de scru tin par huit volx contre Une à. M, Louis Guilloux pour son ( Jeu de Patience (3J. Et, aussitôt connu le nom du lauréat, le même M. Louis GullIoux se "oyait attribuer, au premier tour, le prix des eourriérlstès litt~ralres ou Prix Théophrl;l.ste Re~audot. '

    • .

« L~ Dam~ de Coeur ~, chot~1 par lés dames du Prix Femina - et je pense (Iue ce titre 'avait bien q,e quoi, en effet, séduire un jury féminin! - est un roman psyehologlque et un peu .satanlque où passe soldats ell;ténués - .Britimniques et Français mêlés - et de civils affolés y cliéterle, fuyant l'envahisseur. Parmi ces soldats en voici qua~re: Alèxandre railleur ~t mélancolique, phery le dèbrouillard, Pierson le curé ét Ma ill a t enfin, l'Intellectuel, personnage principal du livre ilt auquel l'auteur a confl~) apj!)àremment seS propreS ,pen .. séés et ses propres sentiments. Ces Quatre hommes se som téfugié~ dans une r0\l-Iotte clerrlère le sanatorium de Zltydcoote et ceux qui ont l'assé par une telle , a ven ture sa;vent éombien un, aussi précaire abri pouvait tout à coura VOUg pa,raltre précieux comme un vrai foyer! C'est à là VIP. èt aux aventures de ces, qUl/-trè hommes pend@.nt l'espace d'un « Week-end ~, d'un samedi matin au dimanche soir, que M, Robèrt Merle nous fait assister. Livre plein d'horreurs il. la fOlS, de tendroesse, d'amitié et, de grossièreté brutale, bourré de dialogues brefs. savoureux, vrais, écrits sou vent dans cet argot de guerre qui n'est déjà plus celui de Barbusse ni celui de ' Dorgelès mals p:lrte bièn som millésime, Livre malheureusement ' désespéré par soul\llsslon sans doute à une certaine mode llttéraire et dont les dernières pages nous décrivent la mort de Mal1la~ 'qui, réfu"lé dans le lit d'une jeune fille qui ne veut pas abandonnér s'a m~lson, périt avec elle d!l.ns un bomba.rdement. Pierre BAftLATI ER, (1). Correa , (2) Gallimard, (3) G~lllmard. \ Dehors la bru!»e et les sirènes, le verfl*s, un bateau Qui s'échouait contre la digue. Il faisait 'bon chez Ensor. Il n'était plus déjà tout à fait présent. Vêtu de noir, cravlj.tè de blanc;, il souriait d'un bon et jeune sourire du fond de sa large barbe, et son valet de chambre tournait. autour de lui : ce célèbre valet de ch.mbre à calot noir, ~i intimement mêlé à la vie de son maître Qu'il disait: « Nous sommes un peu enrhumés aujourd'hui. Nous ne ferons pas de musique pour les amis ». Enser avait grande envie de jouer de l'harmonium. Il se consela en chantant pour nous un petit air dOnt il composa les paroles. Il n'avait rien du grand homme qui se survit. Il était magnifique, àssis près de la tàjJlè où son vieux compagnon étalait avec fierté 'un album de reproductions. Ensor les regardait du coin de l'oeil, pendant que le vieux valet de chambre 'disait. : ,« Nous avons peint cela en 1885 ... » (1880-1890, la .grande période d'Ensor). Ensor se contentait de souligner d'une relÛarque plein4l d'Iitupour chaque toile qui passait. Il semblait à la fois très loin, et très près. Sur toul le llIur du fond, « L'Entrée du Christ ~ ~ruxelJes » : énorme tohubohu 'Po~tlJlé de visa~es flTim~çant~, de pancartes, de portiques, déchainèmént perpétuel dans le calme de la pièce. Un grand peintre est mort, II II!-Îssè à Ostende son iman sourlante et barbue, qui flottér", toujours dal;1s les petites rue~. " 'J-isse son mu vre, depuis longteUlps terminée, depuiS longtemps vénérée,. . , Hélène PIGNON. je ne sais quel v~gue parfum.-----------------------,,------------------...:..-_---_, _________ -.,.. ______ _ ff~~!t:~~t~:J:~::~~l~l;:~~ LA FETE AU 'I{REMLIN Du Il marhre " François Ma1i~lac. On s'y en- . " au cLe"'" 'et Charles;~:I~:io:~~1::aCharles1~:Charles:~ E T LAD A, N. SE, A, ' , U D,' E,. S' ER T le;;;~nr.~~pCharlest~ d~;~l~:~h!~t ploie Mme Le, Hatqouin et (!lont' nous I?arlerons dàns un au; genres de personnages prochain article), le Salon d'Hiver qu'ellè nous décrits qui 'sem- 0 N a souvent opposé en gande ». C'est une grànde et accentuation Insensible des attitudes d'une grandlloquen- des Travallleurs du Livre èt dé blent sortis d'un album dé fa- Francé la pro"uction an- bellé oeuvre d'art, a.ttl,tuq.es, lui ajouté le poids ce qui rappelle celle de . nos la Presse, qui sé tient cette semllle sa.ns aucune attache oilmne de l'U,R,S.S. a la d'art nécessoire, De temps en «tra"'êdlénnes ~ de métier, malne à la S,N,E,P Poissonnière, .11 Au moyen âge, o'n représen- .. , '" intervient à point nommé pour aVElC notre temps ni avec nos produ,tlon nouvelle ; Opposé tait des i: Mystères » sur le temps, un personnage se dé- Saqf quand etle pleure, com- démontrer qu'amateurisme et naïpréoccupations a ct u e Il è 5, (( Le ctliras8é Potemkine li, pl/-r p!irvis des cathédralès. Joués tache en gros plàn, dit sa ré- me tputes lès mères rus~es veté ne sont pas du tout compléQu'on me rétorque après céla exemple, considéré par tous par, lé peuple et pour le peu- pliqqoe ét disparaît. Influencés pleurent, mentaires comme d'aucwls le Que « La Damé de Coeur ~ est cOm'me un · Dhef-d'~uvreJ à pie, ils temolgnaient d'un sens que nous sommes par le réa- Le simple geste d'un hom- croient, On aimerait même, à cerun roman bien fait, je répon- Il Yvan le Terrible» par uen'!- trèS préCis du théâtre, On y liame américain de certains me qui se couvre lés yeux, sa tains de ces hommes pour qlJ.l la clrai 'gu,e peu m'importe.. pie, considérè comme un ra- * "H 'guralt les scène' 5 de la lé- films, ( La cité sans volles », volx qui s'étrans-Ie pour d!re: pmeoiynetunr ed 'ouebslti erc leer ta« inpelommebn t» , uunn *. t~ge. « Yvan le Terrible)l avait gende telles que les siècles les par éxemple), ou par le néo- Lenine est mort ; la prome- peu moins de métier (tout aU J'ai déjà eu l'occasion de pourtant trouvé des déten- ont Mtrées, LèS bons portaient réâlisme Italien, nous ne som- nade de Staline parmi léS ar- moins théorique) et un peu plus parler; Il y a Ç.ùinze jours, éeurs,' quI' déoelaient là les d'agréables visages, les mau- mes pas habitués à cette réa- bres dans la. neige, belle dans d'élan, Au vril.i, à l'exception de dans Droit et Liberte du Jeu symptômes d'un art nouveau, vals d'horribles figures. Dans lité nouvellè : la réallté lé- l'audace qu'Il y eut tout sim- cert,ainés élucubrations pleines de de Patience, ~, le rom!j.n fleu- ([ Le ~erment n, film tourné le jèu des acteursrtisses, il y gendalre des grands jeux po- plemept a la représenter: Le- fa~sse force d'avant-gardé ou dé ve de M. Louis Gu1!loUlC, dal)! l'année 1946,47, confirme il. ce méme séns populaire du ·pulalres, nine ést mort et Staline pleu- cèlles dont le pompiérisme ,est to~ Weèk-enct à ZUydcootè ~,de avec éolat ~e qui apparaissait thé:\tre, cétte mémé exagéra- Le metteur en scène, rchl- re ; l'inoubll!j.ble image du ~it~~i~etspCharlesse~~I~e:s~u~eroCharles: M. R6bert Merle, est un livre en puissance dans lès rares tion lég~re et né,céSsaire qui aourèli, ' sculpteur, àuteur, serment répété par le peuple, fait de la production courante des de proportions beaucoup plus films 8ovi~tiqueB présentèS en «marque:. l'image et, par une chanteur, et député au Soviet sous la neige ... Plus personne peintres du dimanche, trlodestes puisqu'il n'atteint France. parlTll les choeurs et ne parlait de « pompier» dans Cela n'exclut · pas la valeur, au J'las lès trois cents pages. la musique qui entourent la :;;alle, ni dé propagande. contraire, et plusieurs toiles dé- C'est a,ussi un livre alel'tp., l'oeuvr .• tout entière d'ulle at- parce qu'une bonne moitié de montrent l'Intérêt dé ce g~nre de vivant, sàrcastlque et què l'on mospl1ère e.ncl1antée, un art cette méme salle hostile fon- manifestations par les révélations lit tout d'une traite. J'y al c,'nématograph""ue d'avan' t- l' ou les confirmations qu'elles ap- . pour ma part pris le plus vi! garde apparait.. . dait en larmes, et autre re- por t en t . SI nous avons regr etté plaisir. . gardait de tous ' ses yeux, l'absence sous forme rétrospec- ZUY,dèoote é.t une plalte Faut-Il le dire ? J'arrivais l'écr.an où un paysan, debout tlve dé l'excellent peintre que fut . dans la neige, élèvait dans sa Antral, nous avons nl!lté de bons près de Dun~erque, En juin là, comm!) une bonne m0itlé main, tendrement, q}lélQu~s pay~ages de Baroin et de Barber; 1940, une foule immense !:le de la sâlle, avec cebte idée : boules de coton prolétarfen, ceux de Bergonhè, qui p.'a pas ou- Un-beau concert Un Il manifestation. arti$tÎllue d'Urt nivee:u élevé - tél fut l'evis I1nanim~ d~ l'enthousiaste pu'blie qui a 4.!silU 4u, réc6nt cimael't de Mania Bloch et Guta Pozna,nski Il Ill: ,Stille Pleytl. "'vile 'beaucoup de maîtrise et de sensibilité la jeune et déjà très tiLZentueuse violoniste ~ Il nia gZoch Il ' ex~cutê le Baal Shen'l d'Ernest Bloch, la Mélodie hébraïque de· Ah:aron, la Dansé orientale, et IlZ Berceuse de Kugel, etc. M'me Out'L Pozttanslci, qui pos' tde une belle voix de soprano lyrique, S'ilst surtout distinrmée dan! 1e.s mélodies de Schube'rt. "" '1 ,., y ,. v- "." comment faire , un film avec c piius beau que celui des kou- bUé que Marquet était un grand l'histoire du sermènt pronan- pèlntre; une nature morte bien cé par Staline devant le tom- laks ... composée de BOmbarde; les probeau de Lénine, s@.ns gràndl- Il fal/t voir sortir le premier ductions que Montmartre a msplloquence, sans effets théà.- tracteur, à. Stalingradt'b, et t les ràé eTsr ahvèèwt ';e uusne mnue ndté àD aBuodueqtu de'tu neet traux, etc ... Un étudiant décla- . jeunes gens danser u au- asséz belle matière; la frâicheur ra : C ' Ça ne peut être que tour, Il faut voir le banquet de tons d'un paysage de GoMspm1' 1'lpier ~, Une dame soupl- au Kremlin : monsieur Cecil trom .et de très. bonnes choses rait : « Heureuse)'nent qu'Il y B, de Mme peut toujours s'aU- dans les rues parlsiennés de Goua toujours la ' musique ~. Un gl'ler ... La salle immense, les not et Llmouzin; les excellel1tes monsieur éxprima la pensée tàbles, le choeur, la musique, aquarelles de Méraut qui déno- , , et pour finir la danse 'la plus tcnt une classe certaine, et enfin dé piusieurs , spéct~teurs . blé l' é les « Vieilles maisons • de Mon- ~ Je n'aime J!)as les films dé éndia e que e cm ma so- fort ainsi qu'un. Lavandou» de propagande . ' viétlque nous ait jamais don- Moult, un Lavandou pas encore née, la « barynia ~,exécutée env'ah!. Dans des genres diffépar un maigrichon barbu rents, il y a des qualités dans une d'apparence insignifiante, qui maquette publicitaire de Simone a bu lm peu trop de vodka .. , Souchi, et l' « Aquarium », reliéf Une demi-heure al?rès, toute Ill. salle était c dedans ), Ce l'l'ést pas « pompier ), CI! n'est pas un film c de propa- verre de Volant, vaut peut-être C'ést àlnsl que l'on assiste plus qu'un simple intérêt de cuà la naissance des' légendes. riosité. Op !l. l'impreSSion de voir pour Je ne voudràls pas finir sans la prèmière fols ce qui sera mentionner l'exposition c;les enreprésenté des millions d@ 'fants qui voisine avéc celle des fois : comment dans le désert grands, et témoigne de lit permales hOmmes firent couler nence du goût artistique dans une corporation qui la possède a l'eau ; comment naquirent les un degré élevé, car Il correspond machines et les usines ; com- chez elle à l'amour du métier et ment un peuple gagna la du« travail bien fait •. guerre; et qu'après Guèlova- Jacqu~ BILlIET. ni, après Dikll (le Staline de , ____________ _ (Traduit de l'américain par Yvonne Desvignes) . 'suprême .de l'U,R.S,S" a choisi des formes, ,des images Simples pout conter l'histoire d'un peuple nOUVèi).U. Guelovanl, ,l'acteur qui joue ~e rôle de Staline, noirs sourcils, moustache ténebreuse, oeil brillant, s'acquitte de sa tâ.che difficile avec un três grand art, aidè par cette particularité prepre au tfléâ.t~e rus~e (et à. teus les théâtre~ poplJ.llj,ires): • .11 ne cherahe pas à Imiter : 11 recrée un Stal!ne, dont on sait qu'il n'est pas le vrai, mals un personnage de théâtré dans un grand rôle. Par contre, l'actrice qui joufl le r61e de Varvara MI~haIlovna prend pa.rfols des la bataille de 'Stalingrad), oeil brillant. noirs sourcils, moustache ténébreuse composeront des millions de fOis la figure de Staline s'én allant pr'êter serment sur le cercueil lie Lénlné, au m1lieu du peup1e. • Le Conseil national pour la Paix et la Uberté organis~ unt $Olrée c1n.matographiqu~ le m~di 13 décembre, à 20 h. 30, au cin~Q1. Saint-Martin, 29 bl., rue du Terrage. Troi~ films au programme : «Aubervilliers _. c La rose, et le réséda ". c Au. coeur d.l'orage:». pÎ"ière de rhlrer les cartes. lnvl\atilm ch •• M, Goth~rd, 23, rue Clauzel. P .. rls-9·, RESUME DIES CHAPITRES PR:CE,DEt-.JTS , M, Newman, cl1:e/,du per~qnn,el dans une. gra,n/te e1}-trepris~, s'est rendu èhei$ un, pculi,ste . pour retIrer une p4ire de lunéttes, De .retour à ,la, mQ,Mon, il comm,enc~ à. I!re son journet.l 'sqns ~ff/;Jrt, mais il ne peut continuer, obsédé qu'il est par une p~tite nouvelle relatrmt la profanatiok d'un cimetIère fuif, Puis les jours p4ssent .. , • CopyrIght hy Droit et Liberté et Edition. d, ,\linull, TOUl droltl r ••• rv~ •• Catherine MAI, • L'AMOUR d'Héloïs~ et.d'Abélard fut brisé par le mensonge et la tyrannie ROGER VAILLAND vlimt de porter à la 6C ~ n è les amours d'Héloïse et d'Abélard. 'Il y a peu d'l:ltstolres aussi tragiqltes. ;Héloïse était la nièce d'un nommé Fulbert, chanoine de Paris. Il assura son éducation preml~re et quand elle eut dlx-puit ans lui fit donnér des leçons par' l'illustre Abélard. C'était au début du douzième siècle, A' quarante ans, Abélard étlj,it la lumière de son époqUe ét l'on ven ait de toute l'Europe l'écouter sur la m0l1tagne Sainte-Geneviève, ~ Un grand amour èmbr.asa le maitre et l'élève. Ils s'y consumèrent avec délices, Ils ét!j.lent arrivés a URe félicité mérveilleuse quand le cl}aneine, un j our, les surprit. Les amants durent s'enfuir en Bretaglj.e èt l'l1ener ' une vie précaire et traquéé. Ils .se marièrent secrètement. Assurés de l'lnti.ulgencê du roi, Ils revinrent albrl à. ,Pa,rls. Abelard réprit Son enseignement, mais co~e son · marta~e pouvait nuire à sa car.ière, ' il s'entend~ t avec Héloïsé pour ' le tenir secret. Ce\!)endant Fulpett. rie pardonnl~ lt pas l'affront qu'Il ayait reçu, Il à,vait àpprls le mar.iage de sa nièce et se sentait qupé, Il imagina de se venger ainsi: une nuit, il paya des gens pour s'Introduire auprès fi' Abélard et lui faire subir la plus horrible des mutilations. Il voulait' le . punir, qisait-ll, par où il avait péché. l'eu après, Héloïse prit le voile. Abélard Île retira à l'allbaye dé Sa.lnt-Denls, rl'où II devait sortir plus tard pour reprendre ses coms et écrire, entre autres, cL'histolre de mes malheurs ~, qui contient cé récit. vai6~s, ma.lsaines et rampan~ tes qui empêchent les nommes d'être heureux. L'amour d'Héloïse et d'Abélard, avec sa. foùgue, sa santé, son Innocente et radieuse Impudéur, est une insulte à tous ceux: dont la vie se passe à agir dans l'ombre. Une insulte encore plu.s Intolérable, du fait que le philosophe Abélard discute les opinions rilçues, confond les évêques, fait figure en un mot l'le penseur révolutionnairè. Il p!nse l!brement et il agit de même. Cet homme donne par sa p~role et par sa vie un exemple pernicieux, Tout un monqe se lIg1t~ ,contre lui, allant des bigots aux bourgeois en passant par les catins. Il n'y a que le peuple qui le défende, Mais il n'est pas assez fort lui-même, 11 s'éveille seulemtn.t à la liberté en luttfl, nt pour obtenir les franchises communales. Mals au lendemain de la terrible nuit où Abélard est ~ut11è, Ct pe~ple indigné se préCipite chez Fulpert et saccage le logis du misérable, . Je suppose qu'on ,Va reprocner à Vailli).nd d'ê,tre anticlérical. Comme ce sera le diminuer, L'auteur d' « Héloïse et Abélard» est contre toutes les puissances conjurées de la tyrannie et de l'hypocrisie èt ce n'est pas sa faute si, à l'aube du Slouzlèm.e siècle, l'Egllse est la. pire de toutes. Par l'inteI'lslté dl'::j.Ilfatlque,' pa,t le nerf et lé sOllffle du dialogue, « Héloïsè et Ab~lard » domine de très haut les pièces qui ont été créées depuis le d~but de la saison. Pour un coup d'essai, Roger Vailland a fait un coup de maître. Sa. pièce est marquéé • 'du signe de la grandéur, · Il , n'était pas' inutile, je Tout concourt du reste à ce pense, !te rapp~ler une hlstol- qu'elle soit réussié: la musire 4ui ést assez lolntil,lne pour que de Jean Wiener, la mise qu'on en ait · oublié les cir- en scèné de Jean Marchat, les constances. Puis, Il se trouve décors èt les costumes de Souque la pièce de Rogér VaU- lliges. Dans le rôle d'Abélard, land la suit de très près. De .Jean Servais a les géstes un sorte Que raconter l'une, c'est peu lents. la diction un peu raconter l'autre. molle, Peut-être cette Imprés- Va1llând a inventé quelqu!lS sion fâcheuse vient-elle de ce personnages, comme ce prince qu'il est trop bien entouré. d'Anjou, tIls de Louis VI, dont Jean Marchat fait un Fulbèrt il fait. un ami du couple, crasseux, visqueull;, parfaiteDans la. réalité, le ms du roi ment ignoble. Quant à Jany (qui n'était pas ptince d'An-Holt, dans le rôle ' d'Héloïse, l~ jou) avait quatre ans au mo- passion la dévore et lui d6nM ment du drame. De même, on d'Inoubliables accents. Le resdéco, uvre au tond du décor le te de la distribution est à chantier de Notre-Dame qui l'avenant et fait honneur au fut ouvért soixante ans plus thMtre des Mathurlns. On tard; de même, on parlé de soul'lalte une longue carrIère la Sorbonne, qui fut fondée en à« Héloïse et APélard ~. 1263. M:Us il fàudralt avoir Roger PAYET-BURIN, l'ésprit siniulièrement étroit ____________ -,- pour réprocher à l'auteur ces:libertés.

Ejlles étalent en quélque

manière utiles à son dèssein et c'est suffiSant: • Ce déssein, quel est-il? Roger Vailland montre dans « Eéloïse et Abélard un bonheur brisé par lés convèntiol' 1s', les Intérêts, la morale établie, la pruderie, la cagoterie, toutes les forces màu- UN AlTELIER LIBRE (peinture, dessin) est mis il. la di6position des peintres prOfes5lonnels ou amateuts, ' qui désirent y travailler, Modèles, nature morte, composition. Salle chl!-uffée, ouverte tous les jours, de 14 à 17 b. (sauf dimanche), S'adresser 14, r\le dé Paradis, Bit. C, Salle D. · THÉATRE YID,DISH YKUT ~ 10, RUE DE LAN CRY - BOT. 57-24 Administratifln : MOSCOVITC:tI SAMEDI 10. DIMANCHE 11 et LUNDI 12 DECJi;MBRE, à 9 h. VERTES PRAIRIES Comédie en 3 actes de Peretz Hirshbein Mise en scène de Shefti Zack F'OCUS F'OCUS P~CUS FOCUS f'er$oùt1e n'i!.vait rien rernarqu~: cela seul ~1l~ sufii à. dlssiper le pesant voil~ de cralnté qui l'av!lt ~nvé10ppé Si 16nëtemps, Mais Il n'y avait pas Cl4e celà, Des imprèssions tortes et néuves àvaleht commencé a rayonner da.ns $on tranquille univers. ~pUJS trois jours, il Interviewait des candidates àU poste lais;;é vacant par le départ de mISS Kapp - née Kapinski - et bien que . plusieurs d'entre elJtls eussent jadiis donné satisfaction à M. Newman, cette fols il les avait toutes éllminèes, De toutes ses forc~.5, Il souhaitait aujourd'hui faire don à M, Gargan de quelqu'un' d'éx~ptionnel, qUI symboliserait en quelque so~te le smnmet de sei; facultés sélectives, Le rythme de son corps s'a.ccélerait sous J'empire de ·ce défi, et il lui semblait qu'il s'attelait à une tâche, nouvelle, De' l'lus, il Se sentait. mal~tenant il. J'égard de M, Gargal1 une adml~a.tim renQuvelee - un sentiment presque fraternel - cal' l'homme, prenant les choses en main, l'avait forcé à voir cl;l.ir et contraint ~ secouer l,j, · misère qui assolnbrissait son. existence, La personne qu'il allait engager compenserait tous. s~s torts pas.;és, y compris celui d'aVOIr embaucM 11; Kapmskl. Elle devrait ê ~re la perfection. D'autant plus que, dep1fÏS deux jours, M. Cl:eoria~ Lorscl;! avait passé beaucoup de temps Clans les locaux de la compàgnie. M, Lorsch était le vice-prési6ent responsable de la firme, On voyait souvent sa photogral'h1e dans oies c~nnes mondaineS des journaux. li nè. passait dans l'immE! rlble que quelques journees bien remplies chaque année, ,ussi M, Newman imaginait aisément la Ilratltude de M, Garian SI un~empl oyée absolument hors liine s~ trouvai!;. engagée précisément il. cette époque. Car, _ selon une rumèlIr digne de toi. c'était M. Lorsch lul-meme, qUI. à l'orig,ne avait spécifié le type de per$on:le jugé déSirable pour faire partie du pel'sonnel dé la SOCiété, Il ne t1'l/.versalt Jamais un étage sans parcourll' sO\gneuseme~t du regard , les employés qu'II cl'oisalt en se tendant d'un blfreau à l'au re. ' Au cours des c)~ux dernlers jours, tI aVait à deux reprises d~visagè Newman en passal'lt devant sa cage de verre et une fots, ir ,ava.lt même pas.;é la téte et lui avait souri. Newman sè mit donc en quête de la perfectIon. , Il n'y avait piUS en Itgne que trois candidates. Il examina loeurs ejemal1des L'un des noms lui plut, GertrudQ , Hart, trente-six ans, trois ann~e d'études ~econdalres. Oélibàtall'e, culte éPiBco\'3.I, Née & Rochester (Etat de Néw-York). Il t~léphona au garçon d~ 'bul'ea4 pour qu'il fit mO~lter Gertrll~ fIart, Elie se ~l't!sellta devant son bUrèau d'une manière qui n'ètàit pas habituellè, Il était r~fe Que le~ candidate~ qui 25 , dé:Cijaient devant lui fussent p:trtumée$, '!,nême à l'eau de Colila-rte; 1é parfum de cèlle-ci restait en suspens dal'ls 1'8:11' environnant. J",lÜ~ l S él1es ne se présentaient avec des fleurs d,ilS les chevêux; celle-ci portait unè rosè naturelle, fixée au sommet de ses chèveux bruns, relevés devant. Cepend!!-nt, elle avait de l'allure, elle éti!.it élancée, raffll'lée. flebout derrière une chaise, elle le regardait, et laissait ses mains reposer, avee grâce et souplesse, sur le dossier; elle avait une laçon pèrson. St,,; nelle de balancer Je corps ~ " sur une · hanche, sans provocation maie avec une pal" faiU aisance, Mai! ce qu'il y avait én elle d€ rlus rrappant - plus encort! que ,a robe de satin noir' - c'ê' ait ce oourire qui soulevait son sourcil gauche un ~oupçon plus haut que l'autre : el' ·~ $ow'iait sans ouvrir S!S rèHIlS peintes, M Newmann s'erttendit prononcer : - A3,seye1~vou~, je vous '" en prlp. , SOli es tonne se ron tracta, t andl~ qU'élie venait s'as- Y ~e()ir pl'è8 de lui. â côté de - , son bureau, et lorsqu' elle ~ut p6sé son bras, il eut l'im· , pressf01'l qu'elle lui avait ca r~ le visare, cM son bureau !ormalt partie Inlégl'ante de sa. perSOlme, était, pour lui aussi vivant Clu'un de ses membres. Il prit conscience, tOlft à coup, de 'la courbe Jrappante de ses ja.mbes et de ses cuisses, dont l'unè nnait fr61er son bUl'eau, Il ~l1tit se congestlolll'lèr son cou, ses bl'lS, sa poitrine, ' Il baissa lès yeux et teignit d'étudier la feuille, Les mols s'estompèrent dans une grisaille avant de dlsparaltré. Sal'll, oser lever les yeux, il esaaya de se rappeler son vis~ge. Les yeux toujours baissés, Il s'émerveiUlf da ce qu'il n'en eùt noté aucun 4es traits, EUe étaIt semblable à la femme de SOl'l rêvé: un l"artum, des cuisses et un beil.lf port, Il leva les yeux, le visaie lui apparut. . - Combien de ' témps ête~-vous rest~e ch\!z Ma.rkwell? Elle parla. 11 n'éntèl1!j.it rien au déli de 1:1. rremlèrè IlPhrase, - th bien, j 'y suis restée à J'leu prM trois I/-ns, èt ensuite, .. 26 Rochéstèr. Il fixait la bouche qui articulait avèC l'affreuse intonation de Brooklyn. La rObe de satin noir, qui lUi avait d':tbord ,paru revêtir le corps ci'ullé femme de bon ton, distinguéé et Inlj.ccessiblè, semhlait m:litltenant &voir· été itchetèe spéciale'ment à l'occasjO:l de cette entrevue, dans quelque boutique bon marché, pour cinq cent quatre-vingHiuinze francs. , Elle parlait toujours. Et peu à. pEu, l'impression qu'il en àvait changea une fois d~ plus, En dépit de sorl in tonation, ell. ne manquai t pa~ de dlstinct'on. Pour la premlere fols, , i: parvint i\, détaill~r SOIl visage, Cil qui l'intriguai: le plus était J'uc de son sourcil gauche, Il avait cru d'abOrd qu'élie était sm I~ point de soul'irè, mais maintenant il se rendait compté qu'el le ne souriait pas, Elle l'étudiait et, I)tongeànt dans ses yel1x bruns, il avait perdu l'initiative de la conversiHlon. Elle cessa de parler, le sourcil gauche toujours unpitoyablement dressé. Il se leva, alla s'adosser" sa chaise - ce qui ne lUI !i1Tiv~it jam~is en préSEnce d'une carididttle, Mais, lorsque leurs regards se croisaient, il perdait passessloll de ses moyens. " Elle avait un vi sage allongé, que la mallSe des cheveux re 'evés faisa ·t paraltre plus long encore, Ce n'était pa,s pourtant un visage maigl'e. Les lèvres étaient plamEs - et rouges - el el:e avait un cou bien pris. qui se fondait graci~ usemenl dans la courbe de la mâchoire. Au·rtee~us des yeu)( profonds. les paupières étalent natu rellement sombl'ès, ét il songea que, dans le sommeil, ses yeux devaient paraitre plus bombés qu'ils ne l'étalent. Mais ce quI le ~roub : ait le plus, quand il tentait de se, faire' une op;nion sut son visage, c'était le front. Il était si haut, oICrait une telle surflicé de peau recouverte de poudre, que les chevlmx se.mblaielH pl'esquè le fuir; il dut lutter contre l'impression que cè front envahissait la p'èce. - N'était ce fron t, songea-t·il, elle serait vra'mènt belle. Jamais encore pareille , femme ne s'éti!,it tro'uvée sur son chemin. et pOW'lant, il la reconnaissait à l'empiré qU'elle pouvait avoir sur lui, c,ar elle entrait pour une part dans Son' rêve ~ la part qui lui donnàlt l'impression de chaleur, accélérait le rythme de sa respiration, La. part qui, dès son entrée dans la pièce, avait donné un tOur personnel à l'en· tretlen .. , Qui le rendait certain, maintenant, qu'W~ lui éti!.it accessible. Elle l'était, Il en était $Ûl', - VOus savez vous servir d'une machine à écr,re électrique? ' demanda·t·II, comme si c'était pour lui une ~1l.estlon de vie ou de mOl't. - Nous en avions l'occasion, de temps en tempS, ms.i& il l'l'y en avait ('lu'une pour tout le bure!!-u. Ce n'était pas eon~me Ici, dlt'ellè, un peu I mprè~ionnèe, 27 Et élit ponctua ,« lCI » d'un geste, tournant la tête vers les rangées d'tmplôyées qui se trouvaient derrièrè Ole. M, Néwman en eut le MlUtfle coupé, Elle lui faLSitlt de nouVeau fàce, alors il se dirigea vers un classeur de façoo à la )'évoil' de profil. Elle laiBsa pa.i;ser un bon moment, attel\ dl!-nt aVee déférence qu'il eût Lni de chercher dans le t iroir, puis, n'entendant aucun bruit, él!~ tourna la tète et le vit, débout et la dévisageant dé touté sa hauteur, Son soutcll s'abaissa brusquement, M. Newmàn reprit rapidement sa place derriére son bureau. et s'assit tandis qu'élie devenait cramoisie, I! demeura longtemps sans oser lever Jes yeux sur ellé: Il savait qu'èllê 1'6bservait et Il restait impassible. Son vl$~ ge ne la.issa pas parallre la moindre pàrcelle de sa dêception, de son indignation. - Vous n'ignorez pas, dit·il d'un ton protecteur, qu'il nous faut ici du personnel entrai né à la frappe électriquè, Je peI'l.;al~' ctùe c'était le cas pour vous, I! lui Jeta le coup d'oeil étudié de longue date, et qui clôtUl'alt ces èn:trevueS: TQurnant la tète d'un geste emphatique, elle désiijna les raniées d'emp:oyées affa.lrées sur les machines à écrire du Iype courant, puis. après une pause délibéréé" elle le regarda bien en face et attecdi t, - Nous âl Ions les l'emplacer dans le plus bref délai, expliqua ·t·il. La l/,'uerré a ralenti la production, mals nous avona l'intention d'en équiper tout le service .. , Les mots lui manquèrent devant la contraction des traits de la. jeune femme; ses lèvres s'étaient desserrées et elle àvait lévé légèrement les sourcils. TI se demanda si ' élle allait le supplier ou lui cracher à la figure, _ - En vlngt-quare. heures, je saurai parfaitement m'en servIr, Cè n'est rlén pour Quelq'u'un qui tape aUSSi bien Que mol. Penchée ainsi au·dessus dé son bureau, elle ne manquait pas de sens dramatique, pel1sa·t-il, - Nous pr~féroIlA ... Elle abals.;a vérs lui son menton rose ét uni, - Je faiB partie de l'Eglise épiscopale depuis ma naiasance, monsieur Newml.n, dit·elle d'ltne vOlx sifflante, et unè pelte tache rouie s'Icscrivit sur sa peau ,non làin du nez, Il n'y avait rien là pour l'étonner, C,était le diScourstype qu'il avait déj~ maintes fois enténdu (sa'uf Que la. plupàl't , sé décidaient pour le cu:te unitaire - pendant léur trâjèt en ascenseur), Mais il senlit son coeur se co~tracter tandis tl.~ ' 11 contemplait le visa~e courroucé, Sa.:Js sàvolr )'JOurquol, il sèntait la peur le iainer. 28 L 1 r J 1 l' 1 LA S lE UN ~ ... NOUVEAUX ABONNES . Le cirque est trop cher. L'atmosphère des salles de cinémas· est malsaine. Heureusement Noël arrive et avec lui les étaÙLges des Grands Magasins. Les parents. qui ne reculent devant aucun sacrifice, emmènent leur progéniture sur les boulevards. Le spectacle est permanent et grCl-tuit. Ma foi, de quoi se plaindrait-on? Ici des anges blafards soufflent dans leurs trompettes de carton doré. Ils prennent bien leur temps. Là une campagne fertile aux a-rbres verts abrite le labyrinthe d'une Ligne de chemin de fer. Des trains sans fumée franchissent avec aisance des passages à niveau liUiputiens et bouffent des kilomètres de papier mâché. 4i!leurs un maga· sin de la rue de Rivoli, s'inspirant de l'actualité, anime une tragi-comique histoire d'appartement à louer. Les candidats locataires se pressent devant une poTte dose. Quant à la fami!!e qui habite le local tant convoit~, eHe est tout à fait de circonstnnce. Tous ses membres sont atteints par une frénésie hys~é:iqu~ !Iu'accentue une mu- , sique criarde fortement amencamsee. ~es. pare.nts. son~ ravis. Les enfants ne pigent pas. Mats, nu fatt, a qut sont destinées les vitrines de Noël? 'Bon déRqrt de la campagne et cJu grand concours de :Îf Droit.et Liberté'" dans les st;)ciétés et organisations adhérentes oU M. R. A. P. • COMITÉ LOCAL DU M. R. A. P. DE MUNTREUIL: 27 ABON·NEMENTS 54 010 de robje~tif " , • S'O CIETE MUTUAL 1 STE · u LES AMIS iSRAÉLITES" : 8 ABONNEMENTS 26 010 de l'objectif • Nous attendons les · chiffres d'autres organisations: U.J.R.E., Cadets, Intersyndicale, Hachomer, • Anciens Combattan~ ts, Artisans, etc. - '- LE RÈ.GLEMENT 'Ce que vous pouvez gagner QUI PEUT PARTICIPER AU CONCOURS? 1. - A titre individuel, les diffuseurs, les abonneurs, les lecteurs et amis de DROIT ET LI- • BERTE. 2. - Au titre de collectivités, les organisa.tions, a.ssocta.tlons, so· elêtés, membres ou nOD, du M.R. À.P., les ateliers, écoles. dl.pen.. ires • . etc ... QUI CACNERA LE CONCOURS INDIVIDUEL? Le premier prix reviendra aU Cloncurrent qui aura obtenu le )llus de points. LE CALCUL DES POINTS , points 'par abonnement payé à l'a,dmlnistration du journal; • pol!,t. sUl!plémentalres pou r chaque abonnement d'un an; 1 points supplémentaires l' our chaque abonnement de 6 mols; 1 points supplêmentaires 1.' our thaque abonnement de 3 mois; 1 point est attribué pour chaque journal vendu au numéro. en plus du nombre de journaux vendus a.vant le eoncours. EXEMPLE DE CALCUL DES POINTS Un ami vendait avant le eoncours dix journaux. Il particIpe au concours et vend cinq jour_ nx supplémentaires. En plus. Il apporte un abonnement d'un an, deux abonnements de 6 mois et vols abonnements de 3 mol~. Il marque donc: 1 points pour les ilInq journa.ux vendus en plus de son nombre habituel d'avant le concoars; 18 points pour les sIx abonaements; 1 poipts pour son abonnement . d'UD an; 10 l'oints 1I0ur les deax abonnement. de 6 mols; Il points pour les trols aboanement. de 3 mois. Total: 50 POINTS. DES COLLECTIVITES? Trois prix de . crande valear récompenseront l'effort des collectivités (as.oclatlons, sociétés, ek ... ), en tenant compte, bi .. n entendu, des · résultats obtenus par leurs · a.dllérento et de l'objectif fixé a.1t départ. Chaque allonnement remis à l'administration et chaque polot obteou par la vente des Journa.!'" par un eoncurrent membre d'une eollectlvité participant au eoneours indlvidael oera porté automatl'luement au crédit de 1& eolleeUvité dont il a déclaré taire partie, Les prix seront attribué.. oulvant les rè,tes ~i-après: 1. - La eolltctivité doit atteindre l'objectif fixé; ce qui lui donne droit à. 100 points. Z. - Les gagnants seront · les eollecUvités aya'nt obtenu le l'las de points poar les abonnements dépassant le nombre fixé. A ees points s'ajoutent ceux attribué. pour les journaux vendus au numéro. 3. - Le ealcul des points est le même que pour le concours !noU... Iduel. EXEMPLE DE CALCUL La Société X a atteint son ob. jectlf. Deux de ses adh'érents J;è. l'lent. en plus, chacun deux abonnements de 6 mois, un troisième • un abonnement d'un an. Un quatrième, enfin, a vendu pendant trois semaine. chaque fois einq journa.ux en plus de sa vente habituelle avant le concours. EUe obtient dolie: Poar avoir atteint son Clbjettit · ......... . 5 abonnements , ••.• 4, abonnements.de 'slx mClls ............ . 1 abonnement d'an 100 lIClinta 15 • 28 • an ...... .... ...... 1 • 15 journaux supplémentaires • • . • . .. 15 Total . ....... 158 • AVIS IMPORTANT 1. - Chaque . perSODne désirant participer au . concoun est invitée .. se' f.lre eonnaitre d'ur, ence ;. l'admini.tratloll de c DROIT ET LIBERTE • pour l'établi .... ment de sa FICHE DE ' CONCURRENT. Elle aura à taire connaître, en. même temps. .'1\ y .. lieu. très exaetement. le nClm de la eolJectIvite qu'elle désire faire bénéficier de .on. effort.

t. - Toutes les sociétés .. t Clr,anisatlon8

adhérentes au M. B. A. P. participent aa concours automatiquement. Les aavet! eollectlvltés • .,nt priées de .. faire '}ollaaÎtre. 3. _ .Nos amis 1 • .,lé. de province. d'outre-mer , ou de l'étranl'er désirant parUcipen au tOIlC"Uri sont }lrlés de n'?u~_ adresser leu,. comma.ndes de carnets d'aboDllement., de prospectus et de j.,urnaux, en même temp. 'lu. lear lmerlptlollo " Le. heureux gagnant. de notre eCll1~ours individuel auront .. 8e partal'er 250 prix de très grande valeùr dont voici les principaux: aller et journal. VOYAGE EN ISRAEL retour, aux frais "u CIRCUIT EN CORSE vOYilge Inoubliable à. travers 1 ... paysages piU"resques de l'ile de Beauté. comprenant le transport . depuis la résldenee du l'a,nant et retour. '3' HUIT JOURS ~ DE VACANCES voyage aller et retour "Clmpris, dan. des' hôtels ou pensions de premier ordre sur la COTE D'AZUR. HUIT JOURS DE' VACANCES voya,.. a.ller et retour compris dans des hôtel. ou pensions de premier ordre EN MONTAGNE. ~ HUIT JOURS . ~ DE VACANCES "oy.,'e . aller et re"'ur ~ "omprl5 dans des 'hôtels ou pensions de premier ordre il LA CAMPAGNE. @. BICYCLETTE eomplètement équipée. pour hom- . me, femme, ou mixte, suivant le désIr du ,afllaBt; un BEAU POSTE DE T, S. F, EXCURSIONS ET VISITES aux châteaux de la .c Loire. EXCURSIONS ET VISITES · EN FORET DE FONTAL~BLEAU, ete._ MONTRESBRACELETS uns eubller de .Clmbreux lots de VETEMENTS. . BONNETERIE, . MAROQUINERIE, y compria de très be&ux nas de daD;let! en cair ou ell daim. et.': .. ;, LES DERNIÈRES NOUVELLES Le concours d'abonnement de Droit et Liberté a pris le départ. d'y participer et de vous apporter le plus grand nombre d'abonnés possible ... :. Voici quelques-uns des pr~miers résultats enregistrés ; Dans les sociétés comme dans les sections des organisations adhérentes au M.R. ft;~au:adneS ~e~~t~~t 1~s Charles 22 janvier 2010 à 10:32 (UTC)\~~ n~~t. M.R.A.P. Montreuil ... .... 27 est mis en place et 11 n'est M.R.A.P. 9' ..•..•...•••••• 6 pas exagéré de dire que des M.R.A.P. 14' •••••••••••••• 4 centaines d'amls ont des car- M.R.A.P. 18' •••••••••••••• 5 nets d'abonnement en poche. M.R.A.P. 200 ....... ,...... 3 . Mais à tous ces groupe- Amis Israélites de France 8 ments se joignent très heu- Société Mut. Israéllte de reusement des initiatives in- Paris. . . . . . . . . . . . . .• . . . • 2 divlduellf'S. KI~lce ...... . ............. . 2 Exemple cette belle lettre Brest Lltowsk ........••.• 2 de notre ami M.G .. de Mont- Mlle Raymonde I.:;évy.... .. 3 ceau-les-Mlnes. qui nous dit : Amis, organisations, soclée Ayant lu dans votre jour- ~- .tés,- . activez la collecte des nal le grand concours que: abonnements 1 En avant pour VElUS oroanisez, fai l'honneur obtenir 50 % de l'objectif fixé de VOILS dire mon intention, au SI ·décembre. .. Une petite fille. extasiée, supplie sa mam4!t d'acheter sur le champ « cette belle poupée qui .dit maman ». Maman elle a envie de détourner la conversation. Le jouet tent~teur' coûte trois mme francs. Mais la finette, dénuée de tact insiste pleurniche. La mère tire son enfant par le bras: Peine perdue. La poupée oui dit « maman ~ est une idée fixe. « Tiens, voilà po~r ta p~péeJ » Et une magistrale oifle s'abat sur la nawe admtratrice. 0, vous qui me lisez, ne vous apitoyez IlI?-s .stupidement sur 'le sort de cette enfant martyre des 1?ttrmes du jour de l'An. Et n'appelez pas les malédictions sur ÙL tête de la mère dénaturée. Qui peut offrir à ses enfants une poupée à 3.000 francs? Au fait, à qui sont destinées les vitrines de Noël? J'en ' sais qui vont nous répliquer: « Patience, l'an prochain, on aura des joujoux à bon marché. Les jouets a!!emands vont nous envahir. Vous vous souvenez, avant guerre. les petits tanks si mignonnets. les ca7UJnS' en .fer blanc. Sûr Qu'avec les. nouveaux accords des Il r",OtS » reviendra ' le bon temps d'autrefois li. Oui, cela commença ainsi. Et il y a des gens qui atment que t'histoire se répète. Encore si .. ces é~h.a.nges 'pouvaient se limiter aux cadeaux de Noel. Mats ceux qui fabriquaient des panoplies de militaires n'aiment guère que les enfants jouent à la poupée. TIs jetten~ sur le marché des canons en fer Mane avant de vous 3eter 8Ur la gueule des tanks. des avions et des obus. Des vrais. Et alors personne ne joue plus à ÙL poupée. PauiJ. RENNE • ... IET M~S AMOURS Honni. soit ' qui mal y pense / "L'aventure tragi~comique du grand général Boulanger"" EN ce temps-là, nous con. te Pierre BaJ;latier. « la République était bonne tille. Plus sévère pour ses enfants que pour ses adversaires, elle admit souvent que ses ennemis fussent, ' sous son nez, plus honorés qu'elle-même ». Disons tout de suite que cette histoire commence le 14 mai 1886 dans le salon d'une grandé cocotte chez qui ftéquènte M. G.e6rges Clemenceau. D'un gél'léral sans gloir~ sinon sans ambition Clemenceau a fait le· ministre de la Guerre du cabinet Freycinet : - Il est très bien, d la jois pleutre et charmant. Exactement ce qu'il me ,faut pour ce que 1e veux en jaire. Depui3 qu'tl est mini3tre de la Guerre, il s'est laissé pousser la barbe. Ça lui donne l'air martial: Henri IV d Ivry. Le 30 septembre 1891, ce général se faisait sauter la. cervelle sur la tombe de sa bonne amie dans le petit cimetière d'Ixelles. Et Clemenceau, toujours aussi sarcastique, dit; c Il est mort comme un sous-lleutenant •• 'Et voilà qui nous donne e l 'aventure tragi-comique ' du grand général Boulanger,. (1). Et tournent les chevaux; (de bois) Henry FORD « Il était beau. Il était heu~ reux. Il ne pensait à rien. Rien n 'altérait la pureté de son regard ., a dit Anatole France. Des loges de l'Opéra aux terrasses du Napolitain. tout au long qe 200 pages où l'on s'amuse sans répit, Pierre Balat1er nous fait rouler du baroque au cocasse, nous fait vivre l'histoire politico-senti~ mentale de ce héros d'opéret~ te ambitieux, amoureux, pusillanime. fat. ' sot, redondant, et lâche en fin de compte, qui devin t l'Idole des foule. cocardières pour avoir monté un superbe cheval noir, un j our de 14 juillet. Un général qui ' a gagné le coeur populaire 1 Fal1ait~U davantage à la réaction monar .. . chlste? Ici se noue le grand complot contre la République où se rassembleI\t toutes les factions. Suivez maintenant tous les fils. Ils nous mènen~ au Prince-prétendant, à Rochefort, à Barrès, à Lucien (SUITE DE LA PREMIÈRE PAGE) ter\'ient directement. L'all1ance est faite. Le roi de l'automobile accepte de financer l'officine antisémite et antibolcheVique. Son premier acte fut de reprOduire dans ' son journal. le Dearborn Independant; les « Protocoles ,. dont nous parlons plus haut. LES USINES FORD: UNE .« FORTERESSE » ... D'ESPIONNAGE Cela ne sùffisalt pas. Il fallait instaurer une c forteresse

.. Ford mit donc à la

disposition de l'organisation l'ensemble de ses usines. Chaque membre possédait un « code .; E.-G. Lfebold. secrétaire particulier de Ford. était le 121 X ;Ie directeur du Dearborn Independent. W.-J. Cameron, le 122 X; Nathalie de Bogory. adjointe de Brasol. le 294. Sous la protection et a.vec l'aide du constructeur ·d·automobiles. des centaines d'agents pénétrèr~nt dans les usines, le commerce. les universités et même au gouvernement des U.S.A. Le «service d'enquête Ford ~ était dirigé par le Dr. ' Harris Hougton, du service secret américain, son matricule était 103 A. Le Dearborn servait de porte-parole à toutes les c dé- ' couvertes :.. Une fols ce réseau établi en Amérique. Ford voulut l'étendre au monde entier. Le commerce ne perdant pas ses droits, des usines furent montées en France. La première installéE' prit le nom de . e Ford S.A.F. ), à Bordeaux. Dollfuss était présl; lent de cette société qui s'occupalt uniquement du montage des véhicules. les pièces détachées proven~nt d'AmérlQue. Le prix de revient des véhicules étant.. de _beaucoup inféri~ur à celui des automobiles fran.;;alses, l'usine prit rapidement de l'extenlloa. Au cours des années 1924- 25, une autre usine fut montee à Suresnes, quai Aulagnier. Les méthodes d'esplonnate et d'exploitation étaient les . mêmes qu'outre - Atlantique. ATMOSI!HERE •. DE POGROMES Mals en 1929, survint ce que l'on appelle « la grande crise ~. Le gouvernement lança le mot d'ordre « Achetez Français •. D'abord gêné, Ford se tourna quelque temps ry Ford reprenait · sa llbert~. Bientôt, .Asnières et Bordeaux • fur e n t insuffisants. L'usine de Poissy fut construite. - Son rôle était différent des deux précédentes, Il s'agissait cette fois d'une usine de construction êt non de montage. Les . problèmes techniques tels que la main-d'oeuvre furent rapldemeht résolus. Une masse important~ de manoeuvres fut embauchée et des trains spéCiaux partaient chaque matin de la capitale. vers le Japon, pays alors en L'AIDE DIRECTE A HITLER pleine industrialisation. Ce fut Rodonov qui se char- Mais en Allemagne, Hitler gea des «affaires :. antlsé- s'était assuré le concours des mites. . Krupp, Thyssen et compagnie. Le journaliste américain Henry Ford décida d'aider à Norman Hapgood, qui fut plus son tour Iii fascisme. Selon le tard envoyé comme ministre New-York Times du 8 février des Etats-Unis au Danemark. 1932, Auer, vice-président de écrivait; Dans l'atmosphère la Diète bavaroise, déclara dans laquelle travaillent les publiquement: La Diète ba~ n'specteur8 de Ford, on par- varoi3e est informée depuis lait de pogromes qui allaient longtemps que le mouvement avoir lieu. En fait, dans les d'Hitler est en partie financé milieux de Ford grandissaient . par un chef antisémite amériles mémes s!lmptômes qUf cain, qui est Henry Ford. M. existaient en Russie au temps Ford a commencé à s'intéresdes Cent Noirs ... Comme Bra-' ser au mouvement antisémite sol était dans ce pays le che! bavaroi3 il !I a un an. après des émi(J{és russes ' qui es- qu'un de ses agents tut venu saie nt de ramener 'les Roma- prendre contact avec Dietrich. nov sur le trône, cela ~igni.l Eichc.rt, le ,panoermaniste bien jiait que .les persécutions de connt~... L agen~ retourna en Ford, par la logique lies cha- Aménque et tmmédiatement ses. rejoignaient la croisade après l'I!rqen.t de Ford. comvieille comme le monde que mença a arrIver à Muntcn.. M. les despotes de Z'Europe Hitler se vante ouvertement avaient constamment suscitée de l'appu.I de M. Ford et loue en vue d'éviter, dans leurs in- M. Ford, non pas dJètre une térUs à eux. les passions des g.T. and e personna!it.é,. maù ignorants... ,. d etre un grand anttsemlte • . Pendant ce temps. en Fran- Ces paroles devaient se conce. la situation s'améliorait et firmer puisqu'en 1938 Hitler Ford. tournant la 101, effec- décora de la Grand Croix de tuait un nouveau bond en l'Aigle germanique « pour seravant. . vices exceptionnels rendus cl A 'Strasbourg. Mathis, un l'Allemagne ·fasciste ~ le consautre constructeur d'automo- tructeur d'automobiles amérlbiles. semblait aux prises avec cain. d'énormes difficultés flnan- Hitler, dans son petit buclères. Ford luI proposa ~a.s~'. r~jl,q de . la ;K!lrz:1el1us-_Strass~. soclatlon et c'est ainsi Que à MunlcE.. avait placé un pornaquit « Matford •. En 1937, trait; celui d'Henry Ford. l'union était rompue et Ren- (4 lIUtv,.)~, · Bonaparte, à la Ligue des Patriotes et à Arthur Meyer, djrecteur du « Gaulois:. par qui viennent les fonds du ba- · ron Hirsch: Un général, deux généraux ... L'aventure tragi-comique du grand général BOUlanger est une aventure amusante parce qu'Il s'en dégage un parfum de désuétude. C'est aussi une aventure édifiante. N'est-Il pas mieux que Boulanger ait eu, lui aussi, son Meyer et son c: Rothschild ,.? Saviez-voua que « la majorité des Françllil avaient peine d crofre fUI: 1886 qu'un maréchal de Fran~ ce avait. en pleine guerre. PT&. téré l'Allemagne à la Ré1)ttblique et qu'un générlll mentait quand il célébrait la démocratie

t?

Le maréchal s'appelait Bazaine et le général Boulanger. Heureusement, l'histoire du • général E!tulanger est une · histoire qui finit bien. « Le simple déroulement des jourB et des semaines, expose André' Wurmser qui a préfaCé l'ouvrage. et l'union tardive de. républicains se chargèrent de décanter le boulangisme. Bientôt les dupes des premieTi jours se frottèrent les yeux ... Né dans la confUSion, qUOique marqué au départ. de patrtoti3me. d·honneur. d'appel aux Français, le boulangisme n'Itait plUS qu?une secte. un parti politique, le plus poussiéreux de tous les partis. · (1) ?i~rr~_ :Sarlatier ; L'aventurt tragt-comzque du grantl généraJ BOUJanger, à 1& Bibliothèque trançalae ~a50 :tra.nGM .•

Notes

<references />

format JPEG