Droit et Liberté n°148 - septembre 1955

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°148 (252) de Septembre 1955
    • NON! à la haine page1
    • Les antiraciste exigent : Que soit respecté le droit à la vie et à la dignité des populations d'Afrique du Nord; que cessent les mesures discriminatoires frappant les algériens en France; que soient récherchées sincèrement les solutions conformes à la paix en Algérie et au Maroc par Albert Levy page1
    • Un député, un professeur et un peintre témoignent: comment vivent les juifs en Roumanie page2
    • Chaque jour des faits nouveaux confirment l'innocence des Rosenberg par Charles Ovezarek page2
    • L'affaire des nouveaux maîtres: un curieux jugement qui doit être réformé par A. Dymenstain page3
    • Mme Chombart de Lauwe: "les espoirs de la Libération doivent toujours nous inspirer" recueilli par L. Mouscron page3
    • Oberg gracié? page3
    • Notices nécrologiques de Thomas mann et du Procureur général Mornet page3
    • Ou sévit le racisme, l'Homme perd ses droits page4,5
      • Maroc: origines et rôle de l'antisémitisme
      • Algérie: j'ai vu la haine déchaînée par Robert Lambotte; Une guerre de race et de religion par Georges Penchenier; qui a commencé par Robert Barrat
    • Droit et Liberté ouvre l'enquête: voici ce qui s'est passé au quartier de la Goutte-d'or page5
    • Une odieuse campagne de presse: coupables d'être algériens par Aimé Cacheux
    • Robert Merle: "la légalité en vacances 'Algérie) page6
    • Un enfant noir de 14 ans lynché à mort aux U.S.A. page6
    • A Madagascar, les fonctionnaires sont payés selon la couleur de leur peau page6
    • Un grand français, un grand antiraciste: l'Abbé Grégoire par Gaston Monnerville page7
    • Un texte de Voltaire (interdit en Afrique du Sud): le prix du sucre page8

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

- E TE 191515, été de la détente ... A la mer, à la montagne, en voyage, on respirait mieux, cette année, n'est-il pas vrai? AoOt, qui fut si souvent chargé de menaces, portait les promesses d'un printemps ... Cette rencontre des quatre Grands, qui a, substitué à la « guerre froide » l' « esprit de Genève », comment fut-elle rendue possible? Par la volonté des peuples. Les peuples veulent, avant tout, vivre - vivre dignement et Jouir des immenses progrès promis pàr les découvertes atomiques; vivre dans l'amitié réciproque et la liberté. Et Ils l'ont clamé de mille ' façons, unis, puissants: à Badoung et à Helsinki, par l'amoncellement de centaines de millions de signatures, par la volx d'éminentes per_ sonnalités, de plus en plus nombreuses, par l'action de mouvements tels que le nôtre ... Oui, militants, aJmis du M.R.A.P., vos efforts Incessants ont une part notable dans cette grande victoire de la paix. • COMBIEN de fois l'avons-nous dit: le racisme, c'est la guerre. La paix seule offre le terrain où fleurit la fraternité. La guerre oppose, la paix rapproche, et ,par conséquent abat les préjugés. On ne peut concevoir la paix sans l'égalité des hommes, sans le respect de leurs droits, de leurs aspirations Individuelles et collectives. .,out se passe pourtant comme si certains s'acharnaient à vouloir étouffer les espoirs nés de la détente. Pourquoi faut-il qu'en Afrique du Nord s'allume une guerre où le racisme joue le rôle du vent soufflant sur l'incendie. Pourquoi faut-il, à l'heure où l'U.R.S.S. démobilise 640.000 hommes, que l'on mobilise en France 180000 jeunes gens qui terminaient ou avalent terminé leur service? N'est-ce donc pas encore assez de sang et de larmes? Ces faits, et quelques autres: la tension q~i persiste au MoyenOrient, les déclarations d'un MacCarthy ou d'un Adenauer, nous rappellent que la paix est un per,pétuel combat, et que notre vigilance ne doit pas faiblir. • S I l'o'plnlon n'imposait pas une recherche rapide et sincère de solutions pacifiques en Algérie et au Maroc, non seulement les haines s'envenimeraient encore, mais le foss~ achèverait de se creuser entre la France et les populations nord-africaines. C'est donc, comme toujours, dans la perspective de l'intérêt national que se placent les antiracistes en exigeant que soit respecté là-bas le droit à la vie et la dignité humaine. EmpêChons que soit ternie l'image que partout dans le monde on s'est faite du pays des Droits de l'Homme, du pays de l'abbé Grégoire et de Schoelcher! Les événements de ces dernières N· 148 (252) 15 SEPTEMBRE 1955 30 FRANCS , 1 • a la hai'ne semaines, au Maroc, ont confirmé, en outre, que l'antisémitisme ne saurait être séparé du racisme antlmusulman; l'un et l'autre proviennent des mêmes milieux, tant en France qu'en Afrique du Nord. Un Xavier Vallat, ancien « commissaire aux questions Juives » de ViChy, compte, avec ses acolytes d'Aspects de la France, de Rivarol, de Défense de l'Occident, parmi les plus excités partisans de la vlolencé. Ils choisissent la période présente pour redoubler d'attaques à la fols contre les .Juifs et les Musulmans. Ne pas rechercher la paix, ce serait permettre à ces racistes, de se relever du coup qu'a été pour eux la Conférence de Genève. • T OUS unis, nous pouvons leur faire échec. La 7" Journée Nationale organisée par le M.R.A.P., le 12 juin dernier a suffisamment montré qu'II existe en France des forces Immenses déchlées à agir ensemblo pour faire échec au racisme et à l'antisémitisme. Il dépend de nous tous, sans distinction d'opinion, il dépend de l'union entre tous les antiracistes, quelle que soit leur organisation, que de nouveaux pas soient faits dans la lutte contre le racisme et les crimes qu'II engendre. Faisons partout connaltre la vérité. Qu'à tous les échQs, la France généreuse, la Fl'ance antiraciste fasse entendre sa volx! DL Les antiracistes exigent •• • que soit respecté le droit à' la vie et à la dignit&' des populations d'Afrique du ,Nord; • que cessent les mesures discriminatoires frappant les Algériens en France; • que soient recherchées sincèrement les solutions conformes à la paix en Algérie et au Maroc. L ES FLAMMES DES INCENDIES allumés en juillet dernier par les « super- Européens l de Casablanca, fanatiques de l'oppression coloniale et de la répression, ont éclairé dramatiquement une réalité maintes fois soulignée par notre journal: à savoir que racisme antljuif et racisme antiarabe, proviennent, même si ,cela n'est pas toujours visible, de la même source, et concourrent aux mêmes effets. Les ultra-racIstes du Maroc, dans le déchalnement de leur haine, ont saccagé sans distinction boutiques juives et boutiques arabes ; les cris de «mort aux ratons 1 l et de « mort aux youpins 1 » se mêlaient dans leurs clameurs furieuses ; leurs mots d'ordre diffusés par tracts, exprimaient également l'antisémitisme le plus grossier et un mépris total envers les musulmans. , A quoi il faut bien ajouter, malgré le titre de « Présence Française» dont Ils se couHaient, cette attitude d'hos.tilité à l'égard de la France et de la République, allant jusqu'aux menaces de sécession. • RIEN DE NOUVEAU, donc, dans cet état d'esprit, 'qui n'a d'ailleurs cessé de s'affirmer depuis, notamment lors des obsèques du général Duval. Après ces violentes' explosions, toutefois, Il est plus difficile de cacher ou d'oublier que la véritable opposition sociale n'est pas entre juifs et musulmans, mais entre privilégiés et victimes, et que le racisme - tout racisme - vise à accabler et diviser ces dernières. • « LES EUROPEENS d'Afrique du Nord prennent une mentalité de Sudistes », constatait, il y a quelques années, le journal « L'Africain ». l'enjeu était la reconnaissance de l'égalité des noirs 1 Mentalité de Sudiste, celle de ces Européens, sûrs de l'impunité, qui, selon un rap,port officiel, « sautent dans leur voiture, prennent une arme à feu et tuent au hasard les premiers Marocains qu'ils rencontrent. » Mentalité de Sudistes, éelle qui aboutit à ces scènes décrites par M. Robert Barrat, dans Témoig'nage Chrétien: « Les 14 et 115 juillet, des hordes d'Européens déchalnés ont, à Casa- ' blanca, tué, lynché, brûlé vifs une centaine de Marocains. Des témoins oculaires - Français - de ces , scènes épouvantables m'ont décrit les gosses marocains de 115 ans. que les voyous du Maarlf chassaient et tiraient dans les rues comme des lapins, les automobilistes marocains stoppés. pal' les émeutiers et en_ Albert LEVY. (Suite page 4) Son Ills (14 ans) Combien significative est cette évocation de la guerre qui opposa, au 19" siècle, le Nord et le Sud des Etats-Unis, et dont a été lynché Mme Morie Brodley, soutenue por deux pasteurs noirs, songlote devont le G'fCueil de son jeune' fils, tué por le ,~ ,_ loclsmll, à _14 ons. (Vçir nQ~ infQr(nqtIQns, poge 6] DANS CE NUMÉRO L'Abbé Grégoire par Gaston MONNERVILLE, Président du Conseil de la République (page 7). ,. NOS INTERVIEWS - Mme CHOMBART DE LAUWE: Les espoirs de la Libération (page 3). - M. M. FELDMAN, POPPER et MAXI : Comment Juifs en (page 2). vivent les Roumanie - M. Robert LAMBOTTE

«Ce que j'ai vu dans 1 le 'Constantinois » (page 5). • VOLTAIRE interdit en Afrique du Sud (p. 8). , , ,)' f j • '. iD PAS .. IJ)UISQU'ON NE VOUS lE DIT PAS Réparations Les faux pillés ..• JI Y a ceux qui furent pillés par les nazis, et ceux quI se prétendent « victImes " de la RésIstance. Un ancien militant du Comité France-Allemagne et « collaborateur » des Cahiers Franco-Ali ... mands s'efforce de créer la contusion. Il voudrait faire bénéficier les seconds de l'Intérêt que l'on porte aux premiers. ... et le ministre Donc, Rivarol annonçait que le c Groupement National des Pillés, Spoliés .et Sinistrés " qui compterait 40.000 membres (trompeurs et trompés) tiendrait son congrès 274, boulevard St-Germain (Salles des Propriétaires) et serait présidé par M. Gilbert Jules, secrétaire d'Etat aux Finances et Affalr.es économiques. Les services de ce dernier fonc_ \Ionnent-lis si mal, qu'II n'a pas' 6té Informé à temps de la compoIition de la direction de ce mouTement où trônent tant d'anciens c collabos » ? Pourtant le patronage d,e Rivarol à luI seul est Iymbollque. Toujours est-Il que ce n'est que le lendemain du banquet qu'Il avaIt accepté de présIder, qu'Il manifesta des regrets d'avoir été Informé trop tard. Le prix du Banq Depuis la reconquête de la souveraIneté allemande, avec l'application des Accords de ParIs, la grâce accordée aux assassins nazIs, lei éditions de «Mein Kampf " 80nt vendues fort officiellement en Allemagne. On connalt l'auteur de ce livre, mais nous aimerions savoir qui touche les droits d'auteur, le sieur Hitler n'étant plus. Il avait aussi une énorme fortune, des proprIétés. Où 1I0nt bloquées ces sommes, qui gère ces propriétés? Injures qratuites Voici quelques extraits d'une lettre reçue par un ancIen combattant décoré de la croix de guerre qui réolamait son dO., le payement d'une facture qu'il avalt réglée à la place de sa correspondante

c ". louhaJt. que toutes les calamltél tombent sur votre tête d • .Jult, car vou. voulez prendre mon arg.nt JUlqu'au bout, qu'elle (sic) .. 1. race, mals vous serez puni. » (reslc). ' C'est avec des injures qu'une dame se croyant encore au temps de l'occupation pensait s'acquitter de sa dette. Qu'elle fut cependant obligée de régler après IntervenUon du juge de paix. c Ne voulant pas revoir votre tlgur. répugnante de youpain et n. voulant P" engraisser les homm81 d. 101, Je vous envole un chèqu .... ]Ii. MOUVEMENTS DIVERS Ceci ••• Le regroupement des films sur la deuxième guerre mondiale, la Résistance et la déportation a été prescrit par le gouvernement. A quelles fins? Ce problème a donné lieu à une Interpellation à l'Assemblée Nationale. Est-Il vrai que certains films et notamment celui sur les camps de la mort, ne seraient plus prêtés par le service cinématographique de l'armée? Est-il vrai que la destruction des films et bandes cinématographiques jugés « offensants pour l'Allemagne l aurait été prévue, mals remise en question à la suite de diverses protestations? ••• expliqué par cela Les premiers ofticiers de la nduvelle Wehrmacht en cours de reconstitution, tous anciens officiers de l'ancienne, arrivent en France pour participer à l'étatmajor de l'O.T.A.N. Les trois Adolf Le général Adolf Heuslnger, le général Adolf Galland, le capitaine de vaisseau Adolf Zeuker sonl les trois principaux chefs de la nouvelle armée allemande. Force~ armées, aviation, marine. Coïncidence, diront certains. Mais quand on sait que ces trois Adolf sont d'anciens ' chefs de Hitler, qu'Ils servirent avec zèle et fidélité, on a quelques raisons de s'inquiéter. DEUX~ POIDS, DEUX MESURES Agressions nocturnes Une bande de racistes attaque depuIs quelque temps les Algériens dans la banlieue lyonnaise de Saint-Fons. Ces agressions se déroulent toujours la nuit. Le 23 aoo.t, neuf Individus, porteurs de matraques et de pierres ont été arrêtés par la police, mals cene-ci reste discrète sur leurs activités et ils ont été bientôt relâchés. Et le 5 septembre, ce sont pluIl'eurs centaines d'Algériens qui ont. été arrêtés à Lyon. Cinéma et culture Les noirs, au Congo belge, n'ont pas le droit d'aller au cinéma. Certains blancs craignent-ils de les avoir assis à côté d'eux? On est moins dIfficile quand Il s'agit de les utiliser à toutes les besognes !' Peut-être aussi craignent-Ils qu'Ils ne s'Instruisent? Mals ce 'l"aclsme grossier les Instruit b·eaucoup mieux que le meilleur film ne pourrait faire. Au fou 1 L'United Press communique :' « Tom Lulder, candidat au poste de gouverneur de la Georgie, veut bien que l'Etat organise des écoles mixtes pour blancs et noirs, à côté des écoles séparées, mais Il demande que les élèves blancs qui désir,ent fréquenter une école où Il y a des nègres soient soumis à un examen mental. Car Ils ne peuvent qu'être détraqués et ont besoin d'un traitement. » Qui a besoin d'être soigné? Un député, un prolesseur et un peintre témoignent ••• COMMINY. VIVENT LES JUIFS en Roumanie T ROIS éminentes personnalités roumaines, le député Bercu FELDMAN, le professeur POPPER, le peintre

MAXI, sont venues récemment à

Paris, à l'occasion de ,la Conférence MondIale Juive contre le réarmement allemand. C'est très 'Volontiers que tous trois, au cours d'une conversation familière, ont

répondu aux questions que nous

leur avons posées pour les lecteurs de Droit et Liberté. Comment vivent les Juifs e,n Roumanie ? A travers les ~ultlpies faits, chiffres, remarques, exemples personnels qui nous ont été soumis, nous pouvons caractériser ainsi leur situation: après avoir vécu en parias, souffert toutes les brimades, toutes les discriminations, après avoir connu les ghettos, les prisons et les camps, les voIlà enfin citoyens li_ bres, égaux à tous les autres, travaillant selon leurs goo.ts et leurs capacités, honorés selon leurs mérites. - 'Même avant le régime tas. cIste, soulignent nos Interlocuteurs, la monarchie roumaine pratiquait l'antisémitisme d'Etat. A partir de 1939, les repré_ sentants les plus réactionnaires de la bourgeoisie et de. grands propriétaires tonclers ayant pris le pouvoir, la situation s'aggrava encore: cette diversion qu'est l'antisémitisme était ,plus nécessaire que Jamais pour Imposer au peuple une tyrannie et une guerre dont il ne voulait pas. ... Et d'évoquer les pogromes, les déportations, tout le cortège des horreurs nazies : les victimes accrochées à l'abattoir de Bucarest, comme des b~te5, en jan' vier 1941; l'asphyxie dans les wagons plombés; les pillages, les exécutions sommaires. et le terrible massacre de Jassy, le 29 juin 1941, au cours duquel 13.000 Juifs furent assassinés. . ... On n'en finirait pas de raconter ces drames sanglants. Un chif_ fre brutal les résume: de 700.000 en 1939., la population juIve s'était réduite à 300.000 à la Libération. Et maintenant 1 ••• - Aussitôt les nazis chassés par les armées soviétiques, toutes les lois raciales ont été abrogéee, nous explique M. Feldman. La Constitution garantit à tous les citoyens des droits égaux. La propangande antisémite, le racisme, le chauvinisme à l'égard d'un. quelconque minorité s'ont .tfecti_ vement Interdits • ... Ainsl, pour la première foia dans l'histoire de la Roumanie, les Juifs se sont Intégrés à la vIe nationale. Les trois délégués qui nous parlent Illustrent. eux-mêmes ces transformations. Député depuis plusieurs années, M. Feldman enseigne à l'Ecole Polytechnique de Bucarest; Il a reçu, en_ tre autres, la plus haute déc'oratlon nationale, l'Etoile de la République. Le p,rofesseur Popper, de l'Université de Bucarest, dirige l'Institut de Recherches sur les maladies du poumon. M. Maxl est directeur du Musée National d'Arts Plastiques. Ils nous citent de nombreux autres Juifs occupant d'importantes fonctions - et aussi le fait que 40.000 Juifs participent activement à la production s'OclaIl8- te, dans les usines ou les coopératives, et que beaucoup se distinguent comme travallleun d'élite. Toutes facUités Les croyants bénéficient aujourd'hui de l'entière liberté du culte. Dans toutes les localités où vivent des Juifs, existent des communautés religieuses, dlrlgtlell par des rabbins. 520 synagogues et temples fonctionnent dans l'ensemble du pays. . , Chaque jour, de nouveaux (aits confirment Les Juifs de langue ylddisch ont toutes facilités pour conserver et développer les tradition. culturelles qui leur sont chères. Il existe en Roumanie trois écoles y1ddisch et deux théâtrel d'Etat juifs (à Bucarest et Jassy): Des livres, des journaux en ylddlsch sont constamment édités. Une émission ylddlsch a lieu quotidiennement à la ,radio. L'IN·NOCENCE DES ROSENBERG C 'EST bien à juste titre que le crime commis contre les Rosenberg a été dénoncé comme un crime contre l'humanité, contre le progrès humain. Combien avaient 'raison tous ceux et toutes celles, Innombrables dans le monde, qui avalent élevé leurs volx pour s'Indigner du crime qui allait s.a commettre et réclamaient une enquête ob- DROIT ET LIBERTÉ g1, Fbg St-Denis - Paris-1CJt Tél. : TAI. 48-11 et 45-26 TARIF DES ABONNEMENTS FRANCE et UNION FRANÇAISE Un an : 300 franci PAYS ETRAN~[RS. Un an : 430 fran .. ABONNEMENT DE SOUTIEN : 1.000 franc. TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQ(;E C~mpte Ch. Post. : 6070-98 ParÏl Pour le. changementa d'adn ••• •• v.yer 20 franel et la dernière band. Le ,érant : Ch. OVEZARE~ I.I.P.N., 14, Rne de Paradia -:- PARIS (X') -:- Tr/l1l •• de. par du OU11. ay,ullque. jectlve, certains qu'Us étalent de l'Innocence des deux martyrs. La volx de la conscience est toujours la voix de la justice et de la. raison. Deux ans se sont à peine écoulés et déjà les deux arguments essentiels de l'accusation sont mis en pièces pour la honte éternelle des justiciers, instruments des marchands d'atomes. Les faux témoins démasqués Dans un livre qui connalt outre- Atlantique un retentissement énorme c Le jugement d'Ethel et Julius Rosenberg ~, l'auteu,1{, John Wexley, révèle, après de longues recherches, l'attitude répugnante de Harry Gold dont le témoignage a pu être considéré à juste titre comme essentiel dans l'acte d'accusation contre les Rosenberg. Harry Gold, en effet, s'Il ne connaissait pas directement les Rosenberg, avait été en relation étroite avec les Greenglass et o'est par eux que le F.B.I. parvint aux Rosenberg. C'est lui qui fut, c le chalnon de l'affaire l . Harry GOld, témoin principal dans une autre affaire d'espionnage, vient de subir un échec qui doit mettre fin à sa carrière de faux témoin appointé. Le tribunal de Dayton (Ohio), en effet, après tlvo1r ent~du l'avocat de la défense mettre Harry .Qold en oontra Uction avec ses témoignages précédents, a libéré l'accusé. Un autre « faux témoin • professionnel, Elizabeth Bentley, qui n'avait jamais Vu les RosenlJ.erg était néanmoins intervenu contre eux au procès. Elizabeth Bentley subit à son tour les assauts de 1& vérité et .le moment ne sauraIt tarder Oil elle connattra, elle aus_ si, le sort qul "l'attend. U y a quelques mols, Matusow. qui fut l'adjoint de Roy Cohn dont on n'est pas près d'oublier le rôle dans le procès Rosenberg. reconnut être un mouchard appointé. Un {( secret » inexistant Deux ans à peine et déjà la machinatIon commence à s'effondrer. Si les faux témoins furent nombreux à être cités, les témoins qui pouvaient aider la vérité ... par contre, ne purent jamais, ou difficilement, se présenter devant le trlhunal. Le plus connu d'entre eux, le professeur Urey, fit savoir que le secret atomique ne pouvart exister et que toutes les grandes nations Industrielles étudiaient de très près ce problème. En aoo.t dernier, à Genève, les plus grands savants atomistes du monde, confirmèrent ce jugement et s'entendirent pour échanger leurs expériences. Deux ans à p.eine et Il apparaît clairement que le secret devant -lequel l'Amérique montait une garde si vigilante était le secret de chacun et de p.ersonne. L'amiral Strauss, lui-même n'était pas le dernIer, au nom des U.S.A., à proposer à Genève la communication des travaux en matière atomique. n faut sauver Sobell 1 Les Rosenberg ont permis, par leur conduite héroYque, de faire avancer l'idée de Paix .et par là même à faire reculer la guerre. On a pu dire que l'aUaire Dreyfus avait divisé la France et que l'affaire Rosenberg avait, au contraire, refait son unité. Cette union, à son tour, a forgé cette nouvelle grande puissànce, l'opinion publique, comme le soulignait JoUot-Curie, et a amené à la rencontre des quatre Grands à Genève. Notre reconnaissance doit se manifester sans tarder, en fpnction de la nouvelle situatIon créée, en oeuvrant pour la réouverture du' dossier Rosenberg. En attendant, un homme dont le nom fut hâtivement proIionèé au procès, un homme quI Ignore les raisons de son arrestation et les motifs de sa condamnation' à 30 ans de bagne, attend que justice lui soit rendue. Morton Sobell est la preuve vivante de l'iniquité du procès Rosenberg

Morton Sobell est per_

sécuté dans le bagne lointain d'Alcatraz. Il faut obtenir rapidement sa libération, Il faut le sauver. Ce sera un premier pas vers la réhabilitation des Rosenberg. Charles OVEZAREK - Telle est, poursuit M. Feldman, la sltuaUon des .Jults roumains: tout en ayant la pOlslblllté de satlstalre sana entrav •• leurs besoins religieux et oultureis particuliers, Ils .ont philnement intégrés à la vie économique et sociale; il. ne rencontrent aucun antisémitisme, aucune hostilité. « Information )t Puis nos Interlocuteurs évoquent les campagnes menées danll certains milieux, en vue de déformer ces réalités pour les besoins de la c guerre froide •. - A la veille de PAquea, · l'an dernier, nous raconte M. Maxl, la communauté Juive de Suèd., trompée sur la situation d .. .Ju,lts roumains, leur propo .. , par lettre, de leur envoyer du pain azyme. Le Grand-Rabbin d. Bucarest a répondu que les .Jult. roumains taisaient eux-même. leur pain azyme et qu'Ils pourraient même en envoyer en Suèd., si nécessaire. Quant à M. Feldman, Il s'est vu aborder, au cours de la Confé rence de Paris, par un journalIste brésilIen: - Ouol'f lui dit le journall.t. en le pal.pant, vous êtes vl.vant '1 Sur la toi de dépêches, j'al déj' publié deux tols votre arrestation et votre exécution ! ... Peut-être sera-t-Il tenté maintenant de mieux vérifier 'Ses informations! - Dites à vos lecteurs, oonclut M. Feldman, au nom de la délégation, que nous suivons avec un vit intérêt la lutte, menés en France contre le racisme, pOul' la Justice et. pour la paix. Cette cause .. est ,ausal la n6tre. L'affaire des " Nouveaux MaÎtres 1/ UN CURIEUX IUGEMENT . (qui doil êlre rélormé) L E 28 juin dernier, deux semaln~ s après la magnifique Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, les magistrats composant la 3' Chambre du tribunal civil de la Seine ont rendu leur jugement dans le procès intenté contre le M.R.A.P. par les producteurs du film xénophobe, antisémite et antirépubllcain : t Les Nouveaux Maltres ~. Le tribunal, comme nous l'avons Indiqué, a condamné le M.R.A.P. à 500.000 fr. de dommages- intérêts. Cette décision, pour le moins inattendue, a profondément ému l,es antiracistes et les patriotes de France. La presse parisienne, notamment « Libération

., « Franc-Tireur )), « Le

Parisien Libéré ~, « l'Humanité », s'est élevée contre la condamnation du M.R.A.P. I! appartient désormais à la Cour d'Appel, devant laqu~lle ce jugement sera porté, de se prononcer, non sans avoir examiné en fait et en droit tous les aspects de ce procès ahurissant. Les faits Rappelons les faits: En juin 1950, la Société des Films SIRIUS met en distribution un film, e Les Nouveaux MaUres », mis en scè.ne par Paul Nivolx et réalisé par « Les Artisans du Film Associés ». Le principal personnage de ce film, nommé « Padrovitch )), a « l'acoent Impossible », « parle un mauvais français », comme le reconnaissent les magistrats. Né. à Smolensk, plongeur à Varsovie, docker à Salonique, Il est « aussi laid physiquement que morale. ment », précise le scénario. « Il a le dos rond, un nez camus .•• » (le tribunal dixlt). AU fi: Il l - - -- ft -- ....-~-- DIS JJOURS Le mal concentration aire 240.000 homme., femme. et enfat'lts fran~al. fur.nt Internés don. les camp. de concentration allemands. 31.000 .eulement IOnt r.ntré. vlvanh. 12.000 d'.ntr. eux .ont déddés depul. leur rapatrlem.nt. Sur 1.. 26.000 ourvlvcmh, pa. un no Jouit actuellement d'u.. parfait état d. so .. t'. T.I. .ont I.s chiffre., donnés par 1. praf •• s.ur Gilbert Dreyfu. au coun d'une réunion d'Information, qui .'.st tenu. au .lèllO do la Fédération national. d.. Déparlés, Inter .. és, Résl.tcmts et Patriote •• Propagande de haine Fln juin, d.. bondes de carton Imprimée. aux couleun rouge et laun. .t partant de. deux côtés, en surlmpr ••• lon sur une étoile d. David, l'inscription • Tou. les Juif. • .. . Isra.1 -, ont été distribué. par de. trublion. raclst.. don. plu.lours station. do ""tra. Du 7 au 8 lui.. d.. papillon. liras. Ièroment Imprimé., partant l'inscrl .... lia.. • Los Juifs oux foun crématolr.. », ont été appa.é. sur I.s mur. .... Immeuble. dé la ru. d.. Ro.len Raseta libéré L'ancl.n député maillach. Raseta vl ... t d'être IIbér'. Voici huit an. qu'II était emprisonné da!,s le cod,. d.. m.sure. de répression qui aboutiront, ... 1947, li de nombr.u ••• arre.tatlon. et li l'.xt.rmlnatlon de 90.000 Mallach.L Les vandales De nouveau, do. vandal.s antlsémlt.. pt'ofanent d.. cimetières Israélites. A H.lllmer (MoseUe), vlngt-trol. pierre, tombal.. ont été renvené.. .t d't'rler.... Un leu .. e homme, habitant un village voisin a été appt'éh .... d' et "",1 do quatre mol. de prison. Moi. 10 ou I.s profanateurs du clm.ti .... Juif d'Enn.ry, dons le m~m. départe",. nt, Co"",,t touJaun. Tel qu'Il est, oe Padrovitch semble sortir tout droit du « Sturmer » ou du « Pilori », de si triste mémoire ; Il est l'image même de la caricature raciste du « Juif ». que les nazis ont répandue. Pour compléter la ressemblanoe, il profère à plusieurs reprises des jurons en langue yiddlsch - le tribunal, quant à lui, reconnaît ces jurons comme étant le mot allemand « Schweinkopf ». Ce personnage représente « LES Nouveaux Maîtres ». Ce pluriel m.anifeste la volonté des réalisateurs de faire de Padrovitch le type achevé de la propagande antisémite, maurrassienne, des « Juifs maltres de la France, profHeurs de guerre », etc. Pour qui a vu quelques images du film, les intentions des réalisateurs sont évidentes. « Aspects de la France », le journal de Maurras, de Xavier Vallat aujourd'hui, ne s'y est pas trompé. Dans un article paru en octobre 1950, il stigmatisait «le "ulf apatride, Ernest Padrovitch, venu de Smolensk, vendeur de bric à brac ... la plus immonde des crapules ... » et disait du film : « La peinture est exacte: la République Française en 19150 ». Les protestations Ce film suscita, dès sa sortie, dans certaines salles parisiennes des démarches de nombreux spectateurs demandant aux direcwurs son retrait. Des délégations d'antiracistes de républicains, de résistants, no~ tamment dans les 3', i O', 19' arrondissements obtinrent sans difficulté gain de cause. Le M.R.A.P., soucieux de ses responsabilités, après examen (et chacun sait que le M.R.A.P. ne s'engage ,pas Inconsidérément dans de vaines actions), estima de son devoir de protester contre un tel film et d'attirer l'attention, tant des pouvoirs publics que des dir~cteurs de cinéma et de la population sur son caractère xénophobe, antisémite, dangereux en un mot. Tous les antiracistes lui en sont reconnaissants. De très nombreuses communautés israélites, des organisations répuulicalnes, s'associèrent aux prowstations da notre Mouvement; mieux même, elles Intervinrent directement, par lettres ou par démarches auprès de la Société Sirius, de ses agents, des exploitants. Mgr l'Arch~vêque de Besançon - au cours de sa plaidoirie, M' Tixier-Vignancourt, avocat antisémite des antisémites, lui reprochera d'avoir «une tendresse trop grande pour l'Ancien Testament » 1 - tint personnellement à s'associer à la protestation élevée par le président de la Communauté lsraélite de Belfort. La cause de tous les antiracistes Trois ans et demi après, les réalisateurs du film assignaient le M.R.A.P. et réclamaient 35 millions de dommages-Intérêts. Les Artisans du Film Associés faisant grief au M.R.A.P. d'avoir créé des incidents dans d·es salles de cinéma, le tribunal devait tout d'abord vérifier si ce grief était fondé. Les adversaires prétendant trouver une faute du M.R.A.P. dans le fait qu'Il s'était adressé aux exploitants, le tribunal d~vait dire si, effectivement, le M.R.A.P. avait eu des agissements fautifs. Il devait examiner les preuves du prétendu préjudice. Mais à aucun moment Il n'a été demandé au tribunal de se substituer au M.R.A.P. pour dire si le film était antisémite. Le fait était acquis. Les adversaires eux-mêmes ne le contestaient pas. Dans leur assignati-on, Ils n'ont pas reproché au M.R.A.P. d'avoir découvert dans leur film des Intentions inexistantes. Quelques jours avant le procès, un oortain nombre de personnalités françaises purent voir le film. Toutes, à la fin de la pro_ jection, exprimèrent leur Indignation. Il y avait des .représentants d'organisations juives, de la LI CA, des gens de toutes opinions, de tous les milieux. Il y avait notamment M. le Grand-Rabbin Schilli qui, le 12 mal, dans la grande salle de l'Hôtel Moderne, exprima 1: le malaise profond » qu'il avait ressenti en voyant ce film et déclara: « La lutte du M.R.A.P. est nOtre. Nous devons empêcher que ceux qui ont courageusement combattu « Les Nouveaux Maitres » subissent une défaite, car ce serait une défaite pour nous tous ». Pourtant, aussi incroyable que cela puisse paraltre, le tribunal exprima, ce que n'avait point dit M' Tixier-Vignancourt, que ce film n'était pas destiné à susciter les préjugés et la haine, mais « à faire sourire ». Partant de là, le tribunal avança « qu'aucun incident spontan'(j ne se serait produit» et que dès lors le M.R.A.P. avait « commis une faute en outrepassant les droits de la critique obJective (7) », et en contradiction formelle avec les faits, le tribunal Incrimina le M.R.A.P. d'avoir provoqué, « au' moins à Marseille, une manifestation contre ce film lt. Non seulement Il n'y a pas eu de manifestation à Marseille, mals à aucun moment les défenseurs des 1: Nouveaux Maltres )) n'ont pu apporter la moindre preuve de directive du M.R.A.P. ou de son secrétariat tendant à susciter une telle manifestation. Et, à Marseille, le journal socialiste

 1: Le Prov~nçal )), publia

un article IndiQuant: .« SI la bonne foi du directeur de la salle marseillaise et du distributeur de film ne peut être mise en doute, il faut souligner la vigilance du M.R.A.P., dont l'Intervention a ainsi évité les Incidents qui auraient pu se produire sI le film avait été proJeté. lt Si le tribunal constata « que des incidents localisés (lesquels ?) dans le temps et dans l'espace ne peuvent Influee' de façon décisive sur la carrière d'un film comme « Les Nouveaux MaTtres lt que, en effet, c'est à tort que la Société productrice voudrait tenir le M.R.A.P. pour responsable du déficit de plusieurs millions qu'a comporté l'exploitation de ce film », néanmoins, Il condamna le M.R.A.P. à 500.000 francs de dommages-intérêts. t.e M.R.A.P. a fait appel et nous sommes persuadés que, grâce à l'appui de tous les antiracistes unis, ce jugement sera réformé. A. DYMENST AIN. OBERG Oberg, le boucher de Paris, ne sera pas fusillé. Les responsables personnels de l'ensemble des crimes nazis commis en France, O~erg et Knochen, échapperont au chAtiment. Ils ont sur la conscience 120.000 déportés raciaux, 80.000 déportés politiques et combien de fusillés et torturés. S'II faut en croire les Journaux allemands, notamment le « géné_ rai Auziger », aucun criminel de guerre allemand ne sera plus exécuté en France. Toute une campagne est d'ailleurs orchestrée, outre-Rhin, tènda nt • la libération des criminels de guerre encore détenus en ·France et dans les autl'&6 pays alliés. En rapport aveo une « r.quêx ~ ra - ]':zr Mme CHOMBART DE LAUW, E "LtS tSrOIRS Dt LA LlBfRATlON DOIYfNT TIUJOUIS NOUS INSrlRtR " (Interview recueillie par Louis MOUSCRON) Mm. CII_II.rt d. Lauw. et _ fil. La Libération... Après 'Y avoir oeuvré de toutes ses forces, Mme Chombart de Lauwe, comme beaucoup d'autres résistants, n'a pu en bénéficier qu'à retardement, une fois libérés les camps eux-mêmes. Aussi ressent-elle avec une particulière émotion ce onzième anniversaire que Paris et la France ont fêté en aoo.t avec un renouveau d'espoir et de recueillement. -...:,. La Libération ... C'était, nous dit-elle, la conclusion d'une grande espéranc.. Noua avions l'Impression que nous alliona r.partir d'un bon pied, grlce au reconserver les espoirs de la LIbération. Ce sont eux qui doivent n9us Inspirer. L'union des déporUa, des résistants se resserre d. nouveau: l'union est la seule voie à suivre, pour que nos sacrifices n'aient pas été vains. ..... e auis comme l'Immense maJorité des Françaises: Je ne peux qu'approuver de tout coeur un Mouvement comme le vOtre, qu~ aide à créer un climat fraternel, positif entre les hommes. Et caressant ses deux enfants, elle poursuit, en guise de concluslon: - Eux aussi, Je m'attache à lell élever dans un c!lmat positif. Il Mt très important pour l'avenir d'apprendre aux enfants le sena d. la Justice, de l'égalité entre Jes hommes, et l'amour de la paix. groupement des horames de bon-.,.... _ _ ne volonté. Hélas 1 c. « quelque chose de neuf1t. que nous attendions, n'a pas duré. Nous avoris été de déoeptlon en décep\lon, spécialement cruelles pour no ... , déportés, qui aviona .. crlflé plusieurs années dans le. campe, et étions revenus phYllquem.n\ affaIblis ... Cette jeune femme toute simple, mère aujourd'hui de deux enfants était étudiante en médecine lorsqu'elle entra dans la Résistance, en Bretagne. Son courage lui a valu la croix de gu.rre et la médallle de la Résistance. Arrêtée à Rennes en 1942, déportée en 1943, elle a connu Ravensbruck, Mathausen, Le combat et l~s souffrances d'hier ont profondément marqué et orienté- sa vie; elle en parle avec une passion contenue, évoquant en foule des souvenirs que l'on sent vivaces. - . Il est révoltan\ de ,oir oomment l'on efface la .... i.tan~, sea conquêtes, s.s Objectif •• Dana certains milieux, on a ou""é ... ou on fait semblant. Qu.leau'un m'a dit un JQur ano méprIs: c st vous avez été d6portée, c'eet que vous êtes "ulve ou oommunlste_ lt Et elle précise en souriant: - "e ne sula ni l'un .... nI l'autre. "e suis catholique, et j'e.tlme normal, en tant que t.II., fi. poursuivre la lutt. pour la juetlce, pour l'amour .t la frawnlU des homm.s. Dans les camps nazis, elle a vu se déchalner l'horreur de l'anllsémitisme contre les femmes et les enfants. Au cours d'un voyage en Afrique du Nord, en 1947, elle a étll indignée des conditions faites aux autochtones et du mépris où on les tient. Aujourd'hui, ses recherches de psycho-physiologie lui ont permis de constater 1~8 troubles qui résultent du racisme chez les enfants de déportés et dans les familIes algériennes. - C'est avec tout cela, dit-elle, que nous voulions en finir. Et, malgré tout, noua d.,on. gracié? te lt adrlsNe par le chancelier Adenauer au gouvernement français pour demand.r que 1" criminels de guerre Oberg IK Knochen ne soient pa. exécu\ée-, une délégation du Comité d. lIalaon de la Résistance, qui group. 47 organisations, a été reou. à la présidence de la "epublique. De nombreuses autrM prote.taUons se sont déjà élevé.e, notamment de la part du. Coneell Représentatif des .Juif. d. France. La grAce de oes orlmlnel. let un outrage aux famlllH dee ,icUmes. Tous ceux qui ont eouff.rt du racisme hitlérien, tous ceux qui veulent empêch.r .on r.tour n. peuvent que se JolAdr. à oee ,ro\ estatlons. Le Procureur Général MORNET Le procureur général Mornet .at mol"t le 22 Juillet à Nohant, à la suite d'une crise cardiaque. Procureur général de la Haut. Cour, c'est lui qui requit la peine de mort contre Laval et Pétain. 1\ avait collaboré à notre Journal .t, à maintes reprises, manl- L. procureur général Mamet, Intervenant

 li la tribune de la troisl .....

Joumé. nationale contre le Raclsm. .t l' Antlsémltl .... e et pour la Poix. f .. té sa sympathie pour la cause que nous défendons. Son honnêteté, sa probité, son patriotisme, lui firent prendre la défense de toutes les vlctlmell du nazisme. S'II s'attira la haine de quelques- uns, tous les honnêtes gens, unani·mes, s'inclinent devant 1. mémoire. Thomas MANN Le grand écrivain antifasciste, 'rhomas Mann, n'est plus. Il s'est éteint à Zurich, à l'âge de 80 ans. Citoyen allemand, il fut le premier non-juif à être expulsé de son pays, sous Hitler, pour ses sentiments antinazis. Prix Nobel 1929, cet homme profondément honnête et courageux, devait se dresser de toute sa force, de toute son humanité, dès la première heure, contre la barbarie hitlérienne. De passage à Paris, en mal 1950, Il accorda à notre journal une Interview au cours de laquelle H déclara notamment: « 8ans aucun doute nous &S. lstOM, en Allemagne, à une certaine restauration du nationalisme. L'antisémitisme aussi se rénille, bien qu'II n'y ait presque plui de "ulfs en Allemagne. Malgré cela, 1\ apparaft que l'antisémitisme est Indissolublement lié avec le nationalisme qui croft. » La cause du droit et de la liberté perd avec Thomas Mann un ardent défenseur. , u MA R oc Origines (hil o ... lB _ 1) f • .- .......... '.'4\ •• "" ......... _ ..... l, f __ • Mo.IaLU' ... 1lu1ll.,H. .. 11.

 .r.W. ... ..._p In.. ..l Ot . .".. .,... " ,_. r. Hl, ... . _ •• , .. .. ..r.~...."..".".,..,.,.., ".._. ........ _ .1 .. __ ta

""h' _ .... El q ... dln lit _ lia ........... ad,." .. In N.to:: pa'" .. ,,11",010.\ .... "'o'!!'. eII n...r1 ..... t lM '."mul" ...... !en"" • 1IOu. nu. __ • 'ullO ... "'... _ ....... ,. puan ...... v .~. , ....... _ ..... bl ........ , ...... nu • •••• 1_ OO"~U ............... 1_' mM .... , •• " elo. • U ' • .,U INlllAft(I ...... • TU qui \'Ieoceci d. ,'hou, .. 001 ""QI' 1. ,'10 1 de, dl ..... .. d·l:ur.~/ ... , lit mu."' ... d. Juil •.• ~OUI '0 ",."'KOM P" 10 pourunl... dM ... ,ta P'" nppo \ , r • ..,.,blo dt .. po_ pul&lIoa. ... hAq". """'pt. UÜ -'1 ... u. 0lI0.1. lA ...... 10· ....... \ • "1"'"\ Il mol ... "u_ touur.o. ~ ..... _ • __ U._ ,.. •• U ..... rueblo rull', fLa. hm. )uoqu'u\J"O 100 _: lU, .. ", .......... l1t. lm ni ... "_1_1 .... , __ Ut ... : au. .... ,.. _ .. l\att .. .s. ) ou......... ou. .ut_ \la oo ...... ftlqOl l ...... dt _ ..• lU ............ qu., .... . Ioootl .. U •• , ..... 'FE' d"""'" _ ..... ~ .. 14U.'T ' poo ..... M."rpl_. IM.'II" d·.ukoolra ,.,. lM UrIe ........ ·_ .. U, o·""' , ........ "...,_ .".". .•.•...• .U.. ...... , 'fU,l' ql'"a u,l -",bp.o"o . -_ ......... , .. ,- • l'I ....... 0. lM _ .... " Oror' ..... 0_ 1-. ..... 1 M. "_«  11 M ... "".. _ , ,,,,, I.MO •• _ _ ............... " 1& pOIIlIq .. o _ .... , ... 4Io ......... u-. lU' ,. ra ... ",", • 1.1 l'OIlllquo V II'uo ., mo.U PO' , .. pof 'o .... w .. jW1lf1 ~ poUliqu ..... 1& f\M!'" " NI Il u", •• , "" .... p .... _ .Uj"'" d'hu, ~""'. ,. l'l, .•• · .. 1 du IOn, .. " .•U ~., ".".".'.U..'. Inl U""T" , N..D.'1 Y1""" qui v,.,., do ,. hl", d ...... ' et rôle • ou,, L·. NTIII.,TII • • .. , b',n , •• "mp'~"*" nalu ... ' du ... I.mo •• U .. u.u'mao, loI~m. ,IIU,'uU' q .. "~ '1 .. mo.U •• ,. PI' po""no •• In'.'pooI ... OUIIl. 1 .......... 01 rOll ,.,.. ""0, 1 , .... , ...,..,Ir. , .. Jwh .. 110 po/c1I" d'Ar~' v,...,· f'" 10 .. are qui 1fO"'" .. dt· ' Qu ..... ,_.". de .... \lUI! Cc. d'YI!nrI_ .... .,. ... , po""'. L · •• " ...... , .. JooIN'ra "on_ ~ de ,. .. ..... . _VMoiLi.. __tq1O. .O., I . .... pl ....... 'plaflo "" •,0.1 .0 , .d ._._ ......... ."" "' 1_10 . .'0 ,1 _•.••.. '_1 ....... , 1 " ......... ._ ... , .. l ul'" 01""'-' OuI •• poo'Ii.' lA .. .- .... , poo _. .... ,.: _. _. ripw. • liN ... 1)11 ... . , 'Ctlo .. ,p.r .,.d.W _, ,. ..f,. ....-.-,.,. _. _• Void "" .. _, j ...... , ...... __ cr. d. Julll 1 POli' .... 11et' ... 1. _ ••• '" publio ... v .... '~.T ..... _. InIottl qu'li .'~' Mo. d_ ,."..~"... ., qu." poII 4 n,.. "..1... .....-.; U 1"0rWo d. 110 poo , •• ~Jl M. CIII,·AD4r' ,,, . , ......... f •• p .. ,... du ..... , .... , .. COU .... U ..... 1'11' .• .I.t ...... .0 1_1 ... ._ . ..... .".,. .... ...... . ,".. .". - " ... ,• ..,Ie. . ~., , .... ""'~ . , .. 1$ .410' •• )lOUp •• ,. m.'Wo 'lh.110 Juill ~UJ\ Il,.· Des leaders maroçains dlliclarent ... li AJ,.,oo .. .., .. " ... riWro '(Dt ..... Ou ,..,u ... .-110 d. "[.IIq .. , • dia ...... Ylpuroy. ....... , •• U ...... d'u .. d'elon. lion orn"l lI. • '" ' ....... 11 ... I.h .. _ .... or"" ...... 10 • • IN_1o .. o. "'_.... 10 ...... ... , ..... , '1" ,.,~.~ _- ......, . ..1.0. .._. . ,." .". ...... _ _ .-.... ......... _ Jo"" • • Il ft· ................ 111_ 110... '.'.g pOII ... M. 1 .. ..... -.... - ... ., ..... • 1. hm 100 J.""""" _ •. , ....... r h , _ •• ", , ' 'o- • Loo Juif, _ " ., .... ,,"' _- 0-1 .., __ ... ........ ., ._ . ... .". ... le point de vue des (ommunautllis juives U~. dO"'I"\;o.o ... 10 C ... m .... "~ ; .... 1:1". d. • .......... """p ...... , __ .\ MM. 11""_ D.hu ,\ ~. TOn Iwo ..... 1 11~ j •• ille , 114 ... conte """bt_ d· ... I.· ... S.illt, EU •• r.ad. pub,I" .. ... dMar.!ion oÙ Il ut di, "ot, mm,ol , c u. J.IJ. d. M., ..... ,,'" bII. du ..... po,. d.".I. d ••• lIIill. alU ... c  !n$ldl".' ...... m. pa,ri. ;.'I~.QnI. du Plupl. "'.,"'.; •• /. 'Olllm' ft", ."",. /NOi/M/ qu. 1 .. , po,. d .. I'M' 1I1"""",'iq •• tI ",011".'. ./ de l'antisémitisme • O'aUTU .a!I'T, 100 ...... .... ..... _,-, .. """""II. ." quoUeo .... Juil. d'iii .... .. •. .... .. prod ......... . p"'" , LI" ..- _In ru". """" li lf'ro 'co • IOUIlI •• ... j'op, 'l'II'" j __ I_. H ... ,_«.... lU. PO' ... ,.,... .. ",," .u ..,., .. *" UloPlii ._.. "'~_' lIMaI h!I,aj_ 1.;. I.u •• IRJI- .. ...... _~ , ... JOII""" , ..... t .... L ,...,1_ ...... q.U' .N.. ....U. . )'eu. dIT ,1000 _0 • VO,U. DI QUO, ' NQU' I . TI". bl B .0 . . .. ' ...... , ., _. o.rL lA J~ur"" du .o1l lo .... ~ • ....rI Cout,.... v.... .ul",1 qu'li ,. peu ... bulle .ur ,. • eu. loi' ttal do ' r ... \IJ~'""' .... 0 .... doo '"u'ul ....... ""'. •• .... m. de .......... ,._ • .......... ,"'. " ........... Jv· ' ............... h ... lIon ... . • __ .. l·_Uft'. l'III· ._...._ - •. . ""',"r"1ir0. 0_ _, . ....... .,".,- .10.1. ....... ..,.'.'.. . ._. . 100 _ ~. 10 " , ............. ...... .. J oIf_ • • In , ~ . 'VOUINT. _ tcKt ...... OOIV ..... ' , ..... ,.., ,., M _lion, do .. pool. ,... _ • ."".l.'u'apleao , d'A!T\quI du .~"r6 doo. 1" .. .,._. . .1. -., ~ .. ..... ,,.. . ...., .. .. qu'lo ~ .... , .. 4t-..u ....... , .. _ .. "" "00:0 .... d. d. I·h ........ do ,.~"t. d ........ c, ..... 1""'" .. .,,"Ql de "' ....... pou. ,'u, _""Mm , p.hll~,OL "..~. \"ol"'. dl'" a._ .... ,. "-.o. '.on' ... '01'" lo.mulo • LI ...... 1 .. 110.1. ",,"'ft'" _, 01 r_ .. mo "on. ,,,,DIo) • • Lo , .. _ .......... nO n· ... _ •"•,.f•t. ,..,,. ••• 1•;, '" .o.n. -JOU.N4 &..',. . ,n.l OO.ft' ,. d'OI' d .. peurl .. 1 011'.-. d'.u.·m~ ........ , .. . Il 100""· .. . ...... to ,.., l, .... ,., .. 6·Alr1q •• d. ~ud • ",., ,., ••• '" ,.. ~..... ....,..... d. .. _ "' ........ nlto "'101.· ~ ... _.. .. .... ,..~. ,. ........, ,_* . .... ., ·o"u •• , .. P .... .~. "'""" 1 '·O.S.U .. . ,_ .., ... tI'I-. FI" r"," ...... 0' _ .. ... . .. 10 _._ .... __ .. '·M __ •. .... _... . ,......, ..._ - ....... ,'. .".". ."M .' ._ _1 _.. .. .. ._, . ..... _ ." ...... f'," 71'S .... • , tA 001" .... ",l' .,,'., "" K ......... All 'rIo. p&Mooil ... ___ upl • ,. 1"" •• •• '10 .' ........ 10'-. .. """_ •. VOII1 .,.. _ JOlI 1411._ ...,__ ".. -" 7 ' U,a po.MIOIIo. ..... _ .. de .tc.K t. ...... ,u ..., r"o'u" . .. .I p-p.tloUbo,'lIloMoo'.. "'. • ,a,_ quo , .. pooJOUo ":"'""t ...... u. 1::; ::;:0' 0.0. ho"r1 ... ,.. 1 .... u... ... pal" 0 0 , .... " ......... pr11 li (}ooonfoT, • .. 0011 PO. e .. p ... _ par , •••• 01. Il· ..... "" Jeu- _ ...... tOto' ....... , , .. .,,.,_ d ... ", 1 0.0. _0' "" ..... , .. r.af,." ... 1 .. • "'.- .... r ...... " ... poe" .oa ..... t Ou,. """ •• 10. IIc'm .... .... ~""b.oo .... 10'" u, ... "" oU.· Il.oIIaIt d'op"""'" 011 d·Ol1l'.'. o.'" ,. po"" ..... m ... . 1 0: 1 , • 10 hl'.e •• !OCRI .. , .. bo'_ do ..... 1 d' ... ...,.... IlaJOU. plu. qu. )a. __ , .. ""'bo'. M ... ", ltnl'. " .... pOIL 0 0 poo10111 .... .... "" .. 10 Tolo .. Li. ............... '01 • ... , t AL ÉRIE ONZE ANS ONT PASSÉ .. . Robert • • ""'Ii va Il blin " _ ",,_,CIO LW ' __ "'~po,... lu l tit. q.. ""'" a_

 'OI'otaUo aM _,. dM ZO

_,. "" ... 10 CC o#tIn.I,""'. 7 _ Lot 10"""""'" du ,." 100' • l"éIa" • O'm .... ".... lA ruRU- .,.naI, • """" 10 ce .. _ ... MjI, 100 oommunlqllb oU1eie1o .ruoono;alen' le ....... .... 10 • reboUoa • ,uIs. En ,.... Ii J .... 11 bien ." .... ...",._ • .- qu' .n"'" .......... n p/dD _,.. 10 li 01'10. ..... .. pI_o1 .... .lI.I.I4..M.I. ... . ..~......,... -panno\ IN ."... , ... "..., ~ ... 1,n'!'O' ...... _1on\O.. l" m' ".,..,.10 .... 'or· , ... , .~ ..... ,- ,'.II ~'" J ._ ,... , OItrlell'lI . . -. .. .Or.j ....... _ .. _ .. ut.I. __ , dDIO 1-"" Robert de PhI,IppoTI ..... t.r. pOp41II'lOn .n'Itre ... 11 ,.. "'_ ... , J'.! YU .... Ilmtlloo 011 ' ~"'" fuo\H_ ...... , ..... , ...,nr1 I. .... / .............. )eu_ ma. ma ................. _ .. ... ' en... Ir"" _ • l'Ondon' .. '-~. , quo",_ """!al,.... do "'1rflI. .... U+ uU" ... _ ........ lI'n' It.e .c .... .. +1. 0.. )Outn01\8z ... On' TU uno .... 110 t _ m""" ..., ..... n' P .... de mlill _""""' 0'0It _ ...... .... _ _ "- ... l'u tu! ."pUIoiI d·A ....... ' • - POL' '. " ..... J,'. "" ... ""'" c!t -.1 _ r , , .. • -' II . "'. , - D J' , ....a-o ... , 1 • _o . -, . ' hW. "" \

...

-~ .pl-. . . loitu.' 1 .. ... T • • • ~o • Georges PENCHENIER : "Une guerre de race el de religion" )1. _........ eu """ .. 4· .... Urlo II •• per ..... OtT. 1. c.oolU"'O'o , .• UII _ ~ . . ..... _1 ... qu'  ! • ~. P.1Iu! • 411 q'" _ .'.,,_ El' PIoIuppewUle. Il ... ". ' l' • • ,., , .. _In .. ,V._" •'.I I. ....' IOIn ..... . . .. ~ ... ......... .. ...........I .O.\J. .......... ,.... ., 1 0.," ._.....1. ,1 ... , .. hO_ . . ... _u ... , ... jO"'U.1O du . .... Q" Pli ." .. ~b/llt I II ",'11,1. pa, • , .... , .. , •• l ttOU"~ •• 1 " •lo .,n. ..: •• ,.It. .~ _,ft .. ....... "",',no ..... co," qui • .. ..... 0101* 41' ,. _ .. .... C.", ... _ .... "'u"- • 01"" .U ......... ... p~"'_ .'\-l'". ..... ... _""""-.101. .. ."...". ..I 0 "I.l .. ..., ... , .... ", , ........ ~ '. Tou'oo ........ ".~. rio",· '011' M ,· ..... ,I .U ... d. prillOl· pa d. Il no; ..... j., •• o/IM, .l.'Tu',' _~ ,... 10 ""',..,• rHoftO' _1.". .. 1. pril., .. ca-.... U ... " 10 .... , ... _ t _ .. .. 10 ""' .... _.oo _100 ,l'Inn __ .11' .. h. LU .. _ ...... -. p ..... - .".," .. J'" ... 11 " ."' .... ,10010 . .... , _ .... _ ..... __ ft·oI __ ... ... ", ............. - ......... ...( ."....j . ..... . , " ..... .-" ..""""-1 ... ._- fi" ..... _ o. 10 .... on .... ". _ ....... ..." '"... . ."".". ..,._ ..._... .... n o••. '. .r_ ' CO" Iov . ...... _ lM . ..... .O.O •n•o INp o.r.i." ,, .." "...."..". f.t ._...'. ...... .. " .... 10 .. ,. "".,,,,_ • LI .... h .. ft'o _ ... N. _ L .. ;0 ...... ft' ._ ...... up .... ,ft ...... _ .. _ ..... , ......... ,-- Il , .. ft ...... ft .... _ • ' .1 .. .. 100. lM ........... ", .... . 0111... • . !'04l ••• ,..U O'" quo ~ .... fI ........ )1. ".""MO!" ."". 1 ..... , .. ,v_ ' ... , .. , .... " --.... "' .. "'. '. " »rolt et '". ' ,-._ ... _-'." J ml,"' .... , Liberté .. ouvre , n "."'_,",' .-.. -" ...,.. n._ l'enquête ... .. " ........ .. ".~ _It, .. _ ...... '·'.U· """. _ u. .,.. .. , .... '" _,. do "_Ir" qua ... 4!114_ .......... _, fU le"· -let. _ .......... u ..... '"~'. _tIotol 00. .. ___ • Voici qui de s'est passé Goutte-d'Or ce au quartier la 1'· _ ...... . -·_..."..s...'.t..o _ ."....~. r . . ·.' .. -........ - ...... .......... 0U8 a " tEl q '1".. N -' ... ......... _.. . ,.. ..... ... a "a o_o Inn. ..d.o. _110 "._.,., de ....... __ , ' 1 ... oIhono .. " Qui a commencé? " -- • ~ 10 U L .gl" .,- 4ro deN .. "".,., ,.., le / OLt. .... l'NJ4ÇGiO, ,.",. _,. ,., .... 10 _ ... po ~. ltgoo. 41 pon!I'Io "" ...... '" _. qoo/ .. , -- r_ do Mpo dopMo". 1(1 au. qoo/ .01 pn" _II / 0'"' _no q14I .01 " ....... ,." .... ..,id. d lB _U do 1'"",",,· 0_10 .1.".,./4 "0p_n nfi.r latu_ d,o h_" _..... ..... ... ""_ ht ort .. /OR&I_ .w • A j'/WW". oA j'*'(' _ U· _. lU ",",_ ..... 11 ....... ... AIQ*fo. "" ... U Q a.o«o"" Nanterre .... .__ .•.._... . _ ..., "-,_"_. ~ .. 'I." .... - • " . " • _1.1. 1.1. ......_ _ ..... .:::~::".~ ..• ~ --.. --_.. _ ... - ~o-:, -.. ,_.. .... .,., '" - -o ...-....- v ___. _'~ .. -~ ... - _ .. 44' ,_ ..... -" .... _ .. _ "1 .L • " • .. .... h h _ • 0001 •• Co qono """ pnot .. ",. ,'. 1041 , ...... 110 AoW4!. _ la uto. ' 1 __ onWoor. do ..... "" ~_ .. OIUO~._ .d.e ._........... .'." , ........ 1._ _. ... / ..... "' .... F /.00 GJ "'.'. Co -' .... , ... _ •• I004I /0 _ ...... "". 01 ft [ tu 1 .. lu1t ici milctcoc_ qtoI ............ MOI. Moi ... M la g-... "._ p LI. 01 ...... .... • " M"- • Il 10'" bIC I latto da .. , .. pl" ""'" "-C ici ~-, _ 10 ........ 0' •. Il .., _ ............ Il tr6k ," 111 .. __ Id ,ool' .,. ploc! ... .1.10. ....l " .,. ..... ._..., .......-.- U,. _ , __ ..... , , ..... _, ____ 'l'I,M: -AIoro, _ .. _, ..... _. _ c\IIO&, cII'CI\IN. ... ,.,,, .... " . - ... .. (l'Olt ................. _ "... ... _.- pr1I ... 'i' E ... "" • jooI' " ,'., '0; roêle . \11 _" ..... .. ... MNIo .......... .. (IOon, ..... ·Or . ........ 1141 ~ .... Cllapolle. .. (l'' "" jOoIt __ orJW". Do p..... . a)out do IlU _ lM A,,-"" ,·AI~J..""" blr. el , .. _, _breu. .__ . ..... ..r uo... ..J. 4Jp'Oa'U. ........ _m!tIrI,nl- .... de. ' . To:IooO I0IO "., ....." ... _"""f "."..".. .. -. _ , oeIo6-eI, '- • pl ... _ .. p, •• _c"" _,. , 1· .... 11 0100 .- "" .~ ~ -.___'•... ~~ . -• "" lor1p N, du ..... .... M lM Il .. . ,: 2 __ 1 ' ..... 10' ttoII -. • pOIIOO __ _, • prvzInnoI~ no ,._

1 eul leu' LI . UI .......

a'lalet'""" ,",'u'" __ 'U _'" __ 110 _ .. _ 'nI' ' .... Id 001' tM .. ...le,' 'a_ .... Iet ... .., td.ilet lM ~_ ..... ... illeuto ._10 I no .. 0100 ._... ,._ ..... . nd.ro -'*;, .. ,C'"", .lotI QU', ..... _ l'fto' do ...... lul du" p' ...."" __ Q\II 6un .... «  'O. 1 pol'" . , .... "". 'k,J,to • ou t .. 1to o. IN ,,, ... w.ou, 0l&I01 " """'n, 40400',..' "" comlf1 04' do _lit ""'" plU Ir pea.!I .... da", .. ~ ...... Iet. N_ 41O.~.. n,.,uucl'. e,. . JOU' le ..,• • CO....... do ..-.Ur.... A~ rleno IOc n' • Cl"" ou ... ~ • .boml n 1".,...." PI"oU; 1000 lraaca ,... n.l\ ..... un} .. ~'" 100 1oOkller' .... _Iolonl .... di ....... .. C. .... mu. Il n ...... In ........... Ua P .... -' • pM; " .1Ia CI'roIoU

 ;. ~'~~::" "".".1" 1etor nt_ _u~ .._ ._...,

..... m .",,_ d~ ..". .t , •. -11l1li ". , . • 8 .:J Une odieuse campagne de presse " COUPABLES " d'être Algériens P OUR justifier les mesures prises contre les Algériens, aussi bien dans leur pays qu'en France, une certaine presse essaie de les dépeindre comme des bandits, des dévoyés. Sous différentes épithètes, elle s'efforce d'entourer d'un climat de méfiance et de haine les quelque trois cent mille Nord-Africains qui ont été contraints de venir vivre en France. Tous les moyens sont bons, y compris le mensonge pur et simple. En VOICI un exemple flagrant ~ Du Journal du Dimanche: 4: Le gérant d'un hôtel, 13, rue Sadi-Carnot, à Ivry, a été tué ce soir par Ul! de ses locataires ~. Et il précise: 4: Le ' Nord-Africain a tiré cinq balles sur M. Fauvel, qui a été tué sur li coup ». Or, ce qui est vrai, c'est que M. Fauvel a tué Sahib Ladjami. Ce M· Fauvel gère un hôtel à Ivry. Grossier et violent, il loue ses chambres au double de leur valeur et use de toutes les brimades qui s9nt à sa disposition (arrêts de lumière, d'eau, non fourniture de draps, etc ... ). C'est la haine raciste qui l'a conduit jusqu'au crime. Il y a' quelques années, ce drô,le d'hôtelier frappait ses clients avec un nerf de boeuf. Jamais il n'avait été inquiété. Il est bon de soul igner que sa victime partait en vacances et avait payé son loyer jusqu'en décembre. Donc, ne lui devait rien. ••• Il existe d'autres formes de. fa'lsification qui, pour être 'plus subtiles, n'en sont pas moins malhonnêtes. Celle qui consiste, par exemple, à mettre en relief les délits, si petits soientils, commis par les Nord-Africains, ou à jeter la suspicion sur eux chaque fois qu,'un crime a été commis, quitte à ne plus en parler une fois connu le vrai coupable. Tandis que Rivarol s'efforce de justifier les opérations policières de la Goutte d'Or, en pa"rlant de « rackett nordaf " ,L'Aurore titre une fois de plus: 4: Toujours la pègre arabe , et monte en épingle en les numérotant des faits divers, où des Nord-Africains sont impliqués, plus ou moins arbitr,~ir~ment. Prenant prétexte d InCIdents qui seraient passés sous silence s'il s'agissait de Français, ce journa'l généralise pour créer une psychose radste. Dans le numéro 4 de la série même les conséquences d'~n accident, les déclarations unanimes des témoins qui transportent le blessé à l'hôpital, sont déformés· Insidieusement L'Aurore feint de s'étonner: 4: Interrogés sur l'origine de la blessu,re, tous, avec ensemble déclarèrent que le malheu" eux avait fait une chute de bicyclette. « J'ai vu la haine déchaÎnée » (Suite de la page 5) «Aujourd'hui, ces mêmes hommes tuent l'Algérien comme on tue le lapin. Tout ce qui porte chéchia ou turban devient une cible et j'ai vu, sur la route entre Philippeville et Constantine, les cadavres abandonnés de ces paysans algériens, tués au passage d'une colonne de répression ou au cours d'une opération de ratissage ». - Comment en est-on arrivé là? _ La violence? vo11à fort longtemps qu'on l'emploie contre cette population d'Algérie. Sans même remonter à la conquête sanglante, 11 suffit de rappeler que dans ce même Constantinois, en 1945, la répression colonialiste fit 45.000 morts. Des villages ont été brülés, des femmes et des enfants assassinés. Chaque jour de l'exploitation coloniale s'accompagne de violence, de tortures. du douar ou de la médina et ceux du mellah. Quitte après coup à exercer la même répression contre les Juifs et les Arabes. - QuelS peuvent étre les résultats des mesures actuellement envisagées et mi8es en pratique? - Les résultats? Les événements des huit derniers mois nous l'indiquent clairement. En novembre 1954, le gouverneur général Soustelle déclarait qu'il avait devant lui dans l'Aurès, une « poignée de rebelles ». Pendant 8 mois, 80.000 hommes ont été sur pied de guerre pour traquer ces «quelques rebelles ». « Aujourd'hui, on envoie des renforts, on rappelle les démobilisés, des bateaux d'armes et de matériel arrivent sans arrêt. Mais devant les colonnes de répression, les campagnes se sont vidées; entre COnstantine et Philippeville, les villages sont déserts. La population a g~gné la montagne et rejoint les maquis. « Cela indique clairement les résultats qu'on peut attendre si une solution de négociation n'est pas apportée au plus tôt au problème algérien ». , Les individus, qui ont amené le mouravzt à l'h ôpil al, ont disparu et sont activement recherchés. , Police et gendarmerIe demeurent, par ailleurs, en état d'alerte pour prévenin toute manifestation de la part des Nord-Africains ». On ne voit pas très bien pourquoi ... Dans Le Monde, au sudet d'un crime commis a'u bois de Vincennes, nous lisons: « Peu de temps avant le crime et à proximité de l'endroit où il fut commis, un passant avait été dévalisé par un jeune Nord-Africain, dont la nervosité était intense et qui l'avait menacé « d'un couteau à lame forte ». Le rédacteur essaie de suggérer au lecteUor, sans autre preuve: 4: L'agresseur de M. Quéré est-il l'assassin de M. Gyesse? Et sa nervosité n'oexplique-telle pas son acharnement? ». Pour France-Soir, une agression nocturne ne peut être le fait que de Nord-Africains «M. Caban est attaqué et grièvem.ent blessé à coups de couleau, à Colombes. » M. Caban est resté inanimé une partie de la nuit. Ce n'est qu'à 2 heures du matin qu'il a été secouru par des passants et transporté à l'hôpital Beaujon· Son état est grave ». L'a'uteur de cet article affirme que plusieurs Nord-Africains sont les auteurs de cet attentat. Comment le sait-il? Et voici le comble: le compte rendu d'une audience du tribunal correctionnel de Nevers: «Arrêlé pour vagabondage, Larbi Hamdadou, Nord-Africain, âgé de 29 ans, ne parlant qu'imparfaitement le français, restera en prison durant un mois encore ~. Le Journal du Centre, duquel est extrait cet article, ajoute ce commentaire: « Ce jugement le délivre ainsi de tout souci, relatif à l'existence sans but qu'est actuellement la sienne ». Cu.rieuse façon pour ce journaliste de résoudre les difficultés des No-rd-Africains et de donner un but à leur existence. Mais y aura-t-il assez de prisons? Tous les jours, des NordAfricains meurent victimes de la surexploitation. Dans ce cas, la presse déjà citée se contente de relater l'accident le plu.s brièvement possible, quand elle n'oublie pas purement et simplement d'en parler. Il en est de même chaque fois qu'un Nord-Africain a fait preuve de probité, de courage ou de désintéressement. C'est le mensonge par omission, la' forme lé!! plus hypocrite du mensonge. Voilà qui montre où s'alimente la haine. Aimé CACHEUX Un enlanl noir de I~ anl lynché à morl aux IJ.I. A. Le jeune Emmitt Louis Till est mort, victime du racisme, la figure écrasée sous les coups et une balle dans la tempe. Cela s'est passé aux Etats-Unis, à Greenwood (Mlsslsslpl). L'argument avancé par deux racistes du lieu est celui-cl: « n avait fait des r emarques Incorrectes » à une femme blanche. Quelques jours plus tôt, à Atlanta (Georgie), le « sorcier impérial » du Ku-Klux-Klan avait lancé un appel à la croisade contre les noirs « pour combaUre les maux qui menacent l'homme blanc » ... Les racistes du Mississipi ont répondu à cet appel, en assassinant un enfant de 14 ans. Les deux meurtriers ont été inculpéS. Dans son acte d'accusation, le jury déclare que Milan et BryaM c ont tué et ass.assiné illégalement, vOlonLalrement, lâchement et avec préméditation, Emmett Louis Till, un être humain ». Mais la date du procès n'a pas été fixée. Bien que le tribunal siège encore plusieurs semaines, Il ne semble pas pressé de juger les deux racistes. " est p06elble que cette affaire ne soit appel" qu'à une ,prochaine session. Le M.R.A.P., dans une résolution adressée à l'ambassade dM Etats-Unis, a protesté énergiquement contre ce crime barbare, et demandé au nom d, tous les antiracistes, que les ooupables soient châtiés avec la dernière sévérité. A MADAGASCAR Les fonctionnaires sont payés selon la couleur de leur peau De Tananarive, nous parvient une documentation très claire, concernant les discriminations raciales qui sont faites à l'égard Commis européen net par mois 111.654 frs Dame dactylo europ. débutante 15.149 frs Apprenti européen de l'imprimerie 16.200 ~rs Ouvrier européen correspondant au manoeuvre 24.000 frs Nous ne pouvons publier en entier le tableau comparatif de ces inégalités, mais ces quelques exemples montrent clairement que, suivant la couleur de sa peau, un homme n'est pas considéré de la même façon à Madagascar. De plus, le niveau d'instruction, demandé aux postulants, marque les mêmes inégalités. Pour accéder au même emploi de commis, il faut le brevet élémentaire pour le postulant malgache et seulement le certificat d'études primaires pour l'Européen. Malgré cette différence, des fonctionnaires malgaches et comoriens. L'éloquence des chiffres le montrera mieux qu'un long article. Qu'on en juge: COmmis malgache 9.690 frs Auxiliaire malgache débutant 7.125 frs Planton malgache 5.250 irs Travailleur malgache 4.200 frs l'indice de début est supérieur pour l'employé européen. Après plusieurs démarches infructueuses auprès des pouvoirs publics, les fonctionnaires malgaches et comoriens ont été contraints de faire grève pour attirer l'attention des autorités métropolitaines et locales et de l'opinion publique. Quelle que soit la couleur de leur peau, les humains ont les mêmes besoins matériels et méritent le même salaire pour le même travail. Les antiracistes ne peuvent qu'approuver la proiestation des Malgaches et des C0- Moriens. Les fonctionnaire. malgaches manifestent «Des civlll5 européens ont été tués au cours des événements du 20 aoüt. Parmi eux, des femmes et des enfants. De tels événements sont sans aucun doute tragiques et s'il convient de s'émouvoir devant de telles victimes, 11 faut songer aussi à tout ce qui a précédé ces événements, à tous ces meurtres qui ont fait des dizaines de milliers de victimes parmi la population algérienne, dont le seul crime était de présenter des revendications précises ». Robert MERLE: " ~a légalité en vacartces " - Avez-vous constaté de l 'antisémitisme? - Un antisémitisme existe en Algérie, en Tunisie et au Maroc. C'est l'antisémitisme de commande qu'utilise le colonialisme chaque fois qu'il se trouve en difficulté. A maintes reprises, il a été facile de constater que lorsqu'un incident survenait entre Juifs et Arabes, c'était juste au moment où la population s'organisait pour la défense de ses droits. Les autorités coloniales ou leurs agents ont trouvé plus aisé - 11s disent même « plus économique » - de dresser les uns eontre les autres les habitants L' écrivain Robert Merle, Prix Goncourt, consacre, dans Libération du 5 septembre un long article au problème algérien. e " ne m'est pas posslbfe d'approuver la politique aveugle et négative des ministres réaotlonnalres, ,pas plus que la répression sanglante à laquell. nos troupes se livrent sur les indigènes en vertu du principe odieux de la « responsabilité collective », écrit-il notamment. Après avoir parlé des efforts d'une certaine presse pour masquer la vérité, Il poursuit: « " est à oralndre que l'opi_ nion mondiale n'apprécie pas beaucoup les nuances que noua établissons, entre lM cr~mea de guerre de nos adversaires et les ntltres. Elle pensera qu'à un Oradour arabe, a répondu un Oradour français, et que d'Oradour en Oradour, on s'achemine en Afrique du Nord, vers une guerre d'extermination raciale. On peut noter déjà, avec Inquiétude, que la légalité, en Afrique du Nord, est en vacances, qu'on arrête comme « suspect JI) n'im'; porte qui, que tout civil arabe trouvé avec des armes est aussitôt fusillé, 'tandis quon arme les civils français, à qui on reconnalt ainsi le droit de tuer. JI) M. Robert Merle est né en Afrique du Nord, de parents, nés eux-mêmes là-bas . . Il écrit encore: « Ce que les civils seront tentés de faire avec leurs armes, Je n. le sais que trop, mol qui al été, si je puis dIre, bercé dès mon enfance, par la haineuse propagande raciste, que les grands colons ·ont réussi à Imposer à la petite classe moyenne des Européens. Car Il étaIt, et Il est bien entendu, n'est-ce ,pas, que les « bicots » comme Ils les appellent, ont « tous les défauts et tous les vices» qu'Ils sont « sales, voleurs, menteurs et paresseux », par surcroTt « tous syphilitiques » , « qu'irs ne respectent que la force », « qu'ils n'ob éissent qu'à la trique », et qu'en un mot, c'est une « sale race ». Parlant ensuite des ultras d'Afrique du Nord, il nous montre la double terreur quI règne là-bas: « Terreur qui s'exerce à l'enoontre des Arabes et qu~ vise à perpétuer, grâce aux « forces de l'ordre », ces injustices et ces discriminations, et une terreur larvée qui s'exerce à l'encontre de ceux des Français qui veulent rechercher un terrain d'entente, et désirent apporter à l'Afrique du Nord une autre paix que celle des cimetières. « Descendre les gens qui ne pensent pas comme eux sur les problèmes nord-africains fait partie du vocable normal, et J'oserai dire quotidien des ultras d'Afrique du Nord. « Pour se Justifier, les ultrae disent maintenant que lM Arabes sont bien Ingrats: s'étant persuadés à eux-mêmes que c'est par pure philanthropie que nos alnés conquirent autrefois l'Afrique du Nord ••• lt 7 .~ U·N GRAND FRANCAIS, UN GRAND ANTIRACISTE (; IR lE 415- 4D Il IR lE M. Gaston Monn"I'vllle, président du Conseil de la République, .: inauguré le samedi 18 Juillet, à Lunéville, la nouvèlle ' statue de l'abbé Grégoire, dont le bronze avait été enlevé par les nazis, en 1942. " a bl.en voulu communlquel' à « Droit et Liberté » le texte dli discours qu'il a prononoé à cette occasion. Nous en publions cl-dessous de larges extraits, où sont exaltés les principes sur la base desquels tous les anti. racistes, sans distinction, ont la ,possibilité et le devoir de .'unir. J USTICE est parfois renQue sur terre aux hommes de bonne volonté, puisque nous sommes réunis pour tt{)norer hautement la mémoire d'un fils de ce terroir de Lorraine, qui suscita de son vivant des haines farouches ·et des enthousiasmes laudateurs, mais dont l'action féconde et créatrice ne fut pas perçue dans toute son ampleur et ses conséquences par ·ses contemporains. Et le ,peuple de Paris, ouvriers et étudiants ·en tête, ne s'y est pas trompé qui, le jour de ses obsèques, se pressa derrière la dépouille de Grégoire, et, détachant le char funèbre, le traîna à force d'homme jusqu'à son ultime demeure. Son premier combat SON premier combat, il le livre pour la défense et l'émancipation des Juifs. L'apôtre de la tolérance, celui qui s'était élevé contre les brimades, infligées aux protestants, fa'it entendre sa v.}ix jusqu'à Adam , ainsi qu'il le dit plaisamment de lui-même, met son activité inlassable et son talent impétueux au service de toutes les causes généreuses, susceptibles d'unir les classes sociales et d'aider à la promotion de la science et de la fraternité humaine. On 'Voit Grégoire, avec un égal bonheur et la, plus haute conscience de ses devoirs, administrer son diocèse de Blois, auquel l'a élu le peuple reconnaissant, participer à la création du Bureau des Longitudes, des écoles centra'les, de l'Ecole Normale Supérieure, de t'Ecole Polytechnique, de l'Institut, dont il devient l'un des membres les plus illustres. Ce pu·r intellectuel, nourri de culture classique, est l'un des premiers à pressentir l'importance que vont prendre le machinisme et la technique· Soucieux déjà de l'accession des ouvriers et des classes populaires à la connaissance des inventions et de l'outillage nouve{ lu, c'est lui qui va donner Il y a soixante-dix ans, presque 10ur pour jour, Lunéville élevait à l'abbé Grégoire une statue de bronze qui a disparu, le symbole est éclatant, victime de la guerre et du fanatisme. Mais votre ville est fidèle au souvenir, comme elle l'est à ses traditions. Et la pierre où le maître Nic1ausse a sa'Vamment buriné les traits de « l'ami des hommes de -toutes les couleurs » perpétuera à jamais sur cette place la reconnaissance et la piété de ceux qui doivent à l'abbé Grégoire, d'avoir retrouvé dignité et espérance· Q ses lettres de nobles- Iliillilllillliiiii se au travail, en dotant l'enseignement technique de sa cha'rte constitutive, et en fondant le Conservatoire des Arts et , Un représentant du peuple LE trait dominant de cette personnalité si forte, si originale, était une aptitude naturelle à envisager les grands ensembles, à porter le regard au-delà des frontières de l'espace et du temps pour jeter hardiment les fondements d'un véritable humanisme moderne. Visionna'ire? Certes, ce bon curé de campagne ne l'était à aucun titre; robuste dans sa personne et son esprit, comme il l'était dans ses convictions politiques ou. religieuses. Mais il avait le sentiment profond des valeurs humaines et la prescience exacte de l'évolution des idées et des choses. En 1789, lorsque ses confrères du baillage de Nancy, sur lesquels il exerçait une véritable fascination, l'élisent aux Et·ats Généraux, l'abbé Grégoire est déjà connu des « philosophes

  pour son « Essai

lIur la régénération physique, morale et politique des JuHs ». Tout l'homme est déjà là, dans cette revendication ardente et passionnée en. faveur des victimes d'une société inique, en faveur des humbles, en faveur des opprimés. Sa vie durant, Grégoire continuera d'agir ainsi selon les règles que lui dicte sa conscience d'homme libre et de patriote, ne poursuivant d'autres ennemis que l'intolérance, le despotisme et l'injustice. Sa vie durant, avec la fermeté inébranla'ble d'un bloc de granit, auquel il comparait vglontiers sa nature, il demeurera attaché à ses origines et il lies principes. Napoléon devait dire de lui: « Il est vraiment .incorrlgible ». Et il l'était, « incorrigible », incapable de réfréner son hwmeur batailleuse, son amour de l'indépendance, sa liaine de l'oppression de quelque masque .qu'elle se couvrtt. Grégoire fut un « héros , au sens où Romain Rolland emploie ce vocable pour Beethoven ... . En vérité, il était bien, dans toute l'acception du terme, le véritable représentant de la volonté du peuple qu'il aimait tant. '1 ' L'abbé Grégoire puissante et passionnée pour dénoncer les vexations, les humiliations, les sévices, subis par les descendants d'Israël. Sans doute, dans sa lutte

pour la justice et le bon droit,

Grégoire a-t-il d'illustres répondants. Les Mirabea'u, les Robespierre, les Clermont-Tonnerre, les La Rochefoucauld, ont prononcé, à la tribune, de vibrants plaidoyers pour ces malheureux proscrits. Mais c'est à l'abbé Grégoire qu'il appartiendra d'attacher son nom au décret fameux du 27 septembre 1791 qui fera des Israélites des citoyens français, dont les - droits comme les devoirs seront ceux de leurs concitoyens. Et j'imagine quelle dut être sa joie lorsqu'il apprit que les armées de la Révolution avaient défoncé les portes des ghettos de Hollande, d'Italie d d'Allemagne, et rendu la IflYerté avec l'honneur à tous les Juifs de ces pays, qui arrachèrent les insignes infâmants qu'ils portaient pour .accrocher, sur leur coeur, la cocarde tricolore. Roture science et progrès C'EST dans le même souci de justice sociale et d'égalité politique, qui a été la règle d'or de sa conduite, que Grégoire réclame et obtient l'abolition de la gabelle, la fin des privilèges, l'octroi électoral pour tous les citoyens, riches {lU pauvres. Cet esprit encyclopédique, « dangereux par sa science, ses vertus privées, son désintéressement », comme le qualifie avec dépit Louj.s XViii, cet homme dU! peuple, « dont la roture remonte probablement Métiers, « Ecole supérieure d'application des connaissances scientifiques au commerce 'et à l'industrie ». . Cédant aux mêmes préoccupations de culture populaire et de progrès, il organise les bibliothèques publiques, protège les manuscrits rares et les oeuvres d'art contre le vandalisme, s'intéresse à t'établissement de jardins botaniques, de fermes - écoles, prédit l'importance des engraischimiques pour l'agriculture, se révèle en un mot prodigieusement aetuel. Cette activité infatigable, multiforme, d'une hardiesse que limitaient seulement sa foi et son patriotisme, suffirait à ranger l'abbé Grégoire au nombre de ces êtres d'exception qui entrent dans la légende dorée du peuple de France. Les âmes ont-elles une couleur? MAIS l'abbé Grégoire s'est acqu.js encore d'.autres titres à la reconnaissance des hommes · libres, et vous comprendrez aisément que j'y _ sois plus particulièrement sen. sible et combien grande est, aujourd'hui, mon émotion. C'est dans ce pays, votre pays, où n'a changé depuis deux cents ans, ni le doux valonnement du paysage, ni le caractère tenace et indomptable de ses fiers habitants, que le bon curé d'Embermenil demande ingénuement si les âmes ont une couleur et décide de lutter, a'Vec une énergie farouche, contre les préjugés de race, pour la défense des plus opprimés des hommes puisqu'on ne leur reconnaît même pas ce titre, pour la suppression de la traite et de l'esclavage des noirs, pour la reconnaissance des droits civils des sangs mêlés et des nègres libres. Les pamphlets, les injures, les insinuations \Calomnieuses, ne font que tremper davantage sa volonté et l'affermir plus encore dans sa résolution. . Il est le sûr interprète des sentiments du bon peuple de France qui, même inconsciemment, n'a jamais ·admis ce « commerce du crime ». Membre de la Société des Amis des Noirs, il engage la 'Iutte devant l'Assemblée Na- PAR Gaston MONNERVILLE Président du Conseil de la République tionale. Il montre que les gens de couleur n'ont d'autre ambition que de rivaliser, en pa~ triotisme et en loyalisme, avec les blancs. Il dénonce, avec véhémence, les humiliations, les persécutions, t'arbitraire, qui sévissent dans les « îles à sucre

P. Il fustige la rapacité

des grands planteurs qui préfèrent la scission avec la métropole à la' reconnaissance des droits civils aux sangs-mêlés; et il obtient, enfin, le vote du décret du 15 mai qui ouvre la première brèche dans ce rempart absurde, dressé par t'incompréhension, l'égoïsme et la soif brûlante de l'or. Les manoeuvres dilatoires peuvent maintenant jouer, les campagnes mensongères se développer, les complicités se nouer, la victoire fina-le est en vue. La France, qui vient de conquérir sa propre liberté, l'offre en présent au monde. La loi du 4 avril 1792 reconnaît aux gens de couleur et aux nègres libres le titre de citoyens. Le 5 février 1794, la Convention déclare aboli l'esclavage des nègres et proclame que tous les hommes, sans distinction de couleurs, domiciliés dans les colonies, sont citoyens français· UN maltre de la peinture fl'ançalse contemporaine, Fernand Léger, est mort le mols dernier. Une crise cardiaque nous l'a enlevé en plein essor de son talent, à l'Age de 74 -ans. La peinture française s'est ap, pauvrle ces temps derniers, perdant avant Fernand Léger, Matisse, Raoul Dufy. Le M.R.A.P. perd un grand ami. Encore à l'occasion de sa dernière Journée Nationale, notre Mouve- Ainsi, par un mouvement d'une hardiesse extrême, la Révolution française lance pardessus les océans, les liens nouveaux et si puissants qui vont unir, désormais, la métropole à ses possessions lointaines, dans un sentiment commun et exaltant de liberté et de fierté nationa-le ...

Aussi bien, lorsque nous serons prochainement amenés dans les assemblées qui en déIibèreront à définir le sens et la portée exacte de cette Unien française que nous appelons de nos voeux, tournerons-nous nos pensées, j,'en émets le souhait a'rdent, vers cette glorieuse ville de Lorraine où s'élève la statue de l'abbé Grégoire. Nous s:!!Jrons puiser dans les leçons, laissées par ce grand parlementaire, tolérant, charitable, courageux, les ressources nécessaires pour lutter contre les petitesses, les découragements, le scepJicisme, et pour édifier une construction originale, fondée sur la confiance en l'avenir, le respect de l'homme et l'amour de la France la plus douce et la plus humaine des patries. - IL lE ~G-IE IR d'expression plastique; son rythme correspondait à celui de notre époque, de notre sensibilité. Parlant de Léger, on le désigne souvent comme le primitif des temps modernes. SI primitif veut dire: dï"rect, sincère, brut, dépouillé, l'art de Léger l'était. Mals ses toiles sont aussi pleines de sérénité, de calme. Dans sa peinture, grande dans sa simplicité monumentale, Léger ne cherchait pas détail ou nuance. C'est la synthèse qul comptait, le mouvement. Le gr{)s plan, l'ar- L'une dM dernière, oeuvres de Fernand Léger: l'illustration de la carte, éditée pout la septième Journée nationale contre le Racisme et l'Antisémitisme et pour la Paix. ment avait eu l'honneur d'éditer une carte Illustrée par le grand artiste. Ce dessin exprimait. la fraternité entre les humains, la paix. C'était là le suJet de la plupart des oeuvres de Léger qui respiraient la santé, la force, l'élan créateur, la Joie, la grandeur. Issu du cubisme, Léger a trouvé trèa Ult 80n langage propre chltectural y domine. Le travail de l'homme, ses loisirs, en constituent le piUS souvent le sujet. Fernand Léger a laissé son empreinte de grand artiste non seulement dans toutes les formes des arts plastiques, mais encore dans tous les domaines de l'art: théâtre, cInéma, musique et autres. L'AMATEUR. 8 .. DROI1: E1: LlBEIlTS Un texte de VOLTAIRE (interdit- .en, Afrique du Sud) ILlE IPIRII~ ID'U ~'U4CIRIE L A première journée de nos deux voyageurs fut assez agréable. Ils étaient encouragés par l'idée de se voir possesseurs de 'plus de trésors que l'Asie, l'Europe et l'Afrique n'en pouvaient rassembler. Candide, transporté, écrivit le nom de Cunégonde sur les arbres. A la seconde journée, deux de leurs moutons s'enfoncèrent dans des marais et y furent abîmés avec leulrs charges; deux autres moutons périrent ensuite de faim dans un désert; d'autres tombèrent au bout de quelques jours dans des précipices, Enfin, a'près cent jours de marche, il ne leur resta que deux moutons. Candide dit à Ca-cambo : « Mon ami, vous voyez comme les richesses de ce monde sont périssables; il n'y a rien de solide que la vertu et le bonheu,r de revoir ·Mlle Cunégonde. ». «Je l'avoue, dit Cacambo; mais il nous reste encore deux moutons avec plus de trésors que n'en aura jamais le roi d'Espagne; et je vois de I?in ~ne ' ville que je soupçonne etre Surinam, appartenant aux Hollandais. Nous sommes au, bout de nos peines et au commencement de notre félicité ». En approchant de la ville, ils rencontrèrent un nègre étendu par terre, n'ayant. plu,s q,ue ,la moitié de son habIt, c est-a-dlre d'un caleçon de toile bleue; il manquait à ce pauvre homme la jambe gauche et la main droite. _ Eh! mon Dieu! lui dit Candide en hollandais, que faistu là, mon ami, dô:ns l'état horrible où je te vois? _ j'attends mon maître,. M. Vanderdendur, le fameu:x negociant, répondit le nègre. Le ministre de l'Intérieur d'Afrique du Sud, M. D. Donges, a établi une liste de livres, dont l'importation dans ce pays est interdite en raison de leur caractère « Indécent, contestab)e ou obscène ». Cette liste s'étend chaque semaine et les deux derniers ouvrages Interdits sont: « Mademoiselle de' Maupin », de Théophile Gauthier, et « Candide », de Voltaire. Nous publions un extrait de « Candide » qui explique, peut-être, la vraie raison de cette Interdiction: la condamnation du racisme ,qu'il- contient. Dans le chapitre précédent, il est question du pays d'El_ Dorado, qu'un de ses habitants décrit ainsi: « Nous avons toujours été jusqu'à présent à l'abri de la rapacité des nations de l'Europe, qui , ont une fureur Inconcevable pour les cailloux O'or) eL la fange de notre terre et qui, pour en avoir, nous tueraient tous jusqu'au dernier ». Peut-être est-ce cela qui est « Indécent » ! Candide et son compagnon, donc, ~uittent ce pays, chargés de richesses, qui leur ont été données; •• - Est-  :e M. Vanderdendur, dit Candide, qui , t'a traité ainsi? , - Oui, monsieur, dit le nègre, c'est l'usage. On nous donne un caleçon de toile pour tout vêtement, deux fois l'année. Quand nous travaillons a'ux sucreries et que la meule nous attrape. le doigt, on nous coupe la matn; quand nous voulons nous enfuir, on nous coupe la jambe: je me suis trouvé dans les deux cas. C'est à ce prix que vous mangez du su-cre en Europe. Cepend'ant, lorsque ma mère me vendit dix écus sur la côte de Guinée, elle me disait: « Mon cher enfant, «bénis nos fétiches, adore-les « touj ours, ils te feront vivre « heureux; tu as l'honneur « d'être esclave de nos seigneurs « les blancs et tu fais, par là, « la fortune de ton père et de « ta mère ». Hélas! je ne sais pas si j'ai fait leur fortune, mais ils n'ont pas fait la' mienne. Les 'chiens, les singes et les perroquets sont mille fois moins malheureux que nous; les fétiches hollandais qui m'ont -converti me disent tous les dimanches que nous sommes tous cousins issus de germain. Or, vous m'avouerez qu'on ne peut pas en user avec ses parents d'u.ne manière plus horrible. - 0 Pangloss! s'écria Candide, tu n'avais pas deviné cette abomination; c'en est fait, il faudra qu'à la fin, je renonce à ton optimisme. - Qu'est-  :e qu'optimisme? disait Cacambo. - Hélas! dit Candide, c'est la rage de soutenir que tout est bien quand on est mal. Et il versa'it des larmes en regardant son nègre; et en pleurant, il entra dans Surinam. C'est le Dimanche 13 lovembre ~w.." "CL ~ ~ cU)~ ~ ~ti' '\~"'"" qu'aura lieu cette année le GRAND GALA ANTI RAt ISTf organisé par le M.R.A.P. •••• Un programme éblouissant présenté par Jacques AN(j(LVIN animateur de « Télé-Paris» Attention: Tetenez voiTe soiTée ••• ••• et vos places 1 SPORT ET RACISME P OURQUOI faut-il que ces deux mots si dissemblables soient mêlés en tête de cet article? Le sport ne devrait être que le sport. Le meilleur, le plus -doué, le mieux entraîné, devrait gagner, quelle qu,e soit sa raoe, sa religion ou la couleur de sa peau. Et pourtant, en Afrique du Sud, les boxeurs Robert Cohen et Toweel se sont vu contraints de choisir exdusivement des blancs -comme sparring-partners. Voici l'information: Johannesburg, 23 aoat (Reuter). - La palice a danné instruction aux organisateurs du champiannat du mande des Cqqs Cahen-Toweel, de ne pas permettre à ces deux boxeurs de prendre camme sparring-plNtners des baxeurs de couleur. • lA Ville DU MRAP • LA VIE DU MRAP • LA VIE DU MRAP • Il y a quelques jours, Robert Cahen a craisé les gants avec un baxeur de cauleur· Taweel a fait de même hier. Le public ri'a pas été admis à ces séances d'entraînement. Une lettre aux Quatre Grands A l'occasion de la Conférence de Genève, le M.R.A.P. a adresssé aux quatre Grands une lettre, dont voici quelques extraits: .. .Le peuple français a pu constater, au cours d'une longue et douloureU'se expérience, que le racisme et l'antisémitisme se dévelappent à la faveur de la tensian internationale, de la guerre, dant ils sant à lao fais les signes et les auxiliaires. PM cantre, les préjugés et les discriminatians de race et d'origine, qui divisent les hammes d'une même nation et opposent des peuples à d'autres peuples, ne peuvent que s'atténuer et disparaître dans un climat de paix, où se multiplient les échanges de tautes sortes entre les grouplus redautables aujaurd'hui, que peuvent être utilisées des armes d'extermination massive, terriblement plus meurtrières, que les chambres à gaz et les faurs crémataires ... Si naus nous permettans de naus adresser à vous, c'est (Bfin que vaus sachiez, en ces jaurnées histariques, que des millio11s d'hommes et de femmes, meurtris dans leur chair, leur dignité et l,eurs affectians par les atrocités du racisme et de l'antisémitisme, des millians d'hammes et de femmes, attachés aux princijJes de la fraternité humaine, suivent vos tràvaux avec un intérêt passionné et espèrent qu'il en résultera, paur l'humanité toute entière, plus de bien-être et de bonheur .•. Hommage aux victimes du 14 Juillet 1953 Le 14 jUillet, sur l'initiative du M.R.A.P., une cérémonie a eu lieu au Père-Lachaise, sur la tombe de Maurice Lurot, en hommage aux sept martyrs _ un Parisien et six Algériens _ . abattus le 14 jUillet 1953, à l'issue du cortège traditionnel, victimes d'un odieux racisme. En présence de la famille de Maurice Lurot, une foule nombreuse entendit, avec émotion, les brèves allocutions, prononcées successivement par MM. Barrault (Union des Syndicats des Travailleurs de la Métallurgie)

Thénault, camarade de

Maurice Lurot: Adolphe Espiard (Comité _ d'organisation des céré. monies du 14 juillet) et notre secrétaire général Charles Palant. Notre carnet Nous apprenons avec plaisir que notre Président et Madame L YON-CAEN sont les heureux grands-parents, et arrière-grandsparents de Marianne, fille de Mme et M. Gérard Lyon-Caen, (née le 28 aoOt 1955) et de Viviane, fille de Mme et M. Armand Lyon-Caen (née le 3 aoùt 1955). Avec nos voeux de bonheur aux bébés, qu'ils trouvent IcI les félicitations affectueuses du M.R. A.P. et de Droit et Lib,erté. Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage ' de notre ami le Dr CYNA avec Mlle LEV IN. Nous les pr:ions de trouver ici nos félicitations et nos voeux les meilleurs. , pes humains. La paix, c'est la;-_______ :--________ . ___________________________ _ recannaissance que taus les hommes sant éga ux et libres, quels que saient la couleur de leur peau, leur origine ethnique ou leur pays· .. Parmi les nambreux et graves sujets dant vous avez à débattre, il en est un, qui naus préaccupe particulièrement, le prablème allemand. Nous ne pauvans admettre qu'à la faveur de la « guerre fraide », de nouvelles responsabilités soient octrayées aux hommes sur qui pèse l'approbre des massatCres hitlériens, d'autant Après la croisière du « Batory » La presse rend compte abondamment du voyage, effectué récemment en Union Soviétique, à bo,rd du « Batary », pa'r 700 touristes français. Parmi 'eux se trouvait notre ami S. Kornblut, membre du bureau national du M.R.A.P., qui donnera ses impressions dans le prochain numéro de « Droit et Liberté . Avez-vous voire Carte d'Ami? Avec l'édition de ce numéro de rentrée, renaissent, pour notre journal et pour le M.R.A.P., les pénibles prOblèmes financiers. La lutte, aujourd'hui, est plus que jamais nécessaire contre toutes les formes du racisme et de l'antisémitisme. La septième Journée Nationale a priS un certain nombre de décisions, nQ..l tamment la création d'un Prix LES PHOTOS DE LA JOURNEE NATIONALE De nombreuses photos, sur lesquelles figurent les délégués, ont été ,prises à la Journée Nationale, le12Juln' dernier, à la Mutualité. Elles resteront exposées quelque temps encore au Siège du M.R.A.P., 91, faubourg Saint-Denis, à la disposition des personnes qui voudraient s'en procurer. de la Fraternité, que nous avons le devoir et la volonté de réaliser. Le gala du 13 novembre se prépare et, déjà, entraîne des frais... Bref, les charges, qui pèsent sur nous, ne sont pas moins importantes qu'avant les vacance!! D'ici quelques jours va com~ mencer la vente des billets du gala, qui mobilisera, nous le sa- 10ns, tous les militants antira~ cistes. Mais le temps presse. Et il est possible, dans l'immédiat, de faire quelque chose ... En particulier, que nos militants, nos amis les plus proches, se demandent si tout le monde autour d'eux pOSsède la Carte d'ami 1955. On n'a pas suffisamment veillé à ce qu'il en soit ainsi. Chacun de ceux qui participent à notre action ou l'approuvent devrait être sollicité de manifester .selon ses moyens, en prenant la carte d'ami, son attachement à notre Mouvement. C'est là une tâche indispensable pour les tout prochains ours. La souscription Cartes d'amis Jame: 10.000; Herzkowicz: 1.000; Zuckerman: 5.000; Leoner: 5.000; Zorbibe: 10.000; Jacobson: 5.000 ; Murawiec: 1.500; Flakser: 1.000 ; Baulip: 10.000; Haliot: 2.000; Adot: 500; Scheskln: 1.000; Stain: 2.000; Llwarek: 1.000; Gold Tricot: 10.000; Helnri Gassoche: 5.000; Sterne: 2.000; docte .. r Hirschman: 5.000; Schilanski: 500; Stainber : 500; Jos: 3.000; Szwargier: 5.000; Tchorek: 500; Mme Bandais: 500; Budai: 5.000; Tricolor: 5.000; Rémy: 10.000; Marsal: 10.000; Mme Meyersan: 500; anonyme: 10.000; Centenaire: 10.000; La/eunesse: 5.000; Wittelson: 3.000; Benveniste: 20.000. Sociétés Amicale russe: 10.000; Fraternelle Livry-Gargan: 3.000; Siedlec: 40.000; Cartes Journée nationale Section Lille: 10.000; docteur Rennert: 1.500; section Nancy: 5.100; H. Lilensten: 1.700; docteur Ducraux: 2.000; 2': 2.000; Imerglik: 1.500; sections 3' et 4-: 10.400; docteur DiemGnf: 1.000 J Toulouse: •• 800; d",tellr Grelf; 2.000. Autre infolimation provenant du même pays: L'Association Sud-Africaine de Football écarte la majorité des joueurs en n'acceptant que les Européens. Ne pouvant donc prétendre être un organisme réellement national, elle vient de se voir exclue de la Fédération Mondiale de Football. Voilà, sous des formes bruta'les des manifestations de racisme' dans le sport. Mais il en existe d'autres, plus hypocrites ... Par exemple à Alger, où l'entrée du bain sportif est refusée à Chérif Hamania, champion de boxe algérien. Quel paradoxe et qu,elles bonnes raisons de lutter contre le racisme 1 Les sportifs ne peuvent admettre de telles discriminations, comme le souligne justement François Oppenheim dans L'Equi..: pe du 17 août, montrant que Ce n'est pas de la race, mais de l'homme 'et de son entraînement que dépend la valeur des champions. Nous lisons : La race et l'entraîneur « Nous avons encore entendu cette affirmation trap aisée que les résultats si remarquables des ondines hal/oendais,es ne sant dus qu'à la race· » Si la race expliquait tout, pourquai les Hollandaises et pas les Hollandais? » Pourquai si c'est la race, le Danemark, qui a eu tant de grands champions de crawl, n'en a-t-il plus? , » Et paurquoi Washington qui n'avait pas d'andines, a-t-il saudain, dans les rangs de son fameux club, le Walter Reed, tant de jeunes champiannes ?... _ » Il faut bien penser qu'il y a autre chose que la race. Il n'y a pas à Washington de race spéciale pour farmer des ondines baffant celles des quarante-neuf Etats américains, de race spéciale à' Taulouse paur trouver exclusivement des grands crawleurs. » Non, ce n'est pas la race, ce sont les entraîneurs qui Gniment et forment les champions... :..

Notes

<references />