Droit et Liberté n°207 - mars 1962

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°207 de Mars 1962
    • Dimanche 25 Mars: journée nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix page1
    • Est-ce enfin la paix? 'Algérie) page1
    • O.A.S. et sang bleu par Oncle Tom page2
    • Justice une lettre de Mme Sobell page2
    • Vous dites? D'étranges défenseurs par Roger Maria page3
    • Chez Me Manville, l'O.A.S. a voulu tuer par Albert Levy page4
    • Fanny Dewerpe notre amie par A. Dymenstajn page4
    • Entre la vie et la mort, une autre victime du 8 février: Mohammed Aït Saada page4
    • Les malheurs du judiciaire par Me J. Toutain page5
    • L'avenir des juifs d'Algérie par P. Stribbe page5
    • Platic et antisémitisme page5
    • La journée nationale: les signataires de l'appel, les thèmes des débats page6
    • La vie du MRAP; les assises antiracistes page8
    • A propos de l'appel pour la journée nationale: une lettre de l'abbé Pierre page9
    • A la lumière de la science par Paul Chauchard page9
    • Civilisation, colonisation et racisme par Jean Bruhat page9
    • Cinéma; West side story présenté par Guy Lacombe page10
    • Livres: A propos d'une réedition: "reflexion sur la question juive" de J.P. Sartre presenté par Lucien Sève page11
    • Etude: L'Afrique et le phénomène littéraire par P-F Lacroix page11
    • Une nuit a suffi: deux scènes de "l'enclos" d'armand Gatti présentées par J. Michaud page12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Dimanche 25 mars au Palais de l'UNESCO JOURNEE NATIONALE contre le • racIsme l'a ntisé mitisme et pour la pa ix PLUS que quelques jours : dimanche, la grande salle des conférences du Palais de l'U.N.E.S.C.O., qui a vu tant de rencontres internationales, sera le coeur vibrant de la France antiraciste. Mais les ultimes journées pèsent d'un poids tout particulier dans la préparation d'un tel rassemblement. A Paris comme en province, dans des villes et des quartiers, des usines, des ateliers et des écoles, les réunions grandes ou petites, les assises antiracistes locales ou régionales, commencées au début du mois, se poursuivent à un rythme accéléré. Les comités et les militants du M.R.A.P. activent la diffusion des cartes de participants: chacun veut contribuer de son mieux au succès de la Journée Nationale ; car il faut, plus que jamais, que s'affirme avec force l'unanime volonté du peuple français de terrasser ce cancer social qu'est le racisme. Les débats qui s'ouvriront dimanche à 9 h. 30, sous la présidence de Pierre Paraf, avec la participation d'éminentes personnalités et des représentants des groupements les plus divers, permettront une vaste et fructueuse confrontation, où chacun apportera sont point de vue, son expérience, ses suggestions pour l'avenir. Ainsi, la Journée Nationale sera une étape importante du combat antiraciste - partie intégrante du combat contre le fascisme, pour la démocratie et pour la paix. Aucun citoyen ne saurait s'en désintéresser. V.oiJt en p.age cenbta1e : [ommenl participer à la Journée Nationale lS MARS-1S AVRIL 1962 0,75 NF N° 207 (Photo Hubert de Segonzac.) . . ~ s -ce en ln a ail .... RIEN ne dil micux que le 'egard d'un enfant l'anxiété quotidienne de la guerre; il n'est pas, .en faveur do la paix, d'appel plu,f éloquent. Qn' ont vu, ces yeux, dans l'Algérie déchirée par les violences, par la haine f C'es,t pour qu'ils puissent sourire à l'avenir qu'il faut la paix. Pour que les générations nouvelles, d'un côté à l'antre de la Méditerranée, connaissent enfin l'amitié, mie fraternité humaine véritable. A l'heure où, nous mettons sous presse, ce n'est pas encore le cessezle- feu. L'espoir, po1trtat~t, se tr01we désormais des raisons plus valables, et s'affirme, fra.qile encore, inquiet par tant de précédents fâchew'Ç. Mais le cessez-le fel! lui-même sera- t-il la paix? Une fois re'connus la diqnité, les droits égaux d'1tn peuple, tattt sera-t-il fait pour qu'ils deviennent réahté.'1 Cela suppose avant tout des mesures implacables contre ceux qui gardent la nostalgie du passé, qui veulent dominer par la terre1tr, Qui veulcnt tuer la paix à peine éclose. Les antiracistes, les réPl{blicains qui ont tant fait pour préparer sa venue, ~'eilleront sur elle. • Pierre PARAF : Avec la venue du printemps (page centrale). • Pierre STIBBE nir des juifs (page 5). L'aved'Algérie • Jacques TOUTAIN : Les monlheurs de « Judiciaire )} (page 5). • Brigitte MASSIN : La vieille chanson (p. 5). • Paul CHAUCHARD : A la lumière de la science (page 9). • Jean BRUHAT : Civilisation, colonisation et racisme (page 9). • Lucien SEVE: A propos d'une réédition (p. 10). • P.-F. LACROIX: L'Afrique et le phénomène littéraire (page 11). • Armand GATTI et Jean MICHAUD Deux scènes de « l'Enclos » (page 12). 2 14·11. - L'O.A.S. provoque une quarantai· ne d'explosions dans le quartier musul· man d'Oran. ,. Toeize attentats au plastic en quarante- huit heures dans la région parisienne. 15-11. - Dix attentats O.A.S. à Paris. • 205 armes de guerre et un stock important de munitions volés à la caserne des douanes d'Oran par un commando O.A.S. 16-11. - Manifestations antifascistes à Paris, Nanterre, Pau. 18-11. - Un commando O.A.S. s'introduit au Val-de·Grâce et tue un gendarme. • Huit attentats au plastic à Paris. 19-11. - Dix·huit membres de l'O.A.S. dont le commandant Souêtre s'enfuient sans encombre du camp de St· Maurice· l'Ardoise. • Après plusieurs jours de négocia· tions les représentants du G.P.R.A. et du gouvernement français se séparent, après avoir mis au point les bases d'un accord. .• Agression perpétrée par des aviateurs O.A.S., à Oujda, sur une base de soldats de l'A.L.N. hospitalisés. 20-11. - Alger : un commando O.A.S. bombarde au mortier un quartier algérien. 5 blessés. • Le troisième homme de l'espace, l'Américain Glenn a fait trois fois le tour de la terre. • Indulgence au Tribunal militaire : trois ans de prison pour le plastiquage d'une villa. • Trois officiers en fuite, dont Sergent, sont condamnés à mort, mais c'est par contunlace. 22·11. - Le C.N.R.A. se réunit à Tripoli pour étudier le dossier des négOCiations franco-algériennes. • Sept morts, douze blessés à Alger du fait de l'O.A.S. 23·11. - Après examen des textes rela· tifs aux négociations franco-algérienne, le gouvernement français en approuve les conclusions. • Soixante et un attentats O.A.S. font trente morts et vingt-trois blessés en Algérie. Les tueurs à différentes reprises ont tiré sur la foule des musulmans. 24·11. - Trois kilcgs de plastic sur le point d'exploser sont découverts dans la salle des rotatives de l'imprimerie Poissonnière. où sont tirés « L'Humanité » et « Libération ». • Les tueurs de Maître Popie sauvent leur tête aux Assises de la Seine. • De jeunes plastiqueurs responsables de plusieurs attentats dont celni, qui fit perdre la vue à la petite Delphine Re· nard, sont arrêtés. 25-11. -- Les tueurs de l'O.A.S. tirent im· punément sur les musulmans à Alger : 13 morts et 6 blessés en moins d'une heure. 26·11. - Plastic à Saintes et contre « Le Figaro ,. à Paris. • A Alger bilan de l'O.A.S. pour le week-end : 44 tués. 27-11. - Fin des travaux du C.N.R.A. à Tripoli. Le gouvernement provisoire de la République algérienne est mandaté afin de pourswvre les négociations en cours. 1"·111. - A Oran deux bombes O.A.S. explosent dans le quartier de la ville nouvelle et font 3 morts et 50 blessés, tous musulmans. • A Ouargla, Sidi-Bel-Abès et Constantine, les forces de l'ordre tirent sur les foules qui manifestent en faveur de l'Algérie indépendante. 2·111. - Sept attentats au plastic à Paris, dont un chez Maitre Manville, membre du Bureau National du M.R.A.P. 3-111. - Maître Garrigues, avocat libéral, successeur de Maître Popie, assassiné à Alger. • Déchaînement de violences à Mers· el·Kébir. Après l'assassinat cruel d'une mère et de ses deux enfants, dont le F.L.N. affirmera par la suite qu'il a été perpétré par l'O.A.S., les « représailles » font trente-trois morts, du côté de la Basse-Casbah. 4·111. - Cinquante attentats O.A.S. perpétrés sur l'ensemble de l'Algérie font 36 morts (dont 30 Algériens) et 717 blessés. 5·111. -- « Vous devez tous partir, sinon nous tuerons l'un de vous ». L'O.A.S. menace les journalistes italiens en Algérie, et obtient leur départ sans que les autorités soient intervenues pour les protéger. • Plastic à la Délégation générale où les dossiers activistes sont incendiés. • Dix-sept plastiqueurs O.A.S. arr~ tés à Alger après les 117 explosions du matin. Dégâts matériels très importants. 6·111. - Commando O.A.S. contre la pri. son d'Oran ; selon le F.L.N. 40 détenus auraient été tués et l'on dénombre 200 blessés. 7·111. - Ouverture de la conférence d'Eviall, où délégués du gouvernement français et du G.P.R.A. reprennent contact en vue de l'ultime phase des négociations. 9-111. - A la caserne d'Orléans à Alger, un plastiquage tue un soldat du co~tingent, et en blesse deux. Les soldats manifestent dans la cour de leur caserne. e Oran : une échauffourée met aux prises un groupe de musulmans avec les forces de l'ordre et les ultras armés. On déplore seize tués algériens dont quatre femmes. 10-111. - A 8 h. 30, une voiture piégée explose devant la Salle des Fêtes d'Issy. les·Moulineaux, où allait s'ouvrir le Congrès national du Mouvement de la Paix. On déplore 3 morts et 50 blessés. • Au début de l'après-midi des mil· liers de manifestants exigent, sur les lieux, des mesures radicales contre 1'0. A.S. JUSTICE • Une lettre de Madame Sobell COMME nous l'avons relaté dans notre dernier numéro, Mme Hélène SObell, épouse du physicien améri· cain, condamné à trente ans de prison lors du procès Rosenberg, qui était venue en Europe pour plaider la cause de son mari, fut refoulée au Bourget, le 14 février dernier. La France est le seul pays d'Europe qui la considère comme « indésirable ». Elle n'a pu, de ce fait, prendre contact avec les personnalités, groupements divers et la presse, sous l'égide du Comité National pour la révision du procès Rosenberg. Le lendemain de sa mésaventure, Mme Sobell nous a fait parvenir de Bruxelles, une lettre dont nous publions ci-dessous de très larges extraits : H [ER, j'ai quttté Bruxelles, encoura· gée par l'assurance que la Ligue Belge des Droits de l'Homme a dé· cidé d'envoyer à l'ambassadeur des EtatsUnis une lettre destinée au Président Kennedy et demandant la libération de mon mari, Morton Sobell ; d'autres organisa· tions belges se proposent de faire des démarches semblables. /( Je débarquai de l'avion au Bourget, presque joyeuse... Lorsque je tendis mon passeport et ma carte de débarquement au policier, il commença à s'agiter. Il alla parler à son chef et tous deux me prièrent de rester à l'écart. Il En dépit de ce procédé inaccoutumé, je ne m'inquiétais pas... Le pOlicier me conduisit dans une petite pièce et me si· gnifia que je n'étais pas autorisée à péné· trer en France et que je devais me procurer un billet de retour pour Bruxelles ou Londres. /( Je lui en demandai la raison, et il me répondit . qu'il n'yen avait pas d'autres qu'un ordre du Premier Ministre. Je demandai la permission de téléphoner à mes amis de Paris, mais elle me fut refusée tout comme celle de me mettre en rapport avec Bruxelles ou Londres. /( On ne m'autorisa pas davantage à continuer sur Rome - ce qui m'aurait au moins épargné la dépense d'un retour en Belgique, que je n'avais pas prévu. /( M'étant rendue compte qu'aucun choix ne m'était laissé, je décidai de ne plus coopérer. Lorsqu'il réalisa que je n'étais en rien disposée à l'aider dans sa tâche, l~ policier prit mon sac et se mit à fourrager dans les lettres de mon mari, les timbres et les pièces de monnaie que je collectionne pour mon fils. Il trouva mon billet, mais le rejeta.. . Il se mit alors à chercher mon argent, et fut d'abord déçu de ne pas en trouver suffisamment ; il continua jusqu'à ce qu'il eut finalement ce qu'il voulait .. il me procura le billet de retour et mit la monnaie dans une bourse dont il ferma soigneusement la femeture éclair. /( Puis les pOliciers me houspillèrent, m'intimant l'ordre de me diriger vers l'avion. /( J'estimai que ce n'était pas mon affaire et ils durent me porter jusqu'à l'avion sur la chaise où j'étais assise. /( Je fis des signes aux amis qui m'at· tendaient, leur criant : /( Au revoir, au revoir! Je regrette de ne pOUVOir vous rejoindre. Aidez-moi à libérer mon mari innocent ! ». /( Ils m'enlevèrent de ma chaise, me portèrent les pieds en avant jusqu'au haut de l'escalier donnant accès à l'avion et dé· posèrent mes cent livres sur le dernier siège avec un grand soupir de soulagement. 1( J'ai presque ri en revoyant toute la scène, alors que nous survolions ce ma- ! gattom doJtltÛJt ... c'est scwcm C1ÛPle , 1 EN VENTE do., ..... , ,., bo •• ", i Maisons de Literie et d'Ameuble- ~ ment et les grands Magasins. .192.168.254.42 4 juin 2010 à 08:06 (UTC)"v...192.168.254.42 o. A. S.et sang bleu Je suis un vieux naïf, et je m'étonne de bien odes choses. Par exemple de cette prolifération de feuilles racistes, issues de l'ex-collaboration, et qni continuent aujourd'hui, impunément, le combat que leurs rédacteurs menaient hier dans « Le Pilori ", « La Gerbe,. ou « Je Suis Partout ». Dans une de ces feuilles. je viens de lire un de ces grossiers petits entrefilets, mal rédigés, écrits 'aveC du vinaigre et qui portent ce visage bien connu de la haine et de l'ignorance. H y est question d'un de mes confrères, journaliste, qui ironisait récemment dans un quotidien parisien sur le fait que les descendants de M. de Charette dirigeaient le fameux « réseau breton,. de l'O.A.S. Ce journaliste est violemment pris à partie : - « Et pan sur ce qui reste de noblesse française, ;:elle qui n'est pas la sienne, lui ou ses ancêtres ventU d'on sait bien où en passant par l'Europe centrale » ••• Je vous liasse le style! Je ne relève même pas l'infamie de ces propos. Je remarque tout simplement que mon confrère est fort honorablement connu pour ses nombreuses activités antifascistes, pour son glorieux passé de résistant. Peu me chaut le « sang bleu ". Je constate que la famille de Charette s'est mise à trahir dès la Révolution, soit par la chouannerie, soit en faisant appel aux armées étrangères (venues d'Europe Centrale) pour écraser la Révolution. Que les mêmes de Charette, aujourd'hui au nom d'une « Algérie française ,. ... dirigent avec fierté un gang d'assassins qui tue sans discernement des Français de toutes origines. Entre le patriotisme de mon confrère et celui de M. de Charette j'ai choisi depuis longtemps_ ' gnifique Paris, berceau de la liberté. Mais c'était un rire d'amertume et de tristesse à la pensée de ce qui pouvait se produi· re dans cette fière cité. /( Sincèrement v6tre, Helen SOBELL. Il HIER ET AUJOURD'HUI • Encore Larousse Il ne s'agit pas cette fais du dictionnaire Larousse, maintes fois cité dans nos colonnes pour ... mettons ses « erreurs» d'interprétation, mais de la; Revue « Vie et Langage» éditée par la même maison. Dans son numéro de février 1962, cette revue a publié une étude de Maurice Rat sur le langage et le style de Renan. Or, pour illustrer une partie de sa démonstration l'auteur de l'article n'a pas trouvé mieux que de choisir un court passage de l' « Histoire d'Israël » qui, séparé de son contexte, prend un tour nettement antisémite. li insérer dans concernant les UN ami nous avait naguère communiqué le nO 121 du « Val de Loire Médical » (avril 1961). Page 18, un article signé M.L. n'avait pas trouvé d'argument plus probant, pour critiquer le droit de libre établissement des médecins à l'intérieur du Marché Commun, que d'énoncer textuellement ceci : « On sait ce qu'a donné un accord culturel hâtif et maladroit entre la Roumanie et la France (1). Pour guelques Ionesco et Morruzzi qui ont rapporté chez eux l'éclat de l'enseignement irançais nous n'avons jamais connu aucun collègue français qui choisisse la Roumanie plutôt que la France. Par co1~tre combien avons-nous reçu, éduqué, instruit de j?tifs roumains q~ti dans la banliette de Paris nous déshonorent en confondant médecine. et épicerie. Cela sttffit ! » (2) .. Le même correspondant nous envoie le nO 1~0 du même « Val de Loire Médical » (février 1962). Page 40, sous la signature « M. Luzuy », un nouvel article apporte « des explications » sur le passage précité, lequel, dit M. Luzuy, « a soulevé une vive émotion parmi mes confrères israélites ». Ces explications sont les suivantes : M. Luzuy, qui est un champion de la lutte contre les médecins « sociaux commerçants », c'està- dire, précise-t-il, contre ceux qui ont « de notre défense professionnelle une conception commerciale plus proche de l'épicerie que du sacerdoce », est connu pour n'avoir pas, sur ce chapitre, ménagé ses « sarcasmes aux médecins de tel ou tel département français et même aux di rigeants actuels de notre Confédération... ». D'où il suit « qu'il n'y avait pas de racisme ni d'antisémitisme dans mon propos ». Viennent ensuite les inévitables références (:ü aux « amis », « collaborateu rs » et « maîtres » que compte M. Luzuy parmi les médecins juifs. La comparaison de ces deux textes appelle les remarques suivantes : a) Si le texte numéro 1 n'est pas entaché de racisme, et si M. Luzuy avait à coeur d'en persuader ses confrères israélites, pourquoi a-t-il attendu onze mois pour le faire ? b) Si M. Luzuy a maintes fois dénoncé « l'épicerie » de confrères qui ne sont ni juifs, ni d'origine roumaine, que vaut son argument d'avril 1961 ? Exactement zéro, puisque ses fameux « sociaux commerçants » sont, de son Oncle TOM. A l'un de nos amis qui, par Jettre, protesta auprès du directeur de la revue contre cet abus ... de langage, celui-ci répondit, non sans embarras et arguments spécieux, que ce texte avait été choisi un iquement pour sa spéciale valeur littéraire. Curieux, tout de même, que dans l'oeuyre immense de Renan, le collaborateur de « Vie et Langage » soit justement tombé sur ces vingt-neuf lignes qu'il intitule (assez perfidement) « étonnant raccau~d de J'Israélite à travers l'h'istoire » ! Très raccourci, en effet !. .. • Juges nazis SELON un document publié par le « Comité pour l'unité allemande Jo siégeant en République Démocratique Allemande, et qui fut envoyé ou Dr W. Stamberger, ministre de la Justice de la République Fédérale, 1.155 juges oyant participé aux tribunaux d'exception sous le régime hitlérien, sont toujours en place en R.F.A. Il leur est reproché 3.891 verdicts, dont 1.540 condamnations à la peine capitale. Les institutions centrales d~ la justice emploient 37 de ces juges, dont six au sein même du Ministère fédéral. Le. comité pour l'unité allemande affirme détenir tous les dossiers concernant ces juges, Doe anthologie médecins juifs propre aveu, indistincteme6nt de toutes origines et confessions. On se demande alors quel état d'esprit a pu conduire le polémiste qu'est M. Luzuy à choisir, pour combattre le « Marché COlllmun médical », une si piètre raison. c) La seule manière, en tout cas, lJOur M. Luzuy, d'ôter toute ambiguité à son comportement, consiste à ne pas récidiver dans le sens de son texte numéro r. Il peut, à cet égard, être informé ici de ce que les militants du M.R.A.P. seront vigilants. 1) Accord antérieur à 1914. 2) Souligné par nous, « D.L. ». ~) Voir la défense de Capgras dans l'affaire « Dimanche-Matin ». DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (2') Tél. : GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 7,50 NF Abonnement de soutien : 15 NF. ETRANGER Un an : 12 NF Compte Ch. Post.: 6070-98 ParIs Pour les Changements d'adresse envoyer 60 fr_ et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté » ou s'abonner au {( Cercle Culturel et Sportif Juif », 51, Bd du Jardin-Botanique, à Bruxelles. Les versements peuvent être effec· tués au C.C.P. 278947, de M. S. Gutman, Bruxelles. Le numéro : 10 francs .belges. L'abonnement annuel : 100 FB. Abonnement de soutien : 150 FB. }_~Y' Journal composé et imprimé ~ par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - Châteauroux Gérante : S. BIANCm. RADIO • Jean Nocher nous écrit. .. A la suite de l'article paru dans notre dernier numéro, sous la signature de Henri Bulawko et qui commen· tait certains propos de Jean Nocher, ce dernier nous a envoyé la lettre suivante, arec ses sentiments distingués: " Votre collaborateur Henry Bulawko prétend que « j'aurais condamné les moeurs cc arriérées » (sic) des peuples SOUS-développés » et ce dans un de mes cc En direct avec vous » quotidiens de ~ h. 23, le 8 janvier, précise·t·il. Il Or, il n'y a pas trace de cette formule dans mon émission du 8 janvier 1962, et j'ai toujours dit précisément le contrai· re : j'ai la plus grande sympathie pour les peuples à l"état de nature et j'ai souvent regretté qu'on leur impose sans précau· tion un prétendu progrès qui n'est qu'un retour à la barbarie. « M'accuser enfin de racisme, c'est mé· connaître que j'ai passé quinze mois, au service de la Liberté, dans les prisons de la Gestapo et que je suis titulaire d'une -des six premières Médailles de la Résis· tance française accordée aux pionniers de la lutte contre Hitler. ft N'en déplaise à votre collaborateur dont j'aimerai connaître les états de ser· vices similaires et qui me paraît donner dans un autre racisme en identifiant la ci· vilisation éuropéenne aux fours crématoi· res et aux c( ratonnades » (sic), alors que certains Arabes d'Afrique du Nord ont massacré 15.000 innocents en instituant leur terrorisme. » Jean NOCHER. • La réponse d/Henry Bulawko . A entendre Jean Nocher sur les an· tennes de la R.T.F., je me suis sou· vent demandé s'il n'en faisait réel· lement qu'un avec l'animateur « révolu· tionnaire » des Jeunes Equipes Unies pour une Nouvelle Economie Sociale (J.E.U.N. E .SJ. Un homme qui a passé si allègrement d'un extrême à l'autre, ne saurait justi· fier son attitude présente par l'évocation d'un passé aussi glorieux soit·il. Je suis obligé de maintenir mes affir· mations quant aux propos tenus au cours de l'émission en cause. Si · ces termes ne figurent pas dans le texte que possède Jean Nocher, c'est que celui·ci a dû se laisser entraîner par son élan oratoire. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que j'ai relevé une certaine hargne dans ses propos, même quand il s'abritait derrière son amitié pour les juifs pour vitupérer d'autres communautés ethniques. La barbarie des uns ne saurait justifier celle des autres, mais il faut se garder - au lendemain des horreurs accumulées au cours de la seconde guerre mondiale - de s'ériger en censeur des peuples sous· développés. Je suis prêt, bien entendu, à confronter mes états de services avec ceux de Jean Nocher, mais est·ce là un argument très sérieux? Pour sa gouverne, qu'il sache que ni la résistance, ni hélas la déportation ne me sont étrangères. Pour le reste, je renvoie le lecteur à certain passage de la lettre de Jean No· cher «( j'ai la plus grande sympathie pour les peuples à l'état de nature et j'ai sou· vent regretté qu'on leur impose sans précaution un prétendu progrès, etc.») dont les termes ne font que confirmer notre impression première. H.B. A JOUTONS, pour notre compte : 1°) Que l'expression Il les peuples à l'état de nature » digne de la littérature du 18" siècle sur le Il bon sauvage » et sans nul doute l'indice d'un complexe de supériorité raciale qui dénote une belle ignorance de l'histoire. 2» Que nul Il n'impose " aux dits peuples le progrès, mais que ce sont eux qui y aspirent et se battent, l'indépendance une fois acquise, pour essayer de combler un retard technique que la colonisation a soigneusement entretenu. 3°) Que si M. Nocher voulait s'instruire au pOint de savoir pourquoi dans les guerres d'indépendance les innocents (pourquoi 15.000 ?) payent comme les coupables, un peu de lectures historiques lui rendrait un éminent service. Le tout est de savoir si M. Nocher tient à être documenté. 4°) On peut malheureusement observer que le général Salan, chef suprême de l'O.A.S., est cc le plus décoré " des généraux français et que certains de ses adjoints et subordonnés le sont aussi - y compris de la médaille de la Résistance. Cet exemple prout'e que d'une façon générale, l'attitude passée, à une époque déterminée, n'est pas obligatoirement garante de l'attitude présente de certains personnages. D'ailleurs ces comparaisons des titres et des décorations . ont un côté puéril et légèrement à cc l'état de nature ". POSITIONS • Pour que dans 10 ans ... D.L. Mme Marcelle Auclair, publie dans « Marie-Claire » de février, un excellent article intitulé : « Les races lI. Après une introduction, où le racisme cherche dans le Larousse ses définitions (tendancieuses), l'auteur nous livre quelques tests et anecdotes, qui risquent d'embarrasser bon nombre de Français et veut leur faire toucher du doigt « leur raci sme honteux ou inconscient lI. S'appuyant sur les biologiste s, elles récuse le mot race et démontre scientifiquement qu'il n'y a en fait que des groupes issus d'une même origine : L'homo sapiens. Faisant l'apologie des races qui ont fait l'objet de discrimination raciale, elle dresse l'apport important que nous leur devons sur tous les plans. Et, forte du lourd dossier antiraciste qu'elle vient de mettre à notre portée, Mme Auclair conclut très humainement : ... Au lieu de mépriser, contribuons à favoriser l'avènement du temps où les biens de ce monde ne seront pas l'apanage de quelques- uns : 59,5 % de la population mondiale ne mange pas à sa faim, et ces mêmes misérables s'aigrissent dans l'ignorance . « Pour que dans dix ans, les hommes de toutes couleufs, soient capables de s'adapter à ce que nous appelons la civilisation, il faudrait quelques millions d'instituteurs. » • Le racisme est antiscientifique Dans un récent numéro de « La Vie Ouvrière », organe 'de la C.G.T ., a paru une chronique d'Hilaire Cuny : « Le racisme est antiscientifique ». Il constate: « La notion de race est une réalité, l'humanité se divise en trois grandes races principales, les blancs, les jaunes, les noirs.» L'auteur ensuite confronte les notions de race et d'ethnie et nous engage à ne pas les confondre systématiquement. « L'ethnie est, en effet, quelque chose de très différent de la race. Elle représente un groupement d'huma~ns dont l'ensemble se caractérise certes par une ressemblance somatique (blancs, jaunes, nOirs), mais qui se distingue surtout par une langue, une culture, et des réactions psychologiques communes, toutes dues à une éducation schématiquement identique. » Dépouillant le problème de son faux idéalisme, à la Nietzche ou Gobineau, l'auteur nous rappelle le matérialisme sordide et intéressé qui se trouve à la base de l'idéologie raciste toujours celle « de l'exploiteur menacé dans ses privilèges par la révolte des opprimés ». Hilaire Cuny termine son article en précisant « qu'il n'existe pas d'infériorité raciale à la lueur de l'anthropologie. Il n'existe que des infériorités culturelles individuelles ». La faim, le manque d 'instruction, dénient bien souvent, toute possibilité de développement intellectuel. • Cinéma et fraternité Une expérience fort intéressante a été tentée le mois dernier par le cinéma « Le Floride ». Pendant quinze jours, cette salle a projeté des films dont le contenu antiraciste est évident. La première semaine : « La Pyramide humaine » de Jean Rouch et « Sapphire » de Basil Dearden, la seconde semaine « Moi un noir » de Rouch et « Come back Africa » de Lionel Rogos in. Ces films ont donné lieu à de multiples discussions entre le public et des critiques cinématographiques au cours de débats passionnants. Cette expérience, qui sera renouvelée, a obtenu un vif succès. D'autre part, dans le cadre de cette quinzaine, une projection spéciale fut organisée pour la jeunesse des lycées, sous l'égide du Centre de Liaison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux. 'v' o'us 'DITES " "ORO" E1l1R~R'En~:é~ond; • , ". aux men~onges racistes . - - -~..' -. ' D'étranges défenseurs ... J E dis mon admiration aux résistants chrétiens, juifs et musulmans ... Voilà qui commence bien : on pense à l 'union exemplaire qui s'est tissée entre tous les combattants - sous l'uniforme et en civil - de toutes origines et confessions qui ont lutté ensemble contre l'occupant hitlérien. Mais il convient de compléter la phrase et d'en indiquer l'auteur. Complétons donc: « Je dis mon admiration aux résistants chrétiens, juifs et musulmans de l'Algérie française ». Signé : Lucien Rebatet, dans « Rivarol » du 1" mars 1962. Cette fois, on a compris, et il faut plaindre une cause qui doit se justifier de recueillir l'approbation d'un Rebatet, l'une des plumes les plus méprisables de la collaboration «( Je suis partout », « Les décombres », etc ... ), à tel point que les ViChyssois mal'échalistes qui se voulaient distincts des éléments pro-allemands. regardaient un tel personnage comme un nazi forcené. Aussi, certains milieux juifS feront-ils bien de réfléchir avant de se déclarer « pour l'Algérie dans la Ré) lublique » ; ils s'exposent à voir un Rabatet écrire, à propos de deux juifs oranais tués par une patrouille de zouaves : « ces deux jeunes juifs qui nous appartiennent ». «( Rivarol ») du 4 janvier 1962.

Signalons, à ce propos, cette préoccupante réflexion de Serge Bromberger, dans « Le Figaro» du 10 janvier, à propos des troubles incessants d'Oran: « L'intervention de commandos juifs réagissant à l'inspiration du gouvernement israëlien allant dans le même sens que l'équipe Susini, semble avoir aussi joué son rôle» (même information dans « Paris-Match » du 20 janvier). Un porte-parole du ministère israëlien des Affaires étrangères a aussitôt démenti. Que des Juifs - qu'ils soient Oranais, Parisiens ou de Tel-Aviv - puissent commettre l'erreur monstrueuse de se 1aisser entra1ner, par passion COlonialiste, par aveuglement politique, à faire ne serait-ce qu'un bout de chemin avec les racistes de l'O.A.S., avec les amis d'un Rebatet qui a exalté - et qui continue - l'oeuvre de « salubrité » accomplie par Hitler et ses massacreurs dans les chambres à gaz d'Auschwitz, voilà qui dépasse l 'entendement. A l'aube du 5 mars, l'OAS a commis entre 117 et 137 (selon les estimations) attentats au plastic contre des magasins l'Vppartenant, en majeure partie, à des commerçants algériens musulmans, mais aussi à des Français libéraux et à pas mal de Juifs, tous réfractaires à l'impôt-rackett de l'O.A.S. Cette union dans la dévastation doit être plus forte que tout, contre les ba,ndes qui commettent de t els crimes et leurs soutiens, y compris la pègre sanglante de l'Internationale néo-nazie.

  • Sinon, il n'y aurait plus,

pour les Juifs d 'Oran et d'ail- ..... u n r:u: leurs, qu'à se rallier aux conseils de Xavier Vallat lui-même qui, dans « Aspects de la l"rance » du 8 février dernier, publie un a,rticle en majeure partie consacré à nier la possibilité de garanties pour les minorités. « Quand vous avez fait le tour de la question, vous vous apercevez que les demandeurs de garanties n'ignorent point qu'on n'en peut obtenir de sérieuses et que le choix entre la valise et le cercueil resterait le lot de tous les Français d'outre-Méditérannée, qu'ils soient juifs chrétiens ou musulmans )1. Cette sollicitude pour les juifs d'Algérie venant de l'ancien Commissaire aux questions juives du temps de Laval et Darnand, dépasse en impudence toutes les limites imaginables. Xavier Vallat s'y connaît sans nul doute en matière de statut des minorités, surtout juives, lui qui édicta les mesures discriminatoires visant les juifs de France afin de les « mettre en condition », à une phase de l'infernal processus qui devait conduire plus de cent mille d'entre eux à leur dernier voyage. Roger MARIA. ft ft __ ---- 3----- DES FAITS qui donnent A PENSER ... • RIVESALTES REMEMBER ! Quelque. jours avant que ne s'engage la conférence d'Evion, le gouvernement fronc;ais transfor" ma'it l'ancien camp militoi~e de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales), en camp pénitentiaire dépendant du ministère de la Justice destiné à recevoir trois mille détenus musulmans condamnés pour délr~s de droit commun ou actes se rattachant aux affai. res d'Algé,ie. Beaucoup de nos ami. n'oublient pas que Rivesaltes fut, pendant l'occupation nazie, un· lieu de souffrance. pour beaucoup de ju'ifs étrangers, d'Espa" gnols et d'émigrés de toutes nationalités. • CHANGEMENT DE NATIONALI" TE. Séjournant en Italie, M. Soustelle, de l'OAS et autres lieux a affirmé

« J'aimerais mieux renoncer

au titre de Français que d'approuver, fut-ce par mon silence, ce que je considère comme un crime monstrueux » (La paix en Algérie, NDLRl. Bonne note est prise. • APALOGIE DE EICHMANN. C'es-i le titre d'un livre que prépare actuellement l'écr'ivain raciste Rassinier, dont l'oeuvre entière fut consacrée à la « réhabilitation " du régime nazi. • COEXISTENCE. A bord du « France », il existe une chapelle « non consacrée » et conçue de telle manière qu'elle peut servir tour à tour d'église, de temple ou de synagogue. • UN « MALHEUR NATIONAL » QUI COUTE CHER : LE RACISME. Les conseille,. s économiques du président des EtatsUnis viennent de remettre à la Maison-Blall" che un rapport dénonçant' la discrimination raciale comme « un malheur national ... « La discrimination, écrivent-ils, inflige des dommages humains et sociaux incemmensurables à un grand nombre de nos concitoyens. En autre ( ... ) elle inflige une perte économique au pays. » • L'HISTOIRE INTERDITE. La censure cinématographique de Chypre vient d'interdire la projection du film d'Otto Preminger, « Exodus », dont l'action se déroule en grande partie dans l'île. Prétexte invoqué : le film comporte des « actes de cruauté » décrits avec trop de réalisme. Les cypriotes qui savent il quel prix s'obtient l'indépendance d'un peuple, s'étonnent de cette curieuse décision. • ILS ONT AUSSI LEUR « LAROUSSE ». « L'Oxfo,.d 'Dictionary », diffusé dans les pays de langue anglaise comporte de bizarres définitions. C'eS'~ ainsi qu'au mot « juif », un théologien de Détroit 0 relevé ces « comparaisons » : « Vil usurier » : - « qui se livre à toutes sortes de ~rafics » ; « riche comme ... », etc ... L'unique définition de « Moïse » est celle-ci : « surnom d'un usurier juif ». » L'Oxford D'ictiona'fY » aurait accepté de mod'ifjer cet~e dernière définition, mais se refuse obstinément à supprimer les autres, qui bénéficieront d'un additif dans les prochaines éd'itions : .. employé dans la langue vulgaire ». On ne le leur fait pas dire ... • NAZIS AUX USA. Viorel Trifa, connu depuis 1950 sous le nom d'Evêque Valerian, vit confortablement aux Etats-Unis, comme prêtre de l'église orthodoxe roumaine. Pogromiste « réputé » s'illustra notamment en 1 941 à Bucarest. Cet ex-dirigeant de l'union nationale des Etudiants chrétiens a été condamné à la réclusion perpétuelle par un tribunal militaire roumain. Mais les USA refurent de l'extrader Ils ont refusé également d'extrader le yougoslave Artukovic, accusé par le gouvernement de Belgrade d'avoir donné l'ordre d'exterminer des milliers de citoyens yougoslaves juifs, serbes, gitans et croates. IÎ est l'auteur de plusieurs décrets sur la « pureté raciale lI. Il se dore aujourd'hui sous le soleil de Californie. • LES PETITES ECONOMIES. Lu, dans « Le CanaTd enchaîné » du 28 février .;et écho. « Un ami du Huron est allé récemment solliciter un poS'~e de professeur d' onglair à l'académie Gaya. On l'y a fort a'imablement reçu, et on l'a prié de remplir une fiche. Le postulant a été fent surpris de trouver, parmi les renseignements sollicités ces deux interrogations : Quelle est votre religion? Quelle e. t votre race? Aryenne ou sémite? - « Le préposé aux écri'~ures lui a Zout aussitôt expliqué la chose. « - Que voulez-vous, lui a-t-il dit, cette fiche date du temps de l'occupation nazie, alors ... « On n'en '~ombe pas moins SUT les '~esses. JO 4 Fanny DEWERPE notre amie IL y a un peu plus d'un mois, avec sept autres antifascistes, notre amie Fanny Dewerpe mourait victime de la répression policière déchaînée contre les milliers de manifestants qui, le 8 février, avaient voulu se rassembler place de la Basti lle, à l'appel des syndicats et des organisations démocratiques, pour protester contre les attentats criminels de l'O. ~.S. Fanny savait ce qu'était le fascisme. Petite fille encore, e lle avait porté l'étoile jau- Armand ~YMENSTAJN 1 ne et pour échapper aux rafles, à la déportation, elle s'était cachée avec ses parents. Ces terribles années d'occupation avaient profondément marqué son âme d'enfant et depuis lors elle aspirait de tout son être à un monde fraternel qui serait à jamais débarrassé du fascisme et du racisme. Fanny Dewerpe, avait participé, en 1949, à la première Journée Nationale, organisée par le M.R.A.P. (c'était au Cirque d'Hiver), ainsi qu'à plusieurs des suivantes. Et l'on comprend que, cette année, son père, M. Kapciuch, figure parmi les signataires de l'appel pour les assises antiracistes du 10' arrondissement. En 1951, Fanny avait épousé André Dewerpe, dont le frère avait été tué à 25 ans par les nazis en 1944, en Charente-Maritime. Le jeune couple était de toutes les manifestations républicaines. Ils s'adoraient l'un l'autre. Un enfant, le petit Alain était venu éclairer ce foyer charmant et simple, qui souriait à la vie. C'est alors que le malheur fondit sur Fanny ; en 1954 son compagnon si cher décédait brusquement d'une tumeur au cerveau, provoquée probablement par un matraquage policier dont André avait été victime le 28 mai 1952. Elle restait seule avec son bébé. Elle surmonta sa douleur. Avec cette fermeté d'âme qui la caractérisait, elle se consacra à l'enfant, gardant au coeur une meurtrissure ineffaçable. C'est parce que Fanny voulait que son fils et tous les enfants grandissent dans un monde pacifique qu'elle haissait les assassins de l'O.A.S. ; c'est parce qu'elle voyait que tous les anciens vichystes, que tous les antisémites, tous les racistes sont les apologistes et les complices de l'O.A.S. qu'elle réclamait, avec l'ensemble du peuple français, qu'on mette fin à cette mansuétude envers les criminels qui venaient de défigurer à jamais la petite Delphine, une enfant de quatre ons. Fanny repose maintenant près de son compagnon dans le petit cimetière de Montfermeil. Mais pour tous les amis elle reste vivante dans leur coeur. Une soirée d' hommage Une soirée solennelle d'hommage à Fanny Dewerpe a eu lieu le 15 mars, à Paris, salle de l'Entrepôt, sur l'initiative du M. R. A.P. et de diverses outres organisations : U.J.R.E., Union des Sociétés Juives, anciens des « Cadets ", association de jeunesse à lequel le Fanny avait appartenu. Sous 10 présidence de MO Armand Dymensta jn, membre du Bureou National du M.R.AP., qu'entouraient un certain nombre de nos amis, dont M. Ime.glik et A. Chil, également membres du Bureau National, diverses personnalités ont pris la parole : PieTre Paraf, président de notre Mouvement ; Alfred Grant, MC Cha rles Lederma n, ainsi qu'un représentant du Comité antifasciste du 10" arrondissement. La foule, qui emplissait la salle, applaudit longuement les délégués du comité intersyndical (C.G.T., F.O. et C.F.T.C.) du Comptoir National d'Escompte, qui a dé cidé d'adopter le petit Alain Dewerpe. La soirée s'est terminée par une émou .. vante partie artistique. Chez Me MANVlllE C Oi\IBlEN étions-nous? Vingt? ... Trente ? ... Tous les membres présents à Paris du Bureau National du M.R.A.P. Les jeunes dirigeants du Club Amitié. Des amis accourus, qui affluaient sans cesse. Il avait fallu laisser ouverte la seule porte encore intacte

les courants d'air soufflaient dans

ie petit salon, du couloir béant à la fenêtre brisée. Au milieu de l'appartement froid, dévasté par l'attentat de la veille au soir, notre groupe animé, chaleureux, que Marcel Manville dominait de sa haute stature. On se félicitait que tout le monde fùt sain et sauf dans la maison, et c'était J'essentiel. Répondant aux questions qui fusaient, Marcel et sa femme. Evelyne, racontaient une foi s (le pius détail pat· détail, ce qui s'était passé

le léger bruit entendu sur le paliel'

quand le plastiqueur ayait déposé son paquet: le sang-froid d'Evelyne et de l'amie qui se trom'ait là. et qui. ouvrant porte et fenêtres pour laisser le champ libre à la déflagration, évitèrent le pire, ayant tout juste le temps de se jeter à t.erre. dans ce petit salon préci sément... La sonnerie du téléphone, l'arrivée de nouveaux amis interrompaient à tout in stant le récit, coupé d'exclamations et d'embrassades. Et cela faisait chaud au coeur d'entendre éclater le rire de Manville, ce rire familier, fort et confiant, qui soudain pétrit son visage tout entielde lumineuse et virile bonté. Cette scène. sans doute, les plastiqueurs ne la comprendraient pas. Ce qui compte pour eux, c'est la paye après le mcurtre, le prix du sang. Ce que veulent leurs chefs c'est le silence de la peur, la résignation devant leurs crimes. Ils avaient cel-tes fait tout le nécessaire pour tuer : l'énorme explosion a arraché toutes les portes de l'immeuble. troué deux paliers; c'est un hasard s'il n'y a pas eu de victimes, et ils ignoraient que le bébé de Marcel et Evelyne, le petit Yves. ne se trouvait pas dans l'appartement... :VIais visiblement, une fois encore. ils ont échoué dans leur tentativc d'intimidation. Ils ne sont parvenus Qu'à susciter davantage de colère, qu'à fouetter la combativité de ceux qui entendent écartcr de notre pays la hontc et l'horreur dl1 fascisme. Que l'O.A.S. s'en prennc à des hOI11- mes tel, que :\lanvillc n'a rien d'étonnant .. \ \ ocat. il ,'est mis délibérément l'OAS A VOULU TUER au service de la justice; il est de ceux qui ont accepté de défendre devant leurs juges, des Algériens traqués, contribuant à tisser par delà les haines, les brimades et les violences, l'amitié, la fraternité de demain. Militant, il lutte depuis l'âge de raison pour que les hommes se compl-ennent mieux; membre du Bureau National du M.R.A.P., il combat quotidiennement l'odieux racisme et ceux qui n'hésitent pas à le provoquer. Voilà ce que l'O.A.S. ne peut admettre. Mais ce qui étonnera certains, c'est l'attitude des pouvoirs publics. Il y a plusieurs semaines déjà, qu'ayant reçu de l'O.A.S_ des lettres de menaces, Marcel - ,Manville avait porté plainte. Rien n'avait été fait pour le protéger. En revanche, un imposant appareil policier était déployé devant sa maison, le lendemain de l'attentat, face aux antifascistes du quartier venus manifester leur indignation et lcur solidarité. Et le meeting de protestation organisé par divers groupements antillais fut interdit, sans autre forme de procès. Ulle semaillc après le crime, je suis revenu voir Marcel et Evelyne. Le tapis de l'escalier était encore blanc de poussière de plâtre. Une porte d'entrée neuve avait remplacé le rideau mis en hâte après l'explosion. A de nouveaux détails, j'ai mieux compris encore le dangelqu'avait couru ce foyer heureux de militants. Nous avons examiné ensemble Je volumineux dossier intitulé « Plastiquage ». Avec émotion, j'ai lu ces dizaines de lettres envoyées par des amis connus et inconnus, des clients, des organisations et syndicats, les comités locaux du M.R.A.P. : témoignages d'admiration et d'amitié, mais aussi d'une ferme volonté de lutte et d'union. Peut-être pourronsnous former la chaîne avant qu'il ne soit trop tard!... De ce dossier precieux émanait l'espoir, nai ssait une certitude... )[ on, le fascisme ne passera pas! Albert LEVY. Marcel et Evelyne Manville, et le petit Yves Enlre la uie 81 la morl. une aulre uictime dU 8léurier: Mohamed Ait SAADA M OHAMED AIT SAADA s'ajoute à la longue liste des victimes du 8 février 1962. Près de la place Voltaire, alors qu'il criait « Paix en Algérie » et « O.A.S. assassins », il fut littéralement lynché par une charge policière. Les matraqueurs s'acharnèrent d'autant plus sur lui qu'il a la peau bistre et qu'il est Algérien. Ensanglanté, les vêtements déchirés, il fut ramassé comme mort, sur le pavé de Paris. Mais c'est solide, le corps d'un homme ! Et Mohamed vivait encore. Cependant il n'est pas sorti du coma où l'ont plongé les coups meurtriers ... ... Un enfant qui jouait dans l'escalier m'a conduit jusqu'à son appartement. C'est sa femme, Madeleine, âgée de vingt ans, qui est venue m'ouvrir cette porte qui donne sur leur univers secret. Un petit appartement, comme beaucoup d'autres. Des objets personnels, dûment entretenus, une table basse décorée à l'orientale, de mosaïque. Et dans un coin un landau, vide pour l'instant. C'est celui de Yasmina, fillette de deux mois et demi, que sa maman a dû placer dans une pouponnière, en attendant l'avenir. Madeleine parle de son mari. - Il est toujours inconscient. Chaque jour, les médecins me disent : « Etat stationnaire Il, ce qui signifie qu'aucune amélioration ne se déclare. On l'alimente au sérum. Il souffre de lésions au crâne, mais il est totalement inopérable. On espère on · ne sait quoi : que les tissus et les os se ressoudent d'eux-mêmes. Mais il faut patienter, patienter encore... Combien de temps? En parlant, Madeleine s'agite. Ses mains tournoient dans le vide, comme celles des aveugies cherchant en vain une présen· ce .. - Certes, il y a quelques progrès, depuis le jour où on l 'a conduit à l 'hôpital. Son coeur et sa respiration s'améliorent. Il fallait le voir : son visage était bleu, bouffi, son cou portait des traces de strangulation. Il haletait... Mais maintenant il souffre. Souvent, au Madeleine et Yasmina cours de crises épouvantables, il pousse des cris déchirants. Il semble se protéger, comme s'il recevait toujours des coups. Lorsqu'il hurle ainsi je ne crois plus en rien ... La jeune femme se tait. Je n'ose plus la questionner, lui faire raconter sa vie, son amour ... Les couples heureux n'ont pas d'histoire. Une guerre déchire deux communautés. Mais un Algérien et une Française se rencontrent, s'aiment, ont un enfant. Ils rêvent d'un bonheur nouveau, espérant beaucoup de la future Algérie libre. On peut construire son bort'heur, près d'Orléans. ville, comme ailleurs ... Madeleine se lève, tire d'un tiroir une photo de Mohamed. Elle parle de lui. Un homme stable, pondéré, travailleur. Ses collègues de travail, au Métro, ont confir. mé par leurs témoignages, après son hospitalisation, ce portrait que Madeleine nous trace ... Jusqu'à présent le couple avait un peu vécu en « vase clos » comme on dit. Ce qui lui évitait de subir certains regards désobligeants, certaines réflexions imbéciles. Aujourd'hui, une chaude solidarité s'est installée autour de Madeleine : la générosité du Secours Populaire Français, celle des camarades de travail de Mohamed. Sur le plan matériel, elle ne manque de rien. Le père de M. Aït Saada, prévenu de l'état de son fils va quitter la Kabylie pour venir le voir. Son frère est là. Toute une famille, déchirée de douleur, attend avec un ardent espoir, sa guérison. Mais le silence d'une chambre de la Pitié est parfois troublé par les hurlements de cet homme qui voulait la paix et la joie de vivre. H. J. par Brigitte MASSIN Mme Brigitte Massin, dont on connaît les brillants ouvrages historiques (sur Rouespierre et Mozart notamment) qu'elle a écrits en collaboration avec Jean Massin, nous a adressé ce beau poème, Nous l'en remerçions vivement, ÇA commence en secret et personne ne se doute que l'ennemi se cache au coeur de la redoute. C'est comme en tapinois que de pâles inscriptions chuchotent le retour d'une ancienne chanson. REGARDE, c'est écrit: {( Tous les Juifs au ghetto» et sur le mur voisin : {( communistes au poteau ». Entends déjà au loin, c'est bien la vieille chanson enrichie d'un slogan: {( A mort tous les ratons ». QUE dis-tu, toi qui passes? que c'est un jeu d'enfant. Ta mémoire est bien courte si tu oublies ces temps où nos rues résonnaient du bruit de la chanson, cela méritait-il vraiment ton attention ? QUE dis-tu, toi David, mon aîné de souffrance ? Le crois-tu revenu le temps de la patience ? Il prie Dieu pour les siens le rabbin Aaron, car lui l'a reconnue, l'éternelle chanson. LE temps n'est plus aux rêves, ô homme arrache toi à cet amour douillet qui veille sous ton toit. Ecoute ce bruit que font les portes des prisons grinçant sous les clameurs de la vieille chanson, AUX sourds d'aujourd'hui, je crie la vérité c'en est fini demain de notre liberté si nous restons muets alors que les clairons hurlent pour notre mort l'actuelle chanson. 1er février 1962. LES MALHEURS DE « JUDICIAIRE » L'EXPERIENCE politique du siècle dernier et de ce siècle a prouvé que le principe de la séparation des trais pouvoirs restait un des principes les plus sages nés de la Révolution frança ise. Traïs petites filles modè les : Législatif, Exécutif et Judiciaire. Trais petites filles jume lles quï, si elles savent vivre dans le respect de chacune, assuren·t l'exi5tence de leur a înée, la DémoCTatie. pendant beaucoup plus de l'Exécutif que du Judiciaire ; arrestations, pouTSuites d'avoca ·ts, en raison des causes qu' ils défendent, et même, aujourd'hui, assassinats des défenseurs ... Mais il suffit que l' une vive aux dépens des autres pour que l'équilibre se rompe, pour que la Démocratie disparaisse. Il est incontestable qu'en 1962, les trois pefites filles ne sont plus jumelles. L' une Dor Me Jacques TOUTAIN n'existe plus. Une seule a prospere, l'Exécutif, qui est devenue la soeur obusive, absorbant t out, dirigeant tout, e n te ntant de ·tout diriger. Le Judiciaire lui-même est a t teint et faït figu,.e de parent pauvre. Le Code d' instruct ion c riminelle est fa it pour défendre l' innocent. Mais l'Exécutif le considère comme le Code qui défend le crim inel. Or, quï apparaît comme crim inel aux yeux de l' Exécutif ne l'est pas for cémen ·t aUll yeux du Judiciaire. La loi pénale est là pou,. permettre l'appréciation objective du Judiciaïre. L' Exécutif cherche donc sans cesse à restTein dre cette loi pénale. Et la défense des innocents recule chaque jour un peu plus. L'égalité des droits (encore un mot Il c'est fait non seulement pour les personnes, mais auss'i, e-t peut-être surtout, pour les pouvoirs. Lorsque chacun des tTois pouvoirs essentiels aura retrouvé son indépendance et la plénitude de ses attributions, alors, mais olor.s seulement, pourrons-nous e nvisager de parler d'un aut re mot : celui de Liberté. PLASTIC 5 L'a\fenir des juifs d'Algérie CE n'est pas sans émotion que j'écris ces lignes, car je pense qu'à l'heure où elles paraîtront, l'affreuse guerre d'Algérie, marquée par sept ans, quatre mois et quinze jours d'horreurs et d'atrocités aura pris fin. Le peuple algérien aura recouvré son droit à l'indépendance et à la dignité. Certes, l'action criminelle de l'O.A.S. pourra encore causer bien des deuils mais il ne s'agira plus que d'actes individuels de tueurs; le conflit qui opposait le gouvernement de la nation colonisatrice à la nation colonisée aura cessé. La voie sera ouverte à l'édification d'une Algérie nouvelle et fraternelle, coopérant loyalement avec la France tout en l'unissant aux autres nations maghrébines et africaines. Quelle sera, dans cette Algérie indépendant à majorité musulmane, la place des israélites? Ce problème que « Droit et Liberté » me demande de traiter, a déjà donné lieu à des nombreuses controverses au cours desquelles se sont fait jour certains malentendus qu'il importe Ipar~ ~re STIBBE 'l de dissiper. Les israélites algériens ne sont ni des Européens, ni des musulmans. Ils sont, pour la plupart, soit de très anciens immigrants dont la venue au Maghreb est antérieure à celle des Arabes, soit même des Berbères judaïsés. Leur niveau de vie et leur culture se rapprochent cependant de ceux des Européens auxquels le décret Crémieux les a assimilés dès 1870. Un certain nombre d'entre eux sont d'ailleurs, depuis un siècle, venus se fixer en France où ils ne se distinguent pas des autres Français. En Algérie, par contre, ils ont été l'objet de féroces cilmpagnes antisémites de la part d'éléments réactionnaires de la minorité européenne, et ont souvent été protégés par les musulmans, encore que la tactique des antisémites ait souvent consisté, dans le passé, à dresser les musulmans contre les juifs. DEPUIS le début de la Révolution algérienne, des juifs algériens se sont trouvés dans les deux camps: les uns ont appuyé, soutenu le combat du F .L.N., d'autres se sont trouvés dans les rangs des activistes; certains, enfin,' notamment pam1i les intellectuels se sont joints aux Européens libéraux. Le F.L.N., de son côté, a toujours proclamé que la Révolution algérienne n'était pas une guerre de religion, mais une lutte nationale soulevant tout un peuple contre l'oppression coloniale. Dès le 20 avril 1956, la plate-forme élaborée au Congrès de la Soumman déclarait : « La Révolution algérienne a montré. par les actes, qu'elle mérite la confiance de la minorité juive pour lui garantir sa part de bonheur dans l'Algérie ind épendante ». A maintes reprises, depuis lors. les dirigeants nationalistes ont déclaré que les israélites avaient tous vocation à la nationalité algérienne au même titre que les musulmans. « Dans l'Algérie de demain un musulman n'aura pas plus de droits qu'un israélite », m'a déclaré un jour une personnalité du F.L.N, qui en 1956 à Alger s'était particulièrement consacrée i la recherche des contacts avec les milieux juifs. Or, cette affinl1ation de fraternité a été prise par certains israélites algériens et français comme une manifestation d'hostilité. « En intégrant les juifs à j'Etat algérien on veut les priver de leur droit d'option, on veut leur retirer le bénéfice du décret Crémieux »; ce langage fort répandu dans certains milieux juifs d'Alger et de Paris est particulièrement absurde. Jamais les responsables algériens n'ont entendu interdire à un juif algérien d'opter pour la France. Par contre ils ont toujours estimé que les autorités algériennes n'auraient pas le droit de refuser la nationalité algérienne à certains israelites algériens, considérés comme autochtones, alors qu'elles pourraient la refuser à, certains Européens considérés comme colonisateurs. Aujourd'hui le probïeme est réglé : trois ans après le référendum par lequel s'exercera le droit à l'autodétermination du peuple algérien, israélites comme européens jouiront d'un droit d'option sans restriction. Quelle solution adopterontils? SANS doute, le choix ne sera-t-ii pas uniforme. Ceux qui voudront rester Français et continuer à vivre en Algérie y deviendront des étrangers. C'est leur droit; d'autres préféreront sans doute jouir de la citoyenneté algérienne, celle de leur pays. Ils pourront en même temps continuer à bénéficier de la culture française et de leur statut personnel inspiré du droit francais. La présence d'israélites en tant que citoyens à part entière considérés comme des nationaux d'origine et non comme des immigrés dans un pays' à majorité musulmane constituera une expérience d'un type nouveau qui peut s'avérer extrêmement fructueuse : elle est suscep~ tible de contribuer, sinon à la réconciliation immédiate, tout au moins à une meilleure compréhension et à des rappr'ochements futurs entre israélites et Arabes au delà des frontières algériennes. Cette hypothèse optimiste ne se réalisera que si les israélites algériens s'engagent sans réticence dans la construction de la nation algérienne. L'opin ion du grand public, il faut le reconnaître se soucie pe u de ces principes. Le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, 10 défense des libertés indivïduelles, la séparat ion des pouvoirs, apparaissent comme des mo·ts vides de sens. Pourtant, il suffit que les conséquences s'en fassent senti r pour que chacun comprenne enfin la réalité et la valeur de ces grands moh. Les libeTtés judïciaires préoccupent peu de gens, jusqu'au jour où le droit est bafoué avec toutes les conséquences qui en résultent. Il en fut ainsi sous l'occupation. et ANTISEMITISME C ERTES, pour eux comme pour les Algériens de souche européenne décidés à embrasser la nationalité algérienne, cette novation de leur condition \'a modifier, non pas leurs habitudes de vie, car celles-ci seront respectées. 1l1ais ce\"taines données juridiques et sans doute économiques de leur existence; c'est là le résultat de la Révolution algérienne, comme de toute révolution qui détruit les structures acquises. Précisément parce que le mouvement nationaliste algérien a été d'inspiration nationale et révolutionnaire et non raci ste ou \'eligieuse, l'indépendance marquera un point de départ et non un point d'arrivée. Ses objectifs sociaux restent à atteindre et j'ai la conviction que les accords de coopération ne les entraveront pas plus que les accords francomaliens n'empêchent le Mali de poursuivre son expérience socialiste. Les israélites algériens n'ont rien à redouter en tant qu'israélites de cette révolution économique et sociale qui permettra à l'ensemble c1,u peuple algérien de sortir du sous-développement, de la misère et de l'analphabétisme. Certes, _ceux d'entre eux qui ont une situation économique privilégiée ser'ont sans cloute atteints dans leurs privilèges, mais ils ne sont pas très nombreux et leur sort ne sera pas différent de celui des grands propriétaires musulmans; rien ne leur interdira d'ailleurs de s'adapter au nouveau régime, comme cela a été le cas dans nombre d'autres pays. Aujourd' hui, le Judiciaire se voi·t encore atteint dans ses principes : gardes à vue prolongées, impossibilité pour les témoins d'expliquer le pourquoi et le comment de certains fa its, juridicfions d'exception dé- Manifestation antiraciste place de la République Le 13 mars, en fin de journée, au métro « République », s'est déroulée une manifes tation antiraciste spontanée, dont on ne peut que se féliciter. Un voyageur (qui se trouvait être un officier en civil) s'étant plaint d'avoir été « bousculé Il par un soldat noir, celui-ci fut emmené sans douceur, par deux poli. ciers (en civil également) au bureau du chef de station. Mais les témoins de cette scène protestèrent, et leur intervention, qui fit libérer aussitôt le soldat noir, se termina aux cris « Le fascisme ne passera pas ! Il scandés par plusieurs centaines de personnes, en dépit des renforts de police dépêchés d'urgence sur les lieux. POGROME se dit aujourd'hui « ratonnade )1. Et le racisme exacerbé des ultras d'Algérie éclate chaque jour, atroce, dans les massacres systématiques de musulmans, abattus dans les rues d'Alger ou d'Oran, comme un gibier, sans d'ailleurs que les autorités s'interposent efficacement. Mais le racisme est un tout. Et, à maintes reprises, l'O.A.S. a manifesté également sa haine des juifs, que certains de ses dirigeants essaient pourtant de séduire par ailleurs. A vrai dire, la nature prend fo rcément le dessus, et on ne peut empêcher que les anciens S.S. de la Légion ou les nervis de cc Jeune Nation )), devenus tueurs à gage et propagandistes de cc l'Algérie Française )1 n'exhalent leurs véritables sentiments. Cette unité du racisme, elle apparaît, par exemple dans un t ract ronéotypé que viennent de recevoir diverses personnes à Paris et qui est intitulé : cc Que veut l'O.A.S. )) On y t rouve toute cc l'argumentation » à laquelle nous ont habitués Poujade et ses pareils. Il y est dit, par exemple que cc depuis que les juifs accaparent, la France est décadente Il . cc Aux cc juifs Il, sont naturellement attribués tous les maux ; et les différentes catégories de la population sont appelées à se dresser contre eux : cc L'armée n'étant pas juive est à demi-soldes et sacrifiée, ainsi que la paysannerie )) ... cc Soudoyés et dissociés par le haut capitalisme juif, qui s'infiltre partout, même en Algérie, les partis dits républicains, suppôts du fascisme juif, fossoyeurs de la République, bafouent leurs électeurs )1, etc. Encore une fois, de telles âneries, dans la mesure où elles peuvent encore tromper des naïfs n'aboutissent à rien d'autre qu'à dédouaner ceux qui portent la responsabilité réelle des maux dont souffre le pays. Par de tels écrits, l'O.A.S. démasque un peu plus son caractère nazi, qu'elle s'efforce parfois de masquer. Comme l'ont fait les barbouilleurs qui ont écrit sur un mur du 15' arrondissement : cc Libérez Eichmann ! Libérez les patriotes 1... Il Les cc patriotes )) étant, bien sûr, les quelques plastiqueurs arrêtés. Les voilà placés en belle compagnie ! Pour la masse des israélites algériens de condition moyenne, la brève période de réadaptation et ses inévitables troubles. l'essor que connaîtra l'Algérie indépendante grâce à la mobilisation des énergies nationales et à la coopération loyale avec la France, leur permettra de c1évelopüer leurs facultés en harmo~ nie avec l'ênsemble du peuple. Lem double attachement à l'Algérie et à la culture française, leur idéal de fraternité humaine peuvent, s'ils le veulent, trouver leur expression dans l'Algérie indépendante et a\lPorter à celle-ci une contribution fructueuse. .i . 1 6 • DoeMAN CHlE 25 MARS LA EE Les s•i gnatai•r es de l'Appel CHAQUE courrier nous apporte une moisson de signatures au bas de l'appel lancé par le M.R.A.P. pour la Journée Nationale du 25 mars. Elles viennent des lycées comme des usines, des universités comme des boutiques, des grandes villes et des villages, par milliers et par milliers : combattants connus et inconnus de cette grande cause: la fraternité humaine . AVEC LA LA Journée Nationale organisée 1 la vé!nue du prilntemps. C'es,t bien un printer conscience de notre temps. C'est au nom de ces innombrables bonnes volontés que se rencontreront, débattront et s'engageront, .dimanche prochain, à l'U.N.E.S.C.o., des antiracistes venus de tous les milieux, de tous les horizons. Nous ne pouvons évidemment pas citer tous les signataires de l'Appel. Nous avons dû choisir les plus éminents, les plus significatifs. Nous nous excusons à l'avance des oublis possibles, et soulignons que cette liste, arrêA ceux qui plus nombreux q qui vont apporter dimanche à nos trav Nous les remercions de nous aider, de cions de marquer dans les termes de 1 Nous les remercions non seulement en liés, asservis, assasinés, au nom de tou tée le 12 mars, s'enrichit quotidiennement. MM. : Léon LYON-CAEN, premier président honoraire de la Cour de Cassation, président d'honneur du M.R.AP. ; HenTi LAUGIER, ancien secrétaire général adjoint aux ' Nations-Unies René CASSIN, vice-présid'ent honoraire du Conse il d'Etat; Jacques MAYER, Conseiller d'Etat ; Robert ATTULY, Conseiller honoraire D la Cour de Cassation Georges SALLES, Président du Conseil des Musées Nationaux Jean CASSOU', Directeur du Musée d'Art Moderne. PERSONNALITES POLITIQUES MM. PAUL- BONCOUR, Edouard DALADIER, anciens présidents du Conse il : Claudius PETIT, vice-président de l'Assemblée Nationale; Fernand GRENIER, député, ancien minist re ; André MAROSELLI, Marius MOUTET, sénateurs, anciens ministres ; Emmanuel D'ASTIER, ancien ministre; Robert BALLANGER, Pierre VILLON, députés' Jean PERIDIER, sénateur; Paul TUBERT, ancien député-maire d'Alger ; Jacques DEBU-BRIDEL, ancien sénateur ; Pierre DREYFUS-SCHMIDT, ancien député, maire de Belfort ; Léon HOVNANIAN, ancien député, maire de Saint-Gratien; Elie BLONCOURT, Robert CHAMBEIRON, anciens députés ; Jacques MITTERAND, ancien conseiller de l'Union Française

Mme Andrée PIERRE-VIENOT ; M. Roger COLLEDEB OEUF, ancien secrétaire

particulier du président Herriot; Mme Madeleine MAR:ZIN ; MM. Clément BAUDOIN et MIALET, conseillers municipaux de Paris; Jean de LORME, ancien conseiller municipal de Paris ; Adolphe ESPIARD, ancien directeur du Mini stère des Anciens Combattants. ECRIVAINS MM. François MAURIAC, de l'Académie Française, Prix Nobel; André MAUROIS, de l'Académie França ise; Mmes et MM. Pierre ABRAHAM; Marcelle AUCLAIR ; Claude AVELINE; Marc BEIGBEDER i Pierre BOULLE ; Georges BESSON ; Jean-Louis CURTIS ; Marie-Anne COMNENE ; René-Jean CLOT; Edmond FLEG; Pierre GASCAR; GUILLEVIC; Joseph IKESSEL ; Armand LANOUX ; Anna LANGFUS ; Jean LESCURE ; Armand LUNEL ; Jacques MADAULE ; Renée MICHEL; Pierre MORHANGE ; Albert MEMMI ; Jacques NANTET ; Max-Pol FOUCHET; HenrieNe PSICHARI ; Lucien PSICHARI ; Emmanuel ROBLES ; Jean ROUSSELOT ; Claude ROY; Françoise SAGAN ; Léonard SAINVILLE ; Marc SORIANO ; André SPIRE; Maurice VAUSSARD ; Charles VILDRAC ; Olga WORMSER ; André WURMSER. Mme Marie ROMAIN-ROLLAND ; Mme Julien BENDA ; Mme René LAPORTE. UNIVERSITAIRES MM. Marcel BATAILLON, professeur au Collège de France ; Jean DRESCH; ETIEMBLE ; V. JANIKELEVITCH ; J.-P. MATHIEU; Marcel PRENANT; E. SCHATZMAN, professeurs à la Sorbonne ; André HAURIOU, Bernard LAVERGNE, professeurs à la Facullé de Droit de Paris; Hubert DESCHAMPS, professeur à l'Institut d ' Ethnolologie

Jean BRU HAT, maître a ssistant à la Sorbonne;

MM. Paul-Henly CHOMBART DE LAUWE, Paul CHAUCHARD, Marcel COHEN, 1. MEYERSON, Directeurs à l' Ecole des Hautes Etudes ; Mme Hélène GRATIOT -ALPHANDERY, directeur-adjoint à l'Ecole des Hautes Etu des; Pierre BIQUART, professeur à l'Ecole Supérieure de Physique et Chimie ; MM. Pierre GUILLON, recteur honoraire, professeur à la Faculté des Lettres d'Aix ; Marc-André BLOCH, professeur à la Faculté des Lettres de Caen ; Ernest KAHANE, professeu~ à la Faculté des Sciences de Montpellier ; Pierre METAIS, professeur à la Faculté des Lettres de Bordeaux ; Pier~e TRAHARD, professeur honoraire à la Faculté des Lettres de Dijon; LES HISTORIENS Jules ISAAC et Henri MICHEL. M. Léon MOUSSll'oIAC, directeur honoraire à l' Eco le Nationale Supérieure des Arts Décoratifs ; Mrres Eugénie COTTON, directrice honoraire de l'Ecole Normale Supérieure de Sèvres ; Jacqueline MARCHAND, Madeleine REBERIOU'X, MM. Olivier POZZO DI BORGO, Gilbert BADIA, Jean BOUVIER, Robert MISRAHI, Emile TERSEN, agrégés de l'Univers ité ; Mme Marie-José CHOMBART DE LAUWE, attachée de recherche. au CNRS ; Mme SECLET -RIOU, inspectrice honoraire de l' Enseignement Primaire Robert MELET, inspecteur primaire ; SECLET, principal honorairs de Collège Nelly MELET ; M. Leo MAUBOUYRAN, professeurs ; Mme Suzanne ARNAL, institutrice CEMEA PERSONNALITES MEDICALES . MM. Mme M. Emile HALPHEN, professeur honora ire à la Faculté de Médecine ; Docteurs R. CATTAN, H,.P. IKLOr:Z, Edwin SI DI, Béatrice TEDESCO, médecins des hôpitaux; Mlle Jeanne LEVY, MM. Henri DESOILLE, Marcel RAYNAUD, Robert WAITZ, Piene WERTHEIMER, professeurs à la Faculté de Médecine ; Docteurs Jean DALSACE. Jacques EMILE-ZOLA. PERSONNALITES RELIGIEUSES L'Abbé Pierre i l'Abbé GLASBERG ; les Pasteurs Pierre DUCROS, André DUMAS, Jacques LOCHARD, Maurice VOGE, Louis VIENNEY. M. Elie GO'ZLAN, ancien président des Communautés Juives d'Algérie, membre de l'Union des Croyants. REPRESENTANTS D'ASSOCIATIONS 1 PIerre PARAF, président du M.R.A.P. ; Charles PALANT, Secrétaire Général, et tous les membres du Bureau National d'u M.R.AP. .. Mme Suzanne COLLETTE-IKAHN, s,crétaire générale de la Fédération lnterna:i? na le des Droits de l'Homme; MM. Sicard de PLAUZ,OLES et Pierre COUTEAU, presIdent ,d'honneur ~t secrétaire général de la ligue Française des Droits de l'Homme; . Mme Yves FARGE, membre du Bureau du Co.1seil Mondial de la Paix; MM. Rene CERF-FERRIERE, vice-président cie l'Assoc iation Nationole des Anciens Combattants. ~e la Résistûnce ; Jean ELOI, Secrétaire général de l'a Fédération des Travailleurs du Batlment (C.G.T.) ; Pierre COGNY, secrétai re général de la Société des AmiS de Z,olo ; Raymond LE LOCH, secrétaire général des Etudiants du P.S.U. ; BERCOVICI! presldenl d~ Volontaires Juifs IJnciens Combattants au serv ice de la France ; Jean MARRANE, secretaire général de la' Fédération de3 Officiers de Réserve Républicains ; L'Association des Et~diants de la Martinique; Roland LENOIR, secrétaire général des Echanges FrancoAllemands; ' Françoise REILLE-SOULT, Directrice d'un Foyer d'Etudiants. . AUTRES PERSONNALITES MM. le Gé~éral Le CORGUILi.E, l'Amiral MOULLEC ; M. Pierre BOITEAU, ancien directeur du Parc Zoologique et Botanique de Tananarive membre de l'Académie Malgache; , MM. Louis DAQUIN, léonide MOGUY, Alain RESNAIS, metteurs en scene.; Alexandre KAMENKA, producteur de films; André LURCAT, Albelt MICHAUT, archltectes. Mme Géraldine GERARD, productrice à la R.T.F. Maîtres BRUGUIER, DYMENSTAJN, IM;:RGLIK. LEDERMAN, MANVILLE, MANN, SAROTTE, JEAN SCHAPIRA, avocats à la Cour. . Mmes Marcelle Georges-HUISMAN .. Yvonne HALBWACHS-BASCH, M. NORDRobert CAnf~~INE,. directeur de .10 Revue Ad'!':;rj~i~ative" Le 12 mar~ ·1962. ),-.... , ·d. ,./. Tous différents mais tous semblables, les hommes clans leur multitude font une seu le humanité ... C'est cette vérité, fondement de l'antiracisme, que le jeune artiste Yéru a illustrée pour nous, à l'occasion de la Journée Nationale . Notre Journée doit marquer M.R.AP. doit être l'un des principaux Prelniers Iness. de l'étrange LA journée du 2S mars sera aussi une manifestation d'amitié internationale, de solidarité entre tous ceux qui luttent dans le monde pour la compréhension entre les hommes, pour l'amitié et la paix entre les peuples. Déjà, de nombreux messages parviennent au M.R.A.P. de l'étranger, témoignant par leur diversité de l'universalité de la cause que nous défendons. D'Italie, arrivent les voeux amicaux de la Ligue des Droits de l'Homme par la plume de son vice-président, M. Michel Pascucci, de M. Ettore Tibaldi, vice-président du Sénat; du sénateur Umberto Terracini. Les thèmes des débats APRES l'allocution d'ouverture prononcée par le président Pierre PARAF, les participants de la Journée Nationale entendront le rapport de Charles PALANT, secrétarre général du M.R.A.P. : le racisme èn France en 1962. Puis, répartis dans le cQurant de la journée différents exposés seront présentés sur des aspects particuliers du racisme et de l'action antiraciste. C'est ainsi que M. Marc-André BLOCH, professeur à la Faculté de Lettres de Caen, parlera des Enseignants devant le racisme; M' Jean SCHAPIRA de l'actualité du danger fasciste et des menées de l'internationale néonazie; M' André .DILIGENT, député du Nord, de l'action judiciaire contre le racisme

M. Roger BASTIDE, professeur à

la Sorbonne, des civilisations méconnues et de l'histoire inconnue des peuples (l'Afrique. Parmi les autres thèmes qui seront exposés et débattus, figure également, le problème si iligu du racisme lié à la guerre d'Algérie, et des relations futures, sur le plan humain, entre Algérierts de ' différentes origines~ , De nombreux groupem~n~s 'ont été invités à envoyer des délégations 'pour participer aux travaux de la Journée Nationale. Leurs porte-parole évoqueront l'action menée dans tous les milieux (étudiants, ouvriers, enseignants, etc ... ) contre le racisme. Enfin, les représentants des grands courants de l'opinion et de la pensée apparteront leurs points de vues, confirmant que le peuple français dans sa diversité, s'oppose tout entier au racisme. Les conclusions qui termineront les travaux de lai Journée Nationale, la résolution qui sera. SOumise aux participants, tiendront compté 'de toutes les suggestions faites, 'des témoignages et des expériences présentés, '· en vue "d'uri J;enforcement de l'action antiraciste. D Nie pré~ de Ero pou: lem, racÎ D VOD PriJ yew ie s /1011. IIlOIi '1liell lem, D de ann ceT con, prél C Got cent des .1101 et c Age du tre sair T en cc JOUl anti COUt URN~E NATI NALE 'Appel lancé par le M.R.A.P. pour la Jouruniversités comme des boutiques, connus et inconnus de cette grande débattront et s'engageront, dimanles horizons. avons dû choisir les plus émiet soulignons que cette liste, arrê- .4 juin 2010 à 08:06 (UTC)~~NV4 juin 2010 à 08:06 (UTC)~· . Tous différents mois tous semblo- f ~i1 ~leuSsftOre.~eetS L!p~noOeumr:n~o~uesd'~~à~I~,eonUci;céas· m'iaUn~~:d~e~ I~ cette vérité, fondement de l'ontirocisme, que le jeune ortiste Yéru a 10 J ournée Notionale . f AVEC LA VENUE DU PRINTE~lPS ... LA Journée Nationale organisée par le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, s'ouvre avec la v~nue du printemps. C'est bien un printemps des hommes, un pr intemps des peuples que nous voudrions fa i re éclore dans la conscience de notre temps. A ceux qui plus nombreux que jamais sont venus à ,nous, qui se sont généreusement associés à notre appel et qui vont apporter dimanche à nos travaux leur prestigieux co ncours, nous tenons à témoigner notre gr.atitude fraternelle . Nous les remercions de nous aider, de nous faire confiance, eux qui viennent souvent d'horizons fort divers. Nous les remercions de marquer dans les termes de leur adhésion, comme nous le ferions nous-mêmes, toutes les nuances de leur pensée. Nous les remercions non seulement en n9tre nom, mois de to us ceux que le racisme a depuis tant de siècles, brimés. humiliés, asservis, assasinés, au nom de tous ces frère,s proches et lointains pour qui se lèvent de nouvelles aurores. Notre Journée doit marquer cette mobilisation spi rituelle, une étape de cette revanche par l'Esprit dont le M.R.A.P. doit être l'un des principaux artisans. EN ces derniers jours de mars, où surgit à nouveau le premier visage d'une paix tardive hélas ! et dont tant de haines et de violences ont accompagné l'enfantement, soyons prêts à l'accueillir. Tentons de lui donner tout son sens, toute son efficacité en nous attachant à créer entre les communautés de l'Algérie nouvelle un esprit d'entente et de compréhension. Et puisque la liberté, la sécurité se trouvent encore en péril jusque sur le territoire de la métropole, demeurons vigilants, mobilisés pour ce pacifique combat. La victoire est d'autant plus rapide, d'autant plus certaine que l'on s'appuie sur les plus puissantes et les plus larges couches de la nation, que l'on se situe sur ce plan étranger à toutes arrière-pensées partisanes, celui où l'on continue la Résistance, où l'on suit la ligne humaniste de la France. DEUX grands faits dominent l'histoire de l'antiracisme. Le processus de décolonisation dont il n'a pas dépendu de nous qu'il s'accomplisse bien plus tôt, sous d'autres formes où la France aurait joué le rôle de soeur aînée, conforme à sa tradition d'émancipatrice; Les tentatives de revanche du fascisme et du nazisme qui de l'Allemagne réarmée à l'Afrique du Sud segrégationniste et jusqu'en notre France plastiquée requiert la dure et unanime volonté de notre peuple de briser les menées criminelles. Les conceptions que nous pouvons avoir, les uns et les autres, sur le régime économique, le statut de l'Europe, la défense des droits légitimes des victimes de la juste décolonisation, ne sauraient affaiblir la cohésion ou l'ardeur de nos rassemblements. Nous sommes unis, au M.R.A.P., pour la défense de l'Homme. Educateurs et ouvriers, artistes et écrivains, décidés à nous opposer sur tous les terrains, en quelque lieu du monde où elle persiste, à la barbarie raciste, nous vous invitons à travailler à ce plus clair avenir. prend midi. Qui ront 1 aux E rouleI voient gemeI! sises. entre}: du ra aussi, ciatiOI contre Premiers Inessages de l'étranger Dimanche prochain, à l'U.N.E.S.C.O., bienvenue aux amis du Mouvement contre le Racisme, contre l'Antisémitisme et pour la Paix. Pierre PARAf Président du M,R,A.P. Enfi à titrl sence aux id de COI succès témoi~ sente, t'or ces A Ir dans 1 l'U ,N .J LA journée du 25 mars sera aussi une manifestation d'amitié internationale, de solidarité entre tous luttent dans le monde pour la llrt,., .. ns,· entre les hommes, pour et la paix entre les peuples. Déjà, de nombreux messag-es parvienau M.R.A.P. de l'étrang-er, témoig- nant par leur diversité cie l'universalité de la cause que nous défendons. D' Italie, arrivent les voeux amicaux de la Ligue des Droits de l'Homme par la plume de son vice-président, ;\1. Michel Pascucci, cie M. Ettore Tibaldi, vice-président du Sénat; du sénateur Umberto Terracini . Les thèmes des débats PRES l'allocution d'ouverture prononcée par le président Pierre PARAF, les participants de la Journée Nationale entendront le rapport de Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P. : le racisme en France en 1962. Puis, répartis dans le cQurant de la journée différents exposés seront présentés des aspects particuliers du racisme et de l'action antiraciste. C'est ainsi que M, BLOCH, professeur à la Faculté de Lettres de Caen, parlera des Enseile racisme; M' Jean ,,, .. dlr.I.\' de l'actualité du danger faset des menées de l'internationale néo; M' André .DILIGENT, député du de l'action judiciaire contre le ra; M. Roger BASTIDE, professeur à Sorbonne, des civilisations méconnues de l'histoire inconnue des peuples Afrique. Parmi les autres thèmes qui seront exet débattus, figure également, le f 'UUUlt: si aigu du racisme lié à la guerre et des relations futures, sur le humain, entre Algérie~s de ' différennombreux groupements ont été inà envoyer des délégations "pour participer aux travaux de la Journée Nationale. Leurs porte-parole évoqueront l'action menée dans tous les milieux (étudiants, ouvriers, enseignants, etc ... ) contre le racisme. Enfin, les représentants des grandS courants de l'opinion et de la pensée apporteront leurs points de vues, confirmant que le peuple français dans sa diversité, s'oppose tout entier au racisme. Les conclusions qui termineront les travaux de l!::l Journée Nationale, la résolution qui sera SOumise aux participants, tiendront compte 'de toutes les suggestions faites, des témoignages et des expériences présentés: en vue ' d'UJl renforcement de l'action antiraciste. D'Allemagne, le pasteur D. Martin N iemoller s'excuse de ne pouvoir être présent à Paris le 25 mars, tandis que, de Grande-Bretag-ne, le député Fenner Brockway nous informe des efforts qu'il poursuit pour faire adopter par le Parlement de son pays une légi slation antiraciste. De Lambaréné, en Afrique, voici la voix du professeur Albert Schweitzer, Prix Nobel de la Paix: « Je suis h i!'!trelU; de l'action que VallS poursuivez, et je S1ÛS de tout coeltr avec VallS. Ce dont nOlis avons besoin dans n()tre pa1wre lIlonde moderne, c'est que l'humanisme '1'ienne transformer l'esprit de notre temps, » De Tunis, M. André NOlfschi, maître de conférences à l'Université, nous adresse un témoignage sur la coexistence possible de communautés diverses, · à condition que s'affirment l'esprit de compréhension et la tolérance, Citons encore les lettres cie M, M 0.1: Gottschalk, président du Consistoire central israélite de Belgique; de l'Union des CroyaJ/ts d'Algérie; cie la Fraternité .\1 ol/d iale, dont le sièg'e est à Genève, et celui, combien émouvant. de « New Age ». le journal antiraciste d'Afrique du Sud, qui célébrera le 22 mars, contre vents et marées. son 2.1' anniversail ·e. Tous ces messages - et bien d'autres encore - . qui seront rendus publics à la Journée Nationale, constituent pour les antiracistes de France un précieux encouragement.

!,IIIIIIIIIIIIIIU 1 "" 1 Il 1111111 ' 111111111111111 ,111111111111111

- - M. Adresse POUR R A LA JOURN, VOltS qui lise::: « Droit et Libel présent Bulletin peut vous permettre d p01~rrez obtenir 1tne Carte de Partici remplir ce Bulle,tin et de l'adress.ër d'1! Les Cartes de Participants et les BOn! souha ite recevoi r . Carte (s) de ParticipY1t à la banquet qui aura lieu à 12 h, 30 au restaurant de l'U. (25 NF par couvert). (Les versements peuvent être effectués au c., ~IIIIIIIIIIII"I' lillllllllllllili 11111111111"1111 flllllllllilillf NATI NALE ENUE DU PRINTE~lPS ... Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, s'ouvre avec es hommes, un printemps des peuples que nous voudrions faire éclore dans la mais sont venus à nous, qui se sont généreusement associés à notre appel 'et leur prestigie.ux co ncours, nous tenons à témoigner notre grqtitude fraternelle . faire confiance, eux qui viennent souvent d'horizons fort divers. Nous les remerdhésion, comme nOus le ferions nous-mêmes, tOlites les nuances de leur pensée. nom, mais de to us ceux que le racisme a depuis tant de siècles, brimés. humifrères proches et lointains pour qui se lèvent de nouvelles aurores. e mobilisation spi rituelle, une étape de cette revanche par l'Esprit dont le ans. + es EN ces derniers jours de mars, où surgit fi nouveau le premier visage d'une paix tardive hélas ! et dont tant de haines et de violences ont accompagné l'enfantement, soyons prêts à l'accueillir. Tentons de lui donner tout son sens, toute son efficacité en nous attachant à créer entre les communautés de l'Algérie nouvelle un esprit d'entente et de compréhension. Et puisque la liberté, la sécurité se trouvent encore en péril jusque sur le territoire de la métropole, demeurons vigilants, mobilisés pour ce pacifique combat. La victoire est d'autant plus rapide, d'autant plus certaine que l'on s'appuie sur les plus puissantes et les plus larges couches de la nation, que l'on se situe sur ce plan étranger à toutes arrière-pensées partisanes, celui où l'on continue la Résistance, où l'on suit la ligne humaniste de la France. DEUX grands faits dominent l'histoire de l'antiracisme. Le processus de décolonisation dont il n'a pas dépendu de nous qu'il s'accomplisse bien plus tôt, sous d'autres formes où la France aurait joué le rôle de soeur aînée, conforme à sa tradition d'émancipatrice; Les tentatives de revanche du fascisme et du nazisme qui de l'Allemagne réarmée à l'Afrique du Sud segrégationniste et jusqu'en notre France plastiquée requiert la dure et unanime volonté de notre peuple de briser les menées criminelles. Les conceptions que nous pouvons avoir, les uns et les autres, sur le régime économique, le statut de l'Europe, la défense des droits légitimes des victimes de la juste décolonisation, ne sauraient affaiblir la cohésion ou l'ardeur de nos rassemblements. Nous sommes unis, au M.R.A.P., pour la défense de l'Homme. Educateurs et ouvriers, artistes et écrivains, décidés à nous opposer sur tous les terrains, en quelque lieu du monde où elle persiste, à la barbarie raciste, nous vous invitons à travailler à ce plus clair avenir. Dimanche prochain, à l'U.N.E.S.C.O., bienvenue aux amis du Mouvement contre le Racisme, contre l'Antisémitisme et pour la Paix. Pierre PARAF Président du M.R.A.P.

'IIIII II IIIIIIIU 111111111111111 ' 111111111111111 ,111111111111111

7 contre le racisme l 'a nlisém ilis me • et pour la paix Un grand rassemblement C'EST à 9 h. 30 que s'ouvrira la Journée Nationale. La séance du matin durer!': • jusqu'à midi 30. Puis les travaux reprendront à 14 h . 30 jusqu'à la fin de l'aprèsmidi. Qui seront les participants? Nombreux seront parmi eux les citoyens ayant pris part aux assises antiracistes locales qui se déroulent depuis plusieurs semaines, et qui voient dans la Journée Nationale le prolongement et l'élargissement naturel de ces assises. Il y lliura, en outre, les délégués des entreprises, ateliers, bureaux où le problème du racisme a été posé ces derniers temps. Et aussi, les r eprésentants de nombreuses assOciations qui ont à leur programme la lutte contre le racisme. Enfin, de nombreux antiracistes viendront à titre individuel manifester, par leur présence et leur participation, leur attachement aux idéaux démocratiques. Ils auront à coeur de contribuer ainsi au retentissement et au succès de ce grand rassemblement qui doit témoigner, avec éclat, dans la période présente, de la puissance et de la résolution des t'orees antiracistes dans notre pays. LE BANQUET A midi 30, un banquet amical est prévu dans le cadre magnifique du restaurant de l'U.N.E.S.C.O. 1I11111111111111f '11111111111111111 Il se déroulera sous la présidence de Pierre Paraf, en présence de diverses personnalités. Le nombre des couverts disponibles étant limité, il est recommandé de retenir d'urgence les places (par téléphone à GUT. 09-57). Le priX du couvert, vin , café et service compris est fixé à 25 NF. Comment se rendre à l'U.N.E.S.C.O. L'entrée de la gronde salle des confé rences, où se déroulera la Journée Nationale, est ou 125, a venue de Suffren. METRO: Ségur, Cambronne, La Motte- Picquet, Champ de Mars ou Ecole Milita ire. AUTOBUS : Lignes 28, 49, 80, 86 ou 92. '111111111111111111 .I 1111111111111111n 1I111111111111111111.! agne, le pasteur D. Martin s'excuse de ne pouvoir être Paris le 25 mars, tandis Que, -Bretagne, le député Fenner nous informe des efforts Qu' il our faire adopter par le P ar son pays une lég-islati on anti- POUR PARTICIPER C 1 c: :;:::a CD ;: Ibaréné, en Afrique, voici la rofesseur A lbert Schweitzer, 1 de la Paix : « Je suis heHction que vous poursuivez, et tout coeur avec VOlts. Ce dont s besoin dans notre pmwre dente, c'est Que l'humanisme ansformer l'esprit de notre is, M. A ndré Noltschi, maître ences à l'Université, nous témoig-nag-e sur la coexistende communauté diverses,.à ue s'affirment l'esprit de comet la tolérance. ncore les lett res de M . Max président du Consistoi re élite de Belg-iQue; de l'Union ItS d'Alqérie; de la Fraternité dont le sièg-e est à Genève, ombien émouvant, de « New M. Adresse A LA JOURNÉE NA TIONALE Vous qui lise::: « Droit et Liberté» ct qui sonhaite::: snivre lelS travaux de la Journée Nationale, le ~ présent B ulletin pent vous permettre d'y assister. En le présentant à l'entrée, 12,S, avenue de Suffre1l, VOltS , p01trre::: obtenir tme Carte de Participa/1t. 111 ais pal! r faciUter le service, nO IH 'VOltS recommandol/s de remplir ce Bulle,tin et de l'adress,ér d'urqellce an M.R. A.P., Sttrtout si vous désirez des places ponr le bal/quet. Les Cartes cie Participants et les Bons pour le banqu et vous seront envoyés par retour. souhaite recevoi r ... . .. Carte (s) de ParticipCW1t à la J ournée National e. " désire reteni r .. . .. . places pour le J 3: " ?CI l ..:. -c w Q ~ c: CD CCD vt ~ CD c:

J

CD c: ~ '" -C 3 -C

"

'C"D N ,.., CD cr - c: CD

!'.
J

-CD CD

J
-

0 "' CD N • "" CD journal antimciste d'Afrique C-- i célébrera le 22 mars, cont marées. ~o n 2,Sc annivel'- 1 l c: ~ :; \ . messages - et bien d'autres qui seront rendus publics à la ationale, constituent pour les de France un précieux ent. banquet qui aura li eu à 12 h. 30 au restaurant de l'U.N. E.S.C.O. , e t vous envoie à cet e ffet la somme de ....... . (25 NF par couvert) • (Les versements peuvent être effectués au c.c.P. de « Droit et Liberté» 6070-98 Po ris ,) ~IIIIIIIIIIIIIII' ~ II IIIIIIIIIIII 11111111111111111 1111 11111 Il Il m 11111111111111111 )1I11111111111111 ~ 1I11111111111111m '1IIIIIIIII II II IIIIt

a c.c ~' CD "" 
::J

t-...) ,.., CD " ~ - il llllllnrlllll ll l~ R La vie du M. R. A. P. Les Assises antiracistes LA Journée Nationale du 25 mars est précédée, à Paris, dons la banlieue et en province, d'as,ises locales et régionales, où les citoyens se réunissent pour débattre des problèmes actuels posés par la lutte contre le racisme, Nous publions ci-dessous les comptes rendus (très partiels) qui nous sont parvenus au moment de mettre sous presse ; nous complèterons dans notre prochain numéro. TRENTE DELEGUES POUR LA JOURNEE NATIONALE Les Assises locales antiracistes, en vue de la Journée Nationale se sont déroulées, le 9 mors à Saint-Quentin, à la Brasserie du Carillon. Parmi la nombreuse assistance présente à cette soirée, on notait MM. Ducorne, moire-adjoint, représentant M. Laroche, moire, empêché ; Gladieux ; Berlemont et Rouché, conseillers municipaux ; Golasse. de la S.F . I.O. ; Renard, ancien député communiste ; un représentant du P.S.U. ; le pasteur Lew ; Démarchez, secrétaire local de la F.E.N. ; Boniface, délégué cantonal du S.N.1. ; Bourret, secrétaire local de la C.G.T. ; Chaffard-Luçon, journaliste. M. Pierre Bloch, ,invité, s'était excusé, ainsi que M. Dhermy, vice-président du Comité local, malade, et J. Traumann, membre du Comité, absent de Saint-Quentin. . La soirée était présidée par le président du Comité, M. Burgho, assisté de M. Lionel Lefèvre, président d'honneur départemental des Déportés, Internés, Résistants et Familles de Disparus et de M. A. Glaviczover, président régional de l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants J u ifs. Après l'allocution de M. Burgho, natre cmi Roger Maria, membre du Conseil National présenta une conférence, au cours de laquelle il développa les principoux thèmes de la Journée Nationale. Sa conférence, attentivement suivie par l'assistance fut longuement applaudie. Une trentaine de personnes se sont inscrites pour participer à la Journée Nationale. 11111 y •• UNE JOURNEE R.EGIONALE CONTRE LE RACISME L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX C'est le samedi 17 mars, que dans la Maison du Commerce de Lille, doit avoir lieu la Journée Régionale contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix. Cette monifestation est sans doute la plus importante de celles qui ont été organisée en province en vue de la Journée Nationale. Elle a été soigneusement préparée par notre Comité du Nord, que préside M. Michel Kerhervé, entouré des viceprésidents Raymond Allard, membre du Consei 1 supérieur de l'Enseignement, secrétaire général du S.N.I., André Diligent, député du Nord, avocat au Barreau de Lille, et René Potigny. Trois grandes commissions de travail sont prévues pOur traiter des problèmes essentiels suivants : « Les éducateurs devant le racisme », « Connaissance des Peuples d'Afrique» et « L'action judiciaire contre le racisme ». D'éminentes personnalités lilloises participeront à ces travaux, dont la synthèse sero faite le soir, en séance publique, par Me Jean Schapira, membre du Bureau Nationol du M.R.A.P. LES PROBLEMES DE LA LUTTE ANTIRACISTE EN 1962 Vendredi 16 mars, dons la salle SainteCroix des Pelletiers, à Rouen, Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P. présentera sous la préSidence de Mme A. Epelboum, avocat à la Cour, présidente du Comité rouennais du M.R.A.P., une conféence intitulée : « Les problèmes de la lUTte antiraciste en 1962 ». Cette conférence est organisée dans le cadre de la préparation de la Journée Nationale. Prendront également la parole : M. Madrolle, de la Ligue des Droits de l'Homme, le R.P. Chenu, M. le Rabbin Gutman et M. le Pasteur Gourdol. A l'issue de la soirée, sera projeté le film de Louis 'Daquin « MaÎt,re apirès Dieu ». Cette manifestation antiraciste est organisée par le M. R.A.P., ovec le concours des organisations suivantes : Fédération Nationale des Déportés et Internés de la Résistance (F.N.D.I.R.) ; Union Nationale des Déportés, Internés et Familles de disparus (U.N.A.D.I.F.) Fédération Nationale des Déportés, Internés et Patriotes (F.N.D. I.R.P.l ; Association Culturelle Israélite de Rouen (A.C.I.R.) ; Ligue des Droits de l'Homme (L.D. H.l ; Fédération Départementale des Groupements des Anciens Combottants de la Seine-Maritime; Association des Familles de Fusillés (A.F.F.l ; Combottonts VolontoiresRésistants (CVR) . LES PREMIE.RES ASSISES PARISIENNES: 3· ET 4· ARRONDISSEMENTS Ce sont les 3' et 4- arrondissements qui, les premiers, ont tenu des assises antiracistes à Paris. Ce fut au cours d'une soirée qui eut lieu le 2 mars, salle de l'Epicerie Française, rue du Renard. Sous la présidence de M. V. Jankelevitch, professeur à 181 Sorbonne, on entendit tout d'abord un exposé du professeur Bernard Lavergne sur le problème de la paix. M' Marcel ManvUle, « plastiqUé » la veille, avait tenu à être présent : son intervention émouvante fut saluée de longs et chaleureux applaudissements. Enfin, Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P., étudia, dans une allocution très riche, les divers aspects de la lutte antiraciste. outre les responsables des comitl's du 3' et du 4' arrondissement, nos amis Simon Arbitourer et Félix Leroy, on notait la présence de plusieurs membres du Bureau National: Albert Lévy, Sonia Bianchi, A. Chil, Charles Hutman, ainsi que' de diverses persona1lités : M' Paul Luciani, M. Jugi, le Dr Blotnik, M. A. Sadenfis, président de l'Union des Sociétés juives. Plusieurs messages de sympathie, dont un du président René Cassin ont été lus à l'assistance. BRILLANTE SOIREE DANS LE 16e Les assises antiracistes du 16' arrondissement se sont déroulées le 15 mars, dans la salle des Centraux, rue Jean-Goujon. La présidence éta'it assurée par le professeur André Hauriou, et l'introduction présentée par M' Jean Schapira, membre du Bureau National du M.R.A.P. Les débats furent marqués notamment par les interventions de M'Etienne Nouveau (Ligue des Droits de l'Homme), de l'écrivain Michel Leiris, de M. AIDEZ-NOUS 1 • Depuis quelques jours, on peut voir sur les murs de Patis, de la banlieue et de nombreuses villes de province les affiches annonçant la Journée Nationale du 2S mars. Nos amis savent sans aucun, doute l'effort financier que représente une telle propagande. A quoi il convient d'ajouter: l'impression des cartes, des appels, des tracts i les importants frais · postaux ; les locations de salles et toutes les autres dépenses énormes que suscite inévitablement la réalisation d'une init'iative aussi importante. C'est pour couvrir ces dépenses, pour assurer le succès de la Journée Nationale que le M.R.A.P. a lancé des CARTES DE SOUSCRIPTION à 1 NF, 3 NF at S NF. Il n'est pas trop tard pour en demander à notre tTésorier., pour les diffuser, et cette diffusion peut même se poursuivre au lendemain de la Journée Nationale. Acheter et placer ces cartes, o.'est aussi participer au combat antiracistllll Celui-ci ne saurait avoir lieu sans les f_ds indipensables. Que cet effort devienne donc la préec:cupation de chacun ! L/ appui des organisations républicaines LE 8 mars, au siège du M.R.A.P., les délégués de divers groupements se sont réunis pour fail'e le point de la prép~ration de la Journée Nationale et examiner son déroulement. D'autres organisations qui n'avaient pu se faire représenter, avaient communiqué leur accord et fait part de leurs initiatives. Voici quelques exemples de ce qui est en cours : • La Ligu{) des lJroits de l'Homme et la Ligue de l'Enseignement, qui ont donné leur accord à la Journée Nationale, en ont informé leurs comités et leurs adhérents. Ces deux organisations seront représentées au rassemblement de l'U .N.E.S.C.O. • L'Amicale d'Auschwitz a décidé d'avancer J~ sortie de son Bulletin pour y annoncer la Journée Nationale et inviter ses adhérents à y participer. • Le G.E.R.O.J.E.P., qui groupe 52 organisations de jeunesse, a engagé cellesci à participer à la Jour~ée Nationale. Son bureau y enverra une délégation. • La Fédération des Groupes d'Etudes de L{)ttres éditera un tract, informant les étudiants de la Sorbo_nne de la Journée Nationale. • L'Amicale de Mauthausen, le Cercle France-Afrique, l'Union des Anciens Combattants Juifs, le Centre de Liaison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux, la Fédération des Artisans et Façonniers, l'Amicale des Juifs Anciens Résistants iuvitent par lettres leurs adhérents à participer à la Journée Nationale. • 'L'Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance (A.N.A. c.R.), l'Association Républicaine des Anciens Combattants ont annoncé l'envoi d'une délégation. • Parmi les organisations q,ui participent sous des formes diverses à la préparation de la Journée Nationale, citons encore : l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide (U.].R.E.), l'Association des Résidents de la Cité Universitair,e d'Antony, l'Union des Etudia'fl!ts Juifs, l'Union des Sociétés Juives de France. • Se sont également associés à la Journée Nationale : l'Union Nationale des Etudiants de France (U.N.E.F.), le Syndicat National de l'Enseignement Supérieur, dont le Congrès gui se tient le 25 mars également, enverra une délégation à l'U.N.E.S.C.O., le Syndicat Parisien de l'En~eignement secondaire, la Fédération des Déportés et Internés Résistants et Patriotes (F.N.D.I.R.P.), la Fédération Française des Associations Chrétiennes d'Etudiants (F.F.A.C.E.), la Jeunesse Etlldwnte Chrétienne (].E.c.). les Et1,!diants du PSU., l'Union des Btudiants COnlmunistes, l'Associat.ion des Etudiants Martiniquais, la Famille Antillaise, l'A1I1.icale des Anciens Déportés Juifs de France. . Robert Chambeiron, ancien député, de Mme Reberioux, au nom du Comité Audin, de M. André Ouzoulias, conseiller municipal. Parmi les messages reçus par notre dévouée amie Marie~Louise Kahn, organisatrice de la soirée, citons ceux de M. Jacques Mitterand, ancien conseiller de l'Union Fr8lnçaise, et de Mme Marie-Elisa Nordmann-Cohen, présidente de l'Amicale d'Auschwitz. La soirée s'est terminée par l'élection du comité du M.R.A.P. qui poursuivra l'action dans l'arrondissement. 10· ARRONDISSEMENT DE NOMBREUSES SIGNATURES L'appel lancé par le Comité du M.R.A.P. du 10' arrondissement, que préside notre ami Raph Feigelson, en vue des assises antiracistes locales, a recueilli des signatures aussi diverses que nombreuses. Nous ne pouvons qu'en citer quelquesunes

M' Michel Brugnier, membre du

Conseil Mondial de la Paix ; le pasteur Voge ; M. Kàpciuch, le père de Fanny Dewerpe

MM. Lafourcade, secrétaire de la

section du 10- du syndicat des instituteurs

Henri Kziwkoski, fondateur de

l'Ecole professionnelle de la Fourrure ; MM. Noulet, secrétaire de la section du 10' du P.S.U. ; Severin Brillant, secrétaire du comité du 10' du Parti Communiste Français

Georges Gal, président du Comité

du 10- du Pa'rti Radical, etc ... Les assi~es antiracistes auront lieu le 16 mars à l'Hôtel Moderne. Prendront notamment la parole: Raph Feigelson, M' Armand Dymenstajn, le pasteur Voge, M. Clément Baudoin, conseiller municipal, M. Bessières, président de l'Association de parents d'élèves du Falubourg St-Denis. DANS LE 18- C'est le 23 mars, salle Trétaigne, qu'auront lieu les assises antiracistes du 18' arrondissement, préparées sous l'impulsion du Comité local du M.R.A.P., que dirige notre ami Joseph Creitz. Au cours d'une réunion préalable, les représentants de diverses organisations répUblicaines ont débattu de la préparation de ces assises. DANS LA BANLIEUE PARISIE.NNE Les amis du M.R.A.P. déploient aussi une intense activité dàns plusieurs localités de 18 banlieue parisienne, qui enverront de nombreux -délégués à la Journée

r-"ationale. Citons entre autres: Nanterre,

Drancy, pantin, Montreuil, Boulogne, Clichy, Puteaux, Gennevilliers, Saint-Guen, Saint-penis, Noisy-le-Sec, saint-Gratien, etc ...

  • CREATION D'UN COMITE

DU M.R.A.P. A MANTES A l'occasiol!...de la Journée ' Nationale, une réunion a eu lieu à Mantes (Seine-etOise), sur l'initiative de nos amis M. et Mme Nys, membres du Bureau National du M.R.A.P. et de diverses personnalités, parmi lesquelles M. Guichard, m8Ïre de Limay, M. Mouret, maire-adjoint, et M. Ogé, président de la Ligue des Droits de l'Homme. A l'issue de cette réunion, à laquelle participaient notre secrétaire général, Charles Palant, et notre trésorier, Julien Aubart, un comité du M.R.A.P. a été constitué. ET AI LLEU RS ... Bien que nous n'ayons pas la possibilité actuellement d'en donner le compte rendu détaillé, signalons que des réunions en vue de la Journée Nationale ont eu lieu ou se préparent dans diverses autres villes : Toulouse, Lyon, Grenoble, Marseille, Bordeaux, Clermont-FerrlllDd, Dijon, Strasbourg, Valenciennes, Nancy, etc ... Des délégués de ces villes, et d'autres encore, participeront au rassemblement du 25 mars. Le Club Amitié dans son nouveau local Le samedi 4 mars 1962, dès 17 h. 30 et jusqu'à une heure assez tardive, c'est dans une ambiance cordiale et sympathique que les adhérents du Club Amitié ont inauguré leur nouvelle salle de réunions. Celle-ci est située entre les quartiers de la République, de la Bastille et de Voltaire, au- .12, boulevard Voltaire, juste au-dessus du cinéma Ba-taclan et permettra à tous les jeunes antiracistes de se retrouver dans un cadre beaucoup plus vaste et agréable. Cette inaugùration marque donc une nouvelle étape du Club Amitié. Malgré le lâche attentat perpétré par les sinistres tueurs de l'O.A.S. 48 heures auparavant au domicile du Président d'honneur du Club, M' Manville, celui-ci tint à participer à cette soirée. On notait également la présence parmi nos amis, d'Albert Lévy, rédacteur en chef de « Droit et Liberté ». Comme par le passé, des conférencesdébats de qualité seront proposées. Le mois de mars sera presque entièremant consacré à trois conférences passionnantes assurées par M' Schapira, avocat à la Cour, membre du Bureau National du M.R.A.P. Le thème de celles-ci sont : Le mercredi 7 mars : L'histoire du racisme. Le mercredi 14 mars : Radiographie du procès Eichmann. Le· mercredi 21 mars : Les problèmes actuels de la lutte antiraciste. Ainsi éclairés sur ces problèmes fondamentaux, les jeunes antiracistes se retrouveront en force lors de la Journée Nationale organisée par le M.R.A.P. le dimanche 2'; mars au Palais de l'U.N. E.S.C.O. et participeront avec confiance aux combats à mener contre les méfaits causés par le racisme sous ses multiples formes. Le Club Amitié. A LA LUMIERE DE LA SCIENCE DANS un article paru ici-même, P. Ostoya, montrait justement qu'ii ne fallait pas se laisser aller à des préjugés, pas plus racistes qu'antiracistes. Il insistait sur les incertitudes d'une science encore insuffisante. Mais ceci le conduisait à minimiser un peu les cel-litudes antiracistes de la science, quand il affirmait qu'il n'était pas certain que toutes les races aient les mêmes aptitudes. On doit en effet reconnaître la diversité des aptitudes humaines des individus et des races, mais cela ne doit pas nous conduire à parler de supériorité ou d'infériorité et, surtout, cela ne doit pas nous faire oublier que tous les hommes ont en commun la même supériorité intellectuelle basée sur leur cerveau d'Homo Sapiens. Les diversités psychologiques n'ont pas plus d'importance que les diversités physiques de la couleur des yeux ou de la forme du nez. ON Objecte souvent aux antiracistes qu'ils se laissent aller à de bons sentiments, mais que malheureusement, ceux-ci ne répondent pas aux faits . Les racistes affirment parler au nom de l'objectivité scientifique. C'est pour leur bien que les races de nature inférieure doivent obéir aux races supérieures. Les théoriciens du racisme défendaient la pureté du sang; ils veulent aujourd'hui s'appuyer sur la génétique et affirment qu'un individu supérieur. qu'une classe dirigeante. qu'une race de seigneurs fonde son droit de primauté sur la qualité de ses chromosomes qu'il faut préserver de tous croisements impurs. C'est donc au nom de la science qu'il faut répondre. Or celle·ci, précisément. même si bien des inconnues subsistent encore dans le détail. s'oppose rigoureusement aux thèses racistes. On doit affirmer aujourd'hui que le racisme est d'abord un préjugé qui prouve l 'ignorance. C'est penser à tort que les différences entre les hommes tiennent uniquement à l'hérédité : la biologie moderne montre la fausseté d'une telle affirmation. Une récente enquête de l'U.N.E.S.C.O. : (II Le racisme devant la Science ») nov,s le précise. peut parler de races. car il n'y a pas de races pures. Hitler, ce petit brun. apôtre "des-blonds aryens. avait dû se proclamer aryen par l'âme !I Tous les types humains actuels dérivent d'une même souche ancestrale; très tôt. dès le temps de Cro· Magnon. s'est manifestée la diversité raciale mais à cette époque a commencé. au - gré des migrations. un brassage humain Par Paul CHAUCHARD Directeur à l'Ecole des Hautes Etudes par toute la terre : l'espèce humaine ne tend pas à se diversifier comme les espèces animales. Ce métissage donne des individus bien plus variés et est un bien pour l'humanité qui perdrait beaucoup à l'établissement de races pures. qui accroîtrait par consaguinité les dangers de monstruosité. Si on peut donc définir théoriquement de grands types raciaux. soit les grandes races classiques. soit des subdivisions secondaires, comme en Europe. les nordiques. les alpins, les méditerranéens. pr~tiquement tout individu est toujours ~tissél issu d'un mélange.j Les guerriers envamsseurs ont toujours ris les femmes des vaincus. rrf" n'y a pas de race aryenne, mais le type aryen prédomine chez certains. Il n'y a pas de race « hindoue )i. mais il y a en Inde. un mélange où la couleur de peau est très yariée.,; il njl: a_ pas de race juive, L'histoire nous dira-telle un jour res métissages qui sont à l'origine des Indiens d'Améri ue des..M& lais, des Polynésiens ? Aussi la science renonçant aux races ne parle plus que de peuples. de nations. de civilisations. de cultures. préférent aujourd'hui le terme culturel d'e~ 3 L'hérédité dépend de la constitution _ chimique de l'oeuf qui nous fait • homme de tel type avec nos caractères individuels originaux tenant en particulier aux chromosomes du noyau, Tout est en puissance dans l·oeuf. Mais il n'y a pas d'hérédité pure. L'hérédité c'est l'aptitude de l'oeuf à donner l·adulte. ce qui nécessitera une prodigieuse croissance dont le milieu ambiant fournira les éléments, Ce qui nous apparaîtra chez l'adulte ou même chez l'enfant de cinq ans. ou avant. dès la naissance. comme la nature de l'individu liée à sa constitution héréditaire est en réalité la manière dont cette hérédité a pu se réaliser dans le milieu. Le nouveau-né est vieux des neuf mois de vie intrautérine où il a subi de multiples influences. La pathologie des grosses monstruosités nous montre que s'il y a des troubles génétiques dus aux anomalies des chromosomes. beaucoup d'autres résultent de maladies de l'embryon (rubéole de la mère. carence en vitamines. etc .. .). On est soi-même de par l·hérédité. mais il y a plusieurs manières d'être soi-même qui dépendent de la manière dont le milieu a orienté la construction individuelle: il y a toute une gamme possible d'états qui sont soit normaux. soit pathologiques : l'homme peut dans le développement se faire. s'humaniser ou se défaire. se déshumaniser. A part des facteurs simples comme la couleur des yeux. tout caractère individuel résulte de l'interaction de l'hérédité 9 Dans cette pa ge, chaque mois, des a nti~aci stes de '!outes tendances exposent librement le ur point de vue sur les problèmes divers que pose l'action contre le racisme et l'anfisémitisme. et du milieu. même la taille et le sexe qui dépendent des hormones. 4 Quand il s'agit des aptitudes psycho_ logiques. il est encore plus impossi• ble de savoir ce qui peut tenir au type nerveux héréditaire. Mais ici ce qui nous fait parler de supériorité et d'infériorité. ce n'est pas un type héréditaire. c'est la manière dont le jeune enfant a appris à se servir de son cerveau en même temps que ce cerveau achève de se cons· truire : les différences de niveau entre les hommes. en dehors des légères diversités d'aptitude et de goût. sont surtout culturelles. L'insuffisance intellectuelle et affective du milieu des cinq premières années marque pour toujours l'enfant et lui donne une seconde nature que nous croyons héréditaire alors qU'elle est acquise. L'exemple des déficiences des errl'!l.nts élevés par les loups qui. ayant passé l'âge du langage. peuvent très difficilement apprendre quelques mots car leur cerveau n'a pas développé en temps voulu ses possibilités. celui inverse de cette petite fille sauvage abandonnée et élevée dans notre culture parce qu'elle n'avait pas cinq ans. alors que passé cet âge elle aurait perdu une partie de ses possibilités. est très significatif de ce rôle du milieu qui marque le cerveau même, Au lieu de nous (Suite page 11) l S'il est exact que les types humains _ sont extrêmement variés et se répar• tissent en grands groupes avec prépondérance dans certaines régions. on constate que les différences sont surtout physiques : forme du crâne. couleur de la peau. taille. cheveux, etc .. .• beaucoup plus que psychologiques. Si les philosophes peuvent être existentialistes et nier l'unité humaine, les biologistes. eux. ne sauraient nier la nature humaine. les caractères communs de l'espèce Homo sapiens qui se définit par la supériorité cérébrale condition d'une même supériorité psychologique qui se retrouve sous les variantes des races et des individus. Tous les hommes actuels ont pratiquement le même cerveau. donc le même psychisme. sous de minimes variations individuelles dont le pourcentage est le même dans tous les peuples. Le plus grand savant et un primitif australien ont le même cerveau qui était déjà il y a 100.000 ans. celui de l'homme de Cro-Magnon. Civilisation, colonisation et racisme 2 La science ne connaît plus les races _ que chez l'animal ou par croisements • Olle peuLIéaliser des lignées pures; la préservation des qualités raciales est ici fondamentale. Chez l'homme, on ne PARLANT récemment devant la Chambre de Commerce américaine, M. Debre a déclaré : « La civilisation occidentale est en prOie aujourd'hui à une double offensive : une offensive idéologique que mènent les pays communistes, une offensive raciale que prononcent contre nous des pays plus lointains, des pays d'Afrique et d'Asie et derrière laquelle se cachent de véritables ambitions politiques ». Il a ajouté « que la combinaison de ces deux offensives a depuis quinze ans abouti à un très grand recul de la civilisation que nous représentons », Propos étranges et qui doivent retenir notre attention ! Il ne convient pas ici de traiter de cette « offensive idéologique » que mèneraient les pays communistes. Ne nous attardons pas non plus à « ces am· A propos de l'Appel pour la Journée Nationale Une lettre de l'Abbé PIERRE L'Abbe Pierre, qui a signé notre appel pour la Jyur:lée Nationale. contre le racisme, l'anti sémitisme et pour la paix, nous a. en memc temps adresse la lettre suivante. Etant donné l'intérêt des remarques qu'elle contient. nous avons tenu à la 'pub! icr intég-ralement : Le l8 lh'rier 1062. Clzer lIlI/i, En mêll/e tell/ps que je vous adresse 1/Ia signature pour ce texte, l'aisse:::-1Iloi mlec amitié ~'OIIS dire' COll/bien Ille semble Pénible l'e.1'iJression « Deux siècles d'Immanisme ». U1/e telle limitat'ion est si profondt'mcllt « sec/aire ,». qn'eUe m'affris,te et me semble contredire l'âme même qui doit anime'y tOla ce 111 0 Itve11Ie Il t. Seraient-ce les fautes des siècles prérédents ces « dett).; derniers » qui les feraient .. :msirlérer comme étrangers à l'I/lI111al1isme f Mais vraiment les deux siècles seuls reten us se- 1'01:ent-ils à ce point e.1'ctll/p,/s de leurs p'ropres torl.,· f C.cla est bien déraisonnable. F1-aterllellelllcll/. .-1bbé PIERRE. A la suite de cette lettre, et tenant comp.te cie diverses remarques allant dans Je même sens que nous ont faites différentes personnes. le Bureau National du M.R.A .P. a décidé de modifier le texte de l'Appel, remplaçant l'expression « deux siècles d'humanisme » par « des ,siècles d'humanisllle ». [/1 com'ient douc de li/"{) aillsi le début de l'Ap,hel : « J'.n ce début de 1962, la vocatioll dit genre l//IiIlaill à l'nnilé apparaît plus que jamais éclatallte. Tour y concourt : l' lInivBrsalité des sciences et des techniques, l'accès cl l'i/ldépendance de peuPles nOlllbrellx, l'aspiration commune des masses du monde en.tier à. la paix. Jamais, par contraste, le racisme n'est plus clairement "l'parH, 1/0'110 se/fle~Hent comme /flle pratique mOlls/rlleuse, NIais comme une idéologie rétrograde. La grande majorité des Français le ressent ainsi. Imprégnée par des siècles d'humanisme, elle avai( déjà, sous Hitlel-, réprouvé ou colllbatt1~ l'antisémitisme 11O:::i. Un combat 1tOtWeau se dhlelopp,e attjourcl'hui, qui rassemble déjà - t01lS 1nilieux, tOIlS métiers, toutes gé11érations, ,tollfes croyances mêlés - 1/n nombre sans cesse grandissant d'hommes et de femmes. » ] bitions politiques )i qui pousseraient en avant ces peuples d'Afrique et d·Asie. On sait de quoi il s'agit : tout simplement du patriotisme et de la volonté d'indépendance. Qualifier d'ambitions politiques de telles aspirations c·est. de toute évidence, traiter par le mépris un principe qui est pourtant de tradition française : le droit des peuples à disposer d·eux-mêmes. Nous allons tout droit à ce qui dans ce journal doit être l'essentiel : la prétendue offensive raciale des pays lointains ... Ces peuples dont parle M. Debré (ces peuples qu'il qualifie de lointains, afin sans doute déjà d'insister sur ce qui peut les différencier de nous) sont tous des peuples qui ont connu la domination coloniale. Or la domination coloniale s'est accompagnée dans les faits de manifestations raciales. Faut-il rappeler ici le voca· bulaire en usage dans les milieux coloniaux quand il s'agit des « indigènes » ? Si tu es b:~j. tu es parfait Si tu es métis, on pourrait te supporter Mais si tu es noir. va-t-en ! va-t-en ! Pour être d'Afrique du Sud cette triste ballade vaut pour tout le continent noir. « Nous souhaitons une vraie révolte; elle aura lieu, dans vingt ans, dans dix ans peut-être. Alors pas de merci, nous massacrerons tout, hommes, femmes, enfants, comme des chiens ! Il faut en finir , autrement ils se multiplient comme des rats qu'ils sont. Eux ou nous ! )1, Ainsi parlait ,1 y a déjà plus de trente ans un blanc d'Afrique du Sud s'adresant à un jeune géographe français (Jacques Weulersen, « Noirs et Blancs )i. page 174). Mais il y a plus. Et nous voulons y insister, L'expansion coloniale a trouvé dans la distinction entre races infér~eures et races supérieures une de ses justifications théoriques, j'allais écrire : une de ses légitimations morales. On ne se demande pas pour quelles raisons historiques tel ou tel peuple a pu être arrêté dans son développement. On oublie que, pour les Romains. nos ancêtres les Gaulois étaient des peuples inférieurs. Non ! On fait du développement inégal un attribut congénital des races. Il y a des races élues et des races maudites. C'est aux premières de dominer les secondes. C'est à la fois un devoir et un droit. Principe incontestablement raciste. Dès lors il conviendrait peut-être de parler du racisme des « dominés » avec au moins une certaine pudeur, N'est-ce pas Jules Ferry lui-même qui définissait la politique coloniale comme « le droit des races supérieures vis-àvis des races inférieures » ? D'autre part les colonisateurs constituent une minorité dans le pays colonisé. Pour s'imposer, sans doute ont-ils la force. Elle ne suffit pas. Il faut y ajouter le préjugé racial. « Le regzme colonial ou la force qui contenait les esclaves dans l'ordre et dans la soumission dépendent ainsi bien plus de cet utile préjugé que ' des moyens coercitifs 1). Ainsi parlait en 1794 un colon de Saint-Domingue... Il faut donc maintenir dans leur état d'infériorité les races qualifiées inférieures. En conséquence on leur refuse l'instruction. Le bilan est encore ·aujourd·hui un bilan raciste : 7 % d'enfants scolarisés en Mauritanie. 7.7 % dans le Mali, 6,8 % dans la Haute-Volta et 3,3 % dans la République Nigérienne. En Pa .. Jean BRUHAT Maître assistant à la Sorbonne bref. parce que tu n'es pas de ma race je te déclare inférieur, parce que tu es inférieur tu ne seras pas instruit et comme tu n'es pas instruit te voilà encore plus « inférieur » ! Par contre quand passe le grand vent de l'histoire on oublie son propre racisme et on lance à ceux qui s'émancipent l'accusation de racisme. Racistes de toute évidence ces Africains réunis en mars 1961 dans une Conférence sur le développement de l'éducation! N'ont-ils pas déclaré qu'ils voulaient orienter l'enseignement de leur peuple « en tenant compte du milieu africain, du développement de l'enfant, de son patrimoine culturel et des exigences du progrès technique et de leur développement économique et notamment de l'industrialisation » ? Voilà bien un exemple de cette offensive raciale renforcée d'ambitions politiques ! Il y a deux conceptions de la civilisation. Celle que M. Debré a présentée devant la Chambre de Commerce américaine et qui peut se résumer ainsi : la civilisation occidentale qui est celle de l'homme blanc est la seule civilisation. Toute atteinte à la domination de l'homme blanc est une atteinte à la civilisation. On peut au contraire considérer qu'il n'y a de civilisation. au sens profond du mot. que dans et par la fraternité des hommes. Ainsi pensait Anatole France quand il écrivait : « La grande valeur humaine c'est l'homme luimême... l'exploitation complète du globe exige le travail combiné des hommes blancs, jaunes et noirs... » Le racisme des blancs a été une des justifications du colonialisme. La dénonciation du prétendu racisme des colonisés pourrait bien être une des justifications du néo-colonialisme. 10---------------------------------------------------------------------------------------------- West Side Story 0 "1" aborde New-York d'en haut: une caméra aérienne balaie ce monstre de béton et de fer, quadrillé de rues sinistres, éclairé de-ci, de-là, par de maigres jardins. Ville figée. abslraite. inhumaine en apparence. puis, nous plongeons dans le quartier du West Side, et là, vivent furieusement , onze jeunes gens, les « Jets », contre des murs lézardés, dans de petits staodes grillagés et enfouis entre de vastes panneaux de béton que strient de multiples inscriptions. ils ne font rien, si ce n'est d'assurer leur domination sur la rue. Rebelles à toute activité sociale autre que celle de la bande, ils défendent leur quartier comme s'il était à la fois leur refuge, face à une civilisation qui les étouffe, et leur lieu d'expression et d'affirmation de leur personnalité disponible et utilisée. Face à eux, une autre bande, les « Sharks », veulent imposer leur « droit à la rue », leur « droit au soleil )., Mais plus fort que cette lutte, dans cette zone grise et triste. fleurit un bel amour entre un « Jet» el une « Shark », Roméo et Juliette du XX, siècle américain. La haine réciproque qui nourrit les deux bandes brisera mortellement cet amour. TEL est dès l'abord, l'a'rgument de cet opéra-ballet ; mais cet argument s'enrichit au contact de la réalité américaine. Jérôme Robbins à qui l'on doit l'idée du sujet et la chorégraphie, a fait des Sharks, des Porto·Ricains émi· grés aux Eta'ts-Unis et y vivant misérablement, rejetés par les « purs Américains blancs ». De ce fait, il pose le problème racial qui sévit dans son pays. Les Jets veulent éliminer les Sharks non seulement p3lr désir de domination, mais parce qu'ils sont porto-Ricains. Ceux-ci luttent pour imposer non seulement leur force, leur courage, mais aussi et surtout leur dignité d'hommes de ch3lir et de coeur, au delà de la stupide différence des couleurs épidermiques, Le courage de Robbins est méritoire : le représentant de l'Administration américaine est un policier foncièrement raciste, jusqu'à l'écoeurement. Après les rlxes qui opposent les deux bandes, ee sont les Sharks qu'il expulsera toujours, soit du stade, soit du café ; par contre, il semoncera gentiment les pauvres Jets dé· voyés qui savent utiliser cette complicité tacite. Son langa-ge n'a rien à envier à celui qu'emploient nos raeistes - « Vous allez emplir nos rues de votre puanteur », aboie-t-il contre les porto-Ricains. Cela ne vous rappelle-t-il rien ? L'amour si pur, si total du bel Américain et de la délicieuse Porto-Rieaine, aura à souffrir essentiellement de cette ha,ine raciste. La vengeance que les Jets choiiront pour punir les Sharks, trouvera son expression ultime dans la tentative de voiol de l'amante du chef Porlo-Ricain, NOUS assistons au milieu de l'opéra, à une extraordinaire confrontation dansée et chantée, entre le mirage américain défendu par les porto-Ricaines et la douloureuse réalité, exposée avec fougue par leurs compatriotes. « L'Amérique est le pays de la liberté, clament-elles _ OUi pour les hommes bl3lncs, répondent- ils - Nous avons le droit de choisir notre travail - Oui, entre cireurs de chaussures et domestiques - Notre logement - A condition de vivre à 12 par appartement ! ». La danse scande ce dialogue incroyable dans un opéra, avec espièglerie et rudesse, finesse et brutalité. Un sommet de ce si beau spectacle ! La danse. Quelle merveille ! Soutenue portée par une musique très expressive, due à Bernstein, elle anime dans un rythme précis et attentif les personnages déc haînés de ce drame. De la présentation des deux bandes, dévalant les rues sordi les du West Side, emplissant les cours et les stades, a,'1X bagarres qui les affrontent, Robbins a réussi à exprimer par le geste,

à la fois souple de la détente et saccadé

de la lutte, la personnalité des acteurs du iballet, LaI couleur elle-même, précise, souligne la chorégraphie. Elle lui apporte une tonalité très nuancée. On ne peut oublier cette « lune rousse » qui incendie le ciel, nes coeurs et les visages, la nuit où tout atteindra à son paroxysme. Lune de l'amour fou, mais aussi de la haine m'Jrtelle, Les 'amants attendent dans le feu de leur âme le bonheur total ; les Jets et les Sha~ks, le visage de cuivre, courent à la lutte à mort qui détruira ce bonheur. Un land métallique d'escaliers et de ponts passe par toutes les nua nces du rouge. La musique évolue de la tendresse tendue, au martèlement de la haine sans cesse croissante. Un regret, cependant. Les duos d'amour n'échappent pas à la mièvrerie qui ca·ractérise les cartes 'postales éditées à cet effet. Le metteur en scène, Robert Wise, par ailleurs si intelligent dans son travail, n'a pas su être original pour présenter ces inévitables morceaux de br3lvoure. C'est plat à souhait et ennuyeux. Heureusement ces passages sont courts ! Lb ciné-opéra-ballet vient par ce film, d'être renouvelé. Fred Astaire et Gene Kelly, malgré les joies réelles

lU'ils nous procurèrent n3lguère, paraissent

vieillots ! Pour son style et son courageux cont nu antiraciste et critique, West Side Story, doit être vu et revu. Richard Beymer, le beau Roméo, est sympathique, mais les chefs des deux bandes et tout particulièrement la si pure, Une confrontation dansée ... si belle Natalie Wood, qui déroule avec délicatesse et intensité, son charme authentique dans ce déchaînement de haines, expriment avec justesse toute la profondeur de ce drame. Tony et Maria qui cherchent avidement le bonheur au delà de tous les préjugés raciaux, répètent amèrement, douloureusement, comme une inc3lntation, qu'ils ne pourront le trouver qu' « ailleurs », mais pas ici à New-York, ni semble-t-il dans l'Amérique de la violence et de la ségrégation. Que ce film admirable fasse comprendre à ceux qui courront le voir en Amérique et ici, qu'il faut absolument empêcher que le bonheur pour certains ne soit toujOurs trouvé qu' « ailleurs » et parfois uniquement d3lns la mort, n'est pas soh moindre mérite. Guy LACOMBE. I ~ LIVRES III A propos d/ une réédition "Réllexions sur la question iuiue" A la fin de 1959 et au début de 1960, une vague de manifestations antisémites déferlait sur de nombreux pays, de l'Amérique du Nord à l'Afrique du Sud en passant par l'Europe. Dans la seule Allemagne occidentale, les autorités ont enregistré officiellement 685 incidents de cette nature. La simultanéité de ces manifestations ne laisse aucun doute sur le fait que, loin d'avoir été définitivement écrasées à la suite de la deuxième guerre mondiale, les forces du fascisme se sont réorganisées à l'échelle internationale. Sous la houlette d'anciens nazis de nombreux pays et avec l'appui de puissants cercles impérialistes, elles préparent activement la revanche de 194:;. Dans ces conditions, qui rendent nécessaires une vaste campagne contre l'abjecte idéologie raciste et fasciste, la réédition du livre de J.-P. Sartre, « Réflexions sur la quetStion juive », publié pour la première fois en 1946, est un événement qu'il convient de signaler. L'antisémitisme, montre J.-P. Sartre au fil de brillantes analyses qui mettent en mouvement la réflexion du lecteur, n'est pas une « opinion » parmi d'au-, tres - opinion dont il serait alors facile de montrer à l'antisémite toute l'inconsistance - c'est une « passion » qui engage sa personne tout entière, aliène son jugement et pervertit sa conduite. La thèse première de Sartre, c'est que l'antisémite est le type même de l'homme de « mauvaise foi », qui fuit sa propre conscience et se masque sa liberté. La haine du juif, c'est pour l'antisémite l'alibi de ses échecs et de sa médiocrité, c'est le moyen' commode de se sentir membre d'une aristocratie, c'est une ra" vissante conception manichéiste du monde

le juif, c'est le Mal, la haine du

juif fait donc participer magiquement au Bien. On comprend dès lors qu'entre les idées et les pratiques antisémites le lien ne soit pas accidentel, mais essentiel « Destructeur par fonction, sadique au coeur pur, l'antisémite est, au plus profond de son coeur, un criminel. Ce qu'il souhaite, ce qu'il prépare, c'est la mort du juif. » On comprend aussi quel usage l'extrême-droite peut faire d'une telle passion : « L'antisémitisme canalise les poussées révolutionnaires vers la destruction de certains hommes. non des institutions ; une foule antiséri1ite croira avoir assez fait lorsq ~'elle aura massacré quelques juifs et brûlé quelques synag ·ogues. Il représente donc une soupape de sûreté pour les classes possédantes qui l'encouragent et substituent ainsi à une haine dangereuse contre un régime une haine bénigne contre des particuliers. » C'est ce que Jaurès avait bien vu lorsqu'il définissait l'antisémitisme comme « le socialisme des imbéciles ». Partant d'une telle .analyse, où l'antisémitisme, au-delà de la psychologie individuelle, apparaît comme l'expression d'une « structure sociale régressive », J .-P. Sartre montre de manière convaincante que tous les hommes sont concernés par ce racisme : « Nous sommes tous solidaires du juif puisque l'antisémitisme conduit tout droit au nationalsocialisme ( ... ). Pas un Français ne sera en sécurité tant qu'un juif, en France et dans le monde entier, pourra craindre pour sa vie. ». C'est dire aussi qu'audelà des remèdes traditionnels dans le cadre de la démocratie bourgeoise, le fléau ne peut être définitivement anéanti qu'avec la suppression des structures sociales qui le font renaître sans cesse de ses cendres : « L'antisémitisme est un effort passionné pour réaliser une union nationale contre la division de la société en classes ( ... ) c'est une représentation mythique et bourgeoise de la lutte des classes et qui ne saurait exis- PAR Lucien SÈVE ter dans une société sans classe ( ... ) qu'est-ce à dire, sinon que la révolution socialiste est nécessaire et suffisante pour supprimer l'antisémite : c'est aussi pour les juifs que nous ferons la révolution. » Peut-être ce livre brillant recèle-t- il cependant quelques failles ? Il nous semble que Sartre oscille parfois entre la tendance à trop accorder encore à l'antisémitisme ( Je ne nierai pas qu'il y ait une race juive » - phrase malencontreuse que les pages suivantes viennent heureusement corriger) et la tendance inverse à ne voir dans les juifs que des fantasmagories de la conscience antisémite (( Le juif est un homme que les autres hommes tiennent pour juif : yoilà la vérité simple d'où. il faut partir. ») . C'est selon les cas, à notre sens, trop dire, ou trop peu. Il n'y a pas de race juive, mais il y a des communautés ethniques juives, existant objectivement, en l'absence desquelles nous ne voyons pas comment on pourrait expliqu.er J'antisémitisme. C'est une chose, et mdlscutablement exacte, de dire, comme Marx dans La ques·tion juive (un texte qu'on s'étonne de ne voir jamais citer par Sartre, alors qu'il semble bien lui emprunter beaucoup) que « c'est du fond de . ses propres entrailles que la société bourqeois.e engendre sans cesse le juif ~ - c"en est une autre, et discutable, de dire qu'il est seulement engendré par la conscience des antisémites. De même, nous croyons relever une certaine contradiction entre cette affirmation de Sartre: « L'histoire de Fran' ce n'apprend rien sur les juifs », et les pages dans lesquelles, mieux inspiré selon nous, il montre dans les pratiques discriminatoires de la société féodale et de l'Eglise un élément essentiel dans la genèse du problème juif et de l'idéologie antisémite. Du point de vue des intérêts mêmes de la lutte contre le racisme, toute minimisation du rôle explicatif de l'histoire nous paraît dangereuse. L'essence du racisme envisagé dans son contenu théorique, consiste à attribuer à des facteurs biologiques supposés les particularités d'un groupe ethnique qui s'expliquent en fait, par des facteurs hîstoriques réels. Sous-estimer ces facteurs historiques, c'est donc, ou bien en revenir à des considérations biologiques qui font le jeu du mensonge raciste, ou bien renoncer à expliquer, et se borner à décrire. Quoi qu'il en soit, « Réflexion sur la ques·tion juive » est un livre à relire et à faire lire _. par exemple à ces élèves des grandes classes de nos lycées que le néo-fascisme français cherche à pervertir

c'est pour eux, croirait-on, que

certaines pages de ce livre ont été écrites, comme celle-ci : « Interrogez quelqu'un de ces jeunes turbulents qui enfreignent les lois et se mettent à plusieurs pour frapper un juif dans une rue déserte : il vous dira qu'il souhaite un pouvoir fort qui lui ôte l'écrasante responsabilité de penser par lui-même ; la République étant un pouvoir faible, il est amené à l'indiscipline par amour de l'obéissance. Mais est-ce bien un pouvoir fort qu'il désire ? En réalité if réclame pour les autres un ordre rigoureux et, pour lui, un désordre sans responsabilité

il veut se mettre au-dessus

des lois tout en échappant à la conscience de sa liberté et de sa solitude. :. Un tel livre peut considérablement aider de nécessaires prises de conscience. I.,-THÉA TRE~I Baruch Spinoza Une pièce d'Henri Slovès, « Baruch Spinoza », traduite du yi!-disch, va ê~re jouée pour la première fOlS en franç8JS. Quatre représentations exceptionnelles auront lieu les 17 et 24 avril et les 8 et 15- mai, au Théâtre de l'Ambigu, boulevard Saint-Martin. Réalisé par André Clair, ce spectacle sera interprété par Germaine Kerjealtl. Jean Hervé, ex-sociétaire de la Comédie Française, Lucie Arnold, André Clair (du T.N.P.), Lucien Bargeon et toute une pléiade de comédiens. Nous souhaitons plein succès à cette pièce, dédiée à 131 tolérance et à la lutte pour la recherche de la vérité. t


.-- 11 ---------

ETUDE 1 L'Afrique et le phénomène littéraire PARLER des littératures africaines ne serait sans doute pas venu à l'esprit de l' « honnête homme » des années 11)00. La raison en tenait certes au fait que, si à cette époque la reconnaissance géographique de l'Afrique était en ses grandes lignes achevée, les notions qu'on pouvait alors avoir des sociétés humaines qui l'habitent étaient très incomplètes et particulièrement pauvres en ce qui concerne leurs patrimoines littéraires. Mais surtout, la conception même alors en vigueur en Europe de « la littérature », conception essentiellement dominée par une attitude - ethnocentrique, excluait a priori la possibilité d'attribuer aux oeuvres qui les composaient l'épithète de « littéraires ». Malgré une meilleure connaissance des cultures africaines, cette opinion n'a pas encore entièrement disparu et, de même que nombre de nos contemporains s'obstinent à parler de « dialectes » à propos ·des langues africaines, en chargeant ce vocable d'une vague coloration exotique et d'une dépréciation certaine, de même eux ou leurs frères ne peuvent concevoir que, comme la leur, une société bantoue ou soudanaise puisse posséder une authentique littérature. TRADITIONNELLEMENT, les {lroductions de cette activité humaine sont jugées selon des critères subjectifs et normatifs qui font refuser à certaines d'entre elles la qualité d'oeuvre littéraire et la reconnaissent à d'autres. La forme, écrite ou orale, sous laqueIle eIles se présentent constitue, consciemment ou non, le premier de ces critères. Pour des individus appartenant à une civilisation à écriture, une « littérature » - comme le rappelle l'étymologie même du mot utilisé - ne se conçoit que sous une forme écrite, même quand certairis de ses éléments, poétiques par exemple, ont été au moins autant composés pour une transmission orale que pour une diffusion graphique. De ce fait sont rejetés dans les ténèbres extérieures ou recueillis avec condescendance dans la demi-obscurité du « folklore » toute oeuvre née d'une culture orale, comme le sont la plupart de celles existant en Afrique. Dans cette optique interviennent par ailleurs des jugements de valeur conditionnés par les goûts et les façons de penser de notre société ou de certaines de ses classes,

  • UN TEMOIN, par Roger BESUS, (Albin

Michel). S1 le titre n'avait pas déjà été pris par Léon Bloy, Roger Bésus aurait pu intituler SOn dernier roman Le Salut par les Juifs. Il y a là une tentative intéressante et assez rare pour que nous la signwlions. D'ordinaire, en effet, on a consacré des volumes à « la question juive », en la prenant sous son aspect politique ou sous son aspect social. Mais la scène était occupé:! en grande partie par des juifs, et l'auteur lui-même était jUif. Dwns Un Témoin, il tn va tout différemment. Alors qu'en apparence les juifs ne jouent qu'un rôle très secondaire, ils auront, en réalité, un rôle déterminan(dans l'action. Un poète, aux portes de la mort, mais qui n'a pas encore adressé au monde le message qu'il porte en lui, vit ses dernières semaines, entou"é de l'affection d'une vieille tante catholique, des soins d'un médecin catholique également et de l'admiration dévouée d'une jeune servante qui se croit en surnombre sur terre. Muré dans son désespoir, il cherche, lui, le témoin, un être d'exception qui puisse le relier à l'infini, une sorte de passeur pour l'Au-Delà, et il le rencontre en l&l personne d'un confectionneur juif pratiquant et de sa fille, une enfant d'une dizaine d'années, Françoise-Sarah. PaT le confectionneur, il s'initie à la Thora, et, plus eneore, peut-être, à la bonté vraie, à celle du Samaritain. En somme, entre le poète et le prophète, il y a échange de messages : ils ne se communiquent pas mutuellement leur foi, Ce que vous pouvez faire Pour contribuer à la diffusion des idées antiracistes, faites-nous parvenir des adresses de personnes susceptibles d'être interessées par notre journal. Nous leur ferons parvenir plusieurs spécimens de « DROIT ET LIBERTE ». Et de nouveaux amis viendront, grâce à vous. renforcer nos rangs. jugements Qui tendent à écarter toute oeuvre se situant hors des normes esthétiques ou morales en vigueur. Envisagée sous cet angle, l'étude du phénomène littéraire aboutit donc en dernier ressort à l'établissement de palmarès dressés dans une perspective particulière et oont sont natureIlement exclues les oeu-l vres issues de sociétés dont les codes sont foncièrement ou très largement différents des canons que la nôtre valonse. UNE telle attitude peut certes se justifier dans un cadre didactique, à l'intérieur d'un groupe humain dont l' « inteIligentsia » vise à donner à ses concitoyens ou à leur descendance des références d'ordre subjectif pour l'appréciation des oeuvres anciennes -et la conservation d'un certain faciès cul- P.-F. LACROlil Professeur à l'Ecole Nationale 1 de longues orientales vivantes '------ ture!. Elle est aussi valable quand il s'agit d'établir un ordre de préférence personnel parmi les diverses productions littéraires auxquelles on peut avoir accès, à condition toutefois de ne pas oublier que cet ordre déterminé par la localisation géographique, l'éducation reçue et l'appartenance sociale n'a pas au fond plus de valeur en soi que ceux ·~tablis en matière culinai re ou vestimentaire. Aussi une semblable position n'est-elle absolument plus soutenable pour l'étude scientifique du phénomène littéraire et notamment de ses manifestations dans les sociétés « non-classiques ». EIle doit alors faire place à un autre mode d'approche qui d'une part considère comme littéraire toute production écrite ou orale, anonyme ou non, visant à la diffusion dans un public large ou restreint, d'un message auquel la société considérée reconnaît une valeur particulière le plaçant en dehors des communications habitueIles échangées entre ses membres et qui, d'autre part, évite de porter sur elle toute appréciation subjective et extérieure. Au contraire, il peut être intéressant de retenir l'opinion, favorabie ou défavorable, Que cette société a des mais ils s'affirment dans leur position qu'il n'y a poes de Vie sans une Foi. La beauté de ce livre vient de la volonté d'amour sans aveuglement qui en rayonne. A travers une atmosphère lourde, pleine de moiteurs menaçantes, de découragements, de souffrances, de déchéances et de sournoises détériorations de l'être, perce la lumière de l'espérance finale que le b~'lbutiement d'un homme de bonne volonté peut changer la faee du monde, à condition que l'on sache s'élever au-dessus des préjugéS de religion ou de race. C'est un hymne au mutuel respect et c'est, en ce sens, une leçon. Pierre COGNY. diverses oeuvres littéraires nées en son sein ; non certes en tant que critère ob~ jectif mais en tant que révélateur de son idéal esthétique et de l'image qu'elle veut se donner d'elle-même ou ùes tensions internes qu'elle recèle. Ainsi dégagé des artifices d'une analyse opérée à l'aide de paramètres extérieurs et saisi comme une activité humaine parmi les autres - non des moins significatives sinon des plus efficientes - le fait littéraire permet une pénétration en profondeur des structures sociales dont les résultats apparaissent des plus fr~lCtueux. CECI est particulièrement \'l'ai pour les littératures africaines et cette constatation ne saurait surprendre quiconque a peu ou prou connaissance des caractéristiques essentielles des sociétés dont elles émanent. Ces dernièl'es présentent en effet un aspect communautaire marqué et un degré d'intég- ratioll des différents domaines du sacré, du j U1'idique, du politique et de l'économie qui, inextricablement mêlés, font de chaque acte de la vie du groupe ou de l'individu une démarche complexe aux multiples interférences. Ces traits se reflètent aux divers de"' rés de l'expression littéraire. D'abord dans son instrument, la parole, qui chargé dans un semblable contexte d'une valeur magique que ne lui reconnaît plus notre civilisation apparaît comme un outil d'un maniement difficile et dangereux mais d'un pouvoir certain. Dans sa texture ensuite, souvent indissociable du rythme musical, et où le syncrétisme du verbe recèle sous une succession de mots apparemment sans suite une signification particulièrement riche, chaque terme se reliant aux autres selon un schème rigoureux d'implications qui échappera entièl-ement à l'étranger non averti. Dans son contenu enfin qui, sous le voile du mvthe ou de la fiction, exprime les désirs ou les angoisses de la société, voire les révoltes de certains de ses éléments composants, présente des tentatives d'explications ou de reconstruction visant à justifier son organisa~ tion interne mais ne réserve qu'une place restreinte au lyrisme personnel. Affirmer à ce sujet que les littératures noires ignorent les « effusions du coeur », pour reprendre l'expression de L-P. Sartre, serait évidemment inexact et telle complainte Mossi ou tel poème Podoko se présentent aussitôt à notre mémoire pour s'inscrire en faux contre cette affirmation. Il n'en demeUl-e pas moins Clue l'oeuvre « gratuite » (ou prétendue telle) est relativem.ent peu représentée sauf peut.Jêtre dans les sociétés islamisées plus larg-ement pénétrées par des in fluences extérieures. Ainsi consacrées à la formulation, généralement anonyme, des préoccupations collecti ves, ces littératures ont recueilli et recueillent encore l'essence même de l'humanisme noir et constituent les sources où, au cours des âges, chaque société a trouvé l'expression de ses valeurs propres et les a enseignées à ses enfants. On comprend par là l'intérêt qu'elles peuvent offrir pour la science africaniste et les lumières que leur connaissance et leur utilisation judicieuse peuvent jeter sur un monde dont elles constituent souvent les seules et inemplaçables archives. archives vivantes, Clui s'enrichissent chaque jour mais que menace aujourd'hui un grave péril. C O:i\lME l'ensemble des structUl'es auxquelles elles sont si 'fortement intégrées, les littératures africaines sont en effet dangereusement menacées par les conséquences du fait colonial, les phénomènes d'acculturation qu'il a provoqués et la confrontation ùes sociétés noires avec l'économie monétaire-. La fragilité du mode de transmission oral traditionnel constitue pour elles, dans la situation présente une redoutable faiblesse. Apprendre et retenir de mémoire des oeuvres parfois fort longues est une tâche qui exige à la fois du maître et du disciple une grande ap'" plication et surtout un temps assez long. Coutumièrement, il était de règle pour les oeuvres ressortant à certains genres - épopées par exemple - que le second dédommage le premier de sa peine en lui faisant -des dons qui représentaient également une sorte d' « achat des droits » sur les oeuvres ainsi apprises auprès de lui. De nos jours, dans nombre de sociétés, ces dons se traduisent par un versement en numéraire d'un montant fort élevé en égard des standards de vie locaux. L'individu désireux de tenter cet apprentissage recule souvent devant une semblable mise de fonds d'autant que, sachant l'exercice futur de son art concurrencé par les procédés nouveaux de diffusion par disques, radio ou imprimés, d'éléments culturels importés - et valorisés - il n'est pas assuré de retirer des bénéfices suffisants de cet investissement. Aussi préfère-t-il fréquemment se tourner vers des activités plus sÎlrement rémunératrices, laissant les oeuvres traditionnelles mourir peu à peu a':ec ceux qui en avaient connaissance. La situation est par ailleurs [l peu près identique pour ce11.es qui etaient enseignées -aux générations montantes durant les retraites accompagnant les di fférents degrés d' « initiation », lesquels peuvent s'étendre sur des p(;l'iodes de plusieurs années. De plus en plus tournés vers une éducation de type « européen » donnant accès aux emplois socialement prestigieux et économiquement avantageux, les jeunes sont éloignés de ces formes d'éducation qui les rendaient naguère pleinement solidaires de leur milieu. Ils se trouvent de ce [ait mieux armés pour affronter les compétitions de type nouveau mais aussi tragiquement frustrés de l'accession aux richesses spirituelles de leur propre société, ( savants pour le dehors et ignorants chez eux », situation qui, clairement reconnue ou subconsciemment entrevue, est toujours douloureusement l-essentie. R E\7ENIR en arrière est évidemment chimérique et il serait vain de penser que se maintiendront dans des circonstances socio-économiques nouvelles des activités aussi dépendantes des faciès anciens_ Au moins peut-on tenter de sauver de l'oubli des oeuvres dont la perte serait i l'réparable, non seulement pour l'Aft-ique et pour son devenir litt6- raire mais aussi pour la culture uni\'erselle. C'est pourquoi il nous paraît urgent d'organiser. pendant qu'il en est encore tenlps, et sur une échelle internationale, la collecte et la publication d'un COl-PUs des littératures africaines, en souhaitant que dans un proche avenir, son étude trouve une place de choix dans l'enseignement distribué par lC's Etats africains à leur jeunesse. A LA LUMIERE DE LA SCIENCE (Suite de la page 9) enorgueillir de notre nature soi-disant supérieure, reconnaissons qu'elle tient aux hasards de la naissance et devant ceux qui nous semblent inférieurs attribuons leur infériorité non à leur nature, mais aux déficiences éducatives. Quelles responsabilité sociale de songer à toutes les valeurs humaines perdues par manque d'éducation. Notre devoir est que tout homme puisse donner ses pleines possibilités humaines. 5 Une autre erreur raciste est de pen· _ ser qu'il y a des cultures en elles• mêmes inférieures et supérieures, alors qu'elles diffèrent surtout par leur retard ou leur avancée. Il serait souhaitable que toutes les cultures arrivent à leur épanouissement au lieu de disparaître devant la culture occidentale, ce qui serait une perte pour l'humanité. Sommes-nous sûrs que notre civilisation technique est si en avance que nous le croyons ? Les Chinois de 1850 avaient-ils tort de parler des barbares d'Occident? 6 Le racisme enfin est souvent la bon_ ne raison qui camoufle des réactions • inconscientes bien moins pures : une agressivité névrotique qui se détend sur le bouc émissaire compensant un complexe d'infériorité, une survivance de l'hostilité animale contre le faible ou l'étranger (le lynchage du sous-prolétaire dans les sociétés de poissons, la mise au dernier rang de l'étranger chez les oiseaux) ; une manifestation enfantine prouvant qu'on n'est pas un adulte. Tout raciste est un malade qui s'ignore, un homme inachevé, inhumain. Mais il ne faut pas pour cela tomber dans un antiracisme sentimental irréfléchi qui nierait l'évidence des diversités culturelles actuelles, aboutissant à des mariages interraciaux irréfléchis. On ne saurait qualifier obligatoirement de raciste le père qui hésite devant un tel ma· riage, car ce mariage risque bien plus l'échec : mariage exceptionnel, il exige, dans les conditions actuelles, un plus grand amour et non une sentimentalité antiraciste. 7 Le progrès de la civilisation, c'est la _ disparition de l'erreur et de la né• vrose raciste. Mais devons-nous sou· haiter un métissage universel complet vers lequel nous semblons tendre inéluctablement ? Le biologiste n'y voit que peu d'inconvénients, mais le sociologue regretterait l'uniformisation eulturelle. Ce qui importe c'est l'accès de tous les hommes à leur pleine humanité dans le respect des diversités légitimes. A l'erreur raciste s'oppose la thèse légitime de l'égalit.é fraternelle des hommes, égalité dans la complémentarité qu'il ne faut pas confondre avec l'identité. Une telle promotion humaine ne saurait être imposée de l'extérieur, mais exige une volonté des intéressés de trans· formation des structures sociales pour les faire progresser sans les dénaturer, sans que la civilisation imposée entraîne la désocialisation et la perte du goût de vivre chez les primitifs. Si la pensée de Teilhard de Chardin apparaît à de nombreux penseurs non européens, et notamment africains comme Senghor (1), d'une telle importance c'est que celui-ci demande la participation égale de tous les hommes à la construction de la noosphère. « Chacun des rameaux humains, nous, dit-il, a pour devoir, non pOint de conserver ou de retrouver dans le passé je ne sais quelle indéfinissable pureté originelle, mais de s'achever dans la ligne correspondant à ses qualités et à. son génie propres en avant... Dans cet effort de personnalisation collective, il doit trouver chez tous les rameaux voisins un appui d'autant plus attentif que ceux-cl ont la chance d'être plus vigoureux. Il (1) Voir Cahiers Teilhard n° 3, Ed. du Seuil. 12 Une AVID, un juif de Belleville, a D r eçu du S.S. Scheller la promesse d'une grâce s'il réussit à tuer dans l'enclos, le vieux militant allemand Karl. Scheller n'a pas prévenu Karl. qui ne comprend rien, et se méfie de l 'intrus, par instinct. Après une dillicile prise de contact, Karl a tout compris. C'est maintenant David qui se méfie, croyant toujours ce que lui a dit Scheller : il pense que Karl va le tuer par surprise. Pourtant la nuit s'annonce pacifique. Dans l'ombre Scheller veille. N'a-t-il pas parié avec le commandant que le juif l'emporterait · ? KARL près des barbelés observait le camp. Il se retourna vers David et s 'approcha lentement de lui. Il tendit une cigarette. - Tu fumes? David, assis dans l'ombre, le regarda, ses yeux noirs, clairs, offerts, il dit gentiment

- Non. Karl tendit à nouveau la cigarette. - Tu en meurs d'envie. Du film au livre LA plupart des témoignages a ltlstiques sur la déportation donnent une image dantesque de ce que furent (ou de ce que sont hélas Il ces enfers artificiels jaillis dE: l' imagination d'hommes don'~ on aimera it pouvoir dire qu'ils étaient fous . Hélas !' les « fonction naires » du régime concentration naire étaient au contraiTe lucides, calmes comme des comptables, organises, soigneux de leurs affaires comme de leur personne. Ils exterminaient des hommes et des fem mes, comme d'autres se font bûcherons dans la forêt landaise. Ils classi fiaient ia souffrance, et en Ibons pe'tits inventeurs-bricoleurs, ils perfectionnaient choque jour leur système. C' était un peu comme un concours du journal « Système D » : commeatt briser l'âme d'un homme avant de bris'eT son corps, cent recettes pratiques e'~ efficaces ! Parmi toutes les oeuvres, peintes, écrites, sculptées ou filmées sur la déportation, le film d'Armand Gatti, « L' Enc los » , autre ses qualités dramatiques et cinéma'~ographiques, I~st l'une de celles qui font le point sur cet aspect très important des camps de la mort nazis: les nazis ne tuaient pas seulement pour anéantir. La mOTt de chacune de leurs victimes n ' é'~ait que la fin d'un drame personnel et humain. Avant de ~' uer, les nazis commenc;aien't par humilier. Ce qu'il fallait aéantir, c'est moins les hommes que leur dignité, moins les corps que les cerveaux : ravaler l'être humaïn au niveau de la bête, faire de « l'homo :oapiens » un cadavre vivant, avant san dernier soupÎr. Après, il ne restait qu'à fie débarrasser deS' corps. Une simple question de ~echnique. La première opéra'Hon demandait davantage de dOigté, voire beaucoup de p ~ycholagie et d'intelligence. Cor l'homme pensant est coriace. Il ne se laisse pas faire, même si son corps n'est plus qu'une laque. Ce terrible cerveau garde sa lucidité jusqu'au dernier mDment. Le fi" du fin étaït d'amener l'homme à rester lucide dons sa déchéance. « L'Enclos » est l'histoire de l'échec nazi au cours d'une opération de cet ordre. Deux hommes, un petit juif de Belleville, horloger de son éta't, et légèrement inconscient de sa situat'ion, et un vieux militant ')uvrier allemand, sont enfermés pa", les S.S. dans un enclos, ·à l'in'~érieur d'un camp. Les S.S. ont fait un pori

lequel des deux internés tuera

l'au'tre ? Mais la machination s'affondre

quand les deux hommes

font connaissance, ils récupèreront tout ce quOi existe en eux de dignité. Mois au prix de quelle épreuve ! De « L'Enclos », film, un journaliste, Jean Michaud, vient de th'er un livre, complé'~é par un « Enclos », poème d'Armand Gatti et illustré, non par des photos, mais par des textes puLés dons les oeuvres des princ'ipaux témoins, écrivains et poètes de la déportation. Ce beau livre, agréablement édité par Arthème Fayard, eS'~ de ceux qui doivent fiaure'!' dans toutes les bibliothèques. Vous en lirez ci-dessous quelques extraits sign'ificatifs. Sam'uel LACHIZE,. nui' - Peut-être. - Alors, prends ... David obstiné comme un enfant, répondit plus fortement : - Je n'en veux pas. Karl secoua les épaules. Il alluma la cigarette et s'ailongea près de David. - Tu fais des paris ? David se balança, les mains entourant ses genoux. - J'en ai déjà fait une dizaine depuis tout à l'heure. Tous favorables. Karl mit un bras à terre. - Tu crois toujours à ce que les S.S. ont dit? - Non, le sort, la destinée, c'est plus fort que les S .S. Karl se baissa. De sa main libre, il ramassa un bâtonnet. Il le montra à David. David acquiesça : - En trois manches ! Karl glissa près de David. Il s'accroupit, les mains libres, le poignet détendu. - Gut. Karl cassa le bâtonnet en deux parties, les plaça à égalité dans sa main droite fermée. Les lumières du chemin de ronde éclairaient à demi les visages de Karl et David ; la partie droite de la tête de Karl, qu'une ombre noircissait au bas de la joue, et dont l'oreille se dégageait sur le cr ime rasé, découvrait une face burinée, tailladée, ramassée non sur elle-même, mais autour de cette t ête pour former un bloc uni, compact, c'est-à-dire une arme ; la partie gauche de la tête de David présentait, tout au contraire du visage de Karl, une face polie, unie, aux traits simples, au front large et lisse, cependant que l'or eille collée près de la nuque élargissait la joue, donnant ainsi au regard de Karl la vision d'un ovale presque parfait, la vision d'une tête malléable. Karl déplaça sa jambe repliée. Il présenta sa main à David. David tira rapidement un morceau du bâtonnet. Le plus long. - A moi. David r eprit les bâtonnets et les tendit à Karl. Karl hésitait. Il en prit un. Le plus long. David se r aviva. - Bon la belle. - Tu as encore envie de jouer ? Cette loterie, c'est le meilleur moyen de ... Hein ? Une nuit, c'est long. - Rien que pour voir. - Si tu veux. Karl chercha un nouveau bâtonnet, le brio sa à l'mtérieur de ses deux mains. David, inquiet, avança le poing, puis il tira. Il regarda son morceau de bois, bouleversé. - C'est le plus court ! Faites voir le vôtre ! - Pas d 'importance. Karl se rassit. Il jeta l'autre morceau. David se leva . Il r amassa le bout de bois, Entre le pouce et l'index, il compara les deux bâtonnets. Ils étaient de taille égale. David baissa la main, décontenancé - Vous avez triché. Karl ne bougeait pas. Il se tourna vers les barbelés. Il eut une moue agacée. - Qu'est-ce que tu racontes ? - Je ne comprends pas l'allemand. David, droit, le menton cont re la poitrine, le regard fixé sur Karl. Karl murmura - Parler dans ~a propre langue, ça repose. David avança, il jeta les bâtonnets. - Bien sûr ! Ici vous êtes chez vous ! ' Karl tourna la t ête : _ Tiens ! Toi qui ne triches pas, tu comprends l'allemand, maintenant ! David bouillonnait. Il serrait les poings, les bras droits, collés au corps. - Oui, je la connais votre langue : Kopf hoch ! Augen rechts Stillgestanden Mutzen ab ! Mutzen auf ! Schnell ! Raus ! Achtung ! Tod ! Tod ! Tod ! Tod ! (1). Faut faire crever l'humanité entière ! Karl s 'était levé. Il regardait David, le buste légèrement penché. - Qui fait crever ? David poursuivit, hurlant : - Les Allemands_ Karl criait, lui aussi. - Nein ! Karl se détourna. - Tiens-toi tranquille ... David releva la tête. - Avec un peu de chance vous pourriez être comme eux. Tous des pièces détachées de la même machine ! Quand elles sont toutes montées, ça fait Hitler ! Karl fonça sur David. Il le prit par le col de sa veste. _ Oh ! Dreck ! Jude ! Tu oses me dire ça à moi! Karl le lâcha. - Ça est ! Sale juif ! Ordure Comme vos S.S. ! Karl le reprit par les épaules. - Je te dis de la fermer ! Da.vid se dégagea du poing. (l) Tête haute ! Les yeux à droite ! Silence dans le rang ! Découvrez-vous ! Recouvrez-vous ! Vite ! Dehors ! Attention ! Mort ! Mort ! Mort ! Mort ! a suffi ••• - C'est ça, donne des ordres ! David se jeta sur Karl. Karl le bouscula. David s'accrocha. Il frappa. Donnant des coups de poing, des coups de pied, désordonnés. Karl l'écrasa de son poids. Ils roulèrent à terre. Karl sur David, David immobilisé. Ils se battaient, Abel, David, Thésée, Rolland, Kateb, ils se battaient, les livres sont pleins de leurs exploits ; quand deux hommes se battent, ils ne mêlent que leur sang. - Arrêtez, je ne voulais pas ! Un projecteur balaya l'enclos et vint s'arrêter sur les deux hommes. - Premier round pour vous, Scheller. Karl se figea. Ils se levèrent, gauches, les yeux dans la lumière aveuglante du projecteur. Puis ce fut de nouveau la pénombre. A PRES cette bagarre, les deux hommes semblent avoir compris que plus que leur vie, c'est leur dignité qui est en jeu. Mais la méfiance règne toujours. - Au fond, les pleurs, ce n'est pas triste. J'ai toujours envié ceux qui pouvaient pleurer. Moi je ne sais même pas quand je l'ai fait pour la dernière fois. Il y a une raison à cela. Je ne sais même pas sur quoi pleurer. Les larmes appartiennent au monde que j'ai quitté il y a onze ans, et de ce monde-là, il ne reste plus rien. C'est le vide. Karl tira une bouffée de sa cigarette. Il gardait la fumée dans sa gorge. Il l'expira par les narines soigneusement. - Je devrais retrouver le coin de la rue Deux scènes de «L'ENCLOS» d'Armand GATTI, par Jean MICHAUD c'est empêcher. » Alors je m'y suis remis. Tout ce qui manquait à ma liste, je rai trouvé. A moi tout seul, j'ai inventé tout ce qui se passe ici... Et je ne suis pas devenu·fou. David se tourna vers Karl. Puis fixa le mur d'en face. Le bras indécis près de la hanche. - Peut-être parce qu'il y a eu pire encore ? Je me suis dit : « Et après, c'est justement ce que j'imagine qui peut arri· ver. » Alors, de tout mon coeur, j'ai sou· haité mon exécution dans ma tête. C'est pourtant simple ! Le regard de David se perdait dans l'obscurité de l'enclos. Il leva les yeux. Karl se dépliait, lentement, puis il marcha contre les barbelés. Sa voix devenait maligne. - Les Suédois ont envoyé ici une délégation de la Croix-Rouge pour inspecter. Dans ces cas-là, les autorités du camp sont informées longtemps à l'avance. Pour les David, qui s'est sacrifié pour Karl, marche vers le four crématoi re. Mais avant de monter dans la voiture fatale, il a un dernie r geste de dignité. Il s'e!!ace avec galanterie devant la jeune tchèque Anna, dont i l va partager le destin. où j'allais à l'école, l'escalier de la maison, les amis , j 'y ai pensé beaucoup les premières années. Trop. Tout s'est usé. Karl, le coude sur le genou, le bras tendu, dans la main la cigarette. - Je ne sais plus le vrai de ce que j'avais emmagasiné et de ce que j'ai inventé après. D'ailleurs, le vrai ou le faux.. . ce n'est plus rien. David s 'allongea près de Karl. La tête contre le sol. Karl plissa les yeux. Il regarda son mégot et l'écrasa à regret. - Partout le même terrain vague. Le regard de David quittait Karl. David ouvrait les yeux sur le ciel. Il parla. - Depuis quatre ans, J'en ai fait des peurs ! La peur de rencontrer un flic, de sortir le soir, de me faire repérer, d'être pris. Puis j'ai été pris. Alors j'ai essayé la peur d'être interrogé, d'être battu, d'être martyrisé, d'être déporté. Puis j'ai été déporté. J'ai renouvelé mon stock : la peur d 'être étouffé dans mon wagon, de piquer le typhus, de ne pas arriver à destination. Je suis arrivé. Et les peurs ont continué. La nuit avançait, ils subissaient la fatigue, la grisaille, la faim, le froid, l'humidité que les heures enfonçaient dans leurs corps, sur leurs visages. - Je ne savais pas qu'il y en avait tant ! On n'arrive pas au bout ! Je suis entré dans la cellule des condamnés à mort et je me suis dit : « Cette fois, c'est fini, tu y es, Tu ne peux pas sortir de là autrement que mort. Alors laisse tomber les détails. » Impossible, c'est comme une montre qu'on désosse : on regarde tous les roùages. On veut tout voir. On y passerait des heures. La mort, c'est la même chose, sauf qu'on ne peut pas tout voir. J'en suis sûr maintenant. Je suis déjà mort des centaines de fois, dans des endroits différents, tué de près, de loin, par un Kapo, par un peloton ... , d'épuisement... comme les « musulmans » quand ils rabattent leur couverture sur la tête. Des cauchemars tout ça. Puis, j'ai pensé la « réalité » : ça colle jamais avec les prévisions. Mon père disait : « Prévoir Suédois, personne n'a été informé. Toute la délégation a été envoyée au krématorium au pas de gymnastique. David tendait le front. Il ouvrit les mains. Karl venait près de David, il le fixait. - La bagarre de tout à l'heure, ce n'était pas mal. Comme ça, nous avons pu nous compren· dre. Il expliquait. - Maintenant nous nous connaÏ8sons, comme on peut se connaître dans un camp. Il marchait de nouveau, mais en profondeur, c'est-à-dire dans le noir, contre le mur de l'enclos. - Je vais te dire. Si je trouvais un moyen de sortir d'ici après t'avoir descendu - si du moins je savais que ça pourrait être utile - je le ferais. Karl mit le pied dans une flaque, il frap· pait sa chaussure contre le sol. Les mains libres. - Non pas parce que je tient à vivre à ta place, mais parce que je joue un rôle ici, et toi aucun. Il tourna le buste vers David. David, les mains retournées, à plat, contre le mur, terrorisé. '- Ici, ce n'est pas l'homme qui compte, c'est sa lutte. Les mains de David montaient le long du mur. David se souleva. - Alors, vous voulez me tuer? Karl s 'enfonçait dans le noir. Il s'accrou· pit, et s 'assit. - Quand finiras-tu de croire ce que les S.S. ont dit ? C'est peut-être la dernière nuit que nous passons ensemble, et nous ne pouvons même pas nous comprendre. TOUT à l'heure, Karl, Il qui est quelque chose », sera sauvé, grâce ét. l'organisation des résis· tants, mais aussi grâce à David qui, enfin, aura vécu pour quelque chose. Et qui mourra aussi pour ce Il quelque chose », en homme libre et digne.

Notes

<references />