Droit et Liberté n°391 - mai 1980

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°391 de Mai 1980
    • Editorial: Bête et méchant par Albert Levy
    • 35 ans après le 8 Mai, ils se réclament du nazisme
    • Le demi mariage de monique et Ejaz propos recueillis par Jean-Louis Sagot-Duvauroux
    • Tartarin en Namibie par Théo Saint-Jean
    • La dernière course de Jesse Owens par Robert Pac
    • Projet de loi d’Ornano : des foyers ghettos à visage humain
    • Contrôles racistes: j'ai cru que vous étiez recherché
    • Document: la parole à Jean-Paul Sartre présneté par Pierre-André Taguieff
    • François Grémy présidnet-délégué du MRAP
    • Hommage: Madeleine Fournier, une militante exemplaire

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

· -- 1 et, 35 ans aprés le 8 mai ils se réclament du nazisme • I~ -- I~ 2 En France vacances d'été: les prix-vérité de tourisme et travail 1 .semaine à Erquy 550 F*

'Illage sous toile en bord de mer, dans les Côtes du Nord.

550 F à 590 F, par personne, en pension complète. A l'étranger 2sef""!:laines en Bulgarie: 2.405 F* ~n hotel-?Iub «pieds dans l'eau» sur la Côte du Soleil. 2.4Q5 Fa 3.1 ~5 F par personne, en pension complète pour 2 et 3 semaines au depart de Paris ou Lyon. Grèce une formule idéale « circuit-découverte, séjour-détente» 1 semaine d~ circuit + 1. ou 2 semaines de séjour: 4.220 F à 5.520,F au depart de Paris ou Lyon (par personne en pension complete). ' Tunisie 1 semaine ~e circuit +.1 ou 2 semaines de séjour : 3.630 F à 4.900 Fau depart de Paris, Lyon, Marseille ou Bordeaux (par personne, en pension complète). Bulgarie 1 semaine d~ circuit + 1. ou 2 semaines de séjour: 2.895 F à 3.625,F au depart de Paris ou Lyon. (par personne en pension complete). Bien d'autres villages Tourisme et Travail vous attendent en France et tout autour du bassin méditerranéen. Renseignezvous! BON A DECOUPER ~our toute demande de renseignements, ou de documentatI: n,. adressez-vous: 1,87, quai de Valmy -75010 Paris. Tel. . 203.96.16 en precisant la ou les destinations qui vous Intéressent. GRECE 0 TUNISIE D BULGARIE D ERQUY D PROGRAMME FRANCED PROGRAMME ETRANGERD Veuillez me faire parvenir documentation ou renseignements à : NOM .. . ...... .... . ...... Prénom ................... . Adresse ..... ...... ... . ... .. . .... .................... Code posta le .. ....... .. ..... . . .... . .. ... . ............ . Ville ............................................ .... . • courrier. scène de chasse dans le métro Samedi 27 octobre, métro StrasbourgSaint- Dents, un groupe d'Antillais battent le gros-ka. Des policiers arrivent pour faire cesser la musique. La manière forte est tout de suite employée: cris, insultes et bombes lacrimogènes. Le groupe s'arrête et après une vérification au poste durant deux heures, les musiciens sont relâchés. Mercredi 31 octobre, les musiciens se retrouvent au même endroit. Cette fois, c'est un policier en civil qui lance une bombe lacrimogène. L~s musiciens réagissent et continuent de jouer. La foule reste à écouter et à danser. Mais les musiciens se retrouvent bientôt encerclés par une trentaine de policiers. Réaction, violence, force, la foule, toujours solidaire, veut accompagner au poste de police deux musiciens curieusement désignés. Seules deux filles réussissent à monter dans le car. Il s'en suit une recherche à travers Paris vers le « commissariat fantôme ». Où ont-il bien pu être emmenés? Quelques heures plus tard. trois musiciens sont retrouvés par leurs amis. Mais qu'ad~ient-il du musicien resté au poste? Derntere nouvelle, 3 mois à la prison de la santé ... 3 mois pour avoir craqué, pour avoir eu des nerfs, pour s'être défendu ... Aujourd'hui, avril 80, station Opéra, je cherche le tambour, mes copains et amis, maIs on me dit qu'ils ont été chassés par la polIce, comme chaque fois que les gens essayent de se réunir pour espérer vivre enfin, ICI et dans leurs pays. Des contrôles d'identité injustifiés, j'en ai vu des dIzaines, des f'gressions morales contre les Noirs, même chose. Ça suffit, ils n'ont pas le droit! Le musicien arrêté le 31 octobre est sorti il y a seulement quelques jours ... Essayez de comprendre! LlANA Paris effort de clarification J'ai lu avec un vif intérêt votre dossier sur l'islamisme paru dans le n0388 de droit et liberté. On a beaucoup disserté ces derniers temps sur la religion de Mahomet avec plus ou mOins de compétence, mais seul votre article a été fait dans un esprit objectif Que d'idées fausses répandues complaisamment sur l'islamisme! Aussi, je ne pUIS que regretter que Jacques Berque, personnalité ad hoc pour parler de l'islamisme, n 'ait pas profité de votre deuxième question pour aller au fond des choses. Mais au lieu d'une réponse approfondie, il se contente malheureusement d'une citation. certes appropriée, mais quelque peu hermétique pour un lecteur moyen. . Nonobstant cette remarque, votre intervIew garde tout son mérite et l'on ne peut que féliciter droit et liberté pour son effort réel de clarification. effort que l'on aImeraIt rencontrer plus souvent dans les mass media. droit et liberté. " ,0 39J • mai 1980 . Savez-vous 'que l'on m'a soupçonné de cultIver le paradoxe parce qu'au cours d'une discussion ayant trait à l'islamisme, j'ai dit que tous les musulmans ne sont pas araDes et Inversement. J'ai eu du mal à convaincre mes contradicteurs qu'ils commettaient la même erreur que ceux qui affirmaient, contre toute évidence, que tous les cégétistes sont des communistes !Mais si les préjugés ont la vie dure, les statistiques sont heureusement là pour démontrer au plus borné des adversaires la fausseté d'une telle assertion. , Comment continuer à soutenir, malgré 1 éloquence des chiffres, que tous les musulmans sont arabes, quand on sait qu'il y a environ 700 millions de mahométans dans le monde comprenant une centaine de millions d'Arabes seulement? Et que le r7Jond,e "}usulman s'étend du Maghreb jusqu à 1 IndonésIe, alors que celui des Arabes va seulement du Golfe Persique à l'Atlantique. D'ailleurs, numériquement, c'est le subcontinent indien qui se classe en tête avec quelques 200 millions de musulmans et ce n 'est qu'avec l'apport du bloc malais et indonéSIen que les Arabes peuvent occuper la deuxième place. Il y a aussi ceux qui disent que tous les musulmans sont forcément arabes, puisque le fondateur de l'islamisme, Mahomet. est un pur ArE!be. Un pareil raisonnement appliqué au chrtstlantsme prouverait que tous les chrétiens sont juifs puisqu'il est historique que le Christ est juif Mais à ma . connaissance, personne ne s'est avisé jusqu'ici à proférer une pareille énormité. Donc, deux poids, deux mesures! Autre idée trop largement répandue: pétrole arabe (voire Arabes). Et à chaque hausse du prix de l'essence, les consommateurs vitupèrent systématiquement les Maghrébins! Pourtant 47% des membres de l'o.P.E.P. ne sont pas ' arabes, sans parler des indépendants tels que les Mexicains, les Anglais, etc .. . Mais ce!a, on se garde bien de le préciser parce qu t/ est tellement plus facile de cristalliser le mécontentement du citoyen sur l'Arabe que sur un autre bouc émissaire ... On connaÎt l'adage: « Traduttore, tradltore !» Il se vérifie particulièrement dans la traduction du Coran: le mot hégire, par. exe".'ple, est traduit par expatriation, émigration, exode, exil et que sais-je encore? Pourtant, c'est clair, ce mot né au Xv,/6 siècle, .. vient du latin hégira, e~prunté à 1 arabe hlJra, Signifiant, tout simplement fuite, fuite de Mahomet de la Mecque à ' Médine et désignée comme ère mahométane pour commémorer cet événement célèbre. Plus grave est la version erronée - volontairement? - du djihad. Partout. on lit et on entend dire que ce terme signifie guerre sainte contre les giaours, les étrangers qu'il importait soi-disant de convertir ou de détruire. Rien de plus faux cependant, car en arabe guerre se dit harb et .djihad exprime l'effort, effort sur so.i- ' meme pour se perfectIOnner, pour plaire à DIeu. Il est possible qu'il y ait par la suite une application étendue au prosélytisme, au zèle mllttant. mais il est inadmissible de ~ous-entendre qu'il suffit qu'un imam Illuminé prêche le djihad pour que r ensemble des pays musulmans se dressent comme un seul homme contre l'ennemi désigné. B. BELARBI 50 Saint Lo lien d'amitié avec le mrap Je viens de recevoir le dernier numéro de droit et liberté de mars 80 et je le trouve plus extraordinaire que les derniers numéros qui l'ont précédé. En etfet. il contient ce que j'ai toujours souhaIté VOir dans une revue (qu'elle soit antiraCIste ou non, mais à plus forte raison SI elle est antiraciste !) des dossiers spéciaux traItant de sUjets un peu ardus mais fidèlement. .. ' Il se trouve que j'aime le cinéma et la façon dont le sujet est traité renforce mon long lien d'amitié avec le mrap. Un autre compliment, les publicités traItent aussi du cinéma, bonne idée! Un reproche toutefois, c'est que la partie «Au fil des jours » et « Point chaud » ne soit pas mIse à la fin comme dans les derniers nl.f.méros. Un deuxième reproche (peut-être du au SImple feut/letage) les fHms cités au début ne sont pas assez résumés (ou plutôt le sont trop pour certains d'entre eux .. .). Quelques sujets dont j'aimerais que la revue droit et liberté traite en liaison avec le racisme dans des numéros spéciaux: la littérature (classique, science-fiction, B. o., etc ... ) .. la musique (chansons, jazz, folklore, opéra .. .) .. les problèmes sociaux en détail (exemples: la faim dans le monde, l'éducation. les sports .. .) .. les problèmes économico-politiques liés au racisme en liaison avec les problèmes sociaux (exemples : montrer le rôle des idéologies racistes au service de l'exploitation de l'homme par l'homme, le rôle des idéologies reltgleuses ou pht/osophiques, etc ... ) .. la sCIence. Sans doute cela promet-il pour ces numéros beaucoup de travail sur la planche aux rédacteurs de droit et liberté, mais aussi quel plaisir aura-t-on à faire découvrir à travers ces numéros spéciaux le mrap et ses objectifs! Une amicale poignée de mains et encore merci pour le cadeau de mars 80, quel cru! Christian ROSDEVOIX 95. Argenteuil réhabilitation des collaborateurs Un insupportable papotage mondain sur des millions de cadavres. Il aura fallu attendre la dernière émission littéraire de Georges Suffert (9 avril) pour assister enfin à l'évènement le plus anodin qui soit: une totale réhabilitation des sous-fifres de la collabor.ation. entre gens de bonne compagnie. Nous avons tout compris ce soir-là: qu' Hitler était un homme bien aimable, que c'est sur les modèles des camps soviétiques qu'il a conçu l'idée d'Auschwitz et que, à tout prendre, si l'on voulait remonter aux véritables causes du désastre de 40, il fallait nommer le véritable responsable, Léon Blum. Un Juif de plus, c'est toujours bon à placer, par les temps qui courent .. . L'humble militant de base, le collaborateur sans grade, n'était qu'un petit français ••• 3 maillots de bain bl Is PA RIS piedssensibles les chausseurs du confort et de lëlégance Choix unique en chevreau en sports et en bottes · (l·r ) 5. rue du Louvre (Métro Louvre) (g.) Gare Saint-Lazare - 81 . rue Saint-luare (MO St-Lazare - Trinité) (6·) Rive gauche - 85. rue de SèvlJS (Métro Sèvres-Babylone) (10") Gare de l'Est - 53. Bd de Strasbourg (Métro ChAteau d'Eau) Magasins ouverts tous les lundis. ~------------------------- 4 El! II·] fi) UEi' za • "événement • ils se réclament du nazisme ...... p. 6 par stéphane mayreste .sur le vif. le demi-mariage de monique et eJaz ........... . ........ . ..... p. 8 par jean-louis sagot-duvauroux • point chaud. tartarin en namibie .............. p. !~ la dernière course de jesse owens ............ . ..... p. 11 par robert pac .étude. loi d'Ornano : des foyers-ghettos à visage humain ....... . . . . . . . . p. 11 par jacqueline costa-Iascoux .document. la parole à jean-paul sartre. . . .. p. 23 par pierre-andré taguieff la photo de la page de couverture représente le mémorial de Struthof édifié. en alsace, sur l'emplacement d'un ancien camp de concentratioll où plusieurs milliers de personnes ont péri. Les lieux ont été profanés à plusieurs reprises par des militants néo-nazis. '$",,MU~ IQ"W"SJ crunq:l~ droit et liberté mensuel 120 r .. e saint ·denis. 75002 paris · téléphone 23309.57 . C.c .p. 9239-81 paris directeur de la publication rédacteur en chef albert lévy Jean-lOUIS sagot -duvaurou. comité de rédaction Jean · Plerre glovenco jean-pierre barrizien. mireille carrère. delphine deporte. philippe jarreau. patrick kamenka. félix lambert. racine maïga. marc mangin. stephane mayreste. robert pac. yves person. théo saint-jean. abdelahak sen na. pierre-andré taguieff. yves thoraval. jean-yves treiber. pierre vidal. slimane zéghidour. abonnements un an 60 F soutien 120 F étranger 90 F. publicite au siege du Journal ordinaire, troublé par les affirmations et les théories d'une poignée d'intellectuels et de journalistes. Tous ont été floués, voilà tout. Une apologie de la lâcheté sans la moindre vergogne, sans éclat. sans révolte, sans condamnation. Pas une fois le mot « collaborateur » n 'a été prononcé. Si Geroges Suffert cherche péniblement un créneau où installer confortablement son émission, il l'a trouvé. Cette France de la dérision, de la complaisance, de la médiocrité souriante, de la bassesse quotidienne, qui a «la rage de lire » et non le désir de comprendre. je l'ai bien reconnue. C'est celle des ratonnades et des vigiles. Celle de l'affaire Dreyfus et de la rafle du Vel'd'Hiv. Colette GUTMAN Paris 13" de la démocratie parlons-en Un homme tient un journal à la main. Nous reconnaissons à son costume noir qu'il occupe une position sociale confortable. la cravate en témoigne, en est le symbole. Mais cet homme ne rit pas, bien au contraire, la colère dessine sur son visage des traits awessifs. Ce qui génère cette irritation est vraisemblablement cette feuille de journal qu'il tient entre les mains. En effet. nous y voyons sur un graphique la courbe inexorablement ascendante des prix des produits pétroliers. Exaspération donc d'avoir à supporter un avenir que cet homme ne contrôlera plus comme auparavant. une flambée des prix qu'il ne pourra pas toujours juguler. Mais le coupable est là, un balai à la main. Ce coupable, ce bouc émissaire, est un travailleur étranger. ViSiblement. il est las, pauvre, et .au fond, même s'il en souffre, indifférent au phénomène endémique des hausses des prix. Alors, cruauté, l'homme d'affaires sort cette phrase, s'adressant au balayeur immigré .- « C'est à cause de vous que nous nous appauvrissons ". (( n 'y a plus rien à dire, le sourire esquissé s'est figé, la douleur nous saisit. le racisme, aussi primaire soit-il, existe, persiste, vit ... Autres images .- d'un côté, à gauche, le . président de la République Française représentant d'une nation symbole de terre d'asile, accueille un groupe de réfugiés t ambodgiens. Cette larme qu'il verse, elle suinte aussi à notre oeil, heureux que nous sommes de voir qu'un groupe de femmes et d'hommes retrouve un peu de chaleur. Mais, à droite, de ce même foyer d'immigrés, un agent de police. Son geste - pardonneznous l'inévitable trivialité .- un coup de pied au cul d'un Maghrébin. Ce dernier expulsé, sa petite valise en témoigne. Voilà résumé en quelques lignes le racisme français. Ce que nous venons d'écrire nous ne l'avons pas inventé. Nous nous sommes contentés d'ouvrir cet album de Plantu intitulé « De la démocratie, parlons-en ", et nous avons eu la tentation d'en parler dans droit et liberté . Patrick SZYMANEK Paris 16" droit et liberté. nO 391 • mai 1980 • éditorial • bête et méchant «II faudra choisir notre camp sans ambiguité .- l'Europe, l'Occident. la Civilisation chrétienne, les moyennes puissances, la race blanche ... » Voilà comment, dans son bulletin de février, le président de la Chambre de Commerce de Nancy, envisage la solution des difficultés économ iques. Il y a quelques temps, le président de la Chambre des Métiers de Grenoble suggérait d'épurer la ville de ses commerçants maghrébins. Leur camp, ils l'ont choisi : celui de la diversion raciste. A l'autre bout de la France, un journal de Charente Maritime, «Le Littoral » (7- 14 mars), s'efforce dans un laborieux plaidoyer, de rejeter sur les travailleurs immigrés la responsabilité des maux actuels. Tout Y est : la délinquance, le chômage, les« énormes avantages sociaux et financiers » dont ils seraient bénéficiaires et« notre trop grande générosité»; ils seraient mêmeà l'origine du« climat permanent d'insatisfaction » que connaît le pays. Et cela baigne dans une lavasse idéologique où surnagent les pires énormités : «Nous sommes tous racistes » ... «Je suis fier d'être blanc » .. . Certains «jonglent trop naïvement avec les mots «liberté, égalité, fraternité » .. . «Certaines races (sont) plus douées, mieux disposées pour le progrès » .. . «On est bien obligé, pour être obJectlt, précis, de procéder à une sélection » etc .. . Un tract imprimé en Belgique, diffusé à Paris. attaque « Madame Weil(Simanne Jacobs), d'origine juive », qu i, «de par la loi qui porte son nom, a dirigé la France vers sa perte et sa ruine» car, explique-t-il, «elle vide la France d'un sé!'W neuf dont elle a cependant bien besoin », alors qu'« en même temps (celleCI) Importe de nombreux étrangers ». Et d'exprimer « l'indignation (des Français) devant la souillure que leurs dirigeants leur imposent.- ils ont vendu le pays aux caprices de puissances et de nations étrangères qui visent à affaiblir l'Europe occidentale pour mieux pouvoir la dominer et l'exploiter ». «Paris-Match (22 février), sous prétexte de dénoncer les trafiquants de drogue à Paris, écrit: « Tous les vendeurs sont des Maghrébins, juifs .ou musulmans, unis par la même religion .- le pognon » ••• Une importante entreprise de serrurerie fait distribuer en abondance des dépliants publicitaires où une photo figure un cambrioleur qui, malgré les dénégations des auteurs, est ressenti comme « basané » . .. Faut-il poursuivre l'énumération? Chaque courrier nous apporte des témoignages de cette sorte sur la pénétration du racisme dans notre vie quotidienne. Il ne s'agit plus seulement des provocations d'une extrêmé-droite isolée par ses outrances. Les orientations gouvernementales désignant les immigrés comme boucs émissaires de la crise, tant par les propos qui les mettent en cause que par les mesures qui les frappent, trouvent désormais des expressions multiples, d'autant plus dangereuses qu'elles semblent refléter le bon-sens populaire et s'appuient sur des préjugés courants. On aurait tort de traiter par le mépris le développement de cette littérature. Les notions qu'elle véhicule sont celles, précisément, qui nourrissent les haines, justifient les violences, favorisent la passivité devant l'injustice ou le crime. Le racisme, ne l'oublions pas, est à la fois. par sa nature même, bête et méchant. Et ce n'est jamais sans dommages qu'une société le laisse proliférer. Albert LEVY 5 • l'événement • ils se réclament officiellement rejoins cs t B.P.48 75961 Paris du nazisme ..; _ ced~x 2 ," La F.A.N.E. annonce clairement la couleur Ils sont nazis. Ils ne craignent pas de le dire. Ils militent en faveur de l'abolition de la loi de 1972 contre le racisme. Ils possèdent un local en plein Paris, dans le 10e arrondissement. Les autorités laissent faire. dhésions. Plusieurs milliers d'affiches ont été collées sur les murs de Paris et de Nice. Entre autres. une activité Paris, 28 rue Jean Moinon dans le 10e débordante arrondissement : l'immeuble est vétuste, mal entretenu, sale; la cage d'escalier est plongée dans la pénombre. Au troisième étage, une porte blindée attire l'attention. Une petite pancarte nous indique que nous sommes devant l'entrée du local de la F.A.N .E., la Fédération d'Action Nationale Européenne. Une organisation néo-nazie qui, comme on vient de le voir, a pignon sur rue, organise trois fois par semaine des permanences, tient réunion et contrairement à d'autres groupuscules d'extrême-droite, ne rougit pas de se revendiquer du nazisme. l'antisémitisme: une marque déposée Au moment où les anciens combattants et résistants fêtent le 8 mai, le 35e anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale, la F.A.N.E. et d'autres g roupu scu les nostalg iques, m ino rita ires mais actifs, nous ont rappelé, par voie d'affiches, de tracts, de lettres menaçantes et aussi de bombes que les nazis et les fascistes ne désespèrent pas de reprendre le flambeau abandonné par leurs pères dans la tourmente' de leur défaite. Jusqu'à présent, la F.A.N.E. ne s'était que très rarement manifestée au' grand jour. On connaissait surtout son existence à travers la diffusion du mensuel du mouvement : «Notre Europe », une publication qui, malgré son caractère ouvertement nazi et antisémite, possède un nu- 6 méro de la commission paritaire qui réglemente la parution des publications. Une provocation qui avait, en son temps, déjà attiré l'attention de droit et liberté (1). Voilà que, tout récemment, l'organisation manifestait la volonté de se tirerde l'état végétatif où elle était plongée en lançant dans plusieurs grandes villes de France une importante campagne d'a- L'une d'elles affirme sans complexes : « Pour le socialisme-national, rejoins tes camarades! ». Une seconde, sur fond de cheminées fumantes d'usines, invite les « ouvriers fascistes » à s'inscrire à la F.A.N.E. Une troisième exige la libération du criminel nazi Rudolf Hess. le 8 mai,35 ans aprés Après cinq longues années de lutte, l'ensemble des associations d'anciens combattants re groupees au sein de l'U. F.A.C. ainsi que les organisations de résistants et de déportés ont obtenu que le 8 mai, l'anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale en Europe, soit de nouveau commémoré. En effet, depuis 1975, la victoire contre le nazisme n'était plus fêtée en France. Ainsi en avait décidé M . Giscard d'Estaing. Depuis lors, les manifestations et interven tions de plusieurs groupes au Parlement n'avaient cessé. D'où le premier recul du gouvernement. En revanche les pouvoirs publics persistent dans leur refus de faire du 8 mai un jour férié. Explication donnée: la guerre de 39/ 45 étant un " conflit fratricl't:le »entre le peuple allemand et le peuple français, la célébration du 8 mai serait de nature à choquer les habitants d'outre-Rhin . Or, c'est précisément sur ce point que le bât blesse. D'abord, la seconde guerre mondiale ne s'est pas limitée à une confrontation franco -allemeande mais a dévasté le monde entier. Ensuite, dans l'esprit des anciens combattants et résistants, la célébration du 8 mai ne vise pas à commémorer la défaite dll ,peuple allemand mais celle du fascisme et du nazisme, fléaux qui ont d'abord frappé les démocrates allemands dont plusieurs dizaines de milliers sont morts, et ce, dès 1933, dans les camps de concentration. C'est d'ailleurs si vrai que la République Démocratique Allemande fête chaque année le 8 mai, date anniversaire de la défaite du totalitarisme nazi. Tous ceux qui ont vu ces affiches ont été surpris par le soin particulier qui a été apporté à leur confection. Un vrai travail de professionnel qui prouve que la F.A.N.E. possède d'importants moyens financiers. Selon certaines sources, le mouvement aurait acheté récemment du matériel d'imp'rimerie pour une valeur de 240.000 F. Il convient d'étudier un peu plus minutieusement cette organisation qui se considère comme étant dépositaire pour la France de l'héritage nazi, une attitude inhabituelle dans les milieux d'extrêmedroite, où l'on fait preuve en général de plus de prudence. Officiellement, la F.A.N .E. est née en 1967, fondée par Marc Fredriksen, de l'éclatement du groupe «Action-Occident » dirigé alors par Pierre Sidos. La FAN.E. mène une vie difficile jusqu'en 1973, date à laquelle «Notre Europe » fusionne avec les « Cahiers Européens »de François Duprat. Ce dernier, tout en ayant des liens étroits avec la F.A.N.E., dirige le courant des « nationaux révolutionnaires de base » au sein du Front national de JeanMarie Le Pen. Après l'assassinat de Duprat, la F.A.N .E. et « Notre Europe » reprennent leur liberté d'action. contre la loi de 72 Le mouvement milite en faveur d'une Europe blanche débarrassée de tous les « métèques », propage les vieilles et cri minelles rengaines de l'antisémitisme nazi et exige l'abolition de la loi de 1972 contre le racisme. Le parti compte une cinquantaine de militant~ dans la région parisienne et 250 en province. Falble:s effectifs compensés par un grand activisme qui permet à la F.A.N.E. d'occuper une place particulière au sein des groupes fascistes et néo-nazis. Sur les murs de Paris. droit et liberté. nO 391 • mai 1980 un tris,t e palmares ... " A l'entrée de la synagogue du Raincy. Plusieurs agressions antisémites et fascistes ont été commises ces dernières semaines. Dans la semaine du 3 au 9 mars, une inscription antisémite avec croix celtique et emblème nazi est apparue sur le .mur de la synagogue du Raincy (93). . .. - Le 9 mars 1980, un cimetière juif de la ville de Cronembourg (Bas-Rhm) a reçu la vIsite de vandales nazis. Une trentaine de tombes ont été renversées et brisées à coups de marteau. - Le 6 avril, 22 tombes de soldats juifs canadiens, tués lors du débarquement de juin 1944, ont été profanées il Cintheaux (Calvados) . Le monument commémoratif a été maculé par l'inscription suivante: " Contre l'invasion juive, ce n'est qu'un début -. - Le 10 avril. des nazis ont pénétré par effraction dans la synagogue de Maisons-Alfort (Val de Marne). Le tabernacle a été profané, les rouleaux sacrés de la Torah jetés au sol, des objets de culte brisés. Il y a un mois, des inscriptions antisémites avaient déjà été apposées sur les murs de la synagogue: " Mort aux juifs, sales juifs,sale race -. - Enfin, le 7 mars 1980 au matin, devant le Lycée Voltaire à Paris, une douzaine de jeunes gens membres d'une organisation d 'extrême-droite, le G.U.D. distribuaient des tracts appelant à un meeting organisé à la faculté de droit de la rue d'Assas. Plusieurs lycéens ayant simplement refusé de prendre les tracts furent agressés par eux : trois de ces lycéens ont été blessés et une jeune fille, Frédérique, était explicitement menacée. Deux semaines après, le 21 mars, Frédérique constatait à son domicile des inscriptions de caractère nazi et antisémite sur sa boîte aux lettres. Elle effaça ces graffiti qui furent ré-inscrits quelques jours plus tard. Par la suite, elle a trouvé à l'intérieur de la boîte aux lettres, à 4 reprises successives, des papiers portant des inscriptions qui constituent indubitablement des menaces de mort. Le mensuel de la F.A.N.E. «Notre Europe », est tiré à 1.500 exemplaires sur machine offset. Le journal est diffusé par abonnements, par vente militante, et fi gure sur les rayons de plusieurs librairies «amies ». Une autre publication, «L'Immonde », lancée par le groupe, a connu une vie très brève : un numéro. La F.A.N.E. a, ces derniers mois, étendu sa représentation en province. Des groupes se sont constitués au Havre, à Rouen, à Lyon, à Aix, en Meurthe et Moselle, en Avignon, à Carpentras, dans la Nièvre, en Bretagne, dans le Nord de la France où un journal est diffusé : «Front uni du Heinaut ». En outre, et cet aspect mérite de retenir l'attention, la F.A.N.E. se veut l'un des maillons de l'internationale noire et entretient des liens avec des mouvements nazis tels que le CEDAD (Espagne), le M.P.O.N.-Occident 2000 et le «Vlaams militanten orden », nazis flamands (Belgique) le « National Front - (Grande Bretagn'e), «Les loups gris » et le « Pa.rti d'Action Nationaliste » (TurqUie), le «N.S.DAP.-A.O. - (U.SA), la «Ligue allemande socialiste populaire » (R .F.A.) « Le nouvel ordre social » (Suisse). Une réunion regroupant plusieurs dizaines de militants de ces partis, s'est d'ailleurs tenue le 26 janvier dernier, au siège du mouvement, rue Moinon. La police est intervenue et a procédé à de nombreuses arrestations. Le quotidien communiste «L'Humanité » a rapporté les faits. Intervention policière qui n'a pas eu de suite. Le parti nazi semble bénéficier d'une étrange protection, malgré l'extrêmisme de ses positions qui embarrasse jusqu'à ses complices de l'extrême-droite. Fortement influencée par les idées de feu Duprat, la F.A.N.E. est une organisation bâtie sur le modèle de l'iceberg . Il ••• 7 existe une structl!lre apparente qui émerge de l 'eau, que chacun peut identifier

local, mensuel, campagnes d'affichage,

et envoi de communiqués de presse. La partie cachée, clandestine, est bien entendu plus difficile à cerner. La question qui vient à la bouche est celle-ci: les militants de la F.A.N.E. ont-ils participé à des actions violentes telles que plasticages ou agressions physiques? On a pu, en tout cas, constater que le sigl' 6 du mouvement, un cercle traversé.de trois flèches, a souvent été inscrit sur les lieux de certains attentats fascistes ou naz is. carrément méchants Il est apparu notamment au dessus des menaces de mort proférées à l'encontre de Paul Cacheux, l'homme qui a reconnu Peiper. On le retrouve également après l'attentat (4 blessés) du 19 avril dernier contre le foyer protestant de la rue de Vaugirard à Paris où se réunissaient plu sieurs mouvements dont la C.A.O. Selon des sources policières, le groupe « Charles Martel » qui a revendiqué ce derni"H plastic(lge et le « Groupe Peiper ».L auteur ' de plusieurs attentats · contre le mrap ne fera ient qu'un .. Des faits qui devraient inciter la police à s'intéresser au mouvement d'autant que les agressions se sont multipliées ces dernières semaines. 5 postes de vente du journal «L'Humanité Dimanche » ont été attaqués le dimanche 20 avril. Un militant du P.C.F. du 10e arrondissement a été sérieusement blessé. Action concertée de toute évidence. L'internationale noire envisage-t-elle de se lancer dans une stratégie de la tension? Stéphane MAYRESTE (1 )voir droitet liberté de janvier 1979 (nO 376) (2) voir droit et liberté de février 1980 (nO 388). Réhabiliter Hess: un des Objectifs de la F.A.N.E. 8 • sur le vif. le demi-mariage de monique et ejaz Monique n'avait jamais quitté la France. A quarante et un ~ns, elle fait son premier voyage à I:étranger, au Pakis~an, pour ~e ma~l.er ave.c Ejaz qu'elle connaît depuIs deux ans et demi mais qu on lUi mterd~t d'épouser dans la « patrie des Droits de l'Homme ". Voici son témOIgnage. Ça fait deux ans et demi qu 'on se fréQuente. Ça n'est pas facile car je vis dans une chambre d'hôtel meublée avec mes quatre enfants que j'ai eus de mon premier mari. Comme Ejaz n'était pas en règle, il fallait qu ' il fasse l'aller et retour chez un cousin à lui qui se trouve en Hollande. Aujourd'hui, quand le week-end arrive, il part chez des amis parce que les enfants viennent et c'est trop petit. Et pourtant nous sommes mariés! C'est en février 1979 que nous avons décidé de nous marier car nous en avions assez de cette situation. On est allé à la mairie. On a demandé la procédure à suivre. Pour moi, pas de problème : visite médicale, certificat de domicile, extrait de naissance. Mais pour lui, c'était une autre paire de manches. Ils lui demandaient toute une série de papiers qu'il n'avait pas. «on part au pakistan» On est allé voir le conseiller municipal. Une secrétaire nous a reçus et ils nous ont dit d'aller nous renseigner à la préfecture de police, bâtiment E, pour une demande de mariage. On y est allé plusieurs fois sans résultat. Alors, on en a eu tellement marre qu' Ejaz m'a dit : « On part au Pakistan. je te fais connaÎtre la famille et on se marie ». Une petite histoire qui nous a coûté deux millions anciens. Pour quelqu 'un comme moi qui est cu.isinière dans un restaurant, c'était pas de la tarte. Avant de partir, ils m'ont dit :piqure, pi- . qure, piqure ». Je suis allée à la tour Montparnasse pour les piqures. On m'a dit que c'était inutile, qu 'on me donnerait des comprimés sur place. On est parti. Là-bas, le mariage s'est fait en une journée. Et pourtant, c'est la loi martiale et ils ne rigolent pas avec ça. On est allé voir un maire, à Karachi. Il n'était pas là. On est revenu un peu plus tard. Il nous a donné des papiers à remplir. Et puis on est allé voir le magistrat. Avec la loi martiale, ils onttous la trouille. Il n'a pas voulu prendre la décision. On est allé à la loi martiale. Ils ont dit: «Ils veulent se marier, qu'ils se marient! ». Ça n'a pas été plus difficile que ça . On a -trouvé trois avocats témoins mais il fallait faire le mariage religieux avant pour qu'ils nous donnent le tampon. «ils m 'ont fait musulmane» Ils m'ont fait musulmane. Ils m'ont mise dans une pièce avec les femmes pendant qu ' ils allaient chercher les prêtres, ils leurdonnentun nom : lecadi. .. I'i mam .. .. je ne me souviens plus. Les hommes étaient dans la pièce à côté. Un témoin est venu, pour me faire signer les papiers. Je n'y comprenais rien mais, ça ne fa it rien: fallait signer! J 'ai signe. Les hommes ont fait les prières entre eux puis ils ont mangé. On m'a apporté un plat Que j'ai mangé avec les femmes. Ejaz est venu m'embrasser, les témoins sont venus avec le papier. On a signé ensemble. C'est tout. On était mariés. Après, il fallait Qu 'on aille à Islamabad voir l'ambassadeur. Il n'était pas là. On a vu le ,consul. Je lui ai expliqué Que j'étais manee au Pakistan mais que j'avais laissé mes quatre enfants et que je voulaiS ramener mon mari en France. Il a tiqué. Il m'a dit : «Mais pourquoi vous ne vous établissez pas au Pakistan 1 ». Je lui ai dit : «J'ai mes enfants en France, mon logement, mon travail, je ne vais pas laisser tout ça pour rester ici ». Il m'a dit : « On ne peut pas laisser retourner votre mari en France, i/faut qu:il attende six mois ». J'ai répondu que Je n'avais pas dépensé deux millio~s pour venir chercher mon man au Pakistan et revenir sans lui. Il a dit : « Oui, mais vous savez, avec les événements qui viennent d'arriver.à Paris on a fermé la frontière ». Il voulait parle~ des immigrés sans papiers. «j'emmè~e mon man» Moi, je lui ai dit : «Démerdez-vous comme vous voulez ; moi, j'emmène mon mari! ». - J'ai pas le droit. - Mais moi je m'en fous que vous ayez pas le droit! -Attendez quinze jours. - Et qu'est-ce qu'ils vont manger, mes enfants 1 Des clopinettes 1 ». Il m'a dit que j'étais ... impertinente! Je lui ai dit: «Donnez-lui ne serait-ce qu'un mois ». Il a dit « Oui» Quand j'ai vu ça, je lui ai demandé.. plus mais il m'a r~pondu qu'un mois, c'était largement sufflsant pour ce qu'on avait à faire là-bas. Ça m'a permis de voir le Pakistan, mais c'est pas pour dire, la vie, là-bas, c'est pas drôle. Avec la loi martiale, ils fouettent les gens sur la place publique. J'ai vu ça. C'est horrible à voir. D'ailleurs, dans le taxi, à l'aéroport, la loi martiale nous a donné un papier. Si on a à se plaindre du taxi, il faut l'inscrire sur le papier avec le numéro minéralogique et l'envoyer à la loi martiale. Au bout de deux plaintes, le chauffeur est fouetté. Et puis la misère qu'il y a juste à côté des riches! «on repart à zéro» 'On est rentré en novembre 1979. Immédiatement, j'ai fait une lettre recommandée avec accusé de réception pour avoir le livret de famille. Et puiS on a été convoqués par la police ; deux fois ensemble, une fois Ejaz tout seul. Ils ont essayé de lui faire dire qu'il travaillait en SItuation irrégulière etc., mais ça n'a pas marché et ils nous ont laisséstranquilles. Le plus marrant, c'est qu'ils nous co~voquaient pour la demande de manag.e, qu'on avait faite un an avant, sans savoir qu'on s'était mariés au Pakistan. . On a attendu d'avoir le livret de famille mais ils nous ont dit que la traduction du certificat de mariage n'était pas bonne. On l'avait fait faire par Inter-service-migrants. Elle n'était pas bonne. Alors, il faut qu'on reparte à zéro, refaire toutes les photocopies, tous les papiers. Moi, je ne comprends pas ce qu'on met en France : Liberté, Egalité, et patati, et patata. Où elle est la liberté si on ne peut même pas faire ce qu'on veut? Propos recueillis par Jean-Louis SAGOT-DUVAUROUX droit et liberté. nO 391 • mai 1980 • point chaud • tartarin en namibie Robert Lacontre, journaliste au Figaro-Magazine, l'hebdomad~ire que l'ex-nazi Hersant a mis à la disposition de la « nouvelle" drOite, est allé « chasser le Cubain» en Namibie. Ça y est! La « nouvelle » droite, experte dans le « remake » raciste en tout genre, a trouvé son spécialiste ès-crétinisme colonial. Ah, qu'il sent bon le sable chaud, l'article consacré par Robert Lacontre à la Namibie dans l'inévitable Figaro-Magazine et sous le titre viril et cynégétique : «J 'ai chassé le Cubain avec les Bushmen » (Figaro-Magazine 1 0 avril 1980). Le nouveau Tartarin de l'Occident chrétien ne craint pas l'effet-boeuf(excu sez, l'effet-buffle !). Des années après que les meilleurs spécialistes du ~enre s'en soient lassé, Lacontre nous fait une description des Sans, peuple ~rigine.1 de la Namibie, qui ferait rougir de JalOUSie le plus distingué des zoologues. où l'on apprend que les noirs ne parlent pas Persistant à les nommer du terme raciste de Bushmen « broussards »), il nous affirme tout de go : « Ils ne parlent pas. Ils poussent des sons gutturaux ». Un p~u. ce qu'aurait pu dire un touriste namlblen après un discours de Le Pen où une messe celtique d'Alain de Benoist! (Mais permettez-moi de préférer, et de loin, la belle et étonnante langue «à clics" qu'on parle aux confins du désert de Namib). Notre Nemrod de la chasse aux Rouges ne s'arrête pas là. Citons en vrac les pénétrantes réflexions que lui inspire son aventure : «Ils sont petits ... noirs et jaunâtresl .. .! Mais contrairement à ce que /' on pourrait croire, ils sont doux, timides, émotifs, rêveurs... Nous buttons enfin sur un groupe d'hommes miniatures. Leurs yeux brillent comme ceux des hyènes. Ils avaient flairé notre app'roche avant même que nous les découvnon.s et savaient que nous n'étions pas hostiles. Le rictus qui découvre leurs dents d'une blancheur éclatantel .. .! se veut amical. 1 ... 1 Ils sont aussi adroits que des singes et féroces avec leurs ennemis ... etc ... ». Quant à tirer le « Soviéto-Cubain ", Lacontre est rentré bien tristement bredouille; mais il est vrai qu'à vendre la peau de l'URSS avant de l'avoir prise Il Une dernière information. Je tombe sur un livre de géographie ou je lis: « Boshimans (Bush men pour Lacontre): Bien J 'ai « chassé » le Cubain avec les Bushmen Robert Lacontre qui ne connaît pas la langue «à clics » sait en revanche confectionner un titre «choc » et raccoleur. au-dessous des nègres sont les Boshimans (dont le nom signifie en HollandaiS hommes des buissons), la race la plus grossière d'Afrique. Ils sont errants entre les montagnes du Cap et le Zambèze et vivent du produit de leur chasse. Presgue nus, ils ne savent pas se constrUire d habitations et leur organisation sociale ne s'est même pas élevée jusqu'à la trIbu composée de famille. Ils sont adonnés à un fétichisme grossier et ne conçOivent pas la supériorité de l'homme sur les ammauxl .. .! Petits et plus laids que des singes, auxquels ils ressemblent par leurs manières, ils sont moins foncés que les nègres ... ». Hallucinant! A part la découverte origi nale de Lacontre sur l'absence de lan gage chez les Sans, certaines-phrases se retrouvent presque mot pour mot. Cette géographie, éditée chez Armand et Colm, date de ... 1889. La « nouvelle » droite a de la mémoire! Théo SAINT-JEAN 9 ..: " la dernière course de jesse owens Le célèbre champion noir Jesse Owens est mort, le 31 mars dernier à l'hôpital de Tucson (Arizona) à l'âge de 66 ans, victime d'un cancer du poumon. public américain quand un homme de couleur s'était distingué. A Danville, ma ville natale, je dus m'asseoir sur des s/ëges de bus réservés aux Noirs, passer par des portes réservées aux Noirs, manger dans des salles de restaurants réser vées aux Noirs ". Quelques semaines avant sa mort, Jesse Owens affirma son opposition au boycottage des Jeux de Moscou de la même manière qu'il avait usé d~ toute son influence pour éviter un forfait générai des Noirs américains après que Tommy Smith et John Carlos eussent été suspendus pour avoir donné le salut du « Black Power " sur le podium olympique de Mexico, en 1968. Car, tout en comprenant parfaitement les frustrations qu'ils avaient exprimées, Jesse Owens affirmait que le sport est une chance de promotion sociale pour les Noirs. En s'opposant aux Jeux de Moscou, le Président Carter rend peut-être impossible l'affirmation d'un nouveau Jesse Owens et l'incomparable apport cultu rel apporté par les Noirs américains à travers le sport ne pourra être mis en évidence. « Les ath lètes ne doivent pas être pénalisés par les erreurs des hommes politiques » tel fut le dernier message de Jesse Owens. ~obert PAC Cet arrière petit-fils d'esclaves cueilleurs de coton de l'Alabama devint mondialement célèbre, et pour toujours, à la suite des Jeux Olympiques de 1936 où il remporta à lui seul Lt médailles d'Or, gagnant le 100 m, le 200 m, le saut en longueur et le relais 4 fois 100 m avec l'équipe des Etats-Unis, après avoir égalé ou battu 6 records du monde l'année précé dente. Sa classe et la beauté de son style sou levè rent l 'ad m iration de tous les spectateurs. « Jesse Owens, c'est un cri d'orgueil que la Nature j~tte au milieu des. hommes» écrivit a lors Jacques Goddet. Il entre dans la légende. Jesse Owens aux Jeux Olympiques de Berlin en 1936. Les Jeux Olympiques de 1936, inutile de le rappeler, se déroulèrent à Berlin, en pleine période ·nazie. Hitler avait voulu faire des Jeux de Berlin un instrument de propagande pour son régime et pour la «race des seigneurs » que, prétendait-il, représentaient les Allemands. Ce projet échoua en partie grâce à Jesse Owens et aux autres athlètes noirs américains, ceux que Goebbels et sa clique appelaient « les auxiliaires africains des Américains » qui enlevèrent 6 des 1 0 médailles d'or remportées par les EtatsUnis en Athlétisme et qui reléguèrent les blonds « aryens » au second plan: « Nous (les Noirs) étions venus démontrer à Hitler et à ses sbires que nous n'étions pas des sous-hommes, et nous avons réussi » déclara il y a quelques années Jesse Owens. On connaît la légende qui veut qu'Hitler ait refusé de serrer la main au champion nOIr. Jesse Owens lui-même a nié le fait. (En fait, Hitler avait préféré ne serrer la main à aucun vainqueur plutôt que d'avoir à serrer celle d'un Noir). «Je n'étais pas venu pour serrer la main d'Hitler et ce fut OK. pour moi. Mais j'ai eu le bonheur de pouvoir gagner 4 fois dans un pays où sévissait le racisme, de démontrer qu'il n'y avait pas de race supérieure et que Dieu avait créé des hommes tous égaux entre eux ". « Mais je n'en oubliais pas pour autant ma condition de Noir. Car, si je n'ai pas rencontré Hitler, je n'ai pas davantage rencontré le Président Roosevelt à mon retour aux Etats-Unis. Ouand je suis rentré chez moi. dans le Sud. j'ai pu constater que la gloire sportive ne touchait guère le 10 { .!-/~; f ~ • étude. projet de loi d'ornano des foyers-ghettos à visage humain Après la loi Bonnet et ~e p~ojet de loi Stolér~, v~ilà ~e projet de I?i d'Ornano qui a pour objectif de mettre un pomt d arret aux revendications des travailleurs immigrés pour des conditions de logement dignes où leurs droits ne soient pas à la merci de l'administration et des gérants. Les immigrés sont souvent logés dans des conditions déplorables sur le marché privé du logement. C'est le marché numériquement le plus important et il se caractérise par un habitat insalubre et surpeuplé, sur lequel règnent les « marchands de sommeil ». Par contraste, le logement social, aidé par des financements publics, en H.L.M. et en foyers pour travailleurs . migrants isolés, semble présenter des garanties de confort sans commune mesure avec celui des garnis, des hôtels meublés ou des habitats de fortune (1). Pourtant, les longues et spectaculaires grèves qui opposent depuis plus de 4 ans (2) les résidents de foyers à leurs logeurs, notamment la Société Nationale de Construction de logements pour les Travailleurs (Sonacotra), ont attiré l'attention sur deux aspects: la ségrégation et le contrôle social permanent qui s'exercent dans les foyers. La hausse des loyers et la pénurie des logements sociaux n'en ont que plus souligné la nécessité d'une refonte complète du droit des foyers. Demandée depuis plusieurs années à la fois pour que soient assurés les droits des résidents et pour une plus grande clarté dans la gestion, une réf?rme législative s'imposait. Elle reç~t la reponse du projet de loi n01304, signe du ministre de 1 EnVIronnement, M. d'Ornano. Ce projet de loi a été dénoncé dès sa publication par de nqmbreuses associations d'immigrés et associations de solidarité, par les syndicats (3). Qu'en est-il, aujourd'hui, dans le cadre de cette « nouvelle politique de l'immigration », mise en place par le gouvernement, après le vote droit et liberté. nO 391 • mai 1980 de la loi du 10 janvier 1980, dite loi Bonnet, et alors que le projet de loi S.toléru nOl130 relatif aux conditions de séjour et de travail (4) semble avoir disparu dans les oubliettes? Le projet de loi de M. d'Ornano n'esttoujours pas inscrit à l'ordre du jourde l'Assemblée pour la session parlementaire de printemps; il n'en reste pas moins suspendu comme une éventualité, Dans une «chambre d'hôtel» manifestation de solidarité le 7 juin A l'appel du mrap etde plusde50 associations de travailleurs immigrés, de solidarité et de défense des Droits de l'Homme laïques et chrétiennes, d'importantes manifestations auront lieu le samedi 7 juin à Paris et dans différentes villes de France pour protester contre les mesures coercitives qui frappent de plus en plus durement la population étrangère. A Paris, la manifestation partira à 15 heures de la Bastille (angle rue de Lyon et avenue Daumesnil) pour se rendre jusqu'au parvis de Notre-Dame. Les associations «s'élèvent particulièrement contre la loi Bonnet, les projets Stoléru et d'Ornano les décrets et circulaires relatifs aux étudiants étrangers et le « fichage.» info~matique. Elles demandent que soient assures aux immigrés le droit au séjour, le droit d'association, le droit à la formation et à la culture, des conditions de logement décentes, que soit régularisée la situation des travailleurs sans papier et que cessent toutes les pratiques diSCriminatoires, les brimades et les actes arbitraires de l'administration et de la police ». «Elles souhaitent aussi souligner que le ra· cisme et l'arbitraire frappant les étrangers constituent une menace pour l'ensemble de la population et pour notre société elle-même ». Tous les comités et militants du mrap se mobilisent pour assurer le succès de cette initiative. aggravant l'inquiétude des immigrés et cela d'autant que plusieurs foyers en grève ont été évacués récemment par les forces de police. A vrai dire, c'est parce que le projet de loi va au-delà de la simple définition de son objet avoué - « le contrat de résidence » des personnes logées en foyer - et qu'il institut des « catégories particulières de population » selon les termes mêmes de l'exposé des motifs, que les immigrés y voient la marque d'une segrégation et d'un contrôle renforcés. les immigrés, « catégorie particulière de population» La notion de « catégories particulières de population » permet de regrouper les retraités, les handicapés, les jeunes travailleurs et les immigrés ... sous un même contrat de résidence. Ceci explique que le projet d'Ornano, bien que voisin en certains points des deux décrets du 11 avril 1 979 (5) qui visaient les logementsfoyers, en diffère profondément dans son esprit. En effet, les dispositions concernant ce nouveau « contrat de résidence » sont d'ordre public et s'appliqueraient ainsi à tous les contrats visant les personnes logées en foyers-logements. __ 1 1 Autrement dit, il s'agit de légiférer à l'échelon nationa 1 les rapports résidentsgestionnaires au lieu d'adopter la solution du contrat-type de résidence, qui est ensuite complété par des accords ou conventions d'établissements, selon la spécificité des centres et les aménagements particuliers prévus pour les résidents concernés. L'aspect contrôle et gestion de populations percevant des aides ou des allocations de l'Etat est ici nettement affirmé. Un rapprochement peut être fait avec le projet Audass qui prévoie l'automatisation des divers renseignements socioéconomiques et médicaux des allocataires de ressources. ·L' a ide de l'Etat justifierait en quelque sorte une « nationalisation » et un contrôle généralisé des résidents des foyers sociaux. L'imprécision du terme «social» utilisé à l'art. 1 du projet est bien l'indice de cette notion d'assistance à des catégories à part de population, relevant d'une législation spécifique. « libération» du prix des loyers Dans cette perspective, l'assimilation qui était faite dans les deux décrets de 1979, des occupants des foyers à des 10- 12 cataires - le loyer et les charges étant distingués du paiement des services éventuellement fournis - disparaît pour une forme juridique qui n'a plus du contrat que le nom, contrat en vertu duquel les résidents verseront une « redevance » qui « couvre » le loyer, les charges et les prestations (art. 4 du projet). Or, ce mécanisme de la « couverture » va jusqu'à englober « le report des résultats des exercices antérieurs » tenant à la gestion du foyer et il jouera de façon très extensive puisque le projet prévoit la libération des prix des loyers .• C'est là une « innovation » qui va à l'encontre même de toutes les revendications des occupants des foyers et qui risque de mettre bon nombre d'entre eux dans l'incapacité de satisfaire aux tarifs qui seraient ainsi déterminés ... presque sûrement à la hausse! Le fait est d'autant plus remarquable que le contrôle des prix de journée subsiste pour les meublés, mais pas pour les foyers d'immigrés. Ce glissement du contrat de location vers un contrat de résidence a également des conséquences sur les droits des résidents dans la vie quotidienne du foyer. Le projet de loi entérine une pratique des règlements intérieurs que les occupants des foyers ont souvent obtenu de haute lutte: le droit de visite. L'un des aspects les plus ségrégatifs des logementsfoyers tombe ainsi définitivement. Cependant, en vertu de l'art. 7, même si le Des conditions de logement déplorables. motif pour des « considérations sé rieuses » tenant à la sécurité est mentionnéé, le gestionnaire semble bien avoir le droit de pénétrer dans les chambres des résidents. Par ailleurs, l'hébergement d'une personne étrangère au foyer reste soumise à son autorisation. Il n'est pas question de nier les impératifs de sécurité dans les locaux collectifs, mais on sait combien d'abus furent jusqu 'à présent relevés qui auraient dû conduire le législa teur à préciser les garanties des rés idents. droits des résidents et pouvoirs des gestionnaires En réalité, la liberté d'action du gestionnaire est relativement extensive si on applique les dispositions de l'article 9. Le gestionnaire décidera des travaux, de l 'évacuation des lieux - sans obligation de relogement s'il y a des difficultés « spécifiques » ni obligation de réintégration si la « structure de l'établissement amélioré » ne le permet pas. Cette conception des pouvoirs du gestionnaire qui. pour sa part, le situe plus dans le rôle d'un bailleur ordinaire, se retrouve à l'article 10dans l'énumération des causes de résiliation du contrat. La résiliation est de plein droit dans les foyers d'hébergement ou les cités de transit lorsqu'un relogement définitif est proposé. Or, un problème essentiel n'est pas clairement abordé: celui de l'appréciation de cette proposition. Toute proposition sera-t -elle considérée comme bonne à prendre et répondant aux besoins du résident, considéré par qui? En revanche, lorsque les conditions d'accès au foyer ne sont plus satisfaisantes~ il .Y aura résiliation du contrat. Cela ne slgnlfie- t- il pas que le gestionnaire sera amené à contrôler en permanence la régularité du séjour, la situation professionnelle et économique du résident? L'article 2 du projet indique nettement qu'un tiers peut s'engager à payer pour le résident tout ou partie de la redevance, mais ce tiers peut être l'employeur. Le résident se voit alors de facto pris dans une situation où la résidence - au double sens du séjour et du logement - est liée au travail. De même que le projet prévoie que le contrat définit les conditions d'accès au foyer, de même il prévoie la résiliation lorsque celles-ci ne sont plus satisfaites. L'ambiguïté de l'art. 2 s'éclaire d'un jour nouveau à la lecture de l'art. 10, qui confère plus nettement les pouvoirs du gestionnaire. Le fait que le renouvellement ou la rupture du contrat apporte au résident la possibilité de limiter la durée du préavis à un mois, au lieu de trois dans la pratique actuelle, est certes un avantage. Cependant, n'apparaît-il pas considérablement limité face aux conditions de résiliation i Aux deux cas précités de résiliation, il fau ajouter la résiliation en cas d'innocupa· tion, même justifiée, et en cas de ferme· ture totale ou partielle du foyer pOUl « cause économique ». On peut alors re· gretter que la garantie de la loi du 30 jui~ 1975, qui prévoit la participation des résIdents à la gestion des établissements sociaux, n'ait pas été étendue aux foyers d'immigrés. Ceux-ci ont seulement droit à l'information par le gestionnaire sur le budget et à sa « « consultation ». droits des immigrés et droits de l'homme Le projet de loi d'Ornano, rédigé un peu à la manière d'un texte réglementaire tout en prétendant régir l'ensemble des rapports résidents-gestionnaires dans les foyers-logements, est paradoxalement d'une grande imprécision quant à certains droits des résidents. Il est extrêmement regrettable que les revendications des occupants aient eu si peu d'échos dans un texte que chacun appelait de ses voeux pour combler un vide juridique. Il ne limite en rien le caractère s~grégatif de la vie en foyer dont les consequences néfastes ont été maintes fois observées. Il va à l'encontre de la reconnaissance des droits des immigrés à une droit et liberté. nO 391 • mai 1980 vie à égalité avec les travailleurs français et notamment d'un droit fondamental au logement, apprécié comme l'un des droits de l'homme. Jacqueline COSTA-LASCaUX (1) Cf. Véronique de Rudder-Paurd - Loger:nent et ségrégation - Informations sociales n091 0/ 79 pp. 52 à 59. cc j'ai cru (2) Cette grève a touché plus d'une centaine de foyers et quelques 30.000 travailleurs Immigrés. (3) Le GISTI fut le premier à publier une analyse critique du projet en octobre-1979, et cf. sur la prise de position des associations et syndicats - Le Monde du 22 aVril 1980. (4) Cf. l'analyse des différents projets : Çluelle politique de l'immigration? Pour une leglslation véritablement démocratique. Colloque du 29 sept. 1979. Palais du Luxembourg. Paris. (5) J .O. du 13 avril 1979. .o.. o .s:: , 0.. Contrôle d'identité fi Barbés. Un commissaire de police inculpé. L'évènement n'est pas courant. Il s'est ~rodui~ il y a qu.elques semaines fi Dôle, dans leJura. Le tribunal de la vill.e a e~timé que le f?!"ctlO~nalre de poll.ce s'était livré à un abus de pouvoir en vérifiant l'identl.té d un auto~obiliste n a.yant ,~nfrel.nt aucune loi. Ce jugement a eu le mérite de poser la question de la légalité des control.es d Identité contrôles qui dans les couloirs du métro parisien prennent I.'allure de rafles au faciès et contre lesquels le mrap a lancé l'an dernier sa C?ampagne ~es étolle~ vertes. • ,. . En effet, et sur ce point plusieurs syndicats de police sont ~ accord, les c;ontroles d Identité sont illégaux. Ils ne peuvent être opérés que dans .deux occa.slo!"s t.r~s précls,:s : le flagrant délit, l'enquête. Dans ce dernier cas, seuls les offiCiers d~ police JudiCiaire (Ie~ msp~cteurs) ~on~ habilités à réaliser des interpellations. Aucun texte de lOI, aucun règlement n autorise ou ne JUS tifie les contrôles d'identité tels qu'ils se pratiquent. . , Le contrôle de l'identité des gens qui de toute évidence n'ont commis auc~n délit, de passants, de badauds et de personnes que l'on choisit dans un~ fo~Jle selon des Critères de couleur de peau ou du teint du visage constitue donc un acte arbitraire. . . • D'où la décision du magistrat de Dôle d'instruire la plainte d',,!ne victime d.e tels co~troles . Les commissaires de police ont lancé alors un mot d'ordre de« greve des ~ontroles ». Il n .est pas impossible que le gouvernement prenne prétexte de cette levée de bo.ucllers pour lég~lIser par le biais d'une loi ou d'un décret ces contrôles d'identité. La menace risque de se confirmer les prochaines semaines. . . é En tout état de cause, les interpellations et rafles au faciès se sont poursuIvieS dans le m tro. La C.G.T. police dans un communiqué publié le 22 avril révèle que - lesfonctlOnnalres de police affectés à la surveillance du métro ont reçu des chefs de service des consignes pour reprendre les contrôles d'identité préventifs ». . ' • Le communiqué ajoute qu'aux fonctionnaires demandant des garanties «" ~ été repondu qu'ils n 'auraient qu'à justifier /'interpellation en arguant qu'Ifs avalent cru reconnaltre le signalement d'une personne recherchée ». . . . . . - En cas d'incident. lit-on encore, le directeur de la Sécuflté Publique. les ç:ouvflralt ». • On ne saurait être plus clair dans l'illégalité et I.'arbitraire. Une telle vl';llatlon des textes et lOIS existants ne doit pas rester sans réponse. Les libertés de tous sont directement menacées. 13 • au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil la loi de 72 contre tous les racismes Le racisme au banc des accusés. Trois cafetiers, un militant d'extrême- droite, une publication et une société ont été condamnés ces dernières semaines par plusieurs tribunaux français en application de la loi de 1972 qui réprime le racisme. • A Nancy le 21 avril 1978, Mme Romério, gérante du «Bar de la poste » refusait de servir une consommation à un client arabe . Ce dernier portait plainte alors que le mrap se constituait partie civile . La gérante a été condamnée à payer un franc symbolique au plai gnant et 1000 F de dommages et intérêts au mrap. En outre s'ajoutent 1500 F d'amende et l'affi chage du jugement pendant une semaine à la porte de l'établissement. • A Lyon, le 8 septembre 1979 Marc Cruellas, un ancien para devenu militant d'extrême-droite, peignait des grafittis antisémites sur les murs de la synagogue de la ville : «Sale juil, youpin vive Dachau ». Finalement Marc Cruel las a été co'ndamné par la 6e Chambre du tribunal correctionnel de Lyon à 3 mois prison avec sursis et 1500 F d'amende. Le mrap et la L1CRAobtiennent chacun 1000 F de dommages et intérêts et le Consistoire israélite Sépharad de Lyon qui s'était également constitué partie civile percevra le franc symbolique. • A Lyon encore, le 1 9 octobre 1979, M. Zennad, propriétaire du « Café du stade » refusait de servir à boire à un consommateur tunisien. «Je n'ai pas acheté mon café pour être envahi par des Nord-Africains et par des Noirs » expliqua-!il. « Si je garde ce genre de clien tèle, ajoutait- il, c'est la police qui fera fermer mon établissement. J'avoue que (ai peur de ces genslà ... Tout près de chez moi il y a un foyer Sonacotra, si je les laisse venir' ils vont tout casser ». Le Tribunal n 'a pas été convaincu par les arguments de M. Zennad puisque celuï-ci a été condamné pour discrimination raciale à 2000 F d'amende et à la publication et à l'affichage du juge ment. Le plaignant reçoit 500 F de dommages et intérêts et le mrap 2000 F. • A Saint-Julien près de Thononles- Bains, M. Roger Crochet le gérant du dancing « Macumba » refusait il y a quelques mois l'entrée de son établissement à deux Tuni siens installés en Suisse. Refus ac compagné d'injures et de coups. Les victimes portèrent plainte pour violences et injures r;lciales. Le Tribunal a condamné le gérant raciste à 5000 F d'amende. Le mrap qui s'était constitué partie civile obtient 3000 F de dommages et intérêts. 14 • A Paris, il y a quelques mois, la société « France électronique » faisait passer dans un journal de petites annonces « Le marché du travail » une offre d'emploi ainsi rédigée

« Entreprise recherche bonne

secrétaire dactylographe, Fran çaise métropolitaine », Le mrap s'étant constitué partie civile, l'affaire est venue devant la 11 e Chambre du Tribunal correctionnel de Paris en avril dernier. Le tribunal a estimé qu'il s'agissait d'une discrimiration à l'embauche et a condamne le gérant du « Marché du travail» et « France électronique » à 1500 F d'amende chacun. Le mrap obtient pour sa part 2000 F de dommages et intérêts. ouvriers turcs régularisations encore hypothétiques la révolte des nettoyeurs du métro Après 6 longues semarnes de grève les nettoyeurs du métro ont repris le travail en ayant obtenu la satisfaction de certaines de leurs revendications. 900 travailleurs ont été concernés par le mouvement. Parmi eux, figurent une majorité d'immigrés, des arabes et des afri cains. Cette action a posé de ma- Après25 jours de grève (du 11 février au 5 mars) les ouvriers turcs de la confection auxquels le mrap avait apporté son soutien ont repris le travail. Certaines revendications mises en avant par le mouvement ont été satisfaites, En premier lieu il a été convenu que les ateliers clandestins disparaîtront. D'autre part, dans une lettre, M, Stoléru, secrétaire d'Etat au travail, s'engage à délivrer des cartes de séjour aux travailleurs sans papiers. Cependant, un problème de taille n'a pu être éclairci, celui du critère «d'ancienneté » devant déterminer la délivrance du titre de séjour. Les travailleurs turcs demandent que la régularisation soit effective après un séjour de trois mois en France, Les autorités n'ont pas donné de précision, sur ce point, Le flou persiste. Un flou sans doute volontairement entretenu. Au moment où cet article est rédigé, 7000 formulaires de régularisation ont d'ores et déjà été retirés auprès de l'O.N.1. (office national d'immigration). Parmi eux, on compte environ 2500 Turcs ainsi que des Yougoslaves et des Marocains, des Mauriciens et des Tunisiens. S'opposant Il une régularisation «cas par cas » les travailleurs de la confection se sont présentés, la première journée, par groupe de cinquante aux guichets de l'O.N.I. A l'heure actuelle, aucune réponse n'a été donnée à ces demandes de régularisation. En province le mouvement a revêtu une grande ampleur, Grèves de la faim, manifestations actions diverses ont attiré l'attention de l'opinion publique sur les injustices commises à l 'égard des travailleurs immigrés victimes de la rapacité de leurs employeurs. - A Clermont- Ferrand, après une grève longue et combative, activement soutenue par le mrap, les travailleurs turcs ont décidé de déposer des dossiers de régularisation à la préfecture. - A Bordeaux, des travailleurs Tunisiens et Turcs ont été informés que la préfecture leur accordait trois mois d'autorisation provisoire de séjour. Oue se passera-t-il au terme de ce délai? La vigilance demeure. - A Orléans, où l'action était le fait de forestiers, le bureau de régularisation a été boycotté par les ouvriers turcs. Des meetings et une conférence de presse leur ont permis d'expliquer leur position et revendications. Comme on le voit l'action des travailleurs de la confection àParis et en province n'est pas terminée. Elle rentre dans une phase délicate. Plusieurs travailleurs considérés comme «« touristes » , ont été refoulés récemment dont plusieurs réfugiés politiques qui avaient quitté leur pays en raison des menaces pesant sur eux. On a appris aussI que la femme et le fils d'un travailleur en règle ont connu un sort identique. nière spectaculaire le problème de la condition des travailleurs immi grés en France; condition qui s'est nettement dégradée ces derniers mois (montée du racisme en liai son avec l'adoption de la loi Bonnet et les projets Stoléru et d'Ornano). Vaste entreprise d'intimidation des immigrés qui a incité les sociétés employant les nettoyeurs du métro à accentuer la surexploitation des immigrés. La lutte des nettoyeurs du métro comme celles des ouvriers de la confection et des étudiants étrangers montre com bien étaient vaines ces spéculations. En défendant leurs droits élémentaires de travailleurs, les nettoyeurs du métro défendent aussi leur dignité d'homme. Oue demandent-ils en effet? La possi bilité de se doucher après leur tra vail, de manger à la cantine de la R.A.T.P., la fourniture de gants, le maintien des effectifs, une revalo risation de leurs salaires devenus inférieurs aau SMIC. unité nationale et différences Une vague d'agitation s'est développée, dans la dernière période, en Algérie, et notamment à TiziOuzou, importante localité de Kabylie. Les étudiants berbères, dont l'arabe n'est souvent pas la langue maternelle, ont été au point de départ de ces manifestations. Ils revendiquaient pour une expression plus large de leur culture spécifique dans l 'Algérie Indépendante. Les autorités ont répondu de fa çon contradictoire aux grèves et aux manifestations, usant tantôt de la persuasion, tantôt de la force. L'impossibilité pour les journalistes de se rendre dans la région de Tizi-Ouzou lors des évènements ne permet pas d'en parler de façon définitive mais laisse craindre que des violences injustifiées n'aient été commises. Si l'immense effort de l 'Algérie indépendante pour rendre toute sa place à la langue arabe et à la culture nationale mérite d'être loué car il va de pa ir avec une alphabétisation massive de la population, il semble, comme l'a reconnu lui même le président Chadli, que la culture berbère et notamment Ka byle doive trouver d'une manière ou d'une autre une expression sa tisfaisante. Les tentatives de divisions dont le pouvoir colonial fut naguère coutumier, l'utilisation de certaines revendications dans le but d'affaiblir le régime socialiste en place ne peuvent être niées. Mais l'Algérie n'est-elle pas, à ce jour, suffisamment affirmée dans son indépendance pour aborder sereinement et autrement que par la ré pression cette importante question? La diversité des cultures a tou jours été féconde pour les pays qui savent la reconnaître et lui donner vie. • au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil les amis de touvier menacent La procédure contre Touvi.er, auxiliaire de la Gestapo lyonnaise durant la dernière guerre, a repris. Mais l'une des parties civiles, M. Robert Nant, a reçu au mois de novembre dernier, une communica tion anonyme le menaçant de mort: «Si tu ne ne te tiens p as tranquille, on te fera ton affaire ». Une ancienne déportée de Chambéry, dont le mari a joué un rôle actif en tant que dirigeant de l'Union des associations de résistance de Savoie, dans les poursuites contre le criminel de guerre a également été victime de tenta tives d' intimidation. Au téléphone, plusieurs voix anonymes et déguisées menacent

« Vous tous, sales juifs, vous

cramerez tous ». Raisons de plus, en tout cas, pour regretter l'impunité dangereuse d'un homme qUI a trahi son pays de la pire manière : en livrant à l'occupant nazI ses concitoyens juifs ou résistants. Paul Touvier les étudiants se lèvent en masse pour défendre leurs camarades étrangers Jussieu (Paris VI et VII) : 40,000 étudiants environ dont de nombre.ux étrang~rs . Depui~ le 24; ~vril.les 23e et 24e étages de la tour centrale de la faculté sont occupés, jour et nu!t, par plUSieurs dizaines d etudlarts ~t par quatre grévistes de la faim . Par cette action spectaculaire les étudiants entendent protes~r cORVe OS Circulaire Bonnet et le décret Imbert du 31 décembre 1979! qui, allant au devant des voeux d.e me Ice a~~ nier Seitéf« Lesuniversités françaises ne dOivent pas accuetlltr le trop-p'ein du tters-:nonde »),lnstauren} une tri pie sélection, pédagogique, sociale et politique à l'entrée et au séjour des étudlan~s étrangers en rance . L'action menée par les étudiants de Jussieu n'est qu'un des aspects de la lutte qU.1 se mène un fe~ partou~ en France actuellement contre les projets racistes du g9uvernement. ~ue ce sOlt.à Angers, antes, ~ Amiens à Rouen à Rennes à Nice ou à Paris (Censier, Vincennes, Tolbiac) les étudiants s~nt descendus ~ plusieu;s reprises' das la rue 'pour défendre leurs ca~arades étran~ers men~cés Ptr ~~xpulslOt"ét~ ~Iaen;t a Grenoble les autorités, en guise de réponse, ont fait donner la p~hce .. PlUSieurs tu. lants on e~s ~. Le décret Imbert mis en cause par les étudiants, complète la circulaire Bonnet en Insta~rant en partl~u~ler une « commission ';ationale » présidée par une personne nommée par le gouvernement qUi aura po,:!r mlsslo!" de centraliser toutes les demandes d'inscription d'étudiants étrangers et de procéder, en fonction de Critères fixés au ministère de ... l'Intérieur, à la sélection. .' .. Un des barrages mis à la venue des étudiants étrangers est l'examen de ~rançals: Cette dispOSition a s~scité d'ores et déjà de nombreuses protestations. Enfin, et ce s~ns d~u~e afin detanr à la s?urce I~ ven~~ d é~ tudiants étrangers, ceux-ci doivent faire une demande de pré-inSCription auprès des services cu ture s ran çais installés dans leur pays d'origine. b 1 . Les mesures révues dans le décret Imbert ont paru si dangereuses que dan~ de nom r~ux cas es enseignants ont app~rté et de manière significative leur soutien à la lutte des étudiants français et étrangers. le journal autrichien, Die Press, montre qu'un pas important peut être franchi vers la reconnaissance mutuelle d'Israël et d'un Etat palestinien indépendant en Cisjordanie et à Gaza. Bien des problèmes restent en suspens . L'OLP n'a pas encore pu bliquement accepté de reconnaître l'Etat d'Israël et le drame de la prise d'otage de Misgav-Am qui a entraîné notamment la mort d'un enfant, avant que les 5 membres du commando palestinien ne soient abattus par l 'armée isr.aéIienne, montre que l'organisation palestin ienne utilise toujours des méthodes qui oblitèrent gravement sa crédibilité et sèment inutilement la tragédie chez des êtres innocents. Ouant au gouvernement israélien, son acharnement à ne pas ad mettre, comme le faisait récemment le président Giscard d'Estaing, que «le problème palestigères venues notamment des USA, de France, du Mex~que, de Grande-Bretagne et de Suede par ticipaient à cette conférence où fut lu un message de l'académicien Andrei Sakharov. 19 autres scientifiques qui en avaient fait la demande n'ont pu obtenir leur visa pour participer à cette manifestation. . Le problème de l'émigration est aujourd'hui l'objet d'un vif débat. En effet, l'agende juive, une des principales organisations sionistes, a menacé de prendre des mesures radicales si le phénomène des « drop out » (juifs soviétiques qui, sortis de leur pays avec un visa pour Israël, décidentfinal~ment de s'installer aux USA) persistait. En effet, 60 à 70% des ju ifs soviétiques préfèrent l'Amérique à leur destination initiale. en faveur du droit à l'émigration pour les ju ifs soviétiques se fonde s'ur la Convention internationale contre le racisme, ratifiée par Moscou et qui reconnaît le droit à chacun de quitter ou de rejoindre son pays ainsi que sur les clauses des accords d'Helsinki sur la réunion des familles. Elle vaut en général, à l'exclusion de toute autre considération. le grèce-s'en prend à la loi de 72 12 pages sur le mrap et la L1CRA (Ligue Internationale contre le Racisme et l'Antisémitisme) dans le n033 de la revue « Eléments ». Le tir croisé de la presse d'extrêmedroite contre le mrap ne se relâche pas. -: nien n 'est pas un problème de. 'O . réfugiés, mais celui d'un peuple qUI


doit disposer .. . de son droit à l'au proche-

orient: la guerre sans fin M. Dulzin, président de l'Agence Juive, a menacé la HIAS, une organisation charitable qui aide les émigrants à s'installer aux USA, d'une suspension de l'émigration soviétique pendant deux mois si cette association ne quittait pas Vienne, première escale occiden tale après le départ d'URSS. Les ragots de basse police y cotoient les inventions notoires dont l'objectif est de donner du mrap l'image d'une officine communiste prenant directement ses ordres au Kremlin. Dans une déclaration au Monde, Albert Lévy, secrétaire générai du mrap indique :« La totalité de ce copieux article est conçu pour faire apparaÎtre le mrap et la LlCRA comme les deux branches d'une conspiration qui reconduit purement et simplement un vieux mythe bien connu: il y aurait d'un c';,é le «judéo-bolchevisme » et de l'autre le «judéo-capitalisme », apparemment ennemis et pourtant ligués afin d'imposer leur loi à la France et au monde ». «Les Palestiniens ont d'abord fait savoir qu'ils étaient disposés à vivre dans un Etat démocratique où musulmans, juifs et chrétiens seraient sur un pied d'égalité. Mais cette suggestion a été repoussée. Notre seconde proposition prévoit rétablissement d'un Etat palestinien indépendant sur chaque pouce de terre palestinienne d'où les Israéliens se retireraient. Cette proposition a été acceptée. par notre congrès national ». Cette importante déclaration de M. Arafat, président de l'OLP, dans todétermination » empêche toute possibilité de négociations, seul moyen pour que puisse sefaire une reconnaissance mutuelle, que cessent les aventures criminelles et que vienne enfin la paix. vif débat autour des «drop out» Un séminaire international de scientifiques s'est tenu à Moscou, en début avril. dans l'appartement de Victor Brailovsky, un cybernéticien juif qui ne peutplustravailleur dans sa discipline depuis qU'II a demandé un visa d'émigration pour Israël. 24 personnalités étran - droit et liberté. nO 391 • mai 1980 M. Joseph Shapira, dirigeant du département de l'Alya des jeunes de l'Agence juive a, pour sa part, proposé que plus une seule de mande de réunion familiale ne soit envoyée aux juifs originaires des villes soviétiques où le phénomène des « drop out » est le plus massif (Leningrad, Odessa, Kiev et Khar kov). A noter que la moyenne de 4000 émigrants juifs par mois en 1979 est passée, pour les premiers mois de 1980 à environ 3000. Le chiffre global de juifs soviétiques ayant émigré depuis dix ans se monte à environ 250.000 personnes (il y a 1.900.000 juifs en URSS). La position de principe du mrap En prenant pour cible la loi antiraciste de 1972, votée à l'unanimité du Parlement, le GRECE se démasque et se ridiculise tout à la fois. On comprend qu'une loi qui · réprime le délit de racisme le gêne •• 15 • au fil des jours • .au fil des jours • au fil des jours • au fil aux entournures. On voit assez mal comment les héritiers d'Europe Action pourront convaincre l'opi-' nion qu 'une annexe du PCFait réussi à faire présenter un texte de loi par les représentants de tous les groupes du Parlement. A moins que cette loi votée à l'unanimité, ne soit le premier indice de la dictature du prolétariat inaugurée clandestinement sous la présidence de Georges Pompidou! le racisme, un péché capital L'épiscopat français vient de publier un " texte de référence » qui est une sorte de directoire destiné aux auteurs de publications catéchétiques et aux responsables de la " pastorale » dans le cadre de la réforme de l'enseignement religieux. Nous y lisons avec plaisir ces lignes :_" Fidè!es à l'esprit de_tolé-, rance du Christ. les catéchètes n'oublieront jamais d'écarter avec vigilance tout ce qui pourrait développer l'irrespect des convictions religieuses des musulmans et des israélites. Ils veilleront particulièrement à effacer toute trace d'antisémitisme

les chrétiens sont spirituellement

des sémites » (Pie XI). Cette recommandation a peut être valeur aussi pour renseignement profane .. . Aux USA. pour la troisième fois en vingt ans, l'épiscopat catholique a publié une lettre pastorale sur le racisme: " C'est un péché qui divise la famille humaine, déchire l'image de Dieu parmi les membres de cette famille et viole l'hu- ~ maine dignité fondamentale de ceux qui sont tous enfants d'un même Père". ' A Sao Paulo (Brésil), un congrès international de théologie (févriermars 1980) rassemblant 180 participants de 42 pays, s'est terminé par une déclaration où l'on peut lire: " La pauvreté n'est pas le fruit du destin. mais l'effet d'une grande des dizaines de milliers de sud-africains demandent la libération de nelson mandela Manifestation à la Réunion en faveur de James Mangé Une très importante campagne de pétition pour la libération de Nelson Mandela se poursuit en ce momen' en Afrique du Sud. Nelson Mandela, condamné en 1962, à la prison à vie était le président du mouvement de libération, l'ANC. Dans les écoles, lors des services religieux, dans les rues et malgré la vigilance de la police raciste, ce sont des dizaines de milliers de patriotes sud-africains qui demandent que leur dirigeant sorte du bagne de Robben Island. Il s'agit d'une des plus grandes campagnes de masse en Afrique du Sud depu is l'interdiction de l'ANC, en 1960. La solidarité internationale non 16 plus ne se relâche p·as. En France, la campagne pour que James Mangé ait la vie sauve se poursuit avec de plus en plus d'ampleur. A la Réunion, alors qu'un journal à grand tirage évoque la possibilité de faire de l'île un paradis touristique pour les Blancs d'Afrique du Sud, une manifestation de protestation a eu lieu devant le consulat du régime raciste dont l'existence à elle seule est une insulte pour la population réunionnaise. Les militants du Front de la Jeunesse Autonomiste de la Réunion ont ainsi voulu manifester leur opposition à la collaboration franco-sudafricaine et leur solidarité avec James Mangé. injustice ». Et le Congrès esti me que la cause principale de cette injustice doit être recherchée dans " le grand péché social du système capitaliste ». L'injustice dans la répartition des biens de la terre n'est-elle pas une forme de racisme, non déclarée telle, mais bien réelle: le racisme économique? Heureusement. ajoute la déclaration, " dans le monde entier, et surtout en Amérique latine, les pauvres chrétiens et non-chrétiens se réveillent pour secouer le joug de l'esclavage ». J .P. " Le Spectacle du Monde » est une revue qui n'a jamais été à la pointe de la lutte contre le racisme. La poussée actuelle de néo-fascisme et de racisme new-look lui donne cepefldant plus de lyrisme que jamais dans la défense de la supériorité de l'homme blanc. On y lit dans le na de février 80, en conclusion à un article haineux l'apartheid dans le 156 par Roger Gicquel (1) Danièle, 29 ans, est infirmière. Elle a longtemps vécu et travaillé en Afrique. En novembre dernier, elle est revenue en France. Elle habite un studio dans un petit immeuble ancien situé dans le XV" arrondissement de Paris. Danièle a gardé des contacts avec quelques amis africains. A l'occasion, mais assez rarement, lorsque l'un d'entre eux, se rend en France, il vient rendre visite à Danièle. Il y a quelques semaines, justement, Jean-Claude, un fonctionnaire camerounais, s'est présenté chez Danièle. La jeune femme était partie faire des courses au pied de son immeuble. Elle avait laissé un petit carton sur sa porte, indiquant qu'elle serait bientôt de retour. Jean-Claude a donc attendu sur le palier. Lorsque Danièle est revenue, elle a croisé un de ses voisins dans l'escalier. Un homme avec lequel elle n'avait encore jamais parlé. Danièle, en effet, ne connaît que sa voisine de palier et la concierge de l'immeuble. Cet homme lui a dit: " Madame, on vous attend ». Danièle l'a remercié; elle est montée chez elle, et elle a trouvé JeanClaude qui attendait depuis un petit quart d'heure ... Deux ou trois semaines plus tard, Danièle a reçu une lettre de sa propriétaire qui habite Milan. Celle-ci lui demande d'abord le remboursement d'une facture de téléphone. Puis, suit un paragraphe tout à fait étonnant, je vous le lis: «J'aborde maintenant un sujet beaucoup plus délicat : vous êtes dans un très petit immeuble où tout le monde se connaît depuis des années et.où une per~onne qui entre ou qui sort, en particulier de sexe masculin, en particulier de couleur, ne manque pas d'attirer l'attention et les commentaires. Et il s'ensuit des récriminations à l'attention de la locataire ». Autant vous dire que ce paragraphe a indigné Danièle ... Voilà donc un immeuble où la seule vue d'un visiteur de couleur semble insupportable aux voisins ... Et ce n'est pas fini. Car le paragraphe qui suit est un chef-d'oeuvre d'hypocrisie: Ecoutez: «Chacun est libre bien sûr de mener la vie qu 'il veut mais en respectant son prochain .. . Je me demande donc, poursuit la propriétaire, s'il ne vous conviendrait pas d'habiter un de ces grands buildings ano.! nymes et très modernes, car ils ont deux ou trois entrées, dont une pour le ~ garage. Ainsi personne ne ferait attention à vos visiteurs ... ». Sous-entendu: quand vous recevez des personnes de couleur, faites-les donc entrer par le garage, .. Voilà un témoillnage de racisme qui a au moins le mérite de la franchise 1 Pas de NOIrs chez moi, Madame, céla fait mauvaise impression! Et si vous n'êtes pas contente le syndic va vous demander de quitter les lieux .... Oui, la lettre se ter~ne par cette menace voilée ... menace qui vient de se préciser par une nouvelle lettre de la propriétaire où l'on peut lirè :" La morale courante n'admet pas une suite de visiteurs ininterrompue, soit de jour ou de nuit, visiteurs de tout âge et de toutes couleurs. Les co-propriétaires préparent une pétition pour exiger votre départ. Je vous demande donc d'en fixer vous-même la date au 1 0 mai. ». Danièle n'a pas l'intention de se laisser faire ... Mais elle est encore bouleversée par cette révélation: L'apartheid, ça existe aussi dans le 1 5" arrondissement.. .. Roger GICQUEL (1) Roger Gicquel nous a aimablement autorisé à reproduire ici le texte d'une de ses émissions matinales sur Europe n0 1 : " Et si l'on parlait un peu de vous ". -,- - • au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil sur les écrivains Arrabal et Genet, un petit chef-d'oeuvre d'imbécilité prud 'hommesque : " Même aujourd'hui. lorsque, par réaction contre le laxisme latent. nous confessons, du bout des lèvres, la décadence de l'homme blanc, nous savons bien que notre culture est la plus riche de tous les temps, que rien au monde ne se compare à la musique européenne, que les travailleurs d'Occident sont, encore maintenant les plus responsables, les plus honnêtes, les moins pourris de la planète, que le colonialisme, enfin a réellement fait évoluer les peuples sous-développés et que c'est en se libérant trop tôt que ces derniers retombent dans la barbarie ' Quand les pantoufles veulent mordre, elles font rire! trois cas exemplaires Le Comité du PCF pour la défense des libertés et des droits de l'homme vient de lancer une campagne pour la libération de 13 prisonniers politiques enfermés dans différents pays du monde. Notons que parmi eux, se trouvent James Mangé, militant sud-africain condamné à mort, Gary Tyler, jeune noir américain injustement condamné à mort puis à la prison à perpétuité et Anatoli Chtcharanski, militant sioniste condamné à 13 ans de détention en URSS. Ces trois noms sont bien connus des lecteurs de droit et liberté puisque le journal et le mrap ont mené campagne pour les trois hommes, trois cas d'atteintes graves aux droits de l'homme où le racisme entre pour une part décisive. vivre ensemble: c'est possible Dans un numéro récent de droit et liberté le CLEPR (1) lançait un appel à tous les éducateurs engagés dans la lutte contre le racisme à l'égard des jeunes immigrés et qui ouvre à une société plus fraternelle. Voici quelques documents, ici résumés, que l'on peut se procurer en s'adressant à Michel Fèvre, 8 rue de Sébastopol, 94600 Choisyle- Roi. Une première entreprise d'échange peut sembler audacieuse à priori: faire se rencontrer les enfants d'une ville dortoir comportant 65% d'immigrés et ceux d'une BOUTIQUE CACHAREL 8, cours de l'Intendance 33000 BORDEAUX Tél. : 48.69.32 Centre Commercial MERIADECK Tél. : 98.54.36 droit et liberté. na 391 • mai 1980 ville nouvelle plutôt " résidentielle " : lettres puis séjour dans les familles. Les enfants ont entre 7 et 9 ans. Pendant trois jours, ils vont aller vivre dans les familles de travail leurs migrants puiS leurs correspondants viendront dans la ville nouvelle et partageront leurs activités entre récole et la vie familiale. C'est, pour les deux groupes, la découverte d'un monde aux coutumes, aux religions, aux niveaux de vie différents. C'est aussi, pour beaucoup d'enfants, le premier départ dans une famille inconnue, une aventure! Pour les familles émigrées, c'était souvent le premier contact réel avec un enfant français, la première fois qu'on leur confiait une responsabilité autre que cellliJ de travailleurs dans un pays étranger. On attend avec intérêt la suite de ces rencontres. Autre expérience: une 4" SES en banlieue parisienne. 5 enfants maghrébins, 1 enfant portugais, 6 enfants français en échec scolaire dû aux différences socio-culturelies, linguistiques, etc. Les enfants se querellent souvent durant les premières semaines de classe. L'enseignant décide alors, à partir de montages diapo, d'éveiller la curiosité des enfants, leur admiration, leur respect de l'autre. Puis chaque représentant d'une nation différente se fait le reporter de son pays : la partie est presque gagnée. Enfin, un album vendu 10 F, en langue arabe et française, orné de dessins d'enfants sur des textes rédigés par les enfants euxmêmes constitue une autre intéressante expérience et un bon outil de travail pour lacompréhension entre les élèves. (A demander à Daniel Villebasse, 35 rue Neuve, 59200 Tourcoing). (1) CLEPR - Comité de Liaison des éducateurs contre les préjugés raciaux (adresse du MRAP). • Les Indiens Shoshones s'opposent à l' installation du missile mobile MX dans le Nevada. Cette installation leur interdirait une grande partie du territoire que leur reconnaît un traité signé en 1863, sous la présidence d'Abraham Lincoln . • Dans une note de service, le responsable d'exploitation de l'ACDS, une association de vigiles armés, recommande :" " est impératif de fournir un maximum de commandes. Cependant. il est formellement déconseillé de mettre des gens de couleur ». Pompes Funèbres et Marbrerie Funéraire MARBRERIE DE BAGNEUX Jacques BANATEANU Evite aux familles toutes démarches pour Inhumation • . Toilettes mortuaire:t: linceuls - Tr~spot1s de corps Paris Province. Israel et tOUI P.YI Achats de terrains. constructions de caveaux Monuments. Gr.vures. Photos. Portrltts Maison conventionnée 122, avenue Marx Dormoy 92120 MONTROUGE (face la ;aorte prinCipale du Cimetière de Bagneu)( ) Téléphone: 656.7474 • F abricantsdelJonnete1"ie • POUR VOS FILS ClASSIQUES El FANTAISIE • POUR VOS BOBINAGES A FACON Société MARJOLAINE 93, quai de Valmy PARIS-1()" Tél. , 206-94-73 607-32-80 Dépositaire des Ets DELMASURE (laine peignée Nm 2/28, 1/28. 1/40) 17 - Problème : faire une exposition d'oeuvres d'art qui soit une manifestation culturelle de qualité, qui permette au m rap de se manifester en tant que tel et de développer la lutte antiraciste, qui rapporte suffisamment d'argent au Mouvement pour qu'il puisse continuer ses activités et qui, en outre, n'exclue pas, comme c'est presque toujours le cas, l'a mateur aux revenus modestes, Solution : un chapiteau square des Innocents pendant dix jours (du 20 au 30 avril), un des endroits les plus passants de Paris : la générosité de plus de 150 artistes, le choix délibéré de présenter des lithographies, des sérigraphies, des gravures pour permettre des prix abordables, le dévouement de dizaines de militants parisiens présentant sur place, aux milliers de visiteurs, l'action du mrap, Résultat : l'art pour tous et des milliers d'hommes, de femmes, d'enfants qui auront appris qu'il existe un moyen de s'organiser contre le racisme, la bonne humeur de dix jours de fête avec animations musicales et théâtrales, questions, réponses, et mêm~ une alerte à la bombe' Et puis merci à Catherine Schubert et à Philippe Blanchard pourl'organsation si cool en apparence et si rigoureuse en réalité, , Dernière réalité, Le 31 e Salon de la Jeune Peinture, intéressé par l'expérience, accueille l'exposition, Au Hall international du parc floral de Paris, du 5 au 31 mai de 9 heures à 20 heures, Métro Château de Vincennes, 10 • pleins feux • pleins feux. . , cinema la prise du pouvoir par philippe pétain Chérasse, l'auteur de ce film sur Pétain, a une curieuse conception de l'histoire, Certes, il a le mérite d'avoir rassemblé des documents sur une période considérée encore par certains comme taboue, Mais si on veut vraiment témoigner sur une époque de notre histoire - aussi troublée soit-elle - il faut prendre le problème dans son ensemble, globalement. Chérasse semble avoir oublié ce principe élémentaire, Sinon, comment comprendre les omissions sur deux faits majeurs de cette époque et qui auraient permis de mieux comprendre le phénomène .·Pétain » : la répression de 1917 et les arrestations de la po pu lation juive et des résistants et leur déportation vers les camps de la mort, De plus, avoir avec insistance donné la parole à Fabre-wce et Isorni n'est pas non plus la meilleure façon de nous éclairer sur la montée au pouvoir du maréchal. Enfin, on ne peut laisser Chérasse dire que Philippe Pétain s'est installé grâce au laxisme de la gauche. Car il faudrait d'abord préciser ce qu'il entend par« gauche-. Mais surtout la réalité est que le maréchal Pétain est arrivé à la tête de « l'Etat français» grâce à ceux qui avaient pour idéal:« Hitler plutôt que le Front Populaire », Patrick KAMENKA Le Maréchal Pétain, accompagné là droite) du maréchal Goering, visite une usine d'aviation allemande, Etrange réalisation que ces « Noces de sang », Film marocain, interprété notamment par deux acteurs de rang international : Lau rent Terzieff et Irène Papas, et tiré de l'oeuvre de F.G, Lorca. Ce drame très théâtral - enlèvement d'une jeune promise lors de ses noces - passe mal l'écran, à mon avis. Néanmoins, le cadre, le Sud-Marocain, les traditions du mariage islamique, le masque de tragédienne d'Irène Papas et le nonoces de sang ble port de Terzieff, donnent à ce film un aspect curieux. L'idée de l'adaptation de l'oeuvre de Lorca- au Sud-Marocain n 'est pas mauvaise en soi - les ouvrages des grands auteurs ont une vocation universelle - mais le résultat n'est malheureusement pas à la hauteur du sujet. Dommage, P,K, « Noces de sang , film marocain de Souhel Ben Barka. droit et liberté. nO 391 • mai 1980 pleins feux • pleins feux • livres les jeux de la mort et de l'espoir Henry Bulawko, président de l'Amicale des anciens déportés juifs de France, animateur du cercie Bernard Lazare, nous offre une réédition considérablement aug mentée de ses « Jeux de la mort et de r espoir» (1 954) où il raconta it sans apprêt, dans une sobriété obligeant à garder l'oeil sur l'horri ble, ses épreuves de résistant-dé porté à Auschwitz-Jaworno, épreuves toujours inimaginables pour qui ne les a pas au coeur de sa mémoire, à la jointure de la chair et de l'esprit. L'auteur fait un significatif constat: «En me relisant/ .. ./, j'avais le sentiment que tout cela me concernait infiniment mais était arrivé à une tierce personne ». Bulawko ne s'est pas dérobé au devoir du témoin, malgré la répu gnance que l'afflux des souvenirs fait naître, malgré l'angoisse qu' il faut affronter. Ce récit est à l'image de l'homme: rescapé l1)iraculeux de l'enfer, Bulawko n'a jamais démenti son choix premier, fait à 25 ans, de résister, de vivre en homme libre, inaugurant un style de vie qu'on retrouve aujourd 'hui dans ses divers combats, refusant toujours le refuge de l'aigreur et la démission que l'expérience d'un désastre souvent provoque. Ce témoignage contribuera, par son authenticité et les précisions qu'il apporte, à nourrir la lutte contre l'oubli du génocide hitlérien qu'aujourd'hui, les amis des Bardèche et Faurisson tentent par tous les moyens de minimiser, voire de nier, risquant d'égarer les esprits de bonne foi dépourvus de l'expérience historique indispensable. C'est pourquoi il faut, note Bulawko, « reprendre notre récit sans se lasser, en ayant conscience que ce qui est clair pour nous ne l'est pas obligatoirement pour les autres », P,-A, T, Les jeux de la mort et de l'espoir. Henry Bulawko, préface de V. Jankélévitch, Editions Recherches, Collection Enères, 1980. confessions d'un professionnel de la torture Le livre de Jean-Pierre Vittori (1) : « Confessions d'un professionnel de la torture » (2). est la retrans~ cription du témoignage d 'un ancien des DOP (Unités spéciales chargées des renseignements) . Personnage anonyme, dans la vie et dans le livre, le tortionnaire qui, 20 ans après, décide de vider son sac, nous apparaît dans toutes ses contradictions, Aux révélations succèdent une suite de justifications. Au point que, très vite, le personnage devient un «bon tortionnaire », comme s' il pouvait y avoir une • bonne » et une « mauvaise» torture, C'est pourtant la thèse défen due par le personnage (thèse que Vittori, l'auteur, ne partage pas). Une phrase de Maxime Le Forestier vient à l'esprit : « Tu torturais en spécialiste .. , », Pourtant. aussi répugnant qu 'ait pu être son passé, cet homme a décidé de tout confier, Son itinéraire nous amène à le comparer à Lacombe Lucien. Oui, le Lacombe Lucien de la guerre d'Algérie est ce personnage à qui «on » a fait admettre qu'il lutta it pour la bonne cause. A qui « on » a dit que torturer certains pouvait sauver la vie à des milliers d'autres, Et lui « les » a crus. BETEment. Le travail de Jean-Pierre Vittori est passionnant. Lui, appelé d'Algérie, a recueilli les propos d 'un homme dont le sommeil, aujour- . d'hui encore, est troublé par les crimes qu'il a commis de l'autre côté de la Méditerranée. Mais c' est avant tout l'effort conjugué de ces deux hommes : l'un voulant savoir et l'autre parler, qui a donné naissance à ce livre extraordinaire qui prouve, une fois de plus, ce que, par intérêt colonial, on peut faire accepter aux hommes. Marc MANGIN (1) Auteur de« Nous, les appelésd'Algéfie ». (2) Aux éditions Ramsay. 19 - • pleins feux • pleins feux. les chemins de la survie Edith Patrouilleau nous propose dans ce livre de nouveaux témoignages de la lutte actuelle des Indiens d'Amérique du Nord. La Conférence des Nations-Unies à Genève en 1 977 et la « plus longue Marche» de 1 978, les messages spirituels et les solutions à notre survie, avec des textes indiens inédits et illustrés par de magnifiques photos de Jacques Menier. Un livre que tous les amis des Indiens se voudront de posséder. Robert PAC Dossier de textes préparé par Edith Patrouilleau. Reportage photo : 96 photos de Jacques Menier. Edité à compte d'auteur. Manifestation d'Indiens devant l'O,N.U. pleins feux • revues raison présente Un recueil de conférences-débats sur intelligence et hérédité (par F. Bresson, B. Matalon, B. Brun .. . ) suivies d'un très précieux guide conceptuel qui, par ses qualités pédagogiques, permet aux non. initiés de se faire une idée précise des doctrines et des enjeux scienti - fiques, épistémologiques et socio- politiques s'affrontant autour du problème de l'inné et de l'acquis ( race », «quotient intellectuel ", « héritabilité ", « hérédité et génétique ", « néo-'darwinisme », «' darwinisme social », etc ... ). Ces mises au point puisent largement dans les travaux d'Albert Jacquard, d'André Langaney, de François Jacob et offrent les instruments théoriques d'une ré ponse à la « nouvelle » droite sur l'un de ses terrains privilégiés. Le débat se poursuit dans le numéro suivant de «Raison présente » (54, deuxième trimestre 1980), consacré au problème de la violence dans " tous ses états », où l'on peut lire une étude précise et démystificatrice concernant le pleins feux • prétendu " chromosome du crime ", cher à toutes les variétés de la néo-droite dont le goût immodéré des couvertures pseudoscientifiques commence à être connu. P.-A . T. « Raison présente », 1"' trimestre 1980, nO 53 : «Intel/(gence et Hérédité ». histoire La revue " Histoire » propose, dans son numéro d'avril 1980, un article de l'h istorien canadien Michaël R. Marrus sur l'active complicité des autorités de Vichy dans la déportation des enfants juifs : entre 1942 et 1944, près de 2.000 enfants de moins de 6 ans et 6 .000 de moins de 13 ans ont été déportés de France à Auschwitz. A notre connaissance, aucun d'entre eux n'a survécu. Rappelons au passage l'article de Jean-Paul Brunet sur le «cas Doriot », exemple privilég ié de ces énigmatiques transfuges qu i scandent notre histoire politique contempora ine (nO 21 , mars 80). P.-A. T, « Histoire » , nO 22, avril 1980. notre sélection de livres recus - , • De l'antijudaïsme antique à l'antisémitisme contemporain (Presses Universitaires de Lille). Ce recueil de textes universitaires éclaire pleinement la filiation terriblement tenace entre un antijudaïsme religieux antique et un christianisme officiel qui l'institutionalisera et le fera basculer vers un racisme meurtrier qui culminera au XX· siècle. • Les régimes islamiques (PUF / Pouvoirs). Enfin une tentative intelligente et claire pour, au-delà des apparences et des préjugés, expliquer de l'intérieur les rapports entre Coran, pouvoir et Etat dans les pays musulmans. Tout cela en vue d'analyser, en toute liberté d'esprit, le statut des minorités musulmanes, les différences entre Sunnisme et Chiisme, le rapport de la société, du droit, de la culture de l'ls)am à la laïcité. Un dossier qui éclaire le débat. • Mémoire illettrée (Stock 2 Femmes). L'appétit de vivre exacerbé d'une petite juive de la Tunis coloniale est ici restitué dans un récit savoureux et pétillant où la 20 langue française est constamment violentée par des mots hébreux, arabes, italiens et espagnols, sinon créés de toute pièce par l'auteur. • Histoirede 7 crucifiés de l'espoir (La Table Rase, B.P. 23, 77 Cesson-la-Forêt) est le dernier message d'espoir et de révolte parvenu de la part d'Abdelatif Laabi, le poète emprisonné depuis 8 ans par Hassan Il, et qui montre que sa voix n'est. pas encore étouffée : mais il faut se mobiliser pour sa liberté! • Guide du citoyen face à la po' Iice (Le Seuil). Ce dernier ouvrage de Denis Langlois est « le »Iivre de combat positif et utile par excellence! En effet, il ne représente pas seulement un moyen sûr pour les citoyens de se défendre contre les éventuels abus de la police en France, mais c'est aussi un traité de lucidité civique pour connaître des libertés qui sont la moindre des choses dans une démocratie, • Juifs et Israélites par Dominique Schnapper (Idées/ Gallimard). De 1789 à 1940, l'histoire des juifs de France a été avant t.,ut celle de leur assimilation progressive. Le nazisme, Vichy, la venue de nombreux juifs d'Afrique du Nord, le destin d'Israël ont fait naître une nouvelle sensibilité de la " ju, daïté ». Un essai de définition du judaïsme français, • La conquête du fleuve par Clément Lépidis (Le Seuil), Un roman sur l'absurdité et la cruauté de la guerre dans le désespoir de laquelle l'amour des autres est le seul salut. • L'Holocauste oublié, le massacre des Tsiganes par Christian Bernadac (France Empire), Le titre est explicite : 250.000 Tsiganes au moins ont été exterminés par les nazis, mais ce peuple de l'oralité avait peu de textes écrits; qui rendra justice à leurs justes revendications? • L'Islam en Union Soviétique par A. Bennigsen/ C.L. Quelquejay (Payot). Un Soviétique sur sept est musulman, la plupart habitant des contrées de l'ancien Dar el Islam. Trait d:union avec le Tiers Monde, les musulmans soviétiques sont aussi les plus concernés de l'Union par les grands mouvements qui s'y déroulent, • Adam ressuscité par Yoram Kaniuk (Stock). Le plus célèbre clown d'Allemagne, Adam Stein, " récupéré " par les nazis pour endormir la vigilance de son peuple dans les couloirs des chambres à gaz est soigné en Israël. Pourra -t- il retrouver un sens au monde et à la vie? • Passions par LB. Singer (Stock). De longues nouvelles pleines de charme d'un grand conteur yiddish qui puise dans le passé juif polonais et aussi dans la tradition du fantastique . Yves THORAVAL • Nations indiennes, nations souveraines : par Jean-François Graugnard, Edith Patrouilleau et Sébastien Eimeo a Raa. Collection « Voix » . Maspero Editeur. • Voix indiennes: par JeanFrançois Graugnard, B. Chapuis, Moebius, Varela. Editeur: " Les formes du Secret », Paris. R. P. • pleins feux • pleins feux. théâtre l'astrolabe de la mer Et si Saint Georges, au bout de sa quête, ne trouva it pas le dragon? Le mythe connu se dérègle et ouvre la voie à de multiples interrogations. Ainsi, l'un des contes de l'ouvrage de Chems Nadir consacré au pouvoir illustre-t-il cette évidence désenchantée : le Pouvoir est le fruit de l'imagination de sujets non-citoyens et l'instrument de leur asservissement. Ce faisant. l'auteur procède par une inversion des signes où le mythe n'a plus pour rôle de conforter la cohérence sociale mais d'interroger le présent. De la même manière, la Nou velle histoire de r oiseau conteur narre-t-elle le déchirement de l'homme arabe dont la culture a subi un affaissement intérieur et dont la quête d'identité ne peut trouver un aboutissement ni dans les pays de béton où l'homme est considéré non dans son être mais par rapport à son avoir », ni da ns les contrées où le garrot des bureaucrates a étranglé le chant messianique des fondateurs, ni encore dans ces terres où « la volonté, la puissance sont destinées à colmater les béances de r être ». Les Terres du Sud et le retour vers soi-même sauront-elles com- Conçue plus pour une scène improvisée que pour une salle de théâtre, " En attendant Lefti» nous ramène à la période de la grande dépression américaine des années trente. Dès le lever de rideau , la salle se transforme en un vaste meeting de chauffeurs de taxi . Pour ou contre la grève, tel est le sujet de la réunion. Mais, bien vite, grâce à des flash -back, Odets nous entraîne dans la société américaine de l'époque. C'est la crise mais c'est aussi la préparation de la guerre, puis le maccarthisme. La terreur s'associe à la misère. L'a ntisémitisme se manifeste violemment, Remarquable travail de mise en scène que celui de Marcel Bluwal, qui a su redonner à cette oeuvre bler cette quête, se demande l'auteur, à travers les multiples étagements de signification du conte. Car il s'agit bien ici d'une tentative de mise au point d'une écriture qui se veut à la fois continuatrice d'un leg en même temps qu'ouverture et débat sur les problèmes modernes. La naissance de la littérature arabe, en 1848, ne s'était traduite que par des tentatives de retour aux archétypes classiques ou par des tentatives de modernités acculturées

«l'Astrolabe de la mer»

se présente résolument comme une stratégie de l'ailleursdansune perspective autocentrée, .vis-à-vis d'un peuple qui a d'abord besoin de régler ses problèmes avec soimême et non pas d'être situé dans une vitrine de musée ou d'exister comme simple pion dans une lutte. L'auteur entreprend là avec bonheur de répondre à « la tentation . d'une civilisation de l'universel" qui ne saurait conduire à un cosmopolitisme édulcoré. Et c'est essentiellement en poète qu'il défend la liberté et qu'il propose l'éternelle sagesse des hommes contre le pouvoir. Mireille CARRERE L'Astrolabe de la mer. Chems Nadir. Editions Stock, Paris. en attendant lefti que l'on pourrait croire dépassée, une nouvelle jeunesse sur un sujet qui, malheureusement, reste toujours d'actualité. La relation entre les difficultés économiques et la ptésence de minorités n'est pas une nouveauté et. si l'histoire'ne se répète pas, force nous est de reconnaître certaines similitudes entre des situations qui présentent d'étranges points communs, Soulignons la qualité des acteurs qui ont su faire revivre, et avec quel talent, une des nombreuses oeuvres américaine bannie parce que critique. M .M . « En attendant Letti » de Clifford Odets, mise en scène Marcel Bluwal, au T.E.P., jusqu' au 30 mai. droit et liberté. na 391 • mai 1980 pleins feux • pleins feux • exposition Une intéressante exposition montre, à la maison de la culture de la Seine-Saint-Denis, à Bobigny (1), les oeuvres du peintre sénégalais Iba Ndiaye (peinture, lavis, dessins). Sous le titre «le Cri d'un continent », cette exposition exprime, dans une technique résolument moderne, la vision du monde d'un peintre africain de notre époque qui sait. par son art, faire partager, au-delà des continents, ce que sa sensibilité particulière apporte à l'expression humaine en général. Cette exposition est accompagnée d'une animation consacrée à la lutte contre le racisme et l'apartheid avec des projections de films, une exposition du photographe Eckhard Supp sur le racisme en Afrique du Sud, ainsi que des débats dont un sur l'apartheid, le 20 mai à 20h30, animé par Jeatl-Louis Sagot- Duvauroux, membre du secrétariat national du mrap, après la • projection du film " La dernière tombe à Dimbaza ». (1) Boulevard Lénine, 93002 Bobig ny, Tél. : 831 .11 .45. mus.lque bird lives Il Y a 25 ans, le 12 mars 1955, Charlie Parker, celui qu'on appelait le« bird » (l'oiseau), mourait dans le dénuement physique et matériel à , New-York, dansun dernier éclat de rire qui stoppa les battements de son coeur, semblable à Beethoven sur son lit de mort, brandissant le poing à ce monde qui ne le comprenait pas. Car Charlie Parker, qui fut, avec Louis Armstrong, l'un des deux plus grands musiciens de l'histoire du Jazz, celui qui lui donna un nouvel essor, celui qui le sortit de la sclérose, celui pour lequel on peut employer le terme de « génie » sans risque de le galvauder, Charlie Parker est mort à 34 ans, victime de la misère, des préventions raciales et des frustrations musicales. C'est la misère qui le fait errer toute son enfance dans les rues de Kansas City, sa ville natale et qui lui fait rencontrer la drogue dès l'âge de 15 ans, cette drogue contre laquelle il ne cessera de lutter en vain pendant toute son existence, dénonçant ses méfaits qui firent de sa courte vie un long martyre, et déniant la légende de son effet bénéfique sur l'inspiration et le talent du musicien. Parker jouait pour oublier la drogue. Et puis, il souffrit de l'incompréhension, de ne pas voir son art reconnu comme il le méritait, parce qu'i l était Noir, parce que sa musique était trop en avance, parce que les Blancs ne poullaient admettre qu'elle se situe au même sommet que la leur. Et lorsque, en 1954, Pree, sa petite fille de deux ans, mourut soudainement, on comprit que «bird » voulait mourir. L'oiseau est tombé, foudroyé, des sommets qu' il avait atteints. Il est tombé sur cette terre où, comme 1'« Albatros» de Baudelaire, " ses ailes de géant l'empêchaient de marcher », Il ne nous donnera plus ses soli fulgurants à la limite de la folie musicale, mais néanmoins toujours pleins de sensibilité et d'émotion, avec une sonorité à tel point admirable que nul n'en a depuis trouvé le secret, et bâtis sur une trame harmonique merveilleusement riche et audacieuse. Charlie Parker a fait tout autant pour le Jazz que Louis Armstrong dans les années 20. Tous les musiciens qui lui ont succédé lui sont redevables de leur art et les recherches contemporaines, aussi diverses qu'elles paraissent, demeurent toutes tributaires des découvertes musicales du «bird ». Charlie Parker est toujours vivant pour nous, et il n'en est pour preuve que ce merveilleux graffiti qu'on voit apparaître de temps à autre sur les murs de Harlem : « BIRD LlVES! -. Robert PAC « Bird, la vie de Charlie Parker - (traduction de Mimi Perrin). Editions Filipacchi. Collection «Jazz Magazine -. 21 - SAMAG Té 1. ( 56) 91.17. 18 -3 Lig~es groupees TELEX SAMAG 550568 SOCIETE ANONYME DE MAGASINAGE D'ADMINISTR8TION ET DE GROS S A OUCOpllClI de l tjOOOOOf 165-167 Cours de l'Yser 33000 Bordeaux 22 COMETA-EST Tour LlTWIN 10, rue Jean Jaurès 92807 PUTEAUX CEDEX Tél. : 775.68.00 Case réservée Ets. R. Ets PAULA BRIHO Prêt-à-Porter féminin 237 rue St Denis 75002 Paris - TM. : 508.03.34 arbois le leader de la publicité par l'objet pour nous Questionner appelez-nous : 731.47.00 pour venir nous voir : 11 bis, impasse Abel-Varet, 92110 Clichy à 300 mètres de la sortie du périphérique porte de Clichy. document la parole à jean-paul sartre (1905-1980) Jean-Paul Sartre, le 9 novembre 1966, a participé à une conférence de presse contre l'apartheid organisée par le mrap et différentes associations de solidarité. Plutôt que de nous associer au choeur hypocrite des pleureuses professionnelles, à plus forte raison aux gifleurs de cadavres, persuadés par ailleurs que le mrap, dont Sartre était membre d'honneur, ne pouvait garder le silence, fût-il ému, sur l'oeuvre et I~ combat d'un homme exemplaire, par-delà ses erreurs et ses errances - qu'il ne s'est jamais cachées - nous avons fait le choix de la simplicité, et décidé de lui donner la parole, cette parole qu'il n'avait jamais cessé, dans la générosité et le courage, de mettre au service des causes qu'il pensait justes. Dans sa lutte contre le colonialisme, contre le racisme, contre l'impérialisme, il n'a pas hésité à se compromettre par la radicalité de ses engagements, dénonçant toutes les perver~ions des combats auxquels il prêtait son concours. Il n'aura éprouvé qu'une haine: celle des «ayants-droit », des «bourgeois » des «salauds ". Ce juste a su, jusqu'aux instants ultimes, garder cette précieuse liberté de la pensée par laquelle il a pu ne jamais s'installer à demeu~e 6ians un dogmatisme quelconque. Ses analyses historiques et politiques, il les tenait pour provisoires, et sujettes à ce tribunal irrécusable qu'est le cours des choses. Simples moyens en vue de réaliser la libération de l'homme, fin dernière à laquelle Sartre aura été d'une absolue fidélité. Sa vie intellectuelle ressemble à un parcours des valeurs essentielles de la démocratie, chacune faisant l'objet d'une exploration systématique et passionnée: la liberté, par laquelle la philosophie de« L'Etre et le Néant» (1943) définissait la réalité humaine; l'égalité et la justice, dont ses rencontres critiques avec le marxisme (1945-1965) tentaient de penser les conditions de réalisation; la fraternité, enfin, qui faisait l'objet de ses dernières méditations, esquissant une mise en question du rôle de la violence dans la lutte des hommes pour leur libération. Liberté, courage et générosité, telles sont pour nous les vertus majeures de cet homme qui se disait« fait de tous les hommes ». si le juif n'existait pas, l'antisémite l'inventerait droit et liberté. nO 391 • mai 1980 Je me refuse à nommer opinion une doctrine (l 'antisémitisme) qui vise expressément des personnes particulières et qui tend à supprimer leurs droits ou à les exterminer. Le juif, que l'antisémite veut atteindre, ce n'est pas un être schématique et défini seulement par sa fonction comme dans le droit administratif ; par sa situation ou par ses actes, comme dans le Code. C'est un juif, filsde juifs, reconnaissable à son physique, à la couleur de ses cheveux, à son vêtement peutêtre, et, dit-on, à son caractère. L'antisémitisme ne rentre pas dans la catégorie de pensées que protège le Droit de libre opinion. D'ailleurs, c'est bien autre chose qu'une pensée. C'est d'abord une passion. Sans doute peut- il se présenter sous forme de proposition théorique. L'antisé- __ _ 23 document mite « modéré " est un homme courtois qui vous dira doucement : « Moi, je ne déteste pas les juifs. J 'estime simplement préférable, pour telle ou telle raison, qu'ils prennent une part réduite à l'acti vité de la nation ". Mais, l'instant d'après, si vous avez gagné sa confiance, il ajoutera avec.'plus d'abandon : « Voyez-vous, il doit y avoir « quelque chose » chez les juifs : ils me gênent physiquement ». L'argu~ent, ,9ue j'ai entendu cent fois, vaut la peme d .etre examiné. D'abord, il ressortit à la logique passionnelle. Car, enfin, imaginerait-on quelqu'un qui dirait sérieusement: « Il doit y avoir quelque chose dans la tomate, puisque j'ai horreur d'en manger " . Loin que l'expérience engendre la notion de juif, c'est celle-ci qui éclaire l'expérience au contraire; si le juif n'existait pas, l'antisémite l'inventerait. « Réflexions sur la Question Juive », 1946, pp. 10, 11, 15. un nègre a toujours fait quelque chose LIZZIE Puisqu' il a tué, il est coupable. FRED Coupable de quoi? LIZZIE D'avoir tué! FRED Mais c'est un nègre qu ' il a tué. LIZZIE Eh bien? FRED Si on était coupable chaque fois qu 'on tue un nègre ". LIZZIE Il n'avait pas le droit. FRED Quel droit? LIZZIE Il n'avait pas le droit. FRED Il vient du Nord, ton droit. (Un temps). Coupable ou non, tu ne peux pas faire punir un type de ta race. LIZZIE Je ne veux faire punir personne. On me demandera ce que j'ai vu et je le dirai. Un temps. Fred marche sur e/le. FRED Qu'est-ce qu'il ya entre toi et ce nègre? Pourquoi le protèges-tu? LIZZIE Je ne le connais même pas. 24 FRED Alors? LIZZIE Je veux dire la vérité. FRED La vérité! Une putain à dix dollars qui veut dire la vérité III n'y a pas de vérité : il ya des blancs et des noirs, c'est tout. Dixsept mille blancs, vingt mille noirs. Nous ne sommes pas à New-York, ici: nous n'avons pas le droit de rigoler. (Un temps). Thomas est mon cousin. LIZZIE Quoi? FRED Thomas, le type qui a tué : c'est mon cousin. LIZZIE Ah! FRED C'est un homme de bien. Ça ne te dit pas grand-chose; mais c'est un homme de bien. LIZZIE Un homme de bien qui se poussait tout le temps contre moi et qui essayait de relever mes jupes. Passe-moi l'homme de bien! Ça ne m'étonne pas que vous soyez de la même famille. FRED, levant la main Saloperie. (II se contient). Tu es le Diable : ave'c le Diable, on ne peut faire que le mal. Il a relevé tes jupes, il a tiré sur un sale nègre, la belle affaire; ce sont des gestes qu'on a sans y penser, ça ne compte pas. Thomas est un chef, voilà ce qui compte. LIZZIE Ça se peut. Mais le nègre n'a rien fait. FRED Un nègre a toujours fait quelque chose. « La P." respectueuse », 1947, Tableau l, scène II. la morale au service de l'assassin LE SENATEUR Comment vous expliquer? Tenez : imaginons que la Nation américaine vous apparaisse tout à coup. Qu'est-ce qu'elle vous dirait? LIZZIE, effrayée Je suppose qu'elle n'aurait pas grandchose à me dire. LE SENATEUR Vous êtes communiste? LIZZIE Quelle horreur : non 1 LE SENATEUR Alors, elle a beaucoup à vous dire. Elle vous dirait : « Lizzie, tu en es arrivée à ceci qu' il te faut choisir entre deux de mes fils. Il faut que l'un ou l'autre disparaisse. Que fait-on dans des cas pareils? On garde le meilleur. Eh bien, cherchons quel est le meilleur. Veux-tu? » LIZZIE Je vellx bien. Oh 1 pardon. Je croyais que c'était vous qui parliez. LE SENATEUR Je parle en son nom. (II reprend). « Lizzie, ce nègre que tu protèges, à quoi s~rt-il? Il est né au hasard, Dieu sait où. Je l'ai nourri et lui, que fait-il pour moi en retour? Rien du tout. il traîne, il chaparde, il chante, il s'achète des complets rose et vert. C'est mon fils et je l'aime à l'égal de mes autres fils. Mais je te I~ demande : est-ce qu'il mène une vie d'homme? Je ne m'apercevrai' même pas de sa mort.» LIZZIE Ce que vous parlez bien. LE SENATEUR, enchaÎnant « L'autre, au contraire, ce Thomas, il a tué un noir, c'est très mal. Maisj'ai besoin de lui. C'est un Américain cent pour cent, le descendant d'une de nos plus vieilles familles, il a fait ses études à Harvard, il est officier - il me faut des officiers - il emploie deux mille ouvriers dans son usine - deux mille chômeurs s'il venait à mourir - c'est un chef, un solide rempart contre le communisme, le syndicalisme et les Juifs. Il a le devoir de vivre et toi tu as le devoir de lui conserver la vie. C'est tout. A présent, choisis. » LIZZIE Ce que vous parlez bien. « La P .. , respectueuse », Tableau l, scène IV, la « liberté» d 'être raciste Dès 1760, des colons américains défendaient l'esclavage au nom de la liberté: si le colon, citoyen et pionnier, veut acheter un nègre, n'est-il pas libre? Et, l'ayant acheté, n'est-il pas libre de s'en servir? L'argument est resté. En 1947, le propriétaire d'une piscine refuse d'y admettre un capitaine juif, héros de la guerre. Le capitaine écrit aux jo~rnaux pour se plaindre. Les journaux pub hE,l nt sa protestation et concluent : «Admirable pays que l'Amérique. Le propriétaire ~e la piscine était libre d'en refuser l'acces à un Juif. Mais le Juif. citoyen des EtatsUnis, était libre de protester dans !a presse. Et la presse, libre comme on salt, document mentionne sans prendre parti le pour et le contre. Finalement, tout le monde est li bre. » Le seul ennui c'est que le mot de liberté qui recouvre ces acceptions si différentes - et cent autres - soit employé sans qu 'on croie devoir prévenir du sens qu'on lui donne en chaque cas. « Qu'est-ce que la littérature? », 1947, IV, note 24. être antiraciste, c'est militer contre le racisme Il ne suffit pas (pour ne citer qu'un exemple) de combattre le racisme (comme idéologie de ['impérialisme) par des arguments universels, tirés de nos connaissances anthropologiques: ces arguments peuvent convaincre au niveau de l'universalité; mais le racisme est une attitude concrète de tous les jours ; en conséquence de quoi, on peut tenir sincèrement le discours universel de l'antiracisme et, dans les lointaines profondeurs qui sont liées à l'enfance, demeurer raciste et, du coup, se comporter sans le voir en raciste dans la vie quotidienne. Ainsi l' intellectuel n'aura rien fait, même s' il démontre l'aspect aberrant du ra cisme, s'il ne revient pas sans cesse sur lui-même pour dissoudre un racisme d'origine enfantine par une enquête rigou reuse sur « ce monstre incomparable », soi '" L'idéologie combattue est à chaque instant actualisée par l'événement. Entendons qu'elle vient à nous moins comme un ensemble de propositions clai rement définies que comme une manière d'exprimer et de masquer l'événement particulier. Le racisme, par exemple, se manifeste quelquefois - mais rarement - par des livres (nous avons eu La France juive, de Drumont) mais beaucoup plus souvent par des événements dont il est un motif caché, par exemple : dans l'affaire Dreyfus, et par les justifications que les mass media donnent en passant, par le détour d'un raisonnement, des violences ra cistes - qu'elles se présentent sous un aspect légal (Dreyfus) ou sous forme de lynchage ou sous des formes intermédiaires - en tant qu'elles constituent un des aspects majeurs de l'événement. L'intellectuel peut, pour se débarrasser du racisme qui lui est propre et contre lequel il lutte sans cesse, exprimer cette lutte et ses idées dans un livre. Mais le plus important est de dénoncer sans cesse par des actes les sophismes qui veulent justifier la condamnation d'un droit et liberté. na 391 • mai 1980 Juif parce qu'il est juif, ou tel pogrom, tel massacre ; bref de travailler au niveau de l'événement à produire des événements concrets qui combattent le pogrom ou le jugement raciste du Tribunal en montrant la violence des privilégiés dans sa nudité. « Plaidoyer pour les intellectuels », 1965, Deuxième conférence: « Fonction de l'Intellectuel » repris in « Situations » VIII, pp. 403,404,407. l'immigration, une re-création à dom icile des rapports coloniaux En France, le racisme, presque inexistant au XVIIIe siècle, s'est développé en même temps que la colonisation bourgeoise. Une colonie devait vendre très bon marché les produits de son sol et de son sous-sol à la métropole et lui acheter cher les produits manufacturés : cela ne pouvait marcher que si l'on surexploitait les colonisés et si on les payait d'un salaire qui tendît de plus en plus vers zéro. Pour justifier cette pratique, l'idéologie raciste s'installe : les colonisés étaient des sous-hommes, il convenait de les traiter comme tels. Depuis 1945, les guerres perdues d'Indochine et d'Algérie auraient dû nous ouvrir les yeux : les colonisés, pauvres et sans armes, qui nous ont, par deux fois, battus, n'étaient pas plus que nous des sous-hommes. Malheureusement. il s'est établi, depuis, une autre colonisation, que nous faisons sur notre propre sol: nous attirons chez nous des ouvriers de pays européens pauvres, comme l'Espagne ou le Portugal, et de nos anciennes colonies pour les affecter à des travaux pénibles dont les ouvriers français ne veulent plus. Sous-payés, menacés d'expulsion s' ils protestent, parqués dans des logements immondes, il fallait justifier leur surexploitation, qui devient un rouage essentiel de l'économie capitaliste française : ainsi naquit un nouveau racisme qui vou lait faire vivre les immigrés dans la terreur et leur ôter, par là, l'envie de protester contre les conditions de vie qui leur étaient faites. « Le Nouvel Observateur », 18-22, déc. 1972. Une brochure comportant une anthologie des textes antiracistes de Sartre et une étude de la pensée de l'écrivain en la matière est en préparation aux éditions droit et liberté. l'apartheid, une mutilation pour ceux qui l'imposent Cette idéologie (l'apartheid) n'est pas autre chose que le produit même de l'économie et de la pratique. Mais elle se contredit elle-même, car elle oblige le Blanc à se traiter lui-même en soushomme. D'abord, en développant sur tous les plans son racisme. Il n'y a pas de pays où l'antisémitisme soit plus affiché et plus rigoureux qu'en Afrique du Sud. On n'aime pas beaucoup les Anglais là-bas, et on les appelle des « Ju'déo-Anglais ». Cela nous rappelle une chose que nous avons entendue autrefois. De plus, la terreur, s'exerce contre les libéraux blancs eux-mêmes : il y a une loi « contre le communisme » qui permet d'arrêter n'importe qui : les 180 jours qui s'appliquent même aux Blancs, dans le cas où ils sont suspects de s'intéresser à la cause des Noirs, fait que la terreur vit et se nourrit dans les milieux blancs eux-mêmes. Les Blancs passent leur temps dans la peur coléreuse des Noirs et ils passent leur temps à avoir peur d'eux-mêmes- peur qu'on les dénonce. Cette terreur n'est pas propice à un véritable développement des « qualités supérieures » de la race blanche. En outre, la même terreur s'exerce sur le domaine intellectuel. La majorité des instruments de culture étrangers sont prohibés. Il y a nombre de livres, naturellement ceux de Karl Marx d'abord, qui sont interdits. Il n'y a pas de télévision. La littérature de làbas est nulle. On mène une vie luxueuse et morne et l'on s'étouffe peu à peu. Le résultat, c'est que les enquêtes sociologiques ont pu montrer que le niveau des lycées de Blancs était anormalement bas. De même, la loi qui réserve l'emploi « qualifié » aux Blancs, étant donné que les Blancs ne sont pas assez nombreux, a pour résultat une pénurie de main-d'oeuvre qualifiée, et l'on est obligé de concevoir l'entrée en Afrique du Sud d'immigrants de différents autres pays blancs. Bref, on peut soutenir là -bas que le principe même du racisme amène les Blancs à se rendre, par racisme, très inférieurs à ceux qu ' ils oppri ment. Pour eux, comme pour les Noirs, c'est l'enfer, à cette différence près que J'enfer, c'est eux qu il ' ont voulu. droit et liberté n0257 - décembre 1966. Textes choisis et présentés par Pierre-André TAGUIEFF 25 .. CHAUSSURES - HOMMES A~\ Zc~)! A\ ~, ~ _ ~ ~7~,~ FEMMES ENFANTS 26 79 ct 81 , Avenue du Général-Leclerc PA RIS Xl V' LE PLUS IMPORTANT MAGAS1N DE PARIS Sp éci .:tli" t ~ ,lo! ~ ù / ,' et Jo! ':fill e d~ S,;,.i.! -, J ~ ~--; r lAn J ~ " .... n!,l r.1ue" Tél . 322-95-96 Atelier de : - réparation - fabrication - transformation Bijouterie Orfèvrerie Horlogerie 34, rue du Pas-Saint-Georges 33000 BORDEAUX ~ (56) 48,67,05 Gros - Demi-gros ... ts I~ lE IHI 18 Y 1 2, rue Saint - James, 1 2 BORDEAUX - Tél. 48,57,50 IMPERS REVERSIBLES MANTEAUX D'ETE Spécialiste depuis 1919 24, rue Judaïque, Bx Tél. : 52.86.19 MANUFACTURE: DE BONNETERIE ROGER WORMSER s. A . R. L au Capita l de 28 .OCO F 4, RUE MARTEL PARIS eXe) Téléphone: 770 01-89 METALARC 18, rue de l'Avenir B.P.17 93801 EPINAY SUR SEINE CEDEX Tél. : 821.63.44 FABRICANT VÊTEMENTS CUIRS, PEAUX ET FOURRURES- ~ 206,89,17 206.19 ,37 44, rue des vinaigriers 75010 paris MANTEAUX -TAILLEURS - ROBES Tél. 770 22 19 PRÊT A PORTER FÉMININ 5~ JUvN.. 14 rue d'Hauteville 75010 PARIS • action. fra~çois gremy, présidentdélégué du mrap . François Grémy Le Bureau National du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (mrap) s'est réuni à Paris le 19 avril 1980. Au cours de cette première réunion après le congrès des 22 et 23 mars, le Bureau National a poursuivi la mise en place des organismes statutaires de direction du Mouvement. Le Bureau National a renouvelé l'hommage rendu par le congrès à Pierre Paraf élu, après dix-huit ans de présence active, président d'honneur du mrap. Le Bureau National a réélu Albert Lévy, secrétaire général, ainsi que les vice-présidents, le Professeur François Grémy, Charles Palant, Maître George Pau-Langevin et l'Abbé Jean Pihan. Le Bureau National a confirmé les fonctions de Claudine Mardon, trésorière du mrap, etde JeanLouis Sagot- Duvauroux, rédacteur en chef de la revue droit et liberté. Les militants ainsi désignés constituent la Commission Permanente. Sur proposition de c.elle-ci, le Bureau National a désigné à l'unanimité le Professeur François Grémy(l )comme Président -Délégué du mrap, (1) Militant depuis de nombreuses années au sein du mrap, le Professeur François Grémy est une éminente personnalité scientifique et médicale, Il esttitulaire de la chaire de Biomathématiques. Informatique et Statistiques Médicales à la Faculté Pitié-Salpétrière, chef de service s'Informatique médicale des Hôpitaux de Paris et Directeur de Groupe à l'INSERM, Sa désignation comme président-délégué du mrap entouré des autres dirigeants du Mouvement, d'origines et de sensibilités philosophiques différentes, témoigne du pluralisme et de la volonté unitaire du mrap dans la poursuite de son action contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples, bou rgog ne-franche comté: conférence d'albert jacquard « y a-t-il des enfants doués dès leur naissance? ". Une conférence-débat sur ce thème était organisée le 27 mars par le comité de Dijon, en association avec la section de psychologie de l'Université et les foyers socio-éduca tifs des Ecoles normales, avec le professeur Albert Jacquard, qu'entouraient le Dr G. Veynante, psychiatre et M.A. Houchot, chercheur en sociologie de l'éducation. A Beaune, un débat passionné est engagé autour du projet de «voyage d'étude " en Afrique du Sud d'une classe du lycée viticole, De nombreux élèves et enseignants, les syndicats (S.N.E.T.A.P.-F,E.N., C.G.T., C.F.D.T.) estiment ce voyage « inopportun ". Le mrap, alerté, a pris l'iniative d'une assemblée publique avec ces syndicats et d'autres associations (14 février) pour diffuser une large information sur le régime d'apartheid. L'action judiciaire de Me Maetz, avocat et droit et liberté. nO 391 • mai 1980 n l' utre vice-président du comité de Belfort-Montbéliard, vient d'aboutir à la condamnation d'actes racistes dans deux affaires. centre: contre les expulsions Endeuillé par le brutal décès de Madeleine Fournier, sa présidente, le comité de Montargis, qui avait accueilli l'assemblée régionale du 29 février, poursuit activement la défense des travailleurs immigrés, en particulier ceux de Turquie, dont le mouvement revendicatif se développe. Il mène aussi campagne pour James Mangé, Le comité d'Orléans demande dans un communiqué la régularisation des Turcs « sans papiers " et s'est mobilisé pour empêcher l'expulsion d'un Marocain de 20 ans, dont toute la famille vit à Saint-Jean-de-Ruelle, et qui a été condamné pour un délit mineur. Un autre Marocain de 22 ans, menacé d'expulsion à Mainvilliers, près de Chartres, est soutenu par de nombreuses associations, dont le comité local du mrap nouvellement consti tué. Un meeting a eu lieu en janvier, avec la le nouveau secrétariat Le Bureau National du 19 avril a également élu le Secrétariat, composé comme suit: Albert LEVY, secrétaire général ; Claudine MARDON, trésorière ; Jean-Louis SAGOTDUVAUROUX, rédacteur en chef de droit et liberté ; Alexandre CHIL-KOZLOWSKI; Pour les relations avec les commissions : Pierre KRAUSZ, René MAZE NOD ; pour les rela tions avec les comités locaux : Nicole BUTELET, Brigitte DECHOSAL, Didier FANTIN , Jean -Pierre GARCIA, Patrice ORCEL. participation de Laure Dachevski -Perrin, membre du Bureau National. est: haine antisémite et discriminations A la mi-avril, le barbouillage d'une inscription antisémite sur la plaque professionnelle de notre ami Léon Herzberg, président du comité de Nancy a soulevé une vive émotion, reflétée par la presse locale. Ce fait témoigne de la recrudescence de l'antisémitisme au moment où l'organe de la Chambre de Commerce de Nancy, publie, sous la signature de son président, un appel fort malsonnant à la défense de la «civilisation chrétienne " et de la «race blanche ". languedocpyrénées: multiples activités concrètes A Carcassonne, où s'est tenue l'assemblée régionale du 17février, le comité ·Iocal a rappelé à cette occasion ses activités concrètes de la dernière période : rencontre avec les élus et les sportifs pour populariser l'opposition à la venue des «Springboks ", campagne massive de· signatures contre les lois Bonnet-Stoléru, action réussie pour empêcher l'expulsion d'un jeune imm igré, soutien aux salariés d'un grand magasin qui refusaient les mesures discrimi natoires prônées par la direction contre les clients arabes et gitans, mobil isation pour la défense de James Mangé. Le comité de Castres qui vient de faire condamner en justice un journal local pour un article raciste, a réalité une semaine d'animation et de débats autour du film marocain «Alyam, Alyam " présenté dans quatre MJC, une salle paroissiale et un lycée. Le comité d'Albi a contribué à la solution des problèmes posés par la construction de logements pour des Gitans, qui soulevait l'hostilité des habitants du quartier. A Rodez, l'avocat toulousain du mrap, Me Daribère, a participé au procès intenté contre le patron d'un café qui refusait de servir les Maghrébins. Celui-ci a été lourdement condamné. Au cours des 8 heures d'audience, en présence de plus de 200 personnes, 32 témoins à charge ont été entendus par le tribu nal. 27 ••• .. POINT 86 SPORTSWEAR DIFFUSION FELAMY Société à Responsabilité Limitée au Capital de 150.000 f 86, RUE DE TURENNE 75003 PARIS - Tél. : 278.47.71 MULTISHOP Prêt-à-Porter 32-34 rue Ste-Catherine 33000 BORDEAUX - Tél. : 52.73.80 VÊTEMENTS EN Cheneaux double face Chevreaux fourrures Peaux lai nies Fourrures Indiana PaliffClf 28

40. rue de l'Échiquier 75010 PARIS Tél. : 770-27-77 maison recommandée Ets Henri NITLICH 125, Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris Il 1 JE~vrIJ\N ameublement 57, bd MAGENTA 100 PARKING GRATUIT LE PLUS GRAND MAGASIN DEMEUBLE DE PARIS Autres magasins parisiens: «BELLE EPINE» ROSNY 2 PARLY 2 «CRETEIL SOLEIL» ARGENTEUIL EVRY 2 et GALAXIE ITALIE PRET A PORTER HOMME - DAME - ENFANT - BONNETERIE CANAVERAL vous habille de la tête aux pieds 105 à 117 cours V.-Hugo - 33000 Bordeaux creations GERARD GHIS 259, rue Saint-Martin, 7500~ PARIS. Téléphone 271.92,11. auvergnebourbonnais: avec les travailleurs turcs, contre l'apartheid 6 mars : dix travailleurs turcs entreprennent une grève de la faim au Centre diocésain de Clermont-Ferrand pour la régularisation de leurs papiers. Le comité du mrap du Puy-deDôme se mobilise avec ardeur pour leur apporter son soutien : contrôle médical, démarches, manifestations, communiqués de presse, face à l'attitude agressive des pouvoirs publics. Grâce au retentissement de cette campagne, l'ensemble des « sans papiers »de la région ont déposé en avril des dossiers à la préfecture. La lutte continue pour obtenir satisfaction. A Vichy, où s'était tenue, avant le congrès national, l'assemblée des comités d'Auvergne et du Limousin (27 janvier), le comité local a pris l'iniative d'une semaine d'information sur l'Afrique australe et de solidarité avec James Mangé (31 mars - 4 avril): affichage massif, débats dans les établissements scolaires, série de réunions publiques à Saint-Pourçain, Moulins, Bellerive, Saint-Germain-des-Fossés, et Vichy. Participation (avec conférences de presse et émissions)d'Alexandre Moumbaris, Albert Lévy et Paul Dakeyo. rhône-alpes: procès et débats A Lyon, où s'est tenue l'assemblée régionale (8 mars). le comité du Rhône avait organisé le 18 janvier, une «table ronde » sur le néo-nazisme et le racisme de crise, à laquelle PRESIDENTD'HONNEUR : Pierre PARAF PRESIDENT DELEGUE : François GREMY VICE-PRESIDENTS : Charles PALANT, AbbéJean PI HAN, Me George PAU-LANGEVIN, Docteur François GREMY. SECRETAIRE GENERAL: Albert LEVY COMITE D'HONNEUR: Henri ALLEG, Georges AURIC, Robert BALLANGER, Maurice BEJART, Jacques BERQUE, Général de BOLLARDIERE, Bâtonnier Albert BRUNOIS, Aimé CESAIRE, Charles de CHAM BRUN, André CHAMSON, Marie José CHOMBART de LAUWE, Louis DAQUIN, Alain DECAUX, Henri DESOILLE, Maurice DRUON, Pasteur André DUMAS, Henri FAURE, Jean FERRAT, Max-Pol FOUCHET, Pierre GAMARRA, Colette GUILLAUMIN, Monseigneur Guy HERBULOT, Jean HIERNAUX, Georges HOURDIN, Albert JACQUARD, Professeur François JACOB, Pierre JOXE, Jean-Pierre KAHANE, Alfred KASTLER, Jean LACOUTUFlE, Bâtonnier Bernard LASSERRE, Michel LEIRIS, Gérard LYON-CAEN, Jacques MADAULE, Françoise MALLET-JORIS, Albert MEMMI, Robert MERLE, Théodore MONOD,Henri NOGUERES,.Jean PICART LE DOUX, Gilles PERRAULT, Marcel PRENANT, Wladimir RABI, Alain RESNAIS, Emmanuel ROBLES, Armand SALACROU, Jean-Paul SARTRE, Laurent SCHWARTZ, Georges SEGUY, Vieira da SILVA, Jean SURET-CANALE, Haroun TAZIEFF, Alain TERRENOIRE, Jacqueline THOME-PATENOTRE, VERCORS, Jacqueline VICTOR-BRAUNER, Docteur Pierre WERTHEIMER, lannis XENAKIS, Bernard ZEHRFUSS. droit et liberté. na 391 • mai 1980 ont participé les représentants d'une douzaine ' d'associations. Le comité a, d'autre part, gagné deux procès, faisant condamner l'auteur de barbouillages antisémites et le patron d'un café qui refusait de servir les Nord-Africains et les Noirs. Sur la synagoguede Grenoble, au début d'avril, a été barbouillée l'inscription : «Six mi/lions de juifs morts six millions de menteurs ». Le comité local du mrap stigmatise cette ignoble provocation et rappelant que Faurisson est poursuivi pour avoir nié le génocide hitlérien, se félicite de l'intervention du député-maire de Fontaine, M. Maisonnat, auprès du préfet pour demander des mesures efficaces contre le néo-nazisme. provence - côte d'azur: contre le crime, la haine, l'injustice. Insultes racistes, coups de feu: à 4h30 du matin, le 23 janvier à Ajaccio, deux jeunes gens se livraient à une lâche agression contre un balayeur municipal, d'origine marocaine. Aussitôt le comité du mrap dénonçait avec force cet acte criminel et le climat de haine, de répression anti-immigrés dont il était une conséquence. Il organisait le 1 er février une soirée sur le thème «Racisme d'aujourd'hui » avec le film algérien «Le doigt dans l'engrenage ». Les deux cents participants exprimèrent avec force leur volonté d'agir contre les injustices frappant la population étrangère. Le 22 février, une délégation conduite par Maxime Godillot, président du comité, qu'accompagnaient des représentants de la Ligue des Droits de l'Homme, des syndicats C.G.T., C.F.D.T. et F.E.N ., du P,C.F, et du P.S. était reçue par le préfet de région; elle demandait des mesures efficaces contre les exactions racistes et posait aussi le problème des condi tions de logement et d'existenc,e des immigrés, trop souvent rejetés dans les bidonvilles, les caves, les entreprises désaffectées, le Préfet s'est engagé à intervenir. .. Les comités d'Alès et Nîmes ont, par ailleurs, tenu une conférence de presse, le 18février, en présence de plusieurs députés pour dénoncer les expulsions arbitraires d'Algériens, hommes, femmes et enfants qui tendent à se multiplier dans le département. A la suite de l'intervention du mrap, la municipalité de Rodilhan a accepté de prêter des locaux pour I:alphabétisation des immigrés. nord-picardie: rue solomon mahlangu ... et place james mangé Après le vif succès des «Journées Cinématographiques contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples » (29 février - 8 mars), le comité d'Amiens qui a pris une part considérable dans leur organisation et leur déroulement, avait la satisfaction de participer, le 12 mars, à l'inauguration par la municipalité d'une rue Solomon Mahlangu, à la mémoire du jeune militant antiraciste assassiné l 'an dernier par le régime sud-africain. Des discours ont été prononcés par le maire, René Lamps, le député Maxime Gremetz, Jean-Pierre Garcia, membre du secrétariat national du mrap, M. Rousset, président de l'Université et Alexandre Moumbaris, représentant l'African National Congress. Quelques jours plus tard, c'est le nom de James Mangéqui étaitdonné-mais~ymboliquement cette fois, pour attirer l'attention sur cet autre résistant à l'apartheid condamné à mort - à la place de l'Hôtel de Ville de Laon. Désireux de m 'informer et de soutenir l'action contre le racisme. pour l'amitié entre les peuples J'adhère au m.r.a.p .• Je m'abonne à droit et liberté. Nom (en ca pitale! Prénom âge Profession . Adr esse Code postal Ville le montant de la carte d'adhésion (à partir de 60 francs) est laissé à l'appréciation du souscripteur, selon ses possibilités, compte tenu de la nécessité d'apporter le soutien le plus efficace li l'action du mrap. Abonl]j!ment d'un an à droit et liberté (60 F)-: Abonnement de soutien (120 F). Etranger (90 F). C.C.P. 9239-81 Paris • Rayer la mention inutile mouvement contre le ,aci.m •• t pour l'emitié .ntre 1 •• peupleelm,ap) 120, ru" saint-denis - paris (2) - tél. : 233.09.57 - C.C .p. : 14-825-85 pari. 29 ••• 30 Israël en voiture embarquez-vous à Venise ou Ancône et bonnes vacances Sur l'Apollonia de Hellenic Mediterranean Lines Venise-Ha'ila à partir de 81 0 Frs par personne et 790 Frs par véhicu Sur le Neptunia de Libra Maritime Ancône-Ha'ila à partir de 780 Frs par personne et 640 Frs par véhicule, ~ Pour tous renseignements, consultez votre agence de voyages ou •• VTOUR 19, rue de la Michodière 75002 Paris Tél.: 742.22.84 §:_~_;-~ Worms maritime 4, Place 8ellecour 69001 LyonTél. :42.22.52 GUILDE INTERNATIONALE DU DISQUE Cercle du Bibliophile Proloisirs 22, route de Cocherel 27029 - EVREUX Cedex Voyage-vacances en Grèce 2 semaines du 14 au 28 juin à RION PATRAS sur le golfe de Corinthe Hotel AVEROF 1 e catégorie près de la mer Salons - Piscine Cadre verdoyant Animation sur place 7 excursions prévues dont 2 comprises dans le forfait Prix par personne: 2,800 F transport avion aller-retour compris Places ~mitées S'adresser très rapidement à PRESSE NOUVELLE HEBDO 14 rue de Paradis 75010 Paris Tél. : 770,91.13 Au cours de cette manifestation originale, le fO~lt~local du mrap Informait la population à al e e panneaux, surmontés d'une potence évoquant la répression en Afrique du Sud La presse en a la~gement rendu compte. . .Une délégation des comités du Pas-de-CalaiS a été reçue le 3 mars à la préfecture de ce département. Elle a exprimé l'opposition du mrap aux mesures visant les travailleurs étrangers,. dont, la venue est favorisée depuis ~ne centaine d années dans les mines et que Ion veut rendr~ aUjourd 'hui responsables de la Crise, elle a, d autre part, demandé une intervention offiCielle en faveur de James Mangé. .Un comité du mrap vient de se constituer à Vltry--Ie-François (Marne). ouest: «france, qu'as-tu fait de l'étranger? »

Franc.e, qlf'as-tu fait de l'étranger? » . ..

C est le titre d un très bon tract illustré réalisé par le comité de L~ire Atlantique sur les mesures visant travailleurs et étudiants étrangers. A Nantes, le colloque universitaire orga~ Isé par le mrap sur le thème «La France et 1 Eurf!pe d'aujourd'hui face aux différences ethntgues et culturelles ~ (22-24 février) apportait un éclairage théOrique à cette question en la situant dans un contexte plus générai' sans toutefois se détacher des réalités quoti~ dlennes. Dans le cadre de ces importantes journées (dont les travaux seront publiés) une ~xposltlon sur le racisme et les Droits de 1 Homme, réalisée avec les Clubs UNESCO a été Inaugurée par Pierre Paraf en présence de M. Y.ves Laure~t, conseiller municipal, un meeting contre 1 apartheid a eu lieu ainsi qu'un récitai du fl.utlste indien Una Ramos. C'est à cette occasion aussi que s'est tenue l'assemblée régionale préparant le congrès (24 février). Dans cette même période, le comité de Nantes a priS une part active au mouvement des étudiants et Iyc~ens contre les expulsions et les lOIS antHmmlgrés, et aux importantes intense activité internationale Une ~érie d'auditions surla lutte contre l'apartheid dans le sport a eu lieu à New York, le 31 m~rs ,. dans le cadre des travaux de la co~mlsslon des Nations Uniescontrel'apartheld sous la présidence de M. l'Ambassadeur Clark. Parmi les témoi~s invités, Jean-Louis Sagot- Duvauroux a fait u~ exposé sur l'action menée en France depUIS de longues années par le mrap, dans ce domaine. Deux semaines plus tard, les 12 et 13 avril Jean-LOUIS Sagot-Duvauroux, a représenté ~otre Mouvemen~ ~ la Conférence internationale surla Namibie organisée à Stockholm par l'ICSA. Le 24 avril à Paris, une délégation du mrap composée d'Albert Lévy, Jean-Louis SagotDuvaur. ou~ et Claudine Mardon, a rencontré une I!'I.sslon du Conseil de l'O.N.U. pour la Namibie. Au cours de l'échange de vues, les . représentants du mrap ont fait connaître les eff?rts ~t les p.rojets du Mouvement pour obtemr la hbératlo.n de ce pays illégalement occupé par le régime raciste sud-africain. manifestations de rues qui l'ont marqué Il s'est assoc,ié à la défense concrète de d~ux jeunes Algeriens dont la famille vit en France frappés d'un arrêt d'expulsion. Il était présent à la fete «Paysans du monde " (22 mars). A signaler, par ailleurs, qu'une plainte soutenue pa~ le mrap d'un travailleur tunisien brutalisé et injUrié par des gendarmes, vient d'aboutir à un non lieu. madeleine fournier: une militante exemplaire .9 o .s::. ..... Q. ~adeleine Fournier lors du dermer congrès du marp. La nouvelle qui nous est parvenue, brutale, nous a bouleversés: Madeleine Fournier tuée dans un aC~I~ent de voiture. Animatrice du comité du GatinaiS, cette institutrice de 57 faisait preuve d'un dynamisme sans faille Charles promou.vOlr son ~ctlon da ns tous les domai~es A,:,ssl bien les mlhtantsque les travailleurs im~ mlgr~s avec lesquels elle avait de nombreu relations, et que les autorités locales a Charles clalent son dévouement son bon-sens PPt gentillesse. e sa droit et liberté. na 391 • mai 1980 D~puis 1977, elle était membre du Conseil National ~u mrap, et elle avait été élue au Bureau National lors du congrès des 22 et 23 mars. Quelques jours avant le fatal accident Tous ceux qui l'ont connue, qui ontcollab~~é avec elle conserveront le souvenir douloureux et exaltant à la fOIS de cette petite femme vive a!-l r~ard attentif et doux, dont toute la vie, trop t?t brisée, fut dédiée-à la recherche de la justice, à la fraternité humaine. • ~. 249-24-00 flash • Pierre: Paraf, président d'honneur du mrap a priS la I?arole le 20 avril, au Palais des ~.rts à la ~anlfestation commémorative de 1 insurrection du ghetto de Varsovie ,. Une délégation du mrap, co~posée ~ AI~ert Lévy, Jacqueline Costa-Lascoux et ene Mazenod a été entendue par M. Forni d~puté, vice-président de la Commissio~ « Inforl;natiqu~ .et libertés ". Une note exprimant. 1 opposlt.lon du mrap au sujet du projet de « flc~age " Inf6rmatique des étrangers a été remise le 5 !T'ars à cette Commission. . • Le mrap était représenté, le 19 avril à PariS, ~ar Pierre-Henri Jarreau, au meeting des étudiants centre-africains; par Jean-Louis Sagot-Duyauroux au meeting de solidarité ave~ I~ 21mba.b~é organisé par plusieurs assocla~ lons africaines; par Denise Lapeygue à la .sc:llrée. de l'Association des Travailleurs Haltlens Immigrés en France et le 20 avril par Denls~ Lapeygue également, au meeting des organisations de travailleurs immigrés de la M.T.I. • ~'inforl!'ation municipale (mars 'j 980) ~ubhe un Important dossier sur l'immigration ,c0":,portant une interview d'Albert Levy su~ 1 action du mrap au plan communal en relation avec les municipalités. carnet mariages Nous avons le pla.isir d'annoncer le mariage de notre amie Elvlna Signoret, active militante du comité du mrap de Clermont-Ferrand avec Alain Ziller. Nous avons également appris le mariage de nos amis Elisabeth Bodon avec Malcolm Mac Donald et de Daniel Bodon avec Nicole Darnet. A ces trois jeunes couples, nous adressons nos cordiales félicitations et souhaitons beaucoup de bonheur. nos deuils • ç ' ~st avec émotion que nous avons appris le dec.es de Mme Blanche Gay, l'épouse de FranCisque Gay, qui fut l'un des fondateursdu mrap et membre de sein Comité d'Honneur Partageant les convictions et l'action de so~ mari, elle milita avec lui au «Sillon » avant la guerre, dans la Résistante et, montra comme lUi son profond attachement aux valeurs chrétiennes et humai~es alors qu'il occupait les plu~ hautes, fonctions dans la vie politique apres, la LI~eratlon . C'est ainsi que jusqu'à la ?ernlere periode, elle a manifesté son soutien a notre Mouvement . Elle était l'auteur de deux livres très connus ' «Commt;nt j'é/~ve .mon enfant » et « Grand~ Mère dauJourd hUi ». A son petit-fils, Alain TerrenOire, membre du Comité d'Honneur du mrap, à toute sa famille, nous exprimons nos Sincères condoléances. ~ No,!s avons appris le décès de Mme Cywla HaJler, fidèle amie du mrap depuis sa fon dation. A sa fami!le si douloureusement éprouvée dans la dernlere période, nous voulons dire notre profonde sympathie. • Un ancien militant du mrap, Jean-Noël lY!arty, de Montrouge vient de nous quitter à 1 age de 70 ans. Que sa famille trouve ici l'expression ~e notre peine et de notre amitié. • MaUrice Sten qui, depuis les débuts du mrap, soutenait avec fidélité son action vient de mourir. Nous exprimons à sa fille et à toute sa famille notre douloureuse sympathie. N° de Commission paritaire: 61013 31


Notes

<references />