Droit et Liberté n°463 - juin 1987

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n° 463 de juin 1987
    • Tout se tient
    • Agir ensemble: un Alençonnais sur dix par Norbert Haddad
    • En direct avec: le Comité local de Menton
    • Congrès extraordinaire: questionnaire, que pensez-vous de "Droit et Liberté"
    • Dossier: la loi contr le racisme a quinze ans
      • La loi, mode d'emploi
      • Une proposition de M. Seguin, ministre des affaires sociales
      • Une proposition du PCF
    • Action juridique: bulletins de vote, revues, injures, meurtres: tout est bon pour les racistes
    • Congrès extraordinaire: tribune de réflexion, c'est lent! envoyez nous vite vos contributions
    • Regard sur notre histoire: une loi qui n'est pas née toute seule
    • Un printemps actif

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

droit et liberté MENSUEL DU MOUVEMENT CON,TRE LE RACISME~ ET POUR L'AMITIÉ ENTRE LES PEUPLES • • • No 463 JUIN 1987·8 F TOUT SE TIENT A quoi sert le procès Barbi e ? A juger un criminel, bien sûr. Plus encore sans doute à faire connaître le nazisme et ses horreurs, qu'après 45 ans, les nouvelles générations ignorent bien souvent. Mais, pour néces'saire que soit la condamnation d'un homme et du système qu'il incarne, on ne saurait s'en tenir au passé. Ces douloureuses pages d'histoire se rattachent beaucoup plus qu'on ne le croit en général ' - ou qu'on veut le faire croire - à l'actualité. Le nazisme montre où peut conduire l'exclu sion d'un groupe humain, désigné comme bouc emlssaire, quand elle atteint le paroxysme de sa logique inferna l e . "Les juifs sont notre malheur", proclamaient les hitl ériens. C'est ce que dit aujourd'hui des immigrés M. Le Pen, qui trouve qu'on parle beaucoup trop d'Auschwitz. Que la cible ait changé, que le langage s'adapte au contexte nouveau ne doit pas empêcher de voir la similitude de la démarche . Et les dangers de l'engrenage, si nous ne l'arrêtons pas à temps . A quoi sert M. Le Pen? Après sa troisième "Heure de Vérité" sur An tenne 2, sa tricherie sur le SIDA a suscité de saines réactions: un ministre, des médecins, des journalistes montent au créneau pour rétablir les faits, pour couper court à l'affolement qu'il cherche à provoquer, car la peur est mauvaise conseillère. Bravo.' Mais sur l'immigration, pas de réponse. Il serait crucial, pourtant, de détromper les gens à qui le Front National (avec d'autres) a déjà inculqué l'idée que les immigrés sont responsables de tout ce qui va mal: le chômage, la délinquance, le logement, les échecs scolaires, les déficits sociaux, la dégradation de l'identité nationale... Si les médias, SI les hommes politiques qUi occupent les micros et les écrans le vou1 aient, ils pourraient mener une contre-attaque efficace. Le veulent-ils? Plutôt que d'analyser les causes des difficultés et des carences dont souffre le pays, plutôt que de proposer des solutions valables, il est ten tant de laisser se répan'dre les diversions qui empêchent l'opinion d 'y voir clair et de ' demander des comptes. C'est le rôle bien connu du racisme. En outre, on peut s'offrir le luxe de dénoncer Le Pen avec des grands mots et (suite page 12) Droit et liberté, juin 1987 -1- ISSN 0012·6411 Alen,c on: UNE AFFLUENCE MULTIPLIÉE PAR DIX Menton: EN LUTTE (page 2) CONTRE LA MAIRIE (pageJ) Congrès extraordinaire: UN SONDAGE SUR DROIT ET LISER TÉ LA TRISUNE DE RÉFLEXION (page4J 1 Dossier : LA LOI CONTRE LE RACISME (page 10) A VINGT-CINQ ANS Comment elle est née Comment l'utiliser Faut-il l'améliorer? 1 AGIR ENSEMBLE Un Alenconnais sur dix • la fête antiraciste annuelle a multiplié par deux son audience 1111 faut éliminer la petite délinquance en organisant des actions préventives de tous ordres, et en occupant ailleurs et autrement les auteurs", c'est ce que déclarait M. G. Bonnemaison lors de l'installation du Conseil Communal de Prévention de la Délinquance à Alençon. La commission de travail sur l'immigration, où le C.L. du MRAP est reprpsenté, a réuni des respbnsables d'associati6ns immigrées, des travailleurs sociaux, des élus locaux, des animateurs socio-culturels et des militants d'associations d'aide et de soutien aux travailleurs immigrés et aux réfugiés résidant dans notre ville. La commission a identifié un certain nombre de problèmes à résoudre localement, mais a aussi proposé la création d'une association dont les buts seraient l'animation interculturelle. Cette animation s'adresse à tous les enfants et à tous les adul tes, chacun a à apprendre de l'autre. Elle associe tous les intervenants de cul ture étrangère qui, en collaboration avec les animateurs socio-culturels vont mettre en forme la Fête. C'est ainsi que l'Association IIFête d'Ici et d'Ailleurs ll est née et a organisé en juin 19B5 une fête interculturelle à Alençon. Entre 1.500 et 2.000 personnes ont participé à cette première manifestation. Mai 19B7: le relai est assuré ••• la fête est en préparation. Le Conseil Municipal s'est engagé pour favoriser l'organisation de la Fête et il tiendra ses promesses. Une semaine avant, M. Le Pen tenai t une réunion à Argentan, une ville voisine. 750 personnes y Droit et liberté, juin 1987 participaient. Des nervis encagoulés de sa milice s'en prennent à des personnes qui se tenaient à l'extérieur de la salle, aux cris de I!Et si on se faisait un petit Sabra et Chatilall • Ils ont molesté et blessé une journaliste de la rédaction locale de 1I0uest- France". Les Alençonnais ont répondu en masse à l'invitation lancée par les organisateurs de IIFête d'Ici et d'Ailleurs ll • Ce fut un gigantesque succès, la barre des 3.000 partici pants a été dépassée (Alençon: 32.000 habitants). Durant toute la journée, de nombreux groupes invités pour l'occasion se sont succédé sur le podium, jouant des musiques caractéristiques de leurs pays ou évoluant sur des danses traditionnelles. Chaque communauté étrangère a ainsi réussi à mieux se faire connaître. Mais l'unité dans l'action ne signifiait pas perte d'identité ou non-spécificité des organisations, celles-ci pouvaient se présenter comme telles. L'expression autonome de chacune et ici de celle du MRAP aux côtés de la L.D.H., d'Amnesty, etc. était assurée lors de la tenue de stand d'information. Une dimension partlculière est apparue à tous les participants de cette fête, dimension que les organisateurs espéraient sans oser le croire à ce point possible. Je veux parler de ces échanges entre les personnes, de ces courants colorés qui ont sillonné les rangs des spectateurs. Norbert HADDAD Ani.ateur de la Co •• ission du C.C.P.D. d'Alençon C.L. MRAP Alençon. -2- En marge du procès 8arbie Décidément, les racistes tenants de l' Histoi re nazie revue et corrigée par leurs soins ne désarment pas! En effet, après les affaires Faurisson et Roques, ils viennent de se signaler tout récemment en faisant paraître le jour de l'ouverture du procès Barbie les IIAnnales d'Histoire révisionniste ll que le MRAP a fait condamner 2 fois en référé (voir page g). Dans le même temps, ils se servaient de la tribune offerte par le festival de Cannes pour organiser la projection du film IIQue la véri té est amère ll dans le cadre du marché international du film, projection qui devait être suivie d'un débat animé par Me Jacques Vergès. C'était sans compter sur le MRAP local qui organisa avec brio la riposte. Une manifestation regroupant des membres d'associations, de syndicats, de partis politiques, de représentants de la communauté israéli te, fut mise sur pied le 17 mai, jour de la projection, par le C.L. de Cannes fortement relayé par la fédération des Alpes Maritimes. Ce jour-là, devant tant de monde et de détermination, dehors et dans la salle de cinéma, le Président du Festival dut se rendre en personne sur les lieux pour annuler la programmation. Quant à Me Vergès, qui avait dO avoir vent du mouvement, renforcé par la venue d'adhérents de Caluire, il n'est finalement pas descendu. Cette affaire, grâce à l'excellent relais médiatique que le MRAP avait su se ménager, fit grand bruit. Bravo à la fédé des Alpes-Mari ti.es avec une .ention très spéciale aux a.is du C.L. de Cannes et à leur Président, Joao da Fonseca. ENDmECTA~C------------------------- LE COMITÉ LOCAL DE MENTON Né dans l'indignation soulevée par un crime raciste, le comité se développe bien Dès llannonce du meurtre d' - Aziz Maddak ( mars 85) , un grand nombre d'associations, de partis et de syndicats ainsi que des "inorganisés" slétaient réunis pour organiser une riposte de grande ampl eur. Après la manifestation, une fois 11 effet médiatique passé, un certain nombre de personnes issues ou non d'organisations de Menton ont décidé de créer une structure permanente offrant le maximum de garanties de sérieux et d 'indépendance. C lest tout naturellement qu lest né le comité cantonal de Menton du MRAP. Le comi té cantonal de Menton travaille principalement sur les communes de Menton et de Roquebrunez- Cap-Martin (environ 40.000 habi tan ts) • Socialeunt, la population se caractérise par une moyenne d 'âge assez élevée (un grand nombre de retraités) et les activités sont surtout tournées vers le tourisme et le petit commerce. La municipalité est RPR et a été dès le début franchement hostile à la création du MRAP. Devant l'inexistence de réseaux dynamiques pouvant "véhiculer" 11 information que le MRAP se doit de diffuser, la priorité du comité cantonal a été de faire connaître son existence et d'apparaître comme le point d'ancrage de tous ceux qui, "isolés", refusaient les discours sécuritaires et xénophobes Depui s bientôt 2 ans, tout le travail du MRAP siest articulé ainsi: Une présence constante dans la ville: Affiches et tracts ont permis au MRAP de sortir de 11 anonymat. Ce sont plus de 4.000 affiches (double format 21x29,7 photocopiées) qui ont été collées, une quarantaine de modèles différents, au moins un affichage par mois. Droit et liberté, juin 1987 - En milieu scolaire: au lycée et au collège, le MRAP a présenté l'exposition "Peuples dl ici et dl ailleurs". Dans les écoles primaires, le MRAP a réussi à mettre sur pied une action dlenvergure. Le comité de Menton a conte dans lequel les sorti un enfants devront trouver les mots d'origine étrangère. Cette brochure comprend, outre le conte, une photocopie de la loi de 72 et quelques caricatures et chanson$ pouvant servir de base à un mini- débat sur 11 immigration. Chaque élève de CM2 en recevra un exemplaire, il pourra colorier les illustrations du conte qui ont été réalisées par un peintre de Menton. Le financement de cette opération a été possible grâce à une collecte organisée auprès des sympathisants. Le Maire condamné Les Clubs UNESCO ont également contribué à la réalisation de cette opération en nous faisant profiter de tarifs dégressifs très intéressants, vu le grand nombre de dossiers commandés pour les écoles et les adhérents. - Auprès des autres organisations: dès fin juin, le MRAP a rassemblé les associations signataires de llappel du 17 juin afin de préparer des actions communes contre les projets de loi sécuritaires. - Auprès des immigrés: diffusion dlun tract dlinformation sur les contrôles dlidentité et le séjour des immigrés en France (lois des 6 et 9 septembre 86) édité par le Collectif Libertés des A.M. auquel participe le comité de Menton. - Auprès de ses adhérents et sympathisants: chacun est averti individuellement de toute manifestation, débat, fi lm ••• 1. Ouelques jours après la condamnation de la Ville de Paris, -3- la mairie RPR de Menton a proposé au Conseil Municipal une allocation au 3ème enfant français. Le MRAP a aussitôt réagi: - en écrivant au Maire pour protester contre cette mesure discriminatoire et lui demander de présenter un projet ne présentant aucun caractère dlexclusion. (Cette lettre a été scotchée dans les cabines téléphoniques et les abri-bus et envoyée aux maires des 57 communes de plus de 1.000 habitants des Alpes Maritimes). - en intervenant auprès du Préfet pour attirer son attention sur la délibération du Conseil Municipal, - en demandant au MRAP de Nice de porter plainte en Tribunal Administratif. Il est à noter que parallèlement au MRAP, le Préfet a lui aussi engagé une procédure en Tribunal Administratif en préparant un petit dossier pour les Conseillers Municipaux afin qu'ils puissent intervenir au cours de la séance pendant laquelle le Mai re demandait 11 autorisation d'ester en justice pour défendre cette délibération. Les recours formés par le MRAP dl une part, et le Préfet, Commissaire de la République dlautre part, ont été examinés le 18 mars par le Tribunal Administratif de Nice. Le jugement vient dlêtre rendu, condamnant le maire de Menton. 2. auteurs En ce qui concerne les du meurtre d'Aziz Maddak, le procès est encore au stade de l'instruction. Ces deux actions en justice sont menées par le MRAP de Nice car le MRAP Menton est trop "jeune". Llaugmentation très sensible (50 %) du nombre dladhérents est un encouragement, mais il s'agit maintenant de donner une assise solide à ce comité : Cl est cette étape que nous abordons. Le co.ité local. -- CONGRES EXTRAORDINAIRE ---------- Que pensez-vous de droit et liberté? On discutera au congrès des moyens d'expression du Mouvement. Remplissez et renvoyez-nous ce sondage qui préparera le débat. Voilà plusieurs mois que nous avons mis en place cette nouvelle formule de Droit et Liberté. Le moment est venu d'en tirer les leçons, et de savoir si elle vous convient, à vous, lecteurs et utilisateurs de l'organe du MRAP. Nous vous demandons de remplir soigneusement ce questionnaire, qui nous permettra de mieux cerner les besoins, de préparer la discussion prévue sur les moyens d'expression du MRAP au Congrès extraordinaire et de nous le retourner rapidement. 1. Etes-vous': • sympathisant du MRAP • adhérent • militant actif • responsable local • responsable national 2. Lisez-vous Droit et Liberté: • entièrement • en partie 3. Que lisez-vous surtout (classez les rubriques de 1 à 8, par ordre de préférence): 1. Edi to 2. Agir ensemble 3. En direct avec .•. 4. Dossier 5. Chronique juridique 6. Regard sur notre histoire 7. Pages d'actualité 8. Actions nationales et locales. S'il fallait ajouter une rubrique, quelle serait-elle? S'il fallait suppri.er une rubrique, quelle serait-elle? Droi t et Liberté vous se.ble surtout utile à: • l'action Droit et liberté, juin 1987 • l'information • la réflexion • la formation Co •• ent utilisez-vous Droit et Liberté: • en constituant vos propres dossiers • en le donnant autour de vous à des particuliers · en le donnant autour de vous à des associations · en l'utilisant lors d' interven- Donnez un ou plusieurs adjectifs pour Droit et Liberté (pas plus de 3 ) • militant • théorique • technique • trop loin du quotidien • bien ancré dans le quotidien • suffisant insuffisant • pas assez militant Lisez-vous Différences? Si oui, utilisez-vous: tions plus Différences La présentation de Droit et Liberté plus Droit et Liberté Remarques sur l'aspect général: sur le s ty le: sur la maquette: sur la co ul eu r: sur le format: sur le nombre de pages: Archivez-vous Droit et Liberté: • non • oui, en entier • certains articles • les dossiers Les dossiers vous se.blent: bien faits • trop longs • trop théoriques • pas assez théoriques • trop courts • suggestions: -4- Vos i.pressions sur Droit et Liberté: Eventuelle.ent, no. et adresse: et/ou co.ité local de: COCHEZ VOS REPONSES ET ENVOYEZ-LES NOUS A DROIT ET LIBERTE. DOSSOER _________________________ __ LA LOI CONTRE LE RACISME A QUINZE ANS C'est l'heure du bilan: trois événements pour le faire· un colloque à Paris, un nouveau dossier-pochette, et ce dossier dans Droit et Liberté. La Loi du 1er Juillet 1972, dite loi contre le racisme, n'est pas à proprement parler, une loi cohérente, mais un ensemble de modifications de la législation précédente, à savoir la Loi du 29 Juillet 1881, di te loi sur la presse d'une part, et le Code pénal et le Code de procédure pénale, d'autre part. Cependant, l'ensemble de ces modifications, avec les compléments votés par la suite en 1975, 1977 et 1985, consti tue un arsenal juridique unique au monde qui permet de lutter contre le racisme en France. Comme tout ce qui relève de la législation, la Loi de 1972 ne règle pas a priori les problèmes du racisme et dépend de la capacité de la justice et des justiciables à la faire respecter. Nous présenterons donc dans cette partie du dossier les possibilités et les limites de la Loi de 1972, classées selon les différentes occurences du racisme en France. LA LOI MODE D'EMPLOI Provocations à la haine raciste PROVOCATION A LA HAINE RACISTE, DIFFAMATION, INJURES RACISTES. Ces différents délits relèvent de la Loi de 1881 sur la presse. La Loi de 1972 y a introduit les délits relevant du racisme. Conçue à l'origine pour réglementer, mais aussi pour protéger la presse, la Loi de 1881 impose au plaignant un certain nombre de contraintes qu'il faut à tout prix respecter pour avoir une chance de voir sa plainte aboutir. La provocation publ ique à la haine raciste concerne ceux qui auront provoqué, par leurs propos, à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'éqard d'une Droit et liberté, juin 1987 personne ou d'un groupe à raison de leur origine ethnique ou religieuse. Le support des propos peut être de nature très diverse, et di fférencier la riposte. Il peut s'agir de tracts, graffiti, libelles anonymes. Bien qu'il soit toujours possible de déposer une plainte contre X, il est très difficile d'obtenir une enquête de la police, et d'actionner la justice si le contrevenant n'est pas identifié. S'il s'agit de propos tenus, il est très important de pouvoir prouver leur publ ici té: la loi ne punit en effet que la provocation publique à la haine raciste. -5- S'il s'agit de propos tenus dans un media (journal, télé ou radio), la publication vaut publici té. Dès lors. quelle démarche? D'abord, il faut rassembler des preuves. L'original des journaux ou la bande son ou audiovisuelle demandée à la radio ou à la télé concernée suffit pour le dernier poi nt. Quand il s'agi t de propos publics, il faut rassembler plusieurs témoins pouvant attester que ces propos ont été tenus. Il faut impérati vement agir vi te: les témoignages sont toujours meilleurs à chaud. D'autre part, la Loi sur la presse impose la rapidité: tout plaignant n'a que trois mois à partir de la date réelle du délit pour déclencher une action. Or, les DOSSOER ____________________________ _ formalit és sont parfois longues, Sl longues qu'une plainte déposée à temps peut ne pas être prise en compte avant cette date, et l'ac ti on intentée s'éteindre. Vei 11er aussi à ne pas se tromper de responsable, ni d'ordre: formel lement, dans le cas d'un article, le premi er responsable est le directeur de la publication, les auteurs de l'article ou des propos tenus ne sont que complices. Pour les dessins, tracts , affiches, le premier responsable est l'éditeur. Dès lors, on peut porter plainte. La mesure la plus simple, et la moins onéreuse, est de déposer une plainte simple, auprès du commis sariat de police le plus proche de l'endroi t où a été commise l'in fraction, ou bien directement auprès du Procureur de la République du 1 ieu. Mais attention: c'est le Procureur qui décidera des suites à lui donner, et vous n'avez pas le moindre contrôle sur le temps qu'il mettra à se décider, risquant ainsi de voir les délais de prescription annuler votre plainte. Dans les affaires de presse, où la matérialité des faits ne fait aucun doute, il vaut mieux agir par citation directe auprès du Procureur, ce qui est beaucoup plus coûteux, néces- Droit et liberté 89 rue Oberka.pf, . 75543 PARIS CEDEX 11 Téléphone: 48.06.88.00 CCP 9 239 -81 PARIS Directeur de la publication René Mazenod Maquette Véronique Mortaigne Secrétariat de rédaction Monique Khellaf Co.ité de Rédaction . Bertrand Bary, Gérard Coulon, Clau de Gavoille. Dominique Lahalle, René Mazenod, Claire Rodier, Anne Lacomblez. N° de Co •• ission paritaire: 61013 Imprimerie de Montligeon (61) Abonnement d'un an: 80 F si te, sans que cela soit obI igatoire, l'aide d'un avocat, mais est plus efficace. C'est ainsi que le MRAP vient de réussir à faire interdire de diffusion les "Annales de l' histoire révisionniste", revue faurissonienne parue lors de l'ou verture du procès Barbie. Autre moyen, lui aussi coûteu x, mais qui permet au plaignant de suivre le cheminement de la plainte et du dossier, la consti tution de partie civile. Elle permet l ' accès au dossier, mais suppose le dépôt d ' une somme en consignation. On peut avoir inté rêt, si l'on est sûr que le Procureur va poursuivre de lui - même les faits, à ne se porter partie civile qu'au jour du procès, ce qui évite le dépôt d'une consignation. Ajoutons enfin, et ce n'est pas non plus pour simplifier, qu'actuellement seules peuvent se porter partie civile les asso ciations dont les statuts font référence à la lutte contre le racisme. et déposés depuis plus de cinq ans. Un comité local qui n'a pas encore atteint cet âge doit demander un pouvoir au MRAP natio nal. Si les modalités de la Loi sont difficiles, coincées entre la complexité de la procédure et l'extrême brièveté des délais, le résultat n'en est pas pour cela assuré . Malheureusement, la banalisation des propos jetant le discrédit sur telle ou telle minorité fait qu'il est de plus en plus difficile de faire condamner quel qu'un pour incitation à la haine raciste. Il faut que les propos soient particulièrement virulents. Cela nous amène à l'aspect préventif de la Loi sans pour autant aller jusqu ' au procès, un comité local peut arguer de l'exis tence de la Loi, et de celle sur le droit de réponse, pour obtenir d'un journal ayant laissé passer, ou publié volontairement, des propos inci tant à la haine raciste, un droit de réponse. C'est généralement efficace et cela permet de répondre à chaud, et non un an après, au mieux, quand on intente une action en justice. Il faut utiliser à plein ce droit, généralement respecté par la presse -6- écri te. Si toutefois on doit aller jusqu'à l'action en justice, il faut prévoir, dans le comi té, une campagne financière qui aidera le Mouvement à pourvoir aux frais de justice. Diffamation, injures elles sont régies par les mêmes lois sur la presse, modifiées par la Loi de 1972. A propos des in j ures, il faut insister sur le fait que la publicité est aussi un des critères indi spensables de l'application de la Loi de 1972. Les injures privées auss i racis t es qu'elles soient, ne sont pas spécifiquement réprimées. Il conviendra donc d'établir, en "allant à la pêche aux témoins", que ces injures ont été proférées en public. Refus de service, d'emploi, de logement ces articles de la Loi de 1972 modifient non plus la Loi de 1881, mais les articles 187-1, 187-2, 416 et 416-1 du Code pénal. La procédure est différente, et la condui te à tenir aussi. Ces articles punissent tout refus de service, d'emploi ou de logement à une personne à raison de son origine ethnique ou religieuse. Notons que cette fois - ci, le délai pour agir est beaucoup plus favorable, puisqu'il est de trois ans. La première des choses à faire, est, bien entendu, de réunir les preuves de ce refus. Le MRAP a pu attaquer des agences pour l' emploi, ou des émetteurs de petites annonces écartant les non-Français ou les per sonnes de " couleur~ Toutefois. il est extrêmemen t rare que les motifs racistes de refus soient signifiés par écrit à l'intéressé. Il faudra donc agir la plupart du temps par stratagème pour faire constater le refus et les motifs . Ici comme ailleurs, et plus particulièrement dans les refus de service dans les bars ou boîtes de nui t, (les secondes l'emportant sur les premiers ces dernières années) , il est capital de recueillir les témoignages écri ts des personnes ayant pu assister à la scène. On peut aussi faire constater le refus par un agent de police, s'il accepte de le DO~OER __________________________ __ faire, ou bien demander à des amis non IIsoupçonnables ll d'être d'origi ne étrangère de se présenter à la personne qui a refusé précédemment un service à un immigré, et de réclamer le même service. Ce qui est possible dans le cas ' d'un café, d'un appartement à louer. Dans le cas d'une embauche, on peut envoyer quelqu'un se présenter, avec les mêmes références, à un poste précédemment refusé à un Maghrébin ou un Ant illais , Mais cette démarche est plus aléatoire, dans la mesure où l'entretien qui détermine l'embauche reste privé et que l'employeur peut arguer de qualités particulières qui ne se seraient révélées qu'à ce moment. Là encore, l'e xistence de la Loi, souvent ignorée des employeurs, peut permettre aux comités locaux d'agir par persuasion, voire par menace de procès, pour faire annuler des refus de service ou d'emploi. Le cas du logement est beaucoup plus aléatoire, car la notion de quotas , bien qu'illégale, est de plus en plus répandue dans les organismes publics de logement, et de fait de plus en plus di ffici le à attaquer en justice. Violences racistes l'e xtension de la Loi de 1972, en 1985, aux violences racistes reste encore mal exploitée du fait de sa relative nouveauté. Elle permet essentiellement à des associations con cernées par la lutte contre le r aci sm e des e po rte r par t i e ci vil e et d'apporter ainsi leur soutien et leur autorité aux victimes du racisme qui sont souvent désemparées devant la justice, Si cette procédure implique que l'on soit à même de prouver, par exemple, par le passé ou les propos de l'accusé, le caractère raciste de l ' agression, elle permet même aux associations d'engager une action là où la victime, par crainte ou méconnais sance de la Loi, n ' aurait peut-être pas agi. On le voit, la Loi de 1972 est complexe et difficile à mettre en oeuvre Ce qui ne veut surtout pas dire qu'il faille hési ter à y recourir quand il est nécessaire de le faire. En effet, une loi dans le système juridique français ne survit que si elle "s'épaissit" d'une jurisprudence, c'est-à-dire de tous les cas, y compris les échecs du point de vue antiraciste, où elle est mise en oeuvre. C'est à l'honneur du MRAP d'avoir réussi à la faire voter en 1972, c'est son devoir de la faire vivre. UNE PROPOSITION DE M. SEGUIN, MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES M. Philippe Séguin, .inistre des Affaires Sociales et de l' E.ploi, est intervenu le 5 .ai 1987 devant la Co •• ission Nationale Consultative des Droits de l'Ho •• e, à laquelle participe le MRAP en la personne de Charles Palant, .e.bre de la présidence du Mouve.ent. Nous avons extrait de son discours les passages où il fait référence à une éventuelle .odification de la loi de 1972. IILa Loi du 1er juillet 1972, renforcée successivement en 1975 et en 1985, a conforté l'avance de la France en la matière ••• La lutte contre le racisme se tradui t donc par l' appl ication de certaines limites aux libertés indi viduelles, et notamment, à la liberté d'expression. Elle s'accompagne d'une vigilance constante des Pouvoirs Publics touch~nt par exem- Droit et liberté, juin 7987 pIe certains travaux pseudo- scientifiques qui tendent à falsifier l'Histoire, notamment ceux qui remettent en cause la réali té du génocide dont ont été victimes les peuples juif et tsigane ... S'impose ensuite une réflexion sur l'efficacité du dispositif législatif actuel et sur les possibilités de l'améliorer. Plusieurs lignes de recherche peuvent être suggérées: Par exemple, la IImoti f légi time ll , qui l'article 416.1 alinéa notion de figure à 1 du Code Pénal sert parfois à couvrir les véritables mobiles d'un refus de biens ou de services. Cette notion pourrai t être définie, de façon restrictive, et assortie d'une liste limitative de situations. Dans l'article 416.2, la substi tution du terme II personn.e moralell -7- aux termes lIassociation ll et IIsociété ll permettrait d'étendre le champ d'application de la Loi, tout en alignant la rédaction de cet article sur celle de l'article précédent. L'obligation, pour une association souhaitant se porter partie ci vi le, d'avoir inscri t dans ses statuts la lutte contre le racisme au nombre des buts poursuivis nnurrait être supprimée. Ainsi, les organismes qui agissent en faveur des Droi ts de l' Homme et des immigrés se verraient reconnaître des possibilités d'intervention accrues. Le montant des consignations exigées des associations se portant partie civile pourrait être diminué ou même supprimé, afin qu'aucune d'entre elles ne puisse être découragée d'agir du fait de conSIdérations financières. DOS~ER------------------------------ Enfin, il Y aurait peut-être lieu de s'interroger sur l'opportunité de maintenir l'inclusion des dispositions de la Loi du 1er Juillet 1972 dans la Loi du 29 Juillet 1881 sur la presse, dispositions qui s' harmonisent mal avec l'ensemble de celles protégeant les libertés de la presse. Pourrait alors être envisagée l'élaboration d'un texte autonome rassemblant toutes les infractions présentant un caractère raciste. En tout cas, la réflexion sur les aménagements éventuels de la Loi de 1972 ne doit pas détourner les Pouvoirs Publics d'appliquer sans faiblesse les dispositions actuellement en vigueur. A cet effet, je compte demander au Garde des Sceaux de recommander aux Parquets, comme cela a déjà été fait à plusieurs reprises, de mettre en mouvement l'action publique, de leur propre initiative, dans les cas d'infractions à caractère raciste, et de faire preuve d'une vigilance particulière à l'encontre de toutes les manifestations discriminatoires .•• En ce qui concerne l'information de la population française, des campagnes peuvent être lancées, qui s'appuieraient sur des supports aussi variés que possible: dossiers de presse, affiches, annonces radiodiffusées, spots ou clips télévisés. Parallèlement, une certaine publicité pourrait être assurée aux dispositions législatives qui répriment les actes, les paroles ou les écrits racistes. Je pense tout d'abord à l'affichage de la Loi du 1er Juillet 1972 dans les lieux publics, tels les Préfectures, les Mairies et les Commissariats de police; mais aussi à la publication de la jurisprudence, avec un but à la fois pédagogique et dissuasif". UNE PROPOSITION DU P C F Le Groupe co •• uniste a déposé à l' Assnblée Nationale un projet de loi visant à .odi fier la Loi de 72. En voici quelques extraits. Article 1er. La République Française a, dès sa proclamation, affirmé ses principes d'hospitalité et de tolérance. En conséquence, elle interdi t et condamne, sur tous les terri toires où elle a autorité, le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie. Les agissements discriminatoires des détenteurs de l'autorité publique, des groupements ou des personnes privées, la provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence, la diffamation et l'injure au motif de l'appartenance ou de la non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion sont interdits. Article 2. Le refus du racisme étant indispensable à la cohésion et à la bonne entente des popul ations résidant sur le territoire national, le gouvernement organise chaque année, en liaison avec les organisations concernées, une journée d'information et d'action antiraciste. Article 3. Les programmes scolaires comportent, à tous les stades de la Droit et liberté, juin 1987 scolarité, des enseignements destinés à faire connaître la diversité et la richesse des cultures représentées en France. L'école, notamment grâce à des cours d'instruction civique, doit inculquer aux élèves le respect de l'individu, de ses origines et de ses différences. ArtICle J. LorsqU'un crime ou délit est inspiré de mobiles ou de considérations racistes, antisémites ou xénophobes, la durée de la peine d'emprisonnement en matière correctionnelle sera supérieure à 4 mois sans dépasser 5 ans et entraînera l'interdiction de l'exercice des droits civiques tels que prévus par l'article 42 du Code pénal. En matière criminelle, la durée de la peine de réclusion criminelle ne pourra être inférieure à 10 ans. ArtIcle b. Un rapport gouvernemental portant sur la lutte contre le racisme est présenté, chaque année, devant le Par~ement. Le débat qui s'en suit est diffusé intégralement sur une des chaînes publiques de télévision. -8- LES POINTS DE DESACCORD OU MRAP ••• ••• AVEC LE PROJET DE N. SEGUIN ELABORATION D'UN TEXTE AUTONOME RASSÈMBLANT TOUTES LES INFRACTIONS PRESENTANT UN CARACTERE RACISTE Le MRAP n'approuve pas un tel projet. Il est vrai que la Loi sur la presse de 1881 rend parfois difficile la répression des InjureS, diffamations ou provocations à la haine, en raison notamment du bref délai de prescription. Cependant, nous n'estimons pas opportun de soustraire ces délits aux contraintes définies par La loi sur la presse, dans la mesure où ils sont précisément définis par elle. • •• AVEC LE PROJET OU P.C.F. ARTICLE 5 Considérer le racisme comme une circonstance aggravante ne nous paraît pas opportun: - en ce qui concerne les délits, la loi de 72 fait du "acisme un délit en soi (injures, diffamation, provocation à là haine,

~crimination). Donc, nous ne

voyons pas dans quel cas un déli t quelconque peut être aggravé du fait du racisme; - en matière criminelle, il y a un double risque à demander l'aggravation des peines: d'une part, pour éviter cette aggravation de la peine, certains juges pourraient être tentés d'éviter cette incrimination complémentaire; d'autre part, l'opinion concevrait mal que, par exemple, la peine .soit plus grave pour l'assassin d'un Arabe que pour l'assassin d'un chauffeur de taxi, etc. et cette modification risquerait d'aller à l'encontre du but recherché. D'une façon plus générale, beaucoup de juristes estiment que l'établissement d'une peineplancher obligatoire porte atteinte à l'indépendance des juges et des jurys populaires. ACnONJURmm~----------------------- Bulletins de vote, revues, injures, meurtres : tout est bon pour les racistes. Quatre exemples de formes du racisme se sont exprimées dernièrement. Il sera aisé de se rendre compte que celui-ci touche toutes les activités de notre vie quotidienne: la poli tique, les grands évènements, comme aujourd'hui le procès de Barbie, la violence. Lors des élections cantonales du 29 mars 1987, deux départements, le Val d'Oise (95) et le Val-deMarne (94) ont vu se présenter des candidats dont la liste portait ce titre évocateur: "Trop d'immigrés. La France aux Français", slogan reporté sur les bulletins de vote. L'un d'entre eux était soutenu par le Parti National Socialiste Français, qui arbore le sigle de la croix gammée et appelait à voter pour lui et contre Le Pen. Le MRAP s'est constitué partie civile en ces deux affaires par l'intermédiaire de ses fédérations. Dans le cadre du procès Barbie, de nombreux tracts ont été reçus par toutes les parties civiles niant l'existence des chambres à gaz. Pour ch aque tr ac t reçu, un e plainte a été déposée. __________ ___ Dans le même contexte, une nouvelle revue, "Les Annales Révisionnistes", distribuée par les NMPP, niait également le génocide juif et les chambres à gaz. Le MRAP, ainsi que la LICRA et certaines associations de déportés, ont assigné en référé les NMPP. Cette revue a été interdite à la distribution, à la vente dans les kiosques, mais reste disponible par abonnement! ________________ _ Le 24 avril 1987, M. Ghandouri entre dans un débit de boissons à Versailles pour consommer en compagnie d'une de ses amies. Droit et liberté, juin 1987 Les propos racistes commencent à se faire entendre. M. Ghandouri ne réagit pourtant pas, mais quand il se lèvera pour régler l'addition et que le responsable de l'établissement le traitera de "sale Arabe", il lui demandera la raison de cette atti tude. M. Ghandouri sera alors frappé derrière la tête avec une bouteille, pendant qu'on lâchera le chien-loup sur lui. M. Ghandouri sera déchiqueté sur tout un côté du corps et conduit à l'hôpital après avoir perdu connaissance. Le comité local du MRAP de Versailles s'est constitué partie civile à ses côtés. ___________ _ Le 16 mai 1987, M. El Amrani entre avec son frère dans un café de Montpellier tenu par Gérard Rodriguez, aidé ce soir-là par un ami, Jean-Luc Denis, tous deux membres du Front National. Nous ne savons pas exactement comment les évènements ont commencé, mais M. El Amrani a succombé à ses blessures: un manche de pioche dans le ventre et probablement aussi un coup de couteau. Son frère sera blessé également. Jean-Luc Denis s'est échappé, mais Gérard Rodriguez est inculpé et écroué pour homicide involontaire. Le MRAP s'est saisi immédiatement de cette affaire. M. Albin Chalandon, Garde des Sceaux, dans une circulaire du 22 mai adressée aux Procureurs généraux et de la République, invite les magistrats "à intensifier la lutte contre le racis.e quelles que soient les fones que peuvent revUir cette atteinte intolérable à la dignité hu.aine. Il recommande au Parquet de "faire preuve d'une grande fer.eté dans les réquisitoires... et de uttre eux-.~.es en oeuvre l'action publique à chaque fois qu'une infraction de cette nature leur paraît constituée". Les C.L. peuvent arguer de cette circulaire pour demander au Parquet de poursui vre en c as de dé li ts raci stes (voir dossier). DERNIERE lUNUlE A Caen, le 5 juin, un commerçant maghrébin, M. Moussaoui, est assassiné. Le 8, un Turc est abattu à La Chalette-sur-Loing. Dans un communiqué, le MRAP souligne lIqu f _ aujourd'hui, les condamnations abstraites à l'intention des médias ne sauraient suffire pour faire échec au racisme". N'OUBLIEZ PAS DE REPONDRE AU SONDAGE DE DROIT ET LIBERTE .... PARTICIPEZ A LA TRIBUNE DE DISCUSSIO~. LE DOSSIER-POCHETTE DU MRAP SUR LA LOI DE 19Z2 Remarquable outil de travail comprenant une étude de la loi contre le racisme, et tous les renseignements sur la législation concernant l'immigration en France. A COMMANDER AU SIEGE. 40F. (C.L.:35F) PLUS PORT -9- CONGRES EXTRAORDINAIRE ---------- ~ TRIBUNE DE REFLEXION C'est lent! Envoyez-nous vite vos contributions DES UNIONS REGIONALES? La Fédération de. Vaucluse propose que, à l'occasion de la modification des statuts, le Congrès prévoie l'existence d'une nouvelle structure appelée Union régionale du MRAP. La création de la Fédération dt. Vaucluse a été extrêmement bénéfique: de nouveaux comi·tés ont été créés, les comités coordonnent leurs activités, une aide est apportée aux co mi tés qui le demandent par la Fédération et par les autres comités. Depuis l'existence de la Fédération, la lutte contre le racisme est plus efficace dans notre département. Nous pensons qu'il en serait de même pour la reglon et que l'Union régionale jouerai t auprès des fédérations le rôle que les fédérations jouent auprès des comités. Notre rencontre régionale du 23 mai, si intéressante soit-elle, a montré que certains problèmes ne pouvaient être réglés ni par cette rencontre ni par une autre instance du MRAP: création de fédérations là où il n'en existe pas, contacts avec le Conseil Régional, mise en place de permanents géographiques. Il est nécessaire que ces Unions régionales aient une exis tence légale (prévue par les arti cles 7 et 10 du Décret d'application de la Loi du 16 août 1901 sur les associations) pour pouvoir recevoir des subventions et intervenir en justice. Ouel serait le rôle de ces unions régionales? Susciter la création de fédérations dans les départements où il n'yen a pas. Etre l'interlocuteur du Conseil Régional, des rectorats, etc. Assurer la coordination des activités des fédérations et des comités d'une région. Droit et liberté, juin 1987 Rechercher les moyens pour la création de postes de permanents régionau x. Aider les fédérations et les comités qui le demandent. Fonctionnement des unions régionales: Les unions régionales regrouperaient les fédérations (quand elles existent) et les comités (dans les départements sans fédération) d'une même région; chaque fédération serait représentée au Bureau Régional par deux membres et chaque co mi té (quand il n 'y a pas de fédé) par un membre; ce Bureau élirait un président, un secrétaire et un trésorier; il se réunirait une fois par trimestre; une assemblée régionale ouverte à tous les adhérents aurait lieu chaque année. Nous ne nous dissimulons pas les problèmes que pose une telle création: il n'est pas question de remettre en cause l'autonomie des comi tés qui resteraient libres de leurs actions; la même souplesse qui a présidé à la création des fédérations devrait être appliquée (regroupement de deux régions, rattachement d'un département limitrophe à une union régionale, etc.); il faudra dégager des moyens financiers pour assurer le fonctionnement de ces unions, mais si la création de permanents régionaux s'avère possible, le Secrétariat National pourrait être libéré d'une partie de ses tâches (suivi des comités et des cotisations par exemple). En tout état de cause, on n'est jamais prisonnier d'une structure. Donnons-nous les moyens légaux de créer cette structure qui nous semble très utile et nous verrons à l'utilisation ce qu'elle donne. Pour la Fédération d, Vaucluse: Pierre-Marie DANQUIGNY -10- LES JEUNES ET LE MRAP Lors de l'Assemblée Générale de Limoges, il a été indiqué aux participants que la moyenne d'âge des membres du MRAP augmentait tous les ans. Lorsque, en Bureau National, des personnes demandent que soit abordé le thème "Co •• ent faire venir et participer les jeunes au MRAP?" il n' y a toujours que de vagues promesses de fai tes. Pourtant, il me semble que des jeunes dépend la survie du Mouvement , car eux seuls sont encore capables de se mobiliser nombreux pour une cause, s'ils sont convaincus. Si nous voulons lutter efficacement contre le racisme, il faut commencer par convaincre les personnes du bien-fondé de nos idées dès le plus jeune âge. Et pour cela, il faut pouvoir aborder la jeunesse. Si cela peut paraître simple aux militants du MRAP enseignants, et donc en contact permanent avec les jeunes, il n'en est pas de même dans beaucoup de comités locaux. Il est souvent difficile de pouvoir organiser la moindre exposition ou manifestation dans une école, un C.E.S., un lycée s'il n'y a pas déjà des forces mili tantes à l'intérieur de l'établissement. Les contacts avec les jeunes à l'extérieur posent aussi problème car nous n'avons pas de matériels susceptibles de les accrocher ni de structure d'accueil. Je rappelle donc ma demande : création d'un groupe de travail s'informant de toutes les actions réalisées vers les jeunes et réfléchissant aux méthodes les plus attractives à employer pour amener les jeunes à nous rejoindre et plus tard à nous succéder dans notre lutte antiraciste. René NEVEU C.L. de Plaisir REGARD SUR NOTRE HISTOIRE -------- UNE LOI QUI N'EST PAS NÉE TOUTE SEULE Et pour cause: il a fallu treize ans de lutte au MRAP pour l'imposer Treize ans de lutte pour faire présenter au Parlement une loi qui y sera votée à 11 unanimi té: ces quelques mots résument bien les contradictions de ces années difficiles. Le MRAP devra se battre de 1959 à 1972 pour faire admettre aux Gouvernements successifs qu 1 il im porte de légiférer sur le racisme. Mais revenons au début. Nous sommes en 1949. Le MRAP vient de se créer, nationalement, puis rapidement dans toutes les grandes villes. A cette époque, il existe un embryon de loi antiraciste: le décret Marchandeau de 1939, Voté à la sauvette pour tenter de contenir (en 1939!) les activités racistes, génératrices de trouble social, le décret Marchandeau a bien sûr été abr09é par Pétain, et bien sûr rétabli à la Libération. Mais il est quasiment inapplicable. Il ne condamne que la diffamation dont il faut prouver qu 'elle a pour but dlinciter à la haine raciale pour tout un groupe, et non certains membres de ce groupe pris individuellement. Seul ce groupe peut agir en justice, parce que directement mis en cause. Clest dire si les procès se comptent sur les doigts d'une main jusqulen 1959. Sous 11 impulsion décisive de son président dl alors, Léon LyonCaen, le MRAP définit une nouvelle tactique. Il faut se battre sur quatre fronts: juridique, politique, dans l'opinion publique et internationale. Juridique: un groupe de spécialistes autour de Léon Lyon-Caen met au point un arsenal de mesures qui, venant se greffer sur la législation en vigueur, permettront de combattre toutes les manifestations de racisme, de la provocation à la haine raciale aux Droit et liberté, juin 1987 discriminations dans 11 emploi, le service, le logement, aspects nullement pris en compte par le décret Marchandeau. LI avantage de cet énorme travail est double: d lune part, il permet une simple modification des lois existantes, d'autre part, il fournit "clés en main" une panoplie complète de mesures aux députés et sénateurs. Encore faut-il les voter, et clest là le travail politique. On a du mal à se rendre compte aujourd ' - hui du nombre d'interventions qu'il aura fallu faire dlune part auprès des députés et sénateurs de toutes opinions pour les amener à déposer des projets de loi, et d'autre part auprès du Gouvernement pour qu 1 il les inscrive à llordre du jour des assemblées. Ce sera un travail incessant de treize ans. La thèse des gouvernants d'alors, si elle est contradictoire, nlen verrouille pas moins le débat: dlun côté, ils prétendent que le racisme a disparu en France depuis la guerre. De 11 autre, ils affirment que, quand il y en a, la législation est suffisante pour le réprimer. Votée à l'unanimité du Parlement Auprès de l'opinion publique: les meetings, journées de réflexion, rassemblements, interventions, vont se multiplier pendant ces treize années. Dlautant plus qu'à chaque (rare) procès, le MRAP tente de se faire reconnaître partie civile, ce qui, dans 11 état de la législation, ne peut réussir, mais permet de sensibiliser l'opinion. Enfin, auprès internationale. LIONU de poids dans cette - 11- de l'opinion sera un allié bataille. Sa composi tion même le rend beaucoup plus sensible aux problèmes du racisme et de la discrimination. Novembre 1963: l'assemblée générale vote une déclaration sur 11 élimination de la discrimination raciale, qui deviendra Convention internationale en 1966. La France signe le texte à New-York, mais mettra cinq ans à le faire ratifier par le Parlement. 1971: l'ONU décide que ce sera la première année internationale pour lléli mination des discriminations raciales. Au cours de cette année, les choses vont Si accélérer. Le Président Pompidou est amené à prendre position contre le racisme, qualifié par lui de IIfléau du XXème siècle", Le MRAP s'appuie sur l'impact de cette année internationale pour renforcer la pression. DI autant plus qu 1 un certain nombre de fai ts viennent confirmer aux yeux de l'opinion que le racisme est loin d lêtre mort. Les bavures se multiplient dans les commissariats, de nombreux meurtres sont commis sur des ressortissants maghrébins. Les annonces dl emploi discriminatoires sont de plus en plus fréquentes. Et chaque fois, on slaperçoit que la législation est insuffi s an te. Dans ce contexte, la présentation de la Loi au Parlement, où elle était déjà déposée par les Groupes communiste et socialiste et par certaines personnalités de la majorité devient inéluctable. Présentée en juin 72, elle est votée à l'unanimité par l'Assemblée puis par le Sénat, et promulguée le 1er juillet. On slétonnera alors qu'elle niait pas été votée plus tôt, Etonnement qui fait 11 économie de treize années de lutte dl un Mouvement pour imposer à la loi de slaccorder à la société. , ACTUALITE UN PRINTEMPS ACTIF JUIN-JUILLET Un dossier complet sur Israël et les implantations dans les territoires occupés. Les perspectives de paix avec les pacifistes israéliens et la nouvelle orientation du Conseil national palestinien. UN DOSSIER POUR FAIRE LE POINT Et les rubriques habituelles LE NUMERO: 20 F. EDITO, suite de la page 1 Intense activité au siègt national pendant ce mois de mai. D'abord, deux manifestations successives sont organisées. L'une devant le siège de la Commission Nationale de la Communication et des Libertés, le 6 mai 87, soir du troisième passage de Le Pen à ilL' Heure de véri té", pour demander un droit de réponse aux mensonges proférés par le leader du Front National notamment au sujet de l'immigration. Une délégation a été reçue par la CNCL le 21 mai. Autre manifestation, le 13 mai 87, à l'ouverture du procès 8arbie, pour faire le lien entre le racisme d'autrefois et celui qui sévit sous d'autres formes aujourd'hui. La manifestation, partie du Marais, un des hauts-lieux de la persécution des juifs pendant la guerre, s'est terminée avenue Daumesnil, devant la plaque dédiée aux soldats nord africains morts pour la Libération de Paris en 1944. PROCES BARBIE Le MRAP Y est partie civile et des petites phrases... sans argumenter contre ses mensonges. A quoi sert la réforme du Code de la nationalité? Ressortie fébrilement par le Premier Ministre au lendemain de la prestation lepénique, l'un de ses objectifs est précisément de prendre des voix à l'extrême-droite sans la contredire, mais en utilisant les pulsions funestes qu'elle alimente. • Avec la loi répressive de septembre 86, avec les charters et les "trains" de M. Pasqua, elle s'inscrit dans une stratégie qui vise à réduire le nombre des immigrés maghrébins et noirs (pour préparer la libre circulation des Européens en 1988 et 1992?), en rendant plus vulnérables - donc plus exploitables - ceux qui resteront et en les faisant passer, là encore, comme une menace pour notre sécurité et nos "valeurs". Valeurs bafouées, à vrai dire, par cette entreprise elle-même. Voilà pourquol le MRAP s'est constitué partie civile dans le procès Barbie; pourquoi il multiplie les efforts en vue de désamorcer les mystifications de Le Pen et réclame le droit de s'exprimer sur les grands médias; pourquoi il riposte sans relâche aux persécutions contre la popul ation d'origine étrangère et les projets visant à les aggraver. Droit et liberté, juin 1987 -12- est représenté par Me Gourion. Nos deux témoins, Charles Palant et Albert Jacquard, ont déposé respectivement les 26 mai et 12 juin. Une conférence de presse a été organisée le 15 mai à Lyon, tandis que Albert Jacquard assurait, le 12 juin, une conférence dans un lycée. JOURNEES D'ETUDES A l'initiative du MRAP, un colloque sur la Loi de 1972 contre le racisme, à l'occasion du quinZleme anniversaire de la Loi, va se tenir à la Cour de Cassation de Paris les 19 et 20 juin. Co-organisé avec la LICRA, l'Ordre des Avocats, l 'Insti tut des droits de l'Ho~me du Barreau de Paris, ce colloque fera le point sur l'utilisation de la Loi. Nous ne manquerons pas de rendre compte de ses travaux. Le 27 juin, le MRAP organise à la Bourse du Travail de Bobigny une journée d'études sur le Proche-Orient, à l'occasion du vingtième anniversaire de la guerre des six-jours, du quarantième anniversaire de la déclaration de l'ONU demandant la création de l'Etat d'Israël et du soixante-dizième anniversaire de la déclaration Bal four, première reconnaissance par un Gouvernement, en l'occur rence britannique, de la nécessité de fonder un foyer national juif en Palestine. Il Y a trois ans, à cette époque, Alexandre CHIL-KOSL 0 WSKI , membre fondateur du MRAP, nous quittait. Nous gardons de lui le souvenir d'un militant infatigable, d'un homme de coeur, d'un homme de foi en la personne humaine. A cette occaSIon, nous renouvelons à sa femme, Hélène, nos sentiments de sympathie profonde.

Notes

<references />